Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text



Poi t at-Prince (Haiti)



: Mardi, 5 Juillet 1662"





















J ournal Quotidien, Co:

‘CHERAQUIT, ---DI E T























‘|, Abonnement poar Département....4

¢ « Etranger 4












Les. avtorités ne pensent plas qtvil
"}se produise autre chose que des es-

“DES CABLES TELEGRAPHIQUES “carmouches avant la fin des pluies.

ponais sont ravatzés par les in dadies.

‘On croit aussi que “ Japonais au-

ront plus &-souffrir des intempéries
que les Cosaques.

du brouillard, | Pescadre de ‘Viadivos- Paris 3.--Les 1 ap ports disant que
ka réussh.a ‘échapper 4 AQ ‘Pescadee | la France permet a Vescadre. de la
‘amiral Kamimoura,.a Vest de. Baltique de s'approvisionner de char-
‘Bile de Tsou. — Les 2 eseadres, ie |
sont apercues dans la. soirée, les | dela route guelle suiyvra pour: 88.
Russes _se trouvant. au, nord.de Vile | rendre en ‘Extréme- Orient, sont offi-
| tles J japonais au-sul de Vile | clellement-vérifiés: cela permettraa
de Ensou ; la distance qui les sépa- | la France de donner une nouvelle
ail n'était que de 10 milles. “Aussi- | preuve de sonamilié pour sop alliée, *
tot les avisos ont futt route: vers -le |
St, POUTSTTVIs par PamiralKa-\
mimoura: qui avait lancé som escadre |
atoute vitesse. — Les torpilleurs ja- |
potas ont pris les devants ef sont |
Hivés jusqa’d portée des canons
‘TMSses, qui ies out vigoureusement |
bombardés., Ainsi se trouve ex pli iquée,
i canodnade entendue deta edte et |
de nouvelle du combat naval dans
‘les eaux de ile de ‘Tsou.
sescadre japonaise gagna cepen- minura,
la flotte. ennemie AY hres
@ne se trouvait plus qu 4-5 | Pétersbourg dit a8 faprés an combat
les en arriére, Mai ace thoment, | des plus sérieux, les Husscs ont re-|
Rus sses éteignent-tous les feux et. pris le col de Tal ou Talien. Le gé-
wurent dans lobscurité.— Les.) néral ‘Kouropalkine dirigeait en per-
essaient déja_T Pescadre ie la bataille; il est relourné a,
ie Qui ay “nsag ss} Taschicha o-pourarrdler [a retraite |
tws électr rig es? -toutef aIS is’ i de ses troupes. --~
des pene Fassez pres poor). ‘Liao-Yane 3. —Un fait remarqua |
‘des torpilles. i blea notera propos du dernier com-
Divosrock 3.— On- rapporte 'batde Dalin et dau combat engagé
: Japonais épr uvent des dif- | par les troupes du général Mitchen- |
énormes & ‘reitrer.leur gran- ] bor est. que les Japonais ont tenté
Olle de tansparls qT lune charge 4 la baionnette;.ce dont.
t pas | ‘argent pendant. | ils ne s’dtaient.pas montrés partisans
Caparé lous les eects i auparavant: Ils se sont lancés atl pas
Pp tcipalement les. paquebo! | de course aux cris de eaiyar! alyar’»;
» allemands et norvegiens. - mais. Us.sont. presque . tous. tombés
Dhon souffle en _ sons les hallés russes..
‘ ele] onDRES (3.4 On _rappor te “que
, va la de plus de.700 émigrants. purtis de Co-
Hént que les Jopo: ; penhagne pour. | ‘Néw-York, 4: bord

REPRODUGHON. INTERD: TE,

*Toxto.3.— Vendr edi soir, & la fa-
yeur-de Pobscurité,’ de la_pluie—et













nail de differents: ports” ‘situes” Sur"
Jes cétes-nord du Japon, annoncent

divostock ont élé apergus au large.
de Vie Tsu. Une forte canonnade en-
tendue deterreaduréenviron 15 mi- |



vue se dirigeaut vers le nord, ce q ul
porte & croive quelle a de houvean





































sur lethéatre a ceeieen navian-Américan-Line, se noyérent.

~-WONOPOLE dw NOUVELLISTE ~~ On a.des preuves que les camps Jee

bon dans es ports francais ale long®

Tokio 2.---Des télégrammes éma-_

que 3-croiseurs de l’escadre de Vla-_

nutes. Leescadre russe a ensuite élé .

| éludé les poursuites de Famiral Ma- |

Paris 3.---Un (dlégramme de St!

it arreas” tout mor ementim- Ge paquebot eNérges, de; la Scaidi-) |
























Quelques survivanis ont été débar-
qués-ce soir a Grimsby, a 40 milles
au sud-est de Hull Le «Norges a
von ne sur un rocher, mardi dernier,
dans Atlantique ¢{ a coulé. La iner
stant trés grosse, presque toutes les
embarcations ont.été brisées par les
-vagues;deux seulement ont pu pren-
dre lamer et ont été rencontrées
par des bateaux de péché de Grimsby,
Liao-YANG 4~— Voyant Pimpossi-
& bilité d’engager une balaille décisive,
Jes Japonais.se sont retirés a la per--
sistance. des fortes pluies. Le géné-
ral Kouropatkine, accompagné des
~attachés militaires, retourne a Hai-
‘Cheng. Les combatlants sont. appa-
remmeént mactils. —Les Japonais se-
—sont-retirésa-tin-endroit see~eb-sa8e—
-bloneux pour altendre un- temps
‘meilleur. Les Russes ont. réoccupe
cus anciennes positions a 30 mules”

Vest de Lino-Yang.

