Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Huí n étouffera la Votx de la Liberte, dit Braden
Commentalr«s
¿QS LA
& fSmaaga*, ce* jouxa-ci,
ttxtm I*® plus «xtrasudi-
* Celo prorlem
fTqa'U existe ttée pea de
^gqi-poar wnnei^ner. H
^Tpa. de paper. S. roit^ce
' sou* ojéelo!» en Haití i«
Sédiel** bal son píete d'u-
5.3:8 poreilte dons les
J^a a‘AUet»9ne «cap®® par
onglaA"les oméiicoii» 8t
Void quel?0®® unes a®* ™-
a qui c¿eute»t pcmní les
^¡¡¡íom d‘ali*iaoad»:
Se La Hueste et tes Etaís-ü-
f¡í serení bienio* e» gü«rs, et
‘■•a 'm alSunand* «eront rseru
ü sai les omfcicain* pour com
¡¿Ti» Sod*,
Ot» piemtere rurneur a
Mar fcrden¡e»t le fait qu» 1®*
sods trayallteM dans les
s aiuáñeates ponent le
,_u ». de ces derate n», vu
«st impossible de ttoarex
#Mt«s véteme»» pour l’ins-
»« es Alterna?»».
2o, Ce sort les alíemtods
qé líBt inventé la bombe alo¬
ngé, el tes allies teur en oirt
rali le secret
I.. PiilMnnce» Occupan
K ron! chaoqe: tes limites des
tes amércains vori s'en
¡Efe ¡FAIeBJagiie pour occu-
f® b,fapon. bes anglais les
issjteront et feront du Belch
s» Cósatelo» anglais,
te Hite mt bien en vie.--
geseaétaant radíodiffuró de
fsMo avaló kt redditio» du ,a
et a andoneé qu'il serait
it i*tour en AUemagne «n 1950. i
Cas nuseurs eont tes f>ri»ci- ’
olas, cm une infinité á emires
felile»!,
A teto ofr, malgié tout, ti
f a use huitotee de journatix
;ai í'Wfent, oes nuneurs n'e-
Sslesi presqse pas, Quant «ux
líes ® 2 >V o pos de jour-
wa to tout, il parait que tes
;s% tovtennen» toas, avec de
sito naseurs et les rumoure
es plus intempestivas,
tesantorités Decapantes crai
Itwtqs?, avec i'hiver qui amé
«rson cortege de sou&a»-
ss causees par le froíd at la
¡t®, tes Rtmsurs augmente»»!
vsm «i consent des dé
Oui, “Le Matin” radote
EN VOia LES PREITVES
Baos la seule zone alientan
4s «rapés par les araéricates,
i y atsdi, m 1942, un total d®
US quotfdtens. Aujofad'hui,
11 ates existe que 10, -qui os¬
áis»'.!, et settlement deux iols
par anaína.
Caite ¡sttaaBon en Allemagne
v.s*i démontrer, me fots de
ftes, que id ou il n'y a pos de
fWCBB, lá oit les joui^aux
*bat pas la faculte áe tout or
iSlsesr, tes rumours empoison
^ l'esprii des populations.
l«tí vérité qst une, parioui»
difference que, dan?
tófiQi&a pays, comma en Alie
les allies cherchen* fi
le plus d'oiganra de nov
possible, pour combare
et les rumeurs, tañ¬
áis que dans d’autres on ir :
»nt juste te con
®J2 POBKVIEN
SlWaNOTUlTElIlf DE
- ^ «CAHIEHS DTiAlTl»
Ccs; r;;-,t jeme confeére
Edfe Pettevien qui a éié norr,
Administrates; de «Ccdtieis
á'Híáj!,.
, ^ Eoitvi» «si un élément
¡stfaMao! d® notte jennesse
W, utd áoute que par see quali
^ to dicijdíne d'éneigia il
.-rrv-, j seconder efíicaco-
?*? 6ouveau Directeur de
M. Etóx Bayard,
s"0*1® eatopJtasnfóns notra
p6® da suecos tkms la caz
“*? * Jwwtóta*
“^^^ATION DE LTJS1NE
**owmom
J*®*» nw»* de Mentroui*
déla Pite se-
Son HxcoUqscs 1©
y
Pto»»xa( crwt-o.i.
11 y a quelque chose qui han
le «Le Matin*. Voyons un peu-
Une críse de papier-journal
a subiíement )eié les Diiecteurs
de Quotidiens dans ios transes
les plus vives. Un© prem’er©
, íc:.s =ans 1‘heureuse mterven.
> tion du Département qui vou-
j lut bi"n extiaiie une pa:t;e
1 du slock du «Monlteur» uoütv
e« deux fois, la repartir entie;
1 les Quot'díens, aucu» a'eux
; n'aurait pu paraítre pendant
nr:e semaine.
I Opportunémem arrive un )>a
¡' teau qui uous apparíe u« íciiblo ¡
s:oek de papier. Le Dépa.ie- ;
i ment fait une repartition de ce |
í stock entre Ies cinq Quotidian. :
¡ Hlen de plus juste, ríen de plus
normal. I
j «Le Matin* comment a dotage, er? se pledger ? co -«
la mesure gouvernemo 1
j Sur les 1.300 ramos arr>v«
' Dirsctsur - Adm'nisir near clu
■ Matine veut avoir erjv»r~' a
moitiée; 800 romes, pe.ec , ^
iement, puisqu'H nous app *• a |
qu'il est marchará dt p-p.ei ¡
représer.tant une Fabnque. j
Pu s, sur les 800 rames prés í
qui restera ©nt, le quotidler^Le I
Matin* áemanáezaii set quote- ¡
port ;
Hous avor-s alore explique,
ce qu'un enfant d; moi^s dé 7
ans comprendraít, que le papier
étant ratio^né, qu'un. quota a-
yem été fixé aux Quoíid en?
de Port-au-Pnnce, quelque sort
le stock arrive et queíque soif
?e nom du desnnataire, le pe¬
rder sera repartí entre les Quo
tídiehs.
Le radokrge du «Motín* i‘a-
rr.éne d fairs des aveux; Mr,
Dély luí doncait, sur le stock
arrivé, et destiné á éire repop
tí équítablemeni entre les Quo
tídiens, beaucoup plus de pa-
p‘er qu'aux autres. Tandss que
«Le Matin* était autorísé á a-
voir cette grande quantitó e»
plus des autres, du papier en
stock d Port-au-Prince, Mr. Dé-
ilv dennaít encore au Direcíeur
Administrateur du «Matm» un
perms ¿'importer 10 tonnes
pour le dernier trimestre, aiors
qu'il n'a pas été offert un avan
iage similaire a aucun autre* Di
recteur de Quotidien, et, a coup
sur, pas d nous!
Et malgr© cela, le raao.-.g
du «Matin* nous avoJt* - -c
re, que la maíson «L .^be ’ c
esf son préte-nom, pu.cq, r‘
crib' -^papier que ncu' " > '
:«gu ces jours-cf, par 1
dícsire de «L'ABEILLE". ucc.
papier ©n plus óans la repon!
i on sur place á Port-au-Pr^ce,
papier en plus, dans pennis
¿'importer, papier .par «iimrme
diaire KAbeille* et enfi«, pap‘=er
* a'ailieurs, noire* confrere* porte
a la conna.’ssanc© du Dépcutí
Air,vs Ja mort de Seabrook.
I.es Radios Américaises signa-
lent oet événemént
La plus élémentair© activ té
iournaljs'¿que ©st d'actualiser
i Oeuvre du Dispara. Pour nous j
| as Haiti, c'étaít son Lvre, «Pile
| Magique* et, pour noire jour-
| nal c’étaít ce qu'il avalí écrií
sur sa rencontre avec notí© Di-
recíeur.
' R semble que cela déplait au
<-Maf*nk qui, du vivant de :>oa-
crook, ne La pouí étre pc'/í thes
que. Mais mamlencmt quit
n ; sí píus, s'achame sur ¿oh
cadavrel
Ou es! la Chanté Chréí.'e^’o
qui devaní la tombo da r-lus
'grand bandit demande; «p.rix
á son ame-»!
Les paroles de noire 'Dijec*
'eur que rapporte Seabroak
' r'’t exactos, ©< j} n'a pas >.jut
. analé. - >-
Cs n'e.s! pas ’’¡otrt- C * ,
Seabrcx>k n'a pas pu -
f >r a noire Confrere u O **
v;e de son livre. E? nous ,e !
oiorons. Sí étre nahot ^ *e
c est se monírer an tí-era
antí-blanc, nous ne le som
pas!3í cei épithét^ est :pc
á cela! qui defend ton ou¿
nom at Is prestige de sa Na *-
qui defend toujours la causo
Hatienne, les íméréts haitiens,
eh bien, out! nous sommes «na
Lonaisstes irreductibles*. .
£i depuis que «Le NouvelR*
te* existe, tous ses Directeurs
l'ont quoíldiennement prouvk
C'est ainsi qu'aucuns «chucho-
tcmení indescriptibles* ne so/.t
venus d'aucune capitate ion
Antilles ou d'ailleurs, dísam
ou'un de nos Directeurs a debía
taré sur les possibiiités de nutro
Haití.
HoimcUistc
EHieciear-Ptc®, Em«« S, CirtAÚ vil
ADRESSEi BOE HAMMEBTON K&SJCt
K>M No. 21,527 — UJND1 24 et MARDI 25 SEWBMJE 1945
jf. o, m k tu
«o» asm. 24M
Départ
1>V MINISTRE LACROIX
C'est aujourd’hui, 20 cns a-
prés rapparutlon du livre do
beabroqk, que «Le Matin»* s’:n
digne.
Seabrook a écrit des cbapi-
res sur les superstitions bal
{i neos. Comma tous les écri-
'vains ¿dangers dans ce doma,
ne, il a mis son imagination a
l'ucage áu sensationne!. TI n’y
avail pas, a ce moment id de
bureau d'Ethnolcgic ni les ou-
vxages d'Haitiens sur ce thé-
ir.e, pour le guider.
Mais Seabrook a d'auíres
.hap tres sur la Société Hasten
e II ct dementi ceux qui disaiem
-'ue le ca^=ibalisme exista:*.‘en
Kz.t lí a ridiculisé pas mai
- ' américaíns, eí áo^ns
o. opiüiott su i l'occupatio:1.
Nous sommes persuades que
oiré Confrere n'a ; a roa ir; a le
¡vre de Seabrook,
Coma» pour les raisons de
Jépart du Ministre Lacroix e;
,our * mille autres dioses,
noire Confrere écrit pour eer ie
et sacs réfléchir. ■
Ei voiiá comment son iad'
falsa et sevo:: qué: ec- ■ .--g., nViri'esrc:;; aevterí de . -■ -
ment, es
permettra pas que i'Econosne
Nationals y touche i
C’est done «Le Maiin» qui
fait la Loi. Mqis c'est le Gouver
nsment qui írappe d'amfuae-.
les négoces iEicites.
Quel est done le Confrere qui
l'amrée dernjére. justement pour
les afíaires de papier-iourmrl
a été írappé de 200 dollars d o-
roendss, pone traílc du march o
roir?
Aya11! sígnate tous ces ava«
■Rrges airoués que Mr. Défly don
naif au «Matin., . noto Con-
frére reprend «>“ radotage sur
ce Poste de Paris. II y volt un®
affaire d'ordre sentiroenta'.! V.
conteste que Mr. Défly toucho-
ra mensueUemen* 1.700 dollars
par moís. Ef, derant te cbiííre;
da budget que «ous repwdu;
sons, noto Confrere replique
que tes 600 dollars de frais sont
á jufttiter. . , . , .
Ñous sommes obliges de luí
apprendr», comm» A Un «téee,
que ces froto » sont pos a jos-
lífWT.
' &Pe« que te teclear M»t c*«-
\fm cascade *
.antiilage, aési que revélr «k>
article inütuíé: *A Propos b®
Seabrook».
Nous lo répétons; la mort de
Seabrook a remis son livre su.
Haití en évídence. Pour ceux
tjaí. comas du •Matin*, *•
pas la, nous ferons d'autres ex
u-a’fe, et ¡’°n verra C¡H'¿! ;“te
¿e tableaux sombres qu'il^ a
íc-iti di noire pays, il existo
des rayons Suroineux qu'il a pro
jetés. Ces extraits te prouverom.
•Le Malte» croit-il que nous
devons luí dtmander so" o
vis, avant de rsproduire ex
trait d’un ouvrage? Ce
plus du radotage, ga, c'est o®
1'infantiUagB.
C'est apréa 20 aus que .'ou-
vmge «L'Ile Magkjus» en! pu-
ru, et d l'occasion de la mart
de son auteur que nous puMions
1* chapito qui a l'rto d empa¬
char noto Confrere de dormir.
§1 LES 0PF0BTS
DO NOOVELUSTE TOUS
PLAM5ERT, WDQOMCE
NOUS -!N VOUS T
B en qu© com ayo©* do.icé
}■> racudi 25 S¿»pí©mbr«» comma
la daté; exact© áu dé pan du
Mi¡MBíre Lacíoix, *L& Malua
qui a pour slog cm: Sí f@ «Ma¬
ts?** le dh c’vüí Vial:* aval! pré
c>é que c'étaít pluídt 1© Dimar;
che 23 Sepíernhre. «L© Nouv.h»
¡'she' avast done pub,-
í que c'ost co roettia qm ^o\:e
â–  Mnistre des Finances, du Con;
J mere* et de VEco«omi© N-.nío-
; »ale est partí pour les £;.,"••• -ü-
i ?ús, et pour Je Cernada auss ,
í cíf-on.
Ih ; u::' â– : a*: peo. a* os
u i au manage d-- sa niece trae
a Ministre, Lacroix - voyage.
S'.í doit s’occuper d'autr s :ho
rtjs, qucune irifonnatíort de
source autorlsée n'en a ríen
precisé.
Done, personae n-e peut ríen
'-•fíirmer.
Quoíqu'tí en soft, nous souhai
tons an Ministre Lacroix un ex
relent- voyage et lout Je succés
•nórhé pour ce qu’il pourra a-
voir á s’occuper; c'est-d-áire
plus d~> réussíte que daos ses
Missions crux Etató-Unís, sous
le Gouvsrnement du President
Vincent
A ¡'aerodrome áe |omb'eux
amis étaient venus valuer Je
Ministre, r-ntre autres les Sous-
Secretaires d'Efat Antoine, Alix
Mathon, Brísson, ainsl que MM.
Williams et Pierson.
Le Chef cu Protocole, M. Tu- '
renne Canté, luí a présente les
veeux du President de la Re*
publique,
UN NOUVEL OUVRAGE DU
GENERAL NEMOURS
Le Gé^érai Nemours nous a
ait ic p'aislr de nous apporter
c ia redaction son nouvei ou
vTiiige «La Charts des Nations
?ni S'-avec cebe dédicace pour
lotre direcisur «A man cher et
ecteur du «Nouveíít&te» dont
e me réjouís des taquinerlos
ar qui aim© bum chaks
ríen, qu; taquín© b:en aims
rnieux.*
Bien enterdu, loccasion nous
a été don nee de iaqurner t©
Genera! Nemours pour cel ou
. vrage que nous cmalyserons
i biemot Le General Nembttrs
est celuí qui a paseé le «moms
de temps d San Francisco et
cepsndant U a cette coquetie-
rie de .nous downer ur¡ bvre
,ur cette importante Conferen¬
ce.
A lire le litre de Pouvrage,
c« volt que «c’est Pétude com
paree avec les propositions de
Dumbarton Oaks, le covenant
cl© la Soc’été des Nat.ons, irs
conventions., de la Hay© at i*s
propositions et doctrines inter-
c.mcricaines, c’ast pourquoi
tons n’avors pcs manqué de
aquiner le General sur les mo
¿’harmoniser la Charts
d’avee r.o.re const iution actuel
Le Pdt, Lescot
A ^INSTALLATION
DU Dr, ORimtTS
Ce matin, mi Service dUy
giene, 1© President Lescot u cv.i
énté d UnMallatlon du Dn f.
H. 0. Griidtts, comma Superb"
lindan! a ílp Santé Pubhquo
©n Haiti,
L© President de la RépubP-
qu© a pits la parole pour do'1
>.er k?s litres et qualitée du Dr
Griffltts et son état de Service
dans celt© branch©.
Son Excellence a parlé du
nnuve! élan qui sera donné au
Déparíement de la Sa?úé Publi¬
que qui v.'em d’étre cree.
Le Ministre de bímér-ear
était present a insí qm le Se¬
cretaire Particular du President.
Le Dr. Gritíitts a pits contad
avec le. personnel haitien d
insulte est sorti visiter les cu¬
tíes Bureaux du Service d’Hy
gíén©.
QUI RAPPOHTE
LE VRAI «BRUIT»
Tout de méme, le General
íéxnours es? un civüssé, ü ai¬
ms les taquinerles, il 51 s se la
)i pas avec de «groe motó*
—mme d’autres qni s'ímag -
),)nt qu» leur reforme ne :$e
bhscute pas. c’est la solution
ru probléme d® la quadrature
ja amele.-
Nous lerous une a«aly*e cri
iqu© -é& 1‘ouvrag» de sofero ta-
, ©ntueux ami le Général ■ Né-
1Q0UZS» el -cela nous donnera
>'occ>;on de comparer can©
(M» «v#s »etr4 QmÚW-m
Void l's paroles prononcées
>ar S. E. le Presiden? Lescoí:
Messieurs,
Je suis venu personnebe-
rne*H ici pour installer k1 Dor-
ieur T-homcss H. D. Gr.ífitts en
qualité de Supérintendan? de
lía Santé en Haiti, litre que le
DOcteur Gdffittfe av^a duro«t
♦out 1= temps dé sa mission en
Hall?.
Le docteur Griífiits est un
colonel en reíraite áe 1’Armée
des Etats-Unis. Il a four n ¡
une carriers de 32 ann©e3 au
Service de la Santé Publique
des Etats-Unis. Durant de ¡'orn
breases armées ii a travaiilé
a la section drs recherches sur
lo malaria au U. S. Navy Hos
pílal, quf «si souché au Se»vi
ve de la Santé Publique. II
a été le Chef cu Bureau de la
Quarantain© á Pu:rto Rico et
cux lies Víerges. Au cours
de la guerre, II s'est sígnale
comme Ofñcier de Liaison en
tíe i’Armée et la Marine des E-
tals-Unís. Au debut de sa cor
iére, le Doctsur Griffitte a été
Assistant State Health Officer
dans l’Etai d’Illínoís, Comnvs-
¿aíre de la Santé á Savannah
en Géorgie, d Miami en Flor!
de, Commlssairs de la Santé
poux i'Etat de la Floríde.
J'ai r^tlcgmó les services de
c*et ©rnlnem specialist©, afín
d’arriver a un© reorganisation
completó de jiotze Service
d'Hygténs ©t d'Afisistance Pu
blique.
Le Doct-ur Grlffitts exercera
oes fonctions sous le haut con
trole du Secretaire d'Etat do ¿a
Santé Publique, íoncllon '«ou-
vehement créér et dont le titu-
laíre sera nommé íncesJvm-
j ment, En attendant, le Doc-
1 teur Gr'ltítts se réíér-ra au Pré
rident de la Bépublique pour
tout ce quí concern© ses íonc-
tions.
| Je vous demand1? de pretor
í u Superintendent de la Santé
I Publique voir© collaboration la
plus complete, chacun en ser
atlributions résp:ctives.
1© demande au Docteur Né
■ brton Cam'll©, acluellem^nj
charge de la Direction Qénéra
L du Service d'Hyglé*?© »t
d’A^lsianc© Pubíque, d’In.ro-
dulre le Docieur Griiñttó dans
tous las Services places s’j?
su direction, e! dans ton! b
pey», ^
Des la nomination du S ere
Hite d'Etat de la Samé Pub’s-
cue, de» jote «eront votées &
m fcfltmrm pi»
«Hcsüi-IournaD r«p por te k;
bruit que André Uautaud aura
le porie b u iio d« l'Agrícuhuro,
*!,© NonvtiU^ki’ .rapport© h
brut qis'André Liautcmd anos
!o poste fouilb- de ITrmtructif»;
dubliquí’,
Quol est, cío ces deux vouv-
raux. celu-t qui s~-M fctit l’écho
du '.'ral *bruit,
Voild un petit sujo’ do parí,
Á montó que le Décret de ?¡o-
jm»atíon d'A?¡dré Liautcmd no
paraisse tmidís qu’il '»! ©;¡co-
ií aux Etató-Unis, ce ne cera
pos avant la fin du moís d:Oc-
tabre, sí on attend son rctour.
Andxé Liautaud subí? la deu-
xiéme operation qus nous a-
vlcutó expliqué© vendrecH :1er-
nier. II tí© pouxa done voyaqer
qu© v?rs la fin du mols d’Octo
bre, bien qu'on Yaítenda't en¬
tre le 10 et 1© 15 -du coman*.
Sc-s en|ai’ cu le 30 Septerabre.
AUTOUR DU MALAISE DE LA
PETITE INDUSTRIE
Le moláis© que nous signa-
i’ons dans la Ps?iri Indtastrie.
s'acceníuH. AussL es inté,-c:-¡-
sés se réu«'©s©ut c t aprésmi
di, d 2 ..Lteures, a la Chambre
de Commerce pour savoír quoi
íoire.
Ik seratínt d'avls qu'une De
legation se rende aux Etafs-U-
nw pour tirar au clalr ce qui
se passe, car, mérr.é les I :
tres de Crédi? o»t été a»mulées.
Les Precisions
de Err.Carbonel
REPRESENTANT
les omu>wms
m DEPARTEMENT DU NOÍffi
TOUJOURS DANS
LA FRANC-MACONEFIE
On dh que tous les anemns
Grands Ma'tr-es qui sont mora
bres du grand Cons'11 supre
me se sont séparés du IV
Amóse Leroy, «J'actuef Grand
Maítre de YOráre, parca que ce
lui-cí sembíe-t-íl aurrrit transi-r
mé la Frcmc-Maconnerie Han
tíenn© r n un systems ou les
avades ne son? plus consideré:»
comme des chases sacrées. S
cala 'sí ainsi on dnvrait lavo
cJtsntíon, car le monde macen
ñique étxangex, pourra ti ro
plus manhenír ses r lations o
vec ¡taire institution mago’ur.-
que. ,
Nous devons souhaiter que
cette affaire n? continue p{>is ó
troubler un© institution Hal’^í
re, vieille de plus d’un s.‘e
FOEMES HAÍTIENS A LA NBC
‘^C5RT-AU-PRÍNCE GLORTHE '
L© di manche 23 Septembro
ó la National BroacIcasting, Ol¬
ea Andrés d© sa voix ensorce-
bnte, di! des poemes haitínns,
des poemes de Louis Morpean
• 11 y a des mots*, des poemas
áe Pierre Moraviah Morpoau
fNult Haltienn©*, pasme á Port
au-Prince. Ce iut un quart d’heu
re de charms. C© *Po©.me b
Port-au-Prince* de Fierre Mora-
viah Moxpeau a connu les hon
ueurs des colon»©» des «Án.
rales* de Yvonne Sarcey Adol
yhe ©t Vierte Brísaon.
jeu-di 27
ERRATUM
Dans Lav’s pour la Moss©
Ce Hequi m a la memoir© dc
Germamv Audain, lire 1© Von
dredi 28 ^ptómbr© au htu do
%udi 27. Xy*
Poit-au-Prince, le 23 Septembi»
1945
Monsieur Ernest Chciuvet,
DirecU'ur du Nouvelllste
Fn ville.
Monsieur le Directeurr
Is bs, dans le Nouv^llUto
du 21 septembre, au court cl©
l'arficl© Intitulé *La reunió»
filer des guildiviers»: Mr. Car
bon©] qui n'a pas pris coneais
scfttco du projeu n'e«t pas ar¬
mé pour un© discussion ©1 ©si
autorísé d revoir Mr. Mar^
gron.
Je vous prie de noter qu© les
autres invites, pas plus que
rnoi, n'avalent recu le projel
de loi qui deva't faire le suje\
de la discussion. J'ai don-
demande, au M.nistr© prósi-
dam la séance de nous fa:re
domter le projet de loi pour étu
de et de bien voulo'r remettro
la discussion d une date ulté
tfOure.55 Je n‘ai pas parlé en
mon nom, mats bun au nom o’
pour tous les collogues ©t cect
ovan? tout* -discussion.
C’est alare que le prestígí©**^
coníenfeux das Contributm":.
M-o Charles F. Prescoir-fu‘ a-
L>r;ce a rous fair© un expo.--’-'*
c'u prejet de loi qu? n'a mem^ -
yus été In au cours de la se¬
ance.
Un sen! ©? unique point da
''expose de Me Pressoir a ia !
i’objet ddtí déhaís. Il s’agls.sart
be savor quel était le mod©
.tie taxation qui devaii ©tía
adopté pour mettre tous les
cistillaieurs, grands et petiis
sur un méme pied d’égcdUs
Dal donn¿ mon opinion cla rv
t t -préc’se: savoír que les ap
ponéis devale??! étre classes
par types et son pas laissés cj
in discretion d'un agent, ex¬
pert au Ivepecieur, et j’ai re-
comma'-dé que la laxe soli mi
s„a cs.vi'nqt gourdes par po'rtí.
par nombre de chanfles elassé
f.-t par'mois, en lalssiut au ais
tíllateur qui 'crol! ses :*nérétó
lésés, la faculté d'ínslaller u??
•reservoir et payer la fax© par
tíre.
Vea Hoz acfréer. Monsieur le
V re‘teur, mes bien cordiales
- xtations.
Em. CARBONEE
dittoantr la nouvelk admlnts
tratíon qui remplace*? le Rer-
v?c« dTIygl^ns «t d'AMtetafi-
c*
L'OUVROIR FR'ANCAIS
- RDPREND SES ACtlVtTES
L'Ouvroir franjo»* rspiosuf
•es aciviles das te lar jeu'h
du mois d'Ociobra. cu local u -
!a Lágaiion d» France. Tout#*
Sos dames et Jeu»ea» filies qui
ont apportá l ux coacour* ú
l'Ouvxoir sont avigáe*. l'hor*
re de 1'Ouvroir est tes Jsudi »t
üíicsdí de draque sensate?, «1
on travailte poia les «ufan»
pauvre* de France, »
HUMOUR SEPTEMBffi 45 *
En preñar»! l’avion ce mat i-,
pares que frais rasé, o* a tu
ís Mliítetre .Lacroi*-, rosa..,
- - - Souhahoua qu'o son re¬
huí H appart® a ao> Finances
}?s «douceurs* de «|a Cro’ic-
'v


