Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Port-au-Prince (Hatt!)




























rait sa démission si son projet n’é-
fait pas «pplique.

| Sr-Pérernspourc 12.—Le minis-
| tre des finances Kokosoff a déclare
ja NOUVELLISTE oer : .
ie NOUVELLIST: dujourd’hui que la démission de

OTIOn INTERDIT EG).










































enenouRe Adu--- La décou- | 2ntre les mains de PEmpereur. Av-
eurs bombes dans les | tt qwil est possible. de laffirmer,
terbof a plongdavjour- | Sa mujeslé nest pas encore préte
fa consternation tous les t2 Confer ta formation d'un ininistere
nPalais:---'On croit que | 24% démocrates-constitutionnels et
ont été placés la par quel- | ellé [ache encore a arriver a un com-
ers de garde ou domesti- | Proms en formant on cabinet com-
général Trevoff a tout | POSe des éléments conservateurs et
uvre pour découvrir le cou- | Hbéraux des dels chambres du par-
qu’h présent ses recherches | lement, sous‘la présideace du comp-
sides sans résultat. te dey dene . M. Stakovich. 5
arveillance exercé an | Rome 12.---Tiois autres bombes
ie fyide que jamais, du Font été découvertes aujourd hui a
ambre haute a nommé- un | Ancone, dans la maison dun nom me
arg@d'examiner le projet | Aunibal Peretti. Cet individu a dé-
abolissant la peiriéde mort | claré, aprés son arrestation, que ces
tbre basse. | engius etaient destings a la péche.

Des dépéches recues |
























or annoncent que le parti |
re devient chaque jour |
os fort au Guatémala. |

| vador a euvahi le terriloire do Gua-
i tamala et elle nousa obligés a faire
une défense énergique. Nous avons
remporté une grande victoire hier a
| Jicaro, ou fe genéral Thomas Rega-

Ms. On a termind llado, commandant larmée do Sal-

tocés de 35. ang | Vador, a été tuée,
Meurtre de 29 Three 31 | Tquigus (Chili) 12,--- Une pa
HS ont été condamné: | du disirict commercial de Ja vil
Tes ont été acquitlés. | été détruite au]
12. Le vice-amiral | Cebdle- —_
tort ce matin,
Par suite d'une ru-|
uifs seraient tous |
rd hui, 40.000 d’e
a plupart femmes,
Als, ont quitté la |



rtie
lea

0QUIS E

Noue confrére Antoine

Poincarré, ministre |

enié aujourd'hui |
députés un projet
Véenu.—-Dans son |
Ot ressemble a ce-
ué.en Angleterre.

im

que notre milieu méme.}

* w



_ Panama 12.--- Mr Barrios, minis: |
ltre des alfaires étrangéres du Gua- |
| témala, a envoyé cet apiés-midi lay
| dépéche suivante au Gouvernement |
ide Panamua:---«L’armée du San Sal- |

ourd’ hui par uu ine



Laforest a
publié ses Croguis Hailiens. Crest le
titre de ce nouveau volume. A Iilm-
| primerie de l’Abeille, il a été éditéavec
lun soin remarquable.sLes. yeux aiment
infiniment une bonne impression.-Ié le
| laisse dévorer a laise, les pages qué
jeur sout offeries. Celles ci vienment
-grossit, le courant —en pleine exteusion 6
e, | ~~» dont la source précieuse n'est autre bérante. Il ya la des esquisses of l'hu-
Ciest vous

Samedi, 14 Juillet 1908 —





dire qu'A travers l’ouvrage se mélent
lardeur et lasuavilé de notre almos-
phére.
| Que sont ils des Croquis Haittens ?
Lrauteur nous Vexpligue par un sos-
ititra: des etudes de murs locales.



tout le cabinet etait en ce moment) yy, épithéte relranchée, fui parait-il,

irendrait moins expressive sa pensée
louable d observer sur le vif, les hom-
| mes et les choses dece troublant pays.
Il y a one keure ot guelqu’un sent
Ee désir de colliger les e--





seignements recueillis dans la vie. Suit

il mettre du blanc sur du noir — pour

emprunter une métaphore lavorite de
Laforest - il s’emploie a consigner

méticuleusement jes lecons loi
dicle son expérience.

Lauteur — on ne Vignore pas ~ div.
jpigeant un joursal. a done 646 servi a
| souhait. Il oceupe, en elfet, dans « Haiti
liltéraire et sociale ». la place de Mr
Frédéric Marcelin, qui du régime des
| lettres, passa au régime plus posilif des
finances.
| Naturellement, se trouvant en celte
Fvoyante position, Laforest a pu lire
enlendre de
|grands discours, surtout de capiteuses

gue



ides éyitres curieuses,

| promesses, Les Num. Roumesian ou
|les Philinte, aux leintes prononcées,
[Ini onc peunt-étre glissé guelques ten-
dres puroles a loreille. E'les se sont
vite fluidifiées. De fout cela, Ha uré
parti, Car c’est encore une richesse —
gue de pouvoir juger le monde, en
s'autorisunt uniquemeot des faits.

On n'écrit pas suns y melire un peu
de sa personne, * 4,

Quand Vanteur des «eCroquis» se plait
A Pexamfen du milieu. ses yeux s’ar-
réteat sur le méme kaléi loscope qui
mirgite lus mémes couleurs, des pay-
sages perpétuels, Le rideau tombera un
instant, mis la représenfation conti-
nuera D.ent6’, suscitant dinvariables
applaudissements et li sérieuse atten.
tion des esprits réfl’chis” :

Un doux philosophe pensa ah beau
mitin, quien France, tout finit par la
chansou. Laforest semble croire sincé-
rement qn’en Huili.. tout finit par un
vaste éclut de rire Alors, se dit-il,
ion, mes amis, de méme que a-bis,
on se répéte: chantons, comarades!
| Ce livre respire un air de gaieté exu-.



mour, la malicieuse ironie paraissent



étre accrochés au bout du erayon magnétise le fer et enveloppe

pour exciter la plus franche_hilarité. | malheureuse patrie d d projet de lo

Telles: Dinaza, Facile revanche, Z’é | me qi 0 e! do droit de
paulettes papa, Papa...est une coqui-| A

























ne, ele. oo. _ famis . me lisez, sachez | : eI iu ouger §
Mais on a beau se contenir,faire vio- (comme partout ailleurs, ble ne n/a pas
lence & la mauvaise fortune, que l'on | résiste pas au fort;lemalheureux,"hon- selon le.

