Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
. lAvAáíBJU,
'iichmím Ctíbdn
■HOUCOUHE», q
ís dormant k:
¡ blanches qy'os
’Indochlne.
©he nous a
Ko\e d:puís
asi la «RW
m¡mi
ITEUR m â– 
nder» AUÍHll
ARISTIDE
Traduction
27 Aou j.q|
ícnsieur Mete t.
hard
\ Achiü i Arístkb
Fuelle St Cyr Nc 2
ort-au-Prínce, Es* |
' Dr, Arísüde,
cucháis vous
voi de roce réc?-*
tulée «Le Bacina* ?
rgc devar.?
ene vquo aver a/
¿bien alrr.ab.e'
semble q
genre, qui
■s scíoní hcues c$ ■
r ordre, devxcut é^fl
ée sous la loras ¿q
gagnerad tj&’ií
puhl.cite
>fí:e cede
espcír cus veas
our ce qc'ehe
rnps €£t vena, i
perssurs ce t
te tí o ti* rae*
ís íermss dans
:hcn d'iníiU&ne r^^
ole par de¡
découvíries
Cor,
5 coniiaissascss
lies que veas (
Ti ni exposes* c
pae nous pouftstí
jour, ait^Jcdrs
¡ mondial®.
mes Aedleuri
:és confinas
, je suís:
hemert vofre,
CHICAGO ]
z 'T. ?.
Editeur es dJ ;
i
s jsá 1
LOCHAS i
Bcsí^i
sct¿ *
VASQÃœEZ
2)1 A CHt
d de Pu'
Miami el
, la popula
>aíne, fera
parral
\ le samed
re elle
loucoune.
Lavcpúás
¡ airs -folbl
it belles ¡íf*
•ective
Choucous*»
í ácní^H
Comnnentalr*®
m u HTOATION
aiTESKA'®*»
■ -oaél glutapLe les Totalitai
116 !a S'39*16’-
allemanaa Je
■ p-¿a> ■ a»*-.dépeiKrill&.gÍ3-
:- .U» «pfatia¿tetro. Frangíais,
Tta®*««, Américoina
: §f5wJ ®n Hrant !a toga®
*> poi* que je-
^Sitisp:magnifique general
: ^iéréss&bt dressé dans son
i¡^'it¿0«tanifc *fi* düc
fíete», -1® áte»».
-JUSotó áu «Mteouri,, dan»
Sji eswt Jcponat»» mé:n >
^ jartK J'nqJáte de raart
aá ©riólt «rtcrottr P¡crrl Hot
' hm é J» moral «méricctiti, ¡e
0¡$¡ul Mac Arthur, le conque
i» faeiagu», ®« psésesxv
¿a yak» c ^ nouvefíe lo: du yarn-
.Ctetí raon plus grand
iitmpw, «t & la yérité, Stesprá
iffo ftuHKmtté que de ceite oc
. »¡; melle, un monde
«SjeiHeur émerg» du #ang et
1st (¡amage du paseé — un
- fondé sur lo íoi et ta ¡
rlsonne enieníB — un monde
sdédié i la dignisé d» l’hom
i ,E8 — uta !’accompliss®ment
; .de sus plus chr» désúrs, la
■JUSTKX ®t la TOLERANCE»,
Oul voild la nouvell# loi du
rasquera. Ele esí faite de ti
feailsm? et d'induígencs hu
Ssam®, ce libéraosme eí ceite
iísáulgsnce proíondémení en-
taces dans la s nsibil.'íé amé
íicatee, de íous ces peuples oc
dfentau* qui ont csppzrs á cul
§?er tes yertas chrédenn: 3 de
iS¡ ptax si de la cbarité.
Que nous semines loin des
Suialtés de reparation sails
cero du Fcacisme, du Nazis
m oa da Nippon!
Is genera! proclame la JUS
1JCE ®t la TOLERANCE. Difié
renco de vocabulair® qui a so
racte» proíonde dan» une d -í
feenes ®wr® les femml
S SI«n est ainsl.,
Kotre Contzéxe nongant te Déciei-Lo* qui r ta-
blh le corns normal cíe la |u$
tice app les a' connaitre des
iaits quaiihés crimes et dél-.fs
l>ar te Code Penal écrít ce qui
SUitt
«Avec la reddíiion du Japón
*H 1© róiablissemera de la paix
*dans le monde, U éiaíf no?
«mal de préyolr que tes mesa
^xes qui avatent été prise3 ep
«rabón de notr© élai d© paya
«en guerra, ©eraient sem pea
«soit revbées, soit tout simple*
«ment rapportéis. Bien míoux,
»Ies insí íufions qui avaíent
* été ésablies a cause des dií-
* licites c\xcom\ax\cm de cm
bes Aliemands
d Haití
Toas ks Pays du Continent
Américain a'mtére&sent au
sort dee Alternan ds qui ont
des attaches fam.liales ches
eux. Les Eíats-U'nis, eux, ion;
ío dífiórc nce entre les Alie
manes qui ont épousé dss a-
méricames, et ceux qui ont é*
pousé des Allemandes. 11 y a
un© petition de ioutes tes í. m
mes latteo-américaines á Ma
dame Truman pour que isur.?,
mans altemands, internes aux
Etats-Unis ne solent pas expó
die® en, Altemagm, puisque
les altemands épouss de tenv
mes ainérscainee ne U? seronf i
pos. Que lateons nous tía.a
Dtrscteei-Prop. £mMt a CHAUV1T
Apntase, ece haiɫertow tiucs
— kaot
No. 21.517 — LONDI10 et MAR DI 11 SHPTEMBRE 134$
p. o. scat k. m
PHONESr 2232. 2*31
SBéme «NKEE
Léon Laié^u
MINISTRE DUAHl A LONDRES
Gangsterism©
EN PLEtNB miE
«quaíre d. ruteros onn&m de- ce sens?
«•vaíent éhe abo!tes, ínaugu-
»rant crin si te retour aux nor-
*mes de la paíx.»
S'J &n os! ainsi, 1© Décr-? t-
Loi qu| suspendalt ia Conatitu-
don, ru letal de guerre sera
certalnemen? abrogé. Comme
Vont falt tous les pays, nous
devona passer de TEtat de guer
is a l’Etat de Paix.
h ctesi en lace d© I'ermemi
fe plus cruel, te plus bestial,
t1 st en face de Toriental qui
o appris, des ©léeles duras!, a
^ petfecüonner, d se donner
4 km daos Je crime, que TA
iséríeain parte de Justice et de
Tctercmce. Mac Ar'teur n©
esmeémeát que trop pouztant
ks sctrociiés sans nom dos!
oc! sotiifen les soldáis améri*
fems tombés sous te Joug de
hmml
te Général a vicu tes som
tragedies de Bataan et
de Cttrigidor; il connslt les
feitures implacables doni pd>
ürest naguére m% hommes h
kü, B y ost été brulés vife,
nsssacrés, déahiquetés, sup-
ter PrTsse américain©, du res
i% vient de ptd>lier la liste des
atroches commises por tes Ja
pasáis. C’est tout simptemeríf
íisoycéle, L@ Céntel Mac
•tora coimcáasaa esm list®.
Sima áoute lui-méms Ta clr®3
ti'. Md» il sai! ¡mas!, grAc®
^ «o loria .education libérale»
?» Ja yioknoa ji'ímgecdr®
,9% la rioleace, qu* la hains
salí que de la hala®, qus
.4» mime j¡® peni |tt® iouehé
í®9 par k mím®.»
. J* W d» la lt»ce n'enircrta*
W» la ré»i*tono«, tí eoníra®.
l<* 4® alai qui kt sublti On
*» «In® la» homnm ni asoc
m emps de jsomgt swt fa ta
«*, ni ay«c mesiaeg fou
J* fe*®* ríe» si alíe »a
;«#»á «a í® dfoít si elle >.®
iítasisats « Jo jaaiic». tí
EN L’HONNEÜR DE L’AMBAS-
SADEUR CUNEO HARRISON
Mr Cuneo Harrison, Ambas-
s-adeur du Pérou dems la Re-
publique Mitoyenne es! ds- pas¬
sage id depute Dimancl^, Le
Charge a’Affaíres du Chia et
Madame Marcial Martina, ont
organise en son honneur une
petite réc: pilen hier solr d FAm
bassads du Chilí. Le nouveau
Ministr?- du Guatemala en Hai¬
ti y assistait ainsi qu© quel-
cues amis de Mr. et Mine. Mar¬
tínez.
Reunion chamante, Instante
déhcíeux, plats gamis merveil-
U-ux, toutes sortes de bolssons
á discretion.
La jeun© Constancia aidaTst
ses pére et mere á recevoir r>
yalement leurs invités, la tete
en i'honneur de FAmbassadeur
Péruvíen Cun*o hit un grand
succés.
J>cms ki Navigation.
L'ODYSSEE DU PXNA-FORE f
Le bat au Plna-Fore de la
Quísqueya Corporation vient
d'avoir une oayssée asssz cu-
rieuse.
Le bateau navlguaít avsc ü-
ne forte cargalson de marchan
di sea quand arrive du colé d©
la Bale des Moustíques i! eut
une vote d’eau qui Fempécha
de continuer eon voyage.
Capitain*. hommes tí'équipa-
ge en descendirent. Rs -deseen
dirent aussi les provisions sur
la iem ierras et en confieren!
la garde á deux hommes.
Quelle ne fui pas la surpri¬
se du capitaine ©t des.hom-
m?s de Féquipag© quantí aprés
reparation du navira, ils srri-
vérent pour recharger ^ pro¬
visions. Les deux.. gardiena a-
vatent été attaqués, battus, as-
saillis par tes habitants de
endroit qui ont emporté
la
S'il y avail un© régle ímmua
ble, qu'aucun allemand ne
tíí.út i ster orí Ha.tí, la me&ur©
seraíí genérale el on devrau
by conformen Tel n’ost pas
2© cas.
ti y a des Altemands ota
rast nt ©n Haiti, et on n’a ríen
á leur ?epr condihons, il nous semble
qu'une decision permefíant aux
AHemands nés en Haiti, aux
Allernands mariés ou fiances
¿ des haítíennes, de render en
Haiti, serai! tout ce qu'il y a
d= plus fuste, de plus equita¬
ble, d© plus humerin.
Le Gouvernemení des E;ci‘5
Unte sercít ie prem'er a ay
prouv.r une telle mesure, pu is
que de son cote, il estime que
¿es femmes américaines e:.
teurs e ni ante n'ont pos á che?
subir le sort de leurs marte ai
lexnands dans la déíaite nifé
neniie.
Que liar» faní Ues au man*
des, ñ‘ayaiu.pq ce sang , haitten dans leurs
veir.es ai nt á regagner FAI-
iemagne, c'est loglque. Mate
que les allernands ..ignorant !e
préjugé de rae? et de couleur,
ei qui ont contráete ou s© pro
posent de .contract©? moríaos
avec des jeunes liilís hoitien
i nes alen! l'auíorbation de ren :
her en Haiti st de vivre com .
me les auires allernands. :
j Une simple demarche au Gou
, vern. ment Haitian solutonns- s
’ ta ¿quitabiement ce prob’ié- |
me de ptotecüon et de solíde.1
té d'Elémenis haltlsiis, comme
ie font les autres Pays.
D'une lettre regue ce maFn, |
: il ©st annoncé qu© tous les irt- :
^ ternes aílemands qui ont su a
épouser des améflcaines ont
I été líbérés ©í restent avec leurs
‘ families aux Etaís-Unte. |
In tout état di cause, Ha t; :
ne compte pas plus de c'nq (
cu six cas simüaires. L'lr.ter j
j venficn sercít trés facile, do
I noire part II n’ya a ríen la
!. c: compliqué. [
• ••
CERNIERE MEDRE: Es Bal j
'etir, de Press» d®s®0 dor.nant
les noavelies áa la OiHled
Press, infonn? <311® i® President t
Traman a falt ¿Oít oux démar ;
ches des Pays Ealino-Affiér;- ’
I ti y a dix jours déj& te bruit
: courait qu© Léon Lal©nu occr
j>e.raU uu post- a FÉtranqíu.
: Nou» tcquíniona noire' ermi o
' ce su}©!; et íoujours ii ptermli
la tangente, s’m déienda t.
I Mais ia ruineur s? précisaít d.i
| plus en plu*. L© po©f© — luí
i dísíors-nous -™ c'était loitdms.
E¡ Latean persistait é -noun xá
■ pondré qu'il n'étaít touche do
rion.
Sam«di matin e ncora, Lalecru
éía-í en nos bureaux, hour, luí
rcnouvslors qu© la nouveíte «e
ñxaíí, prenait corps, ñé renli-
salt.
Laleau íaísaií toujoms te. ea¬
ch otier.
Et void que samedi soir, l'é-
d b'cn d‘*Haiti-Jourtial» ans;on
cait la nomiaiíon.
Nous ne pouvons que íélic--
t*r notr© ami de la coquetería
qu'ü a mis- d cachar son se¬
cret. et cr le bien cacher.
Le cholx de Son Excellence Sr
Préside;'! de la Répubhqur est
«jxre; 1 nt A.vec Lale.au, nous
avons en Europe un Représen
tata Diptamctique de hauls va , f!u de kt Hefintang
teur intcll'ctuelle, una person
nal'ié haitíenne dont te reuorn
mée áépas&e tes froiiltéres na
t’oncr’es. ;
Aussi applaudtesoJls-ngus á
ceil nomination, Qu© notre
aml Laieau trouv© ici nos plus
sinceres félídlations et en mi¬
ne temps que nos vceux de
raccés dans sa nouveíte tone-
i'or¡.
Autour
DE LA NAVA8E
Ce mcillu, v#m dm hintím,
au b'ou milteu du l'Avn-m-* j
Chrteloph», mx tace tte Xa M-r
son d© Míd© Garoute, un ,,un
m> fsauta sur uu© jouna tute
d. no fié mcMé et ©nieva non
\ac d mains centonan! síes p«
piers d'Lctentbé, praj aporte el
12 doltera.
L'agreseeur se foto dans le
ravin a pénétra dan© te grand
canal qui ser! d'égouí au ;a
vm. Les á:ux issues buen!
immédiatemení aurveiliéos e!
la Poiic? eut, le temps d'arré
ver.
L© délinquant, malgró tova,
n’a pas été appréhaadé. Ce
nencanl on retrouvg le sao vi
de»
Les procedes de ganas:: rs
cont malntenant mis en prati¬
que en pleine villa.
Ou allons-nous?
Au Cot¡gr©>t <
i ,V|I IIO»! 'i i{¡
í N tV ÍHÍ» í'Hl í*'- «
f P**-
A KÃœM! IW, ,
jam ;¡(í,>í» ff *-
'>tU JM }>U'•,*>,» <
Kt
í UuL'tídr© 1“ !
fnqou
Tribuna!
MllíUtra
AFFAIRES HDÍBÍQOK ET
CONSORTS
Cinqu *m* Audtanc»
i
O»
< ‘0,u u Uuj'1
I’» tllWll'fltlt» *
-OOj
DANS NOS MINES
PROSPECTIONS ET FORAGES
(.oas'rfjuví i.a.i u , ..
1 uu { u.tua,! u.v’m'> j \n
parí r»
Maja cefte lio ha-Síenn© .rap
parte ele Fargení á uno Con^'.,
ante Commercial: Amér.ca m?,
lí íaudraií ¿omcmder la quo
\o part qui nous xevient de*>
profits realises par ce!;e C-mr
pagníe.
11 y a un q^al.ev i.g > c
’ a* r.co. qiv vOtis. Ccmp
_n gt.,o c- e
t V ;r’to 1 • í. t ..o* ’ © a
* *». hj' a - os » , »
» » s rea. s 1 C -1 ’ >
* x ’ ¡ peu- tí'ií -p q *
v. : t a L’a! Keane r qae • -
demarches peuvenl étre entre
plises.
Le Gouvernoment d-s lúa >
Ur.s qui ns refuse a aacoo.i
Nation Uni© son concomí é:;o
nomique, interc áexaU pros de
la Compagníe roa'isan! les oé
néfíces d la Novase pour qu‘
un pourcantag© nous tevisn-
n@, : l cela sur te base de toa
tes tes années paasées.
C© ssralt juste et equna-L
Et nous savons que la U s‘
ét ITquité sont deux qn . -
ton.,
A PROPOS DE L'ARGENTINA
Nctr© cofrére «Le Soir» dan©
son Edition d‘hí©r, rapport© que
¡es intimes du nouveau Minis¬
tre des Relations Extérieur©.?
r¡ FArgerdíne» ont exprimé lo
pinion que celuí-ci est convain
cu qu© FArgentine a© pouna
point alter vers la Démocrat e
si ©11: n© convoque des ótec-
Itens vta'm&rd libras pour Fan
née prochcrine. Et la nouvei¬
ls que pühlie «Le Sote» conv.-
nue ainsi;
«Pour qu? Yktgeniím puk-
fte reiouraar aux norm’© dé-
«mocratiqués, ser politique ox-
ttérieure et intérteure dolvem
ímaxcher de pair avec la res
Kaurai'on constituSonnel!©»-.
Par aiü uré, les Rcdtes d©--
Zía'£-W¿& íalsatent étai hier,
d'une lettr© du Départemeu!
d'Etat concernant 1© xégím© de
Franco, et d'une déclarat'on do
Sprulle Brad'n, te nouveau As
stetant -du Secretaire d'Eta!
four tes Affaires des Répubib !
Deouis qu: Iques jours, tan!
Co.
dans 1© Plateau Central, quo
cu cote de la Reynolds,dans tes
;.nv:ror¡3 de Miragoane, un
certain optimism© prévaut.
. Nous avons cheiohé te. sa-
voir s‘il y avait une nouvsllo
trouvaille quelconque, Natro
-nquéte a été vain©. II sembte-
raü que cat optimism© vtení
d© Fespoir que te guerra tc-i»
rnínér, il sera plus císé de re- j du Gouvememanf ce
revoir d.s machines e* des ou-
Fls pour te forage ei tes proa*
pections.
Du cote de te R ynolds pour
te ¡escolte des environ© de Mí
ragoaneraous gardens Fímpres
pour commencer Itexploiíation
déíinítivement, les prospections
cyan! été concluante©, dit-on.
£n conclusion, prospections
¿t forages dans nos mines, ont
te barómetro au beau, a Yep-
Fmisma.
Souha’tons que F ai guílle de-
meuxe fixe sur c-:s deux d.rec
tions.
4 a:
n? ©íitend réaiisér:
lo. Abolition du mllitarlsma
et du itadonalísme militan!.
2o. Encourag©tn©nt das tea-
dances libérales et des procé-
dés de liberté da Preasa, da
*#» ato )ñTi Pl T“K' d®ta?arol® d«
45 “ s-“k!A-
.^5® fe íoléraaca «jppo»® «t
caaa al toiaesaiaeai ía ¡astí-
ta jt’aB» -tatué a beaoín
..*7* r;«Meée, oicmcie, Rama
«aw.
I¿t mm au-
tí© PrúMxomrñ&
r''^emtís torati*
^ ^outevalt daas Vé
4 * wrtw 4# {a»t¡««,
carqaiaor, ©nhta® fi'élevañt 4 calas oí quT: a cutarisé 1® 3®-
daux. taille dollots. íor. 2.000?. 1 aéiaíre d'Eiat d» procédei a
. . - ! 1'í.mbarqaement vsm leáis
* LES ETATS-ONÍS * ( pay4 RESPECTffS, de iot¡s les
ET LE JAPON ! ennemis éMKtg®», «cmsll®-
Dans une Rrodamaiion oif't- - u-.ent aux Ekrts-Ünk. La n®u .
tí«I:e, J» Général Mc-Arthur o j y.-lla a meniionaé ie Pérou, i!o ques Américaines. Braden ¡ai
laítLovoir Dimanche au peu- * Mexíque, la Bollvíe et d'aute km al"usion á :a «¡taation ds
pie jafanais tes Ugnes suivott Pays Lodno-AmdricaLns, c'rrt lArqenSr.e a declare que tes
tes que FOccupation Américai ódirs 1 s Pay® ^ in,15r r*Y* q«i «® s®1™* í®8 daris
‘ ■’ venus pour qu® tes’’aílemands ’.es -armes démocratiques et
ayani des atoches iamili#8S canetfctaticnnellasn s- rscevroEt
ches eux, rtnirsjit dct&S A* aucuae aide, aucun concours
íamiíles. d«» Sats-Onis.
£st-ce qu’Haiti demeurera i» Et tes ctmsmentaieurs des Ra
sensible? -} utos Améncaines de eonclurr-
Queües raisons tí qravis au ( .il y aura c»M® «mata» du
, none nous de n® pas te® com - nouveau m ce qui concern"
1 me les autres pays latinotaaté
1 ricains des démarch*» darte Je
I roém» sens, putequ» te Fiuci
; pe est acepté par 1® PWtídettí
Trunsan et mis ®B pía&Jti®.
