Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text

Cl�menLMagloire
�tt RUE AMr-KiCAINE 1338
,3rfTKLEFhONt N 2242
ym
m
L h�AUc � JHUulaOAfraii � sa
�rfiHI fffrtTaMe i il � �tait �Mais
� m lailrs. ;� ers ain�res, � cm
r�ntiiifIles tratatiais � ces caafea
dsnl MmiIhace l� rabaisse tua
cesse tlouut loi a�air, tandis fin
la lortT 4c Dit a mis eatae If lave
et lr raitiflt.
Lsiis \ EHLIOT
00� ANNEE W 75#S
PORT-AU-PRINCE( HA�TI )
LUNDI 19 Octobre 11
^bl�me Agricole Ha�t en

puisse a une
Politique de D�fense
��0 �
E,iiure, ont �t� syst�mati-
sent oppos�es � la concep-
Kune politique agraire
Jsur les meilleurs modes
Station du sol, ?t, l'�ta-
�Enent d'institutions de
| capables de piomou-
IJDotre d�veloppement
1 cette biaD�he.
iilihe�minemment belle,
{�'imposait � l'attention de
ihommes politiques diri-
idIs, nous avions montre
ileracnt combien elle a �i�
initamment d�laiss�e, sans
$$e abandonn�e par ceux-
, m�mes qui avaient os� oui-
jherleplas, en notre milieu
�Vile, U pr�tention d'�tre des
neci�liites plus aptes que
[uiconque � instaurer, au
Jeio de uos collectivit�s ru-
jles,les r�lormes que nous
solution r�clam�e avec insis-
tance par le pays entier, lait
maintenant partie de nos
g'ands soucis nationaux.
Il y a quelque temps,� eu
pr�s vers le milieu de l'Et�
�0�s avons d�|a eu 1 occa-
deiposer de quelle la�oo
i envisag�e, nagu�re, la
ion du probl�me agn-
baitien; et comment les
L aui ont servi de londe- pr�s vers le milieu ue rue
Uii l'organisation de no're 1923, � la suite de l'accord in-
1,51 " tervenu entre le Gouverne-
ment de Washington et celui
d'Ha�'i, au sujet de la nomina-
tion o'un i' geneurugionome
et d'un i< g�nieur-adjoint a
la directO i du Service Tech
nique de l gricullure, il se
produisit ausaii�l un mouve
meut d'id�es, qui �t se repan-
dre un Ilot d'encre �onsidera-
ble, � l'occasion de la politi-
que agraire inaugur�e par le
Gouvernement d'alors.
Il y avait d�j� quelques mois,
on se le rappelle, depuis qu'a-
vait eu lieu la promulgation
de la loi portant cr�ation de
ce service.
Dans une certaine sph�re
de l'opinion, on soutenait que
cet accord, tel qu'il avait �t�
iOnou, et qui pr�voyait la no-
��,,-�� minatioo des tonctionnaires
ppelons encore de tous nos pi�cit�s, constituai une ex-
liT'jx. I tension abusive de la Con-
Poisqu'il ne s'agit actuelle-1 ventioodu 1 fi Septembre 1915.
_rtnt que de discipliner nos dont le texte de l'art. XIII met
�florts, pour apporter d e s ( a |a ( Marge du Gouvernement
r�vtioBS conformes * la crise des Etais-Unis, l'obligation
d'aider au d�veloppement de
pe le pays ti averse, il y h
b.croyo�s-nous, de �echer-
�er daus quel sens doit �tre
iptr� aon rel�vement, jus-
|oa ce qu'il ail retrouv� les
ilides �quilibies ajui lui sont
teewaires.
Dans cette vue, nous allons
lyer de consid�rer la \ oli-
le de d�fense qu'il cen-
Irait d'adopter, eu �gard
la piotectiou des n.ter�is
�coles ha�tiens, dan* le but
[ta re lace � l'impe. lalisme
lomique sous la domina-
duquel nous avonsvicu
�Ici.
tour cela, nous l�cherons
coucevoir cette politique
looctkon du syndicalisme
nos ressources agiicoles, in-
dustrielles et mini�res : que ce
nouvel organe, i l'instar de la
t�che d'huile qui, une lois
qu'elle a impr�gn� un obje.,
s'�tend � toutes ses parties, ne
devait pas manquer d'absor-
ber d�sormais tout notre sys-
t�me scolaire � eu �gard a
1 addition dangereuse, par
suite de laquelle on y a rat-
tache inutilement notre en-
seignement professionnel, au
moment du vole du projet ;
que ces deux nouveaux toi c-
lionnaires additionnels au
Trait�, n'auraient eu garde de
se consid�rer comme des sp�-
cialistes appel�s � tournir uni-
melurcede coh�sion dans ' quement leur avis au sujet de
mnlini i>i'i il avili* ' mil S !�� Kranche A'at'livril� �>li Vllf�
i cent i es o� il existe; puis
fcovisager le programme et
fcme de cet utile groupe-
fnt qu'est le syndicat agri��
p.tn nous illui�ant dtd�-
W la loi de sou �volution
uners ses aMirmations ti-
de� eu notre propre mi-
�0,
nous sera ais� de consla-
^ par ainsi, combien gr�ce
i faction aynergique des �l�-
"^ta dont il est constitu�,
*� r�alisations bienfaisantes
��t �t� efTectu�as dans ce do-
mine. Mais avant tout, il
'�vient que nous pr�cisions
ct qu'il y a lieu d'entendre
Syndicat agricole. Car, il
[�taudrait point s'imaginer
to�voitmeui que le syndicat
e� ULe association pouvant
fa�ir en son sein les repr�-
tutanla des artisanats les
N divers. Non ! ce qa'il
��lient de noter, c'est que
* groupement, bien qu'�tant
empes� d'ouvriers, de sala-
,l� ayant des qualit�s difi�-
jtQles, c'est-�-dire des titres
Iwidiqoes divers, auxquels
JJ� ligurent, ollrc � l'obser-
Jieur s?gace cette caract�ris
Jjue absolument digne d'� ie
���arqu�e, qu il est un groi>
rm^l compose d'�l�meuis
'i-wrunact loua a !�� Uuii le
�Hune.
^sens le b�ni fue de ces
1 eiM*-t�> hi�ves. ob>ei vm on�
^�oaiiea que i ousaln n
^er, sons lasjtctcides-
2i�,lqoe, l'�tuoe de ..oie
�kro* agricole, dont la
la branche d'activit�, en vue
du d�veloppement de laquelle
ce rouage a �t� cr��; mais
que, par l�ftet de leur seule
pr�sence i la direction du
Service en question, le D�par-
leanent de l'iuatruction Pu-
blique et de l'Agriculture
n'allait tarder point � se voir
d�pouiller de aes pr�rogatives
tes plus ossentielles.
