Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text





Abonnement pour Département......1.20
‘ r + Biranger....--. 2.08



DES CABLES TELEGRAPIIQUES

MONOPOLE DU NOUVELLISTE
REPRODUCTION INTERDITE.

Paats 95.— Pendant qne le Prdsi-
ent, accompagaé de M. Ramondon,
_sonsecrétaireetda lieutenant-colonel
decuirassiers Lasson, attaché a VE-
ysée, faisait co matin une promenpa-
dea pied dans la rue de l’Etoile, un
ndividu Ju nom deMathisel qut sem
plait Vatiendre, lui santa dessus et
ui passant ses bras autour da cou,
tenta-detaitirer te barb>—be—Hen-
tenaut-colonel Lusson ef Me Ramon:
don Sélancérent sur Vassaulant et le
eremirent wax mains de deux délecit-
resspicriuxqnisuivaienta bicycletie.

Panis 25. — En raison des mani-
festations qui iont eu eu hier dans
quite r dat tin,le conse | Sper leur
de funiversité a dévidé- que las cours
de premicre et de denxiéme années
de l'Evole de Médecine seraient sus-
pendus pendant trois mois.

Rio pg Jangino 26.— Le eJournal
inmercos nie que le Gonvt se
‘trouve dans Vembirras pour te paie-
tment de ses nouveaux navires de
guerre. Tous ces patements diteil,
seront faits en temps vonlu. Le pre-

Mier a compte sur fe 30 Ciiasse
Wescidre da type « Diewduought »
~ Sera da § 165.000, — Les diplomat es
sulvent avec intérét et inquidtude
le désaccord wuguel donne iizu la




































ue asupremate Havale en
Spublique Argen-_

——- LENERIFFE- 26——_Ldquipage- i+

Sa piray, @ppartenant a M. Jac-

ques Lebaudy, !Empereur du Saha-
_ '@ sest muting pendant que ce na-
_ Nite se treuvait au large de ce poil et
Na hissé le pavillon haiten.— Par
sulle du manque de charbon, le ca-
_ Piluine a été obligé de s'arréier a
| SMula-Ciuz, of les mutins ont été ar-
Vids el empl acéS par un eatre égui- ;
~ page.





' STPSrenspouns 26. Mme, Sarah chargé de l'affaive, a tnterrogé Ma- | 37 fy 5-



Bernhardt, qui est en ce moment en
tournée a 8t-Pétersbonr rg,a été re-

gne paride Tsar a Tsai koe-Selo, be im-
péralrice lui a fait cadeau de son
portralt,

Le temps froid d‘hiera donné lieu
dune rec:udescence de
cholérigque: 31 cas et 13 décés onl
été enregistrés; 227 malades dans
les hopitaux.

Moscou 26. — Le baron Cotte, chef
dela sureté, a été tué et le colonel
Muraki blessé, dans une rencontre
entre la police et la troupe d'un cdté
et les révolutionnaires de l'autre. On
gnoretes..perles.da ces derniers,
Mais on coil qu ‘elles sont ties in-
portantes. Plusieurs soldats tués ou
blessés

Paris 26 — Le Gouvt. Frangais at-
tend avec grande anxiété le dévelop-
pement du insuvement politrque dQ
aux événements qui se sont p.o-
duits récuinment au Venezuela. Le
Gouvt, de Gomez semble devenir sta-
ble; i} sera reconnu, et lenvoyé
Paul regu a son arrivée en France.

GRENOBLE 26. ~ Le général iPéviier,
Pancien grand chancelier de la Lé-
gion d’honneur, est mort ici hier.

Panis 26 —Lincident Mathis a été
discuté ce matin au conseil de cabi-
nel, etila-été décidé de prendre des
mesures énergiques pour prévenir

la répélition de semblables isultes,
‘Toute la presse patisienne, a lexcep-
tron cependant des organes réachon-
pees tels que la «Libre parole» et

“Action 7, const tere
le Président Falhéres a
dans Ta rueâ„¢
acte fautasique, mus.
tance politique. Les journaux 1épu-
blicains sont cependant davis que le
, Gouvt. devrait faire quelque chose
| pour mettre fina la campagne menée
avec tant de persistance par un petil
‘groupe de monarehistes militant
aidés des sociétés cléricales, et dont
le but est de surexciter Vopinion pu-
_ bliqze. .

Me Parrain,



e&é Pobjet



le juge d’instruction,

Pépidémie |

Patta g retonty

‘de TEtotte;s commie un |
sans_impor-.

“Lundi,







PAR MOIS







this ce matin. Celui-ci lui a dit qu'il
navait nullement eu intention de
tuner Mr Falliéres. [la ensuite décla-
ré quiil navait accompli son arte
qu apres lavoir longnement médité
-etquil désapprouvait les prineipes
politiques da Président dela Répu-
blique. L’accusé a refusé le concours
d'un avoca.

Port D EsPAGNE 26,— Les passa-
gers artivés aujourd’hui des ports
vénézuéliens, disent quele Président
Gomez prend | es mesures les plus
évergiques pour empécher les amis
etles partisans du dictateur Castro

Curcaco 22.-- Pendant les onze
premiers mois de Pannée 1908, vingt
personnes ont été tuées a Chicago
dans jes accidents d’automobiles.
L’année précédenie,on n était arrive
qua un total de quinze-pendant. on-..
ze mois. Il fant observer en ontre |
que Von comple 3827 blessés cette

année, contre 231 Tannée derniare.





AMERIGAIN. «5. .,. Prime 560 °/o

Revue Commerciale

Par suite des fétes de Noél,
faires ont été insignifiantes. Le Cl
aoseillé entre 550 et 365 °/o,

Ku payuble-ivrabie, on a fait qnel-
ques affaires sur la fin du mois, 10 et
15 Janvier prochain, @ 8 BUD/BEY of.

-Traites contre or.—_ Banquiers sur
Banquiers & Paris, 1 T/4a 1 1/2 0/, de>
prime 5 sur Havre
pair a 12 o/, de prime. -Les premiéres
signatures.de la Province.sur.Paris.dis..
rect ont obtenu 1 °%/o de prime. “Prat-
tes documentaires sur Havre, pai ;
non gocusnen tui'es,trés difficiles & ven-
dre, a 1/2, 1 ¢/. descompte.

La tendance est trés ferme pour les
Titres du Gouvernement: on puie en
ce moment les intéréts d Octobre et
Novembre par anticipation, le cOupon
i du der Janvier des titres roses ¢t bleug.
| Nous colons: ConsolidésG o/,, JB 1/2°/..
Consol ies 3°/, 20%; Réunis, 36 1/2
Roses et bleus 19, 20/5: ins

Or

ies al.
halt be



28 Décembre 4908

















de provoquer uve contre-révolution....

-et- Hambourg/Paris, ~~~



téréts

Le so losletinecetrncie Aen

‘pon pour acheteurs.
wie B e | 4 5

gour
6 °/, d’escompte.-

Calé.— Province: 2013 saes, réglés a |



—or,-5.25->-Soutes-600-saes-environ,ré-
glés 2-35/37 cts. suivant qualité.

(goton 25 cls., Cacao 36, Campéche 14,

Moniteur
_. U'Officiel de samedi.contient.:2-

yes .. . oie ta or ot pes ee .
mant le Général Francois Antoine Si- | renne Jean Gilles, les faits avancés par

mon, Président de la République;
~—=—-ir procés verbal de la Chambre,
séance du 20 Juillet dernier;

—. Des avis administratifs et divers; |4ele mets en demeure de désigner les

~—~-- Bulletin des observations” météo-
rologiques du 17. au 23 Décembre 1908.
L/ Impartial
Nous retournons avec plaisir son cor
dialsalut @ notre vaillant confrére | Em-

partial, qui reparait bi- hebdomadaire -

meot,alimp. Aug Héraux,rue Pavée.

