Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Publication Date:
Copyright Date:
1903

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text











































axymal Quotidien, Gomme

nt....4.20 | — : : : |
tte | Pan mors 4

nications aux bureaux du journal, angle des rues. Bourjolly & Fort-







sassés se rendent aux Antilles.-- On
croit que cetle concentration se re-
lationne avec les réclamations contre |
QNOPOLE du NOUVELLISTE | |e Venézacla. |
LcPAQDUCTIGN INTERDITE.) | Un fou a tiré hier 4 coups de re-
pia pala volver sur-leseerétaire de la banque
prip 25. — Le député carliste | d’Angleterre, sans Puiteindre.
Robles-a-censuréte Gouvt-Iis=| -Maprip. 26. --- A_la_se i
pour_avoir décidé denvoyer | Cortés hier, Mr Montero Ri
ileau de guerre 4 l’Exposition | clamé la formation d'un nouveau

Louis. |e ministre de la ma-| parti démocratique avec Mrs Cana-
‘dian! s|lejas Lopez Dominguez et Vega Ar- | at de choses. Le Conseil m’a donné

§ qui-exis-}-)jo, faisant ‘un-véritable exposé du | PObr Instractions:

et | rogramme du Gouvernement, dans| _ 1° De protester, de la fagon Is plus for-
$s possible de equel il fait ressortir ’'avancement | melle, contre la prérention “c Gael:
n leur avait} dentamer des relations avec. les re- | Banque comme des “ ntlionnatree hattions.
| publiques Hispano-americaines, . | C’est 14 une-chose que le Conseil ne peut.
_Bea.in 26. ---On dément la dis-| pas admettre. Les employés de la Banque
10 J SE } 1 exclusivemen’ Yep ere cesta

, nt compte de leur con-
| duite. Sicette conduite parait blamable,
lsi Vemployé a outrepassé son mandat,
c'est au Conseil 4 aviser aux moyens de

ces Messieurs, afin de me permettre de
remplir utilement la mission que m’a con-
-fiée le Siége Social de |: Binque, ou tout
au moins pour pouvoir obtenir de ces-
Messieurs la re:nise réguliére des services.
Elle me fat-refusée, S. E. m’ayant objec-
| té-que-ces Messieurs, fonctionnatres hai-
itiens, étaient sous le coup d’un mandat
de-dépérdthvré par-M. le Juge dinstruc-
| tion et que la justice devait suivre son
cours. J’informai immédiatement le Coc~-
seil d’Administration de la Banque de cet























































Y 5, —- Discutant le pro-| (Italie), gestionnant sa
récip ‘ocité commerciale entre | AVEC SON Cpoux.— °
Le port de Port-




































jcain, lesénateur Hale a fait l’é- | Arthur a été ouvert au commerce) sevir cone Ini, soit en lee désavouant,
e % * eget Z 2 sh bi ye { ay gat £
an gouvernerent de Mr Fetra- | international. | | soit en le frappant de révocation ou en lui
Lonpres 26.--- Le duc de Devons- lb cité de lafaute commise. Le Gonverne-
idanté Mr Hale, a dit que Cuba | eon vttant Je. pli | asi
-pupille des Etats-Unis.--- Le | dans cette ville, combattant Je plan | awit a cru avoir a se plaindre de MM. de
de Mr Chamberlain. | la Myre et consurts, il s'est adressé au
Aide ce nom, l'a contredit.-- Mr p oregs ; tte desand
BoB. soutent -que-les Hlats { | Et c est pour examiner cette lemande et
| vérifier les faits qui l’ont motivée, que le
1S | envoyé ici un Délégué... Comment, au-
| jourd’hni, le Gouvernement peut-il con









cee ag ¢ : ¥ 3 5
et les Etats-Unis au sénat| Lonpres 26. --~
: : : | demandant sa démission, suivant la gra-
alma.-- Le sénateur Newlands, |. ae liscours |
hire a prononceé hier soir un GISCOUrS | a) pa gi bien compris ainsi, que, lors-
ateur Platt, auteur de amend: be , ,
Haver 26.—~ Cacao Haiti 50-58. ~—} Siége Social pour ob:enir la révocation.
$s ne i § a i.
he econviennent pas aux | Conseil, d’accord avec le Gouvernement,a

¢- Spooner attaquera le
sénat, et le. « New-Yo: a ATT sath D HAITI
nee PAM 2 ant de trate, dit _BANQUE WATTONALE D &
‘annexion de Cuba sera possi- | ——Port-au Prince,18 Novembre.t903.

uand les Cubains la demande- |






| sidérer lx question sous un jour si diffé-
ent? Comment-des employes.qui ne sont
|_pas—a-la-nemination-du—Gouvernement
| haitien, qui ne peuvent étre révoqués par

‘A Son Exc. le Général NORD ALEXIS, |

Ce tet a Atane PMA | lui, qui ne tiennent pas de lui leurs pou-
i aii, of? . .
Président de la Republique d'H | voirs, qui me sont pas payés par lui, pour-

: : En son Conseil. | raient-ils étre considérés comme des fonc-
Monsieur le Président, 4 jonnaires haitiens ? D ailleurs, la_ chose
‘Messieurs les Secrétaires d’Etat, | oe peut lane Vobjet _faucon ont on
a a ova eaetatiogs 8 1G uelle | présence des termes si cialrs, st precis de
To : 2 ie Ma salte : Shade, UMM 4 de | Vart. 6 du décret de sanction du contrat
oo . baer 1 caeat ‘de Ie Banque 4 Port- | conclu entre le Gouvernement et la Ban-
a AG ile, durant sa | a Prince. G. Ohirich, sous directeur, B. | que, ainsi congu. oo.
| de Puybaudet, chef du service des Suc- « La Banque sera adiinis:rée au Port-
cursales et Agences, et R. Tippenhauer, | ¢ an-Piince, par un ou plusieurs Direc:
chet da cetaice da’ Portefeuille, j'ai eu | «’teurs délégnes par le Conseil d’Admi-
moplot pour assagsiner le rol | vhonneor d'étre re en audience Pie l@ a ae ae , ite ew dont ils
ont été arvétés ici. | par _ le Président de la Républi- | « . oe
vont été arvétés a per S$. E. M. le nt ee publi | « vy Bangue,en tant que personne civile,
iet cul- if le lai demandai la mise en liberté de / comme Société anonyme frangaise, fait le






















service de la he de ls Répu
d Haiti. Elle fait ce service en verti.




qu'on ae ae aux ae
de la Banque, qui sont de simples prépo-

sés, de simples administrateurs engages |

_vis-A-vis du. Siége Social dont ils. tiennent.

