Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
ince (Haiti) os Samedi, 3 Aout:




















































Abonnement pour Département....1
ee « ~Etranger 2.00







, furent éd fides of les plus incrédules
ne se laissérent pas prier pour étre
ig










| sul- général en Egypte.
ca -| Tancer ter. —Le ministre anglais .
TELEGRAPH! a reew une lettre du Caid Maclean | convaincus. Lindusirie avuit 616 favo-
du NOUVELLISTE disent que Raisonli.le menace de | a blement nese de yes Cee
oni nort’ Les troupes du Sultan qui le | SPeewles = Danese Oe tal ime et la ge.
CTION INTERDITE ). mor wae P —— des ne familiale qui sait enfanter Vingenio-
Spot. Prince 2 Aoat Pee eek t. Son! pa Na PP vilhe = siié, Le moment paraissait done vena
e Port-au-Prince, 2 Aout. | LA AYE Ter. —La keine nel | Porganiser sérieusement ce travail yui,
néssee) 1er.—Llier soir | mine a conféré Pordred Orange Nas~ | par son curactére national mérite qu'on
passait par cette vil- | sau au millionnaire philantrope, M. | lui assure la vie. Je me hate iei de re-
xpress de fruits de| mo | lever la mulbeureuse intention exolusi-
ral guise dirigeall vers | viste que me préte a plume je n'écrirai
comotive fit explosion | pas enthousiaste - ardente quidiscule si
vause-de la haute prés | genéreusement| lesdro tsdulibre échar-
uditres. Des suites de | be. avoucro d ears, ge fron in-
Ss pve poe. | tention ne s‘élevail pas a ces hiuteurs
ies euatent ie en | scientifiques. Que viennent en effet
be train dérailla oce | chercher la ces grands mots de protec.
éraillementd’un train | 4,28 Jon's “erniers, sous ce titre mo- | tionnisme, de prohibilionnisme 2... La
os qui se trouvait sur | deste : Vers le Dé, je signalais a Vat- | opne pte ts ee tition enn a fe
ile, Les deus trains | tention générale, particuliérement a | Bas Bry e5al Gre” GS petlonnaires Ches-
. Les 1x trains | celle du Corps Législatif, la pétition de | Memes me tragalent Vexempie, en de-
al feu-el- ferent -dé=| pos Goututiéres. La chose.me parais-)| mandant timidement de doubler seu-
-- | gait si simple en soi,qne je ne pensais | lement les droits sur des articles dé-

Fguére trouver: d'adversaires. Un cone | termines: ,
| tradictear a publiquement présenté ses |, Le désir louable Je ls couturiere,
| molifs de combatire nos vues, Et tout | Cest @obten'r sous cette forme la sé-
len trallant de prokibitionnistes, ceux curité_et encouragement que reclame
| qiti partagent c tle idée feminine, jl ne | Chez tous les peupies, le Travail natio-

Lreconnai: pas moins en eux, la bien nal. - Exuminons de pres les choses.
veillanee. la générosité hallienne, préte Aujourd bui, une grand partie des
4 se lancer, dés qu'il s’agit d’une ques consommatears vienvent a elle, parce
tion humaniteire. que le change est élevé Le jour ot il

Jenen appellerai pas uniquement a |























































































yaissera - ce qn il faut souhaiter - quel
la logigue--vour répondre a celei [a, | sort piteux est reserve @ son pelt capl-
lL mais encore au simple bon sens, ov | tub et ala certitude précieusequ elle a
| pour parler plus carrément aux lois | de vivre honnétement oS —
sociales du besoin. © Sil s'agissall véritsblement de pre-
On se rappelle ce que je disais pré | hibilions.peusez vous qu elle anal re-
cédemment : la femme haitienne sup- | Couru & la progression arithmétique °
porte une crise économique, désasireuse | Ea pareil cas, la géometriqne Vem-
pour le milieu oi elle vit, crise d’an- | porte toujours. Crest du moins la régle
tant plus effrayante quelle date déja | adoptée par les peuples qui ont de-
de-plusicurs unnées. Kole avait autre- |tandé. jusqua- cette heure ace syste
fois an fover d'activité dont elle a été | me, le secret de leur puissance.
lipsensiblement chassée. Le petit com Au surplus, u’est il pas écoeurant de
merce, garantie ce sa dignité et de sa | voir commander des vélements, des
lu parti-ré- | vertu, luia échappé depuis lougtemps. | souliers 4 Pétranger, quand la confee-
15 voix con-| N’est ce pas vrai, doux éerivain gui | Hon, la cordonneris doivent étre: avant
“andidature de | précouise ie laisser faire? - tout, des industries loceles. Tei; on.
présidence de |. La sympsilie pour le filet Vaiguille, mobjestera que Von gest fortifis du.
mh a amour du dé, est alors graduellement. développement de lu cordounerie pour.



uxtiéme-Orieut. Le
Russie conser-
















nsles jardins du.
Iques blessures





tive.dentendais géuéralement pro- | combaitre les couluriéres. Je wal jas
olumer, autour de moi, lexcelleace et | mais su que_nos bagars ne commute
la solid (6 de nos articles de: lingerie + | daient plus de bottineso surtout, méme
hemi plus de. pautoufles a l'éxtérieur. [ls ne
‘ne le font pas sur une aursi- large”



chemises, lusettes, faux-cols, etc. Mais

»1éve de ma pe

tity a plus. Des expositions | échelle qu'autrefois, mais ils n'upprovi-





-sionnent pas moins ine portion res~ yjo 16s par Pébénistert
~pectable-de a République Allez aux | lingerie, par ¢
-\abords du Marché en fer, vous m’en | reiller,
donnerez des nouvelles. . pnuit, je ne nvatt
A la vérilé, depuis quand avons-nous | Menage que nous procu

#

de bons cordonniers haitiens dont le | impérial inachevé, mettant ainsi a Pé-
travail préparé avec soin -supporte la | preuve la patience des reeds
coneprrence étrangére? Depuis Pim | Jamais je naurais cherche pa
migration bienfaisante des colonies cu: | MC. ne :
baine et italieane. Sans le moindre| Je puis a mon tour certifier que de- |:
égoisme, elles formérent d’excellents | puis tantdt dix ans --- on se marie con: |
éléves. --- Je ne vois pas trop pourquoi | tinnellement dans le pays --+ les com= |
nos couluriéres ne se montreraient | mandes de lingerie out sensiblement i















































































