Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
l�ment Magloire
DIRECTEUR
vr�* hUE AMERICAINE 13*8
1 IELLPriONE.N�2242
Il \ a ur. <:r�B �lei|f � Iiireat
�M oui, C'e�l, qu'il lipiMH" lou;
j�lMfl ||| esl i antre la raihoa.
i moir�e ds MENUS
2i,�mc ANNEE M� 7130
P01VT-ALl�UINCE(HAlll)
LUNDI 16 NOVEMBRE H
(1
Mesures de Conscience...
--------0 �
Depuis quelque temps nous
�oni'lans une atmosph�re
Vmoins-values et de d�ficit.
#s�q�ilibre a g�gn� les
|5rie� et toutes Tes krt�i-
de notre activit� com-
pile. Ce qui porte les uns
JJvre au comble-goutte et
lutresdansta plus grande
�mis�res. Et celte situation
unacque de causer de l'aa-
Ldaus toutes les laniilbs.
bos-uous notre pain quo-
Atlacli� BU Con-
tr�le
Employ�juu paye-
ment
'Un expert-comp-
table coutiibu*
lions
jj Capitaine du Port
Inspecteur Alcool
et Tabac
Aide chel rcnlr�l ;
Douane
Employ� Domaine
Hou�
le Pays en ce nao
Z- choje bien triste a
i�ne vit que sur les
ibililes du ch�que � M.*-
|�si, nous avons applaud
piloris du Gouvernement
Ij�Mr de la Hue qui iOul
arrives a boucler nom
�et a torce de comprea-
i. Cela permettra � bien
jm'illes de ne pas tuourw
, taitu. Ces compression�
trgiquLSSir l'ensemble de�
Jteraents bduens aideron
iliriver, sausse jouter lans
Complications matlieiua-
fue!>, a un �quilibre e >mp-
ible du i budget uui va cu-
are subir- daus lecliapitn
les appointements � une le-
luciiou de io/o. bi le Goi-
eraement a �t� force d'arn-
|er a celle mesure p�nibb
our lui � de ne pas pouvoi
�lier aux contribuables i>
ilicc de cette douloureuse -
| uut croire ^tellement qu'il
papas pu laire autrement....
Cependant nous ti >um cou�
�le avec uue certaine amui -
(ILme qu'il existe encore de
ipoiuteaicuts un peu tro,
lodaleux. Ces appoint�.
:uts l'affichent daus� te m
it�re massit, comme in
jDt la mis�re publique,
ion tableau que jedouue
kg commentaire appro-
|j pour la .keule ville dt
Vu-Prince et dont les
tes �loquent! parlerai
l&eiils � la couscieuce u�.
;lu qui en ont.
RppOINTI.Ml.NTS PAR MOIS
bise il 1er Financier-He-
> ^H evsut -G�n�ral Iteveur-G�n�ral Doll. 12 �U
adjoint I oak
(recteur G�n�ral
^B des Contributions *r fJ26
tonlr�leur des
1 1 i I comptes � AU
J 1 fficier payeur autant chef Con- � 360
tributions lecteur Douane f yjo
totCustorusCou-
1 tr�l '.� :i35
il MeConseillerFi- �
J il �oncier c 333
����- ��.- -,~-w
'A u ~~._ .....
� .
*
300
3t�
2U0
250
250
250
9 '
aux rtov
Nosministrts.de qui rel�- 1
vent le Conseiller-Financier,
le Receveur G�n�ral adjoint
et le Directeur G�n�ral des
Contributions, Kne sont bud�
^clairement pay�s que de
�00 dollars par mois. Et les
appointent nts <)� dos chels
�e Division minist�riels qui
lirigcut des services autre-
ment importants que celui de
'attache au contr�le, par
-xeraple, ne touchent que
l�u dollars par mois. Juste la
noitic des appointements de
oet attach�. Les temps sout
>rop durs, avouons-le Iian-
b meut, pour conserver de
eis appointements.;
Je crois pour ma part que
c'est le moment pour les
.tais Uuis de prouver sa
uuissance protectrice qui n'a
;is l'air de |ouer. dans notre
malheureux Pays, le r�le
m'ils se sont assidues dans le
nouveau continent. La per-
onnt� ara ricaiu est trop
.. ->si ment pay� pour les
eraps actuels. Un devoir de
�ouscieuce doit rappeler ces
messieurs i la pudeur. Un i
�.maniement de leurs ap- \
loiulements s'impose devant
i d�tresse de taut de lamilles
qui soutirent.
Nous ne pouvons pas, d'au*
ne pari, demander au Gou-
vernement de ramentr les
appointements du Personnel
.luilieu u uu.taux coulorine a
ta mis�re aciuelle. Car ces
appoiutements ont toujours
cte et sont encore aujourd hui
au-dessous de leur standard
de vie.
Et si nous donnions k� le
budget, par exemple, du ser-
vice national de I Enseigne -
ment prolessiounel � service
Iralchemeut �tabli ou serait
�tonne de la pauvret� des
'appointements de ce budget.
Je veux m�me croira que les
allocations de ce service d�j�
comprim�es et surcowpri-
mecs, ne subiront pas la r�-
duction de o o/o qne vient de
voler le Conseil des Secr�tai-
res d'Etat.
l/l I�V\fK M LA Rll.
�o �
e
&an
s rire... Pour rire...
A la n�nioire du Dr Rosalvo ItOHO
'lais parti, un soir, pour
1 P'ys de r�ve et d'incon- ;
�J", ula m'arrive, h�las ! |
K|ue,ois*vous ,e savez !
I cela, meaocoup disent
Ie ne suis bon � rien et
Ve.� voyage dans la lune !
J�LJ bien leur lasse ! Et je
1 fetouruai. comme cela
"^e souvent a un Mas de
� qui partent avec fusil,,
T'e. gtetres et |ambieies
. "arms de tous les temps,
2?>�Hle I [{,eu. La non
d �tre ce deuil. Pas
|J� '*' Pas un diamant
e la Lune avait r�se�
j, j� balaucoire � d'autres !
1 d^rbe o� accrocher ma
toque et mes chansons! Ma
Mie qui. comme les autres
est la plus fid�le des infid�-
les, avait pris la clef des
champs.en oubliant ses pan-
toufles. Et voil� que, tout �
coup, pensant aux fid�lit�s
et aux infid�lit�s, d'Elles et
de la Vie, je le rfvlf, Lui qui
tut comme unj l'eve vivao� !
E j � ri> ! �Croyez-von^ ?
