Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
























et mnement pour Département:...1.20 ¢
CENTIMNES Etranger 2.00

w journal, angle des rues Bourjolly & Fort- Per. |









Campéche Haiti-Cap: Buches, 5 40. -
Panis 0.-- Rente: 99.45.. ade.
Le Président et Madame Falliéres

offrirent samiedi- un diner en hon-

ueur des membres de la mission ~
persane. os ne

Samedi, la Chambre vota, aprés
modifications, laloi-complémentaire———~
sur le mouillage et le sucrage des -
| vins. Elle diseute, cet aprés midi, la

loi sur le renvoi deta classe de 1903,

modifiée par le Sénat. — :





a NG .—- Plusieurs ,
-bombes ont été lancées aujvurd’baui |
Pcopive utr train,
| Paris 8 ~On annofce que le chef |
| d’eseadron d'artillerie Alfred Dreyfus
—— | ¥a prochainement. prendre sa re-|
‘presse allemandejtraite. - 2 '
‘en plus de Pamé-; Paris8. —Les recettesfiscales déri- |
tions fialigo-alle- | Yant des monopoles du tabac et d’a-
ns récemment signa- | lymettes,indiquent pour lés six pre-
bre des députés, par | Miers.mois de l’exercice 1907 un |
istre des alfaires é- | rendement cupérieur de 401.000.9000 oes a
tisfaction du Gouver-|-de francs, aux évaluations budgétai-|-~ Est-promulgué~ par Vofficiel da—-
son écho dans une)? s.Gesa recettes sont également su- '8 Juillet, le décret pour Je renou-
ubliée aujourd hui} pérfeures de 75.000.000 de francs 4| vellement; par moitié, des conseils-
Allemagne du’ celles dex 6 premiers mois de 1906. | généraux et @arrondi‘sement.
Pe se, | Paw 8. — Cent-dix bicyclistes | Sont élas: sémateurs. des Basses-
Prés une violente at- | prenant part a la course dite “ Tour Alpes, M. Pélissier, radical-socialiste
Prance-th tony"; Sont-par-tet- 6% AE Roabysdepitesra—
d'ici aujourd hui. | ical de la Haute Sadne, Canyba,

_ Rorreapam 8.— L’attitade des on | député. radical. -du.Pay-de-Dome,
Bony Cisternes. député radical.

riers des docks qui se sont mis et | : radical
gréve, A cause de Pemploi des éléva- } My Jadet, radical socialiste a été
teurs pour le déchargement des na- | élu député de. Boussac et Monsieur
vires de grains, devient menacinte; | Hugues, progressiste, député de St-
lil ya des tixes frequentes entre gré-| Quentin... So
Lvistes- et non-grévistes: ba eavalerie |~-Le-général-de--brigade-Tronsens, ~~
icant Venvoi d'une | et la police maintiennent ordre et-| passe dans le cadre de réserve.
ecuirassés améri- | protégeat les navires.— Le croiseut | ===
| « Piethein » patrouille la Meuse ; le.
| croiseur « Reinier Klaeszen » garde
te-port et te croiseur« Noord Brae














































































fel aun projet da loi
Hlicipé des classes de}
termes duqéel les |
@infanterie ne profi |
Mesure volée pré-












_ TANKOW Chine) 8. ~- Le go : __Ainsite—rei-qui-se-meurt-a-fait demander
neur de ja. province de Nanhwei a| VincentdePaul, . -
| 686 assassiné hier par un étudiant. epee 2 gu me pe, a 9 aot
sii fal cen ae : ést Vatfitude du Tor¢al qui, semble-t-il, ne
U immeédiatem eat décapite Sur se suucie pas dulout de xe dérober a la vigi- —
meéme de Vassassinat. —_—__| lance de la police — car il n’a pas réintégré,
LA Have 8.— Le viceamiralTjoin eomme Dien vous Te persez.sa place ai ba-
Con map, | et les. officiers des croiseurs japonais | gue ou le garde-chiourme Vattend encore; -
ele», t Napoli et | « Chitose » et « Tsukuba » dinérent il nese cache pas non plus qu’il nese dé-
oy oe : ra) ae, j oe e With tai: payse, ce que je ne oVexpliqgue guére quand.
EM AVEC 48 reme ¥ He: | hr cst découvert,il wetenle méme pas de s'es~~
[ne au paliis de Loo; le ministre dil | quiver. Est-cc naturel tout cela? Par quelle
| Japoa et le ministre de Ja marine de | étrange contradiction psychologique salta~
| Hol assistaient aussi a Ge di- | clie-t-il tant au foyer? A tout prendre
ee op peusde retronvons tin pet-assagi, trés- pew
ee = Se de S'il n’a pas encore Vidée bien arrétée de re~
rAncisco 8. — Le maire 4€ | commencer sa vie aventuriére et homicide,












cisco a été condamne aul | nous comprenons par son langage au moins
* Manrcang d’emprison- | que la destinée du vieil homme qu'il fat n'est
4 re. pas définitivement révolue, Nons sentons

nlage envers [es] ee ceuwidn @ :
ge Fang, | ta fe moindre pression plus forte du mal.
des restaurants fran jheur, il retombera dans le cloaque infect, et

