Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Jurnal Quotidien, Commercial et da’ Amnonces

CHERAQUIT,-- -DIRECTEUR-PRO . RIETAIRE-- fo




























Abonnement pour D6partomant,...4.20
een Wt

s communications aux bureaux du journal, angle.des rues Bourjelly & Yort-Pur:

“GOURDE



CENTIMES |









ir de Lundi pro- dant laquelle des mitrailleuses ont été , Or rien nvest chan é.les ministres sont ~
re le x employees. fl ya eu UR grand nom- | ; eur poste €t les ataires, quot quonen
evemmreds ser bre de morts et de blessés. | ise et qu’on en pense, n’en vont pas
PBa! mee rigou- La bataille a duré toute la nuit. plus ma cependant que le Président de -
suspendu 4 In gran. la Républi ‘énergi ique i
Sey . : ta Républiqve dont l'énergie, quoique Jn-
antalaCapitale incendie 5 tc adbniniine a0 domprable’ se consumes journellemeat—
ovince,—quin’au- | “ONDRES © = =" télégramme 4 O- | dans des luttes déprimantes, entende qu’-
éal | dessa dit que. le consal italien dans |-etles-aillent: mieux et que, fatigaé Détre
egy é son compte cette ville a été assassiné. tonjours le seul a la tache, se crole enfin
ministration. Tanger 9.— Le docteur Rosen, le | obligs, pour des raisons de haute politi-

NI bw me. a : fe ger, a recu ce matin oa la légation latres dont ve parapluie reconny Ose fe.
NIE FRANCAISE) allemande la visite de Sid-Mohamed | ™* ¢2¥ de tates parts me ;
|) Torrés, ministre-desaffaires élran- Questions Economiques

ES TRLEGRAPHIQUES: e-des aff ane
BAER . géres du Maroc, qui luia souhaite| Notre confrére « be Pacificateur » con-
la bienvenue au nom du Gouverne= | tinuant sa série d’articles financiers, passe,
ment Marocain.—Tout en souriant, | dans son Ned’hier, a la question capitale:

le ministre allemand s’est refusé 4] &De la création d’un nouvel instrument
de crédit pour remptacer la Banque Na-

ty by ps ‘ a 2 ye : 8.

Tod ae rio PoMiphonse a | Novaled’Hait,lententediant devenne tmpos-
ie part hier au diner de la famille sible avec cette ancienne institution, — si elle

pris.parl pier au iner a I-ne se résout aux réfarmes et aux copces-

“PHaperiate-dat jonser-S'il-p-a-eamanquement ala par

nouveau palais- saat “| rote donnée; violation deentente accep-

mi les personnes présén esse trou- | tée; et-en voie--d’exécution, la faste en. -

vait la duchesse ‘Marie Antoinette | incombe aniquemens a la Banque.» Et le

de Mecklenburg-Schwerin. journal dénombre le minimum des con-
LonpREs 9.--- Le roi Edouard. a j cessions auxqoelles elle avait adhéré a la

célébré aujourd’hui son anniversaire | Commission mixte de Réorganisation-fi-——

4 Sandringham. ° nanciére, pour s'y dérober-ensuite.





















élait ministre des” Fi-
élégué russe aux négo-
_traité de paix de Ports-
Agriculture, Mr Cutled,
ministre de | Intérieur;

Mr Temiriuzeff, assistant
e des Finances;--- Com-|

3

is Mr Cocchaieff, prési-
lemin de fer du sud; Con-

« Le temps presse pourtant. Il faut une
aoe | nonvelle institution de crédit, non pas
i absolument: pour faire le service de la
| Trésorerie-que-—pos—haiiens.- ils Tont.
--|-compléiement démontré — peuvent rem-
| plir avec intelligence et probité, mais sur-
SnD pee bo i Dae P ‘out pour permiettre a notre: évolution fi-
édéchargé des-puissan-|—- oe acificatenr 9: nanciére de-s affirmer aéHnisivement—— a
—pecupait comme| «© Le Cabinet tourentier-a-été-mis,|—«Figée dans son obstination de momie.._
Pe es ec cette | que les bruits extérieurs ne regardent

geo a tte semaine, sur la «sellette » av
St-Péters- | en re ae ortent de















































at AS mposante-q rdinaire lus; insensible, inditftrente-avx-fots-dea——
eae, ISTStAMT “UU IMT eS propapandisres— “jes |-Propres-qui-batrent-ses-murailles féodales,
nlérieur.. nouvelles abracadabrantes qu'il la matérielle assurée par le service G Hio=



rire Trésorerie, la Banque jusqu’ici fait la
tre coins de notre bonne vill yb goprde. oreille a toutes nos cbjurgations,

Lyd hes. arent - AS Bh ; ; 4 aia? anaes os er ime aig gdh
Tout le ministéte, disait-on allait plier Il faut cependant qu'elle nous entende. ~~
bagige et chacun semblait-ajouter un cer-





rl getemps en temps, atdut hisa




F



« Non, néus ne pouvons pas améliorer
tain crédit a ces racontars absurdes que | notre état social, développer nos riches-
| colportaient des gens pleins de mystére | ses, sortir de notre agonie si elle persiste
avee des airstantét €,anouis,tantdtnavrés. dans son attitude. ~ Non, nous ae pov-
Er Pon citait tout bas les noms des | vons pas retirer notre papier-monnaic, si
candidats éventuels 4 la succession aux elle re consent, ‘comme-c'est son devoir,
atidnes ministériels», en agrémentant le | comme c est sa raison d’é:re, de nous ai--.
tout de considérations plus ou moins fan- | der, en émettant ses billets. remboursa-~
taisistes sur leur valeur respective, tant bles en oF, 4 prévenir une crise Econo-.
au point de vue politique qu’au point de. miqué dont les effets seraient . terribles
vue moral. Ae] aprés le “Retrait in:égral. ne
og ee Ceo










>



_.« Alors?... — Alors au-dessus de tous

les contrats, au-destus de tous les droits, ¢

il y a, pour un peuple, le droit a la vie. » Cette question, s tante dintéret
_. Laboratoire de Bactériologie tellement ot, chaque jour, €mergent des grand nor
Voici les noms des membres dir Comi- formes nouvelles, n’a, heareusement, Ja- Me
16 de souscription, choisis. par_¢le Paci~

mais rencontré que desadversaires sérieux | A Vissue de la -messe, embe
ficateur» povr assurer l’ceuvre éminem-
ment humanitaire et patriotique du Dr

“et redoutables. musique de | Union et d’aimable
Léon Avdain: isstallation en Hatii d’un-

[ Depuis longtemps déja il a été démon- | de jeunes filles, il y eut d'int
tré que l'usage du corset détermine | évolotions militaires sur la place
_ Laboratoire de bactériologie... = des modifications plus. ov moins profondes jet défilé des troupes en ville. — |
M. Jérémie, président: S. G. Mer Co-| mais indéniables dans la morphologie | réjouissances publiques commence
générale du thorax. ©. ey
_ En effet, le squelette érant_un élément :
docile que la fonction fagonae A sa guise, | les
| sous l'influeace de la constriction qu’e- | de la saciété, grands et petits. —
-xerce-le-corsetsur le thorax infériewr, les | tue de St-Charles Borromée a été far6

| cétes dites axternales sont refouléesende=| enthousiasme sur tout le passage
| dans vers la ligne médiane. IL en résulte | procession, — qui prit fin, & l’église
que l’angle xiphoidien, qui,syivant Char- | la béuédiction solennelle du Saint-§
py, est de 75° chez la femme, diminue | ment. Ebi tenes eh
progressivement jusqu’d, on l’a déjave, | Le soir, les réjouissances furent
| apogée. —— Le pére Guillo et ses 9
ont di étre contents de cette superb
nifestation religieuse. Puisse notre.
veillant- patron nous couvrir de sa
faisante protection et répandre abon
mentsur tous ses vivifiantes bénédic
Epmonb |