Notre ami P. F’ Frédérique affirme
son impurtisle indépe:dance « ne va~
vietur >:

-«@ Son programme ne change pas. Il
contribuera, dans la mesure de son ac-
tion, a la réédification de I'édifice na-
tional queles Vandules ont détruit pres-
que |: aidera, conseillera loyslement
et, au besoin, défendra le Gouverne-

ment, en tant que celui ci reste dans
les limites constitutionne les et s’effor-
ce-de remplir les espérances qu’a fait
naitre le manifeste.des Cayes, qui cons
titue en quelque sorte un pacte entre
le peuple et son nouveau Chef.

.« If combattra les abus comme tou
jours. [| ne sera dong ni hostile, ni

pour acheteurs 4 partir du 4e', vre des ciloyens qui
Décembre.Pour les roses et bleus, cou-

|













ae =

se réjouisse

la chute’de Nord Alexis,
A quoi done aurait servi —
i

_ Petite Tribune publique

x



clocher et-de division!
“~~ E1 ce qui concerne le Général Tu-

ce journal dans son numéro de: samedi
2

6 de -ce mois de Décembre, sont ab-

so:ument faux, calomnieux et méchants.

prétendues victimes de ce général don
il s'est fiit si inconsidérément le dé-
tanseupo ae
Ce qui est vrai, c'est que le général
Jean Gilles a toujours empéché les co-
religionnaires politiques de!’/m partial
de troubler la paix publique au Cap;
et lon congoit que.la présence de ce
Soldat loyal et itransigeant, Homme
du devoir, Citoyen désintéressé et pra-
liquant Pabnégation de soi, nuise con-

sidérablement aux combinaisons-révo- |

luuionnaires de certains brandons de
discorde et des pécheurs en eau trou-
ble, qui ne lui pardonnent pas d’avoir
maintenu l’ordre et la trangnillité dans
son commandement et, surtout, den'a-

voir point voulu pré er uneoreilecom-

plauisunte aux conseils pertides. qu’on
lui donnait de faire une contre révolu
lion le 2 Décembre, aprés le départ du
“Général Nord Alexis.

A la rigueur, je serais trés heureux
de voir le Gouvernement ouvrir une
enquéte sur les faits révélés pas M. P.

~ servile. Son indépendance ét son im- Fredérique. - Elle ne démontrerait que

_partialite resteront> en dépit de tout et
uu prix de tous les sacrifices, maltéra-
bles. "

« Hl poursuivra a outrance leg cér-
rompus, les tarés et lescriminels d hier,

qui essaient encore aujourd'hui de le- -

ver la téte. Il aura le méme courage,
la méme intransigeance et le méme es
prit de dévotiment, poussé jusqgu'au sa-
~erifice. En ui mot. |’fmpartial d’au-
jourd’hui sera ce qu’a 6té | Impartial
Vhier,ce quil sera toujours: I’ Impar-
lial. »
~~ Cordiales félicitations.
Communiqué oo
Le-eroiseur-vCussards, de ia marine
irargaise, qui devait arriver a Port au-
Prince le 2 Janvier, a reeu-Lerdre-dese

—rendrete ti -Pointe-a-Prre a Curacao,

— Nous recevons du Cap»Haitien:—

Maintenant que la paix est rétablie

et que la Nalion s'est donné un Chef
devant lequel tons les partis politiques
unt fait le sacrifice de leurs préten-
, ons, nous espérons que Homme de
cazur quest le Général Antoine Simon,
delivrera enfin nos intéressantes po-
pulations du Nord et du Nord Quest

dle la min de fer qui les oppresse de-

puis six atnées,
Rien n’a changé chez nous, et il- fait
pile de voice emprizonuer et. poursui-




mieux la fourberie de ce partial publi- |

cite. ~ J. J. M. Manicar.



dant de Varroudissement de Jérémie
avee délégation sur Varrondissement
de Tiburon.

Mr Henri Chassagne, récent Com-
mandant de larroud:ssement de Jéré-
mie, a élécommissionné Administra-
teur des finances de la Grand’Anse.

= Nos neilleures.télicitations.

Bienvenue
Nous-avons recu la bon
ios confréres 2
leur dela La
de-MrJ.Luuriston Vaugues. quiva-re-
prendre ja publicatién de Echo du
-Nord, du Cap. |
. Nos compliments de*bienvenue.

Mr Bignon Pierre Louis

Notre collaborateur Mr Bignon Pierre-
Louis, de Jacmel, est en cette ville.

Nous lavons revu avec la meilleure
joie. Nous lui souhaitons une cordiale
bienvenue et un excellent séjour. ©
Pour la Députation

Mr Constant Cassagnol se présente
aux élections. du 40 Janvier pour rem-
placer son pére, le regretté Victor Cas-




“ g fa
in Jueones.ipeg,



e beau
‘des_et nickel 5a mouvement du Sod? —Capory.

La partialité de « Impartial ».— A
--peine rentré dans l’aréne, le journal
« PImpartial », qui n'a d impartial que-
le nom, a recommencé déja son ceu-
vre de haine, de vengeance, d'esprit de

pon fe

Pour Jérémie

Nous apprenons avec-pinisir que le |
Général Charles. Boland, récent Con- |
seitler aux Départements de li Guerre |
el de la Marine, a été nommi Comman- |

ne visite de


















































au-Prince. Ou
-breux titres po
les rappeler a Vattention des
On ye rappelle que le doctey
fut incarcéré lors des dernié;
tions pour avoir... posé sa candi
| _ Fiangailles —
_ Nous apprenons avec grand
, les flangailles de M'* Mane H
TIN avec le Docteur Lissane.







| A et intéressant couple, noys
| voyons nos voeux sincéres de p
| bonheur. _ ee

Au Cercle Bellevue

A Vorée de la-colline, sous la gl
discrete de la luue a son début, res
plendissail, samedi soir, le Cerele-Be}
levue, au milieu des élégantes villas
Peu-de-Chose (Turgeau). - L’appel a
légred un- two-step hate les derniersir
vités, qu’éblouisse Villumination som
tueuse dure vaste salle, décorée
bouquets de feuillage et de fleurs,
guirlandes et. torsades pailletées d’ar
gent a

Le hall est spacieux et cépendant
fourmillant de couples réjouis, od fig:
_rele Botha de nus mondaines. Ci’
-encore occasion’ de regretter lex
guité dé notre cifre, car nous aurion
aimé cité les riches ou gracieuses toi
lettes des danseuses, et les nombrenses
personn iités -masculines..Mentionnon
cependant la présence del etat-majo
du navire de guerre américaim en radi
danseurs infatigables de-brio.

Ou dansa jusqa’a l'aube avec un en-
Htrain—croissunt ininterrompu; car le
“souper, substantiel et bien ordonue, se
fit par séries, au champagne. Aussi
vers 2 heures; le-cotillun porta 4 lap
gée les délices de la soirée. —

Ce sera une Iéte inoubliée, et
membres du Cercle Bellevue peuvent
s’en enorgueilli® sans fausse immodes
tie ~Au nom des heureux assistants,
chuleureuses félicitations et remercit
ments. ,

“nideinattcnn





_ Délégation — 8

La délégation de la Commune de Co
rail, présidée par Mr Assuérus Pierre
Louis, est arrivée ici jeudi et a preset
téaS-E. le Président A. Simon_une,

bt ee

“Cette délégation a été ear euseiney
ehoisie. parmi les notabilites par!
commandant de la Commune, le Gén
ral Fortuné Dijon, dont la populatio
vante les qualités d’ordre et de devoue
ment ala chose pubique.
Félic tations 4 Mr Assuerus Pierre
Louis pour la correction qu ila oe
s’acquilter desalache patrioli(ue. my
- Funeérailles e
Nous apprenons avec donleut
mort, 4 lage de 20 ans seulement,
Mile Manic Syivia Luvavois, dé
ce matin 4 6 heures. — Les funer

se ferout demain matitré 8 heure









cS





artira :
pour se rendre 2°
plus vives sympatnies a “notre
‘Alex. Lilavois, bien cruellement
é par la disparition de cette fille
faisait son juste orgueil.
ndoléances aux autres membres

amille. oe ‘

















a Décés
atriste nouvelle nous est. arrivée”
ayes;tte-ti: mort de Mme. Haw:
g, née Hermina Duvivier. Elle avait
ans.
“ost une des respectabilités de l’en-
it qui. vient de disparaitre. La dé-
le représentall. eu_son.foyer les_bel-





e nos vieilles familles..Malgré son
nd age, elle offrait exemple du tra-
“Nos sympatbiques condoléances au
viel époux et 4 la famille éprouvées,
rliculiérement 4 nos amis Duvivier
Fall Dr Hollant et Luc Théard, fi's,
vendre et petit-fils de la regretiée dé-
unite.






































