Citation
Le Matin

Material Information

Title:
Le Matin
Place of Publication:
Port-au-Prince Haiti
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Frequency:
daily

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Coordinates:
-72.2803802891673 x 18.5142993036392

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
000358166 ( ALEPH )
ABZ6468 ( NOTIS )

Full Text
l�ment Magloire
DIRECTEUR
l�Wf'RLlE AMERICAINE US�
TELEPHONE N'W>:
�����^O I ' I' �
25�me ANNEE N� 7286
I r ollC i> I* dignit� rit idylli-
que axe h indique de la merale;
r esi ru se raparoi-kaul �!�* liei
qu'oa s'�loi' a la ?efii, c'est en se
(nouant � � >ntu e on Itinoie
I� ni il une ���1�re ilnjnc se lit.
euTos
r*rr�
�rai
PORT-AU.FRINCEClIl?H )
SAMEDI 23 MAI 1931
� >< V.'.H
D�claration du Cabinet
Le Cabinet qui se pr�sente
levant vous, et � qui incombe
p�rilleux honneur de g�-
fcr la chose publique, ne se
it aucune , illusion sur les
jfficult�s de sa t�che et en-
are moins sur les circons-
nces particuli�res dans les
uelles le Pouvoir lui �chet.
croit, cependant, qu'expo-
r avec nettet� sa politique,
e serait-ce pour le moment j
ne sur les questions eaeen-
elles, c'est contribuer � di-s-
per les malentendus.
Trop de probl�mes vitaux
our l'avenir sont pos�s de-
int la conscience de la Na-
od pour que les Pouvoirs
ablics s'�puisent en luttes
ftriles ou en di eussions
ademiques autour de textes
m jeu. s discutables. La v�ri
de la situation politique
b ige le Gouvernement � ut-
rmer sa volont� incbraulu-
le de rechercher l'harmonie
es pouvoirs comme une
andition essentielle du suc-
�s des eflor s entrepris ou �
oursuivre en vue de la com-
�te lib�ration du territoire
la Republique. Mais cette
Au surplus, au-dessus de
quelques principes constitu-
tionnels � modifier, il existe
un probl�me vital pour le
Pays, ce sont les n�gociations
diplomatiques d�j� entam�es
avic le Gouvernenn nt des
Etats-Unis. Les Pouvoirs pu-
blics actuels qui ne mettraient
pas l'int�r�t national au des-
sus de tout, courraient le
risque, eu provoquant des
d�saccords dangereux, de
compromettre ou de retarder
les solutions n�cessaires.
Nous allons, pour amener
l'apaisement des esprits, ai-
guiller les pourparlers vers
une compr�hension plus par-
faite He uos droits, de nos
int�r�ts, de nos ievendica-
tio.is et des n�cessites ce
l'heure. Nous allons chercher
� poursuivre dans une atmos-
;>li�- e de sympathie et de cor-
dialit� tous les redn ssements
et toutes les liquidatious que
comporte la logique des �v�-
nements. Nous aiious envisa-
ger avec le Gouvernement
des Etats Unis, dans 1 esprit
le plus amical, ( outre l'en-
tra�nement a Jmini-.tratit d�j�
�rmonie doit eue bas�e sur contemple), les importants
i respect des droits r�cipro-
ueset sur des concessions r�-
proqueseu cas de d�saccord,
olre droit public a depuis
lus d'un si�cle consacr� la
iptratioD des Pouvoirs. Il ne
Brait �tre question pour
ious d'imposer des directives
ox Chambres, de m�me qu'il
e peut s'agir pour les Cbani-
res de sortir des attributions
ui leur so�l fix�es par le
acte loudamontal 1
Ce principe admis, le Ca-
inet sera toujours anim�, du
lus Lirge esprit de concilia
on, d�s qu il s'agita des �ii-
J�r�b g�n�raux de la coll�e
vite. C'est ainsi qu'en ce qui
once i m.- i.i r�vision constilu-
ionutile recourue comme
ne i �cessit� politique, le nii-
isl�ie qui nous a p �c�J�s
ous a soumis un projet d'�
leudemeul r�gulier qui, vo �
t*pl�biscit�, redonnerait �
Assembl�e Nationale ses
ou voir s constituants d'au-
ref jis. On a reproch� � celte
ouceptiou, telle qu'elle est
jrmulee,de reporter la recul
� ne r�vision seulemeut �
aon�e 1�34
Nous avons compris l'im-
atieuce l�gitime et fort loua-
ile des uns et des autres �
encourir au triomphe d'id�es
�ommunes, et dans le cadre' cations soit spontanemfcnt.sott
les possibilit�s l�gales, nous sur la demande de chacun des
ommes absolument dispos�s membres des deux Assem-
piobl�iues de d�soccupation
militaire et d'aunulalious suc-
cessives et syst�matiques des
stipulations contractuelles
qui privent le Gouvernement
te la R�publique de ses Ini-
tiatives et de ses responsabi-
lit�s o� imposent des lestric-
liona incompatibles avec les
attiibuls de notre souverai-
net�.
Mais, pour nous d�gager d e
l'emprise �trasg�r*, pour
poursuivre dans la paix et
dans la legalil� nos entre-
prises de construction �couo-
miq ie et ie progr�s social,
l'apaisement est n�eessaire.
l'ha� .nouie des pouvoiis, pour
nous r�p�tera s'im,.Oie.\ussi,
avons nous estim� que lts
textes pr�cis qui r�gisseul le
rapports du Pouvoir Ex�cu-
ta tt du Pouveir L�gislatif ne
sauraient en aucune fa�on
diminuer l'esprit de collabo-
ration �troite et positive qui
et� la basedeuos traditious
constitutionnelles. Le . abiuet
s'empressera toujours de se
pi�seuter devant vous pour
vouslairetoul.es tes cem-
muuications ol�icielles que
pouria n�cessiter li'exercice
de votre droit de contr�le. Et
il lui sera toujours agr�able
de vous faire ces communi
agr�er toute modification
feu� rendrait la r�vision pos-
lible par les Chambres �rig�es
m Assembl�e Nationale �
eur prochaine session ordi-
naire 1 D'ailleurs, pour aller
lu fond des choses, il s'agit
l'enlever au peuple un droit
propre qu'il avait de d�cider
lirectement sur la r�vision
envisag�e ; il est pour le
moins convenable qu'il i.oil
consult�, dans les m�mes con-
ditions de sinc�rit�, de loyau-
t� et de contr�le qui ont tait
du 14 Octobre 1930 une jour-
�s historique digue de la
lus pure d�mocratie; at il
st d'autant plus indispensa-
le de proc�der ainsi que
uelques mois seul'ment
ous s�parent de la r�uniou
es comices de h :i2 Les
Chambres, �clair�es comme
lies le sont, respectueuses et
oucicuses des droits du pea
le dont elles ne peuvent bl-
oquer le mandat que pour
lieux respecter les droits
uxquels il n'a pas eu-
ore renonc�, les Chambres,
isous-nous, ne peuvent point
e pas se rendre � uue pa-
ille �vidence.
>
bl�es.
Le Gouvernement, qui a
mis d�lib�r�ment le peuple
Ha�tien i la diflcile.mais fruc-
tueuse �cole du plus large li-
b�ralisme, qui entend pour-
suivre une politique exclusive
de r�crinaicitionset dt repr�-
sailles, continuera � assurer
le progr�s g�n�ral par la paix,
ee te paix r�elle qui ne peut
�tre ohtenue.en a�finitive.que
par la atriete ^observance des
lois, par la pratique des liber
es, p r les garanties accor-
d�es i toutes les activit�s et
par une bonne jastice dis-
tribntive.