Naturell: merit e'tl existe dss
raieon*. panicuMéremwd fia-
ves qui saraíent rev^ées con
tro cett: ccrtégorl® d'olleatand*
ce «erait difito»t"MoU tí ríen
de ce geni® n'«rt MgsaU, tea
che*» pwv®fti rtwflfw pt«
mm d® üftr jte,
, Assemhlée® et Réunion®.
de tolerance, da graftdaur d'á
m», de pardotí, de généroaité*
«Qnaíid de » veis enüem
[la salte enttére vil»»
«Les fcotntaas «ílttejnte, pataii
ttement éeuis,.
•FrézM par te tó»on dss
[teme® qui1 le» raswmUa
«RW-ura&i te, pteN
ím m tetero» pte,
i’ArgsnHae et l'Espagne.
HUMOUR SEPTEMBRE' «S -
Un® ¿frangiré récettment ar-
ti«é® tesad) lo remarqa® qu'il
n'y a pos de «Ofgolos* en Ha¡-
— Mods il y ct di & «Tan-
rasura», 1ui x^pliquq^oa.
— Qmt xappctti ffimW&l
— Gigolos et Tarmeum so»at
a ia («dtecte d« «yteiíte
JXKBW*.
LE LIEUTENANT
• AUGUSTE ELK •
A EÜ UN ACCIDENT
Nous apprenons, avec pei¬
ne, que noire ami le Lteute-
nant Auguste Efe- a ta un as¬
ses grave accident qui lui ®Bt
ii-rvfnu a YAnse a Vemi.
Prls de sommeil su? sou bal¬
cón, dems ia nuil de scme-al
EOir, i! a fait une chute pres- j
que mortelte. Ce qui aggrave |
ron cas, c'tst qu'il n'y a eu
p rsoime pour lu paper ?s-
rnu-s, de sorte qu'il est reste qi-
,-rr.t d ierre ¡ouíe la nuit, R ne
int releve qu: 1® temk-maln ma.
tin. Et dspute, le Lieutenant
Hie nous dit-cas, n'a pa® enco¬
re repris cottnoissctace. |
Nous déploron» ainctemen!
cot accident, et @n «odbaiUrat
h Auguste B e ds- recouvrer sa
sauté, nous prtenfem* nos
sympathies 4 la faraiSe,
ft * *
t&BíIERS BOTES.- Nous
appreiton» <»ec peina que le
Lieutenant EL® vteni d® mou-
rir. Les funérailiss aurani Sieu
dr main apr&s-aMi ctu Sacra-
Casar d® Tmgma,
Nm plus vivas eosdoléattce»
4 sa tatíU®, *t tent particsMf
ttmu .4 no* «min. m bitm.
MONSIEUR ABBOT DE L .vM
â–  BAS8ADE AhffiRICAlNE, -
CONSUL GAL. A BORDEAUX
Il ©st fortement bruit, dans les
coretes d plorr.aiigues que Mon
s¡.xa Abbot, premier socréiaí-
70 de YAmhasSade Américain©
chsz bous, aural! ¿té r.ommé
Consul Général a Bordeaux
(Francs).
L© depart de Monsieur Abbot
pour Bordeaux nous privorait
icri Car le Diplomat© s'était
acquis bien des sympatlües
dans noire milieu,
Mme. Abbot aussi laiss© d’a-
gréables souvenirs parmi nous;
charmar.te, aimable ©t gale au
possible.
Quo! qu'il en soil, nous es-
oéroíi© que Mi. et Mm?. Abbot
id ou a Bordeaux, contlmio-
rotú leur amit e pour Haiti et
)©s Haitiens»
ELECTIONS A LA LOGS
«LA VERTTE No. 47,
Les elections du Vénérah'e
Maitre ©t des autr:s officlers
D'gruíaires qui dolvent gérer
}&s intéréís de la Hespectabb
ioge «la Venté* No. 47, pour
l'exercíc© 1945-1S4S &on£ fixees
au Dimanehe IS Ssptembre
1S45, d S.heure® du matin,
‘La tenue dm Finances aura
lieu jeudi 13 Sept .mbre h 4
heutes p. m.
I© oandidat 1© plus influent
comm© Yénérafei© Maitre, c'mx
le hrke Samuel Pérafea qui a
déjá conduit la Loge «La Vód
I t>» avec IntelUgenos et dlqni-
ié. Les chers Fréres ne xaan-
queront certain*»* ru pas de
ltd cmwm un nouveau man¬
dat pour 1© plus grand bleu de
lew «sclété.
abbes m matkcm
LE BENDE2-VODS EST AU
mmmwm .
VlC» Úc
Mdiíttí
míuwhí, ,» u f t t < -• .>'> q»t Í Af.
L» Oxtt'. , «, v, ■ L? . ; ¡-o. Km by.
í Itet:ns Cliaries. enrolé do \o
Garde don! il a éié quealou
dons la deposition d'abondan
ce du Lieutenant Bell ande xst
le premier íémoíu emenda. L
ne connoit qu'un s?ul accuse
Faccusé Heynolds f.n-Baptib:e.
Il ne pout prédser la dais
exact©, rna s sa rencontre a-
v: c net accuse a eu lieu u&
HiOis d'Aou!, au Poste Mar-
cnar.d, Lui ayant demand© ¿.~
!■!.? t u’Fe de pap.er, Reynolds
I Baptiste lui donna un pa-
r -er imprimó qui, dans la sui
n, d.'vait étre identity pouj
on de ces tracts m s en circu¬
lation par Henriquez. l.a deten
se tira t-ouíes les íiceli s oour
eiablir une identification plus
rétaíilée du tómoín. Est-ce uu
garde ou un enróle de la poli
ce secret©.
[ Luí succóde lee Jn-Louis, un
| caporal du corps tí© santa á&
I la Carde d'H-atL Sa deposi¬
tion ©sí une projection sur la
déposif'on du precedent té
moln.s.Dercs Charles, un joueur
; v.iaqé avait beoucoup pmdt
t'a.ns une parrie de cartes aux
Co-exnes DessaYmes. Deplu
mo, Deris Charles voulut rn¡-
ñor un d rnier billet de cinq
gourdes, Dans sa frénes e, il
«misa» d© preference un tract
L« sergent Plerre Jos;. ph, en D
?a:it reí imprimé comprit qué?
étaí? de son devoir d’aviseí
?ss cheh hiérarchiqu/s. Pat
amsí la police hit alerté©, Ce’.*
t-,? erteur a couíé au iémoln
í Denis Charlea d'étre sous 1©
, coup d'une ©nquéte policiéro
et H sera déíéré a la Cour Mi¬
li taire...
j Nous arrívons a Mra®. Lias
: talan r, ches qui 1© lieutenant
Sellando a txouvé la raach'n©
; n miméographter ©t los st -ncík
, «tcfpés» dans un© machín© é
icríre. laque!!® machine cr été
retrouvé® ches rancien Minte-
be Léon Alfred. Lis© LalañS
connaí! tres bDn Faccusé Hen-
riquez, ei depuís lonqtemps.
L'accusé ful dteant qu’il devait
voyager sous peu lui confía la
machine en question ©t hs
cessoires, EUe r/avait aucunte
...ée d© ce qu- pouvait repré-
sente? un tel depot. Dans la sol
r lée. c'étaíí ía visite du lisute*
• rant BelicmcD, vsnu reprendv#
; Vembarrassam d&pél sans qué
[la dépositaíi® eut ce dost di#
j avait assume la gardo, Ifiteí»
j rogé© pa? Ia Defense s’il étalt
! cr sa connaféscmct! qu© Fan*
reuse avait été condamné pow
cwp.katan, ©11© ?épondia pat
.la negative,
f C'est au témo'n Fxmxói
Mbambecm de dépostr. A m>-
temí comm® T%>ons©
sesnte ta sulTcmte, á ^ Uto
mee tí© la Mens© M ésmm
; dost si é sa te -
riques avail un partí poUtfüI
Non!
’ Mbml D®te CkeéñaA m
Coridta, lanonqjé» A'm pt»


turn»
m Hammams»
Congrés
DES AGRONOMES DE DAMIEN
Demlér© f oxtrnóm
Schiller Nicolas, un des plus
ancíens de «Damien* a parlé
d© 9 h. a 10 h. cN> la prépara
Uon et de ramélteraúon des
sois et du reboisement. C'est
un su)et que nous cormais-
£:ns deja, pour ¡‘avoir lis, sous
■< la pram,- cte Srhilíer Nicolás,
dans la Revue qui avaít rela¬
tó les travaux du premier Con
g?éa des agronomes tenu a
Damien en 1938, sous I'admi
Mstranon de Georges Hérraux.
SchUlv.i Nicolás, spéctehaie po
s i,í, es? d- la liqnóe de ceux
qui moten? qu'une «once de
ptaiiqu-, vate mteux qu’une
tonne de fhéoxie». SI, dspu 3
23 ana qu’ii es t á Dean i en i!
r¡'a pan vu Ies resultáis qu'íl
espéxait alteindre par une pon
tque agricoi méthodíque, m
ioUger.te et basique, cela ne
la pus dévoutctgé, Et crist
paita i...
II tete übérer la térra des en
tiaves, nous dit Nicolas. Pos
eant en revue dans sss deux
commumcaüons élévées les di
verses phases du problem© de
¡'amelioration du sol, íl a mis
on avant tout ce quí peut con
duixe ¿'agriculture haitíenn© á
ctes tins économiques et soda
í s. Usage de la charrue la
hour eíí cace, remuage du sous
yol,terrain convert d'humus.cou
che arablf des tenes, rnatisiG
organique, étude des sois et
de* sous sols, drainage utue.
terrain en deciiviié, evacua¬
ren des faux de nusseliemfm?
••• aéraüon et drainage pratl
ques dans nos centres agríca
les; avec tontos ces doimées,
i'agronome Schiller Nicolas,
i:r> «-vheux ds la vieille» pen
&e bien qu'un des aspects de
noire production agricoi© se-
ictit trouvé peg des solutions
realises, Et ^urenchérssant
tur d:s donn¿es pratiques, Ni
colas passe aussi en xevw?
le sarcicg; des tenes, ]©ur pro
ducüvite par le concours. des
substances nutritives Cíes en
oráis) et pens: tout de roém©
que iabíme intense existan* ,
ertro le state? agricoi© ©t le I
stoiui riaVonoi peut étre han ¡
¿.hi. car 1© problem® de Y amó
nogemer.t du sol assure la vis
:;ux planter, crux emímaux. Cha
que pays do.it pouvoir déve
¡cpp-r une technique agricoi©
prepre. Pay© prolííique, a*
vea une populaban au&si den
í*e< un? superítete kiiométri-
qus rcs.r inte, un morcelte-
rre-n? de tenes croissant un©
agriculture intensive, la lechín
qu;. actuelle doít étr© constan*
ms¡i! revisé© par la pratiqu®
v ¡texpértenc»,
Caáei pose des questions a
carácter© teclm que sur ]©s
communication© o© Schiller Ni
colas. !l íaut des labours pro
tends dans nos sois de pial
r. r, mate aussi modifier cede ;
conception quend il s'agií des
cois des montes. Discussion
technique serious© entre Nlco
las id Cad t sur 1© prohléme
des latórile*. i’Agranons® Vieux
intervient. Mise cm point . de
Cadet. C’est le tour de Do¬
meñé, de Rogar Vidor, de Re
hé Ambrose de parltr du br$
Umern dans les campagnes,
C'est le moment inter,
óat notre «mi Loui# Séjole
qui assteie aujourdlmi aux
travaux du Congrés, U demem
ás aux Congre^i**©# de n#
pas hop contourner dans
les speculations d© la théorí©
et de la specialisation qui
r/ont ríen donné jusqu'ict, II
©st un partisan farouche de ’la
pratique tet en iait actuoile-
ment Texpórlence dans se» di
verses plantations, li íaut ai
ám 1© paysan. II demando
ó la Direction Genérale do
pourvok les Agronomes d© Dls
írict w? tracteurs qui aideron.
)j paymn á labourer ©a ier¬
re, le dispensan! dé se sor*
/Ir conlinueüeraeni d© la houe,
c> la machetie qui e*qu | tout tan. L'exterjaíon agneo*
? le, la branch© de servio© la
; plus importante de Damien.
; peut avoir un programme de
racUurs... \
Déjale avaít parlé d'or, Et
| nous pouvons aííirmer que st
Damlen écouie Déjoie, ©n met
• tam de cote les théorl^ ©t les
' specialisations chores au pe¬
nt Prince d© Sagan qui «n
veut tant aux journalist®», il
lera déjnsniir beaucoup de
choses contre sos visées.
Le Di. Léon Dorsainvil vé-
íérinair¿-(, a iait une* cornmum
cation sur les maladies trans¬
mits bles á i'homm'. Cormne
c’est une science qui lui ©st
íamiiióre, nous avons beau
coup gouté ses diverses con
siáéraiions sur le cheptel, le©
maladies qu‘ü íaut combatiré.
C'est la 3®ul© communication
qui n'a pas éí© I'objet de ques
no ns et d? discussions. I¿
cut croa© que les Congiessis
as en out óté satisíaite. Mais
m© lacun© du Congrés: au
;un, agronome de district n’a
ai! de communication.
Pourquoí? Immédíaiemeni u
pies la communication du Dr.
Dorsainvil, le Direcieur Gene¬
ral, Louis Décatrel qui « présl
dé, pendant tout© cette semei
iu, ce Congrés avec te plus
grand tact @? la plus paríaite
impartial íé.en a cléturé tes tía
vaux, les-Agronomes et spé^ia
l;st s ont été invité* & huis-
■,cs á ent: ndro un© comittuni ^
•aúon du Directeur Général. j
Nous n'avons pa# poussé no
rs cuno-sité pour ©avoir ce 1
luí devait se fairs á hute-clos.
Hals comme nous savoíjs. ©n
Haiti, toas tes hute-clas ©ont
toujours con ñus, nous avona
jardé c.iie íote notre discrc-
. on de journalists,„
Ce soir á 8 h. il y aura un
¿rar.d banquet aux «Ambas-
«adeurs* pour tes Agronomes
: spécíalistes,
Ce Congrés d!Agronomes, 1.
;e d.puis rhaltlanisadon du
¡ervsce. est un© bonne actio:1.
Nous souhaíions qu'Jl en
sort© a©s travaux des faite et
ces expéru neos don! bénáücie
ni la RópubKque qui confeon
t© actuellement, et d'une ma* j
niére aigue, un© ame de sous
piodücÜon,.
• Ce Congrés e*t un des as¬
pects de te démocrati* que
nous voulons. Nous voulons
la discussion, te faír-play.
Damten dotine Itexemptei Le
auívra-t-on?
Paramount
Marfl 6 6 »t 8.1S Swara»
UBS FURTS P'RHm HRROY
UoUS titees teonjai»)
cnwc Uwk Stone, MIckey
fiooney, l>onaa Raed
.. un oute® épieode d© h
vi© d© la familia Hardy
la plus déBQpñani&t la plus
émouvant© des comedies, un
Mm dont choque métr© fait fu
reí te rir®.
Intrée Oén^al© Gd® 0.30
Mercrsdí d 8 et 8 heures 15
MORTAL STORM
avec Margaret Sullivan, lac
ques Stewart, Robert Young of
Franck Morgan
... un© pelntur* dramatiquo
d© i'allemagn© d'avant gnrr-
j©
... une ceuvr* qui cat d la
fc.is un témoígnage et un réqul
sltolre.
Entré© Générate 0,30
Rex
Vlardi á 8 bree
En lore parties
,A VffiGINIE
En 2éme parti©:
Mari© Bell dans son plus
grand film:
LES DEMIS VIEROES
un díame social puissant,,
Entróes 25, 50, 1,00 gd©
a 8 hres 15
En lére partie:
l Don't Remember
En 2éme parti©:
Vivian© Romance, Jean Gabin,
Charles Vanel dans
LA BELLE EQUIPE
Un déliCic ux roman., d'amour
Une femme qui a conscience
ie &es atouis..
Entrees 25, 50, 1,00 ITTERTIOI
Planteurs de Noix de Coco
la Haiti Cocoamt
Firoámcta üo.» %. A,
■ ACHETE TOUT® QUAHIRSB DE HOH DE COCO
qui rami etre tipcm a Mwmk
S'ADRESSER AH,
BOKEAO DE 1-1»» A BOOT*»
TELEPHONE» tiff.
Borre posiAia a .» m
aANTOTis vans ivsm a wmm>
Mercredi d 6 Brea
En lére partie:
’ HONY BOYS
5n 2&rne parBe
Da.Tieli: Darieux. Johr: Lai
der dans
KATIA
Les aventares d'ur.e princes
ie de Id Cour de Ruuie «nti
ches de réformes sociales libé
ales,,. Bon grand roman d‘a-
nour et de passion,
finteé»: 25, 50, 1.00 gd*
a 8 lues 15
En lére partie:
-r Cneval du Cinquieme
En 2eme partie:
Charles Vanel, Gahy Mori ay
dans
VERTiGE D‘UN SOS
Un mari qui realise centre
sa íemm® un monstrueusr chon
tags. Film tiré d® J'csuvre ras-
gistrale" d= Stefan Zwetg: La
P«ur:
Eníréss: 25, 50 eí I gd»
Ciné Select
Mordí á 5 hsm
En lére partie:
¡ey da Loa Cui-rsá
En 2éme porte:
Conrad Veídt, Madeíe n® Bo-
bmeoa dans
TEMpETE S0B i'ASE
Les arentures á'un forban, le
geste suprém» de son épous»;
Entré®*; 25, 50, et I gd®
it 8 heures
En lére Partí®:
Les Jeux sont Faits
En 2ém® perts:
cmm DE BAL
un grand dram*,,.
Entré®»: Od*» 25, 56, m
Mertsedi 4 5 hmtíéí
Sn lére parte: Amateur dt
CoeltOB*
'ir 2éme part*
tucien Saroux dans
une gdeüi£ ai oa
un vaete éclat de rires.
Entré?* 0.25, 0.50 ®t 1.00
a 8 hrM
En ¡ere -part;®:
HOLLYWOOD
Eli 2ém« partía:
Raimu dans
CABLEMAGNE
3® plus grand succés du pU¡*
rant comédi*n írangai#.,.
Entries: 25, 50, et 1 gd»
VOUS TBOUVEREZ .TIMES.
« -NBW8WK. A LA CA
wmm,
• 8EG2UES NNOHMALES *
B sons QíBc»
tX%béM»
fammas qui souiíraz de lé
gles dííícile», sacái®s qu'il std
lit de prendre au début ds ce'
le*-c¡ quelques comprlmé* i't
chédraeiíne pour empache: ou
fair® cesiuT dan® ¡'instan! mé¬
ta® tontea douleura et tou® ma¬
jadee.
Prise réguBéramsai, l'Epr.a-
irastíne, en eiíot, assure le re
tour des .époques, a borní»
date, «ara avance ni retarda.
Avec 1‘Ephédrastme, les regles
c-pporaíes. nt et évoluent sans
trucurte doultiur et touts femme
qui, iusque-lá souffralí pandare
24, 48 heures et mente davttn
tag:, á chaqué apoque, no con
r.air plus d'enmrá r,i de rnakú-
se. Elle peut s'acquíttar nor
malement 'de see occupations
et suiiout e líe evite les compü
cations quí sont se uva ai la loí
ce tan! de femmes,
Ce morveilleux produít caí
tn venís ii la Pharmaci»
Gefeard, ru© Férou, Porl-au-
Ptíbc©.
REMERCIEMENTS
La fami’te Loute Auguste á©
Petlt-Goav© remercí© hí&n sin
cérsment tous les am1*; ¡coi de
te capitel© que de I-a provin¬
ce quí teur oní témoignó des
marques de sympathy a Toe
cccsicíi d© te morí de-teur u
greíté Fite et frér&i
Luc AUGUSTE
tulevé á teur affection 1© sa¬
me di 25 Aoüt 1945.
£lie les pite de croire a
eur profonde gratitude.
AVIS
La Dlnction Genérale du
Service National d'Hygién© por
fe á la cormaissance des In.é
e&sées que te délai d’inscrip
ten á 1'EcoIe d's Gaxdes-Ma
tedes ost prolong© jusqu’au
J&uál 20 Septembre en cours,
©t qu© les examens d'adrois-
#ten ont éíó ñxés au 28 du me
ms mols,
RHUM RIOSE
m, RUE COURSE, 58
PORT-AU-PRINCE
‘Vaseline* apporte
aoukgeu
s deTVo
comm© ell© &£<$•
dtet calme 1
.Vaseline
DON N. MOiffl, Di*«bui»ur
a va®®
. VdHw d* 15 tonne®. S'otka*
■m ant «Nmjwlltote».
it 8 heure®
"-Ml.,
maisonav^
Soufa d» Bolt»»», ju
Sérard. Températu»
Tét 23.82
Is® batteries FIRESTONE »ont ic
hñquées avec un materiel de cons
trncFon exclusif pour assurer ceil©
grand© reserve de puissance. Vat
mature FíLO-Moüc de Firestone la
baiiorie contre lo décharge e! auto
mattgusmerd protegee contre les fui
tes. Quand vous avez beeoin d'une
nouvelle batter!©, Insistez pour une
baiteúe FIRESTONE avec sa char¬
le dtextréme puissance et de ion
au© durée.
