Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
aden prédlt acceptation P#6pc»ition Uruguay
AUTOUR DE U NOTE PS l URUGUAY “
La Position prise par le
Commentates
sur la Situation
Internationale
Hast íac*¡« d& coaMte? <¡w»
Vs zaémes causea prodiiteert
les méms3 d&ets, qíiatk ]« Com
jaUlÉSBi© international e»t en
Gouvcrnement Haitien
la sa souviem, cpawl S«&
. (¡ }üil« étaieat des comí»
„c yea 1933, qw» 1«* Com15»
U* *° ?>■««* coolf‘
OTBC
w CawaPaW. *» *7 wula^ot P«* (JU* t®» Ba*
tyfr-.tt p»i®1’9“ « 1« 9uet’
'"■>.« des q«* 1‘AlkmagM
0V‘¿* átlaqué la 1“
C «Maníales, «» FraW» «¡
en Europ* se jo)SP»»i
U moawinent 4* BésManí:».
«‘■cetMt «te taésrüpea ré;ia*
¿rwil }« 5»®'» c£,ntre 18
geich « le I<5KS,>-
C% }eu«s-ci quelqae* *«»»
«jrsa la déaíísso» se»c¡«on«l
u<¡* {'Arofeassoáew des Etaw
Víjs «i CM» qoí proteste.!
¡joatr# les te»da»ee» Camnu-
si«S* ¿e certains jnesdares d«
¡jipárteme»» d'Etát, an nouveau
ejarom s'«st preda» dans l‘o
piten pabilo ynis.
te Gouvernenaent d* ChicMg
¡trf-Sheck n'étaít pas an régi
¡jja aussi damoaotfque usévslt voulait le fair* rao¡«.Au
Jourá’hui, on fait reaw^ ff*»
Chjang-Kai-Sheck «*t a» Kcte
teat chef d'u« GowsrKua»'
d-OopTesaío» Onis et «plolte l’envoi de ttoa
pas coaéricaínes en Chine*
Stain» »'«**■ battu contra te
topón eeulwwnt «HWP**
toara, tendí® 0r.t m«né une taita gigantas^»
h trois an. centre 1® perf'te
’rippo»®. Mate, on a «t««U
wtÍ« d«fe Caa¡mtt¿** Chi-
'oís, dée 'gas I®® «“I*3 s5Vie
toas» sort acooumra au stoou*s
i» Ja Victo*** s»*1,*® í®**5*' .
Si les améíicaiw cox ®F-'
•t0ns communis*» hésU«n,0!,t
■tomando que 1« Batean» en
rota»» de® arate» * d®
;¡0n* ai» Cammsnistes Cn:
lote, 11® rédamont av*= faoa*'
!t cu nom d* l‘Han»ni»
fc» troupes de la &puH‘q»®
Etoilée évacuent Ia Chm*. 3 1.
¿e tie pa« avoir *d a**" »n
k¿ ou l'cmtr«.
¡>tte noavell® tacttqu® au™
3» suco®., car 1» cteé
rioaines n@ ^
rrteax — puisqu» lo 9“" '
J<¡?leans & «pít
tent la Chin® <* «twrnení cto
^UX- 'j#Jl
Comm^stee «o *
^sr,8 majins q“> ® , ®',.
tx», et ne rate!» pas ¿e *' -*
íonjoute l’occatóí» ?<»
chweux».
ÍDés 3© debut d« ]a -álscíís-
©í sujet de l J^uay, ootis avous d’u^
^on póremptoire déc] vu jes saetífíces~^€- ¡&3io%
de vies, detiene maté^>Is pouf
sauver | i% hord^ It^cisfes et nazlsie©,
¡m Nations IMes 3» reouleiont
deva?it aucune mesure pour as
surer k respect dee Engage*
me^s pile —, «» vue de ga
ra»tir J'existence de© .princi¬
pa democratizes, *
Ld d^ssus, notr© confrere -tLe
Soá* partü en guerre coutr©*
notr© opinion, avec des argu¬
ments sophietlz^ *t padois
misme des ¡cgsprécSatio®B k-
just*®, gull voudrerH dép) te
Nous sayona trop ce que c'est
que 1a vc?»ité puérík <¿a auti-
dbmocrates pour nous émou-
voir de certa|n©3 attitudes qu'i’js
prennent C'«©1 pourzoi noua
T>ous eomme® c^tcmn^ darts
noire position premiere, e'est
d dire «Je» regards íixés veis
®o|re «puissante et généreuse
volsi^e* «n'eu déplaise au
«Soil») dont la decision ~
quand e}.|e sera prise — aura
force obligatoix® pour, cm mo ins
ious i«s «pete pays» de ce%
bémispfeére,
Lors done que k Secretaire
d'Etat Byrne® fit }a declaration
gull adoptait sans réserve la
not© du Delegué ‘^JmgnoY^t;,
»ous avoirs compris z’U se'
rail absurd© de bra^dir, com-
lae u« «petit sobro de bois*,
une petition de principe pour
combatir© ] "óptate du Papar
temen t d'Eíat.-— Súnp]emer¡t
®ous avoids rappe]é 6c© qu‘ic-
meme nous ccvons écrit , au
cours des 3 demleres années,
quant a I'atittude qui devra 4-
ire prise pour porter ¡es pew
pfes a marcher dans la vote
de Ja vrvaie Democratle, mime
en exergemt }'intervention non-
-rrmee.'
mo niGAUD AUEAIT
ASIGNE NOTBS CONFRERE
« HAITI-100HN AL»
II eat iortement bruit quo Mi
lo Bigcmé otirofi soigne noi^
excellent oordrire, «Hait¡*Jour-
sol», sous pretexte qu© pu
'bliootion© ¿s résiátats d"*xp«
tt'se ! ráinésá d luí nuire, just® au mo¬
ment OÜ u« référé introduit par
!S, Y^cent centre fui, e@t plot
dé ei le depot deg pieces orion
né et que 1'afiaire eat au déN.
beré du luge, et cm moment aus
«i ou d’autres a^efire» intro-
duííe® toujoiuat par S, Vincent
oontie ]uí, Wk) Higcmd, mcw4
m V0-& de solution.
De mem© que nous- soutenons
b Dfoit de ¿álense de Si'impOi
k qui «st -prison® pas k procédé de tea
duii© ©si justice aucm ceñiré
» «semt de a** chose sacrée
¡a liberté d» ¡a PM*»
: . ©%gk
’^t dune’ Afir© déjá jugée.
itetíer, tácete,
**%* ®® eo®goit Mcr>s, «U*4r
’ « toke voild quí lola©« mp
P^que&réplkpm -tm moni
&& ^OavAuft, et qu* pa? ám
I] s'ctgsctit done de nsodalí-
tés dans I'applicataon d'une col
laboraron entre Jas Gouveme*
menta -des Notio^s-Uni-es dont
Ja plupart d'uno Ja^on zc^*
conque, oni contribu© sons a¡
kr sur ks champs de batu'l-
jes, d ]’écraseme®t du íasc¡s
me ou d© tout regime sembla
M« a o©]ui dont ]a destruc¬
tion est prévue da^s ]a Propo
sitien d© 1‘Uruguay sems poa-
voir prévoír sous que^e tormo.
Nous sommes done recon-
^aissants au Gouvernement Ha¡
tk» d'avoir ítvfiáqué dans sor»
Gommuniqtk d'bhr &a posi¬
tion, en répanse h la note fia
23 NovoiMíre écsoulé, du M¡-
nlk?e de© BeiaHons Extenuares
de }’Uruguay qui ,pst absol u-
msnt dans la Jigne du IXscoms
du President Lescot 1® 33 No-
vembr© 1941 oü i] dis-aU:
«Que 1© Gouvemement des
rEkrk-Unís ©ache, n© cesaons
*pas de le rápater, que, si
«■besoin se fait sentir, ses for¬
rees comm& les forces d© tour
rjes mitres Gouvemements do
«c© Continent, pourront pér*é-
«tr@r chez-nous, sons reserve,
«et qukBss y trouveront ]a co]
«kiboratio» la pjus compjék
*en. vue- d¡© ¡a defense «mmi
«ne de Z® i'homme digne d©
*:c© nom a de pjus cher au mon*
i-do; sa liberté et sm Indépen-
«deuvee*'», - ••»"
En ©ff«t, OU y reconnaít ;e
désír «d’hanmon^r k príncipe
de non-intervention «avec des
c&co&pts «ouvecrux — paral lé
bssne da la Paisc et de J®' Dé*
mocratie*.
St concí-uant, n<^r© Mk*3tr©
| des Bejations Extérieures ge pa
' trlotísm© du «Solr* 4©ít en a
volr h'-er. soufíert);écrl-t;« Au|Our
íd'huUK]© Gottvernement hai*
«tien) est prét d procéder avoc»
«fes autres Bépubl-iquss du*
íConfinsfflt ó «VU«S pour la recherche. rn*
«commun dun® solution qu!
atonde aux mémea fine viseas»
«par ¡a proposition du Gouv&r.
* nemenf d® l'Uruz^y* sons c®>
«•pendant qu'i] soit mvtsaqé*
«une action cont&afre aux pricr.
«cipas «ssentíte adoptes par»
«¡a communauté des naíxr.^»
«et menagant© pour ]Vrver<:r*
«des relations interamédcai^
®r.eg dorA 3’haimoiü.e a été,*
«duran! la récente conflagra-»
«tion, m des pr&cipaux «s»*
«po'irs du monde civ!]iaé de»
«vojr s’établlr d^nifivement»
«fa Paíx*.
■> De tout ce qu* precede if re!¿
! sort d« la conclusion dé]*caio
: ccsnbk» difiérento des affirm o
• -bnc catégorlqixes,©! téméralres
: de notre confrere «lo Soir*,.
’ qu© bien qu'aucune sokition
soit «xpreesement recommandée
dans ]a question d'iníerventton
collect'.ve multdatérak, i| nVst
! dit nu}ls part qu^ pour la T-ro
, position* de ]‘Uruguay o» ti©
t’-ouvera point de formules ap,
pllcabks d convertir ©n «ocíe®».
I Notr© saCslcction est done ex
' treme, en constatan^ que, par
â–  son recent Communique, qui
est un Act® ¿’importance capí
' tal©, tesnt par \d forme que par
\ ]e fond, et qu\, poní toutes ces
" iafst>ns fait houneur au Gouver
\ nement de lá Bépublz^-
i Noi^ sommes d’auicmt plus
beureux de la Position qu'-l a
prise que, tout 1© courg de =©-
tje. argumentation au sujet d®
la Proposition nous n'avoús jamais cesse d®
f diré que Ja solution de ce pro
< bléme Internationa] »® p®Ut
! ©tre trouvé® que P°r
' \e iRternationa]© ou phis • pré
cisément intec-américaijn.e,
D’un© Entente ou Accord peut
résulfer «sanction aux Contre-
venants», car J’exempl© d© l'Ar
genfitie, vis á v'S des Engage
ments d« Mexico, Charoulteoec
et San-Franefeeo, »« dolí plus
m rewvoley. CcM$éqnemme?>\
r^n amécanísm®» sera prévu.
Et nous vbilá retourné au
pointed© depart; attendre pour
connaHre quel sera o© «méca
Jitoe?»
a^CSKAdVBt
SUE HABáMEBTON
¿>OB?*AU4>BINCE — HAITI
No. 21.58? — SAMEDI IS. DECEMBEE
3945
p. o. mz a m
PHONESi 2232, 2433
SC W ANNEE
Autour
des Billets de
50 et 100 Dollars
régn
¡ U&s petit© paniqs^
! doí^ I® mond® dks a£ía¡res d
| proper da& bill®!® d© SO et de
I 100 coy.a s ipa& d»_bilkf-a ds
; 20 dollars,.
• Nous r.ous scedfete adres»^
• c Ja Dj^ct-ou de 3a Banqu© N«
| qu> tou» a ©xp]kjué ©»
i ©ubs^sace o©a;
* Aux Etat^Ur-k J«is billets de.
? 50 de 3íB ácé}m& «t plus dreu
i jeni Ebrement Ceper^ant, a
? í'Eírcager, la Fédáy¿l Bésele
veui t3 I gim de am, gr-m MM&tis. De
' 3a «orí©, la Basque National^
' dHaid, »e]oa U» eftamu-
í r-'.qué ^2 Go&yvmement,
' s'.¿¿t»ent de rsceyoit c®s bu-
leía. Mok la* Basque ajauis
, que ce|e*. pe sigsfiie pas qu©
cm billets de ..50, dbllais....... d«..
|IX> dollars ou plus ne so«t:
pas bans' pour ]<* drculaiion*.
Comma on mbne une enquéto
ces joms-ci sur la pT©v©nanc® '
| de c^ billets, il y q uu arret
' en c® qui concern© i«ur circu
* latlo-n dans ]es Basques a ]’£
¡ trange-r. Des que ' F-Enqué^c
sera te^ainée, l*& chebos r«v^r.
dront d 1 a nórmale,
í En d'qutros c®ux qui
:ost cas bíflet» épor-
gne forcée car, tot ou tend, »*-'3s
j rte sari pc® faux. l]s dreu]©'
’ ton| coras® par Je passé.
Dans noire Pays, oü pas ma}
de gens, suríqut ceux de ]a Pro
vine® ccK^Barvent de pete en
i]s3 d®s cassettes d'argeni en
cr, en bíikts, ¡1 serait diíficlk
pour aux de savoir } 'origine de
c©s vahuxs qui remonten! á
áe» canees ou qu’ijs tieim©nt
d« kur© Parants décód^, par
conséqmní ne pouvcmt savoir
¡brígine d« ce© billet©.
Tout cocí n’est que temporal
re. Les peesesseurs ero Haití
de biflets de 50 ou de 100 dol
]crtts ou pjus n’ont pos á s’e-
mouvoír ou craindr^ 4© pefdre
. kur argent.
Nous comprenon© qu'en A>
ger-ti ne( la question réclame
un© ©nqvkt® mínutieusn, mais,
en Haiti, il n’y a aucune rai¬
son de suspicion.
La Convention
Monétaíre
D0 12 mBU 1919
SEItíSfT-aXE MOT>WGX?
Depub 2S qu« díHaiti a, da«e une con/e^
tion motiétoire, bé sa monnaie
naticmak au dollar, dans Ja
porfié de 5 pour un. Malgr©
3es difiérenos devaluations au
depai qur cftt joué sur l’éco
homie nationale, ]er paKté os»
resiée Ja mém®. Les accords
de Bxeíton Woods oni qppoué
des fSlutíons a ja stab’l-sa
tio'r, monétaíre internatioRale.
Quejle &st la vakur d* c®ue
j convention monétaíre par fap*
port aux accords de Bretton
Woods. C'est une qufi&tíon
Íniéressaníe qui appeik tt«a
dlscussb^ contradictoim. Et
comma «IJe ne décou]« pos a©
3a contitutipEs ní des Lo¡s, oj¬
ie psut bien éír® l'objet d'£tu
.te académiques, juridíques *■
«conomiques.
Une Lettre de
Emest Rigaud
l£ VENEZUELA AMPUFTE
LA PROPOSITCIN
DE L'URUGUAY
La Radio de Caracas an-
t-ongaií ce mi di que ]e Véné2üé
]a a présente une nouvelle Pío
posaban concerna«t ¡Interven*
tbR collective quoad des Répa
bjiques de ce Continent mécon
iiaifratet, ,le&.-Pr>»cipas Dénu>
cratqum ei jes DroiW du Cao
yen. Le Venezuela fixe ¡os
£.*"'Ctic¡ns á ¡mposer et b5 ^3
mi-es a prendre.
Nous ovos r*gu ce matin tm©
teque ¡etire de Mr. feem Hr
gaud ,je pér© de Mík? Rigaud,
La defense ©ta»t un drofi
saexé, nous compre non# tout i*
suit© que Mr, Ernest RígauO *«•
uso, au nom d© son h\s, euh-i
mé entt* ie® quatre mam de »a
prison dbpui* quatm cuites.
Opendant, UOIK5 ne pubjie-
rons ríen dar© notr© journal
qui corrstHuerait de® aUaqu«s
personoejles, ©« dehor* d« la
question «n débdí.
Vo¡lá pouíquoi» de ja leUw
de Mr. Eruest Rigaud nom dé
íachans seukmenc ]©« .passages
suivanl*;
«bElo íaít otery^r cvc:
olo>-^ qu’íj s'est tué o exige-»,
cu .procos de juin 1943. a-tw ex
perí-ge, scu's jornal# pouvair
l’obtenir, pare® qu'efie élaít i©
mée par son adversas re, «j¡«
lie parait que 2 ans 1/2 ap>és
e verdict, ©l comme pour 31a
y«r ce yeTfiic!»,
«La manoeuvre de son adve;'
ai?© tend á luí faue dóvni]er
ees moyec-s qu’i] reserve puur
|©s jau1'3 du procos Calju-ícl-
Mayard: 33 ne tambera done
pos deres Je piége».
j Au «NouvelJist©*, nom a-
i vions suppose un® Entente gé
í néraje pour inejure dan® leu
¡ te les Constitutions- de toutes
te Nottiona-Unte, dm articles
Epédíiant, ej défirússastí te
Principes ÓéaoeratkjüaS' í«s
Droits du Cítoyen et les Qu es¬
tro Liberté©. .
consol s wmmun
DE REVISION DE LA G. d’H.
f] est tenement bruit qu© In
Corseij Supértour de Révi&’on
d« la G.d’H, co«íormém©nt á
la récente décision du Tribuna)
d© Cassation, enfendra j’aífal
te Henrlquez-Rey Lundi. On ci
t© mém© des noms d© iémoin©
quí ont été appelé#.
Au cas ou ce# rumaur© se
coiifirmatefi sou# n© ©crvon,f?
pe» si le# audience# &®ront pu.
bjique#. -
CTEST DEMAIN LA CELEBRA¬
TION DE LA FETE
DE PARAMOUNT
Paramount, demote, jubilara.
C© ©era la céjéhmlhti du 13-?.
anBÍv©r®air© du Cf«é qui a día
peasé Jes p¡m veh ploisirs
J«» ¡es pius fécpnékii á
sm psá»Jic
Is* poá&i pos*aa^jriJ)e¡sn-
1 ®e do¡t d ? jd^iawiltud*, pcow» epi» Pesa*
jwotwt I# pwmi*r o tnrtoBé ]e
gorja»» che* BOU»,
>■■#¿8* «ssoawjewe a n©i«>
emi l«cfeR Mosta»t ó íocea
«io» 4u lStot* wsWrísjjs» d«
OH CJU>AVBE
A CAMP-YETTE
Jeudi de cotí© sematee, tí a
été trouvé }e cadcm© d'un©
telina qu bn nte p£» pü idenfi
fi«r, car d avaít Je visage pres
qutenfiérement Ictbauré par de©
beíe® sur ]© ]jttoro3, prés de
Camp-Yefie, d qualqu^ ktío-
métre© du (bouxg de l'Acuj.
On tí© sai! s‘¿ s’agh de suci
de ou de crime.
$m Ctm, rim m&Bimxs ^om-
pUments es mém© t«mps q««
m vstm ¡k ^rotpétítí,
EMM. THEZAN FH5
ET «L'AVERTISSEMENT»
Mon cher
La- lecture da 1'sAVERTISSE
MENT* du orne V de «EN PO¬
SAN! LES JALONS» mb euva
l¿i ¿'un sentiment d© triste^s-i ,|r»
¿leíble. Nu], ml«ux que Mr.
Siénte Vincent n’éfeait av»
des calamite que te fjaiteuré
j.ouvaient j&ter sur ce pays. Ce
pendant i] je© a non s-eukmer.t
tojérés, mate encourages au
point qu'crprés. e'étre vu favo
labiement comparé a Jesús
Christ, i] ©tet empresté d« ¡é
componser j auteur de cene gr©
tesque moqueríe en jui co»ftent
ks plus haute charges ée j’E
ai.
II m'sst jnfiníment póníbie
de constefter. Je Présidont
Vincent n'q pas une parole de
rf;merr;em©nts pour jes arrvs
ctont ]e dévouement avait pré
cédé son ascensión cu Pouvo:r
«t a survécu á sa Rrésicknce.
O jour e*si horrib]©me«t tr s
e pour mol,
Condtekjne»t
E. TTJEZAN
15 Décembr© 1345,
Mijo dtí Cfcí;
«lo ou bien on le liters, et
ceí-te mesure de justice, quoqu©
#3 tar-dlve, le ]ave de tan! de
ra*ves ca]omrwt*s, cbang©an{ ' r¡
¡©gande la fabujeuse expertise
©n questteu, et classcmt enfin
je verdict d* 1943.
«2o ou bien ©n ¡e garde ¡ndé
friíment ©n pñson, sons iugr
ment, ce quí piouve qu'on a
>eurjJíe ¡a vérité.
«3o ou b>*-r* on accept®, com
m© il l’exig© depute 4 aus, rt
eomme son cfdversaíre s’y i-íu
ob&tínément, de ja juger pu
bjiquemeni ©t convenabjeme'^
aínfií qu’ij Vien? de 1« r&deman
ler offtetel]emení au Premier
Magistíat ¿© ja République.
«Pu¡sque M. Siénte Vinc-^d
©si SÍ bien armé favec un r©
tard de 2 a!;'¡s 1/2) en c<“ qxi.
concern© ]© Bon Rigaud-V í’¡-
c©nty. i| doit- Tétre au&si bten
pour 1« Bon Mayard el je Bon
5a Hard,»
En derníér® beure ij est qn-
ncfiicé que le Tribunal Mi!'tai
1© de révisúon ne se réurn’t pas
Júndd et que 1® jug®m©nt de Taf
fate Ajphons«» Henriqueg est
ojourn© «i«e dte.
D'auire part, la roquete pré
senté* par -te prévenus au fri
bunal de Cassation luí ¿«man
demt ds déáágner jes sections
réunles pour ©ntecte Tcdíaire,
comm© Tribunal d® renvoi, a
été afitehée, ce qui p©mieHrc¡
¿e. l'eníendre mardL
SWEETHEART
.£ SAVON Qül
A VOOT^ty
REGLEMENT SUR
LE «DRAW BACK»
Le Department ¿es Finances
t pri# de© mesures- propreg a
acUiter le® actlvités industrio]
e# du pay®, ©n tíxant ]e® ré
gjemente du «draw-back* aux
exportateur® d'crrticles manufac
urna en ©isa] et en ttea#es, u
corde]«tte divers pour ¡es ma
tere# pnemtete® Importé©®, en
tremí dans la' fabrication d-r
«ur® produit®,
Bénéficteront du privilege du
«drawback» tous te exporta
*mr» régulliérement inserís
comma t«l« tr&le d© la Pefik Industrio» et
miqiis soit de la patente dte
poríatéur, aoH d« c»lje M né
codant con^gsjataii-e,
Nou® publleroNi c#
Tejs so®t ]% queques ex-
traite que nous avons pü latrn
d* la jongue lettre que «ou® a
aárv-'cán Mr. Ernest Rigaud.
parce que oea extraéis enir.'n'
dar® ]o cadre d'une déhnm au
point de vue du DroR
ROGER RIGAUD REMPLACE*
CAMILLE DEAS
C'e®t Roger Rigaud, cppr¿‘-
tons^nou®,, Chef du Servio*-’- du
Don?ró|e. á ja Commune qu;
emplace Cornil]© Deas com
ce Catesíer-Rayeur.
Toq% nos compímant®,
AUX GRANDS MAGASfNS
SAIEH-NOUSTAS
Parfumx de Frmm
Ctutimir TropimJ Anglo.it
Cn*D»te* k/r#w»afeÍ9«
r>a»S iwr /« Anglait
Palm BttrnK
Perto/mfíh*
SouHtr*
Horizons
Par Jujea BLANCHE?
La Chart© de Son-Francisco
CO«t»eü! un &U& t vers p¿u# U«
tompréh«»®ten. Ejl© r»e préíeíid
pas étre une fin; ejj© r^vé'-
cependaüí tout’-' so vakur queu'd
lv* poupj-'® j’ííssím- j'-íft a U‘>e
vsp4»u'í-o*> ot ;o sajue X com
«.© ja pí-m'cr-’- tfbaucú© o-‘ ja
‘.ííctir^c* colj'cuv’, muh p|<5
daos &m Kta-pocta, mass uf»»
cam ion objoctíl. Four «* réa
jte©^ unégiap-me-r*',, ©etw ?/«cu
r.té do.t étr© poltííqu©, éco*>o
migue, ¿uxuerfi- et cujmaHJ*», et
youeXíster, e]l© do¡t ©U'í
ur-o haímo!>isui;to"‘
do ja politique national^
í'ívec te «xlgeaco» & la
poj ¡fique ¡n®u national©, R
y a la un ¡appo't do solida‘hié
u ¿oís que tetecíte'Ui ototiquo ^
cissoc;© de jtectivlté mondic*
La sócuri'é co]lectiva p**rd
tout sens dc! •/oré de confiadíciiors -socia
jes. de nvajitéfc éco^omique»
<-í d’antagonismos politiquea
FU© est une fov-mul© teéultea
3 !<■ dans un system© oü dé
séquíj teres ragtent teévitcte]©^
c cause des friction*© quí r¡a¡s
•ent erfi-re la politique intórieu
e ei ja pojteque jn^matjona
La fécunte collective sera fé
.onde d ]a co-d*.oc>!¡ d’etre ;o
-c¡]« c'mt á diiv, ó ove ja pro
sellan su: p > ,n u* v-'od
¿es ¿¿marones hert-.^r
¿es ur‘¡tés :•<:!<> c’e* U aun
coló S'-1 ¿rv¿.3t v* a*© ••0’C.^>6
íasciste-s pour qu. ; : j.,;--
-aagressten ' * u’ - íln -t ce
l’autro, $í' c>.wtep;v * ’ ; ¡o
gimes d’ p-og or so-cj : ,-
coromiqua, ja juc!'* dov-e-A :s
•aK féioce enfi,* ¿ \ p , loto
] hie du mo;'*ce, d-eux ~ •>p-
lon® de la vie. La secunte ccj
©ci* est 1*-* predu t a une ¿e
• -e d'éiapes intermédialres ÍKV
chías ri’abord sur ]¡- y.]a':> r'A
tonaj ©í rendues poscl'h<$ g:á
i.‘é au i6ncfiontern ?utío-'s cémocratquos. Les
ivrte out échoné derm i© pas?é
par ce qn'ljs ®’* sor-i hrurtéa aux
r.atlo^altemas dm nations qtn
avaíeüt et co^tiiuú'-nt d’avoir «Va
euperstífion de j'ordro», de ¡' i1!
| rég’im©ntvm<*«l ©l nV't©t?d yarn y renouc<"¡'*
ha sécunté collective s-ons-
¡a d<* ?.a nature abr.n'ada pour
saute dans la ^éa]i*é jcvuique
le® cont»atbcUons natioua]**s n
ínini'T’-CfUoraUs tomboront etest
a dim jon~que tes organism
tons eaj-fques "afánate r«
’fié A ju’en doqré,
lute BLANCHST
Chmms mitu n*r HUMOUR DFCfMBRE 45
L-on repeat ja Commune á
¡'occasion de j'arrivós'du Ma
qlstrm «B^un,* II laudrafi y
meter© p|ut©t ¡a. coujeur *hm
«enre* on joíff?
1) Oll«l 1* tháátp»* «fui C*>a
ti«ns k p|u» gras.-i chai'4«is«<'
<ÍH moni-*? 2J Horn, .n|c*’t»
de Q«otge* VI? 3) Qu»|l» « été
Jo d«rée 4» lo dyt«o»t¡* im
Míug » CSkie? 4) I>* vonnouth Mrt-il íait? 5) Qts»l at
}s. *a dSi rotte míraoír* votu fetS
tetan!, vpfmt note# . *9é
•vuta* ü ! m*}