Remerciements

Séminaire, qui leur ont donné Jes preu-
ves de sympathie a l’occasion de la
mort de leur regrettéee Mme Ropeart
Gorpon, née Alice Malval.

Ils les prie de croire gulls leur en
garderont une profonde reconnaissance.
__Societé Astronomique
gt MéréonoLocigue ve Port-au-Prince.

Température al'ombre......... 23°3
Humidité relative en centiémes,.., 68
Tension de la vapeur,...... 14°/° 58
Direction du vent........ Est 35° Sud
Nébulosité, Circus, Girro stratus... 2
Pluie... oc. e eee ee eee ees» Neéant
Maximum de température d hier 33° 9
Minimum t

Observations particuliéres :

Un peu d’agilation sismique,hier soir

@t pendant la cuit.

Le Directeur de V Observatoire,
Fr. CONSTANTIN

; Regu adire

#8 soussigné déclare uu commerce,

au public, vu-directeur de la Recette ef

la Dépense que son regu du~ mois

(2 Jenvier 1909, égaré au Département



id

yt ce es

~ GRANVILLE B, AUGUSTE
Répétiteur au Lycée.
Avis.
Je soussigné, Edana Edmond, de !a
© section rurale de la Commune de
Corail, déclare an public et au com-
erce eu particulier, n’étre plus res-
nsuble -des actions de mon épouse,
@Thérése Donné, en attendant que
oree soit prononeé. E le a volontai-
Ment abandonné le toit marital pour
use grave.
Corail, 28 Décembre 1908.
. Evana EDMOND

Ea

yertus antiques qui ont tait la force |

vail joint & une généreuse obligeance, |

Les familles Gordon et Malval remer- |
ient-biensincérement les nombreux |
amis, et particnliérement les prétres du |

Observations faites ce matin-d—7 hres. |
Pression barométriqued 0”... 762 "/* 94 |

19° 8 |

mm |
Qr0n0. eee ee weer ee eve neee |

Bons ad
2 soussigné, avise le public ave
“perdu deux bons pour appointements
_de la Police administrative de Cavail'on,
_lesquelssont visés par le chargé de I’ar-
rordissement de Port au Prince ets’é

déclare nuls, duplicata devant étre livré.
Port au-Prince, 26 Décembre 1908.
~~ Le commissaire, ~ F.CH. BEDARD
Avis
_La_goéle'te. « MerLe>..partira. ce
soir, 28 courant pour Rort-de-Paix et
‘continuera pour le Cap, s'il y a suffi-

Pour frét et passiger, sadresser ala
maison MICHEL SYLVAIN 0: ,2 son bord,
au Capitaine,
Port-au-Prince, 28 Décembre 1958.
A Vendre |
Un cheval de see de grande taille.
Sadresser & M.Lélio Heurtelou, Por-
tail de Léognne.
On demande
iA acheter des porles et jalousies dos
casion.
S’adresser au «Nouvellistes,
A Vendre
Un moteur a _gazoline de.3 chevaux
de force, et une machine en fer a bis-
| cuits dits «-bobottes ».

Sadresser, Urand Rue, en fice du |

| Ne 84.









Le Doctenr Louis Josep JANVIER nous
prie de porter ala connaissance de ses.com-
pairjotes imuingdiats qu'il sollicite respectneu-
sement leurs suffiages alin que, le 10 Jas-
vier 1909, i} soit Glu le deuxiéme députe de
Portean Prines & la Ghausbre des Gommuves,
en remplacement de M. Vistor Cassaznol,
décaidé, Le Docleur JANVIER puus supplie de
publier dans ce journal impaitial sa“honvelle
adresse aux Portan-Pringiens. — La voici:

Acbacun selon ses deuvres et a
ichacnp selon son mérite, On se sou-
| vient peut étre que je fus arrété dans
| les rues de Port au Prince, a Uoceu
sien des élections générales de Jan-

vier 1908, sous mandat d'amener, e¢
jeté en prison en violation des dis-

positions formelles de plusieurs ar-|

ticles de lu Constitution; que Lon me
mit au secret, les deux pieds aux fers,
du 3 Janvier au..d..Janvier; que

ay
au 9



Janvier. Je me berce
n ignore

pier

pai été élevé en
de la Nation touge engiere, pendant
vingt-huit andes consecutives, tout
expres pour que je serve la, Républi-
que, soit dans le Parlement, sott
chez les nations étrangéres, et jus:
quau dernier soupir de ma vie. au-
tre part, personne na songé a jeter
dans les fers M.Magloire, M. Nemours
Auguste, M.Fleury Féquiere,M. Din
| tes Bellegarde,quand ils ont parlé de
la nécessité de. réformer la Nation






event ensemble 4-412. gourdes ; il les.

ant

ue.
Europe auc frais



--Haitienne oubienparVapplication des

_midthodes franuco-latines ou_bien_par





Vapplication des-meéthodes anglo sa-

'wonnes et, le 22 Décembre 1907, Me
-Frédérie-Marcelin, alors Secrétaire _





d’Etat de !'Intérieur, a dit, en pleir_

Conseil dics Ministres, que je deman=
i dais Tidésl. Je. Vai entendu de mes
oreilles parce que j cats alors déte-
jnuet gardé d vue au Palais Natio-
‘naldans un salon altenant au salon
—6te-se tenail le Conseil dex Ministres

s afin que je fusse insulté ou menace
par tous les ministres responsables

constitulionnebement, mars surtout

le Président Haiti et les-ecr elatres
d Etut cussent ententlu lecture demon
Humble Adresse aux Ele tenrs de te
Commune de PortanrPrinee. Celle
lecture dure trois heures environ et
fut fuite tour d tour par M. krédérie
Marcelin et par -M. Villehardouin Le-
conte, bien que celui ci ne ful pas
encore Secrétuire d tat. Les évene-
ments dunt lu République a souffert
depuis lors ct que javats prédils ei
Lécembre 1907, prouvent de la
maniére la plus éclatante que le Pou-
voir Barccutyf actuel peut im honorer
logiquement de sa protec ion la plus
magnanime ou de sa sympathie la

-valeresquement les services que jae
'yendus d lu République avec une

probilé absolment puritaine. J’at
_lhonneur de faire observer respec-
. tueusemont ace supel, que VAdresse
‘du Comité delorire pur lic wu po-

_ plus pratique en reconnuissant che-

Naw



par.M. Frédéric Murcelin, apres que »

pulalions de Carrondissement de

Port au Prince en dale du 2 Déecem-
bre 1908 contient lu phrase suivante:

fo ow de Gouvernement du Grneéral
Nord Atexis vient de gniter le Pou-
voir devant les preg és de la Révo-

lution duSud.et ce tait accompli lars-
A le pouple lydden meitre de ses

destinécs, Hl est évident que cece veut.

