Citation
Premiaeres aventures de Robinson Crusoe

Material Information

Title:
Premiaeres aventures de Robinson Crusoe
Series Title:
The Cambridge modern French series
Alternate Title:
Premiáeres aventures de Robinson Crusoe
Creator:
Cambridge University Press ( Publisher )
Defoe, Daniel 1661? 1731 Robinson Crusoe French
Wilson Green, Arthur ( Editor )
Place of Publication:
Cambridge
Publisher:
Cambridge University Press
Publication Date:
Language:
French
Physical Description:
viii, 149 p. front. 19 cm.

Subjects

Subjects / Keywords:
Castaways -- Juvenile fiction ( lcsh )
Imaginary voyages -- 1864 ( rbgner )
Shipwrecks -- Juvenile fiction ( lcsh )
Survival after airplane accidents, shipwrecks, etc -- Juvenile fiction ( lcsh )
Baldwin -- 1928
Genre:
Imaginary voyages ( rbgenr )
Spatial Coverage:
England -- London

Notes

General Note:
"The text ... is in the main the recent translation published by MM. Garnier Frères ... compared with the English original and with the ... translation of Saint-Hyacinthe and Van Effen."--Pref., p. [vii]

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact The Department of Special and Area Studies Collections (special@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
SN01273 ( lccn )
3237130 ( oclc )
001758123 ( aleph )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text




The Baldwin Library

Rm Bre}












‘The Cambridge Modern French Series

Junior Group

GENERAL Eprror: A. Witson-Green, M.A.

PREMIERES AVENTURES
DE

ROBINSON CRUSOE



Cambridge University Press
Fetter Lane, London
New York

Bombay, Calcutta, Madras
Toronto

Macmillan

Tokyo
Maruzen-Kabushiki-Kaisha

All rights reserved








[By courtesy of Messrs George G. Harrap & Company Ltd.



DANIEL DEFOE

PREMIERES AVENTURES
DE

ROBINSON CRUSOE

With Exercises and a Vocabulary by

Arthur Wilson-Green, M.A.
Radley College

CAMBRIDGE
AT THE UNIVERSITY PRESS
1928



vi GENERAL INTRODUCTION

idiom; often, to catch them even more than once. The
questions on the subject-matter are not of the kind that
may be answered by selecting some particular scrap of
the text. They involve some effort of intelligence, some
manipulation of the text. The general questions on words
and idioms aim at showing how the words of the text may
be used in quite other connections, in bringing them home
to “‘the business and bosoms” of the pupils, in building
up the vocabulary by association, comparison, and word-
formation. Often something will be learnt from the form
of the questions, and every question should be answered
with a complete sentence so that the repetition may help
memory. The questions on grammar will serve to test oral
work done in class. Each volume contains a systematic
series of questions on verbs and pronouns, with examples
drawn, where possible, from the text, and besides, each
exercise contains a question, or questions, on the grammar
of the pages on which it is based. Lastly, vocabularies are
provided for the convenience of those teachers who wish
for translation into English, in addition to, or instead of,
reading all in French. The editors of the different volumes
have practical experience of the teaching of French. Our
hope is that this new Series may make French teaching
more intelligent and more real, and therefore more inter-
esting and more effective; that it may help to give the
pupil an interest in French ideas and ideals which he will
not lose, and provide him in the classroom with an atmo-
sphere not altogether alien to that of France itself, the
other Fatherland, for

Chacun a deux pays,
Le sien et puis la France.

A. WILSON-GREEN.
EAST COTTAGE,
RADLEY,
April 14, 1915.



PREFACE

ITHIN these pages, and only slightly disguised in

an attractive French costume, will be found the
most famous of all heroes of fiction, Robinson Crusoe, the
creation of that ‘‘true-born Englishman,’ the versatile and
unresting, the inconsistent, shifty and unconquerable
Daniel Defoe.

It is this story which has started not a few of us on the
enviable career of a reader of books; it has been for many
the first story to leave charming and unforgettable
memories. Some of those who read it now in French may
here first make acquaintance with Robinson Crusoe, others
will merely grow more intimate with him. It is for them
to discover the secret of the world-wide appeal of Robinson.
We will suggest only one side of his charm; he presents the
picture of the average man contending with all sorts of
difficulties, facing them boldly, and in the end triumphantly
overcoming them. Each of us can figure himself as
Robinson Crusoe and feel proud and happy in consequence.

The text we offer is in the main the recent translation
published by MM. Garnier Fréres, and to them our very
cordial thanks are due for their kind permission to make
use of it. The translation has been compared with the
English original and with the classical French translation
of Saint-Hyacinthe and Van Effen. Such changes as have
been made bring it perhaps a little nearer to Defoe. The
English reader has not been denied altogether the robust
and wholesome flavour which Defoe gave to his work. In
the English phrases given for translation in the Exercises,
and in the Lexique, traces will be found of it.

Defoe wrote on a thousand subjects and on education
among them. It is possible, or even probable, that he



viii PREFACE

would have looked with a friendly eye upon this enterprise
of making use of his immortal work in the teaching of
French, for he was an advocate of the study of modern
languages. It is certain he would have welcomed with
enthusiasm any proposal likely to put money, however
little, into his pocket. His chief representative in France
to-day is Dr Paul Dottin, of the University of Toulouse,
who has devoted to him three volumes, remarkable alike
for their documentation and learning, their interest and
liveliness. Dr Dottin has given us his support and en-
couragement. Robinson Crusoe is known in every school
in France and his return to England as Robinson Crusoé
affords a new link between the schoolboys and schoolgirls
of the two countries.

A. W.-G.

RADLEY.
14 April, 1928.



PREMIERES AVENTURES
DE

ROBINSON CRUSOE

Je suis né dans la ville d’York, en 1632, d’une famille
honnéte, d’origine étrangére. Mon pére était de Bréme, et
il s’était d’abord établi a Hull. Aprés avoir acquis une
assez belle fortune dans le commerce, il se retira 4 York,
ow il épousa ma mére, dont les parents, nommés Robinson,
étaient d’une ancienne et bonne maison du comté. Ce fut
a cause d’eux que l’on me nomma Robinson Kreutznaer;
mais, par une altération de mots assez ordinaire aux An-
glais, on prononce maintenant, et nous-mémes nous pro-
noncons et écrivons, notre nom Crusoé.

Mon pére me destinait a l'état de légiste; mais je ne
révais que voyages sur mer, et cette inclination naturelle
semblait une fatalité par laquelle j’étais poussé a la vie
misérable que je devais mener.

Mon pére, homme grave et sage, me fit de sérieuses
représentations pour me détourner du dessein qu’il voyait
se former dans ma téte.

Ensuite il me conjura dans les termes les plus affec-
tueux de ne point agir en jeune homme, de ne point me
précipiter en des miséres que la nature et la fortune m’a-
vaient épargnées. Il me dit que je n’avais pas besoin de
gagner mon pain, qu'il comptait me soutenir convenable-
ment dans la profession a laquelle il me destinait pour me
conduire a la position qu’il venait de me dépeindre. “Ce
sera, dit-il, votre faute si vous ne parvenez pas a une situa-
tion prospére; je n’en serai point responsable, j’ai rempli
mon devoir en vous éclairant sur le danger du parti que
vous paraissez disposé 4 prendre. Enfin je suis prét a faire
beaucoup pour vous, si vous voulez vous établir ici suivant

WG I



2 PREMIERES AVENTURES DE

mes conseils; mais je ne veux avoir aucune part a votre
malheur en facilitant votre départ.”’

Malgré tout cela, étant allé un jour 4 Hull, par hasard et
sans aucun dessein de m’échapper, je trouvai la un de mes
camarades d’école, prét a partir pour Londres sur un bati-
ment appartenant a son pére. I] m’engagea a l’accom-
pagner, en employant le moyen de séduction habituel aux
marins, savoir que mon passage ne me cotiterait rien. Alors,
sans consulter pére ni mére, sans leur donner avis de mon
départ, les laissant apprendre cette nouvelle quand et
comme ils pourraient, ne songeant a implorer ni la béné-
diction paternelle ni celle de Dieu, ne considérant ni les
circonstances ni les conséquences de ma démarche, le ret
septembre 1651 (jour fatal, comme la suite l’a démontré),
je montai sur un batiment destiné pour Londres.

A peine étions-nous sortis du port que le vent souffla
violemment et que les vagues s’élevérent; et comme c’était
la premiére fois que j’allais en mer, je fus et trés malade
et fort effrayé. Je réfléchis alors sérieusement 4 ce que
j’avais fait, et je sentis la justice du chatiment que le Ciel
minfligeait pour avoir si indignement quitté la maison
paternelle et trahi mes devoirs.

L’orage continua avec une telle furie que les hommes
de l’équipage n’en avaient jamais vu de semblable. Notre
batiment était bon; mais il avait une forte charge, et il
plongeait si profondément dans les vagues, que les matelots
criaient 4 chaque moment qu'il sombrait. I était heureux
pour moi que je ne connusse point la signification de ce mot;
je lappris bien vite. Cependant le gros temps ne cessait
point; je vis ce que l’on voit rarement, le capitaine, le
second, le pilote et quelques-uns des plus sensés de ]’équi-
page, priant 4 genoux et se préparant a couler bas.

Nous luttions encore; mais il était évident que nous
coulerions a fond, et, bien que la tempéte ffit un peu calmée,
nous ne pouvions espérer que le navire fit en état de nous



ROBINSON CRUSOE 3

conduire a terre. Le capitaine continua donc ses signaux
de détresse, et un petit batiment qui se trouvait devant
nous risqua de nous envoyer un bateau. Par le plus
heureux hasard, ce bateau vint assez prés de nous; mais
il nous était impossible d’y descendre, car il ne pouvait
nous aborder. Enfin ceux qui le montaient ramérent avec
énergie, exposant leur vie pour sauver la nétre; nos gens
purent leur jeter une corde avec une bouée; ils la saisirent
avec beaucoup de peine et de danger; nous tirames le
bateau sous notre poupe, et nous y descendimes tous, Il
ne fallait pas songer 4 gagner le batiment qui nous avait
secourus, et, d’un commun accord, on convint de laisser
flotter le bateau en le dirigeant doucement vers la terre,
et notre capitaine promit de le payer s'il se brisait en
échouant. Ainsi, partie en ramant, partie en allant au
gré du vent, nous nous dirigedmes au N. vers la céte, a
la hauteur de Winterton Ness.

A peine avions-nous quitté notre batiment depuis un
quart d’heure, quenouslevimess’enfoncer. Je compris alors
ce qu’on entendait par les termes sombrer et couler a fond.
Ma vue n’était pas bien nette lorsque les matelots me
montrérent le navire qui disparaissait ; et depuis le moment
oti je fus porté plutét que conduit dans le bateau, j’étais
resté demi-mort de frayeur pour le présent et pour l’avenir,

Tandis que nous étions dans cette situation, les matelots
ramant vigoureusement pour gagner lerivage, nous voyions,
quand la barque montait sur les vagues, une foule de gens
qui accouraient sur le bord de-la mer dans l’intention de
nous secourir dés que nous serions a leur portée. Mais nous
approchions trés lentement de la cdte, et nous ne ptimes
la toucher qu’aprés avoir dépassé le phare de Winterton,
a l’endroit of la rive, fuyant 41’O. du cété de Cromer, brise
un peu la violence des vagues. Enfin, non sans beaucoup

.de difficultés, nous débarquames tous sains et saufs, et
nous nous rendimes a pied 4 Yarmouth. Nous y fiimes

T-2



4 PREMIERES AVENTURES DE

traités avec l’humanité réclamée par notre malheur; les
magistrats nous assignérent de bons logements, et les
négociants et armateurs de la ville nous donnérent, en se
cotisant, les moyens de nous rendre a Londres ou de re-
tourner 4 Hull.

Si j’avais eu le bon sens de prendre ce dernier parti et
de rentrer au logis, j’aurais été trop heureux, et mon pére,
pour me servir de la parabole de notre divin Sauveur, aurait
tué le veau gras en réjouissance de mon retour; car, aprés
avoir appris que le batiment sur lequel j’étais avait péri
dans la rade d’ Yarmouth, il demeura longtemps sans savoir
que je n’étais pas noyé.

Mais ma mauvaise destinée me poussait avec une obsti-
nation invincible; et bien que la raison me sollicitat, dans
les moments de réflexion calme, de revenir sous le toit
paternel, il me fut impossible de m’y décider.

Cette influence funeste qui m’entraina d’abord loin de
la maison paternelle, qui m’inspira l’idée téméraire et irré-
fléchie d’agrandir ma fortune, et grava cette idée si for-
tement dans mon esprit qu’elle me rendit sourd aux bons
avis, aux priéres, méme aux ordres de mon pére; cette
influence, dis-je, quelle que fit sa nature, me jeta dans la
plus malencontreuse des entreprises. Je montai a4 bord
d’un vaisseau destiné pour la céte d’Afrique, ou la céte de
Guinée, comme |’appellent nos marins.

Mon plus grand malheur dans tous mes voyages fut de
refuser de m’enréler parmi les matelots. J’aurais, il est
vrai, dans ce cas, travaillé plus durement que je n’y étais
accoutumé; mais avec le temps je serais devenu con-
tremaitre ou lieutenant, peut-étre méme patron. Mais
j’étais destiné a prendre toujours le pire de tous les par-
tis, et, me voyant de l’argent dans ma poche et de bons
habits sur le dos, je m’embarquai toujours comme passager,
en sorte que je n’avais rien a faire et n’apprenais rien a
bord.



ROBINSON CRUSOE 5

A mon arrivée a Londres, je fus assez heureux pour ren-
contrer bonne compagnie, chance peu commune pour un
jeune homme étourdi et égaré comme je l’étais alors;
car le diable ne manque pas de leur tendre promptement
‘des piéges, et je n’eus pas 4 combattre ce danger. Ma pre-
miére connaissance fut le capitaine ou patron d’un navire
qui revenait de la cote de Guinée, et qui, s’étant bien trouvé
de son voyage, se disposait 4 le recommencer. Ce brave
homme prit gofit 4 ma conversation, qui alors n’était pas
sans quelque agrément, et, sachant que je désirais voir le
monde, il me proposa de l’accompagner, me dit qu il ne
m’en cotiterait rien, que je partagerais sa table, et que,
si je voulais emporter quelques marchandises, je pourrais
m’en défaire avantageusement, peut-étre méme avec un
bénéfice propre a m’encourager.

J’acceptai; je me liai trés étroitement avec ce capitaine,
homme parfaitement honnéte et franc, et j’emportai une
petite pacotille qui me produisit beaucoup, grace a la
bienveillance désintéressée de mon ami. J’avais acheté
par son conseil pour environ quarante livres sterling de
verroteries et autres bagatelles, et j’avais réuni ce fonds
a l’aide de quelques-uns de mes parents avec lesquels je
correspondais, et qui, je le suppose, engagérent mon pére
et ma mére a contribuer 4 ma premiére aventure.

Je puis dire que, de tous mes voyages, celui-ci est le seul
qui m’ait réussi; et cela, je le dois a l’intégrité de mon ami
le capitaine, sous lequel j’acquis une connaissance suffisante
de la navigation. J’appris 4 tenir-le journal d’un bati-
ment, a noter les observations, toutes choses qu’un marin
doit savoir. Il avait autant de plaisir 4 enseigner que j’en
avais 4 m’instruire; aussi je devins pendant cette traversée
négociant et homme de mer, et je rapportai cinq livres
neuf onces d’or en échange de ma pacotille, ce qui me donna
a Londres trois cents guinées. Ce succés me remplit de
pensées ambitieuses qui complétérent ma ruine.



6 PREMIERES AVENTURES DE

Cependant, méme en ce voyage, j’eus quelques traverses;
entre autres, je ne cessai d’étre malade tout le temps de
notre séjour en Afrique, l’excessive chaleur m’ayant donné
une fiévre violente.

J étais donc devenu commergant sur les cdtes de Guinée,
et mon ami, pour mon trés grand malheur, étant mort peu
de temps aprés son retour, je me décidai a4 refaire le méme
voyage et m’embarquai sur son batiment, alors commandé
par son contremaitre. Jamais expédition ne fut plus
désastreuse. Je n’avais emporté que la valeur de cent
guinées, sur mon pécule nouvellement acquis, et j’en laissai
deux cents dans les mains de la veuve de mon ami, laquelle
se conduisit trés loyalement avec moi.

J éprouvai de grandes mésaventures. D’abord, en nous
dirigeant vers les Canaries, pour passer entre ces iles et
la cote d’Afrique, nous fiimes surpris, pendant le crépus-
cule du matin, par un corsaire turc de Salé. I] nous donna
la chasse a toutes voiles. De notre cdté, nous déployames
toutes les nétres; mais le pirate gagnait toujours sur nous,
et ne pouvait manquer de nous atteindre en peu d’heures;
nous nous prépardmes donc a combattre. Nous avions
douze canons et l’écumeur en avait dix-huit.

Vers trois heures de l’aprés-midi, il était sur nous; mais
comme il nous prit en flanc par méprise, au lieu de nous
prendre en poupe comme il en avait l’intention, nous por-
tames huit de nos canons du cété attaqué et lachames
une bordée qui fit reculer l’assaillant, non toutefois sans
qu il ripostat a notre feu, en joignant a la décharge de ses
canons celle de la mousqueterie de deux cents hommes
qu il avait a bord. Pas un de nos gens ne fut atteint, et
tous gardérent leurs rangs bien serrés. Le Turc se prépara
a une nouvelle attaque, et nous a la défense; mais cette
fois il nous aborda par l’autre céoté et jeta soixante hommes
sur notre pont, lesquels se mirent sur-le-champ a4 couper
et hacher notre voilure et nos agrés.



ROBINSON CRUSOE 7

Nous les regtimes avec des mousquets, des demi-piques,
des grenades et autres armes, et deux fois nous les chas-
sames de notre pont; enfin, pour abréger cette triste scéne,
le batiment ne pouvant plus tenir la mer et trois de nos
hommes ayant été tués et huit autres blessés, nous fiimes
forcés de nous rendre, et l’on nous emmena 4 Salé, petit
port de la céte de Barbarie.

Je ne fus pas aussi maltraité par les Maures que je le
craignais dans le premier moment, et l’on ne me conduisit
point, comme le reste de nos gens, a la résidence de l’em-
pereur, dans l’intérieur du pays; mais le capitaine me
garda pour sa part de la prise parce que j’étais jeune et
capable de lui étre utile. Ce changement subit, ce passage
de la condition d’un négociant a celle d’un misérable esclave
m’accabla complétement, et je me rappelai alors le dis-
cours prophétique de mon pére, qui m’assurait que je
serais malheureux et n’aurais personne pour me secourir.
Je crus ce moment arrivé, n’imaginant pas qu'il pat en
arriver un pire. Maintenant, pensai-je, la main du Ciel
s’appesantit sur moi; je suis perdu sans ressource. Hélas!
ce n’était que le prélude des maux que je devais souftrir,
comme on le verra dans la suite de cette histoire.

Mon nouveau patron ou maitre m’ayant conduit 4 son
logis, j’espérais qu'il m’emménerait avec lui quand il irait
en mer, et je pensais qu’un jour ou l'autre il serait pris par
quelque vaisseau de guerre espagnol ou portugais et que
je recouvrerais ma liberté. Je me trompai en cela; car,
lorsqu il s’embarquait, il me laissait chez lui pour soigner
son petit jardin et remplir les devoirs ordinaires des esclaves
dans sa maison; et, lorsqu’il revenait de croisiére, il me
faisait coucher dans la cabine de son batiment, afin de
le tenir en ordre.

Je ne songeais qu’a trouver le moyen de m’échapper;
mais il ne s’en présentait pas un seul qui fait praticable.

x

Je ne pouvais confier 4 personne mes projets, soit pour



8 PREMIERES AVENTURES DE

les faciliter, soit pour s’y associer, puisqu’il ne se trouvait
parmi mes compagnons aucun esclave anglais, irlandais ou
écossais. Ainsi pendant deux ans, bien que l’idée de fuir
me restat toujours comme une espérance de salut éloignée,
je n’entrevis aucune chance favorable a mon dessein.

Au bout de ces deux années, une circonstance singuliére
me remit en téte mes premiers projets de fuite. Mon maitre
resta une fois plus longtemps que de coutume sans se
remettre en course, faute d’argent, 4 ce qu’on disait; et
pendant cet intervalle, il allait une ou deux fois par semaine,
plus souvent méme quand le temps était beau, pécher dans
la rade avec la pinasse. Il me prenait toujours avec lui
dans ces excursions, ainsi qu’un petit Maure qui tenait la
rame; et tous les deux nous tachions de divertir le patron.
Comme j’étais adroit et heureux a la péche, mon maitre
m’envoyait quelquefois, avec un de ses parents et le petit
Maure, pécher un plat de poissons quand il en avait besoin.

Une fois, nous étions partis pour la péche par une ma-
tinée séche et calme, et tout a coup il s’éleva un brouillard
tellement épais, que nous perdimes de vue la céte, dont
nous étions éloignés 4 peine d’une demi-lieue. Naviguant
a laventure, nous travaillames rudement a la rame tout
le jour et toute la nuit; et, quand le soleil se leva, nous
vimes qu’au lieu de pousser au rivage nous avions poussé
au large, et que déja nous nous trouvions a deux lieues de
terre. Cependant nous rentrdmes sans la moindre avarie
mais non sans peine et sans danger; de plus nous étions
tous affamés. ~

Averti par cet accident, notre patron résolut de ne plus
s’exposer ainsi, et comme il avait 4 sa disposition le long
bateau de la prise anglaise, il le fit arranger, ne voulant
plus aller a la péche sans étre pourvu d’une boussole et
de quelques provisions. Il ordonna au charpentier de son
vaisseau (un esclave anglais comme moi) de construire au
milieu du bateau une petite cabine semblable a celle d’une



ROBINSON CRUSOE 9

barque, en ménageant par derriére la place d’un homme
pour diriger la grande voile, et par devant, un espace suf-
fisant pour que deux autres hommes pussent manceuvrer.

Cette embarcation allait avec ce que nous appelons une
voile latine ou triangulaire; la vergue s’inclinait sur le
toit de la cabine, dans laquelle le patron pouvait tenir avec
deux esclaves, son lit, une table, de petites armoires con-
tenant des bouteilles de la liqueur qu'il jugeait 4 propos de
boire, son pain, son riz et son café.

Nous allions souvent a la péche dans ce bateau, et comme
j’étais plus habile que mon maitre a cet exercice, il n’y
allait jamais sans moi. Il devait un jour faire une partie
de promenade ou de péche avec deux ou trois personnages
d’une certaine distinction dans la ville, et pour lesquels il
avait fait de grands préparatifs. Dés la veille j’avais eu
lordre de porter dans la barque plus de provisions qu’a
Vordinaire, et en outre, de la poudre et des dragées prises
dans le vaisseau du patron, parce qu'il voulait aussi
chasser.

J’exécutai ces ordres, et le lendemain matin j’attendais
sur le bateau, bien lavé et toutes ses banderoles déployées,
larrivée de mon maitre et de ses hétes, lorsque je le vis
venir le premier tout seul: il me dit que des circonstances
imprévues avaient dérangé son projet de promenade, et
me commanda d’aller avec un rameur et le jeune garcon
pécher quelques poissons pour ses amis, qui devaient
souper chez lui. En ce moment, mes anciennes idées de
fuite se réveillérent vivement dans mon esprit. Je disposais
d’un petit batiment, et, quand mon maitre fut parti, je
songeai a me préparer non pas a la péche, mais a une longue
course, sans savoir de quel cété je me dirigerais; tous les
lieux m’étaient bons, pourvu que je m’éloignasse.

D’abord j’inventai un prétexte pour envoyer le Maure
chercher quelque chose 4 manger pour nous. ‘‘I] ne nous
convient pas, lui dis-je, de manger du pain de notre maitre.”



Io PREMIERES AVENTURES DE

Il me répondit que j’avais raison, et il apporta dans la
barque un grand panier de rhousk, sorte de biscuit en usage
dans le pays, et trois jarres d’eau fraiche. Je savais ot le
patron tenait ses bouteilles, que leur forme faisait recon-
naitre pour avoir été prises sur des vaisseaux anglais; j’en
portai un certain nombre sur le bateau, tandis que le
rameur était a terre, afin qu'il crit qu’elles avaient été
embarquées pour le maitre. Je pris encore a bord un bloc
de cire d’environ cent livres, pour en faire des chandelles,
un paquet de ficelle, une scie, un marteau, une hachette,
tous objets utiles, surtout la cire. Je tendis un autre
piége 4 mon camarade, et il s’y laissa prendre fort inno-
cemment. Son nom était Ismaél, dont le diminutif est
Muley. Je lui dis donc: ‘‘ Muley, les fusils du patron sont
a bord; si vous pouviez avoir un peu de poudre et de plomb,
nous tuerions peut-étre pour nous quelques alkamis (espéce
de courlis). Vous savez ott sont les munitions de canonnier
sur le vaisseau? — Oui, oui, dit-il, et je vais en chercher.”’
Il apporta en effet du vaisseau une grande poche en cuir
contenant au moins une livre et demie de poudre, et une
autre remplie de dragées et de balles. Pendant ce temps
j’avais trouvé un peu de poudre dans notre cabine, et j’en
avais rempli une des bouteilles de l’armoire, aprés avoir
transvasé dans une autre bouteille un reste de liqueur
qu'elle contenait.

Ainsi pourvu des choses les plus nécessaires, nous fimes
voile en apparence pour aller pécher. On nous connaissait
au chateau situé a l’entrée du port, et l’on ne prit pas garde
a nous; et sit6t que nous fimes a un mille du port, nous
pliames la voile pour commencer notre péche. Le vent
était au N.-N.-E., ce qui ne m’était pas favorable. S’il
efit été au S., j’aurais facilement gagné la cote d’Espagne,
du moins la baie de Cadix. Toutefois ma résolution im-
muable était de sortir malgré vent et marée de ce lieu
maudit, et d’abandonner le reste au destin.



ROBINSON CRUSOE II

Aprés que nous etimes péché quelque temps sans rien
prendre, car si je sentais du poisson 4 mon hamecon je ne
cherchais pas a le tirer, je dis 4 mon compagnon: ‘“‘ Nous
ne faisons ici rien qui vaille, le patron sera mécontent, il
faut aller plus loin.”” Le Maure, ne pensant point a mal,
consentit 4 ma proposition, et, se trouvant a la proue, il
déploya les voiles, tandis que je tenais le timon. Nous
allames a une lieue au large; alors je pris la position
ordinaire pour la péche, et, donnant le timon au jeune
garcon, j’avancai vers le Maure; je me baissai comme pour
ramasser quelque chose derriére lui, et, le prenant par
surprise, je passai mon bras autour de sa ceinture et le
lancai par-dessus le bord. Il remonta sur l’eau presque au
méme instant, car il nageait comme un poisson, et il me
supplia de le prendre a bord, assurant qu il irait ot je
voudrais. I] nageait si vite qu'il aurait eu bientét regagné
le bateau, le vent n’étant pas trés fort ; mais j’allai chercher
dans la cabine un fusil de chasse et je couchai en joue mon
homme, en lui disant: “ Je ne vous ai fait aucun mal et ne
vous en ferai point, si vous me laissez tranquille. Vous nagez
assez bien pour regagner le rivage; la mer est calme, faites
tous vos efforts pour arriver a terre, vous n’aurez rien a
craindre de moi; mais, si vous approchez du bateau, je
vous brie la cervelle. Je suis décidé 4 me sauver.’’ Alors
il se retourna et nagea vers la céte qu il sut atteindre
facilement.

Je me serais peut-étre décidé a garder cet homme avec
moi et a noyer le jeune gargon; mais il ett été imprudent
de m’aventurer avec le premier, qui était aussi fort que
moi. Lorsqu’il se fut éloigné, je dis au gargon, qui se nom-
mait Xury: “‘J’aurai soin de vous, Xury, si vous me pro-
mettez fidélité; mais si vous ne voulez pas m’engager
votre foi, c’est-A-dire jurer de m’étre fidéle, par Mahomet
et la barbe de son pére, je vous jetterai a4 la mer comme
votre camarade.”’ Ce gargon me regarda en souriant avec



12 PREMIERES AVENTURES DE

un air de si grande innocence qu'il m’était impossible de
me méfier de lui. I] jura qu’il me serait fidéle et me suivrait
au bout du monde.

Tant que je restai en vue du Maure qui nageait, je dirigeai
le bateau de maniére a lui faire supposer que je voulais
gagner lembouchure du détroit; et c'est ce que tout
homme ayant l’usage de sa raison aurait di faire. En effet,
on ne pouvait croire que nous irions au S., vers des cétes
vraiment barbares, ott des peuplades entiéres de noirs
viendraient nous entourer dans leurs canots et nous ex-
terminer, ot: nous ne pourrions débarquer nulle part sans
étre dévorés par des bétes sauvages ou des étres humains
encore plus impitoyables qu’elles.

Aussitét que le jour baissa, je changeai de direction et
mis le cap droit au S., en appuyant un peu a l’'E., afin de
ne pas m’éloigner trop des cétes. Le vent était frais, la
mer tranquille, et je marchai si vite que le lendemain,
quand je pris terre, a trois heures de |’aprés-midi, j’étais
au moins a cent cinquante milles de Salé et tout a fait hors
des domaines de l’empereur du Maroc et de tout autre
souverain, car nous ne vimes personne.

Cependant la frayeur que j’avais de retomber dans les
mains des Maures m’avait empéché de m/arréter, d’aller
a terre ou de jeter l’ancre; et le vent continuant d’étre bon
pendant cing jours et passant alors au S., je pensai que si
quelques batiments me donnaient la chasse, ils seraient
forcés de me laisser, et je risquai alors de m’approcher des
cétes. Je mis a l’ancre prés de l’embouchure d’une petite
riviére inconnue, en vue d’une terre également inconnue,
oti je ne vis personne et ne désirais voir personne, la
principale chose dont j’avais besoin étant de l’eau fraiche.
Nous entrames le soir dans la crique, résolus de gagner la
terre a la nage dés qu'il ferait nuit, et d’aller a la décou-
verte; mais quand la nuit fut venue, nous entendimes un
vacarme si épouvantable de hurlements, d’aboiements, de



ROBINSON CRUSOE . 13

rugissements de bétes sauvages dont nous ne pouvions
reconnaitre l’espéce, que le pauvre garcon, mourant de
peur, me conjura de ne pas débarquer avant le jour.
“Eh bien! dis-je, Xury, j’attendrai le jour; mais alors
nous trouverons peut-étre des hommes aussi méchants
que ces animaux. — Sinous trouver ces méchants hommes,
dit Xury en riant, nous leur envoyer des balles, et eux
senfuir....”’ I] avait appris 4 baragouiner l’anglais en
causant avec des esclaves de mon pays. Cependant sa
gaieté me fit plaisir, et, pour l’entretenir, je lui donnai un
petit verre du rhum de notre maitre. Son avis, toute ré-
flexion faite, me parut bon; je le suivis. Nous jetames
l’ancre et restames tranquilles toute la nuit; je dis tran-
quilles, cependant nous ne piimes dormir; car vers deux
ou trois heures nous vimes des bétes énormes, auxquelles
nous ne pouvions donner de nom, venir sur le rivage et
courir dans l’eau en se vautrant et se plongeant comme
pour se rafraichir, et en poussant des cris tellement
horribles, que je n’entendis jamais rien de pareil.

Xury fut mortellement effrayé; je le fus moi-méme; et
notre terreur redoubla quand nous entendimes qu’un de
ces monstres nageait vers notre barque. Nous ne pouvions
le voir, mais, a son souffle, il était facile de reconnaitre
que c’était un animal furieux et trés puissant. Xury pré-
tendit que c’était un lion et cela pouvait étre en effet. Le
pauvre gargon me criait de lever l’ancre et de nous sauver.
“Non, dis-je, Xury, nous allongerons seulement notre
cable, afin de gagner le large, et il ne pourra nous suivre.”
J’avais 4 peine prononcé ces paroles, que je vis l’animal
a deux longueurs de rame, ce qui me surprit un peu.
J’entrai sur-le-champ dans la cabine, je pris un fusil, et
je tirai sur la béte qui se retourna a l’instant et regagna
le bord.

Mais il est impossible de décrire le bruit effroyable qui
s’éleva tant sur la rive que plus haut dans la campagne,



14 PREMIERES AVENTURES DE

lorsque je tirai un coup de fusil, chose que j’avais toutes
raisons de croire nouvelle pour ces animaux. Cela me
prouva qu'il n’y avait point de stireté pour nous a dé-
barquer de nuit sur cette céte et il était douteux que nous
pussions nous y aventurer méme le jour; car nous avions
autant de dangers a craindre des sauvages que des lions
et des tigres; du moins nous avions également peur des
uns et des autres.

Quoi qu il dit arriver, néanmoins, il fallait descendre a
terre pour avoir de l’eau, puisqu’il ne nous en restait pas
une pinte; la question était de savoir oti la chercher. Xury
me dit que, si je voulais qu'il descendit a terre avec une
des jarres, il trouverait de l’eau fraiche s’il y en avait et
m’en rapporterait. Je lui demandai pourquoi il voulait
aller a terre, au lieu de m’y laisser aller et de rester dans
le bateau, et sa réponse affectueuse me le fit aimer chére-
ment pour toujours. ‘Si les hommes sauvages viennent,
dit-il, eux manger moi, et vous partir. — Eh bien! Xury,
dis-je, nous irons tous les deux, et si les sauvages viennent,
nous les tuerons, et ils ne mangeront ni vous ni moi.” Je
donnai 4 Xury un morceau de biscuit et un demi-verre de
ces liqueurs du patron desquelles j’ai déja parlé; nous
approchames de la céte, et, trouvant un endroit favorable,
nous gagnames la terre en marchant dans |’eau, chargés
de nos armes et d’une jarre.

Je ne voulais pas m’éloigner du bateau, parce que je
craignais les sauvages qui pouvaient descendre la riviére
dans des canots. Cependant mon petit compagnon apercut
un terrain bas a une certaine distance; il s’élanga de ce cété
mais bientét il revint en courant. Je le crus poursuivi par
quelque sauvage ou quelque béte, et je volai 4 son secours}
lorsque je fus prés de lui, je vis qwil portait suspendu a son
dos un animal qu il avait tué. C’était une sorte de liévre
différent des nétres seulement par la couleur du poil et la
longueur des pattes. C’était pour nous une bonne aventure;



ROBINSON CRUSOE 15

car ce gibier nous fournit un repas excellent. Mais Xury
se réjouissait surtout d’avoir trouvé de l’eau fraiche et
point d’hommes sauvages.

Peu aprés nous découvrimes que nous n’avions pas
besoin de prendre tant de peine pour avoir de l’eau fraiche;
car nous trouvames l’eau douce a la marée basse, en avan-
cant dans la crique. Nous remplimes nos jarres, nous fimes
un bon repas avec le liévre, et nous nous disposdmes a
repartir.

Aprés cette halte, nous courtiimes au S. pendant dix a
douze jours, épargnant nos vivres qui baissaient beaucoup
et descendant souvent a terre pour avoir de l’eau. Mon
dessein était de gagner la riviére Gambie ou le Sénégal,
c’est-a-dire la hauteur du Cap Vert, parce que j’espérais
rencontrer en ces parages des vaisseaux européens. Si
mon espérance se trouvait décue, mon unique ressource
était d’essayer d’atteindre les jles ou bien de prendre terre
dans le pays des négres, au risque d’étre massacré. Je
savais que les batiments frétés des ports d’Europe pour
la céte de Guinée, le Brésil et les Indes, doublent le Cap
Vert ou les fles; bref, je ne voyais que cette alternative,
ou de rencontrer quelque vaisseau, ou de périr.

Je suivis donc ce plan pendant plus d’une semaine.

Un jour que j’étais dans la cabine, ot! je m’étais assis
tout pensif, Xury me cria tout a coup: “Maitre, un vais-
seau, une voile!” Et le pauvre garcon mourait de peur,
imaginant que ce vaisseau appartenait a notre patron et
qu’il était envoyé aprés nous. Mais je savais trop bien que
nous étions hors de sa portée, et sortant de la cabine, non
seulement je distinguai le navire, mais encore je pus le
reconnaitre pour un batiment portugais. Je le crus d’abord
destiné a la traite des négres sur la céte de Guinée; cepen-
dant, lorsque j’observai son cours, je vis qu'il avait un
autre but, et que probablement il n’approcherait pas
davantage de la terre. Je me déterminai donc a m’avancer



16 PREMIERES AVENTURES DE

au large, le plus possible, pour tacher de me faire remarquer
par ce navire.

Je vis bient6t que, méme en déployant toutes mes voiles,
je ne pourrais me trouver sur sa ligne et qu'il passerait sans
apercevoir mes signaux; mais j’étais réduit 4 la derniére
extrémité; il fallait encore tenter cette chance; je fis les
plus grands efforts, et je commengais a4 désespérer de leur
succés, quand les gens du vaisseau m’aper¢urent, a ce quwil
parait, avec leurs lunettes d’approche. Ils pensérent que
nous appartenions a un vaisseau européen qui s’était
perdu, et aussit6t ils diminuérent de voiles pour nous
laisser arriver. Encouragé par cette vue, je me servis du
pavillon de mon maitre, que j’avais a bord, pour faire un
signal de détresse; puis je tirai un coup de fusil. Les deux
signaux, le pavillon et la fumée du coup de fusil, furent
apercus; mais la détonation du dernier ne fut pas entendue.
Le navire s’arréta pour m’attendre et je le rejoignis au
bout de trois heures.

On me demanda qui j’étais, en portugais, en espagnol
et en francais mais je n’entendais aucune de ces langues;
enfin un tailleur écossais qui se trouvait 4 bord me parla
anglais, et je lui répondis que je m’étais échappé de I’es-
clavage des Maures de Salé. Alors je fus invité 4 monter
sur le batiment, ot l’on m’accueillit avec bonté, moi et
tous mes bagages.

Ce fut pour moi une joie inexprimable de me voir déli-
vré d’une situation qui me semblait la plus malheureuse
du monde et presque sans espoir. Pour montrer ma recon-
naissance au capitaine, je voulais lui donner tout ce que
je possédais; mais il me répondit avec beaucoup de géné-
rosité qu’il ne voulait rien accepter et qu'il me rendrait
tout ce qui m’appartenait en arrivant au Brésil. ‘“‘ Je vous
ai secouru, disait-il; comme je voudrais que l’on me se-
courtit en pareil cas; de plus, si je vous menais au Brésil
en vous privant de tout ce que vous avez, vous péririez de



ROBINSON CRUSOE 17

misére en ce pays, si éloigné du vétre, et je compromettrais
ainsi votre vie aprés l’avoir sauvée. Non, non, senhor Inglese
(monsieur |’ Anglais), je vous conduirai jusqu’a ma destina-
tion par pure charité, et les choses que vous m’offrez ser-
viront a votre subsistance au Brésil et aux frais de votre
retour.”

S’il se montra plein d’humanité en me parlant ainsi,
lexécution littérale de ses promesses me prouva également
sa parfaite loyauté. Il défendit 4 ses matelots de toucher
a mes effets; il les prit sous sa protection et en fit un in-
ventaire exact, pour me les rendre a notre débarquement,
n’oubliant pas méme mes trois jarres de terre.

Il me proposa d’acheter mon bateau, qui était trés bon,
et me demanda combien je voulais en avoir. Je répondis
qu il avait agi envers moi avec trop de bonté sous tous les
rapports, pour que je lui demandasse aucune rétribution
pour mon bateau, et qu'il était 4 son service. I] refusa, et
dit qu il me donnerait un billet de quatre-vingts piéces de
huit, payable au Brésil, et qu’une fois 1a, si je trouvais a
me défaire du bateau a de meilleures conditions, il me
le remettrait. Il m’offrit en outre soixante piéces pour mon
petit Maure. Je me sentis une grande répugnance a prendre
cet argent; non que je fusse faché de donner Xury au
capitaine; mais j’avais du regret de vendre la liberté de ce
pauvre garcon, qui m’avait aidé avec tant de zéle a re-
couvrer la mienne. Le capitaine, auquel j’avouai mes
scrupules, les approuva, et me proposa un arrangement qui
pouvait tout aplanir; c’était de s’engager par écrit a
rendre la liberté 4 Xury au bout de dix ans, s’il se faisait
chrétien. Xury parut satisfait de cette convention, et je
le remis entre les mains de son nouveau maitre,

Aprés une heureuse traversée de vingt-neuf jours, nous
arrivames dans la baie de Tous-les-Saints, et c’est ainsi
que je fus délivré de la plus malheureuse des conditions
humaines.

WG 2



18 PREMIERES AVENTURES DE

Peu- de jours aprés, le capitaine me logea dans la
maison d’un homme aussi bon et aussi honnéte que lui; cet
homme exploitait un ingeino, c’est-d-dire une plantation
et une usine a sucre. Je demeurai chez lui quelque temps,
et cela me donna l’occasion de m/’instruire des procédés
employés a la culture et 4 la fabrication du sucre. Je re-
marquai aussi la douce vie que menaient les planteurs,
et les fortunes rapides quils faisaient, et cela me donna
Venvie de solliciter une licence et de devenir planteur en
ce pays. J’avisai aux moyens de faire venir mon argent
de Londres; j’obtins une sorte de lettre de naturalisation,
j’achetai la quantité de terre que je pouvais payer, et je
formai le plan d’un établissement proportionné au capital
que je me proposais de tirer d’Angleterre.

J’avais un voisin né a Lisbonne, de parents anglais, qui
se nommait Wells et se trouvait en des circonstances
analogues aux miennes. Je l’appelle voisin, parce que sa
plantation était contigué 4 la mienne, et que nous vivions
trés cordialement ensemble. Mes fonds, comme les siens,
étaient peu considérables, et nos efforts, pendant deux
ans, tendirent 4 gagner de quoi vivre, non a faire fortune.
Cependant nous commengames 4 nous agrandir et 4 mettre
nos possessions en bon ordre; et, dans la troisiéme année,
nous plantames un peu de tabac et disposdmes chacun un
grand terrain pour y planter des cannes l’année suivante.
Mais nous manquions de bras pour nous aider, et je sentis
plus que jamais combien j’avais eu tort de me séparer de
mon petit Maure.

Néanmoins, j’avais déja pris quelques mesures pour mon
établissement, quand mon bon ami le capitaine se disposa
a repartir aprés avoir attendu prés de trois mois un charge-
ment. Je lui parlai du petit pécule que j’avais laissé a
Londres, et il me donna ce bienveillant et sincére conseil:
“ Senhor Inglese (il me nommait toujours ainsi), donnez-moi
votre procuration en bonne forme, joignez-y une lettre



ROBINSON CRUSOE Ig

pour le dépositaire de vos fonds a Londres, dans laquelle
vous lui direz de les faire passer 4 Lisbonne, a l’adresse que
je vous indiquerai, aprés les avoir convertis en marchan-
dises de débit en ce pays-ci. Je vous les rapporterai, s’il
plait 4 Dieu, 4 mon retour: cependant, comme les affaires
humaines sont sujettes 4 mille désastres, 4 mille change-
ments, ne donnez vos ordres que pour cent livres sterling,
ce qui fait la moitié de votre capital; hasardez seulement
cette moitié, du moins l’autre vous restera.”’

Je suivis cet excellent conseil, donné avec tant de fran-
chise et d’amitié que je ne pouvais douter que ce ne fit
le meilleur parti a prendre. J’écrivis la lettre pour la dame
aux mains de laquelle j’avais laissé mon argent et je fis
dresser la procuration pour le Portugais.

Je contai a cette veuve du capitaine anglais toutes mes
aventures, mon esclavage, ma fuite, ma rencontre avec le
capitaine portugais, la noble conduite de ce dernier envers
moi, et ma situation actuelle; j’ajoutai 4 ce récit les ins-
tructions nécessaires pour l’envoi des fonds. En arrivant
a Lisbonne, mon obligeant ami trouva moyen de faire
passer, par des négociants anglais établis dans cette ville,
ma lettre et tous les détails de mon histoire 4 un né-
gociant de Londres, qui transmit le tout 4 la veuve. Celle-ci
non seulement remit l’argent demandé, mais y joignit de
plus un beau présent pour le capitaine, en récompense de
son humanité.

Le négociant de Londres acheta, pour la valeur de mes
cent livres, des marchandises indiquées par le capitaine,
et les envoya directement 4 Lisbonne; de 1a, le bon Por-
tugais me les rapporta au Brésil, en y ajoutant (de son chef,
car j’étais trop novice dans mon métier pour songer a ce
qui m’était nécessaire) toutes sortes d’instruments qui me
furent trés utiles pour ma plantation.

Quand cette cargaison m’arriva, je crus ma fortune faite.
Ce fut réellement une agréable surprise. Mon excellent

2-2



20 PREMIERES AVENTURES DE

intendant le capitaine avait employé les cinq livres sterling
dont mon amie lui avait fait présent 4 m’acheter un ser-
viteur qu il avait engagé pour six ans; et il ne voulut
accepter de moi qu’un peu de tabac, parce que c’était un
produit de ma terre. Ce ne fut pas tout. Mes marchandises
étant des objets de manufacture anglaise, tels que des
draps, des étoffes, des serges et d’autres articles de grande
valeur au Brésil, je les vendis trés avantageusement, et j’en
tirai presque quatre fois le montant du premier achat.

Mais!’excés de la prospérité est souvent le chemin qui nous
conduit 4 Vinfortune. Il en fut ainsi pour moi. J’obtins de
grands succés l’année suivante: je récoltai cinquante rou-
leaux de tabac, sans compter ce qui me servit 4 échanger
avec mes voisins les choses nécessaires 4 la vie. Ces cin-
quante rouleaux, pesant chacun cent livres, furent préparés
et emmagasinés en attendant le départ de la flotte pour
Lisbonne, Cependant, 4 mesure que mes affaires s’éten-
daient, ma téte se remplissait de ces projets qui ruinent si
fréquemment les gens les plus habiles.

De méme que j’avais déja échappé a l’autorité de mes
parents, je ne fus pas content que je n’eusse abandonné les
espérances de richesses que me donnait ma plantation,
pour me livrer 4 un désir immodéré d’élévation rapide.
Ainsi je me précipitai une seconde fois dans la plus pro-
fonde misére ot jamais homme soit tombé.

Pour décrire dans l’ordre convenable les particularités
de cette période de mon histoire, je dois dire d’abord que
j étais établi depuis quatre ans au Brésil et que mes affaires
commengaient a prospérer, Non seulement j’avais appris
la langue du pays, mais en outre je m’étais fait des con-
naissances et des amis parmi les planteurs et les marchands
de San-Salvador, le port le plus voisin de ma plantation,
Dans mes entretiens avec eux, j’avais souvent parlé de
la maniére de commercer avec les négres de Guinée, et
de la facilité avec laquelle, pour des bagatelles, comme des



ROBINSON CRUSOE ai

colliers de verre, des couteaux, des ciseaux, des haches,
des morceaux de miroir et autres choses semblables, on
peut y acheter de la poudre d’or, des dents d’éléphant et
mille autres objets, et de plus un grand nombre de négres
pour le service.

Ils écoutaient mes discours sur ces sujets avec beaucoup
d’intérét, surtout la partie relative au commerce des négres,
alors peu suivi dans les domaines de |’Espagne et du Por-
tugal, parce qu'il fallait obtenir des priviléges pour s’y
livrer; ce qui empéchait la masse du public d’y prendre
part et rendait les négres trés rares et trés chers.

Un jour, me trouvant avec ces négociants et ces plan-
teurs, la conversation sur les matiéres susdites fut suivie
trés chaudement, et le lendemain matin trois d’entre eux
vinrent chez moi et me dirent qu’ils avaient mtrement
réfléchi a ce que je leur avais conté la veille, et quiils al-
laient me faire une proposition, en me priant toutefois de
la tenir secréte. Ils avaient le projet de fréter un navire
pour la céte de Guinée. Tous les trois avaient des planta-
tions ainsi que moi, et leurs progrés étaient matériellement
arrétés par le manque de bras. Ils n’avaient pas l’intention
de faire le commerce des négres, puisqu’ils n’auraient pu
les vendre publiquement; ils voulaient faire un seul voyage
en Afrique, ramener des esclaves, les débarquer furtivement
et les distribuer par égales portions sur leurs plantations
respectives. I] s’agissait pour eux de savoir si je consentais
a étre leur subrécargue sur le batiment et 4 conduire la
traite en Guinée; ils m’offraient en récompense une part
égale de négres, sans avoir avancé aucun argent.

J’étais né pour me détruire moi-méme, et je ne fus pas
plus maitre de résister 4.cette offre que je ne l’avais été de
réprimer mes désirs insensés quand mon pére me donna
de si bons avis en pure perte. En un mot je répondis que
j étais prét a partir, pourvu que mes amis prissent l’engage-
ment de surveiller ma plantation en mon absence, et de



22 PREMIERES AVENTURES DE

la remettre 4 ceux que je désignerais si je venais a périr.
Ils s’engagérent par des actes en bonne forme a remplir mes
intentions.

J’étais emporté par la fougue de mon imagination et
sourd a la voix de la prudence. Le navire fut préparé, la
cargaison fournie, et tous les arrangements conclus a l’a-
miable entre les associés. Ainsi je m’embarquai encore
dans une mauvaise heure, le re septembre 1659, anni-
versaire du jour ot, huit ans auparavant, j’avais quitté mes
parents et m’étais embarqué 4 Hull, bravant |’autorité
paternelle et me faisant l’artisan de mon malheur.

Notre batiment était d’environ 120 tonneaux; il portait
six canons et quatorze hommes, y compris le capitaine, son
mousse et moi. Nous n’étions pas pesamment chargés, nos
marchandises se composant d’objets propres a faire des
échanges avec les négres, tels que des perles de verre, des
coquilles, de petits miroirs, des couteaux, des ciseaux, des
hachettes, et toutes sortes d’ustensiles communs.

Le méme jour oti je me rendis a bord, nous mimes 4 la
voile, en gouvernant au N. le long de la céte, dans l’inten-
tion de nous avancer vers celle d’Afrique, lorsque nous
serions 4 12 degrés de latitude N., ce qui était, a ce qu'il
semble, la direction que l’on devait prendre dans cette
saison. Nous etimes un trés beau temps, bien qu'il fat
excessivement chaud, tant que nous longeames la céte a
la hauteur du cap Saint-Augustin, ot nous perdimes de
vue la terre. Nous doublames ce cap, comme si nous vou-
lions gagner l’ile de Fernando de Noronha; mais nous la
laissdmes a l’E. et continuames notre route au N.-E. quart
N. Aprés douze jours de navigation, nous passdmes la
ligne, étant alors, selon nos derniéres observations, a 7 de-
grés 22 minutes de latitude N. La, nous ftimes accueillis
par un violent ouragan, qui nous désorienta complétement.
D’abord il souffla du S.-E., puis il tourna au N.-O., et, se
fixant ensuite au N.-E., il devint d’une telle puissance que,



ROBINSON CRUSOE 23

pendant douze jours de suite, nous ffimes forcés de dériver
au gré de cette tempéte furieuse. Je n’ai pas besoin de dire
que je m’attendais a étre englouti a tous moments tant
que l’orage continua; et pas un de nous, en effet, n’espérait
échapper a la mort.

Outre les terreurs mortelles que nous faisait éprouver
louragan, nous avions 4a regretter trois des nétres; un de
nos hommes mourut de la fiévre chaude; deux autres, dont
le mousse, furent emportés par une lame d’eau. Vers le
douziéme jour, le temps devint un peu moins rude; le
patron s’orienta de son mieux, et trouva que nous étions 4
environ 11 degrés de latitude N., mais 4 22 degrés de longi-
tude 4 1’O. du cap Saint-Augustin. Nous aurions été ainsi
jetés sur la céte de la Guyane, ou partie septentrionale du
Brésil, au dela de ! Amazone et non loin de l’Orénoque,
appelée communément la Grande-Riviére. Le capitaine
me consulta sur la route qu'il fallait prendre avec un navire
presque hors de service et faisant eau sur plusieurs points:
son avis, a lui, était de retourner droit a la céte d’ot nous
étions partis.

Je fus positivement d’un avis contraire. Alors nous
jetames les yeux sur une carte marine de |’Amérique et
nous vimes que nous ne pouvions espérer d’atteindre une
terre habitée, ot nous serions secourus, avant d’étre dans
la mer des Antilles. Nous nous dirigedémes donc vers les
Barbades, ce qui nous était facile, en nous tenant assez
au large pour éviter d’entrer dans le golfe du Mexique.
Quinze jours de navigation pouvaient nous suffire pour
arriver aux Antilles, et, de toute maniére, il nous était im-
possible de faire notre voyage sur la cdte d’Afrique sans
avoir recu quelques secours, et pour notre batiment et
pour nous-mémes.

Dans cette vue, changeant de cours, nous avangames
au N.-O. quart O., pour gagner une de nos fles anglaises,
ot j’espérais trouver des secours; mais le sort voulait nous



24 PREMIERES AVENTURES DE

conduire ailleurs; et lorsque nous fttmes a 14 degrés 15
minutes de latitude, un second orage nous emporta vers
VO. avec autant d’impétuosité que le premier et nous jeta
hors de toutes les voies fréquentées par les peuples civilisés.
Sirs que si nous échappions aux dangers de la mer, ce
serait pour étre dévorés par des sauvages, nous dimes adieu
a notre pays que nous ne devions jamais revoir.

Au milieu de cette détresse, le vent continuant de souffler
avec violence, un de nos matelots cria tout 4 coup, au
point du jour: ‘Terre! terre!” A peine étions-nous tous
sortis de la cabine, avec l’espoir de reconnaitre dans quelle
partie du monde nous nous trouvions, que le navire donna
contre un banc de sable, et son mouvement étant ainsi
arrété, les vagues l’assaillirent d’une si terrible maniére
que nous nous crimes au moment de périr, et que chacun
se réfugia dans ses quartiers pour se mettre a l’abri des
lames. —

Ceux qui n’ont pas été en de pareilles situations ne
peuvent se figurer la consternation profonde dans laquelle
nous étions plongés. Nous ne savions sur quelle terre nous
étions jetés; si c’était une fle, ou une partie de continent,
un lieu habité ou désert. La furie du vent était encore trés
grande, bien qu'elle efit un instant paru diminuer; mais le
navire ne pouvait tenir plus de quelques minutes sans se
briser, A moins que le vent, par une sorte de miracle, ne
changeat subitement. Enfin nous étions tous assis, nous
regardant les uns les autres, attendant la mort et nous
préparant a notre passage dans l’autre monde, car il n’y
avait plus rien ou presque rien a faire pour nous en celui-
ci. Une seule chose nous donnait une ombre d’espoir; le
batiment était encore entier, et le patron observa que le
vent commengait 4 tomber.

Mais, bien qu'il s’apaisat en effet, le navire était engravé
trop profondément pour qu’on ptit espérer le remettre
a flot. Notre position était affreuse et il ne nous restait



ROBINSON CRUSOE 25

plus qu’a sauver notre vie comme nous pourrions. Dans
notre détresse, le contremaitre prit la chaloupe, le reste de
nos gens se mit a le seconder, et a la fin on la descendit a
coté du vaisseau. Nous nous mimes tous dedans, étant au
nombre de onze personnes, et nous nous recommandames
a la miséricorde divine. Quoique l’orage se fit relaché
considérablement, toutefois la mer s’élevait 4 une hauteur
effroyable, et, pour parler la langue des Hollandais, on
pouvait bien l’appeler den wild see.

Avec une mer aussi grosse, nous voyions trop bien que
notre bateau ne pouvait tenir longtemps et que nous serions
infailliblement noyés. Nous n’avions point de voiles, et si
nous en eussions eu, elles n’auraient pu nous servir. Ainsi
nous nous avancions vers la terre, le coeur serré comme des
condamnés qui marchent au supplice. Nous savions que
le bateau, en approchant du rivage, serait brisé en mille
piéces par la force des vagues. Toutefois nous hatames
notre destruction de nos propres mains en ramant de toutes
nos forces en ce sens.

Qu’était ce rivage? Etait-il élevé ou plat? Etaient-ce des
rochers ou des sables? Nous lignorions absolument, mais
a mesure que nous approchions de la terre, elle nous ap-
paraissait plus terrible, plus dangereuse que la mer.

Aprés avoir navigué ou plutét dérivé l’espace d’une
lieue, suivant nos calculs, une vague furieuse, haute comme
une montagne, vint, en roulant derriére notre barque, nous
annoncer le coup de graéce. Elle tomba sur nous avec tant
de violence, que la chaloupe fut a l’instant renversée, et,
nous séparant les uns des autres aussi bien que du bateau,
a peine nous donna-t-elle le temps de nous écrier: ‘‘O mon
Dieu!” et nous fimes tous engloutis.

Je ne saurais décrire les pensées confuses qui se pres-
saient dans mon esprit quand je tombai dans l’eau. Je
suis trés bon nageur; cependant je ne pus me dégager des
vagues pour respirer, que lorsque le flot, m’ayant porté



26 PREMIERES AVENTURES DE

assez avant sur le rivage, diminua de force et de hauteur
et me laissa presque @ sec, mais a moitié suffoqué. J’eus
assez de présence d’esprit et de vigueur pour me relever
et tacher, me voyant plus prés dela céte que jene le croyais,
de l’atteindre avant qu’une autre vague vint me reprendre.
Mais bientét je m’apercus que ce malheur était inévitable.
La mer me poursuivait’comme un ennemi acharné, et je
n’avais aucun moyen de résister a sa furie. Mon unique
ressource était de retenir mon haleine et de m’élever, si je
le pouvais, au-dessus de l’eau, en me dirigeant vers la rive.
Ma plus grande inquiétude était d’étre remporté par les
vagues aussi loin dans la mer qu’elles m’auraient porté sur
la terre.

La premiére de ces montagnes mouvantes qui vint sur
moi m’ensevelit encore sous la masse de vingt a trente
pieds de hauteur. Je me sentis entrainé avec une vitesse et
une force prodigieuse 4 une grande distance sur le rivage.
Je repris ma respiration et m’efforcai d’avancer davantage
en nageant. J’étais prés d’étouffer, quand je me sentis
soulever, et me trouvai, 4 mon grand et soudain soulage-
ment, la téte et le buste au-dessus de l’eau. Je restai ainsi
a peine deux secondes; mais cela me donna le temps de
respirer et de reprendre courage. Je fus de nouveau cou-
vert d’eau assez longtemps, mais non sans que je pusse le
supporter; et quand je m’aper¢us que la vague commen-
cait a refluer, je nageai vigoureusement contre elle et je
sentis le terrain sous mes pieds. Je me tins immobile un
instant pour reprendre haleine; puis je courus de toutes
les forces qui me restaient vers le rivage. Mais je n’étais
pas encore délivré de la furie de la mer, qui me poursuivait.
Je fus enlevé deux autres fois par les vagues et porté en
avant comme précédemment, la rive étant trés plate.

La derniére vague qui me saisit faillit me devenir fatale;
car elle me lan¢a contre un rocher avec tant de violence,
que je demeurai privé de sentiment et tout a fait hors



ROBINSON CRUSOE 27

d’état de m’aider moi-méme. Le coup, ayant porté sur la
poitrine et un peu sur le flanc, m’avait coupé la respiration,
et si j’avais été frappé une seconde fois, j’aurais péri suf-
foqué sous les flots. Avant le retour de la vague, je me
cramponnai au rocher, et tachai de retenir mon souffle tant
que l’eau fut au-dessus de moi. Les vagues étaient alors
un peu moins hautes, parce que j’étais plus prés de terre;
j’en laissai passer une, ensuite je tentai de m’avancer plus
prés de la rive, et j’y réussis a tel point que le flot qui me
couvrit ensuite ne put me soulever et m’emporter. Une
troisiéme course me conduisit 4 terre. Je gravis 4 ma grande
joie les rochers de la céte et me jetai sur l’herbe tout a fait
hors de la portée des vagues.

En me voyant sain et sauf, je levai d’abord les yeux au
ciel et lui rendis grace de m’avoir délivré du danger dont,
une minute auparavant, je n’espérais pas sortir.

Je marchai au hasard sur le rivage, levant les mains au
ciel, et tout mon étre absorbé dans la pensée de ma dé-
livrance. Je faisais des gestes, des mouvements que je ne
puis décrire, en songeant 4 mes compagnons, qui s’étaient
tous noyés, tandis que moi seul j’avais été sauvé. En effet,
je ne revis jamais ni aucun d’eux, ni d’autres vestiges de
leur existence que trois chapeaux, un bonnet et deux
souliers dépareillés, qui leur avaient appartenu.

Je regardai du cété du batiment échoué que la hauteur
des vagues me dérobait en grande partie, et, en le voyant
si éloigné, je m’écriai: ‘‘Seigneur ! comment ai-je pu arriver
a terre?”’

Aprés avoir soulagé mon esprit en considérant le cété
consolant de ma situation, j’examinai le lieu ot j’étais et
réfléchis 4 ce que j’avais a faire. Bient6t ma joie diminua,
et je sentis que j’avais été sauvé pour tomber dans un état
vraiment horrible. J’étais mouillé et ne pouvais changer
d’habits ; je n’avais rien 4 manger ni a boire pour reprendre
des forces, et mon unique perspective était de mourir de



28 PREMIERES AVENTURES DE

faim ou d’étre dévoré par les bétes sauvages. Le pire de
mon affaire, 4 ce qu’il me semblait, était de n’avoir point
d’armes, soit pour tuer des animaux et me nourrir de leur
chair, soit pour me défendre de ceux qui voudraient me
tuer et se nourrir de la mienne. Bref, je n’avais sur moi
qu’un couteau, une pipe et un peu de tabac dans une boite;
c’était 14 toutes mes provisions, et cela me jeta dans un tel
désespoir que je courais ¢a et ld comme un fou. La nuit
vint, et je me demandai, le cceur bien triste, quel serait
mon sort s’il se trouvait des bétes féroces dans le pays,
car je savais bien qu’elles rédent toutes les nuits pour
chercher leur proie.

En ce moment la seule ressource qui me vint a l’esprit
fut de grimper dans un arbre touffu, de l’espéce des sapins,
mais couvert d’épines, que je vis prés de moi. Je résolus
d’y passer la nuit, en attendant que la mort, qui me sem-
blait inévitable, vint me saisir. Je fis quelques pas le long
d’un petit ravin pour chercher de l’eau douce et j’en
trouvai 4 ma grande joie. Aprés avoir bu et mis du tabac
dans ma bouche pour apaiser ma faim, je montai dans
larbre; je coupai un baton pour me défendre en cas
d’attaque; puis je m’arrangeai de mon mieux. L’excés
de la fatigue me fit tomber a l’instant dans un sommeil
plus doux et plus profond que je ne pouvais l’espérer en
ma position. Jamais sommeil ne me fit, je crois, autant
de bien.

Quand je m’éveillai il était grand jour; le temps était
serein, la tempéte avait cessé, la mer était devenue tran-
quille. Ce qui m’étonna beaucoup, ce fut de voir le navire,
que la marée montante avait dégagé des sables, arrivé
presque a la place ott les vagues m’avaient jeté la veille
contre un rocher. Il] se trouvait ainsi seulement a un
mille de la terre, et, comme il était encore sur sa quille, je
formai le dessein d’aller 4 bord et d’y prendre les choses
qui m’étaient le plus nécessaires,



ROBINSON CRUSOE 29

En descendant de la chambre que je m’étais faite dans
larbre, je regardai encore autour de moi, et le premier
objet que j’apergus fut le bateau gisant sur la gréve, tel
que les flots et le vent l’avaient laissé, 4 environ deux
milles 4 ma droite. J’allai de ce cété le long du rivage pour
arriver jusqu’a lui; mais un petit bras de mer m’arréta.
Je revins donc sur mes pas, étant surtout désireux, pour
le présent, d’aller sur le batiment, oti j’espérais trouver de
quoi manger.

Un peu aprés midi la mer devint trés calme et la marée
baissa tellement que je pus arriver 4 un quart de mille du
navire. Quelle ne fut pas ma douleur lorsque je reconnus
que, si nous étions restés a bord, nous aurions pu nous
sauver tous, et que je n’aurais pas été privé des secours et
de la société de mes semblables ! A cette pensée, mes larmes
coulérent en abondance; mais comme c’était un faible
soulagement je songeai a gagner le vaisseau, s'il était
possible. Je quittai une partie de mes habits, car la chaleur
était excessive, et j’entrai dans la mer. Quand je fus prés
du batiment, une difficulté se présenta; il était penché, et
le cété par lequel je pouvais l’aborder était trés élevé.
Deux fois j’en fis le tour 4 la nage pour voir si je trouverais
quelque chose qui ptit m’aider a grimper le long de ses
flancs ; je découvris enfin une petite corde que je m’étonnai
de n’avoir point vue tout d’abord; elle pendait aux chaines
assez bas pour que je pusse la saisir et monter sur le gaillard
d’avant. De 1a je vis que le navire avait beaucoup d’eau
a fond de cale; qu'il était échoué sur un banc de sable ou
plutét de terre, au-dessus duquel sa poupe était élevée,
tandis que sa proue était presque submergée; le pont était
libre donc et entiérement sec. Je m’en assurai prompte-
ment, comme on peut le croire, ma principale affaire étant
de voir tout ce qui se trouvait disponible et non avarié.
Toutes les provisions de bouche étaient intactes; et comme
j’étais affamé, je courus a la paneterie; je remplis mes



30 PREMIERES AVENTURES DE

poches de biscuit, et je le mangeai en continuant ma revue,
parce que je n’avais pas de temps a perdre. Je trouvai
aussi du rhum dans la grande cabine, j’en bus un bon coup,
et cela vint trés 4 propos pour me donner la force dont
j’avais besoin.

Il me manquait un bateau pour emporter les choses qui
pouvaient m’étre utiles; mais je ne m’arrétai point a de
vains regrets; l’extrémité ot j’étais réduit excita mon esprit
a chercher les moyens de suppléer a ce qu'il m’était im-
possible d’avoir. Il se trouvait 4 bord des vergues, deux
mats de perroquet de réserve et trois grandes barres de
bois.. Je résolus de faire usage de tout cela; je lancai a la
mer celles de ces piéces que je pus remuer, en les attachant
avec des cordes pour les empécher d’étre emportées; cela
fait, je descendis le long du flanc du navire, je tirai 4 moi
les piéces de bois, je les liai ensemble en forme de radeau,
le plus solidement possible; ensuite je posai en travers
quelques planches et je crus pouvoir m’aventurer sur ce
radeau. Mais, sil était assez fort pour me porter, je vis
bien qu il était trop léger pour des objets d’un poids un peu
considérable. Je me remis donc a l’ceuvre, et, avec la scie
du charpentier, je coupai en trois un mat de perroquet et
ajoutai ces trois morceaux 4 mon radeau non sans beau-
coup de travail; mais l’espoir de me procurer de quoi vivre
me faisait dépasser mes facultés ordinaires.

Maintenant mon radeau était assez fort pour soutenir
un poids raisonnable, et je pensai a le charger et a trouver
moyen de garantir de l’écume de la mer ce que je voulais
emporter. Je ne cherchai pas longtemps. D’abord je mis
sur le radeau toutes les planches qui me tombérent sous la
main; ensuite, en examinant ce qui pouvait étre le plus
utile 4 prendre, je remarquai des coffres des matelots; j’en
vidai deux, et je les remplis de provisions, savoir: du pain,
du riz, trois fromages, cinq morceaux de viande de chévre
séchée (un de nos principaux aliments pendant notre



ROBINSON CRUSOE 31

voyage) et un petit reste de blé d’Europe destiné a nourrir
de la volaille que plus tard on avait tuée. I] y avait de
Vorge et du froment mélés ensemble; mais je vis, 4 mon
grand regret, que les rats avaient mangé ou gaté presque
tout ce grain. Quant aux boissons, je trouvai plusieurs
caisses de bouteilles appartenant a notre maitre, lesquelles
renfermaient des liqueurs cordiales et une vingtaine de
bouteilles de rack. Je laissai ces caisses telles qu’elles
étaient; car il était inutile de les mettre dans les coffres
qui n’auraient pu d’ailleurs les contenir.

Pendant ces opérations, la marée montait, bien que la
mer restat calme, et j’eus le chagrin de voir mon veston,
mon gilet et ma chemise, que j’avais laissés a sec sur le
sable, emportés par le flux. Quant a mes culottes, qui
étaient de simple toile et ouvertes aux genoux, je les avais
gardées, ainsi que mes bas, pour gagner le vaisseau a la
nage. Cet accident m’engagea cependant 4 me munir
d’habits, et j’en trouvai en abondance; mais je pris seule-
ment ce dont j’avais besoin, d’autres choses me paraissaient
plus essentielles. Premiérement je désirais avoir des outils,
et je fus longtemps avant de découvrir le coffre du charpen-
tier, trésor plus précieux pour moi qu’un vaisseau chargé
d’or ne l’edit été en ce moment. Je le descendis sur le radeau,
sans perdre de temps 4 examiner son contenu, que je con-
naissais 4 peu prés.

Je songeai ensuite aux armes et aux munitions. Il y
avait deux bons fusils de chasse dans la grande cabine, et
deux pistolets. Je m’emparai d’abord de ces armes, de
quelques poires 4 poudre, d’un petit sac de plomb et de
deux vieilles épées rouillées. Je savais qu'il existait trois
barils de poudre sur le vaisseau mais j’ignorais ot le
canonnier les tenait. Je les trouvai cependant, l’un d’eux
mouillé, les deux autres parfaitement bons et secs; j’em-
barquai ceux-ci avec les armes. Je me crus alors assez
chargé et je commengai 4 penser aux moyens de conduire



32 PREMIERES AVENTURES DE

mon radeau et sa cargaison a terre. Je n’avais ni voiles ni
gouvernail, et la moindre bouffée de vent pouvait me
renverser.

Trois choses m’encourageaient: le calme de la mer, la
marée montante et le vent poussant au rivage, ainsi que
le flux. Je trouvai encore deux ou trois rames brisées qui
appartenaient a la chaloupe, et, outre les outils contenus
dans le coffre, deux scies, une hache et un marteau, et
je me mis en mer avec cette cargaison. Pendant l’espace
denviron un mille, mon radeau alla trés bien; seulement
il dériva quelque peu et s’éloigna de l’endroit ot j’avais
pris terre, ce qui me fit espérer de trouver quelque crique
ou embouchure de riviére dans laquelle je pourrais entrer
et débarquer en stireté avec ma charge.

Je ne m’étais point trompé dans cette supposition. Je
vis devant moi une petite ouverture dans laquelle un fort
courant me portait; et je gouvernai mon radeau de mon
mieux pour le conduire au milieu de ce courant. Mais 1a je
risquai d’éprouver un second naufrage, et, si cela me fut
arrivé, je crois en vérité que j’aurais perdu courage. Je
ne connaissais point cette céte, et mon radeau toucha sur
un bas-fond par une de ses extrémités, tandis que de l’autre
il était a flot, en sorte qu'il s’en fallut de bien peu que toute
la cargaison ne coulat du cété flottant et ne tombat dans
leau. Je fis tous mes efforts, en m’adossant contre les
coffres, pour les maintenir en place; mais il n’était pas en
ma puissance de dégager mon radeau; je n’osai quitter la
posture que j’avais prise, et je restai ainsi prés d’une demi-
heure. Pendant cet intervalle, l’élévation progressive de
la marée me remit presque droit; et bientét, la mer con-
tinuant de monter, mon radeau flotta de nouveau, et je le
langai 4 l’aide de la rame dans le canal. Je poussai plus
avant, je trouvai l’embouchure d’une petite riviére bordée
de chaque cété par de la terre et j’y entrai favorisé par un
fort courant. Je jetai les yeux sur les deux rives pour



ROBINSON CRUSOE 33

choisir un endroit commode et débarquer; car je ne voulais
pas remonter trés haut la riviére, espérant toujours que je
verrais passer quelque batiment si je restais prés de la céte,

Enfin je découvris 4 ma droite un petit enfoncement
et j’y conduisis mon radeau avec beaucoup de difficulté.
Je m’approchai assez de cette petite baie pour qu’en ap-
puyant ma rame au fond je pusse faire entrer mon radeau,
mais 1a je courus encore le risque de perdre toute ma charge.
La rive était d’une pente rapide, et si j’avais fait toucher
terre a l’un des bouts de mon radeau, la cargaison aurait
glissé dans l’eau par l’autre cété, qui se serait trouvé moins
élevé. Je pris le parti d’attendre que la marée fit 4 sa plus
grande hauteur et je fixai le radeau avec ma rame, qui
remplit l’office d’une ancre, prés d’un terrain plat que le
flux devait probablement couvrir. Mon attente ne fut
point trompée; et lorsque je sentis mon radeau flotter, je
le langai sur cette rive unie oti je |’amarrai en fixant dans
le sol deux rames brisées, l’une d’un cété, l’autre de l’autre,
vers les deux extrémités. J’attendis alors que le reflux
laissAt mon train et ma cargaison en stireté sur la gréve.

Je m’occupai de chercher un lieu convenable pour servir
d’abri 4 mes effets et 4 moi-méme. Je pris un fusil, un
pistolet, une poire 4 poudre et du plomb, et j’allai a la
découverte jusqu’au sommet d’une colline ot je parvins 4
grand’peine. La mon triste sort me fut révélé: j’étais dans
une ile; de tous cétés la mer, a perte de vue.

Retournant 4 mon radeau, je débarquai ma cargaison,
ce qui remplit le reste de la journée. Que deviendrai-je la
nuit? je me le demandais avec effroi. Je n’osais coucher a
terre de peur d’étre attaqué par les bétes féroces, n’ayant
pas encore reconnu que cette peur était sans fondement.

Cependant je me barricadai de mon mieux en m’entourant
des coffres et des planches que j’avais débarqués, et je me
fis une espéce de hutte pour la nuit. Quant a la nourri-
ture, je ne voyais pas encore comment je me la procurerais.

WG 3



34 PREMIERES AVENTURES DE

Je pensais que je pourrais encore tirer beaucoup de
bonnes choses du navire, surtout des voiles et des cordages,
en un mot tout ce qui me semblerait utile. Je me décidai
donc a tenter un second voyage, et, ne doutant point que
la premiére tempéte ne mit en piéces le batiment, je crus
devoir laisser tout autre soin pour m’y assurer de ce qui
pouvait m’étre de quelque usage. Alors je tins conseil; je
discutai en moi-méme la possibilité de retourner avec le
radeau; cela me parut impraticable; je m’arrétai donc a
la résolution de profiter, comme la premiére fois, de la marée
basse pour aborder le batiment. J’exécutai ce projet;
mais je laissai mes habits dans la hutte, ne gardant sur
moi qu’une chemise a carreaux, un calegon et des escar-
pins.

J’arrivai au navire de méme que je l’avais déja fait et
je préparai un second radeau. L’expérience m’avait rendu
plus habile; ma construction fut plus solide et je la char-
geai moins. Cependant je pris divers objets trés utiles.
Parmi les effets du charpentier je trouvai trois sacs de
clous et de pointes, une grande tariére, quelques douzaines
de hachettes, et un instrument des plus précieux, une meule
a aiguiser. Je m’emparai de tout cela; je mis encore a part
différentes choses du département du canonnier, notam-
ment deux ou trois livres de fer, deux barils de balles, sept
mousquets, deux fusils de chasse, une petite quantité de
poudre, un grand sac de dragées, enfin un rouleau de plomb,
que sa pesanteur ne me permit pas de lancer par-dessus
le bord.

Je pris en outre tous les vétements que je pus trouver,
une voile de perroquet, un hamac, quelques matelas avec
des couvertures, et je ramenai heureusement mon radeau
et sa charge. Jen’étais pas sans crainte de retrouver mes
provisions dévorées pendant mon absence de I'ile; mais, a
mon retour, rien ne m’indiqua la présence d’aucun visiteur.
J’apergus seulement un animal assez semblable a un chat



ROBINSON CRUSOE 38

sauvage, assis sur un des coffres; il se retira quand je
m’approchai; puis, s’arrétant 4 quelque distance, il s’assit
et me regarda bien en face, comme s’il croyait me recon-
naitre. Je lui présentai mon fusil, mais il ne savait ce que
c’était et il ne s’en inquiéta nullement. Alors je lui jetai
un morceau de biscuit, bien que je dusse en étre plus avare,
ma provision étant trés bornée; enfin il me plut de lui
faire ce cadeau. I] vint le flairer, il le mangea ensuite, puis
il me regarda comme pour me dire qu'il avait trouvé cela
bon et qu'il en voulait davantage. Mais je le remerciai, et
quand il vit que je ne lui donnais rien de plus, il s’en alla.

Quand j’eus mis a terre ma seconde cargaison, je tra-
vaillai 4 me faire une petite tente avec les voiles et des
perches que je coupai. Je portai sous cet abri tout ce qui
pouvait étre gaté par la pluie ou par le soleil, et je rangeai
les tonneaux et les coffres vides en cercle autour de la tente,
afin qu’ils me servissent de rempart contre les attaques des
hommes ou des animaux.

Cet ouvrage terminé, je fermai l’entrée de ma tente avec
les planches en dedans et un coffre vide placé debout a
lextérieur; j’étendis a terre un des matelas, je plagai mes
pistolets 4 cété de mon chevet, le fusil le long de mon corps,
et pour la premiére fois je me mis au lit et dormis paisible-
ment toute la nuit. J’en avais besoin, car j’étais extréme-
ment- fatigué; la nuit précédente j’avais peu dormi et
j’avais rudement travaillé tout le jour, tant pour charger
les choses que j’avais tirées du vaisseau que pour les
amener a terre.

J’avais le plus ample dépét de toutes sortes de provisions
qui jamais sans doute ait été formé par un seul homme;
cependant je n’étais pas encore satisfait. A mon sens, tant
que le batiment resterait dans la méme position, je devais
en tirer tout ce que je pourrais. Ainsi, chaque jour, a la
marée basse, j’allais A bord et je rapportais quelque chose:
la troisiéme fois je pris tout ce que je pus détacher des agrés,

3-2



36 PREMIERES AVENTURES DE

toutes les cordes et cordelettes, une piéce de toile que l’on
destinait 4 raccommoder les voiles, le baril de poudre
mouillée; enfin j’emportai toutes les voiles, depuis la
premiére jusqu’a la derniére, n’hésitant pas a les déchirer,
afin d’en prendre de plus grands morceaux, car elles ne
pouvaient plus servir a leur premier usage.

Mais ce qui me fit le plus de plaisir, ce fut ma derniére
découverte aprés cing ou six voyages, et quand je n’espérais
plus rien trouver de bon. Je trouvai donc un grand muid
de pain, trois quartauts de rhum ou d’eau-de-vie, une
caisse de sucre et un tonneau de fleur de farine. Je fus fort
surpris; car je croyais déja avoir emporté, en fait de vivres,
tout ce qui n’avait pas été gaté. Je tirai le pain du muid et
j’en fis plusieurs paquets enveloppés de toile a voiles; enfin
je conduisis 4 bon port cette nouvelle cargaison.

Le lendemain je fis un autre voyage, et, n’ayant plus a4
prendre d’objets portatifs, je me mis a couper les cables par
morceaux et j’en emportai deux, plus une aussiére et tout
le fer que je pus détacher; ensuite je coupai la vergue de
perroquet et celle de misaine; je m’en servis pour faire un
long radeau, je le chargeai de ces pesantes dépouilles, et je
partis. Mais ma bonne fortune commengait a m’abandonner,
Mon train était si mal assemblé et si chargé, que, lorsqu’il
fut dans la petite anse oti je débarquais, je ne pus le guider
aussi facilement que les premiers; il fut renversé, et je
tombai dans l’eau avec ma cargaison. Quant a moi, le
malheur n’était pas grand, puisque j’étais prés du rivage;
mais la charge du radeau fut presque totalement perdue,
notamment le fer, dont j’appréciais l’utilité. Je pus sauver,
a la marée basse, la plupart des morceaux de cables et
quelques piéces de fer, non toutefois sans une peine infinie,
car il fallut m’avancer dans I’eau et fouiller au fond, ce qui
me fatigua excessivement. Je continuai encore mes voyages
journaliers au batiment oti je prenais tout ce que je
pouvais emporter.



ROBINSON CRUSOE 37

Il y avait alors treize jours que j’avais pris terre, et j’étais
allé onze fois a bord du navire, d’ot j’avais successivement
tiré tout ce qu'il était possible d’en tirer avec une seule
paire de bras. Je crois que si la mer ffit restée calme
j aurais fini par amener 4 terre piéce a piéce le batiment tout
entier; mais comme je me préparais a faire mon douziéme
voyage, il me sembla que le vent s’élevait. A la marée
basse, j’allai pourtant au vaisseau, et, bien que j’eusse
fouillé déja dans la cabine assez soigneusement, j’y
trouvai encore un petit meuble a tiroirs dans l’un desquels
étaient des rasoirs, des ciseaux, une ou deux douzaines de
couteaux et de fourchettes, et, dans un autre, environ
trente-six livres sterling en monnaie d’Europe et du Brésil
et quelques piéces de huit, les unes en or, les autres en
argent.

Je souris en voyant cette monnaie. “‘O misérable drogue,
m’écriai-je tout haut, a quoi es-tu bonne? Tu ne vaux pas
la peine d’étre ramassée de terre; un seul de ces couteaux
est plus précieux que ta masse entiére! Je n’ai pas besoin
de toi, reste ot tu es, ou plutdt va au fond de l’eau; tu ne
mérites pas d’étre sauvée.’’ Cependant, réflexion faite, je
me décidai a prendre cet argent; je l’enveloppai dans un
morceau de toile, puis je m’occupai de former un radeau.
Tandis que je le préparais, le ciel s’obscurcit, le vent s’éleva,
et une forte rafale souffla de terre. Je sentis l’impossibilité
de gagner la céte avec un radeau, ayant le vent contraire,
et je crus devoir m’en aller avant que le flux rendit mon
retour trop difficile. Je me laissai donc glisser dans ]’eau
et je traversai 4 la nage, non sans quelques dangers, l’espace
qui séparait le navire de la gréve; je portais une charge
assez lourde, la mer était houleuse, et le vent augmentait
de violence si rapidement qu'il devint tempéte avant
V’heure de la plus haute marée.

Mais alors j’étais couché dans ma petite tente, avec
toutes mes richesses autour de moi, en pleine sécurité.



38 PREMIERES AVENTURES DE

Toute la nuit l’orage gronda, et le matin, lorsque je re-
gardai du cété de la mer, je ne vis plus le vaisseau.

Dés lors je m’occupai de pourvoir 4 ma siireté, soit contre
les sauvages, s'il en venait, soit contre les bétes féroces,
s'il en existait dans Tile. J’étais indécis sur la maniére
de me loger. Devais-je creuser un souterrain ou élever une
tente? Je me décidai a faire l’un et l’autre. Leur descrip-
tion et le récit des moyens que j’employai pour leur con-
fection ne seront pas déplacés ici.

Le lieu ot je m’étais d’abord établi ne me paraissait pas
propre a y fixer ma demeure, parce que c’était un terrain
bas, marécageux et trop prés de la mer, par conséquent
malsain; mais surtout qu'il n’y avait point d’eau douce
assez proche. Je me mis donc en quéte d’un endroit plus
sain et plus convenable.

J’avais a considérer plusieurs choses: d’abord la salu-
brité et l’eau fraiche, desquelles j’ai déja parlé; ensuite un
abri contre l’ardeur du soleil, et le plus de stireté possible
contre les ennemis, hommes ou bétes; enfin la vue de la mer,
pour que, s'il plaisait A Dieu que quelque vaisseau passat
devant la céte, je ne perdisse pas cette chance de salut.

En cherchant un emplacement quiremplit ces conditions,
je trouvai une petite plaine bordée par une colline, qui
s’élevait de ce cété presque aussi droite qu’un mur; en
sorte qu’aucun assaillant ne pouvait descendre a |’im-
proviste de son sommet. Sur le flanc de ce rocher 4 pic, je
remarquai un enfoncement assez semblable a l’entrée d’une
caverne; cependant il n’y avait ni caverne, ni chemin
creusé dans la colline.

Je choisis, pour y planter ma tente, le haut de l’esplanade
en face de cet enfoncement. La petite plaine avait environ
cent verges de largeur, sur une longueur presque double,
et elle s’étendait comme une pelouse depuis ma porte
jusqu’a l’extrémité inférieure du plateau, ow le terrain
s’inclinait irréguliérement jusqu’aux rives basses qui for-



ROBINSON CRUSOE 39

maient la céte. En me plagant devant la colline, dont
exposition était au N.-N.-O., j’étais sfir d’étre garanti par
elle des rayons du soleil, tant qu’il n’arriverait pas 4 1’O.
quart S.-O., ce qui, dans ces climats, est A peu prés l’heure
de son coucher.

Avant de dresser ma tente, je tracai devant le creux du
rocher un demi-cercle d’environ dix verges de rayon. Dans
ce demi-cercle, je plantai deux rangs de palissades que
j enfongai en terre jusqu’a ce qu’elles fussent aussi solides
que des piliers. Elles s’élevaient de cing pieds au-dessus du
sol et se terminaient en pointe. Les deux rangs n’étaient
pas a plus de six pouces l’un de l’autre. Je mis ensuite les
morceaux de cables que j’avais coupés sur le navire les uns
au-dessus des autres, entre les deux palissades, et je placai
des pieux de deux pieds et demi, de maniére 4 buter contre
les premiers et a leur servir de contre-fort. Ni hommes ni
bétes n’auraient pu franchir ou percer ce rempart. I] me
cotita beaucoup de peine et de temps, surtout pour tailler
les palissades, les transporter et les ficher en terre.

Je n’entrais pas dans cette enceinte par une porte; mais
jescaladais la palissade avec une courte échelle, que je
retirais aprés moi. Ainsi fortifié et a l’abri, me semblait-il,
de tous dangers, je pouvais dormir tranquille, ce qui m’etit
été impossible autrement. Cependant j’ai vu par la suite
qu il -n’y avait nullement besoin de tant de précautions
contre les ennemis que je croyais devoir redouter.

Dans cette espéce de forteresse, je portai, avec des fatigues
infinies, toutes mes richesses, mes provisions, munitions,
et autres objets dont j’ai donné plus haut le détail. Je
fabriquai ensuite une tente assez vaste, et, pour me garantir
des pluies, qui sont trés violentes en ces climats pendant
une partie de l’année, je la fis double, c’est-a-dire que j’en
fis d’abord une, puis une autre plus grande au-dessus de la
premiére. Je couvris la tente extérieure d’une toile gou-
dronnée que j’avais sauvée parmi les voiles.



40 PREMIERES AVENTURES DE

Au lieu de coucher sur le lit que j’avais dressé dans ma
hutte sur le bord de la mer, j’eus dés lors un trés bon hamac
qui avait appartenu a notre contremaitre. Je mis sous la
tente les objets que l’humidité pouvait gater et les pro-
visions; je fermai l’entrée de mon enceinte, que j ’avais
jusque-la laissée ouverte, et depuis je passai et repassai
toujours avec une échelle, comme je viens de le dire.

Tout cela terminé, je tachai de creuser dans le roc; je
portais les pierres et la terre que j’en tirais 4 travers ma
tente, je les jetais entre elle et la palissade, et j élevai
ainsi le terrain d’un pied et demi, en méme temps que je
me fis une sorte de cave derriére ma tente.

Ces nouveaux travaux durérent plusieurs jours avant
d’étre complétement terminés; je reviendrai sur ce sujet,
afin de noter d’autres circonstances qui m’occupérent.
Dans le temps ow je venais d’arréter mes plans pour creuser
ma cave et construire ma tente, il tomba une forte pluie
d’orage; tout 4 coup un éclair, pergant un nuage épais et
noir, fut suivi, comme cela arrive toujours, d’un coup de
tonnerre éclatant. A l’instant une idée traversa mon esprit
aussi rapidement que I’éclair traversait les nues, et me fit
une impression bien plus vive. Ma poudre! Le coeur me
manqua en songeant qu’une étincelle pouvait détruire la
poudre sur laquelle je comptais non seulement pour dé-
fendre ma vie, mais pour la soutenir. Jamais danger
personnel ne me causa autant d’inquiétude. Cependant,
si la poudre etit pris feu, je n’aurais jamais su d’ot partait
le coup fatal.

Cette crainte s’empara si fortement de mon esprit que,
l’orage passé, je laissai 14 tous mes travaux, mes construc-
tions, mes fortifications et m’appliquai sans relache 4 faire
des boites et des sacs pour yrenfermer ma poudre par petites
parties, dans l’espoir que toutes ne prendraient pas feu a
la fois. J’eus soin de les séparer assez pour que, si l’une
s’allumait, elle ne fit pas sauter les autres, Je ne pus finir



ROBINSON CRUSOE 41

cette besogne avant quinze jours, et je divisai mes deux
cent quarante livres de poudre en une centaine de parties.
Pour le baril mouillé, je n’avais rien a craindre; je le plagai
dans ma nouvelle cave, qu’il me plut d’appeler ma cuisine.
Je cachai le reste dans des trous de rocher, bien a l’abri de
Vhumidité, en remarquant attentivement les places.

Pendant que je me livrais a ce soin, je ne manquais point
de sortir au moins une fois par jour, avec mon fusil, tant
pour me distraire que pour voir si je ne pourrais pas tuer
quelque animal bon 4 manger. A ma premiére excursion
je découvris qu’il y avait des chévres dans J’ile et j’en fus
enchanté.

Un jour, je me promenais sur le bord de la mer, le fusil
au bras, et je me sentis une grande tristesse en considérant
ma situation. Alors ma raison sembla prendre a tache de
me montrer les choses sous un autre aspect. ‘“‘Tu te trouves,
disait-elle, dans une situation désolante, cela est vrai;
mais dis-moi, je te prie, ot sont tes camarades? N’étes-vous
pas entrés onze dans la chaloupe? oti sont les dix autres?
Pourquoi n’ont-ils pas été sauvés, et toi n’as-tu pas été
perdu? Pourquoi as-tu été séparé du reste? Lequel vaut
le mieux d’étre ici ou 14?”” Et en pronongant le dernier mot
je montrais la mer avec le doigt. Ne faut-il pas considérer
les choses du bon et du mauvais cété? Et les biens dont
nous jouissons ne doivent-ils pas nous consoler des maux
qui nous affligent?

Alors je me rappelais combien j’étais heureusement
pourvu sous le rapport de ma subsistance, et je me de-
mandais ce que je serais devenu si, par un de ces hasards
qui n’arrivent pas une fois sur cent mille, le vaisseau n’avait
pas été porté jusqu’a une place assez proche du rivage
pour que je pusse y prendre les choses sans lesquelles mon
existence efit été complétement misérable. Que serais-je
maintenant, si j’étais resté dans l'état of je m’étais vu
lorsque j’abordai cette rive? ‘‘Surtout, m’écriais-je a haute



42 PREMIERES AVENTURES DE

voix, comme si j’eusse parlé a d’autres qu’A moi-méme,
qu’aurais-je fait sans fusil, sans munitions, sans outils,
sans vétements, sans lit, et n’ayant aucun moyen de me
faire une tente ni aucune autre sorte de couverture?’’ Grace
a Dieu, j’avais de tout cela en suffisante quantité, j’étais
en bon chemin d’assurer ma subsistance sans le secours de
mes armes, quand mes munitions seraient épuisées.

Et maintenant, puisque je dois montrer le triste spectacle
d’une vie silencieuse et telle que le monde n’en a peut-étre
jamais entendu raconter, je veux la représenter dés son
commencement et la suivre dans son ordre.

Selon mes calculs, je débarquai dans cette ile affreuse
le 30 septembre, époque a laquelle le soleil est pour nos
pays dans l’équinoxe d’automne, et se trouvait presque
d’aplomb sur ma téte; car, d’aprés mes observations, j’étais
a 9 degrés 22 minutes N. de la ligne.

Aprés un séjour de dix a douze jours, il me vint a l’esprit
que je perdrais bient6t mes calculs sur le temps, faute de
papier, de plume et d’encre, et que je confondrais méme le
jour du Seigneur avec les jours ouvrables. Pour prévenir
cet inconvénient, je gravai avec mon couteau sur un grand
poteau en forme de croix, que je plantai sur le rivage a la
place ot j’avais pris terre, cette inscription en lettres
majuscules:

JAI DEBARQUE ICI LE 30 SEPTEMBRE 16309.

Sur les cétés du poteau, dont la forme était carrée, je
faisais tous les jours une entaille avec mon couteau; la
septiéme entaille était deux fois plus longue que les autres,
et le premier jour du mois était marqué par une entaille
deux fois grande comme celle des dimanches. Ainsi j’avais
un calendrier marquant les divisions du temps par se-
maines, mois et années.

Parmi les objets que j’avais rapportés du navire, il s’en
trouvait de moins essentiels que les autres, mais qui me



ROBINSON CRUSOE 43

devinrent également utiles par la suite, quand je les re-
trouvai en fouillant dans les coffres.

C’étaient, par exemple, des plumes, de l’encre et du
papier, provenant de la provision du maitre, du canonnier
et du charpentier, trois ou quatre compas, quelques in-
struments de mathématiques, des cadrans, des lunettes
d’approche, des cartes et des livres de navigation. J’avais
pris tout cela en masse, ne sachant si je pourrais en faire
usage. Je retrouvai encore trois Bibles trés bonnes qui
faisaient partie de l’envoi qu’on m’avait fait d’Angleterre,
et que j’avais apportées avec moi a mon dernier voyage;
de plus quelques livres portugais, entre autres des livres
de priéres catholiques romains et divers ouvrages. Je les
conservai tous précieusement.

Je ne dois pas oublier de dire que nous avions a bord un
chien et deux chats. J’embarquai les deux chats; quant
au chien, il sauta de lui-méme du batiment dans la mer et
vint a terre, a la nage, le lendemain de mon premier voyage
en radeau. Cet animal fut pour moi un ami fidéle pendant
bien des années; il me rapportait tout ce qu'il pouvait, et
me faisait si bonne compagnie que j’aurais voulu lui en-
seigner a parler; mais sur ce point je perdis ma peine. J’ai
déja dit que j’avais de l’encre, des plumes et du papier,
provisions que je ménageais beaucoup; cependant on verra
que j’usai de mon encre tant qu’elle dura, pour noter
exactement ce quim’arrivait, chose qui me devint impossible
ensuite; car je ne trouvai aucun moyen de faire de l’encre.

Cela me rappelle qu’il me manquait encore quantité de
choses, malgré tout ce que j’avais rassemblé; de ce nombre
était premiérement l’encre, comme je viens de dire, ensuite
une béche, une pioche, et une pelle, des aiguilles, des
épingles, et du fil. Quant au linge, je m’accoutumai assez
vite a m’en passer.

Ce manque d’outils rendait tous mes travaux lents et
difficiles. Il me fallut prés d’une année pour terminer en-



44 PREMIERES AVENTURES DE

tiérement mon petit enclos. J’étais fort longtemps 4 couper
les perches dans les bois et plus longtemps encore a les
transporter, le poids de chaque piéce exigeant tous mes
efforts. Ainsi je mettais quelquefois deux jours soit a
couper, soit 4 déplacer un poteau, et un troisiéme jour 4a le
fixer en terre, ce que je fis d’abord 4 l’aide d’un bloc de
bois trés lourd; je pensai plus tard aux leviers de fer que
j/avais, et je m’en servis pour enfoncer mes pieux, ce qui
n’empécha point ce travail d’étre long et fastidieux.

