Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


PROPRIETAIRE

































M ; FRANCAISE _. Par suitedes attaques continuelles. niére note japonaise ; si la réponse
=i fadressées contre M. Montero Rios tarde encore quelques jours, la pu-
DES CABLES TELEGRAPHIQUES — | qui apris part dans la conférence de blication d’un ultimatum de la part
-- MONOPOLE du NOUVELLISTE la paix entre les Etats-Uunis et VEs- du Japon sera inévilable.
‘REPRODUCTION INTERDITE. j pagne, ce dernie: a demandéan Gou- —
ee 4 WEPNEMECE de soumettreau sénat les |

_New-Yorx.— Les fabricants de su- | documents relatifs au traité de Paris,
re de la Louisiane, cenvaincus de, HavaNe.--~ Les planteurs de riz |

impossibilite de pouvoir faire la desta Louisiane ont décide a envo- | (ia été, en effet, une véritable apo-

concurrence au sucre cubain, depuis | yer une commission a la Havane ' théose que la commémoration patrio-
Ja signature du-tra e_réciprocité. -pour.obtenir.du Gouvernement Cu-. } que et nationale qui s'est célébrée hier-
entre les Etats-Unis et Cuba, ont dé- | bain augmentation des droils sur) au Champ de Mars, sous la haute pré-
cidé d’abandonner cette industrie et | le riz, afin de pouvoir faire la con-j| sidence de S. E. le Président de la
se mettre 4 la culture du coton. | currence au riz des Indes. | République. Elie tiendra,cette cérémo-
Lonpazs —On dit ici que la note| On mande de New-York que le nie magistralément impssante, un rang
ae da Russie;-envovée-en-réponse’4 | Tefus de la~banque ainéricaine de’, narqué-dans_tles.pages. glorieuses et.

celledu Japon, accéde a tout ce que] favoriser les propositions de l’em- |






























. rares de notre histoire. nalionaie, et ne
le Mikado demande relativem | prunt cubain de 31 millions de dol- | SOrlra Pas de sitot deta mémoire de _
is Conde ct. recainni ae aneeeeiniates Ay, A SI WME SONES Seer tine [ou cies Pour le pays, cette fo) ardente
Ly hine Sur lal indchou ae BATOpe, Ol” time ‘que ¢ est une | et forte synthétisant notre profond désir
_Uincertitude de paix ou de guerre | indice que la guerre entrela Russie | de régéneration et d’évolution de la
entre la Russie et le Japon—durera} ete Japon est inévitable. {| Raee. Car ce n’est fas une fate ordi= |

encore plusieurs mois, yu les term LoNnDRES.--- Quoique la Russie ait | naire, banale, que celle qui a consisté
a rendre unhommage public 4 un hom-



































see!























nifeste-impérial a.
| blié déclarant la guerre-au Japon si
| celui-~ci n’accepte pas..les conditions
rempla- | bes. la derniére note de la
énéral, :
















as lesquels la note du Czarest ré=] laconviction que te différend avec
| me dont la ténacité et énergie vigou-
débats diplomatiques. pe cache pas qu’elle est préte pour | ' 2 ‘
Paris.—On mande de Varsovie | toute éventualité et que les réserves | systéme, tout un régime abhorré par
-koff, Kieff et Odessa ont été mobili- Wasnineton.--- Une dépéche de | ple oi Ov eadé a la ve cconaute a Lamia.
‘Sées, formant un contingent de qua- pp , La
eee cee oe — ‘général russe a autorist levice-ror | voici déja-tout un siécle!”
ew-York.—Mr Luke Wright a|Alexieffa déclarer la guerre au Ja- |
al pi our nous de retracer ici les moindres
{- | sous sa propre responsabibts, si les | faits, les moindres gestes de la journée
| circonstances dictent cetle détermi- | Vhier_quidans leur seule-simphcite,
bagi ty re ont éloquemment misen vue la puissan-———
[enthousiaste qu inspirent a Pheure ac-
| tuelleles figures disparues.de nos ancé-
| en particulier.— Ne voil-on pas,ne sent-
on pas,-en effet, que lame de Dessali-
- rilitaires ont eur lieu | foule qui a aujourd'hui, on dirail, une
_liet. Les autorités déclarent cepen- | iNée“assez claire ef nelte de loouvre ac-
‘qu'il ne s’agit que de précau- | ,
J inoffensives. coe Nous voudrions encore largement
| fixer nos impressions sur les diverses
_| régne au Japon. Les événements iu-|°~. $ ties a0
ubdedind rer tension de lopinion | 22° les autres, émises, en 'a circons~-
eet oP i tance, par bon nombre de nos conci-
achent pas leur exaspération de- | tout ce qui a été fait et éevil pour dos
“Jenteur incomapréhensible | ner A la glorification. du Foadateur de.

