Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Port-au-Prince (Haiti)





‘igeionine. tittle:

OX Qloew~« La richesse na
tals Unis était évaluée en
de 88 milliards de dollars.
He dépassait (06 milliards,
bulletin du buréaw des sta
gugme lation en quatre ans
dilards,
Bie dne demande d’an-

erédit de 7.400 O00 de dol





















jars 1907,



edune bande armee, pillail
Ique temps les fermes dv
a été arrété,
o> «L'appel personnel adre
Feur pir Monselyneur Sta-
Fohevéyue de Posen, dans
-Ci demande que les enfants
i autorisés a employer
Maternelle dans le cours
i religiense, a élé rejete.
=~ Ou dit que les autorites
‘Sans apprehension en ce
1 la sécurité du-roi Geor-
allendu ici, le 24 Novem
quistudes sont causées par
echiste quia eu liew duns
foe et les letires de me-
ees au ministre de Grace
ia police italienne. Les
aolice seeréie greeque co-
Ja poliee italienne dans
lires prises pour assurer
(Georges,
Des dépéches offi-
nt les récentes nouvel-
amaladie du Shah de
oncent que sa mort

Oe



aque instant. Il est
adie de Bright.

‘Un anarchiste {it une

‘armée, uvlors

; ~nettail. des meé~

is qui se distingue-

olion





Sposée au «Reich«tag» pour |
sdépeuses militares dang |
a lemandes du sud onest |
ce qui porieras 26 500.000 |
le montant de ces dépeu- |

OL mM Fepretpa.e hoer, | oe .
= M Ferro'r, chet hoer, rPanatayest alienduéPonece-cemaun,

ine :

ion du Vésuye en.
afarchisielularréts. ’



Panis 22.—- Le conseil des
tres, sous la présidence de M, Fual-
liéres, a appronvé les instructions
envoyées par M. Pichon au repré-
sentant fiancgais au Maroc.

Mr Clémencean a communiqué

| les dépéches recues au sujel des in-

ventaires davs les Eglises. On a
trouvé certaines résistances sur pla-
sievrs pointe
poitex el
el pompiers, mais aucun
érieux afsignaler.

An Sénet, proposition a été faite

:
i
faire infervenir les troupes
incident

4
ide transporter les cendres de Zola
ny Paothten; puis a commence lal

a
discussion de Vinterpellation Gaudin
de Villaiug sur ia volllique générale

du Gouvernement,

San-duan ( Puerto-Rico ) 22. — Le

| Président Roosevelt, de retour de



7 — (Voir Ne du 27 Novembre).
Langue Frangaise

Nous n’avons pas apporté de bien grandes

modifications an prozraimme proprement dit

ghetie francaise, tcl, ce quail fank surtout) ; ‘ aa tae : ;
de langue frangaise, lel, ce q ARES | comprenne te nécessiie Ceuscigner le fran-

changer, c'est la méthode i enselgnement,
particuligrement dans ladivision élémentaire
el dans le premier cycle, Vous nous parmet-
trez d’y sosister quelque peu, Monsieur le Mi-
nistre, un changement dans les procédés em
ployés pons paraissanl de la pins haute im~
portanee pour le progres de nos classes’ de
francais. _ ,

Le professeur, géneralewent, s'allache avec
ain respect suspersiihieux aux régles de la
grammaire ef en fail pour Vealant une étude
des plus fastidieuses, celut-ci élant condamné
& réciter des closes qu'il ne comprend pas,
at jes longues énumérations de pronoms, de
formes verbales, dadverbes, ele, remplacant
jes explicalious simples et claires sur les élé-
ments essentiels quil iui faudrait @abord
conneilte.

Lrenseignement de la langue frangaise doit | : :
: | tude de la phrase, les résles de. Ia composi-
Le maitre fera appel le plus possible a Tin- 7 tion Trargaise, avec les develuppements cor~

telligence de Véléve pour amener, par Vob- | respondant & chacune des quatre classes du.

étre au contraive vivant, animé, instructif,.

carvation des fails du langage, & en dégager
lui-mome les définitions ou les régles, Aussi

,



Nis. |

nis; on a dit défoncer les |

‘Mercredi, 28 Novembre 1606

~~ des exercices de conversation que le mal-
tre diiverall avec le plus grand tact, afla
guils ne déyénérent pas eu vulgaires commé-
rages, mais auxqoels il laisserail cependant
une certaine liberté. afin quills ve sentent
pas trop non plus Vartificiel et le convepu.
Un professeur habile saura toujours, par des
qurshions. adroiles sar des sujets qui les im-
téressent, faire parler les éléves, en leur ins-
pirant chaque jour plus de conllance en eux-
mémes et en choisissanl avec & propos luc-
casion favorable pour glisser la réyle de gram-
mauve, appliquée inconsciemment par ses
pelils interloceteurs,

Ges exercices se feront says préjudice ton-
efois d'un enseignemen! methadique el gra-
dué de le composition francaise. 1) s'ayil ici,
200 de faire apprendre des préceptes et de

a écrire bien, Cestea dive a exprimer, avec
justesse et avec simplicilé, « ce qu’il voll, ce
qu'il sail, ce gw il veut». Cet enseignement
ne saurail done commencer trop idt. Hum-
ble au début ef appliquant aux objets «i aux
actions sur lesquels porte Yattention imme.
diate de Veéleve, il deviendra plus complexe
aU Sal issera UAVaRATe W ses Tacuttag da ré-
Hexion, & mesure que Page lui permettra on
effort intellectuel plus yrand. Des lectures
choisies avec soin, des rédaclions sur gravu-
res représeniant des scénes connnes et des
spectacles familiers, des appels incessants a
Vimagination et ala mémoire, achéveront de

_rompre le pelil éléve a ja pratique du lan-
| gage parlé et écrit, en méme temps quis

conlribuerocat & orner son esprif et & former

son jugement.
I} nous parail capital que le maitre haitien

eais COULING O11 éhisvigne une langue élrane
gere,en employant an début la méthode di-
recle, Cest-a-dire en falsaat parler les éléves,
en les habituant de bonne lenre a exprimer
daos la langne enseiynée leurs idées et leurs
impressions.

Les professenrs de la division élémentaire
doivent se dire, en oulre, que lenseignement
de ls langue. fraucaise West pas confié an
seul professeur de grammiaire > tons ont pour
mission Wy concourir, autant que le permet-
lent nalurellement les maliéres spéciales dont
ils sont chargés.

