Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
Me Arthur répond aux Critiques de la Presse
CommentaIr®s
¡¡UB LA SITUATION
oneRSAWaiMS
Pardon, Mr. le Ministre.
y# de Washing.
^ 203 j©um ^derhiers, oat la s
¿ entendí qu® PrésJkúnt
at ie-Secretaire d'Stai
^¡03 By*».© auraieuf douné
hla'sche a S. Braden, pour
.yj. ?e ,-pji concern© les Atfai-
jrs lajfl^toteaiae*.
On iss t que S. Braden visnt
á'^rs nossme Assistant Seeré-
d’Etate ©n rwaplacsmeat
¿3 Bfelsoa Rockefeller. Et on
ggfc auml quelles sont les dé
dssrttíio51» que Braden a faite©
*r Arge^®*
g*j© des derniéree,— et qui
a ííki& son importance — c'est
$$U$ disant qm he Etais-Ums
donnerónt csucune aide, au¬
cas concoma aux pays qu¿ n©
moa\ pos dañe, la norme dé-
ajocratique, la norme constitu
1"TXV. â– 
Tout le mande constate avec
^elie prodigaffió, les Etats-
Unls donnent d*s centerings de
r,¡nk>ns de dollars aux Nations
qa'ils e/ffendent aider. D'un
$aul trait de plume, le Présl-
i- »t ;Vu:::¡crn annul© 45 mü-
.. leads de dotas de Prét et
Ifv .I va ©ir© done facile de re-
•L':-'«atóre» les pays que les E*
: v^É^nís. yeuleni cádex ou pos.
te -premiers auront íoui -ter-
':-/ ^8f qu'iis vanáronte et les
; serón t obliges de pa
;:.yér crux Etats-lJnis, 1© moindre
;cfsfiae dü.
Cete diliérence d? traite-
-: üM es! implacccble! Inplac-
ffiMs surtout pour les Peupies,
,l$8 Papulations quí souünront
dt ceí éfcff de chases, car lis
re recívront que la juste por-
£&& congrua, pour ne pos ere•
Vftr de faim.
líen d'autrel
. la norme démocratíque et
tcnsfF.utíonnehe que rédame
§. Braden est-clle si difficile
ase cela?
1 nous semble que casi la
ctae la plus simple, la plus
ten» et la plus agréable d r¿-
«Jiger. Un Pouvoír Exécuiíf, sou
f&au par I'Opinion Publique et
a.áé par des Sénaieurs et Dé*
ps&ks Hbr-:ment élus, et rUscu
tost librement des affaires pu¬
bliques? Ufes Juges competente
etebonsétes, décidcrnt unique
ttttá solo© leur conscience pí
la ká? A cote dé ces Trois Pou
tes, un$. Presse Mbxe de signa
íetlous maaquemenis, toute er
rear, tout© negligence, et de
vdisoaier toetes les questions,
l’Op'níoa Publique
juger en oonnaiasonca
:de: cause. •
¿os chests étant alnsí. c'est
kr;c©nfianc© genérale, a l‘in*é*
«est comme d l'Exiéñeur. Cest
iteéde, c'est le con corns de
&%s, á FZntéríeur, comme á
l^tt^ieur. Aussl, dans ce
JMb**de Meillsur qu «>• les D¿rn¡>
triompbgntes entendent
í^arrer da^s notre Contlju«t
a- havers THuma^ite.
voyons diíficilement qu‘-
•VBé Nailon puisse se moriré:
réfmctabre a ce system© sim¬
ple, feoile ©t agréable,
$Y Prober, ce serait un
stupid©..; Aussi, bous avons ía
’ conviction que 1» mon-
formero qukun» dans ce
Nous r© voulions guére nom
étendrs en consideration sur I-..s
«considerations autour du Pró¬
bleme de ¡'Education, piése-u
té s aux Cours d'Eté par k> Mí
» s.r- et reproduces, en larges
extra'ts, da’'* «Haití-JournaU.
Notre article d'avant-hícr,
hx:á: *Fm f.sr Alerte» souli-
| gna.t le caractére vehement et
méme acrímonicux des ¡Con¬
siderations» du Ministre; ot á
rolirr, da»s le silence, loir i «rumeur* et des chúcheteme*;,»
:-dscriplibles* (s?c la paqr du
Minsire, nous son*mos n.’prf.
i cujcard'hui, d‘y tmuv i : i
* marque de la com j<- o'
*Qn‘avons-nocp k, t í;'4-
crie le Ministro o \s> * ' â– 
: «auatre ans, den'; ,o¡ . •©
*de rEns^gneme^t Secón ’ * *
â– >xv, par exemple... Vans r.a-
ív©2 qu’d lire lec a;*-rr >*,«!
*quí se publb r.\ o. rom-1 -n
«pour vous rendre coar1' ' c
-Cq que dans certa rs f =
«•d? ¡'opinion o« v * : > v
'•technicien... II semo.e q . o '
Cndívídu considere comme nos
«sédant un© culture ge’ér- ^ .
«perd automatiquem 1 f io * e
- iquhl s’avíse de pousser plus
• crvant srs conan;s.sances et de
‘ í-aíre des étuaes supér’eures
«spécialisées».
Avec tout le respect qu?
rous professons pour le Minis¬
tre, nous luí dísons qu'íl pose
mal le prob’erne. II n- s'rqii
pas pour J’ous, 11 ne s'esi ña¬
máis agí p-our nous de copies-
\ei cm techn'ci'n 3e bénéíics de
ra culture genérale, Ce que
nous avons combaitu dans ce
journal, ce qu- nous combat-
ions, c'est cetíe tendance du
tech^íc en, ce partí-prís du íech
niel-' n d vouloir précísémcnt
harm ir cette culture genérelo
ce notre enseígrement s".on-
daíre; c© que nous combattons,
c'est í'obstlnation du pchnicic-n
¿ vouloir remplace? celta cul¬
ture genérale, dés'ntéressée,
humaíne, par la notion á'udhié,
par 1'orientador, profession'-ol-
le, par des «tesis» mácanlqune
Ce n’est pas tant le techniclc-n
c'est la tíchnique du- technírien
rétorruateur que nous répu-
d’ons: cette technique de vou-
Icír caporaliser noire Univ^rs:- .
té, tuer le ciassicísme.
Plus loir, 1© Ministre n'cst
pas plus heureux. La coníusto»
dívient enorme. j
«Ces humanistas -- écrlt 1c
«Mrnshe avaient peutéra
íoublié que Tétrcrrque, I%n des
«Péi’s de l'Humanísme en I-
4. taire, pouvaii pas lire le
*G?ee... Je ciois que si certan-
«n©s gens en Haití qui em-
«piolent ie mot «Humanismo»
ímot et sa vraie- signification.
*beaucoup de., discussions sté-
’dies et partoig ridicules so-
; «íaient évitée©.,.*
L. Minisk© n© compre*'d-Íl
: done pos que rhumanUme esi
: an© chose tí que les humaivl-
| tés en sont un© autre?
i ' L'enseignemont gréco-latín
: releve des HUMANlTES, Nona
; *ouligno«s le mot HUMANlTES
, ñ i'adresse du Ministre. íí n'y
o pas d human,tés sons le grec
; ei le latín, Maig Vhammmne
pent bis» aller sans 1© groe.
: l Lnman.iS.rne c mt uno concap
* ro la vio, uv& affair© de
*yTmc,*% ( t <4 c© gut confer©
u 1 am de 1 Occidental sa
¡Kf.’-cuur, ,on inouvement ©t
v '• i*1 i tf I.humanism© c'ost ;
uu< . iTospocf on, un avance*
meat aans ¡a connaissance -do
, >. ‘O1 o torn.e de sympa
\ >iv avtív i oí.i© du genre au-
1 ’ ’ A a m , ti de ce torrent
...yu't '¡u .ous emporte, Tira
o* me di v.ent un moyen d’©
¡.¡per a .epsemére; c'est,
corone ’ ‘A jve^ saveur Pan
"Cíut, , art 'jo .s conlíre au
-Ofcdai¡¡ oes cnoses fortuitas et
-s- *cr‘ t i can* ies chose* é-
Mwi © ÍC‘
L ex=?mp¡e a© Petrarquc qui
a posé le front pour mourír sur
! ,s textos á'Homére ou de Plu-
torque, marque bien la coníu-
,--.¿on dans Tesprít du Ministre,
entre humanism© et humamtés.
Le Gh-Í de VUnlvesité con-
¡ a vtuiúm
M>wsm HUE BAMAKO kxluce
POBT-AV-PBWCE — HAITI
Ka 21.520 — VENDHEDI H SEPTEMBHE 1845
Jh O. 50* A, 21*
PHOHISj 2231 24S3
Funéralltep
DE Vt*. LYS DDVXGHIAOD
Hiur apues-mídb au m'íleu
d'un. impomn\ convol cu
l eu \m íunérailles ú% Vw, Lys
Duvigr«©aud, mere de ilotr©
chur (:A vlcjl ami, fréckklc Du-
vígnoaud.
Malgre la pluíe, \m pamni-j
e! nom.breux amis de natxe an¬
dón Dir. cteur, tenant d lui ap¬
eador le tómoignage de leur
sympathie en cette doubu.rv u-
se círconstance, o;-'t suirl d
pied la dépouille de cetíe ho¬
norable mere de fam ily qui
ful durant toute son ©xk*Tncc,
va r.rcdél' ch’ beau© -ouríavt.s
€¡ d une rare distinción,
Aussl son- enten-meat don¬
na lisa cr una grande e¡ émou-
vante manifestation de regn ts.
d laquelie sesl amoclé ¡a Ca¬
pital©.
Le President de la BépuhÜ-
REMISE
De tettres de Créance
Hnue, et, dans u^e phrase quo * v h íart représe^tef par
Volt-aire exxi enviée pour so ciar
is, :1 écrit:
«Le jour ou, sans éire néces
'5airem.vnt confe 1‘enseigre-
â– bien jalre Ja distinction entre
-i'humanísme et les exere'ces
; de simple Uaduction «echo et
"«mécanique de quslques tex-
; -es areas et latías,l'on sera pent
«etre etonn© de voir qu'cu ío»d
«on est tous á'accórdí.
Comprende qui peuti
Outre ces deux confusions
que nous venous do rexevei
nous ne pouvons nous empeh
cher de souligner dans Farticle
uua contradiction, il est vrah
Gordie' seconaaire.
Malencontreusement, 1© Mi-
¿Lstie se livre d des critiques
acerbos co^tre ce qu'il appel*
i© «le grand «Injtlé», le dépo-
¡sitaire de Lhéritage culture!
«et spirituel de la civilisation
'•Occidental© quí se met á lire
'-une demi domain© á'aiíteürs
«utéraíres et á écrire avec íor
«ce citations en intercalan! ga
«et ¡ex le nom de Aristote, Pla¬
ntón, Horace. Sénéque, Kcrnr,
«Desearles...» Le Ministre n© se
rend pas compíe que son ar\:-
cle íaisonn© de citations, «qu'il'
y intercalé, ga et 1er* les noms
áo Xéofiard dé Vinci, de Hada
n:ard, de Petrarque, de Saint-
Thomas d'Aquin etc-,
un Ofíicier de sa Ma.ison Mili-
taire.
«Le Nouv ¿liste» s'índine res
pectueusement devant ,!a memo]
re de la reqrelté® defu'ste, en
ronouvslcrnt á son fils et aux au
tres parents éorouves Tassu¬
rance de ses plus vives et s:n-
céres condoleances. -
LA MISSION CUBAIN.E
. A DAMIEN .
Ce maP á 10 hs. la Mission
Cubalno compose© de Mss-
Faustina Caleines, Emiliano Lu
na, Gervaiio Sigueredo, Kami j dans Ja nonvelle ©re
DISCOURS
Da du Gumémvla
Lm Haím íhm&mifa García
Monsieur I© Présidom,
l'ai 1© grand honnem 'd© m
metbc d Voj© £xc. U©nce ía
Lettf© Autograph© du Ciloyun
President de la fíépubhque du
Guatemala Doct-ur Iua« ío«é
Arévalo, par iaquelic II m’ac
urédite comme Divoyé Exlra-
ordinair© et Maiísiie Plénipo-
tentaír© pros Fulastre Gouv ;r
-ement de Voire Excellence.
Chat pour moí un privilege
d ©U© le premier représentant
officiel du Guatemala dans ia
Hepublique d'Haití, vers ia*
quell* je me sais ©e»ti de tout
temps graxidemant atüré et
pour laquelle je proíesse dójd
la plus vív© sympathle. ¿o
accomplissam cette qés agréa
b¿© demarche que m'a corLíée
moa Gouvernemeat, en d-;s cír
Constances sí favorables aux
cordiales relations mteniationa
les, comm© celles qui, si hsu
reusemaM, existent cmjonr
d’hm >aprm Facilillo conua-
graüon mondial© qui vis ni de
prendía tin, je me piáis á exp:i
mer a Voff© Excellence qua Fé
tabUssement de missions dip i a
manques entre ks pays d’Amé
xique, ©st aujouid’hui plus que
jamóle indispensable á la
meilleure henmonie et compró
heasion spírituell© et matéxiei
quí
LE MINISTRE CANEVARO
DECORE
Hier soir, au cours d‘un Ban¬
quet oiteri en son ho-’uu ur par
le Ministre d;s Relations Fx-
U.'lvures, Son Exdellencé M.
Canevaro a été decoré de Fcr-
LE FESTIVAL RADIOPHONI-
QUE DE LA HH3-W
í Híer soír, d Paramount, ie
; festival ra-díophoníque da la
: UH3W a connu un sensatlonnei
ucees,
Tout ?ort*au*?rince avail ie-
| d:e NcLonal Honnrur e: Me- jP-u a apporter le iémoignag© de
i rite au grade de Grand Offí- 1 ’’ ‘ ' ** n
rm
aer,
. • C'est oour nous Foccas.on de
# aura» pay» »e itra J lK [a athie d0!„
« part comm® ¡ A.aen- | ^ u ^ ,e Minisiie
Canevaro qui, par une action
diplomatique . intelligent© et
piein® de cordialité, a su creer
un réel ciímat d'amHié entre le
Patou et Haití.
Nous íélicitons le Ministre
Canevaro de sa disi'.ncüon. et
nous le príods d'agréer J'hom-
mage renouvelé d© notre am--
tié,
part comme FArqen
el 1‘Espagne, pour que, ds j
on ¡&8 manir® du doiqt,
s^tte sur la sektteí
SEPTEMBRE 45 *
¡a vie I©s «iraca»» vían
on va du «iact» au
que «Hay-» moni et
. «out Ubmé». Seúl
sí* i»carcé„. «ré».
^ tout cca^ dan® cette' affaí-
^ plus d’u» préve-
Lqpcdraque».
oa admiration d M. Ricardo
W-sidmaier quí dirige avec rent
d'ítitelligí'nce ia Station de fía
dícdífíusion HHBW.
Le concert a été de choíx.
Les Jazz Saleh, Cabral, I©
Trío Haití, lee mllstes Lartty,
Tocnhuss, Charmer, Martial
Day, Lcnguichatie se ñxs^t ap
plaudir dans un programme
varié ©í de choix.
Au seu^l du programme, M,
Maurice Ducháis Uier, sous- Di
recteur du Studio rehaga las ac
Uvítés d© la Station d© 1935 a
ia Gonxales, José Lius Hurta¬
do, Dionisio Peguxo, Leoviga-
do Vincente. Angel Pompa, Rey
naldo Rodríguez, representa'^
du MinSsteie d¿ FAgriculture
r de Cuba, des Syndicate et de
;a Federation des Ouvriaxs du
Sucre, acccmpagnée, de ?4r,
Edouard Baker, de FEconomía
Burale, a rendu visíte a Da¬
mien. Elle a pris contad avsc
la Direction Genérale ©t les spé
cialistes et a fait un tour d'bo-
r'zon sur les problemas qui erf-
íectent Fíndushi© suerfer© en
Haití.
HENRIQUE2 ET REY
• SE POURVOIENT
EN CASSATION
Ce ma^ d onza baures Mrs
Alphonse Henríquez at Mauri¬
ce Rey, asslstés de Mí& Emm,
Cauvín et Riga! ont été con¬
duits aux Cosí roes Dessalí-
nts oii íls ont íait la ur declara
fon de pourvoí en Cassation
contra la sentence du Conseit
Supéríeur, Míliiairo at Parma’
nani Iss condaranant respadi-
vemeni á B ans é'empñsonne- :
maní ©t 3 ans á'emprkonna*
menf pour attentat co^tre ¡a
¿úr§ié de FEtat.
Ies demandeuxs excipent -de T In í
compéteace d'exces de pou
voir. ¡
!
commence da I'apróa guerre,
d’ou dolvent surgir la paix avl-
dem:nt désírée et la prosper!
té pour las nations.
L© Gouvernemení ©t le Peu
pie Guatémalféques sont surs
qu'une "politique féconde, d'crc
Uve et loyal© cooperation, est
proch© entre moxx pays ©t vo
be noble at progressists nation,
berceau d© la tres brillante f¿
gura continental© d'AJexcmdre
Pétton, grand patrióte haíhea
ai íllustr© collaborateur ©t ami
da Bolívar, avec qui il portage
la patirnitó du Panaméricunis-
ma, doní nous recueillon© main
tenant les xnaíllaurs fruits at
pour ¡equal nous nous seniors
s? orgueillsux dans tout© node
Am arique.
Qu© Votr© Excellence me per
mstta, ©n mem© temps, da m
manjfftster qu’en mon payu on
connait et on apprede, depute
plusieurs années deja, Félite i«
títadualíe* hcátienne, qm re¬
présente un© des plus hautes
manifestations d© Fesprit fran-
§ate, eí doni Votr© Excellence
est un si digne exposant.
J'cccomplis ©n ceffs heureu
se opportunité la mission dVx
primer d Votre Excellence, au
nom du Premier Mandato ro
de roa patria, las sinceres
voeux qu'H formule pour la
grandeur ©t la prospérité d'Hai
ti ©t pour 1© bonheur personnel
ítEPONSE
De Sos Excel!la Préside»!
P-* la Iiépuhik|u©
Monsl-ur la M'íGMiv,
C’est avec la phm vil plate ¿r
qac? )o tw;o&< dm main* de Vo
ti© Exc©Uv«C0 la D’Urn Auto¬
graph© par laque]]© i'Honoro-
b!© Préñ• deí¡i du Guatemala
L'accróciíté ptén la Gouvrrne-
ment da la Républiqu© d'Hoítl
an qualité d'Envoyé Extraoí di
-‘aire et Ministre PiesUpotenticrí
re,
Vous me crolroz sa?te pe nct
Monsieur 1© Monistic, si j© vous
Jis que 1© Gouv-rnement Hat
Leus e? moi-méme nous nous ré
jouissons pk'tnernerd ©t since
rammt da voir setablir entra
deux notions socuxs des Amé
riques les nabs officiate qui
vieunant consolidtr la tradí-
I itorrnelle amitió qui los a lou
jours unies. Te vous souhcn
te la bienvenue et vous íéfci
te d'etre la premiar Représen
tant de votre pays dans la per
tríe é‘Alexandra Pétion, Fam;
da Bolívcn'. Et j'aime que
vous ayer evoqué tout-d-l heu ;
re, de facón si opportune. Is
souvenir de ces Peres du Pa
naméricanísme, au moment ou !
s'inaugure la premiere mission ;
permanent© du Guatemala e» !
H«m. ■
Pour reprendía une pensé?
d? Votre FvpeHence, ja me :
píate a crcíre que nuFíe óoo- i
qn© n’pst plus propíce d Felá
hlíssrmenf de relations diplo-
mat:ques enfre les Etats de eot
Hémtephér© qui, au cours de
la guerre mondial» heurar-se- •
nent terminé©, n'ont jamais ]
íuilli a l'idéal panamériccrn. !
L'ignobl© déchamement des íor \
cas d'oppr: ssion. nous a tou- \
jours trouvés groupéó autour
de la banníésgt de la Liberté et
du respect de Fmdivídu, 11
s'ayere absolum'íit nécfsscí-
re, dans celt© periods de réox
cctnjsatios du monde sur des
bases plus justes *a plus éq-ri
tables, que des pays comma
>s nótres, nounls aux mames
sources d? la latínité, arrív?'?U
á miau* se connaltr© sur le
plan des relations économl-
ques, culturellas polítiques,
afín da míaux s'appréder ai de
nj:ux s’aimer.
Nos communaulés ont prte
r.a’ssanoe, Monsieur le Mu-ís
be, sous I© souffle de la libar
é. Eli-3 s© sont íargé un©
ame fiera, orgueUleus© quí,
loujours, les portara a se dr©3
ser contra touias las tyrannies
d'oii qu'alies puissant venir. Et
Tribunal
Militaira
im bebats Qmmmm
Aprés kctuta dm minuta»
FW te qtGñ m Fii# é& rrnám
c© de mordí, Fac-cusé Alphon
m Hmiiqnm sallicílani régu*
üéi ¿ mmu Fautorísatíon de la
com fit un© mis© au point
guaní d une omtesion úum c©
compt© rendu d© nature d de
huir© Feconomía dz la déposí
tion cmtórieure, «II ©ut a décla-*
im dü-ii in limine lilis qu© tea
allies é;cr¡©nt ©near© ©u güero.*
avec ! que le traite devam metffe ií^
cr ¡a guerra n'a pos été signa.
?>n répüquG nous dísona que
> Fétat do guerre consiste éa»a
| das acm« d’hoaííiité accompli»
Fun© contra Fautrs par les par
s ©n cause, L'étai de paix
; j¿suite d?j la cessation des has
| t.liíés. Lhuslrumenfum, traite
’ de paix n© met pas, ©'©n dé*
; píate© au Comratesairs fin oux
hostiUíés. H ne Iait qu© cons¬
tatar la paix rétabff©, ©i lee
conditions de cette paix, tout
comme un act - authesffqu© de
vento n'esi pos générateur do
; lo vente, le traite de paix n’cst
p'ts gé'terat ur de paix. La
ouerre «a\t .par les hostilités,
í la pa x n-aít at la auerre meurt
! par les note» de clairo» «ceasez
i le feu*..«
| Sur la demand© da Faecusa
} teur Mílliair©, Faudienos ©st l'“
: véa. A la reprise, FAccusoíeur
, Müí'aire pro«once son réquísí
'otee.
*Da”s c© slécie ou Fenvte,
la ha’ne, *aosU des fails cou-
jcnts, ou la calom»ie est leur
: í.rilié pc-ur leur extérioñsation ai
| fícacr, oü le patriotteme. le cí-
I vísme, la gratitude, dans notre
; affrcuse terminologi©, soiment
á faux, vides de toute Uur rt
che tonalite, leur noble signi¬
fication, il n'e*t pae surpxena^t
que «ous ayons á connaítre
d'un tel procos diHÍ. II conti¬
nue:
Ce sont les memas individué
qui depute líente' a.ns occu
pent Y opinion par leur me» bes
edíeuses; -ditíejées contre Ies
Gouvernemente occupés a dé
méier les donné's du probte-
iP8 haitien, conde tout pablo
tisme. II serait bou qu© }m
cours d'hlstoir©-* nationalí.- ©t
ó.& c'visme^oíent intensifies
dans les ¿coles pour combat
tre cet óíat d'esprít dissofvaní
dr la fídélité d la patrie, de la
solidante á la race. Notts en ar
voní tant besóte ©n ceí instant
ou choz tanf d'índividi» qui
prétendant ©n detente le mono
pote, le patriotism© s'est tmvo
’est pourquol je partage une t dissous, tan* leurs act©» te-
VERS KENSCOFT BSÜ ROBES , d? son tllusír© Waideai voeux
1945.
» w
*® »wm«g voto-
ví vom t
INAUGURATION BU CENTTSE
l>E CWtTRE
HAITlAHO-BlITAIIffiQOE
•Deraa’n crprés-midi de S ó 7
sera inauguré le Cerire de Cul¬
ture HaitiaBO-Briom'iqu®. _ '
A cetto occwIoe une réesp-
tios atara lian •« i'konamr du
T«»»on I»
Belie soiree potir laquelle
nous felicitóos notre ermi Wisd
ir.aier et le personnel ds la Sta
tion.
RHUMRIOBE
56, HUE COURSE, 8
”9*T.AD-Panf08
A 3 ET 4 GOHHIÃœS
Nous appre»o®s qu® a® ma¬
tin a été envoy© á Kenscoff uT*
stock de &D0 robes et cc®turnes
doni ngus pariio&s hier ©t qui
es rom vend us pa» plus cher
que 3 et 4 gomdm.
Comme nous Favo»© expli¬
qué, o© sont des robre qui ©ont
mérm ©n sois.
Voild quí va fair© du bien,
donn©r u» peu de gout et aréer
la coquelt&ne dam note© cías*
S© ftécessheuüe.
I>es stock» «tatas «a-
voyés dsns U $uá ésm le
m . .......
auxqaels j© me pieria a afoater
tes miens personnels, vous as
surant en memo temps, qu© je
â– onvicffon aussi forte qua te
votre d'un© collaboration rvití©
re ©t stecére entre no»
peuptes et nos Gouvern©-
ments. Pour note© parte
c'est «vec un constant te-
térét que nous avons toufours
suíví les inceseanís ti remar-
quabtes efforts du noble pay-s
qu© représente Vote© Exenten
SUiU^l 4ÍÍ101Í4» í?ití|A», IjUO F& " --Í-
mtefforcerai durant ma mission 1 e© pour tente dignamente dann
díplomabqm á accroíte© ©t á cogent des nations
fortifier d® plus e» pitia Ua
Jians de 6r«dsfíoan@lle am'tii
out nous ur,lsser'f. compfont,
comme je l, apére, aur la b»n
veülance et l'qppuí de Voto
Excellent».
1
VOUS TRO0VEREZ .TIMES»
*r .nmswm* us a
mmm - i
amen
caises, la piste® que luí ont a»
signé® ser, glorie uses origines,
Voir® Excr Jknce voudro bien
r® ¡aire mot» intarpréfo aupré»
de So" Excellence la Bocl'ur
Jiras José Arévalo pour Euí re
tswtrner tos voeux que je íorsae
»e pout So® boultet» petson
net et pour la grandma- tou¬
jour* CToi»* líe» GmtímiMqM.
Et rmm mmá»t, Mm’am
cohérenfo nupultivement dlii-
qés conde leur patrie mi la
ségot on des prioctp'-* qu*
BOUS om légué» les titans quí
ont forgé S'I»dépe»danc®. Ua
«ttanger qui a langtsmp* »écu
pana» nous et qui aoa» P*ya
&« gratttude quand 11 *ut lata
té «os xtves écrivit pour bous
dént^-.-T un livr» íetentismmt
«au paya d« gánérau*,» S'il
revena)* pan»i nou* *t css-s-
toít d ce® débat*. Ü serait bou
Voir Suite en
la Mimatre, d@s voeux persa»
neis, qu» Votr» Bxc»¡Jei»ce a
bien voalu m'oerit» Je lxd do*
ne l'«wtwanB* qu-®» teavi®
wt toajotu» mqsEte 4 »ott»
<3kmv«m*®®»t tout® l* cewalre a» píu* -
ée ñu mísiis!ii
*s*W. • w** ,*M»mp(%xw*,f4; -