Pour ��lier jusqu'au bout de
la politique g�n�reuse et utile
que le probl�me pressant de
la na a�re doit nous inspirer et
pour pouvoir appliquer, sans
perte de temps, les mesures
qu'elle n�cessite pour le pr�-
sent et pour l'avenir, il est
absolument indispensable
qu'une force parlementaire
agissante et r�fl�chie coop�te
�nergiquement avec un Gou-
vernement d�cid�, lui, � gou
verner.
L'heure ayant sonn� n�
I d�finitives resncnsabilit�a,
i. il �
ALIX
29 ann�es
ROY
de succ�s.
"S"-1'��"!��*�����
nous esp�rons que vous serez
�ette force.comme nous avons
la volont� d�lie ce Gouver-i
uemei.t.
P�la-M�la-
GHRONIQUB
PARL1MBNTAIRB
Le moulin...
de la galette
�o�
LA PLUS AGREABLE
J^E3 millier� et de� millier�
** d'enfants et d'adultes re-
connaissent tou� It� jVur� que
l'huile de foie de morue �mul-
�ion�e eot la mani�re la plus
a r<'alite d'obtenir le� bienfait�
pour la sant� de cette nourriture
tonifiante essentielle.
l'EmulsiGi! Scott
�et de l'huile de foie da morue
pure �mulsionnee, c'est-a-diro
au'elle est pr�par�e pour une
gestion facile. Apr�s tout,
c'.st ce que vous ou votre en-
tant dig�rez le plus facilement
qui von� pmeure le� meilleurs
r�sultats.
Donc, assurez-vou� que l'huile
de foie de morue employ�e dans
ix.fre famille soit emul- J
Bionce. Prenez PEMUL-
S10N SCOTT-c'est la
plus agr�able.
CHAMBRE
DBS
D�PUT�S
S�anco du vendredi
22 mai 1931
U 2Z
Chambre

�_: "-^
Novembre 1030, la
dei D�put�s adres-
sait, � son Excellente le t'r�-
lident de h R-pubiique, le Mes-
sage auivan', pub'i� �la � le
�Moaneur* du 1er d�cembre de
la m�me ann�e :
A�onsieur le Pr�sident,
Par ce pr�sent Message, la
Chambre, des D�put�s s empresse
de vous renouveler l enti�re con-
fiance que. comme parti int�-
grante de l'Assembl�e Nationale
elle a plac� en votre patriotis-
me �prouv�. Et c'est pour faire
siennes v�t aspirations les plus J
I
\
Un auditoire nombreux se
presse dans le vaste local de
la Chambre. M�me le box des
journalistes est envahi de 11-4� ch�res que, dans sa s�ance du
neurs qui se disent repr�sen- 20 du courant, ells n �mis le
tants de journaux. I v�u qae. l'executif entreprenne
Les d�put�s ont tous r�pon-I�t |>uursuive,suns rel�che, I ha�-
du � l'appel, ils attendent le
Cabinet qui ne tarde pas � se
pr�senter au gnnd complet.
La d�claration ministcru-Ue
que nous publions est lue
par M* �mmanuel Run.iy,
Secr�taire d'I�at de l'Int�rieur.
Elit lit lionne impression et le
Secr�taire d'Etat lut longue-
ment applaudi � sa descente
de la tribune.
Les Secr�taires d'Etal pri-
rent cong� imm�diatement
pour se rendre au S�nat aux
lins dune prise de contact et
lecture de la D�claiation mi-
nist�rielle.
Le d�put� Jolibois demande
que la Commission charg�e
n'�tudier sa proposition rela-
tive aux souliers de la Garde
tasse sou rapport au plus t�t.
Uue prolongation d'un mois
est propo �e par le d�put�
burr ll'iyuaud, � la pr�sente
session ; la proposition de d�
cret est vot�e d'urgence et
imm�diatement.
Le d�put� lir�dy, de l'Anse-
� Veau, parle encore du raefl
vais �tat des routes de l'Anae-
�-Veau. En voil� un qui
n'oublie pas d'o� il vient!
L'ordre du jour de la pro-
chaine s�ance est propos�
par le pr�sident Loubeau et
vot�.
Et la s�ance est lev�e i
onze heures, pins rien n'ayant
�t� soumis � l'assembl�e.
iiamsaiion des Services foDiice,
Autant que l ensemble du pays,
elle esp�re de votre Gouverne-
ment le don de joyeux av�ne-
m ni gi'it cllo en a la ferme con-
viction, sera suivi de bien d'au-
tres, comme per exemple, la de-
soicupauou an territoire, la r�-
vision de notre Pacte fondamen-
tal et la prompte r�solution,�
en attendant la fixation du sort
de la Convention de 19IJ, �
des aecords et sous accords non
pr�vus dans ce Traite et mani-
pslement pr�judiciables aux in-
t�r�ts �e la nation.
Dans ces sentiments, elle vous
prie d agr�er. Monsieur le Pr�
sidenl, uvec l'assurante de son
profond drvouemenl, ses salu-
tations les meilleures en ta Pa-
trie.
Le Pr�sident :
J. Jolibois ri,-..
Comment ne pns s'�tonnrr
que cette m�mu Chambre, par sa
R�solution tendant � d�noncer
le Trait�, puiement et simple
ment viei.ee auiourdhui !!����
ptouver ure politique qu'elle-
m�me avait trac�e au Gouver-
neme it ?
Quelqu'un disait derni�re-
ment qu'on entre � lu Cham-
bre comme dans un moulin.
Il ne croyait pas si bien dire.
En v�rit�, e'est un vrai Mou-
lin... de la galette. Comprendra
qui voudra.
A mon avis, il ne reste � ces s
Messieurs qu'une derni�re r�so- J
lution � prendre, c'est celle de I
r�fl�chir avant d'agir. I
i\UDY
Propos
humides
Ilu<-�-auY Dangereux
A CHAQUE respiration des
Kerm�s dangereux s'engouf-
frent dans la bouche. Ces germts
attaquent l'�mail des dents et
sont la cause de ces vilaines
taches jaun�tres et de la carie qui
les d�parent.
Un demi pouce de Kolynos
�tendu sur une brosse � dents a
sec remplit la bouche d'une
�cume antiseptique qui d�truit
ces germe* instantan�ment.
EIU ncutriiiM le, tudet � nettoi�
M* Xolynua � rayas coraaMOt n� d�in
nruw blanfht � pcopiaa.
CREME DENTIFRICE"
KOLYNOS
Uns petite ,'ejaerella d'histori�es.
Le Dr Dalencour attribue � l'vtion la
gloire d'avoir cr�� notre drapeau na-
tional. M. Luc Dorsinville.autre hi�-
larien de nos origines, proUste con-
tre �celte l�gende�. C'�hl toujours
ainsi. Nos historians ne s'entendent
pu sur les faits de f histoire de U
p�riode h�ro�que.
Le piquant, c'est qu'il� se r�f�rent
tous aux m�mes auteur�. Arec Ar-
denia, lladiou et St-K�mv l'un allir-
me tel l'ait. LU autre, avec Ardouin.