|

I signifier. entre autres choses, que la
| presse est libre, d compler de ce jour,
et comme dispose Larlicle 21 de lu
| Conshilution de 1889, cest a-tire de
la manicre la plus parfuite. En ce
hapoment de cabne aleyonten, qual.
ime soil permis que, de
Haifien” ait gravee





Psormuts, Chaque




dtHeDesmenutins: «Site liberté



ou le despotisme le plus absolu réu-
nit dans une seule main tous les pou--
voirs, clle suffiruit seule pour faire
le contrepoids (1). Ainst que Vic-
tor Hugo la dita la paye 131 de son
noble livre intitulé Witham Shakes-
peare, ( édilion Hetzel Quanlin, Pa--
é
(1) Camille Desmoulins, Glewis com
plates. Tome If, page 22. Bub jutheq e Na~
liouale, Paris. 18386.

|






dans le Cen elle pensée profonde

de la presse existait dans mr pays



: ris, 1864 ) :— « La senle ne rolssan- cxemplair
—te- eae | premte e edition
la stature d’un peuple». Vietor Hugo , force ou voles, le 2 Décen bre

es

a démonté,dans cette splendide élude | par le Gouvernement qui vien é

sur Shakespeare, susmentionnée,que, | quitter le Pouvoir: ce petit livre eo
~ presque toujours, les libérateurs pen-| tientd la fois la quintessenc.
sants, par leur courage civique, au} idées potitiques franco-latines et a

, milieu des périls les plus effrogables, | quintessence des ilées politiques an- Fruil

















































“ele savant qni a vécn irente années

dans les fers». On reconnai', par Grande-Bretagne et d frlande, pen-

.. délateur ; lorsque tout tremble devant |

Wencourir sa faveur que de mériler

- teen eee gener reur deux x mille ans

propos des parodies d élections de

_ celles dont le. resuital—prévu—est—l

* sont-les-préeurseurs ow les compli- | glo sawonnes, lesquelles tout dernié- Nouga de
ces des libérateurs armés: dans-un|rement encore, fuisaient les délices — Jol
~opuscule écritya St- Thomas par M.| de la République-et dont ta -diseus- Une v

V. Toussaint Noél et-publié ad Paris | sion passionnée constituait la are seaux, albums, tramwa
sous ce litre: Le_Firminisme en Ca- {tion du jour, Je supple” quon me de. Donbons fins pow
nevas, on lit la phrose. suivante ad pardonne généreusement si jose me D de fin d année.
penser d'une dme_citoyenne, que je a sniguions Antena ce
‘me suis pénétré de ces idées, et des %@ attes, ratsins, Prunes d:
« Le Docteur Louis Joseph-danvier, | plus-parfaitement, a ta Faculté de~ Fromage Gruyére et
Médecine de. Paris, &@ UEeole des — _Suucissons de Lyon

, \ -Jambons: Monte- Vernon, K
Sciences Politiyues de Paris. dla Sardines 4 'hvile, Maquer





«consécntives & Paris et & Londres,
efit_ une protestation énergiqne et, Maculté de Droit de Lille, au British a pyuite, ‘Asperges, Thon, C
emargquée av coin du plus parcivis- ; Museum, a Londres, et a le Chambre , Phospho ela.
eme. Loin de Pécouter, on Je jeta | des Communes du ‘Royaume Uni-de~ Liqueurs assorties de Marie.

Nae fins eonge et blan

Samoan | att

consequent, que j'ui osé purler, au pé | dant vingt-huit années consécutives. |
rit dema vie et dans ma ville nata~) Wai Vhonneur dexposer en toute,
i
4
i

ea

ie, dorsque lu République étuit plon-|courto’sie ou-en toute ~vénération - Bane Natl i
géeduns un silence de Uubjectionsem- | que ce sont ces ilées qui, actuelle- .
ilable & ce silence de Uabjection que | ment, gouvernant (Univers civilisé,~ S
Vempire.rumain gardait sous Tibere | Lenriehissent ou le rendent heuretex ‘Gonfermewent’ a aux instruetio
et auquel Chateaubriand, dans ses|tandis que les idées qui ont mené ia’ Seerétaire d Etat des Eivaners:
Mémoires d’Outre-Tombe, a fait al-| Nation Huitienne de 1804 &@ nos We Naviopele ef) Haiti a thonn
lusion par quelques phrases fumen-| jours. lont rendue infiniment mal- tot ea Se see qui & pet
ses: Lorsque dans le silence de lab_| heureuse et ne peuvent que la man enete nile anticipation ie colpal
Jection,Lon entend plus retentir que | tenir dans toutes les miséres, misére gehearce du der Janvier 1909, 1
la chaine de lesclave et lu voix au phystologique, misére intellectuelle,’ Detie intérigure, Convertie et Uor
miuistre économique et financiére. La dée.

Nation Haitienne ne peut élre sau-4 Porta ea i Prinee, 2 29 2 Décembre E
vée ou réformée que par le Parle~| ss waa :
sa disgrdéce, Phistorien parait chargé | ment Haitien, si ce Parlemtnt devient |
de la vengence des peuples Cest en | et demeure un bloc de lumiéres jail
vain que Néron prospere; Tacite est | ies spontanément du Peuple Souve-; 9 ~~
déjé né dans Vempire.: il croit incon | rain, chaque fois,
vu aupres des eendres de Ger mani- Et quasi cursures vitat lampada-tracert—}- Le ‘Lnioxadbepuess partir:
eus ef déja Vintégre Providence a li- | au lieu que d we composé toujours” soir pour Miragoane al Jéré
vré dun enfant obscur la qloire du | de deux Chambres de Représent: tits | prenant. frét et. passagers. -

mattredu monde, Si lerdle de (his-| de Varmée baitrenne. C est ainsi que | Se ics enters
?
R. KavaNacH, 39, Rue du

|



a9



le tyrun ef quil est aussi dungereux

sassegsin teat am adn tale

ossta

torien est beau, il est sonvent dange- | les choses se passert ct se sont pas-
reux; mais il est des autels, comme | sees en Angleterre, en France, au Ja_
celut de Lhonneur, qui, bien qua-| pon, pour ne nommer que ces trots
bandonnés, réclament encore des sa- | grands Pouvoirs. Puissé- je, Port an
crifices ; le Dieu west point unéanti| Princiens, puissé je redire ict que
parce que le temple est désert, Par- | nous devons les imiter, sans erainte
foul ou il reste une chance « lu for- (er sans peur.

tune, il n'y a point dhéroismed la Port « au Prince,le 7 Décembre 1908.
tenter ; les actions marnanimes ‘sont














i Fy ie
Politiques s de Paris, Seetion Boonomigue | 13
et Financ vere,





ie etla-mort-Apres-toutqu im:
les revers,” si hotre-Rem_pro-
fuire-bat--




Section Administrative, Ee

Di Homeati ME in eae iO
. ateddil ici vendredi. ter

-—~ Se _ ~~ +4909. I partiradans la soiret
Lig’ Hollandaise Kingsion, Colon Port-L

deuxieme édilion de mon Humble : ao _| [a all e pour 'Btranger
Adresse sux Electeurs de la Com- Le steamer Prins Witcem I, rs Kingston) par le vapeur:
mune de Port-au Princes, quinze cents | partira ce soira6 heures BOUE: fermera a la Poste yendredi

Lome ie ni, wee a ds

(1) Cl iateaubtiand. Mémoires VOutre- St-Mare et ! New-York. | vier 4909 | a heures de. l'apr



apres notre vier, (4 ) Bref, ayant été
a la peine, je dois étre d Vhonncur
et il est de mon devoir de donner une

_ Tombe, tome H, page 460, édition en 6 volu- PrawPrinee, 28 Décembre 1908. Prau-Prince,

mes, avec une introduction, des noles et des
appe. dices par Ehnond Bire.

