Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


























(Mat





















CABLES TELEGRAPILIQUES
MOPOLE du NOUVELLISTE







322-— L’évenement le plus











nicest, piésident. du conseil













thercbé dans tons les co



&
a

Sir guiila rejeté les res
les de tout ce qui s'est pas-
Sidr Cesta dire je refus































fF On dit aussi que Mr
Ht pieuve dui véritable
HM coulition-et- qu il a éclaté
“en demandaiit au prési-

totisell de quelle fagon il”
lépaier ses fautes.
a) aoe a ar 9% ea
Spomett a-Yous Ala loi 3 used
‘inflvence auprés de. voa
© pour les faire renter
i. A SF sortie du minis-







Sse entre le chef du

this le secret: il a an=
.

pelliers ef je Prési-









ailant de la journée, a éié ta visite |
Matcelic Albeit, Vorganisateur |
ilation viticole, a faite aM.)
§ | _Ceand,
ceinatin que cel bomme,que |
ce eles troupes ont vaine- |
t HS |
& est ipopinément présenté ; Hentenant(wulfie
e mtérieur, Uirtecu | ier, wu large de Waymouth ; le
oe el.de celle entrevue dit }cerps était encore complétemen vé-
; M, Clemenceau sestinoutré ex. | fn, mais ies traits étaient mécon-
Sent sévéere A Vegard de son






1

everl retusa de révéler ce'| Chambre disjoignit certains vow

ed personnes |
lans un accident | dapprouver les mesures sévéres pro-





« « Etranger

breezin Hongrie: 3 agronantes dont

|2 officiers francais et 1 eatrichien

se-sont tnués en tembant de la nar-
celle: Des paysans qui voulaientcap-

Pturer Vaérostat ont provuqué Pex-
_plosion en s’en approchant avec des

| lanternes. Dix d’entre-eux ont été
tiés, ,

Lonpres 23. -- ‘Tous les doules
que Poa apn conserver au sujet do
sort des lieutenants “Caulfield. et

partis en ballon. le 28 mai
‘ainp d’Aldershol, sont
vgubre découverte qui

— Le cadavre du
ld a été répéché en



}
dernier dus
levés par tv log
vier! détre pale.

i alti) o












Abonnement pour Département....1.20

“naissubles en raison de Vélatde dé |

composition avancée dQ a liminer-
sion prolongee

du ecroisear “Amélia’ et qu’un cor-
don de police a été établi autour de
la maison habitée par le premier
roinisire



tae






HAVRE

la tombe du Président Carnot.
Pour aboutir plus rapidement, la
bres

ok
‘articles et vota, samedi soir, la

et luien déclarant | nouvelle lol viticole.

UEmperenr du.Jafon vient de

ant qoil partait pour | conférer a M. Falliéres la grand’-
Hendait remplir son | croix de ordre dn Chrysaniheme
nes a supposer qu’ | et a Mr Pichon, la grand’croix de lor-
swale eulre je chef die du Paulewula.

Les élections législalives ont eu

a que Mr Al-; lieu mer a St-Quentin el a Boussac :
Plaidé la cause de! i! y a ballotage. On annonce décés
en Maire de Nap Te ee a +M Paul

Maire de Nar | de Mme Deschanel, wrére de M. Pau

Deschanel, .

_Lisponne Y4.— Le rol a

2 a
refuse

Panis 98.— Une dépéche du cor-.
fs lmpdls, ln giéve; la dé- -respondant du *Matin® 4 Madrid dit
des wunicipalités ct les | que Jes nouvelles de Lisbonne + ont
iglanis de Narbonne et de | tuujours graves. — Ce correspondant
“ajoute que le roi Charles est 4 bord

3, Café Haiti Gapsd8-58-
_ LePré-ijentde ln République s’est
‘rendu,ce matin,au Panihéon devant

end pres de De- | posées par le président du conseil,M..

eu





des rues Bourjolly & Fort-Pér.



Franco, contre leg organisateurs de

Vémente du 19 Juin. On s’attend 4 .

ce qne cetle mesure hate la sortie de
M. Franco du présent cabinet.
“Toxr 24 ~ A un meeling tena
cel aprés utidi par-les délégués des
ebambres de commerce de Tokio,
Yebe, Kido et Yokohama,la nécessité
de mesures rapides en vue dela
suppression du sent.ment anti-ja-

ponais sur la céte américaine du...

Pacifique,a été discatéeet approuvée.
San-Francisco 24. — La gréve

deg télégraphistés continue.
SANTIAGO DE CHILI 24.-~ Le stea-

mer “Vigo” de la Pacific Steam Na-

“Mardi, 25 Juin 1907



vization, allant de Panama au sud
de la e6te du Pacifique, a fait nau-
frage, a cinqnante milles au nord de
Corral. Un officier et un passager
ont €1é sanvés; le reste de léquipege

(§ (eS posenyc TS nies

LA Haye 24.— Les quatre coml-

iés se sont méunis-avjourd’ hui et
ont continué leurs travaux. La reine

Wilhelmine est arrivée aujourd’hui

venant du chateau de Loo, elle res-
tera ici deux jours et recevra les dé-
légués a la conférence & Hvisten
Bosch, villa royale située a environ
un mille et demi de la Haye.

oe —O—
Un jour, Massillon Goicou fut solli-

cité de préler son concours & une cu

yre de bienfuisance, pe voulant pas se”



laisser devancer par les Dames zélatri-

trices dont il admire lé beau dévoa-~

ment. i] se décidaad cP re le drame
représenté avec lait de succes avant-
hier sole: Vineent de Paul, C’étaifta.
une bien noble facon de semer sur le
champ si vate de la cha ‘ité. Un an
sest passé depuis, des circonstances

diverses surgirent, le Thédtre choma_

méme un iustank Ed) vient de re;

prendre ses Uavallx pat [a piéce écrite
dang une bien genereuse Intenlion. _

Dieu venille quil wait plus darrét et

qu'il puisse pousuivre Son louable but, |
monter vers les régions elevées de VAC

toute serénile | N esi ce pas dail

i





leurs quilala ferme conviction de ne

‘pas abandouner le. terrain ot il sest
_placé? Coicou par quelques bonnes |
paroles, assez souvent éloquentes, le | ,

aL Bey

»:
ae

digait en son speach douverture
lui et ses vaillants collaborateurs ne

déserteront, pas, pourvu que le public |
dont Ja partest grande dans l’ceuvre |

-entreprise, ue trahisse pas leurs espé-

ratices, leur accorde Pencouragement | “ mérité. Car on finira par. s'associer | “Heavenie des enfants a toujours cle un gra
‘pang " sup idd , 4 ve
franchement a leur idée d'une haute | sontincapables de résoudre. Jusquiici lear
. pee ° .. | grande préoceupation’ élait Vavenir des gar-
Quede fois ne l’avons-nous pas écrit)

portée morale et sociale. ‘
ici-méme, notre couragevx ami est d’une
opinidtreté vraiment rare,dont peuvent
seuls témoigner ceux qui ont la Foi.





formation,
sentiment : miséres ambiantes, indillé-

eoncertanie, il parle, malgré tout, avec
-ardeur,.revét. de. riches -eevleurs:ses,

observations Jocales, fail revivre les |

eénéreuses actions qui ont grandi Vho-
manité. Qaund vousle voyez donc, sa-
luez-le,c’est un apdtre d idées qui passe.
Il faut avoir été éprouveé au contact des

Téfuillances assiégeant le bien, pour4-

exalter Vincent de Paul, Vapdtre de la
Chariié.. 7 :

Charité | voila un mot souvent ré-
‘pété, qui court sur toutes les levres,
par contre trés profane aussi, en ces
jours ot. lon danse le cake walk, ot

on piéline par le (wo-step endiablé.|

“Hour ti cause all galeau. Dansez mes
freres, el vous mes sceurs,--- ihen fut
ainsi & | Eden -- aecourez parlager
Jeur sort, courbez-vous, redressez vous

upres et maintevant bondissez joyeuse>

menlious-deux «il est délicieux, le ga-
tea! Muais-en-vons Crourdissant, vous
—~ne sougicz pas aux malades, a tous les
leéreux'de Pame que la _cupiditéfuit
gar ses pas dans une sovidté. Voilague
les maut vous etfrvient, la éonscience
yous tourmenl@. .

