Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1956
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Il¡lljj
ctliH a.
cÉbarci ja Kjtg
Coosri» Ig ,J
• o» lullltt ~
>diíg nmaím '
‘leure a e«iu
uí reate??*, fe
«g» ana afcfafr
d» radar dtaa
*d •llaanflag.
BOU» - BMrtng
> pardo dtt ata.
® anórtealn Ir
• ‘«O ion»
dȒ anigg
'¡ano do ■*»!>
íoux»
to coucl du G¡®>
ucUoa toulM ht
re. <¡'4t¡i»i Ib
ortafaMM ¡ajoré
rmoinro aeodk*
r crédito mjfej,:;
ita'.snt pac m»
dries, j
» lumléro, feto-
rvaleitrs «nejé-
onvien! d'édaboi
des club d'ütal-
dire que risa so
réior
an,
i obrervo- '
rcppeüor te,:
i Présiionl Tro-
t qa'U «Mino-
cttea dos crédito
rote aoioaid'iH.i.
tic sonl prltt i
reduction. 4 Ja
m&jio. Li í»J-
i Truman do on
lix nn «‘sol pao
i ¡’Instituí
.Amérisais
it S üétm,
â–  Amotads
le Cinema
l habittA ;
JiaiemeM i» :
neo out rmo
intérefflmnto.
[ui mvi*
resses...
►aiserso».
Ün stock d'armes type rúas# Sighuié á Canton
¡itCampagne
k ^Eradication du Plan
»t de la Syphilis
Haití -■••■■■■
haitienne ~ . â– 
' j^rt-au-frinc®
paresou DB$iNOH,
, 23 Moto 1950
1.
jfojfiúetíi
fágectew ai i. du journal
¿r
$i Vdte. \
"jigusíeur le Direefeur,
- $QU8 se saurions tiop yjíis
ie brillan! éúi-
pOh¡
ÍSfktl que
,. vcus a vez cocsacre
«i votre numéio d'hím a le
canse du médecin haíiíen.
Apios les longues cmnées
¿incomprehension que nous a-
fem connues el au l&ndemaín
¿6 f 0ssfé la corporation lore tíu
jfá&at Congrés National de
Ukáecine, cost pour nous u-
g¿ grande ¡ole de frouver á
cafes ie Deven de la Pies
& Quotíbienne.
Cetle marque de con flanee
$ ¿estime saura certainement
ggow-ager les efforts des or-
%EBÉotíons rr-.éa-tcal&s qui luí-
feci pour ie respect du proles
ámnel haitien.
‘ de votre article
copendant, e'est
-ni ¡a demande
Scixiíaire Amé-
msirer )e proje!,
â– /ons quel const-
■'é cene deman-
. ne voyons pas
un prole! ins-
:);¡c'cure Kitchen
realise grace
â–  M. E. Chauvet
'’--rcr.* de la Hé-
pmque d daPi a YO, N. V.
ptísse sons ; ■;.sou hue remis
á lufres.
Oaailéguer': peu¡ - étre que
k¡ Mission ^or.AQ¡:e América!-
$& que/ques cliniques an-
a ¡ravers "ie payq,
t ©sf impossible eféva-
ta?d!e Edeiété
f Quelques
Ksit íéuntf' (
m Sacíete '
i,;,3 pays üe
. TXUTO
V:.on speuc’e
qssSb ssra :v:
feecíeur.
fes donne
KSQrturj la d
vas e* í©s r.c
eu ce-U© ir.
m,
nep gens se
vue de iormer
Arms de car*
mT.engue Gen*
. â– u coars de la
i: é 1© Comité-
â– c en lempa
e de cette réu
=¡ de ceux qvJ,
'ressante initio-
íuer la portée scienüíique ou
épj.démioloqk¡m d'tme petreti-
Je campagne, , les statistíques
de la Mission so bornead á .é*
zmmérer le nombre de piqures
de Néo - Salvar san faites.
II s'agrt ici, d’une expeliere
ce nouveüe (¿eradication tote
te du pkm par te pémcUline.
Pour avoir íravaiiló arree tes
spéciatistes de te Bristol M&
yers, te Docteur Edouard Pé
írus esí ceríainement Vindivi-
du le plus avertí actuellemení
en Haiti des modalités que
peut r&vétir cette campagne
contre te pian. Nous estimons
qu'U serait extrémement injus¬
to de coniier á d’autreq mains
ce que peuvent fórre et mieux
de s mains haífiermes.L'Ássocia
tíos Medícate Haitierme tient á
faixe coxmahre oiíictellem&nt,
sa decision de s'opposer á
¡oufe fenfative qui viendraU en
lever á un rn&mbre qualiííé'
le benéfica d' un travail ob-
tenu par des ¡Qurn&es de peí¬
ne et des nwts de veille.
11 es! ínconcevable á nofre
sens, que se perpetúe ce mé-
pris du professionnel haiüen
qui, Irop iongtemps, a été ta
norme dans node milieu.
Au caté du Dr. Pétrus et de
ses collaborateurs qui r©pre¬
sen f en f pour nous le profession
nel haiüen menace dans
ses droits nous montons te gar
de,
Et vous demandons, M. fe
Directeur, de la monter avec
nous.
En vous remerciani encore
une fois pout taide que vous
nous avez spontanémenl don-
née ef pour cell© que nou-j
sommes sürs de pouvoir tou¬
jour s ten contr er chez vous,
nous vous prions de croim a
nos sentiments djsfisgués.
IE CQMlTg
NoBveaax frélels
Les membres de la Junte de
Gouvernement onf signé les
Commissions suivantes:
Victor Guillaume, au fxtre
de PréíeU de 1‘Arrondiemment
de Si. Marc.
Monsieur Léon Dorsalnvil-
le, au litre de Préíet de 1'Arron
dissement de Dessalines. •
Ernest Malory, Préíet de
i'Arrondissement de Hinche.
; SIPP.
Use*
«La NonveEliste»
Iff PUMCESSe MPOMAiSE SE M.MR!E
*YBC VN HOMME DÜ PEOPLE - »
Alii
■ , »f
LSS MEMBRES
BE tA JtMTB
wmmmmmm
PALAIS MAT1ÍÍMA1,
inufi mfl®, Is &ri-
gadim Généml Tiaxiek ha,
wjwJ, to -taréis® Is
veil si Feral E. Mcsglaire, res-
FSCttYsingnt AésWant M M@m
fotss 4» Ja JbbIs d& Gaavsios.
snsEt, osl tmmtmé Ima Bsr - géoéral d* tisvaii aa Pa-
Jop Na&maL
C’est la qu© pgsGchss avec pa-
«riotisms et tlisiB&eaneBWM
sur te probltoee du pay», 11*
tor redjetcheal des sahsttoos
adétpjato. : tout sa weoriam
démoaraSqufflssat des css-
dieiicss ous fils du pays,
ft
Aim» t Mm Wmmrnm lillet.
mm.
No.SU».
: a - 13
us mmmmm
4i ssivia
Ipéeiaiix
dáosles lycées
MÍtlÉÉMER
ÍXS RESVLTATS SOK7
CATASTRQPHIQUES.
Dana les Lycées de la capi¬
tal© ei des villes ó® province,
vienuent d’etre proexamés les
resullats des-exaraens spédaus
á J'íntentíon des candidgts d
)a prochoin® session ordinaú©
du ixtccctiauréat. Le# r ©sullas
so»t catastxophiques; 1® pour-
c-entage deleves nayant pos
ré^i## la moy&qne BterxL pa-
taií - il* asees élevée.
Áu Lycée de# Jeuae# Filies,
par exempie, six eleves sur
vingt quatre, out totalise la
moyenne poux la clases de
réthorique.
De leis resultáis ne sont pas
pour étonner ceux qui pe ri¬
sen t que le niveau des études
a sérieusemeni baias# dans
nos ocoles primarres et
daim.
Le Neaveaa f rélet
peffit
Hler matin, vers 11 hr es, ci¬
prés sa prestation d© serment,
comms Préíet de Port-au-Prin¬
ce, Me. Justin D. Sam aveñt oí-
¿ert upe .m¡qpOíitpe léoBpttea.
tro « Coq.d‘01».
Ce ful une íéle charmanta
qui xéunjt une beüe merntimo®
dans laquelle on remetrquait
ie Sous - Secretaire d’Etat cm
Tourisms, Jean Brier© ie Cap!
mine Holland Uttaillade, les In
géniours Pereira, Dr. Georg©;
Météllus, Joseph Chrispin, M.
Sam, Michel Roumain, Doc¬
teur Etienne Charlie?, des
Membres de la Press©, ie per¬
sonnel d© la Prefecture,
Le champagne couia c flot£
au cours de celts reception qu.
í tut un grand succes.
Dans i'apres - midi, M. st
Madame Sam recurení en leur
residence a Péíionvilie, ou tout
iut mis en esuvre pour satis-
taire les invites.
Deux reception# doni on gar
derq Iongtemps le souvenir.
I^aatres Vlctlnes
aaSIPP -
Le Déparlement de l'Inté-
rieur par le truchernent du
SIPP a regu, aujourd'huh les
c^clarattons d'autres person-
nes qui se pretenden! victimee
des dégats causé® par It#
piules íorrentielles dé la m-
main© éooulée. Leurs dolécm
ces, parait - Ib seront consiáé-
témlxpiéa enquMe,
Une ieífcre - circulare éma-
nani du Secrétañal du Conssil
des Secretaire® d*Etai et ren-
tercée pm us Memorandum du
Sscrétaire d'Etai de l'fetérieur
a été adressét á tou# les dépar
tements minisíériels oi'en trepó
ses gutosomes selsvanl de ID
íat Haiti#».
Cette lettre - circukáre ínter
dit la circulation dm volitares
portcmt Hmmatrículatúm: «Ser
vies de iDtat» en dohars des
honres r^uliéxos de fxmetion-
mm&nt de ¡‘adminmtmtkm pu
blique.
0@ttO décision prise én Cor
#ei! dm Secretaire# d^tat es.
indicative dee dispositions que.
compte adpoter la ¡uMe de
Gouvoraement doni le muci
de bien, gérex Im finance# pu
blique# m peut étre Tobjet
d’aucun doy te.
Les cheís d 'adrniniiíTation
son! places pour íaire respec¬
ter cene mesure et, la Police
c daouls hisr, mis an applica¬
tion lm infraction# qu'elie a
rofuo# á co #uj*t.
M. Jamas ievttaf
Bis«ct > fraflt
Maa^er de la #. A. A.
En raison de Faugmon'otion
du volume du fraile dérmn c
destination et en provenance
d’Haiti, la Pan American Air¬
ways vienf d'étabur 1© poste
do District - Traite! Monag u
©n Haití ©t a promu notrf c~i
Mrjqe? Forman, actu#! Nation
Manager > Directeur de ce nou¬
veau service.
Jarman, qui merit© cette pro
motion, a eté «Station Mana
ger» d© la P. A A- c Port au
Prince < ©puis Novernhre ¡94$.
II assursra \m dm* tenedon?
jusqu’d cs quo son successes,
Tmmwmem m mms a cwc®.
m memts et m susses â– 
Un ftemhí&teml de ierre a secoué 1® Curco, la vioill© capi¬
tal© du Sol dez tecas Péruvien -, causo nt d© grands domma-
qm dam etH# díé constraLe. U f a 3 siécles On a tiré ck-
mfe.es tea cedcmrea d© §0 pstsoaaea ©t U y a plus d© 100
ON?)
COMMUNIQUE
La situation du Trósor au 30 Avril 1330 ©sr la
Gourde#
Balance deflatedre comptable cm 31 mars 1950 9,264.331.04
Recedes approximative^ du mots d'Avul 1950 7.980.000.00
V
^liocatians budgétaires
Balance déíicúaire comprable au 30 Avril 1350 7.494.106,37
Obligations approximaüvss entourues a l'éqard
• '' aa avril tSSO, pout loguéis aucun
' ' e G4m.
BOX.
ci®#»s iih ira.41
ARTISTS Bmtfl
MM
Pen Genoviéve
I'imagmais Cédor «primitif»
sema aucune idee exacto du
«primitlf» haítien. Le «.primlUf»
pour mot, c'est le fíamand a*
v©c son travail au jaune dbauf
sur bois. ses dorures, son pay-
sage convenüonnel a l'arnoro
pian. Dois - Je l'avouer, je crai
gnaís de ne pouvoir satsir ce
«primitivism©»; il faut s'adap¬
ter á luí comma il íaut se fai¬
rs une ame d’enictnt pour sal¬
sifí les dessins d'enfant.
Pourtant. les sujeta, les li¬
guas, la couleui, tout ra'a s¿-
duit. Cédor m'a conquise á
son art, dos la prendero salle.
fe voudraia dire ici la danse
haítienn© telie que le peintr©
l'a fixée sur sa toile. Le yon
valou, 1© banda; un pas, un
geste satsia ©n. pletnr- envoleo,
la dans© haítienn© avec &on
lythme, ce don total du corps
el do l'étre, a travers 1© p¡n-
c;eau de l'axtist© üqeant bruo-
•.juomont le mouvement, mass
iui conlian! une vie nonvelh?.
La femme, la Kancha en a-
vam, Tépaule dressóe. la pau-
m© C'ii©rte--}'homme. le visi.>
ne détourné. transfiquie, íe tor
so droit et flexible. Ft pus, ú
Y a les lxqr.es de Géüor, p>k>i-
2;OS de vi©, plomead© rév© ct
•© grace léqere, ^>uíigné©s de
.ese, de mauve, de viole!; ?ó
.’hos vivantes, mouvant©# qui
credit
ouvert. y camp rlz
Dn estimo qu© l'augmonta-
tion du volume du traite aérien
est dú a Y exposition Intornatío
nal© du Bicentonaire, La PAA,
en vue do repondré d la de¬
mand© croissant® des passa¬
ges, a doublé son some© en
tre Haíü et les Etats - Unís e
a apport© un© serte d'amé-io
rations dans 1© qansport aé-
ríen, ©n vue d'ajdei Haití c
devenir un® afgderj fréquentcc
iurcmt \mte l’année cm lieu
d'avoir de simples salseas tou
ris tiques.
L© service comprend acluel-
lemeni deux voyages aller • re-
tour entre Por? ctu Prince ©!
Miami. Un travail quí a coúté
S 3S.IKK5 a été éffoctué pour mo
demiser le Bowen Field
Ñcrus rélicitons vívement no-
tre ami Roger Jarman pour
cette promotion bien, méritce ©t
Ie remerdons des ©Sorts déplo
yée par la P. A. Á. pour aug¬
mentar le trabe asnea ®n Haiti.
336,"5 pour 1’Exposition
Déficit Total
II convisnt d'abord da souli-
gntr que les obligations encou
rue;; du chef do iExposition,
mentiarmées ci-d&ssus, n© son!
qu’approxhr.atives, fos comp-
tee y aííérents n'cyanf pas été
i. pu.&s, Le Gouvernement a
2.858.-
fa
ÍJ0TES IFECOUTE...
sirépls céíémoísi» BttgUcI®, b Tokio. t
Km Ban ~ VZtaprnm HJrohito1 el' rtapóratric® Nagako.
- d6c!nre qu'efio ©ápé-re. couvrir mm M
tlo oeo mat», qui óquivóttl di 20 doOar*
"““a W a do«ral, eejreoáonl, ui
!«!^» dsp*.
por mol', lo
\8 S. C. L S. P.
DoOiiis auelques loom on
pari® d'mjustice era S. C. 1 S,
P. B s'agissaii d'un® augmen
tatioo de salaires accordée a
ano étcrrncjére, au grand dé*
sappoinfemsni ám Msmbrss
haiiiens de co Fersormol qui
s'sajuiBlent dapuis Bgtenjs
sans jamais bénéiídsi d’uns
• loll» toreur.
Nous cioyons savoir matot©
n do ca personnel avaisni solli-
clté une augmontafion d® ®a-
iedres ®t qw Jour premto® do
! m«te ay-ant été rsjelé®, lis
I avoiont rrasotreelé lour» rtóa-
matiOBS *1 .¡quito paaSent 4té
meiweés. dé révocaBon.
Komi n'accordons aucun osé
ált a mi limtíétm raméta».
■ - la é«: Mm ,# mam, ;r -
sonaré*» :. ^o®, *
i’Mpii! do disciplÍBé .
h Ies h
U Suemsemmt
i« if 5»
ILe recensement d'Hadtí en
Aoüt í^ochain nest pas um o
-ération i^olée. C’est un fait
i infamaüonal fmé d‘un cammun ;
* accord paz tous le# pays de YA
mérique, qui s'esgagent á réa
líser leus recensement d© po¬
pulation, séloc un® procedure
tuí permet la com por abiUté
des dlilérents lésultats natio*
naux. Conformément aux der
'hem's !nformatsons que nous
ctvons regues, void 1© coien-
drier des dtfíérenl# xmenw.
mente mú out ou amtmi lieu
cette armée ou peu aprés;
Bolivia, Ao4í 1950, Brésil M
let 1350, Cemada, Juin 1351,
Chill, Ávril 1951, Colo tbie,
Septembre 1350, Costa - Rica,
Mal 1950, République DomM*
coiné, Aoüt 1950, Equateur, No
vembre 1350, El Salvador, Mcd:
1953, Guatemala, Avrii 1S50,
Hcdd, Aoüt 19SJ, ffoaduras,
Jum 1350, Mesique, tete W
t, Mal ISSO, Panama,
1350, Paraguay,
1350, - P^ou, /Jhp»
tem&m im. Bate. Unte, AvdL
1350, Dé t». ; . ..
Une attitude de Tifo. —
Dans un sensaüormsl dis-
cours qu'ü a prononcó, hior
soir, á un meeting de parti¬
sans, 1© Maréchal dictaieur de
la Yougoslcrvia, a dit, en
conclusion;
— En réalité la Russi© So-
viétique justiíí© ses attaques
contr© nous par une mystique
que Fon pourratt résumer ain-
st: la aubordmation de la You
gasiavi© aux caprices ds Sta-
\m®. Nous n'en voulons pas
©t n‘en voudrons jamais.
| La Ligue du Bien Public
' et }&$ apotres de te Pctix.—
La Ligue du Bien Rubik a
décerné, dimanch© soir, au
cours d'un® séanc© solannall©.
d® haulm <é'mtmctions crux per
ecmnañtm du mond© qui sat-
telient ¿ l'oeavr© ám la séou-
rité universe}}©. C'est amsi
qua la Grand'Croix da son or
ór© a été ociroyé© á Madam©
Frcmklin Delano Hoosavsit ©t
ó M. Winston ChuichílL
On n'a pas dit sí MM. Ach©
son. Bavin af Schumann dnl
r@gu, ©ux aussi, pareil hon-
Im'éí^etinm m BeJgigu®,—
Un campagne ékctorale bat
sont plein, temí á Bruxettes que
dam les moindtm homqadm
dé tola la Balglqu®, SBa psa
«fie nenesMBt rms Je ta-
tour du Roí qui a, non areuíe-
¡ste»; les taembtm de son pesr-
v. 55 pour cent d© la po-
ptúaHrn, m twear ám son íe-
tetr, reato 41118, á¡ fa mám 4m tora-
tonto oalfaU jm
4.3S9.000.CM
' ' il.853.106,97 :
mé una commission qui s«- ¡
checrgée clotudinr la vaLcis- ;
u? c!o eos croancos. Par a¡i- ¡
ieurs, certains credits devronf i
étre ouvens avant ia fin du ;
í exercic© pour ie pa
d'cnuties obíigafions contrae
íuede*; et pour achavar cor- ;
loma travciux an couis mu ¡;.c
f>euvent eUe difiérese
Pout íaire tace a cette u\uc- )
tion et retiene lapuiemerü ¡o •
déficit complcible suamen;¡.,n :
ns, 1© Canseíl des Secféiai.re'í
d’Etat a décicié de proudf© ie? ;
mesures suivantes:
1} Annulei tous les credits
deja pris ©! dont Turgence
n'est pos avérée;
2) £ifectuer routes les écr
nomias possibles sur tous ios
crédito votes, qu'ik soíení bud
céía.res, suppiómenfaues oq
extraordínaires;
3) Veiller á ce qu?© les sol-
das d© crédits budgótaires r.o
soíent pos mutilement dépar,
sés.
4) Utilise? Im disponíbiliiéi .
ton fiscales, *;
Grace á ce© mesures, 1© Gou '
mpér® que la ba¬
lance dóíi3itaire comptabíe
paturra étr© consldórablement
jéduit© á la fin de i'exercícu.
Quant au budget d© l’exarci
t © piochain, il f©ra I ob;©! d'un
Tcra’orv mínutieux. Tontas lea
lépense® inútiles en serón í
mpprsmées, @t le Gouvain©-
.nent a le ,í®rm© ©spoir qua
dan# un avenir non élotgnó
non seulemant 1© déficit como’
ítbW sara eliminé, mato mé¬
tete une balance non affectée
du Ttémr powrfb ©tr@ rétabik.
SL comm© nous avons tout
lieu de 1© prévok, Ies pits dn
café garden!'leur haul niveau
actual, ©Tai lee récettas da I'E*
tai «mservení 1© méme ryth-
xne d'encaissament qu'cm
corns de cas dáraiars moto, to
Gouvernement m doute pos
qua la situation accuse© au
début d© ce communique au¬
ra ©u un caraclhre pmement
temporaito, el qu’d Tolde de
la politique de 'compressions
budgétaires «£»*& m volt obli¬
ge d@ poursulvre, II sera é
tout moment ©n mesura da M
h
nt, qui
coil, te latos©nt charmé par
ant da finesse ©i do atarme
;ai s.
Tout pros, la Cédor fx:¡¡ luí -
í-iérno nous; regorde Le visa-
í© par vil aoUmlli}, naií, i ©o
eux rotids .--orí uurs.aronds ou
Marqué. De 4c©Ue rant que
•:¡ue buüne ¡o vie, quond olla
-'.'(no. pas; bonne, quand ü faut
;-.© batiré avec elk? poní la
( empreñare ©t la vouioir med
lauro. Es! c;o le Cédor bon
Voir suite er. darniéro poqs)
VEX - EPQUSE M .
i®i muís cohvole
m mmMMS hoces
jjwSiwBS! tow h» Mé&tr
í Morra Trotter Louis Spalding,
> 9X - épousa de Fex - champiori
ie pelds lourd Ja© Louis, revolt
i baker ,d© son masi to Df.


>«r-
.«■i
Arnolin
* * i"* * uwm iwot'wsitM unmmmw t.rmm pas ia pm m huh pas m ummn * * * *
LETTRE DE PARIS
Abondab.ee de fetes
DÍmanche füt une journée
de grandes réjouissances popu
Jairas. II y en avait poux tous
les gouts!
Fetes de Jeanne d'Arc et de
1'Armistice, Foire de Parle, Cou
pe de France de football au sta
de Colombes, Rassemblement
des JAC (jeunesses Agricoles
Chrótiennes) au félodrome du
Pare des Princes.
Partout la grande foule...
Ces derníeres cmnées, les cé
témonies en I'hormeur de Jean
ne d;Arc étaient toujours Foi>
jet de manifestations de partís
poliúques adverses, désirant
chacun déíilor malgré i'intor-
díctioa officielle. II s'ensuivail
quelques ¿agarres,
Cette foís, il a suííi qu© le
gouvernement autorísdt les de¬
files pour que psrsonne ne
veuiHe plus profiler de la ;:er
mission. Tout s'est dañe pas¬
se dans le plus giand calme.
Quant
blait quelque pen oubuo!
De son cóté la iolro do Pa
ris avail attiié d’antan1 olas
de monde que Fentree en cíe.?
gratuiie iuuqu’u 11 hemm- un
matin.
Veritable cahuo dan?' lo r fus¬
sier©: Le sue* As de la Feme
partie de la population íran-
gaise.
Le President de la Républi-
que, excellent joueur á Fépo
que ce sa jeunesse, ne quiíta
pas sa place, du debut jusqud
la fin.
Poar porvenir jusqua l’ó-
preuve íinale, les deux ¿qui¬
pes: Reims et Racing Club de
Paris avaient dú batiré plus de
900 clubs au cours de la sai-
son.
Le Racing Club était tene¬
ment certain de triompher,
qu'íl avait engagé special©-,
men? une vedette de music-hall
Annie Flore, pour chanter son
nouvel hyrrme devar.t les
i hauls parleurs, aprés sa victo!-
; re. Mats la gloñeuse incertitu
| de du sport en a decide autre-
\ ment. C'esf i’équipe de Heims,
| plus modeste, qui a yagnéi
On ne sail exactement ce
que ics victoire rapporte a cha
■:un des joueurs, probablemení
une rentaine de nube francs eí
; de r.ombreux cadeaux.
Joyeax
Ajuiiversaire
Aujomd'hui, 24 Mai,
. Mme Philippe LAGO-ERRE,
(originaire des Cayes),
féte son íéme Anniversaire de
naissance.
En cede heureuse círconstan-
ce, nous luí envoyons GThom-
mage de natre respectueuse
sympatbie et luí formulons nos
vceux de pariente santéw
Montparnasse
Mercredi 24 Mai, á B hres
PASSION IMMORTELLE
avec Kathor.nc Hepburn, Paul
Henreid.
Entrée: 0,75 el 1.60
á 8 Hres 15 :
CASTA DIVA
avec Mart he Egged eí Phiiipe
Holmes.
CASTA DIVA est une é>
Paramount
Mercíedí, 24 Mai, a 6 h et 8:15
P. M.
SANO ET OH íparlant frange is)
avec John Garfield et Lilli
Palmar.
Entró© Gle,G.de í,25 .... . *
Reserves Goes 2.50
Z X x
Jeudí 25 Mai a S' h et 8:15 p. m.
AMOUR DE CLOWN
(Version Ualíenne —sous litres
frangeis)
ET aprés I'Opéra Paillasse de
Léon Cavado.
avec Titto Gobbi et Gina Lol-
lobrigida
... Tout le monde a entesdu
: parler de Paillasse... tout le
i monde conn-aít des airs de -cet-
I te oeuvre eíincelanto écrite par
Léon Cavado eí dont le succes
' apres plus d'un demi siócle ne
s'est jamais déruentí...
í ... Les fervents de la musi-
L'on
sturnes e
r les fa
on. Une
a alce foís,
le Sochaux,
(Oüven; les
era chacun
tenants de
: motivante évccouon cíe ia vie
que seror
! done heureux de r©
1 du grand compositeur Vincen-
trouver c
,-á accents pathétí-
zo Bellini eí de Magaalona fu-
ques eí c
énereux qui caracté*
maroli. C est une oeuvre a una
rísent IV
ole italienne, de se
• proíondo ¿motion. Un amour
laisser err
oorier nar ce lyrism©
: paricsil l
fougueux
qu; respecte pouríaní
Entl-je- 2 et í u'jm
le charms
suave eí prenanl de
; x í .<
la méloch
e
1 jeudi ¿S Mai c. o r.euies.
Entree G:
< Gde. 1.20
: LE ROMAN D Ch
Reserves
Gdes 2.30
i ieu: - ¡vrtE
i Entree; 07o et i.¿5
VENTE A
LA
í .
‘ a 8 hres 15
CHIEF PL
BUQVE
i ON DEMANDE UN ASSASSIN
II se: c:
;.;oce < r-..
24 Mai i
o i0 hres a. m.,
i Enüee Gdes. 1.30 e¡ 2.00
au Garm
e ENEFF. rué du Peu
pie.
vece a la criée pu-
blicrue d
marque
: *kvis
Dodge, iv
r-oíeur No,
L'Arnba?.?-acíe Arr,e?.::a,ne m-
T 215 ~
] 1:3 unnée 1942, 8
i arrie au'ur.e Venture Buíck Se
pessager
3 rvhndres, appcr
: ton -Modele 1946 c: quebré por
tenant o..
S- •vh-e cíe !'Ex penen
i íes est mise er. vente au pnx
ce - Ten:.
2, ¡-UNESCO, sur
I ie SI.3S0 cash.
la mise
- :n- de Oro 300.
Friere ce fame les obres aux
Port a i
i© 18 Maí 1950.
ver
avalen? in
tente? sur
drome mil
necr
Tr
en!
nposan
reu-
reñí tancas qu evo
groupes de chant-'
sours folkloriques.
Deux choeurs ir
présentaient, i'un
gnés eí les ítévoiu
«Les Conr-tructeurs»
nion avait d'aslleurs pout thé
me «La ieunesse face au tíra¬
me du Monde». .
Question, liólas, difficile ci r¿
soudrei
La ittcmphaíe Coupe
de France
Le nombre de spectateurs ve
ñus cmsíster a la Coupe , de
France (record battu avec 61.
722 pour 11.477.958 frs de recet
tes) ne dorme pas uno idee de
l’iutóre! suscité par ce grand
match de football. On peut di¬
re qu'il-pasárosme une grande
une qtande oeuvre
>. cutre qu'un specía-
)¡¡neu: a e-íe reserve au
crnpnshear Datius Mil-
>el ouviage
Ut-sque en 3 artes et
•cux etendant sur une
sir- v-na! ans et résu-
's otíncipaux episodes
o du General Simon Bo
'api es le tírame de Su
:c-ué a ía Comedíe¬
se en 1936.
oit Bolívar, á partir de
ele sa premier© Jemme
Maiía- Téiesa qui expira dans
ses bias. Pour obéír au voeu
de celle qu'il aima.it, il afiran-
chira Ies esclavos et liberara
ion pays de la domination es-
pagnoie.
Une de ces admíratríces, Ma
miela, devient sa maitresse. El
le le réconíortera dans ses heu
res de découiagement. Un
noír, Nicanor, le premier escla
ve liberé par Bolívar, se sacri
Lera .pour Jui sauver
' On v
□ morí
„*= e*
iv lo t
HOMMES, FEMMES.
ENFANTS AMAIGRL
AFFAIBL1S
Les hor.me- íomrr.
. ettouver po* * (? o1
vre grace a i Hi
Momo. Mo.s son goD v *
parois mal tolere ; Les Pasta¬
les Jessel recon\oríes
couche de sucre sont aussi u-
gréables a prendre que cte:>
bonbons. Elies cora.e*”.?..
¿ous ar,e forme concentres le;
Vitaminas Á et D de i Huue
de Foie de Morue Mouva -
gotit supprirné, pouvoir forts-
íiant augmenté, voila le but
des Pastilles JESSEL.
En vente a la Pharmacie S.
Gefíard, 183, Rué Férou, Port-
iu-Piince.
Eugene C. JOSEPH,
Sncanteur Public Cornmis
nné.
AVIS DE DIVORCE
Par jugément du Tribunal Ci
vil de Port-au-Prince en date
du 23 Mars 1350, le divorce des
époux Franck Lavaud, la fem¬
me née Yvonne Débrosse. a é-
té admis,• en consequence FOf
Rcier de FEtat Civil de la Sec¬
tion Nord de‘Port-au-Prince, Mr
Camille Lamothe, coniormé-
ment au jugement sus dit, dü-
ment signifié avec sommatíon
le 18 Avril 1950 en présence
des témoins Auréle Hérard et
Flavíard Boirc'in amenes par
le demandeur, avec Tassístan-
ce de Mes Villéle Lavaud et.
Hubert Logros.
5ort-au-Prince le 23 Mai 1350
V. LAVAUD Av.
REMERCIEMENTS
M. Georges Lcvelcce, Mme
Georgeí?e Lovelace Alfred et
enfants, Mme Raymond© Lo¬
velace Dópestre eí enfenís, M.
Raoul Lovelace, M. et Mme
Joseph Lovelace eí leurs en-4
fqnts, M. et Mme Alexandre
Holly et leurs enfants, Mile An
n© - Marie Lovelace e? tous les
cutres parents et allies remer-
cient .vivemení Ies amis tañí de
la Capríale que de la Provin®
ce qui leur oní témoígné .e la
sympathie, a Toccasion de la
morí do leur regrettée épouse,
mére, grand'mére et bolie-me-
re:
Mme Georges LOVELACE
nee Err.ma Shaw
enlevéqpdouioureusement a
leur aifection, le samedi 2S
Avril dorhie? et les príent d'a-
gréer ^expression de leur pro-
fonde gratitude.
Ce 19 Maí 1950.
A VENDRE
Un terrain au haul de la ruel
le Chrétien, mesurant 50 x 120,
Téléphonez au No. 2360.
Enchifréxiement
Agissez vite „ combattes Ies
ge d laido de 1‘Antisopyquo LISTER IRE.
Jusau a 86.7% de reduction d'crprés de
Gargarísez immédíaíement a-
vemt que les aermes ne déve-
loppení une grippe .,. jusquá
96.7 % la reduction des
germes a été obtenu© grace d
, Antiseptique L1STERINE.
Le meilleur moment de com¬
batiré une infection est des son
apparition... éliminez cdors les
germes de - la gorge aveent
qu'ils ne développent up plus
grand mal Gargarkez sou-
vent et longuemem FA
L.jeri::e
Dp* te*w Mvnti ctit -â–  - -
cíes r4ducfc! wi s ¿et.
Louche 't rie I*
©6.7%. i5'mfriaLrS^5'-
-voir Karpm** 8© k fíJZi**'*?
dc 80% une ht; ri. njixü
Rién x>tas, »j unnhti+M
cevt oui fo fftf/fK
aevTr, few rw iour rtirUmut /
8fMM»'# fe eripps Vt'mgSa
Am* **~*~-e* emm¿lí£ /
i.
gvi m fmt umpé 4e
L1STÍRIH1, launédBatement!
. centre la .firlm»
Florida Caribbean Line
59, Angle des Rues du Quai &t Trav«rsí«;o,
Port - cíu - Prince
Service régulier entro Jaccsonvilla,. Fio.
Pujt - au - Prince, Saint Marc et Cap - Haitian,
FRET ET* PASSÁGERS
la
(voir suit© en Se. page)
ft
PETii MIMÍ, PETTIT MIML QUL (
FAIS-TU PAR ICLTU NE SERAS
Messieurs les Taíl’eurs'
coaservej votre clieníele
en achetant vos fauruiíu-
r<« importes spédalemcní
pour costumes, á un pxix
tres modére: watt bianc.
43 pouces de large col
lette bianc et couleür ñp
per toutes nuances.
Er vente ches
PIERRE COLES
Maxchand — T 'dkur,
Ru© d«i Centro
"a
Coupe paríait© méme
saru* essah Cou'umes a
vendre, — TIssus, etc.
LES MEDECINS PROUVENT que la cure PaMive tañe «14 jours
mm pJuá ¿e-líe fieaM a <2 ^emmeÁ ém Pmlé!
j'cíoMUI
<¡'Í4íííS»s»s,i»
la. 5Í
PLUS SON AMI
si tu mis
Prerc*
de Fea»
aieutex-y
4a-KU«n.
KLIM
' SON LAIT FAVOR!.
fltf ELSllk ' '
la ruche S©.dvn.
L^s jennes aimest ia délícteti.**© írnuF
f. a h# du ¡ait KLIM et KLIM e;-t si,
Wr. fK'ur d'-ix... ¡vmph de matieres ©sskítj-
tíeites- pt>ur re corpa I Jie^ardca ve® jaúnes
enfaov», «egosianr un grots ver;o rempS; dt ■
la. riche eróme d© KLIM et rju’elie r-e «era m
pa® votre aurpnso tjuarui fia vous en setom-
manderoñt eneoi?e davanfcagé,
KLIM ” MILK
giJM„ te I*tt íéUH in movie antict
?Ot»QVO?
KíSSATíVTV W*
U CU85 ?AlMOUV8 j
r\» \ á loosa *
hi'ii
ma rexy kt a
um, Hoaeuts,
U CU» PAlMOüVf
«©» s&n SAis.ru ouf '
'â–  thhm sptoMism
Ówr fSOUvi OUÍ
cmt cu>g un ^us
»£au mm a 2 pímmss •
SV* 3, ÍN H ¿OURSt
tA ClISS A St£w efussr
A, UV^VOUS tf VtS4G*
Avrcts Savon
? utts k&mí
u M0^ isScf
oouce SU ?AiM02¥£.
P*ntS au TCOÍ3 kms' ?A8
• Cf MASSAOE wjtTC^S
VOTíS KMi.fi
.t-mmat.
Sí vous voulez un «Üm que reares l$s femtaa
envienr, que tous!« hommés admiren?, com-
mencez ce 5-aír meme Ja cure Palmolive,
N'oubliez f»s, qae la cure Palmolive fcété
essajréc sur 1285 fern oses de tous íges, de
15 i 50 ans avec torre les'genres de pesux;
róche, hmleuse, nórmale, jeune, ricille. Et
que 2 suf uois de ces fótñmes ont obtenu
une arndíorahon remarquable de leut ránt
en seaiement 14 joufi.
WWTYBATHS&e
SHOWER
Ynnr P<:


-in.
SALVITAE
SMVTTAB- esl on DIURETIQUi: PARK AIT
C-e»! un LAXAT1F SON - IRRITANT
Ayas toujours un tlacon da: '
SALVITAE
u Stimule MCTIVÍTE RENAXB ■ 'Í
D Hméliom 1’OXYDATION
n Fortffie les ELMENTS du SANG et do» TiSSUS ‘
8 ranJorras is SYSTEMS GLANDTOJURE
SALVITAE
Neutralise !'ACn>rrE do ¡'E3TOMAC
Añéje la FERMENTATION IN rESTINAU.
Suppnuie íq MAUVAISE HALSiNE
CHASSE Le* MAUX do TETE et I'MSOMNE
Pda»1 eullléréos ó café dons im vea» d'emi fraicho
vous douueront an BREUVAGB agrfxibie.
Bum SALVITAE tou» les SOÍRS si Je MATIN á Jaso
salvtae en vente bans toutes es pharmasb:
Agent» Excluelís: .
JOSEPH NADAL SCO.
CE SOIR
Gala au Ciñó Montparnasse:
CASTA DIVA
avec Meiih-! Fg lips Holmes.
Eú¡ premiere partso Vans era-
to* ie ptaisii d’enlendre S'Or-
chesti-e Pern Améñcan sons la
Direction du Maestro
Uiysse CABRAL
Elaejo do la PharmacM Joseph
C. Vnlmé, situó» Angle dm
ium r.'zau st Aubry. coíojto-
: nant aois grandes piócen CIVOC
salle d’attente et powytto do
confort rao lame.
Pour tous renseignemen te:
s'esfeerser d to PharroOKie J, C.
VAlite.
WramtsTenaces
nub*, 1'irrt-
metis is Géaéral, m©art aban*
ctvec la smd& Jote <É‘al»
letiotmr cslle qaU h avail
IsMEIUSViUI
BICYCLETTE
FABRIQUES
de nos jours
«íes femmes mgbernss»
A ©era»© dss pluiss, la' dot?
st llrtUíe ds la repzésentatio'1
des «Femmes Modhrttss» e®-
ront lútéúomommt bxém. II
sera égedement représente
«Un Candidal Sédeos» ©a l ac
te sor la demande de «Haití
Journal*.
Dr. Paulux PAUL .
* La plus grande
t/r&du&ion du monde*
TH£ HEftCULfS CTCtt
A HOTO» COMr'AWV tm
tíiLtfBWKAK, AHQiX7éí>fS
U moy»u HíACUtF? I J eítaetti.
t*t>rV$BÓ **** sríciíjaa
4*»» fe» febei^oa niw»gt« í* bffyf*»»*! HlACVL£3 píin
ES44Í* 8-tl Sf¥l*í |
ÉOern» »er tout
CANADA DRY
Spaditine YÍAlFEIL
0*1, feat. **««**
saWs r*J®fr I* i *ss exemeive caí
s Orjf Mt e*Re q-aí Etlt b
i qaalité d’azs i>on breoTNge — grico
) earheaatetíe» tamve .,. Elle pr«-
s U péiiUcme&t de» Turre» ... fsti re**onir b
wear. Achetcx-m «ptelq*©* beetetUe* «ajeitrdhaá
— thoix de I mod" *
Ssrm kám Iregpés,
Btsr* 1 O N N H. WOOLLEY
GRAND RUE, JS21, PORT • AU - PRiNCt
SYNDICAT DES CHAUFFEURS
COMMUNIQUE
to nouvsaa Comité du S. D.
C. avise I© Public en qénéral
et 1© Commerce ©u particular,
q .’il n'est pas responsabla das
f tes et actions d© i'ancien Co-
1 i its, tesqu a ce que la Com*
ission ckarqée de fair© l in-
->ntairs des Archives ©t Finan
¡s ait tait son rapport et que
¿charges pleines ©t enb©r©a
oient données aux anciena ad
linistrateurs par TAssembié©
Sénéra.© du Svní;icat..
Port au Prince, 1© 23 Mat I Ob]
L© Secretaire Genirai:
béonce MA1NVIL.
The Best
Obtainable
LETTRE DE PARIS
f
Darius Milhaud a tempest
son opera on Californio oú il
s'éteft rófagló, famfi» gao hi
Francs «ibtoait Voecupati»»
a|li#m trés probabkmeni.
Lee due tableaux admirables
tdnsi qu© 1©s m&rpsMm Jsmln©
Michaud ©1 2© baryton Roger
Borndhi, superb© «Libertador»,
metis il taut aimer ia musique
d© Darius Milhaud et surtout
la compiendrs pour Vcrpprecier.
Il ©st d craindro qu© c© n©
soil pas 1© cos du grand pu¬
blic. Et e'est c& dernier qua
procure íes lorias reeettes...
Boils Vían au pinade
La vogue de Boris Vían, le
i irompetiiste na casss ds sac-
l centuer. Son jaz2 est un des
I plus comma de Saint Germain
j des Prés. son roman «J'ircú cra-
| cher sur vos tombes» a ¿té un
[^isa «best sellers» de ces der-
j niara temps.
| Le théátre des Nibctambules
! représente urse pié,re de luí
«L'Equarissage pour toas»
dans laqueile la guerr© ©ít -ow
né© «z» ridicul©, á la d'XL
bu-RoL Elle m passe eterna un
village nqmtcmd pendant les
hosiilité®. Un pay san, qul ex*
©rce la proíasslon
seur, marl© ©a'ílll© avec un sol
dal aüamand, sema a© soacier
évkaameni*. Main Voild
lo débarqúement alM Des sol
dots de tous les pays viennent
tes dércmger, mate tout I© man
de sympathise, dans des sce¬
ne© burlesques.
La conclusion, e'est qusn cas
do guerre, nous sommes tons
destines á 1'équarissage. Jean
Cocteau a éié soulevé d‘©nthou
siasm©...
i© dernier suecas de Bans
Vian a été remportó en Justice.
L© Tribunal Correctionnel Va
condamné, la semaine d©rni©-
re, á 100.íX)ü francs d'amend©
pour «outrage© aux bonnes
moems».
U s'ogít de deux outrages
«J'irai aracher sur vos tombes*
déld ncmmó, et «Les morts on i
tous la méme pacm'*.
■ Le jugement a ordoncé ia
destruction des editions &n
frangeis et en anglais.
Gn va s'arraoher les edítíonh
dans les emires langusa:
Feinand BEBI AL
TflRIF D’EIE Vom $entirez...vous ent6Rdrez...vou$ wrei
de la Pflft
une extraordinaire difference sur votré voiture!
TIA
Get a packaga
írom your Grocer
TÓ-DAY i
pitiTíüri^
ÃœSIME A GLACE NATIONALS, & A.
E. A. HAK0CE, Présldeut,
Distrlbeteiir Exeledf
Uní. Mg,RYRli..t.j?.ijsr. ftxpérience
vous attítnd -Quand vous ins-
tailf/ d«'S pniMM Sup<.T-í.u*.iifOn.
Yylce Yt.uti.ui; sera diftérente . . .
mt-ilírure; Vuua :umarquen’/ f.es
iOr.’tHoa*..
Voire voHur© S@ro plus C%T»*
Agente: HAITI TRADING CO. SJL
POUR LE BAL!
i
PARFHMEZ VOTRE HALEME, MES®AMES IT MESDEMOISELLES
ST. GAPDEZ VOTRE ENTRA».
APEES AVOIR BANSE, RECLAMEZ ÃœM PETIT VIERE DE;
CRIME PE MARSALA
LA BOISSON IDEALE POUR LE BAL.
EN ¥Mm DAMS 10UTES LIS EPICERIES, DANS LES CAFES, RESTADEANTS ET
NIGHT CLUBS.
EXIGEZ BIEN:
CREME PE MARSALA
DE LA DISmEKRIE STOCK.
G. P. BELLANDE, Pistributeur
Etase XA MONDADÍE». Tel: 2637 - 336L
forlobte! I.-ea Super-Cushion plus
gros, plus doux, roult-nt sur IKg.
7U0 dt; prf.-s3ii.m d’au —lis er¡Ga¡s-
spnl U;s liosAí-S, nbsnrtcnJ les ca
huís, vous assurant un infittert ¡n-
croyable.
Voira voltura sera plus sOra!
Yupcr ■( sisbton exermní un
plus <:ror¡(j pouvou de trfjctiun, de
suite ífue ins anets sf>nt píus r»-
fíidfts. iv cofiítoif iriicii* assure, ía
sécurité plu* grande.
Votes vottur® s©p« sltsn-
cteuss! Parce que les bosses et lea
chaca sont sbsorbés, il y aura
motns de btuíi cl do 'vibrations.
Ce qui signifte moíns d’usurc et
moms de reparations.
Votre agent Goodyear a des Su*
per-Cushion pour mqnter sur vos
rouee. Aíie/le voird^aaujou/d'hui'
t-4V*í?
GOODYEAR
¡h par le maná*, pin* 4» mtb*í *&t p»w> Qpoáyw tvr fon*» oohe
SOCIETE HAITItNNE D’AUTO MOBILE. S. A- Dtetflbuhic©
Nota* cat tarrh spacious ’
pour yos voyogest
RSar Xttoar &* Peí\ as JV^ea:
A Miami. Montego &©y •
ei Kinc ton.
StOO.OO $35.00
A Ciudad Tru|iHo, Kingston.
Montego 3ay. Camoguey
et Míomh
; CoftwamU
$117.00 $23.40
i»mí« uethtmite
mu3»»Se$ueátní9».íf
0n peut eommancer te royase de
almpone quel pwat situé sur h
Circuit, it est pem& ds cofRíjuief
Cfi3 Urífs tf Eté svec íes »m fégu-
Sect en víguear $ut á'étíim míes. <
umt jours. esc*its
esRMisss í* e©ur£.
j
&h meintsnan! ptmm votre voyage
tj de plaisír. Oensutter votre
pi YPAMiwa a ú Vmmm oh» * s*|
DONA
si m htorts bu «nouve wi» vous tuusarr.
msgmxm mm m wmtmñmm r> ,


A TRAVERS l£
tltftllC
'Mm,
La CMtféreiK*
del’UNESCíí
FLORENCE, ' 51 ÍÁF?) —
C'©st kmMx cm® s'fsi ouvert
á Fiorenc®, en presence de M.
Luigi ESnaudi, President de la
RépubEque itdierme, la 5éme
session de la Conference Gene
rale de /UNESCO. _ Plus de
500 delegue©. representan-. 55
Elate merabres y participen*,
ainsi que ries envoyés dorcru
nisations internaUonales nou-
gouvernementaíes, el ceux des
isüíutions spédalisees des Na¬
tions • Untes. Neuí Ministres
de /Education Nationale présí
deronl tes délégaüons de Isurs
pays respechfs, ,:.cjui compient
des personnautéís eminentes
du monde culture! et s.ci-¿ní;B-
Les üavaux de
que.
jence aureront jusqu’au
juin.
A i'ordre du jour de cette
férence figuren!, outre ie t
gramme et ¡e budget de 1 11.
co p«mr 1951, un certc
¿re de-íftfSSUons par
ment importantes. La prer
re concerne l’etabi
d'un programme do base y.
cisant lee objectifs et le
de /UNESCO. Ce pro
dolí repondré a trots ;
palions ©ssenliellos :
1. Elimine? lev ob~!':C:e-: -
s'opposent a In tibie curj
tion mícrnabonale des :-:U
des hoir.mes ei dos crmvr
/esprit et lauonser les e-'úu
ges entre pays et cruje cul
res Uitferentes.
2. Mobiliser les rossourv u.
lea techniques dont dispon
les Eíats memores. en vue o
surer Se deve/mpe-nen: ;m \
ducatiOR, de la ¿mmnee et
la culture, tout p xi\.cuí-e
ment dans les o- :-u
CÍ a etc, pour Uf-, :.m:m
versee, retard e< •.
3. RerUOíC,*:, pa: ur;- -o.
baratío:: active dan? *ans 1
dómame.-; cíe ¡'education. ' a
science et de ¡a culture,
sens d
melle et rrmr.úe •1 hue
condeion indispensable ue
pmx. ainsi que /oíhrm = : :
cemment. dans une com. se
ce de messe, M. Jumo fon
Bode!, á'nei:\L-ú: uené;
NESCO,
18
C'esi done vérs i'ahloptkm
d'un pían d‘ensemble cohé
rent/ donf la léabsation Re¬
tendrá* sur plusieurs anné-esv
que s'oriéntení les travaux de
cette Seme session de la con¬
ference genérale de VUNESCO.
XX X
Chalutiers
Soviétiques
isas La Manche
LONDRES —AFP —
La press® Londonienne conti
nue á’enícurer dune grande
publicité la présence de chalu
tiers Soviétíques dans la Man
che. Le. «Daily Express* aííif
me que 29 de ces chalutiers
naviguant entre quatre con-
vois a une vitesse de quatre
- nceuds, ont été apercus dans
ia iournée. Selon. ce journal,
]q premier convoi composé de
* 7 bateaux avast jete Tañere au
large de Falmouth, le deuxté-
. me (9 bateaux) au large de //
o de Wight, ie troisiéme (sept
Bateaux) "en face de Bcachy
: Head, e! le qnatrléme (six ba¬
teaux! au large de Dunqen&ss. -
,e ? Daily Express» ajóme que
'•qs chalutiers peuveni ©ven-
j iueHemení servir de dragueurs
â–  ou de mouilleurs de mines.
Selon V' «Daily Graphic*,
un agent maritime se seraif ap
: croché avec sa baraue des
L'A-
déclaré
tta® Date á retetür
U Mal 1950 -
íes atnafeurc ds
n’wMMrw j
B'»*t I» VwMfcwtU 26 Mcd
Ejae «era s-épféseniée, «u ih#.
tí» Rm ia baila piece;
«CAUSE SANS EOTHS.
sai UniiSoBv» de la sympaUii-
que Dizecírice de X%cole «Sala*
te Thérása á* iXnfant Jésus».
Qu'on ti» ráí@ pos cette ma¬
gnifique opportunity li'assister
a una beDe piéce.
PRELAB TS
h -reoáre et h kmai
Ches BAILEY
EüposíÜoa BuiUtog
236, Rué du Magosto de ÍEte
Pwt cm Prínc».
leones Rites! Fesams! pi
«-Sooffrez Ies eanois de •
TROUBLES
PÉRIODIOUES
FÉMINENS.
r;.r.;
t -V’-'-jMÍFS SfW
* er' '¡S«té»
* -5 j-í- t«i
> s - Cotn podé
l*. C :*w <
s.;
«• < ti 414- íi
utfc. t ¡rrtlafcaittft,
;rs. Cítrspííié
,' .-rj-e
» de fesnenes en
«.«- 4 a tusara
i>ps miüi«?-s et t¡<
, «■* n. r
i terteuneraent c í 5IS tvDift e. mmm%
DON N. MOHR. Distributeu?
RS ‘ VOUS A .
% •
M^aslsur Sdmead
«qwfelm»«4é, ftrsnt#
m* ct^a dl«*
p^ltion úes ?étíonvUloia, pour
U traSd Port on Princo —* Pé*
tiOnvill©! un# n#u*
martille Ford, toaafeíoulé#
cm-Na .4171.
Aye2 done plélns conítancé,
M&sslenrs les passagers ea
ki jmidenc© #t ó l'expénonce
du dit chauieur.
A^OCIATION DES ANC1ENS
aSVES-DES FHEBES DE
L'INSTRUCTION CEHBXL^NE
Le Comité inform© les mem-
d© VAsscciotion q^e la
éünk. statutaire est fix&e au
íimanchu 28 r-ai á Tlnititnbnn
aínt Louis de Goc~aqi^.
’ROGftAMME '
Messe: 7 heures 30 a. m.—
**©rmon de c ir constan ce par le
X. P. Ceríond
Assemble® Genérale á l’is-
ue do la Messe: 9 hearts pró-
ises
Urdís du Juun
Rapport du President
Rapport du Trésorier
Election du Conseil
'Question d'iruérét general.
Banquet: 12 heures
N. B.— La cotisation pour le
banquet est de SíX dollaru (S8)
Nous prions nos collegues de
>íen vouioir s'inscrire d I'Eco-
amat de l'Instítution au plus
ót, so;} persor.nellement soit
r*jt Tintermédiaüe d'un Mem-
tre du Combe.
Le President Ernest DOUYON
MASON A IOWR,
A PEtJONVULE
Petition OwJwwKeW»
to do Voau.
1 Moiton d'Ketbltoiion ayant
3 chambres 6 coucher, Living
Room, Office, Cuisine, Toilet¬
te avec contort, Grande Gale-
tie,
COMPRENANT:
2, —■ Une haBe eur rue tr«
passanle surtout par les pay-
S'acbresser au Bureau du
Journal ou téléphoner 3216 ou
S769.
Avis
Un pardessus en plastic, d©
couleur grise, a été égaré le
dimanche 7 mar, vers les 8
heures cu soir, dans une vol¬
tura áe ligue. Bonne recom¬
pense a celut qiü le rapporte-
ra aux Bureaux du journal. Áu-
cune question ne lui sera po
Les lerntis de >
la Démangeaison :
Béfnsífi en Sept Minutes
vmre j>?au eonHent pv#»ao*
T-nJinns (J« Foutures et
■'‘''ivu't* rtP"* lo* > (Jijtalmut^nt ft
«. . h-« i
nnir*, t*0
.ent di terrtbta
tenrfnís.
¡r-nA.
. r»d,.Jftng*a wn
t {ritfemfitt*
: «u'un smilacf-
-•'e nt¡ Üa r -'
ITlxodevm
J*i)nr hs sruilndtf'i de la pean
ALCOA STEAMSHIP CO., INC.
ANTON KNEER, Agent
TEL: 2766
LBS Pill ADX
CRAVATES
N EXISTENT ni» t
qaaad vosa poma
les cmitM:
botanw
Inchlfíomttbta"
Nuus avena ki
d * voiro
í.i.ivcjtí-a
cas lam*
CflVOtOO
Les pB»
comm© por wm^.
dont kx é cstmL
\t¡ qualiló .i'tuj ijj.
veté.., dont eUaa
faites, ' “
Vous pouvei chrfi*
le« dossing «i
s’alliam avec fen
costumes. “
En vento dans toua
le» Magasiua.
LOUIS DI CAIREL
Agent Diatributeu?.,,
pour Haiil
Rué du Magasm de
POS A — %
JSTE' t>m DEPARTS DE MOBILE ET DS NEW ORLLANb, Ub
FOUR FOBT-AU-PRINCE. HAITI
Depart ds
Mobile
Départ
New
c©
Orleans
11 Mu:
de Arrive© é
r.pa P-au-P.
¡8 Mui
ve par
capita
Baltiaue»
Lun
> que
ATTENTION !
Grande
Liquidation
Avec la prochaiue íermeiu e de /Exposition, la Matson
De Simone, situé© dans 1'ai.re \& /Exposition (aux Palmistest
á /intention de liquider son tock du repute Vormouth, en
vente d áos prix de liquidation soit en gras, qu'en detail,
tout- son stock consistan*, en boufeiíies et en futs:
Vermouth boutoille origin ilo ou en fut;
Marsalow Crome Manaotla
Crém© Cacao Créme Caite
Marsala See Marsala Dolce
Vino Blanco * Vino Russo
A ám prix au dessous de lauto concourronce.- Accourez vite.
Chaqué iaroillo jx'uí avoir une réserve.
taeif Bmxtmmm
(á partir da 10 Mal)
VALABLE PODE
80IXANTE J011S
(60) Jeers
PORT-AU-PRINCE
— MIAMI et retoar
'N NA VIRE
UN NA VIRE
UN NAVIHE
i luir:
Áatr«s Ports
Puerto Pl<3ta, H. D.
Charlotte Amalie, St. Thomas
Fredencksted. Ste. Croix
Points á Pitre. Guadeloupe.
Puerto Plata, R. D.
Ciuddd Trujillo, R. D.
Ciuddi Trujillo, R. D,
POUH IDUS
-2 .‘.un 29 Lain Puerto Plata, R. D.
Ciudad TrujUlo, ÍL D.
RENSEIGNEMENTS. TELEFHONEZ AU 2788.
EAU DE FLDRlDI j
MURRAY & LANMAN*S
CETTE LOTION UNIQUE A PUIS DC
20
h
k .
c"^ , „,^l «-1
coio.0«^O.MV,
* to * * *
^for«*s,6rt
"^•r ■w
MDl? CAftTIt
CCffiMUHA
tasase
USAGES
POUR LE BAIN
APRES LA DOUCHE
COMME ASTRINGENT
LOTION POUR LA PEAU
COMME DESODORXSANT PERSONNEL
COMME PARFUM
POUR L'iNTiMiTE DU BOURDO®
ET PuUR AAi üaíCUIR Ltü CUñMBRSÍ
Faux Ibr roaux de tetes, migraines et étouxílts-
semettL., ¿aju, ies morsuxes d’insectes, pour ies
éUls nerveux, pour ies rhumes de cerveau et
pour les pjeds lauques el écheuiiés.
CELEBRE DEPU1S IMS
ESSAYEZ -UNE BOUTEILLC :
ET SOYEZ €0N¥AiNOU " S
en vente Fwrrotrr "
DON N. MORH, DistributeW :
-—II—I--I | I nu nr - .11.1 .! I ^»
Vous qui connaissez
la Bonne Bíé^
VIENT D'ARRIVER cl
La Vraie—L’Antheatigee — L’UhUm
. MERE OE PHtSlN
LA PILSNER URQUELL
Haftiieii&ment, plus chér© qu© tout©» I#3 (Xüttee .&(&%****
de Bíére.
ItUTEILLE DE J5 CBSTOITBEl
á $0.50
2n venta dan» te» Hotels —Rastauron® — gate—O®'
etofl» de Pretnléio Clasie:
M. 1. — Cecl ffl’est pas une RECLAMÍ - j
C’est sltaplement one
d’arrivaee.
rOUK IES PORTES,
NOUVELLES CONSTRUCTlOh S.
UERBUCH, PLACE GEFFRARa
SOINBÍ BAPffiim
FENETRES El VnWI® J*.S|
adressez-vods a l*1*


nw-
MW»»****1
ELKCTKA
ELECYRICITS — RADIO
RUE DU FORT
EH STOCK:
mqteurs monophases • ps 1/3 a p. a s a p. m/m
I ^OLT*
MOTEURS ALUS — CHALMERS TRJPHASES 18 H. P A
«&P.2Í0/44O VOLT
CHAÃœFFE - EAÃœX DE 5 A 20 GALLONS USfm VOLT
J0NTA1NES ELECTRIQUE3 «CORDLEY — HAYES. 110
ÍV0LT » :: '»fc ■
SgOGERATEURS «ICOL» — PACK. 110 VOL? PORTATXFS
gacERES' «THERMÁSTER . — THERMOS .TKEmunar. ’
I^ILATEOTS .ROBBINS MYESS» & '«N&S0N» 6" 8'"
I .BBS A REPASSER AUTOMAT5QUES OU knuwpjg
MATERIEL & ACC^OLRE ELECTRIQUES & LUSTREME
Distributee?
i ALLIS - CHALMERS MANUFACTURING
1 COMPANY
CBNERAL MACHINE RY DIVISION
MILWAUKEE, WISCONSIN
TélépftORep au 33-73
poor tons raaseignentents.
Vos Cheveux
ont besoln de Soins
Journaliers
Mesdames,
.’ous Ia4plus beOt attrac
f ffialnteftant. et i
niconus
RH THE HAIRS
votre chevelure est jour
attraction. Preacz-en
soin dfeg maintehant. et vcrus la rendrez
belle pour toüjours.
Lavez vos cheveux régaliérement; mas-
sez chaqué Jour votre cuir cheveto et ap¬
pliques jounj alternant le TRICOPHE-
HOUS DE BARRY, en te frottant sur le
ruir ehevela avec rextrémité des doigts
afin de permettre aux racices des cheveux
de tirer to maximum de benéfica de cette
aaerveiiieuse lotion capillaixe. itas, bros-
sez vos cheveux et vous serez ecchan-
tées de 1’apparence et du charme de votre
chevelure.
Désormais* vous n'avez rien h enviar aux
étdSes de Peerán, poor qui la chevdlure
est un facteur vital et important.
Suivez leur exempie et ceiui de tout
eeux qui depute des générations trouvent
que U THICOPFEROUS DE BARRY
est incomparable pour Je soin des cheveux.
Augrbeutez labeauté et le charme de
f-„?_ 4 votre chevelure en emptoyant lts
TRICOPHEROUS DE BARRY
DON N. MTHH. Distributeur
m
flennent d’arriver:
’•toe
DE BLANCS,
la via célebre da CHAMPA¬
GNE bu en exclusivity por les
ACADEMICEIS et .provéoant
des grands crus du CHAMPA-
GNE TAJOTNGER.
le CHAMPAGNE TAITT1NGER
qui lui a vaiu le title de Cham¬
pagne des Ambasscdeursl a-
dopié par le Minister© dee Af¬
faires Drangfaes et touies les
Ambassador de PARIS, Lon-
, dres, Stoctoblm. etc, etc...
*-8BC. Le CHAMPAGNE TAITONGSI
qui a conquis taut Port-au-
Prine® et lui a valu le 'PRIMER -
PRBC DO GRAND CONCOURS
DE CONCURRENCE COMMER-
' CIALE ET JNDUSTRB&I£ DE
' Port-au-Priace. , J j
12 BouteiQes, dé U Demies et de 48 Quarts ó
moment Bos, déiiant tout® concurrence detoya-
'datis tous lé3 cafés, basara et bótois selects-
safier.
VINS DE BORDEAUX de k Mofeen Jules Gar-:
RW de table, ¿é' gustwt tres frais,
sin, rouge de tcL«*. . ■
de reputation mondial®,
Appellation controlé©. ,
¿»®aVES DE GASCOGNE DE L'IMPERATRICE EU-
^ápagne,
Safras, - â–  . . - *j
‘wWnatüíel, ' ; . *'* *
dfadanneau Roduits de Franc» Ati NMtanr: MaroA5'
IWseignament, s’adresser a« Cabinet d’AFFAIRES
*»• WAAG. No. 55
^ 5ARANTB DE
JUL¿. Á*JltoA
juyJU Asfa ¿fgfcU*
Nouvellca
Scientifífiuei
du
m
4a OJrilfcÉtlfttTt*
wtm pBBSattfd ^
«twee* N«u»a*«
deTUNESCO.
J^tv^ere Pn «r rr;^ r;tii hnatv
ÍcSSOJ if^marrar** ?:?->• > ft dnrGJjJlíté aiww>l;s.e .,
Vaay l-*arfnft í-rteitaffft a 01 t' s- gp ■«« ‘-•/i í..'''M-T.'.:Fírj de a aa
j-: c raoá^-o. Jtoa \ o->.c:s .cc un acca “ATLAS’*
£550 STMEAFJ OIL CBMP/WY (CrUUBBEAS) 5. R.
j Rajeunir I
t \
l Ces! de aes Lonas heursqTjo ss ¿ormeTi* Ies rides a! iou-1
le fatigue les prononce. Plus tot vous les combaUrez, plus ;
vile ©lies ¿ispcuaitronS,
Un truilomen! de «choc» aux rapides el durables ©ilets,
«les mmmmwm*
s'impose des les premieres rides (une ampoule cheque j
soli en one lion pendant 8 fours).
Entre chaqué cure, pour conservar le resulto! acquis, errs-
ployez réguliérement la créme de nuil sHorrr.ory Vitalise©»
acüf réconshtuant du derrae. I
Les «VIVORMONES seat m prodait de
I’ACADEMIE SCIENT1FIQUE DE BEAUTE.
Syrobole de Qualíté. —
Michaelle Roy
AGENT EXCLUSIF POUR diAITI
DON N. MOHR. m«MNnK».'
met
Salsepareille
de Bristol
Reconnue comme un grand purifica,
teur du sang.
Preparation origínale et véritable du
. Dr. Bristol et sect pour:
1 AFFECTIONS ET MALADIES
DU SANG
étpóüx cellés proyoquées jaur.
L*US AGE EXAGEBE DU MERCURE
DU FER.DE LA QUININE ETC_
Au^ipourles:
AFFECTIONS RHUMATISMAIJES,
. MALADIES DE LA PEAU
Affections Névralgiques, Débilité Ner-
veuse et Générale du Systbme, Peru
d’appétit, longueurs, Etourdissement et
Affections du Foie qui mine aim:
FIEVRES BILIEÃœSES ET AUTSES
LA JAUNISSE ETCâ„¢
Les makdes peuvent étre a^uré,
qu'U n’entre pas dans ce inédicair.ent h
moiadre particule de substance am
curielle ou aucune substance- vénéneu
s*. flffiAparfaitenmnjtlnaRensifetpeu1
étra edmiWbtré aux.personnes #d wt
Sesotá’ d’un bon reméde purificaban
et fwrtdftaet, sens fair* le moindre mat
WLU1JS VEGETALES DE
«BRISTOL»
. Warn les maladies de ‘ FEstossa*^»
du foie et des Xrrtcstte, <
- Si vwta spuffres de Pys&epste, din.
, digestion, de Constipation, de. Mutas»
«sme. de Goutte, de Coligue BÜiwse
de Maladies du P'oie, «assess, tel ítf
Píteles Végétale» .BRISTOL»
Le remide popuíaire depute plus de SP
' ■ fabriquí pa^iatUDd el Kenqs
Eb vente dans totrtes Ies Pharmoein
DON N. JIOHB, DtetrBnstewr.
A Veadre
un camión
léger,
« 1846
marque
rm irnum 1 |500.D0
i1 une jeep Universa], Annéo
:9 3, Giire mínimum: $250.00
i; un? camicnnotíe, marque
ForJ, Annéa 1847, Oílre mini-
murn: $500,CK5
une caniionnette «Station
W-..^on», marque Ford Année
12.7, Oüre mínimum: $1,000.00
hour la visile des machines,
icur élat ei les conditions de
ve.úe?, veuillez entrer en com
:.;i'i:íca*íon avoc M. William J.
Do! n; Damien Aucune offre
ns sera regue crprés la 28 mal.
AVIS
La Direction Générale de l'S
■Jucation National© (Section de
rimseigr. ~menl Primaire el Ndt
mal) avise les iníéresséa que
les exetmens oif> dels de la ses¬
sion ordinal: e sont íixés aux da
es suivantes:
Certifica! a'Emdes Primaries:
i 2 fuin 1950 á 8 hres a. m.
Brevet Simple el Supéñeur.
19 Juin í950, a 8 hres a. m.
Eccles Normales d'Institu-
teuru d'Institu trices: 26 Juin
1950, a 8 hres a, m.
Les candidate au certilicat el
aux Brevets ¿imple et Supé-
ñeur pour Port au Prince se rm
niront aux iocaux dss Ecoles
«REPU3UQUE DU VENEZUE¬
LA* et «TEBTULIEN GUIL-
BAUD-».
Port au Prince, le 17 Mai
1950.
FAROLES DE VEBITE
Cocí n’cnt pesa de la léela
me, mats une vórité. D est du
duvoir de tous Jes haitieüs, com
margaste» industriéis établis
‘cat a Pori au Prince que dems
tos cutres Tilles de la Bépubn
qu® d© contribuir á I’embellis-
^ment d® la Capital© el des
autres villes, eü ayant un© EN*
SEIGHE LUMINEUSE AU NE¬
ON,, fabriqué© par la Cíe Hai
MIHCLESCO.
Qh NE VOUS ODUtlSSA
PAS CHER.
Adiesaez * vous sous rotead
d kc ' :
mb^cuesgo,
Grand-Rue, á cdtó d® to
8e«tera fORTIFIEZ VOTRE CEBVEA0
La Sd«Dc© Modem© a d©
ccmvert le plus puissant das to
ñiques cétébtmt, m
tout to CEHEBRO «Hormona*,
dost void to formuk: to Lodtol
n&> aqtesant princioalgm©^
comme tonlque céfMiw W
Chotostérine exeictínt d©s m
$m essential»* de P*<>
tectlon c©Uuicdr»í to Pnos-
phcae Organique, recanuncm
dé dans certains 00» de ák
gaés d'éputoemeat setueto et
de pm& da raémolie.
Ave© U CEREBRO «Hormo-
ua*t tos mstods* ^puis^ f
naurosthézdquas votent tour é
tat s'amélÁer ruplítoment. re
trouvent kur capacité dp tro¬
vad! physique «t toteltoctuei tu
resaentoni un© améBatnto©
la faculté d'adaption au
"-Átrná -léfig;" —-£‘
CERfSRO
ror l^s plus
«Horneara»
á tout d$*.
plus víciue.
vent© dton» i
¿e» «Machi*©» a
Un© cártamo- vulgarteation
setont^qu© toad & ©gray©* %
public *m réveíUímt to ©ouv©-
d© Tmíik&mtem, m évo-
q««tai Fimaq© d'un monde ou
l'homma. remplacé par de©
machina ú prnime, mmix r®*
léqué d un róto de simple spec
tatour, votos de parásito
11 óst du dcvok des jouma*
Usías stoatfiques d© dissipar
cea occénlea, en complétoto
tos connaissances ítnparlaitos
et souvent dcmgereuses. Nous
vivons crujQurD’hui d l'époqu©
des machinas ©t touta' nouc
existence subih sous une for¬
me ou sous uue autre, rinfluc-n
df lq science, de ces mcr
chines qui nous sont devenuer
indispensables et qui toní pe
he de notre v’.e quo.i hrnn?
Dens toe regions I03 plus iecu-
lées córame dan» les pery^ lo?
moins dévetoppés, on coñac it
aujourd'huí te télégraphe, is
tracteur et l’avion.
Dacs ce nouvel ordr© d'hom
mes ©t de choses, la «maccr
n© a psnser» est devenue ir.é
vitahla. Comme !'automob k
et la radio, ello fut inventé©
pour servir Thomme et non
pour I© remptocer. Cos ccr-
veaux mécaniques permettent
ce résoudr© des problémcs á
une vitess© ©t av©c un© exac¬
titud© encor© toégalées. Elles
sont ccrpables de penser, d© re
teñir ce qu'on l©ur dít, de sui-
vre des instructions en cas de
besoin, de Ure, d© soustrai-
re, d’addiíionner, de. multi¬
plier, de divisor, »cé chercher
des clüffres sur des tables ma-
thématíquos. de choisir entr
plusieurs chifíres, de realise
un© suite d'opérations difieren
tes, do donner tos résulta?
par écrít, d© vériüer un résu
tat, de savoír .qu'un problem
©st terminé ©t d’en commence
un auhe, de prendre CERTA
MES initiatives ©t t'-'opérer san
qu'll sol! nócessaire de les sus
veiller.
Ellos sont d’une rapidité ©x
iraordiaaire; ©lies peuvení la.
re 5.000 additions á la seco;,
de. L'une de ces machines, c
i'Univeisi*¿ Harvard, est cape
bl© á la fois de reteñir 72 no:r
bres de 23 chíiíres chacun et
de taire avec ces nombrss troi
operations toutes tos seeondes.
*Cos ceiveaux mécaniquo?
peuvent tiouver la solution a
'Oes problemas qui. dopuss des
anné©3, üennent les hornm^-
©n échoc,' lis «pensent» se!
des méthodes qui, jusqu'id . j
taient hors de la portée U'
l'homm®. Grace aux cerveaux
mécaniques, ti n'y a plus c.
limit©® ó la compíexité d'u-,
méthoda: ces machinas pev
vant poursuivre un© méthod
compliqué© aussí facllemer,
qu'un© aimpte^r
li y « néanmoins des Umita
d la capacité ds cas carveau?
mécaniques. Un animal total
ligent comma par ©xempto ur
renard, ©el capable d© pensar
por totuition, de t be vinar, di
toar dm conclusions, da pían
dre tóalas ím iaiictov^ de
percavoir insftoctivemeht una
situation complexa qui na la
concern© pm et
áten InlerprétW tos aspects. L©
cmveau'iraéKa^Ene n'en ©st
pas capable* *S y a depen¬
dant d&hmtm ratoons da cr^
» que i&'ífápa*, stoon tontos
cas acitoos ^nmonl, mi |0«r
étra tétfl&m non í&is w&fr
meat par %é animaux,
auasi par toi machtoaz. la
créate, etoá fitorvoaux mécanh
ques est enc^a récenla. Caux
qui ©xtetem déjd no m\ qfa©
#s mvttítim ito sont
toua nés dapüte 0» eré©
m HentSt de remorqüables ek
veatbe gtet»**
Void quftiqtfe» «xtmpto» de
C© que pounoul réalteer un
jour cas machine» á penséis
«La BihHothéque . Automatl*
$^ppoam»yqm vtm
te» latee des btecuto; vou»
teases tos mots «fabrication de
biscuits* sur 1© cadran de la
machine * catalogue; tout© ki
domuneatate sur tos biscuits,
enrogiatréo aux film, ©0 dérou-
tora dans i'appcrreil ©t btoatdt -
mm projot^ mi un écran, u*
n© potó© du catologu© -¿on-
aant to n&m tto trote ou quahra
livros d© receta d© biscuits. Si
vous étos ©ahaíaite, voua ap-
puyares sur mi tetón et un
podtif da caíto section du film
sarta de la machine... {com¬
me dans tos appareils Pholo-
maton)».
On prévoit ©gal©ment «la
Dactylo Automatique»; 4'ap-
pccroil serait capable d© r ©con¬
nota des signes écrits et de
tos reproduire ©n actíonnant u-
a© machine d écrir© ólectn-
qu©», «la sténo cmlomatique*;
*vous dictorez vos lettres cans
un crppareil qui enregistrera
un dtequ© d© votre voto. Vous
placerez ensuit© le disqu© dems
un autr© appareil qui topera
vos lettres, dísposées selon
í@s régles de la correspondan-
ce*. «Le Traducteux Autoi:,,..-;
pie»; «Supposons qu© vous
/ouliez dire: «Gombieru en
Suédois. Vous formerez »com-
^©n» sur 1© cadran de i'crpoa*
,©il et appuyerez sur 1© bouton
«suédois». La machine inferi¬
rá immédíatemeni «Huí myo-
x@t» sur une feuill© de papier
3t un© voto piononcera les
mots en suédois*.
Un emir© appareil de traduc¬
tion encore plus pertecuonné
sarait capable d'écoutei das
phrases partees dans uto lan-
,^u© ótrangére et d© tes tiadui-
, © soil par écrít, soit á haute
' /olx. Muñí á'un dispositii hl-
reur et dócodíficatetítr encora
)iua puissant qu© celui de la
lachino á d¿chitar @t pouivu
■3 cellules photo * étectrique,
et appaieil soraii capable do
:o des lauques morios tólfos
u© 1© Minoen ou l'Etnusqua
.uj, juf-qu'ící, ont resisté á
aus les efforts de dóchiffraqe.
Ces quetques exemptos
?ous dannent un aperqu d© !a
puíssanco formidable que pc.u
ront avoir un jour tes mochi¬
nes á penaer. Cette puissance,
c'sst a noi^ qu'il appartiendra
de t'empíoyor a des fins uüles.
(UNESCO).
Les citations sont tirées de
fCorveaux Géants» ou «Machi
! nes á Penser - /Edmund C. Be:
.©ley, Edlteurs John Wiley
and Sons, New * York et Chop
man and Hall, Londres.
AVIS
L© Service des Télégraph©s,
Téléphones et Radidbommuni*
cations avis© qu© las télégrom*
mes de souhaite ©xpódiés d
i'occasion de la íét© des méras
;©ront adtofs au tarif suivant
pendant tos jouméea de© 27, ?$
©I29 mai.
Tólégramme de six mots ou
motos: Q. 0,45 cts.
Tax© par mot ojéditlorntol: G.
040 cts.
Cm méqtammtm pow béué
ticte d® G* prirllég» ae de-
«oni comporte deras tour tax*
i* q\¡0 des eoohaits d Tadias-
m des mérm.
Port - au • Prince, lo ST Mai
im.
Doulmirs De Des
■«i» Moles i* 3 Htwet
.ñrí««aatt5?||j
pgM (fá trfflfát T©y< ft** se ©I
Ira» tná^torraíwr avec »n»n¡?pp»«i
méáleament, C «*t 1
v«a* e** eerrwes a»!** Qtj*:^ué8-uas u* ,
It'm'em X**vi%?* fít'Pitmit* ]
latoaax. #i jgvtr aa»» !»f
S» fie
jwrvoatíe», waaJt So t«t*; varUm
«o* d’awftétlí «í ééawJít*. e»6Ttu«*¡
.asagtosgjp122**
«Hita «KWte
reCiiito
*wwv 1


