Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















mercial et d’ Annonces”

HERAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETAIR











Département.. .4.20

communications aux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly & Fort-Per.










la femme sait déguiser sa pensée:
« Lhonnéte homme a Paris. ment dix
voyage aduré 2 heures, Partis de fois par jour, Phonnéte femme. vingt
| Meudon, les deux ministres ont frit | [018 Dar jour, [homme du tnonde_cent.
bis 4. Davie | ae _ | fois par jour. On n’a jamais po comp-
Z ae Me " 8 + ge + ye & *€ ) ae" +
ete ae Pibats a sont revenus a) ie combien de fois ment une femme
| bao Bnhce P am +, 4, | du monde.» Pourquoi? Parce que, pré-
20. Dans Je nan-/ = ST-PETERSBOURG: baw «@ Gazette fiend La Brayére ejlen catte peu aux
mbia» 150 personnes | de la Bourse » dit que le ministre | femmes de dire ce yu'elles~ne-sen=
rsonnes seulement | de la marine a-donné des ordres aux | tent point ». - .
La plupart des'pas- | arstnaux de la Baltique pour pré-| Le législatear lui méme semble par-
parer la construction urgente de |

quand s‘ést pro | tager cette opinion. L’article 38 du
on.La plupart des sur- | Plusienrs cuirassés de 22 000 tonnes. | Code civil dts que les temoins pro- .
se iront étre que du sexe mascolin...»
rhieres 4 . : tas
ativan depeclies | Une pareille disposition ne peut s’ex-
oa i ment que ie |pliquer que par un manque de con-
ca ‘ ve toutes i | fiance dans le témoignage féminin. Elle
Our mettre sur lel. i, . | est olfens: :
Empcreur.~-L a1! Le fondatenr du prix de franchise) est olfensante pour fos femines,
PETEN = Le Tes | Cetle suspicion se justifie-t-elle au

., | abil vouln,en Voffrant a des établis- | ;
Gente et omeramt) oo meuts de jeunes filles, ¥ melire quel. | moins ? Je ne ferai pas de difficulté
pour reconnaitre gue, dune fagon gé-

tdres dans tout le} que malice? La femme ne passe pas | PO > que, @ a
jen effet pour aimer extrémement la vé- | B€rale.la femme parait réellement plus
portée ala dissimulation. Mais ce quil
faut-tout-de-suite ajouler, c’est que ce

rité. ;oe Crest ce que m'écrit un de
mes lecteurs 4 propos de mon article | '4 ees .
.une.prédisposition fonciére. La femme

i fle APOE oe .
loaty a eu aucune intention-mali-} 4 NCTE 1 femm
rre-pandant spé= | ceus Hattribution & des écolés | 1 0st pas menveuse Winches NL
é journal «Le Mating | dé Hilles-da—« prix de Tranchise » > “de beabon-qtrl Or a PERRO SOS UG
ie “Teela je suis bien certain. sans méme | 'é8 natives de sinc4rité ; et quand je
Fanon a beaucoup | oe te besoin ' ;| dis éducation, je ne veux pas seule
bles qui se sont pro: que Jule besoin de consalter mon ami ent parler ie “eile na elle rewoit ;
al. I aiff ‘ je donateur, Mais mon correspondant_ me parier te calle que Ale ice to
A vilirtne que le | oeeasionnel touche A une question as | 1 ecole, mais de celle qu'elle. trouve.
Populaire n’exisle | sey délicate gui mérite de retenir un | dans la famille et dans le monde. Sous
_DOrne.aunellt tention: —fa-femare-eurait-_-prélextede bonne tenue_onlui apprend;-———
Premier ministre, | eile une propensicn plusgrandeaumen | 468 le jeune age, & ne jimais dire ce
ennemis. Les com-|souge?. _ | quelle perse, a dissimuler ses senti-
ccepié Ia dictature| Constatons tout de suite que sur ce | Menls, a prendre une allilude. On le——
anco, “| peint lafemme-a une réputation plutet | dresse a Part de plaire et d etre aima-
: a<|lacheuse. On pourrait composer un | ble. On la prépare pour le monde Or
‘| recueil copieux rien qu’avec les juge- | qucle vie _ pins fausse et plus factice
>| ments émis ace sujet par les unciefis ave cones oe ane a ast lus spend
noolant cue i | et les modernes, tous présentant la) * AY. parce Qu ene St PIS SOcra~
a peant Vattention | romme comme Vé:re le pits attificienx | ble que \ homme. Entendez par socia-
6 Fat que les in- | qui existe dans ia nature. En voulez- | bilite, cette science qn elle possede &
déire complices | yous quelques specimens? Catulle écrit: | 82 supréme degre @atirer et de rete-
dassissinat du | « Ce que dit une femme, il faudrait| pi", grace a une dipomuatie faite de
sras-Son : ® sur ia vent—et-sur Hende,» |-chaime et debienveilance...cpparente.
his dans des ca-| Diderot la moutre passant par dessusla | Cela ne serait peut éire rien si elle _
Le vérité avee la plus parfaile. aisancé: | n’apportail cel esprit de dissimulation.
«Toutes machiavéligues du plus ou; dans les choses sérieuses de la. vie. —
moing, alfirme til; of il yatin mur | Dans la lutte entre elie et |homme son
d'airain’ pour nous, il py a soavent | arme est la ruse. I! ne fudrait pas se.
une toile daraignés pour elles.» | biver den conclure que la femme man-