Les deux arnfées bivou: aqauent dev
"chadue cété di col de Dalin, ce qui
“ne peut étre considéré com me une:
‘occupation effective par any une d’el-
les, la bowe rendant impossible le.

' transport des wagons et des canons.

Aucun engagement r’a.eu lieu de-.

yore que. bes “R usses se retirent du
: col de Dalin. Les troupes russes sont
Me en excellent esprit, en dépit de leurs —
grandes fntigues

j
iz :
f

4



;
i





' La journée d’fier est decelles quis'ins-
crivent t particaliérement aux annales par-
| lementalres. Journée vive,animée, extré-
| mement suggestive. Le député Honoré
j Questionne Ie le Ministre des finances au
gujet de la loi sur le Retrait. It lui pase
Vea premiére qu uestion, Poprquoi a-til dé-
3 rogé A Parcicle 81 de cette coi en s’abste-

chrongag Parlementaire ©

nantde Pp biier lé montane des droits per-
gus? Il at cjié Mr Bijou de sa ségularité -
a répondre au rendez vous, mais regrette
qu il ne Vait pas mise.dans les affsi vines de
I “République. ‘La Tot sur le Rettaivajons. .
tera til, a été accucillie « avec une satisfac:
‘ion unanineg, loi Ubgranice a logeelie il

.%



faut 'honnété, le patriotisme.
Le Ministre des finances réplique, fai
le tableau de la situation pénible on.
~ gest trouvé . dés le début: la Con
budgétaire comme Unique ressource et Ja
Banque son opposante irréductible. Pour
se-tirer dembuirras, il devint le commis-
voyageur du Gouvernement, allant de
orte en porte chercher la ration, en dé-
ivrant des bons compensables. Il triom
pha des diffigultés, ses adversaires ébahis,
car ils ne pensaient pas trouver en lui
Pétoffe d'un homme d'Etar. En somme,
il commenica 4 respirer lorsque les billets

de caisse de ta substitution arrivérent. A>

lors, le surmenage ne lui permit pas de

penser aux questions dece genre, mais.

quil_s’engage a insérer désormais les avis.
au «Moniteur». En outre, il n'y a pas a
sinquié«r: le contréle de la Commission
parlemen:airé de Retrait étant irréprocha-.
le. a Oe ae
-Substituer si volonté 4 celle de la loi,
répond-le-député- Honoré, est-un danger”
‘poorune République; il enregi-tre li’nob-
servance, avouée par le Ministre,puis pas-
se a la ‘econde question. Poarquoi Por
a-t-il é1é-venda au-dessous du-taux da
jour, contrairement 4 Vart. 84 de’ la mé-

me loi? C r le Département des fivances
continue-t-il, ne peut-étre le protecteur
de Pagiotage par d’intolérables complai-
~sances, L’esprit du législateur_est de dé- |
truire le papier monnaie, signe désagréa=
ble, funeste a un pays.La Commission Ié-.

gislative a mis six mois avant de se cons- |

iitner, pendant lesquelsles-intéréts-d
République souffraient.

concours prétéa la Commission par le
“Cnet de-PEiar, fait ressortir “que> Tagio=

tage en se donnant hbre cours a enlevé 2 |

Ja caisse du retrait 8 10.500-dont est-res-
ponsable le- Ministre des finances d'apres”
la lei sur la-matiéres- °

Que va dire le Seerétaire d’ Etat ? Lors-
que la loi sur le Retrait a été votée, 3
millions étalent senlenrent en circulation”

depuis le nombre a sensiblement augmen- |

té; donc les arguments da dépuié Ho-
noré n'ont plus leur raison d ttre, De
pins, la corruption se méle dans toutes
_les affaires dici-bas. Elle vint se jeter a
travers sa combinaison... Une premiére.
fois, il fut demandé Al Administrateur des
finances d'Opérer la vente d’or, il s’en ac-
uitla consciencieusement. .Maleré- cela,
iy eat de. mécon‘ents. Il

conde fois’ un qu'il désigne, Mr
Sinai. Mais celui-ci resta fort au-dessous
de-son-atiente, exploita la mission dont
di était chargé. Aprés cette premiére le-

- gon,il chercha prudemment ¢

- avec lesquels i] fut heureux, s acquit érent
a $a sati-faction de leur tache. En défini-

tive une telle méprise arriverait aussi a

un autre : la corraption s'infiltrant par-
tout et €n tou'es chores.
Le déauré B Jean Fiarcvis:
~ hhalfs les propos da Ministre,
eas de fori iture. Ceci amine una expli
ation de Mr Bjoy. Le’ dépuré Beauhsr

révélations, soilicite une instruction pour

“autres amis. |
i se Giza sur Mrs Lechaud et Heurtelon | d'intetpeliation d

| ons baites days les.

Di Cobden | dm’

Le Vénézuéli se rele
toile de Cuba march
résultats ¢efficaces, affirme
nent pas sans des cons

[nétes.. Il n/ajoute

ayant été prostitué, Le Ministr
nances ne lvi inspire pas confiance.

