Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text





CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETA





| ghonnement pour Département....4 29. Lm mie
CENTIMES | ee Etrangor 1.50 PAR BOIS



veg Bourjolly & Fort-Pe-

OLE EE POE




nunications aux bureaux du journal, angie das °

















~ Sans aller jusqu’a Vintérieur, les céres , 00,et pris depitié vous a ouvert sa-hour-,
ide Léogine aux Baradéres fourniraient | se;mais il ne vous appartenait point de
‘pour la premiére année plustde cing cent | penser que vous le chasseriez de chez
mille régimes. [ly a un port qui mexige lui et quv’il ne se défendrait pas.
ancune dépense ct qui est placé au centre Crest, en vérilé, ignorer toute Véstij
rile partie des. ba. | 26 00tte lignes est cele de Mirage4ne. | me, toute Ix eonsideritign que Dive
on Fodve mens (ree a Gonave protégeant ces céres,la [coup encore accordent ate patie har
Centrale)? Les mer toujours calme permetiralt la circuls: tiene; c'est Navorr pas mesure toute
Cnsulairess Pee de remorgueurs qui aciiveraient te énergie de bien qui secouc la féle et
9 —fexpottae | sport des fruits au port d'embarque- | le bras de Celai dout le titre de Prési-
sat.Ce serait le signal d’un commence- | dent conronne maintenant la earriére,
sent de développement de nos ressources. | pour essayer,degré par degré, Voccu-
lecalture des |_Useatrens, de terre bien planté fourni- | per wie pits qiii_n’est pas la votre et
Anite orieatale rat om He régimes de banane, A 20 centimes | ou volre admission, comme tous les
‘nrovinces d’T= ot une gourde, cela ferait au producteur | autres ctrangers, devrait vous suffire,
ae He gourdes par an. Il suffirait. d'avoir | sans.que vous péviez « accaparement »
tah culture apré “wingt carTeaux de terre p antés de banare jou la ruine des autres! a
bourage. ek pour avotr ving! mille gourdss par aan 4 Maintenant, cesk vous, Syriens, qui
on regoit est “20 Plus quan mipistte hoancre ne peut ge- jen suggrrezsl idée.Niy a-t-il pas lien de
a, par régime de 5 | : — -distinguer qui des elrangers doit on
i

ela «Revue Mondia-
rsde cette année,
ion suivante +

ee


























point de vue économique le pro- | admettre. sur ce territoire? Faut-il lais-
étant plas alsé, acheterait davan- | ser la porte ouverte & tout venant,sans
| autre condition,comme pour les Syriens,

| que leurs haillons piloyables et leur



fe

ésiene sous le nom ducieur
ehaitou-dix bis 1)

eee i ir oe le comine: sat feral His ay sore
a meme tige. —Plus il, tagest le comimergant ferair plus d tro






*

“yz | faisance,au point.d‘ériger les men liants
LIQU | @hier en princes de la finance et la le









| asiatique en flore haitienne.
Tout élranger qui fail sa de-cente
dans le pays, & perpétuelle demeure,
Ldevra étre une valeur quelcon jue. Son
Ledjour doit. étre profitable a quelque
; choge;il doit avoir, soit dans un métier,
soit par gon intelligence ou la capital
pécunliire gat possede, Péquivalent de
ul : ay wen ignore: hia OP ut faite, et
.e -méme sol | faiblessse, a In pusillanimité; et traiter | lorsque ce metier, cette intelligence ou,
houc, le cacao, | de sinistre plaisanterie la derniere foi | capitale fera deéfaut, it tut faut au moins
mais les bana- | qui regle le commerce élranger Sur le} a porter une civilisadon correspond in-
terriloire haiticn, c’est en mécounaitre | te. Est ce le cas de ces _personnages
la portée et la profoodeur! Le pays a] auxiuels il sera intecdit de Trainer le
pris plusde dix ans pour ja deman- commerce nuliona: pat lafdéloyaute,hy-
wer aux Chambres et ‘eelles-ci_ ne s’y | pocriste et Pinfériorile de sa condition
‘sont décidées qu’aprés un examen ré- | sociale ? Oui, Linferiorite de la condi-
échi, Crest que chez nous, en -ce- pays | tion sociale et dela civilis: tion des Sy-.
Vhospitalité est grande jusqi’a la sot- riens admis a vivre palm nous, avec
ise, git’on a le coeur la ‘main pour | dautres cireonstances, leur vaut Cette
utes lesinfortunes,toutes:les miseres, apparence de succés dont ils se preva-
“nos décisions refléte ot Pexperience, et Heeb
rt ons que par nécessile. Prenons-le au déb’t, &.son arrivee
«le charbonnier soit} chez nous. Qu'est-ce? Un peu mains
que rien: UD haillon auquel est attaché













ae ~ EWS Hy isons es PErat percevrair plus de droits. |
ge, plus le prix 3 eC | EE at pe i pl s G j
ding. Le odéfes | sous inf uence bienfaisante du travail doiventseréclamerd un neuveau venu:
Be BES oe -détri- régénérateur! HLH. liamisére ne doit pasen étre une. La Re-
age et la culture d'une | ‘ o_ Rewer DS oe urent dy
at pas élevés. Apré,
te diminue en
Aonjours comprer sur| La Questioa Syrienne
bies n’affectent que} - a
: a VETIT
ot chides et basses, Tis commetielit tous une erreur qu'il |
_il_est-—ben-Lest-bou-de jl faut_eneore le
3 : ip , es as + oe 4

