Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Nouveaux Graves Incidents all Procés Laval.
¿OB iA SnaATK»
ooebnationaue
u PiésideM Tntmcp» hier, a
A¿Lé tos un manage aa
ml. qus dea tamrnw doi
pd** c»ttW
Tia Bomba Aiomiqae, »«m
¡•éMigia atomiqiKS POUI
utilise* da"» ri»diurtri*
f-í|*
C‘m i®11» démarche procos
w sentiiaerit d'humamtá,
¿JJ» *«*, mato "® !aias® Pui
«rft» ri»F«sasio,> 1u® !a
,¡80»®» eíírai® máme cetix
Ljítáo»! donné le jour.
'fr aprés les ssotis ds
tet «8g» devasta»™-, au Ja-
MS, ÍS8 amiricain», les an-
@! jfs casadíen» gút á point *'il» >’«
]'05! pos enuereme"! inventes,
^¡jpi j8«»er, par des mesures
ítuírsmsru ópouvaiUabtes, les
¿¡poem é» íaáe 1®*“ r^ddit»0'*,
im ** pa» avoii á lépéter
te áéKrtres de Kyroschíiwt et
t-jsgoshaüri.
B s'v a done plus a cramdis
lis isamsiícatioij de la pro-
¿«éSe" da la Bombe Atomi-
«8, c» pa™- 1«* rateos» sui
Ecoutant J. Byrnes
Hier Soir
WS ETATS-ÃœN1S. CONSEQ0ENTS AVEC EUX-MOEMES
&* am&icains, angla» et
ont été írappés d’é-
devant les dégate tai
produiis par téurs
isfestloA comm© nous Tavons
pirn baúl Quant
m sufres nations, qui se-
¡m&l antees de se Kvxer á
ümc&x de Laboratories
l©grdéconvrtr le secret de Té-
atomiqu©, mime si eités
g« pos en fair© un en
ais, pm tíétruite> il est prrs-
qe^eerferi» qu'elles reculeront
me telle enfreprise, eu
cux dépenses de m fi¬
que nécessltent pore He
B DT u salt si alies
y psrvtendraient jamahs, me¬
ss© ©8 hosvam ces milliards a
Hier soir, nous avons ieii- * Unís crccepícúení le principe des
gtéusemení écouté á la Had o,
le Rapport que James Byjnes,
Secretaire d'Eiat du PréskL nt
Truman faisait pérsonnslté-
meté au Peuple Américain et
au Monde Entíer, sur ci qui
n est passé á la Conference des
Cmq a Londres,
te Secretaire d'Etat Byrnes a
tévélé l's moindres details des
negotiations qui eurem lieu en,
tr© les Ministres des Affair.?»
ftmngéies de Grande Bretagne,
de Bussté, de France, de Chi¬
ne et des Etais-ttéie.
L'intran^igeance doM subile-
me»t des le 22 Septí-mbrs, la
Pél^ation Sav i etique a íait
preuve, aprés avoir, le H á\i
meme moís, accepté le princi¬
pe des procedures, est mandes
’ grandes lignss soumíses par te
Délégation Soviétiqu . et n’a-
valent fait qu'une seule réscr
ve: 'celle de n: reconnaiir*5
que des Gouvern menta qui se
raient issue des libres suíirr-
ces du peupls.
C'esl á ce sujet, que le Secré
ia re d'Etat Byrnes a soutenu
en- belie these, en expliqua*u
que ce soni les Puuples qu¡ so
«ont batitss, dans cette guerre;
ce so»d 1 s Peuplea qui ont «end
íert des restrictíotts, de la friim
et du Iroid,
Or ce sont leum reptésen
♦ont» auütentíqu's qui doive-U
y,at\icipm cmx «égoc.'ahons de
Paix.
í.iü*ci««^Prap. Erami G. CHAU .ITT
ADHESSEi HUE HAMMEBTO& mUCM.
PORT-AU^RCNCX — HATH
No. 21.5^ — SAMEDI S OCTOBRE 1945
P, O. BOX IL 11»
PHONES! 2232. 2432
m*o# ANNEE
Nous donnerons á nos lec-
De quJque cote qu'on se re
teurne, on ir ouve les Etats-U-
,eurs íes parties saldantes de | nis, consequents «vec eux-mé-
i! y a oussi comrae
d sñvisager, dans la
de l'usage de Tener
e;e ^esmque les dangers de
á ajouíer g tout es
par ks dnq
dé la guerre qui ví.n*
car, de Tavis dea sa-
ntá e© peut aíbiffiír
de temps encore du
L&. souíírances des po
voisines de ceñes
tp¿ m.. out été dkectement al-
hi -xomirant? declaration du
' frásldem Truman, qui s'est re
-téié us vrai chrétlen, devra
.-Mu* considérée, comme-
.-bsurmis» nouvelle pour
les Nations, grandes ou
f^^rde méme que si les
â– rM*:^erask et barbares de
TAmwaienteu Toccasion d'em
ls Bombe «fornique, ibs
. .«^aísnt 1© monde dans la stu
: : dans Tépouvante, le íe-
s . trembler, choque Jour,
4v?aat téa menaces quité pro
v:vo»aeut de s'sn mvm.
ce Kapport que ls Seaéiaire
d'Etat James Byrnes a íaít d la
Badio hier soir.
Maté nous voulons • aujour-
a'hui, souligner combien tout
á’aborá, un© fois de plus, tés
Ftafs-Unís so ni consequents a-
vec eux-memes, dans leur crol
sode pour Ies principes áémo
cratique, pour }&s Regimes Dé
mocraüques ©nfin pour les Li-
benés Itésentielles.
Le Secretaire d'Etat Byrnes,
en révélanf que c’est la Delega
don des Eiats-Uriís qui a sou-
mis un projet de Traite de Pchx
avec TltaJie, a donné les gran
des lígnss que contenait cet‘e
proposition. On y constate que
les Etats-Unis imposaíent for*
meüem&PÁ á ITtali© té Regime
Démocratique-Représentatif.
11 est sfipulé dans ce pro jet
que l'Italíe devra avoir la liber
té ENTESE ET TOTALE DE LA
F HESSE et DE LA PAROLE; que
des Elections réeltémení libres
doivent avoir ]’eu; que tés Par
Hs politiques doivent se cocui
tuer, et que des reunions pubii
qu?s doivent étre sane auenne
i&stríction organisées, pour dís
cuter politique,
Vbild ce qu» le Secretaire
d'Etat James Byrnes annoncait,
hier soir, á la Radio, quand il
dévoilait Ies grandes lignes
a'un Traite de Pa:x que la De¬
legation d's Etats-Un;s avail
scumté a la Conference des
C‘nq, á Londres.
Révélani encore ce qui s'est
mes. lis continuant la Croisa
de Démocraüqu;- du Grand A
póire qu’était F. D. Roosevelt
Des amis, chez-nous, es-
saye«t d'ébrankr parfois uctre
íol dans ks intem'ons loyak'-s
des Eíaís-Unls, en insinua^U
que tout ce que proposent Ies
Déléífaüons de Washington, con
\ cernant le Hégim ¿ de vrai© Dé
mocratie qui doit ex’ster dans
le monde, «'est que «pro-íor
mal» Tout Juste, si an ne
r;ous dií pas que c'est de lo
«pouáre aux yeux» Moté
voila que, comme pour, con-
vaincre Ies técrédutés, chaqué
íc;s quo l‘occosion4se présente
pour faire triomph ~r la Démo
cratie, ce sonf précísemeni Ies
Etats-Unis, qui prennení la hau
t© main et agissent en consé
quesee,
II reste, comme derníéie ten
lative de rebulfade, cetíe apo&
írophe: «Mais de quel droít,
les Etats-Unis se mélenwls des :
affaires des cutres Pays?» ;
Ceux qui partént ainsí, oubhenf
:Is que tés autres Pays font
fous la queue aux gui chets des
Etats-Unis pour avoir de i’ar
g-ní; qu'üs tendeni tons la
u^ain, deva'nf les Etats-Ums,
oour n© pas mourir de faim, de
naladle et de bold.
C’est de tout C;la que, on
¡oit I© comprendre, les Etats-U
ís tirent le prestige ft Tautorí
é de ses Optéiocs, qui sont,
i'aUieurs, conformes d «i'ofdre
PRESIDENT RIOS
VISITERA TOUjOUKS HAITÍ
1 «ví fui t qvv» Qr*» * t ¡i-
even m* nts qut* *' .„íuv/-
non un 'V

m Ch li p'tm i<* *•*» p i. \ ,< ¡
tt’r c **£ií*«» e* p v , e*
(ti 4 n t> ' u n nf «" tí
a¡* í'uo u í Am í .> í-í i.. 5
* , a Ku> mu Vxc x po* cíu qm. iíV ’té,* Un- g»*
.uJk; í i ¡juí.í.'t’ i-i xi*t ’u’>t
h.os qu' vs.vn; í H-í . ,t /LJ
Octabrs- couram.
Nous áoun. ,'w- '> qu«‘ n-’ ’.©
v en^e cof’írai.cr ceí ,,*.nr,rcnr'»,
U qu© Port au Pr ncr* c * , r
cosían d’acCiOa.or .e Ibes ■* 11
de la noble naícr ch’.er ->
Une Interview
HE GEORGES WffiKEB FIES.
mmmt a la cowfssencedu cafe a mexico
.’«asé. canemnant ]-s Traiíá^ i iouv. aa.aiíx prinepes démocra
le Paix avec Ies Etais Baika- I iques pour le triomphe • des
níqrues, le Secréíaire d'Etat la I quels taut de sacrifices ortt été
mes Byrn:s a dít que les Etafs consentís. ' íl
í«t
WWOW OCfOÍKE 1945
" Qce pausez'vcas du «Draw-
■te» Ct®cernant Jes' «maüé-,
^ ;^9míér^ ©ortant tra^s-
par des produiis ©xté-
mm
~~ 2 y aura toujours dans
^<**88 des «boom» ©S des
*te» pota- se X9,.,péter.
vnom DE mae. GAHOT
®«r Fe? un avion de la Pan
f“teuia sont rentréas des U.
a A, Mme. Vve. Henrl Ga»ot
ffls, lo gomias p«tít« Evo
fee. Ganot ova t voyage
J*® féporidre ¿ ¡a dárnoste ds
. ^ "atabrtu* d.tgrta amérí-
1 c®^» dhtilift, Ct,s.it.:;0-.'.C8.
** 30'“l los Gano*, qui o"t
®” Haití l'induotrio
. «fe «««I*s. Dsputs
â„¢riv4e- aya environ 15
aom mía cru qavciL
*y«aa Gotnot revient p¡*j.
i't'- o* ovoc un
PP* de sweháie* •< d’cq^ts
“Le Nouvelliste”
fera mieux
• LA CHARTS DES NATIONS '
UNIES DEVIENT EEF^TIVE
Les Rad.os amer.can es cn-
nohga.ert h.er sou qu© .© cm
br. de pays dovaid ra. . c- ,u
Charle aes Nchors-Uh rs pour
qu'eLe pu,ss© ob%ga o.rt-n^ t
©’trer eu v g^eur a o’© *
Nous *'avous p.us ’t
pndr© pour e« appréc;ex tés
uííets.
DEMISSION DEFUimVE DE
Me. CLOVIS EERNIEAH
Dr. m droít
Cortra.rem srj a Tiuté-p*-'
lían que J ou» avío'is dor.' - ^
a commu’.cat.o'J téléphc- -pie
du Dr. Clovis Eemtéau, au
me«t ou --ous publf.0r*s ' u’r-
not© il étch ¿5;c dém «s.rui¬
na iré.
Ft seloh ce qui nous revusu’
cette demission ©sí definitive.
Nov'S té déplorops pour noir:
Chaucelíerie ou il azponah u-
ue ntelligente ei dévouée coba
boration.
vawx 6 Mae.
* é te ?w«a» pm
Lo petit© innovation que
r»ous avons faite, ©K publiahf,
toas le® deux joias, des cliché*
de mod© acíusilement en ve¬
ga©. aux Etate-Unis, eí des cii
ches da dessins huiooristiques
jtour faire sour ire an psu. ecus
a vola a11© approbation ‘.el
le de la parí de nos a-
bormés, qu© nous n'hésiions
pem deveni ks nouveoreut saetí
tices que cela ««to impos©,
j»nr poaroir pablter presque
ohaqu© four un cliché de Mo
des et a» dessin hamoñstique.
Comma ñeras I’om expliqué,
par tere* et par _ telephone
tí© nombreur abonnés, ce ti'est
pos que le modéle que «ous
dositow «oil mi* a exécatio»
toas Íes jours mods ce modéle
dona© a©e idee, il íait pktieír
de le vom de considérer d'an
ceil satisfcdt ses moindres dé
tail*, de se soatreair d'aa ote km
ctttribaia. taita d'éWgcrnce et de
ho* <¡<&i.
ffien, n'est pía* xscméittmt
4**u#r,
choque so¡r, qu'elle aura á sa
d'spoeitic», a son chotx un .mo
déle de Mode aetuellemeni en
vogue dans les grands centres.
C'est parce que nous com-
prenons cet éíat d'ame que
rassant outre aux sacrifi¬
ces d'argent, de tsmps, et de
natériel nous al;o»n taire
'impossible pour pubiítr cha¬
qué jour, un modéle et un des
sin bumoristique.
«Le NouveBiste* fera mieux
-acore: Il reprend .ses mots
(,-roisás de toas les jours. IS re-
p-rend ses peíites disaacior»
tasfruetíves qui soM si útiles
dan* une tamille, II compiéf -
xa done, la colono© ou m trou
rerolti les clichés mee des
jassedtmps littéraires que. leu
>es #i vieux apgaédercHnt cha
qu© jour — nous Teapérons far
nemenp
Atoc tea sute* qtií «'allots,
gent, rien ne vaut autant qn'uu
Jotursaí LE CONCOURS DO SAVON
.SWEETKART-
Nous ,£cr.y? -or Íeoí urs
qm como*?;- r»r;:o: au ro-
coars du 5ovo Sv/eeiíiart -
que mard' cpro? o-, la cctn
^éiítío?1- sera c.c-se.
Friere <*e ’ * - ' ava :
es iépoT>ses r.¿ j ~ ‘ md marda
\ S heures de . aprcu, m.dí.
INCENDIE
CET APRES-MJDI
Vers tés ceux n- utos mc-ms
quart mceridíe -r écJrr:©©
dans la malson ae Mi. Maic
Bauduy habites par tés írér.;s
St. Juste íabr.ccrt des feux
©‘artífices. On au raíl entendu
deux fortes detonators, vu
une fumes épassse qui s© dé-
¡¡ageait Imméd'.a’ementó tés
pompiers sont an.vas sur tés
líeux du sinistre. V’¡ Ces irons
Cardinal St ¡tiste a regu une
blessure au das, ainsi qu©
beux pompisrs té caporal Mu
rat Jn-Baptisfe et té Garde Du
teuiRe ¡^Baptist©.
Un© flilett- du noMr d’Amer
cy a él© blessée. lis ont été a >
cheminés á 1‘hopital genérale.
Plus tard 1© Jug© Si-Fort Col¬
lin a été toquis pour remplir
k's íormaliiés légale.
Les portes sont estímés á
trois cent dolksrs dít un
rére Sí. Justé.
LA REFORME
DU DEPARTEMENT
DSS RELATIONS EXTERIEURE3 ,
Nous avo^s repu la hsté du
porgonnel des Retétlona Exté-
rleures comme il est éabli par
té ttouvelle reform©.' Nous té
publitrctée tundí,
Tboms de moot
Nous ay on© regu un© téttr© tec
iifícotíve de M. Sold®, (Mou-
pin). Nous té publtéras# Ltin-
18*
C© m«3iin aya«t apprb que
Mr, Georges Wiener Bis, qu. a
représeme avec ímelüg; rvcv
’ rens. mbje de» miérétg ‘dm m
{ porfaieur* Haitians comm© Dé
legué de té Chambre de Com
met ce d'Haítí á té 4ém© Co»
: tér «ce Pan-Axnéricafw# du Ga
i lé d Mexico, nous esl revrmr
| depu s 3 Jours, nous avons pu
I obténir uc rendez-vous pour luí
1 poser les qu-stíons euívantés:
J D— Ouel a ©lé k bul ds té
| Conference Pan-Américain© du
! Café á Mexico?
! R Le but csss^ti©! de té
| Conference ©tail d© iaixe une
1 acton commune en vu© d'abo
ti hs. ceiling pnces aux Etafs
.téis. Tous tés pays sont ve
' us avec leurs arguments quí
c-nt été discutes dans un© at¬
mosphere de iron ch© courtol- I
*k et de large comprehension,
¡ D — Quell© a éfé Tachón de
: ¿a Delegation d'Haiti?
R Mee confreres ©t moi
avons laií vctlolr, par des argu
merits bases sur les statisti¬
cs s et tés données, Taugmen
fation du coüt de té vi© e« Hai
tí qui rendad Turgence d'»ms
v melioration de notre dsnrée
rationale, Dartígue, Boucard
©5 raa, nous avons fait un©
proposition en vertu de laqusl
¿a un seul príx plafond serait
adopté pour íous tés cafés en
general sans égard a leur
urov: nance; ce prix unique de
wait étre té prix plafond ac¬
tué] k* plus elevé, soít or, 24 dol
Vus. Cette proposition -i’a
pas été adopté© éía«t . donné
qu© té piuparf des autres déle
gations ©talent en faveur d’u-
I.© deman'de delimination com
píete d© tout's les mesures res
fr’ctives sur 1© café. Ctér-t
acms ce sens qu© té resolution
ímaie a été adopté?, tell© que!
té 2 été transmise au Gouv©r
nement Améñcaté accompa-
gnée d'un télégramm© direct
ou Prés;d>ni Trumcm.
il y a urgenc© pour Haití á
devenir Membre du Fan-Amérí
can Cofíe© Bureau qui cat ctp
pelé d étre Torganisme auquel
ísoront confié? á Téíranger íous
1-S pr oblé mes r©lcrtifs au Café
pour íous les pays produr-
téurs. Si par exempté, au Leu
d© decider Telimination des
control s actuéis le gouveme-
m©nt américain venait á iéci
der «» faveur d'un© revision
ces ceiling prices, il est proba
ble que cette . revisión s© f©-
rail sous té© auspkee du Pan
American Coffee Bureau. En u-
f© tell© occurence, Haiti se¬
al! absenté © prejudice quténcourt noire
pays.
D — Quelle est votrs opi-
Rion sur té ftihnce du JPrésí-
ient Traman?
La voícú
TRADUCTION,
• La pré&ent© kitr© mi ©n té
p&nm oux téiég¡rammes án-
ié& du H Sept-mbt© regu* du
Fréeident du la Quatriéiuu Co»
krenc© Pa n-A m énea in© du Ca
ié. Ces telégramme» aoumet
IvUjh d la conó-dération du
O- F, A. d© c© départemenL
ct des dífférents organismos
du Gouver?tem:n{ des Etats-U¬
nis, tés resolutions concoman!
ks mesures d’urgence sur ¡e
café adoptées par l.s Déiéqués
de la Quatriéme ' Conference
Pan-Améiicaín© du café tenue
sécem.m;nt a la vil té de Méxi¬
co sous les auspices du Pan -A
merican Cañes Bureau, L© té*
légramm? du 13 Septembre <«ur
té méme sujet- adressé au Pré
s dent de la RépubÜque par té
President de la Confér nc© a
€té 'tremsmis au Départem un
d’Etat en vu© dun© répo«s© et
j® vous <• n. accuse reception par
té présente également.
Comme vous le saves, I© In
tér-American Coffee Board a-
vaít été constítué par un© ac¬
tion iníer-gouveinementale en
vue d© c'ntralsser íous les p-o
blémes d'Intérét concernant té
calé qui viendralent d surgir
dans les different» pays signa
taires du Ink r-American Gol¬
fee Agreement, Ies Gouveme-
roents d?s pays producteurs ain
si que celui des Etats-Unís sont
r3prés©ntés dans té Comité df
cet organism©. Cs Depártemem
considere que c'est avec le ín-
icr-Amencan Coito' Board quo
k Gouvernement des EfatsTi-
nis doit examiner tout?© les
questions coneematT les mesu
es d'urgence sur le caí© ei au .
i>esoin clírocfement avec les :
Gouverntments signalalres de i
'Accord. Vous pouvez étre as :
sures qu© par eos ©ntrrmíses, !
Ja situation du cafó continuara
.á .étre prise e» consideration ri¬
ve c la plus gande sympathy e>
la plus stricte attenuon.
je ciois d’ailtéurs que le Co
mlté du Inter-Americar, Cofia©
no/, itmq ep mufr&Diq sap «azq
Board a demandé a s?s mem-
loír discu ter la situation du ca¬
té avec ce Depárteme^!.*
Signé: D. ACHESON
R — D'un© fagan genérate,
on croyait id jusqu'a celta mí
ñute qu'aumm© srépo^se na*
vait été fait© k la téhre et oh
télégramm© ddxemén au Pré,;
dent Traman par ja ConJ4ren
•e Pan-Ajaértcains da Café de
Mexico. Si nous ótions Mea
Lre du'Pan-Ameriean Gofio» B-a
eau, nous cmriana été iníor-
»és que cette réponee tant ct
endue a élé íeyue por est m
xankme depute J* lundi ter
Otíshca eoorert; h voaa don
»e copie de la répante avec
1c ttaductlon. EBe »t «ignée
da 8oí»*$e®étajjt Dt«v Asb»
D,-v- Qu’a done obt-nu enco¬
re la Délégatíon Haítienn©?
R. — La Delegation a obteny
declaration commune de
terns les pays producteurs d'a-
prés Icrquell© les affaires de ca
té avec VEurope n'étaiont pas
líées au cenng price amerl-
caín. Elle a íait adopter enco¬
re par la Conférence un* réso
solution ©n faveur de Tcmrmla t
iiop d© la surcharg© de 12%
sur I© fret ¡Surcharge de guer¬
re).
En pencmt congé de nofr©
s-ympathlque ami Georq.’n
Wiener ftté, *©ua avo^ remar
qué quTl paraíssak oprimiste
au su^i des résultata de la
QuaUlém© Conférence Pan-A- I
méncain© du Cató, I
Nous souhcrítons qu© cet op*
tlmismt soft d© bon alai ©t qu©
té Commerce du Cató tkvíen-
»e líbre pour Tavenir méme et
l^s dosílns 4© note cher peüt
p«r**
AUX GRANDS MAGASINS
Cthturm* m mtír mpértmr
Psrtefiwm»
| Eo lumcmt mat vtólll© pipe
Haiti
Por MANO
A Mme. Marcial Martines
Le ?éme jour
D eu s’était en
nuye. Les .d*.m
famíHer» de
son dómala©
cékw*i© n© tul
procuratent
pas la détenH
qui luí étaít i»
dispensable o*
vro» la s»ma¡«; de l,;bulatíou3
q.® lu. valu! la créatíou du
monde.
•Or 5a, dU*ü, I® veux une
vülégiatur©*.
Un grand álable d’Axchan
c© nouvelTcment relevé de sa
carde á la' pode du Paradla
?. rresire s'avanga, fit une revé
i©nc© en sept temps;
*A vos ordres Se'gneur, dií-ii
Faites et que je sois con
l-nt répondit TEierneL
Notrs Archaüge fit un tout
cans tés bmbes. II y trouva
les ames d’Hoau et de Dor
Miguel de Cervantes,
«Au travail. Messieurs, ©t. ai
jo suis satisiaít je vous oblíe»
draí TimmortaUté.
Ib descsndíre’ü Ious trois
sur la Terre, Áu fond de VAt
¡antique lis découvxirem un
coin de m'r ou tous les sé*
phyrs pcaiuméss s'éto.tént don*
né rende-vous. Id, dxrenlJh
en chceur. L'ange toucha bo¬
cean du bout de sa bague:?©.
£t comme Vénus, la perle des
Antilles émergea langorireuse-
me’¡t de^Tonde, couler d eme-
raudo.
- «A ioi, Horace! dít Tange.
Le poete, liberé de la tyran
i-)c des mots et des rythmen se
Icksa alie: ó un© belle de¬
bauch© de beaul&s qu© tout^
tés Graces voulurení sur té
champ Yéprouv&r. Eíírayé i!
sen fu? se cacher au Latlum
ou son coeur nostalgjqu© cnarv
vers Jes bonheurs tí" chaqué
«nstaiíf lalssés au fond de la
msr dep Anhlle© stéxclamai
«Carpe du-m-! Los philosophes
?© le coropnrem point, les sa
vant¡g pas davantage, ma.s
dans la contrée ou chaqué se¬
cond© crpport© un ém©xve,lté
mínt ou un plaisir nouveau, té
mu petit enfant volt b ou que
les heures, tés minutes ©t les m
conde», sont des fleurs técom
parablemcnt b? Ités, des fruits
deheifux, des- ©tetases dune
douceur in&niz-, gu'il portage
o vec ces étre» mervetlleux
qu© DI cu luí a dermée pout
compagnors» tí© jeux: tés pe*
tita oiseaux, les pcrpiüans
tés ver» luisants.
«A ton tour Dou Miguell
Le chantre tí© la chevatér*©
luí prepara un© apothéas© k
son baptém© ©t lui choislt Don
Quichott© comma parrain et
gordien de sa qloire, Dans un
monde ou seuls les iorts pou
vgíent étre grands, it luí pro
cura la force juste assez long*
temps pour la Victok© ©t la
Liberté. Qulconqu© touche á
son sol sacre as! maglquement
tíébarrassé des chainaa de T"S'
c’avage ou de Toppression.
Dieu me voulut saos dauíe
pour compagnon de yUlégiatu ,
r© cm ñ me £[| la gxdce d»
mitré M dan» m décpr Inoa
Hiabtó,
B avail bien voulu y placer
des grandores prédmm et
ho¡
(V3ir tulle is 4éae pcgttl


