Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily
Language:
|||

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
Cl�ment Maqloire
D1RECTBUR
13�4, RUE AMERICAIN ItU
TELEPHONER :*�*&
25�me ANNEE N* 72*9 729i
aaei
PORT-AU-PRINCE ( HA�TI.)
�UB ' JL Jll'IJU'-'JJlt'JBI'J-'g-i-l__U____________-'----- �!'-J8-LJll-lJL 'l�g!
t
l Ui' seul* bonne alli�e vas
�II^Ul t|US mille !i�liur\j|��iurri r|
reoi qui ri'inplitkfiil leurs �ttvirs
MM "n; jHi .r m i n"s rvu\ qui Ift'ron-
uaincul.
LUNDI 2� & MARDI 2S MAI 1931
���'����'
msn
> � � * u. � ._�ee�.
LE PROGRAMME I
MINIST�RIEL

Un tr�s impoituDt docu-
ment, la d�claration minist�-
rielle lue � la Chambre et au
S�nat cendredi dernier. Elle
lorraule une politique. Elle
consigne des engagements,
jille eugage les responsabili-
t�s. Et 1 allure eu est vive, ri-
goureuse, d�cid�e.
11 tant tout de suite consta-
ter que les probl�mes prin-
cipaux du moment y sont
abord�s avec uue nette fran-
chise. Du poiut de vue int�-
rieur, uue �quivoque dange-
rease est dissip�e; les rap-
ports entre le tiouvernemeut
et les Chambres sont envisa-
g�s par les hommes au pou-
>oir d'une ta�on qui les mou-
tre r�solu aie i.t tourn�s vers
lavecir. Ils comprennent 1rs
exigences des temps nou-
veaux.
Cette lois-ci, la d�claialiou
minist�rielle, selon la meil-
leure tradition parlementaire,
est lue aux Chambres, elle a
�t� laite pour elles. Aussi
bien, elle �voque � nos tradi
fions constitutionnelles i qui
permettent et jusIiiieLt i l'exer-
cice du dr. il de co�t: Ole� des
repi�sentauts du pays. La
question est donc tranch�e et
par lEi�culit lui m�me. Lu
gouvernement pailemeu-
taire est eu devenir. On voit
d�j� dans quel sens se tara la
r�vision. Et le mot d'Alain
qui passe pour le philosophe
du radicalisme se souvient :
�les id�es ne restent pas tran-
quilles. �
Appliquant tout de suite sa
formule a des concessions r�-
ciproques�, la d�claration,
sur le chel de la l�visiou
constitutionnelle, tait un
grand pas eu avant. Elle ad-
met une � r�vision possible
par les Chambres �rig�es en
Assembl�e Nationale � leur
prochaine session ordinaire.�
La j�forme constitutionnelle
s'accomplira ainsi en 1932,
dans quelques mois d'ici, et
deux ans plus t�t avant l'�po
que pr�vue par le piojet sou-
mis a la Chambre. Les r�vi-
sionnistes qui se tiennent
daus le cadre l�gal ne trou-
veront pas exag�re ce d�lai. Il
serait d'ailleurs inconcevable
que l'on continu�t de se bat-
tre autour de � quelques prin-
cipes constitutionnels v| ua n le probl�me principal de la
liquidation du r�gime de l'in-
tervention �trang�re n'est pas
r�solu.
Tr�s netteraeut, � cet �gard,
la d�claration pose les ques-
tions de �d�soccupalion mi-
litaire et d annulations succes-
sives et syst�matiques dts sti-
pulations contractuelles qui
privent le Gouvernement de
la R�publique de ses initiati-
ves et de ses lesponsabilit�s,
ou imposent des restrictions
incompatibles avec les attri-
buts de uotre souverainet�, i
Les buts positils de la politi-
que nationale sont ainsi affir-
m�s. Aucun citoyen qui n'y
apporte sou adh�sion. On d�-
sire seulement que se pour-
suivent, saus fl�chissement de
la part des dirigeants, les re-
dressements et les liquida-
tions n�cessaires
Ou souhaiterait par ailleurs
plus de pi�cision an passage
de la d�claration touchant le
i probl�me prtss >ut de 1 i nu
s�ie � il n auia pas suffi de
l'euoucer, m�me sur le on
�mouvant que certainement
il commande, c'est tout uu
peuple qu'angoissent les con-
uitions plus difficiles chaque
jour de l'existence. Des me*
suie* urgentes importent
dont la d�claration n'a donn�
aucuu aper�u. Il luui pour-
tant une politique �conomi-
que cl sociale. Uue action
positive coutre le ch�mage,
pour la protection des tra-
vailleurs, l'amclioiatiou et le
d�veloppement technique du
travail agricole. Et autres.
Car � le progr�s g�u�ral par
ta paix i que veut assurer la
gouvernement se conditionne
par un �tat �conomique et so-
cial certainement meilleur
que celui que nous connais-
sons. Et celte �paix r�elle�
s'assurera encore mieux si,
aiusique le promet la d�cla-
tiou, une � politique exclusive
de leci imiiiatio. s et de le-
pr�sailles � �tait loyalement
pratiqu�e. A l'encontie du
d�sir de quelques polii. iens
remarquablement inintel-
ligents. Cette esp�ce-l� est
destin�e � perdre les partis
ou les l�gimes qu'ils desser-
vent en les strvunt.
Reste maintenant la � lorce
parlementaire agissaule et re-
li�e nie � qui se groupera au-
tour du programme minist�-
riel a�n d'en permettre la l�a
lisation. Mais ceci est aflaire
de tactique.
Victor THOMAS.
F�le-M�U
I
La dictature
de la soci�t�
f Depuis l'av�nsnient de Ma
St�nio Vincent � la Pr�sidence
da la R�publique, comme l'a
rappel� la derni�re d�claratioa
minisl�iielli, le peuple ha�tien
� �t� mis i 1 �co�t du plus large
lib�ralisme.
Voil� qui est bien. Cependant
�otrt libert� iadifiduelle est
loin d'�tre eompl�te, car nous
�ubiseons encore la dictatnr�!
de la aoci�t�, dictature sbsolu-
mtnt n�laste qui paralyse no-
tre �volution. Quand dons le
Corp soeial imitsra-t-il le no-
ble geste da Gouvernement 7
Il eet grand temps. �� ���l�
que l'on soit d�barresa�de celte
vilaine hsbitude, ch�re � le plu-
part des Hcitiens, de pousser
l'indiscr�tion jusqu'� �pier iss
moindres laite et gestee da pro-
chsin afin de d�verser tout un
flot de tripotages et de coups de
tangue. Et il es' p�nible de
constater que, dan� ce paya
o� les distractions te comp-
tent, on ne peut rien taire
sent penser constamment aa
t qu'en dira t-on ? �. Humain
l'�pie de Damocl�s dont l'appr�-
henaion g�te toutes les parties
de plsieir.
Il eet �t� pourtant si simple
que chscun s'oecap�t de see
propres allaii�*, sana ae soucier
de ton voisin qui, de aen c�t�,
� n ferait autant et aiaai de auile�
Cette eboae si simple est ce�
pendant plus difficile � obte-
� ir "que la d�eeecnpation de no-
tre territoire. Les Ha�tiens ont
lait 1804, irais ils ne feront
paa cela.... irrT.ir-
Bizarre, ti�a bizarre. � '***
Ceetpoui h s autre� ceci fou-
la collectivit� que je lais .eec
reaaarqaee, eei moi pereon*
cellemenf, ]� n'en ams nulle-
ment aflect�. El si voue d�airez
conna�tre mon steret, haez
cette maxime d'Horace : c Je
conaens � passer pour nn fou,
un impertinent, pourvu que
mon erreur me plaise, ou que
je ne m'en aper�oive pas, plu-
t�t que d'�tre sage et d'enrager.�
H 9 AUDI
i/M�al
I En Passant...
ALIX ROY
29 ann�e* de succ�s,
DES HORIZONS NOUVEAUX
DES horizons nouveaux s'ouvrent � l'homme
qui a de l'argent. Avec $1,000 �conomis�e
et d�pos�s en banque, vous pouvez envisager
l'avenir avec confiance. Commencez d�s main-
tenant � �pargner en suivant une des m�thodee
ci-dessous :
$1,000 en quatre an*, proviennent 4e $ en vertement* hebdomadaires 4e $4.52
$1,000 en troia ans, proviennent de $956.� en
versements hebdomadaires de $6.13
$1.000 en deux on�, proviennent de $970.32 an
versements hebdomadaires de $9.33
PS�M C
La Banque Royale
du Canada '
Propos
humides
��o�
Tout la monde donne ries costal-
talions sar la projet ris loi tendant -
r�glementer � commer�a. Il j a su
articla ri* e* prejtt qua certain�
draljrsaI ineonstitutionn� let�'atitres
tiaon �onatitutiounal msia d'int�-
r�t national.
Ca deruiar argauieut est invoqu�
comme uotSalue populi suprama levu
nss i�volutionnaire, n'est-ce pat
cette formule � Ht nom sommes aa
r�volution, au dira riat ultra-nalie-
naltstCS. Depuis la eommitsieii PCP- \
lis�. La r�volution continue...
Coin ma Im cuntultatioat sur la
projet S* loi en quaati�s. El sur
beaucoup d'autres choses. Ce qui res-
te e.i dehors dt m mouvement, cent
la unBM IA.RTHI CAHET D'OR
�ont l'origine, la qualit�, la sup�rio-
rit� sont eeasaer�es.
Aohai da� tleillee
monnaies
Si vous sves de vieilles
monnaies am�ricaines au
(lis�iicmies, Or.lrgant,Cuivre)
vuui obtiendrez les meilleurs
prix en les voulant S:
Docteur LOCY
H�pital Am�ricain
Peu de Chose.
� LA PLUS HCUUI ET Ll PLUS imtACE
INJECTION PE�RARD
D'ALGER
DRAG�ES PEYRARO n' I
Ou�rlmitnt Im
BLENNORRAGIE
TOUTES rH*�MACTF4
Sf�cii�its mP.'.PO. 46. nu He Cremll� PARIS
Le�ons d'iapaynol
j Notre collsboraleur et a i
' Monsieur Salim Aun sur les
i instances, de queiques amit
j s'est d�cid� � ouvrir un cours
d espagnol. C'est une des rares
occasions qui se pr�sentent �
ceux qui veulent apprendre
eelte langue car Mi Salim Aun
poss�dant pnrlailemeut bien
le Iranf-iis et l'espagnol et
gt�ee � se� connaissances p�
dagogiques est sans conteste
une garantie pour t >us ceux
qui voudraient poss�der l'es-
pagnol.
Adressez vous donc � Salim
Aun.
Phone, No9M7.
Cl v