éd.é pas de régimes “Tourte monde donc y gagnerait, ~ | misére noire? Ih ya des qualités qui
cotvent cher, mais | === crt | publique rest pas un bureau de bien-
: é * 4 * ee : ; ee foe
TRIBUNE PUB
Beolte d ALDUNE -
viennent A la cdl | Ouvrons une parenthése aux Syriens.
ay e


















neuen ag



at






























}une bretelle qui retient une boite de
fausse bijouterie. Cette guenills, tous la
1 Jnisserout circaler, au mepris de la loi

*



de ‘Thygiéne, dans les plus profondes /
_ campagnes, débitant pour quelques s

de camelote < on ne I’en sipeene S,

c'est la faim qui passe. Mais c’est de
main le potentat qui sou 4 sou fait le
n'est Tabor rien, ce sont din |
colporteurs; mais ils se réunissent:—
‘toutes ces guenilles se cousent ensem-
_ble et alors nait une association égois-
te,
nous absorbe.Que par le travail, I'éeo- ;
nomie, cette association edt prospéré,
nul ne s’en plaindrait; mais il convient |
~-que les armes soient égales, que ma !
condition sociale de civilisé ne me soit |
‘pas une infériorité commerciale contre
~ laquelle je ne puis lutter qu’en adop-
tant les moeurs, les usages et jusqu'au
tempérament du Syrien! Ceci serait
_ vrai pour l’Haitien émigré en Syrie ou

i

dans le pays de ces Orientaux;. mais }

chez nous, les luis nous doivent pro-
tection contre la subalternisation sy-

Oui, ce qui fait la force de ce com-

mer¢ant dont nous attaquons toujours }

les menées,ce n’est ni Vintelligence,nile
tact, ni Pesprit d'é¢onomie, mais seule
absence totale de frais qu’explique bien |
la présence d’un seul individu faisant
office de garde-magasin, de vendeur, de
balayeur, et cela sous l’accoutrement
le plus réduit : la chemise et le panta
lon, sans plust-
---Or, en conscience,
rficbpement ‘de V'instruction qu’a pris
lé.pays,le souci de plus en plus constant
‘des familles de soigner |'éducation des
Siens, les devoirs de la moralité et des
‘convenances, peut-on demander a I’Hai-
tien de rejeter tout son_passé-effort.
_lous-ses-pregrés dans ~T’ordre intellec-
tuel et moral, d’abdiquer sa personna-
lité, pour sabaisser au niveau qui
—convient—pour- lutter concurremment.
avec le Syrien? —Non.
Dés lors, la derniére loi d’exception
~votée
tional, parait avec toute
-teaduit--une-idée-de— Gi a
lionale; elle ne sera plus qu'une dé-
fense, imparfaite encore, de
sation occidentale implantée c
- -Mmenacée de plus en plus par un orien-
_-tulisme inquiétant dont les seuls traits
se symbolisent par un mercantilism
_ Shonté et loutragea adeurde

sa portée. Elle

hez nous,

SE

- NOUVELLES 0

Paiement —

fimes

avec le grand dé- |

-le. plus grand.

pour préserver le commerce na- |

la civili- |

ts oratoires soi

comen
icité sous forme d

blic

ivilisée qui, comme une pieuvre, |

se sont réunis hier matin en
générale. au localdu Tribunal
da présidence du batonnier |
landes, =
Aprés la constatation de la
parole est accordée au secrétaire
pour la lecture du rapport
Noix-claire et sonore, Mt
présente a ses confréres le
des modificationsqui-ont-été apport
tableau de FOrdre et des prin ale
cisions disciplinaires qu ~ONSE!

| prendre pendant l'année. Nous

qu'il ne serait pas mauvais q
meniiGt publié. =
_ Aprés la lecture de ce rapport, écou
dans un religieuxsilence, les élections $0
ouvertes. M* Lespinasse obti ma

té des suffrages et est proclamé BAtonnie
de Ordre. Me Deslandes, en ut ¢
choisi, fait ’éloge de son successeur
de prendre: possession du bato
Lespinasse,vivement ému,re
iréresdu nouveau témoig ae sy
thie qu’ils venaient de lui donner, décla
que, de tous les honneurs quil a

voir dans le cours de sa_ vie, celui-d
Venait d’étre V’objet est incontestablement

__ Les élections se ponrsuivent, et le ¢



seil_—de—discipline de T’Ordre

te ainsi composé pour I’annt
T9g04"190§: oe oo
~ Me Edmoud Lespinasse, Bdtonn
« Léon Liautand, Secrétaire rédlu ;

