Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
dans une jelte aux calle
son diocése, leur a conselllé

ee toute idée derévoll a ate

Etat et de se conformer espectuen-
“senent 3 ta la ler du pays, 4
qu'elle ne soil en opposition

EGG E GD oo
a :
Rig Be Ve 7 : 2 ad

diecté

ré GES appels &
thes p pour les 4 nyiter a a

« Mapa -2-— Use mi nlestation
est prodvite dacs un? des pri
paux culés de Madrid au cours dk sf
eles de eclébration de a Ranvelie

_ inée, eb un. n groupe d ‘officiers insista
: - pour que. lorchestre nlendre la

“o¥ive la Républiqu
foupe demanda

gen, tmenagant de dégeudrer ‘en rixe
7 _ lorsque | @ patron de l’établisseinent,
en homme : avisé, évila le désor dre
Ak st Jes officiers,

La Havanese 2.—~ Les. partisans du
Tent jonniste décla-
4ent qu'une petition signée par 200
ep podlalise fonciers doit ‘etre: ene

cliques de df

? u lientenant

























&
ans la nouvelle de la « eapt
alcool Lon de ses caida .

wre de
fut fait

plsonnier, ila méprise.
2m L's asatio da Beni

Janoun 2

par

Mansour. Ce i qui jusqu’
if élait un des. plus: fidéles
ndit, a voulu, en

mn ~ B apeve

.. Le mi

moins |“

aire » guerre a décidé
300 hommes de troupe
schim ent

Â¥v

de celte. eile a

es du Sultan.
Jans un» manifest
rédigé sous forme de lettre
t-von Liebert, ima

électora

je de

: 2, oFganisée -
Sock -témocrates, .
mierda de law 8 révélé le mont et
ernement en-dissol-
prince expliqué quen agissant
e Gouvernement avail an don-
bl but : se délivrer du joug du parti
olique el renforcer les groupes

call
libs auxau Reichstag, de fagon 4 ce

at ‘er a s'alliaul aux conservateurs, ue

& issent fale éch

aes ydachionaai es cléric: ae re
Bulow | ee qive sl nomme én.
dieu les social listes-dém ”

dun ‘candida:
diminution deson avengle
ian et augmentation de
ans les progrés du dé
hens de hos

dartillerie. de)
ae se cay ie

ae
a

a neme qui Ores
a





"Corps ‘Legis.
Gorteraité de

Prince.
isle porte en téte : ¢ Helaircis-
aes au hleu ae é clairetr ie

vil veut a: nbrouill lar ph si tat
, tromper ce pubhe.
ia repuguarnc wont VOUS GVOUS
“éprousée : de produire notre
oneal répugnance d’au-
ande quil ssgit, a Uheure
‘une question trés délicate,
6 yoy ons dus | obligation,nen..
pas de | sir des éclaircissemenis seu--
jement, mais d’apporter ja lumiére ja
pivs ée lata ste sur cette alfuire qui. dit
ie Decteur Savain, passioune opinion
publique; — car bies des points sonk —
restés caches soigneusement, el pour
cause, dans l'ombs _
om Voibon qu) : ‘lentendu?
ancien conseil< ninifireton year
Ticcole

init empécher. Vingérence de
lonale de- Médecine au sent de a
@u_démissignnant, comme
ignent les deus lettres du Dr.
eau, parues dans lea Nouveb—

‘Notre ancien’ egilegue, is Docleur
Savain, soutient quil a y pus ingé-
rence. Voici ce qu ail dite :«@ Ge best
« pe | Ecole de Médecine quicrée |'E-

cole pratique d accoacheme nts de la

Hae cest la Malersilé elle-

ms constitulion et ses sialals. »
Si les choses devaient eu Gire aingl, —

pourquoi aurions mous. Senin | 2
— Alors qui donc trompe:t-on ?

Le Docteur Savain, en fuisant des.

éclaircissements, meérite d’éire éclairé
maintenant. puisquil nu avait pas cher-
che a létre plus (ot.

Ov, cher_contrére, laissez-nous vous -
prouver que | Ecele de Medecine vou-
lait tellement orga iser une Ecole pra<

ie (sic) 2 accouchements _ dans le
ité.gu elie i



e son cole dé par.



__ tait déja Professeur 4 l’Ecole Nationale
_ de Médecine. ne pouyait éire apps a
_ faire pagie du personnel de 1Ecole | ¢
pratique d accouchements de la Mater- | ye, € ;
~nité-de Port au-Prince.— Pour preuve | Une communde de man- |
cest quelle nous avait déjA choisis, | neqaing, instruments, etc, quand le De ise

_ paree que nous appartenions a !Eeole | Bouchereau « protesté et a'@st démis jc
de Médecine. Elle nous avait égale.| entre nos mains, ~ Et de cing.















en p



el san §
servie par
tne Oaelle cont
La 6) sue le emo
























ment parléde M. le Docteur Dominique,| Est ce, aprés ces faites que nous ve

ol que le Dr Savain a tout réc
excluant ainsi et d’utie Lacon systéma- |

volée, ne dit-elle pas, dins u:










}nons de citer et d autres que nous F
ys ren
lique lous les autres. Membres de la



irticles, que Lenbeiguenent ¢)















servos, une simple assistance du Direc
Marternité, yoire mém* le Dr Bouche | teur















le | Ecole de Médecine et de
cle 4 leu a hOpilal militaire St Al





eur de | eole Nationale de Mé
] 4






























Medecine
tion da Département de lLustruction | doit elle agsister la Mater: ité, lorsqu ll
Publique existat, laisait déja aux Elé. | s'agit de choses regirdaul celle-ci ex-
ves sages-lermmes, un cours d'accou- lelusiverment %
chement pratique et de maladies de lal. ~ Qui trompe ton encore?
“grossesse.— Ft d'un, os Le législateur qi’est le Doctear Sa-
_L'Ecole de Médecine voulait telle- | vain, autewr dela toi qui déclire ia
ment créer ele méme cette Ecole pra- | Maternité dutilité publique exhaumant,
lique Csic ) @aecouchements,. au'sein | pour les besoing de sa cause, | article
de la Maternilé, quelle nous avait con- 15 de l'acte de constitution de la Mater-
testé le droit de signer les feuilles et
de toucher la subvention du Départe-
ment de l'Instruction publique; qu’elle
atenu quand mémea viser la feuille
de Décembre 1906, nous déelarant que
célait # elle de toucher.
Nous en appelans au Paveur de Dé-
i