Mr Bijoa déclare que son pissé discate }

pour lui, que la loi sur le retrait a de

céiés défectueux qa’il se réserve de si
| gnaler. :

" Le député Béliard demande de trancher | fj

catégoriquement les débits.Car aux qués-
tions claites, précises, posées au Ministre
ies finances, il a répondu en prenant des
‘biais continuels, C'est, affirme-t-il, la

ol ti fune
taisie qui-nousa—eatraings 14. ob nous.

sommes. Se
Le dépuré Honoré

propose d'interpeller le Ministre des fi- <

nances. La Chambre vote a lunan

Vinterpellation er met en demeure le

créraire d Erat d’y répondre.
Mr Bijou'proteste contrela réponse im

miédiate, quitte VAssemb'éeau milieu des |

romeurs, des cris des protestations gui
font on tumolte considérable. © 4

~be-député Honoré retourne avec un
-vote de blame-a ladresse du ministre. Le]

dépusé Féequiére gigne la tribune? Le Se- }

crétaire d’Erat des finances, dit-il, aprés
rappel des phases diverses de la situation.
“@ laissé Assemblée cont 1

“de blame

iB of
“Le député Béliard propose de |,
censurer.tla coaduite du Ministre; de e :

Le dévuté Larencul propose d'abroger

s 20°/, des functionnaires. L’urgence | §
st-accordée, Le dépuié Leconte rapelle |

‘le mot du Sinateur Cinéas, 4 savoir que
-Ladministration de Mr Bijou est unchaos,

| propose-de former-une~ commission par= }
jementaire aux fins de vérification. —Le |

déparé Sterlin demanile a
i devant la Commission ~
ym pathie générale.
£ président de Assemblée
tion logique ayant 11
du Ministre devant une commissi
tuiest subordonnée. =”
Le député Larencul dé
| de metcredi. Ii «
| te Importan.
| de mots extraordinaire
Commission d’
_ De plus en plus navra

4

-

nais me V4 pis compris, c_r la cocruption et Ré:
telle qu’il V4 envisage n'est pas plus d'an Gou:

06:6 que de Vaatre,

a

rairement aux}
| convenances les plus élémentaires, il s’a-

Nove
| git de qualifier sa conduite, de censurer

, il pourra,

rtager |
ions avxqu

res

ter complet

employ

t Guiteau, se

bd he

Se

mbre





! trop courte! Ton : sou- . ee ‘débiteurs a la maison | L La-
a jamais € notre coeur. | POINTE Fits sont invités a venir régler
nombreux ableneaes de | leurs comptes dans le plus bref délai

tu-as ét¢ Vobjet, étre une | possible, afin de lui permeltre de ‘pour-.

1 pour tes parents si profondé- | suivre reguliérement sa liquidation,
é at tprouvés, -- G. F. Faute de ce fulve, ces cits comptes,
Petite Boite aux Lettres | did lrop en retard, ta plupart, seront-
Port-au-Prince, 5 Juillet 1904, remis atx avocats d: la success:on, Ms.
Au ‘Directeur du « Nouvelliste » | Auguste Garoutle et tees Vilaire, qui

15
ation, les ye preys Mat pen ‘Teront ce que de droit.
francaise comme ne. devant | : Meas fe Directeor,— Il a paru dans | : -
G3 Jérémie, 28 Juin 1904.

ter les sartaxes des 50 et 33, de «Noaveilistes du jeudi 30 Juin écoulé, | _ .
raoedes d'ai oe by sous la rubrique« Tribane Publique», un | PP. speciale et authentique de

“toute recherche est éparenée article intitulé « Qooi de vrai? » et t signé |} ~ ~ ALcimé Lapoiw E, — PRIN
€i cette disposition trés pra- ‘Léon-M~-Garescher. ~~ . a

q er d’avoir sons la main tous} Pour éviter toute méprise. je viens vous ‘ Sanne
ts propres dla bonne application déclarer que Pauteur de ce fictom ne peut | Patri¢. Homan Science

4 aycun titre prétendre au droit de porter Fuvee le la Maternit té de Port LTS ts ;

coor ee: - RY a l h 1
car avec les nombreases modifi- | Veuillez, je vous prie, insérer ls pre. | ons Ia " Drasident ‘Nord 4 lexis
sapportées 2 notre législation doua- | Septe dans le plus pepchain - -noméro de |

¢ dition de son précieux recueil | “iments mes bien sincéres salutations. — [| Salle F ourater- fo votes (accouchements

oi a erands ae 3 | “Général M. Garescuer Salle Duchalellier ( gynécologie )
toarera ao pes dé espeimetie | Corporation des Arpenteurs — OpeRATIONS =

' q & , Les membres de la ‘Corporation des ar- |. 24 Juin. ~ Curettage ( ariglaise)

Simple billet { penteurs géométres sont informés que Mr | Curetlage Chait ienne )
Miragodne, 28 Juin 1904. Vorse Parniikee est chargé des recous

























Â¥



félicitons vivement Me ‘Avg. A,| Mon nom, ~~

























29 Juin. — Une femme huspitalisée
t Jean d'Albret, = Le-« Nou- | vrements de la Corporation. ~~~ ~~ (C haitienre

“samedi m’a dunné de tes nuo- Par autorisation du Conseil d Adminis- Saile Paret ( Isofement )
dune ficon retentissante. .. tration, le Secrétaire genéral, beeen ete e eta ee er eebenceneees Levees
gadrais, profitant de l'agréable oc- Ew LamorHe . ConsUL TATIONS
i m’est offerte, dire bien haut; =. ss Avis Commercial ‘Donné ; 3/ consultations
entes qualités de coeur et d’esprit] “Le soussigné avise le commerce et le Une nourrice placse en ville.
woguent l’artiste troublant qué tout publi i¢ que, devant partir pour l'Europe,
Prince acclame ; mais, mon c Monsieur Emite Gagrjens est charge de







Quinzaine de service
doe te ga 15 Full let
Médecin associé:

Mr le Docteur St Léger Pe rier
nme hedamerd: GA fs n-adhéren bo
Mr le Dede B. Raymon

Assislanis : Eléves sages femmes.
- Le Conseil & Adminis tralion :
Président, D RIBOUL
Trésori +r, D1. E. JEANTY ©
S-crétaire, DY Sr-Licer PERRIER.