Batteries
aszm.:,.
E». p. Aggerholm_
Gardez volre TeiatJeune, Douxet j\llrayant
S»»g*.»ous que ¡e doux at trait d’un ’-eiat 4® feaWh*
plmdiwmt» ée «anté, attire ’attention 4'iin éas*
ésnt® plus vft® .as sena que o'importe quelle autre
CeH un fait certain. Aaaai g*r<¡*í v»tre teto4 **
doux, at'.rayant pmir qu'il paraisse jeune «t «ain.
Pour arriv«r i c» ré»ultat, l matin, le mi« •* *’**,
vous metfcre au lit la vea áooí-meot votre -¡«I* **
•avso Palxnollv», Bulgnei-voa» au»» a*« PatewS1» •
Acheta* us p4|s de «a.
tos PALMOLIVE et v0u.
con»«rvcr«* une peau Jeu-
b«, douc* «f attrayante.
ICilf fMAT LeVetY.SCHOOLQIRLv ۩


-L
MMSOUiV^
Boa-a ás Boiowe jo.
«mrd. Tsmpéto,,^ ^I
Tát 23,82
ÍWI-9-IMS
*uis sanca
de
emarrjga
ayant
¡ Ssint áe
a ¿’un
Q afilie afií»
tre teini
eure €t 3sin.
le ml¿í »t
rote* -i**»
ivee FalnsoH8®' ■
c&m'ímÉ
A FKÍION-VULE
Lélio ForuWtt»
Loavarht»
Vite
No» 7115 —
7384
AVENDRE
• *mu itottvwm deux bojina*
machina* á coud», á achate,
á piad si á feecm. S’mdxemm
Molson Coicou Ptm-Four, No.
U en foca du Docteur Nou-
*on,
L Preetzmann-
Aggerholm
Port-au-Prince
ATOTPu par mocmms vato/rs:
Drít condensó NESTLE.
iait évaporé 1&ESTLE 14 1/3 oz.
DjR ¿vapor© ND3TLE 8 az,
yxfi m, poudr© NS23TLE touteg dimensions,
|^t€*pg»n,
Qou3 points de pans d© 1” c< 8!\
Clous pour Idles.
Tuyerux d'arrosage 25” ©t 50
garrías Fireskn©,
Ferpiar á'embc&aq*.
Alluimitm StTíkaliie,
fíf-fox m 5 gal: l gal; 1/1 b.et 1/2 b.
Conserves libby Me Neül ©t Libhy.
DE COLGATE PALMOLIVE FEET Co.; j
Server Palmoiiv®.
Savon Ca&hmér© Bouquet.
Savon Parsaal.
Colgate Denial Cream.
Poudr© Parami ®t Ca&hmera Bouqusf.
AVIS
Pour répondr® á J« deoKia
de d'u» grand nombre d’usn-
?ew des Autofea» d* Pcrt-cm-
Prince, Pédcm-vai», «¡ous averna
'avallasP d'ar¡**r le public
tpia partir da 15 Septembre
1945 «t d'aceeri avec la Dépctr
lemsni de Mfconoiale Notio-
««te, ie tañí spécirf de vísgi
e'nq centime* de gourdes Í0.35!
est amulé mate par contra le
â–  carnet dabonjisment de Vingt
Cirq (25) ficícets ssra venda :n
pñx de Dix Gourdes; laclse-
toar bénóficlera d'un escomp ;
te de 20%. !
Ces carnets d'abonrsemcnt !
peuveut otra érnúj en íavcu:
d’un ou plutósws mumbtns
d‘une méme ¡amlle et son! va
tables pour une période mod
mum de six (B) mote.,.
Sodóti HteUteta* jyAufwio.
Hiss, S. A,
SERVICE AUTOBUS
, -le «fOjrmugTE.
Kill
•Inwctlcld. EXTRAOHMNAl
’2E» tu* tn*femtan¿m*nt Puna)
•*». Serwts. torvos do Moas»
«us*. etc, etc.
En dépéi «tu RHITM CHAW
RON & 1.50 la Bouttik.
WUJK i
Four vm Troreujc de Comp-
abilité,
Ungíate ou en Frangaia,
Conditions avautageuse*
VOIH
ED* L ANGHAND,
18 Rueli© Járém’©.
Sois Yerna
Tribunal Mílifaire
Mi d* la tero pog*
. MSVOtñ % tAMOTH? AVIS
Me do la Hévolute ©a he© { Uomlmt AÍ4TON KNEEH,
d® Ja Chaxabr* Ho, U ; dlstrlbuteux de la *Ámmícizi
AutomobllIstaM. en ca© d© ) *-- La France Foamil© Corpora
pann», arréto«>vous a ce!t© a- | «on* sí la «Harloy Davidson
iress© pour réparer pnsus ej j Motor Company*, avis© ¡sa nom
efeambre ó atx. Un service ex j Erense clientele que cm deux
A VENDRE
OcccmCon ExcepdonneÃœe
Réírigérateuis electric© et a
rárosme. Eat n&ut
Voyez Fierre Boucherecm Rué
Paveo, Phone 3724
Tú Ford 300 yáes. M
Tñ peJoite.
TJ d brode?.
ferine Gold Médaí,
Farlne Diamond Spécíal.
HuOe «Sun Flews?» en drums, ferblancs de I gi; et 8 gal
Par© Lard Swift en üergons et 37 ihs.
Baile á© Un de la Nadonai Lead Co,
Fein ture en pate blanche *Du‘rh Boy*,
férébsnthine,
de tumée.
S&p&tm, Coutecmx indigo eí hones 'Swell.
Yenaouth Martini et Boss!.
Maizena et hurle Argo.
L, Preetzmann-Aggerhoím
fW*ll> >t¡'Dl'4TO»4 IWMW»WWWM»WW)WWWW» *++++**+■
Frizz
UN PRODUCT DE
Kraft
SANS JUIT, SANS ESSENCE, SANS MPa AVEC UN PEÜ D'EAU VOUS POUVEZ
Ot L'EKOOIENTE CREME A LA GLACE.
3.50 or. LA BOIYE
GMifal Trailag
DJSTRIBUIEUR POUR HAITI
finra Pilules
CARTERS
POUR LIE FOIE
CmVer?e!I©meüí connues et gui otu
m sabi l’ssdoo da Temps, mr co
t veste depuis 1890
AnueJJementoffertes eo
eoveloppei de 6 pilules,
Aa pri* dt Gd*. 0,25 le
sachet.
Eslge* ee ooovel embsllage de
voire pharmacies
mm PILULES CARTERS
• ’ mmi&Fms •
Remenees
d'Oignons
tYSLLOW BERMUDA*
ch&z BAILEY
J54, Hue Magasin de J'Fsat
Tóiéphone 2103. "
ta rapids de rulganlsatíon e<
de Kiocoid. Service de suit ©■
de Jour.
COLLEGE MODERNE
Directeuri Ernst Aictidor
Ae&\m Mccgny
ÍPeFt Four) No 10
Tout's los classes Ü2s a
Fh,!o).
Tf>n!t-s ’.ns «í’í'Uouh fA, R, Cj
Oapumtimi «áj|»trí;f* u i ILr
UlOHSt, í >!J4£'Í|>11 ?’<' YA'VÍ ’
iClups do [ifohssmmi
j'vtcutñ, dvvou/*i>C
Err.st Ah, ndor C'.u,.;Ui- 17 n\
r*'« s d oxpárlonco dam. O p>
dcgogiG, Suc-cCs assure.
SERVICE
CRJREPROCHABLE
A^sordment lecoaapaxabia.
Fro-riaiOia» ABiueatoir®»
OB
AMERICAN BAZAS
dee Rue©
&t du Centre
Fhoee 1
I 12) Mg'boos Bont en mésa
í *o- do louruif frspecUv^
¡ moi.t dcs Extmcteurs «meen-
f di© ft dc-« Motocycletes.
i Fn.o Fnvd©, Fort an Proto
hreuro 2318 ot 22U
s© Heuriquez lui avail cordié
a es papims pour Alexin LeteJ*
Iher, N© ©achant ni Hr©, ni ócri
tc, ell# ne pent r©?js©;g»©f ta
Cour sur la -nature de ses pa-
pi@í». Deposition sane impor¬
tance sum© d© cello de let pe¬
tite Maria Ouersaint, au ser¬
vice d'Henriquez. Rian ct not?r
de cea rrois temoignagen.
La Cour emend kt dépoeí-
t?on de l'Accuscjteur Mditairó. «
La Dei©' s» fomlmílm i© pro- ^
-mt de I Accursateur Miiti'mre, *
t da depose/ coiium* pieces a ¡
, tonvu t»-»« >t 7» mpL„je» ¡n.
| rr fogr.íph vt, d i jourc'-n 1 *<
fust' »u* tun*., on non ynsvinV ^
AVIS
L- G a.t L**
sons film ayim! Ikn*
)« '(«» <*t ovp/tr.*»»u n
tfntr I» -*D‘)'ov et 1 vliurjft-?sn
ni?» des «de».,
í> AdfíXL’íM «u íL<‘Up«
PL«\ iV'il nj 3’Uíi
Ru© PíivíHt Purítju Vi ti'*>
V*
j o* iU toar iiíUfí a
t } h,w n m’í |>aj i
' l'n'Ui fita i ho/ L tu
■ pm% t j * hu « < *h
di I fu
\ rapt'* 11
le»* v’.lret I
m íih ¡xp i
L.OUtf'U 4 t
s lohínc A
»« ht ‘ *u.
-> i», h»-
ld- (ft.L fit i
« d ft***»» » , te decision du tríbunal, h t'au
d;enc© de samedi. %t te Gref-
( der donna leclurs1 so'ulighmd
Le Con&eil déeld© pour son iden
áhcatkm personnei^e de tirer
dí s ©xempiaires...
Me. Aiphons© Beimques ré-
: torque «Hemlques m% traduil
devgni la Cour MUHaim pour
lm «tiacts* míun noire kit, A
vous d© piúuvm comment ?1
peut y avoir «attentat# a J ai
de s «temen! de Vou*.
evoque? uf.e /Jírtí< r|e ?«’,m d
ckiuL-. ¡t, ¡1 a ¡h »,t* Ft ft'jií'
i.v,*e.‘. mtíijmf* lf* Dr-| de i Inter e u Rf «« waptmi
t <’J) Ia' Í bu*n sutp,n ut« t*s<» bi» «
a rtjetiF¡t<{ph or »>« de<» &\>f\ - , i
njsprmje®.
í t»}<
Mí *p!
* t R<4
t p v
repi
i/ í
AVIS
h est p«rt» « k connotasen
o d ,ue la Section de Mddec'np
Veténnaire du $. N. P. A. M
L. R, vr.nt de recevou un stock
¿e vaccíns anti-rabiques el
qu'eile s© líen! d leur disposi-
i on pour Timmunisation du
leur© am'maux.
Damí n. 4 Septembre 1945
Un
d »
i Ha
ap y *
unv’íit
de
Vos Baisers retieodront-ils ’ ^
toujours volre Bien- titilé ?
Oui ce Oai?*er qu'il recher¬
che peut vou* aider 4 1* re*
teñir, pourvu que la mauvai.
a« haldke ne voua cha»» d«
»on amour. Rappeli-‘Z-vous qu«
? sur 10 persone©» out u
•&« mauvai»e halein* et ce
5'f:n doutent P&S.
«Hc-yez prudents. Serbas»
r&siKHtM bairtoe. denu hr&n-
#t carHé« et ramol*
L*MBALLAG£
SPECIAL P0 LAIT
IÍLIM
áa írcé» ctvec *ca» osSm®
■m& tétóg&atíoa.
rnprod
la Gnt
ce nava l.
l/í lente t tr*yh><|Mpn
* occuae He' r.qu©/ ©n co iví
imane d© lm et doy dt
r© oart d© sa decicnation
candidature. Leg autres piec ^
devaient servir de supplement
cu Journal «Le Justíd©r*. Les
dvocats de Rey et Glortseard
r; fused? de reco^naitre cm
«pieces*,.. le fail par les accu¬
ses d'avoir ©n mains des trade
né dñ pas gulls alent patld'
pé a íeuxs editions. I/auJifttr©
est 1 v&© et sera r©pr:se lunch
matin.
*»* * i
Séme AUD1ENSE " ;
DU LUNDI 10 SEPTEMBER
A 9 heures 2S, l’audiéiicé est
spríss lundi matin, A jn-opos
ie la lecture des minutes de
í'audkínc; ¡precedent©, ¡'accu¬
se H©nríqu©2 constate et de¬
mande que cela so'i consigne
dans le plumlUI que ]=, greí-
i:er a faít certaines omissiorxs.
«Je u'ai jamais adressé ds
lettrra mtméographies aux Lé
gallon©, 1© plus elémentcnre
hop. sens éíablii qu’un Mon¬
sieur de ma formation et de
x¡50.n education ns Laurent ct-
drsss r a des chele de Lega-
Elran.géros des co¬
pies miméographiéos. Ce
sont des supplómet.H de men
journal qm sera:©rxt remis cvtíx
iecteurs á la parut.on du dst
Journal. J'aí s: ulement adres-
sé aux diplómales ©n question
crie lettre daciyioqraphiée par
'á^uellQ, j© Íes rntormais de
ma candidatun
ce.
f\ * d 4¡,.
Í|f4»* % > t ,
u H»*
’’a» < li
r i\
|v>un>»
C' fltf*'
de pr<
jus vous ©n » rv;r
f* *“9» «u moins líbt©
oí? gu n v©ut. com-
m® » v m D' del i '» kit 1
pouvai* un Tvs,xt'wr vO^w.»*©' L
dans »a poitséo imprimé©. Je
demand© qu© vous c. ssíec C©
'ravaíl...
H honres 30. La reproduo
tiou terminé©,1© tribunal passe a
Luís clos. A la reprise qn l
quei5 instants aprés. la
t epjroduction oes diferentes
p'éces, U ept déadé qu'eile?.
i;- serón! pos versees da",»
'es mínutí
conviclior
| lend© esf
: pour des
comrne pieces a
i. L© L eutenant Bsh
a nouveau rntrodiút
precisions sur sus dé
claraüons c*níérk*ures.
■ - Vous avez déposé, dit í'Aí
cusateur Mil taire, aux audier¡
res precédante;-, cm Mijet de
cariamos declarations fades
par Henriquez au su|©t deti
tracts, et appels, vous-a-t-il dit
pourquoi ü sest adressé aux
legations étrangéres?
-- Hemiguez declarant pro
tíqu'r 1© fair play, II avail por¬
té personnel lemon t copir de sa
suppliquo aux Légat.orts, do,¡t
la legation Domintcaine. les Lé
gañón© Anglais© et América:
Â¥03
— L'Accusaieur Mil taire: 1^
c tend Is comporta.-: nt un op-
pel a la prfts*© éhrangére et d
ioplniori mondial©, ©era ©n *an
gu® ©spagno!©.,,
— M'- Frangots Moi»®: »Vou
!©2-vous me permsttre uñe' ob¬
servation. R n'y a pas cFappel
' et d© manifests comm® vou&
ie rujié tez. II y a b:e.n quelques
exempt aires, If® eeuls gui aieut
va le jour. Vous save* que
c'esf i'oeuvr® d© la PoUc®, les
iirant des «stehcils» hors la
va® d© íiniéreasé, Taocusé Hm
nquez, Vous a vez déddé, Mes
stem# ¿■'¿carter Ies feuilkts mi
méographiéi. £t vous vouíez
®a ker aujourdltui ©neo?©.
C'est íliogéquev vous xeíaites
ce que kt Polio® a faít ét vous
défeuisez eurtout unq decision
du tribunal
Me. Dato Baumec, *R sel son
signé dan® voir© plumilf iju?
la reproduehoii n'*i! pa» notr«
faitC'e»! á 1’aeaacrtioB qu* »
viant te Janjteam cte la j»suv«,
Et no» «tt rfbaitaUl **t tatan-
c^TKibl* que le tribuala ¡t'si»
fharge.artasi. Code d'Inst, «i
jjaneíte, Noo* »ceonoate«aa*
le* siencíls.c'es! Sa proprié
té d'Hettriquex. Mate tsous re-
jeiora la ríjstoáacik® fedte paz
la Police. IS ie»S*nl dono á Vac
as»at¡oa efe jsrodair» ce* aotweBe* pour proaver que
•Je* ptéce» ea qseatíon p:trr*al
plaider «onhe l'accuel.
L’Accuwteuí Militcáfl fett te
üte le
Qn'a-t íl. répondu d
nuiros question^?
II nous a dit d la Polio©
avor appotié copie do sa leh
tre. 0 n'a pos precisé laque!
Ir et il dit qu'ii eut á apporto.
des documents ou 1©tires aux
Lógahors.
Presiden- | - Combien d© leltres?
i — L accusé ñ'avcrit pos pré.
cisé*
—- Aif:rm®z-vous ce que vous
venes de due?
Our, je riiiirm©,
— Est-i á votr© cor.na'ssast
c® qu'Hennquez avail cansinas
avocat avant son arresíaüan?
—■ le ne 1© sais pas.
— L’accüsé Bey n'a-t-íl
rfccormu avoir rem;s á Mr. R¡*
aa¡ un mandat signé d'Herui
quez?
- i’accnsé Rvy: N'ayant pao
réussí á d'ssuacUr H©n?:q«©S
ri® dislribuer d#s tracts ct sít*
cham qu'ii seraii arréié, je luí
al consedlé d® donn«r mandat
Voíiá comment j'ai ©té amen®
a r®tntitr® la monoat... Intet*
vendon du Commissoír© Ker¬
ri izan. «La Defense soul'gné
av#a quell© insísianc® gn®
Honriquez n'a jama^ **?© co-
pi® dos s&sncik. pourmnt íl
f'en trouv® d'adrrsser au Ma¬
jar Att’a®. Au bas áe feuRi®#
míméogrctpbíé©®, n® Ut-on pas
Faveu méme d'Henriquez, dl-
sani q«1! avail du fair# jouar
se# relation® jusquk son íma-
g'nailon ponx un t*l ®nvoiC©5Í
!a p?*uv© quit a adr:®®« sOA
papist aux léqatíon® ébaegé*
r®si 8 a avoué. Mamteux*,
l/accuaé Henriqu^zt *1# 1®
j© «u^ mol un ham*
d'éduoadcm í® n® pourais
á Mí Ommbií kétái
Mr. Truman, un papier mimé®
graphié. faurak dan® un &**
asTnMtrbfa edf®®#®? itB:
Volr Salte *b «»*, .


Page 4 était absente
du microfilm de cette date
Page 4 missing
from source microfilm of this date


Page 5 était absente
du microfilm de cette date
Page 5 missing
from source microfilm of this date


«le HoomusnE.
10 ‘5 9 ¡945
Special* uLe Nouvelliste,,
&.VX ZCQXmB DES CENTAL KES DB POSTES *>E AUDIOS
DBS NATIONS xmm, PBOPA DAKS TODIES IES ZANGUES
GEAN?. L£S?B§ HOWIfflES
RIO DE JANEIRO 11 Sopi. ia
Coussil ELctotal Superieur a
décidé qu© fas Elections'Légis
fatives ©i Présidentielfas dob
vsnt avoir lieu cm Rrésil I© 2
Dec'mbr©,.
WASHINGTON *12 Sept —
La Legation du Thailand a in¬
famé que désosmcris ce Pays
repr nab son non de Siam,
BUENOS AYRES 11 Sept
V&Tttf¡Tt\ no a ralbé la Chw’c
des Nat'cim Uni « du San Fran
t «SCO,
WASHINGTON 11 Kept.
Ls S)JVi!5iu Oanrraliy, fa--*«
do. I du Cfam ?ri tía .aeres du Sfaia? a prupo.é
que 1© rvr r i cfa la bombe ufa
rraqu© rest© en pof-oss’-on am
Eiats Urns, mate quo Ym.iqo
d¿ cetto bomba colt tafas'< ra
Corse*) d© Sócuñté des Na
Tons Uníes.