ne peut empécher l'esprit de se plon- | néte artisan, le brave laboureur, le rapport

ger dans les ondes des pensées Graves. pauvre employé probe, le petit commis nombre de signatures a

La course a In joie demande des haltes. | s’appellent 7i-téle calde et sont en butte séquence,'s discussion a

Il serait étonnant qu’un écrivain hai 1a tous Jes maux de la création; tandis prochaine séance. _

tien échappat a cetle rigoureuse loi. que laudacitux criminel, le voleur, le = Divers rapports sont
Ces minutes navrantes, ne nous en| riche parvenu, le faux monnayeu | potamment celui

MOL

méprenons pas, l'autenr des Croquis | spéculateur, l‘usurisr endurci qui égor- comptes généraux

Haitiens les a vécues. Il les a traver-| ge-la veuve et l’orphelin, s'intitulent 1904.

sées, celles of l'Ame accomplissant son | Gros bois et se voient entourés de l’ad- { Projet fix
oeuvre intime; nous raméne aux seati- | miration, de la vénération de tout le” Voici les grandes |
ments profon’s qui révélgnt le danger | monde. Voila ce que nous. appelons #1 loi que le Ministre des
ou le salnt. Qui que nous soydns;-nous | pompeusement la Société ». 4 celin, a déposé hier sur





































































































parions 4 cette heure le langage du| Qui ne sent la puissance suggestive | Chambre des Député
coeur. Vous en trouverez de sensibles| de ce simple adverbe si bien venu:! 1° Paiement en monna
accents dans ces pages: Les deux Puis- | pompeusement. 4 Unis de tons les droits ¢
sances, le Faux luxe, Cyclone, le} Vous tous ouvriers de la pensée.qui. néralement quelconqees,
Journalisme en Haiti, la Demi vierge | avez consiruit ces jours ci, vous déplo- | payer en papier moa
haitienne, Naufrages, la Poupée mo |rez nos funestes conditions ambiantes. | 300 °/..
derne, les deux ruines,Gros bois et Ti | Serait-ce 1a le prélude de cet accord; 2° La moitié do pro
iéte calée, lu Journée mémorable. | indispensable pour le succés fiaal: Vu- | sera affectée au service ¢
Parcourez entiérement les lignes de} nion intellectvelle s’appuyant. sur les | sera livrée aux fAiammes av
cette derniére piéce. Elle remet en re | bonnes volontés? Entendez-vous la ré-; les huit jours. o
lief, en termas émus, les souvenirs | aliser aprés 103 ans of le serpent de ~ 3° Les taxes actuelles,-- gee
amers de cette date du 6 Décembre | la division vous a augsi dévoré le sein? | gaclconques.affectées au Rete
qui, nouée de crépe 4 notre calendrier| “Comment serions fous meilleurs? , employées au service cour
historique, serait un avertissement en | Lersque les pires malfaiteurs sociaux, | 4° Suppression de [a sur
maintes circonstances. Car elles joi- | lusurier, le spéculateur qui réduisent| 5° En cas de besoin le
gnent a leur mérite d'écriture un en-|lorphelin, les dépouilleurs en somme, | pourra, par simple arrété, ret
semble de traits instructifs qu’un peti- | ne soupcoaneat le mal quijls font, s'i- | articles de consommation les
ple vraiment digne, conserve avee une | maginent -plutét étre envids. Car ils ne | rieures 4 la présente loi.
rare piété. | trouvent méme pas dévant eux la moin- . 14 Juillet
Onne quitte pas P ceuvce sans ressentiz,| dre réserve, la moindre attitude signi | “Avjourd’ hui la Répabl
--Wattristantes impressions. Ce sont des | ficative qui leur dirait leurs torts, d’une| gare Je 117? anniversairé de a pa
tableaux ou se dessinent vigoureuse- | fagon adoucie. z | Bastille. A cette occasion, tou!
ment nos ombre3 sociales. Jusqu’a la} Il manque aux gestes livresques la; gations et les Consulats ont mis
femme hasitienne, naguére inébranla- | croisade courageuse qui leur donnerait| yillons respectifs haut les mats.
ble, commence par descendre du pié- | une effcacité permanente. | “Pour célébrer cerre grand
destal of elle était constamment pla-} Mais il ne me faudrait pas faire pas-! pale Frangaise, qui rappelle.
cée, Le intuvais vent qui renverse les | ser Laforest pour. un penseur grave, | souvenirs, M: le Ministre.
choses, bat la courageuse résistance, | lui qui pourrait porter allégrement le! recu.ce matin en. sa Légatio
le cyclone associé au gout du brillant, | titre de Utérateur amusant. - | breux -frangsis résidant €0
Va lentement murie pour la chate. | Me flattant d’étre sincére, je termi- aprésemidi, 2 quatre heures,
Si Laforest pouvait. maintenir le ni- | nerat. en répétantle conseil-exprimé | ge ja Société Francaise se 108
veau d écriture révélé par ces précé-| plus haut. Je recommanderai a notre } sile pour rendre hommage 4
dents croquis, comme il edt été intéres- | sympathique co sfrére de fé pas se fier | y7g9, es
sant jnsquau bout. Mais il enfle son | au Jaisser-grinnia qui, méme- en litle | - Grand Col
style de néologismes qui tournent en j rature, a ses facheuses conséquences.| Spyecés complet pour Ja
veritable abus, impriment a ses phrases | Et comme il ne gardera pas aprés les | organisée par Mile H. 5.5
une allure déZingandée. Disons-nous | Croguis, le célibat littéraire, je me ré-|-oyvre brillamment une
bien ceci, qu’en admetiant la_panvreté | jouis déja, a la seule idée de le lire em | Le public ne -manquera pa
de la langue frangaise, ce n'est, certes, | une prochaine et semblable oceasion. | ces soirées artistiques ©
pas a nous qu’on s’en remettra du soin | JOME SON. | Poreille, a eu son réga

de Venrichir, le jour o& lon prendra | " . ee | Compliments a Mile Jest
ce parti. D’ailleurs, auteur en se ré-) ° oS S : révélé d’excellentes dispes
signant a une bonne discipline d’esprit 4 ETS @@ 14 Mile Laurvanna Pirod,
~~ Ce qui est certain — aurail du coup | had Bas § | mirable; & Georges Bom
une plume moins indégale, soucieuse|. ~ ie i = Fecomposirent de marque

des régles et -da- bel arrangement. Il} A Vardi
excelle, quand il exerce ce controle sur, Coe EE Pea le
lui méme. Il atteint alors une appré- | Nous enregistrons’ avec plais!
¢lable justesse d’observilions, suivie notable du chinge depuis quelg
méme de cris éloquents, | De 480 +, que Von prat
Ecoutez ceci: — «Nous ne pouvons | 4¢ 14 semaine, la prime su
-pas‘souffrir une minate, nous u’aimons | O44 gtaduel ement a 475
_ hole pays que toitautant que nous y - Ce midi le taux est ement
_ trouvous 4 grapiller/ Ah} toute chose| . Ghambre des Dép inné de |
a une fin: si nous continuons dans| A la stance (hier 2M _ Les dil

celle voie, nous y trouverons, au bout, | celia 2 déposé le p

_ FAbimé, dont la profondeur vertigineu- | dont nous dontons ¢

ze nous altire tout comme Vaimant principales,

S

@&












pattira dé: la..maison mor- : Avis .

