Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
1u-Prince (Haiti)














_ Abonnement pour Département..
€ « . Etranger

dS

Téubran ( Perse ) jer.— Au mo-
ment ou il sertait du Parlement, le
ministre Atabeg Azam a été atlaqué
par un individus gui lui a tiré six
coups de revolver, Sa moila été ins.
tantanée,-—

1E FRANGAI
“THLEGRAPHIQUES —



Soto te ean -ent-ine- ertrevue,
‘ce matin avec les ministres de la
| gunerre.ct. deta marine ef M. Louis,
| directeur des affaires politiques au
‘;ministére des affaines élrangéres.
| L’entietien porta sur Jes évenements
ida Maree.
2) Eamival Phithert télégraphie le
fer: «Pas dineident dans les

| villes de fa cote de Casablanca. Une

t probeble ment re- | reconuaissance dirigée vers le Sud
our se ivmettre des | renconira un fort parti de cavaliers
ambat de mercredi der- | Marocains qu’elle mit en déronie.



















M:Mithiés Lacroix inaugura hier la











~ On annonce gue la |
tué le fumeux bandit | les Landes; M. Simya:, sous-secié-
: | taire d’Etail des postes, procéda a la

me-eéeemoenie a Brou, prés de
Lyon L’olfigiel a publié le décret fat-
sunt cesser les décrets des-4 Octo-












iesannées et défiant |










ulorilés. | bre 1902 et 31 Mars 1905 proregeant
La course d’antos|Je-pouvoirdes-membres du conseil
upe-Floria a é'éJ ‘ral de la Martinique.
hui et gagnee. par | = areinrnitmimrt

*

pola. Celte course | .
usieurs accidents, |
rictime est le ba-

elec:

temps des trois
té: Minoia, 4 h.
des; Hemery 4
des; Henriot, 4 b.





ealrayons du « Cable

du 27 Aodt dernier :

‘Des eflets nélastes dune Comble sur un
>... lenge Antillas

onne | Les astronomes nous avaient anpon-
| eo g

>, du Cap, Ne









truinée luaminense de sa chevelure ar-
venice. ~ REE



souvenir,

4,20

|



nouvelle mairie de Cape Breton dans:























ee i
. 2 beoieeefrenounennsinsens sctiemionnncertetenerngouinmnemcgsiginninnnseatannonsinsivesic matuonnescenginamnenr rt I

Sur la. demande de Vauteur, nous |

uune coméle devail passer dans |
+ notre ciel ef gue, pour. quelques se- |
-maines; nous pourrions admirer” la.

“Mais ce qu’is ne nous‘avaient point
[-dit,--- on ne peut lout prévoir.— c'est
- ye'elle ie partirail pas sans nous avoir
| laisad son souventr,--- un bien manvais |
_ af sang nous avuirjoud quel+ |:
it tous les.

ols heures, |

s cometes tse reforme; ils Veutrainent,. ils. chau=~

Mardi, 3 Septembre 1907
















sont si capricieuses | et c’était un vrai
pluisir admirer sa petite-téte ronde
et sa chevelure dénouée qui Hottait h-
bre au ciel, devant les étoiles émer-
Sang Gause ef sans raison, les cometes
woat pas-de raison,~i semble quun
vent de folie et de-rage seléve et-sout-
flé sur tout le cleryé du Nord, secoue
et enicre tous ses membres, et.de ces
hemmes, un peu lourds, que lon pou-
yait ¢ oire si paternes et si doux, fait
des déchainés, des «possédés» -- mur-
mure-t on, qui ne parleat plusqve de
coups, de coups de chaise et de coups
de fonet.Un-prétre veut jeter & la porte
de Téglise,- | église la maison de Dieu!
parce qu'il répéte un cantigue avec des
jeunes gens el des jeunes filles, les fi-
délea qui. & la tombée du jour veonent
y réver un pen, et essayer d’oublier,
plus prés de Dieu,--les lassitudes et les
tristesses de leur vie.
Sor non peuvstre, i sap pelle «Pri-
mo », Vinvilait a donner le premier ce
triste exemple.

Un autre, le pére «Pouétés --- la de-
veine et Vironie des noms ! --assomme

re “ommunion, le jour -mysiique et
snintt- les femmes qui se pressent a | é-
glise et encombrent le passage. Et pour
linir dans une petite cure, toujours du
Nord, enfermé avec su gouvernante
dang son preskytére. comme dans une
cage, un prétre, a moitié fou. vocilére
des insultés, et réclame’ éperdument
des douches dins un article de journal.
| Au milen de toul ce beau desordre,
| le Chef, | Evéque,lui qui porte la mitre
let la crogse en signe d'sutorité et de
| commandement,tord ses bras de déses-
| poir, én des gestes lithurgiques et ¢a-
| ling, que nous luiconnaissons tous eb

fois doncement. Les yeux au ciel, Ja
téie penchée,la voix mietleuse et pleu-
rarde, itavoue son impuissance et cla-
me atuclel :

« Faites-vous justice 4 vous méme! »
Voita, ressuseitée, la haineusé loi de’
« wil pour oil, dent pour dent >, et:
devant-ce vieillard, debile et inmpuis-
gant, qui avoue-qu ils sont fous et qu'il
ne sait comment les colenir, les pré-
tres déchainés, reprennent de plus
belle leur danse infernale ; — le rond

veillées.--- Mais voila qve tout a-conp,

a coups de chaise le jour de la. premié- ~~

| dont ses adminisirés se mequent. pare...




































