Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
Cl�ment, Magloire
aafJ RUE AMERICAINE 1361
TELEPHONE W2242
i mir cire tranneiii aaiii I tint
�e l-iiidic comple if i c ejni sa pjitfS
�aai I .imeile 0M1 qu'os aime.
I f oa TOI STOI
gfcaj ANNEE N� 746.�
PORT-AU-PRINCE( HAIII )
MERCREDI 9 Septembre
en;
Pour
P. notre"
L'ENVERS du D�COR
y p�ril {ha�tien est corn-| un lambeau de;, sa dignit�,
� jC H est d'abord d'ordre celle o� il faudra "se baisser.se
r j pour tons ceux qui | tra�ner, rare par.
:� �-'��Pays a regres- S'agit-il d'un exameu, on se
fera recommander pardes po-
liticiens et si le protesaeur a
assez de caracl�ra pour se ca-
bier, on intriguera et le tera
r�voquer. S'agit-il d'obtenir
une tout-ton. ond�nonrera le
fonctionnaire comp�tent et
i3D scientiMque et artis-) int�gre coaame un m�content.
ie Je la vie. juu opposant au Gouverne-
Certes, naus avons laulo,la
iolortoplionic, mais nous
p perdu,!e go�t de l'art,
��*-
car ,1c progr�s n est pas
noiquement daus les r�a-
tiooi rnat�iielles; il est
rtoat dans te c�ur de
notre, dans son d�vclop-
-eotintellectueletmoral.il
leste par la haute con
ment, on lui pr�tera toutes
sortes de propos, enfin ou
m�dira, on calomniera, cela
m�ue � tout.
Comme la le�on des exem-
\,us \ivans eu vitesse. P'es vaul mieux que celle des
Cl on s jouir, jouir phy pr�ceptes, les tout jeunes eu
lerr.ui autant.
yjlu'de dejla r�tlexion, l'a-
Jes �tudes d�sint�res-
Moeicciil surtout, Mdic >ys
ijjenerveux; e>;acei b� par k
iioriiement de toutes I e s
nullit�s, ne nous laisse-
nt le temps de penser, de
uner, de iell�chir. Nous
lommes plus que des au-
ies sensibles mus par
app�tits constamment en
| et toujours insuislails.
Au point de vue intellec-
la situation du Pays est
intable. A peu d'excep-
,s pies ou ne leucoime
tdes espri:s moyens dont
binalit� est il�coucertante.
,\ous avons sans doute cha
leaDnteplus de bacheliers,
us de laur�ats au Brevet
|nple, au Ce> lui at d �tudes
Bimanes, plus de licenci�s
droit, plus de m�decins et
� coutie plus de rat�s,
os de truils secs, plus dt
odidats impeuiteuts a la
iliiicaillerie, et aux iutri-
esdes/ou lisses. L'Ecole de
oit,- celte Ecole primaire
urAvocats --vomit chaque
n�e des licenci�s eu nom-
coDMdeiable; nous u'a-
es pas pourtant de nu il
rs juges ni de meilleurs
Mes.
olrelois nous avious moin&
.dipl�mes, mais ceux qu>
�Dt iciisM � d�crochai
litre ce l'avaient pas ob
pat biigues et inwitfues.
�lit;!:tique clnre poui
�t� proie*sei r a i'Ecolt
le de Droit. J y ai �tt
en pleine chaire ei
le dos parce que j avais
Blaire et j'avais tait mon
ir avec dignit�, int�grit�
Fopret�. J'ai l� dans mes
des pi�ces qui leroui
les grands et petits
idenis de notre ain
we d�primante si ou mo-
lles publier. ,
laveurs politiciennes, le
toportequisme �, le nepo-
* et la partisanerie ridi-
6t imb�cile ont d�truit
""libre moral du Pays.
[�'ailler, �tudier, p�iii
'� textes, ce sont l� des
�elles.Ce qu'il taut: �c'esi
f tron.un protecteur puis
|� � H laut �tre lierre e
aer chaque jour d'un
ndi.
jf triouipae de la m�dio-
de toutes les m�dioen
1 d�moralis� la jeunesse
�olei.�Aqnoi bon �lu-
� -Ppreudre at m�me sa
��dit-elle, puisque sans
on peut arriver � tout
�Une suffit que de plaire,
�au premier taquin, qui
se donner de l'impor-
te tait passer pour M�
�� et COmni� ( \it>nAr
autant. L.e ma�tre sou-
cieux �le sa lit lie qui voudia
arr�ltr celle explosion d'im-
moralit� � la poite de l'Ecole
seia consid�r� tomme uu ra-
doleur, le p�ie honn�te qui a
pu garJer sursouenlaut quel-
qu'autonte comme un arri�-
r�.
S'ils savaient quel grand
mal ils tout ceux qui du haut
en bas de l'�chelle sociale et
gouvei nemeutale encoura-
gent si.it par int�r�t, l�chet�
ou complaisance toutes ces
tatWease�, ils eu perdraient le
sommeil.
Lixemple, ie boa comme
le mauvais, vient de haut.
lia doivent se le rappeler -
ceux-l� qui ont une parcelia
quelconque de Pouvoir ei
d auionte, que leur tathe est
imnieuseuu poiulde vue nio<
rai� l.s doivent �tie des pro
tesseurs� ue vertu. Quand ils
l'oublient il importe qu'a
leurs oreilles boutheespai les
(ouissauccs mat�rielles ou
trappe � tomme un sourd #.
Qu'importe ce qui peut eu
uetouier pour celui qui a ose,
il n'aiiia lait que son devoir,
oist �a, 1t. devoir du journa-
liste, uu 4-rolesstur, du pr�-
iic.du pasteur qui ue doivent
p��s taire Qe leur temp.e
un marche, de leur chaire
ancres uu uipot.
l/esl le devoa de tous ceux
qui ont uue plume e, qui sa-
vent uon seultmeut ecure,
mais penser. 11j> uoiveul s'en
aervu pour taire SOtinSf de�
veines. Qu'importe si apr�s
avoir /au leur t�che a eux,
leur grande t�che, ils connais-
sent �les jours saus pain et des
nui ta saus souKuail. Qu'ils se
le m ciii ets individus, jour-
na li�tes, pi eue�, pasteuis.pio-
leaktors, chtls de gouverne-
ment: ils s'avilissent quand
ils oui peur de se servir de
i autorit� que Dieu leur a
coaliee par ciaiule des res-
ponsabilit�s.
Quauu lea chaires, qu'elles
�.oient sacr�es ou prolaues,
�out muettes, on est a la
ftllle dune dissolution &o-
cltttc Ces suencea calcule*
ao�t cmx qui rappellent celui
Jo tombeau, celui des ciaje-
�eres.
I Septembre 1931.
Alfred T1AU.