Co yeooe » $ Z - «y%
digée et qui donnera lieu a de longs | le Japon seraréglé pacifiquement, on
t reuse ont fait voler en éclats tout un
guelesréserves des districts de Khar- de la Mardchourie sont mobilisées: , la civilisation, seulement emporte par
oy aoe . : 4 ‘htatomaior } , : : ‘
© St-Pétersbourg dit que [état-major | pe: ea le rendant libre et indépendant,
Lo Cent été, en vérilé, uninfini plaisir
pon et A.commencer les hostilitdés |
ce réelle de sympathie et d’admiration
tres immortels, de celle de Dessalines”
Diimportants | nes a fortement traversé l'Ame de notre
| complie par ce digne émulede Pétion?
| Toxto.--- Une grande excilation | fC" 0 Pres
réflexions, les unes aussi intéressantes
| publique est comble. Les officiers | jovens, et apprécier, comme il lemérite,
ant Ja lente rensi) ! .
‘ta Russie de répondre a la der- [notre Indépendance le caractere et la



ella remise des drapau

ractéres généraux,
_la eérémonie si belle et si
Février(1904.
Disons tout de suite que Vorganisa-
“tionet- ham: arehe du cortege, d
~tettes “que
scolaire sor initiative de notreremat- |
quable Ministre de Mnstruction ‘publi E 2
‘ emen e
e parfait’ a régné, dé la | cortége présidenti¢
‘Place de ’Indépendance au Champ de | me l’Association du Centenaire j
Mars, dans les rangs de nos écoliers et | l'are-de-triomphe qui récéde le.
de nos écoliéres, race, comme on le sait | nument de |’Hlustre Libérateur. —
dailleurs, si agréablement terrible dans | successivement, au milieu de la foule |
ses ébats quotidiens. recueillie, MM. Septimus Marius, Juis- |
C’était beau véritublement deles voir, | tin Dévot, Jérémie, le ministre Thézin, |: i
tous ceschers enfants, longer silencieu- | en: diseours pleins d’émotion paivioti- }
sement le Chimp de-Mars, tenant, avec | que, dégagent lidée de Vimposante cé-F
coqueiterie, de mignons drapeaux: aux | rémonie du jour —Dessalines, on peut & 10 .
~eouleurs nationales que venait, 4 cha-| le dire, a révécu hier en traits de feu | nite, de Paix et di Soli
gue instant, caresser un vert fort qui | sous le verve puissant de ces différents | n’est-ce pas la que
false nuitre alors detont celaje vesais | orateurs. ila. conscience raie de nos
quelle musique sourde et voilée, mu-] Me Valembrun dans un speech étin- | lus
sigue rafraichissante pour nos ames de | celant, remet la garde du monument’
a blasés, traduisant, comme avec _bon-| au Magistrat Commuzal
heur,!'allégresse et 'amourqui baltaient.{—. Mr--A.--Samboar,--en- termes-_re-
a cette heure le ceur de tout ce pelit | marquables quiexaltentla vertu de I H- |
monde scolaire. Aussi nous ne croyons | lustre Héros, a répondu que ce lieu |
pas nous tromper beaucoup en avan-| aujourd hui saeré aura toute Pattention
cant que si bon nombre d*entre nous se | rel igieuse de VEdilité de la Capitale.
Le diseur.émeérite,.Mr- A. “Innocent,







































sont sentis véritablement secouss par 4
le spectacle toughant de la matinée

3

intéres sante popu'ation scoluire y a
pone une bien large ¢ 71 i tio 7 pOb! ne, MrMurville F INO

on rencontrer chez les individus un | meilleurs compliments 4 notre minis-
optimisme plus débordant, an amour, | tre-poete. .
pour ce qui personnifis ce que Von? Entin artiste Emile Dominique, mon-
nomme Patrie, plus profon | et plus dé- | tant-sur lestrade, donne lecture avec
sintéressé, une sincerité de geste et | une chaleur commvnicative de limpor-
de conviction duis Vexpressi m1 de Vi- | tunte Ré-olution - une nouvelle, rédi- |











rine annonce int ¢
ala dérive dans. es eaux de’
qu'un autre a dispara- au mo

dée au fait. pius rée le et pus sincére, | gée par artiste, — des héros de 1804] | Méle-Saint-Nicolas. oe
mieux qua Péeole? | quia té généralement signée aux Go- | —Liavis da be anion