BEPÍ IN 1! Ífapí, Cnannni
I'lnternahonal© et déploycm*
des drap'aux rouges, une iou
le estimes d 90,000 personnel
o défifa dcc ? la parco £s? &*,
B rhn on l'honnsut des «victi¬
mes cu Fascista©*-,
WASHINGTON U Soph -
1, Université de Georgetown a
?ig; afa un «fart rramhfanvcn;
de i ir©’ a 7.900 m.les de Was
hmgtcm,
WASuNGlCN U Seat Les
ppoü es ca
la redd.t.Oji
©méricams,
K\2?dÚ
ral ADt I
c'e ¡fa i ffa;
,.\f¡ ?-B.>r,ibc
>«gc<
de
u me -
Coice aux
' 1 Sept. - _ Le
le.déla;,, pe,.,
nu A-paouss
n, a de-claró
c: Lina; de Franco, sont en la*
vnir de ¡a monarch!©.
WASHINGTON H Scpi. -
Franc * Biddle, ;o premie: mem
br- du Cabinet de Roosevelt
que Triaran re inercia . vu faur
in xru.fa tera cfa-on, nominé
Arrbcssadcur ©u lia!-© ou en
France.
FIO DE JANEIRO i i Scpí -
La Ifalégrt c-r c s Etuts Ufas á
la Comérenc© de la Radio a
rr£*'í:.‘.é ni.o lésoiuricu roete
rvm d'u:e incoa urgente Ja lt
! ?:h. t'-t.óe des iriorxr.atfans
. ¡ In >3 nat ous. La proprfa
- tíon presents© par AáoJph© Bar
fa, Ambassadeur des Fíats-U
nis au Brésü, demande Launa
lotion de tomes rstricikms
gouvernera© tales sur la irons
mission el la reception des nou
ve les á:. Press© pai HadiO des
ou radio
Presqu'a
Seciaus©
íusiortasr
tiñóos a é.re pubi:
d üusées.
PARIS H Sept,—
Lu; cmimríe U Partí
{tañíais a refuse á~
«ivec !© Partí Communist©,
MOSCOU II Sepí Le ;cur
nal qouver ‘mental «Isvesna*
aves viol r.c â–  accuse les Esa s
Urns'et I Angleterre d'avoú
s«uis coníere avec le Rol dé
Houma nc- pour rócíamef que
le Minister© du Dr, Petru Gro*
aa sod remplacé. Au méme mu
ment d Moscou, Staline offrait
mi grand diner au Premkr Mi
Houmcln, 1© Dr. Petru
Groes, ©t les discours oficiéis
patk«* l de la «chetud© almos
phhx r d'amidé».
SERON U $©pt.™ 11 a été
oH dellement annoncé qua 500,
000 ptísor.niers de guerra alta*
mcr.-.ss travaülam sous k« or*
dios da général Eisenhower
pear fadití&r le relour des sol
cale amér'cain© d'Europ® on
Amértque.
SAIGON U S:pt. - Quatre
frat}£íik, une ívmme et deux
e; far.ts ont été íués ©i 100 au-
tres Llessóe & la suite d'émeu
I s antx-írangaiees.
TOKIO 11 Sepí. Le Oéné-
ral Mc-Ármur a díssous le qua?
tier ^néral Imperial Japonab
h mWf du 10 Septembre,
BERLIN 11 Svpi. Byron Pr'*
c • qm étaít chai de la Censure
-N querr© aux Eíais-Unie es!
r’vó á BeH.n, comma Oou»
-a'Lc»* d Esenhowor.
IX>TU>HbS H S pí. H ?4or*
rleon « dli que la Grande Bre¬
tagne a subí 4 milliards 800 nú!
Loas de doomages mcdéríels
gnr «R0» «I w.mro «a P^*
TOKIO 11 Sept - LWPre-
mler Ministre Toja a déclaré
*• tr© responsable' de la guerra.
Tribunal Militaíre
fSuíle de la 3éso# Pagel
nal dactyiogxaphíé. L© «ota
ben© qu'on m© reproche íigu-
m au has da stencil, celen! pour
fake- ©avoir dam 1® cas ou le
maís cela ne psut pím íaiie de 1 Journal terait distribúé juste á
un crimine! de guerre, I quel point, la liberté étaít sé*
CAIRE 11 Sspi— Le -quotL questrée- I^s citoyens soul
dien nationalist© «Misrú accu ^ réduite á fake appel á leur
s© le Gouvernemeut anglais imagination, h &■ terrer pour
ue se servir de la ligue Pan- dire la vériié,
Arabo córame un instruimm —- Me, Dato Daumec répond
- - Delay es! man «asoció, ’ conde a peor des Iuxnl&se* sur
Chaqué mertiu, U es! & mon bu,-* un «gouvernem; ni proviso i fe»
‘ venan! d'un «rltoyen ©minen!,
¡to jurist© qui a longiemps en-
! reau. J© M ai demandó de m«í
rencontre* ©hez Gaetqens poar
d'un©
poux
ronír-' Lmfluence économíque
d s Biats-Urbs ©t de la Ressu©
â– iar.? lo Moyen Orient
OSLO U Sept.— QutsLnq a
été condumné a raort par le Ju*
ty. Sin, bu'tts ¿values A 1.942,
000 kroner out ©té namis.
LONDRES U Sept - UAn*
t.í iva ílcmaure forme dans
hu portion de n'accorder ou-
■un» priori?© a la Rusel© dan»
Dr? l'ja’t'-r do Paix dans les Bal
Fans, e! de m. pas révéler 1©
, secret d© la bombe aiomlqu®
6 la Rusa!©,
NEW YORK,-- Le correspon
dar,! do la CBS a Tokio, W:i-
Lam Dunn rapportr- de la capí-
tale nippono que Lex-prpfhisr
Ministre H. Tojo s'est subidé
j quanel Ies bomraes d© la poli-
1 c:- müttaire américaíne sont
' venus pour Tarréter.
NEV; YORK. - En dexméra
Lear© l© correspondan! de ta
; CBS, William Dumt infórmela©
Tokio qu- Tojo es! encora vi¬
van? bien qu’H eu? tenté, de ¿o
sulciáer.
i LONDRES. La premiere cot?
:ó;> ;.c© :es m nist-s des aí-
í;r,res étxanger’es des Eíats-
bn-3, d© Russie, d© Grande-Brc
taqn' , d© Chin© et de Franc©
a Inauguré ©es travaux aujo’ii
d'hui á Lancaster House ou les
cíplomate© se son? attaqi'<ós
oux problémes du monde en
paix Des questions urgentes
f olí i citen? Laüention de MM.
Byrnes, 'Bevin, Bidault, Molo¬
tov ei Véang Shih Chieh.
LONDRES.— Dans les milievx
campé? :-n?s on pense que le trai
te de paíx avec Tltali© attr»-
huera a la Gréce les lies Da-
c’écanése ou domine une po-
pulation keFién-, On sonligns
©n méme tempe Límporiance
stratógíque de cea lies situéis
tout prés des Dardanelles ou
!a Russie reclame un droit de
controla, te© ruases veuleni se
servir dea détroiis ervec sécurl-
té et prétendent que tout gu¬
íen? que la Turquí© contróle
seule ce passage-, ll n*y aura
de sécuríté pour ©11©. D'un© ’
maniére général© on pense
qu- cette conférence a?©3i ou-
verts dans un© atmosphere de
tensión et dfappréh' n&ío
. WASHINGTON.— La coufé
rene© ©conomiqu© anglo-amé*
Hcams' ouvr.ra se» assiaes cm-
ic-urd'hul ó 18 honres. Lord Ha¬
lifax, ambassadeur mt E?u?3*
^ Unís représeniera le Royaama
Un i ei William Clayton ass’s- j
tun! Secretaire3^'Etat dirig© !a
delegation américaín©. ¡
TOKIO — La radio de To
kio a oublié cmjourá'hul un
ardre du général Nfac Arthur
nrdonncmt aux lomes américal
nes d'arréí©? toua les anclens
'u-ul n m\
< lodo do
: i taire s ó-
j© chop i
' mt á la
cu Commíasake Kemlza. ív,
* Vous voule?. voir un avisu
! dans ce *uo?a haue-. Voiw na-
vm bi -n que Lavéis
pa« uno prouv©. lx>
Mamu‘1 d© Justice M
1 * })d íonguomon? íuíj
| he de Faveu équiva
pr.uve.L’aveu riaít óit * cosrwho
ró. Pour cciroboror L-jvou.Ü Lnil
] la pxásenc' de ses tdplouu.os,
íéraoiguaiit avoii x: <;u les pí’a
’ don! s'aglt. Cela n.> auíLtad
pas encore, íl fauchaít la pu>
| duction des pieces incrlm -
nées, Aucun diplomat© n'a ja
mais r gu cos pieces. II ícmtíra
que 1© journal ait paru, 11 n'a
pas paru. Ce que vous brand’s
ses,. c'est la pensé© de i'acen¬
sé, une pensé© qu'il na comma
I itiqué© d personne. Comment
j en tírer contr© lui la faute, !©
dél.t.,
M:, Francois Mol&e «Le jour¬
nal n’a pas paru. Pour le-- lire,
i! a iaLu a la Police Véd:-
ter. II n'y a pas de laurnal clan
des? n. 31 y a des stencils sab
sis tout simpíemen?, La publici
té, c’. st le ia.'t de la Police.
Me. Moise ©t Me. Kerby re
prentiení les questions:
Me. Mos,; Le lémoin p©ut-íl
nous dir©, s’íl a entendu dire
qu© Henriquez avail été jugé.
erapriaonnó pour conspiration?
L'Accusaíeur fa ? objection h
I© question formulé© ainsi. Un
lémoin n: peut déposer par
ouí dire i Me, Dato Daumsc at¬
ún© aiíaü© de cuilieres oí de
faurfchettea en acajou.
— Vous a-t-Ü parlé .
man$mlatk>n politique
h S Aoúl?
-- Nou, ü ue m'a pas di! ce¬
la. ¡
— Se Hvre-l-il eóxieu^omohi
a s©» cscfvités ¡udustí,©!!©»?
í! *3? c ut pour con? ct s.on
ira valí?
A quoíí© honro lalzr.v t íl
1# troya U?
A 6 hsuretr p. m., il om
!'<;)© L? renta? de»? c-uídn,
fe kVu? h n'n \va’-\ -Ju
latiotr» or#v Henrlqnoz. 11 r.o
>ait fien d»' sa vi, pol'?ir,vo
parnéf*, !1 contrail CwtS \ la
•kmaítv, :! ne pout savoh. --i
cui cent, il s© m©lo d© pa-
LVqm
Do fe. y s’. £t-ll rc-udu au
x©ndez-vous?
-- Exactem©.»? a 8 henres a.
m. ches Gaeigens je Lai i en¬
contré choz Malval, membr© el©
la p«?l?© industrio. Je Fed lak-
sé veis S honres un quart
Second témoín, citó par la
célense, r.otre conkers Fói x
Mag’oire; ágé de 69 ans, an¬
clen U-B sire, diplomats, pío-
fs^eur ce dro:t civil, droit "ons
tbudonu 1 a la Faculté de Drai*.
Félix V«cglo:ra connc't do
reputaron Faccusé Defay, il
©s?- tres lié cv©c sa famdh‘. 11
a rencontre Faccasé choz De-
vi ©ux au moment ou il y ©dí-
toít son journal. Ce 6 Aquí, il
Ya rescontré a la Bu© du Psu-
ple, ©n aompagme d’Hsnr'qaez
rrui lu’ armonce qus lea d;t:x
rsverg’e.c? á~ la Chambra e?
qu© la rctifcaa'on de la Char
t: aural! lieu 1© lendemain,
— Hennauaz remit-il des
coign© á Ia Faculté de DroLf
Nou, replique Ms Cauvirt,
nous n'avous pets peu?, nous
m fuyoíis pas \m
Quemó le moment vleadra,
nous nous cxpliquerous lame-
raer.t, courag©use:iuíd na c?t
, te quosjjon de gouvc?».-?m©;H
i provisoír© ? ?
| M . Fóí.x M-ífjíOkü U^nchn
i ¡y diíí'n oud pyr unite íéy >n
| 1’cjí proíecsé ioMpr-mpc 1© Ihod
j Carat’ lui.omtel d FKcoí© d-
Drolí, víUtv.taí/míHml ju n© ?f-
i pm;dad p i pai <* qu'ftHr* t\e pfuit yin â– 
| díbcuhk; íí rhfmu íícimd-'f?.
i Cnvaz vain', q-a-* Otttté '■ -t un
' hou>mo poUtigur»?
¡ Je ne h* cont¡ain pau ron - /v.>
1 jturl Pílh Epíüuí puuii'h5. - a, í
( Corre voua a t íl roe;.’.'}
1 t/act? Etahil á la Cham- ' ?
; Répoi'St?: Non! Ccn* .. • : :
i vous Faccusé Eny? Je ■'•on
¡ m lamñl© dopuís longtany>.
| psrsonn dc-mí />? je n'ai pas p. a
s ligué Hey. J© sais qu'ü a su; vi
I mes ccurs ó la Faculté, Es:-ce
í une horame politique? Je n»
•sais pasl
l'Acrusa?©ur; Paurauoi, : <
rlquox? ou
-u quüná ©n Q
j meuotíé Hetuíquc-/.? i©
cesó vm;s a-t-ü d'tr.trdr si 1
! vous avkz peur d* lui?...
} - C'cs? une placar? r;c.
j sevait et íl pensait que ma x.
; denc?, kuit de mop, exon'.cr
¡ politique me porteraí: á !© c
¡ suader de tout© raanlfestrrti
| pacifique ou cfviqu?.
, Me. Kem’zan: ¿/r. M
r© ©si un harame d’üial S',
il que des Commissions Erran
ayan! invite h? lémOiíi a s ©x*
primer créale, íl h© repon
dra que par d©« monosylktbw
&am ¡ntehigoBe®. B en voudr4 |j & él# tíbéré
beaucoup a Magioíre, de tu* ? prés.
cléoa's, ! avoir fah p:rdr© devemt lo dec a ¿ s mencníc! á H?i
1© assamblée i© presug© que
lul eut coníéró áa déposítton
en frangais, constate un rmM
te ir© íacétí-ux aims dxn& la lo
ge ríen journalist©©. Nous W-
contioínsons vite d la z&par.m
ve ronhhm que h? s.rvíce m?“
rita'.:-- a volé... ..
Ihao'.y Dvnl'J eonnari Eme©!
í.'.tny-.n'í.Hl dopuif, f¿ am, M «
rif": :d<(?'--ns dridíaiii'-,, de*co??f
I ;f;n~ íiv'i"' Lucí II a ttp-
(-T.n \,iü'(’<'Aa'‘<>n do f-lo?iS»uL.t
a- i./?.--!, rn.dm. il /;«;! que 0*0^1
-, t - i Anph iii* qal La &r
rio» O'i Lp.-.t avara,
ri n'untri’k'uud avuc {-loxlnauin?,
du drí xvp'u ,;0C3 á o!
lectuer á un ma/í «¡. Zép'i-.i*
r-n «'«mena. P/adommont, le
’."ínoiji /ral d© la dlntance en*
ae lui et <©« áoux pirsannages,
Cependant, A a sai si ce di'.d.o-
que v. í'j les deux:
...... Qu’est-ce qu© vous avez
dans la maní?
Vous voyez oíen que Herí
r:,quez vieni de me íe temí the,
pas encore puisque
nos encore develop-
on -
Qu'c: ,‘‘4* -v 'JéíS'-l’-ve Zé
n « C erbeaír!, lu a-t-il dd jj
fous arrele..,
- Je nro ¿u's écarb ríss deux.
Corsrata? dsttíbuoítü
les tracts? Vous en ovcút-íl den
ré?
-- Nor¿, aux deux questions.
tj a ríen sn¡. >
*t dechtr-'-r.
Ct S Aoúh av
5í VOIW -//j
Ketnquoz rf i . (
' "íü- H*. ir’i
hr íh-’; ty >*'?
' ; h-J¡V<}
ff^nr.qttoz ¡ni fa.
cfi í{¡r?y- h
£,ir,tr>bu'M j¡ , i'
•" hfufc?
fa; y • 5
y
¡á u tn ■
’i ’i ín-’i
t ix mmut íl
" / "i -'fa, f.-
|,! P r-i ’dt
Jivví*» hmíj j .íí-.:
V--:ííu
' ' v')!« ''nil
\í> C^jfaVí !,?•'
¡tapa i
íU} hl'¡uv'< -J ; •
fksíp-
!a¡"tt:. O;-:, <1 ;
■ -i’llh¡r«
-©raa ¡>v f •; , <
;fat,o:-do
r<-s
X.'o••••■• '
:u. \-m p~&
q.t'ri i - ;
fat© q.>
íj'-n < o :»vr ri-,
■'•'.'tés ta r
xí!©üí ¡’t d.-olril/fa"
:o •hni-i.i.h?
tilla é *i t?r, ’. ¿ 1
<: dt Os íri^t
|,as moí, fa?
m-ím. qu; si
faí! cír^uk.T :zc t :.
c;-’u fin qm
Fon, 1,¡> rifa - '• f<
*.¡ ron>/o»3i
J'Ac:r'*> - T
inbts©
í 'í :'. '
;>ta o ta Ib
1 c? • r -
h Eér-s,
vrc3t.nl an n : - -:
? nu i or. 5»
- rida : á . u:.‘ ' ,
• •.‘d- Balay
â–º t qu. avri - u '.
pnr 1er Dé* -
terrr: :
' - á días
as. La C“f :n i:
.-.enre h sai
geres se son? occupées dfs ai [ — Saviez-vous qu'il y au¬
ra 'ícdc-ájla •
tire l'attenüon du Tribunal , poples», tracts á Delay en yo¬
gur la fagos d& proceder de | he presence?
FAccusateur. La Défens© vou
lui dans d'autres audiences
s'opposer au íémoignag©, par
ouí dir© du témoín Beliande,
Jonqlaüi avec les testes, 11 pul
fair© admettr,© 1© témoignag*
dans d© t lies conditions. Au
jourd'hui pour les besoin© d»
sa cause, ü trouvr nature! qu© s
■e témoín Bellande dépose par j
«ouí dir©*, ■ |
Me. Ksrnizan: Dans quel I
but, Henriquez rcndit-il des ¡
visites successiv:s aux léga- ¡
üons? i
B di sai! 1© fair© pour les ?
tracts et les leitresl j
Aprés l'avoir íait pour les ..
tráete e! les lettres, a-t-il été plu [
¿levas foís dans la suite? I
— Je n'ai pas <Üt osla, j
L’audience es! levée á midí í
30 pour étre repris© ó 4 heu- \
tes p. m.' s- í - r [
LUNDI APKES-MIDI
tfaudience reprise lundi
pres-mldi á 4 heurrs, Assistan
Non!
j —- i'accusé Defay, kquof de
* vous trois paral .1© premier?
> — II semble qu© c'esi moí,
f su point qu'Hsr.rfauez me di!
| -*Fé.lí.x, as-tu prur de mol?
j Lfaccusé Defay soulign© que
i c'est plutot lui qui parid le
; premier pour se rendr© au
j send:z-vous,
t — Saviez-vous qu© Y accuse
Defay étaít portear de «tracts?
— Non, je ne íalscr's pos
d'enquéte,
— Luí connaissez-vous d:s
cctivltés politiquee?
— Non, j© «ovas qu'il éfait
cofaírecteur de -C r.rriins-, av©c
Paul FIs*ÁÍmé. Srusquemsnt
ce journal humorishque crssa
de- paralk®. ’ -• '
Mo. R'gal: l'accusé paut-íl
dire, s’il sai! Henriquez d© ra
turefa r ooudr á la violence, de
prendre tea armea pour renvsi
ser un gouvsrnement?
— H : nrlquez? Un bomme de
íaires d'Haiti?
Cela a été le cas pour la «C.
D. H.». Comme fonenonnaire,
j'ai - eu a 'installer fa Corrrrrú-s
síon des Reclamations; com-
tns avoca?, j'a; eu a ass
Ms. Bonamy, avoca! de 1‘Etot
au Tribunal d'Appei devant re
qler certcdnes affaires franca-
haíiifcñises. Par aílleurs, la ?.é-
publiqur a achéré d tous les
pactes internadosaux, cont;-
nsntaux. LTndependcr.ce des
Nations ©at relative.
— Esdmiez-vous que c'ó'aít
une indígnité?
~~ Non, c'était mém© un bou
-ii©ur, á pxopos d© fa *C. D. R»,
une Commisabn jugaant da?,
afíakes contra Haiti,
— Pouvez-vous comparer o'/s
Commissions b u.n© Commte-
sion international© qui aural?
la «saísine» d©s afía res en
Haiti, • - *
— C? moí n'axisí© mómti p^s
dans le fangage usuéli
L© témoín ©al renvoyé.