5 dit
comme Clitandn
souvent:
"�Pourraque je pUim�tMM
n'ai h�J-. ,. . Pont i
a�ire affaire o�
� (sois attach�
es
Petitesses ont bris� I.
* nos jeuDes gens de
*"*� Sa �it-il d'entre,
JgLfeoie sup�rieur
our!'aa,a �rande Porte,
,Qo passe sans per�re
Seloa les d�p�ches d'Am�ri-
jua, la paralysie infantile s�vit
� l'�tat �pid�mique �_New-York
o� l'on a �ooatat� 722 cas de
ette terrible maladie.
Le Comil� .d'Hygi�ne, ayant
dress� un appel � loua eaux
ui avaient �t� del� atteints de
mal et qui sont donc imnii-
isis contre lui, pour avoir la
ai i> n�cessaire pour pratiquer
a translusion aux malades, le
iouverneur de New-York, M.
Kooseveit, a donn� une pinte
de son aang.

Hliinit
ALIX ROY
29 ann�es de succ�s.
LE
Dans une note publi�e sv
di, nous �lisions, � piop�i de Ja
loi dont une disposition dimij
nue la montant de h eau'
UN AVERTISSEMENT UU
F A L'ADRESSE
OE QUI DE DROIT
DES NEMHUUS PARlJUEi A L'AORESSE
fi fxse
de (a
Xttiis publions, a� ��- pi
lauit suivant qui nous n rlr ex
p�dii par le Parquel de Port
� au-Prince et qui rappelle � lotis
d�poser pour la licence d armd ceux nue la chose int
i laf, qoa Maasieura les .h-- q ues-uns des lern
saurs <|Wtmtd�poaa l�y dollars I Lo/ ju ; Aoul /-,. � sur /eJ
de caution ret 11 icha:. ni le .no ;(,/l.s.s(.v nouvelle: .
ve� dw b�a�naiar de 1^ r�di
non opei� parla loi. Nous �-
ajoutioos qi u cela nous panda- Le Commissaire au Gou-ver
fcait assez diltieile, vu le pni i ne ment or�s te Tribunal d*
pa te la non i�troac;io�i dv* 1�re Instance de ce ressort
lois.
� < psodantfa�u9 . us.si
que plusieurs bo.mmes tie loi �
qui ix�u�en avoiM caus�, nous
ont uit que la cautifn �laot une
chose piovuoire, uu- garantie
qui resta la propri�t� uu d�po
sent, la diff�rence r�sulta ai d�
la diminution pi�vue pnr la loi
doit �tre rembours�e a ceux qui
oui d�pos� lu dollars. D'aqliea
chaaaaura croient toolelois qu'il
e*t beaucoup plus simule .le se
pr�sent�t dans lea buieai.x de
la G. d'fl. avec leurs Insil.s el
de r�clamer la re.st lut ion dr l<
caution loalrc remise de l'ar-
in* et aussit�t rie prandr� il; i
nouvelle lictiite en d�posant la
caution sur la base de la nou-
velle loi.
Fiusieun. de nos oemroda
� ous eni deiaande notre opi
mou personnelle. Nous croyons
que le moyen imagin� par les
thaaseurs de r�clamer lu cau-
tion, puis d'an verser uue nou-
velle selon la loi en vigueur ac<
luellerr.enl, ast U mojeu qui
nous semble la plus simple ei
le plus pratique pour permettn
aux amateurs das plaisua cyn
gstiques We b�u�lcier del� di
uiuiuiioii de la caution.
Du p�trole
Uu fnrmideble gtaemenl
p�trole vient d�lie ouverl dans
la r�gion Est du Texas ( ]
Unis) Ce ebamp d'huile- pra�
di'ir* 225 barils de p�'role p u
jtsr St par nuit. La gistme�i i
aie plac� s'oas la loi mariisle
i .1 dave
publication ou reproduction d�
teljea luusaes eal un l�lil
pr�vu al puni rbx termes de
loi �lui AoiV 19 M d' na an
de mille a d< ui mille go rd s
i d'.u i enipi isoiii- itie � > mx
mais j, un an ou de l'une de ces
peines seulemeir, lors�j le la
publicatioa on reproductio i �
�le natore � troobler ia paix pu-
blique.
Les uns ei les autres justicia-
b ts du Tiibuna' Correctionnel
el puruasublei au m�aia iiire,
les a a leurs el les rop galeur�
de noUvellaa ou inlo.rmations
ses et pei ri c qu'ils
�aveni lauasea ei pernicii uses ci
qu'ils publient el prop.-igent de
mauvaise loi par quelque? mo�
yen que ce soii m�me autre-
ment que par la roia de h
^ie>se, ne peuvent donc pai
guorer qu ils sixpoent � �tl
poursuivis contorm�menl aux
lois en vigueur.
Cet avertissement ^salutaire
est � une lois pour ISUtes �
ilonn� a tous ceux qu'il appai-
Ueodra. Uoni acie.
PROBIT�,
PRESIDENTIELLE
Les, joui ameri-
caii s publia I le texte d'un
iguliar sale notari� qis le
g�n�i Jorge Ubico," pr�ssi-
dentde la R�publique de Gua
tsmsla, u i dt �tablir van;
prendre ses loin lions p
inv ntoi iei r � fortune per-
leelcs un.
H linl par i stgumeni
en rd c olrs lea
m�disuuts �|ni i ieot un
jour hacclssi de s � re.enrii In
uu pou
presse � oil dans es g
un �les plus noblss i
l honneur d'un borna c d'Etal
ddpui > l'iodepi udance d� i A
- , h me.
Si i � su e : rs ;
n ite t-il |us sous �i i
� usses .il les
luttes : olitiques du Guste-
la ?
LA
A
Par sans fit
LA il iVAMts., 8 Sept.� B en
velui >)'i � bai ne
>ie olfl proclam�e i
sa H i. l'agitaiion devient cli que
|o .i plu� �ei - * ' .
i nneuls de bombes.
rappoi (s daclatiot que le r. i
Mai li.i U) Si'" pi i |):i ,� .1
i: s onuei enStiiVtur de 1 � *
ni Alfred /. lyaa i aui
^ est m .-! la pan, turenl olfici�l
ieioeui d�meuli .
Fau an Parquel de
laie, ce ."> Ai.i'n 1931.
A. BLANCHET.

de
Un incident
\ Sam Hirhel \i� lAlIslaye.
C'asi ntr�
jui a relaie, aamedi, q ie la
'lion di *� � bel �le
l'A'.lalaye a pro sli
allatioa de M. Sajooa comniV
pr�aid�nl de la Commission
Communale di celte ville.
La mandes .Mon h *� :� p .
