Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
























Journel Quotidien, Commercial et d’@nnonces

QUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETAIRE _








: Abonnément pour Départoment....4.20 | PAR MOIS

e « _ Etranger 4.80

ations aux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly k Fort-Perd













et des colonies, restent sans titulaires. |

AGNIE FRANCAISE On s‘attend a ce que Gemain le nou- |
CABLES TRLEGRAPHIQUES | veaucabinet soitdéfinitivement cons- |

‘ONOPOLE du NOUVELLISTE titué. a | Nous le disions ces jours derniers :
REPRODUCTION INTERDITE) , : PaRIs AA healed Les craintes suscitées le Théatre Haitien alluit rouvrir ges

| portes. ILa réellement offert au publ.c
| qui lui est resté fidéle, une bonne soi-
rée bien faite pour dilater joyeusement
i les coeurs Aussi Coicou songera t-il uu
début de sa causérie, A remercier en
termes délicieuxy; assistance qu'il est












L












par Pimmensité du d€sastre qui s’est
produit samedi matin dans la mine.
de Courridres, se sont réalisées dans
toute leur horreur: le nombre des
morts s’éléve~a 4.100. Toute la ré-
gion est. plongée dans—ta-désolation- heureux de retrouver, aprés |'fssou-
par cette terrible catastrophe, qui a@|-pissement involont.ire de |’CEuvre..
| mis en devil 6.000 péres et méres, | Puis.le voila au sujet choisi: les droits.
épouses et enfants. | de Uldéal. ,
_ Massillon Coicou, sur le front duquel

mais frappé les mipneurs francais, | fa Muse u doucemeut pose Ta mela, ne-
s’explique pas la vie sans les beaux ré--

aa . proto! se produisit en 1885: 293 personnes | yes. Fut-on tenaillé par les maudites
lue par ’étendue du désastre, furent tnées; EARS cette derniére et | -éalités terrestres ‘il faut clors s’entou- -
eroit-on, est le plus terrible qui | lous les autres que Pon a eu a dé- | por @airaia pour se coucher au_ber-
mais arrivé. Le président Fal- | plo sqn’a-ce jour, ne sont rien | cgay de Pidéal? Et lorsgu'un malin es-
envoyé son seerétaire 4 Cour- | 4 cOté de celui de Courrieres. | prit — un intellectuel de bonne lignée
Celui-ci-est’ accompagné des | Toinio ( Ohio) 44. Des nouvel- | cependant,—demande a Coicou s'il tra-
sdes travaux publics et de | les qui viennent d’étre reques ici de | vaille pour combler la mer : «Mais oui, _
Ty 88 inessieurs sont partis | Bloondale (Ohio), annoncentqu’une | sécrie Vil, pour combler Ja pauvre
ain spécial. La crise ministé- | vingtaine de personnes onl été tudes | mére, la boune mére si vide ~ ta Pa-
ejle-méme est temporairement | ou, blessées par suite d'une collision plrie: — d une haute gloire ef d'un [e-
-- Les cénateuis et députés | qui s’est produite entre deux trains, ol parte de ce noble trait esprit
ut part aux manifestations du |. la gare de Godsend, a un mille a | pour faire son procés a | utilitarisme
ie hf Pest de Bloomdale. | ecagéré. Ilse voit enveloppé d’une al-
- 10.--On annonce que main- | Havan12.—Café Haiti: 50 francs. | mosphére hostile au grec, au Jatin, aw
nistére wést pas encore dé-| droit et dla médecine, et se dem nde |
na | étanné.ot cela nous conduira. De quel
mal sont ils pris, les zélés. utilitaires? _

ais 10 (soir).---Une dépéche de
envoyée 48 h. 45, dit que l'on
aintenant certain que 1.193 ou-
i étaient enfermés dans la |
, sont morts:=--U nedépéche de |
iéres, expédiée a8 b., dit, que

les-tentatives pour sauver les
nad qui se trouvent encore au

































































(1.795 mineurssont descendus | . 1
tin dans la mine de res | finitivemment constitué, mais le sera
591 ont été :amenés a la sur-| probablement ce soir avec les attri- |
Bi veleiail dene [ebb col butch weenie |
dan line raint| Président da—ec = He-ne-nour Ler


