I ’ .«
I>iwvaIIm
w piWWIWwWWSp»
ias&Ss.i
SáSMMMiWlti «oowujbu* jr„
Itutngim
HONGKONG — Des sources
autorisées nationalistes ant rap
portó que fes commmwtes chi
- note ont íaü de grandes 'con¬
centrations d'équipement miH-
taire nuse e? partlculieremenf
d'ervions a propulsion ru&se,
Yak, dans lit region de Can-
ion.
HONGKONG, Une source
autorisée a rapporíé que Ies
communistes chinóte ont expéri
menté, dimanche dernier, pen
dant *Ax heures, des canons
meses et que la panique s‘es>
répandue bien vite a ¿reveis
lea habitants de la vilie, qiu
croyajent a une a?!a
iionaltetes.
WASHINGTON. -
seite remplie d‘or et de pienes
précieuses, confié© á la garde
du General Douglas Mcaribu:.
á Tokio, a suuieve .
du Gongres. Le comité pour
fe commerce étranger ó la .
Chambre des Alíaues entro les
eícrts a désiar.e un de ses :
membres pour ob'en'n les de
tails et surtout pour sovo-r :on
mení disposer de co'"'rer,or, por:
la vaieui n'a pau cíe revolé.';
Le sous cormte a â–  o;; ( ::n,nd
la dopOS’.t.c-;; •;c-'*rr':;d<'.-i: ; '• - -
crétaire de la uuerío. imh-a
Patterson
GLASGOW,
Le Lycée Pétioa
mu—i m
NOTES 0'ECOüTE
(suite) »
Me. Amücar term y, aciueífe
men? Directeur de llmprimeri®
de LEtaí et Admin is trateur du
Journal Official-de la Bópublí
qa» «Le Mbnífetir» vient de H-
vrer era public une étude fort
documenté© qu'íl a consacrée
au Lycéo Alexandre Pétlon.
tamy est autorisé a fair© ce
travaü. Outre sa passion de
chercheur et sa méthode, A*
railcar Lamy a longlemps mi¬
lité dans Fenseignement Se-
condal?©. Anden proiesseur
de Hetho et de Phiiosophíe au
i.vcée Pstion, anden rép&ti-
tour au mérne etablissemenhU >
ce privilege de coudayer '
re ces «vieux rnurs» nom- j
ére d'éducaíeurs qui par leur í
tar motion, et leur patrioiisme \
ai-'-nciement contribué \
hire du Lyrde Pe-
i. in centre par excel¬
ente de iotmavlon de i'elite
ir.ieíjt ctueUe et diñgeante de
¿tote et qui sont eux aussi, en
tiés en ccrmpagne,..
Lee partis de gauche et d'ex
treme gauche, sous lá baguet¬
te á& M. Paul Henry Spaak,
ne perdent cepencfent ni fe
Word, ni tout sapo ir, et c'eei da
tout® leur órne quils íuttent
pour que Leopold III ne re¬
monto! pos sur le irons...
La mere de Mermoz en avion.
La mere de l'Ãœlustre avia-
teur, mor! dans Taccomplísse*
ment du plus beau comm© du
plus élevé des devoirs, est par
ti, en avion, pour fe» Amen¬
güe». Le pilote quí la conduit
doit suivre, pour ce voyage
transatiantique, la rouie raé-
me qui porte le noxn de Mer-
Ilyai
les T.P. de Caire
ces travatsx
Bel
More Seíde. un
áu víeil établia
; Esti
os? respec-
i’ex • Pré
ei a relire.
verse t
ge, tuc
bless en
tandis
passnq
veis lo
Les do
Les meques seront
distrtbues Vemlredj
on?
hommags rsndu á 'un
grand aviaieur par des com*
I patrióles íideles et vigilants...
| Yvon Delbos ó Florence.—
Ces? M. Yvon Delbos, Minis
: tro do {'Education Nationale
I qui préside ¡a Delegation
: Francaise c. lAssemblee Ge¬
nérale de FUNESCO qui so
dorouk-, cede fois, en Iíalie, a
Florence.
Un inciden!
neureux a ma;
?ion des Travo
a oeir¿e ccmr
neiéguéfl de ?ro¡s sa!©ib?es de
¡a Pussie des Soviets de-man-
Merení 1 exclusion des débala
oes ue.egués tíe lo Chine Na-
j o -,te. í!s quítterent brus
q’.erucr.t la seance, e; dans un
nei ensemble, icisaue le Preeí
dent de i'A
Les grandes cruos du Bola
do Chene, quí ont causé ton!
de dógetts, la sernaine darn so¬
re, onr emporté íes bordúrss la
iéraleg de ceiío partis du can ¿1
áu &>ís de Chéne, sltuée der*
riere fe Si - Alexandre, occn
sionnan? aínsrí l'éboulement
des ierres qui souíenaienl ces
bcil. Hires. Ainsi, les proprié-
taires des maisonnettes de cei-
t© section courem chaqué joor
fe risque de votr l'éboulemen?
aüeindrs la base de ieurs md*
sons.
C'esí oinsí qu'híer, la tei.e
s'eííondra de la base d'une coi
sine et occasionna la chute de
celle • ci.
Nous pensons qu'il y a ?;r-
gen.ee b taire ces travaux du
«Boís de Chene».
des
plus mal-
dnaugura-
Í3 avaient
que fes
morpíu
que la
Genero-
ournettre
¿rntzux
4rniversalre
A.uicuid'Lal, 21 M
*.2 ¿’in. ez. i un
niversoire de •
Jean Marceau DESINOR
Ses nombreux camarades
Poní chaleuxeusement íété hier
soir.
Bonne Féte. lean.
x x x
Aujourd'hoi 24 Maí raméne
Farmiversc.-re de r.aissonce de
la aemilfe Melle Marcelle Kel-
ly. '
En ceíte nourouss dreonstan
ce, nous )u: adressons nos
raeilfeurs vceux de Bonne Fé-
te e* de robu. ?¿- santé.
CEBOS...
(SoUe)
l»s
que
fin*
. cene
le Charlé ^’Aí?aires
!s TArgmüm recoit
pro-
oyée
La récolte de Caíé
dimintie de 50%
en Colombie
colombh: s-:¿;« . k h
gra.nme ,-e
Bogota, les -.
ont détruu ;
pros de 5 '. -•
;d Pros
proion.
conomie
Les r»v
posen! ¡..r
iars pout
fane ia
Au Theatre
de Vertiere 1
«Massitíci! Cvttmr.
recev
«. ■
¡eur serón;
.’•ic :aíson des
’;c'-c-,n Eleves des
..--es efe
ír-.¿-'{-iiction
t!wefíes«e
Avis
I/AdminnUrn’.'o
le ;
do?
livr
bre! d
Pcrí t
Béces du Jour
Simoon loíieoh SO n
mond Joseph, Elvira !>c
ans, Henry Remain, 4:
Bernadette Bum. 10 mo
silia Joachim. 58 ana.
Aasalie, 83 ans.
ont
muon pour
>ue 1 a i'Econo
Si. - Lo'-d.j
: Regrettable perte:
i le R, P. Corno.
j A la qiand© s!.
1 délos de >a Cap
â–  Chanoine Cor no,
General de i'Arch
II occupait
clamo
ileux pi rempusfcui sa tácn<=
avec devouernem at conscier.
ce, se plait - on a dire.
Comme dot? létre u.n bon
Pasteur Chréüen,
: en semant fe bien.
Nos bien sympathiques con*
tíoléances.
Drew Pearson
et Trygve Lie
bear
urpnse aes
¿tale, same
m;eianre
c veche,
poste qui
..dorse e? s
passe
YORK. - • AFP
drew Pearson crod sa-
; ::ix cours de la coriver-
; une heure et demie
eue á Moscou M. Tryq-
secrétaire general des
-• Unies, a fait un plat-
mpres du marechal Sta'
•. faveur d'un program-
paix de 20 ans dans
ire des Natrons Unies.
â– curs de sa causerie heb
ulre radiodifíuséo M.
n a ajouté qu® M. Li®
propoté qu® fe Ministre
enlant qua l'f tttrt* a voaltt
surprendre, avid© ás se
curieux et ravi de lul - mem©*
s'oiiraijt a tout c© qu‘il y a «©
bon et de beau dans une cer¬
tain© bumanité. .
On abandonee Ies aquarel¬
les pout les t©ü©s* Ce sont la
les ceuvres sérieuses, o4 on
suit I'artiste dans fe chemin
qu'íl a parcouru. Une toil©
date© de 1948 happe, Vn me¬
lange d& mysticisms, d© bon¬
ne foi naive, de candeux. surna
tarelie lui donne une serveur
pTOdlgifiusement tertoii hai-
üan. Hyppoiite (un piimiUi
haitisn), a de©i aotü de son
tombeau, tend son pinceau et
prend en échcmge la paa, le
¡epos du peintre qui ne sera
plus attire par les couleurs,
íatigué par ¡es formes, lanci¬
né oaT I'oeuvre a aéer.
dt puis, ce sont les oeu¬
vres de 1950. En 1'espace de
oeux ans, Fcirtist© a perreauru.
Í5S ©tapes qui séparení un ta
bleau coromc .Hyppolite iait
ses adieus á la peinhue., ée
.DeHvrcnop, *, .Deux quedes
etc ... Queüe evolution magm
fique: Quelle richesse de
palette ;
D’une cérémonie vodoues-
cue, íes lueurs des calebasses
rougeoient, vsrdoient sur les to
bes blanches la pean du pos-
sédé. Les ralléis donnent sa
majesie, son mystcre a la see
ne Deux guedes pleins de
vie, aíiubáés de tous leurs in¬
signes, von? tout á 1'heure dan
sor devan! nos veux. conduit©
«rata», dans une saroban-
nietnaie.
, Is Jaui le dire, Cédor n’es?
? alus un piimitíL 11 s'exprime
dans un réa'isme authentique:
: a trouvé la voie par laquel-
;a on va au ptupíe, en chan¬
tan! sa vi© de tous les jours.
11 reste proche des siens,
voüá pourquoi, i¡ trauve 1 ex¬
pression qv'u (aut. Les sujets
soní tires \iu reel üs viven?
par eux - mémes et par fes
couleurs. C©dor a conservé
du *pnrr,::¡í» i1 usage de la cou
i sur pure qui sedui? I'ceil par
blsus son! bruts, fes rouges
flamboyants, les verts violents
dans leurs reíiets de peau d’é
bene.
Je voudrais, en conclusion,
encovirager tous ceux qui al¬
iñen; Vart veri?abie d visiíer
iex;x>slllon de Cédor. Elle
piaira certainement aux étran
gers. et elle do¿l piair© a i'hai
tier, qui sera emú d© revoir
sos paysans, sos gens du pou
pie. depuís la danse jusqu'á
t'eníantemeni douloureux.
Genevieve BOYER
BISCOURS DUPREFET
Nous pubHons avec plaisir.
pour Linformation dfe ban loc-
tmrs, Í& bau dincoms psonon-
c© par le nouveau PrM&i Juntm
Sam. tier rtiaim, áu cours de
la cérémonie de prestaticn de
sermeni cm Tribunal Cirii de
Pori - au - Prince.
Les fortes et belles paroles
proaoncées paz le Pr&Iet Sam?
pour determiner Ies grandes
ligues de son action mi deli-
cat poste qui vient de lui étre
confié, sont lá pour garantir
qu'il épcmJera la politique de
la Iunte de Gouvernement en
vue de /aire épanouír un cii*
mat cfordre ei de paix pour-
que se «forUlieni les conquétes
démocralíques de 1346».
¡ de :
Ifagistrat,
Monsieur Je Commissaire,
Monsieur le Bátonnier.
Mesdames, MesdemoiseUes, '
Messieurs,
Vous comprendrez sons pei¬
ne pourquoi ma premiere pen-
sée, en cette minute solennel*
fe oü ma voix s'eléve dans ce
| prétoire, va d'abord aux hono
; rabies membres de la Junte
; de Gouvernement de la Répu-
; blique. A ce tournant diffid
. fe de l'Histoiie Nationale, ou,
I á certains postes de common*
, de, il íaut des hommes ' qui
- puissení prendre intégrale-
, ment leurs responsabüités ©1
¡ se dévouer sans reserve á la
: < hose de l'Etat, ces grands ser
i viteurs de la Nation ont bien
i vou-u ¡aire appel á moi pour
étre Préfet de TArrondissement
de Port - au - Prince.
Je r.e veux point, pour le mo
ment, chercher c© qui de leur
par! me vaut cette marque de
kmifíl í'l-M-i-nrfrM-'í-, TiSnia 4
qil m'atutod, qu« i
lieul« deven t voJ.
des lignee
vrom dñier,
oens 1 exoicice de ,
l.on-i Et teci m'amtne'*
wulei en pasean, ¿Mi
vi* - á - V» du nOOTÍfjfi;
lif gui. -Jepuis le i3
rae la raspanscdnlia “
aer “M henri teKjSME/"
son dc*s!in. La Juzifti * uift*
r©* cotí® méme Junte
jouxw ínoublicu de 181* fe??
«u Payo UI18
et de ponfiance et qu¡
— sa mission réajjade. m i
gratitud© de 'ouj; cette hj.ff
composéo d Ollieiers IntínT**
et loycmx que |B p ' JJPp.
tier aá*r^Td* «< ..... * .
Commentaire du
«New-York Times»
de
Le Presíd.vn* ¿
Ernes! DOUYON.
MATCH m-LVTTE LIBRE
La Statue
est retroavée
CITE DE PANAMA
Les mtlieux remo
AFP - -
ues ?c-
gram
Hic
notre -
radio Cos
'ame des Anejes, qui
avait eit* volee ú y -a-une se-
maine a la Basifique de Car¬
thage, vient d'etre recupéren
intacto.
On sait {'¿motion que le vol
áe cette statute, accompaqné
du meurtre d'un sacristain, a-
vaR causé dans toute l'Antéri*
qu© Latine, et spociafemen? ¿
Costa - Rica, oú la statue, au
socle d'or et au manieau in*
crueté de pierres précieuses, é-
terit l'objet d'une vénération
particuijére. La Radio Costa •
Rvcaine ne donne aurun détail
; sur fes cúconstances dairs les-
| queües la statue Jut retrou-
: vóe. *•
qu® 1© N
ju© des Affaires Etran-
gereE, M. Andreí Víchynaki,
as-hi-fe á.une session spécía-
le dv Con se il d© sécuriíé quí
se uendrait a Geneve ou á Pa-
dís. M. Lie crurait souligne la
; necessué de tenter á nouveau
d'arrtver a un accord interna¬
tional sur l'énergie atomique
, el le désarmement général.
i D'aprés M. Pear&on «Stalín©
; n'a oas tfii grand chose.» Tou-
í tetois. il quraii répété que U
i capitalism© ©t 1® communism©
peuvent vivr® cote • a * cote,
mai3 il auralt également afiir*
me que les Etats - Unis d¿si-
rent la guerr©. En conclusion
M- Pearson déclare que Stall*
ne a promts d© prendr© ®n
consideration 1© plcudoyer d©
M. Lie. •>
Foses AsU • ÁAriewB®
L^ &aut enlrepris ici par Lord Leslie Cdrlton, d'Oxford, An*
gfeterre, on son match úe lotfe libro avec l'argentln Anto¬
nia Bocea, au Madison S^uax© Garden d© New • York, n'a
pas pu empécher qu'il fut vedneu par fe sud - amérfeato qui
«st ¿ujourd'hui run© dea ídolos fes plus ufeiées de ks luhe
Ubn, gm „
Iaananratioa
d’sn Club
L'Association dos Etudíanfe
d© l'Institut Haitiano - Améti-
caín nous ont convié a un© fe¬
te qufelfe organise a l’audito-
rtum de ITnsUtut, fe mereredi
31 Maí coiífant, a S heures p.
m. á 1'occasion de san inaugu
ration ¿i de rinstallation de
ses Membres d'Hoxmeur.
Le Piéstdení d& 1'Associa¬
tion ¿t le -Sscrétaire - Général
sont respectivement: Me. J. Lé-
JiO Joseph et Roger Conoto.
NEW YOREI, 22 (AF?) —
L'Armés Américaine est en
train d© msttr© au point une
nouvalle fusée and * aérienne,
appofee «Lokf», quí sera capa¬
ble d'QUeindre 15.000 mitres
•■/altitud© «et áe détrulr© tout a
vion venan! attaquer», a dé-
claré, á la radio, 1© Génécal
Lawton Colling, Che/ d'Etcrt-Ma
jor de l'Armé© Américaíne.
Le Général a également té-
véfe que les sttqtegisfes amé
ricains étafent hautement pré-
oceupés du í Policiers» posaeJrpient un nom¬
bre sept foie plus grand de
tanks que l'Armé© Amáricai-
ne. Celfe - ci s© propose, a
poursuivi fe Général Collins,
de retnédfer d cet état de cho
se® par un© fabrication mass!-
v« d'ttmm o»8 ^ lírato,
• V
NEW • YORK — AFP —
S© londan! su.t ¿es rensei-
gnerrtcnts obienus *de source
c’ilpomctigtie sur©*, Je corres¬
pondan! au New * York Times
cux Nations Unfes, d M< Ro-
eenthol. se croit en mesure
dfeitiimer dans ce journal que
los trois rninfetres Óccldentaus
i des Affaires Etrar.géres on! dé
ciclé h Londres «d© ne pren¬
dre aucuae mesure pour fe mo
men! qui faciliterait {'admis¬
sion- du regime communis:©
chináis aux Nations Uaies.
Les ministres, poursuxt fe
«New - York Times», se se*
iaiei:‘ mis d'accord «poor ne
y as modilíer la §jluaho^ pre¬
sente chaqué paya mofe to*
nant sa position actuelfe con-
cernanf la reconnaissance d©
Rekm».
Seion des #ource* des Na
dons Unies, ajoute encore fe
correspondan!, íaiecmt état de
certaines rumeurs íéion les*
quelfes^rFfanc© aurait modi*
lié sc position en faveur de
’’admission du représenUmt de
Rekir.. «il ny a aucun change-
menj á Fhorizon* et méme s’ ;
VEgypte reconnaissaít Pekin, i
«il manquera!! toujours un vo- !
fe (qu Conseil efe Sécurité)
pour que e© regime gbtfenrie
fe majorife nécessaire de sepí
voÍk sur onz¡e.
Toujours d'aprés fe «Now
York Times», fe qye$upn de fe
Chin-» aurait eussí fat} Ifebjet
de discussions á la conference
de¿ douzs du pacte d© 1‘Atto
fique, oü les Scandinaves ou-
raierjf exprimé une vive inquié
md© á l'ldée que la solution
de fe question chinóte© n© soft
pai encor© intervenue au mo¬
ment de l'Asaemblée QénéraW
de Septembre. Toute^ cea.dia
cussbns atur fe OMm, ajoute
encore fe correa|X>ndcmt, era*
rolen! eu lieu ervemt qua fe Sa
crétaire Général des Nations .
Vm$ m m mfa á M?*p%
haute coníiance. Mate,
dor-.t }© demeur© convaincu,
c'es» quils n'auront pas a re-
gre??e: leur choix, et que Je
: ievr en qarderai une ínvaria-
i ble ¡econnaissance.
Magistral, les paroles
vrcument trop élogieuses avec
i lesquelles vous m’avez aecueti
; li a l'ouvertur© de cette
audience ¿‘investiture me tou
chent profondément ©t me vont
droi! au cceur. J© piendrai
souv©n! plaisii a me les rap
pelei. Et e'esi sinceromonl
que je vous remercie. I© me
permets de vous donner la ga¬
rande que voire atiente, córe¬
me celfe de la Junte et com-
me celle du Peuple de Port-au
Princ© ne sera pas dégue,
Dans 1‘exercíce de mes nouvel
¡es et déUcates íonctions, Je
m'everfuerai á me montrer tou
Jours digne de la coníiance
des urvs ©t des auties, ©t digne
de moi - méme.
— Monsieur le Commis-
I scare du Gouvernement, est - Ü
nécessaire que je vous dise
combien j'apprécie que vous
ayez, avec tant de sympathie
et d eioquence, rappelé au nou
veau Préfet les lignes fon-
damentales d© sa mission et
ce qn'attendent de luí ©l 1©
Pays et les représentants du
i Gouvernement de fe Répubb-
I que? Plus que jamais se pré
: cise aujourd'hui pour moi cet¬
te mission du Préfet qui doít
représente! le trait d'union en
tre l'Exécutif et les ladmi
nisírés; et se precise égale¬
ment pour raqi le róle immen¬
se gue jes Communes sont ap
pelees d iouer dans fe proces
sus de développement des for
ces vives du Paye, L'interven
lion intelligent© et dynamique
du représentant civil du Gou¬
vernement, et son souci de
ses vér hables responsabiUtés,
peuvent taire du Préfet un auxi
liaire extrémement utile a
la bonne marche des aüairea
publiquen.
Monsieur fe Batonier,
je sute heureux qu© c© soil
vous, mon vfeil ami, qui m'ap
portlez en cette drctmsíance
exceptlonnell© fe salut et fes
vaeux de mes confreres. Si
fes r&mom de fe vi© m'ont
contraint b m'éloigner du to* .
reau je reste cependant fidéfe
au serment que, jactis, je pré-
tai Ici é cette mam© place, ser
ment qui, bien souvent, m'a
serví de boussofe. Le Préfet
efe Port-au-Prince salt que Lap
pui moral * du barreau p^o1
contribuer a raoaisement et
h fe quietude des ©sprits, U
sait aussl que cet aprtti ne le*
ra pas défeut mi * meni qui désire que régne un
oUsrnt 4© pqte et d'entente on
ire tous.
^ — Mesdames, Mesdemov
selles, Messieurs, ce matin
vow© oles venus en nombre
imposcrai é ma prestation d©
serment. Cmi fe prsuye eío-
quede de ía sympathie que
vous m© témofenesetdefecan
flanee que vous pfecez én mol
A vous tous, mes mote, un
cordial raereb
— Il est pout étre
pensafcfe, «wat de m1
* {« !ís?5j» et
tier admire et „
une ÍO;:-: encaio, ¿tir S
poütjquo, ó une mjj *
üque de ¡ Hrstolre. n __
«opwiliJ do fair? Q, ¿3
Mai»; rrípp.,¡oz . Tou*, fZZMÍ
prarató» fu¡3 jBpuB «
tion car.iúncaú*.©, on JTÍj
1948, des Ofíicfers'd© YAmU
refuser d» nutrujiior fe aZl
pfe. Au contrah*» úji ont
pafbteés avec lui. e‘, fe LS
par fe main. iU FonttóAkj!
frotnchir fe seuil retroav© ¿m
ejpéranc» perdu,, ile Voa<¿
dé ¿t, frarichlr les obííade.
*e«sés sur son ehemlaiíiW
redonnaal touies Ies hhmJ
fondamentales de la Dwmob
be.
— — 8 est indunjeuHfcu
que s'installe la. pair dau In
rues et dans les esnrit* m,..
que le Payo, une toi» ta £
rifé retrouvée, puiue racae.
menee, a vivre et á eg dm».
lopper normalement. U, pX
dáration,l’esprít dedieriplineet
d'ordfe qui, en 1948. aroint
| caractérisé le ra
de la Junte et M
mis de mériler 1*,
I consideration des
: iitiques les jrlus. terauehentgtó
opposes idéologlí¿!«i^«^
ciafement, sauront. uno noul
veUe fois, marqusr ¡'action W
namique de la Junte de 1956
Une chose pared! d¡5fd Indiaci»
table; Le Piy* seoMe étre ae
pelé á devoir aux milltalreg
i a respect des prírK%ex déao.
cratiques qui devront un iour
orlen ter notre coramtinauló sur
dos voie§ nouveles et vsrs
des destina ncmveam. L'ctet»
vre d© la Junte sm& uno csu •
vr© de stabiliaccílou ote*
quéte® démoaraüip» de 13%.
Messieurs, ¡'heme est á la
grand® récanciUatias nadatá
le san® laauelle aucun objec*
tii sérieux ne paturra te utlle:
ment envisagé. Nous ftffii-.'
rons dans íes limites He no* :
attributions — seconder J« ;
démarches de fe Junte, $& vtte.
de raider é instaurer et a
meántenir dans fe Pays vn di
mat de sécurité social# verita¬
ble, irn clima! de quietud# #t
de paix, un climert d’enícr.to ot
de communion des éasrgitó
et des volontés afin aue se téa
lis© dans une évolufion ette
tinue fe destín de gnmdottf íte»
quel peut orétendre la coin
numerate hedtienne.
le reaa,
ill veos plait!
Les habitants de la me &â– .
la Revolution, bloc compti» «t
h-e fes rues Saint - Honoré Joseph Janvier, se ¥ ptetgsssJ: :
du manque total d'eau.
Hs demanden! aw Swttk»
competent do venir o fet '*â–º
cours et He leur donner, »
mofes, de quo! suHskiira fev
'Oif.'
WALCOTT,
EN ALLEMAGNE
Jamy Jo» Walcott, qai
ne g Hddalbwv.
pour 1»
a nwsuii. h“ . ,
¡delberg. Alhm*gm
match
1» 28 MaL arree 1» chao»!»*»
77“' ***“‘“ UB maneter ' m t» neo. oree w .|M|
4éUcaj« «t jpufdo 1 ¡«swrad Htrin Iq IW* “
1
He geste
jfáits -de G
frjbwr *s
Mis de te
Ja setna'me
pe clans ie
ftfes des ce
¿ices ée l
&áioil Cétait lá
ver, s'il en
safo p&pent veti
fyg¡ daos h
& peuple.
pos rermlle
Zea te, 1
¿te sa sollit
aspiren!
y&isn • éReí ■
á quoi tout i
Ce fut do
Uie ¡a tépe
¡a settle ‘
itenenl, par
. recle, tangil
cfeas real
real lépétan:
m fe Co/on
. es s'adqessa
jaUrés, que
aux mains d
â–  m iewm aut
mdhems acti
.Nous nous
:Sm sur tou
éa pays. Nc
, émment pou
hatos; nous
ti, du secour
démandons di
met rnilitaires
devoir en vers
Paroles raí
Imnt longuei
médjats.
scckúe e
profonde,
Sés d'etre
petin, de
socours,
«fon a ia
poi
ée, Ja ¡
dune pe
pnque c
asms e
ie tra
seion d
ferés ¿
( Ce cli¡
b Junte
®ssé, d
pOUvoi/-,
étes ce
tela
«ües
MW - YORi
u ÑUS LC
^™|»mobU»í,


Full Text
Eradication du Pian
tdela Syphilis —
Haiti.
ME\LETTRE DE-PAS SOCIATION
‘MEDIVALE HAITIENNE

ince 23 Mars 1950
erceau DESINOR,



















luer Ja poriée scientifique ov
épidémiologique d'une pareil-
Je campagne, . les statistiques
de la Mission se bornant &.&
numérer le nombre de pigdres
de Néo - Salvarsan taites.
’ Hi sagit ici, d'une expérien-
ce nouvelle d‘éradication tote
Je du pion. par la pénicilline.
Pour avoir travaillé avec lea
spécialistes de la Bristol Me
yers, le Docteur Edouard Pé
frus est cerlainement l'indivi-
du le plus averti actyellement
en Haiti des modalités que
peat revélir cette campagne
{contre le pion. Nous estirmons
qu'il serail extrémmement injus-
te de contier & d'autres mains
ta que peuvent laire et mieux
des mains haitiennes.L’ Associa
tion Médicale Haitienne tient &
| fcire conmnaltre officiellement,
sa décision de s'opposer a
oon : toute tentative qui viendrctit en
Celle marque de contiance llever & un membre qualifié’
adestime scura cerlainement | le bénétice d'un t i ob-
exomoger les efforts des or | mn ava
ganigations médicales qui lute.

: i t des nults de veille.
le respect du profes | 7° © ; :
ie Oe ae TOS? P | LD est inconcevable 4 notre

ide votre article | S629: que 8 perpetue ce mé-
vendant, vest | PTS du professionnel haitien

“la demande | trop fongiemps, a ete ia
waire Amé | 30rme dans notre milieu,
wer Je projet. Au céte du Dr. Pétrus at de
ons quel consi ses collaborateurs qui repré-
: te deman- | Sentent pour nous le profession
nel haitien menacé dans
ses droits nous montons ler ger
| de.
Et vous demandons, M.
| Directeur,
| nous.

| En vous remerciant encore
, | une fois pour Faide que vous
| nous avez sponianément don-
Lnée ef pour celle gue nous
| sommes sirs de pouvolr tou.
; fours rencontrer chez vous,

Monsieur
Pirectenr agi, du journal



4
de Nonvelliage »
5,
Ea Vile.

“Wensieur le Directeur,
. Nous ne scurions top ¥l2us
merce? pour te brillant ¢ai-
foal que vous avez CORSACTe
gyre numéro hier alo
qguse du medecin haitien.
Aprés les longues candées
dincomprehension que nous a
cane connues et wu lendemeain
de Telfort conscient qua ma-
pilesté la corporctiag kore du
geont Congres Netional. de
Médecine. Ces! pour nous u-
we grande joie de trouver a
we cétes le Doyen de la Pres
w@ Quotidienne.





















































t@lul conce
t blo Miss
feeine oo

Nous ne
dont oom
de unais 0
gr quelle base
gd par les
Beg ef Petrus
wuz efforts ¢

j
i






























le
de Ja monter avec






‘¢ dautres.
Oa abéguer: p
Jy Mission




e Américai-

et entretient | * :
Cliniques an. | 204S vous prions de crore &@
besonioa eee 1 no, ir ist 5
wes ¢ uavers le poys. | S sentiments distinguda.
Vals f ost impossible d’éver | LE COMITE
’ ooee rneneee re









, Nouveaux Préfets

Lea membres de fa Junte do

Youvelle Société
ale

|

| Gouvernement ont signe les
eunes gens 88. Commissions sulvantes:
vue de former | Victor Guillaume, au titre

Amig de cer |
érique Cem | de St. Mare.

Monsieur
le, cu titre de Prétet de l’Arron

Américaia
soir & 8 heures

entat une 1é












essanie initia-

«h2 Mowvellister

flano * nine. u cours de Id | dissoment de Deasalines.
mee aes é le Comité |” Ernest Malary, Prétet de |
mis @ ye : 4

ij VArrondissement de Hinche.
t cordialement i 2s en temps IPP.
» seance gut e de cette réu | = 22
trés intérensonte: de coux qui | Lisez

|







Wea ROR OPO Op ODO D PDL DODDDD DODO LOY MPLDDILIOGLPOI DODO ° .
‘UNE PRINCESSE JAPONAISE SE MARIE
AVEC UN HOMME DU PEUPLE

ui invie
esses o08
AiSeTS.0«

?
h


























sont dows: va
Palmolive de

ivant de layer.
a ayec la
@ ainsl
le menanye
le tale
ite



‘tenu por des journées de pei-”

;

vel et Paul EB. Magloire, ‘x
pectivement Président ot Mem
brea de-la-Junte da Gouverie-
tient, ont transtérd leur: quar
ter gonéral. de tevail an Pa
lois National, :
Crest 1a que penchés aver po.
Wiotieme et désiniégressement
sur les problémes du pays, ils
jour recherchent des’ solutions
adéquates, . tout en accordant
démocratiquement des az
diences qux fils du pays,



i terete

Examens Spéclaux
dans les Lycées
nationguxz

LES RESULTATS SONT
CATASTROPHIQUES.

Dons lea Lycées de la capi
vale et des villes de province,
vienuent d’éte prociamés les
resullats des examens spécicus
& Tintention des candidgts 6
ja prochaine session ordinaire
du buccolauréa, Leg rosultats
, sont catastophiques; le pour-
centage d’éleves ayant pos |
réolise Ia moyenne gtanl, po
rai - i, assez dleved,

Au Lycée des Jeuneg Files, |
par exemple, six eléves sur |





vingt quatre, ont fotclisa lu
moyenne pour la classe de
réthorique.

De teig résultats ne sont pas
pour étonner ceux qui pen-
sent que le pivecu des études
G sétieusernent baised dans
nos écoles primaires ef gecau-

daires,

Bom se ee





|



j Tourisme, Jean Bridre ie Capi

de Prafet.de lArrondiazement |

Léon Dorsalnvil-

|

Y

|
|
|

Le Nouveau Préfet
recoit

Hier matin, verg 11 hres, a
prés sa presiation de sermeni,
comme Prétet de Porbou-Prin-
ce, Me. Justin D. Sam avait of

Ce fut une téte charmante

| qui réunit une belle assistance

dans laquelle on remarquait
je Sous - Secrétaire d’Erat cu
i tdine Rolland Lataillade, ies In
| génieurs Péreira, Dr. George:
| Métellus, Joseph Chrispin, M.
Sam, Michel Roumadin, Doc-
teur Etienne Charlier, des
Membres de la Prasae, le per-
sonnel de la Préfecture.

Le champagne coula & flots
| au cours de cette réception qu.

ifut un grand succes.

Dans Topres - midi, Met
Madame Sam regurent en leur
résidence & Pétionville, ou tout
fut mils en ceuvre pour satis-
faire les invites.

