Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
ce(Haiti) §§ Vendredil, 9) Mars 1906







te. ‘PAllemagne seront de 48, 000 sans accident, A Corail-Coffi. Depuis la veille,
les parents de Tilis mons y avaient précédés

’ . ‘aga! tobage et ses croiseurs de 15.000. our préparer la table et le repas des flangail
spits riutenAParQuas ” | Voila la situation a laquelle nous de- les dusave ici. ©

a POLE du NOUVELLISTE eee. vons faire faces. é i ils avait convenablent fait. les choses, ea

re we ALGEsIRAS 8.--- Le projet frangais envoyant une table bies garnie. Tl w etait

OUSTION INTEROITE). | pour Vorganisation. de la police au pourlant pas sans inguieuides, ¢ ear Gelmina

se croyait un meilleur parfi et Tilis craignait

Maroc, a ‘été distribué cesoir aux dé- I que celle-ci ne Veut sur passé en dépeuses.

légués a la conférence. Ce projet qui |

Nous fimes done une belle entrée a Phabi-
Sera prés enté demain & la conféren~, tation, tows-biengais, @xcités par les conver-
|












-~ Des conversations pri-
entre: les délégués francais et
ds ont presque provoqué un
ment sur la question | de la | ce, se-com pos de cing paragraphes
4 dont voici le résumé:
«La police marocaine sera orgn-
de de. trois ans.





a

“gations et 1a chevauchée a Vair frais du mae
tin. Aussi we fames-nous pas ped surpris de
ne constater aucun mouvement de réception,
H y avait une ou deux femmes assises au senil
de-la porte, en négligé; mais elles ne fivent
nulle attention-4 nous.
Je mis pied a terre, ainsi que Thomas, Ton:
dis qvil appelait da monde pour prend re
nos chevaax, moi, voyant quon o "y meitalé
pas plus d’ empresseiment a venir a nous, jat-
tachai mon cheval aun bananier. La béte
gui n’en voit leg fenilles sans y mordre, coin
imenca de faire ut fel dégdi, qu'un jeuné
homme de la maison se précipita pour Valta-
cher ailleurs. ~« Ab ! lui criai-je, mon cheval:
vous apprend.a étre « honnéte. 3

Thomas, lui, avait pris a part un des pa-.
|renis dela jeune fille et lut reprocha leur
= | eonduite peu hospitaliére. Crest alors que les
qens de ta maisdin se retirérent a P inférieur,’
et quelques- moments apres, revinrent habil-
| lés, se décidant enfin a nous recevoir conve-
nablement,

Quand tout le moside ful réuni, autour de la’
i table, le genera Thomas, prenaut la parole,



5 affaires étrangéres. ici regar
ne ae satisfaisante de la | pisee E pour une oe















-§ oja- mus
sffert Sa démission au roi | dé seize otficiers f rangais et espa-

ans, comme raison que les mi-| anole el.renle deux sous- -olficiers.
he peuvent pas aecepter les La police comptera de 2. 000 & 2500
itions de l'Autriche en vue de.| hommes, qui seront- distribués-entre
lusion d’un arrangement po- [les huit ports, par corps de 200 @
ue et commercial entre les deux 500 hommes. La Banque d Etat a-
~. | vancera les fonds pour | ‘organisation
AbRiD 7.— Des ouvriers.satis tra- | & Pentretien de cette force. »-

nt altaqué aujourd’ hui les bati- |

lunicipaux A Fraga, “provin- | An

rigon.— Ils furent repoussdés |’ DANS LES ul ORNES
gendarmerie, qui”tua quatre | |

fe eux et en blessérent trois au- : Les Fiancaillés.

fh gendarme fut blessé. | - Mardi6 Fevrier. |
— ree = se Cémme -de coutame; je" suisvdescerie oy demanda a Gelmina, Pamouret de Tilis, stv
lie ujour. qr anatin de Furey: a-Kenscolfy: stout abort ette-voulait-accepter~cette table. = Gelmina”

hice a ‘entrer- en vigneur le | je fis visites 4 quelques habitants.de Pendroit, | parut_un peu embarrassée, puis elle dit:

e e P , Fallai ensuite chez Hector. [Lm a de | -~«Ce- -marraine moins pour répondre 9.
eee 7” entre la France | ‘choses concernabhl mam ‘¢ Thormas se tournaut vers celle I
6 _ coe fro E) nay 2 :








