wua*,
.y*
Mystiques Divergentes
Poetiques Divergentes
(Suite voir 1© Ho. d Filer)
Pa? Dr. René SALOMON
A ia véúté, c& -te sent pas
ta«t los «Poéúques divergen¬
tes» que les divergences d©
vue et de cainpoiiemeni qm m
quiéte*'-! votie lal&ntueux con¬
tradict© ui et jusüiient sa vive
crüque, Par déla cee poénus
soc.cdistes, íí y a pour u*¡ hom
rae de Droii© des visions aus
si sombres que iragiques. A-
brte áu souvenir[ Nous sotn
nías poiuta»! au sjécie du so¬
cial, qu:il sot radical, nato
f-al, áéi.noc.xaiíque, chréüen cu
scie»tíbque. El Mr. Laieau
na qu'á aüe^tü©, U en vena
c-rtamerncn-i d'auues. Cocí
le convertiia pout étru pas
car le poeme social ©» parolo
Ante.».
*11 n'e» /era po.i;? e» eos
durte.»
Negre nest poartarü pas un
¿eceurí de poemes poliiiques.
Ni un man,leste partisan. C es:
peuí-¿irs un mandeste pose
que. Un compórteme»! so¬
cial: ¿'écrivarn sincére n© pou
va«t meare que les tenders
de iepoqus ou ¿i vií dans ses
poemas. Le styie, crest
Goutó lüosse, ma:s ínon>
me c ea: Iv pe-eme. Fatal en
cha,neme"-; qu¿ doims a votre
ceuvre, choz poete, &a
persona ante, sa qualáé et sa
marque. La situé et ia aepou.l
ie ae corte hypocrisie conven
aonjieJe era componsmec-t e¡¡
sacíete et cu. íaií quun oour
oeoífi passe pour un commit-
mete aya-: revétu le masque
¿mpér.etrab4e áe la díssirauia
no-; et les atoms de ¡a coníu
s ot; de classes. Avec un p:>é
me, c'est Irnposs-bi©, caí qua :d
e-st suteere, cest un acre
dumen; s.gc¿ et, au t eg end du
¡©irjps, ay a¡ : date cename.
Pouiquoi íaud.rau-.i,en cite:,que
,a douieur áu pcuvre no puis
re crux ecnvnrs a t-n race
qui chanten? sur u» autre ron,
cc que le gladraieur -a
rncur.r, éíoii oblige de ptoies
cor en entrant dens
«Ave Cesar- ceux qui vciu
mourír te saiuent;» La souí-
íra»ce a des droits quand elle
es: militant©. Elle s'extérior:
se dans le present en vers ou
ni prose, ©n Vers libre :>
Alejandrina cañés. Et ce
n'esi pas etxe partisan ni mon
Wt sui les trétaux que áe mol¬
de ce’te í.rém.Lssant¿ inspira¬
tion au servio© du áeshér\\6<
du pauvre, du reíouíé, du sé-
grégé. C'&st mettie sou ta¬
lent ct seg lessourceg poénques
au service da nombre, da pu.ts
- grana nombre en luí tais a-}
ce plus gren-d bien dom n'on-t
souci A cure, íes devots de la
chappells ÜHéraire den lace.
Es n© sont pas assez curleux
pour se pencher sur la sou&ran
re des au tres, ni assez al¬
truistas pou: communkr avec
ceux-lcqqui soufeent. Hermé
^¿sme./social, que Valéry beat
y p&^/reAé ©t don* n'a pas eu
raison, j'©n suls navró, cet acé
tiems littéraire qui íai? *enti©r
0Vt poésie» comm© on «entre
en religión» impr¿ígné d© cel-
te better ni té ék-vante et sa»c
tibante parce qu'éte^du á
cett© humanitó qui peíne sane
profit et qui ose le dire. Le
poéte est alors rinterenédiair®
naturol et combattii quí plaide
sa cause. Comment peut-il
alors rester bors de l'acíion?
A tous les Ages de la poéti-
qúe, et quelle qu© soh les dis
ciplínes do«t cet art &e pare,
:« P«te a combatía danger? u
semeut des fots pour deten¬
dré ce qu’il croyait étre: le
droit ©t la justice. Song eon© Victor ?Hugo des «Chatixnents,
j>ar exemple! Et de Teesem
bis de oes poemas de comKiat, |
óvoquon® «Le Manteau Impé
rial*, dans loque! Hugo s’aáreg
se crux abeilles qui ornent le
manteau du Souve rain;
«O vous dont le travcdl est
jOsG.. .
«Alies dores et souSle do
llkmxrae,
«Et ditas-luí; «pour qui nous
[prenda-tul»
«Maudis, nous nomines les
[abellles!
«Des chaleui ombragée Je
(treíllas,
«Notro ruche orn© 1© fronton...
,c« qui son de to lasqe y
,Va trouver Tíbére en son atoe
¡El Charlea K sur son bateo*.
.Val sur ia poarpre Ü
[qu'on mette.
«Ñor. Ses abeiiies de J'Hymette,
.Mars Tessaim "or de Moat
íFaueon.
Eí percez-ie touíes enaembie:
.Faitea honíe au peupte qu¡
¡tremble
Aveugleí l immor.de írompeur,
.Achair.ez-voas evo luí, íarou
¡che
.Et qu'tS so« chassé por áe3
tmouches,
«Puisque des hommes en °ní
ípeur.»
r. íoudrait soubaíiei, Mo«
caer Bernard, que i’.entrée du
poéu. dans le prese"* o>> /-
, .usté pour i-a pcaticípaüon du
.,ÍUS grand nombre au bien
! lire de ce monde, mt ‘ sous
¡■angle iittéraü-e et social u»e
révoluton victor¡«M*« «• da*
. ¡ave. Elle aídera l'homme
mayen ó whoever sa fet et
son élite, sa vocation et
su mission. Afir, que les vic
(oíros .futures n'aboutissent
ñas au désordre mema] et au
'íecouragemeM cómate ce fct
le cas de ía victoire de 1804.
11 íaut do¡'«c iGgraUer
Léo» Lcdeau w «Mt pas íavora
bis aux poéme» sociallstes. Ce
ia n'empáchela pas cette poé
sis d'acfu-cdité de re»dre, nvtc
i irr.peccable émoto» de ia
douieur. íes picales et les am
aojas es, ios injuettet» et íes ré
voites, íes craiates et les es-
polis, les joles et Its triomphes
de ia ioule, Restreindre ie
domaíne de ia poés'8> * co
Pcrmasse oriental oü, le pto»
ratureilement du monde, la
manque de la contemplation et
de ia resignation devaii íatre
des René, pales et «a»* «u-
leur, out portent ltur coeur en
échcnpe, vivent '.'existence du
Pelican résigné et vaincu qui
se laisse. monger par «« en-
ion», parce qu'il n'a pos eu
Vélémentaiie courage, de man
ger sa prole,'ce st Y ¡ritéuíU!
la beatitude souilreuteuse, au
dógout de '¡'action propre aux
célicas, de l'extass íoeBxble
et attendrissante. du beau sans
douie, mais certainement pas
touts la beauié.
Leconte de Lisie, beaucoup
pius prés de notre époque et
plus moderns, vengera ce Vi
Lean ¡JéfailiaM par son poémet
•1‘Aigie Noir. qui débate com
ai© o» le salt per ces vers:
«L’aigl® noir crnx yeux d’or,
prince du cid Mongol.» ^
B iutie, car d ees aigíems
«Erígent afíamés ¡sur cou au
bord de l'ére».
(La fin a demain)
AVXS
Monsieur «¡TON SHEER,
lis tribute ur de la «American
~ La France Foamit® Corpora
Bol.» ®t ¡a «Harley Davidson
2) Maisons sont en mésu
o» de {sumir respective-
merit de» Exímetelas ¿Incen¬
die et dea Motocyolotes.
Rué Pavés, PorUm-Prince —
Phone: 2318 et 2234,
Paramount
/©adre di á 8 ©I 8 hemes 15
SERENADE DE SCfíDBERT
avec Louis Jouvet, William Hoi
vey, Bernard Laser©!, Marqc}
kalíé©
... un film magiqu© qui irem
hit tout©© le® étaps© du rev©,
... tout© la musique enchant©
eme du grand compositeur
•'rants Schubert
Entré© Genérale Gd. 0.30
Samedi b8 hr©©
TAZAN L'ÍNPOMPTABLE
5e. 6s, 7e, 8©, episodes
£»tré® Genérale 0.30
Rex
Vendrcdi a 6 hres
The Queen Elisabeth (documer.
inixe asnsaiionnei)
Jn 2©m© parti©
Mag’ijstrab production d© la
Columbia Picture
BEVERLY SONNE IX REVEIL
un vaste ©clat d© lire©.., uu
BJm plein d© mouvement..
Entrees: 25, 50, ©t 1 gd©
á 8 kies 15
En ler© parüe:
Actuahtes Frangoise^ ©i Uni*
bn 2©m© partie:
CINDERELLA
Un romcn d!un hoxnzn© du
monde iollement épns d' uno
vedette de music halL.
óes danses rythmiques sense
ionnelles... une musique ecu-
/xante...
Entrees: I, 1.50, et 2 gdss
demedí a. 4 Eres
En lér© Partie;
LA REINE DE LA JUNGLE
(5© et Se episodes
En 2éme partie:
Victor Frances, £. feuiLeís
;ar*s
FEU
Aitrées: Gdes 25, 50, 1.00
c 6 bies
En lér© partie:
LA REINE DE LA JUNGLE
('5e et 6e ¿pisodes)
Ec 2éme partís:
Anni© Vernay. $uzy Pr.m, ?.
R. Wilm dans
LA PRINCESSE TARAKANOVA
Le roma^ d'un© Roma"ofí
persecutes par ¿a grande Ca-
herine... Son histoire -d'ameur
sa áagédie,,
E.ntiées: 25, 50, et I gde,
d 8 Eres 30.
En lér© partie: ,
LA REINE DE LA JUNGLE
(?e et 8e episodes)
En 2eme partie;
Annie Vernay, Suzy ?nm; ?.
i. Wilm da^s
•A PRINCESSE TARAKANOVA
Au Carnaval de Venís© use
rrlncess© est ©rsleyée.. Qu'est
Pie dívenu©?
Entrees 50, 1 ©1 1,50 gdes
Ciné Select
V en died i d 5 hr es
En lér© parti©; !
-a 'Province de Quebec
En 2éme partí©
\ Fresnay, Y. Printemps dans
ADRIENNE LECOIT/KEUR
Les amours d© la duchess©
de Bouillon et áu Maréchal
Maurice de Saxe,
Entré©; 25, 50, 1.00 gd©
d 8 hres
En Isre partie;
.e Beau Role
En 2énv© partie;
Jharles Vane I, Y. Lebon dans
'MICHEL STHOGOFF
Dram© d'amour, d© passion
ie dévouement pour T©tr© cri¬
né et la patrie.
Entrées: 25, 50 ©t I gd©
ksmedi a 5 hr©©.
En let© parti©;
L'AIGLE DU DESERT
(Some et 4dm© episodes)
En 2ém© parti©:
RED RIVER RANGE
deux grands films d'avenfure©
Entrées; 25, 50, #f 1 gd©
•En lér© partie;
L'AIGLE DU DESERT
(5© ©t 8© épisode»
En Some partí©:
, R. Wiilm, LA ROUTE INFERIALE
L© dram© de la colaaisafi©».
Un roman d'amom et d© sacri
Lees..
^ifcrées 50, 1 et 1.50 gd©©
Salsepareille
de Bristol
puiS-
Reconnu© comma u& grand
, cateur du sang.
PréparatiOG origínale et véritabl© dü
Dr. Bristol ©í sail pour;
AFFECTIONS ET MALADIES DU SANG
©I pour cell^ provoqué®» pea
L'USAGE EXAGERE DU MEBCURE,
DU FEB, D£ LA QUINCE ETC^.
♦ Ausai pom lea
affections rhumattismales,
MALADIES DE LA PEAÜ
sited..:¡n& Ncviuiqiquet, Debü;*.© Nm-
v©us© et General® du Systóme, Far»
.d’appétít, Longueurs, Ltaurdissemen»
• ©{ Atíocüoaa du Foi© qui mm$ aux
FTEVRES BIUEUSES ET AUTRES.
LA JAUNISSE ETC-
Lea molodea peuvent étx© aasaioB
qu’il iieture pas dans c® m©-
* aicamenl |a moiadr© partícui© de sub©
’ tone© m©rcuri©ll® ou aucun# súbateme*
vénén&uíw. 2 ®@t partctitemcm? inolieo-
'au et ptna étr© ackalrüatié aux person-
me qui on! hernia d‘un bon teméú*
pxxrtlicc :eur at fortiiiauL sans lab® ia
•raoindrt maL
S OLLULES VEGETALES 0£
«BS6ISTO1,
Pour lea oaoiadi^ d© LEatomac, du
ioit‘ ©t cl es Intestina.
F: vous eouifrez d© Dyspepsia, din*
chgeaticn, d© Constipation, de Rhumo-
tism®, de Goutta, da Coiiqua BiH©u*©,de
Maladies du Foie, essay©s ies tamso-
ses pilules Végétalea «Bristol», be
.Hea, >d© popt&str© depsíe pia© d© 5C
It
Fabriqué pas Laumcm ©t Eemp
% YmM dgm& toutm los Phannacr.i
mm n. worn, tm&mi&w
Lolme de J’llal Haitieo!
Groa Lot — 50.000 Gourdes
1,788 lots gagnonta
Lb Billet 10 gourdes .. L© Coupon 2 gourdes
Tentes voire chance dé© aufcurd'hai
Ache!©* uu BOlet de la Loterte,
Aides la Loteri© do IT!tat Haiti© u a pomsuivre ©as ceuvr^ d©
bleaknsemee.
Bleu Monitor
C EST L'INDIGO EN BOULE DE QUALITY
A I'achat, d ia revente, oomiae a Tusage, il n’y a pas
«implement le piocédé machinal de l'échange d'argerst
contr© une merchandise; ’usager a Fassuranc© qus iin-
digo en boule BLEU MONITOR est un preduit d© con*
fiance,
L'indigo sn bouls BLEU MONITOR donne I© plus
grand rendement a la lessive. II ne iach© pas 1© ling©
qu'ü idanchit, sana 1© couper. II ne se désagrége pas. Ü
se vend tres bien.
Si la lessive s© fait d domicile, essayez aussi CABD
ZA DE INDIO. Si votr© linge ne dure pas aufhsamment
iniormez-vou© d© la quahté l'indigo utilise.
BLEU MONITOR et CABEZA DE INDIO son! la resultan
t© d© üniégrité commerciu e ei de bonne répuíation de
THE STANDARD ULTRAMARINE
COMPANY
Agent pour Haiti ©i les Antilles
Denis FENELON, Port-au-Pnr.ce (Haiti W. L.)
Huntington, Wes! Virginia, USA).
GENERAL TRADING Co., Disir buteur pour Haití.
Creme de Riz
Un nonveem céréaje extrémement iortiliant
Vous Vcdmers, parce- que meiUsur que la Farir.e.
SOÃœHCE AEONDANTE D'ERN EF.G1E
FACILE A DIGERER
EXCELLENT POUB LES ENTANTS.
LA CREME DE RIZ coctíenC
vrr amine b :
VIT AMINE G
VIACIN
Son
S©rv©a-vous dés aujourd'hui de la dslicieuse
CREME DE RIZ
Gemerml WrmMmg Co
DISTR2BUTEUR POUR HAITI
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
1« 2S&ÍII Cci€Gm«f
Producto CoMS. A.
ACHETE romss QÃœANTITES DE NOS 0E COCO
Q8I S03VENT ETRE C^BEE» A POHT-AÜ-FBINC*.
8ADRESSER A0i
BOBEAB DE LTISINE A B3ZOTON
TELEPHONE: 247?.
BOITE POSTALE: A .. 158.
PUOTIEURS VISITEZ LV SINE A 8EOTON.
Viennent d’arriver:
Machines á l«ir§, Suissts
LA MARQUE RENOMMEE
“HERMES”
EN VENTE CHEZ:
MASON .L'ABHLLE»
Mr. E. SIMON.
H. ©BOB,
' ACBNT.-KWB HAH!
College Duvi\ier»Hall
INTERNAT-EXTEHNAT
10. AVENUE CHARLES SUMNER
(CENTRE DE TUHGEAU)
Pour la rentrée d'Octobre:
Inscriptions: Le matin de 8cs 12.
Krec.eur: Louis D. HALL.
AVIS
DE MASONS
AUX JlNGENHURS, ARCHITECTES ET PRÓPBETAB®
A 1'ATTEimOK DES OUV1IERS CHmmzmBS. ,
mermemm
la Mcfison luis® F «« clientele ta»i d® I« capitate, qu@ de ia provints» fu'»l
•«ant d» recevoir des tósiiss i>is eotéaáabim, aupfeevu®, d extension de 22 et 37 jsieds de fioateta.
JULES FARMER
PROPKiroURE
tf, Rue Scmtee Destoucfi»#,
" Jte, 27»


1Í-S-Í945
«US NOVVELU8TE»
ftm *
i, Preetzmann-
Aggerholm
Port-au-Prince
in&VO MB PHOCHAINS VAPOTESj
tó«ad«ss4I®1M.
¿np#*: NESTLE 14. 1/2 o*,
i.': ívcy«#!í®S!I£ 6 o*.
pondré NESTLE routes dimensions.
HEMERCJEMEOTS
ia fomiüe Louis Auguste de
?©tit-Goav© remerd© bien sin.
cérsmeílt leus le© a©? mnt de
la capital© que de la provin¬
ce qui leur oní iémoigné dos
n arques de sympaihie a Toe
rasión de la mort de loar re
jiotié Fila ©t Frerec
Luc AUGUSTE
* nieve d leur alíection le &a-
í meái 23 AoOt 1345,
Elle Irs prie de croíre
eur proionde gratitude.
1/2 b.
¡ ftaí póto®? d» pnñ* de I" ¿ 6".
! CtopOIB®»
i «¡gas* dismay 25" st 50
; j^ntrr Ffcwtou®.
í ?apSer á’iO*oflogi.
; ®si£itw Stokalilo.
iifhxtn 5 gal: 1 gal: 1/i b.e
• CtiMCTM «f*y Mr Neiii e) libby.
BE COLOATE PALMOUVE PEET Co.:
I ¡¡uros Pstoselím
: C-a-tanir» Bouquet,
, ¡ata ¡Uaná.
| Colgate Bertel Cream,
' iWfca Pgraail et Cashmaro Bouquet
AVIS
La Dir. ction Genérale du
Service National d'Hycneiie por
,e á ¡a conuaissance des ¡lité
essées que le déía: d’ínscfóp
te:i a I'Ecole d:s Gardos-Mír
ades asi prolongs jusqu'aví
eudi 20 Soplembre en corns,
u que les examen» á’adrok-
s.on on: éié bxés au 28 du aló
B Ford 308 ydes, M
SI P*Wto-
B a textor.
fe» GoM Médal.
fe* Ummmd Spécial.
küs «Sun Flower*' en drums, ierhlancs de 1 gL; et $ gal
| Sm Lord Swift en Lercons et 37 Ibs.
¡ d® lift de la National Lead Co,
Mar» en porte Manche «Dutch Boy*,
fétafcim
!«r da fcmée.
SapsBes, Coateaux índigo et bous® Ewell,
|feamth Martini et RossC"
Stoma et tatito Argo.
REGLES NNORMAXES •
fci sana tíoutum tlaace
A 1/Ephédmttttoe
Formaos qui souióez de ré
gtes dítaaies, sache* qu'íl sstí
lit de píuntuc au début d« ce!
Jas-ci qussque* comjJWiButo a E
phédiastir»© pour empédheu cu
.oír» ceastr dans ILnsíam mu
n® toutea deuteurs et toa» mu-
ais®.
Prase léguliéiemsnt, J’Epha-
nrastine, un ettet, assure le ¡r
our des «époguas» a bon„s
date, saris avance ni letasdb,
Avec rEphédrastin®, les regías
opparaisssiit et évoluent, sons
aucune doulsur et tout© íemane
fui, jusque-la souífsalt pendant
24, 48 he urea ©? xo&me <¿avo&
toga, á chaqué ©peque, m con
mit p¡m d'eüRuls ni de malca¬
se. Elle peni s’acqutii&r naz
tií ale merit cíe sm occupation#
el sunoixl i lie évH& ¡m compU
caüom» qui som souvtmí h M
ce tam de lemroes.
Co morveilleux procluit «#!
en vente á la Phamad© S.
^eíhaíd, iti& Férou, Porf-cm-
l^ince*
DBCOUVEHTE
S^SATIONHELLE
Mains Gercées
# Quaj
séche,
Sí
• Quand la peau dtvient
réche, gereée, la
Gelée de Pétrole
‘Vaseline’ apporte
un soulagement
rapide. Voyez
comme elle adou-
cit er calme!
L, Preetzmarw-Aggerhotm
|«H»ara PD «N0O/ELMSUS»
K w»ra-M»5*Koa5 «» vooa1
VUU8 PhAi
AMOMMAX.S
GELÉE DE PÉTROLE
DON N. HOHB, Distribuienr
psiBaísers retíenirool-ík
toujours votre Biea-^imé ?
Oui c» haíser «ja’ii ireeher.
che peat *ou» sídsr á 1» re¬
teñir, pourvu gu« 1* maavai.
8® haleine n« vota cha»»* d«
Km amour. ítappeiez-vous que
7 sur 10 persouM on* a
d* mauvaí»e haleine et ne
•‘en douwnt pa«.
«Scyest prudent*. Serve*,
votts de ía Páre deotift' 1 Col
gat«. Sg moasse péuét i-ante
•'infiltre 'ntr, te» interitloe»
de» ttent» et expulse Je» g*T-
3tes et I*3 partícule* r¡- nour-
ritarc qaí eont k» «ums 4e
auQvaáe haWne, dents hr&n-
iaiites et earrié» et ramoi-
i¡í«ent"T!t de» genci»es, Col¬
gate rend ie» *«nt» réellément
•t «ntiéremetít propre» lee
gendvea «sin»* j'a*í»in*
Caigo Je - " It
ííearti loath — *tof»
bed brsoth.
Avm
Foiii répondi© h «2 demás
de d'un grand nombre dus^:*
cers des Autobus és Part-au-
Prince, PétiomVille, a&us avous
'a van tags d'aviser le puhhc
qu'á partir du 15 Septembre
1345 eí d‘accord avec le Bépar
eni ■ nt de i’Economre Nado-
naie, le tañí spéclal de ring?
c‘nq centimes de gourdes ;0„25)
est annuls maís par contre le
carnet d'abonnemeut de Vmgt
¡ Cinq (25) tickets ssra venda au
prix d-e Dix Gourdes, I'ache-
teur bénéñciera d'un nscomp
te de 20%.
Ces carnets d'abormement
peuvent étre émls en faveur
d'un ou piusieurs membres
d'une méme íamllle et sent va
Iables pour une period© meod
raum de six (o) maíz...
Société Hqtonae O'Automo¬
biles, S. A,
servio: AUTOBUS
Semences
d’OIgnons
sjyeiaqw
dbez BAXLEV
154, Rué Magaskt de TEtal
Telephone 2183.
After soch meof
Before goiijg f<» bed
8ef ire each ciofa
Use Colsons.
Sill
«fasscSdsis ECTAOSDWAi
<£* hr® instcmtas&ussxi Pwad
vm, Ravsta, Lcstm do {&ms8
tw»». ate, eta.
& dápSt RON a 1,58 ia Boutsffis.
smmz
BIHEPHOCHABLE
Provklots*
pan immem s$§/m
Angle i1 ' ’ “ ''
st da
Phone !
.IS
Hachkae d éerfee '
Machine a calculsa1 Dcdtm
1ubcm& pap&M carbois^
/cdtOB 700 aebats ches
a GXLG
iariez voire Telnl Jeune, Douxei Attrayaat
Savez-vous que le áoux attrait d’un teint de tenga?, res-
pieedimnto á« saaté, aítSre ’att«nMon d’un homm» et
lente plus vjte ses sen» que nímpori* quelle autre chose.
(Test un fait certain. Aussi garde* votre teint toajoan
doux, attrayant pour qu’xi j^miuse jeune et s»i&
Pour arrlver k ce ré»ult«t. 1 matin, Je Btiii et mmt d#
vou« raettre au lit, lavez dou|e»i)Mitt vot*e »i«k«e avec 4o
wvm Palmolive. jBaignei-voa* au®d *»« PatoMiv#. <
Aeibetez un paia de «8-
von PALMDWVE et vou»
conserve»* am peau Jeu-
ne, áoace et attrayante.
•palmoliV
1HAT |©VIIT éSCHO0I.©ÍR:l-# COMPI.EXIOH
Si Vgus Etiez k Ma Place
Ocamé* i fait* k méza ge « i íjdtf
¿ rt»t»ída de U lamüie, voa* *ad*2
f&lisl goe íes lea^ae* daffaite# n% *oat
p** i» stake i «Toír le ani de rite it
áá doaleaj» jQs&aUk**» Noaa amna,
d'iakrkar, faúo&e an travail
mxá dar, arons saust de mass áe tita
m 4’msmK et ea sotarse* tnm íatí-
g3«a.
fi ? » tm ea, it & wage, pear U
pemilK fok, de MALiGi-SItrZBA
Je troave qa'ü ase loalags da mal
4e Ü», rafertai: lee avaade* fatiga4a.
adoséis moa aeidítá d'estomac. La
fasaíJI# dit ^se ma vú a’est adoaek
éofkk qnt Je «oaaaá Aík*~$titx*r.
Avtz-foUí tmji ÁIKA-SSLTZER]
N.oa? P^njaol se preses •vosa paa aa
líatrser aai&awl’feBi?
Moaaaeox, d’sa gaSt agríabk.
Aika-Seltzít «ma e»t jwíaeak ea étm
DON N. MOHB, mstrlbu^’
AVIS
H e*t porté á la cotmtd*san
• de» propriétaires de chiefi
ja® Ja Section de Médecine
Vétértnaln» du S. N. P. A. el
E, R. vi:nt de recevoir un Mock
de vaccina antí-rabiques et
qa’eüe ae Sent é leur dispasi-
tícm posr EimmuaSaotion de
¡orna artimaña?.
JDojawn, 4 Septembie 1945
Pour vo» Trcmiux da Comp-
■u&mVs»
Eítflcd» ou «u Pranjaia.
QmdSdona ovmita^u»»
-- VCHK
mm l mmxm,
18 laell» jfeéasí»,
Boto Varna
CMn ExcoptanaQ»
! Réírigésatattrs électrk» et á
¡AéA
/óyea Plena Boucharaau Ihia
"avée, Ph«a« 3724
lei, chex nous pearmí notr&
¿oarni société, pajuil k pea
’© mema, nous avons la man
valso habUudte, m cannais
fcrni pwímt&m&nt k* danq&r,
on ra ©prison* avoc un© légéru
ló eníanün© o© danger mom©
do repa&mr les choveux.
L© rupassag© est reconau,
to-it iombox i«a cheveuac qui,
.njp©rb & ©1 ahondan£3 so»!
rornemo-tation ©1 la boauté
do notra p^usonnalii©.
Get usage doit diapcaaitre,
va dispcaaiur© et nos élégtints
pounont s© jMgnm d© leva
bell© chevelio© mx& la era in
t© d'etre- chauve dans un court
délai d© temp©. Un© bud© m©r
voUleue© vsent d'etre mis© au
point aprés d© langurs exp©
ximem. C©*1© hull© déiend
tí prévíent la chut© do© ch©
v&ux pour tous ceux qui ion!
usage du repassage des cha
veux eí d© tons ceux qui ©nt
iendanoe- a ©ire ehcmve,
Cette Imil© rend Ies die*
veux fsoyeux et trés abondants
oblige leu bulb©© capilkrires d
reprendre lear© activates, ©i
ks tefes qui avaient tendance
á étr© chauves auront ervee la
jóle, le plaisír d’avoir une che-
velar© abondcad© et soyeuse.
Li-s tetes ay ant *©é cheveux
ciépus auront égalernent la
oí© d'avoir des cheveux' longs
íxns et soyeux, et nos elegante
pouxiont &e pelgner comrne
bon leur pktixa san© 1© mini-
num de danger.
Cede baile merveilleuse «I
o:©niaisan^. ctxtrüiíe de végé-
crl sans aucun© substance chi
migue a éíé dénommée par
son piéparateur Vigueui.
Vlgueui est ©t doit étre dés ce
our le Dirscieur st administra
eur de vote® tete.
VXGUEÜR déíend la chute de
ros cheveux.
YIGUEUR rend vos cheveux
couples et soyeux.
VIGUEUR vous rend si vous
?tes chauv© votre chevelure.
Damcaidez VIGUEUR ¿t la
mateen Nicoltis VitieEo GTcmd
Ru© d cofé du Café FlorvíL
«Ifaale á’Oi&tifei
ém WLmwké Bélmmm
Suite ©t Fin vote I© No. d*hím}
Fax Edris Si
AMANO
uÁh.
Comm© puissance de uegu-
i.uu, i caí ae Rene Peiasc© ai
twu a ü&s temues
uu© jago qui s© co^Uew
pus, uu© volante vxaímexit d©
m.níted© de m maguer, a©
nuiuieír de declarer. Eí gu©*
h extraardinatee putañee,
^yjuptome d collcuis ció la tela
Jné.. d© la xévoite?
ti© campos© un ©oug© d'Ea
ti» écr.t ie poete. Et ios veca
jtá fcuiveni fue réaüsanf-ite
pa© naunení ce «song© d'tn
ier*:
«lu te pmidrm par les chevuux
, ah! bévxt,uj©mem
v pour te mcmíuu
«pendu ^
ujtiíló* _
* cíiílé
*uüoié w ;
«agoré
•eí seul
íCymqui-mont seui
,-uans ia bal© de© pucmUum*
Quund les fóseteles írar^aiS
aavisériiU quu les teúes de
¿‘¡cq&bo pouvaíent ©ig«aüer
quelga© chc^e, iis vouhueut
jes dótruüt. Reste Belance es¬
pere luí aussi qu'un joui lo
sana caché de se© paéxnes s-s
ra saisi de Sous. Mate alora,
pense-Hk comme so» ch'-usf
esi er. réalíté celui du p¡v.a
giand nombre, ce sera á ia
plus grande )oie du plus grand
nombre;
«Quacd de ison chard aurora
<1© sena dea débauches
*Quand mon chant — vainrues
[hs causes d‘insomí-»o
«coulera da^a les gorges
4.ahí quell© féis sera 1‘accuQil
«auelle danse )e dans ©raí daos
[le préau»
»sur les coucha^ts moibidqs».
(Linceul d'Extasei
Nod© liüéicuuie ne coruvuis-
saií pos ©ncore cctte pioíus¿on
(¿'images, it ces visions si bel
les, qui pour n'étre pera pnses
d la réalíté de chagüe jour
n'en so»t qua plus riches Sons
aucun doute, je n'cu pas i'ia-
teutíoR de. ciLr tout le caH¡ex,
merte llsez encor© ces ve-.s
qu'eüt aimé le grand Éluard;
,11 te ialiaít bien prévoir le
[raouvem.nt
du moulin d queue qui broi»
[le vent
«Un ceil viril qui pune
«Une main phalligue tr¿ rabiate
sur l'obscuie
«blanphpur de la déroute».
fFuite)
«La ierre est u«e barg'¡oíre
«Ou mes cite ont la silhouette
[teadu©
«plus hemt que ta príaslon*
(Guli-stt&an
«Un seiu ©tail cauché jusqu’á
ia lim.t© d'une sév©-
■ (brulote©
Et, de grace, ne venez pos
dire gue vgus r/avez pas com
prte, parce gue ces chosev.-a
n'ont pos de sens. Votre pros
CTÍpüon de lirrationnel a'eat et
ns peut étr© qu’un prejugé. U
ii'y a pas qu© ríntellígence,
mate 1© reve et nmag’teatio^ |
sont égalemcuf des valeurs hu :
mainea. Le poete «test pos un ^
chírurgien pour qui tout doit
étre clair sur ia table de d;ss¿c
tion. Vous almez peuí-étre la
musiqu© ©t les üeurs. Pouna^t,
vous n© vous ©tes jamai» sui
prte h techmcbm la significa*
lian d'u©e xa»©, ou á isount un©
correspóndase© maihématiqas
a un© symphonie de Beeiho-
ven. Dsvtmt te «oteR cou*
chaíít vou» tombos admita
tion, dominé uniquemerit par
rimjawMoo . d® puto»»».
«Quoad votts afta®® trne ton»
me ®¡ths» qu® v« vou» »«
táa á iui m»*aj«í le» metate*»»
demande w«e tetoow «n c« qú# «unéaltoto. Et m mm m
mm «esto* jo»* «ítuM® *9
vítew ó «»» : }•
té® i éamo^fia»
d'Ost¡&w>»<»«W oM» ^«Bée'la
las» á«: sn*J»Of®»i‘ «»**•'
á®
éa parfumi^'Wt qu* w*»:nt
tét*«É8w 0«W **»•
bmua* du vi»30*^
c#t homme «i carapritsé, «4 étoul
ié, jiaqae datw k» rooeBe d*
«orí íKmg, ai dóchiré poa i'aa-
saui de problim»* imposglbtw,
tju'U doit hi©» «oureut m *ur
piendr# d penwir hot» d» ce
jéeJ !»0B»íríux, CertM «au»
jsouvoms tegteKar qu« penelUe
jx»ie toil teaccessW» au
y¡ aa gand nombre- M&m ¡í
noua «»t détondu de ríe pa» y
.ocoü'KÚtríí de te qtrr"de poé
«te. Ite I»t teute la queetioa...
Vtm mmm ttbeote® «ai
p®uhétw de vouSotj lire oven
te» ntétne» yeux l'aettwe de
Moglo re St, Aud* et cell® de
Rbíiíj Belaud®, Of, mi Mili,
inacjré tout®» te* appfffp»c@»,
le ;,!0i;,':'íSVíí>‘ d” Víéaitee, teí ni
iá, dlttor® Suoqu'á *'opjio«er.
On devine b¡<“", «be* Maqlewe
St Aud# que ¡ou! e#í voulu, dé
I.Jséjé, que sien n'échappe
dont 1'artBte «» *od píete»-
meet eoítsdeut, qu’il »'alt p&w
Út aoujwé, retoulite de imite
ioíou*. taridis que René BA
June» fe lache á grande alte
te, «couxaier nana dge* pour
employ er un mol de !ui do»!
mil iíou de la route «'a para
digne d'iriterfompre ie commsi
ee oveo les D eux. Le poete
se livr absolument aux puis¬
sances inconscien.es, ioute* ie»
mUtes laucrouts, te* av.b-s
passions. Ies milies oxnouis et
teus Ies «peciaclss qui s’accu
mulent en nous et que la ¡sea®
té et lo raison nous toreen! a
comprimen li laisse lite»
cours d toas tes instinct». La
ébido se chercha avec viols*
ce une satisfaction. La poesía
devient alois, positívemeM, te
serbo e» JUW c® che pas d'ailleurs ¡'artiste de
nrandr.: quetques raras foto d®
la distance vis á vis de son
oeuvre, pour y insérer quel
ques paroles, quelques confes
«ions auxquellos il tgnait cons-
"-¡©mmení déja. ou pour ¡^íor-
rier ¡© paé-me ©Ti géuotal daus
Vir, moule qui luí s©mbl© plus
harmoíúeux. E* bieL choz Ma-
aolrt1 St. Aud© un© toch^iqu©
qui se rapproch© ds cell© de
Valery, Valery qui écrivalt
«í’airaeraia infkñment mi©ux
écríxe &n routes conscience eí
dans une eníiéxe lucidlté quel
que chase d© íaibk, qu'©nía^
leí a la favour á'uu© transa, ai
hors de moi-méms. un chsi-
d'ceuvrs d'entr© les plus beaux
iD'ou U suit 14agloire SU Aude, comme cel
k d© Valéry «st parfaitemeM
interprétable, íandls gue dans
«Epaule d1 Ombre* tout «© re
duit á un© association d'ima
qm, amaléis 1© plus drdlo-
ment qu’il a été passible. 11
esi vrai qu© de iell^ *x*n-
contres anarchk|uí é» Audi©
Bretón disait gue cetait Id iou
te la poésíe, foute Ua mgCñ-
catión du mol». Le pasme d©
René Balance «st hors de por
té© á& l'analyste, parce gu'el
1© constítue, comma tout© o-xt
vre vérita^lement sunréaUst©»
une «débael© de Vínblleci*.
je vaudrais pouvoir les com
parar, Éluard et R®*¿ Bé!an-x
si 1© bovarysme d? natr© mi
Leu n'empéchait pas de r©
connaitre un talent supérleur b
«n écxivaiil de choz nous-
Eérie St. AMATO
AVIS
ANTON mwm advtoa» that
th« AtcoA s‘rsAfWB> cem
PÁNY will í«»eta» a Steamship
««rvice hetwe®a New Oíteas*
ená Haití. 7h® 8»*f aimm??,
wOi ¡sai! fr«« N«w ;C%I®^* 4M:
riag fh® ásáá iw»1e M Qq0m
and wltt b«tt^ wár
ling every thie« weeks thereof
m wÉt ‘^rt8e»al ¡


Page 4 était absente
du microfilm de cette date
Page 4 missing
from source microfilm of this date


Page 5 était absente
du microfilm de cette date
Page 5 missing
from source microfilm of this date


