Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
ort-au-Pr nce (Haiti) —


















































CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETAIRE



ey CENTIMES |
4 EOS o q @a

communications :

Etranger:



IE FRA NCAISE _ses ordres que seront faites_lesre-

“cherches des bateaux faisant la con-
trebande. Les ports qui devront étre
surveillés par I’Espagne, d’aprés le

projet, sunt: Tetouan, Larache et
Tanger. —

§ TELEGRAPHIQUES ©
Edu NOUVELLISTE |
JCTION INTERDITE).
-Campéche, Haiti: ba-|-
sines, 4.25.

, ministre du Travail,

en liberté du caid’Maclean n’est plus
qu’une question de jours.

Panis 6.— Des dépéches officiel-
les recues d Oran annoncent que
| de nouveaux cas de peste ont été
découverts. dans-cette ville et que
des mesures de précaution ont été

Trocadéro la féte de
de la coopérétion et
discours, stot
nauguration du monu-
oblet, cl Mr Clémen- |

uti magistral discours.
Briand a été regu cha-
par la population du
nga un. grand discours

‘dese propager,

Lonpres 6.—Le socialisme prend
Vine importance de~plus en plus
grande en Angleterre, Le parti. on-
‘vrier indépendant,appuyé par la fé-
dération-socialiste-démorcrate, vient
d’oiganiser une campagne de pro-
paginde dans tous les coins du
Royaume Uni. ce ent
Havang 6,—On rapporte que plu-
sieurs bandes ont fait lear appari-
i ans-te—voismrage de Sati-

r Castillo fut regu ce
Pichon. La visite avait
demande au miuistre
du Maroc, au sujet des
nireleroghi,
me du général Drude
her naissance en-
BUNCE OB 2. Cow Ae
ca en ne ren- | provi
es douars-qui-Vac=)

e, député radical so- | suite: ~ So
sénateur'de laCreuse.| -PAnis 6.— M. Lépine, préfet de
miral Philibert,com-| police, vient-detancer une circulai-
ef des forces navales| re ordonnant 4 tous les agents de
télégraphie que | police de saluer les officiers.de lar-
is «Gloires et | née en uniforme,.Cette marque de
M. Regnault, | respect était depuis quelque temps
sont ar- | tombée en désuétude.

ge | AMIENS (Somme) 6. — M.Clémen-
ceau et Jes autres imembres du ca-
binet ont assisté anjourd’huialinau-

| guration. du monument élevé & la





































-lmémoire de René Goblet, ancien

_| premier ministre. Ee

~Mr Ciémenceay a prononce un

discours dans lequel'il a fait I’éloge
udéfunt.

- Braun 7. — Iba été officieusement

noneé que Mr von Tschirky, mi-

dy istre des affaires ae

ur Vai

Abonnement pour “Département....1.20
. 2.00

ux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly & Fort-Per.

-passadeur-4 Saint-Pétersbourg, pren=

‘gnault au Sultan Abdel-Aziz 4 Ra-

prises pour empécher la maladie |

-rent leurs gardiens. Vingt condam-

nce de Pinar del Rio, oils en--

-chargées de livres—srevoir les banes, les clas-
ses,les lableatx que l’on a laissés depuis bien

!

PAR MOIS




dra la direction des affaires étrangé-
res,
Le prince Hohenlohe Landeburg a

| offert sa déinission de Stadthalter de

l’Alsace-Lorraine.



bat, sera bréve. I] présentera les ré-
clamations francaises en détail, mais

il n’en attendra pas la solution, son
but étant d’obtenir Pacceptation du
Sultan au principe de ces réclama-
tions, |

Paris 7.— L’«Echo de Paris» im~__

prime que le ministre des affaires -
étrangéres marocain est trés im-
pressionné par les succés du pré-
tendant Moulai-Hafid et a demandé

4a Mr Régnault le concours d’un na-.

-yvire de guerre francais pourletrans-

port des troupes destinées a disper-.
ser celles du prétendant: ce qui luk

+ fut réfase.

Topats- Kya (Sibérie)7 — Des con-
damnés dirigés sur Tobalsk attaqué-




nés furent tués, onze porent s’echap-
six des gardiens furent blessés.





Pour les éléves de nos écoles. ..

: Les cloches sonnent et-appellent éléves et

mattres A la ache désertée depuis denx mois. —
Crest la reprise du travail laborieux, de la
besogne épineuse et difficile ;-les rues sont.
pleines de la gent écoliére; allant—les uns, la
musette en-bandoullére, les autres, les mains










longtemps... On va se relrouver, se presser la
ORE LEMP ,

“mainet combien la cour de récréations: pa



yaitra défaite, combien les classes sembi
changées | lau

Ces classes, qu’élles sont joyeuses d’en-
tendre le hourdonnement de cés mioches, de

eront




ces chers éléves qui les remplissaient de leurs —
| bruits, de leurs bavardages que le maitre est
‘impuissant parfois & contenir | Elles élaient

bien geules, pendant ces mois de vacances,
elles paraissaient s’ennuyer de Ja solitude, de
Visolement dans lequel elles élaient ployees 5