Lui succede ■ Franck Goeí-
qena, age de 40 ans, prccraé
fair© d'un aíah’er de fa pe lite ir.
dusirie, EUaxé, il préís serme n!
trerabfani Sa dépos'tscn se
tai: une marrib station á la
Chambre?
—Non.
Le témain est renvoyé. Lui
•euccéde Remain Zéphír.n, dé-
tecüve attache aux Rec.h©rcke3
Crlmit. íte-s. Il conn ai t les au-
iras accuses de vue. D^ay, il
l‘a vu pour la premiere fots-
c? i'cccasion de son anesta-
temotgnage.
Nous crr.vo:.;,
procédur.- ou i-?,
vent é;re temo - í rars leurm
p'© cause. L'A-.rusmeur ifa©
m© que in fa't tccul.cüi t
accuses n© rj s.rvír ¿a :
se cantre les lairs róvélas pg |
£tí©2-vcu3 d la Chambre,
6 A.oüt? Y avi€2-vous yu
Defay? Etalt^Ü eu compagnie
c© ds plus en plus .nombren- i plume, de parole, de fhéatre et resséri^rCE ^e>er .psychj
! mr tabre» du cabinet japonak
i qui avaU ordonné YaHaqus d© cm»f induafcrlel. Je colmáis Fac
Pearl Harbor. " ' cusé ■ depute plus do dix ans.
i CHtMCmG -Bséíé Co* «ntre»nant anc lui áes isla-
| l'rmé q«® las ¡oreas cbiaoises tiesa tAs sucias, Cast d'ail-
?oni «nities oujourflml é Ha- >,-ors mor. assorts, titma sous
noí cc(pltatí: VindocMn® voyor.s tons lee jours, jg no
franfcdaa, t ««tract® «cune cfialte dans
1 PARS — is radio da Paris _ i* rayon de la patita industria,
ímttoacé o* midi ¡ni# fia- . non s:t¡Jem«¡5i sons lui ntali
as. la tímoir, é dértorgs Bar- ’ ron da wolance!
mana Pope, citó por l'accusá J - SIssíVous nu ooursoí
Dsíaf, préie jennaat at dép<»« qu'Henriqti z orgeraisait une
comm© suit; ': } maaiisstatioa.
«Ja m'ctppalle Hermann Pa- ¡ — Cartainsmaní oui, 1® di-
pe, citoyen hsiiisn, égé de 40 trian che aiient d la miase, i'ai
' etofeé Uearkpi&z qui m'a rt-
tsls un tract é ceí «Batí
— Comment qvm-vous jugé
sien» tmités d® la
division blindé* du général
feequts lecl&rc «out porfíes
¡ií«r de Manilla á destínotion
de rindocJjjaa.
commuhioot
Jwrtitat d'tthaalosí*
¡ rar.s sa collaborotion.Ca ma.m
1 du 8 Ao4t j» l'ai vu. 11 m'a m~
compsgjié é áaux nt}d«(-raus
d’a&dr#*. **v:
— t'accusé av«it-tl i’kabv
tuda de vous ©n iretenii de asm
i oüaira» pivéasí
1 Caries oui il s'ouvrrdt ¿
moi en tout# confian».
ce projaít
— fui cotnj» * quil cooat-
taü une impnid'nce, étant don
«é iaa moeuis politiquas- os
rotre pays.
is détanse ¡alt b ce moment
tá l'abjection a toute utts si¬
tia de qu-siis»» adratséas mi
rémoltt par l'aoeusataa; c-
sont de® questions, «ouíigu» 1*
coraeU das accatós. d« ua.u-’
r* é porter la témoín ó opinar,
ffaua tmnscrivona qualques
' tire». Que pana-a-vou» de ta
«stfsine légala» da lo Répu
que. A reteñir, qali confirme
que i'accusé Balay, comme di;
par Papa, étaít au r náez-voasí
C’est le tour de Baroisy De¬
nis, peiit render du «Bel Air-,
M se soignée.épris de ta lauque
de Voltaire et désireux da hi¬
re sentir qu'il cornial} le han*
langag?. Les téponsee dans un
¡rasgáis baroque traduiíes ai-
daieni vaitle eme vatile e* a-
musais-.t í'auditoíre ayoni be
sota de détrr.íe aprés la tan
dHer.r.qurz? Ce six Áoút,
I i'ctais a ia Chamhx©, jfai • vu
¡ Dc-fay, BQrtaiit ©nserabl© nv©:
• Henriquez.
I — Qucnd avez-vous arféis
â–  Defay? Mr. {Laureul).
| — A enzs haur.'sl
í L© témoín peul-il nous di-
re en quelle cbconsicmce, n a
errété Clortesaint?
! --'le lieutenant Be?*ande
m'avaii áonné Y or áre de tier
> Henñcuez. J'ai vu Qorlssahü
i lui parler. II© étaient erasm-
; bl= a fa Bu© Pavés. Toujouts
; rnsemble á la Ru© du Peupfa,
, avec Defay c-ifa fate. J'cri done
•o 'reté Cloitesaínf.
Clorl&zairú comm«ttarMl un
céli! au momrnt ou vous l'avsz
auété?
■ — II causar? avec un am!.-'
i — Avl.-2-vou* un manda!
, pour .;© fair©? . •
—- Han, je nfavais pas de
nran-daij Je Fai arrété penre©
cu© j© eonnaia Clorlssafnt pour
tin '-«recidivist©».
— Pouv;z-vou9 ©xpUquer ;s
qu© vous ©nísndez par «réd-
dívfst©»? L© témoín u© peni
répondre, II es! d® fa Polic,
dit M©, RigaL 11 ne sai! pa*? es
les debáis, Y. a
rfeph Carr© o:
quez.
Henriquez ri.
mofa;
If'
p’rme: nr--> r
aprés co 1c "
audíe-cs de "
di a fa C,'.-r L
porter fa ci-.p©*
srrienfa fr
oese H‘oá>
■ coesriilé
jcurnai te 2
■■Lheütsijs-miii j
report »\
íi arced! el ds M2
Marticle di- # -j
>s;?:on áUsisé'l
témoín éum M i
Me. Hemqmú
pris d'in* h a-93 áboíb^ j
pout dével-'pycr set ^ 1
prouvan» q- e ves zs:r,:k& I i
aiífa‘Íve¿ trien! aucun
tere défwdu’V' qui eu? fa
sor* empi s'' • 'csr.t ©í
qemefa cez-dnrmen}
}’s co - accuses derd i |
, miez cc.r.rn-
1 p-opre cci-f <
Cout Mfa:
-V.» « !*»»
nen?©.~ 11
c ab5nd'0í35^j
ixphqus ?©;
;-‘rl d©vusj*j
sonnel sur
fa s'fuatten p^j
qu? actúe’te
. Ctloyfií? &]
pays sigue"'
ríí© as te
-ü estime av¡
j'r 1' eral ¿8^1
valisr á 1
i ri.ror.isaiior.
Haití ate- ?;v-
-4¿3 ''c!.?
m© pr‘scr‘t?s
Í-2&C
car
t oes
touts pior.itcas.
these et oxpos;
vue. ’
dév:¡o?!**|
r son ?&*
S» IES ST®®,
DH KOUVEl’:*'^ v;?
otAisnrr. sncoüM® .
soils "S TO55 *
Aft.-iKStííI
— Ce 8 Aoút. aa coats de» ' biique par un© Coraíassio» in
Bésultott de» txaMen» ÍSas
Bion ordinoir»)
Ont réuen: ;
M'chal Aubourg
&mé Letter «t
Hoger Mortal
AchíUe Aristide
Mm f
dear «niretiec», mm a-i-il re-
mis un papisr, un tare»? ‘
— Mm.’
Hn.-ezvcv-í qu» ¡’accuse Mt-
baiena't das relations politi-
qaes evoc Hccfique»?
— Je tie pm*» pas.
— Quand avaz-vou* «ppm
de Befell
flemattarala? Quede est & To¬
be sens i'eppswtaíié d'an goa
varnament proviso!» olor* qua
foocdona un gouvememe-t
constitatícrm l.elu dona ta p',«:
V® attrilwHon da noire comma
sauté Mae? Caítaqs» entro
itacciuádotl ti ta Itétense, te
MtBilW iKmtenam mi* \ d»r * _*W ,4
Átous
Ies. coins
SI bon avec
les alim&iís
8Lb K.r,
¿4,v?.v •
-"fcafrif-;"."éü
ia» tas» pata la Victóre».
3S Ul COUMQHfíE 0*8T®»trrBI(S
U
qua tension d'osprit a salare ^ ¡¡ue signiiia la termo: M¡
Ls debut». Le Major Magloire Sent prétteo qail y a cjuejm,,
ci.ux ¡na, Ctanrial,
a été pgr rrrsmr auiié, e©^:;
mélé á une aikúíé de «ti?
■?X }OUt$ i ¿
son íneotseat* ««tai
¡#1:
,fm
M.p¡
■:í»
tft. ». Ko
í
fMtovée
<» de moral
SOcSW das
eeturefe»
fc^ntan
*rttotjy E¿
sltsté »on i
míaega» «
M. ®tucUli
Papuía la
d» M, Chtttc
tétabliM mor
8 y oars 1
feaacot^ d'
é 1M) fans, c
Catéis modi
Ctsteencs t
8 ísamble
& S. n'a pe
i ÍSa peal en
te dépédte c
Aoúí demi
di Ja eoníéi
satis® itera;
SRÁ ta déla,
tws rejeté 1c
Éilégttis can
ja® l'fefclte
vaha Or geni,
5« de Séean't
is íñgue das
B resulte d
pn que le C
fa ta Sodét'
hadapicrut en
«Mités, taita
tésuite austí
mení Soviéüi
«S» idée.
’ »®aa sons fe
♦éleat deas
qui s'aHroM.-
lasitud® a¡
fa ia mt s'
*sj$¡.lta ses
«N* festítuí
Isas jáeina*
? mtr-r. C
Watateaí reg
lamp ayant
SrtstariGea d
pts» les mire
Ȏma ta n
ta mend;, a
Mú-
*t Ga;
©a? msj
erar, i
s :©
abouta
Sodété
íuitaía
púa tm
Irtance,
té d» c
ttal ét
per e:
: m t
; boté
:. «
Maís
tfcerr
J»#*
Cu
i» .


Full Text
. lAvAáíBJU,
'iichmím Ctíbdn
■HOUCOUHE», q
ís dormant k:
¡ blanches qy'os
’Indochlne.
©he nous a
Ko\e d:puís
asi la «RW
m¡mi
ITEUR m â– 
nder» AUÍHll
ARISTIDE
Traduction
27 Aou j.q|
ícnsieur Mete t.
hard
\ Achiü i Arístkb
Fuelle St Cyr Nc 2
ort-au-Prínce, Es* |
' Dr, Arísüde,
cucháis vous
voi de roce réc?-*
tulée «Le Bacina* ?
rgc devar.?
ene vquo aver a/
¿bien alrr.ab.e'
semble q
genre, qui
■s scíoní hcues c$ ■
r ordre, devxcut é^fl
ée sous la loras ¿q
gagnerad tj&’ií
puhl.cite
>fí:e cede
espcír cus veas
our ce qc'ehe
rnps €£t vena, i
perssurs ce t
te tí o ti* rae*
ís íermss dans
:hcn d'iníiU&ne r^^
ole par de¡
découvíries
Cor,
5 coniiaissascss
lies que veas (
Ti ni exposes* c
pae nous pouftstí
jour, ait^Jcdrs
¡ mondial®.
mes Aedleuri
:és confinas
, je suís:
hemert vofre,
CHICAGO ]
z 'T. ?.
Editeur es dJ ;
i
s jsá 1
LOCHAS i
Bcsí^i
sct¿ *
VASQÃœEZ
2)1 A CHt
d de Pu'
Miami el
, la popula
>aíne, fera
parral
\ le samed
re elle
loucoune.
Lavcpúás
¡ airs -folbl
it belles ¡íf*
•ective
Choucous*»
í ácní^H
Comnnentalr*®
m u HTOATION
aiTESKA'®*»
■ -oaél glutapLe les Totalitai
116 !a S'39*16’-
allemanaa Je
■ p-¿a> ■ a»*-.dépeiKrill&.gÍ3-
:- .U» «pfatia¿tetro. Frangíais,
Tta®*««, Américoina
: §f5wJ ®n Hrant !a toga®
*> poi* que je-
^Sitisp:magnifique general
: ^iéréss&bt dressé dans son
i¡^'it¿0«tanifc *fi* düc
fíete», -1® áte»».
-JUSotó áu «Mteouri,, dan»
Sji eswt Jcponat»» mé:n >
^ jartK J'nqJáte de raart
aá ©riólt «rtcrottr P¡crrl Hot
' hm é J» moral «méricctiti, ¡e
0¡$¡ul Mac Arthur, le conque
i» faeiagu», ®« psésesxv
¿a yak» c ^ nouvefíe lo: du yarn-
.Ctetí raon plus grand
iitmpw, «t & la yérité, Stesprá
iffo ftuHKmtté que de ceite oc
. »¡; melle, un monde
«SjeiHeur émerg» du #ang et
1st (¡amage du paseé — un
- fondé sur lo íoi et ta ¡
rlsonne enieníB — un monde
sdédié i la dignisé d» l’hom
i ,E8 — uta !’accompliss®ment
; .de sus plus chr» désúrs, la
■JUSTKX ®t la TOLERANCE»,
Oul voild la nouvell# loi du
rasquera. Ele esí faite de ti
feailsm? et d'induígencs hu
Ssam®, ce libéraosme eí ceite
iísáulgsnce proíondémení en-
taces dans la s nsibil.'íé amé
íicatee, de íous ces peuples oc
dfentau* qui ont csppzrs á cul
§?er tes yertas chrédenn: 3 de
iS¡ ptax si de la cbarité.
Que nous semines loin des
Suialtés de reparation sails
cero du Fcacisme, du Nazis
m oa da Nippon!
Is genera! proclame la JUS
1JCE ®t la TOLERANCE. Difié
renco de vocabulair® qui a so
racte» proíonde dan» une d -í
feenes ®wr® les femml
S SI«n est ainsl.,
Kotre Contzéxe nongant te Déciei-Lo* qui r ta-
blh le corns normal cíe la |u$
tice app les a' connaitre des
iaits quaiihés crimes et dél-.fs
l>ar te Code Penal écrít ce qui
SUitt
«Avec la reddíiion du Japón
*H 1© róiablissemera de la paix
*dans le monde, U éiaíf no?
«mal de préyolr que tes mesa
^xes qui avatent été prise3 ep
«rabón de notr© élai d© paya
«en guerra, ©eraient sem pea
«soit revbées, soit tout simple*
«ment rapportéis. Bien míoux,
»Ies insí íufions qui avaíent
* été ésablies a cause des dií-
* licites c\xcom\ax\cm de cm
bes Aliemands
d Haití
Toas ks Pays du Continent
Américain a'mtére&sent au
sort dee Alternan ds qui ont
des attaches fam.liales ches
eux. Les Eíats-U'nis, eux, ion;
ío dífiórc nce entre les Alie
manes qui ont épousé dss a-
méricames, et ceux qui ont é*
pousé des Allemandes. 11 y a
un© petition de ioutes tes í. m
mes latteo-américaines á Ma
dame Truman pour que isur.?,
mans altemands, internes aux
Etats-Unis ne solent pas expó
die® en, Altemagm, puisque
les altemands épouss de tenv
mes ainérscainee ne U? seronf i
pos. Que lateons nous tía.a
Dtrscteei-Prop. £mMt a CHAUV1T
Apntase, ece haiɫertow tiucs
— kaot
No. 21.517 — LONDI10 et MAR DI 11 SHPTEMBRE 134$
p. o. scat k. m
PHONESr 2232. 2*31
SBéme «NKEE
Léon Laié^u
MINISTRE DUAHl A LONDRES
Gangsterism©
EN PLEtNB miE
«quaíre d. ruteros onn&m de- ce sens?
«•vaíent éhe abo!tes, ínaugu-
»rant crin si te retour aux nor-
*mes de la paíx.»
S'J &n os! ainsi, 1© Décr-? t-
Loi qu| suspendalt ia Conatitu-
don, ru letal de guerre sera
certalnemen? abrogé. Comme
Vont falt tous les pays, nous
devona passer de TEtat de guer
is a l’Etat de Paix.
h ctesi en lace d© I'ermemi
fe plus cruel, te plus bestial,
t1 st en face de Toriental qui
o appris, des ©léeles duras!, a
^ petfecüonner, d se donner
4 km daos Je crime, que TA
iséríeain parte de Justice et de
Tctercmce. Mac Ar'teur n©
esmeémeát que trop pouztant
ks sctrociiés sans nom dos!
oc! sotiifen les soldáis améri*
fems tombés sous te Joug de
hmml
te Général a vicu tes som
tragedies de Bataan et
de Cttrigidor; il connslt les
feitures implacables doni pd>
ürest naguére m% hommes h
kü, B y ost été brulés vife,
nsssacrés, déahiquetés, sup-
ter PrTsse américain©, du res
i% vient de ptd>lier la liste des
atroches commises por tes Ja
pasáis. C’est tout simptemeríf
íisoycéle, L@ Céntel Mac
•tora coimcáasaa esm list®.
Sima áoute lui-méms Ta clr®3
ti'. Md» il sai! ¡mas!, grAc®
^ «o loria .education libérale»
?» Ja yioknoa ji'ímgecdr®
,9% la rioleace, qu* la hains
salí que de la hala®, qus
.4» mime j¡® peni |tt® iouehé
í®9 par k mím®.»
. J* W d» la lt»ce n'enircrta*
W» la ré»i*tono«, tí eoníra®.
l<* 4® alai qui kt sublti On
*» «In® la» homnm ni asoc
m emps de jsomgt swt fa ta
«*, ni ay«c mesiaeg fou
J* fe*®* ríe» si alíe »a
;«#»á «a í® dfoít si elle >.®
iítasisats « Jo jaaiic». tí
EN L’HONNEÜR DE L’AMBAS-
SADEUR CUNEO HARRISON
Mr Cuneo Harrison, Ambas-
s-adeur du Pérou dems la Re-
publique Mitoyenne es! ds- pas¬
sage id depute Dimancl^, Le
Charge a’Affaíres du Chia et
Madame Marcial Martina, ont
organise en son honneur une
petite réc: pilen hier solr d FAm
bassads du Chilí. Le nouveau
Ministr?- du Guatemala en Hai¬
ti y assistait ainsi qu© quel-
cues amis de Mr. et Mine. Mar¬
tínez.
Reunion chamante, Instante
déhcíeux, plats gamis merveil-
U-ux, toutes sortes de bolssons
á discretion.
La jeun© Constancia aidaTst
ses pére et mere á recevoir r>
yalement leurs invités, la tete
en i'honneur de FAmbassadeur
Péruvíen Cun*o hit un grand
succés.
J>cms ki Navigation.
L'ODYSSEE DU PXNA-FORE f
Le bat au Plna-Fore de la
Quísqueya Corporation vient
d'avoir une oayssée asssz cu-
rieuse.
Le bateau navlguaít avsc ü-
ne forte cargalson de marchan
di sea quand arrive du colé d©
la Bale des Moustíques i! eut
une vote d’eau qui Fempécha
de continuer eon voyage.
Capitain*. hommes tí'équipa-
ge en descendirent. Rs -deseen
dirent aussi les provisions sur
la iem ierras et en confieren!
la garde á deux hommes.
Quelle ne fui pas la surpri¬
se du capitaine ©t des.hom-
m?s de Féquipag© quantí aprés
reparation du navira, ils srri-
vérent pour recharger ^ pro¬
visions. Les deux.. gardiena a-
vatent été attaqués, battus, as-
saillis par tes habitants de
endroit qui ont emporté
la
S'il y avail un© régle ímmua
ble, qu'aucun allemand ne
tíí.út i ster orí Ha.tí, la me&ur©
seraíí genérale el on devrau
by conformen Tel n’ost pas
2© cas.
ti y a des Altemands ota
rast nt ©n Haiti, et on n’a ríen
á leur ?epr condihons, il nous semble
qu'une decision permefíant aux
AHemands nés en Haiti, aux
Allernands mariés ou fiances
¿ des haítíennes, de render en
Haiti, serai! tout ce qu'il y a
d= plus fuste, de plus equita¬
ble, d© plus humerin.
Le Gouvernemení des E;ci‘5
Unte sercít ie prem'er a ay
prouv.r une telle mesure, pu is
que de son cote, il estime que
¿es femmes américaines e:.
teurs e ni ante n'ont pos á che?
subir le sort de leurs marte ai
lexnands dans la déíaite nifé
neniie.