Quand Veleve abordera le der cycle, au- .
ra ainsi acquis une cerlaine pratique de la
langue. TL sera alors possible de reprendre
avec lui les éléments du langaye, les éléments
egadtitiels et accestolres de la proposition, 1’é»

dev cycle. Mais vous n’avons pas encore per-

jdude vue la peusée qui- nous a inspire Ja
préconisons-haits winae |Bt pelils Haitiens par Paiypeiol en ileuk eycles >

x Syinian a PP elbow & bag yeh oy: [oF “Bes i a gh disouapes
lant tropsouvent ¢ creole » dansleurs fatale: | Peleve, sorlant de ia fee a a Conusissance

pons voulous tue







pratique de la langue. Aussi avons-nous dé- g

pouillé Pétude de la grammaire de toutes les
difficultés. historiques et philologiques dont
on s’étail
risser. =:

Notre altention s'est également portée sur
le choix dea lectures et textes d’explication. |

Nous eroyons prématuré de mettre. entre les

qui ne sont plus employées et dés mots tom-

frangais moderne, avec les expressions et les

tournures de la langue d’aujourd’hui. “~
septannées d'un enseiguement pareil (di-

vision élémentaire et der cycle) auront pré- |
paré le jeune homme a entreprendre Vétude |

nee ys : « . 'cenyra | ‘
approfondie de la langue et des chefs-d'ceuvre Fencore, de 7.o00 dollars cette fois, e

Pendant quatre ans, il pourra se livrer a cette |

ot elle a trouvé sa plus parfaite expression

elude : elle ne lui paraltra point ennuyeuse
et lui sera, au contraire, d’un trés réel profit
parce que, ayant acquis antérieuremant un
suffisante connaissance du francais, i ser
en état d’en comprendre toutes les finesses e
les nuances les plus délicates. Plus rich
d'impressions, pourve d'un plus grand nom

bre d‘idées, sa vie jntellectuelle et sentimen- |

tale s’étant développée avec l’Age et avec le | cevoir sa dévouée compagne, gail a ee

travail, ilsera plus sensible ala beauté et Ala
Juslesse des sentiments exprimeés par les .au-
leurs qu'il étudie; il appréciera mieux — son
gout s’élant formé et son jugement affiné —
les qualités littéraires ou philosophiques des
ceuvres qu'il explique.

Une observation importante 4 faire,. c'est
gue ce programme de langue et de littérature
frangaises est commun aux deux sections du
2e cycle, car nous estimens — ainsi que novs
Pavons dailleurs déja dit ~ que Véducation
scientifique ne peut vraiment porter tous ses
fruits gue si elle s’appuie sur une solide édu-
cation lilléraire.

A contlinuer





.
V
ee

M. Baudouin qui avait dé renvoyé du mi-
nistére pour la cause qui de toutes Jes catises

est la plus mortifiante: Vexcés de zéle,—n’a- | suader au mouton, qu’en le manyeant il tui

vail, eu somme, jamais joul d’un yrand cré- | veut du bien. Et voila comment M, Titus Bau.
ditdurant tout le temps qu'il fut ministre. | douin était un ironiste sans le savoir. |
Seulement comme jl avait promis 4 Lamers | ' . 2s
tume son «concours moral », celui-ci avait) Pour l'heure, les yeux goulus, il achevait
compté sur lui, Or, le concours moral’ de M. |! Peation avec Mme 1h: a
Baudouin siguifiait : ‘néant, Lamertume qui | --.denain...jusqu amidi...il faut venir...
prenait au sérienx lous ces misérables propos | @090lument ...tombsient de ses levres avides,
de poliliciens, pour qui la loyauté est une tare, |
ne Je comnpril pas ainsi; il se facha et en vou- |
jul 4 mort 4lancien ministre del'avoir trom- |
pé. Le plus joli, c'est que M. Baudoin ne se
doulail nullement du. ressentiment de lau~.

. teur de Sursum Corda contre lui; méme it
cherchaita Je: gagner @ sa « nouvelle. politi |
que », laquelle; bien enlendu, était astrictes | M. B

7 ver. Il n’élait
Tarrivell. La

_veveniv gox allaires non pour appliquer d
pritciprs ou siinplement pour améliore

- z

mepl idenlique 4 Vancienne, — consistant 2

(quite va pas, mais pour firer des profits, |

plu trop complaisamment a la hé- 7

| service du journal sera ri- |

mains de trop jeunes éléves des ceuvres of se |
rencontrent, a chaque page, des tournures |
4, teyuar bi z , TOUT ab
hés en désuétude ou dont la signification a | :
changé. Nous avons done surtout recomman- |
dé comme auteurs 4 expliquer, les écrivains |
les plus accessibles du XVIfle siécle ( princi- |
palement Voltaire) et du XEX*, voulant que |
jes éleves du ter cycle soient plutdt familias |
risés avec les fagons de parler propres au J

Vheureux- retour de Madame la Présidenite

(eomme un

| iit Bochart-:



q









i Veove R. Tip
décédée hier dans.
oa Un gtand convoi dams
ey ee coriége funébre a Siinte
-A-partir “Pouau Cimetiére, aux accen
chain, 1° Décembre, le | de la Musique du Palais. — 5,
| sident Nord Alexis y é1 it repy
_ | deus officiers de son Etat maj
goureusement suspendu a)! Nous adresons nos sympathi

a oe m. | doléances aux familles Tippent

onne, tant a la Ca peéce Mot, Anton Jaegerhat
jwen Province,— 1/5 aude et W. Olofsen.

aura pas réglé soni; = airiage

' matio la bénédiction nuptial

| donnée, a léglise St-jJoseph, a Mile

Jean unie a Mr Charles Vandal.




































hs c
Hier ont éé° vendas, par le Syndicat
des Agents de Change, 1.380. duilars au
aux de 240 °/s.
Lest question d’ure nouvelle vent

| Mr Brennus Basquiat et Madam
| Dieudonné.
Compliments aux nouveaux €





a Oe an 4 2
Le public est avisé que toute
som ne portant pas lr signature

%

sous, aest.pas de moi.



Ce matin novs est revenve, de son vo
yage an Cap, Madame Nord Alexis, con
dutte parle vice-amiral Leban, a bord de
'aviso de guerre «Le Croyante. . |
Son Excellence le Président de la Répa-
lique est descendu av bureau du port re-



tenir bien compte du présent avi
| d'éviter toute confusion, le sign
‘$e proposant d'éditer luiememe,:
chainement,ses chansons avec madi
A. Linstanr de Prapines (Canon



oo





























le plaisir de revoir en bonne santé,

, . La soussignée, annonce que cette
Nous saluons d'une cordiale bienveane

(ona enlevé chez elle one paired



, lettes, 350 gourdes et quelques cou
de toile. — Le public ef Je commerce
[avisés de se parder d’acheter avce
_ articles ciedessus énomérés. ae

Dee Occiiius Da
Tarif Judiciaire |
i Nons avons regs une brochure t
lée: «Tarif des tra's A percevoit da
~~ Nos compliments: . | tribdnaux de la Républtiqne Clo}.
uvéraill Actt 1877), suivi de la loi du 20.
Ce matin ont eu liew les obséqgues de 1906 modifiant Particle 926 du Code

| ee

et se servait-de son éventail comme aba
contre la lumiére indiscréte de Ja lam
flecleur, ae
~~ Vous Hes souffrante, lui demanda R
~ Oh} son. co
—~Puis-je vous étre bon & quelque ¢
Elle hésita un peu, puis soupira +
-Mathenreusement, non.
| Le piano s’était tu. De la salle a mi
tout le monde était allé se rafralchit.