: d main, No 12 (quartier Je soussigné, porte 4 la connaissance
5s sentiments ont G6 de TEx mi) pour Se tendre 4 l’Eglise du public, que, dans la nuit de jeudi a
font l’éloge des exé ‘Sainte-Anne. oO vendredi, un voleur a pu rentré chez
distinguée organisatrice. Bg ire-Part Funébre moi ala Croix -des. Missions, enlevant >

avbert s'est montrée aussi Les gpoux Virgile Décatrel oat eu la 1° une couverture de lit, travail au.

je mérite.-- Il est tegretta- dovleur. de perdre leur enfaot Marie-Jo-. crochet ; ~ 2° une antre en laine, su-

pas présente elle-méme séphine Robertine, Agee de'2 ans 4 mois. périeure ; ---.3° un complet en drill...

vion: Vamtepe.se fair .
apprécier luicméme, quan:
nelle que soit la valeur de ce-






~prés du Poot Clermont, pour se rendre a. de8 étoffes pour couture; ~ 8° trois
la Cathédrale. . | draps sdpérieurs marqués P. C. ; -~ et

Pridre aux amis de considérer cette an- 9° une valeur de trente gourdes en ar-
nonce comme uné invitation dela part

; es couverts d’argenterieapparte-
entetdesco isd’ teri rte
des tamilles Décatre!, Lamothe, Prophare, . BAHt a Philomeéne Casséus.mon épouse.
Jérémie et Luly.

‘voit par cette counle nare
S. Fanbert vient dinao-.
gation saine et agtéab'e.<-- -
d'avant-hier est trop beau

ne poursuive pas ane si ex-

tive,
Catholique























Amasias H. CASSEUS aime.



&
©
be
@
Bow

3 %
. ; ; Je soussigné, déebire au public et av
les Membres honoraires: et a _ Herémies 8 Juiller ie rouss en ‘particulier rétre plus
cle Catholique sont informés . Jeudi, 29 juin, apré; une maladie de | i
on d . . responsable des actes etactions de mon
demain dimanche 4 fo hres fuZ 40s, le jeuge © este Roussel a liissé épouse née Marngus-ire Liver dont
eo ° 3 * ‘ “4

: i ala y t ore’ se. | op eS eI E
potre local sis Rue des Ca aes joue fa foree de cue ft son je me suis séparé depuis six ans, en

pare pout le conserver plus longtemps tatlendant que divorce lui soit intenté.

est faite d'étre le plas nom- ; hélas ! il était de la destinée de ce coura- Dame-Marie, 8 Juillet 1906. ,
ledcetie matinge récréative, geux enfant de quitter a ar ans ses pav- V. LOTSEAU.
icrétaire, J. TH. Lion | vies parents et ses nombreux amis. Oreste our la Toilette
Membres qui n’auront pas . laisse aprés lui beaucoup de regrets ; il a _Nvemployez plus, al’avenir, que’ le
calsire de convocation, sont | °Y S° faire aimer de tour le monde. Les} Sqyon Najftalone et la Poudre veloutée
considérer le présent avis comme | Pieuys qu'on a versés sur sa tombe, sont | ge Perle, —- $4 chaque.

jot, notre nouveau garcon ne! 98 Emoignage éclatant de la sympathie | Crest le eonseil de toutes les sommi-
mt pas encore la demeure de: générale dont cette nature si sincere Ct Sti tgs médicales. — Vous les trouverez
- | donee a me objet. vcises bill | partoul et chez LaGojansis.

S an ous 0 €lalols Pas ici ses Drillantes qua- : .
thea Joyeux» | i - 4: P ee ee o"3" | Usine a Glace de Pt-au-Prince
le nom d'un nouveau Cercle , if4s si bien rappeites par soa ancien con- . : :

a ; Ce | disciple. le jeune Cl Bievid 5 Le public est prévenu que doréna-
ia récemment fondé en notre bon isciple, le jeune Clément Biguiay, qui] + dans le but d'oftrie plus de faci

le. profionca son élope funébre. — Ce méme | Yant, Gans le but G OnMIN plus Ge laci-

5 : iond; | Hlés aux consommateurs de glace,notre
simol. de -jeudi, pendant que des souffrances aigués | be" OMe . ce °
plement. un groupe de } verracstient con corps. deveau debile, 1) | établissement restera onvert tes diman-

eulent j istence ; ae aa
fationk amossatee sentrne | demanda l’assissance d'un préire, il s'im- | ches et les jours de féte, jusqu’a six
nS littéraires, = ™ ° ee patienta de ne pas voir arriver le minis- heures du soir. _— ;
ent joyeusement ce soir par} '€ de Dieu: quand il enta, un rayon de Port-au-Prince, 7 Juin 1906.
dinauguration qu’ils offrent a, Joie illumina son visage. Le prétre, vo Lotekie
da soir, Rue Férou, dans les sa- | Y20".qu’Oreste n’allait pas rester encore | Qn trouve des billets. de la Loterie
tpoux Métellus Benoit. des heures, lui donna l’indulgence de li | delycole des Sciences Appliquées a la
e-vous, joyeulx qui cherchez bonne mort. — A peine le Cusé ev:-il | Banque nationale d’Huiti, chez Mes-
¥ez croire encore an bonheur, | Prouencé le dernier mot, qe le malide sieurs Roberis Duttonet Co, C. Vieux,
Dépar Cxpita, Simmonds fréres, Auguste Gabriel, et
is hier oe ie le ste rmer «Al Cet enfant, durant les deux années de D. Barbancourt.
S9gers suivants pour : sa maladie, a sonffert cruellement ; sans Port-au-Prince, 19 Mai 9061.
Me A — doute Dieu n’a pas voulu lui rendre la .
Fe yey Benoit. santé pour qu'il continue 4 vivre; car en- Avis
“MeN, Geffrard, Mile A. poor get , ; Le soussigné anaoree au public et
2 fin demeurer ici-bas, c’est trop endure, au commeres qu’il ne siene plus Nic
Pour prix de ses dovleurs, le Seigneur a ence quill he signe p Ico
LAS Pierre, mais bien Nicotas ALE-