L'on a dit quelque part: tuile, c'esi la victoire! a^tC'eM
bon pr�texte pour ics pol-
ror.s, it les fuyardst Moi,
quand il m'arrive de croire
jue je puis avoir peur.je ris!
Le rire, c'est la victoire !
C'est alers que, devant moi,
je le vis debout, la t�te haute,
� e reg�ird dr )il et lointain,
fix� sur l'ave!;.r. L'ue lueur
ecl.iiuute et si douce tombant
de ses prunellesqoe ma cliam
breet la nuii toute ent �r sein
blaie.jt ei � r^ baigu�is ! S. s
mains, de gris perle gant�ami
Semblaient vouloir^en passanti
retenir quelque revenu quel-
que �pec ! ltiute sa persooue
robuste e! H�re et si laute l �tait la 1 Lt scmbbiii
vibrer eu la nuit noiic et ii
yonner ! Lt bOU gian i gi:sit
large, moins enioie que soi.
c�ur balayait ma tristesse el
mes rancuaurs, revenues de-
puis ijue la plus tid�le ne m'.i
laisse que ses pautoulles!
Et Lui, l'�tait l'espiit ; c'�-
tait le c�ur ; c �tait l'art et la
beaut� ! La merveilleuse s'.i-
tue d'abn�gation et de mora-
lit� et de patate! Citait Celui
dont la religion, r�ellemein,
s'appelait sacrilice. Ap�re !
U lut un autre Christ! Prmce!
Combien n'ont pas de lui le
(,-u l'a'.i u eue ave.: un sourire
et uue poign�e de mains !
Chel ! Par la plume, pui la
science, par �e c�ur par i�-
p�e ! Oui, l.hel ! qui oserait
eu douter �bi qui,f>aus d.jair,
e�tch nge la lace du monde..
ou, tout au moins, de notie
petit monde ! Comme le nez
de tleop�tre, suivant Pasca-1
Il savait ce qu'il voulait tt,
pour les avoir beaucoup cou
nus, m�decin de corps et co-
rcurdAmes, et obiei v�s, il
CoUU noilliiKS, si jamais il eo loi.
de ce petit pays . pour r�pt*
ter un mot cher au non mt)i us
cnerHuaiouuici uei hhii �
th ! oui ; INjur cela, uei s
notie pays ou trop de g- n
comprennent sans cOmpreii
die, liseul saus lire,se Cioieti
tout sans cire nen, l'on cro-
yait pouvoir se moquei u*
Lui. el de ses gants, et de fc
cravache proie � relever Ions
nsdelis, a cinitter toui Ita
visages ! Mais Lui. ii �tait
giai.d, il �tait noble i! �la i
pur! Il levait, �et, a ses heu-
rts, il �tait po�te aussi, (peu i
�re est-ce pour cela que l'un
dii qu'il elail Ion J�A une
llil'i meilleure, plus b. u
i> us b'O^p�ie, plus gfamn !
Et si jamais vous awaenUn-
wii cette VOl* cbaude.auleii't ;
ce timbre clair comme di
cristal ; ce langigc si po ;
cette ionne Impeccable] et ce
verbe I Si vous avez connu
cette simplicit� dans l'ac-
cueil ; celte �l�gance natu-
relle des mani�res : ce sou-
nre.crbi! de ses grandi yens
surtout ombiog�s de long�
cils, toujours, m�me aux ad-
versaires qu'il n'a jamais
voulu, aux pires minutes,
consid�rer comme des enne-
mis, bienveillant et largejcea
mains toujours tendue�
loyales et insouill�es 1 Vous
n'enssiez oubli� ce grand
m�connu ! Lt vous, comme
moi. cesoir,,dans la nuit noi-
re, o� la d�sesp�rance cleud
sur les c�urs son manton
ellroyable et glac�, oi lcsie>
ves arefotu m, � � fane, jui
,oo.ii.ut i indigner,irJssoi
\ oms IV ussitt en * nd . 1
telle h-me, repe'e- .eux uns
H BU1 buIh s. > es pa'ole q
demeureut :
o Ce qu'il nous la Ut ce n'est
pas un gouvernement iramu-
quin qu'aucun gouverneiu
da monde aura labrique el
p..
ropos
humides
On pouTa��lira a�ti* Infarmalion
� U ebrouiquf luondaina d'un
i..jiut journal |.-hi�icii: � l.� maha-
'. <\e Kapurilialj ^ Joiuui, I �
�ii sa r�sideoca flu boii �1? Boulo-
gne,ui d�jeunai pour quelquei inti-
mas, v Le iiiab:u-niali 4a tMipurtbaia
. m ncbla4iina.il le dUpala A r.�>-
� lii'iier lui-tnlma. �'aat aaaaa dii �
l.j aaula dili�uupa vutre eux. c'a*i
que 1* ui.iii luiaii a�i d^ raca ladiaa-
ae, laiuli� que le roi un blanc .landanl n. 1 al qu'il ap�
parliaa au |>ay* wee, �� plut aaa au
u nide. Le maharaja* ail kiuiaide;
.. faLapurtbala comnaa � Paii�. Ain ai
que le pi'uuta ta d�uarcat au�'- .
11 |o'urnal an quaslton pear taire a-
�ou'or'� I information, qu'a son ii�
leniier pour intiiaas, il avait offert,
Svaul aiapr�a, du UHU.M SARTIlt
CAdilLT d'oii qui u'eit jameiaab
lent da ta tabla.
'M
LA
OU UOCYEUR BilTEttl
(�' malin, en passant dam la
ru? Dante* Dcstoucbes, une en
de a attire no!r^
al'e ton : celle del� Ni rmacie
qu- f.enl douvrir noue tliur-
m ml ami le Dr iiuteail.
Cette pli rr�acie,quotqae nou-
velle, est richeiu' ni approvi*
sionu�e el pourvue d'nrj s,m vif��
qui, d�j�, louas lou r garantie
aux nombreux elienh q r :
aura bien'�t.