" :l. � '/ � ,. ,i
[�rec�der a des aiions.
r
L'ORQANISME ast REMIS d APLOMB
PAX LE
LACTOMORRHUOL
DELPECH
POUDRE da FOIE da MORUE SANS OOtJT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, AN�MIE, LYMPHATISME, SURMENAGE
I.�S�r�to*r� DILPSXB. S. Km OmIm. PARIS
* e.rt-M >rmm : fv buch a C AST ATI �t i
ntthW NUUS VISITE
Sa me li matin �.si parti en
..\: -n pom Saoto-Uom-ingo
ti La 11..\ �m-, M Dreu l'i si
mi ... le coi. i.-., oudant a \\
hiugtoo du hai.iivuii: SON.Le
l��i i\\ "i ite ameiicaiu, qui
u� l.u\ n; Auel, i |
leur du graud |ourual de
it ai. ue ici mr,
cr�dit matin.
L'est .vl. Pearsoo. qui i :
iteui de lu
i h� trunsnuse uu a liallimoi �
Sun � i� � ... i qm ,,
Unis ea Ha
avait cess�.
LA
Ri
BIERE �NATION MA
i)i: la
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr� sa qualit�
sup�rieure.
Prot�cjez votre ooche et
votre sant� en la buvant
toujours.
Dai di 'i
s nlr�i e a Le 1
'� .1 cri d'alarme
informai t ue, s< ion une d�
p�ch i � 'mi,) de Cuba i,
quo di n de Santiaj . u cas
hotantile a
d� .r i 1 a 1 ii S .� i �, q
in :� populeux de La il .\
Des m , poui
lei ; il.
ussiit� p iaes par le
Corps de b int� cnbeio.
\ die confr�re .i m nde,
�n, que de gran
pr�cautions soient pi ises ici
pour nou in-
hotrodnetion �In fl�au en
noire T \s. Ce roi.sel � t>l
.'bsul iiiciii
i vu, samaai anrss>sariaH.
aux eaviroi � da l'oludr du n��-
tairs �tiol.a la rue Henna-Fai.
i ia can li��als � la d�pnlfttan
pour mu circnnssriptisD don
mi d�j� d�put�, �i l'entre,
un �terntl candidat, sinv�*( lift-
ai pas d'une Lu,�il molle. L �
plus vieax.� nais laquai ni
r�iil t� �st le plus vieax?� n'�-
tait pas lr �joins ardent �t �u
sut cru vraiment qu'il donnait
b l'autre une kcon-;de teuragi*.
On ne aait comment la chose
ne I' il point par il s coups.
Faut il f�liciter ces deux aaes-
sieurs ds Irur pielonde sagesse
�a les bl�mer de a'�tre ainsi ot'-
ferl en apactaele � une foule ad
il y avait peut-�tre cjealques
ti�deurs ]�r*l>iibles?C'�tail vrai-
ment du merveilleux...
�
� �
... a � , . raoi nier, 11 dexi�*
lit* avec laquelle an d�biteur
qai est pourtant �le nonne � \
1 s pour �vi rr
I Jjjea a du ci ancier qui lui
> li apr�s. Mais ceinaae il
�tait,� le d�ni' ur, i p;cd, le
cr�ancier I-- surprit au momeat
o� il loai na�t une en< oignura.
m liailsli ii eni ui rh'tntendre...
et l'on conrinl ils se voir a la
lin dr la asansiua).
�
... \oii que, de pais quelques
jeura ceriainea tamillea �jui
.�ni vill�giatuie � klenskofl
,n�nt Porl-au-Prioea.
T , avant .le se
dirigei j Poi au-i'imee oielles
li.ibi'eionl loute l'a nu�e,f�al une
peti ' - i ion �L- quelques jours
a La t !oupe � omine pour fslre
i ompi r n ire I ce le petite vi I*
es ivaie qui aura cent m dans
deux ans, qu'oc ue l'abaudenee
P"S loul � l'ail pour le petit
bouig accroupi nu pid de \*
montagne 11 qui �tonne l'illa
aion a ceux (pu en reviennent
qu'ila ont lait un voyage d'E i�
rope
i dans � Le Devoir
lu I
� o�

piib |p
dei
sui mer*
-� ! Qt�r�l
avec lequel iK nous ont suivis
'l ua an i promena li
les .i B�r� .ts s >| vices il
impartante organisation.
ua
li� la g article sign� �la Le
n�ral Emmanuel Th�san,un ar-
ticle o� il < si �li�. veis la lia,
que l'Ai i ord du 5 aoul us fai
i entorcer i < Conventios de
191! On vaudrait vraiment �jee
k� y m |.a l.i'i n U�n�ral explique
comment.
� �
... i vu. avant-hier uaaiia, ia
diaeuseda benne aventure, ve-
ine >le sa belle robe, voyante
comme il convient �leacandre
M. sa voiture pour aller rendre
\ iile i un des grands avueals
�u ; i e nde se trouve � la rue
i ; r Ma s comme ils soal
plus .le deux dans le Cabinet,
nul n'a pu deviner dans qaelle
m un i lle^allail lu
. �
... a lu 'I us . L Etal � que la
i i .1 Ha�ti a �t� viol�e il
S .il!*, i par des SgeaU
la i c Do ninicaiaf.
. . verrai! afec plaisir laGou-
manl �mus due �juelle sa
i i cl ion a �t� donn�r,en cette
ii is!i circo ince, a la �lignit �
I e 1
.
... ' oit qu'il y a plusieurs
luairea qui saet caa�i-
:i i i d�putatiou. Ceriaina
lionnaires ne savent-
da pi es la derni�re
oi aie ils a iipel s d�-
miaainnner iroia uaeis avaat le
1(1 janvier?
� �
... a vu un huiurr.e de la ar vicce qui pr�f�ra rater tan ci�
mio i au lieu de rentier dans sa
bonii Ville sans ..ppoiler COB1-
�e sheque |o s la bonne boa-
Ip ml�e -I <>r d'Alix Roi/
�ut I � la joie de tous les vrais
.le aotrs boisson na
Uo
�� �-^^jt*j***��*�-~�' -�?�"-"��"^���a�
���.. ce ' e �taadea'
' >nt Pira A
ice Lorparatioe ta-
?ei-nin�haTi,
Agent '�-n�ral yaur Uaih.,
pas


PAGE 2
LB|&WtfINf� � See.temfcre .1931
Bi�OURDEUlMt
NATIONALE
Depuis quelques joi rs des
�� mil intentionn�s m�nent
�neo��rtaine campagne coure
la Letcri- Nationale.
Nous ereysns cette oeuvre ab-
solument rnallaisante ; car 'I ne
fait point perdre de vue que
cet'� organisation est esaenliel-
loment ha�tienne et institu�e
posr des bu's essentielle rnenl
nationaux.