MadiOQ et St-R�my, controure le
m�me fait. Le l-eteur ne sait ce qu'il
'sut croire et ce qu'il ne faut pas
croire. l'Iaignez-vaus apr�s cela que
les Ha�tien� ne coanaissent pa� l'iiis-
oire d'Haiti !
four l'instant, nous sommes dans
l'incertitude quant au cr�ateur de
notre drapeau. Le llr Dalencour et
Luc Dorsinville meeacent, par leur
trovena � ce �ujei, de d�tmiis
I union sacr�e. Aussi le Direct, hom-
me avis�, pour sauvegarder l'unit�
des vue� entre se� collai w, a offert >
tes uiessieur� et a toute la r�daction
". RHVMSAltTiIKCAlllkl Ll'OH
qui unit tou^oars, ne divise jamais.
Rien
qu'un mot...
�o -
J'ai laie*�! a'�cou'cr trois jours.
M. Fr�d�ric Davigni �ud n'i pas
r�pondu � notre confr�re Loais
Ceilerd.Ceat (loir- qu'il ne d�sa
voue pos les d�marches d'Henry
E!ie, ni les propos qu'� mon
adresse lui a pi�t�s celui-ci.Ola
n importe pas d'ailleiira.Dem >r-
ches et propos n'alt�rent point,
� mes yeux, la physionomie .!e
l'actuel adversaire des amis de
l'ex-Pr�aident Iforno.
l�t si je les reiiens ce n'es: que
pour marquer l'attitude d un
journaliste qui, voulant s'-n
prendrai quelqu'un, y va de
biais, et publie une nouvelh
inexacte, susceptible d'atleil
foula une cat�gorie de cifoyeni
qu'on ne ci oyait pas dispos�s, �
se d�fendre avec un si bel en-
train. Quille apr�s, bien enten-
du, � tenter d'�loign�! de la lut-
�e, celui-ci ou celui l�.
Il sut �t� tellement plus sim-
ple dy aller cari�ment et de
s'en prend: e � moi tout seul.
Mais non, il fallait, en vue de
taire diaparaitra l'hypoth�tique
menace que je auis, parait-il,
pour quelques-uns, r�veiller le
apectra du F. N. P. al raps 1er
que j :i �t� lonclionnaiie sou '
le gouvernement de M. Louis
iiorno. Comme s'il �tsit moins
digne d avoir �t� employ�, sous
le Pi�sideo*. Homo, que d'avoir
Ml vi Dfirtitfuenave, par exem-
ple, ou M. Eug�ne Koy qui ar-
riva a la Pr�iiidence, comme on
riovnit ..>;,-. | rtti Con:i-tll�t I-'i-
naucier. ( Propos� par le Gou
vernement Am�ricain.agr�� pur
te Gouvernement Ha�tien.) Kae-
aurez vous, et, si vous condes-
cendez russurtz votre suite. Je
D'aspir� � quoi que ce soit.Caal
que | ai d�daign� de me r�fugier,
� la veille de la victoire, dans
la moelleuse opportunit� d'un
Vincentisme spontan�.
Je remercie mon confr�re
Callaid d'avoir tout l'ait �clater.
Voil� maintenant uue haine au
grand |our, accul�e � la Iran-
chise, comme une belle chose
loyale e� propre. Elle ne pourra
pas man�uvrer dans l'ombre et
affecter, � la lumi�re, le visage
de l'amiti�, ni les gestes de la
camaraderie. Ce sera l'�p�e au
clair. Et non le couteau dans la
g<-rbe � l'instar du bandit ita-
lien qui s'en put � la vie du
1 r�sident Carnot.
Cette ammoMt� dont p perce-
vais bien autour de moi, par
moments, l'acre odeur, ?�,� et
c'est !� qu'elle devient injuste,� i
plus haut que ma personne. On
s'en est rendu compte � la lec-
ture de la noie que Le Nouvel-
liste s consaci�e � mon p�re �
l'occasio . de son arriv�e au Mi-
Biat�rede la Justice. Comme si
pareille appr�ciation pouvait en
rien atteindre la r�putation d'un
homme dont la modislie, la
culture, l'honi �ltt� imposent le
respect � ses adversaires eux-
I
...a vu na de nos amis pan-
eh� sar une p�tition qei lui a �t�
eap�di�e par des �lecteurs pro-
bables et prochains, e� qui d�-
< liillin.1 ieu's noms. Il taisait
(o v irrei-usenient sa l� he el
de temps on Lmps il souriait.
C'est lorsqu'il n romiuHaaait.daa*
ena signature, et lie d'uu cerna*
rade.
... voit qu'un de
'nais*ail ainsi le
nos amis
bonheur :
on-
aaaaeoir dsm une aba �a
gue, svec aux maini nn beau
livre richement reli� par Eti*nne
Camille, et avoir fi sa nort�e u>-e
bonn- bouteille de Mhum Sar-
the, Qte�et der.
o
v �
...a vu deeeendre d'une ligne,
devant ia bureau du Matin, un
de nos � �dacteurs. Il na paya
p.:s le aaaeiear. Il se contenta
de lui Faire seulement un petit
bonjour de la main. A quoi la
chauffeur r�pondit :
� K ce soir, coll�gue
Ceux qui assistaient � lu sc�ne
ne comprirent ] as, le sens des
mots du chaufleur
amis qui y
H q ii-s jo'i i
... a vu un de no
prom�ne depuis q
uwc un dictionnaire de poche.
De temps m temps il le soit de
sa poche, Couvre, maimenas
qui Iques mal. et le referme II
res'e longtemps r�venr, et puis,
il recommence sa petite lecture,
Comme o-i In � n faisait la re-
marqua, il r�pondit :
� Je me suis rendu coraple
que mon vocabulaire est assez
restreint. Chaque fois que je
parle, j'ai l'impression que ce
son! les m�mes mois que |e r�-
p�te. \|t;is j'� n a, | rends quel-
ques autres. E' puis, qui sait,
je puis, un de c� s jouis, avoir
un discours i sortir, et cela lait
loajoura bien,�fans un discours,
qiulque-i mots que les auduems
ne comprei nent point. Cela vons
pose.
m
... voil que de partout on ap-
pelle la parution de la revue
dont ou parle depuis des temps
et aies temps. Comment s'ap
pellere.i.elle? Quele seront les
� oliabor�io�n� hp r-otie publica-
tion V Qellt �> :. i i i �es lene�n-
ces litt�raires? Et surtout com-
bien de temps elle sapera durer?
Voil� les quelquesquestionsqne
l'on se pose a piopos de eelle
Kevae qui, d'apr�s ee que nons
shvobs, verra le |our tr�s biea-
t�t.
�
� �
... voit, chaque raidi, quelques
aenlleaen s'arr�ter i la rue des
Muscle�, au No. 305. Ils se
mettent � quatre autour d'uae
petite tsbie el sirotent ia cal� le
plus d�licieux qui soit. Lapins
souvent ils retournent anssi
apr�s d�jeuner.. Car ce caf�-l�
quand on r a go�t� on ne peut
plus s'en passer. Allez donc i
� La Moderne � et vons nous en
direz des nouvelles.
�
... voit l'int�r�t que parte
main tenant aax attises cri-
m : i lies le paelie ha�tien. An
derniei [ioc�s la salle �tait coea-
ble. (Jii v voyait des danses du
plushuut mou�e,d�s jeunes Mlles
�le la meilleure soci�t� qui au-
trefois se d�siot�ressaieut de pa-
reils epectaclee. Serait-ae une
preuve d'avancement et de eivi-
iiaaiion?