imaidi une ascension dans le balloy
“Militaire dirigeable-r Patrie ».— Le

E FRANCAISE
TELEGRAPHAQUES —

HON INTERDITE ).

ila oe:










































Jn grand combat a eu
ville entre les. trou«
t-celles. dir-Préten
















WOE










































Latrabilaire Rousseau constale que | que essenlicllement de droiture et de

2st un talegl naturel au.sexea. | lrauchise. Si elle i vient pas a vous __
gous une forme piquan- | visiére levée, c'est qu'elle sent que a
, geande avec laquelle | partie n’est pas égale entre vous et elle. —





Vous disposez de la force et yous:
_ vez en abuser. Mais ne convie
_ dy voit. pias encore un effet

cation ?: La femme a trop lo

été tenue en tutelle. On luta

une « éducation de grilles et de ver”
-pous 3. Quand elle se venge, cest en} Que
_esclave qu'elle le fait. Les esclaves te | de Paprés- mi

choibissent pas leurs moyens de ven-|_ 2
geance. ee ob

Ce qui est produit pr l'éducation,
peut étre corrigé par l'éducation. C'est
pourquoi leffort des éducateurs de-
vrait porter sur ce point. Cet effort}
aboutirait-il ?. En douter équivaudrait
a fefuser radicalement a la femme cette
vertu qu’on appelle la sincérité. Ce se-
ralt 1A commettre la plus révoltante
des injustices. Je connais pour ma part
des femmes de loyauté absolue, « inca-
pables de dire ce quelles re ‘fensont
pas pour étre agréables ou de dissimu-_ . ee ane
ler ee qu’elles pensent », et qui sont, Cosa © ses ee
malgré celacou mieux & cause de cela, 4 ate) : Bates CMMs
extrémement. gracieuses et aimibles. | 6° 1°" " ue = .
Avec elles on se sent tout de suite en | yi SOnlte dou fas Tab
confiance. Je ne sais pas beaucoup | Jugement fee as bah
hommes qui lear ressemblent. | Isermens & Taboo oO

LOZzI. “tien. «-- ( Al a J Ce
mre ~ | Ulyssema Joseph); -- Are da Tribac amen.
Oy 5 ~ ES D BRSES de Cassation maintenant cette déci eee Oe
N V LL IV | Jogement do Tribanal civil de Pi-Go eS Cat
- | C Thiers Alphonse contre. Loris nehi | uk
- a i 7 fi ee . a es
Société Astronomique eotae de janie da Met nt Ripgoy Nos meilleares
et M&réorotocique pe Port-au-Prince | blige, pelanit 3 da loi du - to
Observations faites ce matin a7 heures: (toi du 2 Juillet 1907 modifiant les arte
Pression barométrique 407... 763 ™/"32 | cles 610 et 611. du code de commerce;
Température a Vombre.. 52.24.28? 4 Loi sur Parpentage (suite et fin co ;
. Homidiré relative en centiémes,..60 | Ala partie pon olficielle noas trouvons: |
Direction du vent....0.e.e005-.5 Est |» Feat nominatif des { ne lonnaires th



































la Justice. --- (Ex. 1905-190
sitoire da Commissaire du G
prés le Teibanal de Cass:
Hermance Alf
Guillaume ); ---