Toutes nos f�licitations au Dr
IJuteau (| 'i se coesa ; a ai ,vi i
u.ie toute iea..iiv il |u m b e
u >�� lo^ de plu � �<) i � > i (i'�-
ttitialive, ei aps m�*il ei ia taux
poui ia piospi i u� dr la m ison
�l �' i ai d�j� une maison d�
co iflan
HA�TI ET L'EXPOSITION
Un Air�t-' en dat� du 12
membre, publi� dans LE V<'
s'ITBUR da II, a ouvert ut
r�d ! extraordinaire de S,60O
^ourles "devant servira l'a�*
qaitt.mrr.l das derni�res d�-
f isr�- occasionn�es \> ir lu p n -
Icpatton d'tlaiti l'Lxno� i o
Coloniale Intern lionale de Pa-
ris."
d jnl il se fera le aras ma ope i
vr ml el tut�laire: un 70a-
vernemenl l bn iman ! tic n-
Pr�sentant* libres, ring libre-
ment par lt peuple ha�tien
libre. Et, cet homme, noir,
marron ou jaune, rejeton du
Septentrion, du Midi on de
I 0< cident.qu'ilsoit le bienve-
nu de tous et se mette a lu
t�<'lie ! Qu'il s'i/ inclhf (ivce
modestie, et calme, et s essaie
ati.r //'//.r de lotis � un peu
p'abn�gation. Que son pro
gramine.en m�me lemps qu'�
une moyenne de progr�s r�
�ilisables,vise d'aboiil,t-nsuile
il lou jours, � ectie chose
essentielle et urgente : a
tatafaction inleet u aie du l a*
ple\... 9
Fou! S�ut}doute, pour avoir
pu penser el �crire 11 i
Mais, moi�fou aoasi po
�ieurs.je mi d� "ime,... et
WIN . m. �
.ni revient, i la n cherche de
pantoufle .... vyu
t "* , n t.nient cora
me : A la <� ri \
Comme daus la �
L. H. 0.
I
21) ann�es de succ�s. i
POUR LES
L'inauguration tour l'instruction d niwiera
[j|c . jendi den
an lo "ti da '-�� �'� '' ''
Cens ignemenl 1 >an�
milles
Dori'i, initi itenr d ovre
de Si Ii lai �' bi reo
uua ocanl.l
CoaiKe <>"v �r, S 1 a tten� l.- -
1 : onrs, S. (.. Mgr La Gi se,
\i. !�. w h , nnniatri di Ki i
y. \. ,!(. j i barge' d Aflai-
resd'l Pierre de I i
que ille, -' cr�taire de 11 1
(ion de l-V n e, M l'um sr. d
rec sur du a.N.l*. \-. M. �'
1 oi, luge neur en > l> '� ilf* la
D. Q. T. ;'�� MM J� " '"'". �
Vieui, i'. Bloti !>i Uoraaiuvil,
lli-n� Isidore.
M, Dont, 1 n un b<
roi r , es bal <�
ligue, puis u passa la pr�siu
de la r�union .' M. J�r�aaie.
On ; dopta les stato 1
suit* > - 1 on suiva �le a
tt� \ol e a ,1'unanimil .
BESO riON
Coinaid�ranl que l'< '.'! (i'.:i
phab�tiame de ouvriei > b
. |l mu- di s C lUSI B � I
prol iss� pour II 1 Irai sas
nui la 1 ii',. � au
Conaideraal �| a e ci ; eudi ni
I o .vi ira* h uii" n est aussi bien
dou� que c< lai da n'importe quil
paya avanc�, n sis que la d�teut
d'insti ucuon le rend in pie i
donner le plein d�veloppement
de ses lai util 1� et q ' u tel �tat
de choses i.e saurait se pioluu-
f r davantage. ;
1 onaidi 1 uni qu'il impoi le q
l�uie dirigeantea'impose la de-
voit bo 111 0 :i ii 1 Q difluaer la
lumi�re da s la c asse des ham-
, �. qu.- la pins etetn
^juoii patriotique camman"
de � r aux movona de iBira
en soi te qiu: tous les ouvri�re
h uien ilnu.a incteuu ni s cheni,
pour i� moins lira el �crire, al
le plus loi possible, selon
m thoda r>" i.ia.i" la mi illeui 1.
lea soussi^o� s, en v
m imm�diat s l'eu '-
Vi c de .'i 1 .1 vi lei ^
unvi nu de (ondei
une association,ayant pour but
de Cr�er des tuai.s du soir .1
i'i.il au i rince et s.ur loua lea
autres points du p ijr� et o� loua
lea ouvri ni ad-
mis gralunema t pourvu quis
h pi 1 -.ri,,, 1 daus une lei
eal �. Lea couia sa feron
trou lo a p n s .-m uns 11 an
quarante le�ons
roui- aidai 1 in :at emenl .1 la
r�ebsaliou > Progiamuia,
u Ligui 1 onstitne sous 1 �
d�nomiu lion du : liyur pour
t instru* iion des ouvriers illet-
tr�s,
Ltle durera jusqu'� c
.�un but sait ait 1 : aies
p 11 un I omiM �. iill.il u'i .
l'eus, elle lait appel au pi Ii
usine m .. � na el aux
seniiuieuts 0 tiumanit� d 1 �
(rangera r�sidant en Ha�ti,
I.ui u roit-au-Finxce, ce 12
Novembre l'J31.
�C
s
Samedi apr�t-tridi onl eu
lieu en l'Lglisa proleitan e
rpiscopale, i�s obs�ques de
lunnj Ckvetand rioilu,
ancien inspecteur g�n�ral des
�coles industrielles, den �le a
l'�ge de L'� ans.
Noua adreseons nos vives
condol�ancea I la famille
iloliy el particuli�remtn'.a M.
Robert Uolly. p�re du |< m
et regrett� d�lunf.
Z�MA
i liMAKIUltMa. OIMIAIII l'.UftSi
� �* * � Marnai* UflMMM uBmi
POMMADB
FLORENT
ilutb, Taut ooaiTATaaai
Il 'II. I� c.'M *�l* dttirlf fi ii^tU'imi 0tr Sk�lt�rt 1
S. lien, H^JXejanajBj Dan, toMM
laLi. *����- lia U BBB| m* punnaetta
UMS d ' monda.
J 41 > W
... v il que le menu du l'.rand
[lutel >le Franco est chaque joui
sllkb�, bien en vue, � la porte
i conduit � l'escalier du rea>
1 urant, � l'�loge. N'y jetez pas
s stiix, .'i vous avtr. promis a
Madame de manger en lumille
ou si voua n'avex pas les mo-
yi us de d�jeuner en ville.Non,
u'j jetei p.'s les veux, l'euu vous
eu viendrait a la bouche.
�
... ;.i vu tout d�contenan�a.
� Ii suite d'un oubli paternel.
raedi l'tnteur de ����
joui-, lui remet un dollar�.cW
pour le cin�ma du dimanche.