Olver, en ce moment ow il | $a procuration.
impossible de. dierderx -idées,—la-. -—- Petit-Godve, le 30-Juin 1904.
eat: qui te plait tant . __..D. BOMBACE |























thie, tu as décerné.a un pauvre ami | “Une propriété fonds et batisses; rue
eencore, malgré les grains perdus.0 } des Miracles, en fuce Emin. Moise, de

ee Z 4
8 mes remerciements et a/toi, mon | la contenance de 34 pieds de facade

de coeur et sincérement.— G.B, | 88 65 de profondevr.
/-Pour tous renseignements, s’adresser

osm de Droit — (AM. Victor Riv.kne (méme rie, No
mens 4-l'Ecole~ Nationale de~ , 424) oma dépat de matérianx del,
Reeront lundi. prochain tr] Pazovx x Co,




























Ba
4
4

La Gompaguie Ealtienne

Prévient e commerce et le public

: ; IY | qu’s partir de eette date, Mr C. ABecG
Mariage ; Fest entré dans la sus-dite Compagnie,
| comme directeur-adjoint.

Compacyie Harmenne St
G. C, SIORDET, Directeur.
Port-de-Paix, ter Juillet 1904.

5 Ereaves, :




fone eelebre, 41a Cathtdrale, ot | Le steamer Prins Witte IV,
_tvenant-du-Sud,est-attendy ici le
qiat-vondredt 8 courant el repartira|
ile méme jordans la soirée pour |
.. | New-York, -prenant la malle, frét|
-.,et passagers. ~~~
4 Port-au-Prince, 5 Juillet 1904 |
_ Orro BIEBER & Co, agents. |







Petite tribune publique La Banque Nationale v {alia Vhon-

midi, un grand convoi ac- : be ae , {near d'inlormer les intéressés qu’ils
é detnigre demeuse le | jeune; Beusuets Wt Fianeaill ag r Mariages ages | peuvent toucher a ses guichets sur les
~ mort nid | Ciréations Nouvelles _ |emprunts- suivants:
ie | - Consolidés 1900, 6°)., Age réparti -
| Corbeilles de Fleurs | tion: demi 3b Jai cent oe */e) interéte
7 eres. pour diners, récer | du der au 30 Juin 1904.
. | Provisoire et 10 Janvier réunis, 7e
ae de cht beaut, og répartition ; on pour cent (19/,) inté- |
Travail soigné | [réts du Jer au QO Juin 4904, contre
“d Mme CHEFDRUE | vecus et sar présertation des Bons. —-

is-Verna, rue MavrepasN°3. 0 § Port-au-Prince, 30 Juin 1904.





‘ansconenit sponses

Nous porigns ala connaissance da}
public qt il Gusts en : a sist si-
tué rue du Quai, en face de la maison alte supériorité. 5
fae pus & & G4 ed'é de Louis Attn pe son établissement,

Un assortiment complet de planche trouvera, comme toujours, 46s
et cartelages de toutes dimensions en derniéres made frangaises = a
Chéne et Fr rene, aun prix défiant toute. glaises.
concurrence t ~~ fe millier 140... i
Des poten 4 Sue i Ssur 5 en bois}
durs ( Pend re 4 Cailloux, 60. et Ba- :
vahonda): - le millier $

Messieurs les Ebénistes y trouverant [ Marchand. Taillenr -

des bois, te's que le Tchatcha pour 2
meubles et cerene!3.0 > ;

Nas nous fevons aia disposition de-

Messieurs les Architectés el. entrepre- -Spécialité de coupons pour pantalones ok la Chime
neurs pour les comimandes importan- | * et giles .de premier choia: 8 de la poste
Leg que nous leur pr ometllons. d’ exécu- ‘La maison * mieux assortie de e : =
, teravec soin et promplitade. a
E. H PETERS-& G7 7



















































patiques om “Congestion aa] Joie,
A tgules les” manifest ations | de}
PArthritisme: oon oo € | ! .
Fehantillons et conferences: 2 dp au i aie
eélébre professcur LANDoUZzY ré- PL s. _ Ont trouve: ‘ie at
servés @ux médecins. oe Barat-au « Bar des ,







Francisco DESUSE | brigne
Fabri cant de Chaussures, pas Se pone

— “Nouvellemeur artivée A Port

La Manuf facture a toujours en | au-Printee. olfre ses services a la
dépot un grand stock, — pour la | ‘population,

venle en gros et detail, — de
chaussures en tcus gerires pour Travaiide haut choix

peu prés.
23, rue des Fronts-Forts, 23.
PORT-AU-PRINCE (HAITI ). |”

contre ri “Empuissance es .
Puarvacu: SEIOURNB- > ~
-sent dépositeire pour Haiti.
N Po: Boe prospects vt dee Bend
tillons serent udr ux 3
pharmaciens qui en feront la deneade. i



Full Text



Poi t at-Prince (Haiti)



: Mardi, 5 Juillet 1662"





















J ournal Quotidien, Co:

‘CHERAQUIT, ---DI E T























‘|, Abonnement poar Département....4

¢ « Etranger 4












Les. avtorités ne pensent plas qtvil
"}se produise autre chose que des es-

“DES CABLES TELEGRAPHIQUES “carmouches avant la fin des pluies.

ponais sont ravatzés par les in dadies.

