Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Con gres U. S. demande rupture avee 1’Argén tine
Coirvnentalres
¡¡¡jB LA SITUATION
. Coss»51 ÍBS J1*nistíes
j^Ctngíere& den Cmq
Puiaecacos, tenu &
gessble finir «queue
ju», comm© ou dit vul
m¿&
“Responsable
en Partie4’
i© monáe ««tier ol*
J<2íf la plus téelle coopé-
íes *8ig Five-,
*$ ©tail conven» ©t arréié a
que lo premiere
des dnq Ministres de-i M
Utraagéros dxraafe FBI-
sfeocupor du Frailé Ja
f¿ oree ntatle.
^ yaifó que» darts ce ¡se»»,
desde oO«cr:4 nfe été fait, sem
m
V
Dans sou discoui» hier, U
MontrouSs, le President de la Bé
publique a prononcé, parlan!
de FAdxtíinístrafiiori ptrécéde-n-
t de la Shada, cene importan
is phrase;
«Celui qui la presida;! e: Ies
«dirigeait doit étre íenu, on
¿partie, pour responsable :1= la
•ranee qufelte a en a conírcra-
«iem
Cetatt Mr. Fovc’ qm tu/ i
la.t los titr-s ©t tonr, President du Con.ra a A ra
•nslratio” dr les R?,n h¡ 11 - •> Di
• lt>- V
Et r Affaire
MfiO BIGAüD??? '
*» que bou» gar*
trois semaiees d •
©aire les cinq Miraai/es»
que lo preparation íech-rá
de celt© conference a pé-
tM d la base, l'usage «"*;t
^ préalsbl©ment aux rau
4e^de ce gerar:, un program
gl ¿les questions á discu :er
établb que la
d suivre soit d 1'a-
par 1 s parlies
$ que, enfin, chaqué Gouver-
devora y partido? r,
ísfisaisse -los grandes ligues
qui serení presen.
$& par chaqué Chef de Déle-
Devout l'dbsence de talles
$®&8sáomt une conference in
:tars$i0sak> est vouóe d'avan-
reteníissant échec.
: lm si «racu«e chance aux aurxes
Bstlems, pefifes ou grandes, de
p»aár© pad á cea négocia-
fem, La soul? promease qui
bars été faite -1st que les Gran
és» Puissances pourrora «cher
éat é eon&aifre fes vues» des
Pitres Nations «dir: ciernen! m
ténasées», dans un régleme©!.
U Gauvememem anglais
sousda pres&íon des Dominions
s’ st *?u dans Tobligation de
ésaander d leurs r&orésenta^t-.
o i^esáre part crux discussions
fa imité de Paíx ovec rilulíe.
. leg Soviets, de leur colé, on*
Atea» la presence de Delé-
pfa Felona!s, Ukrain;ens et de
b Sujete Blanche,
. Bek soite. on a eu le spec-
hck que, discutant sur le 3ort
fa Tiiesle eí de la-frontiére ita-
^yoaqaslavs, se trouvarent des
ftpzmiMmts de l'Ukraine et de
b Nowelle Zélande, par exem-
Anal, oucun resulta! n'a été
C^Bít en ce qui concome les
sóbales Hállennos ni le Traite
A» ?aix & dehors des Etats-Unls et
d® -te Chine, chaqué pays a :
dterché des avantages politi- ¡
la Hussk, demande dos !
en M-éditerra^ée ©t da»s ;
íter Hougf’. <
. i'Angleierre, iddírsctement,
sa formule de «FEqui ¡
^*í cbst-d-dúe «Balance d-s
Fcuvcúis*.
.ranur^n f -a
{-o juífomo
í, • Now*, '■
;u me
ábyí nv
recleuj'General
té.
Cornm, nous
xeux d'enteiídre
! .vivero du Pu1
pubhque, cor
na ía¡t que souü"
ice op¡n.o; depi*!s
«ées.
QuanJ de
reges rcus'ds, en
oe... «saboteursv,
Nous no 5.0U-' t>a*
seulemen? a redare lo Presi¬
dent du Cons ú dAdn«p -'re
don de la Shada, raspo' «-'a ..c;
d? la cf.se qu'» raráo’ ni';
rous ía.sions cn'-í .os
sertir k* rol? que dova:t jou»;
en la ctrconstar'-e e V ra aé
sident de ce Co’i3e„ a A m;
’■istratíon, le Msn siró O? 1 Afir'
culture.
En somme, Mr. Fennel n'a
vait que la m seto” i :e
réusstr la Sócele E ccn '.o
ú n'avait pas un sou1 eco ra
engage dans ratía.re, ..
peu$-étre a trovers e Me- c -
¡ ¡$ seul -Présíd'r» au Co *u
d'hdmnisfoaf.on 4 j e So. j
Commercial©, s 'a-ra ♦
t'ons dans ceiie Scc

n’étalt pas le cas an v e ?¡
dent du cons' 1 d
tion qui éí-a't lo c ?
VAgriculture. L rer.c c ‘ 1
í le Gouvernement HaPi e* os
* intéréts de la Nato; Ha * ” 0
¡ qm avalen! garantí je* 3 .31
000 d* collars engage' ,c
piésentait la protection oes ’~v
• res haitiennes, cello d-
Ttoís a«s el sept mois envi¬
ron pour instruir© une edíahe.
De l'avís des hommos do lois,
t.ne affair" qui eut pu étre li¬
quides on quelgues jours,
M;io Rxgaud est-ü dans une
ráuaíion spéciale? -,Pas que
rous sachions, .U» justiciable
sest plaint d~ luí de ce qn'ij
dit etra un dolí i peí potra d son
prejudice, un délit de droit cam
n l.u oiocuffwi" a &a'v:e es-
jt'uv t oí ra? (odes e: *>' au-
s v^t»,'© que © codt fu, rnu
n> 1*' "* «
;>* <<'! f h* 1 -1 un tos et rh , ‘ h
<”> le Í4 juo eduje »iidnr» *»>
f.f t’íeme.U! pout ej.
nbacísox-Pisíju CmMt CL CHAUVET
abiíessei ¡m ¡mmmrm muat
PC?'r •■'.WBfflCE — asm
No. 21.529 — }EUDI Í.7 ?EPIEMBHE 1945
P. O. 80* A. 1»
PHQNESi 2232, 24»
5Céme fiíiíEE
Et dans
IssPneus?
n.
hu
■ jira,»
ou?
Q.w d- b ;:©n í.<
/ or»:, u touAm ¡
¡e,.leso».»ee, c-t
-í JO, qiJCd.e <| C
.--i»- > Ci’í!
. W l
rats as toa jome
tumos le sens r.'x
leur responso!»!
c moas éiaient ni
a plus paiiaiie í
parties qui cc
Tuatr ;nuoráé que ”
’ m r ce kta q> t c
^ 4» 4u < es eabí^m.r’t
:r^c 1 Gi - same,*! o
v ’ c le «i Oeues ”'odr‘
• ' o- Magus'm s a.*u» k
t v Vs de ; ' ! e;
C .© q<-e la liqud.1
de Jes adares Vj>
gZt-tA v* ara ©tab r <
errmos ccrva^ cus
.is avons a-ígnote
du Controle úm
au h u úe ¿H' i ¡ -u
.. ui ,
, erl:t*|-«n> da ]>oujc'v‘ ’ . ■<
d mp’ihk’ü Ae choque n« .
.o», ovum ,n guvne, avo 4 p,u
*..t decv». .© f k-i, -ai v., ; -j íxm voal i i
Nouh .ivms s.uua’é, poj; ;•
(re í>’i ©•-•» ,> .sveor..4' :o . u
O' L'Í Mw. Aux..a, H.xm <
vct.s SK/nc o dos MalsO'.- vía
l.rar -end men oprés li auoo
ele te !a Frarae. e: q;..
4 n en! d j ;'m¡ a u,-. .
Massons c-mbdcs depu ¿ d- -
d ¿a es d ‘S' t cea aúpe
Nous . ovo' o sraor- q. 2
* < cnev c pneus u > b»
comme 4 Soc es H
> o o Au oroo*. en qn ”0 4
1-.: -. **** St p. is.ea
. Bloc-Notes
«CH0CHOTEMENTS ÍNDESCRi f'TIBUES».
Disco urs
du Présldont
A MOWTHOUIS
r
su 4
ir
,n -
g Co.
í-Presids
p2i *-:me
po-‘u’-; d
mtion-ai
oar
tanoir haltlen qui dev.m
ii.tellígemmen.t ©i utlle-^e 4 ■" .
tívé,
Et pour bier remolir ce e -
ternte m'sston, ie M r s*-
T Agriculture avail pour ¡in . ex
períonce de notrs- m.-iieu et
connaíssances ar/ronomlqncs
le ,‘échnicíen.
A la minute ou Mr. F; n¡ie¿
•eik du Mbustre qui représen-
aít de si gros intéxéts nano-
'aux, c’étatt pour Fun ou pour
'outre, á prendre ou Icnss'r.
II n‘en fm rhnJ
Les deux soní restes, Presi-
deuf et Více-Présidem du Co»
sell -d'Administration L.!ac-
ccrd était parfait, i'emmie étu.t
Mumelle.
Tout ce qu’on pent repro
oher au President du Cgús»í>
d'Administration do la Shcídr,
LA LETTFS DE ROOSEVELT
A NORMAN ABMOnp
í,-' jrar a^y m .<-£> B"’ los,
’ , T.0 > 7! ti do noe*
- x cí . aee a >a v'4 do
Roosevelt á Ñor-
Ambassadeur & *
Espagr¡e. C'esl le
a Fia! qaí a jugé
tunare puolquo
| c 'o .ettre, en soungnan quo
¡ : Pras.deM Truman mar
j - r eme porní de vue qua ex-
n'-» rex-Presiderq Roosev2..!,
j c* 3‘í a-d;re que le tait de man-
| - ,r u* i-presentera drplomr
I .cu a Madrid, n’rmpbque pas
| ju- e.s Etaís-Ures sympam'smr
1 nvec ie rearara de Franco.
! Ae contraríe, explique Roo-
â–  uv ,t, tout Gouv^memerd orara
i tenant Ies procedes . íascostes
I -on* con.sictérés par les Eraís-
í Unís comm® adversara©,
t Ies mocédes fascisras, co¡n
en i& &s'A. so^t ra Espagra
m í-o-i do haiüonner; dro.t
l'écrire et de parrar á'xnteráíre
es Chambres Legislatives ou
le íes domeshquer, et d'enraver
ou'c rb^rtc d action au Pcu-
•o;r Judicraire.
C'cst cela que la le lire de Roo¬
sevelt réprouve, et qu- Was-
nlngton jugo opportun de red¬
ore publique, en soul qnant que
_ - e
.es* raes
omp4e 1 c ira 4ave *
v ais erque £
“ ‘ ’ 5>«"0' CO
-r. ee a c=*te o
" nor mis d'hn
- o4iués a d
e.ra a. 4 a
4 la '“'.mr-
| ira '► ; uperí.n; eax, qc* a*- 4>m-
• v>! í?c du»» tou(3 le . mdi»«ux.
de ij«» U;h '.©ctiOks oiraler. 1 r
• IITU.W.», jy ,‘UUÍ>t, tf pi |,á
j 4
<• . amea mb'ishhioíí!
Fram: tom dt> .supers4!., â– %
I locale"», rl on est nun qm e^ .¡us
s> snnd> pom rertem*» cr> ■ -
^'yvfi& que les ieatllobx fv.\
¿u Coran pour. u« musuhmns
Attention d voir© chapeau’ S¡
vous et&£ en v’síh‘4 no U*
hez ó qui que ce sort, sous pré
d’xto d© s ir-rez-ra sur vos genoux, La .-ña¬
ue© des homm's peut vous on
i?v©r, qráce a la minute d r;ra!
tention votre chance dai¡s los
celares, avec voire Juc'dit-» .
i U^e ex-diroctnce d Ecora Ru
! j7 e plus !ord super-ra.’endrra’ x
• remsreree depuls, mars qu.i ?ra
s rentxait jamais -dans le carro
â–  dun M.mstre sans des lunet-
¡ es nones, lui avail toujour 5 re-
■ command© d© ne jamais con.
n r son chapeau, sous aucun
â–  metexte...
1 V
M tra
,j
bliU
U
< Í f'oxpj I
f onrpuq'en*
h*4 Mtrxíh''
£** nil
\ UX'>1
r»
. s a.. 0
Oak.
eT,.io 1 rrarrr
-> 4 vt quo
Fo.rF
O’ (© ra-m:
res! t.i, test
a v^L’i Mi"
dra-ra • : -h
vj.i b.': ,
reives d- s "C
orud© pour m
Haiti,
Or, nous 'a
I; s'aq.csa 4 aexe
trava l rnécan.qv.©,
ces pource?-'.ages.
Avo's-nou^ tio'.-
ra s;..
u ' o
. amer.:
-‘O'4
pavs
e’e,
p-'U
4 ' So ar
¡,ner r-
. e cnaqcc-
MjIsc- £»,
i j usque dans sa disgrace, cei-
: .u-.-ci von executor ses pressan-
; tes i; -commcmdatiors...
L© personnage est-li ©n con-
í:e¿n en assemble©, ?ra cornu©,
Ions d a recept.ons ofticiellos
r¡u drplomatiques, ii resist© a
*ouf© r.Vitatlon de remettr© son
; couvie-chef... á Esnaugurauon
i a vecolr. de Fiircy, toute ¡‘os
> ^stance écoute, décauvert, \m
d scours sur la method© nou
rede adressee au 'Triaster des
i masf. rs*, Mr. le Person «age est
! ccuvert, lui...
II s’e^suivit ur- vérdable "*Lu
chotement indescriptible* do-
vant u« tel manqueme©! aux
*raag:s. Un devoue lui chuch.o-
Kt a i’oreill© de se dscourr.i.
R s© decouvr©. Pu;s. dans un
res!© énervé, il enfonce ertto
¿ms 1© plus proíondément pos¬
sible son couvre-chef et II r-sfe
rauvert ainsi, tout© ia care¬
nóme.
Nous avons conservé, ici, de
cnrleus s photographies man
- *• 'hrad H*».*;,, ¡I «*'©' ; im
tpu* f.'m n»i •<•£ *>'> ul-fj, puhr*
*, t|ts! 4,U| ,mp< ,i' vi I M.5oisCl
np© \ po ,* h> 't iv u - ni
)i ut.c, Au’h.. Li trains 'b'.ra
u**. pj'«'tnl»''.
I.uuh x d© co: tci-
ir si io Puu Amejlrra.’ Air-
vny-- ©t>! lout s mp!©m»*n; un
camp d<- . pi*o« t.avaiUc do •> pt h-mios tlu ran
!;» a 5 hft. p. rij. L'ateher do'A
ixenulM ;a hvraiso»’ jourra, e-
ra d#- 4UH paiic^ d© soa'‘
IF'1 r©lache d© qui’ra»”' m ' ules
pour cu»r quo*’ dot x.mv
, , ^ r.i pi© .-o'.r-d. La f un to-
; iuse do corahub m: abr»
j <•©» person* (1 vhqr© aior^ q x©
son pesotraoi Ida* c dsp'ras-
? ci'un reiecloi.ra pourvu de tons
j ras raff.nements du contort k4
? plus modern*.
j C’cst ?¡o;r© devoir da denon-
) cer de t»dy feats, rous le lease’ •>
* seras ’ oras pu-occup©’' d© le? ie
j d© ’a Bata ‘ Ncux "c- '
I tito's op;© l~ Bara impc.*'> u
j -1- jcu-!’©© de ‘.ravel*! ":e o*’ * *
, atures a dos Trato:iai!x co ;•©
j u«5 saleare dérísoir©. L'ouvrn-r
j I aitien, > ¡ jos, sail comment \rz c1-©. 3
j ce passent autre parí. 11 - sc
j poinT \ L of qu’ur* matira cons
¡ r.yo'-s - d'rahor.s auvrorts. Et H t
j eu, sa l, r*’ qu’u* o to*’© e-/t a
I ua. 'o paarrait pTé-o’t * A -
c’qxra da’-s rotre v ' ..
h r>& ferut pas qu© to 1 nr*e
“Bata nous impose d > 4' s
•fliiuis a ajouter aux g>
rebrames dont acc/ *• r-
j,exth r-herchoid *c r© ‘i4m 4
Du hit do la gu©:;o ¡ > h
tla* neme’U sever© par ’os ?
Dms, »!Otr- principal lour
A<í\xx sur ‘out matorral pour
lópho»’©, l* s journaux JT:t
*©xvé lours crihque*. ran
i M» ;> ' *m*-. t4 M t oouih,
h- obit -,f!U¡«»!,í hemaux
; ra Un r-rarauin, (Luvolí
i, p .• da 4i i ‘uñad’ iovstatio*.
© h ík«c«»t© Hoiü mo Amórf
ran* au d©v©!appí'mtm? Aqttxo
4>t d.- pj<"UvU*r >s ÍTfumgurn
han d j.oavcdl© uflmu
do-.! 4.S !a prop ínu.oft d^
t trame pit©.
i O'",- u¡ra mmp-4Í.<|Uo réaUbSt
; t, t> ©¡íj hícjU'-.le rams fondor»
j 1 s p.us grid' ».4 nspolis. El.^
j ©si lout a F-honneur d© 1 acíuel
I Fioe-dont de la Somete ©t de
' con coilaborcíteur pour les plan
( ’-irao* .<• d SmntMaic, Mons-eur
jhng-ac, íior.t, D’> marates oc*
1 - a» ai s ; ©us a fur© I o!oge I©
• ri*' ^'iraiíe aujoiud'hu. davon
i vu ©n c© dera-rar 1 homme quo -
1 r-clon,a<©',t ¡os c.rcoitshmces,
|e me rejouis done de celta
:• ramón'.: qu, me procure i©
i 'mrar da remerc¡er pubí.q'H»
t :©’4 h> ©ni du Co*-jsJ
d'Admra r toí j - d© la SHA
DA, Mon;-I ’ir Robra s Pettigrew,
v ,4 dwcuer. •*>’ t inccmparahra
ui di a mo’U© d.j<.s 1 admm v
rut m. d© c- tt© Sométe qux ui
io‘ cü,ihc*e a un moment ou
c ne étc¡;t, pourquoi ¡13 pas
lo dire , fort mal ©n point,
Pursora.. ..i í. ,q?*ore qu’au
. ebu: d© ’ oír© Adm..-;«st:a! o4?
: j? avio1 , a just ti rn, uout
r xj.ss- qraji;r=¡ ©=roj:s, lors
p. *.ví4 1 t le f 'por Imparl d<* Wash.ngto»
’ n v © s ¡ a < © -r J » r ! r So
♦ 4í.ra ’V o Ai/jc o *!c 4
< ra 1 - c*- f4 t d vr>
’><” , o Di'"” o jr a, «r© p.ra
, 1 x ' ’ ',o’i a©*' c tí ’mes d©*a
r . 1 r i©s ©t r ir mboduchon
4. , l?,n ü© cu ture*, noixvel
< dt i*por an
¡ 44 ie,4 '' s do, marcdL-S
r 4» * r-> Cn ir un sa í p4
is, fu'*-!,
’ trapa:
,M>A, d
pkis o©
mr le deveiopoo-
hntermediaire de la
• natre peHo indui
í cr. 1c
u©
la reper
pase
qui ont
• rare? o;r
ce nous;4 ¡
©■> r--;'! peut-éhg
c- - c -£ ¡dais cí ax
craasag*!-ra dona
..■ • e< a loots á'í',00
ouverl, ^*ais >Sa guerre a prís fin, !ou
la Fxtme» spéculait sur les .on doit le r-sprocher egaleme.n
***&&&» tcxnc&cntmx ritolíe, an Vice-President, car, s! rax
^ é'oketilr et». compensatic» • choces avaiem bien marche H
.^ta sécuiité sur le Bh;n. j que le saocés étah ©datara, le
W _observat'urs verrón.!, ¡ Vios-Président n'oublíerait pos
W ^re4 dans cet échec, Tab- j de partager les lauriexs qu’cn
la vieilie experience ' tressercrít aux Dirigeants du
—de fe vieiBe pratique des é~ Conseíl ¿'Administration.
ChuxchiH-Eden, Roose- f Nous avons déla éims notie
en rtmarqueínt que I opinion sur ce point; le V¡c=
’ President du Conseíl d'Admi-
í:Í3tration de la Shada, n'ayant
pas démissiomé, is'oyan» pas,
aves «oleMrttá fail ressprlá
qu'aa duigeap a.al la barque
d© la Sfaotía, inaont.-sSabic-
msirí a sa parí de xesponsabílv
tl dar» la cáse que Shada a
eu h coníroníer.
I. Ipiles, Bevin, Brldatdi sont i
^ l^^nnalités íxahhemoni j
4 b rth d® asa«c®Heri«.
pas notro opinion:
aroyoiis pluíot que Byrnes, i
Seña se «,»( «tosfés,, |
íoiesaJil hwm painm d» I
^ Anew» Mice de recuja- ¡
™* les ptailíons
Chancflls- i
im
üm.
Contót»nee d®s
w> *accés,- e'sst du
> ,ww -fe-, car ¡pus
SUGGESTION
Ne pourrait-on pa® au tribu
nal d© paíx de la Section
^*”8» dolvtet Renten- ccmmuukpier left rapports
it fa JWx da Msod*.
Est
de
police «I les plaíntee aux dé-
felwsiirs de* prévsJms
tSiSL tmxatm &ES AH- r HftltlENS. ITOJCI SCOT o:n»i «e«á»*t «® raesw® de •* j
VA ?ft8AM0í»f , Uteme»t
?'!o
n?.ra
RoosevoU
celie du Presdimi
el du Déparíement
i
pOUTTC-T.t
: mo’.m-
. em- *â– 
LES OEUVRES
DE LEOER CAUV1N
SERONT REEDITEES
Ce matin, notre ami M. Em
«maimuei Cauvíra un d© nos
rrraüieurs civilistas, nous a ap
prls qubl s'est emendu av-xc u-
maíson d'édrtion do la ola
ra pour la réédition das aeu-
/r»s lalsséos par Me.Léger Caa
fm, un de r.os plus grands !í-
.néraux -A un des me.ll-'urs
tribuís de «otra histoíre.
DEMONSTRATIONS
4 DU Dr. G, S, MONTALVO ’
Dr. Germain S. Montalvo v*s
/;t© cordiaiemra tous les Den
istes a assi&ter aux démo^s-
taiions qu'il, fera á i'Amphí-
i%itre de 1‘Ecole de Médecíne.
itmaín 28 Sept^mbre 1945 d
€ heures ?> M.
Ira Bureau Fu C:
Jraportuho’ís ci'/aít 4
face.té de disposer
,'e ras cí^ choque .
S'il ne ha pas fan
formule standard, l
voa
15 4 3
ras
. a an:: -a
: -a gu ra-,
r.pcrtateur.
su-vant lo
a?*'*- sur
¡es importations de chaqué Ma:
son avant ia guerre, nous som
mes de ¡'opinion qa'u»* engué
te s'impos© pour savoxr .es
raisons qu! pormie-’-l a aider
telle Maísora pluíot que telh-
autre, comma pour le cas de
Paul Auxilia, de la Société Hai
henne ¿'Automobile, et celul
cíes Mcdsora? récemment éta-
blies qu! avaiení des quotas lo
gíquement nes Maisans,
les iuco»véruete qu.t en resud¬
aran! pour les commimauíós y
part.dpcmt s'élirmrraní progren
sívement.
Le DépailerrraM d- qui ;©e-
vc> la cen'xale d's téiophoues
icit profiler de la presence du
í/írecieur au Co’-grés do Rio,
comma delegué ha¡t:-:n pom
cbtemr les posslbüiiés de r*pa
iction urqnnio a no’.r© rérraan
tcléphonjquel Ou alors, i] a raí
son I© louüc qu: d¡t «Si vous
éws prrs&é, preñez: l’autohu.s
mass évlíez ]© telephone.
TOÜS TBOtJVEBEZ «TIMES»
*f «NEWSWm» AU CA
pss
HUMOUR SEPTEMBR8 45 *
Voux éíiex hí*'i á «Mon-
trauis»?
Ou:, et «mon ouí*> est s'n-
cero.
— Cm a «chiré beaxxcoup de
Pifes*?
, - - II a fallu *Cínq marqn*av
pour Ies naier,
— Pour la Shada c’esf du
*Mmqm** zmh* â– 
txam ce personoage.
dans un groups oü se trouvai!
le President Lescot, decouvort
iuvmém*. Lui, le Premier Ma-
gtsirat de fe Républíqus, il nn
r.roií pas a la menace du cha¬
peau... II Is confíe a u» colb-
bc ou un ami.„
* * *
Nohe service d'informa'.o*¡
nous signal© quwe píainle a
été rendue, corare un emeim |u
ge de Paíx des environs ae
Port-au-Prince. Hebergé par un
parmt de sa femme,—- cet4.-?
demíére n’ayant pas droit a
i'heritage i'ex-Juge de Pcux
caLgraphia un Ipréteífeu ocle
de vente sous scing prive qu'
ii fit authentifier par un natal-
re d© cett© vill© pour fair© sor
fir par ainsi, deux imm'ubhn do
la succession. C© qui aggrave
fe fait, e'est quavant de ré^h-
s©r la chase, rancien Jug© d?
Paix tentó d'obterúr des vrais
héríríers qu'il lui fut abandon-
n© les deux malsona #n ques¬
tions.
Nous aliona suivre caite tén^
breuse ¡affair© et renseign.*-
rons nos lecteimsl
* * •
i II eat mb d la charge du dtu
lair© du Departement du Tra¬
vail de ve lbr d c© que les em
playeara ae condulsera qvac
équiié envere lea ouvriers, ies flambeaux.
m m m *ompm.t p¡m< Fl#le ?t
.evens lov-K exoyez
pratiquer un opfimkh
Nous.n? pouvo¡¡s passer sous
gd««ce le zél© apostohque du
Bévéiend pere Bhiüague!, Vi- j imeoger !euI barf>í¡ri
caire de la Croix des Bouquets, 1 ¿e
No Ug
5’OUS, ch
r\e beat; copiada«t, nous é>
.boüs en droxt, en presence des
programmes biabarás, de crox
re a uj* succé».
.Muís, vrat 1a guirre avec
obi,gcH,o¡*s impon* uses,
- ornara Monsieur Bnqnac vrant
r'y hiie caíu3Ío¡* do fago? **<
■ udíciesise, au sujit do nos ds
r &:o?-s , la gum© avec ia
saisis par les jáponena des
centres qui íournlssai;ra fe
caouichouc rt lo chanvre. deux
p-.odu t? d'Importance vito’©
pom la cofíduíl© victoríeuss
des; hostíiités coníie \ps pux©
qui out failli
au mor.
sanees de l'Axe
dans sa mag4*‘fique crol son
á’évanqéiisaúofí -de. ia Piarán du
Cuhde-Sac. Grace au pare
Boudlaguet, il a ©té ©rga¡Usé
cstfe annó© s\ix I'habitation «Ro
ch© Blanch©» un veritable ju¬
bilé© á i'oecas’on de la léte de
Notro Dame de Lamercíe, pn
íronít© do l'habftaüon.
Vendrodi domier, il ñvniú'h
.mo mess& de requiem pour fes
noria de fe région. Samcfe. ma
i-n, i] a xwi xeligíeusement plus
fe 151 couples. L© tout, m-ss.e
de requiem et mariages grata:
femenil Dana fe sol?©?, restóR©
Et díiJKmcho,
íVoir «ttjís m üm peg*)
Ait'.une hesitation n’étaií pos
r.bh’ Pu sque Tlmpot du sang
r'0 nous ¿taít pas redamé, h
feUaü, coüte que conté, appor
ter noire contribution á fe cau¬
se sacro© do la democrat!© on
gagée dans u^ra lutt© dont i’fe
-pue pour «ous était capbah.
La Serrato Haitiano.Américc«
!* cb* Dé'U'feppera-nt Agrtco*
fe- ■s’écerfesr.f drs bufe qufelk
s'étólS tout d'etbord assign©»,
sfest buceo, sur grand»
éche)!©, dan» fe culfur; de fe
pife qui, jusque Id n'avait été
exploit©© que par- dea Campa
niveos, Réraondgnt d-
V«*t «t¡¡# «a 4im fttf*