Mais, hélas ! devais-je regarder a la longueur ou a /’ennui
de mes travaux! j’avais toujours assez de temps pour les
faire. Je ne prévoyais pas, en effet, A quoi je passerais les
heures quand mes arrangements seraient achevés, sinon a
courir le pays pour chercher du gibier, ce que je faisais déja
une fois par jour, plus ou moins longtemps.

J’ai déja décrit mon habitation; c’était, comme on l’a
vu, une tente placée au pied d’un rocher et entourée d’une
forte palissade de poteaux et de cables. Je pourrais méme
donner le nom de muraille 4 cette cloison, puisque j’avais
élevé contre elle, en dehors, un mur en terre épais de deux
pieds. Quelque temps aprés (un an et demi, si je ne me
trompe pas), je posai des piéces de bois en chevron, portant
d’un cdété sur la muraille, de l’autre sur le rocher, et je
les couvris de ramées et de tout ce que je pus ramasser
pour former un abri contre les pluies, qui tombaient en
abondance et avec beaucoup de violence en certaines
saisons.

Tous mes effets étaient, comme je lai dit, renfermés
dans l’enclos et dans la cave derriére la tente. Mais je dois
observer que ce fut d’abord un amas confus qui me laissait
a peine assez de place pour me retourner. Ainsi, jem’occupai
d’agrandir ma cave en creusant plus avant dans le banc,
qui se composait d’une roche sablonneuse et facile 4 en-
tamer. Me croyant suffisamment garanti des bétes féroces,
je continuai mon travail souterrain, et, pénétrant a droite



ROBINSON CRUSOE 45

sur le flanc du rocher, je tournai ensuite une seconde fois
a droite et je parvinsal’extérieur, ce qui m’ouvrit un passage
en dehors de mes fortifications. Cette ouvrage ne fournit
pas seulement une espéce de porte de derriére 4 ma tente et
a mon magasin pour y avoir une entrée et une sortie, mais
encore il me donna de l’espace pour loger toutes mes pro-
visions.

Je m’appliquai ensuite a fabriquer les objets qui me
semblaient les plus nécessaires, entre autres une chaise
et une table, sans lesquelles je ne pouvais jouir 4 mon aise
du peu de douceurs qui me restaient encore dans la vie.
Je ne pouvais en effet ni écrire, ni manger, ni faire plusieurs
autres choses avec le méme plaisir que si j’eusse possédé
une table.

Je me mis donc a l’ouvrage. Ici je ferai observer que
la raison étant l’origine et la base des mathématiques, tout
homme, en jugeant sainement des objets susceptibles de
calculs et de mesures, peut arriver, avec le temps, a con-
cevoir et a exercer les arts mécaniques. De mavie je n’avais
touché un outil; cependant, a force de travailler, de ré-
fléchir, de combiner, je vis qu’il m’aurait été possible de
faire tout ce dont j’avais besoin, si les outils ne m’eussent
pas manqué; et méme, sans leur secours, je fabriquai un
grand nombre de choses diverses, la plupart en me servant
seulement d’une hache et d’un rabot. On n’avait peut-étre
jamais fait ces choses de la méme maniére; aussi elles me
cotitérent un travail infini. Par exemple, si je voulais
avoir une planche, il me fallait couper un arbre, le poser
devant moi, le tailler des deux cdtés avec ma hache, jusqu’a
ce qu'il devint aussi mince qu’une planche; alors je l’unissais
avec le rabot. Par cette méthode je ne tirais, il est vrai,
qu’une seule planche d’un arbre tout entier; mais a cela
il n’y avait point de reméde, sinon de prendre patience, de
méme que sur la prodigieuse quantité de temps et de labeur
exigée pour obtenir un si mince résultat. Du reste, mon



46 PREMIERES AVENTURES DE

temps et mon travail n’étaient pas de grande valeur, et
leur emploi m’était indifférent.

Cependant je me fis avant tout une table et une chaise
comme je l’ai dit, et je me servis pour ces ouvrages des
plus petits morceaux de bois tirés du vaisseau. Mais lorsque
j’en fus venu a avoir des planches, je fis de grandes tablettes
d’un pied et demi et les posai les unes au-dessus des autres,
le long d’une des parois de ma cave, pour y déposer mes
outils, mes clous, ma ferraille, en un mot, pour mettre tout
en ordre, de maniére a le trouver sous ma main. Je plantai
des crochets dans le mur de roche, pour y pendre mes fusils
et tout ce qui pouvait étre ainsi rangé; en sorte que ma
petite caverne ressemblait 4 un magasin général de tous
les objets nécessaires, et ce fut pour moi un grand plaisir
de contempler cet arrangement si commode, surtout de
trouver ainsi étendues mes provisions les plus indis-
pensables.

Ce fut alors que je commengai a écrire mon journal
jusqu’au temps ot l’encre me manqua et m’obligea de
linterrompre.

JOURNAL.

30 septembre 1659.—Moi, le pauvre misérable Robinson
Crusoé, je fus jeté, aprés le naufrage de mon batiment, sur
la cdte de cette ile affreuse, que jenommai /’tle du Désespoir.
Tout le reste de l’équipage avait été noyé, moi-méme
javais été sur le point de périr.

Je passai le reste du jour 4 déplorer les tristes circon-
stances dans lesquelles je me trouvais. Aux approches de
la nuit, je montai dans un arbre pour y dormir a l’abri des
animaux ou des hommes; et mon sommeil fut paisible,
malgré la pluie qui tomba jusqu’au point du jour.

ret octobre.—Le matin je vis 4 ma grande surprise que
la marée haute avait porté le vaisseau naufragé beaucoup
plus prés du rivage qu'il n’était la veille. Je me réjouis de



ROBINSON CRUSOE 47

voir ce batiment encore entier et j’espérai trouver moyen
de l’aborder (si le vent diminuait) et d’en tirer des vivres
et d’autres objets de premiére nécessité. Enfin, apercevant
que le batiment était 4 peu prés a sec, je m’avancai sur la
gréve aussi loin que je le pus, ensuite je fis 4 la nage le reste
du trajet qui me séparait du navire. Ce jour-la fut encore
pluvieux; mais il n’y eut point de vent.

Du re? au 24 octobre.—Cet intervalle fut employé a faire
plusieurs voyages pour transporter ce que je pouvais tirer
‘du batiment. J’amenai tout cela 4 terre, sur des radeaux,
a la faveur de la marée montante. Il] plut beaucoup pen-
dant ce temps, mais non pas continuellement; il parait que
c’était la saison des pluies.

24 octobre.—Mon radeau chavira; mais c’était sur un
bas-fond, et la plupart des choses qu'il portait étant trés
pesantes, j’en retrouvai quelques-unes quand la marée
baissa.

25 octobre.—I] plut tout le jour et toute la nuit, et il y
eut plusieurs rafales pendant lesquelles le batiment fut mis
en piéces. I] n’en resta que des débris visibles seulement
pendant les basses marées. Je passai la journée 4 mettre a
labri de la pluie ce qui pouvait étre endommagé.

26 octobre.—Je courus presque tout le jour le long de la
céte pour chercher un lieu d’habitation convenable. Je
tenais surtout 4 me mettre en stireté contre les attaques
des hommes ou des bétes. Vers la nuit je trouvai enfin un
endroit tel que je le désirais, au pied d’une roche assez
élevée. Je tracai un demi-cercle pour mon campement,
et je résolus de l’enclore avec une sorte de palissade
composée d’un double rang de pieux garnis intérieurement
avec des cables et consolidée en dehors par un mur de
terre.

Du 26 au 30 octobre.—Je travaillai au transport de mes
effets dans ma nouvelle demeure, malgré la pluie qui tom-
bait par intervalles trés abondamment.



48 PREMIERES AVENTURES DE

31 octobre.—Le matin je fis une excursion dans !’intérieur
de l’ile avec mon fusil, pour chercher du gibier et recon*
naitre le pays. Je tuai une chévre; son petit me suivit au
logis, mais je fus obligé de le tuer aussi parce qu'il refusa
de manger.

ref novembre.—Je plantai ma tente sous le rocher, et
pour la premiére fois j’y passaila nuit. Je l’avais faite aussi
grande que je l’avais pu, et j’y avais suspendu mon hamac.

2 novembre.—Je rassemblai les coffres, les planches et
les piéces de bois dont mes radeaux avaient été faits, et je
les rangeai autour de ma tente comme une sorte de défense,
un peu en dedans de la ligne marquée pour ma palissade.

3 novembre.—Je sortis avec mon fusil et je tuai deux
oiseaux du genre des canards, qui me fournirent un trés bon
manger. Dans1’aprés-midi je travaillai 4 me faire une table.

4 novembre.—Je commengai ce jour-la 4 régulariser mes
heures de travail, de chasse, de repos et de récréation. Tous
les matins je passais deux a trois heures a la chasse, quand
il ne pleuvait pas; ensuite je travaillais jusqu’a onze heures
environ; alors je mangeais ce que j’avais 4 manger, et de
midi a deux heures je dormais, la chaleur étant excessive
en ce moment. Le reste du jour je travaillais encore. La
partie de la journée consacrée au travail fut entiérement
employée, ce jour-la et le lendemain, a la confection de ma
table, car j’étais encore un pauvre ouvrier, bien que le
temps et la nécessité dussent me rendre ensuite un artisan
accompli, comme tout autre 4 ma place le serait devenu
sans doute.

5 novembre.—Je sortis ce jour-la avec mon fusil et mon
chien, et je tuai un chat sauvage: son poil était doux mais
sa chair ne valait rien. Je prenais toujours la peau des
animaux que je tuais et je la conservais. Je vis, en reve-
nant par le rivage, des oiseaux de mer qui m’étaient in-
connus, et je fus surpris et presque effrayé de l’apparition
de deux ou trois veaux marins, Tandis que je les consi-



ROBINSON CRUSOE 49

dérais, ne sachant ce que c’était, ils rentrérent dans l’eau
et m’échappérent pour cette fois.

6 novembre.—Aprés ma course du matin je me remis a
travailler 4 ma table et je l’achevai, mais non a ma satis-
faction; je fus bient6t assez habile pour l’améliorer.

7 novembre.—Le temps se mit beau. Les 7, 8, 9 et Io, et
une partie du 12 (le 11 était un dimanche selon mes calculs),
je travaillai 4 me faire une chaise, et je pris beaucoup de
peine a lui donner une forme passable. Je ne fus point
content de mon ouvrage, et je le brisai plusieurs fois avant
de le finir.

Nota. Je cessai bientdt d’observer les dimanches; car,
ayant omis de les marquer sur le poteau, je ne pus les
reconnaitre ensuite.

13 novembre.—Il plut ce jour-la, ce qui rafraichit et la
terre et moi-méme; cependant cette pluie fut accompagnée
d’un coup de tonnerre dont l’éclair me causa une frayeur
mortelle 4 cause de ma poudre. Aussitdt que cet orage fut
passé, je m’occupai de séparer ma provision de poudre en
autant de paquets que je le pus, afin d’éviter le danger de
la perdre toute a la fois.

I4, 15 et 16 novembre.—J’employai ces trois jours a
faire de petites boites carrées contenant environ une livre,
au plus deux livres de poudre, et je les logeai en des places
aussi stires et aussi éloignées les unes des autres que
possible. Un de ces jours-la je tuai un gros oiseau bon a
manger, mais dont j’ignore le nom.

17 novembre.—Je commengai a creuser le rocher derriére
ma tente, afin de me donner plus de place pour mon futur
établissement et ce que je pourrais y ajouter.

Nota. Il me manquait trois choses essentielles pour ce
travail, une pioche, une pelle et une brouette ou un grand
panier, et je suspendis mon opération pour réfléchir aux
moyens de me procurer ces outils. Quant a la pioche, je
la remplacgai assez bien par des leviers en fer, quoiqu’ils

WG 4



50 PREMIERES AVENTURES DE

fussent un peu trop lourds; mais il me fallait absolument
une pelle ou une béche; sans cela je ne pouvais rien faire,
et je ne savais comment je remplacerais cet instrument.

18 novembre.—Le jour suivant, je remarquai dans le
bois un arbre a peu prés semblable a celui qu’au Brésil on
nomme l’arbre de fer, 4 cause de la dureté de son bois. Je
coupai un morceau de cet arbre avec beaucoup de peine et
en sacrifiant presque une hache, et j’emportai ce morceau
de bois au logis avec non moins de peine, sa pesanteur
égalant sa dureté. Je parvins 4 donner a cette piéce de
bois, par un travail obstiné, la forme d’une pelle, dont le
manche était exactement fait comme ceux de nos pelles;
mais le cété large n’ayant point de talon en fer, elle était
moins solide; elle le fut cependant assez pour l’usage que
j’en voulais faire. Je pense qu’on ne fabriqua jamais une
pelle de cette maniére, ni avec tant de lenteur.

Je n’avais pas encore tout ce qu'il me fallait, il me man-
quait un panier ou une brouette. Le panier, je ne pouvais
lavoir, n’ayant a ma portée rien d’analogue a l’osier, ni des
branches assez flexibles pour faire des ouvrages de vannerie.
Quant a la brouette, je croyais pouvoir en faire une, si la
roue ne m’avait embarrassé. Je ne savais comment m’y
prendre pour fabriquer une roue, et quand je l’aurais su,
il m’etit été impossible de forger l’essieu pour passer dans
le moyeu, et les autres piéces de fer. Je ne pensai donc
plus a cela, et, pour emporter la terre que je tirais de mon
excavation, je me fis une sorte d’instrument assez sem-
blable a l’auge dans laquelle les magons portent le mortier.
Cet instrument fut moins difficile 4 faire que la pelle.
Toutefois l’un et l’autre, en y joignant mes vaines ten-
tatives pour construire une brouette, occupérent quatre
journées, en exceptant toujours mes courses matinales avec
mon fusil, dont je me dispensais rarement, comme rare-
ment aussi j’en revenais sans rapporter quelque chose de
bon a manger.



ROBINSON CRUSOE 51

23 novembre.—Je repris mon travail interrompu pour
fabriquer mes outils, et en y employant chaque jour tout
le temps que mes forces me permettaient, je parvins en
dix-huit journées a creuser un caveau assez large et assez
profond pour contenir a l’aise toutes mes richesses.

Nota. Mon but était d’avoir une piéce assez spacieuse
pour me servir de magasin, de cuisine, de salle 4 manger et
de cave. Jeréservais la tente pour mon logement personnel;
cependant je fus souvent obligé, dans la saison pluvieuse,
d’abandonner cette place 4 cause de l’humidité, ce qui me
décida ensuite 4 couvrir une partie de mon enclos d’un
toit formé de longues perches rangées comme des solives,
appuyées contre le rocher, et chargées de rameaux et de
grandes feuilles d’arbre.

Io décembre.—Je croyais ma cave a peu prés finie; sans
doute je l’avais trop creusée, car tout 4 coup une énorme
quantité de terre éboula du sommet et de l’un des cétés.
Cela m’effraya, non sans raison; en effet, si je m’étais
trouvé sous |’éboulement, je n’aurais pas eu besoin d’un
fossoyeur pour m’enterrer. I] me fallut travailler long-
temps pour réparer ce désastre et déblayer le souterrain,
et, ce qui était encore plus important, pour étayer la voite,
afin d’empécher le retour d’un pareil accident.

11 décembre.—J’y travaillai, et je posai deux poteaux
debout ‘sous la voiite et deux traverses en bois sur chacun.
Le lendemain j’avais fini cet ouvrage; j’ajoutai d’autres
poteaux et d’autres planches, et en une semaine j’assurai
mon toit, et les piéces de bois posées 4 la file formérent les
divisions de la cave.

17 décembre.—De ce jour au 20, je m’occupai a poser
des tablettes et 4 enfoncer des clous sur les poteaux pour
ranger ou suspendre mes effets. Je commengai alors a
établir de l’ordre dans mon intérieur.

20 décembre.—Je portai a la cave tout ce qui devait y
&tre, et je posai de petites planches en forme de dressoir, pour

4-2



52 PREMIERES AVENTURES DE

y mettre mes vivres. Mes planches cependant devenaient
rares; je me fis encore une table.

24 décembre.—Grande pluie toute la nuit et tout le jour;
je ne sortis point.

25 décembre.—Pluie toute la journée.

26 décembre.—Point de pluie; la terre extrémement
rafraichie et le temps plus agréable qu’auparavant.

27 décembre.—Je tuai une jeune chévre; j’en blessai une
autre, et je pus l’attraper et la conduire chez moi en laisse.
Quand elle fut au logis, je bandai sa jambe cassée et lui mis
des éclisses.

Nota. Je pris tant de soins de cet animal qu’il vécut; sa
jambe se remit et fut aussi forte que jamais. Pendant ce
temps-la elle s’était apprivoisée, et paissait sur la petite
pelouse devant ma porte sans songer a s’en aller. Cela me
donna l’idée d’avoir du bétail privé, afin de ne point
manquer de nourriture quand ma poudre et mon plomb
seraient épuisés.

28, 29, 30 et 31 décembre.—Grandes chaleurs et pas de
vent. Impossible de sortir avant le coucher du soleil, pour
avoir de quoi manger. Je passai le temps 4 ranger mes
affaires dans ma maison.

rer janvier.—Encore une extréme chaleur; je sortis de
grand matin et vers le soir avec mon fusil, et je demeurai
en repos dans le milieu du jour. Le soir, en allant un peu
plus avant dans les vallées qui s’étendent vers le centre de
Vile, je vis qu'il y avait grande abondance de chévres; mais
elles étaient trés sauvages et difficiles 4 surprendre. Toute-
fois je résolus d’amener mon chien et d’essayer de les
poursuivre. Le lendemain donc je sortis avec lui et je le
lancai sur les chévres. Mais mon attente fut trompée; les
chévres se tournérent contre le chien, et celui-ci, sentant
fort bien le danger, ne voulut pas approcher d’elles.

3 janvier.—Je commengai ma muraille ou palissade, que
je me proposais de rendre aussi solide que je pourrais; car



ROBINSON CRUSOE 53

je n’étais pas encore guéri de la crainte d’attaques d’un
genre ou de !’autre.

Dans le cours de mes travaux il arriva qu’un jour, en
fouillant parmi mes effets, un petit sac me tomba sous la
main, il contenait la provision de grain d’orge et de riz que
j'avais apportée du navire, et qu’on avait prise pour
nourrir de la volaille 4 bord. Les rats avaient dévoré le peu
de grain qui restait; je ne vis que des cosses et de la pous-
siére au fond du sac, et comme je le destinais 4 un autre
emploi, je secouai les cosses en dehors, a cété de mes forti-
fications et au-dessous du rocher.

C’était un peu avant les grandes pluies dont j’ai parlé, et
j oubliai bientét ce fait, auquel j’avais prété peu d’atten-
tion. Un mois aprés je vis des épis sortir de terre, et je
pensai qu’ils appartenaient a des plantes que je n’avais pas
encore remarquées; mais je fus dans un étonnement sans
pareil lorsque, peu de jours aprés, je vis poindre dix 4 douze
épis verts et semblables a ceux de l’orge d'Europe, méme
de l’orge d’Angleterre. Je crus un instant que Dieu, par un
miracle, avait fait lever ces épis sans qu’ils eussent été
semés, et cela dans le but direct de me nourrir en ce lieu
désolé.

Je recueillis avec grand soin ces épis de blé a leur ma-
turité, ce qui arriva vers la fin de juin, et séparant les grains
de leur tige, je résolus de les ressemer dans |’espoir d’en
avoir, avec le temps, une quantité suffisante pour ma con-
sommation. Mais ce fut seulement a la quatriéme année
que je me permis de manger de ce grain, et encore avec une
grande parcimonie. Je perdis tout ce que j’avais semé la
premiére année, parce que je semai avant la saison séche.
Le grain ne put venir, du moins aussi bien qu'il l’aurait
fait s’il avait été mis en terre au bon moment. Je reviendrai
sur tout cela.

Je travaillai opiniatrément pendant trois 4 quatre mois
pour achever ma cléture, et le 14 avril je la fermai et trouvai



54 PREMIERES AVENTURES DE

un moyen d’y entrer, non par une porte, mais par-dessus le
mur, avec une échelle, afin qu’il n’y efit en dehors nul indice
de mon habitation.

16 avril—Je finis mon échelle, je m’en servis pour
monter sur la muraille; puis je la retirai et la descendis dans
lVintérieur. J’étais ainsi parfaitement clos. J’avais un em-
placement assez grand dans l’enceinte, et l’on ne pouvait
venir sur moi du dehors sans escalader le mur.

Dés le lendemain du jour ot je terminai mes fortifications,
tous mes travaux faillirent étre renversés, et moi-méme
perdu: voici le fait. J’étais occupé 4 quelque arrangement
intérieur derriére ma tente, 4 l’entrée de ma caverne,
quand je fus effrayé par le plus surprenant et le plus terrible
spectacle. Je vis soudain la terre s’écrouler de la votite du
souterrain et du flanc de la colline; en méme temps deux
des piliers que j’avais placés dans ma cave craquaient
horriblement. Je fus saisi d’effroi; mais ne comprenant
pas la véritable cause du phénoméne, je pensai que le haut
de ma cave s’éboulait, comme cela était déja arrivé. De
peur d’étre écrasé, je courus a l’échelle, et je ne me crus en
stireté que lorsque je fus hors de mon enclos, oti je m’atten-
dais a voir crouler la colline. Mais je n’eus pas plutét posé
le pied sur le sol, que je vis clairement qu'il était ébranlé
par un tremblement de terre. Je sentis, 2 huit minutes
d’intervalle lune de l’autre, trois secousses assez fortes
pour renverser les batiments les plus solides, et qui dé-
tachérent la cime d’un rocher a deux milles de moi prés de
la mer. La chute de cette roche dans I’eau fit le bruit le
plus épouvantable que j’aie entendu de ma vie. Je re-
marquai aussi que la mer était violemment agitée; je crois
méme que les secousses étaient encore plus sensibles sous
Veau que dans J’ile.

Ma terreur fut grande; car je n’avais jamais vu ni en-
tendu rapporter rien de pareil. Je restai anéanti. Le
mouvement de la terre m’avait donné une sorte de dé-



ROBINSON CRUSOE 55

faillance semblable au mal de mer; le bruit que fit le rocher
en tombant me réveilla de ma stupeur et me remplit
d’épouvante. Je crus que la colline allait ensevelir de nou-
veau tous mes trésors; 4 cette pensée le coeur me manqua.

Tandis que j’étais assis comme je viens de le dire, je sentis
lair s’appesantir et je vis le ciel se couvrir de nuages de
pluie. Bientdét le vent s’éleva par degrés et devint, au bout
d’une demi-heure, un terrible ouragan.

Aprés quelques instants que je passai tranquillement
assis dans ma caverne, ne sentant plus de secousses, je
revins un peu 4 moi-méme. Pour achever de me récon-
forter, j’allai A mon petit magasin et me versai une goutte
de rhum, liqueur dont j’usai fort sobrement, alors comme
en toute autre occasion, ne pouvant pas la remplacer quand
je n’en aurais plus.

Il continua de pleuvoir toute la nuit et une grande partie
de la journée suivante, et je ne pus sortir; mais mon esprit
était moins troublé, et je réfléchis sérieusement a ce que
j'avais a faire. Je ne pouvais habiter une caverne, puisque
cette ile paraissait sujette 4 des tremblements de terre; je
devais me faire une cabane dans un lieu découvert oti je
pourrais établir une palissade, comme je |’avais fait pour
ma demeure actuelle, dans laquelle je risquais d’étre en-
seveli vivant un jour ou l’autre.

Je me décidai a déplacer d’abord ma tente, qui se trou-
vait précisément contre le cété escarpé de la colline, et
devait étre infailliblement écrasée s’il survenait un autre
tremblement de terre. Je passai les deux jours suivants
(19 et 20 avril) A songer aux moyens de déloger.

J étais si fortement affecté par la crainte d’étre enterré
vif, que mon sommeil en était troublé; mais la crainte de
coucher en plein champ et sans aucune retraite était
presque aussi puissante. Et quand je voyais combien tout
était en ordre autour de moi, combien j’étais commodément
et sirement logé, je sentais une grande répugnance a



56 PREMIERES AVENTURES DE

changer de gite. Je pensais aussi au temps et aux peines
que demanderait un nouvel établissement, et j’en conclus
qu il fallait de toutes maniéres courir la chance de rester
oti j’étais, jusqu’a ce que j’eusse formé un campement
convenable. Je tachai donc de me tranquilliser pour le
moment, et je pris seulement la résolution de construire,
le plus vite possible, une nouvelle enceinte dans laquelle je
porterais ma tente; mais en attendant, je me résignai a
garder mon logis actuel. Ce fut le 21 avril que j’arrétai
ce plan.

22 avril—Le lendemain, je songeai a l’exécution de mes
projets. Les outils me manquaient totalement. J’avais
trois fortes haches et un grand nombre de ces petites
hachettes que nous avions emportées pour trafiquer avec
les sauvages; mais, 4 force de couper des bois durs, tous ces
instruments étaient ébréchés et émoussés, et ma pierre a
aiguiser, que je ne pouvais faire tourner, m’était inutile.
Jamais homme d’Etat, jamais magistrat ne consacrérent
plus de réflexions a la plus importante affaire politique ou
judiciaire que je n’en dépensai au sujet dema meule. Enfin
je parvins a faire une roue attachée a un cordon pour
donner le mouvement 4 la pierre avec mon pied, tandis que
j’aurais les mains libres.

Nota. Je n’avais jamais vu de machines semblables en
Angleterre, du moins je n’avais pas fait attention a leur
construction; mais j’ai vu depuis que rien n’était plus
commun. I] faut dire cependant, pour rehausser le mérite
de mon invention, que ma meule était trés grande et trés
pesante. Cette machine me cotita une semaine entiére de
travail pour arriver 4 sa perfection.

28-29 avril.—J’employai ces deux jours a repasser mes
outils. Ma meule fonctionnait parfaitement.

30 avril.—Depuis longtemps je remarquais que ma pro-
vision de pain diminuait; je l’examinai et me réduisis 4 un
biscuit par jour, ce qui me rendit le cceur bien triste.



ROBINSON CRUSOE 57

rer mai.—En regardant le matin du cété de la mer, pen-
dant la marée basse, je vis sur la gréve un objet plus gros
que ceux qui frappaient mes yeux tous les jours a cette
place; cet objet avait la forme d’un petit baril. J’allai
reconnaitre; c’était en effet un baril, et je vis prés de lui
quelques débris de notre batiment que le dernier ouragan
avait déplacés. Je tournai mes regards sur le batiment lui-
méme et sa carcasse me parut plus élevée au-dessus de
leau qu'elle ne l’était auparavant. Le baril contenait de
la poudre; mais cette poudre, ayant été mouillée, s’était
ensuite durcie comme de la pierre. Cependant je roulai le
petit tonneau plus haut sur la rive, et j’avangai dans les
sables aussi loin que possible vers le navire, pour essayer
d’en tirer encore quelque chose. Sa position était singu-
liérement changée. Le gaillard d’avant, au lieu d’étre,
comme précédemment, enfoncé dans le sable, le dépassait
de plus de six pieds, et la poupe, qui s’était détachée du
reste bient6t aprés mon dernier voyage a bord, avait été
ballottée et enfin jetée sur le cété. Des monceaux de sable
entouraient maintenant l’arriére et permettaient d’en ap-
procher a pied, tandis qu’autrefois un intervalle qu’il
fallait passer 4 la nage séparait de la cdte le batiment
naufragé. D’abord ce changement m’étonna, ensuite je
compris qu’il avait été produit par le tremblement de terre,
dont les secousses avaient aussi disloqué encore davantage
le batiment, comme le témoignaient les débris jetés presque
tous les jours sur le rivage.

Cet incident détourna mon esprit de mes projets de dé-
ménagement, et je m’occupai avec beaucoup de zéle, ce
jour-la surtout, de trouver quelque voie pour pénétrer dans le
corps du navire. Jen’en trouvai aucune, parce que le sable
le couvrait entiérement. Cependant, comme j’avais appris 4
ne désespérer de rien, je résolus de tirer piéce a piéce tout
ce que je pourrais de cette carcasse de vaisseau, persuadé
que ses débris me seraient utiles de fagon ou d’autre.



58 PREMIERES AVENTURES DE

3 maiJe me mis 4 l’ceuvre avec ma scie et je détachai
une solive qui probablement soutenait une des parties
supérieures du pont.

4 mai.—J’allai 4 la péche. J’attrapai un petit dauphin.
Je métais fait une longue ligne avec un fil a cordage; mais
je n’avais point d’hamecons, et néanmoins je prenais sou-
vent assez de poissons, du moins autant que j’en voulais
manger. Je les faisais sécher au soleil, et ne les mangeais
que lorsqu’ils étaient bien secs.

5 mai—Je travaillai sur le batiment, et, ayant coupé
une autre solive, je tirai du pont trois grandes planches
de sapin. Je les attachai ensemble et les mis a flot quand
la marée fut assez haute pour les amener 4a terre.

6 mai.—Je retournai encore au batiment, d’ot je tirai
plusieurs chevilles de fer et d’autres piéces du méme métal.
Je travaillai rudement et je rentrai si fatigué que je pensai
a laisser la cette entreprise.

7 mai.—J’allai encore au navire, mais non avec I’in-
tention d’y travailler, et je trouvai que par son propre poids
il s’était disloqué, les solives principales ayant été coupées.
Plusieurs piéces de la carcasse gisaient détachées et je pus
voir l’intérieur, qui était presque rempli d’eau et de sable.

8 mai.—J?allai au navire, et je portai avec moi un levier
de fer, pour détacher les planches du pont, qui maintenant
se trouvait dégagé d’eau et de sable. Je défis deux planches
et les amenai a bord, de méme que les autres, en profitant
de la marée montante. Je laissai mon levier sur la place
pour le lendemain.

9 mai.—Je pénétrai, par le moyen du levier, dans le
corps du navire; je sentis quelques tonneaux et les déplagai
avec mon levier, mais je ne pus ni les briser ni les retirer.
Je sentis aussi un rouleau de plomb d’Angleterre et je le
remuai; toutefois sa pesanteur m’empécha de I’enlever de
place.

Io a I4 mai.—Je continuai mon travail pendant ces



ROBINSON CRUSOE 59

quatre jours, et je rapportai quantité de planches, de mor-
ceaux de bois, et deux a trois quintaux de fer.

I5 mai.—Je portai deux petites haches au navire pour
essayer de couper un morceau du rouleau de plomb, en
posant dessus le tranchant d’une des hachettes et en me
servant de l’autre pour l’enfoncer; mais le rouleau étant
sous un pied et demi d’eau, mes coups ne portaient pas
assez juste pour enfoncer la hachette.

16 mai.—Le vent avait été trés violent pendant la nuit,
et les restes du navire furent encore plus brisés qu’ils ne
létaient par la force des vagues. Ce jour-la je restai si
longtemps dans les bois pour chercher des pigeons que la
marée monta avant que j’eusse pu aller au navire.

I7 mai.—Je vis quelques fragments du batiment, que
les flots avaient jetés sur le rivage 4 deux milles de distance.
Je voulus cependant aller les reconnaitre; c’était une partie
de la proue, trop pesante pour que je pusse l’emporter.

24 mai.—Tous les jours qui précédérent cette date, je
travaillai sur le navire et, a force de peine et de patience,
je détachai avec mon levier des piéces si essentielles, qu’a
la premiére forte marée quelques tonneaux flottérent hors
de la carcasse, ainsi que deux coffres des matelots. Mais le
vent soufflant de terre, il n’arriva ce jour-la sur la gréve
que des morceaux de bois et un muid contenant du porc du
Brésil, que l’eau de mer et le sable avaient gaté. Je con-
tinuai le méme travail du 24 mai au I5 juin, en prenant
cependant tous les jours le temps nécessaire pour chercher
ma vie.

16 juin —En descendant sur le bord de la mer, je vis une
grande tortue. C’était la premiére que je voyais, et cela
venait de ma mauvaise fortune, car elles abondaient dans
ile; et, si je l’eusse abordée de l'autre cété, j’en aurais
trouvé par centaines, tous les jours, comme je m’en assurai
ensuite; mais peut-étre cette découverte m’aurait cotité
bien cher.



60 PREMIERES AVENTURES DE

17 juin.—Je m’occupai 4 faire cuire la tortue. Je trouvai
soixante ceufs dans son corps; sa chair me sembla le mets
le plus savoureux, le plus agréable que j’eusse goité en
toute ma vie; et cela devait me paraitre ainsi aprés avoir
été réduit a la viande de chévre et d’oiseaux sauvages
depuis mon arrivée dans cet horrible pays.

18 juin.—Il plut tout le jour, et je restai au logis. I] me
sembla que la pluie avait refroidi l’air; je me sentais tout
frileux, chose que je savais n’étre point ordinaire dans cette
latitude.

Ig juin.—Encore froid; j’éprouvai un malaise général.

20 juin.—Je ne pus dormir pendant la nuit; j’éprouvai
de grandes douleurs de téte et un mouvement fébrile.

21 juin.—Je tombai réellement malade, et j’eus les plus
mortelles frayeurs de me trouver ainsi, étant privé de
secours. Je priai Dieu pour la premiére fois depuis la
tempéte de Hull, et je priai sans trop savoir ce que je disais,
ni pourquoi je priais, car mes pensées n’étaient pas bien
nettes.

22 juin.—Je fus un peu mieux, mais toujours dans de
grandes appréhensions de devenir malade. |

23 juin.—Encore trés mal, du froid, du tremblement,
ensuite un violent mal de téte.

24 juin.—Beaucoup mieux.

25 juin—Une fiévre trés violente, dont l’accés dura sept
heures, alternativement chaud et froid; il fut suivi de
sueurs légéres.

26 juin.—Mieux. N’ayant rien 4 manger, je pris mon
fusil; mais je me sentis bien faible. Toutefois je tuai une
chévre, je l’apportai au logis avec beaucoup de peine; je
fis griller un morceau de sa chair et je le mangeai. J’aurais
bien voulu faire du bouillon avec cette viande, mais je
n’avais point de marmite.

27 juin.—Encore la fiévre, et si violente que je restai
tout le jour dans mon lit, sans boire ni manger. J’étais



ROBINSON CRUSOE 61

prés de mourir de soif; mais je n’avais pas la force de me
tenir debout pour aller chercher de l’eau. Je priai Dieu
encore; mais ma téte était faible, et d’ailleurs j’étais d’une
telle ignorance que je ne savais que dire; je ne pouvais que
m’écrier: ‘Seigneur, voyez ma misére ! Seigneur, ayez pitié
de moi!” Je suppose que je ne fis pas autre chose pendant
deux ou trois heures, jusqu’a la fin de l’accés; alors je
m’endormis et ne m’éveillai que trés avant dans la nuit.

Mes idées étaient confuses, l’horreur de la mort dans un
état si misérable troublait ma téte affaiblie, et je ne savais
ce que mes lévres pronongaient; c’étaient sans doute des
exclamations semblables a celles-ci: ‘‘Mon Dieu, que je
suis 4 plaindre! Si je tombe malade, je mourrai trés cer-
tainement, faute de secours! Que vais-je devenir?”’ Alors
des larmes coulaient de mes yeux, et je restais quelque
temps sans pouvoir parler.

Pendant ces intervalles, les bons avis de mon pére me
revinrentenmémoire. J’ailaissé, me dis-je, ces bons parents
pleurer ma folie, et maintenant je suis seul 4 en déplorer
la suite. J’ai refusé leur secours par lequel j’aurais fait
mon chemin sans peine, et me voici condamné a lutter
contre des difficultés au-dessus des forces humaines, sans
guide, sans appui, sans consolation. Ici je m/écriai:
“Seigneur, venez 4 mon aide, car ma détresse est grande !”’

Je reviens 4 mon journal.

28 juin.—Un peu rafraichi par le sommeil, et l’accés de
fiévre étant passé, je me levai. La frayeur que m’avait
laissée ma maladie était encore trés grande; cependant je
considérai que l’accés de fiévre reviendrait sans doute le
lendemain, et qu'il me fallait profiter de ce moment de
calme pour préparer les choses qui pourraient me soulager
quand je serais plus souffrant. D’abord je remplis d’eau
une grande bouteille carrée, et la posai sur ma table a
portée de mon lit; et, pour corriger le froid et la crudité de
leau, j’y mélai environ un quart de pinte de rhum. Je



62 PREMIERES AVENTURES DE

fis ensuite griller sur des charbons un morceau de viande
de chévre; mais je ne pus manger que fort peu.

Je voulus faire une promenade en plein air. Je me sentis
extrémement faible et j’avais peine 4 porter mon fusil,
sans lequel je ne sortais jamais; aussi je fis peu de chemin,
et je m’assis sur un tertre, les yeux fixés sur la mer, qui
dans ce moment était unie et tranquille.

Pendant que je me reposais ainsi, des pensées a peu prés
analogues a celles-ci se présentérent 4 mon esprit: Qu’est-ce
que cette terre et cette mer que j’ai parcourues en tant de
parties? Comment ces choses ont-elles été créées? Que
suis-je, moi, ainsi que les autres créatures sauvages et
apprivoisées, humaines et brutes? D’ot avons-nous été
tirés? Sans doute, nous sommes l’ouvrage de ce pouvoir
qui forma la terre et la mer, l’air et le ciel. Et quel est ce
pouvoir? La conclusion naturelle était: c’est Dieu qui a
tout fait. Mais il se présenta une singuliére conséquence:
si Dieu a fait toutes ces choses, il les guide et les gouverne,
elles et tout ce qui les concerne; car celui qui a pu les créer
doit pouvoir les guider, les diriger; et, s’il en est ainsi, rien
ne peut arriver dans la sphére immense de ses ceuvres sans
qu'il le sache et l’ordonne. Or, si rien n’arrive sans qu’il
en soit instruit, il sait que je suis ici, et dans ]’état le plus
horrible; et si rien n’arrive sans son ordre, il a voulu que
tout ce mal tombat sur moi.

La se présentait immédiatement cette question: Pour-
quoi Dieu a-t-il voulu me traiter ainsi? Qu’ai-je fait pour
mériter ce traitement? Ma conscience m’arréta soudain
dans cette enquéte, comme si j’avais blasphémé, et je crus
entendre sa voix intérieure me dire: ‘‘Malheureux, tu
demandes ce que tu as fait? Regarde en arriére, examine
ta vie mal employée, et demande plutét ce que tu n’as pas
fait. Demande pourquoi tu n’as pas été depuis longtemps
anéanti? Pourquoi tun’as pas péri dans la rade d’ Yarmouth,
ou dans le combat livré quand ton navire fut pris par le



ROBINSON CRUSOE 63

corsaire de Salé? Pourquoi n’as-tu pas été dévoré par les
bétes féroces sur la céte d’Afrique? Pourquoi as-tu été
seul épargné dans ton dernier naufrage, quand tout le
reste de tes camarades s’est noyé? Et tu demandes ce que
tu as fait!”

Ces réflexions me confondaient, et je ne trouvai pas un
mot a me répondre a moi-méme. Je me levai triste et
pensif, je retournai vers ma retraite et franchis ma muraille,
dans l’intention de me mettre au lit; mais le trouble de mes
pensées m’6tait l’envie de dormir et je m’assis sur ma
chaise, bien qu’il commengat a faire nuit.

Lorsque je me levai, je me sentis plus fort, et mon es-
tomac était mieux disposé, puisque j’avais faim. Bref, je
n’eus point d’accés le lendemain, et 4 dater de cette époque
je me rétablis progressivement: c’était le 29.

Le 30 devait étre un bon jour, et je sortis avec mon fusil;
mais j’évitai de m’éloigner trop. Je tuai des oiseaux de
mer du genre des oles, et je les apportai au logis; mais je
n’osai en manger et me contentai de mes ceufs de tortue,
qui étaient fort bons.

Je ne fus pas aussi bien que je l’espérais, le lendemain
rer juillet; j’eus un petit accés de frisson; mais c’était peu
de chose.

Le 2 et le 3 juillet—Je n’eus point d’accés; toutefois
j’étais loin d’avoir toutes mes forces, et je ne les repris
complétement que plusieurs semaines aprés. Pendant ma
convalescence mes pensées se fixérent souvent sur ces
paroles des saintes Ecritures: Je te délivrerai, et impos-
sibilité de ma délivrance opposait une barriére insur-
montable a tous mes élans d’espérance. Mais au moment
ot j’étais le plus découragé, je me dis tout 4 coup que
j oubliais, en m’occupant de ma délivrance actuelle, celle
dont j’avais été l’objet, et si récemment, quand j’avais été
délivré, comme par miracle, d’une maladie qui me mettait
dans une situation si déplorable, si effrayante. Je me de-



64 PREMIERES AVENTURES DE

mandai comment .j’avais recu ce bienfait, et si j’avais fait
a ce propos ce que je devais faire. Dieu m’avait sauvé,
mais je ne l’avais point glorifié, c’est-a-dire que je n’avais
pas rapporté a lui seul mon salut, et je ne lui en avais pas
rendu graces. Ces idées touchérent mon cceur trés pro-
fondément. Je tombai 4 genoux, et je remerciai Dieu a
haute voix de ma guérison inespérée.

4 juillet—Le matin, je pris la Bible, et commengant la
lecture du Nouveau Testament, j’y apportai une attention
sérieuse. Je me fis une loi de lire la Bible tous les matins et
tous les soirs, sans me borner a4 un certain nombre de
chapitres, mais aussi longtemps que mon intérét se soutien-
drait. Bientét aprés que j’eus mis ce projet 4 exécution,
je me sentis sincérement affligé de l’iniquité de ma vie
passée.

Je priai le Seigneur, du fond de mon ame, de m’accorder
la grace du repentir, et le méme jour, en lisant le saint
livre, je tombai sur ces paroles: “Il est proclamé prince et
sauveur pour donner le repentir et la rémission.” Je jetai
le livre, et les yeux et les mains levés au ciel, je m’écriai dans
une extase de joie: ‘‘O Jésus, fils de David! Jésus, prince
et sauveur, donne-moi le repentir!’’ C’était la premiére
fois de ma vie que je priais, dans le sens véritable de ce
terme; car je priais avec le sentiment de mon état et une
espérance vraiment évangélique, fondée sur les divines
promesses. Depuis cet instant j’espérai en effet que Dieu
daignerait m’exaucer.

Ma situation, toujours aussi malheureuse, me parut
cependant alors moins difficile 4 supporter. Mon esprit
s’étant dirigé vers un but plus élevé, par la priére et la
lecture des saintes Ecritures, je sentis de grandes con-
solations intérieures, auxquelles j’avais été jusque-la tout a
fait étranger. D’ailleurs, aussitét que ma santé et mes forces
revinrent, je travaillai 4 me procurer ce qui me manquait
et 4 rendre mon existence aussi réguliére que possible.



ROBINSON CRUSOE 65

J’étais depuis prés de dix mois dans cette ile funeste,
j'avais perdu l’espérance d’en sortir; je croyais fermement
que jamais un étre humain n’avait mis le pied sur ses
rivages. Mon habitation étant alors aussi sfire que je le
désirais, je voulus pénétrer plus avant dans le pays et re-
connaitre toutes ses productions.

Je commengai cette exploration le 15 juillet. D’abord
jallai a la petite baie dans laquelle j’avais fait entrer mes
radeaux, et je vis, en remontant la riviére, que la marée
n’allait pas 4 plus de deux milles et se perdait dans un
ruisseau d’une eau trés fraiche et trés bonne; mais, comme
on était alors en été, il se trouvait en différents endroits,
sinon a sec, du moins presque sans courant.

De belles prairies bien unies et bien vertes s’étendaient
sur les deux rives, et je vis dans les terres un peu plus
élevées, prés des coteaux ot l’eau ne pouvait probablement
arriver, des plantes de tabac sur des tiges trés longues et
trés fortes, et d’autres plantes qui m’étaient inconnues;
elles pouvaient avoir des vertus spéciales, mais je les
ignorais. Je cherchai la cassave, racine qui sert de pain
aux Indiens dans ces climats, et je ne la trouvai point. Je
remarquai de grandes plantes de l’espéce des aloés et des
cannes a sucre, ces derniéres imparfaites et sauvages, faute
de culture. Je me contentai de ces découvertes pour une
premiére excursion, et je cherchai, en retournant chez moi,
comment je pourrais reconnaitre les qualités et la bonté
des fruits et des plantes que je verrais. Mes réflexions
n’aboutirent a rien. J’avais trés peu observé la végétation
pendant mon séjour au Brésil et je n’avais aucune donnée
pour me guider dans mes investigations.

Le lendemain 16, je repris le méme chemin, et, aprés
avoir été un peu plus loin que la veille, je vis la fin des
savanes, et j’entrai dans un pays plus boisé. La je trouvai
des fruits de plusieurs sortes, surtout une grande abondance
de melons sur le sol et de raisins sur les arbres. Les vignes

WG 5



66 PREMIERES AVENTURES DE

x

s’élancaient d’un arbre a un autre, et leurs superbes
grappes étaient en pleine maturité. Cette vue me causa la
plus agréable surprise; toutefois, instruit par l’expérience,
je mangeai modérément de ce fruit. Je me rappelais avoir
vu, pendant mon séjour en Barbarie, des esclaves anglais
mourir de la dysenterie pour avoir mangé trop de raisins.
J imaginai cependant un excellent moyen de faire usage de
ces grappes; c’était de les faire sécher au soleil, et de les
garder comme on garde ce qu’on appelle des raisins secs.
Je pensais, et je ne fus point trompé dans mon attente,
qu’ils me fourniraient un aliment sain et agréable, quand
je ne pourrais avoir des fruits dans leur fraicheur.

Je passai toute la soirée en ce lieu et je ne pus retourner
au logis pour la nuit. C’était la premiére fois que je couchais
hors de chez moi et j’eus recours 4 mon premier expédient:
je grimpai dans un arbre. Je dormis trés bien ainsi, et le
matin je continuai ma course. Je fis environ trois 4 quatre
milles, A en juger d’aprés la longueur de la vallée, et je me
dirigeai toujours vers le N., ma vue étant bornée de cété
et d’autre par des chaines de collines. A la fin de cette
marche, je trouvai un endroit découvert ow le terrain
semblait s’abaisser 4 1’O., et je vis un petit ruisseau, qui
sortait du flanc du coteau le plus prés de moi, couler dans la
direction opposée, c’est-a-dire en plein E. Cette campagne
me parut si fraiche, si fleurie, dans sa parure de printemps,
que je pouvais me croire au milieu d’un jardin bien cultivé.

Je m’avancai de quelques pas dans ce vallon délicieux;
je le contemplais avec un plaisir secret, bien que ce plaisir
fait mélé de pensées mélancoliques. Je me disais: ‘Tout cela
m’appartient; je suis roi, souverain seigneur de ce pays;
mes droits sur lui sont incontestables, et, si je pouvais le
transporter dans une autre partie du monde habité, rien
ne m’empécherait d’en jouir et de le laisser 4 mes héritiers,
de méme que nos propriétaires anglais se transmettent
leurs biens de pére en fils.”’



ROBINSON CRUSOE 67

Autour de moi je voyais des cacaotiers en abondance, et
aussi des orangers, des citronniers et des limoniers, mais
tous sauvages et portant peu de fruits, du moins en ce
moment. Toutefois, non seulement les limons verts que
je cueillis étaient d’un gotit agréable, mais en mélant leur
jus avec de l’eau, j’obtins une boisson extrémement fraiche
et salutaire.

Je crus devoir faire une provision de raisins, de citrons
et de limons, afin de l’emporter au logis, ott je la mettrais
en réserve pour la saison des pluies, qui approchait; je
ramassai donc a une place une quantité de raisins, une plus
petite quantité dans une autre, et, dans un troisiéme coin,
je fis un tas de limons et de melons; ensuite je pris un peu
de chaque fruit et je m’acheminai vers mon habitation,
comptant revenir au vallon avec un sac, ou ce que je
pourrais faire, pour emporter le reste.

Je revins donc, aprés trois jours d’absence, a la maison
(comme j’appellerai toujours maintenant ma tente et ma
caverne) ; mais, en arrivant, je trouvai les raisins que j’ap-
portais complétement gatés: les grains, a cause de leur
poids et de leur nature juteuse, s’étaient écrasés et ne
valaient plus rien; quant aux citrons, ils étaient parfaits
mais j’en avais trés peu.

Le lendemain 19, muni de deux petits sacs, j’allai cher-
cher ma récolte; mais, en arrivant prés de mon tas de
grappes si belles, si brillantes quand je les avais cueillies,
je les vis toutes dispersées, foulées, jetées ¢a et 1a, et la
plupart mangées. Je supposai que ce dégat avait été fait
par quelque animal; mais quelle sorte d’animal, c’est ce que
jignorais. Cependant, voyant l’impossibilité de les laisser en
tas ou de les emporter dans des sacs, puisqu’elles seraient
mangées dans le premier cas et gatées dans le second, je
pris un autre moyen, je les suspendis aux branches les plus
élevées des arbres pour les laisser sécher au soleil et je pris
autant de citrons et de limons que je pus en emporter,

5-2



68 PREMIERES AVENTURES DE

En revenant chez moi je ne pouvais me lasser d’admirer
la beauté et la richesse de cette vallée, et son heureuse
situation a l’abri des orages, pourvue d’eau et de bois. Je
pensai que j’avais planté ma tente dans le lieu le plus
défavorable du pays; et l’idée me vint de changer de de-
meure et de chercher dans cette agréable partie de l’ile
un emplacement aussi sir, s’il était possible, que celui ott
j’étais maintenant.

Ce projet roula dans mon esprit assez longtemps, et
j’y tenais beaucoup, l’agrément du lieu étant réellement
une forte tentation. Cependant, lorsque j’examinai les
choses de plus prés, je considérai que j’étais établi sur le
bord de la mer, ot le sort pouvait jeter quelque autre
malheureux; et malgré le peu de probabilité d’un tel événe-
ment, je ne devais pas, en me renfermant au fond des bois
et des vallées, renoncer 4 toutes chances, 4 tous moyens de
délivrance.

Pour concilier tout, je me fis une sorte de maison de
plaisance dans ce vallon qui m’avait séduit, et je l’entourai
d’une double haie aussi haute que je pouvais la faire, et
renforcée par des pieux entre lesquels je mis des broussailles.
Dans cette enceinte je dormais tranquille parfois deux ou
trois nuits de suite, et j’y pénétrais par une échelle, comme
dans mon ancienne demeure. Ainsi je possédais une maison
sur la c6te et une maison en pleine campagne. Ces travaux
m’occupérent jusqu’au mois d’aotit.

Je venais d’achever ma cléture, et je commengais 4 jouir
de mon travail, quand la saison des pluies me confina dans
ma premiére habitation. J’avais, il est vrai, dans la seconde
une tente faite d’une voile de vaisseau et trés bien tendue,
mais la je n’avais pas une colline pour me garantir des
orages, ni une caverne ow je pusse me réfugier en cas d’a-
verse extraordinaire.

Vers le commencement d’aotit j’avais donc fini ce que
j’appelais ma maison des champs et j’eus le plaisir de



ROBINSON CRUSOE 69

Vhabiter. Le 3 aout, les raisins que j’avais suspendus aux
arbres me semblérent parfaitement secs, et ils étaient en
effet. Je les décrochai, et j’eus raison; car les pluies, qui
ne tardérent pas a venir, les auraient gatés et m’auraient
privé d’une partie de ma provision d’hiver. Je portai prés
de deux cents grappes de raisin dans mon magasin; mais
alors il commenga a pleuvoir, et depuis ce jour (4 aout) il
plut jusqu’au milieu d’octobre plus ou moins, et souvent
si violemment que j’étais obligé de rester plusieurs jours
de suite dans ma caverne.

Pendant cette saison ilm’arriva, 4 ma grande surprise, une
augmentation de famille. J’avais eu beaucoup de chagrin
de la perte d’une de mes chattes qui m’avait quitté ou
plutét que je croyais morte dans quelque coin; mais un
beau jour cet animal revint au logis avec trois petits.

Je fus trés étonné de l’aventure; car j’avais, il est vrai,
tué un chat sauvage, mais il m’avait paru trés différent
des nétres. Du reste, les petits chats ressemblaient tout a
fait 4 leur mére; et, comme sa compagne était une femelle,
je trouvai le fait des plus étranges. De ces trois petits il
me vint ensuite une si nombreuse postérité, que je fus
obligé de les tuer, comme des bétes nuisibles, et de les
chasser loin de ma maison.

Du 14 au 25 aoiit, pluie continuelle. Je ne pus sortir et
je me garantis le plus soigneusement possible de l’humidité.
Pendant ma retraite je me trouvai un peu a court de vivres;
mais, en me risquant au dehors une ou deux fois, un jour
je tuai une chévre, et l’autre (le 26) je trouvai une grande
tortue et ce fut un régal véritable pour moi. Alors mes
repas étaient ainsi réglés: je déjeunais avec une grappe de
raisin ; un morceau de viande de chévre ou de tortue grillée
faisait mon diner (car, 4 mon grand regret, je n’avais pas
un seul vase pour faire bouillir, soit de la viande, soit
autre chose), et quelques ceufs de tortue me donnaient a
souper.



70 PREMIERES AVENTURES DE

Pendant cet emprisonnement je travaillais tous les jours,
deux a trois heures, 4 élargir ma cave, et, en creusant
toujours par cété, je parvins jusqu’a l’extérieur, et je me
fis une porte ou issue en dehors de ma muraille, par laquelle
jallais et venais. Mais je n’étais pas tout a fait rassuré de
sentir ma retraite ainsi ouverte, ce qui rendait inutiles les
précautions que j’avais prises. Toutefois je n’avais apercu
aucune créature vivante qui fit a craindre, l’animal le plus
grand que j’avais vu dans I’fle étant la chévre.

30 septembre.—J’étais arrivé au malheureux anniver-
saire de mon naufrage. Je comptai les entailles que j’avais
faites sur le poteau, et j’en trouvai trois cent soixante-cinq.
Je consacrai ce jour a un jetine solennel et a des actes de
piété. Je me prosternai contre terre, le coeur pénétré d’une
sincére humilité. Je confessai 4 Dieu mes péchés, je re-
connus la justice de ses chatiments, et je le priai de m’ac-
corder merci par les mérites de Jésus-Christ. Je ne pris pas
le moindre rafraichissement pendant douze heures, et je
mangeai seulement, aprés le coucher du soleil, une grappe
de raisin et un morceau de biscuit; ensuite je me mis au lit,
en finissant la journée, comme je l’avais commencée, par
une priére.

Jen’avais pas observé un seul dimanche pendant l’année,
parce que, n’ayant au moment de mon arrivée aucun
sentiment religieux, j’omis bientdt de faire la septiéme
entaille plus grande que les autres; ainsi je ne distinguai
plus les jours de la semaine. Cependant, aprés avoir fait le
relevé général, je trouvai que j’avais été un an dans I’fle
et je divisai cette année en semaines, en marquant chaque
septiéme jour. Bientét aprés, mon encre commengant a
diminuer, j’en usai avec plus d’économie; je notai les seuls
événements remarquables de ma vie et je cessai d’écrire
jour par jour les choses ordinaires.

Pai parlé de certains épis d’orge et de riz que j’avais
été si surpris de voir pousser comme par miracle. Je crois



ROBINSON CRUSOE GE

qu il y avait une trentaine de tiges de riz et peut-étre une
vingtaine d’épis d’orge. Je crus bien faire de semer ce
grain aprés les pluies, et quand le soleil, s’éloignant de
moi, entrait dans le solstice d’été. Je béchai de mon mieux
une piéce de terre avec ma pelle de bois, et, divisant ce
champ en deux parties, je semai mon grain; mais, tout
en le semant, il me vint a l’esprit de ne pas confier le tout
a la terre, parce que j’ignorais si j’avais bien choisi mon
temps pour cette opération. Je conservai donc a4 peu prés
un tiers de mon grain, et ce fut une grande consolation
pour moi d’avoir pris cette précaution, puisque toute ma
semaille fut perdue. Le mois qui suivit fut sec et les germes
ne purent se développer avant le temps des pluies.

Lorsque je vis que ma premiére semence ne venait pas,
ce que j’attribuais trés naturellement a la sécheresse, je
cherchai un terrain plus humide, pour faire une seconde
expérience. Je béchai un petit champ prés de ma maison
de campagne, et ]’y semai le reste de mon grain en février,
un peu avant l’équinoxe. Les mois pluvieux de mars et
d’avril ayant amolli la terre aprés qu’elle avait regu le
grain, il poussa trés bien et donna une bonne récolte;
cependant, comme il me restait peu de semence et que je
ne voulus pas risquer tout ce que j’avais, je recueillis a
peine un picotin de chaque sorte de grain; mais cette
expérience me rendait maitre de mon affaire; je savais en
quel temps il fallait semer, et que je pouvais avoir deux
moissons par année.

Tandis que mon blé croissait, je fis une petite découverte
qui me fut trés utile par la suite. Aussit6t que les pluies
cessérent et que le temps se raffermit, ce qui arriva vers le
mois de novembre, j’allai visiter ma maison de campagne,
oti je trouvai toutes choses telles que je les avais laissées
quelques mois auparavant. L’enceinte de haies doubles
était parfaitement solide et intacte; mais les pieux qui la
composaient, et que j’avais coupés a des arbres voisins,



72 PREMIERES AVENTURES DE

avaient repris en terre et poussé de longs rameaux, de
méme que les saules ététés. Je ne savais point a quelle
espéce d’arbre ces boutures appartenaient; mais je fus trés
agréablement surpris en voyant leur croissance. Je les
émondai et tachai de les rendre aussi égaux entre eux
qu'il me fut possible. On aurait peine a croire combien
ils devinrent beaux dans l’espace de trois ans; ils om-
bragérent alors mon enclos, bien qu'il efit vingt-cinq verges
de diamétre, assez complétement pour nYoffrir un abri
dans la saison. Cela me donna l’idée de planter autour de
mon ancien logement une haie formée de laméme maniére,
a quatre-vingts verges de mon premier rempart. Cette
plantation réussit; elle donna d’abord de l’ombre 4 mon
habitation, ensuite elle lui servit de défense, comme je le
dirai en son lieu.

Les saisons pluvieuses étaient plus ou moins longues,
suivant les vents; mais elles se divisaient en général assez
réguliérement, d’aprés mes observations. L’expérience
m’avait appris le danger d’étre exposé a la pluie; je pris
soin de me fournir d’avance des provisions nécessaires,
afin de n’étre pas obligé de sortir, et je restais au logis,
autant que possible, pendant les mois humides. A cette
époque je ne manquais pas d’occupations utiles et séden-
taires. Je profitai de ma retraite forcée pour me faire bien
des choses que je ne pouvais me procurer sans un travail
persévérant.

J’essayai notamment, a diverses reprises, de me faire
un panier; mais toutes les petites branches que je croyais
propres a se tresser se trouvérent si cassantes, que je ne
pus rien en faire. Il était heureux pour moi que j’eusse
pris, dans mon enfance, un grand plaisir 4 regarder travailler
un vannier de notre voisinage. Je m’empressais, comme
les petits garcons ne manquent point de le faire, a aider le
vannier en lui apportant les objets dont il se servait, et
] observais trés attentivement la maniére dont il les mettait



ROBINSON CRUSOE 73

en ceuvre; parfois méme je tentais de l’imiter. Je possédais
ainsi une pleine connaissance du métier, et je n’avais
besoin que des matériaux, quand il me vint a l’esprit que
les rameaux de cet arbre, duquel j’avais tiré les pieux qui
avaient poussé, seraient peut-étre aussi flexibles que ceux
du saule ou de I’osier.

Je résolus d’en faire l’épreuve; en conséquence, dés le
lendemain j’allai 4 ma maison de campagne, je coupai
quelques-uns des plus petits rameaux des arbres de ma
haie, et, les ayant trouvés tels que je les désirais, jeretournai
avec une hache en chercher davantage, ce qui fut trés
facile; car il y avait une grande quantité de ces arbres. Je
fis sécher mes branches dans ma haie; quand elles furent
en état de servir, je les portai 4 ma caverne, et, pendant
la saison suivante, je fabriquai plusieurs paniers ou cor-
beilles, soit pour transporter de la terre ou d’autres choses,
soit pour contenir différents objets.

J'ai déja parlé du désir que j’avais de voir l’ile tout
entiére, et l’on sait que j’avais remonté le ruisseau de la
crique jusqu’a la vallée de ma maison de campagne. De la
javais vu la mer de l’autre cété de I’fle, et je voulus, 4 mon
prochain voyage, la traverser d’un bord a l’autre. Dans
cette vue je pris mon fusil, une hache, les munitions néces-
saires, plus deux biscuits et un paquet de raisins pour pro-
visions de bouche, et je partis suivi de mon chien.

Arrivé a l’extrémité du vallon dans lequel était ma petite
maison, je découvris la mer 4 1’0O., et, le temps se trouvant
extrémement clair, je distinguai au loin une terre; mais je
ne pus reconnaitre si c’était une fle ou un continent; je
jugeai seulement qu'elle était trés élevée et s’étendait de
VO. a V0.-S.-O., a une distance que j’estimai de quinze a
vingt lieues.

Jignorais quelle pouvait étre cette contrée; mais j’étais
str qu’elle appartenait a l’Amérique, et, d’aprés mes obser-
vations, elle ne devait pas étre fort éloignée des colonies



74 PREMIERES AVENTURES DE

espagnoles. Mais ce pays pouvait étre habité par des sau-
vages, et si j’avais été jeté sur ses rives, au lieu d’avoir
abordé mon ile, j’aurais été dans une situation pire que
celle oti je me trouvais. Je me résignai donc a la volonté
de Dieu, que je reconnaissais alors comme le dispensateur
de toutes choses pour les meilleures fins, et je cessai de
m’affliger vainement en souhaitant de ne pas étre ot
j étais.

D’ailleurs, en réfléchissant davantage, je me dis que, si
cette terre appartenait aux colonies espagnoles, je verrais
un jour ou un autre passer des vaisseaux dans ces parages.
Et si cela n’était pas, ce que je voyais était le pays qui
sépare l’Amérique espagnole du Brésil, pays habité par les
peuples sauvages les plus méchants; car ils sont cannibales,
ou mangeurs d’hommes, et ils massacrent et dévorent tous
ceux qui tombent dans leurs mains.

Aprés m’étre tranquillisé l’esprit par ces raisonnements,
je poursuivis mon voyage, et plus j’avangai, plus ce cdté
de l’ile me parut au-dessus du mien. Les plaines décou-
vertes, ou savanes, étaient ornées de fleurs et de plantes
d’une variété charmante, et parsemées de bouquets de
bois. Je vis quantité de perroquets. Je désirai en attraper
un, afin de l’apprivoiser et de lui enseigner 4 me parler, et
je parvins, avec un peu de peine, 4 prendre un de ces
oiseaux tout jeune, que j’abattis d’un coup de baton. Je le
relevai, je le fis revenir, et je l’emportai chez moi; mais il
fallut des années pour qu'il apprit a parler; enfin cependant
il m’appela par mon nom assez familiérement, et l’incident
qui en résulta amusera le lecteur en son lieu.

Ce voyage fut pour moi une diversion des plus agréables.
Je vis dans les basses terres beaucoup d’animaux; les uns
ressemblaient a des liévres, d’autres 4 des renards, mais
différents de ceux que j’avais vus ailleurs. J’en tuai quel-
ques-uns mais ne pus me décider a les manger. Du reste je
n’avais nul besoin de m’aventurer dans les essais de ce



ROBINSON CRUSOE 75

genre, puisque la nourriture ne me manquait point, et de
trés bonne nourriture, notamment des chévres, des pigeons
et des tortues. En joignant 4 ces viandes mes raisins secs,
le marché de Leadenhall n’aurait pu mieux fournir une
table, surtout pour un seul homme; et si ma position était
déplorable en un sens, j’avais néanmoins de grands motifs
de rendre graces a Dieu, puisque, loin d’étre réduit a la
privation d’aliments, j’en avais au contraire de trés abon-
dants et méme de trés friands.

Je n’avancais pas plus de deux milles par jour dans cette
excursion; mais je faisais tant de tours et de détours pour
aller 4 la découverte, que j’arrivais toujours assez fatigué
a la place oti je me décidais 4 passer la nuit. Je couchais
dans un arbre, ou bien je formais un rempart autour de moi
en fichant des batons debout en terre, ou en les appuyant
d’un arbre a un autre. Les bétes fauves ne pouvaient
arriver sur moi sans m’éveiller.

Lorsque j’arrivai au bord de la mer, je fus surpris de voir
combien cette partie de l’ile était plus agréable et plus riche
que celle ot le sort m’avait jeté. Une quantité prodigieuse
de tortues couvrait le rivage, tandis que de mon cété je
n’en avais trouvé que trois en dix-huit mois. I] y avait
aussi un nombre infini d’oiseaux de plusieurs espéces, la
plupart bons 4 manger, mais je ne connaissais de nom que
les pingouins.

J’en aurais pu tuer autant que j’aurais voulu, mais je
ménageais ma poudre et mon plomb, et j’aimais mieux
tuer une chévre, si cela était possible, parce que c’était
une provision plus profitable. Cependant, bien que les
chévres fussent plus nombreuses de ce cété de l’ile que du
mien, il était plus difficile de les approcher, la campagne
étant plate et unie, que lorsque je pouvais les guetter du
haut des rochers.

Je trouvais en effet cette partie de I’ile trés supérieure a
celle que j’habitais et cependant je n’avais pas la moindre



76 PREMIERES AVENTURES DE

envie de déménager. Je m’étais accoutumé a mon domicile,
et je me croyais en pays étranger sur ce nouveau rivage.
Je continuai toutefois de suivre la céte a peu prés l’espace
de douze milles au levant, et 1a je plantai un grand poteau
pour me servir de marque, ayant le projet de diriger ma
prochaine course a 1’O. de ma demeure et de longer la cote
jusqu’a ce que j’eusse retrouvé mon poteau, et par consé-
quent achevé le tour de J’ile.

Je pris pour m’en retourner un autre chemin que celui
par ot j’étais venu, croyant que je ne pourrais pas manquer,
en jetant les yeux ¢a et 1a, de trouver mon premier loge-
ment. Mais je me trompais dans ce raisonnement. Aprés
avoir fait deux ou trois milles, je me trouvai enfoncé dans
une grande vallée entourée de collines toutes couvertes de
bois, en sorte que je ne pouvais reconnaitre ma route que
par le soleil; encore aurait-il fallu savoir la position exacte
quwil devait avoir, suivant l’heure de la journée.

Pour compléter ma détresse, le temps fut brumeux
pendant trois 4 quatre jours que je restai dans cette vallée;
et, ne pouvant apercevoir le soleil, j’errais ca et 1a triste et
découragé. Enfin je fus obligé de revenir sur la céte cher-
cher mon poteau et de 1a je suivis la route que j’avais prise
en allant. Je regagnai mon logis a petites journées, 4 cause
de l’excessive chaleur et du poids du fusil, des balles, de la
hache, et d’autres choses que je portais.

Pendant ce voyage mon chien surprit un jeune chevreau
et le saisit. J’accourus, et je tirai des pattes du chien le
pauvre petit animal. Je désirais l’emmener 4a la maison,
car depuis longtemps je révais aux moyens d’avoir des
chévres domestiques, pour me nourrir quand mes muni-
tions seraient épuisées. Je fis un collier que je passai au
cou du chevreau, et, a l’aide d’une corde que j’avais fabri-
quée avec du fil a cordages et que je portais toujours sur
moi, je parvins a le conduire jusqu’a ma maison de cam-
pagne ot je l’enfermai et le laissai, impatient que j’étais de



ROBINSON CRUSOE 77

me retrouver chez moi dans mon ancien logis aprés une
absence de plus d’un mois.

Je ne puis exprimer avec quelle satisfaction je rentrai
dans ma vieille retraite et me couchai sur mon hamac. Ce
petit voyage, pendant lequel j’avais mené la vie d’un vaga-
bond, ne sachant le matin en quel lieu je poserais ma téte
le soir, m’avait semblé si pénible que ma maison, comme il
me plaisait de nommer mon gite, me parut l’établissement
le plus parfait.

Je passai une semaine a me reposer, a me refaire, aprés
une excursion si fatigante, et la plus grande partie de ce
temps fut employée a construire une cage pour mon
perroquet, déja un peu apprivoisé et accoutumé a moi. Je
songeai ensuite au pauvre petit chevreau que j’avais em-
prisonné dans mon enceinte du vallon, et je résolus de
l’amener a la maison et de lui donner 4 manger. Je le trouvai
oti je avais laissé, et il ne pouvait en effet s’échapper, mais
il était 4 moitié mort de faim. J’allai couper des branches
d’arbres et de buisson et je les lui jetai par-dessus la
haie. Dés qu'il eut mangé, je me disposai a l’attacher,
comme je l’avais déja fait, pour l’emmener. Cela n’était
pas nécessaire; la faim l’avait rendu si docile, qu’il me
suivit comme un petit chien.

Lasaison pluvieuse de l’équinoxe d’automne était arrivée,
et j’observai le jetine du 30 septembre de méme qu’au
premier anniversaire. Deux ans s’étaient écoulés depuis
mon naufrage, et je n’avais pas plus d’espoir d’étre tiré
de cette ile que je n’en avais eu en l’abordant. Je passai
cette journée en humbles et vives actions de graces pour
les bontés infinies qui avaient adouci mon existence soli-
taire, et sans lesquelles j’aurais été si malheureux. Je
remerciai Dieu d’avoir bien voulu me montrer que je pou-
vais jouir en ce lieu d’une félicité plus grande peut-étre
qu'il ne m’etit été donné de la gotiter au milieu du monde
et de ses plaisirs; d’avoir bien voulu compenser pour moi



78 PREMIERES AVENTURES DE

labsence de société humaine par sa présence et les com-
munications de sa grace avec mon ame, me soutenant, me
consolant, m’encourageant 4 compter sur sa providence
ici-bas et 4 espérer en son éternelle présence dans la vie
future.

Dans cette disposition d’esprit je commengai ma troi-
siéme année; et si je n’ai pas fatigué le lecteur en détaillant
mes travaux de cette année aussi minutieusement que
ceux de la précédente, il peut néanmoins observer en général
que je n’étais pas souvent oisif. J’avais réglé mes heures
comme il suit. D’abord je consacrais 4 mes devoirs re-
ligieux et a la lecture de la Bible un certain temps, trois
fois par jour; ensuite j’allais 4 la chasse pour chercher ma
vie, ce qui employait environ trois heures de la matinée,
quand il faisait beau. Enfin j’avais 4 mettre en ordre, a
préparer pour la conservation, a faire cuire ce que j’ap-
portais de provisions. Tout cela remplissait la plus grande
partie de la journée; d’ailleurs il faut remarquer que la
force de la chaleur au milieu du jour ne me permettait pas
de sortir; je ne pouvais donc pas travailler plus de trois a
quatre heures dans |’aprés-midi. Parfois je permutais les
heures du travail contre celles de la chasse, je travaillais
le matin, et je sortais le soir avec mon fusil.

A la briéveté du temps que je donnais 4 mes travaux,
on voudra bien ajouter leur extréme difficulté et la lenteur
d’exécution qui résultaient du manque d’outils, d’habileté
et de secours. Par exemple, je passai quarante-deux jours
a faire une planche pour une longue tablette dont j’avais
besoin dans ma cave, tandis que deux charpentiers, avec
les instruments convenables, auraient coupé six planches
sur le méme arbre en une demi-journée.

Voici quel était mon procédé. I] me fallait d’abord couper
un grand arbre, parce que j’avais besoin d’une grande
planche: cet arbre, je fus trois joursal’abattre et deux autres
jours a l’ébrancher et a le réduire en un seul bloc. Je le



ROBINSON CRUSOE 79

diminuai des deux cétés, avec un travail infini, jusqu’a ce
qu'il devint assez léger pour étre remué; alors je le re-
tournai et je rendis unie et lisse d’un bout a l’autre une de
ses surfaces, aprés quoi je fis la méme opération de l’autre
cété; et, a force de tailler et de raboter, j’obtins une planche
de trois pouces d’épaisseur. On peut juger quelle besogne
c’était pour moi; mais la patience et l'industrie me con-
duisirent au succés, en cela et en bien d’autres choses.
J'ai cité celle-ci simplement pour montrer comment si peu
d’ouvrage me prenait un temps si énorme. En effet, ce qui
etit été facilement achevé avec de l’aide et des outils ne
pouvait l’étre, sans un laps de temps prodigieux, par un
homme seul et privé des instruments les plus nécessaires.
Néanmoins on va voir que la persévérance me fit venir a
bout de divers travaux indispensables dans ma situation.

J’étais alors aux mois de novembre et de décembre,
attendant ma récolte d’orge et de riz. Le champ que j’avais
labouré pour ces grains n’était pas trés grand puisque,
comme je l’ai dit plus haut, mes semences n’étaient que
d’un demi-picotin de chaque espéce, ayant perdu une
récolte pour avoir semé avant la sécheresse. Maintenant
la moisson promettait d’étre belle; mais soudain je fus
menacé de la perdre une seconde fois par des ennemis de
plusieurs sortes, contre lesquels il était difficile de la garantir.
D’abord les chévres et les bétes fauves que je nommais
liévres, ayant pris goit au blé, venaient fondre sur le
champ aussit6t que le grain était levé, et le tondaient de si
prés que ]’épi ne pouvait se former.

Jen’y vis d’autre reméde que d’enclore promptement le
champ d’une haie, ce qui me cofita beaucoup de travail.
Toutefois ma terre labourée étant fort exigué et assortie a
la récolte, je lui fis une cloture suffisante en deux ou trois
semaines. Je tirai sur les animaux qui venaient la ravager
pendant le jour et j’établis mon chien pour la garder la
nuit, en l’attachant 4 un poteau prés de la porte, ot il



80 PREMIERES AVENTURES DE

aboyait presque sans relache. Grace a ces moyens, les
ennemis désertérent bientdt la place, le blé poussa trés bien,
et il commengait 4 mirir.

Mais si les quadrupédes ravageaient mon blé en herbe,
les oiseaux furent bien prés de me l’enlever totalement en
grain. En allant visiter mon champ, pour savoir oti en
étaient les épis, je vis tout autour d’eux une foule d’oiseaux
de mille espéces qui paraissaient attendre que je fusse parti.
A Vinstant je tirai sur la troupe (je ne sortais jamais sans
mon fusil), et il s’éleva du milieu du blé une véritable nuée
d’oiseaux.

Cela me causa un vif chagrin; car je prévoyais qu’en peu
de jours toutes mes espérances seraient trompées, que je
serais enfin réduit 4 la famine et ne pourrais amener a bien
une seule récolte. Que faire? je n’en savais rien. Cependant
je résolus de ne point perdremon blé, quand méme je devrais
le garder nuit et jour. D’abord je voulus voir le dommage
déja fait, et je trouvai beaucoup de grains mangés; mais
comme il était encore trop vert pour les oiseaux, la perte
était moins grande quelle ne l’etit été sans cela, et ce qui
restait valait bien la peine d’étre sauvé.

J étais debout a cété du champ et je chargeais mon fusil;
pendant ce temps-la mes voleurs se tenaient dans les arbres
d’alentour, comme s’ils attendaient le moment de mon
départ, et ils l’attendaient en effet ; car je me mis en marche,
en paraissant m’éloigner du champ, et aussit6t qu’ils
m’eurent perdu en vue, ils fondirent sur le blé. Je fus
tellement irrité que je n’eus pas la patience de les laisser
venir tous. Je savais que chacun des grains qu’ils man-
geaient en ce moment me privait d’un picotin dans l’avenir;
ainsi donc, franchissant la haie, je fis feu derechef et je tuai
trois maraudeurs. C’était ce que je voulais, et je les traitai
comme on traite les voleurs en Angleterre, c’est-a-dire que
je les pendis pour servir d’exemple aux autres. II est im-
possible d’imaginer l’effet de cette mesure. Les oiseaux



ROBINSON CRUSOE 81

non seulement n’osérent plus revenir au blé, mais encore
abandonnérent cette partie de J’ile, et je n’en vis pas un
seul aux alentours de mon champ tant que |’épouvantail
y resta. On peut croire que je fus enchanté de mon succés;
et vers la fin de décembre, époque de la seconde moisson,
je recueillis mon blé.

J’étais bien empéché de n’avoir ni faucille, ni faux pour
le couper; tout ce que je pus faire de mieux, ce fut de
moissonner avec un des coutelas que j’avais sauvés du
navire. Cependant cette récolte n’étant pas considérable,
je Venlevai assez facilement. Je ne coupais juste que les
épis, je les mettais dans un grand panier de ma facon, et
je les égrenais ensuite avec mes mains. En dernier résultat,
mon picotin de semences me produisit prés de deux bois-
seaux de riz et plus de deux boisseaux d’orge, 4 vue de nez,
car je n’avais point de mesure.

Ce fut un grand encouragement pour moi, et j’espérai
qu’avec le temps Dieu m’accorderait du pain de mon cru.
Pourtant il se présentait d’autres difficultés avant d’arriver
la. Comment pourrais-je moudre le grain pour en faire de
la farine, et comment 6ter le son de cette farine? je n’en
savais rien; et quand je l’aurais su, restait encore l’embarras
de faire du pain avec cette farine, surtout de le faire cuire.
Ces difficultés, jointes au désir d’avoir une provision plus
grande afin d’assurer ma subsistance future, me décidérent
a ne point entamer cette récolte et a la conserver pour les
semailles prochaines. En attendant j’employais mes ré-
flexions et mes heures de travail 4 tacher d’avoir tout ce
qui concernait l’importante affaire du pain. Je pouvais
dire a la lettre que je travaillais pour gagner ma vie.

On est émerveillé de voir, et peu de gens ont, je crois,
sérieusement considéré combien de choses sont nécessaires
pour la production et les préparations diverses de ce seul
objet de notre consommation, le pain. Moi, pauvre mal-
heureux .réduit aux simples ressources de la nature, je

WG 6



82 PREMIERES AVENTURES DE

pensais a ces choses avec un découragement qui s’accrois-
sait en méme temps que les difficultés.

D’abord je n’avais point de charrue pour labourer la
terre, ni de béche pour la remuer. Je triomphai de cet
obstacle en me servant d’une pelle en bois; mais ce n’était
la qu’un pauvre labourage, et mon instrument, aprés
m’avoir coiité plusieurs jours de travail, dura moins long-
temps parce qu'il n’était pas garni de fer comme les ndétres,
et de plus remplissait mal son office. Je me contentai de ce
résultat, faute de mieux.

Quand le blé fut semé, n’ayant point de herse pour le
recouvrir, je fus obligé de tratner par-dessus ma terre
une grosse branche d’arbre, avec laquelle je grattais plutét
que je ne hersais. Tandis que les épis croissaient et miris-
saient, j’eus le temps de penser a tout ce qui me manquait
pour les défendre sur pied, les moissonner, les porter au
logis, et séparer le grain de la paille. Il me manquait aussi
un moulin pour le moudre, un tamis pour passer la farine,
du levain et du sel pour faire de la pate avec cette farine,
enfin un four pour le cuire; et cependant je vins a bout de
fabriquer ou de remplacer toutes ces choses, et le blé devint
un bien inappréciable pour moi.

Je n’obtins tout cela qu’au prix de labeurs pénibles et
persévérants; mais ils étaient inévitables, et j’avais le
temps suffisant pour les faire. Dans la division du jour,
il y en avait une certaine partie affectée chaque jour a ces
travaux; et comme j’étais décidé 4 ne rien consommer de
ma récolte présente, j’avais six mois pour inventer et
fabriquer les ustensiles exigés pour les opérations diverses
par lesquelles le blé devait passer avant de pouvoir me
faire un pain.

Mais il me fallait préparer une plus grande piéce de terre.
J’avais assez de grain pour ensemencer plus d’un acre; et,
avant d’entreprendre ce travail, je passai une semaine a
me faire une pelle, qui n’était pas trés bonne et qui, par



ROBINSON CRUSOE 83

sa pesanteur, ralentissait mes mouvements. Cependant
j’achevai l’ouvrage tant bien que mal et je semai mon
grain sur deux champs assez vastes, aussi prés que possible
de ma maison, Je les entourai d’une forte haie, dont les
pieux étaient coupés sur ces arbres dont j’avais déja fait
usage pour cela, et qui croissaient par bouture, en sorte
que j’étais stir d’avoir a la fin de l’année une haie vive a
laquelle il faudrait peu de réparations. Cette besogne me
prit trois mois pleins, parce que la plus grande partie de
ce temps se trouvait dans la saison des pluies, ot je ne
pouvais sortir.

Quand j’étais retenu au logis, je m’occupais des objets
dont je vais parler, en faisant remarquer toutefois que je
me délassais de mes travaux en parlant 4 mon perroquet
et en lui enseignant a parler. Bientét il connut son nom et
sut répéter assez distinctement: Poll. Ce fut le premier mot
que j’entendis prononcer dans J’ile par un autre que moi.
Ceci n’était pas un travail mais une diversion qui me ren-
dait le travail plus léger; car j’avais sur les bras beaucoup
d'affaires.

J’avais longtemps cherché les moyens de me faire des
vases de terre, qui me manquaient extrémement, et je ne
savais comment m’y prendre. Toutefois, en considérant la
chaleur du climat, je ne doutais point de la possibilité de
faire sécher de la poterie au soleil, si je trouvais de l’argile
pour la faire. Je pourrais au moins avoir des vases assez
consistants pour contenir des choses séches et qui devaient
étre conservées telles. J’en avais besoin pour le blé, la
viande, etc. Je me proposai donc d’essayer de faire des
vaisseaux aussi grands que possible, pour servir, comme
des jarres, 4 renfermer ce qu’on voudrait.

Le lecteur aurait pitié, ou plutét rirait de moi, si je lui
contais tous les essais maladroits que je fis en ce genre,
combien de choses laides et informes sortirent de mes
mains.

6-2



84 PREMIERES AVENTURES DE

J’étudiai les meilleurs moyens de conduire le feu pour
la cuisson d’un certain nombre de pots de terre. Je n’avais
aucune idée, ni de la construction d’un four a briques, ni de
la matiére dont se compose le vernis que les potiers mettent
sur leurs ouvrages; je ne savais pas qu’ils emploient le
plomb a cet usage. Je me bornai a placer trois grandes
cruches les unes prés des autres, et au-dessus d’elles des
pots moins grands; puis je couvris et j’entourai la pyramide
d’un feu de bois trés ardent. J’alimentai ce feu de tous
cétés, jusqu’a ce que les pots devinssent tout rouges, sans se
féler. Je les laissai cinq a six heures dans cette chaleur, et
l'un d’eux sembla prés, non d’éclater, mais de couler, le
sable mélé dans l’argile ayant fondu, ce qui aurait produit
du verre si j’eusse continué de le chauffer. Je diminuai
mon feu par degrés; les vases perdirent petit a petit leur
rouge ardent, et je veillai toute la nuit pour que le feu ne
s’éteignit pas trop vite. Le matin je me vis possesseur de
trois bonnes, sinon de trois belles cruches, et de deux autres
pots de terre aussi durs que je pouvais le désirer; l’un d’eux
avait méme un vernis parfait, produit par la fonte du sable.

Aprés cette expérience, il n’est pas nécessaire de dire
que je ne manquai d’aucune sorte de vaisselle dans mon
ménage; mais je dois avouer que la forme n’en était pas
trés réguliére.

Jamais on n’éprouva pour une chose aussi vulgaire une
joie égale 4 la mienne, quand je fus venu a bout de me
faire un pot de terre allant au feu. J’eus beaucoup de peine
a attendre qu'il fat refroidi, pour le remettre chauffer avec
de l’eau et de la viande, et faire du bouillon. L’opération
réussit trés bien et j’eus un excellent potage, bien qu'il
me manquat du gruau et d’autres ingrédients qui l’auraient
rendu parfait.

Je songeai ensuite 4 me pourvoir d’un mortier ou d’un
instrument quelconque pour piler mon blé; car il ne pouvait
étre question de construire, avec une seule paire de bras,



ROBINSON CRUSOE 85

une machine aussi compliquée qu’un moulin; il s’agissait
seulement de le remplacer. Je n’avais aucun des outils
nécessaires a ce genre de travail. Je passai plusieurs jours
a chercher une pierre assez grande pour étre creusée en
forme de mortier, et je n’en trouvai point, excepté celles
qui composaient le roc vif, et que je ne pouvais ni couper,
ni briser; de plus, les rochers de l’ile étaient d’une nature
poreuse, et ils n’avaient pas la consistance suffisante pour
lusage que j’en voulais faire. Aprés bien du temps perdu
a chercher une pierre, je me décidai 4 me servir d’un bloc
de bois dur, beaucoup plus facile 4 trouver.

Je pris le plus grand bloc que je pusse transporter, je
l’arrondis extérieurement avec ma hache, et ensuite a l’aide
du feu je le creusai, de méme que les naturels du Brésil
creusent leurs canots. Ce travail fut trés long, et je formai
aprés cela un grand pilon en bois de fer et rangeai le tout
pour m’en servir a la premiére moisson, comptant bien
cette fois moudre ou plutét piler mon grain en farine et
m’en faire du pain.

Il me fallait encore un tamis pour passer la farine et la
séparer des cosses et du son. Sans cela je n’aurais pu faire
du pain. C’était une chose trés difficile et qui me parut
telle, méme en projet. Je manquais pour cela des principaux
matériaux, notamment d’un fin canevas ou d’un tissu de
crin a travers lequel la farine pit passer; cette difficulté
m’arréta plusieurs mois, et je ne savais réellement que
faire. Je n’avais point de linge, ou du moins ce qui m’en
restait n’était plus que des haillons; j’avais du poil de
chévre, mais je n’aurais su ni le filer, ni le tisser, et, quand
je l’aurais su, je n’avais pas les outils dumétier. Cependant,
a force de chercher, je m’avisai d’un expédient. J’avais,
parmi les effets des matelots que je tirai du navire,
quelques cravates de calicot ou de mousseline; avec
des morceaux de ces cravates je fis trois petits tamis
assez convenables pour cet usage; je m’en servis pen-



86 PREMIERES AVENTURES DE

dant quelques années. Je dirai ensuite comment je les
remplacai.

Le premier point a considérer, aprés ceux-ci, était la
maniére de faire le pain, une fois que j’aurais la farine.
D’abord je n’avais point de levain et aucun moyen de m’en
procurer; je ne m’en embarrassai donc pas longtemps.
Mais j’étais fort en peine pour le four. Enfin je trouvai un
expédient pour cela comme pour le reste. Je fis de grands
vases de terre, trés larges et peu profonds, c’est-a-dire ayant
deux pieds de diamétre et environ neuf pouces de pro-
fondeur. Je les fis passer au feu, comme les marmites, et
je les mis a part; ensuite, quand j’avais besoin de faire cuire
du pain, je faisais un grand feu sur mon Atre, que j’avais
pavé de briques faconnées et cuites par moi, mais qui
n’étaient pas parfaitement carrées.

Quand le bois était réduit en tisons et en charbons
ardents, je les parsemais, sur le foyer de maniére qu'il en
fit tout couvert, et je les laissais assez de temps pour
chauffer excessivement la place; alors je retirais la braise,
je la remplacais par mes pains, que je couvrais avec un des
plats de terre; puis j’amassais des charbons tout autour
du plat, afin de maintenir et d’augmenter la chaleur in-
térieure. Je fis de la sorte, aussi bien qu’avec le meilleur
four du monde, mes pains de farine d’orge, et je devins en
outre un patissier achevé. Je me faisais différents gateaux
et des poudings de riz; mais point de patés, parce que je
n’avais rien a mettre dedans, excepté de la viande de
chévre ou d’oiseau.

On ne s’étonnera pas si je dis que toutes ces choses
m’occupérent pendant la presque totalité de ma troisiéme
année de séjour dans l’ile; mais il faut observer que, dans
les intervalles de ces divers travaux, j’avais eu ma nouvelle
récolte et mes affaires intérieures 4 conduire. Je cucillis
mon blé dans la saison, je le portai au logis comme je pus,
et le laissai en épis dans mes grands paniers, en attendant



ROBINSON CRUSOE 87

que j’eusse le temps de |’égrener; car je n’avais ni aire ni
fléau pour le battre.

L’augmentation de ma provision de blé m’obligea réelle-
ment d’élargir mes greniers. Ma récolte m’avait donné
vingt boisseaux d’orge et autant de riz, méme davantage;
je me décidai donc a en faire usage; d’ ailleurs depuis quelque
temps ma provision de pain était finie, et j’étais bien aise
aussi de voir quelle quantité pouvait suffire 4 ma consom-
mation d’une année, afin de semer seulement une fois l’an.

Il se trouva en dernier résultat que mes quarante bois-
seaux d’orge et de riz étaient plus que je ne pouvais con-
sommer dans l’année; ainsi je résolus de semer, tous les
ans, la méme quantité de grains que j’avais semée la der-
niére fois, espérant que cela suffirait amplement pour me
fournir de pain, etc.

Pendant que je vaquais a ces soins, mes pensées se por-
térent plus d’une fois sur la terre que j’avais apercue de
l’autre rivage de l’ile, et je souhaitais au fond de l’A4me de
trouver les moyens d’aborder cette terre inconnue, imagi-
nant que je pourrais peut-étre me rapprocher ainsi du
continent et des pays habités.

Je me ressouvins alors de notre chaloupe qui avait été
jetée, comme je l’ai dit, assez avant sur le rivage, au com-
mencement de la tempéte, cause de notre perte. Cette
chaloupe était encore 4 la méme place, mais non dans la
méme position. La force des vagues et du vent l’avait
jetée presque sens dessus dessous contre un banc de sable
trés élevé, et elle se trouvait a sec.

Si j’avais été aidé, j’aurais pu la radouber et la lancer en
mer, et elle était assez bonne pour me conduire aisément
au Brésil. Mais j’oubliais que je n’étais pas plus capable
de la remuer ou de la retourner que de retourner I’ile.
Cependant j’allai dans le bois tailler des leviers et des
rouleaux, et je les apportai prés de la barque, résolu de
voir ce que je pouvais faire. Je supposais que, s’il m’était



88 PREMIERES AVENTURES DE

possible de la remettre sur sa quille et de la raccommoder,
cela ferait une embarcation assez solide pour m’aventurer
dessus en pleine mer. Mais j’eus beau faire tous mes efforts,
il ne me fut pas possible de laredresser et je me vis contraint
d’abandonner mon petit projet.

Malgré mes espérances décues, le désir de m’exposer sur
mer pour gagner le continent m’aiguillonnait de plus en
plus. Méme je réfléchis que je pourrais peut-étre me faire,
avec le tronc d’un arbre, un canot ou perviagua, semblable
a ceux que font les indigénes de ces pays-la.

Mes pensées étaient si entiérement fixées sur mon voyage
dans ce bateau, que je ne songeais nullement a la maniére
de lui faire quitter la terre; et il était en réalité plus facile
pour moi de le conduire trente lieues en mer que de lui
faire parcourir les trente verges de terre qui la séparaient
du bord. J’entrepris cet ouvrage aussi étourdiment que si
jeusse été privé de ma raison.

J’abattis un cédre si grand, que Salomon n’en eut peut-
étre pas un semblable pour la construction de son temple.
Il avait cinq pieds dix pouces dans la partie la plus rap-
prochée des racines, et quatre pieds onze pouces a la
hauteur de vingt pieds, ot le tronc commengait 4 diminuer
et a se diviser en plusieurs branches. Ce ne fut pas sans une
peine infinie que je parvins a abattre ce cédre. Je passai
vingt jours a le couper au pied, et quatorze jours a élaguer
ses branches et sa large téte. Aprés cela, je fus prés d’un
mois 4 donner au tronc ainsi dépouillé la forme extérieure
d’un bateau, telle qu’il devait l’avoir pour flotter sur l’eau
sans pencher d’un cété ni de l’autre. Il me fallut encore
trois mois pour creuser l’intérieur et achever mon ouvrage;
il est vrai que je fis ce dernier travail sans le secours du feu
et simplement avec le ciseau et le marteau. Enfin, a force
de patience, je formai une trés belle pirogue, assez grande
pour porter plus de vingt hommes, et par conséquent pour
me porter avec toute ma cargaison.