Laleau, Em. t, Miche

membres,
Un Re

| cord de Jus
Ce n’est pas, assurément, :
Unis qu’on pourra désormais
des lenteurs de la justice,

4 une procédure ultra-rapid

5 [norable ci
q

Depuis hier aprés-midi on a commencé

€ paiement des app intements du.
Septembre aux fanctionna
yés publics. -
Aujourd’hui on aura fini aveci
__hel de la Capitale, et-partes courtiers
cette semaine toute la Province sera ci
nement servie. oe
_ Unaccident survenu an dernier
‘Mitnt, nous oblige, de diffrer

Se

tres et emplo- | og,

¢ person~_



























Tae Wools fai Daten Clément corcoy

Ancien Assistant en Médecine et en

Aa ~7I < | papier 8 hela Polyctinigue Dean



oa hlnatc en me 7, Rue Périon, 7
a nque altonale d’ Haiti-a One - a
neur dinformer les intéressés qu’ils Consultations : 2 4] aad 1] 2 heures.

{ peuvent, & partir de ce jour, toucher a - Consultations gratuites les ven-
: ses guichets les répartitions suivantes: | dredisala Polyclinique, de 4 a5h..
| Fete to dan Gouvernement provi- nian mute MMe en
"| sotre e anuler 1908 réunis, — Ge :
N- | repartition | 11, intéréts du ter ay 3t Changement le Doni tie
4 Aott 1904. vo

| Emprunt de la Convention Bubgé- .

§| tie ~~ fe [eee ion i ne intéréts Le Docteur WEISS
u ter au eplembre 1¢ et deo UE! de
: ' amortissement sur capital. Deon Faculte Madienie A rene ;
flee e as sce vecvunsumense eure maintenant Avenue de

mt das, = : —MGGANEA 1 Sinton des Traore te a

‘Atlas Line Service _. rue Lanftarre.
| ; SOUSDUTATIONS ° 2.85 hovres ¢. Taytc- ide

_ | Le steamer « VALENCIA », ve-|
Tnant de Santa-Marta, passera au | Mme H, Gabriel
Sage-Femme de premiére Classe,

=" large dans la nuit. du samedi
_ {courant au dimanche 9 courant Eléve lauréate de la Maternité de
+ léve I te de f ernilé de

en route pour’ Inague et New Paris, Diplomée de UFcole de Méde-

cine de Paris, de retour de son vo-

York, pour prendre passagers~e
age, annonce a ses clientes qu'elle se

la malle
nde 2a poste fermera sa ma- ‘le sa ient provisoirement 4 Turgeau au
N° 30.

ison de finesse et cros-| medi aprés-midi 8 courant a 4

ae de. jeudi 8 Sept - heures. Serene
‘ a Port-au-Prince, 4 Octobre 1904.| College- -Louver ture.

G. KEITEL & C» Agents. | invernat EXTERNAT

=“ "= | Voulez vous que votre fils recoive:
lune instruction solide et pratique,avec

ement de Local Pune éducation morale et patriotique?
| Metrez le aun Collége Louverture, 136,
irue du Peuple.
_ C'est un élablissement privé d’ensel--
‘nement secondaire moderne,
scole [urme trois divisions distinc<
tes ¢ division élémentaire, di- ‘ision de:
grammaire et division supérie ure.
Elle recoit des, enfants des Vage de
sep! ans fis sont Pobjet de soins par-
-ticuliers de maitres spécianx.
Voici Jes. anatiéves-—du- pt











sacs





































; a Chang









| Le Magasin de la Métro-|

, [pote est transféré an Ne 3 def
| la Rue du Magasin de Etat; dan:
-Ha-halle d’a-eoté
Quincailleries, Merceries, articles de
menage, produits alimentaires etc.
Toujours aux meilleures con:
: ditions.











a la. « Boule. d'Or >, rue Traver- Prale et civiquie. “Langue et lilléralure
~ [siére, est aussi transféré au méme | francaises. Littérature ancienne. (la-
Local. | tone et grecque) Langue et littérature
— Port-au- Prince, 98 Sept. 4904. anglaises. Langue et littérature es-

"| pagnoles. Sciences mathémutiques et
J. LAVILLE Cosmographie. Serences physiqaes et
™ ew | naturelles. Histoire et Géographie
ad’ Haiti. Histoire el Géograuphie géené-
rales. Dessin. Principe du Droit et
Economie politique. Hygiéne. Comp-
tabilité ef tone des livres. Musique.





















rouge et Sane. eee En conte circonstance, les éléves “
Collége-Louverture sont soumis a la

- mande fa ae livre. plus stricte surveillance :-ils-sont Feb--
aes SANE OUT PY) | Jet de la so:licitude la plus bienveillante

ums de table mis en boutetlles | es 1a plus constaute pour tout ce qui
étiquetées el capsuldes, ~ eoncerne leur situation matérielle, in-_
‘Téeéptone No 888. | tellectuelle et mor:le. Se