_exclusivement leurs pouvoirs, la loi qui | | pre
régit la responsabilité des employés de
oes pas te ic —

administration haitienne. .
* Encore une fois, je proteste | formelle-

“ment, au nom da Conte d Administra- | «

tion, contre cette prétention. oe
2” Le Siége Sacial me charge, en outre,

‘de protester contre V'arrestation et la mise.
‘en prévention de \IM. dela Myre. Ohl- |
, de Puybaudet et Tippenhauer, ses}
employés,-sous lincalpation~ d’avoir regu |
une gratification du Gouvernement. Cette |

ratification ou commission ayant été li- |




ti

+

rement accordée par le Gouvernement,

le Conseil ne saurait voir la un crime ou.

“an délit’a la charge de ces Messieurs. S’ils

sont en faute, -- et le Délégué du Siége |

Social est venu-justement pour faire une
enquéte la dessus et mettre le Siege Social
en mesure de se prononcer: en connais-
“seit @ Administration qui était tout dis-
~posé Avsévir contre eux.

Le Gouvernement met le Conseil dans
une fausse position, les éléments de l'en-

~quéte-devenant déscrimais “beaucoup vide:

_difficiles 3 a réunir.
--3° En troisiéme lieu, je ferai remarquer
au Gouvernement que jai été forcé d’as-

régaliére m’en ait-éteé faite ni quail mai
été possible de me lever aw contr
sage, vir Tarrestation si-in
recteur de la Banque ¢: et ses trois collabo-
rateurs, ce quia été cause que le service
a &té interrompu pendant toute un aprés-
midi.

Il est évident gue si,
circonstances, un préj udice _quelconque a

pu ou pourra en Fesulter, soit pour la

Banque elle méme, soit ponr des tiers, la}
~responsabilire “devra en retomber sur qui

de“droit
A cet effet, je fis, au nom du Siége
Social, les reserves | es plus formelles.
Veuillez agréer, Monsieur le Président,
Messieurs les Seerétaires d’ Baty
respectueux. .’

Le Délégué du Conseil,

——— Pore qui Prince, rincé, “Te 30 Novembre O35

LE SECRETAIRE DETAT
Au DEPARTEMENT DES FINANCES ET DU
_._ COMMERCE

Al i le Dileg nd du Conse,
ministration, de la Poa Nationale d’ Haiti.

‘ _ En son Hétel.

Monsieur le Délégué, °

Le Conseil des Secrétaires d’Etat a recu

votre lettre da 18 Novembre cuuranta la-

quelle le Département des Finances est
chargé de répondre.

Le Conseil d’administration de la Ban- |

que, suivant votre déclaration, ¢proteste |




oe pas admetire.»










“Te peut précendre a aucun traitement de
| faveur, & aucune exception, injustifiab
dailleurs, quand : ses co-ac
Secrétaires d'Erat, sont trait
sumer le service sans que la transmission le méri



tel, passible des ‘pénalités

en raison de ces]

-4ti.-Elle peut, en-cette qualité, contr:
jacquérir et posséder des immeubl
















| de jovir des avantages accordés - au:



me des f
est 1A une chose -

e Gouvernement Hen, Mon:

prétexte que «les emplo
«ne sont que de simph
sples administra
«Sige So en c
meat leurs. pouvoirs, ~
__La Ban que, faisant. le service dela Tré
Vadministra-
tion d’Haiti, et lorsque des crimes: faux







en éerilures publiques, soustractions fraudt- |

leuses ou tous autres crimes emportant des |
eines afflictives ou infamantes : sont commis

| parses” “mandataires q qui sont ses teprésen-

tants autorisés, ils doivent etre traités
comme tous ceux qui
toire de la République.

_ Et, méme si la Banque n’était ‘pas uns]
institution d’ Erar, : les crinies
-sance--de-cause-=«-cest_vis-4- ¥is-du-Con=f x -pere =
temberaient: Hi n °y a pak: en. coat. dans | :





omimis. par



le domaine du droit commun.
S Crest la Banque, personne civile, fone
tionnaire haitien, qui est mee aed

ses.





Code pénal, comme le prévoit Vart
de la Lot sur la responsabilité | des |
tionnaires,du 26 Avril 1870, qui sexpri-
me ainsi:

«Tout fonctionnaire et autres ‘employés
cde V'administration gui, dans Fexercice
«de ses fonctions, auroarf
sdétourné ou concouru \ faire frauder: ‘ou



Vide

Gor

cappartenant 4 lEtat.ou 4 la Commune,
«seront punis des peines établies aux ar-

| aticles 130, 131, 132 et 133 da Code
| spénal.»

A part lesconsidérationsénumérées plus
haut, vous devez savoir, Monsieur-le Dé-_
egué, queta-Bangue, en tant que per-
sonne civile, jouit des droits ducitoyen d’ Ha-





Haiti, prendre inscription - hypot
exercer toutes poursuites jadiciai
fendre et énéraler n









Ee com nent pou real-elie. avoir

gnicoles, pour étre exempte de l’action”
des sévérités de la justice du pays, qua



elle est en fiute et quand surtontsa cor
duite blamable a contribué, dans la plus
large prop

VEtar et tpargne de tous: : Hai



ments de Septemb:
desquels | es archives du Ministére d

habitent le terri- |
Eh bien! Monsieur le Délégué, deu

‘deux fot fois acquitté:

: ls dlentede. de: ses droits? S
«détourner les droits, taxes, contributions, | :
edépot, deniers ou effets ne tenant lieu,

: pes

atten. a ruiner les finances de












































Aa
pour le comp
vant a prés ag 3
'vés en circulati



ee des
883, dans |



nances avaieit dispara dans un incen

loyés supérieurs de la Banque Nat

CH vs


































_Qai do a pa pr

Tene,



Personne. =

Le Gouvernement proteste donc u \s
derniére fois, contre la pretention de
Banque tendant 4 faire-as t
tombe pas dans le droit commun.
les fois qu’ ’elle se met dans. le cas d