A Bizoton
‘Jh. Dina, en perspective de l'inat
ion trés prochaine des tramways |
zoton, améliore et embellit chaque
maine son-charmant-établissement :
| Progrés », que-les-excursionnistes
si heureux de trouver comme rendez
de bonne. compagnie...
A tous les avaniages que nous
signalés, il va installer un « restaurat
pourve de tour ce gi’il fandra po
ner pleine satisfaction a ses nomp
siteurs. ee
—Coupliments 4 Dina dont Pactivité
yeprenante va satfirmer encore one
a Bizoton, pour notre agrément 4 tou
















nan, vice-président; Dennery Déjoie, tré-
sorier; membres : Charles Sambonr, Ed.
Supplice, Sténio Vincent, Ducas Pierre-
Louis, Dan‘és Bellegarde, Périclés Tessier,
Candelon Rigaud et Henri Chativer.
L’assistance publique est trop intéressée
au suecés définitif d'une telle entreprise
ve ~pour ne pas répondre avec empressement.
a Pappel du «Pacificateurs en contribuant, |

par de générevses sovscriptions, 4 l'a-| 4 . : n A
chat d’une partie du matériel nécessaire | disparaitre meme complerement. A cot)
au développement de l’ceuvre, — dont | égard, Cruveilhier rapporte an cas of le |
Nous—auross-loceasion-dexposer Purilite | Ott eee SS SP CORE -Bauche” etait |
pratique et scientifique |arrivé au contact du cartilage homonyme |
Les noms des souscripteurs er-le-mon=]| 42 cote oppose. Dans ces conditions, le :

tant des contributions seront publiés. | thorax préseate la forme d’un baril; mais |

La Lé | d’autres fois, le resserrement maximum |

O i * pre dical . ~ps’observe 4-5 006 centimetres an-dessus
Â¥ 3

ase rappelie la mesure radical Prise | das cétes flottantes. Déchamchre dans ce}

dernigrement a Santiago de Cuba pour | dernier cas I’a comparé ¢A ces vases anti

juguler la variole.— Nous disions de cette | ques 4 pied élargin
4 + . A . °

mesure qu'elle est rigoureuse, mais que} " [13 conséquence indvitable de c

cependant elle temoignait du souci des} veljes dispositions de la cage th
autorités locales de prévenir et d’enrayer | o.: on le concoit sans peine, un déplace-

route affection contagieuse et infectieuse. | pen: des viscéres thoraciques et abdomi- |

. 1 : tea | . :
Et chez nous nolle précaution est.prise | oy Les poumons et le cozut sont re- |

pour nous _préserverdela-contamination. | foulés en haut: le diaphragme, devenu 1a-

4, Z Z 2 . «
Nos lépreux courent les rues. — Ils sont | che er flisque, se plisce sur lui-ma@me et

soir coinr-colprears gest gp sion fablmeny so I
& ‘ | piration qui prend dés lors le type casto-

ominations _| supérieur. Le foie—et-la-rate-sont-refous
be Général Paul Edmé a €t€ nommeé | lés également, mais..en_dedans et-ea-bas5
Commandant de la place de Port-a-Pi- (quanta l’estémac, pris de tcutes parts, il

denne alae er 08


















































































































7 emi ‘abdomen infé- e . ie
men : __ | ne peut qu’émigrer vers Vabdomen infé ‘Administration Postale
Mr Henry.Sabbat, employé-de-2¢-classe-| rieur. . voy (ea Les dépéches sour Port+de-Paix,

a Administration des finances de Jacmel: | Est-il besoin—matntenant—de faire re=) Haitien Paerto-Plata Sanchez, Sa
— Nos compliments. | i : i 1 ED
? plime | marquer les maux immenses qui peuvent] 4, porto. Rico, Saint- Thomas et le H





lariage | résulter de tout ce désordre—détermine}

. ; : ; ; fpar le steamer «Quebec» seront fi
Le16 Novembre covrant aura lieu,dans | dans l'économie par le corset? Le monde \Pandi 73 da courant A midi préc

les salons de Mr Paul Lochard, le mariage | D est que trop sujet Mx maladies les plas |

+ 3 os %
mixte de Mle ALPHONsINE JOSEPH avec diverses pour qu’on s’évertve 4. en cher- | ‘
Mr Lupers. MoIsE. ee ene tient — cher-des nouvelle; Grice, g rice pour Phos) Par dépéche, on nous annonce

. ¢ Ade hi i iragodne, de
~~ Nos com ts aux fu , | manité! hier matin, a Mirag Be te
aie s aux futars époux Muss ”” Clest une veritable |

Port-au-Prince, 10 Novembre 1go5. | tl
., : : | -. “"“"| pour-cette Intéressante VIE.
Mme Lonis Brzelais at heureusement } W.. VILLEDROUIN,
mis au monde, jeudi matin, un garcgon |

: Loy Nes thiques con
i Assisiant en. Médecine et en. Chirurgie uo tnigees ss
guia regu le prénom de-RenE.g

de la Polyclinique Péan
Cette nuit Mme Nama Guignard est |



























te

ho des Gonsives.






——~gusst i é ouchée d’un garcon.}.—y—- gee
Gur a 4 nommé Day: we ae La« Charles » a été férée gran- | sone
quiva été nommeé Daw: | diosementcette année. — Grande affluence | Madame son épouse, M

_ Tous sos. compliments aux époux Bae d'amis ; nous avons eu jusqu’a 11 prétres |
zelais et Guignard et ceillears souhaits | > BOUS a jusqu rétres |. 2
aux bébés- 8 . ent chez nous. les res_mem bres. Gee
ao ge sagt ae “Dés-la-weille He-villecs’esr miseen llesse | AIMS que bous ses PF
Cercle Gatnholique ileda-ville-s’esrmise-en liesse |

3 aa l mis eurdur ané, pendal
: ; ar les joyeex carillons des cloches, les | ™!S 92! lui ont donne, prot”
Nous sommes prié. d’annoncer aux | P ey . maladie, des preuves non ¢qulv
membres du Cercle Catholique qu’ils sont |

allégres coudiailles et une illomination gé- S ne
Mt | nérale : St-Charles Borromée respleadic- | [eur téelle symp ae
convoqués demain en stance extraordi- | sair de iumiéres a la grande porte de VE- - Remerciments
naire. basi ied 3-dix-b glise. La famille Pierre Pierre adres
demic vicises. ua Giz heures et, fa samedi 4, tout Gonaives était de- | mercimenis reconnalssants a eo
Pre cases. : | boar, civils comme militares. —/L'église | sident de la République et 4
De usage du Corset — superbement décorée,fut trop étroite,quoi- | gui ont biey voulu ful”
Petite Triluupe Publique | que spacieuse, pour contenir la foule des | précieuse sympathie 4
Des hommes, dopt la compétence en_| assistants. C’est le pére Houédé, de Plai-
matiére médicale n’est plus 4 €tablir, se | sance, qui officia, assisté des péres Li

Evéque Orthodoxe Apostoligue ¢








gout fort souvent préoceupés de la ques-. Cram et Guénégan. Le pére Crepel, det arde a to;

goo8



4

Fy -nn intérét légitime si capital, fat contrainte

Jérémie, le 8 Novembre 1905.
WEtat des Relations E.
yteures,
PERERE, — Port-au-Prince.
rle Secrétaire d’Etat,
nneur de vous ailyeseae en com-
ainsi qu’a la Ghambre pour son
des documents établissant a l'e-
-erité et confirmant mon bon
geile contestation souleyée a pro-
nationalité haitienne, ~~ L’opinion
viez émise dans le rapport de vo-
nent ad ce sujet, ayant été snggée-
informations qui ne satraient
fes, celle opinion pouvant fournir
speculation au préjudice de mes
aliléde citoyer haitien, déja que
re pra pris une décision résultante
pt les pouvoirs de Député do Peuple,
ppel a vous pour voir rétablir dans
@ateslation relativement 4 ma- natio-

any es % 49) re
£3

naltre et qu'il ne méconnait. ja-
aisant abiévation da vulgaire res-
des préjudices quien sont déja
pour moi, je. me suis dispensé de
WMenlaire,

ghee 4 cette communication, vous
fobligeance de me faire savoi? tout
que la question de-ma—nationalile—
ple ‘pour moi un-inlérét-légitime si
ait Pobjet d'une « petile enquéte »
ride votre Département pour éelairer

% bes











































































Pah Ees gis rs 3

2 ot, A

, Yous me demandez de convenir de
on vous en remettant purement at
ment 4 Monsieur le Ministre Plénipo-
é, laissant entendre méme que votre
no Poecurence serait d’aillears ins-
tle Message dela Chambre » adres-
te Département. —- Vous avez bien
Wexprimer vos vives félicitations~
de ina louable ardeur et de ma per-
luce 4 Gtablir ma nationalite haitienne”
OMestation possible et vos regrets de ne
it Me seconder dans cette action malyré
bien grand désir en la circonstance (sic).
emarche auprés de vous, Monsieur le
We @Etat, caractérisée de la plus
érence.eL du respect di atx
res de l'antorité, n’était certes pas
solliciteur ; elle était, comme elle
rd hui,. inspirée par la. défense de
bien légitime. ~ La nationalité de Pin-
et son bien propre comme membre
ation. Quelyu’humble que puisse élre
. H jouit sous.ce.rapport d’égalite
Pus opuleuls; toute question s’y at-



miline capital eb presente un interet
feral par la communion des droits
a Une




te sravilé, et quand surtout il -s'en

ore éclairer le Grand Corps consli-
ha toaliére des droits et qualité con-

i cuoy 4 jus soli: 2 ius.