“4 cepler-cotte table.
part: de Tilis?
he ei eh Se Meas a do Feserve. Ma of 1
fm 8U ._ Les choses, au début, faillirent ge hler:: = t pourquoi, Madame ? fit Thomas.
eure ha. A] la chambrétes | mais rie pres, cela ‘s'est arrange, ite tout bo nm M’pas. ouals fable la.
Me - homsan, m finit bien. | En effet, la table élait recouverte dun:
| ‘ 4 — Cuntez moi donc Vaffaire. | belle nappe blanche. Thomas pria Mme Paul
“to Voila. D' ‘abord, je dois vous dire que je | dela découvrir. —
‘ne ‘soit Pie Tt MY” regretle que yous n’ayez pu venir, A part Vef- Mon cher, me dit Hector, ¢ Cétail une belle -
poll Bas pariaile, notre | fur de votre présence sur ¢ Masearop » dans | table! Il y avait ati moins pour 30 gourdes
test | ‘ieur--4-celle -de-+ notre cortege et te plaisirde Tilis en recevant- -de boissvaset de-bonbons + rliuny, sirops, Ti-
al } canons | celle taarqae de volre estime, mais encore | queurs, deux bouleilles de kola-champagne ~
| volre assistance nous eut liré strement d’em- | (qui n’éclatérent pas, il est vrai, quand on les
barras & un certain. moment. Outre ‘Tilis, le | deboucha ), patents. biscuits, adoucelettess ; gee
gonéral Thomas, clef devia seetion, ef moi, | enfin une belle lable. Et quand je dis 30 _
ql y avait encore les deux filles de’ Thomas, | gourdes, cela pouvait ‘bien monter a 40; or
«+ Paul el sa ferme. jour ‘Tis et tei, c'est de Vargent. wv
_ Oh} mais vous éliezan pelle compagnie. Alor’ Thomas, cérérionieusement! — «Ma
raiment je regrette colle belle. chevauehée, dawe; voulez-vous maintenant accepler cette,

car je suppose que vous éliez tous a cheval ? 2} table 2x
yal, ous formic nue elle c cavalcade. | £
a wath, HOUS somunes, ay rivés | repondit irowuriit ements




















Hens examen, .

oF es unm
« Nou, Général »,





— Gangnin qui
Que manque-t
— Si ca qui manqué, té la, yo ta
Est-ce Ja bague qui manque da
sietle ? Vous savez que la question a
veplée, :
— C'est pas la bague.
@ Alors, cestVargent? .
_—Cestcaméme, Général. wt
~ Aussitét, Thomas débeutoanant sa redin- |
~- gote, sortit dune poche intérieure une liasse
de gourdes qu'il déposa dans l'assiette :
— Et maintenant, Madame. SB
— Laissez moin ouais.
~~ Faites donc, Madame. 4 sem condi
Et la marraine prit de l'assiette le paquet , jeune fille, les paren ph lvasic
- de-gourdes, qu'elle compta, billet par billet, | Vassiette en y mettant une somme d’argent | | BNI
jusqu’a 15; puis elle déposa le tout dans l’as- | égale a celle que le jeune homme y avait dé- ms
siette, sans dire mot, oe posée,le jour de la demande, valeur qui reste | D1
Le général Thomas reprit: « Vous accep~ | en dépét chez leg parents de la jeune fille} _
lez la table, maintenant, Madame? =~. | jusqu’au jour de l’union. eee
~~ Non, Général. Les jeunes fiances entrent ~~ Ah... Et pourquoi? 0... | & Pabri des loyers, dans une maison 4 eux, |
~~ [i pas compte. . _ J avec un jardin en culture, et possesseur@l’un
— Cest combien alors? _ capital de 50 4 100 gourdes. Cela constitue |
om CGtait dit-dans lalettre-scc. une fortune, relative il est vrai, mais. pour 4 °*
———"PHomas s'adressa 4 Tilis, qui lui répondit. | des gens qui vivent d’un rien,c’est beaucoup, :
quec’élait 25 yourdes qui avaient été conve- | sans compter que c'est une garantie pour la |
nues pour lés fiancailles. Thomas fouilla | durée de leur union,” qui; plus tard, peut se | }
alors dans toutes ses poches et mit dans l’as- | consolider. par une belle cérémonie a Péglise {-
siete ce qu'il en_avait-tiré.Ladame;~ a une | de Pétion-Ville. “
nouvelle invilation, recompta. gourde par | goo meesmencecccn
gourde, puis déposa le tout a sa place, en di-
sant : Z a ce : vos
~~ Cé pas comple.
L’aflaire devenait grave, en—tout -é
“barrassante.-Voulant-sortir-de cette fae
yosture, je tirai de ma poche~deux gourdes, | — _ Feuilleton
des seules que j’avais sur moi, et je les dépo- | A cause de l'abondance quotidienne de.
sai dans l'assiette. — Puis excité par cette si- | matiéres,-qui fait craquer le «Nouvellistes |
~ tuation critique, pour la dénouer je détachai | dans son cadre trop étroit, ~ qa’hélas! la

ne chaine: do montre Poe a mettre dans hausse du change ne nous per - aS ene
par cet nae: Noe non, toe ae feint | cored agrandir,— novs avons pu ral
é : , non, see 7 ae : ed

vida ses poches de la monnaie qu’'elles con~ ao de it désiderata ! offrir des feuille

tensient; Paul aussi, puis sa femme,et-méme eee —)
‘Tilis.. P whee . Envattendant le jour, que nous souhai- |.
_,-Alors_la marraine compta le tout: cela] tons prochain, o4 nous pourrons intra-
montait 4 $21.80... ~|duire ici ce nouvel: élément de succes,