_ Ea ce qui concerne Jes. pas








ité de la faute commise ». décréte un impdt-de-transmission et, en leurs morceaux de piano; 4 Mile Eva Syl-
Gouvernement, Monsieur le Délé- ; Outre, un impdét de 10°/y a retenir sur‘ vain pour sa chansonnette comique; 2
peut taire son €tonnement devant , le montant du coupon brut. Le prochain ' Mile Claire Page, pour sa belle poésie' de
reille argumentation. Le Départe- | coupon sera payé sous déduction de ces ; Coppée. .
fes finances se contente de vous | taxes nouvelles, : La féte a donc pleinenvent réussi, mal~
que MM. J. de la Myre fi con: Voila la situation, Les porteurs. s’en | gré quelques. jeunes «boétiens» écervelés.
par la gravité des fautes-qu’ils~ont | sont naturellement. émus, d’autant plus! Nous en sommes heureux pour les bra-
s relevent essentiellement, abso- gue le bruit court avec persistance que | ves Filles de la Sagesse et les membres
e la législation péuale de la Ré- les agents de la Banque nationale d'Hai- | organisatears, qui-se sont “dévoues avec
-en-conformité des dispositions | tine sont pas restés étrangers aux tripo- | tant d’activiré et de coeur a une ceuvre de
catégoriques de Tart. 5 du Code | tages financiers qui ont aggravé les diffi- | charite qui Jott porter quelques soulage-
jail, ainsi congu: cultés présentes. © | ments aux hospitalisés de St-Frangois de
g. Les lois de police et de stire-| Eo Vabsence de renseignements. plus | Salles. ~ On ami de Cuore.
obligatoires pour tous ceux qui | précis, on ne peut que réserver son jus po” Décas
le territoire de la République ». | gement. Mais il est permis d’espérer que | Nous avons appris avec peine que le
neore, Monsieor le Délégué, |-si-le-gouvernement-d'Haiti a réellement | gernier-né de note ami Emile Roney
ermer cette lettre, et sans au- | détourné partie des affectations concédées | est mort hier, ané seulement de 7 on
iscussion, & protester de la fagon la} a emprunt de 1896 pour les transférer | Ses funérailles anront Neu cet aprecemidi.
nelle-contre le passage de- votre | 4 des deties plus récentes, le gouverne- | Je convoi partira de Aver ede Letue
: , . ALES, e convoi partira de VAvenve de Lalue
laquelle je réponds et ot vous f roe francais savra faire rendre aux por-} No 49, pour se rendre a la Cathédrale.
zque «MM. J. de la Myre, Ohl-jteurs de Vemprunt” 1896, presque tous} _. Nos plussympathiques condoléances.
Puybaudet et Tippenhauer ont , -
arrétés sous l'inculpation d'avoir regu |

Francais, ce qui leur est légiti it du

s, ce qui leur est légitimement dit. ei nest

Quant anx agents de la Binque nationale Ce n’e Rectification
: : j . woe + e > a5. oR 2 4e 3 POUT 4

atification du Gouvernemente, | d Haiti, s'il en e.t de coupables, la Ban- le croite t i Reverend J - _ man ue

s Messieurs n’ont recu ancone grati- | que elle-méme et les tribunaux sont 1a Mr Elen. Jon ered je. * ee Pro.

on da Gouvernement; ils ont, de} pour les punir. . ry jones quia homme ere

..La-seleanitée de dimanche.

































































fesseur d’anglais..an Lycée. national, en

: ‘ La féte que l’Association du Centenaire eee fe Mr Desce- .
r dévaliser, piller nos ; .. oe Avis commercial
; a ae ane_aprés-demain dimanche, en com- L esionésinforment lecoramer
il Dy a-pas- eo ue gratification pat oy Ind ; es soussignes Informent le cotamer-
: eu Ge granyearer | mémoration du centenaire de l'Indépen set le public en général, que ft mai
| y a eu prévarication, dilapidation | dance effective d Haiti, est assez impor- ce e@ e public en general, que Lt mal-
ds poblics: Voila la vérité. Saaeenieeee ? F son de commerce, sise en celte ville,
phous: YOla ta Nett: ftanté en soi pour attirer la foule; nous : he ee ee
mandataires et employés, MM. J. | gpeeayt pen" sen sousle nom de Jean Creroy et ERERES,
es € ployés, MM. J.) coy.
ne es Se : |-savons, enoutre, que les organisateurs | ond d’accord parties, la raison soci-
yre et consorts,ayant été réguliére- | comptent l’entourer d'un trésgrand dclar, | Prends @aczora pat jes, la raison socle
rés a la justice haiuenne, le Gou- |” yous eng q te-Creipy Freres.
Sabetiendeg 2 ai ous avons annoncé, bier, les grandes Port-au-Prince, 27 Novembre 1903
Atsabstiendra e@ toutes discus: llignes du programme. Les péres de fa- orbau-rrince, & woven aD
; e ennai hntoo ween Pages es 4% ve 4 ot «
SMUANOD | wiille ne manqueront donc pas d’y ame- CREIDY FRERES.
Ener leurs enfants qui, 4 lL approche de la Feuille Adhirée
date glorieuse, puiseront-dxns cette com @ sonssi¢né déclare au public en
S ge ok ee 4 Zé : . : .
mémoration patnotique d’excellentes et | oénéral et aur commerce en particulier
fécondes legons de civisme. avoir adhiré a son domiche—la-feuitte
| ~--Rappelons qu'on trouvera des cartes | d’appointement du mois de Mars, pre-
oe * | a acheter en nos bureaux. sente année, du Dr CG. BR. Boyer.
Péte Récréative ; Tl la déclare nufle, duplicuta devant
| Nous regrettons d’dtre obligé, faute de étre dé ivre. . | |
. | place, de résumer le compte-rendu com- ‘Port-au-Prince, 26 Novembre 1903.
ae ort eter strggestif-quinous were fut, deta” bye Pietion SAVALN,
fate, dimanche dernier, au profit des pau- _
sons dans «le Petit Journal » de Pa- | vres de St-Frangois de Silles. cee a
Ne du 2 Novembre courant: | Décoraiion gracieuse ; parterres fleuris;
demandes de renseignements que | toule élégante et nombreuse, malgré la
Tecevons sur_les emprunts.d'Huiti, | pluie. M P,].Mexile, directeur du «Mo-
'Obligent a revenir sur la question. | ralisateure, quia ey Vinsigne honnenr de
4 ‘ 5 Z + + Tt
existe Ala Cote officielle deux em- | présider |i soirée, déscloppe avec convic
ts: celui de 1875 et celui de 1896: tonne belle thése- sur la Charité 5 il
er, gai est le plus répanda.dans | cxprime de magnifiques pensées qui font
tefeuilles frangzis, a été doré, lors | géenéreusement battre tous les coeurs.—
émission, de certaines garanties | Nos compliments a Vorateur chrétien. .
;totamment de [affectation part _-Ensuite,.MM. Christian. Ré gulus, Phi
dune paitic des droits payés en lippe Guiteau, Massac, F. Viard, F. Valin,
Vexportation des cafés, Le recou- | Santini viennent faire vibrer Vassistance
des droits ainsi affectés a été con: | au soufflede potsles bien nee et a
Wools Aaa 4 Altec | j Gy Bormo,. jO88 ce oS .

