Cr�pe Gioi tte i 11 'ura '/.ou
Voile � mite soie i �tj
Organdi bien tu�.
Voile lain br d� 3,oo
Gabardine bleu mari& Sp.2,9S
c ci �n�e l,5o
Gabardine bl me et noir 1.75
Percale blanclop.angl. 1,75
percale blanc extra au p. 2,oo
Ratine bl.merc � es "eaux !,7i
Ratioa couleur l'aune �.2l
Tulle blanc 25o
inallvliol Stuili coul.Abl. n 9 >
Z�phyr cr�p� � barre u,70
Grise coul, unit brabant o,75;
c isqotttt �eo'iers
t�eu :ua ine
Ch m>. �:iille p ' bon .cm. � oo
ch ii.p nlle pr bom.< isnoi i e>o
paille pi boni, li'i I i oo
r.h ip nail'e crinole pt b. t.i i
paille fin canotier 1 Loo
�' i>;nlie charl�slon � <�! !l.oo
" cbarlestoo asst 7.oo
cliap paille i mit� panama li'�0
chanceux paille Imitation
panama sup�rieur ! OU
panama gv�onnels 'l 5o
� li ji paille livre g�latine "',oo
eh i peaux pniUe gar�o let �"� "�>
'piilie Jean B iH des � � lu oo
rluip. pail fillette! garnis 4 oo
paille BU. non narois ." oo
15.< �
XX
� ' !
Calicot molle
Indieune blea '-'i. !..
Diablement loi t bl. mu
c^olelte blanche
e �pe pour deuil G.L.
T� e indienne � Heurs
Baptiste � fl-urs
Cr�pon i fleura
Toi
o 7o <:'t m. ' ler.ne pr dimegtr b.00
0,70
leo.To
1,21
-1 oo
o,8i
0,00
o 9o
paille tonne non gar. U oo
; demi i I n noir
i.5 ) ' gon'ii i n p ur enfant
| � el beigt
S ' � pr !;�� n. jauni
i ts s'M) h nn�aia
- h.i;:c lis �'�s .110.
� n an�nis demi dei il
suc avec pacheftsl
Serviettes de ha'n ooul.
asst. grande!
Cale�ona courts :liabl.
lort mol
Cale� uis longs di.'b.
lort mol
Lo'ion Borsarl
grandes b mt. 2 oo
Lotions Cheramy asst. 2oo
Lotion Cheramy ptei l>i. 1 �o
Pommadsa Cheramy asst. l,6n
Cr�me de beaut� Chei�faiy IJJo
Savon Borsari lin 1.5n
Si\ un Borsari asst. 0,75
00
n oO
20 � �(>
o <�!�
�� .�">"
A on
i 5�
O no
1. oo
1 y.)
" " forme large garnis i
ebapeant paille Sandioo ^.SstEau de Cologne ^rlberl l,5o
" crinole prdame gain !2,oos |.',in de Cologne Ch�tamy
pr dame non garnis \> oo
chapeau] crinole prdam.t� o �
rhauMettes prent. anp.p. i 5o
ro.leaop.acarreauise.el4o ihaua.pourenf iapooai� i ai
j�pon a car. soie 1,50 .. p| ,.�, ,�, y �coss� i I ,
Madras coul.i barres 1,25 .. 1)!iJtlc fl Poir pr eI1, , ,,,
Madras sup.merc a barres l,5o pi. .nCB.
Sa linelte 1 Jt
Brabant
Cr�poa � barrea ?eie bl.
Indienne fl.L.demi d�ni
Indienne 'i. L couleurs
parfum� m. Il icon
I." m de Cologne B�rteri
Regina et Imp�rial
Lotions Cberamy lest.
b niteille li re
2.o
.i.X)
.�(�
Lotion Ch�ramy grande 1> (> so
e fi1 peur boni j Lotion l.li. moyen bout 2 �o
couleur asst 2o>|Houppei cygue lautaiaia
"� ' "pr homme fil � jour 1,5jJ animaux 4.oo
l,2o cii.iu leites pr bom. lil >Houp coton veloen Ch �5o
o,�t)
o,75
2.50
2,25
,i.
1,23
Japonais cou eur
�' pr lu m. merc asst
�' pr nom. merc. � jour
Bas *eta aiit.
Bas soie sop.
l,So Bas lil inp�rieur
175
C'.OO I
o.70|
p,8o
2.rl0
OO
Flanelle coton
Toile � drap cotOU Slip.
� drap demi lil mixte 3.75
Toile � drap II mixte ttoo
Toile � drap pur lil 8,00
Toile � drap |5( uen 81 11,00
Voiie uni coul. et blanc 0,fo
k iki blanc Gobernaclor 1,80
K-ki btanc amiral
Drill banc l'aune
Drill blanc sup.
Drili serge cr�me
Orill sport � barre
Drille flanelle � ba
Drill io.il. snp.
,_ . i;uiwiiin,ii ui UUIUCO VVUI'V U
Inssorimil.soicdoub.lar.l.�o Ombielh . pr darnes noir 6 5a
lissus nouveaut�coul.d.l.4,5o � pr .hunes sup. noir (j � i
Sbautnog mol sup. 5.oo
Casimir ingl.sup. coul. 14,oo Souiien pr dames en
Casimir anglais sup 1750 caoul bouc � talon
anglais sup. coul. I85u
p. 12,oo
i i mon
� colon " grant
<� cygne petites
moyennes
n
� fourchettes 2oo|
ChauMettes pour hommes
merc, sup.
Chaussettes pour hom.
soie coul. . ,o
� ', tussetles pour homme {Fleuri artiG �elks mi'.la
O,(J0l iiniMiccs
� " pour tolie! H �o
i " mille nuencei 2 ou
\ Peigne Imitation corne
. ;� i p< ur coi fleur
o.8 i
l oo
o �O
Il.tl �
o.81
1.5)
f\ir.i snp pr robes 5 oo
�1.5 � Peignes .1" toiletfe sup � �('
.',.") � ; �� rie fantaisie �'! oo
1res sup " 8.00
.M" Ba! merc. � picot m p. l.oo " ','" . "T iUP . ?*?�
i'-!0 Bas .ocre, um lo� Ceinturejimitation cuir l.oo
}'J� Parapluie A homme noir 6 o� " c0,r charleitoe 2.oo
rres {S Parapluie � hom. an p, i 5j " " s,'l>- . "., j �'�
1/0 Ombrelle!prdumeacoul.5oi ' �tracuir ft.o�
i.o y
�' eu canut pr dami s cl.7,o >
Serge bleu marine sup. 12.00 o i i
n ' *�.w Souliers pr d�mes nn
Serge noir sup. n,(,o caoutchouc coul. talon
Uieviot ang.bleu marine 15\oo Soulier! pr hom suis
Cbeviot noir G,oo talon caoutchouc bl
8j"*' aune � �o Soutien en caoutchouc
chemises blanc.mille plia 9oo pr homme � talon blanc 7 �o
chemises blancbei plis 5,8o Souliers en caout bouc
t lricollneblane.etcoul.8 5o nour homme c<�ulonr
'am�ricain � �o noulienco caout.bottes
cbemisesblanches Arrow 7,lo Soull�rl en caoutchouc
Arrow 10 oo l>' �-'' lanta bianc
chapeaux lainepr.euf.as. � oo Souliers en caontcho ic
� 5o
It.OO
10 oo
7 5(J
Bretelles Irwc; lises sup. 2 oo
" exteo .'1 oo
" ( niant! iran�sieti t "n
Coi ronnes pour mari�e O.so
ponr ��<>
pour "extra 11.01
Bande brod� ni� :es de8a 2.75
' ......Sa. percales 35o
Et autre! plnaieurea article!,
dentelle! valenciennea. n -
baiis.parfoins.p�'csik'iititiicTS
paille pour chapeaux, colliers,
miroirs, etc. etc, etc.
chap. laine pr hom noir �u
laine pr hom. assort. 7 oo
sup extra 12 00
casque lies fran�aises 2,7 j
fran�aises sup. '.\,M
pour enfants b'anc
Soulier! eu cuir cr� e
s-�le pr damea
Souiien en cuir pour
dames � talon haut
sup�rieures 4,oo | Souliers pour dames
Accourez-yen loule.car les
prir de cette occasion sont au
"' �o dessus de toutes concurren-
ces et ne sont <|ue pour
5 oo quelques jours seulement.
N'OUbliei pas la Maison Anton
18,00 1- SABA qui se louve actuelle-
ment dans son nouveau local
18 �o Nn 17.T5, rue dd Magasin de
l'Etat.
'� *t.k....
iCkt
Go'S.rlU s
Bart�Hsva
Aigreur�
HrJlu -m: ��
Von>:s$cmenl
li digestions
Pote - Intestin
ENrONCEZ-VOUS BIER CECI D�M LA T�TE
Pour (!i|-,.r.ir farilomont n'impoi 10 quai
�limont, p> ur nvi'or la loururur. 1 op-
TirosMPn anr^i lo� r�pat, D�u'ralia*i t'a .-
:u .-.'. )Triiioalo, rapprillMT lu Miuninei
(Iupi aux mauvauoi dijje�iiori.. d4�lll>
iocier l'iuioKtin. il tufP.t de (ira .
POUURkS DE COCK .
Labopitolre ' S.V1 H h.\.\ '. , u, rUS hH :'� � . t