Dans une autre sph�re, ou
proclamait que le tait par le
Trait� de 1915, de contenir
une telle pr�vision en son
article XIIl, impliquait n�ces-
sairement la nomination d'un
ing�nieur agronome suivant
le mod�le de ceux pr�-
vua � l'instrument diplomati-
que du 16 Septembre lUl�;
que, m�me si c'�tait l� une
extension abusive du dit
Trait�, on ne devait nulle-
ment consid�rer le nouveau
lervice comme un organisme
inutile au point de vue na-
tional ; qu'au contraire, il
�tait impossible de concevoir
une agricultuie pratiqu�e se-
lon des m�thodes scientifU
ques.sans ladiflusion de tech
niques convenables, appli-
qu�es � cette branche dans
ses sp�ci lis-* <> � les plus
vari�es; qu'en l'esp�ce, il tal-
Li bien arriver, par ce mo
y n, � ravir nos champ� ai.*
directions paysannes midio-
cres, aoxquciiea ils avaient
�t� abandonues |usque-la.
A l'appui de l'opinion tou-
sislaut a voir une extension
abusive du Trait�, dans lac-
L'Id�al Rhum
ALIX ROY
29 ann�es de succ�s.
NSTITUT GUY-JOSEPH-BONNET
Avenue Christophe�
pr�s� du Ko met �re 81 G�rard
Enseigner � l'entant : /� comment on s'inslrqit : t�
c$mnunt an fait que que chose;,% comment on ptme\ 4o c>m
meuton �� compoiti dans la vie sont les quitre obligi-
ons tondanaeDlules que nous pienons envers les parent*?
Bnseianinaent classique� Ensiigr�meut protessionnel�
Edu :�'ion moial* et civique.
Le i octobre. I Insti ut a ouvert s-s portf*!. il ne se
ns>i' pas de jour qu'il ne nous � v d* nouveau*
�l�ves q � sont attir�s par noire excelle, t plan des �ludes
et par nos condili* ns avantageuses.
Confiez-nous vos entants et nous en feront des hommes
� i abies de gagner plua tard leur vie, sans l'aide de l'Etat.
Luc D0RSINV1LLE
Protesseur-Fondatcur.
eord du 17 juillet 1923, sanc-
tionn� par la loi du Ift des
m�mes n ois et an, on se
souvient qu'il avait �t� parti-
iuli�rement signal� les nom-
breuses erreurs provenant
jadis de la singuli�re concep-
tion de la Direction G�n�rale
des Travaux Publics,au sujet
de la r�fection si dispendieu-
se de nos routes publiques. [
Donc, qu'en tenant compte
Ht l'exemple offert par ce
D�partement, l'esprit public
ha�tien se soit mont � peu
optimiste an mom nt de r�-
tablissement de c'est la un t -it qui ne pouvait
para�tre arcuneinent �trange
an jugement de 1 obseivateu I
averti. i
Tout� lois, il importe qrre]
nous le disions, en passant,'
l'organisme technique i revu
par cette loi, �tait usceptible.
malgr� ses attributions un
peu �tendues, son ing�rence
inutile dans no allaites sco-
laires, einsi que beaucoup di-
ses nombreuses iiutr .�> im, ci
' tections, de rendre d'impor-
tants services � notieagricul*
tore si.dan.s h auco"p de cas,'
un u'avait n�glig� � dessein
de tenir compte de certaines,
suggestions locales.
Fernand LEROY
Avocat
( i tu ivre)
Pour r�pondre au d�sir de
nombreux lecleurs.nous iepro-
duisons l'article ci-dessous o�
notre confr�re �La Petite Re-
vue � appr�cie la\Chambret
dont les pouv�irs arriveron
prochainement � � ch�ance :
QUESTION DU TEMPS
PRESENT
-�e*-
Eiaartatiai a l'iaduli/are
I
CetteChrmbrtqui sers rpr^ (
plac�e dans trois mois apr�s
avoir, en sa courte existence,
1 si mal servi, � l'ext�rieur, la
cause de �otre seconde ind�
pendance.cette Chambre qui
a sembl� se donner la t�che
de justifier toutes les appr�
hei-S'ons dans lesquelles
pr�sident l)dr-ig>H nave va
cherch� des raisons pour la
o�atiou d'un Go' seii d'Etat,
cette ( nambre de 1930. je
demande pour elle ne peu
d'indulgence et qu'on De per
de ras de vue le bien qu'elle
a faiU
Issue des protestations du
pays contre l'occupation du
territoire, elle ne pouvait �tre
nue nationaliste. Malheureu-
sement elle a voulu l'�tre �
l'extr�me, d'un nationalisme
intransigeant, aveugle ; et
sous la pression des circons-
tances, la surench�re est en
Ir�e en jeu, chaque d�put�
estimant qu'il oevait d�passer
ses coll�gues afin de s'attirer
les applaudissements de la
foule comme un his1 r ion sur
les planches
Ayant, apr�s tant d'ann� s
de vacances l�gislatif es,pci du
l'hcibilude des choses parle-
mentaires, on les a vus, dans
un d�sordre ni ne d�notai!
l'existence d'iucun pr gram-
me bien m�ri lancer � l'as
saut de la u hune les pro-
positions les plus pu�riles.les
plus eflarantes.saus >inquie-
ter de leur� r�percussious
dons le pays et � l'ext�iieur.
C'est ainsi que, dans un cm
pnalogoe et r�cent, a< esp gnols, assembl�e �lue
pour donner um- coos ilu-
tion o la nouvelle r�publique,
oq a entendu uu d�put� pro-
poser gravement de suppri-
me- la figure du roi des caries
� jouet.
Sans doute les iodes ne
sont pas arriv�s � ce degr�
d'abenation, mais ils sont
descendus bien bas tout de
m�me. Et c'est miracle que
le Gouvernement ait pu,mal
gr� leur dangereuse impatien-
ce, r�aliser 1' ccord, qui lui
lait le plus grand honneur.
pour le r�tablissement de lad
aiinistration ha�tienne dans
ses droits.
Mais cette nambre a pro
d. il aussi quelque bien, ue
l'oublions pas .elle a contri-
bu�e �lire le s�nateur St�-
nio Vincent � la pr�sidence
de la R�publique. Elle s'est
pr�occup�e des questious so
ciales comme aucune autre
Chambre ne s'y �tait adonn�e
avant elle. Saus doute, dans
bien des cas elle a d�pass� la
mesurent certains de ses vut s
en esp�ce rappelaient doit le
riave de l'ours de La Foulaine.