Nous avons done élé mélés avee ce | naives par nombre ds personnalités du relatif a une vente d'or am i
charmant pelit monde et nous avons | Pays... | billets devant etre livrés aux
comme gottée &leur gaité folle et dé- . | cet avis date ae a ae
bordante quia déridéau moment nos i kt maintenant ane question se : pose |
Ves 6 Seve ESA Tanime notre Papres la belle theovie de to ites nos}:
puriolisme eagourdi et redouné A nos | fates pour le Genlenaire de I Tndépens- POSE (Ge Se —
vents endoloris Vespoir libérateur en | ce. Pendspt tout ce temps qu'il nous a | 40) des Commissions 1istes,
le Réveil manifeste de lame 1 ationate. | été donné-de nous préparer jour cette franco chatiens

‘Les chavurs qui se tenaient admirable- | grande date histori igne, £ous hous som-

menter “ONDE, Waeéstre, aia téte de mes_comme gvertués 4 prouver d. ins
cb iene ces évoles res clives, ontexé- | nos éerits ou dans nos discours, com: |
eulé avec un charine Lun n Brio, PEM aP= , bien nous. tenons en digti ee




































“frere | Lhéris on quia tous. droits den rat aes es Nous-t'svous guére mian-
étre aujourd’hui feret heurenx suctout, : ‘qué une circonstance pour faire en- |
puisque ses paroles, grace? & la om ee ala fuee — nolre bea ‘cell

l, volent: ae qu ANY EAne ut

es. Fyvouons & fear mémoire s cree, inti

Lonons donc, comme il convient, NO- mement pénéiyés, pelits et grands, de ]

tre chef de PUniversité daysir convid | Tinportanee colossale de Feauvre quils |
une facon spéciale 4 cette fate patrio ont si vaillamment accomplie au prix
tique tous les établissements diistruc- de lear sang et de leur vie.

tion publique de la capil: vile el pt “Ace. Ope 1 a faire done au- =}

“tons atissi nos félicitatio is chaleurenses jour hai? Devons uous nous contenter |
aux membres de lu Commission dior - diémetire-simplement des vooux: pour
ganisation pour le talent récl avec Te- Ia réyénération da Ia Race, sans cher n
quel ils ont si ee arrangé les choses. cher a deployer toutes les mount op
la ommmmen ) ion santes de notre étre au noble but de.








CG. Rela Seth,
seat ki, Thomas.

a ae . :
Un srenlaeetl tud 2 au er

ord de Mer
ne 5!












| kowski, C. et D. Jn-Joseph, Ph. (a
Tlexandre, Miles Amélie David [Marie Cher- |.
‘enfant, Célia Mathon, Elizabeth Apollon, |.
: a sas, Thérése Pierrot, Ca
Ls eS | Annonce a ses hombreux ‘clients
: ee eee] due 98 maison est nouvellement .
Get iee a come Tea assortie d'une grande quantité de
- Diagonales, Flanelles, Gheviottes et Casimirs. —
d'une réelle supériorie.
Dans son établissement, op
frouvera, comme toujours, les —
-| derniéres modes frangaises ef ap~ :
[glaises. tee *



“Maltre-Tatllewr, - -
~Grand-Rue 181, ee












ints, pour notre ville,
endez- lui la ae facile}...











‘Hier














' sui yants venant des. ‘ver:
: 'M= les dépatés Murat Claude, Mori-

- J set, Darul Habib Abraham, Citan $2-
in| eae : :





Je v vous piece a mes
ai pas eau ay jeudi.







Se St “ie

eee si
: = ee ,

New-York, ae le igi Staude.
-Port-de Paix,——-MM. William, Siordet,
auphin. Ba Lambert, J. Lambert,