#89, celle question quiyen-aviez vous
Chambre, Vintéresse a juste litre a
mt degvé, ne saurail faire Vobjet
ple « petile enquéte », par canse-

flieiote et banale.

31 Que la question ful insiruile et

€t je fus condamné, que je n’aie con-

es réfuler illico, des informations












dans celle enquéte —par—velre
tien que cette condition si peu
bon droit me fut imposée avec
‘iarques de la plus exquise coul~
leu de la parfaite diplomatic,
compélence dans celle ques-
balionalité, qui présente pour moi



pay -pe-Sau >.

avec le Ministre-Résident et transmise a

i"

Camporle pour Ini, sans contredit, un









“Venez, Monsieur

ane pronver quaprés le verdict, du reste
comme jai prouvé, documents en main, in-
eontestablement et sang rapport, le mal fon-

déde Vinculpation de'qnaturalisé. américain»
produite dans le rapport de .votre Départe-
ment. —. Ces.informations. transmises 4 la
Chambre, déji non appuyée aucune piece

justificative des faits soit disant révélés, oi

matricnle, ni inscription quelconque, vous
ont par pourtant-<# deuteuses’ qi7tl vous en
arriva. de dire dads ce rapport : « Si la
« Ghambre veut bien me permetire d’émet-
4 tre une opinion sur une question qui, a
« juste titre, Vintéresse a un si haut degré,
« il. me semble apparaitre clairement que Mr
« le Dr Gaveau pe saurait étre considére etc.»

L’absence de toute preuve de ces informia-
tions~plaid uit déja en faveur de ma protesta-
tion Jusqu’a preuve du crime, la présomp-
tion de Vinnocence est pour Vaccuse. Pay
dessus tont, dans Viniérét sacré de la vérile,
jai produit des documenis établissant mon
bon droit dans cette contestation, des do-



cuments dont Vauthenticité est inattaqua-

ble_:_--la_déclaration de VAgence con-
sulaire des Etats Unis a Jérémie faile—par
dépéches échangés avec votre Départe-
merit, cerlifiant que je he suis pas ins-
erit dang son Registre; Qo le certificat déli-
vré par la Légation en contirmation de Vaveu
exprimé, sur up point essentiel, dans la cor-
respondance de votre Département échangee

la
Chambre, savoir que je ne suis pas immatri-
cule dans son registre, qu’en consequence
veus élé bien a tort et sans raison plausible



lonie en Haiti; 30 la déclaration du Depar-
tement d’Etat de Washington altestant que
je ne snis pas-natnralisé américain, cette dé-
elaration corrobore celle de Vagence consu-
Jaire, le certificat et Vaveu, la présompltion:
meme de ma présentation d’une @ preuve »
our me faire iasctire étant inadmissible. Et
pour-vous.dler,. Monsieur le Secrétaire d’E-
tat, lout vestige de scrnpules personnels
souste-rapportae=

adressai & la date du 26° Septembre;—poste-
rieurement: & votre obhi
dessus, une leltre explicative en réfutation
des informations illogiques recueillies par vo-
tre Département dans cette « petite enquéter.
Et observant la méme. déférence el ce res~
pect que je professe, Vai ev soin de yous faire

parvige
plicata
yusgu ial. ;
kin définitive, toutes les accnsalions con-
trouvées pour déterminer ma dénationalité,
reposent roiqnement sar une condition aléa-
soire relative a la période de mes études me:
dicales dans les Etats-Unis, période inyoqueée
pour en inférer cells
Quanta la responsabilité inhérente a ces
informations, je men soucie bien, vous con-
le Secrétaire dU’ Etat, qne je
ne sis meme pas te préposé-des services con-
sulaires ou des bureaux diplomabques. D'ail-
Jenrs Vinfaillibilité plénipotentiaire en ma-
tigre abl
‘erreur en, gest éctatante jour
‘nellément. Quel ciloyen ne past rait ‘done
‘point pour dépationalisé, demain, s'il lui suf-
hiden élrermpulé!
‘Sil s'agissall pour mot état de
naturalisation dont vous avez été ainsi infor-
mé sur parole ov simple correspondance de
Consul.ou de Ministre, vous eussi€Z exige
comme condition « sine qua non >, powr ]Us-
tifier la naturalisalion en pays etranger at

de cetle letlre resiée sans reponse


























ja qualité de citoyen in. del
jes Etals. — Par une analogie inéluctable,

pour 4

ions nest pas chose établie. |




de faire état de la

yvoan de la loi, que jexhibe un titre conférant
ameéricain deélivré par

astifier ma. protestation contre celle
naiuralisalion dont vous avez ele st simple-

esna-jus~——considéré en_la_ qualité de membre de sa co- |

ma justification, je-vous-

sweep Be

ment informé, jexhibs le lémolr.age div
Gouvernement des Etats-Unis Amérique.

%

qu'un lel litre ne ma jamais ste ae ‘cardé,
Qu'exigez-vous de plus pour ma justica~
lion dans celle coniestalion Céja injuste,.
ou en quoi consiste done celle naluralisation
que le Gonwérnemeot Americain lui-ménc
ve reconbail pas avoir couférée?
Je suis hatlien par mion sang.




gy par ma Hale ~
sauce sut le sol d’ Haiti, surveuce te (ddan:
1868, a Jérémie, de pore et mere nés hai--
tiens et jouissant de Ja. plenitude de Jers oo
droits, ef qualité. La lol és! une pourteus,.
quelld soil juste ou non 2 Je principe en est
immuable. Blant établi A Uevidence que je
ne suis pas naturalisé américain, je suis ef,
demeure ciloyen Hattie ai vosu de fa Tol, en
harmonic aves mes sentiments et ma volonte.,
comme tadividu. ’ i

Métant conformé 4 la décision, 4 propos
des pouvoirs, dés Vingtav’ prise pur ja Chan
bre souverainement compelente eas Pespece,
ceul été de votré part, Mousienr la Secralalre
WElat, relalivernent & yolre opinion sugeérée
par des informations entachées de nallite a
propos de ma nalionalité ballienne, pure-
ment tuo acte de jusiice en ja ciconsiance:
eelul de revenir décidémeat sur tne méprise
reconnne et si préjudiciable aux inléréi~
dautrui tant avjourd’hulique demain, alors
que vons ne serez peal étre plus Secrélaire
d’ Etat. ®

— Errare humanuia est!

Avec mes hommages, Moastenr
taire d’Elat, salut et frateruie!
De C. GAVEAU

te

%

je Seere--




evntien Miners mec

oiunébrede Jeau-Rabel

La population de Jean-Rabel ext dans Pal
‘fiction; elle gémil sous ie terrible conje
qu’une destinge implacable fat reservail, Las
Réverend Pere Julien Le Vita. ce digne-
apotre du Christ, est inort land: 30 Oclubrrs..

_yeys-les-2-beures duson. Une coucie mara-

geanta réponse Cie

ir a€ quinze jours dintervalle un du--

férer cells dite @-reqgu PRO Doe cc ccennrnnnnnnannnn






“saint saciilice dela Mess

die a foudroyé, en quelques miioutes settle
mentee prétre qui ful, non sewlement gle,
charitable et compaiigsant dans Vexercice de
sou Pleas ininistoreymais idoué de vable. -en-

(inenis.de Qualit®s TAPES CLUE SPS NT
% ee Ss

ment distinguées, Dix nidts ven fornent se sont.
a peine écoulés depuis que la malheuretion pow
ryisse reepl—Dieu seul saitavee quelle joie!
le Pere Le Vilain dans sou sein encere lau one
des larmes gue le depart du P. Destoe co
provoguées | Dix mois seufement et une pro
fonde transiurmation s’est aecourpae parcak
oti ce gale misgionnaire cul a exe: cer 5On Bf ose
tolat ! - oO
_ Le Rév. Pate Vilain, Wane
tionnellé ne trouvant de pia : eee
faction yue dans Vaccomplissemient da Devoo
ne eessait de travaiiler +t foal ends réserte |
des forces qu'il possédail-cheore, eral
avis de plusieurs: mddecis-tpdbieh- Cotintebencomon
ter sur sa santé toujours chaveclante, Tanto,

on le vuyait dans la ermypanre cesebrant..

