Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Port-au-Prince (Bani) —_— Lundi, 22 Octobre 1906





Q

rnal Quotidiem. Commercial et di’.




nent pour Département....4.2%
e Stranger 2.00







remorqueurs sont partisala recher-

}, Kehamna, ob l’on préparerait en ce |
che dui sous-marin.-- On n’a encore

ess ¥™ | moment la guerresainte.—Plusieurs |
BLEGRAPHIQUES | caravanes portant des armes et des | regu aucune nouvelle 4 son sujet.
a NOUVELLISTE. | munitions le Marrokech a Tafilet, D’aprés nouvelles reques la nuita
oe intkebe. | sont tombées, croit-on, aux mains | une heure tardive, on craint que le
be | des rebelles. : | «Lutine n’sit subi le sort épouvanta-
ne-16.—La police-al ,, La Havane 16. — Le gouverneur | ble du sous-marin «Farfadet», il y a
sanarchistes qui vien- | Magoon n’a pas pour le moment | unan.L’équigage du «Lutin: secom-
de l'étranger. Une | Vintention de former un cabinel. Cet- | pose de 14 hommes sous le com-
ité dexplosife, parmi | te décision Jui a été dictée par la ja- | mandement du lieutenant Phoepon.
uvent trente livres de | lousie des libéranx qui craignent | Le consul-général d’Angleterre a
découverte dans leurs | (2 wn nowvesu cabinet ne soit formé | proposé au résident-général francais
par lintermédiaire de leurs ennemis | de télégrahier & fAmirauté anglaise
ngleterie ) 46.— Par | politiques —- Ii sera également trés | Malte pour quelle préte son con-
plosion survenue. hier | difficile, sinon impossible, ge trou- | cours au sauvetage. Cette offre a ete
es mines de Wingate, | Ve" des Sec:étaires qui plaisent 4} ac eptee et de puissants appareils
iat été ensevelis. A 9) tOUl le monde, méme si le Gouver- | vont étre immeédiatement envoyes
aprés-midi, on avait | Pell ‘Tes choist! parmi les personnes | sur Ja scene de Ja catastrophe.
e74 mineurs vivauts, | GUE Papparticpnent daucun par, car roa
travailiant dans un | Urs amis psrsonnels pourraient en
Train, ont signalé que profiler pourse cceer des sympalLies
Sains et sanfs; on espére | politiques dans Vesprit public.
elirer ce soir, | La Havane 76.-- Deux nouveaux
une 16.~— La pro- | cas de fiéyre pine ont été décou-
nouvel tkase impérial | Verts ici; cela but un totarde8.-- Les
mnistie partielle, Ainsi | membres du bureau d’hygiéne nex-
ea réunions polit.qnes | primment auciuce inquiétude,
etlaines-cours martia-| Paris 17. --).unminence d'un for-
¢ publique le 30 O:. | midable soué-cinent des indigénes
a han Maroc et eu Algérie est de plus |
‘Une foule immense | en plus apporente. ——- Les antorités |
les boulevards pour |militaires en Algévie prennent les |
ze du lord-maire,des | Mesures cousin des par cet état de |
Jermen et des 50 con- | choses.
ville a Londres, qui} VARSOVIE 3 ‘
ses de gala se ren- | vert. hier lo ven de réunion June | 6 Eee ares.)
ree fee epee eats bande de trios ses; AB dentro eur, | emble bags en DEN

_ permair id ‘axsassinals 20) bo. aa : ' .
be lord anetre: et incu inats et de v0 » ont ipliments, el si vous aviez lintention

. am . | Véerire la véerilé dans votre journal,
VA GH | | St-Perespouks L7.-— Cing hom- | vous auriez dd prendre des informa-
Is part i ; yr) Mes COD VAIO de vols ont été ' tions sur mon compte auprés de fla
- banquet offert par) fasillés hier.--- De nombreuses exé- | Commission d Enquéte,.ou mieux en-
‘pal Dine id, iy Leutions ont eu ficu sur divers points | core auprés de Monsieur le juge d’ins- |
ception a Phétel | da territoire. ‘ 4 truction, dont je ue sais pas assez lover:
000 personnes y| Doanaw ( Angleterre ) 47.» Tous-| Vimpartialité. Ge Monsieur vous aurait
— . . . * | les survivautsde explosion, environ | sirement confirms ave je n'étais Ja-
Les récents orages | 200 personnes, ont été sauvées. | eee ese SOBRE omen nit Ve Ge,
tsa Glw | Bizenre (Tunisie) 17,— Ona si- associé de la maison G. heite! :
: | Bizerte ( CP AAs SI~ | intéressé ou inculpé dans ce qu’on ap-
| gnaléici hier sow a 40 heures la dis- | pelle «l'Affaire de la Consolidation »;-
a] parition du sous-tmarin frangais «Lu- ce quia été prouvé par les livres de la
| tine quicavait quiité le port le matin | dite muison, que je devais soumettre.d
pour se liveer a des exercices de | Ja justice, sur la demande de. Mr le.
Jlanode --- Deux torpilleurs et trois’ Joge @lustruction. Br A NS




































































Hamboury,le 20 Septembre 1906.
Monsieur THos A. VILMENAY.
Rédacteur en Chef de «?Actualilés,

Port-au-Prince.
















Monsieur,
Un ami de Port-au Prince m’envoie
votre journal en date du 25 aodt 1906,
contenant Particle: « Gn bagne en h-
herte», finissant ainsi:
« Tant pis s’ils réussissent a se déro-
« ber a notre justice, les Jaegerhuber
et les Olto Bein. L’essenticl est qu’ils
La police a décou- | ¢ s'en aillent et que nous soyons déli-
| « vrés de ce ramassis-de brigands, de