Be nauiudle ae | : ve 5 Be tea admirer leur talent au Jfavise le public et les abonngs que Mr
| ae ly soirée finit ‘joyeusement par | lIngénieur ‘Taylor, A partir de cette date,
| L piece comique: «/e Gendarme par Télé- | ne fait plus partie de notre personnel.

| phone» ; félicitations méritées aux inter- |
prétes MM. Pétion Roy, H, Corvingron, |

yecouvrement du droit,ou | A. Parisot, Désert, Cc. Berna, vali, |
opéré, ou a été détourné par- | Laurenceau, Wadestran, K. Gonsse, ©.

de son objet primitif.. Bref, il| Viard, V.Borno. eit a brillé avec

bord suspendre.Vamortissement, | Quant au- beau sex
Tessources correspondantes, et, | non moins d’éclat.— Compliments aux ment.’

ure n’éta re Sp «| élaves des Soears gui ont chanté un Port-au-Prince, 26 Novembre 1903.
a islnieasnt téduive. te oe | choour applaudi; 4 Miles Lucie. Guillav- | oF L. CAMBAU.. 3
&é votde ct! promulguée qui | me, Claire Parisot et Héléne Félin pour

















































Lr.

“Je soussigné, déclare n’Cuie plus 1espon-

sable des actes généralement quelconques

de ma femme, née Félicia Arfoux, quia

abandonné le toit marital; une action en
divorce devant lui étre intentée,






















Port-au Prince, 27 Novembre 1903.
Aucusre GUERCY..
oo, & Venare..
__A une heure de ia ville une belle ba-
bitation, arrosée, ayant purt de mer.
S'adresser au bureau du journal,
‘ Service Téléphonique























Port-au-Prince, 23 Novembre 1903.
Le Directeur, ~ Livio CaMeau
Service Téléphonique

Je certifie que Monsieur lingénieur
Taylor a laissé mon personnel honorable-




% Le

Haiti et, a la faveur du désor-































































A Vendre

Une maison basse sise rue de lEnter- | z > - —
rement, prés de I’Hospice St-Frangois de "| Grand stock de Toles

Salles.

° vive Tindépendence! : ° “Faitiéres, Clous — | inter ise th Cazes

Vive le Centenaire T Haiti 1804 1904! | et Bo ndelles:

~ LaGojaNNis informe la République en-.
tiére qu il recevra incessamment une gran-

_de collection d’articles assortis, fabriqués. i fede a la Scierie 3 4 iar ince
spécialement pour-la-glorieuse féte na- DEPORT: AU-PRINCE _

tionale. Tout le monde en sera enchanté.. :
. ‘Prix hors concours il eee Prix Modé rs fo
136, Rue Républicaine. — Port-au-Prince. ;























: u Com
de Hotel Belle
de Tne de France
= a Patrie



Fo = du Grand Café

Empruats du Gouvernement provisoire du Par Fin de Siécle

La Bangue Nationale 7 HaitiaPhon-| Sage femaie diplomée de la. faculté | du Bar du Commerce
neur d'inforiner les intéressés qu’ils | de Médecine de Port=an- Prinée,ancien- | des Amatenrs.
peuvent, a partir de jeudi prochain 3 | ne assistante a la Maternilé, offre ses | - © Nonveau~Siécle
Décembre, ioucher & ses guichets une | services au public. -« de la Bourse a
huitieme repartition de I/2 o/, sur le | Promptitude, exactitude. : dela Chambre}. __
capital et i ye ja iiftéréis du 16 au 30 Consultations de Da 9 hres. du_matin| ao ae la Poste |
Septembre 1908. | tions ide Fa 8 ates. ae du Port,

Lok. anges z Papp x —intéressés- ee = of so





“que la loi du 11 Aott 1903, doit étre | t de ¥Unien |

strictement observe ée, et qu ‘aucun paie- | 'y mina] de PEpiceris Centrale
ment ne sera elfectué sur les bons ney : min. Valbi une poe du Lunch Room. a
portant pas les timbres prévus. C Avocat,

QT Novembre 1903. | Olfre ses services 4 la population
a de Saint-Mare.
| Consultations: 84 {0h es matin. | go
2aSbres soir.
Ce Grande. célérité dans la procéd
La Banque—Nationale- Haiti a Va: ee :
vantage c informer Jes intéressés que f ahh
Fimpot de 1D e/a sur le revenu, cree i
par la loi du 13 Aout 1903, est appli-]
eable aux intéréts arriérés dus avant |
cette date. /
Port-siu Prince,

Port-au-Prince







| Monsieur Laupée BARBANCOURT, | audres boissons, la garantic e
27 Novembre 1903. | distillateur, liquoriste, 42 andes de centimes par houteille.

i Noven | oratique, sncien associé et Directenr | | Les bouteilles servent de ree
_ | gérant des Usines de ba birauon eV. garantie déposée. eee
toile» (a Lavaud), dans la Plaine da | La garantie est rendue ilar ren
-esauhouprenige |, Gut-de-Sacpourta fabrication da Rhtm [yes bouteilles vides. —

‘ | et du Tafia, qui a obtenu des médailles
(Service New-York-Haiti) | 4 toutes les Expositions tant a Pétran-
ger qu’en Haiti et dont il a toujours |
été le seul lubricant,






Le stenmmer« Bontvia da qui ite §
New-York. BOUP- Pori-de-Pa > sa} ii rng
medi 2} courant: test altendu ici] Passocintion qui existait entre toi et Mr
sameadr O8- ror ranter 7 j tera pro-y Dupre BaTrBancourt, son frére, est dis- oe i UO UL
_ bablement le méme jour pour | soute depuis le mois dé Mars 1902 eb). ga re

_ 4quil continue depuis. a. fabriquer ce}
Gonaives, : Mire re soune Jeremie, et MEME RUUM, tantapprécié des amateurs |

SiG PPeH “4 pour son compte personnel, sous la |
el pass Sai zers, | dénomination de ;

_ Port-au-Prince, 26 Noy. 1903. Rhu Labbé e Barbancour

F. HeRrMaNn & Co, Agents. |
scimmemiiminta nus —— — Débit en gros et en ¢ étail.

a Rha _ ‘Clairin,— Aleool, — ~ Tafa.

a. ¥ : | Oh, “Avenue John-Brown

De la Paculté te Paris, : > et Bij rbe: Lamarre

Chargé du bureau de Consultations | _ Portaw- Briiee a
du Dr Terr?s, = . secmiiniaiciagi

Annonee 4 ses clients qu’il.a trans. |
porté son bureau au No 204 de la Rue}

Republicaive ( Grand’ Rue) presqu en] (i 7. AQ) le sillen

face de la Station des pompiers.
Gonsullalions de midi ad deux heures. | 408, Bue. th Peunle, 106...



















