Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
r

r
l�ment Maqloire
DIRECTEUR
1358 RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N�2242
Tout passe ; I, tpace el le temps absorbent
beaufit jeunetse, amour, gloire et n�nie : la
viehunvut t nest r.en, ht mort pus davantage.
Aimez ou I."'�>��: fou�Hsrz ou �ouflret. admires
on insult : w'u i i montez n ij a ni grututSf ni petits, ni beaux, ni laids :
I infini est indiff�rent, l Indiff�rence eut infinie.
Hector BERLIOZ
25�me ANNEE N� 7545
nm�-aimmwmmLi-zr*�T*-'ar ,�**
FORT-A�J-PEiNCF( HA�TI )
MERCREDI 2 DECEMBRE 1931
VIEUX SOUVENIRS...
�: MM
ca�O-'a� '.t _"
�O �
( \ uir le num�ro d'hier ).
II

Les hommes de notre g�n�-
ntion se souviennent de cette
^ance taaieuse qui dura
toute une journ�e, et dans
uelle la passion la plus ar-
dente ne cessa de vibrer.
Dans la matin�e du 4 Juin
1897, la loule.sous l'impulsion
d'ooe curiosit� fr�n�tique,en
uhit le local du Pala!s l�gis-
latif dont elle obstrue toutes
Jes ouvertures, mais impuis-
mte � aller au-del�, elle est
tbl�g�e de se relouer dons
immense cour de l'�difice
o� elle se r�pand.
Confondu dans les flots
pn� cesse renouvel�s de cette
mer �trange, j'essaie d'y jouer
des cor.des, j'y �louftp. �ocom
pagn� de quelques ami< aui
ont eu la chance de ne point
me prrj-e de vue, jech* relie
i me placer pr� de I'u� e des
ien�ti es dont sout perc�es les
la�a'lrs du dit Icvnl, et j'y par-
viens au pi ix de mille difli-
cult�s. C'est l� que, durant six
longues heures dont je n au-
rai point senti le leut �coule-
�eut, j'entendrai successive-
ment avec plaisir on indifl�.
rence les paroles enflamm�es
des d�put�s Dartiguenave, Du-
vivier, Ducasse Pierre Louis
el Charles Heuraux qui sou-
tiennent riuterpel'ation, et
que je tressaillirai aux r�-
pliques luriboudes des Fir-
min, M�nos et Douyon.
Le d�put� Dartiguenave�
dont j'ai ou� vanter les m�-
rites et qui ne m'est point
sympathique, car je suis un
leroce admirateur de Firmin
tt de M�nos, lait cependant
iur mes vingt ans un d�cisil
et magnifique eflet: je pense
nue cet homme doit �tre a'ro�
fii d�lest� instantan�mpnt.en
eriu de la loi des affinit�s
Hectives L'originalit� de cette
t�te magistrale aux traits net.
ement accus�s est le point de
mire de mes regards. Darti-
guenave somme donc le Se-
cr�taire d'Etat de l'Int�rieur
Val�rius Douyon d'avoir �
^expliquer sur quatre ordon-
nances �mises par ce haut
lonctionnaire en laveur de
chacun de ses coll�gues, or-
donnances dont le montant
j'�l�ve � la somme de huit
mille gourdes, dont la sortie
illciiale
Ant�nor Firmin, ce concito-
yen pro�minent dont je ni*
gnore point la probit� et les
lumi�res abondantes. Mou bH.
miration s'appr�te � recueillir
la beaut� des paiolesqui vont
tomber de ces l�vres sup�>
rieures.
De l'endroit o� je suis, je
ne puis attraper que |e� mem-
bres de phrase suivants:
� Chambre de 1876 qui comp-
tait dans sou sein tant d'hnm
mes remarquables �, c Ed-
mond Paul w, i R�volution
fran�aise�,iMirabeau�, �L'Ar
moire de ter�...
Gr�ce � un apaisement
sensible des rumeurs dans
l'auditoire, je re�ois la pl�ni-
tude des paroles prononc�es
par le Secr�taire d Etat don�
il m'est donn� d'appr�cier le
brun et le l��yal visage.etdont
la tenue �l�gmte t�moigne
d'un souci m�ticuleux de sa
personne. Ant�nor Firmin
continue, d�clarant qu'il s'est
trouv� un homme pour d�.
noncer la grande pr�varica-
tion du Cabinet du 17 D�cem-
bre: cet homme, c'est le d�-
put� Sudre Dartiguenave
idont les yeux brillent plus
que la parole. � Correc-
tion parfaite de la gestion des
deniers publics par le Secr�-
taire d'Etat qui, depuis plus
de vingt ans occupe des fonc-
tions pcmetiant de s'enrichir
pour peu que l'on soi* mal-
honn�te, discussion d'une ob
jection de l'adversaire que
chacun des ministres devait
�mettre une ordonnance sur
le budget de son d�partement,
alors qu'il est certain que ce
n'est que dans le budget du
d�partement de l'Int�rieur
que figure une allocation pour
trais de tourc�e, distinction
eutre une d�pense extraordi-
naire et une d�pense ordiuai-
re, mise en demeure laite �
l'interpellateur de signaler en
quoi ces ordonnances ne vont
pas justifi�es, rappel d'une
vieille loi de 18 5 qui accor-
de des trais de tourn�e: 1�
Secr�taire d'Etat des Finances
s'�tend sur tous ces points de
mani�re � ne laisser flotter
aucun doute dans l'esprit de
l'auditoire, et sur le bruit in-
Chambre est
[Propos
humides
qui�tant que la
rev�t lei Proportions r�solue � infliger un bl�me
fuS" intol�rable d�fi c par ce au Cabinet, il cite l'aventure
ttmns de mis�:e sans p reille de ce pauvre h�re qui, 'on-
nTnons��eint�. Le Secr�- t.aiut�compara�tre devan un
taire d'Etat qui a du bambou |nge sous le gouvernement de
la l�g�ret� et la solidit�, et
dont ta voix raisonne malai-
s�ment, batouille en agitant
sans cesse un papier qu il
lient entre le pouce et 1 index:
cette aflaire n'a point ^im-
portance que l'on pr�tend lui
donner; si ces ordonnances
oct �t� �mises par son d�par-
tement, elles ne Font �t� qu en
vie d'une tourn�e que se pro-
posait de taire le pr�sident de
la R�publique dans quelques
localit�s du Nord afin de
montrer aux populations de
ces int�ressantes r�gions les
nouveaux collaborateurs qu il 1
l'�tait choisis: du reste elles
s'ou�r oint �t� touch�e*, et si
�ne modique valeur a du �tre
tiice de l'une d'elles, �a �t�
peur comm�morer les ono,I"
Insaires des 30 Mors et
M i derniers.
Boyer, ne put en obtenir gain
de cause, parce que ce juge
avait d�cid� de le condamner,
et qu'en signe de l'irr�vocabi
lit� de cette d�cision, il avait
baiss� sou gros pouce sur l'ar-
ticle ituer a pour ne plus
l'en d�placer.
J'applaudis � tout casser �
ceite p�roraison que je trouve
incompaiable, la jeunesse n'�-
tant point difiieile sur la cause
le ses enthousiasmes et les
prodiguant � plaisir.
Dartiguenave,pour balouer
ce discours, rem .nte � la tri-
bune: il s'y montre gouail -
leur, ironique, insoleut � sou