j scacine?
reau qui, bien avant, que la subvea-|. Et pourquoi lEcole de : ; : a
' Mais enfli! enfin) qui done |
Le député Savain nous élonne
core lorsque, sane ePuinie, eins hy
Hajoule; «La Maternié n’auraity
sa raison d’étve et | lat quai la auh
lionne remplirail un role de du
li Maternitée ne cousistilt
eilir Jes femmes enceintes et
rasile pour [ire leure co:
iin d'autres termes, ce serail fas
16 VG eo. oe
Etat, cher conlrére démoerate
vilisaleur et progréssisle, aiors me
quil eflfpirait: simplement un asije
femmes enceintes, frappées par la ai
aére, pour faire leurs couches. re
plirait-an devoir dhumanitée, us
voir social, @ lgistar des autres
civilisés qui pullullent daavres de)
genre, pour conserver les vies ot y
racher a la mort de petite é@treg 9

&
2












7
nile, acle quia vécu, Va iavoque, cet
article et Pa cité en partie.
ie voiel en son entier: « «Art. 5. La
Maternité de Pert au-Prince sera des«
servie par l'Keole Nationale Taccou-
chements et par les Médecins associés.
Mais of est V'Ecole “Nationale d’a-
couchemerits ? oe
Ou sont les médecins assdeiés ?
Nous ne savonus ce que veut prouver
é Dr Savain, en citant les 3¢ ev 4 ali.

#

reuse Uart, d@ des Statuis de la Ma-



















partement de Instruction publique
gq le Décembre
et qui ne fera aucune difficulté pour les
~communiquer au Directeur dala Ma- {|

ternilé, sl) sent la nécessité d’étre édi+ | néus i

fié plus amplement, et qui verra le vi« p ternilé, comme si lea choses n'avaient
$2. au bus de © 8 derniéres feuilles, de | pas toujours. marché de ls meme fa-
Ecole de Médecine, —t de deux ! con depuis lafondation de (Ofavre jus

L’Keole de Médecine ‘voulait.telle- | qu’a ce jour! ~

ment eréer cette Ecole. pratique d’ae-} On voit bien que personnelement 1|
couchements, qu'elle avait demandé a }n’a jamais fait de la clinique aux étu
Mme Dubois, Directrice de laMaterni- | diants et aux élaves giges-femmes,
ié, sa collaboration & cette Eeolée pra- | Apres’ avoir déelaré que ja Materni-
ligue d'accouchements,; moyenfant ré- crée elle méme son Ecole pratique:
tribution. —Et de trois. ccouchement, Je Dr Savain, assimi-

L’Ecole de Médecine voulait. telle-
ment eréer cette Ecole pratique d'ac-

a Y
nt cette derniére a Ia Salle de’. Map:
é Hopital St-Alexis; fait comprendre

couchements quellé noug avait anto~ | si :
-~#isés- a prélever, sur le montant. des

i peus avons bien torturé son mem
trois mois ce subvention, nos appoin

bre de. phrase pour en dégager la lo-
gique, que les membres de ju? Mater
_. fements. quelle avait fixés.— Ep de-qaa: |
tres . oe

nite n’vuront rien A voir avec
le:

le
dobstétrique, tout comme. le Corps de





4
videtlent ces feniles
4
















doivent un jour faire leurs forces. CG
un peu dans ce but, nous crayons,
VE a subventionné | Gluvre et |
déclarée d’atilité publique,

Le vice a toujours existé, 7 Rit
pourra jamais le déraciner, et sont
est beau lorsqu'il recueiie,- = por
piler-vajourd tot qui Elablisseme
coming li Malernite, — les persay
quien ont été les victimes pour.
suignér, vous procurant aing! lava
ye davoirle souci de la santé de
palivres malades et la conservation
a vie de vos nombreux petits citoy.
de la Maternité, Le

Dans un autre ordre 4'idées, YE

a:




















#

eer

i

|

fe,



Â¥



















wa RRA





Riess























&












































‘ON ¢ DU NouveLiistey | des Etats-Unis #, eb presque chaque mating

sii anminoas siti wuesaily ne polnie-chesseaviet-ami Laieeau,
lerriére U Exposition donpait une bonne andi.
nice, él regaynaitle Bois-Verna par Turgeau,
ui ils’arrélait pour entrerchozsa fille faire an
prin la causetle et ingareiter un Ou deux re.
oufortants coktails aux coals, is
, Las absences du matin de M. Thazae coin.
idaient généralement avec les visiles du doc-
leur Kemo a Mme Thazar. ao

Limpériens: Valentine, dont la beaule-sur
Je velour avait Péclat et la splen leur de nos
-eoucliers de soleil par les iainps clairsd autom.
he, se plaignail constammentd ste souflyante
el gardail tous les jours la chambre jusqu’a,
midi,—-quilte a se. porter admirablemept le
Veste de la journée et toule la soirée, Aucal
lorsque vers les dix heaves da matin te Doc.
lene. Remo venait, elle le fuisait” jonjours
Monter Seuls 9 ily savaient parler, les polils







SCRNES DE LA VIE MAYTIEANE

ey ie BE oni 4 soe arrival vee
ouvelles du Bord de-Mer et Taisait son
NBUG OVE sa Chote Valentine, (ala la


















semaine, Mine Apice apperiail ies nou
du bigh-life, Si bien que Vexistence de }
Thazartlait des mieux remplies et desi!
Joformées, sous les -apparences du piso
isolement ella plus abaola di

Lignel Bron. aay Gu la (herpes
son ami Delhi acalt G16 sane aetion, u'h
plus Port-au-Prince, Un meia ayant je
riage de Madernoisella Thazar, |] 6lail
pour lelranzercomme secré
eharge des affaires d’Hate 4
- ee pee: ee