‘La situalion n'était pas ée et notre | nous allons, de temps a autre, extraie da
embarias augmentait dinstapt en instant, | journal d’un de nos amis quelques pages

lorsque les parents de Tilis sortirent de la 1 d’iniérér local. Cet ami, en cure d'ait dans |
porérent de la montaie nickel et de cujvee,4 205, ores, occupe ses loisits 3 anno-|
its dirent un mot a Thomas, qui pria la mar- ter des rails de Neon Towers SS,
raine de vovloir bien constater la totalité de | C4 Pagnes. me on lava par ce qui
la comme. : ee Precece, ce etitavecune simpletéi——
__Celle-ci, aprés yn bon quart d’heure em. | agreste, sans préteation, ce qui en fait le | ¢t
ploye a compler, avec notre aide encore, bil- | charme et le mérite, oe

etx, nickel et cobres, déclars nnellement..|—-——-—,

inistration- de T Ordre, |"
ee ous acce Mardi6-de ce mois, les Membres du
Setflerent je fus tranguille. D Conseil de l'Ordre élus réguliereme:
tout marche bien. — nis de Tilis be he tp mS FER BUES .
apportéreat le repas, on vattabla, _Gelmina Sa de fecrier dernier,
mangea dans la méme assietle que Tilis: en- | € Grgndes Chambses, ont ¢1é solenne ve
fin ilsétaient flancés, Ti, et Pais-
_ A partir de ce moment font fut trés gai et | sant F.- ‘Docis Viarp, G *. M.-. G.-,
a notre départ, Tilis eut permission quand » de [On den de I
it viendeait pour coustettivela maison du fu- | da‘ mérite du G.*.
_ tur ménage sur un terraiti dé la famille qu’on | Nord. G.-. Repr
vweail de chelsir, de coucher dans l’habila~ | Relot. de 1 Co
Nees eee que Gets dauties aux Ban tat.
Aprés ce 1écit, Hector me fournit les ex-] Lo, Membres du Cous
plications complémentaires auivanles.° rendre la cérémonie _ :
La begue dans Vassietle, c'est lengage- | admettant a y assist :
ament par le fiancé du marisge al’ Eglise, avec” noms suivent- _
tous les frais cotiteux que nécessile un ve- |"), _
ye a Pétion- Ville en grande cavalcade, pour |
a bénédiction nuptial. Mais, rares sont les |
jeunes hommes des mornes en mesure d’of- |
frir ce aluxes a leurs fiancées, — Celles-cj so
eontentent donc,le plus souvent, d'une union |
libre, dont les conditions, préalablement dé-



” : 2 oe



rake en ‘assembiée. poner, pour le —
imanche 41 Mars courant, a neufhres-

“Mon ge Lagojannis, . | -précises du_matin & PAsile Feangais.
_ Depuis trois jours’ ma temme “wat ~ ORpRE Do Jour - =
jamais un seal. ant e€ Ae frait Ht un affreux mal de dents; je vougs| Rapport da Trésorier
eon oe . cette. remercie infiniment | our vos «Gouttes Rapport du Président
tan ace qui ont guérie immédia- | _ Discussion de la demande de modi

_ tement apres l’application.
_ Franchement, ce reméde est recom- seorétaire.

q 1 pet
épatable que vient epro0- mandabl eau public.
solation nous reste, c'est ase - zoton ‘Tes Bains,
ue la chére et“ régrettée Fifine © Port-au-Prince’ 6 5 Mars 1906. nei Francaise fe Secours Mutcels et de.

pir ne. s’eflacera jamais de 2S =
, 2 été recueillir [a haut la iste _ _rpiter-angeatura de Port- Bienaisance
sede ses vertus. ca Bowen VYhonneur d’annoncer que — Messieurs lea Socistaies- sont oe an -
Une i intime. le Bilter qu'elle met@lepuis deux 1 -qués en assemblée générale pour le di-
Echo de Jacmel nées “en vente, est eae avec V’é-~ manche 18 Wars courant,a neuf heures -
¢ ville pleare encore la mort d’A-' corce d’ Angustura de Colombie, le sto- précises du matin 4 [Asile Frangais.
sant,conirdlear ala Dou Ane. machique le plus renommé. ‘ - Onvre bu Jour:
ses fanérailles ont-elles réoni Ce Bitter pur et sain est recommandé Discussion du rapport dn Trésorier
cortége d'imis désolés. Son _par ses bonnes qualités. Discussion du rapport du Président
Bese par-wn cates oe eT LEntreprise | @Eaux Gazeuses _ “Election da Président
Livois discours ont été prononcés - de Port au-Prince ~ Election dua vice-Présidert_
ombe, par MM. Rod. Alexandre, ° . ' Election de cing conseillers sortants. .
erou et Rocher Alexandre. _ATVhonneur de porter a laconnaissance sat sane
1 public que dorénavant son établi \ « Port-au-Prince, 6 Mars 1906.
euen Fé A> restera “ouvert we Président, = “LAVILEE

des. Statuts. — Sont seuls élec---

=. 6 i @ ae ft !
et “Mme Belvius Belvue ont la 9 | heures du matio. pour répondre aux “teurs et éligibles les Membres qui ne sont pas.
en retard de plus d’un mois pour le paiement

t de faire part de la mort de leur demandes de sa clientéle.
' de leurs cotisations.