Ne 6,— FevtLieros pu «Nouvetiistie | prudence el de réserve. ul
oe dresse une excilation novyelle |
LA Hemme Quand il résiste a0 temps el a
_— beacure w “| que le monde place sur le chemi
me jeune el beau, tel qu’était Berva
mour devient indestructible,
; Mme Danisy comprit qu'il se
cence rer AE AVAL fle Pensionnat de St- | d’imposer a des soupirs si sincéres 0
Joseph de Cluny et n'y allait. plus-que ~pour | pluslongue. Elle réso
voir Vilma. Bernard s'y rendait aussi dans | dont elle-méme avait fix
Ie méme dessin et choisissait de préférence | part de sa. résolution a
ce ars..ol-il-dlail--certain-d’y_rencontrer | vard, en lear annorcant qt
Mile Danisy. Ces visites, dont Vilma s’altri- | serait célébré dans quelqties mois.
“~“Hiail lout Mhenvenr et dout elle se montrait | Le secret de leurs!
heureuse aulant que fiére, permirent & An~ [-gardé que personne aulou
_gélique et & Bernard de sé mieux connattre, | uaissail. Vilmaelle-méme I
de saimer plue ardemment. Is ne s'étaient| précocité,ce n’é
encore rien dil que chacun d’eux conpaissait |
le secret de l'autre. Leurs yeux avaient par
Henin pour loutle monde,éloquents pour | pressa inéme pas de la
eux seuls, a : | Elle Pappril par une de ges
Un matin, dans le parloir du convent, teen ee
leurs maing se touchérest plus fiévreusen-ent | inattendu. Ea ¢
que de coulume, et ils n’eurent plus ancun jou
aveu a se fone Vila_ne vil-rien et Ming | .
_ Danisyrqur etait pideente, feignit de ne rien it
vor, Maw le endemain Malbora eee he
ficiellernent pour son neveu Ja main d’Angé- | que de chagn
lique: elle lu; ful accordée gur-le-champ, le| | —Est-’
mariagé fixé 4 année suivante, et dds lors | Dar
les flancés purofil se parler de leur amour, —
Ce fut pour eux un temps Fecond en joies | gel
_ douces et délicates, Ul n’était pas de jour qu
ne ies réunil, lantdl a eph de Gang,






















. public en peers
iculier que son Restaurant, 4 part
| samedi 20 Juillet, sera transféré a
[gle des rues Bonne foi et.
| | Etat, ancienne maison Nap

& vendre
Une maison a lucarne, sise ru
Sans Culottes: N’ 60, avec” font
unt poudances,
Bi ves des Fréres ~
Le Conseil d'Administration de la So: |
| ciété des Anciens Eléves des F ares rap- |

| pelle aux Membres Actifs que l'Assemblée | ry 4
it | générale ‘aura lieu “dimanche 28 courant | illeure c a Male |

| aa local ordinaire du Cercle, ato heures |

| précisesdu matic. ~ Celie qui donné le meilleur pain,
Lordre de joor co nporte : | Qui produit le plus de pain,

| 1+ Sanction du_ pro: és verbil de la | Qui donne le pain. le plus blanc:

| derniére séance, — = | et le plus léger, -

_— Eugene, Léveillé, 7 2*---Raipport du Conseil. Crest la Pillsbury’ Ss Best

, Michaad If, Lespinasse | - dD .
ire-Pierre I, Lahens P| 2 pee a B Ganpiver, jde la Pillsbury Washburn. Flow
| Mills Co,— Minneapolis. Minn.

Délices, Avgastin He
Ern. CASTERA, représentant..






























— Adam Ily Déjoie, | ‘Aux creanciersde la Commune

s Velten, Georges t, | . Nous, soussignés, membres de taj

eudi, Jo-Francois, André, | Commission de vérification des créan- |
lio, Augustin [, ” j ces sur la Commune de Port au-Prince, |
gm. -- Adim I, Bertrand, | invetons une deruiére fois les créan-|

Stines I, Théophile, Mas- | cles de cette Commune, a venir re- | Annonce a tous ses clietita qu'ils trou-
» Alexis, St-Victor, De- | mettre a la Commission, siégeaut a] veront dans son dépét de la rue des.
. Zéphyr, "Bosq IL. , | PHdtelcommunal, les titres de eréances | Fronts Forts, No 33 :
me, --- Monbellear, Barban- | dont ils sont por teurs et leur accor- Sucre turbiné, tafia, clairin, aleool
Jacasse, Daphnis, Rameau- | dows, pour. . faire, un nouveau délai a 95 : rh depuis S 1 jusqu a 4:

, Lonis, Labissidre T, Ke- | de huit'jours a partir de cette date. |
eal, Desdunes, 1 Ce ‘lai passé, toute eréance non]
mt, --- Legros, Villegrain, présentée he sera pas regue:~
i, Cansié I, Dupont, Gour- | Port-au-Prince, 25 Juillet 1907. |. eens |
Mortelly, Lecpinasse I, Mé-| (Signé) St-Lécer Fortin, 2¢ Sup- | 200, Rue Républicains et 43 Rue des Casernos..

td Ul, Robert, Vaval IH. | pléant du Magistrat communal, Dr | Drogues, Produits Chimiques, Spé--
soMil ord, Pajotte, Cassy, Eine WILLIAMS, et PETHION ER- | cialités pharm. aceutiques, Seringues,.’

