Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text










_ CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PR

ang - CENTINES ~ Abonnement pour Département....4

















ee oe Cie Fe é

29. -—_e

La visite du Prési- be. Serait-ce 1a le refuge sacré du plein

“de partir
ile, Mr Loubet a offert
la rei-
le la fa-_| sensiblement en nos coeurs,

a notre ef

ur cui-

eg ok



riés APamitié exis-

Jes deux nations.
NeTON 29.--- Mr Spencer
weé d'affaires ameéricain a
bourg, a envoyé au dépar-.
Etat une dépéche relative
ise en Russie.--- [1 dit que la
ion devient trés alarmante.
Terenspounc-20.---Les-emplo-
légraphe se sont mis én
fu théatre impérial a réuni les
t les actrices decette scéne,
bi décidé de-cessor-demain. les
seniations.--- Ce matin a 1 hre,
détachement de télégraphis-
ives a pris possession du.
central de télégraphe. Le ser-
étre partiellement rétabli.

tags.

ee; en réulilé, sa_parcimonieuse com-



ce alome. Caraux soupirs et aux lar-
mes revient toujours la victoire.



envolées qui nous disent
_stupidité de toutes nos ambitions. Deja
ya-bise de Vhiver souttle sur les” té
qu'échaulfent les broalants désirs.

Fnvain la big; tis tous signatert.

de muettes expressions, leur conquete,

























tecon. Nous detournons les regards,

Jaterre établit son im peccable niv

mn fC arene: | on a : cerbes
ville «.- Les révolution~|1o3 eee oon ee en inie-et:
ze me Lees _ revolution toe en [alr wariété intinie et:

62




é











- 408; CHO AA ae
ae eportneteent par, com
= S bien intense, des-alfections éteintes.

a “| Que d’étres thers, ores vraiment-

by-a-eu-dags-cette ville.
nires sanglantes entre les
es révolulionnaires el que
ont dé tudes ef 90 bles | voyeuse 1 avineible p
dépéche ajoute que lor- ui ridiculise nos faibles ames,
lice soir a 7 heures. | Ecoutons alors le glas mélancolique,
agne)29. — Les au- aux touchantes vibrations, qui bour-
bak ahandonné tout donne douloureusement 4 nos oreilles.
Vaal ine 108" | Gar il sonnera aussi pour Nous.
til |--Novembre c'est le mois unique ou
ue nous retrouvens fe sens: vrai, supréme
| des existences; o nous sunt grave-
ment rappelées notre commune essence
1 et tinelfagable égalité. Epoque : pre~

parla terre! Une minute marque a
peine quelle regoit an tributaire- Elle-
a pour Valimenter, 8a diligenté pour-:







| eieuse of

Boos















facement total, La vie singénie trop a ‘tyrs de





ya
is «Léon Gambetta:.Des | uous imposer le martyre, pour ne pas |
: attendre la couronne méritoire. Quiest- |

| doux bouquet de pensées!

Ecoutons done le glas mélancolique |
qui bourdonne douloureusement A nos |
oreilles, C’est la complainte des” ames |
la vanité, [a4

( —s oh 5
__{ Justin D
* $ ’

d'une iramuable vérité et nous font la |
la pu inavgurer son coursde Science Se-
quittes 2 nous, lamenter plus tard sur |
notre folleindifférence.Cependant nous |
les vénérons beaucoup, les Disparus | Haidenne et au Gouvernement.
dont noug délaissons les avis suintuires. |

Demain, A leur champ de repos ot |

Voffrandes. Tot- |
SHicate, |





Passé!.Les beaux souvenirs allégent le
poids de la désespérance. Devant

__.--Pruambte—tertre,—la-profonde. consola-

tion du coeur est de revivre, en cflet,

Voici qu’ils sont venus jours ov . ts
ra diel qu ils sont venus, les jours OU | jog nobles sentiments im:itoyablement
_|Vame-s’adonne toute a méditer le Mys . ar SoA vr
tare étonnant qu’évoque Ja froide tom | discontinues par notre sévere. crean~
ant a que * ciere, Hélas! elle prend le courage ver-

tueux, la générosité admirable, la pieuse

bonheur : subtil fluide s’échappant au : .
ee me ant 80 | tendresse. le grand caractere qui sé
plus léger coritact? Le sentier du néant yan... © e! . 4
-souvre-teil, le sommeil final une fois |
eommencé? — Mais sion, pe pensons) 2); . , ;
: een pt eee | pénitents moissonnes, pour
pas, a ces heures of la trislesse monte penitent =: »P

‘dressent dans les mémoires a pureil
instant, Vous formez la milice sainte,
laquelle ne
se-dépouillent jamais trop les meilleurs

rLarpas. Vous éles bien vivanis, Mar-
esprit et du ca@ur, yui avez
traversé_te lac de douleurs.

Heureux ceux qui, Novembre venu,

. a arene M-T connent en eux fe glas d-s assions
pensation de [rivoles délices? Un min- | ent 8 me

mortiféres et peuvent vous olfrir ce

CELSE





vot, professeur de Sociologie,







soir le-coursinargural de Mé .....