.� �V. :.[. a
FAIBLI
oteiuiT�
A vendre
Automobile Buick Touiing
mod�le Silver 1029, � l'�tat
dejntul.
1 bureau am�ricain avec
cblise tournante ;
1 Machine � �crire, r.arque
� Royal*, rouleau 18 pouces;
1 coflre-fort �Marvin�
I 1 coifleune am�ricaiue;
Pour les conditions, s'adres-
ser � Mr Vincent CRB1DY, an-
gle des rua? des Fronta-Forta
et du Magasin de l'Etat.
'
r
-
�fltOPas
DESCHiENS
?sasj^.S^^ Taa�a^s�SsS ZSS� +**+
Administration Gf*
des Postas
Avis d� d�part
Les d�p�ches i "Mr New*
York et I I ; � , e ( Vie New-
Yoik mie i ) pai .e steamer
�Ci rstob.l > .v.1,.1 teimees
mercredi � du courant.
Port-au-Prioce, le 3 ao�t
lttll.
.��#(�-.- �* _ �v-


il
Mercredi
5 Ao�t 1931
Le Matin
atome 'ANiNbE N� 7�&6
' .rt 2C-Pn� c
Fil�nhona : 2 t2
4 PAGLS
**"
IMWW>< traws'
-�v . Am�; M*** �*��-�*�
\�H*.'.�
� "tor*4
Lyk<;s Brothers SS Co Inc. |
_ __ ... .. . ____ . � _____ M._4> T> 1 ~ ,.
Texas
Le seul
fret en!"
Port-eu i
Ponr I
Hai'.i iiant.3 UOfletogo - Porto Rico
� rvice hf 1 domadaire e l�gul tr � easeagers et ]
!� s porls ''i Galle du Tt j> din :temeVt ;.vee ,
i iiiCfi 'lai ;. �
�cfptioii rapld > et le M ;jbite de mos '
UaliittraliiB faaaiaale
de Pari au Priai-
.4 flS
\: \(i�iini*'rilinii Com annale
�h ration da ses 'l'- Wtieo �
raultiplM ao*qo�*II< --le
T
4
0
U
al
h
importai! n i, servez voui louioars d.��< n vires tte '� LYK.& ' pourri faire tues si Isa eoniri
UNE.
!-� s :" cluii' - 3Tii fc s �� ce sont
Ste \\\<: i � Genev i \ k s
S amei � V< Ima k s -
S/S �� Marj arei . kes
S/S � Rnth L' l< �
S S <� < lenevi�v � I vk*
BCllI
1931
<:
; !
21
28 �
I se embre 1931
i�
Rmn'i: R �� . u Ma fi de PEU�, Bit' i oslnle U
| baablea r.e remplissent leur
obligation! envers elle � i"T|1
! |ei retardataires qui n'ont pis
j encore acquitta leura redevae-
: i pa ir I '''pnif sn coers, i
i r�gulariser lanr ...' lion dan *
. le pluscaurt d< lai � � aiate. Bll j
� es; r e <; ie � ru jcien's C;
ir�ci us,� lia � 1
L'appareil de choix, l'appareil qui oflj
le plus ele qaranlie.
L'INSTRUMENT SUPREME

ALUMiNUM UNE
NeW'Orleaos and Moh t> l ni au r ce� Southsile
ili�ii'ii O�tporl Sa l -1'o ;i i � o a > I \l;u:;u.i ho.
Porte Jnne Sa aillingi Aug.Siilliufl*
f�ew Orl�ans, La
Mobil-. Ali Su s
Port*au-Prince,H�iti ! i :
Aux Cayes Haiti
Jacmel H.iii D il-
St<� l)^,�> Cily R. I). I) ie
San Pedro Mac lii). Due
Mataraibo Dur
N*w i )rleaos and VI ibi
1
1S
<

i h i
I u i u I
Juue I
.luly 2
Jnly 5
July 1 �
Jnly *
July 26
July 25
July 27
July 29
Juy 30
Aua. 2
Aug.
A u g
Aug.
Aug
Aug.
tug.
Al!".
11
13
22
il
26 j
la plate* ' isit� . ,|., (l.c I<>�. Toies l�gale*.
L'ADMINISTRATION CoUMUif�XE J
1 SI t. Il� TO-llVrtlltPAIBSIIOIf
H.ury R. Kiunoy, Prop
Ku. du Magasin de' I1�ta(
Port-au-Prince, Haiti,
Puons: fc.3488
�A |
'�',",
Clart�
Solidit�
i/
30 �
�
> i oi u l'rince � Norths le
Hailien Oui i >rts S inlo .Domingo and Mac iraibn.
Ports lui -� Sa" A lil in i l" y S' il qrs
S.il, .lune 2 Ji !�(� .!') .Iu!v 28
Sails .h.ii" 4 July 2 .luly 30
| lu � Juue 11 July il Aug I)
Aug S
Aoa. 9
New 0.1. an.s, La
Mobile. Al�,
P-uu Prim c Haiti
Cap-llnii ii I� �� Jnne 13 J ily 11
Poerto-Plata. R. h D ie Jnne 11 J ly 1'
A g- 2e
Sept. :��
>\t\ r�
S p (i
San Pedio.Mai R I' Due Joui 16 July 1 1 Ai g. 11 Sepl 8
ttO-Pgn i.ilv I'. D. Dui Juin 17 .1 \ !.. g' 1"'- k ''
Hicaraibo, Venez Due J une 21 luly 18 *rg 15 Sepl 12
Port-au-Prince, le 30 mai 1931
A 1,1'. INUM 1 i.NE
A i i: MATTEIS & Co, Agents G�n�raux
inliimobile General Regain .
Vulcanisez votre lube daot�vekile
Apre� l2ann�es d*ETp�ri�fnce
r , \ 'don �:� tek * ei
pneus noua wqu* g�ranUssom
une s�rii eae r' p i ration;
i [SEZ ri-.ni-; LISTE:
Tonriaf I �r in�*
0 i� 7|20 Hall
l punclu e Or ft.10
Eacti paneture h i fie/ 05
-��
�
Puret�
Pr�sentation
il
�
Le mod�le 613
^
Votre premi�re visite
Nous donnera raison, coi fi me i votre bon j geesent et
justifiera l< cootiance <| " Vv>us inrez accord�e en
nous garantissant votr a p pr� ia < patronage � l'H�lel le
plus s�lect de Port-au Prince.
Nous vous sugg�rons d'arr�tei vol b � l'avance
Bi�re � la pression.
Valve base
V, - i �m"!f"l
V Ive inw
v..lve m8)des
BLOWOUTS
1 im li long
nh ''i "iv ifier
ils repain I per inch
Tiud il�'�
r to io'
1 puncture
!�;�� h punetnre Hiereat�er
Valve baae
V ;ivc inslfllliV.1
Valve ntwatraahl
Valve ih\v omet
BLOWOUTS
l ir � b long
Bai h Inefa Inareattar
! i ed per inch
Riaaiog Tires
Tou . a Ca y siz"
u-... k -To 32x6
Huck ail larger ize
0 25
0.20 ,
n.30|
0.10
0.10
0 06
0.05
0 20
0 U)
0 50
()4()
p�O
1G0
020
o 10 i
o.io ;
0 20
0 50
1.
Telles son! ies qualit�s exeptio ineli�s qu� le
GARAGE KNEER
?ous c ftre en inetallanl une de ces oaaobiaea chez vous.Toute la musiqie lu marie ait i<
poi !�e.
Venez au
KNEER'S COLUMBIA MUSIC HALI
entendre ce mod�le et vous serez coi
vaincu de sa SUD�riorit�. 1
Noubliez pas que nous offrons
des concluions de paiement. 1
KNEER'S GARAGE, � Port-au-Print
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident. Fire & Life
Assurance Corporation Ltd,
de Perth ( Scotland )
car la �GENEFAL s est nue des plus j mts les �-��. argaaisarioas
de ca genre. Le soleil ne se couche ja � d action qni embrasse !c
monde . .
Ses Polices i ntre '�gal oi onnee paria lauaae
Ses Polices pour Auto ' h candie, malvaiUaaca, dominas
caaaes � autrui dam sa persi es bieus
Ses- Polices vantim. s c- i n u i d'Ei n i': sont payables sa no�ti
Sas Polices contre accid labi�s d ns l'univera eDtier. Tous Us vovu-
geors devraient dme prec e munir d'une pelice conneaccideau
d'au moii b 4000 d >U ira, lu aai �' ' '� que de 1/2 �/� soit 20 aollara �. .�
Veuve F. BERM1NGI1AM, AuxCaves
Agents: F CHBKIKZ - Petit-Oo�va
C. FINAUD -Saint-Marc
COUDOZO�Cayai
AIlleC. DOUGa, � Jacaiel.
Erantrz les oeserrU COLUMBIA a la station n. H ik. (sas les vesdrssis �air.
mwj
mrnmwsmrvmmm