- | qu’alors il faudra toute la bontéduceeardua
o0; | Vincent de Paul pour Vy repécher. Hélast



__ IMAI SANERNOINEE epee tn ASE DSEEOIIPRSSRRLESOSRESOH BLE NP NUE LEPOTPSOE SPREE ORIEN

é @

silét des mendiaats frappent ; ao
mandent Vaumdne ; et l'un d’eux est Vincent
de Paul déguisé. C'est encore hiv :
‘sera toujours Vhiver aux heures da 4 é. La
Jean=le-loup, leY repousse avec brutalité. Ua ‘désabusé e
instant aprés, un archer royal se présente-et| vainen de
demande a boire, Jean se précipite et met sa ‘qu’ illeur sentinen.
femme.sur_pied_pour servir le « beau: cheva~ | quic ne s’avoue -point. Oh
lier ». Mais cet officier se fait reconnaltre de | orgueil! Vincent de Paul le re
Pévadé comme une ancienne connaissance, | ai lacertilude:: —
car if est celui-la méme qui procéda a}. -Personnellement
mg veapture aprés -prenctere sions Ht “te-t-voir™ Ae acte irs
thet en état d’arrestation. Mais Vincent. de |.Cependant je 188
Paul, qui est resté et constate la scéne, inter- | 'lacte ‘qui résume et | ice mn -p
pelle Vofficier et tai parle tout bas. L’archer | pothéose, c'est aussi Vacte. position: ne N
s'éloigne. Jean-le-loup, se comprenant vic- | drame nouvean, @ son débul ar











































~~lme “dune connivence, céde a la fureur. — | présence d’un nouveau personn: eae
Vincent de Paul, tranquillement, lui rappelle | de Vincent de Paul, Lonise de Mariflac.
son passé, lui reproche sa dureté envers les.| teste. C’est une erreur de technique &
“humbles, puis se fait reconnaitre, et apprend | quelle nous devons cependaut des scenes
au yalérien que la reine, en maniére de dow | charmantes,..- :
de joyeux avénement, lui a accordé sa grace.
Ne vous ¢lonnez pas, Vincent de Paul avait } ¢ | jon
beaucoup souffert, c’est pourquoi il s’attache | Infirmetie, au mur et an linge cu
tant au salut de cethomme. — (4 vine la plainte des malades _pay-dela le
Quoi que j’en ale dit, il y a des scanes de | de cette salle blanche aussi. Et par l’expos
toute beauté dans cet acte. Mon impression | claire et nette du vaste tableau qu’p é
peodant la derniére est que le drame est prét'} acte, par son action rapide, il est venu con
d’atteindre a son dénoiment, Quand le ri- | trebalancer dans mon esprit Vestime
deau baisse ala fin de l’acte, ledyssée de |acte lui-méme, si essentiellement diamatique:
Jean le forgat nest pas compléte, nous sen- |:
tons confusément qu'il manque quelque cho-
~~, ais le-drame a pris fin.-Cest.mon senti~ |
ment, ° °
Mais non, ily a un 4¢ acte. Georges-le cha- |
cal réapparait — car il n’est pas mort; il
avait simulé la mort. Alors-je-n’arréte él ré- |
fléchis. Il est sommaive ce Georges le-chacal. |
Je le vois remplir une sorte d’office d’inter-1
médiaive auprés de la police quand il doit
étre connu eile, lui, Pévadé. J’avoue ne pas
“trop bien comprendré: Et Paare part, sf
peu émotif qu'il soit Vautre, ce Jean-le-loup,
je ne mexplique pas dill pulese revoir sans Buses d UE TD: x ea
plus de troubles cet ancien campaynos Vine | dans cet ac re ala chair jeune qu
forlube qui vient rémuer inopinément la | mcore | ment g cauchemar des

i





















‘Pertinent. rcrrerenmemniecnet



















“Neds Peuituerox pu «Nouveiiistes — _Emporté vers cet avanir prochain qu
° : - vrail 4 sa fautaisie, il poursuivil sa +¢
+. on... ame ew }cependantque,tourbillonnant dansPa
F Uj ie | les feuilles mortes commencaient tin peu pa