jamaissplaints? All si-ce-réquisitoire ~








ivenait d’Oswal i, de Guilpaud,-Lochard;—

5 AUSUTUCUS LUC | il se _mettrait_sérieusement a _réfléchir.—
a MOATHOE i, 01 1, arin’, 1 /'L’bymne solennel d’Oswald,: n’est ce
ecomplétement abouti. De- | guerre, Etienne; agrjculture, Ruau; | pas: Dieu, Travail, Liberté?. Tout ré-

lusicurs ch. metits ont | colonies, Georges Leygues; commer-| cemment, aux. fétes du Centenaire, |
op - tra Lhérisson dans un bel et universel ac-

travaux publics,
woe ee peord, fait _répéter:_Béchons, béchons.
joyeux! Guilbaud, Lochard, Chauvet,
. | Chevry, poussent « des cris palpitants» _
fen I'bouneur du Travail. . .
Autant__les__poétes—chantent-seule--—
xent le Travail, autant les utilitaires .
rsobstinent, de leur eété; a précher,”
seulement le Travail. Ceux ci ridicui-
sent le jeune esprit quisupplie les Muses —
de lui ouvrir leur temple. Le nouvel .
ngile récolte des disciples, dans le .
mp méme des poétes; trouve Ces pro-
ype z . . 4 Wee









imme gra
‘idéal dons lame, a

Idéalisme et mar-
cher ensemble, L’ Amerique a produit
__ les abolitionnistes, Booker | Wasting: ¢
ton émerveille, parce que dans le le mi- |

sain, le mot d'ordre est ainsi. ;

Coicou t termine par l'une de ces vi-
braples apostrophes — comme il sait :
én trouver — oa it s’en prend aux

utilitaires~outranciers et recommande |.
a la jeunesse de ne pas se relirer sous |

leur teute, pa
ae “Ag

Voila briévement erayonnée, la char-
peate le la causerie pleine de charme.
du fondateur du Théatre Haitien.

En somme, quelques courtes paroles |
explicatives ne seront vraiment pas. de:

trop. Anotre gré, Coicou ‘ined utilitaires
s‘eptendent bien. En réalité, que récla-
ment ils? Une évolution sociale tissée
de «haute gloire et de légitime orgueils
pour la pauvre mére ce compte,
__Fautear des Impressi de Liberté.
_ Si ulilitaire. Rien de réellement:
beau dins le passé; sinon le geste hé-
_Foiqae Un peu plus de fortes” actio:
pour garantir. Vavenir, tels sont tes

sentimeats, 6 poéte. Et si l'on: te Prialt.

Feprésenter ton Aiphabe

: =
_ esprit pourrait a juste titre s’éerier® |
Voici. Coicou wliltiaire outrancier. A.

quoi aspires-tu? A plus d
“pour le paysan hattien, a
culture a laquelle il a lé
droit, aux~ fermes. écoles, e i
quel ques mesures d amour. Or, toi et
les utilitaires, vous poussez dans un
cordial et harmonieux soupir le Fiat
lux rédemp‘eur.

Utilitaires, ‘idéalistes in tetigents ott

_modérés_ne redoutent-g aris
—les-einqniémes de lettrés, «les j on-
gleurs de rimes » préts 4 s’e1 jarque?
dans n’importe
_ Jer-au port. de.
Ja gent dangereuse dont nous. soulage
Ta création de Coicou aissant.
-entendre d’excellentes poééies _.

cité par Sanz,



yoir repr
senier ne one fois, d Fan les ji

ant | de P a- |
phique «pour hommes seulement», dont 1 nous aT ee

quel} bateau pour mouil- |
Varrivisme. Cest bien |

po ites | «!
iendrement par Richard, avec ‘Simpli-. .

en sill ets d

we

o WN. na’
i Mr Charles Dubé a été toes

teur de la douane des Cayes, et Mr ‘Th.
Brisson, ‘nspecteur-adjoint a i douane /
i de Port-au Prince: ee
Nos meilleurs compliments.
Cinématographe.
Jeudi-prochain, ity

Â¥ atta

Port-au-Prince,. une ‘debaieme représen- | raleu
tation offzete au public masculin. Les] —
-puues seront nouvelles et intéressantes