«1.
. Wmm limt&em 4®
s@rg© Jn. ftMfoli
A PB0POS DU SUCHE POPUUUQflE
Port*tro4&i»oe, 1© 29 S©ptem-
b/© 1945*
A Monsieur 1© Direct#!#
du Journal »L© Nouveliiste»
Monsieur 1© Dixecteur,
Au jjKH»e»t ou je pensáis. ¿I
y a quelques jours, you& adres
ser ce tie leitre, je suls tom be
xnalade. Done, je I'ajourr>ai,
Aujourd'hui vous me permei-
trez, lard *>© dit pets trap lord,
de vo us entre tank sur le but de
na lettre.
«Le Matin» du 20 courant
m'aitkait *ur la question du su¬
et e popúleme; ¡1 y appotlah,
parait-U, une sér.eus© atier>.
{¡on da»© V tifiaré! tie tons. D:au
t:t- part, íl ©cmhiait appuyor
une suggestion que vous avows
fail© sur la question des Gad
ciiviers; Taut indique que
voub navis jamais éié indii-
térenj a co qui concerne le
peupl© hention, Est-ce pour-
quo! je ne vtux pas laisser
passer encele ¿’occasion d'at
fixer, mob d mon tour, votr© at¬
tention, non seulement sur la
consonuoatiou du sucre- popu
Ictixe, mais aussi sur cell© de
touts© .marchandisos entires
que le sucre, hube, savor--, riz,
idle, etc.
L© but de ma Isttr-e est de
vous priei d ap-porter, comma
journalist©, un remede d ce
mal commun. L© peupi© a
ds toujours livxé seul d sort
sort. Avec vos devouements
et votro sensibilíté de jourectiis
to qui om éíé toujours bitn
loués, ye sais persuade que
vous continuerez cette com pc:
gne saiutaire jusqu’á un résul
tat pos.tií, J’cfi ía¿t remaran?, r
cu matin rétendue du marché
ncir comm© deja expliqué cl-
dessus. Que vous en sem¬
ieje, Monsieur le Di-recteur? A
vant-hier on se cachad derris
xe la guerre d? ¿'Europe, h;er,
derríér© le pacifique et aujatrr-
ti'huí derriére..,. je »© sais
quo! pour pouvoir ¿gorgt-r on
core le psuple.
t&mzl l’année dermexe per
senne n'eapéraií la fin d© la
guorr# sí prematurée. Un®
paire de chaussettes inférleu-
ies, pour ne dir© que cela sur
1,000 articles/ m vendait une
gourde, Ces jours-ci deux
gourdes. Quell© abomina
i on? Vous devez ©avoir com
xne moi que toutes im machi
nations doní s© serv©nj \m
commergants pour nous impa¬
rte: calle misére a&eus© ©t rea
lisor, gross bénéficss, sorti dans
h. bul ds s'enrichíx au déin*
ment dos maiheureux.. Chose
pius atroce, ib ss plaígnent de
ce que la guvrr© n© traverso
paa deux a«nées escore. Quel¬
le plaint® cñmtneüe? Pour
continuar de s'enrichír extra or
cuiairtment deuts la vote du
marché noir. Us n© font guére
1 attention au budget populado
cu! ©st si medique, iis n'eníeu
deni point a'ñéqei }¡
consommatours,,, Quell© tris
tease? II y a trop de toleran
ce, Notre commerce construe
une pial© puente qui a bísoin
a'étre loüonnée. II y va de nos
intéréts ds lour faire compro^
ere cambien 1© pays est pau-
vre, qu© la circulation d‘ ar¬
gent n’est ^>ien appreciable
pour la collectivité; le peni
croup© qui est ©n argent, co>-h
nue á entasser en vue d'envo
yer s©s ©nfants a Teíranger pour
paría!re leurs étuáes et tí’elfec
ttier, inx-raémes, des voyages
d'agrément. Aprés cette ex¬
ception, ]a misére est dans
ous les camps.
C'est dans css sentiments
que je voulais vous ©dresses
Monsieur le Directeur.
Espérant qug vous n©« man-
querez pos de bien accueiíhr
na lettre, je vous prie d’en do’-
ter publication,
Hecevez, Monsieur le- Dírec-
eur, avec mes remercie-ments
anticipé©, mes salutations dis-
tínauées.
Serge Jn, FRANCOIS
Rex
Samedl ét 4 @t 8 h&we&
£n lér© parüfit !
XA HEINE DE X-A JUNOLE
11© et-12© ¿pisada© et
En Mrme pm%m
fíeme' 3lctmbmf Vera Eoré-
x© ©t Ckrrl©s Van©l ézm
LES BATEL® DE LA VOLGA
Entró*»: 25, 50, ©i 3 gd*
á 8 hernm 80.
En lér® Partíet
Un nouveau, ©t m-agnihque sé
rial
FORET PERDUE
(Selva Perdida)
le ©t 2©. episodes
En 2ém© partí©:
Marcel)© Chantal, André Lu
oust ©t M. Fres i© dans
REUNES FILIES EN DETRES3E
Entré© 50, 100, 1.50 gáe&
?’«m MwrraÉuns.
VEMTE DE BJBJS.f«mAUX
Du Centre d'Art
Poii-cm-Pnnce, Haiti.
LISTE DES EXPOSITIONS
QUI SERONT OHGANISEES
AU CENTRE D’ART
Pe^daítit |a Troisiéme Period©
a'Octobre 1945 d luLeí 194S
La troisiéme séri? d'exposi-
fions du Centre d'Art s'ouvrira
b la'liri d'Octobre, par une ex
position de groupe, compre
nant les Oeuvres execuíees
pendant les vacances. Aprec,
seront orgarjsées les ©xpeu-j
tione eulvantes:
Compéüúon de la Pan Amé
iican World Airways, ayant
pour but, la decoration, d‘un
jKsnncau de. la salle d'attent®
áe Bowen Field, Port-au-Prm-
c©; sujet general; 500 annóes
de transport ©n Haití.
Ulríck Ambroise; dessí ns et
geintures.
La Da^ee Américai??e Modsr
re: compre^am une exposi¬
tion d© photographies, avoc
ttxte explicatíi Envoyóe
par la «National Gallery of
Art, Washington D. C,*.
Philomé Obin, peintr© popu
lair©,
. Winifred Mason -- Joalueñe
Moderue; exposition dss photo
tjraphies d© joaillerle á la
main de Miss Mason.
Lithographies dee oeimus
•i'Honoré Daumier, tirées de la
ftrmeus© collection Rosenwald.
Eny©yé© par la «National Gal
iery or Art».
Luden Price ©t Gérald Bios
court: dessins et peinares.
Qn'eksí-c© que la Peintur© Mo
a©m©? Exposition d© repro
ductlon® ©a couleurs, moniram
Im plus gcanás développe*
mente en plañir®, durant Re
75 derméres an«ées: róalieme,
impression n^zne, expression.
n\s¡m&. cubi&me, surréalkm© ©1
les crab©» phases d® la Perntu
r& Mademe. Cede exposition
sera accompag»é© d© projec¬
tions ©n couleur ©t un© confé. 4
. RADIO-THEATRE.
Le Comité de Rapf^oche-
ment HaiüanoAmóricam vous
nvit» a écouter 1© dímanche
7 Octobre d ■ 1 h. p. m. á la
station HH 3 W une interpreta
non radiophoníqu© de «FOR
WHOM THE BELL TOLLS-» m
ierpréíé par la grand© ©toils
du cinema Américaín Elissa
Lcndi, second©© par un greu
pe d’acteurs de renom.
Cette magnifique piece h-s
tonque, du© a la plume du
grand romancíer Ernest He-
mi ngh way, retrace un© des
plus poignantes episodes de la
Guerr© Civil© Espagnole.
Radiophíks, soyez aux ©cou
tes, de la HH 3 W dimanche
de 1 h á 1 h 30 ps m.
- ECOLE EUE DUBOIS
La reatré© de» élévee, inter*
re» eí externes, mt ñxée au
,undi, 8 Octobre.
LA DIRECTION
Dlmafíche á 4 hrm
Bud Abbot et Lou Costello
ácx’-iíí
PARDON MT SARONG
Pélicícuse production de la
Universal... U« vaste éclrt.
úa rites...
£ntré(is: 25, 50, et 1 gde
c. 6 d u 8:15 hies.
En lér® paxtie:
pauvres- ) Jazz Cabra! daña i&& metí
Uurs morcetrux de son nou¬
veau repertoire,
4.ctuaHtes frangaíses ©t Oí y nr
?igu©s.' Funórailles de Paul Va
íry, Traman ©n Angleterr©,
.s proces ds Péíaín (suite).
En 2eme partís:
La Warner Bros présente:
VOYAGE, SANS LENDEMAlN
(Until We Meet A.gain)
Uns • magistral© production
brillamment interpret©© pa-
Merle Oberon, Fat O Brisa tt
Georg's Brent... Un film par-
< nt írar-cais concu selon le ro
man du Robert Lord.,, Une h:s-
toixe á'amour qui commence
dun© un bar chinos pour iiOr
€n pieine met dans un deco;
de reve et denchantement...
I'amour idéal dar» touts so
heauté... Une oruvre colosso-
le, exceptionnelle... Ce sera
jne soirée i-noubliable car elle
narquera le IDéme anniversc
© du Cin© Rex..
Entrees: 1.00, 1.50, 2.00 et 2.50
Paramount
;amedí á 8 et 8 15 hres.
LA GRANDE VALSE --
(sous litre» irangais)
avec Fernand Gravey, Lut
© Rainer, Mil iza Korjus,
.... le célebre John Strauss
m«nant un© aventure romanes*
que et passsonnée.
Entré© Gie Gd. 0.80.
rene© sera lu© choque aprés
midi, pendant tout le couis
de rexposition.
Envoys© par «The Museum
of Modem Art, New York.
André© Ncrude — Tomara
Baussan dessins et peintu
res.
Luce Tumler, Maurice Bomo,
Raoul Dupoux: dmsia» et pern
tures.
Jn-Bcrptiste Bottex: Aqua¬
relles r'prósentant dm scenes
de la vi© hcritien»©.
¥htM$xsp\ée créafelce: un©
exposition d'un ín^ét spécíal
oux photographs amateurs.
Envoyée par «The Museum oí
Modern Ad».
Gravure® sur hois d'Bditi ©f
d© Bahamas, par }ohn Frauds
Hart,
Deuxiém© expedition annuel
le, Concerns d® Ihlx 1848 ilu
ly).
C9 S-VHS.
Dimanche a 5:30 kres
LE TRESOR DE JAEZAN
avec Johnny Weissmuller,
Maureen O’Sullivan..
... ia plus dram clique des a*
ventures de Fhomme singe.
Entré© Genérale Gd. 0A3
á 5 heures 30
JE TE RETROUVEBAI
(sous litres franqais)
avec Clark Gable, Lana Tur
u»r
... rhisto.lre d¿5 ieur amour,
c'est rhistoir© de leurs baleens!
Entré© Gd. 0,60
d 8 hr©» 15
Une grande production er
â–  ouieur de la Fox.
CRASH DIVE
(Le requin d'acier)
(version angknee)
av-ec Tyrone Power, Ann© Bax
ter, Dana Andrews.
... Vous verez I© beau Tyro
tie tair© une chasse impltoya •
ble aux U-boats erni-emis, livrer
1© íéroces combats au tend
'e l'océan, détruir? d la let©
¿’un© poignée de commandos,
me bos© ailemand© d© ravltaü
hment,,,
.. Un film entrecoupé d© pe
r.pélies angoissan^», mair
qu'imprégne pouriant un© Im¬
mense tendress©!
Entré© Gl© US,
Places Réservéss: 2.50
Wl&Mtm
. . C&M®
. Mmdhmd TtM&az -
Toup© soíqnée, travail rapid©»
due du C©»tr© Phone; 2288. -
On fcM -savotr á tous ceux
qu'U appartiendra,
Qu7©n execution de jugemants
rendas par le Tribunal CtyR
d© Port-au-Prince, lea 2? Jui»
1844, 27 mars, 13 ©t \1 eeptem
hr© 1945,
II s=ra procede, 1© lundi qui
sera 22 octobre 1945, a 10 heu
res du matin, ©n ¡’Etude ©t par
1© minístére d© M? Andre La-
motive, no‘ajr-e public á Pétmn
Vllle, a la vent© aux enchsres
publiques, au plus otiraut et
dernier e nchcrisoeur d’un© pos
t;on de dix catr©aux d© leae
Ce rhabAaiion Bois-Neui situé»
dons la section Tuxale de Bei.e
vue-Charban>!¡ere, ©t dans an*
I i© d& Saini-Mar'in, dans ler
coffins des commune© dc P t'on-Ville ©t tie Pcrt-au-Fitiu-e'.
taqu©tie. potí¡on d& ierro ss
m coníormómen! oa rapport rie
vorp©!Hiui-cxpert Germai'-1 Leo
nard ©«tenne par jugemen? du
•h.buual Civil d© Pori-au-Pri»
ce on date du irtize septembre
/oil ¡'¡©ni cent guarani© ci->q,
ViíJíáue on quatre lots di»t:ncfs.
L© prxmicr lot meant© hots
r u.rreaux de ierre, U ©si bo; nó
cu Nora oí h l'E«t par *a
Giand'Rout© Pétion-Vtile rr¿'-
tvs, au Suti par Richilia No,-
seau et Eugene Massera ot á
LOuest pen Lain® et I© druxie
me ¿ot, la mise ct prix e»t de
trill© deux cants gourdes:
(G. 400 par correero}... Odes.
1200,00.
L© dsuxleme lot mesure tro.s
correaux de ierre. Vi est bar
vé au Nord par la Grand Ron
i© Fétion-Ville-Ftéres, Francois
Gorgon Camilus ? í le reste du
terrain, au Sud par Mari5 The
rese, d TEsi par le premier lot
et á 1'Ouest par i© troisiéme
lei; La mis© a prix -?s! de md-
1 c deux cents gourdes: G. 4,00
carreau... Goes: 1200.00.
Le fcroísíéme lot mesure éga
lem©nt uoís carreaux de Ierre,
est borne au Nord pa? ¿a
Grand-;-Route, cru Sud par Ma
i.e Thérése, b l’Est par le s©
toéfi lot. et d VOuest par le
quatriéme: — sur la mise ó
prix de miile áeux ce^is
gourdes. (G. 400 par canea.!,-
Gde§ 1200.00.
Enfin, le quatríéme lot est
d'un carreau de tens borné au
Nord par la Gran-áe-Route au
Sud par Juhette. á i’Est par le
'ct No. 3 e* d l’Ou-est par un
rentier commu!h ©t la miss á
prix est de quatr© cents gcur
^es: (400 gourdes.) G. ‘-00.
Outre les charges, clauses et
renditions insérées au cahíer
â– es charges.
Aux requéie, poursuite et ái
dgence d: Madam© Victor Au- í
gustin, née Théoméne B. Ca¬
na], dument autorisée et assis
té© de son époux, de Mademoi
elk Aé?e B. Canal, Messieurs
André B. CauaL B. Ca
•al, Georges B. Cana!, Louis
Antoine Roy et Péioin Co»uti-
¿en Roy, tous propríétaires, de
neurani et domiciliés á Fort
an-Piiuoe, respectlvement 'den
tifié* aux Nos. 499, 6484, 49A
3058, 504, 2191, 5886 et 187: les
premiers qgissant ©n jeyj hom
personnel, en i©ux guahté d'hé
'.‘tiers directs ou par repinen
alion du Général Bcisront Ca
f-a! et les deux derniers ©n
ieur quelite de tuisur et de
nubrogé-tuteux -des mineurs,
Franck, Joseph, Fierre, Fernán
de et Jacques Roy, nés de Tu
ni on legitime.qui a existe en¬
tre la dame Maria B. Cana] til
lo de Saint-Martin B, Canal et
¿edit Louis Anioin$ Roy.
Lesdits sieurs et deanes, a-
yant pour Avocáis congtkuee
Mes. Ch. Mitto», Robert R.
Jean, Louis Dulyx et Narcos
Dupont Doy, idr «tifies et pa-
aux Nos. A — 7558,
81628, DD -- 8356, 51^7. 10],
I779I, 5001 et M2 avec 41©c
ion de domicil© ©n leur cctiv.
*'®t ©;» é Poti-au-Rrince,
S'adrf
aud -é
LES HOM® ET ÍES FE»
M LOUEHT LA CREME
.AMOLO).
La Crém© «AmoHn» Elimino
\m mauvaisoa odeur© de kt
tremíspiration.
Elle e«t douc©, bíamche, dé
tica!#,
«Amóla* 3‘évapor© dés qu©
vous la írotiex mm Im aimV
1©©. OH® n‘mt pem graimoum
et n’írxii© par la poau.
. Demandm la par s «AMO im»,
Vendu® mm3, m\m formo de
Pondré.
Amolín
OSOOORANt CUSA»
ATTENTION
planteurs de Nolx de Coco
la Haiti Coconut
¡Product» ©©•, S. 4.
ACHETE TOITTES QV ANTITES BE HOtZ BE COCO
Qtn mrvmt sm vkyxm a PORT-Aoramct
«ADKE8SEB AOi
BUREAD DE UJ8DU! A BEOTON
TELEPHONE» 2477.
80ITE POSTALE» A .. 158.
planteobs vwtk tvsm a bizoton.
II y a plus de FXt4XSXR
clans la TI® si vous tiles m
. lOTIliANTli
Alw i*
UN ENFANT QUI A DES VEAS
EST VRAIMENT MANGE
VIVAN!
Chccun doit savoir que nom
brs d’eniants sant malaáes u
cause des vers. Cambien -en
eíiet d'eiiíants chéfiís do^t on
i*e connait pos le mal et qu!
implement ont des vers. Len
íant qui a des vers est u-'e
merveilleuse culture á micro¬
bes. II est apie, non seule-
ment a cause de son afíaihíís
sement, mais de par la pxéxer.
ce mem.5 de ces parasites dans
son organism©, d contracier de
graves maladies. On recen-
naif lacilement gu'un enfant a
dis vers a son amaigrisse-
nent considerable, a ses dé-
rnangeaisons a Tanus, a son ¡
G-im special et aussi d son ap- !
petit inusite. Au moindro j
soupgon 0 ne iaut pas hésin?r. ■
Vite une cur© du Strop VERMI
RUGE CORPOR. Compose
¿'ingredients Ies plus acllfs
! centre lee vers, ce bon s-rop
.vermifuge, d'un gout agré.a-
iée et absolumenf inofiensiL u-
gti rapidement ©t suremem. In
quelquis jours, les vers so-t
expulses ©t c’est la suppros
kicp des convulsions, déser¬
ares nerveux causés pax ces
parasites chez les enfant,
Ce merveilleux produit de
la Corporation Pharmaceut
que Fran^avse Limité©, Mon¬
teal, Canada, est en vs rite a
a Pharmcsci© S. Ge&crrd rue
’©rou Port-au-Prince et dans
ou\m las bonnes pharmacies.
Faites parti© du group©,.. Soyez ausri gai que les ca¬
tres... Faites-vous de la samé et di Ténsrgle avec du KX^i
Buvez-en deux yerres extra pur jour... 11 est crémeux, agre
able, et a le goüt si frais!
Ce moyex sur et nature! d’acquérir dt la ¿ante vous
piaísir.,.. commencez aujourd’hui meme!
KLIM est du lait pur, sur
lequel vous pouvez compter et
qui est íoujouis ¿rais... Esso
yr.z un íerblanc. -Me
LA GUERRE...
LA HAUSSE DES PRIX???
LE
Mhnm Barbanmmt
FOURSUIT SA ROUTE
LA QUAIITE EST INCHANGEE
ET LES-PRIX SQNT Lffi MEMES.
E. N. BABAEY
íne catiUéré« d’swjta® chiroi-
fnü c-,outév cc la ierre á plante,
guiníupl© la récolte o; vous don
t® íes plus beaux produits.C’est
le placement Je plus lémunéra
»oui qué Van puteae Ícíbe daos
'Agriculture.
En vente a 8 cents or. la H-
â– ve.
AGRICULTURAL SERVICRS
i 54 Rué Magasin de lEtat
réléphon» 2183.
EN VENTE
Ch«: Franck ?. Marta. S»
oral et Co.. Boucard 3t €0,
Socléié Haitienne d'Actcoc
bites, F, G. Nautili, Dm*
Wilson, U. S. L Be#
es Service Station.
JULES FARMER
Diebibuteur pour Haiti
sser pom Sot» rentsei
gnertents, aux A vacate poursei
vasts ou á M« André Lamoiba,
notaise jddpeéslaíré d»
des cbcagei.
Fait a, Partitu-Pratjce, te 4
octehpe 1945.
Ch. Mitts»*» ov, Robert &, Jean,
: - u i - ~
AVIS
A partir de ce jour ler Octo
bre 1945, le service de glace
a la capital® et en provmce
est assure pas !a Brasserie Ú»
la Couronns, g. A.
En eoneéguence, tous <»ux
*-(ui t>.t leurs rt mises par die
yum so»t pri& ds les émetbe
an nom de la Brasserie de la
Coiuor.no, s, A.
Servios d® Jour ®t de Butt.
Le toóme sympathkpie ac-
tueil wt témxvé aux cRenist,
le l«r Gcietet 1945.
MAK3N A LOUER .
Ltae mai»»,’ confortable,
otes msiiHés, ri*e 4 Paoot.
Row 1mm tmmigmamum té
Hplmm m No, ml.


__ 100 «HOTVS&ISnB» V0O8 PhA>
’ jBMifrtmiftiUB NOOs ms vow» » «donnait»
Attention!
IA BSNTHEE DES CLASSES APPKOCHE
«LA MAÍS0N m laVBE»
20 Hue Bou*, PeartoMaca Haiti
offre a íous: Peres ©t Mores d: iamille,
tt-t : Lnstituieurs et Institutrices'
un grand assoriimem de UVRES CLASSIQUES
Grammaire»
Arithmétiques
Livres ü© Lecture*
á’Histoir© d'Haiti
el touies aortas de íourmiure» dossique».
Crayons*
Port: -plumes.
Ardíame®,
Cahiers,
Gammas, ' T *
WTE2 LA mmon DU LIVKE, 20 Ru» Boüx,
oy téléphonex era 3.125
L Preetzmann-
Brúlures
Sur les petites brfüures
ou échnudurcs, appii-
rezimmédktement de
Gelée de Pétrole
•‘Vaseline’. Elle eat
pure, et soulage
rapidemenL He-
cherche* ¡a mar-
jue4 Vaseline* sur
e pot oh le tube.
fí)W lOc, Ifr, 25c
Tabea , , . 2i>e
Vaseline
r cíf>eU5
cm.tr.. ím virtnoi-v.
Aggerholm
Port-au-Prince
OTSSJ ?AB PROGH&BÍS ^APEtíESs
^ft NESTLE.
1st 4rapo» NEST1E 14 1/2 >*.
W J*o¡x*i üfiSTLE S m.
1st «a Jfflttdi® NESTLE touies diicsrisio».
¡i 6".
I toa potete de park de 1"
: fita» pota idles.
- tsjsm d'ammage 25" et 50”.
M» f iraston®.
fafár d'erabolktg®.
Omm Stókalite.
ftfT«68 5 gal: 1 gal: 1/1 b, et 1/2 b.
Caten Libby Mo Neill et «ibby.
DE COLGATE PALMOUVE FEET Co.:
£gvm Palmolive.
3w» Caabmere Bouquet
.Sotos Parami.
Colgad Denial Cream, *
íwé» Parami st Caehmero Bouquet
f¡! fori 300 ydes. M
fS jktafe.
O i feeder,
Feta Gold Medal,
W», Diamond Spéciol.
.San ÍTower» en drums, lerblancs de 1 ql: et 6 gal,
Fta Lord Sv/iit en íiergons et 37 lbs.
ttdle de lin de la National Lead Co.
Fsinture en pate blancbo «Duah Boy».
té#»nftins.
de fumé®.
Sqpsftes, Couteanx indigo si bouee ElweB.
Vensoutb Martini et Rossi.
«t bulle Aigo.
L Preetzmann-AggerhoSm
Rendez
Memwe
wétm
Tlüill®
Molture
S** P^ néce&sair© d© laisser la beaui© et 3© brillan*
* «e áétsxio/és. ** Simonía Eleonor* et «Simoniz-
©t kt garment aussi bell© et éhncelant© qu'elte
Wt:*** ^ Téteií avañt. Slmoráz Kleener ©niéve fe sa-
Icív — Simon.:z !aiss© un film protects u?. Si
votre voltura a subí des déiórioratioíis du íaií,
de la •pomméxe, du soled ou de la piule,
voug pcnivez luí redonner son brillaut original
en ©mployant réguEércna^xit le
tráit©mont áe b&mté de
de Simonis.
SIMON IZ
DON N, MOHH, Distributor
8EHVJCI
IMEPKOCHABIB
dsaorümeat tncomjKírabW.
ProvWoa» Alto estol»»
OB
PAN AMERICAN BAZAS
•a
A í’4.
I’lrréprochabfe
EDODABD CANTAVE,
Hue du Peuple Ha 145 •
Cette maiso» se r*cs»mma«*
ie d tons par I© ii»í que 1© pa
ron «pporte dañe la coulee
ion d.s costumes qui bu *cnt
joniiós ©t la prompbtud©
acné la lívraison.
Visiíez lateler ds- coup© rirréprocbable*.
Avis Important
nappatea-TOaa qu» posa gu
qutn 50.SD0 gourde® de le
¿omne da mat Hadtoa. U
«»m ú'támd peíwfea »oo billet,
Mmé a gui & adreeeer, *i ce
aest u Paul itoU» ML Dosttu
rest um, ümnasMím voae e»t
Im ú Pool Eoail* M. Deeduas*
154 Hue da Cealre,
f«X *
©t du Ceas©
«tic» ¡tas*
Machine á ©crine Remington
^achine a cctlculer Dalian
Tabana, popier carboa
:£títes vos achate ches
a Gas
WSStEWS,
Qu^nd vpus pamet du cote
}& 1‘Hdp/tol G&n&ml, íi'mibSí«*r
i :o.k de ícáre* une visite c.h©í.
«DJO REMY*
La vous Uouvers&:45
Bhum, *u©mpé^ A. X, 100
•»! Kola ^appés ©te, ©te. a la
pcxrlé© de tontea las boursa».
Vous trouvexez aussi de la
glac© d S centimes la üvre.
MAISOM A VENDRE
Roída de Bolosse, Pies St
Gérarct Temperature Idéale.
TéL 23.92
ÁÉapmmlm® MMditique®
Westinghouse
AD MEME PRIX QU'ADX E. U.
ÍS—25, 40, 60 WATTS or . 0.16 cts PIECE
DEMANDEZ NOS PfflX EN GBOS
JBoucard & Co
DISTHIBWTEUBS
PHONE 2092
Knocked Down Feel 60
Wooden Barges
DESCRIPTION:
SO lest in length, 1 8 feet 5
5 feet depth; capacity 93 tors ^
plus accessoires et ouiils. prí*
$ 2.800.— chaqué, FOB Warehouse coast
or west coast, freight to poin of •
shipment extra.
Pour tout reng&íqnQmenl saá^sssei d
PILOT INTERNATIONAL CORPORATION,
202-206 East 44th Street,
New-York 17, N. Y-, (CJSA).
Denis Féuelon,
Agent pow Haiti, Phone 2B03
Bleu Monitor
C'EST i'DTOIGO m BOULE DE QUALITY
A Tacliat, a la rsvanie, :omxne a l’usage, il n'y a pa©
simple-ment 1® procédé machinál de Táchang© d argent
contra un® marebandiss; usager a l'assurant» que i ín¬
digo en boule BLEU MONITOR est un produií de con-
fiancB.
L’isdigo ®n boul® BLED MONITOR donne le plu*
grand rendemect a la leesire. II ne tache pae le tinge
qu'ü itenchit, san* 1* coujjsí. II ne se désagrége pas. B
na rend trés bien.
Si la lewive 6® fait i damictle, tesay» aussi CABE¬
ZA DE INDIO. Si votre línge se dure pas suífusamroent
ir.íormer-vous de la gualííé ÍTndigo utilise,
BLED MONITOR et CABEZA DE INDIO *ont la résaitera
te d® í'mtégrité cotnmerciae et de bonne répuforüon d»
THE STANDARD ULTHAMABINE
COMPAHY
ñqmt pom Haiti et te Analta®
Denis FEMELON, Ptnt-au-Píin« Ofaitt W. W
Huntíngton* West Vitffaia, OSA1.
RasrmcaasBMis
M. Hermann. Yv©
Eug. Nazon, 1© 14©ufe»aitl ©!
Mra© Fribs Brferrs, M. Haymoad
Hmm, fe© famíto Brferm el
Kazan ¡©nvofent IfexptMwion de
leur prafetwfe gratitude d tous
cmx qui feur out dcmBé.ctee fe
molgnago© d? sympalhm é Voc
casioB de la mort d© Mme.
Hermann Brian©, né© Simon©
Nazon, Uur trés regrelté© é-
pouse, Hile, belfeeoeur eí
6osar, enfevé© d feur affection
fe dananch© . 16 ©©pfeEnbr©
dornfer.
AVIS
m M. ALPHOKSE Ci^EAU
M« AlphoRiS© Carnea a nous
prle de íaix© savoi? d tous,
que fe terrain de Foot-hali do
Petit Goave m\ sa propríété
prívée, qu'II »’a «í louée «; al
lerméí á person«©. Qu’en con
sequence ü fait me i«s©rv©«
pour I'usage qu‘©n lait l'Admi
'imitation Communal© de Petit
Goave.
n^MAIisr t
Scénario du Film Anglais
á Paramount
AVIS
MONGOMmr WARD et Co.
CHICAGO ILLINOIS
Pour toutes vos commando/i
Adrvss©z-vous d kt Momgome
ry Ward ©t Co. metlfeures mar
chandises, meilfeur Prix.
Angle» des Ru©e du Quai el
3’érou.
'ñppenhcruer Oompa'tty Agent
Gdnéiál pour Haiti,
DEPARTEM¿NT DE L'AGRICUL
TURE ET DU TRAVAIL
S. N. P, A. et E, R,
DIVISION DES EAUK
ET FORETS
AVIS
v II ©st rappelé un© derníér©
Icis aux intéreasés qu'un aou
veau délai explrant 1© 15 Octo
ne 1945 kur ©st aaprdó pour
xemplir les formalites prévues
:ux deuxiém© paragraph© de
'article 4 da Décr©t*Loi du 27
uin 1945, relahí cm commerce
des bol».
Pass© ce délai, aucu© inven
air© des lote non déclarss ne
ocurra étr© approuvé.
Part-au-Prince, 1© 4er Qcto-
hre 1945.
D — Z'ENFANTS
La pdilssari© O —Z’ENFANTS
a le piaisir d'annoncer á sa
bienveillanfe clientele qu'ePe
3© trouve actuellsxnnt d la Ra©
des Miradas d cofe du depot
de «Rhum Nazon».
Toujcurs la meme pdüsseri©
roe: Palés, gdteaux, han
oons, prix abordables, qualité
mégalabl©.
N'oublíez pas que vous trou
verez:- Uqueuife superhaes*
Poissons glcícées ©t Fimbcrttahle
A, K. 100 dont tout Port-au
Trine© parle.
Le méme accueil sympalhi
que, la meme célérife dans la
üvraiscn des Commandes, les
raimes prix.
O — Z'ENFANTS
Rué des Mirad©©, á cote du
aépot d© «Rhum Nason*. Léló
phono; 3435
Si Vous Etíez i M* Pite*
Oe i l'tatmita <¡t í» f*naife vos» «arta»
flahsé qo« les ítmmt» 4'affaircg s« aofit
ou !« «eofei I k m¡ 4e ett* tt
da doolasn a>c«eslAÍm. Neaa *«««*.
d’iatérítsr. faúoa» sa travaS
*b*é dm. *»oaa *s©iat át ai*B3f fe ti»
&a á’memxt «* «a aom^*» «©fe fad-
onmíhe fok, fe RAtKA-mfeA
ic HOS're qa'0 a» «oaUcc 4a m*3
fe tltt, nifferaút l«* «Mfew
>doacit moa aeúiiii «Tas***, L*
nrítí áfe <5« m* «i* *'e« »áoed*
feeaía afe k ■ ■
Wrz-vox* «miu ÁLKÁ^BITZBP
.-¡nn* Pí’amaoi «* $¡
•4usri isiottfeUfe^
MaesKas. á'aa
A!ka-MW*t fúW «•
,j- j » ¡ ¡DON N, IfOHA tNjffaUfe* ^ v^y«m iww» « uoup as» tem ; EjimJWAirs CAFE
fABTSHa Moilletire des Bicres
CRASH DIVE
(Le xoqui» d'acier)
he Lieutenant Sí. wart (Tyro
ne Power) patrou.ll© fes ©aux
d© I’Atlantique h bond d’u» p©
Li torpilkur d© la marine amé
ucaiJfe. ü s© couvre de cjloi
ni m coulant un U*boat enne
mi ©t ©n sauvant le! vi© a de
nombro»»©© victimes. De i©
tour d sa base, Famírdl luí ap
prend qu'Ü a été nominé ,íeu
tenant ©n second du grand
«on»-mar in Albacore (Le raqu*»
d'aefer) el qu'il aura dmar-
mats pour chet itiétarchíqu©
lu commandant Ifeuey Connors
(Dartna AttdrewsK
Ce dernter ©st tíancé á mm
iftv;ssa«t© instituir lm> loan
HewtiU, (Aun© Baxhu) pota la
quede ü éproiive um pim¡ha>t
hornee ct qu'il compte é*
pouser dé» que le» nécesadé»
cu service le íui permettiont.
La jq une tille part pour Was*
hingio» oú ©lie doií' cosuUme
quelque» u'(es de se» éléve.».
Par suite d'un® méprise ello m
giisse dan» un wagon 1st qnoc
cupe justemem .fe Ifeufeno»!
Stewart L© pune maun, ra
vi de rincídenl, croit pouvoir
mener a bien Laven ture et
lore© au cours du voyage de
muitipller 1-s amabiiités, ma53
d so» grand désespoir, i] s©
lait vertement rabrouer par la
bolle inconnqe.
C;pendant crrrivée á Was¬
hington, Joan ©st íort en peln©
pour trouver un© chambre d
Vhc-fel. Stewart qui, par ba¬
sará, surprend son embarras
s'arrange pour luí ceder son
appartement, en y mettant toa
tefois une condi.on. fonuelk:
Linstítutrice devra désormais
e© dépouiller de son air mé»
prfeant et fair© prsuv© de plus
á'aménité. Voíci done fes 2 jeu
n©s gens s© Hant d'amitié, soa
pant ensemble, $? rendant au
n¿gh club. Comment d&s hrs
loan résistera-t-ell© á la puís
sanee de seduction de son nou
vel admirateur? Comment ’>&
ne laisserait-©n© pas grisor
par se» propos passíonnés't..
Et un sotr l'ínévitable se pro
¿uít.. ©11© se laisse arracher
un baiser... Elle comprendí a-
ior» tout© ¡’imprudence d© sa
conduit®. Eíh n'a pas le jfroít
d'oubTer celui á qui ©H© cst
deja engage©. Elle regagne
précipiiammeí son college.
C'est ©n vaín que Sicwart qui
q découveri son adresse es¬
say© de kr revolt. Elle a ..dé
efe© de metire un point fina! á
laven ture.
Joan demande b son Raneé
1© commandant Connors, d©
hater feur manage. Helas! fe
soua-roarin vfent de recevoir
l'ordr© d'apparesller et la date
de la cérémoni© n& peut ©tro
encore fixe©. . Connors et St®
-wart partení done 1© soir mé-
me, ignorant qu'üs aiment tous
deux la meme femme.
Aprés vingt deux jours d®
tiaveisée, i© submersible aper
£oit un navire qu'il ne parvient
pas ce ídent-iRer. Stewart recoil
l'ordr© d© s'y ren-dre en canot
ofin de proceder a l'in.3pechón
necessaire. Soudain, alor»
mi'il est a mi chemin, 1© navi-
r© hiss© I© drapeau d la crciss
gammée et ouvr© u« f©u meui
hier. Connors «*t obligó d'at
eXíáre I© retour d© son lieufe
mm ava»t d'ordon ;©r fe pfeu
gée. Aussí h sous-marln est
touchéi mais parvfent quand
m&me a gagner le !o»d de Yo
cétm. Pour trompar Ifennemi
et écfeqpp-ir a a©» nambmmm
«bombea de fond*, réqulpog©
kdaa© remontar a fe surto» u-_
te c«rtaine quantité d'huile, de
rkux Unges, ém Mbm de feu
tea sort©». Alor» qm. fe» «o
m &lm áéjd vfeiolre, R* te
solvent tout ár coup un© terrl
bfe terpille qui a tot felt d‘a*
üéantir 1© vateseau.
De r©tour ■ aux Efefe-Unut,
Connors s'appréte ix xecevoii
ta fiancée. Mate Ü regoit Tor
ore á& partir pour Washington
«ux Üm de fair© son rapport
d Tcrmlrauié, Pendant c© femp»,
Stewat a rotrouvé Joan et M
impose un r©ndez-vou». 31
conduit la jeune fill® obex fef
et la présente á sa mérs com
me aa future femme, n «em
H© que dmmmam Joan nfeit
plus fe foro© d© réstster á oet
amour,.* %
Cette situation «© lardera
pas oependant a reoevoir un
détiauemew presque tragíqu®,
Connors gal ®»t xmmn de
Washington rm-m SiewMl
da*te »» appaftemenis. Le lieu
tenant soudain apper^oit fe
photo de rinátlmiifics. Bou je
versé, il pos© des questions et
npprend tout© fe vértlé. Qu©l
que» mhmt-8 plus lord, son ©x
pl'caiíon avec Joan, on fe cfevt
ne san» pela©, menace de de
venir orageuse, Joan steHor
cr de s© ¡uslitier, eí finalemen»,
déíaUlan}©, di© luí avou©..,
que c’est luí qu’elfe alme. Si
cet erveu a pour ©fí@í d© nom-
bler Stewart de bonheur 11
pionge par contre dans 1© plus
afíreux désespoír h paimo
Connors, qui vient d’arrlver et
qui a tout ©tttendu...
Le sous-merrin part potír un©
nouvelle mission secrete. Un
«tanker* ennemi est bic-ntot @n
vue, Au lieu d© le torpUler,
Connors decid© d© fe sfevre
et de retrouver par ainsi fes
navires qu';l va ravitailler. Orí
arrive a une petite il© p'rdu©
dan$ 1’ocean, oü les nazis ont
installé un© véritabl© bas® na
vale. Le sous-marfe a la sui¬
te du * tanker » pénétr© au
cceur des ouvrag©» ©nnem's, é*
vitant d© justes»© les nombreu
sos mfees qui frofeni sa coque.
la null venue, fe commandant
pre»d se» dispositions pour dé
huiré la base el taire sav.ter
fe grand reservoir de gasoline.
Stewart s'offre pour partir a i a
fete d un petit contingent d®
volontafrcs, gagner kt ferr©
term© et m©n©r d bien Topera
lion.
Ce group© de héroe pour
io-t-il remplir sa mission é-
chapper a la vilgiienc© d@s
soldáis ®nn®mis? Qu'advlsn
dra-t-:l d© Joan qui Id bas aux
Etats-Unis, attend anxieusemont
terndis qu© Stewart ©t Connors
som en train d© risqu«r feur
vie au-service de la patrie?
Cast c© que vous saurex en
olldnt voir:
L© Him .1© plus dramaiiqu©
Vos uvre la plus pass;©nné®i
CRASH DIVE
ovec Tyrone Power, Anne Bax
ter.
AVIS
A la suite d© TAssrmhló©
Genérale Ordinair© de» Actio»
caires de la HAYTIAN AMERI
CAN SUGAR COMPANY, 3,
A„ qui a m Rsu lundi fe Ur
Octobre, le Conseil d'Adtnm'»
nation d© cette Societ® s« hou
ve constitu© comm® suit;
ME Caleb D, EUiofe President
Georges N, Léger, Vice-Ptmh
ítem
P, Faux®, Secrétafe© et Trégo-
tier,
W, A, Kroeiher, ,
Adjoint ©t Tréaoxier-Adjo’fe»
Edwin I, Xilbourn , Memb-?
Haytlan Amedeo» Sugar C-
pony, S, A, -
Port-au-Pri»c®, k 2 Oeto.V -
1945, - -
par Caleb D. miOTT.
fxétiém
SPECTACLES
tvous m A0
1CAFE