Rassurez-vous done, il ya la charité
qui sauve les ccours. C'est la toi supré-
we dumour dont les douces ondées
savent valfermir, equilibrent les or
ganismes et réconfortent

4

&



ae
Bk g





dre le Bien ; femmes versez le banme
qutsoutage tes “Sonlirances morales et
physiques,élevez vos enfants en leur en
_S@ignant cetle vérilé, La charités éeriait-
_on avant-hier soir,‘na pas de bornes.
‘Toute bonne action accompiie dans
Yordra social eu est aussi une expres-
sion. os ‘ a
Chague. époque. écrivait une fois le
yieux Francisyue Sareey, aun certain
nombre de problémes sociaux; dou
jouréux 4 résoudre. Nous en avons un
par icide bien sériegx a solutionner ;
la générosilé ddme, Meltcz celle vertu
av qceur de Phaitien et il change com
pléiement. Vola pourquoi jat beau-
coup aimé entendre Coicou exalter la



%

charite en de si beatix” accents et que

je me plais a (éliciler les interprétes du
‘Theatre Haitien Javoir excellemment
rendu « Vincent de Paula dont il vous










| plus dél

jeg sociélés en

ewer Pepan-

x

: ied :
icatement aussi.

sera parlé ces







Conférence de Mgr J. Picuon a
ciennes Kléves de Ste Rose

com me



ve probléme, probleme que bien des paretits

cons : que faire de. nos fils! c’était la ques-

| tion que se répétaient le pére et la mépe,dans
nt) Pintimité du foyer. Mais en ces derniers

ut
eroit sineérement & la bienfaisante in- | % ier Te prob ,
fluence du. théAtre_sur_les mieurs.;ibpde nos filles ? voila ta i qnestion dn jour,

eroit pouvoir es obtenirainsi_une trans: |
rien alors p’ébrauiera ceé |

temps une autre présccupation est vgnue
ligqiér le probleme familial : que faire



' Cette qnestion, Votre Association Atnicale
4

l'a entendue.; ef sas doule est ce pour y ré-

pondre et veniv en aide aux-parents trop in-

: - . “| aniets, qu’ellea pris 4 sa charge Véducation
rence déploreble, foree dinertie dé-| Ped ae S

d'un certain nombre de jeunes filles. Alnsi
ne vous conduirai je pas sur_un_terzala absox
Tiiient éhanger & votre convre en vous par-
lant delVaveairdes jeunes filles ou du mou-
vement féeministe, Celle question peut mé-
me vous inféresser ; en effet, bien que le

mouvement dil: féministe, se sollvseriont.

produit & Vétranger, lout ce qui. concerne
Vavenir des femmes, en un point quelconque
da monde, ne saurait vous laisser indilléren-
tes ; ef si, tvalter ici an sujet pareil, semble
A quelque peysonne, inutile, prématuré ou
méme dangereux, je la priesai de me faire
crédit de quelques instants ; Jespére lui dé-
montrer que te féminisme est déja 4 nos por
tes, sinon sous «a forme Ja plus bruyante,
av moins sous sa forme la ples dor

tres, qu'il est temps de sigualer la crise of se
-débat, depuis quelques années, la jeune hal-
lene, eo

__ Nous examinerons, en ce
points suivants: — Y a til waiment
question feministe ?— Cette question “existe.
j-elle en Plaiti?- Quelle sera” Valtifude de
Viglise en celle question ? ;

tle conference, les
%

L— Ya t-it une question féniiniste ? -

Depuis quelque vingt ans, Mesdames, vos
eure d'Europe et d'Amérifue s’agitent beau-

coup, et font beaucoup parler d’elles- Geet

n'est pas précisément nouveatt.; inais ce qui
est nouvean, c’est qu’elles se sont mises d’ac-
cord ; elles ont fondé une ligne dont le but
est denlever 4 Vhomme les situations, fone-
Hons, emplois qne celui-ei s’blait jusqu’ici
si masculin soit-il, que la femme ne veville
envalir. Elle sy prépare par des études sé-
rieuses, des theelings, des congrés ; bientol

ce mouvement chez voy. scons étrangeéres ?
farce qu’elles estiment que le sort de la fem-
me nverl, pas chez elles,ce qu'il deviall @ire 5
el selon ce sage principe que Von n'est jamais
mieux servi que par soi-miéme,elles sont par-

lités sociales dont, a leur avis souftre la fem-
memodernes.

A ce mouvement révolutionnuaire des fem-
ies, el ala dectrine quill soullent, un nom
a élé donnée: le féminisme. oS

*

Clest la destinée des doctrines nouvelles,

but, imprécis, de signifler des choses dille-

doctrine dale de cinquante ausel plus jeha-
cuu failentrer daus ce mot ses propres ites,
8 lescluon de celles Jes aulves, en sollte



ours-ci,plus amplement,

“Gh Bee.

elle personne jagera alors, avee diten (aus.

une.

eMeuer, |

elle ensploiera les bomber. Et pourquol tout.

lies en guerre contre les injustices el inéga-.

et des mo's qui les désignent, deter, au dé-

rentes, opposées parfols. Ainsi les hommes:
onl pu jusqu’a ce jour senlendre sur la six |
gnilicaliondu mot: socialise, blew que la

ae Ee ee

‘lly a socialiome et
Thauvals, selon qu'il sa
molre manicre de voi
femmes sont pu s'entends
mol: féminisme; il y a (emi
Piment de chacune. :
- Cepemlant toutes s'accord,
poinis, et je résume Vopinig
déefinissant le feminisme: la jy
ine pour va sort meilleur,
pou! Sassurer le pain quolidier
lel sous cet aspect ; late, et pou
palin quoliaion @ assures, que)
-estaé. De tout temps le mor
de la fernme, de son éducatio
ment dans. le monde, son
dans la cociélé; mais jamais,
dgriiler, he s’élait posée pour
colier la question da pain quol
parlaveail sur ce point le sort ¢
comme luli dave labondanes ou
communes.
‘Mais un fail nouvean s'est pry
parlout; ces derviers teinpa. Ta
développement de Vindustrie, |a
ales nouveaux pays fournissa
gaicons de grandes facilités de get
sort des warcons,, je parle ici de
s'est amelioré ); le sort de leurs s
vem les précaire, si précaire @
_que ponibre de jeunes filles ne @
venir: les appuis sur lesquels eh
metlaient jusqu’a ce jour, pou
exislence, leur-ont subilement fs
elles sé Lrouvent aujourd'hui seul
pir, sans pain assure; livrées 44
~quidludes eb a tous les dangers.
chancement gest Gone opére dat
en leur défaveur, el on comp
jeune Hilleet la femme moderie

















































































—



pas celle situation et wagitent pou
Avant de voir la réalité et les
changement dans la situation te
fille, précisons bien le miligu social
sroduit, car tous n’en ont pas He
Jalleinis.. 0. fi na
D'abord, dans. les familles rich
changé pour la jeune ile: bien ay
elle est de plus en plus. rechi
choisir; rien oe la presse.
En second lieu, davs les famtl
la jeune fille préparée oes
metiers domestiques et SeFvnCs
existeront toujours, la jeune fille
pas vu nop plus sa situaliont $ 8°?
n'a pas tbo frappée dans se ny
Lauce, :
Creat pourquoi,

ee

ee



ef c’est aan ft
jes jeunes filles riches
jeunes filles pauvres, fe feminey
pas d’adeples ; jes premieres © 4
iout va bien, et quion a tote ie we
ger; les secondes, Saus hae 4
bien, ne penseat pas .cepel re
guerre contra homme, te
lions, ermplois, puisque seh ren
vil comme elle que de son traval
ces deus milieux, pas oe fernint
Mais il est uue aulre classe #
classe nombrevse, de ples ep
4 [étvranger, celle quon ap a
bourgecisie. que Vous apr A
ja s'est produit le grand f 1a
vous parlais tout al er
La jeune lille de famil a
vide, si Heureuse, Hest PO
moing a LaQirangers —
pour Haiti, — qu’une Jum
‘dion, sans avenir, Gul pe se
| qscurer sop pale. Lada 7
| yeois, dans ce milieu de ;
Licminime, COLI TNT
ost la nécesite dese fae?



















































































































EE TEE













8,

vier le monde.
al que nous avons Va dans

davs quel but sest organise le




































































ve qa il dlail HeCessaler.
s sourraient jadui a

git sous ce rapport, rien nest chau-

leg conditions dans lesquelles ces
se piesentent anjourd hui

elle.

oonree, La viele lille, la tunte, bien gue de

ps, Gil helireuse 6b aimee.