4 Port-au-Prince.

ouve Boursi .

Nous apprenovs que MM. Grégoire
Obas et Gousse_.ont @é@ aus admis au

concours du 19 Novembre, comme bour- |

siers, 4 ’Ecole nationale de Droit pour le:
premier, de Médecine poar le second,













mais pour satisfaire ses bas instincts de jonis-
seur,

Ce n'est pas le pauvre Monsieur Baudouin
qui aurait pu s’ecrier comme ce grand am-
bitieux de Napoléon: « Paime le pouvoir, moi,
mais c'est en artisle que je l'aime,.de Paime
musicien aime son violou, Je
l'aime pour en tirer des sone, des. accords,
de Vharmonie..:» .

M. Titus Baudouin, lui, aimait le pouvoir :
comme le loup aime le mouton, pour assouvir gagna Ia galerie ou la terrasse. Il feist
ves appétits. Seulement ce qu’aucun loup n’a hon, C’était eS
jamais songé a faire, e’est de chercher a per> ... le moment off flottent:

Tous ces bruits confas que l'omb

Mme Thazardemanda:
"= Le Hollandais est-il arrivé
_~-Noa, demain. matin, répondit
It il quille demain aprés-mid
York, nvest-ce pas?

Eten elle-méme, elle prouone’
que notte commande pare CO

we Qulest-ce que vous supp!
terrogea Remo.
om Ah | Doclenr,

SAANROEATONREENL Dae SAN ie

4

SSF ASHRAM

sa convervalion avec Mme Thazar, et les mots |

sins que personne ett pu rien entendre, car.
le petit Bochart chantait ; il chantait, le pe-

earn

Je n’ssis pas pourquoi ‘toutes les femmes ine gobent
Je weals pas pourquoi elles en pincent pour ii...

_ Et Robert Thazar Vaccompaguait, an pia
(HO, avec un entrain élourdissant, oe

M. Baudouin profits du vaearme pour se sau.
pas pluidt parti que le Dr Remo a: Vous
_ présence de celui-ci parutem- amitié, neat
‘tatser Mme Thazar, qui tras abaltue, était =~ Ma’
Stendue dane une chaise. longue sou 20)















ongue sous la galerie.





























fe la loi du 13 Aodt







































le papier-timbré et de, )
phabétique et de juridiction » fe o. pee Sy
ar Charles ae avocat. cL. E UI GREG NRE
rciements et compliments poar | . ; ee
syre Qui sefa certainement d’une Am. a PL 4 pour $ 1.
siliié aux gens do Palais. ~
u perpétuel pour tous!
acheteur de plua de dix gour-
_poudres et savons. Naftalone,





































































#8 d'enfants ou autres articles, | | 7¢” Blage (fe Blage | _ «ter Déjeuner de 748 b. matin 1.60
_gratis.un superbe. Almanach | N°7 a P.10 Ne 8 et 9 PL5 | Oe « de midi a1 hre 2.50
; ou une surprise des plus 1, 40et5 Pb, 10 14,42 4



i
2,3 eb 6 PLS i
Deux personnes occupant.la méme |
chambre payent 1 fois 1 2 seulement fe |
prix tarifé.

1/2 vin compris pour les repas de mi- —
ii et du soir.



Diner de7a&h.soir 2.50
ée de Vexposition des Jouvets ¢
aux « Nouveautés Bazar », est
libre aux visiteurs respectueux,
Arnistipg LAGOJANNIs. Logement et Pension complets : de 8 & 15 gourdes par jour, suivant
Avis position des chambres. .
mément & article 493 du Code


















merce, fai Thonneur d'inviter 66 si <. ,

neiers de la faillite Georges Ni. Log ension au mois, Fable @hote.

_fe présenter en personne ou | Chambres N° 7a P, 300 par mois 3 repas avec 2/2 vin 4 P. 400
onde de pouvoirs,au greffe du ‘ 1,4,5 50 12 « (midi et soir ) a0)
ide Commerce de ceite ville, « 2,3,6, 8.9 180 2 « ¢ matin, midi,soir,1/2 vin 70
délai de quinze jours 4 partir a 40,411,412 140 . 1 « (midi ou solr) 50°




ale, avec jeurs Ulres de cré-
ormpagnes d'un bordereau in-
les sommes réclamées,
ification des créances aura lieu
mbre prochain a 410 heures
n, eu.la salle des délibérations |
it Tribunal, contradictoirement |
les eréanciers. ou leurs fondés |
oirs et le syndic: provisoire, en
ice du jage Commissaire qui en
fa procés-verbal,

1

i o« . (matinavee caféou chocolat 25
|_ Pension sans vin @ 80 pour’3 repas;
i le reste en proportion.

.eS réglements se fon




Le mois une [ois commencé, est di |
en enher.





*













Le soussigné porte a la connaissance |
6 ? s

iu eommerce en géneéral,et de ses nome |

e créancier, dans la huitaine . breux amis en particulier, qu i nest |

lard, aprés que sa eréance aura. PS responsable des actes généralement |

. 4 ‘ guelconques de sa femme, née Imo- |

2 & i Za ye J a ct ei acs one pene ee ee ong :
— du tu @ Lo afiirmer. enire géne Morais, et gue lintroduction en |
ce. est outetee et véritable ue justice de son action en divorce n’est

au-Prince, 27 Novembre 1906.
ic provisoire, Tuomas ROCHE. |



ey

, Ala Métropole
Viennent d’arriver :
Fromages Pdle Grasse de Munster.

| Délicieux Gorgonzola
' ajournée que par suite de son absence | (dit Roquefori d’Halie.)
, motivee du Pays depuis des années. |
Nassau, le 28 Aotit 4906. |
|

Dr Atoszo P, HOLLY.











etitiaton eaioaratc

Par décision du Conseil d’Adminis- ‘+
ration Monsieur WH, Desrue est nommé

ne . :
ol perlait de la ;
ferveux,mon ami, c'est nerveux... | 1008 onsienr Alexandre Dumas fie m'ap. | C'88ier principal, en remplacement de
“on s'approchal at | MEHES | BONS ASCRA NUE UGS Tk “TN iene abe Senlaat a}

i hoe elle. 9p tat ety pelait son ami ; Monsieur le Duc d’Aumale Monsieur D, Vabre, démissionnaire.
la au devant de notre ami Aquill ‘we fitun jour Phonneur de wanviter a dé- Port au-Priace, 26 Novembre 4¢
ewer des félicitations, ayant appris | JeUper dans go8 chateau deC antily, et ne Le Directeur, --Cu.van WICK.