7 •!* Noomuams»
A l’ATTEKHOa» DU «MATJN»
Autre Chapifre
du livre de Seabrook
mm CONCERNANT & BAUSSAN
CEBOLE BELLEVUE
(Suite voir la No. dUierl
mm NYMPHE DE BRONZE
Peer u;i'9 porte pratiquée
¿ans un muí de bisques, no as
passdmes dans le jardín des
roses qui -tíescendaít de la roi
line... Les íleurs, roses» blan¬
ches, faumes ei rouges, cou-
vxatefít sur piusieurs hectares
le fieme du monticule, implé-
gnanf 1‘ajx du soir de teu.r par
ium. Moü hdie, appítwmmmi
était un grand amateur de ro¬
ses. II en ovad huh coins
plods, parmi jesquels éús va-
r*étée venues du toutes les par
ties du mande.
II me dst avec orgueil quo
son jardín de roses était le plue
beau dlHaiti el peuHfre do ton
tes les Indos Occidental»». Ma
dame cueOUi uno brassée á@
ces flours morvoHleusos. Sam-
tlahte elte-mém© d une bel
le rose thé, ave-c ses joues do-
léee, telntéss d© rose, quí en
imhatent les pétales, ello íar-
mait, ainsí poncheo sur los
boutons et sur les üe-urs ópa-
nouiae, un delicieux tableau.
Revenus á la veranda, Mme,
Baussan répa«dit sur ses ge-
noují ks rases de lóales cou-
teurs qu’elle nous destinad et
se mit á dépouUler les longues
tiges de teurs ¿pinos: *C’©n
est tropl protesta Xatie
Mate non, replique Mme Baus
san, seules les roses blanches
cnt des épin^s: aucune nutra
varióte- r/er cr.»
Vouialt-elle étre simplement
almabte, ou nous décrocha.'t-,
elle me aussi subtil qus le parram
des rostes quteíte vuaaít de
cuediir? Madame souxiait, én;g
matique, et nous ne púmes en
decider. Pas plus que nr>us
n© pumas devteer s! qu-rlque
intangible bien reliait ces pa
ices au ía’n que M. Baussq»:
comma ’s’íl voulaít marquar
par la qu'il metíait fin d seo
manoeuvres de subtile deten
si ve, se rappela soudain qu’un
b.ai devait avoir lieu le sou
*uiva«t au Club Bellevue de
plus fermé de la vílie) et no.ts
drt qu'il serait charmó sí nous
votiHons bien y cissister cam-
me ses invites.
Le lenctemaín rv-niín, nous re
cevions -des caries ó.'¡r,vitatlcn
au r.om de Mr et M.me Baus-
ean. Le bal était dormé pour
les oü.ciers de Vescadre roya
h de Suede, qui mouíllaü
cans la rada.
Qucmd ie sair qui suivcni,
nous orí vermes á Bellevue,
u'eüt été la pean íoncee des
hviíés, nous aurions pu cto¡re,
par une ^ui?. de gala d quelque
dub de Nice ou de Cannes,
ou de ice Nauvelitv-Drleany,
Des limousines se pressaíaiu,
o la porte, et les policiers cen-
ieuaienj la ioule des curieux,
qui ailongeaient la tete» d se
démonter le cou, pour va ir l’é
♦egtmte élite d'Haiti descendre
de voiiure sur 1© trottoir re¬
convert d'une toil©, ©t gravír,
sotas un dais rayé, les mar¬
ches du perron.
Hoes á París, au foyer da
•vOpéra. pendant la guerre, je
«'ai vu null© part ríen de si
orílkmt, de si cérémonteux et
de si gal d la íois que le tableau
diferí a notre vue par la grande
salle dé bal, fcmdte qu'arrétés
a la porto, nous cherchions no
tre bóte.
La, s'as&emblaíf reaistoern*
tie Indigene d'Haiti» se réu»k«
salt ©n un cercl© intime ce
qu'elle possede dlntsUigen-e,
de zidbesse et do bccruté.
Spectacle plein d'intérét
quand ©n aongeait que css
gene, dan© le court esoace
dru» eiécte, s'étcúest eleves
de l’esclavage a leur situation
présente,
R nous apparut tout de sai
fe que cette aosiocratie était
prinaipalemeint —- mate non
point, taut sen font, exdusave
merit — compose® de muía-
tres. Nones comma du char
bon, des douairiéres, ga et la»
se tenates pleinee d'aisanco
et de digníté.
Et, autotrr d’ellas, des jeu-
ms filies tout aussí noire» dan
saient avec grace. Un pon
pitas loin, on apercevah Fan-
cieu president Légítim©, avec
sa p\im.ane téte de vieux sé*
r a tour remain, taíllé?, sembiotU
U, chahmí vlgowmmm&n mx te
fond "du tableau... Mate, en
tre cas negras puxs et les p«
Iüb mulattos dont les «ucmccs
plus ou moins claires áoml-
nai««t, un élémant consldéru-
bl© praucrit place, du type b/u»
dr man ami Eaussati, Ceiuí
el, carívé ©ñire tempe», nous
conduisií d un© terrease, ou-
vrant sur la salle de bal, ou
r.ous trouvdmes Mire Baussan
en compagnie de Seymour Pía
asi, le premier avocat de Port
au-Prínce, célibatcdre qui luí*
salí figure de «beau» dans la
r.ociété de la vi-lle. Aupras
d’©He» cáissi, se trouvait un M.
Rol, dont la face, bien que fen-
cée...cni point aten éíre presqu?
notxer^© poriait en rea lité, avec
son nez aquíÜB^e® léves miRCis
©t son cráne íinemsnt modelé,
áucune trace de ce qu'óvoque
le mot nógre. Point ntest he¬
roin d'avoír pdlí sur 1'histoire
ele Moreau de SaRt-Bémy,
pour compre^dre que les R©
grkrs du XVIIe siécle fursnt
cu moir¡s imprudente dans i©
choixqu'lte iir?nt -du *bétaí¡
humáis» destiné aux ludes Oc
cidentales. Choz oes négres,
fu eííet, qu'ils importérent er'
Haiti, coulaít le sang des guer
riexs ©í des cheís. Et de pu¬
lsáis types ns pouvaíent ©tre
réduite d Tesclavage, sans
que révoltes, soulévemenis e.
massacres sensuivissent.
Bíentót le jeune Maurice Dé-
ole vint demandar d Kaüe ie
íanser. Avzc la face d'un
roquols (íl semblait u'i persa -i
'iage sorti des pages du feni
more Coopero pour une mas
criado en vétemer.is de soi-
rée), ü s'énorgut’illissait, d cr
eme mtexpliqua Mme Baussan,
ce dsseendre d'uue famine
: princíére de la iron here sud
du Sahara.
Comme r.ous déambulions a
travers jes fables de la terras
se. du coló de la salle de dan
se, Mme. Baussan me designa,
parmi les áa^seurs, des tedi-
vidus et- des groupes axrétés
poiu des presentations. Hors
les oíficiers de la marine sué
doise. resplendisscmi sous leurs
bn'llcmts uniformes, il y avail
pen de Manes: seulement te
Consul general anglais avec sa
femme, les families de que¬
ques mambíes des aufres lé-
gaíioíis étrangéres et le common
dant du corps colonial d#occu
pation. Ctest un© regle au
Club Bellevue gu’aucun mili-
taire amédeain n'y entre en u-
niforxn©. Eli© date d*un solí
d'il y a dix ana, ou le genial
Srnedley Bute ayant avec
hop d'affectation. tenu ‘ ses
mains derriére son dos» ou pris
un© autr© attitude de mema dé
s’u-volte son©, ü M ful sigmiíé
que m psrésance était indésíra-
blé, . 1
rtrrépróühabt®
EDOOARD caurrAvs <
Jto» da Pmqi»¡ Ha 14} ■
C*íte «saiso» «• r«cDmnsai>
d» « toil» pea 1» finí que l@ pa
tro» apporio daas la corAuc
(ion dts coctumM qui la; soai
CQSíiés et la prataptitads
la iámtBO».
Váítw l'at#lier d# coup* *A
l’fa^srodscilo».
Paramount
Jeudí a 8 h»s»
YOONG TCM EDISON
feotts titeea írowfoto)
avec Mickey fiooitey, George
Bcnarcát. Fay BaMer
... dm se&nm ' d'ss» palhéü-
gue ó la feis »oiae es vdttgou-
xeax... u,:e oeuvre de tendió/.-
se d'feutno» et d'émotio»...
Entré* Gd. 0.30.
á 8 hrm 15 f ^
TOI m MOI
(sous litres troneró)
avec Judy Garland ei Mar¬
tha Eggerth
.. Judy Garland dans son prs
roier role dramatiquel
Entrée Genérale 0.30
Ven&edt á 6 at 8:15 him
KATHLEEN
inonn tides irania!»)
avec Shriiey Temple, Her¬
bert Marswll
., Quand KaStlae» chante,
quand elk; south, quand «Me
decide do m bathe avec la vie,
nul m> saurait résister-d ea
pnninn'r;,. do eédncho». Sen
boutadea vou» ieront rire, maia
vous »ii povnrer, voun dépíe»
gre d'uue intense émotío» 0»
In voyant soulirir sanglot.r, se
Jcttawr oiler an deMspob.
Entré© Genérale Gd. 0.30
* * *
PARAMOUNT
Lund! ler octobr© 1345,
a 8 hres 15 P. M.
â–  Fritz Laioiesi ei Michel Pros
oéri Piésantent
PARADE MUSICALE
ET - ARTISTIQUE
avec \e fameux trio Haiti,
dans un Programme de musi-
qu© HaifienRC de sa compos!
lion.
Le iakntueux Ernest Lamy au
piano, accompcrgite au Bengo
par Maurice Moríase!.
L'énímitable Languichatte ei
son parlen-aire Georges Kara-
ha, les rois du rlie.
Letonnanl s.iileur Gérard
Chamfer et le maltre -du tam¬
bours (Baca) Boro que you*
a vez deja entendu debater©--
aent a Paramount.
A'llez ..toas en rom© cr Paxa-
moiíni Lundi d 8 Lies 15 p. m,
Ne ratez pas Y-occasion d'al
ler applaudir las artistes de
chez nous.
Un gala artistique Inoubliable.
Entré© Gde LID
í REMERCIEMENTS
La FamiUe Emile Si©, Ies
Families Erie, Faubert et ious
ins autres parents el allies i&
mercienl bien sincéremen? Son
Excellence le President de !a
Républlque, le Chef d'Etat Ma
jar, Ies oíficiers et soldáis, le
Service de Sanie de la Garde
d’Haiti, le DírecPur, l'aumo-
róer, les m¿decks et te person
te de l’Hopital Général, le
Curé d© l'Anse-d-'V'eau, le Curé
du- Sacré-Coeur de Turgecu,
tes Peres de la Congrégauon
du St. Joseph de Cluny ©t de
•a Sagesse, l’Associatíon des
Noelistea, la Press© ©t les Sta
liona de Radio d© Port-au-Pdn
ce, 1© Corel© Port-au-Prtecien,
et íous les amis. taM d© la Ca
pítate gue da la Provino©, par
dculiérament de St Maxc. de
Pedt-Goave et de l'Anss-c-
Veau, pour les marques de
sympathi© qu’ils leurs ©nt té-
moigntees ct rOccasio» de la
parle cruell© qu’ils vbemeut
d'éprouver ©n kr persorme de
leur regrattéi
Auguste E EL1E
Lb d© la Gixrd© d'Hoid
antevé d laur affection le mar
di 11 Sepiembre 1845. lis tes
prient de recavóte id Itexpres-
eíon d© kur profote© gratiu-
de»
Rex
teudi a 6 hies
Ee lére Partis;
T. S* F.
En 2éme partis:
Conrad Veídt et Roger Duchsi
as dans
TEWFTE SUB L'^JE
Entrósa: 25, $0, et 1 gd©
& 8 hres 15
A Double Feature English
Program:
En lérs partis:
COLOBADA SUNSET
En 2©m© partís:
Ralph Bird, June Storey, Plnkl
Tomlin, The Weavers Bros and
Fivtey in
DOWN EN ARXANSAW '
A Republic Piclure
Admission or 10, 20, and 00.
Vcndied! b 8 hrea
E« lbr& parti©:
Calendrter SportU
E« 2émc parti©
Simon© Simon, Rosin© Dsreau,
Jean-Pien© Aumont dam
LAC AUX DAMES
Entróse; 25. 50, ei i gde
a 8 hx&s 15
En ler© parti©:
Actualilée FrangaLsea et Uni¬
versal
En 2eme partie;
Claud© Rains, Susanna Fos¬
ter et Nelson Eddy dans
LE FANTOME DE L'OPERA
Entrees: 1, L50, % 2.50 gdas
FACULTE DES SCIENCES
COURS NORMAUX
SUPERIEURS
La Faculté des Sciences por
te d la co^naisaance de® inte
ressés que les inscriptions
pour tes Cours Normaux Supé
rieur® (Sections Leitres, Mathé
matiques et Anglais) sont ou-
vertes au Secretariat de la Fa
cuité de Droit du 28 Septem-
hre au 5 Octobre 1945 do 8
baures a. m. á midi.
Les étudlants doivent presen
ter tes pieces euivantes:
1 Un extra;! de leur acte
¡ de naissance;
I 2 — I© Cerüíicai d© Fin d’E
.ludes Sacondaíras Glassiques
lére et 2éme pardas:
3 Un certiíicat de santé?
4 _.... Tin certiñcat de bonnes
rte st moeurs.
AVIS IMPORTANT
MAISON FENTON
Nous avons 1© plaisir dln-
íormer le public haitisn que
bes bíentót il sera établi une
J'gns dé naviagcrlion desser vi-
par des bateaux da gros ton
r-ages pour iréis et passage»
entre Kingston 0amaiquel
Port-au-Prlnc© ©t Bristol (Angle
t.rre, ailer-retour).
\ La méme compagni© offr.’ra ;
| égaiement la possibililó d’une ]
ligne entre Kingston, Pon-au- ]
Prince eí te Canada. (
Les Exportateurs et importa ¡
leurs íntéressés sont particulie-
lameni invites á stedieslei
pour tous renseignements á la
International Exchange. Etags
Crystal Market
Telephone No. 2398. Alten
lion M. Rickson FENTON.
AVIS IMPORTANT
On demand© dm pmsonrm
pouva«t s u'Aeuem&r aux ven¬
ts* fteovinoBs, Bonnes Com
S’adrosMsr au Département
das Credits d© ter Pharmacia du
Dr, Paul Télémaqnor do S heu-
d 10 hemm A. M,
' bonne mcommrn
Bonne mcompeme a qui tap
portara crux bureaux du Jour¬
nal un p^it recueü autogmj^a
4a Pctemas perdu Men
AVIS
MAISON FENTON
La International Excharq© .¿e
met ©ntteres^pt d la dlsposi-
ion dé tous ceux qui o«t des
parents actuollement ©n Fran
ce, Angl-etexxe, Italia, Belgi¬
que, Maroc-Franpais, Algeria,
Patestine at qut voudraiant
our íaire porvenir des paquete
te ration ou produits allmen-
taires.
Les paquete, bien condition
nés, eeroht acheminés d leurs
destmataires dans chacen de
cea pays su-désignés, @t leurs
prix varteront ©ntr® or 8. mini
mum ©i or. 12. maximum.
La livraiso» ©st ©ntleremsnt
garande.
Pour tous ie»seignem©nís
complémen ta he», ctdmmsz-
vous a la Xnternatio&al Exchan
9* Hu© bonne Fob ^age de
Crystal Market.
Tóléphon© No. m Alíen
■ion Mr. Bíckson F224TON.
COLLEGE SAINT ANDRE
Rue du Cenfe© en face du p|
nitencier National D&rectear.’
Enélus Pdsmy. Preparation des
©nfants de la cla^e
ADMINISTRATION GENERALE
DBS CONTRIBUTIONS
‘ ' AVIS - -
Oates de Patenten! des Taxeí»
(Bxercdce 194548)
il ©st rappete aux contribua-
-bles que lm laxes euivantee
sard ptryobltiB daña lea delate
chde&sous: >
Isr au 20 octobre 1945; Droite
de licence des Grangers,
lar ou 30 octobre 1945: Impot
aw te revenu (Basa locati¬
va).
leí au 30 ortobíe 1945; Btidio.
¡ét au 31 octobie 1945; Id*"'*
té (volt plus has).
;m oct. au SO Not. 1945; CW
feuls, ■ cochsts -1 véSvicüíes
voír plus bas).
ler act. au 30 Nov. 1945: Ca
slots. postaux.
Ser Oct. au 30 Noy. 1945; Irá •
gction.
ler Oct au 15 Janv. 1945: Po¬
terna» oí ímpbt locfsüi (Rus
Enélus Bobte préa dn Pala*©
de» Finance»).
lor Oct au 31 Mars üer:: F@í
mage.
Oct. 1945 au ler Avril 1948
pour m ©xerdee): (te smi™
commencera te 2 avril ct non
te premier, car te 31 mata
©st u.n dimanche).
Less xedevablen ont ínteret ct
payer cas droíis dans tes dé-
lató íixés afte de ns pas encou-
ir les pénalltés pour retard
nrévues par la legislation en
vigueur. S'agtesant dee taxes
cas chauffeurs, cochera et véhí
tules, on netera que tes an-
c-tennes «He rices^ ne serón!
tas valables aptas te 10 no-
v embre 1945.
las cortñbuables ayant a
veiser les taxes plus haul men
üonnées peuvent s'adresser,
dans les délais cí-dessus, d i'Ad
núnístration Genérate des Con
tribuiions, que la loí dispense
¿éxpédier des bordeé :ux eí
qui teur íourníra tous tes ren
Ssignements utiles, concerna^t
tes droíts internas et com mu-
naux en question.
CHAUFFEURS, COCHEES
ET VEHICULES
Droiis paycÉblas: a Port-au-
Prince, a cause de l'aiíluence
chaqué jour ouvrabíe, de 8
heures du maün a midi et de¬
mi,; t de 2 hs. a 4 hs. 30 de Ta-
pies-midi (samedi: 8 ha. d mi-
di). rué Enélus Robin ou des
Ccsrines» pies du Palais des
Finances. Province: voir plus
bas,
3DSNTITE
| Droits payables: d -Port-au-
; Prince, a cause de rafSuence
1 chagüe jour ouvrabl?, dé 8
heures du matin a midi et d©
mi, et de deux heurfs á 4 heu
res 30 de 1'apres-mldi (samedi:
8 heures a midi) aux bureaux
instaüés aux ©ndxoits suavants:
1 — me Enélus Robin, (pres
du Palais des Finances), 2 --
Archives Genérales (Poste Mar
chcmd); 3 — Cité Víncsni, 4 —
Tribunes du Champde-Mars,
5 — Place Ste-Anné, PROVIN
CE: voir plus has,
PROVINCE. Les Bureaux
sont ouverts de 8 hsures d mi
di et d® 2 hemes d 4 heures
et dsmie (samedi: 8 heures á
midi).
PREÑEZ
votbe wtjmm bhuhe
DE TOn DE MOBt® Dft}®
une sratE rmussm 'S
AGHEABUS All GOUT
chame tablette d» vtamjne A a! D de «Ons-a-doy. fáfa,
té) éqOJvaut mot Yitamteos A et B á'wa 1/2 cutllé,» ¿ m
d'feuBe d* fede de mora»
Uae tMSttla tabla#® d® yíta-
mine A ai © d» Ona-a-Dcty
ídépoaé» par jeur, c’tHrt tout
ce qu'il yau» icnsb et tout t»
<|us vou3 payes, pour avoir
votre dose jouraaliéra commé
te da vitamina A et D. C*o«t
la nombra d'usítá pai tablet¬
te qus compt® et les tablet-.
-!-■ de One-a-Day. ídépoué}
mt iiae grande pulsease*.
Tabtetlee A et D
Tablette® B Comple!
CapndM Multiplea
Pm de BMtUleuie qa^
pas de vitamiae piu* ^
Uiquemeni compoeée. Ctm,
menees aujoujd'hul b ^
die les ioblettes da Yita^.
ñas A et D da Onea.{w
Donnez-sm aux
Ue voue fattxiile, Go8t
ole ©t un seu! par |Quj> %
laniion au graud ) ^
..níquel jaune. v %
l>ON N, MOHR, UlstribuUmr
ATTENTION
Planteurs de Nolx de Coco
la Haiti Cocoaiit
Fiedmet® ©©., S. A. •
ACHETE TOOTES QO ANTITES DE NOH DE CW
QD1 PEUVENT ETHE 11VBEES A PORT-AUJPHWOt
S ADRESSEH AUi
BBBEAU DE L'USINE A 8IZOTON
TELEPHONE: 242?,
SOLTE POSTAEEt A .. m.
PLANTEURS VISITEZ I'USINE A BEOTON.
pwvd1»»
Frizz
UN PRODUIT DE
Kraft
SANS LAIT, SANS ESSENCE, SANS CEUFS, SE0E&
mt:t avec m peu veav vovs pouvez tms
m I/EXCELLENTE CREME A LA GLACE,
* 3.50 or. LA BODE
Ctoneiral Tyadlag C®
DISTRIBUTED POUR HAITI
Bleu Monitor
C'EST t'INDIGO ÉN BOULE DE QUAUTE.
GAGNEZ CINQ MJlilONS
DE GLOBULES ROUGES
Ce sont les globules rouges
qui transportent de vos pou-
rnons a touies las parties de
votrt corps, l'oxyqéna de ¡'air
respiré < c© qui permet 1’assitni
latlon des aliments absorbes
et leur ímnaíorraaílan e® éner
gte vital©. Das tors si vous
vous sentess oassi lattgaéa a«
reveil qu'en vo-os conchansi
votB ales sons enferftt, san®
cottieta, tiervesise, déjaimée,
e'tst que vous manques da gio
bules rouges. Preñez dan,? ce
cm i'HEMOKTHENOL. Vous.
vous santaa dtt vil argent
da»s lee veines, Ce sera pbut
voue 1® retour rapid® des loi¬
cas, de la vitality de la sanfé.
1‘Hémcathsnol wnvíent aussi
bien aux «ufante r«áuüq«es
qu'aux adultas et vieüjártte
suraén^.
Ce jjj^rveilleu* jaodult. ast
a« vasta d ks Ptermacie S.
tMwwi, ib» Férou Partea
Pda»,
A l'acbctt á la levante, :omma á rusage, il n‘y c p8
simplement la procédé macblnal de Téchange d'aíg82í
contre une márchandise; 'usager á 1’assuraDce que 1 In¬
digo en boule BLEU MONITOR esi un produít da
banca.
L-indigo en boule BLEU MONITOR donne Is !*•
grand rendsmeni a la leesiye. 11 ne taefee pcs la i*.rg*
qu'il blanch!;, sans le coup&r. 11 ne se desagrega pffl. I
se vend tres bien.
Si la lessiye se fait a domicile, ossayer aussi Ci&
ZA DE INDIO. Si, votr© lingo ne dure pas s aids anaced
inlonnes-vous de la qualiié i'mdígo utilise.
BLEU MONITOR st CABffiA DE INDIO sont la rémMí
te de l'mtégrfié commardn e sí de bonne r4pn;abs3 ^
ffiE STANDARD ULTRAMAFINS
com/mr
Agent pota Haiti; st les Antillas
Denis FENELON, Port-cm-Prir ce (Haiti W. L)
Huitóngiou, West Virginia, USA).
AVIS
DE MAISONS
AUX INGí3ffiinras, ARCHITECTES ET BROPWETt
A 1'ATTENfIRMf DES OUVMERS CHARPENHHIS. ,
ELECTHICIENS ^
Ls Maison lulos Fanner a le plaisir d'cvissr sa
se clientela tani de la capitals, que de la provin-* ^ _
viaul de recmri*; dea debeSes trie coolortabiss, á»
»tepáíiw®e, a extejsdwti de 22 «t 37 pieds de bswtew..
JULES farmer
mmmum
tr.nmDmi
a, 2708


LE FAIT 1ST INCONTESTABLE
■ LI , EHUM SÁRTHE
fst la qiSntiSsence des 'iñeilleiiresva»
riétés i® carnes drun vaste territoire
réunissant Ies meillenrs ferroirs.
riST CE QUI FAIT SQM AROME
60ÍTEZ ÉT COMFAREZ
',,ís '.cus los
civús. Et alors, les
plus
Les Canoís de sauv\L-ge •¿•t ..
truiís par FIRESTONE aid- a &a-ve; > v.< c^z
*héátre¿ de guerre.
Avec la vícíoire, les grandes rrja:s<* H?
ron! á produire des marcnanáiscs pour mc> cm
íameux pneus Frreetone de Lux'- m. sa.ont duj.on.oIes
sure, ge ron tie pour íouruir un plus grano maeage.
Ttrt$fotte
ME&LEJB AUJOURD’HUl.. ENCORE MEILLEUB DEMAIN
If« P. Atggerholm
jtsÁSftv. oiww ¡<>f.v et evcALynoL_±_
0OÍ/T AORBÁ BU? ■
rf* A no/i PAHFAtre
•TÓUX. RHÜME4,*«íRONC1IITES. .enrouements
INFLUENZA! AFFECTIONS des POUMONS
pwrr.nO.PIHHC». HAITI. ai wwau
r «LE NOOVELUSTE.
USEZ «XX NOUVHXISTE
AMBASSADEUR
LE BAL DE LA JEUNESSE
Pour clótur.r joyeuí'-mcm ¡cu
vocálicas So Oercte ,A:r,i.c
dour. } rio MM. les Memb.u.- «
1 s * v \ví> habituéis do Lt>
voulos: accompagner leurs ce
i -t» « ’ «GRAND BAL DE U-
JFUNtf 3E» qui aura Leu so
meu / septembré 1345 a
heures p. m,
Port-au-ÍMne© le 22 Sept. 1945
RSMERCIEMENTS
K-af m Nótame B r. >,
N .the r> Bcrl n o*. M •> t a,
lie ry Le,Li. tic,r íoucacs t
i ¡ miar u , * mcumion >?
e ,lu¡i.<' p Ba' 1% *
. ! i ’ ( > ,
H < t!l UK I p‘íf * í* ,
Fiebre
Coles
Marcharía faill¡'ur
. >.;upt t l< ' «/i * íi
ü.x c u Lt 1 > o «, ._*•
CHUbW.ZC
Sexm c^s ?v> , tac-* .* o
Fleurs de ’ornes \ar *, y.
O 10 k s— « > P — > . ’
Lanspianter ar u.íO le .;uu,
Inscrivez-vous a lempa a
¡ 54 Hue Magasin de
bóléphon© 2183.
KESTmiER LA BEAUTE
ORIGINALE DE VOTKE
VOITURE AVEC
SIMOMIZ
oí le soiod, let plut© et m
pousBiere ont ravage ¡v Ijiii «...
â– vite voiture, donaos na un
iJcmrnt do beemu cfe ax«
v nu ÍL «hcu ot u
Petion et Bolívar
â–  Fort-au-Prince, le Ld S
bTe 1945. .
MoMeur Luc Giimard
Pixeetixa de «la Phalcmc..^,
E» Vlíle.
Monsieur 1© Directeur,
Votre íxiiormai.w.n- . r-
dü»í» voír© éditíU; ua «
„ ns ca’K' r^a« t .a t< t.ve.
^iopnon.que &rga»’-so e* din
? .ur du Mex.ejvuu ca*»<«e*‘5 í 1
t xati.tu-e, qu i a «' n.
jüo k? «Píesiae.d .a Cptn.p'
j Dr Iran^oií. Du.**»cour ip,>
« Je counu . > J* ux L
C'ti®í d'avour él© n» bouteieu
révoluÜoTinair© a«.mé de Fes*
prit do prósélytism© qu© Fe*
lían mmvmhl® teHome«t crux ii
lam de 1789 ©t a ©té le pi<*,
la íondateur du Pananmérica»m
jni% quí mX alfJst s» e- 'j al
tífud© si «oble et sí ccrrr-~tét??.
ligue u«© íorrnul© iransceudan
te de Liberte ot de Justice.
C'est secretóme»! < -xp* *
d4tOn de Miranda ava.t eh* tj
t.ue dws le plus gresud sx ,:et
qu PeLoii avaa pr^a.j
or d oidor Mitra, kt,
aisüoprro* aui reí.tr: a n*tat
. .í.< It*1,.
«* u u*
v.t’f puyn . iVuV. i'V‘, *v
> <» pro) í et
.ju .1 <•», ,
t*4 Í4‘ .U
; íu o auie
Oí g.
,IÍU<* b*
- ,♦»*' t“
|»o,it qu< pa anexe \
t* put e <|
Ít* Muriul I
eut hit»
v ví h< v <
i
* .!Í >
«í* b u
* 4v,i duíp'jt'm hi,*<*
g.
u te, *
vt’f m Mt{
a g>< * a
L. ,i*I 3V
it\ 4*
UlííU!
, . t uuue * , , a
gen
í»ttl‘UU
l . !ü¡ ,.!J .....
Un .
vrvv > l
u 8
pía 4 u x »*i i Mu u f\ *
u-
youa t
Í>Ui(tt ¡t líl
¡eHuf *b
a
U;i 3
avec Si
OJ»Tf J>1
i«..*
• r
ití’í» dt
MiUVin
4 l\t t
K Ii V >
„
uuaa, pan o* > ¡ -u
5 u «
**t» ' U'|<* M
i» i >< ib»
o va
Mía » o.íuf ia,
* »(* h
i > >U’< v u*
lluylaid
!,í
m*uv0.
,• tíor'
,f“ f f! , ! 4
w.
. q â– 
t<> Haw >
! Hm / í
|,!i
O q.Hf» 1 i al! * 1 a >
*♦* < h i „ \ h»
Dp
U» t. »* Hm íliiííl Íí 4 {
bbttv** with Haití.
MU, J
í, t .<
»r»|,»4í4» < { , f,{ >{ <, ;
M S * UlUH.t ‘ . pu
' I !it ,í'S M.l I L A,
' h
....
t„.
(J'»!
u y u .!
,, ua>U>«*
.i© mí h
)«Ug i" ti i
*»*• Ot
ffc¿\mmssfSí
í.ti n
. >n
..... ..
M * ts*i» i
[U(.. í»<»
vas Travaux de Como-
...s cu ?n Frángele,
í. r. c ns a van fago u sss
VOIH
•i: l anghand,
' * e jérémie,
Sois Yema
BONNE OCCASION
Pei;:< s.-peiDus appareib d
adío d Fetal neuí so»t á ve!
iie cu sa.üa de toiílure «LEs
kianco» Giand-Rue No. í-i:-
-.•esqit'e» lace de la staüo¡
;3»trale de gasoline,
Lun á 8 tubes et j'autre 5.
Empressez-vpus avant qu c»
es enléve.
MacMae ó écrire Remington
Machine é ccdculer Dalton
Lubans, papier carboa __
taites 708 achats ches
y a ghg
High ifí-ttis <...: 4\v.y tire treads, jasi— and rubber’s too
prt<.i. ’-4 í-uc tbocday.s. Drive slowly at all times, and
U)U can un *- tire mileage. In fact, you Can get much
(tjdt'v n /'■'„.«'{»* following these few simple “tire care”
rules. Tnese include:
Os k* .
K.4.,
Ro-
The Oui; mileage iron
(5) Avoiding bruising your tires,
uvd <6> Kecking your wheels bab
i") Ma inoiinirsg proper wheel
trj uiignment and brake adiase-
mc-nt.
and {•*> fyour sires iospecred
ready u> help you get the most
K\*Je
«XTETE HAmENNE D'AUTO MOBILES. Dtairibuiric#
EAU DE FLORIDE
MURRAY & LANMAN’S
ETTE LOTION fTNTQITE A PU S OB
20
USAGES
j m
3O0R IX
AÍRES LA DOUCHE
COMME ASTHINGENT
LOTION POUS LA PEAU
COMME DESODOISBANT PEPSONNH,
COMMZ PAHF0M
poub LurriMrre do bodbeoib
ET FOOT RATRAICHa IXX CR AMBSES
vnnlagvr Im md ix di. migrate S3 «I ¿ícmjf- j
pom -noniuxas d’inííacism poux
*»ot» aarraoJfc po« t« «tan»*» 1*® piad» itttiqnés •* 4«L«aífí»
CELEBRE DEPTHS 1808
ESSAYEZ UNE BOUTEÍULE
ET SO VEZ CONVAINCU
EN VENTE PARTOUT
0OÍ« 19 t»OÍ*H
Vciici Se t x!e exact du pac
sage de mo» allocution du IS
curaní: «D’aboid, il (Mime
-•'a pas *u ;CjBoror la dérnc-
;he du general Gutierrez cu¬
plés de Pellón... pa»A le-? c.o:
'Jes espagnols. o» f!e pouvji-
ras ignorar so** attitude (rfé Pé
io») bienveída»te ■ euv ts Mi
anda, puisqu'il (Petion) aval*
cut preparé pour aider au sue
es de cede expédLon e» mars
80$, armes, munitions eí vo
cniaites, sefdn la letíre du Mi
istre d'Espagne á Washíng-
ok le Marquis d: Casa á'íiu
o.»
La documentation que te pos
•éde ne me permet pas, en i' s
oece, de meniiormer Desscdi
tus. Celt? documentation as-
cute en favour d.:,‘ Fattítudc:
^íenveilla»te de Pellón á To
card de Miranda. Petion aveí:
agí i*»t seer: \ a Fi»i*i de Dess:t
Unes, parce quo la politique e>-
.rieure de D ssalines était de
te ríe» faire pour ne pas me-
conienter les métropol s qtn a-
vaient des colonies en Amén
jue.
En efief, la polltiqur exféricu
e -de Dessalínes es; netieme-u
aractérisé: des le premie*
onr di; notre indépendanm
.xtr sa ,*rroclamation de 1er. ;an
¡ex 1804 cu se trouve ce pas
age révélatur: «..Gardens
vnous cependant que l'espiü
k prosélytisme ne -détruiso
roíre ouvrags, laíssons ©ti oa;x
«respirer nos voislns, qu'ils vi
,*>ve»t pcfísiblement sous Turn
«pire des Iota qu'ils so son*. ía¡
-tes, et n'allots pos, bou fe
vfeux révolutíonnaíies, »ous érí
«geant e» législateUrs ch s
*.AntüK:s, íaire consiste? notre
gloire d troubler fu repos do:>
«j es- qui nous avoísinent: o’lus
n'ont point, comme c.Ue que
«nous habitóos, été anosérr
du sang innocent de leur ha 1
«b^tanis, elie-s n'oiit point do
«vengeanos d nxercer co»!ro
rj'autorité qui les protege».
L'hísioFen Saint-Rémy a b)á
rué Dessalmea pour cette pol.
tlcpií1 exiérieure negative e»
oes termes; *Quoi! la Guade-
mtpe n’a point été arrosée d;t
cang de ses ©nfants! Quoi 1:
anaique oü régn; Fesclava-
jq est protégée par Fautorité!
•‘ourquoi d'ailleurts s'íntserdire
e droit de porter la qu- rre
lana lea ilea voiai»es? S
’eet Id un aven d'Mpumnn
•e, pourqoui le prociam-1 s'
«olenneüementt» (Fétlon. ©t Ha
tome 4, pago 23).
Tandis q>e Fétlon, impregné
i'S Idees de 1789, co«sid¿*
cmt comme un aposíolat de
propagar dañe le monde
logan a mía le rnot *présí-
deni». Símpift lapsus, car la
rotation st exac;©. Le Pioles
seur Loga» est tres atíirmatil
sur ce point; il dít que «sí le
•¡ombre exact des Ha’Jiens
participant á ’/expedition »' si
pas bien lixé, le concours ac-
|J de Pétíon est indéniabtd»
,VhíIe the exact numb r of Hat
iems who particípal d in the
txpedílion is not avaílabio,
etlo'í’s active suppo. I oí ;t la
-dubitable,} Pag© 180.
Madiou don! l’oeuvre est pré
dense par aiüeurs a comrrrs
cí, un© contusion qui -'-'a pas
eté partagé© par les au‘rfc>
histo/iens mieux retiscignés sur
cet épisodr. Des que four ai
iguídé quelques travaux ur*
gents, fexpliqucrai. dans une
étude détaiilée me»é a ver
oute la rigueur scienhnque. la
confusion commise par Ma¬
cuca quí a ainsí orée un© lé*
qende (¡rronée que les H'sto-
iens ble» informéa ont du res
© touíours éliminée. Mad;ou
i© s'était profeabíemení pas
jouvenu d© la Proclamation du
.Tcr tanvier 1804 qui l'eüt cer
ainement |xuté d réíiéchír pro
o»dément sur c tt© question ct d
aire u»e discrimination sévé-
e, car citte Proclamation pé-
romptoire surfít amplemenf
poifr rejeíer pareille tég nde,
d'autant plus quell© sígnala un
ait international de cede épo
que.
Malgré mo« respect pour
Dessaiines, Famour de la véri
é et de la justice est plus fort
chek mol....
Ir vo^s príe de bum vouloír
ptibiier la présente eu monte-
e dé recdíícalie», et d’agréer,
Monsieur k Directeur, mea d-
vílités les medie tires.
Ur. Francois 0AI.ENCO0H
HEMEBCIEMENTS
M. et Mme Frederic Devi*
jneaud, et leurs ©nfants, 1«3 fa
niliea Duvignsaud, Bonhommt,
,atortue, Carpeniitr, Fréda ot
Duval envoienf Fexpression de
eur proionde gratitude á toas
ceux qui lí pr ont donné des té
moígnages de sympathle d
F occasion de la mart de
Ame, Vve, Ufs D0YIGNEAUD
né* Carol'tn© BONHOMMS
Port-au-Priuce, W 24 seplem*
bre 1945.
MISS E DE REQUIEM
Mr et Mme G. G, Audas» íe
ont chapter a F%liae Si Pler
e de PéUonvüle W vendeedl 28
•api h 8 heuiea dtt molí» une
ruege© pour leu? Fill', .
GERMAINE AUDAIN
.-oalaif íotr» et lit ton! »o» pus I JécMé@ #r. Fton.es Is 13 Jais»
ibis pour íovormsr rémandpo
>on d.s colonia» »uropí«i) J'Amáriqa®, tout an cor.aidé
ant tju'ü faílaM prandre tout»;
«rtss d» piécswBort», puItqu'U
ítaít preáant d® qtsxém malgré
out 1’appareBc* d« ia nstitra
iié recomsmsdéa jujr cario) %■»
taxim. 11 y a Mí daax polttí
o«e» ahaohmaa* oppoaé** si
«v-
1344..
PorCíta et arr. s aont pr^»
Ía»#i»t*í.
Poisson Freís
cora, vous ywffi du pos* 1
SON FBAIS A DOMICILE TOSS
•ES VSfflUTO. W0W8
W Na. 8172 AVAtlT JEUDÍ A
mI.