: Maintenant o on be discute | plu g lan
toujours: un Bas ae

-— dloges les plas larges st a regret propriété de détruire en oe rien. a
ter qu’cn-ait en la E gulitte idée de faire | temps les punaises, prices ef poux de
peintoriurer,amtor de lastatue d’an hé- bors.
Tos, des moignons de murs, ornés du | oa soucieuses de oe santé:
_nedemi-grille en vieille ferraille: le tout | Ct Ge celle de vos chers enfants, ac- |
d'une couleur sang de-boenf, illustré de | coure2 done vite, choz M. Josep THt- passagers et suivre aussitot direc:
gros bleu, offensante § Voeilt ——__] MISTOCLE (CAMILLE pharmicien, pren-| tement pour Kingston et N “York,
Diabord il n'est point d’usage de met- | dre un flacon de cette bisnlaisante so-
tre une cldture A une aise a doit res- | jution,afin de vous débarrasser au plus. Por Lau Pri ince, le 8 Mev
ter libre dans sa mejesteuse. sévérité. [| | tot de ees insectes nuisibles qui, st- F. Herruann & Cr,
ny avait pas 4 protaner, en nous Expo- remeut avec cette saison d été qui va cncener rant mene ret ttn

int A de justes railleries. nos belles. cou- | bientot arriver, vous empé.heront de j '
leurs nationales, sur un carré- de magon- gouter. le somingil réparatear que. ré- | Bane Nationale t i = -
netie, destiné, dit-on | 4a un _patierre de | elame volve orgapism: pour se. refaire |

?
Foses et de j jsmins,— Ufllaic offrir au apres: le long, “avail deo la journée.
de notre Tadépendance, des} Yousen troavere 2: Pharmacie La- ba BaxoveNariogane ane DUA Tra aPhon=

Ts culsintsd martine Camille, Grand Rue; Pharma- eur qinforsay: les intéressé3 aos
| ie Augustin et trove; Pharmacie Saint- | “pe





ra ce soir pour Gonaives Saint: |
Marc, Jérémie, Mirasoane, pour
retourner- -imed(_ prochain, 413.
courant, pren Tre fa malle, frét et.


















*













































Convention bud jélaire, ee
partilion + eing pour ¢ cent £ 5%, sur.
{le-capital et de un pou nk (12/5)
intérets da fer au oF Janvier: 190% © sur

ote solde actiel. —
- Emprunts: du Gore ement Brovi-

F | soice él 10 Janvier réunis, 2me répar-.
| aoe : un poy cent (lef) ipierets da,
i ah nvier 1904.














oe

dil / maison, su
tre nous etda





io wee Midoustc rappelle aux

| jireases que la loi du 13 Aout doit

S| étre strictement observée et qu’aucun

é- ee ne sera elfectué sur des Bony
t les timbres. prévo us.”

, 3 Février 4904,







tatreprse Eau Ik Canes de

24, Rue des Miracles, 21.|.
ta face J. Déjardia Th. Laders & Gies >

—~@w Restaurant de la Paix

-Syphons 10---«




































am

Port-au-Prince

FOUBNISSEUR: ,
du Grand Gercle.de Pont-au-Prince ~ PLAINE. DU CUL-DE !
ctl Commerce Grand Depot rue des : Césars, N® 7
de PHotel Bel levue
de Hétel de France et Rue du-Qua i
6 Patrie :
du Grand Café
du Bar Fin de Siecle
du Bar du Commerce
@ des Amateurs.
« Nouvenu-Siecle
« de la Bourse
« dela Chambre}
« deia Poste
a ae Port.
a Fy i Palais
é e Union
de I Bpice me Centrale
du Lunch Room
Peli-Guive
Café Lochar!
Je Pe Wide _.
Au Care Tel Pax
Si. Mare
A. Dalancourt

‘teurs, et USSi pour expédier lowes commands tant
l'Hle que pour_l’Etranger. — - 7









esd existen
Fonds accumulés- 1905: rae



pot a urgea
(BABIOLE)



Prives Mopertes —



















gola Champagne bouteille 15 cents

wimonades pazeises 10 «
Bau de Seliz Dd 4








Au Cap Ualtien L, Ropon MAcKENzIE
Aux Gonaives vveP. LaNcELoT &C
A Jérémie F.

Aux Caves
A Jacmel













Variees,. Hémarrholtes, Varicocdie, Palébites,
chroniques, Accidents du Retour d Age; Fi Filariose © =

| , Caged falt laricinslité de eet Etxir, gh.ce qui explt
Yj ANG BR GUE ecorilé Pont qu’
es principes neilts dew Tones ot de Verorca OE nmamelia Vircin ee The & Oey
annwim, gil eet inetemet or emeherd par les wnédering angle ot aoidtricaine errs 16
Antibémorcho: daivesy << Poss: Ca verre k Liqueur par ou LOUpEG Ten ® shane LOD