Que liar» faní Ues au man*
des, ñ‘ayaiu.pq ce sang , haitten dans leurs
veir.es ai nt á regagner FAI-
iemagne, c'est loglque. Mate
que les allernands ..ignorant !e
préjugé de rae? et de couleur,
ei qui ont contráete ou s© pro
posent de .contract©? moríaos
avec des jeunes liilís hoitien
i nes alen! l'auíorbation de ren :
her en Haiti st de vivre com .
me les auires allernands. :
j Une simple demarche au Gou
, vern. ment Haitian solutonns- s
’ ta ¿quitabiement ce prob’ié- |
me de ptotecüon et de solíde.1
té d'Elémenis haltlsiis, comme
ie font les autres Pays.
D'une lettre regue ce maFn, |
: il ©st annoncé qu© tous les irt- :
^ ternes aílemands qui ont su a
épouser des améflcaines ont
I été líbérés ©í restent avec leurs
‘ families aux Etaís-Unte. |
In tout état di cause, Ha t; :
ne compte pas plus de c'nq (
cu six cas simüaires. L'lr.ter j
j venficn sercít trés facile, do
I noire part II n’ya a ríen la
!. c: compliqué. [
• ••
CERNIERE MEDRE: Es Bal j
'etir, de Press» d®s®0 dor.nant
les noavelies áa la OiHled
Press, infonn? <311® i® President t
Traman a falt ¿Oít oux démar ;
ches des Pays Ealino-Affiér;- ’
I ti y a dix jours déj& te bruit
: courait qu© Léon Lal©nu occr
j>e.raU uu post- a FÉtranqíu.
: Nou» tcquíniona noire' ermi o
' ce su}©!; et íoujours ii ptermli
la tangente, s’m déienda t.
I Mais ia ruineur s? précisaít d.i
| plus en plu*. L© po©f© — luí
i dísíors-nous -™ c'était loitdms.
E¡ Latean persistait é -noun xá
■ pondré qu'il n'étaít touche do
rion.
Sam«di matin e ncora, Lalecru
éía-í en nos bureaux, hour, luí
rcnouvslors qu© la nouveíte «e
ñxaíí, prenait corps, ñé renli-
salt.
Laleau íaísaií toujoms te. ea¬
ch otier.
Et void que samedi soir, l'é-
d b'cn d‘*Haiti-Jourtial» ans;on
cait la nomiaiíon.
Nous ne pouvons que íélic--
t*r notr© ami de la coquetería
qu'ü a mis- d cachar son se¬
cret. et cr le bien cacher.
Le cholx de Son Excellence Sr
Préside;'! de la Répubhqur est
«jxre; 1 nt A.vec Lale.au, nous
avons en Europe un Représen
tata Diptamctique de hauls va , f!u de kt Hefintang
teur intcll'ctuelle, una person
nal'ié haitíenne dont te reuorn
mée áépas&e tes froiiltéres na
t’oncr’es. ;
Aussi applaudtesoJls-ngus á
ceil nomination, Qu© notre
aml Laieau trouv© ici nos plus
sinceres félídlations et en mi¬
ne temps que nos vceux de
raccés dans sa nouveíte tone-
i'or¡.
Autour
DE LA NAVA8E
Ce mcillu, v#m dm hintím,
au b'ou milteu du l'Avn-m-* j
Chrteloph», mx tace tte Xa M-r
son d© Míd© Garoute, un ,,un
m> fsauta sur uu© jouna tute
d. no fié mcMé et ©nieva non
\ac d mains centonan! síes p«
piers d'Lctentbé, praj aporte el
12 doltera.
L'agreseeur se foto dans le
ravin a pénétra dan© te grand
canal qui ser! d'égouí au ;a
vm. Les á:ux issues buen!
immédiatemení aurveiliéos e!
la Poiic? eut, le temps d'arré
ver.
L© délinquant, malgró tova,
n’a pas été appréhaadé. Ce
nencanl on retrouvg le sao vi
de»
Les procedes de ganas:: rs
cont malntenant mis en prati¬
que en pleine villa.
Ou allons-nous?
Au Cot¡gr©>t <
i ,V|I IIO»! 'i i{¡
í N tV ÍHÍ» í'Hl í*'- «
f P**-
A KÃœM! IW, ,
jam ;¡(í,>í» ff *-
'>tU JM }>U'•,*>,» <
Kt
í UuL'tídr© 1“ !
fnqou
Tribuna!
MllíUtra
AFFAIRES HDÍBÍQOK ET
CONSORTS
Cinqu *m* Audtanc»
i
O»
< ‘0,u u Uuj'1
I’» tllWll'fltlt» *
-OOj
DANS NOS MINES
PROSPECTIONS ET FORAGES
(.oas'rfjuví i.a.i u , ..
1 uu { u.tua,! u.v’m'> j \n
parí r»
Maja cefte lio ha-Síenn© .rap
parte ele Fargení á uno Con^'.,
ante Commercial: Amér.ca m?,
lí íaudraií ¿omcmder la quo
\o part qui nous xevient de*>
profits realises par ce!;e C-mr
pagníe.
11 y a un q^al.ev i.g > c
’ a* r.co. qiv vOtis. Ccmp
_n gt.,o c- e
t V ;r’to 1 • í. t ..o* ’ © a
* *». hj' a - os » , »
» » s rea. s 1 C -1 ’ >
* x ’ ¡ peu- tí'ií -p q *
v. : t a L’a! Keane r qae • -
demarches peuvenl étre entre
plises.
Le Gouvernoment d-s lúa >
Ur.s qui ns refuse a aacoo.i
Nation Uni© son concomí é:;o
nomique, interc áexaU pros de
la Compagníe roa'isan! les oé
néfíces d la Novase pour qu‘
un pourcantag© nous tevisn-
n@, : l cela sur te base de toa
tes tes années paasées.
C© ssralt juste et equna-L
Et nous savons que la U s‘
ét ITquité sont deux qn . -
ton.,
A PROPOS DE L'ARGENTINA
Nctr© cofrére «Le Soir» dan©
son Edition d‘hí©r, rapport© que
¡es intimes du nouveau Minis¬
tre des Relations Extérieur©.?
r¡ FArgerdíne» ont exprimé lo
pinion que celuí-ci est convain
cu qu© FArgentine a© pouna
point alter vers la Démocrat e
si ©11: n© convoque des ótec-
Itens vta'm&rd libras pour Fan
née prochcrine. Et la nouvei¬
ls que pühlie «Le Sote» conv.-
nue ainsi;
«Pour qu? Yktgeniím puk-
fte reiouraar aux norm’© dé-
«mocratiqués, ser politique ox-
ttérieure et intérteure dolvem
ímaxcher de pair avec la res
Kaurai'on constituSonnel!©»-.
Par aiü uré, les Rcdtes d©--
Zía'£-W¿& íalsatent étai hier,
d'une lettr© du Départemeu!
d'Etat concernant 1© xégím© de
Franco, et d'une déclarat'on do
Sprulle Brad'n, te nouveau As
stetant -du Secretaire d'Eta!
four tes Affaires des Répubib !
Deouis qu: Iques jours, tan!
Co.
dans 1© Plateau Central, quo
cu cote de la Reynolds,dans tes
;.nv:ror¡3 de Miragoane, un
certain optimism© prévaut.
. Nous avons cheiohé te. sa-
voir s‘il y avait une nouvsllo
trouvaille quelconque, Natro
-nquéte a été vain©. II sembte-
raü que cat optimism© vtení
d© Fespoir que te guerra tc-i»
rnínér, il sera plus císé de re- j du Gouvememanf ce
revoir d.s machines e* des ou-
Fls pour te forage ei tes proa*
pections.
Du cote de te R ynolds pour
te ¡escolte des environ© de Mí
ragoaneraous gardens Fímpres
pour commencer Itexploiíation
déíinítivement, les prospections
cyan! été concluante©, dit-on.
£n conclusion, prospections
¿t forages dans nos mines, ont
te barómetro au beau, a Yep-
Fmisma.
Souha’tons que F ai guílle de-
meuxe fixe sur c-:s deux d.rec
tions.
4 a:
n? ©íitend réaiisér:
lo. Abolition du mllitarlsma
et du itadonalísme militan!.
2o. Encourag©tn©nt das tea-
dances libérales et des procé-
dés de liberté da Preasa, da
*#» ato )ñTi Pl T“K' d®ta?arol® d«
45 “ s-“k!A-
.^5® fe íoléraaca «jppo»® «t
caaa al toiaesaiaeai ía ¡astí-
ta jt’aB» -tatué a beaoín
..*7* r;«Meée, oicmcie, Rama
«aw.
I¿t mm au-
tí© PrúMxomrñ&
r''^emtís torati*
^ ^outevalt daas Vé
4 * wrtw 4# {a»t¡««,
carqaiaor, ©nhta® fi'élevañt 4 calas oí quT: a cutarisé 1® 3®-
daux. taille dollots. íor. 2.000?. 1 aéiaíre d'Eiat d» procédei a
. . - ! 1'í.mbarqaement vsm leáis
* LES ETATS-ONÍS * ( pay4 RESPECTffS, de iot¡s les
ET LE JAPON ! ennemis éMKtg®», «cmsll®-
Dans une Rrodamaiion oif't- - u-.ent aux Ekrts-Ünk. La n®u .
tí«I:e, J» Général Mc-Arthur o j y.-lla a meniionaé ie Pérou, i!o ques Américaines. Braden ¡ai
laítLovoir Dimanche au peu- * Mexíque, la Bollvíe et d'aute km al"usion á :a «¡taation ds
pie jafanais tes Ugnes suivott Pays Lodno-AmdricaLns, c'rrt lArqenSr.e a declare que tes
tes que FOccupation Américai ódirs 1 s Pay® ^ in,15r r*Y* q«i «® s®1™* í®8 daris
‘ ■’ venus pour qu® tes’’aílemands ’.es -armes démocratiques et
ayani des atoches iamili#8S canetfctaticnnellasn s- rscevroEt
ches eux, rtnirsjit dct&S A* aucuae aide, aucun concours
íamiíles. d«» Sats-Onis.
£st-ce qu’Haiti demeurera i» Et tes ctmsmentaieurs des Ra
sensible? -} utos Améncaines de eonclurr-
Queües raisons tí qravis au ( .il y aura c»M® «mata» du
, none nous de n® pas te® com - nouveau m ce qui concern"
1 me les autres pays latinotaaté
1 ricains des démarch*» darte Je
I roém» sens, putequ» te Fiuci
; pe est acepté par 1® PWtídettí
Trunsan et mis ®B pía&Jti®.
Naturell: merit e'tl existe dss
raieon*. panicuMéremwd fia-
ves qui saraíent rev^ées con
tro cett: ccrtégorl® d'olleatand*
ce «erait difito»t"MoU tí ríen
de ce geni® n'«rt MgsaU, tea
che*» pwv®fti rtwflfw pt«
mm d® üftr jte,
, Assemhlée® et Réunion®.
de tolerance, da graftdaur d'á
m», de pardotí, de généroaité*
«Qnaíid de » veis enüem
[la salte enttére vil»»
«Les fcotntaas «ílttejnte, pataii
ttement éeuis,.
•FrézM par te tó»on dss
[teme® qui1 le» raswmUa
«RW-ura&i te, pteN
ím m tetero» pte,
i’ArgsnHae et l'Espagne.
HUMOUR SEPTEMBRE' «S -
Un® ¿frangiré récettment ar-
ti«é® tesad) lo remarqa® qu'il
n'y a pos de «Ofgolos* en Ha¡-
— Mods il y ct di & «Tan-
rasura», 1ui x^pliquq^oa.
— Qmt xappctti ffimW&l
— Gigolos et Tarmeum so»at
a ia («dtecte d« «yteiíte
JXKBW*.
LE LIEUTENANT
• AUGUSTE ELK •
A EÜ UN ACCIDENT
Nous apprenons, avec pei¬
ne, que noire ami le Lteute-
nant Auguste Efe- a ta un as¬
ses grave accident qui lui ®Bt
ii-rvfnu a YAnse a Vemi.
Prls de sommeil su? sou bal¬
cón, dems ia nuil de scme-al
EOir, i! a fait une chute pres- j
que mortelte. Ce qui aggrave |
ron cas, c'tst qu'il n'y a eu
p rsoime pour lu paper ?s-
rnu-s, de sorte qu'il est reste qi-
,-rr.t d ierre ¡ouíe la nuit, R ne
int releve qu: 1® temk-maln ma.
tin. Et dspute, le Lieutenant
Hie nous dit-cas, n'a pa® enco¬
re repris cottnoissctace. |
Nous déploron» ainctemen!
cot accident, et @n «odbaiUrat
h Auguste B e ds- recouvrer sa
sauté, nous prtenfem* nos
sympathies 4 la faraiSe,
ft * *
t&BíIERS BOTES.- Nous
appreiton» <»ec peina que le
Lieutenant EL® vteni d® mou-
rir. Les funérailiss aurani Sieu
dr main apr&s-aMi ctu Sacra-
Casar d® Tmgma,
Nm plus vivas eosdoléattce»
4 sa tatíU®, *t tent particsMf
ttmu .4 no* «min. m bitm.
MONSIEUR ABBOT DE L .vM
â–  BAS8ADE AhffiRICAlNE, -
CONSUL GAL. A BORDEAUX
Il ©st fortement bruit, dans les
coretes d plorr.aiigues que Mon
s¡.xa Abbot, premier socréiaí-
70 de YAmhasSade Américain©
chsz bous, aural! ¿té r.ommé
Consul Général a Bordeaux
(Francs).
L© depart de Monsieur Abbot
pour Bordeaux nous privorait
icri Car le Diplomat© s'était
acquis bien des sympatlües
dans noire milieu,
Mme. Abbot aussi laiss© d’a-
gréables souvenirs parmi nous;
charmar.te, aimable ©t gale au
possible.
Quo! qu'il en soil, nous es-
oéroíi© que Mi. et Mm?. Abbot
id ou a Bordeaux, contlmio-
rotú leur amit e pour Haiti et
)©s Haitiens»
ELECTIONS A LA LOGS
«LA VERTTE No. 47,
Les elections du Vénérah'e
Maitre ©t des autr:s officlers
D'gruíaires qui dolvent gérer
}&s intéréís de la Hespectabb
ioge «la Venté* No. 47, pour
l'exercíc© 1945-1S4S &on£ fixees
au Dimanehe IS Ssptembre
1S45, d S.heure® du matin,
‘La tenue dm Finances aura
lieu jeudi 13 Sept .mbre h 4
heutes p. m.
I© oandidat 1© plus influent
comm© Yénérafei© Maitre, c'mx
le hrke Samuel Pérafea qui a
déjá conduit la Loge «La Vód
I t>» avec IntelUgenos et dlqni-
ié. Les chers Fréres ne xaan-
queront certain*»* ru pas de
ltd cmwm un nouveau man¬
dat pour 1© plus grand bleu de
lew «sclété.
abbes m matkcm
LE BENDE2-VODS EST AU
mmmwm .
VlC» Úc
Mdiíttí
míuwhí, ,» u f t t < -• .>'> q»t Í Af.
L» Oxtt'. , «, v, ■ L? . ; ¡-o. Km by.
í Itet:ns Cliaries. enrolé do \o
Garde don! il a éié quealou
dons la deposition d'abondan
ce du Lieutenant Bell ande xst
le premier íémoíu emenda. L
ne connoit qu'un s?ul accuse
Faccusé Heynolds f.n-Baptib:e.
Il ne pout prédser la dais
exact©, rna s sa rencontre a-
v: c net accuse a eu lieu u&
HiOis d'Aou!, au Poste Mar-
cnar.d, Lui ayant demand© ¿.~
!■!.? t u’Fe de pap.er, Reynolds
I Baptiste lui donna un pa-
r -er imprimó qui, dans la sui
n, d.'vait étre identity pouj
on de ces tracts m s en circu¬
lation par Henriquez. l.a deten
se tira t-ouíes les íiceli s oour
eiablir une identification plus
rétaíilée du tómoín. Est-ce uu
garde ou un enróle de la poli
ce secret©.
[ Luí succóde lee Jn-Louis, un
| caporal du corps tí© santa á&
I la Carde d'H-atL Sa deposi¬
tion ©sí une projection sur la
déposif'on du precedent té
moln.s.Dercs Charles, un joueur
; v.iaqé avait beoucoup pmdt
t'a.ns une parrie de cartes aux
Co-exnes DessaYmes. Deplu
mo, Deris Charles voulut rn¡-
ñor un d rnier billet de cinq
gourdes, Dans sa frénes e, il
«misa» d© preference un tract
L« sergent Plerre Jos;. ph, en D
?a:it reí imprimé comprit qué?
étaí? de son devoir d’aviseí
?ss cheh hiérarchiqu/s. Pat
amsí la police hit alerté©, Ce’.*
t-,? erteur a couíé au iémoln
í Denis Charlea d'étre sous 1©
, coup d'une ©nquéte policiéro
et H sera déíéré a la Cour Mi¬
li taire...
j Nous arrívons a Mra®. Lias
: talan r, ches qui 1© lieutenant
Sellando a txouvé la raach'n©
; n miméographter ©t los st -ncík
, «tcfpés» dans un© machín© é
icríre. laque!!® machine cr été
retrouvé® ches rancien Minte-
be Léon Alfred. Lis© LalañS
connaí! tres bDn Faccusé Hen-
riquez, ei depuís lonqtemps.
L'accusé ful dteant qu’il devait
voyager sous peu lui confía la
machine en question ©t hs
cessoires, EUe r/avait aucunte
...ée d© ce qu- pouvait repré-
sente? un tel depot. Dans la sol
r lée. c'étaíí ía visite du lisute*
• rant BelicmcD, vsnu reprendv#
; Vembarrassam d&pél sans qué
[la dépositaíi® eut ce dost di#
j avait assume la gardo, Ifiteí»
j rogé© pa? Ia Defense s’il étalt
! cr sa connaféscmct! qu© Fan*
reuse avait été condamné pow
cwp.katan, ©11© ?épondia pat
.la negative,
f C'est au témo'n Fxmxói
Mbambecm de dépostr. A m>-
temí comm® T%>ons©
sesnte ta sulTcmte, á ^ Uto
mee tí© la Mens© M ésmm
; dost si é sa te -
riques avail un partí poUtfüI
Non!
’ Mbml D®te CkeéñaA m
Coridta, lanonqjé» A'm pt»

turn»
m Hammams»
Congrés
DES AGRONOMES DE DAMIEN
Demlér© f oxtrnóm
Schiller Nicolas, un des plus
ancíens de «Damien* a parlé
d© 9 h. a 10 h. cN> la prépara
Uon et de ramélteraúon des
sois et du reboisement. C'est
un su)et que nous cormais-
£:ns deja, pour ¡‘avoir lis, sous
■< la pram,- cte Srhilíer Nicolás,
dans la Revue qui avaít rela¬
tó les travaux du premier Con
g?éa des agronomes tenu a
Damien en 1938, sous I'admi
Mstranon de Georges Hérraux.
SchUlv.i Nicolás, spéctehaie po
s i,í, es? d- la liqnóe de ceux
qui moten? qu'une «once de
ptaiiqu-, vate mteux qu’une
tonne de fhéoxie». SI, dspu 3
23 ana qu’ii es t á Dean i en i!
r¡'a pan vu Ies resultáis qu'íl
espéxait alteindre par une pon
tque agricoi méthodíque, m
ioUger.te et basique, cela ne
la pus dévoutctgé, Et crist
paita i...
II tete übérer la térra des en
tiaves, nous dit Nicolas. Pos
eant en revue dans sss deux
commumcaüons élévées les di
verses phases du problem© de
¡'amelioration du sol, íl a mis
on avant tout ce quí peut con
duixe ¿'agriculture haitíenn© á
ctes tins économiques et soda
í s. Usage de la charrue la
hour eíí cace, remuage du sous
yol,terrain convert d'humus.cou
che arablf des tenes, rnatisiG
organique, étude des sois et
de* sous sols, drainage utue.
terrain en deciiviié, evacua¬
ren des faux de nusseliemfm?