MU» 4
•IS «O«rvmtSTR.
Special* “Le NouveUiste,,
«tur ecoom «es oorr« «tes b* posees rag hurk»
geant ubobs Hotrraass bans toutes iss ummm
¡m HATTONS ONIBB, PBOPA
DES0RPRE EN ARGENTINE !
OH EH ARRIVE
A LA VIOLENCE
SUEÑOS AmES.-x.Us P*1*
£0ns 4© Buhaos Aires so*n rem^
pite® de teadels de tou® lea par"
i;s politiquea qul ij'Ppposo»! a
la poursute de la dictatur© que
\q gouvet^exneHt milucnia du
généíal fartel iait p:ser sur
}Q pay« malgré que VAtgeaú-
5v¿ ait atíhóxó a ks Charts cíe
Chapultapec ©t á la Charla de
San Francisco, te argute
attendant pour voir quell©» me
¿ur«* ¿worn prise* pour réalí-
ear FÓ'.ai d© siege tíócjrété Lief,
J>©s oscouados do poli clara a
v&c do longues lisies do pot
feomves suspect©» se rópattcUtet
darts loule ki capital©.
La deer-' t qui Impose 1‘état dc
steg© ©t qui privo «ussi les c¡-
toyfiws argemms do lews droits
civil» ess ve-nu bru&quemeni
au milteu d'tmo atmosphere
d'intense oppc^iüof au tégi-
me mililmte du President Fax-
reí, du Colonel Juan pirran.
BUENOS AIRES. ■ La réVoí
lo de la g artesón de Cordona
a ¿té étouffée dans le sang pax
¡es troupes gouvemem: Cales.
C'est á la suite de cette ixmti-
r&jiv que 1? déaret a été publíé.
Oí été (¿'¿azi niuspetidues les
garantios c o « 3 ti tub o n n© Lies, *a
liberté de parole, dtecrr?, ds
se reunir. Ce áecreí est sten-
b'able á c-eiui pñs en 1341,
reals fteíat cb s;ége avail ¿té
levé au mois cíe íuíllet dermer
aua&d Farro! «vaii promts la
convocation du peuple en sos
cornices aveste te íín d-- i'annee,
BUENOS AIRES. - Le gene¬
ral Farreí a test adress© ía rete :
dote era au peuple^par la re-
dio. I! a souüg!:é que la rerni
<•;. en vigueur du décrel dolí
¿iu considere com me une uro
guie transHoire néeserntée por
pue campearse saus limitei ae
desoíd res qul excíten! ¡a nation,
íi croít que léteí de siége sata
levé quemd íes groupes qul cL-
Fgfctet Ies ogiKJteuxs ¿muróte
comment fair; usage de la Si-
borlé. II a reiteré que los elec¬
tions aurotü Heu córame cela
ovad ¿té piomis.
II apportion! mó'tenate au
ministre de 1'mtérteuT Harten
sio Q-uqano do dormer des ¡>-s
huefions pour faíre respecter
lo décret-
II aíra comment 1? gouver-
nemea* agíra da^s le cadre do
pouvoiís d'oxceptío». On
croil que le gouvrmvment a
vclros&¿ u;?e s'.oio aux journaux
¡eur demandant de ¡nettre S»
cíux critiques de ses crctionc.
BUENOS-AíHES.--- Us auos-
taliot-S o!'d alto cu los renters don
journ-alisíos dórnocratos ot H-
béraux; Raúl, Damonio Taoor
da critique acd’s gouvcr* .
«ementaux ot dlvecíeur do «Cri
lieu-, Ex cosía Conexas, Aibei
ten DvsíxeíOí! assistant dk&c-
Ufur áe «Noticias Gráficos*
aom lo dixoctour jaso Agus'.i
est aeluel!em:.nt e« touiné© aax
Eíais-lA*ís> Jorge Mitro, emetoa
directeur du célebre journal
«La Nacíom, piáis Je directeur
ocíuei de ce journal Juan Sval-
maggicr est ve?ni a aon bi^eau
ce matin. On rap porte qu'íl a
éi4 convoqué au qnarúei go¬
tea! de la pohcc.
BUENOS AIRES.— On rap¬
port© que piusieur© personna
Idés de reputation Internationa
Je et des leacLrs eminente de
la politique - sud-américaine
fiOüt parral les arrélés, plu-
sleuxs l\Gíí\ram donaires oni
été appréhxndés. J>¿ Doctor
CmloB Saavedra Lama® ex-mi
tetxe des ediaireo ébcmgéres .
argenun, ex-prés¡áem áe la .
coníérenc» iuter-amértcala#'-
pour ¡ paix, tenue á Montevideo en
J936,£x-préside»* á& Ja co^Iéren
ce pour la paix du Chaxo.príx •
Nobel de la pair é» 3936^ cm- :
cte» bote du roí d'A»gl«terre ■
cy PaJoiS Muck-nqham a été
arrété. Ii se trouverait da^s u- !
re prison á'ékzl * Horacio Hi ^
vedóla Salo» cé&btr® hosmte
politique arge«dn mi ausm ar
xété.
L'Agltatioú se poursult, 0«
rapports que pteeuis person
nalités out du gaguer lee am
bagados des puissances dé*
mocratiqum pour échappxr ct
¡a fursur de la Gestapo argén
tiw.
Dernlére Minute
17 SEPTEMB8E A 3 Hr»». P. M-
LONDRES.—■ Lss mÜi«UX gw=»
Lien itiformás o«¡ ¡apparié au
purd'toi quo l* gouv«»9m>»»’t
qrec prepare marniwant d&
p.opariiio!.;', de iraüé de tK| x
ayec rjtaiie «t eJ¡®8 *e»nt son
,. ;v; „ au cemHé xxk!.k;’¡! á
Londres aprée ¡a co®íérence de*
néiüjrtie» de, attaire» étrtjngé-
roa. O» í-roit sayoir que So ge»
verntmem grec récternera les
odjeiís d'arl qui en* été volk,
par lee italíene dura1» 1 occu¬
pation d& la Orece.
LONDRES. Les commenta-
teurs d'ici t>m iaii remarque!
qu'íl est probable que les ¿lee
tions genérales en Pologn© pré
vues dans Sa proridmaiion de
Fotedam ob coars de lo reu¬
nion. des 3 grcmjds ne se íeront
jas immédiaiement. lis ojri bíí
sé ieur opinion sur la declara¬
tion d'un Journal polonais qui
représente parlors l'oplruon *-
Lcrelie polonaise- Ce pernal
cmtait déclaié qu'íl y a encore
pré» de 2 millions de Palearais
tí l'étrctnger et que pora le n«>-
prarr: r* or. n© doit pas son
aer cas elections,
' WASHINGTON. tés mi-
a car autorísés d'ici 0*1 preda,
que brenlót le Resident Tru¬
man posara envoyer un rn rrr-
ságc special au congrte amé- ,
ricaúr pour demando: que l'ut
mée et la merma des ir raro-di ■
sis soíent réunits dans u» seul
corps.
LONDRES, On apprend d
source non oíicraiie que l'état
de siége curca éíé proclamé
á Alheñes. Cette mesure qui
sera effective ¡unqrdá Urncir
son auraíí été prise par pré-’
caution córame les hambres
de l’AM se prepararé a com-
rséraorer le quaqémo aréñver
o .are de ja fondaüon de leur
partí.
LOENEBERG.— Le procés de
Jos® Kraraer, commandaré oo
coir.p de concetttratipn d@ Bel-
. na r de tD de ses subordoir-
nés se poursult teujours avea
la deposition des témoins a
charge. La piuparí des témens
c"> rapporté aujourd'hui que
les ajienrands se serven::£ de
chiefs íéroces pour causer de
crasis supplíces -aux interné*.
WASHINGTON.-^ Une com-
riurácation d® ¡a Maison Blan
che a revolé aujourd'hui que
Block-Notes
«CHUCHOTEMENTS
INDESCRIPTIBLES-
(Suite)
ií%oniaatfo« dans ¡a Chapel.Io
de áeux qra»á» tableaux á& N.
T>, áe Lanrccl# el dy Pexpé»ü©l
Secoursy don» personnels du
Pére BouRlagueL düs au pin-
cccm áe Mrne, Chenel,
C’étaU u« spaclaci© uulquo
que c©s 2,000 ecrvaliers eí ama
ftones déíüauí da Bouxg vms
Bach* Blanche, lis -venenmt á&
partout, áe Port-au-Pn«ce, Pa-
iíon-ViRí©, Fmxe, Ga^tmex. xe-
pandant á Fappel de lew arru,
le Pew BoujUaguet, acbx Re-
rne'0 \v plus popula re ’oa»
Je** ¡Kolzcti '’lo VZí}\'í',& d'H-rj,/...
Ausm, uoi^ eb}XGonn qu’ü
pourja, avee !« • o^c-^urs -;os
am**, corunianx»»: h* teí *cjp
tju' .1 aa lo propose, U*s ‘.ray-*j'<
de íppmxjtio»' u la Chde
Lain jen? u *Roche ñloxxtew
©f a cali© de Noire Dam© du
Peijteuíñ Secóme á *Lcuoei-
EXAMBHS
- DH BACCALAUREAT
S de Septembre 1945
S éa* de Port-au-Rriyee
Ca«didats admis a subir 3'Oral
Piem’.ot© paitse Ssotion A
Gus-tove Déjean, A»Rio«y
DestouivauK.
Premiere Parti©' Section B
Antoi. o Caevall er, Max e-
\ Claud© Mabille, William Fou
I qére,
Premiére Partis Section C
j Ai'áíé Béauplau, Marcel Bo-v
i ny, Robert Charles, Claud© de
Vendeg;s, Oswald Desdunrs,
Alphonse Edouard, I>e!va .Laro¬
che, Christicrn Lerebours, Kay.
mo«d Mo'se, CéphaszTnéoáa-
xe. Justin. Turter.
Bxuxiéme Parti© Section A
Caxulll© Andris, Yves Bc-
jeux. Kéder Bayard, Charles
Bayas, Su2anns de Deiva, Ro¬
ne Dorsaint, Gérard Gourgue,
Gérard Heitn.k-, Cedolne Jean,
uis, Frants Lominy, Jean Ma-
xescot, Enxmcmuel Mompoini,
Tancréde Naxcisse, Gerard
Nau, Phanuel Nicolas, Daniel
Pelissier, Paul Yerte André
Vilsaint.
Druxíéme Paiiíe S©cdoR C
Aucun.
H. H. TIPPENHAUER
GRAVEMEHT MALADE
A HEW-YOM
Domain aprés-midi, partiros;
pour l©s Etats-Uols «as syrupa-
ihiques amis Eric et Harry Tip
penhauer, appeiés au chevet
i© leur per© K. R. Tippe^hauer
giavement malade á Nv-v-
York. H. R. Típpe«hau©r ?st un
important homme d’affaires et
s'esí iniéressé depute áe «orn-
breuses a mi© s d ms produits
d'exportation.
Nous souhaitons bon voyage i
a nos -amis he tréres Tippe"¡~ ■;
hauer, nos vc&ux de sa^té h |
eur per©. j
Les Explications
du “ Matin ”
Dane son édidon de ce jour,
L© Mb tin» avec calm© ©t ears©
i uonie cette foLa, a doñeé des
®*p¡ load one,
Si dan© un erul mañero, du
í «Nouvetlisíe», mus lin avons
| consagré covers cuticles, c'est
que dang ]© sx©n de earnedi dor
I nisr, ü nous ©n avait consaers
fe méme nombre.
C’eet pas Done qul contro-
rieron© «Le Matin* «n© secón,
de, dañe SES explication.^.
Qu'ii n© mm contraríe pas
í dan» les NOTRES.
¡ C'mtl par; nom qm s'.rom
malícieux avoc *Ltr MaSsn,,
• parco qu’ii córense Mr, Délly
t Qu’íl qind done um aihn.ícM',,
©i nous rnproduisona d<*B (h í
U a du bydífni, ou m nou'. m
I ton» que Mr Dólly »mm a maí
, ;u-rví i.j répart't’ot! íu
Í papier-journal
C'est pas nous qui censure-
s rm-e ¡en ermlU ou rputee-
tions qm fait «Le Motín» Qu u
ii© s'atfaque pas á noto? Hber
¡ íé d exiroue ©t tí’ reprodtnre
! ce que nous voulons.
I Ojcí tíit, nous nous voyons
i tout de méme -da.ns la »éc ?%.-
| té de reíever un© erreur du <■ M 3.
j tm». Quemó «Le NouveRist> a
I tío«n© la pnmeur de la noml-
J i-atioc de Mr, Véüy, a Paris, ;¿
{ n© manqua pas, au méme mo-
¡ d© donnet son opini©;. ©s
Id? fair© ses commentaTes.
* Mr. Défly éíalt ©neor© id
j Quand ^Le Nouveluste# ^
í eu d sígnate qu’un franca;.9
j anonym© luí avait envoys des
( details sur i'Aiíair© D.bachy,
. Mr. Défly éícrd toujours Id, en
i chalí ©; en os. Ce que <■ U* Ma-
| te» quaüfie de «manque de
; prebiíé du procede», -n écri-
| vant: «c'est aprés so» depart
| (Mr. Défly) qu'on a fa i cuba-
j hion d Debachy, Bellamy, be;-*
, cela .pinto! qui est u» procede
| manquant de probit©,
í «Le Nouveilist©», en b.á-
r m.ant I'anonym© qui détauiaít
iaífaire Debachy, Bellamy,
n'a jamais écrit qu'il s'-agissai;
de Mr. Défly. N'es-ce pas met
te Je «pied dans le plat» qu«
de fair© le rapprochement qu©
sígnale «Ls Matin» dans son
edition, du four?
- - »-w#u
IHicooft ém Fxré«ideat
á Mmntmmím
Wmrn
De méme pour 1'affaire Sea-
¡ bnook, quartd «Le Matin cric
í que «c'est un acte anti-patrloti»
t eme que á’íssayer de réhabl*
I itter Seabroak»,c'est luí qui nous
I pousse, une k>w ée plus, a pn-
j bher c:tkxtns ct litres passaged
j du livre et qui n© nems concer-
j íie:at guéro.
«Le Matin* »© es? rend pas
’ compíe qu'íl reconrscnt impFci
P-mes* dos táieb d la sy ■ ce
il.o d Mr, Re teook qaan í *’
ezrñ: «Car, ú saute aux y ux
«au© lorsqu<‘, duns un ouvra-
■ qn r>;i chu ,ss; p¡é< ¡tente ur,
«tntükpuíís ttaen paeeuqon qu
*>'0 :¡'yu píte cléiuvoiabbft ’ ct
íf'OUX Rant il ©r*t guenton, lo
‘Rut ém dr Uíívmüer ñ ictub <
vtnixítutque rmiti.ur.*
bíon, üüu,s n» íravaíilotts pas
< i.-s.dtí? f.ymi^tthsq»© i’aut Ffíd>jo<5k UHjd, Kan livrtí uur
Uaiti redov *Hrt ai mol. <4 fte
’ iument noUu tule tí© inur-n
£ tt- co>-s.-4tíüt f( muíta» «as l c
Is nit; en rapport /Ííute ; Reabrook qui avast pass© ©n j
¡ 1Taiíi et s'óJmt interesa© ct noi.o «
[ pays. j
i La meilseur© maniére de le \
, tere, bótete de tepxoduire la
s pmsé© de Secdarook, la litiéra
£ tur© da Scabrook sur Haití.
«Le Mate» pour avoir, sans
'’-te® tr©t> crone la réíonne
ochn.c e’-s que c:r
. tains auteurs, un Hugo, un Ana
t tele Fiance, par rexemple, de-
í mandent a étre ius seulement
â–  extraits. Et ce sont les ex-
Vaits les meilleurs, n aturo I in-
tm$ dumctnáe de la Eubbei
Reserve Corporation, ©3k *'a|>
charge© de ailbver au^i h
cryptost.gia granditea do«t i,
: latex, au dm dm apódateles
I pouvau xtíTnplacer avec avan-
t tage cehii que Ton tire de 1 ha-
í & ved brasteusís.
S Pout ai i indi© á ces íim, de
1 irata éttedues de torre, piu«
> i.w '¡n arhxi’s iruitura, e» v.
-,w .amentoires ote é!é sacr
Lcíu Ot, «otr© j>ays «o soul
i treat peas dv surproductíon,
■ Dé» lors, l'on metmrer
1 mpoiUmee du »uar*f»e« qu
, uoun ítvor'n volantairemo»! fOü
I sí.íííi. L’o» pind sauíif 1 reap
í -upjsjxté par íh*oíUí£u<©.
| l/nn p tul lo/íijjrttmljtj ía nua
a mí4<'t'ti>ií,íír nube pay a dai./i i
1» dwmam© ngricoU), F,t P no \
> • píjut ¡kíü {|u' 'x ,,{ ccjíimuM' cíHíUo h?-}
tot t'úirutvii, qu'ayajd púU 'Íí»,¡
uirderv-fís íuévjtabn-s úe .«
<;t>:.Kagratíon mondial*,, «aun
soyof'ñ liwés a ¡toa* méme.*, '
á nos souls forcee, ú nos seuís (
©Torts pour attemdre a ces am. j
it ©st aussi vrai cÍ3 díx& quo, |
oeux qul om hmn vq^|u
áre a no tie invitation.
Non© avons jug© ^
dteirabie du donoer um
tain; soleuteo 0 cett©
ration ©n vac* de
la SHA DA
le ©sí bien vivan}
S*r«
ina«9Si
Pa* moría, g.
córame
to uve* I© remarque* trajogr-
d'hui et *•<> r ote iw tedmi
tictes Tócorvorowa tvoUotiote .
Nous o©
ptMcndom po& %2
\ailifír huí
brande écb%
F»aoí noun ovo" .
"« deta pis.
UUO‘C4 'te
i -
'im expln®.
Vm hu* -i! <
•sí* a
!>í-t Wjm
Ií5- M hots.
í**™
ÍI* p.fi- fa ft
Mao- na v-
ntps
f,r^ Ííf( ^
íuiíiioji
) {>n.
■- S» fiéceíN
test Htmtef
t.t 1»
' m un» blj
;mpHíf,í ,«4
Ms
¡a ¿-(¡j
tí« i my.m.
t . «¡
í <>f-S dof.'ré
'! plmit
:n «tt, rt* .
r- '*
>a:‘.
ti StUípUí'/ {-,
s -* >\
-» íáykxt'M
A n. ms,!;..
noa¿ pilmes
quo £(( FH
Ai >A
ama yemk k
momm-5 cr»
r ,oí
Nous .tvs
ires prodvi!
pourraient,
cturate Tadminishatioft pxécé- í ¿eveloppé
'" btsaucoup á’üy.
- agrícola qd
u qr&'t nous, &.S
ttoj â–  nous y ,'te
?-ous sa at*
resserons des que
io«s les movers.
La SHADA a ©u d*s raotsw-j
tres díííic icc au cours de n>
tr© premier© cteaés d'adtamh-
traüon, ausg- ■ •'amveiom-nom
jomáis a rao'a.ier rich® recua*
naiss«fnc-2 a Sc»» Excellence ¿¡
tees'de«t Lescot pour k tm*
dente, la Sodété Haitiano-Amé
rcctee dé Développemete Agri
coi© n'avait pas fait preuvx
d’tee perspicaciié asses gran
de et que ceiui qui la présídaít
es la drigt ait doit étre term, e»
partí©, pour responsable de Fa
cris© qu’ell© a eu d confronter<
Maís grácj á Dieu, nous a-
nent, qu'o» propose aux !©c- i vans su Ja chance de trouver f»cmce placee en nous et hp
isurs- C'est la uns loi li+térair©. ¡ un homme, qu© je prende pial t pul qu'u ¡¡ a ¡amais rmwgé
Gn ne va pas íoutesr, par ’ «ir a nomraer encors un© fois. i el
exemple, dans les rruasmes de ( Monsieur Robert Pettigrew qui
Zola pour les oíírír en extraits, ¡ n’a pas recule devant Ten orne
De ráeme, ús ne réhabdítenl I tache aa rerífiouer tee barque
point la littérature obscena de s sombrant sous un© voie d'eau.
Zola, les auteurs des «Mor- ! De mam de maiír© il a reto
craux Chotes», quaod Lis pr¿- | bíi xa situat.on. Ce qui nous
S'xnteut aux eleves les meü- ¡ per met ps due aujourd'hui que
lours passages de Zola. „ j
Et si nous continuous des i °ir banchi le cap dangereax
extraus de Srabrook, c'est «Le j qui la menacaií. Et de nour
Matin» qui nous y incite. Nous f t!-r Tsspoir quéde pourra, tícr¡s
no désirons pas laisser 1‘impres ; '«n avenir qu© nous souhaitorm
proche, se mourner vers se»
F»s premieres et les realise?
cu plus grand benéfica de no
íre communaufé.
s-on que nous volitions nous
mettie terquemete «n ép'mgte,,
pour avoir eu a reproduce, d'a-
hoxd, le chap:tre de i'ouvrage
mus coucernani
j Je President Truman aurcü in
vite Zhukov d visiter les Bite*.
Unis. La communication a a-
jouté que lo maréchal a accep
té celts invitation- ©í qu'il arr;
vora d Washington au. début
tí'octobre. Un peu plus tard le
secretaire de press© presiden¬
tial Charles Ross cm cours d'u
no conference de pre^© a ccn
í'rmé ce rapport.
LONDRES.— Ce soír un© sour
re outorisée a ©xprimó Topi*
tea» qu© 1© consuil des minis-
ires des affaires étrangéres des
£ grandó# puissanofi» pourra
levmir sur Ja question du tza¡- .
té de paix itahen qui jusqu'a
présete a'a encore emete© so
lution. Par aiHeurs, on croit sa-
voix que la delegation rumo ,
auraú regn ém iustructio«s for j
rmllm de Moscou de xécknnej j
que la Franc© ©t la Chin© ‘
soient compléteme»! óüatfftées s d Rio áe Janeiro
am déhbércztions au sujet du
pacte avec ¡m pays balkam-
ques.
WASHINGTON— C^cleite
ment il a été ansoncé que 1-2 co
mué naval de la chambre a
¿xpprouvó á TutK^nimité la pro
position réclamant Xé^Mxme-
m&nt d’urxe marine d'aprés-guOí
xa aw m sltedií áp 1079 »«« plomadqut« arec VAsgmtim»'
wmsmcE
Les époux Clovis Désinor, Ma
dame né© Dupré, out eu te
jo.i© ció féter la naissai.ee do
lour hile, Nlrva.
Nos meilleurs vc&ux au Be¬
bé et compliments aux paresis,
vires au minimum. Cette pro¬
position sera probablemete pré
senté© devant ¡a chambre la
&emai«e pxochaíne et íes mi¬
lieux proches au congiés ote
declaré qu'eUe sera certa In e-
nenl approuvÁe.
Washington.— s©ion des
i«iorroa?ioiis auioríséeo de Mo*
íévidéo, il est probable qus íes
pays de VAménque Latine se
consulten! au sujet. des dermers
événements d Buenos Aires.
Cos sources out ajouié que la
c.otdércnce des ministres dos
atiabes étranqéres arn ¿te coins
pourra ©ir©
letaxdm dans 1© but tí© psjtnet
ir© a Y Argentine de m don«er
vn gouvemment démocratiqu?,
WASHINGTON. —
Ce soir m groups de leaders
un , co«gró® amérlcain a
demandó dans un© leítr© au
President Truman que íes Ríale
Unís rompent ¡qs relations dí*
CINE SELECT
Par suite cl'ü^-e pentee da>'¿
son appaxeil de projection, ie
Cir¡é~Selecí a du suspendre nos
activ tés depuis hier. En con¬
sequence, Ies séances du an4
r-.ia sote renvoyées a une dcr.e
íxitérieur:, en atiendan! que ¿e
nécessalre soit íah en Toccur-
rence.
DECES
I Vetebedi d©r«lee ®si tíécódé
j á Saht-Marc M. Séhat Fleu-
II y, qui a occupé dans la socié-
f té áe la vilie une place irás en ,
I i
viable.
Nous envoyons a sa famii-
porticul.©r©n>©nt d son tes
atan Tex-Sénaíeur Fran¬
cois S. Fleury, nos smeéies
cc*ndoléances.
OUVERTURE DE LA 5A1S0N
A PARAMOUNT
Le public appraatta avee u
ne jote comprehensible qua
faiamourtí inaugure kt eaiso-te
©n présentant dimanche á 8
htures 35 SUN VALLEY SERE
NADE (vesyteon ateníais©) une
éblouksante comedie musí ca¬
te d-e la Fpx, interpreter par te
séduisa»t Job» Payo© et par
Sonja^ Heñí©, la plus grande
patiteus© du monde. On en
tendrá pour Ja premier© tais te
fameux orcheshe de Oleen Mil
isr exécuter tí© nombren* mor
ceesux, notamment le populaí-
m fox; In di© Mood, c© sera i
sengabomteíl Nu! doten qu'on (
teaille m foul© voir c^tte gran i
de production, qui na» sauís* ¡
me»í 3>énéíicie dfum mise m I
scéue et- d'une interprétaílon i
excepiioneBes, mab sous con |
te aussi un© déliciem^- Imldi \
m ,d'amaur rythmé© par le !
pm.m*a!mn d»jí«., )
UN PEU C'ATTENTION
A CE COTE-LA.
L'urbanisme bien comorte,
’*e consiste pas a exécuter dts
travaux d'embeb ¡sfsement s-nu
lenient et dans certaites quar
ters, mais á xéaliser tous ceux
reeonnus nécessa'res nou? To
nélsoxation d’uns ville,
Ai«.sí avec fes procoai^ss
piules, las raes du Bas-Peu-de
Chose *Ca*teuisani a l'Eglíse
Et. Gerard, serení imprteícabtes,
m les X. P. n'en ©ntreprennont :
pas ío réíect.on. . E r<© s'agit
pus de construiré des trOuO'.rs j
córame á la ruó Mqr. Gu.Uoux, ¡
I par exemple, mais, si tout sim ,
, píemete o« y mettait un revóte (
I m©«t pour faire disparatee Te !,
s lut detestable des rues, ou los I
| pierres son i aussi nombreusos
:. que le sable du rivage de la
; mer, ce sera un b:eníait consi
tiérable.
Et Ipts habitants de© quar-
tiers du «Bas p©u-de-chas©» «©
cemanderaiebi pas davaníag©,
quant á present du moins.
DISCO0ES DE L. PETTIGREW
M.cnstevr te Préside*'!
Excellences,
Mosdam s. Messieurs,
Nous tenens d'abord a sou-
hcr’ter la bienv ny© a Son Lx-
cehence te Présid nt Leseo!, á
Moss-.enií las S&crétaires o'E-
tai, aux hauls ionctio’ínaires csu
I Gouvern. mpni el erdin, a tous
nous aonner dans Yetkú-
■ ñon áe noire programme &
teoigamsanon.
Nous fiommes égaleíM^í té
conncnssants au Conseií d’^d
minstrert'or. pour leur borss
coopératÍD1. e-i; oas teooitsoa
mercier p-b qu-rtenf sais
Ir s prese" s- M Lacroix, %
Dartlgue, M. Williams et M.
Chcmvet.
j Cette ttsm© moderne grand© parüe, montea pcs Mr.
Br'gnae que vous coasaifiw
tens. Ccrame io^>urs M. %á
qnac a b er pour Ed
: ti. Nous soiumt'5 hers de ha u
d© son ceitvre.
M. I© President, Mesdassss,
Messieurs, cette us&e &»l
trs us ne, ce-.íe plañíalo^ ^
; votze plantation. Nous
-> ions que vous ©n éproü^^í
la méme Ferié que nous; tp»
vous continuer7? a leur pctí«f
beaucoup c »’ere’ Dp raw
tdíé,nous f<- ro"-s de noire
pour qu A. -o.ei? dsn
tangible pour ict RépuOli^
d'Hate.
BEUIL
Est décedé h.er soir |
en son domicil© sjs au No. 28 |
R**©'1© Bouzon. Mme. Vve, BY Í
ncruney Duroc Charla!, né.- He- 1
cube. L:s íunércalles auront
lieu cet apres midi en TEgF-ae
Episcopate. \
Nous prese ntons nos «Lace- ¡
res coudaléances aux lam lies
nenry Sterlte, Maurice Dornas
cm Reverend Georges Sferlii-
Mme Hélols© Hecube ©t ses •;!
fants,
SERVICE HYDRAmiO^
AVIS
En vue de reparativa 4
e, >s quarts
prives d'«c» ^
:oüij3! á» 5
j 2 toa* ?. SI
1 Va.fnss o La
sai van ?s sc-ro:
ÍS Se-pl .t. i:.
houre* A. M,
xaut smpravu.
Bo'ít-Verr.a, iarés. Bu» Í--
rr.ariÉ-, Rue Bc -'-e F*'..
Morchand.
LA EESBCTK*!
Port-au-Prísc-, W 2? S*^<*
fcr» 1945.
1714 «pwmTs no ívouvssüusm vow
t» rafj vívrré *« voto, «■
«SrammM» Ím Amétriqn*
ffmpw MUI
í»=t pour Jb Vlcttw.
: ««mroorsics


Full Text
ean”

_ poutant



ngrés U.S.demanderuptureavec!l’Argentine |

nmentaires
sup LA SITUATION

. “Responsable
en Partie”

Dans son discours bier, &

Conwell des Ministres des | Montrouis, le Présidem de la td

z Brea dep Cang
Mee ies Dulsscices, tenu

publique @ provoncé, pariant

wide YAdministwation préctden-

. gemble finir on «queue 1 de la Shada, cetle impartes

comme on dit vul
ri ie

: le monde entier at | edirigeait doit étre
Réution, Tottes
Ja plus yéelle coopé- i ettise quelle a eu & coniro.

odo de celle

a de
oe ene jes «Big Fives.

wen
last

convenu et arrété & I ]
que la premiére ré- Jat les tliss of fonctions de

“te phrase: :

«Catal qui la présida’t e: la
fettu, en
«partie, pour respotsable bs (a

ai *lere,
C'était Mr. Fennel qui cur

“geen ges cna Ministres des Af Président. du Conseil d’A‘imi

poms Erangores diwait;, PRE
yo, ceccuper du Traite do
fox over ial.

@ wold que, dans ce sens,
donde concent n'g 616 fait, sem
bee

[impression que pous gear

dons, aptéa. trols semaines d-,
conoet, entre les cing Min/sives, |

ai que la preparation wecbul-
ga fe cette conférence a pé-
6a lo base Liusage veut
que. préaiablement aux seu
none de ca gemrs, Un program
me des questions & . diseuier
pu sbiciement établi; que lo

sure a suivre soit & I'c-
goce aeceptée par 1s parties
a que, enfin, chaque. Gouver-
pment devant y - participer,
goeaisse les grandes lignes
des polis. qui seront présen-
@ par chaque Chef de Dals-

Deven Vabsence de telles

| picoutions, une conférence. in

jenotionals. ast vouse d'avan-
@, ou pla retentissant échec.
les Cing Grondss n’ont don

pé gucune chance aux autres

Valores, ostiies ou grandes, de |

fetdig port. a. ces négocia-

, Ueyougoslave, se trouvaiant Jes |

| #6 malls

fow. La seule promesse gu!
leur o 008 Igite ies Puissatices, pourront «cher
der & conucitre lag vues+ das
fuves Nationa’ «dir'ctement in
eeséeas, dans un réglemeat.
le Gouvernement angiais
gnua,la pression des Dominions
§ st au dans J'obligation. de
donander & leurs représenta
& prendre part cux discussions
da Tralté de Paix avec Valle,
les Sovicts, de lear cété, oni
wlan la présence de Delé-
gofs Polonais, Ukrainiens et de
ta Russia Blotiche, <
Lela sorte, on Gen le spec-
cle qué, discutant sur le sort
@ Teste et de ia-trontlére ita-

Wpisotian‘s ‘de U Ukraine ot de
Nouvelle Zélande, par exem-
Pe

Aussi, aucun régultat n'a: été
Sent en ce. qui concerne Jes
‘loties jlaliennes ai le Traité
de Paix avec I'lialie,

fe dehors des Elats-Unis et
i ig Chine; chaque.pays .«
theché des. cvantages “politi.
See, La Russie, demande dec
mesea'en Miéditerranée ot datis
4
4 Mer Ronge.

UAnglotere, iidirectement,

Bptend sa‘fommule de «!Equi |

He, Clestd-dire «Balance dis
Ba,
le Pronce. apéculait sur les
MPSS. concernant "Italie,
ale dobtenir en compensation
#88 sécurité sur le Rhin;
les observatciirs -verront,
Peal Ge, dane car échec, l’ab-
#its de io vieille expérience
a de la viellle pratique des &
lps Churchil-Eden, Roose-
ehcremarguoint que
} Byrnes, Bevin, Bridault. sont
2 Pesornciités fre'chement
4a tle des Chancelleries.
— Hest pas notre opinion:
Srovons plus que Byrnes,
Molotov, Borin'se gont stestés-,
MaMenan leurs points de
Mee Aucun indice de recula-
Por, les positions

nistration de la Shadn el de Di | one 7
te onl ote ingirulies et dé 4h.

"recteurénéral dé belie Se
id.

Comms mous sommes hav
roux d'etietidre: ce jagemest
névere du Président de la Re
publique, car «le Nouvelloh
wa leit que soulenir cette
ee opinion depuis dai de

Caemd tous dor
roges consills, oF nous
) &@.. «paboteursy.

' Nous ne.tous arétions ¢
, seulement a rendre le
ident du Consili d’Admin
, tion dela Bhada, resporsc
de la erlse qu'vlle contra:
rous. faisions © aus

&

en lo circonstance, le Vic
gident de te Conseil d Au
“istration, le Minleze ds
culture.

Er somme, Mr. Fermel
vait que la mission
réuasir la Socidté.
onavalt pas un seul
engagé dans Talfaire,
peutéee & avers le
je seul Présid-nt d'un
a Admnistration Wune Sac
Commerciale, niayant pass
tions dans ceite Seciéic.

4

dent du cons

tion qui éta‘t
VAgriculture.

le Gouvernement

intéréts dela Nation Haiti
pqul-avalent garank

000 de> dollars engegés: i
présentalt la protection des
. yes haltennes, celle du

i par descus

en qui devait tus



national et
torroir h

5

inteligemment ef utilerneht cu
tive.
Et pour bien rempiir cette i
fante mission, le Mi
Y Agriculture avait pour lu
perience de notre mileu et 5
i connaissances ‘“agronomiques
le iiehnicien,
A la minute ob Mr. Fenn
,@ voudrait pas suivre les Con
cells du Ministre qui représen-
ait de si gros iniéréis natio-
taux, c'@ait pour Tun ow pour
‘autre, & prendre ou laiss¢r.
To nen fut riinl

Les deux sont restés, Presi |

dent ot Vice-Présidext du.Cov
| sell 2’ Administration. Lae

| eortiy le xdle que devait jouer |

|) colempen

Ex comme |

i
i

cord Stalt parfait Verteste état |

Mutuelle.

Tout ca quion peut
‘cher au Président du Consel
i d Administration de-la Shade,
on doit le réprocher egale
au) Vice-Président, car. $.. (6s
' ghoses evaient bien marche ‘ef
que le ‘succés était éclotant, le
i Vies-Président n‘oublierait ps
de partoger leg laurlers qu’ct
“Spesserdit aux Dirigeants /du

Conseil d’'Administration.
| Noug avons déja emis nove
Popinion sur ce ‘point: le Vi
| nwaton du Conseil d'Admi-

nigtration de la Shada, n'ayant
pag. démissionné, n'ayant pas,
iver solennité alt ressprt'r
quien dirigen't mal la barque
de la Shade, incontrsia

ment a so part de tesponsadi!.

dans la crise que Shoda a |

eu & confronier.
it iti

UNE SUGGESTION
Ne. pourraitan pas au bribe



Etl’Affaire

» MILO RIGAUDI?? “

Trois. ans et sept-mois envi:
you pour instrutre ute aliaire
Da Vavis des hommes de lols,
une affulra qui eat pu éte 1-
spuidee an quelques jours,

Milo Rigaud esiil dans. une
eMuction spéclale?Pas que
rous sachions. (Un justiciah!
svest plaint d= lui de ce qn’ll
dt Sire un délit perpelre a son
prejudice, un delit de droit com
moun, La procedure G sulvre @3%
lrucee por Sos codes ef viele que le- code lubmeé-
me. Que, dalicires de ca gen

8

La procedure indi¢
‘sculement pour

cheztous

foul ce le melleure .+
Que de hilles Hoga
ve Tomt, & toutes le

représeniée,

rastige, quel

On

et

le sens ¢
respotisal
dec siolig. éinient mn
ia plas por
2. Les parties qui co
devant eux
i doutrs autorlté que
gue Jeuy-conféra‘ent |
hows quitlles dtabliccuiaet
Ona? saurait. con
avec:de si belles-tradition
os, Magistrais: actuels..x
mules de crux chien

1

st ce que la Hqa'de

amediate des allazes Vine:

5 wintdra’- établir, © pe.
mas convaincus,

A NORMAN ARMOUR

Les journqux jes R:

Espagne. Clest le : aay

époriement d'Elal qui a luge |
opportun de rendre publique
re, en soulignant que ;
ent Truman ma'n

'

Vex-Président Roosevsii,
estca-dire que le fait de mais |
ip ub veprésentant diploma:

: & Madrid, Wimplique po

i
Fiais-Unis sympath's:nt
ime de Fratico.

ire, explique Rao-
iout Gouvernement main
repant les procédés’. fascistes' |
4 considerés par jes Bigis-

5 comme adversacte,
Les procédés fascisies, com
on Je sail, spat en Espag
‘de baillonner: le droit
Véerlre et de pa dinterdire
3 Chambites. Légisiatives. ov
je les domestiquer, et d’en'over
gute Hberté daction au Pow

‘oir Tadicicaire.