am os eS : taut a prenvoir. Ly» spectacle as i:
imadita a ” | des choses, le deuil environnant leur ét
Nouvelle inédite q'AMEDEE y motif-de plus de. ——O ~~ "Ves éléments. Tout leur tre était un bya
an wo AV perpétuel d’adoratio i
ls vécorent ainsi toute la saison de soleil | identifies Pax 4 Pautre
prés des arbres, ayant alteint c2 pdéle de la fé- | maine se complétait par le Heb
“heité ae dela dugquel i n'est plus rien. sans qi/ils en’eussent bien conscience.
~"~Henry Parrieu avail jeté sa plume au vent, Ce wiracle d'un aceord constant
laissant inachevé un yoran commandé par | opéré dés leur rencontre et ils s'éisien
tH it journalde~New- York: Tr était [comme deux fiéres séparés par une or
béte d’admiration devant son rose { joli pou-| absence, en se- revo’ we0
“poo. Pendant les premiers temps, il nes’ab -| rellement. Que la maniér VOW
senta goére dela chambre close, obéissant | fit pas celle de Pautre, c'est ce ¢
aux inoindres caprices de sa femme, sollici- | raient le plus rian monde
lant comme use faveur snpréme le plaisir | communauté absolue ay
devdormir son enfant quand elle pleurait.. | fant dont le prénom av.
Puis la sottie eut lieu. 4} ves délibérations et
L’aulomne venait el le couple ne songeait | dans un sourire sa petit
pas a rentrer 4 Paris, tion d'Andrée. Un so
__ Fant pis, s’écria Henry, nous passerons | le pare M
_. Vhiver ¢’il le at. Rien ne nous presse. Mes | Tie
édileurs soul bouctuels.
A la snite de quoi, en se rapprochant de 4a |



















Evilrompit Veavelc
rent 4 la signature,

femme sur le bane de la grande allée du pare, | —~Lucienne, s’excla
il éyoq 1a ce que serait pour leur amour Ten. | sa fe is il lut le
fermeuieut dass les salles désertes du cha- | « Chei¢ sen
teau, avec le Hambloiement dava lesa chemi. | 11 passa le [éléy
nées ancestrales de grandes buches de me parcotrat rapide

Hs, aryd
a
2

qu il couperailluiméme. = Celte bonne L



social qv'il comy
ivain s¢ ea malat>

2 |e. danger! - “Oa | se rapp |

eT Eas
entiémes.. $4
Est .5° Nord:

: rus, Fracto-com. 8





rale at. d' apparenee
all sme on se sevae



Observations par ewlibres:

Halo solaire hier matin a 9 hres. Gar- :
| drouin, Louis Baron,

| hélie mal formé 4 Vest da soleil. |

rilante, ‘au contraire.Crest |
», ce drame philosophique-et |

ucombler une lacune, car

i peut plaire 4 tous, méme | de déadement de. nos droits sur le caf

so

que la langue de |
‘Georger-te-chacal nest |

2s. Et je ne jurerais que ces
aitleurs humanités, un peu

tnoins que Vincent de Paul”

fspolre répertoire qui lui
ce répertoire, it est vra

Nombre de ses unités, je

fontes les euvres—non plus | Ge se

méme toutes celles qui J

me Wile done de confes~

on ‘éducation sur ce

*

nin Ag aucun péril
LVince

sent ide cast tia s
| tout avssi bien d'atre encouragées,,

tes. rineriee, | ye

oe sheet lowes encore

: as cesar Ay

US feisanle quelle
liens:

- dactears,

a} : € du. café
5 . deg erreurs que. “nous | te-développement ‘dela colture a

fe piéce ne reste pas moins |
de sa facture dramatique |
dela pensée liltéraire une |
lila fallu bienpeu de eho- |
leale tout a fait. Je n'en4

Dans ta a aclaie au Nord Est.
: - Fr. CONSTANTIN,

“Gusstion, Economique
. Lane des plus grandes préoccupations

tle pea |
Ga Bitpay emmdnt des Finances est le p | Joseph .Rosemond, Domervé Mérantin,.

“Philippe Guiteau et Victor -Cassagnal.

imeranccen s'en est vivement resent

depuis quelque temps. Le bas prix de cette |
féve sur les marchés étrangers est 1a prin= |

cipale cause du découragement des pr:
onvieadrait, pour p:rmett

den diminver les droits de sortie. De

cetie mesure sage et économique, il serait. |
uicé le meilleur profit poor la commu-.

até, car la production | ne tarderait pas
a doub! ere

Cesta la solution. de-ce probl lame que {

tous les efforts doivent tendre, Bc il n’est
-Jnutile de-dire-dés—« 4

budget des voies et moyens devra s’ét
blir pour soulager une détresse qui pre

[le caracrére, vu la baisse persistante fa

lamité ité publi

café, d'un oh,
a exportation. naritent

respondance, puis:

| fiicsanetion da procésverbal de la- pré-
| sédenre réunion.-

| ment, une de ces boire
s'est. renversée pres del
Feta failli occasionner de repre a
4 tcidents. . :

glise S ~Jas

Bi en voire, — - Sierag, Le

Ecole de Médecine :
Hier: matin, Jes étediants en. secs

| de deuxiénie année ont sobi leur xameny
| de dissection, a

Ont &é adeoist > MM. Joseph Lone
beau, A Alfred’ Laforest, Windsor. Ville--
"Cognac Avguste,.

| Paal N: icglas.