L ete Je Paul, | RIE, président dé la Commission. “| Bar idages herniaires; Produils antisep--

sabor : A Louer liques..

we Bas thélermy Lic |, “matette petite maison; situde-a Per) ——-—Kawe minerales. = Bonbons.

we | de pote Seale’, etG dépendan- | Promptitude et exactitude dans
=» Colin I Nadreav. | 8 2888") : , Vexécution des ordonnances.
s journal, an

vente Lafontant, | Sadresser.au_bu-eau du j
, pe Denanlet Salo- | Avia: [

a | Me: Constant Vieux ayant perdu, de-|

puis prés d'une semaine déja, deux |
| chevaux qui se sont sauvés de sa pro-|
























































| Pour Hariages, Fiancailles,ete
-- Vaval |_| priété. sise an Bois Verna, p romet une| S’adresser 4 Mm Cyrus Saunen; Ave-
‘yy (3™°) et Villege jin | BONNE récompense a qui les lui fera re- |} nue John Brown, en face du Pension~

abtena- les | trouver... | nat Ste-Rose de Lima
meilleures _Renseii ements : ; ‘Une jument : sou- |
& passage, ont recu | 4 i



i sible. — 6 ocae WELY. ne Médecin, Ghirnrgien, Accoucheur,
© Pori-aia- Com oe Het 1907, | Consultations de 8 heures a midi..

ai est [a eek, a a | Provisoirement, 7, Rue: Américaine,
: A vendre a bon. marché ie
ce os = PIED ees non’ | Une grande construction, ayant plus | Méme maison A 6 le De R. R. Ewald,

> | de 60 feuilles de: tole, sise au Morne- | Dentiste
tava

Sadresser au bares, du journal. : =
Bonne Occasion CT Dr Robert. R. ‘Ewald



Un osu tees confortable et bent S - Chirurg len-Dentiste, —
co - De la Faculté de Philadelphie, |

| De retourauPort an Prince, annonce be
| 4 ses clients et au ae aut ae se tit
a leur disposi illo :





A Voecasion de la fete patronale de.
Thomageau, dimanch> 28 da courant,
le public est prévenu que Samedi 27)
Juillet 1907, en outre du train régle- | i oye us:
mentaire de 3.30 p.m.. Un Express bénisterie.
LaISSERA La GARE DU Nonp a 4 HEURES
de laprés midi pour se rendre DIREC: genres: et son pr
treMENT & Thomazeau. _ | toutes lef bourses

/. Horaire pv Dimancue 28 ~
Départs dela Gare.du Nord de Cercueils pouv
Train supplémentaire 5.30 a.m. (ce outs eta OF pri
train ne comprend que DES passacERs DE | DOD marché rs
ile crasse, FOURGONS, et NE PREND AUCUN
VOYAGEUR 2 LA Gare pu NORD, mais SEULE~
MENT EN COURS DE ROUTE-).
Train réglementaire 6. 30-8. m.
Train supplémentaive 7,00 «
Train réglementaire 10.30--«
a co 3.30 p.m.

Départs de. Thomazeau
Train réglementaire 5,30 a.m.

a & 1040 «
4 & -3.00 p. m. ope
Train supplémentaire 4.30) « pe
Pour les trains supplémentaives du |”
. dimanche.28 et U Express de lundi
27, \a Direction ne délivera que des
Billets Anuer Rerour-vatapees-pour | (Ue $& maison esi
LA CIRCONSTANCE du SAMEDI au LUnDr | assoriie d! une grai

INCLUSIVEMENT. eee
| - La DIRECTION. —










































Ta Rapin : Dons son établ nent, ot
La_Bor iInquen 3 vera, ~~ comm je urs :
1 + pderniéres: modes fra qaises etan-
On lave et remet-a-neuf toutes es- : ;
péces de Chareaux dans le FeNOMME | amma
Etablissement de chapellerie « La Bo-.
riquen » situé Graud’ Rue. Ne 122, en-

tre Administration des Postes et «Aux
| Armes de Paris», cnr CURBAS.

Dr Bernard’ Po

| Médecin-dentiste des Universités—de| *
Leipzig-et de Heidelberg soirée “pour Pet att Zodve, |

Annonce au-_pablic qu'il vient. ou- | Jacmel, Guragads ee
vrir $04 Cabinet chez le Ducteur Nerva }-~-Port-au-
: Gousse, rue de Provence.

_ Jacmel. 15 dan 190% ©

Eraneised DESU SE

Fabricant de Chaussures: |
iC weit

La Manufacture a toujours eu L











went SF gros et
- chaussures en tous genres pour |
_ Hommes, Penes, Enrants.



