Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


















«



















































oS ournal Quotidien, Gommerci

~~ CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PR(










_CENTIMES
ee oe

Bir



ey





sti

OMPAGNIE FRANCAISE
DES CABLES TELEGRAPHIQUES
“MONOPOLE du NOUVELLISTE
AEPRODUCTION INTERDITE.)





























i, —Instraction Pablique.
Si, comme nous Pénoncioas an début |

Panis’7.— La crise ministérielle|

t cause dela baisse des valeurs |

| du chapitre précédent, Vérat croissant |
| dane population est une indice de pro- |








ry ae 4 * ¥ ¢ Se 4 .
agnoles a Ja Bourse de Paris. -[erdés, il nesuffit pourtant paspour permet: |
‘Sr-PéreaspounG 7.—- La Russica | tre de porter sur un peuple un jugement |

xigé du Japon la mise en liberté | sain et définisif.
minddiate de |'équipage du vapeur] En réaliré, laccroissement de la popu

Progreso» et que embargo du na- | lation nest que larésultante d'autres faits |












re russe qui ent une collision .en | quvilgimporte Wexaminer. Le bet dail- |
llevrg des sociétés ne satirair ¢iie unique- |






eine mer avee le vapeur japonais |

Tokai» soit-retiré.— On croit gue! ment de croitre en nombre etd’obéirbes- |















iveau couflit Lelfacie
> | force: ni lamesure de la. civ/lisation.cb
& Pleseul fait de l’augmentation d'un grou-
pement humaia ne suffit. pas pour indi |
quer son degré-d’

Aussi convient-il dinvest
con-tater si les autres buts mioraux et
matériels n'ont pas été poursnivis par la}
nation heiienne a mesure qu’etle se dé- |






























s HOUVENE eX: ance svust pré-
iée dans la gorge de 'empereu' 4
uillaume. Les médecins qui las-)
sistent, ont déclaré que cette excrois- |
sance n’a pas un. caraclére dange-
reux.— Lo. London Times» dit que
Vélat de Tempercur Guillaume s'est
ainéliore.
_ Une explosion s'est produite dins
Tes mines de charbon & San-duan |
{Asturies ); 8 ocersounes ont OLE |
Tides et 12 Dlessdées.
_ Lonvars 8.— On dit que Vempe- |

aisance et de bien-dtre. |
iguer et de]





veloppait, que sa population devenait |
‘moins clairsem¢e.

Ce peuple a-t-il regres-¢ comme le pré- |
tendent nos détracteurs ef que
impatients d’atieindre les cimes élevées
| des viellles civilisations? Ext-il tout au
moins resté dans les ténébres intellectuel
de-48042 Siesteon,. depuis.la.proclamiis

lques amis |

gn §
o 4



als 8.—O.1 mainde de St-Péters-4





























1 domptense fut déchirée et dévo-
ees par 4 lions-6 présence des spec- |
aleurs, - 4
Lonpnes 7.—Le général boer Vilb
n s'est embarqué hier {a Liverpool
ourte-Mexique, of il vaétablir une
ouieborr,
— Weeas @ = Café Haiti 45.00.

réée pour Vinstruction de |
la jeunesse.Or,iln’y avait 4 lépoque que 6 |
divisions militaires, formant le territoire de
empire d’Haiti. On ne comptait done en
Haiti que 6 écoles én 1805.Mais il est cer-
tainqueleur fonctionsementa da seressen-

tic del’état de

paysse trou

publique serac



TAS

_ | #honnement ‘pour Départementi;::4:20-

ns aux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly & Fort-Per.

‘pamemnniene

B
I lation de I'Iostraction publ
Vincent et L. C: Lhérisson.)»

ite question peut-étre la cause d'un tialement au précepte biblique :¢croissez et |
: co ee multipliers. oe
Co a dité seule n'est pas un gage de |.

| territoire haiti
| seignement ou.

| ceurs de notre nationalité.

des éco























































Bite







qui firentdu peuple haitien une nation libre
et souveraine. Vivant sur un qui-vive perpé-

| tuel, s’attendant a toutes sortes Pévéne-
|_ments,notamment 4 une reprise dhostili-
}tésimminentes de la part de la Frince
| qui ne v
l belle et riche colonie de St-Domingue

oyait pas sans d’amers regrets la

| passer en d’autres mains, on comprend
I fort bien que le Gouvernement, au lende~
| main de 1804, n’ait eu d'autres soucis
| que de maintenir par tous les moyens pos-
| sibles le grand acte politique que les
| Haisiens venaient d’accomplir. Le pays
-fentier était en effet un vaste camp. Dans
| de telles conditions, Vorganisation de
| Pinstruction publique ne devait-elle pas etre

ournée 4 des temps meilleurs? (Légis-
ique par S.

lottes con’

*

Au lendemain de nos grandes
tre le systéuié colonial, il_n’existait done
a bir presque pas d°écoles ‘sur tout” le”
gitien. Les établissements d’en-
jes fils des blancs et quel-
ques rares affranchis recevaient aupara-






| vant une instruction madeste, avaient tous
| disparu.