yd
co



rebde sn

gree be




malades da~parole-de D ;
derpieres cunsolalions de ja Relizads. -- Ti
ceimment encore on. le veyail as Posteun-.
Prince visilant le“Chef de (Etat, fe Minute
des Gulleset celuk des Trovaux pedbtes, les. -
entretenan | deses beaux projets gud camp.
lait voir eu partie rales evee les 8 CGO.
volées par les. Chambres eu faveur de CE Se






a




von-Ladel Amc, to brats
presbylére tmarchérer Ls ever pop soic, eb.

wolre digue Cure, ve se iérageank point, al»



lait voir, avantlongleryps, la réabcation Vow
4, Mais, la anhia. de Pea



de ses cheers: és
dulirauciier le tiie ite if “mfer ce ENE TV dew

&



welosion, hélas |. de ses. dances. et consolantes- -
vespérances 1 La mort, jalouse d'une viedela~ Ja sou

cbeurs et @idéal,l'a brisée, anéantie.et la Pro-.
raison
_vidence.triomphante, victorieuse, a répondu
au Vicaire vénéral, le Révérend Pére Kersu-
are Oui, j je suis seule la Resurrection ella
vie. D





























, Mon ‘
Baptiste, jie fos. “abiigée de :
Ses qualités brill lantes, son amour du Beau ene me reléguer ce aoe dS
‘et du Bien; ses maniéres agréables avaient Gephis bien cing ANS. woo LP
faitdu P. LeVilain an prétre ¢ éminemmentai- chainemept une action: en qivorts de je Hrelleas vinsdeA. Guilhou frere
nable et aimé et lui avaient concilié ’estime ma part va lai étre intenlée. at Co Bordeauy.—
}





et [affection de tous ses. pcroissiens. Aussi, Dme CapENio Jean- BAPTISTE, we rouge, ag 93 dollars la R

witty Iona a ae nde Sinai Aleéus André. | Vin Blanc, a 25 dollars la Ba

rale. Tleut des funérailles dignes de lui.Cha- | - Habitation Grand Dubuisson,5me re Vix Rouge

cun voulut mauifester son tamoignage de fe- tion rurale dela commune et arrondgls: oe allon ‘Cou _
rd :

areis et de reconpaissance aux restes mortels sement de St. Marc, 7 novembre 1905.) pg 4/2 g es 2.48

de ce cher prétre. Cing maynifiques couron- | — se “ss a

nes, ~ embiéme dela douleur et de la tris- | 3 Avis Commercial R & cE Bee

lesse, — fureat placées sur le cercueil devant Les débileurs de la maison Roux &) Lelitre. 4

Pexpositioa du cadavre 3 ensuite elles furent Délinois, en liquidation, sont invilés & - Ven Biane

déposées sur la tonibe: 4e. par les éléves de VE- . Solder leurs comptes sans délai, entre Le gallon Gourdes
cole primaire.de filles, 2° les chantenses, 3¢ Jes mains et sur la quittance de Mon- Le1/2 8) .
les membres du Conseil de la fabrique, 4° le~ sieur Emmanuel Per pignand, leur ans Le 1/4 < ° re
Cercle @ PUnion de a Jeunesse » et 5° les cjien esissier. Le litre : “
membres du corps judiciaire. .
i enterrement, «ui eut lieu Je lendemain - i - Port-au-Prince, 9 9 Novembre 1 1902 : acmaisonr-livre Ces Vie en F
~ yard? vers Tes 4 heures de relevée, mit sur | pr Vue B. Roux, Roux & DéLiNors, les éliquetées at: capsulses g ns: ¥

pieds tout ce que la paroisse avait d’hommes, | . MAXIMILIEN. LAFOREST. €? liquidation. | mentation dé prix a raison de 24 Bo
de femmes et denfants. Le cercueil fut porté » | teilles pour 5 gallons’

a tourde bras et fit processionnellemnent le | Soit : 24 Bouteilles «Clos Beau-So
pare urs du Bourg, que notre Curé avait tant. | ‘vin rouge pour $ 12

aime el dont il brilail de faire la cité cherie

de Dieu. Tout d’abord et en téte marchaient | Soit: 4, Bouteill es Graves vin b
sur dens rangs. les yeux voilés-de-pleurs, les |
dléves des écoles de gargons et de filles; en-

_ Pharmacie F
suite les chanteuses, quieurent tant de peine | it 3 : '
a “DarmiOulser jes pea ies dont les notes - Angle e des Rules de I Byalité él { des Miracles |

plaintses allaient se per. {ve confusement dans Les spécialités les plus rares~ et les
leurs woslers, taptieur douleur fut porsnante:

a vNeretine




cae nent ein: im seas scenester the tte
5 [



leurs. $-vins de table que Lok
trouver dans le commerce; les









it que que



t.
Deri c eles se trouva le précienx objet qui, medicaments les plus NOUVEAU. , vant que nous fh hesitot
prov ia tant de cris élouffés et de donleurs | a dire hanterment qu ils sont acti
erucii st ie cercueil coutenant le eadavre du : ment classés.
P. Le Vilain ; puis venait le Cercle a P Union” Oonsyltations : 7 a10 hy es du matin Ovcasic

‘de la Jeunesse » suivides meinbres du Corps |
dudteiire el des membres du Conseil de la
fabiijar; enlin Je pros de la foule, Jes fidéles_

“i siivaient lentement pendant que
des Iavnees coulgient sur leurs visages afflieés.”
Arrives sous le porche de V’Eglise o@ de-

la dépouill telledu Pot Prins Willen “HE | Vermouth, "
vail Gre depusée la dépouille mortelle du + g Pp, ; ao :
Leviiarn, ane chanteuse, Mile Lucia Bea. | Le steamer Prins Wi Hem Absinthe, Amer, Liqueurs: a

champ, se détacha da groupe et, v une voix, ayant quillé New-York le. 9 cou-}—- co “Spiritueur.
fant —pant directement pour” Port-au7] Madar dea a 15 qouraes le

crete cuisants que les chanteuses éproes i ' Prince, est atteadu ici merered.}
vent et lui témoigna touteleur reconnaissance,

Le vicaire-zénéral, le Reverend P. Kersuzan, -le 15 courant.
quciqne abattu, bri isé par la forte douleur | i repartira | iF méme jour dans

que celle pe rte toi fbvessentir,dut-dui-meme la soiree pour Sainte Marc. Petit- Peur Maringes, Fianeail les,ete

présider aux cérémonies religieuses. —y Oh ! ; .
personne ne pats’empécher d’un mouvement | Goave, Jérémie, Cayes, Jacmel, | Svadresser a Mm Cynus SAUREL, A
d'adinivalion sublime en entendant te Pére , Curacao et [| ‘Kurope, prenant la nué gobn, Brown, en face du Peusion

Ker SuZaD ravi lui-méme, retracer les Spee malle, fret et passagers.




























300° cB 4 ay on /
Supérieur »-4 Gourdes 15°00 la ca

~ de-t2-Bouteil!
Haile Duret, te Gallon











svempée cher de ce mouvement de douce stu- | . Peg

peur et a rr ela sorsqres re Oro tre ot cgents.~ Gale fu opical

rappelant les merveilleuses paroles qu'il pro- - ; fe :

none en nous présentant Abbe Le Vilain,~— REITER | ie e Petersville Hang Saul

lyaa peine dix mois, le vicaire-géneéral, ce re

& comidéraut dun cété la frapilité des choses

- Rhumaines et de Vautre Pimmutabilité des

_.. gtaudeurs, élernelles, s éeria 2«. Ego-sum. res
~ gurrectio et vila ».