Ont subi avssravec spcces la. are partic:

| du 3¢ examen pratique de. médecine opé+-
| ratowe :

MM, Francois Docasse,, A ‘bert Riviaie,,

Représentation gratuite.
—Demain_Jeudi, 24 heures, la Compa--.
gnie Cubaine d’Acrobates donne une gran -
le-matinée gratuite, to: jours sir la ter~~
matsalors la tenie sera enlevée,

; pour que le people en plus grand nom--

bre puisse jouir de ce spectacle amosant.
Cest.a-8. Exc. le-Président Nord Ale--

xis que l'on doit cette gracieuse faveor,

et, pour répondre plelpeient la solli-
citude présidentielle,le Directeurrde- Rete

-qoe Emma » promet d’émerveiller la po-

ae «polation pat les tours les plus prestig’ eux.
ra sur ce terraia qu’a Vavenir notre



et les plos applandis.

oe Arrivage —.
Soat arrivés. hier sur. le steamer « Cala~

| bria » les passagers suivants, venant de.:

_ dérémie.—- Mme Buteau-et- enfint; Me °
Ce ‘Dévieux; Elza

L-Do-kin, E ztlta-Gitié; Remette Boze> Veen

Fateiseau, Céliméne Rimpe’, Me S: aco.
fangais 1 Montréal», veoan: de:
Mr et Mme. Grosnon, Mile
fr Fer errata Dionigio-

édiatemeot apres, ie dépure Fleury be

na demandé dinscrire dans le pro-|

sain budget la somme de § 20.000 pour

chévement de [hospice Saint-Frangois: ¢

ieet celui de | ’Eglise de

ppo:
é| Er on ferdy: la séance par le vote ie ls
loi abrogeant. celle qui accordait une va-
0 Ye or 41a monnaie nationale | Ba
0s anciennes piézes reprennent |

-—- Mr Ch. Thoth assets: sae
i Mme Dolorés Morfe,. Me:
._Lagreca, Pasion: Fgneterdo.. MU
Figacrerdo, Mr Edonirdo Figuere
: Russell Knapp, Emilio Lopez, N
nfipt, Martinez Emillo. —
_ Cap Haitien. Mr H. Mosisseau, 2
Férére, 5 shim Lubin, Pélicité Jets
Mme Anata ie, Mr Ch. R





3 an ‘Dapact

Sont partis hier soirsurle steamer: «Va .
_ divia » les passagers suivants pour : :

Coarse Mme Ed Sapplice, Mr .
Bertin, Mile C. Desplomes, Mr L.
Mme Vve Edg. Rous ean, S ; Arran
Jérémie. — Me M..Margron, N. ‘be poe

jade,

Montego bay. — Mr Jame F. Mactan a

7 Mae R, Georges. a

LC - Fenérailes,

de SURIN ZkpaIRiN dit frére Surin, décédé | I

3 Page de-79 ans. = Le convoi-partira def ES

ia Maison mortuaire, angle des rues Tire- | fete ri voyageu 2.

masse et Bel-Air, pour se rendre a VEgiise tablisseme

Cathédrale. ; ae
Nos condoléances. :

Commission de Véritication”
Nous, soussignés, Membres de la Com-
mission de vérification des créances sur |
da Commune de Port-au-Prince, invitons |
tous les créanciers généralement que ‘con-
ques de cette commune, a faire remettre |
a la Commission siégeant 4 Hoel Com- [
anunal leurs ti:res de créances.
Ce dépdt devra étre fait contre rega le |
lundi et le jeudi de chaque semaine, ay
partir de 4 heares 1/2 de Papré -midi-
i leur est accordé un dé‘ai de 15 jours, |



























deus, de franguis et
de leurs effe:s. Par un procédé des plr
A Vexpira ion de ce délai, les créances le professeur met ses éléy
non présenifes + eseront pas tecues. oa ‘temps, sur un tres bon | pier
(Sgaé): Les Conseiliers St Léger | trés raisonnables, sont a
Fortis, 2° Suopliant du Magistrat Com- | toutes les. senglocns
munal, ‘|. EB. Pau. 3° Suppléant da Ma-|
‘gistrat Communal, Dc THomas Cassy et |
. Pkruion Errié.
Port-ao-Prince, 8 Juiilet 1907.