_ GERLAGH & Co; Agents’





Full Text





Abonnement pour Département......1.20
‘ r + Biranger....--. 2.08



DES CABLES TELEGRAPIIQUES

MONOPOLE DU NOUVELLISTE
REPRODUCTION INTERDITE.

Paats 95.— Pendant qne le Prdsi-
ent, accompagaé de M. Ramondon,
_sonsecrétaireetda lieutenant-colonel
decuirassiers Lasson, attaché a VE-
ysée, faisait co matin une promenpa-
dea pied dans la rue de l’Etoile, un
ndividu Ju nom deMathisel qut sem
plait Vatiendre, lui santa dessus et
ui passant ses bras autour da cou,
tenta-detaitirer te barb>—be—Hen-
tenaut-colonel Lusson ef Me Ramon:
don Sélancérent sur Vassaulant et le
eremirent wax mains de deux délecit-
resspicriuxqnisuivaienta bicycletie.

Panis 25. — En raison des mani-
festations qui iont eu eu hier dans
quite r dat tin,le conse | Sper leur
de funiversité a dévidé- que las cours
de premicre et de denxiéme années
de l'Evole de Médecine seraient sus-
pendus pendant trois mois.

Rio pg Jangino 26.— Le eJournal
inmercos nie que le Gonvt se
‘trouve dans Vembirras pour te paie-
tment de ses nouveaux navires de
guerre. Tous ces patements diteil,
seront faits en temps vonlu. Le pre-

Mier a compte sur fe 30 Ciiasse
Wescidre da type « Diewduought »
~ Sera da § 165.000, — Les diplomat es
sulvent avec intérét et inquidtude
le désaccord wuguel donne iizu la




































ue asupremate Havale en
Spublique Argen-_

——- LENERIFFE- 26——_Ldquipage- i+

Sa piray, @ppartenant a M. Jac-

ques Lebaudy, !Empereur du Saha-
_ '@ sest muting pendant que ce na-
_ Nite se treuvait au large de ce poil et
Na hissé le pavillon haiten.— Par
sulle du manque de charbon, le ca-
_ Piluine a été obligé de s'arréier a
| SMula-Ciuz, of les mutins ont été ar-
Vids el empl acéS par un eatre égui- ;
~ page.





' STPSrenspouns 26. Mme, Sarah chargé de l'affaive, a tnterrogé Ma- | 37 fy 5-



Bernhardt, qui est en ce moment en
tournée a 8t-Pétersbonr rg,a été re-

gne paride Tsar a Tsai koe-Selo, be im-
péralrice lui a fait cadeau de son
portralt,

Le temps froid d‘hiera donné lieu
dune rec:udescence de
cholérigque: 31 cas et 13 décés onl
été enregistrés; 227 malades dans
les hopitaux.

Moscou 26. — Le baron Cotte, chef
dela sureté, a été tué et le colonel
Muraki blessé, dans une rencontre
entre la police et la troupe d'un cdté
et les révolutionnaires de l'autre. On
gnoretes..perles.da ces derniers,
Mais on coil qu ‘elles sont ties in-
portantes. Plusieurs soldats tués ou
blessés

Paris 26 — Le Gouvt. Frangais at-
tend avec grande anxiété le dévelop-
pement du insuvement politrque dQ
aux événements qui se sont p.o-
duits récuinment au Venezuela. Le
Gouvt, de Gomez semble devenir sta-
ble; i} sera reconnu, et lenvoyé
Paul regu a son arrivée en France.

GRENOBLE 26. ~ Le général iPéviier,
Pancien grand chancelier de la Lé-
gion d’honneur, est mort ici hier.

Panis 26 —Lincident Mathis a été
discuté ce matin au conseil de cabi-
nel, etila-été décidé de prendre des
mesures énergiques pour prévenir

la répélition de semblables isultes,
‘Toute la presse patisienne, a lexcep-
tron cependant des organes réachon-
pees tels que la «Libre parole» et

“Action 7, const tere
le Président Falhéres a
dans Ta rueâ„¢
acte fautasique, mus.
tance politique. Les journaux 1épu-
blicains sont cependant davis que le
, Gouvt. devrait faire quelque chose
| pour mettre fina la campagne menée
avec tant de persistance par un petil
‘groupe de monarehistes militant
aidés des sociétés cléricales, et dont
le but est de surexciter Vopinion pu-
_ bliqze. .

Me Parrain,



e&é Pobjet



le juge d’instruction,

Pépidémie |

Patta g retonty

‘de TEtotte;s commie un |
sans_impor-.

“Lundi,







PAR MOIS







this ce matin. Celui-ci lui a dit qu'il
navait nullement eu intention de
tuner Mr Falliéres. [la ensuite décla-
ré quiil navait accompli son arte
qu apres lavoir longnement médité
-etquil désapprouvait les prineipes
politiques da Président dela Répu-
blique. L’accusé a refusé le concours
d'un avoca.

Port D EsPAGNE 26,— Les passa-
gers artivés aujourd’hui des ports
vénézuéliens, disent quele Président
Gomez prend | es mesures les plus
évergiques pour empécher les amis
etles partisans du dictateur Castro

Curcaco 22.-- Pendant les onze
premiers mois de Pannée 1908, vingt
personnes ont été tuées a Chicago
dans jes accidents d’automobiles.
L’année précédenie,on n était arrive
qua un total de quinze-pendant. on-..
ze mois. Il fant observer en ontre |
que Von comple 3827 blessés cette

année, contre 231 Tannée derniare.





AMERIGAIN. «5. .,. Prime 560 °/o

Revue Commerciale

Par suite des fétes de Noél,
faires ont été insignifiantes. Le Cl
aoseillé entre 550 et 365 °/o,

Ku payuble-ivrabie, on a fait qnel-
ques affaires sur la fin du mois, 10 et
15 Janvier prochain, @ 8 BUD/BEY of.

-Traites contre or.—_ Banquiers sur
Banquiers & Paris, 1 T/4a 1 1/2 0/, de>
prime 5 sur Havre
pair a 12 o/, de prime. -Les premiéres
signatures.de la Province.sur.Paris.dis..
rect ont obtenu 1 °%/o de prime. “Prat-
tes documentaires sur Havre, pai ;
non gocusnen tui'es,trés difficiles & ven-
dre, a 1/2, 1 ¢/. descompte.

La tendance est trés ferme pour les
Titres du Gouvernement: on puie en
ce moment les intéréts d Octobre et
Novembre par anticipation, le cOupon
i du der Janvier des titres roses ¢t bleug.
| Nous colons: ConsolidésG o/,, JB 1/2°/..
Consol ies 3°/, 20%; Réunis, 36 1/2
Roses et bleus 19, 20/5: ins

Or

ies al.
halt be



28 Décembre 4908

















de provoquer uve contre-révolution....

-et- Hambourg/Paris, ~~~
téréts

Le so losletinecetrncie Aen

‘pon pour acheteurs.
wie B e | 4 5

gour
6 °/, d’escompte.-

Calé.— Province: 2013 saes, réglés a |



—or,-5.25->-Soutes-600-saes-environ,ré-
glés 2-35/37 cts. suivant qualité.

(goton 25 cls., Cacao 36, Campéche 14,

Moniteur
_. U'Officiel de samedi.contient.:2-

yes .. . oie ta or ot pes ee .
mant le Général Francois Antoine Si- | renne Jean Gilles, les faits avancés par

mon, Président de la République;
~—=—-ir procés verbal de la Chambre,
séance du 20 Juillet dernier;

—. Des avis administratifs et divers; |4ele mets en demeure de désigner les

~—~-- Bulletin des observations” météo-
rologiques du 17. au 23 Décembre 1908.
L/ Impartial
Nous retournons avec plaisir son cor
dialsalut @ notre vaillant confrére | Em-

partial, qui reparait bi- hebdomadaire -

meot,alimp. Aug Héraux,rue Pavée.