hait, s'y moque du liera on
du quart, malm�ne l'auteur
il i L'Egalit� des races hu-
maines,� de cet ouvrage qo'il
croit suspect, et ':�-
..i i aud uieusement sous l'o-
cr�taire d Etat des Finances, a
l'occasion de uuoi se produit
"n incident q^ n'a Pr!r' mue. .. heure s:�
*>ir pour la pienii�re lois
AUX
29 ann�es
ROY
de succ�s.
�o -
In ;ms de PU. s. s. II. publi�
dans un jauni' .i fort intrigu�. Le
k�ap*r*t\. i i�
tismeqoi les fl toujours res*- ' !?v� l:' ''"' ;"M| ' le �sot '!"'� "sent -
� , � � i . i ,. , ils r,e s.inl ivis iiotnlii-cii\ �In le iviiri
serres a leur insu.les Stimule ,,,,s journaux. l'�nigmaUque avlij
� lutter pour le triomphe du ayant paru. J'ai su de quoi il ru
bien : destruction des abus, "JowaaU. [ e pr�sident de la com-
respect des deniers publics,
restitution prochaine � la iw
lion de sf-s dioita rnis, prin-
cipalemeut de ses liber tel �l <
toi aies. Comment, anim� de
sentiment de ea d gnile et rio
son honneur, el tenant d'une
fa�on toute Sp�ciale � la con-
servation de ces biens pr�-
cieux, le Cabinet aurait-il pu
se rendre coupable de con-
cussion ? Comme tous ceux
que �a haine aveugle accable,
sa ni les emp�cher de faire
leur devoir, le secr�taire d'K-
tat a connu l'�pre exil, victime
vie celle politique �troite a
laquelle Faisait allusion tout
a l'heure sou coll�gue des
Finances.
Sur la terre �trang�re, son
o gueil d'Ha�tien a �t� sou-
.ans a la plus rude �preuve :
l� il a compar� avec le tableau
de naine que lui offrait sou
i ; orlun� pays le spectacle le
prosp�rit� et de bonheur qu'il
avait sens les y mx. et sous
l'influence de cette .i.stiuc-
tiou humiliante.il s'est p�n�-
tr� de la n�cessit� qu'il y au-
rait � abjurer tous projets
�goisles, tontes mesquines
passions, � d�pouiller en un
mot ceite d�lroque traditio i
neile s ma laquelle ii � st im-
possible de marcher vers l'a-
venir, vers le beau, vers
l'id�al.
Maurice C. BU UN
(A suivre)
mission de foot bail, spoilsman an-
se, avait Invit� lai eapitainaa des
clubs susdits � vider avec lui nu pe-
tit verre do RHUM SARTHE C.*-
CHET D'OR, la produit national
record.
LE NOUVEAU CHEF DE LU
E DE LU GARDE D'HA�TI
�o�
< oioi t >xlucl:�la commission de Pool
t hall invite les capitaine* du Ra :ln
i de la Violette, de la Jeunesse, du St-
irge*, des C t lets de la 0. d'il, et
=^^=^^ii i (*u Melbourne � une imnortanle!r�n�
������^��^��a j n ion �n l'are Le�on te � cinq henre*
. j � i i Cl'' apa� -midi. � C. i vous a un petit
ie ramasse la poignard et je le ce jour o� le lien du pattio-! u�rinyat�rieiix.Kt c'est cequlaaon-i
lui remets dsne b main.� tisnieqni les s toujours rc:- |fv*l;l curioait� de ceua qui lisent-J
Grand ncteor dnna cetje1
sc�ne parleiuenlaire que notre
souvenir replace sous r.os
yeux attendris, le d�put� Du-
vivier s'attache � laire un
mauvais sort ai Cabinet ou
plui�t � Firmin qu'il punit
ha|r cor tiiilemeul, mais lus
traits b. bel�s qu'il lui l;�nce
ne portent point, �mouss�s
par le tapage �nlernal que luit
l'auditoire.
Celapage se calme subite-
ment � l'appui ilion du Secr�-
taire d'�tat de la Justice � la
tribune, Muilte Solon M�nos,
qu'accueillent la bienveillance
et la laveur du public. M�nos
est connu comme ayant une
langue excessivement pendue
el une phrase d�licieusement
litt�raire. Aussi tes premiers
mots de sa harangue sont ils
couverts de chaleureux ap-
plaudissements.
Le secr�taire d'Etat expese
la situation pleiue de p�ril
qu'avait tuile au pays la mort
soudaine du a�n�ral Hyp-
poluc et qu�tait venue d�-
nouer l'�lection du g�n�ral
Sam, la terrible crise commer
eiale et linaci�re qui en �tait
r�sult�e et qui, ne lansmt
point indiff�rent ce deruier,
l'avait press� de taire choix
du cabinet qui a 1 honneur de
se pr�senter de vaut les Chu m
lires.
Que si quelques-uns des
membres de ce eabiuet.� uue
autre �poque, oui pu se m�-
conna�tre be combattre.appar-
teuant � des camps oppos�s,
il n'en est plus de m�me en
NotreffroM-l nvsicie i ' iccldf
Jeaofy ayant c'e, apr�s nne
longne el glorieuse carri�re,
mis � |i retrait^, le nremler
Ueutenant Lee Jean-Baptiste
a �t� nomm� Chef d? la mu-
sique de la Garde d'I.ii'i.
Le second lieoten ml �ma�l
Viilenlin en a �t� noui'iic
sous-chet.
En saluant le djttparl d'Oc-
cide q-ii si I ingleropa a dirig�
notre prtnc�pil orchestre avec
la comp�tence et l'autorit�
qu'o� sait, nous nr�svntmis
nos vives f�licitations au lieu-
fpii>i I � >r,�f� �n'is'e oui� von ;
talent a d�sign� pour le poste
rinj vient de lui �tre confi�.
Tons nos romn|�m�nts �gale*
mon' su nouveau sous chef
Ism-� Valentin.
[
A DAMIEN
(l
IV
Nous ptn�trona sas services J sur ce point que c'eit la pre�
de l'Enseignement rural dont I mi�.re lois dans I hialoira de
MM. Andr� Liautaud et Maurice
Da1 ligue sont les chets. En l'ab-
aeace de ce dernier, Mr Andr�
Liautaud se met obligeamment
� notre disposition.
Andr� Liautaud, n� le 1er Oc-
tobre lttOG. a tait ses �tudes �
Si Louis de Gonzague. a suivi
pendant un an et demi les cours
de l'Ecole Centrale, pass� une
ann�e compl�te � l'Universit�
de Columbia el poss�de le titre
de bachelier es sciences en �du-
cation. Il travaille � l'E^blisse-
ment depoia Janvier 1920.
l'Instruction Publique m Ha�ti
qu'un pareil travail elt enlt
pris. Il contribuera � lournir
des donn�es pr�cises sur notre
�ducation rurale. Les rapports
�jue nous avons d�j� re�ut noua
permettent d'affirmer que ces
difl�rentes �coles fonctionn. ni
d'une ta�on lamentable. Il y a
des instituteurs ruraux qui ne
savent m�me pas lire. C'est vrai-
ment honteux. Une exception
est laite en taveur de ceux em-
ploy�s dans les �coles pn>sby-
t�raies, parce que ces �col
Ao 1
Le bervice National d Hygi�-
ne et d'Assistance, qui loue- i
lionne, on le sai', BOttl la Ri- j
rec'ion comp�len e du Docteur
Rois L'on. Inaugure sou Bulle
tin Menant I, remportant on r�-
sum� de s.s d.verses aclivit�a.
Nous y puiserons au lur <�! t
mesure, les information! pou-
vant int�resser DOa lecleurs.