I
41 iXIfUBTk
MM *
■¿towAab
Aütottr da la Racha
A Mr, Rpasst Cbauv»t
Disecteur du NouveBtesS©
14 dec. 1S45
Mo»sW 1© Dlmdeur,
$» »’<*$' pets lu Gfvec an ués
grand pkdsi* la Oliver te
que vous a adxessé© mos ca
morad© Frédéric TéJémaque,
]ett« dam laque] ¡e, au nom
d'uti *s©ct«ur de la Jeun&m'"-,
i] reproche á }a Rédactio** d«
La Buche, organ* Xíttérair© et
¿oda], de dire le porte paro
]e de ]a jetme&se haittemie.
.0’abord, je deis vous crvouer
que je «e suis pos encare as
c« group* imérsssam &t pMn
d’ardeur combative. Mais je
sute, avec un tres vil ;ntér©t,
sa demarche qui permit ct ious
d’admú^r le courage et ja íoi
en un ordr© d© chose rtauvc-au
dm rédacteurs et collabo¡a
teurs de La Buche.
On n© peut pos dire, .¿crn* je
tens Litera] du termo, que La
Buche ©si le porte paraje de no
tre jeunesse. Pulque ]a p]u
parí des joules de noire gó«é
ration garden! une attitude apa
thique et timorée dont on n'a
pas grand'cho&c á espéje et
qui n’a pas donné aux u^s et
o.ux autros Fóceos’©” d« con
naitre }eu* idees et lours idéajs
sote aux.
El d‘ai¡l&uTst La Ruche ac
prétend pas étre je porte-p-jo
le <¡t« ]a Jeunesse, a propiera?m
parlar. £j]e sge proposer, de
1‘étre, Alois* jes déiracteurs
de La Buche, ou ceuxdá qui
]ui adressfcat des reproches, d«
vmieni sulvre l‘exemp]e rébO*
fortaut dm Membres de ce jour
rad ou hénir j« c^I Ou le ha
setrd d’ayoir trouvé de plus bra
ve» qu’eux, á éüevsr ja vo'«x
pour íormuj&r, pubJíqu&men,
jes grandes reve indications qui
hauteiti 1‘esprlt 4$ touie «otre
jeunesse et, cuasi, d« tout le
pa^.
Ouh i]$ sont admirables,
ces je unes qui piennent posi¬
tion, qui osen s'aííinner, «pu
bíter» leurs idees, en un temps
ou ]m couards et ¡es dmides
o«t peur de chuchoter en un
co¡n d« rué je besoin avid© et
tenace qui fes *ong©, de récla
roer un peu pjus de ]ibe*lé et
ce bien-étre..,
Je erais, d'aijleuns, quf les
co] cunes de La Ruche sont ou
vertq á toqte noire Jeunease,
aucune consideration, ra'ont d'*
Théodore Baker et René Dé*
peltre, ne sera faite des idees
et de ja doctrine politique pro
lessees par ceux-ld qui v^u]f‘-ú
y coJiaBbrer.
On n.’a que dm féjícítatiois
a adresser d La Ruche...
Je vous prie Mr. L« Directeur
ce bien vou}o;r publier celts
lehre cu, je croís, ]’on trouw
ra 1'opinion de ¿a pjupart dm
Jccíeurs de La Ruche.
fit*
Jam«di & i hre>.
Ittitime «te ffcitrme
En 14i« pandé:
l£S CONQ0EBANTS
DE E’ODEST
Winners ai Tk« West
7® «t 8¡s éípmtám
•En 2én» part®;
WESTERS TRAE.
3eux grands film® Unirersaj.
Entrée® 0,25. 0.50, et 1.00
PrtctMíííw» %'#•%& ei p**rsí>* awc aei
*ommc un cata-
|>k«nc vx át% -^f tercie :,vv»í , h rvsf im
,*> 4n??^í?frih%«nepí>‘Htue
íffse nuil,
lis sonf plus íleiironx
ayíuil la
r portie;
éoXQV
ó 8 hres
En lére
LES CONQÃœERAKTS
DE 1‘OUEST
Winner^ oí The West
7e et 8e épísodes
£n 2éme pariie;
Nancy Carol dans
X BAISER DEVANT LE MROIR
Deux impi'essionnautes prc-duc
ions de ja «Universa].
Entries 0.25, p.50,, et 1.00
Pafémourit
h-ccec c 8 brm
vmcoumjz m palace
.y<-c Jcc-c. C crwTOrd, FraUchot
io~s Lee--: Your.g
... . íemme á
ju l'~ dss;.t. oá'r.t u'*e íoi¿ le
c.ovsr. d-. cc:;r*a*:rfe 1« ]uxe «t
es pla¿s-'-»„T
E-'íts^ C^r.sraje 0 30
á 8 hres 30.
LES CONQUE; i ANTS
DE L'OUEST
^eme et I Oeme eplsodm et
En 2©me pcirtie;
Charles Bayer dans un r¿¡c
nag'iü'que aveo B. Stanwyc&.
EN MARGE DE LA VIE
Deux sensaEonneHes prodac-
VO‘íS ds ja Universa],
Entrémi 50, 1, 1.50 gd*s
a 3 n-'si 13
LE ZKZ SHORES
C? 37IPGU
dciarse)
.v-íc IcE' rzs~ Maur«en OHa
a, Har.¿cjr.-e SroiL
re 1- p\js V'-prerart des se
-ucf-^-s: je:/ rayre et la plus
'avisarte- z-s remtr.es: Mau
Enoch TROU1XLOT.
Dimunche d 10 hA. M,
En lene paule;
Actuante© Universal
En Leras partí*:
Robe ¡a Lynen dans
SANS FAMLLLE
...Un U m pioíondément 1
Entréis: 25, 50, 1.00 gde
AMS H-OCRTANT
riCi-'tl; OZ.-Z ¿\SCel‘C'0
CEIAÍÍD BAL ce Ion
At7 Ujc>V,. DR
perm TiiEnran aua¿g
Ali’HTE
£* sa a
:: caques s*
a sa maisot
ET PLUS EN SANTE AVEC DU KUM
L-'¿; enía-is no ac-nt jamab d« niauvalse humear ou
í'lm iorsqu'da sont m bon.no &a i té. Ton©z--es heureux ej e;■
samé avec du KLIM a i'af'drn; anpétL^ant., Hche, ciérneuK
•:-t natuteUnmenr íra;s. Ib br-nort davanfage d« kxU lorsqun
vous leu? dennez du KLlM - oí sa haute va . ur r U'd v. *s
cendra forte et réste>?an;s. Rn.r leurs v im.: :: Ilí ;M uu-
jourd'hul.
VOUS FOUVH GAGNES
CINQ MILLIONS VE GLGaU
LES ROUGES -GRACE
A L'HEMOSTHENOL
O sont jes globule».: xPw^m
qui transporte»! &$. yo»
snon& d toutes jes payhe» .:é»i:
votre core», Foxygéie .de 'PutP;
respiré; C© ,qui permit ttm.ffií:.
latían dea alimenta dfcmfafa
et je\tr no^oxmatíon m 0%$
q'-'V vitaie.D©^ lora «i vou» ysüsr;;
r&nttei cruasi tatíguéa m
cu’en vous cauchaní, ai
. étes sexts entráis,
nervsuse, dépnmée,. c*m-'
vous manquea de glofeuiss ,
g«s. Pmn«a dea» es» ¿ai -
I40STHEN0L. Vous wua m
tiic-2 du vií argent dans ]««'
ves. C© S©! our rapid® des íorce®, he ia::y|
tah'íé,
UIENOL convieut aussí ht«a
,ux ©nfontg rachidqü»» 1$m*
c dujtes et aux vieijltada mm* .
vé&. ‘ :
c© mervel|!#ux prod&t d«i
,.abc>f«íoH©3 Désautek, Mü^-
réaf, e.íb en v&ut» 6 jal^M
S, GoBrard Bu» Férou, iPad :.
cu-PAnca dan# iou&a ]%''
.Kinue# pharmacies.
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
«
1« Kaltí 0©e©amt
^f©Émela C©.» S® A®
ACHETE TOUTES QBANTITES DE NOK DE COC>.
Qm PEÜVENT eras UVHEES A í»OBT.AOJ’HJNC£.
S ADHESSER AU,
BüBEAO DE VXSmi A BEOTOII
TStEPHONEi 3477.
BO!TE POSTAIS: A . 158.
MANTCOBS VISITEZ t'DSINE ñ BIZOTON.
' a 4 hres
| Sacha Gu.hy el Jacqus]ice
í CTÍubac dans
! BEMONTONS LES CHAMPS
ELYSEES j -COLCIE PROV1SOIR:
DU «RACING CLUB HAITI!
.. Un grand him histonqa*-
E" trees: 25, 50. LOO gd a 6 Exes et SCO h?-es.
le re parfe;
loyal Mail Unes Limited
La Boyal MaU Line© L.:n; :ed a D p] Commeic© et pcrrtlcuDé.brnrnt á so^ ancienne clientele
quayant maintenent }a \:.hre disposition de sa fiod« ©Ijc
reprená h sc:,víc® en ‘re }rs ports Ha;-ii©riS et Ja Grande
Bietagive et vice-versa; pour ccuaíns ports á'Eurooe
avec traitebordement á Londres, E]]o demande done aux
chargeuia qui youdra.en; :■/*?. utijiser s®s bateaux ae
faire connwue ja placo quite voudraieni fair® réserver
aírssi cu© i*» datas. Pour tous reriseígaements s'adresser
d rAgent Gér-éra] d Port-au-pr.nce ou aux Agences en pro
;■ A.ctual-tes Universa]; Un ¿ocu
mer.(o;rv sensetatme]; Pour L-¡
RussL: et D Jazj Cabral, Cour
tC-S;>-- d© ks mei]leurs morc«aux d® sor-
riche repertoire.
En 2érr¡e pa r ti® :
Le Grand Actuar Ana jote,
Gary Gran! dcr»s
1L Y AVAIT UNE FO!3
(Once Uporí a Ten-'-
auabTe et o;'.go-c;k product.-c-n
en V-.-rslo^ A- ctjaise, Sous T
t:©s Francas. c¿ ^La Cclumb -
Pictures*...
LA NOEL A l'AMJCALE
On dana* a L"AM2CALg >
Tundí 24 dácsmbre, déa % hatL
n M. B n'y aura pas HJayita
Lons spéciajes á celt©
stem Nos myités au Thé da» '
saist du 8 décembxe, r©»v©fi a
cause de ]a pluíe so^t co?dkt
Jemení atíendus,
Ceux d'entxe c^ux qui ftm
drum proadre port d
yeux Banquet sont prlés de w
teñir T-'-um places au plus laid
k 18, en téjéphonant cu 5?^
ou au 2028,
Oix pourra assists? a ]a W&
sa d© Mínuit, C5QT on ré?»Q
lonnera d j'tesue de c®^® Més-
¿e, en simp]© tenue de . viije, ^
cans ]a jo¡e et dam ja
LE CC^®TS
: R
' Rée}...
i ;rr.prv=s;c;'
j eran d ap'és tu
; r¡e. des plus -xí’
• des pius ctdít'.ra
Entréis: 1.
HERMAN!
AVISE sa bi
GAUTIE
II Vi
vi iíc©.
O. J. Brandt
de
fck
â– .yo;:
; *• Sí
AGENT GENERAL •
POBT-AU-PRINCE, HAITI
TELEPHONE No. 3194.
Cocomalt
Le Moillsu' déj»un«r. L« Mtíteur recoottituaot
UNE SOURCE DE FORCE
Pour ]e® convalesce:;^
Four les enianUs meúqrm ol déblios
Pout Im pereonnm ágé*»
Pawr 1ÍB sommsll profond
Pota lo fcsügsso. ,
Un «cBmtiipa «iliaordinsú»».
fianaral Trading Co
DBTBJBUTEUR POUR HAITI
c«s enemista
it© beaut© «1 de
]c]is cadeaux pour ] i;n d’anné©, Vous trouveve2
ógaj©m©m ]e paHum bien con
ru: GLOIRE DE PARIS. 1] y
a comm* touioam dos saujíem
ó b©n marché pon? znlar-'s *f-
doní ja soliaité ©t lo finí no j«
cédent en m-n au príx á \a
portée de toutes Ds bourses.
V*üez la mabo.v HERMANN
GAUTIEB pour les íétes d© fin
6‘anr-ée et V0U3 ©n so^’írez c*‘r
taínement satHcíts.
itltiMJ
pm$& é 8= fe*
: h Voceas.o:
Gar&Qn
imvto rfe jfa
vmzr c
txm Gr»go>
i'i&compc
MlsiVen C
I# dOBt U2i .yes
pour .
coeute, et
Ridc VOS! v
Ce
SOUVFLilSI
AIS
^ faramou
ie dúirfs Í3
I ^dlhtur. I
p¿j» jx>u
de notf<
FsmmourU, i
felt ¥>n 1CD,
gas dipute qu
tast ínfrodm&a
dét¿ \& clném
pm- ¡w.gicmi
iii ye^u, dtej
¡vim pub] x 1©
leu du paiant
Si 1‘Admtetet
j» ti& ttent pa
prü et do l
©e Paramount
pjaisi' et d© '
cu'prhsce, <
«bren^on me
o á’au'r-gis se
tü¿, 1© pubjk
hl’.z, qui ©®t j
csd.© son adr
p©ü»t et ]ti¿ té
C2«2i©r.t, en te
m.
h rocc iKsctire d® Pa*
rgavelotvs notr
i Laíontant
VIENT 0‘ARHIVER CHE2
VEUVE F. BEHMXNGHAM
Le íoineux vin Chatoau-Ma*
ti» tetnt apprécié pa»- les' New
Yorkais wí gallons Vcuvs F.
Bermingham a negu aussi du
vjn do fruís» Chaíeau-Mürtín isn
Demi gallons.
8EBVK3S
IRREPROCHABLE
AteoAnsnS taconqicaató*
PtotMom AHmtlafalf»,
PAN AMERICAN BATA*
Aogle ám Prnt
«I du Cenlf*
- PkautiSW .
Pour les écorchures sus
genoux ou aux doigts,
les jpeíite» ccufítires,
égratigiiures» con*
Uistoos» br&luree,
! employea de la
Qt\ba de Fútrele
^V’aaelíae*. Ayex-en
«ouía «ou» te
.Vaseline
~ fímii
fm&z p% rtrrnaut
DON N MOHR, dtatflimteur
Ypm ímmigw Upa 10 AffíMJffj
<~^Ite tSysfem of i¡ie<-cF!tfin(¡ Clippers
iÜÉiúbtf
•AU-PB3NCE HAHl TEL 34»í


»; o?
iMm í
' <*##■$*»* ww«W^**"**"^™*«" ' ••••->«-'»• irrrrwrnif
PARAMOUNT
Fete son 13éme Annlversaire
PAOt I
ffiffiSdn 3 8 fei’SS 15
£ ¡’occasion de sor. treizle
pg anivíversare l’ínoubbabi©
^ Garson dans Je chef
i'oe&vre de ]a M, G. M.
‘ valley of Decision
avse Gregory Peck, I*Io^i
¿japnore, Marsha Hum
^ Jincomparable vedette de
jfo ¿niver, Greer Garson, cel
■ doiít un regard, un souriro
¡¡ggtni pour boujeverser tous.
les coeurs, «t }e jetme Grego
!| Peck vont vivre 1® plus dou
foureux des romans!!! Ríen 'm
pourra lm arreter! NI la cejé
re (Tufi per©, ni la Jajoueie bu
r>e femme, ni Jes barrieres ¿>o
cales! Ríen, ríen *e parvíendra
a endigiíer jes l]ots de cetto tu
multeuse passion!
ti» íilm'que la M. G. M. a
présente avec fierté et qui uux
Eiats-ünís a surejassé touts*
Jos productions de l'année
1345,
Entrée Gd. 1,25
places Reservéis '2.50
Ce que disent les Joumaux
HOOVELUSTE
'RDSEME anntversaire
de PARAMOUNT
y cáiiitríí 13 -dit-on — por
£ nw|hour. Mais il n’*a sera
pag gingi pour le Cmé-Pat-a
®ouy{ d« nott'e ami Luden La
fesíctót
Pcrcmsount, i] y a trois jones,
jgtoit son 13c-, ame versa lie, 13
¡ borateur© representen! á «os
qW qepu^ que
Luden Latón
íasi introduisait dans noire so
déte je cinema parlan*. Et de
pos... Jor-giemp® cpr¿3, le fíex
e$t ve^u, dispensad ausd a
jotre pub}:c les jotes émouvan
fes da parjaut
S¡ {’Administration Commána
Js n$ tient pas compte de-
et de la p«isévérc»ee
ce Paramount a dispensar du
f1« ¡sir et de rémotoR d Fort
ea-Fqncv, en ]ui accordant une
suhv^rpon m©nsue]le córame
¿ d'cutres sajles de sp-da
des, Je pubfic, t« grand pu-
ihc. qui «t Je juge supreme,
¿sd.e son admiration d Para
s&oum et fui témoign© son alta
«e;ne..t, en tontos ©irco»si:m-
m.
h locccs’íon du I3éme anm
«Esatre de Paramount, nous i-e
tsm’ong notre amitié aux Eré
Tss kuontant
IS MATIN
lí ISénn- ANNTVERSAIRE
m PARAMOUNT
' Le 16 décembr© Paramount
ftua son 13© a«niversaire. A
caite occasion ja direction du
bné si soucreus© de toujours
solista i r© sa clientele psésante
w tin programme de grand
choix oü sera montrée ]a plus
qpcrnáe production 1945 de ]a
M«iro GoMv/n 11 vyer, VALLEN'
OF DECISION cv<*c Greer Gar
80», ja vedette de Mr. Mirdver.
Nous sommes heureux de
. presenter, d ‘{'occasion de c«t
. csiuvergedre, no& compjim-nts
meijfeurs voeux á PARA
MOUNT qu; r.e s’est Jamaís
épargr,© eme un effort, aucu" sa
©fisce pour áoi'ner pjeíne ,;a-
felaction cu public port-ju-
prkeien, qui n'a jamais menu
cé son concours benévola á
Routes jes oeuvre^ sociajes qui
l®£o]l;citas«nt,bien qu© u« béné
ídant d'aucun-* subvention ou
quejcofcque de J'odmtnls
pub];qu«.
ytrnx Je symbol© du travail
opinid}!'© ©t d© sa rétisaita no
c^ssaire. Avoc obstina
ton oü ij entre les signe© div'-rs
d'un caractere, ii a J«t*é avec
hardlesse ©t optimism^ pour
xtíuvegarder ]a pérennité et Je
renom de la premié?* salle ú¡~
ciérna parjant de tout© Hená.
II nous plait de "dire que ]a ion
cation du Paramount prend pía
ce parmi ]©s quejques ele¬
ments qui on- íavorisé aotre
evolution j'nt©ilectue]]e et soc'd
e dopuis tantót vingt ans. Tout
seuj, Lucien LaíoJitant a couru
je risque ¿’installer chez nous
, .un «par]ant» et si nous nous
| repiagons treize-ans en arderé,
¡ ! nous nous rendrons compre de
la grandeur d'une teJle initiati¬
ve ©t de toute* sa beautó. L«
Paramour.! nous a revel© tout
un mode de parísr, ¿e vlv?e et
de penser que }© «muet» était
incapabje méme de nous sug
gér©r; le Paramount nous a n
troduit d «Ja vie modern©,^ a
créé en nous ce* état despr^t
qui nous a tait admeitre, com
preñdre, puis partager dans
une certain© mesure une la¬
po n d® se vétir, d'exprimsr
et de vivre que seul un
voyage aura it pu nous taire
concevoh. A litre, pour a-
voir ]e PREMIER pensé á doler
uotre capita]® d'un tel organ is
me de progrés, Lucían Loíon-
tant a -droíi á notr© recorráis
sane® M d notre admiration,
N. B. — Le seise décembr®.
Paramount passe re un cheí
d/ceuví-e do l’écran; VALLEY
OF DECISION avec Greer Gar
son, r¡noubj:ahie vedette de
Mrs Miniver...
ti SOIH
FETE
A PARAMOUNT
!* »6as de ¡'initiative prise i¡
P o 13 tm¡3 par Lacles Laiontmrt
W seize décernbre piocha; e
^Orga&ra ]e treizié-me an ni ver
W» dt ¡’inauguration du Ci
^ fttumotmt. C’est un chií
^ poutralt fair© frounfejer
Flus d’un, male ¡es suecos rent
yottég par Laclen Loíortant Fe
P» la oFétait» d« «iloráest pías qBe jamais á
«gpoim gur Ja desti
**? soil® **Si L©quest©., par fe pú
HAITI JOURNAL
RACCOÃœRC1S
LES 13 ANS DE PARAMOUN1
La 1® hasard éU¿n{
deux íacteu^s indópsndants de
ja Vülonté, occupí'nt trop sou
ven*, hó]as, une place prépOH
aerante dañe ©r.trep;-;&os hu
maíces qui, pour tendré et a:-r‘>
ven pour directives la cjaú'voyanc®,
la loglque, et ¡a persévéra«ce
dans V«fíort. II n'y a pas de
hasand tout comme i] n’y a
pos de vein©, dans des alia;-
íes soumises á un pian qui nt‘
jálese pas de place á ]'impon
dérab]®, a i'ímprévu. LTmpré
vu, voi]ct 1'ennemi. Llmprévu,
c’m ¡a lame pelele qui troa
ve toujours }e déíaut d© la cui
rasse par ou e]le e6 gjisse^a
jusqu® dcrns vos oeuvres v¡*
ves. Llmprévu, c'est la pa-
troulj© de reconnaissance qui,
o.vec un instinct’ «&A découvn*
ra ]a broche des múrs de votes
citadel¡e, et iora sautor vos oou
dr« V'mprévn, .c‘mí te UuC*
rílja qui vous gu©U« pour vous
assaillh k TimproviMe; 1« ^
crobe qui vous gerngrénera par
Hníi«» bjessure de votr© pean,
Vlmpréru.c’m ce que nous ap
pe\ong seion notre vocc&u]al-
,n>: gaigne, d«v«to*. 8?¡»8
|»itooa»e * Ja yaadwt á»f\ jaaleha»c«, »al* qaí *'««*. *”
t|á-©ñ y pass© ét d© Ja ,éal!té, que notr© Íaih\‘‘-m0, n©
" i dlfi- tw point ttW'tá>]»( Re!”* 10
Jo» ^AcRlJle, B «i, cm boat
eolia d© trto p®u d® femps Je* «««
prises fes míeux constituées bs
sontfsouvent chez nous que
des ruine©, c’est bien parce
que rimprévu a profit de noire
coupaí>]e Imprévoyance.
A cote de tant de ruines ac
cumujées, comme d'une vi]le
¿éjd antique, il est réconíor-
tant de constaten que Ja voíon
té qu| n© lais&e pas de pjace
cu Basará, est encor© la gran
¿e boussoje de certain^ entre
prises particujíéres. Je n’en
veux pour prouve qu© je trei
riéme et brillará anniyesrake
de notre «PARAMOUNT*.
Treize aus. A.'] ] ©urs peut-é
tro, ¡es directeurs de l'entrepri
m crtt®r«drcti©nt sa majoríté lé
gal© pour \ Jeurs, le t*mps n'*st pas un
i .cteur de destruction ou de sé
'< ¡lité, ]e temps qui apporte
avec 1’experience les einóú
ches. Mats, en Haití, oü l'enjve
i pñse pr|vé« semble porter a*
veo elle use sonto de mechante
!ata¡n¿. Lucí en. Laiontant peut
eir© {íer de cé¡éhiex. \a majo
ufé de son oeuvre au bout de
ir*m cus ©eulement en envisa
g©anf touteíoís de le céjébrer
cheque auné© pendant Jong-
tamps encore, avec ]e mérae
éckst la mem© pompa.
Nous savors — ou »e sa
vo«© pos quels efforts ij a
occompjis -on ©eujement pour
teu^r mais surtout pour ne pas
¿écavoír son public; un pub|’>c
— nous «c sommes — pas tou
jours commode, un public dliii
ci]©, taáijos. ©t volontisrs guea
jajd, ur¡ publ^ qui e'orUporte
sur son ombre, et «'¿nerve du
bruit de sea propras se mojíes:
v.n public qu¡ e«t d la loU
«tout le monde et son pérn»
ov«c Jes ráemes prerogatives,
et Jes mem®© exigences qu© ce
lui-ci et celui-ld; u-n pubjic vo
jontíars transformé en une trl
bu d'Azteques «n gésíne quemd
une rupture du courant ¿¿ecía
que se produst. L© responda
b]e? Lucicn LcrfonianUJn public
qui se plaint d'cmríver ©n re¬
tard,. ... Le responsable? Luden
Lcrfontari! Un pubpc qu© ]a
piule surprend au cours d« ia
projection, et qui polreaute
cprés ja séance. Le responso
bje? Lucen Laforttand Un pu
l.jic qui A*n somms, voue La
cíen Lafontcrnt aux qémonie^,
et le Lvre gux puissances Ãœdor
rajes, ma¡s qui revieru, ©{ quí
]ui revendrá toujours parce qu
íl eait que L. Lalonkau r.'hé?;-'-'1
: pas á íu«r pour Iu¡ le veau
gras; parce qu'IJ saü que 1«
soprano aígu, J’éclatant kom-
pette de ©es cris ©t d© ©es hur
¡emente krófléchi© tombe«t yo
jontíers deva»t 1© símpj© sou
rjr© de Luden qui explique
tout, fait luir© Ja Balsón, et j men© les huxleurs de son cote.
Ah! que ^oi]d bien d«a diffi
cujíes entre tant d’autr©s qu«
vous ne soupgo-noio2 pas, pu
bLc, bien qu© vous «n soyez
]'auteur! Et cependemt si vous
n© pouv«z pas vous empachar
d'alfer b Paramount, Pava-
mount no > pju© . ama t f»m
pécher do venir a vous, en
participant « o! 'i* uWe* nt a
vos o‘-“UY’o> pfSíd^t, n. i s r.ii
fá\ a vos i. t iwt'.!1 »
res,i-» C‘-’V ovoh • p s’! M ett-ess
f par
. p> < { i ‘Í ííioyoj
uniqu® da
Ufodoet a i
En 1873. Pittsburg offre Pas-
peet d’une vilk en píeme évo-
hiíion ¡ndustrk'lU'. I^es uslnes
craehent leur í'uméo vers le
eieL les aciertes travaillent á
pleín remlemenf. Mats sous
cette apparente prosperity
t'ouve un tea qui peut éclater
a tout moment. Les ouvriers
viveni encore dans des taudis.
gaettes par la sous-almienta-
íion ct le chómage, et dans le
( sent des ressentiments qu’il
sera difficile tl'apaiser.
Pat Halfertv (LIONEL BAB*
RY.MOEE) est un vieux tra-
vailleur qui a perdu {’usage de
ses jambes par suite dent ckmi il a ¿té jadis victime
alors qu'il étaít employe a
fusine de ’William Scott. En
luí, la haine des classes possé-
dantes s’est peti a peu aceumu-
lée et U ne perd jamais l’ocea-
sion d’exhaler sa rancceur a
1’endroit de son anden patron.
L'on devine sa colere, le jour
ou sa Filie, la douce Mary
(GREEK GARSON) vlent lui
apprendre qu’elle a détidé d’ac-
cepier une place de servante
choz Scott, aux fins de remé-
dicr dans une certain© mesure
á !a penurie famíímle. Il es-
;aye de la détourner de son
arojet et comme il sc heurte a
une invincible obstina!ion, ü luí
úgnihe (pi elle ida désormais
plus droit a ITífíection paíer-
neüe.
Cepembmt Mary arrive a la
iü'atcnsc villa ties Scotí, Trou-
biee par ccííe atmosphere si
nouvelle. intimidéc par tout cet
apparaí, elle attend, iremblanie
d emotion le moment d’etre re*
cue par la maiiresse dejnaison.
Tout de suite elle se rentlra
compte, contraireinent a tout ce
qu’eUe ovad imaginé justjuUci,
les Scott sent apres tout des
©tres bons, humams, qui dans
Fintimité font preuve d’une ex-
quise gentillesse. Il y a Mme,
Scott dont les manieres de
grande dame disximulent mal
un cceur plein de génerosité; sa
filie Constance, un peu impul¬
sive muís si affeetueuse! ses
deux Bis, Willy et le jeune
Ted... Quant au cadet, Paul
(GKEGORY PECK), qui re*
vient d’Allemagne, II aura des
les premieres minutes toutes
sortea de déücatesses vi-é-vts
de Mary, et c'est lui quí í’en-
coMrag«,a. (juand au moment
du diner elle n’osera pas $e pre¬
senter dans le salon pour Ies
besoíns de son service.
Paul est rentré aux Etats-
Unis avec les idees absolument
neuves au sujet de I'industrie
de I’acier, idee qu’U expose
aprés le repon, » ton pire et i
ses irires réunla. II s’empresse
des le lendcnialn de visiter l'u-
sine 'et de repwudre íontaet
avec Ies ouvriers. II a un ionfí
entrefitm avec Jha Bremas
(PBBSTON FOSTEIC, leader
SCENARIO DE “ THE VALLEY OF DECISION ”
du syjjdk-at des travuíllcurs,
quí ador© secrétement Mary ct
jui, .pour continuer la conver¬
sation. le conduit choz RafTcriy,
!e pére de Mary ((«KEEK
G ARSON).
Soudatn Je vkux Fat surgit
dans síí chaise a roulette. Hor-
reur! Sous son propre toil, il
,oit ie His de I’exploitaieur,
Fhomme qu'il deteste le plus
au monde! Cost en vain qu'on
essaye de le calmer, il chasse
le jeune bomme avec ignomi-
nie. Mary qui arrive, et qui
assist© a la scene est anéantie.
Elle est incapable {{’exprimir
sa honte et sa confusion. Mais
Paul la rassure et trouve des
mots dlune tendresse infinie
pour arreter ses larmes.
Mary, peu a peu, dans la villa
devient un étre indispensable
dont personae ne peut plus sc
passer. Ted a-t-il besoin qu’on
lui noue la cravate? C'est elle
qu’il appelle. Mme. Scott a-t-
elie des ennuis? C'est a la ser¬
vante qu'elle a recours. Marie
d’ailleurs prend son role a cteur
et entoure ses maitres d’une
veritable affection. Une nuil
elle surprend la jeunc Cons¬
tance qui, poussée par son
étourderie et sa légéreté, s’ap-
préte a sortir subreptieement
de sa chambre pour se rendre
a un rendez-vous noclurne. Elle
intreviení avec íermeté, oblige
la jeone filíe a renoneer a sa
fugue et. sauve par ainsi peut-
ctre Thonneur de la íamiiie.
M»iheiír«*usemení ce paisiblc
honheur ne durera ñas long-
tenips. Au corns d'une croi-
siére de week-end. alors que
Mary vient de grontier une
nouvelle fois Constante qu’elte
a surprise en conversation ga¬
lante avec le comíe de Motil-
tan, elle est rejoínte par Paul
sur Je pont... Eí la, dans ce ca¬
dre romanesqne, dans ce clair
obscur qui incite a toutes les
faiblesses, Finevitabk* se pro-
duit... i/es deux jeunes gens
échnngcnt leur premier kaiser.
Des Jors I'incendie est allo¬
mé dans ces deux ccrurs, l'u
soir Paul rerUre, fatigué a la
suit© des nombreuses experien¬
ces scieníifiques auxquelles il
se üvre h l’usine. Mary 4 la
cuisine luí prepare hiiltvement
un repas. Mais ce troublant
tete á tete ne pent se prolonger
car Paul dont les sentiments se
sent exas|>érésf se íHí pret a
tout briser pour épouser cello
qu’il aime. Mary est boulever-
sée... Elle aussi est sans forcea
pour résister 4 so passion. Mas
helas! (out les séjrnre... feúra
conditions sociales, lours lo¬
millos.,. Elle n'a pas le droít do
ceder 4 cet amour. Sangklant
désespérément. elle se retire.
Mme. Seott qui par hasard la
surprend, cnmprend saw peine
la cause de son ¿mol el »’ef.
(oree de 1# eeaseter.
GREER GARSON 1GB
sans issue, trouve pourlant
bíontói une solution provisoíre,
L<; eomte de Mouitan s’osí
presenté a la villa pour deman-
der la main de Constance et
aprés un premier refus, Wil¬
liam Scott a fini par donner son
consentement. Mary accepte it
partir pour l'Ecoss© avec la fu¬
ture maride. EUe meUra ainsi
Focéan entre elle et un impos¬
sible amour. Aprés done d©s
adieux a son pere et a 3impre¬
ntan, die prend le train sans
avoir revu le bien-aime.
Deux années s’écoulent... deux
annéí*s de souffrances ct do lar-
iv.es. Mary revolt des lettres
désespérées avixquelU-s die re¬
fuse de repondré. Elle ©si de-
vemu* une veritable dame de
compngnie pour Constance qu*-
e5le continue a guider de ses
eonsdls.
Cependant i\ Pitshnrg, Wil¬
liam Seott a une entrevue dé*
eisjv-i' avec 1‘mil. Ce dernier
est le soul fils » s’iiucresscr ef-
fortivement a la marche de
Fusine, Il est temps pour luí de
songer a fonder un foyer aux
fins de perpémer les traditions
famiUales. Ponr<{Uoi n’epouse-
rait-i! pas Louise Keue a la-
quelle d’aUlenrs il s'etait déjá
flaneé?. Paul refuse i aíégori-
qnement. í^ttelqucs minutes
plus tard t’usiuser appvend de
sis femme les motifs secrets de
cette attitude et (reaction mat-
tendue!) decide sans hésiter
d’imir íes deux jeunes gens.
Dans ce dessoin i! cable a Mary
Fordr© de renírer ímmédiate-
ment.
L!ex-servmite arrive a Pitts¬
burg, Qunmi elk* esí mise au
fait de hi situation, die emit
rever. Enlin la vie a finí par
Ini sourire. Ba premier© entre*
vité avec Paul lui permet pen¬
dant quelquea minutes d’atteit»-
dre les límites du bonheur...
Mab tout© activity h Puslne
a eessé, Les ouvriers mnt m
gréve, Les Seott sont divisé»
sur la snétMe a employer pom
Mm face aux -reyentotiims
ties travíulleurs, P#«l voudrelt
parleuienti'r tsndis que Willy
le fils aim* penst* qu’il font user
de la maniere forte. Sottdaln
urn* pierre lanrée par des mu-
mfestanls brise fes carreñas sfe
hi íenéire et bless© Paul a la
tete. L'nsíníer n’hésííe idus et
expédie Willy a Detroit pour
en rammer des homines de
main qui de force vtemhonl
meUre (in a la gréve,
A cette heme tragique, Mary
comprend que son role est de
s’interposer. Elle se precipite
thez son per©. Le vieux Raf¬
ferty sans daute est heurettx de
fit revoir, mais demeure iutrai-
table et il chasse sti filie quand
elle essay© 'd'msister. Sans se
décourager Mary, avec Faide
de Jim Brenum parvient a ob-
íenir des ouvriers qtt'ils aient
avec- leur patron une ultime
conference au cours de la*
quelle its exposeront lours de¬
siderata.
Apres quelquc hesitation, Wil¬
liam Seott accepte a se rend re
ii Ventrevuv qui doit avoir lieu
it proximiíé de la cité om riere.
I! sempress© cFenvoyer un tele-
gramme h Willy pour lui dire
de ne pas yentrer á Pittsburg
avec «les briseurs de gréves.
Mais Ted charge d'expédier la
dépeche s’attarde au café et tie
rempfi! pas sa mission.
La rencontre projete© a lieu
sur un vieux p<»«t. A Eetwuie-
ment general 1’ustnier fait droit
a Unites les rrvcmiicatitms. Ln
paix semble étre revenue. lió¬
las! a ee moment le vieux Raf¬
ferty d'un index memqant,
numtre aux truvailleurs Willy
qui vien! de surgir au carrefour
a hi tete d'un pekdon d'hom-
ittes armes. Les grévkíes out
, done eió t rompes; Et cette eon*
I férence rvétaít qu'une ruse de
| guerre nécessaíre pour gagner
| du temps!,.. C'est la bogarre...
I I?a1Y»*rty abat William Seott,
mais U*i et Jim fomhent hientot
sous les bailes des policiers...
Tout nminUmant est finí...
Mary qui sc emit resjomsabk*
de ceue afioee tragedie s.gnifie
a Paul quo leur union ne sera
desarmáis plus possible...
th\> cunees possent,,. Mary
a miveri une maison de modes
qui lut pormet de vivr© indé*
pendante, Paul, lui, s'esl murió
que vom at xna\ ©rnploknoms
pjutot á «o© ap»r#©i»wk
l^.Cela.vau» le &avoz, pubpc,
hion qu'd no vou« ¡’ml pa:n!
dit. J© m voudrahs pm teo’s^r
]a modesti© da Luden on edant
tous \*m encourag©ment» qu d
c béaávojeméet appa^és d
tous oeux qui en out besom, <-t
qu© ses seuls moy©«s fui ont
permb d’acco‘‘der.
N’est4.1 paa tout aatun?L qu>a
retour, Fubpc, ij pixis.m cornu
fir @«r vous? Mais fas l?m
pressson do m’nnmhscar da'^
í i««* quest u! ív httu nn cl* * u] [«mi”’!; 1 «
t tr<* Pu uncu * ‘t v »u Pub’
f »* 1 > .* pin , n* ■ s’! s • ! *»•
, ’ ÍU*M> > t- {>' ! «'*{ , ** > ‘
uíUm ”M-<> < pip’.
- r - ,o MA ?AI{| ’
u Louise Kane et *■■•! devenu le
pei© d'un gentil petit garren-
Mais il est loin de eosueu.rc h*
;>tmheur the/ lui.
(ii jour time. S- uts • vi¬
sit© a sun anesvnne -esvanie.
¡.n
'ill- í i
il! i,:
u'roils
qus represi'UH'i
.!es aviums. Au moment de
. ai tir, eln ■, is-i •«- .. un©
us© c.irdiiujue. Transporté© a
hi villa, la sieille llame evsge
que Mary roste á son chexei et
bien que utrnuée par Sa jalou¬
sie. Louise est obligee ue res-
poeier wile dernier© \ ohmic,
Mme. Meutt mem-i... \V»by de¬
sire venare í'usmc fumtiiule. 11
a deja le eonseníermnit éerit de
’Fed actuellement en voyage et
est fortement appuv© par
I.anise qui desire quitter eette
vdl© poor aller rnener en Kn-
rope une vie de luxe et de plai-
sirs. (!onstanre qoi esl revemie
d’Leusse semble pro te a ceder k
‘-'.'s pioposuioos alléehantes»
Mais Mary interviem... Ell©
evoque des smnenirs d’en-
fanee, se moture si lendrty st
persuasiv© qm* fiimlement
Constance se range du eóté de
Paul et de Mar>.„ L'usine ne
sera pas vendue e! Fa'Uvre de
Mr. Scott pourni ótr© conti-
mice.
I‘tille de rage, Louise rappclle
a M.'.ry qm- le ©ocher est ia a
raltuolre a la port© et comme
Paid s'appréte a occompagner
in .itdme femme, ell© a res mots
iuenaiymtx; spaui, si vous fran-
Hussez, cette enríe, il est inutile
pmir vous ile jamais revenir»,
(.’Vu est itop' A\ec cette ran-
unit- qui du ram de tongues
amtees sYst prest|t«e transfor¬
mó© Ht hume, Paul exprime cu¬
lm ses veritable*, sentiments,
(.’erics il reviemira. et eelk* qut
ties ra vider ks lieux sera la
feimee qui dans k* manage n‘u
vu uu un muyen de porvenir h
hi i ieSu*sse et iUi luxe!
Duo. cun ni Paul et Mary s’e-
ioignero... etiseim m salt?
vers * be heur... pent-étre.
á * . »em so pm/o oA
sons \ erres: ¡ n al-
mor. uú |>a:.*©
i til DEC UNION
and Mm 10-15
nu*o * quo
hint a V i u.
THI \ M 1
. k* I’’* ‘
tie a aies.o-ito.dHyn-Mo^ee
Di manche a 3 hr«a 30
YOUNG TOM EDISON
(sous litros RangaLs)
av«c Mickey. Rooney, George
Bancroft, Fay Bainter
é ]a lots sobro et vígoursux...,
uns oouYP tendxmm d!b«-
mour at d'émotio»*..
Estrés Gé^ér<4« 04 430
d 5 hm m
CROSS Or LORRAINE
a vac bon Pern AumoH jo
SOph Gakita, Gkre Kejly.
... ¡‘úpapér 4t*a frangaT* & ja
résistrvrao... p*s héroíques qa>#
du magub kjisant u»o nouvM
k kis cl Estrés QéHxate Gd, MO


Page 4 était absente
du microfilm de cette date
Page 4 missing
from source microfilm of this date


Page 5 était absente
du microfilm de cette date
Page 5 missing
from source microfilm of this date