US �.LNBii
;;.' Gaa�rc] pou r Haiti
i*�. ; ai - Prince. j A- W AM.'WiT J�p�i
ie
Roval Mail SteamPacketC* Horn Linie
Le steamer � Arana i M >? de Lou 1 1m. g*i : . eal. Lf ��eamar ' i M' venant
�Uendu ici vers le 12 ao�t 1931, arl m r viande Europe es -
lis porih du Nord, ponr h Havre, A ers " res.
1. J. �IO,
A},1 G�n�ral
; pbone, No 2311
vers le H ao*l eu route pour
k;. � i 5unta Domingo
et Curaaao. prenant tr�i et
passagers.
KFI.\iK)LD ft Co.Agiuts
ECOUTEZ!
Rhum Sarlhc
DA1\S FO]\ PROGRAMME
GOhCERT Orchestre SCOTT
MONOLOGUE Papayoute
STATION H H. K.
Port-au-Prince ( Ha�ti )
Mm * r> ** i* *m � � ^ ��T*w J #* ^a^fa aa /> � Charlier-Malebranche & Co,
JsasMqtte Ha�tienne* 1224, chemin aes � Daiie* 122-
T�t�phone : 2680


Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
Cl�ment Maqloire
DIRECTEUR "
M RUS AMERICAINE 19*
TBLEPHONE N'3IVlt
g�ne AHNBE W 7i3<>
s
If mllr de la dhinilctsl iduli
�Jiif avec la Sratiqic de la mai. le ;
reet en K rapirorlMiit <*� Diru
i|iou � �l�ve a la ttrli e rai es�e
rirtenaal a la rtrtl quoi: k fit
Dieu ivur auaiii^i f itfM �le lui.
PLATON
rOR�-AU-PUIN.I. ( HA�TI )
MEhtKLDJ 5 Ac�� VJ'�l
"�**�
FIN DE L�GISLATURE
Li session s'ach�te dans
IDe activit� f�brile des deux
Chambres. C'est le relard dana
1, d�p�t du budget g�n�ral
oui expliqua cette h�te et
cette pr�cipitation, ces jours-
� dans l'examen, la discus-
li�n et le vote des mesures
l�gislatives. On comprend
qn nos d e a x assembl�es
iiient |,oint voulu se s�parer
uns avoir accompli leur mis-
don essentielle de voter le
lidget de la R�publique.
Maison n'est pas sans s'�-
tonner de certaines paroles
| dites � la Chambre et au Se-
nt, de certaius votes, de cer-
taines initiatives prises no-
| uniment � h Cii.mbre.
Il semble qu'il y � eu aug-
nentatioa des credils de cer-
tains chapitres de pi sieurs
d�parteu.'enls minist�riels. A
inmomtot o� l'on parle de
d�lcit, o� il n est question
qie de compression ae d�-
penses. Ceci n'a pas �chapp�
� certaius parlementaires. A
h Chambre, un d�put� a de-
mand� � un minis re si les
Itugaiealaions ! nies au bud �
Iget de sou d�partement n'en
Icoatrarieraieut pas l'ex�cu
Ition...
Question troublante Mais
Ile tait �vident, c'est qne le
(gouvernement acecepte les
augmentations d� d�penses,
puisque les ministres qui as-
sist�e! et participent � la dis-
cussion du budget ne s'oppo-
sent | a� au vote de ces aug-
mentations. Et ils sont res-
ponsables de l'ex�cution du
budget.
Dans le m�me ordre, on se
demande ce qu'est devenue lu
r�jrle constitutionnelle tou-
chant le droit d'initiative en
mati�re de d�penses publi-
ques. On voit s'amonceler
sur le bureau de la Chambre
les propositions de lois auto-
risant de nouvelles d�pe ses.
C'est par s�rie de deux, trois
que le* auteurs de ces propo-
sitions de lois les soumettent,
E�les visent � ci�erde nou-
velles loactions, de nouvelles
�cole.*, des tribunaux, accor-
leut iics subventions � ceci et
� cela.
On ne comprend pas vrai-
ment ce qui .se pas�r. Il y a
eertaiuemeot de i� surench�re
dans ces lib�ralit�s de la
Chambre des D�pit�s C'est
lin de l�gislature. Les �lec-
tions g�n�rales sont prochai
n�s. Mais il faut aussi y voir
de la l�g�ret� chez ceux qui
lont ai bon marche de toutes
r�gies l�gales et de toutes
consid�ration! de prudence et
de sagesse.
Les Soi a dates du Jour.

LES ABUS DE LA COMPAGNIE �LECTRIQUE
LE PRIX DU KILOWA T

Nous abordons aujourd'hui
I chapitre qui ne manquera
� d'int�resser les abonn�s
�il Cie Electrique: c'est le
ix auquel la compugnis
rnii l'�nergie �lectrique.
D'ipr�* les renseignements
|M nous avous eus, nous
poii pu savoir que le kilo
tnrienti 1 centime 8 � la
pigoie, et elle le vend 25
Nr l'�clairage �t � divers
�**� prix pour les frigidai-
*t les cuisine!', commr
�Mlevons d�j� dit, daas un
nos articles pr�c�dents,
�nous lisons dans lecor-
&�>rt. 18. Le Gouverne-
nt s'entendra avec les con-
|ionnaires ou leurs ayants
V pour ce qui concerne le
w de leurs tarits et aie leur
'�ced'ahonaement � l'�gard
^particuliers.� La Compa-
peut nous objecter
Wm a un tari qui a �t�
P >vec la participation �lu
finement et qui data de
"� Cest exact; ea^is ce tarif
cll't qu'un tarit
1910,
provisoire
�e devait rester eh vi
Wr que jusque concur-
cede30O abonn�s, et au-
�ui de ce nombre une non-
PJentente devait intervenir
II...! l CODcessionnaires et
)ut
(001
la
des abonn�s
�e nombre est plus de
Maintenant, a b�n�fici�
�egligence des gouver-
F^. Et � l'appui de ce
�nous Tenons d'avancer.
lent �PU,)llerons Prochaine-',
f^eequ, �tait �crit au ver '
LiiPrCrai,rscontr�,�>di: Cn que la Compagnie
^l "ec les aboin�s qui i
ua,,�utre chose que l'en-1
l�'. C0n^n.ue et �tait inti-1
tertn � , ' Provisoire en 1
&� �!?e� d'ob.igei
a lui coi
��finitive
de la tarilicatiou et comme
elle lie peut pas la cnmiuiini-
qu�r. puisqu'elle n'existe pae,
nous sonnes persuad�s que
le Converncaaent de Mon-
sieur Viacent, qui tient � c�ur
de r�gler notre probl�me
�conomique, ne manquera pas
d'�laborer un nouveau tant
avec la Compagnie. Et an ta-
rit qui sera �tudie par da
vrais experts pouvait se ren-
dre compte du prix de revient
du kilowatt et contr�ler le
p us exactement possible les
b�n�fice�, vraimeu trop �le-
v�s, eue r�alise la Compagnie,
qui, m vertu ele son centr�t
(art. 17), est exon�r�e de tout
droit envers le Isc. Ceci cois-
titue un privil�ge d�j� trop
consid�rable pour qae la
Compagnie n'�ciase les abon-
n�s avec son tarif trop exor-
bitaat.
Chambre
des D�put�*
S�ance du 4 Ao�t 1931..
Le* modification! apport�e*
par In S�nat a la loi aur l'ai-
cool ont �'� vot�ea.
Victor Cauuin propose de tri-
pler le droit d'importation eur
les ci- iiet'rs �trang�res.
Ch�telain propose que le sel
�lranfer paye 0,30 cent mes par
kilo � par'ir du 1er octobre.
Pion pr�posa qu � les 1500
gourdes port�as au budget pour
l'Ecole Normale d 'insM'utrices
soient partag�es en *ix partiel
�ga'es, 250 gourdes pour ch�-
que protmrar, i partir du 1er
�otobre.
Deux r�solution �y| Mt> pro-
pos�es par les d�pmVa Beliss�
et Fiancillon sur es reufes via-
g�res.
teneur en
is-!
date
an Goi-
la Com-
A
�nie
tttenu ji" communiquer
au
sujet
Ford Standard Conpe Mo
rl�le A en tr�s bonne condi-
tion, or 450,oo casb.
f �l�f soie : 2651
1
ALIX ROY
29 ann�es de succ�
La R�forme de la
�
sur le