res wie Sen, Me
appelé cette Ame chrétieane parmi * élus.
Avi

f dates Ewald, Mile E. Ewald,
im, J. P. Montasse, MI!
5 Sénateur J. Baptiste, A.
C. Gare] Je, soussigné, déclare au public n’é
ire plus responsable des actes eb ac-
tions de Mme Héléna Daniel Laporte,
mon épouse, une action en divorce
devant Ini étre intentée sous pen,
St. Mare, 12 Juillet 1906,--th. Ape
Avis Important
La. dame Bonne. Favard, héritiére de
‘sa fane mére Madame Hersilie Macou,
décédée, Veuve. Vilmenay, prévient le
public et les notaires qu'elle proteste
contre tous actes de venle ou autres
“qui pourraient étre fils des biens de la
oe suceession de Ia dite dames auxquels
243 heures srécisee an. | elle et son feu frére Mr Lamoriciére
Nectea Sat Favard ont seuls succédé et ont droit.
#3 beures 1/2. a age Port-au-Prince, le 12 Juillet 4906
—. Bonne FAVARD.



tne stance littéraire et musi- ;












































































raphe.
Nico.as ALEXANDRE ROBERGEAU
Grand-Bouean du Sud, 13 Mai 1906,







nfaisanee,

‘mete pce













Le: Conceil dadministration de le
et de Bienfaisance a Vhonneur dinvi-
honoraires, membres actifs et leur fa-

medi 14 Juillet, a PAsile francais, salle
Marchani & 4 heures trés préciees de
Paprés-midi.

Port-au Prince, 13 Juillet 1906,
Le vice président, ~ Pau ROBELIN -



XANDRE ROBERGEAU, avec le méme pa-.

Le convorpartira avjourd’hui a3 heures, écru ; --- 49 deux ch mises; --~ Se une»
de la maison taortuaire sise Avenue §@failure de boutons en or ; —~.6° des»

Grégoire, ci-devant Chemin des Dulles, ; toiles fines de diffsrents qnalités ;- 7° —

x

Société francaise de Secours Mutuels--
ter Messieurs les docteurs, membres. -

mille, 4 la réception qu'il donnera sa- —






















Docteur L. Camille;
Cabinet — 225, Grand’Rue. | ewe |
Consultations: 2ad4ip.m 4 le Sublien est Batic que ‘nous AVONS. Sabi sur eet
Maladies des enfants: son dereprésentalionde =~
ionic CUIRS MANUFACTURES

a0 ny : l | & AUTRES ARTICLES sce cc



Vendant simplement contre commission, no’ s nous
. trés peu de béneéfices, soit en gros, soit en détail.

Nous recommandons la supériorité et la diversi
sus-mentionnés.

Nous exécutons toutes les comman tes pour la
grande prompti ude.

Nous expédions ules échantillons avec leur prix sur

LEAU DE POUGUES SAINT-LEGER G. CORDASG
an on Port au-Prince, 136, Rue Républicaine.






a

ble ethygiénique,

heme

, . Destruction: compléte des moustiques i
Recommandée pour les maladies par

de Pestomae et des intestins, la Pe Antimor stique uéry. >|

neurasthenie, lanémie, la chlo- seule méthode infailhble pour:se pré- |

rose, el pour les convalescences, server de la piqtte de ces insectes |

le diabéte, la goutte et le rhuma- Propageant les gepmnes de diverses ma-) Paix, recommuandé as
tisme. ladies et principalement de la fievre public en général, sa poate
is | dite

Poudre dentifrice da Del

' astringente, antiseptiqu
| (érante.--. On la trouvera a
lele «St Michele et ala P
«Nouvelle 2.



Chirurgien dentiste a I
de Pensylvanie £

Actuellement de. passage





paludéenne,













. La grande boite 8 1°
, icees| Destruction compléte de tous les in-
sectes nuisibles par
Pelnsecticide C
La boite 80.75
Sucers GARANTI.

Se vendent chez Alb. Desmanquers.
Dépdt des Manufietures :

“of, Rue Roux, Port-au-
| c y Mr, P, Pierre-P
Lote Pre “Che: 5 t=] hor mas ~~~Cem plable, feneur :
pa été transférée rovisoirem
enh West-ladian Loltery ) t-don, maison T. NicoLas:
: Les personnes qui aul
| lui pour l’exercice de 8a p
| trouyeront-en ville tous. les
_ guligrement de 9 heures
15 heures du soir, chez
leon Revesr & Co, rue du
| Etat, ou chez Messieurs



ASieclesdes





iéry :



one ite
La demeure privée de





























Autorisée par loidu 29 Mars 1904 et |
arrélé minislériel du Juin 1904,. |







Gros Lors
1 100,000. — frances.






4 50.000 € "pae du Quai, en five dé la
4 10.000 « | Comme toujours : Sot
, 5.000 “ | et secret et professionne
| 7 de 2.000 « _
45 « 1,000 @
33 é BOD é
JEBEMIE | 2.499 ¢ 100 >

Duvors : Port-de-Paix, ae firage : 48 Aoat 1906.
Mr P. E, Lanague Les lots sont payés intégralement au

Acents : Port-au- -Prince,,- Petit - -Siége de la-Loterie, ata Banque Na-
Goave, St-Mare} MM. Alex. fionale des Antilles Danoises (Natio-

Ronents & Co (Plrarmacie Nou- | nal Bank of the Danish. West-Indies) ae
; tas Saint-Marc et ne
velle) Port au-Prince. » |" a ses succursales, Sain

Bue 1EAU, agent & Por ae wis attendu nee
Dépots a établir dans ;“" “3 aN ae Ssh ,









“Le steamer «VAL
té New York le lt

2 2 la « Fabrique de Bougies.s — | Ja méme jour. sul
, , r n trouvera aussi des billels chez |
toutes les s autres villes | yea’ te Bécur, horloger, Grand’-

ait. Sees ee 130, @ e6ié de VHotel de ta]

4 4 te ” é

raire a
Porta Prince, ia

we HERRM





Full Text
Port-au-Prince (Hatt!)




