Full Text
xml version 1.0
xml-stylesheet type textxsl href daitss_disseminate_report_xhtml.xsl
REPORT xsi:schemaLocation 'http:www.fcla.edudlsmddaitss http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitss2Report.xsd' xmlns:xsi 'http:www.w3.org2001XMLSchema-instance' xmlns 'http:www.fcla.edudlsmddaitss'
DISSEMINATION IEID 'E20110222_AAAAEN' PACKAGE 'UF00074468_00001' INGEST_TIME '2011-02-22T12:46:30-05:00'
AGREEMENT_INFO ACCOUNT 'UF' PROJECT 'UFDC'
DISSEMINATION_REQUEST NAME 'disseminate request placed' TIME '2013-12-09T18:16:15-05:00' NOTE 'request id: 300581; Dissemination from Lois and also Judy Russel see RT# 21871' AGENT 'Stephen'
finished' '2013-12-09T20:35:31-05:00' '' 'SYSTEM'
FILES
FILE SIZE '67619' DFID 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGYV' ORIGIN 'DEPOSITOR' PATH 'sip-files00161.pro'
MESSAGE_DIGEST ALGORITHM 'MD5' 3ac506b0ede9686b21320b18c7960238
'SHA-1' f6b59a0781c1e7042739fef310f12282055550a0
EVENT '2012-10-09T01:37:16-04:00' OUTCOME 'success'
PROCEDURE describe
'169120' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGYW' 'sip-files00123.jpg'
2975803d6c228a47333e468ec9f5341d
f78999d68a67351c1b0f54312023d3000669c62f
'2012-10-09T01:39:47-04:00'
describe
'77493' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGYX' 'sip-files00137.pro'
78355cdb2b700badad79b48ff228a6e0
a8ddfef5ce42f969a6ffb2fc20f73412b74aeb9b
'2012-10-09T01:39:16-04:00'
describe
'3626560' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGYY' 'sip-files00127.tif'
1f3f33ed3c2f7b151bee9e32c1b143ad
d319b474b1fee4d510464dc11b6c41d6b6cd1ff5
'2012-10-09T01:39:09-04:00'
describe
'184395' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGYZ' 'sip-files00119.jpg'
b7a125e397df28135984c3ed16f0d4dc
e25f4064ade34bebabde3b8f3993602ad3536a1b
'2012-10-09T01:38:57-04:00'
describe
'31811' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZA' 'sip-files00133thm.jpg'
d5a00db50a1bfdb199625e920c33550f
8e8655cd092683644cf60d07cd666886433d99ba
'2012-10-09T01:37:15-04:00'
describe
'165247' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZB' 'sip-files00146.jpg'
ea6fc11d95d53feb8a7bd2624cc203b6
4c061b83208738e82c9bea323db44fab78b161bb
'2012-10-09T01:40:21-04:00'
describe
'53194' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZC' 'sip-files00089.pro'
8a727fa63626366d75012a8ff5cbd020
093aca32028bfa075e5c45e834819d685a3e6986
'2012-10-09T01:39:01-04:00'
describe
'2016' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZD' 'sip-files00077.txt'
be1a7a3f19f1917af89abfcf5b9310c8
a24e827d5baa487992ffd1fe1252d10d2f62f8fe
'2012-10-09T01:39:12-04:00'
describe
'2088' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZE' 'sip-files00089.txt'
19b7542263844a356fa67ad6ace28165
4df96f7bf5dc039a9c97e9064e7ba4827652d678
'2012-10-09T01:40:39-04:00'
describe
'71379' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZF' 'sip-files00018.QC.jpg'
a965cf932aecd8979081034940e56ce1
a739483ee149cc9a06ec2629c3ba6fe510c5f8f5
'2012-10-09T01:36:33-04:00'
describe
'163864' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZG' 'sip-files00155.jpg'
5426d664e82a484a7b2ca35a9cba83b8
295be061e45985b752b89b9873b7f51462b63212
'2012-10-09T01:38:11-04:00'
describe
'3622216' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZH' 'sip-files00004.tif'
5f0a5f28f6aaae715be165a3f94e56fe
39b45152d05069144b8f488f04fa05f0d07f6985
'2012-10-09T01:38:58-04:00'
describe
'31511' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZI' 'sip-files00122thm.jpg'
8a6914f871a1782fbc4ea3a337412704
60dfb65405da90dc7adb7176b96278ced0dbfff7
'2012-10-09T01:38:18-04:00'
describe
'180672' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZJ' 'sip-files00090.jpg'
7765df2728fff234b7203f24c2387761
80956ce4ea755368efaade56f83e4d370e1ed9a5
'2012-10-09T01:39:22-04:00'
describe
'450576' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZK' 'sip-files00062.jp2'
6ff1816ed88bd4b70d2667b8780fe60d
adcebb684ff0c4e72029bfb6f0e7557c816acea4
describe
'32559' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZL' 'sip-files00095thm.jpg'
bb635f8821d5a387084d7d6ccb8724db
281e30268afdb181040ee1d76af153b2e13d9d03
'2012-10-09T01:38:51-04:00'
describe
'52815' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZM' 'sip-files00034.pro'
d9a07aa77db87d548c24766efdccd368
28c8ddb1a0bb9692ed71d04abedc894f1245e9fe
'2012-10-09T01:37:43-04:00'
describe
'3626848' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZN' 'sip-files00093.tif'
71795ba863609d2fa19e9be2f9dacd30
cdef54d67e713cb40656c862f18832767301329d
'2012-10-09T01:35:02-04:00'
describe
'32267' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZO' 'sip-files00068thm.jpg'
a7748653092d2c99c2171429e50a8508
05dd8a421a5e45bb9f0b97f3d39d92c76532fda2
describe
'50704' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZP' 'sip-files00088.pro'
4d68d338324f6ed1ddd009dd661de9f6
f2d14a33433d2a3b8b611ea8133609b241850b47
'2012-10-09T01:39:25-04:00'
describe
'3626916' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZQ' 'sip-files00042.tif'
ec099a002b38e239ade4f81c406f139d
9914cf3471c5b7d58ff6525afad9476e971e7571
'2012-10-09T01:37:51-04:00'
describe
'3626784' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZR' 'sip-files00091.tif'
e533fed931355e240e8892134bb0582d
b22b2dd0bc10a636278239df276ae7853acf6daf
'2012-10-09T01:39:57-04:00'
describe
'3627136' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZS' 'sip-files00147.tif'
d2aebcd991f9e43b6c849937f84616e6
2f13a45cb013612b13facd15fe0c762ea1cee742
'2012-10-09T01:38:04-04:00'
describe
'66491' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZT' 'sip-files00130.QC.jpg'
853fb6388e47ff83f47b9fa31a3887c6
271291c52dcc346890badaf852fdebb87cf87228
'2012-10-09T01:37:25-04:00'
describe
'71156' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZU' 'sip-files00097.QC.jpg'
2b39c210f24ddadc80dadb3ac1e195c3
a37c96def957ab61966d8a5e614c42c9ef3852c1
'2012-10-09T01:37:20-04:00'
describe
'3627120' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZV' 'sip-files00039.tif'
298bcf3ef21997da714dc2342cb486c8
6365d0e31d4635628e3702a5ec43d90acea57a8b
'2012-10-09T01:35:52-04:00'
describe
'3626764' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZW' 'sip-files00118.tif'
0f52d75aa87adf52ad4eec9d66daf802
891806389d6d884a953036bfad048ec8f778df6a
'2012-10-09T01:35:21-04:00'
describe
'450529' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZX' 'sip-files00148.jp2'
93799f414113321c178568e7ed864975
9296630e94cb9ae7d46bf0d6d74a77bc538ebc0c
'2012-10-09T01:39:44-04:00'
describe
'63189' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZY' 'sip-files00152.QC.jpg'
29a44143b1f4f6c415714261f4ae7ad4
cab8d2435fe34a677662d658fde3ddec101d2730
'2012-10-09T01:35:49-04:00'
describe
'3626856' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABGZZ' 'sip-files00109.tif'
9fa40ff012f5fac827ce90d631057cb1
01d4b628fb1fe21321c6d77bff9ee3f3c7cc5084
'2012-10-09T01:39:20-04:00'
describe
'3626516' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAA' 'sip-files00140.tif'
7d34f1b0250d29f6410ee03f1c1f3a9e
01afb726a18d53d4cbd01050581bcfc880fdfaf6
'2012-10-09T01:36:43-04:00'
describe
'52954' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAB' 'sip-files00116.pro'
e721ccbb514d4362a4b6b11882beeef1
97cfa3f219f00f52f193f7a9a5169ae3527443ac
'2012-10-09T01:35:15-04:00'
describe
'177903' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAC' 'sip-files00060.jpg'
3be184c00256399c5b1e5ea848f47586
b22ff740a29ab6e5cafa3b4d9b643438c9d0118e
describe
'2042' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAD' 'sip-files00025.txt'
61ed6dc0a16e94d37fab60d72dddaf54
a77c76ac36ed029fd51907fc97b18b5f42e06cce
describe
'70708' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAE' 'sip-files00019.QC.jpg'
08b5af2e3ecef56211d31b1d2f55f4f3
9e3bc2ecb15afd437dee0658912a35dbe0443443
'2012-10-09T01:36:36-04:00'
describe
'450513' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAF' 'sip-files00119.jp2'
0cd69524354fc1435b83bd72082ba120
415539ba7227596a6efb811f9141e3e3445b3791
'2012-10-09T01:37:19-04:00'
describe
'173345' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAG' 'sip-files00071.jpg'
ccef08d838a78ba67fd92246e8d06b4c
cd7c965100a82ad197b90548f10b832cfdb0ec24
'2012-10-09T01:38:41-04:00'
describe
'31227' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAH' 'sip-files00142thm.jpg'
ed69e4dc623899c20ae9784ae0b1a861
634228f7204250d283eaa8a022b21c8c10f966ce
'2012-10-09T01:36:59-04:00'
describe
'178586' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAI' 'sip-files00095.jpg'
ee5672eb65eca18219884e2700b33fa6
fe639e1269bbeba0ea62beec95388b12faca0c19
'2012-10-09T01:39:04-04:00'
describe
'3626840' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAJ' 'sip-files00103.tif'
1fb6bce2e81bb971171d7618534ab2ac
2bb0098b640a62b42834d3b25cab493340c0bd63
'2012-10-09T01:39:28-04:00'
describe
'3626868' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAK' 'sip-files00088.tif'
d95a1dc8359504477478704eb53bc7ad
f0047a3e75fddbd34e57aba39af1a4bbac1abe0c
'2012-10-09T01:38:34-04:00'
describe
'175853' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAL' 'sip-files00028.jpg'
ac559f4cbdb267ecd13cc02317fbfecd
85ff6a3b29b7d0ef74a0f5a1f9d33ee7585328c2
'2012-10-09T01:40:23-04:00'
describe
'18630' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAM' 'sip-files00004thm.jpg'
7c1bdbf6161a11465d0cfd80088fba9b
53f05c04ea86cc7bba53a5ca8f48a3e1806e3be4
'2012-10-09T01:38:50-04:00'
describe
'3094' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAN' 'sip-files00147.txt'
00df6c68c114591565de590803bad83a
f0e1896e31132fb2b712537297935a42cd200301
'2012-10-09T01:39:40-04:00'
describe
'52131' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAO' 'sip-files00108.pro'
e9663eb2f09bf602f9f8fafa13d4c749
9b8229fd4b1f9df898afd32ae64a070c5e55782b
'2012-10-09T01:35:57-04:00'
describe
'64180' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAP' 'sip-files00156.QC.jpg'
2f04be1c0fa0a019d9c7d1eae0a022a2
df52c0da56664f7a028536074002bedfd8e41108
describe
'44825' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAQ' 'sip-files00012.pro'
f95ef617531305624124a8ba3938f89b
fc8cc2b709797b10880e984d2b28988a0e0a0db2
'2012-10-09T01:35:50-04:00'
describe
'21816' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAR' 'sip-files00005.jpg'
bdff7a9cbc728b0d88bdaf69065a1728
68370341bc14914d2a6e3bdd76b4a51897eeb10c
'2012-10-09T01:37:40-04:00'
describe
'51952' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAS' 'sip-files00040.pro'
86eff1f2da2c413b247e705e45e5b52c
f9e0351b3ce7d5617fd4c8e30e06ef413b35f25e
'2012-10-09T01:39:00-04:00'
describe
'52738' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAT' 'sip-files00111.pro'
4a18646febec803c88193e7d9566b581
5ef5ec57903928a702b0cc96a2241fb54c4ddf4e
'2012-10-09T01:37:37-04:00'
describe
'450570' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAU' 'sip-files00023.jp2'
7b271b3ada7205d773b75cbdf3ffa098
a7b4e0efc7aedd0736187c6614c6dbefdb8b0a45
'2012-10-09T01:36:53-04:00'
describe
'450567' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAV' 'sip-files00155.jp2'
ce0ae57b3367fe537e470d8e879012c0
923e8d1ff70ca53078dfc9ef7932645f800cd325
'2012-10-09T01:35:34-04:00'
describe
'450539' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAW' 'sip-files00161.jp2'
129d7efaea0846e5091370014b5a5cef
1047266c4d1f31c5ecdc8f3bc455a4a2d141ae3b
'2012-10-09T01:39:19-04:00'
describe
'64208' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAX' 'sip-files00148.QC.jpg'
4e4adafcfe454212ebf31fda2be0e2d2
d249c4fc47caa8b5e6db7c3f2e4c8911351a1caa
'2012-10-09T01:37:41-04:00'
describe
'32047' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAY' 'sip-files00110thm.jpg'
cffb56d73ea9836c8e15683f32c05d21
2bb45a11f77cd56fc78888d574bd3c64705ac566
'2012-10-09T01:38:40-04:00'
describe
'33339' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHAZ' 'sip-files00074thm.jpg'
a0308a180f55a8ba217e9ef50166f6a2
e2dce72ff25090febed70ed2a0890f6cca60aca1
'2012-10-09T01:35:23-04:00'
describe
'66159' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBA' 'sip-files00122.QC.jpg'
896d2fd2e69d58833b99cf62d3e1238f
d31af8e01c070504c4a14c11f0d023fceac25c7d
'2012-10-09T01:40:20-04:00'
describe
'450364' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBB' 'sip-files00038.jp2'
be51477223437c31db3efc50cbbb1931
d39d32e26b89f1980a2bc61c15af7f152735a696
'2012-10-09T01:36:31-04:00'
describe
'175920' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBC' 'sip-files00096.jpg'
51f9d22a67f3913231548decafd6633e
ef776b9b5981b21326a4edabdcdc1e8a6e4aaef4
'2012-10-09T01:37:09-04:00'
describe
'77661' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBD' 'sip-files00134.pro'
4a82666ffc6512a921d819a0a93e5fe3
068e38e928cbaddce4c0f5bb07fe2dd11816745d
'2012-10-09T01:37:42-04:00'
describe
'21339' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBE' 'sip-files00008.jpg'
a03064c65da86ace12b195b10728552c
d90e412c1c88b75e6b835cb67e1f09c536501c5b
'2012-10-09T01:39:18-04:00'
describe
'175363' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBF' 'sip-files00076.jpg'
39f1f458fb9a2fa543afac29dfd22328
5976aef922cb7f780efbae0844d220f889efb4c8
'2012-10-09T01:34:50-04:00'
describe
'32508' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBG' 'sip-files00086thm.jpg'
178793d3c8a0b6711141f13bc626153b
974e075ad925800092bdf7b071c9c302bf614c4c
'2012-10-09T01:35:47-04:00'
describe
'450574' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBH' 'sip-files00014.jp2'
0a2aa7d16f60be759d3adc738a06d4c5
78b25a22f6396763a32a7b53361b3fb5bdbbee68
'2012-10-09T01:35:03-04:00'
describe
'31927' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBI' 'sip-files00130thm.jpg'
b7eab474ba7f3c1cf4f4e7dd72b2c945
9d08b97b02b8d3a51d3962bdbe414186b833072a
'2012-10-09T01:36:30-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBJ' 'sip-files00074.jp2'
2d7e6d4f864d7234e7ec6ff221bf4527
674298f962391888ad736a43a251b4f6d686e13c
'2012-10-09T01:35:17-04:00'
describe
'18500' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBK' 'sip-files00008thm.jpg'
7ac5c874ec7e48625087e0d1563c1aca
1b8bfdedfe119027bcc7c30e79e3f2838f7609e8
'2012-10-09T01:38:36-04:00'
describe
'32578' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBL' 'sip-files00018thm.jpg'
80a1aa4dfe22924d692369d868f18b8c
60a37d4512d6ae4bc2721166f80711e6e8a2b0de
'2012-10-09T01:36:39-04:00'
describe
'450559' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBM' 'sip-files00045.jp2'
862d5ffc65ce45ce8adbf3b30e784e39
463c40d0392ef32781fdde95c55fedf1a0a5afd1
'2012-10-09T01:33:52-04:00'
describe
'3627016' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBN' 'sip-files00153.tif'
2aa7d72ded5e71339369ee939f9f6c95
a93b719ffe616a1d450738cdbe772e1b368b5f65
'2012-10-09T01:36:06-04:00'
describe
'52124' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBO' 'sip-files00058.pro'
13efc0436daeb2838e66ebc9bf135e2b
bee9af5158371528ffe7b54c14d818f1e6722b4b
'2012-10-09T01:37:10-04:00'
describe
'450573' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBP' 'sip-files00081.jp2'
c58289592334872e3de2731dd4a2e79b
430addcc74609d4508c11538ed378aac71d4862d
'2012-10-09T01:34:00-04:00'
describe
'185228' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBQ' 'sip-files00097.jpg'
ebda0f78d41c07948d1876123ecad694
d1210f0fdec5fe94e537253bdcd4eb096752fdc1
'2012-10-09T01:37:35-04:00'
describe
'185487' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBR' 'sip-files00034.jpg'
29bcd7edd29b5c9edc45746d919b6a29
76ababdaa5e1aa6e9ee19d1c07638bd22a36bcd9
describe
'27786' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBS' 'sip-files00163.jp2'
fcd19fbd6eb995851340231c9d30753a
08f193d9bbc1fb829c67da047b683a86ebe40919
'2012-10-09T01:37:12-04:00'
describe
'32323' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBT' 'sip-files00076thm.jpg'
5c647348f169c5d6147a415bfb5bd9d4
8ea0076767e42d5bab63c0006237fe59e7dd5b62
'2012-10-09T01:39:02-04:00'
describe
'417221' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBU' 'sip-files00013.jp2'
b7709d2164583d9a131efc95f35753c1
06fde5653b6825e4baff730918cf900ebf10d7e9
'2012-10-09T01:40:30-04:00'
describe
'2085' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBV' 'sip-files00097.txt'
618a5c567dcbe488279c1ab64e04fbd6
ef15c71ccc3d33db281579ec1aadcc86b3af8f83
describe
'32331' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBW' 'sip-files00121thm.jpg'
9349b735f784c7ce8685948e4050fec5
a4228b978a6802330e8762e86541fe494325a060
describe
'450540' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBX' 'sip-files00089.jp2'
e31b8c5535c2bf13cd5f1f3364f9644e
2b5fcca76b330e8c74dc68e4ee94523b8f3dec95
describe
'2940' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBY' 'sip-files00154.txt'
0be76d157a427da13765e3ecf0c8f935
dd373440c5607252e4c4f9bf2d6bd601c675db49
'2012-10-09T01:40:16-04:00'
describe
'182379' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHBZ' 'sip-files00027.jpg'
fd412b29660a62798eb8abdc954fa829
e574aed2cf2f5f9dbe4eb32576b8862785376b5e
'2012-10-09T01:34:07-04:00'
describe
'3626812' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCA' 'sip-files00064.tif'
08e92b518212983700a2152f34ee17f8
8eb2971b24e474697f7d00f36ae66a33fa0ff8b4
'2012-10-09T01:35:56-04:00'
describe
'32911' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCB' 'sip-files00098thm.jpg'
b5922538ad37da88c203cc9770a0aa91
1c00f36c8d2f118659418ce249dd2cee14e57db6
'2012-10-09T01:35:31-04:00'
describe
'67551' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCC' 'sip-files00011.QC.jpg'
aac303b035db23d3dfe6d945c34ab5aa
1602a0f8b28a52ad3334d1f87739bb1e9b7992eb
describe
'70845' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCD' 'sip-files00034.QC.jpg'
5fb5912d63e0df8ba56361b567cbb7d7
5c0ac898f4da4cc1a6e8072025c5a4a55a621bd6
'2012-10-09T01:39:33-04:00'
describe
'50725' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCE' 'sip-files00028.pro'
95e5945e15961b1b21a3161c907f8d73
0464c79061462e05308a800b55eebbb6f98ef966
'2012-10-09T01:35:42-04:00'
describe
'3436' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCF' 'sip-files00132.txt'
41dc10adddaa29dd337ddce16171715f
d2722403c86958ea06ea89d2529df7bca9a2b76b
'2012-10-09T01:36:51-04:00'
describe
'70770' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCG' 'sip-files00126.pro'
5d5f7a6eac93de0c8c9460da1638a046
5bea807335307040a9e403eb44188fa7e017e2fa
'2012-10-09T01:40:13-04:00'
describe
'3626908' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCH' 'sip-files00026.tif'
fd481b055ccfae249bcb9d6d47b0251d
6651f78c45066b67a0743b145744ff182ba1859e
'2012-10-09T01:38:06-04:00'
describe
'460278' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCI' 'sip-files00168.jp2'
202585655dfecbda3847252fc1271083
b50c4a855717a32c646657e776aca3f46ec3db12
'2012-10-09T01:37:49-04:00'
describe
'2063' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCJ' 'sip-files00018.txt'
4cfdcf159c8667f390c3eb87725de82e
f591b7e0da4851f459319813d732f995eae5ab9b
'2012-10-09T01:36:41-04:00'
describe
'165992' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCK' 'sip-files00143.jpg'
afc5b988c6e12f1648284a400c2e285a
a115f76d0ac30f3b3d3e2d849d4343ad00ff36ba
'2012-10-09T01:39:53-04:00'
describe
'53165' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCL' 'sip-files00075.pro'
2d7653695d387afdb6bf28193f7953fb
638b665529f682e2dedd24b4a2672b7128974074
'2012-10-09T01:35:11-04:00'
describe
'3622204' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCM' 'sip-files00005.tif'
22e98b5cb130470b971802bfcd1e2e13
c43e6c43379ab696e7915cbad7266b24c90e409e
'2012-10-09T01:40:05-04:00'
describe
'177860' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCN' 'sip-files00062.jpg'
9166aca00f1805c7c8356c5db4f084f2
68207892c0e29642ebd542978854f1419f6c6188
'2012-10-09T01:36:50-04:00'
describe
'10974788' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCO' 'sip-files00169.tif'
4d6026736fc83d714c643c0a3da14e12
e1fea35875767a73d62a613223ba514191f42ce5
'2012-10-09T01:38:21-04:00'
describe
'2860' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCP' 'sip-files00142.txt'
695b11a52758d3ba65779e076dd01e48
dfbcc8327a07493ebf8e15e945ced50b277101ad
describe
'182987' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCQ' 'sip-files00105.jpg'
9192b620dd6b6dc8dcacadcad1e4ce57
b796df1311e5c5ebcc9e35fe0a577cfdd8677935
describe
'450518' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCR' 'sip-files00128.jp2'
32d287b3e9039332269e665e1f92839b
05139448d25c0cebf12a8d7f52c2f2fdc816ec93
'2012-10-09T01:37:58-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCS' 'sip-files00020.tif'
76196acbbb52e2afcc47251dfaaab8d2
75dd677ed970d9ba440ee4552ff238f25f829db0
'2012-10-09T01:39:26-04:00'
describe
'63416' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCT' 'sip-files00143.QC.jpg'
7c9e0c03d8b54ea48e00fc2af5feef1a
621a85c288cb4f1c14a135c2a423bd657cbc2eed
'2012-10-09T01:36:48-04:00'
describe
'51543' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCU' 'sip-files00118.pro'
a6f14aeb7275f2ad28d686661b3905be
05af7322a90dcb714255ef476f311257b4c0d2c1
'2012-10-09T01:36:28-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCV' 'sip-files00068.jp2'
f66e9450f2d7ba06dd6c09c6fffc87b3
e804b3d54e6066b89a1fd861ee2a4bfbb013a8be
'2012-10-09T01:34:36-04:00'
describe
'2414' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCW' 'sip-files00009.pro'
eb1236ce1ecf32b21eedb69fbbbd1ed0
4753081f4e077c05bc7fa164283d2d735ef1f94a
'2012-10-09T01:38:00-04:00'
describe
'450560' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCX' 'sip-files00042.jp2'
5647c26f639eb89c0620f71fd81d2bcd
6cebc5eec0cbffb5d588b97fc6d371f1ff8c5f91
'2012-10-09T01:38:15-04:00'
describe
'450555' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCY' 'sip-files00130.jp2'
6b0197732cbe6909ef78bf105a3b3b62
2e17de45a07bf2badf0bf52f53a70f9b890b05b5
'2012-10-09T01:36:11-04:00'
describe
'72608' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHCZ' 'sip-files00116.QC.jpg'
508351d9e4c020efddc2b76a05340d2b
261a26cec5b0d84caee3a1a57ff1459e28dc3b8e
'2012-10-09T01:35:00-04:00'
describe
'450520' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDA' 'sip-files00121.jp2'
ed53836e18b810ad781b8423feb26993
7e6638c452803cb1eb0c1fbf4c42311ee5db1707
'2012-10-09T01:35:07-04:00'
describe
'450490' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDB' 'sip-files00051.jp2'
385c061488c9fb03356bb74af571811e
47019c56f84278c82d1cea54877242f014ceafbb
'2012-10-09T01:40:02-04:00'
describe
'32182' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDC' 'sip-files00038thm.jpg'
ab88b827947d3ff83eb7b4d7fd9127c8
95a70933bba139cd12eca43c2350bcf9d230d827
'2012-10-09T01:38:26-04:00'
describe
'2021' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDD' 'sip-files00051.txt'
a7d8b59d2b62557acc5dfaacbabe1da1
b624a733ff0e704e4c57c2457e024f9ca2b72bc5
'2012-10-09T01:38:28-04:00'
describe
'3626600' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDE' 'sip-files00028.tif'
1ab7fc0adb2e0cf64948a62820334479
b130db09fe5c65cd9db397fe569254bb8a646b87
'2012-10-09T01:40:25-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDF' 'sip-files00064.jp2'
adb7d60a8e5a187a9b8edd459b13a763
bc8c83ca334b1865f7be059ed5a19c0a58ed952a
'2012-10-09T01:39:08-04:00'
describe
'19378' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDG' 'sip-files00167.QC.jpg'
3fde64bc90fe155b8a4e8bac28716655
0aa7544e3eac6e2e5db54a422a828c6943568347
'2012-10-09T01:39:30-04:00'
describe
'181181' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDH' 'sip-files00030.jpg'
1a2c6a81c9a1f3214226d42e05f01d59
9f097a4fda87defdb49679ef5a80a0fbfb0b5389
'2012-10-09T01:35:08-04:00'
describe
'2038' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDI' 'sip-files00040.txt'
2e1b90c6ba4ea3cb356d4c04b9d50e2c
7fcdb4f53f2882a3063eb7debea3d2b218c4d752
'2012-10-09T01:35:26-04:00'
describe
'69988' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDJ' 'sip-files00102.QC.jpg'
a1a86da736ddd0b37a45b98822496881
e4be04e7c70a0f0f4c8dbff36071f989b1738f8a
describe
'450566' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDK' 'sip-files00143.jp2'
8cbe56d2573ba96f44da75549e6cff04
c2125e8c4142dd434e87b17459e8f8cb4cc22ccc
describe
'3626972' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDL' 'sip-files00056.tif'
7b2e5d0645a32972e92f82ae3a88b4d1
72465a945e8f625009ed5159485ec6202c6751f8
'2012-10-09T01:36:27-04:00'
describe
'3165' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDM' 'sip-files00149.txt'
0f68a2d2a961b140f544e2fe3c9c8e46
16340c478013353e6020f012256bc827aa952b37
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDN' 'sip-files00102.jp2'
c322999d1b92b337b3acbd66e4425de0
726f1324ae900119d1be1e51dcc0107ee919429a
describe
'2963' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDO' 'sip-files00146.txt'
b2cc6c18e223135fac720ae46dd2c8ed
27908111d4b5bf32ee59858e351b86262deedb91
'2012-10-09T01:40:28-04:00'
describe
'3626936' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDP' 'sip-files00143.tif'
d78a8ecf1ea1beedc39d879066a00325
2466c2372cdbf24c94d2bfc04e65f9ad8132dd17
'2012-10-09T01:36:45-04:00'
describe
'178092' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDQ' 'sip-files00055.jpg'
baf210e20c8f618f60afa4cde38b9ce4
c2e5854a45a1195df51d84269625d90f26b2c23d
'2012-10-09T01:38:56-04:00'
describe
'3622208' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDR' 'sip-files00008.tif'
0099f685d6c0ce0bfd85120e2030019f
1969afb2224ecb6d2769b0394b830ea434818ef5
'2012-10-09T01:38:38-04:00'
describe
'183945' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDS' 'sip-files00021.jpg'
badecab5e15cc2e0b0b72fdc50304333
b7de414bbbd504a97b7c23711b7bbadf85c3b697
'2012-10-09T01:36:04-04:00'
describe
'184112' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDT' 'sip-files00078.jpg'
8b413de47674f42dbcc5e99074f27b52
ecfab57f45f8497c71175ff8d5248f27c590febd
'2012-10-09T01:37:23-04:00'
describe
'32449' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDU' 'sip-files00064thm.jpg'
3a166d8c68f224698e8c20474a800f4b
e9acf7a27f504db3fc06cceeea7fe6db15d56d72
'2012-10-09T01:40:00-04:00'
describe
'3627040' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDV' 'sip-files00046.tif'
2624332f2b25205a2559c174c3089799
24fa11d0f4e0dddab4bdd1e9352ecddc7c3f17a7
describe
'2051' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDW' 'sip-files00121.txt'
38f3f044bc10569fee493a2b7d3694b3
d970b98afc242bb69941b2a77187a5a9f795da09
'2012-10-09T01:37:29-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDX' 'sip-files00133.jp2'
4aff511046d556ec88a11c1a79257fe4
b9760f22bca21e7b9190d28ad220b93814813f37
describe
'186449' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDY' 'sip-files00039.jpg'
0406d8408b0235c2307515961e965aa0
64ec37adb7128cf43e33828199680f5b01ba9456
'2012-10-09T01:38:20-04:00'
describe
'3626932' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHDZ' 'sip-files00138.tif'
6a8c039704ea253333f2a2922ba6560e
0593033476265b821b5e50445f8d5b7488e8db64
describe
'22627' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEA' 'sip-files00167.jpg'
9927c2e9c07b45af90d6f0a433be54d8
9477f289e2b969a724be28cc4925851dbb7b81dc
'2012-10-09T01:37:45-04:00'
describe
'32358' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEB' 'sip-files00099thm.jpg'
5cde5bba9f3c16f621f30f5a3ad9620b
475da90ba8eb607f5165b79ba447c463c14f73a8
'2012-10-09T01:36:10-04:00'
describe
'3' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEC' 'sip-files00170.txt'
bc949ea893a9384070c31f083ccefd26
cbb8391cb65c20e2c05a2f29211e55c49939c3db
'2012-10-09T01:39:37-04:00'
describe
'183015' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHED' 'sip-files00015.jpg'
0229e89ab2c4c95a7665ec1c6a95d6c3
dea9f9ac1a974b98d122bc0ee85a76223c11ee6f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEE' 'sip-files00054.jp2'
c7495e6972a6d7762a636b4843f9f8cc
72306b1930c6eaa7008adf0d7e9e2acd20841b23
'2012-10-09T01:38:46-04:00'
describe
'51519' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEF' 'sip-files00099.pro'
3bfe4d1fdbf87b8b4c1aef8100f8167c
335fd05f2f741f0c08dcf9de0395f18c9547921d
describe
'3626836' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEG' 'sip-files00018.tif'
5344ce9475aa4be8d6784f32ef485aaa
dafb233b9b24279fe7680f727388e07fe0256f36
'2012-10-09T01:40:06-04:00'
describe
'450572' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEH' 'sip-files00095.jp2'
c7750d78cedb92066d39ba8475d87082
e49e43cfc79f03e43de204c729ad20478e1c3b07
describe
'2039' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEI' 'sip-files00108.txt'
c8d8a206ea4e4e4d490f4cc6984fc069
c7244b4243202eed0b6f90de64ad8e135088c2a9
'2012-10-09T01:38:29-04:00'
describe
'52949' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEJ' 'sip-files00117.pro'
01f776c236eb193e8014d59473eaaf5d
173b6f8df6262d20f085b6123087a7d995538c3b
'2012-10-09T01:36:18-04:00'
describe
'71173' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEK' 'sip-files00056.QC.jpg'
65fb8cd49165ccb0d2b4af86e46a3aae
9d3fe63ec87ad07f86a4fad46cff9ea0f73fd5bf
'2012-10-09T01:37:31-04:00'
describe
'33199' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEL' 'sip-files00060thm.jpg'
de1c492037eadf3fc4e75f17f689ed11
23ca93ebf2752d97bb36401225f27c44fd2f045b
'2012-10-09T01:37:52-04:00'
describe
'69602' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEM' 'sip-files00095.QC.jpg'
1e06f2bc477855dd7d987a4fa9d5e33f
b5413745de0dc82f3f96a6635138f4a45c12bb2d
'2012-10-09T01:38:05-04:00'
describe
'32556' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEN' 'sip-files00061thm.jpg'
4b6ebf8868eece8f8a43bc15d1be3850
80015bee3283dcc3c4f312517cd8d9d43c58e8b6
'2012-10-09T01:37:46-04:00'
describe
'63395' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEO' 'sip-files00153.pro'
d77060ea98a747ce142810b4de9cd482
e97e95fcf82cff51ee23c966b7f17c371ae432f3
'2012-10-09T01:38:03-04:00'
describe
'80' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEP' 'sip-filesprocessing.instr'
1bcf38fb01c8e872b59c5fcc3b9cbcf0
aeb0b916ad02e2af8cc30f2b6ef9bae411951d73
'2012-10-09T01:38:08-04:00'
describe
'63753' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEQ' 'sip-files00147.QC.jpg'
ee6300d3ef2d0390d6633eb8f98a98e8
83064520664257a3903437b993ceaace300ef2cb
'2012-10-09T01:39:07-04:00'
describe
'169663' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHER' 'sip-files00010.jp2'
5f4035dc38d97bb1594002debe6a8a92
3698a1ff4adf4e62a53e8fdd9fd78cac2877df7c
'2012-10-09T01:38:37-04:00'
describe
'1921' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHES' 'sip-files00055.txt'
9b58a8506ca87677b92e91a7a9b615ce
21baa117baf1809692b07e341557fc818442c17e
describe
WARNING CODE 'Daitss::Anomaly' Invalid character
'186906' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHET' 'sip-files00092.jpg'
7a4d6b7638395c864a7dda242335695d
ea03853df09a254a9b47947eae97ce7048e773c8
describe
'2083' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEU' 'sip-files00093.txt'
bf06b1037a222f9e882ffcdddb01fba6
046229c011c6feaab84ab316d04e96577860c570
describe
'187615' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEV' 'sip-files00043.jpg'
1778678352d846c76fcc543eff13584e
1c2d8373ad99ac61f909ce51b57eee0204a0512a
'2012-10-09T01:38:23-04:00'
describe
'180589' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEW' 'sip-files00036.jpg'
da7398ff7ce9d62183315efcebc12d71
ea6a0a4b7e7d6ca416bfdef4457d4ca40cb13145
'2012-10-09T01:39:29-04:00'
describe
'32620' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEX' 'sip-files00050thm.jpg'
e7b0b410c163976bd4c4a6191efe5ea7
78b5fa3f7742ae3e650454edcc415bd159d06c3e
'2012-10-09T01:37:06-04:00'
describe
'450556' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEY' 'sip-files00035.jp2'
3ce37416f7d9a0acac72f5f04442f8bf
d2eefea5e8473f36057fffdbfb0ad824df780799
describe
'52416' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHEZ' 'sip-files00027.pro'
9dec1ae883d58e0f657c9d720daf7ae9
c6516b9b37d49276c02824934f33994edafe7ddd
'2012-10-09T01:34:13-04:00'
describe
'3626904' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFA' 'sip-files00080.tif'
bceb08cbf8a8a0e012ac25525f417d2c
edf8b46b528371edd5a3717bab1754633cffafce
'2012-10-09T01:39:03-04:00'
describe
'31279' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFB' 'sip-files00168.QC.jpg'
3b53e73e9cfa9a624df08fd8e88af1fa
a0c08a29f53dbf923855d11bde2e0ee6f9eebc63
'2012-10-09T01:38:07-04:00'
describe
'450522' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFC' 'sip-files00149.jp2'
0fdc12294c4efb41eee02d19792bcf8b
919ad4eb630b69424a0912c31446381857a67477
'2012-10-09T01:34:10-04:00'
describe
'3626952' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFD' 'sip-files00155.tif'
70c7d65ce5776625b2be72d1f513f930
c37652b12b7759ed0dbd02af20dbedf698543fe2
'2012-10-09T01:37:01-04:00'
describe
'1990' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFE' 'sip-files00104.txt'
226a03f6573449570b6bcf0b4a3e7be7
7ea62fbb5795c094c0869dc3b81483a11c393585
'2012-10-09T01:36:13-04:00'
describe
'450497' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFF' 'sip-files00046.jp2'
183f2a7ce0695c9f73d8df73e3f09d95
d71b955d1b98dbfc75be5d103abd07dddb0e2358
'2012-10-09T01:38:39-04:00'
describe
'71725' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFG' 'sip-files00135.pro'
638866e562b9115454d5bd5ced902ca0
5c0683cc94bacee044abc8eae8898c678a5ea899
'2012-10-09T01:35:55-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFH' 'sip-files00049.jp2'
50ca661bac7aea79b5de29c53444f4be
4d5a784580299f76dc4ddf778789d2eeb95fef1b
'2012-10-09T01:39:15-04:00'
describe
'65178' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFI' 'sip-files00156.pro'
156d6589faf13f71a427c3bc2bd90952
89873aefdc7ce3c262f170bdb3eb7d01b8be3425
describe
'3626692' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFJ' 'sip-files00038.tif'
fe077049c439a077d7f77a7545b8d674
67d71156427a395e0b0b96722d16e0a475028066
'2012-10-09T01:36:24-04:00'
describe
'177666' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFK' 'sip-files00082.jpg'
007ece7161d093cbe6042bcaf4068d6e
845692da0a04ab0952ba973b722771015239c77a
'2012-10-09T01:39:05-04:00'
describe
'182557' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFL' 'sip-files00025.jpg'
0980dd0c29a58664e06a31db85d8f97c
fba86769e0d223b58bf911d6089a3f5674a91394
'2012-10-09T01:36:26-04:00'
describe
'180347' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFM' 'sip-files00026.jpg'
75b99c06fbc2597984f155ecc9c92a7d
8d9119568ff16e40e3328bb35c7edb12e77d223c
'2012-10-09T01:37:13-04:00'
describe
'450557' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFN' 'sip-files00078.jp2'
8e73cf08c2a64a31eb1f188ae359ce09
33b91d0c624272fce1efdd30cb15aa171ba0b8c4
describe
'52575' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFO' 'sip-files00015.pro'
58eb0e52706ddb980df1da1f1846fd14
f009caf5df4c8e8eb8e264110b060961474668a8
'2012-10-09T01:36:15-04:00'
describe
'32595' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFP' 'sip-files00037thm.jpg'
57c616fe6044120162f15fc2eccb4bca
7a8553a388fe49d6e6b613166b102f6f1968bee0
'2012-10-09T01:34:25-04:00'
describe
'70503' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFQ' 'sip-files00055.QC.jpg'
20cd1fa5e8db730c92f6077f2e49ed93
9b5af004201785c1e864ea2a7db4edc4adc6e39a
describe
'66238' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFR' 'sip-files00160.pro'
6127f5f2f7f8d714ec7042129c6fc5a7
ba816d963ca82cf1cbc311d00865549cd2002797
'2012-10-09T01:35:51-04:00'
describe
'450495' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFS' 'sip-files00072.jp2'
9324963e3e001dfde6f2613e78778f88
8d1e0fd42b20a23d0d5063a3468fdf46310f6342
'2012-10-09T01:38:09-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFT' 'sip-files00141.jp2'
1962443f0addfec372ebeb053d65aa51
426bec4a1b585117f9f2c55b31b56e145d1873fd
'2012-10-09T01:39:11-04:00'
describe
'52108' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFU' 'sip-files00121.pro'
53e362a566fecb7be6b5c54556645242
2ef9c5879d24f1c949ac13e1e52a70792aaafd40
describe
'32366' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFV' 'sip-files00007.jpg'
78de46531337d261389d5a6a20126c09
24f195949933112faf77336fc073de4a4ff9892f
describe
'71131' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFW' 'sip-files00016.QC.jpg'
7f2d04b73f3366391299c91ea54903e0
d60f21ca198212cf0860054bde27e264e2a67278
'2012-10-09T01:39:56-04:00'
describe
'70340' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFX' 'sip-files00062.QC.jpg'
67805913f66ce488e808fb34575240b3
b6659cb449c7daf59762bd70defddae91c754c53
'2012-10-09T01:39:34-04:00'
describe
'32650' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFY' 'sip-files00078thm.jpg'
fbf06e5119a09625efeaea82563a4b5d
b8331a13b0f38947dbc2205d6afde6548d5d3361
describe
'52771' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHFZ' 'sip-files00083.pro'
bb5369dbb2eed843c6b6c6e6cdcae33d
4f796f41cc726362eef8930505d41cc51e20e8a8
describe
'32790' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGA' 'sip-files00022thm.jpg'
dc4b3bc849bfe14ec3cb1b7f86d13275
90301f9a108d0d5920ee18d61e5561b8ec5346cf
'2012-10-09T01:38:13-04:00'
describe
'1943' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGB' 'sip-files00062.txt'
c44ca1076fc6e3ec0eaa72c18a1c0450
0ed77cf1169026dec2684548ba9f433c99772199
'2012-10-09T01:40:34-04:00'
describe
'3251380' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGC' 'sip-files00031.tif'
13d5f00840fedb2b3f83eaf3e5c52b96
95ae1a2c8a02361670850246fbe2afc5d4c6e8e5
'2012-10-09T01:36:02-04:00'
describe
'450462' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGD' 'sip-files00075.jp2'
e73a5c044ffba767b528b26c48117b8f
53afdabdd473661b55482aec2638459fef36dd63
'2012-10-09T01:40:26-04:00'
describe
'79512' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGE' 'sip-files00136.pro'
61c391abce117cea54ad8b165bb51c05
14715786be1569579ed4f9c838a201382a1ec52e
'2012-10-09T01:34:48-04:00'
describe
'1858' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGF' 'sip-files00011.txt'
5300829d185f517dcc72402335068d59
2f5976362821e0d994a102a7666f24636f41befc
'2012-10-09T01:39:27-04:00'
describe
'147755' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGG' 'sip-files00141.jpg'
a4dc35ac5b10042af55dc119f8ec958a
1e0397c3da8ea86a717d2a94c0f9d5fda8dfdd0b
'2012-10-09T01:38:25-04:00'
describe
'450565' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGH' 'sip-files00058.jp2'
d0e5bd04c6a5f6f7e116883789f0449b
7964eff2193f682b3a84575a81c9d21dd2a6519b
'2012-10-09T01:35:35-04:00'
describe
'68432' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGI' 'sip-files00081.QC.jpg'
0246ab6ba955e714007ac050c4b07e43
3351bb36296cf9b4953ddbd8c3c4a577afb85290
describe
'52236' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGJ' 'sip-files00053.pro'
71042e2293a0e3568ad92b01f163914a
922a5cade4522540e9df86b669b039afaa3035e9
'2012-10-09T01:37:26-04:00'
describe
'450552' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGK' 'sip-files00100.jp2'
ae06eeeddcb50603941a261f20868195
8aac44ba3f64076c7ff7e3f860400b2e510041ec
'2012-10-09T01:40:31-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGL' 'sip-files00067.tif'
931544f5238a908e2bb1f5b786503e3a
1946ab068aabed93e04e569886c9705669308734
'2012-10-09T01:39:43-04:00'
describe
'182766' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGM' 'sip-files00084.jpg'
aa68bcc310f093592a9ea7cf42d56156
e04b8b439404ec69d0f5209a5db635eedf7b3767
'2012-10-09T01:35:12-04:00'
describe
'450563' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGN' 'sip-files00063.jp2'
9bc8f75aa3c3872966a8ce64e958af36
c125d9794a7bebec2abc4f2307513cf994333a8a
'2012-10-09T01:34:01-04:00'
describe
'32716' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGO' 'sip-files00042thm.jpg'
0cd67c5078c967a645f06c2fe854f883
3c48f22bf67d05472844236cd3b978f59c55383d
'2012-10-09T01:35:27-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGP' 'sip-files00023.tif'
d1ce3a4c72e7256e3589e84853acab50
723c1141622d454e4d64440d531a07a987f7bac9
describe
'32172' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGQ' 'sip-files00117thm.jpg'
064a36d8dda1d2f65da8b5d80a7aa589
7f9698eabfcbeed87728384122b2a46bf1c5b6f6
describe
'33363' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGR' 'sip-files00062thm.jpg'
5cfeda3265391840653a9dd9bc2cd3cf
cbed3f9680349c7fedd97769e6adc6c9c9424693
'2012-10-09T01:35:48-04:00'
describe
'92638' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGS' 'sip-files00013.jpg'
22a4e81db4ab104d1c65d1509591c52d
422187df81167e81372c3f759c4455e8abbb362f
'2012-10-09T01:38:53-04:00'
describe
'3085' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGT' 'sip-files00145.txt'
ba26f1eb4e8521e94954c5248c2f2c3c
a59471a86105b129317afb5aaea114d7a549c3ef
'2012-10-09T01:36:54-04:00'
describe
'2082' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGU' 'sip-files00098.txt'
c26e4809662d61b62b02d1fb8c7eac06
85d2b7a1d76244b43c869ff31549dc0af1dbc43c
'2012-10-09T01:33:59-04:00'
describe
'2047' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGV' 'sip-files00024.txt'
c119b52814a189d3719db4076fdfbec0
e6a154f6a89e66d9d05621f2de643f4663801361
describe
'3626912' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGW' 'sip-files00061.tif'
684d065debadc146a5992dd69b72c189
50a2fdb6e4046cac685c6e9654adfb94837cd733
'2012-10-09T01:36:08-04:00'
describe
'42915' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGX' 'sip-files00166.jp2'
44e765700f624dd5adb843f0e07ab765
6b05d9e269f45282fb5957427e9645e55646c948
'2012-10-09T01:37:47-04:00'
describe
'3626732' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGY' 'sip-files00063.tif'
21c714774589e533bc42d29033f6763d
af6c5476c514bcd5ae3ef6d156f4452bd996fad3
'2012-10-09T01:37:27-04:00'
describe
'3626400' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHGZ' 'sip-files00014.tif'
46da149e6f35290b263287d0cd55064f
ed216178aa95c2b69c9430acea7b7a0c96cb824c
describe
'32843' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHA' 'sip-files00036thm.jpg'
13bd82b9e2e288c0641d3996e8751411
3fed0a58aeeadb0414613544cb71a7427e0c88db
'2012-10-09T01:36:44-04:00'
describe
'450461' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHB' 'sip-files00101.jp2'
9e34e7477158b8cb352fd8f82d595f2d
57bdc709865fb86ee1712bf7f2c4cde2bbffe86f
'2012-10-09T01:35:36-04:00'
describe
'450549' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHC' 'sip-files00028.jp2'
d747e21ef91492193bb137543f70b1da
c4fab049ec02fb65610f8e84c1c16d0e7e161f4c
describe
'70695' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHD' 'sip-files00093.QC.jpg'
df8e61b049cff711c020f06f673f2ece
b3620d73c30b487382b26cbcbc54db2c7d9f69dd
describe
'3626880' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHE' 'sip-files00099.tif'
b7d63726bed2aec14665af3b57c121d0
057839e34a3c1be72b449ff3bea6bf3a73a10e8d
'2012-10-09T01:37:22-04:00'
describe
'169014' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHF' 'sip-files00073.jpg'
11d32965ccc68da3cb2d78e3ffed58a8
163e013030d1e58b961c7150cfb6a7e2ab82dd31
describe
'2008' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHG' 'sip-files00085.txt'
83269f4629d86b39812e92c46239067a
0c2f224621872c0f40e91b7e8509cc170578927e
'2012-10-09T01:35:16-04:00'
describe
'450477' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHH' 'sip-files00129.jp2'
85d6f931846c460cc9b3e23d81e1d90b
d6d9d55e46b335067b8db78139c243477397605b
describe
'49522' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHI' 'sip-files00071.pro'
25fa835f58451450e1341e8a03abb4f2
0ec7bc960d7bb9f038f8670e0e76454f6359d0db
describe
'456334' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHJ' 'sip-files00169.jp2'
d55462573e708f24bdfac2a765bda434
eeffb4fd2ef3f7b4c83bd0e48f65fbabbec7b600
'2012-10-09T01:39:48-04:00'
describe
'49104' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHK' 'sip-files00062.pro'
583d139e7e828e8e76381bcc2896cbc6
f557623d0dfcfdc476209580162aba5dde7cb5f5
'2012-10-09T01:39:24-04:00'
describe
'51115' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHL' 'sip-files00030.pro'
88ecea350fba2762902d1dd42d5f881e
fd1b0c8c38ebbdc58abab744ee62d9a3ffd217e6
describe
'3626888' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHM' 'sip-files00095.tif'
03c3393115aeba9875d75efa38e8628a
87c8492e85ca2ceea0aa12d8ceade47aa956460f
'2012-10-09T01:39:41-04:00'
describe
'38635' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHN' 'sip-files00006.jpg'
e6243b9969e5a05684785c1bc0bcf8ef
107adcd7cacff9b50a521fa6b03a7cb492c82fe3
'2012-10-09T01:35:29-04:00'
describe
'169667' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHO' 'sip-files00135.jpg'
430905bb65fdc0b624d35f21117c066e
caf315a69e68ccb314d5ff1b7ed908d9307ace4e
describe
'25360' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHP' 'sip-files00013thm.jpg'
49c290db6c38cc2348e5ddda0d6d5809
90ab10f3b138d95872fadac04b6be735277c8bf3
'2012-10-09T01:36:35-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHQ' 'sip-files00122.tif'
95ec02d955fd2368e57e4215cc826e01
e5f629dacc465eab6c7ac2db6053ac7650731913
'2012-10-09T01:36:14-04:00'
describe
'69231' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHR' 'sip-files00088.QC.jpg'
1eb652d5d31a654e0659e8e2fba6b7f5
8d427986962103fd5dcc744994cd8f9f6d8258f1
'2012-10-09T01:40:36-04:00'
describe
'3627000' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHS' 'sip-files00040.tif'
cf7769a8cb17c14a99c25f0122a0ea42
2c98aa3ab2c7fb7162ae9995590bb6790b817f66
'2012-10-09T01:40:19-04:00'
describe
'185283' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHT' 'sip-files00133.jpg'
227309481d974595fd5ef91ae1819a09
0781a4c3d9b05db5107926fc6d004980fd220724
'2012-10-09T01:37:48-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHU' 'sip-files00032.jp2'
e3af3d1b61c07a3192956ce77daeb32a
6b6bf02993a52076eb379074e928cb0c476e2c22
'2012-10-09T01:35:28-04:00'
describe
'3627068' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHV' 'sip-files00115.tif'
c52d4977dc40be83e58f393a733a4a79
f92e946d30f72a9dbc6ea241dc1d20ce8026f68f
'2012-10-09T01:37:30-04:00'
describe
'52086' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHW' 'sip-files00031.pro'
5412a1c2426612d19455a26e07e644f1
fef3771cb8e8a81f7cb291a4653a485eec8c761e
'2012-10-09T01:34:49-04:00'
describe
'450527' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHX' 'sip-files00024.jp2'
1f7d9bc74fa6cde501fb85e2b94bcb06
eb11086177e9f23c90d98c0e2fbd19d204749d12
'2012-10-09T01:37:28-04:00'
describe
'1986' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHY' 'sip-files00088.txt'
70d73a8ccbf7b2fdcf9cbb73e4692a93
47bad68a7ab0b8ea2b201051bc40a346da667169
describe
'64540' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHHZ' 'sip-files00140.QC.jpg'
ccb150c58628b532eee91b722f3c7410
eb3c017147dc78df292f481d4ea05ea5aff97e2b
describe
'2056' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIA' 'sip-files00094.txt'
3a7829e6291313c4a982c714eebe2f46
690c79e3ee25cc044178d3d05acbf5b270f2db92
'2012-10-09T01:37:24-04:00'
describe
Invalid character
'450554' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIB' 'sip-files00147.jp2'
6df77bd8f04c447d41da1c14804cf579
26ad0145550a27671cddbefa4d2788a3e953e6c9
'2012-10-09T01:36:19-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIC' 'sip-files00039.jp2'
9d4db245a4bab95cdd625bc8bc6aea80
4e02d8ab46cbb4846f18e41129064f9b574a839f
describe
'32418' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHID' 'sip-files00020thm.jpg'
b8ad568b7989c6aa2b49af85d4ace2d3
cbe58b7589b277fb866b9e5ed0f1e552824db26a
describe
'3626596' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIE' 'sip-files00136.tif'
c1ab0eea5be9dc9f026adf801c28c461
acd6b0cae879115c99eee272f1e29651834be84b
describe
'54061' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIF' 'sip-files00079.pro'
c11f21e68ad3c381a42deb54fc6f5ae8
cd73433e15ce92f6f8045e6a7742c5f692486561
'2012-10-09T01:38:49-04:00'
describe
'18483' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIG' 'sip-files00005thm.jpg'
fe685f5745e6440397a7d3495f3f7f75
0dee1ab3d26e12335ece4c3a4e2117aae9fa6696
describe
'70367' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIH' 'sip-files00058.QC.jpg'
3efdf68077cc5ada03bb51c0d0a2c9fa
3a0e4f00816455b5c107f32fbe884346cbfd3704
describe
'450564' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHII' 'sip-files00026.jp2'
a803c1e97161dc293effe2902a979036
ac3f6ee9a0fdcdb8cdd2e1f83e7f582f653973bd
describe
'2943' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIJ' 'sip-files00156.txt'
9a26ceb62ab632b6353624c6f9ed7282
e05f4c313d6ab44109f4b0a7df856872994f6c17
'2012-10-09T01:35:13-04:00'
describe
'52850' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIK' 'sip-files00021.pro'
22f188793fe5c48a34ac7b9fee7f699e
2a3604e51fe3142ff72801a442962d82e09f7ff0
'2012-10-09T01:37:00-04:00'
describe
'3626744' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIL' 'sip-files00133.tif'
779d36cfd70663b985919e382a225757
bf7914319c9c11ac96381f7fda0efab4d090d1ff
'2012-10-09T01:36:03-04:00'
describe
'50868' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIM' 'sip-files00066.pro'
8647e9cc72535dbc551fd8a8f63a5b23
32a502c97e2559c1bddb566f71c6fe90aaaa4ca6
describe
'70592' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIN' 'sip-files00078.QC.jpg'
aad16025aafdcf8cf943ac829540cb03
328c525b4c3bf55e537a365d3232bc2e941ba383
describe
'396574' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIO' 'sip-files00053.jp2'
e997eea89d32e6f909c41374ff569c6e
d40f7ab8aa656535110c2a4271967902590a48ab
'2012-10-09T01:37:55-04:00'
describe
'450531' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIP' 'sip-files00086.jp2'
83f36e904423f0d9d13b47008a099e09
e0ef71d00dbaa0e84a63e03b549cc33353d75bbc
describe
'78852' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIQ' 'sip-files00127.pro'
e9a121fb54655d550b38a4f95540a386
53cb3f5a42234666045c95337238da3178e51097
'2012-10-09T01:36:56-04:00'
describe
'55990' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIR' 'sip-files00170.jpg'
4c98fac1a098193ec10bdf92460fe345
fb50b68ae6077fbb98dbd2fde94ba69b38c690ca
'2012-10-09T01:34:31-04:00'
describe
'170764' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIS' 'sip-files00011.jpg'
cd18daf5eec005c109fe36ad58258605
0ff4a91e1064c44913748453daa8e438654f0a90
describe
'65076' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIT' 'sip-files00125.QC.jpg'
666b18f09a2551c2642308dfb7f3262f
56e7af9fffee2a567d9c10acce578f1df786e03e
describe
'70480' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIU' 'sip-files00121.QC.jpg'
1f27f0efa73335934cb73b9b3a1628f8
0b8581116c348b71254353f5f1e1f0db5d19e488
describe
'3626476' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIV' 'sip-files00132.tif'
1a1aae4b1ae8a2bba4da54bbe45c1025
bd7e9cdb148ce0b5f7fbc0b87292e619554b4977
'2012-10-09T01:34:14-04:00'
describe
'50662' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIW' 'sip-files00064.pro'
6d18b42ab7f7063d3174ae632ff6169f
2a75388e17ba4509c77275434fc7bb0bb4ec7487
'2012-10-09T01:35:22-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIX' 'sip-files00111.jp2'
c0719a3a411dc7d64776c5f43c08dbbf
f2d907bf5a452b052b0093daee215e5b831e5761
'2012-10-09T01:35:54-04:00'
describe
'3302' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIY' 'sip-files00125.txt'
3656b4287d151b8e9d25ff5e01869060
93cf545504cb26e21554c07ee107c310e8b8c5b6
describe
'3626660' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHIZ' 'sip-files00125.tif'
e04562bee7e0029dd65e535afa403f2d
59db6560fc25f30b36a715e41edaded976f65b78
describe
'69569' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJA' 'sip-files00124.pro'
5f0c3fde6c55143c3d262f3207d33cb5
e0ec64356804eb1239be00a0e3fc3dae08b78726
'2012-10-09T01:38:59-04:00'
describe
'1937' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJB' 'sip-files00017.txt'
487f34dd94f48ded33f752b3595655f7
6b67a074bc8d28e942d70b8868c89cf4c2d26687
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJC' 'sip-files00126.tif'
5b15cddd42b7bf957995893f05583710
4909cf6b9830c30bf08226f5533c70911a37e2b2
'2012-10-09T01:34:35-04:00'
describe
'69847' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJD' 'sip-files00085.QC.jpg'
d058125db46273af708cdf774a6e7c38
9a7f8409d319e42bd076141a7fce73ba9235c2db
'2012-10-09T01:35:53-04:00'
describe
'35563' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJE' 'sip-files00031thm.jpg'
5f681d1ea92d394329c0c38aecaee9dc
5a7014463a9ff714dc1fc1ecd03076dd543e1146
'2012-10-09T01:37:50-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJF' 'sip-files00030.tif'
63536b7b94073639052f2a02c9cd3347
7079da9305790811232bc314e314cbff46518667
describe
'64626' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJG' 'sip-files00155.pro'
a8900460b5a7ce18c5cd1205b526ad0c
556cfc3b60e1f227a9fa47c4b029cb3edb363202
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJH' 'sip-files00146thm.jpg'
b039b7cc521ca52e724c35aa4a77bfbe
f3d50007f8a112c1597bf0b70d3f2cd65daa9b83
'2012-10-09T01:35:20-04:00'
describe
'3623672' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJI' 'sip-files00010.tif'
645bd801035dca2a26ccc606324750d7
52c6f5cdf13de26bb31dc227153c49cffefa3140
describe
'450569' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJJ' 'sip-files00056.jp2'
6ffe2d79a1d70a77a1e0228fe0993d17
744d86355d57a57f98122fc23aa1f0f5275d9342
describe
'182063' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJK' 'sip-files00023.jpg'
120d13aa2a013894fb985c02504e89ff
8e6cd4988fdbf0f83ad4852ff41bb009f2ada565
'2012-10-09T01:35:01-04:00'
describe
'2102' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJL' 'sip-files00050.txt'
3c0becfe2b1436633620a85b8c50bd88
5a3e7697621c44dd4bf779b859c4287a2310d294
describe
'53905' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJM' 'sip-files00107.pro'
36a3ceb720899db95b8dd03531b57add
1b482529a9ee95fc2d901f96ec9a595aca7f8352
'2012-10-09T01:39:58-04:00'
describe
'185417' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJN' 'sip-files00140.jpg'
19e45186150388eccc122ed3608831e3
203f0624e534a362422a603db998f3980a4f807b
describe
'208810' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJO' 'sip-files00169.jpg'
1b40a7936d2042b44a97c6d48ef30b7a
08ddbaded03ca8c46bef778156be1523b6d20917
'2012-10-09T01:37:57-04:00'
describe
'31413' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJP' 'sip-files00129thm.jpg'
4e3d5e1fbd481a582325fb4fa98b4aeb
a47f6963900ddafdcbc8a1109792165ceaa23827
describe
'79310' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJQ' 'sip-files00140.pro'
1c7985a94861a1bd5e66b51bb2833a8f
a5c0fde4f3aab2809c6d92adee7f58bcff972d00
'2012-10-09T01:34:41-04:00'
describe
'51932' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJR' 'sip-files00025.pro'
483fb94e66c4e6f90b532c794af2ac1a
7d72a80dc03496a3c6a16e3fc0c483074495bd08
describe
'32752' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJS' 'sip-files00066thm.jpg'
5068841fc635aaa6512e0e29d9822ffb
f13a33d0ffd60d2370fc2f3093e34fcd1b5667f0
'2012-10-09T01:37:36-04:00'
describe
'182329' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJT' 'sip-files00069.jpg'
bb2693c71600e04a656feb44f5f7266a
805da7d52ecdd0e0b3826989355f1bf782dee7fa
'2012-10-09T01:38:54-04:00'
describe
'71472' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJU' 'sip-files00025.QC.jpg'
32bf89ccc5a5072a125fdae76588c88d
bcaab677b85d91c6e3b3f013144a973d8ca47926
'2012-10-09T01:40:03-04:00'
describe
'3603' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJV' 'sip-files00136.txt'
655b637f88775b938bc53932bd883318
989402e65815c23d2f800f455cea66daa878d18c
'2012-10-09T01:37:38-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJW' 'sip-files00021.jp2'
0d9cd1bceaee0518162fa6c3f33c57a5
057dd9a6c4d5000d54529e9741b3912ca8653e13
'2012-10-09T01:38:45-04:00'
describe
'450558' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJX' 'sip-files00091.jp2'
6bd8416888cc65fb4650612696491ff6
c3b21c5e26ebf672b3b93824f0ae010b74809367
describe
'72063' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJY' 'sip-files00107.QC.jpg'
2e31af1aec37f7030091ac41b182c9c0
5bb92770d9b9bf1e892849400bb44f183e26a610
describe
'29636' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHJZ' 'sip-files00010.QC.jpg'
f2c9cb41ca11a5fd75c9af08d924318f
044bf9d6789fe4b32a84222802807a8676cf2cb8
describe
'32860' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKA' 'sip-files00112thm.jpg'
31b32e0a7eeb1d890700d7bd1bc9f9b4
e3207e073d4be9a59df380507b4c07f5a248ab3a
'2012-10-09T01:40:10-04:00'
describe
'32469' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKB' 'sip-files00157thm.jpg'
d5a1b4004e09ab721604b3b6b4e1e685
dc2102c2482f3f146c9522a2c0167bd8c2c3c5f5
'2012-10-09T01:36:32-04:00'
describe
'3195628' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKC' 'sip-files00053.tif'
353b1344fd8f12769d17f989b31a88f4
e57c3f494a32da704afb245ca6684d434336f5e9
'2012-10-09T01:36:20-04:00'
describe
'1997' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKD' 'sip-files00102.txt'
e9776779f7a18559946a35fc13be7ed7
33e1aa7c274e89004d1c89325e26e02154cff1ef
'2012-10-09T01:35:45-04:00'
describe
'64586' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKE' 'sip-files00132.QC.jpg'
a46009ad129aee8dbbe83555c28dea86
f47e5122981648614937ca53a6e0ab9de4f80273
'2012-10-09T01:34:08-04:00'
describe
'71096' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKF' 'sip-files00067.QC.jpg'
f6fcac5a8c3e293a626a25e87de68358
ed2a90399427ad5bc9d8d29372be3b5bcba71da8
describe
'3288' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKG' 'sip-files00131.txt'
e82f20a5319f8627f834a59518cede72
e38bce13094ebdd9993e8606771846a19eeb5a57
describe
'51604' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKH' 'sip-files00032.pro'
6e839ac8417f3565750423fd48990e80
16d7e276dfda997029849c93f21aefff79702e53
'2012-10-09T01:36:21-04:00'
describe
'3626992' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKI' 'sip-files00059.tif'
8726060cdb6be0801f7170f0437b8032
1c9ebf2a0f3c34ab3788210cd1e1606fc302ffef
'2012-10-09T01:39:36-04:00'
describe
'2117' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKJ' 'sip-files00070.txt'
fe859e8de4eff4016b77b799f9b4d47a
b10e65252615b4a34249d0f54d43c289fba0c4c9
describe
'450532' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKK' 'sip-files00107.jp2'
b8fb1e24b48e9f9e2ca1c3e71363a654
c6928e1f5b7ec10f9bbf1f232f4097271b37c690
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKL' 'sip-files00080.jp2'
be4eb21791bdc51529b976797af0dfbd
9e4274066a0f31e988c880fd3059cab5906bc4bc
'2012-10-09T01:37:56-04:00'
describe
'2068' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKM' 'sip-files00078.txt'
c2d937d24dd9fec6740ec04c533d62a9
119b4cb6719bcf3adc3a016f480d874e2a176589
'2012-10-09T01:40:01-04:00'
describe
'32354' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKN' 'sip-files00075thm.jpg'
de7d404a4ec02a80ecc0e11b7f0eb7d2
4e31402ab8949fca8e3226ccb3165084e30745b4
describe
'2106' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKO' 'sip-files00107.txt'
f2a9347f954f75a3ffd6e7aa3faceabd
a5779a39ea3f45fb5d0a879bf21fd80a1f763087
describe
'450523' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKP' 'sip-files00088.jp2'
98a5e3795cc15f18809db3fa1d439b40
02f18415cb728fdf4e5d1f6e67e6c38cd2ba3ea8
describe
'186514' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKQ' 'sip-files00042.jpg'
f2adadfdd56646b42cac9d109c3c1d1a
f72a7d9512dafea078d048c8a8d0b20041381248
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKR' 'sip-files00104thm.jpg'
deea15bb1dd4a55ec564a2d228ec3aa1
e3438ee9dba7e838e23f5eccce1c27e075efdda0
describe
'170101' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKS' 'sip-files00148.jpg'
bed9c1bd6beb13e0e267e6bf7deac884
93ea44690101f913a9a459d7a81e7dd530c971f6
'2012-10-09T01:40:37-04:00'
describe
'3626976' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKT' 'sip-files00090.tif'
d2037edc0bbbe4d7aa2c70ddb96497e7
59728db7b255251e781c9f8de9920dc30ea2e4ab
describe
'3238' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKU' 'sip-files00148.txt'
5dfd7ab5f36fde034b509539978fcd5a
a99264ab5027d2e76997d3dc75e3f6796149e215
describe
'3298' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKV' 'sip-files00150.txt'
c82cd2e088e427425ccd7c9916779ffb
0d2e5b45012c903243bc82b53c12c8c0ed3b95c4
'2012-10-09T01:39:14-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKW' 'sip-files00067.jp2'
c5821ee57538ded8d25f6b633f3dd9b2
e5d1ba343a2ae0f1de710aad67064411c8b9a806
'2012-10-09T01:40:15-04:00'
describe
'450546' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKX' 'sip-files00047.jp2'
a74218feba25bd7e58c9b41b1074f19a
37f69368e209575dfe60b87a85771d5655b2c396
describe
'68905' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKY' 'sip-files00028.QC.jpg'
6b184d6eb8322b7773cddb237a17dfb1
a3f5b54d3468eed30e6d40a8671f906f5295159c
'2012-10-09T01:39:54-04:00'
describe
'450550' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHKZ' 'sip-files00079.jp2'
f1b960f0228414d8f8bed28eda595354
0bf8ff0446ba0e58cb99048c1e4590c959e3e433
'2012-10-09T01:39:55-04:00'
describe
'3627148' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLA' 'sip-files00159.tif'
b805d46686ead0acbe8600f0c136271b
25d81f16af3a4bfebf6c6c49e729cfb3c27e83dd
'2012-10-09T01:37:33-04:00'
describe
'51615' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLB' 'sip-files00037.pro'
e5f60081e361cc5f03e3c62d2fd9d71b
ba61abb6d2adc4fddaef731fafee1441d82c9de9
describe
'32912' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLC' 'sip-files00115thm.jpg'
35abd3f6e016a671c43e531b88744e51
55d2f2c1bcd76718f4cb54dcca770a713bf342e7
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLD' 'sip-files00120.jp2'
afb1e8aa35e3bebb402394ddf71aa46a
05d782c2b271e33a4620127c004a16ca64a2c39e
describe
'3627008' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLE' 'sip-files00094.tif'
4f0d75c0c7f235d8505310e0518f8a96
a9c5b3a4f89da231b9213bfcc3b4c49d63edbbd0
describe
'32111' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLF' 'sip-files00072thm.jpg'
a48694dbc1ad95bd52011077741f3e86
0cf3f9c2d8b64530122c2f5fe7e09742989e4344
'2012-10-09T01:38:27-04:00'
describe
'3627200' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLG' 'sip-files00116.tif'
2ddb76352fa878f957b7733eb447892c
30478971f0aecd2c6a658f94ff576fbc2960bbe2
describe
'19030' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLH' 'sip-files00163thm.jpg'
570ecd71b07a4d6444f2077e995bee79
b77107760c948d19b4d3d5c3b7c21b83e7b7d72b
describe
'55360' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLI' 'sip-files00141.QC.jpg'
9e647c8663a6105f069415b9d079fec6
c9cc40e3a88d83220e33b1d8df0f6309fb266a95
describe
'20681' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLJ' 'sip-files00163.QC.jpg'
f9409475086d41aa7872a0432da50d68
a1652ad74307d0c28443d6503a1646f66120f495
'2012-10-09T01:39:21-04:00'
describe
'188556' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLK' 'sip-files00033.jpg'
2804ded9ef384729025528058e7d926f
f3ca63d1beedaa2e07de395bb90d38b8346328a4
describe
'38260' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLL' 'sip-files00005.jp2'
4daa75b06e880806e75a85117e16dafb
c71dff1868c608982d4e7f4d82b7ea4283d2dfd8
describe
'69937' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLM' 'sip-files00148.pro'
7f4362a92820b982c727bf5368bed06c
428b30eedf97cf1f1ac0c59ad22a08a4b9ac2add
describe
'71737' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLN' 'sip-files00048.QC.jpg'
06467b3a9dd7e56a899e27a2d86ae235
9e1e1f6d53be29ced10dfbf596dbae7f9cfe97a9
describe
'70366' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLO' 'sip-files00104.QC.jpg'
42e627f23ae6fe82cfbb88e03e8f4c6b
12440a13289c72dc39713b6d5245d01faed4e17e
describe
'179863' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLP' 'sip-files00029.jpg'
8156bd0b2551e4bd6e77b722d4f08eb5
14a998977f9069a2088ab7f9f75d45b688eb5fbf
'2012-10-09T01:38:43-04:00'
describe
'72744' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLQ' 'sip-files00035.QC.jpg'
ed42b6b4afae1766504bcdc8c855611b
3fee9316b4000c351c82be7b3214c825af04eb81
describe
'32631' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLR' 'sip-files00147thm.jpg'
787b0bb22cc46e1a50881bbe17c4e152
1951469bbad35e4a0d43041c147b8463e2026c1d
describe
'1988' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLS' 'sip-files00069.txt'
1b8ce6627d04c9f03af3db029c0845cf
151f3ecd3b93f0ca1543255be1ae4c2faabf44f6
'2012-10-09T01:38:55-04:00'
describe
Invalid character
'3502' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLT' 'sip-files00134.txt'
4ae0ede776ef495730846149bbcbbc39
f4fc94a9655ff1fea0dc6a5adf2d05fa10ae5d3d
describe
Invalid character
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLU' 'sip-files00100.tif'
e3afa5ea9080e528c14da1388209136d
1e88a0e6ad0ba43267815866daf95c0b47c22e2b
'2012-10-09T01:35:37-04:00'
describe
'82492' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLV' 'sip-files00130.pro'
9e3a8013a31ea07f42ced9e6ddec145b
8f652277d9ffa3be3345f805bcaa366dcb673d9c
'2012-10-09T01:37:14-04:00'
describe
'51362' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLW' 'sip-files00085.pro'
bd2ce7be57d5ac48bfb6cb77444922c2
384a357c41c002871dc2f4e5773f7a318e166208
describe
'31723' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLX' 'sip-files00125thm.jpg'
5d9bc937094d9fbe66558f5a67653ab2
b84851344d287f0abf91f3e5f9292e215fa1c25f
describe
'11064428' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLY' 'sip-files00168.tif'
3314b283b79216e8db63ba5e2e8d0bcb
f4dd9eaae894b2a2138067343418e1e4f6d5a3ec
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHLZ' 'sip-files00152.jp2'
6a3fb45c2d15315cf05223f96b48286c
f26ac94e4469327ebe1871a078edf9d4591bb057
'2012-10-09T01:35:59-04:00'
describe
'181749' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMA' 'sip-files00061.jpg'
d2b9792ec9369013a6374d71816a6200
de73d9d16329f7573416b05162267f59f1f22c02
describe
'184328' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMB' 'sip-files00040.jpg'
ae1dc4180d4dff715109f8339712bb77
7d045a5fe52cf65de162706df1432c26e69f586e
describe
'63381' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMC' 'sip-files00126.QC.jpg'
21594b6e704f25b1ebe44de2e705881f
fe9572b41924e4c3fea6ba35f3d8070e9f906353
describe
'69924' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMD' 'sip-files00086.QC.jpg'
9e46ffffdfa9327ae28007ca34b428fc
44975991379407884a498ac07f2dd0327f36bb16
describe
'180158' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHME' 'sip-files00121.jpg'
b46f304cf698c18ffd24023d3584eb68
9087683f0491e9a77aa44a76a9e4eae5f83da7c7
describe
'21057' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMF' 'sip-files00165.jpg'
e085ecafee4b9ecb0651a0243354acf2
3cedabc91c04d15284e7d589d3fe33e42e3bd804
'2012-10-09T01:36:09-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMG' 'sip-files00043.txt'
2a75b3a6ae6a1e57d823ab517ac795f8
cecee0c5bfa0b27e806ac9e9371489bee8fcb604
'2012-10-09T01:37:39-04:00'
describe
'60826' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMH' 'sip-files00142.pro'
da124b82eab6226c1a49914791a75301
1354c52cd621bd832e771eac3ea051a7207edabe
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMI' 'sip-files00131.tif'
07b2dd6f8925518beedcb1717a8bf220
aec79fa368bfc5f1dab29b8fe461659fb4384d64
describe
'175094' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMJ' 'sip-files00081.jpg'
e1ad174edc8aff35d6c002ecc54fdfaa
8aa646c3ff95634a7b5f5ba94a3febce5329f6e3
describe
'178094' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMK' 'sip-files00110.jpg'
aafa112ae05f6a450b8a06b5247254dd
eb16c7d7e038986dc418fab1010100a34e58d8df
'2012-10-09T01:35:58-04:00'
describe
'3626980' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHML' 'sip-files00149.tif'
46559c4ff08ad32ae20820049d9f069e
2854db16f740253752cb5a42ae7ce094b8f388a3
'2012-10-09T01:39:35-04:00'
describe
'70271' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMM' 'sip-files00090.QC.jpg'
aeef8bb1160e4f5e03f215caeb72a5a4
018d7f76c9202416119e04ce6cb5062ab69749fe
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMN' 'sip-files00105thm.jpg'
a5c9f6abbbf86d936fcb78bfcb15e250
af94c99fd2be86a9e9b4af084e4d6a777a6cf7b7
'2012-10-09T01:35:24-04:00'
describe
'51542' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMO' 'sip-files00020.pro'
b1b268c68ec05dbab2c7cc3068c93762
3faa35373754845769d94e684a63a5cd609e89c5
describe
'60888' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMP' 'sip-files00142.QC.jpg'
1ee6c71dfbab83f45f8867c1f8755a71
f1d561f01128f260171d4ed3af14bb9d895bfca3
describe
'207' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMQ' 'sip-files00006.txt'
5fe668d9196507450b2355729628cbb3
f3beeeec1d5f4aefcd95d0798271df2b3ade5262
'2012-10-09T01:36:34-04:00'
describe
'70900' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMR' 'sip-files00040.QC.jpg'
ca3fb0aae059e52d7af93b796c193ed1
109663693cd2cca00d0de12c34d6bb49b194a972
'2012-10-09T01:40:14-04:00'
describe
'182116' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMS' 'sip-files00115.jpg'
561d3190e5d08faf75e221207171ee8e
e63a6b9e86e082a10bc6d7d8d25f2a8484b799ae
describe
'51134' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMT' 'sip-files00029.pro'
5f007934e57d549399ef738cd2bc6b8b
1b994c5378ab04add70bce717b3c459b5a34c332
'2012-10-09T01:35:43-04:00'
describe
'3627108' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMU' 'sip-files00152.tif'
5d278a8bc181c7f2130c683d767296e6
fb1e413893b868b06d40c75f7317af2ff943b1cd
describe
'62910' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMV' 'sip-files00151.pro'
7e3e789c30f6d10ef283f3e917effda5
d35985fa1cdfb10b31a1946f95d5503532121e43
'2012-10-09T01:38:32-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMW' 'sip-files00112.jp2'
579170fa6579fda33db43f28960b6828
ee97ba0c292a06471b7e9736287ad1af6479df4b
describe
'450575' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMX' 'sip-files00098.jp2'
513866e8f9b4443bae2300425fe2ecfc
a81d6a5b0e8b840a008f133d7c580c2b9cc0fa9c
'2012-10-09T01:35:32-04:00'
describe
'443684' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMY' 'sip-files00001.jp2'
778563fb81808fa54635cd35799e8c5c
0a597cc7115d483aa07d13e18370e1a22c7eb279
describe
'163750' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHMZ' 'sip-files00159.jpg'
c9da254855cce54d35b22a6b363c26cc
c636d12eab3a0b3d67af4f00801dbd005ac76848
describe
'66641' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNA' 'sip-files00139.QC.jpg'
3e863cdc869e2306c584a92f57eb4425
d94898ab1f2f1a091932774560f08237212a4b63
describe
'179631' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNB' 'sip-files00068.jpg'
18403c22f65de102629a618bd676ed99
5f69a28ed47801fca08b49b7411c1b5136995f0a
'2012-10-09T01:39:13-04:00'
describe
'22642' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNC' 'sip-files00001thm.jpg'
109e421a7843f0a75de9ff1645168d22
b0c058467f1c22c344cbee9b8656deb161b78ef6
'2012-10-09T01:39:50-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHND' 'sip-files00105.jp2'
1dd0e673114e3d7a7737f5b06216837e
33f1d7fd59252d3f215682a6601e5299a83c808b
describe
'31806' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNE' 'sip-files00128thm.jpg'
607337f908fe8ea9e8f9b853a34c7e18
ebcfa88bb3cf7a3e11d49a7e42b9e7fc73e694ed
'2012-10-09T01:40:24-04:00'
describe
'3626576' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNF' 'sip-files00129.tif'
679c019753cf34d5dfa44e88cab95588
3557d4403b770dd747a9f300045356ffaa871fe4
'2012-10-09T01:36:17-04:00'
describe
'32452' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNG' 'sip-files00149thm.jpg'
e1a43769654c3cc67c6b597a77fc441c
4ed7766e50e8c14ec30cd4cca601c0f43bc73322
'2012-10-09T01:34:47-04:00'
describe
'3200' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNH' 'sip-files00126.txt'
337e89ffa63e69984696ed1e0877fd47
dd17c7a25de95939d69b8251efc8c78840aa626b
describe
'3626864' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNI' 'sip-files00037.tif'
74d82b4e62cd4bdfc2a96c39ee1144ce
2a4b8b6d7c61009d01c4774a594d64756d83d24e
'2012-10-09T01:37:11-04:00'
describe
'3626628' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNJ' 'sip-files00128.tif'
7e5be374b0259929c2d3076263ede28d
d07496c04eed236fce208d2f4c9dce2c44a766a2
'2012-10-09T01:40:11-04:00'
describe
'3626680' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNK' 'sip-files00123.tif'
8983ae5f3911912745b78956cb5883b2
0bd72778e52fda7b1416c45b754fc3dff6fc5dc2
'2012-10-09T01:36:22-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNL' 'sip-files00029.jp2'
bacffdcaabe39e66ddd7ccaea39d175a
2d8a97188db2d67c535774b376121d69127ecf48
describe
'2036' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNM' 'sip-files00032.txt'
2ad03cea512abf3f7b3dbed1330e0e7a
4d8c37bc3bc9be1b2775a6ad42dee3f339272ac4
'2012-10-09T01:37:05-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNN' 'sip-files00068.tif'
46944fbe6a58d73ca4144890078f1395
c6a2ffb031c6942133d48e5f32be4f2a21024878
'2012-10-09T01:35:05-04:00'
describe
'178138' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNO' 'sip-files00041.jpg'
df2763751958157b1130114abfdf2522
a69017fe09eff2d472aabe427948f6a359b21342
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNP' 'sip-files00161.tif'
293c4f3bc88a079f8c3849052435b0d7
36966498e12f8973fccd31c1b7e83eb7827fddb2
describe
'32574' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNQ' 'sip-files00106thm.jpg'
345ccc9a48cc8c2403606183b2034179
34ccf696ce132cb4374f210a38cabdc1f0787942
describe
'3626460' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNR' 'sip-files00135.tif'
fc929f528f5a08118b1990e290531252
2222b82659ec807ecb6b0e16464e0e9e5736d81b
'2012-10-09T01:37:59-04:00'
describe
'182161' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNS' 'sip-files00109.jpg'
5a3b8e135f8ff417ee3ff424207c5386
e2b37f14fbca7de57aec941cb2679d80fa403e0b
describe
'69178' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNT' 'sip-files00017.QC.jpg'
bd169d7d87a675440e75e9e97bbb9e9f
8a79113495ae19051523da8f1ac4e3bd18fda491
'2012-10-09T01:34:42-04:00'
describe
'32562' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNU' 'sip-files00058thm.jpg'
3af05f943b6f42d0c329d7cfdc4c1c40
e67f5b50c370721b721b8f048478ff8aece5ce83
describe
'32627' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNV' 'sip-files00159thm.jpg'
d34e8cf28894368944b1a8ccb4d4d681
b40fa2fc18df629faf2a5eead3c77e8dec749eb3
'2012-10-09T01:37:44-04:00'
describe
'2018' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNW' 'sip-files00020.txt'
c4cc623e1647b7181ee4cbd3c8c59e13
0a71b19ac30571dd4f6386c5396151b8dc536669
'2012-10-09T01:36:42-04:00'
describe
'64287' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNX' 'sip-files00145.QC.jpg'
04f87d23edba6ab317acab9cda735631
000f01087249ca67b648b459e801cc67e92df3bd
describe
'450468' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNY' 'sip-files00077.jp2'
e58538e5c594cda278ab91ffa7200e0c
e3f899fd15897c3800ad0ede021febe8b21a5393
'2012-10-09T01:38:48-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHNZ' 'sip-files00044.jp2'
f4d7c9556b03a901cafc22eb542b5aed
9beb8da149d62ba91004b6995ae35c15e8c6dcac
describe
'1868' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOA' 'sip-files00059.txt'
e79f28ca359e9de2e41a2ec3c9b89570
1f7ec9350c5a19af96b6af54d32a5c8fd1f574e3
'2012-10-09T01:39:17-04:00'
describe
'182192' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOB' 'sip-files00019.jpg'
170ca4ed71f802125090c6d9f68d7c11
86a9c028560fe789be0679d4248b2faa5759e4a9
describe
'3626816' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOC' 'sip-files00054.tif'
e3043daf167a577bd834f31a47e815ee
17ca402e3d6811af538808e039fcf6daa5f19ced
describe
'51845' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOD' 'sip-files00035.pro'
24c8f034e381bc357539134eb5ecc769
729b1b1ef4d0a078f1962e9113dcd0a44b43e7d3
describe
'50882' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOE' 'sip-files00090.pro'
a61fb778e38ddefe668996079237da7b
576e9852661ec63d763a5ffdc8b6827be8304f75
describe
'32897' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOF' 'sip-files00033thm.jpg'
c10622a40132ed905a00e1b66130aabc
56911b59eae2005b35e5a0bb0fb77e44cb29c492
describe
'3592' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOG' 'sip-files00140.txt'
2d9ed37f8359cfbb5e1cfbeb2069cc2d
bdee15d1a31a76f6df80f023c6a64f93054ea855
describe
'186682' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOH' 'sip-files00107.jpg'
2df8e5c04099d412352a7c7d07b37a4b
3341bdfd8a70781c63886ef8f860fe28af59450d
describe
'50615' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOI' 'sip-files00169.QC.jpg'
eb72f62d0098ba94faa2463159de73a9
2c02a6f151bd8b6279b0612106d44239a35ea7b4
'2012-10-09T01:35:40-04:00'
describe
'31889' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOJ' 'sip-files00148thm.jpg'
6b2c4cb4f25240efb65e64c8c1e4c366
7a23bc381909ea7bb2cf3453d12d0a63cbdff11f
describe
'63709' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOK' 'sip-files00123.QC.jpg'
4f9f81ba6981b2f5ac236d8c1a6a4985
28fbaf93c5b190bea2cefafe182815d3ce5f1452
describe
'56850' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOL' 'sip-files00009.QC.jpg'
ea5456abd6af14b5d8ab682ea59d3e1c
d5a455f25009e09ecb8bde7ff3c57774ac22de3b
'2012-10-09T01:36:46-04:00'
describe
'32361' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOM' 'sip-files00063thm.jpg'
e6feacb06cc9f2b92cf2c0c276cff539
7f81e3b93a3e6f03cfed4179b1aa229ce42d9aa8
'2012-10-09T01:38:52-04:00'
describe
'1949' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHON' 'sip-files00076.txt'
adcf1a61ec9877e75b4d57eb18065c03
fd48432aa6c55f1cd1865fc651e693f4b0b9b989
describe
'450571' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOO' 'sip-files00114.jp2'
138c72609ed2dada86b1649f5a4bffd0
b6277b9d08ee6684f02d25269461cecbbef7ed94
describe
'71837' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOP' 'sip-files00046.QC.jpg'
10b3ae8da24237c65b099240c80c7d9d
0bc9a27e0d8ca0fc32da639d6661c5a4bfcd9d80
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOQ' 'sip-files00020.jp2'
633c422d7fd50dcbacb24de0a7220223
af7d8055a961f3e0701807c3adfdb816cd6fa2e5
'2012-10-09T01:40:09-04:00'
describe
'3627152' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOR' 'sip-files00097.tif'
6e5d3636ad76e3366a8c79d39a0e1641
a1d340ec567753c76ed2644362e584c550c5c13a
describe
'3700' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOS' 'sip-files00130.txt'
f2c06e1e53c64cb8add0b009dd75ba29
ee7ac88ca76aa7b06a87842a8e54ae0f1c19986b
'2012-10-09T01:40:07-04:00'
describe
'50357' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOT' 'sip-files00069.pro'
492ba1f1c2fb6a9c61fd857b8b95fa05
dfe482498067846be44aaaad87d53d21a6ad80c6
describe
'3626648' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOU' 'sip-files00072.tif'
ba7283f0b5fbbfcb8a6a91b5a79785e4
8f1022ff7ae2c5bbc6fad540b04283132dcc9885
describe
'2112' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOV' 'sip-files00079.txt'
0e31a06af9dd4c28020777a3527539a5
3ac7942e7bc3126ca2fc589a8d569817205a4bcf
'2012-10-09T01:34:21-04:00'
describe
'218' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOW' 'sip-files00170.pro'
15e4fae063dbbafed99b18b7d84397b1
664f0362dbb35a84eb487f30ff1bf86af4e1d117
describe
'186210' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOX' 'sip-files00127.jpg'
46bfb01b7b101585dfc6c8130a75746f
d78e2c84d12469e39d5614bbc4d48ae00182bdbd
describe
'3626736' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOY' 'sip-files00114.tif'
a729e34573b772d0cc1d698d063b46a3
c68a9d2cd3a83e92291030bff01eb4b54677f4e6
describe
'3622408' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHOZ' 'sip-files00163.tif'
2afc62cab1f2a9e83bcd3ad799ef7cd6
77e973da1273c7877e2aa80736ce08bb03d25354
'2012-10-09T01:37:34-04:00'
describe
'69199' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPA' 'sip-files00030.QC.jpg'
52ff4459ea226cab3c53ce0b2ba4873f
9835ea74a83f268295ad27c7d6566b11d1ace11f
'2012-10-09T01:40:33-04:00'
describe
'178883' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPB' 'sip-files00085.jpg'
19c88c47677119d101e00841d1128129
f00d7770a187ebd6c3cfc30847c2373b441f1585
describe
'62991' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPC' 'sip-files00154.pro'
dde4404aa2c946ad52f42a1e3a631a87
58f5fcd741515cd1f1b9258311f1c50789ee8330
'2012-10-09T01:38:02-04:00'
describe
'182600' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPD' 'sip-files00101.jpg'
90469b0f649687e58b5f40c7ed562515
5126e52ed8f2c1c9bcc2d5b6062b561cb5a9e24d
describe
'32029' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPE' 'sip-files00096thm.jpg'
d2c8544f075a153e220074753f79b518
336bba8441ba2067fbb9fc267ff80a9cbd1ec793
describe
'258' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPF' 'sip-files00009.txt'
e145616c4d19fdec1e57c2bc8c876c8a
76c9aac625a1bda0d711faa4facd1688ea84b75b
describe
Invalid character
'48456' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPG' 'sip-files00065.pro'
0b18fc65abdde7b79083e101206bd967
7fbe482f2d89f8172c7053c1f707e519464fefb2
describe
'31960' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPH' 'sip-files00158thm.jpg'
4eeb8edcb849add372869048243c325f
9e9191097c4a8360f9d82c8690288efd100ba18b
describe
'450521' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPI' 'sip-files00142.jp2'
cd54f173a4e543241055b921d8ebc2cc
53cd2beb116daf5c7b490e83705549d1b1ac8421
'2012-10-09T01:34:09-04:00'
describe
'3626944' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPJ' 'sip-files00011.tif'
c903ddee09e7b7bc2bea9a7e386ac313
9530b0367a5c093a89f98ab5784f4ca58f2780f0
'2012-10-09T01:36:37-04:00'
describe
'52632' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPK' 'sip-files00084.pro'
3a46545a6ce5bffa99684647c0d0ad0d
b0110ebb9621f4d865a1ef834bb48eb9c68bf153
describe
'2002' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPL' 'sip-files00030.txt'
22e8626165eaeaae34496717b056f86a
8a8ff5e6b89fec5f4e3219fe86a2475ded99d4f6
'2012-10-09T01:38:42-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPM' 'sip-files00022.jp2'
5cdcca9f08b7b281e114e5de4da29093
ef1e3a5692ae261021d0f58e7565d88061d9ee9f
describe
'182132' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPN' 'sip-files00080.jpg'
f9a28efd937e40e5006b779422514526
4c279478a3e25fae036da5ece153c1375c7144e6
describe
'180940' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPO' 'sip-files00104.jpg'
adb8d5671708567114eb08ab53b04f2d
4693dde6ad21eaac83f9753d0474fc0297686c4c
'2012-10-09T01:36:38-04:00'
describe
'183023' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPP' 'sip-files00112.jpg'
7b6b269c1871ad37fd44fcd3df0275e7
89d38d71b3b50c56bb2a60170cf8feed435f857e
'2012-10-09T01:39:38-04:00'
describe
'3626964' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPQ' 'sip-files00154.tif'
9c9587b9db58e373fbd1ce048cefd15e
2f0d3491e56f0e09bc2e713fdcf4b069fb2dc655
'2012-10-09T01:36:25-04:00'
describe
'185071' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPR' 'sip-files00044.jpg'
ea011a413fb40898470444e4dad98935
6671d56ee7bed0268fc842ec0c101a98998fe95b
'2012-10-09T01:35:10-04:00'
describe
'182719' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPS' 'sip-files00056.jpg'
2d4d6d0ed646893f935f2b14aaaefb1a
0a3ac29266a3fc88a888ecb41034704b7e713232
describe
'31493' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPT' 'sip-files00131thm.jpg'
61fa0133526963c5d46164a49e640ee8
42bf1d2f6cc0d892a055babfd13906f6b9b7d9a6
'2012-10-09T01:34:20-04:00'
describe
'32717' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPU' 'sip-files00145thm.jpg'
8306d6c9bac7bb815c233537b7503af9
4b640b56ab7a5db826c757f6fe695b8d423e1e0d
'2012-10-09T01:35:33-04:00'
describe
'31093' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPV' 'sip-files00014thm.jpg'
c8c2b880c9fce89e77a8781d95a294a1
127dc99cf335f6a701566918c95c98b551a2c2a3
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPW' 'sip-files00131.jp2'
b9db37d42b51ebdbdebcea8ba52b986e
447d043f7269813919972a20bc3b1d2ab0bd333e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPX' 'sip-files00119.txt'
34056b84f1e2f0b78b1a4365817f9690
2ca2e4ae9ab6db45a00d21da5af1022d89724457
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPY' 'sip-files00027.tif'
2403b70cdb2637ecfa5046eca2c98870
ae5bc6c74ed525e810ad43824ade44f672bd5e36
'2012-10-09T01:38:01-04:00'
describe
'52401' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHPZ' 'sip-files00024.pro'
ea2b6acf08692d9fb2c23b67fcdcf26b
17bf4e5384506185d78b129d422502ffabec106d
'2012-10-09T01:39:06-04:00'
describe
'2045' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQA' 'sip-files00109.txt'
e41c0c3c65160a8e671d805e2fd96320
43c6c35c5f1635b777880882307d08cabe973da5
describe
'52429' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQB' 'sip-files00016.pro'
d8ef7bd482a61fa5ba2cee2fb8b4739b
859faa18cbffe63253be1fc5bc9876207c5fee13
describe
'183840' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQC' 'sip-files00136.jpg'
20beb1848589236c2e156360d45adb2d
00b33150330420c8e094829e7b2aebcb0393cba8
'2012-10-09T01:34:04-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQD' 'sip-files00052.txt'
7d1a36c8af383828935824b75780bb0b
a8a16ec56e1bf73b6fbfa32ec1f1f1507ccd7b5a
describe
'66571' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQE' 'sip-files00143.pro'
e414220adefd405fff7a058520f1d053
8f9a62aaffbded9c97a0068b68c11d5800baa1cd
'2012-10-09T01:34:12-04:00'
describe
'73325' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQF' 'sip-files00131.pro'
3af6fa839892330dc596463a5c3060f7
1aac0db77b9adca63e3a8b940b6aa6b139335ef6
describe
'32784' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQG' 'sip-files00065thm.jpg'
856f3bdc33966c5cf2668f2893f96aa6
a8948d00b1ed32c891a9fac2ebd1a279d1728e79
describe
'179422' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQH' 'sip-files00064.jpg'
1eb175891ab5ddfd93df01bf2dc7ab6e
02d103b5d13bc44dad63a4f87323fa4ba96fd4be
describe
'52602' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQI' 'sip-files00063.pro'
7b8b940917dda13457c399ed14d4daac
3a4b65ac51e1fb77996a5941449192db7f96eea3
'2012-10-09T01:40:18-04:00'
describe
'50584' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQJ' 'sip-files00041.pro'
af97ec9f7c051693b867278cd5c87c72
9bf22d948dfb3eb81d791dd425304751c8c45d0d
'2012-10-09T01:34:51-04:00'
describe
'190205' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQK' 'sip-files00130.jpg'
a8ecd41f26ba302834cc16d8a95e08a7
ae061f2d75cf9d8eed363c0a4d42be4f96163d81
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQL' 'sip-files00113.jp2'
79b764220e0c29cba74d1a0358d4049f
92e28b3f2fc60d51b6f969ff2e7c4fdf4709b479
'2012-10-09T01:36:05-04:00'
describe
'32755' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQM' 'sip-files00040thm.jpg'
15925401909d14220b81b739db221736
8f33bb34a65e0e7df80bda74d746e4d9b571e440
describe
'52205' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQN' 'sip-files00086.pro'
a4b31a9c2a66acbb356bdc1cd0171ef8
bddd838bd9c428a334250a45424b8f23a01059ca
describe
'32483' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQO' 'sip-files00160thm.jpg'
096a355c08bc472a283d0937a9efd7d4
42b52bb99ebd00ffe6629ed6bfb54185456ee538
'2012-10-09T01:36:55-04:00'
describe
'3627028' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQP' 'sip-files00065.tif'
747caac38f16e9908c514ec8a447ed8d
6ee574f3195423a6c17ce1df94f6fbd6b76daad6
'2012-10-09T01:36:40-04:00'
describe
'33022' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQQ' 'sip-files00097thm.jpg'
c3aa16fbe8f9ac8f795564fc916adce0
a23fa8bf50d027ccc50d7e6555f41c40c89160e2
describe
'71894' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQR' 'sip-files00111.QC.jpg'
37aa44ca4209eb18920f16fbda13ae45
3cb51671b8b4265600edb969b34f663714c2c5b1
'2012-10-09T01:40:08-04:00'
describe
'2078' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQS' 'sip-files00061.txt'
d1a7faadff55bec9c3d40796508ced9d
b7673a107409b3f8e4a2755d3eea203f18e2e678
describe
'32682' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQT' 'sip-files00108thm.jpg'
8f28f6785312a029ea1cec8eb4974629
bc10f5ef374ca989ba370c6310b32eab89824225
describe
'73906' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQU' 'sip-files00125.pro'
d7f15c32b02630745cde9635df8be36f
93b2ce0b313229df0393980f31da3a4eed47462f
describe
'3627096' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQV' 'sip-files00144.tif'
7f3d9e0d0b44d7fe0efb596d87157a9c
a1e7bf54f3284b6e7e6507333f8b5d66fa2ebb97
'2012-10-09T01:38:24-04:00'
describe
'59193' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQW' 'sip-files00141.pro'
ffbbb7a6da316d30ed040123175b98c3
7e2e0f9bdfbdecc6c4de37e748ece1f93ba536c7
describe
'70432' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQX' 'sip-files00026.QC.jpg'
c6e80591edf3eee6c359a24305feb1b8
79c7d29092fa28399e7590afa57f7136d2dfcddc
'2012-10-09T01:40:29-04:00'
describe
'64741' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQY' 'sip-files00124.QC.jpg'
aee1b2a2e927cc8463833ccb49c203f8
dc08c7755c7816f7d2695592eef91b1754eb8d09
describe
'173357' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHQZ' 'sip-files00065.jpg'
6c3adab95e66e78ba6d576861e6772d4
45b61367509da407adf881d96b90cdbe2c9f8f1f
'2012-10-09T01:35:38-04:00'
describe
'33313' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRA' 'sip-files00035thm.jpg'
13d797a6685869f5c157cdd057b30aee
ae753c6aab454e9257d223e7583bbd9bc85e3bc1
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRB' 'sip-files00110.jp2'
18c7722d6f8041aabdee04ff17a29d17
5d953cc9d84a1bd362ea36752dcc2d152e005395
describe
'450536' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRC' 'sip-files00115.jp2'
2b68b611afc5e8b069f6b6c870de2bbf
ccc3a4c1344937bb986906f946bef8275d125af7
'2012-10-09T01:36:01-04:00'
describe
'1764' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRD' 'sip-files00012.txt'
5d98b5e65cae13fecd44ab3f2f4dc2e4
aada6ea42f0e39446f4f239178ac60eb32be490e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRE' 'sip-files00063.txt'
3953b3fcbbbf99a88e8e58e2c1ef652c
b8ff8af7c44dbf64eebf44e5e4d21be32ca88d70
'2012-10-09T01:36:52-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRF' 'sip-files00126.jp2'
fc18fb1a099858686499633e30a0164c
c57a5ca4b66a0c993040c65909d5069116c521db
describe
'1910' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRG' 'sip-files00065.txt'
318a7cbcf39937ef2cb62e5ac8cf15a5
53155f64b07bf2bf7f48b509ca2e989a01be5995
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRH' 'sip-files00100.txt'
7e74cc4285cdfa8f490ec7f38ab56482
87b1fa81ffa90e10d3bdae3550cf037878047191
describe
'32584' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRI' 'sip-files00113thm.jpg'
94d0671b8990afe4a514d5244bb0a911
0d9ffbf35371313343f8b706f5e1dc28c1c2cf56
'2012-10-09T01:39:49-04:00'
describe
'19015' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRJ' 'sip-files00164.QC.jpg'
084218b9184e4953b328cb97316d623b
2c456d507c7c04757ec26a54e6f4e843e2f9acb6
describe
'32577' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRK' 'sip-files00138thm.jpg'
74f96de8abec45bbb51f35061059a14c
2b2d49f81ee63abbd9863eb15875a5047364f1f0
'2012-10-09T01:33:55-04:00'
describe
'2066' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRL' 'sip-files00113.txt'
9b96bd22ee2bf53e639bbfd51b02dedd
ff51b3d50a36b089cd62d97e941cb8eb56a27a1f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRM' 'sip-files00112.txt'
9ea5c964e1e64858b26fe58da7dfe143
b84b5d26dbcc3e5a86bbc8adf5507b9ced8efb4d
describe
'32821' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRN' 'sip-files00049thm.jpg'
fbfb5c6546526c57c41c8a862771d828
b535355f94d1f7f8b534d643a4e9099270944b90
'2012-10-09T01:34:39-04:00'
describe
'450543' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRO' 'sip-files00159.jp2'
973dbfdd3dfacc8055a360e09c3fc4dd
c109e69ef56b8fc20cfa67d36f933e0f0c9f19e8
describe
'450467' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRP' 'sip-files00160.jp2'
67e38fea9330ee0b0cc7536da383d2a0
93231cfc1852f9f4b428beca4f950b4d5116db4e
describe
'2503' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRQ' 'sip-files00141.txt'
64e0b4499775bb5e2d1f9ea4987d4f0c
310d4aca03455f18f8e086afcfd42fbccbd8bed4
describe
'3614' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRR' 'sip-files00138.txt'
cc606d77ff972585f547ca34ad637bc6
db35ea4e0d7fd6701e47442e2d2d6365573c5cdc
describe
'185541' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRS' 'sip-files00016.jpg'
7f79243f2c673f906dffc8b6cbca1c54
906e69d9f8fe6a391302c94f3a052fb05dd0443b
describe
'183220' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRT' 'sip-files00093.jpg'
332e36a3b4cb2260721d862fb7f57191
cb5a4163f5ac7b88306ed9a0b7f856ed95f78158
describe
'2071' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRU' 'sip-files00117.txt'
1586fb89a178fab64b38fb01ac062706
38de1cb58fc129fb9f4bca0dba81326d110d67e8
'2012-10-09T01:39:31-04:00'
describe
'3622228' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRV' 'sip-files00167.tif'
771f0d40dbc02f13258afc89cc11b6e7
2eef358b967a969a2900d0d0ee9af99f6bef4b6b
describe
'3627156' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRW' 'sip-files00145.tif'
e2241c06e160d3542e30130f59eaf12b
f5aa4a65ed2fd9532b81d36dbae4f1ba71dd1b08
'2012-10-09T01:37:18-04:00'
describe
'53863' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRX' 'sip-files00046.pro'
717eaed97313ad6a146f58ae2a2cc542
ffb9e139732cecc77a2ab6f7e8ecaa595a627ecb
describe
'450443' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRY' 'sip-files00040.jp2'
850e9fc7ada3315313241944d94cd6e8
d372d2fc450867e54f531542d2bab1f26566265d
describe
'3115' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHRZ' 'sip-files00129.txt'
979c9af530b406995dbf9d0bda35bdf8
d5158c9852707140504750004a587c5a39864908
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSA' 'sip-files00028.txt'
5f399112d02cef3c18584a6e3eb4ebb4
626dc133495390c89d2043e20ad3009f9c2f7bdc
describe
'164522' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSB' 'sip-files00161.jpg'
7e05dfc3f8cf42824abde7a1bef3293d
fe456d05f7098da919e665f34dcc21b324d7332c
describe
'2074' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSC' 'sip-files00074.txt'
061830ff81f480a5df1a251cea492b8a
04c439dfc7bb4a430db87b5de17f987a824c21da
describe
Invalid character
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSD' 'sip-files00060.jp2'
fbbbf66ede0b281b7054addb66687f15
d90ecfa4f58e8dfc49efe86bad3d64cdfb50d345
'2012-10-09T01:34:29-04:00'
describe
'450514' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSE' 'sip-files00025.jp2'
b9ed16554721db21b4d24b1cc6459202
bc483ec4b8db648489518fb3f5264753ecf484df
describe
'19090' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSF' 'sip-files00008.QC.jpg'
e9d1a201bc33fda4ae4598e9cac505c9
66dc876cacc5974715b0902ee90e584d2cddf433
'2012-10-09T01:39:52-04:00'
describe
'3626760' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSG' 'sip-files00130.tif'
52b94f3cb1a2fc42991a34c53c183b88
0064be0aadefe954b539582fe2bbfa6ceee142d3
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSH' 'sip-files00036.jp2'
d34b8e2fcd6432a5ef4648418f6aca23
731df17a211d11e625cd440006f13ea3ee99e7ea
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSI' 'sip-files00076.jp2'
b169d9001879f0ae884c914f1061ecac
26518274fc64e2b3c01e095c03ad0a39c6952d87
describe
'167289' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSJ' 'sip-files00157.jpg'
b4f9e3699af9cd25ab6b181e30aa286a
6a425807d771fae3bb9a3d426668aa9b2676b412
'2012-10-09T01:36:58-04:00'
describe
'460702' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSK' 'sip-files00003.jp2'
5c71230a50df48d54a2a39072c9bb0a3
35bd99b4e4aa24b06d5f08f943e1b4fceca0758f
describe
'70661' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSL' 'sip-files00066.QC.jpg'
b25c6d46067c504e36be6a245f303b2a
1cd0717b5a4cee6ad8b115cc0ef1288e4f6d0c4e
'2012-10-09T01:38:31-04:00'
describe
'52071' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSM' 'sip-files00067.pro'
5bad27f31f4d556933f77763839581a4
4140b0fbcf9d50ae0c37843f6e1c748032d85f82
describe
'3627072' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSN' 'sip-files00112.tif'
84d35dbed5c442acb00438910a66b2ee
b56d32e25928dd50957de8f92dc386c3c3781013
describe
'3626924' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSO' 'sip-files00024.tif'
6ffc3d99f6f327a80f9308bad8a2fb41
5805be4117d01e7d673832b64e70fdb1bd4ea4d8
'2012-10-09T01:40:04-04:00'
describe
'33222' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSP' 'sip-files00043thm.jpg'
33b6c350f8908c82df2a0d943470e12a
18e4b4b346e390f855e91855662fa7a52475881a
describe
'450376' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSQ' 'sip-files00070.jp2'
8f71e34f2a2e763ab2e81cb7e53ad16c
8ca627c24e46776caf5617dc3b29aa9d695228ce
describe
'51793' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSR' 'sip-files00120.pro'
f00447916786f48b6fbd0c3e92df6ff2
825184137a53a87065a61d93097e00cdd09ece0e
describe
'450561' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSS' 'sip-files00106.jp2'
3448ade6096ddca67955afe1bcee782c
f41b03ad423a53f7fd6cbcc394b352ed6d6e70c3
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHST' 'sip-files00122.jp2'
df1eed31e1fe1be211921fe92c39766c
1ee877ab97e5370f6a4950ebff3379b74183afd5
describe
'181868' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSU' 'sip-files00058.jpg'
e9980f0c1f8faf5b5000fa0c0fffb146
2ccfdc698e8894ad9c325d9f96cbe158cc272dd5
'2012-10-09T01:36:16-04:00'
describe
'65144' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSV' 'sip-files00127.QC.jpg'
a3283c6bb881305880dec0d8d5c3c739
889aba860c953021d108b7a42776ad5cc179e13b
describe
'70335' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSW' 'sip-files00015.QC.jpg'
116635f94354234cb2bcf8f082276f1b
f96fc0e787dd41e66002c23e5d6e4bb685a13321
describe
'10672624' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSX' 'sip-files00001.tif'
45ff078caaeafe815ef37cedb086123f
1930cdbdd9cc94c58d839fb9a36285f8feb975e5
describe
'3625744' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSY' 'sip-files00141.tif'
95b6f1c7820e024bd8d4604a4e9e44eb
99201c2fd32b7a92b9b3530264682be46488f93e
'2012-10-09T01:35:30-04:00'
describe
'159240' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHSZ' 'sip-files00014.jpg'
087c7c1f7c98aba1808ddb5e1709fe1a
001b7f526ed3cacf77f127fe81a4e642756c1aa0
'2012-10-09T01:35:09-04:00'
describe
'32082' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTA' 'sip-files00012thm.jpg'
44ea1f12a72e0a5401f791b1cb6b31f9
d0a29bae922db10dc816c303c948968ee6fdcc80
describe
'32282' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTB' 'sip-files00118thm.jpg'
adcf3b9b12d72416a2938c8e620510b6
544188a69c7c69513cf15ac9e66d13eddd75747d
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTC' 'sip-files00017.jp2'
fa292af2bc894439d962d000529628ee
4648c98d92d96497b3e0a977767e988c20fa3799
describe
'61711' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTD' 'sip-files00154.QC.jpg'
08426d1932404f60362041417c1c2de4
62f340d7cdde53e6f37aaa7af346783cd06cb22c
describe
'450562' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTE' 'sip-files00108.jp2'
1056ba2722d7705568260f72c2780431
a1a0321fc4c2a314541736ffda1c00edef4147f0
describe
'2069' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTF' 'sip-files00091.txt'
b9cdbca678909d5f0b102bb55dcea3ed
ab7a2b80d4d6d26316dc6e6460343ebd769b6efd
describe
'33162' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTG' 'sip-files00116thm.jpg'
0331e3422efc418ba5755e228e5f98b0
bd12ef21bbd6096867c484bd395f733e4fee8a63
'2012-10-09T01:39:10-04:00'
describe
'3624584' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTH' 'sip-files00013.tif'
62cd9a611fe4189510f6df7fd1f9d517
d2b459cafadd2a346a90c27dc840e346724031e9
describe
'51598' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTI' 'sip-files00115.pro'
8cc11770d6bea27d7986166e2652e1e0
e5a6b8ff3584ced16a19c6de8c7e85ced73acbd1
describe
'62977' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTJ' 'sip-files00161.QC.jpg'
1825461dceb022749696725913afcd4d
040df7863cf7dfbecca1f64acb95f8bf93fb4b2d
'2012-10-09T01:38:47-04:00'
describe
'3626756' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTK' 'sip-files00121.tif'
f9361b1e37b4fe6bcee90c93faf7d14c
f3eaac00ad3e9aedf85a4d02d93c08c6ba8eb37a
'2012-10-09T01:38:14-04:00'
describe
'3617' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTL' 'sip-files00006.pro'
637878b764fc254fc3714d36bb8990f0
405048b085119a8262fba7b87d8cd44cb442202b
describe
'67768' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTM' 'sip-files00138.QC.jpg'
5a493cda79bc27f849d1a0974b973d74
7dfd510f8283cfab9eedba96c6abb91f3112eb1a
describe
'33329' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTN' 'sip-files00077thm.jpg'
a1f4939becae3a4473905bd83b286a43
4486696d1d6c3c8c42deb9f5c44e6941b51e5bb3
describe
'18480' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTO' 'sip-files00164thm.jpg'
f23abf9536b7f65b90c95fdb9f4c1529
9e802e2e6ddd5faf28575b6d4de89a7689f8cf36
describe
'21111' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTP' 'sip-files00164.jpg'
f9d180e16eb833f72a142617e087ed35
f7db63e3e951c07cbef81b3e3f92c571703fe610
describe
'180823' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTQ' 'sip-files00086.jpg'
5313fbc9ae2f40963389a3fcaa8eaaae
354b5f1d7a58a0ba0819791c04d74472757d0480
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTR' 'sip-files00083.jp2'
bcc9973e350cd637f82450d307f53743
806703799b78acce6f16f709a14d54d051fc476b
describe
'68375' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTS' 'sip-files00072.QC.jpg'
71708726d0b6353bc32cffc904dd43c1
e1251cd65b01ab317c9e0d9f44b04e91aaed3e8f
'2012-10-09T01:38:16-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTT' 'sip-files00134.tif'
8b68e9fd2f2c03e0f3298a42bcc87fd5
3eb8fc640d1d1b27af3155f4fa240e904b4bb3ae
'2012-10-09T01:38:17-04:00'
describe
'113137' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTU' 'sip-files00006.jp2'
ce9d222a975e49efc0714469155acd42
63552368ad7f648653b8033d859886220c99fcfe
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTV' 'sip-files00111.txt'
90e0cfac2e77996d396965664705b917
b64e30d0d31a77d8991edcb3a3e46913b018463a
'2012-10-09T01:38:22-04:00'
describe
'32464' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTW' 'sip-files00011thm.jpg'
b075ae2bd361b09404d60e98a72d2990
a5954b45be6818256314c186c9f0c0750de4ea2b
'2012-10-09T01:39:59-04:00'
describe
'3623232' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTX' 'sip-files00006.tif'
4ec02f43dd39287ea6600b058db2336b
b6005e58c2f0864dd690f00716e3b195ad7cd77e
describe
'70983' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTY' 'sip-files00032.QC.jpg'
653b985da637dfee56c27c9211f6f7de
f3adbc3ea2960741ce36fea6f21ff013abcd8851
describe
'51301' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHTZ' 'sip-files00026.pro'
2732ca0313e0d746cdf03619129e728b
ab451d690dd12a94c1cd1868174802dddc324690
describe
'52319' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUA' 'sip-files00044.pro'
aec93012ab44d2af769ff229d6415ba4
b189580316e2f7e01347d358f675e2256b8e0c5d
describe
'71023' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUB' 'sip-files00023.QC.jpg'
a774ccf4bf91d5add08ec4f6b72cde85
3e5929738c808d7d99f37a4e6864031f2d36749d
describe
'171903' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUC' 'sip-files00059.jpg'
332a6c3b1004913c0c2685b3b8c4c997
6d49bb8dd164fb7e8f64c39e57085d087d65004e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUD' 'sip-files00115.txt'
d67d98a31e0dbd9f9f5d700a2f847a62
ef10c1dc747b141e0c9d519e2bd32229d2f9db5b
describe
'182308' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUE' 'sip-files00075.jpg'
e39f386c8039e84b62b4e525733bf972
b977946753f60572591a60d979bbe469a1bbe9b3
describe
'450533' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUF' 'sip-files00059.jp2'
85a497d87c13a25f445e4783a9a87b04
a87914668404b50b8c0f598a865dcfcaf5be9208
describe
'50127' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUG' 'sip-files00102.pro'
fae47f458249f35e79552c09a84b0d40
7be8a9adaa74ee6a16b6bc60399d7c04af878677
describe