Le Directeur de












































pas aussi avisées. a nO « EL] al CON | Pre
Ces premiers cordonniers ont pris | telle Institution de la ville gui rece | Température 4 lomb:
delextension,paree qu’ils ont pu avoir | vail, constamment des commanded | Humidisé reluive en
complétes, des draps det jusqa aux + Direction du vent... ,
de leurs matiéres premiéres, a Vabri, | CES oe Peo
par conséquent, de tous droils. ne svest ancunement pluinte, encore | Pluie... 0... eae
* : % * ahe z * E a § ve
En est il de méme pour les coutn- moins d’avoir retardé les unions. ‘Un | Maximum de températu
riéres? Leur prétention se hausse a|JOUr @ notre vif étonnement, 11 fem: | Minimam a
confeectionner seulement. .Mais toutes | ™® @un repregentant a Kaiser, is | Proportion d’ozone
oy ee ', | passage en notre rade dian. aviso det so
les matiéres premieres qui leur sont | enerre allemand, vint fire & eek ga | Observations par
scessaires, viennent d'outre-mer, Ssu- | 2). . oes eee. i :
hiscont ine Able, nt doutres Entre | Llissetnent des emplettes considérables, | Hier, 4 11 heures @
yissent inévilablement ia taxe. matre | a destinal de ’Allemagne. Elle van-| laire.
les deux professions, il existe dans Vor- | 2 GeSHnalon Ge) & BUY. ee i
. te eeu? Wt exe | tait, a la juste flerté du per-ounel-et au
dre des hénéfices, uns nuance digne | th, & 1a jus person | F
eB NENEICES, é Ate srand ¥ od tre or la soll- | R
Wélre. observée et retenue | stand Honneur ce noire ace, ving oo
a Auli autre: int de vue, la mesure | dilé, la beauté des travaux executes | Chambre des.
que nous reeommandons ‘sera. infini- [Por les mains de pauvres petites Hal | 4 saseance de jeudl,
: ” h oe tends la lecture de la cor
ment profilable A notre commerce de |.) ;, woe +, ptenda aes ‘ne
tissus et de toiles qui, en un temps | it faut avouer que la minisicaase tan elle a continul ensue
rochain, se raflermira “dont Phorizon | entendait un pen plus que mene) . Budget général de la Répe
procoalp, Se Pe Oy” “| ressant contradicteur ! que nous Vanroociors.
vous pas? - vaut done la peine d'étre | UX a | t ene
tenté P , P | la pétition des Dames de la Couture, } 1, Marine et celui de [a J
| cédent, a-t-on dit, 4 la vieille tradition | hevres réglementaies én
partisins des couturiéres comme des | humanitaire hailienne, et voici que Je |
m'écrie en terminant: mulheur aux Ndr] 4 Ja séunion
haitienne a se couvrir probablement de | tious qui se complaisent dans Iv sents} aprés la sanction d ne
Lmentalité |. a bP déponillement-de lie
miers parents, parce que les maisons |
"han payin aan Pa sue Vassemblée a.
i | Charles Darwin quitinspire que -as' re
pas inévitablement satisfaire les de- | vais-je pas hésiler 4 | modifications,---lisont
mandes. Et 1a dessus on a cité les tours | question finale que d badget des Travaux pe

i diminué. La mode a. passé, Et j'ai con- |
dans le pays méme, une bonne partie | i | , 4
serviettes de table; jamais sa ellentéle | Nab loci... 5. Cree
| tiennes. N’est-ce pas convaincanut? Car
va sagrandir, L’essai - ne le trouvez | : es ;
0 Ceux qui ont vu d'un ait | cessivement les bodgets
Mais on a semblé se représenter les | ;
le. siége. whe am bee
ayeugles qui vont réduire la population | 4
feuilles de vigne, 4 Pinstar des pre-| / eee He Ge
| La doctrine du jour, c'est Hegel ou | entamé la discussiond:
de confection insuffisanles.ne pourront | i
| vais-je pas hésiler 4.






Ne 43, - Peurtteton pu «Nouveiiistep la terrasse, ainsi qu’ils le faigaient tons les | prouve ni peine 8) tristesse

soirs avec Anyélique. “oo | Puis il se leva, se Mi
~Seulavee Vilma, libre de écouter et de | terrasse,redevenu a me
Ini répondre, Bernard devina. que ure | com t ‘i
était grave, et que la cris2 allait éclater sans | doucement eee ie é
qwileutla possibilité de Vécarter. — Il ge ré- | —Pourqnoi meth
signa 4 Vaffronler. 00 ee Bourquot vouloit ne ot
Vilma varda @abord lesilence. La tle ren | surprise! Ne me juzes: YO"
versée sur le dossier de sa dodine, les yeux | mir sutre conldes 67 :
an ciel, elle paraissait suivre allentivemeutle | — La vérilé 1 Yous
jeu brillant des étoiles -¢ rd,
perdait pas de-vue Bernard,
lustvade, morte et pensif.
Tout & coup elle inclina Je front vers |
étendit le bras et, posant la main sur la sien» | que
ne, elle demanda d’une voi: le: |
~=-Pourquoi étes-vous triste, mon”
Quelle peine est entrée dang votre
Voila plusieurs jours. que je.
on dirail que vous n’éles:
Le contact de cell
























Au retour d’nne de ces promenades, un
‘soir, comme iis rentraient A la maison, An-
géliqne se plaignit @avoir pris froid et d'é.
prouver par tout le corps une violeate lassi-
tude. Ceon’était sars doute qwut inal pa sa-
ger, sans gravilé, mais quila conlraignit a
se relirer dans sa chambre et 4 laisser Ber-
nard et Vilma en téte & tate. °

Celle ci lrouva Bernard démoralisé, énervé

-...parJes lenlatious_qui-hantaient~sen: esprit;
plus puiscantes que sa volonté. — Lorsque,
rassuyé surla:anté de sa ferme, qu’il avait
ramenée chezelle, il revint auprés de Vilma,
il fut saisi par une émotion, hélas ! familiére
ason Ame; et qu’aguravaita celle heure te

péril de son isolement clairement entrevu, -
lis dinérent face a face: Bernard, pali,tor-
du par une angoisse délicieuse et déchirante ide ga défaile et de son

ala fois; Vilm; paisible en apparence, par-- daus ce. péril extrém e

lantavec volulfilité, toute joyeuse, s’eflorgant imprévu.— Le doux et pale vi

dele distraire,devinant ses terreurs et s’atla- - ‘Qiepassa devaal se

chant a les éloigner de lui.—La présence des_















j

provogué, défait sans.
| lévres fiévrenses une horribl
i

domestiques favorisa Teur mutuelle dissimu,

lation ; mais, aprés le repas nfan t
~ -gagnévent leur lit, et ils allérent s’acseoir eur)

oe



; dire. perlés, diamantés, fant ils
: qui wont pa mela valeur ct
ére, Gre, Epoux evenhanis, | y ppt pay MiGs iA ey