bean-pére, Jean BeLvor Ben, dé- senussantnatme names
Dr Gaston DALENCOUR

— Les fu-'
Sia ae No pb Membre-de-ta Société de Médecine et
sont priés de ‘consider le: avis | a’ Hygiene tropicales de Paris
Lé public et le commerce en général Avenue de Targeau, No7.
as ee ravien. Postale | sont déja au courant que, depuis le 9 Consultations tous les jours :
hallané pour Saini-Marc par le’ Novembre 1904, je suis séparé de ma 7 49 heuresa.m. — 244 hres p m..
andais «Prins Willem Ill», femme, née Hermina Porsenna; par [¢ ) jendi, consultations gratuites, fa
P 4 vent, je déclare, tant pourle pré- préssinidi. . ,
§ Pour etit-Godve, Cayes et ' sent qu'a l'avenir,.nétre ‘plus respon- ee
e «Prins Willem II »,seront | sable de ses dettes « elactions, pour cause
Ht-A-’inecomptabi ité-de-caractére-jointe-a——
_. | d'autres défauts: gardés sous reserves,
{divorce devant lui étre intenté Je plas





-Port-au Prince, 6 Mars 1906...
Le Président, =~ J. LAVELLE.



















































La pre
‘dela faillite H. Pape ee Ce qui avait été
« fixée au lundi 19 ge oie i J
HT YARE pas about ee ee ei pour” La apache de la ligne de Fore

.faillite sont convogués de nouveau pour
A j 15 |Mars courant, d 10. hres de-France a’ Port au-Prince, at--

a n, tendu incessammen |, partira, le
are nt Mocnens jour meme de a att ba C a
7 : Jérémie, Santiago de Cuba, Cayes, .
: 4y 5 y

le_Juge Commissaire & Ia vérification | 6). Santo-Domingo, Maya:

des diverses créances,
_ En_-conséquence, tous les eréanciers guez, Ponce. Saint-Thomas, Gua-

_ sont invilés 4 s’y trouver. | deloupe et Martinique, en prenant.
_ Port-au-Prince, 7 7 Mars 1906. ‘fret et passagers. -
Port-au-Prince, 9 Mars 1906.,

|e ae principal,
Js Pev DUVALLON

ae





“SINGER, et Pon aura la meilleure, parce

ia "ahs 2.
cher.

dyent-yénéral pour Haiti,

a



rat
rf

- Cotte fibriqua @ de. mac
chine 4 coudre est la plus
grande du monde.
Machine SINGER est re-

nommeée comme. la meil-

Jleure, et la plus parfaite
ile toutes.

Elle est aussi la plus
solide, la plas durable et
la plus rapide.

sete tinrae des setae:

Demander la machine

esl toujours celle qui cote le moins

Me, Broad St. New-York City.
ISTEE, — Gérant.

Pari jee ‘port ant |

%
FF
é

com Wirohdrenne:

all arque:



B. NEWELL

33000" barils

‘
[ete oc teysn smanireresinfueomnsnte nee,
i i
t q .

i

Celis farine est, sung conteste, la

meiner de PAmérique— a
Elle cfonne pli is de pains et le meil- i
leur ~ Tous les barils expédiés de la i
Baru » GOLD MEDAL sont invarinble-—

:
a



vou





Agent-qenéral pour Haile

‘so la méme
{+ aniforme,

hauteur et dune

Ayent général pour Haiti,

F,



§ désirez

BF,

B.

PRA BEALS: BEBE E to EE ITE MO COE ee



fe,
>

NEWELL

NEWEEL-

oS
B |
&

eleur
ndez la eu

eave ofa Hee an ae

s

t !
: : .
oy hos . , L
re poem neteis 5) SA SERRE ONS 9 ANNE ARTI NE PRMNON
ese § ee . . : ,
. - i . :

_Toules. nos huiles-sont-en- bouteitles;-sous ‘wolre HEAT G Ae avbsoTumie



azpédition pow la Provines : =-- Adresser isiwialion Ch. PEAVAL, --

ho
_ feeemneinenre nett yh aetna














Le gallon -.
Les 5 gallons
‘Les 24 bouteilles
La barrique

Notre Vin Bianc « GRAVES» Ps

Le gallon —— G, 3.00

Les 5 gallons 44.00
Les 24 bouteilles “45.00 verre
La barrique coon’ ele 5 de

_ Norre_Vin Rovce « MENOC» \ VIEUX- a =

Le gallon e G4. 50
Les 5 gallons 22.00
La caisse de 12 bouteilles _ 45.00

Norre Vin Rovuce ¢ S-ESTRRHE, > fe Car



Fine le litre e a go
—Extra-tine le litre ’ 8,500.

VINS p’ESPAGNE

Madeére la. bouteille G. 3.00 a

Sherry (ses peld) la bouteille “3-00 4 Le gallon

Malaga la-bouteille 3. 00. 2
COGNAC de A. GUIEHOU irére siné

Qualité « extra-fine » la bouteille G. 4. 00

Qualité fine (garantie) la bouteiile G, 8.00.

Biscuits « Olibet Pctils Beurre » la Boite G. 2. 00
Sardines d¢huile, la Boile G, 4. 00.