••• aéraüon et drainage pratl
ques dans nos centres agríca
les; avec tontos ces doimées,
i'agronome Schiller Nicolas,
i:r> «-vheux ds la vieille» pen
&e bien qu'un des aspects de
noire production agricoi© se-
ictit trouvé peg des solutions
realises, Et ^urenchérssant
tur d:s donn¿es pratiques, Ni
colas passe aussi en xevw?
le sarcicg; des tenes, ]©ur pro
ducüvite par le concours. des
substances nutritives Cíes en
oráis) et pens: tout de roém©
que iabíme intense existan* ,
ertro le state? agricoi© ©t le I
stoiui riaVonoi peut étre han ¡
¿.hi. car 1© problem® de Y amó
nogemer.t du sol assure la vis
:;ux planter, crux emímaux. Cha
que pays do.it pouvoir déve
¡cpp-r une technique agricoi©
prepre. Pay© prolííique, a*
vea une populaban au&si den
í*e< un? superítete kiiométri-
qus rcs.r inte, un morcelte-
rre-n? de tenes croissant un©
agriculture intensive, la lechín
qu;. actuelle doít étr© constan*
ms¡i! revisé© par la pratiqu®
v ¡texpértenc»,
Caáei pose des questions a
carácter© teclm que sur ]©s
communication© o© Schiller Ni
colas. !l íaut des labours pro
tends dans nos sois de pial
r. r, mate aussi modifier cede ;
conception quend il s'agií des
cois des montes. Discussion
technique serious© entre Nlco
las id Cad t sur 1© prohléme
des latórile*. i’Agranons® Vieux
intervient. Mise cm point . de
Cadet. C’est le tour de Do¬
meñé, de Rogar Vidor, de Re
hé Ambrose de parltr du br$
Umern dans les campagnes,
C'est le moment inter,
óat notre «mi Loui# Séjole
qui assteie aujourdlmi aux
travaux du Congrés, U demem
ás aux Congre^i**©# de n#
pas hop contourner dans
les speculations d© la théorí©
et de la specialisation qui
r/ont ríen donné jusqu'ict, II
©st un partisan farouche de ’la
pratique tet en iait actuoile-
ment Texpórlence dans se» di
verses plantations, li íaut ai
ám 1© paysan. II demando
ó la Direction Genérale do
pourvok les Agronomes d© Dls
írict w? tracteurs qui aideron.
)j paymn á labourer ©a ier¬
re, le dispensan! dé se sor*
/Ir conlinueüeraeni d© la houe,
c> la machetie qui e*qu | tout tan. L'exterjaíon agneo*
? le, la branch© de servio© la
; plus importante de Damien.
; peut avoir un programme de
racUurs... \
Déjale avaít parlé d'or, Et
| nous pouvons aííirmer que st
Damlen écouie Déjoie, ©n met
• tam de cote les théorl^ ©t les
' specialisations chores au pe¬
nt Prince d© Sagan qui «n
veut tant aux journalist®», il
lera déjnsniir beaucoup de
choses contre sos visées.
Le Di. Léon Dorsainvil vé-
íérinair¿-(, a iait une* cornmum
cation sur les maladies trans¬
mits bles á i'homm'. Cormne
c’est une science qui lui ©st
íamiiióre, nous avons beau
coup gouté ses diverses con
siáéraiions sur le cheptel, le©
maladies qu‘ü íaut combatiré.
C'est la 3®ul© communication
qui n'a pas éí© I'objet de ques
no ns et d? discussions. I¿
cut croa© que les Congiessis
as en out óté satisíaite. Mais
m© lacun© du Congrés: au
;un, agronome de district n’a
ai! de communication.
Pourquoí? Immédíaiemeni u
pies la communication du Dr.
Dorsainvil, le Direcieur Gene¬
ral, Louis Décatrel qui « présl
dé, pendant tout© cette semei
iu, ce Congrés avec te plus
grand tact @? la plus paríaite
impartial íé.en a cléturé tes tía
vaux, les-Agronomes et spé^ia
l;st s ont été invité* & huis-
■,cs á ent: ndro un© comittuni ^
•aúon du Directeur Général. j
Nous n'avons pa# poussé no
rs cuno-sité pour ©avoir ce 1
luí devait se fairs á hute-clos.
Hals comme nous savoíjs. ©n
Haiti, toas tes hute-clas ©ont
toujours con ñus, nous avona
jardé c.iie íote notre discrc-
. on de journalists,„
Ce soir á 8 h. il y aura un
¿rar.d banquet aux «Ambas-
«adeurs* pour tes Agronomes
: spécíalistes,
Ce Congrés d!Agronomes, 1.
;e d.puis rhaltlanisadon du
¡ervsce. est un© bonne actio:1.
Nous souhaíions qu'Jl en
sort© a©s travaux des faite et
ces expéru neos don! bénáücie
ni la RópubKque qui confeon
t© actuellement, et d'une ma* j
niére aigue, un© ame de sous
piodücÜon,.
• Ce Congrés e*t un des as¬
pects de te démocrati* que
nous voulons. Nous voulons
la discussion, te faír-play.
Damten dotine Itexemptei Le
auívra-t-on?
Paramount
Marfl 6 6 »t 8.1S Swara»
UBS FURTS P'RHm HRROY
UoUS titees teonjai»)
cnwc Uwk Stone, MIckey
fiooney, l>onaa Raed
.. un oute® épieode d© h
vi© d© la familia Hardy
la plus déBQpñani&t la plus
émouvant© des comedies, un
Mm dont choque métr© fait fu
reí te rir®.
Intrée Oén^al© Gd® 0.30
Mercrsdí d 8 et 8 heures 15
MORTAL STORM
avec Margaret Sullivan, lac
ques Stewart, Robert Young of
Franck Morgan
... un© pelntur* dramatiquo
d© i'allemagn© d'avant gnrr-
j©
... une ceuvr* qui cat d la
fc.is un témoígnage et un réqul
sltolre.
Entré© Générate 0,30
Rex
Vlardi á 8 bree
En lore parties
,A VffiGINIE
En 2éme parti©:
Mari© Bell dans son plus
grand film:
LES DEMIS VIEROES
un díame social puissant,,
Entróes 25, 50, 1,00 gd©
a 8 hres 15
En lére partie:
l Don't Remember
En 2éme parti©:
Vivian© Romance, Jean Gabin,
Charles Vanel dans
LA BELLE EQUIPE
Un déliCic ux roman., d'amour
Une femme qui a conscience
ie &es atouis..
Entrees 25, 50, 1,00 ITTERTIOI
Planteurs de Noix de Coco
la Haiti Cocoamt
Firoámcta üo.» %. A,
■ ACHETE TOUT® QUAHIRSB DE HOH DE COCO
qui rami etre tipcm a Mwmk
S'ADRESSER AH,
BOKEAO DE 1-1»» A BOOT*»
TELEPHONE» tiff.
Borre posiAia a .» m
aANTOTis vans ivsm a wmm>
Mercredi d 6 Brea
En lére partie:
’ HONY BOYS
5n 2&rne parBe
Da.Tieli: Darieux. Johr: Lai
der dans
KATIA
Les aventares d'ur.e princes
ie de Id Cour de Ruuie «nti
ches de réformes sociales libé
ales,,. Bon grand roman d‘a-
nour et de passion,
finteé»: 25, 50, 1.00 gd*
a 8 lues 15
En lére partie:
-r Cneval du Cinquieme
En 2eme partie:
Charles Vanel, Gahy Mori ay
dans
VERTiGE D‘UN SOS
Un mari qui realise centre
sa íemm® un monstrueusr chon
tags. Film tiré d® J'csuvre ras-
gistrale" d= Stefan Zwetg: La
P«ur:
Eníréss: 25, 50 eí I gd»
Ciné Select
Mordí á 5 hsm
En lére partie:
¡ey da Loa Cui-rsá
En 2éme porte:
Conrad Veídt, Madeíe n® Bo-
bmeoa dans
TEMpETE S0B i'ASE
Les arentures á'un forban, le
geste suprém» de son épous»;
Entré®*; 25, 50, et I gd®
it 8 heures
En lére Partí®:
Les Jeux sont Faits
En 2ém® perts:
cmm DE BAL
un grand dram*,,.
Entré®»: Od*» 25, 56, m
Mertsedi 4 5 hmtíéí
Sn lére parte: Amateur dt
CoeltOB*
'ir 2éme part*
tucien Saroux dans
une gdeüi£ ai oa
un vaete éclat de rires.
Entré?* 0.25, 0.50 ®t 1.00
a 8 hrM
En ¡ere -part;®:
HOLLYWOOD
Eli 2ém« partía:
Raimu dans
CABLEMAGNE
3® plus grand succés du pU¡*
rant comédi*n írangai#.,.
Entries: 25, 50, et 1 gd»
VOUS TBOUVEREZ .TIMES.
« -NBW8WK. A LA CA
wmm,
• 8EG2UES NNOHMALES *
B sons QíBc»
tX%béM»
fammas qui souiíraz de lé
gles dííícile», sacái®s qu'il std
lit de prendre au début ds ce'
le*-c¡ quelques comprlmé* i't
chédraeiíne pour empache: ou
fair® cesiuT dan® ¡'instan! mé¬
ta® tontea douleura et tou® ma¬
jadee.
Prise réguBéramsai, l'Epr.a-
irastíne, en eiíot, assure le re
tour des .époques, a borní»
date, «ara avance ni retarda.
Avec 1‘Ephédrastme, les regles
c-pporaíes. nt et évoluent sans
trucurte doultiur et touts femme
qui, iusque-lá souffralí pandare
24, 48 heures et mente davttn
tag:, á chaqué apoque, no con
r.air plus d'enmrá r,i de rnakú-
se. Elle peut s'acquíttar nor
malement 'de see occupations
et suiiout e líe evite les compü
cations quí sont se uva ai la loí
ce tan! de femmes,
Ce morveilleux produít caí
tn venís ii la Pharmaci»
Gefeard, ru© Férou, Porl-au-
Ptíbc©.
REMERCIEMENTS
La fami’te Loute Auguste á©
Petlt-Goav© remercí© hí&n sin
cérsment tous les am1*; ¡coi de
te capitel© que de I-a provin¬
ce quí teur oní témoignó des
marques de sympathy a Toe
cccsicíi d© te morí de-teur u
greíté Fite et frér&i
Luc AUGUSTE
tulevé á teur affection 1© sa¬
me di 25 Aoüt 1945.
£lie les pite de croire a
eur profonde gratitude.
AVIS
La Dlnction Genérale du
Service National d'Hygién© por
fe á la cormaissance des In.é
e&sées que te délai d’inscrip
ten á 1'EcoIe d's Gaxdes-Ma
tedes ost prolong© jusqu’au
J&uál 20 Septembre en cours,
©t qu© les examens d'adrois-
#ten ont éíó ñxés au 28 du me
ms mols,
RHUM RIOSE
m, RUE COURSE, 58
PORT-AU-PRINCE
‘Vaseline* apporte
aoukgeu
s deTVo
comm© ell© &£<$•
dtet calme 1
.Vaseline
DON N. MOiffl, Di*«bui»ur
a va®®
. VdHw d* 15 tonne®. S'otka*
■m ant «Nmjwlltote».
it 8 heure®
"-Ml.,
maisonav^
Soufa d» Bolt»»», ju
Sérard. Températu»
Tét 23.82
Is® batteries FIRESTONE »ont ic
hñquées avec un materiel de cons
trncFon exclusif pour assurer ceil©
grand© reserve de puissance. Vat
mature FíLO-Moüc de Firestone la
baiiorie contre lo décharge e! auto
mattgusmerd protegee contre les fui
tes. Quand vous avez beeoin d'une
nouvelle batter!©, Insistez pour une
baiteúe FIRESTONE avec sa char¬
le dtextréme puissance et de ion
au© durée.
Batteries
aszm.:,.
E». p. Aggerholm_
Gardez volre TeiatJeune, Douxet j\llrayant
S»»g*.»ous que ¡e doux at trait d’un ’-eiat 4® feaWh*
plmdiwmt» ée «anté, attire ’attention 4'iin éas*
ésnt® plus vft® .as sena que o'importe quelle autre
CeH un fait certain. Aaaai g*r<¡*í v»tre teto4 **
doux, at'.rayant pmir qu'il paraisse jeune «t «ain.
Pour arriv«r i c» ré»ultat, l matin, le mi« •* *’**,
vous metfcre au lit la vea áooí-meot votre -¡«I* **
•avso Palxnollv», Bulgnei-voa» au»» a*« PatewS1» •
Acheta* us p4|s de «a.
tos PALMOLIVE et v0u.
con»«rvcr«* une peau Jeu-
b«, douc* «f attrayante.
ICilf fMAT LeVetY.SCHOOLQIRLv ۩

-L
MMSOUiV^
Boa-a ás Boiowe jo.
«mrd. Tsmpéto,,^ ^I
Tát 23,82
ÍWI-9-IMS
*uis sanca
de
emarrjga
ayant
¡ Ssint áe
a ¿’un
Q afilie afií»
tre teini
eure €t 3sin.
le ml¿í »t
rote* -i**»
ivee FalnsoH8®' ■
c&m'ímÉ
A FKÍION-VULE
Lélio ForuWtt»
Loavarht»
Vite
No» 7115 —
7384
AVENDRE
• *mu itottvwm deux bojina*
machina* á coud», á achate,
á piad si á feecm. S’mdxemm
Molson Coicou Ptm-Four, No.
U en foca du Docteur Nou-
*on,
L Preetzmann-
Aggerholm
Port-au-Prince
ATOTPu par mocmms vato/rs:
Drít condensó NESTLE.
iait évaporé 1&ESTLE 14 1/3 oz.
DjR ¿vapor© ND3TLE 8 az,
yxfi m, poudr© NS23TLE touteg dimensions,
|^t€*pg»n,
Qou3 points de pans d© 1” c< 8!\
Clous pour Idles.
Tuyerux d'arrosage 25” ©t 50
garrías Fireskn©,
Ferpiar á'embc&aq*.
Alluimitm StTíkaliie,
fíf-fox m 5 gal: l gal; 1/1 b.et 1/2 b.
Conserves libby Me Neül ©t Libhy.
DE COLGATE PALMOLIVE FEET Co.; j
Server Palmoiiv®.
Savon Ca&hmér© Bouquet.
Savon Parsaal.
Colgate Denial Cream.
Poudr© Parami ®t Ca&hmera Bouqusf.
AVIS
Pour répondr® á J« deoKia
de d'u» grand nombre d’usn-
?ew des Autofea» d* Pcrt-cm-
Prince, Pédcm-vai», «¡ous averna
'avallasP d'ar¡**r le public
tpia partir da 15 Septembre
1945 «t d'aceeri avec la Dépctr
lemsni de Mfconoiale Notio-
««te, ie tañí spécirf de vísgi
e'nq centime* de gourdes Í0.35!
est amulé mate par contra le
â–  carnet dabonjisment de Vingt
Cirq (25) ficícets ssra venda :n
pñx de Dix Gourdes; laclse-
toar bénóficlera d'un escomp ;
te de 20%. !
Ces carnets d'abonrsemcnt !
peuveut otra érnúj en íavcu:
d’un ou plutósws mumbtns
d‘une méme ¡amlle et son! va
tables pour une période mod
mum de six (B) mote.,.
Sodóti HteUteta* jyAufwio.
Hiss, S. A,
SERVICE AUTOBUS
, -le «fOjrmugTE.
Kill
•Inwctlcld. EXTRAOHMNAl
’2E» tu* tn*femtan¿m*nt Puna)
•*». Serwts. torvos do Moas»
«us*. etc, etc.
En dépéi «tu RHITM CHAW
RON & 1.50 la Bouttik.
WUJK i
Four vm Troreujc de Comp-
abilité,
Ungíate ou en Frangaia,
Conditions avautageuse*
VOIH
ED* L ANGHAND,
18 Rueli© Járém’©.
Sois Yerna
Tribunal Mílifaire
Mi d* la tero pog*
. MSVOtñ % tAMOTH? AVIS
Me do la Hévolute ©a he© { Uomlmt AÍ4TON KNEEH,
d® Ja Chaxabr* Ho, U ; dlstrlbuteux de la *Ámmícizi
AutomobllIstaM. en ca© d© ) *-- La France Foamil© Corpora
pann», arréto«>vous a ce!t© a- | «on* sí la «Harloy Davidson
iress© pour réparer pnsus ej j Motor Company*, avis© ¡sa nom
efeambre ó atx. Un service ex j Erense clientele que cm deux
A VENDRE
OcccmCon ExcepdonneÃœe
Réírigérateuis electric© et a
rárosme. Eat n&ut
Voyez Fierre Boucherecm Rué
Paveo, Phone 3724
Tú Ford 300 yáes. M
Tñ peJoite.
TJ d brode?.
ferine Gold Médaí,
Farlne Diamond Spécíal.
HuOe «Sun Flews?» en drums, ferblancs de I gi; et 8 gal
Par© Lard Swift en üergons et 37 ihs.
Baile á© Un de la Nadonai Lead Co,
Fein ture en pate blanche *Du‘rh Boy*,
férébsnthine,
de tumée.
S&p&tm, Coutecmx indigo eí hones 'Swell.
Yenaouth Martini et Boss!.
Maizena et hurle Argo.
L, Preetzmann-Aggerhoím
fW*ll> >t¡'Dl'4TO»4 IWMW»WWWM»WW)WWWW» *++++**+■
Frizz
UN PRODUCT DE
Kraft
SANS JUIT, SANS ESSENCE, SANS MPa AVEC UN PEÜ D'EAU VOUS POUVEZ
Ot L'EKOOIENTE CREME A LA GLACE.
3.50 or. LA BOIYE
GMifal Trailag
DJSTRIBUIEUR POUR HAITI
finra Pilules
CARTERS
POUR LIE FOIE
CmVer?e!I©meüí connues et gui otu
m sabi l’ssdoo da Temps, mr co
t veste depuis 1890
AnueJJementoffertes eo
eoveloppei de 6 pilules,
Aa pri* dt Gd*. 0,25 le
sachet.
Eslge* ee ooovel embsllage de
voire pharmacies
mm PILULES CARTERS
• ’ mmi&Fms •
Remenees
d'Oignons
tYSLLOW BERMUDA*
ch&z BAILEY
J54, Hue Magasin de J'Fsat
Tóiéphone 2103. "
ta rapids de rulganlsatíon e<
de Kiocoid. Service de suit ©■
de Jour.
COLLEGE MODERNE
Directeuri Ernst Aictidor
Ae&\m Mccgny
ÍPeFt Four) No 10
Tout's los classes Ü2s a
Fh,!o).
Tf>n!t-s ’.ns «í’í'Uouh fA, R, Cj
Oapumtimi «áj|»trí;f* u i ILr
UlOHSt, í >!J4£'Í|>11 ?’<' YA'VÍ ’
iClups do [ifohssmmi
j'vtcutñ, dvvou/*i>C
Err.st Ah, ndor C'.u,.;Ui- 17 n\
r*'« s d oxpárlonco dam. O p>
dcgogiG, Suc-cCs assure.
SERVICE
CRJREPROCHABLE
A^sordment lecoaapaxabia.
Fro-riaiOia» ABiueatoir®»
OB
AMERICAN BAZAS
dee Rue©
&t du Centre
Fhoee 1
I 12) Mg'boos Bont en mésa
í *o- do louruif frspecUv^
¡ moi.t dcs Extmcteurs «meen-
f di© ft dc-« Motocycletes.
i Fn.o Fnvd©, Fort an Proto
hreuro 2318 ot 22U
s© Heuriquez lui avail cordié
a es papims pour Alexin LeteJ*
Iher, N© ©achant ni Hr©, ni ócri
tc, ell# ne pent r©?js©;g»©f ta
Cour sur la -nature de ses pa-
pi@í». Deposition sane impor¬
tance sum© d© cello de let pe¬
tite Maria Ouersaint, au ser¬
vice d'Henriquez. Rian ct not?r
de cea rrois temoignagen.
La Cour emend kt dépoeí-
t?on de l'Accuscjteur Mditairó. «
La Dei©' s» fomlmílm i© pro- ^
-mt de I Accursateur Miiti'mre, *
t da depose/ coiium* pieces a ¡
, tonvu t»-»« >t 7» mpL„je» ¡n.
| rr fogr.íph vt, d i jourc'-n 1 *<
fust' »u* tun*., on non ynsvinV ^
AVIS
L- G a.t L**
sons film ayim! Ikn*
)« '(«» <*t ovp/tr.*»»u n
tfntr I» -*D‘)'ov et 1 vliurjft-?sn
ni?» des «de».,
í> AdfíXL’íM «u íL<‘Up«
PL«\ iV'il nj 3’Uíi
Ru© PíivíHt Purítju Vi ti'*>
V*
j o* iU toar iiíUfí a
t } h,w n m’í |>aj i
' l'n'Ui fita i ho/ L tu
■ pm% t j * hu « < *h
di I fu
\ rapt'* 11
le»* v’.lret I
m íih ¡xp i
L.OUtf'U 4 t
s lohínc A
»« ht ‘ *u.
-> i», h»-
ld- (ft.L fit i
« d ft***»» » , te decision du tríbunal, h t'au
d;enc© de samedi. %t te Gref-
( der donna leclurs1 so'ulighmd
Le Con&eil déeld© pour son iden
áhcatkm personnei^e de tirer
dí s ©xempiaires...