>'

&:
op
r
-.c�

5i#f
<
�

ET* L. VAH MALDEREN
8,RUE FROCHOf-lJ�ft^� '
A J�r�naia
J'ai tu que depuis no're pas-
sage les rues >ent plus propre.�,
qu'il y a moins d'immondices et
de d�tritus. Le Service d'Hygi�-
ne a re�u deux machines neu-
ves, l'une pour le service m�di-
cal, l'autre, un beau camie\
pour la voirie.
Je penae qu'avec ce camion at
l'autre qu'il pMS�de, ce service
remisera e i tin �es t eux ca-
biouets aux nmyeox |rli �wt�,
f|uc tiren: des squelette.de mu*
lets.
e
Jai vu qu'� l'Abattoir tout est
propre, mais qu'an ptaec le
Magistrat Cetnutural qui, saua
doute, doit l'igsorei : avant d�-
lia score b�a las bcMli iDatlua
sont gonfl�e �vtc la bouche.
Voyei le danger. L homme qui
soi file est peut-�tre un syphili-
tique, un tuberculeox. Sri vice
d'Hygi�ne, procures un bon
sou�liet a I abattoir.
�
e a
A la prison ue J�r�mie �i pa-
r.l1 qu'il n'y a qu'une teolc m-
f4rmerie. (juand les bommee
sont msledee, ils sont uns dans
la m�me chambre av<-c lei !em
mes.
Nous verrions avec plaisir le
Capitaine Wlulney mettre tin �
celle prou iscuil�.
Le Pr�fet de J�r�mie ne reste
paa inactit Api es une leoma'e
lai e dans l'arrondiasenu'it de
Tiburon avec 1�- Cotnmiseeire
du Gouvernement ei l�> ('hd�-
taine de la (iaide. il compte se
rendre � Corail, l'est 1 et Ro-
seaux. 11 a vu le triste dlnus*
ment de ces populations qui le
meurent. Heut-on vrmin ni II n'
demander de souscrire � quoi
que.ee soit ? Elles n'en ont pjs
Il & moyens.
J'ai vu qu'aux Abrico's, les
(onctions publiques sont �ux
mains exclusives des Polyrarpe,
p�re e� fi'e.
Distribution de ptix, - K�-
comeensee �lectorales.
J'�i vu, surja place n'Armes
de J�r�iaie, des jeuCM g�na,
des pub�rea, se ba gaer nus en
pl*in joui � la tontaiaa. Le
^arete, � l'emhre d'un tablier,
aasieteit, amus�, � ce apactacle
se moquant des p�res et m�res
ses.
Serait-il bien vrai qua depuis
qu'il n est plus ma�tre des vies
le garde n'est plus gardien de la
morale.publique ?
Non. � Je ne le pense pas.
Ce n'est peut-�tre l'avir; dans
tous Us cas, d'un homme com-
me le Lientenent William Paul.
Les sports
� J�r�mie
L'apr�a-midi du jeudi 14 mai,
jour de l'Ascension, lut la triom-
phe du sport dans notre ville,
par la nouvelle g�n�ration de
l'Aibletic Clnb dirig� psr l'actif
Luc Brierre dont l'�loge n'eat
�lus � faire.
Sur la route de La Source,
berd�e d'une loale wnthousiaste,
noa jeunes gans eoncourireat
pour le champicanal � J�r�mic
des courses de 100-MO�1000
� et �0t0 m�tres.
La loule d�lirante acclama les
champions :
..Lucie� Vilairc, pour les 1(A)
ai�tres ; Gontrand Philippe,
pour les �00 m�trea ; Karl Mer-
eeron, peur les 10t0 m�tres ;
Luc Brierre, ponr les 5000 m�-
tres ; Paul Hocourt ' (2�me ),
pour les 5000 m�tres.
Us lurent ensni.e t�licit�s par
le Magistrat Communal qui leur
remit des prix d'encouragement
venant, .dit-il, de son toaur de
j�r�anien fler de cette nouvelle
jeunesse.
� Des hommes �clair�s, � l'es-
prit large et �nergique coname
le maire Sanaai icq, des meaeurs
comme Brierre et da� jeunes
gens sains et actifs comme nos
kporlsmen ; veil� ceux qui pr�-
par�t l'avenir de noire ch�re
li�.
A. R.
... a va, vendredi matin, deax
j Deusiaieainec qai iongeaien^
dans uae ceuiple** canaa �dene,
la rue de le Hevelulio . Dar-
r.�ie elles, rauilaet Uar par*
tom et essasenl de au pren�re
ce qu'elles oisai��l, deux a>elila
lys�ecs, ti�a seueiccr, auar-
t liaient la i�le baiss�e. N'es-oe
pas un pea t�t ? Haarceseaseul
poar la vertu de ces deux gosses
las Dominicaines ue s'�taie�! pts
rea�a compte de leur adaiira-
lioa pr�aoce.
*
� �
... a vu. leudi a midi, un p�re
de Imh Ile qui traveiaait le
Chiinip-ite-Mars avec deux de
ses gosse*. H leur tenait � cha-
cun une nain cl il rythmait sas
grands pas aux pas l�gers de ses
enfants, Cela faisait sourire ceux
qui passaient et le p�relieereax
u* les veyeil m�me pas, tout �
ses enl. nts qai, en marchant,
lui contaient des blagues.
� �
... voit que depuis quelques
jours Notre CKil ne voit pres-
que rien. Tous nos grands hom-
mes sent eafenn�A daas leurs
eftecs, net hommes politiqacc
s'en ferment dans leurs cham-
bres, nos aonvea i\ m i m�tre*,
seul � la r�daetien de lenr ��-
claiation. Et les femmes ne ser-
teiit pas beaucoup, ailles eat
peur de la plui�, elles qai sont
I image du bsau temps.
4
�
... veil que celle semaine est
erlie des salet men Ils eircelcat
dans dis Toitures �le lnxc, s
tiennent aux environs des Mi-
nist�res et a l'entonr du Palais.
Ils stleadcnl les neuveaux nai-
nislrti pour laur rappeler qce
leur dignit� nouvelle ne s'acco-
nede plus du m�tier de pi� en,
� a'ane voiture en �tat de ��-
ls br�mes t. Et le pies souvent
les nouveaux mu is're , s.- lais*
seat convaincre.
� �
... a va deux boeorables s�na-
lears chez n ne jolie lennae qei
ae lait lert de reco.inatlie, yeux
l)�a as, n'un| � e quel mterlo-
eutaar. La conversation d�bu-
tait � peine qae l'un dit : le caude
civil.
� WillI murmura la femme
en question, et elle soarit.
Lautre jeta :
� Le l�ouv�nement ..
� D.ivni! laissa tomber le
Martre de la feausse.
lia sortirent �merveill�Si Mais
pour VVill ne peut-il pas pre-
iieneer, coinaae lout le mende :
Code civil ? Et pourquoi David
ne peul-il pas dire, comme tout
le monde : Le Gouvernement?
�
i .. ���
... regardait, dans un caf� te-
nu par le plus matois dee te-
nanciers, ua superbe portrait
�e lerd Scysseur. Le ma�tre de
e�ans, autant que ses habitu�e,
semblaient des d�vots du pau-
vre lord. Ils vantaient sa bra-
voure, sec qusiit�s manoeuvri�*
res, aen cran, ses mani�res �e
gentleman, ses rebondissements
devant les revers. Quelqacs (car-
n�es qui mirent � mal tout le
mende fnrent ol'ertea psr nn
lamaicaha burgne, tout heureux
de cet entheasiaauc n�gre peur
� r. i!e � /� glorieux cou patriotes.
� Cernpaliiote?
� Sans doute. Lord Sejaseur
n'�tait-il pas nn chevalier deSa
Graciense Ma|est�?
� �
... voit que s'implantent, sub-
tilement, chez nous.ies derni�res
modes modernes. Hier matin,
deux heures sonnaient � l'horlo-
ge de la Banque:trois manoli-
las,devant lenr porte, prenaient
le vant, an coatume de nudiates
int�grales. On se serait cru dans
le Berlin d'au|ourd hui oa l'A-
lexandrie antique. Une auto pa-
ta, s'arr�ta, repartit avec le trie.
Lea balles syllabes sonores de
Kestauracion.de LasMama.ou de
San Juan valseront avet des ni es
trais. Lue bonsculndc suivit,
lotie. Et le reste tut silence.