Special* “Le Nouvelliste
ms. eooütes oss centjuneb be postes de rumos
oes nations dwes, phopa 'ieant mm «oovausa
DANS TOOTES LES LANGtJES
Darniére rteure
PARIS 8 Oct-- La Fedéranos
Mondial© des Trade Umo« a
demaxra© que toas lee pays D©
mocrahquea rómpete avcC ¿‘Ai
ger.une ©t i Espagne et leur im
pásete aes sanctions econotm-
qms.
LOi^PÜSS 8 0ci.-~ Les lea¬
ders üu Monde Kgyplsen ei Mu
feulman ote derna¡‘cíe ¿e miad
aee anglais de 1’Lgypt©, et la
rouvexutte'ie de LLmp.r© mu-
hUimcrn ds ¡a Retejíame Mcnay
au Maros, L© President u« la
Coi«'tuj!s:o’> ties Attunes
geres ae ra Chcmibit* tie 1 L-
qypw tí o-mande cum»i i© :o
tra;t aea coupe® cmijiu.ses u5
que a Lby. iUo.fc.,}&© vile-
mem.. so« «voter,
NEWYORK B Ou. Oh cm*
ho«ce le wtaux a ax Lials-Vuu*
du Ckmeraí Eisenhower.
WASHING ION 6 Oct A
¡a reunió» fuer au Pan-Ameri
can Umon pour statusr sur ia
tiememde des Etate-Uuis d a¿our
tur la Conference a© Rio poar
s<© pas avoir a étr© panm les
Delegues du Gouvemeraete de
Farrel, on a coteuaié que le ro
p’-esenjam áe i Ttrgeteme, Luis
Luí!, a aussi voté pour i'aiour
temete, ce qui fait qus ¡a pro*
posuíon americame a ©té a-
gré© a i'unatemiíó.
WASHINGTON 6 Oct- - Les
employes des telephones fe©
sent mis en gréve pendant 4
beures,
LONDRES 6 Del, - Les a Un-
ques Oes joujnaux russete sur-
tc*u: ioigano oILckl 4zvesí.a*
co^tre Rymes ei Bevite créete
une sorra ae guerre cíes ueris
p.íiro .a Kuss.e- tu le* pays arc.
aetectux.
PARIS 6 OcL - Laval accu*
ss Petara pour se aóíendro, L
a au qu'ii n ¿tad qu figúrate
daí-s le Gouvernemení áe Vi¬
chy; qu© Péiam ava;t plus de
pouvoir que le Roí Louis XIV
qtu devait soumtltre see pro¬
mts era Paítemete, tanate que
Potara ne soumehait ríen. La-
val dit n avo:r pns aucun© parí
a i’Armistice.
TOKIO. Le leader ubéraL
boron Kihre Shiaencxra, u» cíes
democraíes les plus counus du
japón, ancien ctmbassadeur
aux Etcus-Ums éraerge de 14
aunóos d éc..pse poi ‘.que pout 1
devenir premier M.n.stru.
TOKIO-" - Investí par i'empe
reur Srudenara • < : ¿so ce ma
i,n ie palate mp sr.a. pour chal
¿ir SG& autres M¿r* stres ei sur
Y78 et ct .a les oxmes du gene- (
ra í Mac-Arthur, ¡
LONDRES. S prisoi iwer, c,a
queue ailemands o»t ¿te pen¬
das pour avoir assassin© des
c.amarad’-'S pnsonuiers accurés
par ©ux d avoir déseríé 1© cío-
do nazi.
PARIS. -Le procure*.
ral a piédit que Lava! va ofír.r
des d*cuss;oiis sur ses nego¬
tiations avec les ademando.
Ií croa qu© Lavat peut teuter
d'étabir les points suivants:
1) Franco avait reclamo á
• Hitler u»e partí© au Maree han
gam
2} Hitler retusa parce qu© la
veiile de la demande luí Laval
BUENOS AIRES.— XI a été an
noíícé que la nuit d©miére los
policiers ont ferít i©u d© ¡eurs
revolvers sur une íoul© de 000
íemmes. jeunes Liles qul mani-
ítísicaent leurs m ¿con ten temen!
contra te regime sangumaíre et
«nti dómocraí.que d© Farrm-
Peron. Un© iemme a ¿té bies*
ee© par le sobre d'un paUour
13? rmmíT
HA VTEILLZ mt
^ui te»
íes d© bonbons quten a pen#
d'ouvrir pour ne pm Im â–  abl-
m&i et aussí des grdnd'péc s
a kt barbe blanch® Jxnacalé»
de tabac. Oh! cea graíld’papaa
üo»í on aima t d inveutoner
Ies pochos toujouxs gansles de
i sucre d’orge qtii sentaíent par-
[ lots la pipe mate qul n'e» ©-
J tuient que meiBeures. Tous les
i iíiur quand i© group© cherchan j P^Lts ©níar-ts ava.eM ÚCa rúa
a pcuétnr dar*n I'Hótei Plaza ' ou‘ dea ffl™°íls' ^
; lace au palais gouver»‘em©niaí. | r.antes e. bom.es, .4©s .. rj.ua
1 Les temares paradéicat a©- Ii;l}Vi(! aux ma pí'£‘s ,u 1
| van. Ies bureaux dea joumemx f b'*J\ u düX' doM k,U!. \
| «La Nación», *la Prensa» sous i qn'Ste^ wta‘í’íl‘ d *1 ' C‘if '
i ,n duocüOíi do la doctor-4^ I ^ r^auk ^’'h^n
qn u y ava l aud¬
it éichJ soujoúrs
ihirs Ut ma i
r:
«Xre Noavellístey
®aiW
U MODE
DU Joun
I , 1'
Alicia Moroau justo, veuve du j ivV
teí.dtnour du puih ¿.ocsubste ur ¡ lh}
gentan
BUENOS AIRES. Les íem-
¡nes arí|er>tl?5es plus torrtermron
qu© lea homrnes ont rédame
dans de© tracts que la presa©
du paya jen© un d&h a la ce’n
-,uro oiLciede ©t publt© tes iap
ports comptets ©n dóplt de !‘E
tat de siego. Ellos o»! aus¿n re |
clamé qu© les notes concernes!
tes évenemem -sportifs, man- I
dams, íes cinemas soietR rsu- !
róes ©n signe de deud nahonc!. |
BUENOS AIRES. --11 a été cp
pris que les eíudianis des «ni- ¡
vwsüé cúbame» om voté 24
heures a© grév© pour mandes i
ter leur solidarhe avec les ©tu ¡
tísaníss fegentins. Ik ont décié- j
té un© joumée d© deuil nano- ^
i nal pour les ¿ludíante argentina ¡
I taés cu cours des ¿agarres de i
1 jeudí. ¡
i Dernlére Minute
1 6 OCTOBRE A 3 HEUH^ P, ML
I PARIS. - La rad.o.ae Pana
i a annemee aujourd'hui que la
pone© íra«caiS© a airóte Maaa
ms Jacques Etenot, ia veuve
au leader íascist© irangais qui
a trouve ia mor! daos des cu-
(.onstances mystermuses quel*
ques mois avaní la capitula¬
tion de LAlHmagn©, Madame
Dor,oí a ©té arréteo tandas qu'Oi
le rentraR ©n fraile© avec ¿es
aeux ííli.'s ©t sa oelle-msre.
} <>ui 1© juv> ties juotnKnh u E©L qu*Mí"»'
oí c!o granas chev mx picdL-um
oo!-t o*. íivcat p'Cur eí qn o? mou
¡(<}i rí miyi© a'»niouch.i.
Tout ''©la: grand'mmea, gd‘
nt»r©‘-, juamans et papas reata.¡
parea ta’>d:a qa© ( oua ott; s
c* iamb f,oua graf‘díaáion«. Ar
áva.l bemol le moment poní
? ous d'f.T.er dat-s te rnoíJs
Pour le ?:«»» hotnme qu© ; e-
to.s ct í*.t un éveuí met t Ja <:
,e ¿ouvt»*-«r rae trouble si pto-
foríd©?u©n? qu© )? n'os© 1© ce-
ci.rv ue peur ae me vou r,:e
au nez por ceUi Fila1© loo ©o
au com de ma Louche. O' a-
vait conru des gamm^ turcu
Jantes et supéneures commeí
des peütes scsurs.et un sote de
bal or. se irouv- ©n prés©'re
de cteatures si divteemem ac-
Domp'.es qu'oa n© demeure
leralem.nt idroí. Dans-er avo.c
e’Jc-s, les ©rdact-r. mor* D-eul
quv. bonheurl bo -he^r s. grafd
ruáis cü ruém© ternps s. uag.-
lp que Fon prend m;he précrru
Loas metedroítes pour :e prc
ceranger ie g*vr© de ru lie q-»
les couvre, ou iroubter ce acuri
re dont la grace vous ©n¡vre
comme du hasechich.
VoUá Haiti, telle que je .a.
connue ©t qu= je veux toujours
la voir. Des geus vous dmoni
oeut étre, Madame, que celo a
cr.angé. C'es! vrai. Mate tenes
córame moi, »© íes coryez-pas,
bwgpemw, docum^^se rap j pouí V£JUS é;=,gner d8 ,¡ous, ,s
íaisseront tomber la remarque:
«Quel sole'll C'est leí tout H
tsmps ]'été-»et d cela je répon-ds-
C'est la contrée ou Jes ros' s .
portam a ia vie poíiuqu©
son man ont ©té trouves daos
£.es bagages.
iiONDKbS,--■ 18 refugies icn©
gucs qui xentraunt chez ©ux
par ia vote aenemie ont troa-
ve la morí au cours d'un ac-
c.ae»t d avion, L© bombardier
Liberator quí les transporteit
s esí ©erase au son immédiaí;-
mem aptes avoir pns le voL 5
merobres d© son eqmpag© ont
ele aussí tues. i’accident s ©&t
proauit hier a xnsdi, prea cu
â– i tu village d Elvethan da^a
© Sud a© ¡'Angelen©.
PARIS.-- Le proces d© l'ex-
premier MRntetrc, Pierre Lava!
a oté ©r:'care marqué aujour-
d'nui par d© graves incidents,
D© vives discussions s© sonj
¿ngagé© aujourd'hu* entre ,©
jage Mongibeaux» te procureur
general Andró Mor«©t, les avo
cute do l’ex-premiex Mlmsho
et i'accusé. Les incidents ont
commence avec te question du
luge Mongibeaux demandant á
Laval quí La volt xemte au pou
voir ©n 1342 aprés ©on arres¬
taran par 1© mar ©chal Péíain.
ociasent tout© iterate©. Haiti
mon pays. Je 1© contempts
a*
vec los yeux de mon cceur. De
lui sourire si gradeus'-ment, )©
vous oiire, Madame a mon Ioji,
mill© araces.
DENIS BROWN
í L© Rmne vntucae Jama,can-
I mi lou© au Hex i© 3 Octobrv.
j
Í '
| ?,000 DOLLARS SUffiSENT U.S
POUH L'EXTENSION
I AGRICOLE?
) L>an& !o nouveau Budget du
Depártemela do LAgr.cuduos
¡>our Itex’ens.oii agr.com «o S.
• N. P. A., nous avons icmarqua
quil n’a etó allou© a celta ¡tu-
portanii section qu© 7.000 oo a.
Qua txd on consider© qu© í©-h
'¿/Z de ceno vaieur seront piu-
tot employes au paiement isa
\ appointments, on so demeu--
; cte ce qui xesieia pour la d:¿tr:
bution oes piante susceph?»«a
a augmemer notxe production
acncole.
Le pays confronte une cr s©
aqricoie; nous 1'avous amera
i ment explique aans node cam
í pagn© «Pianions. plantons;*. Ca-
íé coton, cacao, tout áéctou;
! méme Ies cultures saisonniéres
í no donnent pas Lur plain et
. ©ntier rendement. Lyc des cau
?©s premíeles a l'ongm© de
' cette cose agneoie. Ma.s que
peut faíre i extension agneoie
avec 7.uü0 donarsi Le Ministre
EAgrcEmn ©r.vIsage-t-L ce?
credits ©xtraordmaires : t supplé
I mentaues au cours de iexecu
í ?orx d© son Budaet?
I '
| . LE Dr. STENBEHG SERA
A PORT-AU-PRXNCE
| Le Dr. Stenberg. lieutenant-
í coionei au Bureau Sanitairo Pa
í^raer.cau, qai etc’t venu deux
ío s a Port-au-Prince, taire . ex
per.ence d© la pemcilin© su1'
.is Cw-s d. p.an et ¿yph:.;s se¬
ra a ?Qxx-au-Pn»ce 1© moís pío
cnain, en vue de controler ;es
resanáis ©^registres par la Mis
c on So. ¡'.cae Araer.ca.ne ¿a s
ue traitement d© cea medaejes
Cu. ahectent ios masses :o.a-
s el ínstruíi avam d'aller W
coucher.
Chacun Yerra qu’©« aya*!}
son .«Nouvelliste* chaqué mem
bxe d© te íamJU$ aura :de quol
petsmr une agréabl© soirée.
En retour d© c©t i ífort, de
cea aacrii c©s, qu© nous iai-,
sons, pour servir nos oootmee#
«ous leur d©marjdons simple
m@nt dhngistex píes de teute
erais, pour qu© oes derru.-rs
prennem un ctbounoment nu
’ Nouveuist©», s'.Ia iv»i
pos ©acore tete
1 Qucn-f ti ceux ou. ha iros
i aere ctu voisn* pour luí ©rnpute
. t- f %ii jounuti, qt.'ik u dbotú
, q ! ' ví i'teut \>'i* de la fUi>v;a
! t'USí, r>[ qu© >,o *jNíítt p’l'-,
i ©!’«- >nunii,u nntiH joutriai. f í . ,1 k-.u-í-í© et i ©at q»« iU> hoiü
Í . mu | Ní.,i Lu’ .ú í'OUfi ewu;>l<;
i i' ’ , ■ otro innovabas».
| Guau ¡u„. pouv.ímn© qu'u»
I Quotidian, duna un© tem.Iío,
:-‘t ami .'-doipipsarsbU* qn©
les arres dans un© Feote.
A'oí- quand dará chaqué
Mamón o?í s’abonaera au «Noa
voüiste» 11 ariivera 1© moment
ou nous pounons offnr un
ga«d Quoddien d plusíeurs
t pagos córame ches tous tes
? vaisms et aans tous les autres
Pays.
í Par comí©! Cees n'arnvera
Lócrivaih quí tear a éotmé I®
jour. Que de lote n'avone-nous.
pos él© poursteVis par uue
phrase, un v«re, un mot, OU
KbT-DONC? Imposaíbi© do fi¬
xer s.s souvenirs. Os Itetíríbue
d l'u'n a l'autre; ©rreur! o« ae
í i bus© la tete; plus os s'obst»-
r©, moms o» auemt I© but. On
«© desespere; la puras© n© vous
quids pos, vous harcet©; i©
vers ©st toujours ra; vous ©les
...,e, obsede, inalado.
. .. »;et ©anuí, c'est cett© »er
V^.lv/, v.* cauchomar qu© «Lo
Nouvou.ato® v©ut voufl ovitoi
üw:a loctour», on ouvrant na
»nuvoLi‘ tubr.qnfí OU LST-f .E
i orna i .Viutou/, Lcíjuvío ou
L.jukmíí i*t penaoo, ia phta.m,
,© ver», i<- tnoí, vuüííh fu
q.nvu ©' tungtempa pouniuvo».
í íuvm*^ vt>*w »NuuvoíLsu** et
vouís iva Uonvm.
m ni: unos lar .. main
DUES,,,
Noa tecíoníH UouvbioH d»u»
t© chupare uutunt d agtémou»
quu cte proht Notr© yóu«rcu.o*»
Uop activa #t trap presses Eaus
cure í© íangage, corara© a plai-
£tr, a recuoíllir pour vous \m ir,cor
recho«s qu¿ puliulent á leur ai-
s© et vous. propos© les formes
expressives et justas. Eisez, cul
tivez *N© díte pos... mala ai*
(£?x '» ía Mlén m
l/í,í Wf.vsrM
'/ f« fmm &
¿ÁtmMum
tes...» et vous aurez acquis de
jamais, si LHaiber, ero.i guh | .a claxté, áe la justesse, de ia
na quá empruMer le quotí- j i'-.xc© dans le «bon usage» et
ci;en du voisin, pour s© disp«n Lécrxtur©. ¡
¿er de s'abormer. Nous serí-ons heureux, lee
LE COLLEGE DE PmOS-Wi
FONCTIONNE DES I*- =-
Dés luna' prochola, te Q¿jj¡¡.
g© de Pét on Vilie cmmm
i . Changeons de mentahté, ex ¡ tears, a avoir aussl vos suqges j XCT ¿ fonctíormer. Les
| ¡.our Is prestige du ñora ha i- trans, vos critiques, votr© par- "anft n’ftr^
i t en. n iicipation active, et, au fur et
í * * * ! c mesure, nous ©nxichirona,
I Des lundt done vous trouvo- | pour votr© dilechon, noire ruhr¡
| j©2 un© collection ae «QUIZ- \ que de définmons humortsti-
I ZES* ou «Savez-vous», áe OU \ ques, etc. etc.
' EST-CE DONC, de NE DITES I
FAS, MAIS DITES... propr© á J ARRIVAGE DE HUILE SOTA
éveuLr votr© curiosíté et a la j ET PURE LARD
! catsiaire, en méme temps. j Nous apprc nons avec platea
; I) DES QUIZES. 1 que let General Trading et Co. I maiín’
i Evidemnunt, vous íous, chers { n recu un stock de Pure Lard I
ons n'ont pas
Direction a abauu la rutte te*
aogne des examena d'aáaé»
sion o ia satisfaction úh
tan Is ]
j -ecteurs et ahonnés, vous con
! naissez les réponses aux «Quiz
¡ ?fs» ou «Savez-vous», mais
: que! plaieír vous ail:-x avoir i
! quand xi vous íaudxa iaíre jail- |
l.r c~.s réponses de votre sub- j
consc.entí Et aussi quels exer í
, :Jc s précleux!
Chaqué jour, «Le Nouvsüis* !
te» vous presente cínq «Quiz-
ces», de connaissance et d'ín
formations. C? seront <
t d'Kmle de Soja-
Lee clients de 1a Maison sont
jnyjtes á s inserir© pour te répar
tiiion» 4
rents.
Les centames de pcre% ^ :
cra.gnaient de voir se knmk
C'dlége se reprennent é wstfr
2 * r. Haya plus pout W
ávr trap t a effecíwh
de Petiors ViMtó-ai*
?; 1© so.r, de Astesi
i Prince Pebon-VRl©,
I Les parents n© cwmn shs
| le risque d? canSer leías m.
tents aux autobus, Av«c k
I College de Pstion Vílk,
j ¡o quietud: pour les pa?&U,
• et les e*3 s'y ¡cslrut8t4
! aussi h.en qua la Capital#,
\ Pétíon-V Lote rnscriv» i»
-nfu’t- au College <¿e
¡ Ville, ó vetre College,
MANO ¡
UNE UTILE MESURE
DU DIRECTEUR
I DU COLLEFE DE P-AU-P,
J Ií nous review que le aévoue
í Duscteur du College de Pon-
contir.u.r sa dótense en cena 1 cu-Pi • c , tenant compie ítes
ront qu ü es¿ un© vict.rae d ur. [ oítficulíes rencontróes par sea
enme jiidiCuajT©. Par auteurs, ! eleves pour se conforraer aux
cu fa.t remarquer qu© selon la I joglerouats de LEiabijssem:- ¡U,
,oi hanga»se tes avócate de lo j quant á 1 uniforme en kaki, a
deio'-c -’•© pe arron í pos deten j déc de d'exiger le port de ceí
uniform© qu‘á partir du 2 No¬
ah su une entrevu© avec te j Comm© Vacensé refusah de
chancelier nazi,
3> Ce soW tes termes de l‘ar-
mkfic© avec LAílernagne et
non l’aocord de MoiHoír© qut
so«t reapongabtes d© la poiiti*
que d© collaboration.
4) Laval éíaít pr©t á réalisor
un© entente secrete avec les au
torités libres íra«gcr!s:s d’Algor
aprés la liberation de LAíríqu©
du Nord,
BVmOS AIRES.— La tensio»
s'est augmentó© ©a Argentine.
La polio© monté© a réalké des
áécharges de revolver sur um
foul©.
5 repondré, le jug© a declare
1 *N ©sí-c© pas Abete», Lee jures
s'écnerent alore en masss;«nous
voulons que vous rópondiez» et
la val de protester: «C'est ille¬
gal». Alors te juge Mongibeaux
atecria: «Gardos faites sortir
1‘accusé». La session a éte a-
crs suspendue.
PARIS. - Qn apprend soui
c© autor.sée que La val a été
rappzlé devant la haute cour de
justice aprés sa deuxiém© «x-
pukion depute qu© son procés
a coramencé, Ctependant itex-
premier Ministre a reluse de
deten
¡r client puieque colui-ci
ne prenda pas pan aux débala,
: Le juge Mongibeaux a la ropa
se de la sess.on a declaré qu ¡í
pourralt recounr á la force
pour fair? amenex Laccuse mats
qu'il pófére continuer 1© prores
ev. son absence.
PARIS.— Durant les premie¬
res heures de la session d'au-
jourd’hui aucun témote ne stest
présenté devait I© tribunal. A*
prés 1 expulsor de Loved, le
tribunal a ©ntendu ceptndant
la deposition du premier té-
raoin, l’ex-président Albert Le¬
brun. Cette deposition n'a du¬
ré que 15 minutes era molns et
le jug© Mongibeaux a deman
dé que la atufen soil ajourné©
jusqu'd lundi prochain.
MADRID.— OMcieltement an
apprend que Doming© Dalas
Barcenas, repráse*temt de Fran
co auprés du Vadeas ©t 1© due
d'Albe, ambassadeur á ion»
dies som arriv^ é Madrid,
?mbre,
Toulefois, il esí demandó aux
E-ev-s d'etre íous présente, Lm
d; mal.a, 8 Octohr© couranf,
oux heures regleraeniaires.
C’est ia«t mieux.
OU ESI LE NOUVEAU
CODE RURAL?
Depute deux mois, les «mas
ter oí» de Damien, se réunis-
sftní chaqué Sara ©di apzés-mi-
di, a Thorland et font des échan
oes de vue quant aux modifi¬
cations ©t aux araenagements
d apporter au Code Rural. Leur
travail est-il prót? Pora: execa-
tet un programme agrícola. !1
faut-une polio© rural© armee
des pouvoirs assez étrnámi
seul 1© God© Rural component
das añides daks, nets, &st ca
pable d© proteger te paysan
contre les spoliations ©t tes vote
dang les carapagttes.
Les «master of* o©t ite font
PETION-VILLE FETE
SAINTE THERESE
Dimanch£ prochain, 7 octo-
bre, sera íétée a Póíion-Vilie
dems la Chapell© gui porte
son «om, «LEnfant Chéríe du
Qrii?.- I monde enher», notre Petite
res vemés d Hislout*, de Géo- ; Soeur á tous, la célests Messa
graph.e, de Literature, de Loi, \ aere d’Amour e; de Paix.
Musique, de Mythology de j A 6 heures, Messe de pre- .
iiCifuce, de ReLgíon, de Mé- ¡ raters Communion Solenred^. ^ lS aií -uílí^ ^
;.no,rp ívér¡tcrh¿es ¡este;, d= Pay- [ A 7 heures et derm, Grand i
rho.og;e, d ét queue sociale, et ¡ Messe solenneile, au cours ae ¡
laquelU -la 'Chorale de Saltee j
Thérése 'exécutera des chante !
polyphoniques et une messe en f
musique.
Aprés la 'Mrsse, Veneration
Relique de
‘MESSIEURS LES M
Que tons les amateurs é
bon théátr- se renden! ga be
aes Quizzes (attrape-nigauds ou
ponjs-Qyx^nrsi.
Tous ces Qu.zzes, seront sui
vas d© leurs róponses á la ca¬
ge des CÍES,
1L 00 EST-CE DONC? | de la precíense
Nombre de penases, rene- í Saltee Thérése.
JOOÍ1S, sentences, máximes, é- | Dana lapróa-mldb á 4 heu-
parsras ches- tea ©envaina irán- f res et dsmí©. Procesión a 'ja
gms ont pite l’aspecf de prever | vera lea rae© du quartter et Sa
bes ou, s'irnplamsm en .rhia- luí da Tras Saint Sacieme-ot.
ces connuen. dans les livres, | Too» la ¡ounté», sur lf, pe
ecr.ts, aiscouw, joumerax sfo., ¡ louses aTOisinctnt la chapeas.
Or lea énonce, on les repelo ct | comptoi®, kermesse, surpri-
1 env*®<, *“« »® nappeler toa- i *e«, musique d's CkMm,
,ouis l'ssuvre quí les conüent, j vente d'objsts d'art, rafias, etc.”
chain. 8 Octohr©, a 8 fe.
coir pour voir ce que d<£
que:
«WSSIEUHS LES MEDÍ».
Les cart's pour cette I8É&
ont ©te mises ©» vetee
í ce maun pour évlter le3,
; combnment du derteer ^
j mete.
| Qu'on s ©moresse de
| la sienn© pour teavoir pe»s
| L' regretter.
II y aura un autobta pctS'M
> habitants es Pénor-VLle.
«CMS®
Ge soir et cera
3 heur-s du soir
YAYA * áécréíe la
a la Croix des Bouqotó*
-Emembl. I» AmMqam
mmxm mi m
Exiqez le halt Evaporé flRMOÜk


Full Text
Nouveaux Graves Incidents all Procés Laval.
¿OB iA SnaATK»
ooebnationaue
u PiésideM Tntmcp» hier, a
A¿Lé tos un manage aa
ml. qus dea tamrnw doi
pd** c»ttW
Tia Bomba Aiomiqae, »«m
¡•éMigia atomiqiKS POUI
utilise* da"» ri»diurtri*
f-í|*
C‘m i®11» démarche procos
w sentiiaerit d'humamtá,
¿JJ» *«*, mato "® !aias® Pui
«rft» ri»F«sasio,> 1u® !a
,¡80»®» eíírai® máme cetix
Ljítáo»! donné le jour.
'fr aprés les ssotis ds
tet «8g» devasta»™-, au Ja-
MS, ÍS8 amiricain», les an-
@! jfs casadíen» gút á point *'il» >’«
]'05! pos enuereme"! inventes,
^¡jpi j8«»er, par des mesures
ítuírsmsru ópouvaiUabtes, les
¿¡poem é» íaáe 1®*“ r^ddit»0'*,
im ** pa» avoii á lépéter
te áéKrtres de Kyroschíiwt et
t-jsgoshaüri.
B s'v a done plus a cramdis
lis isamsiícatioij de la pro-
¿«éSe" da la Bombe Atomi-
«8, c» pa™- 1«* rateos» sui
Ecoutant J. Byrnes
Hier Soir
WS ETATS-ÃœN1S. CONSEQ0ENTS AVEC EUX-MOEMES
&* am&icains, angla» et
ont été írappés d’é-
devant les dégate tai
produiis par téurs
isfestloA comm© nous Tavons
pirn baúl Quant
m sufres nations, qui se-
¡m&l antees de se Kvxer á
ümc&x de Laboratories
l©grdéconvrtr le secret de Té-
atomiqu©, mime si eités
g« pos en fair© un en
ais, pm tíétruite> il est prrs-
qe^eerferi» qu'elles reculeront
me telle enfreprise, eu
cux dépenses de m fi¬
que nécessltent pore He
B DT u salt si alies
y psrvtendraient jamahs, me¬
ss© ©8 hosvam ces milliards a
Hier soir, nous avons ieii- * Unís crccepícúení le principe des
gtéusemení écouté á la Had o,
le Rapport que James Byjnes,
Secretaire d'Eiat du PréskL nt
Truman faisait pérsonnslté-
meté au Peuple Américain et
au Monde Entíer, sur ci qui
n est passé á la Conference des
Cmq a Londres,
te Secretaire d'Etat Byrnes a
tévélé l's moindres details des
negotiations qui eurem lieu en,
tr© les Ministres des Affair.?»
ftmngéies de Grande Bretagne,
de Bussté, de France, de Chi¬
ne et des Etais-ttéie.
L'intran^igeance doM subile-
me»t des le 22 Septí-mbrs, la
Pél^ation Sav i etique a íait
preuve, aprés avoir, le H á\i
meme moís, accepté le princi¬
pe des procedures, est mandes
’ grandes lignss soumíses par te
Délégation Soviétiqu . et n’a-
valent fait qu'une seule réscr
ve: 'celle de n: reconnaiir*5
que des Gouvern menta qui se
raient issue des libres suíirr-
ces du peupls.
C'esl á ce sujet, que le Secré
ia re d'Etat Byrnes a soutenu
en- belie these, en expliqua*u
que ce soni les Puuples qu¡ so
«ont batitss, dans cette guerre;
ce so»d 1 s Peuplea qui ont «end
íert des restrictíotts, de la friim
et du Iroid,
Or ce sont leum reptésen
♦ont» auütentíqu's qui doive-U
y,at\icipm cmx «égoc.'ahons de
Paix.
í.iü*ci««^Prap. Erami G. CHAU .ITT
ADHESSEi HUE HAMMEBTO& mUCM.
PORT-AU^RCNCX — HATH
No. 21.5^ — SAMEDI S OCTOBRE 1945
P, O. BOX IL 11»
PHONES! 2232. 2432
m*o# ANNEE
Nous donnerons á nos lec-
De quJque cote qu'on se re
teurne, on ir ouve les Etats-U-
,eurs íes parties saldantes de | nis, consequents «vec eux-mé-
i! y a oussi comrae
d sñvisager, dans la
de l'usage de Tener
e;e ^esmque les dangers de
á ajouíer g tout es
par ks dnq
dé la guerre qui ví.n*
car, de Tavis dea sa-
ntá e© peut aíbiffiír
de temps encore du
L&. souíírances des po
voisines de ceñes
tp¿ m.. out été dkectement al-
hi -xomirant? declaration du
' frásldem Truman, qui s'est re
-téié us vrai chrétlen, devra
.-Mu* considérée, comme-
.-bsurmis» nouvelle pour
les Nations, grandes ou
f^^rde méme que si les
â– rM*:^erask et barbares de
TAmwaienteu Toccasion d'em
ls Bombe «fornique, ibs
. .«^aísnt 1© monde dans la stu
: : dans Tépouvante, le íe-
s . trembler, choque Jour,
4v?aat téa menaces quité pro
v:vo»aeut de s'sn mvm.
ce Kapport que ls Seaéiaire
d'Etat James Byrnes a íaít d la
Badio hier soir.
Maté nous voulons • aujour-
a'hui, souligner combien tout
á’aborá, un© fois de plus, tés
Ftafs-Unís so ni consequents a-
vec eux-memes, dans leur crol
sode pour Ies principes áémo
cratique, pour }&s Regimes Dé
mocraüques ©nfin pour les Li-
benés Itésentielles.
Le Secretaire d'Etat Byrnes,
en révélanf que c’est la Delega
don des Eiats-Uriís qui a sou-
mis un projet de Traite de Pchx
avec TltaJie, a donné les gran
des lígnss que contenait cet‘e
proposition. On y constate que
les Etats-Unis imposaíent for*
meüem&PÁ á ITtali© té Regime
Démocratique-Représentatif.
11 est sfipulé dans ce pro jet
que l'Italíe devra avoir la liber
té ENTESE ET TOTALE DE LA
F HESSE et DE LA PAROLE; que
des Elections réeltémení libres
doivent avoir ]’eu; que tés Par
Hs politiques doivent se cocui
tuer, et que des reunions pubii
qu?s doivent étre sane auenne
i&stríction organisées, pour dís
cuter politique,
Vbild ce qu» le Secretaire
d'Etat James Byrnes annoncait,
hier soir, á la Radio, quand il
dévoilait Ies grandes lignes
a'un Traite de Pa:x que la De¬
legation d's Etats-Un;s avail
scumté a la Conference des
C‘nq, á Londres.
Révélani encore ce qui s'est
mes. lis continuant la Croisa
de Démocraüqu;- du Grand A
póire qu’était F. D. Roosevelt
Des amis, chez-nous, es-
saye«t d'ébrankr parfois uctre
íol dans ks intem'ons loyak'-s
des Eíaís-Unls, en insinua^U
que tout ce que proposent Ies
Déléífaüons de Washington, con
\ cernant le Hégim ¿ de vrai© Dé
mocratie qui doit ex’ster dans
le monde, «'est que «pro-íor
mal» Tout Juste, si an ne
r;ous dií pas que c'est de lo
«pouáre aux yeux» Moté
voila que, comme pour, con-
vaincre Ies técrédutés, chaqué
íc;s quo l‘occosion4se présente
pour faire triomph ~r la Démo
cratie, ce sonf précísemeni Ies
Etats-Unis, qui prennení la hau
t© main et agissent en consé
quesee,
II reste, comme derníéie ten
lative de rebulfade, cetíe apo&
írophe: «Mais de quel droít,
les Etats-Unis se mélenwls des :
affaires des cutres Pays?» ;
Ceux qui partént ainsí, oubhenf
:Is que tés autres Pays font
fous la queue aux gui chets des
Etats-Unis pour avoir de i’ar
g-ní; qu'üs tendeni tons la
u^ain, deva'nf les Etats-Ums,
oour n© pas mourir de faim, de
naladle et de bold.
C’est de tout C;la que, on
¡oit I© comprendre, les Etats-U
ís tirent le prestige ft Tautorí
é de ses Optéiocs, qui sont,
i'aUieurs, conformes d «i'ofdre
PRESIDENT RIOS
VISITERA TOUjOUKS HAITÍ
1 «ví fui t qvv» Qr*» * t ¡i-
even m* nts qut* *' .„íuv/-
non un 'V