â– US HO0VIMW8*
Special» “Le Nouvelliste”
irax moxnw xm am*liras m postes de radío»
mum mam mammm tm mttom tmm, psopa
mm toutes usa mugues
D#rnlér® Meure
BUmOS AYRES 14 Sepi¬
le Vice-Présidnm Juan Perón a
declaré que «de vastes som
mes d’argcni étrcmger» urr,-
v©nt ©n Argentine dans le but
de «díviser, d'aSaibllr» et de
miner la class© ouvriér©».
TOKIO 14 Sepi— Sur la de-
mane!© du G©uv©rnem««i japo
na is, 1es criminéis d© guerra
serout arréíés par la police fa- :
ponaíse. C'est une íagon croit-
©n da permettre a cm lia ules
pers©«»altíés de ía .re haxcúiri.
CHUNGKING 14 Sept, Jto
troupe» amérííxii»es peuvoiU
aider 1© gouvernement chinéis
á occuper les temtoixes oú se
üenmúe»! Ies }apo«ai» ©n Chi
r.e, ©t creí jusqu'á ce que la
situation international© soit :é
iebli©,
CHUi H Sepí. Xm Gouver
nemenj chill; n a rattfie la
Chart© de San Francisco.
JPARIS 34 Sepi. -- L© Dépar-
temsnt de la Guerre armones
qu’un© moyemie de 2.CK30 per*
sondes en France meurent des
suites dacd-de-N» causes par
des mines ©nfouíes par les aJ-
lemands.
NEW- YORK 14 S&pt.— O
croít que des avions serv:ront
á répandre 1© DOT, sur les vil
les dans le but de combatiré
hs-épidéro¡es de paraiysie In¬
fantile.
LONDRES. La radio Su¡s-
se ciíant un- dépéche d© Var-
sovie andonee qu© le conssll
des ministres po!o»aís a deci¬
de d'iniormer 1© Vatican que 1c
Concordat < nu© la Poiognc et
¿c Saint Siége a cessé d’exis-
tur ayant ©té violé unilateral©*
men? pax ]© Vatican.
TOKIO.- - En derrñére heu-
r© on annonc-'- que le general
Mac-Arthur a ardan né la sus¬
pension completo des GCiivltes
de i A genes, de nouvelies --Do¬
mes».
IGNORES. H a éié cmnoncé
que Mr. Ernrs! Bevin, che- du
Foreign Oiii.ce a présente un
projet de traite d© paix avec
Vltalie, question qui a été aus-
sí étudié© par les cutres paye.
L:s anglais et les américains
font presslon pour que le traite
d© paix ervee lTlalie soit l’ob-
jet de considerations dés main-
tenant.
On rapport© que les russf.s
on» accepts á examiner le trai¬
te de paix avac ITtalie, mais
sugqérent que les traites de
paix avec les andenn.es puls-
nancea satellites de FAxe dans
Ies Balkans; Roumcmie, Bulqa-
ri© et Hongrie soíent discutes
crussi prom piemerü,
LONRES.-- II a été appris
que les theses cmg¿o-amérie3Í
n©s el poviétiqu:; n© s'accosr-
dent pas a la confer©nce pour
ce quí a halt d la question bal
kanique: Washington ©t Lon¬
dres declarant qu'üs n© á sen¬
tí ron! pas de questions balka-
niques au&si longtemps que
cas pays som diriges par des
gouvernements non encore re-
connus par eux. Moscou r¿síe
sur sm positions et declame
que ces gouvernements o^t ia
rympathie des p-uples roumaín
búlgaro ©t hongos parce que
ce so'nf des gouvernements íor
«sés de leaders populabas. Un©
preuve qu© Sialitie est déciáé
á ne pas céder sur ce po nt
es» to® dan® 1® fait que la ge.
main© dernier© ¡5 a reju prin-
ciéremefa era Kremlin )« chcf
du gouvsntement tautnain, le
leader payean Pete.r Oroza- On
r.tt.=nd incessamment á Mes-
aou la visite des chuts des
gauvememetin ¡xongroi» et bul
acá».
TOKIO— Ttmdk que Toía
s® rem'í tontement da# bletau
res reines au cora» 4© sa ten¬
tative de suicide raard! demiar
il a appris qu'u» da sss hom-
mes líges son ministre du bien
éttp public don» *1® cabins) de
Pearl Harbor, 1® lieutenant qí
níral ChjfcctMko Koisumi a pu
aiettre fin & ses jours. H Steit
1E «OBAMD» TEST'
raí la liste des 40 atoll*®!» 4©
guerra i'autorisaían de Hirohio de .a-
íier.
les milieux infrarmés onnon
cent que l'£*-minislr» de la »n
tó publique. Zoskumi qui f'est
suicidé ce matin tt toujour®
U au peuple ©n répétant les pro
messes que la gouvememeM de
Tojo foisait chaqué matin, fi
a toujours employ© la farce com
me membra du cabinet pour
combatir» los trinomio de To¬
jo. Depul* la chute da Tojo >1
vi volt retiré o» obscur. dons
«a retraít».
HEW YOHK— ta radio se
Tokio armo»» que 1© généteti
Talc hi Yomiimoto, ancl©^ com¬
mandant ám íoicm dan» ^ 0
Notd du Japón a íak haradn
av©c son sabto d© Samourc;
et s'est ensuite logó une bode
¿ans la tole avec son ravol-
vti ce mahn.
Derniére Minute
14 SEPTEWBE A 3 Hras. P. M-
MEXICO.--- E a été co»íitm»
que ia tóme conference pan-a-
móricaine du caí© se liendra á
San Salvador. Jusqua present
aucune dalf n‘a été encare k-
ié?. Par aüleurs ü semble que
Ja 4éme conference qui se t:«¡t
depuís 2 semarnes a Mexico
est arrives á la session finale.
Au cours des íravaux plus de
18 resolutions ont éié déja pré
sentées. Durant la session
a híer il a été demandé que ¡te
mtiiieurs prix so.eré escóreles
ñus pays producteurs áur les
I marches européens, qu'une ruar
• shé libre 'soit étabii pour tous
Ire pays producteurs et que ;s
service do contróle soit suppri
mé. Mais o» ne croit pas que .a
demande conoorruxM l'«i«n j«
\ioYi du, service de controle des
príx et de r importation soit pr¡
&e ©n consideraren. On fah r©
marquer que ce sendee repré
sanie un benéfica de 1 tn-.i-
Hard 5DQ.DOO.OOO de dollars aux
Etafs-Unis.
TOKIO.— Répondani aux en
tiques de 3a press©, le género!
Mac-Arthur dar» une tonque
declaration, a promis que tos au
íoitíés d'ocfupatoin améncai-
ne* »e íeroM «pas d® pa«e de
velours* cmx japo»ais. II a ex¬
pliqué que cos critiques sort
dues au to» des. atroches com
mises par íes japona!*. II u
mondé que la premxére phase
ó, ’¡‘occupation doit étre ton¬
que parce que il faut démobjH
ser et desarmar les torces ¡apa
raises, assurer ¡'evacuation 6c
teus i«s prisonnííts de guerrs
allies. En memo temps 1® géné
ral a révélé que la démobiUsa-
íio» de tout's tos torces japona
tes .pourra étrs achevée aveto
ie 15 Octobre.
LONDBffi. 11 a été ofhcie:
lament ramoneé que Asaf Ah.
membrs du «omite exécuiif du
congrés pan hindou aurai* de¬
claré que d'lci 6 mo s 1 Inde se
¡rouvera sur la route du crÜ--
gouvernemont. 11 a fait remar-
qurr que touts popositio» an¬
glais® qui auraii tendance a
s'opopser h la note de Sir
Crips en 1M2 réclamant ^ te
self govern merit pour H»de
«tambera comitse une bombe
momique».
lOTJDHES,— Des sources ai
ficislte* out attnoncé que VAn-
qleten» a repu u» “ote du
gouvemement ©gypti®» demon
daitt le contróle de la partió
Es! de róndense colonia i‘-a-
lienn® de la Cyrenaiqu®. Os
croit qua cett© not# a été tra°s
mise oux cairas membres par
ticipant i la contóle neo dm mi
r.:sires’ des affaires etrcnqéres
de loa*»#. Pctr ailloum, ¡¡ o
été «MHWtcé qua ta sesáon pl®
rufa© de to conffa*"»! p»“tra
¡¡o potíjsuivre jirsqu’ó «ne h«u
ra ctMM avaneit d@ to ’tof.
TOKIO.— Dan» une déc'a-
Krlion .i la presst. 1® Esafawmi
qénfaal Scitalwiq»#, c««w«
I dan) 4» la Sime veta*»
Aprés Je t«tt sujuém», vo¡ci
te «grand. )#«» la non motos .grande, réjanse.
bes Specialism* 4© rEnw».’
’gnemem lírbato íarateat bi»r.
de J'odminlslWt «use candido*#
des Examen# de Septembr» qu¡
so déroulm actuellemsnt L-j
Minlelre vmrah bien que ms
subordonnés toujour® prompts i
& ia tache, racuei&srtt, ame i
en saint respect, lea enseígne- j
monís du Maítre, pour les pus .
ser aux díacíplffe,
Ecouter -íe Mfetire:
•Etopuis 4 eras te Gouvsrae-
«msnt d® to Républiqu* exécu
«t® u» programm» de reform®
*ei d'cméüoxadon de rEtueiq
«guerra»! Orbajn á ion» le® d»l
«gré#. Ce programme a üit
*cauier des Hots d'encre, sons
• parlar das dtocour», des ru-
«meurs. des chuchotsmsrus ¡n-
• daíoripublas.,.,
Votla le* mot laché; «Chucho-
to monta todescriptiblea», d’oü
te test de coru-otesor. ;:o sui-
varit:
QUESTIONS'. Que alar.tile
«chuchotement.? L'adjschf
«Indescripí bl». quí suit te
mo! chuchotome»i eo’-o «tech¬
nique*?
Hépondee par oui ou par non.
MASIAGE
Noun annonpons avec piar-
elx qu' l sera celebré, domain
matin a 10 oros a la Basíliqr-o
Do node Dame, le marica5 de
m. Marcel C1EHMOUT
ervee
¡a distinqu®®
MteEe kotm-he FAME
Nous présenteos touts nos
compliments aux furors com
joints,
PARAMOUNT
Samedi a 8 hreslS sur de¬
mande genérale
TARZAN L'INDOMPTASLE
ler. Dem, terna et 4err;a dpi
sodes.
Entrée Générate Gd. 0.8D
came a révélé que d id ur an
i'Qccupation :o;aie du Japan so
ra achevée. Il a estimé r j ,1
iuf faudra pres d« 400.000 troa
pes qu- la Ssrno armée a
deja pres de 30 a 100,000 horn
mes au Japón. Pm tei-eurs. ,o
general a laii remarquer aux
questions des jouraalsUs que
,e Japón dépourvu. de toma
te ptutytmee crérienn®, tes-
tre at nava ie no peal plus eirá
l re menace,
MIAMI,— Un cyclone accom
pagné de iorts venís á u«© vi
•• tesa© de 136 mih& d l'beore %e
ding© mcd»t©n te de la florid© et d qudque
b'/Q miles au Sud-^t de ManU
'e. Les autoriíés ont déja pas-
fcés its instructions pour l eva
cuajos de íous las avlons mi
l tabes et les transports vers
4. es zones plus sures dans i’A*
lab-ama. D'aprés certames
sources sí le cyclong continué c
é ouiíler áana cette direction, ú
},ouixo trapper la cote de ia
1 íonde avafú demaín soír.
NEW YORK.— Deux grandes
cecouss. s ¡sismiques d'une ,'n-
t¿nsifé assea considézab¡& o¿n
été E-if.'.egistrées á 3100 mlks d&
New York dans une direction
non determine© ia suit derm©
re par i© sismograpLe d@ l’u-
niversité ds Fordham, D'apres
ertanes sources oes secoussés’
©nt du étr© r&ssentú© ©a Améri
que du Sud ou ©n Alaska.
lONDFffi^— De© sources os
dinairement bien Norm bes ont
sévélé que certaüis pays a-
yant dfs iníereis communs a*
■>,©c ntalie tela qu© la Yougas-
-fovie, la Orée© et 1‘Ethiopi©
Jounout éir© invites d prendr©
part d la con.férenc© dee minie
tres des aiafírss étrangéres des
• laudes puissances discu-,
imt actuellement du trailé de
I aíx iiaJiem
LONDRES,— B a été révélé
xdlciellemsnt que im alies ont
lucouvejt d FrauMort das plafij
rui avaieat ©té prepares par
b& allemanda pour IkfUláor
í-ampiétemlní %s intéréts d©8
r.tat&4Jnia dans h& pa^s de
rAmériqo» Latín» todl© jp©
Ies forces d'Hitler ¿ ia
veil!© 4© mmp&xim uno victoi"
*> m Europe,
Tribunal MHitaire
’ Suite de la lire page
j;istif.ant la reclamation, â–  La
C, D, H, La ©corté© e« dísaiK j
que sa competence finissait |
aux créanc.e au ¡déla da 1916. ;
Falls coiistanís, soul.gne :
TAccusateur Mü i taire: Alphons ©
Henriquez est Vauieur de tracts
aufaverslts, excitant 1© peuple a
íenvexSvt le gouvernemem ac
íuel, D©s suppllques sout
adre&sées aux legations, de-
ma«daiu Tinterventíon étrang©
authentte ; i . Dans le «Justicier», íl dé¬
cimo son intention de íairo lo
queue au gouvernement éta-
b)L I! dit s&s raisons, «L'kiísn
Ion* qui s© manifest© ©at dé
p un fait pni«U#abi©, B orga¬
nise un© manifestation pour
1 »c.ter nm©r»tion d'exécuúon,
ron intention de déímír©
\ oiáw iégai, ©si a peine voi--
k,© le piüple á se tíáfauc)
fiu Gouvernement actuel. Aya*U
p-eitroment conscience du ca-
iaCtere sédiíieux de telles Yü
tíatives, ü constituí) avoca!
avanf son arreetaíion. A^aly
ce juridiquel Nous savons
bien qu‘en matiére pénale, U
est ©nsiigné «Quelqu© coupa-
ble que soit un© intention, ells
enverser depuls trente ans, I bécéíici© d© Fmpunité*, Il y
molos cmgkmt ©t ócrirait edr*
tetmem^nt «au pays to tied-
tros»,
; .A tout seigneur, tout hon-
neur, I© chef d© la band©, cYst
Alphonse Heraiquoz. L©s temps
ent changó, depuis. la date be
al© de rhaiúanisatíon falsant
disparaihe cette «getone* dou
iouxeuse, partículiórement chó
sc au premier accuse. B se
dit lo déposiiaire du patriotic
me, 1© representará
qu© du nationalism©. Apres
1©S vepres dominicafnes d©
souvenir p©nJj>J© pour tons son
.«verb© Lell.ux* eat sold© par
puissance étrcmgére, dont
im maim óiabml/ pourprém
par le »ang haitlen. B aftichu,
id uno veil ©it© d ps in© déguí
hé ra des et legations étrangéros
pour renversir le gouvemu â– 
meet national constitution»!©!, ¡
coupabl© seulemont de^nB^pas
partager son clogme imbécil©
de haine, Qui est Alphonse
Honriquez, un agitateur, un ro
médien, un haineux qui n'a ia
mats travaillé, occup© qu ü
©st a combln=r les moyens ds
i.^isarb lace au problem© hai- |
ti; a. Fcmi-iV rappeler des ^
falls, des dates. C'est ¿'autv-ur j
sous ¡'administration d'Orest© '
Yamor de la fameuse Uttr2
«Chassez 1 s valets». Les va
lots, c'étaient les Ministres á'a-
lors- S'attendant a ©tí© arré-
fé pour son algarada ft ecn-
v't á Mr. Gauthier. Com-
tnlssaire Dominica:» pour luí
demcsrider de laissi-r ouvertss
¡es portes du Consuiat, dans
le vas ou il sexait ordonnó do
Fcarébr. Í! n'en hit ríen.
On brandit de 1’autre ccle, >•©
pass© d'AiphoPse Hennqiioz,
ron passage d la Douafie oe
Port-ce-Paix, la verite, c'est q’^
Direct tur de la Douane de Fort
Ce-Paix, it otírtí ses services
sa collaboration au Capitainc
du «Na-shí’U». Go n'est que
plus laid, qu© Sudie Dartigue-
nave, occupé qu'u eta.t pax tes
problemas immódiats d© la Ca¬
pitate, luí fit ordonner de tob
ter a toute prsssion P^ux la re
mise de la douane-, et alors i©
person nag© alia s© terrex chez
une párente.
Qui est Alphouse Henriquez?
En 1920, il dóbarque a Cama
cuey, a Cuba, h* Causal a'a-
íors est I© citoye-n Si© Lescoi.
Alphonse Henriquez ©M logé>
nourrl blanch! six mofa durani.
p di monde a sou ami 200 del
kns en empruut B édtí© d
Cuba un journal d'oppodb'On
au gouvernement do Dartigue-
xave. Incorrigible tapsur^ d
tevieui et demand© au mérae
Eli© Lescot urn© certains wwa
me pour sou depart Eu laute
gétooslié. cat bomme de
qiaud coeui iui donn© la va-
leur. Débazqué Head. Ah
phonse Henriquez agonit d'm
^ures, celui qui lux a fait du
ken.' C'est uu trovers chez
¿i'l peut agito la grgtjtu
$$ pour un© caloran:©, H !uí
íaut mordí© la main qui iui
tend in poito
Qui est Alphonse Henriq-iaz?
Sous radminUtxafib» de V¡n-
c;nt, il edite, som l'éqide de
¡ '¿hanger, «» joumal clafides
tin pour insulter le Gouverae-
raont de so» pays- Rap^ü1®
T«r Vincent, S est conduit ici
rem'w ct sa mfa®, ce«e mfae
am I'a ct charge. Ut> malm
¿ President isscot wcoit la vi
sis® de JfaéVw Atoad Henri
que*. Cell®-» toi eSf**® *°
détresse, t’tormn® cm grand
cwur qu'crrt 1® premier Magi*-
trai de la SépubBque s’émeut
B «’otee sponlanfaaent pour
toi» toucher me afame» con
trs i'Etet do»» depute iraní»
arts. ©He »• P®«< io“8 agtéet
!i légjfimité. C'est to plume
d'Alphons® Henriqu» 8P»i ^
ce«e tote*. I'AceiaoSsw Ml
iItaire tíanns lecture 4® -Cette
lettns exáltete Its qktmsm’A
da Chef 4e I'Bert, qui fetit uhe
favercr en fcd»ct»t perf»» %Í0%
une d.fiéience entre la teteu
t; ve e? I attentat, art, 66, C. P.
On peale 4® l'aufce cóté de
1'absence 4® to violence. ^ E
la;? du gouvernement constitu
üonnei u» gouvememerrt ds
facto et invite le peuple a le
renvsrser. Manifestation pací
ííqu®, dít-oní Si la poli» °'a
valí agí avec célérité, Disa
tsfa sent ce a quoí, nous au
«>¡?ss assist® de violence.
Les faite soto constante pout
H. criques et ses associés, cou
pables d’atUaiat contri' la su
rete do l'Etat,
Ce preces doit étr« examine
seion la jmispiudence ttattie»
ae, ie Droit HaiSs», la norme
hcáüenne,
Subitement i'assistance »e
s'y attendant nuhement torn
TAccusateur Mtlitatre dans soTi
argumentation genérale ntoi-
nongait le rnolnrire iléclüsse-
reent renonce á l'accusaiion
pour Delay, Corté, Ciorissatot,
et dt mande des circonstaoces
atténuantes pour Jn. Baptiste.
C’est á Me, Laurent, qu'tl K-
vient de combatiré ia these de
Faccusateur Kerby;
L'Accusateur a-t-il défi»! Ia
cúrete extérteure de i'Etat et
Tattentat centre la surtís de i'E-
iat. 11 a parlé d'u» Droit Hai
iieri, cu vod-on un Drout Ha,-
tlen? Le iégtelateur hateen
oarticuliérement sur le tenoi»
penal a transcrit fidélejnent ia
methods fangates da»s les co
des frangais ®n vigrau?. Cg
la depuis la legislation hateen
re de 1810,
Et que díseM les maiíres en
droit penal irangais, des arti¬
cles du code, penal. tovaria
blement, tons ont u»e visibility
i ídeníique. La penses, la pe»
! sée propre d'un homme na
¡ . aurai» luí fare imputé® h cri
I m taut qu'®lto u* ^ f>°» “
; Serialises dans un acte, un fait
recontar délictueux. C'est i'ap
piicaíion rigouieus® pour l'oc-
rusé Heruiquez, Sa facón de
éolr difiéietes de ceñe de plus
dim. pensée teadaits sur des
•siencHs» c’est sa propriété, sa
vis móntale a lui. C'est ndí
culo de remoútsr aux tirades
de Wagner sur to patriotisms
pour tes lui imputar ó crime.
Ce so»t ces idées, qui dan* te
défttqe de fe et da feu, ow
animé, sauteeu, aoutevé toas
Us héxos. en passa®* de 'Stalin
trad, Sebastopol iuspi’aux
plaí»es de HaraKKídi®. ?<«»
quoi ne scM-lls pas imp&pjfe,
ceux qui aux quad® vente du
monde da»®» cette «near-dé-
moaratiqu® quí souíéve íSe*»
tp«.
Cte ¡rajaroche á fíemiepsí d'«
vfar oonslilué svoeat «rafa
mkn» d'étre toM. C’est ¡jb'I
Be aeát coupableí Non, c'est
qtfíl eeuMa aae detestable*
jnoeur» politojues! Tout» la
tkFMwr 4 t’-appoesc a m »
siqnlii® oUCUE«i»«fi • re"
corma* »» oe»5® dondsmna
L’avocat do»ne lectura d»“ !
definition * Chmívau - ^
sur Tacto commence- « e,‘
scigné que le* discours. les
ócrít* ne peuvetit coasmuer un
délit ?«s plus qu® le como»»
cemefa d’ execution ne pent
étre assimilé a ¡’attentat, com-
ro,.„tair8du Garde des Scwx.
c curta totorvefawn d® Mots®.
•En logic»» et an honra® rf*
ioi, je veux g«®r tribu’lfil
contre ou me erreur ou une tac
t'que da r'Accusoteonl LAccu
soteur Müiteir» vete quand roe
n,e que tes «*£tnptoiro« du
.Justiciar* éeart» p« décision
¿o Sa Co®, faayefa 1® jug»®t r«
o softir eofar® ce®
i B cst acquis aux débate qu®
sites la» tracts rócennos par
luí sont oppasoWfM. Editions
du «Justicier, appeis et tna«l-
festes miméogrophiés Mré* dea
rh-ncils d’Henriqusr n oi,t ou-
cuní valeur corotos preuve.
C'est iogíque, le® edition n'esl
pos te fait de ¡'accuse Howí-
qv,ez, ni celui doccur atete
acensé. C'.s» le h',de to Po-
lie®.
Beaucoup de bruit ateo® des
actos politiquee d’Henriqu02 de
Dartíguenavr á Lescot. Mais
c’est ie dioít d'un citoye» d'o-
piner en totee liberté sur -a
gestión publique, s® la Cons-
Etution, Une constitution, n'eeí
pas porfaít». Un chef d'Etcrt »e
pe®, se cout-faer que de Topi-
njoxt fie l'équip? an. pouvoir.
11 res© aussi Topi^íon des gou-
vemés. L'acfion politiqu© d'Hefl
nquez opposée a áes gouvex-
nements tels ceux Di d- Lescot n’est pos dirige©
contre ces citoyexis, mais con-
ne leux conception de gérsr la
chose pnbhqux. Hexijjqu©z «'est
done pas contre Lescot.
ne desespére pas á'obte-
»ir son acquittement, son oc-
auitt-ment découle des déba-s.
Vous ie voyez bien a la ma-
! rjjere doil! FAccusation s'ac-
1 quiíte de sa tache ,-diífícíle, ^és
t d'un© dií:ctueuse ©nquéte po¬
li cíete.
Me. Rígal, an cours du pro-
cés qui s’est terminó híer soír
: á la Cour Martial© par une dou
ble condemnation de 6 et 3
ans r:sp©ctívement s'écria:
*Vous parlez de consdtutío:i,
de la garde vigilante que doit
exercei sans dóíaillance U
Gouvernement pour qu'aucun©
atíemt© ne soit dírigée contre
cette chose sainie! Mais c'est
h Gal. Vincent qu} a inauguré
et ds -quelle íayon toutes les
añaques contie la Constihuion.
Onz© Sénateuxs ©ont renvoyés
pour déíendr© ’a Charts ds
tañí d- violations. Et depuis
retís pratique s'e&t ,ir't©nB:íiée
et Ion n'est pas pr,st d'y renon-
cex. D's partículiem, comise
Henriquez e« patíseent Pour
demand©! qu© cela ceas©, lia
sont persecutes...
« * •
i® Commissair® Keraferan.
portont de la souacriptto» r®-
cueülis par Alphonée H®uri-
qwz pora «5s Swmsnf du Boto
Cairaan- dote lo representation
S9«>a »oa ¡
u» plan Ogricole J2iTSS.
4 huistotes, Txn ii****
me& et Spécialisie* ®
átedrraifaeX^:
di darater be* modaiíté» du rfa,,
mocfed'raphrafeuLéífi
jet d impartan^ débate, **
Qu®2* W fe* >0¡-
yee® CTváogfe poW
pilcaban? Comporí&.jf 4e„ ^
*urM d'essemble *
tousion ogr'«le ■ appra^S
D'aprés 1® nouveau
Wpartemeat de iAmSf
uto prévu que 7.00© ¿3
pour Texíension, Cefc ,2
es’-®lte destiné® cm jJosj.'TÍ
C'est 1© régime soiiato»3
pour miera dir« lt tocittíH
sciemiiique qu: a iíivseaé 3
vystéme d* plan mtapJ
I Nos amis Dr, Etiew» qJJ|
j Míehel Bcuraoto %gS
Itspéts qu¡ ont au é «¡GS
tour points d© »u«,*»wJ
cmmquttmtal oH-iln -s
I enemente sur ¡e. pIaa
! Tapniicailcn des ««¡*¿"2
1 le Ministr ad» i,, m<>¡m i
mieux almé eoumeftrsj#^
é une d^cv’tosíon é hé&$¿
pluíoí qua un débm p^¡
n acornáis tu iíeu dit
casé .tt un vulgaij§ • |
V'iotentB protestation dsj
cuta ds ia defensa
¿e se Titíiej si l'Accys^^é
¿Hake ne deven renoficsj \
<-©s ©xpress ¡oils
enyenimam davama^ |3
gonisme entre lAccus^I
i te Défemm.
Toujours Me. EigaL
furéíez Alphonse Hemlqm0
ce quil esí candida! a k^j
■ yidence et cxpr.m©
pour' ur¡& maúleme
la chose publique, Cvá t||
droit de ciíoyen qui hUísíj
comm si contre t&quel
pouv¿ z légalemsnt riea. ll
un© liste de ciíoyens
} Pour rempiacer l'éqt^au^
j voir. Mbl, Me.
I uí} Piaíl de gouve^^te^, |
1 u'©n fa¿ auaxn myséfs,
void Jes grandes Ãœgsgg,
tous poinis pare.lies á £^ks#j
Ms. Henriqiuz. 9wscp& f
; rn'anéís-t-on pas!
Par dé-cisíon ©st retiré Ja parol© a U&W‘
gol, Iq Cour estiman! qsf j&j
cartaií des íaits de k
Le Greííier lui a retasé qassktf
consignee dans les miste
t- decision du Tribunal
at*
Sin qufa a¡l«s-voia w
*r pora motivar ta ,
de condemnation coat» SMj
quez et Bey? dit te JSgjj^
S Y a une décimos M.)
Cour, écarkmt les «aa^||
du .Justicier», les méographiéa á ia PtmtWm
díale, Íes suppllques m "
Bigs*. Nous vous awM*t¡B
qué que ces «traes. MfMB
briqués par la Police, B **
v;er¡; eas d la Deferís©
ver 1© délií...
2 s'agit d© tráete,
a. rrcoimu les avoY ééÁ^<
dbijíbués, Mais Ia> srf.S
'©ur conienu ebN
léxe délicíueux.
APRES LES SHCTA®
LE RENDEZ-VOUS C? a
KABLMAffS CAB
gourdes h ífeta Haraigua», ®a bouvíou déaocnégiw fe»
i’«bs»8as d» pfioas séri»v»és j *a* matwt pdtóqB»*, *0^* **
Kocaw’seps*6
Cliampiifl®1
des
Ginger $
AY3B0 wn*’
RHUM PBSÍ***
â– gWggwnigg'