_tent, ‘ls hurlent « Viens, Poupoule »;
c'est lachanson préférée uu presbytére,
etc’est un vrat sabbat~ que préside’] sans

- Monseigneur. Kersuzan,-la mitre ca-| pas, (arguments ‘san
tholique sur la téte et le balai de sor- | mations, de redites, tout ¢
ciers entre les jambes- ------ ~~} d’une voix monotone et sourde

O cométe, voila bien de tes coups ! | piété seule du lieu et la figure iT

Soff impuissance,l'Evéque l'avoue. ~| tite des dévotes, empéchérent l'explo

Il comprend qu'il a perdu toute au- | sion de l'immense éclat de rire qui se
torité et tout prestige sur son clergé, | couait le peuple tout entier. TH fallait
et que sa robe dEvéque ne signifie | voir lair ravi et le sourire malicieux |
-plusla haute valeur morale qui com-|des autres curés. On est toujours si
mande le respect et dont tout chef) heureux de la défaile d'un conire e
doit donner exemple 4 ses surbordon- | triomphe fut sans égal.

. nes, vss On renvoya vite :

Son nom s'est trouvé mélé, ces der-'| maladroit gui avait: susemen
niéres années,a de tristes événements, | sé échapper da ses mains la derniére
et.sa qualité d’Evéque ne tat pas pour | perche de sauvetage, et loublia fini de} —
lui une sauvegarde—dans~ les~viaines |le-tuer dans nos mémoires S
affaires of sa main a trempé. | Les choix de Monseigneur ne sont}

Ets'il a perdu tout pouvoir, c'est | vraiment pas heureix. N’a t-i! pas dé- | S¢mper tom
aussi qu'il a trop toléré ; il avait done | claré avoir négocié larrivée en Haiti | Hamidi relative ¢ «
beaucoup a se faire pardonner ? Com- | du pére Cernig? — | Direction du vent....,
ment condamner chez les autres ce;| Qui saura jamais pourquoi labbé a Nébulosité...Cirrus, ¢

- qu'il excuse chez les siens; et comment | quitté son -€ | EOE, ones sees
~blamertesautres” des vices qu'il ne | un que dans le ndtre?.__| Maximua n de te
_ reproche pas a son propre frére ?
La vie du curé_de Port.de-Paix,est-Lne-sent-pas-don: Ozone nee
““hélas bien conn ve. ; ral, a ee : : Observations pe
Elle se résume.en_peu-de-mots: ui- | y fait mener aux prétres est peu en-| Pluie d’orage hier soi
~mer et boire. | viable?.... ences ont “Une eave le: tache d
_ UEtat-haitien lui fait des rentes ét{ Mais quel rélejoue Ey: | condes a part au
la vie donce; et Kersuzan, libre de tout | vent-il tromper?
travail et. de_toute. contrainte,--cou-t,: prés nous avoir, lejour ou tot
Joyeux, de la bouteille a'ses- maitrésses, | avons porte les faits-a sa connaissane
de_ses maitresses 4-la bouteille. et loules

es iteille. _| présenté tous.ses regrets et toutes.
— Entre temps ilcoufesse,ilditlamesse, Pexcuses, “et nous avoir promis repara
il communpie. Les pratiques de lf Eglise

ae prare: sae

! tion, il aide le pére Cernis a rédiger |
he sont pas incompatibles avec celles | son article, en écrit lui-méme certain |
de Ja plus mauvaise vie, et l’on peut | “ He Boe |

! passage.
fort bien précher la tolérance et faire










































Une phrase de ce fameux article.g
veude chastelé, et s'enivrer-toustes [personne nose publi
matins et courir les rues tons les soirs. | ment trop honteux de sout
Kersuzan, pour sa-défense, vous ré- | quement tant de mensonge
pondra que la vie privée d'un homme }expliquer le terme de «m
~les prétres~sont-des hommes uaprés | blancs », commence ainsi: « quand eASCIE,
tout, declare son frére, = n’appartient | dis mangeurs de blanes, je” ne veux [Ai se trouve grandem
qua lui seul et que d’ailleurs nul n'a} pas dire antropophages, etc.» —_—| @eoles par suite de |
pule voir en commerce particulier. “Monseigneur se rappelle ti! la cor- |} ub pulsseot fe
—---Nousle-groyons volontiers...ces preu- | respondance échungée en 1889 entre | mains des éléves.. Les
ves palpabes manquent tovjotirs. Monsieur Firmin et lui, prélude de | nos établissements
~—~Et il finira_endéclarant- qu’Alexan- | plusieurs autres, plusamicales? —s| tion des écolie!



