Csus donc qui cherchent a
��'reprendre contre elle DM
propagande de d�nigrassent bc�
���plissent une mauvaise: ctiofl
�t se Montrent sdrsrssir?s d'il
�* entrepri*-** cr��e dans le hul
4e soulager un peu la grande
d�tresse du peuple ha�tien.
Nooten reparlerons d'ailleurs.
Nouv iaux
L�gionnaires
[ET
Il y � parmi nous, depuis
deux on trois jours, un jeune
?isloaististe dominicain de San
tiago de l.os'Iabi.lieros. Il s ap-
pelle Luis il. Ru lera. Quelques
�aie, dont M. C \ -/.. L. I.amo-
the, liiot. l'ont d�i i l� a donner
uaconcei'. ce qni fera !a | i
dea ha�tiens Ce cooet M sa I <
peal-�tre. samedi prochain, a
a Ha�tien� a il y nui t eei ii e>
tuent fo , cette manifestai ion
�rtisliq ' ite io I premier or>
dre M Lui� H. Riviaru sera �c�
camps g; h- par Mme Lucie '.)-
TIRAGE OE LA LOTERIE
I
�a�
A la demande de M.Pa il Don-
nu*, Pr�sident de la R�p >-
bltque I'rai �aise. le grade d�
Commande!r dm* la L�gion
d'iloni ' nr a �t� conf�-e S M.
la "-s \Y lk�T. maire le N w-
Vmk. M.Walkera donc �t� pla-
c� au m�me rasg que les sou-
ven�ins et Chats d'�tat, car, a
ceux-l� seuls le grade de. Gotn�
msndeurdans l< L�gion d'Hen-
ne'ir, est parfois, co-il�r� ssm
qu'ils aient �t� aopsravanl Otfl-
ciers ou Chaveliera de l'Ordre.
> i us: le grade dp Comn&an-
'eur a �t� conl�r�, pendant
lenr s�jour i Paris, sa Mas IV
tari d'Abyssime par M. Mille-
rand et au Sultan du Maroc,
par M. Doumergue, sans que
ces deux iliusties personnages
aient �t� au pr�alable lads che-
valiers ou olflciers.
D'autre psrt, M. Ferdinand
Wiet. miuisire Pl�nipotentiaire
de France � Port-su-Priaee, a
�t� promu Otfi<-ier de !aL4��in
d'Ilonneur.O dont nous le l�li-
citons vivement.
EL 8A1LE AZUL
Nous �vons �galement reps
le vol a me de aouvsllsade M
Novela. Ct volume, coqustla-
m ut p �sent�, a �t� �dit� en
K publique Daminiesin*�. Ce
recueil �silieei a* li�s belles
piges h qui font vraiment hen-
neur au jeune nouvelhst* donn-
aicain a qui nous pr�saatens
nos conlralerne's remeri iments
pour son gracieux a iVoi, et ni s
sempliments pour son li�s beau
travail.
R .ne, il ao�t.�On croit ss-
voir que M Mussolini et le
iaint-l �re se sont mis d'accord
sur la qaestion de la r�ouver-
ture des In DUO sarclas de l'A �
lion C: tholi<|ue e i Italie.
Il rests encore des d�tails I
r�gler, a-t-on dit au Vatisvi,
nais m cr ni que tout sera
arrang- d'ici BQS ��mane ou
pea;-�' e d.ms quelques [onis.
Le H�re J�suite l'acchi Vcn
lui- , un des pi is anciens amis
du premier ministre, aurait
pr�par� les termes de l'accord.
Il est peu connu, et n'a ni
rang ni titre, mail il poss�de
la confisnee dsa dans puissant
ea IVSC lesqnlles il a �'� en
n�gociations depuis qu-lque
temps.
L'accord projet� comprend
ls retrait de l'ardre de cl�ture
des Cercles d'Action Ca'hobque
en Haie, lanc� au m�n de mai
dernier par la police. Un au-
tre ordre serai donn� fermant
loU'Iet cercles de la jeunesse,
� moiss qu'ils ne s'appliquent
aux orgsnisationa (assist�e. Oa
�v. erait par l� une. attaque
d< ecle eorlr* lfs Cercks en
tu t qu'organisations catholi-
q les, mais 1 ordre S t teindrait
T Uion Caihobqua et les tllie-
� sliers de Colomb.
|SCst ai rang me n dannenni
g,, de cause sur certains
poiin-,
veraii�
\p. a >x dem c�t�s. Le Son*
por.lite auait atteim
son but "� esrclsa et '�'. Mussolini pour-
rait dira sja' m I i manl les car-
alss en pr� a ir lien, H avait
arr�t� toits tsndaoce politique
qui sursit pu exister.
"E
DE GJ
Comme lou jom s le t rage i i
la Lots ris Nstionsla � eu un
plein euccev Les heureux,c'esl i<
dire ceux qui �nt gagn� les gros
Iota, sont ceux qui d�tiennent
las aam�ros 5730, 2913 et 5252!
qui ont g ign� vingt-d� ux mille, i
cinq mille et deux unie gour-
des. Le num�ro SfV.Ni a gagn�
mille gourdes.
Nous dirons aor�s les noms
de �es heureux gngu.u. ..
� '

Sans avons re�u sf/ec plaisir,
la d�lici uae plaquetta �le po�- '
mas po�tiques da M. Ml. de .ls.,
Rodi igu i 13 �si ivain domini* '
rain,inlitul�e Infidenclas Ce ��ont
� des pages char manias, pleines
; d'h irmo'iies ei d'une �cri'ure
po�tique de belle te me. No is
remercions I an eui de son � e-
gra ieui d o
\hmed bad, lu le.'iS ac�t
M ih itm � G m IbJ a dcmen'i
le brait qa'il avait l'intention
se proclamer chef duu
g \q\ i ro ment qui ton t;OQ
a- i parall�lement avec ce-
lui d � llnde.
Le d�menti se trouve dans
la derni�re lettrs de sa cor-
reapoadaacs avec lord Wil
lingion, vice roi de llnde.
concernent si par h'ipt io ' �
a co l�'-�' � e oie � � e d-
I I d.
PROPOS
DU
DOCTEUR

.



!
\.%
i
11

"i i n n i ii m ii ia propri�taire de
I voilmek� moteur, j'ai beaucoup
�l|iris ( i de pr< iiu�rc main, tou-
rnant l� s iliiu u n:. s marques d -
le�. Mes iii \ou s professionnels, ap-
pels � tontes heures du jour ri de la
nuit, m'ont pn i ur� un ' < ici lient la-
I oraloin pour �pi uvi l'endurance
d'une Btdrmol e. l'iw ani c - de dur
�.i � ice ninsi qi i mi ma -
un cl aion diai nos-
tique h i i hanl le i, i ,i, n r.
auio �tail exact.