Mais nous venons de voir que dés1805,

| Vinstruction publique est lobjet dune
|-des premiéres~ préoccupations des fonda-

lis li recon-

| naissent comme un devoir du Gouverne-~
| ment et Vinscrivent dans notre premier

pacte constitutionnel,
Cependant, il ne suffisait pas de désirer
les et d’en décréter la fondation.

eur -Guillanme— entreprendrasen-} | ) . ol AMLOT
Byage dans le midi de Europe le | tion de "Independance, préoceape de ces | Il fallait ponvoir les créer. Or, les insit-
Janvier prochatt ee | deux tiches deViastructivn et dela moras tutes —mranquatent Dastre-parts tous —

les luttes civiles qui la suivirent, porté-
rént sur les marches du Pouvoir, ne cru-






1 bon echrétiens dans (— jonsd ssitéimpérieused instrui-
| pare occide -de la Chine” aminer dans lés deux cha-| au plus 1étclesesclaves d’hier devenus™
“Panis 8.— Des nouvelles recues | pitres suivants. hE hae | des hommies, et de les préparer a la lour-
ide Berlin affirment que |’étatde| Er d’abord Instruction. | de responsabilite qu'on venair dend
emperear Guillaume est grave. | «Dans le pacts. fondamental de 1805, | Sets dire on Peuple § dépendan

BE Pendant une re-| le premier qui ait” été élaboré apres la | Maren’

résenlatin donnée dans une mé- proclamation besiege est dit, oe fiat en aie an st caooni “de
He Wie entn A Visecar macepy | arte” eg dispositions générales, que) es HpOTIta ae

gerie hier soir 4 Dessau (Prusse) Lins chaque Nokon winnie, ane Boole ces farouches héros, Vidée de fonder un

lycée 1 Port-au-Prince, trouva dans l'en-
‘tourage de Pétion toutes les oppositions.
Elle ne put étre réalisée qu’en 1815.
“These done curieux de rechercher et de
produire ce qu'est devenu ce petit noyaa
de six écoles prévues par la constitution

malaise général dans lequel le | du premier Empire.
aitau sortir des grandesiuttes |,

Dans chacune des nombreuses chartes





























ui furent depuis élaborées, la question” eS
de l'Instruction publique a fait un pas aussi b
nonveat. :

Ce qui était facultatif, — c’est-d-dire la |

fréquentation des écoles— est devenue | rer; — il est vrai que les marchan
obligatoire-Ge-qui-était un privilége ac- | généralement quelconqués sont 40
cordé aux fils des généraux et officiers de | exorbitant! 4 Oo
Parmée— l’admission dans les écoles pu- | -Maintenant, quel est le Champollion
bliques— est devenue un droit universel | assez fin pour déchiffrer ces hiéroglyphe
du peuple. ws | prismatiques? S 3
— -Poussauit plas loin” que beaucoup del -Quatrain du Jou

grands Etats, le principe de la gratuité ss de vent sar la mer
el’enseignement, la Constitution de 1889



_Les sautes de vent.
Affolent-toustes ¢

De la «Prime» le
Sur nos rives font

gress, | ee
__D’année-en-année, de. nouvelles -lois linois, Mmes 4
sont venues réglementer nos écoles, et les écrit, qu’en vue de la baisse Psntiauelle ams, Dibite mple,
programmes d’études de “France ont été dans le prix du café br&silien, le gouver-_ Miles Jean Joseph

adoptés et parcourus par nos établissements ! a | ep :
ples erp pa ements | vement fédéral prend des mesures pour | 8¢ Mart

scolaires, en. méme-—temps qu'un’ plus} ; eee
° 4 pee] porter reméde 4 cette situation.

grand nombre. d’enfants des déux” sexes | U Te fe
. : n décret présidentiel vient d’ouvrir

réclamaient le pain de l’Instrnetion. ey . :
P ‘au Ministére de l’Industrie an crédit de

En 1895, suivant la statistique publiée | 7 . :
par MM. Sténio Vincent et L. C. Lhé-| 70 contos de reis pour organiser la pro- |! ‘Suiat-Tho

risson et puisée aux sources les plus cer- | pagande du café brésilien & Vextérieur, | ae ae
lata, Mr et Mme M.. Sco

La Légation de Belgique 4 Rio-Janeiro | 1701S,

























Miragliotti Carmel

2 * « i £ 5 44. i nez. :
taines, on comptait sur Ja République: — dans_le double. but 4d augmenter. la.con- |!
“| " , sommation du principal produit national | ,
505 écoles rurales urbaines laiques! et de le défendre sur les-marchés-étran-|- ig oe ;
__I97-écoles_primaires—arbaines laiques- gers au point de vue de la qualité, de ta) _Cap-Haitien, -MM._T._A- Narcisse, P.
19 écoles urbaines de Fréres- — ~~} guantité, du prix de la provenance. Pierrot, Pierre Continjean, G. Morea
32 écoles urbaines de Soeurs | —€e-service de la propagande sera fait Dupont, R. Piquion; L. Isidore, R. Jean
cei _

6 écoles secondaires de garcons ~~

6 écoles secondaires de filles
stycées es
3 écoles supérieures

| principalement au_ moyen d’expositions | °'
| permanentes de-différents échantillons de | 89)!
| café brésilien. Ces expositions seront or

ganisées de préférence dans les consu

















102 écoles privées urbaines et rarales, }
formant au total huit cent sotxante-quinze
écoles. py ambou

Lrettectit des éléves inscrits s’€levait 4 | Se-Pétersbourg, -

38.079 pour les écolcs publiques,ct 6.5 3) Les éollections be

pour Jes écoles privées, ce qui donnait | frites de facon a-réunir dans chaque expo

une population scolaire de 44.542 €léves. | sition, tous les éléments de comparaison | | Q