MOM,
LA MODE I Stoma!- “Le Nouvalliáte"
«ai ím *® mm» m mmrnm m wsmmmwm
OU JlllIK m kmem mm. «tjIs-a mns tosro m ummm
-JSWIf tSOBS itapVÉB»
Dernlére H#úr®
LONDRES 15 0éc-— 2.D00 j>o
so«t & la recherche d©
10.000 soltería «Sha» qm o»t
dóserté. ^
WASHIN GTQN .15 Dec.- La de la Speaia pour
£:oits crubur d« la «ouv$dl« Wi
gw \m uu’an» ouvr¡&rm.
HOME,— H a été xappané
«yus la *mit ¿«íTüér^ ¿es
tes oot lancé des grenades a
maing des fenéüres du monaste
rjfrotw*v«<« NouvrAlist*}
Une créatum de la célhbre cou
.tirlfré amérimim
. VERA WINSTON
é!é-
Se ntppeler que la femme
gavie faít He achate chez
SAlBtEXOVSTAh
AXIOMA D'EIXGANCE
Ri«u d© plus ridicule qj¿
]©s colliers Jongs qui pjongunt
•enlre,. ]es rciondúés. d'un© gor¬
ge abordaste.
¡Dan» l’autobus: En potu-
gonnani votr* chapeau, ceja
vous lera songer -¿'avoir vq-uq
büjet la prochaine loi»,
Court&me de Milo Hakime,
Beprésmiant de Pepñ Cola
OU EST-CE DONO?
«L’amour esi osdam de Bohena®*
CMeiJhac et Halévy, musíque d»
G. Bizet dans ]'apéra-comíqae
«Ccraen*},
Jí fit pour nos dofauts \a poche
de derríérs
Ei.celje d© devemt pour jes do-
fauís d'autmi.
(La Fontaine, Fab]-,*;
li iaut parad 1© mondo une vor
tu traítab]e
{Moliere, 1© Misanthrope)
NE BITES PAS...
II «et frítete.
MAIS BITES...
' X! egf mal dégrossi.
DEFINITIONS
HÃœMORXSTIQUES
COsRVEE.— ha moitié de fe
xistenco.
commission d'enquet© Taris
m©ntalre sur Pear] Harbor esi
pl«i» disaccord, «t se» msm
biés menacent ¿© tifeissíonner,
y compute I’ayocaí general- Wti
]ican D. Mitch®]],
HONDURAS 15 Déc.~~ I] a
ét© demandé par le Congrés
que l’Etcst de siega soií lev» et
qu’une amnistíe gé»éra]« son
cccoraée a toua-,
COLUMBIA 15 Déc.— 25 oítl~
cívrs de ] armée qui purgocrient
des peines aüanf jusqu’d 4 ana
de p'ison a ¡a suite de révoj-
t>> de juijlet 1944 oot été gra-
ciés petr un déc«t Présiden-
t»l 30 aulres cMJ» compre-
mis dons cede alia; ¡e oní été
cuasi gracias,
í«OSCOO,. MM. Bevin oí
Bytniss *ont arrive de Berjia
luer pour commencer les négo
cíatíons a veo Mr. Vyachesiav
Mojaiov.
Aueuee dée] ie r a été ícrite coficernant cet
te conference e¡ on n-a ^ „orl
ciua annaneé quand e¡Je com-
mtiicera.
MOSCOU.- U Secretaire
cEtat américain Bjtmes a pris
Iqgement ata pcüais Spasho. ré
stderce de ]‘ambassadeur amé
team, Averejj Hontao». 11 a
confére ja ruit deruiére acc
r{» mimbres de ect suite eí a
iait Ies pcéparaffs de derníé-
r- beure pour commence! jes
conversations,
BRUXELLES.- Le cabinet
Le]ge a decide de zscctmman-
*r Ja ratification de Taccord
moretee «t de siabüiatioa de
¿!®t»o¡! Woods au parlemer.tXa
. L-- j Ciqur contribuera pou, 225
! nidjions de dollars au load de
! Eta¿>ilúsat¡©n; elje ama
Ja Sémo place en importance
aprés ]es Etats Unís, i’Angje-
t-rre, la France et ]a Bltósie. Ce
qui ]ui donas droií a ut, siéae
permanent au comité «xécutif.
BUSéOS AIRES— Hier ie
candidat ¿ Ja pi«id®nc» tic
l Avgengae, fe cojonel ■ Pe¡-0r; a
pt-is la parole á íí» meeting qui
° éié organise par ses parti-
sans. Le discours de Péior,
tcút fart de breves sentences ef
d© mots tres simple JJ décia
ra: *la iibe?té elective com¬
mence avec Ja liberté ¿u
« prend fin avec la liberté -n
e^vicuejle, e]]e commence aver¬
ia liberté économique sems ¡a
qud]o tout le reste n'est qu- p-
t'on». Ü aífírma ensuííe que ,Ja
vais Clémtwatie sigaifje ¡'ac
cession des ouvriers d ]'adran,,;
tration au gouvexnement
leu, pays.. IJ pxéc^a que son
partí .rejett© tente idéologte ex
trémíst* et que l'imaj.9,alk>0
bon infeníionnéo &em toujours
bies yesue en Argentine,
M « ■'««•ouveéé son tliéme ia
vori «ma yictoire gignüiera la
route ouven» ver» Ja paruci
patios des travaillem® au jou
TOiemest qui Jeur a été formé
jusqu’rai. Ij a souiigné que ]a
plateíonne é]®ctora]e du par-
t’ de ]’Union dáraocraí;r/l;e r.’ü
faít que prosseitre ce que le
geruvernement mljUaine q
jet titsJisé pour 1® peupjo dans
te domain* de» réforme* goda
Jes ouvrteres».
LA ULE DES «QUIZ»
I) Le Centre Thédtre de Rada,
City — 25 m. d© didniéd-e, 6
ttjtmss de potds, 2) Princesses
r,‘i!otbeth ei Margaret Hose. 3}
Fu virón SOS ana. do 1388 d
1644. 4) Oe vin bjasc ©t.d’har I ont *u liou da”*, plosión» par
{ fíes de Ja region d* vénétttcr
í Giulia o’, qu'uue gravo gónóra
ROME— L’ Ageno© Ansa rap
porta que de« demonstrations
dérou» un© bands d© voje® ...
Cej grenades out été dcr.rraas
¿o v ír&res é© la PasS'CU par -
tes cara-bán-ers ®n .vue de l'-a!
protection.
Derniére Minute
15 DECEMBBE A 3 HUES P. M.
PAK1S.— D« souras otec-.el-
]© ofa applaud quv go'avtirns
jxjt'nt fraiigals cara*! í'Cf-s.ta»
uiíi© üDty aax gouve^^r&^ü-á a :
q[as et amér^cc^ ¡ear d^zaas
cas>t que
gouveti.kt‘rai-a:t3 accept—-
pi’ir.cép® )S-t dra í©lauo^s au'teC ls
gouve* nemviit. d® F'-'cmco,
i MOSCOU.— i] o él© a«íí©»-
Cé olí c:*il«ment que Je SB®»
¡a.K ó .<íaf. Byrr.es a * ~e
m etí w* vi&a& dv
au eommlssa^® auje aüa,-ca e*
•ircí>qéí<>, Molotoe.
MOSCOU.— Le .ministre *e»
offctites étrangétes, Bevtu •**
arrive O'djourahuí por avio', 3
Muscou paur pvenav© pari a
]a cor¡lé^enc0 á*& mínbii«3
aiíal'^i. éf?cíIigere£- 1] a été rap
PoUé ti o sourc® auioUsée qu-
] appuroil transponcrsl í« nú-
nistre aííair-^s étxañger-^
a rencor fé d®tinauvales co?ái
1ÍC/-S aUnosphérlqu4-» tiura'ii ce
voyage & 3 a\Jtr®‘s apparalis
txans-povtaut Jes raiemh^-s a:-
..sa sub* otU- été obliges ce t -•
r rouxoe'r ch®mi^.
WASHINGTON. Au cows
¿"ü::o cor tere'¡es ti® press-' l-
SecréiaUe d'Eiat aájo-xü puW
]es aKaú-¿-s ¡at;no-amóncai^®s
réponda'ru aux qussdo^s des
joursalrst^ -a prétiií que la pío
position du ministre des albs
ves euangeres- -d« [’Uruguay
pou? *ne íjitemr.dop de toub’s
Jes notions américaln^s par aur
|í-. au" confjlt derrs ur¡ autis
pays eméticas capable ¿e írou ;
b]er Ja pa.ix de 1'Hémdphere ,
uccitierSa] pouiru é'-;-e adop¬
té® ble'Uoi par la jna)o¡'vté a?s
nativos amé-.'caines,
CHIOAGO, - t'Amual To¬
nes H. Ingram., common dar i en
ch«{ d« la t]otu> amérí-cairt de
J'AÜar-tique a áécja'-'é auiou'-' ,
Ahui tievant }a soolété ín'iNa {
n& qu<- le B!'ésí] a joué *u';- ro- ,
. Je important dads \o v¿cto to ¡
allies contre ks sous matins \
nazis. !
LONDRES. D*s sources oí
í'cieli ci'hui qu® plus ti© 200,000 sol
date améiicaíns a*t ¿té ©va- ,
cues ti® 'l'bxm.
BAi'AVIA. - S«Iou urn: c»r
l 6ch* d« Vage^ce d« presse oí
LcktU holJur tiaisf. Je p«ó
gidffi du .conseU d'cstimi'-iSUtt-
uon ti©» Neerlauda^»
cut-ah présate sa démissic^.
L’Agtmce »’a pos indique c®-
pendant s* c«H© admission cat
imm4dlai®me:;t ©H®cUv©,
iONDHBS.- • Ut rodo Mos¬
cou p reproduít aupurd’hu:
¿es articles de jou^aus rugaos
critiques^- VW^me-nt 1® procos
d«s crunoiois de ge^n® qu^ s«
déroule aetueH®in©m d Nuvi-ru
berg, ]>'apíbb }o pr«SS® SOV-.í4-
tique ce pvoces des drminels
& xa, pon- h» j.scuséíonA poUü-
qur®,
‘ LONDRES.-- - Selon les- d*r
cíém Jntoítnattons ofticielles
mr PARTÍ AUJOimDHUt
€»« «Km» 1'avión* anw
té, notr© Amba&sa&ur Jas*
qu«s Afttft* mi pañi cm/ou^
d'huj: pour }e Medique via Cu
fe
Nos m^leur» yceux l‘ccc?com
UNE DISUNGUEE COMPA-
'. HOTS JNOUS ARRIVE
DE KINGSTON
Lua-di apx&^midí, ctoya^s-
nous, amvera ici par avíori- ve
«a»t -de Kingston, Mo|le LyUa-
r«í Tovar, Ja tifstingué© h]Ie ¿e
amis l«s ©poux Edmond To
Tar de Míragoane» E]le au-a
passé une armée au College-
*lmmucu]at« Conception» de
CO’^ra’-u Spring oú elfe a pu
pssnb-ue ses connatescmces en
anglais et a fa*t de® étubes tres
por^sées ©n sténo-dacty]oqm-
phl© anglas®. Le 8 Décembre
dernier <¿Je a subí avec ¿uc¬
ees s*3 examíris et recsvra
sous peu rUnivevsité de Ion
rre-s í3n drp]orne de un d'rhu-
ces. Nous préseiúons nos Í4J;
-c -r: or.s ¿ Mr et Mme. Ed To¬
va- et *jo® souhaits les p}us í>ín
reres ¿ Melj« Tovar, ure com
patrio'e don¡ ]p pays ptiut
«LIBRE FORUM”
AU CENACLE D'ETUDES
D-rríOu-che prochain, 16 Dé-
rembre, des d*x heures du nía
m. íl y aura un «Libre fo¬
lias* sur «Mari® Vilkmeeaux*
ru Cénacje ¿'Eludes ©t de Ho
ibsrch^.
Not''-- ami, }© Dccieur René
?alomc-n nous a fa;t Je pjaisti
ie "ous y ¡nvíter,
Nous faísons des voeux pour
r piel?; suecas de cette ínin-ati
On plaide... dans nos Triluiniuix Décés
fluí tan ?»«!.„
pBly.'.n UrcU
'.ocr
A 5
samad
a 8 .V
Ton v
dan®!
REPRISE DU
HOLIER DE LA MORI»
,v1 v.'aujou!‘d'hui en
.0 a oes cartes pour ]e
cut vénitien qu: s/ua
; St-Lcuís ce- Gcu'zaguc,
prochain 22 décemhre
U'es, II se chuchóte que
rra du nouveau: Att^n
CTST LUNDI SOIR
AU HEX
CT-sí ]undí soir que ]cs
campaiables acíeurs Pomo ¡o,
Calcou, Audaín, Martha Jn-
Clcrude, Mine. Madíou, Eméran
te ¿e pradinc-s donr.ent }eur re-
présertation thc-atiaje. Un© co-
méd;e désopLc.'-íú Gaté Ban
ré-- ou Dupt'ur Dupé.
Toxis au Rex.
Entrees; LIO et 2.20
LE JACOT
Los pe>'sa-nnes qui ¿ésireut
avoir en propr« un exempla.rt
du «Joco! de Maaame Cicerón»
¿rouvent s'inscrír© aux malsona
suiv-enu©»: Henri Deschamps, la
Caravt :>h L'AbeíHe et Ja L¡
bta'.i-; e Nouvel] v, C©p®«dcmi
]•-& souscLpteurs, s‘ils ]a ck-
mandnit, poun-o»t. ob^nir u-.s
'íxemp]aire signé de fauteur.
,pr;v réduit Gties 2.50
fe axomatlques, 5) Sc¡i»i« Ov-
twléve.
DEVINETTES
~~ Qui va d« PorHm-^rince
- — fe grand» route,
KB COHTOKDKZ PAS U»
mmamms smvems,
Diemm Mm u» fen# «pjo {,
A — iitossm-. mttit da to»,
je a été décrltóc á Trieste pour
protostw CC^>tE«f la SU©pen»io«
du journal Slovene. A GorJzkx
bm la polio® a p*océtié d
Tarrostation da p]u»i«um per
pmantm au d’une ma¬
nifestation Qxgmlm# par 2000
p^r&annm devant ]e quarter gé
4u mJU*
y« «ÍU&
TOMO,— Do
a prolangé 3a »^o» d® ¡a M
l'état de »amé du gén&ral Pat
ton »'«st am©]»or© consideradlo
tn©r.t, L« bulletin oíííciei a in¬
diqué par atil«ux», qu'un ]ég«t
ebangemeut a éié observé dans
le» conditions du génét'al amé-
â– rioain.
■ PORT-AU-PRINCE— La ra¬
dio amédcai»» a roproduH 1®
ccanmuulqué du Sfeétarkrt de»
fetion-
nm annogant notcEmmnetque Jo
qouvotnemam baitien ©st ier-
memont «n favour du principe
ECC. ..IRS: No sallases: pas
e qu© vous treumz propiB
vous ou aitleurs: Laisaez
es commodítés d© votre ácoie
20.XXS un éíai convenabie.
(E N. DTU
au corns d® la conference hue-
raméricaíne de Montevideo oh
1S33.
LONDRES.— So}on \®b tier.
U!©TA© informatictn.a cíRcielje»
legues, de Batavia, le» forces tx
tremiste,» neerla-ufese» contl*
rmont ¿ mass®! d« grande» non
p^ dans ]a region de fa tvtpi
que j taN dss ..Ind»» Néstiandaisea,
jEUDi 13 mx%mm
ya Tribunal Civil ayaui prte
a'ég© hier 13 Décomb^ 6
ihvure jreg]vmeatdre, pronon-
ce Je» |ug®m®n% suivants; c<>
] ]ui qui accord© d Mm* Hono
’ rine Adam Viibtor Nautonsa-
) iíon d« vsndr* tií'^'"'"t©rro.í’á
dorn I’un sis d Mlragoany, et
Jaut'O a Pétion-Yllle; c©1uj qui
adm«t ]a demand® en divorce
trtre Mr. Dabe]mar Riv*^© ®t
* son épous®; ce]ui qui admet Ja
í ¿«mande en divorce outre Ccul
; Boncy et son épouse; ce]ul au3
’ odmet ]a demand©
; unrre -Mms. Jcocoh Su1- .-au
< sou ©poux; c«lu. qui admel \a
â–  demande on divorce entre
- Edouard St Fort Co-Jin et son
*:r*pouse; cejui qui admet ]a tie
mande en divorce entre Lotus
Bajmir et son spouse, ainsi que
, celui qur admet la demande -3¡-
divorce entre Roger Dorsmv.]-
]e et son épouse.
L'affaire Joseph Salomon Jn-
T.ouU appeiée, le Tribunal don
, re. défaut et ordonxje Je dépót
, des pieces.
!. L'affaire Victor Or]ando con
; Ue son épouse, appe]ée. Je Tvi
| bunal ordome ¡v depot tits
¡ pieces, aprés que \"% partíe»
avoit’nt posé leurs conclusions
respective»,
Puí», |e Tribunal íah diapo-
sef la sa.l]e a hute cjos pout
['audition de \'aikíi?e des épnux
Marcel Host!ti,
Aprés Jecture de fa requ-R*
COntenaT-.t Je» gti®H, d© YépOVX
centre son épouse. I’avocat de
ma-n-deur requíert défaut contre
]a tiéfendere&se, ce qui ]ui est
CCtroyé. En conséquer-ce, le Tr¡
buna] passant ©n audience pu
hlíque prono«ce son . ortionnan
re renvoyant ]es ópoux Mated
Hc-sthi a ¿'audience publique
tiu jcudi 10 Janvíér 10-1S.
A \ Ti'lhurai er.trc en siege et fait
evoquen }es-oSciíres suivantvs:
Prosper Chrlsphont© f«ls centre
Jeseph Hyppo]íte; J. B. Cam ele
rontre Arnold Charchoute; Gear
ges Laroche coutre Manquis de
Veynac; consorte Tajamos con
t'c Rodolpho Mere?en Ida] Ja
( Laíjftun comtre Cíe. E]®ctr]que;
i UN BON UVRE
i Notre charmant ami M. Thi
mojéon C. Bru^u» nous a ta\\
: ¿e pjaisir dé nou» offrír u-n ex
: «roplair® de son ntiéressant u
; vrage: «Rangon du Géhie* au
' la Legón de TcussaínLXouve>'lu
r®>.
C'est un fon vojume de c!uq
cents pages, environ, avec, sur
Ja couvertur© la photo ds c*]uí
que Bonaparte surnomma |e
â–  -PREMIER DES HOIKS*, '
Me Tímoléon Brutus a o^u
St-merh remplí un -devoir filia]
ír.vers la mémoJr© de JTJlustre
oncétr®. t-n méme temps qu’;*l
a onr-chi k pauimoíne National
\ d‘un© Oeuvre, áoH Je prjnci
; pal méñto, e»t qu'eJl® prop-t
; tu une lumíére aveugjante sur
ties faite de uotre hist oír® de
mearás obacute depute p]us
ti'un siécje*
Noug n« setunon® trop Ten íé
licitan
Ausai nous ne manqueron»
pos, trés prochainemont ¿e pu
blier ]a cxítiqu® de son ]ivre .
qui est un suecos de» magT¡:fh
au distingue cotópatríote. En atí-’U
dant Je tome II de «Rangon du
lh>vmía» 1-ojefln***» e©«
iré Fbjnkot. !«*quej-M'
sont Lxée» d *«. «
Quant aux affa*r©» «uivan-
p%; Eugene G*orge» contra Léo
nwé Mof&r; ?ád'¡x Ousíav» con
tr® CharJ^s Denteé ©t Ludovíc
Cadet;- Edmond Tovar centre
Mm-. V'-ve* Nicolaa Mature;
Baciété d'Bí'angéJteatíon co”-
fre Jean Francisco; Georg©» £.
R'gaud contre Audain; Fran¬
gote Auxila contje Aristide Cos
tagne «t Lydia Jea^ty? J«a» El?©
c'-’-tr© Albsrt Occénad; Mmv.
tv. torre contre Mm®. An?ofe
E] !•<; Kébreau Deyezín confr-j
£m-|« Pierre; Lu¿c3 Béltecum.
co*‘^h Joseph Moftere, »}]©»
sent Rxfe également á-huHcd
ne qu'd quinzepn©,
Et, vu l'h«ure avancé© je Tr¡
buna] léve Is siége.
£n Cassation, Je Tribuna] a* ;
yam ouvert Taudienc© ©n Sec ¡
tion Réume», prononce lea ar¬
rets sulvants: cejui qui repit®
]a -demand© en divorce de fe
px Baker contr© »oo époiíS»;
t c«lui qw declare mal fondée
demande tie Cicerón X)evi|]©
contr® ]a Cíe. d’Ecámrag© Slec
trique ¿e Port-auT^inc© et-. du
Cap-Haiti©% ]‘©n débout© «t l«-
condamne aux Jrai» ot dfens
de premiere inata^c© «t d« Cas
sation.
Ruis, le Tribunal |év© ]e ai©
ge pour fair* plac* a Ja d«u
>d©m© section. }aquello fait ©
vaqu«r I'aifair© Ren® Ca]l»ti
contre Vve,....^ Birmingham.
L’avocat de Calisti adréve m
pJaidoJne, et vu Theur* avgn-
OÓ2 Ja continuation de ]a cau
se est r©nyoyé© d ]a procfea.n©
audience,
Aus&Rot prend p]ace la Sec
tier; d«s affaire» urgente», ]a
qut'lie évoqu© Taffcnr© suiva^
U: Voltaire Jn-Baptisfe couVe
Joseph Bourejly. â– 
Aprés les observations d&s
cvocats respectifs ties 'parses,,
le NP P. prono^ce son réquisi
tobo; pu», ]a cause é'aot sn-
terdue, ]« Tribunal ordarm© ]e
depot de© pieces, pour TarrSt
étr® prononcé dan» Je délaí i©
gal.
Uimarf*, 8 ^
■>»•.
)®@ph 43
A»nl®
Thél'ttnoo, Sí «
Ag»éa Mich«l
rao:s. Sau-iaur
o»a.
Dcpmrs
\n-A\ms
'r; hjiowawb
Ha v Br qiac. Hobn>
f -¡ ? * rao Roaü*r. M» r..
s.ühv.- K«aoUhal, lam» U».
ite. Wfika iogri«t-MnW«
l.-c C:.='!r» Co», Vrj M»
rVn. Pierre J=ii-ph ’
V>ool«,
3Epj>m
Him F.r Auiominrai!
Alpíion». M Mt»
ciol, A-.g»!®* IW,,'Qtftr
Clmm-Y. Simp?! Marea Harold
Ca'1"i:r. B»>ln. MM'
JiAttvi Ufe Rirtc
Fradoi'ic Groa, trro Cm
Robarl Jo^kw.
MO'JVEMENT DO TORT
Ox!5i*i V'b»g «mo»t 'é
Wrw York avíe 1S50 team é
roetrctondlm.
CABOTAGI
0!«u M«rr. va-.5- ' V ¡
Pirn*t "«me 89 »0£» á» ggjfc
M/B Sfcy I s.-ie ■'«» pa--!, pc#
Connivís et Poet^ojtf,
Albatro» est parti pair Cap
Haitte» et Fort Lb«r4.
Sts. Claire set ports pwr Sr
t'te Róvié« de Nipipat
Artibooite «st pañi past» U
-roderes,
V.olcira nt parti pew f»»l.
Dieu Pxoteg. --it pow pt«
I,'Ab*iJI« «st pepti pour 8»
raives.
HANCAIUXS
Nous apprenons avec plats i;
l«s iianfaijles de ¡a cfecnraaito
Mad;--.raois:-]!e-, Sirao:-e Jcarif-
me «veo M. Jan L Montaos.
Nos m®ill cux distingue coup]*.
VISITE DE
M". PAUL ¿AMONES
Hern c./om repu ]cr visóte ««
nota* rélactíon de M. Paul La
monde,Pharmacies, Agent dTv
portaiion Eeprésentant les Lobo
iato! res, Descmtejs du Camada.
Mcmrrur Lcanondé étírlt ac
ccmpagi-é de «otr® syjsspaú»!,
gue amó, Sosthénes CMtrard
qui a ]a"cé sur «otra P] ace te
Produíte De»aut»ls, avec wn
eetivíté bien cocol!,. i
Nous souhaíton* betwcoup ,
de euecés á M. Paú] Laxa-n ¡
ó», j
Gfcie., qui perrattra en Janvi»r
prochain, «ous Jut- adwssots»
nos meilleu*» neniarciennen!»
pour son gracóeux envoi.
DEOES
Est déet-.l-.o' ár- tete ;á j*
lite Mari» Máche] Arpié* A8>
GVSmt. i !> *■» ¿pc«t
Augusto, ¡ Perra ujt, xx
L‘e»terr@ajent cura Jim ^
aprésmiidi a la Cathédiatjt
Nous ptésentoos cas vaám
condoléane*» a M-. ]« Doc Marc Augustin et Mofarse, a»
Bévérand Pér* Hemy Aajasfe
aux íomi]]^s Augiiií*. ft--
rtrult a
i - â–  â– 
I AVIS DE LA SOCETE
BOUVARffiNSE
- Messieam ]«* Meo*™» *1».
Soosét® Bollvarienn» <¡1W a*
]«aw fctmi&a sect «fefc,'
qa'tja sent jnv tí#í por ¡r CO
mrs Pétipe-Mw ñ le «w
moule de | ’apposition
qm caiwjemortt&«t »r f<#
placeraení de la maieon
teót Simen Bojivor pesé»* *•
d*ux séjoars á Partraua-rirtr
es 1818.
La cérésoow' aúna ].«i i» V
Pécemi>>» smrcnt é ¡¡ütt¡t* '
¡m.m #t é*mi* da«« í« : «e»
d* l'Andxenfcti.
PorH»*PriW, ]* JS
fen»194&
AP8ES IES SPÍCTACJ8
LE BENPEZ-VOOS EST *>'
kavlmaits TAST
D'aprés Jes dotsiér** inferir,a
i:orar oííicietisí's tieux graneles
forera extrémdstes s»! pouvtint
maMwant á proxtaité de# 2
importante centras ferroviaires
de }a région h qu»]aju* 70 mí
lee 4 J-Enit d« la ca^jitoje.
NEW YORK, - ítwqu’A cet
ofgéa-mldi autritne cosifiruta-
t‘a>n officielle s'o pu 8tr© anco
n dornsé* par ]e alíshict savol
astttelcain au #»J«t de» nanear*
amnatap** qu*nn twreirp aurait
¡aneé hi« »oir al«t stgnauit d«
t» pour pemiettro ém d**cu»- 1 d« ]ct non ¡mmnOo adopté» ¡ déttwwe 8SSS
.Ensemble ¡e* Aatérlquat Jut tent pour kl Vlctobao.
BRASSEHtE BE LA COOBBONHE QnTBWmfCS