j










om
d



































Du reste, le fait que je n’ai jamais vu tre
mon nom, ni d.ns le compte-rendu, ni

dans les jngements de ce procés,

ve que vous étes dans letort. —

Si je me suis dérobé 4 fa Justice, |

_comme vous dites, on maurait sévere-| Le Secrétaire dela guerre américaic
ment condamné par contumace comme , Mr Taft, 3 Pouverswwr ane!
les autres. a , | niversité de la Havana a! ion
Sans doule vous étiez mal informé ; d’atfirmer 2 nouveau que _Vioters: nto
ou vous vous éles trompé de nom eN | des Etats-Unis a Cuba s'avait pour bet
me mentionnant dans votre article. que d’aider la jeune Républiqoe a : ission de reviser le
Je vous serais donc trés reconnais- de la crise actuelle. : T société ;: =
sant d'avoir la courtoisie de rectilier; Je suis heareax de l'opporranité qui] - William Hepple, Henry
Perreur en publiant cette lettre dans | mest dfferte de déclarer, ao nom du Pré- | es Régnier, Jules Lahens,
votre prochain numéro. . sident Roosevelt, gre je sais ici pour | briel, Louis Despinose, J,
Agréez, Monsieur, mes salutations.” yous aider a reprendre, la main dans la} Laurore Nav, Edmond Pol
Otro BEIN. main, votre marche extraordinaire dans | Helmcke, Charles d’Aubig
sme a Voie du progrés, afin qu'une fois def sous, ae
plus vous puissiez constater, avec orgueil| [£4 Commission de révi
que les Etats- Unis ne sont pas whe nati constitué son bureau: —
dexploitears, mais seulement éa sympa-| pygcidents Mr Ch. d'Av
thie avec le progrés, au point que leurs rer vice-président - me
citoyens sont piats A donner lear argent] 4 ice président: Louis
et a verser leur sang pour répandre les} rey secrdiaire: Laurore N
idées de progiés dans le monde. » =f ae secrtiaire: L. d’Espinose
Mr Taft. a secu one véritable ovation | ee .
pgs eee oe |... Nominations
de Vassistance nembreuse, ol se 7] "hb noe
Pélite intellectnelle de la Havanne |, Mr Jules Dévieut a &ce non
aa ed [fesseur de letires av Lycée de

Revue du Marché lremplacement de Mr Edouard
Les affaires en change ont é1é trés-cal- | démissionnaire.
mes pendant [a ‘sempaine passée, mais 1a] a4. Charles Beaubran fils a éi
teridance du marché é:ant redevenue plas). ix 2. Marigot
fib e. ; : : ite sionné Juge de paix a. Marigot,
aibe, il y a lie despérer un bon cou- | oe oe de Mr Cozeau. 2
tant d’aflaires avant long:emps. “= Nos compliments.
Oavert 4 336 °/,, on est graduellement os P C
descendu 4 332 *%/o; taux auzquel les ache- oe cho. des ayes
teurs sont topjours rares. La commémoration du _ 1008
Eo payable-livrab’e oa n'a rien fait. Il} saire de la mort de Jn-Jacan '
faut coter aominalement Novembre-Dé= | Lines a été grawdiosement tle
cembre 4 320/325 /o. -. | Cayes. Le Comiié da Ceatenair
Le Gouverne.nent a brilé le 18 covrant | dépendance, ‘e. ¢éves des G60
--*Fin da procés-verbal du Sénat en! 70.000 gourdes et il compte faire, dit-on, Fles corps consiitues prirent e
date du 17 Aodt 1906; | deux bri'ements cette semaine. émonie fonédbre, De magat tr
o--Etat des sommes encaissées du 13 au} Le service do Rt ait a mis en vente} ronnes de fleurs naturelles, re
20 Octobre pour le service cu Retrait par | 4.000 dollars.» Les Traites contre or, | offerte pt les éléves de nos) :
les Bureaux de la Recette et de la Dé-| Banguiers sar Paris direct oot fait 1 a 1] rent déposées devant le cénotap
pense ; | 1/4 %/o; Havre et Hambourg-Paris 1/a a] sur la Place d’armes. bred
---Procés-verbal de brilement des Ti-| ! ‘/e de prime, ~ Chéque. sur Paris a) A Vissue du service funébre a
























sage co tgnetageesceenint



SES

_ Le dernier No do « Moniteur #,en date
d’avant-hier,contient :

—Un article sur la journée
morative du.17 Octobre.p.%

—Promulgation de la loi qui accorde a
Mr Edmond Roumain le droit de raffi-
ner du pétrole ;

—Circalaire du Ministre de la Justice
aux Commissaires du Gouvernement prés
les Tobunavx civils de la République. —

—Avis du Ministére des Finances rela-
tifs au timbre proportionnel des titrésou
cerificats d’actions de sociéré, e: au bré-
lement des 70.000 goardesda 18 Octobre.

~-Arrété de 12° budgétaire du mois
d’Aodt, dont les dépenses s’élévent en
gourdes 4 363.928.85 et en dollars 34
30.336 76.



commé-






































La cesenenaHionayit ina onneiNRREa SIRI Hani eiainbiegrnminadiainanaSlgiiaghild aattntennnanidinner wih anonrinanonntntneNmatint nce




































: | eal ies les plus:
En-bas,.du salon, dont les huit portes com: | sait établie sur les bases :
| munigvaient avec une grande ghiatin dallée | Port-de-Paix Vavait va nalire,¢r
| rose et blanc, on dominait le jardin aux par- | pérer-
| terres fleuris of decidela,; la stature harmo- |-& pose
| nieuse et sereine d’un palmiste rappelait que | de sqn fro

4 - FeviLLeTon pu ¢ NoUVvELLIsTE®s






E LA VIE HAITIENNE









| la nature savait aussi concéder aux arbres 1'é- | sement set seletions ae
} légance et la beauté ; an dela, la vue élail en- ‘ ye ae
tl, ce



_| core charmée par un aceorte champ d’herbe py He
_au ‘milieu dugvuel trénaient des manguiers | I pensail er a

. : | trappus aux coupoles d’un vert sombre. | peul-étre quadrapl Goo, j
La villa qu’babitait la famille Démétrius | Dens la cour, des citronniers, des orangers, | omphe de [a Révolu Tennant
Thazar 4 Torgeau, était spaciense, bien aérée | des amandiers, des cocotiers, un campéchier | coup de maitre en abana ur
et trés propre ; son soubassement extréme-| donnaient del’ombre jusqu’'an champ | oil étouffait, assural’-) 1 a
ment élevé préservait de hamidité et faisait | ’herbe. [blir a Port-au-Prince on ent
da rez-de-chaussée un vérilable entresol, le~ | A la galerie, du cété nord, était souché un EFeSpU ia vour respitel
quel était composé d’un grand salon, d’une | perron dévonimé « terrasse » par Mme Th: itsans doute i S vil
salle 4 manger reliée a un office, d’an autre | zar, auquel on accédait par des marc me pas co 2 pri
pelil salon allenant au grand el d'une piéce | également dallées rose et blanc. Entre 1 ie meee ¢
ou prepait paissance Vescalier. L’étage supé- | derniére marche du_perron et le jardin s'



lait un jet d’eau dont une voiture po
isément faire le tour,

nant face a Vest, par of Enfin, toulle long de entourage
arrait la nuit le vent frais et souvent an peu | plantés des bananiers en grand

Nil de Pétion-Ville. .
A Vouest, par un petit halcon en avanl-

uels fuyaient des

p Calme et sur les. villas! des envi- |
pour décor de fond, & yauche, la





@

tout le temps des compliments, a toujours
— Un Cavaillonnais.
Mariage .
| Nous avons regu le. faire-part de ma-
‘tege de Mile AGnés Neprunge avec Mr
: C | Doerare Davin. La bénédiction nuptiale
Mor hs Mor [leura xe donate jeudi dernier en légtise
een geet, | Paroissiale de St-Louis du Sud.
coeurs, aux Cayes, étaient | oxo; meilleurs voeox de bonheur au
auteur des sentiments Que) ioe ~
ae . au couple.
on si pieux hommage au
dministration Poatale

de la Nationslixé haitienve. |. A@main ¢
: * WETS Ee TAVCTIEUS. = Olives COCO Ge
de Cavaillon 4 dées en sonflrance:

‘obre couran , A la abit tom .
le mariage civil de Mile | . MM. Sinéus Bessa, Sanoa Jean, Dolcé
“avec Mr Desaix Brutus de Prospére, Normilis Normi’, Joseph Vieux,
ae aon rnc | Général Eni'e L. Labossiére (2 lettres )
nce, qui ont eu pour témoins: - bead OsSie 5),
fA p Mme Vve Horace Mondésir, Mmes Délice

, de Miragoine, La- Ones :
ine Mertitos” Vaval : t Albert André, Olivia Frangois, Emilie

mail, de Cavaillon.

elles viennent de recevoir. vendront,a
t partir de mardi’ prochain 23° Octobre. _
courant, avec un rabais -considérable, |
les articles de modes qu’elles ont en’
tagasin actuellement. i oe
Gest une occasion exceplionnelle
qn’elles olfrent. — Que leurs aimables:
elientes visilentdone leur magasin, 160°
Grand Rue, mardi, mercredi et jeudi
prochain, gni seront consacrés 4 la hi-
quidation de ancien stock 4 des prix
trés réduils. A
Venez en faire votre profit : cette
ente au rabais ne doit durer que trois |
jours seulementt..
AVIS

Extrait du journal « Le Cables du
Cap-Hailien, du 3 Septembre 1906:

La Savonnerie a l’honneur d’aviser
ges clients qn’elle nanutiement rinten-
ion d’essayer de profiter du change-
ment dans le tarif douanier pour aug-
menter le prix de soi savon; an con-
traire, sila baisse du change se main-
tient, elle baissera ses prix,de maniére
ace que cet article soit a la portée de
toutes les bourses, et pour que la pa-
pulation puisse aussi jouir des béneli-
ces de la concession.

Cap-Haitien, le 3 Septembre 1906.
La DIRECTION.

vis aux Families
Comme sage-femme, ayant fait un
isage continuel depuis quelque temps
ju «Savon Naftalone», je puis dire que
c’est un médicament tres actif comme
antisestique hygiénigue, Je ne perds
pag l'occasion dele recommander @ ma
| clientéle et aux amies.
Vve THEBAUD,
illeure Biére du Monde
(Sans Alcool)
Dépot: chez LAGOJANNIS
Seul concessionnaire-excpédileur pour
Heili : Mic Tory Tricome,
45, Rue Victor Massé, Paris. '

pronontécent d i rants | env le piano






rautres MM. Ch



















e

























































‘Les Dominicains en Haiti sont avisés
wilg ont encore jusqu’au 30 de ce mois
our se faire inscrire au Consulat Gé-
éral de cette ville.

_ Passé ce délai, ils devront, pour avoir
eurinscriptioa annuelle,présenter tous
es documents établissant leur natio-
nalité.

Port ou-Prince, 22 Octobre 1906.
Le Chargé de la ehancellerie dela Lé-

alton,

Ernesto LOVELACE.
Avis aux Cliea
Monsieur Cantin, Horloger, 150 rue
lu Peuple, avise le public de Port au
Srinee et de province quil quitte

Haiti le 4e du mois prochain.
En conséquence,il prie les personnes
qui ont des montres et autres objets |
chez lui de vouloir bien les retirer au)
plus (6t.
Port-au Prince, 22 Octebre 1906.
Jocasions exceptionnelles
Madame. C. Troie et Mademoiselle
S. Agnant, pour faire place aux ri-

4 "3

ches « Nouveautés parisiennes » qu’-

el age touie la pompe vou-
ariés ont é1é condui:s aux
VAutel par Mme Vve Joseph
des Cayes, avec Mr le député
mon fils, et devant eux mar-
sis angés d’honneur, arrangés pa
Le Révérend pére Mello, coré
¢, a prononcé un beau dis-
qui sera publié uliérieurement e
vel il n'a pas mangué de tracer
s époux la voie A suivre et leur
Tespectifs,

we chantée par an choeor de
5, 2 4 bien exécutée, et Vor-
tteoue par Mr Délius Durand.
sortic.de l'Egiise, l'on s'est rendu
kaions de Mme Loizeau Avgus
e de la mariée, of le champaga
tile parrain des noces a prononc
tS, alusi que MM. Kellermann
Antoine Brutus, auzquels |
pondu en des termes tra. émos
toute, depuis taniét 12 jours
& tél etent avec un eatrain ioac
et la jeunesse Cavaillonnzise no
gue cela, -- Mr Orélus Dyer d
Hace, a qui on a eu a adiesse













































































Il était évident que, pareille en cela 4 la
nérahie des haitiennes, amour lui était
indifférent— si par amour il faut entendre,
comme Va dif quelqu’un, cel aélat mental ef
physique durant lequel tout s’abolit en nous,
dans notre pensée, dans notre coeur et dans
nos sens. ambition, devoir, passé,avenir, ha-
bitudes, besoins, 4 la seule idée d’un certain
élre | a
En revanche,elle était capable de s immoler
cans un mumure pour assurer un sort bril<
lant a ses enfants ef maintenirson «rang» so-
chal, ,
Elle n’était rien qu’orgueil et vanité.
Toutefois, dans les derniers temps de son
séjour 4 Paris, elle avait porlé un intérét tres
vif Aun haitien de distinction, Auguste Re-
mo, qui venait d’étre regu docteur en méde-
eine. Lui, l’aima tout de suite,complétement,
absolument, — mais hésifa toujours a le lui
mée d'amour et dont la démarche lente, sou- dire: Rent saber: ‘dans ‘son
A : a , * * oe 4 a
phe, Larmor ee eee ee pee haus on. yoisinage et i] soiguait pour rien toute la fa~-
: : A Sag te Ghat mille :-~ mais soit raison chez lui, soil vertu
ee ee epee: dank Tele sued une chez Mme Thazar, les choses n’avaient pas
leaule chose ; ses intéréls immeédiats de mé- fait un pas. :
: — agére, et avail un cole égoiste ef dur qui ef-
fonnels ilyseires, Mine | frayait. :

Thazar poussait de yérilables cris da déses-
poir : _

nm Assen | Asset | Failes-moi grace de vos
gurais | Taises-vous, 8i vous n’ayez rien a
Hire... Quel homme insignifiant ! ‘
Ces traitements élalent d’autant plus pé-
nibles an cour excellent de M. Thazar que
e pauvre homme aimait éperdument celle
megere, laquelle, a la vérilé, dail une créa-
ure vraiment séduisante,

Célait une femme douée d’une intelligence
aussi vive qu’avisée que Mme Thazar ;-— elle
gait de la lecture et une certaine curiosité

parente des choses de Vesprit.