I faut en chercher 11 cause
dans l'exacerbation de sou
nationalisme, et i nssi dans
les violents remous o'un au-
ditoire inconscient. S�** � �r�*
m�me de langag .tr�s regret-
tables � tous les points d
e, ont servi � mesurer
profondeur du loss� que le>
Am�ricains ont^creuse entr
tux et les naitieus.
La prochaine Chambre, se
eompo airelle d'un bon nom
bre des �l�ments actuels,
LE
POSTES
ES
TDES
ETATS-UNIS
Ce d�partement a placti, le
i,7 juillet V.K'11, lu pli s grande
Commande de camions, en un
jour, ce qui n'a jamais �t� vu
depuis la grande guerre.
Pour �lre certain d'acheter
le meilleur et le ph s ccono
tu i pie des cami.ins /<�� Bureau
of standards* des ktats-l n/l
a �t� charg� de coidr�ler lnules
les pr�tentions des fabricants
de camions
J JU* � Iturean of Standards �
est un d�partement du Gou-
vernement des Etats t nis f il des red.erches et prowe
par des fiii's palpaliles. quan I
il est requis, les pr�tentions de
n imporle. quel / d>rieaut
Pur c temple Si un fabri-
cant d une plume fontaine pr�-
tend quelle peut durer /�/ longtemps que les autres, /<�
� Bureau of Soudards �,Mir
demande, contr�le et voit si la
plume est r, elle.mcnlp us r�sis-
tante. De m�me nourn'imporf�
quils autres articles, tels qu�.:
acier, verre,' caoutchouc, ali-
mentations, etc.. De n'importe
quelle mani�re ce. d�partement
du giuiverncinent des Etats*
Lnis trouvera un moyen (U
contr�ler les revendications d$
ces dits fabricants.
Apr�s un examen minutieux
des ch�ssis de voilure d? .7/4 de
tonne et des camions de 1 lj'l
tonne, la commande a �t� don-
n�e � la Ford Motor drapa�
ny.
Celle commande �tait pour
t500 >amions l'ord.
Il n est pas possible d avoir
une meilleure / ecommandalion
pour camions el voilurcs.quand
le I? , ' c n ol Si.-nd.ir is confir-
me le fait que les Ford sont
les plus �conomiques et les
plus r�sistants � tuas les points
de vue
Les co mpagn ies c i desso us
avident, au 1er ao�t 1930 les
quantit�s suivantes, et depuis
lors elles ont achet� des md-
Iters d autns.
Ford
Te �graphes t t�l�phone �207
Au.er. Kuiiw. y Kxpress 218.")
Ameiican Tabacco Co 1297
Atlautic et Pacific Tea Co 1230
Standards Brans Inc 1212
Gulf Refining Co 1680
Sou rider s System 144$
Shell Oii Co 1026
Standard OilCooilndia 1108
Swift & i.o 2057
Unit. Sta'es Governme t 2052
Demandez � n'iniborle qui,
demandez-le � vous-m�me,
quelle esi la meilleure e la ni us
�conomique des voiiures pour
�ludi ?
C'est la Ford.
UAIll N Md'I ORS SA.
Grand Hue.
\ endeurs autorises
Phone: 2379
Grande r�duction sur f'neu
et Chambres\ivlloon,*Goodrirh
Silvertotvn�.
Demandez nos nouveaux prix
et comparez avec les autres
marques.
bons ne recevons que des Ileavy
h ut y et des Extra II eu ni/.
Stock toujours frais.
plus pond�r�e , la le�on des
�v�nements aura eu son uti-
lit�. Elle comprendrai par
exemple, qu'un pays, quand
ii tst surtout aussi �prouv�
que le noue, ne peut pas
vivre sans le con ours de
ietr.;' ger, elle admettra i ne,
si h d >uver i:< ment, cerrme
la chose (St pr�vue liusTAt*
i oi I, a h� soin des m r\ ices
d'un sp�cialiste du de h at,
Am�ricain ou autre, il u h�site
pas � 1 -engayer, sans autre
consid�ration que les talents
... a lu dans les journauxajna
l'honorable S�nateur Pierre Un�
dicourt partira an cours da cette
aemai.ie pour Washin^'on, �m
il est invite a prendre part aax
travaux de I Institut d� Drait
inlernotiouai pr�sid� pur Moa�
aieur .1 teata l�rown Scott.
... voit d ici l'accolade qae le
S�nateur King lui r�serve aa
d�barqu�. Apu-s cela bras des-
su.�, brus dessin-*, les deux S�-
m'eurs, comme d.s �coliers en
liesse, partiront sans douta p��ur
I l-Jat ce I� Louisiane daat le
S�nateur King est depuis peu le
? ice-Rouverneur.
Ah! les belles r�reptiona en
fierspective... au tfrape juice, �
Vn-ange.juice. . et a d'autres
jmee encore.
Pourvu qu'on ne nous am�-
ricanise pas noue S�nateur, en
repr�sailles de I hait'mnisatioB
dea Services Am�ricaine ea
Ha li. Ce ne serait pas dt�'.e du
tout.
� �
.. v�i! ip.i'A^jtlio.i II a pav�
IHbut, l'autre matin a riCmpe*-
reor, 6nn Anc�lre m ��crnel. Il
dr-siend eu droite ligne du
Prince Sapr�uie. lit ses canains
par le sang, le riche aang de
nofre I.Kipics 1er, sont innom*
brailles dans Mnrchnnd, la villa
imp�riale, tjui est-ce qui disait
qu ^iiliou venait de I Hellade,
p�li ie d>s arts et des Princes �e
ILsprikV
�
... la vit cheaFiah al�a 8 heu-
re�, le chapean sur les yeux, an
paquet A la main. Sans rn�aae y
�tre follicil�, il d�fit le aaqaet
et montra a l'assistance atnp�>
ti�e. devine/quei ? une paire4a
ravinantes chauaaurea de fea-
ma (Du i!.'.. ma ch�re).
Le revit au Grand Caf� � dix
henrea, d�ficelant aon paquet
en l'honneur de Vinoent : � �nza
heures, la revit a nouveau �
NIA ri de France montrant las
chaussures i Manajon�s el a
Fran�oia ( Patriai l'a �ckapp�
belle).
Il a �ternisa � l'il�tal da Fran-
ce, arr�tant tout venant pnor
lui montrer son paqiet. Coa-
cou... Coucou... devine�/, quai?..
Les m�nes petites pointures*
Vous lesavec.u'est-cepas? Daaa
l'apr�s-midi, le revit � Terni-
nus, son paquet d�us le bras.
Puis ce lut L tour de Gairaoal,
d'ouvrir de grande yeax ravir,
devaut les deux petitae aaar-
veillts... Freal ja!la men�td'aae
pet �le prise.