Full Text
aden prédlt acceptation P#6pc»ition Uruguay
AUTOUR DE U NOTE PS l URUGUAY “
La Position prise par le
Commentates
sur la Situation
Internationale
Hast íac*¡« d& coaMte? <¡w»
Vs zaémes causea prodiiteert
les méms3 d&ets, qíiatk ]« Com
jaUlÉSBi© international e»t en
Gouvcrnement Haitien
la sa souviem, cpawl S«&
. (¡ }üil« étaieat des comí»
„c yea 1933, qw» 1«* Com15»
U* *° ?>■««* coolf‘
OTBC
w CawaPaW. *» *7 wula^ot P«* (JU* t®» Ba*
tyfr-.tt p»i®1’9“ « 1« 9uet’
'"■>.« des q«* 1‘AlkmagM
0V‘¿* átlaqué la 1“
C «Maníales, «» FraW» «¡
en Europ* se jo)SP»»i
U moawinent 4* BésManí:».
«‘■cetMt «te taésrüpea ré;ia*
¿rwil }« 5»®'» c£,ntre 18
geich « le I<5KS,>-
C% }eu«s-ci quelqae* *«»»
«jrsa la déaíísso» se»c¡«on«l
u<¡* {'Arofeassoáew des Etaw
Víjs «i CM» qoí proteste.!
¡joatr# les te»da»ee» Camnu-
si«S* ¿e certains jnesdares d«
¡jipárteme»» d'Etát, an nouveau
ejarom s'«st preda» dans l‘o
piten pabilo ynis.
te Gouvernenaent d* ChicMg
¡trf-Sheck n'étaít pas an régi
¡jja aussi damoaotfque usévslt voulait le fair* rao¡«.Au
Jourá’hui, on fait reaw^ ff*»
Chjang-Kai-Sheck «*t a» Kcte
teat chef d'u« GowsrKua»'
d-OopTesaío» Onis et «plolte l’envoi de ttoa
pas coaéricaínes en Chine*
Stain» »'«**■ battu contra te
topón eeulwwnt «HWP**
toara, tendí® 0r.t m«né une taita gigantas^»
h trois an. centre 1® perf'te
’rippo»®. Mate, on a «t««U
wtÍ« d«fe Caa¡mtt¿** Chi-
'oís, dée 'gas I®® «“I*3 s5Vie
toas» sort acooumra au stoou*s
i» Ja Victo*** s»*1,*® í®**5*' .
Si les améíicaiw cox ®F-'
•t0ns communis*» hésU«n,0!,t
■tomando que 1« Batean» en
rota»» de® arate» * d®
;¡0n* ai» Cammsnistes Cn:
lote, 11® rédamont av*= faoa*'
!t cu nom d* l‘Han»ni»
fc» troupes de la &puH‘q»®
Etoilée évacuent Ia Chm*. 3 1.
¿e tie pa« avoir *d a**" »n
k¿ ou l'cmtr«.
¡>tte noavell® tacttqu® au™
3» suco®., car 1» cteé
rioaines n@ ^
rrteax — puisqu» lo 9“" '
J<¡?leans & «pít
tent la Chin® <* «twrnení cto
^UX- 'j#Jl
Comm^stee «o *
^sr,8 majins q“> ® , ®',.
tx», et ne rate!» pas ¿e *' -*
íonjoute l’occatóí» ?<»
chweux».
ÍDés 3© debut d« ]a -álscíís-
©í sujet de l J^uay, ootis avous d’u^
^on póremptoire déc] vu jes saetífíces~^€- ¡&3io%
de vies, detiene maté^>Is pouf
sauver | i% hord^ It^cisfes et nazlsie©,
¡m Nations IMes 3» reouleiont
deva?it aucune mesure pour as
surer k respect dee Engage*
me^s pile —, «» vue de ga
ra»tir J'existence de© .princi¬
pa democratizes, *
Ld d^ssus, notr© confrere -tLe
Soá* partü en guerre coutr©*
notr© opinion, avec des argu¬
ments sophietlz^ *t padois
misme des ¡cgsprécSatio®B k-
just*®, gull voudrerH dép) te
Nous sayona trop ce que c'est
que 1a vc?»ité puérík <¿a auti-
dbmocrates pour nous émou-
voir de certa|n©3 attitudes qu'i’js
prennent C'«©1 pourzoi noua
T>ous eomme® c^tcmn^ darts
noire position premiere, e'est
d dire «Je» regards íixés veis
®o|re «puissante et généreuse
volsi^e* «n'eu déplaise au
«Soil») dont la decision ~
quand e}.|e sera prise — aura
force obligatoix® pour, cm mo ins
ious i«s «pete pays» de ce%
bémispfeére,
Lors done que k Secretaire
d'Etat Byrne® fit }a declaration
gull adoptait sans réserve la
not© du Delegué ‘^JmgnoY^t;,
»ous avoirs compris z’U se'
rail absurd© de bra^dir, com-
lae u« «petit sobro de bois*,
une petition de principe pour
combatir© ] "óptate du Papar
temen t d'Eíat.-— Súnp]emer¡t
®ous avoids rappe]é 6c© qu‘ic-
meme nous ccvons écrit , au
cours des 3 demleres années,
quant a I'atittude qui devra 4-
ire prise pour porter ¡es pew
pfes a marcher dans la vote
de Ja vrvaie Democratle, mime
en exergemt }'intervention non-
-rrmee.'
mo niGAUD AUEAIT
ASIGNE NOTBS CONFRERE
« HAITI-100HN AL»
II eat iortement bruit quo Mi
lo Bigcmé otirofi soigne noi^
excellent oordrire, «Hait¡*Jour-
sol», sous pretexte qu© pu
'bliootion© ¿s résiátats d"*xp«
tt'se ! ráinésá d luí nuire, just® au mo¬
ment OÜ u« référé introduit par
!S, Y^cent centre fui, e@t plot
dé ei le depot deg pieces orion
né et que 1'afiaire eat au déN.
beré du luge, et cm moment aus
«i ou d’autres a^efire» intro-
duííe® toujoiuat par S, Vincent
oontie ]uí, Wk) Higcmd, mcw4
m V0-& de solution.
De mem© que nous- soutenons
b Dfoit de ¿álense de Si'impOi
k qui «st -prison® pas k procédé de tea
duii© ©si justice aucm ceñiré
» «semt de a** chose sacrée
¡a liberté d» ¡a PM*»
: . ©%gk
’^t dune’ Afir© déjá jugée.
itetíer, tácete,
**%* ®® eo®goit Mcr>s, «U*4r
’ « toke voild quí lola©« mp
P^que&réplkpm -tm moni
&& ^OavAuft, et qu* pa? ám
I] s'ctgsctit done de nsodalí-
tés dans I'applicataon d'une col
laboraron entre Jas Gouveme*
menta -des Notio^s-Uni-es dont
Ja plupart d'uno Ja^on zc^*
conque, oni contribu© sons a¡
kr sur ks champs de batu'l-
jes, d ]’écraseme®t du íasc¡s
me ou d© tout regime sembla
M« a o©]ui dont ]a destruc¬
tion est prévue da^s ]a Propo
sitien d© 1‘Uruguay sems poa-
voir prévoír sous que^e tormo.
Nous sommes done recon-
^aissants au Gouvernement Ha¡
tk» d'avoir ítvfiáqué dans sor»
Gommuniqtk d'bhr &a posi¬
tion, en répanse h la note fia
23 NovoiMíre écsoulé, du M¡-
nlk?e de© BeiaHons Extenuares
de }’Uruguay qui ,pst absol u-
msnt dans la Jigne du IXscoms
du President Lescot 1® 33 No-
vembr© 1941 oü i] dis-aU:
«Que 1© Gouvemement des
rEkrk-Unís ©ache, n© cesaons
*pas de le rápater, que, si
«■besoin se fait sentir, ses for¬
rees comm& les forces d© tour
rjes mitres Gouvemements do
«c© Continent, pourront pér*é-
«tr@r chez-nous, sons reserve,
«et qukBss y trouveront ]a co]
«kiboratio» la pjus compjék
*en. vue- d¡© ¡a defense «mmi
«ne de Z® i'homme digne d©
*:c© nom a de pjus cher au mon*
i-do; sa liberté et sm Indépen-
«deuvee*'», - ••»"
En ©ff«t, OU y reconnaít ;e
désír «d’hanmon^r k príncipe
de non-intervention «avec des
c&co&pts «ouvecrux — paral lé
bssne da la Paisc et de J®' Dé*
mocratie*.
St concí-uant, n<^r© Mk*3tr©
| des Bejations Extérieures ge pa
' trlotísm© du «Solr* 4©ít en a
volr h'-er. soufíert);écrl-t;« Au|Our
íd'huUK]© Gottvernement hai*
«tien) est prét d procéder avoc»
«fes autres Bépubl-iquss du*
íConfinsfflt ó «VU«S pour la recherche. rn*
«commun dun® solution qu!
atonde aux mémea fine viseas»
«par ¡a proposition du Gouv&r.
* nemenf d® l'Uruz^y* sons c®>
«•pendant qu'i] soit mvtsaqé*
«une action cont&afre aux pricr.
«cipas «ssentíte adoptes par»
«¡a communauté des naíxr.^»
«et menagant© pour ]Vrver<:r*
«des relations interamédcai^
®r.eg dorA 3’haimoiü.e a été,*
«duran! la récente conflagra-»
«tion, m des pr&cipaux «s»*
«po'irs du monde civ!]iaé de»
«vojr s’établlr d^nifivement»
«fa Paíx*.
■> De tout ce qu* precede if re!¿
! sort d« la conclusion dé]*caio
: ccsnbk» difiérento des affirm o
• -bnc catégorlqixes,©! téméralres
: de notre confrere «lo Soir*,.
’ qu© bien qu'aucune sokition
soit «xpreesement recommandée
dans ]a question d'iníerventton
collect'.ve multdatérak, i| nVst
! dit nu}ls part qu^ pour la T-ro
, position* de ]‘Uruguay o» ti©
t’-ouvera point de formules ap,
pllcabks d convertir ©n «ocíe®».
I Notr© saCslcction est done ex
' treme, en constatan^ que, par
â–  son recent Communique, qui
est un Act® ¿’importance capí
' tal©, tesnt par \d forme que par
\ ]e fond, et qu\, poní toutes ces
" iafst>ns fait houneur au Gouver
\ nement de lá Bépublz^-
i Noi^ sommes d’auicmt plus
beureux de la Position qu'-l a
prise que, tout 1© courg de =©-
tje. argumentation au sujet d®
la Proposition nous n'avoús jamais cesse d®
f diré que Ja solution de ce pro
< bléme Internationa] »® p®Ut
! ©tre trouvé® que P°r
' \e iRternationa]© ou phis • pré
cisément intec-américaijn.e,
D’un© Entente ou Accord peut
résulfer «sanction aux Contre-
venants», car J’exempl© d© l'Ar
genfitie, vis á v'S des Engage
ments d« Mexico, Charoulteoec
et San-Franefeeo, »« dolí plus
m rewvoley. CcM$éqnemme?>\
r^n amécanísm®» sera prévu.
Et nous vbilá retourné au
pointed© depart; attendre pour
connaHre quel sera o© «méca
Jitoe?»
a^CSKAdVBt
SUE HABáMEBTON
¿>OB?*AU4>BINCE — HAITI
No. 21.58? — SAMEDI IS. DECEMBEE
3945
p. o. mz a m
PHONESi 2232, 2433
SC W ANNEE
Autour
des Billets de
50 et 100 Dollars
régn
¡ U&s petit© paniqs^
! doí^ I® mond® dks a£ía¡res d
| proper da& bill®!® d© SO et de
I 100 coy.a s ipa& d»_bilkf-a ds
; 20 dollars,.
• Nous r.ous scedfete adres»^
• c Ja Dj^ct-ou de 3a Banqu© N«
| qu> tou» a ©xp]kjué ©»
i ©ubs^sace o©a;
* Aux Etat^Ur-k J«is billets de.
? 50 de 3íB ácé}m& «t plus dreu
i jeni Ebrement Ceper^ant, a
? í'Eírcager, la Fédáy¿l Bésele
veui t3 I gim de am, gr-m MM&tis. De
' 3a «orí©, la Basque National^
' dHaid, »e]oa U» eftamu-
í r-'.qué ^2 Go&yvmement,
' s'.¿¿t»ent de rsceyoit c®s bu-
leía. Mok la* Basque ajauis
, que ce|e*. pe sigsfiie pas qu©
cm billets de ..50, dbllais....... d«..
|IX> dollars ou plus ne so«t:
pas bans' pour ]<* drculaiion*.
Comma on mbne une enquéto
ces joms-ci sur la pT©v©nanc® '
| de c^ billets, il y q uu arret
' en c® qui concern© i«ur circu
* latlo-n dans ]es Basques a ]’£
¡ trange-r. Des que ' F-Enqué^c
sera te^ainée, l*& chebos r«v^r.
dront d 1 a nórmale,
í En d'qutros c®ux qui
:ost cas bíflet» épor-
gne forcée car, tot ou tend, »*-'3s
j rte sari pc® faux. l]s dreu]©'
’ ton| coras® par Je passé.
Dans noire Pays, oü pas ma}
de gens, suríqut ceux de ]a Pro
vine® ccK^Barvent de pete en
i]s3 d®s cassettes d'argeni en
cr, en bíikts, ¡1 serait diíficlk
pour aux de savoir } 'origine de
c©s vahuxs qui remonten! á
áe» canees ou qu’ijs tieim©nt
d« kur© Parants décód^, par
conséqmní ne pouvcmt savoir
¡brígine d« ce© billet©.
Tout cocí n’est que temporal
re. Les peesesseurs ero Haití
de biflets de 50 ou de 100 dol
]crtts ou pjus n’ont pos á s’e-
mouvoír ou craindr^ 4© pefdre
. kur argent.
Nous comprenon© qu'en A>
ger-ti ne( la question réclame
un© ©nqvkt® mínutieusn, mais,
en Haiti, il n’y a aucune rai¬
son de suspicion.
La Convention
Monétaíre
D0 12 mBU 1919
SEItíSfT-aXE MOT>WGX?
Depub 2S qu« díHaiti a, da«e une con/e^
tion motiétoire, bé sa monnaie
naticmak au dollar, dans Ja
porfié de 5 pour un. Malgr©
3es difiérenos devaluations au
depai qur cftt joué sur l’éco
homie nationale, ]er paKté os»
resiée Ja mém®. Les accords
de Bxeíton Woods oni qppoué
des fSlutíons a ja stab’l-sa
tio'r, monétaíre internatioRale.
Quejle &st la vakur d* c®ue
j convention monétaíre par fap*
port aux accords de Bretton
Woods. C'est une qufi&tíon
Íniéressaníe qui appeik tt«a
dlscussb^ contradictoim. Et
comma «IJe ne décou]« pos a©
3a contitutipEs ní des Lo¡s, oj¬
ie psut bien éír® l'objet d'£tu
.te académiques, juridíques *■
«conomiques.
Une Lettre de
Emest Rigaud
l£ VENEZUELA AMPUFTE
LA PROPOSITCIN
DE L'URUGUAY
La Radio de Caracas an-
t-ongaií ce mi di que ]e Véné2üé
]a a présente une nouvelle Pío
posaban concerna«t ¡Interven*
tbR collective quoad des Répa
bjiques de ce Continent mécon
iiaifratet, ,le&.-Pr>»cipas Dénu>
cratqum ei jes DroiW du Cao
yen. Le Venezuela fixe ¡os
£.*"'Ctic¡ns á ¡mposer et b5 ^3
mi-es a prendre.
Nous ovos r*gu ce matin tm©
teque ¡etire de Mr. feem Hr
gaud ,je pér© de Mík? Rigaud,
La defense ©ta»t un drofi
saexé, nous compre non# tout i*
suit© que Mr, Ernest RígauO *«•
uso, au nom d© son h\s, euh-i
mé entt* ie® quatre mam de »a
prison dbpui* quatm cuites.
Opendant, UOIK5 ne pubjie-
rons ríen dar© notr© journal
qui corrstHuerait de® aUaqu«s
personoejles, ©« dehor* d« la
question «n débdí.
Vo¡lá pouíquoi» de ja leUw
de Mr. Eruest Rigaud nom dé
íachans seukmenc ]©« .passages
suivanl*;
«bElo íaít otery^r cvc:
olo>-^ qu’íj s'est tué o exige-»,
cu .procos de juin 1943. a-tw ex
perí-ge, scu's jornal# pouvair
l’obtenir, pare® qu'efie élaít i©
mée par son adversas re, «j¡«
lie parait que 2 ans 1/2 ap>és
e verdict, ©l comme pour 31a
y«r ce yeTfiic!»,
«La manoeuvre de son adve;'
ai?© tend á luí faue dóvni]er
ees moyec-s qu’i] reserve puur
|©s jau1'3 du procos Calju-ícl-
Mayard: 33 ne tambera done
pos deres Je piége».
j Au «NouvelJist©*, nom a-
i vions suppose un® Entente gé
í néraje pour inejure dan® leu
¡ te les Constitutions- de toutes
te Nottiona-Unte, dm articles
Epédíiant, ej défirússastí te
Principes ÓéaoeratkjüaS' í«s
Droits du Cítoyen et les Qu es¬
tro Liberté©. .
consol s wmmun
DE REVISION DE LA G. d’H.
f] est tenement bruit qu© In
Corseij Supértour de Révi&’on
d« la G.d’H, co«íormém©nt á
la récente décision du Tribuna)
d© Cassation, enfendra j’aífal
te Henrlquez-Rey Lundi. On ci
t© mém© des noms d© iémoin©
quí ont été appelé#.
Au cas ou ce# rumaur© se
coiifirmatefi sou# n© ©crvon,f?
pe» si le# audience# &®ront pu.
bjique#. -
CTEST DEMAIN LA CELEBRA¬
TION DE LA FETE
DE PARAMOUNT
Paramount, demote, jubilara.
C© ©era la céjéhmlhti du 13-?.
anBÍv©r®air© du Cf«é qui a día
peasé Jes p¡m veh ploisirs
J«» ¡es pius fécpnékii á
sm psá»Jic
Is* poá&i pos*aa^jriJ)e¡sn-
1 ®e do¡t d ? jd^iawiltud*, pcow» epi» Pesa*
jwotwt I# pwmi*r o tnrtoBé ]e
gorja»» che* BOU»,
>■■#¿8* «ssoawjewe a n©i«>
emi l«cfeR Mosta»t ó íocea
«io» 4u lStot* wsWrísjjs» d«
OH CJU>AVBE
A CAMP-YETTE
Jeudi de cotí© sematee, tí a
été trouvé }e cadcm© d'un©
telina qu bn nte p£» pü idenfi
fi«r, car d avaít Je visage pres
qutenfiérement Ictbauré par de©
beíe® sur ]© ]jttoro3, prés de
Camp-Yefie, d qualqu^ ktío-
métre© du (bouxg de l'Acuj.
On tí© sai! s‘¿ s’agh de suci
de ou de crime.
$m Ctm, rim m&Bimxs ^om-
pUments es mém© t«mps q««
m vstm ¡k ^rotpétítí,
EMM. THEZAN FH5
ET «L'AVERTISSEMENT»
Mon cher
La- lecture da 1'sAVERTISSE
MENT* du orne V de «EN PO¬
SAN! LES JALONS» mb euva
l¿i ¿'un sentiment d© triste^s-i ,|r»
¿leíble. Nu], ml«ux que Mr.
Siénte Vincent n’éfeait av»
des calamite que te fjaiteuré
j.ouvaient j&ter sur ce pays. Ce
pendant i] je© a non s-eukmer.t
tojérés, mate encourages au
point qu'crprés. e'étre vu favo
labiement comparé a Jesús
Christ, i] ©tet empresté d« ¡é
componser j auteur de cene gr©
tesque moqueríe en jui co»ftent
ks plus haute charges ée j’E
ai.
II m'sst jnfiníment póníbie
de constefter. Je Présidont
Vincent n'q pas une parole de
rf;merr;em©nts pour jes arrvs
ctont ]e dévouement avait pré
cédé son ascensión cu Pouvo:r
«t a survécu á sa Rrésicknce.
O jour e*si horrib]©me«t tr s
e pour mol,
Condtekjne»t
E. TTJEZAN
15 Décembr© 1345,
Mijo dtí Cfcí;
«lo ou bien on le liters, et
ceí-te mesure de justice, quoqu©
#3 tar-dlve, le ]ave de tan! de
ra*ves ca]omrwt*s, cbang©an{ ' r¡
¡©gande la fabujeuse expertise
©n questteu, et classcmt enfin
je verdict d* 1943.
«2o ou bien ©n ¡e garde ¡ndé
friíment ©n pñson, sons iugr
ment, ce quí piouve qu'on a
>eurjJíe ¡a vérité.
«3o ou b>*-r* on accept®, com
m© il l’exig© depute 4 aus, rt
eomme son cfdversaíre s’y i-íu
ob&tínément, de ja juger pu
bjiquemeni ©t convenabjeme'^
aínfií qu’ij Vien? de 1« r&deman
ler offtetel]emení au Premier
Magistíat ¿© ja République.
«Pu¡sque M. Siénte Vinc-^d
©si SÍ bien armé favec un r©
tard de 2 a!;'¡s 1/2) en c<“ qxi.
concern© ]© Bon Rigaud-V í’¡-
c©nty. i| doit- Tétre au&si bten
pour 1« Bon Mayard el je Bon
5a Hard,»
En derníér® beure ij est qn-
ncfiicé que le Tribunal Mi!'tai
1© de révisúon ne se réurn’t pas
Júndd et que 1® jug®m©nt de Taf
fate Ajphons«» Henriqueg est
ojourn© «i«e dte.
D'auire part, la roquete pré
senté* par -te prévenus au fri
bunal de Cassation luí ¿«man
demt ds déáágner jes sections
réunles pour ©ntecte Tcdíaire,
comm© Tribunal d® renvoi, a
été afitehée, ce qui p©mieHrc¡
¿e. l'eníendre mardL
SWEETHEART
.£ SAVON Qül
A VOOT^ty
REGLEMENT SUR
LE «DRAW BACK»
Le Department ¿es Finances
t pri# de© mesures- propreg a
acUiter le® actlvités industrio]
e# du pay®, ©n tíxant ]e® ré
gjemente du «draw-back* aux
exportateur® d'crrticles manufac
urna en ©isa] et en ttea#es, u
corde]«tte divers pour ¡es ma
tere# pnemtete® Importé©®, en
tremí dans la' fabrication d-r
«ur® produit®,
Bénéficteront du privilege du
«drawback» tous te exporta
*mr» régulliérement inserís
comma t«l« tr&le d© la Pefik Industrio» et
miqiis soit de la patente dte
poríatéur, aoH d« c»lje M né
codant con^gsjataii-e,
Nou® publleroNi c#
Tejs so®t ]% queques ex-
traite que nous avons pü latrn
d* la jongue lettre que «ou® a
aárv-'cán Mr. Ernest Rigaud.
parce que oea extraéis enir.'n'
dar® ]o cadre d'une déhnm au
point de vue du DroR
ROGER RIGAUD REMPLACE*
CAMILLE DEAS
C'e®t Roger Rigaud, cppr¿‘-
tons^nou®,, Chef du Servio*-’- du
Don?ró|e. á ja Commune qu;
emplace Cornil]© Deas com
ce Catesíer-Rayeur.
Toq% nos compímant®,
AUX GRANDS MAGASfNS
SAIEH-NOUSTAS
Parfumx de Frmm
Ctutimir TropimJ Anglo.it
Cn*D»te* k/r#w»afeÍ9«
r>a»S iwr /« Anglait
Palm BttrnK
Perto/mfíh*
SouHtr*
Horizons
Par Jujea BLANCHE?
La Chart© de Son-Francisco
CO«t»eü! un &U& t vers p¿u# U«
tompréh«»®ten. Ejl© r»e préíeíid
pas étre une fin; ejj© r^vé'-
cependaüí tout’-' so vakur queu'd
lv* poupj-'® j’ííssím- j'-íft a U‘>e
vsp4»u'í-o*> ot ;o sajue X com
«.© ja pí-m'cr-’- tfbaucú© o-‘ ja
‘.ííctir^c* colj'cuv’, muh p|<5
daos &m Kta-pocta, mass uf»»
cam ion objoctíl. Four «* réa
jte©^ unégiap-me-r*',, ©etw ?/«cu
r.té do.t étr© poltííqu©, éco*>o
migue, ¿uxuerfi- et cujmaHJ*», et
youeXíster, e]l© do¡t ©U'í
ur-o haímo!>isui;to"‘
do ja politique national^
í'ívec te «xlgeaco» & la
poj ¡fique ¡n®u national©, R
y a la un ¡appo't do solida‘hié
u ¿oís que tetecíte'Ui ototiquo ^
cissoc;© de jtectivlté mondic*
La sócuri'é co]lectiva p**rd
tout sens dc! •/oré de confiadíciiors -socia
jes. de nvajitéfc éco^omique»
<-í d’antagonismos politiquea
FU© est une fov-mul© teéultea
3 !<■ dans un system© oü dé
séquíj teres ragtent teévitcte]©^
c cause des friction*© quí r¡a¡s
•ent erfi-re la politique intórieu
e ei ja pojteque jn^matjona
La fécunte collective sera fé
.onde d ]a co-d*.oc>!¡ d’etre ;o
-c¡]« c'mt á diiv, ó ove ja pro
sellan su: p > ,n u* v-'od
¿es ¿¿marones hert-.^r
¿es ur‘¡tés :•<:!<> c’e* U aun
coló S'-1 ¿rv¿.3t v* a*© ••0’C.^>6
íasciste-s pour qu. ; : j.,;--
-aagressten ' * u’ - íln -t ce
l’autro, $í' c>.wtep;v * ’ ; ¡o
gimes d’ p-og or so-cj : ,-
coromiqua, ja juc!'* dov-e-A :s
•aK féioce enfi,* ¿ \ p , loto
] hie du mo;'*ce, d-eux ~ •>p-
lon® de la vie. La secunte ccj
©ci* est 1*-* predu t a une ¿e
• -e d'éiapes intermédialres ÍKV
chías ri’abord sur ]¡- y.]a':> r'A
tonaj ©í rendues poscl'h<$ g:á
i.‘é au i6ncfiontern ?utío-'s cémocratquos. Les
ivrte out échoné derm i© pas?é
par ce qn'ljs ®’* sor-i hrurtéa aux
r.atlo^altemas dm nations qtn
avaíeüt et co^tiiuú'-nt d’avoir «Va
euperstífion de j'ordro», de ¡' i1!
| rég’im©ntvm<*«l ©l nV't©t?d yarn y renouc<"¡'*
ha sécunté collective s-ons-
¡a d<* ?.a nature abr.n'ada pour
saute dans la ^éa]i*é jcvuique
le® cont»atbcUons natioua]**s n
ínini'T’-CfUoraUs tomboront etest
a dim jon~que tes organism
tons eaj-fques "afánate r«
’fié A ju’en doqré,
lute BLANCHST
Chmms mitu n*r HUMOUR DFCfMBRE 45
L-on repeat ja Commune á
¡'occasion de j'arrivós'du Ma
qlstrm «B^un,* II laudrafi y
meter© p|ut©t ¡a. coujeur *hm
«enre* on joíff?
1) Oll«l 1* tháátp»* «fui C*>a
ti«ns k p|u» gras.-i chai'4«is«<'
<ÍH moni-*? 2J Horn, .n|c*’t»
de Q«otge* VI? 3) Qu»|l» « été
Jo d«rée 4» lo dyt«o»t¡* im
Míug » CSkie? 4) I>* vonnouth Mrt-il íait? 5) Qts»l at
}s. *a dSi rotte míraoír* votu fetS
tetan!, vpfmt note# . *9é
•vuta* ü ! m*}

I
41 iXIfUBTk
MM *
■¿towAab
Aütottr da la Racha
A Mr, Rpasst Cbauv»t
Disecteur du NouveBtesS©
14 dec. 1S45
Mo»sW 1© Dlmdeur,
$» »’<*$' pets lu Gfvec an ués
grand pkdsi* la Oliver te
que vous a adxessé© mos ca
morad© Frédéric TéJémaque,
]ett« dam laque] ¡e, au nom
d'uti *s©ct«ur de la Jeun&m'"-,
i] reproche á }a Rédactio** d«
La Buche, organ* Xíttérair© et
¿oda], de dire le porte paro
]e de ]a jetme&se haittemie.
.0’abord, je deis vous crvouer
que je «e suis pos encare as
c« group* imérsssam &t pMn
d’ardeur combative. Mais je
sute, avec un tres vil ;ntér©t,
sa demarche qui permit ct ious
d’admú^r le courage et ja íoi
en un ordr© d© chose rtauvc-au
dm rédacteurs et collabo¡a
teurs de La Buche.
On n© peut pos dire, .¿crn* je
tens Litera] du termo, que La
Buche ©si le porte paraje de no
tre jeunesse. Pulque ]a p]u
parí des joules de noire gó«é
ration garden! une attitude apa
thique et timorée dont on n'a
pas grand'cho&c á espéje et
qui n’a pas donné aux u^s et
o.ux autros Fóceos’©” d« con
naitre }eu* idees et lours idéajs
sote aux.
El d‘ai¡l&uTst La Ruche ac
prétend pas étre je porte-p-jo
le <¡t« ]a Jeunesse, a propiera?m
parlar. £j]e sge proposer, de
1‘étre, Alois* jes déiracteurs
de La Buche, ou ceuxdá qui
]ui adressfcat des reproches, d«
vmieni sulvre l‘exemp]e rébO*
fortaut dm Membres de ce jour
rad ou hénir j« c^I Ou le ha
setrd d’ayoir trouvé de plus bra
ve» qu’eux, á éüevsr ja vo'«x
pour íormuj&r, pubJíqu&men,
jes grandes reve indications qui
hauteiti 1‘esprlt 4$ touie «otre
jeunesse et, cuasi, d« tout le
pa^.
Ouh i]$ sont admirables,
ces je unes qui piennent posi¬
tion, qui osen s'aííinner, «pu
bíter» leurs idees, en un temps
ou ]m couards et ¡es dmides
o«t peur de chuchoter en un
co¡n d« rué je besoin avid© et
tenace qui fes *ong©, de récla
roer un peu pjus de ]ibe*lé et
ce bien-étre..,
Je erais, d'aijleuns, quf les
co] cunes de La Ruche sont ou
vertq á toqte noire Jeunease,
aucune consideration, ra'ont d'*
Théodore Baker et René Dé*
peltre, ne sera faite des idees
et de ja doctrine politique pro
lessees par ceux-ld qui v^u]f‘-ú
y coJiaBbrer.
On n.’a que dm féjícítatiois
a adresser d La Ruche...
Je vous prie Mr. L« Directeur
ce bien vou}o;r publier celts
lehre cu, je croís, ]’on trouw
ra 1'opinion de ¿a pjupart dm
Jccíeurs de La Ruche.
fit*
Jam«di & i hre>.
Ittitime «te ffcitrme
En 14i« pandé:
l£S CONQ0EBANTS
DE E’ODEST
Winners ai Tk« West
7® «t 8¡s éípmtám
•En 2én» part®;
WESTERS TRAE.
3eux grands film® Unirersaj.
Entrée® 0,25. 0.50, et 1.00
PrtctMíííw» %'#•%& ei p**rsí>* awc aei
*ommc un cata-
|>k«nc vx át% -^f tercie :,vv»í , h rvsf im
,*> 4n??^í?frih%«nepí>‘Htue
íffse nuil,
lis sonf plus íleiironx
ayíuil la
r portie;
éoXQV
ó 8 hres
En lére
LES CONQÃœERAKTS
DE 1‘OUEST
Winner^ oí The West
7e et 8e épísodes
£n 2éme pariie;
Nancy Carol dans
X BAISER DEVANT LE MROIR
Deux impi'essionnautes prc-duc
ions de ja «Universa].
Entries 0.25, p.50,, et 1.00
Pafémourit
h-ccec c 8 brm
vmcoumjz m palace
.y<-c Jcc-c. C crwTOrd, FraUchot
io~s Lee--: Your.g
... . íemme á
ju l'~ dss;.t. oá'r.t u'*e íoi¿ le
c.ovsr. d-. cc:;r*a*:rfe 1« ]uxe «t
es pla¿s-'-»„T
E-'íts^ C^r.sraje 0 30
á 8 hres 30.
LES CONQUE; i ANTS
DE L'OUEST
^eme et I Oeme eplsodm et
En 2©me pcirtie;
Charles Bayer dans un r¿¡c
nag'iü'que aveo B. Stanwyc&.
EN MARGE DE LA VIE
Deux sensaEonneHes prodac-
VO‘íS ds ja Universa],
Entrémi 50, 1, 1.50 gd*s
a 3 n-'si 13
LE ZKZ SHORES
C? 37IPGU
dciarse)
.v-íc IcE' rzs~ Maur«en OHa
a, Har.¿cjr.-e SroiL
re 1- p\js V'-prerart des se
-ucf-^-s: je:/ rayre et la plus
'avisarte- z-s remtr.es: Mau
Enoch TROU1XLOT.
Dimunche d 10 hA. M,
En lene paule;
Actuante© Universal
En Leras partí*:
Robe ¡a Lynen dans
SANS FAMLLLE
...Un U m pioíondément 1
Entréis: 25, 50, 1.00 gde
AMS H-OCRTANT
riCi-'tl; OZ.-Z ¿\SCel‘C'0
CEIAÍÍD BAL ce Ion
At7 Ujc>V,. DR
perm TiiEnran aua¿g
Ali’HTE
£* sa a
:: caques s*
a sa maisot
ET PLUS EN SANTE AVEC DU KUM
L-'¿; enía-is no ac-nt jamab d« niauvalse humear ou
í'lm iorsqu'da sont m bon.no &a i té. Ton©z--es heureux ej e;■
samé avec du KLIM a i'af'drn; anpétL^ant., Hche, ciérneuK
•:-t natuteUnmenr íra;s. Ib br-nort davanfage d« kxU lorsqun
vous leu? dennez du KLlM - oí sa haute va . ur r U'd v. *s
cendra forte et réste>?an;s. Rn.r leurs v im.: :: Ilí ;M uu-
jourd'hul.
VOUS FOUVH GAGNES
CINQ MILLIONS VE GLGaU
LES ROUGES -GRACE
A L'HEMOSTHENOL
O sont jes globule».: xPw^m
qui transporte»! &$. yo»
snon& d toutes jes payhe» .:é»i:
votre core», Foxygéie .de 'PutP;
respiré; C© ,qui permit ttm.ffií:.
latían dea alimenta dfcmfafa
et je\tr no^oxmatíon m 0%$
q'-'V vitaie.D©^ lora «i vou» ysüsr;;
r&nttei cruasi tatíguéa m
cu’en vous cauchaní, ai
. étes sexts entráis,
nervsuse, dépnmée,. c*m-'
vous manquea de glofeuiss ,
g«s. Pmn«a dea» es» ¿ai -
I40STHEN0L. Vous wua m
tiic-2 du vií argent dans ]««'
ves. C© S©! our rapid® des íorce®, he ia::y|
tah'íé,
UIENOL convieut aussí ht«a
,ux ©nfontg rachidqü»» 1$m*
c dujtes et aux vieijltada mm* .
vé&. ‘ :
c© mervel|!#ux prod&t d«i
,.abc>f«íoH©3 Désautek, Mü^-
réaf, e.íb en v&ut» 6 jal^M
S, GoBrard Bu» Férou, iPad :.
cu-PAnca dan# iou&a ]%''
.Kinue# pharmacies.
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
«
1« Kaltí 0©e©amt
^f©Émela C©.» S® A®
ACHETE TOUTES QBANTITES DE NOK DE COC>.
Qm PEÜVENT eras UVHEES A í»OBT.AOJ’HJNC£.
S ADHESSER AU,
BüBEAO DE VXSmi A BEOTOII
TStEPHONEi 3477.
BO!TE POSTAIS: A . 158.
MANTCOBS VISITEZ t'DSINE ñ BIZOTON.
' a 4 hres
| Sacha Gu.hy el Jacqus]ice
í CTÍubac dans
! BEMONTONS LES CHAMPS
ELYSEES j -COLCIE PROV1SOIR:
DU «RACING CLUB HAITI!
.. Un grand him histonqa*-
E" trees: 25, 50. LOO gd a 6 Exes et SCO h?-es.
le re parfe;
loyal Mail Unes Limited
La Boyal MaU Line© L.:n; :ed a D p] Commeic© et pcrrtlcuDé.brnrnt á so^ ancienne clientele
quayant maintenent }a \:.hre disposition de sa fiod« ©Ijc
reprená h sc:,víc® en ‘re }rs ports Ha;-ii©riS et Ja Grande
Bietagive et vice-versa; pour ccuaíns ports á'Eurooe
avec traitebordement á Londres, E]]o demande done aux
chargeuia qui youdra.en; :■/*?. utijiser s®s bateaux ae
faire connwue ja placo quite voudraieni fair® réserver
aírssi cu© i*» datas. Pour tous reriseígaements s'adresser
d rAgent Gér-éra] d Port-au-pr.nce ou aux Agences en pro
;■ A.ctual-tes Universa]; Un ¿ocu
mer.(o;rv sensetatme]; Pour L-¡
RussL: et D Jazj Cabral, Cour
tC-S;>-- d© ks mei]leurs morc«aux d® sor-
riche repertoire.
En 2érr¡e pa r ti® :
Le Grand Actuar Ana jote,
Gary Gran! dcr»s
1L Y AVAIT UNE FO!3
(Once Uporí a Ten-'-
auabTe et o;'.go-c;k product.-c-n
en V-.-rslo^ A- ctjaise, Sous T
t:©s Francas. c¿ ^La Cclumb -
Pictures*...
LA NOEL A l'AMJCALE
On dana* a L"AM2CALg >
Tundí 24 dácsmbre, déa % hatL
n M. B n'y aura pas HJayita
Lons spéciajes á celt©
stem Nos myités au Thé da» '
saist du 8 décembxe, r©»v©fi a
cause de ]a pluíe so^t co?dkt
Jemení atíendus,
Ceux d'entxe c^ux qui ftm
drum proadre port d
yeux Banquet sont prlés de w
teñir T-'-um places au plus laid
k 18, en téjéphonant cu 5?^
ou au 2028,
Oix pourra assists? a ]a W&
sa d© Mínuit, C5QT on ré?»Q
lonnera d j'tesue de c®^® Més-
¿e, en simp]© tenue de . viije, ^
cans ]a jo¡e et dam ja
LE CC^®TS
: R
' Rée}...
i ;rr.prv=s;c;'
j eran d ap'és tu
; r¡e. des plus -xí’
• des pius ctdít'.ra
Entréis: 1.
HERMAN!
AVISE sa bi
GAUTIE
II Vi
vi iíc©.
O. J. Brandt
de
fck
â– .yo;:
; *• Sí
AGENT GENERAL •
POBT-AU-PRINCE, HAITI
TELEPHONE No. 3194.
Cocomalt
Le Moillsu' déj»un«r. L« Mtíteur recoottituaot
UNE SOURCE DE FORCE
Pour ]e® convalesce:;^
Four les enianUs meúqrm ol déblios
Pout Im pereonnm ágé*»
Pawr 1ÍB sommsll profond
Pota lo fcsügsso. ,
Un «cBmtiipa «iliaordinsú»».
fianaral Trading Co
DBTBJBUTEUR POUR HAITI
c«s enemista
it© beaut© «1 de
]c]is cadeaux pour ] i;n d’anné©, Vous trouveve2
ógaj©m©m ]e paHum bien con
ru: GLOIRE DE PARIS. 1] y
a comm* touioam dos saujíem
ó b©n marché pon? znlar-'s *f-
doní ja soliaité ©t lo finí no j«
cédent en m-n au príx á \a
portée de toutes Ds bourses.
V*üez la mabo.v HERMANN
GAUTIEB pour les íétes d© fin
6‘anr-ée et V0U3 ©n so^’írez c*‘r
taínement satHcíts.
itltiMJ
pm$& é 8= fe*
: h Voceas.o:
Gar&Qn
imvto rfe jfa
vmzr c
txm Gr»go>
i'i&compc
MlsiVen C
I# dOBt U2i .yes
pour .
coeute, et
Ridc VOS! v
Ce
SOUVFLilSI
AIS
^ faramou
ie dúirfs Í3
I ^dlhtur. I
p¿j» jx>u
de notf<
FsmmourU, i
felt ¥>n 1CD,
gas dipute qu
tast ínfrodm&a
dét¿ \& clném
pm- ¡w.gicmi
iii ye^u, dtej
¡vim pub] x 1©
leu du paiant
Si 1‘Admtetet
j» ti& ttent pa
prü et do l
©e Paramount
pjaisi' et d© '
cu'prhsce, <
«bren^on me
o á’au'r-gis se
tü¿, 1© pubjk
hl’.z, qui ©®t j
csd.© son adr
p©ü»t et ]ti¿ té
C2«2i©r.t, en te
m.
h rocc iKsctire d® Pa*
rgavelotvs notr
i Laíontant
VIENT 0‘ARHIVER CHE2
VEUVE F. BEHMXNGHAM
Le íoineux vin Chatoau-Ma*
ti» tetnt apprécié pa»- les' New
Yorkais wí gallons Vcuvs F.
Bermingham a negu aussi du
vjn do fruís» Chaíeau-Mürtín isn
Demi gallons.
8EBVK3S
IRREPROCHABLE
AteoAnsnS taconqicaató*
PtotMom AHmtlafalf»,
PAN AMERICAN BATA*
Aogle ám Prnt
«I du Cenlf*
- PkautiSW .
Pour les écorchures sus
genoux ou aux doigts,
les jpeíite» ccufítires,
égratigiiures» con*
Uistoos» br&luree,
! employea de la
Qt\ba de Fútrele
^V’aaelíae*. Ayex-en
«ouía «ou» te
.Vaseline
~ fímii
fm&z p% rtrrnaut
DON N MOHR, dtatflimteur
Ypm ímmigw Upa 10 AffíMJffj
<~^Ite tSysfem of i¡ie<-cF!tfin(¡ Clippers
iÜÉiúbtf
•AU-PB3NCE HAHl TEL 34»í