Full Text


















mercial et d’ Annonces”

HERAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETAIR











Département.. .4.20

communications aux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly & Fort-Per.










la femme sait déguiser sa pensée:
« Lhonnéte homme a Paris. ment dix
voyage aduré 2 heures, Partis de fois par jour, Phonnéte femme. vingt
| Meudon, les deux ministres ont frit | [018 Dar jour, [homme du tnonde_cent.
bis 4. Davie | ae _ | fois par jour. On n’a jamais po comp-
Z ae Me " 8 + ge + ye & *€ ) ae" +
ete ae Pibats a sont revenus a) ie combien de fois ment une femme
| bao Bnhce P am +, 4, | du monde.» Pourquoi? Parce que, pré-
20. Dans Je nan-/ = ST-PETERSBOURG: baw «@ Gazette fiend La Brayére ejlen catte peu aux
mbia» 150 personnes | de la Bourse » dit que le ministre | femmes de dire ce yu'elles~ne-sen=
rsonnes seulement | de la marine a-donné des ordres aux | tent point ». - .
La plupart des'pas- | arstnaux de la Baltique pour pré-| Le législatear lui méme semble par-
parer la construction urgente de |

quand s‘ést pro | tager cette opinion. L’article 38 du
on.La plupart des sur- | Plusienrs cuirassés de 22 000 tonnes. | Code civil dts que les temoins pro- .
se iront étre que du sexe mascolin...»
rhieres 4 . : tas
ativan depeclies | Une pareille disposition ne peut s’ex-
oa i ment que ie |pliquer que par un manque de con-
ca ‘ ve toutes i | fiance dans le témoignage féminin. Elle
Our mettre sur lel. i, . | est olfens: :
Empcreur.~-L a1! Le fondatenr du prix de franchise) est olfensante pour fos femines,
PETEN = Le Tes | Cetle suspicion se justifie-t-elle au

., | abil vouln,en Voffrant a des établis- | ;
Gente et omeramt) oo meuts de jeunes filles, ¥ melire quel. | moins ? Je ne ferai pas de difficulté
pour reconnaitre gue, dune fagon gé-

tdres dans tout le} que malice? La femme ne passe pas | PO > que, @ a
jen effet pour aimer extrémement la vé- | B€rale.la femme parait réellement plus
portée ala dissimulation. Mais ce quil
faut-tout-de-suite ajouler, c’est que ce

rité. ;oe Crest ce que m'écrit un de
mes lecteurs 4 propos de mon article | '4 ees .
.une.prédisposition fonciére. La femme

i fle APOE oe .
loaty a eu aucune intention-mali-} 4 NCTE 1 femm
rre-pandant spé= | ceus Hattribution & des écolés | 1 0st pas menveuse Winches NL
é journal «Le Mating | dé Hilles-da—« prix de Tranchise » > “de beabon-qtrl Or a PERRO SOS UG
ie “Teela je suis bien certain. sans méme | 'é8 natives de sinc4rité ; et quand je
Fanon a beaucoup | oe te besoin ' ;| dis éducation, je ne veux pas seule
bles qui se sont pro: que Jule besoin de consalter mon ami ent parler ie “eile na elle rewoit ;
al. I aiff ‘ je donateur, Mais mon correspondant_ me parier te calle que Ale ice to
A vilirtne que le | oeeasionnel touche A une question as | 1 ecole, mais de celle qu'elle. trouve.
Populaire n’exisle | sey délicate gui mérite de retenir un | dans la famille et dans le monde. Sous
_DOrne.aunellt tention: —fa-femare-eurait-_-prélextede bonne tenue_onlui apprend;-———
Premier ministre, | eile une propensicn plusgrandeaumen | 468 le jeune age, & ne jimais dire ce
ennemis. Les com-|souge?. _ | quelle perse, a dissimuler ses senti-
ccepié Ia dictature| Constatons tout de suite que sur ce | Menls, a prendre une allilude. On le——
anco, “| peint lafemme-a une réputation plutet | dresse a Part de plaire et d etre aima-
: a<|lacheuse. On pourrait composer un | ble. On la prépare pour le monde Or
‘| recueil copieux rien qu’avec les juge- | qucle vie _ pins fausse et plus factice
>| ments émis ace sujet par les unciefis ave cones oe ane a ast lus spend
noolant cue i | et les modernes, tous présentant la) * AY. parce Qu ene St PIS SOcra~
a peant Vattention | romme comme Vé:re le pits attificienx | ble que \ homme. Entendez par socia-
6 Fat que les in- | qui existe dans ia nature. En voulez- | bilite, cette science qn elle possede &
déire complices | yous quelques specimens? Catulle écrit: | 82 supréme degre @atirer et de rete-
dassissinat du | « Ce que dit une femme, il faudrait| pi", grace a une dipomuatie faite de
sras-Son : ® sur ia vent—et-sur Hende,» |-chaime et debienveilance...cpparente.
his dans des ca-| Diderot la moutre passant par dessusla | Cela ne serait peut éire rien si elle _
Le vérité avee la plus parfaile. aisancé: | n’apportail cel esprit de dissimulation.
«Toutes machiavéligues du plus ou; dans les choses sérieuses de la. vie. —
moing, alfirme til; of il yatin mur | Dans la lutte entre elie et |homme son
d'airain’ pour nous, il py a soavent | arme est la ruse. I! ne fudrait pas se.
une toile daraignés pour elles.» | biver den conclure que la femme man-