Notre ami P. F’ Frédérique affirme
son impurtisle indépe:dance « ne va~
vietur >:

-«@ Son programme ne change pas. Il
contribuera, dans la mesure de son ac-
tion, a la réédification de I'édifice na-
tional queles Vandules ont détruit pres-
que |: aidera, conseillera loyslement
et, au besoin, défendra le Gouverne-

ment, en tant que celui ci reste dans
les limites constitutionne les et s’effor-
ce-de remplir les espérances qu’a fait
naitre le manifeste.des Cayes, qui cons
titue en quelque sorte un pacte entre
le peuple et son nouveau Chef.

.« If combattra les abus comme tou
jours. [| ne sera dong ni hostile, ni

pour acheteurs 4 partir du 4e', vre des ciloyens qui
Décembre.Pour les roses et bleus, cou-

|













ae =

se réjouisse

la chute’de Nord Alexis,
A quoi done aurait servi —
i

_ Petite Tribune publique

x



clocher et-de division!
“~~ E1 ce qui concerne le Général Tu-

ce journal dans son numéro de: samedi
2

6 de -ce mois de Décembre, sont ab-

so:ument faux, calomnieux et méchants.

prétendues victimes de ce général don
il s'est fiit si inconsidérément le dé-
tanseupo ae
Ce qui est vrai, c'est que le général
Jean Gilles a toujours empéché les co-
religionnaires politiques de!’/m partial
de troubler la paix publique au Cap;
et lon congoit que.la présence de ce
Soldat loyal et itransigeant, Homme
du devoir, Citoyen désintéressé et pra-
liquant Pabnégation de soi, nuise con-

sidérablement aux combinaisons-révo- |

luuionnaires de certains brandons de
discorde et des pécheurs en eau trou-
ble, qui ne lui pardonnent pas d’avoir
maintenu l’ordre et la trangnillité dans
son commandement et, surtout, den'a-

voir point voulu pré er uneoreilecom-

plauisunte aux conseils pertides. qu’on
lui donnait de faire une contre révolu
lion le 2 Décembre, aprés le départ du
“Général Nord Alexis.

A la rigueur, je serais trés heureux
de voir le Gouvernement ouvrir une
enquéte sur les faits révélés pas M. P.

~ servile. Son indépendance ét son im- Fredérique. - Elle ne démontrerait que

_partialite resteront> en dépit de tout et
uu prix de tous les sacrifices, maltéra-
bles. "

« Hl poursuivra a outrance leg cér-
rompus, les tarés et lescriminels d hier,

qui essaient encore aujourd'hui de le- -

ver la téte. Il aura le méme courage,
la méme intransigeance et le méme es
prit de dévotiment, poussé jusqgu'au sa-
~erifice. En ui mot. |’fmpartial d’au-
jourd’hui sera ce qu’a 6té | Impartial
Vhier,ce quil sera toujours: I’ Impar-
lial. »
~~ Cordiales félicitations.
Communiqué oo
Le-eroiseur-vCussards, de ia marine
irargaise, qui devait arriver a Port au-
Prince le 2 Janvier, a reeu-Lerdre-dese

—rendrete ti -Pointe-a-Prre a Curacao,

— Nous recevons du Cap»Haitien:—

Maintenant que la paix est rétablie

et que la Nalion s'est donné un Chef
devant lequel tons les partis politiques
unt fait le sacrifice de leurs préten-
, ons, nous espérons que Homme de
cazur quest le Général Antoine Simon,
delivrera enfin nos intéressantes po-
pulations du Nord et du Nord Quest

dle la min de fer qui les oppresse de-

puis six atnées,
Rien n’a changé chez nous, et il- fait
pile de voice emprizonuer et. poursui-




mieux la fourberie de ce partial publi- |

cite. ~ J. J. M. Manicar.



dant de Varroudissement de Jérémie
avee délégation sur Varrondissement
de Tiburon.

Mr Henri Chassagne, récent Com-
mandant de larroud:ssement de Jéré-
mie, a élécommissionné Administra-
teur des finances de la Grand’Anse.

= Nos neilleures.télicitations.

Bienvenue
Nous-avons recu la bon
ios confréres 2
leur dela La
de-MrJ.Luuriston Vaugues. quiva-re-
prendre ja publicatién de Echo du
-Nord, du Cap. |
. Nos compliments de*bienvenue.

Mr Bignon Pierre Louis

Notre collaborateur Mr Bignon Pierre-
Louis, de Jacmel, est en cette ville.

Nous lavons revu avec la meilleure
joie. Nous lui souhaitons une cordiale
bienvenue et un excellent séjour. ©
Pour la Députation

Mr Constant Cassagnol se présente
aux élections. du 40 Janvier pour rem-
placer son pére, le regretté Victor Cas-




“ g fa
in Jueones.ipeg,



e beau
‘des_et nickel 5a mouvement du Sod? —Capory.

La partialité de « Impartial ».— A
--peine rentré dans l’aréne, le journal
« PImpartial », qui n'a d impartial que-
le nom, a recommencé déja son ceu-
vre de haine, de vengeance, d'esprit de

pon fe

Pour Jérémie

Nous apprenons avec-pinisir que le |
Général Charles. Boland, récent Con- |
seitler aux Départements de li Guerre |
el de la Marine, a été nommi Comman- |

ne visite de


















































au-Prince. Ou
-breux titres po
les rappeler a Vattention des
On ye rappelle que le doctey
fut incarcéré lors des dernié;
tions pour avoir... posé sa candi
| _ Fiangailles —
_ Nous apprenons avec grand
, les flangailles de M'* Mane H
TIN avec le Docteur Lissane.







| A et intéressant couple, noys
| voyons nos voeux sincéres de p
| bonheur. _ ee

Au Cercle Bellevue

A Vorée de la-colline, sous la gl
discrete de la luue a son début, res
plendissail, samedi soir, le Cerele-Be}
levue, au milieu des élégantes villas
Peu-de-Chose (Turgeau). - L’appel a
légred un- two-step hate les derniersir
vités, qu’éblouisse Villumination som
tueuse dure vaste salle, décorée
bouquets de feuillage et de fleurs,
guirlandes et. torsades pailletées d’ar
gent a

Le hall est spacieux et cépendant
fourmillant de couples réjouis, od fig:
_rele Botha de nus mondaines. Ci’
-encore occasion’ de regretter lex
guité dé notre cifre, car nous aurion
aimé cité les riches ou gracieuses toi
lettes des danseuses, et les nombrenses
personn iités -masculines..Mentionnon
cependant la présence del etat-majo
du navire de guerre américaim en radi
danseurs infatigables de-brio.

Ou dansa jusqa’a l'aube avec un en-
Htrain—croissunt ininterrompu; car le
“souper, substantiel et bien ordonue, se
fit par séries, au champagne. Aussi
vers 2 heures; le-cotillun porta 4 lap
gée les délices de la soirée. —

Ce sera une Iéte inoubliée, et
membres du Cercle Bellevue peuvent
s’en enorgueilli® sans fausse immodes
tie ~Au nom des heureux assistants,
chuleureuses félicitations et remercit
ments. ,

“nideinattcnn





_ Délégation — 8

La délégation de la Commune de Co
rail, présidée par Mr Assuérus Pierre
Louis, est arrivée ici jeudi et a preset
téaS-E. le Président A. Simon_une,

bt ee

“Cette délégation a été ear euseiney
ehoisie. parmi les notabilites par!
commandant de la Commune, le Gén
ral Fortuné Dijon, dont la populatio
vante les qualités d’ordre et de devoue
ment ala chose pubique.
Félic tations 4 Mr Assuerus Pierre
Louis pour la correction qu ila oe
s’acquilter desalache patrioli(ue. my
- Funeérailles e
Nous apprenons avec donleut
mort, 4 lage de 20 ans seulement,
Mile Manic Syivia Luvavois, dé
ce matin 4 6 heures. — Les funer

se ferout demain matitré 8 heure









cS


artira :
pour se rendre 2°
plus vives sympatnies a “notre
‘Alex. Lilavois, bien cruellement
é par la disparition de cette fille
faisait son juste orgueil.
ndoléances aux autres membres

amille. oe ‘

















a Décés
atriste nouvelle nous est. arrivée”
ayes;tte-ti: mort de Mme. Haw:
g, née Hermina Duvivier. Elle avait
ans.
“ost une des respectabilités de l’en-
it qui. vient de disparaitre. La dé-
le représentall. eu_son.foyer les_bel-





e nos vieilles familles..Malgré son
nd age, elle offrait exemple du tra-
“Nos sympatbiques condoléances au
viel époux et 4 la famille éprouvées,
rliculiérement 4 nos amis Duvivier
Fall Dr Hollant et Luc Théard, fi's,
vendre et petit-fils de la regretiée dé-
unite.






