rait sa démission si son projet n’é-
fait pas «pplique.

| Sr-Pérernspourc 12.—Le minis-
| tre des finances Kokosoff a déclare
ja NOUVELLISTE oer : .
ie NOUVELLIST: dujourd’hui que la démission de

OTIOn INTERDIT EG).










































enenouRe Adu--- La décou- | 2ntre les mains de PEmpereur. Av-
eurs bombes dans les | tt qwil est possible. de laffirmer,
terbof a plongdavjour- | Sa mujeslé nest pas encore préte
fa consternation tous les t2 Confer ta formation d'un ininistere
nPalais:---'On croit que | 24% démocrates-constitutionnels et
ont été placés la par quel- | ellé [ache encore a arriver a un com-
ers de garde ou domesti- | Proms en formant on cabinet com-
général Trevoff a tout | POSe des éléments conservateurs et
uvre pour découvrir le cou- | Hbéraux des dels chambres du par-
qu’h présent ses recherches | lement, sous‘la présideace du comp-
sides sans résultat. te dey dene . M. Stakovich. 5
arveillance exercé an | Rome 12.---Tiois autres bombes
ie fyide que jamais, du Font été découvertes aujourd hui a
ambre haute a nommé- un | Ancone, dans la maison dun nom me
arg@d'examiner le projet | Aunibal Peretti. Cet individu a dé-
abolissant la peiriéde mort | claré, aprés son arrestation, que ces
tbre basse. | engius etaient destings a la péche.

Des dépéches recues |
























or annoncent que le parti |
re devient chaque jour |
os fort au Guatémala. |

| vador a euvahi le terriloire do Gua-
i tamala et elle nousa obligés a faire
une défense énergique. Nous avons
remporté une grande victoire hier a
| Jicaro, ou fe genéral Thomas Rega-

Ms. On a termind llado, commandant larmée do Sal-

tocés de 35. ang | Vador, a été tuée,
Meurtre de 29 Three 31 | Tquigus (Chili) 12,--- Une pa
HS ont été condamné: | du disirict commercial de Ja vil
Tes ont été acquitlés. | été détruite au]
12. Le vice-amiral | Cebdle- —_
tort ce matin,
Par suite d'une ru-|
uifs seraient tous |
rd hui, 40.000 d’e
a plupart femmes,
Als, ont quitté la |



rtie
lea

0QUIS E

Noue confrére Antoine

Poincarré, ministre |

enié aujourd'hui |
députés un projet
Véenu.—-Dans son |
Ot ressemble a ce-
ué.en Angleterre.

im

que notre milieu méme.}

* w



_ Panama 12.--- Mr Barrios, minis: |
ltre des alfaires étrangéres du Gua- |
| témala, a envoyé cet apiés-midi lay
| dépéche suivante au Gouvernement |
ide Panamua:---«L’armée du San Sal- |

ourd’ hui par uu ine



Laforest a
publié ses Croguis Hailiens. Crest le
titre de ce nouveau volume. A Iilm-
| primerie de l’Abeille, il a été éditéavec
lun soin remarquable.sLes. yeux aiment
infiniment une bonne impression.-Ié le
| laisse dévorer a laise, les pages qué
jeur sout offeries. Celles ci vienment
-grossit, le courant —en pleine exteusion 6
e, | ~~» dont la source précieuse n'est autre bérante. Il ya la des esquisses of l'hu-
Ciest vous

Samedi, 14 Juillet 1908 —





dire qu'A travers l’ouvrage se mélent
lardeur et lasuavilé de notre almos-
phére.
| Que sont ils des Croquis Haittens ?
Lrauteur nous Vexpligue par un sos-
ititra: des etudes de murs locales.



tout le cabinet etait en ce moment) yy, épithéte relranchée, fui parait-il,

irendrait moins expressive sa pensée
louable d observer sur le vif, les hom-
| mes et les choses dece troublant pays.
Il y a one keure ot guelqu’un sent
Ee désir de colliger les e--





seignements recueillis dans la vie. Suit

il mettre du blanc sur du noir — pour

emprunter une métaphore lavorite de
Laforest - il s’emploie a consigner

méticuleusement jes lecons loi
dicle son expérience.

Lauteur — on ne Vignore pas ~ div.
jpigeant un joursal. a done 646 servi a
| souhait. Il oceupe, en elfet, dans « Haiti
liltéraire et sociale ». la place de Mr
Frédéric Marcelin, qui du régime des
| lettres, passa au régime plus posilif des
finances.
| Naturellement, se trouvant en celte
Fvoyante position, Laforest a pu lire
enlendre de
|grands discours, surtout de capiteuses

gue



ides éyitres curieuses,

| promesses, Les Num. Roumesian ou
|les Philinte, aux leintes prononcées,
[Ini onc peunt-étre glissé guelques ten-
dres puroles a loreille. E'les se sont
vite fluidifiées. De fout cela, Ha uré
parti, Car c’est encore une richesse —
gue de pouvoir juger le monde, en
s'autorisunt uniquemeot des faits.

On n'écrit pas suns y melire un peu
de sa personne, * 4,

Quand Vanteur des «eCroquis» se plait
A Pexamfen du milieu. ses yeux s’ar-
réteat sur le méme kaléi loscope qui
mirgite lus mémes couleurs, des pay-
sages perpétuels, Le rideau tombera un
instant, mis la représenfation conti-
nuera D.ent6’, suscitant dinvariables
applaudissements et li sérieuse atten.
tion des esprits réfl’chis” :

Un doux philosophe pensa ah beau
mitin, quien France, tout finit par la
chansou. Laforest semble croire sincé-
rement qn’en Huili.. tout finit par un
vaste éclut de rire Alors, se dit-il,
ion, mes amis, de méme que a-bis,
on se répéte: chantons, comarades!
| Ce livre respire un air de gaieté exu-.



mour, la malicieuse ironie paraissent
étre accrochés au bout du erayon magnétise le fer et enveloppe

pour exciter la plus franche_hilarité. | malheureuse patrie d d projet de lo

Telles: Dinaza, Facile revanche, Z’é | me qi 0 e! do droit de
paulettes papa, Papa...est une coqui-| A

























ne, ele. oo. _ famis . me lisez, sachez | : eI iu ouger §
Mais on a beau se contenir,faire vio- (comme partout ailleurs, ble ne n/a pas
lence & la mauvaise fortune, que l'on | résiste pas au fort;lemalheureux,"hon- selon le.