C'est cela que la lettre de Roo-
svelt réprouve, et que Was
ngton juge opportun deren:

e

dre publique, e% soul grant que

de. Roosevelt: “ist |
. du-Président Tra-
du Départemert. cE.

LES OEUVRES
DE LEGER CAUVIN
SERONT REEDITEES
Ce matin, note ami: Mo Em
matnuel Cauvin, un de nos
meilleurs civilisies, nous a op
pris qu’jl seat entendu avec u-
1e maison d’édition de la nla
‘e pour la rééditlon des veu-
770g ldisséas par Me.Léger Cau

néroux stun des me leurs
tubune de notre histoire.

DEMONSTRATIONS
DUD. Geo S. MONTALVO +
Dro-Germain. S. Montalve i
yie: cordidiement tous les, Den
‘etes “a Gadister aux démans-
rations quiibfera a VAmphi-
Price de VEcole de Médecine,

Bia Rotte veou #, car tous acl de paix de la Section Est | 4-moin 28 Seplembre 1945 4
m6 Gulls dolvent wenten | communiquer les rapport 4°] ¢ heures P. ML :

Pour ia Pols du Monds.
ee
AUEZ pp a: . j
Times DIL DES AB. |

Som

4 PARAMOUNT '

police 21 les ‘plaintes cuz dé
fonseitts des prevenus ayant
Yeudience?. Les justiciables
pina sercient an mesure de 60 ;
ditenssg plus Bbrement

serene

VOUS TROUVEREZ «TIMES.
NEWSWEEK? A LACH
PA VEILS,

*

*

f@ inne}

; Maisons ¢tablies . dep
i dizaives: datiees’ at

i tele Maison, pladt. que
paube, comme. pour le cas de
i Poul Auxilla, de la Seciéié Hai
fim, wide nos plus grands He |

&

|

5

f

Mrecteur-Prop. Erasst G, CHAUVET
ADREBBE: RUE RAMMERTON ELLIO

Et dans
les Pneus?

; Hier, nous avons signale que
le Service du Contéle dea lin
petitions, au iva de ge bausar
selon ja lowmule unlversella al
nique du pourcen
importation de chaps
pnot avert la guerre, avail pli
{Gt délivré permis Pimpor

wf ©
a rect

a
tex, suivant son bon voula’r.
Now: avers slqnalé, pour ce
con apr pda do Maison Auxua. Nous c-
vons slqndlé. dea. Malsars éta-
kies seulement aprés ia deba
cle de la France, et qui oble-



pole

permis

Nous scavotg entare qu
* deg pneus, une Mi
» comme is Société. Halk

ca

ne dAuomoblles qui-to:

dale de -piusieurs

3 igetag impor

covert ler oaer-
coat ae



4

Wee:

| Les nupetativeux, qa me ren
sontss devs fous les imilivus,
dens jes aectiots nuralen
plus reculées, Je salon le plas
ieelect, comme gusal dans fp
cortéa mitistériels.

Pormi jont de supers:
locales, il en eat une qui est aus
wi sactés pour. ceriaits co
toyens que les feuillela jaunix
cucGoran pour wn insulins.
Attention & votre chapeau! 5:
vous Glog en visite, ne le con

a



“24 qui que ce soll, sous pre :

liaxte de satisiaire les uascas,
tenegie sur vos genoux, Le mc

_ bee des hommis peut vous ei

lever, grace & la misuie d'itat
tention votre chante dans los
afiaires, avec votre lucidile
Use exdirectrice d'Ecole Ru
rale plus lord super iniendanta
i remerciée depuis, mais qui ne
Previrait jamais dans le catA
dun Monistre sans des lunst
es. noes, ini avait toujours re-
“cemmandé de ne jamais con.
jer son chapeau, sous oiicun
prétexio..

Jusque dons sa disgrace, cel
Gi volt éxéculer sés presscan-

} les t:commandations..,
Le personage esti en. con.
‘sell, en assemblée, en comité,
jons ds réceptions..officiellas
ou diplomatiques, il. résiste. 4
toute invitation de remettre ‘son
peouvre-chet.. do Minauguration.
‘are écol: da Furcy, toute lixs
vistance éconie, découvert, yt
déscours sur ki méthode nou
le adresséé au «master des

Â¥ i mastirss, Mr. le Personnage est

& vouL
domant
quieia pour

P vetit bis

des cower

chives

| nea, fixer i

orlidle pour

ferenin

On nous
Hi s'agissc
travel “mecanig
ves pourcentages.
BYGTR OL
on Vattendalt
La reponse
pas coniue
sous

qui ort les ‘
ie dispo

‘ieTes UMOr
sion pourrant) fa
par c2 moyer ceo
BE.

poriaiion
facullé de disposer a sa gu
le cag do chaque importateur,
Sine ln pas fait suivant to
formule stindard, bases scr
les importations de chaque Ma!
soravant ja guerre, ious. som
mes de Yopinion qu'uss engqua
le s'impose pour savoir © las
eaisots gui poriaiem. & -aider
tele

Henne d'Automobilt, et ‘celui
ties. Maisons récemment. éta-
bles qui avaient des quotas lo
giquement destinés aux ancien
nes Maisons,

HUMOUR SEPTEMBRE 45-+

wu Yous Shen bier @-»Mon-
trowlse?

. Odi atemon onls-est

care.

bi On a «chiré beaucoup de
Pitess? :
oe Waals «Ging marqueay
pour Jes noter.

~~ Pour la Shada c'est du...
Marque» mols,

| couvert, Tul.,
E s’ensuivit un yéritable «chn
chotemetit indescriptible» do
| vant un tel: manquement. aux
| ueages. Un dévoud. lui: chuc
tr & Voreille de. se -découv.
découvre, Puls, dans un
ste énerve, i} enforce fe

ee

bw

POP) AUL-BRINCE. — HACTL

No, 21,529 ~- JEUDI 27 SEPTEMBRE 1945

_ Bioc-Notes

.CHUCHOTEMENTS INDESCRIFTIBLES»,

notre principe de dilendre (Hai
| ven on bua o Tesxprt dex
iedion des companies o'r
geres, nous lea siqnaleta u qul
do droit, Halas, iL ten sort £
que fomeig ia solution red
ids qui out impose, & Veiranger
em respect pour ie traveileur
halties. Aussi, le flame «Bata
continue ses. procedes
Liedtelicsr de cordooneria,
|e & la Pan American
ways est foul sraplement
epeonages, Louveries
acpt bewres dain
a

ft
Aur
quit
camp de
“ravaille de
fan & She. pom. Liatelier Go
vxecuter ia livraison: joumnay
1 de 400. palres de goulicra,
Uns relache de qainge mimules
pour le diner qu'on doit pren-
ce an plein soleil, La firme re-
fuse de construire wi! abt! pour
fon personnel nagre alors gat
sou. pesonnel blane dispose
\ d'un yefectoire pourvu de ious
i les xodinemenis du confort le
i plus moderne.
Cast votre devoir ds dénon
cer de lx faits, nous le faisots
[ sons nous préoceuper de la 16
z n de la «Betay! Nous so
fators que la «Bates impose u-
i
‘

ve journée de travail de ons i

ire

heures & des natioriaux. ca?
salaire dérisoire. Loouvriar
caitien, née nous illusion
pas, salt. comment: les

so passent autre part 2

pours’ bier qu'un matin,

Le
Be

Mections
eu Bau,
uglié pourralt présenter de va
que dats nowe vit,

DD te fcrat pas que fe Prime.
«Batas tous impose d'mul

p G-ajouler aux graves

out
ce qu'une. tella éven

mes-dont nos qouverie
“nents cherchent. Io soluti

we

le plugs profondément pos-.i

ss

| sible son couvre-chef et il r
otivert ainsi,
notie,

Nous cvons conservé, ici, de

-ourieus 9. photograp’
tant.ca personnage. couvert,
dons: ws groupe ou sé trouvail

Président: Lescot,: décduyert
‘aimém’. Lui). le Premier Ma,

i gistrat de la Republique, lone

-ciolt pasa la menace du‘ ch

_ peau. ide contie -G un coils:

EDO. OH Bh amin.
oa

&

Notte service d'information
nous signale quiune plainie a
&é rendue, conrecun ancizt Ju

| ge de: Paix des environs (de
Port-ou-Prince. Hebergé. por ou"
parent de sa femme, celle
\-derniére niayant pas \ Phéritage = VexJuge de Paix
| ¢aligraphia un Uprétendy. acte
"da vente sous. s¢ing privé” qu!
iofit aathentifier: par un notal-
re de cattle ville pour faire snr
tir por ainsi, deux immeubles du
Ia succession. Ce quiaggrave
le fait) c'est quiavant de. céah-
ler ia chose, laticien Juge
Paix tenta d'obtena. dea vrais
hériiers qu'il lul ful: abandon-

Pné. les. deux maisolis en. ques"

fons. :

Nows allons sulvre catte térd!
breuse offaive et renseigns-
rong nos Jecteuts!

278

ib eat mig a le-charge. du site
unvre du Departement du Tra:
“yall de vellet & ce que les em
ployeurs ge conduigent avac
equite etvers les ouvriers, Les
manquemetia de la Grme Bala

fe sa complem plug, Fidale &

toute la care |

iéphone, les journaux “ont
perve leurs’ critiques. stir
fonetonnement! de. ¢
Mais le querre’ a pris Fy tous
les Hicotvéniets quien rénul
ccant pout les communauté y
paticipant a‘dliminert progres
SiVem:

Le Département de qui
ve id. cenrale. des jteléph
Seit-profiter dela prdsetce..
Directeur au. Congtes: de: Rio,
comme idlequé haiten. poui
oblenir lee possibilities de repa
iiion urgenie «G potre résema
Ltiéphonique! Ou alors, i a rai
gor le-lontic-qui-dit «Si vous
éles présde, prenez-Vauicbus
mais -évites le iélephone.

wee

Nous Ns pouvong passer’ sous
i gilence le 2zele apostolque du
Revérend Pere Boulllaguel,. Vi-
care de la Croix des Bougusts,
dahs 6a magn tique crolsad
devangelisation dela Plaine du
Cul-de-Sac.

ronng de Uhabliation.

je 15] couples,

HONS | To

nyors & faire face aux reven- by

Grace cu. pare
Boulllaquet, ila 8té organias
cétle année sir habliation «Ro
che. Blanches un véritable “ju.
bilée-@ loceas on de la léte de’)
Nove Dame. de Lamercie, po:

Nendredi- dertier, i chanialt |
ate masse de requiem pour les | ln wéca dani
norte de lo région. Samed) ca sb tout 2
tn, Uc uni religieusemen! plus

2, 0, SOE Bae
PHONES: 2252, 2433
SSime A NNEE

Discsours
du Président

A MONTROUIS

Mosdumes «ef Mi ssiours,
le. aula obaclumernt heuraux,
linalgn cette canicule, davols
réponds Patmabls invitation
de lo Geciété Haldane Améd
i caine de développement Agrice
te ot de présider & Pinaugurs
non da celle nouvelle using
destings & la preparation ds
tote pity.
C'est vie maquifique réalica
| tow mur laquelle nous fondors
bie plus grands espoirs. Ehe
eat tout a Vhonneur de ladctuel
President de la Société et de
son collaborateur pour les plan
| ations de Saint-Marc, Monsieur
; Brignac, dont, e" maistes oc
casians, fous « faire Véloge. Je
rie félicity cujourd’hui davok
viet ce dertier homme qua
reclameaient les circonstances,
Je me réieuls donc de cette
Ledréemonig qui me procure je
lylalsir de remercier publique:
nent le Président di Conseil
CAdmitisvation de Jia SHA
DAY Monsiiur Robert: Pettigrew,
i du dévouemett inconipdrabie
qu dod movie dans ladminis
vation de citte Société qui. lai
hat cottiee G.uh moment. 0
cle était, + poturguoi ne pes
lo dire fort mal en. point
Poersouns ich Wignore . quay
ébul- de. note Administration
4 i juste tre, novt
cs espoirs, lors
de lo Banque
Washingtoy,

ds
Hrare. port
déia

te drat princigs DLOK
‘Gir Hote “cg
On ues

Meg pot par Vintroduction
fous, de-culturds nouvel
suschptibles. de yrepondra
wx demandes des marchdg

PAE OUTS. Cheeun salt que

des cu

ln
TH

tondioisles plus -belles
developps

vaper Viniermeédicire ‘de Ia’
HADA, de note patie indus

remices sie le

dD

loin, croyes

vous, de: pratiquer uh opiimis

i
t
i
i Noug, -élicna
:
i nous. &

re béaty cepindant,
‘Nong en droit, en presence des
programmes slchorés, da crol
ye aly succes:
WL ig -querea.. avec
sg oblgalinus impéricases, 9+
comme Monsieur Bignac vient
my. tae alhasion de agar si
judicleuse “alu sujit-de nos da

Cisong: cla guurre avec la

aaisie par les japonaia des

rentes qui fournissaicm. Je
caguichouc *t le chanvre, dapy
qeodulis < dumporiance viti's

poate lea conduiie- victorieus 4
| Hes hostilites “contre Jes” pus
1earces: de VAxe quiont fall
imposer: leur borboriz an mor
£8,

Aucune hésitation n’était pos
le. Puisque Vimpét du sang
Te Nous Stall pas séclams, 1
fnllai, cote que cotie. appor
ter Notre contribution d la cau
se eacrée de la démocratia cr
gagée ‘dans une luiie dont is
/Sue pour Nons était canligla,

la Sociéts Haitiona Americar
te de Développemcnt Agnco

%

| fabord — assiqn4s,
Seat lances, sur une crands

Le joul missse | échelle, dans Io culturs de lq

dee buts gu’aile ©

le requiem et mariages grain! | wite qui a

: 2] Pile qui, jusque 16 an’ 4
| foment) Dans le soirée, rertaite | exploitée a par — ce
uux flombecux. Et dimanche, Gties privées, Rérondant ,

Vole suite on dame Page |



Wolr suite an dame page)


2



"Opéra, pendant la guerte, je

vaca |
A LATTENTION DU *MATIN”

Autre Chapitre

du livre de

CELUL CONCERNANT G. BAUSSAN

Seabrook

¢

CERCLE BELLEVUE

(ulte voir le No. d’Hier)

‘sramemnenentencate ete seertet

UNE NYMPHE DE BRONZE

Por we porte pratiquéa
dons un mur de briques, nous
pessames dans le jardin des

rosea qui dascendait de la col |
|

Ime... Les fleurs, roses, bien
ches, jaunes yreient aur plusieurs hectaras
le fanc du monticule, impré-
grant Fair du soir de leur pir
fum. Mos héte, apparemment
doit un grand amateur de i0-
goa, Tl en avelt bull coms
pleds, parm! lesquels des va
téles vores de toutes les pcr
ties du monde,

Rome dh avec orguell que
aon jardiv de roses étaitie plus

beau @Halti et peutélre do tou |

teg les Indes Occidentules, Ma
dame cueillit une brasses de
cea feura mervelllenses. Sem-
table alleméme a une el
le rose thé, avec ses joues do-
16¢e, teintées de rose, qui en
pnltaient les pelales, elle tor
mait, ainsi perchée sur los
boutons et sur les flews épa-
voules, un delicieux tablean.

Reverus & la véranda, Mme,
Baussan répandit sur ses ge-

moux les roses de joules cou
lews qu'elle nous destinait et
se mii & depouiller } eg longnes
tiges de leurs épines: «C’en
est op! rowsia Katle
Mais non, répliqua Mine Baus
acm, seules les roses blanches
om des épines:..gucune auira
voridié n’en c+

Voulditelle étre simplement
aimable, ou nous decrocha’:
ele ainsi un walt d'un cy!
me cussi subtll que le p
des roses qu'elle vendit de
cueilir? Madame souriait, éog
wmenique, et nous ne piimes co
aécider. Pas plus que noug
ne pimes deviner si quelque
imangible bien reliait ces pc
ices ou ici que M. Baussa”
comme ‘s'il voulait marquer
par la qu'll mettait fin @ ses
mumoeuvies de subtle défen
sive, se reppela soudain qu’un
bal devait avoir leu le soir
suivant au Club Bellevue le
plus fermé de le ville} et nous



ny

cit qu'il serait charmé si no
voulions bien y assister com:
me ses invités.

Le lendemain rct




ae re
sevions des cartes d‘invitation
_ fu nom de Mr ei Mme Baus. ,

ean, Le bal ait donné pour |
les olficiers de Tescaudre ros
la de Suede, qui mouillai
cans le rade.
Quand Je soir
nous crlvémes



qui suivalt,
& Bellevue,
veil até la peau foncds des
invités, tous qurions pu croire,
por une ult de gala & quelque
club de Nice ou de Cannes,
ou de la Nouwvelle-Oridans.

Des limousines se pressaient.
a la porte, et lea policiers con
jenaient la foule des curioux,

qui dilongeaient la ite, 4 se

cémonter le cou, pour volr 1'é

“égante élite d’Haiti descendre

de voiiure sur le trotioir re
convert d'une foile, et gravir,
gous un dais rayé, leg mar
thes du perron,

Hors & Paris, ou foyer de }
Wal vu tulle pert rien de «i
orillont, de si céremonieux at
de ai gai < Ja fois que le tableau
eiiert 4 notre vue par la grande
acdle de-bal, taudis qu'arrétés
& la porte, nous cherchions *o
te héte.

Lé, e‘assemblait Yariniocre-
tie indiggne d'Huili, go réutia-
sait en un cercke iIntime ce
quelle possede d’inelligenze,
de richusse ot do beanité.

Spectacle plela d'interét
quand on songecit que ce
gens, date le court esucce

dum dace, . s'dutient dleves
de Veaclervage & leur situation

” prégente.

Tl nous expparut jout de sui
la que cette arisiocratio etait
trincipaloment ~~ male. nos
poist, tant s’en faut, exclusive













rnemt —- composée de muld-
tres. Noires comme du chor
bon, des douciribres, ga et ld,
se tenalem pleines d'aisance
at de dignité.

Ft, cutour d’elles, dea jou-
yos files tout aussi nolres dan
suient avec = grace. Un pew

plus loin, on apercevait Van
: ie président Légitime,

sa pulsscnte ibe de views sé

nateur romain, taillés, samblait

i, dang Vébéue, Could dota
chalent vigourousement aur :6
fond Wu tableau... Maia; ah
tre cas nogres pitts at lea pd
jes mulétres dont les muances
plus ou moins clalres dori

nalent, un élément considérd-

ble prenait place, du type brus
ee mon ami Boussan. Cellet
cl, arrive entre temps, nous
lconduisit & une terrasse, Ol
‘ want sur lo salle de bal, ob
l nous trouvames Mme Baussan
en compagnie de Seymour Pra
| gel, le premier avocat de Por
| owPrince, célibataire qui to
| sait figure de «beaus dans .a
société de la ville. Aupras
delle, cussi, se trouvalt an M.
Roi, dont la face, bien que for-





noferne portait en realité, avec)
son tez aquilinses loves mitsis
et gon crane finement modelé,
aucune trace de ce qu’évoque
Je mot nagre. Point n'vat he-
coin d’avolr pai sur histoire |
de Moreau de SantRémy,
| pour comprendre que les "o
griers du XVile siécle furan |
cu moins imprudenis dans le
choix quills frent du +bétail
humain> destiné aux Indes Oc
‘ eidentales. Chez ces negres,
> en effet, qu’tls imporiérent 2”
Haitl, cowlalt le sang des guer
tiers et des chels. Ei de po
refls types Re pouvalent élre
rédulis & Vesclavage, sans
que révoltes, soulevemenis e.
massacres s’ensuivissent,
Bieniét le jeune Maurice De-
ole vint demanrder & Katie de
janser. Avec jo face d’un
roguois (il sembiait ut person
tage sori des pages du Feri
more Coopero pour ume mas
| corade en vétemenis de so:-
xée), H s'dnorgueiilissalt, &
i gue m’expliqua Mme Baussen,
descendre d'une familie
princiére de la frontiére sud




cP

| de

i du Schera,

Comme nous déambulions
i | avers Jes tables de la tenas
| se, du cété de la salle de dan
se, Mme. Baussan me désigna, |
| pormi les danseurs, des ind]-
vidus ef des groupes carrétés
pour des présentations. Hors
les officiers de la marine sué
doige, resplendissant sous Jeurs
brillewts uniformes, il y aval
peu de blancs: seulement ‘te |
Consul général anglais avec sa
femme, les familles de qnei-
ques membres des autres 1é-
gations étrangéres et le comman
dont dy corps colonial d’occu
pation. C'est ume régle au
Club Bellevue qu’cucun mili-
tole américain n'y entre en u-
niforme. Ele dete d'un solr
di y a dix ans, ob le généial

| Smedley Butler ayant, avec

bop d'atfectation, ‘tenu ses
maing derrlére son dos, ou pris
une autre attitude de méme dé
sinvolte sorte, i jul fut signilié
qne aa présence était indbsirce
ble,





=

A

l'irréprochable
EDOUARD CANTAVE, '
Rue da Pouple No. 145
Cate toaleon se recomman
de & toug par le finl que le pa

i
: de costumes qui ini sont
i

trot. apporie dans le contac
coniiés et la prompltitude
dang Ja lvrainon,

Visitez Vatelier de coupe Vbréprochables. :

avec t

cée.an point d’en ére presque |



Paramount

Joudt & 6 hres
YOUNG . TOM EDISON

(yous tea frangals)
avee Mickey Rooney, George
Bancroft, Fay Bainter

. des achnes d'un pathéti-
108, 08 la fois sobre. et vougou-
yeux. ube oeuvre de tendros-
se dhumour ot d'émotion...

Entiée Gd. 0.30.
& 8 hres 15 72
{Ol ET MOl

(sous titres irangcis)
avec fady Garland et Mar-
tha Eggerth
. Judy Gerland dans son pro
mier iSle dramatique!
Entrée Genérale 0.30

VYondredi & 6 at $15 hres
KATHLEEN
{gous tittes fangals)
avec Shriley Temple.
bert Marsal

» Quand Kaleen chane,
quand elle sourlt, quand oily
i Gécide de se hatire avec le ve,
nul go scurcit résisier.a sc
puissance de séductiot. Ses
boutades vous feront rire, mals
vous te pourrez vous dépres
dre d'vne intense émotion eo
in voyant soulirir sanglot.s, se
kisser aller au désespol.

Enuee Générale Gd, 0.30

ee
PARAMOUNT

Land: ler octobre 1945.

& 8 hres 15 P.M.

' Fritz Laforest et Miche! Pros
obri Présentent

PARADE MUSICALE

‘ET - ARTISTIQUE

avec je fameux tio Holt,
Vdans un Programme de mras:-
| que Holtienne de “sa compos!
ton.

Le tolrntmeux Ernest Lamy av
| Piano, accompagné on
i par Maurice Morisset.

L’énimitable Languichatte
son portencire Georges Kare
tha, les rois du rire.
Létonsant sffleur Gérard
Chamier et je maitre du tam-

i
Hew

i

4
j

i

|

{

i
}
}





et

avez déja entendu dernibre-
nent & Parameant,
Allez tous en foule @ Parc-
mouwnt Lund) & & hres 15 p.m.
Ne ratez pas loccasion d’al
ler applaudir les arfistes de
chez Rous.
Um gala ariisique Inoubliabile.
Enuée Gde 1.10
Keannennneeutnanenen—tiennnenart
REMERCIEMENTS
La Famille Emile Elie,
Famid les Elie, Pauber: et tous
:® dutres parents ef alliés ie
rmercien! bien sincéremenmt Son |
Excellence le Président de !a
République, le Chef d’Etat Ma
jor, les olficiers et soldats, le
Service de Santé de la Garde ,
a’Haiti, le Directeur, Foaurno-
rier, les médecins et le perscn
nel de I'Hépital Géndral, le
Curé de | Anse-d-Yeau, le Curd |
da Sacré-Coeur. de Turgecu,
les Pares de la Congrégaiio®
du St. Joseph de Cluny et de
Ja Sagesse, ’Association des
Noelistes, la Presse et les Sia
tiong de Radio de Port-cru-Piit
ice, Je Cercle Portau-Pritcien,
et tous les amis, tant de la Ca
pitale que de la Province, par

ies





j
i
t

ticuliérement de Si Mare, de
Petit-Goave et de lAna3-c-

Veou, pour les marques de
sympathie qu’ils leurs ont 16-
moignées & VOccasion de la
perta cruelle quiile viennent
déprouver en la persone de
leur regrotta: = *
Auguste E. ELIE
Lt, de la Garde d'Hald

enlevé & lew affection le mer
ai ll Septembre 1945. Ils les
pYient de recevéir ici expres.
sion de leur profonde. gratii-
do.



AVIS IMPORTANT

On demande dea persontek
pouvant s‘Iniéresser cux ven.
ies on Provincas. Bonnea Com
vailasions. -

S'adresser au Département
dea Crédits de lt Pharmacie du
De, Paul Télémaque: de & hau-
ven & 10 heures A. M,





BONNE RECOMPENSE
Bonne recompenes. «qui rap
porterd. sux bureaux .du- Jour-

alow, petit recuell. aulographe
:de Pobmes perdu hier,

Benge |

bours (Baca} Rero gue yous ,

Rex

Youd? & 8 hres

En lére. Partie:
TS. F.

En 2anie partie:
Conrad Veidt et Roger Duchei
ne dane

TEMPETE SUR LASIE
Eetréea: 25, 50, et 1 gd

& 8 hres 15 i

A Double Feature English |
Program:

En lore partie:
COLORADA, SUNSET

En Zome porte:
Ralph Bird, June Storey, P-nici
Tomlin, The Weavers Bros. and
Eiviry jn

DOWN IN ARKANSAW

A Republic Pictuze

Admission or 10, 20, and <0, | 1



Vendredi & 6 bres
En lére partie:
Calendrier Sportit
Ee fome parle
Simone Simon, Hosine Deracu,
Jean-Pierre Aumost date
LAG AUX DAMES
Entrdes: 25, 56, ot | gde
& 8 hreg 15
En lére partie:
Actualités Frangaises et Usi-
veradl
En 2eme partie:
Claude Rains, Susanna Fos-
ter et Nelson Eddy dans
LE. FANTOME DE. L'OPERA
Eniréas: 1, 1.50, 2, 2.50 gdes
eit A
FACULTE DES SCIENCES
COURS NORMAUX
SUPERIEURS

|
|



lie & la connaissance des inte
‘yessés que les inscriptions
| pour les Cours Normaux Supe
irieurs Gections Lettres, Mothé
| matiques et Anglais) sont. cu-
vertes au Secrétariat de la Fa



[kre an 5 Octobre 1945 de 8
l heures a. m. & midi.
Les étudianis doivent présen
ter les pieces suivantes:
de nolssance;

2 —~ le Certificat de Fin aE
tudes Secondaires Ciassiques
lore et 2ame parties;

3 -- Un certificat de santé:
4 —- Un certilicat de bonnes
ie et moeurs.

i



AVIS IMPORTANT
MAISON FENTON
Nous avons le plaisir d’in-
former le public haitien que
tas bientdt f} sera établi une
Ygne de naviegation desservi:
par des bateaux de gros 1
rages pour féts et puasagers
ene Kingston Gamaique!
Port-cu-Prince et Bristol (Angie
tome, aller-retour).
La méme.compagnie off







|
i
j

;gne entre Kingston, Portauw |

Prince at le Canada,
Les Exportateurs et importa ;
feurs intéreasés sont particulid- ;
yement invités & s’adres$er |
pour fous renseignements & la
Linternational Exchange. Etage
Crystal. Market.
Téléphone No. 2395.
tion M, Rickson FENTON.

Attar



AVIS
MAISON FENTON
La International Exchange-s@
met ottigremept & la dispssi-
ion dé ‘tous “ceux qul ont des |
parents actuellement en. Fran
ce, Angleterre, itclie, . Belgi-
que; Maroc-Frangais, Algérie.
Palestine et qui voudralent
our faire parvenir des paquais
Ye ration. ou produits alimen-
taires.
les paquets, bien condition
nés, seront achemings & leurs
featinataixes dans chacun de
cas pdys su-désignés, ef leurs
prix vorleront entre or 6, mini
mum et or, 12. maximum.
La lvraison eat entlaremen!

i

i

gararitie.
Pout ious renseignements
complémentatres, ocrassez-



vous & la International Exchan
ge Rue bonze Foi, Btagy de
Crystal Merket. ;
Téléphone No. 2996. Aten
Hon Mi. Rickson FENTON.

|



COLLEGE SAINT ANDRE
Rue du: Centre a8 face du Pé
nitencier © National” Directeur:
Enélus Prismy. Préparation des
eniants de la, classe entanting
te Cortificat:

4

“Yer Ort an 20 Nov. 1945: Fe! |

|
t
|

La Faculté des Sciences por

eulté de Droit du 28 Septem- i

Un extrait de leur aziz -









également la possibilité d'ane |

ADMINISTRATION GENERALE
DES CONTRIBUTIONS
“BNIB
Dates de Paiement des Toxo
(Exercice 1945-46)

fl est rappalé aux contibus
bles que les taxes maivanieas
sont payables ddns lee délais
ordeesouss
jer aa 20 octobre 1945: Droits
de licence des étrangets.
tex au 20 octobre 1945: Impot
gur le revenu Guse locati-
en
er au 30 octobre 1945: Radio.
nr au 3 octobre 1945: Ident
té (voir plus bas).
ter oct. au 10 Nov. 1945; Chen
feurs.. cochers voir plus bas).
‘eq oct. au 30 Now. 1948: Ca
slo postaux.

gation.
Jer Oct au 15 anv. {BAS Por

tentos ot impét jooatit (as
Esétus Bobin proa du Puiers
dea Finances),





mu game VOTRE. VITAMINE DHUGT” VITAMINE

DE FOU DE MORUE Dang
~ UNE SEULE TABLET:
AGREABLE AU Gout

PRENE

Choque tablote de vitamine A et D do « fing
#6) $qtivaut ux vitamines A et D d'un 1/2 cullldne 6 4
hulle de fole de morue

Une seule tablette de vile-
mine A et BD de One-wDay
(déposd) par jour, c'est tout
ce qu'll vous laut, ef tout ce
que vous payez, pour avolr
votre dose journaliére commis
te de vitamine A et D, C'est
le nombre d'unité par tablet
fe qui compte ot lew tablet.

sg te @ne-c-Day. (déposd)

st ane grands pulssance.

Pas de meillowe quali
pas -de vitomine Plus soap
Hiquement compoads, Com,
mences dujowd’hul &

dre les tablettes de vitae,

nee A et D de Ons-aDey

treggues,

Donnezen aug
de voue famille, Gott agré.
ble ef un seul por jour, y
lention ou grand] ay &

poquet joune,

Sead
tl) Tablettes A ot D

2) Tableties B Complet
3) Capsules Multiples










PRILES LABGHATOBIES, INC,



‘ ees Ath Praree

*

PON N, MOWUR, Distriboteur

ter Oct. au 31 Mara Uerc Yor , sme . sovrsana a
rege. roemenennmiceniaannenwsanine rt oiiaipitietine: + eens we

Oct, 1945 an ter Avril yaa | "

i pour Get exorcice:: Ua mune Ko
commencera le ayril ot aot

ly. premier, cor le 31 means
ext un dimanche).

Leas redevables ont intérét
nayer ces droits dans les dd-
ais fixés atin de ne pas etcou-
iy les pénalités pour ets ord
prévues par la jégisiation €
vigaeur. S‘agissant deg taxeR

|
\
i
a
i

}
des chauffeurs, cochers et vehi

cules, on netera que les at
Gennes «Eo noes» ne seTo!
pas valables aprés le 10 fo
“vembre 1945.

les contribuables ayant
verser les jaxes plus haut men
tonnées peuvent s’adressex,
dans les délais ci-dessus, & i Ad
ministration Générale des Cou
tributions, que la loi dispense |
Gexpédier des bordes# ux et
qui leur fournira tous les ren

&

|
i
i
i
i
i
i
i

|

i stignements utiles, concernant
jes droits itternes et commu-
* noux en question.
CHAUFFEURS, COCHERS
ET VEHICULES

Droits payables: & Port-ou-
Prince, & cause d> l'affluence
chaque jour ouvrable, de 8
heures du matin & midi et de-
iigtde @ hs. & 4 hs. 30 de l’a-
prés-midi (samedi: 8 hs. & mi-
dj}, rue Enélyus Robin ou
Castrnes, prés du Palais
Finances. Province: voir plus
bas,
k ENTITE

Droits payables: & Portcau-

nce, a couse de l’alfuence
: chaque jour otvrablr, de 8
heures du matin & midi et de
j
i

ti

des

|
E
ip
ig

des



mi, et de deux heurrs & 4 hea
res 30 de Vaprés-midi (same:
8 heures a midi) aux burZaux
instaliés qux endrolte suivants: |



i

;
|

~~ rue Endlus Robin, (prés
du Palais des Finances}, 2
drchives Générales (Poste Mar
chand); 3 -- Cité Vincent, 4 —
Tribunes du Champ-de-Mars,
& --~ Place Ste-Anne. PHOVIN
CE: -voir plus bas,

PROVINCE. -- Les Bureaux
sont ouverts de 8 heures domi 4
di et de 2 heures & 4 heures
et demic (samedi: @ heures. 4
midd.