Loi
Mariaqe
s haute mission (le
i !�� n saurait laire
I' ae confirme ces jours-ci incomba
qu'un r�cent projet de loi mo- laire d s
ditiernenti�rement ht l�gielation preuve �I uu esprit de r�nova*
du '-'- juillet 1929 ayant Irait a lion dangereux. Certes, une un-
ie c�l�bration du inarjtge pa>- � mobilit� syst. � ,;, m ,i0u
l� minia r� d'un cube.La libetrt^ j pom..... ., rm ut s.,., �i , u
r.e fera plus Inisa�e aux tutirs i de. Avant de r�tonner, ii },
conjoints d�suni* �oit deviat t pour d voir >;e s'�clairi . de
loi licier de l'Etat citd. soit exe- r i'-'p� r de opportunit� i
vani le repr�eenlant l�pe.| de-suies � prendra.
Kur croyance leligirute.Eu w !
mot. l'ait, loi seiaii remis en Dana le jourual
vigueur eane aucuns addition.
il � � Cs
ihoi <| ie � qui .-i t m iiheun ui -
p cai une exisleoce �ph�ini i
Ce t'e r�tor�e, qui conf�r�e Monsieur Al. : V.au insii
* un ministre d'un iulie � lee'snr ' liante port�e aocale de
poavoire de l'olflcier public, liij!" Loi du '2'\ juillet l'.L".). Dans
coula; Im au coup d'encref il y a i'-' tung g obreel persuasif, il
deux ans de cela.Elle passionna | u clinais a croire qne les r �'* -; � 11 �
Copiai on. Des juristes dune rare lais les plus bieutaisama de
coin p�pier la coosid�raieoi vuieni d�couler d'une appbcH-
coinue une �r trou�e pratiqu�s tiou iutsliigeote de N r�lormt.
dius le Droit civil � Selon le:>
doctis co.isid�iallons d� Mai res
M'thon et M g otii- le nouveau
texte ad mal tait � l'�quivalence]
;,--,ri, ...- ...t.. A..... ,_________ .1
Uue atstulique, puis�s � bonue
^OJrt^i et pjbii�e dans le m�me
p�riodique, illustrait son �tude.
I) � la lecture de ce tableau, il
juridique entre deux tonnes de rassort cette lamentableconsta-
uianage autielois diatinulea al uuonque le nombre d s mari -
de caract�re difi.-rem j Un aeo u�� contract�s dans tout le i) -
eat distingu�, bauteurenl eppr�< parteuiitol de l'Oueat �tait d�ri-
ci� dans e monde juridiqa*. |e sont- a c�te de ceux dis paya
vetx parler de Ma�tre Abtl
N. L�ger, |yiit poaitie-i �gale-
ment dans les d'b.ts.Uan-. une
europeeus. La cons�quence in�-
vitable de cette raret� d'un o i
� eguiuie est une eugmentalion
savante �tude il lit ressortir constante de cm fl a anonymes,
qce l'interpr�tation "de �es cou- vent^bi s parias de l'existence'
fr�res n'�tait point conforme � incapables de r�aliser leur des-
l'esprit aie la lai du 20 juillet i tin�e, appel�s � terminer leurs
102i) � Chacun de ces tnailigee, J jours dans nu cachot ou sur un
conclu-il, subsiste donc avec i ut dh�uital 1A L�ogaoe.pour ne
ses tonnes, ses conditions de J citer que cei exemple, le pour
capacit� sp�ciales, s 1 centagu maximum d'entants l�-
Pourtant, enti�rement divisas ' gitimes esi de 3,5 o �>.
El l'on entend pourtanl r�p�-
ter aur loua les ions qu'il (eut
s�rieusement organiser la la
sar le caract�re du v�ritable
mariage consacr� par le l�gu-
lattur du 20 juillet 1929, les
commentateurs �taient tous una- mille. Ceux-l� qui* le disent ont
celles raison. La famille �tend
ses bisntaits aalulaires sur la
soci�t� tout nii�re. On � pu
d>ie av�c beaucoup de juitesse
que les Dations les plus riehea
et les plus lo,!es �taient celles
o� li Jamille �tait le plus en
honneur, cjurl sombre tableau
u� noua faudrait il peint bros-
ser s ii Li.iiii Ul riei ,cl (j<, |, ?je
du foyer chez nos masses iu
raies A n'en pas duunr,' celle
Ismi lu sxiste, m is aile eel d -
gn. de piti� ! Les circonstances
historiques qui ont contribue!
I� loi in ition de no r ;>. i:p|e
expliquent eu par iecelte d�sor*
gauiaeli^n de ia lamille ch./
uos campagnarde.
mmes � reconna�tre que la nou-
velle l�gislation poursuivait une
organisation plus r�guli�re de
la lamille,en facilitant les unions
l�gitimes.
Au demeurant, que la l�gisla-
teur ait voulu consacrer le ma-
riage religieux ou tafua� d'ad-
mettre concurremment deux
(ormes de Mariage de natuie
diil�rente, ce qui ne saurait
�chappar � la sagacit� de plus
d'un, c'ast qu'il avait ob�i � de
hautes consid�rations soi i 1rs ai
humanitaires en pratiquAui
�celte liou�e dans l'pmon li
bre.�
Au moment o� nos pjrk-
mentaires vont se prononcer
aur le m�rite de catte loi, il na
serait pas mauvais de les laire
loucher du doigt certaines r�a-
lit�s qui ont d� in�viiablemen!
frapper leur attention (Ju'i's se
livrent � un� pet.te enqu�te,
qu'ils interrogent les stausti*
ques qui parlent le langage �lo-
quent des chiflre.�, qu'ils p�i-
coarent nos sec ions ruralea, ili
seront peut-�tre �tonn�s dv
constater les nouveaux lofeia
l�gi'imes !
Le pouvoir l�gislatif � u,ui
Appel�e brusquement � la \i-
bi i ^�, noire jeUne II .�ii di I so-
lutionner � peid de aa icule
exp�rience les d�licate prob �-
nies que taisait na�tre sa situa-
tion nouvelle il'� ai iilxe el in-
l�pendanL Au berctau de no-
ue esiaience, nos gouvernanti
v.aent poui d< voir de a'�ver*
tuer � rr�er l'esprit public an
moyeu 1 une �Jnca'ion ad�qu -
�t aLX mcejis de l'�poque, COU*
loiiue au g�nie de la race, en
t
Cours d'�t�
LE�ONS PARTICULI�RES A PORTAU
ET A P�TION-VILLE
Commencent la lundi 3 ao�t procbaii �
rtlITtfVf rif�CAH4tll
bat, a et du leaiae, pareuis
La m�thode est certaine. U n'y a pas de doute.
S'adresser au No 1537. rue Laraane.de 8 hs � 11 h. a. n.
T�l�phone : 2891; ou � air H. i �PI'LXIJALKR
� P�i�ei-Ville, r�e Tillate.
Propos
humides
�o�
Les "wfi" r i 1rs "dry" teroil bie<
t�t aux prises au\ Etata-l'nii, I
campagne pr�sidentielle dam �
grand pays eil mile en parte sur
prohibition da l'elcoel... Du eat pi
nibiti inniste ou aiiti-prohibitionn
le. Le i iii'l leader AI. Smith repi
raitra sur la M�ne portant lerlrapei
des d�mocratea.A ee propos, un cle
gyman, brouclic "dry", adh�rent u
; un ma d�mocrate, d�clai e i<>
uniment que lu plateforme da psi
devra �tre "dry '. W, Smith ;> di
tendaucas hamides... Aussi bien, <
lui vaudra nn appoint itapei li
vois contre Franklin 1). Roosevel
�on concurrent aui saliragea �les d
m ocre tes. Il aura toutes les \ i\ di
Am�ricains revenus d'Ha�ti nvee
souvenir vivaee du RHUM SART1I
CA( III T D'OR C'est le triouipl
assur�, irr�sistible el inagni tique.
LE
' n, once � ^ s clients clii !
pendant la saison d'�t� so i
Olfi �' de la rue l'av e ii a
terme.
Ses b�nies deconsultatim <
n s � maison priv�e :m Boi i
Vei is restent les m�mes :
i in: de 7 h �tires � 9
Soin de .*l � ~t heures,
i�phone ; 2466,
Me 'crcdl 11 vendredi de 9
� 11 heures � l'Hospice Sl-
l'ran�ois de S �les.
\\ I�phone; 2275.
... b lu. dernier eu ent, ��wu* la
plaine d* l'Homme de laitue,
une appr�ciation trop g�n�ra-
lis e �l Syrien pot r n'�tre pas
>(i i � iiiiiiM* I n I � l'y''-
H s ingaoni l'ivraie du bon grain
ei convenons qae des Syiieas
tels qu Salim Aun.de ragrett�e
inen o.ie, nolie uneien collabo-
ralt iir i,' iiileii s, mm B*tjpo,
Daccaret, John Boutas. B�les,
G�b'ira Elu Salomon, Sada, et
nombri d'aotrw, sont de par-
i;1 ts gentilshommes qui ne d�
tonneraient dans aucun salon.
� �
. n vu. lier v>ir, jusque ver*
onae heures, 'rois camarades,
dont 1 un <|ui habita les Genar-
vi s depuis ! nio' dis ansetcjui
est de passage � Port-su Priais*
assis soi l'accueillante terrasse
de l'EI lorado, i dus la clart� en
veilleuse �le le lune. Ils �taient
loua lea troia tr�s m�lanceli-
quea, Les soibels succ�daient
ans FO'bets, les cigarettes sai
ClgarHt'ea, les propos d�coira-
^ s aux propos d�courag�aj Ils
D�voyaient pas les pentes lem-
Oies ((in passaient sur le trot-
io r du Chsmp-de-Mars. tont
aux p obl�mes �conounqaes et
Vitaui pour le Pays qni �taiant
posi s devant leurs trois cons-
cients de patr.otes �cbii�s.
*�-�i^*- "* ~*'m