!. limonade da retoar, les . �
naielles... prohib�es� cela va
< t d'autres petites s 1-
lislactioi s sur lesquelles il e,t
bon qu i- papa A'uu ieuoa
homme d� ISanalermeieajeai*
s'il ire an titre de ., �u�l
. Or,samedi dernii r,i� dei�
a 11 suite d'un impardouoa-
blc oubli, ne lui lut paa tendu*
I! | bien � r�clainer
1 |g l�midi'a le retint �-t l'ou-
bli lut sur le point d'�tre conta*
cr�. Comme tu es cong�s� ienn�l
1 remarqu� atee ansit e le pa-
pa, liier,qu'est-ceqei ne va pas?
� Je n'ai paa touch� encoNti"
voua-t-il en rougissaot, mon
dollar du samtd .
o 1 le lui tendit en r'unt sou*
tape et Noiiu CE 1. aiuus�, le
vu a'�chpaai presto, jubilant de
tout le plaisii en perspective
. �
... vuii � la rue Lvestonchee,
un �lablisaem�nl i l'enseigna
du Black-Cat fr�qurij� par lea
clients qui semblent avoir au-
bli� qne le dieii de l'un s'arr�-
te eu commence celni du pro-
chain. Les g�na du omartier
sont scandalis�s et des propos
extravagants dont cet int�res-
sant quartier esl devenu le th�-
�tre...
a
� �
...voit ejue les compressions
budg�taires sa font de plus eu
plus dramatiques, selon la lor-
muie d'actualit�. Il y a quelques
(ours, on renvoyait six emplo-
y�s du service de la douane.
1 s. maina dernaire, c'est A
l'office au conseiller financier,
qu'a )oue lu guillotine adminis-
Iralive. Six nouveaux employ�s
viennent d'�tre radi�s de la lis-
te de budgetivores. NefM (J��L
en est tout humide de sympa-
thie.
A D�FAUT Dt GRIVES
TI-�RCELIN PREND
N01? petits shines tonnent une
corporation piadleuse et turbu-
lente. Ils en viennent souvent
aux mains, et il arrive Ir�qnem*
ment qu'au cours de leur*
duels toujours s�rieux, le aang
coule.� C'est ainsi que l'autre
jour, l'un deux, � la suite d'une
discussion, blessa gravement in
camarade, et oftolt�, prit la faite.
Homme aucun gendarme n'a-
vuil �t� pr�sent � la sc�ne, l'a-
gresseur pouvai' ae croire assu-
r� de l'impunit�.C'�tait compter
sans son h�te, du moins sans
FN lit-Marcelin, assis comme tou-
jours les jambes ballantes a
l'arri�re du camion � toutons e
qui nvnit tout vu. Il n'eut qu'a
cueillir le fuyard au passage et
le mettre en �tat d'arrestation
Comme il n'appartient pas � lu
police et ne pouvait avoir dn
im uni es en poche, il proc�da
Comme avec ses clien's babi
1 son filet et par�
qua le d�linquant d�s lors im-
:nlis� dans le coftre grillag�.
Il Mer du devoir accompli, il
P' d sit ge � 1 o � du ' haufteai il
l'on roula vers le bureau de
Polie
Voil� cer ainement le plus
leau ceup de filet de Marcelin.
-*i


t/&*. 2
ms�
RECEPTION
NALISTES
Autiurde'VoIx d'o�
H tr� Tomb�"
NWS UKE LETTRE OU PRE
L l SIDENT TRUJ�LLO
�o�
Vsndredi dernier, de 5 1 7 -
heures p. m., les journalistes I
ont �t� le�us par le Pr�sident j
L�gation ^e la
R�publique Dominicain*
Port au-"rince, le 14 Novem-
bre 1931
Larreur, ad-'j1"
� Pays� ; Au*
Vincent, au Palais National.
Etaient pr�sents: M.l. Char-
les Moravia, directeur du
�Temps�; Marceau D�sinoT,r�-
dacteur en chel du � Nouvel�
liste�; Alphonse
ministrateur dj
guste et Jean Ma gloire, diruc- '
leur, et r�dacleurda lEd.pee ; ' ^^pomoT �Ja"oMdlntaa
Placide David eJSt�phsn K\t% s, | , V()|X ryoOTRETOH
directeur et r�i.ileur de �L>
Presse" ; Vaugirard Pie re NoC,
directeur de �l'Eveil� ; Mauric
Auguste,adtninistraten '.le �LO
pinion > ; F�l x Magloire, direc-
teur de" Quo Va dis, HnlT ; Kent
Isidore et Maurice Liautaud, di
recteurs de il'Appel"; Maurict
Brun, dirctetr du �Moniteur� ;
Castera D�tienne,directeur de|Lu
Libre Tribune: Lors Dorainvu
le, directeur de / Elan ; Lai
Laleau, directeur de haitt Joui
nal ; Cl�.'uent .Mag'o.re, dirai
teur du Matin
ivi ou�e, MM. Ahel L�gai,
s�cr�tait e dEtal des Relation�
Kal�rieures; Alexandre Ltieum-,
secr�taire d'Etat de l'Insiructiou
publique ; de I Agriculture el d.
lYavail, hhniu >nuel Kainpy si
cr�taiie dKtat de IInt�rieur �
de la Justice : L�lio ftfalebN -
che, Ch' I du C binai pat ici -
lier du Pr�sident de la Repub.
que; Benjamin Vincent ;,iiau u
Ion Rigaud ; J B. Donsinond ,
Dr Rei.� Saiomon; Ch taiia
Ceicou. Leroy Ch js� ut o j.'f &*�
cretaire du Uonsell desoe'�ie*
taires d'Etat ; Eug�ne Chassainy
directeur de l'I m prime ri a N�*
tionale.
R�ception cordiale el ci)
rninte.au cours de laquelh �
Pr�sident Vincent, avec s.i bo -
ne gr�ce habituelle, eut un m-
Jaimable pour chacun et u e
�tlention exquise pour tous.
Monsieur Cl�ment Magloir*
Directeur de LE MATIN
En Vill*
1
Monsieur le Directeur :
Dans l'edd on de ce jour de /
iotidien,�ouei '
BB )
roua a^ / publi� une liltre du
journaliste lommicain Lois
in -s qui tu' ti'� � n i e t* �lH�
l .n les dernier- jouis tu mot i
le Juillet de cette inn� p�r vi.