Full Text
Me Arthur répond aux Critiques de la Presse
CommentaIr®s
¡¡UB LA SITUATION
oneRSAWaiMS
Pardon, Mr. le Ministre.
y# de Washing.
^ 203 j©um ^derhiers, oat la s
¿ entendí qu® PrésJkúnt
at ie-Secretaire d'Stai
^¡03 By*».© auraieuf douné
hla'sche a S. Braden, pour
.yj. ?e ,-pji concern© les Atfai-
jrs lajfl^toteaiae*.
On iss t que S. Braden visnt
á'^rs nossme Assistant Seeré-
d’Etate ©n rwaplacsmeat
¿3 Bfelsoa Rockefeller. Et on
ggfc auml quelles sont les dé
dssrttíio51» que Braden a faite©
*r Arge^®*
g*j© des derniéree,— et qui
a ííki& son importance — c'est
$$U$ disant qm he Etais-Ums
donnerónt csucune aide, au¬
cas concoma aux pays qu¿ n©
moa\ pos dañe, la norme dé-
ajocratique, la norme constitu
1"TXV. â– 
Tout le mande constate avec
^elie prodigaffió, les Etats-
Unls donnent d*s centerings de
r,¡nk>ns de dollars aux Nations
qa'ils e/ffendent aider. D'un
$aul trait de plume, le Présl-
i- »t ;Vu:::¡crn annul© 45 mü-
.. leads de dotas de Prét et
Ifv .I va ©ir© done facile de re-
•L':-'«atóre» les pays que les E*
: v^É^nís. yeuleni cádex ou pos.
te -premiers auront íoui -ter-
':-/ ^8f qu'iis vanáronte et les
; serón t obliges de pa
;:.yér crux Etats-lJnis, 1© moindre
;cfsfiae dü.
Cete diliérence d? traite-
-: üM es! implacccble! Inplac-
ffiMs surtout pour les Peupies,
,l$8 Papulations quí souünront
dt ceí éfcff de chases, car lis
re recívront que la juste por-
£&& congrua, pour ne pos ere•
Vftr de faim.
líen d'autrel
. la norme démocratíque et
tcnsfF.utíonnehe que rédame
§. Braden est-clle si difficile
ase cela?
1 nous semble que casi la
ctae la plus simple, la plus
ten» et la plus agréable d r¿-
«Jiger. Un Pouvoír Exécuiíf, sou
f&au par I'Opinion Publique et
a.áé par des Sénaieurs et Dé*
ps&ks Hbr-:ment élus, et rUscu
tost librement des affaires pu¬
bliques? Ufes Juges competente
etebonsétes, décidcrnt unique
ttttá solo© leur conscience pí
la ká? A cote dé ces Trois Pou
tes, un$. Presse Mbxe de signa
íetlous maaquemenis, toute er
rear, tout© negligence, et de
vdisoaier toetes les questions,
l’Op'níoa Publique
juger en oonnaiasonca
:de: cause. •
¿os chests étant alnsí. c'est
kr;c©nfianc© genérale, a l‘in*é*
«est comme d l'Exiéñeur. Cest
iteéde, c'est le con corns de
&%s, á FZntéríeur, comme á
l^tt^ieur. Aussl, dans ce
JMb**de Meillsur qu «>• les D¿rn¡>
triompbgntes entendent
í^arrer da^s notre Contlju«t
a- havers THuma^ite.
voyons diíficilement qu‘-
•VBé Nailon puisse se moriré:
réfmctabre a ce system© sim¬
ple, feoile ©t agréable,
$Y Prober, ce serait un
stupid©..; Aussi, bous avons ía
’ conviction que 1» mon-
formero qukun» dans ce
Nous r© voulions guére nom
étendrs en consideration sur I-..s
«considerations autour du Pró¬
bleme de ¡'Education, piése-u
té s aux Cours d'Eté par k> Mí
» s.r- et reproduces, en larges
extra'ts, da’'* «Haití-JournaU.
Notre article d'avant-hícr,
hx:á: *Fm f.sr Alerte» souli-
| gna.t le caractére vehement et
méme acrímonicux des ¡Con¬
siderations» du Ministre; ot á
rolirr, da»s le silence, loir i «rumeur* et des chúcheteme*;,»
:-dscriplibles* (s?c la paqr du
Minsire, nous son*mos n.’prf.
i cujcard'hui, d‘y tmuv i : i
* marque de la com j<- o'
*Qn‘avons-nocp k, t í;'4-
crie le Ministro o \s> * ' â– 
: «auatre ans, den'; ,o¡ . •©
*de rEns^gneme^t Secón ’ * *
â– >xv, par exemple... Vans r.a-
ív©2 qu’d lire lec a;*-rr >*,«!
*quí se publb r.\ o. rom-1 -n
«pour vous rendre coar1' ' c
-Cq que dans certa rs f =
«•d? ¡'opinion o« v * : > v
'•technicien... II semo.e q . o '
Cndívídu considere comme nos
«sédant un© culture ge’ér- ^ .
«perd automatiquem 1 f io * e
- iquhl s’avíse de pousser plus
• crvant srs conan;s.sances et de
‘ í-aíre des étuaes supér’eures
«spécialisées».
Avec tout le respect qu?
rous professons pour le Minis¬
tre, nous luí dísons qu'íl pose
mal le prob’erne. II n- s'rqii
pas pour J’ous, 11 ne s'esi ña¬
máis agí p-our nous de copies-
\ei cm techn'ci'n 3e bénéíics de
ra culture genérale, Ce que
nous avons combaitu dans ce
journal, ce qu- nous combat-
ions, c'est cetíe tendance du
tech^íc en, ce partí-prís du íech
niel-' n d vouloir précísémcnt
harm ir cette culture genérelo
ce notre enseígrement s".on-
daíre; c© que nous combattons,
c'est í'obstlnation du pchnicic-n
¿ vouloir remplace? celta cul¬
ture genérale, dés'ntéressée,
humaíne, par la notion á'udhié,
par 1'orientador, profession'-ol-
le, par des «tesis» mácanlqune
Ce n’est pas tant le techniclc-n
c'est la tíchnique du- technírien
rétorruateur que nous répu-
d’ons: cette technique de vou-
Icír caporaliser noire Univ^rs:- .
té, tuer le ciassicísme.
Plus loir, 1© Ministre n'cst
pas plus heureux. La coníusto»
dívient enorme. j
«Ces humanistas -- écrlt 1c
«Mrnshe avaient peutéra
íoublié que Tétrcrrque, I%n des
«Péi’s de l'Humanísme en I-
4. taire, pouvaii pas lire le
*G?ee... Je ciois que si certan-
«n©s gens en Haití qui em-
«piolent ie mot «Humanismo»
ímot et sa vraie- signification.
*beaucoup de., discussions sté-
’dies et partoig ridicules so-
; «íaient évitée©.,.*
L. Minisk© n© compre*'d-Íl
: done pos que rhumanUme esi
: an© chose tí que les humaivl-
| tés en sont un© autre?
i ' L'enseignemont gréco-latín
: releve des HUMANlTES, Nona
; *ouligno«s le mot HUMANlTES
, ñ i'adresse du Ministre. íí n'y
o pas d human,tés sons le grec
; ei le latín, Maig Vhammmne
pent bis» aller sans 1© groe.
: l Lnman.iS.rne c mt uno concap
* ro la vio, uv& affair© de
*yTmc,*% ( t <4 c© gut confer©
u 1 am de 1 Occidental sa
¡Kf.’-cuur, ,on inouvement ©t
v '• i*1 i tf I.humanism© c'ost ;
uu< . iTospocf on, un avance*
meat aans ¡a connaissance -do
, >. ‘O1 o torn.e de sympa
\ >iv avtív i oí.i© du genre au-
1 ’ ’ A a m , ti de ce torrent
...yu't '¡u .ous emporte, Tira
o* me di v.ent un moyen d’©
¡.¡per a .epsemére; c'est,
corone ’ ‘A jve^ saveur Pan
"Cíut, , art 'jo .s conlíre au
-Ofcdai¡¡ oes cnoses fortuitas et
-s- *cr‘ t i can* ies chose* é-
Mwi © ÍC‘
L ex=?mp¡e a© Petrarquc qui
a posé le front pour mourír sur
! ,s textos á'Homére ou de Plu-
torque, marque bien la coníu-
,--.¿on dans Tesprít du Ministre,
entre humanism© et humamtés.
Le Gh-Í de VUnlvesité con-
¡ a vtuiúm
M>wsm HUE BAMAKO kxluce
POBT-AV-PBWCE — HAITI
Ka 21.520 — VENDHEDI H SEPTEMBHE 1845
Jh O. 50* A, 21*
PHOHISj 2231 24S3
Funéralltep
DE Vt*. LYS DDVXGHIAOD
Hiur apues-mídb au m'íleu
d'un. impomn\ convol cu
l eu \m íunérailles ú% Vw, Lys
Duvigr«©aud, mere de ilotr©
chur (:A vlcjl ami, fréckklc Du-
vígnoaud.
Malgre la pluíe, \m pamni-j
e! nom.breux amis de natxe an¬
dón Dir. cteur, tenant d lui ap¬
eador le tómoignage de leur
sympathie en cette doubu.rv u-
se círconstance, o;-'t suirl d
pied la dépouille de cetíe ho¬
norable mere de fam ily qui
ful durant toute son ©xk*Tncc,
va r.rcdél' ch’ beau© -ouríavt.s
€¡ d une rare distinción,
Aussl son- enten-meat don¬
na lisa cr una grande e¡ émou-
vante manifestation de regn ts.
d laquelie sesl amoclé ¡a Ca¬
pital©.
Le President de la BépuhÜ-
REMISE
De tettres de Créance
Hnue, et, dans u^e phrase quo * v h íart représe^tef par
Volt-aire exxi enviée pour so ciar
is, :1 écrit:
«Le jour ou, sans éire néces
'5airem.vnt confe 1‘enseigre-
â– bien jalre Ja distinction entre
-i'humanísme et les exere'ces
; de simple Uaduction «echo et
"«mécanique de quslques tex-
; -es areas et latías,l'on sera pent
«etre etonn© de voir qu'cu ío»d
«on est tous á'accórdí.
Comprende qui peuti
Outre ces deux confusions
que nous venous do rexevei
nous ne pouvons nous empeh
cher de souligner dans Farticle
uua contradiction, il est vrah
Gordie' seconaaire.
Malencontreusement, 1© Mi-
¿Lstie se livre d des critiques
acerbos co^tre ce qu'il appel*
i© «le grand «Injtlé», le dépo-
¡sitaire de Lhéritage culture!
«et spirituel de la civilisation
'•Occidental© quí se met á lire
'-une demi domain© á'aiíteürs
«utéraíres et á écrire avec íor
«ce citations en intercalan! ga
«et ¡ex le nom de Aristote, Pla¬
ntón, Horace. Sénéque, Kcrnr,
«Desearles...» Le Ministre n© se
rend pas compíe que son ar\:-
cle íaisonn© de citations, «qu'il'
y intercalé, ga et 1er* les noms
áo Xéofiard dé Vinci, de Hada
n:ard, de Petrarque, de Saint-
Thomas d'Aquin etc-,
un Ofíicier de sa Ma.ison Mili-
taire.
«Le Nouv ¿liste» s'índine res
pectueusement devant ,!a memo]
re de la reqrelté® defu'ste, en
ronouvslcrnt á son fils et aux au
tres parents éorouves Tassu¬
rance de ses plus vives et s:n-
céres condoleances. -
LA MISSION CUBAIN.E
. A DAMIEN .
Ce maP á 10 hs. la Mission
Cubalno compose© de Mss-
Faustina Caleines, Emiliano Lu
na, Gervaiio Sigueredo, Kami j dans Ja nonvelle ©re
DISCOURS
Da du Gumémvla
Lm Haím íhm&mifa García
Monsieur I© Présidom,
l'ai 1© grand honnem 'd© m
metbc d Voj© £xc. U©nce ía
Lettf© Autograph© du Ciloyun
President de la fíépubhque du
Guatemala Doct-ur Iua« ío«é
Arévalo, par iaquelic II m’ac
urédite comme Divoyé Exlra-
ordinair© et Maiísiie Plénipo-
tentaír© pros Fulastre Gouv ;r
-ement de Voire Excellence.
Chat pour moí un privilege
d ©U© le premier représentant
officiel du Guatemala dans ia
Hepublique d'Haití, vers ia*
quell* je me sais ©e»ti de tout
temps graxidemant atüré et
pour laquelle je proíesse dójd
la plus vív© sympathle. ¿o
accomplissam cette qés agréa
b¿© demarche que m'a corLíée
moa Gouvernemeat, en d-;s cír
Constances sí favorables aux
cordiales relations mteniationa
les, comm© celles qui, si hsu
reusemaM, existent cmjonr
d’hm >aprm Facilillo conua-
graüon mondial© qui vis ni de
prendía tin, je me piáis á exp:i
mer a Voff© Excellence qua Fé
tabUssement de missions dip i a
manques entre ks pays d’Amé
xique, ©st aujouid’hui plus que
jamóle indispensable á la
meilleure henmonie et compró
heasion spírituell© et matéxiei
quí
LE MINISTRE CANEVARO
DECORE
Hier soir, au cours d‘un Ban¬
quet oiteri en son ho-’uu ur par
le Ministre d;s Relations Fx-
U.'lvures, Son Exdellencé M.
Canevaro a été decoré de Fcr-
LE FESTIVAL RADIOPHONI-
QUE DE LA HH3-W
í Híer soír, d Paramount, ie
; festival ra-díophoníque da la
: UH3W a connu un sensatlonnei
ucees,
Tout ?ort*au*?rince avail ie-
| d:e NcLonal Honnrur e: Me- jP-u a apporter le iémoignag© de
i rite au grade de Grand Offí- 1 ’’ ‘ ' ** n
rm
aer,
. • C'est oour nous Foccas.on de
# aura» pay» »e itra J lK [a athie d0!„
« part comm® ¡ A.aen- | ^ u ^ ,e Minisiie
Canevaro qui, par une action
diplomatique . intelligent© et
piein® de cordialité, a su creer
un réel ciímat d'amHié entre le
Patou et Haití.
Nous íélicitons le Ministre
Canevaro de sa disi'.ncüon. et
nous le príods d'agréer J'hom-
mage renouvelé d© notre am--
tié,
part comme FArqen
el 1‘Espagne, pour que, ds j
on ¡&8 manir® du doiqt,
s^tte sur la sektteí
SEPTEMBRE 45 *
¡a vie I©s «iraca»» vían
on va du «iact» au
que «Hay-» moni et
. «out Ubmé». Seúl
sí* i»carcé„. «ré».
^ tout cca^ dan® cette' affaí-
^ plus d’u» préve-
Lqpcdraque».
oa admiration d M. Ricardo
W-sidmaier quí dirige avec rent
d'ítitelligí'nce ia Station de fía
dícdífíusion HHBW.
Le concert a été de choíx.
Les Jazz Saleh, Cabral, I©
Trío Haití, lee mllstes Lartty,
Tocnhuss, Charmer, Martial
Day, Lcnguichatie se ñxs^t ap
plaudir dans un programme
varié ©í de choix.
Au seu^l du programme, M,
Maurice Ducháis Uier, sous- Di
recteur du Studio rehaga las ac
Uvítés d© la Station d© 1935 a
ia Gonxales, José Lius Hurta¬
do, Dionisio Peguxo, Leoviga-
do Vincente. Angel Pompa, Rey
naldo Rodríguez, representa'^
du MinSsteie d¿ FAgriculture
r de Cuba, des Syndicate et de
;a Federation des Ouvriaxs du
Sucre, acccmpagnée, de ?4r,
Edouard Baker, de FEconomía
Burale, a rendu visíte a Da¬
mien. Elle a pris contad avsc
la Direction Genérale ©t les spé
cialistes et a fait un tour d'bo-
r'zon sur les problemas qui erf-
íectent Fíndushi© suerfer© en
Haití.
HENRIQUE2 ET REY
• SE POURVOIENT
EN CASSATION
Ce ma^ d onza baures Mrs
Alphonse Henríquez at Mauri¬
ce Rey, asslstés de Mí& Emm,
Cauvín et Riga! ont été con¬
duits aux Cosí roes Dessalí-
nts oii íls ont íait la ur declara
fon de pourvoí en Cassation
contra la sentence du Conseit
Supéríeur, Míliiairo at Parma’
nani Iss condaranant respadi-
vemeni á B ans é'empñsonne- :
maní ©t 3 ans á'emprkonna*
menf pour attentat co^tre ¡a
¿úr§ié de FEtat.
Ies demandeuxs excipent -de T In í
compéteace d'exces de pou
voir. ¡
!
commence da I'apróa guerre,
d’ou dolvent surgir la paix avl-
dem:nt désírée et la prosper!
té pour las nations.
L© Gouvernemení ©t le Peu
pie Guatémalféques sont surs
qu'une "politique féconde, d'crc
Uve et loyal© cooperation, est
proch© entre moxx pays ©t vo
be noble at progressists nation,
berceau d© la tres brillante f¿
gura continental© d'AJexcmdre
Pétton, grand patrióte haíhea
ai íllustr© collaborateur ©t ami
da Bolívar, avec qui il portage
la patirnitó du Panaméricunis-
ma, doní nous recueillon© main
tenant les xnaíllaurs fruits at
pour ¡equal nous nous seniors
s? orgueillsux dans tout© node
Am arique.
Qu© Votr© Excellence me per
mstta, ©n mem© temps, da m
manjfftster qu’en mon payu on
connait et on apprede, depute
plusieurs années deja, Félite i«
títadualíe* hcátienne, qm re¬
présente un© des plus hautes
manifestations d© Fesprit fran-
§ate, eí doni Votr© Excellence
est un si digne exposant.
J'cccomplis ©n ceffs heureu
se opportunité la mission dVx
primer d Votre Excellence, au
nom du Premier Mandato ro
de roa patria, las sinceres
voeux qu'H formule pour la
grandeur ©t la prospérité d'Hai
ti ©t pour 1© bonheur personnel
ítEPONSE
De Sos Excel!la Préside»!
P-* la Iiépuhik|u©
Monsl-ur la M'íGMiv,
C’est avec la phm vil plate ¿r
qac? )o tw;o&< dm main* de Vo
ti© Exc©Uv«C0 la D’Urn Auto¬
graph© par laque]]© i'Honoro-
b!© Préñ• deí¡i du Guatemala
L'accróciíté ptén la Gouvrrne-
ment da la Républiqu© d'Hoítl
an qualité d'Envoyé Extraoí di
-‘aire et Ministre PiesUpotenticrí
re,
Vous me crolroz sa?te pe nct
Monsieur 1© Monistic, si j© vous
Jis que 1© Gouv-rnement Hat
Leus e? moi-méme nous nous ré
jouissons pk'tnernerd ©t since
rammt da voir setablir entra
deux notions socuxs des Amé
riques les nabs officiate qui
vieunant consolidtr la tradí-
I itorrnelle amitió qui los a lou
jours unies. Te vous souhcn
te la bienvenue et vous íéfci
te d'etre la premiar Représen
tant de votre pays dans la per
tríe é‘Alexandra Pétion, Fam;
da Bolívcn'. Et j'aime que
vous ayer evoqué tout-d-l heu ;
re, de facón si opportune. Is
souvenir de ces Peres du Pa
naméricanísme, au moment ou !
s'inaugure la premiere mission ;
permanent© du Guatemala e» !
H«m. ■
Pour reprendía une pensé?
d? Votre FvpeHence, ja me :
píate a crcíre que nuFíe óoo- i
qn© n’pst plus propíce d Felá
hlíssrmenf de relations diplo-
mat:ques enfre les Etats de eot
Hémtephér© qui, au cours de
la guerre mondial» heurar-se- •
nent terminé©, n'ont jamais ]
íuilli a l'idéal panamériccrn. !
L'ignobl© déchamement des íor \
cas d'oppr: ssion. nous a tou- \
jours trouvés groupéó autour
de la banníésgt de la Liberté et
du respect de Fmdivídu, 11
s'ayere absolum'íit nécfsscí-
re, dans celt© periods de réox
cctnjsatios du monde sur des
bases plus justes *a plus éq-ri
tables, que des pays comma
>s nótres, nounls aux mames
sources d? la latínité, arrív?'?U
á miau* se connaltr© sur le
plan des relations économl-
ques, culturellas polítiques,
afín da míaux s'appréder ai de
nj:ux s’aimer.
Nos communaulés ont prte
r.a’ssanoe, Monsieur le Mu-ís
be, sous I© souffle de la libar
é. Eli-3 s© sont íargé un©
ame fiera, orgueUleus© quí,
loujours, les portara a se dr©3
ser contra touias las tyrannies
d'oii qu'alies puissant venir. Et
Tribunal
Militaira
im bebats Qmmmm
Aprés kctuta dm minuta»
FW te qtGñ m Fii# é& rrnám
c© de mordí, Fac-cusé Alphon
m Hmiiqnm sallicílani régu*
üéi ¿ mmu Fautorísatíon de la
com fit un© mis© au point
guaní d une omtesion úum c©
compt© rendu d© nature d de
huir© Feconomía dz la déposí
tion cmtórieure, «II ©ut a décla-*
im dü-ii in limine lilis qu© tea
allies é;cr¡©nt ©near© ©u güero.*
avec ! que le traite devam metffe ií^
cr ¡a guerra n'a pos été signa.
?>n répüquG nous dísona que
> Fétat do guerre consiste éa»a
| das acm« d’hoaííiité accompli»
Fun© contra Fautrs par les par
s ©n cause, L'étai de paix
; j¿suite d?j la cessation des has
| t.liíés. Lhuslrumenfum, traite
’ de paix n© met pas, ©'©n dé*
; píate© au Comratesairs fin oux
hostiUíés. H ne Iait qu© cons¬
tatar la paix rétabff©, ©i lee
conditions de cette paix, tout
comme un act - authesffqu© de
vento n'esi pos générateur do
; lo vente, le traite de paix n’cst
p'ts gé'terat ur de paix. La
ouerre «a\t .par les hostilités,
í la pa x n-aít at la auerre meurt
! par les note» de clairo» «ceasez
i le feu*..«
| Sur la demand© da Faecusa
} teur Mílliair©, Faudienos ©st l'“
: véa. A la reprise, FAccusoíeur
, Müí'aire pro«once son réquísí
'otee.
*Da”s c© slécie ou Fenvte,
la ha’ne, *aosU des fails cou-
jcnts, ou la calom»ie est leur
: í.rilié pc-ur leur extérioñsation ai
| fícacr, oü le patriotteme. le cí-
I vísme, la gratitude, dans notre
; affrcuse terminologi©, soiment
á faux, vides de toute Uur rt
che tonalite, leur noble signi¬
fication, il n'e*t pae surpxena^t
que «ous ayons á connaítre
d'un tel procos diHÍ. II conti¬
nue:
Ce sont les memas individué
qui depute líente' a.ns occu
pent Y opinion par leur me» bes
edíeuses; -ditíejées contre Ies
Gouvernemente occupés a dé
méier les donné's du probte-
iP8 haitien, conde tout pablo
tisme. II serait bou qu© }m
cours d'hlstoir©-* nationalí.- ©t
ó.& c'visme^oíent intensifies
dans les ¿coles pour combat
tre cet óíat d'esprít dissofvaní
dr la fídélité d la patrie, de la
solidante á la race. Notts en ar
voní tant besóte ©n ceí instant
ou choz tanf d'índividi» qui
prétendant ©n detente le mono
pote, le patriotism© s'est tmvo
’est pourquol je partage une t dissous, tan* leurs act©» te-
VERS KENSCOFT BSÜ ROBES , d? son tllusír© Waideai voeux
1945.
» w
*® »wm«g voto-
ví vom t
INAUGURATION BU CENTTSE
l>E CWtTRE
HAITlAHO-BlITAIIffiQOE
•Deraa’n crprés-midi de S ó 7
sera inauguré le Cerire de Cul¬
ture HaitiaBO-Briom'iqu®. _ '
A cetto occwIoe une réesp-
tios atara lian •« i'konamr du
T«»»on I»
Belie soiree potir laquelle
nous felicitóos notre ermi Wisd
ir.aier et le personnel ds la Sta
tion.
RHUMRIOBE
56, HUE COURSE, 8
”9*T.AD-Panf08
A 3 ET 4 GOHHIÃœS
Nous appre»o®s qu® a® ma¬
tin a été envoy© á Kenscoff uT*
stock de &D0 robes et cc®turnes
doni ngus pariio&s hier ©t qui
es rom vend us pa» plus cher
que 3 et 4 gomdm.
Comme nous Favo»© expli¬
qué, o© sont des robre qui ©ont
mérm ©n sois.
Voild quí va fair© du bien,
donn©r u» peu de gout et aréer
la coquelt&ne dam note© cías*
S© ftécessheuüe.
I>es stock» «tatas «a-
voyés dsns U $uá ésm le
m . .......
auxqaels j© me pieria a afoater
tes miens personnels, vous as
surant en memo temps, qu© je
â– onvicffon aussi forte qua te
votre d'un© collaboration rvití©
re ©t stecére entre no»
peuptes et nos Gouvern©-
ments. Pour note© parte
c'est «vec un constant te-
térét que nous avons toufours
suíví les inceseanís ti remar-
quabtes efforts du noble pay-s
qu© représente Vote© Exenten
SUiU^l 4ÍÍ101Í4» í?ití|A», IjUO F& " --Í-
mtefforcerai durant ma mission 1 e© pour tente dignamente dann
díplomabqm á accroíte© ©t á cogent des nations
fortifier d® plus e» pitia Ua
Jians de 6r«dsfíoan@lle am'tii
out nous ur,lsser'f. compfont,
comme je l, apére, aur la b»n
veülance et l'qppuí de Voto
Excellent».
1
VOUS TRO0VEREZ .TIMES»
*r .nmswm* us a
mmm - i
amen
caises, la piste® que luí ont a»
signé® ser, glorie uses origines,
Voir® Excr Jknce voudro bien
r® ¡aire mot» intarpréfo aupré»
de So" Excellence la Bocl'ur
Jiras José Arévalo pour Euí re
tswtrner tos voeux que je íorsae
»e pout So® boultet» petson
net et pour la grandma- tou¬
jour* CToi»* líe» GmtímiMqM.
Et rmm mmá»t, Mm’am
cohérenfo nupultivement dlii-
qés conde leur patrie mi la
ségot on des prioctp'-* qu*
BOUS om légué» les titans quí
ont forgé S'I»dépe»danc®. Ua
«ttanger qui a langtsmp* »écu
pana» nous et qui aoa» P*ya
&« gratttude quand 11 *ut lata
té «os xtves écrivit pour bous
dént^-.-T un livr» íetentismmt
«au paya d« gánérau*,» S'il
revena)* pan»i nou* *t css-s-
toít d ce® débat*. Ü serait bou
Voir Suite en
la Mimatre, d@s voeux persa»
neis, qu» Votr» Bxc»¡Jei»ce a
bien voalu m'oerit» Je lxd do*
ne l'«wtwanB* qu-®» teavi®
wt toajotu» mqsEte 4 »ott»
<3kmv«m*®®»t tout® l* cewalre a» píu* -
ée ñu mísiis!ii
*s*W. • w** ,*M»mp(%xw*,f4; -

wua*,
.y*
Mystiques Divergentes
Poetiques Divergentes
(Suite voir 1© Ho. d Filer)
Pa? Dr. René SALOMON
A ia véúté, c& -te sent pas
ta«t los «Poéúques divergen¬
tes» que les divergences d©
vue et de cainpoiiemeni qm m
quiéte*'-! votie lal&ntueux con¬
tradict© ui et jusüiient sa vive
crüque, Par déla cee poénus
soc.cdistes, íí y a pour u*¡ hom
rae de Droii© des visions aus
si sombres que iragiques. A-
brte áu souvenir[ Nous sotn
nías poiuta»! au sjécie du so¬
cial, qu:il sot radical, nato
f-al, áéi.noc.xaiíque, chréüen cu
scie»tíbque. El Mr. Laieau
na qu'á aüe^tü©, U en vena
c-rtamerncn-i d'auues. Cocí
le convertiia pout étru pas
car le poeme social ©» parolo
Ante.».
*11 n'e» /era po.i;? e» eos
durte.»
Negre nest poartarü pas un
¿eceurí de poemes poliiiques.
Ni un man,leste partisan. C es:
peuí-¿irs un mandeste pose
que. Un compórteme»! so¬
cial: ¿'écrivarn sincére n© pou
va«t meare que les tenders
de iepoqus ou ¿i vií dans ses
poemas. Le styie, crest
Goutó lüosse, ma:s ínon>
me c ea: Iv pe-eme. Fatal en
cha,neme"-; qu¿ doims a votre
ceuvre, choz poete, &a
persona ante, sa qualáé et sa
marque. La situé et ia aepou.l
ie ae corte hypocrisie conven
aonjieJe era componsmec-t e¡¡
sacíete et cu. íaií quun oour
oeoífi passe pour un commit-
mete aya-: revétu le masque
¿mpér.etrab4e áe la díssirauia
no-; et les atoms de ¡a coníu
s ot; de classes. Avec un p:>é
me, c'est Irnposs-bi©, caí qua :d
e-st suteere, cest un acre
dumen; s.gc¿ et, au t eg end du
¡©irjps, ay a¡ : date cename.
Pouiquoi íaud.rau-.i,en cite:,que
,a douieur áu pcuvre no puis
re crux ecnvnrs a t-n race
qui chanten? sur u» autre ron,
cc que le gladraieur -a
rncur.r, éíoii oblige de ptoies
cor en entrant dens
«Ave Cesar- ceux qui vciu
mourír te saiuent;» La souí-
íra»ce a des droits quand elle
es: militant©. Elle s'extérior:
se dans le present en vers ou
ni prose, ©n Vers libre :>
Alejandrina cañés. Et ce
n'esi pas etxe partisan ni mon
Wt sui les trétaux que áe mol¬
de ce’te í.rém.Lssant¿ inspira¬
tion au servio© du áeshér\\6<
du pauvre, du reíouíé, du sé-
grégé. C'&st mettie sou ta¬
lent ct seg lessourceg poénques
au service da nombre, da pu.ts
- grana nombre en luí tais a-}
ce plus gren-d bien dom n'on-t
souci A cure, íes devots de la
chappells ÜHéraire den lace.
Es n© sont pas assez curleux
pour se pencher sur la sou&ran
re des au tres, ni assez al¬
truistas pou: communkr avec
ceux-lcqqui soufeent. Hermé
^¿sme./social, que Valéry beat
y p&^/reAé ©t don* n'a pas eu
raison, j'©n suls navró, cet acé
tiems littéraire qui íai? *enti©r
0Vt poésie» comm© on «entre
en religión» impr¿ígné d© cel-
te better ni té ék-vante et sa»c
tibante parce qu'éte^du á
cett© humanitó qui peíne sane
profit et qui ose le dire. Le
poéte est alors rinterenédiair®
naturol et combattii quí plaide
sa cause. Comment peut-il
alors rester bors de l'acíion?
A tous les Ages de la poéti-
qúe, et quelle qu© soh les dis
ciplínes do«t cet art &e pare,
:« P«te a combatía danger? u
semeut des fots pour deten¬
dré ce qu’il croyait étre: le
droit ©t la justice. Song eon© Victor ?Hugo des «Chatixnents,
j>ar exemple! Et de Teesem
bis de oes poemas de comKiat, |
óvoquon® «Le Manteau Impé
rial*, dans loque! Hugo s’aáreg
se crux abeilles qui ornent le
manteau du Souve rain;
«O vous dont le travcdl est
jOsG.. .
«Alies dores et souSle do
llkmxrae,
«Et ditas-luí; «pour qui nous
[prenda-tul»
«Maudis, nous nomines les
[abellles!
«Des chaleui ombragée Je
(treíllas,
«Notro ruche orn© 1© fronton...
,c« qui son de to lasqe y
,Va trouver Tíbére en son atoe
¡El Charlea K sur son bateo*.
.Val sur ia poarpre Ü
[qu'on mette.
«Ñor. Ses abeiiies de J'Hymette,
.Mars Tessaim "or de Moat
íFaueon.
Eí percez-ie touíes enaembie:
.Faitea honíe au peupte qu¡
¡tremble
Aveugleí l immor.de írompeur,
.Achair.ez-voas evo luí, íarou
¡che
.Et qu'tS so« chassé por áe3
tmouches,
«Puisque des hommes en °ní
ípeur.»
r. íoudrait soubaíiei, Mo«
caer Bernard, que i’.entrée du
poéu. dans le prese"* o>> /-
, .usté pour i-a pcaticípaüon du
.,ÍUS grand nombre au bien
! lire de ce monde, mt ‘ sous
¡■angle iittéraü-e et social u»e
révoluton victor¡«M*« «• da*
. ¡ave. Elle aídera l'homme
mayen ó whoever sa fet et
son élite, sa vocation et
su mission. Afir, que les vic
(oíros .futures n'aboutissent
ñas au désordre mema] et au
'íecouragemeM cómate ce fct
le cas de ía victoire de 1804.
11 íaut do¡'«c iGgraUer
Léo» Lcdeau w «Mt pas íavora
bis aux poéme» sociallstes. Ce
ia n'empáchela pas cette poé
sis d'acfu-cdité de re»dre, nvtc
i irr.peccable émoto» de ia
douieur. íes picales et les am
aojas es, ios injuettet» et íes ré
voites, íes craiates et les es-
polis, les joles et Its triomphes
de ia ioule, Restreindre ie
domaíne de ia poés'8> * co
Pcrmasse oriental oü, le pto»
ratureilement du monde, la
manque de la contemplation et
de ia resignation devaii íatre
des René, pales et «a»* «u-
leur, out portent ltur coeur en
échcnpe, vivent '.'existence du
Pelican résigné et vaincu qui
se laisse. monger par «« en-
ion», parce qu'il n'a pos eu
Vélémentaiie courage, de man
ger sa prole,'ce st Y ¡ritéuíU!
la beatitude souilreuteuse, au
dógout de '¡'action propre aux
célicas, de l'extass íoeBxble
et attendrissante. du beau sans
douie, mais certainement pas
touts la beauié.
Leconte de Lisie, beaucoup
pius prés de notre époque et
plus moderns, vengera ce Vi
Lean ¡JéfailiaM par son poémet
•1‘Aigie Noir. qui débate com
ai© o» le salt per ces vers:
«L’aigl® noir crnx yeux d’or,
prince du cid Mongol.» ^
B iutie, car d ees aigíems
«Erígent afíamés ¡sur cou au
bord de l'ére».
(La fin a demain)
AVXS
Monsieur «¡TON SHEER,
lis tribute ur de la «American
~ La France Foamit® Corpora
Bol.» ®t ¡a «Harley Davidson
2) Maisons sont en mésu
o» de {sumir respective-
merit de» Exímetelas ¿Incen¬
die et dea Motocyolotes.
Rué Pavés, PorUm-Prince —
Phone: 2318 et 2234,
Paramount
/©adre di á 8 ©I 8 hemes 15
SERENADE DE SCfíDBERT
avec Louis Jouvet, William Hoi
vey, Bernard Laser©!, Marqc}
kalíé©
... un film magiqu© qui irem
hit tout©© le® étaps© du rev©,
... tout© la musique enchant©
eme du grand compositeur
•'rants Schubert
Entré© Genérale Gd. 0.30
Samedi b8 hr©©
TAZAN L'ÍNPOMPTABLE
5e. 6s, 7e, 8©, episodes
£»tré® Genérale 0.30
Rex
Vendrcdi a 6 hres
The Queen Elisabeth (documer.
inixe asnsaiionnei)
Jn 2©m© parti©
Mag’ijstrab production d© la
Columbia Picture
BEVERLY SONNE IX REVEIL
un vaste ©clat d© lire©.., uu
BJm plein d© mouvement..
Entrees: 25, 50, ©t 1 gd©
á 8 kies 15
En ler© parüe:
Actuahtes Frangoise^ ©i Uni*
bn 2©m© partie:
CINDERELLA
Un romcn d!un hoxnzn© du
monde iollement épns d' uno
vedette de music halL.
óes danses rythmiques sense
ionnelles... une musique ecu-
/xante...
Entrees: I, 1.50, et 2 gdss
demedí a. 4 Eres
En lér© Partie;
LA REINE DE LA JUNGLE
(5© et Se episodes
En 2éme partie:
Victor Frances, £. feuiLeís
;ar*s
FEU
Aitrées: Gdes 25, 50, 1.00
c 6 bies
En lér© partie:
LA REINE DE LA JUNGLE
('5e et 6e ¿pisodes)
Ec 2éme partís:
Anni© Vernay. $uzy Pr.m, ?.
R. Wilm dans
LA PRINCESSE TARAKANOVA
Le roma^ d'un© Roma"ofí
persecutes par ¿a grande Ca-
herine... Son histoire -d'ameur
sa áagédie,,
E.ntiées: 25, 50, et I gde,
d 8 Eres 30.
En lér© partie: ,
LA REINE DE LA JUNGLE
(?e et 8e episodes)
En 2eme partie;
Annie Vernay, Suzy ?nm; ?.
i. Wilm da^s
•A PRINCESSE TARAKANOVA
Au Carnaval de Venís© use
rrlncess© est ©rsleyée.. Qu'est
Pie dívenu©?
Entrees 50, 1 ©1 1,50 gdes
Ciné Select
V en died i d 5 hr es
En lér© parti©; !
-a 'Province de Quebec
En 2éme partí©
\ Fresnay, Y. Printemps dans
ADRIENNE LECOIT/KEUR
Les amours d© la duchess©
de Bouillon et áu Maréchal
Maurice de Saxe,
Entré©; 25, 50, 1.00 gd©
d 8 hres
En Isre partie;
.e Beau Role
En 2énv© partie;
Jharles Vane I, Y. Lebon dans
'MICHEL STHOGOFF
Dram© d'amour, d© passion
ie dévouement pour T©tr© cri¬
né et la patrie.
Entrées: 25, 50 ©t I gd©
ksmedi a 5 hr©©.
En let© parti©;
L'AIGLE DU DESERT
(Some et 4dm© episodes)
En 2ém© parti©:
RED RIVER RANGE
deux grands films d'avenfure©
Entrées; 25, 50, #f 1 gd©
•En lér© partie;
L'AIGLE DU DESERT
(5© ©t 8© épisode»
En Some partí©:
, R. Wiilm, LA ROUTE INFERIALE
L© dram© de la colaaisafi©».
Un roman d'amom et d© sacri
Lees..
^ifcrées 50, 1 et 1.50 gd©©
Salsepareille
de Bristol
puiS-
Reconnu© comma u& grand
, cateur du sang.
PréparatiOG origínale et véritabl© dü
Dr. Bristol ©í sail pour;
AFFECTIONS ET MALADIES DU SANG
©I pour cell^ provoqué®» pea
L'USAGE EXAGERE DU MEBCURE,
DU FEB, D£ LA QUINCE ETC^.
♦ Ausai pom lea
affections rhumattismales,
MALADIES DE LA PEAÜ
sited..:¡n& Ncviuiqiquet, Debü;*.© Nm-
v©us© et General® du Systóme, Far»
.d’appétít, Longueurs, Ltaurdissemen»
• ©{ Atíocüoaa du Foi© qui mm$ aux
FTEVRES BIUEUSES ET AUTRES.
LA JAUNISSE ETC-
Lea molodea peuvent étx© aasaioB
qu’il iieture pas dans c® m©-
* aicamenl |a moiadr© partícui© de sub©
’ tone© m©rcuri©ll® ou aucun# súbateme*
vénén&uíw. 2 ®@t partctitemcm? inolieo-
'au et ptna étr© ackalrüatié aux person-
me qui on! hernia d‘un bon teméú*
pxxrtlicc :eur at fortiiiauL sans lab® ia
•raoindrt maL
S OLLULES VEGETALES 0£
«BS6ISTO1,
Pour lea oaoiadi^ d© LEatomac, du
ioit‘ ©t cl es Intestina.
F: vous eouifrez d© Dyspepsia, din*
chgeaticn, d© Constipation, de Rhumo-
tism®, de Goutta, da Coiiqua BiH©u*©,de
Maladies du Foie, essay©s ies tamso-
ses pilules Végétalea «Bristol», be
.Hea, >d© popt&str© depsíe pia© d© 5C
It
Fabriqué pas Laumcm ©t Eemp
% YmM dgm& toutm los Phannacr.i
mm n. worn, tm&mi&w
Lolme de J’llal Haitieo!
Groa Lot — 50.000 Gourdes
1,788 lots gagnonta
Lb Billet 10 gourdes .. L© Coupon 2 gourdes
Tentes voire chance dé© aufcurd'hai
Ache!©* uu BOlet de la Loterte,
Aides la Loteri© do IT!tat Haiti© u a pomsuivre ©as ceuvr^ d©
bleaknsemee.
Bleu Monitor
C EST L'INDIGO EN BOULE DE QUALITY
A I'achat, d ia revente, oomiae a Tusage, il n’y a pas
«implement le piocédé machinal de l'échange d'argerst
contr© une merchandise; ’usager a Fassuranc© qus iin-
digo en boule BLEU MONITOR est un preduit d© con*
fiance,
L'indigo sn bouls BLEU MONITOR donne I© plus
grand rendement a la lessive. II ne iach© pas 1© ling©
qu'ü idanchit, sana 1© couper. II ne se désagrége pas. Ü
se vend tres bien.
Si la lessive s© fait d domicile, essayez aussi CABD
ZA DE INDIO. Si votr© linge ne dure pas aufhsamment
iniormez-vou© d© la quahté l'indigo utilise.
BLEU MONITOR et CABEZA DE INDIO son! la resultan
t© d© üniégrité commerciu e ei de bonne répuíation de
THE STANDARD ULTRAMARINE
COMPANY
Agent pour Haiti ©i les Antilles
Denis FENELON, Port-au-Pnr.ce (Haiti W. L.)
Huntington, Wes! Virginia, USA).
GENERAL TRADING Co., Disir buteur pour Haití.
Creme de Riz
Un nonveem céréaje extrémement iortiliant
Vous Vcdmers, parce- que meiUsur que la Farir.e.
SOÃœHCE AEONDANTE D'ERN EF.G1E
FACILE A DIGERER
EXCELLENT POUB LES ENTANTS.
LA CREME DE RIZ coctíenC
vrr amine b :
VIT AMINE G
VIACIN
Son
S©rv©a-vous dés aujourd'hui de la dslicieuse
CREME DE RIZ
Gemerml WrmMmg Co
DISTR2BUTEUR POUR HAITI
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
1« 2S&ÍII Cci€Gm«f
Producto CoMS. A.
ACHETE romss QÃœANTITES DE NOS 0E COCO
Q8I S03VENT ETRE C^BEE» A POHT-AÜ-FBINC*.
8ADRESSER A0i
BOBEAB DE LTISINE A B3ZOTON
TELEPHONE: 247?.
BOITE POSTALE: A .. 158.
PUOTIEURS VISITEZ LV SINE A 8EOTON.
Viennent d’arriver:
Machines á l«ir§, Suissts
LA MARQUE RENOMMEE
“HERMES”
EN VENTE CHEZ:
MASON .L'ABHLLE»
Mr. E. SIMON.
H. ©BOB,
' ACBNT.-KWB HAH!
College Duvi\ier»Hall
INTERNAT-EXTEHNAT
10. AVENUE CHARLES SUMNER
(CENTRE DE TUHGEAU)
Pour la rentrée d'Octobre:
Inscriptions: Le matin de 8cs 12.
Krec.eur: Louis D. HALL.
AVIS
DE MASONS
AUX JlNGENHURS, ARCHITECTES ET PRÓPBETAB®
A 1'ATTEimOK DES OUV1IERS CHmmzmBS. ,
mermemm
la Mcfison luis® F «« clientele ta»i d® I« capitate, qu@ de ia provints» fu'»l
•«ant d» recevoir des tósiiss i>is eotéaáabim, aupfeevu®, d extension de 22 et 37 jsieds de fioateta.
JULES FARMER
PROPKiroURE
tf, Rue Scmtee Destoucfi»#,
" Jte, 27»