_A-une charee importante. Le | nez, Brion, c’est méme ce jour-la que je fus
Ua dnered ve ie main de | présenté au Due de Broghe, qui ma dit ce —ocaptsmsenmiia

ee | mot que je n’oublierai jamais : « Monsieur
Gresson, qu'il m’a dit, Monsieur Cresson, je |
suig heurevx de voir qu’ Haiti. posstde des |
_ hommes tels que vous!» 4
Comme Brion sovuriail, Cresson le saisit |
des deux mains par les épaulés, et s’écria.:

ceenl oWwange o-~
fun petit rire faux





























pos SRG pHMNNRNNNNNNA











eens mon vieux |

Conformément aux instructions du

—{i ne faut pas tire, Brion + il m’a dit ca, | Secrétaire dEtat'des Finances, la Ban-

ris la bonne nouvelle, pardi !
nouvelle 7? demanda Cres



vous n’éles pas |

as : | que Nationale d’Haitti a l’honneur d’in-
mn qui vient d’étre

former les inléressés qu'ils peuvent, &.-
| Partirdece jour, toucher a ses guichets: .:

je Due dé Broglie | Je pe mens jamais, moi !

Parrange un peu les choses, parfois, mais je |

ne mens jamais...J’ai eu da. trés belles rela~. |

i tions la-bas. Le pére Cresson y était trés | sur les emprunts suivants’: o

| conna, et il mavart Jae an ee aee une | Emprunts 6°/.. Ome répartition, un.

i brid : on atousles points devoe.c 9) 0 TE eee ee FEE ORE AEBS oe

heen dit Remo, quest devenue la for- | POUT ee oa o)s anher éts da der J uil- :

| tune du pére Greszon ? nee es Mm AOUL Te ca a

3° 9, Ome répartition, de-
2 /,), intéréts da ler

Saeed

Elle a été mangée par mon beau-frére |
Achille Dutemple. al

| ame eporiman ? by Sep
| Qui sportman ca 1 «Magquignon», vous |.
, 1 voulez dire | Le |

&

résentation des,

Sos

(A continuer). erxanp HIBBERT.

















































Arrivage de celte semaine: .

Phospho-cacao, laliment.. fortifiant |
par excellence

Phospho bébé et erdyuette-phospho. |

Gidre champagnisé,

Fromages Port Salut et Roquefort,

Eau de Vichy, Prunes farcies four-
rées, Marrons glacés.

.Bonbons pate ide fruits et autres sor-
tes.

_Biére Allemande et Francaise ires
marques.

Nougats, Liqueur da fruit défenda.

Biscuits fins, Phosphatine. DG

Farine d’avoine, Conserves assortis.



9, Rue des Fronts-Forts, 9.
PORT AU PRINCE.
Continuant la Nquidation de notre
stock de marchandises dites « grosse-

|

ILLE, — nous offrons
iE :
ipaga nuances diverses, — Bas et
chausseltes,
bapeaux pour hommmes,eadets enfants,
paille et laine... .
Chapeaux et formes pour fi lettes et

vie» ad pric ¥




A

é
4

dames.
Chemises : hommes, cadets, enfants.
Gravates et Monchoirs. Ceintures: ef
DHUsKesses,

CGrépe et deuil, — Gasimie et Diagonal,
Draps de lit. Etolfes blanches
Faux cols et Mancheties. Flanelles et

Camisoles.

Lainage et Satinettes. Rubins et Den-
telles.

Tolles a drap et Chemises, etc.








MICILE de tout wehat
0) gourdes, sous la ga- |
‘vrontie de lacheleur, au compte du



|

Service Atlas |

Le steamer <« ALral », ayant |
quitté New-York le 2L courant
pour le Cap, Port-de- Paix et Go: |

chain 29 courant, pour suivee
probablement le méme jour pou

ragodne, Jérémie et Santa
Marta, prenant la malle, fi
passagers.



g adresser 4. Mm Cyrus Saunen, Ave:
| noe Jolin Browr, en face du Pension: |
| nat Ste-Rose de Lima.

ladelphia Des
Garretson’s Hospital of 6
ery de Philadelphie, Membre

Phosphatine Fallire, Boil ed 5 foie 1 iphia School of Anatony »

: de Morne pare par like, 4 2 fitpe, 1/4 | De retour des Etats Unis. a

" de litre ét flicons. Thermométres pour | 228 Cents et au ee 8

| leur disposition,
Médecins et familles. Bau distillée de et V'aprés-midi, de 345 heuehe.

“Vient d evoir plet
de médicaments de toute | fraicheur
tels que:

fleurs d’oranger triple par litre, 1/2 lie 7
tre, 1/4 de litre et flacons. Seringues |. Pert-an Prince, 6 Novembre
de Havas. Savons sullureny ue ve _—
pour a toilette, Savons wu goudron de | is. ° :
Mollard Bouchons pour flies, 1litre.| + oche Grelli
‘Tubes en caoutehou pour bock et ac-| De la Faculté de Médecine de Pa
cessoires Télines sssorties, | | Professeur de Chirurgie Opérat
Assortiment complet de Bonbons | r Keole Nationale de Médeck
fins. Dragées fines frangaises, Pralines |
grillées & a vanille, Nougat tin de Pa-)
rie, Fate pectarales etc, et es ies a poses
a boubon., ee

N. B.= Les personnes des autr
calités trouveront des. chambres |
les opérations chirurgicales et lour
lement.



: pour le traitement de tout



Bounies chaussettes hommes, dz. 15 5
Faus-cols toile, donzaise. 2 maladies nerveuses préparces
Chapewux de pail a depuis 3 | ernardo Ochoa
Bons el} ie eouteau ux table gee 40
ourses, facon cuir Russie, Pune 2- " . o
Tasses a calé porceluine dz, 8 bihule pour la guéris 2
Esserice Anurea, Safranor, ete 5 pléte del’ résypeéle, pré|
padrederiz @ 8.00 © par le Docieur ¢
jambiéres cuir, la sites 42>





La Caisse s i La Bout eille 87

) . mede pour la complete
Huile d’Olive Surfline

la youtte et toutes



Le ferblanc de 4 litre $ 3.50 simile eh liées ala
Veisselle et Verteria en tous genr thése urique (rl
Prize pec ciaun r pours Pesendnte, eulaire et musculaire, névra

etCe)







(Source. ANGELICA }
Digestive par excel lence,com
- dyspepsie. :

_ Pout Mariages, Fiancail les,ete

|
|

naives, est attendu ici jeudi. pro- |

La malle pour New: Nok al 3 :
eke bed steamer «Grarcia> |:

sia son Pe tke cuiacs on trou: |
-~ comme toujours, - se |
ned fran e





Full Text


Port-au-Prince (Haiti)