__ Le budget général de la République | entre les produits-brésiliens-et ceux d’au-

consacrait cette mémeannée 4 TTastruc- | _ires-provenances. ce

1100 publique la somme de un million | Des instructions spéciales du Ministre | ie S SN

deux cent quinze mille gourdes, représentant | des Relations extérieures régleront les | Nocs avans regu la carte de fiangailles

18 %Jo, environ des dépenses générales | rapports dés Consuls avec le directeur de | deMlle Francesca Mangonez avec M.Cons-
———-l-¢e service de propagande, qui devra pré- | tant Behrmann.

| senter un rapport semestriel sur les opé~ | ~~ Nous adressons nos

| rations de son service. , _ .. | eitations aux flancés,

Nomination Tribunal Civil —
. Ce matin Mr Emmanuel Rampy a été] A son audience du 7 décembre 1903, !€
a . , | nommé professeur d’anglais a Pécole se-| Tribunal civil a prononcé le jugement _
wwt3R AMERICAIN «as c2ccees fe! ee - ‘ ae er NT aektar de
- 28 AMERICAN -G 162 °/o! condaire de garcons. —Mr Rampy est une {-permettant au sieur Emmaa el Mercier de
Gonsoriees T2 “Jo eScpt. or 50 fo | intelligence qui vient de surgir, Les bel-.| Valenton de citer son épouse, la dame
Conmsolidés 6 °/. a 60 *fo | les études-quril-a faites aa Lycée matio- | Marie Desgraces Badotia: Joo, dans

. | “A

de la République @ Lisbonne, au Hav
Marseille, Paris, Génes, Trieste, Londre
— AERTS > Poavers, Bruxél
















meilleures féli




















nal et sun godt pour l’enseignement public



~ Vent-on ave ,_idée “de: ibre= Lyete—-an concours général de 1900-
t rim gor, - at-luigairemmporta ie pre- | .
“durant ces huit derniers jours? — Voici les, mier prix d’anglais. Le ch ay des;
notes que nous puisons dans le carnet | meilleurs: oe oo
dan homme d aflaisest oe “ap
" Lundi 30 Nov.— 4190-95-90.
Mardi te" Déc.— 185-8-78
Mercredi 2 Déc.— 180-83-85
Jeadi 3 Déc. — 185-87-88
Vendredi 4 Déc.— 185-80-78
Samedi 5 Déc. ~ 178-76 78
Landi 7 Déc. — 178-70 65












torisé a fonder-et diriger, aux Gonaives, | a
une école de Sténegraphie. - od
i : Nous lui souhaitons du succés! ~M.
Mardi 8 Déc. — 160 65-68 Steamer Hollandais | aux funérailles du
; erce midi 1620 Hier matin est entré le steamer «Prins Miz. Elle garde 4 tous un souv
--- Décidément les hommes d'affaires Willem Il nde la ligne hollandais¢, venant naissant de cet ible marque
somt bien forts, qui peuvent faire d*heu- des Cayes avec les passagers suivants: pathie, — =





“UN ESS AL’ vOUS





















a. IG: ho le POUR LA. LESSIVE EI LE MENAGE : POUR TOUJOURS. |

| ‘Ménagéres, n eaplares que lui, dans lintérét de économie,

du confort et de Phygiéne. - | |
Grano Paix.

Garant exempt de subslances muisibles. Paris 14900 eas

ons cont repr ésentés en celte siffe et dans le reste de te la République a Mr Coles fi










Les fabri ants , ce Barta Plies















































26, —Place du Champ-de-Mars,—26
Consultations : de 2 a4 henres p. m.
~ TELEPHONE |



















Oni en location av Wy Bcis-Veraa! ‘nel
maison haate. avec — bassin, | oe Oo a se eae
caries, remise, etc. SOL — oa ee ck
‘Sadreser av bureau du journal. —_| Entreprise dHaux Gazeuses de |
pet Langue Anglaise p ? pe oe cope
e Taveu- général, cette langue est | _vaphion. vem i:
ujourd’ hui S ndispensable aux voya- | _ orl-at TCG
eure, & aux commercants, aux letirés,| 24, Rue des Miracles, 21.
ux diplomates, etc, etc.
: MrJo. Desce,ex-professeur.au Lycée | ba face J. Déjardia Th. Luders & Cie,
National, déja favorablement conna du | FOURNISSEUR:
ublic, vient d’en instituer deux cours| du Grand Cercle de Port-au-Prince
nm groupes qui se font- au local ded du Restaurant dele Paix ~
‘Ecole de Musique et de Déclamation, | du Commerce :
edi Peuple, dont Pun le matin, | de Hotel Bellevue —_
de 7 48 et autre le soir de 5 a 6. de Hotel de France _
Pour les jours et les conditions, voir | é Patrie _
»-professeur, Rue Lamarre, 36 bis | du Grand Café |
Hl contiuue & donner des- —legons-&} du Bar-Fin de Siécle..
domicile. du raat du Commerce
L 2 sen beh L « aes Amateurs. ee fod Le dN x
€ soussign: clare avoir adhiré le li- “« Nouveau-Siécle
wret de sensi n_militaire, s‘élevant. | @ dela Bourse 3 ‘Exécutent commandes is vins fins
néra ceph; le dit | «de .: fe barrique, —1/2,— 1/4. harris
ae _ que et par caisses..
a OO es Vin rouge et via blane extra.
«du Palais pots "Prix modérés!
: es ter «de. i Conta oo —. oo eM
nee e PEpicerie Centrale Seuls représentanls de la Marque
afionale dHatt _ du Lunch Roam Henrt Buon.