& XT
Comme conséquence de la vente de leur
halle du Bord-de-mer, qui était le plus clair
__tle leurs reveutis, Mr eb Mine -Phazir farent
_ foreés de lover leur maison de Turgeau eb du-
vent se résiguer a aller se loger au. Bois. Ver-
na, dans ceile toufe petite qu’occupail précd-
demment Jules Ravel. dis n’y {reot-cepen-
dant pas trop a létroit) parce que leur Gils
Robertn habitaitplos avec ety: -ilavail quite
Port-au-Prince pour ss rendre aux Go-
naives ou 1) avail trouvevun bon eniploi dun
le chemin de fer, Meret Mme Thasar vécu-
rent au Bois-Yerfha une. existence paisible de





















































olseatx perdus dans la ya mure des palinisles
Nols, poutraient dive quels soins tand,

tdents, passionnés, le cher _docleur prodic
“ail A sa Chore malsde. Mais quel dom-
nage | Les petits olseas ne savey

Dae. : ee






“howgeois heureux,
- Vootefois M. Thar ne chaogea pas gran
_ chove de ses habitades: ~il lisall toujours bea
_ coup les journaus frangais et le « Couric

Se






one uy
















p ajourd |

di pol mique, nous re-

rons, chaque fo is
_ des argumeuts irrefulables, sur les

éeliircissements, ~ répandre la lumié-

re la plus complete.

Nous ne seriona pra fachds que le
‘Dr Savall nous dise sur quel article

des Statuts ou Réglements, on s'est ap

avec des fits, EL

arrivée ‘Thasin
nee ie, Siméo

Du Cap ont ne bee fon S
Thomas, MM. A guste et Leo de -
Ogne. « a

&

- Malbranche Labat- |

4 ine apporter aS. E.

dent de 11 République ane adresse de la

population. 4

-= Réception des oa cordiales.

Concert et Ciocmatogrephe
hon’ apprenons gu il y aeta, ce soir,

sur la Place du Panthéon, concert pat la

2 me
poyé pour doler ‘TCkuvee d'un Direc- | Musique da es e} projections cinéma-

leur.

we Nous | Faceadonn

Dr ANNOUAL = Dr Ave. LECHAUD. ;

_N. B.—-Demain nous publierons notre let. |

tre du 7 Janvier adressee wuy autres membres
de ja Mater nile et contevant les questions | re-
sumant le ; de polre démission. Quant a
da caisse, elle esl entiérement ala ‘diaposition
de qui de droit, elle mais- ne sera vemise —
nous ne cesserons de le répéler, vom ue dans
les farmed réguliares qe Hous ave 8 poortant -
indiqueées













_Moniteur

L'Otficiel d'hier poblie :
» Une
“Uficiion po






ique aux Inspecteurs- pour |

leur anponcer que, malgré Vinsaffisance :

des allocailons, ex voulamt -aider les éco-
les rurales, il seta verse 25 gourdes par

saire.

w-Liarréié de douziéme budgétaire de
Novenibre dernier, dont les dépensessont-
oe en gourdes A 539: 495.40 et en oF

- profonde- blessure- -dont-sargnatt so
eur. Ainsi le veut la iagrenie lajustice qui
pese sur ce monde,

Il voyagea, se promena sous d’antres cieux,

vil autres hoarmes,connuld autres femmes,

et il serendit compte que le‘ciel était le méme

-partout, que- parloutle méme vide régnai
sur le inéine: aa et gue partout le travail,

a la politique, la Leer haine, Vamour,

ous, élajontautant de- chiméres

irculaire du Ministre de Ving

3 faire: te. néces-

tographiques par la Cie Franco i. inenne.

~~ AVIS aux amateurs.

sprewia :@ Nuptiale

Ce matio, & ja Cathédrale, a été béni
le mariage de Mile Avice BonnoMMe avec
Mr Epmonp Gouralcke. ~. Les jeunes: é~
poux ont é1¢ conduits a Vantel par Mme
Fernand Léon.-marraine,-et Mr-A ired-d

Thoms et po le Desvallons, accompa
, gnées de MM.le De Smith Duplessy et
|. Léon Moise.

_-Aprés la tournte traditionnelle en ville
bet une cordiale réception dans les salons
| de MretMme Fernand Léon, les. nouveaux
mariés ont gagné Jeur nid. d'amour
dans la verdure de Martissant,
les accompig ieat dos bons souhaits de
felicité par faite.





‘Cest mardi qua ‘ae s signé en intiicé,
je contrar civil de,Mlle ReGixa Ceicis et
du Dr Vo Lisape ~— Les témoins de la
mariée ont 66 MM. “Dr assaint Lilavois et
Zacharie Thomas; du caré du marié MM.
Renaud Hyprolite et Fréemy Séiourné,
Ce matin les @poux ont be conden
a Vautel par Madame Gachette et le Dr

. Lissade avec Mr F.. Mathon, Mile M.
Derenoncourt avec M. MA Monta;, eee

_-Aprés la cérémonie.religieuse a Saint:

is hevreux, de témoigner

J eaux-inttressantsépoux,

se sOnb rendus chez Mr et Mme Zicharie

Thoniag of fa” Peers BE rant cor-.

6:7
senvolérent vers les délices de Pétion-
Ville. Ly
‘Fiancailles a
Nous avons regu la carte de flangailles de
‘Mile Skenora Baptiste avec: Mr Fripe-
ac M. Gargon.
—Nos compliments.
Paquebots francais
“Voici a noms des passagers débarqués |
hier par le paquebot «Québecs, venant de
Mme Lélio 7 et 2 en-

San Jule Me et Mi

Porto Plata. — De fa. et ly

i Lalanne. |
le Prési- |

Zoe

Morinio.




' Mauéis, parrain. ~ Ont que :@ Miles Clara:








ee poy

















| Léon Agdaine -—-Oot quéié- Mile Marie.

‘Vannete « St- Domingue a 4 ‘debar-

a de;
Fort de-France- Francois ee Lovise

Jdacmil = Vrangsco Camaitena.

Cayrs: -..eEajmanvel Condé, th. Dvek,
Dugue'l: Doclerc, Mmes Claudius Jendi,
Vrodeace Fleuras. :

Jérémie: -~ ©. Sieldel A. Magloire, Cou-
ba ev epfiats, Dépoté et Mme B: tzaolt,
BR. Laraque, C. Miot, C. Lavaad, Mile
A. Mirtineau, Mme Prin. Hermann, As.
hime [érame DL Casidy, G. Prau. 1h.
Cloud, Cassamajor, Mme 5. Théana. .
jo -Char! sy Jk. Farhi, Marcelet Sales,
Evelina Lane, Demoiselles Bimir, L
Azor, Baguidy, Edovard Marsan, |. B.
Vidlaize. E. Ge ecmain, Lavaad.