Cliniquks RORALH Le nom-
bre des malades soign�s as '
cours du u'o s d'octobre, dans j
les centres ruraux, a'�'�ve au
chiftre de 40 066.
As i.i: des Ali�n�s. N'ombra
d'intern�s : 1G7.
Service de quarantaine ma-
mriMi: 70 naviresel 28 a�r.mels
ont �l� au cours du nuis ad-
sala � la libre pratiqua, apr�a]
visi*e d'inspection du Service
de qaeraataint ma ri ti me.
Maladies i ifectueuses. � Un
cas de fi�vre Ivphoide n �l� re- !
�coles. |ev� � l'H�pital d�a Cayes.
Mau.ice Darligue est n� le 14 X0* contnMees par les ciirs. PnoFAO�NDEOHtgi�NE 70cau-
Miral9S.II a tait ses �tudes Noua_ avoua �^�H� d;?;
sa taible miin ne r�us-isv�-
,n�m- pas �declrrer mes h 1
bits, telum imbelle sine ictu,
au S�minaire jusqu'� la philo
sopbie, pass� deux ans � l'Ecole
Centrale d* griculture, �tudi�.
pendant deux ans. l'�ducation
rurale � I Universit� de Colum-
bia o� il a obienu le titre de
ma�tre es lettres en �ducation
Il travaille � I B ablissement de-
puis Ao�t 199&
Nous contr�lons, nous di! Mr
Liautaud, les termes-�coles e'
nous conlio'erons bient�t to l'ei
les seelea lurale?, nation des
e! presbvt�n les plac�es BO'H le
contr�le de ce Service pttr l'Ar-
1 �t� du 30 Septembre nul.
Kons �tabHaaona seteeft ment
!?� relev� de Ion 1 r�les
nationale! al inons
pgrticuli�remi b
rieietdea locanx. Nous rai>ona
subir n
nts proteaaeurs. Je v 1
�er d'une lac m toute fc�p
(D \
Novembre.
m�boration de ces �coles et I ^s
principaux points de ce plan
portent sur 1" l'augmentation
des salaires des instituteurs qui
ne gagnent actuellement qu'une
moyenne d�risoire de 90 g des.
70 centimes par mois; 2� l'am�-
lioration des locaux et du ma-
t�riel. Ce mat�riel est pour ainsi
dire inexistant. Il n'est pas rare
de rencontrer de ces �col-s
rurales avec un efledil de 210
�lev�s et un mat�riel ludnnen-
taire consistant en un ou deux
bancs; 3� la s�lection de 1101-
vpimx prole**eur* d'on niv< iu
intellectuel plus �lev�; 1� la r�-
lorme des m�thodes d'enaeign �-
ment en usage parce qu?, � m
pojnl U^ plus impoii
:t'un programme d'�ducation
s�n�s d'hygi�ne ont �'� laitea
dans les �coles de Tort au-I'rin-
ce.
Ces quelques renseignement!
�affiaent � �tablir quenoIreSer-
vice National d'Hygi�ne, mal-
gr� l'importante r�duction pra-
tiqu�e sur son budge', (onction*
ne plus diligemment que jamais*
C'eal l'ocoaaion Docteur Ru!x L�on et ses col-l
laborateurs.
Nous voulons d'un program-
me cla sique utilitaire p.us con-
I ne aux imp�rieuses n�ces-
sit� ;k(utiles. Il doit avoir en
rendre l'eiercice de ta
1 u . su �, plus tacile
ii perleetionncr,par cons�quent
rurale en Haiti est lam�lio a- !i''- frocteens. Ncna penaona
lard de vie ries* 9� k"s ll 11 rentes mati�res ge-
ais e tout ce qui se lait � !,e s
s qu'en t ml qu\
contribuent � am�liorer
y
�le doi' l'�tre en v e
de ce but * � atteindre; 5� enlin
l'initiative de toutes mesuras, de 1 individu si ie la r
1 e le pi : T. A. V
at Ur�le de ia t (.1 s dore )
... la voit souveut au seuil de
sa port", ave son repard m*1�
lancoliijue, et le sourire amer
gui d�cOUVTS ta canine dor�e
dont elle se pava le rhle, ��n
des tem is plus Inureux, i Cu-�
ba. Depuis son retour, elle se
d�brouilla c mme elle peut, et
plut�t ma! que bien, car le
client devient rare, parcimo*
niei x, poseur de lapins. Llle
n lad i;i (O'Kju�te d'un ami aaV
1 -iei.x, p�u eiur rnbrml. qui sut
'eidiii ;i ses beurws, el lui paie
son loynr -t parlois uns (niiet-
te .. Mais une veuve paas�,p) �e,
jeune, va us canins �riiflei/tle ..
La lutte �tait m�gole, Kli� lit
seu b\�n\ lie ne inn rOOipren*
ilit. r-i cacha son � Itasnn,
.. l'a vue, l'unie soir, au
moin ni <'� l'infld�ls sr pm-
cliail pour T'11,(5 ;!�.��, porter
sr>n iiioiiclioir � ses v<-ns pour
y �'-�-� ii���?� :i nein � .1 misie. da
m� 11 ? IVudress" huiuilt�ef
Q i! saura jamais-?
*
... vn l /jiiM y ;i so vent lo n
rie Ii rnupe j*�>x l#-�rra II lui
1.1 .m n n- t our as-1 tua, et pe.i-
kiiii arriver surs relard 0 s>-s
lin- liivaiiabletnent, au pre*
M ii r .i- m , |:i Ifinuie, (jui est
�1 ��''� \ (i ie que |obe, diiourne
I ;> >g�� en !,iMtii l'�ioge de son
ma '. absent pour quelq ea
jou s :
l' � mari mod�le, accen-
tue i-iii. ,q u ne me re|ues rien,
passionn� ardent ; nous nous a-
do;ons nuit � t jour ;
A la dixi�me visite, l'autre
s'est impatient�, au mom nt
o�, suivant la tactique habituel
le, la tenues convoit�e allai-,
une nouvelle lois, exalter son
homme...
� ' .I.� sais, je sais, flMl ;
c'est un angs, un archurg�, U�|
s�rnpliin,.. Mais votie paradis
est pour moi sans sttrsit, *�
Et il parti', plu �t vex�.
... a vu chef Gdraud. l'au're
sou, en couple d'amoureux
b'c 'i sous le Bsbl�sr �le droi'e
de ta barri�re d entr�e de l'�-
tablissement... Le gsF�oo, en�*
prSHS�, Ii' tout de suite de lu
luim�re, et s'inclina pour d �
mander les commandes:
� " Je ne peux pas vous dira
devant Madame ma pens�s s-
vec l'�nergie d�sirable, lit le
gslant, l'irieux; mais vous �irs
�ssiz intelligent, je supposai
pour trouver en plus exprc.inf,
un synonyme a /.ut.
E 1 bu n 1 /.ut, moosiser l'sllu*
meut|l *
L* gar�oo n'eu est pas enco-
re levenu.
f �
... a vu, hier, chez Paul Auxi-
la, un avo al-iu�decin qui fai-
sait ses emple tes de fin d'an-
n�e. Dss cusimirs, d�s crava'aa,
des Sbsmiass de soie, un Boraa-
Il00, des chaussettes, dra mou-
choirs .. Le docteur se choisit
un trousseau en r�gle;maiscsm�
me ii est mari�, il redouta lea
reproches de sa femme, et chou
sii.ii sou niiention, � et avec le
g'-�t le plus sur du inonde, �
des pyjamas, de la parfumerie,
et cm i ou six tissus da cois,
qui leroot de Madame la reine
admir�e des plus pi o. bains bals
du Cl.i >-l'ii on.
Noter CE l voit que la Maison
BarOanreurt non seulement
/erd son fameux Hhutn, mais
encore dea eaux de toiletta de
premier ordrs:Lsesnrie,Esn de
cologne Rosse, Soi due, B�y-
Hli un. � un pria d�liant Isnie
con�ut renc .
A. vendre
Une tab'e � maniier avec
sept chaisi s et une table ron*
l � te � th�.
S' il' esw r :
M sDE\N, -Rue4,