m Ch li p'tm i<* *•*» p i. \ ,< ¡
tt’r c **£ií*«» e* p v , e*
(ti 4 n t> ' u n nf «" tí
a¡* í'uo u í Am í .> í-í i.. 5
* , a Ku> mu Vxc x po* cíu qm. iíV ’té,* Un- g»*
.uJk; í i ¡juí.í.'t’ i-i xi*t ’u’>t
h.os qu' vs.vn; í H-í . ,t /LJ
Octabrs- couram.
Nous áoun. ,'w- '> qu«‘ n-’ ’.©
v en^e cof’írai.cr ceí ,,*.nr,rcnr'»,
U qu© Port au Pr ncr* c * , r
cosían d’acCiOa.or .e Ibes ■* 11
de la noble naícr ch’.er ->
Une Interview
HE GEORGES WffiKEB FIES.
mmmt a la cowfssencedu cafe a mexico
.’«asé. canemnant ]-s Traiíá^ i iouv. aa.aiíx prinepes démocra
le Paix avec Ies Etais Baika- I iques pour le triomphe • des
níqrues, le Secréíaire d'Etat la I quels taut de sacrifices ortt été
mes Byrn:s a dít que les Etafs consentís. ' íl
í«t
WWOW OCfOÍKE 1945
" Qce pausez'vcas du «Draw-
■te» Ct®cernant Jes' «maüé-,
^ ;^9míér^ ©ortant tra^s-
par des produiis ©xté-
mm
~~ 2 y aura toujours dans
^<**88 des «boom» ©S des
*te» pota- se X9,.,péter.
vnom DE mae. GAHOT
®«r Fe? un avion de la Pan
f“teuia sont rentréas des U.
a A, Mme. Vve. Henrl Ga»ot
ffls, lo gomias p«tít« Evo
fee. Ganot ova t voyage
J*® féporidre ¿ ¡a dárnoste ds
. ^ "atabrtu* d.tgrta amérí-
1 c®^» dhtilift, Ct,s.it.:;0-.'.C8.
** 30'“l los Gano*, qui o"t
®” Haití l'induotrio
. «fe «««I*s. Dsputs
â„¢riv4e- aya environ 15
aom mía cru qavciL
*y«aa Gotnot revient p¡*j.
i't'- o* ovoc un
PP* de sweháie* •< d’cq^ts
“Le Nouvelliste”
fera mieux
• LA CHARTS DES NATIONS '
UNIES DEVIENT EEF^TIVE
Les Rad.os amer.can es cn-
nohga.ert h.er sou qu© .© cm
br. de pays dovaid ra. . c- ,u
Charle aes Nchors-Uh rs pour
qu'eLe pu,ss© ob%ga o.rt-n^ t
©’trer eu v g^eur a o’© *
Nous *'avous p.us ’t
pndr© pour e« appréc;ex tés
uííets.
DEMISSION DEFUimVE DE
Me. CLOVIS EERNIEAH
Dr. m droít
Cortra.rem srj a Tiuté-p*-'
lían que J ou» avío'is dor.' - ^
a commu’.cat.o'J téléphc- -pie
du Dr. Clovis Eemtéau, au
me«t ou --ous publf.0r*s ' u’r-
not© il étch ¿5;c dém «s.rui¬
na iré.
Ft seloh ce qui nous revusu’
cette demission ©sí definitive.
Nov'S té déplorops pour noir:
Chaucelíerie ou il azponah u-
ue ntelligente ei dévouée coba
boration.
vawx 6 Mae.
* é te ?w«a» pm
Lo petit© innovation que
r»ous avons faite, ©K publiahf,
toas le® deux joias, des cliché*
de mod© acíusilement en ve¬
ga©. aux Etate-Unis, eí des cii
ches da dessins huiooristiques
jtour faire sour ire an psu. ecus
a vola a11© approbation ‘.el
le de la parí de nos a-
bormés, qu© nous n'hésiions
pem deveni ks nouveoreut saetí
tices que cela ««to impos©,
j»nr poaroir pablter presque
ohaqu© four un cliché de Mo
des et a» dessin hamoñstique.
Comma ñeras I’om expliqué,
par tere* et par _ telephone
tí© nombreur abonnés, ce ti'est
pos que le modéle que «ous
dositow «oil mi* a exécatio»
toas Íes jours mods ce modéle
dona© a©e idee, il íait pktieír
de le vom de considérer d'an
ceil satisfcdt ses moindres dé
tail*, de se soatreair d'aa ote km
ctttribaia. taita d'éWgcrnce et de
ho* <¡<&i.
ffien, n'est pía* xscméittmt
4**u#r,
choque so¡r, qu'elle aura á sa
d'spoeitic», a son chotx un .mo
déle de Mode aetuellemeni en
vogue dans les grands centres.
C'est parce que nous com-
prenons cet éíat d'ame que
rassant outre aux sacrifi¬
ces d'argent, de tsmps, et de
natériel nous al;o»n taire
'impossible pour pubiítr cha¬
qué jour, un modéle et un des
sin bumoristique.
«Le NouveBiste* fera mieux
-acore: Il reprend .ses mots
(,-roisás de toas les jours. IS re-
p-rend ses peíites disaacior»
tasfruetíves qui soM si útiles
dan* une tamille, II compiéf -
xa done, la colono© ou m trou
rerolti les clichés mee des
jassedtmps littéraires que. leu
>es #i vieux apgaédercHnt cha
qu© jour — nous Teapérons far
nemenp
Atoc tea sute* qtií «'allots,
gent, rien ne vaut autant qn'uu
Jotursaí LE CONCOURS DO SAVON
.SWEETKART-
Nous ,£cr.y? -or Íeoí urs
qm como*?;- r»r;:o: au ro-
coars du 5ovo Sv/eeiíiart -
que mard' cpro? o-, la cctn
^éiítío?1- sera c.c-se.
Friere <*e ’ * - ' ava :
es iépoT>ses r.¿ j ~ ‘ md marda
\ S heures de . aprcu, m.dí.
INCENDIE
CET APRES-MJDI
Vers tés ceux n- utos mc-ms
quart mceridíe -r écJrr:©©
dans la malson ae Mi. Maic
Bauduy habites par tés írér.;s
St. Juste íabr.ccrt des feux
©‘artífices. On au raíl entendu
deux fortes detonators, vu
une fumes épassse qui s© dé-
¡¡ageait Imméd'.a’ementó tés
pompiers sont an.vas sur tés
líeux du sinistre. V’¡ Ces irons
Cardinal St ¡tiste a regu une
blessure au das, ainsi qu©
beux pompisrs té caporal Mu
rat Jn-Baptisfe et té Garde Du
teuiRe ¡^Baptist©.
Un© flilett- du noMr d’Amer
cy a él© blessée. lis ont été a >
cheminés á 1‘hopital genérale.
Plus tard 1© Jug© Si-Fort Col¬
lin a été toquis pour remplir
k's íormaliiés légale.
Les portes sont estímés á
trois cent dolksrs dít un
rére Sí. Justé.
LA REFORME
DU DEPARTEMENT
DSS RELATIONS EXTERIEURE3 ,
Nous avo^s repu la hsté du
porgonnel des Retétlona Exté-
rleures comme il est éabli par
té ttouvelle reform©.' Nous té
publitrctée tundí,
Tboms de moot
Nous ay on© regu un© téttr© tec
iifícotíve de M. Sold®, (Mou-
pin). Nous té publtéras# Ltin-
18*
C© m«3iin aya«t apprb que
Mr, Georges Wiener Bis, qu. a
représeme avec ímelüg; rvcv
’ rens. mbje de» miérétg ‘dm m
{ porfaieur* Haitians comm© Dé
legué de té Chambre de Com
met ce d'Haítí á té 4ém© Co»
: tér «ce Pan-Axnéricafw# du Ga
i lé d Mexico, nous esl revrmr
| depu s 3 Jours, nous avons pu
I obténir uc rendez-vous pour luí
1 poser les qu-stíons euívantés:
J D— Ouel a ©lé k bul ds té
| Conference Pan-Américain© du
! Café á Mexico?
! R Le but csss^ti©! de té
| Conference ©tail d© iaixe une
1 acton commune en vu© d'abo
ti hs. ceiling pnces aux Etafs
.téis. Tous tés pays sont ve
' us avec leurs arguments quí
c-nt été discutes dans un© at¬
mosphere de iron ch© courtol- I
*k et de large comprehension,
¡ D — Quell© a éfé Tachón de
: ¿a Delegation d'Haiti?
R Mee confreres ©t moi
avons laií vctlolr, par des argu
merits bases sur les statisti¬
cs s et tés données, Taugmen
fation du coüt de té vi© e« Hai
tí qui rendad Turgence d'»ms
v melioration de notre dsnrée
rationale, Dartígue, Boucard
©5 raa, nous avons fait un©
proposition en vertu de laqusl
¿a un seul príx plafond serait
adopté pour íous tés cafés en
general sans égard a leur
urov: nance; ce prix unique de
wait étre té prix plafond ac¬
tué] k* plus elevé, soít or, 24 dol
Vus. Cette proposition -i’a
pas été adopté© éía«t . donné
qu© té piuparf des autres déle
gations ©talent en faveur d’u-
I.© deman'de delimination com
píete d© tout's les mesures res
fr’ctives sur 1© café. Ctér-t
acms ce sens qu© té resolution
ímaie a été adopté?, tell© que!
té 2 été transmise au Gouv©r
nement Améñcaté accompa-
gnée d'un télégramm© direct
ou Prés;d>ni Trumcm.
il y a urgenc© pour Haití á
devenir Membre du Fan-Amérí
can Cofíe© Bureau qui cat ctp
pelé d étre Torganisme auquel
ísoront confié? á Téíranger íous
1-S pr oblé mes r©lcrtifs au Café
pour íous les pays produr-
téurs. Si par exempté, au Leu
d© decider Telimination des
control s actuéis le gouveme-
m©nt américain venait á iéci
der «» faveur d'un© revision
ces ceiling prices, il est proba
ble que cette . revisión s© f©-
rail sous té© auspkee du Pan
American Coffee Bureau. En u-
f© tell© occurence, Haiti se¬
al! absenté © prejudice quténcourt noire
pays.
D — Quelle est votrs opi-
Rion sur té ftihnce du JPrésí-
ient Traman?
La voícú
TRADUCTION,
• La pré&ent© kitr© mi ©n té
p&nm oux téiég¡rammes án-
ié& du H Sept-mbt© regu* du
Fréeident du la Quatriéiuu Co»
krenc© Pa n-A m énea in© du Ca
ié. Ces telégramme» aoumet
IvUjh d la conó-dération du
O- F, A. d© c© départemenL
ct des dífférents organismos
du Gouver?tem:n{ des Etats-U¬
nis, tés resolutions concoman!
ks mesures d’urgence sur ¡e
café adoptées par l.s Déiéqués
de la Quatriéme ' Conference
Pan-Améiicaín© du café tenue
sécem.m;nt a la vil té de Méxi¬
co sous les auspices du Pan -A
merican Cañes Bureau, L© té*
légramm? du 13 Septembre <«ur
té méme sujet- adressé au Pré
s dent de la RépubÜque par té
President de la Confér nc© a
€té 'tremsmis au Départem un
d’Etat en vu© dun© répo«s© et
j® vous <• n. accuse reception par
té présente également.
Comme vous le saves, I© In
tér-American Coffee Board a-
vaít été constítué par un© ac¬
tion iníer-gouveinementale en
vue d© c'ntralsser íous les p-o
blémes d'Intérét concernant té
calé qui viendralent d surgir
dans les different» pays signa
taires du Ink r-American Gol¬
fee Agreement, Ies Gouveme-
roents d?s pays producteurs ain
si que celui des Etats-Unís sont
r3prés©ntés dans té Comité df
cet organism©. Cs Depártemem
considere que c'est avec le ín-
icr-Amencan Coito' Board quo
k Gouvernement des EfatsTi-
nis doit examiner tout?© les
questions coneematT les mesu
es d'urgence sur le caí© ei au .
i>esoin clírocfement avec les :
Gouverntments signalalres de i
'Accord. Vous pouvez étre as :
sures qu© par eos ©ntrrmíses, !
Ja situation du cafó continuara
.á .étre prise e» consideration ri¬
ve c la plus gande sympathy e>
la plus stricte attenuon.
je ciois d’ailtéurs que le Co
mlté du Inter-Americar, Cofia©
no/, itmq ep mufr&Diq sap «azq
Board a demandé a s?s mem-
loír discu ter la situation du ca¬
té avec ce Depárteme^!.*
Signé: D. ACHESON
R — D'un© fagan genérate,
on croyait id jusqu'a celta mí
ñute qu'aumm© srépo^se na*
vait été fait© k la téhre et oh
télégramm© ddxemén au Pré,;
dent Traman par ja ConJ4ren
•e Pan-Ajaértcains da Café de
Mexico. Si nous ótions Mea
Lre du'Pan-Ameriean Gofio» B-a
eau, nous cmriana été iníor-
»és que cette réponee tant ct
endue a élé íeyue por est m
xankme depute J* lundi ter
Otíshca eoorert; h voaa don
»e copie de la répante avec
1c ttaductlon. EBe »t «ignée
da 8oí»*$e®étajjt Dt«v Asb»
D,-v- Qu’a done obt-nu enco¬
re la Délégatíon Haítienn©?
R. — La Delegation a obteny
declaration commune de
terns les pays producteurs d'a-
prés Icrquell© les affaires de ca
té avec VEurope n'étaiont pas
líées au cenng price amerl-
caín. Elle a íait adopter enco¬
re par la Conférence un* réso
solution ©n faveur de Tcmrmla t
iiop d© la surcharg© de 12%
sur I© fret ¡Surcharge de guer¬
re).
En pencmt congé de nofr©
s-ympathlque ami Georq.’n
Wiener ftté, *©ua avo^ remar
qué quTl paraíssak oprimiste
au su^i des résultata de la
QuaUlém© Conférence Pan-A- I
méncain© du Cató, I
Nous souhcrítons qu© cet op*
tlmismt soft d© bon alai ©t qu©
té Commerce du Cató tkvíen-
»e líbre pour Tavenir méme et
l^s dosílns 4© note cher peüt
p«r**
AUX GRANDS MAGASINS
Cthturm* m mtír mpértmr
Psrtefiwm»
| Eo lumcmt mat vtólll© pipe
Haiti
Por MANO
A Mme. Marcial Martines
Le ?éme jour
D eu s’était en
nuye. Les .d*.m
famíHer» de
son dómala©
cékw*i© n© tul
procuratent
pas la détenH
qui luí étaít i»
dispensable o*
vro» la s»ma¡«; de l,;bulatíou3
q.® lu. valu! la créatíou du
monde.
•Or 5a, dU*ü, I® veux une
vülégiatur©*.
Un grand álable d’Axchan
c© nouvelTcment relevé de sa
carde á la' pode du Paradla
?. rresire s'avanga, fit une revé
i©nc© en sept temps;
*A vos ordres Se'gneur, dií-ii
Faites et que je sois con
l-nt répondit TEierneL
Notrs Archaüge fit un tout
cans tés bmbes. II y trouva
les ames d’Hoau et de Dor
Miguel de Cervantes,
«Au travail. Messieurs, ©t. ai
jo suis satisiaít je vous oblíe»
draí TimmortaUté.
Ib descsndíre’ü Ious trois
sur la Terre, Áu fond de VAt
¡antique lis découvxirem un
coin de m'r ou tous les sé*
phyrs pcaiuméss s'éto.tént don*
né rende-vous. Id, dxrenlJh
en chceur. L'ange toucha bo¬
cean du bout de sa bague:?©.
£t comme Vénus, la perle des
Antilles émergea langorireuse-
me’¡t de^Tonde, couler d eme-
raudo.
- «A ioi, Horace! dít Tange.
Le poete, liberé de la tyran
i-)c des mots et des rythmen se
Icksa alie: ó un© belle de¬
bauch© de beaul&s qu© tout^
tés Graces voulurení sur té
champ Yéprouv&r. Eíírayé i!
sen fu? se cacher au Latlum
ou son coeur nostalgjqu© cnarv
vers Jes bonheurs tí" chaqué
«nstaiíf lalssés au fond de la
msr dep Anhlle© stéxclamai
«Carpe du-m-! Los philosophes
?© le coropnrem point, les sa
vant¡g pas davantage, ma.s
dans la contrée ou chaqué se¬
cond© crpport© un ém©xve,lté
mínt ou un plaisir nouveau, té
mu petit enfant volt b ou que
les heures, tés minutes ©t les m
conde», sont des fleurs técom
parablemcnt b? Ités, des fruits
deheifux, des- ©tetases dune
douceur in&niz-, gu'il portage
o vec ces étre» mervetlleux
qu© DI cu luí a dermée pout
compagnors» tí© jeux: tés pe*
tita oiseaux, les pcrpiüans
tés ver» luisants.
«A ton tour Dou Miguell
Le chantre tí© la chevatér*©
luí prepara un© apothéas© k
son baptém© ©t lui choislt Don
Quichott© comma parrain et
gordien de sa qloire, Dans un
monde ou seuls les iorts pou
vgíent étre grands, it luí pro
cura la force juste assez long*
temps pour la Victok© ©t la
Liberté. Qulconqu© touche á
son sol sacre as! maglquement
tíébarrassé des chainaa de T"S'
c’avage ou de Toppression.
Dieu me voulut saos dauíe
pour compagnon de yUlégiatu ,
r© cm ñ me £[| la gxdce d»
mitré M dan» m décpr Inoa
Hiabtó,
B avail bien voulu y placer
des grandores prédmm et
ho¡
(V3ir tulle is 4éae pcgttl

«1.
. Wmm limt&em 4®
s@rg© Jn. ftMfoli
A PB0POS DU SUCHE POPUUUQflE
Port*tro4&i»oe, 1© 29 S©ptem-
b/© 1945*
A Monsieur 1© Direct#!#
du Journal »L© Nouveliiste»
Monsieur 1© Dixecteur,
Au jjKH»e»t ou je pensáis. ¿I
y a quelques jours, you& adres
ser ce tie leitre, je suls tom be
xnalade. Done, je I'ajourr>ai,
Aujourd'hui vous me permei-
trez, lard *>© dit pets trap lord,
de vo us entre tank sur le but de
na lettre.
«Le Matin» du 20 courant
m'aitkait *ur la question du su¬
et e popúleme; ¡1 y appotlah,
parait-U, une sér.eus© atier>.
{¡on da»© V tifiaré! tie tons. D:au
t:t- part, íl ©cmhiait appuyor
une suggestion que vous avows
fail© sur la question des Gad
ciiviers; Taut indique que
voub navis jamais éié indii-
térenj a co qui concerne le
peupl© hention, Est-ce pour-
quo! je ne vtux pas laisser
passer encele ¿’occasion d'at
fixer, mob d mon tour, votr© at¬
tention, non seulement sur la
consonuoatiou du sucre- popu
Ictixe, mais aussi sur cell© de
touts© .marchandisos entires
que le sucre, hube, savor--, riz,
idle, etc.
L© but de ma Isttr-e est de
vous priei d ap-porter, comma
journalist©, un remede d ce
mal commun. L© peupi© a
ds toujours livxé seul d sort
sort. Avec vos devouements
et votro sensibilíté de jourectiis
to qui om éíé toujours bitn
loués, ye sais persuade que
vous continuerez cette com pc:
gne saiutaire jusqu’á un résul
tat pos.tií, J’cfi ía¿t remaran?, r
cu matin rétendue du marché
ncir comm© deja expliqué cl-
dessus. Que vous en sem¬
ieje, Monsieur le Di-recteur? A
vant-hier on se cachad derris
xe la guerre d? ¿'Europe, h;er,
derríér© le pacifique et aujatrr-
ti'huí derriére..,. je »© sais
quo! pour pouvoir ¿gorgt-r on
core le psuple.
t&mzl l’année dermexe per
senne n'eapéraií la fin d© la
guorr# sí prematurée. Un®
paire de chaussettes inférleu-
ies, pour ne dir© que cela sur
1,000 articles/ m vendait une
gourde, Ces jours-ci deux
gourdes. Quell© abomina
i on? Vous devez ©avoir com
xne moi que toutes im machi
nations doní s© serv©nj \m
commergants pour nous impa¬
rte: calle misére a&eus© ©t rea
lisor, gross bénéficss, sorti dans
h. bul ds s'enrichíx au déin*
ment dos maiheureux.. Chose
pius atroce, ib ss plaígnent de
ce que la guvrr© n© traverso
paa deux a«nées escore. Quel¬
le plaint® cñmtneüe? Pour
continuar de s'enrichír extra or
cuiairtment deuts la vote du
marché noir. Us n© font guére
1 attention au budget populado
cu! ©st si medique, iis n'eníeu
deni point a'ñéqei }¡
consommatours,,, Quell© tris
tease? II y a trop de toleran
ce, Notre commerce construe
une pial© puente qui a bísoin
a'étre loüonnée. II y va de nos
intéréts ds lour faire compro^
ere cambien 1© pays est pau-
vre, qu© la circulation d‘ ar¬
gent n’est ^>ien appreciable
pour la collectivité; le peni
croup© qui est ©n argent, co>-h
nue á entasser en vue d'envo
yer s©s ©nfants a Teíranger pour
paría!re leurs étuáes et tí’elfec
ttier, inx-raémes, des voyages
d'agrément. Aprés cette ex¬
ception, ]a misére est dans
ous les camps.
C'est dans css sentiments
que je voulais vous ©dresses
Monsieur le Directeur.
Espérant qug vous n©« man-
querez pos de bien accueiíhr
na lettre, je vous prie d’en do’-
ter publication,
Hecevez, Monsieur le- Dírec-
eur, avec mes remercie-ments
anticipé©, mes salutations dis-
tínauées.
Serge Jn, FRANCOIS
Rex
Samedl ét 4 @t 8 h&we&
£n lér© parüfit !
XA HEINE DE X-A JUNOLE
11© et-12© ¿pisada© et
En Mrme pm%m
fíeme' 3lctmbmf Vera Eoré-
x© ©t Ckrrl©s Van©l ézm
LES BATEL® DE LA VOLGA
Entró*»: 25, 50, ©i 3 gd*
á 8 hernm 80.
En lér® Partíet
Un nouveau, ©t m-agnihque sé
rial
FORET PERDUE
(Selva Perdida)
le ©t 2©. episodes
En 2ém© partí©:
Marcel)© Chantal, André Lu
oust ©t M. Fres i© dans
REUNES FILIES EN DETRES3E
Entré© 50, 100, 1.50 gáe&
?’«m MwrraÉuns.
VEMTE DE BJBJS.f«mAUX
Du Centre d'Art
Poii-cm-Pnnce, Haiti.
LISTE DES EXPOSITIONS
QUI SERONT OHGANISEES
AU CENTRE D’ART
Pe^daítit |a Troisiéme Period©
a'Octobre 1945 d luLeí 194S
La troisiéme séri? d'exposi-
fions du Centre d'Art s'ouvrira
b la'liri d'Octobre, par une ex
position de groupe, compre
nant les Oeuvres execuíees
pendant les vacances. Aprec,
seront orgarjsées les ©xpeu-j
tione eulvantes:
Compéüúon de la Pan Amé
iican World Airways, ayant
pour but, la decoration, d‘un
jKsnncau de. la salle d'attent®
áe Bowen Field, Port-au-Prm-
c©; sujet general; 500 annóes
de transport ©n Haití.
Ulríck Ambroise; dessí ns et
geintures.
La Da^ee Américai??e Modsr
re: compre^am une exposi¬
tion d© photographies, avoc
ttxte explicatíi Envoyóe
par la «National Gallery of
Art, Washington D. C,*.
Philomé Obin, peintr© popu
lair©,
. Winifred Mason -- Joalueñe
Moderue; exposition dss photo
tjraphies d© joaillerle á la
main de Miss Mason.
Lithographies dee oeimus
•i'Honoré Daumier, tirées de la
ftrmeus© collection Rosenwald.
Eny©yé© par la «National Gal
iery or Art».
Luden Price ©t Gérald Bios
court: dessins et peinares.
Qn'eksí-c© que la Peintur© Mo
a©m©? Exposition d© repro
ductlon® ©a couleurs, moniram
Im plus gcanás développe*
mente en plañir®, durant Re
75 derméres an«ées: róalieme,
impression n^zne, expression.
n\s¡m&. cubi&me, surréalkm© ©1
les crab©» phases d® la Perntu
r& Mademe. Cede exposition
sera accompag»é© d© projec¬
tions ©n couleur ©t un© confé. 4
. RADIO-THEATRE.
Le Comité de Rapf^oche-
ment HaiüanoAmóricam vous
nvit» a écouter 1© dímanche
7 Octobre d ■ 1 h. p. m. á la
station HH 3 W une interpreta
non radiophoníqu© de «FOR
WHOM THE BELL TOLLS-» m
ierpréíé par la grand© ©toils
du cinema Américaín Elissa
Lcndi, second©© par un greu
pe d’acteurs de renom.
Cette magnifique piece h-s
tonque, du© a la plume du
grand romancíer Ernest He-
mi ngh way, retrace un© des
plus poignantes episodes de la
Guerr© Civil© Espagnole.
Radiophíks, soyez aux ©cou
tes, de la HH 3 W dimanche
de 1 h á 1 h 30 ps m.
- ECOLE EUE DUBOIS
La reatré© de» élévee, inter*
re» eí externes, mt ñxée au
,undi, 8 Octobre.
LA DIRECTION
Dlmafíche á 4 hrm
Bud Abbot et Lou Costello
ácx’-iíí
PARDON MT SARONG
Pélicícuse production de la
Universal... U« vaste éclrt.
úa rites...
£ntré(is: 25, 50, et 1 gde
c. 6 d u 8:15 hies.
En lér® paxtie:
pauvres- ) Jazz Cabra! daña i&& metí
Uurs morcetrux de son nou¬
veau repertoire,
4.ctuaHtes frangaíses ©t Oí y nr
?igu©s.' Funórailles de Paul Va
íry, Traman ©n Angleterr©,
.s proces ds Péíaín (suite).
En 2eme partís:
La Warner Bros présente:
VOYAGE, SANS LENDEMAlN
(Until We Meet A.gain)
Uns • magistral© production
brillamment interpret©© pa-
Merle Oberon, Fat O Brisa tt
Georg's Brent... Un film par-
< nt írar-cais concu selon le ro
man du Robert Lord.,, Une h:s-
toixe á'amour qui commence
dun© un bar chinos pour iiOr
€n pieine met dans un deco;
de reve et denchantement...
I'amour idéal dar» touts so
heauté... Une oruvre colosso-
le, exceptionnelle... Ce sera
jne soirée i-noubliable car elle
narquera le IDéme anniversc
© du Cin© Rex..
Entrees: 1.00, 1.50, 2.00 et 2.50
Paramount
;amedí á 8 et 8 15 hres.
LA GRANDE VALSE --
(sous litre» irangais)
avec Fernand Gravey, Lut
© Rainer, Mil iza Korjus,
.... le célebre John Strauss
m«nant un© aventure romanes*
que et passsonnée.
Entré© Gie Gd. 0.80.
rene© sera lu© choque aprés
midi, pendant tout le couis
de rexposition.
Envoys© par «The Museum
of Modem Art, New York.
André© Ncrude — Tomara
Baussan dessins et peintu
res.
Luce Tumler, Maurice Bomo,
Raoul Dupoux: dmsia» et pern
tures.
Jn-Bcrptiste Bottex: Aqua¬
relles r'prósentant dm scenes
de la vi© hcritien»©.
¥htM$xsp\ée créafelce: un©
exposition d'un ín^ét spécíal
oux photographs amateurs.
Envoyée par «The Museum oí
Modern Ad».
Gravure® sur hois d'Bditi ©f
d© Bahamas, par }ohn Frauds
Hart,
Deuxiém© expedition annuel
le, Concerns d® Ihlx 1848 ilu
ly).
C9 S-VHS.
Dimanche a 5:30 kres
LE TRESOR DE JAEZAN
avec Johnny Weissmuller,
Maureen O’Sullivan..
... ia plus dram clique des a*
ventures de Fhomme singe.
Entré© Genérale Gd. 0A3
á 5 heures 30
JE TE RETROUVEBAI
(sous litres franqais)
avec Clark Gable, Lana Tur
u»r
... rhisto.lre d¿5 ieur amour,
c'est rhistoir© de leurs baleens!
Entré© Gd. 0,60
d 8 hr©» 15
Une grande production er
â–  ouieur de la Fox.
CRASH DIVE
(Le requin d'acier)
(version angknee)
av-ec Tyrone Power, Ann© Bax
ter, Dana Andrews.
... Vous verez I© beau Tyro
tie tair© une chasse impltoya •
ble aux U-boats erni-emis, livrer
1© íéroces combats au tend
'e l'océan, détruir? d la let©
¿’un© poignée de commandos,
me bos© ailemand© d© ravltaü
hment,,,
.. Un film entrecoupé d© pe
r.pélies angoissan^», mair
qu'imprégne pouriant un© Im¬
mense tendress©!
Entré© Gl© US,
Places Réservéss: 2.50
Wl&Mtm
. . C&M®
. Mmdhmd TtM&az -
Toup© soíqnée, travail rapid©»
due du C©»tr© Phone; 2288. -
On fcM -savotr á tous ceux
qu'U appartiendra,
Qu7©n execution de jugemants
rendas par le Tribunal CtyR
d© Port-au-Prince, lea 2? Jui»
1844, 27 mars, 13 ©t \1 eeptem
hr© 1945,
II s=ra procede, 1© lundi qui
sera 22 octobre 1945, a 10 heu
res du matin, ©n ¡’Etude ©t par
1© minístére d© M? Andre La-
motive, no‘ajr-e public á Pétmn
Vllle, a la vent© aux enchsres
publiques, au plus otiraut et
dernier e nchcrisoeur d’un© pos
t;on de dix catr©aux d© leae
Ce rhabAaiion Bois-Neui situé»
dons la section Tuxale de Bei.e
vue-Charban>!¡ere, ©t dans an*
I i© d& Saini-Mar'in, dans ler
coffins des commune© dc P t'on-Ville ©t tie Pcrt-au-Fitiu-e'.
taqu©tie. potí¡on d& ierro ss
m coníormómen! oa rapport rie
vorp©!Hiui-cxpert Germai'-1 Leo
nard ©«tenne par jugemen? du
•h.buual Civil d© Pori-au-Pri»
ce on date du irtize septembre
/oil ¡'¡©ni cent guarani© ci->q,
ViíJíáue on quatre lots di»t:ncfs.
L© prxmicr lot meant© hots
r u.rreaux de ierre, U ©si bo; nó
cu Nora oí h l'E«t par *a
Giand'Rout© Pétion-Vtile rr¿'-
tvs, au Suti par Richilia No,-
seau et Eugene Massera ot á
LOuest pen Lain® et I© druxie
me ¿ot, la mise ct prix e»t de
trill© deux cants gourdes:
(G. 400 par correero}... Odes.
1200,00.
L© dsuxleme lot mesure tro.s
correaux de ierre. Vi est bar
vé au Nord par la Grand Ron
i© Fétion-Ville-Ftéres, Francois
Gorgon Camilus ? í le reste du
terrain, au Sud par Mari5 The
rese, d TEsi par le premier lot
et á 1'Ouest par i© troisiéme
lei; La mis© a prix -?s! de md-
1 c deux cents gourdes: G. 4,00
carreau... Goes: 1200.00.
Le fcroísíéme lot mesure éga
lem©nt uoís carreaux de Ierre,
est borne au Nord pa? ¿a
Grand-;-Route, cru Sud par Ma
i.e Thérése, b l’Est par le s©
toéfi lot. et d VOuest par le
quatriéme: — sur la mise ó
prix de miile áeux ce^is
gourdes. (G. 400 par canea.!,-
Gde§ 1200.00.
Enfin, le quatríéme lot est
d'un carreau de tens borné au
Nord par la Gran-áe-Route au
Sud par Juhette. á i’Est par le
'ct No. 3 e* d l’Ou-est par un
rentier commu!h ©t la miss á
prix est de quatr© cents gcur
^es: (400 gourdes.) G. ‘-00.
Outre les charges, clauses et
renditions insérées au cahíer
â– es charges.
Aux requéie, poursuite et ái
dgence d: Madam© Victor Au- í
gustin, née Théoméne B. Ca¬
na], dument autorisée et assis
té© de son époux, de Mademoi
elk Aé?e B. Canal, Messieurs
André B. CauaL B. Ca
•al, Georges B. Cana!, Louis
Antoine Roy et Péioin Co»uti-
¿en Roy, tous propríétaires, de
neurani et domiciliés á Fort
an-Piiuoe, respectlvement 'den
tifié* aux Nos. 499, 6484, 49A
3058, 504, 2191, 5886 et 187: les
premiers qgissant ©n jeyj hom
personnel, en i©ux guahté d'hé
'.‘tiers directs ou par repinen
alion du Général Bcisront Ca
f-a! et les deux derniers ©n
ieur quelite de tuisur et de
nubrogé-tuteux -des mineurs,
Franck, Joseph, Fierre, Fernán
de et Jacques Roy, nés de Tu
ni on legitime.qui a existe en¬
tre la dame Maria B. Cana] til
lo de Saint-Martin B, Canal et
¿edit Louis Anioin$ Roy.
Lesdits sieurs et deanes, a-
yant pour Avocáis congtkuee
Mes. Ch. Mitto», Robert R.
Jean, Louis Dulyx et Narcos
Dupont Doy, idr «tifies et pa-
aux Nos. A — 7558,
81628, DD -- 8356, 51^7. 10],
I779I, 5001 et M2 avec 41©c
ion de domicil© ©n leur cctiv.
*'®t ©;» é Poti-au-Rrince,
S'adrf
aud -é
LES HOM® ET ÍES FE»
M LOUEHT LA CREME
.AMOLO).
La Crém© «AmoHn» Elimino
\m mauvaisoa odeur© de kt
tremíspiration.
Elle e«t douc©, bíamche, dé
tica!#,
«Amóla* 3‘évapor© dés qu©
vous la írotiex mm Im aimV
1©©. OH® n‘mt pem graimoum
et n’írxii© par la poau.
. Demandm la par s «AMO im»,
Vendu® mm3, m\m formo de
Pondré.
Amolín
OSOOORANt CUSA»
ATTENTION
planteurs de Nolx de Coco
la Haiti Coconut
¡Product» ©©•, S. 4.
ACHETE TOITTES QV ANTITES BE HOtZ BE COCO
Qtn mrvmt sm vkyxm a PORT-Aoramct
«ADKE8SEB AOi
BUREAD DE UJ8DU! A BEOTON
TELEPHONE» 2477.
80ITE POSTALE» A .. 158.
planteobs vwtk tvsm a bizoton.
II y a plus de FXt4XSXR
clans la TI® si vous tiles m
. lOTIliANTli
Alw i*
UN ENFANT QUI A DES VEAS
EST VRAIMENT MANGE
VIVAN!
Chccun doit savoir que nom
brs d’eniants sant malaáes u
cause des vers. Cambien -en
eíiet d'eiiíants chéfiís do^t on
i*e connait pos le mal et qu!
implement ont des vers. Len
íant qui a des vers est u-'e
merveilleuse culture á micro¬
bes. II est apie, non seule-
ment a cause de son afíaihíís
sement, mais de par la pxéxer.
ce mem.5 de ces parasites dans
son organism©, d contracier de
graves maladies. On recen-
naif lacilement gu'un enfant a
dis vers a son amaigrisse-
nent considerable, a ses dé-
rnangeaisons a Tanus, a son ¡
G-im special et aussi d son ap- !
petit inusite. Au moindro j
soupgon 0 ne iaut pas hésin?r. ■
Vite une cur© du Strop VERMI
RUGE CORPOR. Compose
¿'ingredients Ies plus acllfs
! centre lee vers, ce bon s-rop
.vermifuge, d'un gout agré.a-
iée et absolumenf inofiensiL u-
gti rapidement ©t suremem. In
quelquis jours, les vers so-t
expulses ©t c’est la suppros
kicp des convulsions, déser¬
ares nerveux causés pax ces
parasites chez les enfant,
Ce merveilleux produit de
la Corporation Pharmaceut
que Fran^avse Limité©, Mon¬
teal, Canada, est en vs rite a
a Pharmcsci© S. Ge&crrd rue
’©rou Port-au-Prince et dans
ou\m las bonnes pharmacies.
Faites parti© du group©,.. Soyez ausri gai que les ca¬
tres... Faites-vous de la samé et di Ténsrgle avec du KX^i
Buvez-en deux yerres extra pur jour... 11 est crémeux, agre
able, et a le goüt si frais!
Ce moyex sur et nature! d’acquérir dt la ¿ante vous
piaísir.,.. commencez aujourd’hui meme!
KLIM est du lait pur, sur
lequel vous pouvez compter et
qui est íoujouis ¿rais... Esso
yr.z un íerblanc. -Me
LA GUERRE...
LA HAUSSE DES PRIX???
LE
Mhnm Barbanmmt
FOURSUIT SA ROUTE
LA QUAIITE EST INCHANGEE
ET LES-PRIX SQNT Lffi MEMES.
E. N. BABAEY
íne catiUéré« d’swjta® chiroi-
fnü c-,outév cc la ierre á plante,
guiníupl© la récolte o; vous don
t® íes plus beaux produits.C’est
le placement Je plus lémunéra
»oui qué Van puteae Ícíbe daos
'Agriculture.
En vente a 8 cents or. la H-
â– ve.
AGRICULTURAL SERVICRS
i 54 Rué Magasin de lEtat
réléphon» 2183.
EN VENTE
Ch«: Franck ?. Marta. S»
oral et Co.. Boucard 3t €0,
Socléié Haitienne d'Actcoc
bites, F, G. Nautili, Dm*
Wilson, U. S. L Be#
es Service Station.
JULES FARMER
Diebibuteur pour Haiti
sser pom Sot» rentsei
gnertents, aux A vacate poursei
vasts ou á M« André Lamoiba,
notaise jddpeéslaíré d»
des cbcagei.
Fait a, Partitu-Pratjce, te 4
octehpe 1945.
Ch. Mitts»*» ov, Robert &, Jean,
: - u i - ~
AVIS
A partir de ce jour ler Octo
bre 1945, le service de glace
a la capital® et en provmce
est assure pas !a Brasserie Ú»
la Couronns, g. A.
En eoneéguence, tous <»ux
*-(ui t>.t leurs rt mises par die
yum so»t pri& ds les émetbe
an nom de la Brasserie de la
Coiuor.no, s, A.
Servios d® Jour ®t de Butt.
Le toóme sympathkpie ac-
tueil wt témxvé aux cRenist,
le l«r Gcietet 1945.
MAK3N A LOUER .
Ltae mai»»,’ confortable,
otes msiiHés, ri*e 4 Paoot.
Row 1mm tmmigmamum té
Hplmm m No, ml.