PAGE * 2
Port au-Vrince, le 73 mal 19.1t.
itensieur Is Directeur du Mat.n
En Ville.
Itonsteur le Directeur,
Je vous prie de publier,dans te
plus prochain Num�ro de votre
quotidien, et en guise de r�pon-
se � � l'Homme de la Hue ; ma
lettre que je viens d adresser au
m Soav�llisle �.
Avec mes meilleures saluta-
tions.
J. JOUBOIS /ils.
Une lettre
du d�pute
Joli bois
Au Directeur
du � NonvelHfcle �
---0 �
Fort au-I'riiC. le '23 ma: 1M1.
Mons'eur la Directeur,
En reproduisant le Message
rie la Chambre de* D�put�s en
date iiu 28 i �iviMnine dernier,
vou� sv�/.ili: que h politiqui
men�": par le gouvei�nen'fii,
qui, depuis I � 2 d cambre 1930,
s'occupe seulement de la ques-
tion i Haitianiaaiion des nervi-
ces poblica, est inconl"S'.. ble-
rotnl I �uvre dit. la Caamb'a
elle-m�me.
Voi � nui peruie'trez de foin*,
un* mise au point.En volant le
texla du Message du 28 uovtm
bre, le ' berabre ne croyait pe�
qu'il lui hllait indiquer plus
clairement ;iu gouvernement
s�n devoir. Car, elle savait que
le ohel de I Etat est un homme
de grande culture.
I: n �mettant le v�u que l'E-
x�cutif entreprenne et poursui-
ve sans lelAche l'haitianiatlion
riea services publics, comm*-
� Don de joyeux av�nement� eu
attendant la d�soccupatian du
territoire, la r�vision de aotir.
paetafondamental et la prompte,
r�solution,� en attendant la li-1
xation du sort d* la Couvenlion
de 15)1"),� des accords et sons
accords non pr�vus par le 'Irai
t�,� la Charsb e se rappelait
que, d�* la constitution tin goa
vernemect dommicain Vicmi-
Bargo*. en juin 1922,1e premier
geste da Ioccupant (ut da lui �
ramattre imm�diatement tous
les services dominicains qu oc
cupaient les Am�ricains enva-j
hisseur*, :.!o s que la l�a i eu- '
pation totale elie-m�ma ne f t
un lai que le 12 |uill*t 1924
quand 1� dernier camiorl du
Marine Corps qui restait en ler-
liloirc dominicain.passa la Iron-
l �.e.
1' y a m�me plu*, mon eali-
tnhic et disti, gu� toll�gu* D*JS<
r�r es Albert, en d�posant n
p, .t'iosi ion sur ies bureaux >lt
la Chamb �.voulait donner plus
�'* lurca morale � l'action de
I Ei�enlil", et n'avait en vue,-
av�c toute la Chambre,�que j
dj soulager ou pin* vite la gran-
di �re qui et1 inl toutes les
houilles ha�tiennes, eu permet-
U'it � .��ans retard, les fo ic iona et em- f
plois du pays aux mains des
a �a�4 s***7
Am�ricain�.
VA te me rsoDeMe "vo;r nt�a
part � un e itrelien qui Mil li a
: a Pal 'is \' iiional au raiir* i i
d�jeuner o'I �rt par i* Pr�side il
de la R�pui tqiie aux s�netes-r*
et d�put�s, nva'-t leur d�part
pour la province.l'revoyant qu**.
d�s le lerjmvier 1931, tous le<
'�i vices oublies seraient re-rii^
au gonvem.-inent, l'honorable
s�nateur ZiOhirin demanda au
Pr�sident d- la ilepub'ique de
ne convoquer les Chambres en
session ?xtraordinaire que pour
la deuxi�me quinzaine de jan-
vier afin de permettre aux man-
dataires du Heuple,qui venaient
de se lalig i� t tant oetidant la
campagne �lectorale de se re-
pos�t un peu. Certes, d'apr�s
les Chambres, la convocation
extraordinaiie, de janvier n'au-
rait pas seulement pour but de
leur permettre de ratifier ce qui
aurait �t� 1m�t par l'Et�cotil, en
vue de la d�soccupation, ru-� i
aussi de rapporter en partie, les
mille et une loi liberticide'.anti-
d�mocratiquea et raoyannageu'
ses du r�gime Borna* Rusaell,
notamment celles sur l'alcool �l
le tabac.Il n'en tut rien.
Lts C!i imbres, laisanl cr�di
:>'i ; alnolisme de l Ei�cuti',
croyait nt qu il aurait entame
Ks pour parlera aussit�t en vue
de la d�sOCCUpation, puisque le
gnuvtrnemeiit a �t� constitu�
pour s en occuper sp�cialement
et que llunianisation ne serait
qu'un accessoire ; c'est pour ce
que la Chambre demanda qu'elle
lut Un Don de joyeux av�ne-
ment ( me chose imm�diate ).
le n'ai rien � dire pour (m
question del� d�nonciation de la
Convention, puisque les termes
du llsaaage du 28 novembre
sont clairs et pr�cis. Encore l�,
la Ohambre avait cru que les
pourparlers auraient �t� enta-
m�s pour laire admettre la non-
existence du Trait� de 1915, et
comme fie se i disant accords et
sous-accouls n'ont �t� consentis
que par une simple correspon-
dance entre un Ministre e1 la
L�gation am�ricaine,leur annu-
lation ne devrait �tre qu'acces-
soire.
Quant � l'Acieaddifionnel,n'a-
yant peseta sanctionn� par un
vole du Corps L�gislatif il est
nul et non avenu.
La Chambre avait certainement
raison, en votant son Message,
cardans son discours r.idiolu-
s*. le \) mai courant, l'Honora -
h'e Secr�taire d'Etal am�ricain
Stimson, s d�clar�, � la lac da
i , mde, une : �En f�vrier 1930,
nous avons envoy� lu Commis-
sion Forbes en Haiti pour des-
siner un plan � lu terminaison
de notre occupation el au reirait
des Marin** (sic) D accord avec
I enqu�te el le rapport de celle
commission, nous avons firme
ment e rapidement rendu nu
peuple Ha�tien la direction de
ses affair�s .�
lh* deux choses l'une : Ou
le Secr�taire d'Etal Stimsoo,
engageant la D�soccupa�iou
imm�diats d*Hai(i, comme cela
avait �t�convMiu � Buenos-,\i-
rea par le � l�dent �lu ILnberi
Hoover, a dit vrai. E' alors,
comment .�p tait-il qu'il v ait
encore un roitelet du marine
�,i'i.t
LE MATIN 2i-2G Mai 1931
corna i la Gonave, st'on l'on- | I.a '-iTta u'-arai d'Ha�ti
ginale expression du Minisire j s'agite p^ur annuler le
Adh�mar Augoste? Comment ' trait� ivao las Btats-
se fait -il qae Colvin soit encore I Uni�
roi au Service Technique de Kl!e nnmme un Oniile poir �^lndier
l'Aqricu'tnre'.'iiorament te lail-il h l�atlil� ils parle pla�ant des
qu'-�nerur�e �trang�re tr�ne en- . Amrricains a do� poilfs sllioisll
core � la l�le du service des gar� '
qee Duncan continue � r�gne/:
�m oi��
T
�o �
soient encore les maitres d
nos finances? Et comment s-
(ait il enfin que le diapeau
am�ricain flotte encore a
sernes Dessalines, couvra
son ombre les olficiers amart�
caina de la Garda d'Ha�ti ?
Ou M. Stimsou n'a pas dit la
v�n t� sumonde.et alors nous de-
vons le me'tra en pr�sence de
ce qui ne serait qu'uns Mlreu;* J
contre vr rite (ces mois ne se*'
pas trop forla) et soulever !�
conscience mondiale.
lui r�sum�, je puis atfirmei
avec mes coll�gues, que la
Chambre avait donn�, les vraies
directives. Elle n'avait pas pu
croire qu'elles seraient in'er-
pi�t�es avec si peu d'intelligen-
ce, si peu de termet�, :-i peu di
�ennuient de la dignit� natio*
Dale.
S'il �tnit possible de �am�oren
dr� sur les sentiments de la
Chambre, � h date du 28 no-
veaibre.on n'aurait q i a se rap
poiter au discours que pio-
rio.�i son pr�sident au mo-
ment o� il prit le vi�ge de la
pr�sidence de la Chambre, le
hindi 14 novembre 1930. Ou
peut se rappeler quel magui
fique accueil la Chambra fi'au
discours dm ingui alion de son
pr�sident, et quant � lauditoi
re de citoyens qui s'Sta'enl era
press�s de venir assister � la
l'ort-au-Prince, Ha�ti, 13 mai.
incore pir las e nefts anx | _ u lw �ludltr la
rravaoi publics ? Comment s, ^ ^J �n,re |w gMIJ.
tait.tl eue Pisley et de U Ru i vJ;.nements d.lIa�li et dt� El.,.,
Unis par lequel des olfi' iels
am�ricains dirigent certains d�-
|^57*�! parlements du gouvernement ici
� i J � a �,� no,nm� a une d�cid�ment
anti-am�ricaine session de Is
Chambre des D�put�, aujour-
d'hui. Le trait� a �t� sign� en j
1911 et n'expirera pas avant!
1936.
Il semble � pr�tent que la L�- J
gislature, la premi�re � se |
r�unir en Ha�ti depuis 11)18, d�- j
clarera la nullit� du trait�
et par cons�quent placera le
gouvernement dan� la po-
sition embarrass�e de d�cla-
rer publiquement s'il en est ac-
cord avec le Corps L�gis atit.Le
Pr�sident St�nio Vincent lut �lu
Tann�e dtrn�re api*� qns le
repr�sentant du Pr�sident Hoo
ver e�t r�ussi � persuader Louis
Borne- de quitter son olfice. La
session d'iujourd hui de la
Chambre a produit le plus fort
esprit anti-am�ricain maciteeti
par ce corps depuis qu'il s'est
r�uni.
Le Pr�sident Vincent a pass�
U journ�e � interviewer des ci-
toyens pro�minents dans on
� Mort de former un Cabinet pour
remplacer celui qni d�mission
na en Corps mardi � cause de
l'antagonisme de la L�gislature.
Le nouveau C ibinet.cependant, J
sera strictement nationaliste ou
anti-am�ricain, en caract�re, a
grande r�union, ce lurent des ,_,, �,� �lHiquf;
tonnerresdapplaudissements [hi NEW.YoHk Hsrald
par lesquels il m n.lesta lap
|).ir lesquels il m nu-sia lap
probation qu il donna aux vi-
branlea paroles patriotiques do
Pr�sident de ta Chambre.
Voil� dans quel sentiment le
Message du 28 novembre fut
�crit. Et il faut vouloir ne pas
comprendre pour n'avoir pas
compris.
VeuilUz agr�er, Monsieur le
U.re-.laur, mes salutations cLs
Tribune)
tinguees.
J. JOLIbOIS fils.
Peu d'anxi�t�
� Washington
�6�
WASHINGTON, 13 mai.-Des
personnes inform�es ce soir sont
de l'opinion que peu d'anxi�t�
serait ressentie par l'Adminis-
tr�t on � l'�gard del� tendance
signal�e de la L�gislature ha�-
tienne de regarder ave.: d�fa-
veur le 'i-aiie de 1915 avec les.