dre VI qui fut pape et Chef de I’ Evtlise,....-Mer- ators que
eu! ces eufants -doit le moude se sou- | avaient été trainés de tribuna - Ot

_ viendra, . a ~}bunaux; et a observation de eur | des caries ruraies de
__Alsen_est, lui, Kersuzan,trop-seu— Firmirqwil avait va i passer ces ee oe ake -Doretsont el
venu. | tres sur leurs chevaux fringanis, Mg s aujourd

€¥ ee

cog ee EL 4

|réepondait: « quand jécris tratnés, je.
ne veux pas dire traings par les che-
veux, » ee OO

Ce frére était perdu-dans | opinion
publique et il fullait essayer de sauver

du naufrage les débris de son nom. aissent g

L'Evéque imagina de le faire venir} C'est bien la ménie pensde, la méme,| que de nos ville
au Gap pour précher un caréme. A} image, le méme style; cestleméme;,
croire les dévotes c était déja merveille. | homme. . 2 SEE

Jamuis on n’avait si bien parlé, et, d’a-]| — Est ce pour s’oceuper de son
a ence, on.se--pamait- a-ée qu if-devait a ai
_ dire, A sa réputation de beau garcon,
ilne manquerait pas d’ajouter celle de | G
_ fin causeur,— ef qui sail a quel avenir
in était pye- réser.é? L'Evéque.sou- | See
riait a cele idée, et voyait son jeune | pastorale »? Que le Get
‘frére, que sais-je?.. évéque, archevé | loge lui et son Vi

que meéme!...une large ceinture-violette | continuant 4 leur p =
: ~~ des Qas violets. ..un chapeau au gland ; lok bati run ai bea pa

: soulaché dor. po ee poe ue éela a
So ees aL laa to
_© MHeélas(lhistoire de Perrette et de ‘quale. sur l'incen
sou pot au lait, est vraie de tous les|s’est-on ému 4 ('
La pete mi



‘Deuil - , leurs comptes pour atre vérifiés. Aprés: a
gerse ont ee doa- | ee délai,- aucune réclamation ne sera. ~~
les leurs. — La sceur | admise. ees
orte avant-hier, dimanche, Jérémie, le 30 Aout 1907. eee
Hospice S'-Francois de Sales. - Lexécutewr testamentaire,
| Ses fanérailles eureot lieu dans laprés- "_ Frenanp C. LARAQUE,
‘| midi du méme jour a l’Eglise Ste-Anne. A
Nos sympathiques condoléances ala Les débi 4 vis d
4 train. Le Congrégation des Filles de la Sagesse, |. es débiteurs de la maison de com-
e méme ° et. merce de feu P. E. Laraque établie sur
érigé a Vingle de particuliérement 4 soa frére, Mr Vabbé
nerie érig 6 Besson. . cette place, sont priés instamment de
du Port,ne tardera pas | Drees C omvocation 'régler leurs comptes pour éviter les-

| | poursuites judiciaires.
e root done Les membres du Conseil d’administra- |
garcons 2 {tian de la corporation des a: penteurs-geo- | Jérémie, le 30 Aotit 1907.
sek, Hendrik» | ®efes sont consognés le mercredi 4 sep. | Le Liquidateur, |
he *patages strivds:| eure BE beores da matin a0 local de | Farnanp C. LARAQUE.


















‘orte
on-de-Paix, a aa ree

ice de ‘voirle 3S
jarve de | ’Enterrement
























Ia Corporation, 150 Grand’Rue 150.

Courrier Postal vendre - Ure machine
Ferrandini, - “Hogarth, 4 La malle pour Inague. New-York et] -en fer pour:
pé, Mme Vve Romélus. | Europe pat le steamer Graecia sera fer- | Bobottes.
ni y. 'Glémeau, Dr Gavean, | mee demain 4 du courant a 4 hrespré-"|... S'adresser au bureau Gu journal.
,sceeur Clémentine. | cises de soir. L cenecenence nme mpaiiomntstne nga amanenan gee te

NM. Adam, F. Desbas, A

abib, C. et aA. Prévert, G.
y, Miles Mercie Brillant,
Haiié Majouta et deux



Sasson etrenfantie-- 1-










Avis
Le Consulat de Danemark a Port-au- |
| Prince; rappelie a@ tous les intéressés |
ques, Danois; domo te7 ba | a

hors de Danemark de-__Conformémernt-aux instructions dw
; sexposeront aperdre leur gecréfaire d Etal des Finances et du

| indigénat danois, a moins de faire,con- | Commerce, la Banque Nationala-d’Haitk
| formément aux régles de l'article 7 de La Uhonneur dinformer les intéressés
la loi du 19 mars 1898, une déclaration |

d mal ‘i | qu’ils peuvent, & partir de ce jour, tou-
e vouloir se réserver | indigenat. |cher & ses guichets sur les emprunts
Porta “Au Prince, le 2 Septembre 1907

suivants :
Eps. MIOT, Emprunts 6 ‘/,, 13e¢ répartition:1 °/o
Consul de Danemark.