Pour permettre 4 tous les amis d’y as-
sister, le prix d’enirée est fixé a une gour
de et les cartes seront vendues a pr ,
la séance commencera a 7 hres 1/ Id'a
Ee ‘tour des familles viendra-samedi |
prochain, 18 du courant; la Compagnie |
franco haitienne prepare, pour ce
une séance dont le Pro ramm
vsera rien & désirer. - prix d’
cette représentatio le Une pourde |
pour les grandes personnes: et. einguante
céntimes pour les enfants,

_ Et pour Dames seules : a

, nee, 43 Mars 1906.
“@Mr le D ecteur, — La Compagnie Fran- |.
co-Haitienne a“donneé, dimanche, au Cercle |
u-Prince, une soirée ciné

est’ parvenu des nouvelles — flisong ain
ressantes». :
« Le «Soir» a pris fait et cause pour nous, ;
son numéro d’hier, en affirmant que |
dames auraient pu, comme les hommes,
différents tablesux et scénes ul ont

gueur, les dames Sules auraient pu y ag iss

ter ». De
« Nous ne demandons pas a mous per- |

mettre l’accés de la salle aux représentations |

pour « hommes seulement 9: _migis ne pour-

rait-on pas nous faire li fi d

pour dames seules 3? ~

Salutations « cmt ‘essées.

UE ALL
A ¥ a quinzs jours,
ester A nouveay, diman
€ terrain de VU. ‘SH.



“au Cercle de] me



A la Corbeill lle Pen

_ Mme Hover Cara ra opsiie 4
reuse clientéle qu ‘elle ‘$e dene:
tuvjours asa disposition pour les com—

es es de fleurs. oe
On peut trouver chez elle les—iane
vations les -plus-récentes-r--——-
ee Couronnes superbes.
_Assortiment complet : Gerbes iddales,
_—- _CaRTeLaces: Corbeilles printanniéres,
Osard 8 san 3-3 bur 3B f- _... Apothdose- Bouquets.
3 sur 4 3 sur 5° °3 sur 6" Sa réputalion depuis longtemps éta- -
3 sur 8 3sur9. 4sur 4. ~blie, est un sar garant da godt artisti~-
4surS _ sur 6 5 sur5 que qui présidera tou


















que qui présidera toujours a Véxécu-
tion des commandes que ses clients

-voudront | bien continuer a lui eunfier.

hotore. 7 | Planches piteh-pin préparées des deux 7c W. é Meénos

raM.&E. Drevrus, rue des cdtés et embouffetées : decine Ghirargie “Accouchements
| i sur 8, Aste 10,4 aif 12, i 1a sur4, t—i«is "BeLLevuE wae om
| i Lefcametn i ec Cabinet de consultations :

4 sur 8 avec baguette,
H. Pape & Ce qui avait été 1 BR sur 8. avec baguette pour plafona ‘Rue pu Centre, 107.

‘19 Gerier dernier, aia -) _-PLANCHES PoUR CLIN’ =Feus les jours de 2a 4
| ~Planches: sap préparées.....0 0}. SHEER ee

Planches sap brutes.
Aissantes de Caroline.

A Vendr -PLANCHES: PITCH: PIN BRUTES ¢

randiéres baie ae de 195: i 4 sur 12 41/4 aur 12
4 4/2 sue 12 2 sur 12.
























” Génesty Bruno

Arpenteur-publie de la Commune dex
P: sbamp-de-Mars



§ Papailler Narcisse»

'@ Hygiene iropicales de Paris Pharmacien a Port an-Prince, Rue FS. -
rou, ci- devant des Miracles, Nv 7, mai--

"Avenue de Targean, Ne 7. f es ve
son en fer prés la Banque, a Vhonneur
Consultations tous les jours: ae yons Sifeir son ee oe
749 heuresa.m.— 2a 4 hres p. m. « Amer @Haiti >,
‘Drs | Le jeudi, epnauitations. gratuites, Pa- Ma
T- Licen PERRIER vas: “midi. Bitter stomachique sans rival, Afé--
tion : intérét général! J -daillé dt Exposition de Saint-Louis,
llement des stocks avec aug sori —-C Elats-Unis- d Amérique ) 1904.-
: 7 -P sparéavec te plus gt grand Soi pat
er ~~ hiventeur-lui-méme, ce Bitter- extfa-a——
de J. B. Dorsainvil 4 acquis rapidement la a faveur de tous les.