'4691' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUH' 'sip-files00010.pro'
9d26fd0efaae17d5a71b1b1c43b98e07
8387d61d0db0dd3e93f6324b3ccae54b34091640
'2012-10-09T01:36:57-04:00'
describe
'450505' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUI' 'sip-files00030.jp2'
3aa5780e5846fc16b261d1582fb97849
79d868c05a23f011dcfc1b0e5c863560e266e300
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUJ' 'sip-files00135.jp2'
a3c7081ab61e4d38bc8c2196add893bf
983f3f2874a6bbff011a852c7601e1aa4f38ef75
describe
'71413' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUK' 'sip-files00045.QC.jpg'
d07d8fee88b491356fda976ade860c1f
57b4537cc38de5129b42d4f6cd7dd65c5165e924
describe
'70550' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUL' 'sip-files00084.QC.jpg'
ccd52a712b55a4bbd51b13455960db1c
329c95964400dd1886c7d8cd9ee4a02986c9c537
describe
'3627012' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUM' 'sip-files00092.tif'
e917b3e0d750e8729190949a5ba05bd1
3a7466a2f6de3229e01d1f3efa35c95263a50a53
'2012-10-09T01:40:35-04:00'
describe
'19166' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUN' 'sip-files00005.QC.jpg'
c534d4b5c8e37165b1d56552293638f2
6233acbc3aa484ce0ba9517a39581b686e74fbdd
'2012-10-09T01:35:44-04:00'
describe
'2087' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUO' 'sip-files00016.txt'
690051bc32e5c6dadc95a6e2cbf6c0e9
65dc2a364c275614547f6a7fe6c9d7fc5a83b3de
'2012-10-09T01:40:17-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUP' 'sip-files00116.jp2'
42268d2ba55d30aadaa6654429019e03
5b7c07cce9180d9aff9135d01b2293c59878062b
'2012-10-09T01:34:24-04:00'
describe
'3626808' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUQ' 'sip-files00009.tif'
7e1d3745806e8ec31f9127e54138ff22
b6bb37f099cf9be8eecd6eba45df72f4dfc9d2b8
'2012-10-09T01:36:12-04:00'
describe
'172125' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUR' 'sip-files00150.jpg'
6fd6a2ae4fa1e7b49aeb71d925556946
a101827bab7ecc941719287efc9b078090127a4b
describe
'450553' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUS' 'sip-files00073.jp2'
7853099c9e9c7212ec320cdc931344aa
96c73207178252cea4f6a50c07b3bcc284ce191f
describe
'32515' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUT' 'sip-files00054thm.jpg'
ded859f6dff7528f3f6d1c9a3f84c83d
6cc039208c4dd33855bd462fa675be5ea032e1a6
describe
'179989' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUU' 'sip-files00114.jpg'
d4c2efc91e7710971738d11ca5fee713
73611af75d39efcd43892f4269d171b19f14bb92
describe
'53177' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUV' 'sip-files00033.pro'
0734f684bead45f58d8b604ab8c827af
bc05c9b27acc0b55702477a129cac09e3027ec9e
'2012-10-09T01:34:34-04:00'
describe
'172139' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUW' 'sip-files00122.jpg'
cccfda2ec0086c94a7041c4af88a6fe6
a37a01d896f923dfe8ad0d9d0fc7cc831ae5a755
'2012-10-09T01:38:35-04:00'
describe
'67887' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUX' 'sip-files00096.QC.jpg'
34dd92c1e22a711313384f364c455100
e3a2f5192528bb137e8000c850fe16b273c59ce4
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUY' 'sip-files00153.jp2'
81f538bb9da1284610bed899ecb28ae9
a794f2fbf0a2f2457acafdb8a1a3cba3aa30e8f8
describe
'65861' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHUZ' 'sip-files00133.QC.jpg'
bfbd2fb5d9ae77779490e555e25b1e16
b69f7cc5dee74df9ee216e05c5890ef196adb2f8
describe
'3626724' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVA' 'sip-files00096.tif'
2a1628ee91aab849b545368ea6f6cfa1
c2473b4337fd98ef30e4e7092b00bd2e5a22db21
'2012-10-09T01:34:02-04:00'
describe
'183548' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVB' 'sip-files00077.jpg'
cf2558d606414b8b86adf5607f4ac07c
01335f9bc297a885486c173dcfca13296c35583c
describe
'2881' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVC' 'sip-files00162.txt'
cb92682cd794d7f5977a56962fde6f48
d546870a55c3984edb3fd0ad8e272082138103a5
describe
'80250' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVD' 'sip-files00138.pro'
9cab9ff498af75e264ecca0e99f72fce
9e833b34a4fd8b875093990d3a529a93d0f08120
describe
'70980' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVE' 'sip-files00022.QC.jpg'
ecd339037ccb1d02222b05c2edd4149e
58559569ac78cbc14421c3c4d68e6f5898ff65b3
describe
'184419' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVF' 'sip-files00047.jpg'
dc6d1e1c4a4d8cbd6930679fd596425f
2229421adb406156e4e1bedfebfe470c8f6cbd74
describe
'3627240' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVG' 'sip-files00035.tif'
e9bc78a8c1de2f9d1385ab12ae0aaeeb
a2d4b063490ab0cd06bcf7082c11108685c5673c
describe
'32813' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVH' 'sip-files00107thm.jpg'
bfb7252d80f98505976dcfb017ac9b9a
c6f0f6aa8cb3bad891b64d0903577c205178e8d7
'2012-10-09T01:37:03-04:00'
describe
'2005' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVI' 'sip-files00026.txt'
a0d3c2864ad95831a6af9d3a3f44b6df
c3c980c39c9a6d7c3c7bd4ddf2566f3e9e82a52f
'2012-10-09T01:34:56-04:00'
describe
'32122' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVJ' 'sip-files00137thm.jpg'
04c011f6e53c5a279196706f1e82d705
ffac68402985c969c00cc36b265153543094f496
describe
'32312' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVK' 'sip-files00114thm.jpg'
32a358ef69cee5190081d7cc3658b9d7
f9536b2e05145fdc08f6102a1bdff77327ffa370
describe
'72530' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVL' 'sip-files00074.QC.jpg'
5e7e5f60188f8aeca8f4bb02945e64c9
bac8ad9101e3b5a03d5156f99262a4edcace235f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVM' 'sip-files00123.jp2'
cbf27b79c68942f5f03c8cff09712c34
c081950511679d1afdeec30688181bd81fb82f7e
describe
'32849' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVN' 'sip-files00056thm.jpg'
6fe5d1df5c3583a0fadf356c41288718
6e4526f7c0ab03fd23fc1ea44107c70e5db439bb
describe
'71334' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVO' 'sip-files00050.QC.jpg'
48027b975b41e0de3ecef7f5b42556f5
e503bb91c25fcbb8017ec08827c0c116d3103710
describe
'1451152' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVP' 'sip-files00170.tif'
cb984f8e4fcc0068549a4dd7b1724b5a
d5373a4d5244dcb7b61b55220503d5eda7839ae6
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVQ' 'sip-files00116.txt'
39a1e6fd5b5771ee1bbcc23d9defbe7c
32bb67a5d26b988edf8229e5a6edf09c3ef95a3f
describe
Invalid character
'3626860' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVR' 'sip-files00158.tif'
a00ebf9661f9c36419a8d7ea7ea62e2f
c2becee671972fd0aa2ce0fe00de364d31a92687
'2012-10-09T01:36:00-04:00'
describe
'22783' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVS' 'sip-files00004.jpg'
c1525b9e6bea9db49227161355b8b7d8
e69f9dbd4e7d700069cf239472c4c539cc5ed1a8
'2012-10-09T01:39:32-04:00'
describe
'3467' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVT' 'sip-files00137.txt'
cdca05c8f1326f01061d19e2865968d6
0f2ead23092a5faaddd8f283c01bd72a3e24e4dc
describe
'372772' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVU' 'sip-files00004.jp2'
8c0ea8b70982418f8ece7234c6334fa1
bd8fe2b8b4772a3203f127e55e777e4de03dea66
describe
'450537' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVV' 'sip-files00011.jp2'
d58a70a5653f579885ea7b86ad816250
c0725663c5deb114b1713fc7297412176ba755c3
'2012-10-09T01:34:03-04:00'
describe
'71447' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVW' 'sip-files00042.QC.jpg'
4f69b5c33b74c20a1e39dd7f520c5dd5
47509f5c7f6cc260b95f0475687e0693cf74eeae
describe
'181886' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVX' 'sip-files00113.jpg'
de1b8f4b5602926c4968908d17a9baa2
3b0a02f5399337831d2c28f31d2d051e433275e3
'2012-10-09T01:39:45-04:00'
describe
'33086' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVY' 'sip-files00111thm.jpg'
1a36e271a67175e6073acea8ee9464dd
aca6b4a15edd0de1af2e613e1abb32d963e78d75
describe
'3005' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHVZ' 'sip-files00160.txt'
25a1ce8bec420e7a73fa581c1706f4cc
436c72bf067cf8682c33c01fbbea71169bc686d0
describe
'32060' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWA' 'sip-files00028thm.jpg'
ff1e61f5fa65badd4b1514d979f8fd66
913addf4601ba721f18f29028c08b55becde95dd
'2012-10-09T01:34:30-04:00'
describe
'3559' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWB' 'sip-files00127.txt'
a058d2a904890ac9200434d3ba25c282
c56c69ed664a2f073f0f4fe373f3f52a359ff687
describe
'11074256' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWC' 'sip-files00003.tif'
425c5e684b4288eccc6ada3b36a380ed
daf700136fe869851e0af299e258f10e3799d2a2
'2012-10-09T01:34:27-04:00'
describe
'70406' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWD' 'sip-files00029.QC.jpg'
62fd8ad9af1326dfc004b26b970cf834
9f7fe510eef4c9756e1f5dbc7d208d15b3a50709
'2012-10-09T01:37:53-04:00'
describe
'181249' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWE' 'sip-files00091.jpg'
8e768e974730b7e6d0beadc4bc1dc6cd
bbb6580b1cea7dfc6217875ea142b62e616e8e0c
describe
'3626776' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWF' 'sip-files00015.tif'
5c9b2b7b0f53b5984fd063b4846778db
aaab269a5a1c1ff9174eb39a91f99a4ec77f9ed0
'2012-10-09T01:35:39-04:00'
describe
'3627060' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWG' 'sip-files00146.tif'
53d13dddd9e8418e655d132690c7a15d
17a651550f97e551b977c2ded57b8f90e6de7464
describe
'32442' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWH' 'sip-files00073thm.jpg'
8babcd374ee14c558629fe9fd057ef44
d2cdf55fcc16fc5ce08819379dd1c9da0db75184
describe
'35476' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWI' 'sip-files00053thm.jpg'
722fbcbf107f10fb4f3999e9744e5f0e
501aeb768f8d09b7bfbd4c16e16bff9edf21f7d6
'2012-10-09T01:34:15-04:00'
describe
'52453' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWJ' 'sip-files00050.pro'
9a5eb5c09fdc48a490ada9d84dccdae0
ed272405ecd1500ab8ccbc6fcb1fadcf8288c5b4
describe
'33019' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWK' 'sip-files00070thm.jpg'
4c58eb46ac866ecf58144bcb7b8ddb0f
bf1a26e71a24c3b71ec8dd20af9acf731baadc2b
describe
'1996' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWL' 'sip-files00041.txt'
fa2c3880e69e915f11a1da29b7ce64ba
bf79b12d5e048b20cdb9e2c13e4a02784ef12460
'2012-10-09T01:39:23-04:00'
describe
'52187' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWM' 'sip-files00087.pro'
b7c65cd594a7d5ffefced329d0f7872f
a2c2fe87421c7d7c09ce30ae1db6caa2479ad5af
describe
'70801' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWN' 'sip-files00094.QC.jpg'
efe50d6700fcc304097248236c144edd
7c562c1afa921be600319f99473a0ab2824f2cef
'2012-10-09T01:37:54-04:00'
describe
'182758' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWO' 'sip-files00063.jpg'
01afca60e266496382bcb08a968719ff
c2e44bb706fb4bab24074e6f8d84e37a1f9de25a
describe
'2024' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWP' 'sip-files00022.txt'
4e5229c3cc1078445a0d44d9d94e43f2
fb77f505120e3b4e3eefbdf9f57ab5afcb72b770
describe
'1968' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWQ' 'sip-files00036.txt'
de7d8e1399eec45ddd47a2a88139e9a0
66a989b713c5ff82c1bc9ae3b14ad6c79716090e
'2012-10-09T01:34:28-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWR' 'sip-files00046thm.jpg'
5d400ed6a266c997dddf7e8631eb89b9
03e4f84f76b144f27a7d4fe040c5e6f5ab816d51
describe
'70948' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWS' 'sip-files00054.QC.jpg'
2bb49d4be169ab925a40b3e0480adef3
a1b0d023272bcdeff8a2c2a0df7dc28da511f8ad
describe
'32539' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWT' 'sip-files00034thm.jpg'
e32edd8e201f9df652a89a551688ceba
d90f57aa963faea83a15d51182799bb24459853d
'2012-10-09T01:38:44-04:00'
describe
'183904' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWU' 'sip-files00032.jpg'
d739d09a674e8772e203dac0f75f0a4c
1bebe31a36fd604e0b5b31c4be22f1f820b59b01
describe
'52595' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWV' 'sip-files00023.pro'
8cec743a992504e9bea5ae6bdaa27f87
dcebc81d217e544147e65d0a0b5366de756fa658
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWW' 'sip-files00124thm.jpg'
ebfc8f3994a69369150592aec3a3fcee
ebf47547f4357d4ccb7a5acd40a25574ccd7399f
'2012-10-09T01:39:42-04:00'
describe
'32597' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWX' 'sip-files00152thm.jpg'
4e051f6921cb9dc02e692af8cb7bca3b
d9157346e00314c4ce4647e5a6c2079081e39fdf
describe
'3626988' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWY' 'sip-files00083.tif'
d27ad050d9ee4a58cf91885e5c5c4543
ecfc633f1341685e569b2b221706cd20620c635b
describe
'42232' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHWZ' 'sip-files00013.QC.jpg'
022e012b2faa3f3bfb87f6846fd71587
4bf86435ce64d63542124480aa1999c8db98df5c
describe
'18612' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXA' 'sip-files00167thm.jpg'
973701c018f2775579ad87a54a1746b1
d93bf2c18b9d6e2fba58cef4c23814eb60276ac0
describe
'71657' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXB' 'sip-files00044.QC.jpg'
b678086d3f0cd6ffaa3767b0aab570cf
9acdf634e013629c65227777b4ecf9eda5f0aa60
describe
'18478' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXC' 'sip-files00165thm.jpg'
bf6eb38542237024338ccb1850a94fed
31f50c7f0e117a14188fe98a878687e59de649ca
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXD' 'sip-files00044.txt'
7c25724d043cb5740e7e1659cacc6c52
da6046e85c7ccb35858e824a906086874b348a30
describe
'2912' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXE' 'sip-files00151.txt'
3d7f460373e3e041505b31eddb6f5678
040664a704151684bd76e45996f61470bdbef94b
describe
'2064' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXF' 'sip-files00083.txt'
53ce940fb68bd4f5646cf9958a79b477
0490a48cf70cea18ab3a7a71ed04529fec606139
describe
'32705' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXG' 'sip-files00024thm.jpg'
f73f771038f670eb018bb7523491d016
9d1223b617076b9db81f43f960a1ef03cba5eb08
describe
'2079' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXH' 'sip-files00045.txt'
d7fac450f8288f45ee64817e0f2dfca1
72f772b50b582b63c826fd2dfd71460e0121f754
describe
'168338' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXI' 'sip-files00145.jpg'
fd2e26a25df2455ba8215dd34480851c
115531e9e542a3cde15a530e52dcf700b29e95ef
describe
'65155' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXJ' 'sip-files00144.QC.jpg'
885677afb1f1af57b40b76768c31b0f5
f7f45ad3f70460d30459cf963d6f082de0dcb98a
describe
'70445' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXK' 'sip-files00108.QC.jpg'
8f3067af1ae3c9e3530a38b5a8ed878f
b61d1b86a9021b03de550c9da5b2bab6a6178661
describe
'31432' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXL' 'sip-files00140thm.jpg'
cfc878750e70b26900457aef74135b71
057c7735921086abd67635baa8057d11e0cf56bc
describe
'175950' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXM' 'sip-files00131.jpg'
c937538907dbba4955821d2b05ae6649
dbbb5d5875d3c90c45813d9a4bc97eb1d2db30a8
describe
'31539' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXN' 'sip-files00162thm.jpg'
c144a0e282f09f433dcc0dda08a2070e
1153454c9ca588b744205dbfeda625db014386a2
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXO' 'sip-files00087.jp2'
41a3fe8232b35afb297ebd63bf1fb91e
273a641be226dd5ef8dd8b54853a2f9bc646956e
'2012-10-09T01:37:08-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXP' 'sip-files00105.tif'
1e3445d424ac3d8ff041f35f06be0e12
7fc1b05a82114a4289951bc1d3cfd0e9457e574a
describe
'450525' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXQ' 'sip-files00140.jp2'
c169b55bc440fb62b574fe7b8be835da
0f748af5d1e0fc271b9789d73ed1b5feba5f3110
describe
'2052' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXR' 'sip-files00027.txt'
62249d20e953fd309397cab5d22d4553
601d47d99cea158741abd335b3a744812119e906
describe
'2059' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXS' 'sip-files00038.txt'
a0a3fbf7ae1150d74bd70fd72869b35a
3b6f5459fce7b141414d8d4d5fd44b69d94e7e03
'2012-10-09T01:33:53-04:00'
describe
'64243' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXT' 'sip-files00149.QC.jpg'
d7b2d67b5ff44ba0b9631d8a1bc9d0c4
3d3a2f6ed0c1051ca8e0608c027dd6c4acbae181
describe
'70757' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXU' 'sip-files00027.QC.jpg'
5f7f41168850577e55b59fc6686ede3c
df2d40edf54defc8c9c250f4afe3962c1026d0c8
describe
'32367' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXV' 'sip-files00155thm.jpg'
046fad9b40539427cca014920683d3ad
52108a6d11c91f951d462d06ec81a1b427d461a5
describe
'267' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXW' 'sip-files00010.txt'
1f687d70639431bba222fc09f27055be
9ad55175ffdad58e9392318e2fce983de5bed72c
describe
'77045' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXX' 'sip-files00168.jpg'
759aeda4e41a5d9366be1c9bd1b6c6f5
b26d21ae00a7e373967010fa872e70263847f11f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXY' 'sip-files00139.jp2'
c56a61d53c19ef2e3bbbf81a582f86cb
e1493fb23b7706841a417b5028d96b7265f3ab70
describe
'3627168' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHXZ' 'sip-files00119.tif'
3975b990d9629e0faa2078cd6607943d
61a47ca701e5e06784c0fd086b4534b40bca19f1
describe
'29079' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYA' 'sip-files00141thm.jpg'
90d0dfa63e8a9b0e77feebfa5d44ae83
0d2484a4360c0c9a56b8a195b03eb2d6c2675dd6
describe
'22555' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYB' 'sip-files00010thm.jpg'
853cca55e49937a832aa5f0d6843678c
2cdc8b767ebed04afc04d9708a4762109794f31e
'2012-10-09T01:38:12-04:00'
describe
'68895' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYC' 'sip-files00100.QC.jpg'
e4a3ce343473cd23172b04712638955d
4f38d04c8924e6113777978f50fe48a123b93513
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYD' 'sip-files00162.jp2'
2dce33978e3f5edfcc1e10baff497937
6fb315a304a63909b67682e8d64f071fdeecb712
describe
'50948' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYE' 'sip-files00100.pro'
25be4d5d38a7176795db91809516fc27
44d2e9bb75e57acefa0023061201c19a836e6014
describe
'53057' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYF' 'sip-files00048.pro'
45ec6a04959607f06e86c816c7ad3bea
feba1951101b42254097eb7c6c7fa46a9a976537
'2012-10-09T01:40:22-04:00'
describe
'200394' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYG' 'sip-files00031.jpg'
38d83b8a214a4996fb7c801c4a334dfd
a5a6aac366bb88adda48d68e9dc26b7186fe70f7
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYH' 'sip-files00142.tif'
035eb9b1e7b826ce7c95d3fd641f20e2
9af5703789beb684a6dc1599bbb3d8138f071a0d
describe
'71866' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYI' 'sip-files00092.QC.jpg'
9d4050cd5093ed1f906fc823cb9eefa0
928de69318ef5cfa816c53f8e46564737284eb50
describe
'3627116' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYJ' 'sip-files00157.tif'
acab9eabbd19d5163e4f156c61f94437
4e70c40281d3b87e21af5cc904efc2f68f08d301
'2012-10-09T01:37:21-04:00'
describe
'69446' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYK' 'sip-files00065.QC.jpg'
4a10b7857a35370b0acbaf6d84eb832f
7ac06e51428552e8b2a4ab2389ccf48196c11219
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYL' 'sip-files00034.tif'
56cc7001f35fba6e415b1349abf4e4df
4102535df3c1a9e1ba25ed571fd03d3735163493
describe
'63007' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYM' 'sip-files00153.QC.jpg'
61c1ecb25af6e553d1d08e43a596b3d5
bcfd88ecaafacd424900cc9eb13a5c54445d0877
describe
'63843' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYN' 'sip-files00160.QC.jpg'
559e197ff5d2e9e701d06038ebe5636d
336cb8b60eaafecd052c9038470b9048675cefe0
'2012-10-09T01:34:46-04:00'
describe
'69899' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYO' 'sip-files00099.QC.jpg'
0dc2ff4851a9df084d24a85dbe2888f9
2221e17a8f59a1c2564370ab667e5783227a2166
describe
'51131' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYP' 'sip-files00095.pro'
65bc72d4701734b02975e387e5bb3075
180e5ce46270a53508b440ad97c7686185454518
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYQ' 'sip-files00113.tif'
18b97efbefcfccb0873ab0397e123899
e90cadcc9a725dacba1f803a883a95e7fa8d64fb
describe
'180599' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYR' 'sip-files00037.jpg'
90511b2ca45fdcfdd523529323e5a244
61f91868a0f7325253509a4af6dd3b40ec367312
describe
'32202' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYS' 'sip-files00100thm.jpg'
1e24a1120fed340b52709b7adbf51c87
b5f2352d185273271cad00746f3bbc2e59f076c4
describe
'50544' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYT' 'sip-files00072.pro'
dccdc05460f65ece2f1b0d9cc085e200
eba457062af47b9a293d76550c1b673b5f1c52e8
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYU' 'sip-files00074.tif'
3ad280048573dce1daab9e413bd0267d
a55d989efcf7795a0c2853e97a3b1aff2f8b90c0
describe
'63075' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYV' 'sip-files00131.QC.jpg'
71f759019ffed7a250c3068be812f93b
70708035333ceaf5696c25303a4a251cdd9d3eee
'2012-10-09T01:38:19-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYW' 'sip-files00158.jp2'
8abfcd634ef787a8df35c80b744faa2c
78a0ab86ae5767e350f07283b2e770858f41a66e
'2012-10-09T01:36:49-04:00'
describe
'185292' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYX' 'sip-files00134.jpg'
61e40752fe331b36edba19bdeaa2881a
8d5a94f539fe46cbf3cf4d88b7f72053499659c8
'2012-10-09T01:40:38-04:00'
describe
'158' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYY' 'sip-files00163.txt'
61b5b55877bc4b93589ed20dda5a1e51
cd903a9a868d7b79218a442d254e2c11df2274f1
'2012-10-09T01:33:54-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHYZ' 'sip-files00029.tif'
39503b560c69601e16027469e0e7ce41
8558d6adced6b672ef95782b7e2bd0721eb625fe
describe
'3626872' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZA' 'sip-files00087.tif'
8cb20f2ac4900145b093c91db6a61d4c
875846b39bb25e90ecb96c6a16266c871d850a07
'2012-10-09T01:36:47-04:00'
describe
'450512' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZB' 'sip-files00034.jp2'
a7828f504f9305d294019ed917da382f
d27a4e847ee95fc0a04525e43f40e1f45e053af0
describe
'52777' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZC' 'sip-files00078.pro'
9f30bc3363579c8976ea68b737cfc3cd
c11a454470528094db615d300f422586022ad15b
describe
'70798' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZD' 'sip-files00057.QC.jpg'
2be66f1823c1d7a474fdca56b3f10a9f
1362e7befa0fd06de6a33d7e8d3663c1b390cec7
describe
'49434' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZE' 'sip-files00017.pro'
17f35326c8a528ca3caa43db2461f078
6d2797c0bd0238aee6e80ff473c6ec58900e7017
describe
'3627140' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZF' 'sip-files00043.tif'
9f028c919e3302aa695ed1c8d365edc8
929633c00de9a2f58ccb0a5d976e8dff2034bb56
'2012-10-09T01:40:12-04:00'
describe
'3627104' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZG' 'sip-files00160.tif'
03930ff5980583b91fe47f64eb0de427
576f09797732bd2aafa50167942fb5d8546bcd03
'2012-10-09T01:33:57-04:00'
describe
'187363' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZH' 'sip-files00049.jpg'
d3fd5d9d6738923a6960d1ef89d6c051
88cc07afc75c6e9fb6e32ea39390d8cf9c8c8e31
describe
'2034' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZI' 'sip-files00066.txt'
08ce84a7dfa5c6c891ec28a00f2ddb44
8ffb4b1974596abc2cc8443942fa72a54960867e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZJ' 'sip-files00104.tif'
b9310d0208873864c7cb3609699e217d
3535b4a3c6324d0b5521cee3dc632a93239455e4
describe
'51429' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZK' 'sip-files00056.pro'
135d96577bceb22a70a77c3786e17db2
ed9a219eadb7d15a345d4b0468dc5f96f8f4c4cd
'2012-10-09T01:34:26-04:00'
describe
'51768' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZL' 'sip-files00109.pro'
8162f6a15b9fa4f95eef48b5e9dcddff
b151236e9aa6217be03e33aeef9b7ac622666f52
describe
'53183' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZM' 'sip-files00042.pro'
1f1472b665c407fd487405bfbac16ae8
a0f17e4519525bf7fd95cd1077d5950237939350
describe
'4203' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZN' 'sip-files00007.pro'
9d60adb9299850fa995c094323e41952
68366cd59740c2da79d7a1eae4909568457d7707
describe
'3626892' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZO' 'sip-files00012.tif'
a8cac41d3df164a9fa70065a43aa39b8
a2233b363cea4a7d2a6318128063291614802d54
describe
'68835' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZP' 'sip-files00076.QC.jpg'
64832728cb5aa8ac5af20a1067e3e73e
fd4f2017939efc9eed17a18bde2fd72cb9f776d5
describe
'411762' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZQ' 'sip-files00167.jp2'
69215392dab7056e66b6329d880e9227
d86d91003f1fb45686a96154180959ffdc9f91c8
describe
'51816' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZR' 'sip-files00080.pro'
753c71a7b0459c09797b0714a024c463
108623b8fb0e9a694f226753a427d4033d34293f
describe
'3102' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZS' 'sip-files00161.txt'
abc5fd993ce1855ad4dd408b853d2c4c
90edca5acf2a7df7ea91e9987d65a764a860409b
describe
'171359' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZT' 'sip-files00126.jpg'
c86d05665695044a6c7d92902df2f9a1
855cc22a0c2125154ad30a6625fef75ccea1e5a8
'2012-10-09T01:35:14-04:00'
describe
'69985' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZU' 'sip-files00106.QC.jpg'
538b15644a6372ef80470fedd4169bc8
e6032688d3022da83937efe5cfd0c8733d544252
describe
'3626884' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZV' 'sip-files00050.tif'
f2fb4af224aaa6f3ebd801053ce60dbe
9dda6b3e6ab3f38df7d0ffd902091cf7005b145a
describe
'70169' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZW' 'sip-files00114.QC.jpg'
3537abad76b34aa1b377b0b4ee669b17
d6fc34871959a373c35fa3c2975b6bb49e474698
'2012-10-09T01:35:04-04:00'
describe
'450455' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZX' 'sip-files00009.jp2'
b52e9125c320e064d1e6f6db981e3232
1ac3cc1953bce105624be684dbb978012caddc5a
describe
'32405' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZY' 'sip-files00091thm.jpg'
8d60cedb78f4256a3358a3dc3196c9ee
8e5405f3a2242bce2ed02ab6838f56dc9755dec8
describe
'71639' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABHZZ' 'sip-files00049.QC.jpg'
c61c253407ae4aeaf46680a1a4bef37d
8154bb9b42ca19e4235773a16d4f80ae02707047
describe
'70857' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAA' 'sip-files00061.QC.jpg'
722904145d5d0fa1aff70954068377dd
bd7f008eecfd75381320335bd09f5242cd8921ff
describe
'2037' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAB' 'sip-files00058.txt'
c24ed23545a792023bd3db4bfd651af4
f535fba2eee4f59149dedcf3feefe16d0ff334c5
'2012-10-09T01:39:51-04:00'
describe
'450481' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAC' 'sip-files00057.jp2'
739684ef6b39249fefaabdf61b0dc8dd
7ccdf9b107ab864d2f39860c385ca3102468b05e
describe
'740' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAD' 'sip-files00003.pro'
6f50b587169282f67c3a20f1d373ee89
215646ba578648d8fd3fa374b8bb3f364492e7c1
describe
'2004' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAE' 'sip-files00095.txt'
79778c819c6fd139f6eaa13364fe18fa
a3ff88b653d560c8cf9dcfd44c944c7dd7ebb1b0
describe
'3066' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAF' 'sip-files00155.txt'
bd00ae0a43f2a2c887cf41edfed7b388
8ff0b39df0c6568640ed016412d6176dba8b5bd3
describe
'450475' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAG' 'sip-files00050.jp2'
0bd2d8b2f3b236de7e19dd019d990c03
bac376e5d4d70cc2811e067a7d44594918bd3da7
describe
'182938' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAH' 'sip-files00132.jpg'
1545feeadf92d4ec5ce4872dc0a3efda
0a779f177d76c0e0c0af38adf9c91a25823df66e
describe
'24050' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAI' 'sip-files00008.jp2'
25e48986840f5d084ea5407ee1f2dddf
926876b54792f1eda24045bbe5ade9506c37f139
describe
'64799' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAJ' 'sip-files00137.QC.jpg'
ba1551bf32995cad5d175e5ba29522c4
b43f86b6b46659ef9aae0964f2306df45f53f7b9
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAK' 'sip-files00089.tif'
7c33cd5416565bf32cb1803c99bb9c70
2080c10b545bba8f8688a83a2dcd171faa9c2507
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAL' 'sip-files00096.jp2'
045f4c740c052e5bb597460b1bd7c990
71f4646af008a8c9610cce4c971bb308e887719b
describe
'2938' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAM' 'sip-files00153.txt'
c552ff97e7663077ea277aaead4666da
0e912a75e1e5c36fec749ec5993bb582bb1bf7b3
describe
'32747' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAN' 'sip-files00144thm.jpg'
83b4b2c9cb95537d30e7c0bcced3e6cc
de729d92517eb9b2445343189d217a1351efc37a
describe
'184081' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAO' 'sip-files00024.jpg'
921599ab831e341f6d9cda0e9a96d674
b7ee63683dd340208ed045b4ae978ea6480a9984
describe
'187046' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAP' 'sip-files00018.jpg'
d4696c019a806cbc6e6fade986237ec2
812f8b2c808526d52234e18b07a366caa778e21e
describe
'32626' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAQ' 'sip-files00151thm.jpg'
3f85b4cd8fd7b67ab6107a6ab09f27b1
003c3255ab7627cb5759d817e7f35cde67167c5b
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAR' 'sip-files00111.tif'
bff55b7a8de9cf39c52134184a2730a3
636f6355cfe21718a0ff5d18e537c9649b231f91
describe
'33321' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAS' 'sip-files00119thm.jpg'
6ac890f339368767be720d4638e97b7c
066c5898981a36680e199299300bdecbe4ca22f2
describe
'3626708' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAT' 'sip-files00162.tif'
317705d9255202bff692fd1f285ac58a
fdbc50e961673cfb26f8a9cf34703a6a4359f636
describe
'62811' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAU' 'sip-files00151.QC.jpg'
d7dcb4a809afa32e97d604c11e4f0aa9
62f085fe82140e1c186cfaa6b5278b22cc82d698
describe
'450547' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAV' 'sip-files00132.jp2'
3e00c9de4f966b175f2ddf8140d91769
fea56944cc3ac4f3fe9a8f5367282591b7d9ae15
describe
'186741' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAW' 'sip-files00035.jpg'
ef562cd91f2925bee1e5183418f10b80
33de40aa4fe31509e9e923ed6a425f1f75e9a834
describe
'450503' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAX' 'sip-files00094.jp2'
b0e08f80ecd307e978e1294e3ebb1080
aa12d9d6616365c70dd874475fd554e487e54baf
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAY' 'sip-files00104.jp2'
f2fee651fdeb6588f65ee020f63376a0
912a3e7bebe9530e531a09cee0309bc9a6c039aa
'2012-10-09T01:40:27-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIAZ' 'sip-files00144.jp2'
3e6008863738dae8f981d3057c0f4244
08bb3da2c5e79722fadeeea7dae412f990f2d836
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBA' 'sip-files00019.jp2'
16be53a0d802c82a398d1c95d5f7a8bd
33405af957f10abec1af58045e7159930be76ece
describe
'32792' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBB' 'sip-files00083thm.jpg'
57cbdc7ccebae8aaa3194a2d87aa9c5f
616dbfd12e2940bf4ad2c57d0a6e68ede5b56413
describe
'53876' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBC' 'sip-files00001.QC.jpg'
274abb4b3dcb380bf59266e02e69638e
a2a99e96c3b9aeab389351c8469a063fb5f6a9f1
describe
'51650' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBD' 'sip-files00022.pro'
de89d16c19fc1da90f1d120ed645f7c8
3368fc1e843e4b64ed7f25c2f3786ccda3b41986
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBE' 'sip-files00055.jp2'
4e027fefc1c8620a5ee3a42f992ea7fb
ce177779f5013abcf0771e01d7061ac1dee8a4fe
describe
'78912' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBF' 'sip-files00031.QC.jpg'
55aadd2b510b41f3b1f5236376ff6e6e
7c35083cb988ac954840036ea17d4b1828acf504
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBG' 'sip-files00033.tif'
e938cf3273215445cc6c328ba57d95d2
2a47f60bd857fde883af6bea922adb465c017059
describe
'177896' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBH' 'sip-files00066.jpg'
42e061f13212ec6da844056f0c35d652
03a2c4ef5126f5a0ea54e6b8b3e0a4acc5766c09
'2012-10-09T01:35:41-04:00'
describe
'63679' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBI' 'sip-files00158.QC.jpg'
e4104ece46c7263b1582461330fb8983
6166e2284a1e749d62d83a35522dada05026fe41
describe
'33089' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBJ' 'sip-files00069thm.jpg'
3c6c3c9642c410687b1b1e9c2340db23
d326ae423ac319428e8347160936f5c69544b071
'2012-10-09T01:35:25-04:00'
describe
'62358' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBK' 'sip-files00162.pro'
c571aa0566a4d3c8a390ea353608458b
36edc8bb179c44021fe5c43a879c242f4d852889
describe
'3626748' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBL' 'sip-files00075.tif'
37cd46226f02875533c13c0acb5e6220
b940b77b883e1ad356230cbdd8d0b6ba6175be6a
describe
'3626656' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBM' 'sip-files00117.tif'
468216a3cdc3e5652bc98de0aea075db
d12af160e46a3c573fe8d66fea51bd7b2b5b6a85
'2012-10-09T01:37:04-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBN' 'sip-files00041.tif'
655b8b80f10a851df92b8084cfd30346
e6417c7ccca0537258d08898781510a9f7361133
describe
'70638' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBO' 'sip-files00150.pro'
8a089623f7ab421e08b89a72d35e8dd9
dbdc3a40cd1a16350b001bd4a9d92d2d873e9a3f
describe
'70627' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBP' 'sip-files00063.QC.jpg'
2afa8fbfd1c50a1ad368086277243375
93221d6061fc99f4df74bd70efdfb707edc4ee43
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBQ' 'sip-files00120.tif'
1d00e311975f71fd68a4d0402a7b4101
f59f8d7bbcb2cef30082d5bcf94b64dc1cdf1b06
'2012-10-09T01:37:02-04:00'
describe
'19852' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBR' 'sip-files00007thm.jpg'
f303ed238f7cd02240da92c9959ce4d7
7ccfefa73d40dd76282a2c0a97c77aaee760fa27
describe
'31475' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBS' 'sip-files00136thm.jpg'
12c3d6cafed424b437a2cd2fc5049a6b
8ba2a019dcda74558664bf030c0ce6434dd9584f
describe
'21124' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBT' 'sip-files00006thm.jpg'
07b665d3109f99f7e65274b9bb12a60c
af794517d6d59f2a5c18a774710c1e0cd0dc2f81
describe
'65590' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBU' 'sip-files00128.QC.jpg'
b63978d3a3c01bad77a15e478e4d62e7
b8d5adbf10b804c9d4573fb2a00cc163c636bda8
describe
'3627132' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBV' 'sip-files00055.tif'
3fe123bf200158b46bc4387de24edb6c
939dc74422680a737f746f63d6de4e6101876b8b
'2012-10-09T01:37:32-04:00'
describe
'167905' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBW' 'sip-files00147.jpg'
0d31857f60363080f49e585231caaf1c
632c7bb3378f8e9ea75312a97481c8739524443f
describe
'450519' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBX' 'sip-files00103.jp2'
5cfd0345df1f9f8a3dad371a5ede06fc
4a2d8975ff85bc41b465fc77bbb713388a717bef
describe
'51305' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBY' 'sip-files00082.pro'
5451baca0e93a6d38bd6553dbcc8ae55
639546b948a8eea69e13fab677f3ec17b78054a5
describe
'32072' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIBZ' 'sip-files00082thm.jpg'
8ecf2281592df79023ab5af940d64f65
d4abd1290d98268831c22598886bb2527849657d
describe
'2043' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICA' 'sip-files00120.txt'
03733e2fc217319e35cb3b4814e4557b
ab14bcbc7057a5078e0270313e3d3dab217168e2
describe
'155148' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICB' 'sip-files00142.jpg'
8e1502b395c626c54e99293f519038d8
03762c4e16885c692c9ac3b5e556bebfad1d4122
describe
'2058' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICC' 'sip-files00080.txt'
f127123bff5fd949e45820a2e1fe5ff4
4238d1e5a43d2f88cb1c7d7f0d40f64a89175cf5
'2012-10-09T01:37:17-04:00'
describe
'70072' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICD' 'sip-files00080.QC.jpg'
683313c65b22858a41a7b43498ba8825
7706557a9054183ce7cfcecbefa28e401922a87c
describe
'167950' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICE' 'sip-files00144.jpg'
8b849a2035540ed07f98258d8f52d550
1f49c44f63c7e1cfc17751d021c5d43f605cb652
describe
'70566' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICF' 'sip-files00036.QC.jpg'
4aed93bab183a0707000e47a0e63f221
f5a05ebfb05bfbb74637b6a6b287d92b2be6713e
describe
'33010' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICG' 'sip-files00039thm.jpg'
a946ee66cb1140e6a0a9ab5c06d6fdde
c28c9401ac4efa8930e95f5562d56a31779669b7
describe
'31298' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICH' 'sip-files00132thm.jpg'
4285141d273a05fc5cb5eb6e9b6c4f1d
22f06b2db7c65d45c2a1aac05e11dee5607d20ee
describe
'46746' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICI' 'sip-files00073.pro'
42f30deabca8ca5706a035036320f5eb
e7788f4b6253a2b5fe1c3f55a1c92d790e425ffa
'2012-10-09T01:38:10-04:00'
describe
'70033' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICJ' 'sip-files00118.QC.jpg'
daaf09bf9c586bc7373c0f1f43b50b41
e6d09e334e1a9d7d4618aabd8644da6cc4081707
'2012-10-09T01:35:06-04:00'
describe
'52255' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICK' 'sip-files00091.pro'
d2ca757f3399de0ce3daa007f0b2a2f6
73782ea876c6b6a60a7dff9c2e5106c775174c72
'2012-10-09T01:38:30-04:00'
describe
'64914' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICL' 'sip-files00146.QC.jpg'
49ef019f045762f0181c08aa3a8ed38b
184391d25c33b90ebcdb22c5451dc1e93ba4b7f9
describe
'49158' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICM' 'sip-files00060.pro'
ef9199e297938182a322946de10ae933
88e0c29eb7d5c6b60c1f88bbd6bdcd4f93ed7023
describe
'31341' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICN' 'sip-files00009thm.jpg'
ba9954073577357abde16050930a1a10
783fd4c4e9c6f4a563464ff4f93eff6c55f56aab
describe
'162246' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICO' 'sip-files00154.jpg'
c7b821a2ce362d21ccc0f0d1455c9bde
79d8bef14cd19c8a852d21cc403e888b4b86dc5d
describe
'50864' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICP' 'sip-files00104.pro'
d13dd16221ee3c56e685213f97f27fb0
235093b15f550437f242a484335896e16211fc12
describe
'2040' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICQ' 'sip-files00118.txt'
e2dd9e9bd96cf9fb636bc758114a1664
bc07ccef75f902b5a549a19e51f667e0291a11e2
'2012-10-09T01:34:19-04:00'
describe
'450453' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICR' 'sip-files00127.jp2'
f9caefb3e03179283ee084a7909c47f7
a625ae0b81795a611ec38a15bb132fdcc9032b70
'2012-10-09T01:35:18-04:00'
describe
'32739' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICS' 'sip-files00092thm.jpg'
76976d3b04f30274959e2c0d8208fce1
b8f9ab448b9b88aa7ae34adb45ca3f316a7df904
describe
'71271' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICT' 'sip-files00109.QC.jpg'
f0aac59046081cf9fc0372fbb8d4c222
87ed398049b1ef2fed997ec43eba5689836e1735
describe
'450544' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICU' 'sip-files00092.jp2'
17f313c7739cdf067fa9f0d2b3bd9fe7
53f02186a3d422ffa31c2e30f70517acfb51d6bf
describe
'167042' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICV' 'sip-files00149.jpg'
0b2fcdb9cabd3d9545f46d29942ff6e4
ae949f42df7da157750cc0d0fe03f0dc6a4fcdea
describe
'51497' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICW' 'sip-files00068.pro'
34c0ca3ff04fe771613a1d3068f49567
330449e4792aac58d433f13efc9e9134d482214b
describe
'3627004' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICX' 'sip-files00044.tif'
59ff2ee753e0cb0ba0046df1201dc0e6
624124f7421fe3746d369b01b97099bd2c54c408
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICY' 'sip-files00084.tif'
806d3844c5867ef79f9f93e9a652266e
c34ab6ef5eeeeb100ed27e6c32337e32e1bec5e4
describe
'186973' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABICZ' 'sip-files00079.jpg'
e4e68930c9d8e44b3e690f038d62758e
1c201890800f1a46b3818e4b94a88139cc3e1994
describe
'170630' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDA' 'sip-files00012.jpg'
8021f3304d45e614a8fb4c25bd52a313
6f6a1e0bbdda07f6469843f70e3e504335cbcc57
describe
'70275' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDB' 'sip-files00091.QC.jpg'
11621770bbe778a22c2dbf64f45ab912
4a4dbaa0514020b10bb19a3ea4d1408368c595a9
describe
'76524' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDC' 'sip-files00132.pro'
23b66e153b489606a1a9d77cccc3842a
fde4428dae54a11857271918ab766d6282aae498
describe
'3626740' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDD' 'sip-files00017.tif'
ff66ea9c28c9c6d1486be2b95d1e4bce
b6aaae210dc058f433fcfd0b1af35794266729c9
describe
'2126' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDE' 'sip-files00046.txt'
3c6d9ab307264a2925266792099ab63b
209c3a046c1b7412a822709f9b024a23c5138dd2
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDF' 'sip-files00016.tif'
9257e263c2d2f7a8efc86d91a51c457c
74771dbea22ebab8737a083acfd6819558ba9291
describe
'62938' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDG' 'sip-files00123.pro'
fad89eb78d1604fd94047dbcc0aaa157
9feaaf9422da28960b630e2393ff11c1cf748922
'2012-10-09T01:37:07-04:00'
describe
'32673' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDH' 'sip-files00150thm.jpg'
64cb11f483d925765a2556947c6141b0
43ae07de9a7499de987089a72e0d252d8dbfb755
describe
'71904' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDI' 'sip-files00047.QC.jpg'
9b3f1c825a8c0860617bce4f8bd273dd
f0f0ba535a620f1566f1afedc42936f74edf78be
describe
'66589' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDJ' 'sip-files00134.QC.jpg'
71bc172765e7cca89b5ace92732e038b
792f1c1ab699d3730985f0716ff89aa8b6622100
describe
'176917' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDK' 'sip-files00100.jpg'
c10b32e86b525c9213f231ce6d00e7df
c634e583e90d107d3c3ae9562185bcebdd5f5b54
describe
'65282' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDL' 'sip-files00149.pro'
1870ff98d4eac2e6cee320efcb9b3c36
75e00d63d90c64372ce6ffa2f137ccaeda84a317
describe
'51591' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDM' 'sip-files00051.pro'
b111c82230a1910c98060d6555f4d0b0
39ac48cbeef7f32cfa1d61c3f9720c83359ce13a
describe
'3045' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDN' 'sip-files00152.txt'
6f7efe55a0b654e1fe7666afbf6dd4cf
5a3d699bb21ec0a00c5cd62554c4936667cdff28
describe
'32424' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDO' 'sip-files00156thm.jpg'
17a42272ede2e68eae46cc9419daaebf
563e0416bef801f814a9a783c3fb82c1136dc2e0
describe
'187427' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDP' 'sip-files00048.jpg'
d81faf33df14a711b802a9c69786f9af
e8a720bbeada835a0e6ad183bc6f2ec55dc355b5
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDQ' 'sip-files00047.txt'
ee35b5f4e5f6ec0f73a3a915a0fd08d6
76cee05078d1521f9d92d45b95d0f836af091bbf
describe
'21480' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDR' 'sip-files00166.jpg'
74a48237b061e61135abda5542d8794c
8a14005dc26adcb554595fcdec354889b1ed3782
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDS' 'sip-files00066.jp2'
9674a34d6b6a7ff336ae7b3c6b5b15fb
811ce218567741a785b72beaa36a7848f0a1e44f
describe
'2029' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDT' 'sip-files00035.txt'
486f192437ea79cb7d6c35a896a28cb8
adf6cb2175ba0f76875fbc6003ad880d1cf0ea5a
describe
'1954' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDU' 'sip-files00096.txt'
a6cb8552bf5b01cffbb57dfb787564f8
4aa8e7fff62ec06b32b7498383d31f4467051028
'2012-10-09T01:35:19-04:00'
describe
'33048' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDV' 'sip-files00052thm.jpg'
f3566a57aacb48b46022758152a9fa0c
1e5ca854c6da60f8d47228cda5b20ee12dc725db
describe
'182975' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDW' 'sip-files00057.jpg'
1f4bf46014cb1b5f20492fe47e5c244c
df00eeb855a0004e4108c808c4094c57c955ff5f
describe
'166322' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDX' 'sip-files00158.jpg'
2fd0c1eeca420aafb9c778c38b063e20
b39faed0c32fc5cd748a114c5fff0bb1ab517108
describe
'2073' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDY' 'sip-files00048.txt'
20e2fd6afc4d5b82a007999362ff7667
5583067cecf9868cde287b74718e5496474adb42
describe
'3627224' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIDZ' 'sip-files00062.tif'
1603d5a1f760685b78b41320458cb2c1
17359a8a3b5ffe682bb9832f760877046ca4b85e
describe
'3626876' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEA' 'sip-files00019.tif'
20f442c729f375ea218bf29c4400d7cc
62d72fcfba2c6335d73ec0c6fb828a0bb2af3945
describe
'50356' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEB' 'sip-files00106.pro'
a64e3c905bdb62df5f34bc5a895ff693
78fd652cfc1b3440b56f4a94fbf972556aa44db4
describe
'52651' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEC' 'sip-files00057.pro'
875e4a0a1d6c2653d7d3f1c6dcc05a8d
9100ff25437c2977b3593da7d4c04e82f2032de7
describe
'3626828' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIED' 'sip-files00124.tif'
9ae9d26507e55193b658e48d8a7eb42f
83ab6c2b0b8b443e1efc89e9dcf892050136f885
describe
'2044' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEE' 'sip-files00037.txt'
0c32271855ea1739f488ae96acc483ee
2a49cec22b49aacb6c87f5678d3b5bbf1b7c35dd
describe
'65620' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEF' 'sip-files00158.pro'
18b43811ba3105cded20ae995b585619
2097774c5c492315e4289937de4900487d420ebe
describe
'50297' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEG' 'sip-files00036.pro'
a12c497197e27fb3aab8239d1181841b
e0e0a514d99a28c0525d291416e07b1400821d0a
describe
'32491' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEH' 'sip-files00084thm.jpg'
11df2d9f6ab9ce5af44b2a6c1cb2c33e
c922b1b6f1b1bd50f7f794f55befbfa270f6a4e2
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEI' 'sip-files00107.tif'
664ac4d16e5f354674daf8dd4e635904
8864fee844d7e3713ee929d27c2c772d190dfc7d
describe
'32311' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEJ' 'sip-files00102thm.jpg'
9e375e72695ca72ac11974d168631f64
e31e6ff3ca5ecae59f3dc240801bebc64f0f422f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEK' 'sip-files00067.txt'
2b0e96bafc8b9ea50260cd721bfb0359
39dc749015ab127ca250d4f11994fbb2c722022d
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEL' 'sip-files00038.QC.jpg'
2f9453f7673221e63a45644e198babaa
22210f9ebd55a546562d112adcc461806573df9b
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEM' 'sip-files00098.tif'
dc1dc18b9a97877f5702411c0d662383
e892b51ba0b906b8bc2f5009379c35520394674b
'2012-10-09T01:39:46-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEN' 'sip-files00151.tif'
22f3d5c1453dfec53e0e2f125d19cba2
c94d6aa966538fed8c3cc5237ba5c3101038344b
'2012-10-09T01:38:33-04:00'
describe
'71529' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEO' 'sip-files00051.QC.jpg'
e64f5719b1b5696d617617c0495a25b8
7c1d4939a451772a6c9547051e15ace4a8f0336a
describe
'160814' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEP' 'sip-files00151.jpg'
8f48dd07e03e6842cd24310e02bd9d64
d7c183ae9ed54c55070d10efc977a630c2f8902d
describe
'183360' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEQ' 'sip-files00045.jpg'
946ac03c5236a83c1ca306e4e8dcb69e
39f85484a0ba918f1cdd9fbbd6231a78d77f0301
describe
'182500' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIER' 'sip-files00022.jpg'
909fafac71784e08aff3719e42819897
e91bbd893a7df110892441166e59b72c821e89ac
describe
'161308' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIES' 'sip-files00153.jpg'
5905b31828c58fceaa2ef388dac73adf
a418dd1e78fa355fe594ed4aec16ae172ce4ae3b
describe
'190014' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIET' 'sip-files00116.jpg'
c4976faeaec8239b4758cbe1867e8004
83eee8299dd985ecdff0fa90d1c617904d855780
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEU' 'sip-files00151.jp2'
9228bc6c2a5fb1f790387a85d0f3105d
7518c1336ddb90d57a9417462fc8e515060a784e
describe
'52980' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEV' 'sip-files00101.pro'
44687cb6bc20bcc2828d069a657842f8
fefff24aca7c9d7299b14d8f54e584fef63069ac
describe
'450510' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEW' 'sip-files00138.jp2'
3f2b70963df3c8d54259740de66ffdd3
9fa76fe8bd11b0d1ebf354f132ac74f75d64fd3f
describe
'66663' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEX' 'sip-files00144.pro'
101b44c56ad4889db57be743fb637389
6893089a7b644115b85f3d7a77118c33ddc8d289
describe
'45876' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEY' 'sip-files00011.pro'
2fdab0da6dd861a67d3250d8c27eea4c
1b3656503496440824094cd863f0efc39deb0fc0
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIEZ' 'sip-files00051.tif'
61587a1dde0d141d85b375918e334562
2d63bf4430200ffd1d16cbc81b2077498e448ad2
describe
'72671' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFA' 'sip-files00070.QC.jpg'
a72780094452664999143be20adfd1da
b1f3553766efd5c84b534ccd47bd98e4bac9739d
describe
'450568' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFB' 'sip-files00097.jp2'
0e8f8db2da795d1b0fc8dac8c8151b2b
b449294a2eabc8d114fa8b4758ffe0066ea448a6
describe
'71810' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFC' 'sip-files00098.QC.jpg'
9fff61214445f153adf10ce38e65fead
1d0c4c3360b503846f60ae587ccf025f6fae9065
'2012-10-09T01:36:29-04:00'
describe
'82750' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFD' 'sip-files00139.pro'
2b30750d1711d36c42038bf4ecfb1eda
c8d476703bbda4af99cec2a770204e2312973f05
describe
'71518' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFE' 'sip-files00077.QC.jpg'
c4a789bb165d3498771f8cc132852f9b
0554fd84a92e86b4870f455d898da527482906db
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFF' 'sip-files00070.tif'
d7b9a3b41c8fad72b4a0a7cec3a28ac3
10093e9db30d5d36980fee47af846756f4eca112
describe
'68792' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFG' 'sip-files00082.QC.jpg'
18b53ce360aca8d2abb1a75529091829
1bd667f2d337840a0e1961609c5530eb99964a4b
describe
'25082' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFH' 'sip-files00163.jpg'
49b51dec00bb04ee3796d47f05715662
a1c70b23d2c9db294040913462262a10ab414221
describe
'32695' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFI' 'sip-files00045thm.jpg'
770e335cbcf1c71c8413d8d2515de620
248888ffdaaef3bbcade8f11ea95351ae8a0ac05
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFJ' 'sip-files00137.jp2'
d349178b17f3db41e9c6d78042c5b9e3
22a2c065df9697f84c0a337414cdcef88d714bb4
describe
'184444' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFK' 'sip-filesUF00074468_00001.mets'
4867a21f461b2334fd14c18d9b88c7ba
5df9da5ef9bed2b3ddfeaba6aec729d1564463d7
describe
'2013-12-09T20:28:13-05:00'
xml resolution
'3622648' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFN' 'sip-files00007.tif'
5bfc840c8b53196ed131c3a5b1fb0c6a
64eab313c261f60342ffacc7799c1cae8bddc597
'2012-10-09T01:34:54-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFO' 'sip-files00021.tif'
aa5c605aabc3238e81f4471880d51e8e
b1a6f339e89bd69167e762f45acf1cb4c5947377
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFP' 'sip-files00022.tif'
38301050ba6a247d795b30d8111ba90f
59de0fb19249c1d8a5b8a1f9bb77035838b139c6
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFQ' 'sip-files00025.tif'
e1e38e92b20f3aa25ff9e0ad24c27c97
d837043d06367363a9cf469c3956ee8e9b40e675
describe
'3627164' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFR' 'sip-files00032.tif'
7b2a95810cd43dd02cf89cbc6fd5e78b
b0fc82931bec314b6115d6817570ebba3715ec6e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFS' 'sip-files00036.tif'
3b5a5228405a58ab324666c256f958ab
edd3b8503368ce032b8365c0961832cc1acdbe08
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFT' 'sip-files00045.tif'
dc8f299133b8383bc957cde888939fe7
8697f410babc1d1520913dbed2bde7ff60bfd92f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFU' 'sip-files00047.tif'
6540c34f34973eb5d67f5faaa5c81e59
e27093660d104791a3fe69ed470ea640451a1be0
describe
'3627188' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFV' 'sip-files00048.tif'
a69038191980b0a90584268eb7f7f6c7
43d4d229d89978223762696830efb440568addd4
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFW' 'sip-files00049.tif'
6a02159a93fe94f2ef660377747e806c
0e7de652fbbd41f37d1fa1164857fa1499d1bba5
'2012-10-09T01:40:40-04:00'
describe
'3627036' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFX' 'sip-files00052.tif'
d9c2a6c41906519ff9c8ee87fde932d1
7b1a6bc15792306cf201b1d92d0395d38ba2cda3
describe
'3626852' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFY' 'sip-files00057.tif'
cd8f7f5849d2277615a774e04839c5fa
4145cc07a6bb9c89671517b73387d6a0c6e17ea5
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIFZ' 'sip-files00058.tif'
0e34487023b21323f1f4e135cebcf032
3323cf4d206dbb9de1a98eeab7756ed92689dd67
describe
'3627192' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGA' 'sip-files00060.tif'
51406243d3aa52a91be9f36c262741e0
09e89cad2b423b34e74185d723d2113697780546
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGB' 'sip-files00066.tif'
375695454523bc4fbb139ac32f3a8f69
5bd3fbd79febfe0f50dada588f0051deae152255
describe
'3627084' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGC' 'sip-files00069.tif'
3ba206479974b48ee739f35df5434c1b
73827899c948333fe08f1067cb02c1104709af4a
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGD' 'sip-files00071.tif'
83d2ab92fe18202513500b48779749cd
a905f0eaebf83a6c6bcb2d285c10749bd2f5f7ba
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGE' 'sip-files00073.tif'
2b0e638113498f48a50ce0027a01d565
2af09d236e34a8da2228bf8b5eb766e34a785eb2
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGF' 'sip-files00076.tif'
314b231bf56dfb7079f603ca54db6f18
af4a999dd2dbba46fe891ec8ff08c9e90c07da81
describe
'3627212' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGG' 'sip-files00077.tif'
7ea9b59cb542aa91011331489e7f3383
1f48afc816ad653afec7495fa9f8aead521a7cc3
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGH' 'sip-files00078.tif'
d8f71fd66fd3abbf67e894f383bf3cd7
5b5e432e8e71ea7684d9a43e99338cc31fa7dc20
describe
'3626820' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGI' 'sip-files00079.tif'
10eaca7a92faeb408679ec5e51ca2c81
ef6156f79d7f3ba3b6670801b25a81af0a460ae4
'2012-10-09T01:34:57-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGJ' 'sip-files00081.tif'
4b56e3caf895563d5ec75c3278eb1121
c35ceea25a6cb6944e67b307f295de1bd44d725b
'2012-10-09T01:36:23-04:00'
describe
'3626580' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGK' 'sip-files00082.tif'
af1db29a8319fe9e2e4a4514699d3ec5
4bdb94970efe41dbda5feb2fff4cbb2afb8897d3
describe
'3626644' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGL' 'sip-files00085.tif'
393852daa3cf469ee6e4cf1b517d8fff
a32b8c257981c77c77fa6d887d102bf9c2419425
'2012-10-09T01:35:46-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGM' 'sip-files00086.tif'
c6405cc9cb97e0ff50cab0f3321e8b76
b8ab4c91fe77b3ae47a55ed0ed5a28004f2a73b0
describe
'3626772' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGN' 'sip-files00101.tif'
b535dce4b3bf0f1c32ea05a3d7e2dd93
d513c13ee648e352c4c02933903fa69b687c8777
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGO' 'sip-files00102.tif'
d5b3c1e57445b1510c534a14d8656d11
a590f0fcda2c2d76626fbc4cb061cb895d9cc516
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGP' 'sip-files00106.tif'
6eb2ab8e3e621160454a2a2e35e7b21e
1b0fae7a084dfd48dd9119ad1c400df0ee14a7fa
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGQ' 'sip-files00108.tif'
fa201251be7696a8fc50f9b6ea0dc085
3490b2c585c77d79b5cf552948a05af0811dbba4
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGR' 'sip-files00110.tif'
0613c3a73bbc33cffb8ebf0d2b343a2a
2c2ade2e6e1ae599a51d2e50a62775e4256adc56
'2012-10-09T01:39:39-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGS' 'sip-files00137.tif'
99ec928fb5f70882064accdf8696a480
632a6f79d69b6b14b47492cfe0854c3fa8338128
describe
'3626540' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGT' 'sip-files00139.tif'
f71570720bdcc646959b5027c7805686
68249473a774de6948ec63d586ad356b9bc421c4
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGU' 'sip-files00148.tif'
9468ee14aeedbd43d4544d0dcbffa561
81355fff80c273ae248083e35d486ea76ac308e7
describe
'3627184' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGV' 'sip-files00150.tif'
5f8a5b2739c467cf87492484d897a1cc
38722e3dbc1a027b8ae15097a42021e469e39117
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGW' 'sip-files00156.tif'
b1246b905c475a9d1ab659f5ed3a740f
140b9d6a205eec9275e99bfddaa8bbe92cc19c34
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGX' 'sip-files00164.tif'
866265c8562e3c1a4842d92b5bea36cd
f61ba67e73e6a04511afca4e9b8d37e907b53c1a
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGY' 'sip-files00165.tif'
6c45952c184ecfe2337aa0089e94d33c
cefe38708c8df43316c1538be4177c7c4d2599b1
describe
'3622220' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIGZ' 'sip-files00166.tif'
61cc449ce6d96c2286db9031db27693e
8dfd5660eb55ec174a196122d238e5b6ef20bd1b
'2012-10-09T01:40:32-04:00'
describe
'224050' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHA' 'sip-files00001.jpg'
37cf9c1132e30dad0638a14979facd7b
e39d14012890cbc55165be66bbccd7abca9ed94f
describe
'77757' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHB' 'sip-files00003.jpg'
2ff5dd1085ecf4434b3cdf010e5afc6a
d6a6f28bdbd74e815ea469eb5f1e1fcfdac00dd9
describe
'151954' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHC' 'sip-files00009.jpg'
fcf8d438d015f395edfd3a40bf28b9c4
a6d03c5279ede4890a6d846aa761d325ba512567
describe
'47577' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHD' 'sip-files00010.jpg'
c2a7a0802c2b801bc48de928f7774021
eb22f87c89969a91136e2386b8caafac586bef5b
describe
'177973' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHE' 'sip-files00017.jpg'
9d9286aeb8a6e4f7acf722c6e077c230
9b14c84043b9c6a96372f13d84672809385cd762
describe
'182064' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHF' 'sip-files00020.jpg'
8db228eaf8b4ce22920b98ad012c23cd
aa0fa55fbf5529584988a3bf27cfb4a9085e0dce
describe
'179428' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHG' 'sip-files00038.jpg'
b8992a3a04cb3631fa7084cbf49720e7
97fa9149e7bc0893f852ade26c45e88bd249300c
describe
'189358' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHH' 'sip-files00046.jpg'
4ae7784ff0b3db5d4598b926f49107cc
fbe163d6447a7cbcb47210dc5c09a91ce0bc91f6
describe
'183601' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHI' 'sip-files00050.jpg'
59d1e196a935efe94e96fe0c7262f545
fa29c8166f49de66d7e8b1e7bf77334173c07f8e
describe
'183497' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHJ' 'sip-files00051.jpg'
51c7d07896f92ffd7da8ed2bfccdfe14
ddb93fe5d6c2e5c7c909996d38d6327991760ea3
describe
'187150' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHK' 'sip-files00052.jpg'
e676df0c31e627a26e5891a49387d162
812e629b683519ac443e458236bd7bc017779557
describe
'204873' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHL' 'sip-files00053.jpg'
6fef2fc7615934e61662225ddc8ba988
7f507b4ccefa6af5ef503f2c2c36a773981849fc
describe
'182519' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHM' 'sip-files00054.jpg'
21fd00737dc8316a026a2e8ead7c9be1
cff159aa00c2877c15b3f7ee65a89378162626f7
describe
'181700' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHN' 'sip-files00067.jpg'
d2946e9ea9b527d88ab18f8b4cde692a
42c9b2ac353021bec2a8e3e47db541022c8f55b1
describe
'188835' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHO' 'sip-files00070.jpg'
9d3bf2fff6efad1d89a8ddc2fdf1bbb4
67e0d684fdb16806b07f7ca55483b3937199b09a
describe
'176052' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHP' 'sip-files00072.jpg'
ed93765a4a3422429e3ed2fc8b1d8fa3
f287b1439bdad47a16081ae7855ef91c76f07048
describe
'187232' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHQ' 'sip-files00074.jpg'
7d10ee36f0a9fcbc3d3d7d6ba03d8482
e02897f35f12715fcea15ba981cb2edb33eb22e6
'2012-10-09T01:34:43-04:00'
describe
'186905' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHR' 'sip-files00083.jpg'
0730d462326cc302f8f1ee21d455b509
b7e0ca49d13fa5cefd6c166552b5e0037a344481
describe
'183745' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHS' 'sip-files00087.jpg'
3b867cc43613dc4c35842d62af8a2723
dd7cebe21efe49560aeffde68c9a15fd1a100dc6
describe
'178142' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHT' 'sip-files00088.jpg'
105fe95410efcb33a85ead0f39d2b766
089a9bbfd0804b847ffed60a9ccd8c837bd8fdac
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHU' 'sip-files00089.jpg'
68e8fa047d40aa63e1b79213354439a0
1c36b2d7457c386558cbe153f25b2894640db561
describe
'185362' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHV' 'sip-files00094.jpg'
3d8ddfa6be3fa01dd82414a82c2c3a09
e2771cfe445a534616bbf2aadd585a10d8f0783a
describe
'185037' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHW' 'sip-files00098.jpg'
522315d867a990b1f902ac99da3181b8
6b5ce349e52ee368124550fdb990d1c08550e9b8
describe
'178979' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHX' 'sip-files00099.jpg'
ba619dabcc6f9ad0359a8454f05ee0d1
bb95e82fb0a489a944b69da905a01b37e0ce56cb
describe
'178254' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHY' 'sip-files00102.jpg'
492986c3ba050c989185252a530638b2
bbfe0686d894caf395db140b8efa56f71ce92217
describe
'173252' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIHZ' 'sip-files00103.jpg'
4578d7419bd53435f26096cc68276302
5a9ec7252863b846490b65468550877d77ce1592
describe
'178548' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIA' 'sip-files00106.jpg'
322b8f56e38fea3e60c4b47c627209bd
a71197b8db6c3ed69355c78cff0dd148a5c5cb31
describe
'180737' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIB' 'sip-files00108.jpg'
76f0db154d83b2c9ff980ed40ca18626
ae667bd6abf25988efadda45b3b0b67d922e665c
describe
'185024' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIC' 'sip-files00111.jpg'
e4b3b87f7ce12feb3d2772d72f86f00b
9bbcbae4fdc21a27efdc977cf5cc6268e13ec737
describe
'178262' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIID' 'sip-files00117.jpg'
f6b4e6638e8013149ec723cdeb348453
8f292c9d7131db5baa1b9eb169cfd3458a84b55b
describe
'180530' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIE' 'sip-files00118.jpg'
b8ba9abb61e811f0f3cb55c66d591ec9
6029171cd1287aaa00e5f9dbbf10e21bb0c5b08d
describe
'185374' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIF' 'sip-files00120.jpg'
c6c24e2d69fea4da80e40888d359a358
7e7b84f305184c9c5a931bd0ef17a0d6cac4b34c
describe
'174520' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIG' 'sip-files00124.jpg'
f01cafaace7bfb63aad61bb183371709
888806eb6223b1eac3f7d9d2b91ace841919ab84
describe
'180040' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIH' 'sip-files00125.jpg'
1a7def215adf104b864a868b8e2caa7e
cedb2b896f3247333ea0fe948b9aaa19192403b1
describe
'187024' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIII' 'sip-files00128.jpg'
3a9ffc24128325e59b1ca3f36ffa63d0
c292217b5e31309bdceb1c439bd0840d2fce593d
describe
'164433' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIJ' 'sip-files00129.jpg'
996a93af4906fdaca2142649e9a0c995
fb1287326e60297d53b20d0013b874b624c626af
describe
'183473' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIK' 'sip-files00137.jpg'
13f65e7d9e7bb1467a569b7ff826da9b
e8f06d438c5afac6869443d4015410adf28ad937
describe
'193840' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIL' 'sip-files00138.jpg'
648f7c5ab22321223e8c498881c8daea
d6a0a07f72cec7e28201167d558de295220ae14a
describe
'189086' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIM' 'sip-files00139.jpg'
2298f2e13f9edfdacaa0cae448142772
870a56edee045d995ab39fbe512b7dbe530b68d1
describe
'165627' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIN' 'sip-files00152.jpg'
3422d675aa3513f973073d169892122c
9264fa2829133f752cd3ab6cb52b5bca4f917fc5
describe
'164823' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIO' 'sip-files00156.jpg'
fc827c9f4da9bee6d15c2904afa5b0b6
62e8c7bc10f4692ead1d860ea32322e4070f9f03
describe
'166347' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIP' 'sip-files00160.jpg'
bb5ce63fec9ab2cf4a56c2a3aa92d8a5
44a3bc5ec68866874e35c2a57b4a66338946166c
describe
'153427' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIQ' 'sip-files00162.jpg'
ee16299833901a566dac2679ede4d882
666f128aded3328752108f81f10b15e8a740fa19
describe
'76774' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIR' 'sip-files00007.jp2'
9f5d44616ef0004b468c3a9214211fd3
1e89dc038bdbf87e8794a83434775bfd67eaae54
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIS' 'sip-files00012.jp2'
61ba6dd02e2eecf9ed92a9e605b3fcb7
626add7283b9bc0e2ad76d0ba82939ecf5acd7f3
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIT' 'sip-files00015.jp2'
968380e30af5d5f1e72866ba7f4fd451
ed2d3defc1dcd8b630845d7e77a25962f0038c75
describe
'450515' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIU' 'sip-files00016.jp2'
a168b5dcd595e2b334237086eae0a7ae
5da01f49e8c2a00302da565ab8a49bdbfe9f7f78
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIV' 'sip-files00018.jp2'
2a6dd86e1ee95af890e9d54d15224285
a9153d612d7a647386a3048455c0b38373e8e8a6
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIW' 'sip-files00027.jp2'
2dbe3ab5defda924b9148f2c469643d5
4d291fbe483d61d551c8f91fdc354ecc35a1d409
describe
'403617' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIX' 'sip-files00031.jp2'
f256e75be4839fc666f9e427c4b14b34
ee148fe066e3068aadf45812a0c682188ef2f61f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIY' 'sip-files00033.jp2'
e8e346dbc734e7a3c686fa0f78cd9539
b96db9f390c44e44ddf363afa57e343ae75fe335
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIIZ' 'sip-files00037.jp2'
cec3bed1d5b51799733c4cf973c4c276
82d405ecfeddba74b7e89cbd11b04acf7fc6a42f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJA' 'sip-files00041.jp2'
956cc81ed7519c7b70bb0397c363f5fc
bc845d3440793f2f816759b3e9c1e6d7e10ffbf3
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJB' 'sip-files00043.jp2'
a47633985784ae77de9e2252170aea92
c27ac66e7e2b09258148adab6fe320725547b94c
describe
'450392' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJC' 'sip-files00048.jp2'
8b5791efd3fc70d849a4af21df2a8843
0aa696c4e12e98299a860eec53cf610c3aa37daa
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJD' 'sip-files00052.jp2'
614131fc4be5ba5e4634515fc8b7b8a5
5326bcc568ba7e40058b00b09d09f53a5c8f3161
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJE' 'sip-files00061.jp2'
b04583604d846c2cd912199b84c00a2a
ff1c9f30fc218e0f0d97a5cab8d2e29a6660fe4e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJF' 'sip-files00065.jp2'
2f1ff8c2f552101839395dac0b75aefa
a77dc182b78d864c7135c739d3d1495c978c8237
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJG' 'sip-files00069.jp2'
4d09b25c4a32c6d216dcc417566292e7
2e515e05981103ccacb0c674f99af3a3135446e3
describe
'450528' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJH' 'sip-files00071.jp2'
17ee163f17e7e89813f03cda49b755f8
6c545c531025abad32c5b9e6f89e243cbb0bab2e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJI' 'sip-files00082.jp2'
01200ef7e618385aae43aa42fe5546b2
3899ffcd0233203e452d71fa9f467775131336f7
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJJ' 'sip-files00084.jp2'
46a1dff1ce04e6fe4d3b9f76edf2ebd1
57bf56f372a1af1ee67948c0acd69e3ccaceb1e4
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJK' 'sip-files00085.jp2'
90e9c9de891d1e4777bb8824d55d453a
3739d415bd0bb23ac04ff8991904afa4f775561f
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJL' 'sip-files00090.jp2'
85881beeae77281d6e7b8ee0924a89b8
523fa082d23548569e6407c56430530f22cbfabe
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJM' 'sip-files00093.jp2'
113c72954d9351b8f1637a18d4f1207b
ffbf4dcf425f50d34fda62379cb851996f61f952
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJN' 'sip-files00099.jp2'
9895d000ca50e2915e663438a1c1ae92
cf0a1c0e81be6700e1bfadd95c9bf54353f47a62
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJO' 'sip-files00109.jp2'
c9daa177f36cc4c565585932b596e7e8
5eeaa09e20b5efb0244da92ad8b742af3f97ec05
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJP' 'sip-files00117.jp2'
5c004d20b37f1b507ed3cce63b669271
e0678472ad6c5b92b700d77d2d2cf96e5c15d214
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJQ' 'sip-files00118.jp2'
58f7223ffcbd88fd02b545bfc09f3901
1d4790436c5677f251563187384fb31ffca8530b
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJR' 'sip-files00124.jp2'
8b454f119d5112ced40fda523758cd36
ef2442122dc7b0c82ff856e8627322fec53ea776
'2012-10-09T01:34:18-04:00'
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJS' 'sip-files00125.jp2'
febcdf01c7820c8ac0854282e360b8bb
2485638566d1929287ab66e6c0763f6359e5d135
describe
'450449' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJT' 'sip-files00134.jp2'
5e32c634162846dccda0dc83194fc853
96172c85243c0e0867290a3969af2335cd662b45
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJU' 'sip-files00136.jp2'
ff77089b6acaa8b92c5d470fc66a6748
e3381d747c4cda3e10f211a1b66b86f8dadda548
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJV' 'sip-files00145.jp2'
301f936fd338445286ad6c6590647b45
57346e30fba9c8cdca9462a58383541f76739e74
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJW' 'sip-files00146.jp2'
8f3b6af0e0050a04fb6e164c4813e20a
40350cea2ca3afeeb03b882eb918605ad8df8c69
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJX' 'sip-files00150.jp2'
f2bea92afac15b2c0a5691cc2df3e87b
80da6bc145b71ba018f2d374bf1fe77560a8b8b1
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJY' 'sip-files00154.jp2'
4629704c2dcdcc67fb3f7483fca88678
0311258942a1a665934408842cd6219d454a8ceb
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIJZ' 'sip-files00156.jp2'
23552aece2089e36e6e94dd6abe56399
8bea605fdc79d064f5d328de548ee0eebe8e4909
describe
'450454' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKA' 'sip-files00157.jp2'
8266f3f5927f5e75493eb555013ed976
e5a646cf4ff9a0fd8141fcb8cc211f3a108d708f
'2012-10-09T01:36:07-04:00'
describe
'24048' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKB' 'sip-files00164.jp2'
852bb86ca6ed5935a19c6fccdaae0a0a
810d3db8ba7d13f3797d10d6d56252620730ba86
describe
'18621' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKC' 'sip-files00165.jp2'
18693f1298e7aa62142c98d4760eafb2
b835055883e26136afe09c3b97d9d427f42adab0
describe
'59703' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKD' 'sip-files00170.jp2'
6270aa8dd7dc7ace65545f2ff802317a
b8cd2bf86312c278ffa53c7626e0962b6b5061f0
describe
'154' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKE' 'sip-files00003.txt'
e7960761bc32e78a8cf336603dbd5dd8
9160af98902ed0bee372d3b8e4098b500cc20d46
describe
'233' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKF' 'sip-files00007.txt'
cd13fb079d0791ccacd2a987ccfbd328
0252991193f3fbd4b8a539e7e8aa1fb315fa7ce9
describe
'898' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKG' 'sip-files00013.txt'
e6955c77de81f0368d7e92b95766ab51
37ccca7d48b8424ab39e5c1c3929deaaad794db2
describe
'1706' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKH' 'sip-files00014.txt'
9d5ba69b403f47bcfef5522f9cc2452a
bc2b340fab675f4805377b7121d3d5e21e0ed941
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKI' 'sip-files00015.txt'
dfae41aa269f79777b9c5b9ff85537e3
0cf3b3b3d9f5b312f0a2cfd06ecb1253933e91d2
describe
'2031' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKJ' 'sip-files00019.txt'
0d98a4ab598c47810d599be97957a767
fe0eb6577b7181b0ea33761a6da0d209fb29104b
describe
'2090' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKK' 'sip-files00021.txt'
15f809ecadba4a76900ecd206fe7cf63
83b45a5a97183d0de3787b3d6b2e7f8867a4b44a
describe
'2053' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKL' 'sip-files00023.txt'
fc6d91ca9a6dd2e3dd7954de5fa3319a
3ea7151344d45f22e91b88f5168b7aec91783e2e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKM' 'sip-files00029.txt'
933eb5cf91e914ae2a1350f8e990cfbf
27cc9462d2a0ce8f9cc7ccb7a836bda2ecfb0450
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKN' 'sip-files00031.txt'
a0068ee419d603d6972179dbce5460c4
ab820bb5d320323ac5c93ff8bb93526e5903b0ef
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKO' 'sip-files00033.txt'
516a4279c7c4cde21897a83b3541d136
67d3615acf8c77d5a4e3a366bdd8541fb39c2a9c
describe
'2091' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKP' 'sip-files00034.txt'
fd692ba9524bf8202019b437b9551178
ff5d0e68bdb9acd9490e79ee8b3c886b1654cbf1
describe
'2050' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKQ' 'sip-files00039.txt'
ee5946af672c7e5b8fae5b11a4b4a312
459b479ab3bc20ed6ff32ceb47e16104caa02b7f
describe
'2093' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKR' 'sip-files00042.txt'
9106da76bc8e93f903b1edc4b6acb23e
5a1d8b7bc13a4dae8834010c176134e877da8fc3
describe
'2094' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKS' 'sip-files00049.txt'
1daf7dde666cca64ae545dee88c90b94
a4515ae00e6a8b02b94b958feb01d0526f9d776d
describe
'2055' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKT' 'sip-files00053.txt'
34e818401ad20c2847bab3839e045d32
18700a2d4d6edfd3f5002bf7040e0026dad8397b
describe
Invalid character
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKU' 'sip-files00054.txt'
8780bef49c64aa89cad19658f0ef5f42
f84207f37a3f7cb4dbc0bb6547db4245332516e5
describe
'2014' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKV' 'sip-files00056.txt'
e7824129ab3e78196eb082a3137a3dca
964b7868134a628be16135dfc233973da4edbe7e
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKW' 'sip-files00057.txt'
d50d396f8f5a4e010025055208a1bed6
aaedb50d6abc40c6cdfbd77b8af8b3e77126e2eb
describe
'1930' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKX' 'sip-files00060.txt'
355ef56e75adf5165aea0f28f9d974f9
b280a7f11aa0fda4988b1680d43e09f88865a49f
describe
Invalid character
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKY' 'sip-files00064.txt'
7d1ebc0ed89fa79fa12f3e399b36f1d8
ed12fa2837a4c361e0d3b9a59e9c4d147456b3ef
describe
'2033' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIKZ' 'sip-files00068.txt'
c5c787e7556becd18d33e7b71c83b5d7
7dbe8c3b97c5421198e8b1eb6f858b7782de2b5e
describe
'1948' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILA' 'sip-files00071.txt'
80fee23b4ac731733f77e27cc182fa65
55ecc5971377875d61d83d8c790d1e5272a09129
describe
'1983' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILB' 'sip-files00072.txt'
5629b37cf4e7011411c09d614819902e
57cb8a6aa8d200dc3abe4eca04d10834dbfe617e
describe
'1873' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILC' 'sip-files00073.txt'
815efbc9cf2837219547e4f67aec08eb
d298009714947c63edff709c25058df70255cc43
describe
'2107' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILD' 'sip-files00075.txt'
20ebd15a1340166a6456a30b9b95510a
3a14abf942e8ab4eca7766417773ce5ae60b6e3e
describe
'1977' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILE' 'sip-files00081.txt'
dc1d68a340d4c1e2c4c6321d0503b845
039e5d1e9f03c0a0f25dce52c6449f952741a190
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILF' 'sip-files00082.txt'
5c46d40c3c986f17abb21c3e8ae83250
e444c312365f4b467f5274e704d2c6d0de210004
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILG' 'sip-files00084.txt'
0b401a5eb68b91d4cfec049f034edc64
136aa0450f9bc509874bb63eda94566ad5cd098c
describe
Invalid character
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILH' 'sip-files00086.txt'
75815af97bacc31028dd66275af4df49
b4eeb82182d8f544730c57be02eecf95772fe88f
describe
'2041' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILI' 'sip-files00087.txt'
0e3c48445d855c83a720ba85f09b6149
6d6cba3fbdd6c9a1ced849c0ecc84e7fa79e0d9e
describe
'1991' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILJ' 'sip-files00090.txt'
2bd98374c39813870f53a756a05dec69
50b64b3cf55dc7fc162809abc0cae89273733ce2
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILK' 'sip-files00092.txt'
707a156b9e2634c4537cbb1e0d1dc905
79352d2ef2196ecc9fdb76f9ad08d8ce1c779d72
describe
Invalid character
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILL' 'sip-files00099.txt'
4de7bffe8f915b3de0062516143c34b2
efa0c330810cd3eac919f02255858e957696bbb9
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILM' 'sip-files00101.txt'
a5873fddf56ce255fba6684b38bdfcf3
39c085ac168269e661f35415e81ca69d6db614df
describe
'1920' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILN' 'sip-files00103.txt'
605b9323f98c5287501bb11c4a23fb88
4b013954a84d0b7c3e7737f91190967140b6ad85
describe
'2100' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILO' 'sip-files00105.txt'
af0a577a998b4d82fe5b75b385296def
3fcce90b438c7bb36a16d9a7b2082c4d638ae804
describe
'1975' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILP' 'sip-files00106.txt'
9289417274c6d52899c7eeaa688ab6af
c2b1b228eb844f87b3ab5eb05aec34ab58202486
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILQ' 'sip-files00110.txt'
52bad8d9c633409867613ac46a2192ea
7edcfe41a8cd91d9283bbbdbc9d223c1c351c252
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILR' 'sip-files00114.txt'
bb2fe1fafab00705656d0fd80d61169c
9e5f002571b9241a8f772c4004a2da61e617f3bd
describe
'1933' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILS' 'sip-files00122.txt'
1e331a65ced33ea90bf84f0a7e6ae717
bb3b33617b3eda510e3c2ad1f92f9ca071b0bb43
describe
'2950' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILT' 'sip-files00123.txt'
224081b3f1cf1de8906679481332fd5c
3cb8cd54c6b130d54be9ea1913984b179bee5eb6
describe
Invalid character
'3123' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILU' 'sip-files00124.txt'
ad426a9884c846b42d2246bf09b198e7
cdd2e54f81acd133e530faba298088aaf07bb46d
describe
'3625' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILV' 'sip-files00128.txt'
f856c00a05a492de6d5d837b0ff0f335
6d545570200e27523c6b2cf60bbd41367f78ae6d
describe
'3529' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILW' 'sip-files00133.txt'
354dd769af690dbc31a0fe2ef030ebdd
46c9084841ee363a1c2ee623abe6b4f82e7f1d02
describe
'3203' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILX' 'sip-files00135.txt'
49d4b3c11f42625d9d01a49c356fffd2
5548525da5062080c9de8eab992c34183fe8626c
describe
Invalid character
'3685' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILY' 'sip-files00139.txt'
170a535b7d0f959ad2f27a870ba26619
33bb41475b9f0531eea03e680d40b778595703b3
describe
'3141' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABILZ' 'sip-files00143.txt'
f2b049ae8bf2f6b81a4c88aecfcb8c6a
8da4b1fec9cc20ce19ec4fa4de99283559aa6227
describe
'2942' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMA' 'sip-files00144.txt'
4fd6bf0788f65b2aa54925b3f977d86e
386a4952d0b5714daa9241dcee6fb2fbf0dca985
describe
'3057' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMB' 'sip-files00157.txt'
3bca072439b7230b26945c85c98ea722
53bd001ba99acd53d57ced9aa65822465ded8c70
describe
Invalid character
'2972' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMC' 'sip-files00158.txt'
628dc1514987774f2a3746570b5d5f30
8b39841e94a5f0b660cbc675a48171d9fb894bc8
describe
'2920' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMD' 'sip-files00159.txt'
58fbea1ec60812984754a76ac1402cb5
8e16e213779a195582776146df87ffcfef72b8da
describe
'21074' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIME' 'sip-files00013.pro'
cac4ef9949f1b53e9ecb47cfe361b012
b10a3c5ea995cd541a316f8b2e2b22c5015ce4b8
describe
'42801' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMF' 'sip-files00014.pro'
48fdd6aae2f135f7afd2a7603ea8ee46
b1b2e57c3c27fab45b233ed05d3ccbb6e6547b9e
describe
'52362' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMG' 'sip-files00018.pro'
af514312ead452d1dfc022f5f800b690
6753a19b1d13a128ac9f6d8082de42ea590e57e1
describe
'51122' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMH' 'sip-files00019.pro'
7a6b3093772779acfa1f9e885c6b7446
dac71d9c5a5dbdf033e0bc114d71775493680016
describe
'51645' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMI' 'sip-files00038.pro'
7ab975b0f42b3dfda49d78ddcaaf7b36
ae573ec2804347950157b7d7b65fc290064fc015
describe
'52469' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMJ' 'sip-files00039.pro'
6ba224938fc72117f7df26c013025989
efb271efe3e4763fdb9a97ac61a25f3eddf41f70
'2012-10-09T01:34:06-04:00'
describe
'52671' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMK' 'sip-files00043.pro'
67c0662d5de86af98a2672e54da4da3f
4a0ecbf410d74353e0881a787c8e38124e030632
describe
'52373' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIML' 'sip-files00045.pro'
e626767f91cf2fea85729153c038b2f5
4c54249a7ee3ed4b91a54f94998139c1fb9b45cb
describe
'51148' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMM' 'sip-files00047.pro'
273acf7691c8e90ea1791390c26384b5
9a5dfc80700808a958ff49baccfbb321800a3161
describe
'53352' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMN' 'sip-files00049.pro'
07475a17d8fa64679dcc3c1974bd7bfc
de720e0e316e44dcd27f7f9124986a67b9803605
describe
'53477' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMO' 'sip-files00052.pro'
e4ee688097ed3150db69ce0e42eceb2f
766e35e271608f259dd95c523660f3abdfd3177b
describe
'51722' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMP' 'sip-files00054.pro'
89ad0e3a453b595d29096740b2f9be8e
738045295addd7695dbe55027aa8accea6fe8f45
describe
'48875' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMQ' 'sip-files00055.pro'
6adca20cc7763d52c7ed306ae3e217aa
8546aefd5d3ea5de41bb4ece4c4a04385ae91634
describe
'47004' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMR' 'sip-files00059.pro'
da1d38e01d93246cac72ce4ce1e39e24
2a99357295cdf5d24a4b19146d808753d3a73cee
describe
'52200' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMS' 'sip-files00061.pro'
3337b1e8c3cd4bd82d245506047efb05
c39d9f9ee235c94ad0efc0b4ee201b6deec2925f
describe
'53371' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMT' 'sip-files00070.pro'
1fdc7bc4216e6df7de25d9719a5900a7
d69da1fe23673cf473210b76563602bd3b89e013
describe
'52510' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMU' 'sip-files00074.pro'
abb4d20de371a5fba146a9bff9bb3c02
d8616cc97b7935dbfbe224e453e8e80c87df1fc1
describe
'49705' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMV' 'sip-files00076.pro'
c224263f1abda4bc9885791aeba9920d
f5a6b46bb81d9870a9073b0c9c58f0f04e3db588
describe
'51569' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMW' 'sip-files00077.pro'
0258dcc75c3b49f0553701e0355d8ad6
6a4ae825a6ffb9f4c8a2e372993973bee298e568
describe
'50413' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMX' 'sip-files00081.pro'
5ce9d9ae6054828077f572d6e951c605
b97333dd3adf1cdebea0d883b4ca8a25064859ed
describe
'53553' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMY' 'sip-files00092.pro'
6b6167ef546f932b8cebac05eb1aa741
a809eb979f9120d1a32b74e08a4a080d9457852a
describe
'52775' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIMZ' 'sip-files00093.pro'
c67dcd22e760ed0ea0dd75f005f1cf86
f24e62d2c4625fb58115741ebededcc6f66b8eda
describe
'52452' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINA' 'sip-files00094.pro'
dfd9e66fb138222c5a85354ea21c8adc
0bba4de58e0438705c6d77957118bc9645021f16
describe
'49958' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINB' 'sip-files00096.pro'
767311950e7c60b62cc1487e83e7596f
d0e9a7aed610c9440a708cecd738889f7e3cb573
describe
'52566' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINC' 'sip-files00097.pro'
346989af1de659ec31b01a3c484fe9bb
88627300cd533992c7b1446d5a094bf2a3632e91
describe
'52871' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIND' 'sip-files00098.pro'
54f9c8bf084ec6f3a4d9f81eddc73fff
3000530ad5323c33043b633ed820cae68a7a654b
describe
'48946' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINE' 'sip-files00103.pro'
77b9d0952ed7e9cbea3569072a882533
fdb7f667cbe561cab33e7d848c4d8330bc18c6e8
describe
'53133' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINF' 'sip-files00105.pro'
306b3052c35ecde5240964e993e2b629
ec204b7129a64918ed48f64fb8167bb099aae12f
describe
'51619' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABING' 'sip-files00110.pro'
24a47e5ae933c5a5bbd8a743c9dfc3ff
32cb09ce0e4dd361e513c3acd51a284a8f5d77e2
describe
'50786' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINH' 'sip-files00112.pro'
14de88e50bfaa30f1e18cdbe0feb70b4
9ca36f6a775137c30abad0a37fef627bfcd2344c
describe
'52822' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINI' 'sip-files00113.pro'
d8360e624eee1cba62ce8820f6b8379f
1e1610e2a780fd3722b9c9ea95bbe6dab39b721c
describe
'51867' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINJ' 'sip-files00114.pro'
ae0352ceb5c9ea91539584be3694896d
39aecd161a916fecdc128caa1c15b75cb6a9a222
describe
'51470' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINK' 'sip-files00119.pro'
a56a2ff1bb278ea58f12ee39cd1dc130
90190a68169a2b9d1d4d67148239ffb6a6335bc0
describe
'48799' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINL' 'sip-files00122.pro'
4cc48518ea89bebefe6d34b6e920aee3
e9be51bd21c038403ae846292a7ddc54bdaca57b
describe
'80790' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINM' 'sip-files00128.pro'
67fb911abbaf3082d25dc372ead16b5a
4e2cae3546a37b8a591d9fad2ca8558d3a2ab3c1
describe
'68899' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINN' 'sip-files00129.pro'
79d5534ea23148fc005d3d7349c247d0
4a21131eaea6f169e618c96e66e83acf201471fa
describe
'78132' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINO' 'sip-files00133.pro'
a60cd7cca4ec17f0215f3a8bbb7b80fb
612b80e294c544b4982f022246082318e669d2d6
describe
'67421' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINP' 'sip-files00145.pro'
b1ea53f8a58eb13032db355faa4a35b0
f31d93446874bc0affc4dd7502fcf93491531a37
describe
'64794' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINQ' 'sip-files00146.pro'
4a84b9e9ad6a71406784cd16576da535
2088fcd3d5185ec1f2ec4ba103ea3b17fa177fdb
describe
'65961' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINR' 'sip-files00147.pro'
4b80da0e4c5f10b7111a1dcff494c4ef
ab5bb23b951cb7c759aec2937ceff187fa3e39f7
describe
'64858' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINS' 'sip-files00152.pro'
1d89a293ee11b6af6a9e278f5524f184
033c8080eec9471aeb29d321a57ac6143bbfa594
'2012-10-09T01:33:56-04:00'
describe
'65943' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINT' 'sip-files00157.pro'
09c869c08ea9fe945853b6c1f368af7f
167efe202a4964bbb2bd5ae306821d95021c8fae
describe
'63571' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINU' 'sip-files00159.pro'
4681274b691d1f607e7ca91525ffd590
218a1ce91ebb6a9eecc05fda968ec011089ba376
describe
'1799' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINV' 'sip-files00163.pro'
4be01246adf5db72d732a2d6077afb32
47455f213192e36337dfc0826520a7cd3e453f46
describe
'65164' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINW' 'sip-files00136.QC.jpg'
8511ec4319af95b00ee88e5d85dd90d0
7082536aedb96ee4212bb1fe31fcd72a28544216
describe
'31472' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINX' 'sip-files00123thm.jpg'
7d89ace0d4a10d05a3000ea2440f1a20
8d2d031319eb1318e8c57408ea0b5ee70e306414
describe
'33324' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINY' 'sip-files00048thm.jpg'
7774766221c0705788acbdae2b7fead9
9d409aca47bbc7d2df47df59242319ebedbcefee
describe
'71004' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABINZ' 'sip-files00089.QC.jpg'
c8535b9bd6fb0dabb1518df883a05095
b82be101fb5893585dbc7bce1ea42a5c37e990b2
describe
'19008' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOA' 'sip-files00165.QC.jpg'
8b991ec99702595b8d8d10ec6d938334
8a1a5e216d740c78c42e4a210aded030196b4309
describe
'22910' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOB' 'sip-files00003thm.jpg'
a246247238adcfa6afe6a2734b357113
1f59b8669e11b039e19d3d393311b42b2565017d
describe
'32359' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOC' 'sip-files00101thm.jpg'
1a9bd332885ad277cc706a2380abc4b5
39386f338119c9ad1e54f480e8d949036a640109
describe
'32702' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOD' 'sip-files00026thm.jpg'
9389fcfe63572bafa14ad40b59753c08
39490b15fa5a6c8f370dc830eb93c52669fc83de
describe
'71630' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOE' 'sip-files00069.QC.jpg'
0e2ad51251637a77c8e2e6bbf4351f77
1d2601c3489cd2d3395c873820ff299f25f1477f
describe
'63078' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOF' 'sip-files00135.QC.jpg'
8d0b557f058fe9876e8b9d53a1f80c16
93e07ca969ae990aa63fa1bbd52356c0d5e6b043
describe
'19422' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOG' 'sip-files00004.QC.jpg'
d947838b65b291b3069f1b6e30aaa315
59ebf66dbd678693b89e4f3a7c14ef7f65effad5
describe
'22716' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOH' 'sip-files00007.QC.jpg'
3a367541f1b7d904cc7958214a60ad1e
3967ccc41f2622e132b7f611450a9a6835fdb924
describe
'32836' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOI' 'sip-files00025thm.jpg'
124ed7cfba40d2811ecc1adddfeaa40a
887865164df1b1522ee3fe47aa8ba069bbacaa59
describe
'32538' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOJ' 'sip-files00093thm.jpg'
72c2c882e88ba52ed4e4cd85bac0a85a
5c9534955e1976f0b3a6a32a29eb3a24b6105bda
describe
'32430' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOK' 'sip-files00088thm.jpg'
25e0136a3436e75b8c4f1eade0ae5461
16b23d72304be340aaeca7ea4c71bba1cfcf1b31
describe
'32619' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOL' 'sip-files00027thm.jpg'
e606f5e640e28aefafa8919147ba24d7
2e2a89b308efb2379eea20a47998fbb42e255d78
describe
'32607' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOM' 'sip-files00029thm.jpg'
daa59c87f3d143786dab378515a1890b
daf8d77f265269e45ed99b3cc6d7113efafff6e0
describe
'32167' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABION' 'sip-files00030thm.jpg'
adccaf5d8c25e478d0fb8e5d7dba2298
72f8319ed57ec60f6ae4b70b026b562ade8e019e
describe
'32690' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOO' 'sip-files00016thm.jpg'
15a9ae733992eb90ccc87117e131bdea
0a291ff98e36ace6b8d70bbb90253efa47f7c3aa
describe
'18498' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOP' 'sip-files00166thm.jpg'
f129b8bd62964c5abe572b1eabe268f2
53914223f68a40e80050926a97b92b43589396cd
describe
'32347' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOQ' 'sip-files00153thm.jpg'
d3b6c480bfd419538200aaf0a022939e
039fe5685a21dfe9960b697c864a22f8fa452bcd
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOR' 'sip-files00080thm.jpg'
5b393ab5ff6bfe87bb8260798d454c12
8d5bac8dbf3e948b2186fe1d63369a77b5d390e6
describe
'70961' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOS' 'sip-files00021.QC.jpg'
73bb521cb3b4fc6c54c4498be84659fb
9d9554c23a31e11836ff7a9ac26c396854a63839
describe
'70024' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOT' 'sip-files00020.QC.jpg'
9bf87dba49204ff6b14d467f1d6b8639
bec467aa056db7f40c0e01d34a7d2d33d76c6779
describe
'71215' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOU' 'sip-files00115.QC.jpg'
b33db39e25629ac862925a1a4bf74e8f
c5918842038615f8a604791d83a94af8e08efc57
describe
'32544' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOV' 'sip-files00057thm.jpg'
a2dea86c601c45d2f116b03ea224b3d1
0ff3b407782d6188ab1f0fc62000ad1d775067fc
describe
'62719' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOW' 'sip-files00155.QC.jpg'
7b74efe67e989489b8dd0b13f341eef7
061783ae058f735836e0b4623098a8a3bf21f6b1
describe
'32141' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOX' 'sip-files00154thm.jpg'
18da4129572025ff6e3a1b1637fc2ffa
0994280f6256bb5cb3d9e8c019a42d7490587bc2
describe
'61332' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOY' 'sip-files00129.QC.jpg'
a26b611da5ae14981a5e83029b0ee4ff
b0b499a3a8189758f27f648fc9909352711d022c
describe
'63644' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIOZ' 'sip-files00014.QC.jpg'
c9edbd9b2314ddc03c754b4cdee47740
7e0d70c3a015845dfe76166ddd186453a78a32a4
describe
'32552' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPA' 'sip-files00079thm.jpg'
c2e6907db025180456a1cd529ee8b4e4
09699ca401b6bd6eb401f21afeeb597dac7930b6
describe
'32387' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPB' 'sip-files00087thm.jpg'
938a6029beef86aa3cfefe6a3d77bea9
1c061e0896a1164b62de75a056be4e6fe026507c
describe
'71896' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPC' 'sip-files00120.QC.jpg'
43656d983b4d01573dbab284a5caf095
8ed76230bbe124b52251fc0949501a83dcf97e28
describe
'21559' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPD' 'sip-files00170thm.jpg'
e7edece99ca49348da5ed2e2dfac29fa
c63278dedeca8a96d50140974865b0d182deec70
describe
'70753' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPE' 'sip-files00075.QC.jpg'
1618d65f68169eb2fd19f9f4ea9565a7
ae24e6df7f92d4da12ad04929fa935c387ba7cb3
describe
'22271' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPF' 'sip-files00168thm.jpg'
184a54812d3041278a8ad9fb0c7ed993
5e9d797fab779fa62ac0419803b4b27207763199
describe
'72417' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPG' 'sip-files00119.QC.jpg'
2413a1dd82c0bedc516f39e942dba426
bda52b59655a3b1cdb78c165cf83250ab7835284
describe
'70164' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPH' 'sip-files00101.QC.jpg'
0a0731610b7c0062f53c31674ff610e3
bfada8c304b230e7665564d20c6d13acb7455996
describe
'68833' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPI' 'sip-files00064.QC.jpg'
a53efea3bf386c300ec7486993d5842b
884645e251deda6c9e385456ba69ce82df16deb7
describe
'31260' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPJ' 'sip-files00135thm.jpg'
b36edcc4f2c722f8266c5eac61dd7db4
332ce11e0d5a63f0594d7e8d509ad5190bb867cb
describe
'63722' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPK' 'sip-files00159.QC.jpg'
fbd2b8133ef286beada6628b99828ac2
bc7c135c433f999609f22a743d7a719e67d67fd9
describe
'70398' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPL' 'sip-files00113.QC.jpg'
70e35bc67ba22d14e943bbbde6d5f178
e95ed352b3c33617772a59dc7c9713db85618e41
describe
'65078' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPM' 'sip-files00150.QC.jpg'
010e7251e86a17d4b9cb959edd3a078d
e2800fc6245725b3c17698c05a0f84eecc14f87b
describe
'33017' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPN' 'sip-files00055thm.jpg'
40a6004d1f176050d388df0cf85d1ece
9e77e33355fc2cc11c275bd2f7d4a229502682aa
describe
'69663' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPO' 'sip-files00068.QC.jpg'
52e7a8b668364a2562a0484e7bc0d1c2
188f49aae8ea234f9590b056d94ebc95365a59ae
describe
'32270' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPP' 'sip-files00085thm.jpg'
4221263ac4b6cf68b36a77f8fabe91dd
49b29270491f5b02ce2ffa6aa96f52fe3a270c3c
describe
'33281' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPQ' 'sip-files00047thm.jpg'
75fce555ba5d9b8c5783c589e1bbe0df
8613e47a6231a485adb2702f167863b306706efc
describe
'31929' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPR' 'sip-files00161thm.jpg'
ad2f6727e4caa6379e0551edffee6a73
ad68087596b1305dca17bb29fa17f94324e63b13
describe
'32193' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPS' 'sip-files00134thm.jpg'
4d057bfac971de63992bdaff5a5bd8d1
71b1380428ea5778655e55aa5afb034271d12738
describe
'72191' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPT' 'sip-files00033.QC.jpg'
e06945b976a86665304e62762efcfadd
43d058669de758fef73dde4f90d68e56b607326b
describe
'27505' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPU' 'sip-files00170.QC.jpg'
66df40ebef44752c91dd6a18f01e82ac
7855cfafbd7a6b88c88b3e7f54d40d60dea57516
describe
'68170' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPV' 'sip-files00103.QC.jpg'
d3409f807af974ca9d2eddcd001befb4
12bb7f893daab60fa7c2273fa44e6cc799c7fb5d
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPW' 'sip-files00017thm.jpg'
f82510af8f85fb6f87567e337e137a68
674d6974df3f0528f58d20c8bc2b9aa89410773f
describe
'32589' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPX' 'sip-files00090thm.jpg'
01cadc5463fcc617ca7a47f353346e20
03a504a24ed1298d8f025fd3a8a4ca00f42de111
describe
'32596' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPY' 'sip-files00023thm.jpg'
b3351a55533ce54877b8cf0eb9e0cdca
0541e624b778a3c97a78635bf7482e6662f70b4d
describe
'31492' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIPZ' 'sip-files00127thm.jpg'
897298a0dbe506d5ddcf2252b4576a30
c2102cd1473957cbef73ba28109d7e87e6469257
describe
'19107' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQA' 'sip-files00166.QC.jpg'
07cf8265e78a923558ecad844d1e2d25
742b8ed6f80d3cf6c73d391609ef26400e23438a
describe
'66483' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQB' 'sip-files00012.QC.jpg'
7252472d6cef1afc187d6ce6e1480078
c41d3a88c979f3fa128944dbdf1ca8d38e9600a4
describe
'70104' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQC' 'sip-files00060.QC.jpg'
893447359e234f004a58253191b09bc5
cdfb2fac8627107d03c48e74f8de0f3b02b106c1
describe
'31480' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQD' 'sip-files00139thm.jpg'
29a2b04813db621eaa6a19f4649f9fc4
4d237f2ebdad3db4d2a0421e827950e258f9d899
describe
'70520' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQE' 'sip-files00087.QC.jpg'
d5ca203310df8a7e22b6fdce908e2d4e
f81c27f420e954ba53dc1d68d9d6f4135216aaf8
describe
'32475' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQF' 'sip-files00003.QC.jpg'
a2f00715fd071438ede2e5ebcc460743
1d9aca358b5d2fc07a88fba6bf435c967de96a3a
describe
'33233' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQG' 'sip-files00032thm.jpg'
150cec8957a97619902c3135568d6103
236e05418cbecaf68a7992f78781b1d0d9092d62
describe
'60165' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQH' 'sip-files00162.QC.jpg'
62a7fcca0df7bcb89b54adb987a6f13c
4131c505177f727cc609653e1b75352697c664d4
describe
'71805' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQI' 'sip-files00052.QC.jpg'
e5d6bd6dfd890495fe408912dfd59b1c
9d2128fe8233c8ff88cebb40ca48a69acdb9e9bd
describe
'72812' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQJ' 'sip-files00043.QC.jpg'
a8dad40f59e310d2c2878aca6865d051
a9d57956fe0ea68b4745bbc5568fd04c55d23aeb
describe
'72262' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQK' 'sip-files00039.QC.jpg'
1c4492e4266aef4539d0dffd633774b0
64a040424504ffa0a0b5138038a7b40dc045d9a7
describe
'81551' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQL' 'sip-files00053.QC.jpg'
c3e6126cccfc500e392dc33c01aa0c9a
291c3732962554f96b87e3027a29a5aafd7f67c6
describe
'70909' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQM' 'sip-files00112.QC.jpg'
4012bda855db3fa35bcb603789096980
c045c2a2c50b53e398b80863b719de13159a9ce5
describe
'71059' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQN' 'sip-files00105.QC.jpg'
d119b1ebe27967bf04ba921daeba501c
891b2943ce4d473fd39f22bbe5f20f627b67d278
describe
'25738' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQO' 'sip-files00006.QC.jpg'
884709acac31cfe8b32d14ffc335cb0e
f33486597096f6d921e0a7bcee99102918cc2511
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQP' 'sip-files00024.QC.jpg'
a9463c699a4a988829f2e675af107fb8
dd1bc00358077fae51b9f40f52f88d0fcaf2f8d6
describe
'63475' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQQ' 'sip-files00157.QC.jpg'
b784c47bd721ea1b024889d92b3f06fd
041ac520bada96b13903e1a6da5708a8a0cdedab
describe
'32527' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQR' 'sip-files00021thm.jpg'
7de54041b775291d30ca9736072c2c36
f9c55f78378d9c387cfbb0bfffaf4a69da8e4f16
describe
'70734' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQS' 'sip-files00037.QC.jpg'
4f7e818137e462e3ea01f998eb956814
bbbb7cb02f44999785977cceb4ee94d8c28453d0
describe
'32223' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQT' 'sip-files00081thm.jpg'
0bb51ca8dd852069d899bb798a8e4812
187c5a864c9e78605712ac6772b80d75e1b43249
describe
'69456' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQU' 'sip-files00117.QC.jpg'
6eb3dadc7f2a3b2f0116989f4eefaeb5
87ee373b17815fd3a1b0840c05a108dbaf6c5ff6
describe
'32273' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQV' 'sip-files00143thm.jpg'
0803c100c4dd7cdcecc155345f5c1cff
a7133af60bc4a2072304cfead44503c36f7e20bd
describe
'32734' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQW' 'sip-files00067thm.jpg'
2ca948e5a62ec75a2ed24b30f2f20a7e
b69876146a13fc179714a1d6482890f5c86958a7
describe
'68389' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQX' 'sip-files00071.QC.jpg'
b6d471d1e2bf8687c660cf5ef871bdf8
2efe82edb00ac12e4d037a5fa9a4a141550c56d3
describe
'32988' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQY' 'sip-files00120thm.jpg'
ac47130814f256eeeef3b0de56e45956
ff0b8200fa13f5eba29b3809427900ccdc90ac84
describe
'32726' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIQZ' 'sip-files00041thm.jpg'
20dbfed017d8dec23962399ef8c99649
60c955a2c8d35f01e604dbeb39eb216da16aa4d5
describe
'32482' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRA' 'sip-files00015thm.jpg'
574911aa95ecd80ccc5fdb3e8b7872d1
1449551ea104d69be984c13d1e18d3814dca5df8
describe
'71453' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRB' 'sip-files00083.QC.jpg'
13943fa48f5cdd37ea6149c4262bf8f8
f7a6109ef405c47efb6c207702001ae6f2b7e331
describe
'32384' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRC' 'sip-files00071thm.jpg'
5660e811c968e26c41a4f89d306dbd29
8387103eecb60ef5378137bfb14791dbffd46e34
describe
'255033' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRD' 'sip-filesUF00074468_00001.xml'
159f0276d40c16bf642292be2a0b0b7b
50e05b655297cd8a0ecc079dd65fb9ec600ea2b7
describe
'2013-12-09T20:28:16-05:00'
xml resolution
'70293' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRE' 'sip-files00041.QC.jpg'
3a752c563d6b1aee4d306947580abe4a
f72a6b64c17d0b0ed10117cb8b535135cbc754f4
describe
'67866' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRF' 'sip-files00059.QC.jpg'
e542c337856d782035a9540863951b9d
4a578ad55643d3adfd95a83b11695a45d46c8929
describe
'67944' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRG' 'sip-files00073.QC.jpg'
ff56034086b5404a603820dbefc543a2
32e6745a61ec15c13c62a18ce1bfe19064f4d1ac
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRH' 'sip-files00079.QC.jpg'
7fce9610d3fe5756270ae0a4c78d8ba1
8839a1d3579fa1ff8049b6d73fd44d5634614e16
describe
'68618' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRI' 'sip-files00110.QC.jpg'
7b12c3147b748645e120815b3ce13243
943c8a3337fd7a9fe7a5e7cec798404416c9f8b7
describe
'32557' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRJ' 'sip-files00019thm.jpg'
add294a17586bdb9b6477db1d5d05f1d
4b7f9dd9862a0d213ad0bc5d87fb21ccaced213d
describe
'32938' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRK' 'sip-files00044thm.jpg'
8e09b7c1bf5366c7183f49b372141843
29ec9112c8b89b4639327b863abf684b457eb460
describe
'33058' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRL' 'sip-files00051thm.jpg'
62f1b40057a057d1454afe6c90c5e943
2a45c9a303e41c9f1b34124cbc67d76a3a5596f3
describe
'32610' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRM' 'sip-files00059thm.jpg'
297c5e9376f168448c15ce469e98424e
c4b94ddb7a75bdc97c3f2212eeda1fd3c5d0c59a
describe
'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRN' 'sip-files00089thm.jpg'
3da9834a695665b6f4dfd1b58bd4f82d
a8e1e6393e84b2f52cf58f9ef8afd5c18fa0509e
describe
'32845' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRO' 'sip-files00094thm.jpg'
8a326d65d1360a600512f8a764ad8ae7
939e648cd9f4e885cb83d651a0a527dc79f68cfc
describe
'32386' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRP' 'sip-files00103thm.jpg'
19347df4207eb733136f07fd4d3e9de7
aae7aa84772107039df17096ad7ed7928031c521
describe
'32569' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRQ' 'sip-files00109thm.jpg'
606ea302da58b8a2d1578387ca61f827
e62fbde7ca4109b8a3e7fe97e8e19975fa9272fe
describe
'31798' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRR' 'sip-files00126thm.jpg'
ea9183a8aa45b2f528086b710e8f3f0f
d3518a3eb002bf5be20e8f7fb96ef52871a49bb4
describe
'22850' 'info:fdaE20110222_AAAAENfileF20110222_AABIRS' 'sip-files00169thm.jpg'
11d1a73b60e3ae2a1d2e610b0828fe39
9f3b25456c7077e588b1018833c542c2d18491a5
describe