rapp �i : o < degt� de oui �
lure.L'�uvre du l�g -� eur eta i
de- plus d�beates, I! t d ail i.�
lier l'ancien esclave da SJ-Do
"'�!);� n , ii venu citoyen lialiie i
� la � cm i, in oaion Dier, |� -i. al de pj'iie. l'id�al (' �
lamine Une nation ch- /. lequel
ces h isea 'le la conscience col
lective n'existent pss est vou� �
� toutes 1rs ;iv 'iiturcs.
Les directeurs d'alors de In
jeune R�publique crurent plu .
sag s de nous doter d'une r�g;s
latu ' � ava ic�e pour l'�po
que. Le code Napol�on lut i e
produit avec �<" �g�ressuppraa
�
...a vu ni Parc Leconte,chez.
Ptnivil, des roupies loeiratryar
|oyeu&emani [osqu'� deux baa-
reada matin, �u son endiabl�
d'un orlophODJC Hem arqu�
parmi les dames une des reines
Ks p|U8 admil�ea �le notre der-
nier Carnaval.et, tout autour, des
gai m s qui, visiblement, r�-
vaient dcire princes cous�* �s...
� n qu'on ne soit pas.
. . v#ii qu'on a bi�l� les her-
bes du peut square qui se Iran*
\ � i I ouest de la Piai e du Ci-
meti�re. Cela ajou'e � cet en-
droii d�j� sinistre on ne sait
aions. Pourtant les superstitions | quelle nots nonvelle de d�tel�,
anets raies �taient encore en �...., qui n'est sans doute pas
Donneur. Le guerrier tarouch
qui avait bris� s s chai lea tout
r�cera n . ne ponvsil se plie
tacilement � nue disciplina I
ne pouv m surfont comprea II
la Dobieaee d'ans associatioa pi
ijcjuel e I homnae et Is lemm
s nuis-ent pour partager le-
pi uaira de la vie e1 en nupoor'e
en commun les �preuves ! In
sensualit� �pur�e par le marrie
ge �tait au-dessus de aa natnr<
ru le et primitive. Il adopta I i
lorme ta plus rudimen'aire d
l'un on �onjugale, celle qne l'o
i ro itre � l'origine de l'huma
od�. Ainsi prirent ueissance ci
alliances de bassrd, �ph�m� k
qui ne survivent gu�re � l'intei
r it� des passions Avec le leinp',
devenuis moiis Ir�quentea di n
nos. i i,< 111 '.talent dans'outr
leur beaut�, dans nos nombreu
aee sections.
En dehors de la loi \'o (J du
CoUe civil, aucune loi sp�ciale
n'�'ait venue 'acil ter les unions
I- Ritimei Or, les dispoaitions er
le mati�re, de la l�gislation de
1825 sont mvillisantes nuisqu'a-
pi es p ms J'un si�cle d'existence.
no iv nation aooflre du m�me
mai.Le : gialatenrde 1929 i pens�
q . I fallait dresser une barri�re
contre le flot sans eeese gr�n->
diei anl de " placages " qui COOS
tituent une v�ritable plaie pour
la masse rurale.Ii a compris qu d
�tait de premi�ie n�cessit� de
travailler a la laire sortir de
celle sPua'ion amorale dans la-
quelle elle v�g�te Et pour ce la,
il a envoy� les ministres des
cull s tfa�a nos plus lointa'n�
b il, (limer snr tous les
d aux uns et aux autres :
��M�rie/.-vous, mariez-vons. Me
voici Je sois i vo�re disposition,
Dps :. , ".i* D en aine/ ps)| ",
i l carti i. . n �tait ; aapa
d'entreprendre celte croisade
d'un nouveau genre.
Cas�ine LARGE
(La fin i demain)
ces messieara
!
q<
pour d�plaire �
les morts.
. . a vu aux prises un cocuer
et un clni'fteur : deux �poques,
le p iss" ol le pr�sent. Ils se�
anirlandaie d ' fui I autre, a
bouche que veut'ti, se ren>
voyant comme des balles de n-
qui tles tous les noms d'anisiPUX
qui leur passaient par la t�'e�
Toute l'Arche de No� y passa.
A un moment les deux chain-
piona descendirent de leur si�ge
l'Ufl avec en main sin louet et
l'antre, aa manivelle. Mais an
gendarme troubla la l�le et les
invita sur un mode qui re sonl-
frail pas d'h�eitatioa :� le suivre
{utqo'au plus prochain psite de
police. Ainsi finit celte nou-
velle querelle des anciens et des
modernes...
... a m qu'on �tait hier se>ir
plus de dix sur le banc des
lonoirs. Ce banc est ainsi ap-
pel� parce que ('est la que se
donnent rendes*veua tous ceux
qui n'ont pas de tonctiona et
(pu viennent se lamenter sor la
dure � des 'emps et la situation
p ih'e de .eux qui ne re�oi-
v nt chaque mois !e petit rec-
t�.ng'e jaune que aoire ami Cel-
lard enpelle si cruellemeit l'ir-
l r�sistihle cb�eue Mailne. Se
dirait on pxsun titre de velse :
Ch�que Mal lu-'.'
r< grette, depuis qaelqua
l n'�'" �"sNoTRBOaasLS.i,
'- ; dis concerta qi'�
dio H. H K le Hhum Sbr>
the, Cm hei ri Or,offre � sa jolie
ei u.uibreuse clien'�le.
\jsiras-vsus coulre
s la � Ueierel Ae .deut Pr�s A
Lite \ n i e I Vva P. Itermiaghi n,
Ag.-l ' -�-�' oa^r Haut.