; | intéréts du der Juillet au 31 Aout 4907 :.
_ American Bonsalete Emprunts 3°/., 73e nepartilion :

ord y71/2°/,, intéréts da fer Juillet au 3l
‘i Aout 1907; -

| . Contre regu et sur présentation des

od bons.
|. Port au-Prince, | 2 Septembre 1907).






















eM Marie Basquiat avec |
-— La bénédiction nap= |
€a la Cathédrale Je


























stpoux nos meillears voeax :
Naissance ;
rCh. Cantaveetsa femme, |
mer,ont vu dimanche leur |
le-naissance dune pentitle is hereby given A ;
porte le prénom de Dewisg. | can citizens in this Consular District
fenfant se portent bien. | shall appear at this Consulate for regis
$. complim ents-aux époux | tration, between the-hours of 10 and | -
; 7 V4 A. M. on each office day, antilthe |.
Roiesnes ie 45th. of September 1907 cee
) oryane ofa ciel de vane Port-au-Prince, September 1. 1907.
Pees Joux B. TERRES,

anpelle V'excelleat Hentiquez, fee Ameritan Consul.

de celui de+’Olympique, | - A&A lover |
i jona trois quarts centre |. . Coquette petite Villa, située dans les |
s de re dAlbert-| e- | parages de l'Asile F rangais, a proximité |
Francais, | du Tramway.-.

balieGe est agli el] Satresser4 Mure Gy MarcuaND, ~~ |
= —o AIA, Rue Républicaine. |

imi de Louis Dede, le} - A vendre:
Ouvait faire moins que | ‘Une. collection du grand Dictionnaire |
que on apts athléti« de Litiré. — S’adresser au bureau du |

| sournal : — bonne occasion! — :
























Le steamer «| ONTREAL > est.
attendu dans notre. port, samedi
|7 courant. |

| Litinéraire pour la Cote - sera
fixé A son arrivée. ~

LA gent, . M. ALTIERL



4 portmen























Sreommsaron v_| | semenr ore || onan var
ea unentnge et ns eninatsennnainn ich ee itejatpmman titi










fe Hambaurgesise Uiadricaine
Gervice New-Vork-Hait).



Service Atlas

ten jouent a Je. so’ a Silibeau_ fleur, dé-| Le vapeur « VALDIVIA » >, Venant
OWE En ma ee de ‘New- York et Gonaives, est at-
sponsable des actes ge- | sandy ici, mercredi 4 Septembre,

nt quelconques de mon épouse
ame Silibeuu Lafleur, née Lilia Osias, | partira dans la soirée pour Jéré-

pour cause trés grave.en attendant. que | mie, Montego-Bay et. Sta-Marta. 7
livorce lui soit intenté.. ee —f- :
Acul-du ‘Nord. 20 Aout 1907. | TA mall le pour I’ Etrangét par le.

—. Smipeau LAFLEUR. : vapeur «GRAECIA » sera fermée
Avis __—_, a la Poste mercredi soir a 6 bres.
|» Port-au-Prince, 30 Aout 1907.









DERRMAS & Co, Agents.



21, Rue’ des M racle:
~ POURNISSEUR:

tn Grand Cerele de Port-au-Prings a8 es
du- Petit-Club pe “~y
de l'Union Sportive Haltienne
du Restaurant de la Paix.
« du. Commarce
rie PHétel Bellevue
«.... Gentral
coon de France
he Patrie
dw’ Café duPort :
du Bar Fin de Siécle
‘ eo cn Commerey-——-—---— pinta ea embescecaath
6 des Amateurs.
« du Port
« Internationa!
a dela Bourse
«
a”































de larCpainbre °

“de” iB Gare: ee
_du Palais











a
a
@
« Larousse
a
%
a















Lavictoire _
Cantave

-stux Caves de Bordeua
Gonaives «BR. Schitt.
Petit- Gody xafé Le
Jérémie: Café de la Paix
St-Maye: A. Dalencourt ~~
Jacmel: N. Lafontant

Dépot a ‘Turgeau













au de Seltz
- Siphons |

Préparés-avec de

l Hau Stérilisée~
at de Aci Faeide Larhonlque Mevellt





Full Text
1u-Prince (Haiti)