Deux réceptions dent on gar
derg longtemps le souventy.

4

" Sancenannnnn teaser EO nse ie

Dautres Victimes
augiPP

Le Département de intée
rieur par le uuchement du
SIPP a regu, aujourd’hui. les
déclarations d'autres person:
nes qui se prélendent victimes



pluies torrentielles dé la se
maine écoulée. Leurs doléan

| Gouvernement dont
' de bien. gérer lea finances pu

des dégats causéds por les}



ces, parait - il, seront considé-
rées"Gprés enquéte.





SS ST ater







WS CLS.P..

Depuis quelques jours’ on
parle d'injustica au S.C. 1 3.
P. 2 s‘agisscit d'une qugmen
tetion de salaires accardée &
an’ étarngére, au grand dé
suppointement des Membres
haitiens de ce Personnel qui
s‘esquintent depuia longtemps
sans jamais béndlicier d'une
Fielle faveur.

Nous croyons savoir meaints
nant que les autres Membres
‘|; de-ce 1 avaient sollt-
ché une augmentation de~sa-
laives et que leur premiére do




LE SERVICE

Une lettre - citculae éma-

| nant du Secrétariat du Conseil

deg Secrétaires d‘Btas et ren-
foreée por un Memoragdum du
Secrétaire d’Etat de’ Vintérieur
a 6té adressée a tous les dépar
fements ministériels elientrepri

398 quionomes relevaride I

tot Heltien.

Cette lettre - circulaice inter
dit le circulation dea -yoltures
portent Yimmetriculation: «Ser
vice do i'Btet en dahore des
heures regulibres de kmetion-
pement de Yadministration pu
blique.

Gave ddcision prise @n Cor
geil deg Secrateires d'Ziat ev.
indicative des dispositions que.
compte gdpoter ‘la Juste de
le woud!

bliques ne peut due objet
d'cucun doute.

Les chefs d’adminigtration
sont placés pour faire reapec-
fer catia mesure et, la Police
c depuis hier, mis an a@pplica-
jon lea instructions qu'elle a
reques & 69 sujet,



Mi, Jarman devient
District - Tratic
Manager dela ?. A. A.

En raisen de laugmen‘ati
dy volume du trafic adrien
destination et en provencn
WHaiti, ja Pan Amerioon A
ways vient d'établir ly poste
de District - Trafict Memag i
on Hedtl et a promu noire
Reger Jarman, actual artion



Manager» Directour de co nou- |

vedu service.

Jarman, qui mérite cette pro
motion, @ eté «Station Manz
gers dela BP A A. & Port
Prince copuis Novembre 1948.
0 qesurera lea deux foncdons
jusqu’d ce que sen successeu.
soit nommé,

On estime que lougmente |



tion du volume du tratic aérien
est dG a Vexposhion Internat
nale du Bicentonaire. Lo PAA,
en Vue de répendre a la da.
monde croissanle des passe.
gers, a doublé son service en.
tre Haiti et les Etats -
a apporté une série d’amédlio
rations dens le transport

rien, on vue d'aider Haiti






ce

davenir une aigtion béquenid.: |
hen |

kurant taute lonnée ou
davoir de simples saisons tou
ristiques,

Le service comprend actuel
Jement dex voyages aller - re-
tour entre Port au Prince ef
Miami. Un travail qui a cofté
3 35.000 a été éffectue pour mo
derniser le Bowen Field.

Nous ‘élicitons vivement no-
te ami Roger Jarman pour
cette promotion bien méritca et
le remercions des efforts déplo
yés par la P. A. A. pour aug-
menter le trafic cérien en Haiti.
moore







Le Recensement
de 2930

Le recenserment d‘'Halli en
Aoit prochain n'est pas une o-
ération ivolée. C'est un fcit

} infernctional fixé d'un commun

|

} liser lout recensement dy po-

accord par tous les pays de lA
mérkyue, qui s‘engagent & réa

pulation, sélor une procedure
‘ui permet ja comporabilié
des différents résultats natio-
naux, Conformément aux der
“jéres intormations que nous
avons reques,. voici le calen-
drier des < diflérantg ecense.
ments qui ont ou curont leu
cette année ou peu apres:




let 1950, Comada, Juin. 1951,

Chik, Avril 1951,







CB. i

Bolivia, Aodt 1950, Brésil, Tull

Colo ibte,
re 1950, Costa - Rica,



|
|
i
i



Un trombloment de torre a aecous le Cuzco,
tale du Sol des Incas Péruvien-, cemeont



P.O, tee as
rere seme ée























le viallle capi.
de grands domma-

gee dons calle cid constraite, Uy a 9 siécles On a rd dos
rulnes les cadtvras de 80 personnes et Ly o plus de 100

blessés, (INP)



a Sarria areas

La eitmation du Trésor au 20





tin Beat Saems
Aulocitions budgétaires
o

do fers, au Sy avril 1950, pou:

i

836,05 pour Exposition

Bheit Total



i fi convi
| qgner que

j raes du
) Inontionnees ci.




nt d’abord da souli-

i encou
position,
lesgus, no sont
quapproximatives, les comp.
tea y aiférents n'cyant pas été
cpuves. Le Gouvoruement







ae



NGPES DECOUTE...



cenetaneiOS

Une attitude de Tito. --

Dong un sensationnel din |
cours quil a prononcé. hier
solr, G@ un meeting de part.
sans, lo Maréchal dictateur de |
[la Yougoslavie, a dit, en
| conclusion:

i



— En réalite la Russie So-
vidtique justifie sea attoques
contre nous par une mystique
que l'on pourrait résumer ain-
isi: la aubordinction de la You
i goalavie aux caprices de Sta-
tine. Nous n’en voulons pas
et n‘en voudrona jamais.

La Ligue du Bien Public
et lex apdves de la Paiz.—
La Ligue du Bien Public @
décerné, dimanche soir, au
cours d'une séance solennelle.
' ga hemtes distinctions aux per
sonnalités du.monde qui sat
tellent & Feauvre ces la aéou-
m6 universalle. C'est ainsi
que lo Grand‘Croix de son or-
dro a 614 octroyde & Madame
Pronklin Delano Roosevelt et
4 M. Winston Churchill,

On n'a pas dit si MM. Ache
son, Bevin ef Schurnomn oni
regu, eux qussi,. parell hon-

Les élections an Belgique.—
La cumpagne électorale bat

sont plein, tent 4 Bruxelles que
dans les moindrea bourgades





Balance délicitaire comptable au 31 mars 1950
Recettes appreximatives du mois d’Avril 1950

a
g.

Balance déficiiaie comptable au 36 Avril 1950
Oblgetions approzimativas encouruea G

credit n'a été ouvert, y compris Gdea.

ta charges détudier |

/étre ouvers ayant ia
| Vexercice

i iting travorx en cours cui
to . sagt
i peuvent etre difforeas.

(tion et réduire rapide
i déficit compiable
ine,

i déia pris
nest pas avéres:



Aver 1950 est la auivente

Gourdes
9.264.391,04

j
;

5



7.9286.000.03

3,2B4.391.04
6.209.715.93

7.494,108,97
Yégard
TUCUn
2.858.-

4.353.000.00

leaquals

formé une commission qui as-

te de ces créean

igure, certains ¢

pour ie
aautes obligations «
les et pour achever





Pour faire face a cette
e
SUSTNEI
le Canseil das Secrétaires
aEtat a décidé de prendre los
mesures suivantes:





1
et dont

2) Effectuer toutes lea acu

| ROmies possibies sur tous laa |
| crédits votes, qu'ils soient bud

gétaves, supplamentuires oy
extraordinaires;

3) Veiller @ ce que les sol.
des de crédits budgétaires ne
soleu! pas inutilemient dépen
abn.

4) Utilisor les disponibiliids .
ron Hecales. *
Gréce & ces mesures, le Gou
veragment eepére que la po-
lance défiauaire comptabie
powra $ue considérablement

séduite & la fin de lexercics.
Quant au budget de l'exerci
‘@ piochain, U fera lobjet d’an
‘xorery minutieux, Toutes lea
iépenses inutiles en seront
supprimées, et le Gouverne-
nent a je ferme espoir que
dens un aveniz non éloigné
non soulement le déticit comp’
‘ible zera liming, mais mé-
me une balance non attectée
du Trégor pourrlr étre rétablis,
Si, comme nous avons tout
leu de le prévoir, les prix du
emié gardent-leur haut niveau
actual, eC si lea receties de IE-
tat conservent le mame ryth-
me d’encaissoment —qu’su
cours de cas derniére mois, le
Gouvernement ne dole pas

fee droit et Sexible.



44.853.106,97 |

Annaler tous les crédits |
Yurgence |

i

t





ne battre avec

1
osneeernetenip bet Ace EED.







Por Genevidve BOYER



Yimaginais Cédor «primitil»
sana cucune idee exucie du
aprimitif> haitien. Le «primitit-
pour mol, cest le Namand a
veo son travail an jaune d'oaut
aur bois, ses dorures, son pay-
sage conventionnel @ Varriere
plan. Dois - je Yavouer, je crai
gnais de ne pouvolr sdigsir ce
eprimitivisme>; if faut s'adap-
ter a Ini comme U laut se fai
re une ame d'entant pour sci-
sif les dessins d'enfant.

Pourtant, les gujeta, les b-
gnes, ia couleur, tout ma sé
duit, Céder m’a conquise @
son art, das la premiere salle.
fo voudrais dire ici la danse
haitienne telle que le peimtre
Va fixée sur ac toile. Le yan
valou, le banda: un pas, un
geste saisia en plaine envelee,
ig danse haltienne avec son
rythme, ce don total du corps
et de Vétre, & travers le pin-
coau de lartista figeant brua-
juement le mouvement, mals
iui conflant une vie nouvelle.
La femme, ia hanche en a-
vant, fépauie dressée. la pau-
me olferte-—Vhomme i
ge détourné, transhe




os de vie, plemeg, &
:@ grace légére, soubgnées de
‘ose, de mauve, de violet 1é
ches vivantes, mouvantes qui
Hensent elles cuss, dangent
wulsivement, qui aéduisent
‘gait, Je laissent charmé por
‘ant de finesse ei de charne
ICS. .

Tout pros, le Cédor pas bul -
me nous regarje Le visa
port ep nail, les

, yurs.granda ou
« levrer
















. marque
unine la vie. quand elle
vest pas bonne, quand il forut
; ella pour la
comprendre of la vouloir me:
Est . ce le Cédor bon





joure.

pa

‘Val suite er, dermiére page}

PATE AOD OG A ADD BRO Di

VEX - EPOUSE DE |
JOE LOUIS CONVOLE
EN SRCONDES NOCES



































que ia situation accusde an
début de ce communiqué au-
ra eu un ceractére — purement
temporaire, of qua Tolde de
la politique de compressions
budgétaired qu'il-se voit obli | an
g6 de pourauivie, il ‘sera, & | Athen Lee Bpalding. Maxvs
dha, 4 Io multe des fout-moment.on mesure de fol | crojetia dabandonner 20
ments que ses amis ont fait pu |19 lace 4 toutes . seacobliga | sare de modiale.

“ de ses || Hons. Ao he dee
way Fo

de toute Io Belgique. Elle pen
the -nettemient vers. je ro-
tour-du Rol quia, non seule-
tment les membres de son par-
i343, 65° pour cent de Ta po-
pulation, en faveur de son re-

‘our, mals qui. compte erujour








|

Mai 1950, République Demini-

Marva Trotter Louis Spalding,
ox « énuude de Yox + champion
do poids lourd Joo Louis, regoit
bateer do eon marl le Dey,









monde ayant été rejetdée, ils E

yavelent renotvelé leurs récle- | caiis, Aott 1950, Pquateur, Ne
mations ot qu'iis puraiont 416°} yembre 1950, E} Salvador; Mat
menncée de révocation. 1950, Gudtemala, Awril 1960,
Nous n’accotdons outun 6} Haid, Aodt 1950, Honduras,
@it.& cos dormiéres rumeurs. | Juin 1950, Mexique. Iuin: 1990,
” Be-tont état de, couse, ous |: Nicaragua, Mai 1956, Panama,
is que, acimellement, | Septembre 1050, . Paraguay.

( discipline 4 Bepembre 1950, i :
revendica- | tembre 1950. Picts «Unis. Avil

i Vengustia, Déconibra- *

| Biles
postioans,

Who

so


LETT RE. DE!

Abondance de fétes

‘Dimanche Hit une journée
de grandes réjoulssances popu
leires. Hy en avait pour tous
les goits!

Fétes de Jeanne d’Are et de |

VArmistice, Foire de Paris, Cou |
pe de France de football au sta |

de Colombes, Rassemblement

des JAC GUeunesses Agricoles ;

Chrétiennes} au wélodrome du
Pare des Princes.





PARIS



partie de la population fran-
guise.

Le Président de la Républi-
| que, excellent joueur a l'épo-
que ce
| pas sa piace, du début jusqu’a
tia fin.
jusqua = V'é-
i preuve finale, les deux equi-
‘pes: Reims et Racing Club de

| Pour purvenir

900 clubs au cours de la sai-

| gon.







sa jeunesse, ne quite : mage de

t

/

| féte son ieéme Anniversaire

j

Joyeux
‘Anniversaire
Aujomd‘hui, 24 Mai,
Mme Philippe LAGUERRE,
(originaire des Cayes),
de
ndissasce,
En cette heureuse circonstan-

ce, nous lui envoyons #!’hom-

note respectneuse

_ sympataie et lui formulons nos



veeux de parfdite santé



Montparnasse

Paris avaient di batire plus de |

Mercredi 24 Mai, @ 6 hres

| PASSION IMMORTELLE

avec Kather.ne Hepburn, Paul



Paramount

Moerctedi, 24 Mai, &6h et 815

PLM.

Palmar.
|
|
|

z
Jeudi 25 Mai a

AMOUR DE CLOWN |
(Yersion italienne —sous titres

frangais}

| Daprés Opera Paillasse de

; Léon Cavallo.



| Iebrigida



SANG ET OR (parlant frangcis)
avec John Garfield et

Entrée Gle.Gde 125
Réservée Gree 2.50

avec Titto Gobbi et Ging Lol-






















AVIS DE DIVORCE

Par jugément du Tribunal Ci
vil de Portau-Prince an date
du. 23 Mazs 1950, le divorce des
époux Franck Lavaud, ia fem-
me née Yvonne Débrosse, a 6-
t6 admis: en conséquence |'Of
ficier de VEtat Civil de la Sec-
tion Nord de*Port-au-Prince, Mr
Camille Lamothe, conformé-
fment au jugement sus dit, déi-
ment signifié avec sommation
le 18 Avril 1950 en présence
des témoins Auréle Harard et
Flavierd Boirclin amenés par
ile demandeur, avec l'assistan-
| ce de Mes Villele Lavaud et
Hubert Legros.
|

Agissez vite « combattes lea gormes den

go a Vaide de VAntseptique

Lilli s ae
£6.7% de réduction .d‘aprés de récenis

1

Tusau'a

Gargarisez immédicatement a-~ vent. et Jon
vont que les germes ne déve- que Lisierine ©
loppent une grippe... jusqu’a Dew fest ‘ent
96.7 % la réductien des des selves den
germas a été obtenue grace & ae Bt ie

< Antiseptique LISTERINE. . _ ee gargaives

Le meilleur moment de com- de 98% Une: ee
battre une infection est dés son Rien shus,aue 18
apporition.. éliminez clors les cone aa moreactent
germes de .la gorge avant

quills ne développent un plus attemta de In yrgpe

den mane Ge
igrend mal Gargarisez. sou- qui.se font rca

xz
Gh et 81S p.m.









Partout la grande foule... Le Racing Club était tele. | . ww. Tout le monde a entendu | grtan-Prince le 23 Mai 1 : : :

(Cos Cerin eoneee cé toent certain de tiompher, | Henrett 0.75 e: 1.60 parler de Paillasse... text le | V, LAVAUD a LISTERINE, immédiatement
témonies en Vhonneur 6a0 say) avait engagé spécicle. | monde connait des airs de-cet- ee | :
ne d'Arc étaient toujours Yob- | 3 - une vedere de masie: hal} 4 8 Hres 1S: i te opuvre étincelante écrite par | ‘ , contre la Grippe
jet de manifestations de partis ne Flore, pour chanter son | CASTA DIVA . Léon Cavallo et dont le succés | REMERCIEMENTS NODA OE LT OETEROIY
politiques adverses, désirant uvel hymne devant — les lavee Marthe Egger! et Philipe ! aprés plus d'un demi siécle ne | M, Georges Lovelcce, Mme .
chacun détiler malgré Yinter- j..5 parleurs, aprés sa victo} Holmes. | gest jamais démenti.. Georgette Lovelace Aled et Bs
dictioa officielle. Il s’ensuiveit CASTA DIVA -~ est une & enfants, Mme Raymonde Lo. |

quelques bagarres.

Cette fois, il a suffi que le
gouvernement autorisdt leg dé- |
filés pour que personne ne
veullle plus protiter de
mission. Tout a’ 3
sé dans le plus ¢

Quant & Vs
blait quelque peu

De son cate
ris avait atte dat
de monde que Ventre
HL





gratuite ju



matin,

16%



irk

Non #
PALE <
venus
avalent installé un village
fentes sur le terrain d'un
drome mikiaire, Leur té
finale a ea
p.furs hen




we. Un . .
a , i qui ont conserves votre chentale
le ' ; :
cle nocturne en J acme et -2ttouvar poids et joie de on achetant vor foursit M, B, ROBBEZ — MASSON.
la veillle Ty vre grace & \Huile de Fore



rent fandis quéave’
grapes de chanteurs
seurs folkloriques.
Deux choeurs imp
présentaient, Mun
qnés et les Ré
«Les Constructeurss, La
nion avait d’ailleurs pour the



VOHOS »







cre. Mais la glorieuse incertitu
de du sport en a dacidé autre-
tment. C'est Péquipe de Reims,
: plus modeste, qui a gagné!
On ne sait exactement

ce





























ORV TO















gre

rouse en 1936.









specta-

OUVEAge
SUI une

Ganeral Simon Bo
le drame de Su
jeué a la Comedie



(du
20 Bellini et de Magdalena Fue |
Ceyl une couvre “une



. | Viomines A et D de
“On volt Bolivar, & partir de



de la vie



mouvante evocation
grand compositeur Vincen-

rmerou.

projonde emo Un armour












a 8 hres 1S

ON DEMA}



avec F











homme

Morue. Mais. 5
parois mal toleré
les Jessel recouve
Lecouche de sucre
Lgréables a prendr
bonbens. Elles
sous ane forme concent:
VH

de Foie de Morue. Mauya

1... Les fervents de ‘ta musi
ni donc heureux de re

accenis
ereux qui caracié-

“que ser
(trouver ¢






e
ldisser amnart
1 fougueux

: la mélodie
i Entree Gie

rt



VENTE A LA
CRIEE PU




i
'
Verituble cohue jE ae G rue du Peu nee Emma Shaw
‘ cq ctiée pu- enlevésydouloureusement 4
marque | leur alfectiofy le samedi 29 ao CIGARETTES

Portas:

i Encanteur Public Commis

Fi











ar par ce lyrisme
respecte pourtant
le charme sucs



Reserves Gies 2.30

BLIQUE


































































velace Dépestre et entants, M.
Raoul Lovelace, M. et Mme |
Joseph Lovelace et leurs — e:
fqnis, M. et Mme Alexandre
Holly et leurs enfants, Mile An |
ne - Marie Lovelace et tous les |
| autres porents et alliés remer- |
cient vivement les amis tant de '
la Capilale que de la Provine
ce qui leur ont témoigne -e la
sympathie, a l'occasion de la
mort d2 leur regretée épouse
mére. grand'mére et bollem
re:

pothét- $9, Angle des Rues du Quai et Traversiora,

L
}
i
}
5
|

ialenne, de se Port - au - Prince

Service régulier entre Jacxsonville,. Fla,
ve et prenant de
et

128 ‘ :
Put - au - Prince, Saint Mare et Cap - Haitien |

















PRET ET PASSAGERS



e Mercredi

hres om.

Mme Georges LOVELACE







teur No.
année 1942, &

SPE

Avril demier et les prient d’a-
gréer Texpression de leur pro
fonde gratitude.

Ce 19 Mai 1950.

SPLENDID

FONT LE> DELLICES
pe. FMFURS POUR
LEUR AROME ET LEUR SUA



a

w]e 18 Mai 1959.
me C. JOSEPH,

_ A VENDRE
| Un terrain os haut de la ruel
le Chrétien, mesurant 50 x 120.
| Teéléphonez au No. 2969.





TROT OA IIE CT Let esis

Avis Important

Messieurs les Tailleurs’

rea importes spécialenion! i
pour costumes, G un pris |
én moderé: watt blanc
43 pouces de large col
lette blanc et couleur zip
per toutes nucmces.

Er vente chee

PIERRE COLES

Opticien dipiémé. de l\Ecole Netioncis d'Optique :
Fronce avise son’ aimaple clientéle que son: lable

pent i
4 ‘

VOPTIQUE MODERNE

est transiérée au No.58, tue es Miracles, on Jace
la Banque Nationale. 4



a a " . an . Marchand -~ T allour, Ds :
. . ses + cla mori de 8a premiére femme gout supprimé. pouvoir forti- a
me hs ppemesse face au cre Nig. Térésa qui expira dens | fiant augmenté, voila le b Rue du Conto Du ler Mai aw 30 sepbre, le magasia © DE BLANC
me cu Monde. = bras. Pour obéir au voeu | des Pastilles JESSEL. Coupe parfaite méme Oe
Question, hélas, ditlicile & ré ee tl teats En vente @ la Pharmacie 5. ne i Gant : rE di zi
soudre! , ide celle quill aimalt, il affran- Getto 4. 183, Rue Ferou, Port sa essai. Cov'umes a a ouvert de 7h. aih, P. Mw. .
| chira les esclaves et Hbérera . Prines We Ferou, Fox vendre, — Tiseus, ett. . * -

Le tiemphale Coupe
de France

eo
Le nombre de spectateurs ve

nus assister d la Coupe

France (record battu avec 61.

de

Pxon pays de la domination es-

pagnole.



ires de dérouragement.

Une de ces admiratrices, Ma
nuela, devient sa maitresse, El
le lé- réconfortera dans ses heu

Un

PORPPIS PLL ODDODIDOOP IGS:



LES MEDECINS PROUVENT que la cure Palmalive donne en-14 jours











one ae necccenere snes teee gan see see:
re genes: ane :
ea”

iit

722 pour 11.477.958 fra de recet
tes) ne donne pas une idée de
Vintérét suscité par ce grand
match de football. On peut di-
ye quill. passionne une grande

noir, Nicanor, le premier escla
ve Hibéré par Bolivar, se sacti
fera pour Iui sauver la vie, |



















i” Ma MERU EST
LAIDE, NUnEUSE,
TERNE, CRORS-Te- QUE

LA CURE PALMOUVE

(voir suite en Se. page} ce GhteAY #5

oe, pals CE GUE
ieee ANS ESE UR
*E. tad SE MARAE,
} GA CES ApS, ia

7

POUEQUOH J
VESTS AS
O ‘cote Pain OuvE
DE v4 20URST







SiH S021 EAIS.TU QUE
26 Chidanes spiciausres
DE LA PEAU Gait PROUVE Qua
CENTE CURE DOMME UN fLUS
BEAL TENT & 2 FEMMES

SUR 3, EN 4 JOURSI




Aa ew eoes



PETID MIMI, PETIT MIMI, QUL
PAIS-TU PAR ICLTU NESERAS
PLUS SON AMI
SITU BoIs

awed:



tA CURE A BIEN REUSay
a ¥OUS, AVOUEREZ dure
VITE FAIT EY facie
COMME L ABC.

$i vous voulez un teine quet ronres ies formes
eavient, que rous les hommes admirent, com«
menctez ce sole mame le cure Palmolive.

















N'oubliez pas, que la cure Palmolive & &é
essayée sur 1265 femmes de tous dges, de
15 & 50-28 avec ros les‘ genres de pemax:
stche, huileuse, sormale, jeune, vieille. Ee
2 Gee. 2 -sur uois de ces feiames ont obteny
ane aindliortion remarquable de’ leur cdr
06 seulement 14 jours.

A LAVER.VOUS tf visa:
AVEC LE SaVON aE

fp passer resinase une Une ate
B AVEC La ROUSSE BELLE EF

DOUCE DE PALMOLVE, = Ree









ay ELSIE,
Ip vache Boden.

Les jounesaimert ja déliciease: sneea*

fa he du iit KLUM e KEIM -es¢ gf,

bor pour ex... empl de maticres exseTs

elles pour Je cor Rade, Vos i ti

onfaou. aegusrone un ane vere. oa Jounal oo = een

la riche creme dé KLIM ét qu'elle ne sera ‘ . etal Seo) commencer. cette nouvelle: cute de
pas votre surprise: quand fis vous. en eco * < Beauté pur le suvon Palmolive.

manderont encore Savantage no ks ry BATH | KA
KLIM MUL gi THRE en Sa \ FOR SPONGE BATH!

“et waip
KLM, Tease)

Boots aeons! eS Ee oe oon ie eee te ee






de Vea
ajoutez-y ~
da Klin





‘Yoild assez de raisons pour ponsser



)

oa

woud Sule De

ee

a
LETTRE DE PARIS

(ealie de Ta Be paged




ba

%

SALVITAE-ost un DIURETIQUE PARFAIT.
4 coat uo LAXATIF HON - IRRITANT
f ‘Ayes toujours un flacon de:
_— SAEVITAE
‘y Bimule PACTIVITE RENALB.

Ea: premibre pone vous: ce
vee le plaisir d'entehdre “YOr
chestre Pon Américan sous la
Direction du Maestro.

Ulysse CABRAL

calls dens pours de |
contort modems, :

Four tous: renseignements:
wadresser & la Phanaaeie I. C.
VALME.



Wels le Général, mourt -ocban- née orc ridicule, dole foson dtl
, weer le wenle joie d'al | baat, Elle 96 pases done an
ler retrouver nelle quill wavait | village nocmend pendant les
jomais oubliée. hoatilités. “Un payaan, qual ex
Darius Milhaud a composé exce la profession d'équaris-
son opéra on Californie of 9 seux, marie sa’fille avec un sol
s'dtait réfugié, tandie que la | dat allemand, sane 96 soucior
Frence’ subissait “T'eecupation (des évanements. Mais ‘voile
stemonde, ce qui Vinspirera | le débarqdement allié. Des sol
tras probublement. dats de tous les pays viennent
Les dix tableaux admirables | les déranger, mais tout le mon
ainzi que les interprétes Janine | de sympathise, dans des scd
Michaud et le baryton Roger , nes burleaques.
Bourdin. superbe «Liberiadors, | Le conclusion, c'est quen ccs
imeis il faut cimer la musique | de querre, nous sommes tous
(de Darius Muhaud et surtout | destings 4 l'équarissage. Jean
la comprendre pour l'apprdécier. | Cocteau a été soulevé d’enthon
Hl est & craindre que ce ne | siaame...
; Sot pas le cas du grand pu [ Le dernier succés de Bona
et le Commerce on particulier, | bli. Et c'est ce demier qui | Vian o été remporté en Justice.
i ‘U n'est pas responsable das | procure les fortes recettes... i Tribunal Correctionnal }'a
€ tps et actions de lanclen Co : condamné, ia semaine dernid-
ir ite jusqu'a ce que la Com. | Boris Vian ou pinacle te, & 100,000 trance d'umende
+ ission chargde de faire }in- } pour soutrages aux bonnes
| centaira des Archives et Finan | moours»,
| ¢39 ait fait son rapport et que U s‘agit de deux ouvrages
‘ $charges pleines et enijorea | | . | “irai cracher sur vos tombea»
-olent dennées cux anciens ad | plus connus de Saint Gernain | | dgja nommé, et «Les morts ont
‘ainistrateurs par |’Asseinblée | des Prés. son roman «] hat cro | tous la méme peau.
Généraia du Syncicat., _gher sur vos tombe» a été un | Le jugement a ordonné la
Port au Prince, le 23 Mai 1dy2 (eB «best sellers» de cos der. destruction des éditions an
Le Seerdtatra Géndral: , nlers temps. ‘ trangois et en anglais,

Léence MAINVIL. : Le thédire des Noctombules On va s‘atracher jes aditions
‘représenta une piése de ;

E " dana les autres langues!
«L'Equarissage pour tougs |

dans laquelle la guerre est iow |


















K cents: dos pluies, lo dots
@t Vheure de lo représentation
des «Femmes Modernes> sa
ront uliérigurement:fixées. 1
seta également — repréeenté
«Un Condidat Sériguz> on 1 ac
:% eure demande de «Haiti
Journal».












ft Améliore FOXYDATION







i Fortitie les ELEMENTS du SANG ot des Tissus




Ls MEILLEURE
BICYCLETTE
FABRIQUEE
de nos jours

: flreniorce lo SYSTEME GLANDULAIRE
SALVITAE
“Reutralise NACIDITE de YESTOMAC

Jrréte la FERMENTATION IN TESTINALL

Y supprime la MAUVAISE HALEINE

3 CHASSE Les MAUX de TETE ot LINSOMNIE






















Dr Poulux PAUL. .

Leenestttaaemieeetaa nee

| SYNDICAT DES CHAUFFEURS
COMMUNIQUE ‘

“Le nouveau Comité du SD.)
C. avise le Public en général |



*La plus grande
broduction da monde’











THE HERCULES CrYe1#
& HOTOR COMPANY LTD.
PAPINGHAM, ANGLE? 2 8B




Deux eullléréee & coié dans un verre d'eau fraiche
yous donueront un BREUVAGE agréable.

{ Buves SALVITAE tous les SUIBS st Je MATIN & jeun
SALVITAE EN VENTE DANS TOUTES LES PHARMAGIE:













La voque de Borie Vian, le |
;ompettiste ne cessa de saa i
i




centuer. San jazz est un des




Agents Exclusts .
JOSEPH NADAL & CO.

PIG SOEL IID REDE L LSI GDS

fadriqué entitramans svar a précis
dans fabriques

de bicyclertat HERCULES pevt peer
dire maintenant fourai ser tout
Ravdtia ay lives an 918&,









DISTRIB UTEUR EXCLUSIP
JOuUN H.
GRAND RUE,

remmniamaeer 2

'
ij
i
be moyen HERCULES 4 9 vitensts, |
i
t
:
i
i
i
I
|
i



WOOLLEY

1323, PORT-AU-PRINGE
BAYS





tad





CANADA DRY
Sporhling WATER

Gal, Feav gazanee Canada
mieux valgir ia qualité d'un
hon exclisive om mente , pre
Jonge le pétillerment des verres . . fait, ressortir &
envear. Achetezom quelques beutellles sajourd’bad
— choix de 3 modiles

i brani

Fernand BERTAL





Dry est celle gai fak le
bou breuvage — grice

The Best
Obtainable





TARIF D'ETE Vous sentirez... vous entender... vous verrez
de la Pp AA











une extraordinaire difference sur votre voiture!

wid





















lis 0 a veka
les r C. from. our Grocer
et , i | EA: DAY |
USINE At GLACE NATIONALE, SA |
E. A. t, | ‘mamma
1808 Distributeur Exclusif | Agents: HAITt TRADING CO. S.A.
Prenseonren a aroces pee rennnnoarcr annne noone prnemrpoonnene he pnne
EILLE

%

POUR LE BAL!

PARFUMEZ VOTRE HALEINE, MESDAMES ET MESDEMOISELLES
. ET. GAPDEZ VOTRE ENTRAIN.

APRES AVOIR. DANSE, RECLAMEZ UN PETIT VERRE DE:

CREME DE MARSALA

‘ LA BOISSON IDEALE POUR LE BAL.





N VENTE DANS TOUTES LES EPICERIES, DANS LES CAFES, RESTAURANTS ET
_ NIGHT CLUES.






EXIGEZ BIEN : =
(CREME DE MARSALA

, DE LA DISTILLERIE STOCK.








7”

G& D. BELLANDE, Distributeur

» Tel: 2637 —— 3363.















Plus LONGTEMPS

Notez cos tarifs speciour
pour vos voyager:
Biller Reatour 6a Port xs Princes
A Miam!, Montago Boy
#! King ton.

‘ vemanady dating’
3100.00 $35.06

A Ciudad Trujillo, Kingston,
Mantego Say, Camoguay

it Mioml,

Eetennnde
$117.00 $23.40
Goals ee EB fs ft ao

&
On peur commenter le voyage Ge
atimparie quel point gat surly
sirenit. Ub ast permis de combicer
oes farifs PE aves les prix régu-
Hace on vigueut sur d' aultes routes.

LIMITE 69 JOURS, ESCALES
BERMISES Ex SOHITE.



bs maintenant prepares vate ‘ovage j
GO ellbtes 08 de plaisie, Conayiter votre 1
' agent de voyages ou





NE MERY SILLEUSE expériance
Un attend -—~quand vous ing
tallez dea poeus Super-Cushron.

Votre voiture sera différente ..,
meidlrare! Vous cumarqueres ces
amiélorations.

Votre voiture sera plus cos



fortablel Les Super-Cushion plus
tros, plus doux, roulent’ sur [Kg.
706 de pression d'an~ tle encain-
sent iex bosses, absorbent les ca-
yonis aasnrantun comfart in-



Votre volture sera plus sGrat
Les Super-Cushion exercant un
‘plas erand pouvow de traction, de
sorte que isa arrets sont plus ra-
pides, fe
sécurité plos grande,

controle mieux asauré, la

Votre velture sera plug allen-
tleusel Parce que les bosses et les

‘ choes sont absarbds, il y aura

moins de bruit et do vibrations,
Ce qui aignifie mains d’usure et
moing de répsrations,

Votre agent Goodyear a des Su-
per-Cushion pour monter aur voa
roves. Allezle voirddaaujourd hui!

1498

De parle monde, pla de yane rovlent me prove Opodyeur que sur toute oule maryya

SOCIETE HAITIENNE D'AUTOMOBILE. S. A.








Distributrice













ae
7 re ba 4

ce
Bb! y aa ne





VITAMINS










PLAISENT,-

oo Youn MC
































SERVICE
CE-PRESSE.

vaaNn
bu

La Contérence
de YUNESCO

PLORENCE, 21 (Are) —
C'est . lanl/i que s'est ouvert
& Florence, en ‘présence de M,
Luigi Einaudi, Président de lee
République itclienne, la Some
session de la Conférence Gene
r¢le de YUNESCO. Plus de
500 délégués. représentani 55
Fiats membres y participent
ainsi que Kes envoyés dorgs
nisations internciioncles not
qouvernementales, et ceux des
jstitutions spécialisees des No-
tions - Unies. Neuf Ministres
de l’Education Nationale pres!
deront les délégations de isurs
pays respectifs, . deg personnalites érninedtes
du monde culturel et
que. Les travoux de ia
yence juin.

A Yordre du jour de cett
férence figurent, outre le
gramme et le budget de

co paur 1951, un ceria
bre d-qefGations pe
ment importantes. Lo pre
re concerne J etublissement
d'un programme de base p’
cisant les objectifs et les
de VYUNESCO. Ce progr
doit répondre o trois pt















8

j
















es of
Vesprit et favor
ges ene pays et
reg \ifferentes.

2. Mobiliser les re





les Etats
purer je
ducation,
le culture,
ment dans les
ci a cle,
Werses,



acience et ¢
sens de
tuglle
coud

Bode. die
NESCO.



Avec la prochaise fermetu

De Simone, situee dans Yaire le PExposin

& Tintention de liquider son

vente G des prix de liquidation

tout son stock consistant en bouleilles et en fits:

Vermouth boutsille origin ue
Marsclow
Créme Cacao
Marsala Sec

Vino Blanco

A dea prix au dessous de toute concourrence.- Accourez vite.

Chaque famille peut avolr une reserve,

ener ee:



WDD THF:

TARIF D'EXCURSION
(a partir du 10 Mai)
‘VALABLE POUR

SOIXANTE JOURS
(60) Jours
PORT-AU-PRINCE
wu. MIAMI et retour

FLY K. L. M.

Wn
*
“PAR SANS §

ae



ine (9 batecmy) au large de }'b
ile de Wight, je woisiarne (sept
Bateauz) en face de

B tenux! au large de Dungeness.
, Express» ajoute que |
aven-

eri servic de dragueurs |
»ou de mouilleurs de mines.

i Le «Dai

















Giest done vers {eeloption
dun plan. d'ensemble cohé
rent, dont la réalisation 9'6_

tendra’ sur plusiews annéer, |

que sorientent les tavaux de
cette Same session de lx cor-
igrence générale de YUNESCO.