PAGE 2
LE MATIN = 5 «*t �951
rmmm
<
SENAT !AUX S
�o -
S�ance du 4 Ao�t 1921
I
i l�siecr�iaires d'ElatdeHa-
t�rieor f� des Finance* s�nt
au banc des i-rgtnes de l'E-
x�cutit
Lecture e la coireapon �
dan: t C� m* trouver' DD nM"�
sage de I� Chambre r. < < m-
mnndant au S�nat les o\ �
qu'elle a vol�es el maint* nunt
dans tonte *a foi me et teneur
les articles 20 el 21 de In loi
sur le et Btmerce de d�tail,
telle qu'elle I h vot�e; ui m- �
sage du Pr�sident de lu l'�pu-
blique acrusaul r�< epti
la loi ;�(�< unJanl i n en 'il de
I'iO('� gourd� s pot r loi i -
pr�oi bureau et loui i ; ' < ��
c assidues en laveui du I e|
t*meM de l'inati ucliori I o
blique
Y a t-il des rapporta pr�ta?
demande le Pr�sident.
Le s�nateur Eliz�e lit on
rapport dn Comit� de l'Int�-
rieur lelatit � la loi sur les
eonsei's communaux vol�e
par la Chambre. Le Comit�
demande le vote imin< d-a� de
eetlc loi.
Le Pr�sident dit qu'en Ce
qui concerne le message de la
Chambre in�ormant qu'elle a
maintenu les art. 20 et 21 de
la loi sur le comme ce il pro-
pose la nomination d'une
commission Interner lem< D-
laire pourvi�cider de la ques-
lion.
Hvdicourt : Quand d y a
d�saccord, on doit lormer
une commission interparlt-
menlaire pour Usncner la
question en litige. S'illaut
nous rapporter � l�art.56 de
la Constitution,^ alin�a.nous
pouvons dire que le d�sac-
cord,pour t- re tram h�.devrait
I �tre pai une coninmsion
Interpari menlaire. Mais cet
Article pr�voit s� u�1 meut � M"
tains cas, cl le cas actuel ? j
figure pas Je propose d - iai >-
ter tomber ia loi, et, l'ann�e
prochaine, on la reprendra.
Z�phlrin dit que cette com-
mission doit �tre lorm�e et
il d�ni nde au Pr�aident de
le laire.
Til�maqui appuie son coll�-
gue Z�phiiin.
Le Pr�sident met aux von
la proposition de lormer une
Commission intei parlemen-
taire Ellcist vot�e. Le tirage
au sort a lieu,et les s�nateurs
Hudrcoort, Zamor, Paoltre.
Latorlue, Nau, sont d�sign�s
pour en taire partie.
Le s�nateur Kli/�e ht un
rapport relatit a la taxe de S
dollars sur les lusils de chasse
et le port d'ermes.
Le pr�sident consulte t'As-
ianihl�e � Savoir si ou doit
discuter le rapport concer-
nantla loi sur les Consel
Communaux. *
� lilitMampr�tend qud ny
a pas moyen de disente im-
m�dialeiv.ent la 11 i. Elle est
d'importance trop capitale
pour qn'on la discute au pied
lev�. , .
SI-Aude dit que la 101 is
aussi importante qu'elle <
simple. H s'agit de satoir s il
? a lieu de maintenir les
�
�
I ,. � i pris f;n am Rciea- '
Ipnliqa�ep. I.'-. �levai de S�rac ,
� m,- i\ i � ni pi !te n "'" �
[le ii rlic � li de d'uii � cli ip �' '� el
i ei Iri [u< il !'� '�''"' H"':l
:-���..' � de In �oui �� �'� � �
r�sultat� ont i '< tri i i u -
Innl pour ci �� n ' ; '
nlei .�,''�� � ' ''"
programme.
Voici, | rie m�i il . la haie
desne- iveau I ura :
Louis K p .: n l. Antonin Piinpel,
i-, pu Vnn ind, Ren� Moraviu, Bo i
:, Raoul Da-
ns, | cfnei ' � yo, '�' ''il Hastien,
-, cl l.i-
bermann Josaphat,
incours d'ad 10 candi-
i ont pfTronle i � i pn uves i ci ilca :
un: i ont �l � admit :i I' �ral el ils 1
seulcimeet i.: 1�re ann�e.�
Loi autres onl eue u te chance t
la sesiion d'oclobrr.Nous leur soe�
hailuna de r�ussir.
<, San� l'rewies �
, aim li s raligues
,ic l'�criture. La
pointe glisae avec
te11< on m ili don-
ci .11 i t h mis iliort
ipic : >. l-dI "n pi ilr,�
|...;ill...H' .. - pei -
. fei lions exclusives
<|r lu l'ail ci... Votre
distributeur vous en
fera une d�inonalra-
lion... et essayez
m,u i n.cinc le* fo-
:i,i... nail � du Par
'tf'.-tf- k, i ;ni ; Lssiti.....
Echos
�o �
Nous svon i xt �a la 1er nn-
m�re du Phare, p�riodique bi-
prepagation
: le h� restauration li"�
lienn et des int�r�ts de la r�-
gion du ; ati-est, u iraissanl �^
Jacmel sous la direction de Mi
le Dr N�rette Si-Louis.
Nous remen : i � pour le gra-
cieux envoi et adressons do*
m illeurs souhaits � cenouvesu
cootr�re.
Diatributeun
MOHH & LAURIN
P. O. Box �M�
Port-au-Prince.
./. � .'Msrjtw
13
membres du Conseil au lieu
d�3- n CM
Jtannot : Mon coll�gue St-
�ude vient de dire que la loi
est aussi Importante quesim>
pie.Importante, elle l'eut; sim
pie, non pas Avec cette loi.il
/agit d'arriver � r�duire le
nombre des membres des
Consc ils Commimaux.il s'ygit
d'avoir il rrembres pour cha-
que Conseil et ils d ivent re-
cevoir �les appointements de
la i Misse communale.Eh bien
tous me permettre de vous
� lu, i u lie loi, vous
d�truisez l'�conom e de la loi
r�ant les 10 seils commu-
.. puli que, l'uni part, les
tai.es pr�le �i i sur le peuple
dans hnt�i�t public seront
il,ci es su j aiement des
membres du conseil. Vous
trouv�res certainement a*sez
de tonds pour lesjpayer a Port
au-Prince, par i semple ; mais
nrenous les communes des
Coteaux.de Tiburon.ou les re-
, u -, existent a peine, il est
Certain que les tonds re-
cueillis seront i isut�sants ,i
avi i les ti >ts membres. Non
seulement il convient de ne
pas voter une loi pareille,mai*
d tant l'ajourner luaqu'� l'an-
n�e prochaine. Nous avons
des choses p us s�rieuses sur
le tapis, telles que le V0t�
du budget. 11 tant s'en occu-�
pei s�i ieusement. J<' propi se
bu S�nat de lever I. s�ance
pont pei mettre a tou - les se
Dateurs de travailler eu c >�
miie du Budget
J�l�maque. M bsh u s, 11
loi s i tes Conseils Commu
aaui est d'one importance ca
pitale. I e S�nateur Jeannot ne
i�.., p .s eue ira lue, moi non
plus, lt y a 25 articles, com-
me \ ient de le dire I honora-
ble Pi�aident. La l hambre a
pris ii n\ s�ances pour voter
celte loi. Son Impoi tance est
1res grai de C mma Pr�si lent
de ia C.om alasion du Budget,
)e dois von� dire que nu i
n'avons encore rien tait. Nous
n'avons pas encore la loi de
finances qui nous permette de
b�tir un rapport pour la dis-
cussion du budget. Je propose
au S�uat de ne pas entumer
|.i discussion de la loi sur les
Conseils Communaux. Hn'ya
pas lieu d'envisager ceci
quant � pr�sent.
Aau est (t'a* il qua la loi
soit sinon imprim�e, mais co
pi�e et distribu�e au S�nat. Si
cette loi doit op�rer un chan-
gement dans les institutions
communales actuelles, il Im-
porte que nousayODSta loisir
de l'examiner convenable-
ment. Comme viennent de
vous le dire les coll�gues qui
m'ont pr�c�d�, il faudrait
ajourner la loi jusqu'� l'ann�e
prochaine.
le Pr�sident. � Messieurs,
le rapporteur de la Commis
sion de l'ant�rieur demande
le vote imm�diat des conclu-
sions de sen rapport co cer-
nant les modifications appor-
t�es par la Chambre � la loi
sur les armes et muniiicns, �
cel.e sur les chaussures et
jambi�res� confectionner par
des ouvriers ha�tiens pour la
Garde d'Ha�ti. Ce vote est ac-
cord� et les modifications ap-
port�es par la Chambre sont
adopt�es.
D api es la d�cision que
nous venons de prendre, dit
le Pr�sident, je crois que nous
devons passer en Commission
du Budget. La s�ance est sus-
pendue.
TENTATIVE
�

Hier matin, vers les six heu-
res, dans le voisinage' du l'ont
de Tlior. les gens du quartier
lurent alert�s. D'uu W. C. mon-
taient les vagissements d un
enfant. L'officii r rural de Bizo-
ton, M. Philippe Domood, ap-
pel� eu toute hAte, lit les cous-
tatations l�gales. L'aotaot, em-
mailio � dans da papu-r, doit
avoir deux mois. Un marin, du
r.oui de Lafortoae, habitant
Bizoton, a recueilli l'aotaDi et
\*� pi s � sa eh irg-.'.
La justice su.t son cours. Ou
rsj i d mettre la m lia sur la
pauvra inere d�sesp�r�e,� et
crniiii'el ^.
LA'LAME
qui s'�guise
ovee leylus de commodit�
EN VENTE
p; RTOUT
Distributeurs: Mohr & Laurin
i>. o. � M � � Port an-Prince, Ha�ti.
Vous donnez une Partie?
� SERVEZ nOS INVIT�S
CETTE D�LICIEUSE
SALADE �E FROMAGE
Une h�tesse habile doit toujours
trouver le seerel des plats on pi
nuu.i . dans te froniatje hraft.
Voici une salade d'un bon go�t
extr�me pour votre prochain lunch
" votre th�. Votre tamille l'armera
aussi. La recette de ce pial inconnu
eiorig-nal est ci-dessus. Vous ver-
rez comment ces' sim >le � pr�parer.
Encore elle vous proclamera une
h�tesse chic.
Le fromage Kralt est un �l�ment
d'une valeur particuli�re pour vos
menus, t'as seulement pour la va-
ri�t� qu'il y ajoute, mais parce quen
m�me temps c'est un aliment sain
SALADE AU GEL�E DE FROMAGE
1 cuill�r�i� �le g�tetllW, une tasse de cr�-
me fouett�*, du sel. du poivre, 1/2 U*se
de fromage Kraft, des feuillet de laitue.
Un peu de R�latine dans une ilemie tasse
d'eau froide, ajoute/, une demie tass:
d'eau bouillie, tournez jusqu'� ce que ce
soit bien dissout, m�langez 1� tout. Quand
c'est devenu � peu pr�s solide metter.
dans la cr�me, ajoutiez du Iroinahe Kraft
et verse/, dans une moule. Mettez sur del�
glace et quand c'est bien dur, servez sar
des feuilles de laitue.
contenant beaucoup d'�l�ments vi-
tamines
Le tromage Kraft est vendu par
votre �picier et il en a toutes les va*
n�t�s : Suisse, Pimento, am�ricain
et Velvceta le nouveau tromage. El*
sayez 1 s aujourd'hui m�me. Ils ar-
riveid � votre table trais, et enve-
lopp�s dans du papier d'argent, her-
m�ti (uement scell�s,pour r�sistera
tous les climats. L'�tiquette Kratt
est votre garantie de puret�, de boa
go�t et de saveur.
PAWLEY S MIS CORPORATION
Distributeur :
Port-au-Prince, Ha�ti.
TvR�rTffiQΌSE
qued'.Hlnvnislra ion de la Justice- � la lib�ration du territoir�.
el celle de 1 Instruction Publique I Ire mandat ayant pris, tin
j soient plac�e sous le contr�le| sommes dans l'obligitioi
l am�ricain. J'attire sp�cialement
I voire attention sur ee paragra-
phe du conseiller-f�uancier. ( //
lit le rapport publi� dans LA
Presse )
Il y a des dactylographes qui
gagnent de200� 309 dollars par
mois, landis qu'� nous autres,
mots, 'anois qua nous aunes, 'uau-iai um uepu� ���
chiens d'ha�tiens... ( bruits, tu-' constances graves. Ali
Chambre
des D�put�s
S�ance du 3 ao�t 1931
Lecture de la correspondance
o� se trouve une lettre du Se-
cr�taire d'Etat des Rela'ions
Ext�rieures s'excusant de ne
pouvoir se pr�sen'er � la s�ance
de ce jour el r�pondant aux
questions pos�es par le d�put� I cain est cli i noas.il mange a la
Jolioois.
Jolibois � Je regrette infini-
ment l'absence du Secr�taire
d E'at des rVla'ions Ext�rieure*.
Il nous a �crit que le gouverne-
ment, vu le trait� de l'.ll�. er. ce
nui a trait au service de l'Ivu- '
prunt, accorde seulement un ? aviois eavov� uu message au
simple contr�le des recettes pour - Pr�sident, d�s la constitution
garantir l'amortissement et les j des Chambres, pour lui demin-
lot�r�ts de cd Emprunt. C'est 5 der d'entamer imm�diatement
ue nous avons sou'e- des n�gociations pour une
rendre co npte de l*as>gei
nous en .ivons tait. Je suis:
tre tout-; agitation, contre;
division dans la famillehaiti
ne. Election veut dire dais1
v ut dire agitation.
En Fance, on a |pror
n.iti lat des d�put�s eoi
mulle ,
Le Pr�sident intervient � Re-
tire* ce mot d" chiens d'haidens.
Jolibois continue : L'Am�ri-
blique domtaicaioe, h
eho <.- eut lieu. Je m�i
quand rr.�ma des pro
�lections qui permettronlj
les redressements. Il M
tdbienue nous avons pr�par�e; plus de reconstituer les
-� ____� A :i .. C..; ;i ^-<.,o ...n.. K�c O e'anit de ImflJI
et quand il a fini, il nous jette
un os comme on tait � un chien
( bruits,rumeurs ) Nous aurons
dans quelques jours � rendre
compte d- no rc inandji � ceux
qui nous ont eivoyes ici. Nous
la th�se q
nue ici, il n'y a pas longtemps,
le contrat en mains.� L'Em-
prunt a �t� consenti \ la R�pu-
blique par un g- oupe de finan-
ciers am�ricain. Le gouverne-
ment am�ricains n'avait pas � y
intervenir. Ce n'a pas �t� un
emprunt de gouvernement �
bres, il s'agit de travaille]
d�so cupation totale, iiljf
d� la K�pubiique d'Haili�
il se dii que les pro�
�lections seront olficiellsl
11 se dit que la hberteT
torale sera batou�e M
aox pieds. Va organe dai
verneraent a os� �crirtl
pour �tre d�put�, il I��"
ter les principes du go
une . ici ico y ������_
prompte d�soccupaiion. Mal-1 ment. Nous venons
heu'eusem �nt rien n'a �t� lait. I der au Secr�taire o'Bjfl
\ l'Ecole Vtilnairc, nous avons t�rieur quelles garantie
aux citoyens en vue de M
totale des prochaiae� *lf
Le peuple se laissera'
I
appris qu'on a re�u hier Ml
jeunes gens, mais il taut qu'ils
restent simples gendarmes pen- , �
dant 2 ans On a mis de c�t� lenter aux prochiiaesj
l'ancien programme. S, le Se- comme � celles du IV
gouvernement. Le Secr�taire ! cr�taire d'Etat des Relationa 1931 ?
d'Etat s'est tait excuser, mais i Ext�rieures �tait ici, je lui au Le Secr�taire dktat
c'est une question qui se pose j raig pos� certaines questions I t�rieur : Vous avei eolf
devant la Nation. Il �aut que je . relatives � ces laits. L'avenir, en I d�clarations du d�pa�
bois. Il a d�clar� qaj
m'explique devant l'Assambl�e. | Ce qui concerne la d�soccupa-
Je suis obbg� de mettre mes ] tion du pays, est bien sombre,
coll�gues au courant de certains
taits.
L'art. 9 du contra' d'emprunt
dit que le gouvernement donne
une hypoth�que sur les revenua
int�rieurs et sur les revenus des
avez re�u mandai de
1er � la lib�ration r
Lai� ez-moi voua diiH
gouvernement n�"�.J
de votre sein, trav�a|
galion sur cea taits, mais il ne i la lib�ration n�Ji
dit pas la r�ponse qui lui a qu'avant longtemps, U.
deuanescomme garantie des in-1 �t� faite. � Il est un anti in- I reux de vous oftnf p|
t�r�is et de l'amortissement de terventionniste. Son nom est l tata obtenus.
i Jusqu'ici il n'y a aucun accord
| entre la L�gat or Am�ricaine et
I- 'iouvernement. Le Secr�taire
d'Etat a dit qu'il a �crit � la L�-
ucio.o �|uv..v ..rv....x. .- ^-B- uihii, uu un.) que la d�soc-lvot� n ic� �
tion Am�ricaine u--elle laite; cupation am�ricaine a eu lieu t nelle. Nous aussi,
au goaverneme i h � tien. Bi \ au Mexique et en la R�publique �lutt� pour l'avoir,
eltf tomb�e d accord avec le. Dominicaine. Tant que l'Ex�cu- * avons dit qu'elle �'
gouvernement ? Peur la 2�me tit ne tera pas taise commune qu'en 1932. Che* �JJ1
ques ion, je lui demanderais si . avec la Chambre, rien ne pour- cains, il n'y �v,,t Pf�,
la L�gation Am�ricaine n aurait { ra �tre oblenu. ' titotion debout. ^
pas transmis une Convintion Au Secr�taire dElat de Un- avait tout sabot� s
iaen cela qu'on a consem
Secr�- bre. . �. ei*
La th�se de Mr Mu.ro eat taire "'
quune
res
tion de la Lonventio i pour m t�rieures, nous avons lait res- m��re garanj� �.,
_ ctpr I* rucuc.mi rrA. A.<*1 f *. < .�.S.� �___ _ . _____. i. .� i n*�5� ' 'L '
pas transmis une (.onvtntion; Au Secr�taire d'Etat de
sign�e au nom de la Nation, pai � t�rieur.� Citoyens repr�
le Comit� F�d�ratd. | tants du peuple, Mr le Sev. -. , twm
U th�se de Mr vlu.ro eat taue d'Etat, tout � l'heure, en Les tl�claration�
quune garde am�ne une doit commentant la d�D�che du Se- dans un joaraal n� rj
rester en Ha�ti, apr�i l'expira cr�taire � Etat des Relations Ex- gager le geuverns�j,
tion de la Convenuo i pour ^ t�rieures, nous avons lait res- mi�re garantie ae
receveur g�rerai. L. sortir que nous avons re�u tions prochaines s�
th�se du receveur-g�n�ral est in-ndat du peuple de travailler vous m�me, von�
.
baiicour
aViai ia ren�iu.uee est aaaveNe�e a garut M areaauaie P- ~x$>
Demandez partout !
UN BARBANCOUrVr
U�p�s^Rueiaee C�sari.