imaidi une ascension dans le balloy
“Militaire dirigeable-r Patrie ».— Le

E FRANCAISE
TELEGRAPHAQUES —

HON INTERDITE ).

ila oe:










































Jn grand combat a eu
ville entre les. trou«
t-celles. dir-Préten
















WOE










































Latrabilaire Rousseau constale que | que essenlicllement de droiture et de

2st un talegl naturel au.sexea. | lrauchise. Si elle i vient pas a vous __
gous une forme piquan- | visiére levée, c'est qu'elle sent que a
, geande avec laquelle | partie n’est pas égale entre vous et elle. —


Vous disposez de la force et yous:
_ vez en abuser. Mais ne convie
_ dy voit. pias encore un effet

cation ?: La femme a trop lo

été tenue en tutelle. On luta

une « éducation de grilles et de ver”
-pous 3. Quand elle se venge, cest en} Que
_esclave qu'elle le fait. Les esclaves te | de Paprés- mi

choibissent pas leurs moyens de ven-|_ 2
geance. ee ob

Ce qui est produit pr l'éducation,
peut étre corrigé par l'éducation. C'est
pourquoi leffort des éducateurs de-
vrait porter sur ce point. Cet effort}
aboutirait-il ?. En douter équivaudrait
a fefuser radicalement a la femme cette
vertu qu’on appelle la sincérité. Ce se-
ralt 1A commettre la plus révoltante
des injustices. Je connais pour ma part
des femmes de loyauté absolue, « inca-
pables de dire ce quelles re ‘fensont
pas pour étre agréables ou de dissimu-_ . ee ane
ler ee qu’elles pensent », et qui sont, Cosa © ses ee
malgré celacou mieux & cause de cela, 4 ate) : Bates CMMs
extrémement. gracieuses et aimibles. | 6° 1°" " ue = .
Avec elles on se sent tout de suite en | yi SOnlte dou fas Tab
confiance. Je ne sais pas beaucoup | Jugement fee as bah
hommes qui lear ressemblent. | Isermens & Taboo oO

LOZzI. “tien. «-- ( Al a J Ce
mre ~ | Ulyssema Joseph); -- Are da Tribac amen.
Oy 5 ~ ES D BRSES de Cassation maintenant cette déci eee Oe
N V LL IV | Jogement do Tribanal civil de Pi-Go eS Cat
- | C Thiers Alphonse contre. Loris nehi | uk
- a i 7 fi ee . a es
Société Astronomique eotae de janie da Met nt Ripgoy Nos meilleares
et M&réorotocique pe Port-au-Prince | blige, pelanit 3 da loi du - to
Observations faites ce matin a7 heures: (toi du 2 Juillet 1907 modifiant les arte
Pression barométrique 407... 763 ™/"32 | cles 610 et 611. du code de commerce;
Température a Vombre.. 52.24.28? 4 Loi sur Parpentage (suite et fin co ;
. Homidiré relative en centiémes,..60 | Ala partie pon olficielle noas trouvons: |
Direction du vent....0.e.e005-.5 Est |» Feat nominatif des { ne lonnaires th



































la Justice. --- (Ex. 1905-190
sitoire da Commissaire du G
prés le Teibanal de Cass:
Hermance Alf
Guillaume ); ---