Avis
Monsieur D. Clermont, pharmacien,
ayant prisla suite de la «Pharmacie St- hie
Denis», annonce au public gu'il-n’a| -
plus la gérance de la pharmacie Alber-
dip

~ Port au-Prince, 10 Juillet 4 0074 -















"Madame Vve GC. Ewald. propriétaire |
deta-Pharmacie Albertini Ewald, an-}
nonce a ses. clients et au public qu’a |
“partir de ce jour, Monsieur Emm. Day, |
ea diplomé et -professeur a

‘Eeole de Médecine et de Pharmacie,
est chargé de la gérance de la Phar-

nue John oes
nat Leone de L



Full Text


























et mnement pour Département:...1.20 ¢
CENTIMNES Etranger 2.00

w journal, angle des rues Bourjolly & Fort- Per. |









Campéche Haiti-Cap: Buches, 5 40. -
Panis 0.-- Rente: 99.45.. ade.
Le Président et Madame Falliéres

offrirent samiedi- un diner en hon-

ueur des membres de la mission ~
persane. os ne

Samedi, la Chambre vota, aprés
modifications, laloi-complémentaire———~
sur le mouillage et le sucrage des -
| vins. Elle diseute, cet aprés midi, la

loi sur le renvoi deta classe de 1903,

modifiée par le Sénat. — :





a NG .—- Plusieurs ,
-bombes ont été lancées aujvurd’baui |
Pcopive utr train,
| Paris 8 ~On annofce que le chef |
| d’eseadron d'artillerie Alfred Dreyfus
—— | ¥a prochainement. prendre sa re-|
‘presse allemandejtraite. - 2 '
‘en plus de Pamé-; Paris8. —Les recettesfiscales déri- |
tions fialigo-alle- | Yant des monopoles du tabac et d’a-
ns récemment signa- | lymettes,indiquent pour lés six pre-
bre des députés, par | Miers.mois de l’exercice 1907 un |
istre des alfaires é- | rendement cupérieur de 401.000.9000 oes a
tisfaction du Gouver-|-de francs, aux évaluations budgétai-|-~ Est-promulgué~ par Vofficiel da—-
son écho dans une)? s.Gesa recettes sont également su- '8 Juillet, le décret pour Je renou-
ubliée aujourd hui} pérfeures de 75.000.000 de francs 4| vellement; par moitié, des conseils-
Allemagne du’ celles dex 6 premiers mois de 1906. | généraux et @arrondi‘sement.
Pe se, | Paw 8. — Cent-dix bicyclistes | Sont élas: sémateurs. des Basses-
Prés une violente at- | prenant part a la course dite “ Tour Alpes, M. Pélissier, radical-socialiste
Prance-th tony"; Sont-par-tet- 6% AE Roabysdepitesra—
d'ici aujourd hui. | ical de la Haute Sadne, Canyba,

_ Rorreapam 8.— L’attitade des on | député. radical. -du.Pay-de-Dome,
Bony Cisternes. député radical.

riers des docks qui se sont mis et | : radical
gréve, A cause de Pemploi des éléva- } My Jadet, radical socialiste a été
teurs pour le déchargement des na- | élu député de. Boussac et Monsieur
vires de grains, devient menacinte; | Hugues, progressiste, député de St-
lil ya des tixes frequentes entre gré-| Quentin... So
Lvistes- et non-grévistes: ba eavalerie |~-Le-général-de--brigade-Tronsens, ~~
icant Venvoi d'une | et la police maintiennent ordre et-| passe dans le cadre de réserve.
ecuirassés améri- | protégeat les navires.— Le croiseut | ===
| « Piethein » patrouille la Meuse ; le.
| croiseur « Reinier Klaeszen » garde
te-port et te croiseur« Noord Brae














































































fel aun projet da loi
Hlicipé des classes de}
termes duqéel les |
@infanterie ne profi |
Mesure volée pré-












_ TANKOW Chine) 8. ~- Le go : __Ainsite—rei-qui-se-meurt-a-fait demander
neur de ja. province de Nanhwei a| VincentdePaul, . -
| 686 assassiné hier par un étudiant. epee 2 gu me pe, a 9 aot
sii fal cen ae : ést Vatfitude du Tor¢al qui, semble-t-il, ne
U immeédiatem eat décapite Sur se suucie pas dulout de xe dérober a la vigi- —
meéme de Vassassinat. —_—__| lance de la police — car il n’a pas réintégré,
LA Have 8.— Le viceamiralTjoin eomme Dien vous Te persez.sa place ai ba-
Con map, | et les. officiers des croiseurs japonais | gue ou le garde-chiourme Vattend encore; -
ele», t Napoli et | « Chitose » et « Tsukuba » dinérent il nese cache pas non plus qu’il nese dé-
oy oe : ra) ae, j oe e With tai: payse, ce que je ne oVexpliqgue guére quand.
EM AVEC 48 reme ¥ He: | hr cst découvert,il wetenle méme pas de s'es~~
[ne au paliis de Loo; le ministre dil | quiver. Est-cc naturel tout cela? Par quelle
| Japoa et le ministre de Ja marine de | étrange contradiction psychologique salta~
| Hol assistaient aussi a Ge di- | clie-t-il tant au foyer? A tout prendre
ee op peusde retronvons tin pet-assagi, trés- pew
ee = Se de S'il n’a pas encore Vidée bien arrétée de re~
rAncisco 8. — Le maire 4€ | commencer sa vie aventuriére et homicide,












cisco a été condamne aul | nous comprenons par son langage au moins
* Manrcang d’emprison- | que la destinée du vieil homme qu'il fat n'est
4 re. pas définitivement révolue, Nons sentons

nlage envers [es] ee ceuwidn @ :
ge Fang, | ta fe moindre pression plus forte du mal.
des restaurants fran jheur, il retombera dans le cloaque infect, et