1Í-S-Í945
«US NOVVELU8TE»
ftm *
i, Preetzmann-
Aggerholm
Port-au-Prince
in&VO MB PHOCHAINS VAPOTESj
tó«ad«ss4I®1M.
¿np#*: NESTLE 14. 1/2 o*,
i.': ívcy«#!í®S!I£ 6 o*.
pondré NESTLE routes dimensions.
HEMERCJEMEOTS
ia fomiüe Louis Auguste de
?©tit-Goav© remerd© bien sin.
cérsmeílt leus le© a©? mnt de
la capital© que de la provin¬
ce qui leur oní iémoigné dos
n arques de sympaihie a Toe
rasión de la mort de loar re
jiotié Fila ©t Frerec
Luc AUGUSTE
* nieve d leur alíection le &a-
í meái 23 AoOt 1345,
Elle Irs prie de croíre
eur proionde gratitude.
1/2 b.
¡ ftaí póto®? d» pnñ* de I" ¿ 6".
! CtopOIB®»
i «¡gas* dismay 25" st 50
; j^ntrr Ffcwtou®.
í ?apSer á’iO*oflogi.
; ®si£itw Stokalilo.
iifhxtn 5 gal: 1 gal: 1/i b.e
• CtiMCTM «f*y Mr Neiii e) libby.
BE COLOATE PALMOUVE PEET Co.:
I ¡¡uros Pstoselím
: C-a-tanir» Bouquet,
, ¡ata ¡Uaná.
| Colgate Bertel Cream,
' iWfca Pgraail et Cashmaro Bouquet
AVIS
La Dir. ction Genérale du
Service National d'Hycneiie por
,e á ¡a conuaissance des ¡lité
essées que le déía: d’ínscfóp
te:i a I'Ecole d:s Gardos-Mír
ades asi prolongs jusqu'aví
eudi 20 Soplembre en corns,
u que les examen» á’adrok-
s.on on: éié bxés au 28 du aló
B Ford 308 ydes, M
SI P*Wto-
B a textor.
fe» GoM Médal.
fe* Ummmd Spécial.
küs «Sun Flower*' en drums, ierhlancs de 1 gL; et $ gal
| Sm Lord Swift en Lercons et 37 Ibs.
¡ d® lift de la National Lead Co,
Mar» en porte Manche «Dutch Boy*,
fétafcim
!«r da fcmée.
SapsBes, Coateaux índigo et bous® Ewell,
|feamth Martini et RossC"
Stoma et tatito Argo.
REGLES NNORMAXES •
fci sana tíoutum tlaace
A 1/Ephédmttttoe
Formaos qui souióez de ré
gtes dítaaies, sache* qu'íl sstí
lit de píuntuc au début d« ce!
Jas-ci qussque* comjJWiButo a E
phédiastir»© pour empédheu cu
.oír» ceastr dans ILnsíam mu
n® toutea deuteurs et toa» mu-
ais®.
Prase léguliéiemsnt, J’Epha-
nrastine, un ettet, assure le ¡r
our des «époguas» a bon„s
date, saris avance ni letasdb,
Avec rEphédrastin®, les regías
opparaisssiit et évoluent, sons
aucune doulsur et tout© íemane
fui, jusque-la souífsalt pendant
24, 48 he urea ©? xo&me <¿avo&
toga, á chaqué ©peque, m con
mit p¡m d'eüRuls ni de malca¬
se. Elle peni s’acqutii&r naz
tií ale merit cíe sm occupation#
el sunoixl i lie évH& ¡m compU
caüom» qui som souvtmí h M
ce tam de lemroes.
Co morveilleux procluit «#!
en vente á la Phamad© S.
^eíhaíd, iti& Férou, Porf-cm-
l^ince*
DBCOUVEHTE
S^SATIONHELLE
Mains Gercées
# Quaj
séche,
Sí
• Quand la peau dtvient
réche, gereée, la
Gelée de Pétrole
‘Vaseline’ apporte
un soulagement
rapide. Voyez
comme elle adou-
cit er calme!
L, Preetzmarw-Aggerhotm
|«H»ara PD «N0O/ELMSUS»
K w»ra-M»5*Koa5 «» vooa1
VUU8 PhAi
AMOMMAX.S
GELÉE DE PÉTROLE
DON N. HOHB, Distribuienr
psiBaísers retíenirool-ík
toujours votre Biea-^imé ?
Oui c» haíser «ja’ii ireeher.
che peat *ou» sídsr á 1» re¬
teñir, pourvu gu« 1* maavai.
8® haleine n« vota cha»»* d«
Km amour. ítappeiez-vous que
7 sur 10 persouM on* a
d* mauvaí»e haleine et ne
•‘en douwnt pa«.
«Scyest prudent*. Serve*,
votts de ía Páre deotift' 1 Col
gat«. Sg moasse péuét i-ante
•'infiltre 'ntr, te» interitloe»
de» ttent» et expulse Je» g*T-
3tes et I*3 partícule* r¡- nour-
ritarc qaí eont k» «ums 4e
auQvaáe haWne, dents hr&n-
iaiites et earrié» et ramoi-
i¡í«ent"T!t de» genci»es, Col¬
gate rend ie» *«nt» réellément
•t «ntiéremetít propre» lee
gendvea «sin»* j'a*í»in*
Caigo Je - " It
ííearti loath — *tof»
bed brsoth.
Avm
Foiii répondi© h «2 demás
de d'un grand nombre dus^:*
cers des Autobus és Part-au-
Prince, PétiomVille, a&us avous
'a van tags d'aviser le puhhc
qu'á partir du 15 Septembre
1345 eí d‘accord avec le Bépar
eni ■ nt de i’Economre Nado-
naie, le tañí spéclal de ring?
c‘nq centimes de gourdes ;0„25)
est annuls maís par contre le
carnet d'abonnemeut de Vmgt
¡ Cinq (25) tickets ssra venda au
prix d-e Dix Gourdes, I'ache-
teur bénéñciera d'un nscomp
te de 20%.
Ces carnets d'abormement
peuvent étre émls en faveur
d'un ou piusieurs membres
d'une méme íamllle et sent va
Iables pour une period© meod
raum de six (o) maíz...
Société Hqtonae O'Automo¬
biles, S. A,
servio: AUTOBUS
Semences
d’OIgnons
sjyeiaqw
dbez BAXLEV
154, Rué Magaskt de TEtal
Telephone 2183.
After soch meof
Before goiijg f<» bed
8ef ire each ciofa
Use Colsons.
Sill
«fasscSdsis ECTAOSDWAi
<£* hr® instcmtas&ussxi Pwad
vm, Ravsta, Lcstm do {&ms8
tw»». ate, eta.
& dápSt RON a 1,58 ia Boutsffis.
smmz
BIHEPHOCHABLE
Provklots*
pan immem s$§/m
Angle i1 ' ’ “ ''
st da
Phone !
.IS
Hachkae d éerfee '
Machine a calculsa1 Dcdtm
1ubcm& pap&M carbois^
/cdtOB 700 aebats ches
a GXLG
iariez voire Telnl Jeune, Douxei Attrayaat
Savez-vous que le áoux attrait d’un teint de tenga?, res-
pieedimnto á« saaté, aítSre ’att«nMon d’un homm» et
lente plus vjte ses sen» que nímpori* quelle autre chose.
(Test un fait certain. Aussi garde* votre teint toajoan
doux, attrayant pour qu’xi j^miuse jeune et s»i&
Pour arrlver k ce ré»ult«t. 1 matin, Je Btiii et mmt d#
vou« raettre au lit, lavez dou|e»i)Mitt vot*e »i«k«e avec 4o
wvm Palmolive. jBaignei-voa* au®d *»« PatoMiv#. <
Aeibetez un paia de «8-
von PALMDWVE et vou»
conserve»* am peau Jeu-
ne, áoace et attrayante.
•palmoliV
1HAT |©VIIT éSCHO0I.©ÍR:l-# COMPI.EXIOH
Si Vgus Etiez k Ma Place
Ocamé* i fait* k méza ge « i íjdtf
¿ rt»t»ída de U lamüie, voa* *ad*2
f&lisl goe íes lea^ae* daffaite# n% *oat
p** i» stake i «Toír le ani de rite it
áá doaleaj» jQs&aUk**» Noaa amna,
d'iakrkar, faúo&e an travail
mxá dar, arons saust de mass áe tita
m 4’msmK et ea sotarse* tnm íatí-
g3«a.
fi ? » tm ea, it & wage, pear U
pemilK fok, de MALiGi-SItrZBA
Je troave qa'ü ase loalags da mal
4e Ü», rafertai: lee avaade* fatiga4a.
adoséis moa aeidítá d'estomac. La
fasaíJI# dit ^se ma vú a’est adoaek
éofkk qnt Je «oaaaá Aík*~$titx*r.
Avtz-foUí tmji ÁIKA-SSLTZER]
N.oa? P^njaol se preses •vosa paa aa
líatrser aai&awl’feBi?
Moaaaeox, d’sa gaSt agríabk.
Aika-Seltzít «ma e»t jwíaeak ea étm
DON N. MOHB, mstrlbu^’
AVIS
H e*t porté á la cotmtd*san
• de» propriétaires de chiefi
ja® Ja Section de Médecine
Vétértnaln» du S. N. P. A. el
E, R. vi:nt de recevoir un Mock
de vaccina antí-rabiques et
qa’eüe ae Sent é leur dispasi-
tícm posr EimmuaSaotion de
¡orna artimaña?.
JDojawn, 4 Septembie 1945
Pour vo» Trcmiux da Comp-
■u&mVs»
Eítflcd» ou «u Pranjaia.
QmdSdona ovmita^u»»
-- VCHK
mm l mmxm,
18 laell» jfeéasí»,
Boto Varna
CMn ExcoptanaQ»
! Réírigésatattrs électrk» et á
¡AéA
/óyea Plena Boucharaau Ihia
"avée, Ph«a« 3724
lei, chex nous pearmí notr&
¿oarni société, pajuil k pea
’© mema, nous avons la man
valso habUudte, m cannais
fcrni pwímt&m&nt k* danq&r,
on ra ©prison* avoc un© légéru
ló eníanün© o© danger mom©
do repa&mr les choveux.
L© rupassag© est reconau,
to-it iombox i«a cheveuac qui,
.njp©rb & ©1 ahondan£3 so»!
rornemo-tation ©1 la boauté
do notra p^usonnalii©.
Get usage doit diapcaaitre,
va dispcaaiur© et nos élégtints
pounont s© jMgnm d© leva
bell© chevelio© mx& la era in
t© d'etre- chauve dans un court
délai d© temp©. Un© bud© m©r
voUleue© vsent d'etre mis© au
point aprés d© langurs exp©
ximem. C©*1© hull© déiend
tí prévíent la chut© do© ch©
v&ux pour tous ceux qui ion!
usage du repassage des cha
veux eí d© tons ceux qui ©nt
iendanoe- a ©ire ehcmve,
Cette Imil© rend Ies die*
veux fsoyeux et trés abondants
oblige leu bulb©© capilkrires d
reprendre lear© activates, ©i
ks tefes qui avaient tendance
á étr© chauves auront ervee la
jóle, le plaisír d’avoir une che-
velar© abondcad© et soyeuse.
Li-s tetes ay ant *©é cheveux
ciépus auront égalernent la
oí© d'avoir des cheveux' longs
íxns et soyeux, et nos elegante
pouxiont &e pelgner comrne
bon leur pktixa san© 1© mini-
num de danger.
Cede baile merveilleuse «I
o:©niaisan^. ctxtrüiíe de végé-
crl sans aucun© substance chi
migue a éíé dénommée par
son piéparateur Vigueui.
Vlgueui est ©t doit étre dés ce
our le Dirscieur st administra
eur de vote® tete.
VXGUEÜR déíend la chute de
ros cheveux.
YIGUEUR rend vos cheveux
couples et soyeux.
VIGUEUR vous rend si vous
?tes chauv© votre chevelure.
Damcaidez VIGUEUR ¿t la
mateen Nicoltis VitieEo GTcmd
Ru© d cofé du Café FlorvíL
«Ifaale á’Oi&tifei
ém WLmwké Bélmmm
Suite ©t Fin vote I© No. d*hím}
Fax Edris Si
AMANO
uÁh.
Comm© puissance de uegu-
i.uu, i caí ae Rene Peiasc© ai
twu a ü&s temues
uu© jago qui s© co^Uew
pus, uu© volante vxaímexit d©
m.níted© de m maguer, a©
nuiuieír de declarer. Eí gu©*
h extraardinatee putañee,
^yjuptome d collcuis ció la tela
Jné.. d© la xévoite?
ti© campos© un ©oug© d'Ea
ti» écr.t ie poete. Et ios veca
jtá fcuiveni fue réaüsanf-ite
pa© naunení ce «song© d'tn
ier*:
«lu te pmidrm par les chevuux
, ah! bévxt,uj©mem
v pour te mcmíuu
«pendu ^
ujtiíló* _
* cíiílé
*uüoié w ;
«agoré
•eí seul
íCymqui-mont seui
,-uans ia bal© de© pucmUum*
Quund les fóseteles írar^aiS
aavisériiU quu les teúes de
¿‘¡cq&bo pouvaíent ©ig«aüer
quelga© chc^e, iis vouhueut
jes dótruüt. Reste Belance es¬
pere luí aussi qu'un joui lo
sana caché de se© paéxnes s-s
ra saisi de Sous. Mate alora,
pense-Hk comme so» ch'-usf
esi er. réalíté celui du p¡v.a
giand nombre, ce sera á ia
plus grande )oie du plus grand
nombre;
«Quacd de ison chard aurora
<1© sena dea débauches
*Quand mon chant — vainrues
[hs causes d‘insomí-»o
«coulera da^a les gorges
4.ahí quell© féis sera 1‘accuQil
«auelle danse )e dans ©raí daos
[le préau»
»sur les coucha^ts moibidqs».
(Linceul d'Extasei
Nod© liüéicuuie ne coruvuis-
saií pos ©ncore cctte pioíus¿on
(¿'images, it ces visions si bel
les, qui pour n'étre pera pnses
d la réalíté de chagüe jour
n'en so»t qua plus riches Sons
aucun doute, je n'cu pas i'ia-
teutíoR de. ciLr tout le caH¡ex,
merte llsez encor© ces ve-.s
qu'eüt aimé le grand Éluard;
,11 te ialiaít bien prévoir le
[raouvem.nt
du moulin d queue qui broi»
[le vent
«Un ceil viril qui pune
«Une main phalligue tr¿ rabiate
sur l'obscuie
«blanphpur de la déroute».
fFuite)
«La ierre est u«e barg'¡oíre
«Ou mes cite ont la silhouette
[teadu©
«plus hemt que ta príaslon*
(Guli-stt&an
«Un seiu ©tail cauché jusqu’á
ia lim.t© d'une sév©-
■ (brulote©
Et, de grace, ne venez pos
dire gue vgus r/avez pas com
prte, parce gue ces chosev.-a
n'ont pos de sens. Votre pros
CTÍpüon de lirrationnel a'eat et
ns peut étr© qu’un prejugé. U
ii'y a pas qu© ríntellígence,
mate 1© reve et nmag’teatio^ |
sont égalemcuf des valeurs hu :
mainea. Le poete «test pos un ^
chírurgien pour qui tout doit
étre clair sur ia table de d;ss¿c
tion. Vous almez peuí-étre la
musiqu© ©t les üeurs. Pouna^t,
vous n© vous ©tes jamai» sui
prte h techmcbm la significa*
lian d'u©e xa»©, ou á isount un©
correspóndase© maihématiqas
a un© symphonie de Beeiho-
ven. Dsvtmt te «oteR cou*
chaíít vou» tombos admita
tion, dominé uniquemerit par
rimjawMoo . d® puto»»».
«Quoad votts afta®® trne ton»
me ®¡ths» qu® v« vou» »«
táa á iui m»*aj«í le» metate*»»
demande w«e tetoow «n c« qú# «unéaltoto. Et m mm m
mm «esto* jo»* «ítuM® *9
vítew ó «»» : }•
té® i éamo^fia»
d'Ost¡&w>»<»«W oM» ^«Bée'la
las» á«: sn*J»Of®»i‘ «»**•'
á®
éa parfumi^'Wt qu* w*»:nt
tét*«É8w 0«W **»•
bmua* du vi»30*^
c#t homme «i carapritsé, «4 étoul
ié, jiaqae datw k» rooeBe d*
«orí íKmg, ai dóchiré poa i'aa-
saui de problim»* imposglbtw,
tju'U doit hi©» «oureut m *ur
piendr# d penwir hot» d» ce
jéeJ !»0B»íríux, CertM «au»
jsouvoms tegteKar qu« penelUe
jx»ie toil teaccessW» au
y¡ aa gand nombre- M&m ¡í
noua «»t détondu de ríe pa» y
.ocoü'KÚtríí de te qtrr"de poé
«te. Ite I»t teute la queetioa...
Vtm mmm ttbeote® «ai
p®uhétw de vouSotj lire oven
te» ntétne» yeux l'aettwe de
Moglo re St, Aud* et cell® de
Rbíiíj Belaud®, Of, mi Mili,
inacjré tout®» te* appfffp»c@»,
le ;,!0i;,':'íSVíí>‘ d” Víéaitee, teí ni
iá, dlttor® Suoqu'á *'opjio«er.
On devine b¡<“", «be* Maqlewe
St Aud# que ¡ou! e#í voulu, dé
I.Jséjé, que sien n'échappe
dont 1'artBte «» *od píete»-
meet eoítsdeut, qu’il »'alt p&w
Út aoujwé, retoulite de imite
ioíou*. taridis que René BA
June» fe lache á grande alte
te, «couxaier nana dge* pour
employ er un mol de !ui do»!
mil iíou de la route «'a para
digne d'iriterfompre ie commsi
ee oveo les D eux. Le poete
se livr absolument aux puis¬
sances inconscien.es, ioute* ie»
mUtes laucrouts, te* av.b-s
passions. Ies milies oxnouis et
teus Ies «peciaclss qui s’accu
mulent en nous et que la ¡sea®
té et lo raison nous toreen! a
comprimen li laisse lite»
cours d toas tes instinct». La
ébido se chercha avec viols*
ce une satisfaction. La poesía
devient alois, positívemeM, te
serbo e» JUW c® che pas d'ailleurs ¡'artiste de
nrandr.: quetques raras foto d®
la distance vis á vis de son
oeuvre, pour y insérer quel
ques paroles, quelques confes
«ions auxquellos il tgnait cons-
"-¡©mmení déja. ou pour ¡^íor-
rier ¡© paé-me ©Ti géuotal daus
Vir, moule qui luí s©mbl© plus
harmoíúeux. E* bieL choz Ma-
aolrt1 St. Aud© un© toch^iqu©
qui se rapproch© ds cell© de
Valery, Valery qui écrivalt
«í’airaeraia infkñment mi©ux
écríxe &n routes conscience eí
dans une eníiéxe lucidlté quel
que chase d© íaibk, qu'©nía^
leí a la favour á'uu© transa, ai
hors de moi-méms. un chsi-
d'ceuvrs d'entr© les plus beaux
iD'ou U suit 14agloire SU Aude, comme cel
k d© Valéry «st parfaitemeM
interprétable, íandls gue dans
«Epaule d1 Ombre* tout «© re
duit á un© association d'ima
qm, amaléis 1© plus drdlo-
ment qu’il a été passible. 11
esi vrai qu© de iell^ *x*n-
contres anarchk|uí é» Audi©
Bretón disait gue cetait Id iou
te la poésíe, foute Ua mgCñ-
catión du mol». Le pasme d©
René Balance «st hors de por
té© á& l'analyste, parce gu'el
1© constítue, comma tout© o-xt
vre vérita^lement sunréaUst©»
une «débael© de Vínblleci*.
je vaudrais pouvoir les com
parar, Éluard et R®*¿ Bé!an-x
si 1© bovarysme d? natr© mi
Leu n'empéchait pas de r©
connaitre un talent supérleur b
«n écxivaiil de choz nous-
Eérie St. AMATO
AVIS
ANTON mwm advtoa» that
th« AtcoA s‘rsAfWB> cem
PÁNY will í«»eta» a Steamship
««rvice hetwe®a New Oíteas*
ená Haití. 7h® 8»*f aimm??,
wOi ¡sai! fr«« N«w ;C%I®^* 4M:
riag fh® ásáá iw»1e M Qq0m
and wltt b«tt^ wár
ling every thie« weeks thereof
m wÉt ‘^rt8e»al ¡

Page 4 était absente
du microfilm de cette date
Page 4 missing
from source microfilm of this date

Page 5 était absente
du microfilm de cette date
Page 5 missing
from source microfilm of this date