J'ai li. lai m.i premi�re Nash, il y
a . nvin � iroii nas, ei je ras si plei-
nement -.. isfail de sa pei roi tnance,
'I11� ;�' 'i- par la mite i acquisition
eacors d'une N'asli. 4ihi � ei aujour-
d'hui je conduis lu Nash 8 cylindres
Ambassadeurd* IU3t. C'est une voi-
lure merveilleuse, Facile � ma nom-
vrer, si . i nfoi lable si toupie, et si
^k*��M : 1
satisfaisai le que je n'h�site nas � la
recommander aui professionnels.
"1 oui tien i�remcntje b�n�fleiat
d'une d�monstration �le la nouvelle
Nash Convertible Sedan... u j'en
�| rouvai lantdealaisir,que j'en eom-
mandai i ne |" i i ntoa service, com-
me icconde voilure. I.i je propose tic
del� com uirs capote repli�e, non
seulement poui m'i n| ese� aus rayons
bieulaisai la du soli il, mais et i ore
(.arcs '(m je me sens asses jeune,
pour rechirchei le Inmissemsniqu
nu sprouve dans les autos d�cou-
\ei les.'
/ a Set un est une nouvelle Ka$h >,' itagers el � double fin, pou-
nai Tapidemenl passer del'Hatde
. � F abri du roid.� celui de too-
ringauto d'iti, tans e /, na
KNEER S GARAGE
PISTRIbbT*,l>a�
i ne Dsu �> DesU i I J'( ri nu-Pi i t (Halu).] bot t : '2'2'ii � 5318
Propos
humides
�o�
Je plains le sort de hl.Edgard Ktien-
ne. Ce c .... i'oven est de .lae.mel. II
nom a, l'autre joa�, adresse une mis-
sive <�i. avec une brutale franchise,
il manifestait, par anticipation, son
sein.,..eut sur la non-promulgation
de la loi sur le commerce. Il aimera
d'amour la Pr�sident Vissent ail
promulgue. Mais s'il ne promulgue
pas i >. le Pr�sident de la R�publi-
que vient d'adresser un message au
Pr�sident du S�nat pour I inlormer
(lue la loi sur le �ommerce est ajour-
n�e cela, pour des raisons d ordre
constitutionnel. Quand M. hdgard
Etienne aura lu ce document, soa
sang probabletneal ne fera quus
tour... Je plains ce concitoyen, ht je
l'estime a�8CZ. bien que ne connais-
sant de lui .|ue sa prose crue, pour
vouloir son bonheur. Pour canner sa
douleur, qu'aura aviv� le message
nr�aidentiel, ie lui envoie une bou-
leilli �I. HtiUM SART1IK CACHET
D'OR, la liqueur des afllig�s.
ILE � LOUER
Ma lie ue la grau US halle
sise iue du Ma^as.n de I fciau
a aoie de la maison Adieu
Cooke, renommant occup�e
par la Gendarmerie d'Ha�ti.
S'aa'resssr �MrSTARK.rue
du Quai, au lace Gare �lu
Chemin de Fer.
SjCjj^pa&o -�. - ^^assjasjajs^ ^. >cjsspma^aMasiajs>
LA FILLE
DE LEXKA1SER
Vienne, i\ ao� .� Voici en-
core une altesse de sang ro\al
qui se d�cide � abandonner
l'oisivet� pour le commerce.
11 s'agit de la princesse Vic-
toria-Louise, tille naiqua de
l'ei kaiser Guillaume. La pria*
cesse vient d'ouvrir un maga-
sin de confisiie au ch�teau de
Cumberland, � Gmundcn. une
des plus jolies vill�giatures du
pittoresque lac autrichien de
Gmuuden. Victoria Louis* asi
ma i e au duc Tyra de Cum-
bcrlaui et c'est ce dernier qni
eut l'id�e de transformer son
ravissant ch�teau en sulon de
th�-conlisene.
Les vill�giaturants ont adop-
t� cette transformation avec
enthousiasme ei, dans plusieurs
halls du ch�teau, ils peuvent
contempler des bocaux el des
Vitrines pleins de bonnes cho-
ses que leur d�bitent de char-
mantes vendeuses, sous la di-
rection de la princesse.
N'OUBLIEZ ��l OE FAIRE UN PETIT TOUR |
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
P�tionville
1 60* pieds d'altitude. L'�tablissement la plus hais des es-
virons de Port an-Prince.
Seulement l� minutes d'auto sur uae excelieate rsati
asphalt�e. Vues m* rvtiileuses de ls ville et do (sort.
Boissous de toutes espaces.
DINERS GOUTERS SANDWICHS
Vrrangemenis particulier! s�our lss pensions de josr
de semaine au de assis.

Les r�alisations
pratiques de l'Aooord
du 5 Ao�t.
Notre contr�re �Haiti-Jaur-
Dal�, sous la signature de M.
Km. B. Armand.a publie, il y
a quelques jours, un tablesu
des sppoinlcmeuts raeosuela
des nombreux oflicieis amc-.
ricains employ�s dans les dit-
t�rents services qui viennent
d'�tre remis uu Gouverne-
m n t hait en eu veitj de
l Accord du � iiu�i ecou �.
Le la al de ces Y.Kurs
s'�t�ve a 12,971 dollars par
mois ou l.'j.u.iV ; cl lais par
un. D�sormais, pat l'accord,
le tr�sor public seia ssuluge
de ces Irais �normes. Et.cum-
me le dit notre coutrire, ce
u'est point l� un des moin-
dres et moins beaux r�sul-
tats de l'Acte du 5 ao�t.
Pour la � Loterie
Nationale �
Notre conlr�re Le Nouvelliste
demande avec raison que ls
c Loterie Nationale �, organisa-
tion essentiellement haitienue
cr��e pour des huts absolument
nationaux, soit prot�g�e contre
la concurrence des loteries
�trang�res et b�n�ficie seule de
la laveur du public.
C'est absolument justs, L'sr-
gent que l'on d�pense e.i achat
de biliels de loteries �trang�re�.
Ole par nos honn�tes, taudis
que celui que nous employons
dans les billets de in � Loterie
Nstiouale � concourt, en restant
dsns le Pays, � soutenir des
eeuvrei essentiellement liai�
tiennes
uni
Cin�-Ialdy
~~~DEMAIN SO�P.
~Sin demanda s ,"'�", ^.^i^� .t m
Havenaar
e
4e. Se et 6e �pisodes.
tnK�e :()#�; IIiInd : ! M.
VENDREDI
Le grand comique Herold Lyord dans :
Monte la dessus
Entr�e : i.*0 ; lalcoa : 1.0M.