- | qu’alors il faudra toute la bontéduceeardua
o0; | Vincent de Paul pour Vy repécher. Hélast
__ IMAI SANERNOINEE epee tn ASE DSEEOIIPRSSRRLESOSRESOH BLE NP NUE LEPOTPSOE SPREE ORIEN

é @

silét des mendiaats frappent ; ao
mandent Vaumdne ; et l'un d’eux est Vincent
de Paul déguisé. C'est encore hiv :
‘sera toujours Vhiver aux heures da 4 é. La
Jean=le-loup, leY repousse avec brutalité. Ua ‘désabusé e
instant aprés, un archer royal se présente-et| vainen de
demande a boire, Jean se précipite et met sa ‘qu’ illeur sentinen.
femme.sur_pied_pour servir le « beau: cheva~ | quic ne s’avoue -point. Oh
lier ». Mais cet officier se fait reconnaltre de | orgueil! Vincent de Paul le re
Pévadé comme une ancienne connaissance, | ai lacertilude:: —
car if est celui-la méme qui procéda a}. -Personnellement
mg veapture aprés -prenctere sions Ht “te-t-voir™ Ae acte irs
thet en état d’arrestation. Mais Vincent. de |.Cependant je 188
Paul, qui est resté et constate la scéne, inter- | 'lacte ‘qui résume et | ice mn -p
pelle Vofficier et tai parle tout bas. L’archer | pothéose, c'est aussi Vacte. position: ne N
s'éloigne. Jean-le-loup, se comprenant vic- | drame nouvean, @ son débul ar











































~~lme “dune connivence, céde a la fureur. — | présence d’un nouveau personn: eae
Vincent de Paul, tranquillement, lui rappelle | de Vincent de Paul, Lonise de Mariflac.
son passé, lui reproche sa dureté envers les.| teste. C’est une erreur de technique &
“humbles, puis se fait reconnaitre, et apprend | quelle nous devons cependaut des scenes
au yalérien que la reine, en maniére de dow | charmantes,..- :
de joyeux avénement, lui a accordé sa grace.
Ne vous ¢lonnez pas, Vincent de Paul avait } ¢ | jon
beaucoup souffert, c’est pourquoi il s’attache | Infirmetie, au mur et an linge cu
tant au salut de cethomme. — (4 vine la plainte des malades _pay-dela le
Quoi que j’en ale dit, il y a des scanes de | de cette salle blanche aussi. Et par l’expos
toute beauté dans cet acte. Mon impression | claire et nette du vaste tableau qu’p é
peodant la derniére est que le drame est prét'} acte, par son action rapide, il est venu con
d’atteindre a son dénoiment, Quand le ri- | trebalancer dans mon esprit Vestime
deau baisse ala fin de l’acte, ledyssée de |acte lui-méme, si essentiellement diamatique:
Jean le forgat nest pas compléte, nous sen- |:
tons confusément qu'il manque quelque cho-
~~, ais le-drame a pris fin.-Cest.mon senti~ |
ment, ° °
Mais non, ily a un 4¢ acte. Georges-le cha- |
cal réapparait — car il n’est pas mort; il
avait simulé la mort. Alors-je-n’arréte él ré- |
fléchis. Il est sommaive ce Georges le-chacal. |
Je le vois remplir une sorte d’office d’inter-1
médiaive auprés de la police quand il doit
étre connu eile, lui, Pévadé. J’avoue ne pas
“trop bien comprendré: Et Paare part, sf
peu émotif qu'il soit Vautre, ce Jean-le-loup,
je ne mexplique pas dill pulese revoir sans Buses d UE TD: x ea
plus de troubles cet ancien campaynos Vine | dans cet ac re ala chair jeune qu
forlube qui vient rémuer inopinément la | mcore | ment g cauchemar des

i





















‘Pertinent. rcrrerenmemniecnet



















“Neds Peuituerox pu «Nouveiiistes — _Emporté vers cet avanir prochain qu
° : - vrail 4 sa fautaisie, il poursuivil sa +¢
+. on... ame ew }cependantque,tourbillonnant dansPa
F Uj ie | les feuilles mortes commencaient tin peu pa