Pierre Augus'o Saillaii1, q m ���'
encore en priftO i en cet'e vill .
h la inorl d Alias, la Polira
le l'ort-iiu-rnnce (|1 la remise
U Consul G�n�ra de la H'",-i'-
uiiquc Dominicaine, �e� do
umeots, aig> nt e- �uirei^obj<
,j .e portait �a victime.
es documei la se trouvai une
me du Pr�sident Trujuiu que
tjue j ai le plaisir de vous re-
mettre el qu il seia oppuribi
le publier, CO que jesp�ie-i.
utre p.-n comme un acte d.-
ne d un journaliste bonnet* e
npai nul..
,i< voua �aine respect ueus
� .' n o. souscris voire sei -
vi eu. el ami.
t. 5ig..e ; v>. M. MOHILL')
Charge d .-�tl nie� d a R -
pub jui DmiiuU > -i e.
s
Dm.S

Echos
-0-
� l'n bu;i> n du Nouvtllisl�
paru vendredi dernier a u -
menti la nouvelle que M. Duv,
gneaud avait renonc� � :a can-
didature � la magistraluie com-
munale pour briguer le s.�ge Ut
la 'i�me circonscription de l'on-
ll-l'lli.a.
� La ligue popi*jt'inslructioii
des ouvriers illettr�s s'est inau-
gur�e jeudi dernier au local di
Service National de l'euseigUi
ment proteasionnel.On v a adop-
t� les statuts et vot� une r�so-
lui ion.
� Ont �t� remarqu�s au Pa-
lais National, la semaine der
m�re, quelques d�put�s, candi
dais � la r��lection ; MM. Ch�-
telain, l'iou, Louis Gilles.
� La Presse rapporte que M.
Carmito Ramirez, leader politi
que dominicain,lout r�cemim
exil� eu Ha�ti, a �t� no-mu
D�l�gu� extraordinaire du Pi�
bident Trujillo dans les district
d'A/.ua et de liarahona.
� Un domestique peu com-
mode, c'esi l'ex-domestiqua u<
l'Ev�que �arson. Il a assigo
ce deinier en correctionnel, t
r�clama dans ses concluaioui
contre le d�tendeur vingt mit�
dollars de dommages-iuiei�ts . i
deui ans d'emprisonnement..
C'est tout simplement scauu.-
ltux.
� Le Directeur �le La Opi
/< �urait, sans le mauvais �tat de*
loulea.lait le voyage a Pori-au-
Grince pour avoir des couvera
nous avec ks Dominicains e
teiil ici... Qui de droit ue pou.
rait-il pas taire le n�cessaire,
pour que le Directeur de Lu
Opinion qui ne laisse passe�
aucune occasion d? nous abreu-
ver u'outi �ges, sache qu'on h
lient tn ll.-n; pour un ind�sira
�Aux Cayes.M. M. rcelin Jo-
celyn a �le nomm� (tel�gu<
r mauces.
� ai, Christian Claude, an-
c:eu employ� � la douane des
ml ja&iuub^m yemj��m4i&
aris-llaz�ir
PETE BROWN
RUE BONNE-FOI
Cin�-laldv,
DEMAIN SOIR
Le Fils de la Nuit.
, o�ral Ralati u.eonidi s Tt u
o Vlolina, Pi�sidenl de la H -
blique Doiiniiuame.
No 23086
, >n o U luiuix K. D. �� 17 |Uil-
i m\
>iuih.t ui Lu ' m ^
o�l-. PrinCt HalU.
Cher Ami ;
je sai> s..ii>l�in des ren-� i
{D�ments contenus d.ins votre
eltre du lu juillet que je m'em-
(j.esse de d�mentir.
Je me suis inloim� discr�te
lient de tout ce que vous �ivez
uen voulu porter a ma con-
la�aaance et suivant votre d�*
^ir,� et c'est uni grande satis-
iaction pour moi,� je vous
uvoie un ch�que sur la Natio-
ial City Bank de Cent Dollars
(100 dollais,�� qui est la va�
urque vous hoilicitez de moi.
Vous, aussi bien que tous
i ux quionllaisse le puy;-,onlUe
i part de mou ijeuvei newent
s plus larges garantie*, et
ivuvent y reiouruei qumd ils
� d�sireront.
Je d�sirerais, quand vous se�
/. de retout ici, 'pe vou^ me
oyiez poui avoil une �chan-
ge d'impreskiona.
Sans rien de plus, je suis vo-
ie d�voue serviteur et ami:
(Sign�) Rstaal L. TRUJILLO
ijes, a �t� nomm� Collecteur
ie la douane d� Hirago�ue.
�D'apr�s ce quer.ij�poite no�
g coulr�rc La darde, quelq'un
urail mi� 18 heures pour taire
trajet Pori-au-Pnnce-Cayes,!
. suite des pluies r�centes.
Tout de m�me trop, MM. des
T. P.
� 1! para�t qu'une seule in-
lirmi�re est allecl�e a l'h�pital
les Layes qui enregistre un el-
lectll moyen de 200 malades.
.- n'est pas compr�hensible,
- L � Espagne, la commia*
ion des responsabilit�a des
onc-> lousliluantes a propos�
ie condamnation a la peine ce�
pilale du roi Alphonse XIII,pour
crime de l�se majest� contre
i souverainet� du peuple.Mais
., x-souveiain, heureusement
,our lui, est en exil a l'�tian-
� Deux nou/eaux Ha�tiens :
i. .luhus M. Parmer asi Mme
A . Me I n'ose h de natio
lalilc anglaise pr�c�demment.
�Les Japonais se sont empa
s du prince imp< nal i lr
j Husan Tu cnl i
lt SUI U:
jettent,
i.i . i; empereur de la Mande-
cl. i
[ LOUIDATION - R�BMS 50 0/0
600 paires de souliers �tran^
qers pour daines
Ancien pri'.. Or 6.-
Frix actuel � 3.-
300 Paires de chaussures
�trang�res pour hommes
Ancien prix Or 8.-
Prix acluet % 4.-
1200 Chemises Manhattan
dessins fantaisie
Ancien prix Or 3.-
Prix actuel � 1.50
Pour deux mois seulement
Novembre et D�cembre.