LE FLACON PHARMAGIE. SEIOURNE. ae rasta










f%
PA Bo

: 4, Rue du Fort-



ros et en détail



Full Text




PROPRIETAIRE

































M ; FRANCAISE _. Par suitedes attaques continuelles. niére note japonaise ; si la réponse
=i fadressées contre M. Montero Rios tarde encore quelques jours, la pu-
DES CABLES TELEGRAPHIQUES — | qui apris part dans la conférence de blication d’un ultimatum de la part
-- MONOPOLE du NOUVELLISTE la paix entre les Etats-Uunis et VEs- du Japon sera inévilable.
‘REPRODUCTION INTERDITE. j pagne, ce dernie: a demandéan Gou- —
ee 4 WEPNEMECE de soumettreau sénat les |

_New-Yorx.— Les fabricants de su- | documents relatifs au traité de Paris,
re de la Louisiane, cenvaincus de, HavaNe.--~ Les planteurs de riz |

impossibilite de pouvoir faire la desta Louisiane ont décide a envo- | (ia été, en effet, une véritable apo-

concurrence au sucre cubain, depuis | yer une commission a la Havane ' théose que la commémoration patrio-
Ja signature du-tra e_réciprocité. -pour.obtenir.du Gouvernement Cu-. } que et nationale qui s'est célébrée hier-
entre les Etats-Unis et Cuba, ont dé- | bain augmentation des droils sur) au Champ de Mars, sous la haute pré-
cidé d’abandonner cette industrie et | le riz, afin de pouvoir faire la con-j| sidence de S. E. le Président de la
se mettre 4 la culture du coton. | currence au riz des Indes. | République. Elie tiendra,cette cérémo-
Lonpazs —On dit ici que la note| On mande de New-York que le nie magistralément impssante, un rang
ae da Russie;-envovée-en-réponse’4 | Tefus de la~banque ainéricaine de’, narqué-dans_tles.pages. glorieuses et.

celledu Japon, accéde a tout ce que] favoriser les propositions de l’em- |






























. rares de notre histoire. nalionaie, et ne
le Mikado demande relativem | prunt cubain de 31 millions de dol- | SOrlra Pas de sitot deta mémoire de _
is Conde ct. recainni ae aneeeeiniates Ay, A SI WME SONES Seer tine [ou cies Pour le pays, cette fo) ardente
Ly hine Sur lal indchou ae BATOpe, Ol” time ‘que ¢ est une | et forte synthétisant notre profond désir
_Uincertitude de paix ou de guerre | indice que la guerre entrela Russie | de régéneration et d’évolution de la
entre la Russie et le Japon—durera} ete Japon est inévitable. {| Raee. Car ce n’est fas une fate ordi= |

encore plusieurs mois, yu les term LoNnDRES.--- Quoique la Russie ait | naire, banale, que celle qui a consisté
a rendre unhommage public 4 un hom-



































see!























nifeste-impérial a.
| blié déclarant la guerre-au Japon si
| celui-~ci n’accepte pas..les conditions
rempla- | bes. la derniére note de la
énéral, :
















as lesquels la note du Czarest ré=] laconviction que te différend avec
| me dont la ténacité et énergie vigou-
débats diplomatiques. pe cache pas qu’elle est préte pour | ' 2 ‘
Paris.—On mande de Varsovie | toute éventualité et que les réserves | systéme, tout un régime abhorré par
-koff, Kieff et Odessa ont été mobili- Wasnineton.--- Une dépéche de | ple oi Ov eadé a la ve cconaute a Lamia.
‘Sées, formant un contingent de qua- pp , La
eee cee oe — ‘général russe a autorist levice-ror | voici déja-tout un siécle!”
ew-York.—Mr Luke Wright a|Alexieffa déclarer la guerre au Ja- |
al pi our nous de retracer ici les moindres
{- | sous sa propre responsabibts, si les | faits, les moindres gestes de la journée
| circonstances dictent cetle détermi- | Vhier_quidans leur seule-simphcite,
bagi ty re ont éloquemment misen vue la puissan-———
[enthousiaste qu inspirent a Pheure ac-
| tuelleles figures disparues.de nos ancé-
| en particulier.— Ne voil-on pas,ne sent-
on pas,-en effet, que lame de Dessali-
- rilitaires ont eur lieu | foule qui a aujourd'hui, on dirail, une
_liet. Les autorités déclarent cepen- | iNée“assez claire ef nelte de loouvre ac-
‘qu'il ne s’agit que de précau- | ,
J inoffensives. coe Nous voudrions encore largement
| fixer nos impressions sur les diverses
_| régne au Japon. Les événements iu-|°~. $ ties a0
ubdedind rer tension de lopinion | 22° les autres, émises, en 'a circons~-
eet oP i tance, par bon nombre de nos conci-
achent pas leur exaspération de- | tout ce qui a été fait et éevil pour dos
“Jenteur incomapréhensible | ner A la glorification. du Foadateur de.