� *
hier
malin, tant �
qu'au S�nat de l.i
... voi eue,
la Chainn-ie
R�puhlinue, l� faute a �coule
avec le pies grai.el ml�i et l'�aer�
gique u�elaratien usiaist�rieile
n t- pai li sympathique Sacre-
nt ""� d
r , x qui soufl.e..i � u | ,'�1 ��*� dB,fcl &i Wntaifaw.
chaque lois qu'ils sont en pr�-
ser ce de ca qu'ils croie n' �tre e
bonheur d'un ant
Ei mainlei a��,M.Duvig;i rj,
si vos oi �Il en.
Uon LALEAU,
... ve�t qu'� i- pompe de F�tu
0. DiPLif^Y,� laruePavte,c'e^t
cou u e t liez les dentistes eu \ o-
jue. Ou �lu nd son leur aveapa.
ti. i,t .. i i on sait que l'on > te.
r� seifi suisi bien qat vite.


r
PACiE -. 2
LE MATIN� 23 Mai 1931
�MM
G H A .\ 1) i A HAIS MIK LES L A M . : s
A U T H E \ TIQ H Es GIL1 ET TE 1
P
�>'
�-....;.<.% ��
LAMES
�-
MMh�EhAhl
pour le. m�me arqenl vous
pouvez acheter plus de
( Type de trois trous)
Les lames de rasoir de trois Irous du type illustr� � gau-
che peuvent-elles servir daai votre rasoir? Si oui, vous
pouvez jouir de toutes les commodit� de se raser avec les
lames de rasoir authentiques Gillette, � prix r�duit.
Les lames que nous oftiens � ce prix �conomique sont de
premi�re qualit� et leur prix r�duit provient de la pr�-
sentation de* laines Gillette de type nouveau.
Nous avons donn� cet avantage pour que personne n'ait
� faite le sacrifice de la commodit� de sa barbe journa-
li�re, en achetant des lunes lalsifi�ea. Nous l'avons r�alis�
pour que tout le monde jouisse du plaisir de la douceur
de se laser, que la margne Gillette a gagn� de l'appr�cia-
tion publique depuis VM'2.
Au nouveau prix r�duit vous pouvez, obtenir les lame*
Gillette authentiques pour plusieurs mois. Achetez le*
dans n'importe quelle succursale.
aulhenliqiies
Paquets de
10 LAMES
5 LAMES
Chez le Secr�taire d'B
tat Raittpy
�o�
Jeadi soir, de six i huit, en
sa r�sidence priv�e d� la rae de
la R�volntioa, Vi. Lmiaanual
llaiiipj.Secr�taire d'Etal de l'In-
t�rieur et du Losamerea, rece-
vait les (-eua'auisai d�pa'.�, ies
membres de la Presse et quel-
qnes amis.
^R�eepiion des plus coario:ses
an cours de laquelle tout le
meade readit un boaim�g� m�-
rit� aux mani�res aimables, aa
lad el � la distinclioa da non-
v*aa Secr�taire'd Etal de I lat�-
riear.
Oal �t� remarqu�s: V.. Abel N.
L�ger, Sacr� taira d'Etal daa Re-
lations Ext�rieures, U. Alexan-
dre Klieane, Secr�taire dEtat
de l'Instruction Publique, Ma T. a
Laleaa, Secr�taire d'Etat aie la |
Justice, M. L�on Alli�e, Sjbs-
Seoralaira d'JStal da l'Ia��riaar,
M. Jacquca Roumain, Chef de
Uiviaiuu mu Deoarieineai da
l'Int�rieur, iai bi>n,i mi. David
Jaannoi, lieu 01 Paul Ire Latries
Elis�e, r.harUa Zimor, Charles
Pomarun, Lauis Z�phirii.T�l�-
niaejue, les d�putes Laubeau,
Pr�sident de la Chambre, Sal
nave /.amoi, Estim�, Edgard
Numa, Victor Caaviu, J. B. Ci-
R�as, liurr-Ueynaad, J. M. klr�-
dy, IlarcCauvm, M�resse Wool-
ley, Gonzalve Bosquet, Edouard
Pion, eiera�Ue, Eianullon, Le-
roy, lagond�, Telson, Rousseau,
B�lita^ia.Jeaa-Praaeois, etc. etc.
On ri mat'qoa�l |*�i un iws joui -
aalisics ; M AL Lai r�ur,du� Pays�
D�ainor.du�Nouvelliste�, Mau-
rice Au^akle, de �L'Opinion�,
Louis Uorsinville, de �L'Elan�,
G. Higaad, de �Haili-Journal �,
Victor Tliomas et l ton Laleau,
du �Matin�. Et parmi las ami�
de M. Ranipy, M. Emile Bastien,
M* Albert Eth�art, M� L�o Ale-
xis, &� Pierre Eug�ne de Les-
pinasse, Dr Marc Maihieo, MVI.
Camille et Joseph Doucei, etc.
Ceiiar�eapima est de bon au
gaie �t marque le d�sir net e
Las jouraalist�,8
�i les Chambras
�o�
Baaaraup de joarnalisles aa�
�o:capent de reportage paris,
mea'.aira ont maaifest� i aolre
eatttnJsmant led�sappointeaisnt
q s'ils �p auvent chaque fois
l'i ils se rendent^ la Chambre.
En effet, la loge qui leur asl r�-
se v�e est presque toujours en-
vain par des auditaors qai ne
repr�seatant auoan journal.
Le sympallnqne Pr�sident de
la Chambre, le Dr Joseph Lea-
beaa, ferait biea, s'il passait des
instructions � qui de droit ala
i|ue cesse cet abus. Oa n'a d'ail-
leurs qu'a lai signaler ael abas
pour qa'avec son �nergie habi
lactle il y mette fin.
Achat da vieilles
monnaies
Si vons avez de vieilles
monnaies am�iicaiuas ou
(ha�tiennes, Ur A'geni.Cuivre)
vous obtiendrez les meilleurs
pi ix en ks venduul a :
I) >cteur LOLY
llopii il Am�ricain
Peu da Chose.
oumesdes Enfantes
Sorti Mieux traita
^Extcri tu renient
� J* 9 Aritlas las en ans
!^J� \ ndit.N�"droguei''
kT^v^Rf Pas; frictionnez a
\2^J< Vhtx re d i couche�
�->

v___
Pour Tint Rrfr�h 1k rciii rt
*�!�
i**v %>�..-�.-�M
mmt exprim� du iiouvpmb Ca-
ninat de marcher d'accord avec
les parlementaires el les rrpi�*
sentant de l'opinion publions.
Nos f�licitations � M. F.mua-
nuel Rnnpy � qui nous fsisoa*
n )s vie ix de truct u-use heso-
ga,.
Concours de Beaut� 1931
Bulletin de vote � d�tacher
Vote donn� � Mademoiselle :
Gillette Safety Razor Co.
Ce� lames
Gillette
authentique*
serrent dam 1rs
anciens rtuoirt
Gillette.