am os eS : taut a prenvoir. Ly» spectacle as i:
imadita a ” | des choses, le deuil environnant leur ét
Nouvelle inédite q'AMEDEE y motif-de plus de. ——O ~~ "Ves éléments. Tout leur tre était un bya
an wo AV perpétuel d’adoratio i
ls vécorent ainsi toute la saison de soleil | identifies Pax 4 Pautre
prés des arbres, ayant alteint c2 pdéle de la fé- | maine se complétait par le Heb
“heité ae dela dugquel i n'est plus rien. sans qi/ils en’eussent bien conscience.
~"~Henry Parrieu avail jeté sa plume au vent, Ce wiracle d'un aceord constant
laissant inachevé un yoran commandé par | opéré dés leur rencontre et ils s'éisien
tH it journalde~New- York: Tr était [comme deux fiéres séparés par une or
béte d’admiration devant son rose { joli pou-| absence, en se- revo’ we0
“poo. Pendant les premiers temps, il nes’ab -| rellement. Que la maniér VOW
senta goére dela chambre close, obéissant | fit pas celle de Pautre, c'est ce ¢
aux inoindres caprices de sa femme, sollici- | raient le plus rian monde
lant comme use faveur snpréme le plaisir | communauté absolue ay
devdormir son enfant quand elle pleurait.. | fant dont le prénom av.
Puis la sottie eut lieu. 4} ves délibérations et
L’aulomne venait el le couple ne songeait | dans un sourire sa petit
pas a rentrer 4 Paris, tion d'Andrée. Un so
__ Fant pis, s’écria Henry, nous passerons | le pare M
_. Vhiver ¢’il le at. Rien ne nous presse. Mes | Tie
édileurs soul bouctuels.
A la snite de quoi, en se rapprochant de 4a |



















Evilrompit Veavelc
rent 4 la signature,

femme sur le bane de la grande allée du pare, | —~Lucienne, s’excla
il éyoq 1a ce que serait pour leur amour Ten. | sa fe is il lut le
fermeuieut dass les salles désertes du cha- | « Chei¢ sen
teau, avec le Hambloiement dava lesa chemi. | 11 passa le [éléy
nées ancestrales de grandes buches de me parcotrat rapide

Hs, aryd
a
2

qu il couperailluiméme. = Celte bonne L
social qv'il comy
ivain s¢ ea malat>

2 |e. danger! - “Oa | se rapp |

eT Eas
entiémes.. $4
Est .5° Nord:

: rus, Fracto-com. 8





rale at. d' apparenee
all sme on se sevae



Observations par ewlibres:

Halo solaire hier matin a 9 hres. Gar- :
| drouin, Louis Baron,

| hélie mal formé 4 Vest da soleil. |

rilante, ‘au contraire.Crest |
», ce drame philosophique-et |

ucombler une lacune, car

i peut plaire 4 tous, méme | de déadement de. nos droits sur le caf

so

que la langue de |
‘Georger-te-chacal nest |

2s. Et je ne jurerais que ces
aitleurs humanités, un peu

tnoins que Vincent de Paul”

fspolre répertoire qui lui
ce répertoire, it est vra

Nombre de ses unités, je

fontes les euvres—non plus | Ge se

méme toutes celles qui J

me Wile done de confes~

on ‘éducation sur ce

*

nin Ag aucun péril
LVince

sent ide cast tia s
| tout avssi bien d'atre encouragées,,

tes. rineriee, | ye

oe sheet lowes encore

: as cesar Ay

US feisanle quelle
liens:

- dactears,

a} : € du. café
5 . deg erreurs que. “nous | te-développement ‘dela colture a

fe piéce ne reste pas moins |
de sa facture dramatique |
dela pensée liltéraire une |
lila fallu bienpeu de eho- |
leale tout a fait. Je n'en4

Dans ta a aclaie au Nord Est.
: - Fr. CONSTANTIN,

“Gusstion, Economique
. Lane des plus grandes préoccupations

tle pea |
Ga Bitpay emmdnt des Finances est le p | Joseph .Rosemond, Domervé Mérantin,.

“Philippe Guiteau et Victor -Cassagnal.

imeranccen s'en est vivement resent

depuis quelque temps. Le bas prix de cette |
féve sur les marchés étrangers est 1a prin= |

cipale cause du découragement des pr:
onvieadrait, pour p:rmett

den diminver les droits de sortie. De

cetie mesure sage et économique, il serait. |
uicé le meilleur profit poor la commu-.

até, car la production | ne tarderait pas
a doub! ere

Cesta la solution. de-ce probl lame que {

tous les efforts doivent tendre, Bc il n’est
-Jnutile de-dire-dés—« 4

budget des voies et moyens devra s’ét
blir pour soulager une détresse qui pre

[le caracrére, vu la baisse persistante fa

lamité ité publi

café, d'un oh,
a exportation. naritent

respondance, puis:

| fiicsanetion da procésverbal de la- pré-
| sédenre réunion.-

| ment, une de ces boire
s'est. renversée pres del
Feta failli occasionner de repre a
4 tcidents. . :

glise S ~Jas

Bi en voire, — - Sierag, Le

Ecole de Médecine :
Hier: matin, Jes étediants en. secs

| de deuxiénie année ont sobi leur xameny
| de dissection, a

Ont &é adeoist > MM. Joseph Lone
beau, A Alfred’ Laforest, Windsor. Ville--
"Cognac Avguste,.

| Paal N: icglas.