cx
Bg
ali
et
=
3



Les participants 4 \Emprunt de la | : BAnIOLEN®
~Conventian Budgétaire sont priés de} yo), Champagne bouteitle45 cents.

sees

bien vouloir se “présenter a nos. gui- | >. ree
& Se £ S pecceec afl conmnsnnt oo Se * . my +e? . TEeSrey
_ chets pour retirer leurs bons définitifs eimonades gazoase 3 ~ Alonsiewr Lanse DARDANCOURT,
__en échange des regus provisoires. Eau de Seltz rg distillateur, liquoriste, 43 années de

~~ Les porteurs de bons de UEmprunt| sy phons -pralique,..ancienassocic et. Directeur

udu 10 Janvier 1903 sont priés de bien | Pour les siphons une garantie de | gérant des Usines de habitation «PE.
~vouloir se présenter 4 nos guichets| § 1. 00 par bouteille est exigée. toile» (a Laavieul 1), dans lu Plaine du

avec _leurs-titres. pour-les faire. régula- |Pour—les-bouteilles de toutes les | Cul-de-S fabrication bum
_ riser, en y jascrivant les intéréts dus | gytres boissons, la garantie est de 10. et du Tati
aul doivent tite-ajontés-t aueapilal ~~) eentimes par bontetti. I A toutes ‘tes






















; qui a oblenv ¢ des mé %
_Lixpositions tanta Pétran-
per Haitr-et-dont il a toujours
fete le seul fabricant,. a ee
- pneur-daviser le public “et S8
etientle, ae Wun commun accord,
existall entre lai et Mr
- :





















ic. - a te que :
oy ‘MEME piitm, tant apprécié des amateurs
_| pour son comple PErsGn uly ‘sous fa

Repro | ‘Bau de e@ Seltz, | dénomination de :
Be rpaton Hifi vont _ Siphons Rhum Labbée Barhaneonel

La Banque rappelle. any “iaaenacéa Débit en gros ct en détail.
Lael oi ii a 4003 doit étre | ee Préparés avec de ; Rhum, — Clairin,~ Alenol, — Tafia.
ement observ gu’aucun paie- , wm, Aven e John-Brown
tment ne sera ellectué sur fet bons ne 7 Kau 5S térilisée ae ot BA, roe Larnarre ...

Pee dD C ere 1903. 1 ey de PAcide Carbonique Liquefi¢ : Port au-Prit.ce e (Halt )



















Maison renonunée pour la solidité et la supériorité ae articles ol pour a extreme u mut he
vient de recevoir un grand assortiment darticles de toutes sortes
se ZL _ premiére ee t Is qi 6

de larbre de Neél. fusils pour enfants, | Bordures, | eint
services porcelaines, bonbonniéres. ocres, ete, ete.

ILampes es Selles anglaises

de toutes quatik’s. lustres, bongeoirs, . Chabraques

lampions, drapeaux haitiens et étran- :

gers, euirlandes en papier pour déco- ; de toutes sortes ¢perons, élricrs, éiri
| viéres, sangles. brides, mors et filets

ration, articl s ee klés et Gtamés, fontes, valises, sac
~ nicklés.et étamés, fontes, valises,

Ménagis s émaillés coches, jambiéres, cravaches, fouets, ' eae erochels, peulures, mouling |
Ate S

?
ebaccessoirs pour lavabos,-/ brasses acheval detouscenres, étrilfes,
Lavabos ceessairs pc 308, b cheve | Rechauds

| 7
ide toutes. dim mensions el qualit
quittes émaillées et en ferblone,
naus pour buss et écuries, loues,

porte-manger, marmites, godets, théié-! et tous articles pour boss.
res, calétiéres, assielles, ete, ete, ane par, feurle.. étain, | ficelle, | ~Chaudiai s fers Satie ‘ele, s










2 g SE I EDIE ieee ee

Docteur Boury olly

75, Rue Kugéne Bourjolly 76.

- Grand Magasin de Meubles 2
Henry Stark & Ce,

Maison fondé oe n i873

“Bh Rue du Magasin de TEtat,65 | A vendre a la Sei ert a a s

Importation de Heat les DE PORT-AU PRINCE
en tous genres, Des roe
Fabrication de Cereueils simoles Prix Modérés!
de luxes,décorés A | ’oxtériour | MWAC
et capitonn’s vl inierieur |
a partir de $ 30.

Grande Spécilité en Miroiterie.
Glaces de toutes dimensions enca-
drées ou non, avec ousans biseaux

Réparation des glaces tachées
a prix reduils,
_ Verresavitres' cou eS SLICIPSUEAS ve















~ pour. ae ee

ints ar = at Mariages n iene aed ee:

Cares tions Nouvelles

| Corbeilles de F lees :

Jarlinigres pour diners, réceptions, |
_Couronnes ee ree beaulés.





“Varisté e en gobelew werres a Bor- | "Sladresser a Mme | CHERDRUE
_ deauxeta uaeeurs tera te _ Bois-\ , :
8 Ve ey ilées oe

adresses peurle: commandes de /
Cercueils chez:

"Sage femme: diplémée de la faculté | ex.
M. Aur. Stang, Avenue Grégoire, de Médecine toror ay Fevnes ancien- | ,

Maison Demeuran, en face la|ne ossistantée a la. 1 Maternité, eure ses.
Pharmacie St-lLouis -~- ou chez

Mr. Fiécuier Husson, Rue des

Césars No 125, prés de ia Rue du

Révseroir.