ne peut empécher l'esprit de se plon- | néte artisan, le brave laboureur, le rapport

ger dans les ondes des pensées Graves. pauvre employé probe, le petit commis nombre de signatures a

La course a In joie demande des haltes. | s’appellent 7i-téle calde et sont en butte séquence,'s discussion a

Il serait étonnant qu’un écrivain hai 1a tous Jes maux de la création; tandis prochaine séance. _

tien échappat a cetle rigoureuse loi. que laudacitux criminel, le voleur, le = Divers rapports sont
Ces minutes navrantes, ne nous en| riche parvenu, le faux monnayeu | potamment celui

MOL

méprenons pas, l'autenr des Croquis | spéculateur, l‘usurisr endurci qui égor- comptes généraux

Haitiens les a vécues. Il les a traver-| ge-la veuve et l’orphelin, s'intitulent 1904.

sées, celles of l'Ame accomplissant son | Gros bois et se voient entourés de l’ad- { Projet fix
oeuvre intime; nous raméne aux seati- | miration, de la vénération de tout le” Voici les grandes |
ments profon’s qui révélgnt le danger | monde. Voila ce que nous. appelons #1 loi que le Ministre des
ou le salnt. Qui que nous soydns;-nous | pompeusement la Société ». 4 celin, a déposé hier sur





































































































parions 4 cette heure le langage du| Qui ne sent la puissance suggestive | Chambre des Député
coeur. Vous en trouverez de sensibles| de ce simple adverbe si bien venu:! 1° Paiement en monna
accents dans ces pages: Les deux Puis- | pompeusement. 4 Unis de tons les droits ¢
sances, le Faux luxe, Cyclone, le} Vous tous ouvriers de la pensée.qui. néralement quelconqees,
Journalisme en Haiti, la Demi vierge | avez consiruit ces jours ci, vous déplo- | payer en papier moa
haitienne, Naufrages, la Poupée mo |rez nos funestes conditions ambiantes. | 300 °/..
derne, les deux ruines,Gros bois et Ti | Serait-ce 1a le prélude de cet accord; 2° La moitié do pro
iéte calée, lu Journée mémorable. | indispensable pour le succés fiaal: Vu- | sera affectée au service ¢
Parcourez entiérement les lignes de} nion intellectvelle s’appuyant. sur les | sera livrée aux fAiammes av
cette derniére piéce. Elle remet en re | bonnes volontés? Entendez-vous la ré-; les huit jours. o
lief, en termas émus, les souvenirs | aliser aprés 103 ans of le serpent de ~ 3° Les taxes actuelles,-- gee
amers de cette date du 6 Décembre | la division vous a augsi dévoré le sein? | gaclconques.affectées au Rete
qui, nouée de crépe 4 notre calendrier| “Comment serions fous meilleurs? , employées au service cour
historique, serait un avertissement en | Lersque les pires malfaiteurs sociaux, | 4° Suppression de [a sur
maintes circonstances. Car elles joi- | lusurier, le spéculateur qui réduisent| 5° En cas de besoin le
gnent a leur mérite d'écriture un en-|lorphelin, les dépouilleurs en somme, | pourra, par simple arrété, ret
semble de traits instructifs qu’un peti- | ne soupcoaneat le mal quijls font, s'i- | articles de consommation les
ple vraiment digne, conserve avee une | maginent -plutét étre envids. Car ils ne | rieures 4 la présente loi.
rare piété. | trouvent méme pas dévant eux la moin- . 14 Juillet
Onne quitte pas P ceuvce sans ressentiz,| dre réserve, la moindre attitude signi | “Avjourd’ hui la Répabl
--Wattristantes impressions. Ce sont des | ficative qui leur dirait leurs torts, d’une| gare Je 117? anniversairé de a pa
tableaux ou se dessinent vigoureuse- | fagon adoucie. z | Bastille. A cette occasion, tou!
ment nos ombre3 sociales. Jusqu’a la} Il manque aux gestes livresques la; gations et les Consulats ont mis
femme hasitienne, naguére inébranla- | croisade courageuse qui leur donnerait| yillons respectifs haut les mats.
ble, commence par descendre du pié- | une effcacité permanente. | “Pour célébrer cerre grand
destal of elle était constamment pla-} Mais il ne me faudrait pas faire pas-! pale Frangaise, qui rappelle.
cée, Le intuvais vent qui renverse les | ser Laforest pour. un penseur grave, | souvenirs, M: le Ministre.
choses, bat la courageuse résistance, | lui qui pourrait porter allégrement le! recu.ce matin en. sa Légatio
le cyclone associé au gout du brillant, | titre de Utérateur amusant. - | breux -frangsis résidant €0
Va lentement murie pour la chate. | Me flattant d’étre sincére, je termi- aprésemidi, 2 quatre heures,
Si Laforest pouvait. maintenir le ni- | nerat. en répétantle conseil-exprimé | ge ja Société Francaise se 108
veau d écriture révélé par ces précé-| plus haut. Je recommanderai a notre } sile pour rendre hommage 4
dents croquis, comme il edt été intéres- | sympathique co sfrére de fé pas se fier | y7g9, es
sant jnsquau bout. Mais il enfle son | au Jaisser-grinnia qui, méme- en litle | - Grand Col
style de néologismes qui tournent en j rature, a ses facheuses conséquences.| Spyecés complet pour Ja
veritable abus, impriment a ses phrases | Et comme il ne gardera pas aprés les | organisée par Mile H. 5.5
une allure déZingandée. Disons-nous | Croguis, le célibat littéraire, je me ré-|-oyvre brillamment une
bien ceci, qu’en admetiant la_panvreté | jouis déja, a la seule idée de le lire em | Le public ne -manquera pa
de la langue frangaise, ce n'est, certes, | une prochaine et semblable oceasion. | ces soirées artistiques ©
pas a nous qu’on s’en remettra du soin | JOME SON. | Poreille, a eu son réga

de Venrichir, le jour o& lon prendra | " . ee | Compliments a Mile Jest
ce parti. D’ailleurs, auteur en se ré-) ° oS S : révélé d’excellentes dispes
signant a une bonne discipline d’esprit 4 ETS @@ 14 Mile Laurvanna Pirod,
~~ Ce qui est certain — aurail du coup | had Bas § | mirable; & Georges Bom
une plume moins indégale, soucieuse|. ~ ie i = Fecomposirent de marque

des régles et -da- bel arrangement. Il} A Vardi
excelle, quand il exerce ce controle sur, Coe EE Pea le
lui méme. Il atteint alors une appré- | Nous enregistrons’ avec plais!
¢lable justesse d’observilions, suivie notable du chinge depuis quelg
méme de cris éloquents, | De 480 +, que Von prat
Ecoutez ceci: — «Nous ne pouvons | 4¢ 14 semaine, la prime su
-pas‘souffrir une minate, nous u’aimons | O44 gtaduel ement a 475
_ hole pays que toitautant que nous y - Ce midi le taux est ement
_ trouvous 4 grapiller/ Ah} toute chose| . Ghambre des Dép inné de |
a une fin: si nous continuons dans| A la stance (hier 2M _ Les dil

celle voie, nous y trouverons, au bout, | celia 2 déposé le p

_ FAbimé, dont la profondeur vertigineu- | dont nous dontons ¢

ze nous altire tout comme Vaimant principales,

S

@&









pattira dé: la..maison mor- : Avis .