Six fois médaillé | oe | Rues des Froats-Forts et Republi
65, rue Macajou(ci-devant rue ae A Shonneur Wannoncer &sa_ bonne

os ; et nombreuse clientéle qu’elle vient de
~B el-aur. ‘eae ES | recevoir, par les derniers sleamers, 0H

ae assortiment de
_. Gonserves francaises ¢ am ried es
_ .L ‘Elablissement ne met. 2B. te toules (uatiten éle, Fromage de Ca

vente que du rhum age au moins i membert, Fromage de Savoie, Sau- |

dun an. . x cisse a huile, Anchois dUhuile,Jam- | dak
eas ee bons, Sarucissons, Coneombe a Thuile de Dell levu

et vinaigre, Choucroute garnie, Boudin | « Centgal
noir de Paris, Palé foe gras trujée,| sss a de France
Purée de foie gras, Civel de Lidure,| __ ‘Patrie
-Conserves en boiles pour voyages, Thon | : aS Gren Café
des Gastronomes, Sardines, Marque- _du Bar Fin de Siécl
reaux a Vhutle ob vinaigre, Tapioca, | «du Commer
Galantine‘de Porc, Hure de Pore,Cer-| = =e. des Amateurs. .
‘velas, Tripes ad da mode Caen, Galans|










































La compagnie de «wagous-irust » avise
ses Clienis et Je commerce que Je nou-
veau tarif det transpor is est fixé com--
me suil : aoe













Voyage en ville : $2 « du Port |
wet Verna PS tine de volaiile ly ult, é Pele de vein Wi « Inter Pion.
Ss 3 t t ; i. fe spect ‘ =
_ cp — oe - ROR i CH rite} Ce 2 la Pourse
Pp Oe : a ie aX. mix Hearabous a Saumon, “Amaude a nee L «dela Chambr
Lal ne ona: Bourdor rr Raisins, Prunes, Sucre de Candie, |. _ + _te la Poste —
SNUG, [UST a BOURDON ae rruits secs ef doux, Vins fins de Bort de la Gare.
Pétion. Ville 10 ; :
Diqnini ge | deaur et. Liqueurs de toutes qualités,) w du Pals”
Bigot ; Gg 1 eles ainsi que lous arlicles de provi-) 4 de [Union
pizokon sions américaine. Larousse _
Carrefour So BO

Quineaillerie pourles: fimitles; etc. | « Lavietoire



N.B.- Pour les materinux le voyage | Les consommateurs trouveront tou- | e «Harris
est le 100 pied: juspre SCO pieds, ‘jours dans nos produits pleine satisfac- | Aux Caves de Bordeux

planches, cortelages; ~~ dé 100 | Jusqu’a
333 bri: Tues



tion au“prix le p:



lus moderé. | Gonaives : R. Schitt
2 Poa P Roe .

dé “Cn ;
» -St-Mare = 4. "Dileacas
e ee N. See



— EEE IE OE SEE OS SSID AE LES Tati os

Kr ANeisco- TES SUSE |

Fabricant de Chaussures { |




















~-TEtang-Saumatre — @
La Manufacture a tou jours en Nous portons a la connaissance ‘du fs
depot un grand stock, — pour la | public qu'il trouvera a notre Dépot, si- {|
vente ea gros et detail, — de; tué rue du Quai, en face de la maison | -
chaussures en tous genres pour | L. Peloux 8 C»,a cété de Louis-Audain |

| fils, ee
Homues, FP EMMEs, Ey YFANTS. } Un. assirliment. camaplat de: planehe: oe

Les corn: mandes ‘des_ commer i at cartélages de toutes dimensions en
_cants-de--Vintérieur pourront-é stre-|-Chene-et- Fréne, 4 Aun prix déllanrtonte

, concurrence : -- le millier 160. TP
exéculees dans A e semaine at” Des poteaux 4 sur 4, SsurS en bois} —
peu prés. _ chan ie :

be dure. ( Tendre a Cailloux, Coma et Ba: } :

23, ruedes Fronts: Fors 23. pyabonda): - le Ce 220.0
oe _ ae ay énisies ¥ accent So
ok em, PRINCE PHAITE ) [des bois, tels que le Tehatcha p -
bles et _cercueils. :

: ~AUANASE LAFOREST Nous nous tenons a |: disposition de |

Messieurs les Architectes. et Se a
49, , Ruedu Centre. S _jtes gue nous leur promettons d exécu- |

~ GHARBON DE Bols | - | ter avec” Soin ey prom ade.