Etats Unis. Des citoyens pro�-
minents en Haiti, a-t-il �t� re-
marqu�, reconnaissent que les
Vente par vole par�e Etats-Unis ont �t� d'esprit oia-
t lu lait savoir� ceux qu'il vert dans les at�aires ha�tiennes
appartiendra que le samedi e! sentent que cette confiance
trente mai mil neut ceat trente devrait �,.re justifi�e. L'�l�ment
et un a dix heures du maiio.il tfnfaDl dniterronipre es cor-
., �� , ,.,,.� �, diales relations, a-t-il �t� dil.est
sera proc�d� en l^tude et par on �l�meBl ,,,, , �.
le raio.al�re de Me Dieodoo rait - faire sauter de la vapeur�
ne Charles, noi a're a ort-au- sr4r |a rebtsuratiou de la Legis-
l'i in e Eu vertu l"de la grosse lalure.
hypoth�caire en date du deux II est ressenti ici qu'apr�s
d�cembre) mil lient cent vingt qu'une certaine quantit� de po- !
neuf an rapport du notaire i htique aura �t� d�vers�e, la l�-j
Lo.iis Michand et son coll�- i gislature se mettra a travailler
,,ue � ; et abandonnera le plaisir �piou-
2� de la grosse hypoth�-
caire en date du sept f�vrier
mil neuf cent trente au rap
port de Me ..ou�s MiehinJ
et ou coll�aue :
v� par certains radicaux � as-
saillir la politique des Etats
Unis en Ha�ti, il est aussi bien
connu l� qu'iei qce l'action par
la L�gislature � l'�gard du trait�
.vu.w..V0UW, es( futile, puisque la loi inter-
A la ?etl* au plus oflranl I nationale appelle le consente-
et dernier ench�risseur d'uniment des deux parties pour
itutneuale tuuJs et b�tisses! rompre un trait� sans hostilit�s.
I Les leiders du Congres qui
ont critiqu� le traitement accor-
di aux llaiiu i�-. ont convenu
maintenant que tout ce qui peu'
�tre fait en Haiti est en tram de
Toutes les Polices
DE LA
se faire.
( Herald Tribune )
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de tauxi
fiug. Le Boss� �Co
Agents G�n�raux
situ� i Port-Wl-Pi ince � P�-
tionvilla(AvenueJ' lin Brewn)
de la contenance de quinze
pieds deux pouces de t � de
sur la dite route, de d \ sept
pieds au cot� oppose sut
une pi otoiuUaiTii li^nc di ulr
Fde cent viugt pieds an cote
Est et cent trente quatre pieds
*n ligne h is* an co'� op-
pos� � l'ouest, born� savoir:
au Nord par Merci Mil m, .m
Sud par la route ,de r .: .-au
Prince � P�tianville; a l'Est
par la dame veuve Deooil Du
inorr.ay et � l'Ouest par l'r�-
vilius �derville, suivant plan
t � roc�s \ ai bal d'arpentage
de H�li C. Saiutonge .n ate
du treate octob e mil huit
ceut quatre viugt seize, en-
registr�
A la suite de deux com-
mandements en date du vingt
Cachet Miriga
��tlnevralaM prim* m omUmm nta�t� Fi�vre, on pu�, Mlgraln*,
M�tl�r*�- U+tummtnt �* �ho*c toujonm 4*�*� �' ��"i
H *.>r���rfil �I H.�th�U.Bn���U 9mppr\m*
Rhu
�.li.�t�-rCIRAUD.
D�*�i � rmrX-tm-rnm�
i L10S MUJMf.-H
� i ��
Mon dernier
mot...
La Province en lice...,
pour la eouronna
de beaut�
Monsieur Luc Dorsinville
a re�u, apr�s celles du Cap-
Je n'en veux pas � M. Fr�d�- Ha�tien, de bonnes nouvelles
rieDavigneanddeceqi'ilaeoa- � ta ville d? J�r�rrie qui
iribn� � me faire reosplaeer | annonce l'organisation rmmi-
Certaines aotiinations peuveat j nente da son comit� de beaat�.
�tre consid�r�es, chez nous, | On croit savoir que las au-
pour des actes de naturalisatio i, i ires chei.s- ietx feront de rai-
mais les r�vocation* se sent I lfle# En attendant, la vogue du
presque jamais des brevets d'ia-1 concours de beaut� va ersn-
C0"f�,Sff �� �l�.-�^�nn*!ie!*- diasante. Les bulletins cooti.
S.l n �tait paa ind�cent d�p- d'arriver portant les
peler � t�moignage des nerson- f ! . ,.T
iiagesdetrophauteimpo.t.nce je! nouveaux noms suivants qu il
les prieraisdadpdndre lear voix ���� �Uger � �0^ d�. autrf� :
� la mienne pour confirmer que -Mesdemoiselles Heanelte Ca-
le 13 �ai de l'ann�e derni�re, ] v� et Lina Martineau pour
en matin, � l'�tage de la Maison j J�r�mie; Mesdemoiselles Ma-
E�t�ve A Co., j'ai pr�cis�ment [ rie Sansarick, Frida Jaegcr,
mis � 1 aise le Pr�sident Eu-1 Mayotta Lysius.lLise Bouche-
g�ne r\�y. Qael.iu s jours plia rett| Lina Duplessy, Alice
tard,� a la Pr�s douce.� e � ait
ou la 25 oale 215 rnni � je Ini �i
poliment marqua qnf je n� �oa-
Isis plus rester au poste o� i <�
lais. J'�toufiai< dans un r�sean
d'intrigues. Bl aesr ioali�nsr
par QQ aotr, celle veluat�. j'ai
cess� de me rewifre su minist�-
re bien avni�l le larjal i. Je a'at
�t� remplac� quuu� semaine
apr�s.
C'est rrai. Mr Fr�d�ric Du-
Mdlery, Lueienne R m�an.
Victoire t^uiteau, Elvira Ma-
ya rd.
Tous nos c.tTip:iiUPn;s|an-
'teip�s et no* meilleurs ^oeux
de succ�s pour toutes....
a *
La mouvement du con-
coure de beaut� 1931
Les demoiselles suivants!
aiir�s tant d'autres oit ob e-
vigneaud m'avaitollertprr.so/i-', ua des votes;
licitement se* services. Je les
ai d�clin�s.D'abord parce aju'il
Laoretle Simhez, L -ie De�
nis, Pau a Lemoine, <:ortae
ne me semblait pas loyal de Armand, Maric-Marihe Marais,
rtmplacer un camarade que Clerice ..�syard, Oelnn Ta�-
l'on t'ait r�voqu� que pour band, Lina floney, Lydia An-
m �tre agr�able, et qu'ansa e
il m avait plu de laisser rami*
li� duso-directeur du Nouvel
lise juge ente celui qui
d�sirait �tre mon auccesteur,
et niei. Que voulez vous, j'ai.
de temps en temps, le go�t
de ces risques�ta.
I e que je n ai pas pardonn�
� Mr Fr�d�iic tL)uvigneaud,
c'est d avoir.tout en m'assn-
raut de sa neutralit�, ,lr mot
�tait alors tort � la m jde l )
particip� aux d�marches qui
se taisaient avec tant de fi�vre
canire moi. � uae �peqne o�
nos relations �taient encore
empreintes de la cordialit�
la pies tranche.
J� n'ach�verai pas ce mat,
� le dernier I � sans de
mander � Mr Fr�d�ric Duvi
gneaud, qui happe un autre
conlr�re sur mon dos. s'il
conna�t un gouvernement
ha�tien, de 1S94 � 1915, nui
n'ait pas lait d'ex�cutions aom
maires. Et, si, malgr� ces
sanctions �nergiques, ie� gou-
vereements ne se sont pas ho-
nor�s du concours� d'nonn�
tal�s et de comp�tences pro-
verbiales.
Quant au proc�s dont parle
le co directeur du Nouvelliste$
il fait d'autant moins partie
de mes inqui�tudes que c'�-
tait, je crois, une aflaire
liquid�e, lorsqu'en juillet 1905
mon p�re tut appel� au Itfiuis-
tere de la Justice.
Il ne pouvait, � ce moment
l�, que rendre quelques ser-
vices. .
L�on LALEAU
trois mai mil neut cent trente
et un demeur� infructueux.
A la requ�te de la dame
Edmond Celcis n�e Eug�nie
Oenii�.d�meat assist�e et su
toris�e de son �peux,du sienr
Idmoud Celcis.en cause pour
i'atitorisutiou marital, les dits
�poux propri�taires denu-u-
rant t d Priuce ayant pour avocat
cous itn� Me Pena L. Hyppo
liteavec domicile �lu au Ca-
binet du dit avocat � l'ort-
au Prince.
Contre ie sieur Cl�ment
Abraham, propri�taire domi-
cili� � Port au Prince, d�bi-
teur hypoth�caue.
Sur la mise � prix de hui
cent un dollars soixante cent
limes or| conversioa taite du
ley, Ly<
glade, Oieite Jeui.-Louis.
Mais celles qui, jusqu'en ce
moment, tien, eut la t� e par
le nombre des voies sont Ma-
rie Henriette Roy, Si men�
Malval, Iferc�d�s Thexrd,
Yvette Taibule etOietteJran
Louis. Il ne se passe pas de
jour sans que beaucoup de
bulletins n'arrivent portant
leur nom.
Que les concurrentes Sf
(�ressent, las paris �tant oa
vet's-En attendant, abonnez
vousau�Mo�de Colonial 111 us
tr�.
-aamiiifliiiifiiiiintiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiniiiiinni
"GL'ANDOPH�
�.
<
e
La Medlcaa�n por las Gl�adnias
El "QLANDOPHILE"
m �n �tracta de (l�ndula* froataa M*
animai** ��laaolonaalea aalra 1m
�*l>Mi�i ml, >lgnroi� �a al m n ma h la
an aiia la aaerrcl�n glandalar oa
amlmalaa fa hall* an �� aialnta
al, ; a* aeaoaaja in amalaa MlMN
slfulcnMa :
Loa traatarnaa narriaaM �
lnsomalos,
la daproaiAn �Jlra J moral.
�1 daieaeelmlaBto gaaaral,
�l daaarroUo dlfioU,
f al raqolUsme,
laa r�sultas da SafaTM, �
trejas pramatura,
al produeto de elaoel�� �a
todos los oasos de tsapoteavus)
anzuai tanto en al
tomo en la mujer.
noabr*
El "QLANDOPHILE
�or au aarion pfeplda J duradera
m eonjunto da todat laa funcionei
Hii" el raaarador ait, en traie�
eaya acci�n no aolamente sa traduae por
uaa tantacion dr bienaatar tlno IflmbMB
POT *� re|uveneolmlento total sat
orgarUirae.
Pi.ia� por eonaiguleate ;
a " fLANDOPHILE " H para aSetaaj
a " 6LAND0PH1LE " M para najar*
El " QLANDOPHILE "
�a contiene nlngbn produeto t�xlaa
Wuede ser tomado por TODO a�
ndo i nlAojL aduitoa f aneaines a>
AosHaM. #
Vemlata avaria y .�> ea
S Dowinoe: M �COU � �LF�U, AparUa� �
J en todat las bnenaa Karma
Cnicoi ilhlribmuiorri. A. THOMAS * 0*
m 16, Bue Martel, PARIS
lllll!li,liniM|lMllllillHll!llllllllllUIHimilllinHW
om-nandemantajcardaseBOi
montant de la dette, en capi
tel, int�r�ts, honoraires d'i
vocat autre les charges I
l'ench�re.
Pour plus amples rensei
gnementa s'adresser au no
taire d�positsire du c-hi
des charges ou � l'avocat sou
sign�.
Fort au Prince, le 2i ras
lfll. P* L. HYPP0LITI
kil
l ent U JsM�tst�kJis�� amatMirilc a |.a�.a si arSaaiere niaee
-HoMndes paMevot :
9�pWWR
'tt�sars.
t