; uous allons au sifcle. des. eiges
, par consequent des vieilles ‘lilles.
Hyasi loin, en certains pays, que les

Mea peu pres fermée so...
Mele Clibat. Cest-une-varité inconles
* plus ily

Hous. La chacité nous fait bien dure
i. pour trois, il yen a. pour
Â¥



a oe he x lieu Pun commen

five si ce
Ae pendar
la tno.





Melers Feminins
Wachiue, la j
ey ees de confection fout
= Heurrence Jalale + confec-

“SS, [98qu’aux chadussetles
Hala machine, en grand:

e | entretien retombe
bere el celui-ci se rapa
ya 8 Pepete

Ne eleest bien la quit



tA conlinuer ,-



pour sassurer le pain
‘oblige vos sazurs de Vélran=
lear réserve, & se grouper, a |

ldinigisie, Gludions-en les Calses |
averluns (le Ce nou venient | 8 te :
i | Pression barométrique 4 0>...9761 "/" 04 |

| toire. A la satisfaction da peblic émer~
| veillé, Coicon a fiit revivre cette physio~
| nomie idéale.

roouvement factice, mais quit | nei
| Température a Pombre.. 0... 277-7

la jeane Alle |
ison euliée daus la vies te mariage |
| Nébulosité Cirro-stratus alco cumaloy/s
a elles, |

ofoudément modifices, a son détiin 5
pmnparons, en-effel; son passé @ sa ste

| Plaie Inappréciable
| Mazimam de température ‘hier 34° 3

| Minimem : 23°7

| Proportion d’ozone 6

ofoig - aulrefois le mariage étail pour |
des jeunes filles de famille, a Pe.)
la solution la, plus naturelle de la |
fu pain Quotidien. Le mariage était, | 1°" ; S Ge pipe
a dans les auires fa | prises. Eclainsté Soir a [OQuest.
minune, Quelques filles de famille ce~ |
par choi ou uécessib®, -restaient |
ahbatc mais c’élait le pe nombre, |
& pelll nombre trouvail facilenvent, soll) co
foyer familial, soit dans les métiers féei- tinue A fare de la bonne besogne a Paris.
£08 | Nous avons eu sous le

eouture cLassimilés, place daus les ma-
OS ° .
oll se reflé.ent sa gratitude e: son sent |

, proleswral, les reosuurces peceseaires |
taslenee, Seon luxucuse, di mins |







Weancoup inoins avantageuses. La ma- |
4 : d
Wabord, est devenu pour elle une]
are, avec le luxe croissaut, la cherie |

X hous apportent la nouvelle de dé.)
Ns, porlés ici ou lay Contre les eéliba-|

vivent un épodk. Voila d feet
= ee ie * a UU EE dB 2 os J > %
lg ‘ * 18" | plc pareille foncson aux Gryes. -

wis ade convives, plus. les |
| peliles, @ moins qu'on augmiente |

Mais la condition que Pou se.

0, qui se présentent a | secueillait 3 la peusée de ce qui allait se
lie augmentation, des | dégaget de hantement moral du nouveau

Can lenips de famine? |

66) ee areas 7 on - ‘
ete ha ence moment | débuta, Le duecteur da Thedtre, en son)
He Lrouy ule Nous avons vu | Langige qui émieut et
ie fe plus & se anariert élle | ar ° : .
or lee Motors Toutuina 5 heed | adresse une vibrante allocation. Voila re-
lee oo ey OU 4 : eveuitatl 4 nes |
de Geux-ci; or i s'est trouvé | prises les represerafions depuis quel es |
jadis florissants, | WO!S iRterroopyes. ceuvie, noire ceu

la fabrication indus: |






Te4i-je de mes filles? Or. |
struts, sven f ee | Prophéte.A la mémo re de V'ami, du frére
Ont déchoir. La, dans e¢ | (¥! 1a eacourage, forufié ala ache, il

ele feminisme, be lutte | dédie : « Vincent de Paul s. len fait)
| aussi Th dédicace a un personnige qal ne) a es
| lula jamais refasé les marques de sa sym | merce? bien vivement Madame Catulle





aaicnn naeienuiiitt.

_ Société Astronomique

er MiréonoLocique oe Port-au-Prince.
Observations faites ce matin a7 heures.







Uomidité relative en centiémes. . 7
Direction du vent......0.....8 40°S

Observations particulidres:

journée. Gouties de pluie a plasieurs re

Fr. CONSTANTIN.

ormil Charles
Notre compatriote Norm: Charles con-



yenx une leure

meu luboritux [ travaille ccrvellement

lee | le waarbre, Soucieux determiner ses étu-
eParielles olla ain Est Ye | 2 x 45 Bent : s
e jour laquelle elle etait souvent un des le plus wt, il désireralt avoir guel-
ae | ques outils qu'il ne peut se procurer avec |
gaurd hui, aujourd'hui les deux mémes | ot podes 4 cub “ Y a ‘ Pcie Vauge |
marge el celibal,s’ollreul encore 4 lar WOGEHE Su ae GORI SONICHE avg
fille de fainille, mais dans des coudi- | MEentation. --- Qo souhajterat @autant |
| plos voir sa demande se réaliser, que)
MONE couragenx €t mérisant concitOyen | manche soir et reparii hier, nons
vient d’obtenir la consécration dé 500 18> | vega le€

bronze |

GO-TO CG Dusie on

| aa Grand salon des Artistes frang is (Bae)
i lais des Champs E ysées ).
Nos compliments chaleureux et meil-

48 oblipeanl A se marier sous peine | lears voeux de réussite.

ie Pour la jeune tile de familie, il |
jus de aris parmi les gurgous-de sa [
1 AUX-C) Von aux duis, En quel- |
Je la proportion est si petite, des mia> |
files de fauille, que 2 sur 10 a |

. bee Dad ination

I} nous revieat que Mr Léon Louhts a
été nommé Durecieur de ja Douane d’A-
guin





lui méme, M> Pierre-André,intéressé aux
conceptions d’esprit qui iostruisent et 1-
forment, (a souvent aidé de son con-

| conrs, souteno de ses coaseis. a
| Ev-le rideaw se léve. Ll est 9 hres prés. —_

La péce est en 4 actes. Oa connait Ja

i bonté, la charité surhamaine dont Vir~

cent de Paul a laissé exemple dans Uhis-

Je n'oublierai pas, ce que j'ai éproavé

ide chaude émorion av déroulement de:
_ces scénes doat chacune acontribué a l'a-
| pothéose da saint homme. A telles on

vtelles pares, Venthousiasme do: public,

_impuissant ase conteniz, a éclaté en bra-
igs eo 3 _posen app ‘esemnents frénétiques.~ ]’a'-
Toanerreslointvain au Sud pendant [aly ? applandiesem us fré ft 4 J

| lais oublier, qu'entie les deux actes, Mr

| Salmave a débité

une intéressante poésie
oa Paateur exalte les booi¢s de Vincent
de Paul.

Remercions Mr Coicou des justes le~
sons morales dont il nous a gratifiés.
De sa fére de dimanche soir,"nous som-
mes sortis satislaits, melleurs. La piece
nouvelle est de celles qui communiqaent
la passion du bien et le dédain des pan-
yres grandeurs.

Voula ma ache accomplie, Mon cher
Directeur.

Bien vdcre,--- Re Porrer.
Le Co andant Sylvain

Par le steamer hollandais, entré di~

est re~






aprés une tournée de confgieaces aux.
Caves et & Jérémien
Toujours plein d’entrain et de foi pa--
triotique, le fundeteur' de I CEuvre du Rew
lévement social des Neirs compte aller pio~
chainement se faire entendre a Jacme!.
- _. be Petit Haitien
Novus avons regu le numéro d’Avril de
cette revue lintéraire capoise. Elle con-



Ai semplace Mr Hiram Bibbert qui tem | so: un sommaite des plas intéressants..