"Cette brune aux formes opulentes, aux lé-
“reg charnues et ardoisées, aux regards pas-
jonnés et qui 4Taudition de la moindre
muique un peu mélodieuse s’alanguissait
4mée, lelles certaines fleurs capiteuses sous
es premiers rayons du_ soleil ; cette madone
Strange qui avait tous les dehors d’une afla-

«le devoir primordial du pér
@.dese sacrifier pour les siens !
t@ sacrilia.

Cécile et Robert partireat..
inrent quelques aundes plu
way n’avail pu conserver qu
$00 ancienne prospérité et |
Heil pas méme le courage d’a
me la silualion vraie ; ce ni










































| ( Acontinuer) Ferxanp HIBBERT.



J. Cordasco & C,
ont Uhoaneor d'informer leurs nome |
breux clients, tant de la Capitale que]
de la Provinee, qu’ils viennent de
trans(érer leur Cordonnerie rue du}
Magasin de (Etat No 67, presque con-
tigué 4 la Maison Cuaporeau &.C»,

Ils trouveront chez eux un_ stock
nouveau de chaussures en tous genres, |
confectionnées avec sain et élégance ;
@outillage et de fournitures pour core |
donserie, de machines (marque Sin-
ger) pour cordonniers, taillears et moe |
distes, de bicyclettes avec uccessoires, |
etc, A des prix trés modérés.

J. GORDASCO & GC,
Rue du Magasin de Etat Ne 67,









Marchand Tailleur, |
A lhonneur d’annoncer 4 sa nom- |
- breuse clieutéle qu'il a repris la diree |







ion de sa Maison et qu'il s’occupe | Pe © wm 4 ef A
lon Ge St 4 pey générales. Dessin. — Principe du Broit

personnellement de tout ce qui se rap- |

porte aux confections a lat confiées, |

e’est-a-dire de l”mesure, de la cou
@, €ie,

li lui promet un travail soigné en
ajoutant une premptitude remarquable |
et une sensib'e modération duns les

PIs.

La Maison tient conlinuellement 4 la
‘disposition des clientsun stock de Ca-
gumirs et Diayorules francais récem-
ment regus,

ar ere
Sable d
i demanne @ se melire

Le soussigné de

en rapport aves des personnes pouvant
lui-fournic a Port-au-Prince 130 @ 200
barils de sable par jour.-- Le sable doit
provenir en amont des Riviéres, des
Torrents ov des gisements a proximité
soit du Chemin de fer P. C. S., soit de
la mer. Tout sable qui est propre a
faire un mortier supérieur, peut ser-
vir. Priére Vapporter des échantillons
a l'appui des offres.

Joun-D. METZGER












Douce

_
dl

L
4










iene, itech pprmaanensat suteg
ze 5 Wishcpatahin nd. ice
alton antciniie | ;

hourgesise fiméricaint |
(Service New-York-Haitl) = |





Atlas

Le steamer «GRAECIA®, ayant |
quitté: New-York le 17 courant |
pour Gonaives, St'Marc et notre)
port, est attendu ici jeudi pro- |
chain 25 courant et suivra proba- |
blement le meme jour pour Ca
yes, Jacmel et Savanilla, prenant |
la matle, frét et passagers. -
Port-au-Prince, 19 Octobre 1906



| solide jointe 4 une forte

i tinctes > division élémentaire, division] — dy ~ Restaurant de la Paix
de grammaire et division supérieure. 7 | age du-Comm
Ee recoit des enfants dés lage de> ss de ’Hétel Bellevuc
septans. [ls sont objet d- soins par- | « Central
liculiers de maitres spéciaux. « de France
| Lrenseignement comprend toutesles| sss ——tsé#@M tre
| études preserites par les programmes | du Calé duPort

| officiels

Lrale et clrigque.— Langue eb Uitévature |
| francaises.— Literature ancienné.-= Lan |.

| liltérature anglaises. — Langue et lilléra- |
ture allemandes. — Seiences mathémati- |

| cessaire a la bonne exéeution du pro-



| ment a toujours en dépét un grand |
stock de chaussures en tous genres, |

| | Les commandes pour la Cote séfont | :

expedices 4 ls charge de- | Etablisse- |
| ment. En achétant ea gros, il do
| cing pour cent descomple (5 %Je).
‘ | Soins, Exaclitede, Ponetnalifé
_ F. HERRMANN & Co, Agents} |





Collége-Louverture

Taternat Ester
Le Coi.tce-Louvertone est ui
blissement privé d’Enseig
condaire Moderne,créé en vue de don:
ver aux jeunes gens une instructio
éducation mo-






















4u Grand Cercle de Port
du Petit-Club

ale et patriotique. /
. de l'Union Sportive Hi:

L Ecole forme trois divisions dis- |


















du Bar Fin de Siécle.
oe nen he Commarea
des Amateurs.
du Port
international
dela Bourse
dela Chambre
de la Poste 5
‘dela Gores
du Palais .
de ’ Union

Instruction religieuse.— Instruction mo |












gue et littérature espagnotes.— Langue et

gues et Cosmegraphie. — Sciences phys -
ques et naturelles. — Histoire et Géagra-
ghie @ Haiti — Histoire et Géogrephie

et Economie politique. Hygiéne, — Nex)

& & SB Soe HAS SO. He

tions d’ Agriculture. Camplabilité et Te- | Larousse

nue des Livres. — Musique, — Eaercices | Lavicloire

physiques. ¢ — Bourdon
L’Ecole posséde tout ce qui est né- Cantave




Aux Caves de Cordeux
Gonaives : R. Schitt
Petit-Godve : Café Lochard |
Jérémie: Café dela Paix
yo: &, Dalencourt

gramme. !
Une discipline a la fois ferme et pa-
ternelle assure le progrés dea Eléves.
En toute circonstance, les éleves da
CoLtice LouverTurs sont soumis ala
plus stricle surveillance ; ils sont l'ob
jet de ia soliicitude la plus bienveillante ;
et la plus constante pour tout ce qui
concerne leur siualion matérielle, tn- 3
tellectuelle ef morale.
Pour (cus antres renseignements,s’a-
dresser ala Direction de |’Etablisse-
ment,
Port uu-Prince, 136, Rue du Peuple.
Le Directeur, ~ L. GC, LHERISSON |

































setae

Sie sales oe



Monuments en pierre et marbre
pour tombes
Courennes Mortuaires
Cuez Henry Srark & Co

64, rue du Magasinde t Kal, 64.