â– US HO0VIMW8*
Special» “Le Nouvelliste”
irax moxnw xm am*liras m postes de radío»
mum mam mammm tm mttom tmm, psopa
mm toutes usa mugues
D#rnlér® Meure
BUmOS AYRES 14 Sepi¬
le Vice-Présidnm Juan Perón a
declaré que «de vastes som
mes d’argcni étrcmger» urr,-
v©nt ©n Argentine dans le but
de «díviser, d'aSaibllr» et de
miner la class© ouvriér©».
TOKIO 14 Sepi— Sur la de-
mane!© du G©uv©rnem««i japo
na is, 1es criminéis d© guerra
serout arréíés par la police fa- :
ponaíse. C'est une íagon croit-
©n da permettre a cm lia ules
pers©«»altíés de ía .re haxcúiri.
CHUNGKING 14 Sept, Jto
troupe» amérííxii»es peuvoiU
aider 1© gouvernement chinéis
á occuper les temtoixes oú se
üenmúe»! Ies }apo«ai» ©n Chi
r.e, ©t creí jusqu'á ce que la
situation international© soit :é
iebli©,
CHUi H Sepí. Xm Gouver
nemenj chill; n a rattfie la
Chart© de San Francisco.
JPARIS 34 Sepi. -- L© Dépar-
temsnt de la Guerre armones
qu’un© moyemie de 2.CK30 per*
sondes en France meurent des
suites dacd-de-N» causes par
des mines ©nfouíes par les aJ-
lemands.
NEW- YORK 14 S&pt.— O
croít que des avions serv:ront
á répandre 1© DOT, sur les vil
les dans le but de combatiré
hs-épidéro¡es de paraiysie In¬
fantile.
LONDRES. La radio Su¡s-
se ciíant un- dépéche d© Var-
sovie andonee qu© le conssll
des ministres po!o»aís a deci¬
de d'iniormer 1© Vatican que 1c
Concordat < nu© la Poiognc et
¿c Saint Siége a cessé d’exis-
tur ayant ©té violé unilateral©*
men? pax ]© Vatican.
TOKIO.- - En derrñére heu-
r© on annonc-'- que le general
Mac-Arthur a ardan né la sus¬
pension completo des GCiivltes
de i A genes, de nouvelies --Do¬
mes».
IGNORES. H a éié cmnoncé
que Mr. Ernrs! Bevin, che- du
Foreign Oiii.ce a présente un
projet de traite d© paix avec
Vltalie, question qui a été aus-
sí étudié© par les cutres paye.
L:s anglais et les américains
font presslon pour que le traite
d© paix ervee lTlalie soit l’ob-
jet de considerations dés main-
tenant.
On rapport© que les russf.s
on» accepts á examiner le trai¬
te de paix avac ITtalie, mais
sugqérent que les traites de
paix avec les andenn.es puls-
nancea satellites de FAxe dans
Ies Balkans; Roumcmie, Bulqa-
ri© et Hongrie soíent discutes
crussi prom piemerü,
LONRES.-- II a été appris
que les theses cmg¿o-amérie3Í
n©s el poviétiqu:; n© s'accosr-
dent pas a la confer©nce pour
ce quí a halt d la question bal
kanique: Washington ©t Lon¬
dres declarant qu'üs n© á sen¬
tí ron! pas de questions balka-
niques au&si longtemps que
cas pays som diriges par des
gouvernements non encore re-
connus par eux. Moscou r¿síe
sur sm positions et declame
que ces gouvernements o^t ia
rympathie des p-uples roumaín
búlgaro ©t hongos parce que
ce so'nf des gouvernements íor
«sés de leaders populabas. Un©
preuve qu© Sialitie est déciáé
á ne pas céder sur ce po nt
es» to® dan® 1® fait que la ge.
main© dernier© ¡5 a reju prin-
ciéremefa era Kremlin )« chcf
du gouvsntement tautnain, le
leader payean Pete.r Oroza- On
r.tt.=nd incessamment á Mes-
aou la visite des chuts des
gauvememetin ¡xongroi» et bul
acá».
TOKIO— Ttmdk que Toía
s® rem'í tontement da# bletau
res reines au cora» 4© sa ten¬
tative de suicide raard! demiar
il a appris qu'u» da sss hom-
mes líges son ministre du bien
éttp public don» *1® cabins) de
Pearl Harbor, 1® lieutenant qí
níral ChjfcctMko Koisumi a pu
aiettre fin & ses jours. H Steit
1E «OBAMD» TEST'
raí la liste des 40 atoll*®!» 4©
guerra i'autorisaían de Hirohio de .a-
íier.
les milieux infrarmés onnon
cent que l'£*-minislr» de la »n
tó publique. Zoskumi qui f'est
suicidé ce matin tt toujour®
U au peuple ©n répétant les pro
messes que la gouvememeM de
Tojo foisait chaqué matin, fi
a toujours employ© la farce com
me membra du cabinet pour
combatir» los trinomio de To¬
jo. Depul* la chute da Tojo >1
vi volt retiré o» obscur. dons
«a retraít».
HEW YOHK— ta radio se
Tokio armo»» que 1© généteti
Talc hi Yomiimoto, ancl©^ com¬
mandant ám íoicm dan» ^ 0
Notd du Japón a íak haradn
av©c son sabto d© Samourc;
et s'est ensuite logó une bode
¿ans la tole avec son ravol-
vti ce mahn.
Derniére Minute
14 SEPTEWBE A 3 Hras. P. M-
MEXICO.--- E a été co»íitm»
que ia tóme conference pan-a-
móricaine du caí© se liendra á
San Salvador. Jusqua present
aucune dalf n‘a été encare k-
ié?. Par aüleurs ü semble que
Ja 4éme conference qui se t:«¡t
depuís 2 semarnes a Mexico
est arrives á la session finale.
Au cours des íravaux plus de
18 resolutions ont éié déja pré
sentées. Durant la session
a híer il a été demandé que ¡te
mtiiieurs prix so.eré escóreles
ñus pays producteurs áur les
I marches européens, qu'une ruar
• shé libre 'soit étabii pour tous
Ire pays producteurs et que ;s
service do contróle soit suppri
mé. Mais o» ne croit pas que .a
demande conoorruxM l'«i«n j«
\ioYi du, service de controle des
príx et de r importation soit pr¡
&e ©n consideraren. On fah r©
marquer que ce sendee repré
sanie un benéfica de 1 tn-.i-
Hard 5DQ.DOO.OOO de dollars aux
Etafs-Unis.
TOKIO.— Répondani aux en
tiques de 3a press©, le género!
Mac-Arthur dar» une tonque
declaration, a promis que tos au
íoitíés d'ocfupatoin améncai-
ne* »e íeroM «pas d® pa«e de
velours* cmx japo»ais. II a ex¬
pliqué que cos critiques sort
dues au to» des. atroches com
mises par íes japona!*. II u
mondé que la premxére phase
ó, ’¡‘occupation doit étre ton¬
que parce que il faut démobjH
ser et desarmar les torces ¡apa
raises, assurer ¡'evacuation 6c
teus i«s prisonnííts de guerrs
allies. En memo temps 1® géné
ral a révélé que la démobiUsa-
íio» de tout's tos torces japona
tes .pourra étrs achevée aveto
ie 15 Octobre.
LONDBffi. 11 a été ofhcie:
lament ramoneé que Asaf Ah.
membrs du «omite exécuiif du
congrés pan hindou aurai* de¬
claré que d'lci 6 mo s 1 Inde se
¡rouvera sur la route du crÜ--
gouvernemont. 11 a fait remar-
qurr que touts popositio» an¬
glais® qui auraii tendance a
s'opopser h la note de Sir
Crips en 1M2 réclamant ^ te
self govern merit pour H»de
«tambera comitse une bombe
momique».
lOTJDHES,— Des sources ai
ficislte* out attnoncé que VAn-
qleten» a repu u» “ote du
gouvemement ©gypti®» demon
daitt le contróle de la partió
Es! de róndense colonia i‘-a-
lienn® de la Cyrenaiqu®. Os
croit qua cett© not# a été tra°s
mise oux cairas membres par
ticipant i la contóle neo dm mi
r.:sires’ des affaires etrcnqéres
de loa*»#. Pctr ailloum, ¡¡ o
été «MHWtcé qua ta sesáon pl®
rufa© de to conffa*"»! p»“tra
¡¡o potíjsuivre jirsqu’ó «ne h«u
ra ctMM avaneit d@ to ’tof.
TOKIO.— Dan» une déc'a-
Krlion .i la presst. 1® Esafawmi
qénfaal Scitalwiq»#, c««w«
I dan) 4» la Sime veta*»
Aprés Je t«tt sujuém», vo¡ci
te «grand. )#«» la non motos .grande, réjanse.
bes Specialism* 4© rEnw».’
’gnemem lírbato íarateat bi»r.
de J'odminlslWt «use candido*#
des Examen# de Septembr» qu¡
so déroulm actuellemsnt L-j
Minlelre vmrah bien que ms
subordonnés toujour® prompts i
& ia tache, racuei&srtt, ame i
en saint respect, lea enseígne- j
monís du Maítre, pour les pus .
ser aux díacíplffe,
Ecouter -íe Mfetire:
•Etopuis 4 eras te Gouvsrae-
«msnt d® to Républiqu* exécu
«t® u» programm» de reform®
*ei d'cméüoxadon de rEtueiq
«guerra»! Orbajn á ion» le® d»l
«gré#. Ce programme a üit
*cauier des Hots d'encre, sons
• parlar das dtocour», des ru-
«meurs. des chuchotsmsrus ¡n-
• daíoripublas.,.,
Votla le* mot laché; «Chucho-
to monta todescriptiblea», d’oü
te test de coru-otesor. ;:o sui-
varit:
QUESTIONS'. Que alar.tile
«chuchotement.? L'adjschf
«Indescripí bl». quí suit te
mo! chuchotome»i eo’-o «tech¬
nique*?
Hépondee par oui ou par non.
MASIAGE
Noun annonpons avec piar-
elx qu' l sera celebré, domain
matin a 10 oros a la Basíliqr-o
Do node Dame, le marica5 de
m. Marcel C1EHMOUT
ervee
¡a distinqu®®
MteEe kotm-he FAME
Nous présenteos touts nos
compliments aux furors com
joints,
PARAMOUNT
Samedi a 8 hreslS sur de¬
mande genérale
TARZAN L'INDOMPTASLE
ler. Dem, terna et 4err;a dpi
sodes.
Entrée Générate Gd. 0.8D
came a révélé que d id ur an
i'Qccupation :o;aie du Japan so
ra achevée. Il a estimé r j ,1
iuf faudra pres d« 400.000 troa
pes qu- la Ssrno armée a
deja pres de 30 a 100,000 horn
mes au Japón. Pm tei-eurs. ,o
general a laii remarquer aux
questions des jouraalsUs que
,e Japón dépourvu. de toma
te ptutytmee crérienn®, tes-
tre at nava ie no peal plus eirá
l re menace,
MIAMI,— Un cyclone accom
pagné de iorts venís á u«© vi
•• tesa© de 136 mih& d l'beore %e
ding© mcd»t©n te de la florid© et d qudque
b'/Q miles au Sud-^t de ManU
'e. Les autoriíés ont déja pas-
fcés its instructions pour l eva
cuajos de íous las avlons mi
l tabes et les transports vers
4. es zones plus sures dans i’A*
lab-ama. D'aprés certames
sources sí le cyclong continué c
é ouiíler áana cette direction, ú
},ouixo trapper la cote de ia
1 íonde avafú demaín soír.
NEW YORK.— Deux grandes
cecouss. s ¡sismiques d'une ,'n-
t¿nsifé assea considézab¡& o¿n
été E-if.'.egistrées á 3100 mlks d&
New York dans une direction
non determine© ia suit derm©
re par i© sismograpLe d@ l’u-
niversité ds Fordham, D'apres
ertanes sources oes secoussés’
©nt du étr© r&ssentú© ©a Améri
que du Sud ou ©n Alaska.
lONDFffi^— De© sources os
dinairement bien Norm bes ont
sévélé que certaüis pays a-
yant dfs iníereis communs a*
■>,©c ntalie tela qu© la Yougas-
-fovie, la Orée© et 1‘Ethiopi©
Jounout éir© invites d prendr©
part d la con.férenc© dee minie
tres des aiafírss étrangéres des
• laudes puissances discu-,
imt actuellement du trailé de
I aíx iiaJiem
LONDRES,— B a été révélé
xdlciellemsnt que im alies ont
lucouvejt d FrauMort das plafij
rui avaieat ©té prepares par
b& allemanda pour IkfUláor
í-ampiétemlní %s intéréts d©8
r.tat&4Jnia dans h& pa^s de
rAmériqo» Latín» todl© jp©
Ies forces d'Hitler ¿ ia
veil!© 4© mmp&xim uno victoi"
*> m Europe,
Tribunal MHitaire
’ Suite de la lire page
j;istif.ant la reclamation, â–  La
C, D, H, La ©corté© e« dísaiK j
que sa competence finissait |
aux créanc.e au ¡déla da 1916. ;
Falls coiistanís, soul.gne :
TAccusateur Mü i taire: Alphons ©
Henriquez est Vauieur de tracts
aufaverslts, excitant 1© peuple a
íenvexSvt le gouvernemem ac
íuel, D©s suppllques sout
adre&sées aux legations, de-
ma«daiu Tinterventíon étrang©
authentte ; i . Dans le «Justicier», íl dé¬
cimo son intention de íairo lo
queue au gouvernement éta-
b)L I! dit s&s raisons, «L'kiísn
Ion* qui s© manifest© ©at dé
p un fait pni«U#abi©, B orga¬
nise un© manifestation pour
1 »c.ter nm©r»tion d'exécuúon,
ron intention de déímír©
\ oiáw iégai, ©si a peine voi--
k,© le piüple á se tíáfauc)
fiu Gouvernement actuel. Aya*U
p-eitroment conscience du ca-
iaCtere sédiíieux de telles Yü
tíatives, ü constituí) avoca!
avanf son arreetaíion. A^aly
ce juridiquel Nous savons
bien qu‘en matiére pénale, U
est ©nsiigné «Quelqu© coupa-
ble que soit un© intention, ells
enverser depuls trente ans, I bécéíici© d© Fmpunité*, Il y
molos cmgkmt ©t ócrirait edr*
tetmem^nt «au pays to tied-
tros»,
; .A tout seigneur, tout hon-
neur, I© chef d© la band©, cYst
Alphonse Heraiquoz. L©s temps
ent changó, depuis. la date be
al© de rhaiúanisatíon falsant
disparaihe cette «getone* dou
iouxeuse, partículiórement chó
sc au premier accuse. B se
dit lo déposiiaire du patriotic
me, 1© representará
qu© du nationalism©. Apres
1©S vepres dominicafnes d©
souvenir p©nJj>J© pour tons son
.«verb© Lell.ux* eat sold© par
puissance étrcmgére, dont
im maim óiabml/ pourprém
par le »ang haitlen. B aftichu,
id uno veil ©it© d ps in© déguí
hé ra des et legations étrangéros
pour renversir le gouvemu â– 
meet national constitution»!©!, ¡
coupabl© seulemont de^nB^pas
partager son clogme imbécil©
de haine, Qui est Alphonse
Honriquez, un agitateur, un ro
médien, un haineux qui n'a ia
mats travaillé, occup© qu ü
©st a combln=r les moyens ds
i.^isarb lace au problem© hai- |
ti; a. Fcmi-iV rappeler des ^
falls, des dates. C'est ¿'autv-ur j
sous ¡'administration d'Orest© '
Yamor de la fameuse Uttr2
«Chassez 1 s valets». Les va
lots, c'étaient les Ministres á'a-
lors- S'attendant a ©tí© arré-
fé pour son algarada ft ecn-
v't á Mr. Gauthier. Com-
tnlssaire Dominica:» pour luí
demcsrider de laissi-r ouvertss
¡es portes du Consuiat, dans
le vas ou il sexait ordonnó do
Fcarébr. Í! n'en hit ríen.
On brandit de 1’autre ccle, >•©
pass© d'AiphoPse Hennqiioz,
ron passage d la Douafie oe
Port-ce-Paix, la verite, c'est q’^
Direct tur de la Douane de Fort
Ce-Paix, it otírtí ses services
sa collaboration au Capitainc
du «Na-shí’U». Go n'est que
plus laid, qu© Sudie Dartigue-
nave, occupé qu'u eta.t pax tes
problemas immódiats d© la Ca¬
pitate, luí fit ordonner de tob
ter a toute prsssion P^ux la re
mise de la douane-, et alors i©
person nag© alia s© terrex chez
une párente.
Qui est Alphouse Henriquez?
En 1920, il dóbarque a Cama
cuey, a Cuba, h* Causal a'a-
íors est I© citoye-n Si© Lescoi.
Alphonse Henriquez ©M logé>
nourrl blanch! six mofa durani.
p di monde a sou ami 200 del
kns en empruut B édtí© d
Cuba un journal d'oppodb'On
au gouvernement do Dartigue-
xave. Incorrigible tapsur^ d
tevieui et demand© au mérae
Eli© Lescot urn© certains wwa
me pour sou depart Eu laute
gétooslié. cat bomme de
qiaud coeui iui donn© la va-
leur. Débazqué Head. Ah
phonse Henriquez agonit d'm
^ures, celui qui lux a fait du
ken.' C'est uu trovers chez
¿i'l peut agito la grgtjtu
$$ pour un© caloran:©, H !uí
íaut mordí© la main qui iui
tend in poito
Qui est Alphonse Henriq-iaz?
Sous radminUtxafib» de V¡n-
c;nt, il edite, som l'éqide de
¡ '¿hanger, «» joumal clafides
tin pour insulter le Gouverae-
raont de so» pays- Rap^ü1®
T«r Vincent, S est conduit ici
rem'w ct sa mfa®, ce«e mfae
am I'a ct charge. Ut> malm
¿ President isscot wcoit la vi
sis® de JfaéVw Atoad Henri
que*. Cell®-» toi eSf**® *°
détresse, t’tormn® cm grand
cwur qu'crrt 1® premier Magi*-
trai de la SépubBque s’émeut
B «’otee sponlanfaaent pour
toi» toucher me afame» con
trs i'Etet do»» depute iraní»
arts. ©He »• P®«< io“8 agtéet
!i légjfimité. C'est to plume
d'Alphons® Henriqu» 8P»i ^
ce«e tote*. I'AceiaoSsw Ml
iItaire tíanns lecture 4® -Cette
lettns exáltete Its qktmsm’A
da Chef 4e I'Bert, qui fetit uhe
favercr en fcd»ct»t perf»» %Í0%
une d.fiéience entre la teteu
t; ve e? I attentat, art, 66, C. P.
On peale 4® l'aufce cóté de
1'absence 4® to violence. ^ E
la;? du gouvernement constitu
üonnei u» gouvememerrt ds
facto et invite le peuple a le
renvsrser. Manifestation pací
ííqu®, dít-oní Si la poli» °'a
valí agí avec célérité, Disa
tsfa sent ce a quoí, nous au
«>¡?ss assist® de violence.
Les faite soto constante pout
H. criques et ses associés, cou
pables d’atUaiat contri' la su
rete do l'Etat,
Ce preces doit étr« examine
seion la jmispiudence ttattie»
ae, ie Droit HaiSs», la norme
hcáüenne,
Subitement i'assistance »e
s'y attendant nuhement torn
TAccusateur Mtlitatre dans soTi
argumentation genérale ntoi-
nongait le rnolnrire iléclüsse-
reent renonce á l'accusaiion
pour Delay, Corté, Ciorissatot,
et dt mande des circonstaoces
atténuantes pour Jn. Baptiste.
C’est á Me, Laurent, qu'tl K-
vient de combatiré ia these de
Faccusateur Kerby;
L'Accusateur a-t-il défi»! Ia
cúrete extérteure de i'Etat et
Tattentat centre la surtís de i'E-
iat. 11 a parlé d'u» Droit Hai
iieri, cu vod-on un Drout Ha,-
tlen? Le iégtelateur hateen
oarticuliérement sur le tenoi»
penal a transcrit fidélejnent ia
methods fangates da»s les co
des frangais ®n vigrau?. Cg
la depuis la legislation hateen
re de 1810,
Et que díseM les maiíres en
droit penal irangais, des arti¬
cles du code, penal. tovaria
blement, tons ont u»e visibility
i ídeníique. La penses, la pe»
! sée propre d'un homme na
¡ . aurai» luí fare imputé® h cri
I m taut qu'®lto u* ^ f>°» “
; Serialises dans un acte, un fait
recontar délictueux. C'est i'ap
piicaíion rigouieus® pour l'oc-
rusé Heruiquez, Sa facón de
éolr difiéietes de ceñe de plus
dim. pensée teadaits sur des
•siencHs» c’est sa propriété, sa
vis móntale a lui. C'est ndí
culo de remoútsr aux tirades
de Wagner sur to patriotisms
pour tes lui imputar ó crime.
Ce so»t ces idées, qui dan* te
défttqe de fe et da feu, ow
animé, sauteeu, aoutevé toas
Us héxos. en passa®* de 'Stalin
trad, Sebastopol iuspi’aux
plaí»es de HaraKKídi®. ?<«»
quoi ne scM-lls pas imp&pjfe,
ceux qui aux quad® vente du
monde da»®» cette «near-dé-
moaratiqu® quí souíéve íSe*»
tp«.
Cte ¡rajaroche á fíemiepsí d'«
vfar oonslilué svoeat «rafa
mkn» d'étre toM. C’est ¡jb'I
Be aeát coupableí Non, c'est
qtfíl eeuMa aae detestable*
jnoeur» politojues! Tout» la
tkFMwr 4 t’-appoesc a m »
siqnlii® oUCUE«i»«fi • re"
corma* »» oe»5® dondsmna
L’avocat do»ne lectura d»“ !
definition * Chmívau - ^
sur Tacto commence- « e,‘
scigné que le* discours. les
ócrít* ne peuvetit coasmuer un
délit ?«s plus qu® le como»»
cemefa d’ execution ne pent
étre assimilé a ¡’attentat, com-
ro,.„tair8du Garde des Scwx.
c curta totorvefawn d® Mots®.
•En logic»» et an honra® rf*
ioi, je veux g«®r tribu’lfil
contre ou me erreur ou une tac
t'que da r'Accusoteonl LAccu
soteur Müiteir» vete quand roe
n,e que tes «*£tnptoiro« du
.Justiciar* éeart» p« décision
¿o Sa Co®, faayefa 1® jug»®t r«
o softir eofar® ce®
i B cst acquis aux débate qu®
sites la» tracts rócennos par
luí sont oppasoWfM. Editions
du «Justicier, appeis et tna«l-
festes miméogrophiés Mré* dea
rh-ncils d’Henriqusr n oi,t ou-
cuní valeur corotos preuve.
C'est iogíque, le® edition n'esl
pos te fait de ¡'accuse Howí-
qv,ez, ni celui doccur atete
acensé. C'.s» le h',de to Po-
lie®.
Beaucoup de bruit ateo® des
actos politiquee d’Henriqu02 de
Dartíguenavr á Lescot. Mais
c’est ie dioít d'un citoye» d'o-
piner en totee liberté sur -a
gestión publique, s® la Cons-
Etution, Une constitution, n'eeí
pas porfaít». Un chef d'Etcrt »e
pe®, se cout-faer que de Topi-
njoxt fie l'équip? an. pouvoir.
11 res© aussi Topi^íon des gou-
vemés. L'acfion politiqu© d'Hefl
nquez opposée a áes gouvex-
nements tels ceux Di d- Lescot n’est pos dirige©
contre ces citoyexis, mais con-
ne leux conception de gérsr la
chose pnbhqux. Hexijjqu©z «'est
done pas contre Lescot.
ne desespére pas á'obte-
»ir son acquittement, son oc-
auitt-ment découle des déba-s.
Vous ie voyez bien a la ma-
! rjjere doil! FAccusation s'ac-
1 quiíte de sa tache ,-diífícíle, ^és
t d'un© dií:ctueuse ©nquéte po¬
li cíete.
Me. Rígal, an cours du pro-
cés qui s’est terminó híer soír
: á la Cour Martial© par une dou
ble condemnation de 6 et 3
ans r:sp©ctívement s'écria:
*Vous parlez de consdtutío:i,
de la garde vigilante que doit
exercei sans dóíaillance U
Gouvernement pour qu'aucun©
atíemt© ne soit dírigée contre
cette chose sainie! Mais c'est
h Gal. Vincent qu} a inauguré
et ds -quelle íayon toutes les
añaques contie la Constihuion.
Onz© Sénateuxs ©ont renvoyés
pour déíendr© ’a Charts ds
tañí d- violations. Et depuis
retís pratique s'e&t ,ir't©nB:íiée
et Ion n'est pas pr,st d'y renon-
cex. D's partículiem, comise
Henriquez e« patíseent Pour
demand©! qu© cela ceas©, lia
sont persecutes...
« * •
i® Commissair® Keraferan.
portont de la souacriptto» r®-
cueülis par Alphonée H®uri-
qwz pora «5s Swmsnf du Boto
Cairaan- dote lo representation
S9«>a »oa ¡
u» plan Ogricole J2iTSS.
4 huistotes, Txn ii****
me& et Spécialisie* ®
átedrraifaeX^:
di darater be* modaiíté» du rfa,,
mocfed'raphrafeuLéífi
jet d impartan^ débate, **
Qu®2* W fe* >0¡-
yee® CTváogfe poW
pilcaban? Comporí&.jf 4e„ ^
*urM d'essemble *
tousion ogr'«le ■ appra^S
D'aprés 1® nouveau
Wpartemeat de iAmSf
uto prévu que 7.00© ¿3
pour Texíension, Cefc ,2
es’-®lte destiné® cm jJosj.'TÍ
C'est 1© régime soiiato»3
pour miera dir« lt tocittíH
sciemiiique qu: a iíivseaé 3
vystéme d* plan mtapJ
I Nos amis Dr, Etiew» qJJ|
j Míehel Bcuraoto %gS
Itspéts qu¡ ont au é «¡GS
tour points d© »u«,*»wJ
cmmquttmtal oH-iln -s
I enemente sur ¡e. pIaa
! Tapniicailcn des ««¡*¿"2
1 le Ministr ad» i,, m<>¡m i
mieux almé eoumeftrsj#^
é une d^cv’tosíon é hé&$¿
pluíoí qua un débm p^¡
n acornáis tu iíeu dit
casé .tt un vulgaij§ • |
V'iotentB protestation dsj
cuta ds ia defensa
¿e se Titíiej si l'Accys^^é
¿Hake ne deven renoficsj \
<-©s ©xpress ¡oils
enyenimam davama^ |3
gonisme entre lAccus^I
i te Défemm.
Toujours Me. EigaL
furéíez Alphonse Hemlqm0
ce quil esí candida! a k^j
■ yidence et cxpr.m©
pour' ur¡& maúleme
la chose publique, Cvá t||
droit de ciíoyen qui hUísíj
comm si contre t&quel
pouv¿ z légalemsnt riea. ll
un© liste de ciíoyens
} Pour rempiacer l'éqt^au^
j voir. Mbl, Me.
I uí} Piaíl de gouve^^te^, |
1 u'©n fa¿ auaxn myséfs,
void Jes grandes Ãœgsgg,
tous poinis pare.lies á £^ks#j
Ms. Henriqiuz. 9wscp& f
; rn'anéís-t-on pas!
Par dé-cisíon ©st retiré Ja parol© a U&W‘
gol, Iq Cour estiman! qsf j&j
cartaií des íaits de k
Le Greííier lui a retasé qassktf
consignee dans les miste
t- decision du Tribunal
at*
Sin qufa a¡l«s-voia w
*r pora motivar ta ,
de condemnation coat» SMj
quez et Bey? dit te JSgjj^
S Y a une décimos M.)
Cour, écarkmt les «aa^||
du .Justicier», les méographiéa á ia PtmtWm
díale, Íes suppllques m "
Bigs*. Nous vous awM*t¡B
qué que ces «traes. MfMB
briqués par la Police, B **
v;er¡; eas d la Deferís©
ver 1© délií...
2 s'agit d© tráete,
a. rrcoimu les avoY ééÁ^<
dbijíbués, Mais Ia> srf.S
'©ur conienu ebN
léxe délicíueux.
APRES LES SHCTA®
LE RENDEZ-VOUS C? a
KABLMAffS CAB
gourdes h ífeta Haraigua», ®a bouvíou déaocnégiw fe»
i’«bs»8as d» pfioas séri»v»és j *a* matwt pdtóqB»*, *0^* **
Kocaw’seps*6
Cliampiifl®1
des
Ginger $
AY3B0 wn*’
RHUM PBSÍ***
â– gWggwnigg'












ae



, one

lee peovell: ie de Washing
| pee joute dermiers, ont las |
- je Présids nt

puictdse The

curalent donné



ce qui colceme les Alfadi-

Américaines.
On aalt que S. Braden vient |



ghee nomnié Assistant Secré-

“gem est implaccable! Inplas-

d¥iet, ex remplacement

we
‘gp Nelson Rockeleller. Et on

oo quasi. quellos sont les de
- gacliots. que Braden a faiies
en Argentite.

_ ee dow dertieres,-- et qui
_qieuie gon imporiance -~ ¢ “ast
celle disant. que ha Etete-Utus
ap dopparpal-cucune aide, au-
Span concouta aux paya qui he
perce pas dats. la norme de-
goocratique: Ja norme constitu

Tout le motde conalale avec |

quelle prodigalité, les Etcts-

Unig donnent dis centaines de |

midions de dollars aux Natioas
sfile entendent alder, D'ua

geul wait de plume, le Prés’- |
er Traman anmile 45
Yodo de dollars de Prét = et)

Ball

ya Sire donc facile de xe- | *

“ gonsaiirs: les pays que ‘es E
f@eUnin veulent aider ou pos.
Jee premiers auront tout “ar
gent qwils voudrent, et les

derivate seront abligés de pa

yer wuz Etate-Unis, le moitdre |
_p@pime di.

Cote diférence de tat

ble surtout pour les Peuples.

fe Populations qui souffriren?

Be cet état de choses, cur ils
te recivront que la juste por-
Yon congrue, pour ne pas cre
yet de foirn.

Pi nen dautre!

Lg norme démocratiqne et

tonsiiiutionnelle que réclame |

S. Bretlen, estclie si difficile
ame cele?

“2onods semble que c'est la
those la plus simple, la plus
fgcile ot lx ples-agréable & ré-
diser, Us Pouvolr Exéeutil, sou
tema par l'Opinion Publique et
adé-per des Séncteurs et Dé-
fités Ebroment élus, ef discu
font Ubrement deg affaizes pu:
bliques? Des Juges compétents
@ honnétes, décidant uniqu:-
“ment selon leur conscience et
lnlel? A cété dé ces Trois Pou
Â¥olrs, une Presse libre de signa
Wr tous manguemetta, toute er
yelr, toute négligence, et de
tlecuier tonics les

de couse. -

das-chos:s dant ainsi, c’est
a contiance générale, @ line
Seer comme o VEsxtérieur. C ast
Voids, c'est le concours
fous, & V'Intériour, comme 4
Vindfieur. Aussi, dans “ce
_ Monde Moilleur qu-les Dérno-
Cotes triomphantes entendent
inpiourer’ dans notre Continent

comme 4 tavers |'Humanité. |
Gus -voyons dilficilement qu)

: fone & ce systtme sm

Be. facile et agréable.
"Sr dérober, ca serait
suicide... Aussi, Rous avons ia
Rime conviction que le mon-

un

Ge.0@ lormera qu'une dans ce |

28%, et ducun pays ne frre
honde & port, comme YArgen-
eet Espagne, pour que, 12
Petout, on les montre du doigt. |
20 ee mete sur’ lo seletie!



+ Homouns SEPTEMBRE 45 45° *
‘Dabs la vie les «tracaas vien

888 quand on va dustacl au

a “Gané> sont ibsxés.

_ etek.

| MOR que «Bay-s mont et
Seul

» demeure incareé,... «rd.

S 20 tout ou, dove cette alfci-

18 @ strach, plus d'un préve-
88 aeolall cpetrceraar.



gi le Secréialre d'Btat .

“james Byrne
ae cure Bjonche o & §. Braden, pour .

milk |







questions, ©
_ 8 que YOpinion Publique
_ Pideee jager en connalsssnce ;

de |





Nous ne voullons quére von3
étendrs ef cons dération sur iis
«considérations autour du Pro- |
| blame de Education, proses |
1's aux Cours d‘Eté par lp Mi
Sx: et reproduites, en larges |
«Halti-Journal.,
Notre arlicie d’avanthier, ‘5
wold: <«Fovgs: Alertes soul!
gnait le caractére véhéroent et
méme acrimonienx des sidérationg» du Ministre; ct &
relirz, dans le silence, loin deg |
| «rumours et dex chuchoterents —
indacriptibles» (sic) la page du |
Min/sire, tous sommes surprie, |
cujeurd hai, d’y trouver |
marque de la confusion,





' oxtrotis, date





|

tae



~QGualovans-nous folio
eerie le Ministre chara
squete ons, dare le domed
«de VYEns-ignement Second
lara, par exemple... Vous ‘t’a
Leven quit: lire les aberra
equi se publicnt.couram
lepour vous rendre com
Ice cee dans certans seciea
«@: VYopimion on ¢
E
i
|







qa

“technicien, v» He semble
individu considéré comme pos |



esédant ure culture gén
_eperd automaliquems nt to:



| ubénéice de cetie culture
quiil savise de pousser plus
i seevent avg conanissances et de
sfoire des études supér eures
' «spécialisées.

i Avec tout le respect

; bous proiessons pour le M
tre, nous luf disons qu'll pose |
yoblame. Tl ne sieght










real le





| PGS pour "ovs, Hone s'est i Youtals re el envide pour sa tar |

> mais ag) pour nous de contes- S, :) écrit:

ter au techn” «La jour of, sans ébe néces |
ea culture générale. i sGivemint comre Tenseigre- | |
nous avons combattu dans ca! emont du lotin, Yen youdra i
jourcal, ce qu> nous combat | -bien faire la distinction catre

tons, est cette tendavee du |
cen, ce parilpris du vec!
in & vouloir preci
cette culture g
ce notre enseignement $7297
@ que Tous combat
bstination du i¢chni !

& voulolr remplacer cette cul- |
ture genérale, dés niéressé2,
humaine, par la notion d’ul
par Vorlentation profess!
le, par des «tesis» mécanig i
Ce nest pas tant le techni ig
c'est a iechrique dv tech i
réformateur que nous repu-
i

|

|















3
3



dons: cette technique de vou
Jeir caporaliser notre Univer
16, tuer le classicisme.




Plus join, le Ministre 3”
pas plus heureux. Le confusion
divient évorme

«Ces humo
«Ministre -- avolent peut
) oublié que Tétrarque, Aan des °
| Pers de lHumanisme en I
«Gree... Je croig que s) ceria
eves gens e Haiti qui em.

«Humanism?»
Vorigine da ce



a ad

sploient le mot
second sscient
wmot et sa vrais: signification.













fFune introspection, wa
linet dans ia conncissancs

psse fordfi.r da
eternelleses,









~beaucoup de discussions sté-
stiles et parfois ridicules sa-
«zalent dvitées..»

Ly Ministe ne comprevd.il

_ done pas que Vbumapisme esh

une chose ¢! que les humani-
tés en sont une autre?
Lenseignemenmt gréco-latin
releve des HUMANITES. Nous
suulignous le mot HUMANITES
a Vadresse du Ministre. fl a’y
a pas d’human.tés sana le grec
et le latin, Mais Vhumanisme
peut bien aller sans lp ygrac.
Uhumanisme c'est une concep
pon de la vie, une alfa’re de
eymnblose, c'est co qui conlére
& Yam de /Oecid

dental



iota. Whumenisme cost |
cvaten-

de
ol Cest une forme de sympa
Bie avec Pélte du genre fu-
main, Au milicu de ce torrent
ruyast qui nous emporte, Miu
ctigme devient un moyen d’é
uapper G lephémére: c'es!

So Un





icomme le dit avec saveur Pan
lngruei art «de se covfire ou:



oses foriulles et
ns les choses é-

saédain des c}



maple de Pétrarque qu!
o posé le front pour mourir sur
is textes d’Homére ou de Pla
rgue, margue bien Ia confu-
on dang esprit du Micisire,
entre humanisme et humat

ene




Hes.







Le’ Chi de YUnivesité com |

i dans wie phrase guc

nue, et,



‘ces



humonisme et les exer
de simple waduction séche st

amecanique de quelques 1ex-

‘as grecs ct latins,or sera peut
de volt quicu tond



cetre etound

' .0n est tous Waccords.

Comprenne gui peutl

Outre ces deux confusions
que Rous verons de = reever
ous ne powvens nous empé-

- cher de souligner dans Varticle

wie contradiction, il est vrai,
Cordré secondaire.
Malencontreusement, le Mi-
niste se livre & des cri itques
cerbes conte ce quill appel.
le «le grand
ssitelre de Vhéritage cultur

! et spirituel de la civilisation

Occidentale qui se met @ lire
sume demi douzaine d'muteurs
éraires ef & écrire avec for
ene citations en intercalant ga
cet 1& le nom de Aristote, Pla
eton, Horace, Senéque,
«Descaries...« Le Mini

end pas compte que sor ari
je faisonne de citations, «qui
iMercalé, ca et ld» les noms
de Léohard de Vinci, de Hada
mard, de Petrarque, de Sant
Thomas d‘Aquin etc...



“4

”

9



*%, a pe

ea
| LE MINISTRE CANEVARO
/ DECORE
| Wer soir, au cours d'un Ba
| quet offert em son homneur por
bse Ministre dis Relations Ex-
| kaieures, Son Exdellence M.
Canevaro a été décoré de lor-
le ‘re Notional Honneur et Me
tte au grade de Grand Off
| cler.

rappeler la sympathi le

C'est pour novs loccas.on ge
dont







jouit dans le pays le Ministre ¢
Canevaro qui, par ure action

diplomatique _ intelligente et
pieine de cordialité, a su créer
' in yéel climat d’amitié entre le
Pérou et Haiti.
Nous félicitons le Ministre
| Carevaro de sa distinction et
nous le priots dagréer Vhonr
mage renouvelé de note cm!

, te.

4
4 eam oh
4
i

er
INAUGURATION DU CENTTRE
DE CULTRE
HAITIANO-BRITANNIQUE
Dema'n aprés-midi de 5&7)
sera mauquré le Centre de Cul
ture Haitiavo-Briganique. :
K cette occasion une. récep-
don awe liew on Vhomneur du
MinieteTusson qui nous quit
ita bienih ae

j
j
j
i

|



LE FESTIVAL RADIOPHONI-
QUE DE LA HHOW

Hier solr, 4 Paramount, :e

Festival radiophonique de ia

[HOW q commu un sensation

utes,





| Tout Portow-Prince avait te-,
ae a a upporter le témoignage de
i
i
i

beon admiration & M, Ricardo
Weidmaier qui diige avec cant
d'intelligence la Station de Ra
diediffusion HHOW.

Le concert a 616 de choix.

Les Jazz Saieh, Cabral, ie
yio Haiti, les artistes Lamy,
Tocnhuss, Chamier, Mastic!
Dey, Lenguichatte se freat ap
pioudir dens un programme |
varia ot de choix.

Au seuji du programme, M.







i Maurice Duchétellier, sous- Di

ecieur du Studio retraga lea ac
“13 de la Station de 1935 &
1945. “

Belle soirée pour laquelle
nous félicitons ‘notre om! Wied
maier ot le personnal de la Sta
Hon.







RHUM HIORE..-
56, RUE COURBE,
"ORT AU-PRINGE,

Bie





Kant, |
tre ne Ba |

onan conenseocemmctcrnccne eevee: tveenerecetcttil HRs nN N ae net AU ett cet ect RAN opt

Pardon, Mr. le Ministre... |







Funérailles
DE Vive. LYS DUVIGNZAUD



Bet |
iolondaur, son mouvement oly

Hier cypresmidi, au mileu
(dun impesant convol, et au
Veu Jes fandrailes de Vive. Lys
Duvigueaud, mére de
cher ef viell ami, Frédéde Du-
vigneaud,

Maigre ia pluie, les paresis
et nombreux amis de votre an-
clean Dir cleur, tenant 4 dal ap-
corer
sympathie en cette doulours a
se circonstance, onl gul¥l = &

| pled la dépoullle de catte ho-
i vorable mére de fam ie, qui
fut durant foute son exiatnce,

da bans

met soul

git
PU TES





istinction,
Aussi son etterrement den-
ho liew & ute grande e! émou-
vante manifestation de regr:ts,
| & laquelle s‘est asgoclé Ia Ca.
i pitale.
i te (Président de la Républi-
i fait représenter par
n Olficier de sa Maison MiS-
| faire.





«Le Nouy Histes s'inckne res
| pectueusement devant ly mémo}
ire de la reqretiés déhutie, en

renouvalont a son fils et aux au
tes parents éorcuves
rance de ses phig vives et sin-
céres condoleances.





LA MISSION CUBAINE
A DAMIEN ,
Ce matin & 10 hs. la Mission
Cubaine composée de Mas-
Faustino Caleines, Emiliano Lu





ng, rv! Sigueredo, Rami
ro Gonzales. Jose Lius Huria
0, Dionisio Peguro, Leovigu

do Vincente, Angel Pompa, fey
nalde Rodriguez, représenta’t
du Minksigze dz YAgriculture
de Cuba, des Syndicata et de
tg Fédér ces Quvriers du
Sucre, accompagnée, de Mr,
Edouard Boker, de \Economie
Rurale, a rendu visite & Da-
: a pris conlact avec
| ia Direction Générale et les apd
i cidlistes et a folt us tour dvho-
| zon eur les problémes qui at



=
i
|
{
|
|
f



mien, Ele

lfactent Vindustrie sucriéra on
Haiti.





|
j
HENRIQUEZ ET REY
SE POURVOENT
BN CASSATION
| Ce me & onte heures Mra
|
i
{
i
f
E
E
'
i
1

Alphonse. “Henriques et Maul |

i ce Rey, assisiés de Mea. Eram.
i Cauvin et Rigel ont 416 9 con.

duits aux Casernes Dessall-
ines o8 ils ont fait leur déciara

ton de pourvol en Cassation
' cone la sentence du Conseil
; Supérieur, Militaire et Perma:
nont les condammant respecti-
vement & & ans denyprisonne-
demprisonne-
itt

ment et 3 ans
ment pour atientat comtre
| alreté de YEtat.
Les demandeurs excipent de Vin
compétonce pt d'excés de pou
voir.
| YERS



KENSCOFF 600. ROBES
AQ ET 4 GOURDES

Nous appretiovs que ce md:

DrectwurProp. Exowst G, CHAU Jh7
ADRESSE: RUE HAMMESTON EALLICE

Hore |

le témoiqnage de leur |





PORT-AU-PRINCE ~~ HAITI “

REMISE

De Lettres de Gréance



DISCOURS
De Milan du Guatemala
| lve Molex Hurdbecto Garcia

Monsieur le Préaideni,

Fai le grand hornem de re
mettre & Vore Exc.lerce la
| Lettre Autographe du Ciloyen
| Président de ja Hépublique du
} Guatemada Doctur face fox
cs par laquelle ll m’a

erédite corame Envoyd Extra-
erdinaire et Ministe Plénuipe-
tontaze prés Viilusire touver
zxement de Votre Excellence,
C’.st pour moi un privilege
déte le premier représeutact
officiel du Guatemala dane ia



t
i
*
}

flepublique d‘Haiti, vers la
quelle je me suis seni de tant
temps grandement attiré ot

pour laquelle je professe la plus vive sympathie. La

accomplissant cette tras agréa |

bie démarche que m’a corties
mon Gouvernement, en dis cir
cotsiances si favorables aux
cordidies relations imternationa
les, comme celles qui, si heu
seusement, existent aujour
dhui .aprés Vactuelle conna-‘
gration mondiale qui vient de
prendre fin, je me plais 4 exp:i
mer & Vote Excellence que ié
tablissement de missions diplo
maiques entre ks pays d’Amé

jatiais Indispensable &@ la
moeilleure harmonie et compré
hetsion spirituelle et matériel
Je dang la nouvelle ere qui
commence de Vaprés guerre,
dot: doivent surgir la paix avi-
demint désxée et In prosvéri
16 pour les nations.

ple Guatémaltéques sont sirs
qu'une “politique féconde, d'ac
tive et loyale coopération, eat
proche entre mon pays et vo
tre noble el progressiste nation,
berceau de la trés brillante f
gure continentale d‘Alexandre
Pétion, grand patriote halen
ai {Hustre collaborateur et ami
de Bolivar, avec qui il portage
lq paterniié du Panaméricusis-
me, dont nous zecucillons mon
tenant jes meilleurs fruits et
pour lequel nous nous serio’
si orgueilleux dans toute note
Amérique.