——Nosineitteurs complinents,
_ Soirée Théatrale :
Mon cher Directeur,—-De bonee heure



:

je me suis reada av Tnéagze Haitien.
LiasSistance, vne assistance choisie, s¢

drame de Coicoa : «Vincent de-Paul».
“Li devait érsé 8 hres 1/2 quand la féte

iransporié, nous

Pierre-And:é, Arista

= ating

| .



-bleza Noir,

| enfants se porlent bien.

Oaven peut prger pat Pénumération sui-

vanie:
Carnet funébre, Un doulouresx Anni-

po Bae bversaire, la Redaction; — Les Suprémes-
| dimaache soir,pour réaliser ma promesse, | Eiéginces ( poésie ), Jacques Morlac; —
| Surveillance nécessaire, DT Gastcn Dalen--
| cour ;:~ Ceux de la Maison (figurines ),.
| fehan Moguet; ~ Discours ( prononcé a
| la Conférence de Mr B. Sylvain), De. Ne~
}mours Anguste; ~- Sous les Arbres (poé~
ise), F. Barr-Raynaud; -- Vers a PAie -

| mée (poésie), Edgard Fanfant; — Amours.
| Tristes (Nouvelle), Sensitive; --- Le Ty.
lAéonce Wadestrandt y---°

Miscellanées, Edgard Fanfant; --- lo Me~:

| moriam, Lin d’Ege.
vré a tous, contiauera a puiser sa force
dans le dévouement de linitiateur er de _
| ses collaborateurs et dans l'active sympa)
[thie de tous ceux qui en reconnaissent |
ie cc. giaud. | La destination sociale. Et auteur anoon: |

® pour. les filles de | ce con drame. Ll a écrit cette pitce sous |
les yeux dun homme dont la mort ré- |

Conférence post-scolaire
Ce soir, de 647, 2° conférence sur la:
femme japonaise, —~
alissence
Mr Evstoquio Rivera a Vhonneor d’an-



noncer ases amis que son épouse a donné

cenie nous a rudement trappés: Raoul! | le jour a deux jumeaux ; une fille es un

| garcon, gui ont requ les prénoms d Avu-~

Gusts et de Marctertre. La mére et les.

* ¥

b profite de la circonstance poor m=

| Thebsuc, sage femme, et tout particulié-

Commardrat Beate” Sylvain,
































rement, Mr le Docteur Jules ae qui - or
asauvé son épouse apiés un accouche- Po a geande | maison 4
ment laboricux, a aide de son habileté | plus haut que le Pensiounat des

















et de ses profondes | umiéres. ayant toutes ses dépendances ¢ “par |
Iles prie de crotre ala sympathie- dun} terres, b@tiries, vemise, bassing = wd WGA)
coeur dévové et reconpaissant. S‘adresser 4 Maie Vve e Maignin,. rue | Thor. Porta?
Echo des Gayes Lamatre N’7 Se derriere le Leo ea - ee

_ TRKLEPUO
| Chambres ef salons sei
_meublds Salle de féle, |
donner Bauquels, Coup
| Arrangements speéciaus
_latpant on ejour p

: Restaur ant ala



Nous apprenons - -des Cayes la. mort
d'un brave artisan: (Mr Mémé Bélizaire.
Formé dans le travail, il ea avait le
cule et exécutait avec gett er solidiué les |
travaux d’ébénesterie qui lor étaienc con- |
fiés : cecil lui attiva ane sorsbreuse clieg- |
tee, os :
A con atelier sé rencontraient des jeu- |
“nesgens venus de divers centres du Sad,
lesquels étaient consclencieuse ment initiés
au métier du patron.
ll réalisait, celui-l2, selon ses moyens, |
Vécole d apprentissage qui falc couler en ces |

Â¥ i t i
vemps des flors dencre, mais qui nttend | nue John Brown, en face du Peosion:
encore une forme pratique dexistence.

Eno dehors de le bonne reputation que ox Ste-Rose-de Lima
cette louable conduite lui avait acquise,
cest aussi en celaque Mémé Bélizaire a |
le mieux servi le pays.

Nous nods associons cordialement au |
devil de son ponse dévor ée et des autres |
membres de la- famille. | péces de Chapeaux dans la reromme | ee
oe Décés Btablregemnent de thapellerie « La Bo: | jépor un itand SiOCK,

Les sopurs de Ste-Rose de Lima ont eu | riquen » situé Gratid Rue Ne 422, en- | venle en.gros el detai
da douleur de perdre une des leurs, la | trelAdministr tion des Postes et « eu chaussures en fous gen

& # i Pe: wee c ing
chére scour Anexis décédée dimanche soir. | Armes de Parise ,--- Emre CUEBA Homunes, F EMMIS, Ey

Ses funérailles ont ev lieo bier au cou- |
vent de Lalue. » ane Les comm aoe des.

Nos. sincéres condoléances aux Reli- ganis de inte a Cur pour

gienses de Ste- Rose de Lima. “-l ayéeutées dans tune Sé
Remerciements peu prés.
~ Le-steamer SPlesS autres membres de la fimille r: remer- |
venant de New-York. est atlenda :
nombrevs aniis'qui ont biew vonluspar-} [
tager leur douleur @ Voccasiou de la mort} {| laissera pis bleii méme
tragique du cher et regretté ALCIBIADE. ~ )
- [ls les prient. tous de-ereire, en retour, jour pour St Mare, Petit Goave,
_ Administration Postale Port-au-Prince, 25 Juin 1907. |
‘Service Extérieur.--- Lettres recomman. | —~GERLA AGH + -& Co; ace
Sigsor Antonio Rossi; Mme*Al phonsi- | . ve
ne Frangois, Miles Deleamie Saint: Elien,
ges Sévére.
Avis Commer

















Do octeur err
89, Bue du Centre, 89. _




Eeuries él Remises, B

’ oe enlve doug ca i
Pour Mariages, Fiangaillesjete | Fraxgos Js-CHARLES, pro
S'adresser 4 Mme Cyrus Sauren, Ave | N. 6. — Trausporis des ba



fets des voyigeurs @ la eh
tablissemant.



4A Borinques Le

‘Biting.

On live et remet a ‘aeut toutes es- |










a



Pa










i yrir son aEhindt co a be
| Gougse, rue de lrovente,
os - Jaemel, do Ja




| | secre | |





it eoise } ine eal Fes —



Monsieur le Général Alupsion Casimir.
cient cordialem ent-les antoriés et les] :
}iei jeudi 27 courant, es
del gop syarpathie- eraxteur gratitude. Gay €S; -dacmel eb -Guracaos——— ond
“¢lées en souflrance:
~feogéle "Laroche, MM~ Fal lant fits §, Geor yg

tia













err
ret Gd pa

gia ‘i ————









- Yaithonfteur daviser‘le public eth SNF === é
de ane que, pirlant- cour - Veh ~ Service Atlas

trapger, je charge Monsieur Féuix Bae- ee ep a a

mont de ina .procaratio: Jie steamer tan », avant,

Port-au-Priace, 22 Jain 1907 - quitté New-York le 20 courant |
/ BARBANCOURT. _ | directement pour notre port, est |

tiowalt
Laitde Vache att ndu ici mardi 25 courant, parti- | ae dek
Garanti pur, @.0.25 le litre.” _ | fa probablementie | lendemain pour: ee de Sac big
sadresser au No 128, rue du Maga-

Gonaives, Miragodne, Jérémie, 2
sin de l'Etar. Jacmel et Santa: Marta.



we. Avis.