‘igeionine. tittle:

OX Qloew~« La richesse na
tals Unis était évaluée en
de 88 milliards de dollars.
He dépassait (06 milliards,
bulletin du buréaw des sta
gugme lation en quatre ans
dilards,
Bie dne demande d’an-

erédit de 7.400 O00 de dol





















jars 1907,



edune bande armee, pillail
Ique temps les fermes dv
a été arrété,
o> «L'appel personnel adre
Feur pir Monselyneur Sta-
Fohevéyue de Posen, dans
-Ci demande que les enfants
i autorisés a employer
Maternelle dans le cours
i religiense, a élé rejete.
=~ Ou dit que les autorites
‘Sans apprehension en ce
1 la sécurité du-roi Geor-
allendu ici, le 24 Novem
quistudes sont causées par
echiste quia eu liew duns
foe et les letires de me-
ees au ministre de Grace
ia police italienne. Les
aolice seeréie greeque co-
Ja poliee italienne dans
lires prises pour assurer
(Georges,
Des dépéches offi-
nt les récentes nouvel-
amaladie du Shah de
oncent que sa mort

Oe



aque instant. Il est
adie de Bright.

‘Un anarchiste {it une

‘armée, uvlors

; ~nettail. des meé~

is qui se distingue-

olion





Sposée au «Reich«tag» pour |
sdépeuses militares dang |
a lemandes du sud onest |
ce qui porieras 26 500.000 |
le montant de ces dépeu- |

OL mM Fepretpa.e hoer, | oe .
= M Ferro'r, chet hoer, rPanatayest alienduéPonece-cemaun,

ine :

ion du Vésuye en.
afarchisielularréts. ’



Panis 22.—- Le conseil des
tres, sous la présidence de M, Fual-
liéres, a appronvé les instructions
envoyées par M. Pichon au repré-
sentant fiancgais au Maroc.

Mr Clémencean a communiqué

| les dépéches recues au sujel des in-

ventaires davs les Eglises. On a
trouvé certaines résistances sur pla-
sievrs pointe
poitex el
el pompiers, mais aucun
érieux afsignaler.

An Sénet, proposition a été faite

:
i
faire infervenir les troupes
incident

4
ide transporter les cendres de Zola
ny Paothten; puis a commence lal

a
discussion de Vinterpellation Gaudin
de Villaiug sur ia volllique générale

du Gouvernement,

San-duan ( Puerto-Rico ) 22. — Le

| Président Roosevelt, de retour de



7 — (Voir Ne du 27 Novembre).
Langue Frangaise

Nous n’avons pas apporté de bien grandes

modifications an prozraimme proprement dit

ghetie francaise, tcl, ce quail fank surtout) ; ‘ aa tae : ;
de langue frangaise, lel, ce q ARES | comprenne te nécessiie Ceuscigner le fran-

changer, c'est la méthode i enselgnement,
particuligrement dans ladivision élémentaire
el dans le premier cycle, Vous nous parmet-
trez d’y sosister quelque peu, Monsieur le Mi-
nistre, un changement dans les procédés em
ployés pons paraissanl de la pins haute im~
portanee pour le progres de nos classes’ de
francais. _ ,

Le professeur, géneralewent, s'allache avec
ain respect suspersiihieux aux régles de la
grammaire ef en fail pour Vealant une étude
des plus fastidieuses, celut-ci élant condamné
& réciter des closes qu'il ne comprend pas,
at jes longues énumérations de pronoms, de
formes verbales, dadverbes, ele, remplacant
jes explicalious simples et claires sur les élé-
ments essentiels quil iui faudrait @abord
conneilte.

Lrenseignement de la langue frangaise doit | : :
: | tude de la phrase, les résles de. Ia composi-
Le maitre fera appel le plus possible a Tin- 7 tion Trargaise, avec les develuppements cor~

telligence de Véléve pour amener, par Vob- | respondant & chacune des quatre classes du.

étre au contraive vivant, animé, instructif,.

carvation des fails du langage, & en dégager
lui-mome les définitions ou les régles, Aussi

,



Nis. |

nis; on a dit défoncer les |

‘Mercredi, 28 Novembre 1606

~~ des exercices de conversation que le mal-
tre diiverall avec le plus grand tact, afla
guils ne déyénérent pas eu vulgaires commé-
rages, mais auxqoels il laisserail cependant
une certaine liberté. afin quills ve sentent
pas trop non plus Vartificiel et le convepu.
Un professeur habile saura toujours, par des
qurshions. adroiles sar des sujets qui les im-
téressent, faire parler les éléves, en leur ins-
pirant chaque jour plus de conllance en eux-
mémes et en choisissanl avec & propos luc-
casion favorable pour glisser la réyle de gram-
mauve, appliquée inconsciemment par ses
pelils interloceteurs,

Ges exercices se feront says préjudice ton-
efois d'un enseignemen! methadique el gra-
dué de le composition francaise. 1) s'ayil ici,
200 de faire apprendre des préceptes et de

a écrire bien, Cestea dive a exprimer, avec
justesse et avec simplicilé, « ce qu’il voll, ce
qu'il sail, ce gw il veut». Cet enseignement
ne saurail done commencer trop idt. Hum-
ble au début ef appliquant aux objets «i aux
actions sur lesquels porte Yattention imme.
diate de Veéleve, il deviendra plus complexe
aU Sal issera UAVaRATe W ses Tacuttag da ré-
Hexion, & mesure que Page lui permettra on
effort intellectuel plus yrand. Des lectures
choisies avec soin, des rédaclions sur gravu-
res représeniant des scénes connnes et des
spectacles familiers, des appels incessants a
Vimagination et ala mémoire, achéveront de

_rompre le pelil éléve a ja pratique du lan-
| gage parlé et écrit, en méme temps quis

conlribuerocat & orner son esprif et & former

son jugement.
I} nous parail capital que le maitre haitien

eais COULING O11 éhisvigne une langue élrane
gere,en employant an début la méthode di-
recle, Cest-a-dire en falsaat parler les éléves,
en les habituant de bonne lenre a exprimer
daos la langne enseiynée leurs idées et leurs
impressions.

Les professenrs de la division élémentaire
doivent se dire, en oulre, que lenseignement
de ls langue. fraucaise West pas confié an
seul professeur de grammiaire > tons ont pour
mission Wy concourir, autant que le permet-
lent nalurellement les maliéres spéciales dont
ils sont chargés.