LK aWLTIN - 5 Ao�t 1931
3
\M*.���f T-**' 1 ��**�*?�
�
�fwa�awaBaa&Wiiwwiifi �
Toutes les Polices
DE LA

�� w*
i
6
lia (Mil mu
�t
ft�na
UU'il
�comprennent la Protection contre
Foudre sans auqmcntation de taux
GRAND RABAIS EXCEPTIONNEL
? / iVffftff
' TRANSF�R� DEPUIS LE 1ER IN AU ri731.HEIIIIfitt�BELtW
i � � *
Si vous vonie/ vu- |�ii>rnli rf*� ho n� � morrh!��"M�ei 4 n�< p-'x M er ' ,n �
IvMlfi "ni. mi i- !>., . i � de \ roi I S\U\ d ni s son nouveau lo � \' '" -'."y* jn "��-
; gasiti | ;, ,\ 'i �'.� l i>� � m-tinc emplette, accourez^y en ton'r.ri I � rj*. �! !'
1 m-.iMin � �" '* ' ir'iciea '"*
Up�riruf� an prix dot iili'u-.. rto I ���� �ri* tt la maU'� ponr * ,( ' s fnl lln
lires grand profil aux clients. Voici les prix de ces quelque; arlicl ,; suivante!
.LeBim�&Cn

r O
,oale confiance � vos �lecteurs.
Si vous aver conscience da-
�oir travaill� dans l int�r�t g�-
n�ralle penple vous continue-
*� co.W. La 2e garay
S est dana les lois dans la
LstilntionJe vous donne las-
.urince que les �lections seront
Inli�remeat libres, que le. lois
Iront si�cut�es. A vens de
m�riter la conliancede vos elec-
S, pour revenir i la Cham-
ire, �n ItUT pr�sentant toutes
iirinliesinorai.s.
F;o/i*o� : Bn 1M�. > n ai pM
hit la campagne �lectoral, aous
h protection de la bannie e
toil�e. M�me il m est arrive (
quelquelois de proc�der pc-r- ,
Enellement� I arrestation de \
Sains �lacteuraqni voulaient |
frauder et de les amener nu i
m�me au tribunal depaix.Aujour
d'hui que nous avons un Kou-
vernemnit issu de 1 Assembl�e
Nationale, je ne peux pas de-
mander I immixtion de I Am�ri-
cain ou la protection du drap.80
am�ricain. En ce quil la agit de
la Constitution de 191�, nous
e�mes � prouver � cette tribn-
na quelle n'existait pat, par le
fait des �le< fions qui on' eu lieu
an octobre au lieu de janvier.
Nous e�mes a taire ressortir que
l'arr�t� de 1917 de Mr Sl�nio
Vincent, Secr�taire d'Etat de
l'Int�rieur, avait abr�g� cette
Constitution. J'oflrirai les m�-
mes garantiea morales quen
1930, alors que le Pr�sident
de la R�publique avait tait de.
d�marches pr�s de moi pour
obtenir un accord.
Gaianlies morales ; Je pois
lire une lettre par laquelle on
m'offre 150 dollars sur la Lo-
terie Nationale pour acheter
non silence. Bruit, tumulte,
Plusieurs 9oix : Liscz-li)
Garanties morales, c'est vous
ni �crivez � Stambou Iy et i S r-
Jlepour dire qne 5000 gourdes
de trais S l'occasion de l'inau-
guration du gouvernement ds
?aient �tre pay�es par lex-Pre-
lident de la Chambre.
Le Secr�taire dKtat : Je mis
appel� ici pour tournir des ex-
plications sur une question. La
Chambre ne permettra paa que
la d�put� s'en �carte et expose
das consid�ration, qui n'ont
rian � voir dans la question.
Jotib�s : Garanties morales.
(Il cite un ta$ de faits que le
temps et la place nous emp�-
chent de reproduire. )
m m* nd�ii--i'
Gin�-Taldy
DEMAIN SOIR
La Maison du Mvsi�re
(SUITE)
Av�c H�l�ne Uarly, Ivan Mosjoukine, Charles Vs�tl et Nicolas
Koline.
Entr�e : 0,50 ; Balcon : 1.00.
VENDREDI
La splendiae artiste LILY DAMITA dans le beau film :
La Grande Aventuri�re
Entr�e : 1,50 ; Balcon : 1.00.
Je demande des garanties
pour le� prochaines �lections
Pourquoi a-t on appel� Mr Hi-
laire, de I� �ion�ve, pour lui
donner lo-dre de contrarier
mes �lections? Je prouvera, que
l'ai lait mon devon, ( H lit une
lettre du Pr�sident en r�ponse
� une communication qu il lut
avait fuite et la commente Celte
lettre lait aussi allusion � une
pr�tendue gr�ve qui a �clat�
dans les usines de la Hasco.
Tout le monde en parlait.Gi�ve
ve imaginaire, a prouv� une
enqu�te que fil men�e moi-
J ai demand� � mon coll�gue
Rousseau e� � deux journaliste,
de m'accompagner � la Hasco
et la Mr Elliott me dit : � Il n y
a jamais eu de gr�ve et ce sont
?os ennemis qui en avaient or-

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
| CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux
i
Aqents G�n�raux �g
mim**mmMmamwaMm mm
Ce �fttf aVa* j* nais �t� fait
Cs casai ne a�at �tre d�fauss�
Kola Champaqne
F. S�JOURN�
Pr�par� dans des conditions rfgoareuses
DAS8PSE
Pr�paration et Ta� te
Pharmacie F. SK.IOUP.NR
Angle des rues Roux et du Centre.
g�nial une pour en rejeter sur
vous la responsabilit� Le chef
de la ''olice me dit de laire DO
meeting pour me jus'ifier. Pins
tard, � Damieti, on avait Uf� de
violences en mon nom. Je m'y
rendis en personne ei je du-
persai les envahisseurs. Le lait
de parler de gr�ve dans cette
lettre prouve que cela a m�con-
tent� le Pouvoir. Ou a voulu
quand m�me me fendre res-
ponsable de. gr�ves imaginaire.".
Avec celte lettre du Pr�sident
sign�e de son Chel de Cabinet
et d'autres documents nue je
publierai en temps opportun, je
donnerai au peuple la preuve
que j'ai d�tendu ses lat�rite.
Cr�oecJe chine anp l'aune 7,80
Ur�pr v*tio blanc SU p. 1 ! Ou
Toile