Rue R tupublicaine, n° 121, PORT AU. PRINCE, a ie PROT













ees, A sarrhsities, Varogoa péle,

chroniques, Aeclients dy

Ce. el fait Poriginalits a6 ont Baxe, 6. ob. :
es oliaee: A
les principes sutifa dea fawilles et. ‘ae at 28 a a? Viceady cue : TE, oe
8 anim, cl est juatoment considers nar les médeetas aids ,
Agiibse cuorek cidaires, « ae De Un “

teh FLACOM
186



os
se api. le
verte & lgneak ue re







Full Text
ce(Haiti) §§ Vendredil, 9) Mars 1906







te. ‘PAllemagne seront de 48, 000 sans accident, A Corail-Coffi. Depuis la veille,
les parents de Tilis mons y avaient précédés

’ . ‘aga! tobage et ses croiseurs de 15.000. our préparer la table et le repas des flangail
spits riutenAParQuas ” | Voila la situation a laquelle nous de- les dusave ici. ©

a POLE du NOUVELLISTE eee. vons faire faces. é i ils avait convenablent fait. les choses, ea

re we ALGEsIRAS 8.--- Le projet frangais envoyant une table bies garnie. Tl w etait

OUSTION INTEROITE). | pour Vorganisation. de la police au pourlant pas sans inguieuides, ¢ ear Gelmina

se croyait un meilleur parfi et Tilis craignait

Maroc, a ‘été distribué cesoir aux dé- I que celle-ci ne Veut sur passé en dépeuses.

légués a la conférence. Ce projet qui |

Nous fimes done une belle entrée a Phabi-
Sera prés enté demain & la conféren~, tation, tows-biengais, @xcités par les conver-
|












-~ Des conversations pri-
entre: les délégués francais et
ds ont presque provoqué un
ment sur la question | de la | ce, se-com pos de cing paragraphes
4 dont voici le résumé:
«La police marocaine sera orgn-
de de. trois ans.





a

“gations et 1a chevauchée a Vair frais du mae
tin. Aussi we fames-nous pas ped surpris de
ne constater aucun mouvement de réception,
H y avait une ou deux femmes assises au senil
de-la porte, en négligé; mais elles ne fivent
nulle attention-4 nous.
Je mis pied a terre, ainsi que Thomas, Ton:
dis qvil appelait da monde pour prend re
nos chevaax, moi, voyant quon o "y meitalé
pas plus d’ empresseiment a venir a nous, jat-
tachai mon cheval aun bananier. La béte
gui n’en voit leg fenilles sans y mordre, coin
imenca de faire ut fel dégdi, qu'un jeuné
homme de la maison se précipita pour Valta-
cher ailleurs. ~« Ab ! lui criai-je, mon cheval:
vous apprend.a étre « honnéte. 3

Thomas, lui, avait pris a part un des pa-.
|renis dela jeune fille et lut reprocha leur
= | eonduite peu hospitaliére. Crest alors que les
qens de ta maisdin se retirérent a P inférieur,’
et quelques- moments apres, revinrent habil-
| lés, se décidant enfin a nous recevoir conve-
nablement,

Quand tout le moside ful réuni, autour de la’
i table, le genera Thomas, prenaut la parole,



5 affaires étrangéres. ici regar
ne ae satisfaisante de la | pisee E pour une oe















-§ oja- mus
sffert Sa démission au roi | dé seize otficiers f rangais et espa-

ans, comme raison que les mi-| anole el.renle deux sous- -olficiers.
he peuvent pas aecepter les La police comptera de 2. 000 & 2500
itions de l'Autriche en vue de.| hommes, qui seront- distribués-entre
lusion d’un arrangement po- [les huit ports, par corps de 200 @
ue et commercial entre les deux 500 hommes. La Banque d Etat a-
~. | vancera les fonds pour | ‘organisation
AbRiD 7.— Des ouvriers.satis tra- | & Pentretien de cette force. »-

nt altaqué aujourd’ hui les bati- |

lunicipaux A Fraga, “provin- | An

rigon.— Ils furent repoussdés |’ DANS LES ul ORNES
gendarmerie, qui”tua quatre | |

fe eux et en blessérent trois au- : Les Fiancaillés.

fh gendarme fut blessé. | - Mardi6 Fevrier. |
— ree = se Cémme -de coutame; je" suisvdescerie oy demanda a Gelmina, Pamouret de Tilis, stv
lie ujour. qr anatin de Furey: a-Kenscolfy: stout abort ette-voulait-accepter~cette table. = Gelmina”

hice a ‘entrer- en vigneur le | je fis visites 4 quelques habitants.de Pendroit, | parut_un peu embarrassée, puis elle dit:

e e P , Fallai ensuite chez Hector. [Lm a de | -~«Ce- -marraine moins pour répondre 9.
eee 7” entre la France | ‘choses concernabhl mam ‘¢ Thormas se tournaut vers celle I
6 _ coe fro E) nay 2 :








