mom
«I»»
'?■ .LE «OtmXLMTE*
2«W«.
La mor! efe Seabrook
le chipote .la vérite est ttm selle chose.
DE .LUE M&GÍQWE»
Suite at FW
*J8 suis -done encoré vm
menteur, me dít-íL Mais ne
â– foos y trompes pos, Elsa n'a
point le type de LAméricaíne.
Eiie est, en íaít, á peine améri
coin©. Mme Davis, set more,
est, coxnxne vous savez, u-e
data© de haute na i seance et
íart gracieuse, origúialre du
pays d'Ibsen et des ren£ies
Ma.s Ash Pay, íci present, est,
mi, un America;?5, un apares
soüx du peuple qu'il dépouOio.
un luíame cap .icximte, 11 vo¡&
ra sai s doute un jour lauto
r-a;re valle© de i'Aitíbomto.
mas best, ©n a:t©5*da»;t, en
c harina n.t homme et un hom;
du monda.
«Lai&sez-mo; vous due nu
tenant queíque chose qui ve
camisera. F :>'y a dare; ‘cute \
cette ile que huit ou douze j
lemmas amencames qui ron- |
contrem itotre eld© sans aiíec f
ter u’1 cu; protect© ur ou rné-
prisant, et ce som, peul-ého,
las seules Americaines d'Hcnt:
qui, un© iois revenues en A-
ruéríque, m irouveiR a False
dans la haute sociétó el© ¿sor
p opie pays.
*Eí ce qu 11 y a de plus ama
sam, c’est que, paravi siles, se
trouve Mme ]ohn*Hehry Rus¬
sel], la letame ou hauí-commís
tche, Mme la genérale. Hile
est, cette dame., as la baute
soc.été international®. Elle se
sent ches elle a Mayíair, da as
.es pedáis, des mandarins chi'
noís, et leí imane. Et elle se'
moque des írontiéres de cou-
ifmr élevées par ces pehtes
bourgeoises, d© quí Yexpéúen
ce de la sacíete so borne aux
xenconáres tai tes par enioc
da-¡s leurs gamúsons do muí ‘
souíns - - et aux *pQl.ráhres>' '
de leurs v-Uagss cu Nebraska '
ou do ¡'Alabama. i
le. dernier capiiain© qui procé
da a mon arr&stafion est un
grana bozo que j’avais plu*
siours fois regu ©i traite dañe
ma propre maison. En sort©
qu’aprés tout je suis mantenant
un menteur. Le capital*© o at
d’abord soín de me demande?
par téléphone la permission
de venir me cherchar pour m©
d la bolle». Jetáis a rna
villa de Pétion-Víll©, ou vous
? avio«s sou von I Jail ensemble
1 rnadUmi partios de bridge. Et
| cc n'est qu'aprés^ avoir bu un
1 vano de champagne quo nous
p¡irnos le chemín de la prison*.
Eh levan? son vene, Chan¬
ce! ajoula: «A la santé des
natsouinsi
Paramount
Mardl ¿r $ et 8: i 5 hres
WAimOO BRIDGE
{version anglais©)
uvec Robert Taylor et Vivian
Leigh,
... un© oeuvre sentimental#..
vm adrice d'une séduisemie
beauté...
Entré© Gd. 0.30.
41
TU-
y en a, voyez-vous,
|.«it íi, queiques-ufi© do cette
f.orte, dans le corps colonial,
a piupart ya*5ke©s, iesguels.
crva'U de ver¡;r en Haití, n©
pensalem pas que ious les Ȏ
gres fussenl des comfjéñc
coons, de grosslers tiavailleuis
íes champs.
Chauvet en était xevenu á
Tangíais ou plutot a Tamér;‘
cain améncaniflant qu’il avail
cppris q New York.
«Si, poursuiVít-il, lous les A
rnérican# |íaient ainsi, je ne
» veux point dire s’ile élaient
íous des gentlemen, ce qu; se- |
rali absuxae-on n© peut tirsr
d© la haul© sociéíé tout un
corps ¿'occupation pas plus
qu'on ne pent ialre loir© á
celui'ci i exorcice avec des
converts á salad©, — mais
skis ©talent seulement des
gens qui nous regardassent
comm© des ©ires humains, ©h
bien!... je serais encore contra
¡'occupation, pour de hautes
raison© d© patriotism© qui
abn» ríen á fair© avec le pré
uqé ethnlque.
Mercredi a 5 e! 8:15 hr;»
CORSICAN BROTHERS
{version anglais©}
avec Douglas Fairbanks jr.
Ruth Warrick.
... une histoire qui ialsso h
e.pectateur haletYU? -cTcrngois
í>trée Genérale 0.30
Rex
Maid; a 8 hres
bn leie Partie:
l,a palx á Londses (Actuals©).
En Aitne pent,®;
Eric Vo»: Stroheim &i Roger Du
chei>© clone
TEMPBT£ SUR 1/EUROPE
ou RAPPEL IMMED1AT
Uu iilm inoubtiable...
E¡;‘aées: 25, 50,
1 gdv
a S lues IS
En lero partie;
AUSTERLIT2
£n 2eme pesrtie:
7 HOMMES UN£ FEMME
avec Vera Korén® et Pr. Lar
íUeZ , T
Entrees; 25, 50, ei 1 gd©
XJN HGMfm BW HABEIE
EN VAUT... ' DEUX
Tel csi TavU de tons esux
qm s'habiileni au «Bazar Pa>
relien*, Ru© du Magas 1»; d&
TEtat '
Aumi, MM. Ins elegants ap-
prendronMk avec plaisir qu'ils
y trouverant do magnifiques
iissus anglais de tout© nuance
lécemmeni regus,
Alíez vite au Bazar Parisas*
cu Taccuetl )© plus cordial vous
ost reservé, car !: stock s'©r»!©.
v© rapkkmefi?.
ME^SE DE REQUIEM
Mr ©t Mm© G. G. Audai'i ir-
ront chanter d TEgiise Si. Pier
j© d© Pétion-V.-iJ? 1© joudi 27
sept, d 8 honres du matin uno
mmm pour ;©ur Fill©,
GERMAINE AUDA1N
décódée et; France 1© 13 juta
1344.
Pnsenfa {>\ rUTi B coni prion
a'mmifitsu.
«On du bien, ut ce soru p
m.í
1 «Mais si les Américains en
qu© nous íes Americans <
rul
¡ usa:ent envere ri©us avec plus
le di&er.t, quo Lime Russell,
e':-
1 de tact et d© sens comm un.
raise
j s'ils r¡© r.ous ©nvoyaient qus
re office©?©,. íoít er. cela do
â– a
i des gens aííranchis de ce s!u*
Cl pic
Le i
' p:d© préjugé ds race, ÍIs éví
en fait, mri;g cela ne you! y.
:©nt cet inutile embrouüla-
du--.
í qui a, dspuis la revolu¬
pocrisie, si, ©n tout cus, e
lie |
tion c^co, causé á lui seu! plus
es! i
Je I
ers on et de débeme© réci
aois
!es j
proques, plus de trouble, que
eiiorts pcUiTiotiques pou; je
¡es hurlements du Seria1
hois
>us Jes éclats des journals
p!ed daiLs le cul, le qéné;
tes.
Russell et tout sc©’ sacre co;
ps 1
«Par paren, these, monsieur
de marsoui^s. je crois. on-
ivain, vous préte»dez étrs
que nous series’s tous pen;
©s ;
; en Haiti, conduit par. r¡n
de voir part r la géséiaU’.
térét que vous preñez á obsor
Mercredi á 6 hres
£n ler© partie;
E CHAUFFEUR
En 2éme parti©:
Claudette Colbert, Charles
Laughton et F. March dans
LE SIGNE DE LA CROIX
ü« grand ühn histonqu©..
Ime oeuvre sensatlo^elle..
Entrees; Gdes 25, 50, 1.00
d 8 hies 15
En ler© partie:
5?uand Monsieur Vaudxa.
En 2eme partie:
Marie Boll, et Pierre Blanche?!
dans
CARNET DE BAL
Un voyage merveiUeux
xiys du Souvenir.
Entrees: 25, 50, st 1 gd¿
AVIS
Les détenteurs d© licences
pour port d’armfs a fou sn\ !
í^vltés a &e presenter perso?
nellement au Bureau de la Po
he© á partir du lundi ler O:
1945, Avec leurs Arrm.-'-
6 Feu ©t txois 13) photos d'lderr.
to pour Is renouveBemenf de
leurs licences oour T©x©rc;co
1945-194$.
Les licences' serón! re no uve
©es du ler au 31 Ociobre in
clasivement.
Stephan WOOLLEY
CapitGi?’#, Garde d'Haiu
Ch?f d© la Police
PSNSIONNAT
POUR ECOUERS
Les iamliles des villes de
provine© trouveront a Tangle
tie la Rue Ccpois et Dr. Au-
dain
pens:onnat seneux
| pour ieurs eniants.
| S'adress5T á Mr. Em. FRED.
; UQUE pour les conditions,
i Téléphor.© 2907.
I
«Mais nestce po.n» ré>eu;>
SC.nj?
r.ous inv;?e d svs thés et nom
trouve charmants, cep-en.icn
qu© la iemme du sergeni o\
celle
eue iait eUe-merne set va-.sse'
1©, S£
re el se crone t déshoüoróe
e?' serran? la mai‘! d u’5 rc-c/o.
«Vous éto«nez-vous. apiéc ac¬
ia, que je me i... dun te! mai
de chases que j<» le trouva
p!em d'irorde? Quo;? beau
ccup de ces biases ciu coran
des marsouins • • qui na a
raiem pu entrer chez mon p¿-o
autrement que par la porte de
service estimen! d present
n© pouvolr entrer chez mol por
cucun© porte, si te n'el? pou;
venir m'arréier. Ce qui, p.
pareathése, m& rappell© qi
. t
ver i'humaniíé. Eh bien le su-
jet que je viens d'ag'.ter tou-
! che íl me semble, d Thumaní
u\ Mais peut-étre y touche i
de trap prés. Et jamais vous
u'oserez publier ce que je
vo'us ai did. II y a la, voyez
vous, une question d'épider-
mes. D’ép deimes émi¡'©m-
ment sensibles, que vous rs-
cuerÍL'z de blesser. 11 y o la
peau d'unv blancheur de lk ei
la peau noire, tout© la deseen
dance d’Adatn..,, Mme Russell
.... :a íemm© du sergent, et
ncus autres negras.
- Chctuv«L lui dis-je nous
sommes tous deux ivres, mais
la vérit© ©st un© belle chase,
si méme elle ©si confuse ©t de
goüi douteux.»
Voir i= No. de Vendiodi et
Samedi.
Ciné Select
Mardí á 5 Eras;
¿n i ©re partie;
Duaen ELISABETH
£j; 2eme parbe;
. Mac Donald, M. Diedich, Ve
* Zormah etc da^
FOLLOW THE BOYS
Entibes 0,25, D.50 ©t LOO
H 3 heures
En tere partís: Buseadoras
'le Oro
En 2eme partie;
lanv Baur, S. Prim dans
HASPOUTLNE
La Ru&síe livrée aux exces
U c:tés d un étre démoniaque,
d un espió?:...
Etkrées 0,25, 0.50 et 1.00
Mercredi
En
dans
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
la Balll ©«corittt
Wmúmctm C®.| 8. A*
ACHETA TCHOT Q0 AKITTES DE NOIX W ©DO'
qui mmmt etri a
rnm'mmm ad>
buread m vmrm a moton
r SOTO POSTAÃœEj a .. m
pufrmms vjsrrez luote a/Bizotc»i«
5 bies
íer« partie; TSF
2éme partí©; M. Re^aud
son meilleur róis;
PRIMEROSE
Entrees 0.25, 0,50 et 1.00
á 8 heures ,
En lera partie;
,A SAISIE
Eu 2éme partí©
Y. Pnntemps, et Fierre Fres
•ay dans
TROIS VAISES
La muskpie- énivxxnte de
stauüs... ■ jjj-
g de
Entrees: 25, 50, ©í 1
A VENDRE
piano Pleyel á Tétat de
Un
ieuf4
S'adresser pour
r©nSeigne-
BONNE A MARIER
Jeune f.iíe vingt ar¡s, bruñe,
eme rnoye, ne, brevet éiémen-
uire. bonne education, proles
s.onneíie gagnant vingt dollars
)ar mois, ayant un petit cash,
aésize coi^íracter marlagi- a-
v©c jeime homm© 20 d 30 ans.
Talile moyenne, bonne ¿du-
"airón, au moíns bon primal-
re ayard profession,
Adressez lettre eí photo,
“oste restante No. B-H. 63694.
"u au Cursan <¿u journal.
REMERC3EMENTS
Madame Nathalie Berlin, Miss
Nathalie Berlin et Monsieur
Henry Berlin tres touches aes
nombreuség marques de symp r
tie oitertes par Son Excellence
le Presiden} de ia Répubiíque
et des nombreux nmk de ;©ur
regxeíté marl et pére, F. Hvnry
Berlín exprimen; a tous leur
sentiment de reconnaissance
emu©,
MBSSE DE REQUIEM
A Toccasion de Tannivexsai
e du dócés de Mme AJphonsr
Sarreyre, un© mess© solennelle
le requiem sera chantée, lundi
}A septerhbre,. á $ heures du
natin, en i'Egl 'íse du Saaé-
Ooeur de Tuigeau.
Cette an nonce Lent lieu d'm
vntation aux parents ©t amis
le la regret!©© defunt©,
Wimtm
Coles
Mmchaná TaÜlero
3oupe soigaéa, travail rapids.
items: Tél Nos. 3291 »t 3305. j due du Castra Phone:
smsm, m uar
ELIM
te goada trato mee ,
délldeux, ma
2288.
M
Vos Baisers rotioodroot-iL
toujours votre Bien-limél
0«i c* t»i»er qu’il r«ber.
che peot »ou* *i4«r i 1» re¬
teñir. pourvu gue 1* mauvai.
y haleine ne roa» <*»«• de
•on amour. Oappfl«*-»ous qu«
1 mr 10 j*r*onn*« oat a
a* m»«vai«e háleme et ne
s’©n fRcvi-z prud**ntf« S«rv©as«
votís 1Í4 :s Pht© ^©TíUft > Ci>*
mauvaiae
et carriM ex -nraos
;-Mejn«nt de» st«nave,. '»>L


• -us HotrmsusTK.
, »AOfc t
«LE HOOVEUiSTE
Bleu Monitor
' cm L'ffíDIGO EN BOULE DE QÜAUTE.
A feehc* ó la revenía omme ó l'usage, il n'y „ pas
le procédé machinal de l'échanga dargent
©Sira tata marchandins; usager á ¡'assurance que i in-
gi» so fanal® BLEU MONÍTUH esi un pioduit de con¬
es ioule BLEU MONITOR donne le pine
á ia lassjre. II ne tacha pos te ¡inga
su’il htenchit san» le coupe:. 11 na se désagrége pas. I!
0t0i tós Wes.
3¡ jg lomive «e íait 4 domicile, ensayes aúne: CABE
'Si SSIWfitO. Si voír© Jinge ne ¿me pos ¿miüsammenl
iBÍcneeS'VDUs da te quelite B udígo utüssé.
ffW MTta el C-ftS-ZA DE INDIO son! la rastillan
¡t ^ l'intégrité commercial et de bona© répundiob de
WE STANDARD VLTBAMAF INK
COMPANY
Agent pour Haiti at las Antilles
Deals FSNELON, Port-cm-PriMe (Haiti W. L.}
Hunting ton* West Virginia, USA;.
kuepttbb
SFLEA DID
mt les Diuess
PESF'ÃœMÃœUBBPOiR
LUJE ABOME ET LEÃœP. SUAV1A B
Salsepareille
de Bristol
u
pm Loumcm M Samp.
& Yeats data tontas 1m Ptemacto®.
•W ft MOTO. WaWhaia»
EAU DÉ FLÓRIDE
MTOEAY 4k LASMAH'S
LOTION UNIQUE A PLUS DE
20
USAGES
BOOT IB MM t - â– 
AMES Ul DOUCHE
A COMÍ® AKamGEOT
10JK>8 POUR LA BEAD
vam* masxmamt mtsowm.
. COMME PABFUM
***WBBinK W BOUKDOIR
w*^MmiCSSa us CHAMBBM
sun de t&tea. migrated et Moa»
1m montura «Tliaectea. pom le*J
L **n,w* m Itt ihttma* da chto» •* pow|
taa*uie *t fobcmiMs.
CELEBRE DEPUIS 1808
*®8AYEZ UNE BOUTEEJUB
BT SOYEZ COÑVATNCU
* ®r iroms P’ARTOWT
00» g. MOBS, DWiiMMt.
INTERRUPTION
DU COURANT ELECTRIQUn
£n vu© d'eÜeciuer cerb.ik-3
ticrvaux sur son xéseau de dis
uibuhon, la Compagnte d'Ecku
rage 'Sectrique iulorme &&s c-
borníes que 1© couraxit élecüi-
que sera Menompu 1© m: r-
credi 28 Sepiembre des 8 h©u
tes A. M. dans les quarbeis
suivants de Port-au-Prince:
* Turgeau (á partir du Petr-
1 Foul Mont Joly, Avenue du Tra
I vail, Avenue de Pacot, Babio
j le, Avenue *W*, Avenue *U*,
Hue Baussan.
L’énergie ©lectriqu© sera té-
tublie, sauí cas imprévu, á 11
heures A, M.
Port-au-Prince, le 24 Sepiombre
1045,
LA DIRECTION
ilriéprochable
EDOUARD CANTAVE,
' Hus da P*ap¡» Ha, ,145 *
Caite maison se recomman
da á toils par 1» l «i que Ja pa
Iron app«W daps lo confes
tton d.s coatames qai Ini sent
coníiés ai te promphtuda
dons la liviateon.
Visite: I'atel.er d. coupe «A
rinéprochabfe..
SERVICE
IRMiPHOCHABLE
fitmorPmeml incomparai te.
Provisions AJJj»e»!al»4
on
(■AH AMERICAN BA»»
Angla d» R«w Pavo*
at da Castra
Phím» mm
Pour vos Travaux de Cc.mp-
abilité.
Englais ou c-n Frangai*.
Conditions avantageuse.*
VOIH
EDME L. ANGRANP,
18 Huelle Jerémie,
Bois Ven; a
BONNE OCCASION
Deux superbes appcueils d©
adío a Tétat ueuf stoat d ven¬
ire au salon de coiifum *i’Es-
>órance» Grand-Ru© No. 245
j p.'csqu'en face de la station
j cana alo do qazoLn©.
| L ’ ‘ Va.yuK. ■>"/, vous avtmt quot'
S leg ©nieve.
I -
r.my, haiixy
| H-uuc! < ©k Poliigmea i?t iy
• Fk Ul.» I Q.IU !y b.:-'h.i Piaiits cl'otj-u!',
j tit* Toii-ato, ct do Chou. pi»n a
transplanter oi 0.10 1© 100.
I>i«ui.vev vou3 a ¡‘imp.. a
(54 Hu© Magaain de I'Etat,
Telephone 2183.
AVIS
Terrains ©! rna’so!is a veu-iie,
Bellevue, Despréa et Turgeru
S'cd^e^?of á Geoiaes Baussan
Archa.ecte, ,
R^onnu© comm© im grand purtB-
,cat@ur du sang.
* Pr^iaralien original© et veritable du
Dr. Ifeietol et sert pour:
•¿UmmONS ET MALADIES DU SANG
et poor cebes provoquées par
lIjsage exagere du mlrgure,
DU FEE, DE LA QUININE ETC^
•• Aussi pour l©s
* AFFECTIONS RHUMATTISMALES,
MALADIES DE LA PEAU
Aííectíone Névralgigues, Debilité Ner¬
vous© et General© duT System©, Pert© (
d'appétit, Lazigueurs, Siuurdissemem
f@t ASections du Foie qui mms crux
- FIEVRS3 BHIEUSES ET AUTRES,
LA JAUNISSE ETC-
Lee malades psuvent Stre assmé»
mi'il ’ n'entre pm dans cs me
* aieamen! la moindzo paíteme d© subs
•tone® mercurieli© ou aucun© subsianc#
vénéneuss. B ©st parícutemsnt mo íleo
vsii st peut sir© administré aux person
nes qui ont besom d'un. bon remade
puribcateur at taiHítant, mms tarn le
«moindre mol
PILLULES VEGETAL DE
Greme dé Riz
On noavecra céréclc extrámemem lortficmt
Vous ¡'altr.«ror pareeque ir,a:iilux que la; Farlne.
SOURCE AEONDANTE D'ERKERGIE
FACILE A DIGERER
EXCEXiEOT POUR LES ENFAATS.
LA CREME DE HIE contieni:
VITAMINE B l
VITAMINE G
VIACIN
IRON
S&rvez-vqus dé» auiourdlnii de te délicieusa
CREME DE RIZ
IBwméimg Co
DISTRIBUTEUR POUH HAITI
««kl
DIRECTION OPERALE
JE L*ENSEIGKBMBNT UHBA1N
CopoouT» pour k reoratc-
m©»i d’un© dactylogrcrph©
pour llnepsetion Scolair© du
Cap-Haitkn.
La Direction Genérale d©
I’EnsoignerneM Urbain avis©
Jes Jntéressées qu'un concours
four 1© recrutiment d'un© dac
tylogaphs pour nnspectio.g'
Scolaire du Cap-Haiilen aura
iiou h merer di 26 Septenrbr©
, 3^45 d 10’a. m. au local d© I‘E
I cob Industrie^© do cett© vül©.
LTüáivripüou ©st ouverte jus-
^u'au Mqxdi 25 Sept'mbre a
midi.
L©s candidates qui d&»ixe»t
participer a c© concours doi*
vent étre:
1 -- Mun au moms du
¡ Brevet Elementan©,
j 2 Du diplomo do ZU("\ t
[ Dactyto hartals altostaM qn m
■ kg oMt los capacité» voulu <•> :
| dasi© celt© branch?.
< Pour toun renseiqu^ii.oM: s ¡ díOsKia d la Sectiao do 1'E'.?
! Phtncuw a Port auparme on
Í ou Directeur do 1‘ecolo intlui*-
, rtllei du Cap Haitian Tel 2‘U.
DIRECTION GENERALE
JE L’ENSEIGNEMENT UR8A.IN
Admission ecu Lyc4e de leu «a»
PUm
1x3 Direction du Lycée de
Jeuites Filies port© d la con
naissance des ¡t'-íáressés qae
les insciptions ssront regues
au local de i’Etablissement'
chaqué four d© 8 hies a. m. d
itiidi du jeudi 20 au v©ndr-:di
28 sepiembre en cours.
Les .examens ¿'admission au
rant li€U:'••]©■• 2 Octobre 1945.
AVIS
Monsieur et Madame Paul
’ugi^ ont 1© regret ¿‘informer
eur aimabi© clientele qu© leux
naison de KenscoB sera íer-
née á partir du 25 Sepiembre
>rochain.
lis rcmertíent tres sincere-
nent l«s nombreux amis qul
, es ont honorés de Iqui confian
ce et leur donnent l'assurance
qu'íls l©s recevront toujours a-
vsc 1© xn©me plaisir dans leur
naison de Pédonvill©.
A VIS IMPORTANT
MAISON FENTON
Nous avons 1© plaieix d'in-
totter 1© public Haiti©» que
tres biontot u sera établi un©
Ügne d© Ticmagatíoa desservi®
par des bateaux d© groe ton
^ages pour iréis ©t passagers
entro Kingston Bamaíqu©5»
>orK*u-Prinoe et Bristol (Angle
"ten©, aUer-retotar).
la rnérn© compagni© ofelra
égaiement la poesiMliíé d’un©
ligue ©nte© Bungston, Port-au-
Prince ©t le Canada*
Lee Exportateurs et importa
teurs in toreas és scat parücubé-
mm©nt invites á s'adrMsm
pour tous r«ns©igu©m«nts é la
International Exchange, Etag©
Crystal Market
Telephone No. 2308. AHsn
ton M. R;ck.(ion FENTON.
i Suit© de nos
Informations
AVIS
MAISON FENTON
la international Kxchanq© ««
tn t m-Mmomwú tí la flíííp
t on do Jous ctrnx qui cmU dug
joii'ntn cí<'*iu4divm! v’> 1‘t-xn
et». Angle torre, Redi©, Bckp'
aun. M'uíh Fryiift-s, Aitpr.o,
PafoHtuu' et qus veturha'cat
bur fait© pit rv en ir dea paguen#
cl© ration ou produits alimón,
íctifes.
L©s paquets, bien condition
r.és, seront ctchemínés b Outa
deat nataires dans chacun de
ces pays su-désiqnés, et. kurs
prix varíeront entre or 8. mini
mum ©t or. 12. maximum.
La llvraison ©at enüeremtní
garantí©.
Pour tous renseignemonts
compiémentahes, - adresaez-
vous d la jqlernaiionai Exchan
qe Ru© bonne Foil Eiag:> de
Crystal Market.
Téiéphone No, 2398. Aten
Lon Mr, Hickson FENTON.
1 Pour Is© maladie© de FEstomac, du
feis ©I de© Intestius.
SI vous souffrez de Dyspepsia, dla-
dlgeshon, d® CoastlpaUou, ae RLuma
tlsm©, d© Gout!©, de Coligue SüieuaeJÜe
Maladies du F sm püuls© Végétales *BrLitol>. U
Kaméd© popukir© depule plus a© 50
DQNNEZ A VOS ONGLES GET
En vous servant des creations Peggy Sa¬
ge; Le plus original.. 1© plus druable
vend pour ongles
... qui vous donna
du «glamour»!
D'un agrea-
ble gout ultra
modefne.
Los tons les
plus modernes
BPSOU.NDY * VINTAOS
FtAOSHiP » WEED
RED Banana * Hacienda
Tun? * Mad a?pl£
ilggy^oge
AVIS
BMultáis du Concours ¿'Ad¬
mission a FEcole Natioaat©
D’Agriculture
Les candldats dont ks nons
suívent ont été admis ©n qua
Lié d'étudíares á l'Ecol© Natío
imle ¿'Agriculture,
i — Phedre Joseph
? — Etzer Chicoye
3 — Pierre Riche
4 — Renan Foetus
5 — Pierre Benoit
6 Régnler Pierre-Louis
7 — Roland Latortu©
0 — Tapered© Narcisse
0 — Jacques Etienne
10 — Rosamond Jeud;
11 — Gerard Neptune
12 Gérard Mauzé
13 — Jan Guichard ,
¿4 — Montaiguy Cantave
15 - Alphonse Donasson
;6. â–  - Emmanuel Pean
I? Gérard Philippe-AugusT1
18 Edéze Thébaud.
lis devront se presenter lo
jeudi 27 sepiembre procha hi,
d 8 hres, precises du matin,
au Centre de Samé d Port-cur
Pri nee, pour un examen physi
que.
N. B, - Les Cours a 1’Ecole
Nat'onale ¿’Agriculture ccm-
nencént ie mardi 9 Octobre
prochain,
Frédéric KEBREAU
Direeteu? de FEcole National©
d'Agricultwe*
Gardez votreTeiot Jeuae, Doux et AUrayaut
S»»e*-'0us que le plendiManU 4» santfe. attire ’attention d’un honans et
♦ente pin» «ite s«» «en.» que n'imports queile autr« chose.
C’e»t tin fait eertain. Auui gari« »otre teint toujour*
dmix, attrayant pour qa'Sl f*r»i*»« jeune et «ato.
Pour arriver i c« ré*ultat. 1 matin, le midi et avant 4*
vou* mettre aa lit laves dout.ment votre vi»ag« *«e *»
«aven Palmolive, Balgner-*oo« au««i aw PaSaoBve-
Aeheser un pain de ea,
von PAfaMOfaiVE et -nu»
eoneerrereis une pe»» je».
M. íooee »t attrmyaate.
KEEP THAT LOVELY «.SCHOOLOSRL" COMPLEXION *
UNE HEUHEUSB- INITIATIVE
Nous txppt&nom qu'd kt *•»
iré© d'Octobre, Madam© Od©l-
t© Gloecklé ropr©«dra «o»
tsatív© df r subir a se» Mévm un nouv»I
Oes 4jar©uv«» rntúM
i comparé©© 1® proíemeur
aví'C les appreciation© falla©
svi les élkves R y a. u® P^
un jury composé do plusíour©
artistas compétoutó m trouvaut
©n notro paya. C$m compami
mñ permetlra h Madam© Okh
©cMé d'établir les progr®» de
complí© par chacun do© élé*
mn ts,
Nous crayons ©avoir qu@
coito mféreosam® roucio» so^a
| pié®.dé© par Monsieur Punto
' MabUíe, at;aché cultural o lo
L« dfciúgnauoti wu lade dm su
jt'ts mis^cptítjlun de concoufh'
jaur J'oht«miofl cF«n« hours©
de mmuqu© d la fur d© 1 armé®
í.coíam* ». csi ©Dvbciq©a.
UNE APPLICATION DU
decret-lox SUR m "
' BOSS A BRULER
II nous ©st rev©nu qu© !e Tri¬
bunal de Paíx d© Scnnt-Maic,
a Id requate d’un Ag©,5t Agri-
cole, a co«dam»é á un© amen
de de 50 gourdes un ©ommé
Augustin qui avail coupé un
carnpéchíer sur sa PROPRE pío
priété sans avis préaiable.
Une strict© application du
Décret-loi sur les coupes d©
bois. Tout le monde salí que lo
ca.mpéchkr esi un produH d'ex
portotíon, et qu© la tax© de
c;nq gourdes par 5 kilos est la
st'ul© obl’gation qui en contra
i© sa coupe.
Nous sextons heureux d'etre
ienseignés sur cette tormo i m
toipiétation de la loL
PETION-VILLE SE REPBEND
A RESPiBER
Au Coiléqe de Pét:on*VilIe,
•1 y a un regain d’activiíés.
Davant les nombren*©» suppU
ques des Pélion-Villois, le Co
míté-Directeur du College s'ost
resigné á ne pos íermer, á n®
pas ravir Ic*ux College aux jou
r.es ©niants de Pétion-Ville.
I^e.5 ín©cr p'Íons ont common
cé au local de I’Aimexe (Mai
son Charter Péíion-ViUe, Rué
touverture de 8 h. a- xñ, d 12,
oí de 3 d 5).
Comme nous Fappelons de
nos voeux, k’ Département ce
ITasIructicn Publique dolí pou
voir aider le College de Pét.on
VÜ’m- -en luí aHouant une sub¬
vention mensuelle.
MARIAGE
Lo 22 du .courant. Cabaret
écait en liesse d l’occasion da
ir.ariage de Mr. 'SíanJs Ñapó¬
le on avec AndrómUe
Exantus*accompagné© au p,ed
de Fautel par Mr. Charles Poto
ponneau et Mme André Pierre
Charkts.
«Le Progrés» d-ont Mr. 1© ma
ne a&t un ¿nembre a mondes
té son existence en delega*'! b
reí e soienniié son Vice-Prósí"
dent Me, Ludovtc P. Bellanto.n
qtú! sur le pnrron de FEgltse. a
prés: nté aux jeunes époux ses
compliments personnels ©t l:s
felicitations de i'Assoc.atiorx,
Dans les chants qui imem
executes avec brxo, Mr. Alber*
I Goínt Controleur Géswal des
Peí ts Systémes d’Zmgatioa de
i Fendroit s'étaít dktiugué d’xt
ne fago» special©,
Vceux de bonheur aux nou-
\eoux mariés.
PECES
D© SbMarc, nous mi pam
nu© la triste nouveli© d© 1
mort de Lucr Noel survenu
dan© Icrmaíinée du 20 Sej
teadjre courant
Le déhvn qui fu! XAxexMt
de la Teme Ecok de Dessctl
nm laiss? beaucoup d® regrel
temi dans sa vill© nalale qu’
Damien^ oh ü taime 1© »ouv<
©Ir d'un insRtnieuí avertí.
Ses fuaéraiü©» o&t «u tía
Jeudi aprés-mldi, aa mlBaa d%
grand convgl
Noua ptémm» na*
i ts* coudohícmc©© é la ttnaülil