GAGNEZ CIN@ MILLIONS
DE GLOBULES ROUGES

Ce sont les globules rouges
qui wangportent de vos pou-
mons & tovtea les parties de
votre corps, loxygéne de. lair
respiré ¢ co qui permet ]’assimi
lation des aliments absorbés
et leur transformation’ en der
gie vitale, Des lors si vous
yous sentez aussi fatigués au
reveil_qu’en ~wous couchant,: si
vous él@s sans entrain, song
couleur, nerveuse, ddprimde,
c'est que. vous manquez de glo
bules rouges... Pronez dats ca
ote: PHEMOSTHENOL Vous
vous sentires du vit argent
dona les veines,” Ce sera’ sour
vous le retour rapide des for.
ces, dele witelité, dela santé:
YHémosthegol convient aussi
bien gux etfants rachitiques
qu'aux adultes et - vieillards
surmends. .

Ce morveilleux: produit: ast
ou vente G@ le Pharancie S.
Gethard, xe. Faron Porton
Pritoe,



4

eee

g

|
;
|

Pianteurs de MNoix de Coco

la Haiti Coconut
Products Co.,S. A.

ACHETE TOUTES QU ANTITES DE NOM DE Coco
QUI PEUVENT ETRE GVREES A. PORT.AU-PRINGE

8 ADRESSER AU:
BUREAU DE L'USINE A BIZOTON

TELEPHONE: 2477.
BOITE POSTALE: A. 158

*















PLANTEURS VISITEZ VUSINE A BIZOTON,
os et th eg,
Kae
| F riz La
i UN PRODUIT DE
SANS LAIT, SANS ESSENCE, SANS CEUFS, SEULE {

MEIT AVEC UN PEU DEAU VOUS POUVEZ FARE
DE VEXCELLENTE CREME A LA GLACE.
3.50 or. LA BOITE

General Trading Co

DISTRIBUTEUR POUR HAITI





+





eu ~ Monitor

EST VINDIGO EN BOULE DE QUALITE.

g

Soren



4 Yacht, & la revenie, comme & lusage, il n'y oP
simplement le procédé machina! de Véchange d'arged
conte une marchandise: ‘usager & assurance que Tit
digo en boule BLEU MONITOR est un produit de cm

ance, -
Lindigo en boule BLEU 4ONITOR donne Je pls
grand rendement & la. lessive. Ti ne iache pas le lings

qu'il blanchit, sons le. couper. Hl ne se désagrege past
ge vend irés bien.

’ Si ja lessive se fait i domicile, essayez aussi ChE
ZA DE INDIO. Si votre linge ne dure pas 3
informez-vous de la qulité l'indigo utilisé.

BLEU MONITOR ot CABEZA DE INDIO sont Je sésulet
te de l'intégriié commercize of de bonne reputation

THE STANDARD ULTRAMAPINE
COMPANY

Agent pour Haiti) et les Antilles
Denig. FENELON, -Portra-Prizes (Balti
Huntington, West. Virginia, USA)

seenannsoontt ete”

AVIS

DE MAISONS

AUX INGENIEURS, ARCHITECTES ET PROPRIETAIES

A UATTENTION DES OUVRIERS CHARPENTIERS.
ELECTRICIENS —

‘mevigex a pom

w. L)



z

ig Molson Jules Farmer a le pleisix d’avi
se cliontile tani de la capitale, que de la province
vient de recevoir des échelles 48s confortables, de quai
supérlewme, “G axtonaion de 20 et 97 pieds de havlevt :

JULES FARMER

PROPHIETAIRE
67, Rue Dantes Destouches,
Phone: No. 3708

%








ee see nae goblet

ain ES





WISEZ «LE NOUVELLISTE
AMBASSADEUR
LE BAL DE LA JEUNESSE
Pour cléturer joyeusemunt les
vacances le Cercle «Ambasso
deur pe MM. les Membres «
Ts ass iés habituels de ben
vouloi: aecompagner leurs er
dottis ou «GRAND BAL DE LA
JEUNES SE. qui aera Neu sc
med! 7) septembre 1945 4 7
heures p. m1.
Porhau Prive, le 22 Sept 1942





LE FAIT EST INCONTESTABLE |
-LE RHUM SARTHE See en

VOITURE. AVFC







REMERCIEMENTS
i Medome Nathalie Barlin,
| Nathale Berlin ef Mou:
Hetry Berlin ues touches :
rombreuses marques dy
ig ollurtes per Bon Exc

i
! :

eee oi je soleil. Ja pluie ot iv
a poussiere ont ravage je fini a
votre voiture, donne lui un
wotement de beaute de luxe
wrec Sumonia Klaner et Sr
u&é resiorent je lustre











-reunissant les meilleurs terroirs.
-@EST CE QUI FAIT S
GOUTEZ ET COMPAREZ



KE POP t iy ivecel,
cm b auie ongmede de
° tetas eb gat Rais ns
ibyer ave Cee 1



guar avec St
monix rend vo.
te voiture
itura neuve,







CHEZ BAILEY
| Semences Potagéres ot
| Fleurs de toutes va
'O1@ le sachct P

aid

BONNE OCCASION

Deux superbes appareils d





ub





“aa adio & Vetot neuf soxt a ve’
phe t r 0.10 iG " :
j EARP. SRGE OF e be 108, dre cx suioa de cvilfure «/Es
i inscrivezvous « OF wrances Grand-Rue No. ¢4)
, id Rue Magasin de ~wesquien face de la — statiot
| “gléphone 2183 1 4
o , rentrale de gazoline,

—— Lun & 8 tubes et Pautre &.
1 vos Travaux de Camp |



es enleve.

Prangals.







2 €n Fae seperate ieee we
Machine 6 écrire Remington
: Machine & cedculer Dalton
! “wubans, papler carbon _
| faites vos achats chea

\ G. GILG



7

















High speeds eat away tire treads, fisi-~and rubber's too
precious to waste these days. Drive slowly at all tinies, and
you can increase vour tire mileage. In fact, you can get mach
addi nal mileage by following these few simple “tire care”
rules. These inchide:



(5) Avoiding bruising your Gres.
tices inflated (63 Kerpiog your wheels bal-
MECC,

be
hag

les © acmpehune at ume ay avions cons sing proper wheel
eg Conots de sauvelage ef ies ur avions co mnt and brake adjest-



© tices every

saps and



£8 nts aur tous les 2 Your tires iexpecred

truits par FIRESTONE ai



sauver iq vie des ‘comb



The Goodyear Dealer is ready to help you get the most

ihédtres de guerra. i
mileage from your tires.

TECOMUENCE-

Avec ja victoire, les grandes manu fuctures

En alors,



tont & produire des marchandises your ies



a,

fameuk pneus Firestone de Luxe C isponibles, —~



shes, gerentis pour fournir un plus grand :

stone

MELLEGR AVJOURD'HUL. ENCORE MEILLEUR DEMAIN
Po

SOCIETE HAITENNE D/AUTOMOBILES, Disttibutrice

EAU DE FLORIDE

HURRAY & LANMAIS
“ETTE LOTION TPINIQUE A PLUS DE

USAGES
oOURn LE BAIN |
APRES LA DOUCHE
COMME ASTRINGENT —
LOTION POUR LA PEAY

COMME DESODORIBANT PERSONNEL
COMME PARFOM

POUR LINTIMITE DU BOURTOM

ET POUR RAFRAICHIB LES CH AMBRER
Pour eouleyer les max de (tes, migraines at dour 71) ?
itvaements. pour les noraures Aineovten, pour lea es
dots nervenx, pour bw rhumes de cervegs et pours
toa plada lotiqubs ot ichoaiiba, .

CELEBRE DEPTIS: 1808
FSSAYEZ UNE BOUTEILLE
*T SOVEZ CONVAINCU
EN VENTE PARTOUT
DOM @ MOAR: Pere ster



























































ia





ae

Teves

TOU et EUCALYPTOL @ F
SORPA TON PARE AITE.
: sENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS 28 POUMONS. i

GOUT “AGRBA BLE “CO
RHUMES, “CRONCHITES,

$ *

LES



“| PORT-AU-PRINCE, HAITI. $7 is Paty




SIMONIZ.



adits rapides. Un service re |

Bathe 3





Empressez-vous avant quor



mepeiepceancsssenitselt






enti:

Port-cu-Prince, le us Seton
bre 1945.
Monsieur Luc Grimeard
Direc ur de «La Phelancgs
En Ville,

Monsieur lo Directeur,

ay

Votre intormate. am:
dang votre edinon du av
rant cona.rmant le festive
Hophonique organisé a hon
tour du Mexique, cuntietl wie
nexactituce, quod He
quo le «President! cu Comite,
a Dr Francois Dalescour.. rap
wile comm. en disux fois, |

ote puys, aiuyvant cing? Pax



$e

eakt





ene poliique pantameéricat
ye ace: par VEmpereur Libé
oleur en cccardast gon aoe
ours le plig entier a Mirand.,
Cone ct. «

je wourals pas pu énonce



|





mae: assertion, gant des cumenté du Proteaseur Roylord “
« demier otat de la ac Wey . te Howard Univ r
vslorkyus quanta Vatnide do) diy «Diplomatic Relatiang ef j

Vesscalines & Végurd des colo
& europdernes at da otra



gets blancs surioul, aitsi yue
‘@ hiew fait ressarte BB. Ad |
| souta.

Voici le t xie exact du pce







sage doe mon allocution du i
courant: «D¥abord, i) (Mi)
Vo pas au agnorer la dé:
the du général Gutierrez au-
de Pétion.. Dans les c
cles espagnels, on re pou
wis ignorer son aittade &
ion) bienveillavte . envirs Mh
coda, puisqu'll (Petion) aval!
oul preparé pour cider ou
‘es de celle expedi’on en mars
#06, armes, munitions ef vo
otiches, seldn la lettre da Mi
jstra VEspagne &
on, ie Marguis dz Casa
9.2

La documentation que je pv
sede ne me permet pas, en |’
oece, de meniionner

4

pres

i





(

yee

ay



Dessc
yes. Cet: documentation es
ute en faveur ds lal/tude
fenvelilante de Pétlon 4 te
qerd de Miranda. Pétion avcli
agi am secrit & Vinea de Desa
lines, parce que la politique er
wisure de D asalines était de





rd,
nth

enter lea métropol a qin a
_waient des colosies en Améri
que, .

En effet, la polltiqu: extéries
de Dessalines est netiement
oe




&
ar



le . prew
indépendan-e
xy sa *Yroclumation de ler.

de notre

Our

tg

n

ier 1804 of se trouve ce ous
uge raévélatiur: «Gardows
«nous cependant que lesprit
je prosélytisme ne détruiso
| iolre ouvrage, iaissons en ocx
| «respirer nos voising, quills vi
. vent pofisiblement sous lem

‘tes, et n’allons pas, boule

feax révolutionnalres, tous ér
eqgeunt an législateurs des
*Antilies, faire consister notre
gloire & woubler %e repos des
«nas gul nous avoisinent: 2
ont point, comme cille que
«tous habllons, été arrosé
du sang innocent de leur ha
-bitamts, eles n'ont poist de
sVaengeanc: a @xercer cotire
siautorité qui les protége>.

L'histor'en Saint-Rémy a bia
wmé Dessulines pour cette no!
fiqne extérigure négative en
| ceg termes: «Quoi! la Guade-
| oupe v’ca point 6 arrosde 2a
| sang de ses enfants! Quoi ir

anoique ot régns Yesclova-
ye est protéqée par l’orutorité!
‘ourquoi d'ailleuns s’interdire
e@ droit-de porter la = qu rre
lang ‘leg iles voisines? §

‘est Id un aven d'inkpuissan
‘@, pourqoul le proclam 1 5°
solonnelloment?» (Pétion. at Ha
‘, tome 4, page 29).

Fandis ov? Pétion, imprédné
dee Idées- de. 1783, considé-
ont ‘comme ub aposiolat de
! ga —propager dang le monde

voulait faire et Ht tout son pos
ible pour favoriser lémanc
jon dis colonies eurapéeorer

tose
2S



3



wrt qu'll fallalt prendre: toutes
Oteg de orécautions, pulaqa'l)
Molt prudent de garder moloré
out Fepparence de la neube
né secommoandés por cericiis
textes, Ty @ 16 deux poll
gues cheolumont opposdes et
'div-sgentes, :



Petion et Bolivar



Pol pas blen fixé, le concoura ac-

Washing. {





te rien faire pour ne pas md ;

«pire des lois qu’lls se sont fai |

VArmdérique, tout en. considd-,

: paGn a



C'est deevoir até un bouteteu
ravolutionnaige atimé de Vex
pride prosédlytiame que Pé-
tion reastmble tellement aux 4 |
tons de 1789 et a.d16 le pore,
Ja fondateur-du Panameéricanis
me, qui est aital gece. ta. ut
tirade si noble et ai carmttéris
Bque ube formule tratecendan
te de Liberté et de Jusiice.

C'est secrdtement ‘expe
dilion de Mirada avait éle te
nue dons le plus grand secret
que Pelion avail prépars
Perteprise d'aider Miranda,

entreprise qui resia a l'état
Go projit et qui Weut pas de sui
fe porce que Mirada eut dex
mbficullés aver Je cuplaite ul
won bate.

le vous relire a ja Jetta de
ja cites du Minisite d'Eaga-
yee ot a Vouvraqe si bien do


















































i




he Usited States with
1776-189 ts,
ve, Ob

Halt,
ly a dane co i
eosujet, un lapaos ola
mi anu fen do mets «Pétlons
corame le Ministre dEapagaa,



Leqan a mia le mot «prdai-
dents, Birmple lapaus, car lu
citation «st exacie. Le Proles

seur Loge est tée alllematil
gar ce point: il dit que «ai lo
sombra exact des Haihenz
porticipant a expedition »’ st

til de Pétion est indeniabies
Vhile the exact numb r of Hai
kimg who pariicipat d in the
yxpedition ig nol availabe,
‘atlon's active auppolt of it is
sdubitable.) Prge 180.

Mediou dont loeuvre est pré
_cleuse par ailleurs a comm’s
1 cL ume confusion gul wa pas
j ete pariagée par les autres
i

5



| histosiens mieux reniscignés sur
| cet Spiaode. Das que fours)
| wuidée quelques avaax ur
lL dents, Yexpliquerai. dons ure
| dade détaillés mené avec

cute la rigueur scientifique. la
confusion commise par Ma.
| Glow qui a ainsi cree ume 6

gende Grronée gue les
jens bien informés ont du res



histo-

| 6 toufours édliminge. Madion
j ao y
(oe s'ételt probablement pea

souvenu de la Proclamation du
ler fomvier 1804 qui Veit cer
simemént porté & rééchir pro
ondement sur ci He question ct &
che ure discrimiation sévé-
e, car extte Proclamation pa-
| romptoire sulfit amplement
pour rejeter pareille iég ada,
Vemtant plus gu’elle signaly un
uit international de catte ép>
| qae.

Maigré mon



i
5



t
i
[ respect pour
) Dessalines, Vamour de la véri
4 et de la justice est plus fort.
chez moi... .
Je voys prie de bien vouloir
pablier la présente en manié-
9 dé tectificatien,.ct dagréer,
Movsieur le Directeur, mes ci-
villtés les meilleures.

Dr. Francois DALENCOUR





| REMERCIEMENTS

M. at Mme Fréedére Davi
meauad, et leure esfanis, les fa
villes Duvigne aud, Bonhomme,
attortue, Carpenticr, Fréda ot
Duval envelent Vexpreasion de
eur profonde gratitude & tous
ceux qui leyr ont donné des 18
moignages de sympathig: &
Yoceusion de la mort de
vino, Vee. Lys DOVIGNEAUD

née Carc¥ne BONHOMME

Port-cwPrince, le 24 aeptem-
ore 1945.





















MESSE DE REQUIEM
Mr et MmeaG. G. Audam fa
ont chaster & J'Eglise St. Pier.
a de Pétionville le verdredi 2a
‘apt a O heures du matin ane
niease pour leur Filly,
GERMAINE AUDAIN
l lécédée en France Je 19 juin
1944,
Poxetis et ams sont
Vassister.

Poisson Frais

COPEL VOUS LIVRE DU POIs:
SON FRAIS A DOMICILE TOUS
ES VENDREDL TLEPCONEZ
AU No, 9172 AVANT IBUDUA
MODE









pride

1

$

eae 5



4

were beit



* [ae oe
ARE EE hl V9
‘Special: “Le Nouvelliste”

ay RCOUTYS DES CENTAL NES DE POSTES DE RADION

PAGE 4



GEANT: LEORS DANS TOUTES LES LANGURG
DES MATIONS UNIG8. PROPA
DESORDRE EN ARGENTINE ' 4 verola Soion célébre homme
ON EN ARRIVE

été.
LiAgitatioh se poursult.

*

A LA VIOLENCE

BUENOS AIRES. Les pri
sons de Buenos Aires so*t rem
plies de leaders de tous Jes par”
tig polliques qui s'opposent a
ta poursute de la dictature que
Je gouveriement militaire du

énéra Farrel dalt prweer sur
i pays maigré que l'Argenti-) Dernlére Minute
ne ait adhéré & lo Charte de| 17 SEPTEMBRE A 3 Hees. P, M
Chapultepec et & la Charts de
San Frovcisco, Lea argening
utendent pour volr quelles me

nolités ont du gagner les am
paseades dex puiasances dé-
mocratiques pour, échapp::

bien tnformés of rapporié au
siren soroMt primes pour réall- jourd’hul que le gouvernement |
ser Véat de siage décrété hier. i grec prépare maintefant
Des escoucdes de policiers « | propositions de traité de paix
vac de longues listes de per | Vee Vadie et elles seront sou
sOMes suepecion sa ropaticdel
dans toule la copltale.

Le décrt qui mpose Yétat



mises au comité aiégeant
i Londres aprés la vonlérence deg
de) witistres des ataves étrange- |





gibge et qui prive cause) Jes ch)
joyers argetins de leurs droits i
civils ext vena brusquoment |
du mifeu d'une atmosphére |
d'itense oppogitien au régi-
me miltcire du Préaidest Far-
yel, du Colonel Juae Prrron,
BUENOS AIRES... La réval

te de ja garnison de. Cordona |

a et étoutise dans le sang par!
pu

les troupes gouvernem: tidles,
Cest @ la sulte de cet
rerie que lp décret & éte publis.
Ont 616 aussi suspendues les
gurantits conatitutionnelles, ia
Nberié de parole, decrr?, de
se réunir, Ce décret est sem-

“eth 1341,

cable & celui pris en

ty

3
g

mois de julllet dernier
uand Farrel avait promis
convocation du peuple en sas }
comices avael la fin de 1
BUENOS AIRES.

ral Poorel s'es
Geri ere ca
dio, Ha soulligne

en vigueur du decret
couside.ée comme une

eve CH

to

ska




Le end



fe
&tre
gnre trangitolre nécsesitée por
phe campagne sans Hmite de

i exc sent ia nation.






a
st
|
|
.
i
a
e|
|



2 p etek C



fi croit ¢
ievé quand les groupes qui di-
rigeut les agicieurs sauronl |
comment fairs usage de la hie

berté, Ti a réitéré que les elec

tions auront eu comme. cela

avait #é promis.

H appartiont maintenant ca
ministre de Vintérieur Hortea |
sio Quilcno de donner des ivs |
fuctions pour faire ‘Fespectar |
le décret, t

TL diva comment
nement agira dans

e siege sera '






ra

Ir gouver. |
le cadre de |
6-8 pouvolrs dexception, On |
croit que Je gouvemement a |
edressé une nole aux journnux
leur demandant de mettre fie)
aux critiques de ses action: |
BUENOS. AIRES... Les arree-
talfions ont attelut les rangs des |
jourhalistes démocrates et }- |
péraux: Raul, Damosto Tabor
da critique des actes gduver- |
nementaux ef directeur de «Cri
Boar, Emesio Carreras, Alber
ton Desimon:, assistant, direc-
rau de. «Notices Grafica»
dont je directeur Jose Agusil
est actuelem at ef tournés dux
Fiais-Unis, Jorge Mitre, ancien
directeur du. célabre — joumna!
«La Nacien», mais le directeur
ectuel de co journal Juan Sval-
maggia est vetu & gon bureaa
ce metn, On rapporte quiil a}
&é convoqué aa quariier gé& |



:

néral de la police.

BUENOS AIRES.- On rap-
porte que plusieume personnd
jiés de réputation internationa
le et des leaders éminents de
le politique . sud-amériodine
sout parm les arréltés, ple
sieurs hommes d'alfaires ont
66 appréhendes. Le Docteur
Carlos Seavedra Lamas exami
nistte des offaires détrangeres
exgentin, ex-président > de le
conidrence inter-américaing
pour le consolidation de ja
paix, tome & Moniévidéo on
1996.¢x-président de ja conigren
ce. pour la paix du Chaxo,prix
Nobel de la paix de 1996,.an-
cten hote du rot d'Angleterre
ou Palais Buckitigham a. été
orrété. Tl ge trouyerait dong iu
re prison o oats + Horacio Fi

‘6 muti} sion des 3 granfls nese
ras immédiatement. Tig ont ba



5 Vétat do siége avail été |

|

| Ger aux élections.

| WASHINGTON.

rea, On croit savoir que le gou
verkiment grec réclamera jes

[objets d‘art qui ont éte voids

sar les italiens durant Voocu-

&
pation de la Gréce.

LONDRES... Les commetta-

jeurs dic) om fait remarquer

qu'il est probable que les élsc |
tions générales en Pologne pré |
‘wues dans la proclamation de
’Poisdam cu cours de la «1u-
feront

| sé leur opinion sur la déciara-



politique argentin est cuss! “or | de“deux grands lebleanxs de N.

On , Secours, dons personnels du © explications.
rapport que plusieurs person ‘Pere Boullaguet, die au pin-

dae BS t OTE EE,

on d'un journal polonais qui

ficielle polonaise.

rent préscn{ on ne doit pas son |

Léa mb

jeux autorisés d'ici ont prédit
gue bientOt le Président. Tru-
mah pourra envoyer Un ThSS-
sage spécial cu congrés cmé-
ricain pour demander que ("ar
mée et ia marine des Etats-U-
nis soient réunits dans un seul
COT)

LONDRES.- - On apprend 4

i source non offcielle que l'état
, de siege aural 66 proclams

& Athénes. Cette mesure qui
sera effective jusqu’ad = lundi
ror qurait été prise par pré
caution comme les
de TAM

meémorer



86 préparent & com.

sre de
partl.
LUENEBERG.-~ Le proces ce

Jose Kramer, commandant cu
comp de concettration de Bel-
sen ct de 40 de ses subordon-
nés ge poursuit toujours avec
iat déposition des témoins a
charge. La ‘phipart des témons
est rapporté aujourd'hui. que
les alemands se servaient de
chiexs léroces pour causer de
crels supplices “aux internds.

WASHINGTON... Une com-
rnunication de. la Ma'son Blan
che ao révélé aujourd'hui que
le President Truman auras ie

Ja fondation de leur

vité Zhukov « visiter les Finis j

Unis. La communication a a

joute que le maréchal a accep | jole do iéter la nalasance

représenie parfois. opinion of.
Ce journal
aurait déclaré quill y a encore |
prés de 2 millions de Polondis
a Vétranger et que pour le mo-

bembres |

le quatréme antiver |

tele wccguia ia AD

Block-Notes

aCHUCHOTEMENTS
INDESCRIPTIBLES-
» Butte)



Les Explic ode

du “ Matin”



Dans son éditien de ce jour,
«la Matine avec calme ot sans
ironie cette fois, a donné des”

intyonigation dane la Chapelle
/D, de Lamrcie et du Perpituel
_ Si dang un seul suméro, du

ceca de Mme. Chenet. «Nouveillistes, none lui avons
Céait un spectacle unique consacré divers arlicles, c'est

& | que ces 2.000 cervaliers ol ama | que dans le sien de somedi der
fureur de la Gestepo argen | ones défilant du Bourg vers

nicr, il nous en avait consacré
lo méme sombre.

Cast ‘pas fous qui contro-
yierong «Le Matits une secon.
de, dane SES explications.
Quill te sous comrarie pas

Roche Blanche. Is venaiant de
pariout, de PortauPrince, Pa-
fion-Ville, Frave, Gonthier, ré-
pondant & lappel de leur ami,
+ |

jo Pare Boulllaguet, actuelle

LONDAES.~ Les milieyx greus mont le plus populaire de tous | dene les NOTRES.





lox protres de VEglise dHall..' C'est pas nous qui scrone

Aussi, nows espirors qu'll ynoligieux avec +Le Matiny,
avec le catcours de 08 | parce qu'il etcense Mr, Délly.

umis, commoncer biettit,
| me il ne le propose, lea raveux ' gi nous reprodulsona dex cht
4 | de roparation & la Chapelle de §.9 du budget, ou si nous "o-
LLamscle a «Roche Blanche | tons que Mr. Délly sous a mal
de Noe Dame du! servi dans ia répartition 4



La! & calle

& «Laaser-

sett | Qu'll gard» donc sex allusions, ©

De méme pour Vattaire Sea-
brook, quand «Le Matin eric
que que que d:ssayer de téhabi- |
jiter Seabrooks,c'eat lai qui nous
pousse; une foie de ping, & pe |
bier ceraing autres pussayes

du livre et qui He sous concer |

nent guore.

ele Matins ne so rend pas |

compte qu'il reconnalt fmpital
temont des tikes & la syrinc
thie & Mr. Seabrook quand 7
éert: «Gar, iL scrule aux YOUK |
sque lorsque. date un ouvid:
qe, on choisit précisdment les
rquelyues rates passages qui
ane age pas délavorablen ~ ac
ecous dont ii eat question, le
ebut est de wavalller 4 rendre |
ssympathique auteur.»

~ Now, nous ne travaillongs pas
& rents sympathique auteur.

|
i

| Perpétuel Secours
yer.

EXAMENS.
: DY BACCALAUREAT
S ssiov de Septembre 1945
Sans de Port-au-Prince



|
|

Amonio Chevall'er, Maxie-
i Claude Mabille, Willam Poa
| gére.

Premiére Partie

“-Andfé Béauplan, Marcel Box-

che, Christion Lerehours, Hay-

re, Justin Tursier.

Diuxidme Partie Section A
Came Andris, Yves Ba-
jeux, Keder Bayard, Charles j

|
|
|

Bayas, Suzanne de Delva, Re-
né Dorsaint, Gérard Gourgue, |

Gérard Helmk>, Cédaive Jean. |

i
i nis,



rant, Lominy, Jean Mar
rescot, Emmanuel Mompcint
i Tancrede Narcisse, Gérard
| Naw, Phanuel Nicolas, Daniel
| Peissier, Pawi Verna, André
i Vilscint
| Deuxiéme Parte
Aucuh,



H. i TIPPENHAUER _
GRAVEMENT MALADE
A NEW-YORE
Demain aprés-midi, Pantirort
pour leg Etots-Unis nos symp

pethauer, appelés au cheve:
je leur pére H.R. Tippenhauer :
gravement malade a New:
York. H. R. Tippethauer
important homme d’allaires et
s'est intéresse depuis de nom.
, breuseg amné’s @ Nos produits
| dexportation.

Nous souhcitons bor voyage
i nos amis Ise tréres Tippe-
thauer, nos voaux de santé
|

|

|

i

awnrscnmnmnnnannnereie ae srtmninanentn

&
| eur pere.



NAISSANCE
Les époux Clovis Désinor, Ma
dome née Dupré, ont .eu le
de

13 cefte invitation
vera & Washingtor au début |

Nos meilleurs vooux an Bé

doctobre. Un peu plus tard le i bé ef compliments aux pareniz.

secrétaire de presse présider-

21, Charles Ross au cours d’u
ne coniérence de presiea a con
f'rmé ce rapport.

LONDRES,.—- Ce soir vine sour
| ce qutorisée a exprimé Topi
nion que le consell dea minis-
tres des affeires dtrangdres Jes

& grandés puissances pourra
revenir sur la question du trai-
16 de paix Halien qui jusqu'a
présent n'a encore aucune 3c
lution. Par ailleurs, on orolt sa-
volr que la délégation russe
erurait regu des instructions for
melles de Moscou de réclame:
que ja France at
svient completement éliminées
des délibérations au sujet. du
pucte avec les pays. balken-.

WASHINGTON.— Olliciells-
ment ilo até annoncé que ls co
mile naval dela. chambre
gpprouvé & lungnimité le pro
position téclament ” l'établisse-
ment. d'une marine d’apréscquer
ze aver us otectt do 1079 na-



la Ching»





vires. au minimum. Cette pro-
position sera probablement pré
sentée devant la chambrs. ‘a
semaine prochaine et les mi
lieux proches au congrés on
décloré qu'elle sera certaine
nent approuvée.
WASHINGTON,— Selon des
informatiots quiorisdes de Mon
iévidéo, i] est probable que les
poys de lAmérique Latine se
congultent au sujet.dea derniers
évonements G Buenos Alres.

Candidate admis & subir YOral | Ceci di ove vovons
2ci dil, Neus novs voyor

{ Prerniore partle Section A |
Gustove Dajean, Anthony

Desroulecux.

Premiére Partie- Section B

ny, Robert Charles, Claude de }
Vendegis, Oswald Desdunrs, |
Alphonse Edouard, Delva Lara ;

i mond Mo'se, Céphos: Thésda- i

thigques amis Erle et Harry Tp :





zetun |

ine joie

papier-journal.

Clest pts nous qui censure:
yous jes exiralts ou reproduc
tons que fait «Le Metin» Quill
ne s‘atiaque pas & tote Hoes
18 dextraire ef de reproduire

ice que now voulons.

tout de méme-dans la néc #5!





d> faire ses commenia‘res.
Mr, Défly était encore ici.
Quand «Le Nouvelliste>
en &@ signaler quéun

i
i

i



| chaly ef en os. Ce que «Le Ma |
de

i

jae qualifie de rmnanique
! probité du procédé, on 6¢

i vaat:
i
i

: } manquant, de probite.

«Le Nouvellistes, en
'mant lononyme qui détai
Yaftaire . Debachy,

Pal
Mad

be

ae



édition du jour?

i

i

i CINE SELECT

Par
son apparell de projection,



‘activ tés. depuis hier, En con



| néceasale soit fait en occur
| rence.

Gee

DECES



Verdredi deruier est décédé
M, Sénat Fleu-

ay. qai a occupé dens la sovie-

i
| & Saint-Mare

ié de la ville une place tas en
viable.

notr, oral, Vex-Sénateur Pron:
coils 5. Fleury, nos sincéres
condoléances.





A PARAMOUNT
le public apprendra- avec
compréhensible: qua
Foramount maugure la saisou,
en preseniant dimanche a &
hiures 19 SUN VALLEY: SERE
NADE (vorsion anglaise). une
éblouissante ‘comédie musica-
le de ld Fox, interpratée par ic
séduisant John Payne et | par
Sonja, Hanie, ta plus grande
patineuse du monde, On en

Cos sources ont ejouté que la | terndra pour la protalare fois Je

conférence dea ministea Jes
affeiies étrangéres américains

retordée dana le but de pafmet

fomoux orchestre dé Cleen Mil



jer exéQuter de nombreux mor

& Hio de Janeiro pourra dire | coanx, notemment de populal-

xe fox: In the Mood, ce... sary

we. & VArgentine de sa donter | sensationnell Nul dente qu’or

un gouvernment démocratique,
WASHINGTON, -—>

wallle_en foule volr vette gran
de production, qui, sox geuls+

Ca solr un groupe de lenders | mies bénéficie ‘d'une misa eh

cu) congrés — cmeériond#
demendé dana une lettre ant
Président Truman que les Eiote
Unis. rompent les relations ‘di
plomatiques avec lArgestine. «

a jecdne et d'une.

interprétation
exceptionelles, mais nous can
te. cugal une déliciougs. histo)

ro. Aemour © rythiiée pdr le
plug entrada des joss.

i6 de relever une erreur du «Ma-
tine. Quand «Le Nouvellist:> ¢
donné la primeur de lo nomi.
vation de Mr. Défly, & Paris, 3
ne manque pas, qu méme mo-

Section c iment de dorner son opinion. et

Mr, Défly stalt toujours ich, en |



ec'est aprés son dénart.
(Mr, Delly) quion a fot athe

sion & Debachy, Bellamy, c'est
, cela -platét qui est un procédé

ine

Bellamy,
1iu‘a jamais écrit quill s‘agissait
Section C ide Mr. Defly. N'es-ce pas met
le «pied dons le plat» quz
tolre le rapprochement que ‘
| signale «Le Matin» dans son |





suite d'une ponte duss |
led
.Ciné-Sélect a di suspendre ses



séquence, les séances du ciné
‘Tad sont renvoyées a une date
jahérieurs, en attendant que le



Nous exvoyors a sa famil-
jel particullerement’ a sor. tis

Secbrook mort, san lve aur
Haiti redevenall actuel. et pol
ément notre réle de jours
‘ote congiatalt & mottre toa le




bot

Seabrook qui uvalt pursed on
Haitl et s‘dtait intéressé G notre
pays.

pinsée de Seabrook, la littera
mare de Seabrook sur Halii.
«Le Matin» pour avoir, sans
doute, ton préné la réforme
dex echniciens eve que cir
tuins outeurs, un Hugo, un Ane
iole France, par rexemple, de-
mandent & étre lus seulement |
i en extralts. Et ce sont les ex-
welts les meilleurs, naturelie-
ment, qu’on propose aux lec-
. tours. C’est 1& une loi lttérai

a

francais
; chonyme lui avait envoyé des
| détails sur l'Allaire Dobachy, °

; On neva pas
| exemple, dans les miasmes de
Zola pour les offrir en extraits,
De mame, ils ne réhabiitent

les auieurs des «Mor.