Votre premi�re visite
A
riIMcI Ansonia
Nous denaers rzisoa, confirBisrs votre bon j- j.-snent st
fasli&Vrs le soutisuse que votif nsui a ur�e accord�s ai
sens sarsatiasant Totr appr�ciasls patr inafe � IH�iille
plas ssMeat de Port-su Prince.
Plona voas cagg�rons d'arr�ter votrs chs mbrs � larais)
Bi�re � la pression.
FHIRinUE HA�TIENNE OE CHAPEAUX
Marcelin Mariniez & Co.
� L'INDICtftNE)1
Grsnd'RueNo 2104.
Chapeaux vsri�s pour homrnm.femmes et enfaBt|i/di
qu�s psr dsa mai �s ha�tiennasTat avec^ de la P8�1
pays.
Faitas une risite � iL'Indig�na�.
Le llliuin Barbaiii'ourt
DaaisU reucaaaaSc causas vers ecle a gsrd�a. ereasi�cs'aJace'
v<>e*se
Cet parlscH
UN BARBANCOURT
D�p#4 :Rue des Casait


biL JL'.l^N -z y Septembre 1931
3
-�
LiNSTI�UT CUYJOSEPH-BONNET

.
iJKIJiMPW**
, n.aisoD ri-initiative
r.flreue:� avantaaea va-
6 f ,eves. Elle es. s.-
' ,�e� dU "lorue t�U1
^PPoit-au-Prioc� a a
tn.^ l,CKir�JOnry
�r-bl� et saiubre,
�Zfment classique com-
l la 12e u ia Pni,oso~
t^rmen' technique
m� diverses carri�res
"S�oitrie. agriculture,
�f�'peDtramenwnt que
leur doauei ons, les �t�-
bie� doues seront des
| dans la vie, *�t coin-
�iont la n�cessite d'uug
C plus tard le capital
L| Iliade le dissijer on
seront entra�n�s pour cons
lituer tout seuls le ieui.
Quand aux attaides, ils se-
ront l'objet de soins sp�ciaux.
S'ils ne savent pas �tudier,
s'ils sont d�go�t�s de i'�cola
par suite de maladie au par
manque de m�moire,aiaeaez-
les � l'institut Gu\-Joseph-
Ljonnet. Nous avons un sys-
t�me d'exercices gradu�s qui
d�veloppant la m�moire et
aident a apprendre rapide*
ment. Quelques le�ons suffi-
sent pour donner confiance
aux d�courag�s.
Pour prospectus et inscrip-
t ou, voir le Fondateur, Mon-
sieur le ufolesseur
Luc DOKS1NVIL1.E,
pr�s de 1 H�pitat Am�ricain
pjoit m
(,il savon � tous ceux
^tiendra qu'en �!*-
JTio d'une obligation
J^ira que la dame Ex'
L/jrooux a souscrite au
LV'el Mengual le vingl-
�jailJet �il neul cent vingt-
iur une" propri�t� tonds
ri^ �t � �tage, use en
nlle, avenue John Brown,
iiot cent pieds de ia�ade
� cents de protonueur,
au Nord pai Si-Rome ;
par la Rue ; � l'Est par
.� ; � l'Oueat par qui de
� ai ud boidereau d'ins-
g d� la dite obligation
Waire pris au protit du
Gabntl Mengual au Ou-
de la touseivation des
Ih�ques de Port-au-Prin-
2eauD acte pass� au rap-
di Me Lubtaciie Eduuaru
| et sun coll�gue notaires
ori-au-Frmce en date du
llbrs mil ueui ceni vingt-
cooiportaut transport et
oc de la due obligation
Kk�caire avec garantie,
iei actions, laits par le
Gabriel Mengual a la da-
osepli Ansiide Bercy, 3e
commandement de payer
h�te du viugt-trois juil-
1J30 demeur� inliuc-
i;4e d'un jugeaient du
u�di de Premi�re instance
'ort-au-Prince en date du
trois Juiu mil ntui ceul
e, maintenu par un Arr�t
du Tribunal de Ga^sa'ion, en
- * t� t-._- du huit mai mil neul cem
trente et un. 11 sera proc�de
le mercredi que l'on comptera
seize septembre mil neul cent
trente et un,� 9 heures du na-
in, en l'�tude et par le mi-
nist�re de Me Jean-Marie Louis
Vilmenay, notaire a la r�siden-
ce de Port au-Prince, � la veu-
te au plus offrant et dernier
ench�risseur, de la dit� pro-
pn�t� tonds et b�tisses, lelU
qu'elle, se poursuit, comporte,
s'�tend, sans exception ni r�-
serve. A la r�qa�fe d� la dame
veuve Aristide Bercy,propri�-
taire, demeurant et domicili�e
a Poii-au-Pnnee, ayant actuel-
lement pour avocat constitu�
Me L�on Laleau. contre la
dame Veuve Excellent Arnnux.
Sur la,imse � prix de la som-
me dc'Dix sept cent dix sept
dollars cinquante centimes (or
1717,513), outie les honoraires
des avocals puursuivants et les
autres charges de I ench�re.
Pour plus amples renseigne-
iiitnl�, s'adresser � l'avocat
soussign� ou an notaire d�po-
sitaire du cahier des charges.
,Puit-au- Prince, le 8 Septem-
bre mil neul cent et un.
(Signe) L�on LALEAU,
V b Avocat.
Maison � louer
An Bois Terua. � Electricit�.
L?rage �_poucha�
S'adiesser: i Au Matin)
UNE MAIN VICTORIEUSE
Les Quatre � AS� des portatifs.
!>� quatre mod�le* de ih�nos poitatifi LOL1 i M '' mien*
parmi les p rtatils fabriqu�s daui le maude,au pointda vue, - lurtou I lononte.
Le �od�U No 163, l'aristocrate, est u chei d'oeuvre, au point de vue � G i �.
Passea.au D�partement COLUMB1A, et vous seres tarpris d'entendre la lorlc sraorit� de ce
petit instriisaent.
Le Garage KM'tR sera heureux de voua donnai uni l on des 0 nts mod�les
de portants eu stock, et aussi des radios-phonos n< �vellen* ni airiv�s.
Nachatei pas avant d'avoir entendu I rumanlt CQ I MBU.
Le�� noies magiques-�� repr�tea eut le standard de la SUPR�MATIE'
KNEERS GARAGE
PORT-AU-PRINCE
�atnts : F. OB�RIEZ;- Petit-l�o�ve F. CAKDOZO - Cayes
C PLNAKU -Saint-Marc Chr. DUL ur. � j a cruel
Th. C. URLTl/S. � J�n I
&S*
I
m mm :� m _Tz
a d�montr� f
sa qualit� sur des^l
million* de figures /
(\V1
S
Distributeurs: Mohr& Launn
P. 0. � M a� Port au-Pnnce, Ha�ti.
Mr Piprrp IV Proi I son
rnlunl Fi '�/� M"l>s '
Nelly ..'M"'>;n'n , N'i � t Mme
J�r�mie Lespersnce t\ leur en-
lant. Mr 3e�UZ^ � ! " o�i i .