Pest-ouvert-au_milieu d'un sombreux aus ~

ditoire d’élite. — Le Maitre, grave, com-
menca par dire dans quelle circonstance il

ciale A Ecole de Droit, ét par renouveler
ses remerciements au chef de l'Université

Aprés une définition condensée de la
Sociologie qui — dit-il — est une science



“lier, il démontre avee ure élogvence vraie

que,-pourcuve | homme. puisce avoir ac- -
tioa-ser la nature, i faut qu'il connaisse
Jeslois.quila régisseat. Et, continua-t-il, °

teur de la Philosophie Positive et chef,
créateur de ’Ecole Positiviste. — Ensuite,
remontant A lépoque prébistorique, il
fait voir quel était l'état mental, Péiat so-
cial de homme primitif. Certes, ¢’était
wan etre prossier, un étre. brut, un étre.
dont les facultés intellectuelles: n’dtaient
gaére développéec; — par Ia force naturelle
‘des choses---étant conduties 3 vivre dans

“nous communions avec le , une sorte de société, tes péuplades fors

se

JaSociolcgie n’est pas une science ancien- —

‘yoyeuse + ta Mort; inv incible puissance | ne,cile ne date que de quelques anntes—
“depuis les iravaux d Auguste Comte, au" os

| purement abstraice, il expose les différents

.points..du.pregramme qu'il aura 4 pars -
courit dans ses diverses conférences. Puts,
partant du principe absolu quil-n’y a de
Stién aT penetrate nord partiqgas———



mées pat ces hommes salen
aux appétits les” plus brutat

Uhumanité_prise- “en-mlasse-est-beaucon
_plaus mauvaise que-l’homme pris ea pa
“ticelier, [a conduite les groupements so-
ciaux primitifs était encore plus mauvaise
que homme pré istorique.

La i vilisation est.en raison-dir
; ét én fai-. @

soninverse delaction de l’ho \mesurl’hom., ce, le cervean anole de: vérité, ‘hor
me. ? A cette formule, le savant profes- qui parle en_faveur- de la science positiv
seur ne trouve rien 4 redire, sinon quelle j'scie e éti= :
pourrait éire beascoup plas” vraie si-l’ons>mentati prolongés se. fireat en
y avait ajouté utile a action, car il taut] - Depuist constitution par ‘Thalés de la | rangs.
que action de homme sur. la natare |r science positive, —dela premiére scie
--soit-utile-et_non destructrice, pour~ pro- | ce abstraite, Sauer —les +
“daite un résultat dans le sens ‘da progrés. | ches marchent, se poursvivent, et” Baclyd ;

Tin’y a-- ajouta-t-il --- qu’ane seule | les condensera. Les Pythagorici eulti-
chose qui-psisse arracher l‘homme 4 la | vérent enero nombre, D flere.”
‘sujétion de homme, c'est Tinstruction | te eut Fidée'de la science gébrique et | 30 Oct.
scientifique. --- Et aprés _maintes ‘analy: | Archiméde trouva quelques principes--de-
363; 1+ ‘démontre, platét en une conversa- | mécanique. ae ee
tion qu’en une conférence, comment) Hi faut le dire, le systeme polythéiste—

































Vhomme primicif expliquait, le monde ex- | produit de-l’évoluti ia nianée ==)
‘térieur 5 ce qu'il ignorait le : cou coup supérieur av,

~“Jui-méme, et un esprit. viendra. “ qui. loi | chisme antérieur; car il a fortement con- |
dira: €gnauti seauton», connais-toi fol tribué au développement de Ja Fumiére |
méme. Pour létre préhistorigue, Sch ntifique -etne put gener en rien lessor? ~=-D
phénornéne qui se prodvisait, avait ‘ane des sciences, Cela ne sentend pas.pour le | mage g iskeal — Le.
volonté propre ; cesendant, certains faits roby hisme social. de Rome; car, celui- cca au 1 recueilleme
qui se renouvelaient sans cesse avaient ort
frappé son imagination. Cest ainsi, qa't e et ses 5s e—S e_poli- |. rit
avait remarqué que” le-soleil sé léve tou- tiques. -
jours Al’est; et quand les nuages s’a-| Ensuite, succéda le Monothéisme. g
moncellent 2 Vhorizon, il pleut; que la} en Occident. est..chrétien. et-en Orient
disparition du soleil dans le'ciel, donne | mahométan, et dé; l’apparition de ce sys- | mai téant des ouissances tert
la nuit; ce n'est qa ‘alors qu'il arti éme l’on ne reconnut-qa’sa-Diev; —-b Dien seul est grand, miés frér “
comptendte; 2 saisir +=- confaséme! Avec. une précision toute mathématique : Aux Cimetidres.
les relations existant entre la cause et | qu’il-est impossible de rapporter ici, ’émi-
Veffet. Cependant, ce mest pas encore | nent Maitre appelle successivement tous | ndevopeles: + Pocaiete det ip
une idée nette de l’abstrait, car pour con- | les esprits: celui de Gulilée,-qui-décoavrit | Moris: '
naltre Vabstrait, il | fa. les lois qui le ré- | que notre planéte tourge. autour ast Avec’ les jonchée
giseent.. — eee. mee
De, "anthropomorphisme dans deque A
sé ccomplait [ homme..primitif, est -né 1e7
fétischisme; 2t ave e évolution scienti