»; o?
iMm í
' <*##■$*»* ww«W^**"**"^™*«" ' ••••->«-'»• irrrrwrnif
PARAMOUNT
Fete son 13éme Annlversaire
PAOt I
ffiffiSdn 3 8 fei’SS 15
£ ¡’occasion de sor. treizle
pg anivíversare l’ínoubbabi©
^ Garson dans Je chef
i'oe&vre de ]a M, G. M.
‘ valley of Decision
avse Gregory Peck, I*Io^i
¿japnore, Marsha Hum
^ Jincomparable vedette de
jfo ¿niver, Greer Garson, cel
■ doiít un regard, un souriro
¡¡ggtni pour boujeverser tous.
les coeurs, «t }e jetme Grego
!| Peck vont vivre 1® plus dou
foureux des romans!!! Ríen 'm
pourra lm arreter! NI la cejé
re (Tufi per©, ni la Jajoueie bu
r>e femme, ni Jes barrieres ¿>o
cales! Ríen, ríen *e parvíendra
a endigiíer jes l]ots de cetto tu
multeuse passion!
ti» íilm'que la M. G. M. a
présente avec fierté et qui uux
Eiats-ünís a surejassé touts*
Jos productions de l'année
1345,
Entrée Gd. 1,25
places Reservéis '2.50
Ce que disent les Joumaux
HOOVELUSTE
'RDSEME anntversaire
de PARAMOUNT
y cáiiitríí 13 -dit-on — por
£ nw|hour. Mais il n’*a sera
pag gingi pour le Cmé-Pat-a
®ouy{ d« nott'e ami Luden La
fesíctót
Pcrcmsount, i] y a trois jones,
jgtoit son 13c-, ame versa lie, 13
¡ borateur© representen! á «os
qW qepu^ que
Luden Latón
íasi introduisait dans noire so
déte je cinema parlan*. Et de
pos... Jor-giemp® cpr¿3, le fíex
e$t ve^u, dispensad ausd a
jotre pub}:c les jotes émouvan
fes da parjaut
S¡ {’Administration Commána
Js n$ tient pas compte de-
et de la p«isévérc»ee
ce Paramount a dispensar du
f1« ¡sir et de rémotoR d Fort
ea-Fqncv, en ]ui accordant une
suhv^rpon m©nsue]le córame
¿ d'cutres sajles de sp-da
des, Je pubfic, t« grand pu-
ihc. qui «t Je juge supreme,
¿sd.e son admiration d Para
s&oum et fui témoign© son alta
«e;ne..t, en tontos ©irco»si:m-
m.
h locccs’íon du I3éme anm
«Esatre de Paramount, nous i-e
tsm’ong notre amitié aux Eré
Tss kuontant
IS MATIN
lí ISénn- ANNTVERSAIRE
m PARAMOUNT
' Le 16 décembr© Paramount
ftua son 13© a«niversaire. A
caite occasion ja direction du
bné si soucreus© de toujours
solista i r© sa clientele psésante
w tin programme de grand
choix oü sera montrée ]a plus
qpcrnáe production 1945 de ]a
M«iro GoMv/n 11 vyer, VALLEN'
OF DECISION cv<*c Greer Gar
80», ja vedette de Mr. Mirdver.
Nous sommes heureux de
. presenter, d ‘{'occasion de c«t
. csiuvergedre, no& compjim-nts
meijfeurs voeux á PARA
MOUNT qu; r.e s’est Jamaís
épargr,© eme un effort, aucu" sa
©fisce pour áoi'ner pjeíne ,;a-
felaction cu public port-ju-
prkeien, qui n'a jamais menu
cé son concours benévola á
Routes jes oeuvre^ sociajes qui
l®£o]l;citas«nt,bien qu© u« béné
ídant d'aucun-* subvention ou
quejcofcque de J'odmtnls
pub];qu«.
ytrnx Je symbol© du travail
opinid}!'© ©t d© sa rétisaita no
c^ssaire. Avoc obstina
ton oü ij entre les signe© div'-rs
d'un caractere, ii a J«t*é avec
hardlesse ©t optimism^ pour
xtíuvegarder ]a pérennité et Je
renom de la premié?* salle ú¡~
ciérna parjant de tout© Hená.
II nous plait de "dire que ]a ion
cation du Paramount prend pía
ce parmi ]©s quejques ele¬
ments qui on- íavorisé aotre
evolution j'nt©ilectue]]e et soc'd
e dopuis tantót vingt ans. Tout
seuj, Lucien LaíoJitant a couru
je risque ¿’installer chez nous
, .un «par]ant» et si nous nous
| repiagons treize-ans en arderé,
¡ ! nous nous rendrons compre de
la grandeur d'une teJle initiati¬
ve ©t de toute* sa beautó. L«
Paramour.! nous a revel© tout
un mode de parísr, ¿e vlv?e et
de penser que }© «muet» était
incapabje méme de nous sug
gér©r; le Paramount nous a n
troduit d «Ja vie modern©,^ a
créé en nous ce* état despr^t
qui nous a tait admeitre, com
preñdre, puis partager dans
une certain© mesure une la¬
po n d® se vétir, d'exprimsr
et de vivre que seul un
voyage aura it pu nous taire
concevoh. A litre, pour a-
voir ]e PREMIER pensé á doler
uotre capita]® d'un tel organ is
me de progrés, Lucían Loíon-
tant a -droíi á notr© recorráis
sane® M d notre admiration,
N. B. — Le seise décembr®.
Paramount passe re un cheí
d/ceuví-e do l’écran; VALLEY
OF DECISION avec Greer Gar
son, r¡noubj:ahie vedette de
Mrs Miniver...
ti SOIH
FETE
A PARAMOUNT
!* »6as de ¡'initiative prise i¡
P o 13 tm¡3 par Lacles Laiontmrt
W seize décernbre piocha; e
^Orga&ra ]e treizié-me an ni ver
W» dt ¡’inauguration du Ci
^ fttumotmt. C’est un chií
^ poutralt fair© frounfejer
Flus d’un, male ¡es suecos rent
yottég par Laclen Loíortant Fe
P» la oFétait» d« «iloráest pías qBe jamais á
«gpoim gur Ja desti
**? soil® **Si L©quest©., par fe pú
HAITI JOURNAL
RACCOÃœRC1S
LES 13 ANS DE PARAMOUN1
La 1® hasard éU¿n{
deux íacteu^s indópsndants de
ja Vülonté, occupí'nt trop sou
ven*, hó]as, une place prépOH
aerante dañe ©r.trep;-;&os hu
maíces qui, pour tendré et a:-r‘>
ven pour directives la cjaú'voyanc®,
la loglque, et ¡a persévéra«ce
dans V«fíort. II n'y a pas de
hasand tout comme i] n’y a
pos de vein©, dans des alia;-
íes soumises á un pian qui nt‘
jálese pas de place á ]'impon
dérab]®, a i'ímprévu. LTmpré
vu, voi]ct 1'ennemi. Llmprévu,
c’m ¡a lame pelele qui troa
ve toujours }e déíaut d© la cui
rasse par ou e]le e6 gjisse^a
jusqu® dcrns vos oeuvres v¡*
ves. Llmprévu, c'est la pa-
troulj© de reconnaissance qui,
o.vec un instinct’ «&A découvn*
ra ]a broche des múrs de votes
citadel¡e, et iora sautor vos oou
dr« V'mprévn, .c‘mí te UuC*
rílja qui vous gu©U« pour vous
assaillh k TimproviMe; 1« ^
crobe qui vous gerngrénera par
Hníi«» bjessure de votr© pean,
Vlmpréru.c’m ce que nous ap
pe\ong seion notre vocc&u]al-
,n>: gaigne, d«v«to*. 8?¡»8
|»itooa»e * Ja yaadwt á»f\ jaaleha»c«, »al* qaí *'««*. *”
t|á-©ñ y pass© ét d© Ja ,éal!té, que notr© Íaih\‘‘-m0, n©
" i dlfi- tw point ttW'tá>]»( Re!”* 10
Jo» ^AcRlJle, B «i, cm boat
eolia d© trto p®u d® femps Je* «««
prises fes míeux constituées bs
sontfsouvent chez nous que
des ruine©, c’est bien parce
que rimprévu a profit de noire
coupaí>]e Imprévoyance.
A cote de tant de ruines ac
cumujées, comme d'une vi]le
¿éjd antique, il est réconíor-
tant de constaten que Ja voíon
té qu| n© lais&e pas de pjace
cu Basará, est encor© la gran
¿e boussoje de certain^ entre
prises particujíéres. Je n’en
veux pour prouve qu© je trei
riéme et brillará anniyesrake
de notre «PARAMOUNT*.
Treize aus. A.'] ] ©urs peut-é
tro, ¡es directeurs de l'entrepri
m crtt®r«drcti©nt sa majoríté lé
gal© pour \ Jeurs, le t*mps n'*st pas un
i .cteur de destruction ou de sé
'< ¡lité, ]e temps qui apporte
avec 1’experience les einóú
ches. Mats, en Haití, oü l'enjve
i pñse pr|vé« semble porter a*
veo elle use sonto de mechante
!ata¡n¿. Lucí en. Laiontant peut
eir© {íer de cé¡éhiex. \a majo
ufé de son oeuvre au bout de
ir*m cus ©eulement en envisa
g©anf touteíoís de le céjébrer
cheque auné© pendant Jong-
tamps encore, avec ]e mérae
éckst la mem© pompa.
Nous savors — ou »e sa
vo«© pos quels efforts ij a
occompjis -on ©eujement pour
teu^r mais surtout pour ne pas
¿écavoír son public; un pub|’>c
— nous «c sommes — pas tou
jours commode, un public dliii
ci]©, taáijos. ©t volontisrs guea
jajd, ur¡ publ^ qui e'orUporte
sur son ombre, et «'¿nerve du
bruit de sea propras se mojíes:
v.n public qu¡ e«t d la loU
«tout le monde et son pérn»
ov«c Jes ráemes prerogatives,
et Jes mem®© exigences qu© ce
lui-ci et celui-ld; u-n pubjic vo
jontíars transformé en une trl
bu d'Azteques «n gésíne quemd
une rupture du courant ¿¿ecía
que se produst. L© responda
b]e? Lucicn LcrfonianUJn public
qui se plaint d'cmríver ©n re¬
tard,. ... Le responsable? Luden
Lcrfontari! Un pubpc qu© ]a
piule surprend au cours d« ia
projection, et qui polreaute
cprés ja séance. Le responso
bje? Lucen Laforttand Un pu
l.jic qui A*n somms, voue La
cíen Lafontcrnt aux qémonie^,
et le Lvre gux puissances Ãœdor
rajes, ma¡s qui revieru, ©{ quí
]ui revendrá toujours parce qu
íl eait que L. Lalonkau r.'hé?;-'-'1
: pas á íu«r pour Iu¡ le veau
gras; parce qu'IJ saü que 1«
soprano aígu, J’éclatant kom-
pette de ©es cris ©t d© ©es hur
¡emente krófléchi© tombe«t yo
jontíers deva»t 1© símpj© sou
rjr© de Luden qui explique
tout, fait luir© Ja Balsón, et j men© les huxleurs de son cote.
Ah! que ^oi]d bien d«a diffi
cujíes entre tant d’autr©s qu«
vous ne soupgo-noio2 pas, pu
bLc, bien qu© vous «n soyez
]'auteur! Et cependemt si vous
n© pouv«z pas vous empachar
d'alfer b Paramount, Pava-
mount no > pju© . ama t f»m
pécher do venir a vous, en
participant « o! 'i* uWe* nt a
vos o‘-“UY’o> pfSíd^t, n. i s r.ii
fá\ a vos i. t iwt'.!1 »
res,i-» C‘-’V ovoh • p s’! M ett-ess
f par
. p> < { i ‘Í ííioyoj
uniqu® da
Ufodoet a i
En 1873. Pittsburg offre Pas-
peet d’une vilk en píeme évo-
hiíion ¡ndustrk'lU'. I^es uslnes
craehent leur í'uméo vers le
eieL les aciertes travaillent á
pleín remlemenf. Mats sous
cette apparente prosperity
t'ouve un tea qui peut éclater
a tout moment. Les ouvriers
viveni encore dans des taudis.
gaettes par la sous-almienta-
íion ct le chómage, et dans le
( sent des ressentiments qu’il
sera difficile tl'apaiser.
Pat Halfertv (LIONEL BAB*
RY.MOEE) est un vieux tra-
vailleur qui a perdu {’usage de
ses jambes par suite dent ckmi il a ¿té jadis victime
alors qu'il étaít employe a
fusine de ’William Scott. En
luí, la haine des classes possé-
dantes s’est peti a peu aceumu-
lée et U ne perd jamais l’ocea-
sion d’exhaler sa rancceur a
1’endroit de son anden patron.
L'on devine sa colere, le jour
ou sa Filie, la douce Mary
(GREEK GARSON) vlent lui
apprendre qu’elle a détidé d’ac-
cepier une place de servante
choz Scott, aux fins de remé-
dicr dans une certain© mesure
á !a penurie famíímle. Il es-
;aye de la détourner de son
arojet et comme il sc heurte a
une invincible obstina!ion, ü luí
úgnihe (pi elle ida désormais
plus droit a ITífíection paíer-
neüe.
Cepembmt Mary arrive a la
iü'atcnsc villa ties Scotí, Trou-
biee par ccííe atmosphere si
nouvelle. intimidéc par tout cet
apparaí, elle attend, iremblanie
d emotion le moment d’etre re*
cue par la maiiresse dejnaison.
Tout de suite elle se rentlra
compte, contraireinent a tout ce
qu’eUe ovad imaginé justjuUci,
les Scott sent apres tout des
©tres bons, humams, qui dans
Fintimité font preuve d’une ex-
quise gentillesse. Il y a Mme,
Scott dont les manieres de
grande dame disximulent mal
un cceur plein de génerosité; sa
filie Constance, un peu impul¬
sive muís si affeetueuse! ses
deux Bis, Willy et le jeune
Ted... Quant au cadet, Paul
(GKEGORY PECK), qui re*
vient d’Allemagne, II aura des
les premieres minutes toutes
sortea de déücatesses vi-é-vts
de Mary, et c'est lui quí í’en-
coMrag«,a. (juand au moment
du diner elle n’osera pas $e pre¬
senter dans le salon pour Ies
besoíns de son service.
Paul est rentré aux Etats-
Unis avec les idees absolument
neuves au sujet de I'industrie
de I’acier, idee qu’U expose
aprés le repon, » ton pire et i
ses irires réunla. II s’empresse
des le lendcnialn de visiter l'u-
sine 'et de repwudre íontaet
avec Ies ouvriers. II a un ionfí
entrefitm avec Jha Bremas
(PBBSTON FOSTEIC, leader
SCENARIO DE “ THE VALLEY OF DECISION ”
du syjjdk-at des travuíllcurs,
quí ador© secrétement Mary ct
jui, .pour continuer la conver¬
sation. le conduit choz RafTcriy,
!e pére de Mary ((«KEEK
G ARSON).
Soudatn Je vkux Fat surgit
dans síí chaise a roulette. Hor-
reur! Sous son propre toil, il
,oit ie His de I’exploitaieur,
Fhomme qu'il deteste le plus
au monde! Cost en vain qu'on
essaye de le calmer, il chasse
le jeune bomme avec ignomi-
nie. Mary qui arrive, et qui
assist© a la scene est anéantie.
Elle est incapable {{’exprimir
sa honte et sa confusion. Mais
Paul la rassure et trouve des
mots dlune tendresse infinie
pour arreter ses larmes.
Mary, peu a peu, dans la villa
devient un étre indispensable
dont personae ne peut plus sc
passer. Ted a-t-il besoin qu’on
lui noue la cravate? C'est elle
qu’il appelle. Mme. Scott a-t-
elie des ennuis? C'est a la ser¬
vante qu'elle a recours. Marie
d’ailleurs prend son role a cteur
et entoure ses maitres d’une
veritable affection. Une nuil
elle surprend la jeunc Cons¬
tance qui, poussée par son
étourderie et sa légéreté, s’ap-
préte a sortir subreptieement
de sa chambre pour se rendre
a un rendez-vous noclurne. Elle
intreviení avec íermeté, oblige
la jeone filíe a renoneer a sa
fugue et. sauve par ainsi peut-
ctre Thonneur de la íamiiie.
M»iheiír«*usemení ce paisiblc
honheur ne durera ñas long-
tenips. Au corns d'une croi-
siére de week-end. alors que
Mary vient de grontier une
nouvelle fois Constante qu’elte
a surprise en conversation ga¬
lante avec le comíe de Motil-
tan, elle est rejoínte par Paul
sur Je pont... Eí la, dans ce ca¬
dre romanesqne, dans ce clair
obscur qui incite a toutes les
faiblesses, Finevitabk* se pro-
duit... i/es deux jeunes gens
échnngcnt leur premier kaiser.
Des Jors I'incendie est allo¬
mé dans ces deux ccrurs, l'u
soir Paul rerUre, fatigué a la
suit© des nombreuses experien¬
ces scieníifiques auxquelles il
se üvre h l’usine. Mary 4 la
cuisine luí prepare hiiltvement
un repas. Mais ce troublant
tete á tete ne pent se prolonger
car Paul dont les sentiments se
sent exas|>érésf se íHí pret a
tout briser pour épouser cello
qu’il aime. Mary est boulever-
sée... Elle aussi est sans forcea
pour résister 4 so passion. Mas
helas! (out les séjrnre... feúra
conditions sociales, lours lo¬
millos.,. Elle n'a pas le droít do
ceder 4 cet amour. Sangklant
désespérément. elle se retire.
Mme. Seott qui par hasard la
surprend, cnmprend saw peine
la cause de son ¿mol el »’ef.
(oree de 1# eeaseter.
GREER GARSON 1GB
sans issue, trouve pourlant
bíontói une solution provisoíre,
L<; eomte de Mouitan s’osí
presenté a la villa pour deman-
der la main de Constance et
aprés un premier refus, Wil¬
liam Scott a fini par donner son
consentement. Mary accepte it
partir pour l'Ecoss© avec la fu¬
ture maride. EUe meUra ainsi
Focéan entre elle et un impos¬
sible amour. Aprés done d©s
adieux a son pere et a 3impre¬
ntan, die prend le train sans
avoir revu le bien-aime.
Deux années s’écoulent... deux
annéí*s de souffrances ct do lar-
iv.es. Mary revolt des lettres
désespérées avixquelU-s die re¬
fuse de repondré. Elle ©si de-
vemu* une veritable dame de
compngnie pour Constance qu*-
e5le continue a guider de ses
eonsdls.
Cependant i\ Pitshnrg, Wil¬
liam Seott a une entrevue dé*
eisjv-i' avec 1‘mil. Ce dernier
est le soul fils » s’iiucresscr ef-
fortivement a la marche de
Fusine, Il est temps pour luí de
songer a fonder un foyer aux
fins de perpémer les traditions
famiUales. Ponr<{Uoi n’epouse-
rait-i! pas Louise Keue a la-
quelle d’aUlenrs il s'etait déjá
flaneé?. Paul refuse i aíégori-
qnement. í^ttelqucs minutes
plus tard t’usiuser appvend de
sis femme les motifs secrets de
cette attitude et (reaction mat-
tendue!) decide sans hésiter
d’imir íes deux jeunes gens.
Dans ce dessoin i! cable a Mary
Fordr© de renírer ímmédiate-
ment.
L!ex-servmite arrive a Pitts¬
burg, Qunmi elk* esí mise au
fait de hi situation, die emit
rever. Enlin la vie a finí par
Ini sourire. Ba premier© entre*
vité avec Paul lui permet pen¬
dant quelquea minutes d’atteit»-
dre les límites du bonheur...
Mab tout© activity h Puslne
a eessé, Les ouvriers mnt m
gréve, Les Seott sont divisé»
sur la snétMe a employer pom
Mm face aux -reyentotiims
ties travíulleurs, P#«l voudrelt
parleuienti'r tsndis que Willy
le fils aim* penst* qu’il font user
de la maniere forte. Sottdaln
urn* pierre lanrée par des mu-
mfestanls brise fes carreñas sfe
hi íenéire et bless© Paul a la
tete. L'nsíníer n’hésííe idus et
expédie Willy a Detroit pour
en rammer des homines de
main qui de force vtemhonl
meUre (in a la gréve,
A cette heme tragique, Mary
comprend que son role est de
s’interposer. Elle se precipite
thez son per©. Le vieux Raf¬
ferty sans daute est heurettx de
fit revoir, mais demeure iutrai-
table et il chasse sti filie quand
elle essay© 'd'msister. Sans se
décourager Mary, avec Faide
de Jim Brenum parvient a ob-
íenir des ouvriers qtt'ils aient
avec- leur patron une ultime
conference au cours de la*
quelle its exposeront lours de¬
siderata.
Apres quelquc hesitation, Wil¬
liam Seott accepte a se rend re
ii Ventrevuv qui doit avoir lieu
it proximiíé de la cité om riere.
I! sempress© cFenvoyer un tele-
gramme h Willy pour lui dire
de ne pas yentrer á Pittsburg
avec «les briseurs de gréves.
Mais Ted charge d'expédier la
dépeche s’attarde au café et tie
rempfi! pas sa mission.
La rencontre projete© a lieu
sur un vieux p<»«t. A Eetwuie-
ment general 1’ustnier fait droit
a Unites les rrvcmiicatitms. Ln
paix semble étre revenue. lió¬
las! a ee moment le vieux Raf¬
ferty d'un index memqant,
numtre aux truvailleurs Willy
qui vien! de surgir au carrefour
a hi tete d'un pekdon d'hom-
ittes armes. Les grévkíes out
, done eió t rompes; Et cette eon*
I férence rvétaít qu'une ruse de
| guerre nécessaíre pour gagner
| du temps!,.. C'est la bogarre...
I I?a1Y»*rty abat William Seott,
mais U*i et Jim fomhent hientot
sous les bailes des policiers...
Tout nminUmant est finí...
Mary qui sc emit resjomsabk*
de ceue afioee tragedie s.gnifie
a Paul quo leur union ne sera
desarmáis plus possible...
th\> cunees possent,,. Mary
a miveri une maison de modes
qui lut pormet de vivr© indé*
pendante, Paul, lui, s'esl murió
que vom at xna\ ©rnploknoms
pjutot á «o© ap»r#©i»wk
l^.Cela.vau» le &avoz, pubpc,
hion qu'd no vou« ¡’ml pa:n!
dit. J© m voudrahs pm teo’s^r
]a modesti© da Luden on edant
tous \*m encourag©ment» qu d
c béaávojeméet appa^és d
tous oeux qui en out besom, <-t
qu© ses seuls moy©«s fui ont
permb d’acco‘‘der.
N’est4.1 paa tout aatun?L qu>a
retour, Fubpc, ij pixis.m cornu
fir @«r vous? Mais fas l?m
pressson do m’nnmhscar da'^
í i««* quest u! ív httu nn cl* * u] [«mi”’!; 1 «
t tr<* Pu uncu * ‘t v »u Pub’
f »* 1 > .* pin , n* ■ s’! s • ! *»•
, ’ ÍU*M> > t- {>' ! «'*{ , ** > ‘
uíUm ”M-<> < pip’.
- r - ,o MA ?AI{| ’
u Louise Kane et *■■•! devenu le
pei© d'un gentil petit garren-
Mais il est loin de eosueu.rc h*
;>tmheur the/ lui.
(ii jour time. S- uts • vi¬
sit© a sun anesvnne -esvanie.
¡.n
'ill- í i
il! i,:
u'roils
qus represi'UH'i
.!es aviums. Au moment de
. ai tir, eln ■, is-i •«- .. un©
us© c.irdiiujue. Transporté© a
hi villa, la sieille llame evsge
que Mary roste á son chexei et
bien que utrnuée par Sa jalou¬
sie. Louise est obligee ue res-
poeier wile dernier© \ ohmic,
Mme. Meutt mem-i... \V»by de¬
sire venare í'usmc fumtiiule. 11
a deja le eonseníermnit éerit de
’Fed actuellement en voyage et
est fortement appuv© par
I.anise qui desire quitter eette
vdl© poor aller rnener en Kn-
rope une vie de luxe et de plai-
sirs. (!onstanre qoi esl revemie
d’Leusse semble pro te a ceder k
‘-'.'s pioposuioos alléehantes»
Mais Mary interviem... Ell©
evoque des smnenirs d’en-
fanee, se moture si lendrty st
persuasiv© qm* fiimlement
Constance se range du eóté de
Paul et de Mar>.„ L'usine ne
sera pas vendue e! Fa'Uvre de
Mr. Scott pourni ótr© conti-
mice.
I‘tille de rage, Louise rappclle
a M.'.ry qm- le ©ocher est ia a
raltuolre a la port© et comme
Paid s'appréte a occompagner
in .itdme femme, ell© a res mots
iuenaiymtx; spaui, si vous fran-
Hussez, cette enríe, il est inutile
pmir vous ile jamais revenir»,
(.’Vu est itop' A\ec cette ran-
unit- qui du ram de tongues
amtees sYst prest|t«e transfor¬
mó© Ht hume, Paul exprime cu¬
lm ses veritable*, sentiments,
(.’erics il reviemira. et eelk* qut
ties ra vider ks lieux sera la
feimee qui dans k* manage n‘u
vu uu un muyen de porvenir h
hi i ieSu*sse et iUi luxe!
Duo. cun ni Paul et Mary s’e-
ioignero... etiseim m salt?
vers * be heur... pent-étre.
á * . »em so pm/o oA
sons \ erres: ¡ n al-
mor. uú |>a:.*©
i til DEC UNION
and Mm 10-15
nu*o * quo
hint a V i u.
THI \ M 1
. k* I’’* ‘
tie a aies.o-ito.dHyn-Mo^ee
Di manche a 3 hr«a 30
YOUNG TOM EDISON
(sous litros RangaLs)
av«c Mickey. Rooney, George
Bancroft, Fay Bainter
é ]a lots sobro et vígoursux...,
uns oouYP tendxmm d!b«-
mour at d'émotio»*..
Estrés Gé^ér<4« 04 430
d 5 hm m
CROSS Or LORRAINE
a vac bon Pern AumoH jo
SOph Gakita, Gkre Kejly.
... ¡‘úpapér 4t*a frangaT* & ja
résistrvrao... p*s héroíques qa>#
du magub kjisant u»o nouvM
k kis cl Estrés QéHxate Gd, MO

Page 4 était absente
du microfilm de cette date
Page 4 missing
from source microfilm of this date

Page 5 était absente
du microfilm de cette date
Page 5 missing
from source microfilm of this date