Oui, le Christseul est la resurrection et la.
vic. Lai seul traverse éternejlement les. azes
at les siécles. ll) vient de nous le montrer en

rappelani a Lui,alors qu’ily peusait peut-étre
le moins, ce missionnaire plein de zéle, d’ar-
deur et de foi ; ce prétre qui ful un modéle |
de vertu et de saigesse. — Hgo sum resurec-

A LEE.
ANDRE.



sandr [se

annoy ae mene ee:



i Flandri | Chéne, fréne, figuier,
46 steamer _« Miandria? a quit- coma, gommier, etc, eit
té New-York le 9 courant. our le | | Bois. @ ébénisterie
Cap- -Haitien et Port-de Paix et!, :

est attendu: ici vendredi rochain bo
tet? courant. vans

EP t-au- Prince, 41.N ovembre 1905. tion
ie oe

PF -HERRMANN &, Agents. 4



Full Text
Jurnal Quotidien, Commercial et da’ Amnonces

CHERAQUIT,-- -DIRECTEUR-PRO . RIETAIRE-- fo




























Abonnement pour D6partomant,...4.20
een Wt

s communications aux bureaux du journal, angle.des rues Bourjelly & Yort-Pur:

“GOURDE



CENTIMES |









ir de Lundi pro- dant laquelle des mitrailleuses ont été , Or rien nvest chan é.les ministres sont ~
re le x employees. fl ya eu UR grand nom- | ; eur poste €t les ataires, quot quonen
evemmreds ser bre de morts et de blessés. | ise et qu’on en pense, n’en vont pas
PBa! mee rigou- La bataille a duré toute la nuit. plus ma cependant que le Président de -
suspendu 4 In gran. la Républi ‘énergi ique i
Sey . : ta Républiqve dont l'énergie, quoique Jn-
antalaCapitale incendie 5 tc adbniniine a0 domprable’ se consumes journellemeat—
ovince,—quin’au- | “ONDRES © = =" télégramme 4 O- | dans des luttes déprimantes, entende qu’-
éal | dessa dit que. le consal italien dans |-etles-aillent: mieux et que, fatigaé Détre
egy é son compte cette ville a été assassiné. tonjours le seul a la tache, se crole enfin
ministration. Tanger 9.— Le docteur Rosen, le | obligs, pour des raisons de haute politi-

NI bw me. a : fe ger, a recu ce matin oa la légation latres dont ve parapluie reconny Ose fe.
NIE FRANCAISE) allemande la visite de Sid-Mohamed | ™* ¢2¥ de tates parts me ;
|) Torrés, ministre-desaffaires élran- Questions Economiques

ES TRLEGRAPHIQUES: e-des aff ane
BAER . géres du Maroc, qui luia souhaite| Notre confrére « be Pacificateur » con-
la bienvenue au nom du Gouverne= | tinuant sa série d’articles financiers, passe,
ment Marocain.—Tout en souriant, | dans son Ned’hier, a la question capitale:

le ministre allemand s’est refusé 4] &De la création d’un nouvel instrument
de crédit pour remptacer la Banque Na-

ty by ps ‘ a 2 ye : 8.

Tod ae rio PoMiphonse a | Novaled’Hait,lententediant devenne tmpos-
ie part hier au diner de la famille sible avec cette ancienne institution, — si elle

pris.parl pier au iner a I-ne se résout aux réfarmes et aux copces-

“PHaperiate-dat jonser-S'il-p-a-eamanquement ala par

nouveau palais- saat “| rote donnée; violation deentente accep-

mi les personnes présén esse trou- | tée; et-en voie--d’exécution, la faste en. -

vait la duchesse ‘Marie Antoinette | incombe aniquemens a la Banque.» Et le

de Mecklenburg-Schwerin. journal dénombre le minimum des con-
LonpREs 9.--- Le roi Edouard. a j cessions auxqoelles elle avait adhéré a la

célébré aujourd’hui son anniversaire | Commission mixte de Réorganisation-fi-——

4 Sandringham. ° nanciére, pour s'y dérober-ensuite.





















élait ministre des” Fi-
élégué russe aux négo-
_traité de paix de Ports-
Agriculture, Mr Cutled,
ministre de | Intérieur;

Mr Temiriuzeff, assistant
e des Finances;--- Com-|

3

is Mr Cocchaieff, prési-
lemin de fer du sud; Con-

« Le temps presse pourtant. Il faut une
aoe | nonvelle institution de crédit, non pas
i absolument: pour faire le service de la
| Trésorerie-que-—pos—haiiens.- ils Tont.
--|-compléiement démontré — peuvent rem-
| plir avec intelligence et probité, mais sur-
SnD pee bo i Dae P ‘out pour permiettre a notre: évolution fi-
édéchargé des-puissan-|—- oe acificatenr 9: nanciére de-s affirmer aéHnisivement—— a
—pecupait comme| «© Le Cabinet tourentier-a-été-mis,|—«Figée dans son obstination de momie.._
Pe es ec cette | que les bruits extérieurs ne regardent

geo a tte semaine, sur la «sellette » av
St-Péters- | en re ae ortent de















































at AS mposante-q rdinaire lus; insensible, inditftrente-avx-fots-dea——
eae, ISTStAMT “UU IMT eS propapandisres— “jes |-Propres-qui-batrent-ses-murailles féodales,
nlérieur.. nouvelles abracadabrantes qu'il la matérielle assurée par le service G Hio=



rire Trésorerie, la Banque jusqu’ici fait la
tre coins de notre bonne vill yb goprde. oreille a toutes nos cbjurgations,

Lyd hes. arent - AS Bh ; ; 4 aia? anaes os er ime aig gdh
Tout le ministéte, disait-on allait plier Il faut cependant qu'elle nous entende. ~~
bagige et chacun semblait-ajouter un cer-





rl getemps en temps, atdut hisa




F



« Non, néus ne pouvons pas améliorer
tain crédit a ces racontars absurdes que | notre état social, développer nos riches-
| colportaient des gens pleins de mystére | ses, sortir de notre agonie si elle persiste
avee des airstantét €,anouis,tantdtnavrés. dans son attitude. ~ Non, nous ae pov-
Er Pon citait tout bas les noms des | vons pas retirer notre papier-monnaic, si
candidats éventuels 4 la succession aux elle re consent, ‘comme-c'est son devoir,
atidnes ministériels», en agrémentant le | comme c est sa raison d’é:re, de nous ai--.
tout de considérations plus ou moins fan- | der, en émettant ses billets. remboursa-~
taisistes sur leur valeur respective, tant bles en oF, 4 prévenir une crise Econo-.
au point de vue politique qu’au point de. miqué dont les effets seraient . terribles
vue moral. Ae] aprés le “Retrait in:égral. ne
og ee Ceo










>
_.« Alors?... — Alors au-dessus de tous

les contrats, au-destus de tous les droits, ¢

il y a, pour un peuple, le droit a la vie. » Cette question, s tante dintéret
_. Laboratoire de Bactériologie tellement ot, chaque jour, €mergent des grand nor
Voici les noms des membres dir Comi- formes nouvelles, n’a, heareusement, Ja- Me
16 de souscription, choisis. par_¢le Paci~

mais rencontré que desadversaires sérieux | A Vissue de la -messe, embe
ficateur» povr assurer l’ceuvre éminem-
ment humanitaire et patriotique du Dr

“et redoutables. musique de | Union et d’aimable
Léon Avdain: isstallation en Hatii d’un-

[ Depuis longtemps déja il a été démon- | de jeunes filles, il y eut d'int
tré que l'usage du corset détermine | évolotions militaires sur la place
_ Laboratoire de bactériologie... = des modifications plus. ov moins profondes jet défilé des troupes en ville. — |
M. Jérémie, président: S. G. Mer Co-| mais indéniables dans la morphologie | réjouissances publiques commence
générale du thorax. ©. ey
_ En effet, le squelette érant_un élément :
docile que la fonction fagonae A sa guise, | les
| sous l'influeace de la constriction qu’e- | de la saciété, grands et petits. —
-xerce-le-corsetsur le thorax infériewr, les | tue de St-Charles Borromée a été far6

| cétes dites axternales sont refouléesende=| enthousiasme sur tout le passage
| dans vers la ligne médiane. IL en résulte | procession, — qui prit fin, & l’église
que l’angle xiphoidien, qui,syivant Char- | la béuédiction solennelle du Saint-§
py, est de 75° chez la femme, diminue | ment. Ebi tenes eh
progressivement jusqu’d, on l’a déjave, | Le soir, les réjouissances furent
| apogée. —— Le pére Guillo et ses 9
ont di étre contents de cette superb
nifestation religieuse. Puisse notre.
veillant- patron nous couvrir de sa
faisante protection et répandre abon
mentsur tous ses vivifiantes bénédic
Epmonb |