Co yeooe » $ Z - «y%
digée et qui donnera lieu a de longs | le Japon seraréglé pacifiquement, on
t reuse ont fait voler en éclats tout un
guelesréserves des districts de Khar- de la Mardchourie sont mobilisées: , la civilisation, seulement emporte par
oy aoe . : 4 ‘htatomaior } , : : ‘
© St-Pétersbourg dit que [état-major | pe: ea le rendant libre et indépendant,
Lo Cent été, en vérilé, uninfini plaisir
pon et A.commencer les hostilitdés |
ce réelle de sympathie et d’admiration
tres immortels, de celle de Dessalines”
Diimportants | nes a fortement traversé l'Ame de notre
| complie par ce digne émulede Pétion?
| Toxto.--- Une grande excilation | fC" 0 Pres
réflexions, les unes aussi intéressantes
| publique est comble. Les officiers | jovens, et apprécier, comme il lemérite,
ant Ja lente rensi) ! .
‘ta Russie de répondre a la der- [notre Indépendance le caractere et la
ella remise des drapau

ractéres généraux,
_la eérémonie si belle et si
Février(1904.
Disons tout de suite que Vorganisa-
“tionet- ham: arehe du cortege, d
~tettes “que
scolaire sor initiative de notreremat- |
quable Ministre de Mnstruction ‘publi E 2
‘ emen e
e parfait’ a régné, dé la | cortége présidenti¢
‘Place de ’Indépendance au Champ de | me l’Association du Centenaire j
Mars, dans les rangs de nos écoliers et | l'are-de-triomphe qui récéde le.
de nos écoliéres, race, comme on le sait | nument de |’Hlustre Libérateur. —
dailleurs, si agréablement terrible dans | successivement, au milieu de la foule |
ses ébats quotidiens. recueillie, MM. Septimus Marius, Juis- |
C’était beau véritublement deles voir, | tin Dévot, Jérémie, le ministre Thézin, |: i
tous ceschers enfants, longer silencieu- | en: diseours pleins d’émotion paivioti- }
sement le Chimp de-Mars, tenant, avec | que, dégagent lidée de Vimposante cé-F
coqueiterie, de mignons drapeaux: aux | rémonie du jour —Dessalines, on peut & 10 .
~eouleurs nationales que venait, 4 cha-| le dire, a révécu hier en traits de feu | nite, de Paix et di Soli
gue instant, caresser un vert fort qui | sous le verve puissant de ces différents | n’est-ce pas la que
false nuitre alors detont celaje vesais | orateurs. ila. conscience raie de nos
quelle musique sourde et voilée, mu-] Me Valembrun dans un speech étin- | lus
sigue rafraichissante pour nos ames de | celant, remet la garde du monument’
a blasés, traduisant, comme avec _bon-| au Magistrat Commuzal
heur,!'allégresse et 'amourqui baltaient.{—. Mr--A.--Samboar,--en- termes-_re-
a cette heure le ceur de tout ce pelit | marquables quiexaltentla vertu de I H- |
monde scolaire. Aussi nous ne croyons | lustre Héros, a répondu que ce lieu |
pas nous tromper beaucoup en avan-| aujourd hui saeré aura toute Pattention
cant que si bon nombre d*entre nous se | rel igieuse de VEdilité de la Capitale.
Le diseur.émeérite,.Mr- A. “Innocent,







































sont sentis véritablement secouss par 4
le spectacle toughant de la matinée

3

intéres sante popu'ation scoluire y a
pone une bien large ¢ 71 i tio 7 pOb! ne, MrMurville F INO

on rencontrer chez les individus un | meilleurs compliments 4 notre minis-
optimisme plus débordant, an amour, | tre-poete. .
pour ce qui personnifis ce que Von? Entin artiste Emile Dominique, mon-
nomme Patrie, plus profon | et plus dé- | tant-sur lestrade, donne lecture avec
sintéressé, une sincerité de geste et | une chaleur commvnicative de limpor-
de conviction duis Vexpressi m1 de Vi- | tunte Ré-olution - une nouvelle, rédi- |











rine annonce int ¢
ala dérive dans. es eaux de’
qu'un autre a dispara- au mo

dée au fait. pius rée le et pus sincére, | gée par artiste, — des héros de 1804] | Méle-Saint-Nicolas. oe
mieux qua Péeole? | quia té généralement signée aux Go- | —Liavis da be anion