>, quand ils pro

Zola,
- ctaux Chosis

sentent aux éléves les meil-
leurs passages de Zola. -
Et si nous continuong des |

extraiis de Srabrock, c'est «Le
Metiny qui nous y incite. Nous
ne désirons pas laisser limpres
sion que nous voulions nous

(Â¥nus covcernant,



MSD Str anSititht

UN PEU D'ATTENTION
4A CE COTE-LA,
Uurbanisme bien comris, |
se cotsiste pas & exécuter des |
reverax dembellissemert sau
emert, et dans certains

| bers, mais @ réaliser tous
i





quer
ceux
ceconvus Neécessaires pour |’
riéloration d’une ville,

| Ainsi avec les prochaines

t



fed



plules, les rues du-Bas-Peu-de
| Chose «Conduisant & lEglise
St Gérard, seront imprsticables,
si les T. P, wen entrepremnent
pas ia télection.. Tl ne s‘agit
pas de construire des trottoirs |
comme d la rue Mar. Guilloux:
| por exemple, mais, si tout sim
plement on y metiait un revat
mett, pour -iaige disparaitre
i tat détestable: des rues, of to
heres sont auasi nombreugas



we. a #

SOVERTUUE DE LA SAISON / que le sable du rivage de la

mer, ca sera un bientalt consi
| dérable.

Et Ips habitants des quer:
tiers du «Bas peude-chose» ne
somonderciemt pas davantage,
| quant 4 présent, du moins.

|

Cmnnne



A tous
les, coins
de‘rue


leurs an rapport dirett aves ce,

La mailleure maniére de |e | ¢
tyire, c'dtait de reproduire io |



fouiller, por i

! point lq littérature obscéns de |

[mettre umiquement cn épingly, :
: : t
pour avoir eu & reproduire, d’a-
hord, le chapite de louvrage

5
}
i
i
|
i



_ BRASSERIE BE LA CouRRON NE

Discours du Présiden;
a Mentrouis

alte)

pes ai align Be

une demande de la Rubber
Reserve Corporation, alle B94,
chargée-de cultiver aussi fe

> crypts: gia grandifiora dont Je
latex, au dire dew spécialisies —

pouvalt remplicer avec avai
tage calul que Fon-tire.de Una:
aved -brasilensis.

Pour ait inde & ces fins, de
crges étendues de terre, plas
an arbres truitiica, om v~
“aie. aamatitelres ont 616 sacri

bees. Ot, sole pays te sont
i kat. paw dig surproduction.

i Déa lors, fon pout masnior
‘Yompertance du sacrifice q4%
i nous avers volottalremelt con
sent, Lor pout solsir le coop
supped par solre scone.
Lion paut comprendre le iour
de churge qui Hous incombe
Gs renrqaniser notte puye dana
je domaine agricole, - Er ik no
es peut pes quayadt participé
4 ig hutle commune conte 183
ioitiaves, quiayant pati des
ine dences inéviables de ia
| cottlagration mondiale,
| soyors liveés & nous-mémes,
i & nos seuls forces, G nox saulx
\
'
{

C4




bate



BOLUS

afforis pour atteindre a ces ins.
li ast aussi vrai de dire que,
durant Yadmivistration précd.
reaine de Développement Agri
cole avait pas fait preuv:
dune perspicacité assez gran
ee et que celui qui la présidait
cla drigsait doit éve tenu, en
partie, pour responsable de la



*



Mais graécs & Dieu, sous



1 homme, que je prends ola
sy & nommer encor: une tols.
Monsieur Robert Pettigrew qu




n
iache ds renflouer une banque
ombrant sous une voie d'eau
De main de maitre il a réiq
bu ia situation. Ce qui nous
*

P

Lk

Ee
|
iS
|
Ly
je
i
P
it

Bo)

rermet d: dire aujourd’hui que
i SHADA n'est pas loin d'a
voir franchi le cap dangereux
| qui la menacgait: Et de nour
i vir lespoir qu'elle pourra, dacs
> un avenir que nous souhaitons

proche, se retourmer vers ses

cu plus grand béndfice de no
te communauté,

| one
i DISCOURS. DE L. PETTIGREW
Monsievr le Préside”t,
Excellences,

i Mesdam s, Moasieurs,

Nous tencns d‘abord & sou:
‘halter la bienv nue a Son Ex.
_ elence Is Présid nt Lescot,
Moessiours jes Secré‘aires ¢
| tcl, crux houts fonctionnaires au
| Gouvern. ment et, enfin, & tous



a@

DEVE.
Est .décédé hier. goir
en stn domicilesis au No. 26
Restle Bouzon Mme. Vve, Si

i tenney Duroc Charlot, né: Hy. |

4

its funérailles auront 28 Sept mize cours ae

ctibe.
eu cet apras midi
Episcopa'e,

Nous présentons os since-
eves condoléences aux fem ‘Iles
rienry Sterl’n, Maurice Dames,
ou. Révérend Georges. Steclix,

en VEghse

Mme Héloise Hecube et ses cx |

fanig, i

e LES REPORTS DU eNOUVELAISTEs VOUR
OUCOTR ACI wOTIa EA UOTE © ARONA

eae a







dente, la Société Haitiano- Ams |

crise quella a eu a confronter.

ong eu_la chance de trouver

‘a pas reculé devant l'énomme |

ings premigreg et les récliser ;

‘gt

| saul imprevu.



' wnarré, Rue Borne Foi, Ret

Si bon avec
Iss allments:



me
























eoux qui ont bien vouly ¥,
“Ge & note invitation,

Nous avons jugé qu'il gy
désizable de dower-ung gy,
iaine solenrité 4 colty.4
“ration en vue de monte;

Ja BHADA,.0'es: pas. mote: 8

te est bien vival: comme spy

pouvex la remarquer gfe

Vhai et elle reste ut steetge

dans Véconomie nationals

Nous oo prétendona pag ha”
vaillar sur une grande échelle
Lindis hous avots nos deus gly
tatjony de ipa, umy ouplots,
tion, forestiore dewt nog 308
mon Tere,

Les planicione de pin de y
Mare ta sont pan ence on 16
daction. Au Gop, la mele ag
indie eenloment eu ate lykls
auperticin. Molx, des la my
de janvier, toutes cox play
tong danieroat 4 plein paadg
th Nh, ROUA ‘permaty
douqmenie: tote groduntign
A ee moment 1a noug pongong
ae la SHADA awa past iy
‘moment crucial,

Nous avors beaucoup dye
jes produits agricole gg
| pourraiert, depres nous, oye
développes. Nowy noua y ink
resserons dés que toug en ay
ions les moyen.

, La SHADA « eu d-¢ momen
tras difficiles au coure de no
te premiére année d’odmigs
tration, cuss! © arriveronsteagy
jomais & movtrer note ret
nelesgne: & Son Exceallense »
Président Lescot pour le ot
Hance placée en nous at Pog
pel qu’ n/a jamais manqué
de nous domer. dans lexéir
_tion de volre programme &
réorganigation.
Nous sommes



me eps



également 1

connaissants au Conseil d’Ad
ministration pour lew bone



brs préset's: M. Lacrois, Bh
Dartigue, M. Wiliams et
Chauvet. ,
j Cette usine moderne a 46, a
‘grande partie, montés par Me
Brignac que vous connalsss
fcus. Comme toes Mo oe
' grac a bien travalllé pour Hi
i ti. Nous sommes fers le tai a
' de son omvre.
: M. We Président, Mesdates.
Messieurs, cette usine est i
usine, cette plantation at
votre plantation, Nous spk
YO"NS que “vous en sprouvere
Jo méme ferlé que nous; q@
vous cominuerz & lear pole
beaucoup < dintéré!, De nom
£Sté.nous firons de note mieth

ent d'nn intel







ive











pour qu'lls
tangible pour ia Républiqst

aHalt.

_ SERVICE HYDRAULIQUE
i _ANIS

En vue réporaton &
Vannes 4 Late, les queriet
suivants serop! privés dacs

heures A. M. & 2 bree BM
Bo's-Varua, Laiue, Rue #

Marchand.

LA DIRECTION

Portou-Princs, le 27 Pe
bre (7945.

oe






Con gres U. S. demande rupture avee 1’Argén tine
Coirvnentalres
¡¡¡jB LA SITUATION
. Coss»51 ÍBS J1*nistíes
j^Ctngíere& den Cmq
Puiaecacos, tenu &
gessble finir «queue
ju», comm© ou dit vul
m¿&
“Responsable
en Partie4’
i© monáe ««tier ol*
J<2íf la plus téelle coopé-
íes *8ig Five-,
*$ ©tail conven» ©t arréié a
que lo premiere
des dnq Ministres de-i M
Utraagéros dxraafe FBI-
sfeocupor du Frailé Ja
f¿ oree ntatle.
^ yaifó que» darts ce ¡se»»,
desde oO«cr:4 nfe été fait, sem
m
V
Dans sou discoui» hier, U
MontrouSs, le President de la Bé
publique a prononcé, parlan!
de FAdxtíinístrafiiori ptrécéde-n-
t de la Shada, cene importan
is phrase;
«Celui qui la presida;! e: Ies
«dirigeait doit étre íenu, on
¿partie, pour responsable :1= la
•ranee qufelte a en a conírcra-
«iem
Cetatt Mr. Fovc’ qm tu/ i
la.t los titr-s ©t tonr, President du Con.ra a A ra
•nslratio” dr les R?,n h¡ 11 - •> Di
• lt>- V
Et r Affaire
MfiO BIGAüD??? '
*» que bou» gar*
trois semaiees d •
©aire les cinq Miraai/es»
que lo preparation íech-rá
de celt© conference a pé-
tM d la base, l'usage «"*;t
^ préalsbl©ment aux rau
4e^de ce gerar:, un program
gl ¿les questions á discu :er
établb que la
d suivre soit d 1'a-
par 1 s parlies
$ que, enfin, chaqué Gouver-
devora y partido? r,
ísfisaisse -los grandes ligues
qui serení presen.
$& par chaqué Chef de Déle-
Devout l'dbsence de talles
$®&8sáomt une conference in
:tars$i0sak> est vouóe d'avan-
reteníissant échec.
: lm si «racu«e chance aux aurxes
Bstlems, pefifes ou grandes, de
p»aár© pad á cea négocia-
fem, La soul? promease qui
bars été faite -1st que les Gran
és» Puissances pourrora «cher
éat é eon&aifre fes vues» des
Pitres Nations «dir: ciernen! m
ténasées», dans un régleme©!.
U Gauvememem anglais
sousda pres&íon des Dominions
s’ st *?u dans Tobligation de
ésaander d leurs r&orésenta^t-.
o i^esáre part crux discussions
fa imité de Paíx ovec rilulíe.
. leg Soviets, de leur colé, on*
Atea» la presence de Delé-
pfa Felona!s, Ukrain;ens et de
b Sujete Blanche,
. Bek soite. on a eu le spec-
hck que, discutant sur le 3ort
fa Tiiesle eí de la-frontiére ita-
^yoaqaslavs, se trouvarent des
ftpzmiMmts de l'Ukraine et de
b Nowelle Zélande, par exem-
Anal, oucun resulta! n'a été
C^Bít en ce qui concome les
sóbales Hállennos ni le Traite
A» ?aix & dehors des Etats-Unls et
d® -te Chine, chaqué pays a :
dterché des avantages politi- ¡
la Hussk, demande dos !
en M-éditerra^ée ©t da»s ;
íter Hougf’. <
. i'Angleierre, iddírsctement,
sa formule de «FEqui ¡
^*í cbst-d-dúe «Balance d-s
Fcuvcúis*.
.ranur^n f -a
{-o juífomo
í, • Now*, '■
;u me
ábyí nv
recleuj'General
té.
Cornm, nous
xeux d'enteiídre
! .vivero du Pu1
pubhque, cor
na ía¡t que souü"
ice op¡n.o; depi*!s
«ées.
QuanJ de
reges rcus'ds, en
oe... «saboteursv,
Nous no 5.0U-' t>a*
seulemen? a redare lo Presi¬
dent du Cons ú dAdn«p -'re
don de la Shada, raspo' «-'a ..c;
d? la cf.se qu'» raráo’ ni';
rous ía.sions cn'-í .os
sertir k* rol? que dova:t jou»;
en la ctrconstar'-e e V ra aé
sident de ce Co’i3e„ a A m;
’■istratíon, le Msn siró O? 1 Afir'
culture.
En somme, Mr. Fennel n'a
vait que la m seto” i :e
réusstr la Sócele E ccn '.o
ú n'avait pas un sou1 eco ra
engage dans ratía.re, ..
peu$-étre a trovers e Me- c -
¡ ¡$ seul -Présíd'r» au Co *u
d'hdmnisfoaf.on 4 j e So. j
Commercial©, s 'a-ra ♦
t'ons dans ceiie Scc

n’étalt pas le cas an v e ?¡
dent du cons' 1 d
tion qui éí-a't lo c ?
VAgriculture. L rer.c c ‘ 1
í le Gouvernement HaPi e* os
* intéréts de la Nato; Ha * ” 0
¡ qm avalen! garantí je* 3 .31
000 d* collars engage' ,c
piésentait la protection oes ’~v
• res haitiennes, cello d-
Ttoís a«s el sept mois envi¬
ron pour instruir© une edíahe.
De l'avís des hommos do lois,
t.ne affair" qui eut pu étre li¬
quides on quelgues jours,
M;io Rxgaud est-ü dans une
ráuaíion spéciale? -,Pas que
rous sachions, .U» justiciable
sest plaint d~ luí de ce qn'ij
dit etra un dolí i peí potra d son
prejudice, un délit de droit cam
n l.u oiocuffwi" a &a'v:e es-
jt'uv t oí ra? (odes e: *>' au-
s v^t»,'© que © codt fu, rnu
n> 1*' "* «
;>* <<'! f h* 1 -1 un tos et rh , ‘ h
<”> le Í4 juo eduje »iidnr» *»>
f.f t’íeme.U! pout ej.
nbacísox-Pisíju CmMt CL CHAUVET
abiíessei ¡m ¡mmmrm muat
PC?'r •■'.WBfflCE — asm
No. 21.529 — }EUDI Í.7 ?EPIEMBHE 1945
P. O. 80* A. 1»
PHQNESi 2232, 24»
5Céme fiíiíEE
Et dans
IssPneus?
n.
hu
■ jira,»
ou?
Q.w d- b ;:©n í.<
/ or»:, u touAm ¡
¡e,.leso».»ee, c-t
-í JO, qiJCd.e <| C
.--i»- > Ci’í!
. W l
rats as toa jome
tumos le sens r.'x
leur responso!»!
c moas éiaient ni
a plus paiiaiie í
parties qui cc
Tuatr ;nuoráé que ”
’ m r ce kta q> t c
^ 4» 4u < es eabí^m.r’t
:r^c 1 Gi - same,*! o
v ’ c le «i Oeues ”'odr‘
• ' o- Magus'm s a.*u» k
t v Vs de ; ' ! e;
C .© q<-e la liqud.1
de Jes adares Vj>
gZt-tA v* ara ©tab r <
errmos ccrva^ cus
.is avons a-ígnote
du Controle úm
au h u úe ¿H' i ¡ -u
.. ui ,
, erl:t*|-«n> da ]>oujc'v‘ ’ . ■<
d mp’ihk’ü Ae choque n« .
.o», ovum ,n guvne, avo 4 p,u
*..t decv». .© f k-i, -ai v., ; -j íxm voal i i
Nouh .ivms s.uua’é, poj; ;•
(re í>’i ©•-•» ,> .sveor..4' :o . u
O' L'Í Mw. Aux..a, H.xm <
vct.s SK/nc o dos MalsO'.- vía
l.rar -end men oprés li auoo
ele te !a Frarae. e: q;..
4 n en! d j ;'m¡ a u,-. .
Massons c-mbdcs depu ¿ d- -
d ¿a es d ‘S' t cea aúpe
Nous . ovo' o sraor- q. 2
* < cnev c pneus u > b»
comme 4 Soc es H
> o o Au oroo*. en qn ”0 4
1-.: -. **** St p. is.ea
. Bloc-Notes
«CH0CHOTEMENTS ÍNDESCRi f'TIBUES».
Disco urs
du Présldont
A MOWTHOUIS
r
su 4
ir
,n -
g Co.
í-Presids
p2i *-:me
po-‘u’-; d
mtion-ai
oar
tanoir haltlen qui dev.m
ii.tellígemmen.t ©i utlle-^e 4 ■" .
tívé,
Et pour bier remolir ce e -
ternte m'sston, ie M r s*-
T Agriculture avail pour ¡in . ex
períonce de notrs- m.-iieu et
connaíssances ar/ronomlqncs
le ,‘échnicíen.
A la minute ou Mr. F; n¡ie¿
•eik du Mbustre qui représen-
aít de si gros intéxéts nano-
'aux, c’étatt pour Fun ou pour
'outre, á prendre ou Icnss'r.
II n‘en fm rhnJ
Les deux soní restes, Presi-
deuf et Více-Présidem du Co»
sell -d'Administration L.!ac-
ccrd était parfait, i'emmie étu.t
Mumelle.
Tout ce qu’on pent repro
oher au President du Cgús»í>
d'Administration do la Shcídr,
LA LETTFS DE ROOSEVELT
A NORMAN ABMOnp
í,-' jrar a^y m .<-£> B"’ los,
’ , T.0 > 7! ti do noe*
- x cí . aee a >a v'4 do
Roosevelt á Ñor-
Ambassadeur & *
Espagr¡e. C'esl le
a Fia! qaí a jugé
tunare puolquo
| c 'o .ettre, en soungnan quo
¡ : Pras.deM Truman mar
j - r eme porní de vue qua ex-
n'-» rex-Presiderq Roosev2..!,
j c* 3‘í a-d;re que le tait de man-
| - ,r u* i-presentera drplomr
I .cu a Madrid, n’rmpbque pas
| ju- e.s Etaís-Ures sympam'smr
1 nvec ie rearara de Franco.
! Ae contraríe, explique Roo-
â–  uv ,t, tout Gouv^memerd orara
i tenant Ies procedes . íascostes
I -on* con.sictérés par les Eraís-
í Unís comm® adversara©,
t Ies mocédes fascisras, co¡n
en i& &s'A. so^t ra Espagra
m í-o-i do haiüonner; dro.t
l'écrire et de parrar á'xnteráíre
es Chambres Legislatives ou
le íes domeshquer, et d'enraver
ou'c rb^rtc d action au Pcu-
•o;r Judicraire.
C'cst cela que la le lire de Roo¬
sevelt réprouve, et qu- Was-
nlngton jugo opportun de red¬
ore publique, en soul qnant que
_ - e
.es* raes
omp4e 1 c ira 4ave *
v ais erque £
“ ‘ ’ 5>«"0' CO
-r. ee a c=*te o
" nor mis d'hn
- o4iués a d
e.ra a. 4 a
4 la '“'.mr-
| ira '► ; uperí.n; eax, qc* a*- 4>m-
• v>! í?c du»» tou(3 le . mdi»«ux.
de ij«» U;h '.©ctiOks oiraler. 1 r
• IITU.W.», jy ,‘UUÍ>t, tf pi |,á
j 4
<• . amea mb'ishhioíí!
Fram: tom dt> .supers4!., â– %
I locale"», rl on est nun qm e^ .¡us
s> snnd> pom rertem*» cr> ■ -
^'yvfi& que les ieatllobx fv.\
¿u Coran pour. u« musuhmns
Attention d voir© chapeau’ S¡
vous et&£ en v’síh‘4 no U*
hez ó qui que ce sort, sous pré
d’xto d© s ir-rez-ra sur vos genoux, La .-ña¬
ue© des homm's peut vous on
i?v©r, qráce a la minute d r;ra!
tention votre chance dai¡s los
celares, avec voire Juc'dit-» .
i U^e ex-diroctnce d Ecora Ru
! j7 e plus !ord super-ra.’endrra’ x
• remsreree depuls, mars qu.i ?ra
s rentxait jamais -dans le carro
â–  dun M.mstre sans des lunet-
¡ es nones, lui avail toujour 5 re-
■ command© d© ne jamais con.
n r son chapeau, sous aucun
â–  metexte...
1 V
M tra
,j
bliU
U
< Í f'oxpj I
f onrpuq'en*
h*4 Mtrxíh''
£** nil
\ UX'>1
r»
. s a.. 0
Oak.
eT,.io 1 rrarrr
-> 4 vt quo
Fo.rF
O’ (© ra-m:
res! t.i, test
a v^L’i Mi"
dra-ra • : -h
vj.i b.': ,
reives d- s "C
orud© pour m
Haiti,
Or, nous 'a
I; s'aq.csa 4 aexe
trava l rnécan.qv.©,
ces pource?-'.ages.
Avo's-nou^ tio'.-
ra s;..
u ' o
. amer.:
-‘O'4
pavs
e’e,
p-'U
4 ' So ar
¡,ner r-
. e cnaqcc-
MjIsc- £»,
i j usque dans sa disgrace, cei-
: .u-.-ci von executor ses pressan-
; tes i; -commcmdatiors...
L© personnage est-li ©n con-
í:e¿n en assemble©, ?ra cornu©,
Ions d a recept.ons ofticiellos
r¡u drplomatiques, ii resist© a
*ouf© r.Vitatlon de remettr© son
; couvie-chef... á Esnaugurauon
i a vecolr. de Fiircy, toute ¡‘os
> ^stance écoute, décauvert, \m
d scours sur la method© nou
rede adressee au 'Triaster des
i masf. rs*, Mr. le Person «age est
! ccuvert, lui...
II s’e^suivit ur- vérdable "*Lu
chotement indescriptible* do-
vant u« tel manqueme©! aux
*raag:s. Un devoue lui chuch.o-
Kt a i’oreill© de se dscourr.i.
R s© decouvr©. Pu;s. dans un
res!© énervé, il enfonce ertto
¿ms 1© plus proíondément pos¬
sible son couvre-chef et II r-sfe
rauvert ainsi, tout© ia care¬
nóme.
Nous avons conservé, ici, de
cnrleus s photographies man
- *• 'hrad H*».*;,, ¡I «*'©' ; im
tpu* f.'m n»i •<•£ *>'> ul-fj, puhr*
*, t|ts! 4,U| ,mp< ,i' vi I M.5oisCl
np© \ po ,* h> 't iv u - ni
)i ut.c, Au’h.. Li trains 'b'.ra
u**. pj'«'tnl»''.
I.uuh x d© co: tci-
ir si io Puu Amejlrra.’ Air-
vny-- ©t>! lout s mp!©m»*n; un
camp d<- . pi*o« t.avaiUc do •> pt h-mios tlu ran
!;» a 5 hft. p. rij. L'ateher do'A
ixenulM ;a hvraiso»’ jourra, e-
ra d#- 4UH paiic^ d© soa'‘
IF'1 r©lache d© qui’ra»”' m ' ules
pour cu»r quo*’ dot x.mv
, , ^ r.i pi© .-o'.r-d. La f un to-
; iuse do corahub m: abr»
j <•©» person* (1 vhqr© aior^ q x©
son pesotraoi Ida* c dsp'ras-
? ci'un reiecloi.ra pourvu de tons
j ras raff.nements du contort k4
? plus modern*.
j C’cst ?¡o;r© devoir da denon-
) cer de t»dy feats, rous le lease’ •>
* seras ’ oras pu-occup©’' d© le? ie
j d© ’a Bata ‘ Ncux "c- '
I tito's op;© l~ Bara impc.*'> u
j -1- jcu-!’©© de ‘.ravel*! ":e o*’ * *
, atures a dos Trato:iai!x co ;•©
j u«5 saleare dérísoir©. L'ouvrn-r
j I aitien, > ¡ jos, sail comment \rz c1-©. 3
j ce passent autre parí. 11 - sc
j poinT \ L of qu’ur* matira cons
¡ r.yo'-s - d'rahor.s auvrorts. Et H t
j eu, sa l, r*’ qu’u* o to*’© e-/t a
I ua. 'o paarrait pTé-o’t * A -
c’qxra da’-s rotre v ' ..
h r>& ferut pas qu© to 1 nr*e
“Bata nous impose d > 4' s
•fliiuis a ajouter aux g>
rebrames dont acc/ *• r-
j,exth r-herchoid *c r© ‘i4m 4
Du hit do la gu©:;o ¡ > h
tla* neme’U sever© par ’os ?
Dms, »!Otr- principal lour
A<í\xx sur ‘out matorral pour
lópho»’©, l* s journaux JT:t
*©xvé lours crihque*. ran
i M» ;> ' *m*-. t4 M t oouih,
h- obit -,f!U¡«»!,í hemaux
; ra Un r-rarauin, (Luvolí
i, p .• da 4i i ‘uñad’ iovstatio*.
© h ík«c«»t© Hoiü mo Amórf
ran* au d©v©!appí'mtm? Aqttxo
4>t d.- pj<"UvU*r >s ÍTfumgurn
han d j.oavcdl© uflmu
do-.! 4.S !a prop ínu.oft d^
t trame pit©.
i O'",- u¡ra mmp-4Í.<|Uo réaUbSt
; t, t> ©¡íj hícjU'-.le rams fondor»
j 1 s p.us grid' ».4 nspolis. El.^
j ©si lout a F-honneur d© 1 acíuel
I Fioe-dont de la Somete ©t de
' con coilaborcíteur pour les plan
( ’-irao* .<• d SmntMaic, Mons-eur
jhng-ac, íior.t, D’> marates oc*
1 - a» ai s ; ©us a fur© I o!oge I©
• ri*' ^'iraiíe aujoiud'hu. davon
i vu ©n c© dera-rar 1 homme quo -
1 r-clon,a<©',t ¡os c.rcoitshmces,
|e me rejouis done de celta
:• ramón'.: qu, me procure i©
i 'mrar da remerc¡er pubí.q'H»
t :©’4 h> ©ni du Co*-jsJ
d'Admra r toí j - d© la SHA
DA, Mon;-I ’ir Robra s Pettigrew,
v ,4 dwcuer. •*>’ t inccmparahra
ui di a mo’U© d.j<.s 1 admm v
rut m. d© c- tt© Sométe qux ui
io‘ cü,ihc*e a un moment ou
c ne étc¡;t, pourquoi ¡13 pas
lo dire , fort mal ©n point,
Pursora.. ..i í. ,q?*ore qu’au
. ebu: d© ’ oír© Adm..-;«st:a! o4?
: j? avio1 , a just ti rn, uout
r xj.ss- qraji;r=¡ ©=roj:s, lors
p. *.ví4 1 t le f 'por Imparl d<* Wash.ngto»
’ n v © s ¡ a < © -r J » r ! r So
♦ 4í.ra ’V o Ai/jc o *!c 4
< ra 1 - c*- f4 t d vr>
’><” , o Di'"” o jr a, «r© p.ra
, 1 x ' ’ ',o’i a©*' c tí ’mes d©*a
r . 1 r i©s ©t r ir mboduchon
4. , l?,n ü© cu ture*, noixvel
< dt i*por an
¡ 44 ie,4 '' s do, marcdL-S
r 4» * r-> Cn ir un sa í p4
is, fu'*-!,
’ trapa:
,M>A, d
pkis o©
mr le deveiopoo-
hntermediaire de la
• natre peHo indui
í cr. 1c
u©
la reper
pase
qui ont
• rare? o;r
ce nous;4 ¡
©■> r--;'! peut-éhg
c- - c -£ ¡dais cí ax
craasag*!-ra dona
..■ • e< a loots á'í',00
ouverl, ^*ais >Sa guerre a prís fin, !ou
la Fxtme» spéculait sur les .on doit le r-sprocher egaleme.n
***&&&» tcxnc&cntmx ritolíe, an Vice-President, car, s! rax
^ é'oketilr et». compensatic» • choces avaiem bien marche H
.^ta sécuiité sur le Bh;n. j que le saocés étah ©datara, le
W _observat'urs verrón.!, ¡ Vios-Président n'oublíerait pos
W ^re4 dans cet échec, Tab- j de partager les lauriexs qu’cn
la vieilie experience ' tressercrít aux Dirigeants du
—de fe vieiBe pratique des é~ Conseíl ¿'Administration.
ChuxchiH-Eden, Roose- f Nous avons déla éims notie
en rtmarqueínt que I opinion sur ce point; le V¡c=
’ President du Conseíl d'Admi-
í:Í3tration de la Shada, n'ayant
pas démissiomé, is'oyan» pas,
aves «oleMrttá fail ressprlá
qu'aa duigeap a.al la barque
d© la Sfaotía, inaont.-sSabic-
msirí a sa parí de xesponsabílv
tl dar» la cáse que Shada a
eu h coníroníer.
I. Ipiles, Bevin, Brldatdi sont i
^ l^^nnalités íxahhemoni j
4 b rth d® asa«c®Heri«.
pas notro opinion:
aroyoiis pluíot que Byrnes, i
Seña se «,»( «tosfés,, |
íoiesaJil hwm painm d» I
^ Anew» Mice de recuja- ¡
™* les ptailíons
Chancflls- i
im
üm.
Contót»nee d®s
w> *accés,- e'sst du
> ,ww -fe-, car ¡pus
SUGGESTION
Ne pourrait-on pa® au tribu
nal d© paíx de la Section
^*”8» dolvtet Renten- ccmmuukpier left rapports
it fa JWx da Msod*.
Est
de
police «I les plaíntee aux dé-
felwsiirs de* prévsJms
tSiSL tmxatm &ES AH- r HftltlENS. ITOJCI SCOT o:n»i «e«á»*t «® raesw® de •* j
VA ?ft8AM0í»f , Uteme»t
?'!o
n?.ra
RoosevoU
celie du Presdimi
el du Déparíement
i
pOUTTC-T.t
: mo’.m-
. em- *â– 
LES OEUVRES
DE LEOER CAUV1N
SERONT REEDITEES
Ce matin, notre ami M. Em
«maimuei Cauvíra un d© nos
rrraüieurs civilistas, nous a ap
prls qubl s'est emendu av-xc u-
maíson d'édrtion do la ola
ra pour la réédition das aeu-
/r»s lalsséos par Me.Léger Caa
fm, un de r.os plus grands !í-
.néraux -A un des me.ll-'urs
tribuís de «otra histoíre.
DEMONSTRATIONS
4 DU Dr. G, S, MONTALVO ’
Dr. Germain S. Montalvo v*s
/;t© cordiaiemra tous les Den
istes a assi&ter aux démo^s-
taiions qu'il, fera á i'Amphí-
i%itre de 1‘Ecole de Médecíne.
itmaín 28 Sept^mbre 1945 d
€ heures ?> M.
Ira Bureau Fu C:
Jraportuho’ís ci'/aít 4
face.té de disposer
,'e ras cí^ choque .
S'il ne ha pas fan
formule standard, l
voa
15 4 3
ras
. a an:: -a
: -a gu ra-,
r.pcrtateur.
su-vant lo
a?*'*- sur
¡es importations de chaqué Ma:
son avant ia guerre, nous som
mes de ¡'opinion qa'u»* engué
te s'impos© pour savoxr .es
raisons qu! pormie-’-l a aider
telle Maísora pluíot que telh-
autre, comma pour le cas de
Paul Auxilia, de la Société Hai
henne ¿'Automobile, et celul
cíes Mcdsora? récemment éta-
blies qu! avaiení des quotas lo
gíquement nes Maisans,
les iuco»véruete qu.t en resud¬
aran! pour les commimauíós y
part.dpcmt s'élirmrraní progren
sívement.
Le DépailerrraM d- qui ;©e-
vc> la cen'xale d's téiophoues
icit profiler de la presence du
í/írecieur au Co’-grés do Rio,
comma delegué ha¡t:-:n pom
cbtemr les posslbüiiés de r*pa
iction urqnnio a no’.r© rérraan
tcléphonjquel Ou alors, i] a raí
son I© louüc qu: d¡t «Si vous
éws prrs&é, preñez: l’autohu.s
mass évlíez ]© telephone.
TOÜS TBOtJVEBEZ «TIMES»
*f «NEWSWm» AU CA
pss
HUMOUR SEPTEMBR8 45 *
Voux éíiex hí*'i á «Mon-
trauis»?
Ou:, et «mon ouí*> est s'n-
cero.
— Cm a «chiré beaxxcoup de
Pifes*?
, - - II a fallu *Cínq marqn*av
pour Ies naier,
— Pour la Shada c’esf du
*Mmqm** zmh* â– 
txam ce personoage.
dans un groups oü se trouvai!
le President Lescot, decouvort
iuvmém*. Lui, le Premier Ma-
gtsirat de fe Républíqus, il nn
r.roií pas a la menace du cha¬
peau... II Is confíe a u» colb-
bc ou un ami.„
* * *
Nohe service d'informa'.o*¡
nous signal© quwe píainle a
été rendue, corare un emeim |u
ge de Paíx des environs ae
Port-au-Prince. Hebergé par un
parmt de sa femme,—- cet4.-?
demíére n’ayant pas droit a
i'heritage i'ex-Juge de Pcux
caLgraphia un Ipréteífeu ocle
de vente sous scing prive qu'
ii fit authentifier par un natal-
re d© cett© vill© pour fair© sor
fir par ainsi, deux imm'ubhn do
la succession. C© qui aggrave
fe fait, e'est quavant de ré^h-
s©r la chase, rancien Jug© d?
Paix tentó d'obterúr des vrais
héríríers qu'il lui fut abandon-
n© les deux malsona #n ques¬
tions.
Nous aliona suivre caite tén^
breuse ¡affair© et renseign.*-
rons nos lecteimsl
* * •
i II eat mb d la charge du dtu
lair© du Departement du Tra¬
vail de ve lbr d c© que les em
playeara ae condulsera qvac
équiié envere lea ouvriers, ies flambeaux.
m m m *ompm.t p¡m< Fl#le ?t
.evens lov-K exoyez
pratiquer un opfimkh
Nous.n? pouvo¡¡s passer sous
gd««ce le zél© apostohque du
Bévéiend pere Bhiüague!, Vi- j imeoger !euI barf>í¡ri
caire de la Croix des Bouquets, 1 ¿e
No Ug
5’OUS, ch
r\e beat; copiada«t, nous é>
.boüs en droxt, en presence des
programmes biabarás, de crox
re a uj* succé».
.Muís, vrat 1a guirre avec
obi,gcH,o¡*s impon* uses,
- ornara Monsieur Bnqnac vrant
r'y hiie caíu3Ío¡* do fago? **<
■ udíciesise, au sujit do nos ds
r &:o?-s , la gum© avec ia
saisis par les jáponena des
centres qui íournlssai;ra fe
caouichouc rt lo chanvre. deux
p-.odu t? d'Importance vito’©
pom la cofíduíl© victoríeuss
des; hostíiités coníie \ps pux©
qui out failli
au mor.
sanees de l'Axe
dans sa mag4*‘fique crol son
á’évanqéiisaúofí -de. ia Piarán du
Cuhde-Sac. Grace au pare
Boudlaguet, il a ©té ©rga¡Usé
cstfe annó© s\ix I'habitation «Ro
ch© Blanch©» un veritable ju¬
bilé© á i'oecas’on de la léte de
Notro Dame de Lamercíe, pn
íronít© do l'habftaüon.
Vendrodi domier, il ñvniú'h
.mo mess& de requiem pour fes
noria de fe région. Samcfe. ma
i-n, i] a xwi xeligíeusement plus
fe 151 couples. L© tout, m-ss.e
de requiem et mariages grata:
femenil Dana fe sol?©?, restóR©
Et díiJKmcho,
íVoir «ttjís m üm peg*)
Ait'.une hesitation n’étaií pos
r.bh’ Pu sque Tlmpot du sang
r'0 nous ¿taít pas redamé, h
feUaü, coüte que conté, appor
ter noire contribution á fe cau¬
se sacro© do la democrat!© on
gagée dans u^ra lutt© dont i’fe
-pue pour «ous était capbah.
La Serrato Haitiano.Américc«
!* cb* Dé'U'feppera-nt Agrtco*
fe- ■s’écerfesr.f drs bufe qufelk
s'étólS tout d'etbord assign©»,
sfest buceo, sur grand»
éche)!©, dan» fe culfur; de fe
pife qui, jusque Id n'avait été
exploit©© que par- dea Campa
niveos, Réraondgnt d-
V«*t «t¡¡# «a 4im fttf*