Que Votre Excellence me per
mette, ei méme temps, de lui
manifester qu’en mon pays oF

seen weatengnnmnnteannnananunamaaninamndwanttnseninnaneeit th an weawmnniaamunmant mei! srtinmmaamonnninne wget

fllectiolle haitiemne, ei re
présente. une des plus houtes
manifestations de Vesprit ian-
gais, et dont Votrs Excellence
eat un si digne expozant.
Tacccomplis en cette heweu
se opportunité Ia mission d’ex
primer & Votre. Excellence. o



de ma patie, les sincéres
voeux quill formule pour tx
‘ grandeur et la prospérité d’Hai
' y ef pour Je bonheur persontel
+ d2 son illustra Président, voeux
cuxquels je me plais & ajouter
tea miens personnels, yous as
surant en méme temps, que je





Hque, est aujourd'hui plus quo _

Le Gouvernement et ie Peu |

connait et on apprécie, depuis |
plusieurs années déja, elite in;

nom dea Premier Mandata'ra ;

: REPONSE
: De Son Excelleice le Prxmident
i la la Hépublique

Monal-ur le Ministre,

Cest aver je plug vib plats
que je rego'a dea mains de Vo
te Excullesce la Lettre Aute
yraphe por laquelle Honarc
ible Président du





men de ia Republique d’t
en qualié d'Envoyé Extraordi
naire et Ministre Plenipotentia:
re,

Vous me crolrez sana po.n4,

i
i
j
i

dis que le Gouvirsemam Tab
ten et mol-méme nous nous ré
joulssons pleinement et since
vamenmt de voir s‘élablir entre
deux nations soeurs des Amé
riques les liens officiels qui
ylennest conaolidir la trad!
fionmelle amitié qui les a tou
jours uties. Je vous souhc
te le bienvenue et vous felici
te d’éte le premier Représon
fant de votre pays dans la pa
tie d’Alexandre Pétion, Yami
de Bolivar. Et aime que
vous ayer Svoqué toutd-! heu
ze, da facgon si opportune, ie
souvenir de ces Peres du
naméricatisme, au moment
s‘inqugure ia premiére mis
permanente du Guotemala
Haiti.

Pour reprendre une pens



2
de Vote Faeellence, je me



plais G crolre que ©
qne n'est plus propice a Teta
blissement de relations diplo-
motiques enite I6s Etats de cet



le querre mondiale heurevse:
ment terminge, mont janis
fell? @ Vidédal ponaméricain.
Lignoble déchainement ces for
ces dopprission nous a fou
jours touvés groupéa autour
de ia banniéye de lo Libectd at



Guatemala |
Lacerédite prés le Gouvirne |

Monsiour le Ministre, al je vous |

i cedar
+ cpuctt g



__Ne al, 520 — VENDREDI 14 SEPTEMBRE 1945

ic Arthur répond aux Critiques de la Presse. ;

BLO. BOR A. 1
PHONES: 229%. 2433

Tribunal

Militaire
LES DEBATS GENERAUX



Aprba hvture dew minutes
por le grelf ox File de laudien
ee de mardi, Yaceuad Alphor
ve Henriques sollicitant rogue
davcment Voutorieatien de la
{) ure mise cu point
woe omission dan oo
comple rendu de natura & dé
truire Toconamie da la dépasi
fion cmidrieure, «ll out a déicla-
er dit! in liming lie qua lea
ailiés dalent chcore an quer:
avec le Reich pour la raion





, que le valté devant mete fr

:

t

i
i

& la guerra "a pag été signe.
fn répliqus, nous disons qua
Vétet de querre consiste dare
des avies Vhostiité accompiis
Pune contra outre par les por
fiip om conse, Liétat de paix

: résulte de le cessation des hos





. hoatilhes,

Lingimumettum, tralle
de paix ne met pas, non dé&
iaise au Conmisscire lin oux
Rone lait que cone
les
tout
de

’
Lee



toler la paix rétablle, et
conditions de cette paix,
comme us act authentique
vente West pas générajeur

ln vente, le traité de paix n'est

| Hémisphére gui, au cours de
|
E



i
i

;

i

du respect de Yindividu,

gcryere absolumnt
re, dang cette période de recor
ganisation du monde sur des
boses plus justes tables, que des pays comme

:
i
i
i
:





sources d> Ja latinité, arrivent
mieux ge comaite sur le
iplan des relations économ!-
’ gues, culturelles ¢t politiques.
olin de mieux s‘apprécier et de
Y ae, 8 oimer.

Nos communautés ont pris
na'ssance, Monsieur le M.ris
te, sous le soulfle de la ioer
4, Elles se sont forgé une

ft

ame fore,



er contre toutes les tyrannies
' doh qu’elles puissent venir. Et
‘est pourquo! je partage uns
conviction cussi forte que ‘a
yotte d'une collaboration ane



tre et sincere entre 80s
| peuples et. nos Gouverne-
mens. . Pour notre = part,
cest avec un constant in

tér8t que nous avons toujours
suivi les inceseants ¢1 remat-
quables efforts du soble pays
que représente Votre Exe? ilen

nécessnk |

‘es néves, nourris tux mémes |

, heacr,

Fo






3 gévéerat ur de paix, La
nerre nent par les hostilites,
pax nalt et id querre meurt
par jes notes de clairom «ceasez
Te feu...

Sur ln demande de VPaccusa
teur Miliatre, l'cadience eat 1 -
vée. A la reprise, l'Accusatvur
ire promonce son requisi



tobre.

»Dans ce siecle ot Venvie,
la hase, ont des faits cou
ianis, of Ta calomnle eat leu:
' ailié pour leur exériorieation et



ou le putriolsme, le ci-
yvisme, ia gratiiude, dans notre

' affrouse terminclogis, sonnent

& faux, vides de toute leur vt
che tonalite, leur noble signi
fication, i est pas surprenant
que vous ayons @ consaltre
dun tel proces ditil. T conte
myes

Ce sont les mémes individua
qui depuis wente’ ans occu
fest Fopinion par leur menées
odieuses! -dirigées contre les
Gouvernemen's occupés & dé
méler les donté- x du proble-
me haitlen, contre tout patio
Ysme. Il serait bon que les

sours d‘histoire* nationals et

orguelleuse quai.
ioujours, Jes portera G se dres’

dé civisme@soient intensities
cans les écoles pour combat
tra cet état d'esprit disselvant
ds: la fidélité & la patie, de le
solidarité & la race. Nous en a-
vond jant besoin en cet instuat
ov ches font d'individus qui

|" prétendent en détenir le move

pale, le patriotieme s'est envo
1é, dissous, tom leurs acita i
cohérents. impulsivemest dirt
gés conte leur patie eat tt
négat' on des privcip’s que
nous oni légués les tana qui

| ont forgé VIndépendance. Un.

étanger qui & longtemps vecu
parmi nous et qui nous pays
at grattude quand 2 evut lola
26 nog rives derivil. pour nous
dénignce un livre aetentiasant
























































































































Un a dé envoys & Kenscolt un |
giock de 600 robes ef cosiumes

i dont sous parlions hier et qui
aeront. vendus pas. plus cher
que 3 at 4 gourdes.

Comme sous Vavong expli-
qué, ce sont des tobea qui sont
méme en sole.

Voila qui va ioire du bier,
donner wa peu de gout et créer
la coquetierie dans tote clas-
fe nécuasltese.

Dea stocks serott cuss) on-
vopéa dete lo Sud et dana Je

f.
+ Nox 1. ook feos a








son. poys, des généraux« 3
revenait parmi nous (ef casie-
telt-d- cag débals, i serait ton

Vor Suite on dime. Page

prem rmenen-iencimeinitattcnntiauceitianccmmatio tit.

Je Ministre, des voeux perso -
rele qs Volo. Excellence

co pour tenir dignement, dene
le concert des nations emer |
; ecinas, lo: place que lil ont os

fiens de weditionnelle am’n¢ | signe. ses glorieuses origives.
gui nous unissent, compen! Votre Excellence voudra bist

= jo Tespare, aur le bien | ea faire mon interprete aupros
ie

m’oHorceral durant ma mission |
dplomatique & aceroltre et &
fortiier de plus en plus ita














veillance et-Pappul de Voie | de Son Bxcelletce le Docirur
Excellence. Juan José Arévale pour. Lui re
tourer les yoous que je tome | bien voulu w/oltl:, je Lal doe

| fa pour So bonheur. perso ne Tossurance quile fouve |
| et pour Je grandeur jou) re toujours cuprés de ote

{

\-






VOUS TROUVEREZ «TIMES»
) NEWSWEEK: ALA CA
ef

jours cronsatie do la noble Na, Gouvern«mett toule Yoide ae
fon Gudtemnlieque. | cessaire au plus grand auoobe

Et vous remprciant Moonen , ga.Bs mason,


Mystiques Divergentes

Poetiques

Divergentes

(Suite volr le No. d‘Hiex)

Par Dr. René SALOMON



A ja vérité, ce ne sont pas
tant les « tes» que les divergences de
vue et de comporiement qui in
quidiert votre talentucux con

frvoquons «Le Manteau Impé
tial», dans lequel Hugo s’adreg
se aux abeilles qui ornent le
reantean du Souverain:

Paramount

fendredi & 6 et 8 heures 15

SERENADE DE SCHUBERT
uvec Lou's Jouvet, William Har
vey, Bernard Loncret, Mares}
Vallée

oun film magique qui fan
‘hit toutes leg étapes du réve,

+. toute la musique enchante
‘ease du grand = composilour
“yanta Schubert.

Entrée Générale Gd. 0.90

Samedi <6 hres



E atmenneen jE NOUVELUSTEs ¢

*© vous dont le travail est

Salsepareille
_ de Bristo

Reconnue comme un grand purif-
icatenr du sang.

Préparation originale ef vértable da
Dr. Bristol et seri pour:
‘APPECTIONS ET MALADIES DU SANG

ef pour celles provoquées



; LUSAGE EXAGERE DY MERCURE,
wadicteur ¢t justifient sa vive joie... | Se, 6e, 7, Be, épisades DU FER, DE LA QUININE ETC...

san cennnnnnnnanennnaennn, Pring




un vasle éclat de sires... un |

SAGE

. . i vd: : :
ne le converting peut @e pis ; «Notre ruche ore le fronton... nénouse. 0 ast partaitement inolien

file plein de mouvement... ‘ait ot pout éye adainivtré aux person

critique, Par deli ces poOMea | teers Wes eneeraee m nd ‘ Aussi pour ies
cocaustes, iby @ pour uy hom Ente Générale 0.30 APP MALADIES De Ga ee
me de Drolte des vigiong aus Rex iHectivas Neviaigique, Debilite Nep-
si sombres gue tagiques. A- et sontfie de Vondredi & 6 hk ‘veuse ot Gindrale du Sysiéme, Fert
kate du souvenir! Nous som | Ifamme, | Vendredt a be TOS | -dappett, Langueurs, Eluurdissemen
mes pourtant au siocle du so; cEt dieslul: «pour qui nous | The Queen Elisabeth (documes. ‘et Alfections du Foie mee? wae
: cial, quill soll radical, make | (prendas-tu:» nize sensationzel) FIEVRES USES. EY RUTRES.
L oa “uc, chrétien cul i | an Zome parle , LA JAUNISSE ETC... ,
E tal, démociatique, chrélien cu | «Maudis, nous sommes les | Meu . et Les moludes peuvent éte assurée
p scientifique. BL Mr. Laleau | labelled! | Masistale production de Ja qua neuge poe dans co me
a wa qué attendie, i en veiw) «Des chalets ombragée Je | One cMTe ii ‘dicament Jo moindre particule de sale
oS cortemnement deuues. Coe | treillos, | BEVERLY SONNE LE REVEL | ‘lance mercurielle ou aucune substance
i
}

TAZAN LINDOMPTABLE
{
t
t
t
4
1
}





peutetre un mandeste posh.) or













a car le poeme social Om parslo | eee eee ee ners * i ° ; . ;
: +GE Ae PI ~ Ps Entrées: 25, 5G, et L gde nes qui cat besoin d'un bon reméde
ey Pites. i Peer eee er er ere erent ee purilicc eur et fortilient, sans foie je
«lL nen fera poli en con | Ce gui sort de ic lange y 6 8 hres 15 unoindte ral ’
¢
duite.s | lentre,} En lere partie: PULULES VEGETALES DE
| «Va trouver Tibére en son attre | Actualites Francalses ef Uni 46% : /
lagie mest pourtant pas an, + : BRIS
Regie & Pe F 1iEt Charles IX sur son balco. | versal. # sila} 9
de poemes po es. fos ome : 4
Ni un ese parusar, Ces!) 1% a) Suz ta pourpre fout [kn 2eme partie: | Pour lea maladies de l'Estomac, du
“we . | {qu'on metic, | CINDERELLA | loje ef des Integting.
comporteme! o «Non les abeilles de YHymette, ; Un romen d'un homme dv | dis vous Gonie de Dyspepsie, d’In-
immportemert sc- ve . : I et . : sgestion, iat
pom »Mais leasaim volr de Mont} monde follement épris d’uns 4 ® Constipation, de Rhumo-

tsme, de Goutta, de Colique Bilieused
Maladies dau Foia, et ipa famou-
see pilules Végéicles «Bristol», Le
Reawide populate depuis plas de SC |

Babriqué por Lauman et Kemp
| | Ba Vente dons toutes les Phamanes,

vedette de music hall. :
Jes danses rythmiques sensa
lonnelles... une musique én |

i

iFaucon.
{

i

|

fTanie... |
|

I

Et percez-le toutes ensemble!
Faltes honie au peuple qui

frombie
Aveugiez limmonde trompeur,
Acharmmez-vous sur iui, forou



GENERAL TRADING Co., Distr buteur pour Haiti,

Entrées: I, 1.50, et 2 gdes

4



POOR



wu Gonhe a youe









nin {che | Samedi 4 4 hres e
Boe a Et quill son chassé por des; En lére Partie: DON 4. MOHKR, Distributen:
Gace GF BG tmouches.! LA REINE DE LA JUNGLE nioeetonesenneeeeenee,, reme e 17
+Pulsque des hommes en ont: Se et Ge épisodes
tpeur.y En 2ame partie: , Un nouveau céréale exirémement fortifiant
to isudralt souhalfer, Mon Viewr Francen, BE. Feulll ‘ : i

Vous Vaimerez porceque meilleur que la Farine,
SOURCE ABONDANTE DERN FEGIE



cher long

roerd, que fsentree du













SESS

. Se
See



Ss

S































vate» dans le present oa dl FEU i FACILE A DIGERER
fe pour la participation du; Sitees: Gdes 25, 50, 1.00 : EXCELLENT POUR LES ENFANTS.
A rand no 2 blend. : ! . .
: S g nd nombre oe 'e & 6 hres Gros Lot — 50.000 Gourdes } i LA CREME DE RIZ contient:
e de ce monde, soit ‘soup “ps. partie: : VITAMINE B }
litteraire Jal une mie Ae th mene . i
ong nn uctpedes ot dif. | UA HEINE DE LA JUNGLE | [1.788 lots gagnants VITAMINE G
revoluLon victorieuse et aah | Se et Se épisodes) : VLACIN
onidve. Ble aidera Thomme |.” | ° | TRON
j Ea Jeme partie: Le Billet 10 gourdes .. Le Cou |
moyen &@ retrouver sa fei et: Ane Verney “Suzy Prim, P % pon 2 gourdes } Servez-vous dés aujourd’hui de le délicieuse
a neat | Ane rey, Suzy Prim, P. ¢
ee “e een ene wn ve i R. Wilm dana Tenlez votre chance dée aul curd’hul CREME DE RIZ
fot ss futures os thoutissent | “A PRINCESSE TARAKANOVA | GS . ,
ee amu “eortve men! et oe { Le roman d'une Romanoff | 9 Achetez un Billet de la Loterie. eneral Trading Co
Ss dr nental sf | werstentée o “iy
ecouragemen comme ce ful paseculee Par de Co g Aidez ia Loterie de l'Etat Haltien & poursulvre ses oeuvres de i DISTRIBUTEUR POUR HAITI
ie cas de la victoire del804. | — ee merase ; : *
Hi faut done regretter que | Feneen 28. 80 bia ble ce |
on Laleau ne solt pas favora | T7HPOS ee, ov. BLE gee, ? POLLO OOP OD ODOT OL OLED OPO LE AE Cee H ENERO DETER MD DNDN ROA
le aux poémes socialistes. Ce a 8 hres 30. -
nempéchera pas cette pod: En lére partie:
sie dactuclité de rendre, avec’? LA REINE DE LA JUNGLE
npeccable émotion de 1a | Oe et fe apizodes)
|

ouleur
| golases, leg injust





ices et leg ré

| yoltes, legs craintes et les es-












“| de la foule,

leyondring carrés. Er
resi pas étre partisan ni
ter sur les wélaux que de

inspire:

“HON

mg
te cette fréemissant:
fon ou service du deshérité,

du pauvre, du refoulé, du sa
grégé,
Jent et seg ressources po

tor

Casi mettre son









ce pis gia

souci â„¢% cure. jes devots



Vg te sont pas assez curleux

pour se pencher sur la soulfran |
GaSSOZ Whe |

co des autres, 1
quigtes pour communir avec
ceuxla qui souffrent.
Jame social, que Valery n’eut
/pos/renié et dont ma pas eu
raison, fen suis novre, cet ace
tame littéraire qui fait «enter
@n poésies comme on +onue
en réligion: impréigné de cel
te froaternité elvante et sanc
tfante parce quidtendu &
cetle humanité qui peine sans
orofit et qui ose le dire. Le
poate est alors Vintermédiaire
naturel et combattii qui piaide

Ba COUSe. Comment peutdl ,

clors rester hors de action?
A tous les Ages de la podii-
qie, et quelle que aocit les dis
ciplines dont cet art se pare,
le poéte a combatty dangers u
sermont des fols pour défen-
dre ce quill croyait Btre: le
droit et la justice. Sengeons cu
Victor Hugo des « notiments,
por exemple! Et de lersem
le de ces poémes de com>at,

Cet



i ger sa proie, c'est y



Herd |



Orr



les joles ef les tlomphes

Resteindre le
domaine de la pogsie, a ce
| Pornasse orlental ou, le plus
[raturelliement du monde, ia
' pratique de la contemplation et
ide la résignation devalt faire
cou



(des René, péles et sans



4

écharpe, vivent 1
P
so iaisse, manger par sis €

existence du





Yélémentaire courage, de man
| inteurer
lta béatitude soutfreuteuse, du
i dégout de Yaction propre aux
célicatws, de lextase ineltable
et attendrissante, du beau suns
doute, mais certainement pas
i toute la becauté.
| Leconte de Lisle, beaucoup
| plus prés de notre époque st
‘plus moderne, vengera ce Pé
: lean défaillant par son podme:
| «L’Aighe Noire qui débute com
ime on le sait por ces vers:
sVaigle noir qux yeux d’or,
i prince du ciel Mongol.»

Ii lutte, car & ses ciglons
«Erigent aifamés eur cou au
bord de l'éres.

(La fn & demain}



=

AMIS
Monsieur ANTON KNEER,
| istibuteur de la «Amerlown
| .. La France Foamite Corpera
| Hon et la «Horley Davidson
| Motor Company:, avise aa nom
| brouse clientale que cea ceux
2} Maisons sont en mésa
o de fournir reapective-
ment deg Extinclours d'incen-
dia et dea Motocycletes.
Rue Pavée, Portau-Prince -—-
; Phone: 2318 ©t 2234,

jes piaintes et les on)

leur, qui portent lcur coeur en |

an réasigné et vaincu qui



2, parce qull Wa pas eu;

En 2eme partie:
Annie Vernay, Suzy Prim. P.
i. Wim dans





| Au Carnaval de Vénise use
wincesse est enlevée,. Qu'est
i le divenue?

| Entrees 50, ) et 1.50 gdes
{

|

i

i

t

}

Ciné Select
En lére partie: :

a Province de Quebec
2eme partie

Fresnay, ¥Y. Printemps dans
ADRIENNE LECOUVREUR

en
3

|
t
: de Bouillon et du
Maurice de Saxe.



& & hres
En lére partie:
© Beau Réle
En 2eme parte:
vharles Vanel, Y. Lebon dana
‘MICHEL STROGOFP
Drame d'amour, de passion
Je dévouement pour l'étre ai-
né et lo patria.
Entrées: 25, 50 et 1 gde
samedi & 5 hres,
En lére partie:
LAIGLE DU DESERT
ome et dome episodes}
En 28me partie:
RED RIVER RANGE
deux grouds films d'aventures
i Entrées: 25, 60, et 1 gde

& 8 heures
En lére partie:
UAIGLE DU DESERT
(Se et be dpisodes = -
En fome partie:
.H. Willm, dang
LA ROUTE IMPERIALE
Le drame de ka coloulgction,
Un roman d'amour et de sacri
' fees.

| Entrées 50, 1 ot 1.50 gdes





A PRINCESSE TARAKANOVA |

ig

i
ig

|
Yendred: & § hres |
|
|

Les amours de la duchease |
Maréchal |

Entrée: 25, 50, LOO gde |
;
|
;





CEST LINDIGO EN BOULE DE QUALITE.



PR EOL LOO TIO O

A lachat, & la revente, comme & Vusage, i n'y a pas
aimplement le procédé machinal de Yéchange Wargent
conte une marchandise; ‘usager & l'assurance que lin-
digo en boule BLEU MONITOR est un produit de con.
Hance, ‘

Liindigo en boule BLEU AONITOR donne le plus
grand rendement a ia lessive, Hl ne tache pas le Lage
quill blonchit, sang le couper. Il ne se désagrége pas. 0
se vend trés bien, ‘

Si la lessive se fait 4 domicile, essayez ausal CABE-
ZA DE INDIO. Si votre linge ne dure pas sufisamment
informez-voug de la qualité indigo utilisé.

BLEU MONITOR et CABEZA DE INDIO. sont la résultan.
te de Vintégrité commercice et de bonne réputation de

THE STANDARD ULTRAMARINE
COMPANY
Agent pour Haiti et les Antilles

Denis FENELON, Portau-Prince (Haiti W. L)
Huntington, West Virginia, USA).

eu Monitor

:
WLAN RA NR ERIN ODDEN,

Viennent d’arriver:



Machines 4 Eerire, Suisses

LA MARQUE RENOMMEE

“HERMES” |

EN VENTE CHEZ:

MAISON Mr, E. SIMON,

‘R. GROB,

AGENT. POUR HAITI

Planteurs de Noix de Coco

la Haiti Coconut
Products Co.,S. A.

ACHETE TOUTES QUANTITES DE NOIK DE COCO
QUI PEUVENT ETRE [YVREES A PORT-AU-PRINCE

S ADRESSER AU;
BUREAU DE L'USINE A BIZOTON

TELEPHONE: 2477,
| BOITE POSTALE: A .. 158,

PLANTEURS VISITEZ LU SINE A BIZOTON.
ONAL AND LR DMB LE ENN inp doiictn niniviniolottels “aire

{ecrcvsenerovenronronnsnennareeneerrccenornartrpnesocennorarrtt
| Collége Duvivier-Hall

INTERNAT-EXTERNAT
AVENUE CHARLES SUMNER
(CENTRE DE TURGEAU)

20,

Pour lq rentrée d'Octobre:
Tascriptions: Le matin de 84 12.

Directeur: Louis D. HALL.

AVIS

DE MAISONS
AUK INGENINURS, ARCHITECTES er pROPRIETAIRES

A WATTERTION pes OUVRIERS CHARPENTIERS.
ELECTRICIENS
La Maison Jules Farmer a le plaisir daviser so nombre’
#6 dlientile tani de la capital, que de la province qu'elle
vient de recevoir des échelies 46s confortables, de quallle
mu » & extension de 22 et 37 pieds de hauteur.

JULES FARMER
PROPHIETAINE
87, Rue Dantes
‘> Piosiec Ne, 2709





*


RE ee I tome te ee I

REMERCIEMENTS
ia famille Louis Auguste de
Petit-Goave remercie bien sin
cérement tous les amis iant-de
la cupitale que de la provin-
ce qui leur ont témoigné des
narques de aympathie & loc
‘asion de le mort de leur re
grotté Fils et Fréve:
Luc AUGUSTE
enlevé & leur affection le su-
medi 25 Aodt 1945,
Elle irs prie de croire &
| eur profonde gratitude.

i




-Port-au- Prince

: gered PAR PROCHAINS VAPEURS:

g NESTLE 14.1/2 oz.
1 NESTLE Boz.









AVIS

La Dirction Générale dy
Service National d'Hygiéne por
6 & la connaissance des ine
essoes que le délai d’inscrip
& VEoole dos Gordes Ma
| aces ast prolongé juaqe’au
; @udi 20 Septembre en cours,
e! que les cxamens d’admis.
) sen ont 66 Leds au 28 du ma
whe mois,



|
|
|

amt
Hpfos on 8 gall: Lgals 1/1 bet 1/2 b.

Comers Libby Me Neill et Libby.
PE COLGATE PALMOLIVE

Boron Pabnolive:
Sven Coahindve Bouquet.
| Goren Yoram.
fogats Dental Cream.
bpdre Pavemiet Cashmere Bouquet.

j

“4
|
i
|
|
|
i
i
|
|

PEET Co.



fy ford 200 ydes. M






io




Diamond. Spécial.

ide Gun Flower> en drams, ferblancs de 1 gil; et 6 gal.
Jee Lom’ Swift on tercons et 37 lbs.

Yale de lin de la National Lead Co.

tious ga pate blanche
lepantaine:

ter de tumée.

Seperes, Couteaux indigo et houes Elwell.

Temoonthy Mortini et Rossi.”

doen ot hulle Argo.

aL Preetzmann-Aggerholm:

Mains Gercées
@ Quand Ia peau devient
siche, réche, gercée, la
: Gelée & Pétrole
‘Vaseline’ apporte
an _ soulagement
rapide, Vo es
comme elle adou-

















Naseline

asmnuk DbPI3
GELEE DE PETROLE

DON N. MOHR, Distributor



|
|
|
|

see?

las EFFORTS DU «cNOUVELEIST@» VOUS PLA?
GN. ENCOURAGZZ-NOUS BN VOUS % ARONNANS





fos Baisers retiendront-il.
toujours votre Bien-Aimé ?



son amour. Rappelez-vous qué











7 sur 10 personnes ont 0
~ ne mauvaise haleine et ne |
sen doulent pad. be ‘
Server




@Soxen prodents.
vous de ia Pate dentif: -e Col

















“gate, Sa. mousse penétrants

« winflitre entre jee interstices ‘
2 gee dents ot expulse jes ger. $

‘ mez ef les particules de nour- Dentists recommend
@ — ritere qui sont tee cuuses de — GelacterSerauye “®

mauvaise haleine, denta bran. bad bresth.



:
|
|
"x
|
|
1
|

a yo
ahaa



a SR SRT










Savez.vous gue le doux attral!

Achetez un pain de 4a.
“von PALMOLIVE et vous
eonterverez une peau jeu-



one, douce et attrayante,



iccw ea. Con-vowsmany, fe ROWE Ee

| ce tant de femmes.

Prince.

de dun grand nombre dusa
cers des Autobus de Pori-ou.

Br ays :
Prince, Pétion-Ville, mous avars | velure chondante et soyeuse,

qua party du 15 Septembre

nale, le tari epécial de vingt
e'ng centimes de gourdes (0.25)
est annulé thais par contre le
cornet dabonnement de Vingt
+; Cing (25) tickeis sera vendu
prix de Dix Gourdes,
feur bénéliclera d’un escomp
te de 20%.

peuvent éte émis en feveur
@un ou plusieurs membres
dune méme famille et sont va
lables pour une période maxi
rum de six (6) mois...

Société Hattiowe D’Autome-
biles, S. A.



TEs
nen Ravetss Larves de Mound

ION G. 1,50 Ia Boutelile.

° antes et carrié et ramol _— ee
te ant: eneiver, © SERVICE & faire te ménage et 2 alder
dssement des gen ven . cal. ¢ {RREP? 4 Venteetion de la famille, vous auriex
gate rend ie dente réellement ROCHABLE alist ape les femmes d'affaires ne sont
: olga Assortment tncomparable, pas lex senders 4 avoir fe de ite et i

st entigrement propres. Provisions Alknentaites | douieurs aecalates, Nous avtees
gencives saines ot (haleine After each meat . feromes d'intérieur, faigons un travail
: fefore gaing fe bed eeecd aual dar, avons atitant de manx de te
was, ite loates PAN AMERICAN BAZAR | 20,5 eomac et a sommes enum foci

Angle dex Russ Pavée 2 = wn, ar
@t da Cente “ oven pavnye oat
4 kc a moe oe toe soulage da mal
Phone 2333 de thee, raffermit les maacles fatigad.
sdoudt mon sidité d’estomac, “La
corre famille a am fia by ie adoneie

. ie que ie eonnais.!’. tear.
Machine & éerkke Remington wed-vocs epeaye ALKA-SELT? ZEBRA

_ Gardez votre Teint Jeune, Douxet Attrayant

plendissante de santé. attire ’attention
ken’e plus vite ses sens que niimporte quelle autre
Crest un fait certain. Aussi gardez votre teint
doux, altrayant pour qu’ll parajese jeune et salir,
Pour arriver & ce résultat, | matin, (Ae midi et avant de
vous mettre au lit. lavez dougement ‘Votre visage aves dn
saven Palmolive. Baignes-vous aussi aves Palmolive.



REGLES NNORMALES
hi “ae Dour Grace
A W’Ephedrastine
Femmes qui soules de 1 /| Ici, chez nous poral noire
gles dinciles, sachez qu’ll sut | sone saciété, pom je peu
it de prendre au débui de co!

"|
i SENSATIONNELLE



las-cr -queiques comprimés 2E | vaise hobitude, ne cofnala
phédiastine. pour empécher ow | sont parfaitement je danger,
cire cesser dans Tinstan: mé | ou méprleant avec une légdre
ne toutes douleurs et fous mu 16 enfantine ce danger méme
aise. de vepusser les chevews,

Prise régullérement, I'Ephe- Le reparsage est reconnu,
wastine, cn elet, assure le 1s - fot tomber lea cheveux qui,
our des «époqueges & bone superba et abondanty sont
date, sans avence ni retords, | Tornemectation et ka beanté
Avec lEphédrastine, les regles de notre porsonnalite,
cpparcissent et évoluent, sade Cet usage doit dieparaitre,
aucune douleur et toute femme j ve Eeporaitve et nos éléganis
jul, jusque-la southait pendagt | pourront se peigner de leur
24, 48 heures et méme davan | bello cheveluro gaxe la crain
tugz, & chaque époque, ne con | te d’étre chauve dans un court
nuit plus dennuis ni de malaj. | délai de temps. Une huile mer
se, Elle peut s‘acquitter nor, velllouse vient d'éue mise cu
mulement de ses occupations | point apis de longues oxpé-
et surtout clle évite les compli fences. Cette hulle dolend
cations gui sont souvent is job] i prévient la chute dea che
veux pour tous ceux qui font
Ce morvellivux produit cat | Usage du repassage dex che

en vente & la Pharmacie §, | Yeux at de tous ceux qui ont |
gethord, rue Férou, Porray- | teondance & Stre chauve. |
Cette hulle rend ea cha-

le méme, nova avons la men-|

«Epaule





: é’Ombre»

de René Bélance




Sulte at Fin voir le No. d'hied

Par Edie St AMAND



Comme puissance de nega
tuk, 1Gtl Ge Mene Bomnce a}
Ai, G Ges lumes bOdIEE.U est
Big tage Gul Ye ge cotlent
pia, une volonig vraiment de
saentede de se moguer, ae
nourter, de dechixer, Et quei
je extraordinaire puasunce,
symplome d’aillews de la tola
jié.. da la révolte?

«Je composs un songo d'Es
tis bert le podle. Et les vere
yu muivent Be — xécilisontila
fas vraiment ce «onge deh
fers:
sje te prondsai par ies cheveus
«Abl hévreusement
apour t montres



veux soyeux ot tds abondania
oblige lew bulbes cepillerres & \
repronidre leurs activités, ot |
les tétes qui avaient tendance |
4 & éte chatuves auront avec la

| joie, le pleisir avoir une che-



AVIS
Pour repondre & m demas

Lee fétes ayant lee cheveux
,crépus auront également la |
1945 ot daccord avec le Dépar! oie davoir des cheveux longs
‘ement de iiconome Natio | tng et soyeux, et nos élégants
pourront se pelgner comme |
bon leur plaira sons le mint: |
>| num de denger.

} Cette hulle morveilleuse et
i> oienigisante emtraite de véga-
Vache} a] sans aucune substance chi |
carnets d'abonnement
|

‘avaniage dlaviser le public






mique a été dénommée par
son préparateur Vigueur.
Viqueur est et doit dre dds ce
our le Direvtour ot administra
eur de votre téte.

VIGUEUR délend la chute de
703 cheveux,

VIGUEUR rend vas cheveux
souples et novyeux. :

VIGUEUR vous rend si vous
Stes chauve vole chevelure,

Damandez VIGUEUR & Ila
maison Nicolas Vitielo Grand

Ces



SERVICE AUTOBUS

th Semences Rue & o6t6 du Café Florvil.
Oui ce. baiser qu’ll reeher. .

che peut vous alder & le re d’Oignons |

tenir, pourva que la mauval. aYELLOW BERMUDA»

ge haleine ne vous chasse de chez BAILEY

154, Rue Magasin de I'Etat
Téléphone 2183. ~

Kill

Ingecticide EXTRAORDINA:
we insimienédment Puncl



ole, otc.

fn dép&t au RHUM CHAM | "7 @



Si Vous Etiez A Ma Place













Non? Pomrquol se
pareet. ajoard’ bu:

Mouseax, d'un gote
Alka-Seltzer vons est preven
dimensions,

DON N. MOWR. Dietributen |

pore $48 Bn

agriabls,
té en dene






ANIS

Il eat porté & lo cornaissan
@ des. propridiaires de chien
jie la Section: de Médacine
Vétérinaire dacS.N. P. A. et
E.R. vient de receyolr un aiock
ee vaneiia -ant-rabiques. st
quelle se tient & leur dispasi-
fon, pours -Fimmunisation- de
leurs animaux.