Full Text











































axymal Quotidien, Gomme

nt....4.20 | — : : : |
tte | Pan mors 4

nications aux bureaux du journal, angle des rues. Bourjolly & Fort-







sassés se rendent aux Antilles.-- On
croit que cetle concentration se re-
lationne avec les réclamations contre |
QNOPOLE du NOUVELLISTE | |e Venézacla. |
LcPAQDUCTIGN INTERDITE.) | Un fou a tiré hier 4 coups de re-
pia pala volver sur-leseerétaire de la banque
prip 25. — Le député carliste | d’Angleterre, sans Puiteindre.
Robles-a-censuréte Gouvt-Iis=| -Maprip. 26. --- A_la_se i
pour_avoir décidé denvoyer | Cortés hier, Mr Montero Ri
ileau de guerre 4 l’Exposition | clamé la formation d'un nouveau

Louis. |e ministre de la ma-| parti démocratique avec Mrs Cana-
‘dian! s|lejas Lopez Dominguez et Vega Ar- | at de choses. Le Conseil m’a donné

§ qui-exis-}-)jo, faisant ‘un-véritable exposé du | PObr Instractions:

et | rogramme du Gouvernement, dans| _ 1° De protester, de la fagon Is plus for-
$s possible de equel il fait ressortir ’'avancement | melle, contre la prérention “c Gael:
n leur avait} dentamer des relations avec. les re- | Banque comme des “ ntlionnatree hattions.
| publiques Hispano-americaines, . | C’est 14 une-chose que le Conseil ne peut.
_Bea.in 26. ---On dément la dis-| pas admettre. Les employés de la Banque
10 J SE } 1 exclusivemen’ Yep ere cesta

, nt compte de leur con-
| duite. Sicette conduite parait blamable,
lsi Vemployé a outrepassé son mandat,
c'est au Conseil 4 aviser aux moyens de

ces Messieurs, afin de me permettre de
remplir utilement la mission que m’a con-
-fiée le Siége Social de |: Binque, ou tout
au moins pour pouvoir obtenir de ces-
Messieurs la re:nise réguliére des services.
Elle me fat-refusée, S. E. m’ayant objec-
| té-que-ces Messieurs, fonctionnatres hai-
itiens, étaient sous le coup d’un mandat
de-dépérdthvré par-M. le Juge dinstruc-
| tion et que la justice devait suivre son
cours. J’informai immédiatement le Coc~-
seil d’Administration de la Banque de cet























































Y 5, —- Discutant le pro-| (Italie), gestionnant sa
récip ‘ocité commerciale entre | AVEC SON Cpoux.— °
Le port de Port-




































jcain, lesénateur Hale a fait l’é- | Arthur a été ouvert au commerce) sevir cone Ini, soit en lee désavouant,
e % * eget Z 2 sh bi ye { ay gat £
an gouvernerent de Mr Fetra- | international. | | soit en le frappant de révocation ou en lui
Lonpres 26.--- Le duc de Devons- lb cité de lafaute commise. Le Gonverne-
idanté Mr Hale, a dit que Cuba | eon vttant Je. pli | asi
-pupille des Etats-Unis.--- Le | dans cette ville, combattant Je plan | awit a cru avoir a se plaindre de MM. de
de Mr Chamberlain. | la Myre et consurts, il s'est adressé au
Aide ce nom, l'a contredit.-- Mr p oregs ; tte desand
BoB. soutent -que-les Hlats { | Et c est pour examiner cette lemande et
| vérifier les faits qui l’ont motivée, que le
1S | envoyé ici un Délégué... Comment, au-
| jourd’hni, le Gouvernement peut-il con









cee ag ¢ : ¥ 3 5
et les Etats-Unis au sénat| Lonpres 26. --~
: : : | demandant sa démission, suivant la gra-
alma.-- Le sénateur Newlands, |. ae liscours |
hire a prononceé hier soir un GISCOUrS | a) pa gi bien compris ainsi, que, lors-
ateur Platt, auteur de amend: be , ,
Haver 26.—~ Cacao Haiti 50-58. ~—} Siége Social pour ob:enir la révocation.
$s ne i § a i.
he econviennent pas aux | Conseil, d’accord avec le Gouvernement,a

¢- Spooner attaquera le
sénat, et le. « New-Yo: a ATT sath D HAITI
nee PAM 2 ant de trate, dit _BANQUE WATTONALE D &
‘annexion de Cuba sera possi- | ——Port-au Prince,18 Novembre.t903.

uand les Cubains la demande- |






| sidérer lx question sous un jour si diffé-
ent? Comment-des employes.qui ne sont
|_pas—a-la-nemination-du—Gouvernement
| haitien, qui ne peuvent étre révoqués par

‘A Son Exc. le Général NORD ALEXIS, |

Ce tet a Atane PMA | lui, qui ne tiennent pas de lui leurs pou-
i aii, of? . .
Président de la Republique d'H | voirs, qui me sont pas payés par lui, pour-

: : En son Conseil. | raient-ils étre considérés comme des fonc-
Monsieur le Président, 4 jonnaires haitiens ? D ailleurs, la_ chose
‘Messieurs les Secrétaires d’Etat, | oe peut lane Vobjet _faucon ont on
a a ova eaetatiogs 8 1G uelle | présence des termes si cialrs, st precis de
To : 2 ie Ma salte : Shade, UMM 4 de | Vart. 6 du décret de sanction du contrat
oo . baer 1 caeat ‘de Ie Banque 4 Port- | conclu entre le Gouvernement et la Ban-
a AG ile, durant sa | a Prince. G. Ohirich, sous directeur, B. | que, ainsi congu. oo.
| de Puybaudet, chef du service des Suc- « La Banque sera adiinis:rée au Port-
cursales et Agences, et R. Tippenhauer, | ¢ an-Piince, par un ou plusieurs Direc:
chet da cetaice da’ Portefeuille, j'ai eu | «’teurs délégnes par le Conseil d’Admi-
moplot pour assagsiner le rol | vhonneor d'étre re en audience Pie l@ a ae ae , ite ew dont ils
ont été arvétés ici. | par _ le Président de la Républi- | « . oe
vont été arvétés a per S$. E. M. le nt ee publi | « vy Bangue,en tant que personne civile,
iet cul- if le lai demandai la mise en liberté de / comme Société anonyme frangaise, fait le



















service de la he de ls Répu
d Haiti. Elle fait ce service en verti.




qu'on ae ae aux ae
de la Banque, qui sont de simples prépo-

sés, de simples administrateurs engages |

_vis-A-vis du. Siége Social dont ils. tiennent.