__ 100 «HOTVS&ISnB» V0O8 PhA>
’ jBMifrtmiftiUB NOOs ms vow» » «donnait»
Attention!
IA BSNTHEE DES CLASSES APPKOCHE
«LA MAÍS0N m laVBE»
20 Hue Bou*, PeartoMaca Haiti
offre a íous: Peres ©t Mores d: iamille,
tt-t : Lnstituieurs et Institutrices'
un grand assoriimem de UVRES CLASSIQUES
Grammaire»
Arithmétiques
Livres ü© Lecture*
á’Histoir© d'Haiti
el touies aortas de íourmiure» dossique».
Crayons*
Port: -plumes.
Ardíame®,
Cahiers,
Gammas, ' T *
WTE2 LA mmon DU LIVKE, 20 Ru» Boüx,
oy téléphonex era 3.125
L Preetzmann-
Brúlures
Sur les petites brfüures
ou échnudurcs, appii-
rezimmédktement de
Gelée de Pétrole
•‘Vaseline’. Elle eat
pure, et soulage
rapidemenL He-
cherche* ¡a mar-
jue4 Vaseline* sur
e pot oh le tube.
fí)W lOc, Ifr, 25c
Tabea , , . 2i>e
Vaseline
r cíf>eU5
cm.tr.. ím virtnoi-v.
Aggerholm
Port-au-Prince
OTSSJ ?AB PROGH&BÍS ^APEtíESs
^ft NESTLE.
1st 4rapo» NEST1E 14 1/2 >*.
W J*o¡x*i üfiSTLE S m.
1st «a Jfflttdi® NESTLE touies diicsrisio».
¡i 6".
I toa potete de park de 1"
: fita» pota idles.
- tsjsm d'ammage 25" et 50”.
M» f iraston®.
fafár d'erabolktg®.
Omm Stókalite.
ftfT«68 5 gal: 1 gal: 1/1 b, et 1/2 b.
Caten Libby Mo Neill et «ibby.
DE COLGATE PALMOUVE FEET Co.:
£gvm Palmolive.
3w» Caabmere Bouquet
.Sotos Parami.
Colgad Denial Cream, *
íwé» Parami st Caehmero Bouquet
f¡! fori 300 ydes. M
fS jktafe.
O i feeder,
Feta Gold Medal,
W», Diamond Spéciol.
.San ÍTower» en drums, lerblancs de 1 ql: et 6 gal,
Fta Lord Sv/iit en íiergons et 37 lbs.
ttdle de lin de la National Lead Co.
Fsinture en pate blancbo «Duah Boy».
té#»nftins.
de fumé®.
Sqpsftes, Couteanx indigo si bouee ElweB.
Vensoutb Martini et Rossi.
«t bulle Aigo.
L Preetzmann-AggerhoSm
Rendez
Memwe
wétm
Tlüill®
Molture
S** P^ néce&sair© d© laisser la beaui© et 3© brillan*
* «e áétsxio/és. ** Simonía Eleonor* et «Simoniz-
©t kt garment aussi bell© et éhncelant© qu'elte
Wt:*** ^ Téteií avañt. Slmoráz Kleener ©niéve fe sa-
Icív — Simon.:z !aiss© un film protects u?. Si
votre voltura a subí des déiórioratioíis du íaií,
de la •pomméxe, du soled ou de la piule,
voug pcnivez luí redonner son brillaut original
en ©mployant réguEércna^xit le
tráit©mont áe b&mté de
de Simonis.
SIMON IZ
DON N, MOHH, Distributor
8EHVJCI
IMEPKOCHABIB
dsaorümeat tncomjKírabW.
ProvWoa» Alto estol»»
OB
PAN AMERICAN BAZAS
•a
A í’4.
I’lrréprochabfe
EDODABD CANTAVE,
Hue du Peuple Ha 145 •
Cette maiso» se r*cs»mma«*
ie d tons par I© ii»í que 1© pa
ron «pporte dañe la coulee
ion d.s costumes qui bu *cnt
joniiós ©t la prompbtud©
acné la lívraison.
Visiíez lateler ds- coup© rirréprocbable*.
Avis Important
nappatea-TOaa qu» posa gu
qutn 50.SD0 gourde® de le
¿omne da mat Hadtoa. U
«»m ú'támd peíwfea »oo billet,
Mmé a gui & adreeeer, *i ce
aest u Paul itoU» ML Dosttu
rest um, ümnasMím voae e»t
Im ú Pool Eoail* M. Deeduas*
154 Hue da Cealre,
f«X *
©t du Ceas©
«tic» ¡tas*
Machine á ©crine Remington
^achine a cctlculer Dalian
Tabana, popier carboa
:£títes vos achate ches
a Gas
WSStEWS,
Qu^nd vpus pamet du cote
}& 1‘Hdp/tol G&n&ml, íi'mibSí«*r
i :o.k de ícáre* une visite c.h©í.
«DJO REMY*
La vous Uouvers&:45
Bhum, *u©mpé^ A. X, 100
•»! Kola ^appés ©te, ©te. a la
pcxrlé© de tontea las boursa».
Vous trouvexez aussi de la
glac© d S centimes la üvre.
MAISOM A VENDRE
Roída de Bolosse, Pies St
Gérarct Temperature Idéale.
TéL 23.92
ÁÉapmmlm® MMditique®
Westinghouse
AD MEME PRIX QU'ADX E. U.
ÍS—25, 40, 60 WATTS or . 0.16 cts PIECE
DEMANDEZ NOS PfflX EN GBOS
JBoucard & Co
DISTHIBWTEUBS
PHONE 2092
Knocked Down Feel 60
Wooden Barges
DESCRIPTION:
SO lest in length, 1 8 feet 5
5 feet depth; capacity 93 tors ^
plus accessoires et ouiils. prí*
$ 2.800.— chaqué, FOB Warehouse coast
or west coast, freight to poin of •
shipment extra.
Pour tout reng&íqnQmenl saá^sssei d
PILOT INTERNATIONAL CORPORATION,
202-206 East 44th Street,
New-York 17, N. Y-, (CJSA).
Denis Féuelon,
Agent pow Haiti, Phone 2B03
Bleu Monitor
C'EST i'DTOIGO m BOULE DE QUALITY
A Tacliat, a la rsvanie, :omxne a l’usage, il n'y a pa©
simple-ment 1® procédé machinál de Táchang© d argent
contra un® marebandiss; usager a l'assurant» que i ín¬
digo en boule BLEU MONITOR est un produií de con-
fiancB.
L’isdigo ®n boul® BLED MONITOR donne le plu*
grand rendemect a la leesire. II ne tache pae le tinge
qu'ü itenchit, san* 1* coujjsí. II ne se désagrége pas. B
na rend trés bien.
Si la lewive 6® fait i damictle, tesay» aussi CABE¬
ZA DE INDIO. Si votre línge se dure pas suífusamroent
ir.íormer-vous de la gualííé ÍTndigo utilise,
BLED MONITOR et CABEZA DE INDIO *ont la résaitera
te d® í'mtégrité cotnmerciae et de bonne répuforüon d»
THE STANDARD ULTHAMABINE
COMPAHY
ñqmt pom Haiti et te Analta®
Denis FEMELON, Ptnt-au-Píin« Ofaitt W. W
Huntíngton* West Vitffaia, OSA1.
RasrmcaasBMis
M. Hermann. Yv©
Eug. Nazon, 1© 14©ufe»aitl ©!
Mra© Fribs Brferrs, M. Haymoad
Hmm, fe© famíto Brferm el
Kazan ¡©nvofent IfexptMwion de
leur prafetwfe gratitude d tous
cmx qui feur out dcmBé.ctee fe
molgnago© d? sympalhm é Voc
casioB de la mort d© Mme.
Hermann Brian©, né© Simon©
Nazon, Uur trés regrelté© é-
pouse, Hile, belfeeoeur eí
6osar, enfevé© d feur affection
fe dananch© . 16 ©©pfeEnbr©
dornfer.
AVIS
m M. ALPHOKSE Ci^EAU
M« AlphoRiS© Carnea a nous
prle de íaix© savoi? d tous,
que fe terrain de Foot-hali do
Petit Goave m\ sa propríété
prívée, qu'II »’a «í louée «; al
lerméí á person«©. Qu’en con
sequence ü fait me i«s©rv©«
pour I'usage qu‘©n lait l'Admi
'imitation Communal© de Petit
Goave.
n^MAIisr t
Scénario du Film Anglais
á Paramount
AVIS
MONGOMmr WARD et Co.
CHICAGO ILLINOIS
Pour toutes vos commando/i
Adrvss©z-vous d kt Momgome
ry Ward ©t Co. metlfeures mar
chandises, meilfeur Prix.
Angle» des Ru©e du Quai el
3’érou.
'ñppenhcruer Oompa'tty Agent
Gdnéiál pour Haiti,
DEPARTEM¿NT DE L'AGRICUL
TURE ET DU TRAVAIL
S. N. P, A. et E, R,
DIVISION DES EAUK
ET FORETS
AVIS
v II ©st rappelé un© derníér©
Icis aux intéreasés qu'un aou
veau délai explrant 1© 15 Octo
ne 1945 kur ©st aaprdó pour
xemplir les formalites prévues
:ux deuxiém© paragraph© de
'article 4 da Décr©t*Loi du 27
uin 1945, relahí cm commerce
des bol».
Pass© ce délai, aucu© inven
air© des lote non déclarss ne
ocurra étr© approuvé.
Part-au-Prince, 1© 4er Qcto-
hre 1945.
D — Z'ENFANTS
La pdilssari© O —Z’ENFANTS
a le piaisir d'annoncer á sa
bienveillanfe clientele qu'ePe
3© trouve actuellsxnnt d la Ra©
des Miradas d cofe du depot
de «Rhum Nazon».
Toujcurs la meme pdüsseri©
roe: Palés, gdteaux, han
oons, prix abordables, qualité
mégalabl©.
N'oublíez pas que vous trou
verez:- Uqueuife superhaes*
Poissons glcícées ©t Fimbcrttahle
A, K. 100 dont tout Port-au
Trine© parle.
Le méme accueil sympalhi
que, la meme célérife dans la
üvraiscn des Commandes, les
raimes prix.
O — Z'ENFANTS
Rué des Mirad©©, á cote du
aépot d© «Rhum Nason*. Léló
phono; 3435
Si Vous Etíez i M* Pite*
Oe i l'tatmita <¡t í» f*naife vos» «arta»
flahsé qo« les ítmmt» 4'affaircg s« aofit
ou !« «eofei I k m¡ 4e ett* tt
da doolasn a>c«eslAÍm. Neaa *«««*.
d’iatérítsr. faúoa» sa travaS
*b*é dm. *»oaa *s©iat át ai*B3f fe ti»
&a á’memxt «* «a aom^*» «©fe fad-
onmíhe fok, fe RAtKA-mfeA
ic HOS're qa'0 a» «oaUcc 4a m*3
fe tltt, nifferaút l«* «Mfew
>doacit moa aeúiiii «Tas***, L*
nrítí áfe <5« m* «i* *'e« »áoed*
feeaía afe k ■ ■
Wrz-vox* «miu ÁLKÁ^BITZBP
.-¡nn* Pí’amaoi «* $¡
•4usri isiottfeUfe^
MaesKas. á'aa
A!ka-MW*t fúW «•
,j- j » ¡ ¡DON N, IfOHA tNjffaUfe* ^ v^y«m iww» « uoup as» tem ; EjimJWAirs CAFE
fABTSHa Moilletire des Bicres
CRASH DIVE
(Le xoqui» d'acier)
he Lieutenant Sí. wart (Tyro
ne Power) patrou.ll© fes ©aux
d© I’Atlantique h bond d’u» p©
Li torpilkur d© la marine amé
ucaiJfe. ü s© couvre de cjloi
ni m coulant un U*boat enne
mi ©t ©n sauvant le! vi© a de
nombro»»©© victimes. De i©
tour d sa base, Famírdl luí ap
prend qu'Ü a été nominé ,íeu
tenant ©n second du grand
«on»-mar in Albacore (Le raqu*»
d'aefer) el qu'il aura dmar-
mats pour chet itiétarchíqu©
lu commandant Ifeuey Connors
(Dartna AttdrewsK
Ce dernter ©st tíancé á mm
iftv;ssa«t© instituir lm> loan
HewtiU, (Aun© Baxhu) pota la
quede ü éproiive um pim¡ha>t
hornee ct qu'il compte é*
pouser dé» que le» nécesadé»
cu service le íui permettiont.
La jq une tille part pour Was*
hingio» oú ©lie doií' cosuUme
quelque» u'(es de se» éléve.».
Par suite d'un® méprise ello m
giisse dan» un wagon 1st qnoc
cupe justemem .fe Ifeufeno»!
Stewart L© pune maun, ra
vi de rincídenl, croit pouvoir
mener a bien Laven ture et
lore© au cours du voyage de
muitipller 1-s amabiiités, ma53
d so» grand désespoir, i] s©
lait vertement rabrouer par la
bolle inconnqe.
C;pendant crrrivée á Was¬
hington, Joan ©st íort en peln©
pour trouver un© chambre d
Vhc-fel. Stewart qui, par ba¬
sará, surprend son embarras
s'arrange pour luí ceder son
appartement, en y mettant toa
tefois une condi.on. fonuelk:
Linstítutrice devra désormais
e© dépouiller de son air mé»
prfeant et fair© prsuv© de plus
á'aménité. Voíci done fes 2 jeu
n©s gens s© Hant d'amitié, soa
pant ensemble, $? rendant au
n¿gh club. Comment d&s hrs
loan résistera-t-ell© á la puís
sanee de seduction de son nou
vel admirateur? Comment ’>&
ne laisserait-©n© pas grisor
par se» propos passíonnés't..
Et un sotr l'ínévitable se pro
¿uít.. ©11© se laisse arracher
un baiser... Elle comprendí a-
ior» tout© ¡’imprudence d© sa
conduit®. Eíh n'a pas le jfroít
d'oubTer celui á qui ©H© cst
deja engage©. Elle regagne
précipiiammeí son college.
C'est ©n vaín que Sicwart qui
q découveri son adresse es¬
say© de kr revolt. Elle a ..dé
efe© de metire un point fina! á
laven ture.
Joan demande b son Raneé
1© commandant Connors, d©
hater feur manage. Helas! fe
soua-roarin vfent de recevoir
l'ordr© d'apparesller et la date
de la cérémoni© n& peut ©tro
encore fixe©. . Connors et St®
-wart partení done 1© soir mé-
me, ignorant qu'üs aiment tous
deux la meme femme.
Aprés vingt deux jours d®
tiaveisée, i© submersible aper
£oit un navire qu'il ne parvient
pas ce ídent-iRer. Stewart recoil
l'ordr© d© s'y ren-dre en canot
ofin de proceder a l'in.3pechón
necessaire. Soudain, alor»
mi'il est a mi chemin, 1© navi-
r© hiss© I© drapeau d la crciss
gammée et ouvr© u« f©u meui
hier. Connors «*t obligó d'at
eXíáre I© retour d© son lieufe
mm ava»t d'ordon ;©r fe pfeu
gée. Aussí h sous-marln est
touchéi mais parvfent quand
m&me a gagner le !o»d de Yo
cétm. Pour trompar Ifennemi
et écfeqpp-ir a a©» nambmmm
«bombea de fond*, réqulpog©
kdaa© remontar a fe surto» u-_
te c«rtaine quantité d'huile, de
rkux Unges, ém Mbm de feu
tea sort©». Alor» qm. fe» «o
m &lm áéjd vfeiolre, R* te
solvent tout ár coup un© terrl
bfe terpille qui a tot felt d‘a*
üéantir 1© vateseau.
De r©tour ■ aux Efefe-Unut,
Connors s'appréte ix xecevoii
ta fiancée. Mate Ü regoit Tor
ore á& partir pour Washington
«ux Üm de fair© son rapport
d Tcrmlrauié, Pendant c© femp»,
Stewat a rotrouvé Joan et M
impose un r©ndez-vou». 31
conduit la jeune fill® obex fef
et la présente á sa mérs com
me aa future femme, n «em
H© que dmmmam Joan nfeit
plus fe foro© d© réstster á oet
amour,.* %
Cette situation «© lardera
pas oependant a reoevoir un
détiauemew presque tragíqu®,
Connors gal ®»t xmmn de
Washington rm-m SiewMl
da*te »» appaftemenis. Le lieu
tenant soudain apper^oit fe
photo de rinátlmiifics. Bou je
versé, il pos© des questions et
npprend tout© fe vértlé. Qu©l
que» mhmt-8 plus lord, son ©x
pl'caiíon avec Joan, on fe cfevt
ne san» pela©, menace de de
venir orageuse, Joan steHor
cr de s© ¡uslitier, eí finalemen»,
déíaUlan}©, di© luí avou©..,
que c’est luí qu’elfe alme. Si
cet erveu a pour ©fí@í d© nom-
bler Stewart de bonheur 11
pionge par contre dans 1© plus
afíreux désespoír h paimo
Connors, qui vient d’arrlver et
qui a tout ©tttendu...
Le sous-merrin part potír un©
nouvelle mission secrete. Un
«tanker* ennemi est bic-ntot @n
vue, Au lieu d© le torpUler,
Connors decid© d© fe sfevre
et de retrouver par ainsi fes
navires qu';l va ravitailler. Orí
arrive a une petite il© p'rdu©
dan$ 1’ocean, oü les nazis ont
installé un© véritabl© bas® na
vale. Le sous-marfe a la sui¬
te du * tanker » pénétr© au
cceur des ouvrag©» ©nnem's, é*
vitant d© justes»© les nombreu
sos mfees qui frofeni sa coque.
la null venue, fe commandant
pre»d se» dispositions pour dé
huiré la base el taire sav.ter
fe grand reservoir de gasoline.
Stewart s'offre pour partir a i a
fete d un petit contingent d®
volontafrcs, gagner kt ferr©
term© et m©n©r d bien Topera
lion.
Ce group© de héroe pour
io-t-il remplir sa mission é-
chapper a la vilgiienc© d@s
soldáis ®nn®mis? Qu'advlsn
dra-t-:l d© Joan qui Id bas aux
Etats-Unis, attend anxieusemont
terndis qu© Stewart ©t Connors
som en train d© risqu«r feur
vie au-service de la patrie?
Cast c© que vous saurex en
olldnt voir:
L© Him .1© plus dramaiiqu©
Vos uvre la plus pass;©nné®i
CRASH DIVE
ovec Tyrone Power, Anne Bax
ter.
AVIS
A la suite d© TAssrmhló©
Genérale Ordinair© de» Actio»
caires de la HAYTIAN AMERI
CAN SUGAR COMPANY, 3,
A„ qui a m Rsu lundi fe Ur
Octobre, le Conseil d'Adtnm'»
nation d© cette Societ® s« hou
ve constitu© comm® suit;
ME Caleb D, EUiofe President
Georges N, Léger, Vice-Ptmh
ítem
P, Faux®, Secrétafe© et Trégo-
tier,
W, A, Kroeiher, ,
Adjoint ©t Tréaoxier-Adjo’fe»
Edwin I, Xilbourn , Memb-?
Haytlan Amedeo» Sugar C-
pony, S, A, -
Port-au-Pri»c®, k 2 Oeto.V -
1945, - -
par Caleb D. miOTT.
fxétiém
SPECTACLES
tvous m A0
1CAFE