Nous avons done élé mélés avee ce | naives par nombre ds personnalités du relatif a une vente d'or am i
charmant pelit monde et nous avons | Pays... | billets devant etre livrés aux
comme gottée &leur gaité folle et dé- . | cet avis date ae a ae
bordante quia déridéau moment nos i kt maintenant ane question se : pose |
Ves 6 Seve ESA Tanime notre Papres la belle theovie de to ites nos}:
puriolisme eagourdi et redouné A nos | fates pour le Genlenaire de I Tndépens- POSE (Ge Se —
vents endoloris Vespoir libérateur en | ce. Pendspt tout ce temps qu'il nous a | 40) des Commissions 1istes,
le Réveil manifeste de lame 1 ationate. | été donné-de nous préparer jour cette franco chatiens

‘Les chavurs qui se tenaient admirable- | grande date histori igne, £ous hous som-

menter “ONDE, Waeéstre, aia téte de mes_comme gvertués 4 prouver d. ins
cb iene ces évoles res clives, ontexé- | nos éerits ou dans nos discours, com: |
eulé avec un charine Lun n Brio, PEM aP= , bien nous. tenons en digti ee




































“frere | Lhéris on quia tous. droits den rat aes es Nous-t'svous guére mian-
étre aujourd’hui feret heurenx suctout, : ‘qué une circonstance pour faire en- |
puisque ses paroles, grace? & la om ee ala fuee — nolre bea ‘cell

l, volent: ae qu ANY EAne ut

es. Fyvouons & fear mémoire s cree, inti

Lonons donc, comme il convient, NO- mement pénéiyés, pelits et grands, de ]

tre chef de PUniversité daysir convid | Tinportanee colossale de Feauvre quils |
une facon spéciale 4 cette fate patrio ont si vaillamment accomplie au prix
tique tous les établissements diistruc- de lear sang et de leur vie.

tion publique de la capil: vile el pt “Ace. Ope 1 a faire done au- =}

“tons atissi nos félicitatio is chaleurenses jour hai? Devons uous nous contenter |
aux membres de lu Commission dior - diémetire-simplement des vooux: pour
ganisation pour le talent récl avec Te- Ia réyénération da Ia Race, sans cher n
quel ils ont si ee arrangé les choses. cher a deployer toutes les mount op
la ommmmen ) ion santes de notre étre au noble but de.





CG. Rela Seth,
seat ki, Thomas.

a ae . :
Un srenlaeetl tud 2 au er

ord de Mer
ne 5!












| kowski, C. et D. Jn-Joseph, Ph. (a
Tlexandre, Miles Amélie David [Marie Cher- |.
‘enfant, Célia Mathon, Elizabeth Apollon, |.
: a sas, Thérése Pierrot, Ca
Ls eS | Annonce a ses hombreux ‘clients
: ee eee] due 98 maison est nouvellement .
Get iee a come Tea assortie d'une grande quantité de
- Diagonales, Flanelles, Gheviottes et Casimirs. —
d'une réelle supériorie.
Dans son établissement, op
frouvera, comme toujours, les —
-| derniéres modes frangaises ef ap~ :
[glaises. tee *



“Maltre-Tatllewr, - -
~Grand-Rue 181, ee












ints, pour notre ville,
endez- lui la ae facile}...











‘Hier














' sui yants venant des. ‘ver:
: 'M= les dépatés Murat Claude, Mori-

- J set, Darul Habib Abraham, Citan $2-
in| eae : :





Je v vous piece a mes
ai pas eau ay jeudi.







Se St “ie

eee si
: = ee ,

New-York, ae le igi Staude.
-Port-de Paix,——-MM. William, Siordet,
auphin. Ba Lambert, J. Lambert,