_exclusivement leurs pouvoirs, la loi qui | | pre
régit la responsabilité des employés de
oes pas te ic —

administration haitienne. .
* Encore une fois, je proteste | formelle-

“ment, au nom da Conte d Administra- | «

tion, contre cette prétention. oe
2” Le Siége Sacial me charge, en outre,

‘de protester contre V'arrestation et la mise.
‘en prévention de \IM. dela Myre. Ohl- |
, de Puybaudet et Tippenhauer, ses}
employés,-sous lincalpation~ d’avoir regu |
une gratification du Gouvernement. Cette |

ratification ou commission ayant été li- |




ti

+

rement accordée par le Gouvernement,

le Conseil ne saurait voir la un crime ou.

“an délit’a la charge de ces Messieurs. S’ils

sont en faute, -- et le Délégué du Siége |

Social est venu-justement pour faire une
enquéte la dessus et mettre le Siege Social
en mesure de se prononcer: en connais-
“seit @ Administration qui était tout dis-
~posé Avsévir contre eux.

Le Gouvernement met le Conseil dans
une fausse position, les éléments de l'en-

~quéte-devenant déscrimais “beaucoup vide:

_difficiles 3 a réunir.
--3° En troisiéme lieu, je ferai remarquer
au Gouvernement que jai été forcé d’as-

régaliére m’en ait-éteé faite ni quail mai
été possible de me lever aw contr
sage, vir Tarrestation si-in
recteur de la Banque ¢: et ses trois collabo-
rateurs, ce quia été cause que le service
a &té interrompu pendant toute un aprés-
midi.

Il est évident gue si,
circonstances, un préj udice _quelconque a

pu ou pourra en Fesulter, soit pour la

Banque elle méme, soit ponr des tiers, la}
~responsabilire “devra en retomber sur qui

de“droit
A cet effet, je fis, au nom du Siége
Social, les reserves | es plus formelles.
Veuillez agréer, Monsieur le Président,
Messieurs les Seerétaires d’ Baty
respectueux. .’

Le Délégué du Conseil,

——— Pore qui Prince, rincé, “Te 30 Novembre O35

LE SECRETAIRE DETAT
Au DEPARTEMENT DES FINANCES ET DU
_._ COMMERCE

Al i le Dileg nd du Conse,
ministration, de la Poa Nationale d’ Haiti.

‘ _ En son Hétel.

Monsieur le Délégué, °

Le Conseil des Secrétaires d’Etat a recu

votre lettre da 18 Novembre cuuranta la-

quelle le Département des Finances est
chargé de répondre.

Le Conseil d’administration de la Ban- |

que, suivant votre déclaration, ¢proteste |




oe pas admetire.»










“Te peut précendre a aucun traitement de
| faveur, & aucune exception, injustifiab
dailleurs, quand : ses co-ac
Secrétaires d'Erat, sont trait
sumer le service sans que la transmission le méri



tel, passible des ‘pénalités

en raison de ces]

-4ti.-Elle peut, en-cette qualité, contr:
jacquérir et posséder des immeubl
















| de jovir des avantages accordés - au:



me des f
est 1A une chose -

e Gouvernement Hen, Mon:

prétexte que «les emplo
«ne sont que de simph
sples administra
«Sige So en c
meat leurs. pouvoirs, ~
__La Ban que, faisant. le service dela Tré
Vadministra-
tion d’Haiti, et lorsque des crimes: faux







en éerilures publiques, soustractions fraudt- |

leuses ou tous autres crimes emportant des |
eines afflictives ou infamantes : sont commis

| parses” “mandataires q qui sont ses teprésen-

tants autorisés, ils doivent etre traités
comme tous ceux qui
toire de la République.

_ Et, méme si la Banque n’était ‘pas uns]
institution d’ Erar, : les crinies
-sance--de-cause-=«-cest_vis-4- ¥is-du-Con=f x -pere =
temberaient: Hi n °y a pak: en. coat. dans | :





omimis. par



le domaine du droit commun.
S Crest la Banque, personne civile, fone
tionnaire haitien, qui est mee aed

ses.





Code pénal, comme le prévoit Vart
de la Lot sur la responsabilité | des |
tionnaires,du 26 Avril 1870, qui sexpri-
me ainsi:

«Tout fonctionnaire et autres ‘employés
cde V'administration gui, dans Fexercice
«de ses fonctions, auroarf
sdétourné ou concouru \ faire frauder: ‘ou



Vide

Gor

cappartenant 4 lEtat.ou 4 la Commune,
«seront punis des peines établies aux ar-

| aticles 130, 131, 132 et 133 da Code
| spénal.»

A part lesconsidérationsénumérées plus
haut, vous devez savoir, Monsieur-le Dé-_
egué, queta-Bangue, en tant que per-
sonne civile, jouit des droits ducitoyen d’ Ha-





Haiti, prendre inscription - hypot
exercer toutes poursuites jadiciai
fendre et énéraler n









Ee com nent pou real-elie. avoir

gnicoles, pour étre exempte de l’action”
des sévérités de la justice du pays, qua



elle est en fiute et quand surtontsa cor
duite blamable a contribué, dans la plus
large prop

VEtar et tpargne de tous: : Hai



ments de Septemb:
desquels | es archives du Ministére d

habitent le terri- |
Eh bien! Monsieur le Délégué, deu

‘deux fot fois acquitté:

: ls dlentede. de: ses droits? S
«détourner les droits, taxes, contributions, | :
edépot, deniers ou effets ne tenant lieu,

: pes

atten. a ruiner les finances de












































Aa
pour le comp
vant a prés ag 3
'vés en circulati



ee des
883, dans |



nances avaieit dispara dans un incen

loyés supérieurs de la Banque Nat

CH vs


































_Qai do a pa pr

Tene,



Personne. =

Le Gouvernement proteste donc u \s
derniére fois, contre la pretention de
Banque tendant 4 faire-as t
tombe pas dans le droit commun.
les fois qu’ ’elle se met dans. le cas d