onde les admire souvent, mais Dieu les

«sant aos plus cordiales sym | condamne toujours. Désirant les voir dispa
liérement a notre bon et] raitre complétement du sein de la Patrie, _
. Jaeger, si: cruellement | nous faisons ce que nous peuvons, pour dé-
plas de es. cider d’gutres & faire ce qu'il doivent.......-- /
lors que le badge | Les obséques aeront lieu demain ‘Vous faciliteresz, dove notre tache en vous: ©
ire que 114.000: gourdes | matin a9 heres, pour attesdre Varrivée, | risen is fiver d'accepler daus le « ee
om Fae cena, de Mone C Ponchacd,, | es Taticle aye nom anne ented
dd décider gre Vinsenipe Le conyoi Pare € parira de lh Grand Nous coaines charmé, — nous vous prianst
rs au budget se ferait au Rue, enfce de Pharmacie Centrale, | qe le croire, cher conciloyen, —~ de pouvoir —
présentés,suivant Pur- pour se rendre 4 la Cathédrale. ~ vous renouveler en cette occasion Passurance —
tions ou constructions sol- | Mort au marché ide notre considération la plus distinguée,.
eance a &é levée apres | Ce matin, on a trouvé au marché de 1, | avec laquelle nous vous supplions instamment:
enrestéglementaires. | Caibédrale te cadavre d’an eatint, Ce | de nous faire Vhonneur d’agréer nos saluta-

ambre entamera le budget | nerit j \ "| tions les plus empressées
| . Tense : pent ind. geot a dQ probab'ement expirer MicHet CHALVIRE

| Le corps a-€1é transféré A Hospice St NOS INURES :
bee pA A ee Ta - pice | La «Patries nous le demande: PFinissons-
Vincent de Panl qui, comme d’habitude, | avec ¢ nos injures » :
$ OCeUpera de Vinhantatior es plus grands vents, les phis fortes se~-
- Beho de Saint. cheresses et les ploies torrentielles qui em-
er, E...; Poésies @Ed- | © Décidemenr ta pleine sai.on d’été sera | portent quelquefdis “nos espérancés, an dé- 7
Dealiami lak i — Sa are ee : -Ptpnisant nos rétoltas; sont molds fusestes a lew
ajamin Blaise, Thimo--des-plus réjouissan’es aa Robion. Oa s'- | pay vee wk
‘ds Mulot. Adrien | LF Dg s : Patrie que fos injures! Plus elles soni dorées,
id; Jesn Mulot, Adrien | gnale comme entrée une coquette inse~ | ‘ ; e
ocirine Drago, lore vans clast | and bil da re | plus elles font la bonte de leurs auteurs
“Te ol Sc Xs | vahion Cc estle grane ida « Teadre » | Qui, plus les connaissances littéraires sont
= vol us” ancien fF eh 5 | par leque! le qua erne du tq Juitler, qui | prandes, plus elles font pavaitre petit celul
2 tied Le trate franco | récnit MM, Georges Price, Pollux Mi- | en qui on les trouve, et de qui l'on peut dire,
me AU. MACUX Jérémie, L. | chel Auguste Pasquer et Clément Linier, | en le lisant ou en Vécoutant: Oh, le mal-:
1868, Lynx ; Les pré- | va remetire son bouavet dans les salons heuveuw! -
adépendance, S. Rouzier ; | de Mr et Mme Pedrito de Mez:, | Par leur alliance avec le plus beau des:
les noms propres, Lafo-| Qa _y sera en bley du cdré des dames,












iéraire et Sociale
avecl'intéressantsommatre


















rehidées, Fréd, Febyre. .






























| mélaux, les pierres précienses en augmen-

© 3 : : , i 4 ag , nye Yen on ace elles: % er
mmédie de salon (fin), Car | et en blanc du cé.# des hommes avec... | tent d’éclat et brillentd’avantage elles: memes;

né : toe Ve ee ’ : | uniesa d’autres, elles en cachent les défauts
E mabe, R lntérieur des myosotis 2 la-boutonaiére. ~ Done go | mais alors elles palissent ! ,
Extériear, Petites Notes, | ahead vers le. franches gairés!







: SALE, tay co.) Gomme ces -pierres précieases aux quelles:
Cing-Mars. | nous la comparons, notre. littérature brillera:
ou palira de plus en plus, selon Pusage que-
i nous en ferons. Quelles queeoient donc les
ee ee i fautes de nos adversaires, quels gue soient
ore distingeé-confrére > t de larrondissement, te Général daetoris dé nos eaneinis. quelles que soient |
Pinas a ‘fer6 ses fiangai les avec Made+ | enfin’ les. ralsoos que nons croyons avoir
8) i moirelle Marcuerirs BasrieN, one imié- | pouseméaémes, oe souilloas plus notre liltéra--
" \ressante jeane fitle, trés-estimée a Port- |‘tore par aucune injure, par rien dimpur\
‘de-Paixs, Quelques amis fntimes se sont | faisons la briller au_contraire, en nous en:
ir un-vrai plaisir de partager la joie des | servant désormaisle plus noblement: la «Pa-
neuteux fiancés, tle rons te demande pour Ja glorification.
Nisue crave: ‘ : Adeson nome ee re
ec MicHEL Caaviné.
yaar ce, 27 Juillet 1907.
Pour votre Toilette-
Avez yous des rougeurs? .
= Usez du Savon Naftalone ft -
- Avez vous des dartres?: .
- —-~ Usez du-Savon Naftalone!
Avez vous des éruptions qui vous”
--| dévaturent le visage? res
: —.. Usez du Savon Naftalone |
eS tear lee ecouis da Cp os | Voulez-vous retarder les rides?
_Novs prions Mesients les Ine oy. __Usez du Savon } aftalone f
keen ct penta a | Voulez- vous avoir la peau souple?
a6 en VOU ASEL OW CDCl Ee Usez du Savon Naftalone!
Voulez vous avoir le teint frais?
- Usez du Savon Naftalone |
Voulez vous avoir la peau douce et
... Usez du Savon Naftalone |...
















ancailles Por
eC: a laisie fa pepe Echos de Porit-de-Paix |
e Mile Lucie Carrk de | Dimanche, ‘notre sympathioue .Com-






s faisons tous nos ¢
adotte qui trace wn si bel exem-
tous nos soulvaits de bonheur a
gerite Bistien. Brave, Thimol |

«



le
























La premiére grande tournée du Gé-) ouids national, — ainsi que
néral Prosper Chrisphonte, Gorn | jaire qu'il vient de réorgan
mandant de cet arrondissement. | méme un excellent musicien.
Port-&-Piment, 8 Juillet 1907, | Saint-Pierre le protege tei-bas et ks
Liarrondissement des Céteaus, ancienne ous Ee eee
Ligne militaire qui relevait alors de Varron- | 6 ok te Br eae ta voule de. :
dissement des Cayes, a été érigé en arrondis-| VBUSphonte Feprenait GAeERE A TONE Oe Fe ih, Ae
sement militaire autonome ea 1871-1872, Damassiv, Tun des deux importants quarters pour bock. Vin de