A minuit, l'aper�ut A Anaonia,
les souliers sur la table voiai*
n.mt avec aon verra. Et Staale
d'�tre ravi � son tour. A 1 hea-
re du matin, Tibo tombani aie
sommeil le mit eR�ctueusemeat
A la porte, et Notre �vl le vit
partn son peqnet * la nain...
H�'ntia-t-il cette Ui.iV oa para*
rhtva-l.il aa tourn�e des Grands
Ducs?
Et me vaici laut aonganr, an
souvenir dea petitaa chauasarta
ballott�es de bar eu bar. Drame?
Idylle? Espi�glerie? Qui appro-
fondira le mjst�re?..
m -
... constate avec plaisir que
malgr� las propagande* int�ies-
a�es.lea billets de la Loterie Na-
tionale a'tnl�vant tant eat granda
la confiance qu'inspirent Te* *r-
ganisaleurs de cette u'dt entre-
prise. Que chacun cantima �
courir sa chance 1...
et la I urine �ducation. Ayant
." n;-iss�rce dans une p�-
'<� �ir pleine paix, elle se
gardera de pr�cher et de pra �
tiquer la discorde e: ne par
dra J pasrjun instant de vue
l'�uvre de redressement ut*
� < n� doute e ne devra.soin
aucun pr�texte, se laisser d� �
lowii.er par lus braillards.
JeanD�SSY


^
fAtifcjt
LE MATIN =� 19 Octobre 1931
g�
Nwnr
AUTOUR OE U C�
�Ht tiMF�
Fan�rallla3
rtgteleciriq.it> v.iii .: ; > > I � �
pes � lasiii l�ici'.ici iu>; l.i u
p�s � trc. j Hji" �H eiistani �
imii il fut en-^n I i (1 un 1 i -
corJ qn au'orisu' cechan;;o-
Ui?nt, qu_' les n ) i � dtei lamji s
iraient,ce nue les >rV*dentes,
d'une puistance �I � 1 ! )J b.. i
|>es. (Jji f*pliquiia pnurq \ )i
et gracs� � quelle, co n j'tcil�, la
Crnvi^ii:: �lectri<| II t pli
dans Ij imiwH" in�< il i io i del
It 71 i"* d� H K> b:> Wi '1 Nt(|l !
rn3n'.* L'iigeavear �o > l>'l cta ir
fyl d� rapueler lu C �tn pagaie �
e siricte et�cu'ion iiis pr->��
crlptioui du cahier d�ta ih�'f s.
non wattfiltill est pastt � co �
de sou devoir, ibim n lialu et
devoir fi tppuyint It poinTu&
*at de la C<� npognie nu'(1**41
eharg*e de coati �ler et en te
captant la iiipiirt-ssio-" en l'.M�I
des inspecteur� du liouveme-
nient, charg�s de veaaetgner
?.on omli�lc. D�plia, l'inspec-
l'on des lampes se lail vaillequ*
vaille par le 1) ireau de la t'o-
lice..
Comment la Police p ut-elie
convenablement ellectier ce
travail quand, le plus souvent,
Il est iuipossib'e � nos garda
d'eipliqn�r ce que c'est qu un
Oircail ? Il est ind�niable que
c'tal d* propoa d�lib�r� que
l'Etat est ainsi rais en coupe
r�gl�e par la Compagnie, nous |
ijsrT*
) �t n l'eu, sa me I ap \%
niii.en l'� � ise S'e \ ine, l-s
lu i� 'es de Mme veuveJn
Joseph \ui 1, u�e Jos�phine
GoUSSt. d�c�der, le vendredi
II) octobre, � 7 heure* �In
matin, en s� r�sidence, sise
u" C ipolfc I
Nous pr�sentoni nos �unr^
res coud �t�ancei n Mf4le
Jeanne Eugcuie. L I ml, it Mr
��t Mi lame Arthur f.escon
flaire! prin d laleuvii � Met
Mme Caster.i Delieaot, fille
� i il � t ; l tyl 'Att 53
d�faille .
�o�
en voulonsDiurs'ilfinnte preu-
ve, la m rivais* toi avpc la-
quelle tilt patte � c��� de cette.
tagt prtecripl o:i du cahier des
ciiir^eaqii ut lait oblg'hOn
d i nom�rolei' ses candelnbre^.
[I est tvldaol que et mim*ro
isgt faciliterait grandement l'nc-
�ioidu girde, en lui permet-
tant de ai g nier avec pr�cision
les lamp-s -jui u'o'.it point louc-
lioan�i �i l'absence de ce nu-
m-w-ot'H-,1e gtrde M borne lor-
c�menl � blre rapport de Itm*
P"s (j ii n'ont pat lonctionn�
si-.ns poiivo'-r ajouier tfautrea
if'dica!ions,(|iie de values indi�
catioMa de qutrtttf ou de rue :
\.n Bel-Air, � la Ortod'Rue, a
Turg�ttr.
Cont^|atnce de tout cela, (et
consi'q::enc> voulue, rious l r�-
p�tons ). l'Etel pt�t r bis sur
enfle i>our un �clairage qu'on
e-caniote co.nme o>i vtu'. Cela
est si vrai, que cliaq le mo�a, tt
cela de toute �ternit�, la Cota*
pagme pr�sente des bordereaux
dans lesquels ne figurent jimiis
les r�duc'ions d> raRencontre.
Ilnousrevie.ntque la direction
du service liy iraulique aurait
d�cid� de retenir tu r le salaire
de aet employ�s I" montan'
�quivalent a une journ�e d �
travail, rarporl au eh�nagi
�tu 1er 0 'tebre,
Une telle mesur�es' injuste < t
Ml�gtle.f.t ch�mage a �t� ordo
n�oararr��du Prt'sidan� cl �
la H�publ que, pris confonn
ment � la loi. Dans ce cas. i'
est obl'gdoire. Le jour de ch�-
mage n- peut �tre d�duit c i
calcul des salaires. L'adminis
trttion qui fait ainsi controu
ve une d�cision l�gale prise
par l'autorit� comp�tente.
Ces� pourquoi nous penson
que si la direction du servie-
byd ai .que a pris contre se-
< uiploy�l la mesure oui nous n
e1^ signaler, elle doit la rap-
i nrter.
Propos
humides
L'es-Kaiser Wilham II u �t� eon-
dainne a ... payer �les Uoinniafle�-
irU�r�ts � un citoyen de la R�publi-
que Allemande, en r�paration d'un
pr�judice. Cet ex-sujet de Sa Majest�
est un ouvrier, employ� �u domaine
de la couronne prussienne � Borna-
tedl. cong�di� sans d�lai et sans mo-
tif plausible. Il porta plainte et le iri-
luii il lit droit � sa demande. Il sera
d�dommag� et rengag�. C'est justice.