——fguesgraduelie, cette doctrine se confina |































frappant le sol da feds « ‘Pourtant, elle] . Paiement :
dans cectaines régions. Pour ’ homme, la) tourne ».— Socrate, pour avoir vouly in: bo On parle depuis hier da p
Lune, les planétes, les corps célestes sont | troduire | nanaissance del ho : ae r
des ues supérieurs qui ont une-activité | hoa :
_piopre, une sphered’action-propre, et dé | pe de cigu Et ainsi Me. Dévot we de| ‘Brolema .
cele croyance on-artivera~ a> Tastral ogie | _ tous Ces hommes i incompris nagoére, gull TH . été brfilé hier matin, su
gui préie aux astres telle ou telle influen- | marchaient rapidement vers la vérité 3 a Paix? dans les foi $ pro
; a Paix, dans les forme |
ce borne ou mauvaise; de cette. préten- | scientifique €t qui ‘fturent obligés de payer | : sointhe. de 60.070 gourdes
due science, Vastronomie naitra, cSmme | | de lear vie ce que leur génie avait congu. | ou,
ja chimie naitra de Valchimie. :
=~ Berio, Fae i -colte, une-religion-qui
: ~—youée aux corps célestes et le ¢ Poly:
theicme a appara






pos él oignés dans Pespace. Ata décrite par les a “ellipse
_Cependant-ya-ril progres: acquis pen- | doat Je soleil occupe un des et To
“dant la période. polythéiste? Oui. Les | s’enchaine dans la science et un. rési uta
_ théoctates dominent, la numération est in« | obtenu@épend d’un effort antérieur; car, | ME
venrée, on peut calculer,,on peut écrire, [longtemps avant Képler, . Appolonias avait; Pau
~ettes Chatdéens observent le mouvement } découvert les propriéiés de lellipse 0
des astres, L'influence de cette ‘période | suite Les ‘a le tour de la :
Scot propagée chez les Egyptiens, qui-ont | e
laissé quelques instruments astronomi- | mét: a
ques; il est. vrai que les travaux accom- | phlogistig logistique!.
plis par ce peuple furent indéchiffrables, | ici que Vesprit du m ;
gnais la science moderne 4 pe arrachera 4)

Egyptiens le secret de leurs monuments. |
Pour arriver 4 trouver la premiére re- [
lation scientifique, abstraite, il faut re.
monter 4 Vépoque giecque et Thales dé
-goavre que «La somme des trois angles
a





le publ c est prévenu ,
-trains réglementaires des 1 ramways, :

un train spécial, composé des. ed
de-tre-classe-du Chemin de fer, cir-







c gondé, Mme A. Voltaire ‘ont |’honneur
xeellente acquisition’ d’inviter les amis de fen Je sénateur Ro-
tide Bouzy, Cue ain, leur époux, frére et ere, a-as-

Sn Ae Dons: “sister Aine Messe “de “Requiem les :
ent de la Société lui son- feront chanter le lundi 6 5 Novembre 46 culera les der et 2 Novembre, entre

it la bienvenue; il ré- heures du matin, a Egli-e Saint-Joseph. la“Gare du Nord et le Fort: Lerebours,
jenveillantes: Paroles. Administration Postale ____ offrant ainsi plus de commodité aun —
AV AS. bes dpeches pour’ St: Mare, Gonaives, “personnes. ‘ge rendant- au Cimetiere..
Vu la grande affluence, LA COR-—~
RESPONDANCE N’EST PAS GARANTIE,
Port-au-Prince, 30 Octobre. 1905.
| DIRECTION









Port de-Paix, Cap-Haitien. St Thomas et ,
PEurope par le steamer « Bolivia»,;serorit
S fermées ce soir 2-4 heures précises.

ire _.. Port-au-Prince, 31 Octobre ros.

Novembre 5 sur la tombe des | “A chacun son mérite
dés et de commémorer | Monsieur Paun ZéNoN, pharmacien,
ne ‘césémonie re réligi¢use, a” ‘sen! -préparateur—et- ‘dépositaire— deta}

| poudre purgative connue sous le nom

: de-« Purgalif. Zenon, ¥; =eroittevoir }-












de. Te



















i que de la Province, qu ‘il se débite de- } ote tye : Te
Yorganisation. done. pro-, puis quelque temps des poudres pur- quit New York me cre sol re

e, qui sera_l’un des meilleurs : gatives que’ l’on fait passer pour sa D5 courant pour St-Mare, Port-an-
gue cette Association aura en: | préparation. , Prince, esl attendu } icile ter No»
aux familles. | i déctare décliner, d’ores et déja, | vembre prochain. Hl repartira le






toute responsabilité pouvant découler | méme2jour dans la soirée pour

de l'usage de ces poudres qui he pro-} Parit-Goave, les Caves, Jacmel,

« as de sa rmacie. eb eee
\ observance de Varrét— i «Le Purgatif sa pa ne se vent que | Cui ragao e etrEu FODE, OF enant frat vo

es ies As train 4 te “chez Paut Zénon. pharmacien, rue des ; €t passagers.
~ yr . ‘Go I | Bre
nos. abonnés. $e. ‘plaignent de. | Césars, No 53 ( Place Valliere. ) rort-au- -Prince,2 mad Detobre 1905.
golariié et comptent sur la rece A lover Orre BIEBER & CoA gents,
y Administration _ Pour. le faire A Torgeau : jolie propr iété avec .
Grants maison, écuries, bassin remi-.