" | elles appelaient leur jeunes holes quielles re~ _
| verront avec quel délicieux plaisir! La grao- |

“ de cour sémblait dormir d'un sommeil lethey= is









api OS AOI

gique, car ils étaient partis, ces éléves, ayant

délaissé la grande isolée qui offrai one |
is quoi de triste, de donloureux pendaal les _ for
cances écoulées vite, bien vite. . lonté peu co.
Les éléves baillaient a la fin et attendaient digestion,a une compre!

avec une fiévreuse impatience l’automne, puis: - tueuse d'un: programme par

octobre,afin d’aller 4 la tache, cueillir la for- . déja. 2

__te.moisson—prdparée,-semée—par-le-mattres |~ ~Tesprit de nos enfants subit, | me , du jeune ho

ils ont eu nostalgie de la chére école qu'ils ; une effroyable dégénérescente, saccentua' , boule re

aiment malgré eux mémes,malgré la sévérité | de jour en jour, et l'on peut affirmer en Lrévé par tous les.






























du sage professeur... - _ | générale que les résultats d’a_p Ua contrdle minn
Rien de plus triste, de plus morne que | au-dessous de ceux obtenus jadis, ily man douce sévérilé, ne peut qu’
Paspect d’un collége pendant les vacances ; | que de la force,de la pondération, et. as: ite influence sur Vaveni
rien de plus sombre que-le~ silence lugubre | siste 4 une sorle danémie J’es pos | porter 4 accomplir tous ses
qui se dégage partout, du réfeetoir, de 1a | éléves, causée par celle du corps et des orga~ | vers | -méme qu’envers la
salle d’études | Méme le grand aybre planté | nes: la mentalité d'un peuple est-en raison | Le professeur est un Ed
la, au milien de la cour, s'ennuie au miliew | directe du degré de bien-étre. de ce peuple. | les jeunes Consciences vers
dela solitude dont il est enveloppé et courbe.} Le développement de soi vers les pr vers [Idéal, qui faconne des
ses branches avec une sorte de langueur, de | vient quelque chose d’4 peu prés impossible | tb néraments, et qui ne cesee
tristesse qui ne témoigne que trop de son ar- | pour Vobtention duquel i faut fuller sa nseignement en compléte ha

deur de revoir ces jeunes enfants qu’il cou- | cesse, avec force, contre les diffienliés de Tam pce a lui gervent de
vre de son ombre..pendant-les--réeréations. pbiance déprimante, watique. Des promotions
‘L’on est imprégné tout de suite, ala vuede} Ilya une profunde dispropovti velles
ces choses qui nous crient leur isolement, | espérances. auxquelles soupire la jet e.

leur détresse, d’une poignant» impression de} des Ezoles, et les conditions, dans lesquelles | _

journée grise, d’une forte sensation de froid, | ces espérances-la se développent; le vouloir | a4

Tout dort | Aujourd’hui,les cloches célébrent | est anéanti presque par les privations quett-

le réveil ef chantent le joyeux alleliia. ~~ | tidiennes: tous les réves de travail, 2s | présentent avec quelque comp
* beaux espoirs concus par esprit des jeunes | dement des jeunes gens conii

ct Be rs “| Ecoliers; deviennent souvent ¢ é toujours le grand ami,ph

Les cloches sonnent ! Les maitres..recom- | jours des illusions fauchées, des chit ur les défauts, les défectu

mencent le pélerinage et reprennent la route | écrasées par Vabominable réalité. La Des tave de ses éléves: il les aidera
de Vécole pour revoir les éléves abandonnés a | née d'un homme n’est pas ce que cet homm tendances qui ne revélent qu
eux-mémes pendant ces deux mois et conti- } aurait voulu qu’elle fat. a : | mal dirigé depuis le principe
nuer leur tache,—véritable Sacerdoce. ee : Pa | Oh le maitre! aimez-le, jeut
Ilya une communauté de vie, une simili- : * * | Lille mérile; son existence est
tude d’existence entre les maitres et les élé- | ‘Les cloches sonnent et l'on se coudoie pour | & celle que vous écoulez so
ves. En dépit de soi-méme, Von est heureux | reprendre le laborieux: travail U. ole, son horizon ést forl r
d’assister a la reptrée. ir_les enfants.se-} dtude-se présente a Tanalyste, dob sortirait | qu’il est allaché pour touje





