‘On croit aussi que “ Japonais au-

ront plus &-souffrir des intempéries
que les Cosaques.

du brouillard, | Pescadre de ‘Viadivos- Paris 3.--Les 1 ap ports disant que
ka réussh.a ‘échapper 4 AQ ‘Pescadee | la France permet a Vescadre. de la
‘amiral Kamimoura,.a Vest de. Baltique de s'approvisionner de char-
‘Bile de Tsou. — Les 2 eseadres, ie |
sont apercues dans la. soirée, les | dela route guelle suiyvra pour: 88.
Russes _se trouvant. au, nord.de Vile | rendre en ‘Extréme- Orient, sont offi-
| tles J japonais au-sul de Vile | clellement-vérifiés: cela permettraa
de Ensou ; la distance qui les sépa- | la France de donner une nouvelle
ail n'était que de 10 milles. “Aussi- | preuve de sonamilié pour sop alliée, *
tot les avisos ont futt route: vers -le |
St, POUTSTTVIs par PamiralKa-\
mimoura: qui avait lancé som escadre |
atoute vitesse. — Les torpilleurs ja- |
potas ont pris les devants ef sont |
Hivés jusqa’d portée des canons
‘TMSses, qui ies out vigoureusement |
bombardés., Ainsi se trouve ex pli iquée,
i canodnade entendue deta edte et |
de nouvelle du combat naval dans
‘les eaux de ile de ‘Tsou.
sescadre japonaise gagna cepen- minura,
la flotte. ennemie AY hres
@ne se trouvait plus qu 4-5 | Pétersbourg dit a8 faprés an combat
les en arriére, Mai ace thoment, | des plus sérieux, les Husscs ont re-|
Rus sses éteignent-tous les feux et. pris le col de Tal ou Talien. Le gé-
wurent dans lobscurité.— Les.) néral ‘Kouropalkine dirigeait en per-
essaient déja_T Pescadre ie la bataille; il est relourné a,
ie Qui ay “nsag ss} Taschicha o-pourarrdler [a retraite |
tws électr rig es? -toutef aIS is’ i de ses troupes. --~
des pene Fassez pres poor). ‘Liao-Yane 3. —Un fait remarqua |
‘des torpilles. i blea notera propos du dernier com-
Divosrock 3.— On- rapporte 'batde Dalin et dau combat engagé
: Japonais épr uvent des dif- | par les troupes du général Mitchen- |
énormes & ‘reitrer.leur gran- ] bor est. que les Japonais ont tenté
Olle de tansparls qT lune charge 4 la baionnette;.ce dont.
t pas | ‘argent pendant. | ils ne s’dtaient.pas montrés partisans
Caparé lous les eects i auparavant: Ils se sont lancés atl pas
Pp tcipalement les. paquebo! | de course aux cris de eaiyar! alyar’»;
» allemands et norvegiens. - mais. Us.sont. presque . tous. tombés
Dhon souffle en _ sons les hallés russes..
‘ ele] onDRES (3.4 On _rappor te “que
, va la de plus de.700 émigrants. purtis de Co-
Hént que les Jopo: ; penhagne pour. | ‘Néw-York, 4: bord

REPRODUGHON. INTERD: TE,

*Toxto.3.— Vendr edi soir, & la fa-
yeur-de Pobscurité,’ de la_pluie—et













nail de differents: ports” ‘situes” Sur"
Jes cétes-nord du Japon, annoncent

divostock ont élé apergus au large.
de Vie Tsu. Une forte canonnade en-
tendue deterreaduréenviron 15 mi- |



vue se dirigeaut vers le nord, ce q ul
porte & croive quelle a de houvean





































sur lethéatre a ceeieen navian-Américan-Line, se noyérent.

~-WONOPOLE dw NOUVELLISTE ~~ On a.des preuves que les camps Jee

bon dans es ports francais ale long®

Tokio 2.---Des télégrammes éma-_

que 3-croiseurs de l’escadre de Vla-_

nutes. Leescadre russe a ensuite élé .

| éludé les poursuites de Famiral Ma- |

Paris 3.---Un (dlégramme de St!

it arreas” tout mor ementim- Ge paquebot eNérges, de; la Scaidi-) |
























Quelques survivanis ont été débar-
qués-ce soir a Grimsby, a 40 milles
au sud-est de Hull Le «Norges a
von ne sur un rocher, mardi dernier,
dans Atlantique ¢{ a coulé. La iner
stant trés grosse, presque toutes les
embarcations ont.été brisées par les
-vagues;deux seulement ont pu pren-
dre lamer et ont été rencontrées
par des bateaux de péché de Grimsby,
Liao-YANG 4~— Voyant Pimpossi-
& bilité d’engager une balaille décisive,
Jes Japonais.se sont retirés a la per--
sistance. des fortes pluies. Le géné-
ral Kouropatkine, accompagné des
~attachés militaires, retourne a Hai-
‘Cheng. Les combatlants sont. appa-
remmeént mactils. —Les Japonais se-
—sont-retirésa-tin-endroit see~eb-sa8e—
-bloneux pour altendre un- temps
‘meilleur. Les Russes ont. réoccupe
cus anciennes positions a 30 mules”

Vest de Lino-Yang.