i"W"l
LL 8IATIN - 25 -23 Mai 1931
�NHMHnvr^.' ��-:
*r*p-
�
D�bai rassons la
r�clame dentifrice de !

toute * fiction �
�wx* �. �tr .��*�r*i�Btt�*"
LEPARKER
DUOFOLD
en Ire profond�-
ment dans votre
poche
Attachez un Pa�kfr Duo-
fold � voira pocbe � et at�
tachez aussi un crayon Par-
ker. Les deux rentrent pro-
fond�ment dans voire po-
che offrait une garante con-
tre les p-ikpockeis et 1rs
perles accidentelles... car
Pjiker � plac� l'i g �fe au
hatU de la couvcrluit � tt
non au milieu. �
Dans voire n :iin v< us sen-
te: le Parker DtioP M � ow-
me un familier de ?Osd�i| s
Aussi l�g�re qu'une slomt
rapide coairoe jo'ra i en
s�e . avec h< f�cili i d. ire
que le Parker �Sjus PfeS�
siuiiMserl \ous apporte.
D'ns lotis les h v.-s mrpv
itns il y h un tX' ellenl as- a�-
liment de Parker Doofold et
(| 11 ayons l'ii ke en sept
I�>l�<-�- rouli ms H oui o ,
|i s 47 pei I'��' '" '��' '" �
e i rendu I'. ik1 ' < � �br .
Si>n � San* Pres-
sion i fait que les
B! u ni es lu k<
i.ol'olil �crivan
sans effort dans
voira runin.
Faii aux Etofs t'ois.
! rs revendiratio' �
due certains den-
'trices *e permet
t�nt causent, auxj
<*in s de� plus ht ulcs auio-
! ii< s � u In m n tien, biffi du
u al. Des millions de'gers
mettent leurs d�nis fl lems
gencives en danger tout sim-
plement parte qu'ils cro'enl
uu pouvoir d'une paie denti-
frice pour gu�iir ceci ou cel:.
Deux ou trois visites chez
Vont fiez-vous �
rul <� p&le dentifrice t
jotir laite In besogne
lu votre doutisN t |
pi � \. i le* (h � i*
*>ou m�rite l�side
en la f�con dont
elle accomplit tel e
unique fouettai.
Nous pr�tendous cji.e le Coi-
ffait, mieux que tout au Ire
deriilrice nettoie les dents �
tond, car il poss�de une pio-
priet� unique ( une base iteu
sion superficielle� ). �cst
pourquoi il p�n�tre dans les
plus minuscules fissures qui
cl'erefirai"e � bloquent� le
le dentiste et il est certain que I chemin aux dectifncis �pais
tout irait de nouveau bien.! et lourds.
l�' pourtant, des mois et des
n bis de � traitement � la | aie
dentifrice � ne peuvent rien
laire du tout.
Une p�le dentifrice n'est pas
vu m�dicament. Mlle est un
I
Dans ces minuscule- BftSOrcs,
Invisibles, � t oeil nu, les parti-
cules d'aliments se lapent.&i
on permet qu'elles y resleut,
la carie s'ensuit. Le Colgate
les noie dans en ha fil mous-
seux hygi�nique ; et de cette
agent purement m�canique etj fa�on il offre la pleine protec-
elle ne devrait s'employer quel lion d'une d�teisiou ccmp.'�la
dans un seul but celui de et � foud.
14(53
)
' oncours de Beaut� 1931
Bulletin de vote � d�tacher
V#'i doi n i Ma ( n o*s< Ile :______
D. nalionul-ite ;
Nui Ce :
Comme cao'd If. 13. Ce bi llt-li.i de� a#: e 'iu jonn al � Li; Matin �. sera
iflre&s� � N� L�c [)<> si' fille, qui le trui Miiettru au jury
...-._� . i �!
DnoloiiF �
Senior �r8-'Oi 11 I
Junior Or B, I M
Inconditionnelle- �
mcn( garanti.
N"iin|niil' (lU ' i''r
vous l*ani i �
ver 12 Cls. : : -
Moiiu �LAU1 m
P. O: Box a M �
l'oil-au-P rince.