mom:
Special- “Le NoweMi$te,,
gm KWf» I» CHBHUWl I» PO«W BE HAJSK» ,|r«ys wctmmm*
m «BANS IE FIAT*
N! «A FIAT»-.
as
B«*s TOT» I» JJUW0E8 DES BATIO» Dm PKOPA
Dernlér© Heure
WASHINGTON 24 Sspl.---
L’AmbíiMadeur de Grands Bre
tagne, Lord Hallíax <¡u¡ prési¬
de la Mission Financiare 3»-
giaíss a declare cju'on "e doit
pas s’atiendre a ce que le «cu
v©au Gouvewement Travail} is
te, ía&se des «experiences ris¬
quera».
PARIS 24 Sept- Le Pm
la Duchess© de Wtedson sent
arrives id. 1/6 Due a dst an jour
nal qu'il m-s sail pas encore
Vil ira solum sa mere eu An-
qletene. Et qua nd n« journalise
i>? lui a parlé de la rare?© da
r.ourritme, le Due a répeu-du
qu'.i a appoilé sus provisic»»-
l.-fi Dúcheme a exprmá so jo,3
cíe revau la mode e«
ajoukrr»? que les robes son! s;
chores qu'clte n© croit pas pou
voir tes acheter.
PABIS 23 Sap!, -- De Gaud©
da«s un- díscours a demandé
i'intematiorraiisat'oc de ia
Ruhr et une occupation framed
se permanente ¡e long du Rhin.
WASHINGTON 24 Sept.-
be President Truman a ordori¬
né au General Mc-Arihur Tcm
ruler au Japón tome produc¬
tion qui pourrcú servir a la
guerre. La Metis.on Blanche a
rendu public u« projet de poli¬
tique dapres-guorre vis-a-vis
du Jcpon. Ce proje? rédame des
chcmgemenis radíccrux dans ¿©
systems éeonorn que du Japón,
lo dissolution cos grandes ía-
¿nillss rnonopolteant et domf-
■ ía«t le Japón.
PARIS 23 Sept. - Le jouincú
■>Le Fígaro* di? que te General
Louts Buisson, DirecSeur des Pri
sonnisrs de guerre, a declaré
que la radon de «ourriíur© oh
1 ouée aux 800.000 prisonnierc
oltemands en France est juste,
c© qu'il faut pour pormettre d
un homme de rester coucher,
ne pouvant taire un mouve
men? et de mourir tranquil!©
ment.
WASHINGTON 24 Sept.
Le Sena! étudie le prole* de te
qui éonne voix au chapítrc
c'o.t¡s Vusage de la bombe ato
mi que. aux memores du Con
gres des Eícts-Ums. Le cote dé-
Iteaí de la question est de sa-
voir si en dehors des Fíate
U«-s, Anglet©rre et Cañada qui
ora ]e secret de relíe bombe, la
Hueste sera mise dans le secret.
FRANCFORT 23 Sept. Les
ocupes amértcaines en Norvé-
qe ¿aisserc’.-j Je pays le 5 Oeta¬
bre et seror.t remplacées par
•des troupes angl-ais.es,
COPENHAGUE 23 Sepí. - Le
hoi de Norvégc, Haakon est ar
r.vé d Copenhague pour son
ireie, le Roí Chrtetia
remark qui té te ses 25 a«s.
CHICAGO 23 Sept.
rouvellefe grandes ‘ rali
du Texas o«í teurs employés { comm?
gréve. La production de pe-
trole aux Etats-Unts est rénta¬
te alus: de 2/3. Des v:i!e?s mor
queron? de gazolte© et on re-
vtendra au rationnemem,
TOKIO 23 Sept Les japo-
«ais on? remte les tunes conte
r.ont les cendres de 2.800 pri-
sonniers allies.
WASHINGTON 24 Sopt -
La Radio de Chungk'ng radio
diífueaít samedí que Hirohuo
obd;quercnt pour éviter d’etre-
rompris parml les crimínela de
guerre.
D:
Dépctrt&ment d’Etat Dam «n
gxan-á di«er d'adieu que lui óí-
rait l’Insüíut Culture! Argentino
Américain, S. Braden a di;«La
«voíx de la Liberté se fait ©«-
* tendré, ei je ne exois pos qu’on
«puisse Fétou^er».
BRUXELLES 25 Sept— Lktr-
íisíe beige, Paul Jamm qm xidi-
culisali Churchill da«s lea jour
! iraujf cdkmands av&c see cari*
1 catuies a été condamité a mori,
NEW YORK 25 Sept— La
gréve dee employéa des aseen
sours a été déclarée. Au mobs
15.000 ascengeurs ne fonction
ne«t pas, H íaut une hear© pour
mentor d pied du premier au
dornier atag© de TEmpíre Bud-
d • nq,
WASHINGTON 25 Sap!. On
annance quanc mpipbamtie
otorníqua es! irouvéa, et qui
fpnd ce!!e.« qui oat cfcjuit h> fc. \
r -n, comía * día joux ÍWfoBU.
LONDRES. • Düííb plusiaur*
minaux on a Timprosslon qu‘u-
ne autre conference entra le Pie
indent Trumern. le premier Cle¬
ment Attke et le maréchal Sta
l:ne est néces-saire pour étud;er
lea grands problemas de 1'ave-
t'itr de I'Europe.
Cede suggestion est faite á
la vedle de la cloture de 2 s:-
maines a© session au cours des
quedes 1© jeglem¿nt des aria ¡res
es! égal a 2éro,
LONDRES. Les nuli&ux e?’
cuestión senienj qy'n seía;t
peat étrs nécessaire de co«vo-
qt»er ¡e General de Gaulle á
la' pzochcine conference inter¬
national©. Les irangaís o«i eté
prunes de constater que la Rus
s;e ct tent© d© Ies exclure áu
réglement de plusieurs’ probié-
mes particular:mera des db
cushions sur les questions bal-
Ko ñiques.
LONDRES, --. Vcirmi bs Mr
?ss qui ont tromphé ernx élec-
J.ons cantonales d'hier se trou-
vem 3 grands partis de gau-
che; le partí communists qui a
fa:? un bond proáigi.-ux et a
gagné environ 80 síéges, ie
parri socialist© de Léon Blur.i
qm a gagné environ 325 sieges
et le partí de la gauche répu-
bíicains. et radical de Georgt-s
Bidauít quí a gagné environ
110 s;éges. Les grands vein-
cus de oes elections cantonales
sot,t !jí-' paiti radical socicí:s‘e
qu', a p-erau 200 siéges et les
partis conservateurs de droée
guí o«t perdu plus de 300 sih
gea.
La presse parisiena© 6 on-
roncé ce matin qu& la France
ulísse JQpiáemem vers la gou
che, ma;s qu'elb n’arrivera pas
•usqu’au communism©,
WASHINGTON. --- R a é‘é ré
vélé que les ctnglo-améríca.nH
compten? por.fróler les avchs
des aiíemands en Espagn- eí
■qui! es! probable qu'i! íassem
méme dans los pays neuires
Suéde.
• don-
D-
Aucun autre detail n'a
t'é sur son pnocés,
WASHINGTC®,- ]>, ffiUi,ux
auloíisás d'id o ni &xptím4 Va-
p}n;on que prolxtMfmen! le Se-
crétaire d'Etat ¡ansas Byrnea s'a
dressera á la radio au pe-iple
maérsca¡n iasraédíaíemein a-
prés son retour de la coníéret1
ce des ministra des aüal-e»
éirangétBs des S grandes puís-
sances ñ Londres.
ATO DE JANEIRO . La ore»,
se brésiíienne a annoncé -<•>
soir que le Sous-Secretaire d E !
íai Braden quj q paseó pms d->
19 hsures dan, kt capitate bró
silienne «i pañi pou, Washing
ton est amvé auiowd'hui :>
Recle.
l.Okdk Salón las
tes itiformafions regues ce so r
"« forceB írcmsoÍM», an* m3í,„
ionatit ¡e contróle de Salgon, la
Capítale de i 1*dar.I-franca;
tT: Ce» troupes om déjá occu.
pe tous les postes de pal c
Tea a lieu®, i¡ a eie rappode
ottciJiemen, que >e. fwr! , ,,¿>
som pos tres éievées. Seion des
rop-ports piélimínairt dm sol
dais frcmycri» on¡ élé iuds si 4
caires Bl&ssés.
cCÓ/DcslS Le procos de
foseí Kramer st poursuú á tu-
íieberg De nouveaux írrnolns
cn¡ éié ancore emendes au;our
d'üUi fasaní I, xécit des atro-
cités commises dan, Íes cama,
da" concentration sOUS le co¿.
nsandant aíiemajid. ¡I a éts s¡
cnaié a ia séance d'aujourd'hu
qus Kramer »'awa»aU parfoi* i
bmtre personr-eliem: n! les pri-
cct;tec Ui í femme a ancor;-D
qu-elie a vu Kramer lancer r r
NEW DOHK $e!on de* .r-
ícrmaitons ofllcielies de Tokio
o» appreed ce solr que 48 na.
-ores de gurrre américains trata
portam prés de 20.000 mem-
ires du personnel ¡je ;0 mori¬
ré omAr-eoi#» iaíss rom ac-
iourd huí Se por! de Pearl Har¬
tar á des: i na,io¡1 de3 Esats U-
:--1 -as torces serom dé ruó
bthaéís,
WASHINGTON.— A une -or
ierence de pre», !« Préside.;;
Sarkiey du comité des aüalms
otrasgéres a réyélé ce soir que
te cormíe d'eoquétes de la
Chambre *t da Steal Amir -
cam sur ¡es dásosíre* de Pear I
Harbor partirá blentó; pour Is
Pacifique afín de se ‘nnár»
compte de ¡a sitaaüon géogra-
cruque de ce port.
-í-ONDHES. -- Leg milieux pro
-h-a au coase ¡ des ministras
ces ?lía*res éfcrangér«s des C
cp andes puissctnc&s ont annon
COMMENT
CROIRE «LE MATIN»
son numero be Same
díi, «Le gordo te site*’
ce sur la question du pap;ei-
journal, et pour cau&e; en quoi
H ;agiíait sagoment, ' ayaxtt
Qvoué la venté sur les avanki
ges que ius accorddit M. Dé*
. fíy, sdi n'avaít avec Wte opi
| niatreté íarouche, étalé le mal- ^
qui te ronge: un manque de
tact
Evidemment, son imaginaren
¡e pou&m á teventu, dans des
étendueg sana limites, tontea
sortes da «radotag-es* grotes¬
ques, pour représente? rancíen
Cheí úxt Seivíc* du Corar.«n-
ce extémur et de ¡'Exportation,
conwne doué, par un priv h> / >
spontané, de tout's lea g r*.-
tes. C’est son opinion, e? ,0.5
la lui iaissons.
Mai» ov. coKviendra i.v n-
í)OU‘íí que, partois, da«s .0 ‘-e
mte maladroit de défer íl
se manifesté comma une mpé
ce de vnrge. bien pite . o
syncope de l'erreur. V* 4 ¡e
iois dañe cetío pasition, < * r»t
ródu’t pour se consoler de ne
pouvoir lef changer, á pwser
dans leí source erapoison7 o
de la calorn-ue,
Vcüó comment s'expnacc
cue, aprés tant da va.r* py
II y a ito¡M ou quair» jours,
*Le Matin, nous mettait au cou
rant des cablogrammes qu« son
Dhecteui'&dmim&itai&ui avail
c rectemení adr. més á la '‘Uni¬
ted Press» sur !q question du
pctpíer-journah apws avoir chro
r.ométré les d©ux heures qui sé
paren»! la réponse de la U»i-
ed Per&s, expliquan? que te Ce
mito Central du Papier ovni?
2oís tout en brans© pour qu'Hai
t: c:t du papier-journal, la con
elución que >L~ Mati». porxr.?
u la co»na;asance do tous, o ;*st
• qu'on croü qu'au 31 Décem*
Pour un Instituí Franca»
en Haiti
*• rorEf
f ,Vir L
su. . f xpor
C r tu t lucnt
t *
n.u o?
(i1 ( v
. Ir 1 * ¡
Le lundi 24 Septembre cou*
rant, á midi, dan» les salons
de la ChancelLrie, u« Accord
Cuturel entre la RépubLquo
d'Halti et ia RépubUqu- Eran-
gctlse a été signé par Monsieur
Gérard Lescot, S cr¿taire d'K-
?at deis ¿Relations Exíérieuros,
Monsieur Maurice Dartigue, Se
créíahe d'Etat de ITnstrucnori
Publique, pour Haiti; Monsieur
Ma*c M Ion de Peiílom Mi»ís-
; ve Piénípotentiaire, Dólég:;©
! du Gouvernement Provisolre do
a fiépubliquo Frangais?, Mo;¡
t ur le Docteur Pimío MahLo,
j ( n uqé de Mission Culturello
1 jar te Gouv:rnem&nt Provisah
í t& de ¡a Tiépnbliqm).
! Vo ci lo texto intégre! c¡« cm
A < oíd précfkla'dé TEexpoiíé
, Mpíifs:
caíso et ¿’assurer une collabo
rcton plus étrolte ítttíe Ws %■
nlvmmtés Frangcsises sí
versdé d'Hclli les
dúme«n autor tabs par \m Oog
vemem' «t respectü oN eosn*
lia de signer rAccorrd c/jolt
ACCORD CUtTim *
En vue toes cuHvrsU s enli© k yías„
ce et Haití, ie íavorUcr W te-
ywrmemím? de la cultura baa-
t H
.or
5 '}U Dr J '
N ,t o n.<
1 ,í, fíf
Ci."
- ’ r o
cubrroo mérm
po.tr > a^r
iorts pour arríver a atté»u©r | mostré de 1345, Tmr ie mor¡d
i3 r&sponsabiiité de son pou:
voyeur d- quota, «Le Matin» a
about! h Tabsurdité suiva-t',
qu’ü voucrai? eíxe une irc-u.e
á notre adresse:
«LE NOUVELUSTE ds so»
«cóíé, «sert» s! bien, que so»
«journal n’a jamais été suspo'j
«du et qu'aucun communique
«n‘es? jama s ve»u le rappe-
«ler á l'ordre. Pour ce quí así
«du pied dans le plat, c’est,
«€a*>s dente parce qu? notre
• contrére est dems ie «plot-*
j qu'il »e p «pied*
Nou.s nous attendlons bi .» -a
ce que r.otre confrere trcuvdi
un© formule quelconque pour
dissimuler so» embarras, e»
prése»ce des multiples preu¬
ves de sa maladrssse appor-
tées par le NouvelH&te.
Quoi: II commst cette supré
me jnhabileté, d'lnsínuer que
«best sans doute, parcequ=
nous sommes da»s le «plat-
que ncus n'y mettons pas le
pied, comme s; cette pauvre
aUus'o» tqdü croit splrituehe)
a Tadresse d'un autre, pour-
raí! induire en erreur le pu¬
blic qu: -s? bon juge,
Regordez done, autour de
vous. Confrere, et vous ne tai
derez pas á constat-r la
vérité, en ce qui d trait
a ceux quí so»t «-dans le pial».
Tout Je monde salt que seuls
ceux á qui la franchise fait dé
faut, ceux qui n© so»! pas ai-
1948, cela chai
LEco»
«Le Mu-
jusqu a
a cruota
espere qu en
cera.
Au Departen)-ni áe
m e Nationale, o» ne
reo cte cc qv/cn-nonce
tin*, mais en sa:? av.t
la fn d? l'année, il y
pour le papier-journal.
Notre Confrere nous ap-
prená qu'il a payé sa comma»
d® CASH, et comm© íl repre¬
sents cette Fabrique de parnt-r,
íl se met a la disposition des
cutres journaux.
Tres peu pour nous, dans ce
CASH, car pas avaro, i'aimée
prochaíne c- papier «libre*,
ir arrivera.
Et puts, pourquol «Le Matin-.
se tourmente-t-il tan*? La si:ua
Lo» actuelle lui est íracíu" use
«Le Matin» sert ses lecteurs e*
obonnés demi-portio», maís
touche toíalsté abonnements et
vente au ruméro. Par cette eco
'•onde d- papier sur les abon-
t és, «Le Matin* sert cdors les
cutres íournaux qu'il éd'te, no*
fommenf «Les Nouvelles z-
France». I! touche le coút de
ces édhons, etc, etc,
Partout ses recedes son! en
totalIté, maís c* qu'rl donne est
:a moítié d p=ír¡© de ce *tTuM
devrait don»er.
La situation ©si aínsi mcr-
chcnde pour »otre Confrere.
D© quoi done se p!a->-i-í.l?
PHOILT de creation dun
1NSTITUT FRANCAÍS
EN HAITI
EXPOSE DES MOTIFS
Lo r sK-meme»? dm échan-
qm inteUectuetó entrs la Rópu-
t 1 que d'Haítí et la Franc© a
ce ja fait Tobjet d-> noqibroux
nrojets, U» accord éíait í»tar-
ve»u en 1939 qui próvoyait Fou
vertuie simuhanée d Port-au-
Prince d'un ínst’tut de Frunce
et dure Ecoie Nórmale Supé-
rieure á direction ■jj-meabai
tH'-nne; ces deux organismes e-
?atent de&tínés á former i's ce
ares d'un EnSí ig.aemsnt Seco-:
daíre Ha;den et á améliorti
Ies cadres exístcmts.
Depuís cette époque, la si¬
tuation a évolué. Le Gouv;r-
nemsm Haítlen a decide d’or-
qaíúser sous son entíére auto-
ríté i'Un’versilé Habiente qui
doit ccrnprendre outre la Facu!
té de Droit et la Faculté de Mú
decine ionctíonnaut ¡ actuelle*
ment, une Faculté des L: tires,
une Faculté de Sciences, une
Faculté des Sciences Social r ~
£* PoIiÜques.
Cette Université se propose
de feire appel pour comple?--
los lacones mom: ntanées d?
con Personnel Enseignant d des
crofesseurs étrar.geTs. Le Gctv-
x?rn ment Pfancais s'engags
o» ce qui le concerns á íac:L
ter la venue des profess up
qui luí serom demandes.
Aí»sj en vue de ress'rrer les
en*?© te
Relations Cuiiureiíes
France et Haití, db iavorise; le-
rayorueme-r? de la Culture Fra»
cam: oí de
promouvoii |a
Jabera? on c
Uto les
TianqoiBíOi
i rUniveisiii ¡fiy
ti.
Les nomo
qnós dümest
rínén par i
ur GouWro«n»»
¡<:Sp(HÚl on
COiíVttfíu (:-e («j|
suü:
• 1
A" .<>í
1 ", a>, Unv -
f ’ ' ‘L H
liM'ti Uh
... ¡“Aiitei {{,$
qms.
At» 2 1
r ‘íAr.ra^M
pour 1 ‘
fc¿HusíveiMfit
cu Hat o..
Sou , »
'* a Lxé a Poft-
aa-Pra.cí* a
‘ r local qm h
Gov.fí 1 'i :.i en
cu <, mt":
*u -> sposííío1'5 d'a
Gcuv r f.aaqais.
L ame t.
‘ ’•■h da ¿ocal m
si q o o.
f bz s générds
’ ' f»? : administra
Uor
c r.enrm é¡
Vine» *>,; «>•
' o ' "H’ au Gouts?
i-eme”* F- *
cas.
Llrs? ’ ’
exempt de toa:
impot ' t po
,r» lerevoir
do^s en ca
*ure et en aspecea.
ÁU cas r
u te Gouvemsissi
Frangais se
”aU -n mesure- áe
construiré
n batí meat poar h
aer Tln.stitu
?, le GouvernemPí
Haiti me trait d sa dispeshis
un terrain approprié.
Ar?. 3.
A ÜPe d’ réciprod-
t¿ et en vue de permetre é b
RépubLque
d'Hait: de develop
p:r
ntoets alus intimes
n.vec les ir
.iiciix un i vacilares
frc-gais. le
Gauvemem-nt fem
rate, s'rngcge o fount‘r era Gas
v Tremen?
daítien un local 32
pourrait étr
• ínstallé un Buiemi
d'iníormaúc
n ayaat un cara?
tere culture
Art. 4.
l-Tnsttut Froc$ok,
orgauísme
cultural déper.fcb
du Gctiverr
.©ment Francis, sí
”0 aéré par
un Directeur de Ha
t onalité Frar.co-íse et dé&jg&s
Fin a ItoA
LE HAPPOHT SUR LES ASSURANCES SOCIAL
Duv
cé gue de vives discussions se J hanchis desla craínie d'etre :
sent tngagée» ce soir e^tre Mo* j éloignés du Banquet, om ic •
et le ministre des affairs.
ore-
de
étrangéres Beví». jusqu á
E>e»t aucun accord n'a pu étie
ootenu au bu]¿ f des questions
a0 front eres, de reparations et
de ravítciülement des pays de
FEurop?.
Dernlére Minute
25 SEPTEMBRE A 3 Km». P. M.
ALEKAmiUS 23 Seií— le
Gouvemement Egyptien a d»’
mandé Dimanche au Gouver-
n eme tu Anglais d'évacuer ses
troupes de FEgypte et reco»a-
fíuex l'umté politiqwe de F-E-
gypte avec le Soudan.
MEXCO 23 Sept--- Le Dr.
Negru qui fut le President e»
Espag»© cr prévmu les Gxcn-
dos Nations Alliées qu's» n!él:
minant pas Franco du Pouvoir,
©Fes leñasen i la porte ouverte
¿ la ressurection du Fc^dsme
©n Améríque Latín© et aussi e»
Europe. ,
r mmos ayrSs 23 sept,r*
L'Ambassadeur Bremen a lata
sé Dlmmche ¡‘Argentine pour
toccuper son nouveau poste au ]
LONDRES Les milieux tché
ques bien íníorrnés d'ici ont pie
dit qua la confér^nc© de peux
la Tchécoslovaquí© présentera
des revindications au sujet de
la SUésie altemandí. Cepen- í
ca»t ces sources n’om pas en *
core áéílvÁ les revendicatíous i
NrritorlaUs tchéques et on ne ;
salt pas encor© sí la vllle de
Breslau se trouvera dans la ¿o
re. Par ailleurs, on appre»d
?ue les Tch&qua» &ai réck
aussi la region de Tesche».
NEW YORK,-- On appre»d
de soures autorisée qu‘u» a-
víon transport ervee 21 pasact-
qers a été porté disparu dans
le Sud du Pacifique, Hier l'ap
pared avait pris le val de ia
base aértenn© de Auckland.
NEW YORK— Seion une in¬
formation de píeme de Fagan*
o© d’mtermaiiom hollándolas,
Aneta, rancien speaker de la
radio Roilcmdcngo dura»t l'oc-
cupatlon alternando Max Bloc
zijl, acamé á’avote callabaté
avec les nasis a été conéamné
á mori par m» -cour sspégkdó
i ' ÍNSTITUT D'ETHNOLOGíE '
i Les cours de Flnstítut d'Eth-
j noiog.e seront repris d la Fa-
] cuité de Métíecina á partir du
j 15 Gctobre. Le canter dTnscrip
• Lons ©at ouvert au Bureau d'E-
thnologie. Les aspiraos dov
| vent étre munis d© teurs certl-
í.cats de fins d'études secon-
datres.
LA DIRECTION
chance d'etre, non seulemrn*
«dans te plah d'y msttre te
p:ed, maís áe se mettre a a sai
d... plot,.
Ceux qui sent dans te «plcr».
émargent au Budget, sang au
cun soud de 1*accomplish¬
ment de lour tache, ce n est
pas au Nouvellists qu'on peni
tes trouvsr.
REMERCIEMEHTS
M. et Mme Frédéric
qneaud, et lews énfasis, les ja
nuiles Duvigníaud, Bonhomme,
Latortue, Carpenter, £réda et
Puval envoíent l’expre&sion de
]eur profonde gratitude a tous
ceux qui Uur ten donné des té
moignages de syrnpathie á
^occasion de la mor! de
Mme. Vve. Lys DUVIGNEAUD
née Carol’ te© BONHOMME
?ort-au-Prince, !? 24 septem-
bre 1945.
L: Département du Travail
est au travail. En efíet, il víent
cé Lvrei a la pubiieité une
tenant le rappod
Fute,
kí é!ud
COMMUNIQUE
La Direction Género!© d.-s
Sports porte a la connaissar.-
ce du Public que te Pare d'En-
fauts pour cause de reparations
est dés aujourd’hui term® et
sera ouvert te dimanche SO
Septembre á 3 heures de l‘a-
pris-midi.
A cette occasion lea goaaes
retrouvcxont teux Iteu préféré
de píate.p ñambant mui et
pourront s'amuser dans une at
mosphéro dss plus agróabie^
m*dm qu'un jatra fern entendre
■des morcoaux de sou repertoi¬
re.
Fort-au Frlnce, te 25 Sept 1045.
AVIS DU SOUS-SECRETABIAT
DXTAT DE LA PRESIDENCE
D'ordré do Son Excellet^ce
Monsieur le Présideat de la Ré
pubYque, te Sous-Seaéíaric:!
d’Etat de la Présidence porte a
la connaissance des íntéressés
qu© dorénavant tout© correspon
dance non officíslle d Ladrea
ae de Son Excellence dsvra é-
tre réguiiérement affranchie
cous peine d'etre simplemeni
classée.
Port-au-Prince, 1© 22 Sept 1345.
AMBÁSSADOTR
l£ BAL BE ¡A JiSfHmE
Pour cié tur £r joyeusement tes
vaccmc©^ te Cerote «Amhassa
deurs pite NS'd. tes Mambíes et
tes invité® habítete de bien
vouloír accompagner teuxs en¬
tente au «GRAND BAL DE LA
JEUNESSE» qui aura Iteu sa-
medl 29 seplembr#- 1045 a 5
temim p, m,
Pamru-Prinoe le 22 Se^. 1045
m omm*
r POISSON FRAX5
COPEL vous Uvre du pokson
írais á domicile tous tes ve u
credt, Téléphon:z au No. 3172
avant ]eudi a mídl
brochure dot
concrmant Tlntroduction des
Assurances Sociales en Han.
par Faddee Pozt¡ansk'.
M. Faddee Pozncteski est Doc
?eur Es-Sctencrs, Proiesseur á
FUníversité Laval, collaboratea;
Extérieur du Bureau Internado
cal du Tavccil (Montreal).
Vouvrage debute par des ir
marques générales sur les As
swanefts Social^. , ^
Le 2éme chapitrj $W'tute:
Champe >d’AppHcadoiL
te spécialísfe Po*«a»5*
ie .'a conslitüñox at hs
argones de i'testltuiioa des fo
sural?ces Scc.al's, Conseil-3AJ
Comiü'ssion tek
II LI5S EFFORT'S BU «NON VS3LEJSTBÍ»
WWT. WWWTRAam.WOTIS Wi VOT1?
minis;ra
biírage.
Les Píc-stctions PécuaiY?»
en cas de Malad'e et -de Mr*#
n;té sent ? «visagées aNt f»
tes Pié'bf-io^s Financieras b
1‘Assurance-Maladie et ik
surance-Accidenís etc, etc-
La brochnr - est
et nous suggéro.ns ó íou? [
qui s'intéressení aux
sodates de la lire,
mm
tmrnK^ 1
• Umirign»» ini Mai pour Ja Ytetefe*».
msmsm »t la cooa»is»n« mrmvmai