“4 cepler-cotte table.
part: de Tilis?
he ei eh Se Meas a do Feserve. Ma of 1
fm 8U ._ Les choses, au début, faillirent ge hler:: = t pourquoi, Madame ? fit Thomas.
eure ha. A] la chambrétes | mais rie pres, cela ‘s'est arrange, ite tout bo nm M’pas. ouals fable la.
Me - homsan, m finit bien. | En effet, la table élait recouverte dun:
| ‘ 4 — Cuntez moi donc Vaffaire. | belle nappe blanche. Thomas pria Mme Paul
“to Voila. D' ‘abord, je dois vous dire que je | dela découvrir. —
‘ne ‘soit Pie Tt MY” regretle que yous n’ayez pu venir, A part Vef- Mon cher, me dit Hector, ¢ Cétail une belle -
poll Bas pariaile, notre | fur de votre présence sur ¢ Masearop » dans | table! Il y avait ati moins pour 30 gourdes
test | ‘ieur--4-celle -de-+ notre cortege et te plaisirde Tilis en recevant- -de boissvaset de-bonbons + rliuny, sirops, Ti-
al } canons | celle taarqae de volre estime, mais encore | queurs, deux bouleilles de kola-champagne ~
| volre assistance nous eut liré strement d’em- | (qui n’éclatérent pas, il est vrai, quand on les
barras & un certain. moment. Outre ‘Tilis, le | deboucha ), patents. biscuits, adoucelettess ; gee
gonéral Thomas, clef devia seetion, ef moi, | enfin une belle lable. Et quand je dis 30 _
ql y avait encore les deux filles de’ Thomas, | gourdes, cela pouvait ‘bien monter a 40; or
«+ Paul el sa ferme. jour ‘Tis et tei, c'est de Vargent. wv
_ Oh} mais vous éliezan pelle compagnie. Alor’ Thomas, cérérionieusement! — «Ma
raiment je regrette colle belle. chevauehée, dawe; voulez-vous maintenant accepler cette,

car je suppose que vous éliez tous a cheval ? 2} table 2x
yal, ous formic nue elle c cavalcade. | £
a wath, HOUS somunes, ay rivés | repondit irowuriit ements




















Hens examen, .

oF es unm
« Nou, Général »,


— Gangnin qui
Que manque-t
— Si ca qui manqué, té la, yo ta
Est-ce Ja bague qui manque da
sietle ? Vous savez que la question a
veplée, :
— C'est pas la bague.
@ Alors, cestVargent? .
_—Cestcaméme, Général. wt
~ Aussitét, Thomas débeutoanant sa redin- |
~- gote, sortit dune poche intérieure une liasse
de gourdes qu'il déposa dans l'assiette :
— Et maintenant, Madame. SB
— Laissez moin ouais.
~~ Faites donc, Madame. 4 sem condi
Et la marraine prit de l'assiette le paquet , jeune fille, les paren ph lvasic
- de-gourdes, qu'elle compta, billet par billet, | Vassiette en y mettant une somme d’argent | | BNI
jusqu’a 15; puis elle déposa le tout dans l’as- | égale a celle que le jeune homme y avait dé- ms
siette, sans dire mot, oe posée,le jour de la demande, valeur qui reste | D1
Le général Thomas reprit: « Vous accep~ | en dépét chez leg parents de la jeune fille} _
lez la table, maintenant, Madame? =~. | jusqu’au jour de l’union. eee
~~ Non, Général. Les jeunes fiances entrent ~~ Ah... Et pourquoi? 0... | & Pabri des loyers, dans une maison 4 eux, |
~~ [i pas compte. . _ J avec un jardin en culture, et possesseur@l’un
— Cest combien alors? _ capital de 50 4 100 gourdes. Cela constitue |
om CGtait dit-dans lalettre-scc. une fortune, relative il est vrai, mais. pour 4 °*
———"PHomas s'adressa 4 Tilis, qui lui répondit. | des gens qui vivent d’un rien,c’est beaucoup, :
quec’élait 25 yourdes qui avaient été conve- | sans compter que c'est une garantie pour la |
nues pour lés fiancailles. Thomas fouilla | durée de leur union,” qui; plus tard, peut se | }
alors dans toutes ses poches et mit dans l’as- | consolider. par une belle cérémonie a Péglise {-
siete ce qu'il en_avait-tiré.Ladame;~ a une | de Pétion-Ville. “
nouvelle invilation, recompta. gourde par | goo meesmencecccn
gourde, puis déposa le tout a sa place, en di-
sant : Z a ce : vos
~~ Cé pas comple.
L’aflaire devenait grave, en—tout -é
“barrassante.-Voulant-sortir-de cette fae
yosture, je tirai de ma poche~deux gourdes, | — _ Feuilleton
des seules que j’avais sur moi, et je les dépo- | A cause de l'abondance quotidienne de.
sai dans l'assiette. — Puis excité par cette si- | matiéres,-qui fait craquer le «Nouvellistes |
~ tuation critique, pour la dénouer je détachai | dans son cadre trop étroit, ~ qa’hélas! la

ne chaine: do montre Poe a mettre dans hausse du change ne nous per - aS ene
par cet nae: Noe non, toe ae feint | cored agrandir,— novs avons pu ral
é : , non, see 7 ae : ed

vida ses poches de la monnaie qu’'elles con~ ao de it désiderata ! offrir des feuille

tensient; Paul aussi, puis sa femme,et-méme eee —)
‘Tilis.. P whee . Envattendant le jour, que nous souhai- |.
_,-Alors_la marraine compta le tout: cela] tons prochain, o4 nous pourrons intra-
montait 4 $21.80... ~|duire ici ce nouvel: élément de succes,