~-¥euniP ef Tiler’ un aun dans la classe qui se } en relief, la grande union qui existe e¢ : une Fatalilé semble y
réjouit, on dirait, dela vie dont elle est subi-.| éléves et: professeurs, létroite parenté qu a dévouement, un 1o#
tement animeée, tant le travail est la condition | ceux-ci a ceux-la... Que. de fois, se répéle chaque jour, “dur,”
normale des élres et des choses, Pendant-lout-}1’éléve ne s’est-il pas montré rebe qui cependant est atténue pa

le temps qu’on élait plongé la, dans Pinae- | ges avis du maitre, aux zonseils dennés avec | sée d
tion, l'on pensait a la rentrée, 4 la tache or- | un peu -de-sévérité! Cependant, le professea
dinaire, l’on sentait son activité décroitre et | a toujours su pardonner de légéres incartades

lon s’élirait nerveugement, cherchant a fixer | aprés avoic: infl “punilion exemplair

son esprit vers.un point central of convergent Plendaut 4 maintenir son auloriné qui ne

des idées fortes et laborieuses. pas étre ébraniée, s'il veut que fon enselgo

boite mignonne ot des épingles a léte de cr

tal, dayate,s’alignent, wras-déda / ‘

op S presque. a Be eG a es : : 5

~~ Non, non |








| Et le geste de sa petile main repou
frande. Et comme il insiste. elle s’¢
ee |ente congédiant d'un signe de tate.
Quelques jours'se sont écoulés depuis cette | --Nou, je ne m’en irai poiat que
~aprés- midi. Augel a oublié les propos échan- | m’aies dit pourquok tu ne veng plus ¢
_pés entre lui et ses compagnons.a la caserne, | Qu’ai-je Tait pour l¢ froisser? de m’
—comment s’en souviendrail- il? et cest un | d’avance, — ees
pas ferme, serré dans son pourpoint de ve- | Alors, compatiseante et trainant le pied,
tours écarlate, la pointe de son épée battant [son pied nudans ses sahdales, elle est reve
con mollet en saillie qu'il s’achemine vers-la+- et Te Oe :
—atson de sa taitresse par-les rues d’Isabella. ~~ Tu m’as donuée & Alongo,ditee
Bonjour, Ananima,dit Augel en lui tens | langage délicieusement compliqué. |
dant sa fine main, “dT Vai pas cru d’aboid 3 ita a
Liindienne n’a point répordu et ses grands | qui ont juré sur leurs é Je
yeux se fixent languissamment sur lui. | c’élail ta volonté, a été mon maitre
—(Qu’y a-t-il, ma toute belle, et pourquoi Et les sapglots qui at
ces bouderivs ? : See éclatent sur le pourpoint de
- Méme silence. | mm Vive Dieu s'exelame-
Le gentithomme castillan a mis un genou | hison icfame, et Alonzo paie
en terre el se penche sur la natte dorée. dace, ainsi que ses gredin
-—-Ananima, mon-astre, regarde-moi, ne | mignonue, je te le jure
fe délourne pas fe celui qui brale d’amour | vierye que je porte et qne tu
pour tol. — n'ai pias commis cette
Cette fois, elle I’a regardé, mais un sou- | pour toi est plus






pan Amépte Brun

ecw “tl













pire qu’elle voit ironique, rend sa levre su- | d’ot nous som
prémement tentante, = - | vers tol. Veux ta ?

> sm Parle, Yoyons,.que Vai-je fait? =| est fini entre n
= Eide s et of sonnent des ducats| Qu ;

: _ voucrait. pas, il tire une |

Â¥



lide a fé nou. :

oe mee 2 éé conduits a

Hillion Gustaves et Mr |

i EBta déiic Marcelia.
} Ont qvéé Mile Clara Marcelin avec le
Dr Ch. Massac et Mile Régina Eyssaléne

Me Henti Marceli

Assistance | nonibreuse et choisie, ob
distinguait LeursGrandeurs Mgrs Co-
et Pichon. de nombresx préires du
inaire et pee ies oe © La musique

ceaax de son “yboartoire.
— Nos meilleurs voeux de fél icité aux
ts marlés,

Naissance

a On news. fait part que Mme Calisthé-
nes: -Montasse. a mils an monde, dimanche
xX gai ont regu les

soir, deux jumes
poms de MARceL et SIMONNE.

‘La mére et les enfints se’portent bien. |

Nos compliments.
Echo de Jérémie

- Dimanche, 29 Septembre dernies, il y |

ae aeu une belle réunion aa Cercle Catho-

igne. de Jérémie. Crest. A cetie— dae dels i

chel que: se font les é tect

“dirigeaut. ~=- Cette année, nous}

: | avons, parmi les dignitaires, un jeune
le | président: notre ami Lerner Titus. Se-



0 jour mols étroit.

ministre de la Justice, 2 | pas 4. cet’ honneur, Aussi n’avons-nous

du Gouvernement, la la
0 laquelle il a remercié l'assemblée qui l’a

| appelé asa téte.

| Les autres dignitaires sont les suivants:

| Me Joles Prépetit, vice-président, M. Ro-

| ger Hilaire, secrétaire, le a P. Fouqué,

non, cvamilters. :
ommie cel (se Yemarque, tr GimniOn:

id nonveau borean” doone beaucoup A es-
ne Gk as

ait periods

it de ‘nourrit les. ipellsaten ae
j | par jour.

ar Je président est d

lement 2 ir par lot-méme, mais aussi
sire assister par tous ceax qui sont dis-

Aue bonnes ceuvres.
da soirée du dimanche, une

lon tontes probabilités, ib me s'attendait |

pas manqgoé de constater l’émotion avec |

nécessaite pour non.