Remerciements

Séminaire, qui leur ont donné Jes preu-
ves de sympathie a l’occasion de la
mort de leur regrettéee Mme Ropeart
Gorpon, née Alice Malval.

Ils les prie de croire gulls leur en
garderont une profonde reconnaissance.
__Societé Astronomique
gt MéréonoLocigue ve Port-au-Prince.

Température al'ombre......... 23°3
Humidité relative en centiémes,.., 68
Tension de la vapeur,...... 14°/° 58
Direction du vent........ Est 35° Sud
Nébulosité, Circus, Girro stratus... 2
Pluie... oc. e eee ee eee ees» Neéant
Maximum de température d hier 33° 9
Minimum t

Observations particuliéres :

Un peu d’agilation sismique,hier soir

@t pendant la cuit.

Le Directeur de V Observatoire,
Fr. CONSTANTIN

; Regu adire

#8 soussigné déclare uu commerce,

au public, vu-directeur de la Recette ef

la Dépense que son regu du~ mois

(2 Jenvier 1909, égaré au Département



id

yt ce es

~ GRANVILLE B, AUGUSTE
Répétiteur au Lycée.
Avis.
Je soussigné, Edana Edmond, de !a
© section rurale de la Commune de
Corail, déclare an public et au com-
erce eu particulier, n’étre plus res-
nsuble -des actions de mon épouse,
@Thérése Donné, en attendant que
oree soit prononeé. E le a volontai-
Ment abandonné le toit marital pour
use grave.
Corail, 28 Décembre 1908.
. Evana EDMOND

Ea

yertus antiques qui ont tait la force |

vail joint & une généreuse obligeance, |

Les familles Gordon et Malval remer- |
ient-biensincérement les nombreux |
amis, et particnliérement les prétres du |

Observations faites ce matin-d—7 hres. |
Pression barométriqued 0”... 762 "/* 94 |

19° 8 |

mm |
Qr0n0. eee ee weer ee eve neee |

Bons ad
2 soussigné, avise le public ave
“perdu deux bons pour appointements
_de la Police administrative de Cavail'on,
_lesquelssont visés par le chargé de I’ar-
rordissement de Port au Prince ets’é

déclare nuls, duplicata devant étre livré.
Port au-Prince, 26 Décembre 1908.
~~ Le commissaire, ~ F.CH. BEDARD
Avis
_La_goéle'te. « MerLe>..partira. ce
soir, 28 courant pour Rort-de-Paix et
‘continuera pour le Cap, s'il y a suffi-

Pour frét et passiger, sadresser ala
maison MICHEL SYLVAIN 0: ,2 son bord,
au Capitaine,
Port-au-Prince, 28 Décembre 1958.
A Vendre |
Un cheval de see de grande taille.
Sadresser & M.Lélio Heurtelou, Por-
tail de Léognne.
On demande
iA acheter des porles et jalousies dos
casion.
S’adresser au «Nouvellistes,
A Vendre
Un moteur a _gazoline de.3 chevaux
de force, et une machine en fer a bis-
| cuits dits «-bobottes ».

Sadresser, Urand Rue, en fice du |

| Ne 84.









Le Doctenr Louis Josep JANVIER nous
prie de porter ala connaissance de ses.com-
pairjotes imuingdiats qu'il sollicite respectneu-
sement leurs suffiages alin que, le 10 Jas-
vier 1909, i} soit Glu le deuxiéme députe de
Portean Prines & la Ghausbre des Gommuves,
en remplacement de M. Vistor Cassaznol,
décaidé, Le Docleur JANVIER puus supplie de
publier dans ce journal impaitial sa“honvelle
adresse aux Portan-Pringiens. — La voici:

Acbacun selon ses deuvres et a
ichacnp selon son mérite, On se sou-
| vient peut étre que je fus arrété dans
| les rues de Port au Prince, a Uoceu
sien des élections générales de Jan-

vier 1908, sous mandat d'amener, e¢
jeté en prison en violation des dis-

positions formelles de plusieurs ar-|

ticles de lu Constitution; que Lon me
mit au secret, les deux pieds aux fers,
du 3 Janvier au..d..Janvier; que

ay
au 9



Janvier. Je me berce
n ignore

pier

pai été élevé en
de la Nation touge engiere, pendant
vingt-huit andes consecutives, tout
expres pour que je serve la, Républi-
que, soit dans le Parlement, sott
chez les nations étrangéres, et jus:
quau dernier soupir de ma vie. au-
tre part, personne na songé a jeter
dans les fers M.Magloire, M. Nemours
Auguste, M.Fleury Féquiere,M. Din
| tes Bellegarde,quand ils ont parlé de
la nécessité de. réformer la Nation






event ensemble 4-412. gourdes ; il les.

ant

ue.
Europe auc frais



--Haitienne oubienparVapplication des

_midthodes franuco-latines ou_bien_par





Vapplication des-meéthodes anglo sa-

'wonnes et, le 22 Décembre 1907, Me
-Frédérie-Marcelin, alors Secrétaire _





d’Etat de !'Intérieur, a dit, en pleir_

Conseil dics Ministres, que je deman=
i dais Tidésl. Je. Vai entendu de mes
oreilles parce que j cats alors déte-
jnuet gardé d vue au Palais Natio-
‘naldans un salon altenant au salon
—6te-se tenail le Conseil dex Ministres

s afin que je fusse insulté ou menace
par tous les ministres responsables

constitulionnebement, mars surtout

le Président Haiti et les-ecr elatres
d Etut cussent ententlu lecture demon
Humble Adresse aux Ele tenrs de te
Commune de PortanrPrinee. Celle
lecture dure trois heures environ et
fut fuite tour d tour par M. krédérie
Marcelin et par -M. Villehardouin Le-
conte, bien que celui ci ne ful pas
encore Secrétuire d tat. Les évene-
ments dunt lu République a souffert
depuis lors ct que javats prédils ei
Lécembre 1907, prouvent de la
maniére la plus éclatante que le Pou-
voir Barccutyf actuel peut im honorer
logiquement de sa protec ion la plus
magnanime ou de sa sympathie la

-valeresquement les services que jae
'yendus d lu République avec une

probilé absolment puritaine. J’at
_lhonneur de faire observer respec-
. tueusemont ace supel, que VAdresse
‘du Comité delorire pur lic wu po-

_ plus pratique en reconnuissant che-

Naw



par.M. Frédéric Murcelin, apres que »

pulalions de Carrondissement de

Port au Prince en dale du 2 Déecem-
bre 1908 contient lu phrase suivante:

fo ow de Gouvernement du Grneéral
Nord Atexis vient de gniter le Pou-
voir devant les preg és de la Révo-

lution duSud.et ce tait accompli lars-
A le pouple lydden meitre de ses

destinécs, Hl est évident que cece veut.