H. PETERS & Ce
A domicile et A prix fixe,
Sac: @ 4 et 0.80 cents,

Adresser: L mprimerie de ABEILLE, |

_ Dr, ug: Gashis |_

‘Chirurgie-Médecine — | Speciate de coupons our
Maladies Nerveises; : a et gi ilet € pr
Cousullations a BAS 5. Pe om. ni

F


























pelane @ avec d

eS





















fe ao.
oo

2

























Full Text





CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRIETA





| ghonnement pour Département....4 29. Lm mie
CENTIMES | ee Etrangor 1.50 PAR BOIS



veg Bourjolly & Fort-Pe-

OLE EE POE




nunications aux bureaux du journal, angie das °

















~ Sans aller jusqu’a Vintérieur, les céres , 00,et pris depitié vous a ouvert sa-hour-,
ide Léogine aux Baradéres fourniraient | se;mais il ne vous appartenait point de
‘pour la premiére année plustde cing cent | penser que vous le chasseriez de chez
mille régimes. [ly a un port qui mexige lui et quv’il ne se défendrait pas.
ancune dépense ct qui est placé au centre Crest, en vérilé, ignorer toute Véstij
rile partie des. ba. | 26 00tte lignes est cele de Mirage4ne. | me, toute Ix eonsideritign que Dive
on Fodve mens (ree a Gonave protégeant ces céres,la [coup encore accordent ate patie har
Centrale)? Les mer toujours calme permetiralt la circuls: tiene; c'est Navorr pas mesure toute
Cnsulairess Pee de remorgueurs qui aciiveraient te énergie de bien qui secouc la féle et
9 —fexpottae | sport des fruits au port d'embarque- | le bras de Celai dout le titre de Prési-
sat.Ce serait le signal d’un commence- | dent conronne maintenant la earriére,
sent de développement de nos ressources. | pour essayer,degré par degré, Voccu-
lecalture des |_Useatrens, de terre bien planté fourni- | per wie pits qiii_n’est pas la votre et
Anite orieatale rat om He régimes de banane, A 20 centimes | ou volre admission, comme tous les
‘nrovinces d’T= ot une gourde, cela ferait au producteur | autres ctrangers, devrait vous suffire,
ae He gourdes par an. Il suffirait. d'avoir | sans.que vous péviez « accaparement »
tah culture apré “wingt carTeaux de terre p antés de banare jou la ruine des autres! a
bourage. ek pour avotr ving! mille gourdss par aan 4 Maintenant, cesk vous, Syriens, qui
on regoit est “20 Plus quan mipistte hoancre ne peut ge- jen suggrrezsl idée.Niy a-t-il pas lien de
a, par régime de 5 | : — -distinguer qui des elrangers doit on
i

ela «Revue Mondia-
rsde cette année,
ion suivante +

ee


























point de vue économique le pro- | admettre. sur ce territoire? Faut-il lais-
étant plas alsé, acheterait davan- | ser la porte ouverte & tout venant,sans
| autre condition,comme pour les Syriens,

| que leurs haillons piloyables et leur



fe

ésiene sous le nom ducieur
ehaitou-dix bis 1)

eee i ir oe le comine: sat feral His ay sore
a meme tige. —Plus il, tagest le comimergant ferair plus d tro






*

“yz | faisance,au point.d‘ériger les men liants
LIQU | @hier en princes de la finance et la le









| asiatique en flore haitienne.
Tout élranger qui fail sa de-cente
dans le pays, & perpétuelle demeure,
Ldevra étre une valeur quelcon jue. Son
Ledjour doit. étre profitable a quelque
; choge;il doit avoir, soit dans un métier,
soit par gon intelligence ou la capital
pécunliire gat possede, Péquivalent de
ul : ay wen ignore: hia OP ut faite, et
.e -méme sol | faiblessse, a In pusillanimité; et traiter | lorsque ce metier, cette intelligence ou,
houc, le cacao, | de sinistre plaisanterie la derniere foi | capitale fera deéfaut, it tut faut au moins
mais les bana- | qui regle le commerce élranger Sur le} a porter une civilisadon correspond in-
terriloire haiticn, c’est en mécounaitre | te. Est ce le cas de ces _personnages
la portée et la profoodeur! Le pays a] auxiuels il sera intecdit de Trainer le
pris plusde dix ans pour ja deman- commerce nuliona: pat lafdéloyaute,hy-
wer aux Chambres et ‘eelles-ci_ ne s’y | pocriste et Pinfériorile de sa condition
‘sont décidées qu’aprés un examen ré- | sociale ? Oui, Linferiorite de la condi-
échi, Crest que chez nous, en -ce- pays | tion sociale et dela civilis: tion des Sy-.
Vhospitalité est grande jusqi’a la sot- riens admis a vivre palm nous, avec
ise, git’on a le coeur la ‘main pour | dautres cireonstances, leur vaut Cette
utes lesinfortunes,toutes:les miseres, apparence de succés dont ils se preva-
“nos décisions refléte ot Pexperience, et Heeb
rt ons que par nécessile. Prenons-le au déb’t, &.son arrivee
«le charbonnier soit} chez nous. Qu'est-ce? Un peu mains
que rien: UD haillon auquel est attaché













ae ~ EWS Hy isons es PErat percevrair plus de droits. |
ge, plus le prix 3 eC | EE at pe i pl s G j
ding. Le odéfes | sous inf uence bienfaisante du travail doiventseréclamerd un neuveau venu:
Be BES oe -détri- régénérateur! HLH. liamisére ne doit pasen étre une. La Re-
age et la culture d'une | ‘ o_ Rewer DS oe urent dy
at pas élevés. Apré,
te diminue en
Aonjours comprer sur| La Questioa Syrienne
bies n’affectent que} - a
: a VETIT
ot chides et basses, Tis commetielit tous une erreur qu'il |
_il_est-—ben-Lest-bou-de jl faut_eneore le
3 : ip , es as + oe 4