Il v a toujours eu des juges � Mer-
lin. Et il y a aussi des Allemands �
Porl-au-Prince. Leur lid�lit� persis-
l.ii'le � l'Empereur t pris occasion
�le celte condamnation pour se ma-
nifester avec �clat. Ils on*, d�cid�
i|ur les dommages-int�r�ts � l'ouvri-
er de Horn�tedt seraient acquitt�s en
RHUM SARTIIE CACHET D'OR.
quantit� �quivalente � ta valeur
mark or.
Par sans fil
Mardi soir- u B oUlyn, Jjvk
Shat-Kev. poids lourd. Am ti
cain (202 livres 1/2), n In ' �
aux poiu^t � � �i amutlioe iotlle
de.'50,0 K) pectiteii't imero
l.arner �, g�ant ltaU*�ti (>� m
26! li'-"-. \a I- ro � d.S'ir
kev e ivoy � >ir advesiire� terre, et m�ne
auri't r�ussi a le mettre
koock'OUt s'il n'avait produit
devant l'arbitre nue r��lirm
lion, oui d^inna � IVin/'i
le te m 03 de se remettre.
I�#*.i� �
!,e hiiTeau d-'s lonafvee a
� procid� la semaine -terni�re A
l'�lection de son bftt.innier *�
des Ti'"nb>< du Conseil de
disci;)''ne. Ces� no're ami M�*
Parae^lse ^�lissier, l'un tes d'"�
dis uigM'Vs -voca's $+ r�>i'e ville
qui i pf� '��bi h.^'',�n'�'',r p�1
ses p��r*
VI � ,Toa�pe T ' i .1 u ,p �'�-
** Th ban'. E m 'e la o t"V,
Kra�ois Orftrard et Cl�ment
J-an IJirj'iste so->' �lus mem
lires du conseil d� discipline
et '�� H^r'h 'ii'n'pni B'rtiand.
< "Nos 'tpi'l�"ir.� ��'ie 'tionr|
- I �
M./
et
'
t it <
�
-*wo '.
-4�m
�*''', �
-ton �
�iteie .
�*�'�
*� ..
fats
IV '.
�
�
M ,t�tg.i
�HWllJtd
��NI
��t
a� er,
4 tf-
; UNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre � AS� des portatifs.
Ces quatre moJ�les de ptootl poralils COLUMBlA repu s.-lent ce qu'il y a de n ieux
parmi les portatifs mbrifs�l dans le inonde,;iu point de vue, solidit�, fini, et surtout de senoril�.
Le mod�le No 163, l'ariltocrart�, tst un theld �uvre, au point de vue �fini�.
P"ssez, au D�partement COLUMBIA,eMouf serez surpris :''tntend-c la loresono:i!� de ers
petit iustrument.
U forage KNEBfl �era�heureux da vous donner une dc'm .nsintiin Jos (UAirsati mcd�le
de porlaiils en stock, et total des radiot-pjlolM� nimveiieuHiit ajiiv�s.
N'uchelfz pas avant d'avoir entendu l�t inslruments COLUM �V
Les� notes maglqaeit repr�ieateol le standard de ta SUPR�MATIE'
KNEERS GARAGE
IflftvA an ail� .�-tlv; Agent� � P.CH�RIEZ C. TINAIiD
�H Le Hliui
PORT-AU PRINCE
I Gc�va F. CA1U.0Z0 � Cajrel
Si-.t Marc Ch". DOUOfil � Jactnal
Th. C. BHUTLM. �J�r�mie
�.���- -�...., .
��.
Gin�-Taldv
DEMAIN SOIIl
Pour les personies qui n'on. pu trouver de plac�e, eli-
d'exp�dier le fi'm en province. , ' '"'
Le Lieutenant de la Rein
avec la distingu�e actrice Agn�a� Esterhaxy, Lilian Pli
Ferdinand Hart et le ma�niquc ac�eur Ivan Petrovleh.
Adaptation musicale d* F. Heurteur.
l^ntr�e : 2, 3, 4 gourdes.
--------------------���� � i ' -,
Lykes Brothers SS Co lnc
Texas -"Hait! � Sarvto uomlngo- Porto Ric
Le seul service hebdomadaire et r�gulier � passagers
'�et entre les ports du Golle du Texas directement i\
or,-uu-Prince, Ha�ti.
Pour la r�ception rapide et le maniement habile de,
importtilions, servez vous toujours des navires de i� LY
�J1NE.
Les prochaines arriv�es a To.t-a -Priocc sort:
S/S �viargaret Lyke� �
S/S �Tillie l.ykcs i
S/S �c Genevi�ve Lvkes �
Steamer # Ruth Lykss c
I5nie.ui : Rue du Magas n fe
10 .<
23 �
au�, c
0 nuvemere 13JI
'fcl'ai. Boite i-*�s*.ie"b
A LA iEM GENE-
RALE DE L'ENSEIGNE
MENT.
D�purez votrtSm
pu le
CURONAL
Votre �ang Mt Impur, Il chewie Cm venu
��i luxines. �lont II n'a pu �� �IcHitimm
�m impurales 5e treiluispntrnii'rittUuiKcikt
rleurcs. en bobos. �I (Irv^-iRrinM^. -1 di-uka
rem mutent: clou�. iui-imuIh. lu,.
derinntfeai�ons insupporl.iMw.. Ce. k-i� nu
le- ulcerci, les tuini-uri n lu libroiaei d�
mirrlenncnl sur iin un sang Tiei�.On peut uuerlr rapidement par un'j cun au Curonul
"est le ui�iticauiiii la, plus siu.plt, U | normale et la plus vlenflflque, pi uuUmIi
rertui de plui de 28 plantes connu� de n,
iierne et des mcderlns de 1 n-ili juite. maisdc<
Jonsleur Qiiial-ii, pharii.ailena.pardwpl
r.'di-s modernes r�uni les surs dans un', d(
mule �t de ii-bt.iiJ. I,e on 1 �( a couronne ni 'ili.ti
�t le Cnromal gu�rit les malaili�- d' b | ci
�cztmai, dartres, psoriasis, deu:,'i^etisu
rougeurs, furoncles, liouif.ns. ulicru, -lw
leurs da rentre, �>ge erittsjo, %
t � traitement romavrnant flacon OUaOHI
� vc* boit* nllulM I �lu \e �t tiochutf flti^�Si
feules uonoea phariuscir*. � Ci'par, wr
l)�cl,yr OIHAI I), pi,ni),a. irn. Uboralolrttldlla�l
�, Hua li,�,t. I VON (il : i.:r.�> iKiancri
43fpei t font*Prln��; l'ha.-au..�S'.'CJi.