attention de la Direction |



















9 Date, Nabe *











son en mur,



H. Entrainement demain n mer: }
jeedi_ sur le land de | VAvenve .
ateh d ches

seconde Equipe sont;








w mee u-jourt : =H se
ment -convogues... oni. GLB. ‘Import Cs - ar
est dimanche pre ement que Les soussigné, annonce au poblié etl ye ng / :
H. (seconde équipe) matchera ! ay commerce qu’ayant intenté une ac- | te New-York le 2 de Ce Ide
e «Bois Verna Athlétic Cleb».—~ | tion en divorce contre sa femme, née pour le Cap- Heitien, Port-de
nngrons vendredilacomposition | Rélicité. Mondestis, de. Limonade, il! , Paix et la Capiale, ot iLcst avien-
odor jeudr procharr 2-Noven re

et ‘parierons des: joueurs qui’ yest plus responsble de ses-actes gé-
se renconire:. < néralement queleunques, pour Cause a. par! ira le 3 pour Jérémie,
d’adultére. Gonaives et Santa-Martha.

;
eet oe 00
ati, , , é |
tapes bee Charles Limonade, le 30 Octobre 1905 Pe. au-Prince, 27 Ociobre 1905.
F HERRMANN ae U Co, >» Agen! yils

























alais, en sautant dans le cars Austranie REGISTE.

ine tandis ¢ ue le train était. en
qe ~ clorure sii Bonne’ Récompensa
: ée.a la personne..qui

RENEE ANRAR ot S ae SEE

























ré, or et platine;

Une montre américaine Waltane Pe spi sé répelest

mettre fie
‘@ py de lenars
HOTS das hi reemeeate—tenr— corres — i as
pond janee, Fanpe dent a leurs amis. au
Tatnione: —publig et aol Acininistration _Beneenle
Un veston et un gilet drill rayé bleu des Postes que :

# tecue des Cayes annonce at blanc. ae } Monsieur Cuantes Jcaxty, chef de
int-hier dimanclie, de Mr" gadresser 4 Mr A. Ricco, _ toujours _ecipe

do oad ne : rue du Quai No 3 i

er ee

bre mee frappe dovlou- Mo Tae
‘je — Une maison, ayant toutes oe ‘dépen- , Bus Féron ett: 33, Rae du Pe saple )

: ner,
dances, aise Avenue Charles Sum e signe Cu. C. Genii, avecat.

tes! multiples” errenr:
trop seuverd, vt d













0 ;
jee chainos ¢ euivre adore, a ivis-
lettres blanche Cioccolato



4
d’ane grande sympa- lar "9,
était une des N° No 16. — Geller and Por teau-Prince, 15 Octobre 1903...



‘Sladresser 20
en face du Musée do Séminaire, . 0. TEANTY , seu B



Batreprise Baur Gazeuses
Port-au-Prince —

des Miractes, : 2A.




























tu Grand Cercle de Port-au-Prine pee
“du Petit. Club oe eee un 1879
de Union Sportive Haltienne Panama. 4889

dwRestaurant dela Paix J Bons du Congo As
de. Hotel Bellevus 1/5 ers “A885
Central —

4 ida France
g . Pattie” cnn

an Bar Fin de Siécle
« du Commerce



ordre,.en. lee payant par petites. frac
49, 10,15, 20, 25, 30, 40 et
| portance du titre.














« des Amateurs.
« du Port | Aprés le premier. versement,

_«__ International -/ obligation; et seul; if court to
«ge a Pour se ~~ | du lot qui pourrait échoir 4 son obligatio 0
$.. 2018 DAMES. touche. intésralement “HL pa’ 2
«. dela Poste
« de la-Care. Pour les demand Tachats d'obligations et-pour-tous-aut
« du Palais seignements, s'adresser a “Monsieur CH ARLES VOR
« de l’Union Quai, seul représentant a Haiti.
« Larousse
« Lavictoire..’