' Gonvocation

MM. les meu bres de PUSH soot con:
voqués le dimanche 13 Janvier 4 9 heures
du matin, eo assemblée générale, an local
det Union, Rueda Centre.. "

Lé Président Ey Prbzeau

Le Comité de direction est convoqué au

















commission des courses a pied seadredi, i
6 Re urese du soir. -
- — Jls arrivent!,

Les
dé la Maison Lagejapnis seront ih par le
Frapgais et s€root «pssiidt distribués x
Tous ‘es dérentencs de Bobs.

Celui qui ne poséde pas .de bons; 4
parr de ce jour pourra, en achérant 6
boites de Poudre et Savon Nafalone; ou
aulrps ariicies pour au mains 5 pourder

exipet. des employés le Bon.donn
Vadmirabe Almanach Perpétuel, pratis
4 Janvier 1907. oo A, Lagojannt.

A lover @ Petion-Viile
la maison de Mme César Ducasse.

Portau Prince, 5 Janvier 1907.



pour Pelt -Goave
frét el pessagers.






joes de +USH ce sett 4 & enpeg owe eo

superbes AUMANACHS Perpironis,

Pour conditions, siadresser 4 R.Ka-

vanacH & Co, 57 rue du Maga isin de
VEtat.

ux de ue. E _pouces. A
ee de suile chez f AoUanes

Loterie

Â¥
Bee ge’
§

_ Nous rappelons qu'on trouvera idea
pilleis de la Lolerie de | Ecole des
Sciences Appliquées, chez MM. Au-

guste Gubriel, F. Fépuiére, D. Barban-’

court, Roberts _ Dutton, L. Chapoteau,

Evueéne Roy, Humeau,

Simmonds freres, 4. de Matleis, 4 la

Banque, et chez tousdes membres du

Cosseil Soest) et les
ars de i "Ecole.

Ach. Barthe,







La Pe exacte et ta plus compléte | ‘ _ ervice te ipl

de celles éditées jusqu’a ce jour, Messieurs les Chargeura sont p

_ Priv: 10 dollars or. en partie double, de apres le nouveau | aus qua partir de celle dite le





































£ le chen P ROBELIN, . systeme en usage dans le haul doi élve liveé a la Gure da No
ba ven ONC ALL * coManerce. Golime sul. :
130, Place Geffrard, 180, a ae a Soe
Salle d'Etudes: 216,
tg ride. oe i : oe :
Stéphen revost Notre coars de ae esétant | x t64
Kautre bur de le fy . 4, Pprelique, Véléve v’aura pas a faired we ee
44 repreneur ae GPa g Pavan eT longues ‘trada culo s, Hépondar an Pawr fee FPG8 Co
maconnerie el en eharpenterie el de sir, nous: (ul ep vecleoees ‘aie .
‘fournisseur des nalériauw vou- u BUI

parlée | ner rexarcioe oral, moyen pra-
lique qui conduit rapidemeril au sue-
Coe,

Quant & notre cours supérieur de
comptabilité, son-caractere spratque
est déja démontré par le noarbre erois- , :
ant de nos éléves. Tous ont pa e ca- i Tl est rm IpPee ay.
ser en preseniant notre Certificat « Pape marchandises
titudes, be ivan




. lus pour ces travaun,
se recommande au publie. .
Pour tous renseig mnements vadresser,
Rue de |: Réunion, Ne OL chez Mme!
Vve NiGANOR Mictir Le





aera a exp edi gue va po fe ipa,



Ete



& eS

larion Ga yemitte



FL



eases SRR SARA sein gat A
&



“Maitre Seller. 3fé daillé det KR Eposi-~ Gabgicn E. PHERRE, “ Onverts ete, doiven
Hon dest. Louts (Bints £ “nts ), ; Gomplable, ~—- Professeur de langues Miclincnt PROD ro
Apnoure 4 & nombreuse fe ‘Honlble wlvantes. Ancien chef le Bere He ‘ee “ek ee ees Mea me SpORs ee pee
ail w transferee son aleler au Ne 44 Agences de ia Bangue Nai fonale Pangues qui peuvent ge produire,
4% # nan x 4% . 2 g Be re . : “ Yat vgs
de la rue des Ceésars, en faco PE pice~ CHa Port at Prince,

rie Zale,



sonesenteasteenanaecatneRge




allleuy

ey
se



oe it ouvert’ - Maitre e
pect, récemment ouvert” o.
L pourva’ des meillen- | Grand Rue, 181,
pour. les réparations a Annonice é a ses nombreux
Nous: délivrons sous . ;
: ears “ub Nous es :
ans le. plas_brefaldlat, du public, pare
Oe toujogrs a Atelier |} Dosen. es nombrens clents
ae 2 y
Spécial qui détie toute concurrence en | Salle ériorité aipilale, que / Ela
raison méme de la supériorilé deg ma- dune féelle supér . tock nealenlante
(ériaux quill onre au public. .
ue. du. Peuple: N07,
e-Louverture.)



en cette vi le,
rés four nitnres
neuf des pian Of
toute gar:







Ei.



Dans son établissement, on. 1 trou
vera = commae. toujor urs,
derniéres nea



















: “ence ah ae
Lnel suriles pris.
L/elap lesemen?