�SUITE )
ET
Le Sept de Tr�fle
( SU'TE )
F.nli�e : 11,50 1 balcon: UN.
lt - � ��
-
Rem�de noiiYsau
LA
a�tptitptr ht Spic*/.;it*s�*Pa.it
soulage imm�diatement :
BRULURES - CRAMPES
ACIDIT�S a. lESTOMAC
ULC�RES GASTRIQUES
CONGESTION du FO�E
DIGESTION P�NIBLE
GU�R1S0H RAPIDE
Produit sa Dr CORNEL'.US
7, ai. Csastsat-Ctesffea, � ARiS-7�
gH lYNfl . "
< Pi � o*�*!��/!<� Pbsr�>�' . /. ? CH
�'. tOUlB� l'fVB Pf �r-i.nlM
en ferblanc de 100/1 pin s,
20-3 1/2 Ibs., 10/1 gallon &
la meilleure huil� \)<>iw \'<\
50/1 quarts,
5 aalions, es'
la cuisine et la
table.
ilk mm \m
1 11 m a II ii t m ;i batiilbi rit rrii i
palais de lluckiiyhae
�o�
Londres, 12 novembre.^ f[.
�le � ses principes, le mahat.
� a Gandhi s'est rendu su ptliii
de Buck ogham pour voir le roi
� orges. V, empeieur dea lodri.
T�ta simplement d'an paginai
I leic nue.
Montant les marchea, cou-
vertes d'un (apis rouge, qui me�
uen t � la galeiie de ubleaui,j/
inclina devant le roi n jj
� eine, les mains jointes seioa le
nuel des pr�tres hindous, ta
ronon�ant des parolcadiit|
�dictiun.
Tous les t�moins de cette c�-
emonie d�clarent que c'est la
us pittoresque qu'on aie ji�
nais vue au palais de Buckia*
gbam.
Le ioi sourit avec douceur �
vjandhi; mais nombre de per-
sonnes ]etaient des regards in*
quiets sur les jambes nuei etla
lAne d�nude du ma Huma.
(Jeorge V �changea dea sala*
allons avec les invit�s, au nom"
te de 600, parmi lesquels ta
. ouvaieal c*t nombreux malu-
r i|hs en costume d'apparat, el il
convia le mahatma � le suivie
lans son bureau pour avoir
avec lui un entretien particu-
lier.
La conversation dura un bol
moment, apr�s quoi Uaadbi
s'entretint quelques instantaavt�
la reine.
Le mahatma se retira ensuite,
le premier de tous les invit�s,
et ton d�part causa une certaine
stnsHtion parmi la cour, qui
consid�rait ce geste comme ne
manquement � l'�tiquette.
�Leurs Majest�s oui �t�chsr-
mante� � mon �gard*, a de*
ctar� Gandhi � J'aime beau-
coup le pnnce dt Galles�.
Le gouvernement britannique
a liuientiou de laire dellndl
une l�d�rulion pan-mdiesa*
lont le gouvernement *&
confie aux Indieus eui-a*"*
avec cei laines sauvegarda,��
que la d�lense nationale,les ��
aances et les eflaires �ttioi-f*
au cours de la p�riode uraasi-
oire.
j
est l'aliment pr�fet � des enfants.
*
En vente dans fou es les bonnes hpice
ries Pour commande s'adresser �
L PREETZMANN-AGGERHOLM & C�.
Aqenis de CORN PHODUTS
REFINING C, New-York.
Tr�s sensibles aux t�ffl�i1
^uageide sympathie qui le�
oui ete donn�s � la mort o�
Mme Souflrant 1^HENS�U?:
Soutirant Lahens.Mret MB�
i^eonLahenset leurs enlrtj
dr Georges Lahens et i�u
les autres parems �pro�J�
remercient S. E. Mrle "w
deut de la R�publique, v�
Mgr Le Gouaze,!es B�fiJJ
lu St Esprit, les S�urs de�
Joseph de Cluny, �V?Sl
Normil Charles, tous les ig
de Port-au Prince et ffjna
leurs qui les ont assistes'
l'occasion de cette perte dflj
loureuse.el les assurent do�
�ternelle recounaissance-
HE
Nous apprenons la. � J
Lascahobaa da 3*P0'�.i
EHe, assassin� dans des ci
tances myst�rieuses. ^ ^
d Instruction Lescotsesi
ur les lieux.
A bient�t d�tail�.
Le Khuni Barbaiicourt
Dont la renora�uae est aniversclls a gard� sa premi�re place
Demandez partout :
UN BARBANCOUrVT
G�peX Rue �tes Giaem
\


Ufc V/.llfr ^. 1U Ntj^fla.Ljr- \j^\
(M i Ml
LA
PR�SENTE
P. F. Esb
Les
� Midgrt adios
�
A5&7 LAMPES-SUPERHETERODYNE
I AMPLIFICATION PEMODE
Nouvelles Lampes�Nouvelle conception
Meilleure R�ception�Meilleur March�.
LA COMPAGNIE
oliimbi
!
OFFRE AV PIBU�
]Un Radio � ta porter il toutesl< s ixwr-
es.et pr�sent n! loules l�s'qua'�tos l'une
iGrunde Machine".
Nous invitons le publie � venir voir l.s
Idiif�rents mod�les expos�s en nos ma-
gasins. .
Kneers LOLUMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE
sa*.
Vu lei �if. 7, 7tme alin�a, �.S�me
c ?.�a' f} U de ,a loi �lectorale du 7
m il te t 1930.
���uMM.I�ranrqiril va lieu d'�tablir
� liste �lectorale m vna nicu.leiu ianviet lUtfj de� Maam-
M�es primaires appel�es a �lire les
D�pot�s �onscrlplious de la Capitale, les C.on-
�eiilerixommunaui et a ttatucr su.
l amendement propos� A tioo, selon la lui du 38 juillet 1011.
ARRBTi
Art. 1 �Tons las lilojens de la cir-
conscription �lectorale de Port-au-
i rince, jouisesnl rte la capacit� �lec-
torale sont.imit�s se rafre inscrire
a l'uSf !*#*���" ��varia � �t effet.
a . �' , XlllL' leMoclobn 1831.
. . s "'triplions soronl re-
�ues tous les jours ouvrables, du-
rant einn banni au moins par jour,
jusqua fa eloliire d�finitive qui au'
sa lieuil, jff deceuibr. prochain.
au .i�La Commission d'inserip-
lon �lectorale form�e le 27 onol�.
'�Ml.est compos�e comma suit:
i r�sident: Charles Limvots, mem-
prt de la (.ouim ssion Coninumale.
Merahrea: Arthur Isidora et Paul re-
qui�re.
A,.f�H> pr�sent arr�t� �ol abroge
celui en clair du 10 ortol.iv ] apr�s approbation de la Secr�taire�
uhiai de rinl�rieur.publi�.aliich� al
meule* ladllKgence de l'Adminia-
tration Communale.
Fait* l'H�tel Je Ville A Port-au-
1 nnco, le 3 Novembre 1
Le Pr�sident de la Commission
Communale: Fr�d�ric Duviqnbavo.