_ Ea ce qui concerne Jes. pas





ité de la faute commise ». décréte un impdt-de-transmission et, en leurs morceaux de piano; 4 Mile Eva Syl-
Gouvernement, Monsieur le Délé- ; Outre, un impdét de 10°/y a retenir sur‘ vain pour sa chansonnette comique; 2
peut taire son €tonnement devant , le montant du coupon brut. Le prochain ' Mile Claire Page, pour sa belle poésie' de
reille argumentation. Le Départe- | coupon sera payé sous déduction de ces ; Coppée. .
fes finances se contente de vous | taxes nouvelles, : La féte a donc pleinenvent réussi, mal~
que MM. J. de la Myre fi con: Voila la situation, Les porteurs. s’en | gré quelques. jeunes «boétiens» écervelés.
par la gravité des fautes-qu’ils~ont | sont naturellement. émus, d’autant plus! Nous en sommes heureux pour les bra-
s relevent essentiellement, abso- gue le bruit court avec persistance que | ves Filles de la Sagesse et les membres
e la législation péuale de la Ré- les agents de la Banque nationale d'Hai- | organisatears, qui-se sont “dévoues avec
-en-conformité des dispositions | tine sont pas restés étrangers aux tripo- | tant d’activiré et de coeur a une ceuvre de
catégoriques de Tart. 5 du Code | tages financiers qui ont aggravé les diffi- | charite qui Jott porter quelques soulage-
jail, ainsi congu: cultés présentes. © | ments aux hospitalisés de St-Frangois de
g. Les lois de police et de stire-| Eo Vabsence de renseignements. plus | Salles. ~ On ami de Cuore.
obligatoires pour tous ceux qui | précis, on ne peut que réserver son jus po” Décas
le territoire de la République ». | gement. Mais il est permis d’espérer que | Nous avons appris avec peine que le
neore, Monsieor le Délégué, |-si-le-gouvernement-d'Haiti a réellement | gernier-né de note ami Emile Roney
ermer cette lettre, et sans au- | détourné partie des affectations concédées | est mort hier, ané seulement de 7 on
iscussion, & protester de la fagon la} a emprunt de 1896 pour les transférer | Ses funérailles anront Neu cet aprecemidi.
nelle-contre le passage de- votre | 4 des deties plus récentes, le gouverne- | Je convoi partira de Aver ede Letue
: , . ALES, e convoi partira de VAvenve de Lalue
laquelle je réponds et ot vous f roe francais savra faire rendre aux por-} No 49, pour se rendre a la Cathédrale.
zque «MM. J. de la Myre, Ohl-jteurs de Vemprunt” 1896, presque tous} _. Nos plussympathiques condoléances.
Puybaudet et Tippenhauer ont , -
arrétés sous l'inculpation d'avoir regu |

Francais, ce qui leur est légiti it du

s, ce qui leur est légitimement dit. ei nest

Quant anx agents de la Binque nationale Ce n’e Rectification
: : j . woe + e > a5. oR 2 4e 3 POUT 4

atification du Gouvernemente, | d Haiti, s'il en e.t de coupables, la Ban- le croite t i Reverend J - _ man ue

s Messieurs n’ont recu ancone grati- | que elle-méme et les tribunaux sont 1a Mr Elen. Jon ered je. * ee Pro.

on da Gouvernement; ils ont, de} pour les punir. . ry jones quia homme ere

..La-seleanitée de dimanche.

































































fesseur d’anglais..an Lycée. national, en

: ‘ La féte que l’Association du Centenaire eee fe Mr Desce- .
r dévaliser, piller nos ; .. oe Avis commercial
; a ae ane_aprés-demain dimanche, en com- L esionésinforment lecoramer
il Dy a-pas- eo ue gratification pat oy Ind ; es soussignes Informent le cotamer-
: eu Ge granyearer | mémoration du centenaire de l'Indépen set le public en général, que ft mai
| y a eu prévarication, dilapidation | dance effective d Haiti, est assez impor- ce e@ e public en general, que Lt mal-
ds poblics: Voila la vérité. Saaeenieeee ? F son de commerce, sise en celte ville,
phous: YOla ta Nett: ftanté en soi pour attirer la foule; nous : he ee ee
mandataires et employés, MM. J. | gpeeayt pen" sen sousle nom de Jean Creroy et ERERES,
es € ployés, MM. J.) coy.
ne es Se : |-savons, enoutre, que les organisateurs | ond d’accord parties, la raison soci-
yre et consorts,ayant été réguliére- | comptent l’entourer d'un trésgrand dclar, | Prends @aczora pat jes, la raison socle
rés a la justice haiuenne, le Gou- |” yous eng q te-Creipy Freres.
Sabetiendeg 2 ai ous avons annoncé, bier, les grandes Port-au-Prince, 27 Novembre 1903
Atsabstiendra e@ toutes discus: llignes du programme. Les péres de fa- orbau-rrince, & woven aD
; e ennai hntoo ween Pages es 4% ve 4 ot «
SMUANOD | wiille ne manqueront donc pas d’y ame- CREIDY FRERES.
Ener leurs enfants qui, 4 lL approche de la Feuille Adhirée
date glorieuse, puiseront-dxns cette com @ sonssi¢né déclare au public en
S ge ok ee 4 Zé : . : .
mémoration patnotique d’excellentes et | oénéral et aur commerce en particulier
fécondes legons de civisme. avoir adhiré a son domiche—la-feuitte
| ~--Rappelons qu'on trouvera des cartes | d’appointement du mois de Mars, pre-
oe * | a acheter en nos bureaux. sente année, du Dr CG. BR. Boyer.
Péte Récréative ; Tl la déclare nufle, duplicuta devant
| Nous regrettons d’dtre obligé, faute de étre dé ivre. . | |
. | place, de résumer le compte-rendu com- ‘Port-au-Prince, 26 Novembre 1903.
ae ort eter strggestif-quinous were fut, deta” bye Pietion SAVALN,
fate, dimanche dernier, au profit des pau- _
sons dans «le Petit Journal » de Pa- | vres de St-Frangois de Silles. cee a
Ne du 2 Novembre courant: | Décoraiion gracieuse ; parterres fleuris;
demandes de renseignements que | toule élégante et nombreuse, malgré la
Tecevons sur_les emprunts.d'Huiti, | pluie. M P,].Mexile, directeur du «Mo-
'Obligent a revenir sur la question. | ralisateure, quia ey Vinsigne honnenr de
4 ‘ 5 Z + + Tt
existe Ala Cote officielle deux em- | présider |i soirée, déscloppe avec convic
ts: celui de 1875 et celui de 1896: tonne belle thése- sur la Charité 5 il
er, gai est le plus répanda.dans | cxprime de magnifiques pensées qui font
tefeuilles frangzis, a été doré, lors | géenéreusement battre tous les coeurs.—
émission, de certaines garanties | Nos compliments a Vorateur chrétien. .
;totamment de [affectation part _-Ensuite,.MM. Christian. Ré gulus, Phi
dune paitic des droits payés en lippe Guiteau, Massac, F. Viard, F. Valin,
Vexportation des cafés, Le recou- | Santini viennent faire vibrer Vassistance
des droits ainsi affectés a été con: | au soufflede potsles bien nee et a
Wools Aaa 4 Altec | j Gy Bormo,. jO88 ce oS .