Le Comité de la Loterie pour I Eeglise
Saint Jean Biptiste de Miragoane,

En raison des notihirenaar’ listes con.
liées aux personnes des autres locali-
4és el qui ne sont pas rendues jusqu’ a
cette date, donne avis aux intéressés
que le tirage de la loterie, fixé au 23
sourant, est sjourne jusqu’au ae
ohe: 21 Juillet ‘eta des -

La malle pour les ‘Elats- Uae CE
etl Seale , parle oe oe ee
GuaNny» (via Jérémie ) sera fer: | fon a

Los tation e
Forcier jeudi 27 courant & | xe carat

ae ya) i 4
F. cea. i« O, see |























Full Text




























(Mat





















CABLES TELEGRAPILIQUES
MOPOLE du NOUVELLISTE







322-— L’évenement le plus











nicest, piésident. du conseil













thercbé dans tons les co



&
a

Sir guiila rejeté les res
les de tout ce qui s'est pas-
Sidr Cesta dire je refus































fF On dit aussi que Mr
Ht pieuve dui véritable
HM coulition-et- qu il a éclaté
“en demandaiit au prési-

totisell de quelle fagon il”
lépaier ses fautes.
a) aoe a ar 9% ea
Spomett a-Yous Ala loi 3 used
‘inflvence auprés de. voa
© pour les faire renter
i. A SF sortie du minis-







Sse entre le chef du

this le secret: il a an=
.

pelliers ef je Prési-









ailant de la journée, a éié ta visite |
Matcelic Albeit, Vorganisateur |
ilation viticole, a faite aM.)
§ | _Ceand,
ceinatin que cel bomme,que |
ce eles troupes ont vaine- |
t HS |
& est ipopinément présenté ; Hentenant(wulfie
e mtérieur, Uirtecu | ier, wu large de Waymouth ; le
oe el.de celle entrevue dit }cerps était encore complétemen vé-
; M, Clemenceau sestinoutré ex. | fn, mais ies traits étaient mécon-
Sent sévéere A Vegard de son






1

everl retusa de révéler ce'| Chambre disjoignit certains vow

ed personnes |
lans un accident | dapprouver les mesures sévéres pro-





« « Etranger

breezin Hongrie: 3 agronantes dont

|2 officiers francais et 1 eatrichien

se-sont tnués en tembant de la nar-
celle: Des paysans qui voulaientcap-

Pturer Vaérostat ont provuqué Pex-
_plosion en s’en approchant avec des

| lanternes. Dix d’entre-eux ont été
tiés, ,

Lonpres 23. -- ‘Tous les doules
que Poa apn conserver au sujet do
sort des lieutenants “Caulfield. et

partis en ballon. le 28 mai
‘ainp d’Aldershol, sont
vgubre découverte qui

— Le cadavre du
ld a été répéché en



}
dernier dus
levés par tv log
vier! détre pale.

i alti) o












Abonnement pour Département....1.20

“naissubles en raison de Vélatde dé |

composition avancée dQ a liminer-
sion prolongee

du ecroisear “Amélia’ et qu’un cor-
don de police a été établi autour de
la maison habitée par le premier
roinisire



tae






HAVRE

la tombe du Président Carnot.
Pour aboutir plus rapidement, la
bres

ok
‘articles et vota, samedi soir, la

et luien déclarant | nouvelle lol viticole.

UEmperenr du.Jafon vient de

ant qoil partait pour | conférer a M. Falliéres la grand’-
Hendait remplir son | croix de ordre dn Chrysaniheme
nes a supposer qu’ | et a Mr Pichon, la grand’croix de lor-
swale eulre je chef die du Paulewula.

Les élections législalives ont eu

a que Mr Al-; lieu mer a St-Quentin el a Boussac :
Plaidé la cause de! i! y a ballotage. On annonce décés
en Maire de Nap Te ee a +M Paul

Maire de Nar | de Mme Deschanel, wrére de M. Pau

Deschanel, .

_Lisponne Y4.— Le rol a

2 a
refuse

Panis 98.— Une dépéche du cor-.
fs lmpdls, ln giéve; la dé- -respondant du *Matin® 4 Madrid dit
des wunicipalités ct les | que Jes nouvelles de Lisbonne + ont
iglanis de Narbonne et de | tuujours graves. — Ce correspondant
“ajoute que le roi Charles est 4 bord

3, Café Haiti Gapsd8-58-
_ LePré-ijentde ln République s’est
‘rendu,ce matin,au Panihéon devant

end pres de De- | posées par le président du conseil,M..

eu





des rues Bourjolly & Fort-Pér.



Franco, contre leg organisateurs de

Vémente du 19 Juin. On s’attend 4 .

ce qne cetle mesure hate la sortie de
M. Franco du présent cabinet.
“Toxr 24 ~ A un meeling tena
cel aprés utidi par-les délégués des
ebambres de commerce de Tokio,
Yebe, Kido et Yokohama,la nécessité
de mesures rapides en vue dela
suppression du sent.ment anti-ja-

ponais sur la céte américaine du...

Pacifique,a été discatéeet approuvée.
San-Francisco 24. — La gréve

deg télégraphistés continue.
SANTIAGO DE CHILI 24.-~ Le stea-

mer “Vigo” de la Pacific Steam Na-

“Mardi, 25 Juin 1907



vization, allant de Panama au sud
de la e6te du Pacifique, a fait nau-
frage, a cinqnante milles au nord de
Corral. Un officier et un passager
ont €1é sanvés; le reste de léquipege

(§ (eS posenyc TS nies

LA Haye 24.— Les quatre coml-

iés se sont méunis-avjourd’ hui et
ont continué leurs travaux. La reine

Wilhelmine est arrivée aujourd’hui

venant du chateau de Loo, elle res-
tera ici deux jours et recevra les dé-
légués a la conférence & Hvisten
Bosch, villa royale située a environ
un mille et demi de la Haye.

oe —O—
Un jour, Massillon Goicou fut solli-

cité de préler son concours & une cu

yre de bienfuisance, pe voulant pas se”



laisser devancer par les Dames zélatri-

trices dont il admire lé beau dévoa-~

ment. i] se décidaad cP re le drame
représenté avec lait de succes avant-
hier sole: Vineent de Paul, C’étaifta.
une bien noble facon de semer sur le
champ si vate de la cha ‘ité. Un an
sest passé depuis, des circonstances

diverses surgirent, le Thédtre choma_

méme un iustank Ed) vient de re;

prendre ses Uavallx pat [a piéce écrite
dang une bien genereuse Intenlion. _

Dieu venille quil wait plus darrét et

qu'il puisse pousuivre Son louable but, |
monter vers les régions elevées de VAC

toute serénile | N esi ce pas dail

i


leurs quilala ferme conviction de ne

‘pas abandouner le. terrain ot il sest
_placé? Coicou par quelques bonnes |
paroles, assez souvent éloquentes, le | ,

aL Bey

»:
ae

digait en son speach douverture
lui et ses vaillants collaborateurs ne

déserteront, pas, pourvu que le public |
dont Ja partest grande dans l’ceuvre |

-entreprise, ue trahisse pas leurs espé-

ratices, leur accorde Pencouragement | “ mérité. Car on finira par. s'associer | “Heavenie des enfants a toujours cle un gra
‘pang " sup idd , 4 ve
franchement a leur idée d'une haute | sontincapables de résoudre. Jusquiici lear
. pee ° .. | grande préoceupation’ élait Vavenir des gar-
Quede fois ne l’avons-nous pas écrit)

portée morale et sociale. ‘
ici-méme, notre couragevx ami est d’une
opinidtreté vraiment rare,dont peuvent
seuls témoigner ceux qui ont la Foi.





formation,
sentiment : miséres ambiantes, indillé-

eoncertanie, il parle, malgré tout, avec
-ardeur,.revét. de. riches -eevleurs:ses,

observations Jocales, fail revivre les |

eénéreuses actions qui ont grandi Vho-
manité. Qaund vousle voyez donc, sa-
luez-le,c’est un apdtre d idées qui passe.
Il faut avoir été éprouveé au contact des

Téfuillances assiégeant le bien, pour4-

exalter Vincent de Paul, Vapdtre de la
Chariié.. 7 :

Charité | voila un mot souvent ré-
‘pété, qui court sur toutes les levres,
par contre trés profane aussi, en ces
jours ot. lon danse le cake walk, ot

on piéline par le (wo-step endiablé.|

“Hour ti cause all galeau. Dansez mes
freres, el vous mes sceurs,--- ihen fut
ainsi & | Eden -- aecourez parlager
Jeur sort, courbez-vous, redressez vous

upres et maintevant bondissez joyeuse>

menlious-deux «il est délicieux, le ga-
tea! Muais-en-vons Crourdissant, vous
—~ne sougicz pas aux malades, a tous les
leéreux'de Pame que la _cupiditéfuit
gar ses pas dans une sovidté. Voilague
les maut vous etfrvient, la éonscience
yous tourmenl@. .