Full Text
Huí n étouffera la Votx de la Liberte, dit Braden
Commentalr«s
¿QS LA
& fSmaaga*, ce* jouxa-ci,
ttxtm I*® plus «xtrasudi-
* Celo prorlem
fTqa'U existe ttée pea de
^gqi-poar wnnei^ner. H
^Tpa. de paper. S. roit^ce
' sou* ojéelo!» en Haití i«
Sédiel** bal son píete d'u-
5.3:8 poreilte dons les
J^a a‘AUet»9ne «cap®® par
onglaA"les oméiicoii» 8t
Void quel?0®® unes a®* ™-
a qui c¿eute»t pcmní les
^¡¡¡íom d‘ali*iaoad»:
Se La Hueste et tes Etaís-ü-
f¡í serení bienio* e» gü«rs, et
‘■•a 'm alSunand* «eront rseru
ü sai les omfcicain* pour com
¡¿Ti» Sod*,
Ot» piemtere rurneur a
Mar fcrden¡e»t le fait qu» 1®*
sods trayallteM dans les
s aiuáñeates ponent le
,_u ». de ces derate n», vu
«st impossible de ttoarex
#Mt«s véteme»» pour l’ins-
»« es Alterna?»».
2o, Ce sort les alíemtods
qé líBt inventé la bombe alo¬
ngé, el tes allies teur en oirt
rali le secret
I.. PiilMnnce» Occupan
K ron! chaoqe: tes limites des
tes amércains vori s'en
¡Efe ¡FAIeBJagiie pour occu-
f® b,fapon. bes anglais les
issjteront et feront du Belch
s» Cósatelo» anglais,
te Hite mt bien en vie.--
geseaétaant radíodiffuró de
fsMo avaló kt redditio» du ,a
et a andoneé qu'il serait
it i*tour en AUemagne «n 1950. i
Cas nuseurs eont tes f>ri»ci- ’
olas, cm une infinité á emires
felile»!,
A teto ofr, malgié tout, ti
f a use huitotee de journatix
;ai í'Wfent, oes nuneurs n'e-
Sslesi presqse pas, Quant «ux
líes ® 2 >V o pos de jour-
wa to tout, il parait que tes
;s% tovtennen» toas, avec de
sito naseurs et les rumoure
es plus intempestivas,
tesantorités Decapantes crai
Itwtqs?, avec i'hiver qui amé
«rson cortege de sou&a»-
ss causees par le froíd at la
¡t®, tes Rtmsurs augmente»»!
vsm «i consent des dé
Oui, “Le Matin” radote
EN VOia LES PREITVES
Baos la seule zone alientan
4s «rapés par les araéricates,
i y atsdi, m 1942, un total d®
US quotfdtens. Aujofad'hui,
11 ates existe que 10, -qui os¬
áis»'.!, et settlement deux iols
par anaína.
Caite ¡sttaaBon en Allemagne
v.s*i démontrer, me fots de
ftes, que id ou il n'y a pos de
fWCBB, lá oit les joui^aux
*bat pas la faculte áe tout or
iSlsesr, tes rumours empoison
^ l'esprii des populations.
l«tí vérité qst une, parioui»
difference que, dan?
tófiQi&a pays, comma en Alie
les allies cherchen* fi
le plus d'oiganra de nov
possible, pour combare
et les rumeurs, tañ¬
áis que dans d’autres on ir :
»nt juste te con
®J2 POBKVIEN
SlWaNOTUlTElIlf DE
- ^ «CAHIEHS DTiAlTl»
Ccs; r;;-,t jeme confeére
Edfe Pettevien qui a éié norr,
Administrates; de «Ccdtieis
á'Híáj!,.
, ^ Eoitvi» «si un élément
¡stfaMao! d® notte jennesse
W, utd áoute que par see quali
^ to dicijdíne d'éneigia il
.-rrv-, j seconder efíicaco-
?*? 6ouveau Directeur de
M. Etóx Bayard,
s"0*1® eatopJtasnfóns notra
p6® da suecos tkms la caz
“*? * Jwwtóta*
“^^^ATION DE LTJS1NE
**owmom
J*®*» nw»* de Mentroui*
déla Pite se-
Son HxcoUqscs 1©
y
Pto»»xa( crwt-o.i.
11 y a quelque chose qui han
le «Le Matin*. Voyons un peu-
Une críse de papier-journal
a subiíement )eié les Diiecteurs
de Quotidiens dans ios transes
les plus vives. Un© prem’er©
, íc:.s =ans 1‘heureuse mterven.
> tion du Département qui vou-
j lut bi"n extiaiie une pa:t;e
1 du slock du «Monlteur» uoütv
e« deux fois, la repartir entie;
1 les Quot'díens, aucu» a'eux
; n'aurait pu paraítre pendant
nr:e semaine.
I Opportunémem arrive un )>a
¡' teau qui uous apparíe u« íciiblo ¡
s:oek de papier. Le Dépa.ie- ;
i ment fait une repartition de ce |
í stock entre Ies cinq Quotidian. :
¡ Hlen de plus juste, ríen de plus
normal. I
j «Le Matin* comment a dotage, er? se pledger ? co -«
la mesure gouvernemo 1
j Sur les 1.300 ramos arr>v«
' Dirsctsur - Adm'nisir near clu
■ Matine veut avoir erjv»r~' a
moitiée; 800 romes, pe.ec , ^
iement, puisqu'H nous app *• a |
qu'il est marchará dt p-p.ei ¡
représer.tant une Fabnque. j
Pu s, sur les 800 rames prés í
qui restera ©nt, le quotidler^Le I
Matin* áemanáezaii set quote- ¡
port ;
Hous avor-s alore explique,
ce qu'un enfant d; moi^s dé 7
ans comprendraít, que le papier
étant ratio^né, qu'un. quota a-
yem été fixé aux Quoíid en?
de Port-au-Pnnce, quelque sort
le stock arrive et queíque soif
?e nom du desnnataire, le pe¬
rder sera repartí entre les Quo
tídiehs.
Le radokrge du «Motín* i‘a-
rr.éne d fairs des aveux; Mr,
Dély luí doncait, sur le stock
arrivé, et destiné á éire repop
tí équítablemeni entre les Quo
tídiens, beaucoup plus de pa-
p‘er qu'aux autres. Tandss que
«Le Matin* était autorísé á a-
voir cette grande quantitó e»
plus des autres, du papier en
stock d Port-au-Prince, Mr. Dé-
ilv dennaít encore au Direcíeur
Administrateur du «Matm» un
perms ¿'importer 10 tonnes
pour le dernier trimestre, aiors
qu'il n'a pas été offert un avan
iage similaire a aucun autre* Di
recteur de Quotidien, et, a coup
sur, pas d nous!
Et malgr© cela, le raao.-.g
du «Matin* nous avoJt* - -c
re, que la maíson «L .^be ’ c
esf son préte-nom, pu.cq, r‘
crib' -^papier que ncu' " > '
:«gu ces jours-cf, par 1
dícsire de «L'ABEILLE". ucc.
papier ©n plus óans la repon!
i on sur place á Port-au-Pr^ce,
papier en plus, dans pennis
¿'importer, papier .par «iimrme
diaire KAbeille* et enfi«, pap‘=er
* a'ailieurs, noire* confrere* porte
a la conna.’ssanc© du Dépcutí
Air,vs Ja mort de Seabrook.
I.es Radios Américaises signa-
lent oet événemént
La plus élémentair© activ té
iournaljs'¿que ©st d'actualiser
i Oeuvre du Dispara. Pour nous j
| as Haiti, c'étaít son Lvre, «Pile
| Magique* et, pour noire jour-
| nal c’étaít ce qu'il avalí écrií
sur sa rencontre avec notí© Di-
recíeur.
' R semble que cela déplait au
<-Maf*nk qui, du vivant de :>oa-
crook, ne La pouí étre pc'/í thes
que. Mais mamlencmt quit
n ; sí píus, s'achame sur ¿oh
cadavrel
Ou es! la Chanté Chréí.'e^’o
qui devaní la tombo da r-lus
'grand bandit demande; «p.rix
á son ame-»!
Les paroles de noire 'Dijec*
'eur que rapporte Seabroak
' r'’t exactos, ©< j} n'a pas >.jut
. analé. - >-
Cs n'e.s! pas ’’¡otrt- C * ,
Seabrcx>k n'a pas pu -
f >r a noire Confrere u O **
v;e de son livre. E? nous ,e !
oiorons. Sí étre nahot ^ *e
c est se monírer an tí-era
antí-blanc, nous ne le som
pas!3í cei épithét^ est :pc
á cela! qui defend ton ou¿
nom at Is prestige de sa Na *-
qui defend toujours la causo
Hatienne, les íméréts haitiens,
eh bien, out! nous sommes «na
Lonaisstes irreductibles*. .
£i depuis que «Le NouvelR*
te* existe, tous ses Directeurs
l'ont quoíldiennement prouvk
C'est ainsi qu'aucuns «chucho-
tcmení indescriptibles* ne so/.t
venus d'aucune capitate ion
Antilles ou d'ailleurs, dísam
ou'un de nos Directeurs a debía
taré sur les possibiiités de nutro
Haití.
HoimcUistc
EHieciear-Ptc®, Em«« S, CirtAÚ vil
ADRESSEi BOE HAMMEBTON K&SJCt
K>M No. 21,527 — UJND1 24 et MARDI 25 SEWBMJE 1945
jf. o, m k tu
«o» asm. 24M
Départ
1>V MINISTRE LACROIX
C'est aujourd’hui, 20 cns a-
prés rapparutlon du livre do
beabroqk, que «Le Matin»* s’:n
digne.
Seabrook a écrit des cbapi-
res sur les superstitions bal
{i neos. Comma tous les écri-
'vains ¿dangers dans ce doma,
ne, il a mis son imagination a
l'ucage áu sensationne!. TI n’y
avail pas, a ce moment id de
bureau d'Ethnolcgic ni les ou-
vxages d'Haitiens sur ce thé-
ir.e, pour le guider.
Mais Seabrook a d'auíres
.hap tres sur la Société Hasten
e II ct dementi ceux qui disaiem
-'ue le ca^=ibalisme exista:*.‘en
Kz.t lí a ridiculisé pas mai
- ' américaíns, eí áo^ns
o. opiüiott su i l'occupatio:1.
Nous sommes persuades que
oiré Confrere n'a ; a roa ir; a le
¡vre de Seabrook,
Coma» pour les raisons de
Jépart du Ministre Lacroix e;
,our * mille autres dioses,
noire Confrere écrit pour eer ie
et sacs réfléchir. ■
Ei voiiá comment son iad'
falsa et sevo:: qué: ec- ■ .--g., nViri'esrc:;; aevterí de . -■ -
ment, es
permettra pas que i'Econosne
Nationals y touche i
C’est done «Le Maiin» qui
fait la Loi. Mqis c'est le Gouver
nsment qui írappe d'amfuae-.
les négoces iEicites.
Quel est done le Confrere qui
l'amrée dernjére. justement pour
les afíaires de papier-iourmrl
a été írappé de 200 dollars d o-
roendss, pone traílc du march o
roir?
Aya11! sígnate tous ces ava«
■Rrges airoués que Mr. Défly don
naif au «Matin., . noto Con-
frére reprend «>“ radotage sur
ce Poste de Paris. II y volt un®
affaire d'ordre sentiroenta'.! V.
conteste que Mr. Défly toucho-
ra mensueUemen* 1.700 dollars
par moís. Ef, derant te cbiííre;
da budget que «ous repwdu;
sons, noto Confrere replique
que tes 600 dollars de frais sont
á jufttiter. . , . , .
Ñous sommes obliges de luí
apprendr», comm» A Un «téee,
que ces froto » sont pos a jos-
lífWT.
' &Pe« que te teclear M»t c*«-
\fm cascade *
.antiilage, aési que revélr «k>
article inütuíé: *A Propos b®
Seabrook».
Nous lo répétons; la mort de
Seabrook a remis son livre su.
Haití en évídence. Pour ceux
tjaí. comas du •Matin*, *•
pas la, nous ferons d'autres ex
u-a’fe, et ¡’°n verra C¡H'¿! ;“te
¿e tableaux sombres qu'il^ a
íc-iti di noire pays, il existo
des rayons Suroineux qu'il a pro
jetés. Ces extraits te prouverom.
•Le Malte» croit-il que nous
devons luí dtmander so" o
vis, avant de rsproduire ex
trait d’un ouvrage? Ce
plus du radotage, ga, c'est o®
1'infantiUagB.
C'est apréa 20 aus que .'ou-
vmge «L'Ile Magkjus» en! pu-
ru, et d l'occasion de la mart
de son auteur que nous puMions
1* chapito qui a l'rto d empa¬
char noto Confrere de dormir.
§1 LES 0PF0BTS
DO NOOVELUSTE TOUS
PLAM5ERT, WDQOMCE
NOUS -!N VOUS T
B en qu© com ayo©* do.icé
}■> racudi 25 S¿»pí©mbr«» comma
la daté; exact© áu dé pan du
Mi¡MBíre Lacíoix, *L& Malua
qui a pour slog cm: Sí f@ «Ma¬
ts?** le dh c’vüí Vial:* aval! pré
c>é que c'étaít pluídt 1© Dimar;
che 23 Sepíernhre. «L© Nouv.h»
¡'she' avast done pub,-
í que c'ost co roettia qm ^o\:e
â–  Mnistre des Finances, du Con;
J mere* et de VEco«omi© N-.nío-
; »ale est partí pour les £;.,"••• -ü-
i ?ús, et pour Je Cernada auss ,
í cíf-on.
Ih ; u::' â– : a*: peo. a* os
u i au manage d-- sa niece trae
a Ministre, Lacroix - voyage.
S'.í doit s’occuper d'autr s :ho
rtjs, qucune irifonnatíort de
source autorlsée n'en a ríen
precisé.
Done, personae n-e peut ríen
'-•fíirmer.
Quoíqu'tí en soft, nous souhai
tons an Ministre Lacroix un ex
relent- voyage et lout Je succés
•nórhé pour ce qu’il pourra a-
voir á s’occuper; c'est-d-áire
plus d~> réussíte que daos ses
Missions crux Etató-Unís, sous
le Gouvsrnement du President
Vincent
A ¡'aerodrome áe |omb'eux
amis étaient venus valuer Je
Ministre, r-ntre autres les Sous-
Secretaires d'Efat Antoine, Alix
Mathon, Brísson, ainsl que MM.
Williams et Pierson.
Le Chef cu Protocole, M. Tu- '
renne Canté, luí a présente les
veeux du President de la Re*
publique,
UN NOUVEL OUVRAGE DU
GENERAL NEMOURS
Le Gé^érai Nemours nous a
ait ic p'aislr de nous apporter
c ia redaction son nouvei ou
vTiiige «La Charts des Nations
?ni S'-avec cebe dédicace pour
lotre direcisur «A man cher et
ecteur du «Nouveíít&te» dont
e me réjouís des taquinerlos
ar qui aim© bum chaks
ríen, qu; taquín© b:en aims
rnieux.*
Bien enterdu, loccasion nous
a été don nee de iaqurner t©
Genera! Nemours pour cel ou
. vrage que nous cmalyserons
i biemot Le General Nembttrs
est celuí qui a paseé le «moms
de temps d San Francisco et
cepsndant U a cette coquetie-
rie de .nous downer ur¡ bvre
,ur cette importante Conferen¬
ce.
A lire le litre de Pouvrage,
c« volt que «c’est Pétude com
paree avec les propositions de
Dumbarton Oaks, le covenant
cl© la Soc’été des Nat.ons, irs
conventions., de la Hay© at i*s
propositions et doctrines inter-
c.mcricaines, c’ast pourquoi
tons n’avors pcs manqué de
aquiner le General sur les mo
¿’harmoniser la Charts
d’avee r.o.re const iution actuel
Le Pdt, Lescot
A ^INSTALLATION
DU Dr, ORimtTS
Ce matin, mi Service dUy
giene, 1© President Lescot u cv.i
énté d UnMallatlon du Dn f.
H. 0. Griidtts, comma Superb"
lindan! a ílp Santé Pubhquo
©n Haiti,
L© President de la RépubP-
qu© a pits la parole pour do'1
>.er k?s litres et qualitée du Dr
Griffltts et son état de Service
dans celt© branch©.
Son Excellence a parlé du
nnuve! élan qui sera donné au
Déparíement de la Sa?úé Publi¬
que qui v.'em d’étre cree.
Le Ministre de bímér-ear
était present a insí qm le Se¬
cretaire Particular du President.
Le Dr. Gritíitts a pits contad
avec le. personnel haitien d
insulte est sorti visiter les cu¬
tíes Bureaux du Service d’Hy
gíén©.
QUI RAPPOHTE
LE VRAI «BRUIT»
Tout de méme, le General
íéxnours es? un civüssé, ü ai¬
ms les taquinerles, il 51 s se la
)i pas avec de «groe motó*
—mme d’autres qni s'ímag -
),)nt qu» leur reforme ne :$e
bhscute pas. c’est la solution
ru probléme d® la quadrature
ja amele.-
Nous lerous une a«aly*e cri
iqu© -é& 1‘ouvrag» de sofero ta-
, ©ntueux ami le Général ■ Né-
1Q0UZS» el -cela nous donnera
>'occ>;on de comparer can©
(M» «v#s »etr4 QmÚW-m
Void l's paroles prononcées
>ar S. E. le Presiden? Lescoí:
Messieurs,
Je suis venu personnebe-
rne*H ici pour installer k1 Dor-
ieur T-homcss H. D. Gr.ífitts en
qualité de Supérintendan? de
lía Santé en Haiti, litre que le
DOcteur Gdffittfe av^a duro«t
♦out 1= temps dé sa mission en
Hall?.
Le docteur Griífiits est un
colonel en reíraite áe 1’Armée
des Etats-Unis. Il a four n ¡
une carriers de 32 ann©e3 au
Service de la Santé Publique
des Etats-Unis. Durant de ¡'orn
breases armées ii a travaiilé
a la section drs recherches sur
lo malaria au U. S. Navy Hos
pílal, quf «si souché au Se»vi
ve de la Santé Publique. II
a été le Chef cu Bureau de la
Quarantain© á Pu:rto Rico et
cux lies Víerges. Au cours
de la guerre, II s'est sígnale
comme Ofñcier de Liaison en
tíe i’Armée et la Marine des E-
tals-Unís. Au debut de sa cor
iére, le Doctsur Griffitte a été
Assistant State Health Officer
dans l’Etai d’Illínoís, Comnvs-
¿aíre de la Santé á Savannah
en Géorgie, d Miami en Flor!
de, Commlssairs de la Santé
poux i'Etat de la Floríde.
J'ai r^tlcgmó les services de
c*et ©rnlnem specialist©, afín
d’arriver a un© reorganisation
completó de jiotze Service
d'Hygténs ©t d'Afisistance Pu
blique.
Le Doct-ur Grlffitts exercera
oes fonctions sous le haut con
trole du Secretaire d'Etat do ¿a
Santé Publique, íoncllon '«ou-
vehement créér et dont le titu-
laíre sera nommé íncesJvm-
j ment, En attendant, le Doc-
1 teur Gr'ltítts se réíér-ra au Pré
rident de la Bépublique pour
tout ce quí concern© ses íonc-
tions.
| Je vous demand1? de pretor
í u Superintendent de la Santé
I Publique voir© collaboration la
plus complete, chacun en ser
atlributions résp:ctives.
1© demande au Docteur Né
■ brton Cam'll©, acluellem^nj
charge de la Direction Qénéra
L du Service d'Hyglé*?© »t
d’A^lsianc© Pubíque, d’In.ro-
dulre le Docieur Griiñttó dans
tous las Services places s’j?
su direction, e! dans ton! b
pey», ^
Des la nomination du S ere
Hite d'Etat de la Samé Pub’s-
cue, de» jote «eront votées &
m fcfltmrm pi»
«Hcsüi-IournaD r«p por te k;
bruit que André Uautaud aura
le porie b u iio d« l'Agrícuhuro,
*!,© NonvtiU^ki’ .rapport© h
brut qis'André Liautcmd anos
!o poste fouilb- de ITrmtructif»;
dubliquí’,
Quol est, cío ces deux vouv-
raux. celu-t qui s~-M fctit l’écho
du '.'ral *bruit,
Voild un petit sujo’ do parí,
Á montó que le Décret de ?¡o-
jm»atíon d'A?¡dré Liautcmd no
paraisse tmidís qu’il '»! ©;¡co-
ií aux Etató-Unis, ce ne cera
pos avant la fin du moís d:Oc-
tabre, sí on attend son rctour.
Andxé Liautaud subí? la deu-
xiéme operation qus nous a-
vlcutó expliqué© vendrecH :1er-
nier. II tí© pouxa done voyaqer
qu© v?rs la fin du mols d’Octo
bre, bien qu'on Yaítenda't en¬
tre le 10 et 1© 15 -du coman*.
Sc-s en|ai’ cu le 30 Septerabre.
AUTOUR DU MALAISE DE LA
PETITE INDUSTRIE
Le moláis© que nous signa-
i’ons dans la Ps?iri Indtastrie.
s'acceníuH. AussL es inté,-c:-¡-
sés se réu«'©s©ut c t aprésmi
di, d 2 ..Lteures, a la Chambre
de Commerce pour savoír quoi
íoire.
Ik seratínt d'avls qu'une De
legation se rende aux Etafs-U-
nw pour tirar au clalr ce qui
se passe, car, mérr.é les I :
tres de Crédi? o»t été a»mulées.
Les Precisions
de Err.Carbonel
REPRESENTANT
les omu>wms
m DEPARTEMENT DU NOÍffi
TOUJOURS DANS
LA FRANC-MACONEFIE
On dh que tous les anemns
Grands Ma'tr-es qui sont mora
bres du grand Cons'11 supre
me se sont séparés du IV
Amóse Leroy, «J'actuef Grand
Maítre de YOráre, parca que ce
lui-cí sembíe-t-íl aurrrit transi-r
mé la Frcmc-Maconnerie Han
tíenn© r n un systems ou les
avades ne son? plus consideré:»
comme des chases sacrées. S
cala 'sí ainsi on dnvrait lavo
cJtsntíon, car le monde macen
ñique étxangex, pourra ti ro
plus manhenír ses r lations o
vec ¡taire institution mago’ur.-
que. ,
Nous devons souhaiter que
cette affaire n? continue p{>is ó
troubler un© institution Hal’^í
re, vieille de plus d’un s.‘e
FOEMES HAÍTIENS A LA NBC
‘^C5RT-AU-PRÍNCE GLORTHE '
L© di manche 23 Septembro
ó la National BroacIcasting, Ol¬
ea Andrés d© sa voix ensorce-
bnte, di! des poemes haitínns,
des poemes de Louis Morpean
• 11 y a des mots*, des poemas
áe Pierre Moraviah Morpoau
fNult Haltienn©*, pasme á Port
au-Prince. Ce iut un quart d’heu
re de charms. C© *Po©.me b
Port-au-Prince* de Fierre Mora-
viah Moxpeau a connu les hon
ueurs des colon»©» des «Án.
rales* de Yvonne Sarcey Adol
yhe ©t Vierte Brísaon.
jeu-di 27
ERRATUM
Dans Lav’s pour la Moss©
Ce Hequi m a la memoir© dc
Germamv Audain, lire 1© Von
dredi 28 ^ptómbr© au htu do
%udi 27. Xy*
Poit-au-Prince, le 23 Septembi»
1945
Monsieur Ernest Chciuvet,
DirecU'ur du Nouvelllste
Fn ville.
Monsieur le Directeurr
Is bs, dans le Nouv^llUto
du 21 septembre, au court cl©
l'arficl© Intitulé *La reunió»
filer des guildiviers»: Mr. Car
bon©] qui n'a pas pris coneais
scfttco du projeu n'e«t pas ar¬
mé pour un© discussion ©1 ©si
autorísé d revoir Mr. Mar^
gron.
Je vous prie de noter qu© les
autres invites, pas plus que
rnoi, n'avalent recu le projel
de loi qui deva't faire le suje\
de la discussion. J'ai don-
demande, au M.nistr© prósi-
dam la séance de nous fa:re
domter le projet de loi pour étu
de et de bien voulo'r remettro
la discussion d une date ulté
tfOure.55 Je n‘ai pas parlé en
mon nom, mats bun au nom o’
pour tous les collogues ©t cect
ovan? tout* -discussion.
C’est alare que le prestígí©**^
coníenfeux das Contributm":.
M-o Charles F. Prescoir-fu‘ a-
L>r;ce a rous fair© un expo.--’-'*
c'u prejet de loi qu? n'a mem^ -
yus été In au cours de la se¬
ance.
Un sen! ©? unique point da
''expose de Me Pressoir a ia !
i’objet ddtí déhaís. Il s’agls.sart
be savor quel était le mod©
.tie taxation qui devaii ©tía
adopté pour mettre tous les
cistillaieurs, grands et petiis
sur un méme pied d’égcdUs
Dal donn¿ mon opinion cla rv
t t -préc’se: savoír que les ap
ponéis devale??! étre classes
par types et son pas laissés cj
in discretion d'un agent, ex¬
pert au Ivepecieur, et j’ai re-
comma'-dé que la laxe soli mi
s„a cs.vi'nqt gourdes par po'rtí.
par nombre de chanfles elassé
f.-t par'mois, en lalssiut au ais
tíllateur qui 'crol! ses :*nérétó
lésés, la faculté d'ínslaller u??
•reservoir et payer la fax© par
tíre.
Vea Hoz acfréer. Monsieur le
V re‘teur, mes bien cordiales
- xtations.
Em. CARBONEE
dittoantr la nouvelk admlnts
tratíon qui remplace*? le Rer-
v?c« dTIygl^ns «t d'AMtetafi-
c*
L'OUVROIR FR'ANCAIS
- RDPREND SES ACtlVtTES
L'Ouvroir franjo»* rspiosuf
•es aciviles das te lar jeu'h
du mois d'Ociobra. cu local u -
!a Lágaiion d» France. Tout#*
Sos dames et Jeu»ea» filies qui
ont apportá l ux coacour* ú
l'Ouvxoir sont avigáe*. l'hor*
re de 1'Ouvroir est tes Jsudi »t
üíicsdí de draque sensate?, «1
on travailte poia les «ufan»
pauvre* de France, »
HUMOUR SEPTEMBffi 45 *
En preñar»! l’avion ce mat i-,
pares que frais rasé, o* a tu
ís Mliítetre .Lacroi*-, rosa..,
- - - Souhahoua qu'o son re¬
huí H appart® a ao> Finances
}?s «douceurs* de «|a Cro’ic-
'v

mom
«I»»
'?■ .LE «OtmXLMTE*
2«W«.
La mor! efe Seabrook
le chipote .la vérite est ttm selle chose.
DE .LUE M&GÍQWE»
Suite at FW
*J8 suis -done encoré vm
menteur, me dít-íL Mais ne
â– foos y trompes pos, Elsa n'a
point le type de LAméricaíne.
Eiie est, en íaít, á peine améri
coin©. Mme Davis, set more,
est, coxnxne vous savez, u-e
data© de haute na i seance et
íart gracieuse, origúialre du
pays d'Ibsen et des ren£ies
Ma.s Ash Pay, íci present, est,
mi, un America;?5, un apares
soüx du peuple qu'il dépouOio.
un luíame cap .icximte, 11 vo¡&
ra sai s doute un jour lauto
r-a;re valle© de i'Aitíbomto.
mas best, ©n a:t©5*da»;t, en
c harina n.t homme et un hom;
du monda.
«Lai&sez-mo; vous due nu
tenant queíque chose qui ve
camisera. F :>'y a dare; ‘cute \
cette ile que huit ou douze j
lemmas amencames qui ron- |
contrem itotre eld© sans aiíec f
ter u’1 cu; protect© ur ou rné-
prisant, et ce som, peul-ého,
las seules Americaines d'Hcnt:
qui, un© iois revenues en A-
ruéríque, m irouveiR a False
dans la haute sociétó el© ¿sor
p opie pays.
*Eí ce qu 11 y a de plus ama
sam, c’est que, paravi siles, se
trouve Mme ]ohn*Hehry Rus¬
sel], la letame ou hauí-commís
tche, Mme la genérale. Hile
est, cette dame., as la baute
soc.été international®. Elle se
sent ches elle a Mayíair, da as
.es pedáis, des mandarins chi'
noís, et leí imane. Et elle se'
moque des írontiéres de cou-
ifmr élevées par ces pehtes
bourgeoises, d© quí Yexpéúen
ce de la sacíete so borne aux
xenconáres tai tes par enioc
da-¡s leurs gamúsons do muí ‘
souíns - - et aux *pQl.ráhres>' '
de leurs v-Uagss cu Nebraska '
ou do ¡'Alabama. i
le. dernier capiiain© qui procé
da a mon arr&stafion est un
grana bozo que j’avais plu*
siours fois regu ©i traite dañe
ma propre maison. En sort©
qu’aprés tout je suis mantenant
un menteur. Le capital*© o at
d’abord soín de me demande?
par téléphone la permission
de venir me cherchar pour m©
d la bolle». Jetáis a rna
villa de Pétion-Víll©, ou vous
? avio«s sou von I Jail ensemble
1 rnadUmi partios de bridge. Et
| cc n'est qu'aprés^ avoir bu un
1 vano de champagne quo nous
p¡irnos le chemín de la prison*.
Eh levan? son vene, Chan¬
ce! ajoula: «A la santé des
natsouinsi
Paramount
Mardl ¿r $ et 8: i 5 hres
WAimOO BRIDGE
{version anglais©)
uvec Robert Taylor et Vivian
Leigh,
... un© oeuvre sentimental#..
vm adrice d'une séduisemie
beauté...
Entré© Gd. 0.30.
41
TU-
y en a, voyez-vous,
|.«it íi, queiques-ufi© do cette
f.orte, dans le corps colonial,
a piupart ya*5ke©s, iesguels.
crva'U de ver¡;r en Haití, n©
pensalem pas que ious les Ȏ
gres fussenl des comfjéñc
coons, de grosslers tiavailleuis
íes champs.
Chauvet en était xevenu á
Tangíais ou plutot a Tamér;‘
cain améncaniflant qu’il avail
cppris q New York.
«Si, poursuiVít-il, lous les A
rnérican# |íaient ainsi, je ne
» veux point dire s’ile élaient
íous des gentlemen, ce qu; se- |
rali absuxae-on n© peut tirsr
d© la haul© sociéíé tout un
corps ¿'occupation pas plus
qu'on ne pent ialre loir© á
celui'ci i exorcice avec des
converts á salad©, — mais
skis ©talent seulement des
gens qui nous regardassent
comm© des ©ires humains, ©h
bien!... je serais encore contra
¡'occupation, pour de hautes
raison© d© patriotism© qui
abn» ríen á fair© avec le pré
uqé ethnlque.
Mercredi a 5 e! 8:15 hr;»
CORSICAN BROTHERS
{version anglais©}
avec Douglas Fairbanks jr.
Ruth Warrick.
... une histoire qui ialsso h
e.pectateur haletYU? -cTcrngois
í>trée Genérale 0.30
Rex
Maid; a 8 hres
bn leie Partie:
l,a palx á Londses (Actuals©).
En Aitne pent,®;
Eric Vo»: Stroheim &i Roger Du
chei>© clone
TEMPBT£ SUR 1/EUROPE
ou RAPPEL IMMED1AT
Uu iilm inoubtiable...
E¡;‘aées: 25, 50,
1 gdv
a S lues IS
En lero partie;
AUSTERLIT2
£n 2eme pesrtie:
7 HOMMES UN£ FEMME
avec Vera Korén® et Pr. Lar
íUeZ , T
Entrees; 25, 50, ei 1 gd©
XJN HGMfm BW HABEIE
EN VAUT... ' DEUX
Tel csi TavU de tons esux
qm s'habiileni au «Bazar Pa>
relien*, Ru© du Magas 1»; d&
TEtat '
Aumi, MM. Ins elegants ap-
prendronMk avec plaisir qu'ils
y trouverant do magnifiques
iissus anglais de tout© nuance
lécemmeni regus,
Alíez vite au Bazar Parisas*
cu Taccuetl )© plus cordial vous
ost reservé, car !: stock s'©r»!©.
v© rapkkmefi?.
ME^SE DE REQUIEM
Mr ©t Mm© G. G. Audai'i ir-
ront chanter d TEgiise Si. Pier
j© d© Pétion-V.-iJ? 1© joudi 27
sept, d 8 honres du matin uno
mmm pour ;©ur Fill©,
GERMAINE AUDA1N
décódée et; France 1© 13 juta
1344.
Pnsenfa {>\ rUTi B coni prion
a'mmifitsu.
«On du bien, ut ce soru p
m.í
1 «Mais si les Américains en
qu© nous íes Americans <
rul
¡ usa:ent envere ri©us avec plus
le di&er.t, quo Lime Russell,
e':-
1 de tact et d© sens comm un.
raise
j s'ils r¡© r.ous ©nvoyaient qus
re office©?©,. íoít er. cela do
â– a
i des gens aííranchis de ce s!u*
Cl pic
Le i
' p:d© préjugé ds race, ÍIs éví
en fait, mri;g cela ne you! y.
:©nt cet inutile embrouüla-
du--.
í qui a, dspuis la revolu¬
pocrisie, si, ©n tout cus, e
lie |
tion c^co, causé á lui seu! plus
es! i
Je I
ers on et de débeme© réci
aois
!es j
proques, plus de trouble, que
eiiorts pcUiTiotiques pou; je
¡es hurlements du Seria1
hois
>us Jes éclats des journals
p!ed daiLs le cul, le qéné;
tes.
Russell et tout sc©’ sacre co;
ps 1
«Par paren, these, monsieur
de marsoui^s. je crois. on-
ivain, vous préte»dez étrs
que nous series’s tous pen;
©s ;
; en Haiti, conduit par. r¡n
de voir part r la géséiaU’.
térét que vous preñez á obsor
Mercredi á 6 hres
£n ler© partie;
E CHAUFFEUR
En 2éme parti©:
Claudette Colbert, Charles
Laughton et F. March dans
LE SIGNE DE LA CROIX
ü« grand ühn histonqu©..
Ime oeuvre sensatlo^elle..
Entrees; Gdes 25, 50, 1.00
d 8 hies 15
En ler© partie:
5?uand Monsieur Vaudxa.
En 2eme partie:
Marie Boll, et Pierre Blanche?!
dans
CARNET DE BAL
Un voyage merveiUeux
xiys du Souvenir.
Entrees: 25, 50, st 1 gd¿
AVIS
Les détenteurs d© licences
pour port d’armfs a fou sn\ !
í^vltés a &e presenter perso?
nellement au Bureau de la Po
he© á partir du lundi ler O:
1945, Avec leurs Arrm.-'-
6 Feu ©t txois 13) photos d'lderr.
to pour Is renouveBemenf de
leurs licences oour T©x©rc;co
1945-194$.
Les licences' serón! re no uve
©es du ler au 31 Ociobre in
clasivement.
Stephan WOOLLEY
CapitGi?’#, Garde d'Haiu
Ch?f d© la Police
PSNSIONNAT
POUR ECOUERS
Les iamliles des villes de
provine© trouveront a Tangle
tie la Rue Ccpois et Dr. Au-
dain
pens:onnat seneux
| pour ieurs eniants.
| S'adress5T á Mr. Em. FRED.
; UQUE pour les conditions,
i Téléphor.© 2907.
I
«Mais nestce po.n» ré>eu;>
SC.nj?
r.ous inv;?e d svs thés et nom
trouve charmants, cep-en.icn
qu© la iemme du sergeni o\
celle
eue iait eUe-merne set va-.sse'
1©, S£
re el se crone t déshoüoróe
e?' serran? la mai‘! d u’5 rc-c/o.
«Vous éto«nez-vous. apiéc ac¬
ia, que je me i... dun te! mai
de chases que j<» le trouva
p!em d'irorde? Quo;? beau
ccup de ces biases ciu coran
des marsouins • • qui na a
raiem pu entrer chez mon p¿-o
autrement que par la porte de
service estimen! d present
n© pouvolr entrer chez mol por
cucun© porte, si te n'el? pou;
venir m'arréier. Ce qui, p.
pareathése, m& rappell© qi
. t
ver i'humaniíé. Eh bien le su-
jet que je viens d'ag'.ter tou-
! che íl me semble, d Thumaní
u\ Mais peut-étre y touche i
de trap prés. Et jamais vous
u'oserez publier ce que je
vo'us ai did. II y a la, voyez
vous, une question d'épider-
mes. D’ép deimes émi¡'©m-
ment sensibles, que vous rs-
cuerÍL'z de blesser. 11 y o la
peau d'unv blancheur de lk ei
la peau noire, tout© la deseen
dance d’Adatn..,, Mme Russell
.... :a íemm© du sergent, et
ncus autres negras.
- Chctuv«L lui dis-je nous
sommes tous deux ivres, mais
la vérit© ©st un© belle chase,
si méme elle ©si confuse ©t de
goüi douteux.»
Voir i= No. de Vendiodi et
Samedi.
Ciné Select
Mardí á 5 Eras;
¿n i ©re partie;
Duaen ELISABETH
£j; 2eme parbe;
. Mac Donald, M. Diedich, Ve
* Zormah etc da^
FOLLOW THE BOYS
Entibes 0,25, D.50 ©t LOO
H 3 heures
En tere partís: Buseadoras
'le Oro
En 2eme partie;
lanv Baur, S. Prim dans
HASPOUTLNE
La Ru&síe livrée aux exces
U c:tés d un étre démoniaque,
d un espió?:...
Etkrées 0,25, 0.50 et 1.00
Mercredi
En
dans
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
la Balll ©«corittt
Wmúmctm C®.| 8. A*
ACHETA TCHOT Q0 AKITTES DE NOIX W ©DO'
qui mmmt etri a
rnm'mmm ad>
buread m vmrm a moton
r SOTO POSTAÃœEj a .. m
pufrmms vjsrrez luote a/Bizotc»i«
5 bies
íer« partie; TSF
2éme partí©; M. Re^aud
son meilleur róis;
PRIMEROSE
Entrees 0.25, 0,50 et 1.00
á 8 heures ,
En lera partie;
,A SAISIE
Eu 2éme partí©
Y. Pnntemps, et Fierre Fres
•ay dans
TROIS VAISES
La muskpie- énivxxnte de
stauüs... ■ jjj-
g de
Entrees: 25, 50, ©í 1
A VENDRE
piano Pleyel á Tétat de
Un
ieuf4
S'adresser pour
r©nSeigne-
BONNE A MARIER
Jeune f.iíe vingt ar¡s, bruñe,
eme rnoye, ne, brevet éiémen-
uire. bonne education, proles
s.onneíie gagnant vingt dollars
)ar mois, ayant un petit cash,
aésize coi^íracter marlagi- a-
v©c jeime homm© 20 d 30 ans.
Talile moyenne, bonne ¿du-
"airón, au moíns bon primal-
re ayard profession,
Adressez lettre eí photo,
“oste restante No. B-H. 63694.
"u au Cursan <¿u journal.
REMERC3EMENTS
Madame Nathalie Berlin, Miss
Nathalie Berlin et Monsieur
Henry Berlin tres touches aes
nombreuség marques de symp r
tie oitertes par Son Excellence
le Presiden} de ia Répubiíque
et des nombreux nmk de ;©ur
regxeíté marl et pére, F. Hvnry
Berlín exprimen; a tous leur
sentiment de reconnaissance
emu©,
MBSSE DE REQUIEM
A Toccasion de Tannivexsai
e du dócés de Mme AJphonsr
Sarreyre, un© mess© solennelle
le requiem sera chantée, lundi
}A septerhbre,. á $ heures du
natin, en i'Egl 'íse du Saaé-
Ooeur de Tuigeau.
Cette an nonce Lent lieu d'm
vntation aux parents ©t amis
le la regret!©© defunt©,
Wimtm
Coles
Mmchaná TaÜlero
3oupe soigaéa, travail rapids.
items: Tél Nos. 3291 »t 3305. j due du Castra Phone:
smsm, m uar
ELIM
te goada trato mee ,
délldeux, ma
2288.
M
Vos Baisers rotioodroot-iL
toujours votre Bien-limél
0«i c* t»i»er qu’il r«ber.
che peot »ou* *i4«r i 1» re¬
teñir. pourvu gue 1* mauvai.
y haleine ne roa» <*»«• de
•on amour. Oappfl«*-»ous qu«
1 mr 10 j*r*onn*« oat a
a* m»«vai«e háleme et ne
s’©n fRcvi-z prud**ntf« S«rv©as«
votís 1Í4 :s Pht© ^©TíUft > Ci>*
mauvaiae
et carriM ex -nraos
;-Mejn«nt de» st«nave,. '»>L