. . 2 Dt .cuibre 1!*.>1
�s-
PR�VISION G�N�RALE
DU TEMPS POUR ; IS
K-MCEIBRE
PAR JUSTIN LECONTE. '
- Le
Echos
A PROPOS OU PAIEMENT
I

�en-
Onam uned1
."> d re '�'� > grand va � r
tingaa lortail Si Joseph.MM-
;n- Duviella et Emmanuel
Trouillot y prendront 11 parois
nander la candi-
�mours Vin--
ce t.
� Un garde n �t� blcss de
irs coups de poignard
Dnforl o� il y avait allln-
p-irtir du �'2 jusqu'au .'51. parti� ienc 1 uonde n cause de li
cdi�rement dans les 2'ons[f�te de St Andr� qu'on c���-
Ts�Ml'�rUTl'iU-: bu
�im\s de D�cembre sera
rbinent trais; il tau
ter des jours chauds dui
iodes du 4 au 7, 15-1
au 25. Nos nuils dm
mois seront fra�ches; on sentira
�nome le troid durant la nuit, �
Le paiement a commenc�.
mais il est bon d'attirer l'at-
tention sur la fa�on de pro-
c�der des employ�s, pr�pos�s
nu service de paiement..
Les ch�ques pour appointe
ments qui contiennent une
fraction de cinq � neuf cenli-
[mes ne sont pas pay�s int�-
p�r
331
as;?/, �lev�es du ni/ea i de la
Busr.
S'a'tendre a m c.'v
peu nuageux durant
�i -j'ement.
rj lelque
aim�es
du 5 an 7. 13-15. 17-20, et du
22 au 24. Ciel plus nua ; ux du
t au 11, et durant la au rs
ours du mois, c'est �- �ire du
27 au 30.
pRl�SSI�N BAROM�TRIQU S -" I
birom�tre durant ce mois se
tiendra faiblement �lev� durant
les journ�es du 1er au I. Il le
�era davantage aux dal � sui-
vantes : du 4 au 7 qui sera la
p�riode la plus chaude du mois,
du 15 au 10, el du 23 an 25. En
dehors de ces dates, � pari
quelques Inib'es variations, il est
appel� � sa tenir au-dessous de
la normale.
Pliiks et ton ni: hue - Les
pluies durant D�cembre se
tr�s d�ficitaires au point de vue
de la quantit�. Par contre, de
lortes pluies de tr�s i du-
r�e, d'apr�s nos cak . ' >, ao�t
indiqu�es poorlesD�ps tements
du Nord et du Su i, durant la
p�riode dj 8 au 11, et la
ni�re semaine �lu moi�, c'est-�-
dire du 27 au 30.
Pour les d�partembnts du
Noim, du N�hi> Ouest, de t/Ar-
TIBONITi:, ET DB l.C.Hi � Ces
D�partements doivi ni
dra � de taiblei pi locales
les : 3, 5-0, ploi loi pi
avec sourd tonnerre le 7, 8; 9,
11; 13, 15; 19, SsO.Faib ; pi
les 21, 23. Pluies accorj pagn�ea
de tonnerre les 20, 30,
Ces d�partements doivent es-
p�rer un froid lensibl vers le
milieu et la fin �lu m >;
Pour les d�partements du
SlM), LES REGIONS DE ORT M -
Prince, de Jachel et di I �ogane
� S'attendre � des pi les les :
5. 7; a, 10; 11, 13, 15; 19, 21;
23, 25. 28, 21), 30.
Les pluies de pi. loi
quantit�s accomp ign� de I
aie tonnerre sont ind
rant la p�riode da V , � 10, el
la derni�re semaine i i mois,
c'est-�-dire du 27 au .'i
Vi.nts� Pour la N
� Los plus torts \> son!
diqu�s durant la p�ri du 1
auy.Deplus.lt:-. a � sont
avises de se mettre i i >,arde
contre de terribles ( ups de
vents, surtout en ha le nu:,
durant la p�riode du 24 au 29.
brait hier,
� M. Arno! 1 de Delva a �t�
nomme ing�nieur municipal.
Ce choix est heureux.
� L'exposition du peintre
Scott au local du Service de
i moment professionnel
attire depuis avant hier beau
coup (le v.si eus. C'est la
premi�re lois que nous con-
naissons ici une grande expo-
sition de peinture.
�Le Dr Ledan aurait retir�
SB candidature fl la d�puta-
de la 2e circonscription
de i Cayes (Torbeck, Port Sa -
lut). Le Dr Loubeau serait
donc sans concurrent.
� Apres l'exposition Scott,
l avons l'exposition du
peintre ha�tien Michetet Gior j
dani qui montrera ses �uvres.
On admirera en m�me temps
j lis travaux d'art de
unes Claire Denis et
nent Ifasloire.
�JDes candidats � la d�puta-
lion ion t de fr�quentes visites �
la Capitale.L'autre semaiue on
y remarquait MM. Ch�telain,
D�votjces jours-ci MM.Telsun,
fol lus Hoche.
� Samedi prochain, on en-
ia le joli con
� pr p.nent Melles
raquiLGeorgette
� Mo�se. Tous
d'a� l iront ap
plaudir les charmantes el
lusiciennes qui
ont quelques
instants de j e joie.
La traction est omise.
Si par exemple vous avei �
toucher tant de gourdes 53
centimes, vous recevrez les
unit�s indiqu�es, el les d�ci-
mes, mais pas les 3 centimes
Les chargeurs sont pri�s
de noter nue le steamer �An-
con� est attendu � Port-au-
Prince, venant de Cristobal,
Canal 2one, le mercredi 9
d�cembre 1931.
Los permis d'embarque-
ment seront d�livr�s pour le
.�r�t � destination de New-
York et des Forts Europ�ens
sur demande taite � ce bu-
reau.
Ce steamer partira le m�me
Cin�-laldv,
DOMAIN SOIR
Mathias Sandorf
A quel compte vont tous ces j jour � 2 heures p. m., directe
centimes ind�ment retenus?! meni pour New-York prenant
h et, malle, et passagers.
Port-au-Prince, le 30 nov.
1911.
Jas H. C. VANREID
Agent-g�n�ral
ET