Rassurez-vous done, il ya la charité
qui sauve les ccours. C'est la toi supré-
we dumour dont les douces ondées
savent valfermir, equilibrent les or
ganismes et réconfortent

4

&



ae
Bk g





dre le Bien ; femmes versez le banme
qutsoutage tes “Sonlirances morales et
physiques,élevez vos enfants en leur en
_S@ignant cetle vérilé, La charités éeriait-
_on avant-hier soir,‘na pas de bornes.
‘Toute bonne action accompiie dans
Yordra social eu est aussi une expres-
sion. os ‘ a
Chague. époque. écrivait une fois le
yieux Francisyue Sareey, aun certain
nombre de problémes sociaux; dou
jouréux 4 résoudre. Nous en avons un
par icide bien sériegx a solutionner ;
la générosilé ddme, Meltcz celle vertu
av qceur de Phaitien et il change com
pléiement. Vola pourquoi jat beau-
coup aimé entendre Coicou exalter la



%

charite en de si beatix” accents et que

je me plais a (éliciler les interprétes du
‘Theatre Haitien Javoir excellemment
rendu « Vincent de Paula dont il vous










| plus dél

jeg sociélés en

ewer Pepan-

x

: ied :
icatement aussi.

sera parlé ces







Conférence de Mgr J. Picuon a
ciennes Kléves de Ste Rose

com me



ve probléme, probleme que bien des paretits

cons : que faire de. nos fils! c’était la ques-

| tion que se répétaient le pére et la mépe,dans
nt) Pintimité du foyer. Mais en ces derniers

ut
eroit sineérement & la bienfaisante in- | % ier Te prob ,
fluence du. théAtre_sur_les mieurs.;ibpde nos filles ? voila ta i qnestion dn jour,

eroit pouvoir es obtenirainsi_une trans: |
rien alors p’ébrauiera ceé |

temps une autre présccupation est vgnue
ligqiér le probleme familial : que faire



' Cette qnestion, Votre Association Atnicale
4

l'a entendue.; ef sas doule est ce pour y ré-

pondre et veniv en aide aux-parents trop in-

: - . “| aniets, qu’ellea pris 4 sa charge Véducation
rence déploreble, foree dinertie dé-| Ped ae S

d'un certain nombre de jeunes filles. Alnsi
ne vous conduirai je pas sur_un_terzala absox
Tiiient éhanger & votre convre en vous par-
lant delVaveairdes jeunes filles ou du mou-
vement féeministe, Celle question peut mé-
me vous inféresser ; en effet, bien que le

mouvement dil: féministe, se sollvseriont.

produit & Vétranger, lout ce qui. concerne
Vavenir des femmes, en un point quelconque
da monde, ne saurait vous laisser indilléren-
tes ; ef si, tvalter ici an sujet pareil, semble
A quelque peysonne, inutile, prématuré ou
méme dangereux, je la priesai de me faire
crédit de quelques instants ; Jespére lui dé-
montrer que te féminisme est déja 4 nos por
tes, sinon sous «a forme Ja plus bruyante,
av moins sous sa forme la ples dor

tres, qu'il est temps de sigualer la crise of se
-débat, depuis quelques années, la jeune hal-
lene, eo

__ Nous examinerons, en ce
points suivants: — Y a til waiment
question feministe ?— Cette question “existe.
j-elle en Plaiti?- Quelle sera” Valtifude de
Viglise en celle question ? ;

tle conference, les
%

L— Ya t-it une question féniiniste ? -

Depuis quelque vingt ans, Mesdames, vos
eure d'Europe et d'Amérifue s’agitent beau-

coup, et font beaucoup parler d’elles- Geet

n'est pas précisément nouveatt.; inais ce qui
est nouvean, c’est qu’elles se sont mises d’ac-
cord ; elles ont fondé une ligne dont le but
est denlever 4 Vhomme les situations, fone-
Hons, emplois qne celui-ei s’blait jusqu’ici
si masculin soit-il, que la femme ne veville
envalir. Elle sy prépare par des études sé-
rieuses, des theelings, des congrés ; bientol

ce mouvement chez voy. scons étrangeéres ?
farce qu’elles estiment que le sort de la fem-
me nverl, pas chez elles,ce qu'il deviall @ire 5
el selon ce sage principe que Von n'est jamais
mieux servi que par soi-miéme,elles sont par-

lités sociales dont, a leur avis souftre la fem-
memodernes.

A ce mouvement révolutionnuaire des fem-
ies, el ala dectrine quill soullent, un nom
a élé donnée: le féminisme. oS

*

Clest la destinée des doctrines nouvelles,

but, imprécis, de signifler des choses dille-

doctrine dale de cinquante ausel plus jeha-
cuu failentrer daus ce mot ses propres ites,
8 lescluon de celles Jes aulves, en sollte



ours-ci,plus amplement,

“Gh Bee.

elle personne jagera alors, avee diten (aus.

une.

eMeuer, |

elle ensploiera les bomber. Et pourquol tout.

lies en guerre contre les injustices el inéga-.

et des mo's qui les désignent, deter, au dé-

rentes, opposées parfols. Ainsi les hommes:
onl pu jusqu’a ce jour senlendre sur la six |
gnilicaliondu mot: socialise, blew que la

ae Ee ee

‘lly a socialiome et
Thauvals, selon qu'il sa
molre manicre de voi
femmes sont pu s'entends
mol: féminisme; il y a (emi
Piment de chacune. :
- Cepemlant toutes s'accord,
poinis, et je résume Vopinig
déefinissant le feminisme: la jy
ine pour va sort meilleur,
pou! Sassurer le pain quolidier
lel sous cet aspect ; late, et pou
palin quoliaion @ assures, que)
-estaé. De tout temps le mor
de la fernme, de son éducatio
ment dans. le monde, son
dans la cociélé; mais jamais,
dgriiler, he s’élait posée pour
colier la question da pain quol
parlaveail sur ce point le sort ¢
comme luli dave labondanes ou
communes.
‘Mais un fail nouvean s'est pry
parlout; ces derviers teinpa. Ta
développement de Vindustrie, |a
ales nouveaux pays fournissa
gaicons de grandes facilités de get
sort des warcons,, je parle ici de
s'est amelioré ); le sort de leurs s
vem les précaire, si précaire @
_que ponibre de jeunes filles ne @
venir: les appuis sur lesquels eh
metlaient jusqu’a ce jour, pou
exislence, leur-ont subilement fs
elles sé Lrouvent aujourd'hui seul
pir, sans pain assure; livrées 44
~quidludes eb a tous les dangers.
chancement gest Gone opére dat
en leur défaveur, el on comp
jeune Hilleet la femme moderie

















































































—



pas celle situation et wagitent pou
Avant de voir la réalité et les
changement dans la situation te
fille, précisons bien le miligu social
sroduit, car tous n’en ont pas He
Jalleinis.. 0. fi na
D'abord, dans. les familles rich
changé pour la jeune ile: bien ay
elle est de plus en plus. rechi
choisir; rien oe la presse.
En second lieu, davs les famtl
la jeune fille préparée oes
metiers domestiques et SeFvnCs
existeront toujours, la jeune fille
pas vu nop plus sa situaliont $ 8°?
n'a pas tbo frappée dans se ny
Lauce, :
Creat pourquoi,

ee

ee



ef c’est aan ft
jes jeunes filles riches
jeunes filles pauvres, fe feminey
pas d’adeples ; jes premieres © 4
iout va bien, et quion a tote ie we
ger; les secondes, Saus hae 4
bien, ne penseat pas .cepel re
guerre contra homme, te
lions, ermplois, puisque seh ren
vil comme elle que de son traval
ces deus milieux, pas oe fernint
Mais il est uue aulre classe #
classe nombrevse, de ples ep
4 [étvranger, celle quon ap a
bourgecisie. que Vous apr A
ja s'est produit le grand f 1a
vous parlais tout al er
La jeune lille de famil a
vide, si Heureuse, Hest PO
moing a LaQirangers —
pour Haiti, — qu’une Jum
‘dion, sans avenir, Gul pe se
| qscurer sop pale. Lada 7
| yeois, dans ce milieu de ;
Licminime, COLI TNT
ost la nécesite dese fae?
















































































































EE TEE













8,

vier le monde.
al que nous avons Va dans

davs quel but sest organise le




































































ve qa il dlail HeCessaler.
s sourraient jadui a

git sous ce rapport, rien nest chau-

leg conditions dans lesquelles ces
se piesentent anjourd hui

elle.

oonree, La viele lille, la tunte, bien gue de

ps, Gil helireuse 6b aimee.