• -us HotrmsusTK.
, »AOfc t
«LE HOOVEUiSTE
Bleu Monitor
' cm L'ffíDIGO EN BOULE DE QÜAUTE.
A feehc* ó la revenía omme ó l'usage, il n'y „ pas
le procédé machinal de l'échanga dargent
©Sira tata marchandins; usager á ¡'assurance que i in-
gi» so fanal® BLEU MONÍTUH esi un pioduit de con¬
es ioule BLEU MONITOR donne le pine
á ia lassjre. II ne tacha pos te ¡inga
su’il htenchit san» le coupe:. 11 na se désagrége pas. I!
0t0i tós Wes.
3¡ jg lomive «e íait 4 domicile, ensayes aúne: CABE
'Si SSIWfitO. Si voír© Jinge ne ¿me pos ¿miüsammenl
iBÍcneeS'VDUs da te quelite B udígo utüssé.
ffW MTta el C-ftS-ZA DE INDIO son! la rastillan
¡t ^ l'intégrité commercial et de bona© répundiob de
WE STANDARD VLTBAMAF INK
COMPANY
Agent pour Haiti at las Antilles
Deals FSNELON, Port-cm-PriMe (Haiti W. L.}
Hunting ton* West Virginia, USA;.
kuepttbb
SFLEA DID
mt les Diuess
PESF'ÃœMÃœUBBPOiR
LUJE ABOME ET LEÃœP. SUAV1A B
Salsepareille
de Bristol
u
pm Loumcm M Samp.
& Yeats data tontas 1m Ptemacto®.
•W ft MOTO. WaWhaia»
EAU DÉ FLÓRIDE
MTOEAY 4k LASMAH'S
LOTION UNIQUE A PLUS DE
20
USAGES
BOOT IB MM t - â– 
AMES Ul DOUCHE
A COMÍ® AKamGEOT
10JK>8 POUR LA BEAD
vam* masxmamt mtsowm.
. COMME PABFUM
***WBBinK W BOUKDOIR
w*^MmiCSSa us CHAMBBM
sun de t&tea. migrated et Moa»
1m montura «Tliaectea. pom le*J
L **n,w* m Itt ihttma* da chto» •* pow|
taa*uie *t fobcmiMs.
CELEBRE DEPUIS 1808
*®8AYEZ UNE BOUTEEJUB
BT SOYEZ COÑVATNCU
* ®r iroms P’ARTOWT
00» g. MOBS, DWiiMMt.
INTERRUPTION
DU COURANT ELECTRIQUn
£n vu© d'eÜeciuer cerb.ik-3
ticrvaux sur son xéseau de dis
uibuhon, la Compagnte d'Ecku
rage 'Sectrique iulorme &&s c-
borníes que 1© couraxit élecüi-
que sera Menompu 1© m: r-
credi 28 Sepiembre des 8 h©u
tes A. M. dans les quarbeis
suivants de Port-au-Prince:
* Turgeau (á partir du Petr-
1 Foul Mont Joly, Avenue du Tra
I vail, Avenue de Pacot, Babio
j le, Avenue *W*, Avenue *U*,
Hue Baussan.
L’énergie ©lectriqu© sera té-
tublie, sauí cas imprévu, á 11
heures A, M.
Port-au-Prince, le 24 Sepiombre
1045,
LA DIRECTION
ilriéprochable
EDOUARD CANTAVE,
' Hus da P*ap¡» Ha, ,145 *
Caite maison se recomman
da á toils par 1» l «i que Ja pa
Iron app«W daps lo confes
tton d.s coatames qai Ini sent
coníiés ai te promphtuda
dons la liviateon.
Visite: I'atel.er d. coupe «A
rinéprochabfe..
SERVICE
IRMiPHOCHABLE
fitmorPmeml incomparai te.
Provisions AJJj»e»!al»4
on
(■AH AMERICAN BA»»
Angla d» R«w Pavo*
at da Castra
Phím» mm
Pour vos Travaux de Cc.mp-
abilité.
Englais ou c-n Frangai*.
Conditions avantageuse.*
VOIH
EDME L. ANGRANP,
18 Huelle Jerémie,
Bois Ven; a
BONNE OCCASION
Deux superbes appcueils d©
adío a Tétat ueuf stoat d ven¬
ire au salon de coiifum *i’Es-
>órance» Grand-Ru© No. 245
j p.'csqu'en face de la station
j cana alo do qazoLn©.
| L ’ ‘ Va.yuK. ■>"/, vous avtmt quot'
S leg ©nieve.
I -
r.my, haiixy
| H-uuc! < ©k Poliigmea i?t iy
• Fk Ul.» I Q.IU !y b.:-'h.i Piaiits cl'otj-u!',
j tit* Toii-ato, ct do Chou. pi»n a
transplanter oi 0.10 1© 100.
I>i«ui.vev vou3 a ¡‘imp.. a
(54 Hu© Magaain de I'Etat,
Telephone 2183.
AVIS
Terrains ©! rna’so!is a veu-iie,
Bellevue, Despréa et Turgeru
S'cd^e^?of á Geoiaes Baussan
Archa.ecte, ,
R^onnu© comm© im grand purtB-
,cat@ur du sang.
* Pr^iaralien original© et veritable du
Dr. Ifeietol et sert pour:
•¿UmmONS ET MALADIES DU SANG
et poor cebes provoquées par
lIjsage exagere du mlrgure,
DU FEE, DE LA QUININE ETC^
•• Aussi pour l©s
* AFFECTIONS RHUMATTISMALES,
MALADIES DE LA PEAU
Aííectíone Névralgigues, Debilité Ner¬
vous© et General© duT System©, Pert© (
d'appétit, Lazigueurs, Siuurdissemem
f@t ASections du Foie qui mms crux
- FIEVRS3 BHIEUSES ET AUTRES,
LA JAUNISSE ETC-
Lee malades psuvent Stre assmé»
mi'il ’ n'entre pm dans cs me
* aieamen! la moindzo paíteme d© subs
•tone® mercurieli© ou aucun© subsianc#
vénéneuss. B ©st parícutemsnt mo íleo
vsii st peut sir© administré aux person
nes qui ont besom d'un. bon remade
puribcateur at taiHítant, mms tarn le
«moindre mol
PILLULES VEGETAL DE
Greme dé Riz
On noavecra céréclc extrámemem lortficmt
Vous ¡'altr.«ror pareeque ir,a:iilux que la; Farlne.
SOURCE AEONDANTE D'ERKERGIE
FACILE A DIGERER
EXCEXiEOT POUR LES ENFAATS.
LA CREME DE HIE contieni:
VITAMINE B l
VITAMINE G
VIACIN
IRON
S&rvez-vqus dé» auiourdlnii de te délicieusa
CREME DE RIZ
IBwméimg Co
DISTRIBUTEUR POUH HAITI
««kl
DIRECTION OPERALE
JE L*ENSEIGKBMBNT UHBA1N
CopoouT» pour k reoratc-
m©»i d’un© dactylogrcrph©
pour llnepsetion Scolair© du
Cap-Haitkn.
La Direction Genérale d©
I’EnsoignerneM Urbain avis©
Jes Jntéressées qu'un concours
four 1© recrutiment d'un© dac
tylogaphs pour nnspectio.g'
Scolaire du Cap-Haiilen aura
iiou h merer di 26 Septenrbr©
, 3^45 d 10’a. m. au local d© I‘E
I cob Industrie^© do cett© vül©.
LTüáivripüou ©st ouverte jus-
^u'au Mqxdi 25 Sept'mbre a
midi.
L©s candidates qui d&»ixe»t
participer a c© concours doi*
vent étre:
1 -- Mun au moms du
¡ Brevet Elementan©,
j 2 Du diplomo do ZU("\ t
[ Dactyto hartals altostaM qn m
■ kg oMt los capacité» voulu <•> :
| dasi© celt© branch?.
< Pour toun renseiqu^ii.oM: s ¡ díOsKia d la Sectiao do 1'E'.?
! Phtncuw a Port auparme on
Í ou Directeur do 1‘ecolo intlui*-
, rtllei du Cap Haitian Tel 2‘U.
DIRECTION GENERALE
JE L’ENSEIGNEMENT UR8A.IN
Admission ecu Lyc4e de leu «a»
PUm
1x3 Direction du Lycée de
Jeuites Filies port© d la con
naissance des ¡t'-íáressés qae
les insciptions ssront regues
au local de i’Etablissement'
chaqué four d© 8 hies a. m. d
itiidi du jeudi 20 au v©ndr-:di
28 sepiembre en cours.
Les .examens ¿'admission au
rant li€U:'••]©■• 2 Octobre 1945.
AVIS
Monsieur et Madame Paul
’ugi^ ont 1© regret ¿‘informer
eur aimabi© clientele qu© leux
naison de KenscoB sera íer-
née á partir du 25 Sepiembre
>rochain.
lis rcmertíent tres sincere-
nent l«s nombreux amis qul
, es ont honorés de Iqui confian
ce et leur donnent l'assurance
qu'íls l©s recevront toujours a-
vsc 1© xn©me plaisir dans leur
naison de Pédonvill©.
A VIS IMPORTANT
MAISON FENTON
Nous avons 1© plaieix d'in-
totter 1© public Haiti©» que
tres biontot u sera établi un©
Ügne d© Ticmagatíoa desservi®
par des bateaux d© groe ton
^ages pour iréis ©t passagers
entro Kingston Bamaíqu©5»
>orK*u-Prinoe et Bristol (Angle
"ten©, aUer-retotar).
la rnérn© compagni© ofelra
égaiement la poesiMliíé d’un©
ligue ©nte© Bungston, Port-au-
Prince ©t le Canada*
Lee Exportateurs et importa
teurs in toreas és scat parücubé-
mm©nt invites á s'adrMsm
pour tous r«ns©igu©m«nts é la
International Exchange, Etag©
Crystal Market
Telephone No. 2308. AHsn
ton M. R;ck.(ion FENTON.
i Suit© de nos
Informations
AVIS
MAISON FENTON
la international Kxchanq© ««
tn t m-Mmomwú tí la flíííp
t on do Jous ctrnx qui cmU dug
joii'ntn cí<'*iu4divm! v’> 1‘t-xn
et». Angle torre, Redi©, Bckp'
aun. M'uíh Fryiift-s, Aitpr.o,
PafoHtuu' et qus veturha'cat
bur fait© pit rv en ir dea paguen#
cl© ration ou produits alimón,
íctifes.
L©s paquets, bien condition
r.és, seront ctchemínés b Outa
deat nataires dans chacun de
ces pays su-désiqnés, et. kurs
prix varíeront entre or 8. mini
mum ©t or. 12. maximum.
La llvraison ©at enüeremtní
garantí©.
Pour tous renseignemonts
compiémentahes, - adresaez-
vous d la jqlernaiionai Exchan
qe Ru© bonne Foil Eiag:> de
Crystal Market.
Téiéphone No, 2398. Aten
Lon Mr, Hickson FENTON.
1 Pour Is© maladie© de FEstomac, du
feis ©I de© Intestius.
SI vous souffrez de Dyspepsia, dla-
dlgeshon, d® CoastlpaUou, ae RLuma
tlsm©, d© Gout!©, de Coligue SüieuaeJÜe
Maladies du F sm püuls© Végétales *BrLitol>. U
Kaméd© popukir© depule plus a© 50
DQNNEZ A VOS ONGLES GET
En vous servant des creations Peggy Sa¬
ge; Le plus original.. 1© plus druable
vend pour ongles
... qui vous donna
du «glamour»!
D'un agrea-
ble gout ultra
modefne.
Los tons les
plus modernes
BPSOU.NDY * VINTAOS
FtAOSHiP » WEED
RED Banana * Hacienda
Tun? * Mad a?pl£
ilggy^oge
AVIS
BMultáis du Concours ¿'Ad¬
mission a FEcole Natioaat©
D’Agriculture
Les candldats dont ks nons
suívent ont été admis ©n qua
Lié d'étudíares á l'Ecol© Natío
imle ¿'Agriculture,
i — Phedre Joseph
? — Etzer Chicoye
3 — Pierre Riche
4 — Renan Foetus
5 — Pierre Benoit
6 Régnler Pierre-Louis
7 — Roland Latortu©
0 — Tapered© Narcisse
0 — Jacques Etienne
10 — Rosamond Jeud;
11 — Gerard Neptune
12 Gérard Mauzé
13 — Jan Guichard ,
¿4 — Montaiguy Cantave
15 - Alphonse Donasson
;6. â–  - Emmanuel Pean
I? Gérard Philippe-AugusT1
18 Edéze Thébaud.
lis devront se presenter lo
jeudi 27 sepiembre procha hi,
d 8 hres, precises du matin,
au Centre de Samé d Port-cur
Pri nee, pour un examen physi
que.
N. B, - Les Cours a 1’Ecole
Nat'onale ¿’Agriculture ccm-
nencént ie mardi 9 Octobre
prochain,
Frédéric KEBREAU
Direeteu? de FEcole National©
d'Agricultwe*
Gardez votreTeiot Jeuae, Doux et AUrayaut
S»»e*-'0us que le plendiManU 4» santfe. attire ’attention d’un honans et
♦ente pin» «ite s«» «en.» que n'imports queile autr« chose.
C’e»t tin fait eertain. Auui gari« »otre teint toujour*
dmix, attrayant pour qa'Sl f*r»i*»« jeune et «ato.
Pour arriver i c« ré*ultat. 1 matin, le midi et avant 4*
vou* mettre aa lit laves dout.ment votre vi»ag« *«e *»
«aven Palmolive, Balgner-*oo« au««i aw PaSaoBve-
Aeheser un pain de ea,
von PAfaMOfaiVE et -nu»
eoneerrereis une pe»» je».
M. íooee »t attrmyaate.
KEEP THAT LOVELY «.SCHOOLOSRL" COMPLEXION *
UNE HEUHEUSB- INITIATIVE
Nous txppt&nom qu'd kt *•»
iré© d'Octobre, Madam© Od©l-
t© Gloecklé ropr©«dra «o»
tsatív© df r subir a se» Mévm un nouv»I
Oes 4jar©uv«» rntúM
i comparé©© 1® proíemeur
aví'C les appreciation© falla©
svi les élkves R y a. u® P^
un jury composé do plusíour©
artistas compétoutó m trouvaut
©n notro paya. C$m compami
mñ permetlra h Madam© Okh
©cMé d'établir les progr®» de
complí© par chacun do© élé*
mn ts,
Nous crayons ©avoir qu@
coito mféreosam® roucio» so^a
| pié®.dé© par Monsieur Punto
' MabUíe, at;aché cultural o lo
L« dfciúgnauoti wu lade dm su
jt'ts mis^cptítjlun de concoufh'
jaur J'oht«miofl cF«n« hours©
de mmuqu© d la fur d© 1 armé®
í.coíam* ». csi ©Dvbciq©a.
UNE APPLICATION DU
decret-lox SUR m "
' BOSS A BRULER
II nous ©st rev©nu qu© !e Tri¬
bunal de Paíx d© Scnnt-Maic,
a Id requate d’un Ag©,5t Agri-
cole, a co«dam»é á un© amen
de de 50 gourdes un ©ommé
Augustin qui avail coupé un
carnpéchíer sur sa PROPRE pío
priété sans avis préaiable.
Une strict© application du
Décret-loi sur les coupes d©
bois. Tout le monde salí que lo
ca.mpéchkr esi un produH d'ex
portotíon, et qu© la tax© de
c;nq gourdes par 5 kilos est la
st'ul© obl’gation qui en contra
i© sa coupe.
Nous sextons heureux d'etre
ienseignés sur cette tormo i m
toipiétation de la loL
PETION-VILLE SE REPBEND
A RESPiBER
Au Coiléqe de Pét:on*VilIe,
•1 y a un regain d’activiíés.
Davant les nombren*©» suppU
ques des Pélion-Villois, le Co
míté-Directeur du College s'ost
resigné á ne pos íermer, á n®
pas ravir Ic*ux College aux jou
r.es ©niants de Pétion-Ville.
I^e.5 ín©cr p'Íons ont common
cé au local de I’Aimexe (Mai
son Charter Péíion-ViUe, Rué
touverture de 8 h. a- xñ, d 12,
oí de 3 d 5).
Comme nous Fappelons de
nos voeux, k’ Département ce
ITasIructicn Publique dolí pou
voir aider le College de Pét.on
VÜ’m- -en luí aHouant une sub¬
vention mensuelle.
MARIAGE
Lo 22 du .courant. Cabaret
écait en liesse d l’occasion da
ir.ariage de Mr. 'SíanJs Ñapó¬
le on avec AndrómUe
Exantus*accompagné© au p,ed
de Fautel par Mr. Charles Poto
ponneau et Mme André Pierre
Charkts.
«Le Progrés» d-ont Mr. 1© ma
ne a&t un ¿nembre a mondes
té son existence en delega*'! b
reí e soienniié son Vice-Prósí"
dent Me, Ludovtc P. Bellanto.n
qtú! sur le pnrron de FEgltse. a
prés: nté aux jeunes époux ses
compliments personnels ©t l:s
felicitations de i'Assoc.atiorx,
Dans les chants qui imem
executes avec brxo, Mr. Alber*
I Goínt Controleur Géswal des
Peí ts Systémes d’Zmgatioa de
i Fendroit s'étaít dktiugué d’xt
ne fago» special©,
Vceux de bonheur aux nou-
\eoux mariés.
PECES
D© SbMarc, nous mi pam
nu© la triste nouveli© d© 1
mort de Lucr Noel survenu
dan© Icrmaíinée du 20 Sej
teadjre courant
Le déhvn qui fu! XAxexMt
de la Teme Ecok de Dessctl
nm laiss? beaucoup d® regrel
temi dans sa vill© nalale qu’
Damien^ oh ü taime 1© »ouv<
©Ir d'un insRtnieuí avertí.
Ses fuaéraiü©» o&t «u tía
Jeudi aprés-mldi, aa mlBaa d%
grand convgl
Noua ptémm» na*
i ts* coudohícmc©© é la ttnaülil