A Bizoton
‘Jh. Dina, en perspective de l'inat
ion trés prochaine des tramways |
zoton, améliore et embellit chaque
maine son-charmant-établissement :
| Progrés », que-les-excursionnistes
si heureux de trouver comme rendez
de bonne. compagnie...
A tous les avaniages que nous
signalés, il va installer un « restaurat
pourve de tour ce gi’il fandra po
ner pleine satisfaction a ses nomp
siteurs. ee
—Coupliments 4 Dina dont Pactivité
yeprenante va satfirmer encore one
a Bizoton, pour notre agrément 4 tou
















nan, vice-président; Dennery Déjoie, tré-
sorier; membres : Charles Sambonr, Ed.
Supplice, Sténio Vincent, Ducas Pierre-
Louis, Dan‘és Bellegarde, Périclés Tessier,
Candelon Rigaud et Henri Chativer.
L’assistance publique est trop intéressée
au suecés définitif d'une telle entreprise
ve ~pour ne pas répondre avec empressement.
a Pappel du «Pacificateurs en contribuant, |

par de générevses sovscriptions, 4 l'a-| 4 . : n A
chat d’une partie du matériel nécessaire | disparaitre meme complerement. A cot)
au développement de l’ceuvre, — dont | égard, Cruveilhier rapporte an cas of le |
Nous—auross-loceasion-dexposer Purilite | Ott eee SS SP CORE -Bauche” etait |
pratique et scientifique |arrivé au contact du cartilage homonyme |
Les noms des souscripteurs er-le-mon=]| 42 cote oppose. Dans ces conditions, le :

tant des contributions seront publiés. | thorax préseate la forme d’un baril; mais |

La Lé | d’autres fois, le resserrement maximum |

O i * pre dical . ~ps’observe 4-5 006 centimetres an-dessus
Â¥ 3

ase rappelie la mesure radical Prise | das cétes flottantes. Déchamchre dans ce}

dernigrement a Santiago de Cuba pour | dernier cas I’a comparé ¢A ces vases anti

juguler la variole.— Nous disions de cette | ques 4 pied élargin
4 + . A . °

mesure qu'elle est rigoureuse, mais que} " [13 conséquence indvitable de c

cependant elle temoignait du souci des} veljes dispositions de la cage th
autorités locales de prévenir et d’enrayer | o.: on le concoit sans peine, un déplace-

route affection contagieuse et infectieuse. | pen: des viscéres thoraciques et abdomi- |

. 1 : tea | . :
Et chez nous nolle précaution est.prise | oy Les poumons et le cozut sont re- |

pour nous _préserverdela-contamination. | foulés en haut: le diaphragme, devenu 1a-

4, Z Z 2 . «
Nos lépreux courent les rues. — Ils sont | che er flisque, se plisce sur lui-ma@me et

soir coinr-colprears gest gp sion fablmeny so I
& ‘ | piration qui prend dés lors le type casto-

ominations _| supérieur. Le foie—et-la-rate-sont-refous
be Général Paul Edmé a €t€ nommeé | lés également, mais..en_dedans et-ea-bas5
Commandant de la place de Port-a-Pi- (quanta l’estémac, pris de tcutes parts, il

denne alae er 08


















































































































7 emi ‘abdomen infé- e . ie
men : __ | ne peut qu’émigrer vers Vabdomen infé ‘Administration Postale
Mr Henry.Sabbat, employé-de-2¢-classe-| rieur. . voy (ea Les dépéches sour Port+de-Paix,

a Administration des finances de Jacmel: | Est-il besoin—matntenant—de faire re=) Haitien Paerto-Plata Sanchez, Sa
— Nos compliments. | i : i 1 ED
? plime | marquer les maux immenses qui peuvent] 4, porto. Rico, Saint- Thomas et le H





lariage | résulter de tout ce désordre—détermine}

. ; : ; ; fpar le steamer «Quebec» seront fi
Le16 Novembre covrant aura lieu,dans | dans l'économie par le corset? Le monde \Pandi 73 da courant A midi préc

les salons de Mr Paul Lochard, le mariage | D est que trop sujet Mx maladies les plas |

+ 3 os %
mixte de Mle ALPHONsINE JOSEPH avec diverses pour qu’on s’évertve 4. en cher- | ‘
Mr Lupers. MoIsE. ee ene tient — cher-des nouvelle; Grice, g rice pour Phos) Par dépéche, on nous annonce

. ¢ Ade hi i iragodne, de
~~ Nos com ts aux fu , | manité! hier matin, a Mirag Be te
aie s aux futars époux Muss ”” Clest une veritable |

Port-au-Prince, 10 Novembre 1go5. | tl
., : : | -. “"“"| pour-cette Intéressante VIE.
Mme Lonis Brzelais at heureusement } W.. VILLEDROUIN,
mis au monde, jeudi matin, un garcgon |

: Loy Nes thiques con
i Assisiant en. Médecine et en. Chirurgie uo tnigees ss
guia regu le prénom de-RenE.g

de la Polyclinique Péan
Cette nuit Mme Nama Guignard est |



























te

ho des Gonsives.






——~gusst i é ouchée d’un garcon.}.—y—- gee
Gur a 4 nommé Day: we ae La« Charles » a été férée gran- | sone
quiva été nommeé Daw: | diosementcette année. — Grande affluence | Madame son épouse, M

_ Tous sos. compliments aux époux Bae d'amis ; nous avons eu jusqu’a 11 prétres |
zelais et Guignard et ceillears souhaits | > BOUS a jusqu rétres |. 2
aux bébés- 8 . ent chez nous. les res_mem bres. Gee
ao ge sagt ae “Dés-la-weille He-villecs’esr miseen llesse | AIMS que bous ses PF
Cercle Gatnholique ileda-ville-s’esrmise-en liesse |

3 aa l mis eurdur ané, pendal
: ; ar les joyeex carillons des cloches, les | ™!S 92! lui ont donne, prot”
Nous sommes prié. d’annoncer aux | P ey . maladie, des preuves non ¢qulv
membres du Cercle Catholique qu’ils sont |

allégres coudiailles et une illomination gé- S ne
Mt | nérale : St-Charles Borromée respleadic- | [eur téelle symp ae
convoqués demain en stance extraordi- | sair de iumiéres a la grande porte de VE- - Remerciments
naire. basi ied 3-dix-b glise. La famille Pierre Pierre adres
demic vicises. ua Giz heures et, fa samedi 4, tout Gonaives était de- | mercimenis reconnalssants a eo
Pre cases. : | boar, civils comme militares. —/L'église | sident de la République et 4
De usage du Corset — superbement décorée,fut trop étroite,quoi- | gui ont biey voulu ful”
Petite Triluupe Publique | que spacieuse, pour contenir la foule des | précieuse sympathie 4
Des hommes, dopt la compétence en_| assistants. C’est le pére Houédé, de Plai-
matiére médicale n’est plus 4 €tablir, se | sance, qui officia, assisté des péres Li

Evéque Orthodoxe Apostoligue ¢








gout fort souvent préoceupés de la ques-. Cram et Guénégan. Le pére Crepel, det arde a to;

goo8
4

Fy -nn intérét légitime si capital, fat contrainte

Jérémie, le 8 Novembre 1905.
WEtat des Relations E.
yteures,
PERERE, — Port-au-Prince.
rle Secrétaire d’Etat,
nneur de vous ailyeseae en com-
ainsi qu’a la Ghambre pour son
des documents établissant a l'e-
-erité et confirmant mon bon
geile contestation souleyée a pro-
nationalité haitienne, ~~ L’opinion
viez émise dans le rapport de vo-
nent ad ce sujet, ayant été snggée-
informations qui ne satraient
fes, celle opinion pouvant fournir
speculation au préjudice de mes
aliléde citoyer haitien, déja que
re pra pris une décision résultante
pt les pouvoirs de Député do Peuple,
ppel a vous pour voir rétablir dans
@ateslation relativement 4 ma- natio-

any es % 49) re
£3

naltre et qu'il ne méconnait. ja-
aisant abiévation da vulgaire res-
des préjudices quien sont déja
pour moi, je. me suis dispensé de
WMenlaire,

ghee 4 cette communication, vous
fobligeance de me faire savoi? tout
que la question de-ma—nationalile—
ple ‘pour moi un-inlérét-légitime si
ait Pobjet d'une « petile enquéte »
ride votre Département pour éelairer

% bes











































































Pah Ees gis rs 3

2 ot, A

, Yous me demandez de convenir de
on vous en remettant purement at
ment 4 Monsieur le Ministre Plénipo-
é, laissant entendre méme que votre
no Poecurence serait d’aillears ins-
tle Message dela Chambre » adres-
te Département. —- Vous avez bien
Wexprimer vos vives félicitations~
de ina louable ardeur et de ma per-
luce 4 Gtablir ma nationalite haitienne”
OMestation possible et vos regrets de ne
it Me seconder dans cette action malyré
bien grand désir en la circonstance (sic).
emarche auprés de vous, Monsieur le
We @Etat, caractérisée de la plus
érence.eL du respect di atx
res de l'antorité, n’était certes pas
solliciteur ; elle était, comme elle
rd hui,. inspirée par la. défense de
bien légitime. ~ La nationalité de Pin-
et son bien propre comme membre
ation. Quelyu’humble que puisse élre
. H jouit sous.ce.rapport d’égalite
Pus opuleuls; toute question s’y at-



miline capital eb presente un interet
feral par la communion des droits
a Une




te sravilé, et quand surtout il -s'en

ore éclairer le Grand Corps consli-
ha toaliére des droits et qualité con-

i cuoy 4 jus soli: 2 ius.