is Nouvelle édition revue et soignée amateurs de oe gon i at aujoun. .
en ros et ‘détails au. vx [ lé dans ous les Culeés et.
‘ e Dépot exel lusif powr le gros Restaurants de la Capitale, en-méme:

, 195, Grand’ . ap 2

: = cakes Pe | coger E: Aopen: Grand’Rue, | temps. qu'il fait les. délices des fami'les~

ies et] qui.y trouvent, a@ part ane boisson.
[ager ae a 5. un médicament










,
=
Ee
Be



de eceur, gartralgies._ete
aay m ~ausst dans les: principales vill
ss le as Socleiaiess eqns le Oh lde ta provifice de nombreux clients.
rte ee. 8 dite ag p ‘dont les commandes, sans cesse rerou--
ars Oe ¢ sea: set le meilleur: témoignage:de. -

Aux cal tiers ét restaurate ra de--
on eurant hors la vile de Port-au. Prin: -_

ce, il sera expédié des échantillons gra -
is de cette: merveillense liqueur, mais’. |
ment par Vi ntermé- h

SOR des Ste
if ‘el éligibles les Membres a5 ne.
retard de pl s dun mois “



nell Mia ‘tra rise (Eaux Bassa i“ <
“Corbelllda de-Fleurs | — pe Drip 3
pour Fianeailles: = {| orl-all- rice.

| an Thananiling at Mar : , Rue des Miracles, a
ee. eon

— Couronnes et Croix de toutes beautés |. tu Grand Corele de F Portamsrines- oP

Travail soigné | de PUnion Sportive Haltienne © fF:

“da Reriurant de la Paix
-Vanilles superbes | du Commerce .__



S‘adresser d Mme CHEFDRUE ” de P Hotel Bellevua
Rois-Vern pa, rae Maarepae Neg i






—«. ‘Central

ede Fane
4 Patrie

“du Café duPort

du Bar Fin de Siécle —
fone OU Commerce






Médecin de tort au- Prince et de Ja
Faculté de.Paris: -

























At ‘Rue Maurepas ( ‘Bois-Verna ). «_des Amateurs.
« du Port |
179, Rue Républicaine (presqu’ a langle « de la Bourse
des rues Miracles et Reépublicaine) is « dela Chambre
Consiltations tous les jours | « dela Poste - ¢
de 10 heares a midi. | « de fa Gare.
s ’ &
MEDECINE — CHIRURGIE 4 de Walon
PB ‘illes i poe en Lavictoire~ sce
Fas es sani enfiesix: falibles| c Bourdon ds “Farin 3 poral la Ma
« Cantave :

pour [+ traitement de toutes les
maladies nerveuses préparées par Gonaives: R. Schatt
le Docieur “iB pernardo, Oel hoay. de | _. Peltt-Godve : Café Lochar rroaucht
Madrit- : a sls dinies tals, ee ta-Pane ne
are: t é

take ies pour la guérison com- Jacmel: N renee | ‘meilleure de Amérique.
plate de !KMrésypeéle, préparées 7a —_ - “Elle donne pl us de pai
par le Docteur Ochoa. Dépdt a Turgeau leur. — Tons les barils e

. i. ~s : | Farine 2 BOLE MEDAL.

_ Anta Sla- -Bisler1. | Ke mp Pagne's nent de_laméme. hi
Remé-le pour la compléte gués | : | hoo aichal @
vison de la goutte et toutes les} _ LIMONADES GAZEUSES BB

maladies similaires liées A la dia-
de Seltz

Aux Caves de Bordéux

“thése urique ( rhumatisme arti: |
culaire et musculaire, névralgies, |









etc.) “| Siphons
EAU DE ‘NOCERA- UMBRA oe oréparés avec. de
(Source Ancenica). | Kau Stérilisée





Digestive par excellence, combat la : aM de VAcide Carboni



de fics cone I ae a Mahle | s
ESA NOFELI N E i Fleurs Orangers, decks)

_pour-jes- enfants. Li
400 flacons dja épuieés. . queurs —

. _ Stock renonvelé, o “| Bines Angostura Asie, te} :
BF er- -Quina-Bisleri _{racao, Peppermis 3

Sliluanile du sang, oe es
‘fn vente & la Pharmacie NOTRE-DAMR | Frais, de : “n,

. Deposrrame pour Harr. ~-






Aue ae Fronts-Forts et du Centre| Nani.