C'est avec plaisir qw n�f
publions ci-apres le dt&�oMr* g <
pronon�a, � son installai toi a
poste de Directeur de. I Enseign
ment, notre ami llermann II
reaux, dont la modestie se ��
trouve en ses br�ves paroles :
Des paroles �logieotta q*i
vous venez si �inaii'cmeii i
m'adresser, excuse/ mo Mr
Secret re d'Etai, d^ n'e i vi
loir retenir que cel qui n
confirment l'id�e que }� put
�tre de qnelque utilit� au po*'
que M. le Pr�sident de la R
publique vient si spontan
m�at de me confier. Soutirez
que je lui en exprime ici ma
plus vive gratitude.
Si je n'ai jamais sollicit� le*
diverses fonctions que j'ai d�|�
occup�es dans l'instruction pu
blique, je n'ai pourtant jamais
su r�sister � l'imp�rieux d�sir
de mettre au service de la R�
publique mes connaissances ou
plut�t ma passion des choses de
1 enseignement � celui ci d�-
passant incontestablement cel-
les-l� chaque lois que le Gou-
vernement l'aUait afpel a mon
concours.
J'ai gravi tcus les �chelons de
la caril�rts universitaire; apr�s
avoir �t� longtemps prolesseur
au Lyc�e P�tioa et au Pension-
i�t le� dt n -o sel-es qui a dis
1 'HT, j-' sui pa k
i | il 10 Molaire e t ��e �ww* � ...u
au-fruice pour me retrouver ce que mis avonsiflj
quelques ann�es plus lard D- sur sujet du g�nie de lio_
recleui du Lyc�e, puis Chel de s�.mais, � part des ncleoia
division et peu de temps a pr� , que:
Secr�taire d'Ktat de l'Instruction
Publique; mais la seule fonc'ion
qui manquait .'. mon �tat de j
services et elle qui mevr.pl,
l'honneur de,re entour� ce Bis
Attention!
Attentioi
Le Public apprendra U
plaisir que la t�te projet�
mois dernier au profiT
noire int�ressant ami m
sieur Candio de Pradioe*^
ra lien le 2'idu courart
Nous ^esp�rons q�
Port-an-Pnnce conlril*
rehausser l'�clat de celte*
en assistant en foule .j1
�oir�e de gala r�l�W*
noce* d'Or du B*-�"!�'"
ti. Nous n� reviendrons1
Un de beaucoup de mes an-|
ciens coll^botalturs et le niai- i
sir d'�prouver la l�gitime fiiert�
de combler aujourd'hui le v�u
de la plupart de mes amis, au
nombre desquels figure M. le
Pr�sident de la R�publique.
Aussi, je vous prie de croire,
M. le Secr�taire d'Etal, que j'ap-
porterai dans l'accomplissemer>t
de ma nouvelle l�che. la m�me
conscien:e scrupuleuse du de
voir, le m�me esprit de justice J
el d'abn�gation qui m'oal ton
jours permis, partoui c� j'ai eu
a prodguer mes activit�s, de ne
)amais rester trop an d"s-ous
des e�poirs que je pourris ?us-
Mousieur cal i. ve, dans
nouvelles cr�ai"
� Savaiu, �tra
savante #Dtl
< Rey.
c t Cl�ment Coij.
on /.ura la satisfaction tendrn Mr Candio low*
Entr�e g�n�rale |�*
Loge
Pour le Comit�dOrg�
t:on,
Le sec, �lairc
H. EO�
lieu � d
G
la t�te aura
8 heures a"
Wi�t�s �
Port au-Prince
,ce�20ct.l
ritrr - - - tn^c-deceD�part'-j
Cllcr" ! p�re que j'arriverai � Ij^
Eu iehnf les yeux sur la Dr- c�0.fl8fn,ce-2u*n!i'et ?�aJ'
noires
rection G�n�rait de l'Instruc-
tion Publique, je ne vois que
des amis qui. j'en suis ��r, vont
�tre heureux de pouvoir me
pr�ter le concours
m:�"C5. Avec ce con
loi des emp'oy�itl des lonciion
de It R�publique*;''de
Secr�taire d'Etatsen�
cerenrroi. -.^
En tout cm. .1" .v^nf �|
soi� ^
de leurs lu- ; cer avec toute It so�
iccurs et ce- vou ment dont e,�
dr-s lonciion-1 U odob-e !�"�
�larbaneoiirl
mlmmiu -iii-.r.a^^u^
Dont la reuommee es^on�verselle a gard� sa premi�re p�ace
Vt.iM nUi-r pnrl�i.t :
UN HAr.MANCQL'RT
�>�pd1 �ttue de� C�atn



L� MLVTIN - 19 tclobre 1931
;igi^iiTj*y>^fc�yt

I
ie. vapea- un assortiment icir| it d� lotte*. Us dirccnsiors de Ffiftl el Tib.s HhLfcTGMi.
Nous avons le plaisir dinlormer les propri�taires d'a� (m avoir re�u par ie demi.
Chaque propri�taire d'autos a int�r�t � acheter pour iclaelf. 'es propri�taires d�autos on camions n'ont pas inUr�t a acheter nn pneu � bon vanli �> nui que FIRESTONE vous garan'it le plus de kilo n�tres par dolUr, uu pria Ie� pins
,'ool j�mais �,� vus-
Vit pr'i
ans qui
m
4- I
30 x 4,50 �� plies Dollars 11,0 ^
�21 x 4,7j ri plies a 11,'20
29 x 5,50 0 plies � lc\2>
3U x 3 K plies � 1* st.�
33 si 10 plies le.�
JL

SOIS 0FFROXS AU01HDH� I :
FIRESTONE HO
FIRESTONE HO
FIR1�STONE HD
FIRESTONE I1D .Gain on
FIRESTONE HD Camion
IMPORTANT: Les Pneua FIRESTONE sont renforc�s .'par deux plies additionnel� sous la sutiace roulante, ce qui euguen': consid�rablement sa dur�e.
Nous avons rassortiment le pins complet pour toutee lea dimensions toujours en stock, que nons fenoni avec plaisir � vo re disposition.
<

P0I.H COMMANDES S ADRESSER A
***�.
WL>
fit-jc'-i-* .�'�.:"���.. :

JEAN LUCIANI & Co., Cap Ha�tien
J. M. GAUTIER
iBEL LACROIX,
Port-de-Pai.
Gonaiv�
CLEMENT PINARD,
\--
Saint-Marc
A
S.VINIEN MARTIN, Ptlii-Go�ve
sa
M ira gel ne
T GOUSSE.
ED. LAUTURE,
*�*
Jeesatl
H. MAX AUGUSTE. Porl-au-Prince.
� �� 'i

�,..-, �..
AtoNeet*
g\
%
L PREETZMANN-AGGERHOLM & C�.