Be nauiudle ae | : ve 5 Be tea admirer leur talent au Jfavise le public et les abonngs que Mr
| ae ly soirée finit ‘joyeusement par | lIngénieur ‘Taylor, A partir de cette date,
| L piece comique: «/e Gendarme par Télé- | ne fait plus partie de notre personnel.

| phone» ; félicitations méritées aux inter- |
prétes MM. Pétion Roy, H, Corvingron, |

yecouvrement du droit,ou | A. Parisot, Désert, Cc. Berna, vali, |
opéré, ou a été détourné par- | Laurenceau, Wadestran, K. Gonsse, ©.

de son objet primitif.. Bref, il| Viard, V.Borno. eit a brillé avec

bord suspendre.Vamortissement, | Quant au- beau sex
Tessources correspondantes, et, | non moins d’éclat.— Compliments aux ment.’

ure n’éta re Sp «| élaves des Soears gui ont chanté un Port-au-Prince, 26 Novembre 1903.
a islnieasnt téduive. te oe | choour applaudi; 4 Miles Lucie. Guillav- | oF L. CAMBAU.. 3
&é votde ct! promulguée qui | me, Claire Parisot et Héléne Félin pour

















































Lr.

“Je soussigné, déclare n’Cuie plus 1espon-

sable des actes généralement quelconques

de ma femme, née Félicia Arfoux, quia

abandonné le toit marital; une action en
divorce devant lui étre intentée,






















Port-au Prince, 27 Novembre 1903.
Aucusre GUERCY..
oo, & Venare..
__A une heure de ia ville une belle ba-
bitation, arrosée, ayant purt de mer.
S'adresser au bureau du journal,
‘ Service Téléphonique























Port-au-Prince, 23 Novembre 1903.
Le Directeur, ~ Livio CaMeau
Service Téléphonique

Je certifie que Monsieur lingénieur
Taylor a laissé mon personnel honorable-




% Le

Haiti et, a la faveur du désor-




























































A Vendre

Une maison basse sise rue de lEnter- | z > - —
rement, prés de I’Hospice St-Frangois de "| Grand stock de Toles

Salles.

° vive Tindépendence! : ° “Faitiéres, Clous — | inter ise th Cazes

Vive le Centenaire T Haiti 1804 1904! | et Bo ndelles:

~ LaGojaNNis informe la République en-.
tiére qu il recevra incessamment une gran-

_de collection d’articles assortis, fabriqués. i fede a la Scierie 3 4 iar ince
spécialement pour-la-glorieuse féte na- DEPORT: AU-PRINCE _

tionale. Tout le monde en sera enchanté.. :
. ‘Prix hors concours il eee Prix Modé rs fo
136, Rue Républicaine. — Port-au-Prince. ;























: u Com
de Hotel Belle
de Tne de France
= a Patrie



Fo = du Grand Café

Empruats du Gouvernement provisoire du Par Fin de Siécle

La Bangue Nationale 7 HaitiaPhon-| Sage femaie diplomée de la. faculté | du Bar du Commerce
neur d'inforiner les intéressés qu’ils | de Médecine de Port=an- Prinée,ancien- | des Amatenrs.
peuvent, a partir de jeudi prochain 3 | ne assistante a la Maternilé, offre ses | - © Nonveau~Siécle
Décembre, ioucher & ses guichets une | services au public. -« de la Bourse a
huitieme repartition de I/2 o/, sur le | Promptitude, exactitude. : dela Chambre}. __
capital et i ye ja iiftéréis du 16 au 30 Consultations de Da 9 hres. du_matin| ao ae la Poste |
Septembre 1908. | tions ide Fa 8 ates. ae du Port,

Lok. anges z Papp x —intéressés- ee = of so





“que la loi du 11 Aott 1903, doit étre | t de ¥Unien |

strictement observe ée, et qu ‘aucun paie- | 'y mina] de PEpiceris Centrale
ment ne sera elfectué sur les bons ney : min. Valbi une poe du Lunch Room. a
portant pas les timbres prévus. C Avocat,

QT Novembre 1903. | Olfre ses services 4 la population
a de Saint-Mare.
| Consultations: 84 {0h es matin. | go
2aSbres soir.
Ce Grande. célérité dans la procéd
La Banque—Nationale- Haiti a Va: ee :
vantage c informer Jes intéressés que f ahh
Fimpot de 1D e/a sur le revenu, cree i
par la loi du 13 Aout 1903, est appli-]
eable aux intéréts arriérés dus avant |
cette date. /
Port-siu Prince,

Port-au-Prince







| Monsieur Laupée BARBANCOURT, | audres boissons, la garantic e
27 Novembre 1903. | distillateur, liquoriste, 42 andes de centimes par houteille.

i Noven | oratique, sncien associé et Directenr | | Les bouteilles servent de ree
_ | gérant des Usines de ba birauon eV. garantie déposée. eee
toile» (a Lavaud), dans la Plaine da | La garantie est rendue ilar ren
-esauhouprenige |, Gut-de-Sacpourta fabrication da Rhtm [yes bouteilles vides. —

‘ | et du Tafia, qui a obtenu des médailles
(Service New-York-Haiti) | 4 toutes les Expositions tant a Pétran-
ger qu’en Haiti et dont il a toujours |
été le seul lubricant,






Le stenmmer« Bontvia da qui ite §
New-York. BOUP- Pori-de-Pa > sa} ii rng
medi 2} courant: test altendu ici] Passocintion qui existait entre toi et Mr
sameadr O8- ror ranter 7 j tera pro-y Dupre BaTrBancourt, son frére, est dis- oe i UO UL
_ bablement le méme jour pour | soute depuis le mois dé Mars 1902 eb). ga re

_ 4quil continue depuis. a. fabriquer ce}
Gonaives, : Mire re soune Jeremie, et MEME RUUM, tantapprécié des amateurs |

SiG PPeH “4 pour son compte personnel, sous la |
el pass Sai zers, | dénomination de ;

_ Port-au-Prince, 26 Noy. 1903. Rhu Labbé e Barbancour

F. HeRrMaNn & Co, Agents. |
scimmemiiminta nus —— — Débit en gros et en ¢ étail.

a Rha _ ‘Clairin,— Aleool, — ~ Tafa.

a. ¥ : | Oh, “Avenue John-Brown

De la Paculté te Paris, : > et Bij rbe: Lamarre

Chargé du bureau de Consultations | _ Portaw- Briiee a
du Dr Terr?s, = . secmiiniaiciagi

Annonee 4 ses clients qu’il.a trans. |
porté son bureau au No 204 de la Rue}

Republicaive ( Grand’ Rue) presqu en] (i 7. AQ) le sillen

face de la Station des pompiers.
Gonsullalions de midi ad deux heures. | 408, Bue. th Peunle, 106...