éd.é pas de régimes “Tourte monde donc y gagnerait, ~ | misére noire? Ih ya des qualités qui
cotvent cher, mais | === crt | publique rest pas un bureau de bien-
: é * 4 * ee : ; ee foe
TRIBUNE PUB
Beolte d ALDUNE -
viennent A la cdl | Ouvrons une parenthése aux Syriens.
ay e


















neuen ag



at






























}une bretelle qui retient une boite de
fausse bijouterie. Cette guenills, tous la
1 Jnisserout circaler, au mepris de la loi

*
de ‘Thygiéne, dans les plus profondes /
_ campagnes, débitant pour quelques s

de camelote < on ne I’en sipeene S,

c'est la faim qui passe. Mais c’est de
main le potentat qui sou 4 sou fait le
n'est Tabor rien, ce sont din |
colporteurs; mais ils se réunissent:—
‘toutes ces guenilles se cousent ensem-
_ble et alors nait une association égois-
te,
nous absorbe.Que par le travail, I'éeo- ;
nomie, cette association edt prospéré,
nul ne s’en plaindrait; mais il convient |
~-que les armes soient égales, que ma !
condition sociale de civilisé ne me soit |
‘pas une infériorité commerciale contre
~ laquelle je ne puis lutter qu’en adop-
tant les moeurs, les usages et jusqu'au
tempérament du Syrien! Ceci serait
_ vrai pour l’Haitien émigré en Syrie ou

i

dans le pays de ces Orientaux;. mais }

chez nous, les luis nous doivent pro-
tection contre la subalternisation sy-

Oui, ce qui fait la force de ce com-

mer¢ant dont nous attaquons toujours }

les menées,ce n’est ni Vintelligence,nile
tact, ni Pesprit d'é¢onomie, mais seule
absence totale de frais qu’explique bien |
la présence d’un seul individu faisant
office de garde-magasin, de vendeur, de
balayeur, et cela sous l’accoutrement
le plus réduit : la chemise et le panta
lon, sans plust-
---Or, en conscience,
rficbpement ‘de V'instruction qu’a pris
lé.pays,le souci de plus en plus constant
‘des familles de soigner |'éducation des
Siens, les devoirs de la moralité et des
‘convenances, peut-on demander a I’Hai-
tien de rejeter tout son_passé-effort.
_lous-ses-pregrés dans ~T’ordre intellec-
tuel et moral, d’abdiquer sa personna-
lité, pour sabaisser au niveau qui
—convient—pour- lutter concurremment.
avec le Syrien? —Non.
Dés lors, la derniére loi d’exception
~votée
tional, parait avec toute
-teaduit--une-idée-de— Gi a
lionale; elle ne sera plus qu'une dé-
fense, imparfaite encore, de
sation occidentale implantée c
- -Mmenacée de plus en plus par un orien-
_-tulisme inquiétant dont les seuls traits
se symbolisent par un mercantilism
_ Shonté et loutragea adeurde

sa portée. Elle

hez nous,

SE

- NOUVELLES 0

Paiement —

fimes

avec le grand dé- |

-le. plus grand.

pour préserver le commerce na- |

la civili- |

ts oratoires soi

comen
icité sous forme d

blic

ivilisée qui, comme une pieuvre, |

se sont réunis hier matin en
générale. au localdu Tribunal
da présidence du batonnier |
landes, =
Aprés la constatation de la
parole est accordée au secrétaire
pour la lecture du rapport
Noix-claire et sonore, Mt
présente a ses confréres le
des modificationsqui-ont-été apport
tableau de FOrdre et des prin ale
cisions disciplinaires qu ~ONSE!

| prendre pendant l'année. Nous

qu'il ne serait pas mauvais q
meniiGt publié. =
_ Aprés la lecture de ce rapport, écou
dans un religieuxsilence, les élections $0
ouvertes. M* Lespinasse obti ma

té des suffrages et est proclamé BAtonnie
de Ordre. Me Deslandes, en ut ¢
choisi, fait ’éloge de son successeur
de prendre: possession du bato
Lespinasse,vivement ému,re
iréresdu nouveau témoig ae sy
thie qu’ils venaient de lui donner, décla
que, de tous les honneurs quil a

voir dans le cours de sa_ vie, celui-d
Venait d’étre V’objet est incontestablement

__ Les élections se ponrsuivent, et le ¢



seil_—de—discipline de T’Ordre

te ainsi composé pour I’annt
T9g04"190§: oe oo
~ Me Edmoud Lespinasse, Bdtonn
« Léon Liautand, Secrétaire rédlu ;