Bye

voit ee tsa a Tit

| ment, Mais si on ne pe

et si ae résisie ease
qne tout le monde connait, oo.

au malade un demi-litre de lait er ane
an émétigue de sulfate de zinc (an gram

| me ou guirz: grains ).— Le lair se csiile

dius Vestomic et entreingta Varéte. lors 2S

que Veflet do vomitif s’exercera. So
Le Roi de in Beaut OS

foo ire et Savon Naftalone le Rot de
ja Beaulé et le destructeur des bou~

Chez LAGOJ ANNIS.

Pour cause de départ
A wendre bonne position commerciale
Une maison 4 étage, toute beuve,.
sise en face du marché de Pi-de-Paixs
Sadresser au propriétaire ,
_ Eire Newson. -
Engrenages
Pour Machine a coudre, gros el dé-

tail chez .
LAGOJANNIS

A Vendre
Une seile 4 femme de forme an--
glaise.
Sadresser au bureau du joutnal.

Avis
La soussignée, donne avis au publi ic
el au commerce en particu ier
ayant Ta Taissé Te iriti

S BOUT i 44% by

tons, ele, € ele

ite-de-caracteres

elle n'est plas respons: ible des actions —

de son mari, Monsieur Desile Bazile,

en. atendant qu'un divorce soit pro

nones pudung
DazULNa: Drovers.

; A louer

Une. maisonnette a Peu- de- Chose,.
apres Mr D. Sam.

S'adresser: Avenue Magl oire-A m-
broise, Quartier de l’Exposition; N’ 38.

| bg Paring « Médil

: est fabriquée. par.les plus. eanda mou--_

lins dumonde, produisant 30, 000 barils-

‘Tis sont aussi qassi propritaires dé de 350 dé- -
pots dans les Etats do Nord-Ouest qui —
prodalsen le fameux blé dur. ae prin~
temps.

‘LA FARINE. ‘MEDAL LLE 0 OR

: oe les mémes qualité

pete 8 et fait non-se “ae /





AVIS DIVERS| -

| On jee et remet a n
Ebénisterie Nouvelle} éces de Chapeaux di
tablissement de ¢
riquen » situé Grand
M. FarGeau prévient, ses clients ainsi | tre l’Administration des

que le public, que son Atelier, d'Ebé- Armes de e Pariss,--- EMILE Hy “ ae
nisterie est transféré 4 la Grand’Rae, aN : de P cia :
3

Ne 250 (ancienne maison Capre ). :

~ On trouvera. comme toujours, chez u Restaurant :
lui un asso: timent complet de Meubles ]|
eu tous genres et a un prix. exception
mellement bon marché.

Son dépot. de Cercueils, pourvu de
‘toutes les formes a. la mode, est a la | Donne maison haute, ayal

“disposition du public et & un prix a la piéces bien aménagées.

portée de toutes les bourses Sadresssi au bureau du. u urnal .
Cereveils pour enfants depuis sept| stile ic =
gourdes jusqu’a quatre. vingls; pour

grandes personnes depuis quinze gour- 0
des jusqu’a trois cents BO LETS A y
L’Etablissement fournit aux -ache- Pour Mariages, Fiancaill

‘teurs des TRETEAUX pour Jl’exposition
P P S’adresser & Mm™*Cynus SAUR

_des cercueils dans les. maisons mor- oo
-quaires. nue John Brown, en face du Pension-
nat Ste-Rose de Lima. |

Compagnie " Transalantiue | py = H

Le steamer «(QueBEG> est al-| spo Tailleur,
tendu mercredi 9 courant et par-|__._ _zrand-riwe,-

os tira le mémé jour 4 6 hres pour elie

St Marc, Gonaives et Pelit- Goave. que. sa maison est no! — ament

~~] sera de retour dimanche 43 | assortie d'une grande quantité de

au matin et partira le méme jour
“4 2 bres, pour Port de-Paix Cape Diagonal, Panelles,Ghevites et
| d'une réelle supériori

Haaitien et escales.. ce
L Dans son établisseme

-” L’Annexe est attendu jeudi 40] yt -- comme toujours, -
- courant et partira le-méme jour a nies modes frangaises et:
_5 heures, pour Jérémie, Santiago: “RIAISES
de Guba et escales.
Portau- Pranice, 8 Octobre: 1907.

“wii oe


























veront dans son ‘dépot ae
Fronts Forts, Ns

. k a ob rhum downs ot jus we
_ Gervice New-York-Haitl) ‘| le gallon.
Service Atlas
Snyivant cable recu, le steamer
' ALLEGHANY », venant de New-
“York, est arrivé au Cap-Haitien.
AL sera ici: jeudi matin 10 courant, j
_ pour repartir probablement dans | 2¢Pot un ipa Deo
da sot irée pour Saint ae ae One ee eon
| Jacmel et Santa- ee

- ia eae pour VEicanger_ pel,

de vapeur « Vatpivia ) (vid Jéré-
e) sé oes Ja ee jendi |











Full Text


ort-au-Pr nce (Haiti) —


















































CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETAIRE



ey CENTIMES |
4 EOS o q @a

communications :

Etranger:



IE FRA NCAISE _ses ordres que seront faites_lesre-

“cherches des bateaux faisant la con-
trebande. Les ports qui devront étre
surveillés par I’Espagne, d’aprés le

projet, sunt: Tetouan, Larache et
Tanger. —

§ TELEGRAPHIQUES ©
Edu NOUVELLISTE |
JCTION INTERDITE).
-Campéche, Haiti: ba-|-
sines, 4.25.