7 •!* Noomuams»
A l’ATTEKHOa» DU «MATJN»
Autre Chapifre
du livre de Seabrook
mm CONCERNANT & BAUSSAN
CEBOLE BELLEVUE
(Suite voir la No. dUierl
mm NYMPHE DE BRONZE
Peer u;i'9 porte pratiquée
¿ans un muí de bisques, no as
passdmes dans le jardín des
roses qui -tíescendaít de la roi
line... Les íleurs, roses» blan¬
ches, faumes ei rouges, cou-
vxatefít sur piusieurs hectares
le fieme du monticule, implé-
gnanf 1‘ajx du soir de teu.r par
ium. Moü hdie, appítwmmmi
était un grand amateur de ro¬
ses. II en ovad huh coins
plods, parmi jesquels éús va-
r*étée venues du toutes les par
ties du mande.
II me dst avec orgueil quo
son jardín de roses était le plue
beau dlHaiti el peuHfre do ton
tes les Indos Occidental»». Ma
dame cueOUi uno brassée á@
ces flours morvoHleusos. Sam-
tlahte elte-mém© d une bel
le rose thé, ave-c ses joues do-
léee, telntéss d© rose, quí en
imhatent les pétales, ello íar-
mait, ainsí poncheo sur los
boutons et sur les üe-urs ópa-
nouiae, un delicieux tableau.
Revenus á la veranda, Mme,
Baussan répa«dit sur ses ge-
noují ks rases de lóales cou-
teurs qu’elle nous destinad et
se mit á dépouUler les longues
tiges de teurs ¿pinos: *C’©n
est tropl protesta Xatie
Mate non, replique Mme Baus
san, seules les roses blanches
cnt des épin^s: aucune nutra
varióte- r/er cr.»
Vouialt-elle étre simplement
almabte, ou nous décrocha.'t-,
elle me aussi subtil qus le parram
des rostes quteíte vuaaít de
cuediir? Madame souxiait, én;g
matique, et nous ne púmes en
decider. Pas plus que nr>us
n© pumas devteer s! qu-rlque
intangible bien reliait ces pa
ices au ía’n que M. Baussq»:
comma ’s’íl voulaít marquar
par la qu'il metíait fin d seo
manoeuvres de subtile deten
si ve, se rappela soudain qu’un
b.ai devait avoir lieu le sou
*uiva«t au Club Bellevue de
plus fermé de la vílie) et no.ts
drt qu'il serait charmó sí nous
votiHons bien y cissister cam-
me ses invites.
Le lenctemaín rv-niín, nous re
cevions -des caries ó.'¡r,vitatlcn
au r.om de Mr et M.me Baus-
ean. Le bal était dormé pour
les oü.ciers de Vescadre roya
h de Suede, qui mouíllaü
cans la rada.
Qucmd ie sair qui suivcni,
nous orí vermes á Bellevue,
u'eüt été la pean íoncee des
hviíés, nous aurions pu cto¡re,
par une ^ui?. de gala d quelque
dub de Nice ou de Cannes,
ou de ice Nauvelitv-Drleany,
Des limousines se pressaíaiu,
o la porte, et les policiers cen-
ieuaienj la ioule des curieux,
qui ailongeaient la tete» d se
démonter le cou, pour va ir l’é
♦egtmte élite d'Haiti descendre
de voiiure sur 1© trottoir re¬
convert d'une toil©, ©t gravír,
sotas un dais rayé, les mar¬
ches du perron.
Hoes á París, au foyer da
•vOpéra. pendant la guerre, je
«'ai vu null© part ríen de si
orílkmt, de si cérémonteux et
de si gal d la íois que le tableau
diferí a notre vue par la grande
salle dé bal, fcmdte qu'arrétés
a la porto, nous cherchions no
tre bóte.
La, s'as&emblaíf reaistoern*
tie Indigene d'Haiti» se réu»k«
salt ©n un cercl© intime ce
qu'elle possede dlntsUigen-e,
de zidbesse et do bccruté.
Spectacle plein d'intérét
quand ©n aongeait que css
gene, dan© le court esoace
dru» eiécte, s'étcúest eleves
de l’esclavage a leur situation
présente,
R nous apparut tout de sai
fe que cette aosiocratie était
prinaipalemeint —- mate non
point, taut sen font, exdusave
merit — compose® de muía-
tres. Nones comma du char
bon, des douairiéres, ga et la»
se tenates pleinee d'aisanco
et de digníté.
Et, autotrr d’ellas, des jeu-
ms filies tout aussí noire» dan
saient avec grace. Un pon
pitas loin, on apercevah Fan-
cieu president Légítim©, avec
sa p\im.ane téte de vieux sé*
r a tour remain, taíllé?, sembiotU
U, chahmí vlgowmmm&n mx te
fond "du tableau... Mate, en
tre cas negras puxs et les p«
Iüb mulattos dont les «ucmccs
plus ou moins claires áoml-
nai««t, un élémant consldéru-
bl© praucrit place, du type b/u»
dr man ami Eaussati, Ceiuí
el, carívé ©ñire tempe», nous
conduisií d un© terrease, ou-
vrant sur la salle de bal, ou
r.ous trouvdmes Mire Baussan
en compagnie de Seymour Pía
asi, le premier avocat de Port
au-Prínce, célibatcdre qui luí*
salí figure de «beau» dans la
r.ociété de la vi-lle. Aupras
d’©He» cáissi, se trouvait un M.
Rol, dont la face, bien que fen-
cée...cni point aten éíre presqu?
notxer^© poriait en rea lité, avec
son nez aquíÜB^e® léves miRCis
©t son cráne íinemsnt modelé,
áucune trace de ce qu'óvoque
le mot nógre. Point ntest he¬
roin d'avoír pdlí sur 1'histoire
ele Moreau de SaRt-Bémy,
pour compre^dre que les R©
grkrs du XVIIe siécle fursnt
cu moir¡s imprudente dans i©
choixqu'lte iir?nt -du *bétaí¡
humáis» destiné aux ludes Oc
cidentales. Choz oes négres,
fu eííet, qu'ils importérent er'
Haiti, coulaít le sang des guer
riexs ©í des cheís. Et de pu¬
lsáis types ns pouvaíent ©tre
réduite d Tesclavage, sans
que révoltes, soulévemenis e.
massacres sensuivissent.
Bíentót le jeune Maurice Dé-
ole vint demandar d Kaüe ie
íanser. Avzc la face d'un
roquols (íl semblait u'i persa -i
'iage sorti des pages du feni
more Coopero pour une mas
criado en vétemer.is de soi-
rée), ü s'énorgut’illissait, d cr
eme mtexpliqua Mme Baussan,
ce dsseendre d'uue famine
: princíére de la iron here sud
du Sahara.
Comme r.ous déambulions a
travers jes fables de la terras
se. du coló de la salle de dan
se, Mme. Baussan me designa,
parmi les áa^seurs, des tedi-
vidus et- des groupes axrétés
poiu des presentations. Hors
les oíficiers de la marine sué
doise. resplendisscmi sous leurs
bn'llcmts uniformes, il y avail
pen de Manes: seulement te
Consul general anglais avec sa
femme, les families de que¬
ques mambíes des aufres lé-
gaíioíis étrangéres et le common
dant du corps colonial d#occu
pation. Ctest un© regle au
Club Bellevue gu’aucun mili-
taire amédeain n'y entre en u-
niforxn©. Eli© date d*un solí
d'il y a dix ana, ou le genial
Srnedley Bute ayant avec
hop d'affectation. tenu ‘ ses
mains derriére son dos» ou pris
un© autr© attitude de mema dé
s’u-volte son©, ü M ful sigmiíé
que m psrésance était indésíra-
blé, . 1
rtrrépróühabt®
EDOOARD caurrAvs <
Jto» da Pmqi»¡ Ha 14} ■
C*íte «saiso» «• r«cDmnsai>
d» « toil» pea 1» finí que l@ pa
tro» apporio daas la corAuc
(ion dts coctumM qui la; soai
CQSíiés et la prataptitads
la iámtBO».
Váítw l'at#lier d# coup* *A
l’fa^srodscilo».
Paramount
Jeudí a 8 h»s»
YOONG TCM EDISON
feotts titeea írowfoto)
avec Mickey fiooitey, George
Bcnarcát. Fay BaMer
... dm se&nm ' d'ss» palhéü-
gue ó la feis »oiae es vdttgou-
xeax... u,:e oeuvre de tendió/.-
se d'feutno» et d'émotio»...
Entré* Gd. 0.30.
á 8 hrm 15 f ^
TOI m MOI
(sous litres troneró)
avec Judy Garland ei Mar¬
tha Eggerth
.. Judy Garland dans son prs
roier role dramatiquel
Entrée Genérale 0.30
Ven&edt á 6 at 8:15 him
KATHLEEN
inonn tides irania!»)
avec Shriiey Temple, Her¬
bert Marswll
., Quand KaStlae» chante,
quand elk; south, quand «Me
decide do m bathe avec la vie,
nul m> saurait résister-d ea
pnninn'r;,. do eédncho». Sen
boutadea vou» ieront rire, maia
vous »ii povnrer, voun dépíe»
gre d'uue intense émotío» 0»
In voyant soulirir sanglot.r, se
Jcttawr oiler an deMspob.
Entré© Genérale Gd. 0.30
* * *
PARAMOUNT
Lund! ler octobr© 1345,
a 8 hres 15 P. M.
â–  Fritz Laioiesi ei Michel Pros
oéri Piésantent
PARADE MUSICALE
ET - ARTISTIQUE
avec \e fameux trio Haiti,
dans un Programme de musi-
qu© HaifienRC de sa compos!
lion.
Le iakntueux Ernest Lamy au
piano, accompcrgite au Bengo
par Maurice Moríase!.
L'énímitable Languichatte ei
son parlen-aire Georges Kara-
ha, les rois du rlie.
Letonnanl s.iileur Gérard
Chamfer et le maltre -du tam¬
bours (Baca) Boro que you*
a vez deja entendu debater©--
aent a Paramount.
A'llez ..toas en rom© cr Paxa-
moiíni Lundi d 8 Lies 15 p. m,
Ne ratez pas Y-occasion d'al
ler applaudir las artistes de
chez nous.
Un gala artistique Inoubliable.
Entré© Gde LID
í REMERCIEMENTS
La FamiUe Emile Si©, Ies
Families Erie, Faubert et ious
ins autres parents el allies i&
mercienl bien sincéremen? Son
Excellence le President de !a
Républlque, le Chef d'Etat Ma
jar, Ies oíficiers et soldáis, le
Service de Sanie de la Garde
d’Haiti, le DírecPur, l'aumo-
róer, les m¿decks et te person
te de l’Hopital Général, le
Curé d© l'Anse-d-'V'eau, le Curé
du- Sacré-Coeur de Turgecu,
tes Peres de la Congrégauon
du St. Joseph de Cluny ©t de
•a Sagesse, l’Associatíon des
Noelistea, la Press© ©t les Sta
liona de Radio d© Port-au-Pdn
ce, 1© Corel© Port-au-Prtecien,
et íous les amis. taM d© la Ca
pítate gue da la Provino©, par
dculiérament de St Maxc. de
Pedt-Goave et de l'Anss-c-
Veau, pour les marques de
sympathi© qu’ils leurs ©nt té-
moigntees ct rOccasio» de la
parle cruell© qu’ils vbemeut
d'éprouver ©n kr persorme de
leur regrattéi
Auguste E EL1E
Lb d© la Gixrd© d'Hoid
antevé d laur affection le mar
di 11 Sepiembre 1845. lis tes
prient de recavóte id Itexpres-
eíon d© kur profote© gratiu-
de»
Rex
teudi a 6 hies
Ee lére Partis;
T. S* F.
En 2éme partis:
Conrad Veídt et Roger Duchsi
as dans
TEWFTE SUB L'^JE
Entrósa: 25, $0, et 1 gd©
& 8 hres 15
A Double Feature English
Program:
En lérs partis:
COLOBADA SUNSET
En 2©m© partís:
Ralph Bird, June Storey, Plnkl
Tomlin, The Weavers Bros and
Fivtey in
DOWN EN ARXANSAW '
A Republic Piclure
Admission or 10, 20, and 00.
Vcndied! b 8 hrea
E« lbr& parti©:
Calendrter SportU
E« 2émc parti©
Simon© Simon, Rosin© Dsreau,
Jean-Pien© Aumont dam
LAC AUX DAMES
Entróse; 25. 50, ei i gde
a 8 hx&s 15
En ler© parti©:
Actualilée FrangaLsea et Uni¬
versal
En 2eme partie;
Claud© Rains, Susanna Fos¬
ter et Nelson Eddy dans
LE FANTOME DE L'OPERA
Entrees: 1, L50, % 2.50 gdas
FACULTE DES SCIENCES
COURS NORMAUX
SUPERIEURS
La Faculté des Sciences por
te d la co^naisaance de® inte
ressés que les inscriptions
pour tes Cours Normaux Supé
rieur® (Sections Leitres, Mathé
matiques et Anglais) sont ou-
vertes au Secretariat de la Fa
cuité de Droit du 28 Septem-
hre au 5 Octobre 1945 do 8
baures a. m. á midi.
Les étudlants doivent presen
ter tes pieces euivantes:
1 Un extra;! de leur acte
¡ de naissance;
I 2 — I© Cerüíicai d© Fin d’E
.ludes Sacondaíras Glassiques
lére et 2éme pardas:
3 Un certiíicat de santé?
4 _.... Tin certiñcat de bonnes
rte st moeurs.
AVIS IMPORTANT
MAISON FENTON
Nous avons 1© plaisir dln-
íormer le public haitisn que
bes bíentót il sera établi une
J'gns dé naviagcrlion desser vi-
par des bateaux da gros ton
r-ages pour iréis et passage»
entre Kingston 0amaiquel
Port-au-Prlnc© ©t Bristol (Angle
t.rre, ailer-retour).
\ La méme compagni© offr.’ra ;
| égaiement la possibililó d’une ]
ligne entre Kingston, Pon-au- ]
Prince eí te Canada. (
Les Exportateurs et importa ¡
leurs íntéressés sont particulie-
lameni invites á stedieslei
pour tous renseignements á la
International Exchange. Etags
Crystal Market
Telephone No. 2398. Alten
lion M. Rickson FENTON.
AVIS IMPORTANT
On demand© dm pmsonrm
pouva«t s u'Aeuem&r aux ven¬
ts* fteovinoBs, Bonnes Com
S’adrosMsr au Département
das Credits d© ter Pharmacia du
Dr, Paul Télémaqnor do S heu-
d 10 hemm A. M,
' bonne mcommrn
Bonne mcompeme a qui tap
portara crux bureaux du Jour¬
nal un p^it recueü autogmj^a
4a Pctemas perdu Men
AVIS
MAISON FENTON
La International Excharq© .¿e
met ©ntteres^pt d la dlsposi-
ion dé tous ceux qui o«t des
parents actuollement ©n Fran
ce, Angl-etexxe, Italia, Belgi¬
que, Maroc-Franpais, Algeria,
Patestine at qut voudraiant
our íaire porvenir des paquete
te ration ou produits allmen-
taires.
Les paquete, bien condition
nés, eeroht acheminés d leurs
destmataires dans chacen de
cea pays su-désignés, @t leurs
prix varteront ©ntr® or 8. mini
mum ©i or. 12. maximum.
La livraiso» ©st ©ntleremsnt
garande.
Pour tous ie»seignem©nís
complémen ta he», ctdmmsz-
vous a la Xnternatio&al Exchan
9* Hu© bonne Fob ^age de
Crystal Market.
Tóléphon© No. m Alíen
■ion Mr. Bíckson F224TON.
COLLEGE SAINT ANDRE
Rue du Cenfe© en face du p|
nitencier National D&rectear.’
Enélus Pdsmy. Preparation des
©nfants de la cla^e
ADMINISTRATION GENERALE
DBS CONTRIBUTIONS
‘ ' AVIS - -
Oates de Patenten! des Taxeí»
(Bxercdce 194548)
il ©st rappete aux contribua-
-bles que lm laxes euivantee
sard ptryobltiB daña lea delate
chde&sous: >
Isr au 20 octobre 1945; Droite
de licence des Grangers,
lar ou 30 octobre 1945: Impot
aw te revenu (Basa locati¬
va).
leí au 30 ortobíe 1945; Btidio.
¡ét au 31 octobie 1945; Id*"'*
té (volt plus has).
;m oct. au SO Not. 1945; CW
feuls, ■ cochsts -1 véSvicüíes
voír plus bas).
ler act. au 30 Nov. 1945: Ca
slots. postaux.
Ser Oct. au 30 Noy. 1945; Irá •
gction.
ler Oct au 15 Janv. 1945: Po¬
terna» oí ímpbt locfsüi (Rus
Enélus Bobte préa dn Pala*©
de» Finance»).
lor Oct au 31 Mars üer:: F@í
mage.
Oct. 1945 au ler Avril 1948
pour m ©xerdee): (te smi™
commencera te 2 avril ct non
te premier, car te 31 mata
©st u.n dimanche).
Less xedevablen ont ínteret ct
payer cas droíis dans tes dé-
lató íixés afte de ns pas encou-
ir les pénalltés pour retard
nrévues par la legislation en
vigueur. S'agtesant dee taxes
cas chauffeurs, cochera et véhí
tules, on netera que tes an-
c-tennes «He rices^ ne serón!
tas valables aptas te 10 no-
v embre 1945.
las cortñbuables ayant a
veiser les taxes plus haul men
üonnées peuvent s'adresser,
dans les délais cí-dessus, d i'Ad
núnístration Genérate des Con
tribuiions, que la loí dispense
¿éxpédier des bordeé :ux eí
qui teur íourníra tous tes ren
Ssignements utiles, concerna^t
tes droíts internas et com mu-
naux en question.
CHAUFFEURS, COCHEES
ET VEHICULES
Droiis paycÉblas: a Port-au-
Prince, a cause de l'aiíluence
chaqué jour ouvrabíe, de 8
heures du maün a midi et de¬
mi,; t de 2 hs. a 4 hs. 30 de Ta-
pies-midi (samedi: 8 ha. d mi-
di). rué Enélus Robin ou des
Ccsrines» pies du Palais des
Finances. Province: voir plus
bas,
3DSNTITE
| Droits payables: d -Port-au-
; Prince, a cause de rafSuence
1 chagüe jour ouvrabl?, dé 8
heures du matin a midi et d©
mi, et de deux heurfs á 4 heu
res 30 de 1'apres-mldi (samedi:
8 heures a midi) aux bureaux
instaüés aux ©ndxoits suavants:
1 — me Enélus Robin, (pres
du Palais des Finances), 2 --
Archives Genérales (Poste Mar
chcmd); 3 — Cité Víncsni, 4 —
Tribunes du Champde-Mars,
5 — Place Ste-Anné, PROVIN
CE: voir plus has,
PROVINCE. Les Bureaux
sont ouverts de 8 hsures d mi
di et d® 2 hemes d 4 heures
et dsmie (samedi: 8 heures á
midi).
PREÑEZ
votbe wtjmm bhuhe
DE TOn DE MOBt® Dft}®
une sratE rmussm 'S
AGHEABUS All GOUT
chame tablette d» vtamjne A a! D de «Ons-a-doy. fáfa,
té) éqOJvaut mot Yitamteos A et B á'wa 1/2 cutllé,» ¿ m
d'feuBe d* fede de mora»
Uae tMSttla tabla#® d® yíta-
mine A ai © d» Ona-a-Dcty
ídépoaé» par jeur, c’tHrt tout
ce qu'il yau» icnsb et tout t»
<|us vou3 payes, pour avoir
votre dose jouraaliéra commé
te da vitamina A et D. C*o«t
la nombra d'usítá pai tablet¬
te qus compt® et les tablet-.
-!-■ de One-a-Day. ídépoué}
mt iiae grande pulsease*.
Tabtetlee A et D
Tablette® B Comple!
CapndM Multiplea
Pm de BMtUleuie qa^
pas de vitamiae piu* ^
Uiquemeni compoeée. Ctm,
menees aujoujd'hul b ^
die les ioblettes da Yita^.
ñas A et D da Onea.{w
Donnez-sm aux
Ue voue fattxiile, Go8t
ole ©t un seu! par |Quj> %
laniion au graud ) ^
..níquel jaune. v %
l>ON N, MOHR, UlstribuUmr
ATTENTION
Planteurs de Nolx de Coco
la Haiti Cocoaiit
Fiedmet® ©©., S. A. •
ACHETE TOOTES QO ANTITES DE NOH DE CW
QD1 PEUVENT ETHE 11VBEES A PORT-AUJPHWOt
S ADRESSEH AUi
BBBEAU DE L'USINE A 8IZOTON
TELEPHONE: 242?,
SOLTE POSTAEEt A .. m.
PLANTEURS VISITEZ I'USINE A BEOTON.
pwvd1»»
Frizz
UN PRODUIT DE
Kraft
SANS LAIT, SANS ESSENCE, SANS CEUFS, SE0E&
mt:t avec m peu veav vovs pouvez tms
m I/EXCELLENTE CREME A LA GLACE,
* 3.50 or. LA BODE
Ctoneiral Tyadlag C®
DISTRIBUTED POUR HAITI
Bleu Monitor
C'EST t'INDIGO ÉN BOULE DE QUAUTE.
GAGNEZ CINQ MJlilONS
DE GLOBULES ROUGES
Ce sont les globules rouges
qui transportent de vos pou-
rnons a touies las parties de
votrt corps, l'oxyqéna de ¡'air
respiré < c© qui permet 1’assitni
latlon des aliments absorbes
et leur ímnaíorraaílan e® éner
gte vital©. Das tors si vous
vous sentess oassi lattgaéa a«
reveil qu'en vo-os conchansi
votB ales sons enferftt, san®
cottieta, tiervesise, déjaimée,
e'tst que vous manques da gio
bules rouges. Preñez dan,? ce
cm i'HEMOKTHENOL. Vous.
vous santaa dtt vil argent
da»s lee veines, Ce sera pbut
voue 1® retour rapid® des loi¬
cas, de la vitality de la sanfé.
1‘Hémcathsnol wnvíent aussi
bien aux «ufante r«áuüq«es
qu'aux adultas et vieüjártte
suraén^.
Ce jjj^rveilleu* jaodult. ast
a« vasta d ks Ptermacie S.
tMwwi, ib» Férou Partea
Pda»,
A l'acbctt á la levante, :omma á rusage, il n‘y c p8
simplement la procédé macblnal de Téchange d'aíg82í
contre une márchandise; 'usager á 1’assuraDce que 1 In¬
digo en boule BLEU MONITOR esi un produít da
banca.
L-indigo en boule BLEU MONITOR donne Is !*•
grand rendsmeni a la leesiye. 11 ne taefee pcs la i*.rg*
qu'il blanch!;, sans le coup&r. 11 ne se desagrega pffl. I
se vend tres bien.
Si la lessiye se fait a domicile, ossayer aussi Ci&
ZA DE INDIO. Si, votr© lingo ne dure pas s aids anaced
inlonnes-vous de la qualiié i'mdígo utilise.
BLEU MONITOR st CABffiA DE INDIO sont la rémMí
te de l'mtégrfié commardn e sí de bonne r4pn;abs3 ^
ffiE STANDARD ULTRAMAFINS
com/mr
Agent pota Haiti; st les Antillas
Denis FENELON, Port-cm-Prir ce (Haiti W. L)
Huitóngiou, West Virginia, USA).
AVIS
DE MAISONS
AUX INGí3ffiinras, ARCHITECTES ET BROPWETt
A 1'ATTENfIRMf DES OUVMERS CHARPENHHIS. ,
ELECTHICIENS ^
Ls Maison lulos Fanner a le plaisir d'cvissr sa
se clientela tani de la capitals, que de la provin-* ^ _
viaul de recmri*; dea debeSes trie coolortabiss, á»
»tepáíiw®e, a extejsdwti de 22 «t 37 pieds de bswtew..
JULES farmer
mmmum
tr.nmDmi
a, 2708

LE FAIT 1ST INCONTESTABLE
■ LI , EHUM SÁRTHE
fst la qiSntiSsence des 'iñeilleiiresva»
riétés i® carnes drun vaste territoire
réunissant Ies meillenrs ferroirs.
riST CE QUI FAIT SQM AROME
60ÍTEZ ÉT COMFAREZ
',,ís '.cus los
civús. Et alors, les
plus
Les Canoís de sauv\L-ge •¿•t ..
truiís par FIRESTONE aid- a &a-ve; > v.< c^z
*héátre¿ de guerre.
Avec la vícíoire, les grandes rrja:s<* H?
ron! á produire des marcnanáiscs pour mc> cm
íameux pneus Frreetone de Lux'- m. sa.ont duj.on.oIes
sure, ge ron tie pour íouruir un plus grano maeage.
Ttrt$fotte
ME&LEJB AUJOURD’HUl.. ENCORE MEILLEUB DEMAIN
If« P. Atggerholm
jtsÁSftv. oiww ¡<>f.v et evcALynoL_±_
0OÍ/T AORBÁ BU? ■
rf* A no/i PAHFAtre
•TÓUX. RHÜME4,*«íRONC1IITES. .enrouements
INFLUENZA! AFFECTIONS des POUMONS
pwrr.nO.PIHHC». HAITI. ai wwau
r «LE NOOVELUSTE.
USEZ «XX NOUVHXISTE
AMBASSADEUR
LE BAL DE LA JEUNESSE
Pour clótur.r joyeuí'-mcm ¡cu
vocálicas So Oercte ,A:r,i.c
dour. } rio MM. les Memb.u.- «
1 s * v \ví> habituéis do Lt>
voulos: accompagner leurs ce
i -t» « ’ «GRAND BAL DE U-
JFUNtf 3E» qui aura Leu so
meu / septembré 1345 a
heures p. m,
Port-au-ÍMne© le 22 Sept. 1945
RSMERCIEMENTS
K-af m Nótame B r. >,
N .the r> Bcrl n o*. M •> t a,
lie ry Le,Li. tic,r íoucacs t
i ¡ miar u , * mcumion >?
e ,lu¡i.<' p Ba' 1% *
. ! i ’ ( > ,
H < t!l UK I p‘íf * í* ,
Fiebre
Coles
Marcharía faill¡'ur
. >.;upt t l< ' «/i * íi
ü.x c u Lt 1 > o «, ._*•
CHUbW.ZC
Sexm c^s ?v> , tac-* .* o
Fleurs de ’ornes \ar *, y.
O 10 k s— « > P — > . ’
Lanspianter ar u.íO le .;uu,
Inscrivez-vous a lempa a
¡ 54 Hue Magasin de
bóléphon© 2183.
KESTmiER LA BEAUTE
ORIGINALE DE VOTKE
VOITURE AVEC
SIMOMIZ
oí le soiod, let plut© et m
pousBiere ont ravage ¡v Ijiii «...
â– vite voiture, donaos na un
iJcmrnt do beemu cfe ax«
v nu ÍL «hcu ot u
Petion et Bolívar
â–  Fort-au-Prince, le Ld S
bTe 1945. .
MoMeur Luc Giimard
Pixeetixa de «la Phalcmc..^,
E» Vlíle.
Monsieur 1© Directeur,
Votre íxiiormai.w.n- . r-
dü»í» voír© éditíU; ua «
„ ns ca’K' r^a« t .a t< t.ve.
^iopnon.que &rga»’-so e* din
? .ur du Mex.ejvuu ca*»<«e*‘5 í 1
t xati.tu-e, qu i a «' n.
jüo k? «Píesiae.d .a Cptn.p'
j Dr Iran^oií. Du.**»cour ip,>
« Je counu . > J* ux L
C'ti®í d'avour él© n» bouteieu
révoluÜoTinair© a«.mé de Fes*
prit do prósélytism© qu© Fe*
lían mmvmhl® teHome«t crux ii
lam de 1789 ©t a ©té le pi<*,
la íondateur du Pananmérica»m
jni% quí mX alfJst s» e- 'j al
tífud© si «oble et sí ccrrr-~tét??.
ligue u«© íorrnul© iransceudan
te de Liberte ot de Justice.
C'est secretóme»! < -xp* *
d4tOn de Miranda ava.t eh* tj
t.ue dws le plus gresud sx ,:et
qu PeLoii avaa pr^a.j
or d oidor Mitra, kt,
aisüoprro* aui reí.tr: a n*tat
. .í.< It*1,.
«* u u*
v.t’f puyn . iVuV. i'V‘, *v
> <» pro) í et
.ju .1 <•», ,
t*4 Í4‘ .U
; íu o auie
Oí g.
,IÍU<* b*
- ,♦»*' t“
|»o,it qu< pa anexe \
t* put e <|
Ít* Muriul I
eut hit»
v ví h< v <
i
* .!Í >
«í* b u
* 4v,i duíp'jt'm hi,*<*
g.
u te, *
vt’f m Mt{
a g>< * a
L. ,i*I 3V
it\ 4*
UlííU!
, . t uuue * , , a
gen
í»ttl‘UU
l . !ü¡ ,.!J .....
Un .
vrvv > l
u 8
pía 4 u x »*i i Mu u f\ *
u-
youa t
Í>Ui(tt ¡t líl
¡eHuf *b
a
U;i 3
avec Si
OJ»Tf J>1
i«..*
• r
ití’í» dt
MiUVin
4 l\t t
K Ii V >
„
uuaa, pan o* > ¡ -u
5 u «
**t» ' U'|<* M
i» i >< ib»
o va
Mía » o.íuf ia,
* »(* h
i > >U’< v u*
lluylaid
!,í
m*uv0.
,• tíor'
,f“ f f! , ! 4
w.
. q â– 
t<> Haw >
! Hm / í
|,!i
O q.Hf» 1 i al! * 1 a >
*♦* < h i „ \ h»
Dp
U» t. »* Hm íliiííl Íí 4 {
bbttv** with Haití.
MU, J
í, t .<
»r»|,»4í4» < { , f,{ >{ <, ;
M S * UlUH.t ‘ . pu
' I !it ,í'S M.l I L A,
' h
....
t„.
(J'»!
u y u .!
,, ua>U>«*
.i© mí h
)«Ug i" ti i
*»*• Ot
ffc¿\mmssfSí
í.ti n
. >n
..... ..
M * ts*i» i
[U(.. í»<»
vas Travaux de Como-
...s cu ?n Frángele,
í. r. c ns a van fago u sss
VOIH
•i: l anghand,
' * e jérémie,
Sois Yema
BONNE OCCASION
Pei;:< s.-peiDus appareib d
adío d Fetal neuí so»t á ve!
iie cu sa.üa de toiílure «LEs
kianco» Giand-Rue No. í-i:-
-.•esqit'e» lace de la staüo¡
;3»trale de gasoline,
Lun á 8 tubes et j'autre 5.
Empressez-vpus avant qu c»
es enléve.
MacMae ó écrire Remington
Machine é ccdculer Dalton
Lubans, papier carboa __
taites 708 achats ches
y a ghg
High ifí-ttis <...: 4\v.y tire treads, jasi— and rubber’s too
prt<.i. ’-4 í-uc tbocday.s. Drive slowly at all times, and
U)U can un *- tire mileage. In fact, you Can get much
(tjdt'v n /'■'„.«'{»* following these few simple “tire care”
rules. Tnese include:
Os k* .
K.4.,
Ro-
The Oui; mileage iron
(5) Avoiding bruising your tires,
uvd <6> Kecking your wheels bab
i") Ma inoiinirsg proper wheel
trj uiignment and brake adiase-
mc-nt.
and {•*> fyour sires iospecred
ready u> help you get the most
K\*Je
«XTETE HAmENNE D'AUTO MOBILES. Dtairibuiric#
EAU DE FLORIDE
MURRAY & LANMAN’S
ETTE LOTION fTNTQITE A PU S OB
20
USAGES
j m
3O0R IX
AÍRES LA DOUCHE
COMME ASTHINGENT
LOTION POUS LA PEAU
COMME DESODOISBANT PEPSONNH,
COMMZ PAHF0M
poub LurriMrre do bodbeoib
ET FOOT RATRAICHa IXX CR AMBSES
vnnlagvr Im md ix di. migrate S3 «I ¿ícmjf- j
pom -noniuxas d’inííacism poux
*»ot» aarraoJfc po« t« «tan»*» 1*® piad» itttiqnés •* 4«L«aífí»
CELEBRE DEPTHS 1808
ESSAYEZ UNE BOUTEÍULE
ET SO VEZ CONVAINCU
EN VENTE PARTOUT
0OÍ« 19 t»OÍ*H
Vciici Se t x!e exact du pac
sage de mo» allocution du IS
curaní: «D’aboid, il (Mime
-•'a pas *u ;CjBoror la dérnc-
;he du general Gutierrez cu¬
plés de Pellón... pa»A le-? c.o:
'Jes espagnols. o» f!e pouvji-
ras ignorar so** attitude (rfé Pé
io») bienveída»te ■ euv ts Mi
anda, puisqu'il (Petion) aval*
cut preparé pour aider au sue
es de cede expédLon e» mars
80$, armes, munitions eí vo
cniaites, sefdn la letíre du Mi
istre d'Espagne á Washíng-
ok le Marquis d: Casa á'íiu
o.»
La documentation que te pos
•éde ne me permet pas, en i' s
oece, de meniiormer Desscdi
tus. Celt? documentation as-
cute en favour d.:,‘ Fattítudc:
^íenveilla»te de Pellón á To
card de Miranda. Petion aveí:
agí i*»t seer: \ a Fi»i*i de Dess:t
Unes, parce quo la politique e>-
.rieure de D ssalines était de
te ríe» faire pour ne pas me-
conienter les métropol s qtn a-
vaient des colonies en Amén
jue.
En efief, la polltiqur exféricu
e -de Dessalínes es; netieme-u
aractérisé: des le premie*
onr di; notre indépendanm
.xtr sa ,*rroclamation de 1er. ;an
¡ex 1804 cu se trouve ce pas
age révélatur: «..Gardens
vnous cependant que l'espiü
k prosélytisme ne -détruiso
roíre ouvrags, laíssons ©ti oa;x
«respirer nos voislns, qu'ils vi
,*>ve»t pcfísiblement sous Turn
«pire des Iota qu'ils so son*. ía¡
-tes, et n'allots pos, bou fe
vfeux révolutíonnaíies, »ous érí
«geant e» législateUrs ch s
*.AntüK:s, íaire consiste? notre
gloire d troubler fu repos do:>
«j es- qui nous avoísinent: o’lus
n'ont point, comme c.Ue que
«nous habitóos, été anosérr
du sang innocent de leur ha 1
«b^tanis, elie-s n'oiit point do
«vengeanos d nxercer co»!ro
rj'autorité qui les protege».
L'hísioFen Saint-Rémy a b)á
rué Dessalmea pour cette pol.
tlcpií1 exiérieure negative e»
oes termes; *Quoi! la Guade-
mtpe n’a point été arrosée d;t
cang de ses ©nfants! Quoi 1:
anaique oü régn; Fesclava-
jq est protégée par Fautorité!
•‘ourquoi d'ailleurts s'íntserdire
e droit de porter la qu- rre
lana lea ilea voiai»es? S
’eet Id un aven d'Mpumnn
•e, pourqoui le prociam-1 s'
«olenneüementt» (Fétlon. ©t Ha
tome 4, pago 23).
Tandis q>e Fétlon, impregné
i'S Idees de 1789, co«sid¿*
cmt comme un aposíolat de
propagar dañe le monde
logan a mía le rnot *présí-
deni». Símpift lapsus, car la
rotation st exac;©. Le Pioles
seur Loga» est tres atíirmatil
sur ce point; il dít que «sí le
•¡ombre exact des Ha’Jiens
participant á ’/expedition »' si
pas bien lixé, le concours ac-
|J de Pétíon est indéniabtd»
,VhíIe the exact numb r of Hat
iems who particípal d in the
txpedílion is not avaílabio,
etlo'í’s active suppo. I oí ;t la
-dubitable,} Pag© 180.
Madiou don! l’oeuvre est pré
dense par aiüeurs a comrrrs
cí, un© contusion qui -'-'a pas
eté partagé© par les au‘rfc>
histo/iens mieux retiscignés sur
cet épisodr. Des que four ai
iguídé quelques travaux ur*
gents, fexpliqucrai. dans une
étude détaiilée me»é a ver
oute la rigueur scienhnque. la
confusion commise par Ma¬
cuca quí a ainsí orée un© lé*
qende (¡rronée que les H'sto-
iens ble» informéa ont du res
© touíours éliminée. Mad;ou
i© s'était profeabíemení pas
jouvenu d© la Proclamation du
.Tcr tanvier 1804 qui l'eüt cer
ainement |xuté d réíiéchír pro
o»dément sur c tt© question ct d
aire u»e discrimination sévé-
e, car citte Proclamation pé-
romptoire surfít amplemenf
poifr rejeíer pareille tég nde,
d'autant plus quell© sígnala un
ait international de cede épo
que.
Malgré mo« respect pour
Dessaiines, Famour de la véri
é et de la justice est plus fort
chek mol....
Ir vo^s príe de bum vouloír
ptibiier la présente eu monte-
e dé recdíícalie», et d’agréer,
Monsieur k Directeur, mea d-
vílités les medie tires.
Ur. Francois 0AI.ENCO0H
HEMEBCIEMENTS
M. et Mme Frederic Devi*
jneaud, et leurs ©nfants, 1«3 fa
niliea Duvignsaud, Bonhommt,
,atortue, Carpeniitr, Fréda ot
Duval envoienf Fexpression de
eur proionde gratitude á toas
ceux qui lí pr ont donné des té
moígnages de sympathle d
F occasion de la mart de
Ame, Vve, Ufs D0YIGNEAUD
né* Carol'tn© BONHOMMS
Port-au-Priuce, W 24 seplem*
bre 1945.
MISS E DE REQUIEM
Mr et Mme G. G, Audas» íe
ont chapter a F%liae Si Pler
e de PéUonvüle W vendeedl 28
•api h 8 heuiea dtt molí» une
ruege© pour leu? Fill', .
GERMAINE AUDAIN
.-oalaif íotr» et lit ton! »o» pus I JécMé@ #r. Fton.es Is 13 Jais»
ibis pour íovormsr rémandpo
>on d.s colonia» »uropí«i) J'Amáriqa®, tout an cor.aidé
ant tju'ü faílaM prandre tout»;
«rtss d» piécswBort», puItqu'U
ítaít preáant d® qtsxém malgré
out 1’appareBc* d« ia nstitra
iié recomsmsdéa jujr cario) %■»
taxim. 11 y a Mí daax polttí
o«e» ahaohmaa* oppoaé** si
«v-
1344..
PorCíta et arr. s aont pr^»
Ía»#i»t*í.
Poisson Freís
cora, vous ywffi du pos* 1
SON FBAIS A DOMICILE TOSS
•ES VSfflUTO. W0W8
W Na. 8172 AVAtlT JEUDÍ A
mI.