MOM,
LA MODE I Stoma!- “Le Nouvalliáte"
«ai ím *® mm» m mmrnm m wsmmmwm
OU JlllIK m kmem mm. «tjIs-a mns tosro m ummm
-JSWIf tSOBS itapVÉB»
Dernlére H#úr®
LONDRES 15 0éc-— 2.D00 j>o
so«t & la recherche d©
10.000 soltería «Sha» qm o»t
dóserté. ^
WASHIN GTQN .15 Dec.- La de la Speaia pour
£:oits crubur d« la «ouv$dl« Wi
gw \m uu’an» ouvr¡&rm.
HOME,— H a été xappané
«yus la *mit ¿«íTüér^ ¿es
tes oot lancé des grenades a
maing des fenéüres du monaste
rjfrotw*v«<« NouvrAlist*}
Une créatum de la célhbre cou
.tirlfré amérimim
. VERA WINSTON
é!é-
Se ntppeler que la femme
gavie faít He achate chez
SAlBtEXOVSTAh
AXIOMA D'EIXGANCE
Ri«u d© plus ridicule qj¿
]©s colliers Jongs qui pjongunt
•enlre,. ]es rciondúés. d'un© gor¬
ge abordaste.
¡Dan» l’autobus: En potu-
gonnani votr* chapeau, ceja
vous lera songer -¿'avoir vq-uq
büjet la prochaine loi»,
Court&me de Milo Hakime,
Beprésmiant de Pepñ Cola
OU EST-CE DONO?
«L’amour esi osdam de Bohena®*
CMeiJhac et Halévy, musíque d»
G. Bizet dans ]'apéra-comíqae
«Ccraen*},
Jí fit pour nos dofauts \a poche
de derríérs
Ei.celje d© devemt pour jes do-
fauís d'autmi.
(La Fontaine, Fab]-,*;
li iaut parad 1© mondo une vor
tu traítab]e
{Moliere, 1© Misanthrope)
NE BITES PAS...
II «et frítete.
MAIS BITES...
' X! egf mal dégrossi.
DEFINITIONS
HÃœMORXSTIQUES
COsRVEE.— ha moitié de fe
xistenco.
commission d'enquet© Taris
m©ntalre sur Pear] Harbor esi
pl«i» disaccord, «t se» msm
biés menacent ¿© tifeissíonner,
y compute I’ayocaí general- Wti
]ican D. Mitch®]],
HONDURAS 15 Déc.~~ I] a
ét© demandé par le Congrés
que l’Etcst de siega soií lev» et
qu’une amnistíe gé»éra]« son
cccoraée a toua-,
COLUMBIA 15 Déc.— 25 oítl~
cívrs de ] armée qui purgocrient
des peines aüanf jusqu’d 4 ana
de p'ison a ¡a suite de révoj-
t>> de juijlet 1944 oot été gra-
ciés petr un déc«t Présiden-
t»l 30 aulres cMJ» compre-
mis dons cede alia; ¡e oní été
cuasi gracias,
í«OSCOO,. MM. Bevin oí
Bytniss *ont arrive de Berjia
luer pour commencer les négo
cíatíons a veo Mr. Vyachesiav
Mojaiov.
Aueuee dée] ie r a été ícrite coficernant cet
te conference e¡ on n-a ^ „orl
ciua annaneé quand e¡Je com-
mtiicera.
MOSCOU.- U Secretaire
cEtat américain Bjtmes a pris
Iqgement ata pcüais Spasho. ré
stderce de ]‘ambassadeur amé
team, Averejj Hontao». 11 a
confére ja ruit deruiére acc
r{» mimbres de ect suite eí a
iait Ies pcéparaffs de derníé-
r- beure pour commence! jes
conversations,
BRUXELLES.- Le cabinet
Le]ge a decide de zscctmman-
*r Ja ratification de Taccord
moretee «t de siabüiatioa de
¿!®t»o¡! Woods au parlemer.tXa
. L-- j Ciqur contribuera pou, 225
! nidjions de dollars au load de
! Eta¿>ilúsat¡©n; elje ama
Ja Sémo place en importance
aprés ]es Etats Unís, i’Angje-
t-rre, la France et ]a Bltósie. Ce
qui ]ui donas droií a ut, siéae
permanent au comité «xécutif.
BUSéOS AIRES— Hier ie
candidat ¿ Ja pi«id®nc» tic
l Avgengae, fe cojonel ■ Pe¡-0r; a
pt-is la parole á íí» meeting qui
° éié organise par ses parti-
sans. Le discours de Péior,
tcút fart de breves sentences ef
d© mots tres simple JJ décia
ra: *la iibe?té elective com¬
mence avec Ja liberté ¿u
« prend fin avec la liberté -n
e^vicuejle, e]]e commence aver¬
ia liberté économique sems ¡a
qud]o tout le reste n'est qu- p-
t'on». Ü aífírma ensuííe que ,Ja
vais Clémtwatie sigaifje ¡'ac
cession des ouvriers d ]'adran,,;
tration au gouvexnement
leu, pays.. IJ pxéc^a que son
partí .rejett© tente idéologte ex
trémíst* et que l'imaj.9,alk>0
bon infeníionnéo &em toujours
bies yesue en Argentine,
M « ■'««•ouveéé son tliéme ia
vori «ma yictoire gignüiera la
route ouven» ver» Ja paruci
patios des travaillem® au jou
TOiemest qui Jeur a été formé
jusqu’rai. Ij a souiigné que ]a
plateíonne é]®ctora]e du par-
t’ de ]’Union dáraocraí;r/l;e r.’ü
faít que prosseitre ce que le
geruvernement mljUaine q
jet titsJisé pour 1® peupjo dans
te domain* de» réforme* goda
Jes ouvrteres».
LA ULE DES «QUIZ»
I) Le Centre Thédtre de Rada,
City — 25 m. d© didniéd-e, 6
ttjtmss de potds, 2) Princesses
r,‘i!otbeth ei Margaret Hose. 3}
Fu virón SOS ana. do 1388 d
1644. 4) Oe vin bjasc ©t.d’har I ont *u liou da”*, plosión» par
{ fíes de Ja region d* vénétttcr
í Giulia o’, qu'uue gravo gónóra
ROME— L’ Ageno© Ansa rap
porta que de« demonstrations
dérou» un© bands d© voje® ...
Cej grenades out été dcr.rraas
¿o v ír&res é© la PasS'CU par -
tes cara-bán-ers ®n .vue de l'-a!
protection.
Derniére Minute
15 DECEMBBE A 3 HUES P. M.
PAK1S.— D« souras otec-.el-
]© ofa applaud quv go'avtirns
jxjt'nt fraiigals cara*! í'Cf-s.ta»
uiíi© üDty aax gouve^^r&^ü-á a :
q[as et amér^cc^ ¡ear d^zaas
cas>t que
gouveti.kt‘rai-a:t3 accept—-
pi’ir.cép® )S-t dra í©lauo^s au'teC ls
gouve* nemviit. d® F'-'cmco,
i MOSCOU.— i] o él© a«íí©»-
Cé olí c:*il«ment que Je SB®»
¡a.K ó .<íaf. Byrr.es a * ~e
m etí w* vi&a& dv
au eommlssa^® auje aüa,-ca e*
•ircí>qéí<>, Molotoe.
MOSCOU.— Le .ministre *e»
offctites étrangétes, Bevtu •**
arrive O'djourahuí por avio', 3
Muscou paur pvenav© pari a
]a cor¡lé^enc0 á*& mínbii«3
aiíal'^i. éf?cíIigere£- 1] a été rap
PoUé ti o sourc® auioUsée qu-
] appuroil transponcrsl í« nú-
nistre aííair-^s étxañger-^
a rencor fé d®tinauvales co?ái
1ÍC/-S aUnosphérlqu4-» tiura'ii ce
voyage & 3 a\Jtr®‘s apparalis
txans-povtaut Jes raiemh^-s a:-
..sa sub* otU- été obliges ce t -•
r rouxoe'r ch®mi^.
WASHINGTON. Au cows
¿"ü::o cor tere'¡es ti® press-' l-
SecréiaUe d'Eiat aájo-xü puW
]es aKaú-¿-s ¡at;no-amóncai^®s
réponda'ru aux qussdo^s des
joursalrst^ -a prétiií que la pío
position du ministre des albs
ves euangeres- -d« [’Uruguay
pou? *ne íjitemr.dop de toub’s
Jes notions américaln^s par aur
|í-. au" confjlt derrs ur¡ autis
pays eméticas capable ¿e írou ;
b]er Ja pa.ix de 1'Hémdphere ,
uccitierSa] pouiru é'-;-e adop¬
té® ble'Uoi par la jna)o¡'vté a?s
nativos amé-.'caines,
CHIOAGO, - t'Amual To¬
nes H. Ingram., common dar i en
ch«{ d« la t]otu> amérí-cairt de
J'AÜar-tique a áécja'-'é auiou'-' ,
Ahui tievant }a soolété ín'iNa {
n& qu<- le B!'ésí] a joué *u';- ro- ,
. Je important dads \o v¿cto to ¡
allies contre ks sous matins \
nazis. !
LONDRES. D*s sources oí
í'cieli ci'hui qu® plus ti© 200,000 sol
date améiicaíns a*t ¿té ©va- ,
cues ti® 'l'bxm.
BAi'AVIA. - S«Iou urn: c»r
l 6ch* d« Vage^ce d« presse oí
LcktU holJur tiaisf. Je p«ó
gidffi du .conseU d'cstimi'-iSUtt-
uon ti©» Neerlauda^»
cut-ah présate sa démissic^.
L’Agtmce »’a pos indique c®-
pendant s* c«H© admission cat
imm4dlai®me:;t ©H®cUv©,
iONDHBS.- • Ut rodo Mos¬
cou p reproduít aupurd’hu:
¿es articles de jou^aus rugaos
critiques^- VW^me-nt 1® procos
d«s crunoiois de ge^n® qu^ s«
déroule aetueH®in©m d Nuvi-ru
berg, ]>'apíbb }o pr«SS® SOV-.í4-
tique ce pvoces des drminels
& xa, pon- h» j.scuséíonA poUü-
qur®,
‘ LONDRES.-- - Selon les- d*r
cíém Jntoítnattons ofticielles
mr PARTÍ AUJOimDHUt
€»« «Km» 1'avión* anw
té, notr© Amba&sa&ur Jas*
qu«s Afttft* mi pañi cm/ou^
d'huj: pour }e Medique via Cu
fe
Nos m^leur» yceux l‘ccc?com
UNE DISUNGUEE COMPA-
'. HOTS JNOUS ARRIVE
DE KINGSTON
Lua-di apx&^midí, ctoya^s-
nous, amvera ici par avíori- ve
«a»t -de Kingston, Mo|le LyUa-
r«í Tovar, Ja tifstingué© h]Ie ¿e
amis l«s ©poux Edmond To
Tar de Míragoane» E]le au-a
passé une armée au College-
*lmmucu]at« Conception» de
CO’^ra’-u Spring oú elfe a pu
pssnb-ue ses connatescmces en
anglais et a fa*t de® étubes tres
por^sées ©n sténo-dacty]oqm-
phl© anglas®. Le 8 Décembre
dernier <¿Je a subí avec ¿uc¬
ees s*3 examíris et recsvra
sous peu rUnivevsité de Ion
rre-s í3n drp]orne de un d'rhu-
ces. Nous préseiúons nos Í4J;
-c -r: or.s ¿ Mr et Mme. Ed To¬
va- et *jo® souhaits les p}us í>ín
reres ¿ Melj« Tovar, ure com
patrio'e don¡ ]p pays ptiut
«LIBRE FORUM”
AU CENACLE D'ETUDES
D-rríOu-che prochain, 16 Dé-
rembre, des d*x heures du nía
m. íl y aura un «Libre fo¬
lias* sur «Mari® Vilkmeeaux*
ru Cénacje ¿'Eludes ©t de Ho
ibsrch^.
Not''-- ami, }© Dccieur René
?alomc-n nous a fa;t Je pjaisti
ie "ous y ¡nvíter,
Nous faísons des voeux pour
r piel?; suecas de cette ínin-ati
On plaide... dans nos Triluiniuix Décés
fluí tan ?»«!.„
pBly.'.n UrcU
'.ocr
A 5
samad
a 8 .V
Ton v
dan®!
REPRISE DU
HOLIER DE LA MORI»
,v1 v.'aujou!‘d'hui en
.0 a oes cartes pour ]e
cut vénitien qu: s/ua
; St-Lcuís ce- Gcu'zaguc,
prochain 22 décemhre
U'es, II se chuchóte que
rra du nouveau: Att^n
CTST LUNDI SOIR
AU HEX
CT-sí ]undí soir que ]cs
campaiables acíeurs Pomo ¡o,
Calcou, Audaín, Martha Jn-
Clcrude, Mine. Madíou, Eméran
te ¿e pradinc-s donr.ent }eur re-
présertation thc-atiaje. Un© co-
méd;e désopLc.'-íú Gaté Ban
ré-- ou Dupt'ur Dupé.
Toxis au Rex.
Entrees; LIO et 2.20
LE JACOT
Los pe>'sa-nnes qui ¿ésireut
avoir en propr« un exempla.rt
du «Joco! de Maaame Cicerón»
¿rouvent s'inscrír© aux malsona
suiv-enu©»: Henri Deschamps, la
Caravt :>h L'AbeíHe et Ja L¡
bta'.i-; e Nouvel] v, C©p®«dcmi
]•-& souscLpteurs, s‘ils ]a ck-
mandnit, poun-o»t. ob^nir u-.s
'íxemp]aire signé de fauteur.
,pr;v réduit Gties 2.50
fe axomatlques, 5) Sc¡i»i« Ov-
twléve.
DEVINETTES
~~ Qui va d« PorHm-^rince
- — fe grand» route,
KB COHTOKDKZ PAS U»
mmamms smvems,
Diemm Mm u» fen# «pjo {,
A — iitossm-. mttit da to»,
je a été décrltóc á Trieste pour
protostw CC^>tE«f la SU©pen»io«
du journal Slovene. A GorJzkx
bm la polio® a p*océtié d
Tarrostation da p]u»i«um per
pmantm au d’une ma¬
nifestation Qxgmlm# par 2000
p^r&annm devant ]e quarter gé
4u mJU*
y« «ÍU&
TOMO,— Do
a prolangé 3a »^o» d® ¡a M
l'état de »amé du gén&ral Pat
ton »'«st am©]»or© consideradlo
tn©r.t, L« bulletin oíííciei a in¬
diqué par atil«ux», qu'un ]ég«t
ebangemeut a éié observé dans
le» conditions du génét'al amé-
â– rioain.
■ PORT-AU-PRINCE— La ra¬
dio amédcai»» a roproduH 1®
ccanmuulqué du Sfeétarkrt de»
fetion-
nm annogant notcEmmnetque Jo
qouvotnemam baitien ©st ier-
memont «n favour du principe
ECC. ..IRS: No sallases: pas
e qu© vous treumz propiB
vous ou aitleurs: Laisaez
es commodítés d© votre ácoie
20.XXS un éíai convenabie.
(E N. DTU
au corns d® la conference hue-
raméricaíne de Montevideo oh
1S33.
LONDRES.— So}on \®b tier.
U!©TA© informatictn.a cíRcielje»
legues, de Batavia, le» forces tx
tremiste,» neerla-ufese» contl*
rmont ¿ mass®! d« grande» non
p^ dans ]a region de fa tvtpi
que j taN dss ..Ind»» Néstiandaisea,
jEUDi 13 mx%mm
ya Tribunal Civil ayaui prte
a'ég© hier 13 Décomb^ 6
ihvure jreg]vmeatdre, pronon-
ce Je» |ug®m®n% suivants; c<>
] ]ui qui accord© d Mm* Hono
’ rine Adam Viibtor Nautonsa-
) iíon d« vsndr* tií'^'"'"t©rro.í’á
dorn I’un sis d Mlragoany, et
Jaut'O a Pétion-Yllle; c©1uj qui
adm«t ]a demand® en divorce
trtre Mr. Dabe]mar Riv*^© ®t
* son épous®; ce]ui qui admet Ja
í ¿«mande en divorce outre Ccul
; Boncy et son épouse; ce]ul au3
’ odmet ]a demand©
; unrre -Mms. Jcocoh Su1- .-au
< sou ©poux; c«lu. qui admel \a
â–  demande on divorce entre
- Edouard St Fort Co-Jin et son
*:r*pouse; cejui qui admet ]a tie
mande en divorce entre Lotus
Bajmir et son spouse, ainsi que
, celui qur admet la demande -3¡-
divorce entre Roger Dorsmv.]-
]e et son épouse.
L'affaire Joseph Salomon Jn-
T.ouU appeiée, le Tribunal don
, re. défaut et ordonxje Je dépót
, des pieces.
!. L'affaire Victor Or]ando con
; Ue son épouse, appe]ée. Je Tvi
| bunal ordome ¡v depot tits
¡ pieces, aprés que \"% partíe»
avoit’nt posé leurs conclusions
respective»,
Puí», |e Tribunal íah diapo-
sef la sa.l]e a hute cjos pout
['audition de \'aikíi?e des épnux
Marcel Host!ti,
Aprés Jecture de fa requ-R*
COntenaT-.t Je» gti®H, d© YépOVX
centre son épouse. I’avocat de
ma-n-deur requíert défaut contre
]a tiéfendere&se, ce qui ]ui est
CCtroyé. En conséquer-ce, le Tr¡
buna] passant ©n audience pu
hlíque prono«ce son . ortionnan
re renvoyant ]es ópoux Mated
Hc-sthi a ¿'audience publique
tiu jcudi 10 Janvíér 10-1S.
A \ Ti'lhurai er.trc en siege et fait
evoquen }es-oSciíres suivantvs:
Prosper Chrlsphont© f«ls centre
Jeseph Hyppo]íte; J. B. Cam ele
rontre Arnold Charchoute; Gear
ges Laroche coutre Manquis de
Veynac; consorte Tajamos con
t'c Rodolpho Mere?en Ida] Ja
( Laíjftun comtre Cíe. E]®ctr]que;
i UN BON UVRE
i Notre charmant ami M. Thi
mojéon C. Bru^u» nous a ta\\
: ¿e pjaisir dé nou» offrír u-n ex
: «roplair® de son ntiéressant u
; vrage: «Rangon du Géhie* au
' la Legón de TcussaínLXouve>'lu
r®>.
C'est un fon vojume de c!uq
cents pages, environ, avec, sur
Ja couvertur© la photo ds c*]uí
que Bonaparte surnomma |e
â–  -PREMIER DES HOIKS*, '
Me Tímoléon Brutus a o^u
St-merh remplí un -devoir filia]
ír.vers la mémoJr© de JTJlustre
oncétr®. t-n méme temps qu’;*l
a onr-chi k pauimoíne National
\ d‘un© Oeuvre, áoH Je prjnci
; pal méñto, e»t qu'eJl® prop-t
; tu une lumíére aveugjante sur
ties faite de uotre hist oír® de
mearás obacute depute p]us
ti'un siécje*
Noug n« setunon® trop Ten íé
licitan
Ausai nous ne manqueron»
pos, trés prochainemont ¿e pu
blier ]a cxítiqu® de son ]ivre .
qui est un suecos de» magT¡:fh
au distingue cotópatríote. En atí-’U
dant Je tome II de «Rangon du
lh>vmía» 1-ojefln***» e©«
iré Fbjnkot. !«*quej-M'
sont Lxée» d *«. «
Quant aux affa*r©» «uivan-
p%; Eugene G*orge» contra Léo
nwé Mof&r; ?ád'¡x Ousíav» con
tr® CharJ^s Denteé ©t Ludovíc
Cadet;- Edmond Tovar centre
Mm-. V'-ve* Nicolaa Mature;
Baciété d'Bí'angéJteatíon co”-
fre Jean Francisco; Georg©» £.
R'gaud contre Audain; Fran¬
gote Auxila contje Aristide Cos
tagne «t Lydia Jea^ty? J«a» El?©
c'-’-tr© Albsrt Occénad; Mmv.
tv. torre contre Mm®. An?ofe
E] !•<; Kébreau Deyezín confr-j
£m-|« Pierre; Lu¿c3 Béltecum.
co*‘^h Joseph Moftere, »}]©»
sent Rxfe également á-huHcd
ne qu'd quinzepn©,
Et, vu l'h«ure avancé© je Tr¡
buna] léve Is siége.
£n Cassation, Je Tribuna] a* ;
yam ouvert Taudienc© ©n Sec ¡
tion Réume», prononce lea ar¬
rets sulvants: cejui qui repit®
]a -demand© en divorce de fe
px Baker contr© »oo époiíS»;
t c«lui qw declare mal fondée
demande tie Cicerón X)evi|]©
contr® ]a Cíe. d’Ecámrag© Slec
trique ¿e Port-auT^inc© et-. du
Cap-Haiti©% ]‘©n débout© «t l«-
condamne aux Jrai» ot dfens
de premiere inata^c© «t d« Cas
sation.
Ruis, le Tribunal |év© ]e ai©
ge pour fair* plac* a Ja d«u
>d©m© section. }aquello fait ©
vaqu«r I'aifair© Ren® Ca]l»ti
contre Vve,....^ Birmingham.
L’avocat de Calisti adréve m
pJaidoJne, et vu Theur* avgn-
OÓ2 Ja continuation de ]a cau
se est r©nyoyé© d ]a procfea.n©
audience,
Aus&Rot prend p]ace la Sec
tier; d«s affaire» urgente», ]a
qut'lie évoqu© Taffcnr© suiva^
U: Voltaire Jn-Baptisfe couVe
Joseph Bourejly. â– 
Aprés les observations d&s
cvocats respectifs ties 'parses,,
le NP P. prono^ce son réquisi
tobo; pu», ]a cause é'aot sn-
terdue, ]« Tribunal ordarm© ]e
depot de© pieces, pour TarrSt
étr® prononcé dan» Je délaí i©
gal.
Uimarf*, 8 ^
■>»•.
)®@ph 43
A»nl®
Thél'ttnoo, Sí «
Ag»éa Mich«l
rao:s. Sau-iaur
o»a.
Dcpmrs
\n-A\ms
'r; hjiowawb
Ha v Br qiac. Hobn>
f -¡ ? * rao Roaü*r. M» r..
s.ühv.- K«aoUhal, lam» U».
ite. Wfika iogri«t-MnW«
l.-c C:.='!r» Co», Vrj M»
rVn. Pierre J=ii-ph ’
V>ool«,
3Epj>m
Him F.r Auiominrai!
Alpíion». M Mt»
ciol, A-.g»!®* IW,,'Qtftr
Clmm-Y. Simp?! Marea Harold
Ca'1"i:r. B»>ln. MM'
JiAttvi Ufe Rirtc
Fradoi'ic Groa, trro Cm
Robarl Jo^kw.
MO'JVEMENT DO TORT
Ox!5i*i V'b»g «mo»t 'é
Wrw York avíe 1S50 team é
roetrctondlm.
CABOTAGI
0!«u M«rr. va-.5- ' V ¡
Pirn*t "«me 89 »0£» á» ggjfc
M/B Sfcy I s.-ie ■'«» pa--!, pc#
Connivís et Poet^ojtf,
Albatro» est parti pair Cap
Haitte» et Fort Lb«r4.
Sts. Claire set ports pwr Sr
t'te Róvié« de Nipipat
Artibooite «st pañi past» U
-roderes,
V.olcira nt parti pew f»»l.
Dieu Pxoteg. --it pow pt«
I,'Ab*iJI« «st pepti pour 8»
raives.
HANCAIUXS
Nous apprenons avec plats i;
l«s iianfaijles de ¡a cfecnraaito
Mad;--.raois:-]!e-, Sirao:-e Jcarif-
me «veo M. Jan L Montaos.
Nos m®ill cux distingue coup]*.
VISITE DE
M". PAUL ¿AMONES
Hern c./om repu ]cr visóte ««
nota* rélactíon de M. Paul La
monde,Pharmacies, Agent dTv
portaiion Eeprésentant les Lobo
iato! res, Descmtejs du Camada.
Mcmrrur Lcanondé étírlt ac
ccmpagi-é de «otr® syjsspaú»!,
gue amó, Sosthénes CMtrard
qui a ]a"cé sur «otra P] ace te
Produíte De»aut»ls, avec wn
eetivíté bien cocol!,. i
Nous souhaíton* betwcoup ,
de euecés á M. Paú] Laxa-n ¡
ó», j
Gfcie., qui perrattra en Janvi»r
prochain, «ous Jut- adwssots»
nos meilleu*» neniarciennen!»
pour son gracóeux envoi.
DEOES
Est déet-.l-.o' ár- tete ;á j*
lite Mari» Máche] Arpié* A8>
GVSmt. i !> *■» ¿pc«t
Augusto, ¡ Perra ujt, xx
L‘e»terr@ajent cura Jim ^
aprésmiidi a la Cathédiatjt
Nous ptésentoos cas vaám
condoléane*» a M-. ]« Doc Marc Augustin et Mofarse, a»
Bévérand Pér* Hemy Aajasfe
aux íomi]]^s Augiiií*. ft--
rtrult a
i - â–  â– 
I AVIS DE LA SOCETE
BOUVARffiNSE
- Messieam ]«* Meo*™» *1».
Soosét® Bollvarienn» <¡1W a*
]«aw fctmi&a sect «fefc,'
qa'tja sent jnv tí#í por ¡r CO
mrs Pétipe-Mw ñ le «w
moule de | ’apposition
qm caiwjemortt&«t »r f<#
placeraení de la maieon
teót Simen Bojivor pesé»* *•
d*ux séjoars á Partraua-rirtr
es 1818.
La cérésoow' aúna ].«i i» V
Pécemi>>» smrcnt é ¡¡ütt¡t* '
¡m.m #t é*mi* da«« í« : «e»
d* l'Andxenfcti.
PorH»*PriW, ]* JS
fen»194&
AP8ES IES SPÍCTACJ8
LE BENPEZ-VOOS EST *>'
kavlmaits TAST
D'aprés Jes dotsiér** inferir,a
i:orar oííicietisí's tieux graneles
forera extrémdstes s»! pouvtint
maMwant á proxtaité de# 2
importante centras ferroviaires
de }a région h qu»]aju* 70 mí
lee 4 J-Enit d« la ca^jitoje.
NEW YORK, - ítwqu’A cet
ofgéa-mldi autritne cosifiruta-
t‘a>n officielle s'o pu 8tr© anco
n dornsé* par ]e alíshict savol
astttelcain au #»J«t de» nanear*
amnatap** qu*nn twreirp aurait
¡aneé hi« »oir al«t stgnauit d«
t» pour pemiettro ém d**cu»- 1 d« ]ct non ¡mmnOo adopté» ¡ déttwwe 8SSS
.Ensemble ¡e* Aatérlquat Jut tent pour kl Vlctobao.
BRASSEHtE BE LA COOBBONHE QnTBWmfCS



Internationale

4 as faci]e de conatater que
“Ags mame causes produisert

tae sHets, quand je Com.
ponisme jiternationa}.: eat) 27

‘On ge aouvient, quand Stat
“geo Hitler étaient des compe
ges, vous 1999, que jés. Commu

© igtes on France étaient contre
jg guerre. avec ]Allemaqae
jeg Communistes, on amérique,

| ge youlaient. pas.que. les. Etats
Unis 80 préparent & ja guet-
7.





Maik. das que VAllemagne:,
ovale atteque ja Russie, Jes
Communisies, en France et all
Jeurs, es Europe se joignizent
4a mouvement. de Résistance,
a coux des Amériqnies récla-
peront ja guerre contre je
Peich et le Japon.

Cog jours-cl que}ques heures
aptds la démisson sessutionne}
jode ! Ambassadeur, des Erais
Unig on Chine qui protesta‘t |
gonttre jes tendatioes Commu |
tigtes de certains membres cu 4
Département d'Etat, un nouveau
“goutant s'est produit dana J'o
pition publique ux Etre
Unis.

fe Gouvernement. de Chiasg
Koi-Sheck n’étalt pas un régi
me aussi démocratique que Ho
oneve]t voulalt Je faire croire Au /
jourd‘hui, on fait reasortir que |
Chiong-Kai-Sheck est un Dicte |
teur chet d’un Geuvernement |
Coppresaion qui roule les Etats
Unis ot exploite ['envol de irou
pes amdricaines en Chine,







pes démocratiques.

Soars partit en querre contre

JR DE WA NOTE DE 1

Gou

Des le début deja discus-
gion entre «Le Soir et nous, au
sujet dela Proposition de. /U-

tuguey, Nous’ avong d'une ke

gon péremptoire déclaré « gud;
vu jes aoctifices “Ge millions:
da vies, de biens matériels pour
aauver.Jeo Uberté: menacde par
des hordes fascigtes et nazistes,
jes Nations Unies ne vecujeront
devant qucute measure pour ‘os
suret le respect: dea. “Engage:
mets. prig —, an vue de.qa
xantir existence des princi

L& dessus, notre’ conirére «Le

notre. opinion, avec des arqu-
ments sophistiques et parfois
méme des eppréciations. in-
jastes, (qu'll voudralt dépjaisan
18.








Nous savons trop ce que c'est |
que ta vonité puétile deg anti-

démocrates pour nous émou-

voir de certaines attitudes qu’]s |
prennent, Crest. poutqual nows |

hous sommes camionndés dans
notre position premiére, c'est
& dire.jeg regands fixés vers
notre epulssante et générense
voisines «nen. déplaise au
«Soir>) dont lx décision —
quand e]je sera prise — aura
force objigatolre pour, au moins
jous les hémisphére.
®
Lots done que le Seerétaire
WEtat Byrnes fit Ja déclaratio:

“o








URUGUAY

sition prise par le

vernement Haitien

doboration la plus compet
xen vue de ja défense commu
me de d que Vhomme digne de
«ce nom a de plus cher aw mor
ide: sa Jiberié et son Tndépen-
aCotices,
Eq effet, ot y reconnalt. oe
| désir Pde non-iniervention © j cotoepts nouvedux. —. paralle
| Peme dela Paix et dele Dé
imoctgties,
Et couchuant, notte’ Mimete
' des Relations Extérieures: fe pa
; Wiotisme da sSolre doit ena
| voir bien souffertéeritr«Auour
«d’hulille Gouvernement hails
ctien) est prét a procéder avers
eles ‘cutres Republiques. dus
, Continent G-des échanges de~ |
j «vues pour ia recherche: :
i

|

i
| "
Autour

des Billets de
50 et 100 Dollars

we





Une pele pamiqne. regne
\ dame Je monde des alie’res
propae dea Billets de 50 et de
02 dollars {pas de billets de
ia, [20 Gollers. .

Hous nous scmigés dresses

seommun diinne solution pai

trends aux. mémes fire visées. | © jo Direction deka Banque Ne
«pot |e proposition du Gouver, | oncie qui bous a explique 9
: srement de YUruguey, BOTs cee ; wabesce cer

ependant qu] soit énvisagé+ I: Rux EinteVeis Joa billets de

eune action conttaire cux pris: | 50 d¢ 109 dollars et phus olrcu
Cependant, a

scipes easentiels adaptés par- j ent Ebrement.
«la commumenié des uations. 1 = s ,
«et monacante pour J'avenirs | Bork, wet enguéler sur [rts
«deg relations interamdéricdi-s gee de ces, gros BBS. De
eres dont Vhermonie a ig. | 0%, Ja Banque, Nations}
vadurant la récente conflagrs-- _ dHals, selon un. comm
istion, un des priccipaur exe | THe . , 2
epoirg du monde civilisé dex, * «vor s'éteblly dainitivemen:. ka Mais Jo ngue ajoute
De tout ce qui précéde tf res ‘cas billets de 50...deljom....6¢
igort ce le conclusion délicate 100 dolicrs “ pias ve to .
“combien différente des affirms POS 507s pour Ja ¢irculation












:
i
$
f
}
{
i
}




































ie
y



Comme o% mone une enquéte

Prange, lo Fédéral Réserve |

j da = Gouvernement, |

-) PORT-AU-PRINGE —— HATZ1

Noo 21.507 SAMEDL 15. DECEMBRE 1945

La Convention | Une Lettre de

Monétaire
DU 12 AVRIL 1919
SERA-TELLE MODIFIEE?

‘seeeenmernini,










Nous caved regu co matin une
‘ Jongue jetre de Mr. Ernest A-

Depuis 26 ans, jo Républ- | gaud .Je pete de Mile Rigaud.
que d’Hoitl a, dare une conser La. défense étant-an “droit
ton monétaire, [16 aa montaie | seed, Sous compresong tout de
tationale au dollar, dans la | suite que. Mr, Eruesi Rigaud es
porié deS pow an | Maljgré bse, cutom de son fils, enies
Jes différentes. dévaluations au ims ente les quatre mute de ir
deja qui ont joué aur ]'éco .priaon depuis quatre années,
nomie nationale, Ja parité ast, Cependemt, nous ne public:
reside ja méme. Les aecordis , rons rien dare notre jour]
de Bretton Woods ott apporté . qui conatiiuerait dea attaques
des Filutions G ja stabilwea | personne}ian, en dehare de ia
fon monétaire internationale, | question on débat.

Quejie eat Ja valeur de cour | Voilé pourquoi, de la letit
| convention monétaire par rap. ae Mr, Ernest Rgoud, sous dé
| port aux gecords de Bretton , tuchone seulement les passages
| Woods. Clest une qudebon suivoria:
limtéressante qui appelle dea | «Milo fait observer cee

digcussions contradictocres. ft lors qui] s’est tué & exiqe:,
‘gemme ejje ve décovje pas ae ou procés de juin 1943, cote ox
la constiutigé nf des Lois, e]- pertee, sare jamere pouvoir
je pant bien étre J’objet d‘Etu Tobter’r, parce qu’slle était :0
jes académiques, juridiques « | usée par son adversaire, #jje
| @ verdict, ¢t comme pour aca
i yer ce verdict»,

(



LE- VENEZUELA AMPLIFTE

Ernest Rigaud

fvoré de comntradictio:s

P.O. BOS ALM
PHONES: 3992, 840
ARGUE








Horizons -
Par Jules BLANCHET

seemensemmenteen,

La Charice de San-Francisco
contient wi etfort. vets plus. de
compréhension, Elle ne prétend
pus étre une fin; e}le revet
| cependant toute sa vakur quant
| lew peuples f‘assimijent. & une
capitate’ Bt iq salwe+ com
me ler poem’ew éehauche de ja
securite collective, mulep|s
‘dass seg aspects, mais
/ Cans £on objectil, Pour se téa
[isec cotigrajement,. cate secu
rié dod tre politique, écuin
mique, socieje et culiurelje, of
iuour exister, ejle doit dive
i phe heymonadios dea au
da [a politique nationale
avec lee exgencos de is
politique ivrnatiovgia. 0
¥ @ ic um apport de solslariié
strait. qui est detrult chaque
iis quevFeebvad dlithyae se
cissocie de activité mondic-
le. :

La sécurité collective perc
tout sens dams un monde da.

aie

BOCK
its, de rivalités économiques



i gu’l] adoptait song réserve la. | Uons catégoriques.et téméraizes




LA PROPOSITOIN

Stolne s’est-battu contre le
jgpor = seulement quelques :
jours, tandis que jes Etats-Unis «
“ont mend une lutte gigantesque -
& trois ans contre les perfides
Fppors, Mais, on a enjeudy
porjer dqs Commun:sies Chi «
roils, das que Jes troupes sovee
#eqees sont aceouTues Gt seco Ss
60 Jo. Victoire-sur te Japon.

Si les omériccing aux ops |
qlony communistes heésitentont
cemandéd que jes Etats-Unis en |
roient des oxmes et dea muni-
Hong cuz. Communistes Ch:
nois, Js réclament avec fracas,
et qu nom de |'Humanité que
jea troupes de Ja République
Etoilée évacuent Ja Chine, afin
ge ne pas avoir -é alder un od
18 ov Vorstrs.

Cette nowvelle tactique aura
au succds, car jes méres amd
riegines ne demandent pas
mieux, — puieque ja guerte

est finje —- que leurs fle quit
tent la Chine et tetournent chee
Bux. be
Tes Communistes sont des
‘gens malina qui
pos, et ne ratent pas de aq’sa
toujours Toncasion par «los
cheveuxs. 2.

































mewereeterrcempennntsenttetnn reticence este,



ide notre confrére «Le Salts.

rote du Délégué Druguayen,

ces jours-ci sur la prevenance

«La manoeuvre de son adver

ne chomeit |

nous avons compris qu’l] se

rait absurde de brandir, com-

‘me um «petit sabre de bois»,
ite pétition de principe pour

combatire Jopinion du Dapar
temest d'Etat—. Simplement

2oua avons tappe]é ce qui
jméme nous avons écrit
cours des 3 demiares anndes,

coer’

rouant & Yatittude qui devra &
tre ptise pour porter jes pew >

ples & marcher dans la voile

de Ja vrvaie Démocratie, méme
an exetcant ]intervention non-

arméee

laboration entre Jas Gouverne-
menis des Natiote- Unies dont

‘ja plupart d'une facon quel

conque, ont contribué sans al
ler sur les champs de bata’l-
Jes, & Péctasement du fascis
me ou da tout régime eembla
ble. & celui dont la destruc:
fion est prévue dors ja Propo
sition de |'Uruguay sars pou-
voir prévoir sous quelle forme.

Nous sommes donc ~ recon~
neiseanis ou Gouvernement Hai
ten avoir indiqué dans sot
Commutiiqné dhier sa posr
tion, en répotse & Ja note da
21 Novembre écoulé, due Mi



/ ‘MILO RIGAUD AURAIT

ASSIGNE NOTRE

«HAITLJOURNAL+

1] eat fortement bruit que Mi
lp Riguad aurait assigné noire
exeejlent contrare, ehiait-Jour
ral», sous prétexte que lee pu
‘blications des résultats d’exp*r
ise iaites avant bier sont des
Wiées & Jul nuire, juste au mo-
ment of un référé introdult par
S. Vincent contre Jul, eat ptai-
6 et le dépdt des pidces ordon




































bard du Jugs, et au moment aut
@ ob dautres aficires intto-
duites toujours par $. Vineeat
cottze Jul, Milo Rigaud, sont
en volo de solution.
De méme que nous soutetions
Je Droit de Défense de o'impor
fe quicst atiaqué nous ne com
prenons pas le procédé de tra
dube on Justice aucun contd
78 wont de cette chose. sacrée
Quest la libertd de jo Pre’
x fbets Waxprespion, sag!
wot d'une. oligire déja jugée.
- Bisouter, ohyectar, commedire,
Bele se concol, — Mala, oi ]er










a

* #8 Juatice vol qui laiase sup /mourt |e premier o

‘gion du 19bme anniversaiza da

nS et que |'alfaize est om dali |

i nigire deg Relations Extéricutes

_de yUruguey qui est absola-

“ment dans ta ligne.du Discoua

du Président Lescot le 13 No |

_vembre 1941 ou ff disalt:

Que Je Gouvernement
rBicie-Unis sache, ne cessons
mpos de le répdter, que,
dpesoin se fait sentir, ses for-
2ces comme les forces de tour
rles. cruttes Gouvermements de
«cé Continent; pourtont péré-
atter chez-nous, scna résctve,
«et qu’alles.y rouveront Ja col

TION DE LA. PETE
DE PARAMOUNT

Co sera
anniversaire
pensé Jee plus vile ploisirs ©
Jeg Joles lea plus fécondea &
aon Lic.

ia



de gratitude, parce

partlant chez nous.

* Nous renouvelons & potre
‘eqn’ Lucien Lefomani, & Toor

TL s'agiait done de modali |
+43 dans Yopplication dune col

des |

PPPOE LLOYD ALLIED ILO LOALVE LOOP OED IDI D DIF,

CEST DEMAIN LA CELEBRA-

Paramount, demain, jublers.
la cé]ébration du 192. |
du Ciné qui a dis |

pocielé sport-auiprincion-
me doit & Paramoust un teibut
‘ que Para:
inatallé je

‘que bien qu'cucune golution ne ide ces billets, | y gun arrét
soit expreasemem recommandée ‘an oe qui copeerne. leur circa
“dans Ja question d‘intervention | lation dans iss Banques & TE
“eollect've multlatérala, i a'r at (wanger. Des que ‘YEnqué
‘dit nujle part que pour la Fro ere. tenminer, lee choses review
_pesition de ]'Uruguay on ne , S071 & ja normale.

trouvera point de formules ap | End quires termes, ceux gual
nlicables & convettir on caciess, ®t ces billets fomt.une epor
| Notre satisiaction est donc ex O° farcée car, tt on tard, sls
‘w&me, en constatamt que, par /7 Som pas faux, ifs circule-
‘gon récent Communique, qui , TO?! comme par le passé.