Full Text


















«



















































oS ournal Quotidien, Gommerci

~~ CHERAQUIT,--- DIRECTEUR-PR(










_CENTIMES
ee oe

Bir



ey





sti

OMPAGNIE FRANCAISE
DES CABLES TELEGRAPHIQUES
“MONOPOLE du NOUVELLISTE
AEPRODUCTION INTERDITE.)





























i, —Instraction Pablique.
Si, comme nous Pénoncioas an début |

Panis’7.— La crise ministérielle|

t cause dela baisse des valeurs |

| du chapitre précédent, Vérat croissant |
| dane population est une indice de pro- |








ry ae 4 * ¥ ¢ Se 4 .
agnoles a Ja Bourse de Paris. -[erdés, il nesuffit pourtant paspour permet: |
‘Sr-PéreaspounG 7.—- La Russica | tre de porter sur un peuple un jugement |

xigé du Japon la mise en liberté | sain et définisif.
minddiate de |'équipage du vapeur] En réaliré, laccroissement de la popu

Progreso» et que embargo du na- | lation nest que larésultante d'autres faits |












re russe qui ent une collision .en | quvilgimporte Wexaminer. Le bet dail- |
llevrg des sociétés ne satirair ¢iie unique- |






eine mer avee le vapeur japonais |

Tokai» soit-retiré.— On croit gue! ment de croitre en nombre etd’obéirbes- |















iveau couflit Lelfacie
> | force: ni lamesure de la. civ/lisation.cb
& Pleseul fait de l’augmentation d'un grou-
pement humaia ne suffit. pas pour indi |
quer son degré-d’

Aussi convient-il dinvest
con-tater si les autres buts mioraux et
matériels n'ont pas été poursnivis par la}
nation heiienne a mesure qu’etle se dé- |






























s HOUVENE eX: ance svust pré-
iée dans la gorge de 'empereu' 4
uillaume. Les médecins qui las-)
sistent, ont déclaré que cette excrois- |
sance n’a pas un. caraclére dange-
reux.— Lo. London Times» dit que
Vélat de Tempercur Guillaume s'est
ainéliore.
_ Une explosion s'est produite dins
Tes mines de charbon & San-duan |
{Asturies ); 8 ocersounes ont OLE |
Tides et 12 Dlessdées.
_ Lonvars 8.— On dit que Vempe- |

aisance et de bien-dtre. |
iguer et de]





veloppait, que sa population devenait |
‘moins clairsem¢e.

Ce peuple a-t-il regres-¢ comme le pré- |
tendent nos détracteurs ef que
impatients d’atieindre les cimes élevées
| des viellles civilisations? Ext-il tout au
moins resté dans les ténébres intellectuel
de-48042 Siesteon,. depuis.la.proclamiis

lques amis |

gn §
o 4



als 8.—O.1 mainde de St-Péters-4





























1 domptense fut déchirée et dévo-
ees par 4 lions-6 présence des spec- |
aleurs, - 4
Lonpnes 7.—Le général boer Vilb
n s'est embarqué hier {a Liverpool
ourte-Mexique, of il vaétablir une
ouieborr,
— Weeas @ = Café Haiti 45.00.

réée pour Vinstruction de |
la jeunesse.Or,iln’y avait 4 lépoque que 6 |
divisions militaires, formant le territoire de
empire d’Haiti. On ne comptait done en
Haiti que 6 écoles én 1805.Mais il est cer-
tainqueleur fonctionsementa da seressen-

tic del’état de

paysse trou

publique serac



TAS

_ | #honnement ‘pour Départementi;::4:20-

ns aux bureaux du journal, angle des rues Bourjolly & Fort-Per.

‘pamemnniene

B
I lation de I'Iostraction publ
Vincent et L. C: Lhérisson.)»

ite question peut-étre la cause d'un tialement au précepte biblique :¢croissez et |
: co ee multipliers. oe
Co a dité seule n'est pas un gage de |.

| territoire haiti
| seignement ou.

| ceurs de notre nationalité.

des éco























































Bite







qui firentdu peuple haitien une nation libre
et souveraine. Vivant sur un qui-vive perpé-

| tuel, s’attendant a toutes sortes Pévéne-
|_ments,notamment 4 une reprise dhostili-
}tésimminentes de la part de la Frince
| qui ne v
l belle et riche colonie de St-Domingue

oyait pas sans d’amers regrets la

| passer en d’autres mains, on comprend
I fort bien que le Gouvernement, au lende~
| main de 1804, n’ait eu d'autres soucis
| que de maintenir par tous les moyens pos-
| sibles le grand acte politique que les
| Haisiens venaient d’accomplir. Le pays
-fentier était en effet un vaste camp. Dans
| de telles conditions, Vorganisation de
| Pinstruction publique ne devait-elle pas etre

ournée 4 des temps meilleurs? (Légis-
ique par S.

lottes con’

*

Au lendemain de nos grandes
tre le systéuié colonial, il_n’existait done
a bir presque pas d°écoles ‘sur tout” le”
gitien. Les établissements d’en-
jes fils des blancs et quel-
ques rares affranchis recevaient aupara-






| vant une instruction madeste, avaient tous
| disparu.