ARI, |
‘abricant de Chaussures, |
Annonce au public que l’Etablisse- |



-pour la vente en gros et détail : hom: |
anes, femmes et enfants.

nue |

42, Rue des Fronts-Forts, 42.8"



Full Text


Port-au-Prince (Bani) —_— Lundi, 22 Octobre 1906





Q

rnal Quotidiem. Commercial et di’.




nent pour Département....4.2%
e Stranger 2.00







remorqueurs sont partisala recher-

}, Kehamna, ob l’on préparerait en ce |
che dui sous-marin.-- On n’a encore

ess ¥™ | moment la guerresainte.—Plusieurs |
BLEGRAPHIQUES | caravanes portant des armes et des | regu aucune nouvelle 4 son sujet.
a NOUVELLISTE. | munitions le Marrokech a Tafilet, D’aprés nouvelles reques la nuita
oe intkebe. | sont tombées, croit-on, aux mains | une heure tardive, on craint que le
be | des rebelles. : | «Lutine n’sit subi le sort épouvanta-
ne-16.—La police-al ,, La Havane 16. — Le gouverneur | ble du sous-marin «Farfadet», il y a
sanarchistes qui vien- | Magoon n’a pas pour le moment | unan.L’équigage du «Lutin: secom-
de l'étranger. Une | Vintention de former un cabinel. Cet- | pose de 14 hommes sous le com-
ité dexplosife, parmi | te décision Jui a été dictée par la ja- | mandement du lieutenant Phoepon.
uvent trente livres de | lousie des libéranx qui craignent | Le consul-général d’Angleterre a
découverte dans leurs | (2 wn nowvesu cabinet ne soit formé | proposé au résident-général francais
par lintermédiaire de leurs ennemis | de télégrahier & fAmirauté anglaise
ngleterie ) 46.— Par | politiques —- Ii sera également trés | Malte pour quelle préte son con-
plosion survenue. hier | difficile, sinon impossible, ge trou- | cours au sauvetage. Cette offre a ete
es mines de Wingate, | Ve" des Sec:étaires qui plaisent 4} ac eptee et de puissants appareils
iat été ensevelis. A 9) tOUl le monde, méme si le Gouver- | vont étre immeédiatement envoyes
aprés-midi, on avait | Pell ‘Tes choist! parmi les personnes | sur Ja scene de Ja catastrophe.
e74 mineurs vivauts, | GUE Papparticpnent daucun par, car roa
travailiant dans un | Urs amis psrsonnels pourraient en
Train, ont signalé que profiler pourse cceer des sympalLies
Sains et sanfs; on espére | politiques dans Vesprit public.
elirer ce soir, | La Havane 76.-- Deux nouveaux
une 16.~— La pro- | cas de fiéyre pine ont été décou-
nouvel tkase impérial | Verts ici; cela but un totarde8.-- Les
mnistie partielle, Ainsi | membres du bureau d’hygiéne nex-
ea réunions polit.qnes | primment auciuce inquiétude,
etlaines-cours martia-| Paris 17. --).unminence d'un for-
¢ publique le 30 O:. | midable soué-cinent des indigénes
a han Maroc et eu Algérie est de plus |
‘Une foule immense | en plus apporente. ——- Les antorités |
les boulevards pour |militaires en Algévie prennent les |
ze du lord-maire,des | Mesures cousin des par cet état de |
Jermen et des 50 con- | choses.
ville a Londres, qui} VARSOVIE 3 ‘
ses de gala se ren- | vert. hier lo ven de réunion June | 6 Eee ares.)
ree fee epee eats bande de trios ses; AB dentro eur, | emble bags en DEN

_ permair id ‘axsassinals 20) bo. aa : ' .
be lord anetre: et incu inats et de v0 » ont ipliments, el si vous aviez lintention

. am . | Véerire la véerilé dans votre journal,
VA GH | | St-Perespouks L7.-— Cing hom- | vous auriez dd prendre des informa-
Is part i ; yr) Mes COD VAIO de vols ont été ' tions sur mon compte auprés de fla
- banquet offert par) fasillés hier.--- De nombreuses exé- | Commission d Enquéte,.ou mieux en-
‘pal Dine id, iy Leutions ont eu ficu sur divers points | core auprés de Monsieur le juge d’ins- |
ception a Phétel | da territoire. ‘ 4 truction, dont je ue sais pas assez lover:
000 personnes y| Doanaw ( Angleterre ) 47.» Tous-| Vimpartialité. Ge Monsieur vous aurait
— . . . * | les survivautsde explosion, environ | sirement confirms ave je n'étais Ja-
Les récents orages | 200 personnes, ont été sauvées. | eee ese SOBRE omen nit Ve Ge,
tsa Glw | Bizenre (Tunisie) 17,— Ona si- associé de la maison G. heite! :
: | Bizerte ( CP AAs SI~ | intéressé ou inculpé dans ce qu’on ap-
| gnaléici hier sow a 40 heures la dis- | pelle «l'Affaire de la Consolidation »;-
a] parition du sous-tmarin frangais «Lu- ce quia été prouvé par les livres de la
| tine quicavait quiité le port le matin | dite muison, que je devais soumettre.d
pour se liveer a des exercices de | Ja justice, sur la demande de. Mr le.
Jlanode --- Deux torpilleurs et trois’ Joge @lustruction. Br A NS




































































Hamboury,le 20 Septembre 1906.
Monsieur THos A. VILMENAY.
Rédacteur en Chef de «?Actualilés,

Port-au-Prince.
















Monsieur,
Un ami de Port-au Prince m’envoie
votre journal en date du 25 aodt 1906,
contenant Particle: « Gn bagne en h-
herte», finissant ainsi:
« Tant pis s’ils réussissent a se déro-
« ber a notre justice, les Jaegerhuber
et les Olto Bein. L’essenticl est qu’ils
La police a décou- | ¢ s'en aillent et que nous soyons déli-
| « vrés de ce ramassis-de brigands, de