Mr Exi i f Proph�'e et ses en-
lan!�. Mr- '�( Mme E'ii ^v ''*� -
ph� �� et leurs entants, Mr et
Mme Dotly Proah�l� el li un
entant", Mr� Ph�nix el Emma
n�;p| Proph�te Me'li i. 'uii
Piorh�te, Mr Roussel Rou'sesu
et ses entants, Us lamilh b Pro
ph�lt, Lesp�rauce, Roussi
Goicou, Mme Vv*> Sim^on Sa-
lomon et ses enfants resner-
eient bien sinc�rement t'Aaao-
ri;itiun des Inlrmi�rss baiti
n�s dipl�m�es, ainsi que
�mi � nt i
gn� d'S naa'i ' r
pei
s II
Mme . ' R >
� I i
leur ' i �� �
�ce ir.m�ce, en'
lion le 28 ao� i
Ils II R
profond re
Poi
COMPAGNIE G�N�RALE
T
:

la imi rcCarimetTt" paw
de I iaui le 4 courant di
ec � il tour I laitl est at-
�ii lu .i Port-iu-Prlnat.
11 repartira le m�me jou
our l� ll;'ivre, via les An
ill Dfaises, prenant fret
il ;
Poi �rl ice.le 8 sept. 1131
LOBELIN A Cil, Agents.
666

� >iti
DE A
Mm-
ilSU9 ff fi� ^ ^
Une des plus �orte. COMPAGNIES
CANADIENNES, d'ASSURANCE
sur la VTE
EUG. Le BOSSE & Cb
Aaents G�n�raux
i iitijyiifiiii
Hcomuropri ni ; action contre ��
Foi esansauci j ndetaux
S . �k .....L ii-Sl** %
*m.L*~* - *� � �
te
j t.;
.LeBoss�rtCo
_ Agents G�n�raux
^TIMlfll afrfAiB *anaaawiMsiala�!
I ^


*
Mercredi
9 Septembre 1031
Le Matin
4 PA&XS
Portai; �i�c-
T�l�paon :2242
r �� � .
Lykes Brothers S S Co Inc
� - Ha�ti� SntHouOMinrjc - Porto Rica
tcRiv t /a'W oorp: H'i
Le seul service hebdomadaire et Ifgulier � ptMngerfi el
{rot titre les ports du do le du Texas diroctameuc avec
Part-an-Prince, Haili.
Four la recCptiOO rai ule ft le maniement h a ! * i � r :li vos
isapor �lions, stixez voi � io�| *ra des navire� �le 's LYKK
UNE.
Les prochaines arrives s Port-au �prince bhdI'
S,S �l� in v.r u l�%k s* t �e plein bre lUvil
� S/S �Aimer�� Lyk s- il septembre 1W31
Steamer � .mj.:'"' ; i�� s i 17 septembre I9tfl
Sj �% � \ � I iii.< I \ ke� �� 2.") t iie.ieviv. e Lv es � 2 octobre 1931
But tut' ; R11- 'll1 MaHM^'n de l'Etat, Belle foetale B
!
ALUM1NUM LINE
10 �S .�
17 1� 12
11) 17 14
21 11) lli
23 21 18
�2i 22 m
27 X 22
New 0 le.n- i-H Mobile to Fort- i -Princ * - Soulhsi le
Heiiien i �� ti��>rl Ser I -Domingo nnd Ma�oraibo.
Ports :S'pi mber v�d imv�n CHobri Shillings N�*v. Sailli) g-
(Rtfr-Oil-an�, La Suis Si pu mboi t October * N veniber 3
Habile, AUbims Sols
l'^B-F'-iiicr, Maili Due
Aux i .�yrf| aiii Due
Jacniri. liai1] |) |
�o-^rfO. Cilv It I). Dur
S* a i'r'lro Mec Ml). Due
Haoai " � ' lh\r
,\ev\ Orlrtoi end ,\*( I i'i lo Port-au Prince �
Norlr.*ni# Kaitien Outporls S mlo .Domingo ond Macaraibo
Ports S-p'embrr Sailting* (i lober Saillings Nov.Sail lions
New-O t-ans, La Sa il Sept. 22 Ocl. 20 No?. 17
Mobile, ftlabaim Sait� 24 19
Porto au Prim e. Ha�ti Dut Ocl 1
Gat-lailirn |)uc
Peer*' -l'Iia. F. I) Due 4
aaiaPedi�,yac.R.D.Dne 6
�so-Dk" City IV 1). Due 7
Maeaiaibn, Tenez. Dur 10
Pcri tOU� les mires ivinci^ le Tient S s adresser � Mrs
A.DE MATTEIS A Co, Agents G�n�rer, x de
A LU. 1MIM LINE
Port-au-Prince, le i Septembre. 1931
CP; -ADCONPfyaMoflOMM
Rue cleB-.Uort19. BESANCON
Mous cur F.b'e Pieire A-- ,
ion�* lemarcie bien siuc�rev
�enl i int en a �n nom qu'en
celui de *a I � 111 i11�* S Ex. le
Pr�sident d'Ha� ', le P�re
Christ sup�rieur itn Petit-S�-
mi< aiie Coll�sa s' Maniai, le
!*r�i e L� n ' bej de ,a Mn�;
qeeda 1 Institutions! Leoisd�
i.oi*z�i u . les Seeurs de La-
llir. les nmis lie !� Pnnllola
el de la Province qui lui oot
lemaign� de la sympathie �
I 0 -caaion de la mort p �nn
tur�e de son fr�re
lier ma on PIERRE ANTOINE
d �c< d� l<- 13 �oftl dernier.
II les prie de recevo r. Ici,
�r\ >n s.ion cini c de Sa pro" \
loude gratitude* �
iPorl an rVnre.le 5Ssp'.lV3l
1 Fanama Railroad Stamsh�D Line
Service de fr�l el de passaqers enlic
Aaiflleturre Bcoa��� Franco
Un. (i. Vf. SHBfjDOM * r-�- 17 J�*aa tteaet Uvm 'o.�l Ji iu\m
" TV lalUviM �rr iff Ifrs� �t y\9-\?*l paVJi ���� 1
KNGI.vND, SCOTL\NO l'IUfib
Mesars G. W. S11ELDOM A l>M
17 laaaat Si'-^ct.
f �>
/T,) � �l. '"a 1 4 * 1 !
lu F ..v,:e. Me*srs *\ .Vf Sfcjtt toi �fCi. ara ca^eaittat Hf 't*a tiltoafui irai
P^s riwil� et ptm diie-t �rrisalit triaipJCide auii|ii tlalr�; aa�ri l
^l les �*< h Eu-ip�ra-i v�a ^fear-YurJ ot Cru mal, Oaatl ^ � 1-. Utine dj Pin
Toi'i la lista de nos ageutspour 1-�s priajtpaux mj\. de l EuropeJ :
|!'l
Ut
T l
Nov.