: wes annexes de la commune des Coteaux, et con- | Dr - :
aprés la grande conflagration politique et so.) a : feng ogueries et prod
ciale qui, de-1868 41870, bouleversa Maiti tinua sa grande tournée, us moment inter: | . .

jusque dans ses fondements, en détruisant | POPES par la Ge Sonkion rurale a Hae ane -
partout dans la République les hommes, les oe oe peallan anes need 6 Jaa oe eee
choses et les premiéres institutions édifiées | *' ce ho que veaune a r wus ccomont : ae
par nos Péres; —- événements par trop mal- | G'e Bone: coma é al aren ees Annonce 4 lous. ses elf
Sheurepx qui allirérent la-discorde civile et termina sa tournde gévérale, par veront dans son dé

politique au sein de la Nation, et dont le tiv Furale, et reotrait dans son ch: f-lieu Fronts Forts, No Sae
Pays subit encore. anjourd’hui les funestes

par la Roche-4-Bi teau,le plus important des
ronséquences. deux quartiers de la commune des Coteaux, |
Celle intéressante contrée, 4 peine connue | , Partoul ob passa notre digne commandant
-du reste du Pays, est située a Vextrdme Snd- de Par oudivsetnonts i donua amples audiea® ve
‘Ouest de I'lle, entre la Pointe-a-Gravois au | CS pati loliques, en créole. aus braves avi
Sud, et la grande pointe des Aigrettes a | 0 de bos morges si hous, si hospitaliers, |
VGuest, dans le fond des Anges des Colons et si couliaats dans. Vautorilé du Gouverne--
francais, baiguée par la mer des Antilles, et | el. Le géuéral Chrisphoute leur expe
svétend le long du versant Sud de la grande qua les multiples moyens daugmenter-et de | To. |
cchaine des montagnes de la Hotle, des Pla~ bonitier leurs produits agricoles, qui sont la On lave et remel @
tonsa Tibnrop, | source dela fortune publique, et combien ib peces de _Chareaux d
L’Arrondissement se compose de quatre | Stall avantageux pour eux, el pour tous, | Mtablissement de cha
communes, deux importants quartiers, qua- | 4! il Be missent “Fesolument dans la panies riquen » silué Grand)
torze sections rurales, et de cing paroisses tion de nouvelles cultures d OX POL AON S9e0 tre’ Admivistr tion de
religienses réguliérement constiluées. pel coten priscipalwment gut obtiennent, Sut) Armes de Pariss,--- By
G'est-pour—visiter toutes Jes inféressantes les iaavchés du Pays eb a PEtrauger, des prix |” vetoes
populations de cet arrondissement militaire,

plus rémuuéraleurs que votre veux et boo.
confié rar Son Excellence le Pré-ident Nord | Cafe que la concurrence étrangére tend Ades)
Alexis a la sollicittud éelairée.et progressiste

Jvonner de plus en plus. _
alu Général Pro-per Chrisphonte, que cet of-

ll leur conseifla inslamment denvoyer -
ficier Phonneuy entreprit sa premiére grande
fournée mililaive et adayinistvalive, au nom

leurs enfants dans les écoles rurales,rétablies |
toutes par le Gotivernement du Président |
de noire Vénéré Chef de Etat, pour faire la Nord Alexis, pour que ces futurs -eiluyens.
connaissance intime de ces populations essen- parssent profiter des bienfaits de I jusiruchon
tiellement paciliques et agricotes, et leur por- | Primaire gratuite, donnée 4 tuus lis hailiers
ter des paroles de paix et d'encouragement | Pat la paternelle sollicituds dy Gouverne-
au travail, qui sont (idéal de toutes leurs as. | ment et de la nécessilé urgente de | eulre:
pivations palriotiques. - | tien et te la réparation des. routes publique:
Parti du chef-lieu des Céteaux, le diman- | et.des chemins vicinaux par trop abandon:
che soir 23-duin éconlé; te-Général-Cheis— 3.POUL liter les comu
phonte se rendit aux Anglais, a la limite de os

n fi unical
_-Son_arrondissement avec celui_de Tiburon, 4 €t les camp: 5 A" : wera, we comme 0
ot ilcommenga, le tundi 24 Juis, la visite | 2 Poy, pee
iéres modes |













‘Sei with












































“que sa maison est I
issortie d'une grand

‘Diagonales, Flanelles, Gh





des trois sections rorales et de. loules irs
grandes habitations de celle commune.
Ainsi, succeszisement, nolree Commandant]?
de Varrondissement vivita les trois sections | Hovale. — .
_vurales de la commune des Chardonniéres, | ©
les deux sections mirales-de la commune de-| bons « coule
Port-a-Piment, dott i deccodit a Damassin, | conse! momiques eb Soclaux, et Se GO
par la 6° section rurale de Pimportante com- | bérent ensuite dleurs réjouissaaces. naives,
mune des Gole.ux, pour regagner, le jeudi | pleines dentrain, pour, par ainsi, remercier |
27 Juin, dans la nuit, la ville des Coteaux, | 4 leur mauiére le général Chrisphoule de sa |
siége de son commardement, ce, 4 Veceasion | boune visite-et de ses récouforlantes paroles |
de ia féle palronale de cette ancienne paroig: | 4 eux adressées au nom du Géoéral Nod |
se, la St-Pierre, arrivantle 99 Juin, = Alexis, le Restaurateur de la Patri oS
Geile marque de vraie sollicitude adminis-
trative est toute en Vhonneur da général
Chrisphonte, qui avait compris qu'il devait,
par devoir et par une haute convenance poli-
_ Aiqu le, inlerrompre un instant sa

tnoralisent progressiveme.t dans lintérét de
Vordre public, et en vuedela civilisalion 1























core le général Chrisphonte | : | 2
Un lémoin patriote



grande lournée, pour de sa |

présence officielle la fate religiense de son

chef-lien. ee a

En effet, le 29 Join, le 38° Régiment de]

ligne dela zarde-nationale, au grand. com= |.