_ Abonnement pour Département..
€ « . Etranger

dS

Téubran ( Perse ) jer.— Au mo-
ment ou il sertait du Parlement, le
ministre Atabeg Azam a été atlaqué
par un individus gui lui a tiré six
coups de revolver, Sa moila été ins.
tantanée,-—

1E FRANGAI
“THLEGRAPHIQUES —



Soto te ean -ent-ine- ertrevue,
‘ce matin avec les ministres de la
| gunerre.ct. deta marine ef M. Louis,
| directeur des affaires politiques au
‘;ministére des affaines élrangéres.
| L’entietien porta sur Jes évenements
ida Maree.
2) Eamival Phithert télégraphie le
fer: «Pas dineident dans les

| villes de fa cote de Casablanca. Une

t probeble ment re- | reconuaissance dirigée vers le Sud
our se ivmettre des | renconira un fort parti de cavaliers
ambat de mercredi der- | Marocains qu’elle mit en déronie.



















M:Mithiés Lacroix inaugura hier la











~ On annonce gue la |
tué le fumeux bandit | les Landes; M. Simya:, sous-secié-
: | taire d’Etail des postes, procéda a la

me-eéeemoenie a Brou, prés de
Lyon L’olfigiel a publié le décret fat-
sunt cesser les décrets des-4 Octo-












iesannées et défiant |










ulorilés. | bre 1902 et 31 Mars 1905 proregeant
La course d’antos|Je-pouvoirdes-membres du conseil
upe-Floria a é'éJ ‘ral de la Martinique.
hui et gagnee. par | = areinrnitmimrt

*

pola. Celte course | .
usieurs accidents, |
rictime est le ba-

elec:

temps des trois
té: Minoia, 4 h.
des; Hemery 4
des; Henriot, 4 b.





ealrayons du « Cable

du 27 Aodt dernier :

‘Des eflets nélastes dune Comble sur un
>... lenge Antillas

onne | Les astronomes nous avaient anpon-
| eo g

>, du Cap, Ne









truinée luaminense de sa chevelure ar-
venice. ~ REE



souvenir,

4,20

|



nouvelle mairie de Cape Breton dans:























ee i
. 2 beoieeefrenounennsinsens sctiemionnncertetenerngouinmnemcgsiginninnnseatannonsinsivesic matuonnescenginamnenr rt I

Sur la. demande de Vauteur, nous |

uune coméle devail passer dans |
+ notre ciel ef gue, pour. quelques se- |
-maines; nous pourrions admirer” la.

“Mais ce qu’is ne nous‘avaient point
[-dit,--- on ne peut lout prévoir.— c'est
- ye'elle ie partirail pas sans nous avoir
| laisad son souventr,--- un bien manvais |
_ af sang nous avuirjoud quel+ |:
it tous les.

ols heures, |

s cometes tse reforme; ils Veutrainent,. ils. chau=~

Mardi, 3 Septembre 1907
















sont si capricieuses | et c’était un vrai
pluisir admirer sa petite-téte ronde
et sa chevelure dénouée qui Hottait h-
bre au ciel, devant les étoiles émer-
Sang Gause ef sans raison, les cometes
woat pas-de raison,~i semble quun
vent de folie et de-rage seléve et-sout-
flé sur tout le cleryé du Nord, secoue
et enicre tous ses membres, et.de ces
hemmes, un peu lourds, que lon pou-
yait ¢ oire si paternes et si doux, fait
des déchainés, des «possédés» -- mur-
mure-t on, qui ne parleat plusqve de
coups, de coups de chaise et de coups
de fonet.Un-prétre veut jeter & la porte
de Téglise,- | église la maison de Dieu!
parce qu'il répéte un cantigue avec des
jeunes gens el des jeunes filles, les fi-
délea qui. & la tombée du jour veonent
y réver un pen, et essayer d’oublier,
plus prés de Dieu,--les lassitudes et les
tristesses de leur vie.
Sor non peuvstre, i sap pelle «Pri-
mo », Vinvilait a donner le premier ce
triste exemple.

Un autre, le pére «Pouétés --- la de-
veine et Vironie des noms ! --assomme

re “ommunion, le jour -mysiique et
snintt- les femmes qui se pressent a | é-
glise et encombrent le passage. Et pour
linir dans une petite cure, toujours du
Nord, enfermé avec su gouvernante
dang son preskytére. comme dans une
cage, un prétre, a moitié fou. vocilére
des insultés, et réclame’ éperdument
des douches dins un article de journal.
| Au milen de toul ce beau desordre,
| le Chef, | Evéque,lui qui porte la mitre
let la crogse en signe d'sutorité et de
| commandement,tord ses bras de déses-
| poir, én des gestes lithurgiques et ¢a-
| ling, que nous luiconnaissons tous eb

fois doncement. Les yeux au ciel, Ja
téie penchée,la voix mietleuse et pleu-
rarde, itavoue son impuissance et cla-
me atuclel :

« Faites-vous justice 4 vous méme! »
Voita, ressuseitée, la haineusé loi de’
« wil pour oil, dent pour dent >, et:
devant-ce vieillard, debile et inmpuis-
gant, qui avoue-qu ils sont fous et qu'il
ne sait comment les colenir, les pré-
tres déchainés, reprennent de plus
belle leur danse infernale ; — le rond

veillées.--- Mais voila qve tout a-conp,

a coups de chaise le jour de la. premié- ~~

| dont ses adminisirés se mequent. pare...

