Special* “Le Nouvelliste
ms. eooütes oss centjuneb be postes de rumos
oes nations dwes, phopa 'ieant mm «oovausa
DANS TOOTES LES LANGtJES
Darniére rteure
PARIS 8 Oct-- La Fedéranos
Mondial© des Trade Umo« a
demaxra© que toas lee pays D©
mocrahquea rómpete avcC ¿‘Ai
ger.une ©t i Espagne et leur im
pásete aes sanctions econotm-
qms.
LOi^PÜSS 8 0ci.-~ Les lea¬
ders üu Monde Kgyplsen ei Mu
feulman ote derna¡‘cíe ¿e miad
aee anglais de 1’Lgypt©, et la
rouvexutte'ie de LLmp.r© mu-
hUimcrn ds ¡a Retejíame Mcnay
au Maros, L© President u« la
Coi«'tuj!s:o’> ties Attunes
geres ae ra Chcmibit* tie 1 L-
qypw tí o-mande cum»i i© :o
tra;t aea coupe® cmijiu.ses u5
que a Lby. iUo.fc.,}&© vile-
mem.. so« «voter,
NEWYORK B Ou. Oh cm*
ho«ce le wtaux a ax Lials-Vuu*
du Ckmeraí Eisenhower.
WASHING ION 6 Oct A
¡a reunió» fuer au Pan-Ameri
can Umon pour statusr sur ia
tiememde des Etate-Uuis d a¿our
tur la Conference a© Rio poar
s<© pas avoir a étr© panm les
Delegues du Gouvemeraete de
Farrel, on a coteuaié que le ro
p’-esenjam áe i Ttrgeteme, Luis
Luí!, a aussi voté pour i'aiour
temete, ce qui fait qus ¡a pro*
posuíon americame a ©té a-
gré© a i'unatemiíó.
WASHINGTON 6 Oct- - Les
employes des telephones fe©
sent mis en gréve pendant 4
beures,
LONDRES 6 Del, - Les a Un-
ques Oes joujnaux russete sur-
tc*u: ioigano oILckl 4zvesí.a*
co^tre Rymes ei Bevite créete
une sorra ae guerre cíes ueris
p.íiro .a Kuss.e- tu le* pays arc.
aetectux.
PARIS 6 OcL - Laval accu*
ss Petara pour se aóíendro, L
a au qu'ii n ¿tad qu figúrate
daí-s le Gouvernemení áe Vi¬
chy; qu© Péiam ava;t plus de
pouvoir que le Roí Louis XIV
qtu devait soumtltre see pro¬
mts era Paítemete, tanate que
Potara ne soumehait ríen. La-
val dit n avo:r pns aucun© parí
a i’Armistice.
TOKIO. Le leader ubéraL
boron Kihre Shiaencxra, u» cíes
democraíes les plus counus du
japón, ancien ctmbassadeur
aux Etcus-Ums éraerge de 14
aunóos d éc..pse poi ‘.que pout 1
devenir premier M.n.stru.
TOKIO-" - Investí par i'empe
reur Srudenara • < : ¿so ce ma
i,n ie palate mp sr.a. pour chal
¿ir SG& autres M¿r* stres ei sur
Y78 et ct .a les oxmes du gene- (
ra í Mac-Arthur, ¡
LONDRES. S prisoi iwer, c,a
queue ailemands o»t ¿te pen¬
das pour avoir assassin© des
c.amarad’-'S pnsonuiers accurés
par ©ux d avoir déseríé 1© cío-
do nazi.
PARIS. -Le procure*.
ral a piédit que Lava! va ofír.r
des d*cuss;oiis sur ses nego¬
tiations avec les ademando.
Ií croa qu© Lavat peut teuter
d'étabir les points suivants:
1) Franco avait reclamo á
• Hitler u»e partí© au Maree han
gam
2} Hitler retusa parce qu© la
veiile de la demande luí Laval
BUENOS AIRES.— XI a été an
noíícé que la nuit d©miére los
policiers ont ferít i©u d© ¡eurs
revolvers sur une íoul© de 000
íemmes. jeunes Liles qul mani-
ítísicaent leurs m ¿con ten temen!
contra te regime sangumaíre et
«nti dómocraí.que d© Farrm-
Peron. Un© iemme a ¿té bies*
ee© par le sobre d'un paUour
13? rmmíT
HA VTEILLZ mt
^ui te»
íes d© bonbons quten a pen#
d'ouvrir pour ne pm Im â–  abl-
m&i et aussí des grdnd'péc s
a kt barbe blanch® Jxnacalé»
de tabac. Oh! cea graíld’papaa
üo»í on aima t d inveutoner
Ies pochos toujouxs gansles de
i sucre d’orge qtii sentaíent par-
[ lots la pipe mate qul n'e» ©-
J tuient que meiBeures. Tous les
i iíiur quand i© group© cherchan j P^Lts ©níar-ts ava.eM ÚCa rúa
a pcuétnr dar*n I'Hótei Plaza ' ou‘ dea ffl™°íls' ^
; lace au palais gouver»‘em©niaí. | r.antes e. bom.es, .4©s .. rj.ua
1 Les temares paradéicat a©- Ii;l}Vi(! aux ma pí'£‘s ,u 1
| van. Ies bureaux dea joumemx f b'*J\ u düX' doM k,U!. \
| «La Nación», *la Prensa» sous i qn'Ste^ wta‘í’íl‘ d *1 ' C‘if '
i ,n duocüOíi do la doctor-4^ I ^ r^auk ^’'h^n
qn u y ava l aud¬
it éichJ soujoúrs
ihirs Ut ma i
r:
«Xre Noavellístey
®aiW
U MODE
DU Joun
I , 1'
Alicia Moroau justo, veuve du j ivV
teí.dtnour du puih ¿.ocsubste ur ¡ lh}
gentan
BUENOS AIRES. Les íem-
¡nes arí|er>tl?5es plus torrtermron
qu© lea homrnes ont rédame
dans de© tracts que la presa©
du paya jen© un d&h a la ce’n
-,uro oiLciede ©t publt© tes iap
ports comptets ©n dóplt de !‘E
tat de siego. Ellos o»! aus¿n re |
clamé qu© les notes concernes!
tes évenemem -sportifs, man- I
dams, íes cinemas soietR rsu- !
róes ©n signe de deud nahonc!. |
BUENOS AIRES. --11 a été cp
pris que les eíudianis des «ni- ¡
vwsüé cúbame» om voté 24
heures a© grév© pour mandes i
ter leur solidarhe avec les ©tu ¡
tísaníss fegentins. Ik ont décié- j
té un© joumée d© deuil nano- ^
i nal pour les ¿ludíante argentina ¡
I taés cu cours des ¿agarres de i
1 jeudí. ¡
i Dernlére Minute
1 6 OCTOBRE A 3 HEUH^ P, ML
I PARIS. - La rad.o.ae Pana
i a annemee aujourd'hui que la
pone© íra«caiS© a airóte Maaa
ms Jacques Etenot, ia veuve
au leader íascist© irangais qui
a trouve ia mor! daos des cu-
(.onstances mystermuses quel*
ques mois avaní la capitula¬
tion de LAlHmagn©, Madame
Dor,oí a ©té arréteo tandas qu'Oi
le rentraR ©n fraile© avec ¿es
aeux ííli.'s ©t sa oelle-msre.
} <>ui 1© juv> ties juotnKnh u E©L qu*Mí"»'
oí c!o granas chev mx picdL-um
oo!-t o*. íivcat p'Cur eí qn o? mou
¡(<}i rí miyi© a'»niouch.i.
Tout ''©la: grand'mmea, gd‘
nt»r©‘-, juamans et papas reata.¡
parea ta’>d:a qa© ( oua ott; s
c* iamb f,oua graf‘díaáion«. Ar
áva.l bemol le moment poní
? ous d'f.T.er dat-s te rnoíJs
Pour le ?:«»» hotnme qu© ; e-
to.s ct í*.t un éveuí met t Ja <:
,e ¿ouvt»*-«r rae trouble si pto-
foríd©?u©n? qu© )? n'os© 1© ce-
ci.rv ue peur ae me vou r,:e
au nez por ceUi Fila1© loo ©o
au com de ma Louche. O' a-
vait conru des gamm^ turcu
Jantes et supéneures commeí
des peütes scsurs.et un sote de
bal or. se irouv- ©n prés©'re
de cteatures si divteemem ac-
Domp'.es qu'oa n© demeure
leralem.nt idroí. Dans-er avo.c
e’Jc-s, les ©rdact-r. mor* D-eul
quv. bonheurl bo -he^r s. grafd
ruáis cü ruém© ternps s. uag.-
lp que Fon prend m;he précrru
Loas metedroítes pour :e prc
ceranger ie g*vr© de ru lie q-»
les couvre, ou iroubter ce acuri
re dont la grace vous ©n¡vre
comme du hasechich.
VoUá Haiti, telle que je .a.
connue ©t qu= je veux toujours
la voir. Des geus vous dmoni
oeut étre, Madame, que celo a
cr.angé. C'es! vrai. Mate tenes
córame moi, »© íes coryez-pas,
bwgpemw, docum^^se rap j pouí V£JUS é;=,gner d8 ,¡ous, ,s
íaisseront tomber la remarque:
«Quel sole'll C'est leí tout H
tsmps ]'été-»et d cela je répon-ds-
C'est la contrée ou Jes ros' s .
portam a ia vie poíiuqu©
son man ont ©té trouves daos
£.es bagages.
iiONDKbS,--■ 18 refugies icn©
gucs qui xentraunt chez ©ux
par ia vote aenemie ont troa-
ve la morí au cours d'un ac-
c.ae»t d avion, L© bombardier
Liberator quí les transporteit
s esí ©erase au son immédiaí;-
mem aptes avoir pns le voL 5
merobres d© son eqmpag© ont
ele aussí tues. i’accident s ©&t
proauit hier a xnsdi, prea cu
â– i tu village d Elvethan da^a
© Sud a© ¡'Angelen©.
PARIS.-- Le proces d© l'ex-
premier MRntetrc, Pierre Lava!
a oté ©r:'care marqué aujour-
d'nui par d© graves incidents,
D© vives discussions s© sonj
¿ngagé© aujourd'hu* entre ,©
jage Mongibeaux» te procureur
general Andró Mor«©t, les avo
cute do l’ex-premiex Mlmsho
et i'accusé. Les incidents ont
commence avec te question du
luge Mongibeaux demandant á
Laval quí La volt xemte au pou
voir ©n 1342 aprés ©on arres¬
taran par 1© mar ©chal Péíain.
ociasent tout© iterate©. Haiti
mon pays. Je 1© contempts
a*
vec los yeux de mon cceur. De
lui sourire si gradeus'-ment, )©
vous oiire, Madame a mon Ioji,
mill© araces.
DENIS BROWN
í L© Rmne vntucae Jama,can-
I mi lou© au Hex i© 3 Octobrv.
j
Í '
| ?,000 DOLLARS SUffiSENT U.S
POUH L'EXTENSION
I AGRICOLE?
) L>an& !o nouveau Budget du
Depártemela do LAgr.cuduos
¡>our Itex’ens.oii agr.com «o S.
• N. P. A., nous avons icmarqua
quil n’a etó allou© a celta ¡tu-
portanii section qu© 7.000 oo a.
Qua txd on consider© qu© í©-h
'¿/Z de ceno vaieur seront piu-
tot employes au paiement isa
\ appointments, on so demeu--
; cte ce qui xesieia pour la d:¿tr:
bution oes piante susceph?»«a
a augmemer notxe production
acncole.
Le pays confronte une cr s©
aqricoie; nous 1'avous amera
i ment explique aans node cam
í pagn© «Pianions. plantons;*. Ca-
íé coton, cacao, tout áéctou;
! méme Ies cultures saisonniéres
í no donnent pas Lur plain et
. ©ntier rendement. Lyc des cau
?©s premíeles a l'ongm© de
' cette cose agneoie. Ma.s que
peut faíre i extension agneoie
avec 7.uü0 donarsi Le Ministre
EAgrcEmn ©r.vIsage-t-L ce?
credits ©xtraordmaires : t supplé
I mentaues au cours de iexecu
í ?orx d© son Budaet?
I '
| . LE Dr. STENBEHG SERA
A PORT-AU-PRXNCE
| Le Dr. Stenberg. lieutenant-
í coionei au Bureau Sanitairo Pa
í^raer.cau, qai etc’t venu deux
ío s a Port-au-Prince, taire . ex
per.ence d© la pemcilin© su1'
.is Cw-s d. p.an et ¿yph:.;s se¬
ra a ?Qxx-au-Pn»ce 1© moís pío
cnain, en vue de controler ;es
resanáis ©^registres par la Mis
c on So. ¡'.cae Araer.ca.ne ¿a s
ue traitement d© cea medaejes
Cu. ahectent ios masses :o.a-
s el ínstruíi avam d'aller W
coucher.
Chacun Yerra qu’©« aya*!}
son .«Nouvelliste* chaqué mem
bxe d© te íamJU$ aura :de quol
petsmr une agréabl© soirée.
En retour d© c©t i ífort, de
cea aacrii c©s, qu© nous iai-,
sons, pour servir nos oootmee#
«ous leur d©marjdons simple
m@nt dhngistex píes de teute
erais, pour qu© oes derru.-rs
prennem un ctbounoment nu
’ Nouveuist©», s'.Ia iv»i
pos ©acore tete
1 Qucn-f ti ceux ou. ha iros
i aere ctu voisn* pour luí ©rnpute
. t- f %ii jounuti, qt.'ik u dbotú
, q ! ' ví i'teut \>'i* de la fUi>v;a
! t'USí, r>[ qu© >,o *jNíítt p’l'-,
i ©!’«- >nunii,u nntiH joutriai. f í . ,1 k-.u-í-í© et i ©at q»« iU> hoiü
Í . mu | Ní.,i Lu’ .ú í'OUfi ewu;>l<;
i i' ’ , ■ otro innovabas».
| Guau ¡u„. pouv.ímn© qu'u»
I Quotidian, duna un© tem.Iío,
:-‘t ami .'-doipipsarsbU* qn©
les arres dans un© Feote.
A'oí- quand dará chaqué
Mamón o?í s’abonaera au «Noa
voüiste» 11 ariivera 1© moment
ou nous pounons offnr un
ga«d Quoddien d plusíeurs
t pagos córame ches tous tes
? vaisms et aans tous les autres
Pays.
í Par comí©! Cees n'arnvera
Lócrivaih quí tear a éotmé I®
jour. Que de lote n'avone-nous.
pos él© poursteVis par uue
phrase, un v«re, un mot, OU
KbT-DONC? Imposaíbi© do fi¬
xer s.s souvenirs. Os Itetíríbue
d l'u'n a l'autre; ©rreur! o« ae
í i bus© la tete; plus os s'obst»-
r©, moms o» auemt I© but. On
«© desespere; la puras© n© vous
quids pos, vous harcet©; i©
vers ©st toujours ra; vous ©les
...,e, obsede, inalado.
. .. »;et ©anuí, c'est cett© »er
V^.lv/, v.* cauchomar qu© «Lo
Nouvou.ato® v©ut voufl ovitoi
üw:a loctour», on ouvrant na
»nuvoLi‘ tubr.qnfí OU LST-f .E
i orna i .Viutou/, Lcíjuvío ou
L.jukmíí i*t penaoo, ia phta.m,
,© ver», i<- tnoí, vuüííh fu
q.nvu ©' tungtempa pouniuvo».
í íuvm*^ vt>*w »NuuvoíLsu** et
vouís iva Uonvm.
m ni: unos lar .. main
DUES,,,
Noa tecíoníH UouvbioH d»u»
t© chupare uutunt d agtémou»
quu cte proht Notr© yóu«rcu.o*»
Uop activa #t trap presses Eaus
cure í© íangage, corara© a plai-
£tr, a recuoíllir pour vous \m ir,cor
recho«s qu¿ puliulent á leur ai-
s© et vous. propos© les formes
expressives et justas. Eisez, cul
tivez *N© díte pos... mala ai*
(£?x '» ía Mlén m
l/í,í Wf.vsrM
'/ f« fmm &
¿ÁtmMum
tes...» et vous aurez acquis de
jamais, si LHaiber, ero.i guh | .a claxté, áe la justesse, de ia
na quá empruMer le quotí- j i'-.xc© dans le «bon usage» et
ci;en du voisin, pour s© disp«n Lécrxtur©. ¡
¿er de s'abormer. Nous serí-ons heureux, lee
LE COLLEGE DE PmOS-Wi
FONCTIONNE DES I*- =-
Dés luna' prochola, te Q¿jj¡¡.
g© de Pét on Vilie cmmm
i . Changeons de mentahté, ex ¡ tears, a avoir aussl vos suqges j XCT ¿ fonctíormer. Les
| ¡.our Is prestige du ñora ha i- trans, vos critiques, votr© par- "anft n’ftr^
i t en. n iicipation active, et, au fur et
í * * * ! c mesure, nous ©nxichirona,
I Des lundt done vous trouvo- | pour votr© dilechon, noire ruhr¡
| j©2 un© collection ae «QUIZ- \ que de définmons humortsti-
I ZES* ou «Savez-vous», áe OU \ ques, etc. etc.
' EST-CE DONC, de NE DITES I
FAS, MAIS DITES... propr© á J ARRIVAGE DE HUILE SOTA
éveuLr votr© curiosíté et a la j ET PURE LARD
! catsiaire, en méme temps. j Nous apprc nons avec platea
; I) DES QUIZES. 1 que let General Trading et Co. I maiín’
i Evidemnunt, vous íous, chers { n recu un stock de Pure Lard I
ons n'ont pas
Direction a abauu la rutte te*
aogne des examena d'aáaé»
sion o ia satisfaction úh
tan Is ]
j -ecteurs et ahonnés, vous con
! naissez les réponses aux «Quiz
¡ ?fs» ou «Savez-vous», mais
: que! plaieír vous ail:-x avoir i
! quand xi vous íaudxa iaíre jail- |
l.r c~.s réponses de votre sub- j
consc.entí Et aussi quels exer í
, :Jc s précleux!
Chaqué jour, «Le Nouvsüis* !
te» vous presente cínq «Quiz-
ces», de connaissance et d'ín
formations. C? seront <
t d'Kmle de Soja-
Lee clients de 1a Maison sont
jnyjtes á s inserir© pour te répar
tiiion» 4
rents.
Les centames de pcre% ^ :
cra.gnaient de voir se knmk
C'dlége se reprennent é wstfr
2 * r. Haya plus pout W
ávr trap t a effecíwh
de Petiors ViMtó-ai*
?; 1© so.r, de Astesi
i Prince Pebon-VRl©,
I Les parents n© cwmn shs
| le risque d? canSer leías m.
tents aux autobus, Av«c k
I College de Pstion Vílk,
j ¡o quietud: pour les pa?&U,
• et les e*3 s'y ¡cslrut8t4
! aussi h.en qua la Capital#,
\ Pétíon-V Lote rnscriv» i»
-nfu’t- au College <¿e
¡ Ville, ó vetre College,
MANO ¡
UNE UTILE MESURE
DU DIRECTEUR
I DU COLLEFE DE P-AU-P,
J Ií nous review que le aévoue
í Duscteur du College de Pon-
contir.u.r sa dótense en cena 1 cu-Pi • c , tenant compie ítes
ront qu ü es¿ un© vict.rae d ur. [ oítficulíes rencontróes par sea
enme jiidiCuajT©. Par auteurs, ! eleves pour se conforraer aux
cu fa.t remarquer qu© selon la I joglerouats de LEiabijssem:- ¡U,
,oi hanga»se tes avócate de lo j quant á 1 uniforme en kaki, a
deio'-c -’•© pe arron í pos deten j déc de d'exiger le port de ceí
uniform© qu‘á partir du 2 No¬
ah su une entrevu© avec te j Comm© Vacensé refusah de
chancelier nazi,
3> Ce soW tes termes de l‘ar-
mkfic© avec LAílernagne et
non l’aocord de MoiHoír© qut
so«t reapongabtes d© la poiiti*
que d© collaboration.
4) Laval éíaít pr©t á réalisor
un© entente secrete avec les au
torités libres íra«gcr!s:s d’Algor
aprés la liberation de LAíríqu©
du Nord,
BVmOS AIRES.— La tensio»
s'est augmentó© ©a Argentine.
La polio© monté© a réalké des
áécharges de revolver sur um
foul©.
5 repondré, le jug© a declare
1 *N ©sí-c© pas Abete», Lee jures
s'écnerent alore en masss;«nous
voulons que vous rópondiez» et
la val de protester: «C'est ille¬
gal». Alors te juge Mongibeaux
atecria: «Gardos faites sortir
1‘accusé». La session a éte a-
crs suspendue.
PARIS. - Qn apprend soui
c© autor.sée que La val a été
rappzlé devant la haute cour de
justice aprés sa deuxiém© «x-
pukion depute qu© son procés
a coramencé, Ctependant itex-
premier Ministre a reluse de
deten
¡r client puieque colui-ci
ne prenda pas pan aux débala,
: Le juge Mongibeaux a la ropa
se de la sess.on a declaré qu ¡í
pourralt recounr á la force
pour fair? amenex Laccuse mats
qu'il pófére continuer 1© prores
ev. son absence.
PARIS.— Durant les premie¬
res heures de la session d'au-
jourd’hui aucun témote ne stest
présenté devait I© tribunal. A*
prés 1 expulsor de Loved, le
tribunal a ©ntendu ceptndant
la deposition du premier té-
raoin, l’ex-président Albert Le¬
brun. Cette deposition n'a du¬
ré que 15 minutes era molns et
le jug© Mongibeaux a deman
dé que la atufen soil ajourné©
jusqu'd lundi prochain.
MADRID.— OMcieltement an
apprend que Doming© Dalas
Barcenas, repráse*temt de Fran
co auprés du Vadeas ©t 1© due
d'Albe, ambassadeur á ion»
dies som arriv^ é Madrid,
?mbre,
Toulefois, il esí demandó aux
E-ev-s d'etre íous présente, Lm
d; mal.a, 8 Octohr© couranf,
oux heures regleraeniaires.
C’est ia«t mieux.
OU ESI LE NOUVEAU
CODE RURAL?
Depute deux mois, les «mas
ter oí» de Damien, se réunis-
sftní chaqué Sara ©di apzés-mi-
di, a Thorland et font des échan
oes de vue quant aux modifi¬
cations ©t aux araenagements
d apporter au Code Rural. Leur
travail est-il prót? Pora: execa-
tet un programme agrícola. !1
faut-une polio© rural© armee
des pouvoirs assez étrnámi
seul 1© God© Rural component
das añides daks, nets, &st ca
pable d© proteger te paysan
contre les spoliations ©t tes vote
dang les carapagttes.
Les «master of* o©t ite font
PETION-VILLE FETE
SAINTE THERESE
Dimanch£ prochain, 7 octo-
bre, sera íétée a Póíion-Vilie
dems la Chapell© gui porte
son «om, «LEnfant Chéríe du
Qrii?.- I monde enher», notre Petite
res vemés d Hislout*, de Géo- ; Soeur á tous, la célests Messa
graph.e, de Literature, de Loi, \ aere d’Amour e; de Paix.
Musique, de Mythology de j A 6 heures, Messe de pre- .
iiCifuce, de ReLgíon, de Mé- ¡ raters Communion Solenred^. ^ lS aií -uílí^ ^
;.no,rp ívér¡tcrh¿es ¡este;, d= Pay- [ A 7 heures et derm, Grand i
rho.og;e, d ét queue sociale, et ¡ Messe solenneile, au cours ae ¡
laquelU -la 'Chorale de Saltee j
Thérése 'exécutera des chante !
polyphoniques et une messe en f
musique.
Aprés la 'Mrsse, Veneration
Relique de
‘MESSIEURS LES M
Que tons les amateurs é
bon théátr- se renden! ga be
aes Quizzes (attrape-nigauds ou
ponjs-Qyx^nrsi.
Tous ces Qu.zzes, seront sui
vas d© leurs róponses á la ca¬
ge des CÍES,
1L 00 EST-CE DONC? | de la precíense
Nombre de penases, rene- í Saltee Thérése.
JOOÍ1S, sentences, máximes, é- | Dana lapróa-mldb á 4 heu-
parsras ches- tea ©envaina irán- f res et dsmí©. Procesión a 'ja
gms ont pite l’aspecf de prever | vera lea rae© du quartter et Sa
bes ou, s'irnplamsm en .rhia- luí da Tras Saint Sacieme-ot.
ces connuen. dans les livres, | Too» la ¡ounté», sur lf, pe
ecr.ts, aiscouw, joumerax sfo., ¡ louses aTOisinctnt la chapeas.
Or lea énonce, on les repelo ct | comptoi®, kermesse, surpri-
1 env*®<, *“« »® nappeler toa- i *e«, musique d's CkMm,
,ouis l'ssuvre quí les conüent, j vente d'objsts d'art, rafias, etc.”
chain. 8 Octohr©, a 8 fe.
coir pour voir ce que d<£
que:
«WSSIEUHS LES MEDÍ».
Les cart's pour cette I8É&
ont ©te mises ©» vetee
í ce maun pour évlter le3,
; combnment du derteer ^
j mete.
| Qu'on s ©moresse de
| la sienn© pour teavoir pe»s
| L' regretter.
II y aura un autobta pctS'M
> habitants es Pénor-VLle.
«CMS®
Ge soir et cera
3 heur-s du soir
YAYA * áécréíe la
a la Croix des Bouqotó*
-Emembl. I» AmMqam
mmxm mi m
Exiqez le halt Evaporé flRMOÜk



président Triman hier, a

s, dans un message au”)

; des measures doi
Vemp.o:
ane prises cone

Bombe Atomique: aean,
Venerd 8 aiomigque pour
a qilisee duns Findustte.,
oe ielie démarche prossde
sentiment dhumanité,
doute, mais ne lojase pus
a Yimpreasion gue le
» erais meme ceux

al td oft donne le jour.

& alist apres les essoia de
et devasieteur, au jo-
jes ométicains,.les an
of ue comadieus qui Va

ie wis & point aie ne

fou pea entierement javantes,

os
deren presser, par des mesur
nt Bpouvantables, len

sppors de jaize leur redddition,
pour ne pas avolr a répéler
fe éieswes de Kyroschima et

Deyo done plus & craindre

re inensif.cation de la pro-:

dgeios dela. Bombe Atomi-
que. et ce pour Jes raisons sui
yanios:
j les oméricaits, anglais “et
: canadiens ont 66 fappes d’é-
devant lea dégats ini
pogmables produits par jours
jnvention, comme sous l'evons
dénontré plus haut, . Quant
we gules nations, ‘qui. se-
gion wenides de se livrer &
des eevarx de Leboratozes
- your découvrir le secret de I’é-
teria atomique, méme si‘elles
ao dégirenit pas-en idize un en
qin, pour détmuire, il-est prea

que cerain qu’elles reculeront ,

dewmi une tele entzeprise, eu
gud aux dépenses de mil
Sgt que nécessitent pare Ue
jidotive. Et Diu salt si alles
y parviendisient. jamais, mé-
me en ouvant ces milllards &
dépeneer,

bois, oy. a aussi comme
obsiccle G anvisager, dans ica
pousulte de usage de Iéner
ge siomique les dangers de
deacons G ajouler toules
tolles ebtrainges par ks cing



Ecoutant J. Byrnes
Hier Soir

LES ETATS-UNIS, CONSEQUENTS AVEC EUX-MEMES :

Hier soir, nous

me:

avons rell- | Unis cecepiaient le principe des

ys gisusement écouté & la Rad &. | grandes lignes soumises par ic

i

|

:



#



umnees de lo guerre qui vi.nt |

de finix, car, de avis dea | sa-
ea, bul-re- peut affirmer
ermbien de iemps encore du
Wiett bavsaoulhances des oo
pepuloiions voisines. de ceiles
Wal op ont até directement at-

ig rassurani> déclaration du

" Rrésident Truman, qui s'est 14
WOl6 wr vical Chrétien, devra
bre considérée, comme
is boureuse nouvelle pour
| @es Jes Nations, grandes ou
filles: de méme que si. les
shes crusis-ot barbares. de
VAs aveient éu Voccasion d’em

oye ln Bombe atomique, ils
Otdegient le movide dans la stu
tote lépouvante, le fe-
2. fembler,
at lea menaces qu’ile pro
SG GM de s'an pervir.
RUMOUR OCTOBRE 1945
= Que pensez-vous du «Draw-

_ Bese concernant les

ee .. Mamidres sortant. trans-

868 par des produits oxé.
eure?

oe y oud, toujours dans

: bs aflaives des eboom» et des
OOM pour se re... péter,

Po ere ttininnnnnt e
RETOUR DE Mme. GANOT
Hier par uh ovion de la Pan

: FON sont rentrées: des U.
S.A, Mme. Vve. Heari Ganot

Mie Mlle te gentile petite Eve

Ganot avait -voyagé

Pair ripondse & la demade de
#6 Yombrux clienia: -aniéri-

hg ‘Phvlles essetiiclies,

chaqie jour, «

«maid



~@ Rapport que James Byines,
Secrétaire d'Biat du Présid.ot
Truman. Yaisait ‘persomnelia-
ment au Peuple Américain et
au Monde Entier, sur cc: qui
s'est passé G la Conférence ces
Cing & Londres,

Le Seorétaire d’Etat Byres a
révélé los moindres détails des
négociations qui eurent lew on
tre lea Mivisyes des Affairs
Euangéres de Grande Brotayte,
de Russie, de France, de Chi-
ng et des Biaty Unig

Listovsigeance dont sublie-
ment, dés le 22 Septembra, ja
Delegation Sovietique a felt
preuve, cprag avoir, le 11 du

méme mois, aecepté ie princi- |
pe des procédures, est inanifes |

te.

Nowvs donnerons & nos lec-
‘eure les parties acillantes de
ce Rapport que le Secrétaire
dEtat James Byrnes a fait & in
Badio. hier.soir.

Mais nous voulons ’ cujour-
@hui, souligner comblen ‘out
dabord, use fois de plus, les
Etats-Unis sont conséquen's a-
vec euxmémes, dans leur croi
sode pour lea principes démo
cratique, pour les Régimes Dé

bertés Exsentielies.

Le Secréialre d'Etot Byrnes,
én révélant que c'est la Déléga
fon des Etais-Unie qui a sou:
ris un projet de Traité de Paix
avec l'lialle, a donné les gran
des lignes que contendit cate
proposition. On y constale que
les Etats-Unis imposaient for-
mellement & Pitalie le Régime
Démocratique-Représentatif.

TL est stipulé dans ce projet

gue WHalie devra avoir la uber
i6 ENTIERE ET TOTALE DE LA
PRESSE ot DE LA PAROLE: que

}

1
4
}

ides Etais-Unis,

| Délégation Soviétiqu: et s’a-

valent fait quiune seule réser |

pve: ‘celle de n- reconnalire

que des Gouvern ments qui se |

raient issus des bres sults
ges du peuple.
C'est & co stijet, que je Secré

j fate d'ftat Byrnes a souienu
fon: belle thése, en expliquant
' que co sont les Peuples qu: se
sont batts, dona crite gquerie;
ce sort 1 s Peuples qui ont cout
fert des rentrictions, de la Iaim
et du froid.

Or ce sont leur représer
varliciper aux négocations de
i Pals

“oe

De quildue coté qu’on se 1
lourts, on trouve les Etats-U-
nis, conséquents avec eux-mé-
mes.
Se Démocratiqus da Grand A
potre qu’stalt PF. D. Rooseveit.

Des amis, cheznoug, es-
sayent d’ébrani-r parfois noire
fol dang Ics intent’ons loycies
en insinuan
gue toulce que proposent les

mocratie qui doit exster dats |
le monde, »’est que «pro-for
mole Tout juste, si on ne
nous dit pas que c'est de In
«pondre aux yeux» Mo's
voila que, comme pour,
voinere les Incrédules, chaque
fo’s que loccasion se. présante
pour faire miomph: tla Démo
cratie, ce som! prévisemen} les
Etats-Unis, qui prennent la haw |
te main ef agissent en consé
| quence,



ces Elections réellement libres |

dolvent avolr Neu: que les Par
Hs politiques doivent se consti
tuer, et que des réunions publi
ques doivent éte sane aucune
leatiction organisées, pour dis
cuter politique.

Voila ce que le Secrétaire
o'E:at Jomes Byrnes annoncailt,
hier soir,.& la Radio, quand ‘|
dévoila't les grandes lignes
dun Tralté de Pa'x-que la Dé
légation d-s Etats-Unis avait
soumis & la Conférence des

Cmq, « Londres.

d © x » i
Jes Etats-Unis se mélent-ils das :

i

|
i

Uy reste. comme dermiére te
tetlve de rebuifade, cette apas
trophe: «Mais de quel droit,

olfaires des autres Pays?»

Ceux qui parlent ainsi, oublient |

dis que les autres Pays font
fous la queue aux guichets des
Etats-Unis pour avoir de Yar
gent quills tendent tous — lc
wain, devant les Etats-Unis,

wour ne pas mourir de faim, de

i nalodle et de foid.

Révélani encore ce qui s’est!

russe, concernant ls - Tratés
le Paix avec les Etats Balka-
niques, le Secrétaire d'Etat Je

mes Byrnes a dit que les tals cotsentis,

|
i
}

+ Clest de tout crla que, on
jolt Je comprendre, lea Etats-U
is trent le prestige ¢t autor!
é de ses Opinions, qui sont,
Yailleurs, conformes & «lofdre
VOUV. cau priticpes démowra
iques pour le trlomphe - des
quels tant de sacrifices ont 412
ie as

“1 e Nouvelliste”
fera mieux

La petite innovation gue
hous aveis faite, en publiant,

tous les deux jours, des clichés |

de mode actusllement en vo
, ue, mux Etnis-Unis, et des cli
chés de dessins humoristiques
your faire sourire un peu, hous
«valu une approbation ‘el
le de ja. part de nos a
hounds, que nous n’hésitons
pas devant les nouveaux sact!
fices que cela nous impose,
pour pouvelr publier presque
chaque jour. un. cliché de Mo
des. et un dessia humoristique.

Comme nous Vout expliqus,
par lettres et por téléphone

tes Gonot qui. ont |. de nombreux abonnés, ce.ti'es!

Setemnened on

#8 bom mia ou traveil.

Ganol revient plot

bet Holi Wedustrie
e eesoutiellas. Depule
iy @ environ 15

=
|

pds. que.le. modéle que. tous
donriong soit mis a exécution
tous les jours mais. ce modele
donne une idée, il fait plaisir
de le voir, de considérer..d’an
coll. gatisiait sea moindres dé
Adil, de ae souvenir d'un de sca
arributs; falls d’élégance et de
bon golt.

Bien, neat plus xeconiort mt

| pour une fomme que de savor,

chaque soiz, qu'elle aura a sa
disposition, & son choix un mo
déle de. Mode actuellement en
vogue dana lea grands centres.

Cesl parce que fous com:

presons cet état d’Gme que |

rassant outre aux sceri{i-
ces d'argent, de temps, et de
natériel, nous allons faire
“mpossible pour publier cha-

' gue jour, un modéle et un des |

sin bumoristique.

«Le Nouvellistes fra mieux
seeore: I] reprend ses . mots
croisés. de toua les jours. Ii re-
prend. ses. petites distractions
ingtructives. qui sont si uules
dans. une famille.

reront les clichés avec. des
sosse-temps litéraires qua, jen
sex of views apprécieront. ch
jue jour --- nous Veapérons far
noment,

Avec lea vulig qui s’allon
gent, ten ne veut antent qu'un
journal qui yenselgne, amu

Vox sate on Minos Page

tanta authentiqucs qui doivecit |

Us continnent la Croise /

Délédations de Washington, con |

. m + ; 25} PY Bor} a -¢ f
mocratiques enfin pour les Li | cermmant le Régim: dé vrais Dé -

con: |

D comple.
za donc, la colonte ou.se trou?

PHESIDENT BIOS
VISITERA TOUIOURS HAITI

Yo est brat que. diveaet las
| evéwements que orbe ke sina-
juan en Argentine, le Président
Pde Cho pourri te qua viel
fer cemialny poys, @b Terrant |
iechoglil, Nous sous sotiies o-
dressén & TAmbassade du Chi
ih, & Portaa-Priace, qu
:epondu que ried seat ch
aane Pilndraive do Pripide
Kies qui visiteralt Hal. le 40
Octobre courant.

Nous souhaitous que
vienna comtarier cat Hiner:
ef que Portou-Prince ot
!casion dacclamer le Prés!
ae la-noble nation



= He

‘LA CHARTE DES NATIONS *
UNIES DEVIENT EFFECTIVE



br: de pays devant rai
Charte Ges Natlons-Unies pour
igqwelle pulsse obliga
, eter en vigueur a ee
Nous navons plus q

endre pour en dpprécier
uffets.
DEMISSION DEFINITIVE DE

Me. CLOVIS KERNIZAN

Cottrairement. & Vinterpréia
ition que B é
1 communication télépha:
du Dr. Clovis. Kertizan, au mo-
ment ou Pous publl
note H étall de dém
nqire.

1. El selon ce qui sous

i
|
i
a

revien!
cette dé
; N

Chance
he nie.
boration.

LE CONCOURS DU SAVON
*SWEETHART+

I
|
|
i

gre comp

| @8 TEPONSES coi
1 § heures de

CET APRES-MIDI

quart wi incendi« ¢
dans la molsor de Mr. “Mare
par les fréras i
des: feux
t dartifices. On curalt entendu,

une fumés @ qui se dé-
yageait. temmatiis les
pomplers sont arrives. sur les
Neux, dui sinistre. Un des traris
Cardinal St Juste « regu oune
blessure. cu des, cinel que
deux pompicrs le caporal Mu
rat. Jn-Baptiste et le Garde Du
teuille Jn-Baptiste. :

Une fillets du nom d’Amer



cy a dté blessée. Us ont 60a |

chemings 4 Yhopital générala.
Plug tard le juge SrPort, Col-
Hn a [été requis..pour rempliz
les formalités légale.
Les -pertes sont estimis &
trols cent dollars dit un
rare Bt. Juste.

LA REFORME
DU -DEPARTEMENT

DES RELATIONS EXTERIEURES

Nous. avons regu ld’ liste: du,
personnel des Relations Exide
Heures comme il eat éabliv par
lo nouvelle réforme.’: Nous le
publierons Lund,

‘APROPOS. DE. MOUSIN
Nous avons regu ute lettre rec
tWleative de M> Seide, (Mou-
iy Noua-le zines lan



; eos

LivectounProep. Emneat G. CHAUVET
ADRESSE: RUE HAMMERTON KDLICK

|

les Radios américaines an.’

eit

Vers les deux heures moins. }

deux’ fortes, détonations, ef vu f |

5

DE. GEORGES

PORT-AU-PRINCE ~~ HATZ

Une Interview

WIENER FILS.

DELEGUE A LA CONFERENCEDU CAFE A MEXICO |

‘tii

Ge matin ayatl appria que
Mr. Georges Wiener fila: ta. a
voprénenie avec intellign nee
I enw: mble des intérite des ox
| portateurs Haitiens comme Dé
légué de la Chambre de Com :
merce THaitl a ler 4ame Cou
far nce Par-Ameéricaive du Ca |
(14 & Mexico. soug eat revear
depu's J jours, nous avers pu
obtenir up rendez-vous pour Jui
poser les qurstions sulvanias:

D-- Quel a été le but de la
Conférence Pan-Américaine du
Calé & Mexico?

| R-. Le but casentiel de ia

| Conférence était de faire une

Facton commune en vue d’abo

Ei he celling prices aux Etols

, Unis. “Tous les pays sont ve

ius avec lets arguments qui

cont été discutés dans une at-
mosphere de tranche courioi-
sig et de large compréhension,

D—- Quelle a été action de
Délégation d’Haiti?

R Mes confréres et moi
avons foit valoir, por des argu
ments basés str les statisti-
gquig et les données, Vaugmen

_totion du cofit de Ia vie en Hai
to qui rendait I'urgence d’nne
emélioration de notre denrée
rationgie, Dartigue,. Boucard
e! mo. nous avons fait use
proposition en vertu de laque]
ja-un seul prix plefond. sereit
cdopié pour tous les cafés en
général aang dgard 4. leur

1a

: | grov Ratee: ce prix unique de

vralt étre le prix plafond ac-
tue] le plus élevé, soit or, 24 dol
,vars. -Celte proposition aa
ipus été adoptée étant .donn3
i tue lo plupari des cutres 4616
gations éiclent en. faveur d’u-
au demoride -d’élimination com

plte de toutes les mesures res |

tretives sur Je café. Cont
| cans cea sens que la résolution
Limale a été adoptés, telle quel
ie a 64 tranemise au Gouver
bement Américain: accompa.
enbe dium téldgremme direct
a. Président: Truman,

oy a urgence pour Haiti a
devenir Membre du Pan-Amér
can Colfee Bureau qui-cst ap
_pelé & étre Verganisme auquel
' seront conliés & T'étanger tous
iis problémes. relatifs au Café
i pour fous les pays’. produc-
j teurs, Si par exemple, au Beu
de. décider® Vélimination des
contol -e-cetuels le gouverne-
ment américain venait & déci
Ger en: feveur d'une: revision
tes ceiling prices, il est: proba
ble que cette reyigion se fe.
rt gous lee ouspices du. Par

American Coffee Bureau. En u-

19 telle occurence, Haiti. . se.

ali absente de cet office, d'ou
: @ préjudice qu'ancourt notre
pays,

D —. Quelle est votre opi-
nion sur Je. ailonce du Prési-
Jent Truman?