Quand Veleve abordera le der cycle, au- .
ra ainsi acquis une cerlaine pratique de la
langue. TL sera alors possible de reprendre
avec lui les éléments du langaye, les éléments
egadtitiels et accestolres de la proposition, 1’é»

dev cycle. Mais vous n’avons pas encore per-

jdude vue la peusée qui- nous a inspire Ja
préconisons-haits winae |Bt pelils Haitiens par Paiypeiol en ileuk eycles >

x Syinian a PP elbow & bag yeh oy: [oF “Bes i a gh disouapes
lant tropsouvent ¢ creole » dansleurs fatale: | Peleve, sorlant de ia fee a a Conusissance

pons voulous tue




pratique de la langue. Aussi avons-nous dé- g

pouillé Pétude de la grammaire de toutes les
difficultés. historiques et philologiques dont
on s’étail
risser. =:

Notre altention s'est également portée sur
le choix dea lectures et textes d’explication. |

Nous eroyons prématuré de mettre. entre les

qui ne sont plus employées et dés mots tom-

frangais moderne, avec les expressions et les

tournures de la langue d’aujourd’hui. “~
septannées d'un enseiguement pareil (di-

vision élémentaire et der cycle) auront pré- |
paré le jeune homme a entreprendre Vétude |

nee ys : « . 'cenyra | ‘
approfondie de la langue et des chefs-d'ceuvre Fencore, de 7.o00 dollars cette fois, e

Pendant quatre ans, il pourra se livrer a cette |

ot elle a trouvé sa plus parfaite expression

elude : elle ne lui paraltra point ennuyeuse
et lui sera, au contraire, d’un trés réel profit
parce que, ayant acquis antérieuremant un
suffisante connaissance du francais, i ser
en état d’en comprendre toutes les finesses e
les nuances les plus délicates. Plus rich
d'impressions, pourve d'un plus grand nom

bre d‘idées, sa vie jntellectuelle et sentimen- |

tale s’étant développée avec l’Age et avec le | cevoir sa dévouée compagne, gail a ee

travail, ilsera plus sensible ala beauté et Ala
Juslesse des sentiments exprimeés par les .au-
leurs qu'il étudie; il appréciera mieux — son
gout s’élant formé et son jugement affiné —
les qualités littéraires ou philosophiques des
ceuvres qu'il explique.

Une observation importante 4 faire,. c'est
gue ce programme de langue et de littérature
frangaises est commun aux deux sections du
2e cycle, car nous estimens — ainsi que novs
Pavons dailleurs déja dit ~ que Véducation
scientifique ne peut vraiment porter tous ses
fruits gue si elle s’appuie sur une solide édu-
cation lilléraire.

A contlinuer





.
V
ee

M. Baudouin qui avait dé renvoyé du mi-
nistére pour la cause qui de toutes Jes catises

est la plus mortifiante: Vexcés de zéle,—n’a- | suader au mouton, qu’en le manyeant il tui

vail, eu somme, jamais joul d’un yrand cré- | veut du bien. Et voila comment M, Titus Bau.
ditdurant tout le temps qu'il fut ministre. | douin était un ironiste sans le savoir. |
Seulement comme jl avait promis 4 Lamers | ' . 2s
tume son «concours moral », celui-ci avait) Pour l'heure, les yeux goulus, il achevait
compté sur lui, Or, le concours moral’ de M. |! Peation avec Mme 1h: a
Baudouin siguifiait : ‘néant, Lamertume qui | --.denain...jusqu amidi...il faut venir...
prenait au sérienx lous ces misérables propos | @090lument ...tombsient de ses levres avides,
de poliliciens, pour qui la loyauté est une tare, |
ne Je comnpril pas ainsi; il se facha et en vou- |
jul 4 mort 4lancien ministre del'avoir trom- |
pé. Le plus joli, c'est que M. Baudoin ne se
doulail nullement du. ressentiment de lau~.

. teur de Sursum Corda contre lui; méme it
cherchaita Je: gagner @ sa « nouvelle. politi |
que », laquelle; bien enlendu, était astrictes | M. B

7 ver. Il n’élait
Tarrivell. La

_veveniv gox allaires non pour appliquer d
pritciprs ou siinplement pour améliore

- z

mepl idenlique 4 Vancienne, — consistant 2

(quite va pas, mais pour firer des profits, |

plu trop complaisamment a la hé- 7

| service du journal sera ri- |

mains de trop jeunes éléves des ceuvres of se |
rencontrent, a chaque page, des tournures |
4, teyuar bi z , TOUT ab
hés en désuétude ou dont la signification a | :
changé. Nous avons done surtout recomman- |
dé comme auteurs 4 expliquer, les écrivains |
les plus accessibles du XVIfle siécle ( princi- |
palement Voltaire) et du XEX*, voulant que |
jes éleves du ter cycle soient plutdt familias |
risés avec les fagons de parler propres au J

Vheureux- retour de Madame la Présidenite

(eomme un

| iit Bochart-:



q









i Veove R. Tip
décédée hier dans.
oa Un gtand convoi dams
ey ee coriége funébre a Siinte
-A-partir “Pouau Cimetiére, aux accen
chain, 1° Décembre, le | de la Musique du Palais. — 5,
| sident Nord Alexis y é1 it repy
_ | deus officiers de son Etat maj
goureusement suspendu a)! Nous adresons nos sympathi

a oe m. | doléances aux familles Tippent

onne, tant a la Ca peéce Mot, Anton Jaegerhat
jwen Province,— 1/5 aude et W. Olofsen.

aura pas réglé soni; = airiage

' matio la bénédiction nuptial

| donnée, a léglise St-jJoseph, a Mile

Jean unie a Mr Charles Vandal.




































hs c
Hier ont éé° vendas, par le Syndicat
des Agents de Change, 1.380. duilars au
aux de 240 °/s.
Lest question d’ure nouvelle vent

| Mr Brennus Basquiat et Madam
| Dieudonné.
Compliments aux nouveaux €





a Oe an 4 2
Le public est avisé que toute
som ne portant pas lr signature

%

sous, aest.pas de moi.



Ce matin novs est revenve, de son vo
yage an Cap, Madame Nord Alexis, con
dutte parle vice-amiral Leban, a bord de
'aviso de guerre «Le Croyante. . |
Son Excellence le Président de la Répa-
lique est descendu av bureau du port re-



tenir bien compte du présent avi
| d'éviter toute confusion, le sign
‘$e proposant d'éditer luiememe,:
chainement,ses chansons avec madi
A. Linstanr de Prapines (Canon



oo





























le plaisir de revoir en bonne santé,

, . La soussignée, annonce que cette
Nous saluons d'une cordiale bienveane

(ona enlevé chez elle one paired



, lettes, 350 gourdes et quelques cou
de toile. — Le public ef Je commerce
[avisés de se parder d’acheter avce
_ articles ciedessus énomérés. ae

Dee Occiiius Da
Tarif Judiciaire |
i Nons avons regs une brochure t
lée: «Tarif des tra's A percevoit da
~~ Nos compliments: . | tribdnaux de la Républtiqne Clo}.
uvéraill Actt 1877), suivi de la loi du 20.
Ce matin ont eu liew les obséqgues de 1906 modifiant Particle 926 du Code

| ee

et se servait-de son éventail comme aba
contre la lumiére indiscréte de Ja lam
flecleur, ae
~~ Vous Hes souffrante, lui demanda R
~ Oh} son. co
—~Puis-je vous étre bon & quelque ¢
Elle hésita un peu, puis soupira +
-Mathenreusement, non.
| Le piano s’était tu. De la salle a mi
tout le monde était allé se rafralchit.