Rue du Quai.
A�jcnls G�n�raux.
.-.-�.-
Echos
is
ilic
s
;flC
iicl
A
tn�
H
)R'�
i soi
�i
a�.1
un an^nnee le re'oar pro*
"'"> Je l'autre champion ha�-
poAnd.t Th'ard, secompa-
Thi�e Sa ,tir'�;c'une fran�aise.
�ard, qui poiia haut nos
omfurs �ax 0|ympiqaes de
r* Angles, sera t�t� par les
'POf'iDi.nlia
ns.
M-Georges Petit, directeur
� m Impartial e� candidat �
�' nng;s'raluie communale, a
i | au cours d'une manifesta
'on�leclorole, arr�t� et empri-
se. Comparu devant le tri-
JW de paix, il a �t� condam-
"*� iamende pour * bruits et
�
Les crnseils communaux de
Jl-MPaix, Nhrigot et Saint-
J*B��lu Noid ont �t� rempla�
JP� des commissions corn-
�anales.
\h� �0tnrnissions commun.*!..
t?d'Terrc-Neuve et de Mar
�al ont �t� r�lorm�es.
i (,e]l" d un \r<6t�duPr�-
>�d' "S de la R�publique sont
�eap� �s de la taxe sur les v�-
Lu":'^g�nienr en chet de
Md� �L,,Je Directeur g'n�-
J'jSN.rtH.P., le Directeur
C��uS.N.P.A.. leDirec-
� WnilduS N.E P. IAd-
^'Mr�'eur de I llftpitjl G�n�-
U,
^�nna/cs t apaises disent
y. 'Viuice de tuer les so-
*� togt biii du C*#-H*i
ti'�'
tien, du lait de certains travaux
� ati e pris sur la place de
Champ de Mars qui 8*1 le ter-
rain a'eutraineixjenl des sporla-
mep, par la Garde d 11 dti.
Qj on ne paralyse pa* la jeu-
nesse copoise dans ses activit�s
sportivef.
� �
Le m�me confr�re publie la
protestation de M. Willa Pierre,
secr�taire communal du Lim�
b�, r�voqu�, ainsi qu'un autre
employ�, par le magistrat com-
munal", pour n'�tre pas partisans
du candidat de ce dernier A
la d�p.-ation nationale.
La commune doit neut mois
d'appointements au r�voqu�.
Tout de m�mo, magistrat ?
�
� �
Lu Nouvelliste signale un
geste srpr�mement �l�gant du
Dr Rulx �on, directeur g< rai do S. N.B. En soumettant
le budget de son service d so><
chet, le Secr�taire dEl.t de
1 Int�rieur, il lui laisse le soin
de fixer les appomtemenla du
directeur-g�n�ral, c'est-�-dire
les siens.
�
M. Pedro de Ygnal y ��Hl-
nez. ministre arcr�dit de N.s.
nagie � Santo-Domi go. eal
,,as � jeudi dernier en notre
vil> tn route pour Smio-Uo-
mi J"o. On croit quil reviendra
Li'iTu cas o� la R�publique es
pagnole d�cide d'y �tablir une
l�gation.
!>tr nne circulaire di Secr�-
lair� rl-RUt de l'Int�rieur, il esl
�^ointaux Pr�fet� de P���-r
des instructions aux sdm-ris-
tralious communales aux uns
d'ouverture des listes d'inscrip-
tion le jeudi 29 octobre pro-
chaia.
�t
Par arr�l� en date du ."> oc-
tobre, il est pporouv� la liqui-
dation � cent gourdes par mois
de la pension d** M. Victor
Trouillot, aucien i omp'yble au
D�partement des Finances.
! M. Louis Raymond, ch I de
'bureau au D�partement du
Commerce, est nomm� chi t de
division au L��par!ement de l'A-
griculturep en remplacemi ni de '
M. Auguste D�er' p s�� � ;ulie
loiution. M. Charles Tli�venin
est nomm� t.het de bureau au
^D�partement du Commerce.
Charmant, candiJat I la d�pti-
lalion, al pereonnoltement en
cause lois des derniers inci-
denls, est venu, lui aussi expri-
mer ses dol�ances. La d�l�ga-
tion c' !ui ont �t� re�u**, par le
Pr�sident de In R�publique.
Nous ue savons pas lea suites
de leurs d�march�e.
lachet Miriga
Supp"> ns e^ quelonea mlnntM Fi�vre, Grippa, Migraine,
Rhimatitm� U�alrainenl dr choix loujmut iffleati ri �nn�
i/d �-; ��; -. I; j'ii i iU-1 et 13 eaobels. En vente dam toute* bonnet lii �*
Ub'jrtu:re�BDocteurU!RAUU.PlMrBwci.e.� LYON.OULLINSIFriee.)
!�.,..: a 1 ort au-rrluce : l'iurmacl* MCU.
A
DENTS ELECTORAUX
A
2&&&J�
�o�
La situaiiei �lectorale n'est
pas sena trouble ni complica-
tion dans la pnmi�re circon -
criplion de Jacmel. A la suite
des incidents violents dont la
presse s'est lait l�cho, nous
prenons qu'une d�l�gation, loi-
m�e de quelques-unes des per-
sonnalit�s jacra�lienne*. est ar-
riv�e -ci jeudi soir, pour pr�-
senter au gouvernement les
griefs de la population contre
les autorit�s �tu lieu.
A celte d�l�gation figura ent
aolfaitresiM' i�aul li'ion-i le
Dr N�rette St.-Louis. M' Alciue
Toutes les Polices
DE LA
s
^comprennent h Proteotiom aoiitrc �j �
Foud re sa � u \ i tenlatioB de a^** ~
oss�f1
9.s M l##JLVf^'JLIV"r�T5^�L- HJ%JI
Aqents G�n�raux
�s


!
Aindi
Le Matin

IflOclobrc 193J
4 IAQKS
2fi*a* r.W<1!E r^Tfi
Part au Prune
TA:4fhoie:2 U
.��wraaw ' 'wwr*>��* v�tjwmwkx� a*"1** � ' ��>r^"-'
URO
ONAL
combat le rhumatisme
fa* lAt Je ^ \~\Mt Ut mrtlaiiatistn?,
|drrtMilf VmcMe uriqv.e,
l� nutrMon
et mxydt fet gral$�es
A�MMttMjl t�r
1� professeur
lARCEREAUX
�� � � On
flftt^ � ! M Min*

Courte
N�vralgim
Cravellt
Art�rio-Scl�rom
Ob�tit�
k�f CH�TELaIN. P��l eteeeafl fa �ItlW <� Paru, 20 Grands Prix, 2*2 Ife, r. J. ViMmm,MM�.< I* I*�41*
i>^-f>�joa^?MDKuaaBrw.ug ,--.,
Panama F ail ro ad Slamshio Line
Service de fret el de passagers enlie
Angleterre Ecosae Franc*
MqL 6 W. SHELDO�1 A Co- 11 James Street. Liverpool, fcreeLssiL
TV falloainq are air
t.i l i i
Mars
lt|psts at prisripal ports il tares* :
ENGLAND, SCOTL�ND. FRANGE.