: d main, No 12 (quartier Je soussigné, porte 4 la connaissance
5s sentiments ont G6 de TEx mi) pour Se tendre 4 l’Eglise du public, que, dans la nuit de jeudi a
font l’éloge des exé ‘Sainte-Anne. oO vendredi, un voleur a pu rentré chez
distinguée organisatrice. Bg ire-Part Funébre moi ala Croix -des. Missions, enlevant >

avbert s'est montrée aussi Les gpoux Virgile Décatrel oat eu la 1° une couverture de lit, travail au.

je mérite.-- Il est tegretta- dovleur. de perdre leur enfaot Marie-Jo-. crochet ; ~ 2° une antre en laine, su-

pas présente elle-méme séphine Robertine, Agee de'2 ans 4 mois. périeure ; ---.3° un complet en drill...

vion: Vamtepe.se fair .
apprécier luicméme, quan:
nelle que soit la valeur de ce-






~prés du Poot Clermont, pour se rendre a. de8 étoffes pour couture; ~ 8° trois
la Cathédrale. . | draps sdpérieurs marqués P. C. ; -~ et

Pridre aux amis de considérer cette an- 9° une valeur de trente gourdes en ar-
nonce comme uné invitation dela part

; es couverts d’argenterieapparte-
entetdesco isd’ teri rte
des tamilles Décatre!, Lamothe, Prophare, . BAHt a Philomeéne Casséus.mon épouse.
Jérémie et Luly.

‘voit par cette counle nare
S. Fanbert vient dinao-.
gation saine et agtéab'e.<-- -
d'avant-hier est trop beau

ne poursuive pas ane si ex-

tive,
Catholique























Amasias H. CASSEUS aime.



&
©
be
@
Bow

3 %
. ; ; Je soussigné, déebire au public et av
les Membres honoraires: et a _ Herémies 8 Juiller ie rouss en ‘particulier rétre plus
cle Catholique sont informés . Jeudi, 29 juin, apré; une maladie de | i
on d . . responsable des actes etactions de mon
demain dimanche 4 fo hres fuZ 40s, le jeuge © este Roussel a liissé épouse née Marngus-ire Liver dont
eo ° 3 * ‘ “4

: i ala y t ore’ se. | op eS eI E
potre local sis Rue des Ca aes joue fa foree de cue ft son je me suis séparé depuis six ans, en

pare pout le conserver plus longtemps tatlendant que divorce lui soit intenté.

est faite d'étre le plas nom- ; hélas ! il était de la destinée de ce coura- Dame-Marie, 8 Juillet 1906. ,
ledcetie matinge récréative, geux enfant de quitter a ar ans ses pav- V. LOTSEAU.
icrétaire, J. TH. Lion | vies parents et ses nombreux amis. Oreste our la Toilette
Membres qui n’auront pas . laisse aprés lui beaucoup de regrets ; il a _Nvemployez plus, al’avenir, que’ le
calsire de convocation, sont | °Y S° faire aimer de tour le monde. Les} Sqyon Najftalone et la Poudre veloutée
considérer le présent avis comme | Pieuys qu'on a versés sur sa tombe, sont | ge Perle, —- $4 chaque.

jot, notre nouveau garcon ne! 98 Emoignage éclatant de la sympathie | Crest le eonseil de toutes les sommi-
mt pas encore la demeure de: générale dont cette nature si sincere Ct Sti tgs médicales. — Vous les trouverez
- | donee a me objet. vcises bill | partoul et chez LaGojansis.

S an ous 0 €lalols Pas ici ses Drillantes qua- : .
thea Joyeux» | i - 4: P ee ee o"3" | Usine a Glace de Pt-au-Prince
le nom d'un nouveau Cercle , if4s si bien rappeites par soa ancien con- . : :

a ; Ce | disciple. le jeune Cl Bievid 5 Le public est prévenu que doréna-
ia récemment fondé en notre bon isciple, le jeune Clément Biguiay, qui] + dans le but d'oftrie plus de faci

le. profionca son élope funébre. — Ce méme | Yant, Gans le but G OnMIN plus Ge laci-

5 : iond; | Hlés aux consommateurs de glace,notre
simol. de -jeudi, pendant que des souffrances aigués | be" OMe . ce °
plement. un groupe de } verracstient con corps. deveau debile, 1) | établissement restera onvert tes diman-

eulent j istence ; ae aa
fationk amossatee sentrne | demanda l’assissance d'un préire, il s'im- | ches et les jours de féte, jusqu’a six
nS littéraires, = ™ ° ee patienta de ne pas voir arriver le minis- heures du soir. _— ;
ent joyeusement ce soir par} '€ de Dieu: quand il enta, un rayon de Port-au-Prince, 7 Juin 1906.
dinauguration qu’ils offrent a, Joie illumina son visage. Le prétre, vo Lotekie
da soir, Rue Férou, dans les sa- | Y20".qu’Oreste n’allait pas rester encore | Qn trouve des billets. de la Loterie
tpoux Métellus Benoit. des heures, lui donna l’indulgence de li | delycole des Sciences Appliquées a la
e-vous, joyeulx qui cherchez bonne mort. — A peine le Cusé ev:-il | Banque nationale d’Huiti, chez Mes-
¥ez croire encore an bonheur, | Prouencé le dernier mot, qe le malide sieurs Roberis Duttonet Co, C. Vieux,
Dépar Cxpita, Simmonds fréres, Auguste Gabriel, et
is hier oe ie le ste rmer «Al Cet enfant, durant les deux années de D. Barbancourt.
S9gers suivants pour : sa maladie, a sonffert cruellement ; sans Port-au-Prince, 19 Mai 9061.
Me A — doute Dieu n’a pas voulu lui rendre la .
Fe yey Benoit. santé pour qu'il continue 4 vivre; car en- Avis
“MeN, Geffrard, Mile A. poor get , ; Le soussigné anaoree au public et
2 fin demeurer ici-bas, c’est trop endure, au commeres qu’il ne siene plus Nic
Pour prix de ses dovleurs, le Seigneur a ence quill he signe p Ico
LAS Pierre, mais bien Nicotas ALE-