Les membres :F�iix Viard.Charles
l.ilavois.
tJVX';:P]nouW:' J" Secr�taire d'E-
tat de Ifnt�rienr Emm. RAMPY
Pour copie conforme:
F. CUVILL�
Copenhague, Danemark
Lait conden.->c,Lail �vapor�
Laitst�rilis�,Laii 'en poudre
Produits de laiterie �o qualit�, �ous contr�le�
du youvornemem danoiN la marqua
la plux r�pandue dans les familles
LAfJ CONDENS� sucr�, iiche en caisse de 4$ Imites de li � / net
C�a |ti boites d�* 7 <>/. net
m .. 24:) boites de 3 o/.. net
LAIT �VAPOR�, nco-sDcfs, riche en cr�ons
en caftas de 4M boitas de 10 on. net
" IBboUtt de 12 o/. ne�
LAI? NATUREL ST�RI- IS�
tn caisse de 48 boi'ea de 1(3 *c<* ref
LAIT EN OUDRE rlcha en et En
ci i lia* de 1' fW I MS. n#i
an caisse de 80 1 1.13S net
EN VENTE : � Port-an. Pi ince
AU BON MARCHE, a'tison A. Boll� �
^� l'on trouvera des itocki Ion jours trris, constamment re-
ncQtel�s� et daca tontes !-s bonnes �piceries.
AGENTS GENERAUX . Ed. EM�ve ft Go, Port** Prince*
Echantillon Iramo sur < eniande.
UN CREDIT POUR LES
ELECTIONS LEGiSLA-
�
J :i num�ro exiraordiaaire du
MONITEUR a p;u ..�med.
avec, enlr'aelrea, nn An �t� e
date du 13 novembre, pour an
ouverture au D�part ment d
riuterhui d'un cr�dit eiiraor
dinaire de65UU0|>ouide� "no.
(ouvrir ks Irais n�cessit�s par
lel �lectioaa i�{;;lal,v.s e
vo < de I ame d�ment prop' s
� T n ce 128 de la Cu kL u-
tic."
SOUVENBZ-VOUS
hAMILLtS.
t VOUS
Que puisque.l'on juge l'arbre � ira huila, l l\>iilkl
I ll'i't.MIA L I.R bereetmBai�r ri l'iaaasf par \a r�sailaP*atlriall
laui pour Icatnri ilasitaes f le i [liiioophir.
Poui 1 �tude dcaljuguea vivante�
(Jtte pour l'ea&eignemeot rapide et kir <)a la ,-lcas-
Dactylo et de la Cumptabilite.
jSangei qu'il av trouve une kr�orochablt panaio/i svi*u*
'(Sport, soio>, diacipliue et travail).
S'adresser : 1537 l\uc, Lamarre, t�l�phone : M'Jl.
fcllEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR il
TERRACE-GAHDEN
Chez W. KAHL .
Petionville
MM pieds d'alltude L'�tabli iaement le plus irais das ea
PM de Port-sr -Prince.
[feulement 11 .ninu'as d'au'o sur une axcelleate rente
�li�e. Vues merveilleuses du la ville et Ju port.
Moissons de toutes esp�ces.
c| iiliiu u uiliiu uniiurriiiiii
jllrriDgetBenls patticuliffrs pjar les pensions de jo
P�a�iua eu de mois.
ur

Lykes BroUie. s SS Co Inc.
Texas - Ha�ti � Santo uomingo- Rico Porto
Le seul service hebdomadaire et r�gulier � pass;igeis e'
Ir�t entre les ports du Golte du Texas directement ava
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la r�ception rapide et !e maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de 'a LYK1
LINE.
Les prochaines arriv�es a Port-au-Prince sont�
Steamer � Genevi�ve Lvke* >: ri novemore 1931
oteamer c Margaret i.vkts
S/K aAliueria lykes'�
Steamer � Genevi�ve i.yke1 �
Steamer �Tillie Lykesa
Uureau : Hue iu Magasin del'Etar, Boite Postale B
Loterie Nalionale dHaili
410 Hue Bonne.Foi, Phone . 339al
La Loterie Natioualed'Halti est :
une ioatilution hautem.nt humanitaire par la multiple t�
d'ouvr�s qu'elle se propose d'uiier, une chance de bien
�tre u (Ter te aux nommes de toutes conditions de fortune.
Employ�s Fonctionnairea, Ouvriers, Artisans, Salari�s da
puis ordres, Gens de maison { domvetiques, ) sans parUr
leur budget raoyai d itdeoi good 5, pe�venl g-g-er irois
m Ile go u >des Patrons de Comincrce.Chefi d'Indus'ie p*ret
a'X usuifi ances dts ventes, par l'achat d'un bile!, qui vous
lib�re M�decins 'Avocats, Ing�nieurs, S�nateuts,D�put�s, Grands
Dignitaires de l'EtaURepr�senUata de t'IatellectuaUt�, Jour
nalisles.
Donnez l'exempleda voire solidarit� sociale.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmcniez voira
avoir.
Voi-s tous qui habitez llaiti, rendei>lui service en acbe
tant le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HA�TI.
13 novembre 1!�31
2Q novembre 1031
27 novembre 1i).'5l
4 d�cembr. nui
deDiJNTS
i�ayo do Oontas
,., � � i , -� , i. . . �. i'f :i i II�-. u�r
I, ,1m SAJME TUI Hinf MIRISS.
I ,T. � niai mei i r�}i �,��'. . ,-.. ...n J�. �"�<"�
_ , , .., i,. , , . ,. , 41. |MDM0 MM '!� ����
_irl�r.v Seul, le �iiimr Im-Ntrf Ulrlfa lui l* n. rf f nU m Mlln llT�m�ut. - EkI��� ��
BAUME TUE-NE^r' JWIIRIQA
I aLiastVlr* t Iiawu

W1CTUU
�nsurancp (a
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
! sur la VIE
��m�mm�^m&&.tmmm���mmwmmw& m
Toutes !�� no!ices J
DE LA
IU *J
0
!�comprennenl In Protection contre 'a fa
Foudre sans augmentation de taui
�
I
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
| Eug.LpBost�toGo
_ Aqents G�n�raux


I

Lundi
1G Novembre 1931
�
e Mal!
*
.imwww ^-��d.