Le Sept deTr� fie
( SWITE )
Entr�e : 0.�f ; Balcon : l.M.
LES INSCRIPTIONS
tLECTORALES
t fm
���"%'
Premi�re circonscription
Report 11,379
30 novembre 1931 267
11.048
lieu d�nie circonscription
Report 10,112
30 nov. 1931 200
Total
lt.351
21.997
Paris-Bazar
PETE BROWN
RUE BONNE FOX
LAF�TE DES PUPILLES
DE SAINT-ANTOINE
PREVISION DO TE�ilPS , UOR LE
MOIS DE DECEMBRE =331. El
CONCERNANT LES REG ONS DE
P�Tf-AU-PRINCE.
Temp�rature.� Tout a b
snnl toujours aux i tui
pluies ci-dessous in liq < es,
sera haute surtout enli U 6 i
le 10 du mois, pais enc re p
liant les derniers jours .' i
Mlle sera au-dessous i! la D<
inale du 3 au 5 et sui il i
�3 au 20. Une vag ! Iroid
passera entre le 17 et le
Pression baruuu triqi
suivra de tr�s pr�s les
tions de la temp�ratu : ; ai
�lie sera haute les | tn
iours. du 0 au t, ver� la 15 -
di 23 au 27. Llle j.era l> sse au-
tour du 4 et � enite le 10 et 14,
10, 17 el vers le 22.
finies e' t\uages,~- Oa doit
fe'illendre � que'ques ; .ei I
u un ciel nuageux du 1-2 du
U iu 7, du 11 au 13 oui . du 10
hu 20, autour du 23 i
/ �.a deux derniers jours i inoiv.
L � ciel sera clair el h- � i i
)e 8et 11 il du 11 ao 17. I a
� : 'anlit� de pluie qui I mba a
itra l�g�rement plu. I
)n normale d'environ I
La pluie normale est de 31 MM.
UNION PATRIOTIQUE
Le Comit� cenlralde l'Union
Patriot ous a fait par-
jir (| . 18 documents
jut place nous re-
rette le ne pouvoir pu
) i te ' 01. S do .:-
ne ils nti
aire eu date du 12
ao\. sur 1. s �lei lions
l�gi , adress�e aux co-
rn � aux ; une piotes"
; i itre i;i conti nu ition
�le l'intei s ati >u des Etais-
Unis dans nos affaires et con*
tre l*i ati in militaire ;
: pr�lats
Pi 1 u
i i -
e �
i ;
i i.e letti a i Si Ire d'E-
Bille et nombreuse assistance,
samedi soir, A Vari�t�s, o� les
pupilles de Saint-Antoine don-
naient leur grands soir�e th��-
trale i-' litt�raire.
La le e s'ouvre par un tordant
monologue, dit par Daniel Th�
: r I, qui met toute la salle en
gaiet�. Puis Madame Jaqueline
Wiener-bilvera, Melles Sylvain
et Roy interpr�tent II �tait une
berg�re, po�me dramatique
d'Andr� Hivoire. � Madame
Jacqueline Wiener Silvera ( la '
berg�re ), ravissante, adorable,;
et lyrique ! Melle Sylvain ( le
berger ). nonchalante et loin- J
1 ta lue ! Melle Roy (la princesse), �
' aimable et sympathique 1 Tr�s
� l'aise dans leurs r�les respec-
tifs, leur diction pure, et impec-
cable, esl un enchantement pour
l'oreil .
V�tu � la Musset, Carlo Pres-
� ii- dit, t .-suite, le Po�me � La-
martine 11 le dit avec �me. Et
� e ! �couta. Sdencieuse
H ueillie. ..es yeux ternies
Embrassons � nous Folleville
m coue la salle d'un rire fou.
,| , logne est �lincelant
tmque, et de gaiet�
.....te. C itioHieasoir, dans
le l�'ti du marquis ridicule el
lam ni amoureux, est �pa-
laut. R n ademoiselle Fernande
M : , ch -'� qui nous soup-
liruidit�,
. e a irice. Elle loi
imp - I ni-
rtbU Jeu plein de sang troid,et
de ct�nerie. Bravo, mademoi-
selle
Double Traitement
pour Un Enfant
Enrhum�
Loi enfanta d�tesleat ttrf.
"drogu�e", Lorsqu'on les fric-
tionne avee du Vieka, il ao�*�e�
le8 rhume* d� �Wt faena�,
sans "drojfuafew.
(1) S�s vapeurs salutaires,
d�gag�es par la ebaiesw en
corps, sont inhal�ee tout drert
dans les voies respiratoires ;
(2) Il soulage le* donleaw
comme le catap'asme d'antaa,
Veetts
VAPORUS
atdela Jusl , r laqu lie 1 gt tons nos compliments am
Union Patriotique proteste! or sa nisatenrs.
|ue proteste]
Ire Ici de'
oAM�E-J�UMES3R
Les travaux de nombreux m�decins
fran�ais et �trangen �ntreprU depuis m
communication m�morable de BROWK-
SEQU \lvll sur II possibilit� de rnjeunlr
l'�lre humain par rabsorplion de glande*
fralchua d'anlmanx, onl conduit � celte
conclusion maintesfoii r�rMI�a, an'ilest
maintenant possible, sans avoir recoure
aux proc�d�s op�ratoires ( Steinach,
Voronoff), de restituer � l'organisme,
ebax l'homme comme cher la femme,