Full Text


























Journel Quotidien, Commercial et d’@nnonces

QUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETAIRE _








: Abonnément pour Départoment....4.20 | PAR MOIS

e « _ Etranger 4.80

ations aux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly k Fort-Perd













et des colonies, restent sans titulaires. |

AGNIE FRANCAISE On s‘attend a ce que Gemain le nou- |
CABLES TRLEGRAPHIQUES | veaucabinet soitdéfinitivement cons- |

‘ONOPOLE du NOUVELLISTE titué. a | Nous le disions ces jours derniers :
REPRODUCTION INTERDITE) , : PaRIs AA healed Les craintes suscitées le Théatre Haitien alluit rouvrir ges

| portes. ILa réellement offert au publ.c
| qui lui est resté fidéle, une bonne soi-
rée bien faite pour dilater joyeusement
i les coeurs Aussi Coicou songera t-il uu
début de sa causérie, A remercier en
termes délicieuxy; assistance qu'il est












L












par Pimmensité du d€sastre qui s’est
produit samedi matin dans la mine.
de Courridres, se sont réalisées dans
toute leur horreur: le nombre des
morts s’éléve~a 4.100. Toute la ré-
gion est. plongée dans—ta-désolation- heureux de retrouver, aprés |'fssou-
par cette terrible catastrophe, qui a@|-pissement involont.ire de |’CEuvre..
| mis en devil 6.000 péres et méres, | Puis.le voila au sujet choisi: les droits.
épouses et enfants. | de Uldéal. ,
_ Massillon Coicou, sur le front duquel

mais frappé les mipneurs francais, | fa Muse u doucemeut pose Ta mela, ne-
s’explique pas la vie sans les beaux ré--

aa . proto! se produisit en 1885: 293 personnes | yes. Fut-on tenaillé par les maudites
lue par ’étendue du désastre, furent tnées; EARS cette derniére et | -éalités terrestres ‘il faut clors s’entou- -
eroit-on, est le plus terrible qui | lous les autres que Pon a eu a dé- | por @airaia pour se coucher au_ber-
mais arrivé. Le président Fal- | plo sqn’a-ce jour, ne sont rien | cgay de Pidéal? Et lorsgu'un malin es-
envoyé son seerétaire 4 Cour- | 4 cOté de celui de Courrieres. | prit — un intellectuel de bonne lignée
Celui-ci-est’ accompagné des | Toinio ( Ohio) 44. Des nouvel- | cependant,—demande a Coicou s'il tra-
sdes travaux publics et de | les qui viennent d’étre reques ici de | vaille pour combler la mer : «Mais oui, _
Ty 88 inessieurs sont partis | Bloondale (Ohio), annoncentqu’une | sécrie Vil, pour combler Ja pauvre
ain spécial. La crise ministé- | vingtaine de personnes onl été tudes | mére, la boune mére si vide ~ ta Pa-
ejle-méme est temporairement | ou, blessées par suite d'une collision plrie: — d une haute gloire ef d'un [e-
-- Les cénateuis et députés | qui s’est produite entre deux trains, ol parte de ce noble trait esprit
ut part aux manifestations du |. la gare de Godsend, a un mille a | pour faire son procés a | utilitarisme
ie hf Pest de Bloomdale. | ecagéré. Ilse voit enveloppé d’une al-
- 10.--On annonce que main- | Havan12.—Café Haiti: 50 francs. | mosphére hostile au grec, au Jatin, aw
nistére wést pas encore dé-| droit et dla médecine, et se dem nde |
na | étanné.ot cela nous conduira. De quel
mal sont ils pris, les zélés. utilitaires? _

ais 10 (soir).---Une dépéche de
envoyée 48 h. 45, dit que l'on
aintenant certain que 1.193 ou-
i étaient enfermés dans la |
, sont morts:=--U nedépéche de |
iéres, expédiée a8 b., dit, que

les-tentatives pour sauver les
nad qui se trouvent encore au

































































(1.795 mineurssont descendus | . 1
tin dans la mine de res | finitivemment constitué, mais le sera
591 ont été :amenés a la sur-| probablement ce soir avec les attri- |
Bi veleiail dene [ebb col butch weenie |
dan line raint| Président da—ec = He-ne-nour Ler


