Laleau, Em. t, Miche

membres,
Un Re

| cord de Jus
Ce n’est pas, assurément, :
Unis qu’on pourra désormais
des lenteurs de la justice,

4 une procédure ultra-rapid

5 [norable ci
q

Depuis hier aprés-midi on a commencé

€ paiement des app intements du.
Septembre aux fanctionna
yés publics. -
Aujourd’hui on aura fini aveci
__hel de la Capitale, et-partes courtiers
cette semaine toute la Province sera ci
nement servie. oe
_ Unaccident survenu an dernier
‘Mitnt, nous oblige, de diffrer

Se

tres et emplo- | og,

¢ person~_
























Tae Wools fai Daten Clément corcoy

Ancien Assistant en Médecine et en

Aa ~7I < | papier 8 hela Polyctinigue Dean



oa hlnatc en me 7, Rue Périon, 7
a nque altonale d’ Haiti-a One - a
neur dinformer les intéressés qu’ils Consultations : 2 4] aad 1] 2 heures.

{ peuvent, & partir de ce jour, toucher a - Consultations gratuites les ven-
: ses guichets les répartitions suivantes: | dredisala Polyclinique, de 4 a5h..
| Fete to dan Gouvernement provi- nian mute MMe en
"| sotre e anuler 1908 réunis, — Ge :
N- | repartition | 11, intéréts du ter ay 3t Changement le Doni tie
4 Aott 1904. vo

| Emprunt de la Convention Bubgé- .

§| tie ~~ fe [eee ion i ne intéréts Le Docteur WEISS
u ter au eplembre 1¢ et deo UE! de
: ' amortissement sur capital. Deon Faculte Madienie A rene ;
flee e as sce vecvunsumense eure maintenant Avenue de

mt das, = : —MGGANEA 1 Sinton des Traore te a

‘Atlas Line Service _. rue Lanftarre.
| ; SOUSDUTATIONS ° 2.85 hovres ¢. Taytc- ide

_ | Le steamer « VALENCIA », ve-|
Tnant de Santa-Marta, passera au | Mme H, Gabriel
Sage-Femme de premiére Classe,

=" large dans la nuit. du samedi
_ {courant au dimanche 9 courant Eléve lauréate de la Maternité de
+ léve I te de f ernilé de

en route pour’ Inague et New Paris, Diplomée de UFcole de Méde-

cine de Paris, de retour de son vo-

York, pour prendre passagers~e
age, annonce a ses clientes qu'elle se

la malle
nde 2a poste fermera sa ma- ‘le sa ient provisoirement 4 Turgeau au
N° 30.

ison de finesse et cros-| medi aprés-midi 8 courant a 4

ae de. jeudi 8 Sept - heures. Serene
‘ a Port-au-Prince, 4 Octobre 1904.| College- -Louver ture.

G. KEITEL & C» Agents. | invernat EXTERNAT

=“ "= | Voulez vous que votre fils recoive:
lune instruction solide et pratique,avec

ement de Local Pune éducation morale et patriotique?
| Metrez le aun Collége Louverture, 136,
irue du Peuple.
_ C'est un élablissement privé d’ensel--
‘nement secondaire moderne,
scole [urme trois divisions distinc<
tes ¢ division élémentaire, di- ‘ision de:
grammaire et division supérie ure.
Elle recoit des, enfants des Vage de
sep! ans fis sont Pobjet de soins par-
-ticuliers de maitres spécianx.
Voici Jes. anatiéves-—du- pt











sacs





































; a Chang









| Le Magasin de la Métro-|

, [pote est transféré an Ne 3 def
| la Rue du Magasin de Etat; dan:
-Ha-halle d’a-eoté
Quincailleries, Merceries, articles de
menage, produits alimentaires etc.
Toujours aux meilleures con:
: ditions.











a la. « Boule. d'Or >, rue Traver- Prale et civiquie. “Langue et lilléralure
~ [siére, est aussi transféré au méme | francaises. Littérature ancienne. (la-
Local. | tone et grecque) Langue et littérature
— Port-au- Prince, 98 Sept. 4904. anglaises. Langue et littérature es-

"| pagnoles. Sciences mathémutiques et
J. LAVILLE Cosmographie. Serences physiqaes et
™ ew | naturelles. Histoire et Géographie
ad’ Haiti. Histoire el Géograuphie géené-
rales. Dessin. Principe du Droit et
Economie politique. Hygiéne. Comp-
tabilité ef tone des livres. Musique.





















rouge et Sane. eee En conte circonstance, les éléves “
Collége-Louverture sont soumis a la

- mande fa ae livre. plus stricte surveillance :-ils-sont Feb--
aes SANE OUT PY) | Jet de la so:licitude la plus bienveillante

ums de table mis en boutetlles | es 1a plus constaute pour tout ce qui
étiquetées el capsuldes, ~ eoncerne leur situation matérielle, in-_
‘Téeéptone No 888. | tellectuelle et mor:le. Se