Ont subi avssravec spcces la. are partic:

| du 3¢ examen pratique de. médecine opé+-
| ratowe :

MM, Francois Docasse,, A ‘bert Riviaie,,

Représentation gratuite.
—Demain_Jeudi, 24 heures, la Compa--.
gnie Cubaine d’Acrobates donne une gran -
le-matinée gratuite, to: jours sir la ter~~
matsalors la tenie sera enlevée,

; pour que le people en plus grand nom--

bre puisse jouir de ce spectacle amosant.
Cest.a-8. Exc. le-Président Nord Ale--

xis que l'on doit cette gracieuse faveor,

et, pour répondre plelpeient la solli-
citude présidentielle,le Directeurrde- Rete

-qoe Emma » promet d’émerveiller la po-

ae «polation pat les tours les plus prestig’ eux.
ra sur ce terraia qu’a Vavenir notre



et les plos applandis.

oe Arrivage —.
Soat arrivés. hier sur. le steamer « Cala~

| bria » les passagers suivants, venant de.:

_ dérémie.—- Mme Buteau-et- enfint; Me °
Ce ‘Dévieux; Elza

L-Do-kin, E ztlta-Gitié; Remette Boze> Veen

Fateiseau, Céliméne Rimpe’, Me S: aco.
fangais 1 Montréal», veoan: de:
Mr et Mme. Grosnon, Mile
fr Fer errata Dionigio-

édiatemeot apres, ie dépure Fleury be

na demandé dinscrire dans le pro-|

sain budget la somme de § 20.000 pour

chévement de [hospice Saint-Frangois: ¢

ieet celui de | ’Eglise de

ppo:
é| Er on ferdy: la séance par le vote ie ls
loi abrogeant. celle qui accordait une va-
0 Ye or 41a monnaie nationale | Ba
0s anciennes piézes reprennent |

-—- Mr Ch. Thoth assets: sae
i Mme Dolorés Morfe,. Me:
._Lagreca, Pasion: Fgneterdo.. MU
Figacrerdo, Mr Edonirdo Figuere
: Russell Knapp, Emilio Lopez, N
nfipt, Martinez Emillo. —
_ Cap Haitien. Mr H. Mosisseau, 2
Férére, 5 shim Lubin, Pélicité Jets
Mme Anata ie, Mr Ch. R


3 an ‘Dapact

Sont partis hier soirsurle steamer: «Va .
_ divia » les passagers suivants pour : :

Coarse Mme Ed Sapplice, Mr .
Bertin, Mile C. Desplomes, Mr L.
Mme Vve Edg. Rous ean, S ; Arran
Jérémie. — Me M..Margron, N. ‘be poe

jade,

Montego bay. — Mr Jame F. Mactan a

7 Mae R, Georges. a

LC - Fenérailes,

de SURIN ZkpaIRiN dit frére Surin, décédé | I

3 Page de-79 ans. = Le convoi-partira def ES

ia Maison mortuaire, angle des rues Tire- | fete ri voyageu 2.

masse et Bel-Air, pour se rendre a VEgiise tablisseme

Cathédrale. ; ae
Nos condoléances. :

Commission de Véritication”
Nous, soussignés, Membres de la Com-
mission de vérification des créances sur |
da Commune de Port-au-Prince, invitons |
tous les créanciers généralement que ‘con-
ques de cette commune, a faire remettre |
a la Commission siégeant 4 Hoel Com- [
anunal leurs ti:res de créances.
Ce dépdt devra étre fait contre rega le |
lundi et le jeudi de chaque semaine, ay
partir de 4 heares 1/2 de Papré -midi-
i leur est accordé un dé‘ai de 15 jours, |



























deus, de franguis et
de leurs effe:s. Par un procédé des plr
A Vexpira ion de ce délai, les créances le professeur met ses éléy
non présenifes + eseront pas tecues. oa ‘temps, sur un tres bon | pier
(Sgaé): Les Conseiliers St Léger | trés raisonnables, sont a
Fortis, 2° Suopliant du Magistrat Com- | toutes les. senglocns
munal, ‘|. EB. Pau. 3° Suppléant da Ma-|
‘gistrat Communal, Dc THomas Cassy et |
. Pkruion Errié.
Port-ao-Prince, 8 Juiilet 1907.

Avis
Monsieur D. Clermont, pharmacien,
ayant prisla suite de la «Pharmacie St- hie
Denis», annonce au public gu'il-n’a| -
plus la gérance de la pharmacie Alber-
dip

~ Port au-Prince, 10 Juillet 4 0074 -















"Madame Vve GC. Ewald. propriétaire |
deta-Pharmacie Albertini Ewald, an-}
nonce a ses. clients et au public qu’a |
“partir de ce jour, Monsieur Emm. Day, |
ea diplomé et -professeur a

‘Eeole de Médecine et de Pharmacie,
est chargé de la gérance de la Phar-

nue John oes
nat Leone de L