jamaissplaints? All si-ce-réquisitoire ~








ivenait d’Oswal i, de Guilpaud,-Lochard;—

5 AUSUTUCUS LUC | il se _mettrait_sérieusement a _réfléchir.—
a MOATHOE i, 01 1, arin’, 1 /'L’bymne solennel d’Oswald,: n’est ce
ecomplétement abouti. De- | guerre, Etienne; agrjculture, Ruau; | pas: Dieu, Travail, Liberté?. Tout ré-

lusicurs ch. metits ont | colonies, Georges Leygues; commer-| cemment, aux. fétes du Centenaire, |
op - tra Lhérisson dans un bel et universel ac-

travaux publics,
woe ee peord, fait _répéter:_Béchons, béchons.
joyeux! Guilbaud, Lochard, Chauvet,
. | Chevry, poussent « des cris palpitants» _
fen I'bouneur du Travail. . .
Autant__les__poétes—chantent-seule--—
xent le Travail, autant les utilitaires .
rsobstinent, de leur eété; a précher,”
seulement le Travail. Ceux ci ridicui-
sent le jeune esprit quisupplie les Muses —
de lui ouvrir leur temple. Le nouvel .
ngile récolte des disciples, dans le .
mp méme des poétes; trouve Ces pro-
ype z . . 4 Wee






imme gra
‘idéal dons lame, a

Idéalisme et mar-
cher ensemble, L’ Amerique a produit
__ les abolitionnistes, Booker | Wasting: ¢
ton émerveille, parce que dans le le mi- |

sain, le mot d'ordre est ainsi. ;

Coicou t termine par l'une de ces vi-
braples apostrophes — comme il sait :
én trouver — oa it s’en prend aux

utilitaires~outranciers et recommande |.
a la jeunesse de ne pas se relirer sous |

leur teute, pa
ae “Ag

Voila briévement erayonnée, la char-
peate le la causerie pleine de charme.
du fondateur du Théatre Haitien.

En somme, quelques courtes paroles |
explicatives ne seront vraiment pas. de:

trop. Anotre gré, Coicou ‘ined utilitaires
s‘eptendent bien. En réalité, que récla-
ment ils? Une évolution sociale tissée
de «haute gloire et de légitime orgueils
pour la pauvre mére ce compte,
__Fautear des Impressi de Liberté.
_ Si ulilitaire. Rien de réellement:
beau dins le passé; sinon le geste hé-
_Foiqae Un peu plus de fortes” actio:
pour garantir. Vavenir, tels sont tes

sentimeats, 6 poéte. Et si l'on: te Prialt.

Feprésenter ton Aiphabe

: =
_ esprit pourrait a juste titre s’éerier® |
Voici. Coicou wliltiaire outrancier. A.

quoi aspires-tu? A plus d
“pour le paysan hattien, a
culture a laquelle il a lé
droit, aux~ fermes. écoles, e i
quel ques mesures d amour. Or, toi et
les utilitaires, vous poussez dans un
cordial et harmonieux soupir le Fiat
lux rédemp‘eur.

Utilitaires, ‘idéalistes in tetigents ott

_modérés_ne redoutent-g aris
—les-einqniémes de lettrés, «les j on-
gleurs de rimes » préts 4 s’e1 jarque?
dans n’importe
_ Jer-au port. de.
Ja gent dangereuse dont nous. soulage
Ta création de Coicou aissant.
-entendre d’excellentes poééies _.

cité par Sanz,



yoir repr
senier ne one fois, d Fan les ji

ant | de P a- |
phique «pour hommes seulement», dont 1 nous aT ee

quel} bateau pour mouil- |
Varrivisme. Cest bien |

po ites | «!
iendrement par Richard, avec ‘Simpli-. .

en sill ets d

we

o WN. na’
i Mr Charles Dubé a été toes

teur de la douane des Cayes, et Mr ‘Th.
Brisson, ‘nspecteur-adjoint a i douane /
i de Port-au Prince: ee
Nos meilleurs compliments.
Cinématographe.
Jeudi-prochain, ity

Â¥ atta

Port-au-Prince,. une ‘debaieme représen- | raleu
tation offzete au public masculin. Les] —
-puues seront nouvelles et intéressantes