‘prendre di



ie lacs se
: Vy og th “ %

< our Dlariages, Fiancailles,ete.
. S'adresser 4 ‘MeeCyaus S Sauren, Ave-
mie-John Brown, én face du Pension-
nat Ste-Rose de Limva-

gy

Le st
de New-Yor! «,Cap- -Hailien; ee
de-Paix, est attendu ici jeuc idi pro-
chain 10 laMa a ouue
: : jane un ‘grand stock, — pour |
vente en gros et d tail —

Ag ime jour pour} P “fa : rurgie a |
ve, Jérémie, ge ek tKcole Nationale ae Mehectna.

pretant la mnalle, fret et ‘passa: | OPERATIONS. © Nat Po

VALDIVIAy,
) aera. forme a la

10. Jans



Full Text


dans une jelte aux calle
son diocése, leur a conselllé

ee toute idée derévoll a ate

Etat et de se conformer espectuen-
“senent 3 ta la ler du pays, 4
qu'elle ne soil en opposition

EGG E GD oo
a :
Rig Be Ve 7 : 2 ad

diecté

ré GES appels &
thes p pour les 4 nyiter a a

« Mapa -2-— Use mi nlestation
est prodvite dacs un? des pri
paux culés de Madrid au cours dk sf
eles de eclébration de a Ranvelie

_ inée, eb un. n groupe d ‘officiers insista
: - pour que. lorchestre nlendre la

“o¥ive la Républiqu
foupe demanda

gen, tmenagant de dégeudrer ‘en rixe
7 _ lorsque | @ patron de l’établisseinent,
en homme : avisé, évila le désor dre
Ak st Jes officiers,

La Havanese 2.—~ Les. partisans du
Tent jonniste décla-
4ent qu'une petition signée par 200
ep podlalise fonciers doit ‘etre: ene

cliques de df

? u lientenant

























&
ans la nouvelle de la « eapt
alcool Lon de ses caida .

wre de
fut fait

plsonnier, ila méprise.
2m L's asatio da Beni

Janoun 2

par

Mansour. Ce i qui jusqu’
if élait un des. plus: fidéles
ndit, a voulu, en

mn ~ B apeve

.. Le mi

moins |“

aire » guerre a décidé
300 hommes de troupe
schim ent

Â¥v

de celte. eile a

es du Sultan.
Jans un» manifest
rédigé sous forme de lettre
t-von Liebert, ima

électora

je de

: 2, oFganisée -
Sock -témocrates, .
mierda de law 8 révélé le mont et
ernement en-dissol-
prince expliqué quen agissant
e Gouvernement avail an don-
bl but : se délivrer du joug du parti
olique el renforcer les groupes

call
libs auxau Reichstag, de fagon 4 ce

at ‘er a s'alliaul aux conservateurs, ue

& issent fale éch

aes ydachionaai es cléric: ae re
Bulow | ee qive sl nomme én.
dieu les social listes-dém ”

dun ‘candida:
diminution deson avengle
ian et augmentation de
ans les progrés du dé
hens de hos

dartillerie. de)
ae se cay ie

ae
a

a neme qui Ores
a





"Corps ‘Legis.
Gorteraité de

Prince.
isle porte en téte : ¢ Helaircis-
aes au hleu ae é clairetr ie

vil veut a: nbrouill lar ph si tat
, tromper ce pubhe.
ia repuguarnc wont VOUS GVOUS
“éprousée : de produire notre
oneal répugnance d’au-
ande quil ssgit, a Uheure
‘une question trés délicate,
6 yoy ons dus | obligation,nen..
pas de | sir des éclaircissemenis seu--
jement, mais d’apporter ja lumiére ja
pivs ée lata ste sur cette alfuire qui. dit
ie Decteur Savain, passioune opinion
publique; — car bies des points sonk —
restés caches soigneusement, el pour
cause, dans l'ombs _
om Voibon qu) : ‘lentendu?
ancien conseil< ninifireton year
Ticcole

init empécher. Vingérence de
lonale de- Médecine au sent de a
@u_démissignnant, comme
ignent les deus lettres du Dr.
eau, parues dans lea Nouveb—

‘Notre ancien’ egilegue, is Docleur
Savain, soutient quil a y pus ingé-
rence. Voici ce qu ail dite :«@ Ge best
« pe | Ecole de Médecine quicrée |'E-

cole pratique d accoacheme nts de la

Hae cest la Malersilé elle-

ms constitulion et ses sialals. »
Si les choses devaient eu Gire aingl, —

pourquoi aurions mous. Senin | 2
— Alors qui donc trompe:t-on ?

Le Docteur Savain, en fuisant des.

éclaircissements, meérite d’éire éclairé
maintenant. puisquil nu avait pas cher-
che a létre plus (ot.

Ov, cher_contrére, laissez-nous vous -
prouver que | Ecele de Medecine vou-
lait tellement orga iser une Ecole pra<

ie (sic) 2 accouchements _ dans le
ité.gu elie i



e son cole dé par.
__ tait déja Professeur 4 l’Ecole Nationale
_ de Médecine. ne pouyait éire apps a
_ faire pagie du personnel de 1Ecole | ¢
pratique d accouchements de la Mater- | ye, € ;
~nité-de Port au-Prince.— Pour preuve | Une communde de man- |
cest quelle nous avait déjA choisis, | neqaing, instruments, etc, quand le De ise

_ paree que nous appartenions a !Eeole | Bouchereau « protesté et a'@st démis jc
de Médecine. Elle nous avait égale.| entre nos mains, ~ Et de cing.















en p



el san §
servie par
tne Oaelle cont
La 6) sue le emo
























ment parléde M. le Docteur Dominique,| Est ce, aprés ces faites que nous ve

ol que le Dr Savain a tout réc
excluant ainsi et d’utie Lacon systéma- |

volée, ne dit-elle pas, dins u:










}nons de citer et d autres que nous F
ys ren
lique lous les autres. Membres de la



irticles, que Lenbeiguenent ¢)















servos, une simple assistance du Direc
Marternité, yoire mém* le Dr Bouche | teur















le | Ecole de Médecine et de
cle 4 leu a hOpilal militaire St Al





eur de | eole Nationale de Mé
] 4






























Medecine
tion da Département de lLustruction | doit elle agsister la Mater: ité, lorsqu ll
Publique existat, laisait déja aux Elé. | s'agit de choses regirdaul celle-ci ex-
ves sages-lermmes, un cours d'accou- lelusiverment %
chement pratique et de maladies de lal. ~ Qui trompe ton encore?
“grossesse.— Ft d'un, os Le législateur qi’est le Doctear Sa-
_L'Ecole de Médecine voulait telle- | vain, autewr dela toi qui déclire ia
ment créer ele méme cette Ecole pra- | Maternité dutilité publique exhaumant,
lique Csic ) @aecouchements,. au'sein | pour les besoing de sa cause, | article
de la Maternilé, quelle nous avait con- 15 de l'acte de constitution de la Mater-
testé le droit de signer les feuilles et
de toucher la subvention du Départe-
ment de l'Instruction publique; qu’elle
atenu quand mémea viser la feuille
de Décembre 1906, nous déelarant que
célait # elle de toucher.
Nous en appelans au Paveur de Dé-
i