Damien, 4 Septembre 1945









t dun teint de femme, rea
@an homme et

chose,
toujours






Pour vos Travaux de Comp-
abillté.
Englais ou en Frangals.
Conditions avantageuses
yor:
EDME Lo ANGBAND,
16 Ruslis Jérémie,
Bols Verna

Oncasion Excoptonnslio
Rébigdsoteus dlectica et 4

weosing, Eat soul,
voyes Plone Bouchereca -

. «hana jo bale des puaunteurss

isont également dea valeurs ha

spendu a
wqulllos = a la
esl
acttoid

: ae be
eee

t

+ei soul num bit ik HB

sCyuquement seul

Quand les fascistes frunyais
(a@avisercnt que leg tolles de
| Picaase pouvaient signifier
quelque chose, ils voubwent
Jos detruire, Rend Belance es-
pere iui aussi quiun jour lo
sans caché de ses poémes sz
ra $aisi de tous. Maie alors,
pensetil, comme son chau
esi en réalité celui
grand agmbre, ce sera &
plus grande joie du plus grand
nombre:
eQuand de mon chatt suiniera
«le seng des débauches
«Quand mon chant ~~ yvaincues

U.s causes d‘insomr
«coulera dans les gorges
sah! quelle féte sera faccusil
equelle danse je danseral dans

fle préous
‘sur les couchants morbid: as.






Nowe litérature ne connuis-
Sait pas encore cette profusion
dimages, ct ces visions si bel
ies, qui pour “'étie pas prises
& la réalité de chaque jour
wen sort que plus riches Sans
aucun doute, je tai pas Vi
tention de. citir tout le cahier,
mais Uisez encore ces vers

lewett aimé le grand Eluard:

«ll te fallait bien prévolr te
[mouvement |
du moulin & queue qui bole
fle vent |
«Un cell virll qui jeune
«Une main phallique tremblasat
sur l'obscure
«blangheur de la déroute>.
{Fuite)
+La terre est une bargucire
«Ou mes cile ont la silhouette

du piua |

i







| cot homme a] comprimé, al dtout
i, jusque dans ka micelle de
ign acing, ai déchizé per I'sa-
soul de problémes impossibles,
gull doit bet souvent se aur
prendre & penser hora de ce
réol movatroux, Certes sus
pouvots regrelter que pariille
poosle soit inaccessible au
plugs gard nombre. Mais i
nous est difendu de ne pus y¥
xeconnaitre de la grande pod
aio. La est toute la question...
Une erreur abeolue serait
peutdire de voulow live avec
les mimes youx loouvre de
Maggiore St Aude et cella de
Heth Belanees, Or, on récitd
magré jouws les apportives,
ib processus de criction, lel ab
id, dilire jusqu'd a‘oppoaer.
ion devine bien, cher Maglowe
&t. Aude que tout est voulu dé
bdr, que nen n'echuppa
| demt Voriaw se sot pleine
ment consclent, qu’ scent pasd
at soupesd, rotournda de milla
lagons. Tandig que Hené Ba
junce se lacho @ grande alla
re, «coursloy sang Gge* pour
mployer un mot de lui, dont
jaul lieu de la route nq pare
digne d'interompre le commar
ce avec les Deux. Le podte
ge live absolument aux puis
sances inconscienies, toutes jes
miles ranceeurs, lea miles
possions, les milles comours et
tous les spectacles qui s’accu
mulent on nous ef que la socie
16 ef la raison nous forcent &
comprmer Ui laisse lbre
cours & tous les instincta. La
vbido se cherche avec violan
te Vine satisiaction. La poéaia
devient alora, positivement, le
‘verbe et rut. Co qui n'empé
iche pas d’aillews Vortista de
prendr: quelques rares toia de
ja distonce vis & vie de. san
oeuvre, pour y insérer quel
ques paroles, quelques confess
sions auxquelles il fencait cons-
camment déjd, ou pour infor.
mer le poéme en général dans
un moule qui lui semble plus
harmonieux. E® bref, chez Ma-
goire St. Aude une technique
qui se rapproche dz celle da
Valery, Valery qui éerivait:
sJaimeraia intisiment mieux
| écrire en toutes conscience «t
i dang une eniléra lucidité quel
que chose de iaible, qu’entan-
ter 4 la faveur d'une ansé, at
hors de mojl-méme, un ‘chel-
aoouvre d’entre les plus beaux
«D’ou i) suit que la poésie de
Magloire Si Aude, comme cel
ie de Valéry est parfaitemant



i

ltendue | interprétable, tandis que dana

«plus haut que ta pressions

i « tout se

tS

(Guilfstroan | duit & une association d'imd

«Un sein était couché jusqu'd
la limite d'une séve-

* (brilante

Et, de grace,.ne venez pas
dire que vous n’avez pas com
pos, parce que ces choagsc |
wont pas de sens. Votre pros
Giption de Virrationnel near et
ne peut 646 qu'un préjugé.. 1]
n'y a pas que lintelligeace,
mais le réve et. imagination

maines, Le poéte n'est pas un
chirurgien pour qui tout doit
étre clair sur la table de disgic
ton, Vous aimez peutdtre la
musique et les fleurs. Pourwnt,
vous. ne vous. Stes jamais sur
pris & rechercher la ‘significa-
Hon d'ube rose, Ou & trouver une
correspondance mathémuatique
& ung aymphonie de Beatho-
yen. Devent le soleil ‘cou.
chant vous tombea en admita
ton, doniné uniquement par
Fapeneslon de> pulssatice.
2Quand vous aime une tem:
Me eabce qe vous vous mel
tox @ ud mesurer lea membres+
demande avec raison un crit
qoe surréaliste. Et al vous ne
vous séptes point capable ‘de
vibrer & tant do sensibillté te
tée & profusion data «Epaule
POmbres joule cette gamma in
finle de payeages, toute celta |
lumuiance de couleura.de s0%8
de porfums,c'ost me orci ok
= cour West pos celul d'un





ication du mot.

ges, amenécs le plus drdle-
ment qu'll a été possible. 1
est vral que dé telle& contres cnorch’qucss. André
Breton, disait que c'était 1d tou
te ld potsie, toute do signifi-
Le poémea de
René Bélance est hors de por

;tée de Vanalyste, parce qu'al

le constitue, comme toute oO: u
vre véritablement surréaliaia,
une «débacle de Vintllects.
Je voudrais pouve.r lea com
paret, Eluard et René Bélanca
si lo bovarysme ds notre mi
lew n’empéchait pas de re
connaitve un tolent supérieur u
un éerivaitl de chez nous..
Edria St. AMAND

AVIS

ANTON BNEER advises that
the ALCOA STEAMSHIP COM
PANY will reeume a Steamship
wervice besween New Orleans
ond Halt. The fret steamer










: ¥All aail bom New Oriegas du
| ring the third week of October





and wil have a cequiar sal-
Jing every three weeks thereat



Agent fox Alcon Steamship:
hamme du vingieme sib, | Company, ‘Tolephons 2318,














cones



oo





‘SR 9 seaman





whe ohh Pee eeepc ne amy

Special. “Le Nouvellist”

AUX ECOUTES DES CENTAINES DE POSTES DE RADIOS

GEANT .LEUES NOUVELLES
DANS TOUTES



Derniére Meure |

BUENOS AYRES 14 Sepi—
Le Viee-Présidnet Juan Peron o
déclaré que «de vastes scin
mes Wargent dangers = uric
vent en Argentine dans le but
de ruiner ia classe ouvrieres.

TORIO 14 Sept Sur la de-
mande du Gouvernement jupo
neis, les criminals de guerre |
seront arrétés par la police ja- i
ponaise. C'est une fagon croit |
on dg permette & ces haules
persomnalités de laze haraler.

CHUNGKING 14 Sapt- Les
troupes ardricaises peuvetit
oidex ig gouvernement chinnis
& occuper les lerriolres of se
nouvaien! les japonais en Chi
ne, et ccc) jusqu'a ce que lex



eee cae cn ee

DES NATIONS UNIEG, PROPA
18 LANGUES

pur la liste des 40 crimingla de
guerze que Mac-Arthur a regi

fer,

Lea milleux infermés annon
cent que l’ex-ministre de la scan
t6 publique, Zoikumi qui g’eat
suicidé ce matin o toujours min
il cu peuple en répétemt les peo
mosses que le gouvernement de
Tojo faisait chaque matin. 1
« toujours employé ta force com
mg membre du cabinet pour
combate les «nnemis de To-
jo. Depuis la chute de Tojo he
vivedt tetié et obscur dans |
ea retraite,

NEW YORK. La radio de |
Tokio annonce que fe général
Toichi Yoosimeoto, ancien com
meandant des forces dans 19
Nord du Japon a fait harekiri



: 3 se 5 4 tg 0G +
situation inlernaiiondie soit re L avec 60m sabre de Samourci

toblis.

CHILI 14 Bept-- Le Gouver
nemest chilicn a catiié le
Chorte de San Francisco.

PARIS 14 Sepi-- Le Dépar-
wement de la Guerre annonce
qa’ute moyenne de 2.000 por
sonneg en France meurent des

| ef s'est ansuite logé une balle |
i

rev 31

(dang la téte avec son
ver ce matin, t
|

|

| Derniére Minute
14 SEPTEMBRE A 3 Hres. P. M.

MEXICO Il q 616 confirmé



suites d'accldents causés par
des mines enfoules par les al-
lemands.

NEW YORK 14 Sepi-- On
croit que des avions serviront
a répandre le DDT, sur les vil
jes dans le but de cormbatire
les-épidémies de paralysie in-
fontile.

LONDBES... La radio Sus-
se cliamt un: dépéche de Var--
sovie antonce que le conse
des ministres polonals a déc
dé d'iniormer le Vatican que te

Concordat cnte la Pologne et,

lo Saint Siege a cessé d’e
ter ayant 66 violé unilatéeraie
ment par le Vatieds,

TOKIO... En derniere heu-
re on apnotes que le genéral
Moc-Arthur a ordorsé la sus-
pension compléte des activites
de VAgence de nouvelles Do-
mole.

LONDRES. Tha 616 annoncé
que Mi. Ern-st Bevin, che’ du
Foreign Olffice a présenté un

projet de traité de palx avec |

Yale, question quia été cus-

gi étudiée par les autres paye. |

L:g anglais et les améri
font pressiot pour que le t
de paix avec PHalle soit
jet de considérations dés main-
tenant .

On rapporto que les russes
ont accepté & examiner le tal-
6 de paix avec Valle. mais
suggerent que its traliés de
paix avec les anclennes puis-
sonces satellites de ’Axe dans
les Balkana; Roumanie, Bulga
rie et Hongrie solest discutés
gussi promplement.

LONRES.. Tl a été appris
que les théses anglo-améuical
nes et soviétique ne s’accor-
dent pas & la coniérence pour



LOR

ce qui a trait @ ia question bal |
kanique: Washington et Lon- |

dres déclargnt quis ne d'scu-
treront pas de questions baika-
niques aussi longiemps que
ces pays sont dirigés par des
gouvernemems Ton encore re-
comnus par eux. Moscou reste
sur ses positions e: déclare
que ces gouvernemenis ont la
eympathie des pzuples roumain
bulgare et hongzpis parce que
ce sont dea gouvernements for
anés de leaders populaires. Une
preuve que Sialine est décidé
& ne pas céder sur ce pom
ast vue dang le falt que la se
maine dermiére il « regu prin
cibrement ea Kremlin le chef
du gouvernement roumuin, 1
leader paysan Peter Groza. On
titend incessamment 4 Mos-

cou la visite des cheis des |

gouvernements hongrols ot bul
sere.

TORIO.W— Tardis que Tojo
se rem‘t lentement des blessu
res regues am cours de sa ten-
tative de suic'de mardi dernier
il o¢ appris qu'un de ses hom-
mos liges son ministre du bien
Strz public dans Pearl Harbors le Heutenant qé
néral Chikahike Kolsumi a. pu
mettre fin & ses jours. TI ételt

*







gue ia Séme conférence pan-a-
méricaine du caté se tlendra a
San Salvador. Jusqu'é présent
cucune daig n'a été encore b-
! yé:, Par aillews U semble que
in dame comiérence qui se tent
depuis 2 semaines @ Mexico
est orrivée & Io session finale.

Au cours des wavaux plus de
18 résolutions ont 616 déja pré |
entées, Durant la session
ahier jl a 416 demandé que de
meilleurs prix solent accordés
cux pays producteurs sur les



}
i
|
|



thé Hbre ‘bolt établi pour fous

Tl, Sires cmnnynicmmnmnnyntinntigpy emreittc:

*‘gnement Urbis ferdient bier.
de Yadministrer cux candidats
deg Examens de Septembre qui
re déroulvet actuallement. Lt}, nut seigneur, tout hom
5 : Mnistre verralt bien que : " one
Yautorisatos de Hirohto de & Ja tache, recueillent, aves |
un saint respect, les enseigne-
ments du Maitre, pour les nas
ser cux disciples.

marches européens, qu'une mar



be pays producteurs et que (3 |

service de contidle soit suppor)

mé. Mais on ne croit pas que a |

tion du service de conyéle des |

ix et de Mimportation soit pri



se en considération. On fast re

marquer que ce service repre

sente ur bénéfice de 1 mil

|
| demande concernant l’élim na
|
|
| Hard $00,000,000 de dollars aux
: Etats-Unis.

TOKIO. Répondant aux cri
tiques de la presse, le général

I torttés d’ocrupatoin américa!-
| nes ne feronmt «pas de patte de



| welours» aux japonais. Il a ex-
| pliqué que ces critiques govt
‘ dues au fait des.atrocités com
. mises por jes japonais. ou
| montré que la premiére phase

de Voecupation doit étre lon.
que parce que i! faut démobii
| ser et désarmer les forces jap>
raises, assurer Tévacuation ce
| fees jes prisonnicrs de guerre
i giliés. En méme temps le gene
i ral a révéléd que la démobiisa-
| Hon de tout’s les forces japoud
| s€8 pourra Gire achevée avant

tle 15 Octobre.

| LONDRES... Il a été officiel
liement amnoncé que Asaf Ah.
| rembre du comité exécutlf du



congrés pan hindou curai! dé.
claré que dici 6 mo's Tinde se

wouvera sur ia route du cri

gouvernement. I a fait remar-

( gurr que toute poposition of-
i gicise qui aurait tendance 4
| sopopser & io note de Sir
l Crips en 1942 réclamant le
aell government pour inde
viombera comme une bombe
ctomiques.

LONDRES.—- Des sources of
ficielles ont annoned que An
gleterre a regu une note = du
gouvernement egyptien demu
dant le contréle de la pantie
fet de Vancienne colonia ita
Heone de la Cyrenaique. On
croit que cette note a été trang
mise aux autres membres por
telpant 4. la conférence dea mi
nistres'des ofales étrangdres
de Londres, Pay ailleurs, il a
84 annoneé que la session plé
nitro de la conférence pourra
g@ poursuivre jusqu’dé une heu
xe cssez avancée de la walt

TOKIO. Dana une déc'a-
rationé lo presaz, le Heutencmt
général Eichelbergen,. comma
bdant de la-Bhme armée amézi



‘

| deja pres de 90 & 100.000 hom
| questions des jownal.sis que

{
i
i
|
i
| Mac-Arthuz dats ane longue | we pugpance aérienne, ter
déclaration a promis que, les au |
:
j |
|
ft
|

| cuadon dz tous les avious mi

LE «GRAND» TEST”



Aprés le teat supréme, voici

je «grands teat du Ministre de
ja non moins «grandes réforme.

Tes Bpécialistea de YEvaci- | ¢ ,

om

Bees,

5e8 vieur, Je chef de la bande, c'est «

| gle de Vhailianisation
Sisporaine cette « loureuse, particuligrement chd |
ra au premier accusé, Ti ae
dit le dépositaire du patrictis

Ecoutez fe Miritre:
«Depuis 4 «ns le Gouverne-
emont de le République exécu

fe un a line, le représeniant authent-
ste um programme de reform | que du nationalisme. Aprés

vet diamélioration de l'Enseit | les vépres dominicaines doe
«qnement Urbain & tous les de | P
egrés, Ce programme a = Lit
«couler des Hoi d’encre, sats
spasler dee diacours, des ru-
ameurs, dos chuchoterimnis 1-
sdascriptibles...«

Voila le mot laché: «Chucho
tements indescriptibless, d’ot
le test de contalasance sul
wernt

| sverbe hell. ux est soldé par
whe puissance étrangdre, dont
jes mains étcient pourpraes
por le sang haitien, Th afiche,
fel une vélléiié & peine dégui
s6a d'une immixion dea Ami



pour retversit

ment national! conatitutiosnsl



i



«LE NOUVELLISTE: — eeemanasnana

Tribunal Militaire

Alphovae Henriques. Les temps | VAccusateur Miltaire:Alphonse
Lent chongé, depuis la date bé | Henriquez est auteur de tracts
faisant | gubversifs, excitant le peuple o
renversiy ie gouvermement ac
tue,
' adresséea aux légations, _ de-

Suite de la lbre page

Peon hte ae





moing cinglamt et éorimrit oor+ justif.ant Ja réclamation. ~ La
tdnement «au pays des wale ©, BD. BR. Va acartée.en disant ;
| que sa

_ aux créane.s au dela de 1916.
souligne | délinition de Chauvau -- Ele

compéietce finiasalt

Faits constants,

Des suppliques sont

mandant lintervention étrangé

1. Dans le eJusticlers, 1 dé |

clare son intention de faire ia

| querre au gouverbement
souverir pévible pour tous son | bil I dit ses raisons,

jé& a9 fault pninissable,



sades of legations étravgeres |
le gouverre .





aie
«Linen
Lon qui se manifesta est de
Lh otga-

moanjesiation pour
Vintestion d’exdcudon,
détrnize

wise une
inc. ter
con intention de

«' yordte légal, eat G pene vol

lew ~~ la peuple & ae délcure
du Gouvernement actuel, Ayast
loinement conscience du ca-

QUESTIONS: Que ile te . cae :
schuchotoment»? Liediectif cupable seulement de n pats i wclore aeditioux de toes inh
aindescriptble» qui suit to partager son dogme imbécle i fatives, i conatitue avocal
. ‘ . de haine. Qui cat Alphorse | avant son orreatation. Avac

rot chuchotement esti] «tech:
niques?
Répondes par oul ou par Ton.

Howiquez, um agitateur, un ro
| médien, un haineux qui ne ia
| mais travaillé, occupé qui
| est & combiner les moyens da
renverser depuis trente ams,
fnisant foce au probleme hal-
thon
folts, des dates.
sous Yadministration
@amor de la fomeuse
«Chassez ls valete».

lem, c’étaient les Ministres d’a-







MARIAGE
Nous annongons avec piai--
sir quill sera célébré, demain
ynatin & 10 hres & lo Basiliqrs
de notre Dame, le mariage de
Mr, Marcel CLERMONT
“ gvee
la distinguée
Melle Louisstte FAINE



Lettres







santtons tO ne: lors. Satendant a étre arré-
7 Tons TOU TOS. z ” :
News Fresenio! tatare con | ©, PORT 80” aigerade fl éeri-
. om | Ee “
comp imenis GUx ivit& Mr. Gauthier, Com-
joins. | missaire Dominican pour lui
w—eneneonr re Sp i

| demonder de laisstr ouvertes
PARAMOUNT | i

les pories du Consulat, dans

Samedi & 8 hresli sur de!
mande générale

TARZAN VINDOMPTABLE
ler, Jamz, Jeme et dame épi

Vorrdéticr Uo nen fut rien.
| Om brandit de l'autre cété, 1
passé d’Alphotse Henriqnez,
ron passage & la Douane ce
Port-JePaix, la vérité, c'est que
Direct:ur de la Douane de Port
de-Paix, {1 offfit ses servi
o collaboration au Capitals
» Ce nest



sodes.
Ennée Générale Gd. 0.99

:
i





a

Bie que dicl un an





caine @ re
Yoccupation totale du Japon se |
ra achevée. D a estime qui)
iui faudra prés de 400,000 trod |
pes et que la Seme ormee





au «Nashi





gave, occupé qu’ éta’t par les
| probleémes immédiats de la Ca-
mes au japon. Par alleurs, ie
général a fait remarquer aux

persomnage alla se terrer chez
une parente,
Qui est Alphonse Henriquex?

we Japon dépourva de toute



‘
4
ye et navale ne peut plus \
f

lume menace. / En 1920, i déborque & Cama
MIAML— Un cyclone accom | quey, a Cuba. Le Cousul cae |

pagné de forts vems G une vil lors est le citoyen Elie Leacot.
ltesse de 195 mike & Vheure s¢ | Alphonse Henriquez est jogé,
einige maimenant vers la cé | nourrl, bianchi six mols durant.
te de ix Floride et & quelque , 1 dimande @ son ami 200 dol
: Tl édite &
ite, Leg qutorités ont déja pas: | Cuba un journal d’oppogition
‘p68 ies instructions pour leva i au gouvernement de Darligue-
rave, Incorrigible tapew, 1
higizes et les transports vers | review et demande cu méme
ves zones plus sures dans 7A. | Elie Lescot une certaine som
lubama. D’aprés ceriaines | ine pour son départ. En toute
sources si le cyclone continue & générosité, cet homme de
souifler dang cette direction, 1 | grand coeur lui donne Ia var
pourra fapper ia céte de
lioride avant demain soir.

4/0 miles au Sud-Est de Mani lors en emprunt

at

phonse Henriques agonit din

NEW YORK.— Deux grazdes | tues, celui qui lui a falf du
secouss:s sismiques d'une i bien. C'est’ un travers chez
tunsite assez considérabla oat | tai dine peut agréer la grat!
été ewegistrées & 3100 miles de | de pour ure calomnie,



i

Je cas on if serait ordonné = ae

la i leur, Débarqué en Haitl, Ab :



Fautil: rappeler des .
Cest Vauteur :
dOrasia |



|

|

i
:
i






i
i
t
i
t

j

que :
ua tard, que Sudre Dartigua |

#itale, lui it ordonter de 7163's °
ter & toute pression pour ic re”
mise de la douane, et alors le |

i
|
|
{

i

se jurid’quel Nous
bien qu’en matliére pénale, il
est enssigné «Quelque coupa
ble que soit une intention, ollie
bénélicie de Pmpunitéy. I y

« une diférence entire la tenta |

tive ef Vattental, art. 66, ©. P.
On parle de Yautre céte de
Yobsence dela violence.
it du gouvernement constitu



Les vu | fomnel un gouvernement de

fucto et invite le peuple & le
renverser, Manifestation paci
Hgque, diton! §! la police wa
vait agi avec célérité, Dieu

rions assisté de violence,

Les falta sont cotsianis pour |

Hunriquez et ses associés, cou
pables d’aitentat contre la su
rete de lEtat,

Ge procés doit ée examine :
selon la jurisprudence haitien |
ne, le Droit Haitien, la norme ;

boitienne,

Subitement Yassistance ne
‘y attendant nullement
YAccusateur Militaire dans som

fame

argumeniaiion générale n/a |

noncalt le moindre
ment renonce & Taccusation
pour Delay, Carré, Clorissaint,
at di:mande des circonstances
attépuantes pour Jn. Baptiste.
Cest & Me. Laurent, qu’ll re-
vient de combattre ja thes: de
Yaccusateur Kerby:
L‘Acousateur a-til défim Ja
sureté oxtérieure de iEtat et
Patteniat contre la sureté de VE
tai, Tl a parle d'un Droit Hai

tien, o& voiton un Droli Hal.

|
|
|
f



a
|
t

en? Le législateur haitie
perticuliérement sur le terraiz
pénal & transerit Hdélement la
méthode fangaise dans les co
deg Loncals en vigueur. Ce
ia depuis la légisiation haities
re de 1810.

Et que disent les maitres en
czoit pénal trangals, des arti-
cles du code pénal.
lement, tous ont une visibilite
identique. La pensée, la pen
sée propre d'un homme na
sourgit lui étre imputée 4 cri
me tant qu'elle ne solt pas met

Yi hat } tdriclisée dans un acte, wa fait

New York dans une direction | faut mordre la main qui jul , reconnu délictueux. C'est Yap

non déterminge iq eult deraie | tend du pain.
re par je sismographe de Vu- | . Qui est Alphonse Henriquez?
piversité de Fordham. Daprés | Sous administration de Vir-
erlates sources ces secoussés | crnt, il édite, sous Tégide de
ent du étre ressentics on Améri | idtranger, un journal clandes
que du Sud ou en Alaska. ‘tin pour insulter le Gouverre-
LONDRES.— Des sources o: ment de som pays. Rapatrié
dincirement bien informées ont | por Vincent, ib est conduit ic]
16vélé que ceriins poys a-: ef remia & sa mére, colle mde
yont dre intéréts communs a-/ qui l’a & charge, Un matin
yec IHalie tels que la Yougos- | Ig Président Lescot recoit la vi
‘Javie, Ia Grace et ‘Ethiopie | site de Mme “Vve Alfred Henri
qourront étre invités & prendre | quez, Calle-ch hul expose sa
port & lo conférence des minis | déwesse. Lihomme au grand
tres des olafirea étrangéres des | copur quest le premier Magis-

f grandes pulssances diacu- | jrat de ln République s’émeut,

fant actuellement du traité de | IL s’alfre spontandment pour, ceux qui aux. quate. vents dul

qaix allen. inize toucher une. créance con
| LONDRES.— Hoa été révélé | tre TEtot dost depuls trente
Yiciallement que tes aliés ont | ans, elle ne peut faire agrést
lucouverl & Frankfort des plana | ly légitimité. Cest la plume
tui avaient 6 préparés par | d’Alphonse Henriques qui écrit
les allemands pour liguider | cette lettre.

Ttatelnis dats les pays

re Engle en Europe,

i
5
§
i



LAccuantour Mil mame a’ G

compléteriist Tes intéréte des | Hicire. downs ‘lecture de cette | se Oe Ne m
: do | letta éxaltant” le générosits | qu'il connait noe détestables
YAmérique Latine tendis que | du Chef de TBiat, qui iat une | monurs politiques!
les forces d'Hitler aeraient 4 la] faveur en falsomt payer 2976 viquew & s'opposér a un
yeille de rempotter une visto | gourdes & Mme Henriques, on | nouveau Aémocratique dane :
| Tabsence de pisces sérievses | 6s mocurs politiques. Cela ne!

plication rigoureuse pour l’o>
cusé Henriquez, Sa fagon ds:
voir difiérenta de celle de plus
d’nn, pensée tedutie sur des
«siencilse c'est sc propriété, sa
vie mentale & lui. C'est ridi
cule de remotiyr aux trades
de Wagner sur le patriotiame
pow les lui imputer & crime.
Ce sont ces idées, qui dans le
déluge de fer et de feu, ont
onimé, soutesu, poulevé tous
les héros, en possant de Stalin
grad, Sébastopol jusqu'aux
plates de Normandie. Pour
quoi ne sontlls pas impliqués,

monde cloment cette orretir dé
wnocxatique qui souldve Henri
quex.

Qn reproche & Henriques d's
volt. conatitud ~ dyecst avant

Toute Is





BAVONS ,



al salt ce & quoi, nous Gui

féchigse- |



invaria |



xignilie aucunement . qu'l} re
sound’ gon action “condarmna

ble. oy
Lavocat donne lecture d'une i
{

sur Yacte commencé. Test ex

| seigné que les discours, jes
| ecrite ne peuvent consiituer un
| déik, Pas plus que le commer

cement dexécution ne peut
| éte aesimilé a Yattentat, com-
| montaize du Garde des Scecux.
' Uourta intervention de Moise.
i +En logicien et en homme d:

lol, je veux garer le tribunal
cotire ou une erreur ou une jac
tque de |Accusation! LAcca
suteur Militaire veut quand mé
lime que les exemplaires du
sJusticlers écartés par décision
| de ia Cour, dtryent le jugem nt
ie sostir contre cas Mrasiours
i est acquis aux débals que
' geuln les tracts recomnus par
i lal sont oppoaubles. Editions
i





du dusticler, appels et marl
lested miméographiés tiés des
Jenciia d'Henriques wont au
ne valour comme preuve.
| C'est logique, leur édition n'est
i
i
\

pos le fait de Vaccusé Honri-
quez, ni celul d’qcucus autre
Laccusé, C’zat le fat dea la Pe.
lise.
i Beaucoup de bruit autour des
factes politiques d’Henriques da
Dartiquenavs & Lescot. Maie
i s'est le droft dun ciioyen do-
| pimer en toute Uberté sur la
gestion publique, sur la Cons-




Btation. Une constitution n'est |

peul se coniinier que de Vopi
nion de Véquip: au pouvoir.
| Do resve aussi Vopinion des gou
vernés, L’action politique d'Hen
iquez opposée & des gouver-
nements tele ceux de Vincent
| et de Lescot n'est pas dirigee
conte ces citoyens, mais con-
tre leur conception de gérer Is



{
|
pas parfaite. Un chef d’Etai ne
'





Te ne désespére pas d’obts.-

| chose publ'que. Henfiquez n'est |

q

#

un plan, agzigole ¢

aceon “MTS

LE HUIS CLOS & 5,
Selon og x

OP eelgtomen,







huie-clos, par les

Agee

mes et Spécidlisies da Bac:

& la dernléze séance. de
di dernier du Con

mode d’appl cation on} gy -
jet d'bmportants “eet t

yers envisagés pour gon
piication? Comportedl day
sures dersemble pour igig
fengion ‘agricole > apprepegs
Daprés le nouveau bola
Département de 1
we prévu que 7,000 doling
pour extension. Cettg
gs-elle desiinge au plon?

\

}

|

i
i

|
i

i
i
}

i
|
i
\




i
i

nit son acquittement, son 2c. :

f
t
i
i
pas contre Lescot.
uulttiment découle des débars.

: Vous le voyez bien & la me-
| Were dot VAccusctiion g'ac-

‘ quitte de sa téche difficile, née |

: dune déficmeuse enquéte po- |

Heisre.
tee
Me. Rigel, au cours du pro
ces qui s’est termine hier soir
& la Cour Martiale par une dv

lams xespectivement — s’écria:
«Vous parlez de constitution,
de la garde vigilante que doit
i exercer sans défaillance lz
; Gouvernement pour gu’aucune
i cite nte ne soit dirigée contre
cette chose sainte! Mais c'est
Is Gal. Vincem qui a inawyuré
et de.quelle facon toutes Jes
attaques contre la Constitution.
Onze Sénateurs sont renvoyés
pour défendre la Charte de
j taut d: violations. Et depuis
| cee pratique s'est intens fiéa
i
j



et l'on n’eat pas prét d’y renon-
, cer. Des particuliezs, comme
Henriquez en patissent. Pour
demander que cela cesse, ils
sont pzrsécutés.,.
ere
Le Commiesaire Kernizan,
porlant de Ia sougeription re.
cueillie por Alphonse Hanri-

i
i
;

| ble condamuation de 6 et 3.

,

|

quez pour «le Serment du Bois |

Caiman» dont lo représentatio®

ie oaamncusen ee Te

i pre

pour mieux dire le seein!
scientifique qui a invenig
rysiome do plin quinqueng
| Non amis Dr, Etienne Chay
, Michel Roumain of

| Lexpés qui ont ou & oxpotey
“Jeur pots de vus aur Wee
quinquental opts dos rng,
| qnements sur le plan soupy

curélez Alphonse Henriquay

| le chose publique, Cast
























































































te |
Les modalités du play a :

Quels sont les yolgg # |

&
oe

C'est le régime sodaliy; a

Pappliestion des «maser gi
Le Minietrs de ta Héfome 4) :
fhieux cimé soumetis le dy /
G une discussion & bijgdy
platét quid un débat gil



rademais eu leu dit qf
casé of un vulgcire ~ agege!
Violenie protestation dey
cule de la délense me
Ge ge retirer si /Accusali
Maire ne devait renong 1
ces expressions malheursga)
envenimant davantage J;
gotisme entre FAccusgigy
5 pbc

ia Détense. :

tat

Toujours Me. Rigah oy

ce qu'il est candidat 4 kh
yidence et cxprme se

droit de ciloyen qui hi at
commu et contre lequel rea)
pouviz légalement rea 7
une liste de clioyens &
pour remplacer l'équpe ou
voir, Moi, Me, Rel
un plan de gouvernemell 1%.
nen fais cucun mysan §
vaicl les grandes lignes, 0.
tous poinis pore_lies & clad
Me. Henriquiz, Poul #9
miaréte-ton pas.
Par décision de la Com ig
+
est rete Ia parole & Mabe
gol, la Cour estimant ql hE
cartait des faite de ia some
Le Greffier in! a refasd gang
consignée dans les mule ¥]
tz décision du Triburdl |

one

Sur quoi allezvous +aeE
ser pour motiver wn }y
de condemnation conte
quez et Rey? dit Me Rigd

Dy a une décision &
Cour, écartunt les 9%
du sJusticler>, les appel
méographiés & la Pres
diale, les suppliques a0 #
Bigs», Nous vous ovone
qué que ceg «truce» ont
briqués par la Police: 24
vient pas & la Défense de
ver le déilit..

D s'agit de tracts.
a.recomu les aver /
diatzibués. Mais lea soa
leur contenu vont aye
fére délictueux. {