‘est un Acte dimportance corp! Dens notre Pays. ol: pas ma]
‘tale, tent par Ja forme que par te gens, surtout ceux de Joa Bro
Je fond, et qui, pour toutes ces wince comeervent de pére en
‘yalsons fot honneur ou Gouver
inement de ld République. i
Nous sommes d’autent plus

er, en billets, 1] serait difficle
pour aux de savoir Jorigine de
peureux de lo Position qui] a ,88 valeurs qui Femontent &
prise que, tout Je cours de ne- | des omnéas of quis tennent
tye argumentation cu sujet de ide leurs Parents décédés, pat
la Proposition de |'Urugucy, | conséquent ne pouvant savo:r
mous Wavons jamais cessé de | Porigine de oes biflets. /
' dire que Ja solution de ce pro Tout ceci nest que temporal
ibjéme Internationa] ne peut re. _Les possesseuts en Hart!
gow trouvée que par wne enten | 42 billets de 50 ou de 100 dol
‘te internationg}e ou plus - prs | 1am ou plus nom pas a se
cisémem inter-américaine, mouvoir ou ctaindre de perdre
D'une Entente ou Accotd peut , at argent
‘ pésulter esanction oux Contre- Nous comprenons qu’en A:-
| yenantes, cor Yexemple de ['Ar | gertine, Ja question réclam*
‘gentine, vig & vis des Engage lune anquéte minutieuse, mas,
iments de Mexico, Chaoultenes (7 Haiti, i] n'y @ ameune rae
| et SamFranciseo, ne doit plus , 20" de suspicion.
age retiouveler. Conséquemmest ia
uo smdcamismes sera: preva. | CONSEIL SUPERIEUR
| (Bt nous voila retourné aM | pe REVISION DE LA G. dH.
pointde départ: attendre pour | 7) est fortement bruit que le
_connaltre quel sera ct eméct Conse} Supérieur de Révision
‘de la G.d’'H, conlormément 4
nous a- , ja récente décision du Tribunal
de Cassation, entendra ]’aftac
ye Henriques-Rey Lundi, On ci
ta mame des nome de témoing
qui ont été appelés.
Au cos ou ces Tumeurs 8
confirmaiest hous ne savons













'nisme?>

Au «Nouvellistes,
‘ vions supposé une Entente gé
| néra]e ‘pour incjure dans tou
ites Jes Constitutions, de toutes
fes Nations-Unies, des articles
spécitamt et définiasomt jer
Princtpes Démocratiqes, [es
Droits du Citoyet et les Qua-

tre Liberiés. . E]}icques,

ee

Ea derniére heure i} est an-
noneds que le Tribune] Miliai
19 de révision ne se réunit pas
Jind), et que Je jugement de at
fofre Alphonse Henriques. eat
efourng eine die.

D'autre part, la requée pré
'gentée parle prévenus au Tri
| buna] de Caasation: Jul deman
dant de désiqner jes sections
réunies pour entendre. Vaifair,
comme Tribunal de. renvol,. a
&t4 alfichde, ce. qui penmetira
de. Jentendre mardi, “4

UN CADAVRE
B CAMP-YETTE
Jendi de cotte semaine, fa
86 trouvé Je cadavre d’ute
femme qu’ot Ma pos pi ident
Her, car i] avalt Je visage pres
gu’entiarement labouré par des
Létes sur je. Jittoral, pra de
‘Camp Yette, & quelques’ isto-
modttes. du bourg de YAcul.
On tie salt al s'agit de suet
de ou de. crime, ,



%













on Ciné, noi meilleurs “com: " SWEETHEART
plimenta en mdme temps que. LB GAVON QUL CONVEN]
{Boa vooux 8 ” A VOTAF "SAU :



bj

Js des casseties d’argent en |

pos si les audiences seront pu.

DE L'URUGUAY

La Radio de. Caracaa an- | ive tend & lui faire dévnijer
nongait ce midi que Je Vénéaué | 8e8 moyers qui] reserve pyur
Ja a présenté une nouvelle Pro | les jours du procés Caljurd-
position conceraant [Toterven. | Mayard: 2 se tombeta . done
on collective quand des Répu | pas. dons Je pleges.

Bliques de ce Continent mécon Pree ee
lnaitratent. jtaPrincipas Dae | Milo dit cock: .
leratques et Jes Drolte du Cito «io ou bien on le Lbére. et
les | celle nysute de justice, quoique

fei tardive, le lave de tant de

' palves calommes, changeant °&
légence la fabuleuse expertse
en question, et classamt enfio
Je verdict de 1943.

«20 cu bien on le garde
fuiment en prison, sans
ment, ce qui prouve qu’on a
reur_de [a vérité.

«30 ou bien on accepte, com
me il |’exige depuis 4 ans, ¢t

i
i
i

ryen. Le Véndéguéla fixe
jescctions G imposer et les m3
sures & prendre,

EMM. THEZAN FILS
| ET «L’AVERTISSEMENT»
| Mon cher Ernest,
| Us lecture de [' | MENT. du ome V de j
j
4
i



SANT LES JALONS: m'a cava
hi d'un sentiment de tristess:.is
icible. Nu], mieux que Mr.
Siénio Vincent, wWétait averpjg comme son adversaire s'y tol
| des calamités que les natn obstinément, de je juger pu
pouvaient jeter sur ce pays. Ca bliquement et convenablemen!
i pendant, i] jes a ton seulement
Holérés, mas encouragés au
| point qu’aprés e’&tre vu favo
ivablement gomparé G Jésus
Christ, i] afest empressd de ré
compenser ’outeur de cette gro
tegque moquerie en Jul confignt
‘les plus houtes charges de ]'E
| at
| I} mest inimiment pénibie
ide constefer que je Président
i Vincent n'a pas une parole de
bremerciements pour jes ants
dont Je dévouemert avait pré
¢éddé gon ascension au Pauve'r |
“et a gurvécu & sa Présidence.
Ce jour est horriblement t's
® pour mol.
Condiglement,



jer officiellement
Magistat de ja République.



yard de 2 ata 1/2 ence qu
concerme le Bon Higaud-Vir-
cent, 1] doit Vétre aussi bier
pour le Bon Mayard et Je Bon
Sa}lard,»

Tels somt jes quelques ex
tredts que nous avons pi faire

i
t
t
i
i
i












udrecséa Mr. Ernest Rigaud
parce que cea oxtraltg eniren:

point de vue du Droit
E. THEZAN
15 Décembre 1945.
REGLEMENT SUR
LE «DRAW BACK»

Le Département des Finances
1. pris des mesures proptes &
aciliter les activités industrie]
es du pays, en fixant jes. re
ylements du «draw-buck» aux
expotiateuts d’articles. manuioe
urés en gisa] et en treases, u
condalettes divers pour jes ma
jares premiéres importées, trant dans la ‘fabrication de
eurs produits,

Béndficleront du privilege du
«drew-back» -tous lee exports





ROGER RIGAUD REMPLACE:
CAMILLE DEAS

Cast Roger Rigaud, enor
rons*nous,, Chef du Service du
Zentrdje, & Ja Commune qu
emplace Camille Deas ‘com
ce Cofggier-Payeur.

Tous tos compiments,



AUX GRANDS MAGASING
SATEH-NOUBTAS

Parfuma de Pronce

Casimir Tropieat Anglais

Crovaten infroissables



feurs —- Téquiiigrement. insorits Crash pur fit Angtata .
comme tele au «Service du Con) Palm Beach

tdle de la Pelite Industries of |. Portofonilten ..

mupis‘aolt de. la patente d’ex. |. Seulars :



Chaminga Arrow

Ceinturone on. outr, supdrieur
Cheniass autres marques: amd
reat ee dy tee cee RN

portateur, solt de cé}le da né
gocignt..congignatairey
“Nous publierony cope agle.

=

#



xinai qu'il] ‘vient do le redemar |
au Premier |




eat si bien armé faves un re |

de la Jongue letire que nous a |

sacs je cadre d'une défense av
Yo

vt diantagoniames politiques,
Fie est une formule irréa|isa
lie dans un syatéme ob jes dé
séquilibres restest inévitables
& cause des frictions qui nue
vent entre la poliique intérien
© et Ja politique Internationa
eB,

Lo sécurité collective sera {6
conde & la con
aje cesta dire,
ect sur je
des demarches
ces unites rationales,

dresser:

















e

c&té se

fuacisies pour qui ia
diagression cst une fin vt

Foutve, se ci
gimes de prog’



3 social ¢



iconemique, [oa jule deviant |

phie dum
tons de ja vie. La sécur

ecive est le prodult dune se







Le détopes Intermécdi fren
techies Pabard sur le play ma
Phong] et rendues pasa we

ice ou fanetionnement des ingit
nitions démocratiques. Les x
eotis ant échoué dows jo passe
: parce quills se sont hoarids oun
Lratonalsmes des omlona qui
Lavaient et continent d'avalr «it
euperstition de [ordres, de lin
rrdqimentement et n’etondaient
sent y renoncer.

La séenrté collective soi.
ro de sa nature absiraita pour
feauter dats la réelitd porsque





cles contradictions rationales et
‘{ntemationatea’ tomberont c'est
‘d dire Toreque les angen sce
i politiqnes rationales re
cat qe'en degré.

Jules BLANCHET







HUMOUR DPCOMBRE 45

Leon repe’et ia Commute 4@
Yoovasion de J'grrivée’ du Ma
qisttat «Brune =P foudrai y
Lmetizve pluté Ja coujeur «bru
toa,

-pitcetneenere tinea “enn iii eis 8,

eQUIZs DM IOUR
1) Quel ast le thedive qui con
Bent le plus grand chandelier
da monde? 2 Noma dos exignts
de Georges VIP 2) Quelle a até
Ja durée de Ja-dyvastic: . deg
Ming: 02-Gitine? De que! le
yormouth esti) fait? 5) Quel: eat
je saint patron de Paris?
Bi vate mémoire vous ici
jelaul, vyoyer noe wuley & lo Lbee colotie dele
wroie page)



BO Se ak




‘awiour de id Rache

é ssi ED






AMr Breost Chanvet
Directeur du Noavelliste
14 dec. 1945.
Monsieur Je Directeur,
jo wal pas lu avec un fds)
grand plaisit Ja Jettre ouverte
que vous o cdressée mon ca.
marede Frédéric Télemaque,
Jetee dans Jagueli¢, au nom
dun. «secteur de la Jounesse-,
2] reproche & la Rédaction de
La Ruche, organe littéraire et
soca], de ge dire le porte puro
Je de ja jeunesse haitienne.
D’abord, je do's vous avouer
que je te sills pas encore se
ee gtoupe intéressant et plein |
Wordeur combative. Mals je
suis, avec un tos vif imérat,
sa-démarche gui permet & ‘ous
aadmirer le courage ¢ Ja foi





en un ordre de chose “ouveau |

des védacteuts et collabora

teuts de La Ruche.

On ne peut pas dire, ans fe
seng littéra] du terme, que La
Ruche est le porte pargle de ao
tre jeunesse, Puisque Je plu
port des jeuteas de notre gosé
ration gardent une attitude apa
thique et timorée dont on ua

pas grand’chose @ eapérer et,
qui wa pas donnéd aux ung ef |

aux autres leccasion de con

naitre Jeur idées et leurs idéajs |

sociaux,

{, @alfleure, La Ruche
prétend pas étra je porte
Je de Ja Jeunesse, & propre
parler, Elle «se propose»







Planteurs de

la Maiti

S ADHESSER AU:

BUREAU DE LUSINE A BIZOTON

TELEPHONE: 2477.
ROITE POSTALE: A.

SLANTEURS VISITEZ LYUSINE A BIZOTON.

&
MRL InD Ante a A *

PORGPDODILG LDAP OIL OPIOID L LED:

Royal Mail Lines Limited
La Royal Mail Lines tic ted a le plaisir d'annencer au
Commerce ¢t particu}e ement G son
quayaxt maintenant Ja ibve disposition de sa flotte ell¢

reprend je service entre jes ports Haltiens et Ja Grande

Bretagne et vice-versa; -t p
avec ransbordement a Lo

chargeuss qui youdracent

fedre connaltre Ja place quails

Eins gue jes dates, Pour tous ren wseigaements s‘adresser

& PAgent Géngral a Porta

vince.



AGENT

PORT-AU-PRINGE, HAITI

TELEPHONE No. 3194.

Cocomalt

le Mellleur déjeuner.






car certains ports



bien unliser ses

su-Prinoe ou aux Agences en Pro

J. Brandt



Vas, Alors, jes détracieurs
do.La Riche, ou ceuxla qui
Jul advessent des reproches, de
vroient guivre Texemple recon
fortant des Membres de ce jour
wal ou bénir je cle] ou ke he
sard avoir trouvé de plus bra
ives quieux, & dlewer ja vou
pour formujer, publiquemest,
Jes grandes révendications qui
hautent Fesprit de foute notre







jounegse et, aussi, de tout le i
_ pays. °
J Ow, Js som admirab]cs,

ces jeunes qui prennent pos'-
| Hon, qai ogent s‘atfirmer, «pu
| bKere leurs idées, en un temps
| ok jes coucrds et jes tmides

ont peur ‘de chuchoter en un

coin de rue le besoin avide et

tenace qui jes ronge, de récia ;
mer un peu plus de [iberié et .

de bien-étre..,



verta @ toyte notre Jeunesse,
Theodore Baker et
pestre, ne sera fate des idéea
et de la doctrine politique pro
feasdes par ceuxld qui veujeot
ly collaBorer,

ng que des iéjicitatiors
:o& adresser & La Ruche...

Je vous prie Mr. Le Directeur

; On

se bien vouloir publier cette |
je crots, ]’on trouve |
; ta Popnion de la plupart des |

| Jecteurs de Le Ruche.
Enoch TROUILLOT.

|
i
lettre ot,
t
i
|
}

Rloix de Coco
Geconut
\Producte Co., S. A.

ACHETE TOUTES QUANTITES DE NOX DE COC:
QUI PEUVENT ETRE WVREES A PORT.2U-PHINCE

158,

AMON Edt EMD PALADIN + Tite MEER,



ancienne cRentele

dEarove
Blle demande done aux
bateaux dé
réserver

youdraient faire

GENERAL

anod

La Meleur recongtitucnat

UNE SOURCE DE FORCE

Pour lea convalescents

Pour jes enfanta maigres et débiles

Pour les personnes dgéea
Pour uw sommail profond
Pour surmgntes, la fatigue. .

Un alimont pelontique onary.

General Trading Co

= - DITRIBUTEUR

POUR HAMID





je crois, d’a‘jieurs, qué les {
colonnes de La Ruche sont oa

aucune cotsidération, mont di.
Reré De- |

Rhome de Poitrine

Res

Samedi &4 hres,
En lére_ parlig!
LES CONQUERANTS
_ DE L'OUEST
Winnerg of The Weat
Fe et 88 dpisodes
En 2eme parte: .
WESTERN TRAIL . _
deux grands films Universal.
Entréce 0.25, 0.50, et 1.00

, & § bres
} En lore thes
| LES EONQUERANTS
DE L'QUEST

Winnerg of The West _

Je et Se Episodes

Ea 2eme partie:
| Nancy Carol dans
; .E BAISER DEVANT LE MROIR .
' Deux impressionnantes produc
jons de Ja «Universa].
Entrées 0.25, 9.59, et 1.00





& @ hres 30.
LES CONQUENANTS
i DE LOUEST
| §eme +t lleme episodes et
| Es 2eme parte:
| Charles Boyer dans un réje
nagnifque avec B, Stanwyck.
EN MARGE DE LA VIE
Deux sensationnelles produc-
Hous de la Universa],
+ 50, 1. 1.50 gdes

Entrée




he a ibhres A.M.

@ partie: ,
éa Universal

me parde:

Lyne dara

SANS FAMILLE

him profondément ba-



in



ELYSEES
Je grand film
Ev ireess 25, 50,



hist PE igue..
1,00 gde



& B-hres et 8.00 hres,
lere parte






En 2éme' partie:
Le Grand Acteur




i



Y AVAIT
(Once Upon a

c

| quable et o

a de toute beaute
' Jolis cadeaux pour Jes fétes ce
fin d’'armnée, Yous trouvéruz
| également le parlum bier con
ra: GLOIRE DE PARIS. lly
a comme toujours des soul iers
& bon marché pour enfants «t
dont Ja solidité of le fini ne Je
cadent en rien au prix & Ia
| portée de toutes jeg bourses.
i Visitez la matson HERMAN
GAUTIER pour les iétes de fin
| dannée et vous em sartirez cer
| tainement satlicits.

|









VIENT D'ARRIVER CHEZ

VEUVE F, BERMINGHAM

Le fomeux vin Chateau-Mar
tn tant apprécié par jes’ New
Yorkais on gajjors Veuve fF.
Bermingham a regu aussi du
vin de fruity Chateau-Martin on
Demi gallon,

SERVICE
IRREPROCHABLE

wm
PAN AMERICAN BARAK
Asgle des Rusa. Pavan
at du Conte
Phone $850 -

4 hres
| Sacha Gury et Jacqui
| Dtjubac dans 1
-REMONTONS LES CHAMPS

pam cts sige Get seapeuts mk







ROR OO pltrine avec ot

Ran. engocnt posers, Age ceveme un cater

ey

, facies ia resplee

rue be Traine presque
tte Bree TNE.





Paremount

bumed & & bres











LIRCOWNUE DU PALACE
bo aver Fok sopwiord, Franchot
| fone Young *

“ vz ferame a
pel soune fols le
| moyen re le Juxe et

es ple

















































Enirée Ganaraje 0.30











¢, Maureen O'Ha
Seatt.

seque idy]ie «=
rant des se
ne et la plus
femmes: Miu



sc maison pr

OVISOTRE
B HAITIEN-



Coles

MARCHAND TAILLEUR

Palme Beach de toutes nucn |

«3, des costumes tout falls. Pho |
‘e 2286.





Contusions
Pour les dvorchures aux
genoux ou sux doigts,
tog petites coupures,
tgratignures, con-
tusions, brilurcs,
employes do la
Gelta de Pirole
Vausline’, Ayerun
foujouta sous Ja
mania. : .

Vaseline |

onde os oe ebrnout
DON WN. MOHR, im



«tia F












GRAND AL @@
AU LOCAL De

PETITE THERESE AUBlae
ALERTE

‘Tis sont plus Henreux
ayant la Sante















VOUS POUVEZ GAGES
CING MILLIONS De Gloag
LES HOUGES iGnace

A LHEMOSTHENGL

Ce sont [es globules tongs
qui vansporient de Yo8 poy
mona @ toutes les’ parties oy
volre cores, Toxygane de Vos
reapiré; co qul peryget Fane
lotion des aliments » absoohds
et jew transiormation ep ‘ehar
gie vitalé.Des lore ai -voug Vous
center cussi fatigues ou thyal
cuen vous couchantg ees
és sons entrain, sete colby, -
nerveuse, dépriméa, -c'egi guy
vous manquez de globules toy _
ges. Prenez dons’ ce.cag jap
MOSTHENGL. . Vous. vous ge
firez du vit argent done Jeg veh
ves. Ce geva pour vous Jere
our rapide des forces, de le yi


















































talté, dé Jo semté.: LREMOS. Ce
: ‘HENOL convient. cuasl bien
i ‘ux anfente rachitiques quigge ROUVELLIST
: edulis ct aux viei lords aime ;
i réa. (EEE AB
Ge mervelieux produt de ff PABAMOU

le chifire 19




~aboratoires Déacutela, Mga.










rée], eat on vente & Ja Pharma ge majbeur. f

; | _. ce &. Gelfrard Hue PFéroy; Por pe cash pou

a de mauvaise humeur ou ET pupynes gt dane totes le powt de notts
té. Tenezleg heureux 6: or jontant.

yonnes pharmacies,























santé av & anpétissant.. viche, crameux . Petamount, |
ct note is romt davaztage de ldit lorsque ste . agli aot 13e.
vous | ome Gepus qu

LA NOEL A VAMICALE fant introchuacs









dgé jo cloéra
puis... Jongteny

On danse G LYAMICALE Je
' Landi 24 décembre; dda Oh







































i LM n’y awa pos Tinyita at venu, diay

: fons sndciales & cette odea yore public le

won. Nos invités au Thé dew bs du porjant

| samt du_8 décembre, ranvoyd & $i Administ

couse de Jo plule sont cordia je ne Next pa

POOPPPOCLIP LEM PE DLE ITT EOE, MOP LE SA MLE ON i bet te ot tue ' Jement atendus, es fra et de
» | Ceux d’entre ceux gui vou de Paramount
erent prendre part q notre je plaisir
2 By ey e i} yeux Banquet sont prids de 1 ox en]:

da. a =f Ty i? 7 | ij eniz jours places au plus tard wiventon me

Fant Beare te ° le 18, en té]éphonant ow 5732 @dautres 36



ou ou 2028,

On pourra asaister & Ja Mes

<@ de Minult, cor on réysll

lonnera @ JUssue de cette Mas:

4 se, en simple ienue de . ville,

j Zons Ja joie et dans Ja galeid.
LE COMITE




ois, Je publi
Ne, qui est ]
dia son ad
mount et pul té
cement, en te
28.

& loocasion
qsaire de Pat
mavelons notr
tea Latontont

ran
i
i
i
i



FONT LES
















SLR IO NDR EININAEA SRD ID ODA IRIS IROOM ~ Sle etna nominee}



Fae A AIR ONIE IRI ORE RL LORE LAL MN OR RI CORR,

*

LE MATIN

1f (Same ANT
RE PARAMOU
le 16 décem
Sera son [Se
wtte occasion
whe ai soucie
Sisfaire sa ¢
wn progran
choix ot; aerc
grande produc
Mero Goldwn
OF DECISION
a8, [a vedaile
Nous seme
pidsenter, a]
qaniversnite, 1
a meljleurs +
MOUNT qui:
Sparyeé cucun
etifiee pour di
tstocton cat
prncien, qui
4 gon concor
fouks les cow
lesolicitaient,
felant 4



“ weer . Peacuc
Today “taking the Clipper” is as aide quejeong
commonplace in many parts of the ation publien
world as riding in a taxicab! Whan- *
ever you enjoy the comfort and LE som
‘convenience of “taking the Clipper” BONNE FETE












oA PARAMOUNT
Le sens do pu
F035 ane po
‘Te’ selze dé
Rerqnera je

faite de Vina
*6 Porcmount
fe qui pourr
Flee d'un, ae

~ whether it enables you to do
business In more places in less time,
or adds days to an otherwise short
vacation~remember you are being
served by an organization whose
record and standards proclaim its
leadership. Today, tomorrow, and.
giways, look to Pan American for 2
i outstanding servicel

teen wenn mg








Contact your PAA ticket. office
or local travel agent for Jig

4

"Ein Amenroin Woe Ate
Te Sy stem of he Pying Cipp

O SRAU-PRINCE HAITL TEL S45

ane































































i a bist PE PEELE




Fete |

| GLOny .
RACE.
NOL
S Tougay
YOR pou
ratlee de pemin & 8 hres 15 “ Joureux des romang!!) Rien “ne
Bode Vee KeToccesion de som treizie | pourra les arréter! Ni la ca]é
Vosges ge anniveraaite Yinoubliable | re d'un pate, mi la jalousie <‘u
chsqrhdg gee Garson dans Je chef |e femme, i jes barrlétes oo-
Deh ater gowere de Ja M. G. M. eae Rien, rien ne parviendra
VOUS Yous WALLEY OF DECISION ia endiguer jes flots de cette ta
ou tayei} ane Gregory Peck, Lione} | rmulteuse passion!
LS aoug forymore, Marsha Hunt | Un filmque le M. G. Mo
& couleun 4) mcomparable vedette de “présente-avec fierté-et qui sux -
test qua Yes Miniver, Gree? Garson, cel ; Etats-Unis a surclassé toutes
sbules “ton le dont un regard, un ‘sours | les productions de année
+ saa PRR auifeent pour bouleverser tous: 1945.
&. Vous seu vy weuts, et Je jeune Grego Entrée Gd. 1,25
ne Jea.vei iy Pack vont vivre le plus don | Places Reéservdes 2.50
vou: |e ye .
8 dele vt ine EOC LY DLL ALLO SELL LALA LCEOOE
: .
i HEMOS. Ce que discnt les Journaux
URBL Bion,
quieax NOUVELLISTE , Lorateuts représentent @ nos
ta aurme lyoux Je symbole du bavall
: : (REMIEME ANNIVERSAIRE : tpinigtre et on réussite ne-
‘oduct. deg DE PARAM) OUNT . | coascire, Avec ate obstlac
ls, - Mos te chiffe 13 dion — Po von of i entre les sigues divtzs
@ Phovine ¥ majheur. Mais i Hen S200 | aun caracthre, 1 a Jutté avec
‘étou, Port pods pour le CiméPura 1) co cece et optimisme pour
toutes jeg moutt de notte ami Lucien ix guuvegarder Ja pérenuité et je
kolatt, trenom de la premiere salle de
“ Paramount, 1] y a trols jours, | oiméme parjant de toute Haiti.
me fetalt 60" 13e, anniversaire, 3 HT] nous plait de “dire que Ja fon
‘ wa depu's que Lucien Lafon’ |e oicn au Paramount prend pia
QCALE ton introduisait dans notre 59 | : sie
un ~~ ; ice parm: jes quejques élé-
AICALE Je 66 Je cinéma parlant, Et de Imeats qui ont favorisé solr
igs S bre. pus. joogiemps apres, te Rex leva: ution jntellectue}je et socia
as ‘invite a} veuu, dispensamt duse’ a, depuis tantét vingt ans, Tout
itl occa save public les joies amouvar ‘ seul, Lucien Lafontant a ‘coura
a Thé:dan bs da parlant [Je risque installer chez nous
renyoys &- § [Administration Commura sporjant> et si cous nous
int cordie, je Pe tent pas compte aes ef | replagons treize- ang en artere
; - torts et de ia penséverance ‘nous nous rendrons compte de
n ae yes of Paramount & dispenser eu ia grandeur d'une telje initiati-
3 Robe jo ple et de Témoton & Port) 2. ge toute! sa beauld. Le
mba da re euPrincy, on Jub aecordant use (5 com nous a réve}é ‘out |
plus tard sdwertion mensuclie coram? |, mode ge caries, de vivre et
x om 5783 adautves sajles de specia | 4, : ager P ie ‘imuets ‘Sai
ds, Je public, le grand po ee eee ae mous su
4 |e Me Bie, qui est Je juge supréme. | ne e P nt os ong
on rével} die son admiration & Pare etait & ja vio modernen 2
cette Mea mount et Pui témoighe gon ava. ‘on nous cet état esprit
de ville, chement, en toutes circonsia: qu tous a fait admenre com
lo gotlelé... 8. , , | prefidre, puis pariager dans
SOMITE A Yoocasion da Meme Gh |. sestaing mesure une ic
siscire de Paramount, tous 1¢ Con de se veer, d’exprimer
we meneaneee muvelors notre amitié aux Fre oa yiure que seul un
ves Lefontant. ‘yoyage auralt pu nous faim

















































2

LE MATIN

1E dame ANNIVERSAIRE

DB PARAMOUNT

‘Le 16 décembre Paramount
fiers gon 138 auniversaire, A
atte occasion Ja direction du
tng si soucieuse de toujours
wiistaire sa cHentéle présente
moun programme de grand
choix of gera montrée ja plus
grande production 1945 de ]
Metro Gold iuyer, VALLEY

*

a



son, Ja vedoite de Mr. Miniver.
Nous sommes heureux ce

Ohitiversc're, Pos compjiments
el mei}jeurs voeux & PARA
MOUNT qui te s'est jamats
Sporgné cucun effort, aucun sa
ttlice paur donner pleine sa-
Yeloction cu public porte
Ptincien, qui n’a jomaia mén4
a6 son concours béndévole a
foutes Jes oeuvres sociales qui
lesoliicitaient,bien que ne béne
feiant daucuns subvention ou
- alle queloonque de }'adminis
Pation publique.

es

LE SOTR

BONNE FETE
A PARAMOUNT
Ls sens de j’Initative prise i]
Â¥q 13 ang par Lucien Latontunt
le seize décembre prochain
Morquize Je treigiome omniver
suite de Vinguguration du Ci
'S Poramount, Cvest un chit
fe qui pourrdit faire trembler
Flue dun, mais Jes succds rem
Potlée pat Lucien Latontant ’e
Pula Ja cvéation de zon cinéma
Tnitorisont plus que jamois. &

dea espolts sur ja dest!

née dune salle de spectacles
adurnens fréquentée par le pu

H Couse de Ja grandeur deg”
4 Moly pase et-de Ja
Swrpigie yn a _
4 ique de ‘ses ‘diti

+, licen Lafontert ot see colle

tie



OF DECISION avec Greer Gar |

presenter, & J'oocasion de cet |

‘concevoir, A ov tire, pout a
voir le PREMIER pensé & doter
notre capitiaje d'un tel orgaris
ime de progras, Lucien Lafon-
‘tant a droit & notre reconneis

-gsance et & notre admiration.

N. B. -- Le seize décembre,
“Paramount passera ut chef
' Aceuvye de |'écran: VALLEY
OF DECISION avec Greer
‘son, Unoublicble vedette de
Mrs Miniver...



aE

*

HAITLIOURNAL

ae

i
|
{
\

RACCOURCIS
LES 19 ANS PE PARAMOUN!
1 La vel le hesard étunt
‘deux facteurs dependants de |
Ja vyolonté, occupest trop sou
vert, héjas, une place papel
dévante dane jes entreprises hu
“maines qui, pour tendre et arr
ver om guceds, devraient avoir
ur directives la clairvoyance,
ja logique, et ia persévérance
dans |'eifort, I n'y a pas de
hesard tout comme |] ny
i pas de veine, dare des alia
‘res goumises & un plan qui re

j



jaisse pas de place 4 |'impon
dérable, & limprévu. Vimpr4

yu, voila Yeonem!. L'lmprave.
cast ja lame periide qui troe
ve toujouts je défaut de la cui
| Tasse par ou elle se glissera
jusque dame vos otuvres yi
i yes, Limprévu, cest lo pa-
lwou'lle de reconnaissance qui.
gvec un instinct Gx, découvte
ta Ja bréche des mire de votre
citadel le, et fra sauler vos 70u
tes, Liimpréve, c'est le gue
i xilja qui vous quette pour vour
caseiliiy & ['improvisie: je mi









son

gS ae oe ai A apg 2 i é

PARAMOUN

ad ROOTED.

- pees Bening 0 F





| prises les mieux constituées ne
isontysouvent chez ous que
des ruines, c'est bien pasce
ique limprévu a profit, de notre
Fcoupable Imprévoyance,

A chté de tant de rulmas ac
cumulées, comme d'une ville
céja antique, il est récontor-
tant de-constater que-la volon
i& qui se laisse pas de place
cu Hasard, est encore la gran
de bousscle de certaines entre
prises particulieres. Je nen
veux pour preuve que je trel
feme et brillant onnivesraire
de notre
Tree ans. Aijjeurs peuté
te, les directeurs de l'entrepri
ge attendralest sa majorité 16
gale pour ja féter, car, all
jeurs, le temps n’est pas an
i cleur de destruction ou de $é
ailité, Je temps qui apporte

j



En 1873, Pitishurg offre Pas-
peet d'une ville cn pleine évo-
tation industricile. Les usines
erachent Jear faméc vers le
ciel, les acieries travaillent a
plem rendement. Mais sous
ectte apparente prospérit¢
couve un feu qui peut éclater
& tout moment. Les ouvriers
vivent encore dans des taudis.
gaueités par la sous-alimenta-
fon et le chamage, et dans le
cour de quelques-uns s'amas-
ent des ressentiments gull
sera difficile d'apziser.

Pat Rafferty (LIONEL BAR-
RYMORE) esi un viewx tra-
vailleur quia perdu usage de
wes jambes par suite dun acei-
dent dont ii a été jadis victime
alors quil était employé’ a
fusine de William Scott, En
ini, la haine des classes possé-
dantes s'est peu 4 peu accumu
fée et ne perd jamais Pocca-
sion Wexhaler sa ranceeur 4
Yendroit de son ancien patron.

L’on devine sa colere, le jour
ot sa fille, la douce Mary
(GREER GARSON) vient lui
apprendre quelle a décidé d’ac-
cepier une place de servante
chez Scott, aux fins de remé-
‘der dans une certaine mesure
a la péenurie familinie, Tl es-
saye de la détourner de son
orojet et comme il se heurte &
ane iiwincible obstination, il lui

dgniie quelle n’a désormais
Yaffection pater-

&

plus droit
nelle.

Cependant Mary arrive ala
inxucnuse villa des Scott, Trou-
blee par celie atmosphére si
nouvelle, intimidée par tout cet
apparat, elle attend, tremblante
demotion te moment @étre re-
cne par Ja maitresse dle maison.
Fout de suite elle se rendra

i compte, contrairement A tout ce
| quelle avalt imaginé jusqu ici,

les Scott sont aprés tout des

| étres bons, humains, qui dans

Vintimité font preuve dane exe
quise gentillesse. Hoy a Mime,
Scott dont jes maniéres de

an cour plein de générosité; sa
fille Constance, un peu impul-
sive mais si affectueuse! ses
deux fils, Willy et le jeune
Ted... Quant au cadet, Paul
(GREGORY PECK), qui re-
vient d'Allemagne, Hl aura dis
les premiéres minutes toutes
sortes de délicatesses vi-d-vis
de Mary, et Cest tui qui l'en-
couragera, quand aw moment
du diner elle n'osera pas se pré-
senter dans le salon pour les
besoins de son Service.

Paul est rentré aux Etats-



crobe qui vous gangrisera pat
Pintime blessure de volte pedu.
Liingprévu, ceat og que nous ap
pejons selon notre voudbujal-
rer gquigne, deveine, poisse ov
qaajchance, mals qui Pest,
| -eéalité, que notre faiblesss, Po
tre point valnérabje, notre 4a



do tris pau de temps jes entre

You d'Achille. . Bt ai,.au bout |

Unis avee les idées absolument
nenves au-sajet de l'industrie
de Yacier, idée qwil expose
aprés le repas, & son pore et &
seg fvores réunls. I s’empresse
“dos Jo Iondemain de visiter T'u-
gine et de reprendre contact
avec les ouvriers. Tia un long.
entrotien avec Jim Breman

cetceentannenerner nner aneunennnntnantiennininnatnnnaen nerieamsiinpieatantnntmnniniiinmamnaccn sett





avec |'expérience les not
ches, Mais, en Haiti, of J'entre
i prise privée semble parler a-
lyeo elle use sorte de méchante
‘fatale, Lucien Lafontant peut
‘étra fer de célébrer. Ja majo
| alt de son oeuvre au bout de
ltrelze ons seulement en eavisa
ean toutefeis de le céjébrer
cheque amnée pendant jong
temps encore, avec je méme
éclet, [a méme pompe,

Nous savots — 08 Ne $a
lyons pas ~- quels efforta i] a
ccomplis son seulement pour
itenir mais suttout pour Re pas
| déceveir sow public; us public
~~ Rous #n sommes ~~ pas tou
jours commode, us public dub
cile, tau vyolontiers ques





los, et

i

ord. un publig qui s’emporte
“gur sou ombre, et s'énerve du
[Eruit de sea propres semelles:



grande dame dissimulent mal |

SCENARIO DE

du syndicat des travailleurs,
qui adare secrétement Mary et
jai, pour continuer la conver-
sation, le conduit chez Rafferty,
le péere de Mary
CARSON),
Soudain le viewx Pat surgit
dans sa chaise & roulette. Hor-
reur! Sous son propre toit,
coit le fils de Pexploltateur,
Vhomme qu'il déteste le plus
ay monde! Cost en vain qu'on
essave de le calmer, H chasse
le jeune homme avec ignemi-
nie. Mary qui arrive, et qui

(GREER |

i
|



Htord,.. Le responsable? Lucien

i Latontant!
:

i
i

assiste A la scene est anéantic. |

Elle est incapable @exprimer
sa honte et sa confusion. Mat
Paul la rassure et trouve des
mois d@une tendresse
pour arréter ses larmes.
Mary, peu & peu, dans la villa

devient un étre indispensable |

dont personne ne peut plus se
passer. Ted a-t-il besoin qu’on
Ini nove a cravate? C'est elle
qu'il appelle. Mme, Scott a-t-
elle des ennuis? C'est & la ser-
vanie quelle a reeours. Marie
dailleurs prend son réle a ceur
et entoure ses maitres d'une
véritable affection. Une nuit
elle surprend ja jeune Con:
tance qui, poussée part son
étourderie et sa légereté, s’ap-
préte 4 sortir subrepticement
de sa chambre pour se rendre
& un rendez-vous nocturne, Elle
intrevient avec fermeté, oblige
la jeune fille & renoncer 4 sa
fugue et, sauve par ainsi peut-
éire Vhonneur de la famille.