Meurt ti. W. SHELDON & Go.,
17 James Street, Levrpool.England
.. { -i 1. W Stoldou * Ci. are repr�natal by!;e tollirin 1 rsa
lapide et plat dtiect service de transport de passagers etdu trU cuire Ha�ti
a>�rts Europ�ens Vil New-Yord et Crlstobal, Canal Zone, fsthme de]Pan*na
Va�ci la listeMe nos agents pour les prir*
(iLKI.�Tly HfKSIl & Co
21 Hue de la la R�publique
Marseille*.
Hernu'Pcron & Co. Ltd.
�3 Qaal George V.
Havre.
'�'rlftrnu l'ernn;,& Co, \A�,
tlceXdu Moulin � Vapeur.
Boulogne sur 'Mer.
Messrs., A. Rendis'�fc ff
21.Allengade. Copenhague.
Oslo, NoiwAY.
lr.tcrcatioual
Spedilionsst lkap Oslo.
MM. Atlantic Freigut Cornu
Caillnhaua, Hamburg 1.
Germa uy.
Messrs Atlantic Freight
Corporation
Germany
Messrs Attantlc Freinght
Corp*�.,
24 Q ni Jonlaens,
Autwcrps, licliun,.
iucipaux ports de l'Europe
Usas Peaoji A C" Lt i
9.5jRue des Vlaris,
Pana
ftt&fo Pfi\n t Ci et 1.
,.Rj� �da IVmiiilit�,
D.iu'.cerqu�.
^ ,(J Rue Roy,
[* Bordeaux.
S ISMOB, Ir.VLT
tnirtj Imt :>�;.* icutu
Puma S.\|imj.Hi n
C)rresuURQ Sveo�*
Norlisk Express,
Cotbeabarg,
.4c�srs ATLvtnc rawatfr
Corps.
Isiia
t
Rotterdam 'hllnh
; � ' : :; t v u t '. >
SK
�ar
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotkmd ) �,
. i'-itt/�-1a< m.;'x � ii�vilifie e i an mjn i^
��iez un reiroidias lentit
� emior ionr et la m � iiea.
>is jours.
fflsfsm eai'i�di reirai!
disienien�
�POA1A/1TI
A. deM.ltcis &C
Agents
AVIS AU COMMERCE
L� ^an�m� Railroad Stearnship Line a l'avantage d'an�
nonce les d�parts suivants de New York pour aort-au prince
Ha�ti, directement, durant le nmia N�vembre llJ31 :
D�parti �* Aei� Jer.V. Arrivages � Po t mi -Prince.
Steamer < Ancona le 27 oclobre 1931. le 1er n tembre 1931
S|S � Cristobal � le 10 novmbre a le 15 no*. 1�31
L/S �Guavuqnili 17 � � le 23 novembre 1931
S'earaer aiaceaila 21 nove.nare le 129 novembre 1931
Jaa H. VAX RKED
IgaaiJ G�u�ral
V ven in� \ai " lij'cli, "i n�
*9.ik�m Mod�le li>-"> Mol*�u,
n^rtai� �tat, cor. me ne i� Pr�
600 do'lar� cash.
S'adresser S I H�* \nnif
4 g tirwi \ n �t R'.eF�tojl
avec MEt�DAl�
R4fAn4rat�tir modtrM
SUPER D�PURAV.F
t� plut ��r, i� plat nmpht
Le plus
us pratique aux Colonies
Combat : MtladiM (hi San*. d�
tu f�an. 'l.i Foi*. CuDitloitlOo,
A�F �rtflqie et PA1.UDI8MB.
LABORATOIRES SAFFAR*
S�, Ru* �* U Ch�p�|a, PARIS
S. At�rt +u-*r,ittt.nvulrt.tW.
W
�G
Laboraloiro crjournc
Directeurs
r. SrfklODRlfft� l'harmacien
f\ S�iourrk. Phrmacien de PO livf-rsit� de Pari"
M. S�jourkB. Phirmacion d- l'universit� de Paris,aaeiea
interne des Hopitnux de Paris.
Analyses des Urines, di suc gistr'tpe du ssng ( W�s
sermano, Ur�e. Constante d'Ambard, Glyc�mie).
I) >h l'-hi'i. D"s 'nagera t�e*l*s
�fine Cartnllua !
Pierre Loul
Rie 4e I Enlrrrrnm!-Ne 111
Blanchisserie po ir les p�
sionnaircs, avec promesse
acommo'ler, et de remplacer
les boutons etc. etc.
Prix tr�s mod�r�
ti PwS jxrixi u u rus ancta
INJECnON PE�MII
D'ALGIRI
�t
Idiuc�is PETunrf
BLENMORU*
Toirro muW*
Sfktiiliu>�m�l. �. m k CnMDtN*
�� ' __ JIU
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Le Rfin
�

(he
je ce genre.
>
W
vji UsOENEPAL* est Uns des plus puissantes et des plus tafiaa �laaaiaalisRS.
Le s�leil ne se couche jamais sur sou champ d'action qni eiRhrasaa le
le
Ses Pqlices/'ontre incendie couvrent aussi les d�g�ts occasionn�e par la toucire
Se� Pelicea pour Antomobilea couvrent \<*'s, incendie, malveill?nce. dommages
cSRJU'Js a jintrui dans s? personne .�u dans srs biens
es Polices Maritimes �mises par ses branches d Europe �oui payables en Pla�li
Paliers- contra accidents aonl valables dana Iunivers eiitier. Tous les yoys-
gajtfs �evraient dnuc prendre la pr�caution de efe munir d'une polue contre accidents
et'JBTaaaiab 4�5ial dollars, la prime annuelle n'�tant que da t/i*/� aolHe>tJolltfi U� C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
bOVS GENIS
Agent (�cu�rcl pour Hnih.
t'jif le-rrinee. l�. G1LG
IEAN BIA^C!^�TJ.'r<�i�
C'est la quintessence des meilleure!
vari�t�s de cannes d'un vaste territoire|
r�unissant les meilleurs terroirs.
C'est ce qui fait son ar�ino.
GOUTEZ ET COMPAREZ! 1
In
I
*m
-~i* ��
BR*�<
�
hob i i i q ne Un Mien n�s
Chariier- vialebranche &
1224, Chemin des Dalles,
Co,
m
'