Re Dune fagon générale,
on croyait jel fuequ’é catia wi
nie quicucune wépo4se n'a

volt é6t6 faite d le letre stan

télégramme odresséa cu Prési
dent Tramap por la Conléran
1-6 Patw-Américaine du Coté de
Mexico. Si vous @ione Mam.
bre du’Pan-American Golfee Bu
eau, noun curions 616. inter:
86 que colle réponse. tant. ct
endue a 66 vecue par cet or
g@iama depuis le lundi ler
Tetobre courant; Je vous don
ne copie da la réponse. avec
le traduction. Elle ‘ast gignse
ou GoleSeerdinive Deon Ache
fa

2
BL

fay

, €te “transmis au Département

poate gui viendraient &
| dats les différents. paye signa

La voici:
TRADUCTION,

slat prisenie lettre est on ie |

| porse ox wlegrammesn do-
‘téa du ll Septembre regua du
i Président de ia Quatriéme Cos
lerence Pat-Américaine du Ca |
iid.
| tole at G la conj.deration du
O PA. de ce département,
, et des diflérents organistmnes
“dy Gouvernemcot dea Etats-U-
nig, les résolutiona concernant
les mesures d'urgence sur ie
eats adopiées par 1s Deléquées
de la Quatiéme © Conférence |
Pon-Ameézicaine du calée teu
tévemment a la ville de Mexi
co sous les auspices du Pan -A
merican Coffee Bureau. Le 16-
Zégramm du 13 Septembre sur
je méme sujet. adreseé au Pré
adent de la République par 'e
Prasident de ia Coniér uce a

c'Etat en vue d'ute réponse et |
9 vous ¢n accuse réception per
Ja présente également,

Gomme vous le savez, le In
terAmerican Collee Board a.
vait été consiltué par une ac-
Yon interqouvernemettale
vue de cintraliser ious les pro
fémes d'intérdt concersant le
surgit

an

tires. du. Inter-Américan...Cot-
fee Agreement. Las Gouverne-
mets drs pays producteurs cin



; questions concernant les mitsu '

i
i

si que celui des Piate-Unis sont ,
représentés dans le Comite de
cet organisms. Ce Département
considera que cest avec le In
ter-American Coffe> Board que
le Gouvernement des Etets-U-
ms doit examiner toute les



es d‘urgence sur le calé ei au
besoin directement .avec lee
Gouvern: ments. signolaires de;
‘Accord. Vous pouvez étre co |
surés que par ces entrem'ses, |
lu situation du calé continucra
.& Stre prise et considération a-
veo la plus gande sympathi« e
la plus sticte attention.

Je crois d'ailleuzs que le Co
milé da Inter-American Gollee
NSA USlY OD gluppPsiniy sep sary
Board a demands & sis. mem-
luir discuter la situation du ca-
16 avec ce Département.»

Signé: D. ACHESON

oes

|

' |
D.-- Qu'd done obtenu ‘enco-}
re la Délégation Haitienne?

BR. La Délégation a obtesu
une declaration commute. de
tous les pays producieura ‘a-
prés leepielle les offaires deca
6 avec l'Europe n’étaient pas
Hées au celing. price. amérl-
cain. Elle a fait adopter enn nO
‘ye per la Conférence ung rdso
aglution en. faveur de Varnuia
tion .de ‘la surcharge de 9.22%. |
sur le f8t Surcharge de quer-
re),

En pesant congé de. notre
sympothique oral Georg on
Wiener fs; hous avons remar
qué qy'll parciescit. optimisie

|

i



cu sujet des résultats de io
Quatiéme. Conférence Pan. A-
méricaing du Café,

Nous gouhcitone que cet op-
fimisme soit de bon lel et que
fe Commerce du Calé devion-
ne Ubre pour lavenix mame et
tes deating do notre cher petit
peya.

AUX GRANDS MAGASING >
BAIEH-NOUSTAS
Celuticons om cuir wiperiear

Portafeutiles
Cravetes infromabiea |

i

Key jelégrammes saumel -

‘les Gmes d'Hoou et de

‘sur le Terre,

4
;

No. 21.536 -~— SAMEDI § OCTOBRE 1945

Eo furment ma vieiile pipe
Haiti

Par MANO
A Mme, Marcial Martines

i

&

Le 7eme-jour
Deu eita et
suye. Loa sites
faraihera
aon dowmaiae
célewie ne wh
procuraignt
pas la détents
qui lui dterit is
dispensable a
prés lq semais: de tribulations
que ju) valut la création du
raonde.

«Or ca, ditil, je veux

villegiatures.

Un grand diable d’Archan
ce nouvellcement relevé da sa
corde & la porte du Paradis
trresire s‘avanca, fit une révé
rence 2h sept temps:

«A vos ordres Se’queur, dital
. Poites et que je sols. con
ion, répondit /Eternel.

Notre Archange fit wn tour
tens lea Jimbes.. Ty touva
Dot

ene

Miguel de Cervantes.

«Au travail, Messieurs, o! si
jo suis satisic't, je vous obser
drai Phmmortallte.

Its descendirent tous _ trois
Au fond de VAt
lantique iis découvrirent ut
coin de mcr of tous les 26
phyrs “porfarnés “s'éta'ent.dos-
né rende-vous. Ici, dirent-'ls
en choaur, Lange toucha Vo
céan du bout de sa baguette.
& comme Vénus, la perle des
Astiiies emerged langourevs)-
ment de,l'onde, couler d'éme-
remade.
aA tol, Horace! dit Vange.
Le poéte, Ubére de la tyran
je des mots et des rytames 26

lesa caller & une belle dé-
auche de beautés que toutes

tes Graces vouluren! sur ls

champ Véprouver. Effrayé i
s‘en fut se catcher au Latium
of. son coeur nostalgique, criam
vers lea “bonheurs’ d> chaque.
instant Joissés au fond da ja
mer. dep Antilles. -s‘exclamea!
Corps diem»! Les philosophes
te le gomprirent point, les sa
yang pas’. davantage, meta
dang la contrée ou chaque sa-
conde apporte un emerve.lia
lment ou ut plaigir nouveau, ie
out petit enignt. voit blen que
Jes heures, les minutes ot les ve
condes, soot dea fleura incom
porablement” belles, des Suita
délicieux, des extases dlune
douceur infnis, quill partsgs
ovec ces) dtes merveillens
gue Disu lui a donnée pour
compagnons de jeux: lea’ pe-
tts olseaux, les papillons..«!
les vers Julsatita.

«Aton tour Don Migquell

Le chantre dela. cheveler’e
lal. prépare une apothéase. o%
son bapiéme et lui choisit Do
Quichotte ‘comune - parrain. ‘et
| gardien de-sa_ glotre, Dang.us
monde. ot seils les fort: pou

vyient étre grands, i lui pro
cura Ja force juste assez long:
temps pour la. Victoire. ¢t Ja
jtberé Quiconque jouehe &
aon-sol saeré pst meriquemont
déborrassé des chaines de i's:
clavage ou de lVoppreasion.

Dieu me voulut sans doula
Pour compagion de villagiaty
ze cor fl me fit la = arfce da
naive ici date un décor inou
bliable.

Ll avait bien voulu » placer

-| tea grand’méres precieuses of
Es comme cen vieilles bol

(Vals a i yoy

X
ie
b














=



ORGY enor cs ih

Gerge Ju. Francois

APROPOS DU SUCHE POPULAIRE



fonez? Yannéde derniére per
sonne nespérait la fin de la
guerre si prematurée. Uno
puire de chausseties inférlou-
zes, pour te dire que cela aur

Au. moment of je pensaix, il | 1.000 articles, se vendait une
y a quelques jours, vous adres | gourde. Ces jours-cl deux
ser cette lettre, je suis tombs | gourdes. Quelle aboming
malade. Done, je Vajourna’, | ion? Vous devez eavoir com
Aujourd’hui vous me permet | me moi que toutes les machi
trez, tard be dit pas top tard, | rations dont se strvent 186
de vous entretenir sur je but de | commergants pour nous impea-

Port-cuPrince, le 29 Sepien-
bie 1945.
A Monsieur le Directeur
du Journal »Le Nouvelliste>

Monsieur le Directeur,

1 nes cette misére alireuse et réa

na lettre.
20 courant ' Jisor, grog bénélices, sont dans

ele Matine du
yvattived! sur la queation du eu | ls but de senrichir au déin-
cre populaie; Hy upparhait, [ment des methoureanx,, Chose
waraitil, une sér.cuse alte | plus alroce, ils sp. plaignent de
Hon dass Vintesét de tous. Diaw | co que la guerre ne traverse
ire part, il sembioit cappuyer | yetig Coux atnées encore, Quel-
une suggestion que vous avez le picinte erimizelle? = Pour
finite aur la question des Gull | costinuer de s'earichir oxtraor
diviers: Tout Indigne que i émairement dans la vole du
vous Wavis jamais été indit | marché noir, ile ne fout quére
conéerne je | utiention au budget populure
peuple haities, Est-ce pour coal est si modique, ils Werter
quol je le veux pas lalaser | dent point alléger les pauvres
passer ancoe Pocedsion dat | consommateurs...
Urer, mol, & mon tous, votre at | tesse? Ty a trop de toléran
tention, non seulement sur la | ce. Notre commerce constitue
comaommation du mucre popu | une plaie pucnie quia brsoin
lojre, mois aussi sur celle de | a'étre jotionnée. Il y va de “os

tdrent & co qu!



Une Lettre de
|

toutes marchandises
que le sucre, huile, savor, riz,
tclle, etc.

Le but de ma letwe est d
yous pries dupporter, comme
jeurnaliste, un reméde & ce
mol commut, Le peuple «
61 toujours livré seul G 50”
gor. Aver vos dévouements
et votre sensibilité de journaids
we qui oni 6ié toujours bien
loués, je suis persuadé que
vous continuerez cette campc
gne sdluicire jusquia un réaul
Vos faut vemarguer



tat posit
cu matin fétendue du marché
noir comme déjai explique ¢i-
dessus. Que vous e% sem-
tie, Monsieur le Directeur? A
wonthier on se cachalt dela
ze la guerre de l'Europe, hier.
cerriare le pacitique et aujour
hui derriére.... je ne sais
quel pour pouvelr égorger en
core le peuple.



Du Centre d'Art
Port-au-Prince, Haiti.

LISTE DES EXPOSITIONS
QUI SERONT ORGANISEES
AU CENTRE D'ART
Pexdant la Trolsiéme Periods
wOctobre 1945 a ] t 1385
La woisiéme sévie d’exposi-
fiots du Centre d’Art s’ouvrira
a iain @' Octobre, pur une ex
position de groupe,

rom leg Ceuvres
pendant lea vacatices.
geromt organisées les
flong aulvanies:

Compéution de ic Pan Amé
rican World Airways, ayant
pour but, la décoration d'un
ponneau de la salle d’atlente
de Bowen Field, Portcu-Pr:t-
ca} sujet général: $00 annoes
de transport en Haiti.

Ulrick Ambroise: dessins et
geittures.

La Davee Américaine Moder
ne: compresont une exposi-

PRSCUIERS
Apras,

tion de photographies; aver
texte explicadi. Envoydée

por la «National Gallery of
Art, Washington D. C.>.

Philomé Obin, peintre popu
jalre.

. Winled Mason —- Joalllerie
Moderne; exposition des photo
gtaphies de
main de Miss Mason,

Lithegraphies des oeuvics
d’Honoré Daumier, tirées do la
fumeuse collection Rosenwald.
Envoyée por lq «National Gal
lery or Arts.

Lucien Price et Gérald Bion
court: desaing ot peintures.

Gro’ eat-co que lx Pelnture Mo
derre? Exposition de repro
ductiong en couleurs, montrant
les plus grands développe-
yoonis en peinture, durant les

75 derniéres années: réalisme,
jmpressionnipme, expression
viame, cublame, surréaliemo ei
lea cues phases da la Peintu

-~re Moderne, Cella expositicn
sera aocompagndée de projec:
tons ea couleur et une conié

|
quires |
‘



ORDGE |

joailleria @ la |

|



}
|



4

i gont n'est bien

| torique, due 4@ la
romancier Ernest He- |

intéréts de leur faire compro=

re combien le pays est pau-
vre, que ia circulation d’ar
appréciable
pour ia collectivité: le petit
groupe qui est en argent, cont
nue & emtasser en vue d’enve
yer ses enfants a Vetranger pour

poricire leurs études et Wettec |
wer, euxmémes, des voyages |

dagrément. Apres cette €x-

ception, la misére est dans
ous leg compe.
Crest dans cis sentiments

que je voulais vous adressey,
Monsieur le Directeur.
Espératt que vous Re mat

qnerez pas de bien accuellir -

na lettre, ja vous prie d’en do’
yer publication.

Recevez, Monsieur le Direc-
ew, avec mes remerciemenis
anticipés, mes salutations dis
tingquées.

Serge Jr. FRANCOIS

cess nip tp etnias tn tated tn tals toto rnin?

RADIO-THEATRE

Le Comité de Rapproche-
ment Haltiano-Américain vous
vivite & écouter le dimanche
? fobre Gol hp. m a ie
station HH 3 W ute interpreta
Son radiophonique de «FOR
WHOM THE BELL TOLLS» in
ferprété par ja grande dtaiile
du cinéma Américain Elissa

compre Lendl, secondée par um grou

pe dacteurs de renom.

Cette magnifique piéce his
plume cu
grand,
minghway, retrace une des
plus poignantes épisodes de la
Guerre Civile Espagnole.

Radiophiles, soyez aux écou
tes, de la HH 9 W dimanche
delhaih 30, m.



ECOLE ELIE DUBOIS
La renirée des éldves, inter
168 et externes, est fixée cau
wndi, 8 Octobre.
LA. DIRECTION



rence sera lue chaque apréa
midi, pendant tout le cous
de Vexposition.

Envoyée par «The Museum
of Modern Art, New York.

Andrée Newié --~ Tomara
Boussan —: dessins et peintu
3e3,

Luce Turnier, Maurice Borno,
Reoul Dupous: desaing ot pein
tures.

Jn-Baptiste Bottexz: Aqua-
relies riprésentant des scbnes
de la vie haitienne.

Photographie créaiice: wie
exposition d'un intérét apdcial,
oux photographes amateura.
Enyoyée par «The Museum of
Modern Arts.

Gravures aur bois d'Haiti et
de Bahamas, por John Francie
Hart. :

Deuxiéme exposition anovai
je, Concours de Prig. 1946 ‘Ju
ly).

Ca 3-10-45.

}
ii 4
Quelle ins : morcedux de son





Rex
Samedi & 4 et 8 haures

En lave partie: :

LA REINE DE LA JUNGLE
lle et l2e apisodes et
Eo Zome partie:

1¢ ot Chevles Vanel dans
LES BATELIERS DE LA VOLGA
Enirdea: 25, 50, et 1 gd

a 8 heures 90. ;
En lére Partie: :
Un nouvecu et magnifique se
nal
FORET PERDUE
Selva Perdida)
le et 20 dépizodes
En Zéme partie:
Morcella Chantal, André Lu
gust ot M. Froalé dans
SEUNES FILLES EN DETRESSE
Entrée 50, 100, 1.50 gdes



Dimanche a@ 4 hres
Bud Abbot et Lou Costello
dans
BANDON MY SARONG
Délcleuse production de la
Universal. Un vasie achit
Ge Gres...
Ectrécs: 25, 50, at 1 qde

« & et & O15 hres.
En lere partie:
Le Jazz Cabral dara lee mel!
ROG
veou repertoire.
Actualité, francuises et Olym
yiques: Funérailles de Perul Va
exy, Truman en Angleterre.
we proces de Petain (aultei.
En geme porile:
La Warner Bros présente: |
VOYAGE, SANS LENDEMAIN |
(Unil We Meat Again '
| Une magistdle production
i brillamment interprétee par,
Merle Oberon, Pat O Briew ct |
Georg:s Brent. Un tlm por |
cnt francais concn selon le ro
man de Robert Lord... Une
(toe damour qul commen
cute un bar chimo's pour
ine mer dang un décor
de réve ct de
Lamour ideal dave toute
heautée.. Une oravre colossa
@, exception
ane soirée inoubliable car elle
marquera le Wéme annivers=:
e du Cing Rex..
Entrées: 1.00, 1.50, 2.00 ef 2.40 \









horniemet



}
Ce sera !







Pararnount
tamedi @ 6 et 8 15 hres.
LA GRANDE VALSE --
{sous tives fangais)
avec Fernand Gravey. Lui i
e Rainer, Mila Korjus, :



|
5

menont une aventure romanes-
ye et passionnée.
Entrée Gle Gd. 0.60.



Dimanche @ 5:30 hres
LE TRESOR DE TARZAN
avec Johuny Weissmuller, |
Maureen O'Sullivan. i
» ia plus dramatique des a- |
ventures de Vhomme singe.
Evirée Générale Gd. 0.32

x
| “& 5 heures 30



i

JE TE RETROUVERAL |
{sous titres frangais)
avec Clark Gable, Lana Tux
‘wr
. Yiistolre de leur amour,
c'est Dhistoke de leurs baisera!
Entés Gd. 0.60

& 8 hres 35

Une grande production en |
ouleur de la Fox.

CRASH DIVE
{Le requin d’acier)
Gersion anglaige)
avec Tyrone Power, Anne Bax
ter, Dancer Andrews.

1. Vous verez le beau Tyro
ne faire une chasse impitoya-
ble cux U-boats exnemis, livrer
‘ea féroces combats au fond
‘a Yocoéan, détrulre & la tate
fiune poignée de commandes,
ime base allemande de ravitail
loement....

.. Un fim entrecoupé de ré
yipéties angoissantes, meals
quiimprégne pourtant ute im-

; mense tendressel

Entrée Gle 1.25.
Places Réservéeas: 2.50







Pierre
Coles

Meachattd. Taillour
oupe scignés, travail rap:de,
gue du Centre Phone: 2286.

Pierre Blonchar, Vera Koré | xendus par le Tribunal Civil
Ade PoricuPrince, les 27 juin

| sera 22 octobre 1948, & 10 hea

:

p ‘ ‘ 1
j bon-Ville at de Port-cu-Prin
i

i FR OUTELUETEs tsmnmsmenit

VENTE DE BIENS RURAUX



On fa rvavolr & tous ceux
‘qu'il appertiendra,
Quien execution de jugemanta

1944, 27 mars, 13 ot 17 septem
bre 1945,
DL stra procédé, le lund qu:

zee du matin, en }'Etude ef par
w misistére de Me Andro La-
mothe, notaire public a Péton
Ville, & la vente aux enchares
publiques, av plus offrant et
éermer encherisseur d'une por
fion de dix carreaux de terre
ce Phabitation Bois-Neuf simee
dons ja section rurale de Bole
vue-Charbonniére, et dans cer

fie de SaintMarfin, dans lex

conting des communis de Po



laquelle portion de terre 5&

Crs conformomant au rapport a
Vorpentourexpert Germain Leo
nord entarine par jugemen du
| t-bunal Ciwil de PorbauwPrit
| ce on date du weive septembre
i
b
i






rail vend cenl quarane Q



Me

Le primier lot measure trois
_ currecux de terre, li est bord
“eu Nord et & TEst par
| ‘handoute Pétion-Vile
acs, au Sud par Richills No-
leeau et Eugene Masseta at 4







ue en quatre lota distinc!s, -«



sencianacineaeitiimninin, OS



‘' “ATTENTION |

Planteurs de Nolx de Coco.
la Haiti Coconut
Producte Co.,S. A.

ACHETE TOUTES QU ANTITES DE NOIX DE cocy
QUI PEUVENT ETRE UVREES A PORT.AU-PRINcE
AADRESSER AU: yo,
BUREAU DE LUSINE A BIZOTON

TELEPHONE: 2477.
BOITE POSTALE: A. 158.
' # PU SINE
ta Créme«Amoliny Elinine LANTEUBS VISITEZ LU A BIZOTOR,
les meuvalses odeurs de la =~

LES HOMMES ET LES FEM
MES LOUENT LA CREME

OMT IM Bel My,





titty,



zn ot doe blanche, dé ll ¥ a plus de PLAISI

sAmoline s‘évapote dén que
vous iu frottes soun les alae!
let. Ello n’ent pon gralesoure
at n‘isite par la peau.
Demondes la par son amet
#AMOLIN«,
Vendue aussi sous forme da
Poudre.

ans la VIE si vous ¢les en
BONNE SANTE!








Auk for it by nomeal

molin

DEODORANT CREAM




, Ouest par Laine et le deuxie Also Avelicble ba

me jot, la mise & prix est de - Powder Forte

mille deux cents gourdes: i 7 1 :

iG. 400 par carreau}.. Gdes. ite _4 :
1200.00, UN ENFANT QUI A DES VERS | |

Le deuxieme iot mesure tos EST VRAIMENT MANGE

, sorreaux de tere. 2 est bor VIVANT

ré au Nord por la Grand’Rou Chacun doit savoir que som










laentier commun, et la mise &
{prix est de quatre cents ¢
| jes: (400 gourdes.) G. 00°

sake Poo ao i
.. le célébre John Strauss | et No. 3 et & Ouest par un
i

i
|
bion des convulsions, déscr- | :
toanee &- sion ¢ sions, dés2- | LA GUERRE...
wgence G Madame Vicor Be | dres nerveux causés por ces | LA HAUSSE DES PRIX???
eee "ee theomene B. Co- | parasites chez Jes enfants. ip .
|tee’ dument autorises et assis ( Ce merveilleux produit de





























te Pétlon- -Fréres, Frangors ! hen doent Y led :
Gargon Comilus ci le reste du | bre cree vere. * Ceanbion cn
terrain, au Sud par Maris The : suet Wentants chétiis dont on
rése, & YEst par le premier lot ja. connait pas Je mal et gul
et & YOQuest par le troisiéme implement ont: des vers. Lien
ict: La mise & prix est de m
le deux cents gourdes: G. 4.50 |. orweilleuse culture & micro
pex correau.. Gdes; 1260.06. | nes. I est apie, nom sonie-
_ Le tolsieme jot mesure éga | ment a cause de son cffaiblis
cement hols carreaux de terre, | semen, mais de por la présen
est borné au Nord par 4 | op mama de ces parasites dars
Grands-Route, au Sud por Me | son orgonieme, & contracter de
xe Thérése, & VEst par Je 8° | eyes maladies. On rece”
cond lot et & YOuest par le | soit facrlement qu'un enfact a %
quatriéme: —- sur ia mise o 4:5 vers a son amaigrisse- ‘
prix de mite deux cevis ment considérable, & sex dé
gourdes. G. 400 par carne nangeaisons & Yanus, & soni Faites partie du groupe...
Gdeg 1200.00. _ . | eint spécial et aussi & som ap | tres... Paites-vous de la santé et de Ven
Evin, le quairleme lot est i petit Musite. Au moindre | Buvez-en deux verres exira par jour
UB Comeau Ge terre Home &4 | soupgon il ne faut pas hésiter, | able et a le godt si ais!
ord par ta Grande-Route cu) vite une cure du Sirop VERMi ; Ce moyen sir et naturel d’ucquérir de ix

| :

i

'

|








font qui a des vers est ute










i
Ww
Seal







Soyez aussi gal que les ae
e avec du KLM,
est crémeux, agre






Pe

ral

santé vous fed

rn &

@ per Juliette, & 1 r) ; ‘st hui mé
par Jullette, a PEst par le | ruge CORPOR. Composé | plaisir... commencez aujourd’hul méme!
plus actits
sifOD

dingrédients les
| contre les vers, ce bon
vermifuge, d'un goit agréa- |
Lie et absolument inoffens'f, a |
git rapidement et surement Es
quelguzs jours, les vers sont
expulsés et c'est la suppres |

KLIM est du lait pur, su:
lequel vous pouvez compter ¢t

























































Outre ies charges, clauses et
sanditions insérées cu cahier
ies charges.

Aux requéte, poursulte et di

tée de son époux, de Mademo!
elle Aele B. Canal, Messicurs
André B. Canal, Louis B. Ca
cil, Georges B. Canal, Louis
Antoine Roy et Pétoin Couitl.
sen Roy, tous propriétaires, de
neurant et domiciliés & Port
mrPrince, respectivement -den
Utids aux Nos, 498, 6484, 497,
2058, 504, 2191, 5866 et 187: tee
premiers qgissant et leur nora
persotnel, en leur qualité dhé
“ters directs ou por reprégen
ation du Général Boisront Ca
ral at jes deux dersiers en
jeur qualité de tuteur et de é i
sabrogé-tuteur des mineurs, me vente & 8 cenls oF fate
Franck. Joseph, Pierre, Ferman | AGRICULTURAL SERVICES |
de et Jacques Roy, nés de lu] 154 Rue Magasin de TEtat
tion légitime.qui a existé en | Téléphone 2183, . |
tre la dame Maria B. Canal "
le de SaintMartin B. Canal et
ied't Louis Antoine Roy.
Lesdits sieurs et dames, c.

ix Corporation Pharmaceut a ; om, on i
que Frangaige Limitée, Mon : Rhum Barbancourt
| LA QUALITE EST INCHAN GEE in

ET LES-PRIX SONT LES MEMES.

véal, Canada, est en vente a
La Pharmacie 8. Geffard me!
*érou = Port-au-Prince et dans
outes les bonnes pharmacies.

EN VENTE

Chea: Franck J. Martin, Se
dral et Co. Boucand at O&
Société Haitienne dAstom
biles, F. G. Noudd, Frat
W. Wilson, USL foe
“res Service Station.
JULES FARMER

Distributes pour Halt

E. N. BAILLEY

Ine cutillérée d’engrais chimi-
que ajouide & lo terre & planier
quintuple la récolte et vous don
1 les plus beaux produits.C’est
le placement le plus réniunéra
tour que Von pulese faire dans
‘Agriculture.



AVIS .
A partir de ce jour ler Octo

bre 1945, le service de gla:
yant pour Avocats constiies | & la capitale et en prov’ ace

Mes. Ch. Mitton, Robert BR.) est assuré par Jo Brasserie de
Jean, Louis Dulyx et Naicds te Couronne, §. A,
Dupont Day, id:ntifies at pa-| Bn conaéquence, tous ce
tentés aux Nos. A — 7556, | ui tea fours remises che
81628, DD -~ 6956, $1967, 101, ques sont pride de tes émetie
W791, S001 et 9842 avec élec | cnt nom de Iq Brasserie de ja '
jon de domicile en leur cab! Couronne, S. Ay
not 88 & Port-au-Prince. Sarvice de jour at de nult
S‘adreaser pour tous rensel | | Le mame sympathique. Pet
gnements, aux Avocats pours).| iuell est réeervé ‘Gux clietts
vanis ou @ Me André Lamothe, | le ler Octobre 1945. ,
notaire idépogitaire dy ochier :
des charges.
Fait &- Portou-Prince, tz 4
ack e 1945. en me ubl
Ch. Mitton, av, Robert B, Jeand. Pour tis teeasigncina 46

mo ae iphones oy No, 2527,










=







MAISON “A LOUER
Une maison; conforichis.
LA HENTREE DES CLASSES APPROCHE

«LA“MAISON DU LIVRE»
90. Rue Roux, Portau-Prince, Haiti

offre & tous: Peres et Méres d: tamille,
Instituteurs et Institutrices’
un grand ‘assortment de LIVRES CLASSIQUES
Grammaires
Arithmétiques
Livres de Lecture,
CHisioire d'Haiti.
af toutes sortes de fourtituses classiques.
Crayons,
Port:-plumes,
Ardroises,
Cahiers,
Gomunes.

Brdlures

Sur les petites britlures
ou échaudures, appli-
pez inmédiatement de
Gelée de Pétrole
Vaseline’. Elle est
pare, ef soulage

», rapidement. Re.
cherchon la tar-

gue ‘Vaseline’ sur

jé pot ou le tube.

Feta We, Ho, Tis
Tuboa . 6 , We

Vaseline

rms obra
CRER te RETROL

: DON N. MOH, » teibu
YISITEZ LA MAISON DU LIVHE, 20 Rue Roux, jeunes

oy téléphone: cu 3125

*

BERVICE
sRREPROCHABLE
Assortment incomparable, {
Provisions Alimenandrea

be thee tie le MMe I om

. Preetzmann-
Aggerholm

_. Port-au-Prince
_ AMMINDU PAR PROCHAINS VAPEURS:

Al coadensé NESTLE.

joi Qvaporé NESTLE 14 1/2 oz,

lat dvaporé NESTLE-6.. oz.

int en poudre NESTLE toutes dimensions.

aa
?AN AMERICAN BAZAS
Angie dea Kuea Pavbe

wa du Contre
Vaone 2856
Machine @ écrire Remington
Machine & calculer Dalton
ubang, papier carbon
edites vos achats ches
G. GILG i;



Jecogen.

Cous pointe. de paris de 1” 4 6”,
Cons pour thles.

Teyoux d’orrosage 25” et 50”.
Foleres Firestone. ,

Popier dersballage.

Aymeties Strikalite.

“ZS, 4

Lae

AU MEME PRIX QU’'AUX
40, 60 WATTS or.
DEMANDEZ NOS PRIX EN GROS

e8

tirréprochabie

EDOUARD CANTAVE, <
Hue du Peuple No 145 *

Celle maison sa recemman
de & tous por le fini que le pa
ron apporte dats ke cotilec
jon des costumes qui wi sont |
“onfids et la” promptitude
dans la livralson.

Visite Vatelier de. coupe «A ¢
Vhréprochables.

Avis important
nuppelee-vous que pour gu

, Yaar vee 50.000 gourdes de in

aotene de lEict Hatien,
aout d'aberd prendre son. billet,
Mas & qui gadreseer, 31 ce |
nest & Paul Emile M. Deaau-
sent UAL, Gelnumies vote ml
jot ¢ Paul Emile M. Deadunes
154, Hue de Centre, Muisen
Pema.
MESSIEURS,
Quand vous passes du cote

| le WHaptal General, poonblice

sas de fore ule visite chen
«DIO REMY»

La& vous trouvercs:

Rhum, «tempé> A. HK, 190 |
# Kola frappés ate, ete. & Ia
portée de toutes les bourses,

Vous trouverez aussi de |

glace & § centimes la livre.

a

MAISON A VENDRE
Route de Bolosse, Pres 31.
Sérerd. Température Idéale.
Té6i 23.92.

E. U.
9b -cts PIECE

FipTox eg.5 gal: 1 gal: 1/1 b.et 1/2 b.
Consarves Libby Mc Neill et abby.

DE COLGATE PALMOLIVE PEET Co.:

Sovon Palmolive.

Savon Cashmere Bouquet.

Savon, Paremi.

Colgcta Dental Cream. 4

Pouke Parami at Cashmere Souquet.

Pl Ford 200 ydes.
FL poloite.
Fl @ broder,
Torin Gold Médal.
faine: Dimond Spécial.
‘ble sSun Flower» eon drums, ferblancs de 1 glu et 6 gal.
Poe Lard Swift en tiergons ef 37 Ibs.
Hille de lin de la National Lead Co,
Pentze en pate blenche «Duch Bay>.
lebenthine.
Nok de fumés,
Scpotion, Coutecux indige et houes Ehwell.
Yemouth Martini ot Rogsi.
Vebena et hulle Argo.

ot Preetzmann-Aggerholm

M

Vieille =<
Voiture

Ce nips
L "
gent et le gardent aussi belle et étincelante qu'elle

pos nécessaire de laisser la beauté et Je brillant
he voiture ge déteriorés. «Simoniz Kleensr> ot «Simoniz:

_Somaee 9 VGcit avait. Simoniz Kisener onlave la sa-
“let Simoniz icisse un film protecteur. Si

votre volture. a subj des détériorations du fait.

| de lo poussidre, “du soleil on de ia pluie.
“ous pouvez luiredenner son brillant original
én omployant réguuérement le
mm, traitement de beauté Iaxe
de Simonix.
ceo



Boucard & Co

REMERCIEMENTS,
M. Hermant. Belerve, Vve
Eug, Nozon, Je. Lieutevant” et
Mme Fritz Brierre, M. Raymood
Nazon, les familles: Brierre at
Nagon-envolent lexpressiot de
leur profonde gratitude & tous
ceux qui leur ont donné des té
molgnages de sympathie & l'oc
) cagion de“ la: mort de Mme.
_ Hermann Briere, née Sirsone
‘Nazon, leur tras regreltée 6.
pouse, Hille, belle-soeur of
_soeur, enlevée & leur affection
je dimanche 16 septembre
dernier,
AVIS

DE M. ALPHONSE CAMEAU

M. Alphonse Cameay nous
price de falre savoir & lous,
que le terrain de Football da

[Bos Goave est sa propriété

' rivée, quill n’a ni loude nf af
lormd: & personne, CQu'en con
néquence i ialt sep reserved

l pour Fusceqe qu'en fait Adeni
sistation Commurials de Potlt
CORY.