RZ Ez

Mal 1950. :
tes ye thédtre
n'gublieront ceriainement g

que seta tepténenieg, ou thea
va Rex ig belle places
«CAUBE SANS EFPETS.
sur initiative dela spmpethi-
que Directtice de 1'Ecole «Sain

Qu'on ne réte pas cette ma-
gnifique opportunité (c‘cssister
& une belle piéce.





_ PRELABTS
& vendre ef & lous:
Chez BAILEY



Chalutiers
Soviétiques
deus La Manche

LONDRES -~AFP -—-
La presse Londonienne conti
nue d’entourer d'une grande

publicité la présence de chalu |
bere Soviétiques dans la Man |

che. Le. -Daily Express: all
me que 23 de ces chalutiers
noviguant entre quatre con

vois & une vitesse de quatre |

ont été apergus dans

‘9




large de Falmouth, te deuxi

Beachy
Head, ef le quatriéme {six ba-



s chalutlers peuvent

Sei «Daily Graphics,

ap

















interdit @
» deurs nein





e de YExpositon, la Maison |




n faux Poalmistes)



tock du repute Vermouth, en

soit en gros, quien detail,
i

ou en fit

Créme Mandorle -
Créme Calle
Marsala Dolce

' Vino Russo

OAL POLL AL ILL DORLE DY




. Selon ce journal, |
Ep 7 conve: composé de |
‘9 bateauz avait jete Vancre au |








| UN NAVIRE

i Exposition Building
i 238, Rue du Magasin de )Biar

| Pert oa Prince.







_ Jeunes Filles! Femmes! qui
« Souffrez les ennuis de .
t
}

TROUBLES
PERIODIOUES
~FEMININS







i tourost
VEO ETAL
”



DON N. MOHR. Bistributeur



que. c'est Jo Vendredi 26 ie

te Thérase de 1'Enfont Jésus>.”

. Yimanche 28 rai arh

i
i
i



| (ROGRAMME

Fiz - vous A .

cheuffeur expérimenté, (trento
qd 9), met Gla als
Mon-des Pétionvilisis, pour
trafie Port ott Printo ~~ Pe
Honville, une comionhelte neu
ve, my Ford, immohiculée
an No. A171.
‘Ayez done plelna conhansa,
Massiours les passagers ot
la prudence at a Yexpérience
du dit chaufeur,

te



ASSOCIATION DES ANCIENS
SLEVES-DES FRERES Di
LINSTRUCTION CEHRIIENNE
Le Comité informe les mem-
we. Je -YAsseciation que le
statutalre est fixte au
tipstian

aint Louis de Gortagie.
4

dunic

Messe: 7 heures 30 a. m.—
‘ermon de circonstamce par le
iP. Cerfond

Assemblée Générale &
ue de la Messe: 9 heurgs pré-
-ises

Ordre du jour:

Rapport du Président

Rapport du Trésorier

ection du Conseil

Question d'intérét général.

Banquet: 12 heures

N. B.— La cotisction pour le
yanquet est de SIX dollars (6°

Nous prions nos collegues de
sien vouloir s‘inscrire & VEco-

omat de Institution au plus

&t, soll personnellement, soit

ty Yintermédiaie d'un- Mem-

Yis-

i are du Comite.

Le Président Ernest DOUYON

/ERPERTENCE 4 & PETIONVILLE
Monsieur Edmond PIERRE, | positon Commarciale & la Té

|






POPP PIII L ELE DORAL OED ALLO LLLOL LAL DLL PE PEDLIDLI PLD LD LPD LOY ELOIDSD Dida bb DE

ALCOA STEAMSHIP GO. ING.

to de Yoo.

1 Maison d/habltation ayant
4 chambres & coucher, Living
Room, Office, Culsine, Toilet
te avec contort, Grande Gale-
tia,

COMPRENANT :

2, ~ Une halle sur rue trés
passanie surtout par Jes pay:
Song.

S'adresser av Bureau du
Journal ou téléphoner 3218 ov
5769.
recente

Avis

Un pardessus en plastic. de
couleur grise, a été égaré le
dimanche 7 mai, vers les 8
heures ture de ligne. Bonne récom-
pense & celui qui le rapporte-
ra aux Burecux du journal, Au-
cune question ne lui sera po-
sée.



ee :

~ Les Germes de

la Démangeaison
Datrults en Sept Minutes

Votre ay contient presaus eine
Reante milters ae poutares et nores
roisuseutes dene Inaquels jes serie
asimutent et carent dé sarribies
. fen meant, Delage,
ines, acne, impeugo.
noitona, As mange ison

s, Fas traitement













ThwoOg erm ons

Pour tes maladies de la peau

PPINGLIP DIED OPOPP PES



ANTON ANEER, Agen?
TEL: 2786

POUR PORT-AU-PRINCE. HAITI

Depart da D

Mobile

epart




IN NAVIRE
: UN NAVIRE







ce Dds de Arrivée &




Orleans 3c Paw?
& Mu

Th Mai i

SN bt

eh fain 23 Juin



JASTE DES DEPARTS DE MOBILE ET DE NEW OBLLANS. LA.



Autres Ports

Puerto Plata, HD.

Charlotte Amalie, St. Thomas
Fredéricksted, Ste. Croix
Pointe & Pitre. Guadeloupe.

Puerto Plata, R. D.
Cludakt Trajille, BR. D.

Ciudd@2 Trujillo, A. D,

Puerto Flata, H. D.
Ciudad Trujillo, B.D.

POUR TOUS RENSEIGNEMENTS. TELEPHONEZ AU 2768.

POPE PPL OD DDS.
LLPAL OL OID! PEO O DOLLOP PED LAID DR DOO Oa

meet
qhe





aM.

DAA DO PODDDDDDDODRORL





























i
|
i
i

5
j

5

FORDE SODOPDOIOOTEE SH OOOODDO DIDI DEY












EAU DE FLORIDE

MURRAY & LANMAN’S

20

USAGES

POUR LE BAIN

APRES LA DOUCHE

COMME ASTRINGENT

LOTION POUR LA PEAU
COMME DESODORISANT PERSONNEL
| COMME PARFUM ,
FPOUR LIINTIMITE DU BOURDOR
Pitt PUUR nat arCuih Lis CHAMBRES

=
5
SB «

F
$

vi
4
®
Yr
°
=
3
z
¢
z
8
e
re
>
1g
BE

er)

Pour les maux de tétes, migraines et étourdis-
semen, pour les morsures d’insectes, pour les
gifts nerveux, pour ies rhumes de cerveau et
pour les preds latigues et échauliés.



CELEBRE DEPUIS 1808

ESSAYEZ ‘UNE BOUTEILLE |
ET SOYEZ CONVAINCU

EN VENTE PARTOUT
DON N. MORE, Distribute

fPrerrscnoren

Vous qui connaissez
la Bonne Biere__

VIENT D’'ARRIVER
La Vraie — L’Authentique — L’Usiqnt
*‘BIERE DE PILSEN

LA PILSNER URQ

APRE:!



N. B. — Ceci west pas me Ri
Vest simplement mne a!


yor
NOTEURS ALLS — CHALMERS TRRHASES A
pp H. Po 200/440- VOLT :
CHAUPFE - EAUX DE 5 A 20. GALLONS 10 200 VOLY
SSPONTAINES ELECTRIQUES®
yout.













Bode

eee
MILW.









PEFIGERATEUNS «KOLD — PACK, TES
@BACIERES «THERMASTER » — THERMOS «THERMEXs —
VENTILATEURS «ROBBINS MYERS» & ~ «NELSON: 6" 8

FERS A REPASSER AUTOMATIQUES OU SIMPLES =f
MATERIEL & ACCESOIRES SELES & + APREREE

a " pistributeur Exclusif : de
aus ” CHALMERS Ae RpNUFACTURING





Téléphoser au 33-72
pour tous reusei enements.

WPIEPOEL REDD DDO,

MACHINE i
WAUKEE, WISCONSIN |





POMIENI DED 8 EDS















































ont

ee




NDS VINS DE BORDEAUX de la Matson Julex Gar :

wha de

, ae



th 12 Boutitas, da 24 Domies ot do 48 Quarta &
ment Bas, déficnt toute concurrence déloyar..
‘donis tous les caiés; “beara ef hotels selects. -

vin rouge de icLie.

Appellation contrélée. - ;

Vos Cheveux

besoin de Soins
Journaliers

Mesdames, votre chevelure est pour
rus la. plus attraction. Prenez-en
soin dés maintehant et vous la rendrez
belle pour todjours. .

Lavez vos cheveux. réguliérement; mas-
sez chaque jour votre cuir chevelu et ap-
pliquez journellement le TRICOPHE-
ROUS DE BARRY, en le frottant sur le
tuir cheveld avec Textrémité des doigts
afin de permettre aux racines des cheveux

merveilleuse lotion capillaire. Puss, bros-
sez vos chevenx et vous serez enchan-
tées de lapparence et du charme de votre
chevelure,

Désormais, vous n’avez rien & envier aux
Stdfles de Vécran, pour qui la chevelure
est un facteur vital et important,

Suivez leur exemple et celui de tout

| ceux qui depuis des générations trouvent

que lé TRICOPFEROUS DE BARRY
est incomparable pour le soin des cheveux. .

Augthentez la beauté et le charme de
votre chevelure en employant Je:

TRICOPHEROUS DE BARRY

Oe

DON N. MTHR. Distributeur

Hennent d’arriver :

DE BLANCS,

le vin célébre de CHAMPA-
GNE bu en exclusivité par les
ACADEMICIENS. et .provenant
des grands‘ crus du CHAMPA:

' GNE TATTTINGER. a
le CHAMPAGNE TAITTINGER
qui ini a valu le tite do Chom-
pagne des Amoasscjeurs, a-
dopté par le Ministéve des Al
fires Etrangéres ot lous les
Ambassades de PARIS, Lon-
dres, Stockohim. atc, etc...

Le CHAMPAGNE TAITTINGER
i a conquis tout Portau-

Prince at lui @ vahile PREMIER

PRIX DU GRAND CONCOURS

DE CONCURRENCE COMMER.
CIALE ET INDUSTRIELLE DE
Portarn-Prines, Be :




lable, & A’ gueter tres fais.

6 réputation mondial,

fois ou: ‘hatte! ”

de ding

onneau an. Foie d'Oie at 1 rs

oH PA





-
»
_



BATTERIES "ATLAS"

tere uate... Poor ceux nul damandent hank
demarrtge rap) ‘es et duratilite absohte..,
felitrese a. Gx niix ced conte Vovares en
rite ade ae ACT ace de auallte a we
rotee. Rou Yourgs avec un acca “ATLAS

ESSO STANE? APU GIL COMPANY (CARIBBEAN) 8.4,




Mone mecoronrrni ones. SRELPOLLIPLOG IS F VOERIIEVDLGL PDP IIEOOELELD IDOI

Rajeunir

C’est'de wes Lonng Leureque se formant les rides at tou-

eR ATE Ne oe ete

te ‘otgue | les prononce. lus t6t vous les combetirez, plus

vite elles =

«LES VIVORMONES.

simpore dés les premiéres tides (une ampoule chaque

soir en onction pendant 8 jours).

Ente chaque cure. pour conserver le résultet acquis, em-

ployez réguliérement la créme de nuit «

actil réconstituant du derme.

,

i
+
2
3
3
3
isporaitront
Un truitement de «choc» qux rapidea et durobles elleta,

PACADEMIE SCIENTIFIQUE DE BEAUTE.
Symbole de Qualita —-

Michaelle Roy
AGENT EXCLUSIF POUR 4IAITI

PA Nae

APE RDT HY LDP AE SLD ORL EDI? HbA







i
de tirer le maximum de béuétive :



Salsepareille
| de Bristol

Reconnue comme un yrand purifica
teur du sang.
Préparation originale et véritable du
, Dr. Bristol et sert pour:
a “| AFFECTIONS ET MALADIES
a DU SANG
. a pour cellés provoquées par:
| USAGE EXAGERE DU MERCURE
DU-Â¥ER, DE LA QUININE ETC...
Aussi pour les:
AFFECTIONS RHUMATISMALES,
i MALADIES DE LA PEAU
| Affections Névralgiques, Débilité Ner-
veusé et Générale du Systime, Perte
ait Cappétit, Langueurs, Etourdissement et
i Affections du Foie qui méne aux:
| SIEVRES BILIEUSES ET AUTRES
L& JAUNISSE ETC...
4. Lea ~malades -peuvent Stre asauré
3 qui entre pas dango» mibioament I
moindre particule de substance mer
curielle ou aucune substance” véngnew


























at site, sans faire Ie ovine ma malt
‘PILULES VEGETALES DE
* «BRISTOL»

. Pour les meladies de FEstonise dy
du foie et des Intesting.’ ©

Si vous souffres de Dyspepsie, din
digestion. de Constipation, de Hiwsa-
tisme, de Goutte, de Colique Rillewse

de Maladies, ad Foe, exonyer. les fo |



| mal) avise les intéressés que
| les excraens officiels de la ses-



Les «VIVGRMONES sont un produit ae,










DON WN. MOHR. Disithatew:



(A Vandre

Tun camion léger, marque
| chovadler Année 1946, Ottre
miiimum: 2500.00
:iune jeep Universe), Année
/ 32 °3, Otfe minimum: $259.00
i ' une Camionnette, marque
| Ford. Année 1947, Olfre mini-
f mem: 3500.00

une camionnette «Station
yons, marge Ford, Année
7, Otie minimum: $1,000.00

Four la visite des machines,
ieur état et les conditions de
vere, veuillez entrer en com
ancaion avec M. Wilham J.
| Del a, Damien Aucune offre
he sera regue oprés le 28 mai.












| AVIS

La Direction Génorale de YE
duection Nationale Section de
lEnseigr.>ment Primaire et Nor



sion ordinahe sont fixés aux da
es suivanies :
Certificat d'Etudes Primaires:
12 Juin 1950 & 8 hree a.m.
i Brovet Simple et Supérieur:
| 19 Juin 1950, & 8 hres a. m.
Eccies Normales d'Institu-
leurs ut d'Institutrices : 26 Juin
1956, 4 8 hrea a, m.
Las candidets au certificat ef
aux Brevety simple et Supe-
| reur pour Port au Prince s¢ réu
niront aux locaux dos Ecoles
«REPUSLIQUE DU VENEZUE



LA» ef -TERTULIEN GUIL
BAUD».
Port aw Prince, le 17 Mai

1950.

PAROLES DE VERITE i

Ceci n'est pas de ia récla
: ne, mais une vérité. Do est du
| dvvoir de tous les haitiens, com
| mergan’s, industiels dablis
‘tant & Port au Prince que dans
jes outres villes de la Republi

qug de contribuer a Yembellis-

vement de la Capitalo et das
qutres villes, en ayant une EN-
SEIGNE LUMINEUSE AU NE
| CN, fabriquée par la Cie Hal

fenne MIRCLESCO.

CA NE VOUS COUTERA
AS CHER.

Adresses - vous sans retard
els - ee

de lo







Grond-Rue, & cété—
Boulenaerie St - More.

FORTIFIEZ VOTRE CERVEAD
La Science Modeme a dé
| couvert le plus puissant des to







Cholostérine exergant des OF
fets easentiole. de is thos





i méthode:









Une cortaine’

public en réveillant Je souve
bir de Frarkenztein, en évo.

Vhomme, remplacé par des
machines & penser, serait re.
légué & un réle da siaple spec
tateur, voire de parasite,

Hi eat du devoir des journa-
listes slentiiques de disaiper
cea crointes, en complétant
jes connaissances imparfuitos
et souvent dangereuses. Nous
vivons aujoul/hui & l'époque
des machines at toute’ nowe
existence subit, sous une for.
me Ou Zous uue auire, Vinfluon
co de lq science, de ces ma
chines qui nous sont devenner
indispensables et qui tent uc

tie de notre vie. guoiiticnns |]

Dans les régions les plus recu.
iges corame dens les pays lo
moins développés, on connc it
aujourd'hui le télégraphe, ie
tracteur et lavion.

Dars ce nouvel ordre d’hom
mes et de choses,
né & pengers oO. devenus ind
vitabla. Comme Vdautomob le
et la radio, ella fut invenids
pour zervir Vhomme et non
pour le remplucer. Cas cer-
veaux mécaniques permetient
ce résoudre des problémes a
une vitesse et avec une exac-
itude encore inégalées. Elles
sont capables de penser, de re

da emach

| tenir ce qu’on leur dit, de sul-

vre des instructions en cas de
besoin, de lire, de soustrai-
te, dadditionner, de. multi-
plier, de diviser, Je chercher
des chiffres sur des tables ma-
thémnatiques, de choisir entrr,
plusieurs chiffres, de réclise

, une suite d’opérations diffdrer

tes, do donner les résulict
por écrit, de vérifier un résu
tat, de savoir qu'un problam
eat termind ot d’en commence
un aulre, de prendre CERTA
NES initiatives ot k’opérer san

‘quill soit nécessalre de lea aw

veiller.
Elles sont d'une rapidité ex

waordiagire: elles peuvent Ic.
l re 5.000 additions 4 la seco:

de. Duns de ces machines, ¢
VUniversite Horverd, est cape
ble G lo fois de retenir 72 nor
bres de 23 chilfres chacun et
de faire avec cea nombres troi
opérations toutes les secondes.
«Ces cerveaux mécuniquee
peuvent trouver la solution &
ves problomes qui. depuis des
années, tiennent les hormm--
en sched, ils «pensent. ga
des méthodes qui, jusqu’
taient hors de la portéa ¢'
Yhomme. Gréce eux cerveaux
mécaniques, il n'y a plus a
limites & lo complexité d’wi
ces machines per
vent poursuivre une mdthod
compliquée aussi facilemer
qu'une siriplae:

Ly o@ néanmoins des limits
& la capacité de ces carve
mécanigues. Un animal ine!
ligent comme par exemple ur
renard, est capable de penser
por intuition, de eviner, dk
trer des conclusions, de pren
dre toutesdea initiatives; ~ de
percevolr ingtactganied une

?





an















: ea ahvarramer

Ho Fetntents pages ath

i dicta & Beha peut feire dos bixcuits; vous

Ps FORK.
tur at décodilicatedy encore

nen oat 1

Douleurs De Dos

formes Tes mots dabrication de

volgarisation
Scientifique ted & etfrayer te bscilisy sit Je cadran de la

+ catalogue: toute le
documentation sur les biscuits, -
enregisirés aur film, ge dérow
lera dans Yappareil et bientd .
sera projetée sur un écran, u
hO portio du catzlogue nant le nom de trols ou qitatre
livres de recettes de biscuits. Si
vous Sten satiniaits, vous ap-
puyerez ‘sur un bouton et un
positif de cetie section du Slm
sortka de la machine... (coni-
me dans les appareils Photo-
maton)». a

On préveit également da
Dactylo Automatiques: d’ap-
pareil serait cupable de recon
aditra des signes écriis et de
jes reproduire en actionnant u
ae machine & éerire dlectri-
ques, «la sténo cutomatique::
«vous dicterez vog lettres cuns
un apporeil qui enregistrera
un disque de votre voix, Yous
placerez ensuite le dieque dans
un autre apparell qui tapera
vos lettres, disposées selon
lea régles de la correspondan-
cas, «Le Traducteur Autouia:
Jae»: «Supposons que vous
vouliez dire: «Combiene en
3uédois. Vous formerez «com
dien» sur le cadran de ‘apna.
cell et appuyereg aur le bouton
«audsois», La machine inseri-
rat immédictement «Hur myo-
set» sur une feuille de papier
3t une volx prononcera les
mots en suédois:.

Un autre oppareil de tadue-
don encore plus perteciionndé
serait capable d‘écourer des
phrases parlées dans wie lan-

.Jue éucngére et de les tradui-

18 soit par écrit, soit a heute
Muni d'un dispositif fil

dus puissant que celui de la
sachine & déchiffrer et pourvu
2 cellules photo - électrique,
at appareil serait capable de
zo des langues mortes telles
ue le Minoen ou |'Etrrusque
ya, jusquici, ont resislé a
ous lee elforis de dachiffrage.
Ces quelques exemples
‘yous donnent un operce de la
puissance formidable que pou
vont avoir un jour les machi
nes @ penser, Cette puissance,
c'est G nous qu'll appartiendra
de Yemployer & des fine utiles.
(UNESCO).
_Les citations soni ‘tirées de

' nes & Pensers .’/Edmund C. Ber

ley, Editeurs John Wiley
“snd Song, New - York et Chap
man and Hall, Londres.

AVIS

Le Service des Télégraphes.
Téléphonea et Radidcommuni-
cations avise que les télégram-
meg de souhaite expédide = 4
Veccasion de lu féte des méras
vxont adiiis~ou-tarif euivant
pendant les journées dea 27, 28
et29 mai

Télégramme de atx mots ou
moins: G. 0,45 cts.

Tone por mot aiditionnel: C.
3,10 ete.

Ces télagrammes pour béud
ficler de oe privilage ne do
vront comporler dens leur tex-
te que des souhaits & lc adres-
ae deg méres.

Port - au - Prince, le 22 Mai
1980.

nestle,



an,

moraeereemrte



Eliminges En 3. Heures

chug nantes das douleurs serciblas
sith ad eres aes Sek onlgars a |
‘avee nel
nent. ioe | weowanaive qs
gual at medicament, i Gest

5 Que ban
dais, Crelquea-voe “age A cbbaines

yee Suerte Us ug “eres apott |

pons, BE aver Trdauusanent San
ee douleare. 66 Jambeg, courharar
PAPAS: myxoe do theta, Vertis Bore
geadeesoun de youd, Humationy,

anppeny: ae nergie,

oohaee, ett er}

yatex 20 troubles 4
pee srg eS hb pane, ‘et fait ot att Ee SAT: oS
s














A

Le Lycée Pétion
1816 — 1950.

el,

- Etrangéres

HONGKONG — Des sources
qutorisdes nelicnalisies ont rap
6 ue les commitinistes chi
nois ont fait de grandes “con-
centrations d'équipement mill-
‘teive ruase et parliculierement
@avions & propulsion russe,
Yok, dons It région “de Con



Me. Amilear Lamy, actuelle
ment Directeur de l’Imprimerie
da YEtat et Administrateur du
Journal Official'de la Républi
que «Le Moniteurs vient de }i-
vrer au public une étude fort
documeniée qu'il a consacrée
cu Lycée Alexandre Pétion.

Lomy est autorisé a faire ce
vavail. Outre sa passion de
chercheur et sa méthode, A.
rilicer Lamy a longtemps mi-
ité dane Venseignemant Se.
condaire. Ancien professeur
de Retho et de Philosophie au
Lycée Pétion, ancien répéti
ur du méme établissement,il
ce priviloge de coudoyer
re ces «Vieux Murs
d'éducateurs qui par leur
et leur patrictisme
ement contribu

jon.

" HONGKONG, —- Une source
autorisée a rapporté que les
communistes chinois ont exper!
menté, dimanche dernier, pen
dant «ix heures, des canons

ere eriennamerenrtertretitetenpirtttentntntnipeineipeiteiareientrtetrtte agente tetonemennt








répandue bien vite a
jes habitants de lo ville.
croyaient a4 une atlaque ce
Honalistes.
WASHINGTON,
sette remplie d’or et de pierre
précieuses, conlite a la garde



ine
une







du Général Douglas Mcarthu: faire du Lytle Pe
a@ Tokio, a souleve ia cur won, je centre par excel-
du Congrés. Le comite pour ence de formntion de lelite














le commerce étranger G e et dirigeante de
Chambre des Alfaies e:
états a dési
membres pour
tails et surtout
ment disp
la valeur hn
Le sous ©
Ja dep
cretaire
Patleras

GLASCOW,
est entre ©
Verse u



.:
ah

f
de



a lex -
Extirné.



re









Les cheques seront
distribues Vendredi



gue i
BONE ¢

part de
lus
etug

NEW ¥



Aw Theatre
de Verdure ~
«Massilicn Cuteoun

ih Fae







Avis
LVAdministra
le a dt

Hon Commune








Can



AX
statue

Are
qui ont déia
THOM pour

Déces du Jour





Simeon Joseph 3s den vetia
mond Joseph, Elvire Dec a [Eoonomat
5 4 Sto. Li de



ans, Henry Ron
Bernadetio Brun. 10 mois.
silia Joachim, 68 ans. A
Assalie, 83 ans.



i Le Présidiat:
' Emest DOUYON.,

a

EDIE DEPED OP ALE DOLE OODLE | DDI

oO
-MATCH-DE-LUTTE LIBRE





La saul entrepris Ici par Lord Leslie Colton, d’Oxford, Aw
gieterre, en son mutch de lute Wbre avec largentin Anto-
mila Rocca, au Madison Square: Garden de New - York, n'a
pas pu empécher qu'll fit vaincu par le sud - américain qui

meet ‘hul l'une dos idolos les plus cimées de la lutte

Bore, (NP 8

y





ROM |






eane !








| NOTES DECOUTE

eto),




dante ot qui sont, eux wugsi.en

ié3. en campagne...

Las partia de gauche et d’ex
tréme gauche, sous la bague!-
te de M. Paul Henry Spaak,
ne perdent cependant ni le
Nord, ni tou! eapoir, et c'est da
toute leur Gme qu’ils luttent
‘ pour que Léopold HI ne re-
| monént pas sur le tréne...

La mére de Mermaz en avion.

La mére de lillustre . avie-

| teur, mort dans l'accomplisse-
| ment du plus beau comme du
plus élevé deg devoira, est par
(¢L en avion, pour les Améri-
| ques. Le pilote qui la conduit
doit suivre, pour ce voyage
| transatiantique, ta route mé
|me qui porte le nom de Mer-
moz,

Bel hommage rendu a ‘un

rand aviateur par des com-

criotes fideles et vigilants...
von Delbos @ Fiorence.—

_ C'est M. Yvon Delbos, Minis
re de Education Nationale
préside Jo Délégation

caise & VAssemblee Ge.

MESCO qui so













des
heureux @ morqué
jon deg Travaux.

COMPmENn







augura-
avaient












i dans un
le Prési
Génere
sOumetire

Une COMMITS.


















de R, P. Corno.
A la grande surprise

deles de la Capite
ele Gunoncee la x
noine Como, &
ral de l’Archave:
: UB eccupall un poste qui
: clame un labeur
rieux @! rempiiss
avec devoueme






et conscien

ce, se plait- on & dire.
Comme doit Pétre un bon
Pasteur Chrétien, Ul a pass

/ on semant le bien.
Nos bien sympathiques con-
doleances, .





La Statue

est retrouvée
CITE DE PANAM
Les miley

names











in



ne. Que 8
neue - Dame des Anges, qui
/avalt dia voles i] y une se
maine @ ia Bi que de Car-
thage, vient dé recupérée
intacte.

On sait 'émotion que le vol
| de cette statute, accompagns
du meurtre d'un sacristain, a.
vait causé dans toute Ameri.
/ que Latine, et spécialement 4
Costa - Rica. of la statue, cu
socle d'or et qu manteau in-
cruaté de pierres précieuses, 6.
alt lobjet d'une vénération
| particuliére. La Radio Costa -
| Ricaine ne donne aucun déiail
_ guar les circonstances dans les.
iquelles la atatue fut retrou-
i vée.




©



4

Inauguration
dun Club

LAssociation deg Etudiants
| de Institut Haitiano - Améri-
| cain nous ont convié & une {é-
fe quelle organise 4 Vaudite-
rium de l'Institut, le mercredi
(31 Mai courant, & 5 heures p.

m. a Yoccasion de son inauqu
ration @} de T'installation de
ses Membres d’Honneur.

Le Président de lAssocie:-

tion et le Secrétcire - Général
sont regpectivement: Me. J. Lé



Alia Joseph et Roger Coriclan. j ve d’ormes ant tanks,







an tentang




| ty aurgence pour
des T. P, de faire
ces travaux —



1s grandes eruos du Bo'g
_| de Chéne, qui ont causé tant
de dégits, la semaine dormid-
te, ont emporté les bordures la
iérales de cette partie du cand
du Bois de Chéne, située der
tiére le St. - Alexandre, occa
sionnant ainsi Véboulement
des terres qui soutendient ces
“-boi}'ures. Ainsi, les proprie-
taizes des maisonneties de cet
te section courenit chaqre jour
le risque de voir l'éboulement

sons.
C'est cinsi qu’hier, lo
s’etfondra de ia base d'une cui
sine et occasionna la chute de
celle - ci.
Nous pensons quill y au
gence & faire ces travaux cu

«Bois da Chéne>.



PAROLE DOE LE PALO AO DE DDO! *

SLOUPeUx
4arniversaire

Poyjoud hel, 22 Mii,
niversaire de-

Jean Marceau DESINOR

Ses nombreux camarades
Yoni chaleureusement fété hier
soir.

Bonne Feta. Jean.

Ee xX

Aujourd'hui 24 Mai raméne
Vanniversaie de naissance de
ja gentilie Melte Marcelle Kel-






En cette 280 Cirecastan
ce, nous eSBOnS nos
meilleurs Bonne Fé-

rte






te et de





La wécolie de Cafe
diminue de 50%
en Colembie
COLON 5
grecame
ogota,
ont détr
pres de
conomisg








































Drew Pearson

et Trygve Lie
_ YORK .. AFP

aw Pearson croit sa
wa cours de conver:
- une heure

> sue a Moscou M. Tryg-
secrétaire genéral des
Unies. a fait un pla
vapres du marechal Sto’
faveur d'un program:
paix de 20 ans dans
e des Nations Unies.
urs de sa causerie heb
re reciodifiusée M.
a ajoulé que M. Lie
prapoaé que le Ministre
que des Atfaires Evan-
M. Andrei Vichynsk
&.une session spécio~
1 Conseil de sécurité qui
drait 4 Genéve ou a Pa-
Lie aurait souligne In
de tenter 4 nouveau
ver & un accord interna-
i sur l'énergie atomique
le desermement général,
Daprées M. Pearson «Staline
in’a vas dit grand chose.- Tou-
tefois, il gurait répété que le
capitalismie ef le communisme
peuvent vivra oéte - a - céte,

ie











me que les Etats - Unis ddsi-
rent la guerre. En conclusion

a promis de prendre en
considération le plaidoyer de
M. Lie.

Fusés Anti - Aérienne

NEW YORE. 22 (AFP) ~~
L’Armse Américaine est en
tain de matte au point une
nouvelle fusée anti - adrienne,
appelée «Loki», qui sera cap.
ble d'atteindre 15.000 mares
olttude «et de détruire tout u
vion venant attequers, a dé
claré, G Ia radia, le Général
Lawion Celling, Chef d‘EtatMa
jor de VArmée Américaine.

Le Général a également 1é-
v&lé que les statégistes amé
ricains étaient heautement pré-
occupés du falt que les Policiers« possdlaient un nom-
bre sept ible plus grand de
jonks que T'Armée éricci-
ne. Celle -ci se propose, a
poursulv] le Général Collins,
de remédiar & cet Hot de cho
ses par une fabrication massi-







|
|
|
|
|
j

RF Ak ROOVRLLETS remntnenn

atieindre la base de leurs mul!

Le |





et demie |

ais i! qurait également atffir- |

M. Pearson déclare que Stall. |

| CEDOR....
‘ iSutte)

se ccm

enfant que I'cvtiste a voulu
surprendre, avide de se scaisir,
curieux et ravi de lui - méme,
s‘offrant & tout ce quill y a de
bon et de beau dang une cer-
toine humanité. .

On abandomne les aquarel-
les pour les toiles, Ce sont 1a
les cruvres sérieuses, of on
suit Vartiste dana le ‘chemin
quill a parcouru. Une toile
datée de 1948 frappe. Un mé-
| lange de mysticisme, de bon-
| ne foi naive, de candeur, surna
i turelle lai donne uns daveur
| prodigieusement terroir hai-
idien. Hyppolite (in primitif
haitien), & demi sorti de son
tombeau, tend son pinceau et
prend en échange la paix, le
) lepos du peintre qui ne sera
; plus attiré par les couleurs,
lfatigué par les formes, lanci-
né par l'oeuvre & créer.

et puis, ce sont les cou

vres de 1950. En Yespace de
ceux ans, l'artiste a parcouru
2g élapes qui séparent un ta
bleau comme «Hyppolite fait
1ses adieux a la peintures, de
«Délivrance», «Deux guédés
etc... Quelle évolution magni
‘que! Quelle richesse de
| paletie!
Diune cérémonie vodoues-
ve, les ineurs des calebasses
ugeocient, verdoient sur les ro
bes blanches la pequ du pos
sédé. Les raflets donnent sa
majesié, son mystére a la scé
Deux guédés pleins
@, alfablés de tous leurs in-
'signes, vont tout G l'heure dan

















«rara», dans une sarecban-
_ de internale.

faut le dire, Céder n'est
‘plus un primitif I s’exprime
dans un realisme cuthentique
ii @ trouve la voile par laquel-
le on va qu peuple, en chan.
tant sa vie de tous ies jours.




Ho reste proche des siens,
voila pourquoi, trouve Vex-
pression gul laut. Les sujets
_sont tires du reel, ils vivent

par eux - mémes et par les
couleurs. Cador a conserve |
ju vprimitde Pusage de la cou



bur pure Gui seduit los par
richesse ef sa crudité. Les
eus sont bruts, les rouges

vans leurs reflets de peau dé
bane,

Je voudrais, en conclusion
encowrager tous ceux qui ai
: art veritable a visiter
exposition de Cédor. Elle
certainement aux étran
gars. et elle doit plalra a Uheai
ten gui serq emu de revoir
| 888 paysans, see gens du peu
(ple, depuis la danse jusqu’é
_Yentaniement douloureux,
Genevieve BOYER














- Commentaire du
«New-York Times»

NEW - YORK -. AFP —~

Se fondant sur des rensei-
gnements obtenus «de source
Plpomatique shres, le corres-
pondant du New +» York Times
eux Nationg Unies, & M. Re-
enthal se croit en mesure
d'altirmer dans Ce journal que
los trois minigtres Occidentaus
des Affaires Etrangéres ont dé
_cidé 4 Londres «de ne pren.
che cucuae mesure pour le mo
ment qui faciliterait Dadmis-
ion» du régime communiste
chincse aux Nations Unies.













| Les ministres, poursuit le
' ,

i «New - York Times», se se.
jiaier' mis d’accord «pour ne

iyas modifier ig situation pete
‘eente chnque pays malrte-
Rant sa position actyelle con-
,cernant la receanaigaance de
| Pekin».
| Selon des sources des Na
j fons Unies, gloute encore le
| Corecpondant, falsant état de
; certaines rumeurs selon lea
| quelles-te-Prance aurait modb
| ise se position en faveur de
padmasion du représeniant de
i ekin, il ny @ aucun change-
;ment & Vhorizon» et mame si
YEgyste reconnaissait Pekin,
| di monqgueralt toujours un vo.
i te (au Conseil de Sécurité)
peur que ce régime gbtienns
la majorlté nécessaire de sept
volx sur onze, ’

Toujours d‘aprds le «Now
York Times, la question de la
Chine aurait aueat felt Fabje;
de discussions & la conférence
deg douze du pacte de FAtlen

lique, o& les Seandinaves au”

taient exprimé une vive inquié
tude & Vidée que Je solujion
de la question chinolge ne adit
Paw encore intervenue cu mo-
ment de l'Assembige Générale
fe Septembre. Toute ces .dis
cussions sur lo Ching; Gjoute
encore le correspondent, na
ralent eu Heu avant
crétaire Général





que le Se
des Nations

de |

_ser devant nos yeux, conduire |





mboyanis, les verts violants |

















Nous publions -aveg plalair,
pour Vinformatign de now lec. |
teurs, lo bau. discours. pronon | das }
cé por le nouveau Prétet Justin: /vront
Sam, hier matin, au cours de | dang 1
la cérémonie do prestation de-| fons. Be
serment cu Tribunal Civil de miler an
Port - au - Prince. “ wid 6 vie
Lés fortes et belles paroles.) tt qui. dep:
prononcées par le Préfet Samy) me lg”
pour déterminer Jes grondes | ner: sans hew)
lignes de son action au déli- | son destin,
cat poste qui vient de hui éire | x6 mine
confié, sont 1a pour gurantir | jours inoubligs

qu'il épaulera la politique: de |} au Paya ung


















tég de la
Ja semaine















































la Junte de Gouvernement en | et de contiancs dans le
yue de faire épanouir un cli- : bi bles des ce
mat dordre ef de paix pour- joines de. |
gue se «fortifient les conquétes je.droit au
démocratiques de 1946». Cétait Ia

yor, wil en
‘goin. que i

ifagistrat, veuigne

Monsieur le Commissaire, yement veu
Monsieur Je Bétonnier, ‘Hon dans le
Mesdames, Mesdemoiselles, | du peuple.
Messieurs, Yoreille

don bas, q
dre se sollic
: rent
ere
“quoi tout |

Vous comprendrez sans pei |
ne pourguol ma premiére pen-
| sée, en cette minute solennel-
(te ou ma veix s’éléve dans ce
| prétoire, va d'abord aux hon>
i



'yables membres de la Junte Ce fut do
de Gouvernement de la Répu- | par la main, ile 1 faire lo répc
iblique. A ce tournant diffici | franchir le’ seuil “rete ov da. seule |
le de Histoire Nationale, ob, | espércnees perdus, ile V5 Blement, par
& ceriains postes de comman-'| dé & / fronchix leg | of - recle, fangi
_de, i faut des hommes ‘qui | dressés sur son chemiy ciens mcr

| puissent prendre intégrale- | redonneant toutes ~ lew # von! répétan
_ment leurs responsabilités et | fondamentales.de iq. . ome Ie Colon
| se dévouer sans réserve a Ia | tie. * 9p gadgessa
| hose de Etat, ces grands ser ~~ = Th est in paises, que

tux mains d
« pe feront aur
_ malheurs ach
«Nous nous

fotil, aur tou

que s'‘installe In. paix
rues et dang les espritg,
que le’ P une fois ky
rité retrouvés, pulses pg
mencer-& vivre. ot ¢°s¢.

iviteurs de la Nation ont bien
lvoulu faire appel & moi pour
étre Préfet de Arrondissement
de Port - au - Prince,

| Je ne veux point, pour le mo









iment. chercher co qui de leur lopper normalement, - Le dy pays. Ne
| part me vaut cette marque de , dération,’esprit: de disap m patie ent pou
;haute confiance. Mais, ce ‘d’ordre . qui, an 1948 ¢ ne ion nous
|dont je demeure convaincu, | coractériaé le compar in a secour

mandons de

de la Junte, et fui avoient
mis de mériter Yastimg

considération des |g
litiques les. plus
opposés idéologiquement
ciclement, sauront, “une.

valle fois, marquer I’

ces! quils n‘curont pas @ re
gretier leur choix, et que je
cleur en garderai une invaria-
i ble reconnaissance.