- ¢ Bourdon cy nar menenmmenntt
« Cantave



- Aux Caves de Bor deux en
~ Gonaives > Re Sehtit-—-————
Petit-Godve + Café Lochard

Jérémie : C ae de la Paix

. Ni -Mar e: , Dalencourt









UC SCIUZ Low -se-tient- Monsieur Barbancount & la dis
i ~ teurs, et aussi. pour. expédier leurs comma
: Me que pour Btrange




Préparés avec de
S térilisée





~ Ligueurs —

rs Angostura, bist, @ P



Full Text










_ CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PR

ang - CENTINES ~ Abonnement pour Département....4

















ee oe Cie Fe é

29. -—_e

La visite du Prési- be. Serait-ce 1a le refuge sacré du plein

“de partir
ile, Mr Loubet a offert
la rei-
le la fa-_| sensiblement en nos coeurs,

a notre ef

ur cui-

eg ok



riés APamitié exis-

Jes deux nations.
NeTON 29.--- Mr Spencer
weé d'affaires ameéricain a
bourg, a envoyé au dépar-.
Etat une dépéche relative
ise en Russie.--- [1 dit que la
ion devient trés alarmante.
Terenspounc-20.---Les-emplo-
légraphe se sont mis én
fu théatre impérial a réuni les
t les actrices decette scéne,
bi décidé de-cessor-demain. les
seniations.--- Ce matin a 1 hre,
détachement de télégraphis-
ives a pris possession du.
central de télégraphe. Le ser-
étre partiellement rétabli.

tags.

ee; en réulilé, sa_parcimonieuse com-



ce alome. Caraux soupirs et aux lar-
mes revient toujours la victoire.



envolées qui nous disent
_stupidité de toutes nos ambitions. Deja
ya-bise de Vhiver souttle sur les” té
qu'échaulfent les broalants désirs.

Fnvain la big; tis tous signatert.

de muettes expressions, leur conquete,

























tecon. Nous detournons les regards,

Jaterre établit son im peccable niv

mn fC arene: | on a : cerbes
ville «.- Les révolution~|1o3 eee oon ee en inie-et:
ze me Lees _ revolution toe en [alr wariété intinie et:

62




é











- 408; CHO AA ae
ae eportneteent par, com
= S bien intense, des-alfections éteintes.

a “| Que d’étres thers, ores vraiment-

by-a-eu-dags-cette ville.
nires sanglantes entre les
es révolulionnaires el que
ont dé tudes ef 90 bles | voyeuse 1 avineible p
dépéche ajoute que lor- ui ridiculise nos faibles ames,
lice soir a 7 heures. | Ecoutons alors le glas mélancolique,
agne)29. — Les au- aux touchantes vibrations, qui bour-
bak ahandonné tout donne douloureusement 4 nos oreilles.
Vaal ine 108" | Gar il sonnera aussi pour Nous.
til |--Novembre c'est le mois unique ou
ue nous retrouvens fe sens: vrai, supréme
| des existences; o nous sunt grave-
ment rappelées notre commune essence
1 et tinelfagable égalité. Epoque : pre~

parla terre! Une minute marque a
peine quelle regoit an tributaire- Elle-
a pour Valimenter, 8a diligenté pour-:







| eieuse of

Boos















facement total, La vie singénie trop a ‘tyrs de





ya
is «Léon Gambetta:.Des | uous imposer le martyre, pour ne pas |
: attendre la couronne méritoire. Quiest- |

| doux bouquet de pensées!

Ecoutons done le glas mélancolique |
qui bourdonne douloureusement A nos |
oreilles, C’est la complainte des” ames |
la vanité, [a4

( —s oh 5
__{ Justin D
* $ ’

d'une iramuable vérité et nous font la |
la pu inavgurer son coursde Science Se-
quittes 2 nous, lamenter plus tard sur |
notre folleindifférence.Cependant nous |
les vénérons beaucoup, les Disparus | Haidenne et au Gouvernement.
dont noug délaissons les avis suintuires. |

Demain, A leur champ de repos ot |

Voffrandes. Tot- |
SHicate, |





Passé!.Les beaux souvenirs allégent le
poids de la désespérance. Devant

__.--Pruambte—tertre,—la-profonde. consola-

tion du coeur est de revivre, en cflet,

Voici qu’ils sont venus jours ov . ts
ra diel qu ils sont venus, les jours OU | jog nobles sentiments im:itoyablement
_|Vame-s’adonne toute a méditer le Mys . ar SoA vr
tare étonnant qu’évoque Ja froide tom | discontinues par notre sévere. crean~
ant a que * ciere, Hélas! elle prend le courage ver-

tueux, la générosité admirable, la pieuse

bonheur : subtil fluide s’échappant au : .
ee me ant 80 | tendresse. le grand caractere qui sé
plus léger coritact? Le sentier du néant yan... © e! . 4
-souvre-teil, le sommeil final une fois |
eommencé? — Mais sion, pe pensons) 2); . , ;
: een pt eee | pénitents moissonnes, pour
pas, a ces heures of la trislesse monte penitent =: »P

‘dressent dans les mémoires a pureil
instant, Vous formez la milice sainte,
laquelle ne
se-dépouillent jamais trop les meilleurs

rLarpas. Vous éles bien vivanis, Mar-
esprit et du ca@ur, yui avez
traversé_te lac de douleurs.

Heureux ceux qui, Novembre venu,

. a arene M-T connent en eux fe glas d-s assions
pensation de [rivoles délices? Un min- | ent 8 me

mortiféres et peuvent vous olfrir ce

CELSE





vot, professeur de Sociologie,







soir le-coursinargural de Mé .....