, ministre du Travail,

en liberté du caid’Maclean n’est plus
qu’une question de jours.

Panis 6.— Des dépéches officiel-
les recues d Oran annoncent que
| de nouveaux cas de peste ont été
découverts. dans-cette ville et que
des mesures de précaution ont été

Trocadéro la féte de
de la coopérétion et
discours, stot
nauguration du monu-
oblet, cl Mr Clémen- |

uti magistral discours.
Briand a été regu cha-
par la population du
nga un. grand discours

‘dese propager,

Lonpres 6.—Le socialisme prend
Vine importance de~plus en plus
grande en Angleterre, Le parti. on-
‘vrier indépendant,appuyé par la fé-
dération-socialiste-démorcrate, vient
d’oiganiser une campagne de pro-
paginde dans tous les coins du
Royaume Uni. ce ent
Havang 6,—On rapporte que plu-
sieurs bandes ont fait lear appari-
i ans-te—voismrage de Sati-

r Castillo fut regu ce
Pichon. La visite avait
demande au miuistre
du Maroc, au sujet des
nireleroghi,
me du général Drude
her naissance en-
BUNCE OB 2. Cow Ae
ca en ne ren- | provi
es douars-qui-Vac=)

e, député radical so- | suite: ~ So
sénateur'de laCreuse.| -PAnis 6.— M. Lépine, préfet de
miral Philibert,com-| police, vient-detancer une circulai-
ef des forces navales| re ordonnant 4 tous les agents de
télégraphie que | police de saluer les officiers.de lar-
is «Gloires et | née en uniforme,.Cette marque de
M. Regnault, | respect était depuis quelque temps
sont ar- | tombée en désuétude.

ge | AMIENS (Somme) 6. — M.Clémen-
ceau et Jes autres imembres du ca-
binet ont assisté anjourd’huialinau-

| guration. du monument élevé & la





































-lmémoire de René Goblet, ancien

_| premier ministre. Ee

~Mr Ciémenceay a prononce un

discours dans lequel'il a fait I’éloge
udéfunt.

- Braun 7. — Iba été officieusement

noneé que Mr von Tschirky, mi-

dy istre des affaires ae

ur Vai

Abonnement pour “Département....1.20
. 2.00

ux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly & Fort-Per.

-passadeur-4 Saint-Pétersbourg, pren=

‘gnault au Sultan Abdel-Aziz 4 Ra-

prises pour empécher la maladie |

-rent leurs gardiens. Vingt condam-

nce de Pinar del Rio, oils en--

-chargées de livres—srevoir les banes, les clas-
ses,les lableatx que l’on a laissés depuis bien

!

PAR MOIS




dra la direction des affaires étrangé-
res,
Le prince Hohenlohe Landeburg a

| offert sa déinission de Stadthalter de

l’Alsace-Lorraine.



bat, sera bréve. I] présentera les ré-
clamations francaises en détail, mais

il n’en attendra pas la solution, son
but étant d’obtenir Pacceptation du
Sultan au principe de ces réclama-
tions, |

Paris 7.— L’«Echo de Paris» im~__

prime que le ministre des affaires -
étrangéres marocain est trés im-
pressionné par les succés du pré-
tendant Moulai-Hafid et a demandé

4a Mr Régnault le concours d’un na-.

-yvire de guerre francais pourletrans-

port des troupes destinées a disper-.
ser celles du prétendant: ce qui luk

+ fut réfase.

Topats- Kya (Sibérie)7 — Des con-
damnés dirigés sur Tobalsk attaqué-




nés furent tués, onze porent s’echap-
six des gardiens furent blessés.





Pour les éléves de nos écoles. ..

: Les cloches sonnent et-appellent éléves et

mattres A la ache désertée depuis denx mois. —
Crest la reprise du travail laborieux, de la
besogne épineuse et difficile ;-les rues sont.
pleines de la gent écoliére; allant—les uns, la
musette en-bandoullére, les autres, les mains










longtemps... On va se relrouver, se presser la
ORE LEMP ,

“mainet combien la cour de récréations: pa



yaitra défaite, combien les classes sembi
changées | lau

Ces classes, qu’élles sont joyeuses d’en-
tendre le hourdonnement de cés mioches, de

eront




ces chers éléves qui les remplissaient de leurs —
| bruits, de leurs bavardages que le maitre est
‘impuissant parfois & contenir | Elles élaient

bien geules, pendant ces mois de vacances,
elles paraissaient s’ennuyer de Ja solitude, de
Visolement dans lequel elles élaient ployees 5