: -- Magistrat, les paroles
vraiment trop élogieuses avec

aut militcires
@evoir envers

Paroles ras
farent longue:
por ces mains
ces éfes com












































i lesquelles vous m’avez accueil tons de i

Ho o& Youverture de cette | namique de la: Jantéda mae le la sc
/qudience d‘investiture me tou } Une chose poralf déid ae eae

_ chent profondément et me vont | table: Le Pays semble op Jen 8. ene

'droit qu coeur. Je prendrai | pelé & devair aux mille Mois i]
souvent plaisir &@ me les rap | J> respect des princip ee e a
peler, Et c'est sincérement | cratiques qui devront us jou libres €

| que je vous remercie. Je me | Ofienter notre commanculé su que ces st

permets de vous donner la ga- | Ges voleg nouvelles Gil tepondent

médiais, pressa
@ détresse. nc
seiale et écon
Molonde, de si
#8 détres qux
dives réalités ¢

des destin nouveouy. Loe
vre de la Junte sary une ae
vre de stabilisation des oan
guétes démocratiques dé.166,
Messieure, Vheure eal
grande: réconciliation .: netiosa

irantie que votre attente, corm.
-me celle de la Junte ef com-
| me celle du Peuple de Port-cu
Prince ne sera pas dégue.
| Dans l'exercice de mes nouvel



: les et délicates fonctions, je in, de |
i m'evertuerai & me montrer tou le sans laquelle aucun’ ahipe: in e lai a
| jours digne de la confiance tif sérieux ne pourra dire wig: - “ah cen
i des uns et des autres, et digne | ment envisagé. Nous tion n eon
de moi - méme. rons — dans les limites de g ala joie el
Monsieur le Cormmis- attributions — secander iy tite ae
| saire du Gouvernement, est - i] | démarches de Ja Junie, en ue nique itique s
Inécessaire que je vous dise | de Yaider & instourer at & the, ‘lan Proto
combien j‘apprécie que vous | Maintenir dans le Pays wn cH - dune rox et
| ayez, avec tant de sympathie | mat de sécurité sociale : jusque dere qu
jet d’éioquence, rappelé au nou { ble, un climat de quistade e cours ef a fes
}veau Préfet les lignes fon. | de paix, un climat d’entents ad et le trey eae
'damentales de sa mission et | de communion des -énengigg. thee ben ce
ce qiattendent de lui et le | et des volontés-cfin que 9 16g selon. rectils bi
‘Pays et les représentonts du , lise dans une évolution ¢ borbs a lavens



















; Gouvernement de la Républi- tinue Je destin de grandeur ax Ce climes
'que? Plus que jamais se pré | quel peut prétendre lq com hk Runte de gor
cise aujourd‘hui pour moi cet. | Munaule haitienne. ‘iB . Gou
te mission du Préfet qui doit > pouvoir "i sr |
représenter le trait d’union en ce but a
tre VExécutif et les jadmi- pale off and
inistrés:; et se précisa égale- De Peau, la pect le
, Ment pour moi le réle immen- | 4 . ltmnment &
se que les Communes sont
[s2 & jouer dans le proces sm vous plait! MF est souvera
sus de développement des for ‘ eeeeee.
ces vives du Pays. interven Tes habitants go kt ie



j

|
i
|















tion intelligente et dynamique
du représentant civil du Gou-
vernement, et son souci dae
ses yéritables responsabilités,
peuvent faire du Préfet un auxi

la Révolution, bide compre
‘te les rues Saint - Honoré
loseph Janvier, s¢ + pe
du manque total deat:

Tis demandent “au
compétent de venir &

NEW - Yor
LE PLUS L@









Haire extrémement utile & cours ef }e- leur
lq bonne marche des alfaires | moms, de quoi acilefatt
publiques. - “olf. oe



~~ Monsieur le Ba&tonier, :
je suis heureux que ce soit
vous, mon yiell ami, qui m'ap
portles en celte circonstance
exceptionnelle.le salut et les
vooux de mes confréres. Si
les remous de la vie m'ont
contraint & m’éloigner du bar-
reau jo resie cependant fiddle
au serment que, iadis, te pré-
tal ici & cotte mame place, ser
ment qui, bien souvent, m‘a
servi de boussole. Le Préfet
de Port-au-Prince salt que l'ap
pul moral’ du barreau pen’
contribuer & TYavaisement et
& le quidtude des eenrits. TI
salt quasi que cet aprul ne fe-
1a pas défeut au -Geuverne-
ment qui désire que régne un
climat de peix et d'entente en
tre tous. " .
“= Mesdames, .Mesderci-
selies, Messieurs, ce matin
voug étes venus én -nombre
imposant & ma.-prestation.~ de:
serment. C'eatla preuve élo-
quente de la sympathise . que
vous me témoigneg et de la con
qne vour places an mol. |

WALCOTT,
EN ALLEMAGNE































Il¡lljj
ctliH a.
cÉbarci ja Kjtg
Coosri» Ig ,J
• o» lullltt ~
>diíg nmaím '
‘leure a e«iu
uí reate??*, fe
«g» ana afcfafr
d» radar dtaa
*d •llaanflag.
BOU» - BMrtng
> pardo dtt ata.
® anórtealn Ir
• ‘«O ion»
dȒ anigg
'¡ano do ■*»!>
íoux»
to coucl du G¡®>
ucUoa toulM ht
re. <¡'4t¡i»i Ib
ortafaMM ¡ajoré
rmoinro aeodk*
r crédito mjfej,:;
ita'.snt pac m»
dries, j
» lumléro, feto-
rvaleitrs «nejé-
onvien! d'édaboi
des club d'ütal-
dire que risa so
réior
an,
i obrervo- '
rcppeüor te,:
i Présiionl Tro-
t qa'U «Mino-
cttea dos crédito
rote aoioaid'iH.i.
tic sonl prltt i
reduction. 4 Ja
m&jio. Li í»J-
i Truman do on
lix nn «‘sol pao
i ¡’Instituí
.Amérisais
it S üétm,
â–  Amotads
le Cinema
l habittA ;
JiaiemeM i» :
neo out rmo
intérefflmnto.
[ui mvi*
resses...
►aiserso».
Ün stock d'armes type rúas# Sighuié á Canton
¡itCampagne
k ^Eradication du Plan
»t de la Syphilis
Haití -■••■■■■
haitienne ~ . â– 
' j^rt-au-frinc®
paresou DB$iNOH,
, 23 Moto 1950
1.
jfojfiúetíi
fágectew ai i. du journal
¿r
$i Vdte. \
"jigusíeur le Direefeur,
- $QU8 se saurions tiop yjíis
ie brillan! éúi-
pOh¡
ÍSfktl que
,. vcus a vez cocsacre
«i votre numéio d'hím a le
canse du médecin haíiíen.
Apios les longues cmnées
¿incomprehension que nous a-
fem connues el au l&ndemaín
¿6 f 0ssfé la corporation lore tíu
jfá&at Congrés National de
Ukáecine, cost pour nous u-
g¿ grande ¡ole de frouver á
cafes ie Deven de la Pies
& Quotíbienne.
Cetle marque de con flanee
$ ¿estime saura certainement
ggow-ager les efforts des or-
%EBÉotíons rr-.éa-tcal&s qui luí-
feci pour ie respect du proles
ámnel haitien.
‘ de votre article
copendant, e'est
-ni ¡a demande
Scixiíaire Amé-
msirer )e proje!,
â– /ons quel const-
■'é cene deman-
. ne voyons pas
un prole! ins-
:);¡c'cure Kitchen
realise grace
â–  M. E. Chauvet
'’--rcr.* de la Hé-
pmque d daPi a YO, N. V.
ptísse sons ; ■;.sou hue remis
á lufres.
Oaailéguer': peu¡ - étre que
k¡ Mission ^or.AQ¡:e América!-
$& que/ques cliniques an-
a ¡ravers "ie payq,
t ©sf impossible eféva-
ta?d!e Edeiété
f Quelques
Ksit íéuntf' (
m Sacíete '
i,;,3 pays üe
. TXUTO
V:.on speuc’e
qssSb ssra :v:
feecíeur.
fes donne
KSQrturj la d
vas e* í©s r.c
eu ce-U© ir.
m,
nep gens se
vue de iormer
Arms de car*
mT.engue Gen*
. â– u coars de la
i: é 1© Comité-
â– c en lempa
e de cette réu
=¡ de ceux qvJ,
'ressante initio-
íuer la portée scienüíique ou
épj.démioloqk¡m d'tme petreti-
Je campagne, , les statistíques
de la Mission so bornead á .é*
zmmérer le nombre de piqures
de Néo - Salvar san faites.
II s'agrt ici, d’une expeliere
ce nouveüe (¿eradication tote
te du pkm par te pémcUline.
Pour avoir íravaiiló arree tes
spéciatistes de te Bristol M&
yers, te Docteur Edouard Pé
írus esí ceríainement Vindivi-
du le plus avertí actuellemení
en Haiti des modalités que
peut r&vétir cette campagne
contre te pian. Nous estimons
qu'U serait extrémement injus¬
to de coniier á d’autreq mains
ce que peuvent fórre et mieux
de s mains haífiermes.L'Ássocia
tíos Medícate Haitierme tient á
faixe coxmahre oiíictellem&nt,
sa decision de s'opposer á
¡oufe fenfative qui viendraU en
lever á un rn&mbre qualiííé'
le benéfica d' un travail ob-
tenu par des ¡Qurn&es de peí¬
ne et des nwts de veille.
11 es! ínconcevable á nofre
sens, que se perpetúe ce mé-
pris du professionnel haiüen
qui, Irop iongtemps, a été ta
norme dans node milieu.
Au caté du Dr. Pétrus et de
ses collaborateurs qui r©pre¬
sen f en f pour nous le profession
nel haiüen menace dans
ses droits nous montons te gar
de,
Et vous demandons, M. fe
Directeur, de la monter avec
nous.
En vous remerciani encore
une fois pout taide que vous
nous avez spontanémenl don-
née ef pour cell© que nou-j
sommes sürs de pouvoir tou¬
jour s ten contr er chez vous,
nous vous prions de croim a
nos sentiments djsfisgués.
IE CQMlTg
NoBveaax frélels
Les membres de la Junte de
Gouvernement onf signé les
Commissions suivantes:
Victor Guillaume, au fxtre
de PréíeU de 1‘Arrondiemment
de Si. Marc.
Monsieur Léon Dorsalnvil-
le, au litre de Préíet de 1'Arron
dissement de Dessalines. •
Ernest Malory, Préíet de
i'Arrondissement de Hinche.
; SIPP.
Use*
«La NonveEliste»
Iff PUMCESSe MPOMAiSE SE M.MR!E
*YBC VN HOMME DÜ PEOPLE - »
Alii
■ , »f
LSS MEMBRES
BE tA JtMTB
wmmmmmm
PALAIS MAT1ÍÍMA1,
inufi mfl®, Is &ri-
gadim Généml Tiaxiek ha,
wjwJ, to -taréis® Is
veil si Feral E. Mcsglaire, res-
FSCttYsingnt AésWant M M@m
fotss 4» Ja JbbIs d& Gaavsios.
snsEt, osl tmmtmé Ima Bsr - géoéral d* tisvaii aa Pa-
Jop Na&maL
C’est la qu© pgsGchss avec pa-
«riotisms et tlisiB&eaneBWM
sur te probltoee du pay», 11*
tor redjetcheal des sahsttoos
adétpjato. : tout sa weoriam
démoaraSqufflssat des css-
dieiicss ous fils du pays,
ft
Aim» t Mm Wmmrnm lillet.
mm.
No.SU».
: a - 13
us mmmmm
4i ssivia
Ipéeiaiix
dáosles lycées
MÍtlÉÉMER
ÍXS RESVLTATS SOK7
CATASTRQPHIQUES.
Dana les Lycées de la capi¬
tal© ei des villes ó® province,
vienuent d’etre proexamés les
resullats des-exaraens spédaus
á J'íntentíon des candidgts d
)a prochoin® session ordinaú©
du ixtccctiauréat. Le# r ©sullas
so»t catastxophiques; 1® pour-
c-entage deleves nayant pos
ré^i## la moy&qne BterxL pa-
taií - il* asees élevée.
Áu Lycée de# Jeuae# Filies,
par exempie, six eleves sur
vingt quatre, out totalise la
moyenne poux la clases de
réthorique.
De leis resultáis ne sont pas
pour étonner ceux qui pe ri¬
sen t que le niveau des études
a sérieusemeni baias# dans
nos ocoles primarres et
daim.
Le Neaveaa f rélet
peffit
Hler matin, vers 11 hr es, ci¬
prés sa prestation d© serment,
comms Préíet de Port-au-Prin¬
ce, Me. Justin D. Sam aveñt oí-
¿ert upe .m¡qpOíitpe léoBpttea.
tro « Coq.d‘01».
Ce ful une íéle charmanta
qui xéunjt une beüe merntimo®
dans laquelle on remetrquait
ie Sous - Secretaire d’Etat cm
Tourisms, Jean Brier© ie Cap!
mine Holland Uttaillade, les In
géniours Pereira, Dr. Georg©;
Météllus, Joseph Chrispin, M.
Sam, Michel Roumain, Doc¬
teur Etienne Charlie?, des
Membres de la Press©, ie per¬
sonnel d© la Prefecture,
Le champagne couia c flot£
au cours de celts reception qu.
í tut un grand succes.
Dans i'apres - midi, M. st
Madame Sam recurení en leur
residence a Péíionvilie, ou tout
iut mis en esuvre pour satis-
taire les invites.
Deux reception# doni on gar
derq Iongtemps le souvenir.
I^aatres Vlctlnes
aaSIPP -
Le Déparlement de l'Inté-
rieur par le truchernent du
SIPP a regu, aujourd'huh les
c^clarattons d'autres person-
nes qui se pretenden! victimee
des dégats causé® par It#
piules íorrentielles dé la m-
main© éooulée. Leurs dolécm
ces, parait - Ib seront consiáé-
témlxpiéa enquMe,
Une ieífcre - circulare éma-
nani du Secrétañal du Conssil
des Secretaire® d*Etai et ren-
tercée pm us Memorandum du
Sscrétaire d'Etai de l'fetérieur
a été adressét á tou# les dépar
tements minisíériels oi'en trepó
ses gutosomes selsvanl de ID
íat Haiti#».
Cette lettre - circukáre ínter
dit la circulation dm volitares
portcmt Hmmatrículatúm: «Ser
vies de iDtat» en dohars des
honres r^uliéxos de fxmetion-
mm&nt de ¡‘adminmtmtkm pu
blique.
0@ttO décision prise én Cor
#ei! dm Secretaire# d^tat es.
indicative dee dispositions que.
compte adpoter la ¡uMe de
Gouvoraement doni le muci
de bien, gérex Im finance# pu
blique# m peut étre Tobjet
d’aucun doy te.
Les cheís d 'adrniniiíTation
son! places pour íaire respec¬
ter cene mesure et, la Police
c daouls hisr, mis an applica¬
tion lm infraction# qu'elie a
rofuo# á co #uj*t.
M. Jamas ievttaf
Bis«ct > fraflt
Maa^er de la #. A. A.
En raison de Faugmon'otion
du volume du fraile dérmn c
destination et en provenance
d’Haiti, la Pan American Air¬
ways vienf d'étabur 1© poste
do District - Traite! Monag u
©n Haití ©t a promu notrf c~i
Mrjqe? Forman, actu#! Nation
Manager > Directeur de ce nou¬
veau service.
Jarman, qui merit© cette pro
motion, a eté «Station Mana
ger» d© la P. A A- c Port au
Prince < ©puis Novernhre ¡94$.
II assursra \m dm* tenedon?
jusqu’d cs quo son successes,
Tmmwmem m mms a cwc®.
m memts et m susses â– 
Un ftemhí&teml de ierre a secoué 1® Curco, la vioill© capi¬
tal© du Sol dez tecas Péruvien -, causo nt d© grands domma-
qm dam etH# díé constraLe. U f a 3 siécles On a tiré ck-
mfe.es tea cedcmrea d© §0 pstsoaaea ©t U y a plus d© 100
ON?)
COMMUNIQUE
La situation du Trósor au 30 Avril 1330 ©sr la
Gourde#
Balance deflatedre comptable cm 31 mars 1950 9,264.331.04
Recedes approximative^ du mots d'Avul 1950 7.980.000.00
V
^liocatians budgétaires
Balance déíicúaire comprable au 30 Avril 1350 7.494.106,37
Obligations approximaüvss entourues a l'éqard
• '' aa avril tSSO, pout loguéis aucun
' ' e G4m.
BOX.
ci®#»s iih ira.41
ARTISTS Bmtfl
MM
Pen Genoviéve
I'imagmais Cédor «primitif»
sema aucune idee exacto du
«primitlf» haítien. Le «.primlUf»
pour mot, c'est le fíamand a*
v©c son travail au jaune dbauf
sur bois. ses dorures, son pay-
sage convenüonnel a l'arnoro
pian. Dois - Je l'avouer, je crai
gnaís de ne pouvoir satsir ce
«primitivism©»; il faut s'adap¬
ter á luí comma il íaut se fai¬
rs une ame d’enictnt pour sal¬
sifí les dessins d'enfant.
Pourtant. les sujeta, les li¬
guas, la couleui, tout ra'a s¿-
duit. Cédor m'a conquise á
son art, dos la prendero salle.
fe voudraia dire ici la danse
haítienn© telie que le peintr©
l'a fixée sur sa toile. Le yon
valou, 1© banda; un pas, un
geste satsia ©n. pletnr- envoleo,
la dans© haítienn© avec &on
lythme, ce don total du corps
el do l'étre, a travers 1© p¡n-
c;eau de l'axtist© üqeant bruo-
•.juomont le mouvement, mass
iui conlian! une vie nonvelh?.
La femme, la Kancha en a-
vam, Tépaule dressóe. la pau-
m© C'ii©rte--}'homme. le visi.>
ne détourné. transfiquie, íe tor
so droit et flexible. Ft pus, ú
Y a les lxqr.es de Géüor, p>k>i-
2;OS de vi©, plomead© rév© ct
•© grace léqere, ^>uíigné©s de
.ese, de mauve, de viole!; ?ó
.’hos vivantes, mouvant©# qui
credit
ouvert. y camp rlz
Dn estimo qu© l'augmonta-
tion du volume du traite aérien
est dú a Y exposition Intornatío
nal© du Bicentonaire, La PAA,
en vue do repondré d la de¬
mand© croissant® des passa¬
ges, a doublé son some© en
tre Haíü et les Etats - Unís e
a apport© un© serte d'amé-io
rations dans 1© qansport aé-
ríen, ©n vue d'ajdei Haití c
devenir un® afgderj fréquentcc
iurcmt \mte l’année cm lieu
d'avoir de simples salseas tou
ris tiques.
L© service comprend acluel-
lemeni deux voyages aller • re-
tour entre Por? ctu Prince ©!
Miami. Un travail quí a coúté
S 3S.IKK5 a été éffoctué pour mo
demiser le Bowen Field
Ñcrus rélicitons vívement no-
tre ami Roger Jarman pour
cette promotion bien, méritce ©t
Ie remerdons des ©Sorts déplo
yée par la P. A. Á. pour aug¬
mentar le trabe asnea ®n Haiti.
336,"5 pour 1’Exposition
Déficit Total
II convisnt d'abord da souli-
gntr que les obligations encou
rue;; du chef do iExposition,
mentiarmées ci-d&ssus, n© son!
qu’approxhr.atives, fos comp-
tee y aííérents n'cyanf pas été
i. pu.&s, Le Gouvernement a
2.858.-
fa
ÍJ0TES IFECOUTE...
sirépls céíémoísi» BttgUcI®, b Tokio. t
Km Ban ~ VZtaprnm HJrohito1 el' rtapóratric® Nagako.
- d6c!nre qu'efio ©ápé-re. couvrir mm M
tlo oeo mat», qui óquivóttl di 20 doOar*
"““a W a do«ral, eejreoáonl, ui
!«!^» dsp*.
por mol', lo
\8 S. C. L S. P.
DoOiiis auelques loom on
pari® d'mjustice era S. C. 1 S,
P. B s'agissaii d'un® augmen
tatioo de salaires accordée a
ano étcrrncjére, au grand dé*
sappoinfemsni ám Msmbrss
haiiiens de co Fersormol qui
s'sajuiBlent dapuis Bgtenjs
sans jamais bénéiídsi d’uns
• loll» toreur.
Nous cioyons savoir matot©
n do ca personnel avaisni solli-
clté une augmontafion d® ®a-
iedres ®t qw Jour premto® do
! m«te ay-ant été rsjelé®, lis
I avoiont rrasotreelé lour» rtóa-
matiOBS *1 .¡quito paaSent 4té
meiweés. dé révocaBon.
Komi n'accordons aucun osé
ált a mi limtíétm raméta».
■ - la é«: Mm ,# mam, ;r -
sonaré*» :. ^o®, *
i’Mpii! do disciplÍBé .
h Ies h
U Suemsemmt
i« if 5»
ILe recensement d'Hadtí en
Aoüt í^ochain nest pas um o
-ération i^olée. C’est un fait
i infamaüonal fmé d‘un cammun ;
* accord paz tous le# pays de YA
mérique, qui s'esgagent á réa
líser leus recensement d© po¬
pulation, séloc un® procedure
tuí permet la com por abiUté
des dlilérents lésultats natio*
naux. Conformément aux der
'hem's !nformatsons que nous
ctvons regues, void 1© coien-
drier des dtfíérenl# xmenw.
mente mú out ou amtmi lieu
cette armée ou peu aprés;
Bolivia, Ao4í 1950, Brésil M
let 1350, Cemada, Juin 1351,
Chill, Ávril 1951, Colo tbie,
Septembre 1350, Costa - Rica,
Mal 1950, République DomM*
coiné, Aoüt 1950, Equateur, No
vembre 1350, El Salvador, Mcd:
1953, Guatemala, Avrii 1S50,
Hcdd, Aoüt 19SJ, ffoaduras,
Jum 1350, Mesique, tete W
t, Mal ISSO, Panama,
1350, Paraguay,
1350, - P^ou, /Jhp»
tem&m im. Bate. Unte, AvdL
1350, Dé t». ; . ..
Une attitude de Tifo. —
Dans un sensaüormsl dis-
cours qu'ü a prononcó, hior
soir, á un meeting de parti¬
sans, 1© Maréchal dictaieur de
la Yougoslcrvia, a dit, en
conclusion;
— En réalité la Russi© So-
viétique justiíí© ses attaques
contr© nous par une mystique
que Fon pourratt résumer ain-
st: la aubordmation de la You
gasiavi© aux caprices ds Sta-
\m®. Nous n'en voulons pas
©t n‘en voudrons jamais.
| La Ligue du Bien Public
' et }&$ apotres de te Pctix.—
La Ligue du Bien Rubik a
décerné, dimanch© soir, au
cours d'un® séanc© solannall©.
d® haulm <é'mtmctions crux per
ecmnañtm du mond© qui sat-
telient ¿ l'oeavr© ám la séou-
rité universe}}©. C'est amsi
qua la Grand'Croix da son or
ór© a été ociroyé© á Madam©
Frcmklin Delano Hoosavsit ©t
ó M. Winston ChuichílL
On n'a pas dit sí MM. Ach©
son. Bavin af Schumann dnl
r@gu, ©ux aussi, pareil hon-
Im'éí^etinm m BeJgigu®,—
Un campagne ékctorale bat
sont plein, temí á Bruxettes que
dam les moindtm homqadm
dé tola la Balglqu®, SBa psa
«fie nenesMBt rms Je ta-
tour du Roí qui a, non areuíe-
¡ste»; les taembtm de son pesr-
v. 55 pour cent d© la po-
ptúaHrn, m twear ám son íe-
tetr, reato 41118, á¡ fa mám 4m tora-
tonto oalfaU jm
4.3S9.000.CM
' ' il.853.106,97 :
mé una commission qui s«- ¡
checrgée clotudinr la vaLcis- ;
u? c!o eos croancos. Par a¡i- ¡
ieurs, certains credits devronf i
étre ouvens avant ia fin du ;
í exercic© pour ie pa
d'cnuties obíigafions contrae
íuede*; et pour achavar cor- ;
loma travciux an couis mu ¡;.c
f>euvent eUe difiérese
Pout íaire tace a cette u\uc- )
tion et retiene lapuiemerü ¡o •
déficit complcible suamen;¡.,n :
ns, 1© Canseíl des Secféiai.re'í
d’Etat a décicié de proudf© ie? ;
mesures suivantes:
1} Annulei tous les credits
deja pris ©! dont Turgence
n'est pos avérée;
2) £ifectuer routes les écr
nomias possibles sur tous ios
crédito votes, qu'ik soíení bud
céía.res, suppiómenfaues oq
extraordínaires;
3) Veiller á ce qu?© les sol-
das d© crédits budgótaires r.o
soíent pos mutilement dépar,
sés.
4) Utilise? Im disponíbiliiéi .
ton fiscales, *;
Grace á ce© mesures, 1© Gou '
mpér® que la ba¬
lance dóíi3itaire comptabíe
paturra étr© consldórablement
jéduit© á la fin de i'exercícu.
Quant au budget d© l’exarci
t © piochain, il f©ra I ob;©! d'un
Tcra’orv mínutieux. Tontas lea
lépense® inútiles en serón í
mpprsmées, @t le Gouvain©-
.nent a le ,í®rm© ©spoir qua
dan# un avenir non élotgnó
non seulemant 1© déficit como’
ítbW sara eliminé, mato mé¬
tete une balance non affectée
du Ttémr powrfb ©tr@ rétabik.
SL comm© nous avons tout
lieu de 1© prévok, Ies pits dn
café garden!'leur haul niveau
actual, ©Tai lee récettas da I'E*
tai «mservení 1© méme ryth-
xne d'encaissament qu'cm
corns de cas dáraiars moto, to
Gouvernement m doute pos
qua la situation accuse© au
début d© ce communique au¬
ra ©u un caraclhre pmement
temporaito, el qu’d Tolde de
la politique de 'compressions
budgétaires «£»*& m volt obli¬
ge d@ poursulvre, II sera é
tout moment ©n mesura da M
h
nt, qui
coil, te latos©nt charmé par
ant da finesse ©i do atarme
;ai s.
Tout pros, la Cédor fx:¡¡ luí -
í-iérno nous; regorde Le visa-
í© par vil aoUmlli}, naií, i ©o
eux rotids .--orí uurs.aronds ou
Marqué. De 4c©Ue rant que
•:¡ue buüne ¡o vie, quond olla
-'.'(no. pas; bonne, quand ü faut
;-.© batiré avec elk? poní la
( empreñare ©t la vouioir med
lauro. Es! c;o le Cédor bon
Voir suite er. darniéro poqs)
VEX - EPQUSE M .
i®i muís cohvole
m mmMMS hoces
jjwSiwBS! tow h» Mé&tr
í Morra Trotter Louis Spalding,
> 9X - épousa de Fex - champiori
ie pelds lourd Ja© Louis, revolt
i baker ,d© son masi to Df.

>«r-
.«■i
Arnolin
* * i"* * uwm iwot'wsitM unmmmw t.rmm pas ia pm m huh pas m ummn * * * *
LETTRE DE PARIS
Abondab.ee de fetes
DÍmanche füt une journée
de grandes réjouissances popu
Jairas. II y en avait poux tous
les gouts!
Fetes de Jeanne d'Arc et de
1'Armistice, Foire de Parle, Cou
pe de France de football au sta
de Colombes, Rassemblement
des JAC (jeunesses Agricoles
Chrótiennes) au félodrome du
Pare des Princes.
Partout la grande foule...
Ces derníeres cmnées, les cé
témonies en I'hormeur de Jean
ne d;Arc étaient toujours Foi>
jet de manifestations de partís
poliúques adverses, désirant
chacun déíilor malgré i'intor-
díctioa officielle. II s'ensuivail
quelques ¿agarres,
Cette foís, il a suííi qu© le
gouvernement autorísdt les de¬
files pour que psrsonne ne
veuiHe plus profiler de la ;:er
mission. Tout s'est dañe pas¬
se dans le plus giand calme.
Quant
blait quelque pen oubuo!
De son cóté la iolro do Pa
ris avail attiié d’antan1 olas
de monde que Fentree en cíe.?
gratuiie iuuqu’u 11 hemm- un
matin.
Veritable cahuo dan?' lo r fus¬
sier©: Le sue* As de la Feme
partie de la population íran-
gaise.
Le President de la Républi-
que, excellent joueur á Fépo
que ce sa jeunesse, ne quiíta
pas sa place, du debut jusqud
la fin.
Poar porvenir jusqua l’ó-
preuve íinale, les deux ¿qui¬
pes: Reims et Racing Club de
Paris avaient dú batiré plus de
900 clubs au cours de la sai-
son.
Le Racing Club était tene¬
ment certain de triompher,
qu'íl avait engagé special©-,
men? une vedette de music-hall
Annie Flore, pour chanter son
nouvel hyrrme devar.t les
i hauls parleurs, aprés sa victo!-
; re. Mats la gloñeuse incertitu
| de du sport en a decide autre-
\ ment. C'esf i’équipe de Heims,
| plus modeste, qui a yagnéi
On ne sail exactement ce
que ics victoire rapporte a cha
■:un des joueurs, probablemení
une rentaine de nube francs eí
; de r.ombreux cadeaux.
Joyeax
Ajuiiversaire
Aujomd'hui, 24 Mai,
. Mme Philippe LAGO-ERRE,
(originaire des Cayes),
féte son íéme Anniversaire de
naissance.
En cede heureuse círconstan-
ce, nous luí envoyons GThom-
mage de natre respectueuse
sympatbie et luí formulons nos
vceux de pariente santéw
Montparnasse
Mercredi 24 Mai, á B hres
PASSION IMMORTELLE
avec Kathor.nc Hepburn, Paul
Henreid.
Entrée: 0,75 el 1.60
á 8 Hres 15 :
CASTA DIVA
avec Mart he Egged eí Phiiipe
Holmes.
CASTA DIVA est une é>
Paramount
Mercíedí, 24 Mai, a 6 h et 8:15
P. M.
SANO ET OH íparlant frange is)
avec John Garfield et Lilli
Palmar.
Entró© Gle,G.de í,25 .... . *
Reserves Goes 2.50
Z X x
Jeudí 25 Mai a S' h et 8:15 p. m.
AMOUR DE CLOWN
(Version Ualíenne —sous litres
frangeis)
ET aprés I'Opéra Paillasse de
Léon Cavado.
avec Titto Gobbi et Gina Lol-
lobrigida
... Tout le monde a entesdu
: parler de Paillasse... tout le
i monde conn-aít des airs de -cet-
I te oeuvre eíincelanto écrite par
Léon Cavado eí dont le succes
' apres plus d'un demi siócle ne
s'est jamais déruentí...
í ... Les fervents de la musi-
L'on
sturnes e
r les fa
on. Une
a alce foís,
le Sochaux,
(Oüven; les
era chacun
tenants de
: motivante évccouon cíe ia vie
que seror
! done heureux de r©
1 du grand compositeur Vincen-
trouver c
,-á accents pathétí-
zo Bellini eí de Magaalona fu-
ques eí c
énereux qui caracté*
maroli. C est une oeuvre a una
rísent IV
ole italienne, de se
• proíondo ¿motion. Un amour
laisser err
oorier nar ce lyrism©
: paricsil l
fougueux
qu; respecte pouríaní
Entl-je- 2 et í u'jm
le charms
suave eí prenanl de
; x í .<
la méloch
e
1 jeudi ¿S Mai c. o r.euies.
Entree G:
< Gde. 1.20
: LE ROMAN D Ch
Reserves
Gdes 2.30
i ieu: - ¡vrtE
i Entree; 07o et i.¿5
VENTE A
LA
í .
‘ a 8 hres 15
CHIEF PL
BUQVE
i ON DEMANDE UN ASSASSIN
II se: c:
;.;oce < r-..
24 Mai i
o i0 hres a. m.,
i Enüee Gdes. 1.30 e¡ 2.00
au Garm
e ENEFF. rué du Peu
pie.
vece a la criée pu-
blicrue d
marque
: *kvis
Dodge, iv
r-oíeur No,
L'Arnba?.?-acíe Arr,e?.::a,ne m-
T 215 ~
] 1:3 unnée 1942, 8
i arrie au'ur.e Venture Buíck Se
pessager
3 rvhndres, appcr
: ton -Modele 1946 c: quebré por
tenant o..
S- •vh-e cíe !'Ex penen
i íes est mise er. vente au pnx
ce - Ten:.
2, ¡-UNESCO, sur
I ie SI.3S0 cash.
la mise
- :n- de Oro 300.
Friere ce fame les obres aux
Port a i
i© 18 Maí 1950.
ver
avalen? in
tente? sur
drome mil
necr
Tr
en!
nposan
reu-
reñí tancas qu evo
groupes de chant-'
sours folkloriques.
Deux choeurs ir
présentaient, i'un
gnés eí les ítévoiu
«Les Conr-tructeurs»
nion avait d'aslleurs pout thé
me «La ieunesse face au tíra¬
me du Monde». .
Question, liólas, difficile ci r¿
soudrei
La ittcmphaíe Coupe
de France
Le nombre de spectateurs ve
ñus cmsíster a la Coupe , de
France (record battu avec 61.
722 pour 11.477.958 frs de recet
tes) ne dorme pas uno idee de
l’iutóre! suscité par ce grand
match de football. On peut di¬
re qu'il-pasárosme une grande
une qtande oeuvre
>. cutre qu'un specía-
)¡¡neu: a e-íe reserve au
crnpnshear Datius Mil-
>el ouviage
Ut-sque en 3 artes et
•cux etendant sur une
sir- v-na! ans et résu-
's otíncipaux episodes
o du General Simon Bo
'api es le tírame de Su
:c-ué a ía Comedíe¬
se en 1936.
oit Bolívar, á partir de
ele sa premier© Jemme
Maiía- Téiesa qui expira dans
ses bias. Pour obéír au voeu
de celle qu'il aima.it, il afiran-
chira Ies esclavos et liberara
ion pays de la domination es-
pagnoie.
Une de ces admíratríces, Ma
miela, devient sa maitresse. El
le le réconíortera dans ses heu
res de découiagement. Un
noír, Nicanor, le premier escla
ve liberé par Bolívar, se sacri
Lera .pour Jui sauver
' On v
□ morí
„*= e*
iv lo t
HOMMES, FEMMES.
ENFANTS AMAIGRL
AFFAIBL1S
Les hor.me- íomrr.
. ettouver po* * (? o1
vre grace a i Hi
Momo. Mo.s son goD v *
parois mal tolere ; Les Pasta¬
les Jessel recon\oríes
couche de sucre sont aussi u-
gréables a prendre que cte:>
bonbons. Elies cora.e*”.?..
¿ous ar,e forme concentres le;
Vitaminas Á et D de i Huue
de Foie de Morue Mouva -
gotit supprirné, pouvoir forts-
íiant augmenté, voila le but
des Pastilles JESSEL.
En vente a la Pharmacie S.
Gefíard, 183, Rué Férou, Port-
iu-Piince.
Eugene C. JOSEPH,
Sncanteur Public Cornmis
nné.
AVIS DE DIVORCE
Par jugément du Tribunal Ci
vil de Port-au-Prince en date
du 23 Mars 1350, le divorce des
époux Franck Lavaud, la fem¬
me née Yvonne Débrosse. a é-
té admis,• en consequence FOf
Rcier de FEtat Civil de la Sec¬
tion Nord de‘Port-au-Prince, Mr
Camille Lamothe, coniormé-
ment au jugement sus dit, dü-
ment signifié avec sommatíon
le 18 Avril 1950 en présence
des témoins Auréle Hérard et
Flavíard Boirc'in amenes par
le demandeur, avec Tassístan-
ce de Mes Villéle Lavaud et.
Hubert Logros.
5ort-au-Prince le 23 Mai 1350
V. LAVAUD Av.
REMERCIEMENTS
M. Georges Lcvelcce, Mme
Georgeí?e Lovelace Alfred et
enfants, Mme Raymond© Lo¬
velace Dópestre eí enfenís, M.
Raoul Lovelace, M. et Mme
Joseph Lovelace eí leurs en-4
fqnts, M. et Mme Alexandre
Holly et leurs enfants, Mile An
n© - Marie Lovelace e? tous les
cutres parents et allies remer-
cient .vivemení Ies amis tañí de
la Capríale que de la Provin®
ce qui leur oní témoígné .e la
sympathie, a Toccasion de la
morí do leur regrettée épouse,
mére, grand'mére et bolie-me-
re:
Mme Georges LOVELACE
nee Err.ma Shaw
enlevéqpdouioureusement a
leur aifection, le samedi 2S
Avril dorhie? et les príent d'a-
gréer ^expression de leur pro-
fonde gratitude.
Ce 19 Maí 1950.
A VENDRE
Un terrain au haul de la ruel
le Chrétien, mesurant 50 x 120,
Téléphonez au No. 2360.
Enchifréxiement
Agissez vite „ combattes Ies
ge d laido de 1‘Antisopyquo LISTER IRE.
Jusau a 86.7% de reduction d'crprés de
Gargarísez immédíaíement a-
vemt que les aermes ne déve-
loppení une grippe .,. jusquá
96.7 % la reduction des
germes a été obtenu© grace d
, Antiseptique L1STERINE.
Le meilleur moment de com¬
batiré une infection est des son
apparition... éliminez cdors les
germes de - la gorge aveent
qu'ils ne développent up plus
grand mal Gargarkez sou-
vent et longuemem FA
L.jeri::e
Dp* te*w Mvnti ctit -â–  - -
cíes r4ducfc! wi s ¿et.
Louche 't rie I*
©6.7%. i5'mfriaLrS^5'-
-voir Karpm** 8© k fíJZi**'*?
dc 80% une ht; ri. njixü
Rién x>tas, »j unnhti+M
cevt oui fo fftf/fK
aevTr, few rw iour rtirUmut /
8fMM»'# fe eripps Vt'mgSa
Am* **~*~-e* emm¿lí£ /
i.
gvi m fmt umpé 4e
L1STÍRIH1, launédBatement!
. centre la .firlm»
Florida Caribbean Line
59, Angle des Rues du Quai &t Trav«rsí«;o,
Port - cíu - Prince
Service régulier entro Jaccsonvilla,. Fio.
Pujt - au - Prince, Saint Marc et Cap - Haitian,
FRET ET* PASSÁGERS
la
(voir suit© en Se. page)
ft
PETii MIMÍ, PETTIT MIML QUL (
FAIS-TU PAR ICLTU NE SERAS
Messieurs les Taíl’eurs'
coaservej votre clieníele
en achetant vos fauruiíu-
r<« importes spédalemcní
pour costumes, á un pxix
tres modére: watt bianc.
43 pouces de large col
lette bianc et couleür ñp
per toutes nuances.
Er vente ches
PIERRE COLES
Maxchand — T 'dkur,
Ru© d«i Centro
"a
Coupe paríait© méme
saru* essah Cou'umes a
vendre, — TIssus, etc.
LES MEDECINS PROUVENT que la cure PaMive tañe «14 jours
mm pJuá ¿e-líe fieaM a <2 ^emmeÁ ém Pmlé!
j'cíoMUI
<¡'Í4íííS»s»s,i»
la. 5Í
PLUS SON AMI
si tu mis
Prerc*
de Fea»
aieutex-y
4a-KU«n.
KLIM
' SON LAIT FAVOR!.
fltf ELSllk ' '
la ruche S©.dvn.
L^s jennes aimest ia délícteti.**© írnuF
f. a h# du ¡ait KLIM et KLIM e;-t si,
Wr. fK'ur d'-ix... ¡vmph de matieres ©sskítj-
tíeites- pt>ur re corpa I Jie^ardca ve® jaúnes
enfaov», «egosianr un grots ver;o rempS; dt ■
la. riche eróme d© KLIM et rju’elie r-e «era m
pa® votre aurpnso tjuarui fia vous en setom-
manderoñt eneoi?e davanfcagé,
KLIM ” MILK
giJM„ te I*tt íéUH in movie antict
?Ot»QVO?
KíSSATíVTV W*
U CU85 ?AlMOUV8 j
r\» \ á loosa *
hi'ii
ma rexy kt a
um, Hoaeuts,
U CU» PAlMOüVf
«©» s&n SAis.ru ouf '
'â–  thhm sptoMism
Ówr fSOUvi OUÍ
cmt cu>g un ^us
»£au mm a 2 pímmss •
SV* 3, ÍN H ¿OURSt
tA ClISS A St£w efussr
A, UV^VOUS tf VtS4G*
Avrcts Savon
? utts k&mí
u M0^ isScf
oouce SU ?AiM02¥£.
P*ntS au TCOÍ3 kms' ?A8
• Cf MASSAOE wjtTC^S
VOTíS KMi.fi
.t-mmat.
Sí vous voulez un «Üm que reares l$s femtaa
envienr, que tous!« hommés admiren?, com-
mencez ce 5-aír meme Ja cure Palmolive,
N'oubliez f»s, qae la cure Palmolive fcété
essajréc sur 1285 fern oses de tous íges, de
15 i 50 ans avec torre les'genres de pesux;
róche, hmleuse, nórmale, jeune, ricille. Et
que 2 suf uois de ces fótñmes ont obtenu
une arndíorahon remarquable de leut ránt
en seaiement 14 joufi.
WWTYBATHS&e
SHOWER
Ynnr P<:

-in.
SALVITAE
SMVTTAB- esl on DIURETIQUi: PARK AIT
C-e»! un LAXAT1F SON - IRRITANT
Ayas toujours un tlacon da: '
SALVITAE
u Stimule MCTIVÍTE RENAXB ■ 'Í
D Hméliom 1’OXYDATION
n Fortffie les ELMENTS du SANG et do» TiSSUS ‘
8 ranJorras is SYSTEMS GLANDTOJURE
SALVITAE
Neutralise !'ACn>rrE do ¡'E3TOMAC
Añéje la FERMENTATION IN rESTINAU.
Suppnuie íq MAUVAISE HALSiNE
CHASSE Le* MAUX do TETE et I'MSOMNE
Pda»1 eullléréos ó café dons im vea» d'emi fraicho
vous douueront an BREUVAGB agrfxibie.
Bum SALVITAE tou» les SOÍRS si Je MATIN á Jaso
salvtae en vente bans toutes es pharmasb:
Agent» Excluelís: .
JOSEPH NADAL SCO.
CE SOIR
Gala au Ciñó Montparnasse:
CASTA DIVA
avec Meiih-! Fg lips Holmes.
Eú¡ premiere partso Vans era-
to* ie ptaisii d’enlendre S'Or-
chesti-e Pern Améñcan sons la
Direction du Maestro
Uiysse CABRAL
Elaejo do la PharmacM Joseph
C. Vnlmé, situó» Angle dm
ium r.'zau st Aubry. coíojto-
: nant aois grandes piócen CIVOC
salle d’attente et powytto do
confort rao lame.
Pour tous renseignemen te:
s'esfeerser d to PharroOKie J, C.
VAlite.
WramtsTenaces
nub*, 1'irrt-
metis is Géaéral, m©art aban*
ctvec la smd& Jote <É‘al»
letiotmr cslle qaU h avail
IsMEIUSViUI
BICYCLETTE
FABRIQUES
de nos jours
«íes femmes mgbernss»
A ©era»© dss pluiss, la' dot?
st llrtUíe ds la repzésentatio'1
des «Femmes Modhrttss» e®-
ront lútéúomommt bxém. II
sera égedement représente
«Un Candidal Sédeos» ©a l ac
te sor la demande de «Haití
Journal*.
Dr. Paulux PAUL .
* La plus grande
t/r&du&ion du monde*
TH£ HEftCULfS CTCtt
A HOTO» COMr'AWV tm
tíiLtfBWKAK, AHQiX7éí>fS
U moy»u HíACUtF? I J eítaetti.
t*t>rV$BÓ **** sríciíjaa
4*»» fe» febei^oa niw»gt« í* bffyf*»»*! HlACVL£3 píin
ES44Í* 8-tl Sf¥l*í |
ÉOern» »er tout
CANADA DRY
Spaditine YÍAlFEIL
0*1, feat. **««**
saWs r*J®fr I* i *ss exemeive caí
s Orjf Mt e*Re q-aí Etlt b
i qaalité d’azs i>on breoTNge — grico
) earheaatetíe» tamve .,. Elle pr«-
s U péiiUcme&t de» Turre» ... fsti re**onir b
wear. Achetcx-m «ptelq*©* beetetUe* «ajeitrdhaá
— thoix de I mod" *
Ssrm kám Iregpés,
Btsr* 1 O N N H. WOOLLEY
GRAND RUE, JS21, PORT • AU - PRiNCt
SYNDICAT DES CHAUFFEURS
COMMUNIQUE
to nouvsaa Comité du S. D.
C. avise I© Public en qénéral
et 1© Commerce ©u particular,
q .’il n'est pas responsabla das
f tes et actions d© i'ancien Co-
1 i its, tesqu a ce que la Com*
ission ckarqée de fair© l in-
->ntairs des Archives ©t Finan
¡s ait tait son rapport et que
¿charges pleines ©t enb©r©a
oient données aux anciena ad
linistrateurs par TAssembié©
Sénéra.© du Svní;icat..
Port au Prince, 1© 23 Mat I Ob]
L© Secretaire Genirai:
béonce MA1NVIL.
The Best
Obtainable
LETTRE DE PARIS
f
Darius Milhaud a tempest
son opera on Californio oú il
s'éteft rófagló, famfi» gao hi
Francs «ibtoait Voecupati»»
a|li#m trés probabkmeni.
Lee due tableaux admirables
tdnsi qu© 1©s m&rpsMm Jsmln©
Michaud ©1 2© baryton Roger
Borndhi, superb© «Libertador»,
metis il taut aimer ia musique
d© Darius Milhaud et surtout
la compiendrs pour Vcrpprecier.
Il ©st d craindro qu© c© n©
soil pas 1© cos du grand pu¬
blic. Et e'est c& dernier qua
procure íes lorias reeettes...
Boils Vían au pinade
La vogue de Boris Vían, le
i irompetiiste na casss ds sac-
l centuer. Son jaz2 est un des
I plus comma de Saint Germain
j des Prés. son roman «J'ircú cra-
| cher sur vos tombes» a ¿té un
[^isa «best sellers» de ces der-
j niara temps.
| Le théátre des Nibctambules
! représente urse pié,re de luí
«L'Equarissage pour toas»
dans laqueile la guerr© ©ít -ow
né© «z» ridicul©, á la d'XL
bu-RoL Elle m passe eterna un
village nqmtcmd pendant les
hosiilité®. Un pay san, qul ex*
©rce la proíasslon
seur, marl© ©a'ílll© avec un sol
dal aüamand, sema a© soacier
évkaameni*. Main Voild
lo débarqúement alM Des sol
dots de tous les pays viennent
tes dércmger, mate tout I© man
de sympathise, dans des sce¬
ne© burlesques.
La conclusion, e'est qusn cas
do guerre, nous sommes tons
destines á 1'équarissage. Jean
Cocteau a éié soulevé d‘©nthou
siasm©...
i© dernier suecas de Bans
Vian a été remportó en Justice.
L© Tribunal Correctionnel Va
condamné, la semaine d©rni©-
re, á 100.íX)ü francs d'amend©
pour «outrage© aux bonnes
moems».
U s'ogít de deux outrages
«J'irai aracher sur vos tombes*
déld ncmmó, et «Les morts on i
tous la méme pacm'*.
■ Le jugement a ordoncé ia
destruction des editions &n
frangeis et en anglais.
Gn va s'arraoher les edítíonh
dans les emires langusa:
Feinand BEBI AL
TflRIF D’EIE Vom $entirez...vous ent6Rdrez...vou$ wrei
de la Pflft
une extraordinaire difference sur votré voiture!
TIA
Get a packaga
írom your Grocer
TÓ-DAY i
pitiTíüri^
ÃœSIME A GLACE NATIONALS, & A.
E. A. HAK0CE, Présldeut,
Distrlbeteiir Exeledf
Uní. Mg,RYRli..t.j?.ijsr. ftxpérience
vous attítnd -Quand vous ins-
tailf/ d«'S pniMM Sup<.T-í.u*.iifOn.
Yylce Yt.uti.ui; sera diftérente . . .
mt-ilírure; Vuua :umarquen’/ f.es
iOr.’tHoa*..
Voire voHur© S@ro plus C%T»*
Agente: HAITI TRADING CO. SJL
POUR LE BAL!
i
PARFHMEZ VOTRE HALEME, MES®AMES IT MESDEMOISELLES
ST. GAPDEZ VOTRE ENTRA».
APEES AVOIR BANSE, RECLAMEZ ÃœM PETIT VIERE DE;
CRIME PE MARSALA
LA BOISSON IDEALE POUR LE BAL.
EN ¥Mm DAMS 10UTES LIS EPICERIES, DANS LES CAFES, RESTADEANTS ET
NIGHT CLUBS.
EXIGEZ BIEN:
CREME PE MARSALA
DE LA DISmEKRIE STOCK.
G. P. BELLANDE, Pistributeur
Etase XA MONDADÍE». Tel: 2637 - 336L
forlobte! I.-ea Super-Cushion plus
gros, plus doux, roult-nt sur IKg.
7U0 dt; prf.-s3ii.m d’au —lis er¡Ga¡s-
spnl U;s liosAí-S, nbsnrtcnJ les ca
huís, vous assurant un infittert ¡n-
croyable.
Voira voltura sera plus sOra!
Yupcr ■( sisbton exermní un
plus <:ror¡(j pouvou de trfjctiun, de
suite ífue ins anets sf>nt píus r»-
fíidfts. iv cofiítoif iriicii* assure, ía
sécurité plu* grande.
Votes vottur® s©p« sltsn-
cteuss! Parce que les bosses et lea
chaca sont sbsorbés, il y aura
motns de btuíi cl do 'vibrations.
Ce qui signifte moíns d’usurc et
moms de reparations.
Votre agent Goodyear a des Su*
per-Cushion pour mqnter sur vos
rouee. Aíie/le voird^aaujou/d'hui'
t-4V*í?
GOODYEAR
¡h par le maná*, pin* 4» mtb*í *&t p»w> Qpoáyw tvr fon*» oohe
SOCIETE HAITItNNE D’AUTO MOBILE. S. A- Dtetflbuhic©
Nota* cat tarrh spacious ’
pour yos voyogest
RSar Xttoar &* Peí\ as JV^ea:
A Miami. Montego &©y •
ei Kinc ton.
StOO.OO $35.00
A Ciudad Tru|iHo, Kingston.
Montego 3ay. Camoguey
et Míomh
; CoftwamU
$117.00 $23.40
i»mí« uethtmite
mu3»»Se$ueátní9».íf
0n peut eommancer te royase de
almpone quel pwat situé sur h
Circuit, it est pem& ds cofRíjuief
Cfi3 Urífs tf Eté svec íes »m fégu-
Sect en víguear $ut á'étíim míes. <
umt jours. esc*its
esRMisss í* e©ur£.
j
&h meintsnan! ptmm votre voyage
tj de plaisír. Oensutter votre
pi YPAMiwa a ú Vmmm oh» * s*|
DONA
si m htorts bu «nouve wi» vous tuusarr.
msgmxm mm m wmtmñmm r> ,

A TRAVERS l£
tltftllC
'Mm,
La CMtféreiK*
del’UNESCíí
FLORENCE, ' 51 ÍÁF?) —
C'©st kmMx cm® s'fsi ouvert
á Fiorenc®, en presence de M.
Luigi ESnaudi, President de la
RépubEque itdierme, la 5éme
session de la Conference Gene
rale de /UNESCO. _ Plus de
500 delegue©. representan-. 55
Elate merabres y participen*,
ainsi que ries envoyés dorcru
nisations internaUonales nou-
gouvernementaíes, el ceux des
isüíutions spédalisees des Na¬
tions • Untes. Neuí Ministres
de /Education Nationale présí
deronl tes délégaüons de Isurs
pays respechfs, ,:.cjui compient
des personnautéís eminentes
du monde culture! et s.ci-¿ní;B-
Les üavaux de
que.
jence aureront jusqu’au
juin.
A i'ordre du jour de cette
férence figuren!, outre ie t
gramme et ¡e budget de 1 11.
co p«mr 1951, un certc
¿re de-íftfSSUons par
ment importantes. La prer
re concerne l’etabi
d'un programme do base y.
cisant lee objectifs et le
de /UNESCO. Ce pro
dolí repondré a trots ;
palions ©ssenliellos :
1. Elimine? lev ob~!':C:e-: -
s'opposent a In tibie curj
tion mícrnabonale des :-:U
des hoir.mes ei dos crmvr
/esprit et lauonser les e-'úu
ges entre pays et cruje cul
res Uitferentes.
2. Mobiliser les rossourv u.
lea techniques dont dispon
les Eíats memores. en vue o
surer Se deve/mpe-nen: ;m \
ducatiOR, de la ¿mmnee et
la culture, tout p xi\.cuí-e
ment dans les o- :-u
CÍ a etc, pour Uf-, :.m:m
versee, retard e< •.
3. RerUOíC,*:, pa: ur;- -o.
baratío:: active dan? *ans 1
dómame.-; cíe ¡'education. ' a
science et de ¡a culture,
sens d
melle et rrmr.úe •1 hue
condeion indispensable ue
pmx. ainsi que /oíhrm = : :
cemment. dans une com. se
ce de messe, M. Jumo fon
Bode!, á'nei:\L-ú: uené;
NESCO,
18
C'esi done vérs i'ahloptkm
d'un pían d‘ensemble cohé
rent/ donf la léabsation Re¬
tendrá* sur plusieurs anné-esv
que s'oriéntení les travaux de
cette Seme session de la con¬
ference genérale de VUNESCO.
XX X
Chalutiers
Soviétiques
isas La Manche
LONDRES —AFP —
La press® Londonienne conti
nue á’enícurer dune grande
publicité la présence de chalu
tiers Soviétíques dans la Man
che. Le. «Daily Express* aííif
me que 29 de ces chalutiers
naviguant entre quatre con-
vois a une vitesse de quatre
- nceuds, ont été apercus dans
ia iournée. Selon. ce journal,
]q premier convoi composé de
* 7 bateaux avast jete Tañere au
large de Falmouth, le deuxté-
. me (9 bateaux) au large de //
o de Wight, ie troisiéme (sept
Bateaux) "en face de Bcachy
: Head, e! le qnatrléme (six ba¬
teaux! au large de Dunqen&ss. -
,e ? Daily Express» ajóme que
'•qs chalutiers peuveni ©ven-
j iueHemení servir de dragueurs
â–  ou de mouilleurs de mines.
Selon V' «Daily Graphic*,
un agent maritime se seraif ap
: croché avec sa baraue des
L'A-
déclaré
tta® Date á retetür
U Mal 1950 -
íes atnafeurc ds
n’wMMrw j
B'»*t I» VwMfcwtU 26 Mcd
Ejae «era s-épféseniée, «u ih#.
tí» Rm ia baila piece;
«CAUSE SANS EOTHS.
sai UniiSoBv» de la sympaUii-
que Dizecírice de X%cole «Sala*
te Thérása á* iXnfant Jésus».
Qu'on ti» ráí@ pos cette ma¬
gnifique opportunity li'assister
a una beDe piéce.
PRELAB TS
h -reoáre et h kmai
Ches BAILEY
EüposíÜoa BuiUtog
236, Rué du Magosto de ÍEte
Pwt cm Prínc».
leones Rites! Fesams! pi
«-Sooffrez Ies eanois de •
TROUBLES
PÉRIODIOUES
FÉMINENS.
r;.r.;
t -V’-'-jMÍFS SfW
* er' '¡S«té»
* -5 j-í- t«i
> s - Cotn podé
l*. C :*w <
s.;
«• < ti 414- íi
utfc. t ¡rrtlafcaittft,
;rs. Cítrspííié
,' .-rj-e
» de fesnenes en
«.«- 4 a tusara
i>ps miüi«?-s et t¡<
, «■* n. r
i terteuneraent c í 5IS tvDift e. mmm%
DON N. MOHR. Distributeu?
RS ‘ VOUS A .
% •
M^aslsur Sdmead
«qwfelm»«4é, ftrsnt#
m* ct^a dl«*
p^ltion úes ?étíonvUloia, pour
U traSd Port on Princo —* Pé*
tiOnvill©! un# n#u*
martille Ford, toaafeíoulé#
cm-Na .4171.
Aye2 done plélns conítancé,
M&sslenrs les passagers ea
ki jmidenc© #t ó l'expénonce
du dit chauieur.
A^OCIATION DES ANC1ENS
aSVES-DES FHEBES DE
L'INSTRUCTION CEHBXL^NE
Le Comité inform© les mem-
d© VAsscciotion q^e la
éünk. statutaire est fix&e au
íimanchu 28 r-ai á Tlnititnbnn
aínt Louis de Goc~aqi^.
’ROGftAMME '
Messe: 7 heures 30 a. m.—
**©rmon de c ir constan ce par le
X. P. Ceríond
Assemble® Genérale á l’is-
ue do la Messe: 9 hearts pró-
ises
Urdís du Juun
Rapport du President
Rapport du Trésorier
Election du Conseil
'Question d'iruérét general.
Banquet: 12 heures
N. B.— La cotisation pour le
banquet est de SíX dollaru (S8)
Nous prions nos collegues de
>íen vouioir s'inscrire d I'Eco-
amat de l'Instítution au plus
ót, so;} persor.nellement soit
r*jt Tintermédiaüe d'un Mem-
tre du Combe.
Le President Ernest DOUYON
MASON A IOWR,
A PEtJONVULE
Petition OwJwwKeW»
to do Voau.
1 Moiton d'Ketbltoiion ayant
3 chambres 6 coucher, Living
Room, Office, Cuisine, Toilet¬
te avec contort, Grande Gale-
tie,
COMPRENANT:
2, —■ Une haBe eur rue tr«
passanle surtout par les pay-
S'acbresser au Bureau du
Journal ou téléphoner 3216 ou
S769.
Avis
Un pardessus en plastic, d©
couleur grise, a été égaré le
dimanche 7 mar, vers les 8
heures cu soir, dans une vol¬
tura áe ligue. Bonne recom¬
pense a celut qiü le rapporte-
ra aux Bureaux du journal. Áu-
cune question ne lui sera po
Les lerntis de >
la Démangeaison :
Béfnsífi en Sept Minutes
vmre j>?au eonHent pv#»ao*
T-nJinns (J« Foutures et
■'‘''ivu't* rtP"* lo* > (Jijtalmut^nt ft
«. . h-« i
nnir*, t*0
.ent di terrtbta
tenrfnís.
¡r-nA.
. r»d,.Jftng*a wn
t {ritfemfitt*
: «u'un smilacf-
-•'e nt¡ Üa r -'
ITlxodevm
J*i)nr hs sruilndtf'i de la pean
ALCOA STEAMSHIP CO., INC.
ANTON KNEER, Agent
TEL: 2766
LBS Pill ADX
CRAVATES
N EXISTENT ni» t
qaaad vosa poma
les cmitM:
botanw
Inchlfíomttbta"
Nuus avena ki
d * voiro
í.i.ivcjtí-a
cas lam*
CflVOtOO
Les pB»
comm© por wm^.
dont kx é cstmL
\t¡ qualiló .i'tuj ijj.
veté.., dont eUaa
faites, ' “
Vous pouvei chrfi*
le« dossing «i
s’alliam avec fen
costumes. “
En vento dans toua
le» Magasiua.
LOUIS DI CAIREL
Agent Diatributeu?.,,
pour Haiil
Rué du Magasm de
POS A — %
JSTE' t>m DEPARTS DE MOBILE ET DS NEW ORLLANb, Ub
FOUR FOBT-AU-PRINCE. HAITI
Depart ds
Mobile
Départ
New
c©
Orleans
11 Mu:
de Arrive© é
r.pa P-au-P.
¡8 Mui
ve par
capita
Baltiaue»
Lun
> que
ATTENTION !
Grande
Liquidation
Avec la prochaiue íermeiu e de /Exposition, la Matson
De Simone, situé© dans 1'ai.re \& /Exposition (aux Palmistest
á /intention de liquider son tock du repute Vormouth, en
vente d áos prix de liquidation soit en gras, qu'en detail,
tout- son stock consistan*, en boufeiíies et en futs:
Vermouth boutoille origin ilo ou en fut;
Marsalow Crome Manaotla
Crém© Cacao Créme Caite
Marsala See Marsala Dolce
Vino Blanco * Vino Russo
A ám prix au dessous de lauto concourronce.- Accourez vite.
Chaqué iaroillo jx'uí avoir une réserve.
taeif Bmxtmmm
(á partir da 10 Mal)
VALABLE PODE
80IXANTE J011S
(60) Jeers
PORT-AU-PRINCE
— MIAMI et retoar
'N NA VIRE
UN NA VIRE
UN NAVIHE
i luir:
Áatr«s Ports
Puerto Pl<3ta, H. D.
Charlotte Amalie, St. Thomas
Fredencksted. Ste. Croix
Points á Pitre. Guadeloupe.
Puerto Plata, R. D.
Ciuddd Trujillo, R. D.
Ciuddi Trujillo, R. D,
POUH IDUS
-2 .‘.un 29 Lain Puerto Plata, R. D.
Ciudad TrujUlo, ÍL D.
RENSEIGNEMENTS. TELEFHONEZ AU 2788.
EAU DE FLDRlDI j
MURRAY & LANMAN*S
CETTE LOTION UNIQUE A PUIS DC
20
h
k .
c"^ , „,^l «-1
coio.0«^O.MV,
* to * * *
^for«*s,6rt
"^•r ■w
MDl? CAftTIt
CCffiMUHA
tasase
USAGES
POUR LE BAIN
APRES LA DOUCHE
COMME ASTRINGENT
LOTION POUR LA PEAU
COMME DESODORXSANT PERSONNEL
COMME PARFUM
POUR L'iNTiMiTE DU BOURDO®
ET PuUR AAi üaíCUIR Ltü CUñMBRSÍ
Faux Ibr roaux de tetes, migraines et étouxílts-
semettL., ¿aju, ies morsuxes d’insectes, pour ies
éUls nerveux, pour ies rhumes de cerveau et
pour les pjeds lauques el écheuiiés.
CELEBRE DEPU1S IMS
ESSAYEZ -UNE BOUTEILLC :
ET SOYEZ €0N¥AiNOU " S
en vente Fwrrotrr "
DON N. MORH, DistributeW :
-—II—I--I | I nu nr - .11.1 .! I ^»
Vous qui connaissez
la Bonne Bíé^
VIENT D'ARRIVER cl
La Vraie—L’Antheatigee — L’UhUm
. MERE OE PHtSlN
LA PILSNER URQUELL
Haftiieii&ment, plus chér© qu© tout©» I#3 (Xüttee .&(&%****
de Bíére.
ItUTEILLE DE J5 CBSTOITBEl
á $0.50
2n venta dan» te» Hotels —Rastauron® — gate—O®'
etofl» de Pretnléio Clasie:
M. 1. — Cecl ffl’est pas une RECLAMÍ - j
C’est sltaplement one
d’arrivaee.
rOUK IES PORTES,
NOUVELLES CONSTRUCTlOh S.
UERBUCH, PLACE GEFFRARa
SOINBÍ BAPffiim
FENETRES El VnWI® J*.S|
adressez-vods a l*1*