Pest-ouvert-au_milieu d'un sombreux aus ~

ditoire d’élite. — Le Maitre, grave, com-
menca par dire dans quelle circonstance il

ciale A Ecole de Droit, ét par renouveler
ses remerciements au chef de l'Université

Aprés une définition condensée de la
Sociologie qui — dit-il — est une science



“lier, il démontre avee ure élogvence vraie

que,-pourcuve | homme. puisce avoir ac- -
tioa-ser la nature, i faut qu'il connaisse
Jeslois.quila régisseat. Et, continua-t-il, °

teur de la Philosophie Positive et chef,
créateur de ’Ecole Positiviste. — Ensuite,
remontant A lépoque prébistorique, il
fait voir quel était l'état mental, Péiat so-
cial de homme primitif. Certes, ¢’était
wan etre prossier, un étre. brut, un étre.
dont les facultés intellectuelles: n’dtaient
gaére développéec; — par Ia force naturelle
‘des choses---étant conduties 3 vivre dans

“nous communions avec le , une sorte de société, tes péuplades fors

se

JaSociolcgie n’est pas une science ancien- —

‘yoyeuse + ta Mort; inv incible puissance | ne,cile ne date que de quelques anntes—
“depuis les iravaux d Auguste Comte, au" os

| purement abstraice, il expose les différents

.points..du.pregramme qu'il aura 4 pars -
courit dans ses diverses conférences. Puts,
partant du principe absolu quil-n’y a de
Stién aT penetrate nord partiqgas———
mées pat ces hommes salen
aux appétits les” plus brutat

Uhumanité_prise- “en-mlasse-est-beaucon
_plaus mauvaise que-l’homme pris ea pa
“ticelier, [a conduite les groupements so-
ciaux primitifs était encore plus mauvaise
que homme pré istorique.

La i vilisation est.en raison-dir
; ét én fai-. @

soninverse delaction de l’ho \mesurl’hom., ce, le cervean anole de: vérité, ‘hor
me. ? A cette formule, le savant profes- qui parle en_faveur- de la science positiv
seur ne trouve rien 4 redire, sinon quelle j'scie e éti= :
pourrait éire beascoup plas” vraie si-l’ons>mentati prolongés se. fireat en
y avait ajouté utile a action, car il taut] - Depuist constitution par ‘Thalés de la | rangs.
que action de homme sur. la natare |r science positive, —dela premiére scie
--soit-utile-et_non destructrice, pour~ pro- | ce abstraite, Sauer —les +
“daite un résultat dans le sens ‘da progrés. | ches marchent, se poursvivent, et” Baclyd ;

Tin’y a-- ajouta-t-il --- qu’ane seule | les condensera. Les Pythagorici eulti-
chose qui-psisse arracher l‘homme 4 la | vérent enero nombre, D flere.”
‘sujétion de homme, c'est Tinstruction | te eut Fidée'de la science gébrique et | 30 Oct.
scientifique. --- Et aprés _maintes ‘analy: | Archiméde trouva quelques principes--de-
363; 1+ ‘démontre, platét en une conversa- | mécanique. ae ee
tion qu’en une conférence, comment) Hi faut le dire, le systeme polythéiste—

































Vhomme primicif expliquait, le monde ex- | produit de-l’évoluti ia nianée ==)
‘térieur 5 ce qu'il ignorait le : cou coup supérieur av,

~“Jui-méme, et un esprit. viendra. “ qui. loi | chisme antérieur; car il a fortement con- |
dira: €gnauti seauton», connais-toi fol tribué au développement de Ja Fumiére |
méme. Pour létre préhistorigue, Sch ntifique -etne put gener en rien lessor? ~=-D
phénornéne qui se prodvisait, avait ‘ane des sciences, Cela ne sentend pas.pour le | mage g iskeal — Le.
volonté propre ; cesendant, certains faits roby hisme social. de Rome; car, celui- cca au 1 recueilleme
qui se renouvelaient sans cesse avaient ort
frappé son imagination. Cest ainsi, qa't e et ses 5s e—S e_poli- |. rit
avait remarqué que” le-soleil sé léve tou- tiques. -
jours Al’est; et quand les nuages s’a-| Ensuite, succéda le Monothéisme. g
moncellent 2 Vhorizon, il pleut; que la} en Occident. est..chrétien. et-en Orient
disparition du soleil dans le'ciel, donne | mahométan, et dé; l’apparition de ce sys- | mai téant des ouissances tert
la nuit; ce n'est qa ‘alors qu'il arti éme l’on ne reconnut-qa’sa-Diev; —-b Dien seul est grand, miés frér “
comptendte; 2 saisir +=- confaséme! Avec. une précision toute mathématique : Aux Cimetidres.
les relations existant entre la cause et | qu’il-est impossible de rapporter ici, ’émi-
Veffet. Cependant, ce mest pas encore | nent Maitre appelle successivement tous | ndevopeles: + Pocaiete det ip
une idée nette de l’abstrait, car pour con- | les esprits: celui de Gulilée,-qui-décoavrit | Moris: '
naltre Vabstrait, il | fa. les lois qui le ré- | que notre planéte tourge. autour ast Avec’ les jonchée
giseent.. — eee. mee
De, "anthropomorphisme dans deque A
sé ccomplait [ homme..primitif, est -né 1e7
fétischisme; 2t ave e évolution scienti