“plet, ge mdlérent au. tlol de la popalation ci- i sont priés de épo

vile et ruraly’pour feter, en grande pompe, | diy Tiibanal civil dee

de grand Safut-Pierre, leur bienlieurenx pa Vey Boa Ae
DABS \ liste des affaires qu

|

i

tron ! : i ; :
| possession et qui








‘Le commandant de Variandissement “bril- ;
da&iment excorié de son élat-major, des auto. | @PPelees. du, rol
rilés locales, et des ciloyens notables, donna’|

da mesure de son amour patriolique et pr

gressiste en faisan! intiod

ire dans l'égli



Full Text


ince (Haiti) os Samedi, 3 Aout:




















































Abonnement pour Département....1
ee « ~Etranger 2.00







, furent éd fides of les plus incrédules
ne se laissérent pas prier pour étre
ig










| sul- général en Egypte.
ca -| Tancer ter. —Le ministre anglais .
TELEGRAPH! a reew une lettre du Caid Maclean | convaincus. Lindusirie avuit 616 favo-
du NOUVELLISTE disent que Raisonli.le menace de | a blement nese de yes Cee
oni nort’ Les troupes du Sultan qui le | SPeewles = Danese Oe tal ime et la ge.
CTION INTERDITE ). mor wae P —— des ne familiale qui sait enfanter Vingenio-
Spot. Prince 2 Aoat Pee eek t. Son! pa Na PP vilhe = siié, Le moment paraissait done vena
e Port-au-Prince, 2 Aout. | LA AYE Ter. —La keine nel | Porganiser sérieusement ce travail yui,
néssee) 1er.—Llier soir | mine a conféré Pordred Orange Nas~ | par son curactére national mérite qu'on
passait par cette vil- | sau au millionnaire philantrope, M. | lui assure la vie. Je me hate iei de re-
xpress de fruits de| mo | lever la mulbeureuse intention exolusi-
ral guise dirigeall vers | viste que me préte a plume je n'écrirai
comotive fit explosion | pas enthousiaste - ardente quidiscule si
vause-de la haute prés | genéreusement| lesdro tsdulibre échar-
uditres. Des suites de | be. avoucro d ears, ge fron in-
Ss pve poe. | tention ne s‘élevail pas a ces hiuteurs
ies euatent ie en | scientifiques. Que viennent en effet
be train dérailla oce | chercher la ces grands mots de protec.
éraillementd’un train | 4,28 Jon's “erniers, sous ce titre mo- | tionnisme, de prohibilionnisme 2... La
os qui se trouvait sur | deste : Vers le Dé, je signalais a Vat- | opne pte ts ee tition enn a fe
ile, Les deus trains | tention générale, particuliérement a | Bas Bry e5al Gre” GS petlonnaires Ches-
. Les 1x trains | celle du Corps Législatif, la pétition de | Memes me tragalent Vexempie, en de-
al feu-el- ferent -dé=| pos Goututiéres. La chose.me parais-)| mandant timidement de doubler seu-
-- | gait si simple en soi,qne je ne pensais | lement les droits sur des articles dé-

Fguére trouver: d'adversaires. Un cone | termines: ,
| tradictear a publiquement présenté ses |, Le désir louable Je ls couturiere,
| molifs de combatire nos vues, Et tout | Cest @obten'r sous cette forme la sé-
len trallant de prokibitionnistes, ceux curité_et encouragement que reclame
| qiti partagent c tle idée feminine, jl ne | Chez tous les peupies, le Travail natio-

Lreconnai: pas moins en eux, la bien nal. - Exuminons de pres les choses.
veillanee. la générosité hallienne, préte Aujourd bui, une grand partie des
4 se lancer, dés qu'il s’agit d’une ques consommatears vienvent a elle, parce
tion humaniteire. que le change est élevé Le jour ot il

Jenen appellerai pas uniquement a |























































































yaissera - ce qn il faut souhaiter - quel
la logigue--vour répondre a celei [a, | sort piteux est reserve @ son pelt capl-
lL mais encore au simple bon sens, ov | tub et ala certitude précieusequ elle a
| pour parler plus carrément aux lois | de vivre honnétement oS —
sociales du besoin. © Sil s'agissall véritsblement de pre-
On se rappelle ce que je disais pré | hibilions.peusez vous qu elle anal re-
cédemment : la femme haitienne sup- | Couru & la progression arithmétique °
porte une crise économique, désasireuse | Ea pareil cas, la géometriqne Vem-
pour le milieu oi elle vit, crise d’an- | porte toujours. Crest du moins la régle
tant plus effrayante quelle date déja | adoptée par les peuples qui ont de-
de-plusicurs unnées. Kole avait autre- |tandé. jusqua- cette heure ace syste
fois an fover d'activité dont elle a été | me, le secret de leur puissance.
lipsensiblement chassée. Le petit com Au surplus, u’est il pas écoeurant de
merce, garantie ce sa dignité et de sa | voir commander des vélements, des
lu parti-ré- | vertu, luia échappé depuis lougtemps. | souliers 4 Pétranger, quand la confee-
15 voix con-| N’est ce pas vrai, doux éerivain gui | Hon, la cordonneris doivent étre: avant
“andidature de | précouise ie laisser faire? - tout, des industries loceles. Tei; on.
présidence de |. La sympsilie pour le filet Vaiguille, mobjestera que Von gest fortifis du.
mh a amour du dé, est alors graduellement. développement de lu cordounerie pour.



uxtiéme-Orieut. Le
Russie conser-
















nsles jardins du.
Iques blessures





tive.dentendais géuéralement pro- | combaitre les couluriéres. Je wal jas
olumer, autour de moi, lexcelleace et | mais su que_nos bagars ne commute
la solid (6 de nos articles de: lingerie + | daient plus de bottineso surtout, méme
hemi plus de. pautoufles a l'éxtérieur. [ls ne
‘ne le font pas sur une aursi- large”



chemises, lusettes, faux-cols, etc. Mais

»1éve de ma pe

tity a plus. Des expositions | échelle qu'autrefois, mais ils n'upprovi-


-sionnent pas moins ine portion res~ yjo 16s par Pébénistert
~pectable-de a République Allez aux | lingerie, par ¢
-\abords du Marché en fer, vous m’en | reiller,
donnerez des nouvelles. . pnuit, je ne nvatt
A la vérilé, depuis quand avons-nous | Menage que nous procu

#

de bons cordonniers haitiens dont le | impérial inachevé, mettant ainsi a Pé-
travail préparé avec soin -supporte la | preuve la patience des reeds
coneprrence étrangére? Depuis Pim | Jamais je naurais cherche pa
migration bienfaisante des colonies cu: | MC. ne :
baine et italieane. Sans le moindre| Je puis a mon tour certifier que de- |:
égoisme, elles formérent d’excellents | puis tantdt dix ans --- on se marie con: |
éléves. --- Je ne vois pas trop pourquoi | tinnellement dans le pays --+ les com= |
nos couluriéres ne se montreraient | mandes de lingerie out sensiblement i















































