Ne 6,— FevtLieros pu «Nouvetiistie | prudence el de réserve. ul
oe dresse une excilation novyelle |
LA Hemme Quand il résiste a0 temps el a
_— beacure w “| que le monde place sur le chemi
me jeune el beau, tel qu’était Berva
mour devient indestructible,
; Mme Danisy comprit qu'il se
cence rer AE AVAL fle Pensionnat de St- | d’imposer a des soupirs si sincéres 0
Joseph de Cluny et n'y allait. plus-que ~pour | pluslongue. Elle réso
voir Vilma. Bernard s'y rendait aussi dans | dont elle-méme avait fix
Ie méme dessin et choisissait de préférence | part de sa. résolution a
ce ars..ol-il-dlail--certain-d’y_rencontrer | vard, en lear annorcant qt
Mile Danisy. Ces visites, dont Vilma s’altri- | serait célébré dans quelqties mois.
“~“Hiail lout Mhenvenr et dout elle se montrait | Le secret de leurs!
heureuse aulant que fiére, permirent & An~ [-gardé que personne aulou
_gélique et & Bernard de sé mieux connattre, | uaissail. Vilmaelle-méme I
de saimer plue ardemment. Is ne s'étaient| précocité,ce n’é
encore rien dil que chacun d’eux conpaissait |
le secret de l'autre. Leurs yeux avaient par
Henin pour loutle monde,éloquents pour | pressa inéme pas de la
eux seuls, a : | Elle Pappril par une de ges
Un matin, dans le parloir du convent, teen ee
leurs maing se touchérest plus fiévreusen-ent | inattendu. Ea ¢
que de coulume, et ils n’eurent plus ancun jou
aveu a se fone Vila_ne vil-rien et Ming | .
_ Danisyrqur etait pideente, feignit de ne rien it
vor, Maw le endemain Malbora eee he
ficiellernent pour son neveu Ja main d’Angé- | que de chagn
lique: elle lu; ful accordée gur-le-champ, le| | —Est-’
mariagé fixé 4 année suivante, et dds lors | Dar
les flancés purofil se parler de leur amour, —
Ce fut pour eux un temps Fecond en joies | gel
_ douces et délicates, Ul n’était pas de jour qu
ne ies réunil, lantdl a eph de Gang,



















. public en peers
iculier que son Restaurant, 4 part
| samedi 20 Juillet, sera transféré a
[gle des rues Bonne foi et.
| | Etat, ancienne maison Nap

& vendre
Une maison a lucarne, sise ru
Sans Culottes: N’ 60, avec” font
unt poudances,
Bi ves des Fréres ~
Le Conseil d'Administration de la So: |
| ciété des Anciens Eléves des F ares rap- |

| pelle aux Membres Actifs que l'Assemblée | ry 4
it | générale ‘aura lieu “dimanche 28 courant | illeure c a Male |

| aa local ordinaire du Cercle, ato heures |

| précisesdu matic. ~ Celie qui donné le meilleur pain,
Lordre de joor co nporte : | Qui produit le plus de pain,

| 1+ Sanction du_ pro: és verbil de la | Qui donne le pain. le plus blanc:

| derniére séance, — = | et le plus léger, -

_— Eugene, Léveillé, 7 2*---Raipport du Conseil. Crest la Pillsbury’ Ss Best

, Michaad If, Lespinasse | - dD .
ire-Pierre I, Lahens P| 2 pee a B Ganpiver, jde la Pillsbury Washburn. Flow
| Mills Co,— Minneapolis. Minn.

Délices, Avgastin He
Ern. CASTERA, représentant..






























— Adam Ily Déjoie, | ‘Aux creanciersde la Commune

s Velten, Georges t, | . Nous, soussignés, membres de taj

eudi, Jo-Francois, André, | Commission de vérification des créan- |
lio, Augustin [, ” j ces sur la Commune de Port au-Prince, |
gm. -- Adim I, Bertrand, | invetons une deruiére fois les créan-|

Stines I, Théophile, Mas- | cles de cette Commune, a venir re- | Annonce a tous ses clietita qu'ils trou-
» Alexis, St-Victor, De- | mettre a la Commission, siégeaut a] veront dans son dépét de la rue des.
. Zéphyr, "Bosq IL. , | PHdtelcommunal, les titres de eréances | Fronts Forts, No 33 :
me, --- Monbellear, Barban- | dont ils sont por teurs et leur accor- Sucre turbiné, tafia, clairin, aleool
Jacasse, Daphnis, Rameau- | dows, pour. . faire, un nouveau délai a 95 : rh depuis S 1 jusqu a 4:

, Lonis, Labissidre T, Ke- | de huit'jours a partir de cette date. |
eal, Desdunes, 1 Ce ‘lai passé, toute eréance non]
mt, --- Legros, Villegrain, présentée he sera pas regue:~
i, Cansié I, Dupont, Gour- | Port-au-Prince, 25 Juillet 1907. |. eens |
Mortelly, Lecpinasse I, Mé-| (Signé) St-Lécer Fortin, 2¢ Sup- | 200, Rue Républicains et 43 Rue des Casernos..

td Ul, Robert, Vaval IH. | pléant du Magistrat communal, Dr | Drogues, Produits Chimiques, Spé--
soMil ord, Pajotte, Cassy, Eine WILLIAMS, et PETHION ER- | cialités pharm. aceutiques, Seringues,.’