4 A
���� I �'M9 �BBBB1ɗI��*�-
Port tu Frinee
i H�phone.: 3342
� Ht

SP
C
-3 �/>*"

Le steamrr � Martinique�,
parti de New York le 12 no-
te mbre courant, via ' onalves
et St-Marc est attendu � Port
eu-Prince, le ieuli 19 crt. 11
repartira le m�me jour pour
les ports de la Colombie et
Cristobal Can:�l Zoos prenant
Ir� et passagers,
I e m t'i'les'�- 'le C iWaVi
re�u pr ,�\ ion-no-te, d�s le
lundi de la sem i ><\ es' � la
di silion des chargeur* aux
bureaux de la C.ompagnie.rue
Traversi�re.
Port bu �Prince, Il 14 noreni
Ire 1931.
Cohmbian Meam�hin C� Inc
E. P.CLEMKNTS
G�n�ral-Agent.
mm oftR
Panama Railroad -Starnshin Line
Service ac fr�l el de passagers enlic
/ ngleterr� ' *oom* *JFi mio�
Mrs. a Vf. SHET 00N A Ho- 17 Ju-ne� Street. LtMnvoOi.. ^iui,
' T-f follawlsj aiT srr Arssii al irin�i|>9lan�rU' is Karspr- :
* ENtiLASD, SCOTLaND FRA.\un.
Nessrs G. W, 8UELDO�1 A Co.,
1 / Jaibm i Street, LeTrpool.Euglaas�
l>i/i;i '?. Reliai *'Ji irt.rfkiimui iyUu t *U isrfa focee
le et aflit i" "�' wr?�c� le transp>rtd3 .mssa^er* et lu tr�w eatrt H �
New-Tofd et Cristobal, Canal Zone, Isthme de p|
ur le* principaux ports da l'Jturopsftj
VI M T4 �t
et les ports. Europ�ens via Ni>w-Y<
Voici la liste de nos agents
'�u
avec
m6)(I
, Bit���ttv**� m�d�n�
8UPIR D�PURATIF
1 L� p/�� �dr, i* p/ua eompltt
[Le plut pratique aux Colonies
Icombat : Maladie du Sang, et |
lia Peau,du Foie.Coaatioation,
JAga critique �t PALUDISME.
] LABORATOIRES SAFFAR
39. Rue de la Chapelle, PARIS
il Hrt aa-Print* : PharmaaU H. gl'CH.

A. de MATTEIS&C0,
AGENTS
V� iMt HT9 ���I
isjj^n
PASTILLES
Ml RATON �
* 4oum mt cu^�ce�tit.
Glelatlt Hencrt* Jt r'
?l Rie.de la la Rfpubliq e
�tarseilles.
Eernu Peron A Co. LUI.
&3 Quai George T.
Havre.
'fUrnu P�rou ff 00,1.14,
Une du Moulin � Tapeur,
Boulogne sur lier.
Wea�rs. A. BEMirl ft CP
11 Al'npnde t'oi>enh*� ���
OssV NORWAT.
(ni rri Mons
� BfH] (.i ���� kap Os'�
\'A ' � F�e�gh1 On�*
naHi haut, Haml urt 1
O'n-anr.
ifa rs Atlantic Freti�
� orpor lion
Germany
"V.swVAtisutic Freiifjit
forprt.,
34 Qnei Jordaens,
Intwerps. IJeliun:
tes Hua* le� {�rit,.
Paria.
tsntu �nsii 4 Cd r, rVie ls friQjjiUU,
D i '.wer (ue.
��lies
C�
'iswi X
� rtue Roy,
6 >r leaux
IM,
Plv/.C
'i�-i ���
rtenar
IriLT.
Lias t Ctsnu<
v I vi'rs �. 4 i i ) �taa�
0>rr a : bq. > reos*
4 Mor Usk ciijres�,
Co ne-i � ir^
i��r< VsxATTte rat u
Loare'n
�lia ilnvan'eiq
^ �t-- h M ! .Vlof*
. tT" ' "" � ' :-> " M? ' �" *'
I. fi* bs || g Qp
k...u.
PROGRES NOUVEAU
RHUM JSiOVVEAU
RHUM DELICIEUX GOUT EXQUIS
Prix r�duit
ALCOOL DEFIANT TOUTL mSSBBi
�LAIRIN VIERGE
Chez G. NAZON
tff\ t A a gle des rues l'�rou et du Pc uple.� Phoue: 3513
* * & >j u r g? i
�
<$
M
J
Liqueurs Sirops BAY RU M Eau de'Coloan
Tous ces prodiiiNd* la dislilcr e'de lWialesont �aau
et parfois sup�rieurs en ciuali^V uix articles sirnilaii
mis, tout en port� co�tant moiiis cher.
IMPORTATION DEVfNS I
iEPOT: RUE'DU MU-ASIV DE LETAT *i*A ,0E LA B .KQOK NATIONALk
M. FONTMN
���r--'- -
...
,
nt/Kn
mit
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & \'\\.
Assurance Corporation Lt de IVrlh (Scothtnd )
Ur la �CitNI �^Al, , esl t: � >s puisse nies et�as plus yxii^ arfsejsatleil
^rjpjjtgaaic. Le s.uitil ue tu i sur soo champ d'actiou �."' p��rawie la
Sen^Polices contre in � dis i iu les d�g�ts �ccasionn�e par la (encre
Ses polices poor Antornol vols, inc< ndie, malvelilenc�, aeunnafw
eVSsj^i g wntjui daos se ; es biens ..
A Pelitr- '�' r v l.raiu-1:�^ .("Europe sont r^yefcles en Ha�ti
wTfglic-ef co ire vaiaLics danslunivera entier. Ton� !cs ^�T�-
U|xv �{�Traient djnc jirei de e mnoir d'une police contre accidents
�Aaj*a�vi*s 4Cey clolli rs. 1: ue'.le u'Clanl qi t de 1/2 �/. soit 20 dollars L. ^
Veuve F. Ri INGHAM, AuxCaves
Kent G.:i,�r?l p<>ui
,OUS 61 r�ort-�o-Pnnc�. !'-� '-iLCi
JEAN UJ..V Hl . J i�-1 it
LE FAIT EST INCONTESTABLE
L(

S
C'est la sjuinte^ienee des meilleures
vari�t�s de cannes cfufi vaste territoire
r�unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son ar�me,
i GOUTEZ ET COMPARU'
Mft*
HHP�
m %l
ri #i
�
Charlur- alebranclie & Co,
1224, Chemin des Dalles, YM
KJ
rie
lui
in;
le
les
Vf;
2<
La
ru
de
pi�
pi.
I
BJ
la
Ur
I
^
bi
1
J
te
Pr,