Six fois médaillé | oe | Rues des Froats-Forts et Republi
65, rue Macajou(ci-devant rue ae A Shonneur Wannoncer &sa_ bonne

os ; et nombreuse clientéle qu’elle vient de
~B el-aur. ‘eae ES | recevoir, par les derniers sleamers, 0H

ae assortiment de
_. Gonserves francaises ¢ am ried es
_ .L ‘Elablissement ne met. 2B. te toules (uatiten éle, Fromage de Ca

vente que du rhum age au moins i membert, Fromage de Savoie, Sau- |

dun an. . x cisse a huile, Anchois dUhuile,Jam- | dak
eas ee bons, Sarucissons, Coneombe a Thuile de Dell levu

et vinaigre, Choucroute garnie, Boudin | « Centgal
noir de Paris, Palé foe gras trujée,| sss a de France
Purée de foie gras, Civel de Lidure,| __ ‘Patrie
-Conserves en boiles pour voyages, Thon | : aS Gren Café
des Gastronomes, Sardines, Marque- _du Bar Fin de Siécl
reaux a Vhutle ob vinaigre, Tapioca, | «du Commer
Galantine‘de Porc, Hure de Pore,Cer-| = =e. des Amateurs. .
‘velas, Tripes ad da mode Caen, Galans|










































La compagnie de «wagous-irust » avise
ses Clienis et Je commerce que Je nou-
veau tarif det transpor is est fixé com--
me suil : aoe













Voyage en ville : $2 « du Port |
wet Verna PS tine de volaiile ly ult, é Pele de vein Wi « Inter Pion.
Ss 3 t t ; i. fe spect ‘ =
_ cp — oe - ROR i CH rite} Ce 2 la Pourse
Pp Oe : a ie aX. mix Hearabous a Saumon, “Amaude a nee L «dela Chambr
Lal ne ona: Bourdor rr Raisins, Prunes, Sucre de Candie, |. _ + _te la Poste —
SNUG, [UST a BOURDON ae rruits secs ef doux, Vins fins de Bort de la Gare.
Pétion. Ville 10 ; :
Diqnini ge | deaur et. Liqueurs de toutes qualités,) w du Pals”
Bigot ; Gg 1 eles ainsi que lous arlicles de provi-) 4 de [Union
pizokon sions américaine. Larousse _
Carrefour So BO

Quineaillerie pourles: fimitles; etc. | « Lavietoire



N.B.- Pour les materinux le voyage | Les consommateurs trouveront tou- | e «Harris
est le 100 pied: juspre SCO pieds, ‘jours dans nos produits pleine satisfac- | Aux Caves de Bordeux

planches, cortelages; ~~ dé 100 | Jusqu’a
333 bri: Tues



tion au“prix le p:



lus moderé. | Gonaives : R. Schitt
2 Poa P Roe .

dé “Cn ;
» -St-Mare = 4. "Dileacas
e ee N. See



— EEE IE OE SEE OS SSID AE LES Tati os

Kr ANeisco- TES SUSE |

Fabricant de Chaussures { |




















~-TEtang-Saumatre — @
La Manufacture a tou jours en Nous portons a la connaissance ‘du fs
depot un grand stock, — pour la | public qu'il trouvera a notre Dépot, si- {|
vente ea gros et detail, — de; tué rue du Quai, en face de la maison | -
chaussures en tous genres pour | L. Peloux 8 C»,a cété de Louis-Audain |

| fils, ee
Homues, FP EMMEs, Ey YFANTS. } Un. assirliment. camaplat de: planehe: oe

Les corn: mandes ‘des_ commer i at cartélages de toutes dimensions en
_cants-de--Vintérieur pourront-é stre-|-Chene-et- Fréne, 4 Aun prix déllanrtonte

, concurrence : -- le millier 160. TP
exéculees dans A e semaine at” Des poteaux 4 sur 4, SsurS en bois} —
peu prés. _ chan ie :

be dure. ( Tendre a Cailloux, Coma et Ba: } :

23, ruedes Fronts: Fors 23. pyabonda): - le Ce 220.0
oe _ ae ay énisies ¥ accent So
ok em, PRINCE PHAITE ) [des bois, tels que le Tehatcha p -
bles et _cercueils. :

: ~AUANASE LAFOREST Nous nous tenons a |: disposition de |

Messieurs les Architectes. et Se a
49, , Ruedu Centre. S _jtes gue nous leur promettons d exécu- |

~ GHARBON DE Bols | - | ter avec” Soin ey prom ade.

H. PETERS & Ce
A domicile et A prix fixe,
Sac: @ 4 et 0.80 cents,

Adresser: L mprimerie de ABEILLE, |

_ Dr, ug: Gashis |_

‘Chirurgie-Médecine — | Speciate de coupons our
Maladies Nerveises; : a et gi ilet € pr
Cousullations a BAS 5. Pe om. ni

F


























pelane @ avec d

eS





















fe ao.
oo

2