L ete Je Paul, | RIE, président dé la Commission. “| Bar idages herniaires; Produils antisep--

sabor : A Louer liques..

we Bas thélermy Lic |, “matette petite maison; situde-a Per) ——-—Kawe minerales. = Bonbons.

we | de pote Seale’, etG dépendan- | Promptitude et exactitude dans
=» Colin I Nadreav. | 8 2888") : , Vexécution des ordonnances.
s journal, an

vente Lafontant, | Sadresser.au_bu-eau du j
, pe Denanlet Salo- | Avia: [

a | Me: Constant Vieux ayant perdu, de-|

puis prés d'une semaine déja, deux |
| chevaux qui se sont sauvés de sa pro-|
























































| Pour Hariages, Fiancailles,ete
-- Vaval |_| priété. sise an Bois Verna, p romet une| S’adresser 4 Mm Cyrus Saunen; Ave-
‘yy (3™°) et Villege jin | BONNE récompense a qui les lui fera re- |} nue John Brown, en face du Pension~

abtena- les | trouver... | nat Ste-Rose de Lima
meilleures _Renseii ements : ; ‘Une jument : sou- |
& passage, ont recu | 4 i



i sible. — 6 ocae WELY. ne Médecin, Ghirnrgien, Accoucheur,
© Pori-aia- Com oe Het 1907, | Consultations de 8 heures a midi..

ai est [a eek, a a | Provisoirement, 7, Rue: Américaine,
: A vendre a bon. marché ie
ce os = PIED ees non’ | Une grande construction, ayant plus | Méme maison A 6 le De R. R. Ewald,

> | de 60 feuilles de: tole, sise au Morne- | Dentiste
tava

Sadresser au bares, du journal. : =
Bonne Occasion CT Dr Robert. R. ‘Ewald



Un osu tees confortable et bent S - Chirurg len-Dentiste, —
co - De la Faculté de Philadelphie, |

| De retourauPort an Prince, annonce be
| 4 ses clients et au ae aut ae se tit
a leur disposi illo :


A Voecasion de la fete patronale de.
Thomageau, dimanch> 28 da courant,
le public est prévenu que Samedi 27)
Juillet 1907, en outre du train régle- | i oye us:
mentaire de 3.30 p.m.. Un Express bénisterie.
LaISSERA La GARE DU Nonp a 4 HEURES
de laprés midi pour se rendre DIREC: genres: et son pr
treMENT & Thomazeau. _ | toutes lef bourses

/. Horaire pv Dimancue 28 ~
Départs dela Gare.du Nord de Cercueils pouv
Train supplémentaire 5.30 a.m. (ce outs eta OF pri
train ne comprend que DES passacERs DE | DOD marché rs
ile crasse, FOURGONS, et NE PREND AUCUN
VOYAGEUR 2 LA Gare pu NORD, mais SEULE~
MENT EN COURS DE ROUTE-).
Train réglementaire 6. 30-8. m.
Train supplémentaive 7,00 «
Train réglementaire 10.30--«
a co 3.30 p.m.

Départs de. Thomazeau
Train réglementaire 5,30 a.m.

a & 1040 «
4 & -3.00 p. m. ope
Train supplémentaire 4.30) « pe
Pour les trains supplémentaives du |”
. dimanche.28 et U Express de lundi
27, \a Direction ne délivera que des
Billets Anuer Rerour-vatapees-pour | (Ue $& maison esi
LA CIRCONSTANCE du SAMEDI au LUnDr | assoriie d! une grai

INCLUSIVEMENT. eee
| - La DIRECTION. —










































Ta Rapin : Dons son établ nent, ot
La_Bor iInquen 3 vera, ~~ comm je urs :
1 + pderniéres: modes fra qaises etan-
On lave et remet-a-neuf toutes es- : ;
péces de Chareaux dans le FeNOMME | amma
Etablissement de chapellerie « La Bo-.
riquen » situé Graud’ Rue. Ne 122, en-

tre Administration des Postes et «Aux
| Armes de Paris», cnr CURBAS.

Dr Bernard’ Po

| Médecin-dentiste des Universités—de| *
Leipzig-et de Heidelberg soirée “pour Pet att Zodve, |

Annonce au-_pablic qu'il vient. ou- | Jacmel, Guragads ee
vrir $04 Cabinet chez le Ducteur Nerva }-~-Port-au-
: Gousse, rue de Provence.

_ Jacmel. 15 dan 190% ©

Eraneised DESU SE

Fabricant de Chaussures: |
iC weit

La Manufacture a toujours eu L











went SF gros et
- chaussures en tous genres pour |
_ Hommes, Penes, Enrants.