Mais nous venons de voir que dés1805,

| Vinstruction publique est lobjet dune
|-des premiéres~ préoccupations des fonda-

lis li recon-

| naissent comme un devoir du Gouverne-~
| ment et Vinscrivent dans notre premier

pacte constitutionnel,
Cependant, il ne suffisait pas de désirer
les et d’en décréter la fondation.

eur -Guillanme— entreprendrasen-} | ) . ol AMLOT
Byage dans le midi de Europe le | tion de "Independance, préoceape de ces | Il fallait ponvoir les créer. Or, les insit-
Janvier prochatt ee | deux tiches deViastructivn et dela moras tutes —mranquatent Dastre-parts tous —

les luttes civiles qui la suivirent, porté-
rént sur les marches du Pouvoir, ne cru-






1 bon echrétiens dans (— jonsd ssitéimpérieused instrui-
| pare occide -de la Chine” aminer dans lés deux cha-| au plus 1étclesesclaves d’hier devenus™
“Panis 8.— Des nouvelles recues | pitres suivants. hE hae | des hommies, et de les préparer a la lour-
ide Berlin affirment que |’étatde| Er d’abord Instruction. | de responsabilite qu'on venair dend
emperear Guillaume est grave. | «Dans le pacts. fondamental de 1805, | Sets dire on Peuple § dépendan

BE Pendant une re-| le premier qui ait” été élaboré apres la | Maren’

résenlatin donnée dans une mé- proclamation besiege est dit, oe fiat en aie an st caooni “de
He Wie entn A Visecar macepy | arte” eg dispositions générales, que) es HpOTIta ae

gerie hier soir 4 Dessau (Prusse) Lins chaque Nokon winnie, ane Boole ces farouches héros, Vidée de fonder un

lycée 1 Port-au-Prince, trouva dans l'en-
‘tourage de Pétion toutes les oppositions.
Elle ne put étre réalisée qu’en 1815.
“These done curieux de rechercher et de
produire ce qu'est devenu ce petit noyaa
de six écoles prévues par la constitution

malaise général dans lequel le | du premier Empire.
aitau sortir des grandesiuttes |,

Dans chacune des nombreuses chartes


























ui furent depuis élaborées, la question” eS
de l'Instruction publique a fait un pas aussi b
nonveat. :

Ce qui était facultatif, — c’est-d-dire la |

fréquentation des écoles— est devenue | rer; — il est vrai que les marchan
obligatoire-Ge-qui-était un privilége ac- | généralement quelconqués sont 40
cordé aux fils des généraux et officiers de | exorbitant! 4 Oo
Parmée— l’admission dans les écoles pu- | -Maintenant, quel est le Champollion
bliques— est devenue un droit universel | assez fin pour déchiffrer ces hiéroglyphe
du peuple. ws | prismatiques? S 3
— -Poussauit plas loin” que beaucoup del -Quatrain du Jou

grands Etats, le principe de la gratuité ss de vent sar la mer
el’enseignement, la Constitution de 1889



_Les sautes de vent.
Affolent-toustes ¢

De la «Prime» le
Sur nos rives font

gress, | ee
__D’année-en-année, de. nouvelles -lois linois, Mmes 4
sont venues réglementer nos écoles, et les écrit, qu’en vue de la baisse Psntiauelle ams, Dibite mple,
programmes d’études de “France ont été dans le prix du café br&silien, le gouver-_ Miles Jean Joseph

adoptés et parcourus par nos établissements ! a | ep :
ples erp pa ements | vement fédéral prend des mesures pour | 8¢ Mart

scolaires, en. méme-—temps qu'un’ plus} ; eee
° 4 pee] porter reméde 4 cette situation.

grand nombre. d’enfants des déux” sexes | U Te fe
. : n décret présidentiel vient d’ouvrir

réclamaient le pain de l’Instrnetion. ey . :
P ‘au Ministére de l’Industrie an crédit de

En 1895, suivant la statistique publiée | 7 . :
par MM. Sténio Vincent et L. C. Lhé-| 70 contos de reis pour organiser la pro- |! ‘Suiat-Tho

risson et puisée aux sources les plus cer- | pagande du café brésilien & Vextérieur, | ae ae
lata, Mr et Mme M.. Sco

La Légation de Belgique 4 Rio-Janeiro | 1701S,

























Miragliotti Carmel

2 * « i £ 5 44. i nez. :
taines, on comptait sur Ja République: — dans_le double. but 4d augmenter. la.con- |!
“| " , sommation du principal produit national | ,
505 écoles rurales urbaines laiques! et de le défendre sur les-marchés-étran-|- ig oe ;
__I97-écoles_primaires—arbaines laiques- gers au point de vue de la qualité, de ta) _Cap-Haitien, -MM._T._A- Narcisse, P.
19 écoles urbaines de Fréres- — ~~} guantité, du prix de la provenance. Pierrot, Pierre Continjean, G. Morea
32 écoles urbaines de Soeurs | —€e-service de la propagande sera fait Dupont, R. Piquion; L. Isidore, R. Jean
cei _

6 écoles secondaires de garcons ~~

6 écoles secondaires de filles
stycées es
3 écoles supérieures

| principalement au_ moyen d’expositions | °'
| permanentes de-différents échantillons de | 89)!
| café brésilien. Ces expositions seront or

ganisées de préférence dans les consu

















102 écoles privées urbaines et rarales, }
formant au total huit cent sotxante-quinze
écoles. py ambou

Lrettectit des éléves inscrits s’€levait 4 | Se-Pétersbourg, -

38.079 pour les écolcs publiques,ct 6.5 3) Les éollections be

pour Jes écoles privées, ce qui donnait | frites de facon a-réunir dans chaque expo

une population scolaire de 44.542 €léves. | sition, tous les éléments de comparaison | | Q