; uous allons au sifcle. des. eiges
, par consequent des vieilles ‘lilles.
Hyasi loin, en certains pays, que les

Mea peu pres fermée so...
Mele Clibat. Cest-une-varité inconles
* plus ily

Hous. La chacité nous fait bien dure
i. pour trois, il yen a. pour
Â¥



a oe he x lieu Pun commen

five si ce
Ae pendar
la tno.





Melers Feminins
Wachiue, la j
ey ees de confection fout
= Heurrence Jalale + confec-

“SS, [98qu’aux chadussetles
Hala machine, en grand:

e | entretien retombe
bere el celui-ci se rapa
ya 8 Pepete

Ne eleest bien la quit



tA conlinuer ,-



pour sassurer le pain
‘oblige vos sazurs de Vélran=
lear réserve, & se grouper, a |

ldinigisie, Gludions-en les Calses |
averluns (le Ce nou venient | 8 te :
i | Pression barométrique 4 0>...9761 "/" 04 |

| toire. A la satisfaction da peblic émer~
| veillé, Coicon a fiit revivre cette physio~
| nomie idéale.

roouvement factice, mais quit | nei
| Température a Pombre.. 0... 277-7

la jeane Alle |
ison euliée daus la vies te mariage |
| Nébulosité Cirro-stratus alco cumaloy/s
a elles, |

ofoudément modifices, a son détiin 5
pmnparons, en-effel; son passé @ sa ste

| Plaie Inappréciable
| Mazimam de température ‘hier 34° 3

| Minimem : 23°7

| Proportion d’ozone 6

ofoig - aulrefois le mariage étail pour |
des jeunes filles de famille, a Pe.)
la solution la, plus naturelle de la |
fu pain Quotidien. Le mariage était, | 1°" ; S Ge pipe
a dans les auires fa | prises. Eclainsté Soir a [OQuest.
minune, Quelques filles de famille ce~ |
par choi ou uécessib®, -restaient |
ahbatc mais c’élait le pe nombre, |
& pelll nombre trouvail facilenvent, soll) co
foyer familial, soit dans les métiers féei- tinue A fare de la bonne besogne a Paris.
£08 | Nous avons eu sous le

eouture cLassimilés, place daus les ma-
OS ° .
oll se reflé.ent sa gratitude e: son sent |

, proleswral, les reosuurces peceseaires |
taslenee, Seon luxucuse, di mins |







Weancoup inoins avantageuses. La ma- |
4 : d
Wabord, est devenu pour elle une]
are, avec le luxe croissaut, la cherie |

X hous apportent la nouvelle de dé.)
Ns, porlés ici ou lay Contre les eéliba-|

vivent un épodk. Voila d feet
= ee ie * a UU EE dB 2 os J > %
lg ‘ * 18" | plc pareille foncson aux Gryes. -

wis ade convives, plus. les |
| peliles, @ moins qu'on augmiente |

Mais la condition que Pou se.

0, qui se présentent a | secueillait 3 la peusée de ce qui allait se
lie augmentation, des | dégaget de hantement moral du nouveau

Can lenips de famine? |

66) ee areas 7 on - ‘
ete ha ence moment | débuta, Le duecteur da Thedtre, en son)
He Lrouy ule Nous avons vu | Langige qui émieut et
ie fe plus & se anariert élle | ar ° : .
or lee Motors Toutuina 5 heed | adresse une vibrante allocation. Voila re-
lee oo ey OU 4 : eveuitatl 4 nes |
de Geux-ci; or i s'est trouvé | prises les represerafions depuis quel es |
jadis florissants, | WO!S iRterroopyes. ceuvie, noire ceu

la fabrication indus: |






Te4i-je de mes filles? Or. |
struts, sven f ee | Prophéte.A la mémo re de V'ami, du frére
Ont déchoir. La, dans e¢ | (¥! 1a eacourage, forufié ala ache, il

ele feminisme, be lutte | dédie : « Vincent de Paul s. len fait)
| aussi Th dédicace a un personnige qal ne) a es
| lula jamais refasé les marques de sa sym | merce? bien vivement Madame Catulle





aaicnn naeienuiiitt.

_ Société Astronomique

er MiréonoLocique oe Port-au-Prince.
Observations faites ce matin a7 heures.







Uomidité relative en centiémes. . 7
Direction du vent......0.....8 40°S

Observations particulidres:

journée. Gouties de pluie a plasieurs re

Fr. CONSTANTIN.

ormil Charles
Notre compatriote Norm: Charles con-



yenx une leure

meu luboritux [ travaille ccrvellement

lee | le waarbre, Soucieux determiner ses étu-
eParielles olla ain Est Ye | 2 x 45 Bent : s
e jour laquelle elle etait souvent un des le plus wt, il désireralt avoir guel-
ae | ques outils qu'il ne peut se procurer avec |
gaurd hui, aujourd'hui les deux mémes | ot podes 4 cub “ Y a ‘ Pcie Vauge |
marge el celibal,s’ollreul encore 4 lar WOGEHE Su ae GORI SONICHE avg
fille de fainille, mais dans des coudi- | MEentation. --- Qo souhajterat @autant |
| plos voir sa demande se réaliser, que)
MONE couragenx €t mérisant concitOyen | manche soir et reparii hier, nons
vient d’obtenir la consécration dé 500 18> | vega le€

bronze |

GO-TO CG Dusie on

| aa Grand salon des Artistes frang is (Bae)
i lais des Champs E ysées ).
Nos compliments chaleureux et meil-

48 oblipeanl A se marier sous peine | lears voeux de réussite.

ie Pour la jeune tile de familie, il |
jus de aris parmi les gurgous-de sa [
1 AUX-C) Von aux duis, En quel- |
Je la proportion est si petite, des mia> |
files de fauille, que 2 sur 10 a |

. bee Dad ination

I} nous revieat que Mr Léon Louhts a
été nommé Durecieur de ja Douane d’A-
guin





lui méme, M> Pierre-André,intéressé aux
conceptions d’esprit qui iostruisent et 1-
forment, (a souvent aidé de son con-

| conrs, souteno de ses coaseis. a
| Ev-le rideaw se léve. Ll est 9 hres prés. —_

La péce est en 4 actes. Oa connait Ja

i bonté, la charité surhamaine dont Vir~

cent de Paul a laissé exemple dans Uhis-

Je n'oublierai pas, ce que j'ai éproavé

ide chaude émorion av déroulement de:
_ces scénes doat chacune acontribué a l'a-
| pothéose da saint homme. A telles on

vtelles pares, Venthousiasme do: public,

_impuissant ase conteniz, a éclaté en bra-
igs eo 3 _posen app ‘esemnents frénétiques.~ ]’a'-
Toanerreslointvain au Sud pendant [aly ? applandiesem us fré ft 4 J

| lais oublier, qu'entie les deux actes, Mr

| Salmave a débité

une intéressante poésie
oa Paateur exalte les booi¢s de Vincent
de Paul.

Remercions Mr Coicou des justes le~
sons morales dont il nous a gratifiés.
De sa fére de dimanche soir,"nous som-
mes sortis satislaits, melleurs. La piece
nouvelle est de celles qui communiqaent
la passion du bien et le dédain des pan-
yres grandeurs.

Voula ma ache accomplie, Mon cher
Directeur.

Bien vdcre,--- Re Porrer.
Le Co andant Sylvain

Par le steamer hollandais, entré di~

est re~






aprés une tournée de confgieaces aux.
Caves et & Jérémien
Toujours plein d’entrain et de foi pa--
triotique, le fundeteur' de I CEuvre du Rew
lévement social des Neirs compte aller pio~
chainement se faire entendre a Jacme!.
- _. be Petit Haitien
Novus avons regu le numéro d’Avril de
cette revue lintéraire capoise. Elle con-



Ai semplace Mr Hiram Bibbert qui tem | so: un sommaite des plas intéressants..