�on �nergie et su vigueur [-erdues a la
suite de maladies, de fatigua physique ou
c�r�brare, de vieillesse pr�matur�e, d'ef-
facer les Stigmate* de d�ch�ance pr�coce
et traiter l'Impiilstanca sexuelle.
p.S�JOURN� - \V. iir(.!l,/'or/-aii-/>ri;ife
et dans TOUTES les bonnes pharmacies.
LE "GLANDOPHILE"
S�u/c ditrlbvlmtr* � A. THOMAS 4 O�
. , Rue Martel. PARIS
n n
T
i Ji � et me m- pr ni|r
' rrl. J Li yllr
I �
NAISSANCE )
i mille Verly Lea Cayaa, 28 Novembre 103
amis que! Monsieur Cl�meiv M"tfoir.%
i lente ci~r?�^�'
igrat
gar�on
: d.
Port-au-Prince.
Mon cher Directeur,
C\ il avec un r�el plaisir que je
viens vous annoncer le renou-.
vellemenl do mon abonnement
� vol re Q lolidien.
U nie semble que celui qui
a co nmenc'
vec infini i ne pPU! p
' mort sur I abonnement partira du Ur D�-
de la m�re j cemb <.
vou� su
De
ces
Londres, 24 novembre �L'a-
vion tfeant sera enti�rement
construit en m�tal et r�ali.��
par la linne Yiktei ; il est com-
mand� par le minist�re de l'air.
Cet avion est la repense da l'ap-
pareil de construction alleman-
de le � D. O X.� sur lequel
nottj avons d�j� donn� d'am-
ples renseignements.
Cet avion g�ant est �quip�
avec six moteurs Rolls Royce
de (J0(J C.V. chacun; il peut at-
teindre une vittssede 146 milles
(232 kilom�tres) � l'heure, tan-
dis que celle du � D. O. X. �
n'atteint que 134 milles. Sa
charge en vol est sup�rieure �
sept tonnes et est calcul�e pour
une dur�e de six heures, c'est-
�-dire presque deux fois celle de
l'avion allemand. L'appareil an-
glais poss�de quaran'e cabines
servant pendant le jour et vingt
autres destin�es aux passagers.
J'accuse...
emble que celui qai r%lml i7nPf>i1C�
�� � lin- LK MATIN OUI clLCUSe.
lus s'en passer; mon '
b P�n � du Petit/ '
svez, mon cher Directeur,
. salutations d'un de
La Maison
Paul E.
Auxlla
i St Martial.. T0S P1�8, ��ciens leclesijr�.
|fi denU| V-VKtor lHKMISTOCLE
' ' Il s lie ______
lo iloureuse
. � Ile assu
Qectueuse
L G. Tin EXHALER 'syn |
i�m ???
de vendre � meilleur march�
que partout les plus jolis SOU-
LIERS pour femmes et entauts;
toutes modes� toutes peausse-
ries � tous talon* � toutes
couleurs�ses Salins et lam�s
avec et sans boucles sont des
amours pour les pieds.
EL
RABAIS 50 0/0
000 paircs.de souliers �tran-
gers pour dames
Ancien prix Or 6.-
\Frix actuel � 3.-
300 Paires de chaussures
�trang�res pour hommes
Ancien prix Or 8.-
Prix actuel * 4-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Or 3.-
Prix actuel � 1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et D�cembre.
Lykes Brothers SS Co Inc.
) Taxas - Haitl � Santo uorulngo- Rico Perte
Le seul serviee hebdomadaire et r�gulier � passagers ci
k�i entre les ports dn Golte du Texas directement arec
Pnrt-en-Prince, Haiti. �
� |P#nr la r�ception rapide et le maniement habile d� JJ
importations, serves vous toujours des'navires de 'e LYKfc
L1NE.:
Les prochaines arriv�es a Port-au-Prince sort �
Steamer �Tillie Lykes� A d�cembre 1^11
S/S cMatgaret Lykes� 11 d�cembre 1931
Meainer sRotb Lykesi lt d�cembre 19S1
Steamer * Genevi�ve Lykes� 25 d�cembre 1932
Steamer iAlmeria Lykes� 1er janvier 1992
Bureau : Rue du Magasin del'gtai. Boite Postale B
s-sc�
Ln maison VINCENT GAU
DINAU avise le public et le
commerce qu'� partir du 1er
d�cembre 1931, sa maison de
commerce sera traust�r�e
daus la halle anciennement
occup�e par la Soci�t� d'Im-
portation G�n�rale,rue Bonne
Foi.
Port-au Prince.le 30 novem
h e 1931.
Le steamer � Baracoa� parti
da New-York le �)6 novemare
crt directement pour Port-au
Priuce est attendu le 2 d�-
cembre. Il repartira le m�me
jour pour Petit-Go�ve, Cayes
etJacmel, les ports,de la � u-
lombie et iristobal. Canal /�-
ne, prenant tr�t et passagrrs-
Port-au-Princede 30 novem-
bre 1931.
C�l�mbian Steamship C� \�c�
Wm E. BL�0,�f�t.
W.nt la renomm�* eat.nnivarsalle a gard� sa prtnei�r� plaee
Demandes partout :
UN BARBANCOURT
D�p�t :Rue des C�san
4 i