Le Directeur de












































pas aussi avisées. a nO « EL] al CON | Pre
Ces premiers cordonniers ont pris | telle Institution de la ville gui rece | Température 4 lomb:
delextension,paree qu’ils ont pu avoir | vail, constamment des commanded | Humidisé reluive en
complétes, des draps det jusqa aux + Direction du vent... ,
de leurs matiéres premiéres, a Vabri, | CES oe Peo
par conséquent, de tous droils. ne svest ancunement pluinte, encore | Pluie... 0... eae
* : % * ahe z * E a § ve
En est il de méme pour les coutn- moins d’avoir retardé les unions. ‘Un | Maximum de températu
riéres? Leur prétention se hausse a|JOUr @ notre vif étonnement, 11 fem: | Minimam a
confeectionner seulement. .Mais toutes | ™® @un repregentant a Kaiser, is | Proportion d’ozone
oy ee ', | passage en notre rade dian. aviso det so
les matiéres premieres qui leur sont | enerre allemand, vint fire & eek ga | Observations par
scessaires, viennent d'outre-mer, Ssu- | 2). . oes eee. i :
hiscont ine Able, nt doutres Entre | Llissetnent des emplettes considérables, | Hier, 4 11 heures @
yissent inévilablement ia taxe. matre | a destinal de ’Allemagne. Elle van-| laire.
les deux professions, il existe dans Vor- | 2 GeSHnalon Ge) & BUY. ee i
. te eeu? Wt exe | tait, a la juste flerté du per-ounel-et au
dre des hénéfices, uns nuance digne | th, & 1a jus person | F
eB NENEICES, é Ate srand ¥ od tre or la soll- | R
Wélre. observée et retenue | stand Honneur ce noire ace, ving oo
a Auli autre: int de vue, la mesure | dilé, la beauté des travaux executes | Chambre des.
que nous reeommandons ‘sera. infini- [Por les mains de pauvres petites Hal | 4 saseance de jeudl,
: ” h oe tends la lecture de la cor
ment profilable A notre commerce de |.) ;, woe +, ptenda aes ‘ne
tissus et de toiles qui, en un temps | it faut avouer que la minisicaase tan elle a continul ensue
rochain, se raflermira “dont Phorizon | entendait un pen plus que mene) . Budget général de la Répe
procoalp, Se Pe Oy” “| ressant contradicteur ! que nous Vanroociors.
vous pas? - vaut done la peine d'étre | UX a | t ene
tenté P , P | la pétition des Dames de la Couture, } 1, Marine et celui de [a J
| cédent, a-t-on dit, 4 la vieille tradition | hevres réglementaies én
partisins des couturiéres comme des | humanitaire hailienne, et voici que Je |
m'écrie en terminant: mulheur aux Ndr] 4 Ja séunion
haitienne a se couvrir probablement de | tious qui se complaisent dans Iv sents} aprés la sanction d ne
Lmentalité |. a bP déponillement-de lie
miers parents, parce que les maisons |
"han payin aan Pa sue Vassemblée a.
i | Charles Darwin quitinspire que -as' re
pas inévitablement satisfaire les de- | vais-je pas hésiler 4 | modifications,---lisont
mandes. Et 1a dessus on a cité les tours | question finale que d badget des Travaux pe

i diminué. La mode a. passé, Et j'ai con- |
dans le pays méme, une bonne partie | i | , 4
serviettes de table; jamais sa ellentéle | Nab loci... 5. Cree
| tiennes. N’est-ce pas convaincanut? Car
va sagrandir, L’essai - ne le trouvez | : es ;
0 Ceux qui ont vu d'un ait | cessivement les bodgets
Mais on a semblé se représenter les | ;
le. siége. whe am bee
ayeugles qui vont réduire la population | 4
feuilles de vigne, 4 Pinstar des pre-| / eee He Ge
| La doctrine du jour, c'est Hegel ou | entamé la discussiond:
de confection insuffisanles.ne pourront | i
| vais-je pas hésiler 4.






Ne 43, - Peurtteton pu «Nouveiiistep la terrasse, ainsi qu’ils le faigaient tons les | prouve ni peine 8) tristesse

soirs avec Anyélique. “oo | Puis il se leva, se Mi
~Seulavee Vilma, libre de écouter et de | terrasse,redevenu a me
Ini répondre, Bernard devina. que ure | com t ‘i
était grave, et que la cris2 allait éclater sans | doucement eee ie é
qwileutla possibilité de Vécarter. — Il ge ré- | —Pourqnoi meth
signa 4 Vaffronler. 00 ee Bourquot vouloit ne ot
Vilma varda @abord lesilence. La tle ren | surprise! Ne me juzes: YO"
versée sur le dossier de sa dodine, les yeux | mir sutre conldes 67 :
an ciel, elle paraissait suivre allentivemeutle | — La vérilé 1 Yous
jeu brillant des étoiles -¢ rd,
perdait pas de-vue Bernard,
lustvade, morte et pensif.
Tout & coup elle inclina Je front vers |
étendit le bras et, posant la main sur la sien» | que
ne, elle demanda d’une voi: le: |
~=-Pourquoi étes-vous triste, mon”
Quelle peine est entrée dang votre
Voila plusieurs jours. que je.
on dirail que vous n’éles:
Le contact de cell
























Au retour d’nne de ces promenades, un
‘soir, comme iis rentraient A la maison, An-
géliqne se plaignit @avoir pris froid et d'é.
prouver par tout le corps une violeate lassi-
tude. Ceon’était sars doute qwut inal pa sa-
ger, sans gravilé, mais quila conlraignit a
se relirer dans sa chambre et 4 laisser Ber-
nard et Vilma en téte & tate. °

Celle ci lrouva Bernard démoralisé, énervé

-...parJes lenlatious_qui-hantaient~sen: esprit;
plus puiscantes que sa volonté. — Lorsque,
rassuyé surla:anté de sa ferme, qu’il avait
ramenée chezelle, il revint auprés de Vilma,
il fut saisi par une émotion, hélas ! familiére
ason Ame; et qu’aguravaita celle heure te

péril de son isolement clairement entrevu, -
lis dinérent face a face: Bernard, pali,tor-
du par une angoisse délicieuse et déchirante ide ga défaile et de son

ala fois; Vilm; paisible en apparence, par-- daus ce. péril extrém e

lantavec volulfilité, toute joyeuse, s’eflorgant imprévu.— Le doux et pale vi

dele distraire,devinant ses terreurs et s’atla- - ‘Qiepassa devaal se

chant a les éloigner de lui.—La présence des_















j

provogué, défait sans.
| lévres fiévrenses une horribl
i

domestiques favorisa Teur mutuelle dissimu,

lation ; mais, aprés le repas nfan t
~ -gagnévent leur lit, et ils allérent s’acseoir eur)

oe
; dire. perlés, diamantés, fant ils
: qui wont pa mela valeur ct
ére, Gre, Epoux evenhanis, | y ppt pay MiGs iA ey