__ Le budget général de la République | entre les produits-brésiliens-et ceux d’au-

consacrait cette mémeannée 4 TTastruc- | _ires-provenances. ce

1100 publique la somme de un million | Des instructions spéciales du Ministre | ie S SN

deux cent quinze mille gourdes, représentant | des Relations extérieures régleront les | Nocs avans regu la carte de fiangailles

18 %Jo, environ des dépenses générales | rapports dés Consuls avec le directeur de | deMlle Francesca Mangonez avec M.Cons-
———-l-¢e service de propagande, qui devra pré- | tant Behrmann.

| senter un rapport semestriel sur les opé~ | ~~ Nous adressons nos

| rations de son service. , _ .. | eitations aux flancés,

Nomination Tribunal Civil —
. Ce matin Mr Emmanuel Rampy a été] A son audience du 7 décembre 1903, !€
a . , | nommé professeur d’anglais a Pécole se-| Tribunal civil a prononcé le jugement _
wwt3R AMERICAIN «as c2ccees fe! ee - ‘ ae er NT aektar de
- 28 AMERICAN -G 162 °/o! condaire de garcons. —Mr Rampy est une {-permettant au sieur Emmaa el Mercier de
Gonsoriees T2 “Jo eScpt. or 50 fo | intelligence qui vient de surgir, Les bel-.| Valenton de citer son épouse, la dame
Conmsolidés 6 °/. a 60 *fo | les études-quril-a faites aa Lycée matio- | Marie Desgraces Badotia: Joo, dans

. | “A

de la République @ Lisbonne, au Hav
Marseille, Paris, Génes, Trieste, Londre
— AERTS > Poavers, Bruxél
















meilleures féli




















nal et sun godt pour l’enseignement public



~ Vent-on ave ,_idée “de: ibre= Lyete—-an concours général de 1900-
t rim gor, - at-luigairemmporta ie pre- | .
“durant ces huit derniers jours? — Voici les, mier prix d’anglais. Le ch ay des;
notes que nous puisons dans le carnet | meilleurs: oe oo
dan homme d aflaisest oe “ap
" Lundi 30 Nov.— 4190-95-90.
Mardi te" Déc.— 185-8-78
Mercredi 2 Déc.— 180-83-85
Jeadi 3 Déc. — 185-87-88
Vendredi 4 Déc.— 185-80-78
Samedi 5 Déc. ~ 178-76 78
Landi 7 Déc. — 178-70 65












torisé a fonder-et diriger, aux Gonaives, | a
une école de Sténegraphie. - od
i : Nous lui souhaitons du succés! ~M.
Mardi 8 Déc. — 160 65-68 Steamer Hollandais | aux funérailles du
; erce midi 1620 Hier matin est entré le steamer «Prins Miz. Elle garde 4 tous un souv
--- Décidément les hommes d'affaires Willem Il nde la ligne hollandais¢, venant naissant de cet ible marque
somt bien forts, qui peuvent faire d*heu- des Cayes avec les passagers suivants: pathie, — =


“UN ESS AL’ vOUS





















a. IG: ho le POUR LA. LESSIVE EI LE MENAGE : POUR TOUJOURS. |

| ‘Ménagéres, n eaplares que lui, dans lintérét de économie,

du confort et de Phygiéne. - | |
Grano Paix.

Garant exempt de subslances muisibles. Paris 14900 eas

ons cont repr ésentés en celte siffe et dans le reste de te la République a Mr Coles fi










Les fabri ants , ce Barta Plies















































26, —Place du Champ-de-Mars,—26
Consultations : de 2 a4 henres p. m.
~ TELEPHONE |



















Oni en location av Wy Bcis-Veraa! ‘nel
maison haate. avec — bassin, | oe Oo a se eae
caries, remise, etc. SOL — oa ee ck
‘Sadreser av bureau du journal. —_| Entreprise dHaux Gazeuses de |
pet Langue Anglaise p ? pe oe cope
e Taveu- général, cette langue est | _vaphion. vem i:
ujourd’ hui S ndispensable aux voya- | _ orl-at TCG
eure, & aux commercants, aux letirés,| 24, Rue des Miracles, 21.
ux diplomates, etc, etc.
: MrJo. Desce,ex-professeur.au Lycée | ba face J. Déjardia Th. Luders & Cie,
National, déja favorablement conna du | FOURNISSEUR:
ublic, vient d’en instituer deux cours| du Grand Cercle de Port-au-Prince
nm groupes qui se font- au local ded du Restaurant dele Paix ~
‘Ecole de Musique et de Déclamation, | du Commerce :
edi Peuple, dont Pun le matin, | de Hotel Bellevue —_
de 7 48 et autre le soir de 5 a 6. de Hotel de France _
Pour les jours et les conditions, voir | é Patrie _
»-professeur, Rue Lamarre, 36 bis | du Grand Café |
Hl contiuue & donner des- —legons-&} du Bar-Fin de Siécle..
domicile. du raat du Commerce
L 2 sen beh L « aes Amateurs. ee fod Le dN x
€ soussign: clare avoir adhiré le li- “« Nouveau-Siécle
wret de sensi n_militaire, s‘élevant. | @ dela Bourse 3 ‘Exécutent commandes is vins fins
néra ceph; le dit | «de .: fe barrique, —1/2,— 1/4. harris
ae _ que et par caisses..
a OO es Vin rouge et via blane extra.
«du Palais pots "Prix modérés!
: es ter «de. i Conta oo —. oo eM
nee e PEpicerie Centrale Seuls représentanls de la Marque
afionale dHatt _ du Lunch Roam Henrt Buon.