m. S ^�^ �
\
I
L'impavshJa Andra B� u -II- telle Do'ly I)ivi� daix :
i Ksom
LE FAif?TEUIL 47
Avis de Di�paiu
1 ts d�pecues pour .Naw V.
et l'fc/irope ( via New Y
direct ) par le steamer � \
eon '> seront ferme es n:c c. .
27 eu courant,
port n prince.le 2� mi 1
Av r Et a Mo' t; .
Eilrec :0W1; Balci i : 1 00.
DEMAIN tVU\
La h*au film lai ; di n snd� :
L'EAU
7>T T
IJU
NIL
Ave< L-e P/iv H Jean Min-t.
Entr�e : 1,00; Bilran : 2 Ut.
�*m ^�^�,1 j -��*,*-�'� �** -*-*tt*�-*���i^^ i^.mi.'. �tjoa
#
M�NAQtRSS!
Four taindre tons tissus :
* LAINE, COTON. SOIE. �t...
ytcun prodnlt nVgfila
*Lt MAVRES�VE"
�a T�mc� P�r� m Prm-: Wurr.ii�
Tkanaae�. C^Mt rEPOC. 41 PIjm
kr c fsrcoq, u ASWtr-3; � - r ��<
AV�S AU COMMERCE
Li Panama Hailroad Staamahip Line a l'avantage d'� a
j > once las d�parts suivants de New Yorkponr port au priuca
! Ha�ti dire< traien�, durant le mois de Jain 1931 :
: Ih'parls de hetu York. Arrivages �Vo-.lau frinee
lisUtnt* !. T^iuil* U4 j-iin 10�� le 10 juin l^fit
� 'e tjain l�t! le 14 iuio 1981
�' �' ifttotal-le 3S |t i0 Ht] k 28 juin 1931
U Vus�et.tiira� 3 juillet " le 9 juillet 1931
J S. H. VAN RFED
Agent G�n�ral.
�.
iJMiilA
L'appareil d'.'choix, l'appareil qui of�re
le ])lus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPR�ME
,�*^