#89, celle question quiyen-aviez vous
Chambre, Vintéresse a juste litre a
mt degvé, ne saurail faire Vobjet
ple « petile enquéte », par canse-

flieiote et banale.

31 Que la question ful insiruile et

€t je fus condamné, que je n’aie con-

es réfuler illico, des informations












dans celle enquéte —par—velre
tien que cette condition si peu
bon droit me fut imposée avec
‘iarques de la plus exquise coul~
leu de la parfaite diplomatic,
compélence dans celle ques-
balionalité, qui présente pour moi



pay -pe-Sau >.

avec le Ministre-Résident et transmise a

i"

Camporle pour Ini, sans contredit, un









“Venez, Monsieur

ane pronver quaprés le verdict, du reste
comme jai prouvé, documents en main, in-
eontestablement et sang rapport, le mal fon-

déde Vinculpation de'qnaturalisé. américain»
produite dans le rapport de .votre Départe-
ment. —. Ces.informations. transmises 4 la
Chambre, déji non appuyée aucune piece

justificative des faits soit disant révélés, oi

matricnle, ni inscription quelconque, vous
ont par pourtant-<# deuteuses’ qi7tl vous en
arriva. de dire dads ce rapport : « Si la
« Ghambre veut bien me permetire d’émet-
4 tre une opinion sur une question qui, a
« juste titre, Vintéresse a un si haut degré,
« il. me semble apparaitre clairement que Mr
« le Dr Gaveau pe saurait étre considére etc.»

L’absence de toute preuve de ces informia-
tions~plaid uit déja en faveur de ma protesta-
tion Jusqu’a preuve du crime, la présomp-
tion de Vinnocence est pour Vaccuse. Pay
dessus tont, dans Viniérét sacré de la vérile,
jai produit des documenis établissant mon
bon droit dans cette contestation, des do-



cuments dont Vauthenticité est inattaqua-

ble_:_--la_déclaration de VAgence con-
sulaire des Etats Unis a Jérémie faile—par
dépéches échangés avec votre Départe-
merit, cerlifiant que je he suis pas ins-
erit dang son Registre; Qo le certificat déli-
vré par la Légation en contirmation de Vaveu
exprimé, sur up point essentiel, dans la cor-
respondance de votre Département échangee

la
Chambre, savoir que je ne suis pas immatri-
cule dans son registre, qu’en consequence
veus élé bien a tort et sans raison plausible



lonie en Haiti; 30 la déclaration du Depar-
tement d’Etat de Washington altestant que
je ne snis pas-natnralisé américain, cette dé-
elaration corrobore celle de Vagence consu-
Jaire, le certificat et Vaveu, la présompltion:
meme de ma présentation d’une @ preuve »
our me faire iasctire étant inadmissible. Et
pour-vous.dler,. Monsieur le Secrétaire d’E-
tat, lout vestige de scrnpules personnels
souste-rapportae=

adressai & la date du 26° Septembre;—poste-
rieurement: & votre obhi
dessus, une leltre explicative en réfutation
des informations illogiques recueillies par vo-
tre Département dans cette « petite enquéter.
Et observant la méme. déférence el ce res~
pect que je professe, Vai ev soin de yous faire

parvige
plicata
yusgu ial. ;
kin définitive, toutes les accnsalions con-
trouvées pour déterminer ma dénationalité,
reposent roiqnement sar une condition aléa-
soire relative a la période de mes études me:
dicales dans les Etats-Unis, période inyoqueée
pour en inférer cells
Quanta la responsabilité inhérente a ces
informations, je men soucie bien, vous con-
le Secrétaire dU’ Etat, qne je
ne sis meme pas te préposé-des services con-
sulaires ou des bureaux diplomabques. D'ail-
Jenrs Vinfaillibilité plénipotentiaire en ma-
tigre abl
‘erreur en, gest éctatante jour
‘nellément. Quel ciloyen ne past rait ‘done
‘point pour dépationalisé, demain, s'il lui suf-
hiden élrermpulé!
‘Sil s'agissall pour mot état de
naturalisation dont vous avez été ainsi infor-
mé sur parole ov simple correspondance de
Consul.ou de Ministre, vous eussi€Z exige
comme condition « sine qua non >, powr ]Us-
tifier la naturalisalion en pays etranger at

de cetle letlre resiée sans reponse


























ja qualité de citoyen in. del
jes Etals. — Par une analogie inéluctable,

pour 4

ions nest pas chose établie. |




de faire état de la

yvoan de la loi, que jexhibe un titre conférant
ameéricain deélivré par

astifier ma. protestation contre celle
naiuralisalion dont vous avez ele st simple-

esna-jus~——considéré en_la_ qualité de membre de sa co- |

ma justification, je-vous-

sweep Be

ment informé, jexhibs le lémolr.age div
Gouvernement des Etats-Unis Amérique.

%

qu'un lel litre ne ma jamais ste ae ‘cardé,
Qu'exigez-vous de plus pour ma justica~
lion dans celle coniestalion Céja injuste,.
ou en quoi consiste done celle naluralisation
que le Gonwérnemeot Americain lui-ménc
ve reconbail pas avoir couférée?
Je suis hatlien par mion sang.




gy par ma Hale ~
sauce sut le sol d’ Haiti, surveuce te (ddan:
1868, a Jérémie, de pore et mere nés hai--
tiens et jouissant de Ja. plenitude de Jers oo
droits, ef qualité. La lol és! une pourteus,.
quelld soil juste ou non 2 Je principe en est
immuable. Blant établi A Uevidence que je
ne suis pas naturalisé américain, je suis ef,
demeure ciloyen Hattie ai vosu de fa Tol, en
harmonic aves mes sentiments et ma volonte.,
comme tadividu. ’ i

Métant conformé 4 la décision, 4 propos
des pouvoirs, dés Vingtav’ prise pur ja Chan
bre souverainement compelente eas Pespece,
ceul été de votré part, Mousienr la Secralalre
WElat, relalivernent & yolre opinion sugeérée
par des informations entachées de nallite a
propos de ma nalionalité ballienne, pure-
ment tuo acte de jusiice en ja ciconsiance:
eelul de revenir décidémeat sur tne méprise
reconnne et si préjudiciable aux inléréi~
dautrui tant avjourd’hulique demain, alors
que vons ne serez peal étre plus Secrélaire
d’ Etat. ®

— Errare humanuia est!

Avec mes hommages, Moastenr
taire d’Elat, salut et frateruie!
De C. GAVEAU

te

%

je Seere--




evntien Miners mec

oiunébrede Jeau-Rabel

La population de Jean-Rabel ext dans Pal
‘fiction; elle gémil sous ie terrible conje
qu’une destinge implacable fat reservail, Las
Réverend Pere Julien Le Vita. ce digne-
apotre du Christ, est inort land: 30 Oclubrrs..

_yeys-les-2-beures duson. Une coucie mara-

geanta réponse Cie

ir a€ quinze jours dintervalle un du--

férer cells dite @-reqgu PRO Doe cc ccennrnnnnnnannnn






“saint saciilice dela Mess

die a foudroyé, en quelques miioutes settle
mentee prétre qui ful, non sewlement gle,
charitable et compaiigsant dans Vexercice de
sou Pleas ininistoreymais idoué de vable. -en-

(inenis.de Qualit®s TAPES CLUE SPS NT
% ee Ss

ment distinguées, Dix nidts ven fornent se sont.
a peine écoulés depuis que la malheuretion pow
ryisse reepl—Dieu seul saitavee quelle joie!
le Pere Le Vilain dans sou sein encere lau one
des larmes gue le depart du P. Destoe co
provoguées | Dix mois seufement et une pro
fonde transiurmation s’est aecourpae parcak
oti ce gale misgionnaire cul a exe: cer 5On Bf ose
tolat ! - oO
_ Le Rév. Pate Vilain, Wane
tionnellé ne trouvant de pia : eee
faction yue dans Vaccomplissemient da Devoo
ne eessait de travaiiler +t foal ends réserte |
des forces qu'il possédail-cheore, eral
avis de plusieurs: mddecis-tpdbieh- Cotintebencomon
ter sur sa santé toujours chaveclante, Tanto,

on le vuyait dans la ermypanre cesebrant..