MU» 4
•IS «O«rvmtSTR.
Special* “Le NouveUiste,,
«tur ecoom «es oorr« «tes b* posees rag hurk»
geant ubobs Hotrraass bans toutes iss ummm
¡m HATTONS ONIBB, PBOPA
DES0RPRE EN ARGENTINE !
OH EH ARRIVE
A LA VIOLENCE
SUEÑOS AmES.-x.Us P*1*
£0ns 4© Buhaos Aires so*n rem^
pite® de teadels de tou® lea par"
i;s politiquea qul ij'Ppposo»! a
la poursute de la dictatur© que
\q gouvet^exneHt milucnia du
généíal fartel iait p:ser sur
}Q pay« malgré que VAtgeaú-
5v¿ ait atíhóxó a ks Charts cíe
Chapultapec ©t á la Charla de
San Francisco, te argute
attendant pour voir quell©» me
¿ur«* ¿worn prise* pour réalí-
ear FÓ'.ai d© siege tíócjrété Lief,
J>©s oscouados do poli clara a
v&c do longues lisies do pot
feomves suspect©» se rópattcUtet
darts loule ki capital©.
La deer-' t qui Impose 1‘état dc
steg© ©t qui privo «ussi les c¡-
toyfiws argemms do lews droits
civil» ess ve-nu bru&quemeni
au milteu d'tmo atmosphere
d'intense oppc^iüof au tégi-
me mililmte du President Fax-
reí, du Colonel Juan pirran.
BUENOS AIRES. ■ La réVoí
lo de la g artesón de Cordona
a ¿té étouffée dans le sang pax
¡es troupes gouvemem: Cales.
C'est á la suite de cette ixmti-
r&jiv que 1? déaret a été publíé.
Oí été (¿'¿azi niuspetidues les
garantios c o « 3 ti tub o n n© Lies, *a
liberté de parole, dtecrr?, ds
se reunir. Ce áecreí est sten-
b'able á c-eiui pñs en 1341,
reals fteíat cb s;ége avail ¿té
levé au mois cíe íuíllet dermer
aua&d Farro! «vaii promts la
convocation du peuple en sos
cornices aveste te íín d-- i'annee,
BUENOS AIRES. - Le gene¬
ral Farreí a test adress© ía rete :
dote era au peuple^par la re-
dio. I! a souüg!:é que la rerni
<•;. en vigueur du décrel dolí
¿iu considere com me une uro
guie transHoire néeserntée por
pue campearse saus limitei ae
desoíd res qul excíten! ¡a nation,
íi croít que léteí de siége sata
levé quemd íes groupes qul cL-
Fgfctet Ies ogiKJteuxs ¿muróte
comment fair; usage de la Si-
borlé. II a reiteré que los elec¬
tions aurotü Heu córame cela
ovad ¿té piomis.
II apportion! mó'tenate au
ministre de 1'mtérteuT Harten
sio Q-uqano do dormer des ¡>-s
huefions pour faíre respecter
lo décret-
II aíra comment 1? gouver-
nemea* agíra da^s le cadre do
pouvoiís d'oxceptío». On
croil que le gouvrmvment a
vclros&¿ u;?e s'.oio aux journaux
¡eur demandant de ¡nettre S»
cíux critiques de ses crctionc.
BUENOS-AíHES.--- Us auos-
taliot-S o!'d alto cu los renters don
journ-alisíos dórnocratos ot H-
béraux; Raúl, Damonio Taoor
da critique acd’s gouvcr* .
«ementaux ot dlvecíeur do «Cri
lieu-, Ex cosía Conexas, Aibei
ten DvsíxeíOí! assistant dk&c-
Ufur áe «Noticias Gráficos*
aom lo dixoctour jaso Agus'.i
est aeluel!em:.nt e« touiné© aax
Eíais-lA*ís> Jorge Mitro, emetoa
directeur du célebre journal
«La Nacíom, piáis Je directeur
ocíuei de ce journal Juan Sval-
maggicr est ve?ni a aon bi^eau
ce matin. On rap porte qu'íl a
éi4 convoqué au qnarúei go¬
tea! de la pohcc.
BUENOS AIRES.— On rap¬
port© que piusieur© personna
Idés de reputation Internationa
Je et des leacLrs eminente de
la politique - sud-américaine
fiOüt parral les arrélés, plu-
sleuxs l\Gíí\ram donaires oni
été appréhxndés. J>¿ Doctor
CmloB Saavedra Lama® ex-mi
tetxe des ediaireo ébcmgéres .
argenun, ex-prés¡áem áe la .
coníérenc» iuter-amértcala#'-
pour ¡ paix, tenue á Montevideo en
J936,£x-préside»* á& Ja co^Iéren
ce pour la paix du Chaxo.príx •
Nobel de la pair é» 3936^ cm- :
cte» bote du roí d'A»gl«terre ■
cy PaJoiS Muck-nqham a été
arrété. Ii se trouverait da^s u- !
re prison á'ékzl * Horacio Hi ^
vedóla Salo» cé&btr® hosmte
politique arge«dn mi ausm ar
xété.
L'Agltatioú se poursult, 0«
rapports que pteeuis person
nalités out du gaguer lee am
bagados des puissances dé*
mocratiqum pour échappxr ct
¡a fursur de la Gestapo argén
tiw.
Dernlére Minute
17 SEPTEMB8E A 3 Hr»». P. M-
LONDRES.—■ Lss mÜi«UX gw=»
Lien itiformás o«¡ ¡apparié au
purd'toi quo l* gouv«»9m>»»’t
qrec prepare marniwant d&
p.opariiio!.;', de iraüé de tK| x
ayec rjtaiie «t eJ¡®8 *e»nt son
,. ;v; „ au cemHé xxk!.k;’¡! á
Londres aprée ¡a co®íérence de*
néiüjrtie» de, attaire» étrtjngé-
roa. O» í-roit sayoir que So ge»
verntmem grec récternera les
odjeiís d'arl qui en* été volk,
par lee italíene dura1» 1 occu¬
pation d& la Orece.
LONDRES. Les commenta-
teurs d'ici t>m iaii remarque!
qu'íl est probable que les ¿lee
tions genérales en Pologn© pré
vues dans Sa proridmaiion de
Fotedam ob coars de lo reu¬
nion. des 3 grcmjds ne se íeront
jas immédiaiement. lis ojri bíí
sé ieur opinion sur la declara¬
tion d'un Journal polonais qui
représente parlors l'oplruon *-
Lcrelie polonaise- Ce pernal
cmtait déclaié qu'íl y a encore
pré» de 2 millions de Palearais
tí l'étrctnger et que pora le n«>-
prarr: r* or. n© doit pas son
aer cas elections,
' WASHINGTON. tés mi-
a car autorísés d'ici 0*1 preda,
que brenlót le Resident Tru¬
man posara envoyer un rn rrr-
ságc special au congrte amé- ,
ricaúr pour demando: que l'ut
mée et la merma des ir raro-di ■
sis soíent réunits dans u» seul
corps.
LONDRES, On apprend d
source non oíicraiie que l'état
de siége curca éíé proclamé
á Alheñes. Cette mesure qui
sera effective ¡unqrdá Urncir
son auraíí été prise par pré-’
caution córame les hambres
de l’AM se prepararé a com-
rséraorer le quaqémo aréñver
o .are de ja fondaüon de leur
partí.
LOENEBERG.— Le procés de
Jos® Kraraer, commandaré oo
coir.p de concetttratipn d@ Bel-
. na r de tD de ses subordoir-
nés se poursult teujours avea
la deposition des témoins a
charge. La piuparí des témens
c"> rapporté aujourd'hui que
les ajienrands se serven::£ de
chiefs íéroces pour causer de
crasis supplíces -aux interné*.
WASHINGTON.-^ Une com-
riurácation d® ¡a Maison Blan
che a revolé aujourd'hui que
Block-Notes
«CHUCHOTEMENTS
INDESCRIPTIBLES-
(Suite)
ií%oniaatfo« dans ¡a Chapel.Io
de áeux qra»á» tableaux á& N.
T>, áe Lanrccl# el dy Pexpé»ü©l
Secoursy don» personnels du
Pére BouRlagueL düs au pin-
cccm áe Mrne, Chenel,
C’étaU u« spaclaci© uulquo
que c©s 2,000 ecrvaliers eí ama
ftones déíüauí da Bouxg vms
Bach* Blanche, lis -venenmt á&
partout, áe Port-au-Pn«ce, Pa-
iíon-ViRí©, Fmxe, Ga^tmex. xe-
pandant á Fappel de lew arru,
le Pew BoujUaguet, acbx Re-
rne'0 \v plus popula re ’oa»
Je** ¡Kolzcti '’lo VZí}\'í',& d'H-rj,/...
Ausm, uoi^ eb}XGonn qu’ü
pourja, avee !« • o^c-^urs -;os
am**, corunianx»»: h* teí *cjp
tju' .1 aa lo propose, U*s ‘.ray-*j'<
de íppmxjtio»' u la Chde
Lain jen? u *Roche ñloxxtew
©f a cali© de Noire Dam© du
Peijteuíñ Secóme á *Lcuoei-
EXAMBHS
- DH BACCALAUREAT
S de Septembre 1945
S éa* de Port-au-Rriyee
Ca«didats admis a subir 3'Oral
Piem’.ot© paitse Ssotion A
Gus-tove Déjean, A»Rio«y
DestouivauK.
Premiere Parti©' Section B
Antoi. o Caevall er, Max e-
\ Claud© Mabille, William Fou
I qére,
Premiére Partis Section C
j Ai'áíé Béauplau, Marcel Bo-v
i ny, Robert Charles, Claud© de
Vendeg;s, Oswald Desdunrs,
Alphonse Edouard, I>e!va .Laro¬
che, Christicrn Lerebours, Kay.
mo«d Mo'se, CéphaszTnéoáa-
xe. Justin. Turter.
Bxuxiéme Parti© Section A
Caxulll© Andris, Yves Bc-
jeux. Kéder Bayard, Charles
Bayas, Su2anns de Deiva, Ro¬
ne Dorsaint, Gérard Gourgue,
Gérard Heitn.k-, Cedolne Jean,
uis, Frants Lominy, Jean Ma-
xescot, Enxmcmuel Mompoini,
Tancréde Naxcisse, Gerard
Nau, Phanuel Nicolas, Daniel
Pelissier, Paul Yerte André
Vilsaint.
Druxíéme Paiiíe S©cdoR C
Aucun.
H. H. TIPPENHAUER
GRAVEMEHT MALADE
A HEW-YOM
Domain aprés-midi, partiros;
pour l©s Etats-Uols «as syrupa-
ihiques amis Eric et Harry Tip
penhauer, appeiés au chevet
i© leur per© K. R. Tippe^hauer
giavement malade á Nv-v-
York. H. R. Típpe«hau©r ?st un
important homme d’affaires et
s'esí iniéressé depute áe «orn-
breuses a mi© s d ms produits
d'exportation.
Nous souhaitons bon voyage i
a nos -amis he tréres Tippe"¡~ ■;
hauer, nos vc&ux de sa^té h |
eur per©. j
Les Explications
du “ Matin ”
Dane son édidon de ce jour,
L© Mb tin» avec calm© ©t ears©
i uonie cette foLa, a doñeé des
®*p¡ load one,
Si dan© un erul mañero, du
í «Nouvetlisíe», mus lin avons
| consagré covers cuticles, c'est
que dang ]© sx©n de earnedi dor
I nisr, ü nous ©n avait consaers
fe méme nombre.
C’eet pas Done qul contro-
rieron© «Le Matin* «n© secón,
de, dañe SES explication.^.
Qu'ii n© mm contraríe pas
í dan» les NOTRES.
¡ C'mtl par; nom qm s'.rom
malícieux avoc *Ltr MaSsn,,
• parco qu’ii córense Mr, Délly
t Qu’íl qind done um aihn.ícM',,
©i nous rnproduisona d<*B (h í
U a du bydífni, ou m nou'. m
I ton» que Mr Dólly »mm a maí
, ;u-rví i.j répart't’ot! íu
Í papier-journal
C'est pas nous qui censure-
s rm-e ¡en ermlU ou rputee-
tions qm fait «Le Motín» Qu u
ii© s'atfaque pas á noto? Hber
¡ íé d exiroue ©t tí’ reprodtnre
! ce que nous voulons.
I Ojcí tíit, nous nous voyons
i tout de méme -da.ns la »éc ?%.-
| té de reíever un© erreur du <■ M 3.
j tm». Quemó «Le NouveRist> a
I tío«n© la pnmeur de la noml-
J i-atioc de Mr, Véüy, a Paris, ;¿
{ n© manqua pas, au méme mo-
¡ d© donnet son opini©;. ©s
Id? fair© ses commentaTes.
* Mr. Défly éíalt ©neor© id
j Quand ^Le Nouveluste# ^
í eu d sígnate qu’un franca;.9
j anonym© luí avait envoys des
( details sur i'Aiíair© D.bachy,
. Mr. Défly éícrd toujours Id, en
i chalí ©; en os. Ce que <■ U* Ma-
| te» quaüfie de «manque de
; prebiíé du procede», -n écri-
| vant: «c'est aprés so» depart
| (Mr. Défly) qu'on a fa i cuba-
j hion d Debachy, Bellamy, be;-*
, cela .pinto! qui est u» procede
| manquant de probit©,
í «Le Nouveilist©», en b.á-
r m.ant I'anonym© qui détauiaít
iaífaire Debachy, Bellamy,
n'a jamais écrit qu'il s'-agissai;
de Mr. Défly. N'es-ce pas met
te Je «pied dans le plat» qu«
de fair© le rapprochement qu©
sígnale «Ls Matin» dans son
edition, du four?
- - »-w#u
IHicooft ém Fxré«ideat
á Mmntmmím
Wmrn
De méme pour 1'affaire Sea-
¡ bnook, quartd «Le Matin cric
í que «c'est un acte anti-patrloti»
t eme que á’íssayer de réhabl*
I itter Seabroak»,c'est luí qui nous
I pousse, une k>w ée plus, a pn-
j bher c:tkxtns ct litres passaged
j du livre et qui n© nems concer-
j íie:at guéro.
«Le Matin* »© es? rend pas
’ compíe qu'íl reconrscnt impFci
P-mes* dos táieb d la sy ■ ce
il.o d Mr, Re teook qaan í *’
ezrñ: «Car, ú saute aux y ux
«au© lorsqu<‘, duns un ouvra-
■ qn r>;i chu ,ss; p¡é< ¡tente ur,
«tntükpuíís ttaen paeeuqon qu
*>'0 :¡'yu píte cléiuvoiabbft ’ ct
íf'OUX Rant il ©r*t guenton, lo
‘Rut ém dr Uíívmüer ñ ictub <
vtnixítutque rmiti.ur.*
bíon, üüu,s n» íravaíilotts pas
< i.-s.dtí? f.ymi^tthsq»© i’aut Ffíd>jo<5k UHjd, Kan livrtí uur
Uaiti redov *Hrt ai mol. <4 fte
’ iument noUu tule tí© inur-n
£ tt- co>-s.-4tíüt f( muíta» «as l c
Is nit; en rapport /Ííute ; Reabrook qui avast pass© ©n j
¡ 1Taiíi et s'óJmt interesa© ct noi.o «
[ pays. j
i La meilseur© maniére de le \
, tere, bótete de tepxoduire la
s pmsé© de Secdarook, la litiéra
£ tur© da Scabrook sur Haití.
«Le Mate» pour avoir, sans
'’-te® tr©t> crone la réíonne
ochn.c e’-s que c:r
. tains auteurs, un Hugo, un Ana
t tele Fiance, par rexemple, de-
í mandent a étre ius seulement
â–  extraits. Et ce sont les ex-
Vaits les meilleurs, n aturo I in-
tm$ dumctnáe de la Eubbei
Reserve Corporation, ©3k *'a|>
charge© de ailbver au^i h
cryptost.gia granditea do«t i,
: latex, au dm dm apódateles
I pouvau xtíTnplacer avec avan-
t tage cehii que Ton tire de 1 ha-
í & ved brasteusís.
S Pout ai i indi© á ces íim, de
1 irata éttedues de torre, piu«
> i.w '¡n arhxi’s iruitura, e» v.
-,w .amentoires ote é!é sacr
Lcíu Ot, «otr© j>ays «o soul
i treat peas dv surproductíon,
■ Dé» lors, l'on metmrer
1 mpoiUmee du »uar*f»e« qu
, uoun ítvor'n volantairemo»! fOü
I sí.íííi. L’o» pind sauíif 1 reap
í -upjsjxté par íh*oíUí£u<©.
| l/nn p tul lo/íijjrttmljtj ía nua
a mí4<'t'ti>ií,íír nube pay a dai./i i
1» dwmam© ngricoU), F,t P no \
> • píjut ¡kíü {|u' 'x ,,{ ccjíimuM' cíHíUo h?-}
tot t'úirutvii, qu'ayajd púU 'Íí»,¡
uirderv-fís íuévjtabn-s úe .«
<;t>:.Kagratíon mondial*,, «aun
soyof'ñ liwés a ¡toa* méme.*, '
á nos souls forcee, ú nos seuís (
©Torts pour attemdre a ces am. j
it ©st aussi vrai cÍ3 díx& quo, |
oeux qul om hmn vq^|u
áre a no tie invitation.
Non© avons jug© ^
dteirabie du donoer um
tain; soleuteo 0 cett©
ration ©n vac* de
la SHA DA
le ©sí bien vivan}
S*r«
ina«9Si
Pa* moría, g.
córame
to uve* I© remarque* trajogr-
d'hui et *•<> r ote iw tedmi
tictes Tócorvorowa tvoUotiote .
Nous o©
ptMcndom po& %2
\ailifír huí
brande écb%
F»aoí noun ovo" .
"« deta pis.
UUO‘C4 'te
i -
'im expln®.
Vm hu* -i! <
•sí* a
!>í-t Wjm
Ií5- M hots.
í**™
ÍI* p.fi- fa ft
Mao- na v-
ntps
f,r^ Ííf( ^
íuiíiioji
) {>n.
■- S» fiéceíN
test Htmtef
t.t 1»
' m un» blj
;mpHíf,í ,«4
Ms
¡a ¿-(¡j
tí« i my.m.
t . «¡
í <>f-S dof.'ré
'! plmit
:n «tt, rt* .
r- '*
>a:‘.
ti StUípUí'/ {-,
s -* >\
-» íáykxt'M
A n. ms,!;..
noa¿ pilmes
quo £(( FH
Ai >A
ama yemk k
momm-5 cr»
r ,oí
Nous .tvs
ires prodvi!
pourraient,
cturate Tadminishatioft pxécé- í ¿eveloppé
'" btsaucoup á’üy.
- agrícola qd
u qr&'t nous, &.S
ttoj â–  nous y ,'te
?-ous sa at*
resserons des que
io«s les movers.
La SHADA a ©u d*s raotsw-j
tres díííic icc au cours de n>
tr© premier© cteaés d'adtamh-
traüon, ausg- ■ •'amveiom-nom
jomáis a rao'a.ier rich® recua*
naiss«fnc-2 a Sc»» Excellence ¿¡
tees'de«t Lescot pour k tm*
dente, la Sodété Haitiano-Amé
rcctee dé Développemete Agri
coi© n'avait pas fait preuvx
d’tee perspicaciié asses gran
de et que ceiui qui la présídaít
es la drigt ait doit étre term, e»
partí©, pour responsable de Fa
cris© qu’ell© a eu d confronter<
Maís grácj á Dieu, nous a-
nent, qu'o» propose aux !©c- i vans su Ja chance de trouver f»cmce placee en nous et hp
isurs- C'est la uns loi li+térair©. ¡ un homme, qu© je prende pial t pul qu'u ¡¡ a ¡amais rmwgé
Gn ne va pas íoutesr, par ’ «ir a nomraer encors un© fois. i el
exemple, dans les rruasmes de ( Monsieur Robert Pettigrew qui
Zola pour les oíírír en extraits, ¡ n’a pas recule devant Ten orne
De ráeme, ús ne réhabdítenl I tache aa rerífiouer tee barque
point la littérature obscena de s sombrant sous un© voie d'eau.
Zola, les auteurs des «Mor- ! De mam de maiír© il a reto
craux Chotes», quaod Lis pr¿- | bíi xa situat.on. Ce qui nous
S'xnteut aux eleves les meü- ¡ per met ps due aujourd'hui que
lours passages de Zola. „ j
Et si nous continuous des i °ir banchi le cap dangereax
extraus de Srabrook, c'est «Le j qui la menacaií. Et de nour
Matin» qui nous y incite. Nous f t!-r Tsspoir quéde pourra, tícr¡s
no désirons pas laisser 1‘impres ; '«n avenir qu© nous souhaitorm
proche, se mourner vers se»
F»s premieres et les realise?
cu plus grand benéfica de no
íre communaufé.
s-on que nous volitions nous
mettie terquemete «n ép'mgte,,
pour avoir eu a reproduce, d'a-
hoxd, le chap:tre de i'ouvrage
mus coucernani
j Je President Truman aurcü in
vite Zhukov d visiter les Bite*.
Unis. La communication a a-
jouté que lo maréchal a accep
té celts invitation- ©í qu'il arr;
vora d Washington au. début
tí'octobre. Un peu plus tard le
secretaire de press© presiden¬
tial Charles Ross cm cours d'u
no conference de pre^© a ccn
í'rmé ce rapport.
LONDRES.— Ce soír un© sour
re outorisée a ©xprimó Topi*
tea» qu© 1© consuil des minis-
ires des affaires étrangéres des
£ grandó# puissanofi» pourra
levmir sur Ja question du tza¡- .
té de paix itahen qui jusqu'a
présete a'a encore emete© so
lution. Par aiHeurs, on croit sa-
voix que la delegation rumo ,
auraú regn ém iustructio«s for j
rmllm de Moscou de xécknnej j
que la Franc© ©t la Chin© ‘
soient compléteme»! óüatfftées s d Rio áe Janeiro
am déhbércztions au sujet du
pacte avec ¡m pays balkam-
ques.
WASHINGTON— C^cleite
ment il a été ansoncé que 1-2 co
mué naval de la chambre a
¿xpprouvó á TutK^nimité la pro
position réclamant Xé^Mxme-
m&nt d’urxe marine d'aprés-guOí
xa aw m sltedií áp 1079 »«« plomadqut« arec VAsgmtim»'
wmsmcE
Les époux Clovis Désinor, Ma
dame né© Dupré, out eu te
jo.i© ció féter la naissai.ee do
lour hile, Nlrva.
Nos meilleurs vc&ux au Be¬
bé et compliments aux paresis,
vires au minimum. Cette pro¬
position sera probablemete pré
senté© devant ¡a chambre la
&emai«e pxochaíne et íes mi¬
lieux proches au congiés ote
declaré qu'eUe sera certa In e-
nenl approuvÁe.
Washington.— s©ion des
i«iorroa?ioiis auioríséeo de Mo*
íévidéo, il est probable qus íes
pays de VAménque Latine se
consulten! au sujet. des dermers
événements d Buenos Aires.
Cos sources out ajouié que la
c.otdércnce des ministres dos
atiabes étranqéres arn ¿te coins
pourra ©ir©
letaxdm dans 1© but tí© psjtnet
ir© a Y Argentine de m don«er
vn gouvemment démocratiqu?,
WASHINGTON. —
Ce soir m groups de leaders
un , co«gró® amérlcain a
demandó dans un© leítr© au
President Truman que íes Ríale
Unís rompent ¡qs relations dí*
CINE SELECT
Par suite cl'ü^-e pentee da>'¿
son appaxeil de projection, ie
Cir¡é~Selecí a du suspendre nos
activ tés depuis hier. En con¬
sequence, Ies séances du an4
r-.ia sote renvoyées a une dcr.e
íxitérieur:, en atiendan! que ¿e
nécessalre soit íah en Toccur-
rence.
DECES
I Vetebedi d©r«lee ®si tíécódé
j á Saht-Marc M. Séhat Fleu-
II y, qui a occupé dans la socié-
f té áe la vilie une place irás en ,
I i
viable.
Nous envoyons a sa famii-
porticul.©r©n>©nt d son tes
atan Tex-Sénaíeur Fran¬
cois S. Fleury, nos smeéies
cc*ndoléances.
OUVERTURE DE LA 5A1S0N
A PARAMOUNT
Le public appraatta avee u
ne jote comprehensible qua
faiamourtí inaugure kt eaiso-te
©n présentant dimanche á 8
htures 35 SUN VALLEY SERE
NADE (vesyteon ateníais©) une
éblouksante comedie musí ca¬
te d-e la Fpx, interpreter par te
séduisa»t Job» Payo© et par
Sonja^ Heñí©, la plus grande
patiteus© du monde. On en
tendrá pour Ja premier© tais te
fameux orcheshe de Oleen Mil
isr exécuter tí© nombren* mor
ceesux, notamment le populaí-
m fox; In di© Mood, c© sera i
sengabomteíl Nu! doten qu'on (
teaille m foul© voir c^tte gran i
de production, qui na» sauís* ¡
me»í 3>énéíicie dfum mise m I
scéue et- d'une interprétaílon i
excepiioneBes, mab sous con |
te aussi un© déliciem^- Imldi \
m ,d'amaur rythmé© par le !
pm.m*a!mn d»jí«., )
UN PEU C'ATTENTION
A CE COTE-LA.
L'urbanisme bien comorte,
’*e consiste pas a exécuter dts
travaux d'embeb ¡sfsement s-nu
lenient et dans certaites quar
ters, mais á xéaliser tous ceux
reeonnus nécessa'res nou? To
nélsoxation d’uns ville,
Ai«.sí avec fes procoai^ss
piules, las raes du Bas-Peu-de
Chose *Ca*teuisani a l'Eglíse
Et. Gerard, serení imprteícabtes,
m les X. P. n'en ©ntreprennont :
pas ío réíect.on. . E r<© s'agit
pus de construiré des trOuO'.rs j
córame á la ruó Mqr. Gu.Uoux, ¡
I par exemple, mais, si tout sim ,
, píemete o« y mettait un revóte (
I m©«t pour faire disparatee Te !,
s lut detestable des rues, ou los I
| pierres son i aussi nombreusos
:. que le sable du rivage de la
; mer, ce sera un b:eníait consi
tiérable.
Et Ipts habitants de© quar-
tiers du «Bas p©u-de-chas©» «©
cemanderaiebi pas davaníag©,
quant á present du moins.
DISCO0ES DE L. PETTIGREW
M.cnstevr te Préside*'!
Excellences,
Mosdam s. Messieurs,
Nous tenens d'abord a sou-
hcr’ter la bienv ny© a Son Lx-
cehence te Présid nt Leseo!, á
Moss-.enií las S&crétaires o'E-
tai, aux hauls ionctio’ínaires csu
I Gouvern. mpni el erdin, a tous
nous aonner dans Yetkú-
■ ñon áe noire programme &
teoigamsanon.
Nous fiommes égaleíM^í té
conncnssants au Conseií d’^d
minstrert'or. pour leur borss
coopératÍD1. e-i; oas teooitsoa
mercier p-b qu-rtenf sais
Ir s prese" s- M Lacroix, %
Dartlgue, M. Williams et M.
Chcmvet.
j Cette ttsm© moderne grand© parüe, montea pcs Mr.
Br'gnae que vous coasaifiw
tens. Ccrame io^>urs M. %á
qnac a b er pour Ed
: ti. Nous soiumt'5 hers de ha u
d© son ceitvre.
M. I© President, Mesdassss,
Messieurs, cette us&e &»l
trs us ne, ce-.íe plañíalo^ ^
; votze plantation. Nous
-> ions que vous ©n éproü^^í
la méme Ferié que nous; tp»
vous continuer7? a leur pctí«f
beaucoup c »’ere’ Dp raw
tdíé,nous f<- ro"-s de noire
pour qu A. -o.ei? dsn
tangible pour ict RépuOli^
d'Hate.
BEUIL
Est décedé h.er soir |
en son domicil© sjs au No. 28 |
R**©'1© Bouzon. Mme. Vve, BY Í
ncruney Duroc Charla!, né.- He- 1
cube. L:s íunércalles auront
lieu cet apres midi en TEgF-ae
Episcopate. \
Nous prese ntons nos «Lace- ¡
res coudaléances aux lam lies
nenry Sterlte, Maurice Dornas
cm Reverend Georges Sferlii-
Mme Hélols© Hecube ©t ses •;!
fants,
SERVICE HYDRAmiO^
AVIS
En vue de reparativa 4
e, >s quarts
prives d'«c» ^
:oüij3! á» 5
j 2 toa* ?. SI
1 Va.fnss o La
sai van ?s sc-ro:
ÍS Se-pl .t. i:.
houre* A. M,
xaut smpravu.
Bo'ít-Verr.a, iarés. Bu» Í--
rr.ariÉ-, Rue Bc -'-e F*'..
Morchand.
LA EESBCTK*!
Port-au-Prísc-, W 2? S*^<*
fcr» 1945.
1714 «pwmTs no ívouvssüusm vow
t» rafj vívrré *« voto, «■
«SrammM» Ím Amétriqn*
ffmpw MUI
í»=t pour Jb Vlcttw.
: ««mroorsics