onde les admire souvent, mais Dieu les

«sant aos plus cordiales sym | condamne toujours. Désirant les voir dispa
liérement a notre bon et] raitre complétement du sein de la Patrie, _
. Jaeger, si: cruellement | nous faisons ce que nous peuvons, pour dé-
plas de es. cider d’gutres & faire ce qu'il doivent.......-- /
lors que le badge | Les obséques aeront lieu demain ‘Vous faciliteresz, dove notre tache en vous: ©
ire que 114.000: gourdes | matin a9 heres, pour attesdre Varrivée, | risen is fiver d'accepler daus le « ee
om Fae cena, de Mone C Ponchacd,, | es Taticle aye nom anne ented
dd décider gre Vinsenipe Le conyoi Pare € parira de lh Grand Nous coaines charmé, — nous vous prianst
rs au budget se ferait au Rue, enfce de Pharmacie Centrale, | qe le croire, cher conciloyen, —~ de pouvoir —
présentés,suivant Pur- pour se rendre 4 la Cathédrale. ~ vous renouveler en cette occasion Passurance —
tions ou constructions sol- | Mort au marché ide notre considération la plus distinguée,.
eance a &é levée apres | Ce matin, on a trouvé au marché de 1, | avec laquelle nous vous supplions instamment:
enrestéglementaires. | Caibédrale te cadavre d’an eatint, Ce | de nous faire Vhonneur d’agréer nos saluta-

ambre entamera le budget | nerit j \ "| tions les plus empressées
| . Tense : pent ind. geot a dQ probab'ement expirer MicHet CHALVIRE

| Le corps a-€1é transféré A Hospice St NOS INURES :
bee pA A ee Ta - pice | La «Patries nous le demande: PFinissons-
Vincent de Panl qui, comme d’habitude, | avec ¢ nos injures » :
$ OCeUpera de Vinhantatior es plus grands vents, les phis fortes se~-
- Beho de Saint. cheresses et les ploies torrentielles qui em-
er, E...; Poésies @Ed- | © Décidemenr ta pleine sai.on d’été sera | portent quelquefdis “nos espérancés, an dé- 7
Dealiami lak i — Sa are ee : -Ptpnisant nos rétoltas; sont molds fusestes a lew
ajamin Blaise, Thimo--des-plus réjouissan’es aa Robion. Oa s'- | pay vee wk
‘ds Mulot. Adrien | LF Dg s : Patrie que fos injures! Plus elles soni dorées,
id; Jesn Mulot, Adrien | gnale comme entrée une coquette inse~ | ‘ ; e
ocirine Drago, lore vans clast | and bil da re | plus elles font la bonte de leurs auteurs
“Te ol Sc Xs | vahion Cc estle grane ida « Teadre » | Qui, plus les connaissances littéraires sont
= vol us” ancien fF eh 5 | par leque! le qua erne du tq Juitler, qui | prandes, plus elles font pavaitre petit celul
2 tied Le trate franco | récnit MM, Georges Price, Pollux Mi- | en qui on les trouve, et de qui l'on peut dire,
me AU. MACUX Jérémie, L. | chel Auguste Pasquer et Clément Linier, | en le lisant ou en Vécoutant: Oh, le mal-:
1868, Lynx ; Les pré- | va remetire son bouavet dans les salons heuveuw! -
adépendance, S. Rouzier ; | de Mr et Mme Pedrito de Mez:, | Par leur alliance avec le plus beau des:
les noms propres, Lafo-| Qa _y sera en bley du cdré des dames,












iéraire et Sociale
avecl'intéressantsommatre


















rehidées, Fréd, Febyre. .






























| mélaux, les pierres précienses en augmen-

© 3 : : , i 4 ag , nye Yen on ace elles: % er
mmédie de salon (fin), Car | et en blanc du cé.# des hommes avec... | tent d’éclat et brillentd’avantage elles: memes;

né : toe Ve ee ’ : | uniesa d’autres, elles en cachent les défauts
E mabe, R lntérieur des myosotis 2 la-boutonaiére. ~ Done go | mais alors elles palissent ! ,
Extériear, Petites Notes, | ahead vers le. franches gairés!







: SALE, tay co.) Gomme ces -pierres précieases aux quelles:
Cing-Mars. | nous la comparons, notre. littérature brillera:
ou palira de plus en plus, selon Pusage que-
i nous en ferons. Quelles queeoient donc les
ee ee i fautes de nos adversaires, quels gue soient
ore distingeé-confrére > t de larrondissement, te Général daetoris dé nos eaneinis. quelles que soient |
Pinas a ‘fer6 ses fiangai les avec Made+ | enfin’ les. ralsoos que nons croyons avoir
8) i moirelle Marcuerirs BasrieN, one imié- | pouseméaémes, oe souilloas plus notre liltéra--
" \ressante jeane fitle, trés-estimée a Port- |‘tore par aucune injure, par rien dimpur\
‘de-Paixs, Quelques amis fntimes se sont | faisons la briller au_contraire, en nous en:
ir un-vrai plaisir de partager la joie des | servant désormaisle plus noblement: la «Pa-
neuteux fiancés, tle rons te demande pour Ja glorification.
Nisue crave: ‘ : Adeson nome ee re
ec MicHEL Caaviné.
yaar ce, 27 Juillet 1907.
Pour votre Toilette-
Avez yous des rougeurs? .
= Usez du Savon Naftalone ft -
- Avez vous des dartres?: .
- —-~ Usez du-Savon Naftalone!
Avez vous des éruptions qui vous”
--| dévaturent le visage? res
: —.. Usez du Savon Naftalone |
eS tear lee ecouis da Cp os | Voulez-vous retarder les rides?
_Novs prions Mesients les Ine oy. __Usez du Savon } aftalone f
keen ct penta a | Voulez- vous avoir la peau souple?
a6 en VOU ASEL OW CDCl Ee Usez du Savon Naftalone!
Voulez vous avoir le teint frais?
- Usez du Savon Naftalone |
Voulez vous avoir la peau douce et
... Usez du Savon Naftalone |...
















ancailles Por
eC: a laisie fa pepe Echos de Porit-de-Paix |
e Mile Lucie Carrk de | Dimanche, ‘notre sympathioue .Com-






s faisons tous nos ¢
adotte qui trace wn si bel exem-
tous nos soulvaits de bonheur a
gerite Bistien. Brave, Thimol |

«



le





















La premiére grande tournée du Gé-) ouids national, — ainsi que
néral Prosper Chrisphonte, Gorn | jaire qu'il vient de réorgan
mandant de cet arrondissement. | méme un excellent musicien.
Port-&-Piment, 8 Juillet 1907, | Saint-Pierre le protege tei-bas et ks
Liarrondissement des Céteaus, ancienne ous Ee eee
Ligne militaire qui relevait alors de Varron- | 6 ok te Br eae ta voule de. :
dissement des Cayes, a été érigé en arrondis-| VBUSphonte Feprenait GAeERE A TONE Oe Fe ih, Ae
sement militaire autonome ea 1871-1872, Damassiv, Tun des deux importants quarters pour bock. Vin de