mom:
Special- “Le NoweMi$te,,
gm KWf» I» CHBHUWl I» PO«W BE HAJSK» ,|r«ys wctmmm*
m «BANS IE FIAT*
N! «A FIAT»-.
as
B«*s TOT» I» JJUW0E8 DES BATIO» Dm PKOPA
Dernlér© Heure
WASHINGTON 24 Sspl.---
L’AmbíiMadeur de Grands Bre
tagne, Lord Hallíax <¡u¡ prési¬
de la Mission Financiare 3»-
giaíss a declare cju'on "e doit
pas s’atiendre a ce que le «cu
v©au Gouvewement Travail} is
te, ía&se des «experiences ris¬
quera».
PARIS 24 Sept- Le Pm
la Duchess© de Wtedson sent
arrives id. 1/6 Due a dst an jour
nal qu'il m-s sail pas encore
Vil ira solum sa mere eu An-
qletene. Et qua nd n« journalise
i>? lui a parlé de la rare?© da
r.ourritme, le Due a répeu-du
qu'.i a appoilé sus provisic»»-
l.-fi Dúcheme a exprmá so jo,3
cíe revau la mode e«
ajoukrr»? que les robes son! s;
chores qu'clte n© croit pas pou
voir tes acheter.
PABIS 23 Sap!, -- De Gaud©
da«s un- díscours a demandé
i'intematiorraiisat'oc de ia
Ruhr et une occupation framed
se permanente ¡e long du Rhin.
WASHINGTON 24 Sept.-
be President Truman a ordori¬
né au General Mc-Arihur Tcm
ruler au Japón tome produc¬
tion qui pourrcú servir a la
guerre. La Metis.on Blanche a
rendu public u« projet de poli¬
tique dapres-guorre vis-a-vis
du Jcpon. Ce proje? rédame des
chcmgemenis radíccrux dans ¿©
systems éeonorn que du Japón,
lo dissolution cos grandes ía-
¿nillss rnonopolteant et domf-
■ ía«t le Japón.
PARIS 23 Sept. - Le jouincú
■>Le Fígaro* di? que te General
Louts Buisson, DirecSeur des Pri
sonnisrs de guerre, a declaré
que la radon de «ourriíur© oh
1 ouée aux 800.000 prisonnierc
oltemands en France est juste,
c© qu'il faut pour pormettre d
un homme de rester coucher,
ne pouvant taire un mouve
men? et de mourir tranquil!©
ment.
WASHINGTON 24 Sept.
Le Sena! étudie le prole* de te
qui éonne voix au chapítrc
c'o.t¡s Vusage de la bombe ato
mi que. aux memores du Con
gres des Eícts-Ums. Le cote dé-
Iteaí de la question est de sa-
voir si en dehors des Fíate
U«-s, Anglet©rre et Cañada qui
ora ]e secret de relíe bombe, la
Hueste sera mise dans le secret.
FRANCFORT 23 Sept. Les
ocupes amértcaines en Norvé-
qe ¿aisserc’.-j Je pays le 5 Oeta¬
bre et seror.t remplacées par
•des troupes angl-ais.es,
COPENHAGUE 23 Sepí. - Le
hoi de Norvégc, Haakon est ar
r.vé d Copenhague pour son
ireie, le Roí Chrtetia
remark qui té te ses 25 a«s.
CHICAGO 23 Sept.
rouvellefe grandes ‘ rali
du Texas o«í teurs employés { comm?
gréve. La production de pe-
trole aux Etats-Unts est rénta¬
te alus: de 2/3. Des v:i!e?s mor
queron? de gazolte© et on re-
vtendra au rationnemem,
TOKIO 23 Sept Les japo-
«ais on? remte les tunes conte
r.ont les cendres de 2.800 pri-
sonniers allies.
WASHINGTON 24 Sopt -
La Radio de Chungk'ng radio
diífueaít samedí que Hirohuo
obd;quercnt pour éviter d’etre-
rompris parml les crimínela de
guerre.
D:
Dépctrt&ment d’Etat Dam «n
gxan-á di«er d'adieu que lui óí-
rait l’Insüíut Culture! Argentino
Américain, S. Braden a di;«La
«voíx de la Liberté se fait ©«-
* tendré, ei je ne exois pos qu’on
«puisse Fétou^er».
BRUXELLES 25 Sept— Lktr-
íisíe beige, Paul Jamm qm xidi-
culisali Churchill da«s lea jour
! iraujf cdkmands av&c see cari*
1 catuies a été condamité a mori,
NEW YORK 25 Sept— La
gréve dee employéa des aseen
sours a été déclarée. Au mobs
15.000 ascengeurs ne fonction
ne«t pas, H íaut une hear© pour
mentor d pied du premier au
dornier atag© de TEmpíre Bud-
d • nq,
WASHINGTON 25 Sap!. On
annance quanc mpipbamtie
otorníqua es! irouvéa, et qui
fpnd ce!!e.« qui oat cfcjuit h> fc. \
r -n, comía * día joux ÍWfoBU.
LONDRES. • Düííb plusiaur*
minaux on a Timprosslon qu‘u-
ne autre conference entra le Pie
indent Trumern. le premier Cle¬
ment Attke et le maréchal Sta
l:ne est néces-saire pour étud;er
lea grands problemas de 1'ave-
t'itr de I'Europe.
Cede suggestion est faite á
la vedle de la cloture de 2 s:-
maines a© session au cours des
quedes 1© jeglem¿nt des aria ¡res
es! égal a 2éro,
LONDRES. Les nuli&ux e?’
cuestión senienj qy'n seía;t
peat étrs nécessaire de co«vo-
qt»er ¡e General de Gaulle á
la' pzochcine conference inter¬
national©. Les irangaís o«i eté
prunes de constater que la Rus
s;e ct tent© d© Ies exclure áu
réglement de plusieurs’ probié-
mes particular:mera des db
cushions sur les questions bal-
Ko ñiques.
LONDRES, --. Vcirmi bs Mr
?ss qui ont tromphé ernx élec-
J.ons cantonales d'hier se trou-
vem 3 grands partis de gau-
che; le partí communists qui a
fa:? un bond proáigi.-ux et a
gagné environ 80 síéges, ie
parri socialist© de Léon Blur.i
qm a gagné environ 325 sieges
et le partí de la gauche répu-
bíicains. et radical de Georgt-s
Bidauít quí a gagné environ
110 s;éges. Les grands vein-
cus de oes elections cantonales
sot,t !jí-' paiti radical socicí:s‘e
qu', a p-erau 200 siéges et les
partis conservateurs de droée
guí o«t perdu plus de 300 sih
gea.
La presse parisiena© 6 on-
roncé ce matin qu& la France
ulísse JQpiáemem vers la gou
che, ma;s qu'elb n’arrivera pas
•usqu’au communism©,
WASHINGTON. --- R a é‘é ré
vélé que les ctnglo-améríca.nH
compten? por.fróler les avchs
des aiíemands en Espagn- eí
■qui! es! probable qu'i! íassem
méme dans los pays neuires
Suéde.
• don-
D-
Aucun autre detail n'a
t'é sur son pnocés,
WASHINGTC®,- ]>, ffiUi,ux
auloíisás d'id o ni &xptím4 Va-
p}n;on que prolxtMfmen! le Se-
crétaire d'Etat ¡ansas Byrnea s'a
dressera á la radio au pe-iple
maérsca¡n iasraédíaíemein a-
prés son retour de la coníéret1
ce des ministra des aüal-e»
éirangétBs des S grandes puís-
sances ñ Londres.
ATO DE JANEIRO . La ore»,
se brésiíienne a annoncé -<•>
soir que le Sous-Secretaire d E !
íai Braden quj q paseó pms d->
19 hsures dan, kt capitate bró
silienne «i pañi pou, Washing
ton est amvé auiowd'hui :>
Recle.
l.Okdk Salón las
tes itiformafions regues ce so r
"« forceB írcmsoÍM», an* m3í,„
ionatit ¡e contróle de Salgon, la
Capítale de i 1*dar.I-franca;
tT: Ce» troupes om déjá occu.
pe tous les postes de pal c
Tea a lieu®, i¡ a eie rappode
ottciJiemen, que >e. fwr! , ,,¿>
som pos tres éievées. Seion des
rop-ports piélimínairt dm sol
dais frcmycri» on¡ élé iuds si 4
caires Bl&ssés.
cCÓ/DcslS Le procos de
foseí Kramer st poursuú á tu-
íieberg De nouveaux írrnolns
cn¡ éié ancore emendes au;our
d'üUi fasaní I, xécit des atro-
cités commises dan, Íes cama,
da" concentration sOUS le co¿.
nsandant aíiemajid. ¡I a éts s¡
cnaié a ia séance d'aujourd'hu
qus Kramer »'awa»aU parfoi* i
bmtre personr-eliem: n! les pri-
cct;tec Ui í femme a ancor;-D
qu-elie a vu Kramer lancer r r
NEW DOHK $e!on de* .r-
ícrmaitons ofllcielies de Tokio
o» appreed ce solr que 48 na.
-ores de gurrre américains trata
portam prés de 20.000 mem-
ires du personnel ¡je ;0 mori¬
ré omAr-eoi#» iaíss rom ac-
iourd huí Se por! de Pearl Har¬
tar á des: i na,io¡1 de3 Esats U-
:--1 -as torces serom dé ruó
bthaéís,
WASHINGTON.— A une -or
ierence de pre», !« Préside.;;
Sarkiey du comité des aüalms
otrasgéres a réyélé ce soir que
te cormíe d'eoquétes de la
Chambre *t da Steal Amir -
cam sur ¡es dásosíre* de Pear I
Harbor partirá blentó; pour Is
Pacifique afín de se ‘nnár»
compte de ¡a sitaaüon géogra-
cruque de ce port.
-í-ONDHES. -- Leg milieux pro
-h-a au coase ¡ des ministras
ces ?lía*res éfcrangér«s des C
cp andes puissctnc&s ont annon
COMMENT
CROIRE «LE MATIN»
son numero be Same
díi, «Le gordo te site*’
ce sur la question du pap;ei-
journal, et pour cau&e; en quoi
H ;agiíait sagoment, ' ayaxtt
Qvoué la venté sur les avanki
ges que ius accorddit M. Dé*
. fíy, sdi n'avaít avec Wte opi
| niatreté íarouche, étalé le mal- ^
qui te ronge: un manque de
tact
Evidemment, son imaginaren
¡e pou&m á teventu, dans des
étendueg sana limites, tontea
sortes da «radotag-es* grotes¬
ques, pour représente? rancíen
Cheí úxt Seivíc* du Corar.«n-
ce extémur et de ¡'Exportation,
conwne doué, par un priv h> / >
spontané, de tout's lea g r*.-
tes. C’est son opinion, e? ,0.5
la lui iaissons.
Mai» ov. coKviendra i.v n-
í)OU‘íí que, partois, da«s .0 ‘-e
mte maladroit de défer íl
se manifesté comma une mpé
ce de vnrge. bien pite . o
syncope de l'erreur. V* 4 ¡e
iois dañe cetío pasition, < * r»t
ródu’t pour se consoler de ne
pouvoir lef changer, á pwser
dans leí source erapoison7 o
de la calorn-ue,
Vcüó comment s'expnacc
cue, aprés tant da va.r* py
II y a ito¡M ou quair» jours,
*Le Matin, nous mettait au cou
rant des cablogrammes qu« son
Dhecteui'&dmim&itai&ui avail
c rectemení adr. més á la '‘Uni¬
ted Press» sur !q question du
pctpíer-journah apws avoir chro
r.ométré les d©ux heures qui sé
paren»! la réponse de la U»i-
ed Per&s, expliquan? que te Ce
mito Central du Papier ovni?
2oís tout en brans© pour qu'Hai
t: c:t du papier-journal, la con
elución que >L~ Mati». porxr.?
u la co»na;asance do tous, o ;*st
• qu'on croü qu'au 31 Décem*
Pour un Instituí Franca»
en Haiti
*• rorEf
f ,Vir L
su. . f xpor
C r tu t lucnt
t *
n.u o?
(i1 ( v
. Ir 1 * ¡
Le lundi 24 Septembre cou*
rant, á midi, dan» les salons
de la ChancelLrie, u« Accord
Cuturel entre la RépubLquo
d'Halti et ia RépubUqu- Eran-
gctlse a été signé par Monsieur
Gérard Lescot, S cr¿taire d'K-
?at deis ¿Relations Exíérieuros,
Monsieur Maurice Dartigue, Se
créíahe d'Etat de ITnstrucnori
Publique, pour Haiti; Monsieur
Ma*c M Ion de Peiílom Mi»ís-
; ve Piénípotentiaire, Dólég:;©
! du Gouvernement Provisolre do
a fiépubliquo Frangais?, Mo;¡
t ur le Docteur Pimío MahLo,
j ( n uqé de Mission Culturello
1 jar te Gouv:rnem&nt Provisah
í t& de ¡a Tiépnbliqm).
! Vo ci lo texto intégre! c¡« cm
A < oíd précfkla'dé TEexpoiíé
, Mpíifs:
caíso et ¿’assurer une collabo
rcton plus étrolte ítttíe Ws %■
nlvmmtés Frangcsises sí
versdé d'Hclli les
dúme«n autor tabs par \m Oog
vemem' «t respectü oN eosn*
lia de signer rAccorrd c/jolt
ACCORD CUtTim *
En vue toes cuHvrsU s enli© k yías„
ce et Haití, ie íavorUcr W te-
ywrmemím? de la cultura baa-
t H
.or
5 '}U Dr J '
N ,t o n.<
1 ,í, fíf
Ci."
- ’ r o
cubrroo mérm
po.tr > a^r
iorts pour arríver a atté»u©r | mostré de 1345, Tmr ie mor¡d
i3 r&sponsabiiité de son pou:
voyeur d- quota, «Le Matin» a
about! h Tabsurdité suiva-t',
qu’ü voucrai? eíxe une irc-u.e
á notre adresse:
«LE NOUVELUSTE ds so»
«cóíé, «sert» s! bien, que so»
«journal n’a jamais été suspo'j
«du et qu'aucun communique
«n‘es? jama s ve»u le rappe-
«ler á l'ordre. Pour ce quí así
«du pied dans le plat, c’est,
«€a*>s dente parce qu? notre
• contrére est dems ie «plot-*
j qu'il »e p «pied*
Nou.s nous attendlons bi .» -a
ce que r.otre confrere trcuvdi
un© formule quelconque pour
dissimuler so» embarras, e»
prése»ce des multiples preu¬
ves de sa maladrssse appor-
tées par le NouvelH&te.
Quoi: II commst cette supré
me jnhabileté, d'lnsínuer que
«best sans doute, parcequ=
nous sommes da»s le «plat-
que ncus n'y mettons pas le
pied, comme s; cette pauvre
aUus'o» tqdü croit splrituehe)
a Tadresse d'un autre, pour-
raí! induire en erreur le pu¬
blic qu: -s? bon juge,
Regordez done, autour de
vous. Confrere, et vous ne tai
derez pas á constat-r la
vérité, en ce qui d trait
a ceux quí so»t «-dans le pial».
Tout Je monde salt que seuls
ceux á qui la franchise fait dé
faut, ceux qui n© so»! pas ai-
1948, cela chai
LEco»
«Le Mu-
jusqu a
a cruota
espere qu en
cera.
Au Departen)-ni áe
m e Nationale, o» ne
reo cte cc qv/cn-nonce
tin*, mais en sa:? av.t
la fn d? l'année, il y
pour le papier-journal.
Notre Confrere nous ap-
prená qu'il a payé sa comma»
d® CASH, et comm© íl repre¬
sents cette Fabrique de parnt-r,
íl se met a la disposition des
cutres journaux.
Tres peu pour nous, dans ce
CASH, car pas avaro, i'aimée
prochaíne c- papier «libre*,
ir arrivera.
Et puts, pourquol «Le Matin-.
se tourmente-t-il tan*? La si:ua
Lo» actuelle lui est íracíu" use
«Le Matin» sert ses lecteurs e*
obonnés demi-portio», maís
touche toíalsté abonnements et
vente au ruméro. Par cette eco
'•onde d- papier sur les abon-
t és, «Le Matin* sert cdors les
cutres íournaux qu'il éd'te, no*
fommenf «Les Nouvelles z-
France». I! touche le coút de
ces édhons, etc, etc,
Partout ses recedes son! en
totalIté, maís c* qu'rl donne est
:a moítié d p=ír¡© de ce *tTuM
devrait don»er.
La situation ©si aínsi mcr-
chcnde pour »otre Confrere.
D© quoi done se p!a->-i-í.l?
PHOILT de creation dun
1NSTITUT FRANCAÍS
EN HAITI
EXPOSE DES MOTIFS
Lo r sK-meme»? dm échan-
qm inteUectuetó entrs la Rópu-
t 1 que d'Haítí et la Franc© a
ce ja fait Tobjet d-> noqibroux
nrojets, U» accord éíait í»tar-
ve»u en 1939 qui próvoyait Fou
vertuie simuhanée d Port-au-
Prince d'un ínst’tut de Frunce
et dure Ecoie Nórmale Supé-
rieure á direction ■jj-meabai
tH'-nne; ces deux organismes e-
?atent de&tínés á former i's ce
ares d'un EnSí ig.aemsnt Seco-:
daíre Ha;den et á améliorti
Ies cadres exístcmts.
Depuís cette époque, la si¬
tuation a évolué. Le Gouv;r-
nemsm Haítlen a decide d’or-
qaíúser sous son entíére auto-
ríté i'Un’versilé Habiente qui
doit ccrnprendre outre la Facu!
té de Droit et la Faculté de Mú
decine ionctíonnaut ¡ actuelle*
ment, une Faculté des L: tires,
une Faculté de Sciences, une
Faculté des Sciences Social r ~
£* PoIiÜques.
Cette Université se propose
de feire appel pour comple?--
los lacones mom: ntanées d?
con Personnel Enseignant d des
crofesseurs étrar.geTs. Le Gctv-
x?rn ment Pfancais s'engags
o» ce qui le concerns á íac:L
ter la venue des profess up
qui luí serom demandes.
Aí»sj en vue de ress'rrer les
en*?© te
Relations Cuiiureiíes
France et Haití, db iavorise; le-
rayorueme-r? de la Culture Fra»
cam: oí de
promouvoii |a
Jabera? on c
Uto les
TianqoiBíOi
i rUniveisiii ¡fiy
ti.
Les nomo
qnós dümest
rínén par i
ur GouWro«n»»
¡<:Sp(HÚl on
COiíVttfíu (:-e («j|
suü:
• 1
A" .<>í
1 ", a>, Unv -
f ’ ' ‘L H
liM'ti Uh
... ¡“Aiitei {{,$
qms.
At» 2 1
r ‘íAr.ra^M
pour 1 ‘
fc¿HusíveiMfit
cu Hat o..
Sou , »
'* a Lxé a Poft-
aa-Pra.cí* a
‘ r local qm h
Gov.fí 1 'i :.i en
cu <, mt":
*u -> sposííío1'5 d'a
Gcuv r f.aaqais.
L ame t.
‘ ’•■h da ¿ocal m
si q o o.
f bz s générds
’ ' f»? : administra
Uor
c r.enrm é¡
Vine» *>,; «>•
' o ' "H’ au Gouts?
i-eme”* F- *
cas.
Llrs? ’ ’
exempt de toa:
impot ' t po
,r» lerevoir
do^s en ca
*ure et en aspecea.
ÁU cas r
u te Gouvemsissi
Frangais se
”aU -n mesure- áe
construiré
n batí meat poar h
aer Tln.stitu
?, le GouvernemPí
Haiti me trait d sa dispeshis
un terrain approprié.
Ar?. 3.
A ÜPe d’ réciprod-
t¿ et en vue de permetre é b
RépubLque
d'Hait: de develop
p:r
ntoets alus intimes
n.vec les ir
.iiciix un i vacilares
frc-gais. le
Gauvemem-nt fem
rate, s'rngcge o fount‘r era Gas
v Tremen?
daítien un local 32
pourrait étr
• ínstallé un Buiemi
d'iníormaúc
n ayaat un cara?
tere culture
Art. 4.
l-Tnsttut Froc$ok,
orgauísme
cultural déper.fcb
du Gctiverr
.©ment Francis, sí
”0 aéré par
un Directeur de Ha
t onalité Frar.co-íse et dé&jg&s
Fin a ItoA
LE HAPPOHT SUR LES ASSURANCES SOCIAL
Duv
cé gue de vives discussions se J hanchis desla craínie d'etre :
sent tngagée» ce soir e^tre Mo* j éloignés du Banquet, om ic •
et le ministre des affairs.
ore-
de
étrangéres Beví». jusqu á
E>e»t aucun accord n'a pu étie
ootenu au bu]¿ f des questions
a0 front eres, de reparations et
de ravítciülement des pays de
FEurop?.
Dernlére Minute
25 SEPTEMBRE A 3 Km». P. M.
ALEKAmiUS 23 Seií— le
Gouvemement Egyptien a d»’
mandé Dimanche au Gouver-
n eme tu Anglais d'évacuer ses
troupes de FEgypte et reco»a-
fíuex l'umté politiqwe de F-E-
gypte avec le Soudan.
MEXCO 23 Sept--- Le Dr.
Negru qui fut le President e»
Espag»© cr prévmu les Gxcn-
dos Nations Alliées qu's» n!él:
minant pas Franco du Pouvoir,
©Fes leñasen i la porte ouverte
¿ la ressurection du Fc^dsme
©n Améríque Latín© et aussi e»
Europe. ,
r mmos ayrSs 23 sept,r*
L'Ambassadeur Bremen a lata
sé Dlmmche ¡‘Argentine pour
toccuper son nouveau poste au ]
LONDRES Les milieux tché
ques bien íníorrnés d'ici ont pie
dit qua la confér^nc© de peux
la Tchécoslovaquí© présentera
des revindications au sujet de
la SUésie altemandí. Cepen- í
ca»t ces sources n’om pas en *
core áéílvÁ les revendicatíous i
NrritorlaUs tchéques et on ne ;
salt pas encor© sí la vllle de
Breslau se trouvera dans la ¿o
re. Par ailleurs, on appre»d
?ue les Tch&qua» &ai réck
aussi la region de Tesche».
NEW YORK,-- On appre»d
de soures autorisée qu‘u» a-
víon transport ervee 21 pasact-
qers a été porté disparu dans
le Sud du Pacifique, Hier l'ap
pared avait pris le val de ia
base aértenn© de Auckland.
NEW YORK— Seion une in¬
formation de píeme de Fagan*
o© d’mtermaiiom hollándolas,
Aneta, rancien speaker de la
radio Roilcmdcngo dura»t l'oc-
cupatlon alternando Max Bloc
zijl, acamé á’avote callabaté
avec les nasis a été conéamné
á mori par m» -cour sspégkdó
i ' ÍNSTITUT D'ETHNOLOGíE '
i Les cours de Flnstítut d'Eth-
j noiog.e seront repris d la Fa-
] cuité de Métíecina á partir du
j 15 Gctobre. Le canter dTnscrip
• Lons ©at ouvert au Bureau d'E-
thnologie. Les aspiraos dov
| vent étre munis d© teurs certl-
í.cats de fins d'études secon-
datres.
LA DIRECTION
chance d'etre, non seulemrn*
«dans te plah d'y msttre te
p:ed, maís áe se mettre a a sai
d... plot,.
Ceux qui sent dans te «plcr».
émargent au Budget, sang au
cun soud de 1*accomplish¬
ment de lour tache, ce n est
pas au Nouvellists qu'on peni
tes trouvsr.
REMERCIEMEHTS
M. et Mme Frédéric
qneaud, et lews énfasis, les ja
nuiles Duvigníaud, Bonhomme,
Latortue, Carpenter, £réda et
Puval envoíent l’expre&sion de
]eur profonde gratitude a tous
ceux qui Uur ten donné des té
moignages de syrnpathie á
^occasion de la mor! de
Mme. Vve. Lys DUVIGNEAUD
née Carol’ te© BONHOMME
?ort-au-Prince, !? 24 septem-
bre 1945.
L: Département du Travail
est au travail. En efíet, il víent
cé Lvrei a la pubiieité une
tenant le rappod
Fute,
kí é!ud
COMMUNIQUE
La Direction Género!© d.-s
Sports porte a la connaissar.-
ce du Public que te Pare d'En-
fauts pour cause de reparations
est dés aujourd’hui term® et
sera ouvert te dimanche SO
Septembre á 3 heures de l‘a-
pris-midi.
A cette occasion lea goaaes
retrouvcxont teux Iteu préféré
de píate.p ñambant mui et
pourront s'amuser dans une at
mosphéro dss plus agróabie^
m*dm qu'un jatra fern entendre
■des morcoaux de sou repertoi¬
re.
Fort-au Frlnce, te 25 Sept 1045.
AVIS DU SOUS-SECRETABIAT
DXTAT DE LA PRESIDENCE
D'ordré do Son Excellet^ce
Monsieur le Présideat de la Ré
pubYque, te Sous-Seaéíaric:!
d’Etat de la Présidence porte a
la connaissance des íntéressés
qu© dorénavant tout© correspon
dance non officíslle d Ladrea
ae de Son Excellence dsvra é-
tre réguiiérement affranchie
cous peine d'etre simplemeni
classée.
Port-au-Prince, 1© 22 Sept 1345.
AMBÁSSADOTR
l£ BAL BE ¡A JiSfHmE
Pour cié tur £r joyeusement tes
vaccmc©^ te Cerote «Amhassa
deurs pite NS'd. tes Mambíes et
tes invité® habítete de bien
vouloír accompagner teuxs en¬
tente au «GRAND BAL DE LA
JEUNESSE» qui aura Iteu sa-
medl 29 seplembr#- 1045 a 5
temim p, m,
Pamru-Prinoe le 22 Se^. 1045
m omm*
r POISSON FRAX5
COPEL vous Uvre du pokson
írais á domicile tous tes ve u
credt, Téléphon:z au No. 3172
avant ]eudi a mídl
brochure dot
concrmant Tlntroduction des
Assurances Sociales en Han.
par Faddee Pozt¡ansk'.
M. Faddee Pozncteski est Doc
?eur Es-Sctencrs, Proiesseur á
FUníversité Laval, collaboratea;
Extérieur du Bureau Internado
cal du Tavccil (Montreal).
Vouvrage debute par des ir
marques générales sur les As
swanefts Social^. , ^
Le 2éme chapitrj $W'tute:
Champe >d’AppHcadoiL
te spécialísfe Po*«a»5*
ie .'a conslitüñox at hs
argones de i'testltuiioa des fo
sural?ces Scc.al's, Conseil-3AJ
Comiü'ssion tek
II LI5S EFFORT'S BU «NON VS3LEJSTBÍ»
WWT. WWWTRAam.WOTIS Wi VOT1?
minis;ra
biírage.
Les Píc-stctions PécuaiY?»
en cas de Malad'e et -de Mr*#
n;té sent ? «visagées aNt f»
tes Pié'bf-io^s Financieras b
1‘Assurance-Maladie et ik
surance-Accidenís etc, etc-
La brochnr - est
et nous suggéro.ns ó íou? [
qui s'intéressení aux
sodates de la lire,
mm
tmrnK^ 1
• Umirign»» ini Mai pour Ja Ytetefe*».
msmsm »t la cooa»is»n« mrmvmai
















4, ces jours-cl,
jes plus exiraordi-
guculenu: Cela provient
existe tes peu de» ¢ subjtement jeté les Directeurs
- genseigner. Il “ ge Quotidiens dans les transes
Poy yaa do POPE S.raitce ce les plus vives. Une prem’é:
nous apperons en Halll le gois sang Fheureuse interver-
ieidicls, bat son plein eu. von du Département qui vou
tg fogon 808 ptreille dens les | int bin extaire une
song deRibomogme 0 occupee Por’ du stock du «Monlteur> air,



ames te *Le Matiz». Voyons un per

parle ef]



Hy a quelque chose qui bon |





Une crise de papierjoursai i

iw angi Jes américains et en deux fois, la repartir enhe:
leg Frovgais i les Quotdiens, aucun deux '
Voici que Sakques unes des ti naurait pt poraitre pendant

































































qui circulent parmi les ure semaine,
qallemnonds:
4p iq Russie ot les Etats U-
jis prom ploniGt on guerre, 2
gue 8 @llemands seront recr |
spot los américains pour com
ce Yon Soviets.
Cote premidre, yumeur








leau qul nous opporte us
siock de papier, Le Dé
ment fall une répartition da co
stock entre les cing Quotidiens
Rien de plus juste, rien de plus
normal.

«La Matin» commerce gon

cs4

!






peut fjopdement le fait que les 14
ds tavaillent dems lee dotage, en se plaignant con:
samércdins portent le ic mesure gouvern
gomeme da ces dernicrs, Vu) Sur les 1.900 ramids cavis

iy -sieur

Se,

Directeur - Adm nish
sMoatins weut avoir

gail eet impossible de trouver |
qqutes yélements pour Yins-
pe on Allemagne.











Ch
envirot j

i
i
i fa
moitiée: 600 rames, personne

%o, Ca sotties allemands | tement, puisgu’ll tous appresd '
qi ont Inwenté la bombe aio- | qu'il est marchand de papier, |



pique; ef Jos alliés leur en ont | reprdsentant une Fabrique.
wos le secret j Pu's, sur lee 600 rames sres
& lea Puissances Occupan ; qui restera ert, le quotidienrLe
jes vont changer les limites des | Metin. demanderalt sa quot
ques! les arnéreains vont s'e? | pert,
oF on ies Peglaia lee Nous avong alors expi
poiplacaront et feront du Reich | 7° TY" enfant d: me
ap Doiinion anglais. ans compresdrait, que ie
is Hitler pst bien en vie.-- etant Fatlonne, quun quota a
fe secrbement radioditfuss de yent 616 fixé aux Quolld ens
Sees avant Ja reddition da Ja de PortauPrnce, quelque soit
j pa eta amnoncé qu'il serait | le stock arrive at quelque sit
dgretour en Allemagne en 1950, ; fe nom du destinataire, Ie pa
Pes tumours aont les princi- pier sera reparti entre les Quo
selgs, cox une intinité d’cutres tidiens. ow
cheuent, Le radotage du «Magtin« Fa-
% Berlin of, malgré tout, 0 mene & folre des aveux: Me,
yoane hultaine de journaux Dély hui donrait, sur le stork |
qui wédlfent, ces rumours we- | Otrivé, et desting & éte repor-
‘stent preoque pas, Quant aux 6 éguiteblement entre les Quo
wiles 0b di n'y a pas de jour- fiers, “beaucoup plus de p po |
rane do tout, 2 parait que bs per quiaux autres, Tandis gee |
gong deviennent fous, avec de- «Le Matine Stat autorisé & o-
tiles ramews et les rumevre | Vo aes, ee de ani pute e |
i sosity plus des qutres, du papier en
Te camehée cerupentes eral _ stock & ‘ort. -u-Prince, Mr Dé
gent que, avec Vhiver qui amé fly dosnait encore ou Directeur
pert gon corlage de soufican- Administrateur du «Matin» un:
tis cousées par le froid et ia | PERS dmporter 10
tim, les vumiurs augmenterom | FOUr ie aT
whee et causent des dé- quill n’a pas été offert un
sondres. tage similaire @ aucun autre Dy
Dans ld seule zone allemen | tecteur de Quotidies, ef, a caup

de cccupée par leg américains, | 8% PAS ¢ nous!
ay avedt, en 1942, un total de
LD qictidiens. Aujourd hui, |
Uven existe que 10, -qui pa-
itisgant, et seulement deux tols
Pa singing,

Calle situation on Allemagne
Yani démontrer, une fois. de
Pus qua ld of i n'y a pas Je
jouteus, 14 of les journaux
Wont pas lo faculté de tout 2)
n. les rumews empoisor
© wel Tesprit des populations.
la vérité ast une, partow!,
, Ovec la diflérence que, dans
Suiding pays, comme en Alle
magia, las alliés cherchent &
or le plus d/organ:a de nou
yelles possible, pour combattre
Ws brults et les rumeurs, tan-
ls que’ dans d'autres on fy,
ment juste le con |





dé 7




papier |







ar














tt

to’
ur le dernier timestre, 1

o¥¢



Et maigré cela, le racot
«Mains nous avoue
. que ia maison «L’Abe

ost son préte-nom, pu

its «papier que 50,

:
|





io)

du

i
1°

i



regu ces jours-cl p'
Gioite de .
papier en plus dans ia
ton sur place & PortawP.

papier en plus, dons permis
d‘importer, papier,par «int

dicire VAbeillex et entie, papier
= 06 GUe.







SITS



le
|



| sgans aucune formal |
f

: dailleurs, notre conirére fp
@ la comna‘asance du Dé
ment, en faisant savoir qu
| permetira pas que Econo
Nationale y touche!

Crest donc «Le Matins = qui
fait la Loi. Mais c'est le Gouver
nement qui frappe damerde
les négoces iicites.

Quel est donc le Contre





haute...
“tena oe nrc e

Bre



- _ FRITZ PODEVIEN Vannée dermiere, justement pour |
ADMINISTRATEUR DE / jes affaires de paplerjournal,
»» sCAHIERS HAITI a 66 feaeppd de 200 dollars da

Ces toe jeune confrére trafic du march?

Te Poltevien qui a 616 nom
stra’ «
; Rb Adwiniatctour de «Cahiers
_ Pitt Poltvien est un élément
tode toe jeunesse
tal done tue pen ses quali
: ds discipline d'énergie i
Gales & geconder offienco-

} mendes, pour. ir
wr?

soe

Ayant signalé tous ces avar
tages avouds que Mr. Défiy dor
nait au «Matine, . notre Con
frére teprend son radotage sur
co Poste de Paris. Il y vort une
i We Nouveau Directeur de | cifaixe d’ordre sentimenta:! ©
‘ MG Félix Bayard, comeste que Mz. Défly touchs-
— eg alimentons notre | 1a mensuellement 1.700 dollars
Wa Poltevien “at lui sou | par mois. Et, devant les chitire:
Suceds dead la car | du budget que hous reprody:
gong, notre Conkare réplique
que les 600 dollars de frais sont

& justifies.

CUS. Neus sommes obligés de lui
Wain de Montouis | apprendre, comme & vin lave,
aque cos frais ne soht pas & jue.



vane

Opportunément arrive un ba







ia son

| tonalisies irréductibles».

ou'un de nos Directeurs a dénla

i Holt.

; ne,





| pes
: walls, ef Pon

|



=

Asrive la mort de Seabrosk.
2s Radios Américaines signe.
ent cet évenement,
La plus élémentaire activ té
journalisique est d‘actuciiser
VOvouvre du Disparu. Pour nous
on Hain, c’était son livre,
| Meigique et, pour notre jour
nal c'était ce qu'il avait écrit
eur sa rencontre avec nove Di
secteur,

Hsemble que cela déplait au
“Matin. gui, du vivant de doa
brook, se Ta peut étre pen Wa
que, Mais mitiniencant
t plus, sacharne sur

OW
fy
de
i
I
i?

«lle



ay a
8On

| cardavre!

Ou est la Charité Chrétesne
' rai devant

ls tombe du clus
‘grand bandit demande: «Paix
cones!

Les paroles de notre Direr-
‘eur que rapporte Seabrook
mt exactes, at 1} n'a pas
tqnalén— +.

Ce n'est pus notre f
Seabrook n'a pes pi
er a notre Contrére un
e de son Livre. Et sous le
orans, Si éfe nationd!
fest se montrer anti-evan:
siti-blanc, tous ne le som
iSi cet epi het: est appli,
cell qui défend toujour:.
rom et le prestige de sa Nei
qui défend toujours la cause
Hatiemne, les intéréis haitiens.
eb bien, oul! nous sommes ene





iat





e









“e



+

Et depuis que «Le Nouvell!:
ten existe, tous ses Directeurs
Yont quotidiennement prouy
C'est ainsi quiqucuns «chuche
fement indescriptibless ne so
venus d’oucune capitale J
Antilles ou d'alleurs, disant

sér6é sur les possibiltes de notre

i
i
i
I

ane

de

C'est eujourd’hui, 20 ans
yréx Yapparufion du livre

Seabrook, que «Le Matin 3%

‘di gne.

Seabrook a écrit des chani-
res sur les superstitions hel
ens, Comme tous les écrit
ing strangers dans ce dom:
ila mis son imagination
‘ucage du sensationnel. is
avail pas, @ ce moment Id de



s
va.

vy

' Bureau d‘Ethnolegie, ni les ou |

wrages d'Haitiens sur ce the-
ine, pour le guider.

Mois Seabrook @ d'autres
chapitres sur lo Société Haltess
se To dément! ceux qui disaie?
ele conibalisme existe!’ ¢
i, Ta ridiculisé pes ma:
“‘eiticie’s américains, et doané
con wpinion sur occupation.
Nous sommes persuadés que
sotre Conirere n'a jamais iu le
vvre de Seabrook.

Comme pour les raisons

i





fepart du Minisire Lacro:x 8! |

Amur mille outres choses.
notre Confrére éorit pour éér1¢
et sang réfléchiz.

Er voila comment 507 rade
taqe mefivienant deviest ger Ve
antillage, aitsi que revels
qrticle intltulé: «A propos
en
Nous je répétons: la mort de
abrook a remis so0 livre

iq en évidence. Pour coun




Yn
Ae

s a

i oak comme du
5 iu, nous ferons d'autres ex
verre quid
ce tableaux sombres quill ¢
eSt3 de notre pays. il existe

: deg rayons lumineux qu “ha pro





| jetés. Ces extraits je prouveront...

ze Matin» croitil que 20us
devons lui dimander son G

,
5
;
j









‘Oui, “Le Matin” radote |

EN VOICI LES. PREUVES




Départ



I:



















i vor a 2'6

i Methor, Brisson, ainsi que MM.

=
I
i
i
i



:





i
|

i

=|
|



[



vis, avant de reproduire wt 6x |

vat dun ouvrage? Ce vest
pins du radotuge, ga, clest de
ie nfantilage.

C'est aprés 20 ana que Vou.
wrage «Lille Magique. ent po
ra, et & Yoccasion de la mort

de sovauieur que nous publions
ty chapitre qui a Yair dempé-
cher notre Conirére de dormir.







btu



, vrage que HOUS



DU MINISTRE LACROIX

Ben que sous ayona dowd
ly modi 25 Beptembre comme

la date oxacte du depart du
| Mel ste Lacroix, «Le Matus

gal a pour slogan: Bi le »Ma-

ead que cotel pluidt le Dimas

che 23 Septembre. «Le Nowy.)
avait donc rainan,



AGE
c'est ce matin que notre
Mnistre des Finances, du Com
mercy ef de YEconomie Nx
nalle est arts pour les Et









oe



d=

tor au mariage
Ministre Lacroix

Sui doit s‘occuper d’autr s cho
ses, cucune Information do
source duiqrisée men a rien
precisé i

Done, personne ne-peul rea

“firmer,

Quolew'll en col, nous souloi
; {ciste Lacrobe
P voyage at tout le succas |
$3 pour ce quill pourra a-
ccuper, ¢eal-d-dire
ua de réussite que ders ses
Missiong aux Etats-Unis, 3
a Gouvernement du Pre
Vincent.

A Vaérodroma de pombraux
emis &alent venus saluer le
Ministre, entre autres les Sous-
Secrétaires dEiet Antoine, Allx

un ox



We
BOu,

ides



Willams et Plerson.

Le Chef ee Protocole, M, Ta- '
yenne Careé, lui a présenté les
vooux du Président de ja Ré.



UN NOUVEL OUVRAGE DU
GENERAL NEMOURS

Le Général Nemours nous 4
ait le paisir de nous apporier
~ io yédacton son vouvel ou
grate «La Charie des Nations-
lal. s-avec cette dédicace pour
Hirecteur «A mon cher ¢!
Ernest Chauvet Di-
avellistes doat
toxpuitieriss

Aad

sotre d



ieil ara
teur du «No
me réjouis des
qui
qu:

a

eo
2

or

taquive bien aime



u, occasion nous
16

eniend
donde de taquiner



a et
Général Némours pour cet ou!

anaiyserans

blemét Le General Nemoure

feu | ost colul quia passé le «
de temps & Sov Frmeisco et
cependant i} a cetie coquette-
je de nous downer un livre
ive cette imporiante Contéren.
ce,

A lire le tive de Vouvrerge,
cn voit que «c'est l'étude com
purée avec les propositions de
Dumbarton Oaks, le covenant
de ja Société des Nations, iss

conventions. de ia Haye et ins |

Fropositions et doctrines inter-
cast pourquci

marc

Mmencai ines,

ous Wovens
aquiner le Général sur les mo
Sharmoniser la

c

“ers
diavse nore covet tution actus!
lave

Tout de méme, le Géneércl

igmours est un civiliee, il al-
ave Jes toquineries, il ne se ia
H pas avec de «grog mots:
-onme d'autres qui. simag’-
1D que leur relorme ne se
Clecute pas, c'est le solution
fu probléme deta quadrature
ja cerclas.

Nous farons une analyse cri
ique de louvrage de votre ia.
_@niueux ami le Génére) . Né-
yoours; ef cela nous donnera
Your sian de. comparer cate

| Sheate ove nobe Conatitat'ons



Directour-Prop. Emest G. CHAd ¥8)
ADRESSE: RUE HAMMERTON ‘EILLICK

le dit c'est vretlle avail pré ,

|
|

{

woyade. |.



aime bien chate | lare, le Docteur Griffitts a 4

j

3



as manqué de
'

‘ chargé de la Diraction Généra
et

Charte |





Le Pdt.lescot
A VINSTALLATION
DU Dr. GHIFFITTS



Ce matin, au Service Ally
qibse, le Président Lescot a aa
sisié & Yinstallation du Dr. 3
HD. Grifitt:, comme Superi?
tondant & dj Santé Publique
an Haiti,

Le Président de Ja Hépub!-
que o pris la parole pour dou

Gritftitis et son état de Servic
dems cette branche.
Son Excellence a. parié du

‘i nouvel dan qui sera. donné au
| Departement de ie Sanié Publi-

fie qui vent d'étre crée.
Le Ministre ae Wbuéneu
Se-



Le Dr Griffits a pris contac!
avec le personnel haltler et
ensuite est sorti visiter les cu

tes Bureaux du Service ay ite

giana.

a one

Voici ks porcles prononedes
vor &. EB. le Président Lescot:

Messiours,

Je suis venu personnelie-
ment jel pour installer Je Doz.
teur Thomas H. D, Griffis en
| gwatité de Supdrintendant de
in Santé on Haiti, tive que le
Docteur Grit aura durant
*out le tempa dé sa mission en
Haiti.