Pour permettre 4 tous les amis d’y as-
sister, le prix d’enirée est fixé a une gour
de et les cartes seront vendues a pr ,
la séance commencera a 7 hres 1/ Id'a
Ee ‘tour des familles viendra-samedi |
prochain, 18 du courant; la Compagnie |
franco haitienne prepare, pour ce
une séance dont le Pro ramm
vsera rien & désirer. - prix d’
cette représentatio le Une pourde |
pour les grandes personnes: et. einguante
céntimes pour les enfants,

_ Et pour Dames seules : a

, nee, 43 Mars 1906.
“@Mr le D ecteur, — La Compagnie Fran- |.
co-Haitienne a“donneé, dimanche, au Cercle |
u-Prince, une soirée ciné

est’ parvenu des nouvelles — flisong ain
ressantes». :
« Le «Soir» a pris fait et cause pour nous, ;
son numéro d’hier, en affirmant que |
dames auraient pu, comme les hommes,
différents tablesux et scénes ul ont

gueur, les dames Sules auraient pu y ag iss

ter ». De
« Nous ne demandons pas a mous per- |

mettre l’accés de la salle aux représentations |

pour « hommes seulement 9: _migis ne pour-

rait-on pas nous faire li fi d

pour dames seules 3? ~

Salutations « cmt ‘essées.

UE ALL
A ¥ a quinzs jours,
ester A nouveay, diman
€ terrain de VU. ‘SH.



“au Cercle de] me
A la Corbeill lle Pen

_ Mme Hover Cara ra opsiie 4
reuse clientéle qu ‘elle ‘$e dene:
tuvjours asa disposition pour les com—

es es de fleurs. oe
On peut trouver chez elle les—iane
vations les -plus-récentes-r--——-
ee Couronnes superbes.
_Assortiment complet : Gerbes iddales,
_—- _CaRTeLaces: Corbeilles printanniéres,
Osard 8 san 3-3 bur 3B f- _... Apothdose- Bouquets.
3 sur 4 3 sur 5° °3 sur 6" Sa réputalion depuis longtemps éta- -
3 sur 8 3sur9. 4sur 4. ~blie, est un sar garant da godt artisti~-
4surS _ sur 6 5 sur5 que qui présidera tou


















que qui présidera toujours a Véxécu-
tion des commandes que ses clients

-voudront | bien continuer a lui eunfier.

hotore. 7 | Planches piteh-pin préparées des deux 7c W. é Meénos

raM.&E. Drevrus, rue des cdtés et embouffetées : decine Ghirargie “Accouchements
| i sur 8, Aste 10,4 aif 12, i 1a sur4, t—i«is "BeLLevuE wae om
| i Lefcametn i ec Cabinet de consultations :

4 sur 8 avec baguette,
H. Pape & Ce qui avait été 1 BR sur 8. avec baguette pour plafona ‘Rue pu Centre, 107.

‘19 Gerier dernier, aia -) _-PLANCHES PoUR CLIN’ =Feus les jours de 2a 4
| ~Planches: sap préparées.....0 0}. SHEER ee

Planches sap brutes.
Aissantes de Caroline.

A Vendr -PLANCHES: PITCH: PIN BRUTES ¢

randiéres baie ae de 195: i 4 sur 12 41/4 aur 12
4 4/2 sue 12 2 sur 12.
























” Génesty Bruno

Arpenteur-publie de la Commune dex
P: sbamp-de-Mars



§ Papailler Narcisse»

'@ Hygiene iropicales de Paris Pharmacien a Port an-Prince, Rue FS. -
rou, ci- devant des Miracles, Nv 7, mai--

"Avenue de Targean, Ne 7. f es ve
son en fer prés la Banque, a Vhonneur
Consultations tous les jours: ae yons Sifeir son ee oe
749 heuresa.m.— 2a 4 hres p. m. « Amer @Haiti >,
‘Drs | Le jeudi, epnauitations. gratuites, Pa- Ma
T- Licen PERRIER vas: “midi. Bitter stomachique sans rival, Afé--
tion : intérét général! J -daillé dt Exposition de Saint-Louis,
llement des stocks avec aug sori —-C Elats-Unis- d Amérique ) 1904.-
: 7 -P sparéavec te plus gt grand Soi pat
er ~~ hiventeur-lui-méme, ce Bitter- extfa-a——
de J. B. Dorsainvil 4 acquis rapidement la a faveur de tous les.