Matheureusement ce prisible
bonheur ne durera pas long-
taps. An cours dune erei-

slare de week-end, alors que

Mary vient de grender une
nouvelle feis Constance qu'elle
a surprise en conversation ga-
hinie avec le comte de Moul-
tan, elle est rejointe par Parl
sur le pont... Et lk, dans ce ca-
dre romanesque, dans ce clair

Lohscur qui incite a toutes les

faiblesses, Vinevitable se pro-
duit.. Les dewx jeunes gens
échangent lear premier baiser.

Des lors Tincendie est allu-
mé dans ces deux cours, Un
soir Paul rentre, fatigué & la
suite des nombreuses expérien-
cos scientifiques auxaueiles il
se livre & Pusine. Mary & Ia
cuisine lui prépare hativement
un repas. Mais ce troublant
téte & iéte ne peut se prolonger
car Paul dent les sentiments se
sont exaspérés, se dit prét &
toot briser pour épouser celle
qu'il aime. Mary est boulever-
sée.,. Elie aussi est sons forces
pour résister A sn passion. Mais
hélas! tout les sépare... leurs
conditions sociales, leurs fa-
miles... Fille na pas le droit de
céder & cet amovy, Sangletant
désespérémont, elle se: retire.
| Mme. Seott qui por hasard Ja
surprend, comprend sans peine
la cause de son émui et -vef-



force do Ia consgoler,

(PRESTON FOSTER), leader | Cotte situation apparomment

infinie |











Lye quien somme, voue Lu
‘glen Lofontant aux
et le
lpales, mala qui revient, et qui
: Jul rev
Ho aept crue L. Lafontant n'hée:

i der la main de Constance et

‘ consentement. Mary accepte A

.man, elle prend le train sans
Davoir revu ie bien-aime.

un public qui eat 4 la fols
stout le monde ef “Bon pate
ovec Jes mémes prérogatives,
at jes mémea exigences que ce
'M-cl et celulla; un public vo
Jontiers tansformé en une tr!
ibu d‘Aztéques en gésine quand
une rupture du courant élect/
‘gue se produit, Le responsa
ble? Luciet Lafostant Ue public
iqui se plaint darriver en re-

Un public que ja |
pluie eurprend au cours de ia
projection, et qui poireaule
oprés ja séeance. Le resporisa

ble? Lucien Lafontent! Un pu

i
i
i



gamovics,
ve Cue pulssceces inier





endra toujours parce qu’

“THE VALLEY

|

{GB

GREER GARSON
sans issue, trouve pourtant
bient& we solution provissire.
Le comte de Moultan s’ost
présenté A la villa pour deman-

apres un premier refus, Wil-
liam Scott a fini par donner son

partir pour PEcosse avec la tu-
ure marige. Elle mettra ainsi
Yocéan entre elle et un impos-
sible. amour. Apres denc, di





adicux A son pére et A Jinv Bre-

Deux années s'écoulent... deux
annees de souffrances et de lar-
s. Mary recoit des lettres
désespérdes auxquelles elle re-
fuse de répondre. Elle est de-
venue une véritable dame de




comprgnie por Constance qa’.
eile continue a guider de se
conseils,





Cependant & Pitsburg, Wil-
Ham Scott a une entrevuc dé-
sive weee Paul Ce dernier
est fe seul fils A sintéresser ef-
fortivement Ao In marche de
Pusine, Tb est temps pour lai de
songer ib fonder un foyer aux
fins de perpétnuer les traditions
familiales. Pourgtiol Wepouse-
rait-il pas Louise Kene & la-
quelle daillonrs ib stadt dja
fianeé?. Paul refuse catégori-
quement. Quelques minutes
plus tard Pusinier apprend de
sa femme les motifs secrets de
cetie attitude et (rénction biat-
ienduc!) décide sans hésiter
dunir les deux jeunes gens.
Dans ce dessein it cable A Mary
Yordre de rentrer immédiate-
ment.

Liex-servante arrive & Pitts-
burg, Quand elfe est mise aw
fait de Ja sitantion, elle croit
raver, Enfin la vie a fini par
ini sourire. Sa premiére onire-
vue avec Paul hi permet pen-



dant quelques minutes d'attein-
dive les limites du honheur...
Mais toute activité 4 lusine
a cessé, Los ouvriers sont en j
grove, Les Seott sont diviats
guria méthods & employer pour
faire face aux revendications .
dea teavaillouns, Paul voudrait.



i Veutour!











13éeme Anniversaire

jpos & tuer pour lui le veau
j ota: parce qui] salt que je
leoprang aigu, |'éciatant trom-
| pette de ata cris ot de ses hur
lementg inréfléchie tombent vo
lontiers devant le simple sou
Tire de Lucien qui explique
tout, fait luire Ja Raison, et ta
méne Jes hurleurs de son cdté.

Ah! que olla bien dea dif
cultés entre tant d'autres que
vous ne soupgotnicg pis, piu
blic, bien que. voua en soyez
Et cependant si vous
(@ pouvez pas vous empécher
daller & Paramount, Para.
mount non plus te scura)) sem
pécher de venir t vous, et
participant von gevioment G
on oruyres sociales, mus Gus
& vos initiatives partleuls
Went,

reget evlon @vac spontar



Pet par sts propres moyens, CAUK

OF DECISION ”

porlomentor tandis atte Willy
te fils nine pense cull faut user
de bi maniére farte. Soudain
ne pierre anede par des mia-
aifestanis brise les carrenax de
la fenétye et blesse Paul a la
tian Uusinier whdsite plus et
expedie Willy a Detroit: pour
en homunes de
main qui de force viendront
metire fin & lo grieve.

ramener des

A ceite heure tragiqnue, Mary
comprend que son role est de
sinterpeser, EHe se précipite
chez son pere. Le vieux Ral-
ferty sans daute est heurenux de
fa veveir, mais demeure intrai-
table et i chusse sa Hile quand
elle essaye Winsister. Sans se
déconrager Mary, avee Taide
de Jim Br?man parvient A ob-«
tenir des ouvriers quills aient
avec leur patron une ultime
conférence au cours de la.
quelle ils exposeront leurs de-



siderata.

Aprés quelque hésitation, Wil-
Ham Scott accepie & se rendre
& Pentrevue qui deit avoir eu
& proximité de In cite ouvri¢re.
Us'empresse d'envoyer tn telé-
gramme a Wilby peur lui dire
de ne pas pentrer 4 Pittsburg
avec «les briseurs de greves.
Mais Ted chargé dexpédier la
dépéche s‘attande au café ot ne
remplit pas sa mission.

La rencontre projetée a leu
sur un vieux pont. A Vétanne-

mont général Tusinier fal drait |

& toutes les revendications, La
paix semble cire revenuc. Lhe
las! & ce moment le vieux Raf-
feriy dun index omenucant,
monire ax travailleurs Wily
qui vient de surgir uu correlour
& ja téte dun peloton @hom-
ines armés, Les grévistes ont
done dé trompés! Et cette con-
férence niétalt quiune ruse de
guerre nécessuire pour gagner
du temps... C'est la bagarre..
Rafferty abot William Seoitt,
mais ul ef Jim tombent bientdt
svus lex balles des policiers...

Tort maintenant est fini.
Mary guise crait respounahle
de ceiie wivoce trade sinifie
& Paul gue leur union ne sera
désermais plis passible..

Por gunces passent.. Mary
He eiart Une maison de modes
qu tai permet de vivre indé-
pendante, Paul, lui, s'est marié





| persmasive

Paul et de Mary...



que yous et mol emplolerions
i plutét & nos affaires persue]
jen. Colavous le acres, public.
Lien qu'il ne vous Jait point
dit. Je ne voudrals pus fro'sser
Ja modestie de Lucien on chant
tous jes encouragements qu /l
c bénévojemen apportéa 6
tous conx qui en ont besols, et
que ses seule moyess |ui ont
permis d’accorder,

Nest) pews tout mature], qu'on
retour, Public, i] puiase comp
fer gur yous? Male jal tum
pression de mimmiscer dasa
une question de famile qui +
ms regarde raljement oar 4
tro Paramoust «t vous, Pubbe,
ce nest plus une ofidiee Ven:
rtume et.de matienu, ©
ellalra entre spit





shat

SHR

lite OE peapess,

MAYARD

Pierye



“Lenike Kane et et devenn le
pere dan weuisl petit garcu.
Mais Hest loin de conics he
bonheur chez bu.

Un four Mane. Sonic pond vie
oe

He dat apprenad ye




Te tld RECTAN EN BE e.

ve ina le.

gue ses idadic why diate, UP OItS
qth represcueen’ ia oo urme
Jes actions, Au menent de

carl, ohic pork Viethen
rie cardiaque, “Trausporide &
la villa, la vieifle dame oxige
que Mary reste a son chevet vt
bien que iariucée por he jaleu-
sie, Lanise ext obliges deo res-
pecter cele dernicre volonte,
Sime. Seoti menurl.. Wily de-
sire vendre Pusine faniliale. TH
a deja le consontement écrit de
Tod actuellement en voyage et
est foyiement appuyé par
Louine qui désire quitier cette
ville pour aller mener en En-
rope woo vie de lune et dy plai-



sits, Constance gil est revenue
PKeusse semble préte 4 edder &



alléchantes.
intervient.. Elle
Wen-
fanee, se numire ai tendre, si
que finalement
Comtanes se range du caté de

cow
Mais

evogue

propositions
Afary



des seuvenirs

Lousine ne
seta pas vemlue ot Posurvre de
Air. Sentt pourra étre conti-
Buee.

Folle de rage, Louise rappeile



i Mars que le cocher est la &
Vattendre & la porte ct comme
Pauk Sappreéte a accompagner
fa jayne fermen, ell a cos anots
jrenucantis: «Pau, al veus Tratt-
chinsoz cetic porte, i est inutile
peur ves de jamais revenire,
Avec colle ran-
cour qi durant de fongues
annees s'est presque transier-
mee ea haine, Paul exprime on-
fin

Cen est trap!

sentiments,
Cerfos di reviendes, ef colle quai
devin vider fos Heux sera la
femme qui dans le mariage 6's
sa giafun meyen de parvenir 6

tan richosse et

nes veriiables



au hixne?
Devoe Paul et Mary «eb.

leignens... etsemy fe aii Sait?

vers * be her. poutdire,
“bs ai Posuvre poign ite.

humic que vous verrex cn ab
lant & Parcauun) oa pune
FRE VALLEY Gb OECLSTON
be plus sound Lin 1
de a Met o-onbvyn-« Mayer





nd

moraeemncs nuiecerertentsernraion ia sentient atest ehecteteneile ER ME at
sree sie

Dimanche & 3 hres .30
YOUNG TOM EDISON
(ous tittes Iranga’s)

é 5 hres 30
CROSS OF LORRAINE
avec Jean Pierre Aumont, jo

avec Mickey. Rooney, George i saph Galeia, Gave Kelly.

Bancroft, Fay Bainter
ws dee acands dan pathdtiqne

» Vepopee dem fronigals de}a
vésistonoe... Joa hérokques gata

& ja fols sobre et vigoureux.. jdu maquia falsant.une roared
une oeuvre. de tendresge. d'hu: ile folg claquer |e gorigux i

snont.-ot. demotion...
Enirge Générale Gd, 0.90

golore,
Ende Gérérale Gd. 0.60
11d ROUVINLISTS: ee

JACQUES ANTONE nos Tribunaux
eae cana On plaide.. dans
Comme sous | avions anson
eé, woe Ambassadeur Jan
quits Arigiie eat port qujoul
@hu) pout le Mexique via Cu
i be.

“A MODE") Special. “Le Nowalite| =

JEUDI 19 DECEMARE Tevosias Plerre, Lopnness | :
Le Tebuval Clyd ayant pris tre Adalde Dunket jeequelica i 1, om,

gage hier. 19 Décembre, 4 | sont txoes & huliaing,

thewe paglementaire, pronoy: | Quent aux affaires sulvane

‘Nos medleurs voour Tocoom | i. jen jugementa auvavis: 2° ‘5 Eugene Georges conte Lao —

_ bogie ul qui_accorde & Mine Hono | autd Moyer: Folix Gustave con :

is “vine Adem Vibtor Poautorisa / tre Charles Denke ot Ludovic

UNE DISTINGUEE COMPA: Lior de vend ded¥ 7 tértoiry ) Cadet Edmond Tovar contre _
“MOTE NOUS ARRIVE © aonj Yun sie a Miragodne, ot) Mane, Vive Nicolas Maurice
DE: KINGSTON “Pautre @ Pétion: Ville: celur qui’ Societé d'Evangélisation con-
tundi opréemidi, - ctoyour wdmet Ja. demande.
uous, atrivera jel par avio® ve vote Me Debelmar Riviées et Rigaud contre Auddin; Fre
nant de Kingston, Melis Lylia- | son’ épouse: celal qui cdmet.Ja cols Auxila contzs Avstide Cas
re Tovar, ler distinguée #]le de demande en divorce entre Carl. tagne et ligdia Jeanty; Joan Elie
os amis jes époux Edmond To - Boncy et son épouse? celui qui. comtre” Albert Occeénad: : Mims,
ar de Miragodne. Elle aun: x : siib conte Mme. Antoine
} Kébreau Devezin contra

Lpassé une année au College be j

‘eimmaculate Conceptions Ze | wieadmet ja” Emile: Plerre: Lasdl: Boligaira
Constest Spring of elle @ PU a ovonde en — divorce entre conwe Iqeeph: Moitare, elies |
paricire ses. connaissances °" | Bdoward St Fort Colin et. sov/ sont fixdes également a hultai
ang|ais el a fait des études tres fpouse; celul qui admet Ja de one qué. quinzaine,

gdussées en stéto-dactylogra- « £t wa [heuré avancée jo Td |
vbutal lave le alége.

, . ‘rande en divorcee entre’ Low's
ahi : Décembre 5 smet
phic anglase, le 8 * " Bajmir et son Spouse, ainsi que

DU JOUR

POOPA DANE (OUTES in5 Lamour
nee

ee ee

Derniére Héure. a gutour de la nouvelle la

ur ]e&s unions ouvrieres.,
LONDRES 15 Déc—- 2.000 HO i ROME Tow été ropporte
Meemen sonta lo recherche de.

a q gus jo nuit dernigre: des: aici
7 10.000 soldate alliée qui ont: pa ont Janeé des qrencdas 2
deserts.

, ' wains deg fenéues du. monaté
WASHINGTON 18 Déc— La y x6 de Ig Spezia pour mettre en.
commission d'enquéte Parle géroute une bande ‘de voleu...
| qnentalre “sur Pear] Harbor. est Ces grenades ost été. donnée:
en plein désaccord, at ses mio -.o 4, freres de Ja Passion par.
i bids menatent de démissionner, 16. para’
{ 'y compria Yavocat général wi protection,
liam D. Mitchel],
HONDURAS. 15 Déc-- I] a
été demandé par le Congrés
que ]'Biat de siege soitlevé ct
qwune amnistie générale soit |
| Deccordée & tous. i

“| COLUMBIA 15 Déc.-~.25 ott



















Be
5
B
ot
8
oe
fa
8.
Q
6
Bie





Derniére Minute
15 DECEMBRE A 3 HRES P.M.
PARIS... De squv se .offcie]-

* Je on apprend que. gouverne
ment rgngals carat ote











y



~%




a



aS

etl









5 he j oe gyn i . :
clers de Tarmée qui purgeciant use anole dua gouverements on dernier elle @ subi avec suc | celui qui admet:la- demande an 6 8%
cém 263 examine ¢t recavras

des petnes allant jusqu’é 4 ans
de prison & la suite de révol-—
t de julie: 1944 ont été. gra-
clés par un déeret Prasiden-
tel. 30 auires civils compre

diverce entre Roger Dorsinv.j- {
}e et son dpouse.

L'atfaire Joseph Salomon Ja- |
Lous oppele:, le Trbana] don ;
re défaut et ordonne je

glus. cant tatomment que ces deux
gouvernemenis acceplent te
prin de consultations au au



gous peu de "Université de Lon
trep san dipléme de fin d'étu-

ces, Nous présentons nos 14]!
elertions G My et Mme. Ed. To-








Es Cossaton, je Tribung] a
yan ouvert Paudience en. Bec
ion Réunies, -provonce dea at
retg suivants: celui qui. rejett

ae





































iui

j
|
| anis dang cotte affaire ont été




s

jet da leurs relations avec le > wth halts les plus sb dépst
(Bvotusrtid Nouveliiate} gouvernement de France. ee . aiie Tovar, ae ~ . ‘ des places. la demande en divorce de Fé a
fH j j té i _ ha seres & Melle , ute com | letleteo Wletoy ti ‘ :
Une erdation de ta eélebre cow , Tuas) Gracies, | MOSCOU.- Ia dé arnoa- - domt te wt Sire | Watfaire Victor Orjando con | lix Baker contre aon Spouse, clad, Ange} c
i MM. Bevin of | c8 olfcieljemem que Je Sesré patriots dom Je pays peut Ue Fo con épouse, appelée, le Tvl | celui qui déclare mal fondée Ja : me Hal
~ 3 %

deauty, Simon
Cariner, ese Burley,
Jacques Aniolng, Lay
Predario: Grou, buns
Robart Jewphos,

wrlire amérioning :
VERA WIN

Fer.

| MOSCOU-
| Byrses sont arr ivé de Berjin

: és jer pow commencer les négo
ps ere te ea ore Me yea

aren-voustas | Molter. : |
8. OST? | Aucune déclaration officie] |

[le wa éié faite connernant cet
te conférence et on n'a pus non
| plus annencé quand elle com- Moscou pour

| bunal ordomne Je dépét des | demande de Citéron Dovijle
| pléces, aprés que jes parties | contre Ja Cle, dEclairage Lied
aveient poad leurs conclusions ttique de Portau-Princa etodu
respectives, Cap-Haities, J'en déboute et is
Puls, Je Tribunal fait diapo- vondamne ux trais et dépire
ser la salle & huls clos pour de premiére instance of de Cag
Vaudlition de Paticire des épauxr sation,

Marcel Hostin. Puls, le Tribunal lave je ai6
Aprés Jecture de Ja requite ge pour fore place & Ja deu ;

‘jase d Etat, Byres a re
midi une vigite de couric.

iSTON

«LIBRE FORUM,
BU CEMACLE D'ETUDES
Dimerche prochain, 16 Dé-
ire, des dix heures du ma
vo auaoun «Libra Fo-
«Marie Villarceauxe
le d'Bnudes ot de Re



Molotov. :
BUOU.- La mingte des
olfeives éirangéres, Bevin est
arivé Gujourdthul par aviow a



a



ae. Ry
4

*

aq
>









r
prendye part « oc
ae

AXIOMES D'ELEGANCE

gq
ced







. | mencera, jo conlgrence dea minletes dea © ; . | merchardises
Rien de plus tidienle que! MOSCOU;-- Le Seerétajre ailfares Strangéres. I] a été rap oa mi, Je Docteur René contesant Jes griefs de l'épous iéme section, laquelle iat @ CABOTAGE
Sens : artic : $ : oo aos amd, ic y On & Se a ¥ 4 E eng imi
Jes colljers longa qui plongett on. am dricain Byrnes a prig porte d2 source autorisde que a, us @ fait le plaisir contre gon dnouge, Vevorat de roquer Vallala René Ca ati Dieu: Meret vasa
H Be Be. 3 F 2 mand lert. défen mire contre B.., Lomi Peep
logement au palais Spasho, ré - Yappa trauspovtest le mis de ous y inviter, mondeur requic éfovt comre conte Vve Fk, Birmingham, Binient 99




ti achéve sa



3

ge abondante, la défenderesae, ce qui jul est | L’avocat de Call









hive jes rotondités d'une gor- i
siderce de |'ambassadeur amé N8tte dvs aliahgs Suangeres Nous falzons des voeux pour |. M/S Sky-Lok
one sonnei — : : 5 . shed . isnas * pour SGT on e Tri idairi “ oo 5
jean, Averg]} Harriman, oa a rencontre de macuvaises condi % ple's succes de cette initiatl cots Oye. Ex cor gequet “ee, le Tr Pls darrie, at ve nee AF QS: Gonaives et Poetdefaly
‘coniéee Ja nuit demigre avec | Hc%s atmosphér.ques durant ce’ 2, buna] passant et audience pu 2 la coniivuation de ja cau ; Albatros eat
COIN | DU SOURTRE les membres de sa guile et a YOYSSe et 3 aules apparel! . _ -Elique prononce son-ordonnan ze 2 est renvoyée & Ja procha.t@ { yw et fone
: , : ts. tranenor s me og 7 ~~... e Ter ret 5 Mores{ cudience,
| fait les préparatis de dernig- “eleportant les membres REPRISE DU He fe Ter hones publi nae, Aueeitat rend e le See Sto. Claus eat po
ine houre hour commencer Jog SA Suite ont ho AG@OMPOMER DE LA MORTs & Vaudience publique ussitot py place le p. : Que
| : ee . . eu jeudi 10 jonylar 1948. tion des clfairee urgentes, Ja i



conyetsations,

BAUKELLES.~~ Le cabivet
belge a décidé de recomman-
der Ja ratification de accord

Y Jaujourd’

nee

quelle. éveque Yatiaire sulvae | :
A ja deuxibme Chambre, le @: Voltaire Jn-Baptiste contre | tsk oe
Tribunal entre en siége et teit Joesph Bourelly.- j Violette est partl 5

: . * : Dieu Protege... oe
iniveg gulvan? Apres leg observations des eae oe

/ WASHIN GION.








St-Louis de Gov nace





n iene 4 / eth ap , 4% i opr In bre . Pests.
morta et & stabilisation dee . Prec : 2 seem Froscer Chrisphoste fls contre cvocata reapectiis des partes, i el Je est 4 q
revion Woods au parlemenLLa ; , wan “ BY CHUCKLE Gu? yee yonolite: anile | le Me Tonon Lgl : ,
| journalistes « prédit que la pro fan verre da nouveau: Aten Jeseph Hyppolite: J. B. Conn jle | | PL prononce son réqu elves. F e Po du per



Belgique contribuera pour 226 | ‘
f MOR ig) itietr er itec te
i millions de dollars au fond de / pes a da ministre des _—
| stabilisation; ainsi elle aur | "es etrangeres: de "Uruguay

ns : de tor

contre Arnold Charchoute; Geor to!
ges Laroche contre Marquis de
Yeyrac; consorts Talamas con

7 pis, Ja cause étant aa-
ue, je Tribune ordomne Js
sépot des piéces, pour Yarrat






dons!









accent gate nee TE a eel

Dans J'autobus: En por
gomnant votre chapeau, © cela
vous fera songer d'avoir votre
bijet le prochaine fois.

Courteisie de Mile Hakione,
Représentant de Pepsi Cola



OU EST-CE DONC? |

«L'amour est enfant de Bohéme>
(Meijhac et Helévy, musique de
G. Blat dans ]’opéra-comique
eCarmeny),

TH Bt pour nos déiauts la poche
de derrigre
Et_calle de devant pour jes d
fouts d‘cutrni.

(Le Fontaine, Fabi.’
Ui feat parmi le monde une ver
ty traiteble

la Séme place en importance
aprés jes Etats Unis, lAngle
terre, la France et Ja Russie. Ce
qui lui donne droit & un siége

BUENOS AIRES... Hier ie
‘candidat a la présidence de
[Argentine, le colonel. Peron a
| pris Jo parole & ut meet! ting qui
a &é organisé part ses parti-

ee mots trés simples. I] décia

«ja ]iberté effective conr
merce avec ja Uberté du pays
it prend fin avec la liberté -p

dividuelle, elie commence avec
8

eee ee eer caterer tn semtrtins ana acrane nana nse

lo Eberié économique sone fi |

gueije tout le reste n’est que fic
Gon», Ui affirma ensuite que «ja

rollom “{ au gouvernement de

permanent au comité exdeuti |

sans, Le discours de Péror 6- |
lait fait de bréves sentences ct |

céasion des ouvriets & Jadroinis |

pour ule intery:
Jes nations amé
we Bun contlit dans ue autre
pays oméricain capable ¢



RCCLHeS Dar oui




bier la paix de }'Hé he
oocidenta] pourra eee
tée bientét par la majorite ass
ons americaines,



HIGAGO.-

~ UVAmual fo

' pe que le Brési} « jous «un ro.
1 i important dats lo victo're
_ a}liée contre les sous marins
; nazis.

LONDRES... Des sources of
felelles ont aanoneé aujour-
, @hul que plus de 290,000 sol
i
, cues de ]fran,

BATAVIA. — Selon un«






+ : . Tan : i dats ameéricaing ont été 4va- °
vrale démocratie signifie J'ac |



CEST LUNDI SOIR,

i AU REX

; Crest Jund! soir que Jes in
s acteurs Pomdro,
Audain, Martha [r-



adines donnent leur re-

fa



prése tation

médie désoplens: Gaté Ron

yé> ou Dupeur Dupé.
Tous au Rex,
Entrées: 1.10 et 2.20



LE JACOT
Les persanneg qui désirent
lavolr en propre un exempla.re
“du «JJacet de Mauame Ciceron>
geuvent sinserire aux maisovs

sulvantes: Henri Deschamps, ba.




Cars le, vAbelic etla
* Nouvelle Gependant
‘hs souscripleurs, s‘s la de
dent, pourront, obtenir ua





Mme, Madiou, Eméran |

traje, Une co |

ve Rodolphe Mercier: Idajig
Lofleur comire Cie, Electrique;

1



POOPED ARDELL EISE, TPEAGD EDA IED ADIOS ELD ANG DOSS: Perrau}t,



: UN BON LIVRE
: Note charmant ami M. Thi

(ie plaisir de nous offrir un ox
emplaire de gon intéressant a
i vrage: «Rargon di ois

‘Io Legon de Toussaint Louvertu
Tea,

C'est un fort volume de cine
cents pages, énylron, avec, sur
jo couverture la photo da cv] ui
que Bonaparte surtomma = le
~PREMIER DES NOIRS.,

Me Timoléon Brutus a oieu
semeut remp]) us devoir fijal
envers la mémoire de ]’llustre
oncétre, en mame temps qu’l]





étre prononcé dang. je délai 16

Nous appretons avec plaisir
mojéon C. Brutus nous a fent les Rongaijles de Ja chormarte . condoléaness &Me Je Do
Mademoise]le, Simeone Jeanse-
me avec M, Jan 1. Montas. :

Nos meilleurs compliments aux fami]]es Auger
cux distinqué couple.

je» ou |



Mn PAUL LAMONDE
< i¢ong tegn Jo vigite an Jents fam‘les soak
wotze réaction de M, Paul La: quétls sont invites pat &
monde,Phatmacien, Agent d’Ey MITE Pétion Bolivar a
portation Représentant les Labo monie de |appoasltiot
ratolres, Deacutels du Canada.
























Est décédée” ‘hier soir ig
tte Marie Michel Agus Ab
GUSTIN, fille dep Meod .
August, lo femme nie 1

FIANCAILLES
Nous piésentona tos

Mare’ Auguatin ot Madaser,
Révérand Pere Romy

rerult.
i
i
: BOLIVARIENNE

Messicurs les Mombor
Société Bolivarienne 1

VISITE DE é

qos commemorative Af

éche du Jagence de presse o
j edaige, le vice prs
aidert du consell dadmivistra-
en oo . on Ges JIndws Neerlaudasos
bien intentionnéde sera toujours : frye eee
. . cura presente ga Gdemission,
bie venue en Argentine, i LAge e indiond
‘noe Wa pas indiqué ce
. lf a renouvelé son théme to | . ,
Mars ees . i ‘ctoite sighifiera | , pendant af cette démiggion eal
. {Vor « Meta tao 7 koe :
maj] degtosal , FOR «mG VICIOIe Big 0 immédiatement elective,

route ouverte vers la partic! | LONDRES... La radio Mos:












, 2 etrichi le patimeine Natlonal
: Cute Oeuvre, dont Je pringi
: pal i mérite, est quelle projet
pte ane lumiére avenglante sur
deg falta de notre histoine de

meurés obscurs depuis plus



Mons‘cur Lamondé était ac. placenieat dela malar
compag:s. de notre sympathi tat Sime Bolivat
one vai Sosthanes Getfrard “deux adjoura 4 Potent
aul a jancé sur notre Place les en’ 1816.
Produits Deamutels, avec 20% | ‘
PEUES octivité bien connue, i Décembre courant, &
eur siecle, Nous souhaitons becucoup heures et demic dane

Noug ne sautions trop Ven {6 da sucehs & M. Po] Loran ; de FArchevéché.
Yiciter. de, PorteruPrisce, [6



bur paya>. Tp précisa que soa
parti srejette toute-ideclogie ox
témisie e que llmamigratios



(Moligre, Je Misanthrope) complaira signe de Vautene.
»Prig rédult Gdes 2.50
ECO...SRS: Ne salissez pas
@ qe vous trouver propre
chez vous ou ailleurs: Laissez
es commodlités de votre écoie
aans un état convenabie.

(8. N. D’H)

NE DITES PAS... aoe
Th est truste.









Be

ee ’ pemonnes ou Coute d'une ma- .
: a rende oes nifestation organisée por 2000 | dio américaine reprodult je oprésmidi qucime. confirme-
: ‘ NE CONFONDEZ PAS 186 || nétal du gouvernement mili- | relations extérleums hhavtlon- | re donnée par Je district navel
. _HOMONYMES BUrvVANTS, | 7 all. nes crnogant nolemmnet que jo | omérledin ou sujet des rumours



cher ins, oy

DEFINITIONS
: HUMORISTIOUES
CORVER.— La moitié de |'e-
xigtence,

LA CLE DES «QUIZ»
1) Le Centre Thééire de Hadin

City — 25 m. de diamate, 6
tonnes de poida. 2) Princesses
Faebeth et Margaret Rose, 3)
Paviroa 300 ans. de
1644. 4) De vin blanc et .d‘her
bes aromatiques. 5) Sainte Ge-
neylove.







a DEVINETTES
wom Grol ya de Parbou-Prince
au: Cap. sane faire un pas?



— fete un bruit explo:

~~ détontet: sortir du ton,

1988 a. : :
ont eu lieu dang plusieurs par

| Vétat de samé du général Pat |
ton a’est cmédjiord conaidérable |

pation dea travailleurs au jou
vernement qui jeur a été fermé
; fuaqu’icl, T] a mouligné que ja
plateforme dlectorale du par-
t de }Union démocratique n’a
fait que promettra ce que lr
gouvernement maijitaire a dé
j& réa]isé pour le peuple dans
ie. domaine. des. réformes. socia
jes ouvriéresy.



porte que deg démongtrations

Giulia ot qu'une gréve géndra
Je a 616 décrétée & Trieste pour
protester contre Ja suspengion

fe de Ja région de Vénézia
i
|

du journal Slovene. A Gotlata |

hier la. police a prockd4é = 4
Varrestation de plusieurs per

‘ TOKIO. Le gouvernement
a prolongé In ecasion de jaded

ROME. LV’Agence Ansa tap |

j cou ja reprodult aujourd’ hus
des articles de journaux russos

Peritiqudnt vivement je procés

dea criminels de guerre gui s
déroule actue}
berg, Diaprés ja preage savid-
tique ce procés des cirminel:





de querte n’csi auire qu'une are |
reques de Batavia, les torces ex |

, he pour Jes discussions pollu.
, ques,

LONDRES...- Selon jes der
nigres informations officielles |
de Hekielberg on epprend que

“mont, Le bulletin officie] @ or
i diqqué par aillews, qu'un Jéger
changement a 416 obsarvé dans
les conditions du général. amé-
roan,

» PORPAU- PRINCE. Le ¥o-

youversoment heition ‘eat. fer:
soment 98 inveur du principe



lement @ Nuren

Pau cours de la conférence inte-
torhéricaine de Montévidéo on
1932.

LONDRES.-— Selon ies dar.
nigeas informations officielles

{

trémistes néerlandaises cont!-
nuent d magser de grandes trou
; poe dans Jo région de la opi
hagle des Indes Néetlandaises,
Diaprés jes dornjgrag isforma
tions officlouses deux grandes
forcea extrémistes s¢ trouvent
maintenant & proximité deg 2
importants cenives ferroviairss
deja‘région & quelque 70 mi
les & TEst de la capital.
NEW. YORK~ Jusqu’é — cot



exhongomt qu'un navire ‘guralt
j laned hier solr des signaux de’

ee See eee Snierventlo- odoptée ; peace ee Meee

>

| Aussi nous ne meanquerors

pas, trés prochainemant de pu |
“bier Ja critique de son Livre |
qui est ue sucess dee ma i
cues effuris d’historien de notre
cistingué compatriots, En citar
dant Je tome Il de «Ramcon du



NAR oe Ra aan



A tous
les, coins
de rue

een a ant rte

Génie», qui paraitra en janvier
prochain, nous [ui ‘
ues meijjeurs remerclemente |
pour son gracleux anvol,














pre 1945,

APRES LES-

adreasons oe

SiGe pane ee OR

“Sibon avec
les ollinents