——fguesgraduelie, cette doctrine se confina |































frappant le sol da feds « ‘Pourtant, elle] . Paiement :
dans cectaines régions. Pour ’ homme, la) tourne ».— Socrate, pour avoir vouly in: bo On parle depuis hier da p
Lune, les planétes, les corps célestes sont | troduire | nanaissance del ho : ae r
des ues supérieurs qui ont une-activité | hoa :
_piopre, une sphered’action-propre, et dé | pe de cigu Et ainsi Me. Dévot we de| ‘Brolema .
cele croyance on-artivera~ a> Tastral ogie | _ tous Ces hommes i incompris nagoére, gull TH . été brfilé hier matin, su
gui préie aux astres telle ou telle influen- | marchaient rapidement vers la vérité 3 a Paix? dans les foi $ pro
; a Paix, dans les forme |
ce borne ou mauvaise; de cette. préten- | scientifique €t qui ‘fturent obligés de payer | : sointhe. de 60.070 gourdes
due science, Vastronomie naitra, cSmme | | de lear vie ce que leur génie avait congu. | ou,
ja chimie naitra de Valchimie. :
=~ Berio, Fae i -colte, une-religion-qui
: ~—youée aux corps célestes et le ¢ Poly:
theicme a appara






pos él oignés dans Pespace. Ata décrite par les a “ellipse
_Cependant-ya-ril progres: acquis pen- | doat Je soleil occupe un des et To
“dant la période. polythéiste? Oui. Les | s’enchaine dans la science et un. rési uta
_ théoctates dominent, la numération est in« | obtenu@épend d’un effort antérieur; car, | ME
venrée, on peut calculer,,on peut écrire, [longtemps avant Képler, . Appolonias avait; Pau
~ettes Chatdéens observent le mouvement } découvert les propriéiés de lellipse 0
des astres, L'influence de cette ‘période | suite Les ‘a le tour de la :
Scot propagée chez les Egyptiens, qui-ont | e
laissé quelques instruments astronomi- | mét: a
ques; il est. vrai que les travaux accom- | phlogistig logistique!.
plis par ce peuple furent indéchiffrables, | ici que Vesprit du m ;
gnais la science moderne 4 pe arrachera 4)

Egyptiens le secret de leurs monuments. |
Pour arriver 4 trouver la premiére re- [
lation scientifique, abstraite, il faut re.
monter 4 Vépoque giecque et Thales dé
-goavre que «La somme des trois angles
a


le publ c est prévenu ,
-trains réglementaires des 1 ramways, :

un train spécial, composé des. ed
de-tre-classe-du Chemin de fer, cir-







c gondé, Mme A. Voltaire ‘ont |’honneur
xeellente acquisition’ d’inviter les amis de fen Je sénateur Ro-
tide Bouzy, Cue ain, leur époux, frére et ere, a-as-

Sn Ae Dons: “sister Aine Messe “de “Requiem les :
ent de la Société lui son- feront chanter le lundi 6 5 Novembre 46 culera les der et 2 Novembre, entre

it la bienvenue; il ré- heures du matin, a Egli-e Saint-Joseph. la“Gare du Nord et le Fort: Lerebours,
jenveillantes: Paroles. Administration Postale ____ offrant ainsi plus de commodité aun —
AV AS. bes dpeches pour’ St: Mare, Gonaives, “personnes. ‘ge rendant- au Cimetiere..
Vu la grande affluence, LA COR-—~
RESPONDANCE N’EST PAS GARANTIE,
Port-au-Prince, 30 Octobre. 1905.
| DIRECTION









Port de-Paix, Cap-Haitien. St Thomas et ,
PEurope par le steamer « Bolivia»,;serorit
S fermées ce soir 2-4 heures précises.

ire _.. Port-au-Prince, 31 Octobre ros.

Novembre 5 sur la tombe des | “A chacun son mérite
dés et de commémorer | Monsieur Paun ZéNoN, pharmacien,
ne ‘césémonie re réligi¢use, a” ‘sen! -préparateur—et- ‘dépositaire— deta}

| poudre purgative connue sous le nom

: de-« Purgalif. Zenon, ¥; =eroittevoir }-












de. Te



















i que de la Province, qu ‘il se débite de- } ote tye : Te
Yorganisation. done. pro-, puis quelque temps des poudres pur- quit New York me cre sol re

e, qui sera_l’un des meilleurs : gatives que’ l’on fait passer pour sa D5 courant pour St-Mare, Port-an-
gue cette Association aura en: | préparation. , Prince, esl attendu } icile ter No»
aux familles. | i déctare décliner, d’ores et déja, | vembre prochain. Hl repartira le






toute responsabilité pouvant découler | méme2jour dans la soirée pour

de l'usage de ces poudres qui he pro-} Parit-Goave, les Caves, Jacmel,

« as de sa rmacie. eb eee
\ observance de Varrét— i «Le Purgatif sa pa ne se vent que | Cui ragao e etrEu FODE, OF enant frat vo

es ies As train 4 te “chez Paut Zénon. pharmacien, rue des ; €t passagers.
~ yr . ‘Go I | Bre
nos. abonnés. $e. ‘plaignent de. | Césars, No 53 ( Place Valliere. ) rort-au- -Prince,2 mad Detobre 1905.
golariié et comptent sur la rece A lover Orre BIEBER & CoA gents,
y Administration _ Pour. le faire A Torgeau : jolie propr iété avec .
Grants maison, écuries, bassin remi-.