_tent, ‘ls hurlent « Viens, Poupoule »;
c'est lachanson préférée uu presbytére,
etc’est un vrat sabbat~ que préside’] sans

- Monseigneur. Kersuzan,-la mitre ca-| pas, (arguments ‘san
tholique sur la téte et le balai de sor- | mations, de redites, tout ¢
ciers entre les jambes- ------ ~~} d’une voix monotone et sourde

O cométe, voila bien de tes coups ! | piété seule du lieu et la figure iT

Soff impuissance,l'Evéque l'avoue. ~| tite des dévotes, empéchérent l'explo

Il comprend qu'il a perdu toute au- | sion de l'immense éclat de rire qui se
torité et tout prestige sur son clergé, | couait le peuple tout entier. TH fallait
et que sa robe dEvéque ne signifie | voir lair ravi et le sourire malicieux |
-plusla haute valeur morale qui com-|des autres curés. On est toujours si
mande le respect et dont tout chef) heureux de la défaile d'un conire e
doit donner exemple 4 ses surbordon- | triomphe fut sans égal.

. nes, vss On renvoya vite :

Son nom s'est trouvé mélé, ces der-'| maladroit gui avait: susemen
niéres années,a de tristes événements, | sé échapper da ses mains la derniére
et.sa qualité d’Evéque ne tat pas pour | perche de sauvetage, et loublia fini de} —
lui une sauvegarde—dans~ les~viaines |le-tuer dans nos mémoires S
affaires of sa main a trempé. | Les choix de Monseigneur ne sont}

Ets'il a perdu tout pouvoir, c'est | vraiment pas heureix. N’a t-i! pas dé- | S¢mper tom
aussi qu'il a trop toléré ; il avait done | claré avoir négocié larrivée en Haiti | Hamidi relative ¢ «
beaucoup a se faire pardonner ? Com- | du pére Cernig? — | Direction du vent....,
ment condamner chez les autres ce;| Qui saura jamais pourquoi labbé a Nébulosité...Cirrus, ¢

- qu'il excuse chez les siens; et comment | quitté son -€ | EOE, ones sees
~blamertesautres” des vices qu'il ne | un que dans le ndtre?.__| Maximua n de te
_ reproche pas a son propre frére ?
La vie du curé_de Port.de-Paix,est-Lne-sent-pas-don: Ozone nee
““hélas bien conn ve. ; ral, a ee : : Observations pe
Elle se résume.en_peu-de-mots: ui- | y fait mener aux prétres est peu en-| Pluie d’orage hier soi
~mer et boire. | viable?.... ences ont “Une eave le: tache d
_ UEtat-haitien lui fait des rentes ét{ Mais quel rélejoue Ey: | condes a part au
la vie donce; et Kersuzan, libre de tout | vent-il tromper?
travail et. de_toute. contrainte,--cou-t,: prés nous avoir, lejour ou tot
Joyeux, de la bouteille a'ses- maitrésses, | avons porte les faits-a sa connaissane
de_ses maitresses 4-la bouteille. et loules

es iteille. _| présenté tous.ses regrets et toutes.
— Entre temps ilcoufesse,ilditlamesse, Pexcuses, “et nous avoir promis repara
il communpie. Les pratiques de lf Eglise

ae prare: sae

! tion, il aide le pére Cernis a rédiger |
he sont pas incompatibles avec celles | son article, en écrit lui-méme certain |
de Ja plus mauvaise vie, et l’on peut | “ He Boe |

! passage.
fort bien précher la tolérance et faire










































Une phrase de ce fameux article.g
veude chastelé, et s'enivrer-toustes [personne nose publi
matins et courir les rues tons les soirs. | ment trop honteux de sout
Kersuzan, pour sa-défense, vous ré- | quement tant de mensonge
pondra que la vie privée d'un homme }expliquer le terme de «m
~les prétres~sont-des hommes uaprés | blancs », commence ainsi: « quand eASCIE,
tout, declare son frére, = n’appartient | dis mangeurs de blanes, je” ne veux [Ai se trouve grandem
qua lui seul et que d’ailleurs nul n'a} pas dire antropophages, etc.» —_—| @eoles par suite de |
pule voir en commerce particulier. “Monseigneur se rappelle ti! la cor- |} ub pulsseot fe
—---Nousle-groyons volontiers...ces preu- | respondance échungée en 1889 entre | mains des éléves.. Les
ves palpabes manquent tovjotirs. Monsieur Firmin et lui, prélude de | nos établissements
~—~Et il finira_endéclarant- qu’Alexan- | plusieurs autres, plusamicales? —s| tion des écolie!



