Les deux arnfées bivou: aqauent dev
"chadue cété di col de Dalin, ce qui
“ne peut étre considéré com me une:
‘occupation effective par any une d’el-
les, la bowe rendant impossible le.

' transport des wagons et des canons.

Aucun engagement r’a.eu lieu de-.

yore que. bes “R usses se retirent du
: col de Dalin. Les troupes russes sont
Me en excellent esprit, en dépit de leurs —
grandes fntigues

j
iz :
f

4



;
i





' La journée d’fier est decelles quis'ins-
crivent t particaliérement aux annales par-
| lementalres. Journée vive,animée, extré-
| mement suggestive. Le député Honoré
j Questionne Ie le Ministre des finances au
gujet de la loi sur le Retrait. It lui pase
Vea premiére qu uestion, Poprquoi a-til dé-
3 rogé A Parcicle 81 de cette coi en s’abste-

chrongag Parlementaire ©

nantde Pp biier lé montane des droits per-
gus? Il at cjié Mr Bijou de sa ségularité -
a répondre au rendez vous, mais regrette
qu il ne Vait pas mise.dans les affsi vines de
I “République. ‘La Tot sur le Rettaivajons. .
tera til, a été accucillie « avec une satisfac:
‘ion unanineg, loi Ubgranice a logeelie il

.%
faut 'honnété, le patriotisme.
Le Ministre des finances réplique, fai
le tableau de la situation pénible on.
~ gest trouvé . dés le début: la Con
budgétaire comme Unique ressource et Ja
Banque son opposante irréductible. Pour
se-tirer dembuirras, il devint le commis-
voyageur du Gouvernement, allant de
orte en porte chercher la ration, en dé-
ivrant des bons compensables. Il triom
pha des diffigultés, ses adversaires ébahis,
car ils ne pensaient pas trouver en lui
Pétoffe d'un homme d'Etar. En somme,
il commenica 4 respirer lorsque les billets

de caisse de ta substitution arrivérent. A>

lors, le surmenage ne lui permit pas de

penser aux questions dece genre, mais.

quil_s’engage a insérer désormais les avis.
au «Moniteur». En outre, il n'y a pas a
sinquié«r: le contréle de la Commission
parlemen:airé de Retrait étant irréprocha-.
le. a Oe ae
-Substituer si volonté 4 celle de la loi,
répond-le-député- Honoré, est-un danger”
‘poorune République; il enregi-tre li’nob-
servance, avouée par le Ministre,puis pas-
se a la ‘econde question. Poarquoi Por
a-t-il é1é-venda au-dessous du-taux da
jour, contrairement 4 Vart. 84 de’ la mé-

me loi? C r le Département des fivances
continue-t-il, ne peut-étre le protecteur
de Pagiotage par d’intolérables complai-
~sances, L’esprit du législateur_est de dé- |
truire le papier monnaie, signe désagréa=
ble, funeste a un pays.La Commission Ié-.

gislative a mis six mois avant de se cons- |

iitner, pendant lesquelsles-intéréts-d
République souffraient.

concours prétéa la Commission par le
“Cnet de-PEiar, fait ressortir “que> Tagio=

tage en se donnant hbre cours a enlevé 2 |

Ja caisse du retrait 8 10.500-dont est-res-
ponsable le- Ministre des finances d'apres”
la lei sur la-matiéres- °

Que va dire le Seerétaire d’ Etat ? Lors-
que la loi sur le Retrait a été votée, 3
millions étalent senlenrent en circulation”

depuis le nombre a sensiblement augmen- |

té; donc les arguments da dépuié Ho-
noré n'ont plus leur raison d ttre, De
pins, la corruption se méle dans toutes
_les affaires dici-bas. Elle vint se jeter a
travers sa combinaison... Une premiére.
fois, il fut demandé Al Administrateur des
finances d'Opérer la vente d’or, il s’en ac-
uitla consciencieusement. .Maleré- cela,
iy eat de. mécon‘ents. Il

conde fois’ un qu'il désigne, Mr
Sinai. Mais celui-ci resta fort au-dessous
de-son-atiente, exploita la mission dont
di était chargé. Aprés cette premiére le-

- gon,il chercha prudemment ¢

- avec lesquels i] fut heureux, s acquit érent
a $a sati-faction de leur tache. En défini-

tive une telle méprise arriverait aussi a

un autre : la corraption s'infiltrant par-
tout et €n tou'es chores.
Le déauré B Jean Fiarcvis:
~ hhalfs les propos da Ministre,
eas de fori iture. Ceci amine una expli
ation de Mr Bjoy. Le’ dépuré Beauhsr

révélations, soilicite une instruction pour

“autres amis. |
i se Giza sur Mrs Lechaud et Heurtelon | d'intetpeliation d

| ons baites days les.

Di Cobden | dm’

Le Vénézuéli se rele
toile de Cuba march
résultats ¢efficaces, affirme
nent pas sans des cons

[nétes.. Il n/ajoute

ayant été prostitué, Le Ministr
nances ne lvi inspire pas confiance.