De nationalit�:
Nuance :
LES LIVRES
L Ennemi Imimk, p*a Usa
(MLLE TlNAYRB, LlU. FLAMMARION
-r-Son fils au loin, sa lil e, ma-
ri�e, un vieillar skui/h'H'1'0 0����J�*aa Dior',
il lui laissa ioui son patrimoine,
le beau fils, flairant quelque des-
sous �quivoque, songe � atta-
quer le loatameut. La vielle n'v
pas pi ur : 'il"' lient une lelti �
da l'h�riti�re � son amant. Soi
cide de l'infid�le. I)*- qui '
l'�re, revenu d� vojrgt, �Iran
glt la n' "is ; le m me, ayant
enlev�, justice laite, 'a Lattre
si cosatrici
toron Hi.'in� mi rouan d'une
prolonde BOgOISta, Une atmos-
ph�re de piovince. Des types
�la province. La ligu.e de celle
gouvernante, �me ra�sqaine et
. demearres une doa
plus hallacinantes er�alions do
ces ; lurs-'ei. Ci racl�re ci us�
av4 <� une senit� ,(*1 uo, tant
(| if. larme la livre, l'impr�cise
ncora une s.i e de lorroar
sn irde d'avoir Mtoy� une �qui-
voque monstrillonne.
Le style est celui de La Mai-
M Toiitpy les Polices)
� DE LA
p �-� -infini

son du P�ch�, du lloutlicr d A-
lexandre. Jamata ne fut plus
ma�'re de son talent l�crivaiu
de tant d'�uvies o� sont ana-
! lys�es les laibleisea, les inqui�-
i tude-., les l�voltes dame en de
rive.
M. Fr�d�ric Lel�vrc qui
loi demandail :
El le parsouuage aataniqoa
dp Honaude ?...
L'aalaar r�pondit :
� Itenau le cxist�. je |'ai wnr
vivre. Renande existe. Nous
l'a vous vue vivre. Aucune lou-
ange ne nous semble plus haute.
Gomma candidate au concours da beaut� 1911.
N. B. Ce auilletin, d�laehc adress� � M. Luc Dorsinville, qui le transmettra au jury.
****���.a*"�svaw *���*�� �a *******iaaaMi#��'M,. ttM
%

comprennent la Protection contre U�
Foudre sans auqm niation de lau
Agents G�n�raux
I
X
�
Arnold Mercier
esl (omla�un� aux lr � scrppliiile
La Jury s est montr� tr�s s�-
v�re pour Arnold Mercier at
l'a reconnu coupable, sans �ir-
conslaneee att�nuantes, d'homi-
cide volontaire, sans provoca-
tion, sur la personne d'Mdmond
Lilavois.
iLei.��heuras du iaalin.!t Do-
yen Thomas a donn� lecture du
lugament coadamnant A. Un
ce mu tra- .ni i�ra�s � perp�-
p�i-ni*. U piblic Qosabraai
a assist� aax difl�ren'es phases
de ce proc�s sensati jnnal.
S
AIFAIItli l.tl.lHMlki,
Les cr�anciers aie Messieurs
Raail at Edouard Goldanberg
sont cooaoqo�t on mon
|�lude aour samedi 1S mai
i courant, � '�� heures et demie
[de ('apr�s midi,
^ort au Prince, le21 mai 1931
(Sign�) Pierre IIL'DIUOURT
CE SOIR
Grand match de boxe .'
En dix rounds de B Minute�; J
Legnnd Champion Ha�tien : TH. GUERRIER 142 livres
LE TIGRE CUBAIN 146 livres.
Avpc la ix pr�liminairaa, Horaea av�e Jean 4 rounds ; Thomas
avec Alphonse, 1 rounds ; el une se.mi-finale, D�sir nvec A. Paul,
(i rounds. � Entr�e : 2 et 3 gourdes.
� Cia�-Vari�t�s a pris la d�cision, � la demande de nombreux
elients, d'essayer de mettre le Cin�ma � la parl�e de toatea les
bourses et inaagure le 21 courant les soir�es da dimanche � 0,51
centimes avec le beau film tran�ais :
Paris� New-York�Paris
Av�c G-DEL TORRK, � Film Iraa�sis d'actualit�, sc�nario ori-
ginal daJean Boesquet et Harry Faik�R�slia� par Albert P�guy.
Entr�e : u.i'i.
DsWIaaN SOIR" .^ .
A 4 1/1 r� aa : Matin�e i
Mandrin
4e et la �piaodee
�ntr�e : 1,60; Balaon : 1,0t.
A U HEURES
UNE MERVEILLEUSE \TENTCRE D'AMOUR �*la conr da la
Grande Marie-Th�r�ae d'Aulriche :
LA BAGUIi IMP�RIALE
Avec la splendide vada'la LIL DMiOVBR et le beau ieaae pre-
mier IVAN PETROVITCH.
Eatr�e . 2, 3, 4 gdas.
U Rhnni Barba �court
t>oal la leaaaaah�eTeai aej^aaaaata a g Demandez partent :
C�sars.


�:�**
LIS MATIN - 23 VI,i ni!
J
Echos
� Une innov lion : A leur
irriv�* au lucal de la Chambra
des Repr�sentants, Ira eesr�iei-
ras dlv-t �taient pr�c�d�s du
Pr�fet Fanfan qui leur a f'onn1!
l'entr*�' de la sa le.
� Viant de para�tre.�dit� par
les Publications Auguste Me-
gloire, Paillasse, journal hu mo-
ustique illustr�, qui doit par�t
Ire trois lois par mois. Celte
< i cation sera suivie da pr�s d'un
quotidien qui, avec l'aillasse et
|:j Ile vue, viendra compl�ter le
premier eyele des Publications
Auguste Magloire.� Meilleurs
compliments et souhaits de
complet succ�s.
� Napol�on disait ejue c'�-
taient laa avoaataqui perdaient
la France et il ne lesainaait pas
beaucoup. Ce n'est pas l'opinion
du Pr�sident Vincent dont le
deuxi�me cabinet est compos�
de cinq avocats, d ailleurs tous
comp�tents : Abel L�ger, T. La-
leau, Em. Rampy, A. Etienne et
Eniesl Douyon.
� On sigoele le lait grave
qu'un des membres del� Com-
mission communale de L�egste
a �t� traduit devant le Tribunal
correctionnel de Petit-Go�ve.Lr
D�partement de llal�iieu�- a
uour devoir de demander au
l�let des i enseignements � ce
sujet.
� Le nouveau secr�taire d'E-
tal (las Relation* Ext�rieures.
Mr Abel N.L�ger.ob�isaan � une
eou'.ume qoi n'eat pas des plu�
anciennes, s re�u jeudi dernier
au D�parlement,le Corps Diplo
matique et le corps Consulaire.
D^ s discours ont �t� prononc�s
pur M Dans Munro. E. F. et
Ministre pl�nipotentiaire des
Etals Unis, Doyen du Corps Di-
plomaliaue en l'absence de M.
Wie', Ministre de France ; par
II. If Dr N.St-Cf r.conaul di P�
rou.etc. et par le Secr�taire d'E-
tat.
� La B�n�diction Nnnliole
sera donn�e le samedi .'}() niai
courant � (i lu lires du soi�-, en
l'Eglise du Sacr�-C�ur de Tur
gjttUi � Melle Germaine Malval
ai � M. Vax Brouatd.� ToQl nos
compliments.
� Nous joignons notre voix
� celtes de nos conff�retqui pro-
testent contre |ei lai s �lev�es
des services l�l�phoaiquts et
t�l�graphiqoefi
�� Un incident a eu lieu
avai ieL'ier soir an Palaii 0eJus-
tice cuiie u:i chauffeur aurnom-
m� Tonton Noui il l'ancien ins-
pe:li ur Bont�' qu �I p ovfjqu-. �
Le premier, an �t�, a �;� e; Voy�
au de| AI.
.'�-u �iiu sic;., ii l'Int�rieur
il y 001 jeudi un rul'oque astbz
vil q li se termina par la retrai-
te � i. bon ordre,d u�� haut fonc-
tionnaire.