: Maintenant o on be discute | plu g lan
toujours: un Bas ae

-— dloges les plas larges st a regret propriété de détruire en oe rien. a
ter qu’cn-ait en la E gulitte idée de faire | temps les punaises, prices ef poux de
peintoriurer,amtor de lastatue d’an hé- bors.
Tos, des moignons de murs, ornés du | oa soucieuses de oe santé:
_nedemi-grille en vieille ferraille: le tout | Ct Ge celle de vos chers enfants, ac- |
d'une couleur sang de-boenf, illustré de | coure2 done vite, choz M. Josep THt- passagers et suivre aussitot direc:
gros bleu, offensante § Voeilt ——__] MISTOCLE (CAMILLE pharmicien, pren-| tement pour Kingston et N “York,
Diabord il n'est point d’usage de met- | dre un flacon de cette bisnlaisante so-
tre une cldture A une aise a doit res- | jution,afin de vous débarrasser au plus. Por Lau Pri ince, le 8 Mev
ter libre dans sa mejesteuse. sévérité. [| | tot de ees insectes nuisibles qui, st- F. Herruann & Cr,
ny avait pas 4 protaner, en nous Expo- remeut avec cette saison d été qui va cncener rant mene ret ttn

int A de justes railleries. nos belles. cou- | bientot arriver, vous empé.heront de j '
leurs nationales, sur un carré- de magon- gouter. le somingil réparatear que. ré- | Bane Nationale t i = -
netie, destiné, dit-on | 4a un _patierre de | elame volve orgapism: pour se. refaire |

?
Foses et de j jsmins,— Ufllaic offrir au apres: le long, “avail deo la journée.
de notre Tadépendance, des} Yousen troavere 2: Pharmacie La- ba BaxoveNariogane ane DUA Tra aPhon=

Ts culsintsd martine Camille, Grand Rue; Pharma- eur qinforsay: les intéressé3 aos
| ie Augustin et trove; Pharmacie Saint- | “pe





ra ce soir pour Gonaives Saint: |
Marc, Jérémie, Mirasoane, pour
retourner- -imed(_ prochain, 413.
courant, pren Tre fa malle, frét et.


















*













































Convention bud jélaire, ee
partilion + eing pour ¢ cent £ 5%, sur.
{le-capital et de un pou nk (12/5)
intérets da fer au oF Janvier: 190% © sur

ote solde actiel. —
- Emprunts: du Gore ement Brovi-

F | soice él 10 Janvier réunis, 2me répar-.
| aoe : un poy cent (lef) ipierets da,
i ah nvier 1904.














oe

dil / maison, su
tre nous etda





io wee Midoustc rappelle aux

| jireases que la loi du 13 Aout doit

S| étre strictement observée et qu’aucun

é- ee ne sera elfectué sur des Bony
t les timbres. prévo us.”

, 3 Février 4904,




tatreprse Eau Ik Canes de

24, Rue des Miracles, 21.|.
ta face J. Déjardia Th. Laders & Gies >

—~@w Restaurant de la Paix

-Syphons 10---«




































am

Port-au-Prince

FOUBNISSEUR: ,
du Grand Gercle.de Pont-au-Prince ~ PLAINE. DU CUL-DE !
ctl Commerce Grand Depot rue des : Césars, N® 7
de PHotel Bel levue
de Hétel de France et Rue du-Qua i
6 Patrie :
du Grand Café
du Bar Fin de Siecle
du Bar du Commerce
@ des Amateurs.
« Nouvenu-Siecle
« de la Bourse
« dela Chambre}
« deia Poste
a ae Port.
a Fy i Palais
é e Union
de I Bpice me Centrale
du Lunch Room
Peli-Guive
Café Lochar!
Je Pe Wide _.
Au Care Tel Pax
Si. Mare
A. Dalancourt

‘teurs, et USSi pour expédier lowes commands tant
l'Hle que pour_l’Etranger. — - 7









esd existen
Fonds accumulés- 1905: rae



pot a urgea
(BABIOLE)



Prives Mopertes —



















gola Champagne bouteille 15 cents

wimonades pazeises 10 «
Bau de Seliz Dd 4








Au Cap Ualtien L, Ropon MAcKENzIE
Aux Gonaives vveP. LaNcELoT &C
A Jérémie F.

Aux Caves
A Jacmel













Variees,. Hémarrholtes, Varicocdie, Palébites,
chroniques, Accidents du Retour d Age; Fi Filariose © =

| , Caged falt laricinslité de eet Etxir, gh.ce qui explt
Yj ANG BR GUE ecorilé Pont qu’
es principes neilts dew Tones ot de Verorca OE nmamelia Vircin ee The & Oey
annwim, gil eet inetemet or emeherd par les wnédering angle ot aoidtricaine errs 16
Antibémorcho: daivesy << Poss: Ca verre k Liqueur par ou LOUpEG Ten ® shane LOD

LE FLACON PHARMAGIE. SEIOURNE. ae rasta










f%
PA Bo

: 4, Rue du Fort-



ros et en détail