j










om
d
































Du reste, le fait que je n’ai jamais vu tre
mon nom, ni d.ns le compte-rendu, ni

dans les jngements de ce procés,

ve que vous étes dans letort. —

Si je me suis dérobé 4 fa Justice, |

_comme vous dites, on maurait sévere-| Le Secrétaire dela guerre américaic
ment condamné par contumace comme , Mr Taft, 3 Pouverswwr ane!
les autres. a , | niversité de la Havana a! ion
Sans doule vous étiez mal informé ; d’atfirmer 2 nouveau que _Vioters: nto
ou vous vous éles trompé de nom eN | des Etats-Unis a Cuba s'avait pour bet
me mentionnant dans votre article. que d’aider la jeune Républiqoe a : ission de reviser le
Je vous serais donc trés reconnais- de la crise actuelle. : T société ;: =
sant d'avoir la courtoisie de rectilier; Je suis heareax de l'opporranité qui] - William Hepple, Henry
Perreur en publiant cette lettre dans | mest dfferte de déclarer, ao nom du Pré- | es Régnier, Jules Lahens,
votre prochain numéro. . sident Roosevelt, gre je sais ici pour | briel, Louis Despinose, J,
Agréez, Monsieur, mes salutations.” yous aider a reprendre, la main dans la} Laurore Nav, Edmond Pol
Otro BEIN. main, votre marche extraordinaire dans | Helmcke, Charles d’Aubig
sme a Voie du progrés, afin qu'une fois def sous, ae
plus vous puissiez constater, avec orgueil| [£4 Commission de révi
que les Etats- Unis ne sont pas whe nati constitué son bureau: —
dexploitears, mais seulement éa sympa-| pygcidents Mr Ch. d'Av
thie avec le progrés, au point que leurs rer vice-président - me
citoyens sont piats A donner lear argent] 4 ice président: Louis
et a verser leur sang pour répandre les} rey secrdiaire: Laurore N
idées de progiés dans le monde. » =f ae secrtiaire: L. d’Espinose
Mr Taft. a secu one véritable ovation | ee .
pgs eee oe |... Nominations
de Vassistance nembreuse, ol se 7] "hb noe
Pélite intellectnelle de la Havanne |, Mr Jules Dévieut a &ce non
aa ed [fesseur de letires av Lycée de

Revue du Marché lremplacement de Mr Edouard
Les affaires en change ont é1é trés-cal- | démissionnaire.
mes pendant [a ‘sempaine passée, mais 1a] a4. Charles Beaubran fils a éi
teridance du marché é:ant redevenue plas). ix 2. Marigot
fib e. ; : : ite sionné Juge de paix a. Marigot,
aibe, il y a lie despérer un bon cou- | oe oe de Mr Cozeau. 2
tant d’aflaires avant long:emps. “= Nos compliments.
Oavert 4 336 °/,, on est graduellement os P C
descendu 4 332 *%/o; taux auzquel les ache- oe cho. des ayes
teurs sont topjours rares. La commémoration du _ 1008
Eo payable-livrab’e oa n'a rien fait. Il} saire de la mort de Jn-Jacan '
faut coter aominalement Novembre-Dé= | Lines a été grawdiosement tle
cembre 4 320/325 /o. -. | Cayes. Le Comiié da Ceatenair
Le Gouverne.nent a brilé le 18 covrant | dépendance, ‘e. ¢éves des G60
--*Fin da procés-verbal du Sénat en! 70.000 gourdes et il compte faire, dit-on, Fles corps consiitues prirent e
date du 17 Aodt 1906; | deux bri'ements cette semaine. émonie fonédbre, De magat tr
o--Etat des sommes encaissées du 13 au} Le service do Rt ait a mis en vente} ronnes de fleurs naturelles, re
20 Octobre pour le service cu Retrait par | 4.000 dollars.» Les Traites contre or, | offerte pt les éléves de nos) :
les Bureaux de la Recette et de la Dé-| Banguiers sar Paris direct oot fait 1 a 1] rent déposées devant le cénotap
pense ; | 1/4 %/o; Havre et Hambourg-Paris 1/a a] sur la Place d’armes. bred
---Procés-verbal de brilement des Ti-| ! ‘/e de prime, ~ Chéque. sur Paris a) A Vissue du service funébre a
























sage co tgnetageesceenint



SES

_ Le dernier No do « Moniteur #,en date
d’avant-hier,contient :

—Un article sur la journée
morative du.17 Octobre.p.%

—Promulgation de la loi qui accorde a
Mr Edmond Roumain le droit de raffi-
ner du pétrole ;

—Circalaire du Ministre de la Justice
aux Commissaires du Gouvernement prés
les Tobunavx civils de la République. —

—Avis du Ministére des Finances rela-
tifs au timbre proportionnel des titrésou
cerificats d’actions de sociéré, e: au bré-
lement des 70.000 goardesda 18 Octobre.

~-Arrété de 12° budgétaire du mois
d’Aodt, dont les dépenses s’élévent en
gourdes 4 363.928.85 et en dollars 34
30.336 76.



commé-






































La cesenenaHionayit ina onneiNRREa SIRI Hani eiainbiegrnminadiainanaSlgiiaghild aattntennnanidinner wih anonrinanonntntneNmatint nce




































: | eal ies les plus:
En-bas,.du salon, dont les huit portes com: | sait établie sur les bases :
| munigvaient avec une grande ghiatin dallée | Port-de-Paix Vavait va nalire,¢r
| rose et blanc, on dominait le jardin aux par- | pérer-
| terres fleuris of decidela,; la stature harmo- |-& pose
| nieuse et sereine d’un palmiste rappelait que | de sqn fro

4 - FeviLLeTon pu ¢ NoUVvELLIsTE®s






E LA VIE HAITIENNE









| la nature savait aussi concéder aux arbres 1'é- | sement set seletions ae
} légance et la beauté ; an dela, la vue élail en- ‘ ye ae
tl, ce



_| core charmée par un aceorte champ d’herbe py He
_au ‘milieu dugvuel trénaient des manguiers | I pensail er a

. : | trappus aux coupoles d’un vert sombre. | peul-étre quadrapl Goo, j
La villa qu’babitait la famille Démétrius | Dens la cour, des citronniers, des orangers, | omphe de [a Révolu Tennant
Thazar 4 Torgeau, était spaciense, bien aérée | des amandiers, des cocotiers, un campéchier | coup de maitre en abana ur
et trés propre ; son soubassement extréme-| donnaient del’ombre jusqu’'an champ | oil étouffait, assural’-) 1 a
ment élevé préservait de hamidité et faisait | ’herbe. [blir a Port-au-Prince on ent
da rez-de-chaussée un vérilable entresol, le~ | A la galerie, du cété nord, était souché un EFeSpU ia vour respitel
quel était composé d’un grand salon, d’une | perron dévonimé « terrasse » par Mme Th: itsans doute i S vil
salle 4 manger reliée a un office, d’an autre | zar, auquel on accédait par des marc me pas co 2 pri
pelil salon allenant au grand el d'une piéce | également dallées rose et blanc. Entre 1 ie meee ¢
ou prepait paissance Vescalier. L’étage supé- | derniére marche du_perron et le jardin s'



lait un jet d’eau dont une voiture po
isément faire le tour,

nant face a Vest, par of Enfin, toulle long de entourage
arrait la nuit le vent frais et souvent an peu | plantés des bananiers en grand

Nil de Pétion-Ville. .
A Vouest, par un petit halcon en avanl-

uels fuyaient des

p Calme et sur les. villas! des envi- |
pour décor de fond, & yauche, la


@

tout le temps des compliments, a toujours
— Un Cavaillonnais.
Mariage .
| Nous avons regu le. faire-part de ma-
‘tege de Mile AGnés Neprunge avec Mr
: C | Doerare Davin. La bénédiction nuptiale
Mor hs Mor [leura xe donate jeudi dernier en légtise
een geet, | Paroissiale de St-Louis du Sud.
coeurs, aux Cayes, étaient | oxo; meilleurs voeox de bonheur au
auteur des sentiments Que) ioe ~
ae . au couple.
on si pieux hommage au
dministration Poatale

de la Nationslixé haitienve. |. A@main ¢
: * WETS Ee TAVCTIEUS. = Olives COCO Ge
de Cavaillon 4 dées en sonflrance:

‘obre couran , A la abit tom .
le mariage civil de Mile | . MM. Sinéus Bessa, Sanoa Jean, Dolcé
“avec Mr Desaix Brutus de Prospére, Normilis Normi’, Joseph Vieux,
ae aon rnc | Général Eni'e L. Labossiére (2 lettres )
nce, qui ont eu pour témoins: - bead OsSie 5),
fA p Mme Vve Horace Mondésir, Mmes Délice

, de Miragoine, La- Ones :
ine Mertitos” Vaval : t Albert André, Olivia Frangois, Emilie

mail, de Cavaillon.

elles viennent de recevoir. vendront,a
t partir de mardi’ prochain 23° Octobre. _
courant, avec un rabais -considérable, |
les articles de modes qu’elles ont en’
tagasin actuellement. i oe
Gest une occasion exceplionnelle
qn’elles olfrent. — Que leurs aimables:
elientes visilentdone leur magasin, 160°
Grand Rue, mardi, mercredi et jeudi
prochain, gni seront consacrés 4 la hi-
quidation de ancien stock 4 des prix
trés réduils. A
Venez en faire votre profit : cette
ente au rabais ne doit durer que trois |
jours seulementt..
AVIS

Extrait du journal « Le Cables du
Cap-Hailien, du 3 Septembre 1906:

La Savonnerie a l’honneur d’aviser
ges clients qn’elle nanutiement rinten-
ion d’essayer de profiter du change-
ment dans le tarif douanier pour aug-
menter le prix de soi savon; an con-
traire, sila baisse du change se main-
tient, elle baissera ses prix,de maniére
ace que cet article soit a la portée de
toutes les bourses, et pour que la pa-
pulation puisse aussi jouir des béneli-
ces de la concession.

Cap-Haitien, le 3 Septembre 1906.
La DIRECTION.

vis aux Families
Comme sage-femme, ayant fait un
isage continuel depuis quelque temps
ju «Savon Naftalone», je puis dire que
c’est un médicament tres actif comme
antisestique hygiénigue, Je ne perds
pag l'occasion dele recommander @ ma
| clientéle et aux amies.
Vve THEBAUD,
illeure Biére du Monde
(Sans Alcool)
Dépot: chez LAGOJANNIS
Seul concessionnaire-excpédileur pour
Heili : Mic Tory Tricome,
45, Rue Victor Massé, Paris. '

pronontécent d i rants | env le piano






rautres MM. Ch



















e

























































‘Les Dominicains en Haiti sont avisés
wilg ont encore jusqu’au 30 de ce mois
our se faire inscrire au Consulat Gé-
éral de cette ville.

_ Passé ce délai, ils devront, pour avoir
eurinscriptioa annuelle,présenter tous
es documents établissant leur natio-
nalité.

Port ou-Prince, 22 Octobre 1906.
Le Chargé de la ehancellerie dela Lé-

alton,

Ernesto LOVELACE.
Avis aux Cliea
Monsieur Cantin, Horloger, 150 rue
lu Peuple, avise le public de Port au
Srinee et de province quil quitte

Haiti le 4e du mois prochain.
En conséquence,il prie les personnes
qui ont des montres et autres objets |
chez lui de vouloir bien les retirer au)
plus (6t.
Port-au Prince, 22 Octebre 1906.
Jocasions exceptionnelles
Madame. C. Troie et Mademoiselle
S. Agnant, pour faire place aux ri-

4 "3

ches « Nouveautés parisiennes » qu’-

el age touie la pompe vou-
ariés ont é1é condui:s aux
VAutel par Mme Vve Joseph
des Cayes, avec Mr le député
mon fils, et devant eux mar-
sis angés d’honneur, arrangés pa
Le Révérend pére Mello, coré
¢, a prononcé un beau dis-
qui sera publié uliérieurement e
vel il n'a pas mangué de tracer
s époux la voie A suivre et leur
Tespectifs,

we chantée par an choeor de
5, 2 4 bien exécutée, et Vor-
tteoue par Mr Délius Durand.
sortic.de l'Egiise, l'on s'est rendu
kaions de Mme Loizeau Avgus
e de la mariée, of le champaga
tile parrain des noces a prononc
tS, alusi que MM. Kellermann
Antoine Brutus, auzquels |
pondu en des termes tra. émos
toute, depuis taniét 12 jours
& tél etent avec un eatrain ioac
et la jeunesse Cavaillonnzise no
gue cela, -- Mr Orélus Dyer d
Hace, a qui on a eu a adiesse













































































Il était évident que, pareille en cela 4 la
nérahie des haitiennes, amour lui était
indifférent— si par amour il faut entendre,
comme Va dif quelqu’un, cel aélat mental ef
physique durant lequel tout s’abolit en nous,
dans notre pensée, dans notre coeur et dans
nos sens. ambition, devoir, passé,avenir, ha-
bitudes, besoins, 4 la seule idée d’un certain
élre | a
En revanche,elle était capable de s immoler
cans un mumure pour assurer un sort bril<
lant a ses enfants ef maintenirson «rang» so-
chal, ,
Elle n’était rien qu’orgueil et vanité.
Toutefois, dans les derniers temps de son
séjour 4 Paris, elle avait porlé un intérét tres
vif Aun haitien de distinction, Auguste Re-
mo, qui venait d’étre regu docteur en méde-
eine. Lui, l’aima tout de suite,complétement,
absolument, — mais hésifa toujours a le lui
mée d'amour et dont la démarche lente, sou- dire: Rent saber: ‘dans ‘son
A : a , * * oe 4 a
phe, Larmor ee eee ee pee haus on. yoisinage et i] soiguait pour rien toute la fa~-
: : A Sag te Ghat mille :-~ mais soit raison chez lui, soil vertu
ee ee epee: dank Tele sued une chez Mme Thazar, les choses n’avaient pas
leaule chose ; ses intéréls immeédiats de mé- fait un pas. :
: — agére, et avail un cole égoiste ef dur qui ef-
fonnels ilyseires, Mine | frayait. :

Thazar poussait de yérilables cris da déses-
poir : _

nm Assen | Asset | Failes-moi grace de vos
gurais | Taises-vous, 8i vous n’ayez rien a
Hire... Quel homme insignifiant ! ‘
Ces traitements élalent d’autant plus pé-
nibles an cour excellent de M. Thazar que
e pauvre homme aimait éperdument celle
megere, laquelle, a la vérilé, dail une créa-
ure vraiment séduisante,

Célait une femme douée d’une intelligence
aussi vive qu’avisée que Mme Thazar ;-— elle
gait de la lecture et une certaine curiosité

parente des choses de Vesprit.