1 i. ):.. It


b*u ..-�<* ��-t.iMidS�.
� i � s �
� J t.J >*
�-


v3 *


en ferblanc de 100/1 oints, qurats50/l ,
20-3 1/2 lbs., 10/1 gallon & 5 gallons, est
la meilleure huile pour la cuisine et la
table.
"TT~""^ �
est l'aliment pr�f�r� des enfants.
En vente dans toules les bonnes �pice-i
ries de la R�publique.
Pour commande s'adresser �
�
Madame Neuve Henry Mi-
i liaud, Mr. le Qol tii e i obis !
Au� ijaud, Mr el Mme VVesnei j
Camcau, Mr Jose| h Mictiaud, j
' Melle Pttilom�nc ilichotxl, M ;
Paul Michutid, Melle� Mme '
et Fuy�nic Midi.im.I,Monsieur
kdrnond Michaud letren ient
bieu sinc�rement le R�v�rend
Peie U^lUuwetktdu Sun maire
Collage Si MariiiiUe cur�da
Sie Aune,la Maison L. PrtelZ-
ii� �!)� Aggerholoi & Jo., les
noi.iKs II. Pasquicr, lui. K�-
Dol,L.Viln.tuuv, Mr Damassa
Pierre Louis. Directeur du
journal ul'upimon �, le juge
| L�on La heu a ei tous les su*
treaSmis de ia Capitale et dt la
l'iuvince qui leur oui donne
les preuves de sympathies �
: I <;� cas on de lt mort de leu
li�s recette :
Ieno�t Hemo MICHAUD,
�
leur �poux, p�re beau-p�re
e' fr�re, d�c�d� le 20 novi-m.
I>re courant et les prient de
croire � leur vi\e gratitude'
l'or -an-Prince, le 30 uov-
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & C�.
Aqents de CORN PRODUTS
REFINING C\, New-York.
Mme Walter Scott.el Mme
Vve Adrien W. Scott et leurs
enlntots et tous les autres pa-
i lenls et alli�s remercient bleu
sinc�rement Son Excellence
le l'r�siieui de la R�pnbli-
que, Sou Ex. Monseigneur
Legouaze, ia Presse et tous
les amis qui leur ont t�moi-
gn� leur sympathie S l'occasion
de la mort de leur regrett� :
A drien \\. Scult
Fort au-rYince,25 nov. 1031
m\ ASTHME MARIAGE
^S*2�V OnniiliH. Caticrhi, _____
\*^�W SufTocitiom,
^�a*^ liamtrtinti.
�a*rlia>a ��TMlm* � M-1*� En l'�glise S�e Anne sera ce-
CIGARETTEl CL�RY leSr�. demain a 5 heures 1/2 du soir, le mariage de Melle
�� POUDRE CLERT Aquilia Gaspard avec Mr Pierre Narcisse.
O' OLɻY, II, �m f ������!. f �.'� S.* Nos nuilkurs v�ux aux tu-
�jl �* �>�'�� riiarauMMK | Qfl 1 l! I s < | ( t ,t.
Marcelii
i
E OE CH�P
Martine
t
et Co
AVJS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Steamsbip Line a l'avantage d'an -
iioncer les d�parts suivants de New York pour port-au-prince
Haiti, directement, durant le mois de D�cembre 1931 :
I �parts iehew \wk. Arrivages � Port-au-Frince.
Meamer i Guayaquil� le 1er d�cembre 1951 le 7 d�c.1931.
8lS � Cristobal � le t d�cembre � le 18 d�cembre 1911
�./S �Buenaventura� l� d�c. 1931 le 21 d�cembre �
? eamer a Ancen� le 22 d�cembre le 27 d�cembre 1931.
Fanama Hailroad Stearapship Line
Jas H- C. VAN REED
Agent G�n�ral
� L'INDIG�NE�.
Grand'RueNo210 4
-JP
�
m:
- .. r -,

...^J,'.'J,V..
L'ORGANISME est REMIS d'APLOMB
� PAU Lt a
1
LACTOMORRHUOL
DELPECH
POUDRE da FOIE da MORUE SANS GOUT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, AN�MIE, LYMPHATISME, SU/MENAGE
* laboratoire DELPECH. 5. Rue Dtnron. PARIS
A 9mmU*m : �V BVta * CARTAVE �< ��*� bw PWaadn
�:
�*�.*.�...- ��*�* "*-�-� �"
.?.--�- ���

Tftch

!s ia

'/vv
f
� '
Des 11 �lai :
IL ;-"Y - A'f

*��
&
Lui
Baaai
de 3 NUAJMCES
en 3 JOURS
�
i!.- i. ,
�
qui v.
Ko! y
un c<
; sa�di
V ...
'�'
| l>!aniho
..
! '-. D�t qu'elle
hc, elle �e tram-
.:� tl optique et
e i .":r.it:r d�n�
. pr tVntn.
- i.,usiblca de la
190 millions en
� -.:�:, imhe.i jaun�tre� et
lenn ce nourriture en
i , .�;Mcxntnt �llni-
. i HUMOC liai beaut�
t.
LACREMI DKNTIFWCt
Aniistptl � '-V:N
�Hu�.\l!
, n
*aiib
gmm
� 4 �J
/'�
V/
'.�:�

\

H
V3N TONIQUE.
T APftRITIP
mm

I .;,. ,
. V-''-;

vm-y-rxmuitvtnssfn mmmmmmmm��Km�a�mi��tmmi�mm
',''�'�>�--�'-';--
r$i

'.A�

�m
$m
:
W
� �

f<�"."
Chapeaux vari�s pour bommesiemmts et enfants fabr-
qu�s par des mains ha�liennes et avec, de la| paille du
pays.
Faites une visite� iL'Indi^�ue�.
GuJf Pacific Mail Line Ltd
San Francisco, U S.A.
Le steamer .Poinl IVrmin� ;iyart laiss� PurtlandcFforidas
le 17 du courant est allendn � Port au Prince le 23 d�cembie
via V\iii, >i. >i i,So\Hlc, l),kland A'amcda.Los Angeles.'Puerlo
Columbia, Kingston et continuera le m�me jour pour Tam
piCQi l'Ioiid.i, prenant (r�t'-1 passagers.
Ls steamer * Poinl Sur� dovsnt laisser Portlan 1 le i*
d�cembre 1931, est attendo � Pori sa Prince le 2R janvier
1932, via Vanconver.Sealtl*.1 ^�kland Mameda.Ssa Francisco,
Los Angeles, Puerto Columbin, Ci o �s ton et repartira la
m�me j >ur pour Tampico,Fiorida. prenant Ir�t et passagers.
Poi i au Prince, le 27 novembre 1931,
A. de MATTEIS k Co.
Agents G�n�raux pour Ha�ti.
V �M�^-
*, fx�&iii�mim�'"a**^w*!* <*�
ht

I
Une des plus forteifCOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
mmmmmmmmf�M
Toutes les Polices
OE LA
alfl�fl si a
^comprennent la ProteclioB coiitre 1*
Foudre sans auqm iitation de ta�T|
-^ m*
��sCo
S Aqents G�n�raux