j scacine?
reau qui, bien avant, que la subvea-|. Et pourquoi lEcole de : ; : a
' Mais enfli! enfin) qui done |
Le député Savain nous élonne
core lorsque, sane ePuinie, eins hy
Hajoule; «La Maternié n’auraity
sa raison d’étve et | lat quai la auh
lionne remplirail un role de du
li Maternitée ne cousistilt
eilir Jes femmes enceintes et
rasile pour [ire leure co:
iin d'autres termes, ce serail fas
16 VG eo. oe
Etat, cher conlrére démoerate
vilisaleur et progréssisle, aiors me
quil eflfpirait: simplement un asije
femmes enceintes, frappées par la ai
aére, pour faire leurs couches. re
plirait-an devoir dhumanitée, us
voir social, @ lgistar des autres
civilisés qui pullullent daavres de)
genre, pour conserver les vies ot y
racher a la mort de petite é@treg 9

&
2












7
nile, acle quia vécu, Va iavoque, cet
article et Pa cité en partie.
ie voiel en son entier: « «Art. 5. La
Maternité de Pert au-Prince sera des«
servie par l'Keole Nationale Taccou-
chements et par les Médecins associés.
Mais of est V'Ecole “Nationale d’a-
couchemerits ? oe
Ou sont les médecins assdeiés ?
Nous ne savonus ce que veut prouver
é Dr Savain, en citant les 3¢ ev 4 ali.

#

reuse Uart, d@ des Statuis de la Ma-



















partement de Instruction publique
gq le Décembre
et qui ne fera aucune difficulté pour les
~communiquer au Directeur dala Ma- {|

ternilé, sl) sent la nécessité d’étre édi+ | néus i

fié plus amplement, et qui verra le vi« p ternilé, comme si lea choses n'avaient
$2. au bus de © 8 derniéres feuilles, de | pas toujours. marché de ls meme fa-
Ecole de Médecine, —t de deux ! con depuis lafondation de (Ofavre jus

L’Keole de Médecine ‘voulait.telle- | qu’a ce jour! ~

ment eréer cette Ecole. pratique d’ae-} On voit bien que personnelement 1|
couchements, qu'elle avait demandé a }n’a jamais fait de la clinique aux étu
Mme Dubois, Directrice de laMaterni- | diants et aux élaves giges-femmes,
ié, sa collaboration & cette Eeolée pra- | Apres’ avoir déelaré que ja Materni-
ligue d'accouchements,; moyenfant ré- crée elle méme son Ecole pratique:
tribution. —Et de trois. ccouchement, Je Dr Savain, assimi-

L’Ecole de Médecine voulait. telle-
ment eréer cette Ecole pratique d'ac-

a Y
nt cette derniére a Ia Salle de’. Map:
é Hopital St-Alexis; fait comprendre

couchements quellé noug avait anto~ | si :
-~#isés- a prélever, sur le montant. des

i peus avons bien torturé son mem
trois mois ce subvention, nos appoin

bre de. phrase pour en dégager la lo-
gique, que les membres de ju? Mater
_. fements. quelle avait fixés.— Ep de-qaa: |
tres . oe

nite n’vuront rien A voir avec
le:

le
dobstétrique, tout comme. le Corps de





4
videtlent ces feniles
4
















doivent un jour faire leurs forces. CG
un peu dans ce but, nous crayons,
VE a subventionné | Gluvre et |
déclarée d’atilité publique,

Le vice a toujours existé, 7 Rit
pourra jamais le déraciner, et sont
est beau lorsqu'il recueiie,- = por
piler-vajourd tot qui Elablisseme
coming li Malernite, — les persay
quien ont été les victimes pour.
suignér, vous procurant aing! lava
ye davoirle souci de la santé de
palivres malades et la conservation
a vie de vos nombreux petits citoy.
de la Maternité, Le

Dans un autre ordre 4'idées, YE

a:




















#

eer

i

|

fe,



Â¥



















wa RRA





Riess























&












































‘ON ¢ DU NouveLiistey | des Etats-Unis #, eb presque chaque mating

sii anminoas siti wuesaily ne polnie-chesseaviet-ami Laieeau,
lerriére U Exposition donpait une bonne andi.
nice, él regaynaitle Bois-Verna par Turgeau,
ui ils’arrélait pour entrerchozsa fille faire an
prin la causetle et ingareiter un Ou deux re.
oufortants coktails aux coals, is
, Las absences du matin de M. Thazae coin.
idaient généralement avec les visiles du doc-
leur Kemo a Mme Thazar. ao

Limpériens: Valentine, dont la beaule-sur
Je velour avait Péclat et la splen leur de nos
-eoucliers de soleil par les iainps clairsd autom.
he, se plaignail constammentd ste souflyante
el gardail tous les jours la chambre jusqu’a,
midi,—-quilte a se. porter admirablemept le
Veste de la journée et toule la soirée, Aucal
lorsque vers les dix heaves da matin te Doc.
lene. Remo venait, elle le fuisait” jonjours
Monter Seuls 9 ily savaient parler, les polils







SCRNES DE LA VIE MAYTIEANE

ey ie BE oni 4 soe arrival vee
ouvelles du Bord de-Mer et Taisait son
NBUG OVE sa Chote Valentine, (ala la


















semaine, Mine Apice apperiail ies nou
du bigh-life, Si bien que Vexistence de }
Thazartlait des mieux remplies et desi!
Joformées, sous les -apparences du piso
isolement ella plus abaola di

Lignel Bron. aay Gu la (herpes
son ami Delhi acalt G16 sane aetion, u'h
plus Port-au-Prince, Un meia ayant je
riage de Madernoisella Thazar, |] 6lail
pour lelranzercomme secré
eharge des affaires d’Hate 4
- ee pee: ee