Le docteur Griffitts est

un

ane
colonel en retraite de l’Armée | 25 passe, car, méme les

des Etats-Unis. oa
une cariére de 32 années au
Service de la Santé Publique
des Etats-Unie. Durant de vorn
breuses années il a travaillé
& la section des recherches sur
lo malaria av U.S. Navy Hos
pital. qui est souché au Sarvi
ce de la Santé Publique. 2

a 4té le Chel du Bureau de la
! Quarantaine &@ Pucrto Rico vt
cux Tles Vierges.

Au cours
ide la guerre, il s’est
comme Officier de Liaison en
e lArmée et la Marine des E-
ots-Unis. Au début de sa car
Assistant Stote Health Officer
dang VEtat d’Tlinois, Cornmss-
saire de la Santé & Savanngn
en Géorgie, & Miami en Flor
de, Commissaire de la Santé
pour VEtat de la Floride.

eS

Jai réclamé. les services ce}

cet éminem spérialiste, afin
Gariver & une réorganiscation
compte’ de notre Service
dHygiene et d'Agsisiance Pu

bique.

Le Doct-ur Gritfitts exercera
seg fonctions. sous ie haut con
tréle du Secréiaire dEtat da la
Santé Publique, fonciion eou-
vellement créé: et dont le itu
luire sera nommé incess3m- |
ment, En attendant, le Doc-
teur Geitits se référ-ra au Pré
sident de la République povr
tout ce gui concerne ses fons
tlons.

Je vous demand: de prétex

uttributions reap:ctives.

Je demande au Docteur Né
-kttos Camille, actuallemont
t du Service d'Hygiéne
d'Agsisiance Pubique, d'intro

duire le Docteur Grilfitts dans
jous lea Services placds s7u?
sa direction, et “dans tout i¢

peys.



ai

Fle porietoulle de




oubteauy
Publique,
. Vgqueé

cer los litres ef qualiiés du Dr /

;






i
i
j
t
}



a
i
i
|
i



|
|



4
j

i

Das fa nomination du S-své

tire d'Biat dela Santé Pub‘.

rue, dea Jols earont votées 2!

ae sogiements pris pour gene, 66 Publique,

t dai-ci sembi

: mé
signalé |



i plus malntenir ses r lations +

,
i que.

ily a des mols», des poames

} Lneurs des colonnes des. «Ap-
(yu Superintendant de la Santé §

! Publiqua votre colldhoration la | she et Pierre Brisson.
plus compléte, chacun @6 893

No, 21,527 — LUNDI 24 et MARDI 25 SEPTEMBRE 1945

QUI RAPPORTE
LE VRAL «BRUIT»



%

sHaittlournals capperte be
brait que André Liautaud aars
VAgriculnire,

cle Nouvelliates rapporte be
brat yw André Liawtaud ote
'o portefauille de iTnstructine

ire

|

@uel eat, de cen deux tour
raux, celui qui s'est leit Pécho
du vrei «bruit,

Voila un petit sujet de prtri.

_A moive que le Décret de vo.
‘snination d’André Licutend

Re

pardisse tondis quill sst ence-
ru ux Etots Unis, ce ne cera

i pas avant Ja Hn du mals d'Ox-
lobre, a) on attend gon retond.

André Liautaud subit la dou.
| xiéme opération qua nous o-
viens expliquée vendredi er-
aier. Il ne poura done voyager
gue virs la fin du mole d'Octe
bre, bien qu'on Vattenda’t en-

la 10 et le 15 du courant.
Ses enfants rentreront le 29
ou le 30 Septembre.

AUTOUR DU MALAISE DE LA
PETITE INDUSTRIE

Le malaise que nous signa:
Kons dans la Petits Industrie
saccentur. Aussi, es in
sés se réunseent ¢ { apres
di, @ 2.beures, @ la Chambre
de Commerce pour savoir que
isire,

Us seralint d'avis qu'une De
légation se rende aux Etats.
We pour tirer au clair ce qu

t







{
}
|





fowl ; ges de Crédit ont &6 aunulées.



TOUIOURS DANS

LA FRANC-MACONERI®

On dit que tous les anctens
Grands Ma ‘tres qui sort mem
bres du grand Conscil supré
me se sont separée du
Amose Leroy. Voctwel Grand
Maitre de Ordre, perce que ce
ati qurait tran
la Frane-Maconverie Ho
moun gysteme ou |



Dy





ante 1@B |



comme des choses sacrées
cela «st ainsi on devrait
cention, cor le monde mh
nigue songer, pourrait

seat

ne

aD

notre Inatiiution tage’

Nous devons souhalter que
| cone dtlaire ne comlinue plas 4
froubler une institution Haities
vieille de clus d’un s/écle.

asd
ue,

POEMES HAITIENS A TA NBC
WPORT-AU-PRINCE GLORIFIE «

Le dimanche 3 Septembre
d la Natiotad: Bronlcasting, Ol
oa Andres de sa voix ensorce-
lonte, dit des poémes haitiens,
des poémes de Louis Morpeaun



de Pierre Moraviah Morpecdu
eNu't Hoitiennes, poéme a Port
auPrince. Ce fut un quart d’hev
re de chorme. Ce «Poéme 4
Port-au-Prince: de Pierre Mora-
vich Morpeau a@ comnu les hon

valea» de Yvonne Sareey Adoi

te et de bien voulolr remetire






| Yexpose de Me Prasscir

ce savor quel était le moda
le Moorntion aul devalt Stra



, ser un
Vai donné moa opinion cla‘
lel précise: savoir que les ap

| et par “mols

‘rastryoir et payer








































































“P.O. BOK A. Las
PHONES: 2202, 248
Stame ANNEE

Les Précisions

de Err.Carbonel
REPRESENTANT

LES GUILDIVIERS
DU DEPARTEMENT DU RORB

PortauwPrice, ta 23 Septemine
3845
Mounieur Ernest Chduvet.
Phrecteur du Nouvelliate

Fn ville.

Monsieur le Directeur:

Tx hs, dana le Nouvellate
Gu 21 septembre, ay cours de
Yerticle intitule <«La° réunioy
hier des guildivierse: Mr. Cor
bonel qui n'a pas pris covrais
acoce du projei, nest pas ar.
mé pour ute discussion et est
cutorisé G revoir Mr, Mar
gron,

Je vous prie de roter que lec
autres inviiés, pas plus que
moi, navaient recu le prajet
de iol qui devalt faire Je sujet
de ia discussion. Jal dons
demandé, au Ministre prési-
dont in séance de nous fa're
tonier le projet de loi pour dtu



&

a discussion & une data ulté
ure.* Ja nal pas perlé en
mon tom, mais blze au nom 3°
our fous les collogues et rec:
avant toute discrasion,

C'est alors cue le prestigie»
contetteux des Contributlec:.
Ms Charles Fo Prossoir-fut 7
‘oried a rous falra un expoe4
eu projet de lol qui n’a méme *
pasa 6 lu au cours de la sé
once,

Un seul et unique point de

otal
Vobiet dés débats. I s'agieca’l

mettre tous ‘es
grands et petits
mame pled d’égalié

adoplé pour
stillateurs,

pore le devolett étre classés
yer types et non pas Isissés &
In diacrétion .d‘un agent, ex-
rer ou iuepecteur, et fal te.
dé que la taxe soit )
ne & vingt gourdes par po'nt
per nombie de chaulles classe
8, en ldissant au dia
tllateur qui ‘crolt ses ‘méré's
la laculté d'installer un
la tome pur








CER

COPY EY,







Hre,

Veu lez adrétr, Monsieur le
Directeur, mea bien .cordigies
chulations,

Em. CARBONEL

LOUVROIR FRANCAIS
* REPREND SES ACTIVITES

LiOuvroly frangais reprond
ses acdvités dés le ler jeud:
du mols d'Ociobre, au local d
ja Légation de France. Toutes
jos dames et jeuves filles | qui
ont apporté lur concours &
YOuvroir sont avisées. L’horai-
ye de VOuvrow est les jeudi et
mardi de chaque semain:, ai
on traveille pour les antonis
pauvres de France,

*



‘end 23





ERRATUM
Dans Yav's pour ja Mesae
ce Requim & laomémoire de
Germain: Audain, lire le Von

dredi 28 vee am licu de

feud 27.

ditionnzr la nouvelle adm qis-
tration. qui remplacerq le Ser
view od Hygléne et a'Aaaistan-

é











HUMOUR SEPTEMBRE 45 +
En prenont Vavion ca me
pores que fale rosé, en ava
ja Millate «Lacrolx=, rose...
“a= Souhalons ‘quid. gon re
tux Lo apporte a noe Finaices

pg Rouger,






PACH O oreo ene ese nrte Ame eee

La mort de Seabrook

LE CHAPITRE «LA VERITE EST UNE BELLE CHOSE» _
DE oLILE MAGIQUE>:
Suite ot Pin
“ a nented

sje suis donc encore un. le demier capitaine qui proc
menteur, me ditil, Malis se | da a mon arrestation est ant
sous y trompez pas, Elsa n'a
point le type de lAméricaine. ‘ sieurs foie regu ef traité dans |
Ele est, cn fait, & peine améri | ma propre maison. En sorxto
caine. Mine Devis, sa more, are, | aap tout je suis mantencnt
est, comme vous Bavez, 3) un menteur. Le capitaine cut
dame de haute nolesance atid
fort gracieuse, origincire du | par téiéphone la
pays d'Ibsen et des
Mais Ash Pay, ici présent, eat { «l.. & ta boiter. Tetals @ oma
In, un Américain, un oppres vila de Pétion-Ville, ow sous
sour du peuple quill dépoullle. , avions souvent fait ensembie
on infeme captaliste. Ib voie | maintes parties de bridge. Et
doute tn jour foul ce West qu’ apres, avoir bu an

VArubonrle, |
attendant, un | primes le chemin de ja prieot.

|

t











ra Bans
voire valide de



meg Cest em
charmiant homme et us hom
tu monde.

+Loisses
fenant quel

» | EL levant son verre, Chan-
L yet aiouta: «A la sumé des

sargoulnal





«el y on a, voyezvous, ro
quelquesung de ceite

omusera. V
cette ile que
femmes cmerice:

: et ih,
g

x plapart yarkees,

ac | :
cern de venir en
protecteur ou mh

:
a
} lesquais,
i
f

prisast, ef ce sot, peuléire, mir
4
i
t
i

Halts ne



fer ul cus

res fuasent ces
roons, de gross ers mavaitloure |
jes champs.

Chauvet en était revenu 4 |
Vangiais ou plutot a Vamer
cain américanisant, quill avait
eppris @ New York.

«Si, poursuivitil, tous lee A
| mericans picient ainsi, jee

les seules Americaines d'Hait:
gui, une foils revenues es A-
mérique, se youvent a Valse
Gang la haute societé de lear
yAopre pays.

*Et ce quill y a de plus
samt, c'est que, parm! elles, se
trouve Mme John-Herry Rus-

la ferme cu hgut-comm's

amu |







i VGIT® dec hompagre ue ROUS t

dais le corps colonia, |



36 | beauté...

grand bozo que javais ple |

|

|

dabord goin de me demander Ruth Warrick,
permission |
rernes ia de venir me chercher pour me apectatour

{

i

hy

i
|
i



5
;
}





i

‘
|
}
5
5

geU, veux point dire s/ile élaient
rele, Mme la general El@ | sous des gentlemen, ce qui se.
pst, celle dare, ae ie “haute | | rait absurde-ofne peut turer
B0CtE sernavondie. Elle 8° de la haute société tout un |
aent chez ale o Maylair, das corps d’occupation pas plus
“88 palais des mandarins ch | qu’o> ne peut fe igire « & }
Reis, et os meme. Er ete ser celui-ci [exercice avec des |
mogue des tronteres de “ON | couverts a salade, -- mais
sOur levees par Ces oe ais étolent seulement des
bourges!






















i gens qui nous regardassent
‘comme des étes humains, eh |
ent. je serdis encore contra i
Yoecupation, pour de hautes
poisons de patriotisme qui
a dont rien a falre avec le pre
| ugé ethniqu

«Mais si les Amézicaing en
| usalent envers nous avec plus
ée tact et de seng commun,
‘is te nous envoyalent que
des gens atfanchis de ce stu!
ode préfugé de race, ils évi
eraient cet inutile embrouilla-
qui a, depuis la réveiu-
ob ogee, causé a BH seul plus
avers'on et de déliance réci
roques, plus de trouble, que
ious les hurlements du Sena:
at tous les éclats des journclis

ce de lo &
renconires
dans leurs gartison







parenthése, motsicur

6 Haitl, condult por Pyn



numanité, Eh bien le su



‘estce pont:












La femme du gé
che jl me semble, a Yhuman
te. Mais peut-éire y touche

Je trop prés.
‘osereg

nous invite @ ses thés et
w cepen



publier
vousai dh Ry a lav
vous, ume question dé
| vies. Diep dermes émir
bore, | ment sensibles. que vous rs: ,
quericz de blesser. Ly a la |
| peau d'une blancheur de us et
te peau solre, toute la descen
| dance ad Adam... Mme Russel
|. la femme du sergest, et
ces marsouins 4 jr nous quires negres,
ralemt pu entrer chez mon péve - Cheuvet, lul disje nous
cutrement que par la porte de | sommes tous deux ivres, mais
estiment & présent i la vérité est une belle chose

ce que




cele duo capltaive
@ire fait elle

le, be tert p
ye et se
po serrant le



sVous etonnez.vou
Ja, que je me f..
de choses que
plein dr
coup de c



gai na.

service —

ta pouve'r ester chez moi por j si méme elle est confuse et de | Str att
' Strouas... :

aucune porte, al ce n ‘edt pour | godt douteux.> :
venir miarréter, Ce qui, par Voir lc No. de Vendredi ot
parenthése, me rappelle que Samedi.

an ea et ay om



i troncnammamaars



pe mgninebe

ATTENTION

Planteurs de Noix de Coco.
| la Maiti Goconut
\Producte Co.,S. A.

ACHETE TOUTES QU ANTITES DE NOI DE COC?
Ol PEUVENT ETRE VREES A PORT-AU-PRINCE

SADRESSER Ath
BUREAU DE VUSINE A BIZOTON
TELEPHONE: 2677,









yet que je viens d’agiier jou !

i
Et jamais vous |

i

i
i
|
|
|
i
i
~ | Gin

‘vain, vous préterdez étre ,

{ qua vous prenez a& obsar |

i
i
}







vs BOITE POBTALE: A .. 158,



ili



PLANTEURS VISITEZ LUSINE A -BIZOTON. i

| dun espion..,

Mercred! a 5 hres

Paramount
Mardi & 6 et 8:15 hres
WATERLOO BRIDGE
(version anglaise)
uvec Robert Taylor et Vivian
Leigh.
sw Ube Ofuvre zentimeniaie..
use acwice d'une séduisanis

Enttég Gd. 0.30,



Mercredi & 6 et 8:15 hria
CORSICAN BROTHERS
(version anglaise)

avec Douglas Fairbanks jr.

.. une histolre qui ialsso ls
haletany dangois



£0.
Estée Générale 0.30

ire de Pétion-Ville





Mardi & 6 hres
En lére Partie:
oe a& Londres (Actaciiio
iy Zeme parle:

Isic Von Strohelm et Hager Tr

chety duns

TEMPETE SUR LEUROPE
ou RAPPEL IMMEDAT

Us im inoubliable..

Eudes: 25, 80, et 1 gde

Rex :



& & hres 15

En lere partie:
AUSTERLITZ

En Zeme partie:

7 HOMMES UNE FEMME
uvec Vera Korese et Pr. Lar
juez (tHe
Entrées: 25, 50, et 1 gde



Mercred! a § hres
En lere partie:

E CHAUFFEUR
En Zeme partie:
Claudette Colbert, Charles }

Laughton et F. March dans
LE SIGNE DE LA CROIX
Un grand film historique..

Une oeuvre sensationnelle..
Entees: Gdes 25, 30, 1,06

& 8 mes 15
En lere partie:

to, Moa :
| of Vaccuell Je plus cordial vous



4
i
(
i
i
i





Ljebre 1945, r m
@ Feu ef trois ) photos d'ide

i leurs Heences



i Quand Monsieur Vaudra.

En 2éme He: 2 i
Marie Bell, et Plerre Blanche:
dans

: : i
Un voyage mervellleux aul
says du Souvenir.

i
{
CARNET DE BAL |
: 5
Evtrées: 25, 30, al 1 gd- i



Ciné Select
Mardi & 3 br
in lére partie:
Queen ELISABETH
En Zeme parte:
. Mac Donald, M. Dietich, Ve
» Zorinah etc dats
FOLLOW THE BOYS
_ Entees 0.25, 3.50 et 1.00



Buseadores |
aaa 2eme partie: ‘
Tany Baw, 5. Prim dang i

RASPOUTINE



livrée aux exces
éke demoniaque,



La Fussie
dun



Entrées 0.28, 0.50 et 100

i



En lere partle: TSF
Er Zeme partie: M. Renaud
dans sor meilleur réie:
PRIMEROSE
Entrées 0.25, 0.50 et 1.00
a 8 heures :
En lere partie:
A SAISIE
En 2eme partie
Y. Printemps, et Pierre Fres
say dans
TROIS VALSES

La musique Snivanie de









Evtrrées: 25, 50, et 1 gas



& VENDRE
Un plano Pleyel & l'état de
veut.
S‘adresser pour renaeigne-
nents: Tél, Nos. $291 et 3305. |

le garde irala avec son aréme
délicienx, sane rdbigération.

tee








+



UN HOMME BIEN. HABILLE
EN VAUT.. DEUX /
Tel est Yavis de tous coux
qai s‘habillent au «Bazar Pa-
Haiens, Aue du Magasin de
VEtat 7
Aussi, MM. les élégants ap-
prendrontils avec plaisir qu'lls
y trouveront de mugnifiques
fesus anglais de toute puance
récemment regus. .
Allez vite au Bazar Parisien ;

Vy



ost réservé, car I: stock s’on!é-
ve rapidement,





MESSE DE REQUIEM
Mr ot Mme G. G, Audam ic |
ront chanter G YEqlise Si. Pier |
le joudi 27



sept. & 8 heures du matin uno
nwseo pour leur Fille, |
GERM E AUDAIN



locedds ov
1344.
Porents ef ams gonl pries
tbl ater,



France le 19 juin |

AVIS
Les déteneum de
pour port dares & feu sort
vilés @ se présenler perso!
nelement cu Bureau de la Po
ce @ party da lund! ler Oc
Avec leurs Armes

Lee rnss







Fey
te pour le revouvellement de
pour lexercico
1945-1946.

Les Ucences seront renouve
ées du ler au 31 Octobre in
clusivement,

Stephan WOOLLEY

Capitaine, Garde d’Hain

Chet de la Police



PENSIONNAT
POUR ECOLIERS
Les {familles des villes de
Provinces trouveront a Tangle
de la Rue Capols et Dr. Au
dain un pensionmnat sérieux
pour jeurs enfants,
S’adresszr & Mx, Em, FRED
WQUE pour les conditions.
Téléphone 2907.







e vingt ans, brune, |
e@ TAoy
. bonne

xe, brevet élémen-.|
éducation, protes :
gegnant vingt dollars |
8, ayant un petit cash, |
ye cotiracter moriag: a
jeune homme 20 & 30 ans,
Taille moyerne, bonne edu
vation, au moins bon primai-
re Gyant profession,
Adressez lettre et photo.
resiante No. BH. 6265!
m cu bureau du journal.



REMERCIEMENTS
Madame Nathalie Berlin,
Nathalie Berin et Monsieur |
Henry Berlin tés touchés des |
nombreuses marques de symp x
ie offeries par Son Excellence
le Président.de la Republique
et des nombreux amis de ‘aur
| regretté mari et pére, F. Henry
Berlin expriment a tous ieur
sentiment de reconnaissance
ermue,





"MESSE DE REQUIEM i

A Yoccasion de Panniverscai j
e du décés de Mme Alphous: i
3arreyre, une messe solennalic
le requiem sera chantée, lundi :
24 septembre, a 8 heures du if
notin, en VEgise du Saczé- i
Soeur de Turgeau. ie

Cetie annonce tent Heu d‘in
viation aux parents et amis
le la regretiée déhunte.

. |
Pierre E
|





Coles

Marchand Tailleur
Youpe soignée, travail rapide.
due du Centre Phone: 2286.
























Les batteries FIRESTONE sont ta
briquées avec un matériel de cons
pour assurer cele
grande réserve de puissance. L’ar
matcre FiLO-Motic de Firestone la
battorie contre la décharge et auto
meticusment protégée contre les fui
tes. Quand vous avez besoin d'une
nouvelle botterie, insistez pour une
hatterie FIRESTONE avec sa char-
je dexhéme puissance et de ion

tracton exclusif

gue durée,

Batteries





% © riture gui sont fea tere © ae





ale NOUVELLIGTE* ,
s Baisers retiendront-il. 7

_ toujours votre Bien-. simé?

Oui ce pulser qu'il reeber.
che peut vous sider & le ro
tenir, pourva gue la mauval.
ge haleine ne vous chasse de
son amour. Rappeles-vous que

4 aur 10 personnes ont u
ey no mouvaise haleme et ne 4
pe gen doutent Des. é 4 :
qSoves prudenta Serves
aps © ta Pate dentift -s Col



ne eet eh Oe
inperst ica

gate. mp YN eae
: einfiiare entre jee
arise ove ge
se



ges denis ef
mes et jer particule:



Dapiti

Colgate becouse
is a

ne hale! gngM4, tape toes
“ mauvaise hisicine, dent ores.

lanteg et carrifes @t “RTOS

Lanemment des genic tes Ma,



gate rend jes dents réellemen: ‘
4
Loa omtlarement crores Jen

gencives saines ot Vhalsine Alter nash mea)

Rabore gesoa to bad
Dalite aach date

* va
ve Ure Colguie,

Puissance
de

Demarrage







FNL g eo" SNE aN

a




eae *
“USED «LE NOUVELLISTE




OO AC OO

sen te at
















‘cust LINDIGO EN BOULE DE QUALITE.

Yochal, @ la revente, comme & Yusage, i n'y a pas
mi le procédé: machinal de Téchange d'argent
‘gne morchandise: usager & lassurance que |in-

gopeme
nee

boo 80 boule BLEU MONITOR esi un produit de con-
Feyadigo en boule BLEU AONITOR donne le pins

pondement dla lessive. HU ne tache pas le linge
gil “Blanchit; sans le couper. Done se désagrége pas. I

yo cond tes bien:
og lensive =0 fait 4 domicile, esscyes aussi CABE.

“78 DE INDIO. Bivole Hinge ne dure pas suffisamment
yous de la qualité Vindige utilisé,

BEG MONITOR et CABSZA DE INDIO sont la réeuitan

te Piniégrité commercia® et de bonne réputction de

4HE STANDARD ULTRAMATINE
COMPANY
Agent pour Haiti et les Antilles

fenig FENELON, Portau-Prince (Hani W. 1)
Huntington, Weat Virginie, USA).

=
2



MBN PRN?

rn

CIGARBTT

SPLENDID

{ONT LES DELICES
DES PUMBURS PouR
LEUR AROME ET LEUR SUAVILE

Salsepareilie
de Bristol

Reconnue comme un grand puri
/eoteur du sang.
' Préparation originale et véritable du
‘De. Bristol et ert pour:
APFECTIONS ET MALADIES DU SANG
et celles provoquées par

WUSAGE EXAGBRE DU MERCURE,

DU FER, DE LA QUININE ETC...

: Ansel pour les

AFFECTIONS RHUMATTISMALES,

MALADIES DE LA PEAU
Aifections Névralgiques,
veuse et Générale du’ Systeme, Ferte
dcppétit, Langqueurs, Etourdissemem
tet Affections du Foie qui meee cuz
' FIEVRES BILIEUSES ET AUTRES,
LA FAUNISSE ETC...

Lee malades peuvent tre assurés
ee “niente pas. dans ce mé

jecanent ja moindre particule de subs
‘tance mercurielle ou aucune substance
vénénouse. 1 ast pariaitement inolien
‘aif et pout Ste adminishé aux person
nez qui ont besoin d'un. bon remade
purlicateur at lortifiant, aun ici
amolndre mal
, PILLULES. VEGETA‘ES DE

“BRISTOL”

Pour les maladies de iEstomac, do
foie 21 des Intectina.

St vous souffrez de Dyspepsie, d‘In-
digestion, de Constipation, de Rauma
tigme, de Goutis, de Colique Biliouse He
Maladies du Foie, exsayer les iameu
oe pillules Végéiales Bristol. Le
Reméde populaire depuie plus de 50
ane :


















:





















Febiqué. pay Lawman’ ot Kemp.
3 Veote dana toutes leg Pharmacies.

DOH MW. MoE, Disttvatow

EAU DE FLORIDE

Q MURRAY & LANMAN'S
CYTE: LOTION UNIQUE A PLUS DE









|
|
|
|
!

Debiité Ner .

+ hei tins nan ninnihs Wisin obesity ith

« INTERRUPTION

DU COURANT ELECTHIQUE

En vue d'elfectuer certains
hoveux sur son résecu de dis
uibution, Ja Compagnie <‘Ecia
rage Electique iniorme ses o-
bounés que-le courant él
que sera imterrompu ie om:
credi 286 Septembre dés 6 heu
res ADM. dons les quarters
sulvants de Port-au-Prince:



y~

+

i

i

Pout Mont Joly, Avenue du Tra
| voll, Avenue de Pacdt, Babio
ide. “hoes sue «Ws, Avenue «Us,
Hue Boussan.

L'énergie slectrique aera 1
tublie, saul cas imprévu, @ 11
heures A. M.

Port-au-Prince, le 24 Septembro
1845,

|
i
}
i

LA DIRECTION

SENVICE
IRELPHOCHASLY,
Assortment incomparal-le,
Provisions Rimentatees



|

PAN Amenic. AN BAZAR
Angle dos Rues Paves
at du Contre
Phoum 2559

Pour vos Travaux de Comp.
abilité,

Englais ou en Prangals,
Conditions avantageuses
VOIR
EDME L. ANGRAND,
18 Ruelle Jérémie,

Bois Verna



Greme

va nouveau cérécle™
Vous Yaimerez

FACILE A

EXCELLENT POU
LA CREME DE

’

CREME

General T

DISTRIBUTEUR POUR HAITI



Turgeau (& partir du Peti- §



parcegne meilleur que la Faring,
SOURCE ABONDANTE D'ERNERGIE

VITAMINE B i
VITAMINE G
VIACIN
TRON
Servez-vous dés aujourd’hul de la délicieuse





Le NOUVELLISTES
A

Virréprochable
EDOUARD CANTAYE, +
Rue du Peuple Ne. 145

a *

Catto maison se. réecorman
de & tous por le Eul.queé le pa |
, bon apporte dans la conte:
tion dis costumes quai ini scnt
comiés et la promplitude
cons la liviaison,

Visitez Vateler ds.coupe «A
iInéprochables.

BONNE OCCASION
Deux superbes appareils de
adio & Pétat neuf sont & ven.
tre au salon de coilture «i'Es.
vorances Grand-Rae Neo. 245
peesqu‘en face de la station

cenbale de gazoline,
Vun & 8 tubes ef Perulre
Enipressez-vous avant qo ot

|
i
i

u
ads





j
}
}
'
|





‘CHES BAILEY
{ Semences Potageres et
| Fleurs de toutes varlékis or
4 O10 le sachet Plants d’oviqnan,
de Tomate, et de Chou, pals a |
i trameplonter or 0.19 le 100.
Ingcrivez-vous G@ lempe
154 Rue Magasin de lEtat,
Télephoue 2183,
AVIS
Terrains ei malsors & verdie,
Bellevue, Després ef Turgesu |
iS esor & Georges Baussat



cle



a





|







Sade

+ Archiecte.

‘

j

ce

de Riz

extrémement fortifiant

DIGERER
R LES ENFANTS,
RIZ contlent:

serene

DE RIZ

rading Co













ASPECT

Tune

neg

aimee nanoesanat oa *

oy

| Admission au Lycée de Teuxes |

i an local

| midi du jeudi 20 au vendredi

| age & partir du 25 Septembre

_ 68 ont honorés de leur contian

vec le méme plaisir dang leur

DONNEZ A VOS ONGLES CET
“ulbea chic’

En vous servant des ciéations Peggy Sa

BURGUNDY + VINTAGE
Flacsuip « Fine WEED
RED BANANA + HACIENDA





esas eae



AVIS IMPORTANT
MAISON. FENTON

“DIRECTION. GENERALE
VE _L'ENSEIGNEMENT URBAIN
Catcours pour le recrate-
mont d'une « dactylographe | foxmer le public hoitien que
pour Inspection Scolaire. du | tres bientét i) sera établi une
Cap-Haities,
La Direction Générale de | por des boteaux de. grog tou
YErseigrement Urbuin aviae | ‘ages pour béte et pussagers
les intéresaées qu'un’ concours | entre Kingston — Gamiaique’,
pour le recruf:mest d’use dac | Portru-Prince: at Bristol (Angie
tylogaphe pour Inspection [tetta, aller-retour),
Ecolaire du Cap-Haltien «ua La méme compagnie olfrira
Hen le mercer di 28 Septembre | également le possibilité d'une
1945 & 10°a. mau local de FE | ligne entre Kingston, Port-au-
tole Industrielle de cette ville. | Prince ef le Canada.

Llsscription est ouverte jus | Les Exporiateurs et importa
yu'au Mordi 25 Septembre 4 | teurs intéressés sont particulié-
midi. reament Invités & a’adresser

Les candidates qui désirent | pour tous rengsigaements & la
porticiper & ce concours dol. | International Exchange. Etage
vert bie: Cryatal Market.

1+. Munles au moing Téléphone No. 2396. Atten

Brevat Elomentaire. tion M, Hickson FENTON,
Du diploma do Gténc. *
, Dactyle frdnecia attesiant quisl ;
ies ost lex capactiés vouluss |
done cette branche,

Pour lous renseignements sia
dresser & la Section de VErsa
i Primoice & PortouPrinace ou
eu Directour de Mécole indus

rele du Cap Haltien Tel. 29.



i

5

du



AVIS
MAISON FENTON
La biternational Exchange we
mil attiorement & la diggowi-
ton de tous ceux qui ont des
patenta aciuellament es Fret

i
}
i

ce. Angleterre, lie,
que, Maroc-Frangein, Alq dria,
Palestine ef qui voudralent
lour faire parvenly des paquevw
ide ration
taifes.

Les paquels, bicn condition
inés, seront acheminés & leurs
| eat nalaires dana chacun de
ices pays su-désignés, at. leurs
| pri varieront entre or 6. nini
prum el or 12. maximum.

La Uvraison ost entiéremznt
garantie.

Pour tous reviseignemants
_Complémertaizes, - adressez-
, vous a laJInternational Exchan
ge Rue bonne Foi Eiage de
Crystal Market.

Téléphove No. 2396.
on My,

Belge



DIRECTION GENERALE
JE WENSEIGNEMENT URBAIN

P les
La Direction du Lycée de
euries Filles porte & la con
isscuce des intéressés que
jes insciptlona serant regues |
de YEtablissement
chaque jour de 8 wes a. m. &



28 septembre en cours.
Les axamens d’admission au
vont Heuede.2 Octobre 1945,

i



Attgn

AVIS Rickson FENTON.