*r �**-?s
Merci cdi
2 D�cembre 1931
Panama Railroad SteamshiD Une
Service ae fr�l cl de passagers enlie
Le il
Angleterre
Mrs. G. W. SliPDON & C"
ItOSHO
Fi ance
17, .James Street, Liviinpoor., Kngi.a? �
THE POLLOWING ARE OUR AGENTS Al PRINCIF�L PORTS IN Et ROPE
BNGUND, SCOTLAND, FRANCE.
I : ,. r v^ �[..)) I (.
17, James Street, Ltverpool, Englaod
La France, Messrs '1. W l I m &Co, are repr�sent�e! by the lollowio-
et
Plus rapide et plus iirecl service de transport de passaflers et du fret entre Haiti
les ports Europeens,vl� New Y >'k,el Crlslobal, Canal Zone, Isthme de Panama.
Voici la listejic aoa igtoU pour les priucipeaux port de l'Europe :
Glblatly HENKE\ al.
21 Bue de la ' �publique
Marseile.
Hemu P�rou & Co, L'd.
5JQnai ( rg< b \.
Havrr.
Hernu P�rou A Co, I. d
Hue du Moulin � Vapc� r.
li:.i .. I Ul MCI
Mcsi'is A. Bl .'ix * ;
21, Illengade, Co ei 1: gue.
Oslo No .way.
International
S >p4IUob ell p () :'>.
MM. Atlantic I eight C �r n
Dallinhaus, liainburtf I.
Gei ma u y i
Messrs Atlunl Freigli
Corpor ion
'Germa y
Mesbis Atlaulij Freij '
Cor; .,
21 (Mai ..i i aens,
Antwerps,Bc!eium
!
I
!
AU'MINUM LINi
!ii i;\i! PeAO.N & Cie Ltd
9."> Mue- des M�ris,
paris
IIi.hm P�rou & ( o Ltd.
Rae de Tranquillit�.
Duokeique.
Hernu P�rou & < o Ltd.,
9 Rat Roy,
Hordcaux,
Genoe, Italy.
Messrs Uiisr.v ( or: & Clkhih-
PlAZZA S- M.utfo.N- l�P.ener
i >)TTENBORG, SWfiDEM*
Nordiste Express.
Cothcnburg.
M- ssrs Ati.ai.tic Fhkight
Cori* n.
Kon Kmmaplein
Rotterdam ilollaude
Messrs Sii�kmann & Co
4
^
D^nartsde KtwOrl�ms et M >bile pour Port an Prince
d pansue w ^^ Domingo et Macaubo.
Ports D�parts D�cembre Di|.arts Janvier
New Orl�ans, b 't r d�c. 2J d�cembre 2o ,.nvie,
Mobile, Aie 3 de embre 31 d�cembre
Port au Prince (arriv�) 10 d�c. . janvier
�etU Go�ve ( arriv� ) 12 d�c. U janvier
ru"cayes(\rriv�) I'! d�c. ; janvier
jacmel' (arriv� ) Il d�c. 11 janvier
San oDgo City 1 ��� :� janvier
San Pedro de' M. 17 d�. p
W,c8raibo Yen. 20 dec. ) janvier
2$ janvier
4 l�vrier
(i l�vrier
<; l�vrier
jg f�vrier
10 f�vrier
11 f�vrier
14 l�vrier
Poits Sud Ha�tiens
D�parts F�vrier
23 l�vrier 1932
315 f�vrier 1932
;i mars 1932
f, .nais 1932
5 mais 1932
7 mars 4932
g nribra 1932
10 mars 1932
13 mars 1932
D�parts de New tr �iU et M >bil� pour Port au Prince- Ports du Nord H*�U*DI
uep San > Domingo et Mccaraibo.
Ports D�ports D�cen bre
New Orl�ans. La. d�pa I 15 d�c ub e 1931
Mobile AU, La d�pan 17
Port au Prince, ( arriv�e )2\ d�c� m
Cap Ha�tien t arriv�e � 26 d�.
Puerto Piala (arriv� l
San Pedro de Maeor.s
SanfeO Domingo R. �.
Macaralbo, Y*tn�
D�parts Janvier
12 i invier
11 j mvier
21 janvier
23 |anvier
24 i ravie*
26 |anvier
27 janvier
30 janvier
D parts F
9 l�vrier
11 l�vrier
18 l�vrier
20 l�vrier
21 l�vrier
^3 l�vrier
24 f�vrier
27 l�vrier
�vner
1932
1932
1932
1932
1932
1991
1932
1932

4 �A '��JIU'J �___1__-Ul
25mtm? ANNEE N" T.Ab
K
Port au-Prince*
T�l�pb^nr � 2242
I
29 d- embre
30 d� mbre
2 j �''' �o-1'
port-m Prince, le 27 novembre 1931
Pour tous les autres re ements a Iresser � Messieurs
iouI ., De MaTTF.IS & Co, Agents Otn runx.
/ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & LiL
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrtli ( Scotland i
. .r-PNFPAl r est i ! in plu* polMinletet des plus visfe� fe �^l'u soleil � ' � ' ' �P dWU�n ""' C"""JWe '"
sttonde ..... � � � 11, d�tf�ts o^casioi n�s par la tondre
�g�*���Sl: TX U*S*. �.1�UU.��. dom.�,.
-"�.s � a'utrui d ! ^'"seV�.r, ,'Enrope .0�. P I i � en Hail :
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxGayes
*OUS. G NVS
t G en
Isii�OX de D��WT�
fSanotio Dents rv;�Voi3spi�hm< �� -n-�mimT���ey"��gp-
, ,.,,,. m.ti.Ml�nf i.ifnt I" dot.lr.ir.. ,r.vo lu Wf^.��...rr I� �..� � � .lion *� d�l^
IT�eT fculf�* *^� T..i\� r W- �- -- I- n,rf totttal'�^.Jj|.t.-UJll ��
BAUME TUE-WE��F SV!SRiGA
Assur./.-vous runUc H'.-- ,,1. ,,,
* la � ;��Mifi,�i Acvidfrtl lu, ,j
Lde A-usra"iit Coi|ofiiiiur, |.|.
Il� ed �.� Vve F. Hrramiuh:, 4
A|C>nl 't*o*r�l tMtnr Htili,
��-���

PR�SENTE
((
))
A 5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
AMPLIFICAIIOIS PEMODE
Nouvelles Lampes�Nouvelle conceplion
Meilleure R�cepti�n�Meilleur March�,
LA COMPAGNIE
OFFRE AV PLBL�C
Un Radio � la port�e de toutes les bour-
ses, et pr�sentant toutes les qualit�s d'une
Grande Machine.
Nous invitons le public � venir voir les
diif�renls mod�les expos�s en nos ma-
(tasins.
Kneers COLUMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE

LE FAIT EST INCONTESTABLE
il il n m Sari lie
i
i
1 C'est la quintessence des meilleures
vari�t�s de cannes d'un vaste territoire
r�unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son ar�me.
GOUTEZ ET COMPARlZ!