Mr Bijoa déclare que son pissé discate }

pour lui, que la loi sur le retrait a de

céiés défectueux qa’il se réserve de si
| gnaler. :

" Le député Béliard demande de trancher | fj

catégoriquement les débits.Car aux qués-
tions claites, précises, posées au Ministre
ies finances, il a répondu en prenant des
‘biais continuels, C'est, affirme-t-il, la

ol ti fune
taisie qui-nousa—eatraings 14. ob nous.

sommes. Se
Le dépuré Honoré

propose d'interpeller le Ministre des fi- <

nances. La Chambre vote a lunan

Vinterpellation er met en demeure le

créraire d Erat d’y répondre.
Mr Bijou'proteste contrela réponse im

miédiate, quitte VAssemb'éeau milieu des |

romeurs, des cris des protestations gui
font on tumolte considérable. © 4

~be-député Honoré retourne avec un
-vote de blame-a ladresse du ministre. Le]

dépusé Féequiére gigne la tribune? Le Se- }

crétaire d’Erat des finances, dit-il, aprés
rappel des phases diverses de la situation.
“@ laissé Assemblée cont 1

“de blame

iB of
“Le député Béliard propose de |,
censurer.tla coaduite du Ministre; de e :

Le dévuté Larencul propose d'abroger

s 20°/, des functionnaires. L’urgence | §
st-accordée, Le dépuié Leconte rapelle |

‘le mot du Sinateur Cinéas, 4 savoir que
-Ladministration de Mr Bijou est unchaos,

| propose-de former-une~ commission par= }
jementaire aux fins de vérification. —Le |

déparé Sterlin demanile a
i devant la Commission ~
ym pathie générale.
£ président de Assemblée
tion logique ayant 11
du Ministre devant une commissi
tuiest subordonnée. =”
Le député Larencul dé
| de metcredi. Ii «
| te Importan.
| de mots extraordinaire
Commission d’
_ De plus en plus navra

4

-

nais me V4 pis compris, c_r la cocruption et Ré:
telle qu’il V4 envisage n'est pas plus d'an Gou:

06:6 que de Vaatre,

a

rairement aux}
| convenances les plus élémentaires, il s’a-

Nove
| git de qualifier sa conduite, de censurer

, il pourra,

rtager |
ions avxqu

res

ter complet

employ

t Guiteau, se

bd he

Se

mbre


! trop courte! Ton : sou- . ee ‘débiteurs a la maison | L La-
a jamais € notre coeur. | POINTE Fits sont invités a venir régler
nombreux ableneaes de | leurs comptes dans le plus bref délai

tu-as ét¢ Vobjet, étre une | possible, afin de lui permeltre de ‘pour-.

1 pour tes parents si profondé- | suivre reguliérement sa liquidation,
é at tprouvés, -- G. F. Faute de ce fulve, ces cits comptes,
Petite Boite aux Lettres | did lrop en retard, ta plupart, seront-
Port-au-Prince, 5 Juillet 1904, remis atx avocats d: la success:on, Ms.
Au ‘Directeur du « Nouvelliste » | Auguste Garoutle et tees Vilaire, qui

15
ation, les ye preys Mat pen ‘Teront ce que de droit.
francaise comme ne. devant | : Meas fe Directeor,— Il a paru dans | : -
G3 Jérémie, 28 Juin 1904.

ter les sartaxes des 50 et 33, de «Noaveilistes du jeudi 30 Juin écoulé, | _ .
raoedes d'ai oe by sous la rubrique« Tribane Publique», un | PP. speciale et authentique de

“toute recherche est éparenée article intitulé « Qooi de vrai? » et t signé |} ~ ~ ALcimé Lapoiw E, — PRIN
€i cette disposition trés pra- ‘Léon-M~-Garescher. ~~ . a

q er d’avoir sons la main tous} Pour éviter toute méprise. je viens vous ‘ Sanne
ts propres dla bonne application déclarer que Pauteur de ce fictom ne peut | Patri¢. Homan Science

4 aycun titre prétendre au droit de porter Fuvee le la Maternit té de Port LTS ts ;

coor ee: - RY a l h 1
car avec les nombreases modifi- | Veuillez, je vous prie, insérer ls pre. | ons Ia " Drasident ‘Nord 4 lexis
sapportées 2 notre législation doua- | Septe dans le plus pepchain - -noméro de |

¢ dition de son précieux recueil | “iments mes bien sincéres salutations. — [| Salle F ourater- fo votes (accouchements

oi a erands ae 3 | “Général M. Garescuer Salle Duchalellier ( gynécologie )
toarera ao pes dé espeimetie | Corporation des Arpenteurs — OpeRATIONS =

' q & , Les membres de la ‘Corporation des ar- |. 24 Juin. ~ Curettage ( ariglaise)

Simple billet { penteurs géométres sont informés que Mr | Curetlage Chait ienne )
Miragodne, 28 Juin 1904. Vorse Parniikee est chargé des recous

























Â¥



félicitons vivement Me ‘Avg. A,| Mon nom, ~~

























29 Juin. — Une femme huspitalisée
t Jean d'Albret, = Le-« Nou- | vrements de la Corporation. ~~~ ~~ (C haitienre

“samedi m’a dunné de tes nuo- Par autorisation du Conseil d Adminis- Saile Paret ( Isofement )
dune ficon retentissante. .. tration, le Secrétaire genéral, beeen ete e eta ee er eebenceneees Levees
gadrais, profitant de l'agréable oc- Ew LamorHe . ConsUL TATIONS
i m’est offerte, dire bien haut; =. ss Avis Commercial ‘Donné ; 3/ consultations
entes qualités de coeur et d’esprit] “Le soussigné avise le commerce et le Une nourrice placse en ville.
woguent l’artiste troublant qué tout publi i¢ que, devant partir pour l'Europe,
Prince acclame ; mais, mon c Monsieur Emite Gagrjens est charge de







Quinzaine de service
doe te ga 15 Full let
Médecin associé:

Mr le Docteur St Léger Pe rier
nme hedamerd: GA fs n-adhéren bo
Mr le Dede B. Raymon

Assislanis : Eléves sages femmes.
- Le Conseil & Adminis tralion :
Président, D RIBOUL
Trésori +r, D1. E. JEANTY ©
S-crétaire, DY Sr-Licer PERRIER.