|

I signifier. entre autres choses, que la
| presse est libre, d compler de ce jour,
et comme dispose Larlicle 21 de lu
| Conshilution de 1889, cest a-tire de
la manicre la plus parfuite. En ce
hapoment de cabne aleyonten, qual.
ime soil permis que, de
Haifien” ait gravee





Psormuts, Chaque




dtHeDesmenutins: «Site liberté



ou le despotisme le plus absolu réu-
nit dans une seule main tous les pou--
voirs, clle suffiruit seule pour faire
le contrepoids (1). Ainst que Vic-
tor Hugo la dita la paye 131 de son
noble livre intitulé Witham Shakes-
peare, ( édilion Hetzel Quanlin, Pa--
é
(1) Camille Desmoulins, Glewis com
plates. Tome If, page 22. Bub jutheq e Na~
liouale, Paris. 18386.

|






dans le Cen elle pensée profonde

de la presse existait dans mr pays
: ris, 1864 ) :— « La senle ne rolssan- cxemplair
—te- eae | premte e edition
la stature d’un peuple». Vietor Hugo , force ou voles, le 2 Décen bre

es

a démonté,dans cette splendide élude | par le Gouvernement qui vien é

sur Shakespeare, susmentionnée,que, | quitter le Pouvoir: ce petit livre eo
~ presque toujours, les libérateurs pen-| tientd la fois la quintessenc.
sants, par leur courage civique, au} idées potitiques franco-latines et a

, milieu des périls les plus effrogables, | quintessence des ilées politiques an- Fruil

















































“ele savant qni a vécn irente années

dans les fers». On reconnai', par Grande-Bretagne et d frlande, pen-

.. délateur ; lorsque tout tremble devant |

Wencourir sa faveur que de mériler

- teen eee gener reur deux x mille ans

propos des parodies d élections de

_ celles dont le. resuital—prévu—est—l

* sont-les-préeurseurs ow les compli- | glo sawonnes, lesquelles tout dernié- Nouga de
ces des libérateurs armés: dans-un|rement encore, fuisaient les délices — Jol
~opuscule écritya St- Thomas par M.| de la République-et dont ta -diseus- Une v

V. Toussaint Noél et-publié ad Paris | sion passionnée constituait la are seaux, albums, tramwa
sous ce litre: Le_Firminisme en Ca- {tion du jour, Je supple” quon me de. Donbons fins pow
nevas, on lit la phrose. suivante ad pardonne généreusement si jose me D de fin d année.
penser d'une dme_citoyenne, que je a sniguions Antena ce
‘me suis pénétré de ces idées, et des %@ attes, ratsins, Prunes d:
« Le Docteur Louis Joseph-danvier, | plus-parfaitement, a ta Faculté de~ Fromage Gruyére et
Médecine de. Paris, &@ UEeole des — _Suucissons de Lyon

, \ -Jambons: Monte- Vernon, K
Sciences Politiyues de Paris. dla Sardines 4 'hvile, Maquer





«consécntives & Paris et & Londres,
efit_ une protestation énergiqne et, Maculté de Droit de Lille, au British a pyuite, ‘Asperges, Thon, C
emargquée av coin du plus parcivis- ; Museum, a Londres, et a le Chambre , Phospho ela.
eme. Loin de Pécouter, on Je jeta | des Communes du ‘Royaume Uni-de~ Liqueurs assorties de Marie.

Nae fins eonge et blan

Samoan | att

consequent, que j'ui osé purler, au pé | dant vingt-huit années consécutives. |
rit dema vie et dans ma ville nata~) Wai Vhonneur dexposer en toute,
i
4
i

ea

ie, dorsque lu République étuit plon-|courto’sie ou-en toute ~vénération - Bane Natl i
géeduns un silence de Uubjectionsem- | que ce sont ces ilées qui, actuelle- .
ilable & ce silence de Uabjection que | ment, gouvernant (Univers civilisé,~ S
Vempire.rumain gardait sous Tibere | Lenriehissent ou le rendent heuretex ‘Gonfermewent’ a aux instruetio
et auquel Chateaubriand, dans ses|tandis que les idées qui ont mené ia’ Seerétaire d Etat des Eivaners:
Mémoires d’Outre-Tombe, a fait al-| Nation Huitienne de 1804 &@ nos We Naviopele ef) Haiti a thonn
lusion par quelques phrases fumen-| jours. lont rendue infiniment mal- tot ea Se see qui & pet
ses: Lorsque dans le silence de lab_| heureuse et ne peuvent que la man enete nile anticipation ie colpal
Jection,Lon entend plus retentir que | tenir dans toutes les miséres, misére gehearce du der Janvier 1909, 1
la chaine de lesclave et lu voix au phystologique, misére intellectuelle,’ Detie intérigure, Convertie et Uor
miuistre économique et financiére. La dée.

Nation Haitienne ne peut élre sau-4 Porta ea i Prinee, 2 29 2 Décembre E
vée ou réformée que par le Parle~| ss waa :
sa disgrdéce, Phistorien parait chargé | ment Haitien, si ce Parlemtnt devient |
de la vengence des peuples Cest en | et demeure un bloc de lumiéres jail
vain que Néron prospere; Tacite est | ies spontanément du Peuple Souve-; 9 ~~
déjé né dans Vempire.: il croit incon | rain, chaque fois,
vu aupres des eendres de Ger mani- Et quasi cursures vitat lampada-tracert—}- Le ‘Lnioxadbepuess partir:
eus ef déja Vintégre Providence a li- | au lieu que d we composé toujours” soir pour Miragoane al Jéré
vré dun enfant obscur la qloire du | de deux Chambres de Représent: tits | prenant. frét et. passagers. -

mattredu monde, Si lerdle de (his-| de Varmée baitrenne. C est ainsi que | Se ics enters
?
R. KavaNacH, 39, Rue du

|



a9



le tyrun ef quil est aussi dungereux

sassegsin teat am adn tale

ossta

torien est beau, il est sonvent dange- | les choses se passert ct se sont pas-
reux; mais il est des autels, comme | sees en Angleterre, en France, au Ja_
celut de Lhonneur, qui, bien qua-| pon, pour ne nommer que ces trots
bandonnés, réclament encore des sa- | grands Pouvoirs. Puissé- je, Port an
crifices ; le Dieu west point unéanti| Princiens, puissé je redire ict que
parce que le temple est désert, Par- | nous devons les imiter, sans erainte
foul ou il reste une chance « lu for- (er sans peur.

tune, il n'y a point dhéroismed la Port « au Prince,le 7 Décembre 1908.
tenter ; les actions marnanimes ‘sont














i Fy ie
Politiques s de Paris, Seetion Boonomigue | 13
et Financ vere,





ie etla-mort-Apres-toutqu im:
les revers,” si hotre-Rem_pro-
fuire-bat--




Section Administrative, Ee

Di Homeati ME in eae iO
. ateddil ici vendredi. ter

-—~ Se _ ~~ +4909. I partiradans la soiret
Lig’ Hollandaise Kingsion, Colon Port-L

deuxieme édilion de mon Humble : ao _| [a all e pour 'Btranger
Adresse sux Electeurs de la Com- Le steamer Prins Witcem I, rs Kingston) par le vapeur:
mune de Port-au Princes, quinze cents | partira ce soira6 heures BOUE: fermera a la Poste yendredi

Lome ie ni, wee a ds

(1) Cl iateaubtiand. Mémoires VOutre- St-Mare et ! New-York. | vier 4909 | a heures de. l'apr



apres notre vier, (4 ) Bref, ayant été
a la peine, je dois étre d Vhonncur
et il est de mon devoir de donner une

_ Tombe, tome H, page 460, édition en 6 volu- PrawPrinee, 28 Décembre 1908. Prau-Prince,

mes, avec une introduction, des noles et des
appe. dices par Ehnond Bire.

_ GERLAGH & Co; Agents’