" | elles appelaient leur jeunes holes quielles re~ _
| verront avec quel délicieux plaisir! La grao- |

“ de cour sémblait dormir d'un sommeil lethey= is






api OS AOI

gique, car ils étaient partis, ces éléves, ayant

délaissé la grande isolée qui offrai one |
is quoi de triste, de donloureux pendaal les _ for
cances écoulées vite, bien vite. . lonté peu co.
Les éléves baillaient a la fin et attendaient digestion,a une compre!

avec une fiévreuse impatience l’automne, puis: - tueuse d'un: programme par

octobre,afin d’aller 4 la tache, cueillir la for- . déja. 2

__te.moisson—prdparée,-semée—par-le-mattres |~ ~Tesprit de nos enfants subit, | me , du jeune ho

ils ont eu nostalgie de la chére école qu'ils ; une effroyable dégénérescente, saccentua' , boule re

aiment malgré eux mémes,malgré la sévérité | de jour en jour, et l'on peut affirmer en Lrévé par tous les.






























du sage professeur... - _ | générale que les résultats d’a_p Ua contrdle minn
Rien de plus triste, de plus morne que | au-dessous de ceux obtenus jadis, ily man douce sévérilé, ne peut qu’
Paspect d’un collége pendant les vacances ; | que de la force,de la pondération, et. as: ite influence sur Vaveni
rien de plus sombre que-le~ silence lugubre | siste 4 une sorle danémie J’es pos | porter 4 accomplir tous ses
qui se dégage partout, du réfeetoir, de 1a | éléves, causée par celle du corps et des orga~ | vers | -méme qu’envers la
salle d’études | Méme le grand aybre planté | nes: la mentalité d'un peuple est-en raison | Le professeur est un Ed
la, au milien de la cour, s'ennuie au miliew | directe du degré de bien-étre. de ce peuple. | les jeunes Consciences vers
dela solitude dont il est enveloppé et courbe.} Le développement de soi vers les pr vers [Idéal, qui faconne des
ses branches avec une sorte de langueur, de | vient quelque chose d’4 peu prés impossible | tb néraments, et qui ne cesee
tristesse qui ne témoigne que trop de son ar- | pour Vobtention duquel i faut fuller sa nseignement en compléte ha

deur de revoir ces jeunes enfants qu’il cou- | cesse, avec force, contre les diffienliés de Tam pce a lui gervent de
vre de son ombre..pendant-les--réeréations. pbiance déprimante, watique. Des promotions
‘L’on est imprégné tout de suite, ala vuede} Ilya une profunde dispropovti velles
ces choses qui nous crient leur isolement, | espérances. auxquelles soupire la jet e.

leur détresse, d’une poignant» impression de} des Ezoles, et les conditions, dans lesquelles | _

journée grise, d’une forte sensation de froid, | ces espérances-la se développent; le vouloir | a4

Tout dort | Aujourd’hui,les cloches célébrent | est anéanti presque par les privations quett-

le réveil ef chantent le joyeux alleliia. ~~ | tidiennes: tous les réves de travail, 2s | présentent avec quelque comp
* beaux espoirs concus par esprit des jeunes | dement des jeunes gens conii

ct Be rs “| Ecoliers; deviennent souvent ¢ é toujours le grand ami,ph

Les cloches sonnent ! Les maitres..recom- | jours des illusions fauchées, des chit ur les défauts, les défectu

mencent le pélerinage et reprennent la route | écrasées par Vabominable réalité. La Des tave de ses éléves: il les aidera
de Vécole pour revoir les éléves abandonnés a | née d'un homme n’est pas ce que cet homm tendances qui ne revélent qu
eux-mémes pendant ces deux mois et conti- } aurait voulu qu’elle fat. a : | mal dirigé depuis le principe
nuer leur tache,—véritable Sacerdoce. ee : Pa | Oh le maitre! aimez-le, jeut
Ilya une communauté de vie, une simili- : * * | Lille mérile; son existence est
tude d’existence entre les maitres et les élé- | ‘Les cloches sonnent et l'on se coudoie pour | & celle que vous écoulez so
ves. En dépit de soi-méme, Von est heureux | reprendre le laborieux: travail U. ole, son horizon ést forl r
d’assister a la reptrée. ir_les enfants.se-} dtude-se présente a Tanalyste, dob sortirait | qu’il est allaché pour touje





