Monsieur et Madame Paul
"ugie ont le regret d‘inforrer
eur cimable clieniéle que leur
Baiwon de Kenscolf sera fer-



AVIS
Résulicig du Concours d‘Ad-
mise on & VEcela Nationale
D Agriculture

Les candidais dont ice noms
suivert ont été admis en qua
lié deétudianis & VEcole Natio |
nale d' Agriculture.
i-- Phédre joseph
? — Ewer Chicoys
3 - Pierre Riché
4 — Renan Fontus
4 -- Pierre Benolt
6 -~ Réguier Pierre-Louis
7 -- Reland Latoriue
& -— Tancréde Narcisse
19. Jacques Edenne
10 -- Rosemoud Jeud!
1] -- Gérard Neptune
22 Gérard Mauzé
33 —- Jan Guichard
14 -—. Moniaiguy Cantave
- Alphonse Donasson

srochain,
Tis remercient trés — sincére-
nent les aombreux amis qui

ots

ce et leur donnent J’assurance
qu’ils les recevront toujours a-

maisot de Pétionyille.






ad

e

t



ge! Le plus original... le phis durable
- yerni pour onglics

qui vous donne



















lamours! 16 —~ Emmanuel Péan
Sin agree. 17 -- Gérard: Philippe-Augue’e
ble goat ultra 18 Edéze Théboud,
moderne. Us devront se présenter le | 4
Les tons les jeudi 27 septembre prochain,
plus modernes & 8 hres. préciseg du matin,






cu Centre de Santé & Portau |
Priece, pour un examen physi
que,

N.B.-- Les Cours @ VEcote |
Nationale d’Agriculture: com-
mencent le mardi 9 Octobre
raochain,

’






+ MAD APPLE



Frédécic KEBREAU
Directeur de VEcole Nationale
d’Agriculture,

OT

Gardez votreTeint Jeune, Doux et Attrayant







eames sonnei oo,















Savezvoug que le doux attrait d'un teint de femme, res.
plendissante de santé attire ‘attention d'un homme et
vente pins vite ses sens gue n’importe quelle autre choae,
Crest un fait certain. Ausai. garde votre teint ~ toujours
doux, attrayant pour qu'il paraisse jeune et sain,

Pour arriver & ce résuliat. | matin, le midi et avant de
vous mettre au lit lavex doucement ‘votre visage aves dy
savon Palmolive. Baignez-vour au} avec’ Palmolive.

scccpassecmeniorsiniiiinsnabiaeaaniaiimacabaentiipliesut iar
Nous avons le pidisiy d’in-

igns de naviagation desservis’

ou produits alimer- |



i
4
i
i





i
4

%.

| Suite de nos

tiascneebatiipssiee:

pana

informations

UNE HEUREUSE: INITIATIVE

te Gloecklé reprendra gow ini

tative ds Von
subir & ses élaves un nouvel
examen, Ces épreuves strant
icomparées pe le peofersaur
avec les appréciations icites
avy les élaves iy a un-an par
un jury composé de plusieurs
artistes compétents se trouvant
en tote pays. Cette comparai
gon permetta & Madame Glo
ecklé d’établir los progres ac
eotaplis par chacun des élé-
menty,

Nova croyons savoir que
| cette intdreszatte réunion sera
préaidée par Monsieur Piero
Mahille, oteche cultural a la
Legation de France et qu’use
disignaliot sera falta dea mu
jets wusceptibles de cotcourly
your loblenticn d'une bourse
de mumigque a la fin de lannde
scolaire mi cette éventadlite
cal etrvlsagén, ‘

UNE APPLICATION DU
DECRET-LOL SUR LES
BOIS A BRULER
iL tous est revenu que le Tr-
} buna! de Paix de SdaintMare,
é lo requéte d'un Agent Agri-
cole, a condamné & une amen
de de 50 gourdea un tomme
Augustin qul avait coupé un
campéchier sur scr PROPRE pro

priété sans avis préalable.

Une atricte application du
, Décretlo: sur les. coupes de
bois. Tout le monde ‘salt que lo
eqmpéchier est un prodult d'ex
portation, et que la taxe de
cing gourdes par $ kilos est la
seule obl gation qui en contro
la Sq coupe.

Nous serious heureux d'étrre

|

*



“renseignés sur cette forme J'in

ferpréetation de la loi.



PETION-VILLE SE REPREND
A RESPIRER

Au College de Pét'on-Ville,
Ey aun regain d'activités,
i Devant les nombreuses suopli

ques des Pétion-Villois, te Co
_ mité-Directeur du Collége s'est
gsignée & ne pas fermer, & ne
pes ravir leur Collége aux jou
nes enfonts de Pétion- Ville,

Les inser’p'ions ont commen
cé au local de PAnnexe (Mai
gon Charter Péuon-Vil Je. Bus
| Louverture de 8h. a.m. & 12,

pat de 3 c& §).

Comme nous lVappelons de

| Bos voeux, le Département ce
i Vinstruction Publi

que doit pow

_ Voir aider le Collége de Pétion
Vin le en lui allouant une sub-



MARIAGE

Le 22 du courant, Caburet
Hen Nesse & Voccasion du
riage de Mr, Stanlg Napo-
iéon avec Mplle. Andrénize
| Exantustascompagnés au pied
ce Vautel-par Mr. Charles Pom
| porneau et Mine André Pierre
: Charles.

«Le Progrée» dont-Mr, le ma
rié est ux membre a maniies
té.son existence en délégant &
cete solennilé son Vice-Prist
dent Me. Ludovic P. Bellaston
qui; sur le perron de VEglise, a
| pres: nté cux jeunes époux 3e3
j compliments personals et Ira
{élichations de l'Assoc’ation.

Dans las chants qui . furest,
exéculés avec brio, Mr. Alber

Gois, Contrdéleur Général deg
Pettis Systémes d'irigation de
ivendrol, s'était distingué d’a
[ne fagot spéciale,

Veeux de borheur aux neu-
veaux moriés,





i

t
4
i
i





ets




DECES
De SsMare, sous est parye-
nue la t'ste nouvelle de ia







° KEEP THAT LOVELY SCHOOLGIRE COMPLEXION

se Sig PO,

von PALMOLIVE «t vny?
conserverez.une peau jeu.

ne. dues ot attrayante.

Achetez un pain.de #8.

mort de Luc! Noel. ~ survetue
date: la- matinge da 20° Sep.
| tembre courant,

y Le détunt: qui tat Directeur
de la Forma Feola de. Begaali-
neg Idiss? beaucoup de regrets
fant dans ea ville noicle qu’d
Damiens of il lolese le souve-
nix un jestimuteur avert.

Ses fundrailles ont eu lieu
jeudi oprés-midi, que milieu d'ua
grand conval dam:

Nous mideanichy § Tos snk
res condeldances & iq a

___ Nos! atteinie par ce dau,

Nous capprenona qu’é la ven
trée. d'‘Octobre,- Madama Odet-

‘passé en falaant

«













tt,

a.





ones OO on ag a nemo

PRG Oma Sunes





wren vost

_ Special. “Le Nouvelliste”

AUX RCOUTES DES CENTAINES DE POSTES DE RADIOS GEANT LEURS NOUVEDLES
DANS TOUTES LES LANGUES DES NATIONS UNIS, PROPA

ORCA NE et titan,

Département d’Etat, Dane
Derniére Heure | grand diter d'adieu que lui ot

WASHINGTON 24 Sept-~ | rait MInstitut Culturel Argentino
LAmbussadeur de Grande Bre | Américain, $. Braden a dt«La
jogne, Lord Haldax qui prési- | avolx de la Liberté se fait en-
de ia Mission Financiére an | viendre, at je ne crois pes qu'on
giaise a décloré qu'on ne doit | epuisse l'étouflers.
pus s‘attendre a co que le nou | BRUXELLES 25 Sept-— Liar
veau Gouvernement Travuilils |
te, faase des -expérietces ris- eulisalt Churchill dans les jour
qudes>. i noux allemands avec ses cari-
PARIS 24 Sept Le Duc ot! catures a été condamné & mort, |
la Duchesse de Windson sont ' NEW YORK 25 Sept—- La
nrrivés ici, Le Duc a dit au jour;
nal qu’il ve salt pas encore |
sll irq soluer sa mare es An
gietetre. Et quand um jours solisy
tel
nourritare,

wok



sours a été déclarde, Au moins
15.000 ascenseurs ne fo:
nent pos. Tl feat une heure pour
motter & pied du premier au
dernier étage de (Empire B
ding.

WASHINGTON 25 Sept.-On
eanionce gquune supcrbomh
atomique est trouvée,
ppd colles qui
comme des jeux d'entar

LONDRES..--

HOUON



a parlé de la rarete de
le Duc a répomla
I

o apporié sex provisions.

q

Â¥
i

La Duchesse a exprid na jee
de revoir ia mode frangaise en 2
at qui
ont détnit te fx

be
is,



ajoutdet que les robes Bont
chéres quelle ve crolt pas pou
jes acheter.



vou





:
‘

}

tste belge, Paul Jamus qui tidi- | prég son retour de la contéren

|

}

: |
i

|

:

i

|
gtéve des employés des ascen |









i
|
\
|

un | Aucun outro détail n’a été don-

né sux son proces,
WASHINGTON... Les milioux
autorisés diel ont exprimé i'u-
pinion que probabl: ment le Se-
crétaire d'Btat James Byrnas sa
dressera G lo radio au peup!
américain immeédintement = a-
ce des ministi's des alfsures
étvangeres des 5 grandes puis-
sconces & Londres.
RIO DE JANEIRO ...La ores.
se brésilienne a annonce
aor qua le Sous Secrétaira dl
tat Braden qui a passé préa da
a9 heures dang la capitale brd-
siletne eat parti pour Wash
fiov est anivé aujourd hu
Rec to. ‘
PONDRES... Selon les
305 informations recues ce
ig torces francolaes ont mm
iesantle contiéle de Saigon
Capitale de Mindochine frangrti

oe





es

|






rile



Dans phisigura i er, © wees ot A&A ore:

PARIS 23 Sept. De Gaulle | misenx on @ Vita voshen. wo a ea troupes ° 1 déia oocu-
dans un discours a demoudé Mumprosaion 4 pe tous les postes de polc
mtemationaiscton de lat ® autre conférence entre le Par allewrs, a até rapporié

neni | sident Truman, le premier Cle
Ruhr et ane occupation lrangal



ment Atte et le maréchal Sta
s@ pertnanente le long du Rhin. |)
i Tne est nécessaire pour étud‘er

WASHINGTON 24 Sept.

tes grands problames de |'ave-



Le Président Truman a Ordon.
né au Général Me-Arth Var



nuler qu Japon toule produc:
Hon gui pourral: servir Go In



rendu public unt ¢
figue d'aprés-querre
du Jopon. Ce projet réciame des
changements radicaux dats
systeme économ que du Japon,
BOE grandes {¢

rojet de p



ry
TE.



Mion +





nant le Japon,
PARIS 2 23 Sept
que le Géené



Le jours

dit



guerte, a deci
que la ration nourriture ©
Joude cux 800.00) prison:
ollemands en France juste,
ce quill faut pour pormnentre a
un homme de rester couch
ne pouvant f

O &
On



esi}

faire

ur

TROUV



meni.

NASHINGTON 24

Sept
Le Sénat

tudie le projet tot





ity,












quis oa chaohre
Cane Yusage de la bombe ato
mique, aux membres du Co
ures des Etats-Unis. Le été dé-
Veet de la question est de sa |
voir si en dehors des Et
Unis, Angleterre et Canada qui



tie secret de celle bombe, ia
Russie s





i
erg Mi ise dans le secret,













: imo
guerre. La Maleon Blanche a |

|
'
ie

vis-a-vis |









IGE t






frecteur d rio:
irecteur des Pri} res particullar:mont

cussions sur les questions bal-



* parts

, pertls c



ay de Europe.

Celle suggesiion est faile 4
ja vellle de la cléture de 2 s:-
ines de session au cours des |
quel les le yogiemsnt des attaires

si egal a 2ér0,
“LONDRES.
question senleni quill sera
peut 62 nécessaire de conve

sie testé de les exclure a
veglement de plusieurs’ “probié-
des a's

kuniques.

LONDRES.-- Parmi irs oni
qui ont tiomphé aux dle
.ons cantonales d’hier se trou-
vent 3 grands partis de ga:
je parti communisie quia
un bond _Prodigh ux at a
gagné environ 80 siéges.
socialiste de Léon Blum

tie “

se







a

qui a gagné environ 325 siagrs |

et le parti de la gauche répu- |
bic
, Bideull quia gagné enviz

_ 116 D sieges. Les grands yain-
de ces élections cantonales

- sont le parll radical sociallsie

quia 209 siéges et les |
servatours de drotie |

qui ont perdu plus de 300 sin,

perdu
Ov,



‘prochaine conference inier-
nationale. Les trangals ont eté |
inés de constater que la Rus | s

3















aine et radical de Georges i









. odter

FRANCFORT 23 Sept. Les ges. .

;Oupes amerncaines €% Norve ! La presse parisienne Goan
ae} ; roseé ce matin que la France
tre et | ykese rapidement vers la gou
des troupes anglaises. | che, mais qu’ell= n’arrivera pa

COPENHAGUE 23 Sept. . Le | jusqu’au communisme.

Hoi de Norvéege, Haakon est or : WASHINGTON..- Tha é'6 +
rvé & Copenhague pour son | vélé que les angloamérica!

were, le Roi Christian du Da comptent contrdler les avoirs
remark qui idle ses 75 ape. _ des alemands en Espagne

CHICAGO 23 Sept. x ya'll est probable qu’ll fassent
nouvelles grandes “raff! | de méme dans les pays heutres ,



du Texas ont
pn gréve, La p:

leurs emp!
troduction de p





tole oux Erats- Unis est ré

te eins! de 2/3. Des viles mar

qaeront de gaz zgoline et on re.

veudra cu rationsereni,
TOKIO 23 Sept Les japo-

nais ont remis les umes conte

nent les cendres de 2.690 pri
sovniers alliés.

WASHINGTON 24 Sept.
La Restio de Chungk’ng radio
dittusait samedi que Hirohito
obd‘queralt pour éviter d’étre
compris parm! les criminels de
guerre.

ALEXANDRIE 23 ‘sell. a Le
Gouvernement Egyptien a da
mondé Dimanche cu Gouver-
nement Anglais d'evacuer ses
troupes de YEgyple e! recona
tmer Punké politique de FE
gypte avec le Soudan.

MEXCOQ 23 Sept-~ Le Dr. |
Negra qui fut le Président en
Espagne a prévenu lea Gron-
dos Notions Alliges qu'en »’al:
minant pas Franco du Pouvoir,
elles laissent la porle ouverte
& la ressurection du Fascisma
an Amérique Latine et aussi ev
Europe.

" BUENOS AYRES 23 Sopt--
Ambassadeur Braden a jais
s6 Dimanche lArgentine pour
pocuper son nouveau posie Gu |

j
4



, comme la Suede,

Derniére Minute
25 SEPTEMBRE A 3 Hres, P.M.
LONDRES Les milleux tch
ques bien informés d'ici ont pré
ct qua la conférince de pai
la Tchécoslovaquie présentera



Ges revendications au sujet de '

la Silésie allemand: Cepen-
cant ces sources n'ont pas en-
core déiini les revendicatious
territoriales tchéques et on ne
salt pas encore al la ville de
Breslau se touvera dans in 46
re. Par ailleurs, on apprend
we les Tchdques ont réci
cussi la région de Teacher.
NEW YORK--- Qn apprend
de source autorisée qu'un a.
vion transport avec 21 passc-
gers a 616 porté disparu dans
je Sud du Pacifique. Hier I’'ap- +
pareil avait pria le vol de
base cérienne de Auckland.
NEW YORK.-- Selon une ir
ae de presse de Vagsr-

d'informations hollandaise, | de plaisir flambant neul





. de ravitaillement des pays de
: Europe,

i
}

i

|



Po
5



emeni que les
SOTH pos

pert
trés élevées. Selon des

date francais ont 16 tuds at 4

Cu

tras bleasés.
LONDRES.... Le proces





Ore att

Dent été 3
hui ke'sant le récit




SaLY

ant da été
1é Gla séunce d'aujourd’ hs

a Kramer s‘amusall parfois



Or



i
Loy

formations off les de Tokio

que

rica

portant pres de 20.000 me
bres du personnel de ia mari
ameéricaine fai

on Qppren id ce soir

; WiTesS de palrre ame.
i
:

48 nae

trans









ss ront
2 port de Pearl Har-
destination deg Etats U-
cas forces seromt dere



net

WASHINGTON.—- A une cor
rence de presse le Preside:

fe

ara sgeres a révelé ce soir que
le comilé d’enquétes de lu
Chambre <1 du Sénat Amér



géogra-

t pe

2

re





que de ce non.
LONDRES.. Leg milleux pro |
‘8 au conse] des ministres
3 callaires érangéres des oy
ndes pulssances onl annon
cé que do vives discussions se
sont engagées ce solr atue Mo |
‘ov et le ministre des aHcives
Hrangéres Bevin, Jusqu’é pré-
cucun accord n'a pu Stre
Gu sujet des questions
eres, de réparations et



tre



re







ae fro





INSTITUT DETHNOLOGIE -
les cours de VInatitut d’Eth-
nologie seront repris & la Fa- |
culté de Médecine & partir du
25 Octobre. Le cahler d’inan
tions est ouvert au Bureau thnologie. Les asplranta do}-

vent ée munig de leurs cerii-






Leats de ine d'études secon-
Calres.
LA DIRECTION
COMMUNIQUE

Lo Direction Générale den
Sports porte @ la conntajssar-
ce du Public que le Pare d’En-
fants pour cause de réparations
est dég aujourd’hul bimé st
sera onvert le dimanche 40

ia | Septembre ¢ 3 heures de Va-

prés-midi.

A cette occasion lea gosses
retrouvexont leur Hou prélérd
et

Aneta, Fancieo speaker de ic | powrront s‘arauser dona une at
yadio hollandaise durant Yoo. | mosphére dea plus agrécabies

cupation allemand:, Max Bloc
aijl, accusé d’avolr

tondia qu'un joes fera entondre

collaboré | des morceaux de son répertol-

avec les nazis a 616 condamnéd | 12.
& mort pay une cour speciale Port-ca Prince, Je 25 Sept. 1945.

re sin cana



repporis préliminalre deux sol |














Ni «DANS LE PLAT»
Wi cA PLAT>.

eg aE NOCVELLISTE. nena ot

+

|

Paog eon numéro de Same

dit,.« ce sur la question du papier
journal, et pour cause: en quol
i 4ayiralt sagement, ayant
cvouéd la verité sur les avania
yes que lui accorddit M. Dé
fly, oil n'orvolt. aver ure opl -
niatreté farouche, étalé le mat-
gui le ronge: un manque Je
tock

Evidemment, son imaginatce
le pousse & inventir, dans des
étendues sans limites, toutes
sortes de «radotagess gro‘es-
ques, pour représetier ancien
Chei du Services du Comrie
ce extérinur at de PExportation,
‘comme doud, par un privilege



{

‘

bP
|
i



gpontandé, de tout’s lag quail:

‘tex, C'est son opinion, et now
la ful loiseorns.

Mais on conviehdia vac
ous ce, poartois, data lo be
[soin moladrolt de détendre, 3
lao manifesto comme une espe
feo de vertge, blen plus
csyncope de Yerreur, Bt
fois dans cele pasition,

i











TAPE?

ted &



une



rédult pour se conwoler de ne |

i
:
i

L pouvoir ie charger, a& pulser |

dane ie source empolsonnen
dea ia calomnie,

VollG comment
cue, oprés tant do
forls pour arriver &
da responsabillte de son pou
voyeur &

s'axpll
Va





‘absurdité

trait

aboutl &
mei vow bre une
& notre adresse:

«LE NOUVELLISTE de
«ooté, «sert» si bien, que
| journal n’a_ jamais été susp
xdu et qu’ aucun communiqu
anest



/
:





joma's venu le rappe-
«ler & Yordre. Pour ce qui es
«du pied dans le plat,
sears doute parce que
«contrére esi dans le
sq peut
«pied.»

Nous nous atiendiong bi.n 4
‘ce que notre contere at
une formu



noire
eplate
ne



ro:

Mouv





_dissimuler son embarras,
présence ces multiples
vea de sa maladress>
tées por le Nouvelliste.
Quoil HE commet cette supré
@ imhabileté, dinsinuer que
«c'est sans doute, parcequs
nous sommes dans je «pizt-
ny metions pas
. cOMMe si celte













a VYadresse d’un autre, pour.
it induire en erreur le pu

: 1st bon juge.
| Regardez donc, autour de
| vous Contrete, et voug ne tar
| derez pas a constatir la
| verité, en ce qui & tretit

; & ceux gui sont «dang le platy.

Tout le monde salt que seuls
j cen & qui la franchise falt dé

fout, ceux qui ne sont pas ai-
banchis dela crainie d’étre ,
, éloignés du Banquet, ont
chance d’étre, non
sdans le plat d’y metre 4
pred, mais de se mettre auss!
@... plat.
Ceux qui sont dans le «plat-,
margent cu Budget, sane au
foun souci de Vaccompliss
ment de leur tache, cen est
pos. au Nouvelliste qu’on pe:
les trouver,

x



is



AVIS DIT SOUS-SECRETARIAT
DETAT DE LA PRESIDENCE
D'ordre de Son Excellence
Monsieur le Président de la Ré
publ'que, Ie Sons-Secrétaricat
c’Etat de la Présidence porie &
jlo connaissance des intéressés
que dorénayant toute correspon
dance non officielle & Vadres
ae de Son Excellence devra é-
tre réguliérement atfranchia
cous peine d’Stre simplement
classée,
Port-au-Prince, le 22 Sept. 1945.





. AMBASSADEUR
LE BAL DE LA IEUNESSE
Pour cléturer joyeusement leg
vacances le Cercle «Ambassa
deurs prle MM. les Membres ot
ks invités habituels de bien
vouloir accompagner ‘Yours en
janis an’ «GRAND BAL DE LA
JEUNESSE> ul curt dieu sa-
raed) 29 septembre 1945 & §
heures p. mm.
Porten-Privce 16°22 Sept. 1945
{ LE COMITE.

atlenuey

sulves, |
a:

crest, |

y mettre le!

|
}

> quota, «Le Matins a

son 8
Bont

Poe

t




5

) Warrivera.
quelconque pour —







j

i
ot | Le Matine sert ses lectours et

pauvre |
iqa‘ll crolt spirituelie? .



, on ig copna’ssance de tous, © ont

1 iene:

a ane espaiaatocne +

COMMENT
CROIRE «LE MATIN

ll y @ trois ou quatr ours,
«Le Matin» sous metiait au cou
rant deg cablogrammmas que 860
Directew-Administateur svt
drectemont adr:saés @ la Ut!
ted Press» sur iq question du
papler-journal, apres avoir obre |

nomété les deux heures qui
pater: m la réponse de Ja Ua

od Peres, expliquant que le Ce
mite Central du Papier avait

unig tout et branle pour a heal
£ du paplerjournd), la con
chision gue «L: Matin» porcct

Le lund! 24 Septembre cou
vant, & midi, dans les salons
de la Chancellirie, un Accord
Cuturel erre la Républ-que

| PHaiti et la République Pron
guise a été aigné par Monsieur
| Gérard Lescot, $ crétuire dT
tat des Relations Extériaures,
| Monsieur Maurice Dartigue, Se
créta've dEtat de lInstruction
ubuque, pour Haiti; Mous:eur
Mac Mion do Peillon, Minis-
: tray 4 A ine Plénipotertialre, Délequa
squion cer a e 3} Deceny du Gouvernement Proviso.rs de
ire prochain, 0 Wy dura piv "et République Frangaiss, Mea






TH




































nére quien 1946, cela chan-

gere



anu en 1939 qui préveyait ou
.verture simultanée & Portau-
. Prince dun Inattat de Froncs
et dure Ecole Normale Supé-
‘eure & direction ygunco sal
ignme: ces deux orgenismes &
cient destines & former |

de VBcone
cones
«Le Mr.
jusqu &
quola




2 @ National e

ren de oo

on

ne













d2 Papnee, il y
pour le papier-journal,
Nore Confrére
prend quill a payé sa commat
ds CASH, et comme il repré-|





nows aD









daire Haitien et a
les cadres existents.
Depuis celle epoque,


















cng on Fabra | inno tnt Gout
cutres journaux, _ Tement Haitlen a decide a'or-

Tres peu pour tous, dans ca FATE SOUS son entigze cuts.
| CASH, car pus avant vonage YUn'versité Haitlenne qt
prochaine oc: papier «libre», doit comprendre outre la Facul

@ de Droit et la Paculte de M
decine fonctionnant ; actuelle-
ment, une Faculté des Lettres,
ne Faculté de Sciences, un
‘aculté des Sciences Socia
e? Politiques.

Cette Universilé se propose
de faire appel pour compiler
da |

t
i
{
i



Et puis. pourque! «Le Mo
se tourmente-til tant? La situa
on actuelle lui est fuctutuse



cebennés demi-portion, mais
touche totallié abonnemenis e!
vente au numéro. Par cette eco !
tomle d: papier sur les abon-

i
i
i
i
i

a

‘og lacunes mom: tianées
son Personnel Enselgnant & de













irés, outres journoux quill éd'te, no "7ORESEUS Strangers. Le Gow |
ent «Les Nouvelles vor ment Praneais s’engag?
nt Nouvelles
Tl touche Je coit de |S" °° concerne & fas |
fons, ete, ‘ qui lui seromt demandés. '
| Partout ses receltes sont en) 74. : naRGeS |
‘totallté, metis ce qu’fl donne est ‘ sien vue de rers‘rrer les |
ta moitlé &@ prine de ce atl Relations Cultwrelles entre in |
a ce ge + sos :
devrait donner. - France et Haiti, d: favorise: Ir

ies
seulement |





i
}






Le situation esi ainsi ma; | yomBement de la Culture Fran

chande pour notre Confrare.
De quoi donc se plaintil?

eS ee





REMERCIEMENT: .
M. ot Mme Frédé TS : L: Département du Tres
M. ve :
@ Predérc Davi est cu travail. En effet, i} vient |
gneaud, et leurs enfonis, les fa ce Hvrer & la publicité une



es Davignzaud, Bonhomme,
Latortue, Carpentizr, Eréda at:
Duval envoient lexpression de
eur profonde gratitude & tous
ceux qui leur ont donnd des ié
moignages de sympathie



brochure contenant le rappoc
concimant introduction des
Assurances Socicles en Halt,
par Faddee Poznansk’.
M. Faddee Poznatiski est Dac
‘occasion de la mort de an ane Professeur .
PUrdversité Laval, collaborated:
Mae Coe pommenmaue Extériewr da Buseau Internatio
. puel du Tavail (Montréal.
Port-au-Prince, I. 24 sepiom. Louw ‘ ’ *
sre 1948. ge débute par des 12
| Marques générales sur les As
| surances Sociales. _*
| Le Zeme chapitre s‘inttla: |
: | Champs dApplication.

&









«

POISSON FRAIS
COPEL vous Uvre du poleson
i frais & domicile tous les von.

dredi. Téléphon:z au ‘No. 3172
evant joudi & midi,



PEDIORLDIIL POPOL



Pour un i institut F rancais
en Haiti









1 LES EFrORTS DU VOUS pid
MENT, ENCOURAGET-NOTE EN vors © apenant

cot a a a dil





is calse et d'assurer une collaby
;vavon plus étroite enirg leg Ge
nversités Fravgalises et Une
versié d’Heiti leg so
cGment autorisés por leu x
vernemint respect ont cong
ma de signer V Accord ciple

ACCORD CULTUREL .
Ea vue de resserrer leg ty
Lons cultureil s entre lq Pigs
et Haiti, ce favoziser le
nnemert de la culture tap.

et da promouvalg fy oh
luborat on entre lea Univer! &

&

bess

























Ge restticvon au 7 OXPONNS” your fa Doctour Pierro Mabie, Tiangaises -1 1 Univer ts diy
da papier: Setelt clokr, pre. Chargé de Mission Caltvreile . u,
be + Ie ne 4 souICE ft i ;
og, me ‘a venait de sou vee | per le Gouv mement Proviae'- Les aot Jiqnés dimen guy
non officiel’, maia aulorgec. | bo ee . :
We ye wie paw fom de 7° de la Republique. ‘yisés par bur Gowverepge
«Lo Metine 0 a ps Ut i Voici lo tee irddeprah iy CEs oO peapeckh Gul convey oe eh
nein: fun, que ea | . be ayers ;
" an a a ave . “ | Accord pricédd’ de PEexpoug cuit: *
i Tan Pop i i . ae
aemokes qu’ ms . dee Manifa | Agt. ter B sera crdh & Yon
Bus da resin cher, quis com i cuPrince, capitule de le Hips
rh Le reiunler if i eme ‘ i
vesde le papier qa) ¥eUh °F prove, DE CREATION DUN biqne dHein, un Tatil fy
coupe pos du Departem sh | INSTITUT FRANCAIS ” cetia,
Sconomie Nationale, ‘ : ,
onomle National EN HAITI Aut. 2. WTostinun ace dap
us nopnane ‘
us renseignor | ERPOSE DES MOTIFS our des Les — oxclasivemen
de dea Bs : nement dex éehon | cultare,
q n “ole |
% at nen de cetle ‘ Son 94> sore fixé & Pow
Bote ek cure meme Ga’ ela France | awPrineo d s local qua &
y G quoly pour le dernier th céja tat Vobiet ds torbrour | Gouvery aitien sage
. AS, ile mone * ‘ ty inte :
mestre de 1945. Tou! le mond projets, Un accord était inter | gud mettre & la disposition dy

Gouv rement Freneais,
Laménagemess da local ain
frals générale















mertg Vcdent nisin
: tion ot de
PInstibat |
heme”
i “Inst tu exemp! de tox
impot i recevolr dg
i dong en are et en espéces.
Aw cus le Gouvernamer

Trangais serait - mesure. de

construe un batiment pour fe



oe le Gouvernemest

Haiti metrait & sa dispos'tion
ut terrain approprié.

Art a... A Stre ds réciproc

ten vue de permetire 4
1 de davelop
cts plus infimes
x nalvessias





un local ob

ut Frengals,
@ culture! dépendast
armement Fremeais, 3!
-o géré par un Directeur de Ne
to é Francoise ot désignt

pax Autorités Prangalses

exganism

Ss

yo

7
nobt
Tia

Les,

Fin & Dems.

RR mT me ie ee 5 te Re

LE RAPPORT SUR LES ASSURANCES SOCIALES

joliste Postats
igiitution et Tes
orgenes tution des Ar
surances ‘Soci als, Consell 443
ministration, Commission 7%
burage.

Les Pre.
ep cas de M



estotions Pécusiaie?
aladie et de Mrs
' igagees alts *
los Prévieions Financiéres
Assurance Maladie ot de 1s
surance-Accidents etc, et
est intéressant
& fous cae



La brochure
ét nous suggérong

| qui s"interessent aux

sociel:s de jr lire.



n

Si bon avec
les aliments