4 Port-au-Prince.

ouve Boursi .

Nous apprenovs que MM. Grégoire
Obas et Gousse_.ont @é@ aus admis au

concours du 19 Novembre, comme bour- |

siers, 4 ’Ecole nationale de Droit pour le:
premier, de Médecine poar le second,













mais pour satisfaire ses bas instincts de jonis-
seur,

Ce n'est pas le pauvre Monsieur Baudouin
qui aurait pu s’ecrier comme ce grand am-
bitieux de Napoléon: « Paime le pouvoir, moi,
mais c'est en artisle que je l'aime,.de Paime
musicien aime son violou, Je
l'aime pour en tirer des sone, des. accords,
de Vharmonie..:» .

M. Titus Baudouin, lui, aimait le pouvoir :
comme le loup aime le mouton, pour assouvir gagna Ia galerie ou la terrasse. Il feist
ves appétits. Seulement ce qu’aucun loup n’a hon, C’était eS
jamais songé a faire, e’est de chercher a per> ... le moment off flottent:

Tous ces bruits confas que l'omb

Mme Thazardemanda:
"= Le Hollandais est-il arrivé
_~-Noa, demain. matin, répondit
It il quille demain aprés-mid
York, nvest-ce pas?

Eten elle-méme, elle prouone’
que notte commande pare CO

we Qulest-ce que vous supp!
terrogea Remo.
om Ah | Doclenr,

SAANROEATONREENL Dae SAN ie

4

SSF ASHRAM

sa convervalion avec Mme Thazar, et les mots |

sins que personne ett pu rien entendre, car.
le petit Bochart chantait ; il chantait, le pe-

earn

Je n’ssis pas pourquoi ‘toutes les femmes ine gobent
Je weals pas pourquoi elles en pincent pour ii...

_ Et Robert Thazar Vaccompaguait, an pia
(HO, avec un entrain élourdissant, oe

M. Baudouin profits du vaearme pour se sau.
pas pluidt parti que le Dr Remo a: Vous
_ présence de celui-ci parutem- amitié, neat
‘tatser Mme Thazar, qui tras abaltue, était =~ Ma’
Stendue dane une chaise. longue sou 20)















ongue sous la galerie.


























fe la loi du 13 Aodt







































le papier-timbré et de, )
phabétique et de juridiction » fe o. pee Sy
ar Charles ae avocat. cL. E UI GREG NRE
rciements et compliments poar | . ; ee
syre Qui sefa certainement d’une Am. a PL 4 pour $ 1.
siliié aux gens do Palais. ~
u perpétuel pour tous!
acheteur de plua de dix gour-
_poudres et savons. Naftalone,





































































#8 d'enfants ou autres articles, | | 7¢” Blage (fe Blage | _ «ter Déjeuner de 748 b. matin 1.60
_gratis.un superbe. Almanach | N°7 a P.10 Ne 8 et 9 PL5 | Oe « de midi a1 hre 2.50
; ou une surprise des plus 1, 40et5 Pb, 10 14,42 4



i
2,3 eb 6 PLS i
Deux personnes occupant.la méme |
chambre payent 1 fois 1 2 seulement fe |
prix tarifé.

1/2 vin compris pour les repas de mi- —
ii et du soir.



Diner de7a&h.soir 2.50
ée de Vexposition des Jouvets ¢
aux « Nouveautés Bazar », est
libre aux visiteurs respectueux,
Arnistipg LAGOJANNIs. Logement et Pension complets : de 8 & 15 gourdes par jour, suivant
Avis position des chambres. .
mément & article 493 du Code


















merce, fai Thonneur d'inviter 66 si <. ,

neiers de la faillite Georges Ni. Log ension au mois, Fable @hote.

_fe présenter en personne ou | Chambres N° 7a P, 300 par mois 3 repas avec 2/2 vin 4 P. 400
onde de pouvoirs,au greffe du ‘ 1,4,5 50 12 « (midi et soir ) a0)
ide Commerce de ceite ville, « 2,3,6, 8.9 180 2 « ¢ matin, midi,soir,1/2 vin 70
délai de quinze jours 4 partir a 40,411,412 140 . 1 « (midi ou solr) 50°




ale, avec jeurs Ulres de cré-
ormpagnes d'un bordereau in-
les sommes réclamées,
ification des créances aura lieu
mbre prochain a 410 heures
n, eu.la salle des délibérations |
it Tribunal, contradictoirement |
les eréanciers. ou leurs fondés |
oirs et le syndic: provisoire, en
ice du jage Commissaire qui en
fa procés-verbal,

1

i o« . (matinavee caféou chocolat 25
|_ Pension sans vin @ 80 pour’3 repas;
i le reste en proportion.

.eS réglements se fon




Le mois une [ois commencé, est di |
en enher.





*













Le soussigné porte a la connaissance |
6 ? s

iu eommerce en géneéral,et de ses nome |

e créancier, dans la huitaine . breux amis en particulier, qu i nest |

lard, aprés que sa eréance aura. PS responsable des actes généralement |

. 4 ‘ guelconques de sa femme, née Imo- |

2 & i Za ye J a ct ei acs one pene ee ee ong :
— du tu @ Lo afiirmer. enire géne Morais, et gue lintroduction en |
ce. est outetee et véritable ue justice de son action en divorce n’est

au-Prince, 27 Novembre 1906.
ic provisoire, Tuomas ROCHE. |



ey

, Ala Métropole
Viennent d’arriver :
Fromages Pdle Grasse de Munster.

| Délicieux Gorgonzola
' ajournée que par suite de son absence | (dit Roquefori d’Halie.)
, motivee du Pays depuis des années. |
Nassau, le 28 Aotit 4906. |
|

Dr Atoszo P, HOLLY.











etitiaton eaioaratc

Par décision du Conseil d’Adminis- ‘+
ration Monsieur WH, Desrue est nommé

ne . :
ol perlait de la ;
ferveux,mon ami, c'est nerveux... | 1008 onsienr Alexandre Dumas fie m'ap. | C'88ier principal, en remplacement de
“on s'approchal at | MEHES | BONS ASCRA NUE UGS Tk “TN iene abe Senlaat a}

i hoe elle. 9p tat ety pelait son ami ; Monsieur le Duc d’Aumale Monsieur D, Vabre, démissionnaire.
la au devant de notre ami Aquill ‘we fitun jour Phonneur de wanviter a dé- Port au-Priace, 26 Novembre 4¢
ewer des félicitations, ayant appris | JeUper dans go8 chateau deC antily, et ne Le Directeur, --Cu.van WICK.