‘La situalion n'était pas ée et notre | nous allons, de temps a autre, extraie da
embarias augmentait dinstapt en instant, | journal d’un de nos amis quelques pages

lorsque les parents de Tilis sortirent de la 1 d’iniérér local. Cet ami, en cure d'ait dans |
porérent de la montaie nickel et de cujvee,4 205, ores, occupe ses loisits 3 anno-|
its dirent un mot a Thomas, qui pria la mar- ter des rails de Neon Towers SS,
raine de vovloir bien constater la totalité de | C4 Pagnes. me on lava par ce qui
la comme. : ee Precece, ce etitavecune simpletéi——
__Celle-ci, aprés yn bon quart d’heure em. | agreste, sans préteation, ce qui en fait le | ¢t
ploye a compler, avec notre aide encore, bil- | charme et le mérite, oe

etx, nickel et cobres, déclars nnellement..|—-——-—,

inistration- de T Ordre, |"
ee ous acce Mardi6-de ce mois, les Membres du
Setflerent je fus tranguille. D Conseil de l'Ordre élus réguliereme:
tout marche bien. — nis de Tilis be he tp mS FER BUES .
apportéreat le repas, on vattabla, _Gelmina Sa de fecrier dernier,
mangea dans la méme assietle que Tilis: en- | € Grgndes Chambses, ont ¢1é solenne ve
fin ilsétaient flancés, Ti, et Pais-
_ A partir de ce moment font fut trés gai et | sant F.- ‘Docis Viarp, G *. M.-. G.-,
a notre départ, Tilis eut permission quand » de [On den de I
it viendeait pour coustettivela maison du fu- | da‘ mérite du G.*.
_ tur ménage sur un terraiti dé la famille qu’on | Nord. G.-. Repr
vweail de chelsir, de coucher dans l’habila~ | Relot. de 1 Co
Nees eee que Gets dauties aux Ban tat.
Aprés ce 1écit, Hector me fournit les ex-] Lo, Membres du Cous
plications complémentaires auivanles.° rendre la cérémonie _ :
La begue dans Vassietle, c'est lengage- | admettant a y assist :
ament par le fiancé du marisge al’ Eglise, avec” noms suivent- _
tous les frais cotiteux que nécessile un ve- |"), _
ye a Pétion- Ville en grande cavalcade, pour |
a bénédiction nuptial. Mais, rares sont les |
jeunes hommes des mornes en mesure d’of- |
frir ce aluxes a leurs fiancées, — Celles-cj so
eontentent donc,le plus souvent, d'une union |
libre, dont les conditions, préalablement dé-



” : 2 oe
rake en ‘assembiée. poner, pour le —
imanche 41 Mars courant, a neufhres-

“Mon ge Lagojannis, . | -précises du_matin & PAsile Feangais.
_ Depuis trois jours’ ma temme “wat ~ ORpRE Do Jour - =
jamais un seal. ant e€ Ae frait Ht un affreux mal de dents; je vougs| Rapport da Trésorier
eon oe . cette. remercie infiniment | our vos «Gouttes Rapport du Président
tan ace qui ont guérie immédia- | _ Discussion de la demande de modi

_ tement apres l’application.
_ Franchement, ce reméde est recom- seorétaire.

q 1 pet
épatable que vient epro0- mandabl eau public.
solation nous reste, c'est ase - zoton ‘Tes Bains,
ue la chére et“ régrettée Fifine © Port-au-Prince’ 6 5 Mars 1906. nei Francaise fe Secours Mutcels et de.

pir ne. s’eflacera jamais de 2S =
, 2 été recueillir [a haut la iste _ _rpiter-angeatura de Port- Bienaisance
sede ses vertus. ca Bowen VYhonneur d’annoncer que — Messieurs lea Socistaies- sont oe an -
Une i intime. le Bilter qu'elle met@lepuis deux 1 -qués en assemblée générale pour le di-
Echo de Jacmel nées “en vente, est eae avec V’é-~ manche 18 Wars courant,a neuf heures -
¢ ville pleare encore la mort d’A-' corce d’ Angustura de Colombie, le sto- précises du matin 4 [Asile Frangais.
sant,conirdlear ala Dou Ane. machique le plus renommé. ‘ - Onvre bu Jour:
ses fanérailles ont-elles réoni Ce Bitter pur et sain est recommandé Discussion du rapport dn Trésorier
cortége d'imis désolés. Son _par ses bonnes qualités. Discussion du rapport du Président
Bese par-wn cates oe eT LEntreprise | @Eaux Gazeuses _ “Election da Président
Livois discours ont été prononcés - de Port au-Prince ~ Election dua vice-Présidert_
ombe, par MM. Rod. Alexandre, ° . ' Election de cing conseillers sortants. .
erou et Rocher Alexandre. _ATVhonneur de porter a laconnaissance sat sane
1 public que dorénavant son établi \ « Port-au-Prince, 6 Mars 1906.
euen Fé A> restera “ouvert we Président, = “LAVILEE

des. Statuts. — Sont seuls élec---

=. 6 i @ ae ft !
et “Mme Belvius Belvue ont la 9 | heures du matio. pour répondre aux “teurs et éligibles les Membres qui ne sont pas.
en retard de plus d’un mois pour le paiement

t de faire part de la mort de leur demandes de sa clientéle.
' de leurs cotisations.