: wes annexes de la commune des Coteaux, et con- | Dr - :
aprés la grande conflagration politique et so.) a : feng ogueries et prod
ciale qui, de-1868 41870, bouleversa Maiti tinua sa grande tournée, us moment inter: | . .

jusque dans ses fondements, en détruisant | POPES par la Ge Sonkion rurale a Hae ane -
partout dans la République les hommes, les oe oe peallan anes need 6 Jaa oe eee
choses et les premiéres institutions édifiées | *' ce ho que veaune a r wus ccomont : ae
par nos Péres; —- événements par trop mal- | G'e Bone: coma é al aren ees Annonce 4 lous. ses elf
Sheurepx qui allirérent la-discorde civile et termina sa tournde gévérale, par veront dans son dé

politique au sein de la Nation, et dont le tiv Furale, et reotrait dans son ch: f-lieu Fronts Forts, No Sae
Pays subit encore. anjourd’hui les funestes

par la Roche-4-Bi teau,le plus important des
ronséquences. deux quartiers de la commune des Coteaux, |
Celle intéressante contrée, 4 peine connue | , Partoul ob passa notre digne commandant
-du reste du Pays, est située a Vextrdme Snd- de Par oudivsetnonts i donua amples audiea® ve
‘Ouest de I'lle, entre la Pointe-a-Gravois au | CS pati loliques, en créole. aus braves avi
Sud, et la grande pointe des Aigrettes a | 0 de bos morges si hous, si hospitaliers, |
VGuest, dans le fond des Anges des Colons et si couliaats dans. Vautorilé du Gouverne--
francais, baiguée par la mer des Antilles, et | el. Le géuéral Chrisphoute leur expe
svétend le long du versant Sud de la grande qua les multiples moyens daugmenter-et de | To. |
cchaine des montagnes de la Hotle, des Pla~ bonitier leurs produits agricoles, qui sont la On lave et remel @
tonsa Tibnrop, | source dela fortune publique, et combien ib peces de _Chareaux d
L’Arrondissement se compose de quatre | Stall avantageux pour eux, el pour tous, | Mtablissement de cha
communes, deux importants quartiers, qua- | 4! il Be missent “Fesolument dans la panies riquen » silué Grand)
torze sections rurales, et de cing paroisses tion de nouvelles cultures d OX POL AON S9e0 tre’ Admivistr tion de
religienses réguliérement constiluées. pel coten priscipalwment gut obtiennent, Sut) Armes de Pariss,--- By
G'est-pour—visiter toutes Jes inféressantes les iaavchés du Pays eb a PEtrauger, des prix |” vetoes
populations de cet arrondissement militaire,

plus rémuuéraleurs que votre veux et boo.
confié rar Son Excellence le Pré-ident Nord | Cafe que la concurrence étrangére tend Ades)
Alexis a la sollicittud éelairée.et progressiste

Jvonner de plus en plus. _
alu Général Pro-per Chrisphonte, que cet of-

ll leur conseifla inslamment denvoyer -
ficier Phonneuy entreprit sa premiére grande
fournée mililaive et adayinistvalive, au nom

leurs enfants dans les écoles rurales,rétablies |
toutes par le Gotivernement du Président |
de noire Vénéré Chef de Etat, pour faire la Nord Alexis, pour que ces futurs -eiluyens.
connaissance intime de ces populations essen- parssent profiter des bienfaits de I jusiruchon
tiellement paciliques et agricotes, et leur por- | Primaire gratuite, donnée 4 tuus lis hailiers
ter des paroles de paix et d'encouragement | Pat la paternelle sollicituds dy Gouverne-
au travail, qui sont (idéal de toutes leurs as. | ment et de la nécessilé urgente de | eulre:
pivations palriotiques. - | tien et te la réparation des. routes publique:
Parti du chef-lieu des Céteaux, le diman- | et.des chemins vicinaux par trop abandon:
che soir 23-duin éconlé; te-Général-Cheis— 3.POUL liter les comu
phonte se rendit aux Anglais, a la limite de os

n fi unical
_-Son_arrondissement avec celui_de Tiburon, 4 €t les camp: 5 A" : wera, we comme 0
ot ilcommenga, le tundi 24 Juis, la visite | 2 Poy, pee
iéres modes |













‘Sei with












































“que sa maison est I
issortie d'une grand

‘Diagonales, Flanelles, Gh





des trois sections rorales et de. loules irs
grandes habitations de celle commune.
Ainsi, succeszisement, nolree Commandant]?
de Varrondissement vivita les trois sections | Hovale. — .
_vurales de la commune des Chardonniéres, | ©
les deux sections mirales-de la commune de-| bons « coule
Port-a-Piment, dott i deccodit a Damassin, | conse! momiques eb Soclaux, et Se GO
par la 6° section rurale de Pimportante com- | bérent ensuite dleurs réjouissaaces. naives,
mune des Gole.ux, pour regagner, le jeudi | pleines dentrain, pour, par ainsi, remercier |
27 Juin, dans la nuit, la ville des Coteaux, | 4 leur mauiére le général Chrisphoule de sa |
siége de son commardement, ce, 4 Veceasion | boune visite-et de ses récouforlantes paroles |
de ia féle palronale de cette ancienne paroig: | 4 eux adressées au nom du Géoéral Nod |
se, la St-Pierre, arrivantle 99 Juin, = Alexis, le Restaurateur de la Patri oS
Geile marque de vraie sollicitude adminis-
trative est toute en Vhonneur da général
Chrisphonte, qui avait compris qu'il devait,
par devoir et par une haute convenance poli-
_ Aiqu le, inlerrompre un instant sa

tnoralisent progressiveme.t dans lintérét de
Vordre public, et en vuedela civilisalion 1























core le général Chrisphonte | : | 2
Un lémoin patriote



grande lournée, pour de sa |

présence officielle la fate religiense de son

chef-lien. ee a

En effet, le 29 Join, le 38° Régiment de]

ligne dela zarde-nationale, au grand. com= |.

“plet, ge mdlérent au. tlol de la popalation ci- i sont priés de épo

vile et ruraly’pour feter, en grande pompe, | diy Tiibanal civil dee

de grand Safut-Pierre, leur bienlieurenx pa Vey Boa Ae
DABS \ liste des affaires qu

|

i

tron ! : i ; :
| possession et qui








‘Le commandant de Variandissement “bril- ;
da&iment excorié de son élat-major, des auto. | @PPelees. du, rol
rilés locales, et des ciloyens notables, donna’|

da mesure de son amour patriolique et pr

gressiste en faisan! intiod

ire dans l'égli