� M. L�lio Laville donne su
public un produit remarquable
par les qoalil�s nutritives et sa
puret� : L'AKltO au lait de Ls
Guinaud�c.
� Il y eut une sc�ne a�s scandaleuse mardi dernier �
l'ancien Paris Bar, entre le p o
pri�taire et un employ� de I U-
sine � Glace.� La Police n'in.
tervint pas.
� Contrairement � ce que dit
un confr�re on ne demande
pas qu#� les s�ances de la Cham-
bre ne soient pas pub'iqueh.On
r�clame siinpb nient d�s mesu-
rer pei ii'.ttiaiil ai haqnt� t iioyi r,
muni d'une carte, de p�n�trer
dans le local de I assembl�e.
S'mple mesure de> discipline �
laquelle cauieun peut biea se
soumettre pour la bonne mar-
chr de s travaux l�gislatifs.
BblUlipia
:il'Sl!ILLI�f
iMAUX de jDENTS
�t.*gm a. Dent* ftSKaS!
'"�"^n � .�atnnrn nombril la eloiileait, rareje la �mi
tnatftuM iaW radiante)
,�i i'ne,|.. Ou KAl
�eut-� la
**nejfv* ikii,i enntii-nt lo neee�fc*iire peut rofeturattoii i�n
��ni, le Hmmmr Tn+Nrrf Mintm me le m.m r elfiitnire eftfliitl
BAUME TUE-NERF
L*b�rWOlr� du Dooteur MIRAUD, ehuriMdra. t. Ru� Dol
P�p6l � Port-AU-Prlae* : rharoi**!.
ctrl�RIGA
Bien.
1" ' I r�
: .
I
* '- . r.
�
I ,� r ,i
Il
Correspondance
Port-au-Prince, le 21 mai
1931.
Mon cher Cl�ment,
Je crois de moi devoir de
d�clarer ici que c'est spon-
tan�ment que je me suis an
(remis pour essayer da mettre
lin � la pol�mique qui mena- j
�ait de s'envanimer entre le \
� Nouvelliste � d'une part, et
de l'autre ; le Pays, c Le
Matin�, et d'Opinion �.
L'heure o'est pas aux que-,
relies, contenons ee. C'est � �
i cette seule ceesid�ralioa Que .
j ai ob�i qiinf.tiDl avoir �t�'
sollicit�e cet eflel par l'une
ou l'autre partie, j'ai essay�
de provoquer les explications
propres � ramener ic maleu- '
. leodu � ses justes proportions. I
Je vous saurai gr�, mon
.cher Cl�ment, de bien vou \
Jloir clnne le plus prochain
num�ro de votre int�ressait
organe, donner, avec voire
lovaul� habituelle, publicit�
de la pr�sente mise au point,
adress�e d'ailleurs aux m�
mes Dus, aux Directeurs du
houvelltslt; du Pays et de
L'Opinion.
H. EUE
l/\& J tfFlEfOPl'/IESSIOUsl
I Soulagemont imm�diat .1 gu�i ison p.r lM I
I Globules R�baud I
C. DALICUOOX, n. Rue Vicior-Hugo M
Boli-Colombei i^eiaci m
PAIttLIttB
D�BILIT�

Nota Usons dans /<� sNiw-
Vouk lli.lui.D TWBONO�.
Calvin Coo-
lie! a(3 dit :
Northampton, Mas-'. Il Mai.
� Des tilorls d'une intensit�
Inusit�eSOBl lait* i Washington
en vue de r�duire las d�penses
dedifl�renls d�partement�. Une
belle r�duction est absolument
n�cessaiie� moins qu'il n'y ait
une augmentation dans les taxes
ou lus d�lier.
La premi�re �lude est dirig�e
sur notre �leblifsimenl mili-
taire. Ce n'est pas uni; activit�
gouvernementale productive,
inaib comme c'eat une garantie
de l'ordre et de la paix, il pro
l�^'' tous les tfloi s productif�.
Comme sources d'emplois, l'Ar-
m�e et le liariqe ne sont pas
lergee, pr�voyant � peu pr�s
deux cent mille hommes en-
r�les O.i ne p�nse pas qu'il
puisse avoir aucune �conomie
dans les enr�lements.
Il y a quelques ann�es, de
soigneuses investigations lurent
laites par le g�n�ral Lord, di-
recteur du Budget, dans une
tentative de stabiliser les d�-
penses militaires � pi u pi es
d'un billion de dollars.
Il y eut tant d'oopesition qui
s'�leva au Confji�s que pen de
progr�s lut lait. L'Arm�e et la
Manne co�tent maintenant �
peu pr�s sept cent vingt cinq
millions. Au lieu d'une r�duc-
tion, il y a au plut�t une tons
tante augmentation dans les
appropriations. Lis int�r�ts en
jeu sont devenus lermement
lorliB�; � Washington. Si au-
cune �conomie doit �tre faite
�
SIROP de
DESCWEMS
� ' HoUioulobin�
R�tla�riteur du ��ng. prMorlt par l'�lit* mAdleala.
SUp�rUUTM la vlnn-.le crue �l aux femigintux. - Admis dam /�� H�pilauK d� f'iiyii.
Hftlll � u il. OltfClilI� 8. 8, RM P�'.l Ijii.i
L al imeril qui vous convient.
i
[
;
�^ i �.
m
,;.

m
Le Fromage de la Sant�
... des plaisirs.
Voici le pies r�esn t Fi o-
mage Krail qui est si bon
) de \ olie laville !
[ Il s'api elle Velveeta el
poss�de plusieurs i ou-
veanx avantagea. Parlai-
temeat digestible... de
noevelles qualit�s sani-
taues... une saveur bau-
teaseat d�licieuac.
^Vous le servez seul,en
tranches, �tendu sur du
pain ou des .biscuits ou
dans n'importe quel plat
cuiain� n�cessitait dm
fromage.Lesenfan'ssai-
lout en sont pasaionn�s I
Le Velveeta es� livr�
so'gneuaameni env< lop-
p� pour pr�venir I im-
puret� du tout lier. Il est
fait par kraft, qui fait
aussi ces autres produits
d�licieux : Saisse, Pi-
menlo. et Fromage Am�-
ricain. Dites tout jnste
� Kraft� � votre �picier.
PAWUf IILB8 coniMiiuriov
IbUr liuleur :
loil au -Priser. Ha�ti.
KJcAFT^CHL�SE
OLl
j ** tu u i
Uappareil de choix, l'appai-�tl qui of�
le plus de garantie.
L'INSTRUMENT SUPREME
re
Clart�
Solidit�
Puret�
Pr�sentation
Le mod�le) 613
Telles sont les qualit�s exceptionnelles que le
GARAGE KNEEK
vous < ftre en installant nne de ces mathinrs �tes. vou�. Toute la musique du monde est � vetre
port�e.
Venez au COLUMBIA MUSIC HALL
entendre ce mod�le et vous serez con-
vaincu de sa sup�riorit�.
Noubliez pas que nous offrons
des conditions de paiement.
KNEEIVS GARAGE, � Port-au-Prince.
Agents i F CH�R1EZ - Petit-Go�ve
C P1NAKU -Saint-Mare
CORDOZO � Cayes
MlleC liOUGr. � Jacmel.