is Nouvelle édition revue et soignée amateurs de oe gon i at aujoun. .
en ros et ‘détails au. vx [ lé dans ous les Culeés et.
‘ e Dépot exel lusif powr le gros Restaurants de la Capitale, en-méme:

, 195, Grand’ . ap 2

: = cakes Pe | coger E: Aopen: Grand’Rue, | temps. qu'il fait les. délices des fami'les~

ies et] qui.y trouvent, a@ part ane boisson.
[ager ae a 5. un médicament










,
=
Ee
Be



de eceur, gartralgies._ete
aay m ~ausst dans les: principales vill
ss le as Socleiaiess eqns le Oh lde ta provifice de nombreux clients.
rte ee. 8 dite ag p ‘dont les commandes, sans cesse rerou--
ars Oe ¢ sea: set le meilleur: témoignage:de. -

Aux cal tiers ét restaurate ra de--
on eurant hors la vile de Port-au. Prin: -_

ce, il sera expédié des échantillons gra -
is de cette: merveillense liqueur, mais’. |
ment par Vi ntermé- h

SOR des Ste
if ‘el éligibles les Membres a5 ne.
retard de pl s dun mois “
nell Mia ‘tra rise (Eaux Bassa i“ <
“Corbelllda de-Fleurs | — pe Drip 3
pour Fianeailles: = {| orl-all- rice.

| an Thananiling at Mar : , Rue des Miracles, a
ee. eon

— Couronnes et Croix de toutes beautés |. tu Grand Corele de F Portamsrines- oP

Travail soigné | de PUnion Sportive Haltienne © fF:

“da Reriurant de la Paix
-Vanilles superbes | du Commerce .__



S‘adresser d Mme CHEFDRUE ” de P Hotel Bellevua
Rois-Vern pa, rae Maarepae Neg i






—«. ‘Central

ede Fane
4 Patrie

“du Café duPort

du Bar Fin de Siécle —
fone OU Commerce






Médecin de tort au- Prince et de Ja
Faculté de.Paris: -

























At ‘Rue Maurepas ( ‘Bois-Verna ). «_des Amateurs.
« du Port |
179, Rue Républicaine (presqu’ a langle « de la Bourse
des rues Miracles et Reépublicaine) is « dela Chambre
Consiltations tous les jours | « dela Poste - ¢
de 10 heares a midi. | « de fa Gare.
s ’ &
MEDECINE — CHIRURGIE 4 de Walon
PB ‘illes i poe en Lavictoire~ sce
Fas es sani enfiesix: falibles| c Bourdon ds “Farin 3 poral la Ma
« Cantave :

pour [+ traitement de toutes les
maladies nerveuses préparées par Gonaives: R. Schatt
le Docieur “iB pernardo, Oel hoay. de | _. Peltt-Godve : Café Lochar rroaucht
Madrit- : a sls dinies tals, ee ta-Pane ne
are: t é

take ies pour la guérison com- Jacmel: N renee | ‘meilleure de Amérique.
plate de !KMrésypeéle, préparées 7a —_ - “Elle donne pl us de pai
par le Docteur Ochoa. Dépdt a Turgeau leur. — Tons les barils e

. i. ~s : | Farine 2 BOLE MEDAL.

_ Anta Sla- -Bisler1. | Ke mp Pagne's nent de_laméme. hi
Remé-le pour la compléte gués | : | hoo aichal @
vison de la goutte et toutes les} _ LIMONADES GAZEUSES BB

maladies similaires liées A la dia-
de Seltz

Aux Caves de Bordéux

“thése urique ( rhumatisme arti: |
culaire et musculaire, névralgies, |









etc.) “| Siphons
EAU DE ‘NOCERA- UMBRA oe oréparés avec. de
(Source Ancenica). | Kau Stérilisée





Digestive par excellence, combat la : aM de VAcide Carboni



de fics cone I ae a Mahle | s
ESA NOFELI N E i Fleurs Orangers, decks)

_pour-jes- enfants. Li
400 flacons dja épuieés. . queurs —

. _ Stock renonvelé, o “| Bines Angostura Asie, te} :
BF er- -Quina-Bisleri _{racao, Peppermis 3

Sliluanile du sang, oe es
‘fn vente & la Pharmacie NOTRE-DAMR | Frais, de : “n,

. Deposrrame pour Harr. ~-






Aue ae Fronts-Forts et du Centre| Nani.