The Baldwin Library

Rm Bre}



‘The Cambridge Modern French Series

Junior Group

GENERAL Eprror: A. Witson-Green, M.A.

PREMIERES AVENTURES
DE

ROBINSON CRUSOE
Cambridge University Press
Fetter Lane, London
New York

Bombay, Calcutta, Madras
Toronto

Macmillan

Tokyo
Maruzen-Kabushiki-Kaisha

All rights reserved


[By courtesy of Messrs George G. Harrap & Company Ltd.
DANIEL DEFOE

PREMIERES AVENTURES
DE

ROBINSON CRUSOE

With Exercises and a Vocabulary by

Arthur Wilson-Green, M.A.
Radley College

CAMBRIDGE
AT THE UNIVERSITY PRESS
1928
vi GENERAL INTRODUCTION

idiom; often, to catch them even more than once. The
questions on the subject-matter are not of the kind that
may be answered by selecting some particular scrap of
the text. They involve some effort of intelligence, some
manipulation of the text. The general questions on words
and idioms aim at showing how the words of the text may
be used in quite other connections, in bringing them home
to “‘the business and bosoms” of the pupils, in building
up the vocabulary by association, comparison, and word-
formation. Often something will be learnt from the form
of the questions, and every question should be answered
with a complete sentence so that the repetition may help
memory. The questions on grammar will serve to test oral
work done in class. Each volume contains a systematic
series of questions on verbs and pronouns, with examples
drawn, where possible, from the text, and besides, each
exercise contains a question, or questions, on the grammar
of the pages on which it is based. Lastly, vocabularies are
provided for the convenience of those teachers who wish
for translation into English, in addition to, or instead of,
reading all in French. The editors of the different volumes
have practical experience of the teaching of French. Our
hope is that this new Series may make French teaching
more intelligent and more real, and therefore more inter-
esting and more effective; that it may help to give the
pupil an interest in French ideas and ideals which he will
not lose, and provide him in the classroom with an atmo-
sphere not altogether alien to that of France itself, the
other Fatherland, for

Chacun a deux pays,
Le sien et puis la France.

A. WILSON-GREEN.
EAST COTTAGE,
RADLEY,
April 14, 1915.
PREFACE

ITHIN these pages, and only slightly disguised in

an attractive French costume, will be found the
most famous of all heroes of fiction, Robinson Crusoe, the
creation of that ‘‘true-born Englishman,’ the versatile and
unresting, the inconsistent, shifty and unconquerable
Daniel Defoe.

It is this story which has started not a few of us on the
enviable career of a reader of books; it has been for many
the first story to leave charming and unforgettable
memories. Some of those who read it now in French may
here first make acquaintance with Robinson Crusoe, others
will merely grow more intimate with him. It is for them
to discover the secret of the world-wide appeal of Robinson.
We will suggest only one side of his charm; he presents the
picture of the average man contending with all sorts of
difficulties, facing them boldly, and in the end triumphantly
overcoming them. Each of us can figure himself as
Robinson Crusoe and feel proud and happy in consequence.

The text we offer is in the main the recent translation
published by MM. Garnier Fréres, and to them our very
cordial thanks are due for their kind permission to make
use of it. The translation has been compared with the
English original and with the classical French translation
of Saint-Hyacinthe and Van Effen. Such changes as have
been made bring it perhaps a little nearer to Defoe. The
English reader has not been denied altogether the robust
and wholesome flavour which Defoe gave to his work. In
the English phrases given for translation in the Exercises,
and in the Lexique, traces will be found of it.

Defoe wrote on a thousand subjects and on education
among them. It is possible, or even probable, that he
viii PREFACE

would have looked with a friendly eye upon this enterprise
of making use of his immortal work in the teaching of
French, for he was an advocate of the study of modern
languages. It is certain he would have welcomed with
enthusiasm any proposal likely to put money, however
little, into his pocket. His chief representative in France
to-day is Dr Paul Dottin, of the University of Toulouse,
who has devoted to him three volumes, remarkable alike
for their documentation and learning, their interest and
liveliness. Dr Dottin has given us his support and en-
couragement. Robinson Crusoe is known in every school
in France and his return to England as Robinson Crusoé
affords a new link between the schoolboys and schoolgirls
of the two countries.

A. W.-G.

RADLEY.
14 April, 1928.
PREMIERES AVENTURES
DE

ROBINSON CRUSOE

Je suis né dans la ville d’York, en 1632, d’une famille
honnéte, d’origine étrangére. Mon pére était de Bréme, et
il s’était d’abord établi a Hull. Aprés avoir acquis une
assez belle fortune dans le commerce, il se retira 4 York,
ow il épousa ma mére, dont les parents, nommés Robinson,
étaient d’une ancienne et bonne maison du comté. Ce fut
a cause d’eux que l’on me nomma Robinson Kreutznaer;
mais, par une altération de mots assez ordinaire aux An-
glais, on prononce maintenant, et nous-mémes nous pro-
noncons et écrivons, notre nom Crusoé.

Mon pére me destinait a l'état de légiste; mais je ne
révais que voyages sur mer, et cette inclination naturelle
semblait une fatalité par laquelle j’étais poussé a la vie
misérable que je devais mener.

Mon pére, homme grave et sage, me fit de sérieuses
représentations pour me détourner du dessein qu’il voyait
se former dans ma téte.

Ensuite il me conjura dans les termes les plus affec-
tueux de ne point agir en jeune homme, de ne point me
précipiter en des miséres que la nature et la fortune m’a-
vaient épargnées. Il me dit que je n’avais pas besoin de
gagner mon pain, qu'il comptait me soutenir convenable-
ment dans la profession a laquelle il me destinait pour me
conduire a la position qu’il venait de me dépeindre. “Ce
sera, dit-il, votre faute si vous ne parvenez pas a une situa-
tion prospére; je n’en serai point responsable, j’ai rempli
mon devoir en vous éclairant sur le danger du parti que
vous paraissez disposé 4 prendre. Enfin je suis prét a faire
beaucoup pour vous, si vous voulez vous établir ici suivant

WG I
2 PREMIERES AVENTURES DE

mes conseils; mais je ne veux avoir aucune part a votre
malheur en facilitant votre départ.”’

Malgré tout cela, étant allé un jour 4 Hull, par hasard et
sans aucun dessein de m’échapper, je trouvai la un de mes
camarades d’école, prét a partir pour Londres sur un bati-
ment appartenant a son pére. I] m’engagea a l’accom-
pagner, en employant le moyen de séduction habituel aux
marins, savoir que mon passage ne me cotiterait rien. Alors,
sans consulter pére ni mére, sans leur donner avis de mon
départ, les laissant apprendre cette nouvelle quand et
comme ils pourraient, ne songeant a implorer ni la béné-
diction paternelle ni celle de Dieu, ne considérant ni les
circonstances ni les conséquences de ma démarche, le ret
septembre 1651 (jour fatal, comme la suite l’a démontré),
je montai sur un batiment destiné pour Londres.

A peine étions-nous sortis du port que le vent souffla
violemment et que les vagues s’élevérent; et comme c’était
la premiére fois que j’allais en mer, je fus et trés malade
et fort effrayé. Je réfléchis alors sérieusement 4 ce que
j’avais fait, et je sentis la justice du chatiment que le Ciel
minfligeait pour avoir si indignement quitté la maison
paternelle et trahi mes devoirs.

L’orage continua avec une telle furie que les hommes
de l’équipage n’en avaient jamais vu de semblable. Notre
batiment était bon; mais il avait une forte charge, et il
plongeait si profondément dans les vagues, que les matelots
criaient 4 chaque moment qu'il sombrait. I était heureux
pour moi que je ne connusse point la signification de ce mot;
je lappris bien vite. Cependant le gros temps ne cessait
point; je vis ce que l’on voit rarement, le capitaine, le
second, le pilote et quelques-uns des plus sensés de ]’équi-
page, priant 4 genoux et se préparant a couler bas.

Nous luttions encore; mais il était évident que nous
coulerions a fond, et, bien que la tempéte ffit un peu calmée,
nous ne pouvions espérer que le navire fit en état de nous
ROBINSON CRUSOE 3

conduire a terre. Le capitaine continua donc ses signaux
de détresse, et un petit batiment qui se trouvait devant
nous risqua de nous envoyer un bateau. Par le plus
heureux hasard, ce bateau vint assez prés de nous; mais
il nous était impossible d’y descendre, car il ne pouvait
nous aborder. Enfin ceux qui le montaient ramérent avec
énergie, exposant leur vie pour sauver la nétre; nos gens
purent leur jeter une corde avec une bouée; ils la saisirent
avec beaucoup de peine et de danger; nous tirames le
bateau sous notre poupe, et nous y descendimes tous, Il
ne fallait pas songer 4 gagner le batiment qui nous avait
secourus, et, d’un commun accord, on convint de laisser
flotter le bateau en le dirigeant doucement vers la terre,
et notre capitaine promit de le payer s'il se brisait en
échouant. Ainsi, partie en ramant, partie en allant au
gré du vent, nous nous dirigedmes au N. vers la céte, a
la hauteur de Winterton Ness.

A peine avions-nous quitté notre batiment depuis un
quart d’heure, quenouslevimess’enfoncer. Je compris alors
ce qu’on entendait par les termes sombrer et couler a fond.
Ma vue n’était pas bien nette lorsque les matelots me
montrérent le navire qui disparaissait ; et depuis le moment
oti je fus porté plutét que conduit dans le bateau, j’étais
resté demi-mort de frayeur pour le présent et pour l’avenir,

Tandis que nous étions dans cette situation, les matelots
ramant vigoureusement pour gagner lerivage, nous voyions,
quand la barque montait sur les vagues, une foule de gens
qui accouraient sur le bord de-la mer dans l’intention de
nous secourir dés que nous serions a leur portée. Mais nous
approchions trés lentement de la cdte, et nous ne ptimes
la toucher qu’aprés avoir dépassé le phare de Winterton,
a l’endroit of la rive, fuyant 41’O. du cété de Cromer, brise
un peu la violence des vagues. Enfin, non sans beaucoup

.de difficultés, nous débarquames tous sains et saufs, et
nous nous rendimes a pied 4 Yarmouth. Nous y fiimes

T-2
4 PREMIERES AVENTURES DE

traités avec l’humanité réclamée par notre malheur; les
magistrats nous assignérent de bons logements, et les
négociants et armateurs de la ville nous donnérent, en se
cotisant, les moyens de nous rendre a Londres ou de re-
tourner 4 Hull.

Si j’avais eu le bon sens de prendre ce dernier parti et
de rentrer au logis, j’aurais été trop heureux, et mon pére,
pour me servir de la parabole de notre divin Sauveur, aurait
tué le veau gras en réjouissance de mon retour; car, aprés
avoir appris que le batiment sur lequel j’étais avait péri
dans la rade d’ Yarmouth, il demeura longtemps sans savoir
que je n’étais pas noyé.

Mais ma mauvaise destinée me poussait avec une obsti-
nation invincible; et bien que la raison me sollicitat, dans
les moments de réflexion calme, de revenir sous le toit
paternel, il me fut impossible de m’y décider.

Cette influence funeste qui m’entraina d’abord loin de
la maison paternelle, qui m’inspira l’idée téméraire et irré-
fléchie d’agrandir ma fortune, et grava cette idée si for-
tement dans mon esprit qu’elle me rendit sourd aux bons
avis, aux priéres, méme aux ordres de mon pére; cette
influence, dis-je, quelle que fit sa nature, me jeta dans la
plus malencontreuse des entreprises. Je montai a4 bord
d’un vaisseau destiné pour la céte d’Afrique, ou la céte de
Guinée, comme |’appellent nos marins.

Mon plus grand malheur dans tous mes voyages fut de
refuser de m’enréler parmi les matelots. J’aurais, il est
vrai, dans ce cas, travaillé plus durement que je n’y étais
accoutumé; mais avec le temps je serais devenu con-
tremaitre ou lieutenant, peut-étre méme patron. Mais
j’étais destiné a prendre toujours le pire de tous les par-
tis, et, me voyant de l’argent dans ma poche et de bons
habits sur le dos, je m’embarquai toujours comme passager,
en sorte que je n’avais rien a faire et n’apprenais rien a
bord.
ROBINSON CRUSOE 5

A mon arrivée a Londres, je fus assez heureux pour ren-
contrer bonne compagnie, chance peu commune pour un
jeune homme étourdi et égaré comme je l’étais alors;
car le diable ne manque pas de leur tendre promptement
‘des piéges, et je n’eus pas 4 combattre ce danger. Ma pre-
miére connaissance fut le capitaine ou patron d’un navire
qui revenait de la cote de Guinée, et qui, s’étant bien trouvé
de son voyage, se disposait 4 le recommencer. Ce brave
homme prit gofit 4 ma conversation, qui alors n’était pas
sans quelque agrément, et, sachant que je désirais voir le
monde, il me proposa de l’accompagner, me dit qu il ne
m’en cotiterait rien, que je partagerais sa table, et que,
si je voulais emporter quelques marchandises, je pourrais
m’en défaire avantageusement, peut-étre méme avec un
bénéfice propre a m’encourager.

J’acceptai; je me liai trés étroitement avec ce capitaine,
homme parfaitement honnéte et franc, et j’emportai une
petite pacotille qui me produisit beaucoup, grace a la
bienveillance désintéressée de mon ami. J’avais acheté
par son conseil pour environ quarante livres sterling de
verroteries et autres bagatelles, et j’avais réuni ce fonds
a l’aide de quelques-uns de mes parents avec lesquels je
correspondais, et qui, je le suppose, engagérent mon pére
et ma mére a contribuer 4 ma premiére aventure.

Je puis dire que, de tous mes voyages, celui-ci est le seul
qui m’ait réussi; et cela, je le dois a l’intégrité de mon ami
le capitaine, sous lequel j’acquis une connaissance suffisante
de la navigation. J’appris 4 tenir-le journal d’un bati-
ment, a noter les observations, toutes choses qu’un marin
doit savoir. Il avait autant de plaisir 4 enseigner que j’en
avais 4 m’instruire; aussi je devins pendant cette traversée
négociant et homme de mer, et je rapportai cinq livres
neuf onces d’or en échange de ma pacotille, ce qui me donna
a Londres trois cents guinées. Ce succés me remplit de
pensées ambitieuses qui complétérent ma ruine.
6 PREMIERES AVENTURES DE

Cependant, méme en ce voyage, j’eus quelques traverses;
entre autres, je ne cessai d’étre malade tout le temps de
notre séjour en Afrique, l’excessive chaleur m’ayant donné
une fiévre violente.

J étais donc devenu commergant sur les cdtes de Guinée,
et mon ami, pour mon trés grand malheur, étant mort peu
de temps aprés son retour, je me décidai a4 refaire le méme
voyage et m’embarquai sur son batiment, alors commandé
par son contremaitre. Jamais expédition ne fut plus
désastreuse. Je n’avais emporté que la valeur de cent
guinées, sur mon pécule nouvellement acquis, et j’en laissai
deux cents dans les mains de la veuve de mon ami, laquelle
se conduisit trés loyalement avec moi.

J éprouvai de grandes mésaventures. D’abord, en nous
dirigeant vers les Canaries, pour passer entre ces iles et
la cote d’Afrique, nous fiimes surpris, pendant le crépus-
cule du matin, par un corsaire turc de Salé. I] nous donna
la chasse a toutes voiles. De notre cdté, nous déployames
toutes les nétres; mais le pirate gagnait toujours sur nous,
et ne pouvait manquer de nous atteindre en peu d’heures;
nous nous prépardmes donc a combattre. Nous avions
douze canons et l’écumeur en avait dix-huit.

Vers trois heures de l’aprés-midi, il était sur nous; mais
comme il nous prit en flanc par méprise, au lieu de nous
prendre en poupe comme il en avait l’intention, nous por-
tames huit de nos canons du cété attaqué et lachames
une bordée qui fit reculer l’assaillant, non toutefois sans
qu il ripostat a notre feu, en joignant a la décharge de ses
canons celle de la mousqueterie de deux cents hommes
qu il avait a bord. Pas un de nos gens ne fut atteint, et
tous gardérent leurs rangs bien serrés. Le Turc se prépara
a une nouvelle attaque, et nous a la défense; mais cette
fois il nous aborda par l’autre céoté et jeta soixante hommes
sur notre pont, lesquels se mirent sur-le-champ a4 couper
et hacher notre voilure et nos agrés.
ROBINSON CRUSOE 7

Nous les regtimes avec des mousquets, des demi-piques,
des grenades et autres armes, et deux fois nous les chas-
sames de notre pont; enfin, pour abréger cette triste scéne,
le batiment ne pouvant plus tenir la mer et trois de nos
hommes ayant été tués et huit autres blessés, nous fiimes
forcés de nous rendre, et l’on nous emmena 4 Salé, petit
port de la céte de Barbarie.

Je ne fus pas aussi maltraité par les Maures que je le
craignais dans le premier moment, et l’on ne me conduisit
point, comme le reste de nos gens, a la résidence de l’em-
pereur, dans l’intérieur du pays; mais le capitaine me
garda pour sa part de la prise parce que j’étais jeune et
capable de lui étre utile. Ce changement subit, ce passage
de la condition d’un négociant a celle d’un misérable esclave
m’accabla complétement, et je me rappelai alors le dis-
cours prophétique de mon pére, qui m’assurait que je
serais malheureux et n’aurais personne pour me secourir.
Je crus ce moment arrivé, n’imaginant pas qu'il pat en
arriver un pire. Maintenant, pensai-je, la main du Ciel
s’appesantit sur moi; je suis perdu sans ressource. Hélas!
ce n’était que le prélude des maux que je devais souftrir,
comme on le verra dans la suite de cette histoire.

Mon nouveau patron ou maitre m’ayant conduit 4 son
logis, j’espérais qu'il m’emménerait avec lui quand il irait
en mer, et je pensais qu’un jour ou l'autre il serait pris par
quelque vaisseau de guerre espagnol ou portugais et que
je recouvrerais ma liberté. Je me trompai en cela; car,
lorsqu il s’embarquait, il me laissait chez lui pour soigner
son petit jardin et remplir les devoirs ordinaires des esclaves
dans sa maison; et, lorsqu’il revenait de croisiére, il me
faisait coucher dans la cabine de son batiment, afin de
le tenir en ordre.

Je ne songeais qu’a trouver le moyen de m’échapper;
mais il ne s’en présentait pas un seul qui fait praticable.

x

Je ne pouvais confier 4 personne mes projets, soit pour
8 PREMIERES AVENTURES DE

les faciliter, soit pour s’y associer, puisqu’il ne se trouvait
parmi mes compagnons aucun esclave anglais, irlandais ou
écossais. Ainsi pendant deux ans, bien que l’idée de fuir
me restat toujours comme une espérance de salut éloignée,
je n’entrevis aucune chance favorable a mon dessein.

Au bout de ces deux années, une circonstance singuliére
me remit en téte mes premiers projets de fuite. Mon maitre
resta une fois plus longtemps que de coutume sans se
remettre en course, faute d’argent, 4 ce qu’on disait; et
pendant cet intervalle, il allait une ou deux fois par semaine,
plus souvent méme quand le temps était beau, pécher dans
la rade avec la pinasse. Il me prenait toujours avec lui
dans ces excursions, ainsi qu’un petit Maure qui tenait la
rame; et tous les deux nous tachions de divertir le patron.
Comme j’étais adroit et heureux a la péche, mon maitre
m’envoyait quelquefois, avec un de ses parents et le petit
Maure, pécher un plat de poissons quand il en avait besoin.

Une fois, nous étions partis pour la péche par une ma-
tinée séche et calme, et tout a coup il s’éleva un brouillard
tellement épais, que nous perdimes de vue la céte, dont
nous étions éloignés 4 peine d’une demi-lieue. Naviguant
a laventure, nous travaillames rudement a la rame tout
le jour et toute la nuit; et, quand le soleil se leva, nous
vimes qu’au lieu de pousser au rivage nous avions poussé
au large, et que déja nous nous trouvions a deux lieues de
terre. Cependant nous rentrdmes sans la moindre avarie
mais non sans peine et sans danger; de plus nous étions
tous affamés. ~

Averti par cet accident, notre patron résolut de ne plus
s’exposer ainsi, et comme il avait 4 sa disposition le long
bateau de la prise anglaise, il le fit arranger, ne voulant
plus aller a la péche sans étre pourvu d’une boussole et
de quelques provisions. Il ordonna au charpentier de son
vaisseau (un esclave anglais comme moi) de construire au
milieu du bateau une petite cabine semblable a celle d’une
ROBINSON CRUSOE 9

barque, en ménageant par derriére la place d’un homme
pour diriger la grande voile, et par devant, un espace suf-
fisant pour que deux autres hommes pussent manceuvrer.

Cette embarcation allait avec ce que nous appelons une
voile latine ou triangulaire; la vergue s’inclinait sur le
toit de la cabine, dans laquelle le patron pouvait tenir avec
deux esclaves, son lit, une table, de petites armoires con-
tenant des bouteilles de la liqueur qu'il jugeait 4 propos de
boire, son pain, son riz et son café.

Nous allions souvent a la péche dans ce bateau, et comme
j’étais plus habile que mon maitre a cet exercice, il n’y
allait jamais sans moi. Il devait un jour faire une partie
de promenade ou de péche avec deux ou trois personnages
d’une certaine distinction dans la ville, et pour lesquels il
avait fait de grands préparatifs. Dés la veille j’avais eu
lordre de porter dans la barque plus de provisions qu’a
Vordinaire, et en outre, de la poudre et des dragées prises
dans le vaisseau du patron, parce qu'il voulait aussi
chasser.

J’exécutai ces ordres, et le lendemain matin j’attendais
sur le bateau, bien lavé et toutes ses banderoles déployées,
larrivée de mon maitre et de ses hétes, lorsque je le vis
venir le premier tout seul: il me dit que des circonstances
imprévues avaient dérangé son projet de promenade, et
me commanda d’aller avec un rameur et le jeune garcon
pécher quelques poissons pour ses amis, qui devaient
souper chez lui. En ce moment, mes anciennes idées de
fuite se réveillérent vivement dans mon esprit. Je disposais
d’un petit batiment, et, quand mon maitre fut parti, je
songeai a me préparer non pas a la péche, mais a une longue
course, sans savoir de quel cété je me dirigerais; tous les
lieux m’étaient bons, pourvu que je m’éloignasse.

D’abord j’inventai un prétexte pour envoyer le Maure
chercher quelque chose 4 manger pour nous. ‘‘I] ne nous
convient pas, lui dis-je, de manger du pain de notre maitre.”
Io PREMIERES AVENTURES DE

Il me répondit que j’avais raison, et il apporta dans la
barque un grand panier de rhousk, sorte de biscuit en usage
dans le pays, et trois jarres d’eau fraiche. Je savais ot le
patron tenait ses bouteilles, que leur forme faisait recon-
naitre pour avoir été prises sur des vaisseaux anglais; j’en
portai un certain nombre sur le bateau, tandis que le
rameur était a terre, afin qu'il crit qu’elles avaient été
embarquées pour le maitre. Je pris encore a bord un bloc
de cire d’environ cent livres, pour en faire des chandelles,
un paquet de ficelle, une scie, un marteau, une hachette,
tous objets utiles, surtout la cire. Je tendis un autre
piége 4 mon camarade, et il s’y laissa prendre fort inno-
cemment. Son nom était Ismaél, dont le diminutif est
Muley. Je lui dis donc: ‘‘ Muley, les fusils du patron sont
a bord; si vous pouviez avoir un peu de poudre et de plomb,
nous tuerions peut-étre pour nous quelques alkamis (espéce
de courlis). Vous savez ott sont les munitions de canonnier
sur le vaisseau? — Oui, oui, dit-il, et je vais en chercher.”’
Il apporta en effet du vaisseau une grande poche en cuir
contenant au moins une livre et demie de poudre, et une
autre remplie de dragées et de balles. Pendant ce temps
j’avais trouvé un peu de poudre dans notre cabine, et j’en
avais rempli une des bouteilles de l’armoire, aprés avoir
transvasé dans une autre bouteille un reste de liqueur
qu'elle contenait.

Ainsi pourvu des choses les plus nécessaires, nous fimes
voile en apparence pour aller pécher. On nous connaissait
au chateau situé a l’entrée du port, et l’on ne prit pas garde
a nous; et sit6t que nous fimes a un mille du port, nous
pliames la voile pour commencer notre péche. Le vent
était au N.-N.-E., ce qui ne m’était pas favorable. S’il
efit été au S., j’aurais facilement gagné la cote d’Espagne,
du moins la baie de Cadix. Toutefois ma résolution im-
muable était de sortir malgré vent et marée de ce lieu
maudit, et d’abandonner le reste au destin.
ROBINSON CRUSOE II

Aprés que nous etimes péché quelque temps sans rien
prendre, car si je sentais du poisson 4 mon hamecon je ne
cherchais pas a le tirer, je dis 4 mon compagnon: ‘“‘ Nous
ne faisons ici rien qui vaille, le patron sera mécontent, il
faut aller plus loin.”” Le Maure, ne pensant point a mal,
consentit 4 ma proposition, et, se trouvant a la proue, il
déploya les voiles, tandis que je tenais le timon. Nous
allames a une lieue au large; alors je pris la position
ordinaire pour la péche, et, donnant le timon au jeune
garcon, j’avancai vers le Maure; je me baissai comme pour
ramasser quelque chose derriére lui, et, le prenant par
surprise, je passai mon bras autour de sa ceinture et le
lancai par-dessus le bord. Il remonta sur l’eau presque au
méme instant, car il nageait comme un poisson, et il me
supplia de le prendre a bord, assurant qu il irait ot je
voudrais. I] nageait si vite qu'il aurait eu bientét regagné
le bateau, le vent n’étant pas trés fort ; mais j’allai chercher
dans la cabine un fusil de chasse et je couchai en joue mon
homme, en lui disant: “ Je ne vous ai fait aucun mal et ne
vous en ferai point, si vous me laissez tranquille. Vous nagez
assez bien pour regagner le rivage; la mer est calme, faites
tous vos efforts pour arriver a terre, vous n’aurez rien a
craindre de moi; mais, si vous approchez du bateau, je
vous brie la cervelle. Je suis décidé 4 me sauver.’’ Alors
il se retourna et nagea vers la céte qu il sut atteindre
facilement.

Je me serais peut-étre décidé a garder cet homme avec
moi et a noyer le jeune gargon; mais il ett été imprudent
de m’aventurer avec le premier, qui était aussi fort que
moi. Lorsqu’il se fut éloigné, je dis au gargon, qui se nom-
mait Xury: “‘J’aurai soin de vous, Xury, si vous me pro-
mettez fidélité; mais si vous ne voulez pas m’engager
votre foi, c’est-A-dire jurer de m’étre fidéle, par Mahomet
et la barbe de son pére, je vous jetterai a4 la mer comme
votre camarade.”’ Ce gargon me regarda en souriant avec
12 PREMIERES AVENTURES DE

un air de si grande innocence qu'il m’était impossible de
me méfier de lui. I] jura qu’il me serait fidéle et me suivrait
au bout du monde.

Tant que je restai en vue du Maure qui nageait, je dirigeai
le bateau de maniére a lui faire supposer que je voulais
gagner lembouchure du détroit; et c'est ce que tout
homme ayant l’usage de sa raison aurait di faire. En effet,
on ne pouvait croire que nous irions au S., vers des cétes
vraiment barbares, ott des peuplades entiéres de noirs
viendraient nous entourer dans leurs canots et nous ex-
terminer, ot: nous ne pourrions débarquer nulle part sans
étre dévorés par des bétes sauvages ou des étres humains
encore plus impitoyables qu’elles.

Aussitét que le jour baissa, je changeai de direction et
mis le cap droit au S., en appuyant un peu a l’'E., afin de
ne pas m’éloigner trop des cétes. Le vent était frais, la
mer tranquille, et je marchai si vite que le lendemain,
quand je pris terre, a trois heures de |’aprés-midi, j’étais
au moins a cent cinquante milles de Salé et tout a fait hors
des domaines de l’empereur du Maroc et de tout autre
souverain, car nous ne vimes personne.

Cependant la frayeur que j’avais de retomber dans les
mains des Maures m’avait empéché de m/arréter, d’aller
a terre ou de jeter l’ancre; et le vent continuant d’étre bon
pendant cing jours et passant alors au S., je pensai que si
quelques batiments me donnaient la chasse, ils seraient
forcés de me laisser, et je risquai alors de m’approcher des
cétes. Je mis a l’ancre prés de l’embouchure d’une petite
riviére inconnue, en vue d’une terre également inconnue,
oti je ne vis personne et ne désirais voir personne, la
principale chose dont j’avais besoin étant de l’eau fraiche.
Nous entrames le soir dans la crique, résolus de gagner la
terre a la nage dés qu'il ferait nuit, et d’aller a la décou-
verte; mais quand la nuit fut venue, nous entendimes un
vacarme si épouvantable de hurlements, d’aboiements, de
ROBINSON CRUSOE . 13

rugissements de bétes sauvages dont nous ne pouvions
reconnaitre l’espéce, que le pauvre garcon, mourant de
peur, me conjura de ne pas débarquer avant le jour.
“Eh bien! dis-je, Xury, j’attendrai le jour; mais alors
nous trouverons peut-étre des hommes aussi méchants
que ces animaux. — Sinous trouver ces méchants hommes,
dit Xury en riant, nous leur envoyer des balles, et eux
senfuir....”’ I] avait appris 4 baragouiner l’anglais en
causant avec des esclaves de mon pays. Cependant sa
gaieté me fit plaisir, et, pour l’entretenir, je lui donnai un
petit verre du rhum de notre maitre. Son avis, toute ré-
flexion faite, me parut bon; je le suivis. Nous jetames
l’ancre et restames tranquilles toute la nuit; je dis tran-
quilles, cependant nous ne piimes dormir; car vers deux
ou trois heures nous vimes des bétes énormes, auxquelles
nous ne pouvions donner de nom, venir sur le rivage et
courir dans l’eau en se vautrant et se plongeant comme
pour se rafraichir, et en poussant des cris tellement
horribles, que je n’entendis jamais rien de pareil.

Xury fut mortellement effrayé; je le fus moi-méme; et
notre terreur redoubla quand nous entendimes qu’un de
ces monstres nageait vers notre barque. Nous ne pouvions
le voir, mais, a son souffle, il était facile de reconnaitre
que c’était un animal furieux et trés puissant. Xury pré-
tendit que c’était un lion et cela pouvait étre en effet. Le
pauvre gargon me criait de lever l’ancre et de nous sauver.
“Non, dis-je, Xury, nous allongerons seulement notre
cable, afin de gagner le large, et il ne pourra nous suivre.”
J’avais 4 peine prononcé ces paroles, que je vis l’animal
a deux longueurs de rame, ce qui me surprit un peu.
J’entrai sur-le-champ dans la cabine, je pris un fusil, et
je tirai sur la béte qui se retourna a l’instant et regagna
le bord.

Mais il est impossible de décrire le bruit effroyable qui
s’éleva tant sur la rive que plus haut dans la campagne,
14 PREMIERES AVENTURES DE

lorsque je tirai un coup de fusil, chose que j’avais toutes
raisons de croire nouvelle pour ces animaux. Cela me
prouva qu'il n’y avait point de stireté pour nous a dé-
barquer de nuit sur cette céte et il était douteux que nous
pussions nous y aventurer méme le jour; car nous avions
autant de dangers a craindre des sauvages que des lions
et des tigres; du moins nous avions également peur des
uns et des autres.

Quoi qu il dit arriver, néanmoins, il fallait descendre a
terre pour avoir de l’eau, puisqu’il ne nous en restait pas
une pinte; la question était de savoir oti la chercher. Xury
me dit que, si je voulais qu'il descendit a terre avec une
des jarres, il trouverait de l’eau fraiche s’il y en avait et
m’en rapporterait. Je lui demandai pourquoi il voulait
aller a terre, au lieu de m’y laisser aller et de rester dans
le bateau, et sa réponse affectueuse me le fit aimer chére-
ment pour toujours. ‘Si les hommes sauvages viennent,
dit-il, eux manger moi, et vous partir. — Eh bien! Xury,
dis-je, nous irons tous les deux, et si les sauvages viennent,
nous les tuerons, et ils ne mangeront ni vous ni moi.” Je
donnai 4 Xury un morceau de biscuit et un demi-verre de
ces liqueurs du patron desquelles j’ai déja parlé; nous
approchames de la céte, et, trouvant un endroit favorable,
nous gagnames la terre en marchant dans |’eau, chargés
de nos armes et d’une jarre.

Je ne voulais pas m’éloigner du bateau, parce que je
craignais les sauvages qui pouvaient descendre la riviére
dans des canots. Cependant mon petit compagnon apercut
un terrain bas a une certaine distance; il s’élanga de ce cété
mais bientét il revint en courant. Je le crus poursuivi par
quelque sauvage ou quelque béte, et je volai 4 son secours}
lorsque je fus prés de lui, je vis qwil portait suspendu a son
dos un animal qu il avait tué. C’était une sorte de liévre
différent des nétres seulement par la couleur du poil et la
longueur des pattes. C’était pour nous une bonne aventure;
ROBINSON CRUSOE 15

car ce gibier nous fournit un repas excellent. Mais Xury
se réjouissait surtout d’avoir trouvé de l’eau fraiche et
point d’hommes sauvages.

Peu aprés nous découvrimes que nous n’avions pas
besoin de prendre tant de peine pour avoir de l’eau fraiche;
car nous trouvames l’eau douce a la marée basse, en avan-
cant dans la crique. Nous remplimes nos jarres, nous fimes
un bon repas avec le liévre, et nous nous disposdmes a
repartir.

Aprés cette halte, nous courtiimes au S. pendant dix a
douze jours, épargnant nos vivres qui baissaient beaucoup
et descendant souvent a terre pour avoir de l’eau. Mon
dessein était de gagner la riviére Gambie ou le Sénégal,
c’est-a-dire la hauteur du Cap Vert, parce que j’espérais
rencontrer en ces parages des vaisseaux européens. Si
mon espérance se trouvait décue, mon unique ressource
était d’essayer d’atteindre les jles ou bien de prendre terre
dans le pays des négres, au risque d’étre massacré. Je
savais que les batiments frétés des ports d’Europe pour
la céte de Guinée, le Brésil et les Indes, doublent le Cap
Vert ou les fles; bref, je ne voyais que cette alternative,
ou de rencontrer quelque vaisseau, ou de périr.

Je suivis donc ce plan pendant plus d’une semaine.

Un jour que j’étais dans la cabine, ot! je m’étais assis
tout pensif, Xury me cria tout a coup: “Maitre, un vais-
seau, une voile!” Et le pauvre garcon mourait de peur,
imaginant que ce vaisseau appartenait a notre patron et
qu’il était envoyé aprés nous. Mais je savais trop bien que
nous étions hors de sa portée, et sortant de la cabine, non
seulement je distinguai le navire, mais encore je pus le
reconnaitre pour un batiment portugais. Je le crus d’abord
destiné a la traite des négres sur la céte de Guinée; cepen-
dant, lorsque j’observai son cours, je vis qu'il avait un
autre but, et que probablement il n’approcherait pas
davantage de la terre. Je me déterminai donc a m’avancer
16 PREMIERES AVENTURES DE

au large, le plus possible, pour tacher de me faire remarquer
par ce navire.

Je vis bient6t que, méme en déployant toutes mes voiles,
je ne pourrais me trouver sur sa ligne et qu'il passerait sans
apercevoir mes signaux; mais j’étais réduit 4 la derniére
extrémité; il fallait encore tenter cette chance; je fis les
plus grands efforts, et je commengais a4 désespérer de leur
succés, quand les gens du vaisseau m’aper¢urent, a ce quwil
parait, avec leurs lunettes d’approche. Ils pensérent que
nous appartenions a un vaisseau européen qui s’était
perdu, et aussit6t ils diminuérent de voiles pour nous
laisser arriver. Encouragé par cette vue, je me servis du
pavillon de mon maitre, que j’avais a bord, pour faire un
signal de détresse; puis je tirai un coup de fusil. Les deux
signaux, le pavillon et la fumée du coup de fusil, furent
apercus; mais la détonation du dernier ne fut pas entendue.
Le navire s’arréta pour m’attendre et je le rejoignis au
bout de trois heures.

On me demanda qui j’étais, en portugais, en espagnol
et en francais mais je n’entendais aucune de ces langues;
enfin un tailleur écossais qui se trouvait 4 bord me parla
anglais, et je lui répondis que je m’étais échappé de I’es-
clavage des Maures de Salé. Alors je fus invité 4 monter
sur le batiment, ot l’on m’accueillit avec bonté, moi et
tous mes bagages.

Ce fut pour moi une joie inexprimable de me voir déli-
vré d’une situation qui me semblait la plus malheureuse
du monde et presque sans espoir. Pour montrer ma recon-
naissance au capitaine, je voulais lui donner tout ce que
je possédais; mais il me répondit avec beaucoup de géné-
rosité qu’il ne voulait rien accepter et qu'il me rendrait
tout ce qui m’appartenait en arrivant au Brésil. ‘“‘ Je vous
ai secouru, disait-il; comme je voudrais que l’on me se-
courtit en pareil cas; de plus, si je vous menais au Brésil
en vous privant de tout ce que vous avez, vous péririez de
ROBINSON CRUSOE 17

misére en ce pays, si éloigné du vétre, et je compromettrais
ainsi votre vie aprés l’avoir sauvée. Non, non, senhor Inglese
(monsieur |’ Anglais), je vous conduirai jusqu’a ma destina-
tion par pure charité, et les choses que vous m’offrez ser-
viront a votre subsistance au Brésil et aux frais de votre
retour.”

S’il se montra plein d’humanité en me parlant ainsi,
lexécution littérale de ses promesses me prouva également
sa parfaite loyauté. Il défendit 4 ses matelots de toucher
a mes effets; il les prit sous sa protection et en fit un in-
ventaire exact, pour me les rendre a notre débarquement,
n’oubliant pas méme mes trois jarres de terre.

Il me proposa d’acheter mon bateau, qui était trés bon,
et me demanda combien je voulais en avoir. Je répondis
qu il avait agi envers moi avec trop de bonté sous tous les
rapports, pour que je lui demandasse aucune rétribution
pour mon bateau, et qu'il était 4 son service. I] refusa, et
dit qu il me donnerait un billet de quatre-vingts piéces de
huit, payable au Brésil, et qu’une fois 1a, si je trouvais a
me défaire du bateau a de meilleures conditions, il me
le remettrait. Il m’offrit en outre soixante piéces pour mon
petit Maure. Je me sentis une grande répugnance a prendre
cet argent; non que je fusse faché de donner Xury au
capitaine; mais j’avais du regret de vendre la liberté de ce
pauvre garcon, qui m’avait aidé avec tant de zéle a re-
couvrer la mienne. Le capitaine, auquel j’avouai mes
scrupules, les approuva, et me proposa un arrangement qui
pouvait tout aplanir; c’était de s’engager par écrit a
rendre la liberté 4 Xury au bout de dix ans, s’il se faisait
chrétien. Xury parut satisfait de cette convention, et je
le remis entre les mains de son nouveau maitre,

Aprés une heureuse traversée de vingt-neuf jours, nous
arrivames dans la baie de Tous-les-Saints, et c’est ainsi
que je fus délivré de la plus malheureuse des conditions
humaines.

WG 2
18 PREMIERES AVENTURES DE

Peu- de jours aprés, le capitaine me logea dans la
maison d’un homme aussi bon et aussi honnéte que lui; cet
homme exploitait un ingeino, c’est-d-dire une plantation
et une usine a sucre. Je demeurai chez lui quelque temps,
et cela me donna l’occasion de m/’instruire des procédés
employés a la culture et 4 la fabrication du sucre. Je re-
marquai aussi la douce vie que menaient les planteurs,
et les fortunes rapides quils faisaient, et cela me donna
Venvie de solliciter une licence et de devenir planteur en
ce pays. J’avisai aux moyens de faire venir mon argent
de Londres; j’obtins une sorte de lettre de naturalisation,
j’achetai la quantité de terre que je pouvais payer, et je
formai le plan d’un établissement proportionné au capital
que je me proposais de tirer d’Angleterre.

J’avais un voisin né a Lisbonne, de parents anglais, qui
se nommait Wells et se trouvait en des circonstances
analogues aux miennes. Je l’appelle voisin, parce que sa
plantation était contigué 4 la mienne, et que nous vivions
trés cordialement ensemble. Mes fonds, comme les siens,
étaient peu considérables, et nos efforts, pendant deux
ans, tendirent 4 gagner de quoi vivre, non a faire fortune.
Cependant nous commengames 4 nous agrandir et 4 mettre
nos possessions en bon ordre; et, dans la troisiéme année,
nous plantames un peu de tabac et disposdmes chacun un
grand terrain pour y planter des cannes l’année suivante.
Mais nous manquions de bras pour nous aider, et je sentis
plus que jamais combien j’avais eu tort de me séparer de
mon petit Maure.

Néanmoins, j’avais déja pris quelques mesures pour mon
établissement, quand mon bon ami le capitaine se disposa
a repartir aprés avoir attendu prés de trois mois un charge-
ment. Je lui parlai du petit pécule que j’avais laissé a
Londres, et il me donna ce bienveillant et sincére conseil:
“ Senhor Inglese (il me nommait toujours ainsi), donnez-moi
votre procuration en bonne forme, joignez-y une lettre
ROBINSON CRUSOE Ig

pour le dépositaire de vos fonds a Londres, dans laquelle
vous lui direz de les faire passer 4 Lisbonne, a l’adresse que
je vous indiquerai, aprés les avoir convertis en marchan-
dises de débit en ce pays-ci. Je vous les rapporterai, s’il
plait 4 Dieu, 4 mon retour: cependant, comme les affaires
humaines sont sujettes 4 mille désastres, 4 mille change-
ments, ne donnez vos ordres que pour cent livres sterling,
ce qui fait la moitié de votre capital; hasardez seulement
cette moitié, du moins l’autre vous restera.”’

Je suivis cet excellent conseil, donné avec tant de fran-
chise et d’amitié que je ne pouvais douter que ce ne fit
le meilleur parti a prendre. J’écrivis la lettre pour la dame
aux mains de laquelle j’avais laissé mon argent et je fis
dresser la procuration pour le Portugais.

Je contai a cette veuve du capitaine anglais toutes mes
aventures, mon esclavage, ma fuite, ma rencontre avec le
capitaine portugais, la noble conduite de ce dernier envers
moi, et ma situation actuelle; j’ajoutai 4 ce récit les ins-
tructions nécessaires pour l’envoi des fonds. En arrivant
a Lisbonne, mon obligeant ami trouva moyen de faire
passer, par des négociants anglais établis dans cette ville,
ma lettre et tous les détails de mon histoire 4 un né-
gociant de Londres, qui transmit le tout 4 la veuve. Celle-ci
non seulement remit l’argent demandé, mais y joignit de
plus un beau présent pour le capitaine, en récompense de
son humanité.

Le négociant de Londres acheta, pour la valeur de mes
cent livres, des marchandises indiquées par le capitaine,
et les envoya directement 4 Lisbonne; de 1a, le bon Por-
tugais me les rapporta au Brésil, en y ajoutant (de son chef,
car j’étais trop novice dans mon métier pour songer a ce
qui m’était nécessaire) toutes sortes d’instruments qui me
furent trés utiles pour ma plantation.

Quand cette cargaison m’arriva, je crus ma fortune faite.
Ce fut réellement une agréable surprise. Mon excellent

2-2
20 PREMIERES AVENTURES DE

intendant le capitaine avait employé les cinq livres sterling
dont mon amie lui avait fait présent 4 m’acheter un ser-
viteur qu il avait engagé pour six ans; et il ne voulut
accepter de moi qu’un peu de tabac, parce que c’était un
produit de ma terre. Ce ne fut pas tout. Mes marchandises
étant des objets de manufacture anglaise, tels que des
draps, des étoffes, des serges et d’autres articles de grande
valeur au Brésil, je les vendis trés avantageusement, et j’en
tirai presque quatre fois le montant du premier achat.

Mais!’excés de la prospérité est souvent le chemin qui nous
conduit 4 Vinfortune. Il en fut ainsi pour moi. J’obtins de
grands succés l’année suivante: je récoltai cinquante rou-
leaux de tabac, sans compter ce qui me servit 4 échanger
avec mes voisins les choses nécessaires 4 la vie. Ces cin-
quante rouleaux, pesant chacun cent livres, furent préparés
et emmagasinés en attendant le départ de la flotte pour
Lisbonne, Cependant, 4 mesure que mes affaires s’éten-
daient, ma téte se remplissait de ces projets qui ruinent si
fréquemment les gens les plus habiles.

De méme que j’avais déja échappé a l’autorité de mes
parents, je ne fus pas content que je n’eusse abandonné les
espérances de richesses que me donnait ma plantation,
pour me livrer 4 un désir immodéré d’élévation rapide.
Ainsi je me précipitai une seconde fois dans la plus pro-
fonde misére ot jamais homme soit tombé.

Pour décrire dans l’ordre convenable les particularités
de cette période de mon histoire, je dois dire d’abord que
j étais établi depuis quatre ans au Brésil et que mes affaires
commengaient a prospérer, Non seulement j’avais appris
la langue du pays, mais en outre je m’étais fait des con-
naissances et des amis parmi les planteurs et les marchands
de San-Salvador, le port le plus voisin de ma plantation,
Dans mes entretiens avec eux, j’avais souvent parlé de
la maniére de commercer avec les négres de Guinée, et
de la facilité avec laquelle, pour des bagatelles, comme des
ROBINSON CRUSOE ai

colliers de verre, des couteaux, des ciseaux, des haches,
des morceaux de miroir et autres choses semblables, on
peut y acheter de la poudre d’or, des dents d’éléphant et
mille autres objets, et de plus un grand nombre de négres
pour le service.

Ils écoutaient mes discours sur ces sujets avec beaucoup
d’intérét, surtout la partie relative au commerce des négres,
alors peu suivi dans les domaines de |’Espagne et du Por-
tugal, parce qu'il fallait obtenir des priviléges pour s’y
livrer; ce qui empéchait la masse du public d’y prendre
part et rendait les négres trés rares et trés chers.

Un jour, me trouvant avec ces négociants et ces plan-
teurs, la conversation sur les matiéres susdites fut suivie
trés chaudement, et le lendemain matin trois d’entre eux
vinrent chez moi et me dirent qu’ils avaient mtrement
réfléchi a ce que je leur avais conté la veille, et quiils al-
laient me faire une proposition, en me priant toutefois de
la tenir secréte. Ils avaient le projet de fréter un navire
pour la céte de Guinée. Tous les trois avaient des planta-
tions ainsi que moi, et leurs progrés étaient matériellement
arrétés par le manque de bras. Ils n’avaient pas l’intention
de faire le commerce des négres, puisqu’ils n’auraient pu
les vendre publiquement; ils voulaient faire un seul voyage
en Afrique, ramener des esclaves, les débarquer furtivement
et les distribuer par égales portions sur leurs plantations
respectives. I] s’agissait pour eux de savoir si je consentais
a étre leur subrécargue sur le batiment et 4 conduire la
traite en Guinée; ils m’offraient en récompense une part
égale de négres, sans avoir avancé aucun argent.

J’étais né pour me détruire moi-méme, et je ne fus pas
plus maitre de résister 4.cette offre que je ne l’avais été de
réprimer mes désirs insensés quand mon pére me donna
de si bons avis en pure perte. En un mot je répondis que
j étais prét a partir, pourvu que mes amis prissent l’engage-
ment de surveiller ma plantation en mon absence, et de
22 PREMIERES AVENTURES DE

la remettre 4 ceux que je désignerais si je venais a périr.
Ils s’engagérent par des actes en bonne forme a remplir mes
intentions.

J’étais emporté par la fougue de mon imagination et
sourd a la voix de la prudence. Le navire fut préparé, la
cargaison fournie, et tous les arrangements conclus a l’a-
miable entre les associés. Ainsi je m’embarquai encore
dans une mauvaise heure, le re septembre 1659, anni-
versaire du jour ot, huit ans auparavant, j’avais quitté mes
parents et m’étais embarqué 4 Hull, bravant |’autorité
paternelle et me faisant l’artisan de mon malheur.

Notre batiment était d’environ 120 tonneaux; il portait
six canons et quatorze hommes, y compris le capitaine, son
mousse et moi. Nous n’étions pas pesamment chargés, nos
marchandises se composant d’objets propres a faire des
échanges avec les négres, tels que des perles de verre, des
coquilles, de petits miroirs, des couteaux, des ciseaux, des
hachettes, et toutes sortes d’ustensiles communs.

Le méme jour oti je me rendis a bord, nous mimes 4 la
voile, en gouvernant au N. le long de la céte, dans l’inten-
tion de nous avancer vers celle d’Afrique, lorsque nous
serions 4 12 degrés de latitude N., ce qui était, a ce qu'il
semble, la direction que l’on devait prendre dans cette
saison. Nous etimes un trés beau temps, bien qu'il fat
excessivement chaud, tant que nous longeames la céte a
la hauteur du cap Saint-Augustin, ot nous perdimes de
vue la terre. Nous doublames ce cap, comme si nous vou-
lions gagner l’ile de Fernando de Noronha; mais nous la
laissdmes a l’E. et continuames notre route au N.-E. quart
N. Aprés douze jours de navigation, nous passdmes la
ligne, étant alors, selon nos derniéres observations, a 7 de-
grés 22 minutes de latitude N. La, nous ftimes accueillis
par un violent ouragan, qui nous désorienta complétement.
D’abord il souffla du S.-E., puis il tourna au N.-O., et, se
fixant ensuite au N.-E., il devint d’une telle puissance que,
ROBINSON CRUSOE 23

pendant douze jours de suite, nous ffimes forcés de dériver
au gré de cette tempéte furieuse. Je n’ai pas besoin de dire
que je m’attendais a étre englouti a tous moments tant
que l’orage continua; et pas un de nous, en effet, n’espérait
échapper a la mort.

Outre les terreurs mortelles que nous faisait éprouver
louragan, nous avions 4a regretter trois des nétres; un de
nos hommes mourut de la fiévre chaude; deux autres, dont
le mousse, furent emportés par une lame d’eau. Vers le
douziéme jour, le temps devint un peu moins rude; le
patron s’orienta de son mieux, et trouva que nous étions 4
environ 11 degrés de latitude N., mais 4 22 degrés de longi-
tude 4 1’O. du cap Saint-Augustin. Nous aurions été ainsi
jetés sur la céte de la Guyane, ou partie septentrionale du
Brésil, au dela de ! Amazone et non loin de l’Orénoque,
appelée communément la Grande-Riviére. Le capitaine
me consulta sur la route qu'il fallait prendre avec un navire
presque hors de service et faisant eau sur plusieurs points:
son avis, a lui, était de retourner droit a la céte d’ot nous
étions partis.

Je fus positivement d’un avis contraire. Alors nous
jetames les yeux sur une carte marine de |’Amérique et
nous vimes que nous ne pouvions espérer d’atteindre une
terre habitée, ot nous serions secourus, avant d’étre dans
la mer des Antilles. Nous nous dirigedémes donc vers les
Barbades, ce qui nous était facile, en nous tenant assez
au large pour éviter d’entrer dans le golfe du Mexique.
Quinze jours de navigation pouvaient nous suffire pour
arriver aux Antilles, et, de toute maniére, il nous était im-
possible de faire notre voyage sur la cdte d’Afrique sans
avoir recu quelques secours, et pour notre batiment et
pour nous-mémes.

Dans cette vue, changeant de cours, nous avangames
au N.-O. quart O., pour gagner une de nos fles anglaises,
ot j’espérais trouver des secours; mais le sort voulait nous
24 PREMIERES AVENTURES DE

conduire ailleurs; et lorsque nous fttmes a 14 degrés 15
minutes de latitude, un second orage nous emporta vers
VO. avec autant d’impétuosité que le premier et nous jeta
hors de toutes les voies fréquentées par les peuples civilisés.
Sirs que si nous échappions aux dangers de la mer, ce
serait pour étre dévorés par des sauvages, nous dimes adieu
a notre pays que nous ne devions jamais revoir.

Au milieu de cette détresse, le vent continuant de souffler
avec violence, un de nos matelots cria tout 4 coup, au
point du jour: ‘Terre! terre!” A peine étions-nous tous
sortis de la cabine, avec l’espoir de reconnaitre dans quelle
partie du monde nous nous trouvions, que le navire donna
contre un banc de sable, et son mouvement étant ainsi
arrété, les vagues l’assaillirent d’une si terrible maniére
que nous nous crimes au moment de périr, et que chacun
se réfugia dans ses quartiers pour se mettre a l’abri des
lames. —

Ceux qui n’ont pas été en de pareilles situations ne
peuvent se figurer la consternation profonde dans laquelle
nous étions plongés. Nous ne savions sur quelle terre nous
étions jetés; si c’était une fle, ou une partie de continent,
un lieu habité ou désert. La furie du vent était encore trés
grande, bien qu'elle efit un instant paru diminuer; mais le
navire ne pouvait tenir plus de quelques minutes sans se
briser, A moins que le vent, par une sorte de miracle, ne
changeat subitement. Enfin nous étions tous assis, nous
regardant les uns les autres, attendant la mort et nous
préparant a notre passage dans l’autre monde, car il n’y
avait plus rien ou presque rien a faire pour nous en celui-
ci. Une seule chose nous donnait une ombre d’espoir; le
batiment était encore entier, et le patron observa que le
vent commengait 4 tomber.

Mais, bien qu'il s’apaisat en effet, le navire était engravé
trop profondément pour qu’on ptit espérer le remettre
a flot. Notre position était affreuse et il ne nous restait
ROBINSON CRUSOE 25

plus qu’a sauver notre vie comme nous pourrions. Dans
notre détresse, le contremaitre prit la chaloupe, le reste de
nos gens se mit a le seconder, et a la fin on la descendit a
coté du vaisseau. Nous nous mimes tous dedans, étant au
nombre de onze personnes, et nous nous recommandames
a la miséricorde divine. Quoique l’orage se fit relaché
considérablement, toutefois la mer s’élevait 4 une hauteur
effroyable, et, pour parler la langue des Hollandais, on
pouvait bien l’appeler den wild see.

Avec une mer aussi grosse, nous voyions trop bien que
notre bateau ne pouvait tenir longtemps et que nous serions
infailliblement noyés. Nous n’avions point de voiles, et si
nous en eussions eu, elles n’auraient pu nous servir. Ainsi
nous nous avancions vers la terre, le coeur serré comme des
condamnés qui marchent au supplice. Nous savions que
le bateau, en approchant du rivage, serait brisé en mille
piéces par la force des vagues. Toutefois nous hatames
notre destruction de nos propres mains en ramant de toutes
nos forces en ce sens.

Qu’était ce rivage? Etait-il élevé ou plat? Etaient-ce des
rochers ou des sables? Nous lignorions absolument, mais
a mesure que nous approchions de la terre, elle nous ap-
paraissait plus terrible, plus dangereuse que la mer.

Aprés avoir navigué ou plutét dérivé l’espace d’une
lieue, suivant nos calculs, une vague furieuse, haute comme
une montagne, vint, en roulant derriére notre barque, nous
annoncer le coup de graéce. Elle tomba sur nous avec tant
de violence, que la chaloupe fut a l’instant renversée, et,
nous séparant les uns des autres aussi bien que du bateau,
a peine nous donna-t-elle le temps de nous écrier: ‘‘O mon
Dieu!” et nous fimes tous engloutis.

Je ne saurais décrire les pensées confuses qui se pres-
saient dans mon esprit quand je tombai dans l’eau. Je
suis trés bon nageur; cependant je ne pus me dégager des
vagues pour respirer, que lorsque le flot, m’ayant porté
26 PREMIERES AVENTURES DE

assez avant sur le rivage, diminua de force et de hauteur
et me laissa presque @ sec, mais a moitié suffoqué. J’eus
assez de présence d’esprit et de vigueur pour me relever
et tacher, me voyant plus prés dela céte que jene le croyais,
de l’atteindre avant qu’une autre vague vint me reprendre.
Mais bientét je m’apercus que ce malheur était inévitable.
La mer me poursuivait’comme un ennemi acharné, et je
n’avais aucun moyen de résister a sa furie. Mon unique
ressource était de retenir mon haleine et de m’élever, si je
le pouvais, au-dessus de l’eau, en me dirigeant vers la rive.
Ma plus grande inquiétude était d’étre remporté par les
vagues aussi loin dans la mer qu’elles m’auraient porté sur
la terre.

La premiére de ces montagnes mouvantes qui vint sur
moi m’ensevelit encore sous la masse de vingt a trente
pieds de hauteur. Je me sentis entrainé avec une vitesse et
une force prodigieuse 4 une grande distance sur le rivage.
Je repris ma respiration et m’efforcai d’avancer davantage
en nageant. J’étais prés d’étouffer, quand je me sentis
soulever, et me trouvai, 4 mon grand et soudain soulage-
ment, la téte et le buste au-dessus de l’eau. Je restai ainsi
a peine deux secondes; mais cela me donna le temps de
respirer et de reprendre courage. Je fus de nouveau cou-
vert d’eau assez longtemps, mais non sans que je pusse le
supporter; et quand je m’aper¢us que la vague commen-
cait a refluer, je nageai vigoureusement contre elle et je
sentis le terrain sous mes pieds. Je me tins immobile un
instant pour reprendre haleine; puis je courus de toutes
les forces qui me restaient vers le rivage. Mais je n’étais
pas encore délivré de la furie de la mer, qui me poursuivait.
Je fus enlevé deux autres fois par les vagues et porté en
avant comme précédemment, la rive étant trés plate.

La derniére vague qui me saisit faillit me devenir fatale;
car elle me lan¢a contre un rocher avec tant de violence,
que je demeurai privé de sentiment et tout a fait hors
ROBINSON CRUSOE 27

d’état de m’aider moi-méme. Le coup, ayant porté sur la
poitrine et un peu sur le flanc, m’avait coupé la respiration,
et si j’avais été frappé une seconde fois, j’aurais péri suf-
foqué sous les flots. Avant le retour de la vague, je me
cramponnai au rocher, et tachai de retenir mon souffle tant
que l’eau fut au-dessus de moi. Les vagues étaient alors
un peu moins hautes, parce que j’étais plus prés de terre;
j’en laissai passer une, ensuite je tentai de m’avancer plus
prés de la rive, et j’y réussis a tel point que le flot qui me
couvrit ensuite ne put me soulever et m’emporter. Une
troisiéme course me conduisit 4 terre. Je gravis 4 ma grande
joie les rochers de la céte et me jetai sur l’herbe tout a fait
hors de la portée des vagues.

En me voyant sain et sauf, je levai d’abord les yeux au
ciel et lui rendis grace de m’avoir délivré du danger dont,
une minute auparavant, je n’espérais pas sortir.

Je marchai au hasard sur le rivage, levant les mains au
ciel, et tout mon étre absorbé dans la pensée de ma dé-
livrance. Je faisais des gestes, des mouvements que je ne
puis décrire, en songeant 4 mes compagnons, qui s’étaient
tous noyés, tandis que moi seul j’avais été sauvé. En effet,
je ne revis jamais ni aucun d’eux, ni d’autres vestiges de
leur existence que trois chapeaux, un bonnet et deux
souliers dépareillés, qui leur avaient appartenu.

Je regardai du cété du batiment échoué que la hauteur
des vagues me dérobait en grande partie, et, en le voyant
si éloigné, je m’écriai: ‘‘Seigneur ! comment ai-je pu arriver
a terre?”’

Aprés avoir soulagé mon esprit en considérant le cété
consolant de ma situation, j’examinai le lieu ot j’étais et
réfléchis 4 ce que j’avais a faire. Bient6t ma joie diminua,
et je sentis que j’avais été sauvé pour tomber dans un état
vraiment horrible. J’étais mouillé et ne pouvais changer
d’habits ; je n’avais rien 4 manger ni a boire pour reprendre
des forces, et mon unique perspective était de mourir de
28 PREMIERES AVENTURES DE

faim ou d’étre dévoré par les bétes sauvages. Le pire de
mon affaire, 4 ce qu’il me semblait, était de n’avoir point
d’armes, soit pour tuer des animaux et me nourrir de leur
chair, soit pour me défendre de ceux qui voudraient me
tuer et se nourrir de la mienne. Bref, je n’avais sur moi
qu’un couteau, une pipe et un peu de tabac dans une boite;
c’était 14 toutes mes provisions, et cela me jeta dans un tel
désespoir que je courais ¢a et ld comme un fou. La nuit
vint, et je me demandai, le cceur bien triste, quel serait
mon sort s’il se trouvait des bétes féroces dans le pays,
car je savais bien qu’elles rédent toutes les nuits pour
chercher leur proie.

En ce moment la seule ressource qui me vint a l’esprit
fut de grimper dans un arbre touffu, de l’espéce des sapins,
mais couvert d’épines, que je vis prés de moi. Je résolus
d’y passer la nuit, en attendant que la mort, qui me sem-
blait inévitable, vint me saisir. Je fis quelques pas le long
d’un petit ravin pour chercher de l’eau douce et j’en
trouvai 4 ma grande joie. Aprés avoir bu et mis du tabac
dans ma bouche pour apaiser ma faim, je montai dans
larbre; je coupai un baton pour me défendre en cas
d’attaque; puis je m’arrangeai de mon mieux. L’excés
de la fatigue me fit tomber a l’instant dans un sommeil
plus doux et plus profond que je ne pouvais l’espérer en
ma position. Jamais sommeil ne me fit, je crois, autant
de bien.