Olver, en ce moment ow il | $a procuration.
impossible de. dierderx -idées,—la-. -—- Petit-Godve, le 30-Juin 1904.
eat: qui te plait tant . __..D. BOMBACE |























thie, tu as décerné.a un pauvre ami | “Une propriété fonds et batisses; rue
eencore, malgré les grains perdus.0 } des Miracles, en fuce Emin. Moise, de

ee Z 4
8 mes remerciements et a/toi, mon | la contenance de 34 pieds de facade

de coeur et sincérement.— G.B, | 88 65 de profondevr.
/-Pour tous renseignements, s’adresser

osm de Droit — (AM. Victor Riv.kne (méme rie, No
mens 4-l'Ecole~ Nationale de~ , 424) oma dépat de matérianx del,
Reeront lundi. prochain tr] Pazovx x Co,




























Ba
4
4

La Gompaguie Ealtienne

Prévient e commerce et le public

: ; IY | qu’s partir de eette date, Mr C. ABecG
Mariage ; Fest entré dans la sus-dite Compagnie,
| comme directeur-adjoint.

Compacyie Harmenne St
G. C, SIORDET, Directeur.
Port-de-Paix, ter Juillet 1904.

5 Ereaves, :




fone eelebre, 41a Cathtdrale, ot | Le steamer Prins Witte IV,
_tvenant-du-Sud,est-attendy ici le
qiat-vondredt 8 courant el repartira|
ile méme jordans la soirée pour |
.. | New-York, -prenant la malle, frét|
-.,et passagers. ~~~
4 Port-au-Prince, 5 Juillet 1904 |
_ Orro BIEBER & Co, agents. |







Petite tribune publique La Banque Nationale v {alia Vhon-

midi, un grand convoi ac- : be ae , {near d'inlormer les intéressés qu’ils
é detnigre demeuse le | jeune; Beusuets Wt Fianeaill ag r Mariages ages | peuvent toucher a ses guichets sur les
~ mort nid | Ciréations Nouvelles _ |emprunts- suivants:
ie | - Consolidés 1900, 6°)., Age réparti -
| Corbeilles de Fleurs | tion: demi 3b Jai cent oe */e) interéte
7 eres. pour diners, récer | du der au 30 Juin 1904.
. | Provisoire et 10 Janvier réunis, 7e
ae de cht beaut, og répartition ; on pour cent (19/,) inté- |
Travail soigné | [réts du Jer au QO Juin 4904, contre
“d Mme CHEFDRUE | vecus et sar présertation des Bons. —-

is-Verna, rue MavrepasN°3. 0 § Port-au-Prince, 30 Juin 1904.


‘ansconenit sponses

Nous porigns ala connaissance da}
public qt il Gusts en : a sist si-
tué rue du Quai, en face de la maison alte supériorité. 5
fae pus & & G4 ed'é de Louis Attn pe son établissement,

Un assortiment complet de planche trouvera, comme toujours, 46s
et cartelages de toutes dimensions en derniéres made frangaises = a
Chéne et Fr rene, aun prix défiant toute. glaises.
concurrence t ~~ fe millier 140... i
Des poten 4 Sue i Ssur 5 en bois}
durs ( Pend re 4 Cailloux, 60. et Ba- :
vahonda): - le millier $

Messieurs les Ebénistes y trouverant [ Marchand. Taillenr -

des bois, te's que le Tchatcha pour 2
meubles et cerene!3.0 > ;

Nas nous fevons aia disposition de-

Messieurs les Architectés el. entrepre- -Spécialité de coupons pour pantalones ok la Chime
neurs pour les comimandes importan- | * et giles .de premier choia: 8 de la poste
Leg que nous leur pr ometllons. d’ exécu- ‘La maison * mieux assortie de e : =
, teravec soin et promplitade. a
E. H PETERS-& G7 7



















































patiques om “Congestion aa] Joie,
A tgules les” manifest ations | de}
PArthritisme: oon oo € | ! .
Fehantillons et conferences: 2 dp au i aie
eélébre professcur LANDoUZzY ré- PL s. _ Ont trouve: ‘ie at
servés @ux médecins. oe Barat-au « Bar des ,







Francisco DESUSE | brigne
Fabri cant de Chaussures, pas Se pone

— “Nouvellemeur artivée A Port

La Manuf facture a toujours en | au-Printee. olfre ses services a la
dépot un grand stock, — pour la | ‘population,

venle en gros et detail, — de
chaussures en tcus gerires pour Travaiide haut choix

peu prés.
23, rue des Fronts-Forts, 23.
PORT-AU-PRINCE (HAITI ). |”

contre ri “Empuissance es .
Puarvacu: SEIOURNB- > ~
-sent dépositeire pour Haiti.
N Po: Boe prospects vt dee Bend
tillons serent udr ux 3
pharmaciens qui en feront la deneade. i