AVIS
MONGOMERY WARD et Co.
CHICAGO ILLINOIS

Pour toutes vos commandes

Scénario du

Flim Anglais

a Paramount

CRASH DIVE
{Le requis d'acier)

| Le ldeutenant Stwart Tye
ne Power) patroulle les eaux
de lAtlantique & bord. d'un pe
it torpiilew de la marine amd
vicaine, IL ze couvre de glo)
re en coulant un U-boat anne
yal et om sauvant id vie a de
nombreuses victimes. De 16
tour a ea base, Vamiral lui ap
prend qwil a oé noramd vice
tenant on second du grand
sourrmerin Albacore (Le requir
dacion) et quill aura dasor-
satis pour chet hidcrchique
ly commeandon! Dewey Contras
iDansa Andrews},

Ga dernier eat barcéd c phe
revissaity ivatituirice, Taal!
Howlit, (Arie Baxter) pour la
quelle i] éprouva une passics
acts bortea «ct qu'il compte é
pouser des que Jeu noceaaitéa

| Adressea-vous & ba Monigorme icu service le hii permettaut.

ry Ward et Co. meilleures mar
i chandises, meilleur Prix,
| Angles des Ruea du Quai st
Térou.

Tippenhewer Company Agent
Général pour Haiti,
DEPARTEMENT DE L’AGRICUL
TURE ET DU TRAVAIL
S.N BA ct ER,
DIVISION DES EAUX
ET FORETS
AVIS .

Ul est rappelé une derniére
fcls aux intéresaéds qu'un tou
veen délai expirant le 15 Octo
sre 1945 leur est a & pour
remplir les formalités prévues
mux deuxiéme peragraphe de
‘orticle 4 du Décret-Loj du 27
uin 1945, relotif au commerce
des bois.

Possé ce délel, aucun inven
‘sire des lots non déclarés ne



DISTRIBUTEURS
PHONE 2092

a

Knocked Down Feet 60

Wooden Barges

DESCRIPTION:

$0 feet in length, 18 feet buam, 5

5 feet depth; capacity 99 tors

plus accessoires et oulils, prix

& 2.800.— chaque, FOB Warehouse coast
or west coast, Leight to pon of
shipment extra.

Pour tout terseignement sadresser &

PILOT INTERNATIONAL COHPO:

New-York 17, N. ¥.. (USA).

: |
9202-206 East 44th Street, r

a+ foes

oourra éte approuvé,
Port-au-Prince, le der Octo
“wre 1945.

D — ZVENFANTS

La patisserie O —Z'ENFANTS
« le plaisir d’annoncer a sa
bienveiliante clieniéle qu'elle
se trouve actuellemnt & la Rae
des Miracles & coté du dépdt
ae «Rhum Nazon-.

Toujcurs la méme patisserie

snegalable.

Noubliez pas que vous trou
verez:, Liqueurs . superlines,
Boissons glacées et ’imbattoble
A. &. 100 dont tout. Portau
Pyince parle.

Le méme accueil. sympothi
gue, Ia méme célérité dans la
uvraiscn des Commandes, ies

' mémes prix,

Denis Fénelon,

Agent pour Haiti, Phone 2203

Bleu Monitor

CEST. VINDIGO EN BOULEâ„¢. DE QUALITE,

A Yachat, 4 la revente, worme & lusage, i n'y & pas
simplement le procédé machindl de Techange dargent
coutre ue marchandisd; . usager G assurance que lin-
digo en boule BLEU MONITOR est un produit de con

Hanes.

Windigo en boule BLEU @ONITOR donne le pluie
grand rendement & la lessive. Tone tache pas le litge

quiil blanchit, sang le couper. Tl ne se désagrége pas. Th
ve vond tds bien.

Si la leasive se fcit % domicile, esscyez aussi CABE-
ZK DE INDIO, Si votre Inge ne dure. pas suffisemment
informezvous de la qulité Pindigo utilisé.

BLEU. MONITOR et CABEZA DE INDIO sont le réanian
te de Vintégrité. commerciae et de bonne réputation do

THE STANDARD ULTRAMADINE
COMPANY

Agent pour Haili et les Antilles
Denis FENELON, Portaw-Prinee Giaiti W. LF
Huntington; West Virginia, UBA).

OG — ZENPANTS
Rue des Miracles, & cote du
aepdt de «Hhum. Nazon». 14i6

Si Vous Etiez 8 Ma Place

be ode & faire te dhénage et: alder
jen de to fsarllz, vous anriet®
weatia qat es ferme d’aGalves se sett
pae les -eeules 3 avoie te anal de
1 dep donleam oseeculaices. Nowe entree,
femova dintirkeas, faigons on taal
, tod dur avons satant de-manx de tie
on destomac. at to somes seani fete
aver
4.80 aR;

at #

oremigee foia: de Ft é “SP KASELTZE

de tence qo'd. me. soalage i oe
te ste, ebermit. ee anche hh
sloactt . mon: sid ad eesocan. Ls
fagitle dit que ma ae. seat: adouce
tenuia. que Re somnels er
Avga-vous ward ALKA REL ZEP
Ang? Peurgagl o¢ premer-vous pas am:
aap sglonrd hal?

Moumedx. d'un. qolt. -agetable:
Alka-Seltzer vous sat prteentd en O08

Aiea





Lo jeune He part pour Was:
hington of alle doll conduire
quelques ures de ses élévos,

A Par suite. d'use méprise ella se
y

glisse dans un wagon lit qu’oc
cupe jusiement le Ueulenant
Stewart, Le jeune marin, ra
vi de Vincident, croit pouvoir

i mener & bien laventure et s‘2t-

force au cours du voyage de
multiplier ics amabilités, mais
& son grand désespoir, il se

| dalt vertement rabrouer par la

belle inconmue,



Cependant, arrivée G Weas-
hington, Joan est fort en pring
pour trouver une chambre a
Yhotel, Stewart qui, par he-
surd, gurprend son embarras
s‘arrange pour lui céder son
oppartement, én y metiant tou
tefois une condiion formelie:
Yinstiturice devra désormals
eo dépoulller de aon alr mé.
prisant et faire preuve de plus



Patés, gétequx, bon 4
. prix abordables, qualité i

Waménité. Voici donc les 2 jeu
ves gens se lant d’amitié, soa
pant ensemble, sy rendant cu
nigh club. Comment dés lors
joan résistera-telle & la puis
sance de séduction de son nou
vel admirateur? Cormment ve |
ae ligisseraitelle pas gr'zer
par ses propos pessionnés’..
Et un soir linévitable se pro
cuit. elle se Ioisse arracher
ah. baiser.. Elle comprend o-
lors toute Vimprudence de. sa
conduite, Ells n’a pas le droit
@oublier celui & qui alle est
déja engagée. Elle regagne |
précipiiammet son collége. |
Crest on vain que Stewart qui
a découvert son adresse. es
scye de lo revoir. Elle a dé
sidé de mettre un point ling! a
Taventure. |

Joan demande a son Hand
le commandant Connors, de |
holer Jeur mariage. Hélas! Je
sous-mazin vient de recevo'r
Yordre.d’appareilier et la daie
de la cérémonie se pout dire
encore. fixde. . Conrors et Ste
wart partent donc le soir iné-
me, ignorant. qu'ils aiment ious
deus la méme femme,

Aprés vingt deux jours. de
| Haversée, lo gubmersible apar
goit un nevire qu'il ne parvient
pos identifier. Stewart recoit
Yordre de a'y rendre en canst
ofin. de procéder & l’inapection
nécessaire. Soudain,. alors
ou‘ilest & mi chemin, le o7xyi-
re hisse le drapeau & Ia croix
gammée et ouvre un feu meur |
trier. .. Connors eat obligé d'art
[ses le-xetour de son Heute |

{

+





nant avant, d'ordonver Ja plon :
o6e. Auasi le sous-morin eat
touché, “mais parvient. quand
inéme dc. gagner le fond de lo
céan, Pour omper . fenmemi

et achapper &.ae8 nombreuses |

shombea de. fonds, lequipage
jolene. comonter dle suriace ue
te certains quantité dhulle, de
vieux linges, dea débris da tou
ten sortea. Alora que les uc

gia orient déid victoire, ils m)

geivent tout & coup une tri

| atireux désespoir

http d'un petit contingent

ble torpille quis o-46t fait d'a~
péantir le valesedus

De retour aux Evie Unis,
i Connors wappréte d recevoir
lea fiancée, Maia il regoit Vor
Gre de partir pour Washington
aux fins de faire son rapport
& Vomirquté. Pendant co temps,
BSewot a retrouvé Joan et lui
impose un rendez-vous. Ti
conduit la joune Hille ches lu!

ila préseste & sa mére com
‘rae aq futere lemme. If som
He que désormaia Joan n’ait
plus la force do rénister & cot
amour... 4

Cette sitmation te tardera
ais copendant G recavelr us
Jdénouetiel prague. tragique.
Counam qui est ven de
Washingion recolt Stewart
jong aa apparwement. Le lew
ttant goudals appeéreoit ja
pheto de Vinatitutrice. Boule
vorné, i pose dea questions af
apprend lute la vérith, Quel
ques mitutgs plus tard, sot ox
plication avec Joas, on le devi
ne sag pene, menace de de
venir oragause. focrh s‘affor
cs de se justifier, et finalemen?,
déiaillante, elle lui avoue...
que c'est lui qu'elle aime. Si
cet aven a pour effet de. corm.
‘bler Stewart de bonheur il
iplonge par contre dans le plus
ls pauvre
Connors, qui vient d’arriver et
qui @ tout éntenda...

Le sous-merin part pour ure
nouvelle mission secréte. Un
«tankers ennemi est bientot en
vue, Au Heu de le torpiler.
Connors décide de le suivre
et de retronver par ainsi les
navires quill va ravitailler, On
arrive & une petite ile p:rdus



i dons Yocéan, ob lea nazis ort
Linstalié une véritable base na
vale. Le
_fe du

sovs-marin & la sui-
stankers pénétre- au
coeur des ouvrages ennem's, é
vitant de justesse les nomibreu
ses mines qui folent sa coque.
Le nuit venue, le commandant
prend seg dispositions pour dé
truire le base* of falre savier
le grand réservoir de gazoline.

' Stewart s‘offre pour partir & ie

de
volontecres, gagner la terre
ferme et mener a bien Vopéra
Hor.

Ce groupe de héros = pour
10-lil remplir sa. mission st 6
chapper & Ja vilgiience des
soldais etnemis? Qu’advien
drat de Joan qui i bas aux

| Etats-Unis, attend anxieusemant
i tandis que Stewart et Connors

sont en train dé risquer. lear
vie au service de la patria?
Cosi-ce que vous saures en

“ gllent voir:

Le filmle plus drametique
Yosuvre la plus passionnée:
CRASH DIVE
{Le requin d’acier)
ovec Tyrone Power, Avne Bax

ler, s
AVIS

A ja suite de . Asacmblee
Générale. Ordinaire dex Action
naires dela HAYTIAN AMERI
CAN SUGAR COMPANY, 5.
Ax qui a eu eu jundi le ler
Octobre, le Conseil d’Admin's -
tration de cette Société sa pow
ve constitué comme sult:
MM, Caleb D. Eliott, Président
Georges N. Léger, Vice Prasi-
dont,
P, Faure, Secrétatre at Trégo-
der.
WAL Kroether, | Searsiclie
Adjoint et TrésorerAdiolat
Edwin 1 Kilbourn: “Membres.
Haytlan American Sugar C:
opany, S.A.

Portow-Prince, le 2. Octobe:

945.

per Caleb D. ELLION.
__ Pefaldent
APRES LES SPECTACLES
TS RENDEZ-VOUs Est AU
RARLMARS: -~


ae a

Special. “Le Nouvelliste”
D229 WATIONS UNIES. PROPAGEANT LEURS NOUVEILES ©
DANS TOUTES LES LANGUES

Pha &

Derniére Heure | 8U5N0S Aints.— a été an
noneé que. la nuit deriére les

PARIS 6 Och La Fédératios policiers ont fait tou de. leurs
Mondiale des Trade, Union o | teyolvers sur une foule de 500
demands que tous les pays De | sommes, joures filles qui mani-
mocratiques xompent avic TAZ | petcient leurs mécontentomient
gentine et i Espagne et lear im | contre le régime sanguinaize ei
posent des sancliovs economh | Gini démocratique de Farrsi-
ques. Peron, Une temme a 616 bles.
LONDAES 6 Oct-~- Les lea | née par le sabre d'un patrouii
ders du Monde Egyptien et Mu | a... quand le groupe cherchalt
aitlman ont demandé le wait ! & penéter. dans THatel Plaza
des anglais de PEgypte. et 10 | ice au palais gouvernemental.
souveramelé de Vhmpire mu | Les femmes poradérent de-
sulman de la Péninsuie Malay | von tes bureaux des journcus
a Maroc, Le Président de lo | op Nacions, «la Prensa» sous

i

Commission des Alluires Ena
geres de ia Chambre de TE
aypie a domande aussi le to
uait dea woupes anglaises o!
que Libye choissee elle.
mem: SO4 Uveni

NEW-YORK 6 Oct Qn ot

ponce le retour aux Etats-Unis |

du Général Eisenhower.

WASHINGTON 6 .Ock- A
ja réunioe hier au Pan-Ameri
con Union pour staluer sur id
demande des Etate-Uuis d’ajour
nex la Conférence de Kio pour
we pas avoir & étre parmi les
Délégués du Gouvernement de
Farrel, on a codsiaie que le re
présovtant de Argentine, Luis
Lut, @ qussi vote pour lajour
nyment, ce qui fait que ia pro-
position américaine a 66 a
grée 4 Funanimitd.

WASHINGTON § Oct-- Les
employés das télophoves
gont mis en gréve pendant’ 4
heures,

LONDRES 6 Octe~ Les atic
ques dea journaux russes, Sur

tout Yorgate officiel «levestia» ;

contra Byrnes et Bevin, créent

nue sorte de guerre des nerix |

entre la Russie el les pays occi
dentiux.

PARIS 6 Oct. Laval accu
ae Péiain pour se défendre. 2
a dit qu’ll a‘étalt qu'un figurant
dare le Gouvernement de Vi-
shy: que Pétain avalt plus de
pouvoir gue lé Roi Louis XIV
qui devait eourncttre ses pro
jets au Parlement, tandis que
Pitain ne sournetiait rien. La-
val dit n’avolr pris aucune pad
& VArmistice.

TOKIO. Le leader Ubéral,
baron, Kijire Shidehara, un des
démocrates les plus counus du

armbassadeur
emerge de 14

fepon, aucien
aux Etais-U

années d'éclipse politique pour |

devenir pr
TORIO.-~ Invest

reur Shideh

un le polnis imp

bir ses autres Mir’stres et

vre en cela les ordres du gene-

ral MacArthur.

emer Movistre.
par empe
BRO CE TG

ore

Cura tk

Sul

LONDRES... & prisontiers da |

quere allermands ont éle pea-
dus pour avolr assassiné des
romorades prisonniers accusés
par eux d'avolr déserté le srs-
do nazi.

PARIS...-Le procure. géné
ral a prédit que Laval we offrir
des dacussiona sur sea négo-
ciatioss avec les allemands.

Il crott que Laval peut teater
Wétabir jes points sulvanis:

1 Franco avait réclame 4
Hitler wie partie du Maroc fran
gals

2) Hitler retusa parce que ia
veille de le demande iui Laval

avait eu une entrevue avec Je |
trapondre, le juge a

chancelier nazi.
3) Ce aont les termes de lor
thistice avec Allemagne et

non Voocord de Montoie aul |
sont responsables de la politi-, Laval de protester: «Crest ie

que de collaboration.

4 Lavel était prét a réaliser
une etlefte secréte avec les au
torités libres franeaista d’Alger
aprés jo libération de l'Afrique
du Nord. .

BUENOS AIRES. La tension
s'est cugmontés en Argentine.
La police montée a réalisé des
décharges de revolver aur une
foule.

Se |

fet laccusé. Les incidents

ix direction de ia ‘doctorsase
Alicia Moreau justo, veuve du
fondateur du parti socialiste or
genun,

BUENOS AIRES. Les fem
mes argettines plug témdrares
us lea hommes ont reclame
ans dea tacts que la presse
u pays jetle un dell a ia can
ure officigile et publle les sap
porta complets on déplt de VE
jot de siege. Elles ont aussi re
clamé qua leg notes concernant
les évéenement ~eportiis, mu-

bi
a
d

i403 ot signe de deuil national.

BUENOS AIRES.-- lla 66 ap

vores 24

g

versilé cubaines ont
heures de. gréve pour manife
ter Jeur solidarité avec jes étu
diantsa Ggentins. Ha ont déerd-
le une journée de deull matic

j joudl.



Derniére Minute
‘6 OCTOBRE A 3 HEURES P, ML

PARIS. La rad.o.de Paris
a amnencé aujourd'hui que lu
police Gangaise a anéte Mada
Jacques Dorlot, ia veuve

i
I

mae
« trouvé ia mort dans des cir-
consiances mystérieuses quel-
ques mois avant la capltuke
tion de [Ali:magne, Madame
Dor.ot a 66 arrétes tandis qu’ei
le rentrait en France avac ses
ceux Hike et sa belle-méve.
Ivimportanis documevis se rap
portant & la vie politique de
son mari ont é16 trouvés daas
Lea bagages.

LONDEES,-- 18 réfugies iche
gues qui restraismt chez eux
{par la vole aérieniie ont trou
ve la mort au cours d'un ac-
eden d’avion, Le bombardier
| Libérater qui les transporteit
s'est dcrase au sol, immédigi:-

ent apres avoir pris le vol. 5



membres de son équipage ont |

| éte aussi tués. Liaccident s'est
| produit hier & midi, préa du
“tli village d‘Elvethan dats
e Sud de l'Angeterre,
PARIS.--- Le proces de lex.
premier Misistre, Pierre Laval
a 66 encore marqué aujoar-
d'hul par de graves incide
De vives discussions se 300}
engagés aujourd’hul entre ie
page Mongibeaus, le procureur
général André Mornet, les avo |
cats de lex-premier Minis‘re {
ant
commencé avec la question du
juge Mongibeaux demandant &

i
PA



Laval qui avait remis au pou
voir en 1942 aprés son arres-
taton par le maréchal Pétain.
Comme Yaccusé refusait de
déclaré
«N'est-ce pas Abetas. Les jurds
s‘écrigrent alors en masse:«nous
voulons que vous répondiez» et

gals. Alors I: juge Mongibeaux
s’écria: «Gordes faites — sortir
Naccusé>, La session a ato a
cra suspendue.

PARIS... On apprend gb sour
ce autorisée que Laval a 616
rappelé devant la haute cour de
justice aprés sa deuxléme ex:
palsion depuis que son procés
« commencé, Cependant Tex.

dains, leg cimémas solent reir |

pris que les étudiants des unt- |

ra} pour ies étudianis argentins ;
taés cu cours des bagarres de |

du leader fasciste Lrangais qui;

t i . «
; pourra xecoury @ ja

,moin, lex-président Albert Le-

Suite)

es de botbons quot a pow
douvrir pour se pas les cb)

mer et aussi dex grand’pér s

& la bathe blanche imacude
de tobae, Oh! ces grand’ papas
dont on aimalt & inventorier
jes poches toujours garnies de.
sucre Gorge qui seniaien! par-
fois la pipe mais qui n’en @
kgent que meileures. Tous les
petits eniams avalent des ma
mans, oul des mamans, 4ou-
Yiantes et bonvies, belles & laive
envie aux madoves des ma
sneang bien @ eux, domi tous 2&4
Gustes étaient ds caresses el
tous les regards dea bonheurs.
Dats lo maisgr iy avatd ana
moun papa. I état toujours
your le moins génercl, aver
des moustachia belliqueuscs
at de grands chevaus. piaileus
dant on avait peur ef quer mou
rit dorvie d'etdouchss.
Tout cela: grand’ métes, gd
péren, mamuns et papas sestalt
| puredi tandis que tous anins

|

‘

a

rivet bieniét le moment pour
vous daller dass le -morde.
Pour le jouse homme que Yé
tis ce ful un évémement dost
le souvetir me trouble 3) pro-
fondément que jz Wose le cé-
crire de peur de me voir mre
ou neg par catts
au coin de ma bouche. Oo a
yait connu des gamines tuchu

Be

lentes et supérieures:
dbal on se trouve en présente
de eréatures si divinement ac
i complies gu’on se demeure 1
teralem.nt idiot. Daraer tvs
elles, les enlacer, mon
quel bonheur! bovheur si grard
mais le que lor prend mille préciau
tions raclodiolies pour 1
déranger le givre de tusle qui
ce sour!

@nivre

j
L

n

poz

i ‘
x

Jes couvre, ou roubler
re dom la grace vous
comme du hasechich.

Voila Halll, tele que je -
connue ef que je veux toujours
la volr, Des gens vous d'ront
peut ére, Madame, que cela +

|

a

changé. C'est vrai. Maile fates |

comme moi, te les coryez-pa

Pour vous sloigner de nous, ils |
laisgeront tomber la remarque: °

Quel sole'li C’est ici tout }
tamps /'été-et & cela je répon
' Crest la contée of les

+

thon pays. Je le contemple a-

mille graces.

cotiinuir sa délense en decia |

romt quill esi ute victme dun
crime judiclaire. Par ailleurs,
on fait remarquer que selon Ja
loi francaise les avocais ‘de la
déferse ne pourront pas délen
dre leur client puisque celui-ci
ae prendra pas part aux débats.
Le juge Mougibeaux a la repr:
se de la session a déclaré qu'il
force
pour fair: amener l'accusé mais
quwil péfére continuer le proces
ep son absence.

PARIS. Durant les prem'é-
res heures de la session d'au-
jourd‘hui aucun iémoip ne s'est
présenté devant le tribunal. A.
yrés Texpulsoin de Laval, le
iibunal a entendu cependant
ja déposition du premier tt

brun. Cette déposition nia du-
r6 gae 15 minutes oa molng ct
je juge Mongibeaux a deman

ertants nous grondissiona. Ar -

legee |

coming |
eg pétites sdiurs.et un sols de |

Dieu! |

aids

vec les yeux de mon coeur, De |
woos + * : » }
lul sourire si gqracleus:meni, je |
vous olfre, Madame & mon tear,

iG NOWVEULINTE: nnn

«Le Nouvelliste»

= reemee|

i

2
A

aii eniteieinan nencenarappapoenees
DENIS BROWN

Le jeune virtues Jamaicai+

tui joue au Hex le 9 Octobre.

POUR VEXTENSION
AGRICOLE?

i Pépartament de

pour Vexlession agricole do &.
‘SN. 7. A, nous uvons renmarqua
quill na été alioné & cette 20-
portents aection que 7.000 do's.
aand of considers que ies
“uf de cette valeur seront plu

iat employés au paiement des

_oppoinements, on se demiar”:
pp i

de ce qui restera pour la d

bution des planis susceptibies °

d’cugmenier note productio®
uericole,

Le poys confromte une crs
agricole; nous l'avons amére
went expliqué dans notre cam
pagne «Plantons, plantoass, Ca-
{6, colon, cacao, tout décrol;
‘ méme les cultures salsonniéres

@ donnest pas i:ur plein et
enter rendement. I y a des cau
ses premiéres & lorigine de
' sette crise agricole. Ma's que
peut faire l'extension agricole
avec 7.000 dollars! Le Ministre
DAgriculiure envisage-ti) des
crédils extraordinaires meniaixes au cours de fexécu
son de son Budget?

i

i

he

BES CL

LE Dr. STENBERG SERA
A PORT-AU-PRINCE
Le Dr. Sternberg, Heutena:
tolone!l du Bureau Sanitaire Pa
in, qui étalt venu deux
rtou-Prince, faire ex

de la péniciline

co
Pp,

Toa s |<

dclosent toute année, Haiti es: |

sregistrés par lq M
ofele Américane dans
uaitement de ces maladi
yal ailectent Mos masses Turd.
les.

UNE UTILE MESURE
DY DIRECTEUR
DU COLLEFE DE P-AU-P.

vrecieur du College de Poxi-
,, teRant compte

iéglemenis de lHiablissem:7t,
quent & Tuniforme en kaki, «
décidé d’exiger le port de cet
atilorme quia partir du 2 No-
vembre,

Toutefois, i! est demandé aux
Doves d‘étre tous présents, lun,
| ap mictin, @ Octobre _ courant, !
cux heures réglementaires.

Crest tant mieux.

OU EST LE NOUVEAU
CODE RURAL?

Depuis deux mois, les «mas
ter of de Damies, se réunis-
sent chaque Samedi apres-mi-
ci, & Thorland et font des échan
ces de vue quant aux modifi-
cations ef cax amdémagemenis
& apporter.au Code Rural, Laur
raved} -ept-ll- pret? Pour: execu.
fe: Wh programme -agricdls, .11

|

7,000 DOLLARS SUFFISENTALS (

Duns je vouveau Budget du |
VAgriculture |

UTNE AF

iSuite)

tte:

as at instralt, avant d'aller se
coucher.

Chacus verra quien ayatt
not «Nouvellistes chaque. mam
bie de la lamille aura do quo!
passer ung agrédble soiree,

Ex yvetour de cet cHort, . de
ces aueriices, que noud fab
go%e, pour servir tos Gbondes,
nous leur demandons simple

' ment Winsister pros de, leurs

cris, pour que ces dernicra
prennet un abontement 9u
\Nouvéllistes, sls a. vont
, pos encore fail
| Quast a ceux qui’ sadres
pent cu volsin pour lul emprur
‘ter go journal, guile #¢ diset!
(eos, cala neal pas de la delica
oase el que ce pleat pas
ercourager notre journal, car

i
gourdes par moly.
Dés Lusdi nous
is Hote insovalion.
Ch'ot se souvienna
Quotidien, dans une
eet ousel
les livres dang ute Ecole.
Alors quand dana chaque
Maison on s'abonaera au «Nou

corape-

$

tie
i qian

fame,

yelllslie Ho oriwvera le mament

oa tous pourrons olfrix un
gand Quoridien
pages
ivaising et dons tous les autres
Pays.
| Par conte! Ceci n’arriver
jomeis, si VHoailtlen crot quill
ad gu'& emprunter le quatl-
dign du voisin, pour se disper
ser de s‘abonner.
Changeons de mentallté,
our le prestige du nom

en,

@

et
ied-
i

vee

l1ez une collection de =QUIZ-
ZES» ou «Savezvouss, de OU
'EST-CE DONC, de NE DITES
FAS, MAIS DITES... propre &
éveill:r votre curiosité et & le
' calistalre, en méme temps.

T) DES QUIZZES»

Evidernmint, voug tous, chers
i lecteurs et abonnés, vous con
nessez les réponses aux «Quis
: ou «Savez-vous», mais

t
i
| Des lundi dotc vous trouva-

So

quel -plaisir vous all:ig avoir |

und i vous faudra faire jail

cis réponses de votre sub- |

conscient! Et aussi quels exer
5 précieux!
Thaque jour, «Le Nouv
| te» vous présente cing ea», de connaissance at d'in
fermations, Ce seront des Quis-
ives variés d'Histoire, de Géo-
graphs, de Littérature, de Lol,

eilis-

je Musique, de Mythologie “ei

Science, de Religion, de Mé-.

#

eda

Yécrivaih quidewa donnée Ie
jour. Que de icis n'avons-nous
pos éio Poursivis par whe
phitase, un ver, un mol, ou
Â¥ST-DONC? Impossible da. ti
yet $im souvenizs, On Vattrinue
a& Yun, & Youtre: erreur! on se
cyedse la tele: plus of a‘obsti-
re, moite on atwint le but, On
veo deseaptre; la phrase ne vous
quitie pas, voug harcele; Je
vers est toujours ld; vous Stes
weclle, obsedé, malade.
woe, cet annul, c'est cette ber
ionic, ce cauchemar que «Le
i Nouvaiistes veut vous éviler
chery leclours, ef ouvranl 8G

vouvelle rubrapts OU EST-CE |

DONG? Lauleur, Yoouvie ou

-|LA MOD

E
» DU Jou

(Bactustvryte Morvatlisny)
We

ahounem sat neat que de trois |

indispausable que |

a plusieurs |
comme chez tous les |

faurent ia potsda, la phrase, |
la vern, Jo mol, cette vision fue
Hive a lonqlerspa pourauvias.
' Quvtes vole «Neuveiliates at
vous lee loves.
TD NE DITES PAS... MAIS
DATES...
Noa lectours rouveront dang |
ce chapitre autant dagrément |
| que de profit. Notra génération
‘ ttop cotive et top preasée bous +
l cule le lungage, comme & plai-
sir, «Le Nouvellistes we duplois
| @ recueillir pour yous les iicor
L rections qui pulluleat a leur ai-
Lae ef vous. propose les formes
expressives ¢t justes, Livez, cul
| tivez «Ne dite pas.. mala di-
I
|

|



Une eréition de ta slates yy

hurigre apidrictise
VERA Winder
Se rappiler que la femme a
gurte fuid cea oehaig chez :
SAIBA-NOUSI ES
ted...» ef vous aurez Gequis dé |
| ca clarié, de la justesse, de la | LE COLLEGE DE PETION-Ving
inrca dans le «bon usages et | FPONCTIONNE DES Lung _
Vécriture. | Dés lund’ prochain, le Com

Nous. serions heureux, less derde Péton Ville commeny
j tours, davolr aussi vos sugges | t7 & forctionser. Les ingerg
| tors. vos critiques, votre par. | vons nlont pus mongud of iy

ucipation active, et, au fur wt | Direction a abattu le nade by
le mesure, nous enrichirons, | S09ne des examens d’admie
‘ pour votre dilection, notre ruby; | 8107 @ la satisfaction dea pe
; que de définitions humoristi. | 76's. ,
| Tues, ete, ete, Les containes de pareue qi

) cra‘gnalent de voly ge lermerl

collage se reprement & mah

rer, Tl my a plus pour leg @

fonts le dur oj) 4 eflectua

matin, de Pétion Ville-Poram

Prince, st le sol, do Portex
Prince -- Pétion-Ville,

Les parents ne courent pha
Je risque d:> contier lows a
fants aux autebus. Avec &
CGollége de Petion Vill cet
PETION-VILLE FETE fo quiétud: pour les part,

SAINTE THERESE fet les enfaunis s'y instulset

Dimanch? prochain, 7 osto. . Tussi ben qu’a la Capitals

| bre, sera fatée & Pétion-Ville | Pétion-V Hols Jnscrives. Wt
dans la Chapelle gui porte enfants au Coliége de Pstite
eon nom, _ Toonde entiers, notre Patite !
; Soeur 4 tous, la célest: Mesec |
i gare d'Amour et de Paix.

A 8 heures, Messe de pre-
mere Communion Solenreile.

§
| ARRIVAGE DE HUILE SOIA
ET PURE LARD

Nous apprenons avec plaisiz
que lo General Trading et Co,
nm regu un stock de Pure Lard
ii d'Huile de Soja.

Les clients de la Maison sont
javités @ s‘inscrire pour la répar
tion. og

|
|
| fads

soni:

«MESSIEURS LES MEDECING
Que icus les amateurs. @
| bon thédtr: se rendent et ia

i
le cu Rex Thédtre, lundi po

i

tes |

| On les énonce, on les répdte & |
i Tenvie, sans se. rappeler iou-

moire (véritables tests), d> Psy- A 7 heures et demi, Grand
: chologie, d'ét'quetie sociale, et | Messe solesnelle, au-cours de |
des Quizzes fattrape-nigauds ou | loquells la.-Chorale de Sainte
1 poris-qux.dn:s). Thérése ‘exécutera des chants
Tous ces Quiazes, serovt aul | polyphoviques et une messa et |
vis de leurs réponsés & la pa- | musique.
@ Ses CLES. i Apras Ja Misse, Vénérazion !
I) OU EST-CE DONC? ice la précieuss. Relique de |
Nombre de penades, refle- | aime Thérdse, i
xiong, tepti ’ 50 ' s eye ‘
xions Sentences, maximes, 6- | Dans Toprés-midi, & 4 heuw
porses chee lea écrivains fran: | tes et demise, Proceasion & aa
cig ont pris 1 var | ° :
eels ont pris Vaspect da prover | vera les mes du quartier et Sa
hes ou, simplantemt en «phra- | Iniedu Trds Saint Sacrement,
es connues» dans les livres, Toute la journée, aur lie pe
écrits, discours, journcmx atc... | louses avoisinant la chaneiie,
comptols, kermesse, surpri-. /
ses, musique dis Centratiens, !
vanie objets d'art, rafles, ote,

:

jours Yowuvre qui les contient,

Pore

les, coins
de rue





dé que la @asion soit ajournés
juaqu’a Jundi prochain.
MADRID... Offiziellement an
appremd gue Domingo Delaa
Barcenag, représentant de Fran
co quprés du Vaticen et lo duc
d'Albe, ambassadeur & Lov.



premier Ministre a refused ¢ de |

thes sont arrivéa & Madrid.

foutt«une: police rurale. armée
des powvoirs assez « étendtia;
soul le Code Rural comporiant
des orticles clairs, news, est ca
pable de protégéer Ie paysai
cottre les spoliations ¢t les vols
dang les campagtes.

Les. «roster ofs. ont jis tont

«Ensomble

chain, 8 Crctobre, & 8 b. Vida
solr pour volr_ ce que ca |
que: :
«MESSIEURS LES MEDECIe

Les corl's pour calle sue |
ont 6:6 mises em venty dept |
ce matin pour éviter « [et
combr:ment du dernier 2
raent,

Qu’on s'empresse de ee
la sienne pour n'avolr pete
i regretter,

Tl y cura ux cutobus pow

Pétion Ville.

Ca sob :
8 heures du soll
YVAYA» décréte ln permanet
& ja Croix des Bouquets.

acs esata tan EE RARE,

Si bon avec
les climents

few Amériques jut tenl pour Ja Victokew.