dre VI qui fut pape et Chef de I’ Evtlise,....-Mer- ators que
eu! ces eufants -doit le moude se sou- | avaient été trainés de tribuna - Ot

_ viendra, . a ~}bunaux; et a observation de eur | des caries ruraies de
__Alsen_est, lui, Kersuzan,trop-seu— Firmirqwil avait va i passer ces ee oe ake -Doretsont el
venu. | tres sur leurs chevaux fringanis, Mg s aujourd

€¥ ee

cog ee EL 4

|réepondait: « quand jécris tratnés, je.
ne veux pas dire traings par les che-
veux, » ee OO

Ce frére était perdu-dans | opinion
publique et il fullait essayer de sauver

du naufrage les débris de son nom. aissent g

L'Evéque imagina de le faire venir} C'est bien la ménie pensde, la méme,| que de nos ville
au Gap pour précher un caréme. A} image, le méme style; cestleméme;,
croire les dévotes c était déja merveille. | homme. . 2 SEE

Jamuis on n’avait si bien parlé, et, d’a-]| — Est ce pour s’oceuper de son
a ence, on.se--pamait- a-ée qu if-devait a ai
_ dire, A sa réputation de beau garcon,
ilne manquerait pas d’ajouter celle de | G
_ fin causeur,— ef qui sail a quel avenir
in était pye- réser.é? L'Evéque.sou- | See
riait a cele idée, et voyait son jeune | pastorale »? Que le Get
‘frére, que sais-je?.. évéque, archevé | loge lui et son Vi

que meéme!...une large ceinture-violette | continuant 4 leur p =
: ~~ des Qas violets. ..un chapeau au gland ; lok bati run ai bea pa

: soulaché dor. po ee poe ue éela a
So ees aL laa to
_© MHeélas(lhistoire de Perrette et de ‘quale. sur l'incen
sou pot au lait, est vraie de tous les|s’est-on ému 4 ('
La pete mi
‘Deuil - , leurs comptes pour atre vérifiés. Aprés: a
gerse ont ee doa- | ee délai,- aucune réclamation ne sera. ~~
les leurs. — La sceur | admise. ees
orte avant-hier, dimanche, Jérémie, le 30 Aout 1907. eee
Hospice S'-Francois de Sales. - Lexécutewr testamentaire,
| Ses fanérailles eureot lieu dans laprés- "_ Frenanp C. LARAQUE,
‘| midi du méme jour a l’Eglise Ste-Anne. A
Nos sympathiques condoléances ala Les débi 4 vis d
4 train. Le Congrégation des Filles de la Sagesse, |. es débiteurs de la maison de com-
e méme ° et. merce de feu P. E. Laraque établie sur
érigé a Vingle de particuliérement 4 soa frére, Mr Vabbé
nerie érig 6 Besson. . cette place, sont priés instamment de
du Port,ne tardera pas | Drees C omvocation 'régler leurs comptes pour éviter les-

| | poursuites judiciaires.
e root done Les membres du Conseil d’administra- |
garcons 2 {tian de la corporation des a: penteurs-geo- | Jérémie, le 30 Aotit 1907.
sek, Hendrik» | ®efes sont consognés le mercredi 4 sep. | Le Liquidateur, |
he *patages strivds:| eure BE beores da matin a0 local de | Farnanp C. LARAQUE.


















‘orte
on-de-Paix, a aa ree

ice de ‘voirle 3S
jarve de | ’Enterrement
























Ia Corporation, 150 Grand’Rue 150.

Courrier Postal vendre - Ure machine
Ferrandini, - “Hogarth, 4 La malle pour Inague. New-York et] -en fer pour:
pé, Mme Vve Romélus. | Europe pat le steamer Graecia sera fer- | Bobottes.
ni y. 'Glémeau, Dr Gavean, | mee demain 4 du courant a 4 hrespré-"|... S'adresser au bureau Gu journal.
,sceeur Clémentine. | cises de soir. L cenecenence nme mpaiiomntstne nga amanenan gee te

NM. Adam, F. Desbas, A

abib, C. et aA. Prévert, G.
y, Miles Mercie Brillant,
Haiié Majouta et deux



Sasson etrenfantie-- 1-










Avis
Le Consulat de Danemark a Port-au- |
| Prince; rappelie a@ tous les intéressés |
ques, Danois; domo te7 ba | a

hors de Danemark de-__Conformémernt-aux instructions dw
; sexposeront aperdre leur gecréfaire d Etal des Finances et du

| indigénat danois, a moins de faire,con- | Commerce, la Banque Nationala-d’Haitk
| formément aux régles de l'article 7 de La Uhonneur dinformer les intéressés
la loi du 19 mars 1898, une déclaration |

d mal ‘i | qu’ils peuvent, & partir de ce jour, tou-
e vouloir se réserver | indigenat. |cher & ses guichets sur les emprunts
Porta “Au Prince, le 2 Septembre 1907

suivants :
Eps. MIOT, Emprunts 6 ‘/,, 13e¢ répartition:1 °/o
Consul de Danemark.