bean-pére, Jean BeLvor Ben, dé- senussantnatme names
Dr Gaston DALENCOUR

— Les fu-'
Sia ae No pb Membre-de-ta Société de Médecine et
sont priés de ‘consider le: avis | a’ Hygiene tropicales de Paris
Lé public et le commerce en général Avenue de Targeau, No7.
as ee ravien. Postale | sont déja au courant que, depuis le 9 Consultations tous les jours :
hallané pour Saini-Marc par le’ Novembre 1904, je suis séparé de ma 7 49 heuresa.m. — 244 hres p m..
andais «Prins Willem Ill», femme, née Hermina Porsenna; par [¢ ) jendi, consultations gratuites, fa
P 4 vent, je déclare, tant pourle pré- préssinidi. . ,
§ Pour etit-Godve, Cayes et ' sent qu'a l'avenir,.nétre ‘plus respon- ee
e «Prins Willem II »,seront | sable de ses dettes « elactions, pour cause
Ht-A-’inecomptabi ité-de-caractére-jointe-a——
_. | d'autres défauts: gardés sous reserves,
{divorce devant lui étre intenté Je plas





-Port-au Prince, 6 Mars 1906...
Le Président, =~ J. LAVELLE.



















































La pre
‘dela faillite H. Pape ee Ce qui avait été
« fixée au lundi 19 ge oie i J
HT YARE pas about ee ee ei pour” La apache de la ligne de Fore

.faillite sont convogués de nouveau pour
A j 15 |Mars courant, d 10. hres de-France a’ Port au-Prince, at--

a n, tendu incessammen |, partira, le
are nt Mocnens jour meme de a att ba C a
7 : Jérémie, Santiago de Cuba, Cayes, .
: 4y 5 y

le_Juge Commissaire & Ia vérification | 6). Santo-Domingo, Maya:

des diverses créances,
_ En_-conséquence, tous les eréanciers guez, Ponce. Saint-Thomas, Gua-

_ sont invilés 4 s’y trouver. | deloupe et Martinique, en prenant.
_ Port-au-Prince, 7 7 Mars 1906. ‘fret et passagers. -
Port-au-Prince, 9 Mars 1906.,

|e ae principal,
Js Pev DUVALLON

ae


“SINGER, et Pon aura la meilleure, parce

ia "ahs 2.
cher.

dyent-yénéral pour Haiti,

a



rat
rf

- Cotte fibriqua @ de. mac
chine 4 coudre est la plus
grande du monde.
Machine SINGER est re-

nommeée comme. la meil-

Jleure, et la plus parfaite
ile toutes.

Elle est aussi la plus
solide, la plas durable et
la plus rapide.

sete tinrae des setae:

Demander la machine

esl toujours celle qui cote le moins

Me, Broad St. New-York City.
ISTEE, — Gérant.

Pari jee ‘port ant |

%
FF
é

com Wirohdrenne:

all arque:



B. NEWELL

33000" barils

‘
[ete oc teysn smanireresinfueomnsnte nee,
i i
t q .

i

Celis farine est, sung conteste, la

meiner de PAmérique— a
Elle cfonne pli is de pains et le meil- i
leur ~ Tous les barils expédiés de la i
Baru » GOLD MEDAL sont invarinble-—

:
a



vou





Agent-qenéral pour Haile

‘so la méme
{+ aniforme,

hauteur et dune

Ayent général pour Haiti,

F,



§ désirez

BF,

B.

PRA BEALS: BEBE E to EE ITE MO COE ee



fe,
>

NEWELL

NEWEEL-

oS
B |
&

eleur
ndez la eu

eave ofa Hee an ae

s

t !
: : .
oy hos . , L
re poem neteis 5) SA SERRE ONS 9 ANNE ARTI NE PRMNON
ese § ee . . : ,
. - i . :

_Toules. nos huiles-sont-en- bouteitles;-sous ‘wolre HEAT G Ae avbsoTumie



azpédition pow la Provines : =-- Adresser isiwialion Ch. PEAVAL, --

ho
_ feeemneinenre nett yh aetna














Le gallon -.
Les 5 gallons
‘Les 24 bouteilles
La barrique

Notre Vin Bianc « GRAVES» Ps

Le gallon —— G, 3.00

Les 5 gallons 44.00
Les 24 bouteilles “45.00 verre
La barrique coon’ ele 5 de

_ Norre_Vin Rovce « MENOC» \ VIEUX- a =

Le gallon e G4. 50
Les 5 gallons 22.00
La caisse de 12 bouteilles _ 45.00

Norre Vin Rovuce ¢ S-ESTRRHE, > fe Car



Fine le litre e a go
—Extra-tine le litre ’ 8,500.

VINS p’ESPAGNE

Madeére la. bouteille G. 3.00 a

Sherry (ses peld) la bouteille “3-00 4 Le gallon

Malaga la-bouteille 3. 00. 2
COGNAC de A. GUIEHOU irére siné

Qualité « extra-fine » la bouteille G. 4. 00

Qualité fine (garantie) la bouteiile G, 8.00.

Biscuits « Olibet Pctils Beurre » la Boite G. 2. 00
Sardines d¢huile, la Boile G, 4. 00.





Rue R tupublicaine, n° 121, PORT AU. PRINCE, a ie PROT













ees, A sarrhsities, Varogoa péle,

chroniques, Aeclients dy

Ce. el fait Poriginalits a6 ont Baxe, 6. ob. :
es oliaee: A
les principes sutifa dea fawilles et. ‘ae at 28 a a? Viceady cue : TE, oe
8 anim, cl est juatoment considers nar les médeetas aids ,
Agiibse cuorek cidaires, « ae De Un “

teh FLACOM
186



os
se api. le
verte & lgneak ue re