& XT
Comme conséquence de la vente de leur
halle du Bord-de-mer, qui était le plus clair
__tle leurs reveutis, Mr eb Mine -Phazir farent
_ foreés de lover leur maison de Turgeau eb du-
vent se résiguer a aller se loger au. Bois. Ver-
na, dans ceile toufe petite qu’occupail précd-
demment Jules Ravel. dis n’y {reot-cepen-
dant pas trop a létroit) parce que leur Gils
Robertn habitaitplos avec ety: -ilavail quite
Port-au-Prince pour ss rendre aux Go-
naives ou 1) avail trouvevun bon eniploi dun
le chemin de fer, Meret Mme Thasar vécu-
rent au Bois-Yerfha une. existence paisible de





















































olseatx perdus dans la ya mure des palinisles
Nols, poutraient dive quels soins tand,

tdents, passionnés, le cher _docleur prodic
“ail A sa Chore malsde. Mais quel dom-
nage | Les petits olseas ne savey

Dae. : ee






“howgeois heureux,
- Vootefois M. Thar ne chaogea pas gran
_ chove de ses habitades: ~il lisall toujours bea
_ coup les journaus frangais et le « Couric

Se






one uy













p ajourd |

di pol mique, nous re-

rons, chaque fo is
_ des argumeuts irrefulables, sur les

éeliircissements, ~ répandre la lumié-

re la plus complete.

Nous ne seriona pra fachds que le
‘Dr Savall nous dise sur quel article

des Statuts ou Réglements, on s'est ap

avec des fits, EL

arrivée ‘Thasin
nee ie, Siméo

Du Cap ont ne bee fon S
Thomas, MM. A guste et Leo de -
Ogne. « a

&

- Malbranche Labat- |

4 ine apporter aS. E.

dent de 11 République ane adresse de la

population. 4

-= Réception des oa cordiales.

Concert et Ciocmatogrephe
hon’ apprenons gu il y aeta, ce soir,

sur la Place du Panthéon, concert pat la

2 me
poyé pour doler ‘TCkuvee d'un Direc- | Musique da es e} projections cinéma-

leur.

we Nous | Faceadonn

Dr ANNOUAL = Dr Ave. LECHAUD. ;

_N. B.—-Demain nous publierons notre let. |

tre du 7 Janvier adressee wuy autres membres
de ja Mater nile et contevant les questions | re-
sumant le ; de polre démission. Quant a
da caisse, elle esl entiérement ala ‘diaposition
de qui de droit, elle mais- ne sera vemise —
nous ne cesserons de le répéler, vom ue dans
les farmed réguliares qe Hous ave 8 poortant -
indiqueées













_Moniteur

L'Otficiel d'hier poblie :
» Une
“Uficiion po






ique aux Inspecteurs- pour |

leur anponcer que, malgré Vinsaffisance :

des allocailons, ex voulamt -aider les éco-
les rurales, il seta verse 25 gourdes par

saire.

w-Liarréié de douziéme budgétaire de
Novenibre dernier, dont les dépensessont-
oe en gourdes A 539: 495.40 et en oF

- profonde- blessure- -dont-sargnatt so
eur. Ainsi le veut la iagrenie lajustice qui
pese sur ce monde,

Il voyagea, se promena sous d’antres cieux,

vil autres hoarmes,connuld autres femmes,

et il serendit compte que le‘ciel était le méme

-partout, que- parloutle méme vide régnai
sur le inéine: aa et gue partout le travail,

a la politique, la Leer haine, Vamour,

ous, élajontautant de- chiméres

irculaire du Ministre de Ving

3 faire: te. néces-

tographiques par la Cie Franco i. inenne.

~~ AVIS aux amateurs.

sprewia :@ Nuptiale

Ce matio, & ja Cathédrale, a été béni
le mariage de Mile Avice BonnoMMe avec
Mr Epmonp Gouralcke. ~. Les jeunes: é~
poux ont é1¢ conduits a Vantel par Mme
Fernand Léon.-marraine,-et Mr-A ired-d

Thoms et po le Desvallons, accompa
, gnées de MM.le De Smith Duplessy et
|. Léon Moise.

_-Aprés la tournte traditionnelle en ville
bet une cordiale réception dans les salons
| de MretMme Fernand Léon, les. nouveaux
mariés ont gagné Jeur nid. d'amour
dans la verdure de Martissant,
les accompig ieat dos bons souhaits de
felicité par faite.





‘Cest mardi qua ‘ae s signé en intiicé,
je contrar civil de,Mlle ReGixa Ceicis et
du Dr Vo Lisape ~— Les témoins de la
mariée ont 66 MM. “Dr assaint Lilavois et
Zacharie Thomas; du caré du marié MM.
Renaud Hyprolite et Fréemy Séiourné,
Ce matin les @poux ont be conden
a Vautel par Madame Gachette et le Dr

. Lissade avec Mr F.. Mathon, Mile M.
Derenoncourt avec M. MA Monta;, eee

_-Aprés la cérémonie.religieuse a Saint:

is hevreux, de témoigner

J eaux-inttressantsépoux,

se sOnb rendus chez Mr et Mme Zicharie

Thoniag of fa” Peers BE rant cor-.

6:7
senvolérent vers les délices de Pétion-
Ville. Ly
‘Fiancailles a
Nous avons regu la carte de flangailles de
‘Mile Skenora Baptiste avec: Mr Fripe-
ac M. Gargon.
—Nos compliments.
Paquebots francais
“Voici a noms des passagers débarqués |
hier par le paquebot «Québecs, venant de
Mme Lélio 7 et 2 en-

San Jule Me et Mi

Porto Plata. — De fa. et ly

i Lalanne. |
le Prési- |

Zoe

Morinio.




' Mauéis, parrain. ~ Ont que :@ Miles Clara:








ee poy

















| Léon Agdaine -—-Oot quéié- Mile Marie.

‘Vannete « St- Domingue a 4 ‘debar-

a de;
Fort de-France- Francois ee Lovise

Jdacmil = Vrangsco Camaitena.

Cayrs: -..eEajmanvel Condé, th. Dvek,
Dugue'l: Doclerc, Mmes Claudius Jendi,
Vrodeace Fleuras. :

Jérémie: -~ ©. Sieldel A. Magloire, Cou-
ba ev epfiats, Dépoté et Mme B: tzaolt,
BR. Laraque, C. Miot, C. Lavaad, Mile
A. Mirtineau, Mme Prin. Hermann, As.
hime [érame DL Casidy, G. Prau. 1h.
Cloud, Cassamajor, Mme 5. Théana. .
jo -Char! sy Jk. Farhi, Marcelet Sales,
Evelina Lane, Demoiselles Bimir, L
Azor, Baguidy, Edovard Marsan, |. B.
Vidlaize. E. Ge ecmain, Lavaad.