Quand je m’éveillai il était grand jour; le temps était
serein, la tempéte avait cessé, la mer était devenue tran-
quille. Ce qui m’étonna beaucoup, ce fut de voir le navire,
que la marée montante avait dégagé des sables, arrivé
presque a la place ott les vagues m’avaient jeté la veille
contre un rocher. Il] se trouvait ainsi seulement a un
mille de la terre, et, comme il était encore sur sa quille, je
formai le dessein d’aller 4 bord et d’y prendre les choses
qui m’étaient le plus nécessaires,
ROBINSON CRUSOE 29

En descendant de la chambre que je m’étais faite dans
larbre, je regardai encore autour de moi, et le premier
objet que j’apergus fut le bateau gisant sur la gréve, tel
que les flots et le vent l’avaient laissé, 4 environ deux
milles 4 ma droite. J’allai de ce cété le long du rivage pour
arriver jusqu’a lui; mais un petit bras de mer m’arréta.
Je revins donc sur mes pas, étant surtout désireux, pour
le présent, d’aller sur le batiment, oti j’espérais trouver de
quoi manger.

Un peu aprés midi la mer devint trés calme et la marée
baissa tellement que je pus arriver 4 un quart de mille du
navire. Quelle ne fut pas ma douleur lorsque je reconnus
que, si nous étions restés a bord, nous aurions pu nous
sauver tous, et que je n’aurais pas été privé des secours et
de la société de mes semblables ! A cette pensée, mes larmes
coulérent en abondance; mais comme c’était un faible
soulagement je songeai a gagner le vaisseau, s'il était
possible. Je quittai une partie de mes habits, car la chaleur
était excessive, et j’entrai dans la mer. Quand je fus prés
du batiment, une difficulté se présenta; il était penché, et
le cété par lequel je pouvais l’aborder était trés élevé.
Deux fois j’en fis le tour 4 la nage pour voir si je trouverais
quelque chose qui ptit m’aider a grimper le long de ses
flancs ; je découvris enfin une petite corde que je m’étonnai
de n’avoir point vue tout d’abord; elle pendait aux chaines
assez bas pour que je pusse la saisir et monter sur le gaillard
d’avant. De 1a je vis que le navire avait beaucoup d’eau
a fond de cale; qu'il était échoué sur un banc de sable ou
plutét de terre, au-dessus duquel sa poupe était élevée,
tandis que sa proue était presque submergée; le pont était
libre donc et entiérement sec. Je m’en assurai prompte-
ment, comme on peut le croire, ma principale affaire étant
de voir tout ce qui se trouvait disponible et non avarié.
Toutes les provisions de bouche étaient intactes; et comme
j’étais affamé, je courus a la paneterie; je remplis mes
30 PREMIERES AVENTURES DE

poches de biscuit, et je le mangeai en continuant ma revue,
parce que je n’avais pas de temps a perdre. Je trouvai
aussi du rhum dans la grande cabine, j’en bus un bon coup,
et cela vint trés 4 propos pour me donner la force dont
j’avais besoin.

Il me manquait un bateau pour emporter les choses qui
pouvaient m’étre utiles; mais je ne m’arrétai point a de
vains regrets; l’extrémité ot j’étais réduit excita mon esprit
a chercher les moyens de suppléer a ce qu'il m’était im-
possible d’avoir. Il se trouvait 4 bord des vergues, deux
mats de perroquet de réserve et trois grandes barres de
bois.. Je résolus de faire usage de tout cela; je lancai a la
mer celles de ces piéces que je pus remuer, en les attachant
avec des cordes pour les empécher d’étre emportées; cela
fait, je descendis le long du flanc du navire, je tirai 4 moi
les piéces de bois, je les liai ensemble en forme de radeau,
le plus solidement possible; ensuite je posai en travers
quelques planches et je crus pouvoir m’aventurer sur ce
radeau. Mais, sil était assez fort pour me porter, je vis
bien qu il était trop léger pour des objets d’un poids un peu
considérable. Je me remis donc a l’ceuvre, et, avec la scie
du charpentier, je coupai en trois un mat de perroquet et
ajoutai ces trois morceaux 4 mon radeau non sans beau-
coup de travail; mais l’espoir de me procurer de quoi vivre
me faisait dépasser mes facultés ordinaires.

Maintenant mon radeau était assez fort pour soutenir
un poids raisonnable, et je pensai a le charger et a trouver
moyen de garantir de l’écume de la mer ce que je voulais
emporter. Je ne cherchai pas longtemps. D’abord je mis
sur le radeau toutes les planches qui me tombérent sous la
main; ensuite, en examinant ce qui pouvait étre le plus
utile 4 prendre, je remarquai des coffres des matelots; j’en
vidai deux, et je les remplis de provisions, savoir: du pain,
du riz, trois fromages, cinq morceaux de viande de chévre
séchée (un de nos principaux aliments pendant notre
ROBINSON CRUSOE 31

voyage) et un petit reste de blé d’Europe destiné a nourrir
de la volaille que plus tard on avait tuée. I] y avait de
Vorge et du froment mélés ensemble; mais je vis, 4 mon
grand regret, que les rats avaient mangé ou gaté presque
tout ce grain. Quant aux boissons, je trouvai plusieurs
caisses de bouteilles appartenant a notre maitre, lesquelles
renfermaient des liqueurs cordiales et une vingtaine de
bouteilles de rack. Je laissai ces caisses telles qu’elles
étaient; car il était inutile de les mettre dans les coffres
qui n’auraient pu d’ailleurs les contenir.

Pendant ces opérations, la marée montait, bien que la
mer restat calme, et j’eus le chagrin de voir mon veston,
mon gilet et ma chemise, que j’avais laissés a sec sur le
sable, emportés par le flux. Quant a mes culottes, qui
étaient de simple toile et ouvertes aux genoux, je les avais
gardées, ainsi que mes bas, pour gagner le vaisseau a la
nage. Cet accident m’engagea cependant 4 me munir
d’habits, et j’en trouvai en abondance; mais je pris seule-
ment ce dont j’avais besoin, d’autres choses me paraissaient
plus essentielles. Premiérement je désirais avoir des outils,
et je fus longtemps avant de découvrir le coffre du charpen-
tier, trésor plus précieux pour moi qu’un vaisseau chargé
d’or ne l’edit été en ce moment. Je le descendis sur le radeau,
sans perdre de temps 4 examiner son contenu, que je con-
naissais 4 peu prés.

Je songeai ensuite aux armes et aux munitions. Il y
avait deux bons fusils de chasse dans la grande cabine, et
deux pistolets. Je m’emparai d’abord de ces armes, de
quelques poires 4 poudre, d’un petit sac de plomb et de
deux vieilles épées rouillées. Je savais qu'il existait trois
barils de poudre sur le vaisseau mais j’ignorais ot le
canonnier les tenait. Je les trouvai cependant, l’un d’eux
mouillé, les deux autres parfaitement bons et secs; j’em-
barquai ceux-ci avec les armes. Je me crus alors assez
chargé et je commengai 4 penser aux moyens de conduire
32 PREMIERES AVENTURES DE

mon radeau et sa cargaison a terre. Je n’avais ni voiles ni
gouvernail, et la moindre bouffée de vent pouvait me
renverser.

Trois choses m’encourageaient: le calme de la mer, la
marée montante et le vent poussant au rivage, ainsi que
le flux. Je trouvai encore deux ou trois rames brisées qui
appartenaient a la chaloupe, et, outre les outils contenus
dans le coffre, deux scies, une hache et un marteau, et
je me mis en mer avec cette cargaison. Pendant l’espace
denviron un mille, mon radeau alla trés bien; seulement
il dériva quelque peu et s’éloigna de l’endroit ot j’avais
pris terre, ce qui me fit espérer de trouver quelque crique
ou embouchure de riviére dans laquelle je pourrais entrer
et débarquer en stireté avec ma charge.

Je ne m’étais point trompé dans cette supposition. Je
vis devant moi une petite ouverture dans laquelle un fort
courant me portait; et je gouvernai mon radeau de mon
mieux pour le conduire au milieu de ce courant. Mais 1a je
risquai d’éprouver un second naufrage, et, si cela me fut
arrivé, je crois en vérité que j’aurais perdu courage. Je
ne connaissais point cette céte, et mon radeau toucha sur
un bas-fond par une de ses extrémités, tandis que de l’autre
il était a flot, en sorte qu'il s’en fallut de bien peu que toute
la cargaison ne coulat du cété flottant et ne tombat dans
leau. Je fis tous mes efforts, en m’adossant contre les
coffres, pour les maintenir en place; mais il n’était pas en
ma puissance de dégager mon radeau; je n’osai quitter la
posture que j’avais prise, et je restai ainsi prés d’une demi-
heure. Pendant cet intervalle, l’élévation progressive de
la marée me remit presque droit; et bientét, la mer con-
tinuant de monter, mon radeau flotta de nouveau, et je le
langai 4 l’aide de la rame dans le canal. Je poussai plus
avant, je trouvai l’embouchure d’une petite riviére bordée
de chaque cété par de la terre et j’y entrai favorisé par un
fort courant. Je jetai les yeux sur les deux rives pour
ROBINSON CRUSOE 33

choisir un endroit commode et débarquer; car je ne voulais
pas remonter trés haut la riviére, espérant toujours que je
verrais passer quelque batiment si je restais prés de la céte,

Enfin je découvris 4 ma droite un petit enfoncement
et j’y conduisis mon radeau avec beaucoup de difficulté.
Je m’approchai assez de cette petite baie pour qu’en ap-
puyant ma rame au fond je pusse faire entrer mon radeau,
mais 1a je courus encore le risque de perdre toute ma charge.
La rive était d’une pente rapide, et si j’avais fait toucher
terre a l’un des bouts de mon radeau, la cargaison aurait
glissé dans l’eau par l’autre cété, qui se serait trouvé moins
élevé. Je pris le parti d’attendre que la marée fit 4 sa plus
grande hauteur et je fixai le radeau avec ma rame, qui
remplit l’office d’une ancre, prés d’un terrain plat que le
flux devait probablement couvrir. Mon attente ne fut
point trompée; et lorsque je sentis mon radeau flotter, je
le langai sur cette rive unie oti je |’amarrai en fixant dans
le sol deux rames brisées, l’une d’un cété, l’autre de l’autre,
vers les deux extrémités. J’attendis alors que le reflux
laissAt mon train et ma cargaison en stireté sur la gréve.

Je m’occupai de chercher un lieu convenable pour servir
d’abri 4 mes effets et 4 moi-méme. Je pris un fusil, un
pistolet, une poire 4 poudre et du plomb, et j’allai a la
découverte jusqu’au sommet d’une colline ot je parvins 4
grand’peine. La mon triste sort me fut révélé: j’étais dans
une ile; de tous cétés la mer, a perte de vue.

Retournant 4 mon radeau, je débarquai ma cargaison,
ce qui remplit le reste de la journée. Que deviendrai-je la
nuit? je me le demandais avec effroi. Je n’osais coucher a
terre de peur d’étre attaqué par les bétes féroces, n’ayant
pas encore reconnu que cette peur était sans fondement.

Cependant je me barricadai de mon mieux en m’entourant
des coffres et des planches que j’avais débarqués, et je me
fis une espéce de hutte pour la nuit. Quant a la nourri-
ture, je ne voyais pas encore comment je me la procurerais.

WG 3
34 PREMIERES AVENTURES DE

Je pensais que je pourrais encore tirer beaucoup de
bonnes choses du navire, surtout des voiles et des cordages,
en un mot tout ce qui me semblerait utile. Je me décidai
donc a tenter un second voyage, et, ne doutant point que
la premiére tempéte ne mit en piéces le batiment, je crus
devoir laisser tout autre soin pour m’y assurer de ce qui
pouvait m’étre de quelque usage. Alors je tins conseil; je
discutai en moi-méme la possibilité de retourner avec le
radeau; cela me parut impraticable; je m’arrétai donc a
la résolution de profiter, comme la premiére fois, de la marée
basse pour aborder le batiment. J’exécutai ce projet;
mais je laissai mes habits dans la hutte, ne gardant sur
moi qu’une chemise a carreaux, un calegon et des escar-
pins.

J’arrivai au navire de méme que je l’avais déja fait et
je préparai un second radeau. L’expérience m’avait rendu
plus habile; ma construction fut plus solide et je la char-
geai moins. Cependant je pris divers objets trés utiles.
Parmi les effets du charpentier je trouvai trois sacs de
clous et de pointes, une grande tariére, quelques douzaines
de hachettes, et un instrument des plus précieux, une meule
a aiguiser. Je m’emparai de tout cela; je mis encore a part
différentes choses du département du canonnier, notam-
ment deux ou trois livres de fer, deux barils de balles, sept
mousquets, deux fusils de chasse, une petite quantité de
poudre, un grand sac de dragées, enfin un rouleau de plomb,
que sa pesanteur ne me permit pas de lancer par-dessus
le bord.

Je pris en outre tous les vétements que je pus trouver,
une voile de perroquet, un hamac, quelques matelas avec
des couvertures, et je ramenai heureusement mon radeau
et sa charge. Jen’étais pas sans crainte de retrouver mes
provisions dévorées pendant mon absence de I'ile; mais, a
mon retour, rien ne m’indiqua la présence d’aucun visiteur.
J’apergus seulement un animal assez semblable a un chat
ROBINSON CRUSOE 38

sauvage, assis sur un des coffres; il se retira quand je
m’approchai; puis, s’arrétant 4 quelque distance, il s’assit
et me regarda bien en face, comme s’il croyait me recon-
naitre. Je lui présentai mon fusil, mais il ne savait ce que
c’était et il ne s’en inquiéta nullement. Alors je lui jetai
un morceau de biscuit, bien que je dusse en étre plus avare,
ma provision étant trés bornée; enfin il me plut de lui
faire ce cadeau. I] vint le flairer, il le mangea ensuite, puis
il me regarda comme pour me dire qu'il avait trouvé cela
bon et qu'il en voulait davantage. Mais je le remerciai, et
quand il vit que je ne lui donnais rien de plus, il s’en alla.

Quand j’eus mis a terre ma seconde cargaison, je tra-
vaillai 4 me faire une petite tente avec les voiles et des
perches que je coupai. Je portai sous cet abri tout ce qui
pouvait étre gaté par la pluie ou par le soleil, et je rangeai
les tonneaux et les coffres vides en cercle autour de la tente,
afin qu’ils me servissent de rempart contre les attaques des
hommes ou des animaux.

Cet ouvrage terminé, je fermai l’entrée de ma tente avec
les planches en dedans et un coffre vide placé debout a
lextérieur; j’étendis a terre un des matelas, je plagai mes
pistolets 4 cété de mon chevet, le fusil le long de mon corps,
et pour la premiére fois je me mis au lit et dormis paisible-
ment toute la nuit. J’en avais besoin, car j’étais extréme-
ment- fatigué; la nuit précédente j’avais peu dormi et
j’avais rudement travaillé tout le jour, tant pour charger
les choses que j’avais tirées du vaisseau que pour les
amener a terre.

J’avais le plus ample dépét de toutes sortes de provisions
qui jamais sans doute ait été formé par un seul homme;
cependant je n’étais pas encore satisfait. A mon sens, tant
que le batiment resterait dans la méme position, je devais
en tirer tout ce que je pourrais. Ainsi, chaque jour, a la
marée basse, j’allais A bord et je rapportais quelque chose:
la troisiéme fois je pris tout ce que je pus détacher des agrés,

3-2
36 PREMIERES AVENTURES DE

toutes les cordes et cordelettes, une piéce de toile que l’on
destinait 4 raccommoder les voiles, le baril de poudre
mouillée; enfin j’emportai toutes les voiles, depuis la
premiére jusqu’a la derniére, n’hésitant pas a les déchirer,
afin d’en prendre de plus grands morceaux, car elles ne
pouvaient plus servir a leur premier usage.

Mais ce qui me fit le plus de plaisir, ce fut ma derniére
découverte aprés cing ou six voyages, et quand je n’espérais
plus rien trouver de bon. Je trouvai donc un grand muid
de pain, trois quartauts de rhum ou d’eau-de-vie, une
caisse de sucre et un tonneau de fleur de farine. Je fus fort
surpris; car je croyais déja avoir emporté, en fait de vivres,
tout ce qui n’avait pas été gaté. Je tirai le pain du muid et
j’en fis plusieurs paquets enveloppés de toile a voiles; enfin
je conduisis 4 bon port cette nouvelle cargaison.

Le lendemain je fis un autre voyage, et, n’ayant plus a4
prendre d’objets portatifs, je me mis a couper les cables par
morceaux et j’en emportai deux, plus une aussiére et tout
le fer que je pus détacher; ensuite je coupai la vergue de
perroquet et celle de misaine; je m’en servis pour faire un
long radeau, je le chargeai de ces pesantes dépouilles, et je
partis. Mais ma bonne fortune commengait a m’abandonner,
Mon train était si mal assemblé et si chargé, que, lorsqu’il
fut dans la petite anse oti je débarquais, je ne pus le guider
aussi facilement que les premiers; il fut renversé, et je
tombai dans l’eau avec ma cargaison. Quant a moi, le
malheur n’était pas grand, puisque j’étais prés du rivage;
mais la charge du radeau fut presque totalement perdue,
notamment le fer, dont j’appréciais l’utilité. Je pus sauver,
a la marée basse, la plupart des morceaux de cables et
quelques piéces de fer, non toutefois sans une peine infinie,
car il fallut m’avancer dans I’eau et fouiller au fond, ce qui
me fatigua excessivement. Je continuai encore mes voyages
journaliers au batiment oti je prenais tout ce que je
pouvais emporter.
ROBINSON CRUSOE 37

Il y avait alors treize jours que j’avais pris terre, et j’étais
allé onze fois a bord du navire, d’ot j’avais successivement
tiré tout ce qu'il était possible d’en tirer avec une seule
paire de bras. Je crois que si la mer ffit restée calme
j aurais fini par amener 4 terre piéce a piéce le batiment tout
entier; mais comme je me préparais a faire mon douziéme
voyage, il me sembla que le vent s’élevait. A la marée
basse, j’allai pourtant au vaisseau, et, bien que j’eusse
fouillé déja dans la cabine assez soigneusement, j’y
trouvai encore un petit meuble a tiroirs dans l’un desquels
étaient des rasoirs, des ciseaux, une ou deux douzaines de
couteaux et de fourchettes, et, dans un autre, environ
trente-six livres sterling en monnaie d’Europe et du Brésil
et quelques piéces de huit, les unes en or, les autres en
argent.

Je souris en voyant cette monnaie. “‘O misérable drogue,
m’écriai-je tout haut, a quoi es-tu bonne? Tu ne vaux pas
la peine d’étre ramassée de terre; un seul de ces couteaux
est plus précieux que ta masse entiére! Je n’ai pas besoin
de toi, reste ot tu es, ou plutdt va au fond de l’eau; tu ne
mérites pas d’étre sauvée.’’ Cependant, réflexion faite, je
me décidai a prendre cet argent; je l’enveloppai dans un
morceau de toile, puis je m’occupai de former un radeau.
Tandis que je le préparais, le ciel s’obscurcit, le vent s’éleva,
et une forte rafale souffla de terre. Je sentis l’impossibilité
de gagner la céte avec un radeau, ayant le vent contraire,
et je crus devoir m’en aller avant que le flux rendit mon
retour trop difficile. Je me laissai donc glisser dans ]’eau
et je traversai 4 la nage, non sans quelques dangers, l’espace
qui séparait le navire de la gréve; je portais une charge
assez lourde, la mer était houleuse, et le vent augmentait
de violence si rapidement qu'il devint tempéte avant
V’heure de la plus haute marée.

Mais alors j’étais couché dans ma petite tente, avec
toutes mes richesses autour de moi, en pleine sécurité.
38 PREMIERES AVENTURES DE

Toute la nuit l’orage gronda, et le matin, lorsque je re-
gardai du cété de la mer, je ne vis plus le vaisseau.

Dés lors je m’occupai de pourvoir 4 ma siireté, soit contre
les sauvages, s'il en venait, soit contre les bétes féroces,
s'il en existait dans Tile. J’étais indécis sur la maniére
de me loger. Devais-je creuser un souterrain ou élever une
tente? Je me décidai a faire l’un et l’autre. Leur descrip-
tion et le récit des moyens que j’employai pour leur con-
fection ne seront pas déplacés ici.

Le lieu ot je m’étais d’abord établi ne me paraissait pas
propre a y fixer ma demeure, parce que c’était un terrain
bas, marécageux et trop prés de la mer, par conséquent
malsain; mais surtout qu'il n’y avait point d’eau douce
assez proche. Je me mis donc en quéte d’un endroit plus
sain et plus convenable.

J’avais a considérer plusieurs choses: d’abord la salu-
brité et l’eau fraiche, desquelles j’ai déja parlé; ensuite un
abri contre l’ardeur du soleil, et le plus de stireté possible
contre les ennemis, hommes ou bétes; enfin la vue de la mer,
pour que, s'il plaisait A Dieu que quelque vaisseau passat
devant la céte, je ne perdisse pas cette chance de salut.

En cherchant un emplacement quiremplit ces conditions,
je trouvai une petite plaine bordée par une colline, qui
s’élevait de ce cété presque aussi droite qu’un mur; en
sorte qu’aucun assaillant ne pouvait descendre a |’im-
proviste de son sommet. Sur le flanc de ce rocher 4 pic, je
remarquai un enfoncement assez semblable a l’entrée d’une
caverne; cependant il n’y avait ni caverne, ni chemin
creusé dans la colline.

Je choisis, pour y planter ma tente, le haut de l’esplanade
en face de cet enfoncement. La petite plaine avait environ
cent verges de largeur, sur une longueur presque double,
et elle s’étendait comme une pelouse depuis ma porte
jusqu’a l’extrémité inférieure du plateau, ow le terrain
s’inclinait irréguliérement jusqu’aux rives basses qui for-
ROBINSON CRUSOE 39

maient la céte. En me plagant devant la colline, dont
exposition était au N.-N.-O., j’étais sfir d’étre garanti par
elle des rayons du soleil, tant qu’il n’arriverait pas 4 1’O.
quart S.-O., ce qui, dans ces climats, est A peu prés l’heure
de son coucher.

Avant de dresser ma tente, je tracai devant le creux du
rocher un demi-cercle d’environ dix verges de rayon. Dans
ce demi-cercle, je plantai deux rangs de palissades que
j enfongai en terre jusqu’a ce qu’elles fussent aussi solides
que des piliers. Elles s’élevaient de cing pieds au-dessus du
sol et se terminaient en pointe. Les deux rangs n’étaient
pas a plus de six pouces l’un de l’autre. Je mis ensuite les
morceaux de cables que j’avais coupés sur le navire les uns
au-dessus des autres, entre les deux palissades, et je placai
des pieux de deux pieds et demi, de maniére 4 buter contre
les premiers et a leur servir de contre-fort. Ni hommes ni
bétes n’auraient pu franchir ou percer ce rempart. I] me
cotita beaucoup de peine et de temps, surtout pour tailler
les palissades, les transporter et les ficher en terre.

Je n’entrais pas dans cette enceinte par une porte; mais
jescaladais la palissade avec une courte échelle, que je
retirais aprés moi. Ainsi fortifié et a l’abri, me semblait-il,
de tous dangers, je pouvais dormir tranquille, ce qui m’etit
été impossible autrement. Cependant j’ai vu par la suite
qu il -n’y avait nullement besoin de tant de précautions
contre les ennemis que je croyais devoir redouter.

Dans cette espéce de forteresse, je portai, avec des fatigues
infinies, toutes mes richesses, mes provisions, munitions,
et autres objets dont j’ai donné plus haut le détail. Je
fabriquai ensuite une tente assez vaste, et, pour me garantir
des pluies, qui sont trés violentes en ces climats pendant
une partie de l’année, je la fis double, c’est-a-dire que j’en
fis d’abord une, puis une autre plus grande au-dessus de la
premiére. Je couvris la tente extérieure d’une toile gou-
dronnée que j’avais sauvée parmi les voiles.
40 PREMIERES AVENTURES DE

Au lieu de coucher sur le lit que j’avais dressé dans ma
hutte sur le bord de la mer, j’eus dés lors un trés bon hamac
qui avait appartenu a notre contremaitre. Je mis sous la
tente les objets que l’humidité pouvait gater et les pro-
visions; je fermai l’entrée de mon enceinte, que j ’avais
jusque-la laissée ouverte, et depuis je passai et repassai
toujours avec une échelle, comme je viens de le dire.

Tout cela terminé, je tachai de creuser dans le roc; je
portais les pierres et la terre que j’en tirais 4 travers ma
tente, je les jetais entre elle et la palissade, et j élevai
ainsi le terrain d’un pied et demi, en méme temps que je
me fis une sorte de cave derriére ma tente.

Ces nouveaux travaux durérent plusieurs jours avant
d’étre complétement terminés; je reviendrai sur ce sujet,
afin de noter d’autres circonstances qui m’occupérent.
Dans le temps ow je venais d’arréter mes plans pour creuser
ma cave et construire ma tente, il tomba une forte pluie
d’orage; tout 4 coup un éclair, pergant un nuage épais et
noir, fut suivi, comme cela arrive toujours, d’un coup de
tonnerre éclatant. A l’instant une idée traversa mon esprit
aussi rapidement que I’éclair traversait les nues, et me fit
une impression bien plus vive. Ma poudre! Le coeur me
manqua en songeant qu’une étincelle pouvait détruire la
poudre sur laquelle je comptais non seulement pour dé-
fendre ma vie, mais pour la soutenir. Jamais danger
personnel ne me causa autant d’inquiétude. Cependant,
si la poudre etit pris feu, je n’aurais jamais su d’ot partait
le coup fatal.

Cette crainte s’empara si fortement de mon esprit que,
l’orage passé, je laissai 14 tous mes travaux, mes construc-
tions, mes fortifications et m’appliquai sans relache 4 faire
des boites et des sacs pour yrenfermer ma poudre par petites
parties, dans l’espoir que toutes ne prendraient pas feu a
la fois. J’eus soin de les séparer assez pour que, si l’une
s’allumait, elle ne fit pas sauter les autres, Je ne pus finir
ROBINSON CRUSOE 41

cette besogne avant quinze jours, et je divisai mes deux
cent quarante livres de poudre en une centaine de parties.
Pour le baril mouillé, je n’avais rien a craindre; je le plagai
dans ma nouvelle cave, qu’il me plut d’appeler ma cuisine.
Je cachai le reste dans des trous de rocher, bien a l’abri de
Vhumidité, en remarquant attentivement les places.

Pendant que je me livrais a ce soin, je ne manquais point
de sortir au moins une fois par jour, avec mon fusil, tant
pour me distraire que pour voir si je ne pourrais pas tuer
quelque animal bon 4 manger. A ma premiére excursion
je découvris qu’il y avait des chévres dans J’ile et j’en fus
enchanté.

Un jour, je me promenais sur le bord de la mer, le fusil
au bras, et je me sentis une grande tristesse en considérant
ma situation. Alors ma raison sembla prendre a tache de
me montrer les choses sous un autre aspect. ‘“‘Tu te trouves,
disait-elle, dans une situation désolante, cela est vrai;
mais dis-moi, je te prie, ot sont tes camarades? N’étes-vous
pas entrés onze dans la chaloupe? oti sont les dix autres?
Pourquoi n’ont-ils pas été sauvés, et toi n’as-tu pas été
perdu? Pourquoi as-tu été séparé du reste? Lequel vaut
le mieux d’étre ici ou 14?”” Et en pronongant le dernier mot
je montrais la mer avec le doigt. Ne faut-il pas considérer
les choses du bon et du mauvais cété? Et les biens dont
nous jouissons ne doivent-ils pas nous consoler des maux
qui nous affligent?

Alors je me rappelais combien j’étais heureusement
pourvu sous le rapport de ma subsistance, et je me de-
mandais ce que je serais devenu si, par un de ces hasards
qui n’arrivent pas une fois sur cent mille, le vaisseau n’avait
pas été porté jusqu’a une place assez proche du rivage
pour que je pusse y prendre les choses sans lesquelles mon
existence efit été complétement misérable. Que serais-je
maintenant, si j’étais resté dans l'état of je m’étais vu
lorsque j’abordai cette rive? ‘‘Surtout, m’écriais-je a haute
42 PREMIERES AVENTURES DE

voix, comme si j’eusse parlé a d’autres qu’A moi-méme,
qu’aurais-je fait sans fusil, sans munitions, sans outils,
sans vétements, sans lit, et n’ayant aucun moyen de me
faire une tente ni aucune autre sorte de couverture?’’ Grace
a Dieu, j’avais de tout cela en suffisante quantité, j’étais
en bon chemin d’assurer ma subsistance sans le secours de
mes armes, quand mes munitions seraient épuisées.

Et maintenant, puisque je dois montrer le triste spectacle
d’une vie silencieuse et telle que le monde n’en a peut-étre
jamais entendu raconter, je veux la représenter dés son
commencement et la suivre dans son ordre.

Selon mes calculs, je débarquai dans cette ile affreuse
le 30 septembre, époque a laquelle le soleil est pour nos
pays dans l’équinoxe d’automne, et se trouvait presque
d’aplomb sur ma téte; car, d’aprés mes observations, j’étais
a 9 degrés 22 minutes N. de la ligne.

Aprés un séjour de dix a douze jours, il me vint a l’esprit
que je perdrais bient6t mes calculs sur le temps, faute de
papier, de plume et d’encre, et que je confondrais méme le
jour du Seigneur avec les jours ouvrables. Pour prévenir
cet inconvénient, je gravai avec mon couteau sur un grand
poteau en forme de croix, que je plantai sur le rivage a la
place ot j’avais pris terre, cette inscription en lettres
majuscules:

JAI DEBARQUE ICI LE 30 SEPTEMBRE 16309.

Sur les cétés du poteau, dont la forme était carrée, je
faisais tous les jours une entaille avec mon couteau; la
septiéme entaille était deux fois plus longue que les autres,
et le premier jour du mois était marqué par une entaille
deux fois grande comme celle des dimanches. Ainsi j’avais
un calendrier marquant les divisions du temps par se-
maines, mois et années.

Parmi les objets que j’avais rapportés du navire, il s’en
trouvait de moins essentiels que les autres, mais qui me
ROBINSON CRUSOE 43

devinrent également utiles par la suite, quand je les re-
trouvai en fouillant dans les coffres.

C’étaient, par exemple, des plumes, de l’encre et du
papier, provenant de la provision du maitre, du canonnier
et du charpentier, trois ou quatre compas, quelques in-
struments de mathématiques, des cadrans, des lunettes
d’approche, des cartes et des livres de navigation. J’avais
pris tout cela en masse, ne sachant si je pourrais en faire
usage. Je retrouvai encore trois Bibles trés bonnes qui
faisaient partie de l’envoi qu’on m’avait fait d’Angleterre,
et que j’avais apportées avec moi a mon dernier voyage;
de plus quelques livres portugais, entre autres des livres
de priéres catholiques romains et divers ouvrages. Je les
conservai tous précieusement.

Je ne dois pas oublier de dire que nous avions a bord un
chien et deux chats. J’embarquai les deux chats; quant
au chien, il sauta de lui-méme du batiment dans la mer et
vint a terre, a la nage, le lendemain de mon premier voyage
en radeau. Cet animal fut pour moi un ami fidéle pendant
bien des années; il me rapportait tout ce qu'il pouvait, et
me faisait si bonne compagnie que j’aurais voulu lui en-
seigner a parler; mais sur ce point je perdis ma peine. J’ai
déja dit que j’avais de l’encre, des plumes et du papier,
provisions que je ménageais beaucoup; cependant on verra
que j’usai de mon encre tant qu’elle dura, pour noter
exactement ce quim’arrivait, chose qui me devint impossible
ensuite; car je ne trouvai aucun moyen de faire de l’encre.

Cela me rappelle qu’il me manquait encore quantité de
choses, malgré tout ce que j’avais rassemblé; de ce nombre
était premiérement l’encre, comme je viens de dire, ensuite
une béche, une pioche, et une pelle, des aiguilles, des
épingles, et du fil. Quant au linge, je m’accoutumai assez
vite a m’en passer.

Ce manque d’outils rendait tous mes travaux lents et
difficiles. Il me fallut prés d’une année pour terminer en-
44 PREMIERES AVENTURES DE

tiérement mon petit enclos. J’étais fort longtemps 4 couper
les perches dans les bois et plus longtemps encore a les
transporter, le poids de chaque piéce exigeant tous mes
efforts. Ainsi je mettais quelquefois deux jours soit a
couper, soit 4 déplacer un poteau, et un troisiéme jour 4a le
fixer en terre, ce que je fis d’abord 4 l’aide d’un bloc de
bois trés lourd; je pensai plus tard aux leviers de fer que
j/avais, et je m’en servis pour enfoncer mes pieux, ce qui
n’empécha point ce travail d’étre long et fastidieux.

Mais, hélas ! devais-je regarder a la longueur ou a /’ennui
de mes travaux! j’avais toujours assez de temps pour les
faire. Je ne prévoyais pas, en effet, A quoi je passerais les
heures quand mes arrangements seraient achevés, sinon a
courir le pays pour chercher du gibier, ce que je faisais déja
une fois par jour, plus ou moins longtemps.

J’ai déja décrit mon habitation; c’était, comme on l’a
vu, une tente placée au pied d’un rocher et entourée d’une
forte palissade de poteaux et de cables. Je pourrais méme
donner le nom de muraille 4 cette cloison, puisque j’avais
élevé contre elle, en dehors, un mur en terre épais de deux
pieds. Quelque temps aprés (un an et demi, si je ne me
trompe pas), je posai des piéces de bois en chevron, portant
d’un cdété sur la muraille, de l’autre sur le rocher, et je
les couvris de ramées et de tout ce que je pus ramasser
pour former un abri contre les pluies, qui tombaient en
abondance et avec beaucoup de violence en certaines
saisons.

Tous mes effets étaient, comme je lai dit, renfermés
dans l’enclos et dans la cave derriére la tente. Mais je dois
observer que ce fut d’abord un amas confus qui me laissait
a peine assez de place pour me retourner. Ainsi, jem’occupai
d’agrandir ma cave en creusant plus avant dans le banc,
qui se composait d’une roche sablonneuse et facile 4 en-
tamer. Me croyant suffisamment garanti des bétes féroces,
je continuai mon travail souterrain, et, pénétrant a droite
ROBINSON CRUSOE 45

sur le flanc du rocher, je tournai ensuite une seconde fois
a droite et je parvinsal’extérieur, ce qui m’ouvrit un passage
en dehors de mes fortifications. Cette ouvrage ne fournit
pas seulement une espéce de porte de derriére 4 ma tente et
a mon magasin pour y avoir une entrée et une sortie, mais
encore il me donna de l’espace pour loger toutes mes pro-
visions.

Je m’appliquai ensuite a fabriquer les objets qui me
semblaient les plus nécessaires, entre autres une chaise
et une table, sans lesquelles je ne pouvais jouir 4 mon aise
du peu de douceurs qui me restaient encore dans la vie.
Je ne pouvais en effet ni écrire, ni manger, ni faire plusieurs
autres choses avec le méme plaisir que si j’eusse possédé
une table.

Je me mis donc a l’ouvrage. Ici je ferai observer que
la raison étant l’origine et la base des mathématiques, tout
homme, en jugeant sainement des objets susceptibles de
calculs et de mesures, peut arriver, avec le temps, a con-
cevoir et a exercer les arts mécaniques. De mavie je n’avais
touché un outil; cependant, a force de travailler, de ré-
fléchir, de combiner, je vis qu’il m’aurait été possible de
faire tout ce dont j’avais besoin, si les outils ne m’eussent
pas manqué; et méme, sans leur secours, je fabriquai un
grand nombre de choses diverses, la plupart en me servant
seulement d’une hache et d’un rabot. On n’avait peut-étre
jamais fait ces choses de la méme maniére; aussi elles me
cotitérent un travail infini. Par exemple, si je voulais
avoir une planche, il me fallait couper un arbre, le poser
devant moi, le tailler des deux cdtés avec ma hache, jusqu’a
ce qu'il devint aussi mince qu’une planche; alors je l’unissais
avec le rabot. Par cette méthode je ne tirais, il est vrai,
qu’une seule planche d’un arbre tout entier; mais a cela
il n’y avait point de reméde, sinon de prendre patience, de
méme que sur la prodigieuse quantité de temps et de labeur
exigée pour obtenir un si mince résultat. Du reste, mon
46 PREMIERES AVENTURES DE

temps et mon travail n’étaient pas de grande valeur, et
leur emploi m’était indifférent.

Cependant je me fis avant tout une table et une chaise
comme je l’ai dit, et je me servis pour ces ouvrages des
plus petits morceaux de bois tirés du vaisseau. Mais lorsque
j’en fus venu a avoir des planches, je fis de grandes tablettes
d’un pied et demi et les posai les unes au-dessus des autres,
le long d’une des parois de ma cave, pour y déposer mes
outils, mes clous, ma ferraille, en un mot, pour mettre tout
en ordre, de maniére a le trouver sous ma main. Je plantai
des crochets dans le mur de roche, pour y pendre mes fusils
et tout ce qui pouvait étre ainsi rangé; en sorte que ma
petite caverne ressemblait 4 un magasin général de tous
les objets nécessaires, et ce fut pour moi un grand plaisir
de contempler cet arrangement si commode, surtout de
trouver ainsi étendues mes provisions les plus indis-
pensables.

Ce fut alors que je commengai a écrire mon journal
jusqu’au temps ot l’encre me manqua et m’obligea de
linterrompre.

JOURNAL.

30 septembre 1659.—Moi, le pauvre misérable Robinson
Crusoé, je fus jeté, aprés le naufrage de mon batiment, sur
la cdte de cette ile affreuse, que jenommai /’tle du Désespoir.
Tout le reste de l’équipage avait été noyé, moi-méme
javais été sur le point de périr.

Je passai le reste du jour 4 déplorer les tristes circon-
stances dans lesquelles je me trouvais. Aux approches de
la nuit, je montai dans un arbre pour y dormir a l’abri des
animaux ou des hommes; et mon sommeil fut paisible,
malgré la pluie qui tomba jusqu’au point du jour.

ret octobre.—Le matin je vis 4 ma grande surprise que
la marée haute avait porté le vaisseau naufragé beaucoup
plus prés du rivage qu'il n’était la veille. Je me réjouis de
ROBINSON CRUSOE 47

voir ce batiment encore entier et j’espérai trouver moyen
de l’aborder (si le vent diminuait) et d’en tirer des vivres
et d’autres objets de premiére nécessité. Enfin, apercevant
que le batiment était 4 peu prés a sec, je m’avancai sur la
gréve aussi loin que je le pus, ensuite je fis 4 la nage le reste
du trajet qui me séparait du navire. Ce jour-la fut encore
pluvieux; mais il n’y eut point de vent.

Du re? au 24 octobre.—Cet intervalle fut employé a faire
plusieurs voyages pour transporter ce que je pouvais tirer
‘du batiment. J’amenai tout cela 4 terre, sur des radeaux,
a la faveur de la marée montante. Il] plut beaucoup pen-
dant ce temps, mais non pas continuellement; il parait que
c’était la saison des pluies.

24 octobre.—Mon radeau chavira; mais c’était sur un
bas-fond, et la plupart des choses qu'il portait étant trés
pesantes, j’en retrouvai quelques-unes quand la marée
baissa.

25 octobre.—I] plut tout le jour et toute la nuit, et il y
eut plusieurs rafales pendant lesquelles le batiment fut mis
en piéces. I] n’en resta que des débris visibles seulement
pendant les basses marées. Je passai la journée 4 mettre a
labri de la pluie ce qui pouvait étre endommagé.

26 octobre.—Je courus presque tout le jour le long de la
céte pour chercher un lieu d’habitation convenable. Je
tenais surtout 4 me mettre en stireté contre les attaques
des hommes ou des bétes. Vers la nuit je trouvai enfin un
endroit tel que je le désirais, au pied d’une roche assez
élevée. Je tracai un demi-cercle pour mon campement,
et je résolus de l’enclore avec une sorte de palissade
composée d’un double rang de pieux garnis intérieurement
avec des cables et consolidée en dehors par un mur de
terre.

Du 26 au 30 octobre.—Je travaillai au transport de mes
effets dans ma nouvelle demeure, malgré la pluie qui tom-
bait par intervalles trés abondamment.
48 PREMIERES AVENTURES DE

31 octobre.—Le matin je fis une excursion dans !’intérieur
de l’ile avec mon fusil, pour chercher du gibier et recon*
naitre le pays. Je tuai une chévre; son petit me suivit au
logis, mais je fus obligé de le tuer aussi parce qu'il refusa
de manger.

ref novembre.—Je plantai ma tente sous le rocher, et
pour la premiére fois j’y passaila nuit. Je l’avais faite aussi
grande que je l’avais pu, et j’y avais suspendu mon hamac.

2 novembre.—Je rassemblai les coffres, les planches et
les piéces de bois dont mes radeaux avaient été faits, et je
les rangeai autour de ma tente comme une sorte de défense,
un peu en dedans de la ligne marquée pour ma palissade.

3 novembre.—Je sortis avec mon fusil et je tuai deux
oiseaux du genre des canards, qui me fournirent un trés bon
manger. Dans1’aprés-midi je travaillai 4 me faire une table.

4 novembre.—Je commengai ce jour-la 4 régulariser mes
heures de travail, de chasse, de repos et de récréation. Tous
les matins je passais deux a trois heures a la chasse, quand
il ne pleuvait pas; ensuite je travaillais jusqu’a onze heures
environ; alors je mangeais ce que j’avais 4 manger, et de
midi a deux heures je dormais, la chaleur étant excessive
en ce moment. Le reste du jour je travaillais encore. La
partie de la journée consacrée au travail fut entiérement
employée, ce jour-la et le lendemain, a la confection de ma
table, car j’étais encore un pauvre ouvrier, bien que le
temps et la nécessité dussent me rendre ensuite un artisan
accompli, comme tout autre 4 ma place le serait devenu
sans doute.

5 novembre.—Je sortis ce jour-la avec mon fusil et mon
chien, et je tuai un chat sauvage: son poil était doux mais
sa chair ne valait rien. Je prenais toujours la peau des
animaux que je tuais et je la conservais. Je vis, en reve-
nant par le rivage, des oiseaux de mer qui m’étaient in-
connus, et je fus surpris et presque effrayé de l’apparition
de deux ou trois veaux marins, Tandis que je les consi-
ROBINSON CRUSOE 49

dérais, ne sachant ce que c’était, ils rentrérent dans l’eau
et m’échappérent pour cette fois.

6 novembre.—Aprés ma course du matin je me remis a
travailler 4 ma table et je l’achevai, mais non a ma satis-
faction; je fus bient6t assez habile pour l’améliorer.

7 novembre.—Le temps se mit beau. Les 7, 8, 9 et Io, et
une partie du 12 (le 11 était un dimanche selon mes calculs),
je travaillai 4 me faire une chaise, et je pris beaucoup de
peine a lui donner une forme passable. Je ne fus point
content de mon ouvrage, et je le brisai plusieurs fois avant
de le finir.

Nota. Je cessai bientdt d’observer les dimanches; car,
ayant omis de les marquer sur le poteau, je ne pus les
reconnaitre ensuite.

13 novembre.—Il plut ce jour-la, ce qui rafraichit et la
terre et moi-méme; cependant cette pluie fut accompagnée
d’un coup de tonnerre dont l’éclair me causa une frayeur
mortelle 4 cause de ma poudre. Aussitdt que cet orage fut
passé, je m’occupai de séparer ma provision de poudre en
autant de paquets que je le pus, afin d’éviter le danger de
la perdre toute a la fois.

I4, 15 et 16 novembre.—J’employai ces trois jours a
faire de petites boites carrées contenant environ une livre,
au plus deux livres de poudre, et je les logeai en des places
aussi stires et aussi éloignées les unes des autres que
possible. Un de ces jours-la je tuai un gros oiseau bon a
manger, mais dont j’ignore le nom.

17 novembre.—Je commengai a creuser le rocher derriére
ma tente, afin de me donner plus de place pour mon futur
établissement et ce que je pourrais y ajouter.

Nota. Il me manquait trois choses essentielles pour ce
travail, une pioche, une pelle et une brouette ou un grand
panier, et je suspendis mon opération pour réfléchir aux
moyens de me procurer ces outils. Quant a la pioche, je
la remplacgai assez bien par des leviers en fer, quoiqu’ils

WG 4
50 PREMIERES AVENTURES DE

fussent un peu trop lourds; mais il me fallait absolument
une pelle ou une béche; sans cela je ne pouvais rien faire,
et je ne savais comment je remplacerais cet instrument.

18 novembre.—Le jour suivant, je remarquai dans le
bois un arbre a peu prés semblable a celui qu’au Brésil on
nomme l’arbre de fer, 4 cause de la dureté de son bois. Je
coupai un morceau de cet arbre avec beaucoup de peine et
en sacrifiant presque une hache, et j’emportai ce morceau
de bois au logis avec non moins de peine, sa pesanteur
égalant sa dureté. Je parvins 4 donner a cette piéce de
bois, par un travail obstiné, la forme d’une pelle, dont le
manche était exactement fait comme ceux de nos pelles;
mais le cété large n’ayant point de talon en fer, elle était
moins solide; elle le fut cependant assez pour l’usage que
j’en voulais faire. Je pense qu’on ne fabriqua jamais une
pelle de cette maniére, ni avec tant de lenteur.

Je n’avais pas encore tout ce qu'il me fallait, il me man-
quait un panier ou une brouette. Le panier, je ne pouvais
lavoir, n’ayant a ma portée rien d’analogue a l’osier, ni des
branches assez flexibles pour faire des ouvrages de vannerie.
Quant a la brouette, je croyais pouvoir en faire une, si la
roue ne m’avait embarrassé. Je ne savais comment m’y
prendre pour fabriquer une roue, et quand je l’aurais su,
il m’etit été impossible de forger l’essieu pour passer dans
le moyeu, et les autres piéces de fer. Je ne pensai donc
plus a cela, et, pour emporter la terre que je tirais de mon
excavation, je me fis une sorte d’instrument assez sem-
blable a l’auge dans laquelle les magons portent le mortier.
Cet instrument fut moins difficile 4 faire que la pelle.
Toutefois l’un et l’autre, en y joignant mes vaines ten-
tatives pour construire une brouette, occupérent quatre
journées, en exceptant toujours mes courses matinales avec
mon fusil, dont je me dispensais rarement, comme rare-
ment aussi j’en revenais sans rapporter quelque chose de
bon a manger.
ROBINSON CRUSOE 51

23 novembre.—Je repris mon travail interrompu pour
fabriquer mes outils, et en y employant chaque jour tout
le temps que mes forces me permettaient, je parvins en
dix-huit journées a creuser un caveau assez large et assez
profond pour contenir a l’aise toutes mes richesses.

Nota. Mon but était d’avoir une piéce assez spacieuse
pour me servir de magasin, de cuisine, de salle 4 manger et
de cave. Jeréservais la tente pour mon logement personnel;
cependant je fus souvent obligé, dans la saison pluvieuse,
d’abandonner cette place 4 cause de l’humidité, ce qui me
décida ensuite 4 couvrir une partie de mon enclos d’un
toit formé de longues perches rangées comme des solives,
appuyées contre le rocher, et chargées de rameaux et de
grandes feuilles d’arbre.

Io décembre.—Je croyais ma cave a peu prés finie; sans
doute je l’avais trop creusée, car tout 4 coup une énorme
quantité de terre éboula du sommet et de l’un des cétés.
Cela m’effraya, non sans raison; en effet, si je m’étais
trouvé sous |’éboulement, je n’aurais pas eu besoin d’un
fossoyeur pour m’enterrer. I] me fallut travailler long-
temps pour réparer ce désastre et déblayer le souterrain,
et, ce qui était encore plus important, pour étayer la voite,
afin d’empécher le retour d’un pareil accident.

11 décembre.—J’y travaillai, et je posai deux poteaux
debout ‘sous la voiite et deux traverses en bois sur chacun.
Le lendemain j’avais fini cet ouvrage; j’ajoutai d’autres
poteaux et d’autres planches, et en une semaine j’assurai
mon toit, et les piéces de bois posées 4 la file formérent les
divisions de la cave.

17 décembre.—De ce jour au 20, je m’occupai a poser
des tablettes et 4 enfoncer des clous sur les poteaux pour
ranger ou suspendre mes effets. Je commengai alors a
établir de l’ordre dans mon intérieur.

20 décembre.—Je portai a la cave tout ce qui devait y
&tre, et je posai de petites planches en forme de dressoir, pour

4-2
52 PREMIERES AVENTURES DE

y mettre mes vivres. Mes planches cependant devenaient
rares; je me fis encore une table.

24 décembre.—Grande pluie toute la nuit et tout le jour;
je ne sortis point.

25 décembre.—Pluie toute la journée.

26 décembre.—Point de pluie; la terre extrémement
rafraichie et le temps plus agréable qu’auparavant.

27 décembre.—Je tuai une jeune chévre; j’en blessai une
autre, et je pus l’attraper et la conduire chez moi en laisse.
Quand elle fut au logis, je bandai sa jambe cassée et lui mis
des éclisses.

Nota. Je pris tant de soins de cet animal qu’il vécut; sa
jambe se remit et fut aussi forte que jamais. Pendant ce
temps-la elle s’était apprivoisée, et paissait sur la petite
pelouse devant ma porte sans songer a s’en aller. Cela me
donna l’idée d’avoir du bétail privé, afin de ne point
manquer de nourriture quand ma poudre et mon plomb
seraient épuisés.

28, 29, 30 et 31 décembre.—Grandes chaleurs et pas de
vent. Impossible de sortir avant le coucher du soleil, pour
avoir de quoi manger. Je passai le temps 4 ranger mes
affaires dans ma maison.

rer janvier.—Encore une extréme chaleur; je sortis de
grand matin et vers le soir avec mon fusil, et je demeurai
en repos dans le milieu du jour. Le soir, en allant un peu
plus avant dans les vallées qui s’étendent vers le centre de
Vile, je vis qu'il y avait grande abondance de chévres; mais
elles étaient trés sauvages et difficiles 4 surprendre. Toute-
fois je résolus d’amener mon chien et d’essayer de les
poursuivre. Le lendemain donc je sortis avec lui et je le
lancai sur les chévres. Mais mon attente fut trompée; les
chévres se tournérent contre le chien, et celui-ci, sentant
fort bien le danger, ne voulut pas approcher d’elles.

3 janvier.—Je commengai ma muraille ou palissade, que
je me proposais de rendre aussi solide que je pourrais; car
ROBINSON CRUSOE 53

je n’étais pas encore guéri de la crainte d’attaques d’un
genre ou de !’autre.

Dans le cours de mes travaux il arriva qu’un jour, en
fouillant parmi mes effets, un petit sac me tomba sous la
main, il contenait la provision de grain d’orge et de riz que
j'avais apportée du navire, et qu’on avait prise pour
nourrir de la volaille 4 bord. Les rats avaient dévoré le peu
de grain qui restait; je ne vis que des cosses et de la pous-
siére au fond du sac, et comme je le destinais 4 un autre
emploi, je secouai les cosses en dehors, a cété de mes forti-
fications et au-dessous du rocher.

C’était un peu avant les grandes pluies dont j’ai parlé, et
j oubliai bientét ce fait, auquel j’avais prété peu d’atten-
tion. Un mois aprés je vis des épis sortir de terre, et je
pensai qu’ils appartenaient a des plantes que je n’avais pas
encore remarquées; mais je fus dans un étonnement sans
pareil lorsque, peu de jours aprés, je vis poindre dix 4 douze
épis verts et semblables a ceux de l’orge d'Europe, méme
de l’orge d’Angleterre. Je crus un instant que Dieu, par un
miracle, avait fait lever ces épis sans qu’ils eussent été
semés, et cela dans le but direct de me nourrir en ce lieu
désolé.

Je recueillis avec grand soin ces épis de blé a leur ma-
turité, ce qui arriva vers la fin de juin, et séparant les grains
de leur tige, je résolus de les ressemer dans |’espoir d’en
avoir, avec le temps, une quantité suffisante pour ma con-
sommation. Mais ce fut seulement a la quatriéme année
que je me permis de manger de ce grain, et encore avec une
grande parcimonie. Je perdis tout ce que j’avais semé la
premiére année, parce que je semai avant la saison séche.
Le grain ne put venir, du moins aussi bien qu'il l’aurait
fait s’il avait été mis en terre au bon moment. Je reviendrai
sur tout cela.

Je travaillai opiniatrément pendant trois 4 quatre mois
pour achever ma cléture, et le 14 avril je la fermai et trouvai
54 PREMIERES AVENTURES DE

un moyen d’y entrer, non par une porte, mais par-dessus le
mur, avec une échelle, afin qu’il n’y efit en dehors nul indice
de mon habitation.

16 avril—Je finis mon échelle, je m’en servis pour
monter sur la muraille; puis je la retirai et la descendis dans
lVintérieur. J’étais ainsi parfaitement clos. J’avais un em-
placement assez grand dans l’enceinte, et l’on ne pouvait
venir sur moi du dehors sans escalader le mur.

Dés le lendemain du jour ot je terminai mes fortifications,
tous mes travaux faillirent étre renversés, et moi-méme
perdu: voici le fait. J’étais occupé 4 quelque arrangement
intérieur derriére ma tente, 4 l’entrée de ma caverne,
quand je fus effrayé par le plus surprenant et le plus terrible
spectacle. Je vis soudain la terre s’écrouler de la votite du
souterrain et du flanc de la colline; en méme temps deux
des piliers que j’avais placés dans ma cave craquaient
horriblement. Je fus saisi d’effroi; mais ne comprenant
pas la véritable cause du phénoméne, je pensai que le haut
de ma cave s’éboulait, comme cela était déja arrivé. De
peur d’étre écrasé, je courus a l’échelle, et je ne me crus en
stireté que lorsque je fus hors de mon enclos, oti je m’atten-
dais a voir crouler la colline. Mais je n’eus pas plutét posé
le pied sur le sol, que je vis clairement qu'il était ébranlé
par un tremblement de terre. Je sentis, 2 huit minutes
d’intervalle lune de l’autre, trois secousses assez fortes
pour renverser les batiments les plus solides, et qui dé-
tachérent la cime d’un rocher a deux milles de moi prés de
la mer. La chute de cette roche dans I’eau fit le bruit le
plus épouvantable que j’aie entendu de ma vie. Je re-
marquai aussi que la mer était violemment agitée; je crois
méme que les secousses étaient encore plus sensibles sous
Veau que dans J’ile.

Ma terreur fut grande; car je n’avais jamais vu ni en-
tendu rapporter rien de pareil. Je restai anéanti. Le
mouvement de la terre m’avait donné une sorte de dé-
ROBINSON CRUSOE 55

faillance semblable au mal de mer; le bruit que fit le rocher
en tombant me réveilla de ma stupeur et me remplit
d’épouvante. Je crus que la colline allait ensevelir de nou-
veau tous mes trésors; 4 cette pensée le coeur me manqua.

Tandis que j’étais assis comme je viens de le dire, je sentis
lair s’appesantir et je vis le ciel se couvrir de nuages de
pluie. Bientdét le vent s’éleva par degrés et devint, au bout
d’une demi-heure, un terrible ouragan.

Aprés quelques instants que je passai tranquillement
assis dans ma caverne, ne sentant plus de secousses, je
revins un peu 4 moi-méme. Pour achever de me récon-
forter, j’allai A mon petit magasin et me versai une goutte
de rhum, liqueur dont j’usai fort sobrement, alors comme
en toute autre occasion, ne pouvant pas la remplacer quand
je n’en aurais plus.

Il continua de pleuvoir toute la nuit et une grande partie
de la journée suivante, et je ne pus sortir; mais mon esprit
était moins troublé, et je réfléchis sérieusement a ce que
j'avais a faire. Je ne pouvais habiter une caverne, puisque
cette ile paraissait sujette 4 des tremblements de terre; je
devais me faire une cabane dans un lieu découvert oti je
pourrais établir une palissade, comme je |’avais fait pour
ma demeure actuelle, dans laquelle je risquais d’étre en-
seveli vivant un jour ou l’autre.

Je me décidai a déplacer d’abord ma tente, qui se trou-
vait précisément contre le cété escarpé de la colline, et
devait étre infailliblement écrasée s’il survenait un autre
tremblement de terre. Je passai les deux jours suivants
(19 et 20 avril) A songer aux moyens de déloger.

J étais si fortement affecté par la crainte d’étre enterré
vif, que mon sommeil en était troublé; mais la crainte de
coucher en plein champ et sans aucune retraite était
presque aussi puissante. Et quand je voyais combien tout
était en ordre autour de moi, combien j’étais commodément
et sirement logé, je sentais une grande répugnance a
56 PREMIERES AVENTURES DE

changer de gite. Je pensais aussi au temps et aux peines
que demanderait un nouvel établissement, et j’en conclus
qu il fallait de toutes maniéres courir la chance de rester
oti j’étais, jusqu’a ce que j’eusse formé un campement
convenable. Je tachai donc de me tranquilliser pour le
moment, et je pris seulement la résolution de construire,
le plus vite possible, une nouvelle enceinte dans laquelle je
porterais ma tente; mais en attendant, je me résignai a
garder mon logis actuel. Ce fut le 21 avril que j’arrétai
ce plan.

22 avril—Le lendemain, je songeai a l’exécution de mes
projets. Les outils me manquaient totalement. J’avais
trois fortes haches et un grand nombre de ces petites
hachettes que nous avions emportées pour trafiquer avec
les sauvages; mais, 4 force de couper des bois durs, tous ces
instruments étaient ébréchés et émoussés, et ma pierre a
aiguiser, que je ne pouvais faire tourner, m’était inutile.
Jamais homme d’Etat, jamais magistrat ne consacrérent
plus de réflexions a la plus importante affaire politique ou
judiciaire que je n’en dépensai au sujet dema meule. Enfin
je parvins a faire une roue attachée a un cordon pour
donner le mouvement 4 la pierre avec mon pied, tandis que
j’aurais les mains libres.

Nota. Je n’avais jamais vu de machines semblables en
Angleterre, du moins je n’avais pas fait attention a leur
construction; mais j’ai vu depuis que rien n’était plus
commun. I] faut dire cependant, pour rehausser le mérite
de mon invention, que ma meule était trés grande et trés
pesante. Cette machine me cotita une semaine entiére de
travail pour arriver 4 sa perfection.

28-29 avril.—J’employai ces deux jours a repasser mes
outils. Ma meule fonctionnait parfaitement.

30 avril.—Depuis longtemps je remarquais que ma pro-
vision de pain diminuait; je l’examinai et me réduisis 4 un
biscuit par jour, ce qui me rendit le cceur bien triste.
ROBINSON CRUSOE 57

rer mai.—En regardant le matin du cété de la mer, pen-
dant la marée basse, je vis sur la gréve un objet plus gros
que ceux qui frappaient mes yeux tous les jours a cette
place; cet objet avait la forme d’un petit baril. J’allai
reconnaitre; c’était en effet un baril, et je vis prés de lui
quelques débris de notre batiment que le dernier ouragan
avait déplacés. Je tournai mes regards sur le batiment lui-
méme et sa carcasse me parut plus élevée au-dessus de
leau qu'elle ne l’était auparavant. Le baril contenait de
la poudre; mais cette poudre, ayant été mouillée, s’était
ensuite durcie comme de la pierre. Cependant je roulai le
petit tonneau plus haut sur la rive, et j’avangai dans les
sables aussi loin que possible vers le navire, pour essayer
d’en tirer encore quelque chose. Sa position était singu-
liérement changée. Le gaillard d’avant, au lieu d’étre,
comme précédemment, enfoncé dans le sable, le dépassait
de plus de six pieds, et la poupe, qui s’était détachée du
reste bient6t aprés mon dernier voyage a bord, avait été
ballottée et enfin jetée sur le cété. Des monceaux de sable
entouraient maintenant l’arriére et permettaient d’en ap-
procher a pied, tandis qu’autrefois un intervalle qu’il
fallait passer 4 la nage séparait de la cdte le batiment
naufragé. D’abord ce changement m’étonna, ensuite je
compris qu’il avait été produit par le tremblement de terre,
dont les secousses avaient aussi disloqué encore davantage
le batiment, comme le témoignaient les débris jetés presque
tous les jours sur le rivage.

Cet incident détourna mon esprit de mes projets de dé-
ménagement, et je m’occupai avec beaucoup de zéle, ce
jour-la surtout, de trouver quelque voie pour pénétrer dans le
corps du navire. Jen’en trouvai aucune, parce que le sable
le couvrait entiérement. Cependant, comme j’avais appris 4
ne désespérer de rien, je résolus de tirer piéce a piéce tout
ce que je pourrais de cette carcasse de vaisseau, persuadé
que ses débris me seraient utiles de fagon ou d’autre.
58 PREMIERES AVENTURES DE

3 maiJe me mis 4 l’ceuvre avec ma scie et je détachai
une solive qui probablement soutenait une des parties
supérieures du pont.

4 mai.—J’allai 4 la péche. J’attrapai un petit dauphin.
Je métais fait une longue ligne avec un fil a cordage; mais
je n’avais point d’hamecons, et néanmoins je prenais sou-
vent assez de poissons, du moins autant que j’en voulais
manger. Je les faisais sécher au soleil, et ne les mangeais
que lorsqu’ils étaient bien secs.

5 mai—Je travaillai sur le batiment, et, ayant coupé
une autre solive, je tirai du pont trois grandes planches
de sapin. Je les attachai ensemble et les mis a flot quand
la marée fut assez haute pour les amener 4a terre.

6 mai.—Je retournai encore au batiment, d’ot je tirai
plusieurs chevilles de fer et d’autres piéces du méme métal.
Je travaillai rudement et je rentrai si fatigué que je pensai
a laisser la cette entreprise.

7 mai.—J’allai encore au navire, mais non avec I’in-
tention d’y travailler, et je trouvai que par son propre poids
il s’était disloqué, les solives principales ayant été coupées.
Plusieurs piéces de la carcasse gisaient détachées et je pus
voir l’intérieur, qui était presque rempli d’eau et de sable.

8 mai.—J?allai au navire, et je portai avec moi un levier
de fer, pour détacher les planches du pont, qui maintenant
se trouvait dégagé d’eau et de sable. Je défis deux planches
et les amenai a bord, de méme que les autres, en profitant
de la marée montante. Je laissai mon levier sur la place
pour le lendemain.

9 mai.—Je pénétrai, par le moyen du levier, dans le
corps du navire; je sentis quelques tonneaux et les déplagai
avec mon levier, mais je ne pus ni les briser ni les retirer.
Je sentis aussi un rouleau de plomb d’Angleterre et je le
remuai; toutefois sa pesanteur m’empécha de I’enlever de
place.

Io a I4 mai.—Je continuai mon travail pendant ces
ROBINSON CRUSOE 59

quatre jours, et je rapportai quantité de planches, de mor-
ceaux de bois, et deux a trois quintaux de fer.

I5 mai.—Je portai deux petites haches au navire pour
essayer de couper un morceau du rouleau de plomb, en
posant dessus le tranchant d’une des hachettes et en me
servant de l’autre pour l’enfoncer; mais le rouleau étant
sous un pied et demi d’eau, mes coups ne portaient pas
assez juste pour enfoncer la hachette.

16 mai.—Le vent avait été trés violent pendant la nuit,
et les restes du navire furent encore plus brisés qu’ils ne
létaient par la force des vagues. Ce jour-la je restai si
longtemps dans les bois pour chercher des pigeons que la
marée monta avant que j’eusse pu aller au navire.

I7 mai.—Je vis quelques fragments du batiment, que
les flots avaient jetés sur le rivage 4 deux milles de distance.
Je voulus cependant aller les reconnaitre; c’était une partie
de la proue, trop pesante pour que je pusse l’emporter.

24 mai.—Tous les jours qui précédérent cette date, je
travaillai sur le navire et, a force de peine et de patience,
je détachai avec mon levier des piéces si essentielles, qu’a
la premiére forte marée quelques tonneaux flottérent hors
de la carcasse, ainsi que deux coffres des matelots. Mais le
vent soufflant de terre, il n’arriva ce jour-la sur la gréve
que des morceaux de bois et un muid contenant du porc du
Brésil, que l’eau de mer et le sable avaient gaté. Je con-
tinuai le méme travail du 24 mai au I5 juin, en prenant
cependant tous les jours le temps nécessaire pour chercher
ma vie.

16 juin —En descendant sur le bord de la mer, je vis une
grande tortue. C’était la premiére que je voyais, et cela
venait de ma mauvaise fortune, car elles abondaient dans
ile; et, si je l’eusse abordée de l'autre cété, j’en aurais
trouvé par centaines, tous les jours, comme je m’en assurai
ensuite; mais peut-étre cette découverte m’aurait cotité
bien cher.
60 PREMIERES AVENTURES DE

17 juin.—Je m’occupai 4 faire cuire la tortue. Je trouvai
soixante ceufs dans son corps; sa chair me sembla le mets
le plus savoureux, le plus agréable que j’eusse goité en
toute ma vie; et cela devait me paraitre ainsi aprés avoir
été réduit a la viande de chévre et d’oiseaux sauvages
depuis mon arrivée dans cet horrible pays.

18 juin.—Il plut tout le jour, et je restai au logis. I] me
sembla que la pluie avait refroidi l’air; je me sentais tout
frileux, chose que je savais n’étre point ordinaire dans cette
latitude.

Ig juin.—Encore froid; j’éprouvai un malaise général.

20 juin.—Je ne pus dormir pendant la nuit; j’éprouvai
de grandes douleurs de téte et un mouvement fébrile.

21 juin.—Je tombai réellement malade, et j’eus les plus
mortelles frayeurs de me trouver ainsi, étant privé de
secours. Je priai Dieu pour la premiére fois depuis la
tempéte de Hull, et je priai sans trop savoir ce que je disais,
ni pourquoi je priais, car mes pensées n’étaient pas bien
nettes.

22 juin.—Je fus un peu mieux, mais toujours dans de
grandes appréhensions de devenir malade. |

23 juin.—Encore trés mal, du froid, du tremblement,
ensuite un violent mal de téte.

24 juin.—Beaucoup mieux.

25 juin—Une fiévre trés violente, dont l’accés dura sept
heures, alternativement chaud et froid; il fut suivi de
sueurs légéres.

26 juin.—Mieux. N’ayant rien 4 manger, je pris mon
fusil; mais je me sentis bien faible. Toutefois je tuai une
chévre, je l’apportai au logis avec beaucoup de peine; je
fis griller un morceau de sa chair et je le mangeai. J’aurais
bien voulu faire du bouillon avec cette viande, mais je
n’avais point de marmite.

27 juin.—Encore la fiévre, et si violente que je restai
tout le jour dans mon lit, sans boire ni manger. J’étais
ROBINSON CRUSOE 61

prés de mourir de soif; mais je n’avais pas la force de me
tenir debout pour aller chercher de l’eau. Je priai Dieu
encore; mais ma téte était faible, et d’ailleurs j’étais d’une
telle ignorance que je ne savais que dire; je ne pouvais que
m’écrier: ‘Seigneur, voyez ma misére ! Seigneur, ayez pitié
de moi!” Je suppose que je ne fis pas autre chose pendant
deux ou trois heures, jusqu’a la fin de l’accés; alors je
m’endormis et ne m’éveillai que trés avant dans la nuit.

Mes idées étaient confuses, l’horreur de la mort dans un
état si misérable troublait ma téte affaiblie, et je ne savais
ce que mes lévres pronongaient; c’étaient sans doute des
exclamations semblables a celles-ci: ‘‘Mon Dieu, que je
suis 4 plaindre! Si je tombe malade, je mourrai trés cer-
tainement, faute de secours! Que vais-je devenir?”’ Alors
des larmes coulaient de mes yeux, et je restais quelque
temps sans pouvoir parler.

Pendant ces intervalles, les bons avis de mon pére me
revinrentenmémoire. J’ailaissé, me dis-je, ces bons parents
pleurer ma folie, et maintenant je suis seul 4 en déplorer
la suite. J’ai refusé leur secours par lequel j’aurais fait
mon chemin sans peine, et me voici condamné a lutter
contre des difficultés au-dessus des forces humaines, sans
guide, sans appui, sans consolation. Ici je m/écriai:
“Seigneur, venez 4 mon aide, car ma détresse est grande !”’

Je reviens 4 mon journal.

28 juin.—Un peu rafraichi par le sommeil, et l’accés de
fiévre étant passé, je me levai. La frayeur que m’avait
laissée ma maladie était encore trés grande; cependant je
considérai que l’accés de fiévre reviendrait sans doute le
lendemain, et qu'il me fallait profiter de ce moment de
calme pour préparer les choses qui pourraient me soulager
quand je serais plus souffrant. D’abord je remplis d’eau
une grande bouteille carrée, et la posai sur ma table a
portée de mon lit; et, pour corriger le froid et la crudité de
leau, j’y mélai environ un quart de pinte de rhum. Je
62 PREMIERES AVENTURES DE

fis ensuite griller sur des charbons un morceau de viande
de chévre; mais je ne pus manger que fort peu.

Je voulus faire une promenade en plein air. Je me sentis
extrémement faible et j’avais peine 4 porter mon fusil,
sans lequel je ne sortais jamais; aussi je fis peu de chemin,
et je m’assis sur un tertre, les yeux fixés sur la mer, qui
dans ce moment était unie et tranquille.

Pendant que je me reposais ainsi, des pensées a peu prés
analogues a celles-ci se présentérent 4 mon esprit: Qu’est-ce
que cette terre et cette mer que j’ai parcourues en tant de
parties? Comment ces choses ont-elles été créées? Que
suis-je, moi, ainsi que les autres créatures sauvages et
apprivoisées, humaines et brutes? D’ot avons-nous été
tirés? Sans doute, nous sommes l’ouvrage de ce pouvoir
qui forma la terre et la mer, l’air et le ciel. Et quel est ce
pouvoir? La conclusion naturelle était: c’est Dieu qui a
tout fait. Mais il se présenta une singuliére conséquence:
si Dieu a fait toutes ces choses, il les guide et les gouverne,
elles et tout ce qui les concerne; car celui qui a pu les créer
doit pouvoir les guider, les diriger; et, s’il en est ainsi, rien
ne peut arriver dans la sphére immense de ses ceuvres sans
qu'il le sache et l’ordonne. Or, si rien n’arrive sans qu’il
en soit instruit, il sait que je suis ici, et dans ]’état le plus
horrible; et si rien n’arrive sans son ordre, il a voulu que
tout ce mal tombat sur moi.

La se présentait immédiatement cette question: Pour-
quoi Dieu a-t-il voulu me traiter ainsi? Qu’ai-je fait pour
mériter ce traitement? Ma conscience m’arréta soudain
dans cette enquéte, comme si j’avais blasphémé, et je crus
entendre sa voix intérieure me dire: ‘‘Malheureux, tu
demandes ce que tu as fait? Regarde en arriére, examine
ta vie mal employée, et demande plutét ce que tu n’as pas
fait. Demande pourquoi tu n’as pas été depuis longtemps
anéanti? Pourquoi tun’as pas péri dans la rade d’ Yarmouth,
ou dans le combat livré quand ton navire fut pris par le
ROBINSON CRUSOE 63

corsaire de Salé? Pourquoi n’as-tu pas été dévoré par les
bétes féroces sur la céte d’Afrique? Pourquoi as-tu été
seul épargné dans ton dernier naufrage, quand tout le
reste de tes camarades s’est noyé? Et tu demandes ce que
tu as fait!”

Ces réflexions me confondaient, et je ne trouvai pas un
mot a me répondre a moi-méme. Je me levai triste et
pensif, je retournai vers ma retraite et franchis ma muraille,
dans l’intention de me mettre au lit; mais le trouble de mes
pensées m’6tait l’envie de dormir et je m’assis sur ma
chaise, bien qu’il commengat a faire nuit.

Lorsque je me levai, je me sentis plus fort, et mon es-
tomac était mieux disposé, puisque j’avais faim. Bref, je
n’eus point d’accés le lendemain, et 4 dater de cette époque
je me rétablis progressivement: c’était le 29.

Le 30 devait étre un bon jour, et je sortis avec mon fusil;
mais j’évitai de m’éloigner trop. Je tuai des oiseaux de
mer du genre des oles, et je les apportai au logis; mais je
n’osai en manger et me contentai de mes ceufs de tortue,
qui étaient fort bons.

Je ne fus pas aussi bien que je l’espérais, le lendemain
rer juillet; j’eus un petit accés de frisson; mais c’était peu
de chose.

Le 2 et le 3 juillet—Je n’eus point d’accés; toutefois
j’étais loin d’avoir toutes mes forces, et je ne les repris
complétement que plusieurs semaines aprés. Pendant ma
convalescence mes pensées se fixérent souvent sur ces
paroles des saintes Ecritures: Je te délivrerai, et impos-
sibilité de ma délivrance opposait une barriére insur-
montable a tous mes élans d’espérance. Mais au moment
ot j’étais le plus découragé, je me dis tout 4 coup que
j oubliais, en m’occupant de ma délivrance actuelle, celle
dont j’avais été l’objet, et si récemment, quand j’avais été
délivré, comme par miracle, d’une maladie qui me mettait
dans une situation si déplorable, si effrayante. Je me de-
64 PREMIERES AVENTURES DE

mandai comment .j’avais recu ce bienfait, et si j’avais fait
a ce propos ce que je devais faire. Dieu m’avait sauvé,
mais je ne l’avais point glorifié, c’est-a-dire que je n’avais
pas rapporté a lui seul mon salut, et je ne lui en avais pas
rendu graces. Ces idées touchérent mon cceur trés pro-
fondément. Je tombai 4 genoux, et je remerciai Dieu a
haute voix de ma guérison inespérée.

4 juillet—Le matin, je pris la Bible, et commengant la
lecture du Nouveau Testament, j’y apportai une attention
sérieuse. Je me fis une loi de lire la Bible tous les matins et
tous les soirs, sans me borner a4 un certain nombre de
chapitres, mais aussi longtemps que mon intérét se soutien-
drait. Bientét aprés que j’eus mis ce projet 4 exécution,
je me sentis sincérement affligé de l’iniquité de ma vie
passée.

Je priai le Seigneur, du fond de mon ame, de m’accorder
la grace du repentir, et le méme jour, en lisant le saint
livre, je tombai sur ces paroles: “Il est proclamé prince et
sauveur pour donner le repentir et la rémission.” Je jetai
le livre, et les yeux et les mains levés au ciel, je m’écriai dans
une extase de joie: ‘‘O Jésus, fils de David! Jésus, prince
et sauveur, donne-moi le repentir!’’ C’était la premiére
fois de ma vie que je priais, dans le sens véritable de ce
terme; car je priais avec le sentiment de mon état et une
espérance vraiment évangélique, fondée sur les divines
promesses. Depuis cet instant j’espérai en effet que Dieu
daignerait m’exaucer.

Ma situation, toujours aussi malheureuse, me parut
cependant alors moins difficile 4 supporter. Mon esprit
s’étant dirigé vers un but plus élevé, par la priére et la
lecture des saintes Ecritures, je sentis de grandes con-
solations intérieures, auxquelles j’avais été jusque-la tout a
fait étranger. D’ailleurs, aussitét que ma santé et mes forces
revinrent, je travaillai 4 me procurer ce qui me manquait
et 4 rendre mon existence aussi réguliére que possible.
ROBINSON CRUSOE 65

J’étais depuis prés de dix mois dans cette ile funeste,
j'avais perdu l’espérance d’en sortir; je croyais fermement
que jamais un étre humain n’avait mis le pied sur ses
rivages. Mon habitation étant alors aussi sfire que je le
désirais, je voulus pénétrer plus avant dans le pays et re-
connaitre toutes ses productions.

Je commengai cette exploration le 15 juillet. D’abord
jallai a la petite baie dans laquelle j’avais fait entrer mes
radeaux, et je vis, en remontant la riviére, que la marée
n’allait pas 4 plus de deux milles et se perdait dans un
ruisseau d’une eau trés fraiche et trés bonne; mais, comme
on était alors en été, il se trouvait en différents endroits,
sinon a sec, du moins presque sans courant.

De belles prairies bien unies et bien vertes s’étendaient
sur les deux rives, et je vis dans les terres un peu plus
élevées, prés des coteaux ot l’eau ne pouvait probablement
arriver, des plantes de tabac sur des tiges trés longues et
trés fortes, et d’autres plantes qui m’étaient inconnues;
elles pouvaient avoir des vertus spéciales, mais je les
ignorais. Je cherchai la cassave, racine qui sert de pain
aux Indiens dans ces climats, et je ne la trouvai point. Je
remarquai de grandes plantes de l’espéce des aloés et des
cannes a sucre, ces derniéres imparfaites et sauvages, faute
de culture. Je me contentai de ces découvertes pour une
premiére excursion, et je cherchai, en retournant chez moi,
comment je pourrais reconnaitre les qualités et la bonté
des fruits et des plantes que je verrais. Mes réflexions
n’aboutirent a rien. J’avais trés peu observé la végétation
pendant mon séjour au Brésil et je n’avais aucune donnée
pour me guider dans mes investigations.

Le lendemain 16, je repris le méme chemin, et, aprés
avoir été un peu plus loin que la veille, je vis la fin des
savanes, et j’entrai dans un pays plus boisé. La je trouvai
des fruits de plusieurs sortes, surtout une grande abondance
de melons sur le sol et de raisins sur les arbres. Les vignes

WG 5
66 PREMIERES AVENTURES DE

x

s’élancaient d’un arbre a un autre, et leurs superbes
grappes étaient en pleine maturité. Cette vue me causa la
plus agréable surprise; toutefois, instruit par l’expérience,
je mangeai modérément de ce fruit. Je me rappelais avoir
vu, pendant mon séjour en Barbarie, des esclaves anglais
mourir de la dysenterie pour avoir mangé trop de raisins.
J imaginai cependant un excellent moyen de faire usage de
ces grappes; c’était de les faire sécher au soleil, et de les
garder comme on garde ce qu’on appelle des raisins secs.
Je pensais, et je ne fus point trompé dans mon attente,
qu’ils me fourniraient un aliment sain et agréable, quand
je ne pourrais avoir des fruits dans leur fraicheur.

Je passai toute la soirée en ce lieu et je ne pus retourner
au logis pour la nuit. C’était la premiére fois que je couchais
hors de chez moi et j’eus recours 4 mon premier expédient:
je grimpai dans un arbre. Je dormis trés bien ainsi, et le
matin je continuai ma course. Je fis environ trois 4 quatre
milles, A en juger d’aprés la longueur de la vallée, et je me
dirigeai toujours vers le N., ma vue étant bornée de cété
et d’autre par des chaines de collines. A la fin de cette
marche, je trouvai un endroit découvert ow le terrain
semblait s’abaisser 4 1’O., et je vis un petit ruisseau, qui
sortait du flanc du coteau le plus prés de moi, couler dans la
direction opposée, c’est-a-dire en plein E. Cette campagne
me parut si fraiche, si fleurie, dans sa parure de printemps,
que je pouvais me croire au milieu d’un jardin bien cultivé.

Je m’avancai de quelques pas dans ce vallon délicieux;
je le contemplais avec un plaisir secret, bien que ce plaisir
fait mélé de pensées mélancoliques. Je me disais: ‘Tout cela
m’appartient; je suis roi, souverain seigneur de ce pays;
mes droits sur lui sont incontestables, et, si je pouvais le
transporter dans une autre partie du monde habité, rien
ne m’empécherait d’en jouir et de le laisser 4 mes héritiers,
de méme que nos propriétaires anglais se transmettent
leurs biens de pére en fils.”’
ROBINSON CRUSOE 67

Autour de moi je voyais des cacaotiers en abondance, et
aussi des orangers, des citronniers et des limoniers, mais
tous sauvages et portant peu de fruits, du moins en ce
moment. Toutefois, non seulement les limons verts que
je cueillis étaient d’un gotit agréable, mais en mélant leur
jus avec de l’eau, j’obtins une boisson extrémement fraiche
et salutaire.

Je crus devoir faire une provision de raisins, de citrons
et de limons, afin de l’emporter au logis, ott je la mettrais
en réserve pour la saison des pluies, qui approchait; je
ramassai donc a une place une quantité de raisins, une plus
petite quantité dans une autre, et, dans un troisiéme coin,
je fis un tas de limons et de melons; ensuite je pris un peu
de chaque fruit et je m’acheminai vers mon habitation,
comptant revenir au vallon avec un sac, ou ce que je
pourrais faire, pour emporter le reste.

Je revins donc, aprés trois jours d’absence, a la maison
(comme j’appellerai toujours maintenant ma tente et ma
caverne) ; mais, en arrivant, je trouvai les raisins que j’ap-
portais complétement gatés: les grains, a cause de leur
poids et de leur nature juteuse, s’étaient écrasés et ne
valaient plus rien; quant aux citrons, ils étaient parfaits
mais j’en avais trés peu.

Le lendemain 19, muni de deux petits sacs, j’allai cher-
cher ma récolte; mais, en arrivant prés de mon tas de
grappes si belles, si brillantes quand je les avais cueillies,
je les vis toutes dispersées, foulées, jetées ¢a et 1a, et la
plupart mangées. Je supposai que ce dégat avait été fait
par quelque animal; mais quelle sorte d’animal, c’est ce que
jignorais. Cependant, voyant l’impossibilité de les laisser en
tas ou de les emporter dans des sacs, puisqu’elles seraient
mangées dans le premier cas et gatées dans le second, je
pris un autre moyen, je les suspendis aux branches les plus
élevées des arbres pour les laisser sécher au soleil et je pris
autant de citrons et de limons que je pus en emporter,

5-2
68 PREMIERES AVENTURES DE

En revenant chez moi je ne pouvais me lasser d’admirer
la beauté et la richesse de cette vallée, et son heureuse
situation a l’abri des orages, pourvue d’eau et de bois. Je
pensai que j’avais planté ma tente dans le lieu le plus
défavorable du pays; et l’idée me vint de changer de de-
meure et de chercher dans cette agréable partie de l’ile
un emplacement aussi sir, s’il était possible, que celui ott
j’étais maintenant.

Ce projet roula dans mon esprit assez longtemps, et
j’y tenais beaucoup, l’agrément du lieu étant réellement
une forte tentation. Cependant, lorsque j’examinai les
choses de plus prés, je considérai que j’étais établi sur le
bord de la mer, ot le sort pouvait jeter quelque autre
malheureux; et malgré le peu de probabilité d’un tel événe-
ment, je ne devais pas, en me renfermant au fond des bois
et des vallées, renoncer 4 toutes chances, 4 tous moyens de
délivrance.

Pour concilier tout, je me fis une sorte de maison de
plaisance dans ce vallon qui m’avait séduit, et je l’entourai
d’une double haie aussi haute que je pouvais la faire, et
renforcée par des pieux entre lesquels je mis des broussailles.
Dans cette enceinte je dormais tranquille parfois deux ou
trois nuits de suite, et j’y pénétrais par une échelle, comme
dans mon ancienne demeure. Ainsi je possédais une maison
sur la c6te et une maison en pleine campagne. Ces travaux
m’occupérent jusqu’au mois d’aotit.

Je venais d’achever ma cléture, et je commengais 4 jouir
de mon travail, quand la saison des pluies me confina dans
ma premiére habitation. J’avais, il est vrai, dans la seconde
une tente faite d’une voile de vaisseau et trés bien tendue,
mais la je n’avais pas une colline pour me garantir des
orages, ni une caverne ow je pusse me réfugier en cas d’a-
verse extraordinaire.

Vers le commencement d’aotit j’avais donc fini ce que
j’appelais ma maison des champs et j’eus le plaisir de
ROBINSON CRUSOE 69

Vhabiter. Le 3 aout, les raisins que j’avais suspendus aux
arbres me semblérent parfaitement secs, et ils étaient en
effet. Je les décrochai, et j’eus raison; car les pluies, qui
ne tardérent pas a venir, les auraient gatés et m’auraient
privé d’une partie de ma provision d’hiver. Je portai prés
de deux cents grappes de raisin dans mon magasin; mais
alors il commenga a pleuvoir, et depuis ce jour (4 aout) il
plut jusqu’au milieu d’octobre plus ou moins, et souvent
si violemment que j’étais obligé de rester plusieurs jours
de suite dans ma caverne.

Pendant cette saison ilm’arriva, 4 ma grande surprise, une
augmentation de famille. J’avais eu beaucoup de chagrin
de la perte d’une de mes chattes qui m’avait quitté ou
plutét que je croyais morte dans quelque coin; mais un
beau jour cet animal revint au logis avec trois petits.

Je fus trés étonné de l’aventure; car j’avais, il est vrai,
tué un chat sauvage, mais il m’avait paru trés différent
des nétres. Du reste, les petits chats ressemblaient tout a
fait 4 leur mére; et, comme sa compagne était une femelle,
je trouvai le fait des plus étranges. De ces trois petits il
me vint ensuite une si nombreuse postérité, que je fus
obligé de les tuer, comme des bétes nuisibles, et de les
chasser loin de ma maison.

Du 14 au 25 aoiit, pluie continuelle. Je ne pus sortir et
je me garantis le plus soigneusement possible de l’humidité.
Pendant ma retraite je me trouvai un peu a court de vivres;
mais, en me risquant au dehors une ou deux fois, un jour
je tuai une chévre, et l’autre (le 26) je trouvai une grande
tortue et ce fut un régal véritable pour moi. Alors mes
repas étaient ainsi réglés: je déjeunais avec une grappe de
raisin ; un morceau de viande de chévre ou de tortue grillée
faisait mon diner (car, 4 mon grand regret, je n’avais pas
un seul vase pour faire bouillir, soit de la viande, soit
autre chose), et quelques ceufs de tortue me donnaient a
souper.
70 PREMIERES AVENTURES DE

Pendant cet emprisonnement je travaillais tous les jours,
deux a trois heures, 4 élargir ma cave, et, en creusant
toujours par cété, je parvins jusqu’a l’extérieur, et je me
fis une porte ou issue en dehors de ma muraille, par laquelle
jallais et venais. Mais je n’étais pas tout a fait rassuré de
sentir ma retraite ainsi ouverte, ce qui rendait inutiles les
précautions que j’avais prises. Toutefois je n’avais apercu
aucune créature vivante qui fit a craindre, l’animal le plus
grand que j’avais vu dans I’fle étant la chévre.

30 septembre.—J’étais arrivé au malheureux anniver-
saire de mon naufrage. Je comptai les entailles que j’avais
faites sur le poteau, et j’en trouvai trois cent soixante-cinq.
Je consacrai ce jour a un jetine solennel et a des actes de
piété. Je me prosternai contre terre, le coeur pénétré d’une
sincére humilité. Je confessai 4 Dieu mes péchés, je re-
connus la justice de ses chatiments, et je le priai de m’ac-
corder merci par les mérites de Jésus-Christ. Je ne pris pas
le moindre rafraichissement pendant douze heures, et je
mangeai seulement, aprés le coucher du soleil, une grappe
de raisin et un morceau de biscuit; ensuite je me mis au lit,
en finissant la journée, comme je l’avais commencée, par
une priére.

Jen’avais pas observé un seul dimanche pendant l’année,
parce que, n’ayant au moment de mon arrivée aucun
sentiment religieux, j’omis bientdt de faire la septiéme
entaille plus grande que les autres; ainsi je ne distinguai
plus les jours de la semaine. Cependant, aprés avoir fait le
relevé général, je trouvai que j’avais été un an dans I’fle
et je divisai cette année en semaines, en marquant chaque
septiéme jour. Bientét aprés, mon encre commengant a
diminuer, j’en usai avec plus d’économie; je notai les seuls
événements remarquables de ma vie et je cessai d’écrire
jour par jour les choses ordinaires.

Pai parlé de certains épis d’orge et de riz que j’avais
été si surpris de voir pousser comme par miracle. Je crois
ROBINSON CRUSOE GE

qu il y avait une trentaine de tiges de riz et peut-étre une
vingtaine d’épis d’orge. Je crus bien faire de semer ce
grain aprés les pluies, et quand le soleil, s’éloignant de
moi, entrait dans le solstice d’été. Je béchai de mon mieux
une piéce de terre avec ma pelle de bois, et, divisant ce
champ en deux parties, je semai mon grain; mais, tout
en le semant, il me vint a l’esprit de ne pas confier le tout
a la terre, parce que j’ignorais si j’avais bien choisi mon
temps pour cette opération. Je conservai donc a4 peu prés
un tiers de mon grain, et ce fut une grande consolation
pour moi d’avoir pris cette précaution, puisque toute ma
semaille fut perdue. Le mois qui suivit fut sec et les germes
ne purent se développer avant le temps des pluies.

Lorsque je vis que ma premiére semence ne venait pas,
ce que j’attribuais trés naturellement a la sécheresse, je
cherchai un terrain plus humide, pour faire une seconde
expérience. Je béchai un petit champ prés de ma maison
de campagne, et ]’y semai le reste de mon grain en février,
un peu avant l’équinoxe. Les mois pluvieux de mars et
d’avril ayant amolli la terre aprés qu’elle avait regu le
grain, il poussa trés bien et donna une bonne récolte;
cependant, comme il me restait peu de semence et que je
ne voulus pas risquer tout ce que j’avais, je recueillis a
peine un picotin de chaque sorte de grain; mais cette
expérience me rendait maitre de mon affaire; je savais en
quel temps il fallait semer, et que je pouvais avoir deux
moissons par année.

Tandis que mon blé croissait, je fis une petite découverte
qui me fut trés utile par la suite. Aussit6t que les pluies
cessérent et que le temps se raffermit, ce qui arriva vers le
mois de novembre, j’allai visiter ma maison de campagne,
oti je trouvai toutes choses telles que je les avais laissées
quelques mois auparavant. L’enceinte de haies doubles
était parfaitement solide et intacte; mais les pieux qui la
composaient, et que j’avais coupés a des arbres voisins,
72 PREMIERES AVENTURES DE

avaient repris en terre et poussé de longs rameaux, de
méme que les saules ététés. Je ne savais point a quelle
espéce d’arbre ces boutures appartenaient; mais je fus trés
agréablement surpris en voyant leur croissance. Je les
émondai et tachai de les rendre aussi égaux entre eux
qu'il me fut possible. On aurait peine a croire combien
ils devinrent beaux dans l’espace de trois ans; ils om-
bragérent alors mon enclos, bien qu'il efit vingt-cinq verges
de diamétre, assez complétement pour nYoffrir un abri
dans la saison. Cela me donna l’idée de planter autour de
mon ancien logement une haie formée de laméme maniére,
a quatre-vingts verges de mon premier rempart. Cette
plantation réussit; elle donna d’abord de l’ombre 4 mon
habitation, ensuite elle lui servit de défense, comme je le
dirai en son lieu.

Les saisons pluvieuses étaient plus ou moins longues,
suivant les vents; mais elles se divisaient en général assez
réguliérement, d’aprés mes observations. L’expérience
m’avait appris le danger d’étre exposé a la pluie; je pris
soin de me fournir d’avance des provisions nécessaires,
afin de n’étre pas obligé de sortir, et je restais au logis,
autant que possible, pendant les mois humides. A cette
époque je ne manquais pas d’occupations utiles et séden-
taires. Je profitai de ma retraite forcée pour me faire bien
des choses que je ne pouvais me procurer sans un travail
persévérant.

J’essayai notamment, a diverses reprises, de me faire
un panier; mais toutes les petites branches que je croyais
propres a se tresser se trouvérent si cassantes, que je ne
pus rien en faire. Il était heureux pour moi que j’eusse
pris, dans mon enfance, un grand plaisir 4 regarder travailler
un vannier de notre voisinage. Je m’empressais, comme
les petits garcons ne manquent point de le faire, a aider le
vannier en lui apportant les objets dont il se servait, et
] observais trés attentivement la maniére dont il les mettait
ROBINSON CRUSOE 73

en ceuvre; parfois méme je tentais de l’imiter. Je possédais
ainsi une pleine connaissance du métier, et je n’avais
besoin que des matériaux, quand il me vint a l’esprit que
les rameaux de cet arbre, duquel j’avais tiré les pieux qui
avaient poussé, seraient peut-étre aussi flexibles que ceux
du saule ou de I’osier.

Je résolus d’en faire l’épreuve; en conséquence, dés le
lendemain j’allai 4 ma maison de campagne, je coupai
quelques-uns des plus petits rameaux des arbres de ma
haie, et, les ayant trouvés tels que je les désirais, jeretournai
avec une hache en chercher davantage, ce qui fut trés
facile; car il y avait une grande quantité de ces arbres. Je
fis sécher mes branches dans ma haie; quand elles furent
en état de servir, je les portai 4 ma caverne, et, pendant
la saison suivante, je fabriquai plusieurs paniers ou cor-
beilles, soit pour transporter de la terre ou d’autres choses,
soit pour contenir différents objets.

J'ai déja parlé du désir que j’avais de voir l’ile tout
entiére, et l’on sait que j’avais remonté le ruisseau de la
crique jusqu’a la vallée de ma maison de campagne. De la
javais vu la mer de l’autre cété de I’fle, et je voulus, 4 mon
prochain voyage, la traverser d’un bord a l’autre. Dans
cette vue je pris mon fusil, une hache, les munitions néces-
saires, plus deux biscuits et un paquet de raisins pour pro-
visions de bouche, et je partis suivi de mon chien.

Arrivé a l’extrémité du vallon dans lequel était ma petite
maison, je découvris la mer 4 1’0O., et, le temps se trouvant
extrémement clair, je distinguai au loin une terre; mais je
ne pus reconnaitre si c’était une fle ou un continent; je
jugeai seulement qu'elle était trés élevée et s’étendait de
VO. a V0.-S.-O., a une distance que j’estimai de quinze a
vingt lieues.

Jignorais quelle pouvait étre cette contrée; mais j’étais
str qu’elle appartenait a l’Amérique, et, d’aprés mes obser-
vations, elle ne devait pas étre fort éloignée des colonies
74 PREMIERES AVENTURES DE

espagnoles. Mais ce pays pouvait étre habité par des sau-
vages, et si j’avais été jeté sur ses rives, au lieu d’avoir
abordé mon ile, j’aurais été dans une situation pire que
celle oti je me trouvais. Je me résignai donc a la volonté
de Dieu, que je reconnaissais alors comme le dispensateur
de toutes choses pour les meilleures fins, et je cessai de
m’affliger vainement en souhaitant de ne pas étre ot
j étais.

D’ailleurs, en réfléchissant davantage, je me dis que, si
cette terre appartenait aux colonies espagnoles, je verrais
un jour ou un autre passer des vaisseaux dans ces parages.
Et si cela n’était pas, ce que je voyais était le pays qui
sépare l’Amérique espagnole du Brésil, pays habité par les
peuples sauvages les plus méchants; car ils sont cannibales,
ou mangeurs d’hommes, et ils massacrent et dévorent tous
ceux qui tombent dans leurs mains.