29
:u
1
:'�
4
7
Dec.
26
21
29
1
2
� !
I e D�i ai u ment du Cou-
merre ddiiin* ^*is, aux con-
tribuables �trangers assujet-
ti! aux 'liais de licence, que
foules demandes y relaiiv�<,
adress�es m� D�partement,
doivent eue lailea -ur i\n tins
bre de Gourdes 16,�et qu'en
outre, il doit y �xre joint Ips
r�c�piss�s de la Banque Na-
tionale *ie l;i Republie-ne d'il ai
ti, attestant l'acquittemenl files
droits, et, ce, sous .peine de
relus de la licence.
C.LBLA.TLT HesW.Y* k Co
21 Rue de la la llepttbli ne
Mar^etiles.
Ile-nu P�rou & Go. Ltd.
M Quai G^rg'' V.
Havre.
Utrnu P�rou & f'�� ''t('�
^llne '�u Moulin � Vapeur
Boulogae sar Mer.
Me�r>. A. Bbmmi k �
21 A lenyade � .0 >enbij;c�t.
Oslo, NeawsT.
International
Spedi'ions^'lkap Oslo.
�(MM. Atlantic Freight Cornu
Ballinhans, Uambnrg I.
Gcrinauy.
Mfssrs Atlantic F.eight
t 01 pur ition
Genuany
Messrs Atlantic Freing�t
Gorp'n.,
24 Q'i i Jord lOOS,
Aniwerps, lielium.
il ; us I� Ami k-C* LU
B6 H ��� d^.< Nlirii,
Paris.
tlSSXH j �M�JH -t C > LU.,
j|Hue Ij lia ti iiiilit.'.jjj
' D'inkeique.
tlssM i Psajs &..Co\Lui..i.;
\9 Ha s Roy,
BorJeaaT.
Gbn jk, lr\LY.
v|�m^s .isf ci ; ) ; & x*ut4
Pi i�tk S *I v ira ) V > l� �e 1 >^
^G >rre^!iJ�ti Svs.>hk �;
_.N >r l'slt Expr�s�,
G ittieab.irj,
�9H i ArLitflC rnssear
Coaf'a.
UCoo Bmnianleia
Koitardam HolUiJe
M-'ii*" Sf M41V1 < '. � -

AVIS AU COMMERCE
La panama liallroad Stearasbip Lins a l'avantage d'aa�
ajonc�' les d�parts suivants de New York pour port su-rrinee
RaJUtdirectement, durant le nmis de septembre 1931 :
�Vpari* e> ktW lerA. Arrunujn i Po l tu-fl�tkH
Le steamer tlncoa* le 1er septembre 1931, le 9 sea 1M1
Sf* � Crlstabala le� sept. 1U�I, le 29 sept. 19*1.
S|S cGuayaquiU le i? sapleiabie � le 28 sept. 1931.
�VS fAncoa �le 29 septembre 1981 U 4 octobre IV31�
Jas h. van iu>;i;d
Ayent G�ueral
Cache�- Miriga
nntln�vrnlSlaue
�uaprlir� �� qiKlao*. miniitm Tl�vre, Orlpp�, Migraine,
Rhimall'imi MHtramtnl >/< rho�x loujoun <�<;: .ut el MM
4m*$*. Bo�iMit�i fi n eaebcU, Knrant* dam loulc�bonnet rii ��
Ub.rM�tr.*Docl...rGIRAUn.Pk.n.Ki-..� LTON 0UUIRS(PlHMf)
l'.pii.jnit �u-rrlnc� ItwrBMil Dl'Cll
LK
[
Compte d�j� une importante
client�le, pr�ct � la rapidit�
de son scrvice.au d�vouement
de son personnel et an tr�s
sympathique accueil fait aux
acheteurs.
Allez tous, messieurs, rem-
plie vos r�servoirs de gasoline
et d'huile � la
STATION i OUGE
40."i Rue Pav�e, - 406,
Attention
Progr�s Nouvoau
Rhum Nouveau
A�o ne d�licie >% (inflt
\\, r\<|"i" l'riv r�duit
C99l 4�li�sl l�aie eatrarrara.
CUIIM TI..RI'
i Hez : G NAZOW
Angle de� mes F�ran
et du Dauple,
T�l�phone : 1^313.
Labordoire S�journ� , A vendre
Direct f. uns
F SbiournI, Pharmacien
R S�joOWJ* Pharmacien de
M". Shjourk�. Pbarmaciea d" l'universit� de Pans.ancten
interne des H�pitaux de Paris.
PUniverstti de Paris.
Wnphonagjronli" � Irunsai**
Fanairope* aVec 5ft di�que�.
1 fran telas et aennaier.
1 lampe pour bride/.
Analyses des Urines, du sue P'trifJM. <*". *W ( Was^ ituf^Ki.
�rmann. Ur�e. Testante dAmbard Glyc�ra.e). %��*.*$fa Sm.*
tes crachais. Des mati�res l�calsa. �Jamp d Aviat.;*..
�
r*
/ �
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Lit
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotland !
isje la atxENEFAL > esl une des plus puissantes et dc-fl plus vaste� argaalsatiaas
it �a geare. Le koleil ne se coin lie jamais sur son champ d'action qni embrasse la
aeeeeV
S�8 Polices contre incendi couvrent aussi lek d�g�ts acaasionn�s par la leuare
�H Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillante, dasasBagee-
fiBtkVB �> antrni dans sj> personne on dans aes biens.
Ses i olices Maritimes �mises pai ses bram hea d'Europe sonl payables en Ha�ti
Ses Polices coulis accidents sont valables dans 1 univers cutier. Tous les vova-
.y,s devraient donc pren re la pr�cantion de se munir d'une police contra accidents
d�� saoias 40U0 dollars, la prime snuutUe u'�tant que de 1/2 �/� soit 20 dollars C. ?..
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
�COUTEZ!
>
&
hum Saillie
i)AVS SOIS PROGRAMME
GONCEfiT Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papayxmte
STATION h H. K
Port-au-Prince ( Ha�ti )
:
S#�JS �EMS
Agent G�n�ral paur llaili
i^on aa-Ftiece l*. #lLu
JEAN rLA\9ii?
}':(� ie
r
! .-c ^ �--1
Mcsmqup Ha�tienne*
Ch�rlier-Malebranche & Co,
1224. Chemin des Dalles, VW
. �. /
j>-