_A-une charee importante. Le | nez, Brion, c’est méme ce jour-la que je fus
Ua dnered ve ie main de | présenté au Due de Broghe, qui ma dit ce —ocaptsmsenmiia

ee | mot que je n’oublierai jamais : « Monsieur
Gresson, qu'il m’a dit, Monsieur Cresson, je |
suig heurevx de voir qu’ Haiti. posstde des |
_ hommes tels que vous!» 4
Comme Brion sovuriail, Cresson le saisit |
des deux mains par les épaulés, et s’écria.:

ceenl oWwange o-~
fun petit rire faux





























pos SRG pHMNNRNNNNNNA











eens mon vieux |

Conformément aux instructions du

—{i ne faut pas tire, Brion + il m’a dit ca, | Secrétaire dEtat'des Finances, la Ban-

ris la bonne nouvelle, pardi !
nouvelle 7? demanda Cres



vous n’éles pas |

as : | que Nationale d’Haitti a l’honneur d’in-
mn qui vient d’étre

former les inléressés qu'ils peuvent, &.-
| Partirdece jour, toucher a ses guichets: .:

je Due dé Broglie | Je pe mens jamais, moi !

Parrange un peu les choses, parfois, mais je |

ne mens jamais...J’ai eu da. trés belles rela~. |

i tions la-bas. Le pére Cresson y était trés | sur les emprunts suivants’: o

| conna, et il mavart Jae an ee aee une | Emprunts 6°/.. Ome répartition, un.

i brid : on atousles points devoe.c 9) 0 TE eee ee FEE ORE AEBS oe

heen dit Remo, quest devenue la for- | POUT ee oa o)s anher éts da der J uil- :

| tune du pére Greszon ? nee es Mm AOUL Te ca a

3° 9, Ome répartition, de-
2 /,), intéréts da ler

Saeed

Elle a été mangée par mon beau-frére |
Achille Dutemple. al

| ame eporiman ? by Sep
| Qui sportman ca 1 «Magquignon», vous |.
, 1 voulez dire | Le |

&

résentation des,

Sos

(A continuer). erxanp HIBBERT.














































Arrivage de celte semaine: .

Phospho-cacao, laliment.. fortifiant |
par excellence

Phospho bébé et erdyuette-phospho. |

Gidre champagnisé,

Fromages Port Salut et Roquefort,

Eau de Vichy, Prunes farcies four-
rées, Marrons glacés.

.Bonbons pate ide fruits et autres sor-
tes.

_Biére Allemande et Francaise ires
marques.

Nougats, Liqueur da fruit défenda.

Biscuits fins, Phosphatine. DG

Farine d’avoine, Conserves assortis.



9, Rue des Fronts-Forts, 9.
PORT AU PRINCE.
Continuant la Nquidation de notre
stock de marchandises dites « grosse-

|

ILLE, — nous offrons
iE :
ipaga nuances diverses, — Bas et
chausseltes,
bapeaux pour hommmes,eadets enfants,
paille et laine... .
Chapeaux et formes pour fi lettes et

vie» ad pric ¥




A

é
4

dames.
Chemises : hommes, cadets, enfants.
Gravates et Monchoirs. Ceintures: ef
DHUsKesses,

CGrépe et deuil, — Gasimie et Diagonal,
Draps de lit. Etolfes blanches
Faux cols et Mancheties. Flanelles et

Camisoles.

Lainage et Satinettes. Rubins et Den-
telles.

Tolles a drap et Chemises, etc.








MICILE de tout wehat
0) gourdes, sous la ga- |
‘vrontie de lacheleur, au compte du



|

Service Atlas |

Le steamer <« ALral », ayant |
quitté New-York le 2L courant
pour le Cap, Port-de- Paix et Go: |

chain 29 courant, pour suivee
probablement le méme jour pou

ragodne, Jérémie et Santa
Marta, prenant la malle, fi
passagers.



g adresser 4. Mm Cyrus Saunen, Ave:
| noe Jolin Browr, en face du Pension: |
| nat Ste-Rose de Lima.

ladelphia Des
Garretson’s Hospital of 6
ery de Philadelphie, Membre

Phosphatine Fallire, Boil ed 5 foie 1 iphia School of Anatony »

: de Morne pare par like, 4 2 fitpe, 1/4 | De retour des Etats Unis. a

" de litre ét flicons. Thermométres pour | 228 Cents et au ee 8

| leur disposition,
Médecins et familles. Bau distillée de et V'aprés-midi, de 345 heuehe.

“Vient d evoir plet
de médicaments de toute | fraicheur
tels que:

fleurs d’oranger triple par litre, 1/2 lie 7
tre, 1/4 de litre et flacons. Seringues |. Pert-an Prince, 6 Novembre
de Havas. Savons sullureny ue ve _—
pour a toilette, Savons wu goudron de | is. ° :
Mollard Bouchons pour flies, 1litre.| + oche Grelli
‘Tubes en caoutehou pour bock et ac-| De la Faculté de Médecine de Pa
cessoires Télines sssorties, | | Professeur de Chirurgie Opérat
Assortiment complet de Bonbons | r Keole Nationale de Médeck
fins. Dragées fines frangaises, Pralines |
grillées & a vanille, Nougat tin de Pa-)
rie, Fate pectarales etc, et es ies a poses
a boubon., ee

N. B.= Les personnes des autr
calités trouveront des. chambres |
les opérations chirurgicales et lour
lement.



: pour le traitement de tout



Bounies chaussettes hommes, dz. 15 5
Faus-cols toile, donzaise. 2 maladies nerveuses préparces
Chapewux de pail a depuis 3 | ernardo Ochoa
Bons el} ie eouteau ux table gee 40
ourses, facon cuir Russie, Pune 2- " . o
Tasses a calé porceluine dz, 8 bihule pour la guéris 2
Esserice Anurea, Safranor, ete 5 pléte del’ résypeéle, pré|
padrederiz @ 8.00 © par le Docieur ¢
jambiéres cuir, la sites 42>





La Caisse s i La Bout eille 87

) . mede pour la complete
Huile d’Olive Surfline

la youtte et toutes



Le ferblanc de 4 litre $ 3.50 simile eh liées ala
Veisselle et Verteria en tous genr thése urique (rl
Prize pec ciaun r pours Pesendnte, eulaire et musculaire, névra

etCe)







(Source. ANGELICA }
Digestive par excel lence,com
- dyspepsie. :

_ Pout Mariages, Fiancail les,ete

|
|

naives, est attendu ici jeudi. pro- |

La malle pour New: Nok al 3 :
eke bed steamer «Grarcia> |:

sia son Pe tke cuiacs on trou: |
-~ comme toujours, - se |
ned fran e