Aprés m’étre tranquillisé l’esprit par ces raisonnements,
je poursuivis mon voyage, et plus j’avangai, plus ce cdté
de l’ile me parut au-dessus du mien. Les plaines décou-
vertes, ou savanes, étaient ornées de fleurs et de plantes
d’une variété charmante, et parsemées de bouquets de
bois. Je vis quantité de perroquets. Je désirai en attraper
un, afin de l’apprivoiser et de lui enseigner 4 me parler, et
je parvins, avec un peu de peine, 4 prendre un de ces
oiseaux tout jeune, que j’abattis d’un coup de baton. Je le
relevai, je le fis revenir, et je l’emportai chez moi; mais il
fallut des années pour qu'il apprit a parler; enfin cependant
il m’appela par mon nom assez familiérement, et l’incident
qui en résulta amusera le lecteur en son lieu.

Ce voyage fut pour moi une diversion des plus agréables.
Je vis dans les basses terres beaucoup d’animaux; les uns
ressemblaient a des liévres, d’autres 4 des renards, mais
différents de ceux que j’avais vus ailleurs. J’en tuai quel-
ques-uns mais ne pus me décider a les manger. Du reste je
n’avais nul besoin de m’aventurer dans les essais de ce
ROBINSON CRUSOE 75

genre, puisque la nourriture ne me manquait point, et de
trés bonne nourriture, notamment des chévres, des pigeons
et des tortues. En joignant 4 ces viandes mes raisins secs,
le marché de Leadenhall n’aurait pu mieux fournir une
table, surtout pour un seul homme; et si ma position était
déplorable en un sens, j’avais néanmoins de grands motifs
de rendre graces a Dieu, puisque, loin d’étre réduit a la
privation d’aliments, j’en avais au contraire de trés abon-
dants et méme de trés friands.

Je n’avancais pas plus de deux milles par jour dans cette
excursion; mais je faisais tant de tours et de détours pour
aller 4 la découverte, que j’arrivais toujours assez fatigué
a la place oti je me décidais 4 passer la nuit. Je couchais
dans un arbre, ou bien je formais un rempart autour de moi
en fichant des batons debout en terre, ou en les appuyant
d’un arbre a un autre. Les bétes fauves ne pouvaient
arriver sur moi sans m’éveiller.

Lorsque j’arrivai au bord de la mer, je fus surpris de voir
combien cette partie de l’ile était plus agréable et plus riche
que celle ot le sort m’avait jeté. Une quantité prodigieuse
de tortues couvrait le rivage, tandis que de mon cété je
n’en avais trouvé que trois en dix-huit mois. I] y avait
aussi un nombre infini d’oiseaux de plusieurs espéces, la
plupart bons 4 manger, mais je ne connaissais de nom que
les pingouins.

J’en aurais pu tuer autant que j’aurais voulu, mais je
ménageais ma poudre et mon plomb, et j’aimais mieux
tuer une chévre, si cela était possible, parce que c’était
une provision plus profitable. Cependant, bien que les
chévres fussent plus nombreuses de ce cété de l’ile que du
mien, il était plus difficile de les approcher, la campagne
étant plate et unie, que lorsque je pouvais les guetter du
haut des rochers.

Je trouvais en effet cette partie de I’ile trés supérieure a
celle que j’habitais et cependant je n’avais pas la moindre
76 PREMIERES AVENTURES DE

envie de déménager. Je m’étais accoutumé a mon domicile,
et je me croyais en pays étranger sur ce nouveau rivage.
Je continuai toutefois de suivre la céte a peu prés l’espace
de douze milles au levant, et 1a je plantai un grand poteau
pour me servir de marque, ayant le projet de diriger ma
prochaine course a 1’O. de ma demeure et de longer la cote
jusqu’a ce que j’eusse retrouvé mon poteau, et par consé-
quent achevé le tour de J’ile.

Je pris pour m’en retourner un autre chemin que celui
par ot j’étais venu, croyant que je ne pourrais pas manquer,
en jetant les yeux ¢a et 1a, de trouver mon premier loge-
ment. Mais je me trompais dans ce raisonnement. Aprés
avoir fait deux ou trois milles, je me trouvai enfoncé dans
une grande vallée entourée de collines toutes couvertes de
bois, en sorte que je ne pouvais reconnaitre ma route que
par le soleil; encore aurait-il fallu savoir la position exacte
quwil devait avoir, suivant l’heure de la journée.

Pour compléter ma détresse, le temps fut brumeux
pendant trois 4 quatre jours que je restai dans cette vallée;
et, ne pouvant apercevoir le soleil, j’errais ca et 1a triste et
découragé. Enfin je fus obligé de revenir sur la céte cher-
cher mon poteau et de 1a je suivis la route que j’avais prise
en allant. Je regagnai mon logis a petites journées, 4 cause
de l’excessive chaleur et du poids du fusil, des balles, de la
hache, et d’autres choses que je portais.

Pendant ce voyage mon chien surprit un jeune chevreau
et le saisit. J’accourus, et je tirai des pattes du chien le
pauvre petit animal. Je désirais l’emmener 4a la maison,
car depuis longtemps je révais aux moyens d’avoir des
chévres domestiques, pour me nourrir quand mes muni-
tions seraient épuisées. Je fis un collier que je passai au
cou du chevreau, et, a l’aide d’une corde que j’avais fabri-
quée avec du fil a cordages et que je portais toujours sur
moi, je parvins a le conduire jusqu’a ma maison de cam-
pagne ot je l’enfermai et le laissai, impatient que j’étais de
ROBINSON CRUSOE 77

me retrouver chez moi dans mon ancien logis aprés une
absence de plus d’un mois.

Je ne puis exprimer avec quelle satisfaction je rentrai
dans ma vieille retraite et me couchai sur mon hamac. Ce
petit voyage, pendant lequel j’avais mené la vie d’un vaga-
bond, ne sachant le matin en quel lieu je poserais ma téte
le soir, m’avait semblé si pénible que ma maison, comme il
me plaisait de nommer mon gite, me parut l’établissement
le plus parfait.

Je passai une semaine a me reposer, a me refaire, aprés
une excursion si fatigante, et la plus grande partie de ce
temps fut employée a construire une cage pour mon
perroquet, déja un peu apprivoisé et accoutumé a moi. Je
songeai ensuite au pauvre petit chevreau que j’avais em-
prisonné dans mon enceinte du vallon, et je résolus de
l’amener a la maison et de lui donner 4 manger. Je le trouvai
oti je avais laissé, et il ne pouvait en effet s’échapper, mais
il était 4 moitié mort de faim. J’allai couper des branches
d’arbres et de buisson et je les lui jetai par-dessus la
haie. Dés qu'il eut mangé, je me disposai a l’attacher,
comme je l’avais déja fait, pour l’emmener. Cela n’était
pas nécessaire; la faim l’avait rendu si docile, qu’il me
suivit comme un petit chien.

Lasaison pluvieuse de l’équinoxe d’automne était arrivée,
et j’observai le jetine du 30 septembre de méme qu’au
premier anniversaire. Deux ans s’étaient écoulés depuis
mon naufrage, et je n’avais pas plus d’espoir d’étre tiré
de cette ile que je n’en avais eu en l’abordant. Je passai
cette journée en humbles et vives actions de graces pour
les bontés infinies qui avaient adouci mon existence soli-
taire, et sans lesquelles j’aurais été si malheureux. Je
remerciai Dieu d’avoir bien voulu me montrer que je pou-
vais jouir en ce lieu d’une félicité plus grande peut-étre
qu'il ne m’etit été donné de la gotiter au milieu du monde
et de ses plaisirs; d’avoir bien voulu compenser pour moi
78 PREMIERES AVENTURES DE

labsence de société humaine par sa présence et les com-
munications de sa grace avec mon ame, me soutenant, me
consolant, m’encourageant 4 compter sur sa providence
ici-bas et 4 espérer en son éternelle présence dans la vie
future.

Dans cette disposition d’esprit je commengai ma troi-
siéme année; et si je n’ai pas fatigué le lecteur en détaillant
mes travaux de cette année aussi minutieusement que
ceux de la précédente, il peut néanmoins observer en général
que je n’étais pas souvent oisif. J’avais réglé mes heures
comme il suit. D’abord je consacrais 4 mes devoirs re-
ligieux et a la lecture de la Bible un certain temps, trois
fois par jour; ensuite j’allais 4 la chasse pour chercher ma
vie, ce qui employait environ trois heures de la matinée,
quand il faisait beau. Enfin j’avais 4 mettre en ordre, a
préparer pour la conservation, a faire cuire ce que j’ap-
portais de provisions. Tout cela remplissait la plus grande
partie de la journée; d’ailleurs il faut remarquer que la
force de la chaleur au milieu du jour ne me permettait pas
de sortir; je ne pouvais donc pas travailler plus de trois a
quatre heures dans |’aprés-midi. Parfois je permutais les
heures du travail contre celles de la chasse, je travaillais
le matin, et je sortais le soir avec mon fusil.

A la briéveté du temps que je donnais 4 mes travaux,
on voudra bien ajouter leur extréme difficulté et la lenteur
d’exécution qui résultaient du manque d’outils, d’habileté
et de secours. Par exemple, je passai quarante-deux jours
a faire une planche pour une longue tablette dont j’avais
besoin dans ma cave, tandis que deux charpentiers, avec
les instruments convenables, auraient coupé six planches
sur le méme arbre en une demi-journée.

Voici quel était mon procédé. I] me fallait d’abord couper
un grand arbre, parce que j’avais besoin d’une grande
planche: cet arbre, je fus trois joursal’abattre et deux autres
jours a l’ébrancher et a le réduire en un seul bloc. Je le
ROBINSON CRUSOE 79

diminuai des deux cétés, avec un travail infini, jusqu’a ce
qu'il devint assez léger pour étre remué; alors je le re-
tournai et je rendis unie et lisse d’un bout a l’autre une de
ses surfaces, aprés quoi je fis la méme opération de l’autre
cété; et, a force de tailler et de raboter, j’obtins une planche
de trois pouces d’épaisseur. On peut juger quelle besogne
c’était pour moi; mais la patience et l'industrie me con-
duisirent au succés, en cela et en bien d’autres choses.
J'ai cité celle-ci simplement pour montrer comment si peu
d’ouvrage me prenait un temps si énorme. En effet, ce qui
etit été facilement achevé avec de l’aide et des outils ne
pouvait l’étre, sans un laps de temps prodigieux, par un
homme seul et privé des instruments les plus nécessaires.
Néanmoins on va voir que la persévérance me fit venir a
bout de divers travaux indispensables dans ma situation.

J’étais alors aux mois de novembre et de décembre,
attendant ma récolte d’orge et de riz. Le champ que j’avais
labouré pour ces grains n’était pas trés grand puisque,
comme je l’ai dit plus haut, mes semences n’étaient que
d’un demi-picotin de chaque espéce, ayant perdu une
récolte pour avoir semé avant la sécheresse. Maintenant
la moisson promettait d’étre belle; mais soudain je fus
menacé de la perdre une seconde fois par des ennemis de
plusieurs sortes, contre lesquels il était difficile de la garantir.
D’abord les chévres et les bétes fauves que je nommais
liévres, ayant pris goit au blé, venaient fondre sur le
champ aussit6t que le grain était levé, et le tondaient de si
prés que ]’épi ne pouvait se former.

Jen’y vis d’autre reméde que d’enclore promptement le
champ d’une haie, ce qui me cofita beaucoup de travail.
Toutefois ma terre labourée étant fort exigué et assortie a
la récolte, je lui fis une cloture suffisante en deux ou trois
semaines. Je tirai sur les animaux qui venaient la ravager
pendant le jour et j’établis mon chien pour la garder la
nuit, en l’attachant 4 un poteau prés de la porte, ot il
80 PREMIERES AVENTURES DE

aboyait presque sans relache. Grace a ces moyens, les
ennemis désertérent bientdt la place, le blé poussa trés bien,
et il commengait 4 mirir.

Mais si les quadrupédes ravageaient mon blé en herbe,
les oiseaux furent bien prés de me l’enlever totalement en
grain. En allant visiter mon champ, pour savoir oti en
étaient les épis, je vis tout autour d’eux une foule d’oiseaux
de mille espéces qui paraissaient attendre que je fusse parti.
A Vinstant je tirai sur la troupe (je ne sortais jamais sans
mon fusil), et il s’éleva du milieu du blé une véritable nuée
d’oiseaux.

Cela me causa un vif chagrin; car je prévoyais qu’en peu
de jours toutes mes espérances seraient trompées, que je
serais enfin réduit 4 la famine et ne pourrais amener a bien
une seule récolte. Que faire? je n’en savais rien. Cependant
je résolus de ne point perdremon blé, quand méme je devrais
le garder nuit et jour. D’abord je voulus voir le dommage
déja fait, et je trouvai beaucoup de grains mangés; mais
comme il était encore trop vert pour les oiseaux, la perte
était moins grande quelle ne l’etit été sans cela, et ce qui
restait valait bien la peine d’étre sauvé.

J étais debout a cété du champ et je chargeais mon fusil;
pendant ce temps-la mes voleurs se tenaient dans les arbres
d’alentour, comme s’ils attendaient le moment de mon
départ, et ils l’attendaient en effet ; car je me mis en marche,
en paraissant m’éloigner du champ, et aussit6t qu’ils
m’eurent perdu en vue, ils fondirent sur le blé. Je fus
tellement irrité que je n’eus pas la patience de les laisser
venir tous. Je savais que chacun des grains qu’ils man-
geaient en ce moment me privait d’un picotin dans l’avenir;
ainsi donc, franchissant la haie, je fis feu derechef et je tuai
trois maraudeurs. C’était ce que je voulais, et je les traitai
comme on traite les voleurs en Angleterre, c’est-a-dire que
je les pendis pour servir d’exemple aux autres. II est im-
possible d’imaginer l’effet de cette mesure. Les oiseaux
ROBINSON CRUSOE 81

non seulement n’osérent plus revenir au blé, mais encore
abandonnérent cette partie de J’ile, et je n’en vis pas un
seul aux alentours de mon champ tant que |’épouvantail
y resta. On peut croire que je fus enchanté de mon succés;
et vers la fin de décembre, époque de la seconde moisson,
je recueillis mon blé.

J’étais bien empéché de n’avoir ni faucille, ni faux pour
le couper; tout ce que je pus faire de mieux, ce fut de
moissonner avec un des coutelas que j’avais sauvés du
navire. Cependant cette récolte n’étant pas considérable,
je Venlevai assez facilement. Je ne coupais juste que les
épis, je les mettais dans un grand panier de ma facon, et
je les égrenais ensuite avec mes mains. En dernier résultat,
mon picotin de semences me produisit prés de deux bois-
seaux de riz et plus de deux boisseaux d’orge, 4 vue de nez,
car je n’avais point de mesure.

Ce fut un grand encouragement pour moi, et j’espérai
qu’avec le temps Dieu m’accorderait du pain de mon cru.
Pourtant il se présentait d’autres difficultés avant d’arriver
la. Comment pourrais-je moudre le grain pour en faire de
la farine, et comment 6ter le son de cette farine? je n’en
savais rien; et quand je l’aurais su, restait encore l’embarras
de faire du pain avec cette farine, surtout de le faire cuire.
Ces difficultés, jointes au désir d’avoir une provision plus
grande afin d’assurer ma subsistance future, me décidérent
a ne point entamer cette récolte et a la conserver pour les
semailles prochaines. En attendant j’employais mes ré-
flexions et mes heures de travail 4 tacher d’avoir tout ce
qui concernait l’importante affaire du pain. Je pouvais
dire a la lettre que je travaillais pour gagner ma vie.

On est émerveillé de voir, et peu de gens ont, je crois,
sérieusement considéré combien de choses sont nécessaires
pour la production et les préparations diverses de ce seul
objet de notre consommation, le pain. Moi, pauvre mal-
heureux .réduit aux simples ressources de la nature, je

WG 6
82 PREMIERES AVENTURES DE

pensais a ces choses avec un découragement qui s’accrois-
sait en méme temps que les difficultés.

D’abord je n’avais point de charrue pour labourer la
terre, ni de béche pour la remuer. Je triomphai de cet
obstacle en me servant d’une pelle en bois; mais ce n’était
la qu’un pauvre labourage, et mon instrument, aprés
m’avoir coiité plusieurs jours de travail, dura moins long-
temps parce qu'il n’était pas garni de fer comme les ndétres,
et de plus remplissait mal son office. Je me contentai de ce
résultat, faute de mieux.

Quand le blé fut semé, n’ayant point de herse pour le
recouvrir, je fus obligé de tratner par-dessus ma terre
une grosse branche d’arbre, avec laquelle je grattais plutét
que je ne hersais. Tandis que les épis croissaient et miris-
saient, j’eus le temps de penser a tout ce qui me manquait
pour les défendre sur pied, les moissonner, les porter au
logis, et séparer le grain de la paille. Il me manquait aussi
un moulin pour le moudre, un tamis pour passer la farine,
du levain et du sel pour faire de la pate avec cette farine,
enfin un four pour le cuire; et cependant je vins a bout de
fabriquer ou de remplacer toutes ces choses, et le blé devint
un bien inappréciable pour moi.

Je n’obtins tout cela qu’au prix de labeurs pénibles et
persévérants; mais ils étaient inévitables, et j’avais le
temps suffisant pour les faire. Dans la division du jour,
il y en avait une certaine partie affectée chaque jour a ces
travaux; et comme j’étais décidé 4 ne rien consommer de
ma récolte présente, j’avais six mois pour inventer et
fabriquer les ustensiles exigés pour les opérations diverses
par lesquelles le blé devait passer avant de pouvoir me
faire un pain.

Mais il me fallait préparer une plus grande piéce de terre.
J’avais assez de grain pour ensemencer plus d’un acre; et,
avant d’entreprendre ce travail, je passai une semaine a
me faire une pelle, qui n’était pas trés bonne et qui, par
ROBINSON CRUSOE 83

sa pesanteur, ralentissait mes mouvements. Cependant
j’achevai l’ouvrage tant bien que mal et je semai mon
grain sur deux champs assez vastes, aussi prés que possible
de ma maison, Je les entourai d’une forte haie, dont les
pieux étaient coupés sur ces arbres dont j’avais déja fait
usage pour cela, et qui croissaient par bouture, en sorte
que j’étais stir d’avoir a la fin de l’année une haie vive a
laquelle il faudrait peu de réparations. Cette besogne me
prit trois mois pleins, parce que la plus grande partie de
ce temps se trouvait dans la saison des pluies, ot je ne
pouvais sortir.

Quand j’étais retenu au logis, je m’occupais des objets
dont je vais parler, en faisant remarquer toutefois que je
me délassais de mes travaux en parlant 4 mon perroquet
et en lui enseignant a parler. Bientét il connut son nom et
sut répéter assez distinctement: Poll. Ce fut le premier mot
que j’entendis prononcer dans J’ile par un autre que moi.
Ceci n’était pas un travail mais une diversion qui me ren-
dait le travail plus léger; car j’avais sur les bras beaucoup
d'affaires.

J’avais longtemps cherché les moyens de me faire des
vases de terre, qui me manquaient extrémement, et je ne
savais comment m’y prendre. Toutefois, en considérant la
chaleur du climat, je ne doutais point de la possibilité de
faire sécher de la poterie au soleil, si je trouvais de l’argile
pour la faire. Je pourrais au moins avoir des vases assez
consistants pour contenir des choses séches et qui devaient
étre conservées telles. J’en avais besoin pour le blé, la
viande, etc. Je me proposai donc d’essayer de faire des
vaisseaux aussi grands que possible, pour servir, comme
des jarres, 4 renfermer ce qu’on voudrait.

Le lecteur aurait pitié, ou plutét rirait de moi, si je lui
contais tous les essais maladroits que je fis en ce genre,
combien de choses laides et informes sortirent de mes
mains.

6-2
84 PREMIERES AVENTURES DE

J’étudiai les meilleurs moyens de conduire le feu pour
la cuisson d’un certain nombre de pots de terre. Je n’avais
aucune idée, ni de la construction d’un four a briques, ni de
la matiére dont se compose le vernis que les potiers mettent
sur leurs ouvrages; je ne savais pas qu’ils emploient le
plomb a cet usage. Je me bornai a placer trois grandes
cruches les unes prés des autres, et au-dessus d’elles des
pots moins grands; puis je couvris et j’entourai la pyramide
d’un feu de bois trés ardent. J’alimentai ce feu de tous
cétés, jusqu’a ce que les pots devinssent tout rouges, sans se
féler. Je les laissai cinq a six heures dans cette chaleur, et
l'un d’eux sembla prés, non d’éclater, mais de couler, le
sable mélé dans l’argile ayant fondu, ce qui aurait produit
du verre si j’eusse continué de le chauffer. Je diminuai
mon feu par degrés; les vases perdirent petit a petit leur
rouge ardent, et je veillai toute la nuit pour que le feu ne
s’éteignit pas trop vite. Le matin je me vis possesseur de
trois bonnes, sinon de trois belles cruches, et de deux autres
pots de terre aussi durs que je pouvais le désirer; l’un d’eux
avait méme un vernis parfait, produit par la fonte du sable.

Aprés cette expérience, il n’est pas nécessaire de dire
que je ne manquai d’aucune sorte de vaisselle dans mon
ménage; mais je dois avouer que la forme n’en était pas
trés réguliére.

Jamais on n’éprouva pour une chose aussi vulgaire une
joie égale 4 la mienne, quand je fus venu a bout de me
faire un pot de terre allant au feu. J’eus beaucoup de peine
a attendre qu'il fat refroidi, pour le remettre chauffer avec
de l’eau et de la viande, et faire du bouillon. L’opération
réussit trés bien et j’eus un excellent potage, bien qu'il
me manquat du gruau et d’autres ingrédients qui l’auraient
rendu parfait.

Je songeai ensuite 4 me pourvoir d’un mortier ou d’un
instrument quelconque pour piler mon blé; car il ne pouvait
étre question de construire, avec une seule paire de bras,
ROBINSON CRUSOE 85

une machine aussi compliquée qu’un moulin; il s’agissait
seulement de le remplacer. Je n’avais aucun des outils
nécessaires a ce genre de travail. Je passai plusieurs jours
a chercher une pierre assez grande pour étre creusée en
forme de mortier, et je n’en trouvai point, excepté celles
qui composaient le roc vif, et que je ne pouvais ni couper,
ni briser; de plus, les rochers de l’ile étaient d’une nature
poreuse, et ils n’avaient pas la consistance suffisante pour
lusage que j’en voulais faire. Aprés bien du temps perdu
a chercher une pierre, je me décidai 4 me servir d’un bloc
de bois dur, beaucoup plus facile 4 trouver.

Je pris le plus grand bloc que je pusse transporter, je
l’arrondis extérieurement avec ma hache, et ensuite a l’aide
du feu je le creusai, de méme que les naturels du Brésil
creusent leurs canots. Ce travail fut trés long, et je formai
aprés cela un grand pilon en bois de fer et rangeai le tout
pour m’en servir a la premiére moisson, comptant bien
cette fois moudre ou plutét piler mon grain en farine et
m’en faire du pain.

Il me fallait encore un tamis pour passer la farine et la
séparer des cosses et du son. Sans cela je n’aurais pu faire
du pain. C’était une chose trés difficile et qui me parut
telle, méme en projet. Je manquais pour cela des principaux
matériaux, notamment d’un fin canevas ou d’un tissu de
crin a travers lequel la farine pit passer; cette difficulté
m’arréta plusieurs mois, et je ne savais réellement que
faire. Je n’avais point de linge, ou du moins ce qui m’en
restait n’était plus que des haillons; j’avais du poil de
chévre, mais je n’aurais su ni le filer, ni le tisser, et, quand
je l’aurais su, je n’avais pas les outils dumétier. Cependant,
a force de chercher, je m’avisai d’un expédient. J’avais,
parmi les effets des matelots que je tirai du navire,
quelques cravates de calicot ou de mousseline; avec
des morceaux de ces cravates je fis trois petits tamis
assez convenables pour cet usage; je m’en servis pen-
86 PREMIERES AVENTURES DE

dant quelques années. Je dirai ensuite comment je les
remplacai.

Le premier point a considérer, aprés ceux-ci, était la
maniére de faire le pain, une fois que j’aurais la farine.
D’abord je n’avais point de levain et aucun moyen de m’en
procurer; je ne m’en embarrassai donc pas longtemps.
Mais j’étais fort en peine pour le four. Enfin je trouvai un
expédient pour cela comme pour le reste. Je fis de grands
vases de terre, trés larges et peu profonds, c’est-a-dire ayant
deux pieds de diamétre et environ neuf pouces de pro-
fondeur. Je les fis passer au feu, comme les marmites, et
je les mis a part; ensuite, quand j’avais besoin de faire cuire
du pain, je faisais un grand feu sur mon Atre, que j’avais
pavé de briques faconnées et cuites par moi, mais qui
n’étaient pas parfaitement carrées.

Quand le bois était réduit en tisons et en charbons
ardents, je les parsemais, sur le foyer de maniére qu'il en
fit tout couvert, et je les laissais assez de temps pour
chauffer excessivement la place; alors je retirais la braise,
je la remplacais par mes pains, que je couvrais avec un des
plats de terre; puis j’amassais des charbons tout autour
du plat, afin de maintenir et d’augmenter la chaleur in-
térieure. Je fis de la sorte, aussi bien qu’avec le meilleur
four du monde, mes pains de farine d’orge, et je devins en
outre un patissier achevé. Je me faisais différents gateaux
et des poudings de riz; mais point de patés, parce que je
n’avais rien a mettre dedans, excepté de la viande de
chévre ou d’oiseau.

On ne s’étonnera pas si je dis que toutes ces choses
m’occupérent pendant la presque totalité de ma troisiéme
année de séjour dans l’ile; mais il faut observer que, dans
les intervalles de ces divers travaux, j’avais eu ma nouvelle
récolte et mes affaires intérieures 4 conduire. Je cucillis
mon blé dans la saison, je le portai au logis comme je pus,
et le laissai en épis dans mes grands paniers, en attendant
ROBINSON CRUSOE 87

que j’eusse le temps de |’égrener; car je n’avais ni aire ni
fléau pour le battre.

L’augmentation de ma provision de blé m’obligea réelle-
ment d’élargir mes greniers. Ma récolte m’avait donné
vingt boisseaux d’orge et autant de riz, méme davantage;
je me décidai donc a en faire usage; d’ ailleurs depuis quelque
temps ma provision de pain était finie, et j’étais bien aise
aussi de voir quelle quantité pouvait suffire 4 ma consom-
mation d’une année, afin de semer seulement une fois l’an.

Il se trouva en dernier résultat que mes quarante bois-
seaux d’orge et de riz étaient plus que je ne pouvais con-
sommer dans l’année; ainsi je résolus de semer, tous les
ans, la méme quantité de grains que j’avais semée la der-
niére fois, espérant que cela suffirait amplement pour me
fournir de pain, etc.

Pendant que je vaquais a ces soins, mes pensées se por-
térent plus d’une fois sur la terre que j’avais apercue de
l’autre rivage de l’ile, et je souhaitais au fond de l’A4me de
trouver les moyens d’aborder cette terre inconnue, imagi-
nant que je pourrais peut-étre me rapprocher ainsi du
continent et des pays habités.

Je me ressouvins alors de notre chaloupe qui avait été
jetée, comme je l’ai dit, assez avant sur le rivage, au com-
mencement de la tempéte, cause de notre perte. Cette
chaloupe était encore 4 la méme place, mais non dans la
méme position. La force des vagues et du vent l’avait
jetée presque sens dessus dessous contre un banc de sable
trés élevé, et elle se trouvait a sec.

Si j’avais été aidé, j’aurais pu la radouber et la lancer en
mer, et elle était assez bonne pour me conduire aisément
au Brésil. Mais j’oubliais que je n’étais pas plus capable
de la remuer ou de la retourner que de retourner I’ile.
Cependant j’allai dans le bois tailler des leviers et des
rouleaux, et je les apportai prés de la barque, résolu de
voir ce que je pouvais faire. Je supposais que, s’il m’était
88 PREMIERES AVENTURES DE

possible de la remettre sur sa quille et de la raccommoder,
cela ferait une embarcation assez solide pour m’aventurer
dessus en pleine mer. Mais j’eus beau faire tous mes efforts,
il ne me fut pas possible de laredresser et je me vis contraint
d’abandonner mon petit projet.

Malgré mes espérances décues, le désir de m’exposer sur
mer pour gagner le continent m’aiguillonnait de plus en
plus. Méme je réfléchis que je pourrais peut-étre me faire,
avec le tronc d’un arbre, un canot ou perviagua, semblable
a ceux que font les indigénes de ces pays-la.

Mes pensées étaient si entiérement fixées sur mon voyage
dans ce bateau, que je ne songeais nullement a la maniére
de lui faire quitter la terre; et il était en réalité plus facile
pour moi de le conduire trente lieues en mer que de lui
faire parcourir les trente verges de terre qui la séparaient
du bord. J’entrepris cet ouvrage aussi étourdiment que si
jeusse été privé de ma raison.

J’abattis un cédre si grand, que Salomon n’en eut peut-
étre pas un semblable pour la construction de son temple.
Il avait cinq pieds dix pouces dans la partie la plus rap-
prochée des racines, et quatre pieds onze pouces a la
hauteur de vingt pieds, ot le tronc commengait 4 diminuer
et a se diviser en plusieurs branches. Ce ne fut pas sans une
peine infinie que je parvins a abattre ce cédre. Je passai
vingt jours a le couper au pied, et quatorze jours a élaguer
ses branches et sa large téte. Aprés cela, je fus prés d’un
mois 4 donner au tronc ainsi dépouillé la forme extérieure
d’un bateau, telle qu’il devait l’avoir pour flotter sur l’eau
sans pencher d’un cété ni de l’autre. Il me fallut encore
trois mois pour creuser l’intérieur et achever mon ouvrage;
il est vrai que je fis ce dernier travail sans le secours du feu
et simplement avec le ciseau et le marteau. Enfin, a force
de patience, je formai une trés belle pirogue, assez grande
pour porter plus de vingt hommes, et par conséquent pour
me porter avec toute ma cargaison.
ROBINSON CRUSOE 89

Quand mon travail fut terminé, je l’admirai avec délices.
En effet, de ma vie je n’avais vu d’aussi grandes pirogues
taillées dans un seul arbre. Sans doute elle m’avait coiité
bien des coups de hache et de marteau; mais il ne restait
plus enfin qu’a la mettre a flot, et si je fusse venu a bout
de ce dernier point, j’aurais probablement risqué le voyage
le plus fou, le plus impossible 4 exécuter qui ait jamais été
entrepris.

Mais toutes mes inventions pour lancer ma barque
furent sans succés, malgré les travaux infinis qu’elle avait
exigés.

Je fus profondément mortifié de cette déconvenue, et
je compris, mais trop tard, la folie de commencer une
entreprise sans en avoir calculé tous les frais et s’étre assuré
qu’on posséde les moyens de l’exécuter.

Au milieu de tous mes travaux je vis la fin de ma
quatriéme année de séjour dans Jile, et je chémai cet
anhiversaire, de méme que les premiers, avec le sentiment
d’une dévotion consolante. L’étude constante de la parole
de Dieu, avec l’assistance de sa grace, m’avait donné de
nouvelles notions sur toutes choses. Maintenant le monde
m’apparaissait comme un pays lointain, avec lequel je
n’avais aucun rapport de crainte ou d’espérance. Séparé
du reste des hommes, probablement a jamais, je regardais
la société humaine comme nous la regarderons peut-étre
dans une autre vie, c’est-a-dire comme un état duquel
nous sommes sortis aprés en avoir fait partie. Je pouvais
adresser au monde ces paroles d’Abraham au mauvais
riche: “Un immense abime est ouvert entre moi et toi.”

J’ai déja fait mention d’une somme d’argent que j’avais,
environ trente-six livres sterling, en monnaie d’or ou d’ar-
gent. Hélas! cette triste et misérable substance était
oubliée dans un coin; je n’en pouvais rien faire, et je pen-
sais bien souvent que j’aurais échangé une poignée de ces
piéces contre une grosse de pipes a fumer ou une meule a
go PREMIERES AVENTURES DE

moudre mon blé; j’aurais méme donné le tout pour la
valeur de douze sous en graines de navets et de carottes
d’Angleterre, une poignée de pois et de haricots, et une
bouteille d’encre.

Mais, dans ma position, je ne pouvais tirer le moindre
avantage de cet argent, et il resta dans un tiroir, ot il se
moisit a cause de Vhumidité de la caverne dans les
saisons pluvieuses. Si le tiroir etit été rempli de diamants,
je n’y aurais pas fait plus d’attention.

Maintenant j’avais rendu mon existence beaucoup plus
douce qu'elle ne l’était d’abord, et beaucoup plus suppor-
table pour mon esprit et pour mon corps. Souvent je me
mettais a table, plein de reconnaissance, et j’admirais la
main de Dieu, qui avait ainsi pourvu 4 ma subsistance dans
le désert.

Je passais des heures, méme des jours entiers 4 me re-
présenter sous les plus vives couleurs ce que j’aurais fait
si je n’avais rien tiré du vaisseau. Je n’aurais pu rien me
procurer 4 manger, hors du poisson et des tortues; et
comme je restai trés longtemps sans avoir aucune de ces
derniéres, je serais mort de faim, ou j’aurais vécu en véri-
table béte sauvage; car, en supposant que j’eusse trouvé
moyen de tuer une chévre ou un oiseau, je n’aurais pu les
dépouiller, les découper, ni dter leurs entrailles; j’aurais
été forcé de les déchirer et de les ronger avec mes ongles
et mes dents.

Ces réflexions me faisaient mieux sentir la bonté de la
Providence envers moi, et me rendaient tous les jours plus
reconnaissant de mon état présent, malgré les peines qui
l’accompagnaient.

Il y avait assez longtemps que j’étais dans cette fle pour
que plusieurs des objets que j’avais apportés du navire
fussent consommés et usés; mon encre, je l’ai déja dit,
était finie, sauf un petit reste que j’avais étendu plus d’une
fois avec de l’eau, et qui devint enfin aussi blanc que le
ROBINSON CRUSOE QI

papier. Tant qu’elle dura, je m’en servis pour noter chaque
mois les jours dans lesquels il m’arrivait quelque chose
d’important.

La premiére de mes provisions qui s’épuisa aprés mon
encre, ce fut mon pain, c’est-a-dire le biscuit que j’avais
apporté du vaisseau. Je l’avais ménagé a l’excés, me rédui-
sant 4 un biscuit par jour pendant plus d’un an; ce qui
n’empécha pas que je n’en fusse privé depuis prés d’une
année quand je récoltai du blé de mon cru. C’était un bien-
fait inappréciable du Ciel, ce grain ayant été conservé d’une
maniére miraculeuse.

Mes habits et mon linge s’usérent aussi trés rapidement.
Je jugeai donc a propos de faire une revue des haillons
qui me restaient, et que j’appelais ma garde-robe. Tous
les gilets étaient usés, et il s’agissait d’essayer de faire des
vestons avec les capotes que j’avais mises de cété, et quel-
ques autres matériaux que j’avais sauvés du naufrage. Me
voila done devenu tailleur, ou plutét ravaudeur de vieilles
hardes; en effet, je faisais de pitoyables ouvrages. Ce-
pendant je parvins 4 me fagonner trois vestons qui pouvaient
durer assez longtemps, du moins je lespérais. A l’égard
des calecons ou culottes, mes essais, pour le moment,
furent misérables.

J'ai dit que je conservais les peaux de toutes les bétes
que je tuais, les quadrupédes s’entend. J’étendis d’abord
ces peaux sur des batons au soleil, et elles devinrent si
séches et si dures, qu’elles n’étaient bonnes a rien; mais
celles qui n’avaient pas été ainsi desséchées me furent
trés utiles. La premiére chose que je fabriquai de cette
matiére fut un grand bonnet, ot je laissai le poil en dehors,
pour mieux me préserver de la pluie. Le succés de cet
ouvrage m’encouragea, et j’entrepris de me faire un cos-
tume complet de méme étoffe, savoir un veston et une
culotte allant aux genoux, et l’une et l’autre assez larges,
étant destinées 4 me tenir frais plutét que chaud. Je dois
92 PREMIERES AVENTURES DE

avouer que ces vétements étaient fort mal faits; et si j’étais
médiocre charpentier, j’étais trés mauvais tailleur. Toute-
fois mon habit, tel qu'il était, me fut d’un excellent usage;
quand j’étais surpris par la pluie, elle coulait sur les poils
de ma veste et de mon bonnet, et j’en étais garanti.

Ensuite, a force de temps et de peine, je me fis un
parapluie, dont j’avais grand besoin. J’en avais vu
fabriquer au Brésil ot les grandes chaleurs rendent cet
ustensile nécessaire; et j’étais dans un climat au moins
aussi chaud que celui du Brésil, étant prés de la ligne.
D’ailleurs, comme il me fallait étre souvent dehors, un
parapluie m’était utile, aussi bien pour la pluie que pour
le soleil. Je me donnai un mal infini pour cette affaire.
Je fus longtemps avant d’obtenir quelque chose de pas-
sable, et souvent, quand je croyais avoir atteint mon but,
j’étais obligé de rejeter mes informes essais. Enfin, cepen-
dant, je fis un parapluie en état de servir. La grande diffi-
culté consistait a le faire ouvrir et fermer a volonté. I
était aisé de construire un parapluie ouvert; mais, si je ne
pouvais le replier, il devenait impossible de le porter au-
trement que sur ma téte, et cela n’aurait pu aller.

Cependant je parvins, comme je I’ai dit, 4 en faire un
dont je me contentai, et je le couvris de peaux, laissant le
poil en dehors de maniére a offrir un écoulement 4 la pluie
et a intercepter les rayons du soleil assez pour que je pusse
m’aventurer dehors par les temps les plus chauds. Quand
je n’avais pas besoin de m’en servir, je le repliais et le
mettais sous mon bras.

Outre mes travaux annuels pour la culture de mon blé
et la récolte de mes raisins, deux produits dont j’avais
toujours une provision suffisante, outre mes heures de
chasse journaliére, mes principales occupations furent de
construire un canot, ensuite de creuser un bassin de six
pieds de large et de quatre pieds de profondeur, pour con-
duire le canot dans la crique presque 4 un demi-mille de
ROBINSON CRUSOE 93

Vendroit oti il était en chantier. Quant au premier, que
javais fait d’une grandeur démesurée (faute d’avoir ré-
fléchi, avant de le commencer, aux moyens de le lancer),
je fus obligé, ne pouvant ni le conduire 4 la mer, ni amener
la mer vers lui, de le laisser sur place, comme un monu-
ment de ma folie et une invitation 4 étre plus avisé une
autre fois.

Cependant, bien que ma petite pirogue fiit achevée, sa
dimension n’était pas adaptée au dessein que j’avais en
construisant la premiére, de tacher d’atteindre la terre
ferme, dont j’étais séparé par un espace de plus de quarante
milles. Ainsi la petitesse de ma barque contribua a me faire
abandonner ce projet et je finis par n’y plus penser. Mais,
pour utiliser mon canot, je songeai a faire le tour de J’ile.
Mes découvertes dans le voyage que j’avais fait en traver-
sant d’un bord 4a l’autre, comme je l’ai raconté, me don-
naient grande envie de voir le reste de la céte, qui m’avait
paru si belle, et j’étais impatient de commencer cette
croisiére.

Mais afin d’exécuter ce plan avec toute la discrétion
nécessaire, je fis un petit mat pour mon bateau, et une
voile, que je composai de plusieurs morceaux de toile dont
javais une provision assez considérable. Quand le mat et
la voile furent arrangés, j’essayai mon embarcation, et je
trouvai qu’elle allait trés bien; ensuite j’y pratiquai des
boites 4 chaque bout, afin de contenir mes provisions,
vivres, munitions, etc., et de les mettre a l’abri de la pluie
et de l’écume de la mer. Je creusai une logette dans la
longueur du bateau en dedans, pour y placer mon fusil,
et je clouai par-dessus une toile.

Je fixai encore mon parapluie sur la poupe, en maniére
de mat, afin qu'il me servit de tente. Je faisais ainsi de
temps en temps quelques promenades en mer, sans
m’éloigner beaucoup cependant, et demeurant toujours
en.vue de la petite baie. Enfin je me décidai, impatient
94 PREMIERES AVENTURES DE

que j’étais de voir la circonférence de mon royaume, a
commencer mon excursion. J’embarquai des vivres suf-
fisants sur mon canot, savoir: deux douzaines de pains ou
plutét de gateaux d’orge, un pot rempli de riz séché, nour-
riture dont je faisais grand usage, une petite bouteille de
rhum, la moitié d’une chévre, de la poudre et du plomb
pour en tuer d’autres, et deux grandes capotes, de celles
que j’avais tirées des coffres des matelots, et que je des-
tinais 4 me servir, l’une de matelas et l’autre de couverture.

Ce fut le 6 novembre de la sixiéme année de mon régne,
ou, si l’on veut, de ma captivité, que je commengai ce
voyage, qui fut beaucoup plus long que je ne m’y attendais,
parce que, bien que l’fle ne fit pas trés grande, je trouvai,
lorsque j’arrivai du cété de l’E., une chaine de rochers
s’étendant a environ deux lieues en mer, les uns au-dessus,
les autres au-dessous de l’eau, et ensuite un banc de sable
d’une demi-lieue. Je fus donc obligé de faire un grand
détour pour doubler cette pointe.

Quand je la découvris d’abord, je fus bien prés de re-
noncer a mon entreprise et de revenir sur mes pas, ne
sachant a4 quelle distance je serais obligé de prendre le
large, surtout n’étant pas stir de pouvoir revenir une fois
que je me serais avancé parmi ces récifs. Je jetai l’ancre
(j’en avais fait une avec un grappin brisé et tiré du navire),
et lorsque ma barque fut en stireté, je pris mon fusil, j’allai
a terre et montai sur une colline d’ot je vis toute l’étendue
de la pointe; alors je résolus de m’aventurer a la doubler.

En observant la mer de cette éminence, j’apercus un
courant rapide allant du cété de l’E. et serrant de prés la
pointe de sable; je fis sérieusement attention a cette cir-
constance, qui pouvait étre dangereuse pour moi; car je
pouvais étre emporté par ce courant et me trouver ensuite
dans l’impossibilité de regagner l’ile. Je suis persuadé que
cela me serait arrivé si je n’avais pas fait cette reconnais-
sance, le méme courant existant de l’autre cété de I’ile a
ROBINSON CRUSOE 95

une grande distance de la céte. Je vis de plus un remous
assez marqué contre le rivage. I] s’agissait donc de se
dégager du premier courant, et l’on était presque tout de
suite porté vers la terre.

Toutefois je restai la deux jours a l’ancre, parce que, le
vent s’étant élevé assez frais 4 |’E.-S.-E. et luttant contre
le courant, la mer était violemment refoulée sur la pointe,
en sorte qu'il etit été dangereux et de rester prés de terre
a cause des vagues, et d’avancer trop au large a cause du
courant.

Le matin du troisiéme jour le vent s’apaisa, la mer se
calma, et je m’aventural; mais ce qui m’arriva peut servir
de lecon aux pilotes téméraires et ignorants. A peine avais-
je gagné la pointe, me trouvant séparé du rivage seulement
de la longueur de mon canot, que je me sentis sur une mer
trés profonde, et un courant pareil a l’écluse d’un moulin
m’emporta avec une telle puissance, que tout ce que je pus
faire fut d’éviter le centre du courant. Cependant il
m’éloignait toujours de plus en plus du remous, qui était
a ma gauche. Pas le moindre souffle de vent ne vint a
mon aide, et je ne pouvais pas grand’chose avec mes rames.
Je me crus un moment tout a fait perdu. II existait des
courants des deux cdtés de Vile et ils devaient se re-
joindre a quelques lieues de la céte. Dans ce cas j’étais
str de périr, soit par les flots, qui se trouvaient alors assez
tranquilles, soit par la famine. J’avais, il est vrai, em-
barqué une tortue que j’avais prise sur la gréve, et qui était
si grosse qu'il me fallut tout ce que j’avais de forces pour
la soulever. J’avais aussi une grande jarre pleine d’eau
douce. Mais tout cela ne m’aurait pas mené loin; et, poussé
dans le vaste océan, j’aurais été peut-étre a mille lieues de
tout rivage, soit du continent, soit d’une ile.

Alors je vis combien il est facile 4 la Providence de
rendre pire la plus malheureuse des situations. Maintenant
je voyais mon ile solitaire et désolée comme un lieu char-
96 PREMIERES AVENTURES DE

mant, et tous mes voeux tendaient 4 m’y retrouver.
“Heureux désert ! m’écriai-je en étendant les mains vers
elle. Je ne te verrai plus. Infortuné que je suis ! que vais-je
devenir?’’ Alors je me reprochai mon ingratitude et mes
vains murmures contre une solitude au milieu de laquelle
j aurais voulu me retrouver. C’est ainsi que nous ne voyons
jamais notre position sous un jour vrai, tant quelle
n’est pas éclairée par des contrastes; et nous ne savons
estimer ce que nous possédons que par le sentiment de sa
perte.

On ne peut imaginer ma consternation quand je me vis
emporté vers la haute mer, presque sans espoir de remettre
jamais le pied sur mon ile bien-aimée, comme je la nom-
mais en ce moment. Cependant je ramai de toutes mes
forces en me tenant le plus possible dans la direction du N.,
celle ot le courant pouvait joindre le remous. Vers midi,
je sentis une légére brise du S.-S.-E. souffler contre mon
visage, et cela me donna un peu d’espoir, qui augmenta
lorsque cette brise devint, au bout d’une demi-heure, un
bon vent frais. J’étais alors a une distance effrayante de
lfle, et, si le moindre nuage, le moindre brouillard ett
obscurci le ciel, je me serais infailliblement égaré; car je
n’avais point de boussole, et, si j’avais perdu de vue le
point vers lequel je me dirigeais, il m’aurait été impossible
de le retrouver. Heureusement le temps resta clair; je
rajustai mon mat, et, déployant ma voile, je m’efforcai de
sortir du courant en gouvernant au N.

Je venais de prendre ces arrangements, lorsque je re-
connus a la transparence de l’eau que le courant allait
changer de nature. En effet, les eaux étaient sales dans
les endroits ot le courant avait le plus de violence, et cette
violence diminua aussitét que les eaux devinrent plus
claires. Peu de temps aprés je vis, 4 environ un quart de
lieue 4 lE., un brisant formé par les rochers qui divisaient
le courant; la masse principale continuait de courir du S.,
ROBINSON CRUSOE 97

laissant les brisants au N.-E.; le second bras, repoussé Pet,
les rochers, refluait vers le N.-E.

Ceux qui ont regu leur grace ayant déja le pied sur
Véchafaud, ceux qu’un secours inespéré a sauvés du
poignard des assassins, ceux-la, dis-je, peuvent seuls se
représenter ma surprise et ma joie a la vue de ce courant,
et le ravissement avec lequel j’y poussai ma petite barque.
A laide de ce remous je me rapprochai de la terre 4 peu
prés d’une lieue, mais en déviant de deux lieues au N.
Ainsi je me trouvai en vue de l’extrémité septentrionale
de Vile, c’est-a-dire devant la céte directement opposée a
celle d’ou j’étais parti.

Aprés avoir fait, 4 aide de ce courant ou de ce remous,
un peu plus d’une lieue, je m’apercus qu'il s’amortissait et
ne pouvait me conduire plus loin. Alors j’étais entre deux
grands courants, celui du S. qui m’avait d’abord entrainé,
et celui du N. qui régnait sur un espace d’environ une lieue
de l’autre cété; mais je me trouvais sur une mer paisible,
je voyais l’ile en face de moi, et, le vent continuant de me
favoriser, je fis voile directement vers la terre, avangant
toutefois moins vite que lorsque j’étais aidé par la marée.

Vers quatre heures du soir, étant encore éloigné de l’ile
d’une lieue environ, je vis la pointe de rochers, cause de
mon désastre, quis’étendait du cété du S. et produisait, en
refoulant le courant dans cette direction, un contre-courant
au N. Celui-ci avait beaucoup de force; mais il ne portait
pas exactement dans la ligne que je devais suivre, laquelle
était N.-O., mais presque plein N. Cependant, a la faveur
d’un bon vent, je traversai ce remous en déviant légére-
ment au N.-O. et j’arrivai au bout d’une heure 4 un mille
du rivage, ot le calme de la mer me permit bient6t
d’aborder.

Quand je fus a terre, je tombai a genoux et remerciai le
Ciel de ma délivrance, me promettant bien de renoncer a
toute pensée d’échapper a mon exil avec le seul secours de

WG 4
08 PREMIERES AVENTURES DE

ma barque. Je fis un léger repas a l’aide de mes provisions;
ensuite j’amarrai mon canot dans une petite crique om-
bragée par des arbres, et je me couchai pour réparer mes
forces épuisées par les fatigues de ce voyage.

J’étais fort en peine pour ramener mon canot a4 mon
habitation. Je connaissais trop les dangers du chemin que
je venais de suivre pour étre tenté de le reprendre; j’ignorais
ce que je pourrais trouver de l’autre cété (le c6té occidental),
et je n’étais pas disposé a risquer d’autres aventures. Je
me décidai enfin, le matin du jour suivant, a longer le
rivage, en me dirigeant a 1’O., pour chercher une baie ot
ma frégate put rester en stireté, et ot. je la retrouverais si j’en
avais besoin. A trois milles plus loin je découvris une crique
ou baie qui pénétrait dans les terres en diminuant toujours
de largeur, et qui se perdait dans une petite riviére. Je ne
pouvais rencontrer un port plus commode pour mon bati-
ment, et il se trouvait 14 comme dans un bassin construit
tout exprés.

Je m’occupai ensuite 4 reconnaitre ot j’étais. Je vis que
j’avais dépassé de bien peu la place ot je m’étais arrété
dans mon excursion pédestre sur cette céte; et, ne prenant
de tous mes bagages que mon fusil et mon parasol, 4 cause
de la chaleur excessive, je me mis en marche. La route me
sembla trés agréable aprés le pénible voyage que je venais
de faire, et j’atteignis le soir mon vieux berceau, ot je
trouvai toutes choses telles que je les avais laissées, en
trés bon ordre; car je regardais cet enclos comme ma maison
de campagne, et j’en prenais grand soin.

Je franchis la cléture et je m’étendis sur le gazon pour
reposer mes membres fatigués, et je ne tardai pas 4 m’en-
dormir. Mais, jugez, si vous le pouvez, de ma surprise,
vous qui lisez cette histoire, quand je fus tiré de mon som-
meil par une voix qui m’appela plusieurs fois par mon nom:
“Robin, Robin, Robin Crusoé, pauvre Robin Crusoé! Ot
étes-vous, Robin Crusoé, ott étes-vous? oti avez-vous été?”
ROBINSON CRUSOE 99

Je dormais si profondément que je ne m’éveillai d’abord
qu’a demi, et je crus avoir révé que quelqu’un m’appelait.
Mais la voix continuant de répéter: ‘‘ Robin Crusoé, Robin
Crusoé,” je m’éveillai tout a fait, et je fus un instant exces-
sivement effrayé. Je me levai en sursaut et dans une con-
sternation compléte; mais aussit6t que mes yeux furent
bien ouverts, je vis Poll perché sur le sommet de la haie,
et sur-le-champ je compris quec’était elle qui m’avait parlé;
je lui tendis le poing et l’appelai 4 mon tour par son nom.
Mon aimable compagne vint 4 moi, se placa sur mon
pouce, selon sa coutume, et recommenca a me dire:
“Pauvre Robin!” Je l’emportai ensuite au logis.

J’en avais assez pour quelque temps des courses en mer,
et je passai plusieurs jours 4 me reposer et a méditer sur
les dangers que j’avais courus.

Dans cette sage disposition d’esprit, je restai prés d’un
an menant une vie bien tranquille, comme on le croira
sans peine. J’étais dans des sentiments conformes 4 ma
situation; je me sentais heureux de m’abandonner aux
soins de la Providence, avouant qu’elle m’avait accordé
toutes les jouissances, excepté celle de la société.

En ce temps-la, je fis des progrés dans tous les arts mé-
caniques auxquels je m’étais adonné par nécessité. Je
trouvai méme le moyen de faire une pipe et cette invention
me causa une joie extraordinaire. Bien que la pipe fit
grossiére, elle tirait la fumée et servait assez bien 4 mon
plaisir.

Malheureusement ma poudre baissait; c’était une des
choses nécessaires et que je ne pouvais remplacer. Je pensai
donc trés sérieusement a ce que je ferais quand je n’aurais
plus de munitions et ne pourrais plus, par conséquent, tuer
de chévres. J’avais pris, comme je l’ai dit, une chevrette
pendant ma troisiéme année, et je l’avais apprivoisée dans
lespoir de trouver un chevreau male, mais je n’en pus
trouver avant que ma chevrette fit devenue vieille.

7-2
100 PREMIERES AVENTURES DE

Je n’eus pas le courage de la tuer, et elle mourut de
vieillesse.

Mais, étant alors dans la onziéme année de ma résidence
sur l’ile, et mes munitions baissant beaucoup, je m’ingéniai
a faire des piéges pour prendre les chévres, espérant en
attraper de vivantes. Je désirais surtout avoir une mére
et ses petits. A cet effet je tendis des filets et sans doute
plus d’une chévre y fut prise; mais, comme mes piéges
n étaient pas trés forts, parce que je manquais de fil d’archal,
je les trouvais toujours rompus et l’amorce mangée.

Enfin j’essayai de faire des trébuchets. Je creusai des
trous assez profonds dans les endroits ot les chévres avaient
coutume de venir brouter; sur ces fosses je posai des claies
de ma fagon, je les couvris de terre, je les parsemai d’épis
de blé; mais je ne les disposai pas tout de suite en tré-
buchets. Je m’apercus a la trace des pieds de chévres
qu elles étaient venues manger les épis, et un soir j’établis
trois des claies en maniére de trappe; le lendemain je les
trouvai penchées, le blé mangé, et point de chévres prises.
Je changeai de méthode, et, sans fatiguer le lecteur de plus
longs détails, je dirai qu’un jour je trouvai dans une des
fosses un vieux bouc de trés grande taille, et dans une
autre, trois chevreaux, un male et deux femelles.

Je ne savais que faire du bouc: il avait l’air si farouche,
que je n’osais descendre prés de lui afin de tacher de l’avoir
vivant. Le tuer était chose facile, mais cela ne faisait pas
mon affaire. Je finis par lui rendre la liberté, et il s’enfuit
comme si la frayeur l’avait rendu fou. Je n’avais pas en-
core observé, comme je l’observai ensuite, que la faim
pouvait dompter méme un lion. Si j’avais laissé le bouc
seulement trois ou quatre jours sans nourriture, et que je
lui eusse donné ensuite un peu d’eau et puis quelques brins
d’herbes, il serait devenu aussi doux que les chevreaux,
car ce sont des animaux trés intelligents et trés faciles a
conduire quand on les traite bien.
ROBINSON CRUSOE IOI

Cependant je le laissai aller, faute de savoir alors que
je pouvais mieux faire, et je pris lun aprés l’autre les
chevreaux, je les attachai ensemble et les emmenai tous,
non sans difficulté, a la maison. D’abord ils ne voulaient
pas manger; mais je leur jetai quelques épis verts, ils se
laissérent tenter et commencérent 4 s’apprivoiser. Le seul
moyen par lequel je pouvais m’assurer de la viande de
chévre quand je ne pourrais plus chasser, était assurément
d’élever quelques-uns de ces animaux, qui formeraient
peut-étre enfin un troupeau sur ma petite pelouse.

Je me décidai a enclore d’abord un terrain de cent
cinquante verges de long sur cent de large; cela suffirait
pour contenir un troupeau aussi grand que je pouvais
lavoir pendant assez longtemps, et quand mon bétail
augmenterait, je pourrais agrandir le parc. C’était une
sage résolution, et je me mis 4 l’ceuvre aveccourage. En trois
mois j’entourai mon parc de bonnes haies, et, pendant que
jy travaillais, je mis les trois chevreaux dans la meilleure
partie de la prairie, et le plus prés possible de ma maison.
Afin de les rendre familiers, souvent je leur portais des épis
ou une poignée de riz, et je les faisais manger dans ma
main, en sorte que, lorsque la cloture fut finie et que je les
détachai, ils me suivaient partout en bélant pour avoir
une poignée de blé.

Ainsi j’avais atteint mon but; en moins de dix-huit
mois j’eus un troupeau de douze bétes, jeunes et vieilles;
au bout de deux ans j’en avais quarante-trois, et plusieurs
avaient servi 4 ma nourriture. Aprés cela je fermai de
haies cing autres piéces de terre, sur lesquelles mes chévres
paissaient ; j’y établis de petits parcs ot je les faisais entrer
quand je voulais les prendre, et des portes qui communi-
quaient d’un clos a l’autre.

J’avais donc non seulement de la viande de chévre
quand il me plaisait, mais aussi du lait, chose a laquelle je
n’avais pas pensé et qui me surprit agréablement lorsque
102 PREMIERES AVENTURES DE

je vis le parti que je pouvais en tirer. Je disposai ma
laiterie, et quelquefois j’avais huit 4 dix pintes de lait par
jour. La nature, en donnant a toutes les créatures les
aliments qui leur conviennent, leur apprend en méme
temps a en faire usage. Ainsi, moi qui de ma vie n’avais
trait une vache ni une chévre, et qui n’avais jamais vu
faire du beurre ou du fromage, excepté dans mon enfance,
je parvins, aprés quelques essais malheureux, a en faire
et depuis je n’en ai jamais manqué.

Il n’y a point de stoicien qui ne se fit diverti de me voir
diner avec toute ma famille. D’abord, il aurait admiré ma
Majesté, le prince, le roi de l’fle, le maitre absolu de toutes
les créatures qui l’habitaient; car je pouvais les pendre, les
mettre en prison, leur rendre la liberté, selon mon
bon plaisir, et je ne comptais pas un rebelle parmi mes
sujets. I] fallait voir avec quelle dignité royale je dinais,
seul, mes serviteurs rangés autour de moi! Poll avait le
privilége exclusif de me parler en qualité de favori. Mon
chien, devenu vieux et infirme, avait toujours sa place 4
ma droite; et deux chats, de chaque cédté de la table,
attendaient que je leur jetasse quelques morceaux en signe
de faveur spéciale.

Je tenais de plus en plus a voir la partie de l’ile ou, dans
ma derniére excursion, j’étais monté sur une colline pour
reconnaitre la céte et les courants.

Enfin je me décidai 4 me rendre jusqu’a ce point de la
cote, a pied et en suivant le rivage. Sil’on avait rencontré
en Angleterre un homme accoutré aussi singuliérement que
je l’étais lorsque je commengai cette course, on n’aurait pu
s’empécher ou d’éclater de rire, ou de crier de peur.

J’avais un trés haut bonnet de forme irréguliére fait en
peau de chévre et pourvu d’une sorte d’appendice qui
retombait sur mes épaules, pour me garantir du soleil et
surtout de la pluie, rien n’étant plus dangereux, en ces
climats, que d’étre mouillé par-dessous des habits.
ROBINSON CRUSOE 103-

J’avais une sorte de veston, aussi en peau de chévre, et
descendant au-dessus des genoux; des culottes de la méme
maniére, ouvertes comme des pantalons, et, comme elles
étaient faites de la peau d’un vieux bouc, les poils en
étaient si longs qu’ils atteignaient le milieu de mes jambes.
Jen’avais ni bas, ni souliers, mais une sorte de chaussure de
ma facgon assez semblable aux brodequins des sauvages, et
que j’attachais de cété comme des guétres: cette partie du
costume était aussi bizarre que le reste.

J’avais de plus un ceinturon de peau lisse, que je serrais
avec deux courroies en guise de boucle, et auquel étaient
attachées, au lieu d’épée ou de poignard, une hache et
une scie. Un autre ceinturon moins large était jeté sur
mon épaule, et a son extrémité qui tombait au-dessous de
mon bras, étaient suspendues deux poches, également de
peau de bouc, et contenant, lune ma poudre, l’autre ma
dragée. Je portais une corbeille sur le dos, mon fusil sur
mon épaule, et je tenais sur ma téte mon parasol, grande
et hideuse machine en peau de bouc, mais qui me rendait
plus de services qu’aucun autre meuble, mon fusil excepté.
Mon visage était moins halé qu'il aurait di l’étre sous une
latitude qui n’était pas a plus de huit a neuf degrés de
la ligne. J’avais d’abord laissé croitre ma barbe jusqu’a un
quart de verge de longueur; mais, comme j’avais des ciseaux
et des rasoirs en assez grand nombre, je me rasai par la
suite assez court, a l’exception d’une’paire de moustaches
qu'il me plut d’avoir sur la lévre supérieure, a la mode des
Turcs que j’avais vus a Salé (les Barbaresques n’ont pas
cet usage), et ces moustaches, sans étre assez longues pour
me permettre d’y suspendre mon bonnet, étaient d’une
dimension et d’une forme si étranges qu’en Angleterre elles
auraient fait peur aux petits enfants.

Ainsi équipé je commengai ma nouvelle tournée, et j’y
employai cing a six jours. D’abord je suivis le bord de la
mer et me rendis a l’endroit ot j’avais mouillé, pour monter
104 PREMIERES AVENTURES DE

sur les rochers et reconnaitre la céte; et, n’ayant point de
canot a amarrer cette fois, je gravis la colline par un chemin
plus court. En regardant de cette hauteur la pointe de
rochers qui s’avanc¢ait dans la mer, et que j’avais été obligé
de doubler, comme je l’ai raconté ci-dessus, je fus étonné
de voir la mer tout 4 fait calme et unie, sans plus de
courant, de vagues, ni de mouvement en ce lieu qu’en
aucun autre.

Je ne pouvais comprendre cette singularité et je voulus
consacrer quelque temps 4 en connaitre la cause. Bient6t
je m’assurai que le reflux de la marée, se joignant a l’em-
bouchure de quelque grande riviére, prés du rivage, pro-
duisait ce courant, et que, selon la direction du vent, il se
trouvait plus ou moins prés de la cote. En effet, j’attendis
jusqu’au soir sur cette rive, et je remontai alors sur les
rochers, d’ot je vis le courant aussi impétueux que je
Vavais vu la premiére fois parce que c’était ’heure de la
marée montante. Je remarquai aussi que le courant était
a une demi-lieue du rivage, tandis que, lors de mon a-
venture, il régnait tout prés et m’avait entrainé, ce quil
n’aurait pas fait a une autre heure.

D’aprés ces observations, et tenant compte des heures
du flux et du reflux, je pouvais facilement faire le tour de
Vile sur ma petite barque; cependant, quand je songeai a
exécuter ce projet, le souvenir des dangers précédents
m inspira encore tant de terreur que je n’osai les braver
de nouveau. Je pris un parti tout opposé et plus sir mais
plus laborieux; ce fut de batir un autre canot ou feriagua,
afin d’avoir une embarcation de chaque cété de I’ile.

J’avais alors ce qu’on pouvait appeler deux plantations.
D’abord ma tente, au pied du rocher, avec son enceinte et
la caverne derriére la tente. J’avais agrandi la caverne de
plusieurs piéces conduisant l’une a l’autre; et dans la plus
grande et la plus séche, qui avait une issue hors de mes for-
tifications, c’est-d-dire de ]’endroit ot la muraille joignait
ROBINSON CRUSOE 105

le roc, je conservais mes provisions, particuliérement le blé
en épis coupés sous le chaume, ou en grains égrenés a
la main. Les grands vases de terre que j’ai décrits, et
quatorze ou quinze corbeilles contenant chacune cing a
six boisseaux, renfermaient ma récolte.

Les piquets de la cléture avaient pris en terre comme je
Vai dit; avec le temps ils devinrent des arbres, et leurs
branches s’étendirent de maniére quw’il eit été impossible
d’apercevoir, derriére ce taillis, mon habitation.

Prés de cette demeure, mais un peu plus avant dans les
terres, et sur un niveau plus bas, étaient mes deux champs
de blé, toujours soigneusement cultivés, et rapportant
chaque année une moisson réguliére. Si j’avais eu besoin
d’une plus grande quantité de blé, des terrains adjacents
a mes deux piéces labourées auraient été aussi faciles
qu elles a cultiver et d’un aussi bon produit.

J’avais ensuite ma maison de campagne, et autour une
assez belle plantation. Mon bosquet (c’est ainsi que je
nommais l’enceinte de haies vives que j’avais plantée au
sein d’une riche vallée) était toujours entretenu avec beau-
coup de soin, l’échelle placée dans l’intérieur, les arbres
taillés de maniére a rester a la hauteur convenable et a
donner, par leurs cimes larges et touffues, l’ombrage le
plus agréable. Au milieu de ce bocage, qui me semblait
délicieux, s’élevait une tente faite d’une voile de vaisseau
posée sur des piquets. Je la réparais promptement quand
cela était nécessaire et sous cet abri j’avais un lit composé
de peaux de bétes et d’autres choses molles, avec une
couverture de laine et une grande capote prises sur le
navire. La je pouvais passer quelques jours trés commodé-
ment quand il m’en prenait envie.

Les enclos dans lesquels je tenais mon bétail étaient
prés de mon bosquet. J’avais tant d’intérét 4 rendre leur
cléture solide pour que les chévres ne pussent l’entamer
que je ne pouvais quitter ce travail. J’avais renforcé la
106 PREMIERES AVENTURES DE

haie par un si grand nombre de petits batons, et si prés les
uns des autres, que c’était plutét une palissade qu’une haie ;
il était impossible de passer entre eux seulement une main;
et lorsqu’ils poussérent dans la saison pluvieuse, ils for-
mérent une cléture aussi forte, plus forte méme qu’une
muraille.

C’était un témoignage de mon industrie et de ma persé-
vérance, et l’on voit par lA que je ne vivais pas dans
loisiveté et n’épargnais point mes peines, quand il s’agissait
de m’assurer une nourriture agréable et saine. En me pro-
curant un troupeau de chévres domestiques, je me donnais
un magasin vivant de viande, de lait, de beurre et de
fromage, qui durerait aussi longtemps que je resterais dans
lile, dussé-je y vivre quarante ans. Le seul moyen d’avoir
ce troupeau a ma disposition était de donner a mes parcs
le degré de stireté nécessaire; et les précautions que je
pris pour les rendre impénétrables eurent un plein succés;
j'avais méme planté mes batons de palissade si serrés que
je fus obligé d’en arracher quelques-uns lorsqu’ils devinrent
plus gros. ;

C’est aussi dans ces parages que se trouvaient les vignes,
qui me fournissaient une de mes principales provisions
d’hiver. Je ne manquais jamais de faire sécher mes raisins
car c’était un des mets délicats de ma table, en méme
temps que nourrissant, rafraichissant et d’un gotit délicieux.
Quand j’allais de ma résidence ordinaire a l’endroit ot j’avais
laissé ma pirogue, mon bosquet, se trouvant 4 mi-chemin,
me servait destation. Je visitais souvent ma petite barque,
et je la tenais en bon état. Quelquefois je m’en servais
pour me promener sur la mer, non pour essayer de périlleux
voyages. Rarement je m’éloignais a plus d’un jet de pierre
de la rive, tant je craignais d’étre encore pris par les
courants, une tempéte ou d’autres accidents.

Maintenant j’arrive a une nouvelle scéne de ma vie.

Un jour je m’acheminais, sur le midi, du cété de mon
ROBINSON CRUSOE 107

canot, lorsque je vis l’empreinte bien marquée d’un pied
d’homme sur le sable durivage. Je restai immobile, comme
si quelque fantéme se fit dressé devant moi ou comme si
j'avais été frappé dela foudre. J’écoutai, jeregardai autour
de moi, et je n’entendis ni ne vis rien. Je montai sur une
éminence voisine, pour découvrir un plus grand espace;
jen descendis et j’allai au rivage; je parcourus la gréve
d’un cdété et de l’autre et je ne trouvai pas une seconde
empreinte. Je voulus examiner encore celle que j’avais
vue, et m’assurer que mon imagination ne m’avait point
trompé; mais il était impossible de douter: c’était bien
un pied; les orteils, le talon, enfin toutes les parties étaient
marquées. Comment cette empreinte avait-elle pu se faire?
Une foule de pensées confuses flottaient dans mon esprit
troublé, et, las de vaines conjectures, je repris le chemin
du logis, terrifié au dernier degré, regardant presque a
chaque pas si personne ne me poursuivait, prenant pour
des hommes les arbres, les buissons, tout ce que je voyais
a une certaine distance. Il est impossible de décrire les
formes diverses sous lesquelles mon imagination se figurait
les choses, combien de folles idées se présentaient 4 moi,
et quelles résolutions bizarres je formais tout le long de la
route.

Arrivé 4 mon chateau-fort (ce fut, je crois, 4 dater de ce
moment que je donnai ce nom a ma premiére demeure),
je m’y jetai comme si j’avais été poursuivi. Je ne me rap-
pelle point si j’entrai par l’échelle ou par la porte du rocher ;
je ne m’en souvenais méme pas le lendemain matin.
Jamais liévre ou renard ne se sauva dans son gite ou sa
taniére avec une épouvante égale a celle que j’éprouvais
en me réfugiant dans mon asile.

Je ne dormis point cette nuit-la. Plus je m’éloignais de
la cause de ma frayeur, plus cette frayeur augmentait, ce
qui était contraire a l’effet ordinaire des émotions de ce
genre. Mais les images terribles évoquées par |’incident
ro08 PREMIERES AVENTURES DE

du matin ne pouvaient sortir de mon esprit; et plus je les
considérais, plus leur impression prenait de force. Je pensai
un moment que cette empreinte avait été faite par le diable,
et ma raison appuyait cette supposition, aucune créature
humaine ne pouvant étre venue en ce lieu. Ow était le
vaisseau qui l’aurait amenée? Quelles marques d’autres
pieds avais-je discernées? Comment un homme seul serait-
il arrivé la?

Au milieu de ces pensées je me dis qu il était heureux
pour moi que je n’eusse pas été 4 ce moment-la occupé a
me promener, et j’espérai que ces étrangers n’auraient
peut-étre pas apercu mon canot, d’aprés lequel ils auraient
vu que Vile était habitée, et auraient pu concevoir l’idée
d’en chercher les habitants. La-dessus ma téte se monta.
Tis ont sans doute vu mon canot, me disais-je, et, s’il en
est ainsi, ils reviendront bient6t en grand nombre pour me
dévorer, et si j’échappe a leurs recherches, ils trouveront
au moins mes parcs, ils ravageront mon blé, emméneront
mes chévres, et je mourrai de misére et de faim.

Au milieu de ces réflexions et de ces craintes, il me vint
un jour al’esprit que toute mon inquiétude était chimérique,
et que l’empreinte de ce pied était celle du mien, lorsque
j’avais abordé la rive en sortant de mon canot. Cela me
rendit courage, et je tachai de me persuader que ma
frayeur avait été mal fondée et que j’avais vu la trace de
mon pied; car je pouvais aussi bien avoir pris ce chemin
pour venir de mon canot que pour aller vers lui. Je con-
sidérai de plus que je ne pouvais me rappeler avec certitude
oti j’avais passé, et que, si cette marque était réellement
laissée par mon pied, j’avais joué le réle de ces gens qui
veulent faire des contes de spectres et de revenants, et
sont les premiers 4 s’en effrayer.

Alors je commengai a me rassurer un peu et 4 m’aven-
turer dehors. Depuis trois jours et trois nuits j’étais resté
enfermé dans mon chateau, et je manquais déja de vivres,
ROBINSON CRUSOE Tog

n’ayant plus chez moi que des gateaux d’orge et de l’eau.
Je savais de plus que j’avais a traire mes chévres, ouvrage
qui faisait ordinairement ma récréation du soir. Les pau-
vres bétes devaient souffrir de ce retard, et plusieurs en
effet en furent trés incommodées, et leur lait se perdit.

Ainsi je m’encourageai moi-méme en me persuadant que
j’avais vu la trace de mon pied, que je nVétais effrayé de
mon ombre, et je sortis enfin pour aller 4 ma maison de
campagne traire mes chévres. Mais si lon avait vu avec
quelle timidité j’avangais, comme je regardais sans cesse
derriére moi, et comme j’étais prét 4 tous moments a
jeter ma corbeille a terre et a prendre la fuite, on aurait
imaginé ou que ma conscience était chargée de quelque
méfait, ou que je venais d’étre effrayé par un objet terrible;
et je l’avais été en effet.

Cependant je sortis ainsi deux a trois jours de suite, sans
rien rencontrer d’extraordinaire, et cela me confirma dans
la pensée que mon imagination avait été cause de toutes
mes terreurs. Mais je ne pouvais étre parfaitement
tranquille avant d’étre descendu sur la gréve, pour exa-
miner l’empreinte en question et constater sa similitude
avec la forme de mon pied. En arrivant a la place ot
javais vu cette marque, je fus convaincu d’abord qu'il
était impossible que je fusse venu 1a quand j’avais amarré
ma barque; ensuite, en mesurant la marque avec mon pied,
je vis qu’elle était beaucoup plus grande et plus large.
Ces deux choses réveillérent toute mon anxiété, et de
nouvelles craintes bouleversérent encore mon cerveau au
point de me donner le frisson. Je retournai au logis, per-
suadé qu’un homme, que des hommes peut-étre, avaient
débarqué en cet endroit; bref, que I’ile était habitée et que je
pouvais étre attaqué a l’improviste. En pareil cas je ne
saurais quel parti prendre.

FIN
EXERCICES

(T.) indique les questions sur le texte; (M.) sur les mots; (G.) sur
la grammaire; (P.) les phrases & trouver dans le texte et & apprendre
par coeur.

It EXERCICE: pages I—5, l. 24

(T.) 1. Dans quelle ville Robinson naquit-il? Quelle fut la date de sa

naissance?

Comment explique-t-il son prénom et son nom de famille?

Pourquoi quitta-t-il la maison de son pére?

Quel sort subit-il 4 son premier voyage?

A quelle occasion tue-t-on le veau gras? 4 quoi les parents engagent-
ils leurs enfants? que remplit le bon professeur? que faut-il
épargner pour étre millionnaire? que tend le diable? pour ne pas
échouer 4 un examen que faut-il faire? que dépeint De Foe a la
page 3? qu’est-ce que le phare éclaire?

6. Marseille est un port; on entre dans la maison par Ja porte. Pareille-
ment, distinguez entre: le passager, le voyageur; la marche, la
démarche.

7. Le batiment est la maison qu’on a batie, ou le navire qu’on a bati.
Pareillement trouvez deux acceptions de: un équipage; le béné-
fice; le patron; le devoir.

8. Trouvez des synonymes: le chayme de ma conversation rend ma
situation prospére et ma destinée bonne, j’aime la mer, je me suis
débarrassé de ma frayeur.

g. Donnez, avec l'article et l’anglais, le substantif de: batir, chatier;
lutter, manquer, épargner, risquer, ramer; faciliter.

Io. Expliquez et apprenez par cceur les proverbes: Qui épargne, gagne;
Il n’y a que le premier pas qui coite.

11. Exprimez al’aide d’une autre tournure: ce livre est a la portée de
mon intelligence; je ne quitterai pas le toit paternel; on me mettra
dans le commerce.

(G.) 12. Mettez au passé indéfini: on m’engage a les accompagner, on trahit
ses devoirs, on méne une vie misérable.

13. Avantageusement, indignement, violemment. D’aprés ces modéles,
formez les adverbes de: vigoureux, sage, fréquent.

(P.) 14. A good family; because of them; they design me for the law; a free
passage; for those who row hard, who seek their bread; deep
loaden, she wallowed in the sea, and ran aground; let us go home,
in spite of loose and misguided young fellows.

Gn tec O29

(M.)

Tle EXERCICE: pages 5, 1. 25—9, 1. 32

(T.) x. Quel succés s’attacha au premier voyage a la céte de Guinée?

2. Quel malheur frappa Robinson peu de temps aprés son retour?

3. Sous quelles conditions et avec quel résultat fit-il son second voyage?
(M.) 4. Quelles personnes font des discours? se dérangent beaucoup pour

nous? aiment la péche? aiment les péches? cherchent leur salut
dans la fuite?
(G-)

P.)

Io.

II.
12.

14.
15.

16.

eet

Io.

EXERCICES III

Comment faut-il ramer? comment se lie-t-on avec un homme
honnéte? comment un ami se conduit-il avec nous? comment
faut-il essuyer des traverses?

Comment le matelot se sert-il de la boussole? de la pinasse? d’une
bouée? des voiles? des banderoles?

Qu’est-ce qu’on lie? relie? lit? relit? écume? ménage? lache?
épargne? péche? dépéche?

Le corsaire vogua a toutes votles; l’athléte court 4 toutes...? onse
montre poli a tout... ? l'auto marche a toute... ?

Faites des phrases pour distinguer entre: les Canaries, les serins;
la cabine, la cabane; un plat, une assiette; une espéce, un espace;
le riz, un ris; la veille, la vieille; le passé, l’avenir.

Trouvez l’adjectif et combinez-le avec un nom convenable: le
crépuscule, le désastre, le prophéte, l’épaisseur, 1’Angleterre,
l'Irlande, l’Ecosse, le Portugal, l’Allemagne.

Le nom, avecl’article et l'anglais: préparer, changer, veiller, vieillir.

Le contraire: on allonge Vhistoire, on vetient le chien, on manque son
coup, cela est hors de la portée de mon esprit.

. C’est le seul voyage qui m’azt réussi. Trouvez encore deux exemples

de cet emploi du subjonctif.

Mettezau passé défini et indéfini: je réunis mes fonds, on y contribue;
nous nous y divertissons; vous le réussissez.

Trouvez la 2¢ pers. du sing. du prés. indic. et subjonc., de l’impér.,
du fut., et du cond. de: mener.

As he took delight to teach me, I took delight to learn; in the small
lockers; my new gained wealth; flags flying; clever at fishing; full
of aspiring thoughts; I looked after his garden; I caught a dish
of fish.

III* EXERCICE: pages 9, 1. 33—14, l. 25

Quels préparatifs fit Robinson pour son évasion?

Comment se défit-il d’un de ses compagnons? Que devint celui-ci?
Sur quel point mit-on le cap ensuite?

Pourquoi hésita-t-on 4 prendre terre?

Quelle impression avez-vous de Xury?

Que gardez-vous dans votre armoire? Préférez-vous la campagne
a la ville? Que fait-on avec du cuir? Dans quoi met-on l’eau
potable? A quoi sert un panier? Que faut-il pour retenir le
pantalon? Que tient le timonier? A quoi mord (trop rarement)
le poisson? A quoi MM. Huntley et Palmer doivent-ils leur
renommée?

Qu’est-ce qu’on soigne? allonge? cire? couche en joue?

Distinguez entre: la bouche, l’embouchure; le jeu, la joue; l’encre,
une ancre; sauver, se sauver; revenir, retourner.

Le contraire:.on entend partout un vacarme horrible, il faut chercher
la sortie; je déteste la mer agitée.

Employez dans des phrases les verbes tirés de: la ficelle, la des-
cription, le souffle, le risque, la jetée, la découverte.
II2

Il.

I2.

14.

15.
16.

(P.) 17.

(T.) x.

(M.) 4.

Io,

(G.) II.

EXERCICES

Exprimez en un seul mot: les hommes qui manceuvrent un vaisseau ;
un petit ballot de marchandises; une somme d’argent gagnée ou
économisée; chose frivole, sans importance; les voiles d’un navire.

Expliquez les proverbes: Tout chien qui aboie ne mord pas; Bonne
renommée vaut mieux que ceinture dorée.

. De ladjectif innocent se forme l’adverbe innocemment: trouvez les

adverbes de: fréquent, récent, violent, diligent, différent, négli-
gent; et joignez chacun a un participe passé; par exemple, loué
fréquemment.

Mettez au passé défini: on se méfie de lui, on le lance dans la mer,
on s’en débarrasse, il nage comme un poisson, il regagne le rivage,
il a de la chance.

Au passé indéfini: je m’en méfie, je m’en défais.

Ecrivez la 2° pers. sing. et plur., du prés. indic. et subj., et de
limpér. de: espérer, préférer, protéger, céder, régler.

A man in his wits ought to have done that; I swim like a cork, do
not mistrust me; on second thoughts, I gave him a dram, to
cheer him; his reply made me love him for ever afterward.

IVe EXERCICE: pages 14, 1. 26—19, 1. 9

Comment Xury réussit-il comme chasseur? 2. Quel vaisseau
secourut les fugitifs et comment les accueillit-on? 3. Dans quel
pays débarqua-t-on et quelle nouvelle vie commenga ensuite pour
Robinson?

Comment peut-on montrer de la reconnaissance? Quelle est la féte
du r€™ novembre? De quelles gens Saint-Christophe est-il le
patron? Comment voudrait-on vivre avec ses voisins? Comment
s’appelle l’endroit ott vous demeurez? Combien de pintes d’eau
buvez-vous par jour? Pour ne pas engraisser que faut-il
épargner? Pourquoi porte-t-on des lunettes? Pourquoi se baigne-
t-on a marée basse? Quel terrain faut-il pour le tennis? Comment
explique-t-on le nom du courlis? quel animal rugit?

. Qu’est-ce qu’on fréte? exploite? aplanit? traverse?
. Comment s’appelle celui qui rame? qui péche? qui péche? qui

gouverne un bateau? qui fait des habits? qui a grand’faim?

Une joie inexprimable, c’est une joie trop grande pour étre ex-
primée ou déclarée; qu’est-ce qu’une faute inexcusable? un signal
tnapergu? un endroit inhabité? un gibier zntrouvable? une ré-
solution immuable?

Employez dans des phrases les verbes venant de: le fret, l’épargne, un
accueil, la tache, la tache, l’oubli, un aveu, la réponse, le secours,
le soin, la naissance, la fabrication, la veille.

Comment dit-on en anglais: responsable; le départ; une aventure;
la suite au prochain numéro; méfiez-vous des contrefacgons!
défense de doubler! ralentissez !

Que signifient les dictons: Le liévre revient toujours.4 son gite;
Tout est fugitif, périssable et incertain?

Au passé défini: je l’appelle voisin, nous nous agrandissons, nous
plantons du tabac, nous vivons cordialement ensemble.
I2.

13.

(P.) 14.

Io.

(G.) 11.

I2.

13

(P.) 14,

EXERCICES 113

Au passé indéfini: je m’assieds tout pensif, je distingue un navire,
je sors de la cabine, le navire s’arréte.

Trouvez la 1*r° pers. plur. du prés. et de l’impar. indic., du passé déf.,
de l’impér., de l’impar. subj. de: ménager, déranger, loger, corriger,
prononcer, exercer, agacer, rincer.

Though we are out of his reach, let us prepare to go on our way;
though short of hands, in performance of his promises he was
just to a tittle; I confess my scruples, I am forbidden to touch
your goods.

Ve EXERCICE: pages 19, 1. 1o—24, 1. 17

. Quel succés obtint le planteur Robinson? 2. Pourquoi n’en fut-il

pas content? 3. Comment se précipita-t-il encore une fois dans
la misére? 4. Faites l’itinéraire du voyage désastreux de 1659.

. A quoi sont sujettes les affaires humaines? Quel chemin méne

quelquefois au malheur? Qu’est-ce qui désoriente le matelot?
Que fait-on avec des dents d’éléphants? Od peut-on trouver des
coquilles? De quoi fait-on la récolte au mois de septembre?
Qu’est-ce qu’on exploite dans la partie septentrionale de 1’An-
gleterre? Ov faut-il aller pour faire des achats? Quelle est la date
de votre anniversaire? A quelle heure du matin vous habillez-
vous? Qu’est-ce qui fait dresser les cheveux sur la téte?

. Expliquez l’adjectif: un rouleau pesant; la partie septentrionale; un

ami obligeant; un désir insensé; les matiéres susdites; la situation
actuelle.

. Trouvez deux acceptions: la dragée, le pavillon, la lame, le présent,

le rouleau, les parents, les connaissances.

. Trouvez le nom de: perdre, gagner, changer, accueillir, récolter,

naitre, avouer; et employez chacun dans une phrase.

. Exprimez en un seul mot: celui qui a perdu sa femme, celle qui a

perdu son mari; celui quia autorité sur la cargaison d’un vaisseau ;
ceux qui se lient dans une entreprise; celui qui dirige les affaires
d’un autre.

Exprimez a l’aide d’une autre tournure: il a le coeur au métier,
il est l’artisan de sa fortune.

Une espérance dégue; dans les phrases suivantes remplacez l’in-
finitif par le participe passé: le secours (vecevoty), un dessein
(concevoir), un impét (percevoir), le signal (apercevoir), un cadeau
(offrir), la lettre (écrive).

Employez avec des verbes les adverbes venant de: pesant, élégant,
fréquent, décent, mar, furtif, public, réel, actuel, mortel, cruel.

Au passé indéfini: je m’embarque, on se désoriente, on propose de
retourner, mais nous nous dirigeons vers les iles.

A few trifles, a pound of tobacco, some gold dust; it was a matter
of taking the best course; on September Ist, eight years before,
I left my home; a tornado took us quite out of our knowledge.

WG 8
TI4

(T.) x.

M1.) 4.

(G.) 9.
Io.

II.

(P.) 12.

EXERCICES
Vie EXERCICE: pages 24, 1. 1&8—29, l. 9

Comment périrent les compagnons de Robinson? 2. Quelles in-
quiétudes tourmentaient Robinson aprés qu’il eut débarqué sain
et sauf dans son ile? 3. Comment passa-t-il la premiére nuit de
son séjour dans I’ile?

Quelle langue étudiez-vous en ce moment? Sur quoi étes-vous assis?
Que mange-t-on au dessert? De quels animaux mange-t-on la
chair? De quoi faut-il changer avant de jouer au football? De
quelle manufacture sont les meilleurs couteaux? De quoi se
compose un plancher? La voie ferrée, c’est un autre nom pour le
chemin de...? Et ou faut-il regarder pour voir la voie lactée?
Aprés avoir longtemps couru, que perd-on? Comment soulage-t-
on un esprit chagrin? Quelles gens font bien des gestes? De quelle
couleur est la fleur qu’on appelle la pensée?

. Trouvez le contraire: la nourriture malsaine; les souliers moutllés;

le pire de mon affaire; hors de la portée des vagues; perdre
haleine; échouey dans une tentative; /’absence d’esprit; un
malheur évitable.

Expliquez ladjectif: une voie fréquentée; un lieu habité; une
unique ressource; un ennemi acharné; l'eau potable.

Faites des phrases pour distinguer entre: la voie, la vie; le riz, le
ris; la scie, le seau; la chair, la chaise; le mousse, la mousse; se
dérober, se déshabiller.

. Trouvez des synonymes: le condamné marche a sa punition; une

lame renversa la chaloupe; on arriva essouffié mais sain et sauf.

Au passé indéf.: le temps se relache, je ne me réfugie plus sous mon
parapluie, vous vous figurez mon plaisir, je ne me dérobe plus a
tous les yeux.

De profond, on forme l’adverbe profondément. Formez pareillement
les adverbes de: commun, précis, énorme, et employez-les dans
des phrases.

Ecrivez les deux participes, et la 1’t¢ pers. prés. indic. et passé déf.
de: épeler, mener, préférer, corriger, menacer.

The ship will be wrecked unless the wind changes; I am nearer the
coast than I thought; unless I clamber up the rocks, I shall be
within reach of the waves; no trace except two shoes that were
not fellows.

VII* EXERCICE: pages 29, 1. r1o—33, 1. 20

. Comment Robinson fit-il le trajet au vaisseau et comment retourna-

t-ila l’fle? 2. Faites la liste de toutes les choses qu’il emporta du
navire. 3. Pourquoi débarqua-t-il a l’embouchure d’un fleuve?

. Comment travaillent les meilleurs ouvriers? Nommez cinq outils

dont le charpentier est muni. Que faut-il pour faire un radeau?
Quel ouvrier se sert d’un rateau? Comment s’appellent les deux
extrémités d’un bateau? Que garde-t-on dans la paneterie?
Quelle viande vendait le boucher autrefois? Avec quoi fait-on les
chaines? De quoi manque un gilet? Quelle boisson fait-on
avec de l’orge? Ou voit-on l’avis: Défense de se pencher hors dela
fenétre? Quelle partie de vos habits quittez-vous avant d’entrer
dans la mer? A quoi servent les vains regrets? En quoi se passe
la moitié de la vie? Combien de temps faut-il pour faire le tour
du monde?
(G.) 9.

Io.

EXERCICES 15

Qu’est-ce qui coule? roucoule? ronge? réde? apaise la faim? éveille
le dormeur? rouille les épées? gate le froment? renverse un
radeau? emporte quelquefois les habits du baigneur imprudent?

Faites des phrases pour distinguer entre: le pois, la poix, le poids;
la voie, la vue; le coffre, le cercueil.

On dit: une bouffée de vent; pareillement on dit une poignée de quoi?
une brassée de quoi? une bouchée de quoi?

Trouvez deux acceptions des mots: la quille, la veille, la gréve, le
bas, le courant. Expliquez les phrases: il est solide sur ses quzilles;
on est entre la veille et le sommeil; il ne faut pas faire la gréve;
on aime /es bas bleus; ma lettre du 10 courant.

. Au passé indéf.: elle s’éveille de bonne heure, elle s’empare de sa

raquette, elle se munit de tout.

. Ecrivez les participes, et la rte pers. sing. du prés. et du passé défini

de: choisir, dormir, accueillir, périr, sentir, ouvrir.

. I left my apartment in the tree, I ran to the bread-room, I drank

a large dram, for the weather was hot to extremity. I secured
some powder-horns, the carpenter’s chest, a couple of swords and
the clothes I needed.

VIIT¢ ExercIce: pages 33, 1. 2I—37, 1. 15

. Monté au sommet d’une colline, que découvrit Robinson? 2. Grace

a ses efforts, il avait un ample dépot de provisions; comment le
décrivit-il et de quoi se composait-il? 3. Qu’est-ce qui l’empécha
d’emporter le vaisseau tout entier?

. Partagez-vous les idées de Robinson a propos des costumes de bain?

A quelle occasion porte-t-on d’ordinaire des escarpins? Quel
ouvrier raccommode les souliers? Qu’est-ce qu’un livre de chevet?
En avez-vous un? A quel age se sert-on d’un rasoir? A quoi sert
une meule? On porte un panier—ou une cruche—par son...?
Que garde-t-on dans un muid—dans un baril? Qu’est-ce que la
borne kilométrique indique? Que fait-on avec de la farine? Quel
rapport y a-t-il entre: Ja fleur et l’anglais flour? Quel animal a
du flair? Quelles gens font des voyages journaliers?

Expliquez l’adjectif: une peine znjfinte; un esprit borné; une tache
journaliéve; une valise pesante mais toutefois portative.

Indiquez le contraire: allez a gauche, vous aurez une route accidentée
mais bonne; ma provision est grosse, je dois étre prodigue, les
tonneaux sont pleins; vous dormez d’un sommeil profond, vous
avez l’esprit Jarge et le front serein.

Distinguez entre: une paire de bras, une paire de bas; le reste, le
repos; un numéro pair—un numéro impair; fouiller, mouiller.
Comme nageuse, elle n’a pas son égale, c.-a-d., elle est hors de pair.
Remplacez pareillement par des phrases adverbiales: voila du
sable aussi loin qu’on peut voir; on est arrivé sain et sauf a sa

destination; je conduis dificilement mon radeau.

Au passé indéf.: je me sers des vergues, mais j’assemble mal mon
train, je tombe dans l’eau, ma charge se perd.

Ecrivez les participes, et la re pers. sing. du prés. indic. et du passé
défini de: remplir, réunir, servir, sentir, ouvrir, couvrir, vétir,
courir, devenir, retenir.

8-2
116 EXERCICES

(P.) 11. There I was in an island environed every way with the sea; I
thought myself pretty well freighted; I stripped, having nothing
on but a chequered shirt, a pair of linen drawers and a pair of
pumps.

ITX¢ EXERCICE: pages 37, 1. 16— I, 1. 26

(T.) 1. Quelleimportance Robinson attacha-t-ilal’argent? 2. Quellecrainte
le tourmentait la nuit de lorage? 3. Comment la demeure de
Robinson remplit-elle les quatre conditions qu’il tenait pour
essentielles?

(M.) 4. Il ne faut pas dire: Fontaine, je ne boirai pas de toneau. A quelle
occasion Robinson agit-il selon le sens de ce proverbe? (P. 37, 1. 21,
22.) Ou ramasse-t-on des coquillages? Pour monter au toit, que
faut-il? Pour tailler un crayon, de quoi se sert-on? Que vend
le pharmacien? Que garde la cuisiniére dans le cellier et qu’est-ce
qu’elle met dans la cave? Pourquoi Robinson fut-il enchanté de
découvrir des chévres dans son ile?

5. En un seul mot: la plus grande partie des cables; un lit de matelot;
partie la plus basse dans l’intérieur d’un vaisseau; ondulation de
la mer aprés une tempéte; vent violent qui renverse tout; la
meilleure sorte de farine; un terrain ot il ya des marais; un terrain
qui est sans inégalités.

6. Trouvez des phrases pour faire ressortir les deux acceptions de: la
baie, la meule, sauter, causer, gronder, dresser.

7. Distinguez entre: le sol, le soleil; jouir, jouer; serein, le serin; le
pieu, le pieux; le salut, la salutation.

8. Exprimez a l’aide d’une autre tournure, et traduisez: on ne s’avise
jamais de tout; a bon rat, bon chat; rien ne vaut la santé; c’est
une autre paire de manches; voila un homme qui sait se borner;
dans Vattente de vous live, veuillez agréer l’expression de mes
meilleurs sentiments.

(G.) 9. Au passé indéf.: il y a une forte pluie, l’éclair jaillit, je me souviens
de ma poudre, et le coeur me manque, je la divise en une centaine
de paquets.

10. Trouvez les participes, et la 1¢te pers. du prés. ind. et du passé déf. de:
jouir, réfléchir, obscurcir, établir, garantir, franchir, dormir,
mentir, couvrir, souffrir; groupez ces verbes et ceux des exercices
vil et viii (question 10), selon leurs ‘‘temps primitifs.”’

(P.) 11. O drug! what art thou good for? said I; but, on second thoughts,
T took the money away; my very heart sank within me, yet if
the powder had taken fire, I had never known what had hurt me.

X° EXERCICE: pages 41, 1. 27—46, 1. 20

(T.) x. Quel calendrier Robinson imagina-t-il? 2. Quels compagnons avait-
il et quelles lectures? 3. Qu’est-ce qui entrava son travail comme
menuisier en batiments? 4. Comment répara-t-il le désordre de
sa maison?
(P.) 13.

(T.) x.

EXERCICES 1I7

. Qu’est-ce qui épuise la patience? A force de travailler et de ré-

fléchir, que peut-on faire avec un rabot et une hache? Que faut-il
pour recoudre un bouton? Quel meuble a des tiroirs? Ow
fouillez-vous si on vous demande un crayon? Ow avez-vous vu
un cadran solaire? En quelle saison porte-t-on son gilet de tricot?
Pourriez-vous vous passer de linge? Qu’est-ce que le sage essaie
de conserver toujours? En 1659, quel gouvernement |’ Angleterre
avait-elle et quel roi régnait en France? Quels sont les jours ou-
vrables? Quels chemins ont des bornes kilométriques?