Ireili-r. les eeacerts du l> Ul \bl K\l I II � la slalion II. Il K. (aiir les iwlrfjfa sejr.
s!le requ�rera un appui vlgoa-
rem du pays. Le Cong-�* agira
dans cette direct ion seul* n ent
s'il esl lore� 1
Calv n COOUDGE
�S�
r
La Coquette
Selon de eoilure de U M
muel Hereira d'eu I on sort (ou
ours eetiafait.
T�l�phone : 2544.� Angle des
rueeSt.-Henei�et R�publicaiae.
A La Couuni"rE sont annex�s
nu Bar et un Restaurant orga-
nis�e de fa�on � donner toute
satisfaction A la clien'�le.
antln�vrnltflciue
Supprima �� qwlmita mlnutrs Fl�vr*, Orlpp*. Mlgrsln*,
Rhi biatltms MiTliciimrnl dt rho�c kmjntm ifflrun tl tan�
ilnuger. BoltM 'If 1 et l'J ��rlitl�. l'.n T�Mt� (Uni lonMlMBDei Ph1�
Uboratoirr UipAI � l'ort- su-1'rlnc* : I ; �i m�ev 1LUH
Roval Maii'Steam PacketC
Le stesraer� Micld'emoor� est atteudu ici le 87 mai par-
tant le m�me jour via lee ports du Nord pc ur le Havre
Anvers,Londres.
I. J. BIOIO,
A'eitGAriVal
fT�l�f houe, No 2311
Insurance Co
Une des ; plus fortee, COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Aaenls l��ru raux
--*�r-'� T$-?V4>
Mosa�ques Ha�tiennes
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
aphone ; tSW!


Samedi
23 Mai i li)
Le iadu
�rfWWi-^."* -
. ^ ------___* PAO ES
,- T�l�phone 2342
Les grands Sp�cialistes de Beaut�
italiens recommandent: remploi
.h.
d'huile d'olive et de palme
^>o//r conserver ce teint d'�coli�re
DliNTO L
DENTIFRICE
ANTISEPTIQUE
CAU-P�TC
POUDftC
Et dans le monde tn\\ , "3,723 nu! liltio-
gu�s conseillent � 1 i cliente
jamais se servir ds tre ' ' r>,rjp!os, dit:
. i�.�>. 'tfitmmt
i
'� i
< . -..-/..
in |
; . X� l'�'.�'
I
(.. . .'
�'
� /--�V�i>
.
�i>
N lie, toute
Ei
FiTZ.*, i.'� NtfUt, prnirit
U Saivi Ptlmn�m aux
htautls tape'tfatms fw
Hitrmt "tmtmm ci liai
iffaMfc"
i nac autres
p.. I : tau .� ai
;
s i .-� li ir i ;� d'Scoii-
�n I
fit lest
allait;
Pi
Rdc '.-.ino, de
Vi '< . i d �
��t'isi
Coi. nu
Lt, lorsqu'il s'agit de soins � donner au
vis ige, le� jolies ItaJiei lenteot ces
sai >os de beaut� appreoo td abord, que:
"1 i peau c>i e, avant ei ius toutes
cluses, d'�tre nettoy�e b a :'. od, deux fois
par jour."
Ce nettoyage, si n�cessaire, s'op�re tr�s
avantageusement � l'ai* Savon Palmolive
et d'eau ch.iu le. Us'sgii ' pr�parer une p�te
onctueuse et d en massa d�licatement 1 epi-
de::ne; on l'en] :
suivie d'eau froide. Ce traitement l�barrasse,
d'i M fa�on tr� ! s, les pores des impure-
t�? dangereuses qu ils rmf< rment,
Too� les experts erl beaut� de France ptvt.v
gi I i pinii a di le ri i . italiens et font
e d un va ion i � no-
tant 23,7"i ei tons, sans exception,
conseillent composition a base
d'huile d'e �cit� � la
au dire
Mouw tR�RE
(S im.
Jomnpl I K MATIN
Poil au Prince
Us ravisiantu hiautis iljlitnmt
au tcu.t cl m cmimvnt Uur fuu
jralctii et sJouth in si iirvnt
A ' -li*.
A Hollywood 76 des
80 experts en beaut�
recommandent
Palmolive
A Hollywood, o� let c�l�-
bres beautit contient leur�
charme� aux plia ontiipe-
tems de� taper tt en beaut�
professionnel!, 76 de* 80
salon� de beaut� recom-
nandont Palmolive. Ces
sp�cialisas pr�f�rent Palm-
olive, dit-on, parce qu'il
est a la lois salutaire,
adoucissant et d'une effi-
cacit� remarquable. Voil�
cequelait Hollywood pour
coiucrverceteiiitd'�coli�re.
fou j ? en
d'experts, un produit unique,
mande jussi pouf le Luiu.
tont,
On '
le recom-
Kjyn�&w&y <& fa�xL' Al JU&UkAfl
14MP
l*iallwi��l.waMaWM�>' 'lliilali �*tm~.Jv.l
i**j
Vcnie
PAR
Convention ap� ;i*t�e
Kl l'\H
A�torit� de Just En ve; i n de la grotte en
loriTT1 exi�-uloire dune obli-
n antit� �e quatorze cai d li) pi In sien r Cher il us La
reflux do terre envi m, � fl mri�tairc, demeurant
I axtraire d'une portion d ' oiui iiieu �ri au I'/ .nrc,
� d�pendant de l'hab.Ialijn 5a iyant a mr a/o�at Me Kernand
, haie, ancienne Sucrerie �ilu�e L ro , aujral in tue qui, vis
'en la prena �"e s i lio i rurale en tette ville, me du Centre,
de B nicassin, au |uarli#rde No 1364 il hit �iaction de
y '.a In ret, fn li cotaniuae de do m cile, condra lo les ni
l'Arcahaie, 11 dite portiiu de ocoth Prt<2foert 6efltardHbute
terre mesu ant quarante deux el Franck <\ Brard Bo.tie.
fj Mon hypoth�caire en due caire�U, s ,;, , , centi�rn. ceux ci pria en leur qu.li�
dirvingt deux d�cembre rnii de cri , ..., born�e, lavoir, dh�ritiera de fia Mirabeau
neuf cent dixW. paia�e au | Au Nt)r, par jMrj ,oieph feeMrard Bonr�. et ayant corn
rapport de aie Marie Jacques U|tfljf U { Cmiua.au Sud. par nie tuteur chUi Je sieur Vie
Chry.oa�.uc U.iscmnnd et , � ;,. ,,u Ai niu^,,. , !>:,', torfii!lr..rJ B Ole, elaubrofl�
aip coITjiue, no aires a U re pir|,. Cl�ilai,ie Lass�re sur l.iteur, le lieur Rouaaez ��
Mdence d> Port au Prince.rue J, hiliii.iion I) ib lissou e- une Guerrier, les diis sieura Vic-
du ten-pie; l* d un corn portion de l'habitation Cures tor Ge�rurd BJUtetlKouanei
mandement en date du qua- cher, vivant le pro:�i verbal P. Guerrier demeurant et do
i-,rze mars nul nrulcenv.^. ,,��.,, enregiatr�el le plan rai ili�s � Po t au Prince -l�
nwut demeur� infroctu 'iix �
3
K�r.u:iciewents
Mr d�nient Polhel, M. Luc
1 < Ibet, Mr et Mme Henry au
guatiti, Mr et Mme Ch-nmood
C�sar et leur tiiie, Mme Veuve
tnarr�oa Na�rean et leurs en
lanf., \lr et Mme Schoel :her;Jn
tooii et Irnrs ei)lant!�,^:nsi que
iouv le� autres parents et alli�s.
renie rient bien vivement tou
les amis de Port-au-Prince, d;-
P�lionville et des autres locali-
t�a, notamment Mr le Ministre
de rinstrnetion Publique V.Oar-
r�. la Direction et le personn*
de rBeole dea Sciences Appli
qu^e�, lo personnel du D�par
lecnen', la Direction G�n�ral�
d� l'Mnseignament, l'Inspection
scolaire et son personnel, les
Religieux et Religieuses tent�/* j
Petiontille que de la Capitale,
les Membres du Corps Entai-
nan/, le Pr�fet, les Membres de
la Presse, ceux des diverses
Associations de la Capitale qui
ont bien voulu leur prodiguer
des marques de sympathie � \
l'occasion de la perte qu'ils
Tiennent d'�prouver dans la!
personne de In regrett�e Jeonn �
Jos�phine Anna Pothel,ni% Au-
gusltn, leur �pouse, belle-m�re,
bile, bellt-lille, ni�ce, cousine
et alb�e.enlev�e � leur affection
le 11 mai eoiaran'.