"Cette brune aux formes opulentes, aux lé-
“reg charnues et ardoisées, aux regards pas-
jonnés et qui 4Taudition de la moindre
muique un peu mélodieuse s’alanguissait
4mée, lelles certaines fleurs capiteuses sous
es premiers rayons du_ soleil ; cette madone
Strange qui avait tous les dehors d’une afla-

«le devoir primordial du pér
@.dese sacrifier pour les siens !
t@ sacrilia.

Cécile et Robert partireat..
inrent quelques aundes plu
way n’avail pu conserver qu
$00 ancienne prospérité et |
Heil pas méme le courage d’a
me la silualion vraie ; ce ni










































| ( Acontinuer) Ferxanp HIBBERT.
J. Cordasco & C,
ont Uhoaneor d'informer leurs nome |
breux clients, tant de la Capitale que]
de la Provinee, qu’ils viennent de
trans(érer leur Cordonnerie rue du}
Magasin de (Etat No 67, presque con-
tigué 4 la Maison Cuaporeau &.C»,

Ils trouveront chez eux un_ stock
nouveau de chaussures en tous genres, |
confectionnées avec sain et élégance ;
@outillage et de fournitures pour core |
donserie, de machines (marque Sin-
ger) pour cordonniers, taillears et moe |
distes, de bicyclettes avec uccessoires, |
etc, A des prix trés modérés.

J. GORDASCO & GC,
Rue du Magasin de Etat Ne 67,









Marchand Tailleur, |
A lhonneur d’annoncer 4 sa nom- |
- breuse clieutéle qu'il a repris la diree |







ion de sa Maison et qu'il s’occupe | Pe © wm 4 ef A
lon Ge St 4 pey générales. Dessin. — Principe du Broit

personnellement de tout ce qui se rap- |

porte aux confections a lat confiées, |

e’est-a-dire de l”mesure, de la cou
@, €ie,

li lui promet un travail soigné en
ajoutant une premptitude remarquable |
et une sensib'e modération duns les

PIs.

La Maison tient conlinuellement 4 la
‘disposition des clientsun stock de Ca-
gumirs et Diayorules francais récem-
ment regus,

ar ere
Sable d
i demanne @ se melire

Le soussigné de

en rapport aves des personnes pouvant
lui-fournic a Port-au-Prince 130 @ 200
barils de sable par jour.-- Le sable doit
provenir en amont des Riviéres, des
Torrents ov des gisements a proximité
soit du Chemin de fer P. C. S., soit de
la mer. Tout sable qui est propre a
faire un mortier supérieur, peut ser-
vir. Priére Vapporter des échantillons
a l'appui des offres.

Joun-D. METZGER












Douce

_
dl

L
4










iene, itech pprmaanensat suteg
ze 5 Wishcpatahin nd. ice
alton antciniie | ;

hourgesise fiméricaint |
(Service New-York-Haitl) = |





Atlas

Le steamer «GRAECIA®, ayant |
quitté: New-York le 17 courant |
pour Gonaives, St'Marc et notre)
port, est attendu ici jeudi pro- |
chain 25 courant et suivra proba- |
blement le meme jour pour Ca
yes, Jacmel et Savanilla, prenant |
la matle, frét et passagers. -
Port-au-Prince, 19 Octobre 1906



| solide jointe 4 une forte

i tinctes > division élémentaire, division] — dy ~ Restaurant de la Paix
de grammaire et division supérieure. 7 | age du-Comm
Ee recoit des enfants dés lage de> ss de ’Hétel Bellevuc
septans. [ls sont objet d- soins par- | « Central
liculiers de maitres spéciaux. « de France
| Lrenseignement comprend toutesles| sss ——tsé#@M tre
| études preserites par les programmes | du Calé duPort

| officiels

Lrale et clrigque.— Langue eb Uitévature |
| francaises.— Literature ancienné.-= Lan |.

| liltérature anglaises. — Langue et lilléra- |
ture allemandes. — Seiences mathémati- |

| cessaire a la bonne exéeution du pro-



| ment a toujours en dépét un grand |
stock de chaussures en tous genres, |

| | Les commandes pour la Cote séfont | :

expedices 4 ls charge de- | Etablisse- |
| ment. En achétant ea gros, il do
| cing pour cent descomple (5 %Je).
‘ | Soins, Exaclitede, Ponetnalifé
_ F. HERRMANN & Co, Agents} |





Collége-Louverture

Taternat Ester
Le Coi.tce-Louvertone est ui
blissement privé d’Enseig
condaire Moderne,créé en vue de don:
ver aux jeunes gens une instructio
éducation mo-






















4u Grand Cercle de Port
du Petit-Club

ale et patriotique. /
. de l'Union Sportive Hi:

L Ecole forme trois divisions dis- |


















du Bar Fin de Siécle.
oe nen he Commarea
des Amateurs.
du Port
international
dela Bourse
dela Chambre
de la Poste 5
‘dela Gores
du Palais .
de ’ Union

Instruction religieuse.— Instruction mo |












gue et littérature espagnotes.— Langue et

gues et Cosmegraphie. — Sciences phys -
ques et naturelles. — Histoire et Géagra-
ghie @ Haiti — Histoire et Géogrephie

et Economie politique. Hygiéne, — Nex)

& & SB Soe HAS SO. He

tions d’ Agriculture. Camplabilité et Te- | Larousse

nue des Livres. — Musique, — Eaercices | Lavicloire

physiques. ¢ — Bourdon
L’Ecole posséde tout ce qui est né- Cantave




Aux Caves de Cordeux
Gonaives : R. Schitt
Petit-Godve : Café Lochard |
Jérémie: Café dela Paix
yo: &, Dalencourt

gramme. !
Une discipline a la fois ferme et pa-
ternelle assure le progrés dea Eléves.
En toute circonstance, les éleves da
CoLtice LouverTurs sont soumis ala
plus stricle surveillance ; ils sont l'ob
jet de ia soliicitude la plus bienveillante ;
et la plus constante pour tout ce qui
concerne leur siualion matérielle, tn- 3
tellectuelle ef morale.
Pour (cus antres renseignements,s’a-
dresser ala Direction de |’Etablisse-
ment,
Port uu-Prince, 136, Rue du Peuple.
Le Directeur, ~ L. GC, LHERISSON |

































setae

Sie sales oe



Monuments en pierre et marbre
pour tombes
Courennes Mortuaires
Cuez Henry Srark & Co

64, rue du Magasinde t Kal, 64.



ARI, |
‘abricant de Chaussures, |
Annonce au public que l’Etablisse- |



-pour la vente en gros et détail : hom: |
anes, femmes et enfants.

nue |

42, Rue des Fronts-Forts, 42.8"