nw-
MW»»****1
ELKCTKA
ELECYRICITS — RADIO
RUE DU FORT
EH STOCK:
mqteurs monophases • ps 1/3 a p. a s a p. m/m
I ^OLT*
MOTEURS ALUS — CHALMERS TRJPHASES 18 H. P A
«&P.2Í0/44O VOLT
CHAÃœFFE - EAÃœX DE 5 A 20 GALLONS USfm VOLT
J0NTA1NES ELECTRIQUE3 «CORDLEY — HAYES. 110
ÍV0LT » :: '»fc ■
SgOGERATEURS «ICOL» — PACK. 110 VOL? PORTATXFS
gacERES' «THERMÁSTER . — THERMOS .TKEmunar. ’
I^ILATEOTS .ROBBINS MYESS» & '«N&S0N» 6" 8'"
I .BBS A REPASSER AUTOMAT5QUES OU knuwpjg
MATERIEL & ACC^OLRE ELECTRIQUES & LUSTREME
Distributee?
i ALLIS - CHALMERS MANUFACTURING
1 COMPANY
CBNERAL MACHINE RY DIVISION
MILWAUKEE, WISCONSIN
TélépftORep au 33-73
poor tons raaseignentents.
Vos Cheveux
ont besoln de Soins
Journaliers
Mesdames,
.’ous Ia4plus beOt attrac
f ffialnteftant. et i
niconus
RH THE HAIRS
votre chevelure est jour
attraction. Preacz-en
soin dfeg maintehant. et vcrus la rendrez
belle pour toüjours.
Lavez vos cheveux régaliérement; mas-
sez chaqué Jour votre cuir cheveto et ap¬
pliques jounj alternant le TRICOPHE-
HOUS DE BARRY, en te frottant sur le
ruir ehevela avec rextrémité des doigts
afin de permettre aux racices des cheveux
de tirer to maximum de benéfica de cette
aaerveiiieuse lotion capillaixe. itas, bros-
sez vos cheveux et vous serez ecchan-
tées de 1’apparence et du charme de votre
chevelure.
Désormais* vous n'avez rien h enviar aux
étdSes de Peerán, poor qui la chevdlure
est un facteur vital et important.
Suivez leur exempie et ceiui de tout
eeux qui depute des générations trouvent
que U THICOPFEROUS DE BARRY
est incomparable pour Je soin des cheveux.
Augrbeutez labeauté et le charme de
f-„?_ 4 votre chevelure en emptoyant lts
TRICOPHEROUS DE BARRY
DON N. MTHH. Distributeur
m
flennent d’arriver:
’•toe
DE BLANCS,
la via célebre da CHAMPA¬
GNE bu en exclusivity por les
ACADEMICEIS et .provéoant
des grands crus du CHAMPA-
GNE TAJOTNGER.
le CHAMPAGNE TAITT1NGER
qui lui a vaiu le title de Cham¬
pagne des Ambasscdeursl a-
dopié par le Minister© dee Af¬
faires Drangfaes et touies les
Ambassador de PARIS, Lon-
, dres, Stoctoblm. etc, etc...
*-8BC. Le CHAMPAGNE TAITONGSI
qui a conquis taut Port-au-
Prine® et lui a valu le 'PRIMER -
PRBC DO GRAND CONCOURS
DE CONCURRENCE COMMER-
' CIALE ET JNDUSTRB&I£ DE
' Port-au-Priace. , J j
12 BouteiQes, dé U Demies et de 48 Quarts ó
moment Bos, déiiant tout® concurrence detoya-
'datis tous lé3 cafés, basara et bótois selects-
safier.
VINS DE BORDEAUX de k Mofeen Jules Gar-:
RW de table, ¿é' gustwt tres frais,
sin, rouge de tcL«*. . ■
de reputation mondial®,
Appellation controlé©. ,
¿»®aVES DE GASCOGNE DE L'IMPERATRICE EU-
^ápagne,
Safras, - â–  . . - *j
‘wWnatüíel, ' ; . *'* *
dfadanneau Roduits de Franc» Ati NMtanr: MaroA5'
IWseignament, s’adresser a« Cabinet d’AFFAIRES
*»• WAAG. No. 55
^ 5ARANTB DE
JUL¿. Á*JltoA
juyJU Asfa ¿fgfcU*
Nouvellca
Scientifífiuei
du
m
4a OJrilfcÉtlfttTt*
wtm pBBSattfd ^
«twee* N«u»a*«
deTUNESCO.
J^tv^ere Pn «r rr;^ r;tii hnatv
ÍcSSOJ if^marrar** ?:?->• > ft dnrGJjJlíté aiww>l;s.e .,
Vaay l-*arfnft í-rteitaffft a 01 t' s- gp ■«« ‘-•/i í..'''M-T.'.:Fírj de a aa
j-: c raoá^-o. Jtoa \ o->.c:s .cc un acca “ATLAS’*
£550 STMEAFJ OIL CBMP/WY (CrUUBBEAS) 5. R.
j Rajeunir I
t \
l Ces! de aes Lonas heursqTjo ss ¿ormeTi* Ies rides a! iou-1
le fatigue les prononce. Plus tot vous les combaUrez, plus ;
vile ©lies ¿ispcuaitronS,
Un truilomen! de «choc» aux rapides el durables ©ilets,
«les mmmmwm*
s'impose des les premieres rides (une ampoule cheque j
soli en one lion pendant 8 fours).
Entre chaqué cure, pour conservar le resulto! acquis, errs-
ployez réguliérement la créme de nuil sHorrr.ory Vitalise©»
acüf réconshtuant du derrae. I
Les «VIVORMONES seat m prodait de
I’ACADEMIE SCIENT1FIQUE DE BEAUTE.
Syrobole de Qualíté. —
Michaelle Roy
AGENT EXCLUSIF POUR diAITI
DON N. MOHR. m«MNnK».'
met
Salsepareille
de Bristol
Reconnue comme un grand purifica,
teur du sang.
Preparation origínale et véritable du
. Dr. Bristol et sect pour:
1 AFFECTIONS ET MALADIES
DU SANG
étpóüx cellés proyoquées jaur.
L*US AGE EXAGEBE DU MERCURE
DU FER.DE LA QUININE ETC_
Au^ipourles:
AFFECTIONS RHUMATISMAIJES,
. MALADIES DE LA PEAU
Affections Névralgiques, Débilité Ner-
veuse et Générale du Systbme, Peru
d’appétit, longueurs, Etourdissement et
Affections du Foie qui mine aim:
FIEVRES BILIEÃœSES ET AUTSES
LA JAUNISSE ETCâ„¢
Les makdes peuvent étre a^uré,
qu'U n’entre pas dans ce inédicair.ent h
moiadre particule de substance am
curielle ou aucune substance- vénéneu
s*. flffiAparfaitenmnjtlnaRensifetpeu1
étra edmiWbtré aux.personnes #d wt
Sesotá’ d’un bon reméde purificaban
et fwrtdftaet, sens fair* le moindre mat
WLU1JS VEGETALES DE
«BRISTOL»
. Warn les maladies de ‘ FEstossa*^»
du foie et des Xrrtcstte, <
- Si vwta spuffres de Pys&epste, din.
, digestion, de Constipation, de. Mutas»
«sme. de Goutte, de Coligue BÜiwse
de Maladies du P'oie, «assess, tel ítf
Píteles Végétale» .BRISTOL»
Le remide popuíaire depute plus de SP
' ■ fabriquí pa^iatUDd el Kenqs
Eb vente dans totrtes Ies Pharmoein
DON N. JIOHB, DtetrBnstewr.
A Veadre
un camión
léger,
« 1846
marque
rm irnum 1 |500.D0
i1 une jeep Universa], Annéo
:9 3, Giire mínimum: $250.00
i; un? camicnnotíe, marque
ForJ, Annéa 1847, Oílre mini-
murn: $500,CK5
une caniionnette «Station
W-..^on», marque Ford Année
12.7, Oüre mínimum: $1,000.00
hour la visile des machines,
icur élat ei les conditions de
ve.úe?, veuillez entrer en com
:.;i'i:íca*íon avoc M. William J.
Do! n; Damien Aucune offre
ns sera regue crprés la 28 mal.
AVIS
La Direction Générale de l'S
■Jucation National© (Section de
rimseigr. ~menl Primaire el Ndt
mal) avise les iníéresséa que
les exetmens oif> dels de la ses¬
sion ordinal: e sont íixés aux da
es suivantes:
Certifica! a'Emdes Primaries:
i 2 fuin 1950 á 8 hres a. m.
Brevet Simple el Supéñeur.
19 Juin í950, a 8 hres a. m.
Eccles Normales d'Institu-
teuru d'Institu trices: 26 Juin
1950, a 8 hres a, m.
Les candidate au certilicat el
aux Brevets ¿imple et Supé-
ñeur pour Port au Prince se rm
niront aux iocaux dss Ecoles
«REPU3UQUE DU VENEZUE¬
LA* et «TEBTULIEN GUIL-
BAUD-».
Port au Prince, le 17 Mai
1950.
FAROLES DE VEBITE
Cocí n’cnt pesa de la léela
me, mats une vórité. D est du
duvoir de tous Jes haitieüs, com
margaste» industriéis établis
‘cat a Pori au Prince que dems
tos cutres Tilles de la Bépubn
qu® d© contribuir á I’embellis-
^ment d® la Capital© el des
autres villes, eü ayant un© EN*
SEIGHE LUMINEUSE AU NE¬
ON,, fabriqué© par la Cíe Hai
MIHCLESCO.
Qh NE VOUS ODUtlSSA
PAS CHER.
Adiesaez * vous sous rotead
d kc ' :
mb^cuesgo,
Grand-Rue, á cdtó d® to
8e«tera fORTIFIEZ VOTRE CEBVEA0
La Sd«Dc© Modem© a d©
ccmvert le plus puissant das to
ñiques cétébtmt, m
tout to CEHEBRO «Hormona*,
dost void to formuk: to Lodtol
n&> aqtesant princioalgm©^
comme tonlque céfMiw W
Chotostérine exeictínt d©s m
$m essential»* de P*<>
tectlon c©Uuicdr»í to Pnos-
phcae Organique, recanuncm
dé dans certains 00» de ák
gaés d'éputoemeat setueto et
de pm& da raémolie.
Ave© U CEREBRO «Hormo-
ua*t tos mstods* ^puis^ f
naurosthézdquas votent tour é
tat s'amélÁer ruplítoment. re
trouvent kur capacité dp tro¬
vad! physique «t toteltoctuei tu
resaentoni un© améBatnto©
la faculté d'adaption au
"-Átrná -léfig;" —-£‘
CERfSRO
ror l^s plus
«Horneara»
á tout d$*.
plus víciue.
vent© dton» i
¿e» «Machi*©» a
Un© cártamo- vulgarteation
setont^qu© toad & ©gray©* %
public *m réveíUímt to ©ouv©-
d© Tmíik&mtem, m évo-
q««tai Fimaq© d'un monde ou
l'homma. remplacé par de©
machina ú prnime, mmix r®*
léqué d un róto de simple spec
tatour, votos de parásito
11 óst du dcvok des jouma*
Usías stoatfiques d© dissipar
cea occénlea, en complétoto
tos connaissances ítnparlaitos
et souvent dcmgereuses. Nous
vivons crujQurD’hui d l'époqu©
des machinas ©t touta' nouc
existence subih sous une for¬
me ou sous uue autre, rinfluc-n
df lq science, de ces mcr
chines qui nous sont devenuer
indispensables et qui toní pe
he de notre v’.e quo.i hrnn?
Dens toe regions I03 plus iecu-
lées córame dan» les pery^ lo?
moins dévetoppés, on coñac it
aujourd'huí te télégraphe, is
tracteur et l’avion.
Dacs ce nouvel ordr© d'hom
mes ©t de choses, la «maccr
n© a psnser» est devenue ir.é
vitahla. Comme !'automob k
et la radio, ello fut inventé©
pour servir Thomme et non
pour I© remptocer. Cos ccr-
veaux mécaniques permettent
ce résoudr© des problémcs á
une vitess© ©t av©c un© exac¬
titud© encor© toégalées. Elles
sont ccrpables de penser, d© re
teñir ce qu'on l©ur dít, de sui-
vre des instructions en cas de
besoin, de Ure, d© soustrai-
re, d’addiíionner, de. multi¬
plier, de divisor, »cé chercher
des clüffres sur des tables ma-
thématíquos. de choisir entr
plusieurs chifíres, de realise
un© suite d'opérations difieren
tes, do donner tos résulta?
par écrít, d© vériüer un résu
tat, de savoír .qu'un problem
©st terminé ©t d’en commence
un auhe, de prendre CERTA
MES initiatives ©t t'-'opérer san
qu'll sol! nócessaire de les sus
veiller.
Ellos sont d’une rapidité ©x
iraordiaaire; ©lies peuvení la.
re 5.000 additions á la seco;,
de. L'une de ces machines, c
i'Univeisi*¿ Harvard, est cape
bl© á la fois de reteñir 72 no:r
bres de 23 chíiíres chacun et
de taire avec ces nombrss troi
operations toutes tos seeondes.
*Cos ceiveaux mécaniquo?
peuvent tiouver la solution a
'Oes problemas qui. dopuss des
anné©3, üennent les hornm^-
©n échoc,' lis «pensent» se!
des méthodes qui, jusqu'id . j
taient hors de la portée U'
l'homm®. Grace aux cerveaux
mécaniques, ti n'y a plus c.
limit©® ó la compíexité d'u-,
méthoda: ces machinas pev
vant poursuivre un© méthod
compliqué© aussí facllemer,
qu'un© aimpte^r
li y « néanmoins des Umita
d la capacité ds cas carveau?
mécaniques. Un animal total
ligent comma par ©xempto ur
renard, ©el capable d© pensar
por totuition, de t be vinar, di
toar dm conclusions, da pían
dre tóalas ím iaiictov^ de
percavoir insftoctivemeht una
situation complexa qui na la
concern© pm et
áten InlerprétW tos aspects. L©
cmveau'iraéKa^Ene n'en ©st
pas capable* *S y a depen¬
dant d&hmtm ratoons da cr^
» que i&'ífápa*, stoon tontos
cas acitoos ^nmonl, mi |0«r
étra tétfl&m non í&is w&fr
meat par %é animaux,
auasi par toi machtoaz. la
créate, etoá fitorvoaux mécanh
ques est enc^a récenla. Caux
qui ©xtetem déjd no m\ qfa©
#s mvttítim ito sont
toua nés dapüte 0» eré©
m HentSt de remorqüables ek
veatbe gtet»**
Void quftiqtfe» «xtmpto» de
C© que pounoul réalteer un
jour cas machine» á penséis
«La BihHothéque . Automatl*
$^ppoam»yqm vtm
te» latee des btecuto; vou»
teases tos mots «fabrication de
biscuits* sur 1© cadran de la
machine * catalogue; tout© ki
domuneatate sur tos biscuits,
enrogiatréo aux film, ©0 dérou-
tora dans i'appcrreil ©t btoatdt -
mm projot^ mi un écran, u*
n© potó© du catologu© -¿on-
aant to n&m tto trote ou quahra
livros d© receta d© biscuits. Si
vous étos ©ahaíaite, voua ap-
puyares sur mi tetón et un
podtif da caíto section du film
sarta de la machine... {com¬
me dans tos appareils Pholo-
maton)».
On prévoit ©gal©ment «la
Dactylo Automatique»; 4'ap-
pccroil serait capable d© r ©con¬
nota des signes écrits et de
tos reproduire ©n actíonnant u-
a© machine d écrir© ólectn-
qu©», «la sténo cmlomatique*;
*vous dictorez vos lettres cans
un crppareil qui enregistrera
un dtequ© d© votre voto. Vous
placerez ensuit© le disqu© dems
un autr© appareil qui topera
vos lettres, dísposées selon
í@s régles de la correspondan-
ce*. «Le Traducteux Autoi:,,..-;
pie»; «Supposons qu© vous
/ouliez dire: «Gombieru en
Suédois. Vous formerez »com-
^©n» sur 1© cadran de i'crpoa*
,©il et appuyerez sur 1© bouton
«suédois». La machine inferi¬
rá immédíatemeni «Huí myo-
x@t» sur une feuill© de papier
3t un© voto piononcera les
mots en suédois*.
Un emir© appareil de traduc¬
tion encore plus pertecuonné
sarait capable d'écoutei das
phrases partees dans uto lan-
,^u© ótrangére et d© tes tiadui-
, © soil par écrít, soit á haute
' /olx. Muñí á'un dispositii hl-
reur et dócodíficatetítr encora
)iua puissant qu© celui de la
lachino á d¿chitar @t pouivu
■3 cellules photo * étectrique,
et appaieil soraii capable do
:o des lauques morios tólfos
u© 1© Minoen ou l'Etnusqua
.uj, juf-qu'ící, ont resisté á
aus les efforts de dóchiffraqe.
Ces quetques exemptos
?ous dannent un aperqu d© !a
puíssanco formidable que pc.u
ront avoir un jour tes mochi¬
nes á penaer. Cette puissance,
c'sst a noi^ qu'il appartiendra
de t'empíoyor a des fins uüles.
(UNESCO).
Les citations sont tirées de
fCorveaux Géants» ou «Machi
! nes á Penser - /Edmund C. Be:
.©ley, Edlteurs John Wiley
and Sons, New * York et Chop
man and Hall, Londres.
AVIS
L© Service des Télégraph©s,
Téléphones et Radidbommuni*
cations avis© qu© las télégrom*
mes de souhaite ©xpódiés d
i'occasion de la íét© des méras
;©ront adtofs au tarif suivant
pendant tos jouméea de© 27, ?$
©I29 mai.
Tólégramme de six mots ou
motos: Q. 0,45 cts.
Tax© par mot ojéditlorntol: G.
040 cts.
Cm méqtammtm pow béué
ticte d® G* prirllég» ae de-
«oni comporte deras tour tax*
i* q\¡0 des eoohaits d Tadias-
m des mérm.
Port - au • Prince, lo ST Mai
im.
Doulmirs De Des
■«i» Moles i* 3 Htwet
.ñrí««aatt5?||j
pgM (fá trfflfát T©y< ft** se ©I
Ira» tná^torraíwr avec »n»n¡?pp»«i
méáleament, C «*t 1
v«a* e** eerrwes a»!** Qtj*:^ué8-uas u* ,
It'm'em X**vi%?* fít'Pitmit* ]
latoaax. #i jgvtr aa»» !»f
S» fie
jwrvoatíe», waaJt So t«t*; varUm
«o* d’awftétlí «í ééawJít*. e»6Ttu«*¡
.asagtosgjp122**
«Hita «KWte
reCiiito
*wwv 1

I ’ .«
I>iwvaIIm
w piWWIWwWWSp»
ias&Ss.i
SáSMMMiWlti «oowujbu* jr„
Itutngim
HONGKONG — Des sources
autorisées nationalistes ant rap
portó que fes commmwtes chi
- note ont íaü de grandes 'con¬
centrations d'équipement miH-
taire nuse e? partlculieremenf
d'ervions a propulsion ru&se,
Yak, dans lit region de Can-
ion.
HONGKONG, Une source
autorisée a rapporíé que Ies
communistes chinóte ont expéri
menté, dimanche dernier, pen
dant *Ax heures, des canons
meses et que la panique s‘es>
répandue bien vite a ¿reveis
lea habitants de la vilie, qiu
croyajent a une a?!a
iionaltetes.
WASHINGTON. -
seite remplie d‘or et de pienes
précieuses, confié© á la garde
du General Douglas Mcaribu:.
á Tokio, a suuieve .
du Gongres. Le comité pour
fe commerce étranger ó la .
Chambre des Alíaues entro les
eícrts a désiar.e un de ses :
membres pour ob'en'n les de
tails et surtout pour sovo-r :on
mení disposer de co'"'rer,or, por:
la vaieui n'a pau cíe revolé.';
Le sous cormte a â–  o;; ( ::n,nd
la dopOS’.t.c-;; •;c-'*rr':;d<'.-i: ; '• - -
crétaire de la uuerío. imh-a
Patterson
GLASGOW,
Le Lycée Pétioa
mu—i m
NOTES 0'ECOüTE
(suite) »
Me. Amücar term y, aciueífe
men? Directeur de llmprimeri®
de LEtaí et Admin is trateur du
Journal Official-de la Bópublí
qa» «Le Mbnífetir» vient de H-
vrer era public une étude fort
documenté© qu'íl a consacrée
au Lycéo Alexandre Pétlon.
tamy est autorisé a fair© ce
travaü. Outre sa passion de
chercheur et sa méthode, A*
railcar Lamy a longlemps mi¬
lité dans Fenseignement Se-
condal?©. Anden proiesseur
de Hetho et de Phiiosophíe au
i.vcée Pstion, anden rép&ti-
tour au mérne etablissemenhU >
ce privilege de coudayer '
re ces «vieux rnurs» nom- j
ére d'éducaíeurs qui par leur í
tar motion, et leur patrioiisme \
ai-'-nciement contribué \
hire du Lyrde Pe-
i. in centre par excel¬
ente de iotmavlon de i'elite
ir.ieíjt ctueUe et diñgeante de
¿tote et qui sont eux aussi, en
tiés en ccrmpagne,..
Lee partis de gauche et d'ex
treme gauche, sous lá baguet¬
te á& M. Paul Henry Spaak,
ne perdent cepencfent ni fe
Word, ni tout sapo ir, et c'eei da
tout® leur órne quils íuttent
pour que Leopold III ne re¬
monto! pos sur le irons...
La mere de Mermoz en avion.
La mere de l'Ãœlustre avia-
teur, mor! dans Taccomplísse*
ment du plus beau comm© du
plus élevé des devoirs, est par
ti, en avion, pour fe» Amen¬
güe». Le pilote quí la conduit
doit suivre, pour ce voyage
transatiantique, la rouie raé-
me qui porte le noxn de Mer-
Ilyai
les T.P. de Caire
ces travatsx
Bel
More Seíde. un
áu víeil établia
; Esti
os? respec-
i’ex • Pré
ei a relire.
verse t
ge, tuc
bless en
tandis
passnq
veis lo
Les do
Les meques seront
distrtbues Vemlredj
on?
hommags rsndu á 'un
grand aviaieur par des com*
I patrióles íideles et vigilants...
| Yvon Delbos ó Florence.—
Ces? M. Yvon Delbos, Minis
: tro do {'Education Nationale
I qui préside ¡a Delegation
: Francaise c. lAssemblee Ge¬
nérale de FUNESCO qui so
dorouk-, cede fois, en Iíalie, a
Florence.
Un inciden!
neureux a ma;
?ion des Travo
a oeir¿e ccmr
neiéguéfl de ?ro¡s sa!©ib?es de
¡a Pussie des Soviets de-man-
Merení 1 exclusion des débala
oes ue.egués tíe lo Chine Na-
j o -,te. í!s quítterent brus
q’.erucr.t la seance, e; dans un
nei ensemble, icisaue le Preeí
dent de i'A
Les grandes cruos du Bola
do Chene, quí ont causé ton!
de dógetts, la sernaine darn so¬
re, onr emporté íes bordúrss la
iéraleg de ceiío partis du can ¿1
áu &>ís de Chéne, sltuée der*
riere fe Si - Alexandre, occn
sionnan? aínsrí l'éboulement
des ierres qui souíenaienl ces
bcil. Hires. Ainsi, les proprié-
taires des maisonnettes de cei-
t© section courem chaqué joor
fe risque de votr l'éboulemen?
aüeindrs la base de ieurs md*
sons.
C'esí oinsí qu'híer, la tei.e
s'eííondra de la base d'une coi
sine et occasionna la chute de
celle • ci.
Nous pensons qu'il y a ?;r-
gen.ee b taire ces travaux du
«Boís de Chene».
des
plus mal-
dnaugura-
Í3 avaient
que fes
morpíu
que la
Genero-
ournettre
¿rntzux
4rniversalre
A.uicuid'Lal, 21 M
*.2 ¿’in. ez. i un
niversoire de •
Jean Marceau DESINOR
Ses nombreux camarades
Poní chaleuxeusement íété hier
soir.
Bonne Féte. lean.
x x x
Aujourd'hoi 24 Maí raméne
Farmiversc.-re de r.aissonce de
la aemilfe Melle Marcelle Kel-
ly. '
En ceíte nourouss dreonstan
ce, nous )u: adressons nos
raeilfeurs vceux de Bonne Fé-
te e* de robu. ?¿- santé.
CEBOS...
(SoUe)
l»s
que
fin*
. cene
le Charlé ^’Aí?aires
!s TArgmüm recoit
pro-
oyée
La récolte de Caíé
dimintie de 50%
en Colombie
colombh: s-:¿;« . k h
gra.nme ,-e
Bogota, les -.
ont détruu ;
pros de 5 '. -•
;d Pros
proion.
conomie
Les r»v
posen! ¡..r
iars pout
fane ia
Au Theatre
de Vertiere 1
«Massitíci! Cvttmr.
recev
«. ■
¡eur serón;
.’•ic :aíson des
’;c'-c-,n Eleves des
..--es efe
ír-.¿-'{-iiction
t!wefíes«e
Avis
I/AdminnUrn’.'o
le ;
do?
livr
bre! d
Pcrí t
Béces du Jour
Simoon loíieoh SO n
mond Joseph, Elvira !>c
ans, Henry Remain, 4:
Bernadette Bum. 10 mo
silia Joachim. 58 ana.
Aasalie, 83 ans.
ont
muon pour
>ue 1 a i'Econo
Si. - Lo'-d.j
: Regrettable perte:
i le R, P. Corno.
j A la qiand© s!.
1 délos de >a Cap
â–  Chanoine Cor no,
General de i'Arch
II occupait
clamo
ileux pi rempusfcui sa tácn<=
avec devouernem at conscier.
ce, se plait - on a dire.
Comme dot? létre u.n bon
Pasteur Chréüen,
: en semant fe bien.
Nos bien sympathiques con*
tíoléances.
Drew Pearson
et Trygve Lie
bear
urpnse aes
¿tale, same
m;eianre
c veche,
poste qui
..dorse e? s
passe
YORK. - • AFP
drew Pearson crod sa-
; ::ix cours de la coriver-
; une heure et demie
eue á Moscou M. Tryq-
secrétaire general des
-• Unies, a fait un plat-
mpres du marechal Sta'
•. faveur d'un program-
paix de 20 ans dans
ire des Natrons Unies.
â– curs de sa causerie heb
ulre radiodifíuséo M.
n a ajouté qu® M. Li®
propoté qu® fe Ministre
enlant qua l'f tttrt* a voaltt
surprendre, avid© ás se
curieux et ravi de lul - mem©*
s'oiiraijt a tout c© qu‘il y a «©
bon et de beau dans une cer¬
tain© bumanité. .
On abandonee Ies aquarel¬
les pout les t©ü©s* Ce sont la
les ceuvres sérieuses, o4 on
suit I'artiste dans fe chemin
qu'íl a parcouru. Une toil©
date© de 1948 happe, Vn me¬
lange d& mysticisms, d© bon¬
ne foi naive, de candeux. surna
tarelie lui donne une serveur
pTOdlgifiusement tertoii hai-
üan. Hyppoiite (un piimiUi
haitisn), a de©i aotü de son
tombeau, tend son pinceau et
prend en échcmge la paa, le
¡epos du peintre qui ne sera
plus attire par les couleurs,
íatigué par ¡es formes, lanci¬
né oaT I'oeuvre a aéer.
dt puis, ce sont les oeu¬
vres de 1950. En 1'espace de
oeux ans, Fcirtist© a perreauru.
Í5S ©tapes qui séparení un ta
bleau coromc .Hyppolite iait
ses adieus á la peinhue., ée
.DeHvrcnop, *, .Deux quedes
etc ... Queüe evolution magm
fique: Quelle richesse de
palette ;
D’une cérémonie vodoues-
cue, íes lueurs des calebasses
rougeoient, vsrdoient sur les to
bes blanches la pean du pos-
sédé. Les ralléis donnent sa
majesie, son mystcre a la see
ne Deux guedes pleins de
vie, aíiubáés de tous leurs in¬
signes, von? tout á 1'heure dan
sor devan! nos veux. conduit©
«rata», dans une saroban-
nietnaie.
, Is Jaui le dire, Cédor n’es?
? alus un piimitíL 11 s'exprime
dans un réa'isme authentique:
: a trouvé la voie par laquel-
;a on va au ptupíe, en chan¬
tan! sa vi© de tous les jours.
11 reste proche des siens,
voüá pourquoi, i¡ trauve 1 ex¬
pression qv'u (aut. Les sujets
soní tires \iu reel üs viven?
par eux - mémes et par fes
couleurs. C©dor a conservé
du *pnrr,::¡í» i1 usage de la cou
i sur pure qui sedui? I'ceil par
blsus son! bruts, fes rouges
flamboyants, les verts violents
dans leurs reíiets de peau d’é
bene.
Je voudrais, en conclusion,
encovirager tous ceux qui al¬
iñen; Vart veri?abie d visiíer
iex;x>slllon de Cédor. Elle
piaira certainement aux étran
gers. et elle do¿l piair© a i'hai
tier, qui sera emú d© revoir
sos paysans, sos gens du pou
pie. depuís la danse jusqu'á
t'eníantemeni douloureux.
Genevieve BOYER
BISCOURS DUPREFET
Nous pubHons avec plaisir.
pour Linformation dfe ban loc-
tmrs, Í& bau dincoms psonon-
c© par le nouveau PrM&i Juntm
Sam. tier rtiaim, áu cours de
la cérémonie de prestaticn de
sermeni cm Tribunal Cirii de
Pori - au - Prince.
Les fortes et belles paroles
proaoncées paz le Pr&Iet Sam?
pour determiner Ies grandes
ligues de son action mi deli-
cat poste qui vient de lui étre
confié, sont lá pour garantir
qu'il épcmJera la politique de
la Iunte de Gouvernement en
vue de /aire épanouír un cii*
mat cfordre ei de paix pour-
que se «forUlieni les conquétes
démocralíques de 1346».
¡ de :
Ifagistrat,
Monsieur Je Commissaire,
Monsieur le Bátonnier.
Mesdames, MesdemoiseUes, '
Messieurs,
Vous comprendrez sons pei¬
ne pourquoi ma premiere pen-
sée, en cette minute solennel*
fe oü ma voix s'eléve dans ce
| prétoire, va d'abord aux hono
; rabies membres de la Junte
; de Gouvernement de la Répu-
; blique. A ce tournant diffid
. fe de l'Histoiie Nationale, ou,
I á certains postes de common*
, de, il íaut des hommes ' qui
- puissení prendre intégrale-
, ment leurs responsabüités ©1
¡ se dévouer sans reserve á la
: < hose de l'Etat, ces grands ser
i viteurs de la Nation ont bien
i vou-u ¡aire appel á moi pour
étre Préfet de TArrondissement
de Port - au - Prince.
Je r.e veux point, pour le mo
ment, chercher c© qui de leur
par! me vaut cette marque de
kmifíl í'l-M-i-nrfrM-'í-, TiSnia 4
qil m'atutod, qu« i
lieul« deven t voJ.
des lignee
vrom dñier,
oens 1 exoicice de ,
l.on-i Et teci m'amtne'*
wulei en pasean, ¿Mi
vi* - á - V» du nOOTÍfjfi;
lif gui. -Jepuis le i3
rae la raspanscdnlia “
aer “M henri teKjSME/"
son dc*s!in. La Juzifti * uift*
r©* cotí® méme Junte
jouxw ínoublicu de 181* fe??
«u Payo UI18
et de ponfiance et qu¡
— sa mission réajjade. m i
gratitud© de 'ouj; cette hj.ff
composéo d Ollieiers IntínT**
et loycmx que |B p ' JJPp.
tier aá*r^Td* «< ..... * .
Commentaire du
«New-York Times»
de
Le Presíd.vn* ¿
Ernes! DOUYON.
MATCH m-LVTTE LIBRE
La Statue
est retroavée
CITE DE PANAMA
Les mtlieux remo
AFP - -
ues ?c-
gram
Hic
notre -
radio Cos
'ame des Anejes, qui
avait eit* volee ú y -a-une se-
maine a la Basifique de Car¬
thage, vient d'etre recupéren
intacto.
On sait {'¿motion que le vol
áe cette statute, accompaqné
du meurtre d'un sacristain, a-
vaR causé dans toute l'Antéri*
qu© Latine, et spociafemen? ¿
Costa - Rica, oú la statue, au
socle d'or et au manieau in*
crueté de pierres précieuses, é-
terit l'objet d'une vénération
particuijére. La Radio Costa •
Rvcaine ne donne aurun détail
; sur fes cúconstances dairs les-
| queües la statue Jut retrou-
: vóe. *•
qu® 1© N
ju© des Affaires Etran-
gereE, M. Andreí Víchynaki,
as-hi-fe á.une session spécía-
le dv Con se il d© sécuriíé quí
se uendrait a Geneve ou á Pa-
dís. M. Lie crurait souligne la
; necessué de tenter á nouveau
d'arrtver a un accord interna¬
tional sur l'énergie atomique
, el le désarmement général.
i D'aprés M. Pear&on «Stalín©
; n'a oas tfii grand chose.» Tou-
í tetois. il quraii répété que U
i capitalism© ©t 1® communism©
peuvent vivr® cote • a * cote,
mai3 il auralt également afiir*
me que les Etats - Unis d¿si-
rent la guerr©. En conclusion
M- Pearson déclare que Stall*
ne a promts d© prendr© ®n
consideration 1© plcudoyer d©
M. Lie. •>
Foses AsU • ÁAriewB®
L^ &aut enlrepris ici par Lord Leslie Cdrlton, d'Oxford, An*
gfeterre, on son match úe lotfe libro avec l'argentln Anto¬
nia Bocea, au Madison S^uax© Garden d© New • York, n'a
pas pu empécher qu'il fut vedneu par fe sud - amérfeato qui
«st ¿ujourd'hui run© dea ídolos fes plus ufeiées de ks luhe
Ubn, gm „
Iaananratioa
d’sn Club
L'Association dos Etudíanfe
d© l'Institut Haitiano - Améti-
caín nous ont convié a un© fe¬
te qufelfe organise a l’audito-
rtum de ITnsUtut, fe mereredi
31 Maí coiífant, a S heures p.
m. á 1'occasion de san inaugu
ration ¿i de rinstallation de
ses Membres d'Hoxmeur.
Le Piéstdení d& 1'Associa¬
tion ¿t le -Sscrétaire - Général
sont respectivement: Me. J. Lé-
JiO Joseph et Roger Conoto.
NEW YOREI, 22 (AF?) —
L'Armés Américaine est en
train d© msttr© au point une
nouvalle fusée and * aérienne,
appofee «Lokf», quí sera capa¬
ble d'QUeindre 15.000 mitres
•■/altitud© «et áe détrulr© tout a
vion venan! attaquer», a dé-
claré, á la radio, 1© Génécal
Lawton Colling, Che/ d'Etcrt-Ma
jor de l'Armé© Américaíne.
Le Général a également té-
véfe que les sttqtegisfes amé
ricains étafent hautement pré-
oceupés du í Policiers» posaeJrpient un nom¬
bre sept foie plus grand de
tanks que l'Armé© Amáricai-
ne. Celfe - ci s© propose, a
poursuivi fe Général Collins,
de retnédfer d cet état de cho
se® par un© fabrication mass!-
v« d'ttmm o»8 ^ lírato,
• V
NEW • YORK — AFP —
S© londan! su.t ¿es rensei-
gnerrtcnts obienus *de source
c’ilpomctigtie sur©*, Je corres¬
pondan! au New * York Times
cux Nations Unfes, d M< Ro-
eenthol. se croit en mesure
dfeitiimer dans ce journal que
los trois rninfetres Óccldentaus
i des Affaires Etrar.géres on! dé
ciclé h Londres «d© ne pren¬
dre aucuae mesure pour fe mo
men! qui faciliterait {'admis¬
sion- du regime communis:©
chináis aux Nations Uaies.
Les ministres, poursuxt fe
«New - York Times», se se*
iaiei:‘ mis d'accord «poor ne
y as modilíer la §jluaho^ pre¬
sente chaqué paya mofe to*
nant sa position actuelfe con-
cernanf la reconnaissance d©
Rekm».
Seion des #ource* des Na
dons Unies, ajoute encore fe
correspondan!, íaiecmt état de
certaines rumeurs íéion les*
quelfes^rFfanc© aurait modi*
lié sc position en faveur de
’’admission du représenUmt de
Rekir.. «il ny a aucun change-
menj á Fhorizon* et méme s’ ;
VEgypte reconnaissaít Pekin, i
«il manquera!! toujours un vo- !
fe (qu Conseil efe Sécurité)
pour que e© regime gbtfenrie
fe majorife nécessaire de sepí
voÍk sur onz¡e.
Toujours d'aprés fe «Now
York Times», fe qye$upn de fe
Chin-» aurait eussí fat} Ifebjet
de discussions á la conference
de¿ douzs du pacte d© 1‘Atto
fique, oü les Scandinaves ou-
raierjf exprimé une vive inquié
md© á l'ldée que la solution
de fe question chinóte© n© soft
pai encor© intervenue au mo¬
ment de l'Asaemblée QénéraW
de Septembre. Toute^ cea.dia
cussbns atur fe OMm, ajoute
encore fe correa|X>ndcmt, era*
rolen! eu lieu ervemt qua fe Sa
crétaire Général des Nations .
Vm$ m m mfa á M?*p%
haute coníiance. Mate,
dor-.t }© demeur© convaincu,
c'es» quils n'auront pas a re-
gre??e: leur choix, et que Je
: ievr en qarderai une ínvaria-
i ble ¡econnaissance.
Magistral, les paroles
vrcument trop élogieuses avec
i lesquelles vous m’avez aecueti
; li a l'ouvertur© de cette
audience ¿‘investiture me tou
chent profondément ©t me vont
droi! au cceur. J© piendrai
souv©n! plaisii a me les rap
pelei. Et e'esi sinceromonl
que je vous remercie. I© me
permets de vous donner la ga¬
rande que voire atiente, córe¬
me celfe de la Junte et com-
me celle du Peuple de Port-au
Princ© ne sera pas dégue,
Dans 1‘exercíce de mes nouvel
¡es et déUcates íonctions, Je
m'everfuerai á me montrer tou
Jours digne de la coníiance
des urvs ©t des auties, ©t digne
de moi - méme.
— Monsieur le Commis-
I scare du Gouvernement, est - Ü
nécessaire que je vous dise
combien j'apprécie que vous
ayez, avec tant de sympathie
et d eioquence, rappelé au nou
veau Préfet les lignes fon-
damentales d© sa mission et
ce qn'attendent de luí ©l 1©
Pays et les représentants du
i Gouvernement de fe Répubb-
I que? Plus que jamais se pré
: cise aujourd'hui pour moi cet¬
te mission du Préfet qui doít
représente! le trait d'union en
tre l'Exécutif et les ladmi
nisírés; et se precise égale¬
ment pour raqi le róle immen¬
se gue jes Communes sont ap
pelees d iouer dans fe proces
sus de développement des for
ces vives du Paye, L'interven
lion intelligent© et dynamique
du représentant civil du Gou¬
vernement, et son souci de
ses vér hables responsabiUtés,
peuvent taire du Préfet un auxi
liaire extrémement utile a
la bonne marche des aüairea
publiquen.
Monsieur fe Batonier,
je sute heureux qu© c© soil
vous, mon vfeil ami, qui m'ap
portlez en cette drctmsíance
exceptlonnell© fe salut et fes
vaeux de mes confreres. Si
fes r&mom de fe vi© m'ont
contraint b m'éloigner du to* .
reau je reste cependant fidéfe
au serment que, jactis, je pré-
tai Ici é cette mam© place, ser
ment qui, bien souvent, m'a
serví de boussofe. Le Préfet
efe Port-au-Prince salt que Lap
pui moral * du barreau p^o1
contribuer a raoaisement et
h fe quietude des ©sprits, U
sait aussl que cet aprtti ne le*
ra pas défeut mi * meni qui désire que régne un
oUsrnt 4© pqte et d'entente on
ire tous.
^ — Mesdames, Mesdemov
selles, Messieurs, ce matin
vow© oles venus en nombre
imposcrai é ma prestation d©
serment. Cmi fe prsuye eío-
quede de ía sympathie que
vous m© témofenesetdefecan
flanee que vous pfecez én mol
A vous tous, mes mote, un
cordial raereb
— Il est pout étre
pensafcfe, «wat de m1
* {« !ís?5j» et
tier admire et „
une ÍO;:-: encaio, ¿tir S
poütjquo, ó une mjj *
üque de ¡ Hrstolre. n __
«opwiliJ do fair? Q, ¿3
Mai»; rrípp.,¡oz . Tou*, fZZMÍ
prarató» fu¡3 jBpuB «
tion car.iúncaú*.©, on JTÍj
1948, des Ofíicfers'd© YAmU
refuser d» nutrujiior fe aZl
pfe. Au contrah*» úji ont
pafbteés avec lui. e‘, fe LS
par fe main. iU FonttóAkj!
frotnchir fe seuil retroav© ¿m
ejpéranc» perdu,, ile Voa<¿
dé ¿t, frarichlr les obííade.
*e«sés sur son ehemlaiíiW
redonnaal touies Ies hhmJ
fondamentales de la Dwmob
be.
— — 8 est indunjeuHfcu
que s'installe la. pair dau In
rues et dans les esnrit* m,..
que le Payo, une toi» ta £
rifé retrouvée, puiue racae.
menee, a vivre et á eg dm».
lopper normalement. U, pX
dáration,l’esprít dedieriplineet
d'ordfe qui, en 1948. aroint
| caractérisé le ra
de la Junte et M
mis de mériler 1*,
I consideration des
: iitiques les jrlus. terauehentgtó
opposes idéologlí¿!«i^«^
ciafement, sauront. uno noul
veUe fois, marqusr ¡'action W
namique de la Junte de 1956
Une chose pared! d¡5fd Indiaci»
table; Le Piy* seoMe étre ae
pelé á devoir aux milltalreg
i a respect des prírK%ex déao.
cratiques qui devront un iour
orlen ter notre coramtinauló sur
dos voie§ nouveles et vsrs
des destina ncmveam. L'ctet»
vre d© la Junte sm& uno csu •
vr© de stabiliaccílou ote*
quéte® démoaraüip» de 13%.
Messieurs, ¡'heme est á la
grand® récanciUatias nadatá
le san® laauelle aucun objec*
tii sérieux ne paturra te utlle:
ment envisagé. Nous ftffii-.'
rons dans íes limites He no* :
attributions — seconder J« ;
démarches de fe Junte, $& vtte.
de raider é instaurer et a
meántenir dans fe Pays vn di
mat de sécurité social# verita¬
ble, irn clima! de quietud# #t
de paix, un climert d’enícr.to ot
de communion des éasrgitó
et des volontés afin aue se téa
lis© dans une évolufion ette
tinue fe destín de gnmdottf íte»
quel peut orétendre la coin
numerate hedtienne.
le reaa,
ill veos plait!
Les habitants de la me &â– .
la Revolution, bloc compti» «t
h-e fes rues Saint - Honoré Joseph Janvier, se ¥ ptetgsssJ: :
du manque total d'eau.
Hs demanden! aw Swttk»
competent do venir o fet '*â–º
cours et He leur donner, »
mofes, de quo! suHskiira fev
'Oif.'
WALCOTT,
EN ALLEMAGNE
Jamy Jo» Walcott, qai
ne g Hddalbwv.
pour 1»
a nwsuii. h“ . ,
¡delberg. Alhm*gm
match
1» 28 MaL arree 1» chao»!»*»
77“' ***“‘“ UB maneter ' m t» neo. oree w .|M|
4éUcaj« «t jpufdo 1 ¡«swrad Htrin Iq IW* “
1
He geste
jfáits -de G
frjbwr *s
Mis de te
Ja setna'me
pe clans ie
ftfes des ce
¿ices ée l
&áioil Cétait lá
ver, s'il en
safo p&pent veti
fyg¡ daos h
& peuple.
pos rermlle
Zea te, 1
¿te sa sollit
aspiren!
y&isn • éReí ■
á quoi tout i
Ce fut do
Uie ¡a tépe
¡a settle ‘
itenenl, par
. recle, tangil
cfeas real
real lépétan:
m fe Co/on
. es s'adqessa
jaUrés, que
aux mains d
â–  m iewm aut
mdhems acti
.Nous nous
:Sm sur tou
éa pays. Nc
, émment pou
hatos; nous
ti, du secour
démandons di
met rnilitaires
devoir en vers
Paroles raí
Imnt longuei
médjats.
scckúe e
profonde,
Sés d'etre
petin, de
socours,
«fon a ia
poi
ée, Ja ¡
dune pe
pnque c
asms e
ie tra
seion d
ferés ¿
( Ce cli¡
b Junte
®ssé, d
pOUvoi/-,
étes ce
tela
«ües
MW - YORi
u ÑUS LC
^™|»mobU»í,