Le contraire: j’en suis bien aise; mon travail est facile et absorbant,
mais mon revenu est fort mince; causez a voix basse; il faut
toujours de l’aplomb; mettez cela sur vos tablettes.

Trouvez l’adjectif de: le silence, la politesse, l’esprit, l’école, l’Ecosse,
le sable; puis joignez-le 4 un nom.

Expliquez l’adjectif: un professeur exigeant; un travail souterrain;
un vaisseau sous-mavin; une quantité prodigieuse; un enfant
prodigue.

Trouvez un adverbe: il ne faut pas travailler sans relache; répondez
avec un aplomb imperturbable; le bonheur survient 4 l’improviste.

. Exprimez a l’aide d’une autre tournure: n’usez pas vos ressources;

il faut user de patience; vetourner a Vouvrage, voila la difficulté;
je n’ai pas de place pour me retourner; sa sagesse prévient son age,
je ne puis pas m’empécher de l’admirer.

. Au passé indéf.: nous ne nous épuisons pas en vains regrets, nous

nous emparons de tout, nous savons nous débrouiller.
Participes, rte pers. prés. indic. et passé déf. de: remercier, prodiguer,
peser, ficeler, rejeter, regretter, agacer, exiger, applaudir, servir,
souffrir, courir, vétir, accueillir, revenir, mourir.
By my account, I set foot on this horrid island on Sept. 1st, 1659;
I husbanded, to the utmost, paper and ink; this work gave me
not only egress and regress but also room to stow away my goods.

XIJ* EXERCICE: pages 46, 1. 2I—51, 1. 14

Est-ce que Robinson avait bien choisi le nom de son fle? 2. Combien
de temps avait-il pour emporter ce qu’il voulait du vaisseau?
3. Décrivez la pelle qu’il réussit a faire. 4. Qu’est-ce qu il
imagina pour remplacer la brouette?

. Quelle est la date de la veille de la Toussaint? A quelle féte mange-t-

on des dattes? En quelle année se fit la gréve générale? Par quel
temps s’épuisent les puits? Combien de fois vous étes-vous levé
au point du jour? De combien d’hommes se composa l’équipage
de Robinson? A quoi le gateau appelé éclaiy doit-il son nom?
Que fait-on avec de l’osier? A quoi s’occupe le vannier? Com-
bien y a-t-il de roues a une brouette? combien en avait-elle autre-
fois? Dans la basse-cour, & quoisert une auge? Que fait-on avec de
la peau de veau marin? Que fait-on pour améliorer ses thémes?

Employez dans des phrases le verbe dérivé de: un reméde, une
guérison, une promenade, la pluie, le sacrifice, le dommage, le
naufrage, l’apparition, la borne, la cueillette, l’exercice.

Trouvez deux acceptions des mots: le salut, le rayon, le chevron,
une auge, le crochet, la course, le journal
1x8

ro,
(G.) II.

I2.

13.
(P.) 14.

(P.). 7

(M.) 5:

(G.) 10.

II.

EXERCICES

On dit: une cuillerée de café; et une brouettée de quoi? une augée
de quoi? une pelletée de quoi?

Un chevreau, c.-a-d. une petite chévre; qu’est-ce qu’un veau, une
hachette, une béchette, un crochet, un barillet?

Que notez-vous a propos du genre des mots comme: mort-ier, or-age,
bati-ment, bou-ée, tabl-etie, prés-ence, sil-ence; trouvez encore
cing exemples de chaque groupe.

Remplacez l’adjectif par l’adverbe: (sain) jugé; (suffisant) garanti;
(décent) vétu; (abondant) récompense; (profond) ému; (copieux)
nourri.

Participes, la re personne du prés. ind. et du passé déf.de: percevoir,
pleuvoir, s’asseoir, pouvoir, vouloir, falloir, devoir, savoir.

Au passé indéf.: j’achéve ma tache, je me repose.

I killed two fowls like ducks which were very good food; I ordered
my times of work, of sleep and of diversion; I was yet but a very
sorry workman; however time and necessity made me a complete
mechanic.

XII¢ ExERcIcE: pages 51, 1. 15—55, 1. 29

Que fit Robinson pour mettre de l’ordre dans son intérieur?
2. Quelles furent les causes des deux éboulements dont il fut
témoin? 3. Est-ce qu’il garda son aplomb parmi ses malheurs?
4. Quelle opinion soutint-il 4 l’égard de 1’alcool?

Dans quel but apprend-on le frangais? Préférez-vous les langues
vivantes ou mortes? Qu’est-ce que le fossoyeur ensevelit? Quelle
est la féte que le dimanche des Rameaux précéde? A qui offre-t-on
un rameau d’olivier? Que range-t-on sur le dressoir? Qu’est-ce
qu’on ne publie pas sur les toits? Comment attrape-t-on un rhume
et que fait-on pour le guérir? A quoi joue-t-on sur une pelouse?
Quels animaux peut-on apprivoiser? Quels chiens faut-il tenir
en laisse? De quels grains nourrit-on d’ordinaire la volaille?
Qu’est-ce qu’on emprunte a une bibliothéque? Quel est votre
livre de chevet? Avez-vous le pied marin? Quel pays est sujet
a des tremblements de terre?

Qu’est-ce qui a une cime? une anse? un manche? une cosse? une
tige? une racine? un cadran? un essieu? des échelons? des boutons?
quel vétement n’a pas de manches? quel bras de mer s’appelle
la Manche?

Qu’est-ce qui s’éboule? écrase? chavire? réconforte (selon Robin-
son)?

Qu’est-ce qu’on oublie? escalade? épuise? seme? béche? cueille?
accueille? bande? guérit? met sur ses tablettes? soigne? achéve?

Indiquez le contraire: le jour et la...? l’aube et le...? la vie
etla...? lecieletl’...? un prétéetun...? lasécheresse etl’...?
le commencement et la...?

Participes, rte pers. prés. indic. et passé déf. de: voir, mouvoir,
interrompre, suspendre, répondre, étendre, rafraichir, réfléchir.
Au passé indéfini: elle se dispense d’aller en classe, elle met son plus

chic costume, évidemment elle va en ville.
I2.

(P.) 13
(T.) I
(M.) 5

EXERCICES IIg

La chute de la roche fit le bruit le plus épouvantable que j’aie
entendu de ma vie. Pourquoi ce subjonctif? Trouvez d’autres
exemples du méme usage. Voyez les pages 5 et 35.

. I noticed only husks and dust; I was surprised and perfectly

astonished to see ten or twelve ears come out; I put my things
in order within doors; after the earthquake, to support my spirits,
I took a small sup of rum.

XIII¢ ExERcIcE: pages 55, 1. 30—60, 1. 6

. Pourquoi Robinson abandonna-t-il son projet de déménagement?

2. Quelle précieuse lecon apprit-il dans les premiers mois de son
exil? 3. Comment attrapa-t-il des poissons? 4. Quelles viandes
avait-il et laquelle aimait-il le mieux?

. Que faut-il pour aiguiser une hache? Qu’est-ce qui émousse un

couteau? Que fait-on avec de lécaille de tortue? Comment
s’appelle le petit crochet de pécheur? De quoi se sert-on pour a-
planir la pelouse? Qu’a-t-on pour retenir le tableau noir sur le che-
valet? Qu’est-ce qui ballotte le matelot? Qu’est-ce qu’un témoin
oculaire? Combien pesez-vous? Qu’est-ce qu’un homme de poids?
Qu’est-ce que le chien remue? Combien cotitent les ceufs a
présent? Dans quels magasins dépensez-vous de l’argent?

6. Trouvez deux significations: la cheville; le rouleau; le dauphin.

Io.

II.

13.
14.

(P.) 15.

Expliquez l’adjectif: une jeune fille dépenstéve; un portrait vivant;
une course matinale; une saison pluvieuse; un cellier spacieux.

. Le contraire: le cété doux de la colline; un oiseau sauvage; mon

logis d’autrefois; on ssme au bon moment.

Faites des phrases pour distinguez entre: venir, survenir; le goit,
la goutte; le plomb, aplomb; un inconvénient, incommode.

Le substantif formé de cent est: une centaine. Formez pareillement
les substantifs de: 10, 12, 15, 20, 30, 40, 50, 60. Quel est le sub-
stantif formé de mille?

Comment exprime-t-on ces dictons en anglais: Ne choisit pas qui
emprunte; La vérité est au fond d’un puits; C’est la pelle qui se
moque du fourgon; C’est la foi qui sauve?

. Mettez au passé déf. et ajoutez un régime (ex. je corrigeai le theme):

je déplace, j’enfonce, on séme, on passe, on dépense, on chérit,
on perd, on guérit, on rend.
Participes, 1’te pers. du prés. indic. et du passé déf. de: rompre,
réduire, traduire, conduire, boire, déménager, pénétrer, garnir.
Au passé indéf.: on s’endort, on s’éveille, on ne se passe pas de
sommeil, on ménage un peu sa santé,

Alas! all the axes are full of notches and dull; Iam reducing myself
to a biscuit a day, which makes my heart heavy; I worked hard
and came home so tired that I had thoughts of giving it over.

XIVe ExERCICcE: pages 60, 1. 7—64, 1. 35

. Quels symptémes alarmants caractérisérent la maladie de Robin-

son? A quoi peut-on attribuer sa guérison? 2. Quel changement
se fit dans ses habitudes journaliéres aprés cette maladie? 3. Par
quelle voie trouva-t-il la paix intérieure?
I20 EXERCICES

(M.) 4. A quelle heure du matin étes-vous debout? Combien de temps
passez-vous le dimanche en plein air? Préférez-vous la chair de
dindon ou d’oie? Quel mets aimez-vous mieux: les ceufs pochés,
brouillés, ou 4 la coque? Que fait-on cuire dans une marmite?
Pour faire une omelette il faut des ceufs, et aussi? Dans quel
jeu emploie-t-on le terme but? Comment s’appelle la pierre qui,
sur les routes, indique les distances kilométriques? Contre quoi
lutte le médecin? Qu’est-ce que les fabricants nous engagent
a éviter? Quelle féte célébre-t-on aux Etats-Unis le 4 juillet?

5. Qu’est-ce qu’on corrige? parcourt? apprivoise? fait bouillir? grille?
pleure? ménage? accueille? épargne? déménage? essaie d’at-
teindre?

6. Qu’est-ce qui soulage un malade? dte l’envie de dormir? étanche
la soif? excite la faim? rasséréne l’esprit?

7. Trouvez l’adjectif et combinez-le avec un nom (ex. un mets savou-
veux): lasaveur; la douleur; la vigueur; la dépense; le secours; la
fiévre; la pensée; la santé; l’esprit.

8. Employez une autre tournure: je suis hors de combat, je mourrai
faute de secours, aucun reméde n’est @ ma portée; mais c’est la
fot qui sauve, me voila remis !

9. Distinguez entre: le terme, le trimestre; l’oie, la voie; ]’ceuf, 1’ceil;
le médecin, la médecine; le bout, debout; le but, le début.

(G.) to. Au passé indéf.: elle va mieux, on la soigne, on la guérit.

11. Participes, 1*te pers. du prés. ind., et du passé déf. de: suivre, rendre,
surprendre, plaindre, joindre, soulager, exaucer, franchir, mourir.

12. Trouvez les adverbes de: commode, opiniatre, nonchalant, puissant,
différent, patient, progressif, régulier. Combinez chacun avec un
verbe a la 3° pers. sing. du passé défini; par exemple, on répondit
nonchalamment.

(P.) 13. Sure we are all made by this power; nothing can happen in the
great circuit of His works either without His knowledge or
appointment; I had a great deal of comfort within, which, till
now, I knew nothing of.

XV EXERCICE: pages 65, 1. I—69, 1. 23

(T.) 1. Dans quel but Robinson fit-il son voyage de juillet? 2. Comment les
découvertes de ce voyage rendirent-elles sa vie plus douce?
3. En quelle saison habitait-il sa maison sur la céte? 4. Pourquoi
tenait-il 4 garder sa premiére maison?

(M.) 5. Depuis quelle date lisez-vous ce livre? En quel mois fait-on la récolte
des pommes? Que cueille-t-on dans un verger? Qu’est-ce qui
gate les raisins? Avec quoi séchez-vous votre theme? De quoi
étes-vous muni en entrant dans la classe? Ow séchez-vous vos
habits mouillés? Que comptez-vous faire pendant les vacances pro-
chaines? A quelle occasion portez-vous un chapeau melon? Pré-
férez-vous du cacao ou du thé? Par quel temps fait-on une
promenade a4 la campagne? Pourquoi le 4 aoift est-il une date
mémorable dans l’histoire du monde?

6. On dit: une grappe de raisin; et une tige de quoi? une racine de...?
une baie de...?:une brouettée de...? une cuillerée de...? un
accés de... ?
9.

Io.

(G.) 11.

I2.

(P.) 13.

(T.) x.

(M.) 6.

II.
12.

EXERCICES I2I

Expliquez l’adjectif: une péche juteuse; un pays botsé; une parure
printaniéve; une campagne fleurie; une compagne aimable et
aimée.

Donnez le contraire: les pensées confuses; un tertre élevé; un endroit
découvert; une béte znoffensive; une boisson malsaine; un aliment
substantiel.

Indiquez le verbe avec l’anglais de: le croc, le tas, le bout, la perte,
le gain, la boisson, la réflexion, tranquille, calme, serein, haut,
bas, dur, doux, froid, chaud.

Que veulent dire les dictons: Qui compte sans son héte compte deux
fois; On n’est jamais si riche que quand on déménage; Quand les
chats n’y sont pas, les souris dansent?

Participes etc. de: naitre, connaitre, séduire, tendre, boire, lire,
suffire, plaire, taire, pénétrer, digérer, mentir.

Au passé indéf.: Raphaél, dit-on, a trois maniéres; premiérement,
il se cherche; puis, il se trouve; finalement, il se dépasse.

No human shape; a woody country; clusters of grapes, very ripe
and rich; a delicious vale; a little kind of bower; two or three
nights together; the pleasantness of the place; my seaside house;
the increase of my family.

XVI° EXERCICE: pages 69, 1. 24—74, 1. 16

Comment Robinson employa-t-il son loisir pendant la saison
pluvieuse? 2. Comment célébra-t-il l’anniversaire du naufrage?
3. Pourquoi craignait-il ’humidité? 4. Fut-il gros mangeur?
5. Par suite de quelle circonstance heureuse devint-il un bon
vannier?

Qu’est-ce que les haies entourent? Quels arbres ététe-t-on? lesquels
émonde-t-on? Dans quel but fait-on des expériences? Que faut-il
pour se pousser dans le monde? Quel ouvrier avez-vous regardé
travailler? Faites le relevé de vos repas comme Robinson l’a
fait des siens. Par quel temps fait-on des promenades a la cam-
pagne et de quoi jouit-on en les faisant? Comment s’appelle un
panier sans anse? Dans quelle occupation persévérez-vous? Que
souhaitez-vous a vos amis le 1? janvier?

Faites des phrases pour distinguer entre: il pleut, on pleure; on
ignore, on ne fait pas attention a... ; le saule, la sole; la plante, la
semelle; le jefiine, la jeunesse; aie! la haie; la hate, la haine; le
tas, la tasse; le compte, le comte; le raisin, la grappe.

Exprimez a l’aide d’une autre tournure: il a un courage a toute
épreuve; tout lui vient a souhait; il boit 4 jeun un verre d’eau tous
les matins; il ne marche jamais a pas de tortue; il réussit par
miracle.

En un seul mot: celui qui se proméne, qui hérite, qui ment, qui
écrit des livres; celle qui accompagne, qui séme, qui coud des
vétements; ce qui est 4 regretter, ce qui est 4 souhaiter, ce qui
est 4 excuser; ce qu’on ne peut imiter, ce qu’on ne peut expliquer.

. Participes etc. des verbes: omettre, croftre, croire, coudre, écrire,

souhaiter, ombrager, persévérer.
On peut plus qu'on NE croit. Traduisez et expliquez l’emploi de ne.
Mettez au passé indéf.: une année s’écoule, je me résigne a tout.
I22
(P.) 13.

(T.) 1.

Io.

(G.) I.

I2.

13.
(P.) 14.

EXERCICES

I kept Sept. 30 asa solemn fast; by my experiment, I was made
master of my business; I used to take delight in seeing the basket-
maker at work and I was, as boys usually are, very officious to
help.

XVIT° EXERcICcE: pages 74, 1. 17—78, 1. 31

Que remporta Robinson de son second voyage? Aimait-il voyager?
Avait-il l’esprit remuant ou casanier? 2. Quels devoirs religieux
remplit-il? 3. Quelles furent les trois besognes entre lesquelles il
partagea sa journée? 4. Pourquoi voyagea-t-il et travailla-t-il
trés lentement?

. Quelles friandises peut-on manger chez le patissier? Qu’achéte-t-

on au marché de Covent Garden? Quelles diversions gotitez-vous
surtout? Quelle lecture faites-vous tous les jours? Qu’est-ce qui
adoucit une existence solitaire? A quoi servent les tablettes?
Portez-vous un col ou un collier? Qu’est-ce que le chat guette?
Qu’est-ce qui rend docile une chévre? Quelle méthode peu
ordinaire employa Robinson pour attraper un perroquet? Est-ce
que cet oiseau apprend difficilement a parler?

Le contraire: un climat sec; une lenteur prodigieuse; une briéveté
surprenante; la plus mauvaise fin; la moindve envie; ravement
diligent; toujours enjoué; cherché partout; aucunement géné.

Trouvez des synonymes: on cherche des aliments appétissants; on
n’en trouve guére; la saison pluvieuse arrive; le 30 septembre je
jetine; deux ans ont passé; je gottte un bonheur tranquille.

Trouvez deux acceptions des verbes: compter, pousser, régler,
goiter, doubler, remuer.

Que faut-il notera propos dugenredes mots: le roul-eau, la corbeill-ée,
le mét-zer, la lent-eur, le pot-eau, la sant-é; la cage, le repentir,
le silence, la personne, la sphére?

Comment exprime-t-on en anglais les dictons: Plus il y a de fous,
plus on rit; Que chacun s’attache & son métier! I] n’y a pas de
petit chez soi; Tel se marie 4 la hate qui s’en repent a loisir?

Mettez a la 1®¢ pers. du plur. du prés. indic. et a la rte pers. du sing.
du passé déf.: je vis, je lis, j’écris, je ris, je vois.

Trouvez les participes etc. de: construire, abattre, suivre, vivre,
partager, acheter, emmener, régler, accourir, adoucir, remplir.

Mettez au passé indéfini: le voila qui se repose, qui se refait.

I was exceedingly diverted with this journey; I never travelled
above two miles in a day; I was sparing of my powder; I cannot
express what a satisfaction it was to come into my old hutch
and lie down in my hammock.

XVIII¢ ExERcICcE: pages 78, 1. 32—83, 1. 20

. Quels ennemis fondirent sur le champ de blé de Robinson et com-

ment les vainquit-il? 2. Faites le relevé des outils qui lui man-
quaient dans ses besognes de cultivateur et de boulanger.
(M.)

EXERCICES 123

3. Que régle-t-on aprés avoir acheté quelque chose? Quel ouvrier se
sert d’un rabot? Lequel a besoin d’une charrue? Lequel met ses
produits dans un four? Lequel tond le gazon? A quoi sert un
épouvantail? Quel fut le levain des Pharisiens? Sous quoi ne
doit-on pas mettre la lumiére? La lettre tue, qu’est-ce qui vivifie?
Quelles gens sont le sel de la terre? Quel livre cite-t-on dans les
quatre questions qui précédent? Que ne faut-il pas mettre devant
les boeufs? Qu’est-ce qui fait fondre le beurre? Sur quels fruits fon-
dent les oiseaux? Que faut-il pour fendre le bois? Qu’est-ce qui
rend le travail plus léger et dissipe les chagrins? Que fait le bon
automobiliste en voyant l’avis: RALENTISSEZ? Que veut dire: un
échange de bons procédés?

. Exprimez a l’aide d’une autre tournure: il ne faut pas manger son
blé en herbe; malheur au chien qui aboie sans reldche; il fait
chaud, on fond @ vue d’wil; ne traduisez pas 4 Ja lettre; personne
n’aime une bouche grande comme un four; je préfére les légumes
de mon cru; j’achéve ma tache de mon mieux et non tant bien que
mal; j’ai bien des choses sur les bras, mais pas trop, allez!

. Trouvez le nom, avec article et anglais: épais, long, profond, large,
bref, lent, vite, grand, petit, sec, humide, mauvais, bon.

. Faites des phrases pour distinguer entre: le son du grain, le son de

la cloche; la croissance, la croyance; la herse, le corbillard; le
procés, le procédé; faire une planche, faire la planche; faire le
jeune, faire jefine.

. Trouvez les participes etc. de: joindre, tondre, fondre, faire,

dire, répéter, procéder, nager, menacer, ralentir, savoir, revoir.

. Labour and patience carry me through; my crop promises well; but

I am sadly put to it for a scythe to cut it down; here are two
bushels and more, at a rough guess; truth to say, I work for my
bread.

XIX* ExERcIcE: pages 83, 1. 21—88, 1.5

. Pourquoi Robinson tint-il beaucoup 4 faire de la poterie? 2. Quels

furent les premiers vases de sa fabrication? 3. La question de la
poterie résolue, sur quel sujet porta-t-il ensuite son attention?
4. Comment réussit-il enfin 4 se ménager un four et un tamis?

. A quel repas voulez-vous du potage? Qu’est-ce qui pousse dans le

jardin potager? Préférez-vous des patés ou des poudings? Quel
patissier vend les meilleurs gateaux? Que voit-on dans une bou-
langerie? A quels soins vaque la cuisiniére? Quelle personne
raccommode les souliers? Avec quoi fait-on des cravates? Que
met-on dans un grenier?

Qu’est-ce qu’on féle? file? éteint? teint? radoube? laboure? herse?
égréne? moud? fond? fend? tond? entame? achéve?

. Que fait-on avec de l’argile? avec des briques? avec de la farine?

avec du riz? avec de la pate?

. On dit: une bouteille de vin; une cruchée de quoi? un panier de
quoi? une plumée de quoi? une bouchée de quoi? le laps de quoi?
la moitié de quoi?

Indiquez le verbe et l’anglais de: la cuisson, la félure, la fonte, la
borne, le tissage, la récolte, la cueillette.
124 EXERCICES

Io.

(G.) Iz.

12.

13.
14.

(P.) 15.

(T.) 1.

(M.) 6,

(G.) ro,

It.

Apprenez par cceur et traduisez en anglais les dictons: Jamais grand
nez ne gate beau visage; Selon l’argent, la besogne; A brebis
tondue, Dieu mesure le vent; Pas possible d’étre a la fois au four
et au moulin.

Plus que je NE pouvais consommer. Qu’y a-t-il 4 remarquer a propos
de cette locution? Trouvez-en encore deux exemples.

J’eus de la peine 4 atiendve qwil Fbt refroidi; de maniére qu’il en FOT
tout couvert. Expliquez le subjonctif dans ces deux phrases et
donnez encore un exemple de chacune de ces tournures,

Trouvez les participes etc. de: suffire, résoudre, teindre, apprendre,
considérer, se ressouvenir, fondre, réussir.

Mettez au passé indéf.: je voyage, j’étudie, je regarde, je me
proméne a travers les hommes et les choses.

Some earthen vessels, ugly and misshapen things; three good,
I will not say handsome, pipkins; a pot that would bear the fire;
neckcloths of calico; mere rags; the best oven in the world; no
threshing floor or flail; levers and rollers,

XX¢ EXERCICE: pages 88, 1. 6—9g2, 1. 28

Combien de temps en tout Robinson mit-il 4 la confection de son
bateau? 2. Comment se trompa-t-il sur le chapitre de la grandeur
du bateau? 3. Au commencement de sa cinquiéme année quels
objets désira-t-il le plus ardemment? 4. Donnez des exemples de
la modestie de Robinson. 5. Pourquoi tenait-il 4 inventer un
parapluie?

Qu’est-ce qui vous empéche de répondre sans hésiter 4 toutes ces
questions? Quel jour de la semaine mange-t-on du poisson?
Quel poisson préférez-vous? Quels légumes mange-t-on au mois
de juillet? Comment s’appelle le jardin ot poussent les légumes?
Par quel temps dte-t-on gilet et veston? Comment s’appelle la
culotte bouffante que portent les joueurs de golf? Pour quel
batiment Salomon utilisa-t-il le bois de cédre?

Ajoutez le contraire: lun épuise sa provision de gateaux, l’autre
la...; un veut des couleurs mornes, l’autre des couleurs...;
Yun plante des arbres, l’autre les...; l’un chéme le samedi,
l’autre...; l'un est exigeant, l’autre...; l’un est un bon riche,
l’autre un...riche; l’un trouve sa vie supportable, pour l’autre
elle est... ; moi, je ne demande qu’une bouteille d’eau de Malvern,
a un autre il faut une bouteille de...; l’un a l’air chagrin, l'autre
Vair...; un est un joueur maladroit, Vautre est...; tel est le
commencement, telle est la....

. Remplacez par un seul adjectif: une provision assez grande; un

travail de tous les ans; une tache de chaque jour; une grandeur sans
mesure; un ami qui n’oublie pas les bienfaits regus.

Expliquez la pensée de La Bruyére: Il] n’y a guére au monde un plus
bel excés que celui de la reconnaissance.

x

Le plus impossible a exécuter qui ait été entvepris. Pourquoi ce
subjonctif? Trouvez-en encore trois exemples.

Mettez au passé indéf.: mes biscuits s’épuisent de jour en jour, mon
encre s’en va, mes habits s’usent a vue d’ceil.
I2.

(P.) 13.

(T.) 1.

EXERCICES 125

Trouvez les participes etc. de: commencer, lancer, ménager, en-
courager, exiger, ouvrir, parvenir, réfléchir, offrir, ressentir, re-
connaitre, étendre, entreprendre, répondre.

Between me and thee, a great gulf is fixed; I admired the hand of
God’s providence, which had thus spread my table in the wilder-
ness; I set to work a-tailoring, or rather a-botching old rags;
I took a world of pains.

XXI* EXERCICE: pages 92, 1. 2g—97, 1. 32

. Comment Robinson savait-il qu’un espace de quarante milles le

séparait dela terre ferme? 2. Quelle réflexion fit-il au moment ot
il se croyait irrévocablement perdu? 3. Quelle combinaison de
courant et de vent sauva notre matelot, malgré ses craintes?

. Comment s’appelle le lieu de construction pour les vaisseaux?

Ow les marchands entassent-ils le charbon qu’ils ont 4 vendre?
Que faut-il pour faire marcher un canot? Quels vivres auriez-
vous embarqués pour faire seul le tour de l’ile de Robinson?
Possédez-vous une boussole? De quoi double-t-on les gilets?
Que rajustez-vous avant d’aller en classe? Que faut-il pour
ravauder des bas? A quoi servent les amortisseurs d’auto?
Quel est par excellence le mois des brouillards?

Qu’est-ce qu’on déploie? replie? repasse? raccommode? ménage?
redouble? accueillit?

On dit une jarre d’eau; un baril de quoi? une corbeille de...? une
platée de...? une boite de...? une gorgée de...? une assiettée
de...? le début de...? le résultat de...?

Trouvez le verbe avec l’anglais: un aveu, un reste, le repos, le
tiroir, le chomage, le sel, la saleté, la perte.

Distinguez entre: un air, une aire; le poil, les cheveux; sachant, le
savant; l’eau sale, l’eau salée; mir, le mur.

Apprenez et rendez en anglais: Il ne faut point chémer les fétes
avant qu’elles ne soient venues; Le temps rajuste bien des choses;
Les idées s’élargissent par l’étude; La modestie est au mérite
ce que les ombres sont aux figures dans un tableau, elle lui donne
de la force et du relief.

. Mettez au prés. de l’indic. et au passé indéf.: Titus pour mon mal-

heur vint, vous vit, et vous plut.

. Plus long que je NE m’y attendais: écrivez encore trois exemples pour

faire ressortir cet usage que vous avez déja approfondi.

Mettez aA la 3° pers. passé déf. et ajoutez un régime: manger,
digérer, soulever, emmener, rajuster, salir, polir, traduire, re-
joindre, apercevoir, savoir, vouloir, attendre, atteindre, relire.

. I every now and then took a little voyage upon the sea; I am a

warning piece to all rash and ignorant pilots; all I could do with
my paddlers signified nothing; the breeze became a pretty small
gentle gale.

XXIIe ExErciceE: pages 97, 1. 33—102, 1. 9

Que devint le bateau aprés ce voyage médiocrement heureux?
2. Quelle nouvelle jouissance se ménagea Robinson ensuite et a
quelle autre jouissance lui fallait-il renoncer? 3. Pourquoi vou-
lait-il des chévres vivantes et comment parvint-il 4 en attraper?
4. Quel avantage notable tira-t-il de la possession de ses chévres?
126
(M.) 5.

Io.

II.
(G.) 12.
13.
I4.
15.

(P.) 16.

(T.) 1

(M.) 5.

EXERCICES

A quel art mécanique vous adonnez-vous? De quoi faut-il changer
si une entreprise ne réussit pas? De quelle amorce se sert-on pour
attraper des chévres? Qu’est-ce que broute la chévre? Quelles
sont les dimensions de votre cour de récréation? Envers quelles
personnes est-on reconnaissant?

Qu’est-ce qu’on fume? amarre? gouverne? tend? épuise? épargne?
ignore? arréte? franchit? juge? baisse? hausse? apprend?

Qu’est-ce qu’on vend dans une laiterie? dans une boulangerie? dans
une patisserie? dans une boucherie? dans une épicerie?

Qu’est-ce qui épuise les forces? chagrine le jardinier? écrase le
piéton? dompte le lion? fait chavirer le bateau? réjouit le coeur
du fumeur? protége contre la pluie? fait lever la pate du pain?
marque les distances sur les routes?

Qu’est-ce qu’un jour chémable? un jour ouvrable? une excursion
pédestve? un secours inespéré; un but atieint?

Formez l’adverbe et combinez-le avec un verbe ou un adjectif
convenable: infaillible, rare, profond, précis, excessif, ponctuel,
nonchalant, impudent,

Faites des phrases pour montrer deux acceptions: un essai, un
fléau, un membre, la taille, le port, un berceau, un filet.

Trouvez les participes etc.: renoncer, changer, ramener, franchir,
revoir, découvrir, permettre.

Mettez au passé indéfini: Mon humeur est heureuse, elle s’accom-
mode et s’amuse de tout, dit Mme de Sévigné.

La tortue que j’avais PRISE; les choses telles que je les avais LAISSEES;
trouvez encore trois exemples de cette locution.

Je me couchat pour réparer mes forces; remplacez pour par: pour que,
et faites les changements nécessaires dans la phrase,

I reached my old bower in the evening; I had now had enough of
rambling to sea for some time; the invention of a pipe gave me
extraordinary pleasure; goats are mighty sagacious, tractable
creatures, where they are well used.

AVANT-DERNIER EXERCICE: page 102, |. 10 4 la fin

Au lieu de faire le tour de sonile, 4 quelle besogne plus sire Robinson
s’adonna-t-il? 2. Quelfutson magasinvivant? 3. Aquelmetsaccorde-
t-il des éloges éclatants (et bien mérités)? 4. Quelle est la nouvelle
scéne de sa vie qui s’ouvrit 4 l’improviste? A quel point l’em-
preinte d’un pied sur le sable bouleversa-t-elle l’esprit de l’ermite?

Pourquoi les stoiciens souriaient-ils difficilement? Quel est le grand
empereur qui, dans sa vie et dans ses écrits, fait honneur a la
sagesse stoicienne? Quel témoignage de votre industrie pouvez-
vous fournir? A quelle heure du soir vous arrachez-vous a vos
livres? Quelle chaussure préférez-vous, des bottines ou des
souliers? Qu’est-ce qu’on attache avec des courroies? Que fait-
on avec de la laine? Ot achéte-t-on du beurre et du fromage?
Quels légumes arrache-t-on? Lesquels cueille-t-on? Selon son
nom dans quelle saison doit arriver le pluvier? Quelle est pour
vous la longueur d’un jet de pierre? Est-ce que les contes de
revenants sont un livre de chevet convenable? De quoi se com-
pose le (costume) complet d’homme? Décrivez celui de Robinson,
Quels sont les symptémes d’un rhume de cerveau?
EXERCICES 127

6. Indiquez le contraire: en bon état; un mets grossier; un visage halé;
la courroie /achée; une résolution banale; les pensées confuses; une
inquiétude bien fondée; on arrive souvent a temps.

7. Plus de jardin, plus de ruisseau, plus de paysage, la maison était
sombre et triste. Ajoutez quelques mots au commencement de
cette phrase pour la rendre plus claire, et traduisez-la.

8. Apprenez par cceur et rendez en anglais: Plus je vis d’étrangers,
plus j’aimai mon pays; Plus on est sujet a la loi de Dieu, plus on
est heureux.

(G.) 9. Participes etc.: ravager, arracher, agrandir, décrire, convaincre.

to. Mettez au passé indéf.: la beauté se prodigue; au moindre mot, au
moindre geste, sa richesse lui échappe, et s’envole autour d’elle.

(P.) 11. It would have made a stoic smile to see me and my family at dinner;
my mustachios were not long enough to hang my hat on; a new
scene indeed; attacked, perhaps, unawares; what course to take,
I knew not.

DERNIER EXERCICE: RESUME: pages I—1I09

(T.) 1. Le plus beau de tous les spectacles, celui d’un beau visage, fut
défendu & Robinson. Quels autres spectacles lui firent grand
plaisir? 2. Comment Robinson attrapa-t-il un perroquet—des
poissons—des chévres—un gros rhume? 3. Robinson fut culti-
vateur, vannier, potier, menuisier, tailleur, laitier, boulanger,
patissier; en exergant ces divers métiers, que fabriqua-t-il, que
produisit-il? 4. Il n’y a point de chemin trop long 4 qui marche
lentement et sans se presser; il n’y a point d’avantages trop
éloignés a qui s’y prépare par la patience——Comment Robinson
démontra-t-il la vérité de cette remarque de La Bruyére? 5. De
tous les mets dont Robinson fait mention, nommez-en trois que
vous mangeriez volontiers. 6. A quelle occasion Robinson porta-
t-il une chemise 4 carreaux? cessa-t-il d’écrire son journal?
perdit-ilson aplomb? avait-il beau faire de violents efforts? but-il
une goutte de rhum? mangea-t-il un ceuf? et quel ceuf? 7. A

uelle lecture s’adonna-t-il? De quelle affaire se dit-il maitre?

oyageait-il avec peu de bagages? De tous les remédes qu’il
trouva aux malheurs de son exil, lequel était, pensez-vous, le
meilleur? 8. De quel marché londonien fait-il mention? Pour-
quoi se rappelle-t-il un marché de Londres et non pas un marché
d’ Yorkshire?

(M.) 9. Peut-on faire du pain sans levain? ou vivre sans sel? ou se passer
de linge? De quoi se passe le végétarien? De quelles fagons peut-on
servir des ceufs? Qu’est-ce qui rend le visage halé? Qu’est-ce
que jouel’acteur? Qu’est-ce qu’une ceuvre de longue haleine? Que
faut-il au pilote pour s’orienter? Quel est le plus fameux phare
anglais? On court, naturellement, comme un désespéré—ou
comme un liévre; comment nage-t-on—mange-t-on—dort-on—
pleure-t-on? De quelle couleur sont les plus belles joues? Dans
quelle voie faut-il marcher pour faire son salut?

ro. Que fait-on dans un chantier? dans une laiterie? dans un moulin?
dans une boulangerie? dans une école? sur une pelouse? sur la
plage? a la campagne?
128

II.

I2.

13.
14.
15.
16.

17.

18.

19.

20.

EXERCICES

Que met-on dans un légumier? dans une saliére? dans une poivriére?
dans un cellier? dans une cage? dans une cale? dans une armoire?
dans une valise? dans une cruche? sur le dressoir? a la caisse
d’épargne?

Exprimez en un seul mot: celui qui reconnaét les bienfaits recgus,
celui qui les oublie; celui qui apprend, qui enseigne, qui lit; celle
quiaccompagne quelqu’un, qui séme, qui se promeéne, qui a perdu
son mari, qui est devenue vieille, qui a toutes les qualités.

Qu’est-ce qu’on tamise? égréne? pétrit? radoube? ravaude? cire?
polit? ficelle? boucle? baragouine?

A quoi renonce-t-on? résiste-t-on? obéit-on? se fie-t-on? se résigne-
t-on?

De quoi se souvient le voyageur? de quoi se trompe 1’éléve? de quoi
s’empare le professeur? de quoi se munit l’écrivain?

Trouvez le mot contraire: le bon céié des choses, un travail
fastidieux, un endroit affreux, un citron trop sec, un éléve tmpolt,
un confrére opinidire, une provision bornée, un pays découvert,
des légumes achetés chez le marchand, un air chagrin, un but
hors de portée, un lutteur hors de combat, un héros médtocre, un
voyage manqué, peine perdue.

Trouvez des phrases pour faire ressortir la différence entre: le geste,
la plaisanterie; actuellement, réellement; se déshabiller, se
dérober; douter, redouter; empécher, prévenir; retourner,
revenir,

Employez dans des phrases les mots suivants, et aprés, faites quel-
ques commentaires sur le genre de chacun: le chantier, la santé, la
reconnaissance, le parapluie, la peau, le potage, la fournée, la
quarantaine, le changement, la lenteur. Que veut dire ce mot de
Voltaire: Tous les genres sont permis hormis le genre ennuyeux?

Rendez en frangais: The more the merrier; Don’t count your chickens
before they are hatched; One can do more than one thinks;
Health is the chief thing; No place like home.

Pour finir, approfondissez et apprenez par cceur: Le génie, répéte
Robinson, est une longue patience, et le travail une panacée
contre tous les chagrins de la vie; nous sommes comme le cheval
qui gagne le Grand Prix de Paris, nous n’avons que notre avoine;
nous voila arrivés, malgré vent et marée, sains et saufs 4 bon
port, et chacun aprés tout avec sa petite pacotille.
LEXIQUE

DES MOTS LES MOINS USITES

s’abaisser, to sink, fall away
abattre, to knock down, fell
un abime, an abyss, gulf
aborder, to approach, accost,
land, board, reach
aboutir, to end, terminate
aboyer, to bark
abréger, to abridge, cut short
un abri, a shelter, refuge
accabler, to overwhelm, over-
throw, weigh down
un accés, entrance; outburst,
attack
accorder, to reconcile, grant
accourir, to run, run up,
hasten
accoutré, accoutred, garbed,
dressed up
s’accroitre, to increase, grow
accueillir, to welcome (gather
in one’s arms)
acharné, fierce,
relentless
un achat, a purchase
s’acheminer, tomakeone’s way
achever, to accomplish, com-
plete, finish
acquérir, to acquire, get
un acte, a deed, covenant, certi-
ficate
les actions (f.) de graces (f.),
thanksgiving
actuel, effective, real; present
s’adonner a, todevote oneself to
s’adosser a, to set one’s back
against
adoucir, to sweeten, soften,
console
adroit, skilful, dexterous
affamé, famished, starving

desperate,

affecté, affected; appropri-
ated, set apart

affreux, frightful, horrible,
hateful

agir, to act; il s’agit de, it is
a question of

agiter, to shake,
agitate, excite

agrandir, to extend, increase,
enlarge

disturb,

WG

un agrément, a charm, attrac-
tion; approval
les agrés (m.), the rigging
une aiguille, a needle; hand (of
clock)
aiguillonner, to goad, spur,
incite
aiguiser, to sharpen
ainsi, so, thus, therefore
un air, air, look; tune; au grand
aiy, in the open air
une aire, a threshing-floor; eyrie;
point of compass
Vaise (f.), ease, joy; a l’aise,
comfortably, easily
aisé, easy; well-to-do
ajouter, to add
alentour, around, about; /es
alentours (m.), the neigh-
bourhood
un aliment, a food, nutriment,
nourishment
alimenter, to feed, nourish
aller, to go; allant au feu,
fireproof
allonger, to lengthen, prolong
allumer, to light, kindle
un aloés, an aloe
alternativement, alternately,
first...then
amarrer, to moor, make fast
un amas, a heap
améliorer, to ameliorate, im-
prove, better
& amiable, amicably, by agree-
ment
amollir, to soften
une amorce, a bait; allurement
s’amortir, to be deadened, be-
come spent
analogue, analogous, similar
une ancre, an anchor
anéantir, to destroy, annihi-
late; anéanti, stupefied
un anniversaire, an anniversary,
birthday
une anse, a handle (of jug,
basket); cove, creek
les Antilles (f.), the West Indian
islands

9
130

apaiser, to pacify, allay,
stay; s’apatser, to subside
aplanir, to smooth, remove
difficulties
Vaplomb (m.), balance, self-
possession; d’aplomb, just
above, directly above
appartenir a, to appertain to,
belong to, be connected with
un appendice, an appendage,
flap; appendix
s’appesantir, to bear hard, lie
heavy; insist (cf. pesant)

apprécier, to appreciate,
value, realise
apprendre, to apprehend,

learn, inform
apprivoiser, to tame
approfondir, to examine
thoroughly, make a_ pro-
found study of
un appui, a support, aid, prop
appuyer, tosupport; rest, bear
ardent, ardent, eager; flam-
ing, burning
largent (m.), silver; money
Vargile (f.), clay
un armateur, a ship-owner
une arme, a weapon
une armoire, a cupboard, locker
arracher, to root up, pull up
arréter, to arrest, stop, hin-
der; engage; s’arréter, to
stop, lie by
Varriére (m.), the back part,
stern; en arriéve, back, back-
wards
arrondir, to make circular,
make round, round off
un artisan, an artisan, work-
man; author, cause
un asile, a refuge, sanctuary, re-

treat

s’asseoir, to sit down, seat
oneself

Vassiette (f.), the posture,

temper; plate
s’associer, to participate, share

assorti, matched, paired,

suited
un Atre, a hearth

atteindre, to attain, reach,
arrive at; overtake; hit

attendre, to wait for, stay for;
s’attendve a, to expect

LEXIQUE

une attente, an expectation, wait-
ing
attraper, to catch, entrap
aucun, any; (with ve) no, not
any
au-dessus, above, over, up-
wards
une auge, a trough; hod
augmenter, to augment, in-
crease
auparavant (adv.),
beforehand
une aussiére, a hawser
autant, as much, as many;
d’autant plus, all the more
autrement, otherwise
avantageusement, profitably
avare, avaricious, sparing
Vavarie (f.), damage, injury
avarié, damaged, shattered
Vavenir (m.), the future, the
time to come
une aventure, an

before,

adventure,

chance; @ laventure, at
random

s’aventurer, to venture, make
bold

une averse, a shower, downpour
avertir, to warn, inform
un avis, an opinion, decision,
counsel; notice, warning
aviser a, to think of, reflect
upon, see to; s’avisey, to be-
think oneself; avisé, pru-
dent, discreet
avouer, to avow, confess

les bagages (m.), luggage, goods
la bagatelle, the trifle
la baie, the bay; berry
baisser, to lower; ebb, de-
cline, sink, diminish
la balle, the ball; bullet; bale
le ballot, the bale, package
ballotter, to toss, shake about
le banc, the bench; bank (of
sand, etc.), reef

labanderole, the pennant,
streamer
baragouiner, to jabber,

mangle (a language)
les Barbades, the Barbadoes
(W. Indies)
la Barbarie, the Barbary States
la barbe, the beard
LEXIQUE 131

le baril; the barrel
la barque, the bark, barge,
small sailing-vessel
la barre, the bar, spar, helm
le bas, the stocking; bottom;
bas, low, base
le bas-fond, the shallow, shal-
low water
le bateau, the boat, small craft
le batiment, the building, struc-
ture; ship
le baton, the stick, staff, stake
beau, beautiful; j’ai beau
dive et faire, it’s no good
my speaking and acting (cf.
it is all very fine for me, etc.)
la béche, the spade
béler, to bleat
la bénédiction, the blessing;
grace; consecration
le bénéfice, the benefit; profit
le berceau, the cradle; arbour,
bower
la berge, the bank (of river,
canal)
la besogne, the task, occupa-
tion, business
le besoin, the need; poverty
le bétail, cattle, live-stock
la béte, the beast, animal; béte,
foolish, silly
la bibliothéque, the library;
book-case
le bien, good; possession, estate;
bien que, although
le bienfait, the benefit, advan-
tage
la bienveillance, kindness, be-
nevolence
le billet, the note, ticket
bizarre, strange, weird, odd
le b1é, corn
blesser, to wound, hurt
le bloc, the block, log, mass, lump
le bocage, the woodland
boisé, bosky, well-wooded
le boisseau, the bushel
la boisson, the beverage, drink
la boite, the box, case
la bonté, the goodness, bounty,
kindness
le bord, the edge, bank, sea-
side, shore
la bordée, the broadside, volley
border, to border, line

la borne, the bourne, landmark,
limit, bound
borner, to limit, confine,
bound
le bosquet, the grove, thicket,
clump (of trees)
le bouc, the buck, he-goat, goat
la bouche, the mouth
la boucle, the buckle; curl
la bouée, the buoy
la bouffée, the puff, whiff, cap-
ful—of wind (cf. bouffant,
puffed, baggy)
bouillir, to boil
le bouillon, the bubble; broth
bouleverser, to upset, agi-
tate, derange
la boussole, the compass
le bout, the end, extremity
la bouture, the cutting, slip,
stake
la braise, embers
le bras, the arm; hand (=em-
ployee)
braver, to brave, beard, set
at defiance
le Brésil, Brazil
le brin, the blade (of grass),
twig, morsel
la brique, the brick
le brisant, the reef; waves, surf
(formed by reef)
la brise, the breeze
briser, to break; se brisey, to
be wrecked
le brodequin, the buskin (boot
coming some distance up
the leg)
la brouette, the wheelbarrow
(originally two-wheeled, bi-
rota)
le brouillard, the fog
brouter, to graze, browse
la brume, the mist
la brune, dusk; brunette
la brute, the brute, stupid per-
son; brute, brutish, rough
le buisson, the bush, shrub
le buste, the bust, chest
le but, the butt, goal, aim, object
buter a, to aim at; butey contre,
to lean against

ga et 1a, here and there,
hither and thither

9-2
132 LEXIQUE

le cacaotier, the cocoa-tree
le cadeau, the gift, present
le cadran, the dial; — solaire,
sundial
le calcul, the calculation, reckon-
ing
le calegon, the pair of drawers,
drawers
le calendrier, the calendar
lacampagne, the campaign;
countryside, country
le campement, the encamp-
ment
la cane, the duck (/e canard, the
drake)
le canevas, canvas
la canne, the cane, walking-stick
le canonnier, the gunner
le canot, the canoe, small boat
le cap, the cape, ship’s head;
mettre le cap sur, to steer
for
la capote, the great-coat, watch-
coat
la carcasse, the carcass, frame-
work
la cargaison, the cargo
carré, square
la carte, the card, chart, map
cassant, brittle, fragile
la cassave, cassava (from which
tapioca is obtained)
& cause de, because of
causer, to cause; talk (state
the causes), chat
la cave, the cellar, underground
storeroom
le cédre, the cedar
la ceinture, the girdle, belt
le cellier, the storeroom
le cercueil, the coffin
le cerveau, the brain, mind
la cervelle, the substance of the
brain; se britler la cervelle,
to blow out one’s brains
cesser, to cease, stop
le chagrin, the trouble, morti-
fication, distress
les chaines de l’avant (f.), fore-
chains
la chair, flesh
la chaise, the chair
la chaleur, heat
la chaloupe, the launch, long-
boat (cf. shallop, sloop)

le champ, the field; ground;
country
le changement, the change
le chantier, the shipbuilding
yard (cf. shanty)
le charbon, coal; les charbons,
embers (of wood fire)
la charge, the load, cargo
le charpentier, the (ship’s) car-
penter
la charrue, the plough; mettre la
charrue devant les beufs, to
put the cart before the horse
chasser, to hunt, chase, drive
le chateau-fort, the fortress,
castle
le chatiment, the chastisement,
punishment
chavirer, to capsize
le chef, the chief, leader; de son
chef, on his own account;
without order from another
le chemin, the road; en bon
chemin a, in a fair way to
la chemise, the chemise, shirt
le chevalet, the easel
le chevet, the head of the bed,
bed-side, pillow; Je livre de
chevet, book which one reads
in bed
la cheville, the bolt, peg; ankle
la chévre, the (she-) goat
le chevreau, the kid
le chevron, the rafter; chevron;
(soldier’s) stripe
chimérique, chimerical, wild,
fanciful
chémer, to cease work, keep
as a holiday
chrétien, Christian
la chute, the fall
la cime, the top, summit, peak
cingler, to sail
la cire, wax
le ciseau, the chisel; Jes ciseaux,
scissors
citer, to cite, quote
le citron, the lemon
la claie, the hurdle
la cloison, the paling, fence
le clos, the enclosure, vineyard;
clos (clove), shut in
la cléture, the fence;
closing
le clou, the nail; clove; boil

close,
LEXIQUE 133

le coffre, the chest, locker
le collier, the (dog-) collar,
necklace
la colline, the hill
commercer, to trade, traffic
commode, convenient, proper,
comfortable
commun, common, ordinary,
usual
compenser, to compensate,
make up
la componction, compunction,
contrition
compromettre, to compro-
mise, endanger
le compte, the account; tenir
compte, to take into con-
sideration (cf. le comte, the
count)
compter, to count, intend,
expect; compier sur, to rely
upon
le comté6, the county
concilier, to conciliate, recon-
cile
conduire, to conduct, order,
lead, drive, steer
la conduite, the conduct; direc-
tion
la confection, the manufacture,
construction
confier, to confide, trust
confondre, to confound, jum-
ble, strike dumb
conjurer, to press earnestly,
implore; conspire, plot
la connaissance, acquaintance,
knowledge
connaitre, to be acquainted
with
le conseil, advice; the council
conserver, to keep, preserve
consistant, having consist-
ency, firm
consolider,
heal up
la consommation, the consum-
mation; consumption
constater, to ascertain, estab-
lish, state
le contenu, the contents
conter, to recount, relate
contigu, contiguous, adjoining
contraindre, to constrain,
compel

to strengthen,

la contrée, the region
le contre-fort, the buttress
le contremaitre, the foreman,
(boatswain’s) mate
convenable, suitable, proper,
fitting
convenir, to suit, be seemly,
agree
la coquille, the shell
la corbeille, the basket (usually
without lid)
le corbillard, the hearse
le cordage, rigging, ropes
la cordelette, rope, twine
corriger, to correct, modify,
punish
le corsaire, the corsair, raider,
privateer
la cosse, the husk, pod
la céte, the rib, side, coast,
direction
le coteau, the hillside
se cotiser, to club together
le coucher, the bedding; sunset;
se coucher, to go to bed, lie
down; coucher en joue, to aim
at
couler, to flow, run, melt;
couley & fond, couley bas, to
sink, founder
le coup, the blow; Je coup de
grace, the finishing stroke
couper, to cut
le courant, the current; le 5 (du
mots) courant, the 5th inst.
le courlis, the curlew
la courroie, the strap, belt
le cours, the course
la course, course, round, trip,
race; expedition, errand;
cruise .
court, short; @ court de,
straitened for, short of
le couteau, the knife
le coutelas, the cutlass
cotter, to cost
la coutume, the custom, habit;
de coutume, usually
la couverture, thecover,blanket
craindre, to fear, dread
se cramponner, to cling, clasp
craquer, to crack
la cravate, the neckcloth, neck-
tie
créer, to create, fashion
134 LEXIQUE

le crépuscule, the twilight,
dawn
creuser, to hollow out, dig
le crin, the horse-hair
la crique, the creek, cove
le crochet, the (small) hook
la croisiére, the cruise; cruiser;
cruising-place
la croissance, growth
de mon cru, of my own growing
la cruche, the jug, cruse; booby
la crudité, rawness, hardness of
water, aguish disposition
cueillir, to gather, collect, pick
cuire, to cook, bake
la cuisine, the cookery, kitchen
la cuisson, the cooking, baking
la culotte, the breeches
la culture, the cultivation

daigner, to deign, condescend
davantage, more, longer
le débit, the sale, market; de
débit, saleable
déblayer, to clear, remove,
smooth
debout, on end,
standing
les débris (m.), the fragments,
rubbish, wreckage
décevoir, to deceive, dis-
appoint
déchirer, to tear up
la déconvenue, the mishap, mis-
chance
découper, to cut up, carve
la découverte, the discovery;
reconnoitring
découvrir, to uncover; dis-
cover, descry, perceive; dé-
couvert, open, free from trees
décrire, to describe
décrocher, to unhook, take
down
dedans, inside, within
la défaillance, the faintness
défaire, to undo, defeat,
wrench away; se défairve de,
to get rid of
défendre, to defend; forbid
se dégager, to free oneself, re-
lease or disentangle oneself
le dégat, the damage, waste
se délasser, to divert oneself
(cf. défatiguer)

upright,

les délices (f.), delight, charm

déloger, to change lodgings,
remove, decamp
demander, to ask, ask for
ladémarche, the step, pro-
ceeding
démesuré, disproportionate;
d'une grandeur démesurée,
vastly big
la demeure, the dwelling, house,
home
demi-mort, half dead
la demi-pique, the half-pike,

short pike
démontrer, to demonstrate,
prove
la dent, the tooth; — @’éléphant,
tusk

dépareillé, odd, not fellows

dépasser, to exceed, excel,
go beyond, rise above

dépeindre, to depict, de-
scribe

dépenser, to spend, bestow

déplacer, to remove, trans-
port; déplacé, out of place

déployer, to unfurl, spread

le dépositaire, the trustee,
guardian
le dépét, the store, magazine

dépouiller, to despoil, strip,
skin

déranger, to disturb, upset

derechef, over again, afresh,
once more

dériver, to leave the shore,
drift; originate, be derived
from

dérober, to steal, hide; se
dérober, to steal away

derriére, behind, backwards

dés, from, since; dés que, as
soon as; dés ce soir, this
very evening

désespérer, to despair

désintéressé, disinterested,
unselfish

désolant, melancholy, lament-
able

désorienter, to put out of
one’s reckoning, lead astray,
bewilder (cf. s'ovienter)
dessécher, to dry, dry up,
drain
le dessein, the design, purpose
LEXIQUE

destiner, to design, intend,
devote, reserve
détailler, to cut up, retail; to
relate in detail
la détonation, the detonation,
report
le détour, the bend, roundabout
way; evasion
détourner, to turn aside, dis-
suade, divert
le détroit, the narrow passage,
strait
détruire, to pull down, destroy
dévier, to deviate, veer
devoir, to owe, be obliged;
le devoty, duty
dévolu, devolved,
fallen to one’s lot
diminuer, to reduce,
away; shorten (sail)
diriger, to direct, govern; se
diviger, to turn; direct, steer
le discours, the speech, words
disloquer, to dislocate; se
disloquer, to fall in pieces
le dispensateur, the disposer
se dispenser de, to dispense
with, excuse oneself from
disperser, to disperse, scatter
disponible, at one’s disposal
disposer, to prepare, set up;
sé disposer, to get ready
se distraire, to divert oneself,
amuse oneself
divertir, to entertain, amuse
diviser, to divide, share
le dommage, the damage, loss;
quel dommage! what a pity!
dompter, to master, tame
la donnée, the notion, informa-
tion; les données, data
le dos, the back
doubler, to double;
overtake (motor-car)
la douceur, sweetness; /es dou-
ceurs, comforts
la douleur, pain, grief
douteux, dubious, doubtful
doux, sweet, soft, fresh
la dragée, the sugar-almond;
pill; small shot
le drap, cloth; sheet
dresser, to draw up, raise,
train
le dressoir, the dresser

vested;

hew

line;

135

la drogue, the drug; rubbish
droit, straight, right, perpen-
dicular, on a level; straight-
forward
durcir, to become hard
durer, to last, remain
la dysenterie, dysentery

E. = est, east
s’ébattre, to frolic, gambol
ébouler, to fall down, slip
(earth)
ébrancher, to lop, prune
ébranler, to agitate, shake
ébréché, full of notches
une écaille, a scale, shell
un échafaud, a scaffold, scaffold-

ing
s’échapper, to escape, run
away
une échelle, a ladder
échouer, to run aground,

founder; fail
un éclair, a flash of lightning;
cream-bun (which disap-
pears like lightning)
éclairer, to enlighten, light
up, inform, illustrate
éclater, to split, burst; écla-
tant, brilliant, piercing, loud
une éclisse, a splint, splinter
une écluse, a sluice, lock
écossais, Scotch, Scots, Scot-
tish
un écoulement, a flow, drainage;
means of casting off
s’écouler, to flow away, pass by
écraser, to crush, run over,
squash
s’écrier, to cry out, exclaim
une écriture, a handwriting;
l’Ecriture (sainte), the Scrip-
tures
l’écume (f.), scum, foam, surge
(un écumeur, sea-rover)
un effet, an effect, act; les effets,
effects, belongings
effrayer, to frighten, alarm
leffroi (m.), fright, dismay
égarer, to lead astray, mislay
égrener, to rub out grain,
shell; tell (beads, rosary)
élaguer, to prune, lop off
Vélan (m.), dash, gusto, glow,
outburst, impulse, flight
136

s’élancer, to dash, dart, spread
élargir, to widen, extend, en-
large
élever, to raise, bring up;
s’élever, to rise
éloigné, remote, distant
une embarcation, a boat, small
craft
un embarras (m.), a difficulty,
impediment, perplexity
s’embarrasser de, to be en-

tangled with, concerned
about

une embouchure, a river-mouth,
estuary

émerveiller, to astonish, fill
with wonder
emmagasiner, to warehouse,
store
emmener, to lead away, take
away
émoussé, blunt, dull
s’emparer de, to take posses-
sion of, secure, seize
empécher, to hinder, prevent,
stop
un emplacement, a site, spot
emporter, to carry away
une empreinte, an impression,
footprint
s’empresser, to hasten, be
eager, be officious
une enceinte, an enclosure, pre-
cinct, circuit
enclore, to enclose, shut in
un enclos, a field with fence, en-
closure
endommager, to damage,
impair
un endroit, aspot, place ;/’endroit,
Venvers, right side, wrong
side (of cloth)
un enfoncement, a cove, hollow,
recess
enfoncer, to sink down,
plunge, penetrate
engager, to urge, prompt,
pledge
engloutir, to swallow up
engraver, to bed in sand, run
aground
Vennui (m.), weariness, afflic-
tion, vexation
une enquéte, an inquiry
enseigner, to point out, teach

LEXIQUE

ensevelir, to bury
ensuite, thereupon, then
une entaille, a notch, gash
entamer, to cut into, break
through, encroach upon
enterrer, to inter
entier, entire, complete, whole
entourer, to surround
entrainer, to drag away,
carry away, captivate,
train (athlete)
entraver, to fetter, impede
entretenir, to entertain,
maintain, keep up, cheer up
Ventretien (m.), maintenance;
conversation
entrevoir, to catch a glimpse
of, foresee
lenvie (f.), envy, desire, liking
environ, about, nearly
un envoi, a sending, despatch;
parcel, cargo
épais, thick, dense
épargner, to spare, save,
economise, hoard, husband
un épi, a blade (of corn)
un épicier, a grocer (spicer)
une épine, a thorn
une 6pingle, a pin
épouser, to espouse, marry,
wed
épouvantable, fearful
un épouvantail, a scarecrow
une épreuve, a test, trial; proof
éprouver, to try, experience,
undergo, suffer, feel
6puiser, to drain (a well), ex-
haust, use up
l’équinoxe (m.), the equinox
un équipage, equipment, retinue,
crew
une é6quipe, a gang, team (of
players)
escalader, to climb, scale
escarpé, steep, precipitous
les escarpins (m.), pumps (low
shoe with thin single sole)
un esclave, a slave
espagnol, Spanish
une espéce, a species, kind
espérer, to hope, hope for
Vesprit (m.), the mind, in-
telligence, wit
un essai, an essay, attempt, trial
un essieu, an axle
LEXIQUE

s’établir, to settle, settle down
un état, astate, trade, occupation
étayer, to prop, shore up
éteindre, to extinguish
étendre, to extend, spread,
eke out; étendu, extensive,
copious
une étendue, an extent, expanse
6tété, lopped, pollarded
une étincelle, a spark
une étoffe, a stuff, material
étouffer, to stifle, smother
étourdi, giddy, heedless, mis-
guided, reckless
étranger, foreign, unknown
un 6tre, a being, creature
étroit, narrow, close, intimate
une étude, a study
s’éveiller, to awake
un événement, an event, hap-
pening
éviter, to avoid, escape
exaucer, to hear, grant (a
prayer)
exiger, to demand, require
exigu, exiguous, small, paltry
une expérience, an experience,
experiment
exploiter, to exploit, culti-
vate, work (for profit)
une exposition, an exhibition,
exposure, narration
une extase, an ecstasy

fabriquer, to manufacture,

construct

faciliter, to make easy, facili-
tate

fagonner, to fashion, make,
form, train

faillir, to fail; on faillit étve
pris, one was almost caught
faire, to make, do; pretend to
be; faire bon accueil, to wel-
come; faive eau, to leak;
faire la planche, to float
le fait, the fact, case; en fait de,
in the matter of
falloir, to need; ii s’en faut de
peu, it wants but a little
familier, familiar, intimate,
tame
la farine, flour
fastidieux,
some

irksome, weari-

137

fatal, fatal, inevitably de-
stined, calamitous .
la fatalité, fatality, something
fatal, inevitable necessity
la faucille, the sickle
la faute, the fault, mistake; faute
d’ argent, for lack of money
le fauve, fawn-colour; deer; les
(grands) fauves, wild beasts
la faux, the scythe
alafaveur de, taking advantage
of, under favour of
se féler, to crack (crockery, etc.)
la terre ferme, the mainland
Vile de Fernando-Po, off the coast
of W. Guinea, W. Africa;
— de Noronha, off the coast
of Brazil
la ferraille, old iron, scrap iron
ficher, to fix, drive in
la fiévre, the fever; la fiévre
chaude, calenture (fever due
to exposure to heat) _
se figurer, to imagine, picture
to oneself
le fil, thread, wire, yarn; le fil
d@’archal (m.), (brass or iron)
wire; le fil a cordage, rtope-
yarn
4 la file, in rows
filer, to spin; slacken; run
le filet, the net, snare
flairer, to scent, sniff
le flanc, the flank, side
le fléau, the flail, scourge!
la fleur, the flower; la fleur de
farine, fine flour
fleuri, flourishing, flower-be-
decked
le flot, the billow; a ffot, afloat
flotter, to float
le flux, the flood, flow, rising tide
la fois, the time, occasion; a la
fois, at the same time

fonctionner, to function,
work

le fond, the bottom, ground,
background

le fondement, the foundation,
motive, reason
fonder, to found, establish
fondre, to melt; fondre sur, to
swoop down upon, fall upon
le fonds, property, fund, sum of
money
138

la fonte, the melting, casting
le forban, the outlaw, pirate,
rogue
la force, strength; a force de, by
dint of
la fosse, the pit
le fou, the madman
la foudre, the thunder, thunder-
bolt
lafougue, fury, frenzy, heat,
ardour
fouiller, to dig, rummage,
ransack
fouler, to tread underfoot,
press
le four, the oven
la fourchette, the (table) fork,
small fork

le foyer, the hearth, home,
centre

la fraicheur, coolness, freshness,
fresh air

les frais (m.), expense, cost;
frais, fresh, cool, hale
franchir, to cross, clear,

climb or jump over
frapper, to knock, strike, im-
press
la frayeur, fright
le fret, the freight, cargo, hire of

ship
fréter, to freight, charter,
fit out
friand, dainty, appetising;

friand de, partial to, fond
of

le frisson, the shudder; Jes fris-
sons, vapours
le fromage, cheese
le froment, wheat
la fumée, smoke
funeste, evil, unhappy, cala-
mitous
furtif, furtive, stealthy, secret
le fusil, the gun

gaillard, sprightly, jolly; Je
gaillavd d’avant, the fore-
castle
garantir, to guarantee, war-
rant, protect
la garde, the guard; prendre
garde a, to pay attention to
garder, to guard, keep
la garde-robe, the wardrobe

LEXIQUE

garnir, to garnish, trim, line,
equip, provide
le gateau, the cake (stomach
spoiler)
gater, to waste, spoil, damage
le gazon, turf, grass
géner, to annoy, disturb, em-
barrass, trouble
le genou, the knee
le genre, the genus, kind
les gens (m.f.), people, folks
le geste, the gesture, action
le gibier, game
le gilet, the waistcoat
gisant (gésir), lying
le gite, lair, form, home, resting-
place
glisser, to slip, slide
goudronné, covered with tar;
la toile goudronnée, tar-
paulin
le gout, taste, relish
gotter, to taste, try, relish,
enjoy
le gouvernail, the helm, rudder
gouverner, to govern, control,
steer
la grace, grace, charm, thanks
le grain, the grain, berry, fruit,
seed; squall
pas grand’chose, no great matter,
not of much account
a grand’peine, with much ado
la grappe, the bunch, cluster
le grappin, the grappling (hook
for seizing vessel)
gratter, to scratch
graver, to engrave, cut, im-
press
gravir, to ascend, mount
au gré du vent, at the mercy of
the wind; contre le gré,
against the will
la grenade, the pomegranate;
grenade (explosive shell)
le grenier, the granary, barn
la gréve, the beach, strand;
strike
griller, to roast, scorch
grimper, to climb
gronder, to growl,
rumble, roar
gros, gross, stout, heavy, foul
la grosse, the gross
le gruau, oatmeal

scold,
LEXIQUE

guérir, to cure, heal
la guétre, the gaiter, spatter-
dash
guetter, to watch, liein waitfor
la Guinée, Guinea (W. Africa)
la Guyane, Guiana (S. America)

(L’astérisque indique une
h aspirée)

habile, able, clever, skilful
habiter, to inhabit, dwell in
habituel, habitual, usual
la *hache, the axe, hatchet
*hacher, to hack, chop, cut to
Pieces
le *haillon, the rag, tatter
la *haine, hatred
*halé, tanned, mulatto-like
Vhaleine (f.), breath, breeze
la *halte, the halt, halting-place
le *hamac, the hammock
un hamegon, a fish-hook, bait
le *haricot, the (kidney) bean
le *hasard, the hazard, risk; au
hasard, at random
*hater, to hasten
la *hauteur, the height; @ la
hauteur de, on a level with
une herbe, a herb; grass; en herbe,
in the blade, not ripe
un héritier, an heir
la *herse, the harrow
le *Hollandais, the Dutchman
*hors, except; hors d’état de,
incapable of; hors de portée,
out of range, reach; hors de
service, very much disabled
la *houle, the swell, surge, rough

sea,
Vhumidité6 (f.), humidity,
dampness

*hurler, to howl

ici-bas, here below

ignorer, to be ignorant of,
not to know

immobile, motionless

immodéré, immoderate, in-
temperate

immuable, immutable, un-
changing, steadfast

impétueux, impetuous, rapid

impitoyable, pitiless, un-
feeling

139

imprévu, unforeseen
jal’ improviste, on a sudden, un-
expectedly
inappréciable, invaluable,
that cannot be reckoned
inconnu, unknown, strange
un inconvénient, an inconveni-
ence, difficulty, disadvan-
tage
un indice, a sign, indication
un indigéne, a native
indignement, unworthily,
shamelessly
indiquer, to indicate, point
out, inform of
inespéré, unhoped for
infailliblement, infallibly, in-
evitably
informe, shapeless
une infortune, a misfortune
s’ingénier, to set one’s wits to
work
s'inquiéter, to be disquieted,
worry, be anxious
insensé, senseless, idiotic
un instant, a moment; @ l’in-
stant, immediately
instruire, to instruct, inform
un instrument, a tool, imple-
ment
un intendant, a steward
un intérieur, a home, internal
part; dans mon intérieur, in-
doors
un inventaire, an inventory, list
irlandais, Irish
irréfléchi, thoughtless,
reasonable
une issue, a way out, egress; ex-
pedient, consequence

un-

lajarre, the jar, earthenware
vessel
le jet, the cast, throw
le jefine, the fast
jeune, young, juvenile, raw
la joue, the cheek
jouir de, to enjoy
le jour, the day, light; grand
jour, broad daylight
journalier, diurnal, daily
judiciaire, judicial, pertaining
to administration of justice
jurer, to swear, promise
solemnly
140 LEXIQUE

le jus, the juice; gravy
juteux, juicy

labourer, to plough, till
lacher, to loosen, let go, let
fly, release, discharge
la laine, wool
la laisse, the leash, string
la lame, the blade; (breaking)
wave, surge
lancer, to launch, thrust off;
lancer sur, to set upon
le laps, the lapse (of time)
le large, the open sea; au large,
to the open sea, outward
bound
la largeur, the breadth
la larme, the tear
se lasser, to weary, tire
latin, Latin; lateen (tri-
angular sail)
le lecteur, the reader
la lecture, reading
léger, light, slight
le légiste, the lawyer, one
skilled in the laws
le lendemain, the morrow, day
after
ala lettre, according to the letter,
literally
le levain, yeast, barm
le Levant, the East
le levier, the lever, (iron) crow
la lévre, the lip
lier, to bind, join; se lier avec,
to become friends with
le lieu, the place, stead
lalieue, the league (la lieue
commune =4 kilométres, 2}
miles)
le liévre, the hare
la ligne, the line, Equator
le limon, the lime (fruit); shaft
(of cart)
le linge, linen
lisse, smooth, glossy
la livre, the pound
se livrer a, to give oneself-up to,
abandon oneself to
la logette, the little, long, hollow
place
le logis, the house, home
loin, far, remote
longer, move
alongside

along, run

lors de, at the time of; dés
lors, thereafter
louer, to praise; let, hire
lourd, heavy, ponderous
laloyauté, loyalty, fidelity,
honesty, integrity
les lunettes (f.) d’approche, per-

spective glasses (kind of
telescope)
lutter, to wrestle, strive, con-
tend
le magon, the mason; — en
pierre, stonemason; — en

briques, bricklayer
la majuscule, the capital letter
le mal, the evil, ache, sickness
(de mer), misfortune
le malaise, discomfort, uneasi-
ness
malencontreux, ill-fated, un-
toward
malgré, in spite of; malgré
vent et marée, in spite of all

obstacles

malsain, unwholesome, un-
healthy

maltraiter, to maltreat, use
dreadfully

le manche, the handle; la
manche, sleeve; la Manche,
the Channel
le manger, the food, dish
manquer, to miss; manquer
de tout, to lack everything;

vous leur manquez, they
miss you
le marché, the market; bon

marché, cheap
marcher, to march, walk,
sail (of a ship)
marécageux, marshy (le
mavats, marsh)
la marée, the tide
le marin, the sailor, mariner;
le pied marin, sea legs
la marmite, the (double-hand-
led) pan
marquer, to indicate, note;
marquant, conspicuous, not-
able
le marteau, the hammer
la masse, the mass, heap, bulk
le mat, the mast; — de perroquet
de réserve, spare top-mast
LEXIQUE I4I

le matelas, the mattress, bed-
ding .
le matelot, the sailor
les matériaux (m.), the materials,
stuff
matériellement, substanti-
ally, seriously, grossly
la maturité, maturity, ripe-
ness
maudit (maudire), accursed,
confounded
le Maure, the Moor
méchant, nasty, naughty,
wicked
mécontent, discontented, dis-
satisfied
le méfait, the misdeed
se méfier de, to distrust, beware
of
méler, to mix, mingle
le melon, the melon; bowler-hat
le membre, the member, limb
ménager, to husband, be
sparing with, make the
most of; contrive
mener, to lead, bring, take
le menuisier, the joiner; — en
batiments, house-carpenter
la méprise, the mistake, mis-
apprehension
mériter, to merit, deserve
la mésaventure, the mishap
amesure (f.) que, (in pro-

portion) as
le métier, (the misterie), trade,
calling
le mets, the dish, course, mess
mettre, to put; — en piéces,
to shatter

lemeuble (the moveable),
piece of furniture, contriv-
ance, thing
la meule, the millstone, grind-
stone; stack (of hay, etc.)
le Mexique, Mexico
de son mieux, to the best of one’s
ability
le mille, the mile
le millier, the thousand
mince, thin, slight, paltry
la miséricorde, mercy, pity
& moins que...ne, unless (with
Subjunctive)
le mois, the month
se moisir, to grow mouldy

moissonner, to reap, cut
(corn, etc.)
la moitié, the moiety, half
le monceau, the heap, drift
le montant, the sum, amount
monter, to mount, ascend;
ride; man (a ship); to em-
bark (sur mer); se monter,
to rise, become excited or
animated
montrer, to demonstrate,
show, point to
le mortier, the mortar
mortifier, to mortify, cha-

grin, gall, hip
le mot, the word, expression (cf.
motto)
mou, soft; muggy; tame,
effeminate

moudre, to grind
mouiller, to wet; moor
le moulin, the mill
la mousqueterie, musketry
la mousse, moss; le mousse,
cabin-boy
la mousseline, muslin
le moyen, the means, method
le moyeu, the hub (of wheel)
le muid, the hogshead
se munir de, to provide oneself
with, equip oneself with
les munitions (f.), ammunition,
supplies
mar, mature, ripe, serious
la muraille, (outside) wall or
walls

N. = nord, north
nager, to swim
le naturel, the native; nature,
disposition
le naufrage, the shipwreck; /e
naufragé, the shipwrecked
man
le navet, the turnip
le navire, the ship, vessel
néanmoins, nevertheless
le négociant, the business man,
trader
net, nett; clear, clean
le niveau (originally, le liveau),
the level
nombreux, numerous
nommer, to name, appoint;
se nommer, to be called
142

notamment, especially, more
particularly
nourrir, to feed, nourish
de nouveau, anew, again
novice, raw, inexperienced,
unskilful
noyer, to drown
le nuage, the cloud
lanuée, (the bank of) cloud
(black, lowering)
nuisible, noxious, hurtful
nul, no, not any; nulle part, no-
where
nullement, not at all, by no
means

O. = ouest, west
s’obscurcir, to grow overcast,
dark, or dim
obstiné, obstinate, stubborn
occidental, western, west
un cuf, an egg
une cauvre, a work (made or done);
mettre en quvre, to work up,
employ
un office, a duty, charge; ser-
vice; function
une oie, a goose
Oisif, otiose, idle
ombrager, to shade, screen
une ombre, a shadow, shade
omettre, to omit, neglect
un ongile, a nail (of finger)
opiniatre, self-opinionated,
stubborn
Vor (m.), gold
un orage, a storm
un oranger, an orange-tree
Vorge (f.), barley
s’orienter, (to find the east,
Vorient) to get one’s bear-
ings
un orteil, a toe
oser, to venture, dare
é6ter, to take away, remove
oublier, to forget
un ouragan, a hurricane
un outil, a tool
outre, beyond; en outre, be-
sides, moreover
une ouverture, an overture, aper-
ture, opening
ouvrable, working (day)
un ouvrage, a labour, work (to
do, or done)

LEXIQUE

la pacotille, the (seaman’s) ven-
ture, bale of goods
la paille, straw; straw-coloured
le pain, bread, loaf; living
la paire, the pair
paisible, peaceful
paitre, to graze
la palissade, the fence, post,
paling
la panacée, the panacea, cure-all
la paneterie (cf. pantry), the
bread-room
le panier, the basket (usually
with lid)
les parages (m.),
places, latitudes
le parapluie, the umbrella
le pare, the park, pen
avec parcimonie (f.), sparingly,
parsimoniously
parcourir, to run through,
wander over, traverse, travel
par-dessus, above, over;
into the bargain; le par-
dessus, overcoat
pareil, like, equal; sans pareil,
unequalled, perfect
le parent, the relative, relation,
parent
la paroi, the (inside) wall
parsemer, to scatter, strew,
besprinkle, stud
la part, share; la part du lion, the
lion’s share; nulle part, no-
where
partager, to share, divide,
partake of
le parti, the (political) party,
decision; prendre un parti, to
take a step, adopt a course;
tivey parti, to derive ad-
vantage
les particularités (f.), particu-
lars, details
la partie, the section, share,
part; project; pleasure party
partir, to depart, go away
la parure, the adornment, deco-
ration
parvenir a4, to reach, arrive
at; succeed in
le pas, the pace, step
le passager, the (boat) pas-
senger, passer-by (cf. Je
passant)

the parts,
LEXIQUE I43

se passer de, to do without
la pate, the paste, dough
le paté, the pasty, pie; blot of ink
le patissier, the confectioner,
baker
le patron, the master, skipper,
patron saint, “boss”
la patte, the paw
le pavillon, the (ship’s) flag;
pavilion
payer, to pay, pay for
pécher, to fish, catch (fish)
pécher, to sin
le pécule, the hoard, fund of
money
pédestre, pedestrian, on foot
(cf. le piéton)
la peine, difficulty, trouble; a@
peine, scarcely
la pelle, the shovel
la pelouse, the lawn, grass-plot,
green
pencher, to lean, incline, heel,
bend
pendre, to hang
pénible, painful, difficult
la pensée, the thought; pansy
pensif, pensive, thoughtful,
sad
la pente, the slope
percer, to pierce, penetrate,
get through
percevoir, to collect (taxes) ;
discern
la perche, the pole
périr, to perish
permuter, to
change about
la perte, the loss, ruin; a perte de
vue, as far as the eye can
reach; en pure perte, to no
purpose
la pesanteur, weightiness
peser, to weigh; pesant,
weighty, ponderous
la peuplade, the colony, tribe,
horde
peuplé de, peopled with,
swarming with
le pic, the pickaxe, peak; a pic,
perpendicular; just in time
le picotin, the peck
la piéce, the piece; article; room;
la piece de huit, Spanish
dollar (with figure 8 on it)

transpose,

le pied, the foot; sur pied, up
and about, afoot, standing
le piége, the trap
le pieu, the stake
piler, to pound
le pilier, the pillar
le pilon, the pestle
la pinasse, the pinnace
le pingouin, the penguin
la pinte, the pint
la pioche, the pickaxe
le pire, the worst
plaindre, to pity; se plaindre
de, to complain of
plaire, to please; cela Iut
plait, he is pleased with that
la plaisance, pleasure; la maison
de plaisance, bower, country
seat
la planche, the plank; faire la
planche, to float
le plat, the dish; plat, flat
plein, full; en plein champ, in
the open
pleurer, to weep; mourn for
plier,to fold, bend; haulin (sail)
le plomb, lead, small shot
plonger, to plunge, dive,
pitch, wallow
la pluie, rain (le pluviery, the
plover, rain bird)
la plupart, the larger part,
majority
plus...plus, the more...the
more
plut6t, rather
la poche, the pocket, pouch,
satchel
le poids, the weight
le poignard, the dagger
le poil, hair (of animal, or beard)
poindre, to dawn, peep, come
out
le poing, the fist
le point, the point, mark; le
point du jour, daybreak
la pointe, the point, spike
la poire, the pear; —a poudre,
powder-horn
le pois, the pea; Ja fleur des pois,
the pick of the bunch (cf,
la potx, pitch)
le poisson, the fish
la poitrine, the breast
le pont, the bridge, deck
144 LEXIQUE

le pore, the pig; pork
poreux, porous
le port, the port; a bon port,
safe home
portatif, portable
la porte, the door; — de derriére,
backdoor, egress and regress
la portée, the range, reach,
capacity
portugais, Portuguese
poser, to place, set, lay
posséder, to possess
le potage, the soup
le poteau, the pole
le pouce, the thumb; inch
la poudre, the powder, dust,
gunpowder
la poupe, the poop
pourvoir, to provide, supply
pousser, to push, advance,
drive; grow
la poussiére, dust
la prairie, the meadow
pratiquer, to practise, con-
trive
précédent, preceding, pre-
vious
précieusement, carefully;
gardey précieusement, to
treasure up
se précipiter, to plunge, throw
oneself headlong, hurry
le prélude, the prelude, fore-
taste
prendre, to take; prendre a
tache, to make it one’s busi-
ness; prendre feu, to catch
fire; prendre govt a, to take
a fancy to; prendre terre, to
go ashore
le prénom, the Christian name
le préparatif, the preparation
de plus prés, more closely
se presser, to hurry
prét, ready
préter, tolend, pay (attention)
prévenir, to precede, fore-
stall; warn, inform
prier, to pray, beg, ask
la priére, the prayer
le printemps, spring
la prise, the taking, capture,
booty
priver, to deprive of; privé,
private, familiar, tame

le procédé, the proceeding, pro-
cess, case
le prochain, the neighbour; pro-
chain, nearest, next
le proche, the relation; proche,
near
la procuration, the proxy,
power to act for another
prodigue, wasteful, prodigal
produire, to produce, yield
le produit, the product, output
profond, profound, deep
le projet, the project, plan; en
projet, in theory, thinking
about it
lapromenade, the walk; sail,
Tow
se promener, to go for a walk
promettre, to promise
proportionné, proportionate
le propos, remark, purpose; @
propos, opportunely, at the
right moment; .@ ce propos,
concerning this
propre, clean, proper, suit-
able, calculated
prospére, prosperous
se prosterner, to prostrate one-
self
la proue, the prow, bow
la puissance, power, might
le puits, the well (cf. épuiser)

le quart, the quarter; N.-E. quart
N., north-east by north

le quartaut, the (quarter or
small) cask, runlet

le quartier, the district; les
quartiers, the quarters (be-
low deck), cantonments

quelqu’un, quelqu’une, some-

one; quelques jours, a few
days; quelque réponse qu’on
fasse, whatever answer one
makes

la quéte, the
collection

la quille, the keel; ninepin

le quintal, the hundredweight

quoi que, whatever (pronoun);

quoique, although; on a de
quoi vivre, one has something
to live on

quest, search,

le rabot, the plane
LEXIQUE 145

raccommoder, to
mend
la racine, the root
le rack, arrack (spirit made
from rice, molasses, etc.)
raconter, to recount, relate
la rade, the roads, roadstead
le radeau, the raft
radouber, to refit, repair
la rafale, the squall
se raffermir, to become settled
rafraichir, to refresh
le raisin, the grape
la raison, reason; avoiy vaison,
to be right
le raisonnement, the reasoning
rajuster, to readjust, set up
again, put in order
ralentir (cf. to relent), to go
slow, slacken, render slow
ramasser, to collect, pick up,
gather
la rame, the oar
le rameau, the branch, bough;
dimanche des Rameaux, Palm
Sunday
la ramée, green boughs, branches
ramer, to row
le rang, the rank, row, line
ranger, to arrange, put aside;
keep back
rapide, rapid, steep
se rappeler, to recall
le rapport, the connection; sous
tous les vapports, in every
respect
rapporter, to bring back; re-
late; ascribe, attribute
rapproché, close, near
rare, scarce, rare
se raser, to shave
le rasoir, the razor
le ravaudeur, the
darner, botcher
le rayon, the ray, beam; shelf
la recherche, research, search
le récif, the reef, ridge
le récit, the story, narrative,
account
réclamer, to claim, demand
récolter, to harvest, gather,
raise
récompenser, to reward
se réconforter, to revive, be
soothed

WG

repair,

mender,

la reconnaissance, gratitude;
reconnoitring, examination
reconnaitre, to recognise,
observe, explore
recoudre, to sew on
le recours, recourse
recouvrer, to regain, recover
recouvrir, to cover again, or
over
recueillir, to collect, gather,
take in
reculer, to recoil, retreat
redouter, to fear, dread
redresser, straighten, to set
up again, right again
réduire, to reduce
refaire, to do again, restore,
regale
la réflexion, reflection; réflexion
faite, on second thoughts
refluer, to flow back, ebb
le reflux, the ebb
refouler, to press back, drive
back
refroidir, to chill, cool; grow
cold
se réfugier, to take refuge
le régal, the treat
regarder, to look at
régner, to reign, prevail
régulariser, to put in order,

set right

rehausser, to heighten, en-
hance

rejoindre, to rejoin, over-
take

se réjouir, to rejoice, be glad
la relache, the ceasing; rest;
discontinuance
le relevé, the statement, ac-
count, return
le reméde, the remedy, cure
remercier, to thank
remettre, to give back, de-
liver; vemetire a flot, to re-
float; se vemetive, to get
better again
leremous, the eddy (water
flowing in direction opposite
to that of main stream)
le rempart, the rampart
remplacer, to replace, suc-
ceed, supply place of
remplir, to fill, fulfil, per-
form, discharge

Io
146 LEXIQUE

remuer, to move, stir, wag,
turn over
le renard, the fox
rencontrer, to
meet
rendre, to give back, make;
vendre graces, tooffer thanks}
se vendre, surrender
renfermer,toshutup; contain
renforcer, to reinforce,
strengthen
renverser, to overturn, upset
la réparation, the reparation,
renewal
le repas, the repast, meal
repasser, to revise; strop,
sharpen; iron
le repentir, repentance
replier, to fold up
reprendre, to take again,
revive
la représentation, the likeness;
remonstrance
réprimer, to repress, control
lareprise, the recapture; @
plusieurs reprises, on several
occasions
respirer, to breathe
ressemer, to sow again
la ressource, the resource, ex-
pedient, means
se ressouvenir, to remember
again, bethink oneself
le reste, the remainder
rester, to remain

encounter,

le résultat, the result; en dernier

résultat, ina final calculation
le retard, the delay
le retour, the return, repetition
retourner, to go back, turn
over; se vetourney, to turn
round
la retraite, the retreat, retire-
ment, resort, shelter
la rétribution, retribution, re-
quital, payment
réunir, collect; se réunir, to
meet together
réussir, to be successful
se réveiller, to awake, revive
le revenant, the ghost
revenir, to come back, regain
one’s senses, takeroot again;
veveniy sur ses pas, to re-
trace one’s steps; je re-

viendrai sur tout cela, of
which in its place
réver, to dream, meditate,
muse
revoir, to see again
la revue, review, inspection
le rhousk, rusk
le rhum, rum
riposter, to reply, answer
le ris, the laugh, laughter
risquer, to venture, run a
risk
le rivage, the beach, coast
la rive, the bank, shore
la riviére, the (small) river,
tributary
le riz, rice
le rocher, the rock, cliff
ronger, to gnaw; to corrode
la roue, the wheel
rouge, red; vouge clair, light
red
se rouiller, to get rusty
le rouleau, the roll, roller
rouler, to roll; run (in one’s
head)
rudement, roughly, fiercely,
“awfully”
le ruisseau, the stream
rusé, cunning

S. = sud, south
le sable, sand
sablonneux, sandy
le sac, the sack, bag
sage, wise
sain, healthy; sain et sauf,
safe and sound
Saint-Christophe,
saint of travellers
sale, dirty, foul
Salé, Sallee (or Saleh), W.
Morocco, on Atlantic Ocean
la salubrité6, salubrity, healthi-
mess
le salut, safety, salvation; faire
son salut, to work out one’s
fown salvation
salutaire, wholesome
San-Salvador, capital of Sal-
vador, Central America
la santé, health ~
le sapin, the fir-tree
sauter, to jump; blow up,
explode

patron
LEXIQUE 147

sauver, to Save; se sauver, to
run away
le Sauveur, the Saviour
la savane, the savanna, open
plain
a savoir, viz., to wit
la scie, the saw
le scrupule, the scruple
sécher, to dry; blot
le second, the second—in a
duel; mate (cf. seconder, to
back up)
la seconde, the second class
(train or school), second,
moment
secourir, to succour
la secousse, the shock, shaking
sédentaire, sedentary, in-
door; fixed, settled
séduire, to allure, fascinate
le seigneur, the lord
le sein, the breast; au sein de, in
the midst of
le séjour, the sojourn, stay;
abode
selon, according to
la semaille, the sowing, seed-
time
semblable, similar, like; vos
semblables, your fellow-
creatures
sembler, to seem
la semelle, the sole—of a shoe
(cf. la plante, sole of the foot)
la semence, seed-corn, seed
semer, to sow, scatter
le sens, sense; direction; a mon
sens, according to me; sens
dessus dessous, topsy-turvy,
bottom upwards (cf. sens
devant derriére)
sensé, sensible, reasonable
sensible,sensitive, perceptible
le sentiment, feeling; privé de
sentiment, unconscious
sentir, to feel; smell
septentrional, northern
se séquestrer, to separate one-
self; shut oneself in
serein, serene, calm; le serein,
the evening-dew
la serge, serge, baize
le serin, the canary
serrer, to tighten, press,
shake (the hand); le ceur

servé, heavy-hearted; serré,
serried, close together, com-
pact; niggardly

se servir de, to make use of,

employ
le serviteur, the (man-) ser-
vant
silencieux, silent
la similitude, similarity, re-

semblance; simile
la soif, thirst
soigneux, careful
le soin, care, attention
le sol, the soil, ground
solennel, solemn
la solive, the beam, rafter
solliciter, to solicit, entreat,
apply for
le solstice d’été, the summer
solstice (about June 21; —
d’hivey, Dec. 21)
sombrer, to sink, founder
le sommeil, sleep
le sommet, the summit, top
le son, bran; the sound
songer, to dream, reflect,
think
le sort, fate, lot
sortir, to go out
le souffle, breath, puff, breeze
souhaiter, to wish, desire
soulager, to relieve, solace
soulever, to lift up
souper, to take supper
sourd, deaf; muffled, rum-
bling (sound)
le sourire, the smile
soutenir, to sustain, support,
maintain
le souterrain, the subterranean
chamber, cave below ground
la sphére, the sphere, circuit
(cf. un hémisphéve)
la station, the halt, stopping-
place
subit, sudden, unlooked-for
le subrécargue, the supercargo
(overseer on a ship of com-
mercial transactions)
successivement, in a series,
gradually
la sueur, sweat
suffire, to suffice, be enough
suffoquer, to suffocate
la suite, the sequel, consequence,
148

continuation, course; par la
suite, eventually, at a later
period

suivre, to follow

sujet, subject, liable, prone

suppléer, to supply, make

good
le supplice, the punishment;
aller au supplice, to go to the
gallows
supplier, to supplicate, en-
treat
la supposition, the conjecture,
surmise

sar, sure, safe, convinced
la stireté, safety, security
surprendre, to _ surprise,
astonish
en sursaut (m.), with a start
surtout, above all, especially
surveiller, to supervise,
watch over, look after
survenir, to happen, occur,
arrive unexpectedly
susceptible, susceptible;
amenable; irritable
susdit, aforesaid, mentioned
before

le tabac, tobacco
la tablette, the tablet, shelf;
mettez cela sur vos tablettes,
write it on the tables of your
heart
la tache, the spot, stain, speck
la tache, the task, job, business
la taille, the cut, figure, height,
size
tailler, to cut, prune
le taillis, the coppice
le talon, the heel
le tamis, the sieve
la taniére, the lair, hole
tant, so much, so many; tant...
_que, both...and; tant bien
que mal, somehow or other
tarder, to delay, loiter
la tariére, the screw-jack (tool
for boring)
le tas, the heap
teindre, to tinge, dye, stain
téméraire, daring, rash, fool-
hardy
témoigner, to bear witness,
indicate

LEXIQUE

le témoin oculaire, the eye-
witness
tendre, to stretch, tender,
lay (trap), aim at, be
directed towards
les ténébres (f.), darkness
tenir, to hold; y tenir beau-
coup, to be exceedingly fond
of it; teniry le journal, keep
account of ship’s course;
teniy conseil, to call a council
la tentation, the temptation, in-
ducement
la tentative, the attempt, en-
deavour
tenter, to attempt, try; tempt
le terme, the end, boundary,
limit
le terrain,
position
le tertre, the knoll, hillock
le tiers, the third part
la tige, the stalk, stem, rod
le timon, the pole (coach);
helm, rudder
tirer, to draw, pull, haul,
take; tivey sur, to shoot at
le tiroir, the drawer
les tisons (m.), the embers;
garder les tisons, to sit over
the fire
tisser, to weave
la toile, linen, canvas; tent; sail
le toit, the roof
tomber, to tumble, fall; abate
tondre, to shear, crop
le tonneau, the barrel, cask; tun
le tort, the wrong; avoir tort, to
be wrong, make a mistake
la tortue, the turtle
le tour, the turn, round, stroke;
tours et détours, turns and
returns; Ja tour, the tower
Tous-les-Saints, All Saints
Bay (east coast of Bahia,
Brazil)
la Toussaint, All Saints’ Day
tout, all, every; on se fait tout
a@ tous, all things to all men
toutefois, however, still, yet
trafiquer, to trade, barter
trahir, to betray, be false to
le train, the course, pace, way;
raft, train
traire, to milk

the ground, soil,
LEXIQUE 149

la traite, transport of goods; la
traite des négres, the slave
trade

le trajet, the crossing, passage,
journey

le tranchant, the (cutting) edge

transvaser, todecant, pour off

le travail, toil, work, employ-
ment, task

le travers, irregularity, whim;
en tvavers, crosswise; @ travers,
across

la traverse, the cross-piece; les
traverses, trials, crosses

la traversée, the crossing, voy-
age

le trébuchet, the pitfall, trap,

le icornbigcaant de terre, the
earthquake
le trésor, the treasure, treasury
tresser, to plait, weave
le tricot, knitting; sweater
le trimestre, the term (of three
months)
tromper, to deceive; se
tromper, to make a mistake
le tronc, the trunk, main stem,
stock
le troupeau, the herd
tuer, to kill

unique, sole, only; strange
unir, to join; level, smooth;
unt, flat, level
un usage, use, service, utility;
habit
user, to use up, wear out; user
de, to make use of, show
une usine, a factory
un ustensile, a utensil, imple-
ment, tool
utiliser, to put to use, avail
oneself of

le vacarme, din, uproar
la vague, the wave
la valeur, value, worth
valoir, to be worth, be of use
or value, deserve
le vannier, the basket-maker

vaquer &, to apply oneself to,
attend to, discharge
le vase, the vase, vessel
se vautrer, to roll about, wallow
le veau, the calf, veal; le veau
gras, the fatted calf; veau
marin, sea-calf, seal
la veille, the vigil, day before
veiller, to watch, be awake,
sit up late
le ventre, the belly, stomach
la verge, the rod, switch; yard,
yard-measure
le verger, the orchard (green
place)
la vergue, the yard, boom; — de
misaine, mizzen-yard; — de
perroquet, sprit sail-yard
le vernis, varnish, glaze, gloss
le verre, the glass, tumbler
les verroteries (f.), glass trin-
kets, beads
la vertu, virtue
la veste, the vest, (short) jacket
le vestige, the vestige, trace,
footprint
le veston, the coat, (ordinary)
jacket
la veuve, the widow
la viande, meat
vider (to make void), to empty
vieillir, to grow old
vif, living, lively, vivid, ardent,
quickset (hedge), solid (rock)
la vigne, the vine, vineyard
vigoureux, vigorous, hearty,
bold
les vivres (m.), victuals
la voie, the way, route, method
la voile, the sail;— de perroquet,
fore-topsail
la voilure, the suit of sails, sails
le voisin, the neighbour
la volaille, poultry
le voleur, the thief
la volonté, the will
la vue, the view; a vue de nez, at
a rough guess
vulgaire, vulgar, common

le zéle, zeal, ardour, enthusiasm
CAMBRIDGE: PRINTED BY
W. LEWIS, M.A.
AT THE UNIVERSITY PRESS


Bie

std

St
srt
mt

f
coe
Hit +