——Nosineitteurs complinents,
_ Soirée Théatrale :
Mon cher Directeur,—-De bonee heure



:

je me suis reada av Tnéagze Haitien.
LiasSistance, vne assistance choisie, s¢

drame de Coicoa : «Vincent de-Paul».
“Li devait érsé 8 hres 1/2 quand la féte

iransporié, nous

Pierre-And:é, Arista

= ating

| .



-bleza Noir,

| enfants se porlent bien.

Oaven peut prger pat Pénumération sui-

vanie:
Carnet funébre, Un doulouresx Anni-

po Bae bversaire, la Redaction; — Les Suprémes-
| dimaache soir,pour réaliser ma promesse, | Eiéginces ( poésie ), Jacques Morlac; —
| Surveillance nécessaire, DT Gastcn Dalen--
| cour ;:~ Ceux de la Maison (figurines ),.
| fehan Moguet; ~ Discours ( prononcé a
| la Conférence de Mr B. Sylvain), De. Ne~
}mours Anguste; ~- Sous les Arbres (poé~
ise), F. Barr-Raynaud; -- Vers a PAie -

| mée (poésie), Edgard Fanfant; — Amours.
| Tristes (Nouvelle), Sensitive; --- Le Ty.
lAéonce Wadestrandt y---°

Miscellanées, Edgard Fanfant; --- lo Me~:

| moriam, Lin d’Ege.
vré a tous, contiauera a puiser sa force
dans le dévouement de linitiateur er de _
| ses collaborateurs et dans l'active sympa)
[thie de tous ceux qui en reconnaissent |
ie cc. giaud. | La destination sociale. Et auteur anoon: |

® pour. les filles de | ce con drame. Ll a écrit cette pitce sous |
les yeux dun homme dont la mort ré- |

Conférence post-scolaire
Ce soir, de 647, 2° conférence sur la:
femme japonaise, —~
alissence
Mr Evstoquio Rivera a Vhonneor d’an-



noncer ases amis que son épouse a donné

cenie nous a rudement trappés: Raoul! | le jour a deux jumeaux ; une fille es un

| garcon, gui ont requ les prénoms d Avu-~

Gusts et de Marctertre. La mére et les.

* ¥

b profite de la circonstance poor m=

| Thebsuc, sage femme, et tout particulié-

Commardrat Beate” Sylvain,





























rement, Mr le Docteur Jules ae qui - or
asauvé son épouse apiés un accouche- Po a geande | maison 4
ment laboricux, a aide de son habileté | plus haut que le Pensiounat des

















et de ses profondes | umiéres. ayant toutes ses dépendances ¢ “par |
Iles prie de crotre ala sympathie- dun} terres, b@tiries, vemise, bassing = wd WGA)
coeur dévové et reconpaissant. S‘adresser 4 Maie Vve e Maignin,. rue | Thor. Porta?
Echo des Gayes Lamatre N’7 Se derriere le Leo ea - ee

_ TRKLEPUO
| Chambres ef salons sei
_meublds Salle de féle, |
donner Bauquels, Coup
| Arrangements speéciaus
_latpant on ejour p

: Restaur ant ala



Nous apprenons - -des Cayes la. mort
d'un brave artisan: (Mr Mémé Bélizaire.
Formé dans le travail, il ea avait le
cule et exécutait avec gett er solidiué les |
travaux d’ébénesterie qui lor étaienc con- |
fiés : cecil lui attiva ane sorsbreuse clieg- |
tee, os :
A con atelier sé rencontraient des jeu- |
“nesgens venus de divers centres du Sad,
lesquels étaient consclencieuse ment initiés
au métier du patron.
ll réalisait, celui-l2, selon ses moyens, |
Vécole d apprentissage qui falc couler en ces |

Â¥ i t i
vemps des flors dencre, mais qui nttend | nue John Brown, en face du Peosion:
encore une forme pratique dexistence.

Eno dehors de le bonne reputation que ox Ste-Rose-de Lima
cette louable conduite lui avait acquise,
cest aussi en celaque Mémé Bélizaire a |
le mieux servi le pays.

Nous nods associons cordialement au |
devil de son ponse dévor ée et des autres |
membres de la- famille. | péces de Chapeaux dans la reromme | ee
oe Décés Btablregemnent de thapellerie « La Bo: | jépor un itand SiOCK,

Les sopurs de Ste-Rose de Lima ont eu | riquen » situé Gratid Rue Ne 422, en- | venle en.gros el detai
da douleur de perdre une des leurs, la | trelAdministr tion des Postes et « eu chaussures en fous gen

& # i Pe: wee c ing
chére scour Anexis décédée dimanche soir. | Armes de Parise ,--- Emre CUEBA Homunes, F EMMIS, Ey

Ses funérailles ont ev lieo bier au cou- |
vent de Lalue. » ane Les comm aoe des.

Nos. sincéres condoléances aux Reli- ganis de inte a Cur pour

gienses de Ste- Rose de Lima. “-l ayéeutées dans tune Sé
Remerciements peu prés.
~ Le-steamer SPlesS autres membres de la fimille r: remer- |
venant de New-York. est atlenda :
nombrevs aniis'qui ont biew vonluspar-} [
tager leur douleur @ Voccasiou de la mort} {| laissera pis bleii méme
tragique du cher et regretté ALCIBIADE. ~ )
- [ls les prient. tous de-ereire, en retour, jour pour St Mare, Petit Goave,
_ Administration Postale Port-au-Prince, 25 Juin 1907. |
‘Service Extérieur.--- Lettres recomman. | —~GERLA AGH + -& Co; ace
Sigsor Antonio Rossi; Mme*Al phonsi- | . ve
ne Frangois, Miles Deleamie Saint: Elien,
ges Sévére.
Avis Commer

















Do octeur err
89, Bue du Centre, 89. _




Eeuries él Remises, B

’ oe enlve doug ca i
Pour Mariages, Fiangaillesjete | Fraxgos Js-CHARLES, pro
S'adresser 4 Mme Cyrus Sauren, Ave | N. 6. — Trausporis des ba



fets des voyigeurs @ la eh
tablissemant.



4A Borinques Le

‘Biting.

On live et remet a ‘aeut toutes es- |










a



Pa










i yrir son aEhindt co a be
| Gougse, rue de lrovente,
os - Jaemel, do Ja




| | secre | |





it eoise } ine eal Fes —



Monsieur le Général Alupsion Casimir.
cient cordialem ent-les antoriés et les] :
}iei jeudi 27 courant, es
del gop syarpathie- eraxteur gratitude. Gay €S; -dacmel eb -Guracaos——— ond
“¢lées en souflrance:
~feogéle "Laroche, MM~ Fal lant fits §, Geor yg

tia













err
ret Gd pa

gia ‘i ————









- Yaithonfteur daviser‘le public eth SNF === é
de ane que, pirlant- cour - Veh ~ Service Atlas

trapger, je charge Monsieur Féuix Bae- ee ep a a

mont de ina .procaratio: Jie steamer tan », avant,

Port-au-Priace, 22 Jain 1907 - quitté New-York le 20 courant |
/ BARBANCOURT. _ | directement pour notre port, est |

tiowalt
Laitde Vache att ndu ici mardi 25 courant, parti- | ae dek
Garanti pur, @.0.25 le litre.” _ | fa probablementie | lendemain pour: ee de Sac big
sadresser au No 128, rue du Maga-

Gonaives, Miragodne, Jérémie, 2
sin de l'Etar. Jacmel et Santa: Marta.



we. Avis.

Le Comité de la Loterie pour I Eeglise
Saint Jean Biptiste de Miragoane,

En raison des notihirenaar’ listes con.
liées aux personnes des autres locali-
4és el qui ne sont pas rendues jusqu’ a
cette date, donne avis aux intéressés
que le tirage de la loterie, fixé au 23
sourant, est sjourne jusqu’au ae
ohe: 21 Juillet ‘eta des -

La malle pour les ‘Elats- Uae CE
etl Seale , parle oe oe ee
GuaNny» (via Jérémie ) sera fer: | fon a

Los tation e
Forcier jeudi 27 courant & | xe carat

ae ya) i 4
F. cea. i« O, see |