Clarl�
Solidit�
Puret�
Pr�sentation
Le mad�le 613
Telles �ont les qualit�s exceplionn Iles que la
GARAGE KNEER
veus i lire en installant une df ces machines ehtz vou*. Tout � la musique du racnde est a vatre
port�e.
Venez au COLUMBIA MUSIC HALL
entendre; ce mod�le et vous serez con-
vaincu de sa sup�riorit�.
doubliez pas que nous ojfvons
des conditions de paiement
KNEER'S GARAGE, � Port-au-Prince.
Agents i F CF�RIt'Z� Petit-Go�ve
C P1NAHD - Saint-Mare
CORDOZO � Cayaa
Mi.ikC. UOL't.i. � Jacmal.
Icailfl kl ra*n 1-tMl.i I. J!\(.l KMII� � la Mali�� II. Il K. (uns 1rs tendi-rdis itir.
Aassrez-voul aontre aeei�an
^ (i.'n�- \ i idi i" ' A
in lied ��� V'v.- p# \',c n> i Ikii
A� � ����m �on- ^ u
La Coquette
Salon d� coito-r 4* M S�-
muai H�re ira d'au I on .�ort tou
o'ir� sn'islsit.
T�l�phone : 2544 � Argle de�
rue*Si.-Ho- ai' e< R�publicaine.
A I A COQDBTTB son' annex�s
an Bar e� un Restaurant orga-
nis�e de fa�an i donner toute
salisfactioa � la elient�le.
QU�ftlSON *
k RADICALE
' W'''5 ET RAPIDE
T�myBLENNQRRHAGiE
�*'&Q!mr Filg�f w"�b.'Q�� r~*\
^�ZGJP On�l. UnoM (^IQY
Ptrii, t, ru Ti�i�na* i Ut'. I
�PAHDCOWPIOMI
Roval Mail Steam PaeketC
le steamers Midd >m.) ir�> r-t atteiidu Ici le Ti mai par-
ta-.t le m�me jour via tes poils du Nord pour le.JI�vre
A n era.Loodr s.
J. �. BIGIO
AflaotQ�u *ral
'T�l�phane,No2311
surance vo
Une des ; plus fortee^COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents G�n�raux
.
4
*
Ha�tien nt>

Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
toiie : 2(�fc�0


Lundi & Mardi
25&26 Mai 1931
Le liai
4 PAdES
im�� ANNa* R* ��. 7290
tartBB-fftftCO
iel�thoae : 3t4S
H����� tmmm.Mmrt%*zjr-'--**#i~%n� **.�aa4^*aaaq
���� ta�
M�*]
I
tfe Tradios Company
A l'honneur d'annoncer � sa charmante Client�le qua partir du 1* Maieten vue
de lui donner pleine el enti�re satisfaction, la Direction a pris la d�cision de trans-
f�rer le D�partement Victor de l'anale des rues Danl�s Destouches et de l'�aalit� � son
magasin principal situ� au coin de la rue du Centre et de la rue Dant�s Destoucne*.
THE WEST INDIES TRADING COMPANY profite l'occasion de Pour remercier
ses aimables clients du concours qu'ils n'ont jamais cess� de lui accorder et leur
Garantit de trouver du personnel ta m�me amabilit� et la m�me courtoisie.
Foi l-au-Prince, le 30 Avril 1931.
�
IMMfcC
r**w
BI�RE �NATIONALE� i
LE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr� sa qualit�
Bupridure.
Prot�aez votre ooche et
votre sant� en la buvant
toujours.
Pour avoir
une ueau
velout�e.
contre
la
CONSTIPATION
�uiss&s
�, BILOIT, Pkrawetai,
m� mm� mmtmi ak90mm
m***smmmi*mt
*8
C 1ST LB MBILLEUR
DBS PUBA^TirS
lez PETRU�; Fhvrmano ALBBRTIWI
, Pharmacie du D- Ju.Un VURD
,t tout� l� bonne* l'harmmelm.
fmrmmmt ff � . H�i "
l!
�5!ft
I
iiiimiK
PLACE DESSAL�NES
C �t� chic. � Restaurant
de pic nier choix o� l'on
trouve � toute heure les
consommai ions les plusd�-
licates.
Sandwichessans pareils.
Votre premi�re visile
A
'�^HAiisoiii*
L'usage r � g u I i 0 r �le la
\unishiiig Cream Exelento
conservera votre >cinl aiati
doux el aussi satin� -pie relui
d un hrhe. Nous le garantit
SOI, s
L'EXELENTO
Vnnishing Cr�a m
/.',7 une crime sans graisse
que lu peau absorbe Elle
nourrit /" peut et emp�che
quelle se fane, se ride se
iless�, lie. ou ne devienne rue
gueuse,Elle conserve la osau
en pur/dite sanl�.
Procurei'i'Qus anioiwd luu
un /ml d Exelento \ anisning
Cr�ant; en vente chez tous les
droguistes, ou directement de
nous sous garantie, comme
vous le pr�f�rez.
Ecrivez-nous pour avoir un
�chantillon gratuit el un livre
dAcotiscil ttu'.r la haute
lielfllt M �Icine CtBMiJ
Allai) a. (it-urg a i S.A.
e (jenls demandes pour tous
paijs
Ecrii ez pour tenseignement*
i
i
Nous dounara i.infoi ��' Mrmtra votre bon jugeeBeat et
i i lera U cni.t-auea que vous neus aurae aeeordr* ca
,...* garantissant ton-* Vipn.�ciabto patronage � m Vie! la
htua e�lret de Pott-eu priuee.
Nuui tuk so^runs d'arr�ter voira aha mbra � l'avance
Bi�re � la pression.
Grafcu Caf� de France
Sous la direction avis�e efinU llieeatt de Mob�w ur Fra �a s
Gaal�iqui Ml uevc.u IWoc.e de Monsieui Pair z le proBXi�-
taire de cet �tabhsfeeraenl qui na paa.degai, le �BANP CAI t.
l)F FHAMb, ufli* � ��� aimable* et mstmgue* cli- nls, tev
�onaouiuiatioBa Us plus nues, les vins de toutes povenaneese.
pTus chois:', Ciga is et Cigarette,, banuw.chea. vari�s, � de* prw
d�rlant louie concurrence.
"icB�e-iiBP����yu.paiB4qBe aoB'iaaara� * -e S* ajaaiiaar
trait �*" rand A� ue Irrance.
� *�***� * ce.; , :�**���. 2ul.
AVIS
Usine � Glana
de Port-au Prince
Messieurs les Aetionasires
de l'Uiine - Glace de Fort
au Prince soaiconvoqu�s en
Assembl�e G�n�rale le lundi
1er juin lttl, � 0 hsnres du
matin, au si�ge soda] del�
< ie;si� rue Daniel Destouches.
Ordre du jour :
1 Rapport du CoiaaJI d'Ad-
miniatraUon peur l'Ex expir�.
2. l'act�ons d�* Membres
du nouveau Canacil d Admi-
lliS'lMtio!'. f
S Divers.
Porl ��uPnr.ce,le 14 mai 1931
Le Vice Pr�sident,
E J. BOURQUE i
i\t merciements
Mr Cl�ment Pot h al; M. Lue
f'oihel, Mr al Mme M�my *o
gistin, Mr et Mme Ch�nmend
C�sar el leur fillr, Mme V�uve
^nacr�oa Nadraaa �t leurs �m
lents, Mr el MmaSchoal her^Jn-
louis �I ltnis enlanl^,SllJ4i que
tous 1rs r.u'i'S parents et alli�s,
rania eienl b''-n vivement tous
Ifs amis (le l'o'l-aL-''rince, de
P�iionville el des autres locali-
t�s, aoiamraenl Mr le Ministre
de I [nsli uclion Publique V.Car-
r�, la Direelien �1 le psrso�ine
de I Renie des Stienees Appli-
a, u�e^, le personnel du D�par
le men�, la Direclioi G�n�rale
d* l'EnseigRetnent, l'Li�peeiion
�cohue et son personnel, les
Mdigieux et Religieuses tant de
l'�lionville que de in ('apilale,
les Ifcmbrea du Corps Bnaai*
nant.le Pr?M, les Membres de
la Pi esse, ceux des diverses
Associahoiis de la Capitale qui
ont bieu voulu leur prodiguer
�1rs marqu�e de sympathie �
l'occasion de la perle qu'ils
viennent d'�prouver dans la
personne de la regrett�e �/eanne
Jos�phine Anna Pothel, ��e Au-
gustin, leur �pouse, b Ik-meie,
li le. batlcefflle, ni�:e, rousine
et ;.|li�e,pntevee a leur sffecUoa
le 11 mai eoiwan'.
l's leur an �aide ronl uee gra
l�lnda i 1.finie
Port au-Pnnce.lc 18 irai 1031 i
r
En peu de temps ce **
produit remarquable a
conquis de.hautei lutte
une renomm�e des plus
enviables.
| Demandez toujours le
Rhum HENRI Gard�re
%% k w u ir-yria�sfwwwff*****
-~�-�
A V�Bidr�
5 Collectif u� du Moniteur.
Ann�es 100�. 1010, 1011,1912
tl 1014
2 � oIIbclions de �la//n, An-
n�es 1007 �t 1008.
* ��'� "�on nu Souvelli�te.
Ann�e 1907.
Pour conditiona, a'adresecr
au �Matin� i M. A. Isido e.
Manujaclaie Ha�lienne.
de Cicjaretles
GEBARA�& C
LES CIGARETTES
Bat Bas � Fantal-L�on
� Dessalinienne*
' Colon *
�R�publicaine�
� Vorl-au-Princienne

gr�ce � la
>>�-'-.-,
� VAPOSA1PIOI. a
La neiiveUc pr�. aralion.la !
plus elieace conhe la grinpt, )
toux, ie� retreidissemeuls.
On nedevi.il jamais ism {
quer aetle pommade chez soi. I
En voyageant ou devait tau-
jours avoir us tube de � Va-
pocampbol B,
Le tube ne coala qua 75
centimes ha�tien.
Phurmae�t
1 eliaut 1 bbvaii.ikb
Lahie vie �-via du kiosque
postal Aux Cayea, Ckand'Hne|
Avis
Le s'.eamer �Th�i�se Norua
da retour de Curaan loiclieia
lu capitale vers le 2f> �tarant
en route poer l'Kurope via
Kingston prcn.nt 1:6: et pas
gager s.
Le steamer �WaieUraul Horna
venant d'Kuropa sera ici vers
le il courant en >artaare p^-nr
Kiugston, Santo Domingo et :
Cura�ao, prenant trat at pas-
sagers. �
RMNBOLO & Co, Ageals *
aie :���./ itlrw (�at l
da, Vl�b rai- HM
-��'��--
,�.. � 1... . . . �*..
ftt
Lykes Brothers SS C� lnc,
7 �bmbs - Ha�ti � SJamto uomtnfj* � Porto �*��
Li seul service hebdomadaire et r�guliar i
tret antre les ports du Gelte du Texaa alraat
Fort-au-Hrince, Haiti.
Pour la r�ception rapide et la maniement habile B> �I
importations, sarvec tous toujours des navirea da aa LTlK
UNE.
Lea prochainea arriv�ee a PoTt-aB-PriBta bob* r
" "?elma Lykea 22 mai 1931
" 'Ma.garet Lykea* � mai 19tl
" -Almeria Ljkaa** 6 juin 1731
Bureau : Rue da Magasin da l'JiUL'J&te Paartarlr^l
�

�? -.

_
'****>*{*>**