res wie Sen, Me
appelé cette Ame chrétieane parmi * élus.
Avi

f dates Ewald, Mile E. Ewald,
im, J. P. Montasse, MI!
5 Sénateur J. Baptiste, A.
C. Gare] Je, soussigné, déclare au public n’é
ire plus responsable des actes eb ac-
tions de Mme Héléna Daniel Laporte,
mon épouse, une action en divorce
devant Ini étre intentée sous pen,
St. Mare, 12 Juillet 1906,--th. Ape
Avis Important
La. dame Bonne. Favard, héritiére de
‘sa fane mére Madame Hersilie Macou,
décédée, Veuve. Vilmenay, prévient le
public et les notaires qu'elle proteste
contre tous actes de venle ou autres
“qui pourraient étre fils des biens de la
oe suceession de Ia dite dames auxquels
243 heures srécisee an. | elle et son feu frére Mr Lamoriciére
Nectea Sat Favard ont seuls succédé et ont droit.
#3 beures 1/2. a age Port-au-Prince, le 12 Juillet 4906
—. Bonne FAVARD.



tne stance littéraire et musi- ;












































































raphe.
Nico.as ALEXANDRE ROBERGEAU
Grand-Bouean du Sud, 13 Mai 1906,







nfaisanee,

‘mete pce













Le: Conceil dadministration de le
et de Bienfaisance a Vhonneur dinvi-
honoraires, membres actifs et leur fa-

medi 14 Juillet, a PAsile francais, salle
Marchani & 4 heures trés préciees de
Paprés-midi.

Port-au Prince, 13 Juillet 1906,
Le vice président, ~ Pau ROBELIN -



XANDRE ROBERGEAU, avec le méme pa-.

Le convorpartira avjourd’hui a3 heures, écru ; --- 49 deux ch mises; --~ Se une»
de la maison taortuaire sise Avenue §@failure de boutons en or ; —~.6° des»

Grégoire, ci-devant Chemin des Dulles, ; toiles fines de diffsrents qnalités ;- 7° —

x

Société francaise de Secours Mutuels--
ter Messieurs les docteurs, membres. -

mille, 4 la réception qu'il donnera sa- —



















Docteur L. Camille;
Cabinet — 225, Grand’Rue. | ewe |
Consultations: 2ad4ip.m 4 le Sublien est Batic que ‘nous AVONS. Sabi sur eet
Maladies des enfants: son dereprésentalionde =~
ionic CUIRS MANUFACTURES

a0 ny : l | & AUTRES ARTICLES sce cc



Vendant simplement contre commission, no’ s nous
. trés peu de béneéfices, soit en gros, soit en détail.

Nous recommandons la supériorité et la diversi
sus-mentionnés.

Nous exécutons toutes les comman tes pour la
grande prompti ude.

Nous expédions ules échantillons avec leur prix sur

LEAU DE POUGUES SAINT-LEGER G. CORDASG
an on Port au-Prince, 136, Rue Républicaine.






a

ble ethygiénique,

heme

, . Destruction: compléte des moustiques i
Recommandée pour les maladies par

de Pestomae et des intestins, la Pe Antimor stique uéry. >|

neurasthenie, lanémie, la chlo- seule méthode infailhble pour:se pré- |

rose, el pour les convalescences, server de la piqtte de ces insectes |

le diabéte, la goutte et le rhuma- Propageant les gepmnes de diverses ma-) Paix, recommuandé as
tisme. ladies et principalement de la fievre public en général, sa poate
is | dite

Poudre dentifrice da Del

' astringente, antiseptiqu
| (érante.--. On la trouvera a
lele «St Michele et ala P
«Nouvelle 2.



Chirurgien dentiste a I
de Pensylvanie £

Actuellement de. passage





paludéenne,













. La grande boite 8 1°
, icees| Destruction compléte de tous les in-
sectes nuisibles par
Pelnsecticide C
La boite 80.75
Sucers GARANTI.

Se vendent chez Alb. Desmanquers.
Dépdt des Manufietures :

“of, Rue Roux, Port-au-
| c y Mr, P, Pierre-P
Lote Pre “Che: 5 t=] hor mas ~~~Cem plable, feneur :
pa été transférée rovisoirem
enh West-ladian Loltery ) t-don, maison T. NicoLas:
: Les personnes qui aul
| lui pour l’exercice de 8a p
| trouyeront-en ville tous. les
_ guligrement de 9 heures
15 heures du soir, chez
leon Revesr & Co, rue du
| Etat, ou chez Messieurs



ASieclesdes





iéry :



one ite
La demeure privée de





























Autorisée par loidu 29 Mars 1904 et |
arrélé minislériel du Juin 1904,. |







Gros Lors
1 100,000. — frances.






4 50.000 € "pae du Quai, en five dé la
4 10.000 « | Comme toujours : Sot
, 5.000 “ | et secret et professionne
| 7 de 2.000 « _
45 « 1,000 @
33 é BOD é
JEBEMIE | 2.499 ¢ 100 >

Duvors : Port-de-Paix, ae firage : 48 Aoat 1906.
Mr P. E, Lanague Les lots sont payés intégralement au

Acents : Port-au- -Prince,,- Petit - -Siége de la-Loterie, ata Banque Na-
Goave, St-Mare} MM. Alex. fionale des Antilles Danoises (Natio-

Ronents & Co (Plrarmacie Nou- | nal Bank of the Danish. West-Indies) ae
; tas Saint-Marc et ne
velle) Port au-Prince. » |" a ses succursales, Sain

Bue 1EAU, agent & Por ae wis attendu nee
Dépots a établir dans ;“" “3 aN ae Ssh ,









“Le steamer «VAL
té New York le lt

2 2 la « Fabrique de Bougies.s — | Ja méme jour. sul
, , r n trouvera aussi des billels chez |
toutes les s autres villes | yea’ te Bécur, horloger, Grand’-

ait. Sees ee 130, @ e6ié de VHotel de ta]

4 4 te ” é

raire a
Porta Prince, ia

we HERRM