~-¥euniP ef Tiler’ un aun dans la classe qui se } en relief, la grande union qui existe e¢ : une Fatalilé semble y
réjouit, on dirait, dela vie dont elle est subi-.| éléves et: professeurs, létroite parenté qu a dévouement, un 1o#
tement animeée, tant le travail est la condition | ceux-ci a ceux-la... Que. de fois, se répéle chaque jour, “dur,”
normale des élres et des choses, Pendant-lout-}1’éléve ne s’est-il pas montré rebe qui cependant est atténue pa

le temps qu’on élait plongé la, dans Pinae- | ges avis du maitre, aux zonseils dennés avec | sée d
tion, l'on pensait a la rentrée, 4 la tache or- | un peu -de-sévérité! Cependant, le professea
dinaire, l’on sentait son activité décroitre et | a toujours su pardonner de légéres incartades

lon s’élirait nerveugement, cherchant a fixer | aprés avoic: infl “punilion exemplair

son esprit vers.un point central of convergent Plendaut 4 maintenir son auloriné qui ne

des idées fortes et laborieuses. pas étre ébraniée, s'il veut que fon enselgo

boite mignonne ot des épingles a léte de cr

tal, dayate,s’alignent, wras-déda / ‘

op S presque. a Be eG a es : : 5

~~ Non, non |








| Et le geste de sa petile main repou
frande. Et comme il insiste. elle s’¢
ee |ente congédiant d'un signe de tate.
Quelques jours'se sont écoulés depuis cette | --Nou, je ne m’en irai poiat que
~aprés- midi. Augel a oublié les propos échan- | m’aies dit pourquok tu ne veng plus ¢
_pés entre lui et ses compagnons.a la caserne, | Qu’ai-je Tait pour l¢ froisser? de m’
—comment s’en souviendrail- il? et cest un | d’avance, — ees
pas ferme, serré dans son pourpoint de ve- | Alors, compatiseante et trainant le pied,
tours écarlate, la pointe de son épée battant [son pied nudans ses sahdales, elle est reve
con mollet en saillie qu'il s’achemine vers-la+- et Te Oe :
—atson de sa taitresse par-les rues d’Isabella. ~~ Tu m’as donuée & Alongo,ditee
Bonjour, Ananima,dit Augel en lui tens | langage délicieusement compliqué. |
dant sa fine main, “dT Vai pas cru d’aboid 3 ita a
Liindienne n’a point répordu et ses grands | qui ont juré sur leurs é Je
yeux se fixent languissamment sur lui. | c’élail ta volonté, a été mon maitre
—(Qu’y a-t-il, ma toute belle, et pourquoi Et les sapglots qui at
ces bouderivs ? : See éclatent sur le pourpoint de
- Méme silence. | mm Vive Dieu s'exelame-
Le gentithomme castillan a mis un genou | hison icfame, et Alonzo paie
en terre el se penche sur la natte dorée. dace, ainsi que ses gredin
-—-Ananima, mon-astre, regarde-moi, ne | mignonue, je te le jure
fe délourne pas fe celui qui brale d’amour | vierye que je porte et qne tu
pour tol. — n'ai pias commis cette
Cette fois, elle I’a regardé, mais un sou- | pour toi est plus






pan Amépte Brun

ecw “tl













pire qu’elle voit ironique, rend sa levre su- | d’ot nous som
prémement tentante, = - | vers tol. Veux ta ?

> sm Parle, Yoyons,.que Vai-je fait? =| est fini entre n
= Eide s et of sonnent des ducats| Qu ;

: _ voucrait. pas, il tire une |

Â¥
lide a fé nou. :

oe mee 2 éé conduits a

Hillion Gustaves et Mr |

i EBta déiic Marcelia.
} Ont qvéé Mile Clara Marcelin avec le
Dr Ch. Massac et Mile Régina Eyssaléne

Me Henti Marceli

Assistance | nonibreuse et choisie, ob
distinguait LeursGrandeurs Mgrs Co-
et Pichon. de nombresx préires du
inaire et pee ies oe © La musique

ceaax de son “yboartoire.
— Nos meilleurs voeux de fél icité aux
ts marlés,

Naissance

a On news. fait part que Mme Calisthé-
nes: -Montasse. a mils an monde, dimanche
xX gai ont regu les

soir, deux jumes
poms de MARceL et SIMONNE.

‘La mére et les enfints se’portent bien. |

Nos compliments.
Echo de Jérémie

- Dimanche, 29 Septembre dernies, il y |

ae aeu une belle réunion aa Cercle Catho-

igne. de Jérémie. Crest. A cetie— dae dels i

chel que: se font les é tect

“dirigeaut. ~=- Cette année, nous}

: | avons, parmi les dignitaires, un jeune
le | président: notre ami Lerner Titus. Se-



0 jour mols étroit.

ministre de la Justice, 2 | pas 4. cet’ honneur, Aussi n’avons-nous

du Gouvernement, la la
0 laquelle il a remercié l'assemblée qui l’a

| appelé asa téte.

| Les autres dignitaires sont les suivants:

| Me Joles Prépetit, vice-président, M. Ro-

| ger Hilaire, secrétaire, le a P. Fouqué,

non, cvamilters. :
ommie cel (se Yemarque, tr GimniOn:

id nonveau borean” doone beaucoup A es-
ne Gk as

ait periods

it de ‘nourrit les. ipellsaten ae
j | par jour.

ar Je président est d

lement 2 ir par lot-méme, mais aussi
sire assister par tous ceax qui sont dis-

Aue bonnes ceuvres.
da soirée du dimanche, une

lon tontes probabilités, ib me s'attendait |

pas manqgoé de constater l’émotion avec |

nécessaite pour non.