Ils leur en garderont une gra
lundi infinie. ft |
Port au.Prince.le 18 mai 1931
Madame F�lix Armand et
sa fanfiiltvJuna l'impossibilit�
de r�pondie a toutes les mar-
que* de sympathie qui leur
ont �l� t�moign�e* � l'occa-
Sio i de la mort fin
Or AH M AN I).
p ienl loua leoesamia de bien
vouloir ii ou ver ici l'expies-
sion de leur reconnaissance.
> t a\U -^ *&�*
,^.X>
V^^
� �' - �"�'�� ���*� -* ��'�.�: .-a !*- ; ta, i^c ��..-s-'.I�^�..>- �- s�- � -^ -.-v. _ ^..�^. ^Haa|
- i�
� a*� ri sa * � ^ d
d
iiSoient collation . teel c,
enregistr� et sig liTi� ; 4 -
�l'un eomni-indeineut en '.;'<�
du N�ngt deux juillet mil i� ul
ca �t trente: 1� d'un autre
commandement en date du
vingt cinq juillet de la m�
me ann�e, demeur�s �f-dr I
m�* il intruetueux, il Sera pin-
c� l� k* s*!tueJi que l'on co
tera tiaute mai mil aeutceul
iiunte. et un, ix dix h�tre! du
ii din, en t'eiude �t par le
minist�re de aie Chryaoat�me
Kosomond, notHi'e a la r�si ;
dauce �e Port au Prince, rue i
du Peuple, � i� venta au ploi
�ffranl at deruiar ench�ris
saur des ifrofti et preteutiona
g�n�raUiueul quelconquesue '
twu Mirabeau belrard Bouta,
ce dernier repr�sent� p�i iea
mineurs Pi itaberlGet.Bouteet
Frauvk bttlrard L- -du, . /. i
umine tuteur datit le sieur
VieiqrGtfl au. liouieetiubro ,
g� luteuii le s.air Roaaue.r
P. Guerre.; 2 e EmmauLF. 1-. Ni ison, n�e a!,<
na Elie et 3�eu sieur Victor
Gcflrard Bouta, 1 s -lits droi'3
dC� is se pCkira i -tu, oiupor,' Port au Prince.
lentel s'�te �dant sans uc ne L-. vente de-, �fils d .�:ts el pr�
ex- ition ni r�aerve. tiona aura lieu sur la mise
lut rf(|ucte, p-in.iuiic et ij 'Accumulateur
des Aviateurs
Des milliers r*e piloti � d'avion*
comptent, pour la sauvegarde de
leur vie, sur le rendement infaillible
des accumulateur� EX1DE. Les
m�mes c;.iilii . ,>s pour l'avia-
tion, sont dans les accumulateurs
EXIDB que vous mettez dans votre
voiture. L� dur�e de leur rende-
ment fait des EXIDES l'accumu-
lateur le plus �conomique sur le
march�.
AgtHll pour Ha�ti m
kNEER'S GARAGE, Port^u-Prince
B ELECTBir STOB �f.R BATTl'BV CO . Philadalphit. B.O. 4'fL
L'ACCUMULATlUa DI
LONGUE VIE
I
et pr�ten tiona tou si s ta ut eu w _
m-m
A Vendra
5 Collections du Moniteur
Ann�es 1JJ08, l'JiO, 1911. 1912
�I 1914.
2 i ollectiona du katin. An-
n�es 1907 et 1908.
1 (.o!l,.r-�i�� ,ju \oiwrliislc.
Ann�e 1907.
Pour COU li ions, s'.idresser
au� tant quinze Gourdes quinte
centime. G 1.97?). 15
repr� ;i nlan le moulant in
prmci al, i; t�.-� s {et Irait de
l'obligatiuq hypoth�caire rn
qnealion, y fini pris les hoi.o
,: ' es de � u> oeal poursuivaot, |
outre les charges de l'ench�re�
ci �ans pr�judice de tous as-
Ir�s droits .lus, frais de pour
.s' ite et de mise � es�cnlion.
Pour nlus ani|,lrs r�nsei-
e- meniH, s'adreaeer ai . '
ta eChrysos'ome'Rosem n �, '
� i.ositaire du Cahier 'is
ii {ti� o� � l'avocat so..ssi
[''<�' .s ''on j , ri .... ce 23
m - 19,1 .
Pc nard LEROY, avorat.
Le alcam � �se Fforna
de re'n�*r le Cm : � - '� ichera
la capitale vers ie '2't courant
' n roule pour l'Furopa via
Ki. �, l; ? j> en. ni i �l , ' jus '
aa^ers. |
Le iteamei *XS dalraul lioai,*
venant d'Europe sera icivrrs1
Ip 31 courant en r..ir;>n .� p n-
gslon, Sanfo Domiouo et
C-rac ), prenant 'r�t et pas-
I
En peu de temps ce
| produit remarquable a
I conquis de haute,- lutte
^ une renomm�e des plus
m enviables.
�Demandez toujours le
l Rhum HHNRI Gard�re
AVIS AU (^�MMLTRCrT'
La panama H-iilroal Steamthip Line a l'avantage d'an
J�BC*' .'es d�parla suivants de New Yorknonr port au Prince
Haiti, directement, durant le mois de Juin 19:il :
D�parts de b,eu> )ork Ai tirages � Po t au Prince
Steamer eGnavaquiU I- 4 i-ii-i 1911 le 10 juin 1981.
" � Ancon i leljniii 1981 le 14 juin 1931
" a Crtstohal* le 2S | in 1931 le 28 juin 1931
�' iB-enavcnio ,., Si-vll �. � le 9 juillet 1931
J S. H. VAN H l D
AgCDtG�ne n'.
Lykes Brothers SS Co lnc
/exae HaitJ Sasiio Uoaeisaga) -, Porto �!e�
�.e >eji servie hebdomadaire et reailier � passyeers e'
r�t entre les ports du Golle du Tei is d*r�clament nve�
Purt-uu-Prince, fldiu. <
l'our la r�ieptim rapide et le raanienaeit haWVe de �s
importations, servez vous toujours des navires de k LYKB
Lai lN Cfa
Les prochaines arriv�es a Port-au-Prinoe son� '.
�� "Yeln�a Lykea ^2 mai 1931
M-'H�rel Lykes* 29 mai 1921
-Ilmeria Lyke,- 5 juin 1731
ULLN'BOLO i Co, \r , l, � Bureeu : hue du Ma0asin de �taL.Boite PoeUie.B