yd
co



rebde sn

gree be




malades da~parole-de D ;
derpieres cunsolalions de ja Relizads. -- Ti
ceimment encore on. le veyail as Posteun-.
Prince visilant le“Chef de (Etat, fe Minute
des Gulleset celuk des Trovaux pedbtes, les. -
entretenan | deses beaux projets gud camp.
lait voir eu partie rales evee les 8 CGO.
volées par les. Chambres eu faveur de CE Se






a




von-Ladel Amc, to brats
presbylére tmarchérer Ls ever pop soic, eb.

wolre digue Cure, ve se iérageank point, al»



lait voir, avantlongleryps, la réabcation Vow
4, Mais, la anhia. de Pea



de ses cheers: és
dulirauciier le tiie ite if “mfer ce ENE TV dew

&
welosion, hélas |. de ses. dances. et consolantes- -
vespérances 1 La mort, jalouse d'une viedela~ Ja sou

cbeurs et @idéal,l'a brisée, anéantie.et la Pro-.
raison
_vidence.triomphante, victorieuse, a répondu
au Vicaire vénéral, le Révérend Pére Kersu-
are Oui, j je suis seule la Resurrection ella
vie. D





























, Mon ‘
Baptiste, jie fos. “abiigée de :
Ses qualités brill lantes, son amour du Beau ene me reléguer ce aoe dS
‘et du Bien; ses maniéres agréables avaient Gephis bien cing ANS. woo LP
faitdu P. LeVilain an prétre ¢ éminemmentai- chainemept une action: en qivorts de je Hrelleas vinsdeA. Guilhou frere
nable et aimé et lui avaient concilié ’estime ma part va lai étre intenlée. at Co Bordeauy.—
}





et [affection de tous ses. pcroissiens. Aussi, Dme CapENio Jean- BAPTISTE, we rouge, ag 93 dollars la R

witty Iona a ae nde Sinai Aleéus André. | Vin Blanc, a 25 dollars la Ba

rale. Tleut des funérailles dignes de lui.Cha- | - Habitation Grand Dubuisson,5me re Vix Rouge

cun voulut mauifester son tamoignage de fe- tion rurale dela commune et arrondgls: oe allon ‘Cou _
rd :

areis et de reconpaissance aux restes mortels sement de St. Marc, 7 novembre 1905.) pg 4/2 g es 2.48

de ce cher prétre. Cing maynifiques couron- | — se “ss a

nes, ~ embiéme dela douleur et de la tris- | 3 Avis Commercial R & cE Bee

lesse, — fureat placées sur le cercueil devant Les débileurs de la maison Roux &) Lelitre. 4

Pexpositioa du cadavre 3 ensuite elles furent Délinois, en liquidation, sont invilés & - Ven Biane

déposées sur la tonibe: 4e. par les éléves de VE- . Solder leurs comptes sans délai, entre Le gallon Gourdes
cole primaire.de filles, 2° les chantenses, 3¢ Jes mains et sur la quittance de Mon- Le1/2 8) .
les membres du Conseil de la fabrique, 4° le~ sieur Emmanuel Per pignand, leur ans Le 1/4 < ° re
Cercle @ PUnion de a Jeunesse » et 5° les cjien esissier. Le litre : “
membres du corps judiciaire. .
i enterrement, «ui eut lieu Je lendemain - i - Port-au-Prince, 9 9 Novembre 1 1902 : acmaisonr-livre Ces Vie en F
~ yard? vers Tes 4 heures de relevée, mit sur | pr Vue B. Roux, Roux & DéLiNors, les éliquetées at: capsulses g ns: ¥

pieds tout ce que la paroisse avait d’hommes, | . MAXIMILIEN. LAFOREST. €? liquidation. | mentation dé prix a raison de 24 Bo
de femmes et denfants. Le cercueil fut porté » | teilles pour 5 gallons’

a tourde bras et fit processionnellemnent le | Soit : 24 Bouteilles «Clos Beau-So
pare urs du Bourg, que notre Curé avait tant. | ‘vin rouge pour $ 12

aime el dont il brilail de faire la cité cherie

de Dieu. Tout d’abord et en téte marchaient | Soit: 4, Bouteill es Graves vin b
sur dens rangs. les yeux voilés-de-pleurs, les |
dléves des écoles de gargons et de filles; en-

_ Pharmacie F
suite les chanteuses, quieurent tant de peine | it 3 : '
a “DarmiOulser jes pea ies dont les notes - Angle e des Rules de I Byalité él { des Miracles |

plaintses allaient se per. {ve confusement dans Les spécialités les plus rares~ et les
leurs woslers, taptieur douleur fut porsnante:

a vNeretine




cae nent ein: im seas scenester the tte
5 [



leurs. $-vins de table que Lok
trouver dans le commerce; les









it que que



t.
Deri c eles se trouva le précienx objet qui, medicaments les plus NOUVEAU. , vant que nous fh hesitot
prov ia tant de cris élouffés et de donleurs | a dire hanterment qu ils sont acti
erucii st ie cercueil coutenant le eadavre du : ment classés.
P. Le Vilain ; puis venait le Cercle a P Union” Oonsyltations : 7 a10 hy es du matin Ovcasic

‘de la Jeunesse » suivides meinbres du Corps |
dudteiire el des membres du Conseil de la
fabiijar; enlin Je pros de la foule, Jes fidéles_

“i siivaient lentement pendant que
des Iavnees coulgient sur leurs visages afflieés.”
Arrives sous le porche de V’Eglise o@ de-

la dépouill telledu Pot Prins Willen “HE | Vermouth, "
vail Gre depusée la dépouille mortelle du + g Pp, ; ao :
Leviiarn, ane chanteuse, Mile Lucia Bea. | Le steamer Prins Wi Hem Absinthe, Amer, Liqueurs: a

champ, se détacha da groupe et, v une voix, ayant quillé New-York le. 9 cou-}—- co “Spiritueur.
fant —pant directement pour” Port-au7] Madar dea a 15 qouraes le

crete cuisants que les chanteuses éproes i ' Prince, est atteadu ici merered.}
vent et lui témoigna touteleur reconnaissance,

Le vicaire-zénéral, le Reverend P. Kersuzan, -le 15 courant.
quciqne abattu, bri isé par la forte douleur | i repartira | iF méme jour dans

que celle pe rte toi fbvessentir,dut-dui-meme la soiree pour Sainte Marc. Petit- Peur Maringes, Fianeail les,ete

présider aux cérémonies religieuses. —y Oh ! ; .
personne ne pats’empécher d’un mouvement | Goave, Jérémie, Cayes, Jacmel, | Svadresser a Mm Cynus SAUREL, A
d'adinivalion sublime en entendant te Pére , Curacao et [| ‘Kurope, prenant la nué gobn, Brown, en face du Peusion

Ker SuZaD ravi lui-méme, retracer les Spee malle, fret et passagers.




























300° cB 4 ay on /
Supérieur »-4 Gourdes 15°00 la ca

~ de-t2-Bouteil!
Haile Duret, te Gallon











svempée cher de ce mouvement de douce stu- | . Peg

peur et a rr ela sorsqres re Oro tre ot cgents.~ Gale fu opical

rappelant les merveilleuses paroles qu'il pro- - ; fe :

none en nous présentant Abbe Le Vilain,~— REITER | ie e Petersville Hang Saul

lyaa peine dix mois, le vicaire-géneéral, ce re

& comidéraut dun cété la frapilité des choses

- Rhumaines et de Vautre Pimmutabilité des

_.. gtaudeurs, élernelles, s éeria 2«. Ego-sum. res
~ gurrectio et vila ».

Oui, le Christseul est la resurrection et la.
vic. Lai seul traverse éternejlement les. azes
at les siécles. ll) vient de nous le montrer en

rappelani a Lui,alors qu’ily peusait peut-étre
le moins, ce missionnaire plein de zéle, d’ar-
deur et de foi ; ce prétre qui ful un modéle |
de vertu et de saigesse. — Hgo sum resurec-

A LEE.
ANDRE.



sandr [se

annoy ae mene ee:



i Flandri | Chéne, fréne, figuier,
46 steamer _« Miandria? a quit- coma, gommier, etc, eit
té New-York le 9 courant. our le | | Bois. @ ébénisterie
Cap- -Haitien et Port-de Paix et!, :

est attendu: ici vendredi rochain bo
tet? courant. vans

EP t-au- Prince, 41.N ovembre 1905. tion
ie oe

PF -HERRMANN &, Agents. 4