Bye

voit ee tsa a Tit

| ment, Mais si on ne pe

et si ae résisie ease
qne tout le monde connait, oo.

au malade un demi-litre de lait er ane
an émétigue de sulfate de zinc (an gram

| me ou guirz: grains ).— Le lair se csiile

dius Vestomic et entreingta Varéte. lors 2S

que Veflet do vomitif s’exercera. So
Le Roi de in Beaut OS

foo ire et Savon Naftalone le Rot de
ja Beaulé et le destructeur des bou~

Chez LAGOJ ANNIS.

Pour cause de départ
A wendre bonne position commerciale
Une maison 4 étage, toute beuve,.
sise en face du marché de Pi-de-Paixs
Sadresser au propriétaire ,
_ Eire Newson. -
Engrenages
Pour Machine a coudre, gros el dé-

tail chez .
LAGOJANNIS

A Vendre
Une seile 4 femme de forme an--
glaise.
Sadresser au bureau du joutnal.

Avis
La soussignée, donne avis au publi ic
el au commerce en particu ier
ayant Ta Taissé Te iriti

S BOUT i 44% by

tons, ele, € ele

ite-de-caracteres

elle n'est plas respons: ible des actions —

de son mari, Monsieur Desile Bazile,

en. atendant qu'un divorce soit pro

nones pudung
DazULNa: Drovers.

; A louer

Une. maisonnette a Peu- de- Chose,.
apres Mr D. Sam.

S'adresser: Avenue Magl oire-A m-
broise, Quartier de l’Exposition; N’ 38.

| bg Paring « Médil

: est fabriquée. par.les plus. eanda mou--_

lins dumonde, produisant 30, 000 barils-

‘Tis sont aussi qassi propritaires dé de 350 dé- -
pots dans les Etats do Nord-Ouest qui —
prodalsen le fameux blé dur. ae prin~
temps.

‘LA FARINE. ‘MEDAL LLE 0 OR

: oe les mémes qualité

pete 8 et fait non-se “ae /


AVIS DIVERS| -

| On jee et remet a n
Ebénisterie Nouvelle} éces de Chapeaux di
tablissement de ¢
riquen » situé Grand
M. FarGeau prévient, ses clients ainsi | tre l’Administration des

que le public, que son Atelier, d'Ebé- Armes de e Pariss,--- EMILE Hy “ ae
nisterie est transféré 4 la Grand’Rae, aN : de P cia :
3

Ne 250 (ancienne maison Capre ). :

~ On trouvera. comme toujours, chez u Restaurant :
lui un asso: timent complet de Meubles ]|
eu tous genres et a un prix. exception
mellement bon marché.

Son dépot. de Cercueils, pourvu de
‘toutes les formes a. la mode, est a la | Donne maison haute, ayal

“disposition du public et & un prix a la piéces bien aménagées.

portée de toutes les bourses Sadresssi au bureau du. u urnal .
Cereveils pour enfants depuis sept| stile ic =
gourdes jusqu’a quatre. vingls; pour

grandes personnes depuis quinze gour- 0
des jusqu’a trois cents BO LETS A y
L’Etablissement fournit aux -ache- Pour Mariages, Fiancaill

‘teurs des TRETEAUX pour Jl’exposition
P P S’adresser & Mm™*Cynus SAUR

_des cercueils dans les. maisons mor- oo
-quaires. nue John Brown, en face du Pension-
nat Ste-Rose de Lima. |

Compagnie " Transalantiue | py = H

Le steamer «(QueBEG> est al-| spo Tailleur,
tendu mercredi 9 courant et par-|__._ _zrand-riwe,-

os tira le mémé jour 4 6 hres pour elie

St Marc, Gonaives et Pelit- Goave. que. sa maison est no! — ament

~~] sera de retour dimanche 43 | assortie d'une grande quantité de

au matin et partira le méme jour
“4 2 bres, pour Port de-Paix Cape Diagonal, Panelles,Ghevites et
| d'une réelle supériori

Haaitien et escales.. ce
L Dans son établisseme

-” L’Annexe est attendu jeudi 40] yt -- comme toujours, -
- courant et partira le-méme jour a nies modes frangaises et:
_5 heures, pour Jérémie, Santiago: “RIAISES
de Guba et escales.
Portau- Pranice, 8 Octobre: 1907.

“wii oe


























veront dans son ‘dépot ae
Fronts Forts, Ns

. k a ob rhum downs ot jus we
_ Gervice New-York-Haitl) ‘| le gallon.
Service Atlas
Snyivant cable recu, le steamer
' ALLEGHANY », venant de New-
“York, est arrivé au Cap-Haitien.
AL sera ici: jeudi matin 10 courant, j
_ pour repartir probablement dans | 2¢Pot un ipa Deo
da sot irée pour Saint ae ae One ee eon
| Jacmel et Santa- ee

- ia eae pour VEicanger_ pel,

de vapeur « Vatpivia ) (vid Jéré-
e) sé oes Ja ee jendi |