; | intéréts du der Juillet au 31 Aout 4907 :.
_ American Bonsalete Emprunts 3°/., 73e nepartilion :

ord y71/2°/,, intéréts da fer Juillet au 3l
‘i Aout 1907; -

| . Contre regu et sur présentation des

od bons.
|. Port au-Prince, | 2 Septembre 1907).






















eM Marie Basquiat avec |
-— La bénédiction nap= |
€a la Cathédrale Je


























stpoux nos meillears voeax :
Naissance ;
rCh. Cantaveetsa femme, |
mer,ont vu dimanche leur |
le-naissance dune pentitle is hereby given A ;
porte le prénom de Dewisg. | can citizens in this Consular District
fenfant se portent bien. | shall appear at this Consulate for regis
$. complim ents-aux époux | tration, between the-hours of 10 and | -
; 7 V4 A. M. on each office day, antilthe |.
Roiesnes ie 45th. of September 1907 cee
) oryane ofa ciel de vane Port-au-Prince, September 1. 1907.
Pees Joux B. TERRES,

anpelle V'excelleat Hentiquez, fee Ameritan Consul.

de celui de+’Olympique, | - A&A lover |
i jona trois quarts centre |. . Coquette petite Villa, située dans les |
s de re dAlbert-| e- | parages de l'Asile F rangais, a proximité |
Francais, | du Tramway.-.

balieGe est agli el] Satresser4 Mure Gy MarcuaND, ~~ |
= —o AIA, Rue Républicaine. |

imi de Louis Dede, le} - A vendre:
Ouvait faire moins que | ‘Une. collection du grand Dictionnaire |
que on apts athléti« de Litiré. — S’adresser au bureau du |

| sournal : — bonne occasion! — :
























Le steamer «| ONTREAL > est.
attendu dans notre. port, samedi
|7 courant. |

| Litinéraire pour la Cote - sera
fixé A son arrivée. ~

LA gent, . M. ALTIERL



4 portmen























Sreommsaron v_| | semenr ore || onan var
ea unentnge et ns eninatsennnainn ich ee itejatpmman titi










fe Hambaurgesise Uiadricaine
Gervice New-Vork-Hait).



Service Atlas

ten jouent a Je. so’ a Silibeau_ fleur, dé-| Le vapeur « VALDIVIA » >, Venant
OWE En ma ee de ‘New- York et Gonaives, est at-
sponsable des actes ge- | sandy ici, mercredi 4 Septembre,

nt quelconques de mon épouse
ame Silibeuu Lafleur, née Lilia Osias, | partira dans la soirée pour Jéré-

pour cause trés grave.en attendant. que | mie, Montego-Bay et. Sta-Marta. 7
livorce lui soit intenté.. ee —f- :
Acul-du ‘Nord. 20 Aout 1907. | TA mall le pour I’ Etrangét par le.

—. Smipeau LAFLEUR. : vapeur «GRAECIA » sera fermée
Avis __—_, a la Poste mercredi soir a 6 bres.
|» Port-au-Prince, 30 Aout 1907.









DERRMAS & Co, Agents.
21, Rue’ des M racle:
~ POURNISSEUR:

tn Grand Cerele de Port-au-Prings a8 es
du- Petit-Club pe “~y
de l'Union Sportive Haltienne
du Restaurant de la Paix.
« du. Commarce
rie PHétel Bellevue
«.... Gentral
coon de France
he Patrie
dw’ Café duPort :
du Bar Fin de Siécle
‘ eo cn Commerey-——-—---— pinta ea embescecaath
6 des Amateurs.
« du Port
« Internationa!
a dela Bourse
«
a”































de larCpainbre °

“de” iB Gare: ee
_du Palais











a
a
@
« Larousse
a
%
a















Lavictoire _
Cantave

-stux Caves de Bordeua
Gonaives «BR. Schitt.
Petit- Gody xafé Le
Jérémie: Café de la Paix
St-Maye: A. Dalencourt ~~
Jacmel: N. Lafontant

Dépot a ‘Turgeau













au de Seltz
- Siphons |

Préparés-avec de

l Hau Stérilisée~
at de Aci Faeide Larhonlque Mevellt