' Gonvocation

MM. les meu bres de PUSH soot con:
voqués le dimanche 13 Janvier 4 9 heures
du matin, eo assemblée générale, an local
det Union, Rueda Centre.. "

Lé Président Ey Prbzeau

Le Comité de direction est convoqué au

















commission des courses a pied seadredi, i
6 Re urese du soir. -
- — Jls arrivent!,

Les
dé la Maison Lagejapnis seront ih par le
Frapgais et s€root «pssiidt distribués x
Tous ‘es dérentencs de Bobs.

Celui qui ne poséde pas .de bons; 4
parr de ce jour pourra, en achérant 6
boites de Poudre et Savon Nafalone; ou
aulrps ariicies pour au mains 5 pourder

exipet. des employés le Bon.donn
Vadmirabe Almanach Perpétuel, pratis
4 Janvier 1907. oo A, Lagojannt.

A lover @ Petion-Viile
la maison de Mme César Ducasse.

Portau Prince, 5 Janvier 1907.



pour Pelt -Goave
frét el pessagers.






joes de +USH ce sett 4 & enpeg owe eo

superbes AUMANACHS Perpironis,

Pour conditions, siadresser 4 R.Ka-

vanacH & Co, 57 rue du Maga isin de
VEtat.

ux de ue. E _pouces. A
ee de suile chez f AoUanes

Loterie

Â¥
Bee ge’
§

_ Nous rappelons qu'on trouvera idea
pilleis de la Lolerie de | Ecole des
Sciences Appliquées, chez MM. Au-

guste Gubriel, F. Fépuiére, D. Barban-’

court, Roberts _ Dutton, L. Chapoteau,

Evueéne Roy, Humeau,

Simmonds freres, 4. de Matleis, 4 la

Banque, et chez tousdes membres du

Cosseil Soest) et les
ars de i "Ecole.

Ach. Barthe,




La Pe exacte et ta plus compléte | ‘ _ ervice te ipl

de celles éditées jusqu’a ce jour, Messieurs les Chargeura sont p

_ Priv: 10 dollars or. en partie double, de apres le nouveau | aus qua partir de celle dite le





































£ le chen P ROBELIN, . systeme en usage dans le haul doi élve liveé a la Gure da No
ba ven ONC ALL * coManerce. Golime sul. :
130, Place Geffrard, 180, a ae a Soe
Salle d'Etudes: 216,
tg ride. oe i : oe :
Stéphen revost Notre coars de ae esétant | x t64
Kautre bur de le fy . 4, Pprelique, Véléve v’aura pas a faired we ee
44 repreneur ae GPa g Pavan eT longues ‘trada culo s, Hépondar an Pawr fee FPG8 Co
maconnerie el en eharpenterie el de sir, nous: (ul ep vecleoees ‘aie .
‘fournisseur des nalériauw vou- u BUI

parlée | ner rexarcioe oral, moyen pra-
lique qui conduit rapidemeril au sue-
Coe,

Quant & notre cours supérieur de
comptabilité, son-caractere spratque
est déja démontré par le noarbre erois- , :
ant de nos éléves. Tous ont pa e ca- i Tl est rm IpPee ay.
ser en preseniant notre Certificat « Pape marchandises
titudes, be ivan




. lus pour ces travaun,
se recommande au publie. .
Pour tous renseig mnements vadresser,
Rue de |: Réunion, Ne OL chez Mme!
Vve NiGANOR Mictir Le





aera a exp edi gue va po fe ipa,



Ete



& eS

larion Ga yemitte



FL



eases SRR SARA sein gat A
&



“Maitre Seller. 3fé daillé det KR Eposi-~ Gabgicn E. PHERRE, “ Onverts ete, doiven
Hon dest. Louts (Bints £ “nts ), ; Gomplable, ~—- Professeur de langues Miclincnt PROD ro
Apnoure 4 & nombreuse fe ‘Honlble wlvantes. Ancien chef le Bere He ‘ee “ek ee ees Mea me SpORs ee pee
ail w transferee son aleler au Ne 44 Agences de ia Bangue Nai fonale Pangues qui peuvent ge produire,
4% # nan x 4% . 2 g Be re . : “ Yat vgs
de la rue des Ceésars, en faco PE pice~ CHa Port at Prince,

rie Zale,



sonesenteasteenanaecatneRge




allleuy

ey
se



oe it ouvert’ - Maitre e
pect, récemment ouvert” o.
L pourva’ des meillen- | Grand Rue, 181,
pour. les réparations a Annonice é a ses nombreux
Nous: délivrons sous . ;
: ears “ub Nous es :
ans le. plas_brefaldlat, du public, pare
Oe toujogrs a Atelier |} Dosen. es nombrens clents
ae 2 y
Spécial qui détie toute concurrence en | Salle ériorité aipilale, que / Ela
raison méme de la supériorilé deg ma- dune féelle supér . tock nealenlante
(ériaux quill onre au public. .
ue. du. Peuple: N07,
e-Louverture.)



en cette vi le,
rés four nitnres
neuf des pian Of
toute gar:







Ei.



Dans son établissement, on. 1 trou
vera = commae. toujor urs,
derniéres nea



















: “ence ah ae
Lnel suriles pris.
L/elap lesemen?

‘prendre di



ie lacs se
: Vy og th “ %

< our Dlariages, Fiancailles,ete.
. S'adresser 4 ‘MeeCyaus S Sauren, Ave-
mie-John Brown, én face du Pension-
nat Ste-Rose de Limva-

gy

Le st
de New-Yor! «,Cap- -Hailien; ee
de-Paix, est attendu ici jeuc idi pro-
chain 10 laMa a ouue
: : jane un ‘grand stock, — pour |
vente en gros et d tail —

Ag ime jour pour} P “fa : rurgie a |
ve, Jérémie, ge ek tKcole Nationale ae Mehectna.

pretant la mnalle, fret et ‘passa: | OPERATIONS. © Nat Po

VALDIVIAy,
) aera. forme a la

10. Jans