cx
Bg
ali
et
=
3



Les participants 4 \Emprunt de la | : BAnIOLEN®
~Conventian Budgétaire sont priés de} yo), Champagne bouteitle45 cents.

sees

bien vouloir se “présenter a nos. gui- | >. ree
& Se £ S pecceec afl conmnsnnt oo Se * . my +e? . TEeSrey
_ chets pour retirer leurs bons définitifs eimonades gazoase 3 ~ Alonsiewr Lanse DARDANCOURT,
__en échange des regus provisoires. Eau de Seltz rg distillateur, liquoriste, 43 années de

~~ Les porteurs de bons de UEmprunt| sy phons -pralique,..ancienassocic et. Directeur

udu 10 Janvier 1903 sont priés de bien | Pour les siphons une garantie de | gérant des Usines de habitation «PE.
~vouloir se présenter 4 nos guichets| § 1. 00 par bouteille est exigée. toile» (a Laavieul 1), dans lu Plaine du

avec _leurs-titres. pour-les faire. régula- |Pour—les-bouteilles de toutes les | Cul-de-S fabrication bum
_ riser, en y jascrivant les intéréts dus | gytres boissons, la garantie est de 10. et du Tati
aul doivent tite-ajontés-t aueapilal ~~) eentimes par bontetti. I A toutes ‘tes






















; qui a oblenv ¢ des mé %
_Lixpositions tanta Pétran-
per Haitr-et-dont il a toujours
fete le seul fabricant,. a ee
- pneur-daviser le public “et S8
etientle, ae Wun commun accord,
existall entre lai et Mr
- :





















ic. - a te que :
oy ‘MEME piitm, tant apprécié des amateurs
_| pour son comple PErsGn uly ‘sous fa

Repro | ‘Bau de e@ Seltz, | dénomination de :
Be rpaton Hifi vont _ Siphons Rhum Labbée Barhaneonel

La Banque rappelle. any “iaaenacéa Débit en gros ct en détail.
Lael oi ii a 4003 doit étre | ee Préparés avec de ; Rhum, — Clairin,~ Alenol, — Tafia.
ement observ gu’aucun paie- , wm, Aven e John-Brown
tment ne sera ellectué sur fet bons ne 7 Kau 5S térilisée ae ot BA, roe Larnarre ...

Pee dD C ere 1903. 1 ey de PAcide Carbonique Liquefi¢ : Port au-Prit.ce e (Halt )
















Maison renonunée pour la solidité et la supériorité ae articles ol pour a extreme u mut he
vient de recevoir un grand assortiment darticles de toutes sortes
se ZL _ premiére ee t Is qi 6

de larbre de Neél. fusils pour enfants, | Bordures, | eint
services porcelaines, bonbonniéres. ocres, ete, ete.

ILampes es Selles anglaises

de toutes quatik’s. lustres, bongeoirs, . Chabraques

lampions, drapeaux haitiens et étran- :

gers, euirlandes en papier pour déco- ; de toutes sortes ¢perons, élricrs, éiri
| viéres, sangles. brides, mors et filets

ration, articl s ee klés et Gtamés, fontes, valises, sac
~ nicklés.et étamés, fontes, valises,

Ménagis s émaillés coches, jambiéres, cravaches, fouets, ' eae erochels, peulures, mouling |
Ate S

?
ebaccessoirs pour lavabos,-/ brasses acheval detouscenres, étrilfes,
Lavabos ceessairs pc 308, b cheve | Rechauds

| 7
ide toutes. dim mensions el qualit
quittes émaillées et en ferblone,
naus pour buss et écuries, loues,

porte-manger, marmites, godets, théié-! et tous articles pour boss.
res, calétiéres, assielles, ete, ete, ane par, feurle.. étain, | ficelle, | ~Chaudiai s fers Satie ‘ele, s










2 g SE I EDIE ieee ee

Docteur Boury olly

75, Rue Kugéne Bourjolly 76.

- Grand Magasin de Meubles 2
Henry Stark & Ce,

Maison fondé oe n i873

“Bh Rue du Magasin de TEtat,65 | A vendre a la Sei ert a a s

Importation de Heat les DE PORT-AU PRINCE
en tous genres, Des roe
Fabrication de Cereueils simoles Prix Modérés!
de luxes,décorés A | ’oxtériour | MWAC
et capitonn’s vl inierieur |
a partir de $ 30.

Grande Spécilité en Miroiterie.
Glaces de toutes dimensions enca-
drées ou non, avec ousans biseaux

Réparation des glaces tachées
a prix reduils,
_ Verresavitres' cou eS SLICIPSUEAS ve















~ pour. ae ee

ints ar = at Mariages n iene aed ee:

Cares tions Nouvelles

| Corbeilles de F lees :

Jarlinigres pour diners, réceptions, |
_Couronnes ee ree beaulés.





“Varisté e en gobelew werres a Bor- | "Sladresser a Mme | CHERDRUE
_ deauxeta uaeeurs tera te _ Bois-\ , :
8 Ve ey ilées oe

adresses peurle: commandes de /
Cercueils chez:

"Sage femme: diplémée de la faculté | ex.
M. Aur. Stang, Avenue Grégoire, de Médecine toror ay Fevnes ancien- | ,

Maison Demeuran, en face la|ne ossistantée a la. 1 Maternité, eure ses.
Pharmacie St-lLouis -~- ou chez

Mr. Fiécuier Husson, Rue des

Césars No 125, prés de ia Rue du

Révseroir.