attention de la Direction |



















9 Date, Nabe *











son en mur,



H. Entrainement demain n mer: }
jeedi_ sur le land de | VAvenve .
ateh d ches

seconde Equipe sont;








w mee u-jourt : =H se
ment -convogues... oni. GLB. ‘Import Cs - ar
est dimanche pre ement que Les soussigné, annonce au poblié etl ye ng / :
H. (seconde équipe) matchera ! ay commerce qu’ayant intenté une ac- | te New-York le 2 de Ce Ide
e «Bois Verna Athlétic Cleb».—~ | tion en divorce contre sa femme, née pour le Cap- Heitien, Port-de
nngrons vendredilacomposition | Rélicité. Mondestis, de. Limonade, il! , Paix et la Capiale, ot iLcst avien-
odor jeudr procharr 2-Noven re

et ‘parierons des: joueurs qui’ yest plus responsble de ses-actes gé-
se renconire:. < néralement queleunques, pour Cause a. par! ira le 3 pour Jérémie,
d’adultére. Gonaives et Santa-Martha.

;
eet oe 00
ati, , , é |
tapes bee Charles Limonade, le 30 Octobre 1905 Pe. au-Prince, 27 Ociobre 1905.
F HERRMANN ae U Co, >» Agen! yils

























alais, en sautant dans le cars Austranie REGISTE.

ine tandis ¢ ue le train était. en
qe ~ clorure sii Bonne’ Récompensa
: ée.a la personne..qui

RENEE ANRAR ot S ae SEE

























ré, or et platine;

Une montre américaine Waltane Pe spi sé répelest

mettre fie
‘@ py de lenars
HOTS das hi reemeeate—tenr— corres — i as
pond janee, Fanpe dent a leurs amis. au
Tatnione: —publig et aol Acininistration _Beneenle
Un veston et un gilet drill rayé bleu des Postes que :

# tecue des Cayes annonce at blanc. ae } Monsieur Cuantes Jcaxty, chef de
int-hier dimanclie, de Mr" gadresser 4 Mr A. Ricco, _ toujours _ecipe

do oad ne : rue du Quai No 3 i

er ee

bre mee frappe dovlou- Mo Tae
‘je — Une maison, ayant toutes oe ‘dépen- , Bus Féron ett: 33, Rae du Pe saple )

: ner,
dances, aise Avenue Charles Sum e signe Cu. C. Genii, avecat.

tes! multiples” errenr:
trop seuverd, vt d













0 ;
jee chainos ¢ euivre adore, a ivis-
lettres blanche Cioccolato



4
d’ane grande sympa- lar "9,
était une des N° No 16. — Geller and Por teau-Prince, 15 Octobre 1903...



‘Sladresser 20
en face du Musée do Séminaire, . 0. TEANTY , seu B
Batreprise Baur Gazeuses
Port-au-Prince —

des Miractes, : 2A.




























tu Grand Cercle de Port-au-Prine pee
“du Petit. Club oe eee un 1879
de Union Sportive Haltienne Panama. 4889

dwRestaurant dela Paix J Bons du Congo As
de. Hotel Bellevus 1/5 ers “A885
Central —

4 ida France
g . Pattie” cnn

an Bar Fin de Siécle
« du Commerce



ordre,.en. lee payant par petites. frac
49, 10,15, 20, 25, 30, 40 et
| portance du titre.














« des Amateurs.
« du Port | Aprés le premier. versement,

_«__ International -/ obligation; et seul; if court to
«ge a Pour se ~~ | du lot qui pourrait échoir 4 son obligatio 0
$.. 2018 DAMES. touche. intésralement “HL pa’ 2
«. dela Poste
« de la-Care. Pour les demand Tachats d'obligations et-pour-tous-aut
« du Palais seignements, s'adresser a “Monsieur CH ARLES VOR
« de l’Union Quai, seul représentant a Haiti.
« Larousse
« Lavictoire..’

- ¢ Bourdon cy nar menenmmenntt
« Cantave



- Aux Caves de Bor deux en
~ Gonaives > Re Sehtit-—-————
Petit-Godve + Café Lochard

Jérémie : C ae de la Paix

. Ni -Mar e: , Dalencourt









UC SCIUZ Low -se-tient- Monsieur Barbancount & la dis
i ~ teurs, et aussi. pour. expédier leurs comma
: Me que pour Btrange




Préparés avec de
S térilisée





~ Ligueurs —

rs Angostura, bist, @ P