Me. Aiphons© Beimques ré-
: torque «Hemlques m% traduil
devgni la Cour MUHaim pour
lm «tiacts* míun noire kit, A
vous d© piúuvm comment ?1
peut y avoir «attentat# a J ai
de s «temen! de Vou*.
evoque? uf.e /Jírtí< r|e ?«’,m d
ckiuL-. ¡t, ¡1 a ¡h »,t* Ft ft'jií'
i.v,*e.‘. mtíijmf* lf* Dr-| de i Inter e u Rf «« waptmi
t <’J) Ia' Í bu*n sutp,n ut« t*s<» bi» «
a rtjetiF¡t<{ph or »>« de<» &\>f\ - , i
njsprmje®.
í t»}<
Mí *p!
* t R<4
t p v
repi
i/ í
AVIS
h est p«rt» « k connotasen
o d ,ue la Section de Mddec'np
Veténnaire du $. N. P. A. M
L. R, vr.nt de recevou un stock
¿e vaccíns anti-rabiques el
qu'eile s© líen! d leur disposi-
i on pour Timmunisation du
leur© am'maux.
Damí n. 4 Septembre 1945
Un
d »
i Ha
ap y *
unv’íit
de
Vos Baisers retieodront-ils ’ ^
toujours volre Bien- titilé ?
Oui ce Oai?*er qu'il recher¬
che peut vou* aider 4 1* re*
teñir, pourvu que la mauvai.
a« haldke ne voua cha»» d«
»on amour. Rappeli-‘Z-vous qu«
? sur 10 persone©» out u
•&« mauvai»e halein* et ce
5'f:n doutent P&S.
«Hc-yez prudents. Serbas»
r&siKHtM bairtoe. denu hr&n-
#t carHé« et ramol*
L*MBALLAG£
SPECIAL P0 LAIT
IÍLIM
áa írcé» ctvec *ca» osSm®
■m& tétóg&atíoa.
rnprod
la Gnt
ce nava l.
l/í lente t tr*yh><|Mpn
* occuae He' r.qu©/ ©n co iví
imane d© lm et doy dt
r© oart d© sa decicnation
candidature. Leg autres piec ^
devaient servir de supplement
cu Journal «Le Justíd©r*. Les
dvocats de Rey et Glortseard
r; fused? de reco^naitre cm
«pieces*,.. le fail par les accu¬
ses d'avoir ©n mains des trade
né dñ pas gulls alent patld'
pé a íeuxs editions. I/auJifttr©
est 1 v&© et sera r©pr:se lunch
matin.
*»* * i
Séme AUD1ENSE " ;
DU LUNDI 10 SEPTEMBER
A 9 heures 2S, l’audiéiicé est
spríss lundi matin, A jn-opos
ie la lecture des minutes de
í'audkínc; ¡precedent©, ¡'accu¬
se H©nríqu©2 constate et de¬
mande que cela so'i consigne
dans le plumlUI que ]=, greí-
i:er a faít certaines omissiorxs.
«Je u'ai jamais adressé ds
lettrra mtméographies aux Lé
gallon©, 1© plus elémentcnre
hop. sens éíablii qu’un Mon¬
sieur de ma formation et de
x¡50.n education ns Laurent ct-
drsss r a des chele de Lega-
Elran.géros des co¬
pies miméographiéos. Ce
sont des supplómet.H de men
journal qm sera:©rxt remis cvtíx
iecteurs á la parut.on du dst
Journal. J'aí s: ulement adres-
sé aux diplómales ©n question
crie lettre daciyioqraphiée par
'á^uellQ, j© Íes rntormais de
ma candidatun
ce.
f\ * d 4¡,.
Í|f4»* % > t ,
u H»*
’’a» < li
r i\
|v>un>»
C' fltf*'
de pr<
jus vous ©n » rv;r
f* *“9» «u moins líbt©
oí? gu n v©ut. com-
m® » v m D' del i '» kit 1
pouvai* un Tvs,xt'wr vO^w.»*©' L
dans »a poitséo imprimé©. Je
demand© qu© vous c. ssíec C©
'ravaíl...
H honres 30. La reproduo
tiou terminé©,1© tribunal passe a
Luís clos. A la reprise qn l
quei5 instants aprés. la
t epjroduction oes diferentes
p'éces, U ept déadé qu'eile?.
i;- serón! pos versees da",»
'es mínutí
conviclior
| lend© esf
: pour des
comrne pieces a
i. L© L eutenant Bsh
a nouveau rntrodiút
precisions sur sus dé
claraüons c*níérk*ures.
■ - Vous avez déposé, dit í'Aí
cusateur Mil taire, aux audier¡
res precédante;-, cm Mijet de
cariamos declarations fades
par Henriquez au su|©t deti
tracts, et appels, vous-a-t-il dit
pourquoi ü sest adressé aux
legations étrangéres?
-- Hemiguez declarant pro
tíqu'r 1© fair play, II avail por¬
té personnel lemon t copir de sa
suppliquo aux Légat.orts, do,¡t
la legation Domintcaine. les Lé
gañón© Anglais© et América:
Â¥03
— L'Accusaieur Mil taire: 1^
c tend Is comporta.-: nt un op-
pel a la prfts*© éhrangére et d
ioplniori mondial©, ©era ©n *an
gu® ©spagno!©.,,
— M'- Frangots Moi»®: »Vou
!©2-vous me permsttre uñe' ob¬
servation. R n'y a pas cFappel
' et d© manifests comm® vou&
ie rujié tez. II y a b:e.n quelques
exempt aires, If® eeuls gui aieut
va le jour. Vous save* que
c'esf i'oeuvr® d© la PoUc®, les
iirant des «stehcils» hors la
va® d© íiniéreasé, Taocusé Hm
nquez, Vous a vez déddé, Mes
stem# ¿■'¿carter Ies feuilkts mi
méographiéi. £t vous vouíez
®a ker aujourdltui ©neo?©.
C'est íliogéquev vous xeíaites
ce que kt Polio® a faít ét vous
défeuisez eurtout unq decision
du tribunal
Me. Dato Baumec, *R sel son
signé dan® voir© plumilf iju?
la reproduehoii n'*i! pa» notr«
faitC'e»! á 1’aeaacrtioB qu* »
viant te Janjteam cte la j»suv«,
Et no» «tt rfbaitaUl **t tatan-
c^TKibl* que le tribuala ¡t'si»
fharge.artasi. Code d'Inst, «i
jjaneíte, Noo* »ceonoate«aa*
le* siencíls.c'es! Sa proprié
té d'Hettriquex. Mate tsous re-
jeiora la ríjstoáacik® fedte paz
la Police. IS ie»S*nl dono á Vac
as»at¡oa efe jsrodair» ce* aotweBe* pour proaver que
•Je* ptéce» ea qseatíon p:trr*al
plaider «onhe l'accuel.
L’Accuwteuí Militcáfl fett te
üte le
Qn'a-t íl. répondu d
nuiros question^?
II nous a dit d la Polio©
avor appotié copie do sa leh
tre. 0 n'a pos precisé laque!
Ir et il dit qu'ii eut á apporto.
des documents ou 1©tires aux
Lógahors.
Presiden- | - Combien d© leltres?
i — L accusé ñ'avcrit pos pré.
cisé*
—- Aif:rm®z-vous ce que vous
venes de due?
Our, je riiiirm©,
— Est-i á votr© cor.na'ssast
c® qu'Hennquez avail cansinas
avocat avant son arresíaüan?
—■ le ne 1© sais pas.
— L’accüsé Bey n'a-t-íl
rfccormu avoir rem;s á Mr. R¡*
aa¡ un mandat signé d'Herui
quez?
- i’accnsé Rvy: N'ayant pao
réussí á d'ssuacUr H©n?:q«©S
ri® dislribuer d#s tracts ct sít*
cham qu'ii seraii arréié, je luí
al consedlé d® donn«r mandat
Voíiá comment j'ai ©té amen®
a r®tntitr® la monoat... Intet*
vendon du Commissoír© Ker¬
ri izan. «La Defense soul'gné
av#a quell© insísianc® gn®
Honriquez n'a jama^ **?© co-
pi® dos s&sncik. pourmnt íl
f'en trouv® d'adrrsser au Ma¬
jar Att’a®. Au bas áe feuRi®#
míméogrctpbíé©®, n® Ut-on pas
Faveu méme d'Henriquez, dl-
sani q«1! avail du fair# jouar
se# relation® jusquk son íma-
g'nailon ponx un t*l ®nvoiC©5Í
!a p?*uv© quit a adr:®®« sOA
papist aux léqatíon® ébaegé*
r®si 8 a avoué. Mamteux*,
l/accuaé Henriqu^zt *1# 1®
j© «u^ mol un ham*
d'éduoadcm í® n® pourais
á Mí Ommbií kétái
Mr. Truman, un papier mimé®
graphié. faurak dan® un &**
asTnMtrbfa edf®®#®? itB:
Volr Salte *b «»*, .

Page 4 était absente
du microfilm de cette date
Page 4 missing
from source microfilm of this date

Page 5 était absente
du microfilm de cette date
Page 5 missing
from source microfilm of this date

«le HoomusnE.
10 ‘5 9 ¡945
Special* uLe Nouvelliste,,
&.VX ZCQXmB DES CENTAL KES DB POSTES *>E AUDIOS
DBS NATIONS xmm, PBOPA DAKS TODIES IES ZANGUES
GEAN?. L£S?B§ HOWIfflES
RIO DE JANEIRO 11 Sopi. ia
Coussil ELctotal Superieur a
décidé qu© fas Elections'Légis
fatives ©i Présidentielfas dob
vsnt avoir lieu cm Rrésil I© 2
Dec'mbr©,.
WASHINGTON *12 Sept —
La Legation du Thailand a in¬
famé que désosmcris ce Pays
repr nab son non de Siam,
BUENOS AYRES 11 Sept
V&Tttf¡Tt\ no a ralbé la Chw’c
des Nat'cim Uni « du San Fran
t «SCO,
WASHINGTON 11 Kept.
Ls S)JVi!5iu Oanrraliy, fa--*«
do. I du Cfam ?ri tía .aeres du Sfaia? a prupo.é
que 1© rvr r i cfa la bombe ufa
rraqu© rest© en pof-oss’-on am
Eiats Urns, mate quo Ym.iqo
d¿ cetto bomba colt tafas'< ra
Corse*) d© Sócuñté des Na
Tons Uníes.
BEPÍ IN 1! Ífapí, Cnannni
I'lnternahonal© et déploycm*
des drap'aux rouges, une iou
le estimes d 90,000 personnel
o défifa dcc ? la parco £s? &*,
B rhn on l'honnsut des «victi¬
mes cu Fascista©*-,
WASHINGTON U Soph -
1, Université de Georgetown a
?ig; afa un «fart rramhfanvcn;
de i ir©’ a 7.900 m.les de Was
hmgtcm,
WASuNGlCN U Seat Les
ppoü es ca
la redd.t.Oji
©méricams,
K\2?dÚ
ral ADt I
c'e ¡fa i ffa;
,.\f¡ ?-B.>r,ibc
>«gc<
de
u me -
Coice aux
' 1 Sept. - _ Le
le.déla;,, pe,.,
nu A-paouss
n, a de-claró
c: Lina; de Franco, sont en la*
vnir de ¡a monarch!©.
WASHINGTON H Scpi. -
Franc * Biddle, ;o premie: mem
br- du Cabinet de Roosevelt
que Triaran re inercia . vu faur
in xru.fa tera cfa-on, nominé
Arrbcssadcur ©u lia!-© ou en
France.
FIO DE JANEIRO i i Scpí -
La Ifalégrt c-r c s Etuts Ufas á
la Comérenc© de la Radio a
rr£*'í:.‘.é ni.o lésoiuricu roete
rvm d'u:e incoa urgente Ja lt
! ?:h. t'-t.óe des iriorxr.atfans
. ¡ In >3 nat ous. La proprfa
- tíon presents© par AáoJph© Bar
fa, Ambassadeur des Fíats-U
nis au Brésü, demande Launa
lotion de tomes rstricikms
gouvernera© tales sur la irons
mission el la reception des nou
ve les á:. Press© pai HadiO des
ou radio
Presqu'a
Seciaus©
íusiortasr
tiñóos a é.re pubi:
d üusées.
PARIS H Sept,—
Lu; cmimríe U Partí
{tañíais a refuse á~
«ivec !© Partí Communist©,
MOSCOU II Sepí Le ;cur
nal qouver ‘mental «Isvesna*
aves viol r.c â–  accuse les Esa s
Urns'et I Angleterre d'avoú
s«uis coníere avec le Rol dé
Houma nc- pour rócíamef que
le Minister© du Dr, Petru Gro*
aa sod remplacé. Au méme mu
ment d Moscou, Staline offrait
mi grand diner au Premkr Mi
Houmcln, 1© Dr. Petru
Groes, ©t les discours oficiéis
patk«* l de la «chetud© almos
phhx r d'amidé».
SERON U $©pt.™ 11 a été
oH dellement annoncé qua 500,
000 ptísor.niers de guerra alta*
mcr.-.ss travaülam sous k« or*
dios da général Eisenhower
pear fadití&r le relour des sol
cale amér'cain© d'Europ® on
Amértque.
SAIGON U S:pt. - Quatre
frat}£íik, une ívmme et deux
e; far.ts ont été íués ©i 100 au-
tres Llessóe & la suite d'émeu
I s antx-írangaiees.
TOKIO 11 Sepí. Le Oéné-
ral Mc-Ármur a díssous le qua?
tier ^néral Imperial Japonab
h mWf du 10 Septembre,
BERLIN 11 Svpi. Byron Pr'*
c • qm étaít chai de la Censure
-N querr© aux Eíais-Unie es!
r’vó á BeH.n, comma Oou»
-a'Lc»* d Esenhowor.
IX>TU>HbS H S pí. H ?4or*
rleon « dli que la Grande Bre¬
tagne a subí 4 milliards 800 nú!
Loas de doomages mcdéríels
gnr «R0» «I w.mro «a P^*
TOKIO 11 Sept - LWPre-
mler Ministre Toja a déclaré
*• tr© responsable' de la guerra.
Tribunal Militaíre
fSuíle de la 3éso# Pagel
nal dactyiogxaphíé. L© «ota
ben© qu'on m© reproche íigu-
m au has da stencil, celen! pour
fake- ©avoir dam 1® cas ou le
maís cela ne psut pím íaiie de 1 Journal terait distribúé juste á
un crimine! de guerre, I quel point, la liberté étaít sé*
CAIRE 11 Sspi— Le -quotL questrée- I^s citoyens soul
dien nationalist© «Misrú accu ^ réduite á fake appel á leur
s© le Gouvernemeut anglais imagination, h &■ terrer pour
ue se servir de la ligue Pan- dire la vériié,
Arabo córame un instruimm —- Me, Dato Daumec répond
- - Delay es! man «asoció, ’ conde a peor des Iuxnl&se* sur
Chaqué mertiu, U es! & mon bu,-* un «gouvernem; ni proviso i fe»
‘ venan! d'un «rltoyen ©minen!,
¡to jurist© qui a longiemps en-
! reau. J© M ai demandó de m«í
rencontre* ©hez Gaetqens poar
d'un©
poux
ronír-' Lmfluence économíque
d s Biats-Urbs ©t de la Ressu©
â– iar.? lo Moyen Orient
OSLO U Sept.— QutsLnq a
été condumné a raort par le Ju*
ty. Sin, bu'tts ¿values A 1.942,
000 kroner out ©té namis.
LONDRES U Sept - UAn*
t.í iva ílcmaure forme dans
hu portion de n'accorder ou-
■un» priori?© a la Rusel© dan»
Dr? l'ja’t'-r do Paix dans les Bal
Fans, e! de m. pas révéler 1©
, secret d© la bombe aiomlqu®
6 la Rusa!©,
NEW YORK,-- Le correspon
dar,! do la CBS a Tokio, W:i-
Lam Dunn rapportr- de la capí-
tale nippono que Lex-prpfhisr
Ministre H. Tojo s'est subidé
j quanel Ies bomraes d© la poli-
1 c:- müttaire américaíne sont
' venus pour Tarréter.
NEV; YORK. - En dexméra
Lear© l© correspondan! de ta
; CBS, William Dumt infórmela©
Tokio qu- Tojo es! encora vi¬
van? bien qu’H eu? tenté, de ¿o
sulciáer.
i LONDRES. La premiere cot?
:ó;> ;.c© :es m nist-s des aí-
í;r,res étxanger’es des Eíats-
bn-3, d© Russie, d© Grande-Brc
taqn' , d© Chin© et de Franc©
a Inauguré ©es travaux aujo’ii
d'hui á Lancaster House ou les
cíplomate© se son? attaqi'<ós
oux problémes du monde en
paix Des questions urgentes
f olí i citen? Laüention de MM.
Byrnes, 'Bevin, Bidault, Molo¬
tov ei Véang Shih Chieh.
LONDRES.— Dans les milievx
campé? :-n?s on pense que le trai
te de paíx avec Tltali© attr»-
huera a la Gréce les lies Da-
c’écanése ou domine une po-
pulation keFién-, On sonligns
©n méme tempe Límporiance
stratógíque de cea lies situéis
tout prés des Dardanelles ou
!a Russie reclame un droit de
controla, te© ruases veuleni se
servir dea détroiis ervec sécurl-
té et prétendent que tout gu¬
íen? que la Turquí© contróle
seule ce passage-, ll n*y aura
de sécuríté pour ©11©. D'un© ’
maniére général© on pense
qu- cette conférence a?©3i ou-
verts dans un© atmosphere de
tensión et dfappréh' n&ío
. WASHINGTON.— La coufé
rene© ©conomiqu© anglo-amé*
Hcams' ouvr.ra se» assiaes cm-
ic-urd'hul ó 18 honres. Lord Ha¬
lifax, ambassadeur mt E?u?3*
^ Unís représeniera le Royaama
Un i ei William Clayton ass’s- j
tun! Secretaire3^'Etat dirig© !a
delegation américaín©. ¡
TOKIO — La radio de To
kio a oublié cmjourá'hul un
ardre du général Nfac Arthur
nrdonncmt aux lomes américal
nes d'arréí©? toua les anclens
'u-ul n m\
< lodo do
: i taire s ó-
j© chop i
' mt á la
cu Commíasake Kemlza. ív,
* Vous voule?. voir un avisu
! dans ce *uo?a haue-. Voiw na-
vm bi -n que Lavéis
pa« uno prouv©. lx>
Mamu‘1 d© Justice M
1 * })d íonguomon? íuíj
| he de Faveu équiva
pr.uve.L’aveu riaít óit * cosrwho
ró. Pour cciroboror L-jvou.Ü Lnil
] la pxásenc' de ses tdplouu.os,
íéraoiguaiit avoii x: <;u les pí’a
’ don! s'aglt. Cela n.> auíLtad
pas encore, íl fauchaít la pu>
| duction des pieces incrlm -
nées, Aucun diplomat© n'a ja
mais r gu cos pieces. II ícmtíra
que 1© journal ait paru, 11 n'a
pas paru. Ce que vous brand’s
ses,. c'est la pensé© de i'acen¬
sé, une pensé© qu'il na comma
I itiqué© d personne. Comment
j en tírer contr© lui la faute, !©
dél.t.,
M:, Francois Mol&e «Le jour¬
nal n’a pas paru. Pour le-- lire,
i! a iaLu a la Police Véd:-
ter. II n'y a pas de laurnal clan
des? n. 31 y a des stencils sab
sis tout simpíemen?, La publici
té, c’. st le ia.'t de la Police.
Me. Moise ©t Me. Kerby re
prentiení les questions:
Me. Mos,; Le lémoin p©ut-íl
nous dir©, s’íl a entendu dire
qu© Henriquez avail été jugé.
erapriaonnó pour conspiration?
L'Accusaíeur fa ? objection h
I© question formulé© ainsi. Un
lémoin n: peut déposer par
ouí dire i Me, Dato Daumsc at¬
ún© aiíaü© de cuilieres oí de
faurfchettea en acajou.
— Vous a-t-Ü parlé .
man$mlatk>n politique
h S Aoúl?
-- Nou, ü ue m'a pas di! ce¬
la. ¡
— Se Hvre-l-il eóxieu^omohi
a s©» cscfvités ¡udustí,©!!©»?
í! *3? c ut pour con? ct s.on
ira valí?
A quoíí© honro lalzr.v t íl
1# troya U?
A 6 hsuretr p. m., il om
!'<;)© L? renta? de»? c-uídn,
fe kVu? h n'n \va’-\ -Ju
latiotr» or#v Henrlqnoz. 11 r.o
>ait fien d»' sa vi, pol'?ir,vo
parnéf*, !1 contrail CwtS \ la
•kmaítv, :! ne pout savoh. --i
cui cent, il s© m©lo d© pa-
LVqm
Do fe. y s’. £t-ll rc-udu au
x©ndez-vous?
-- Exactem©.»? a 8 henres a.
m. ches Gaeigens je Lai i en¬
contré choz Malval, membr© el©
la p«?l?© industrio. Je Fed lak-
sé veis S honres un quart
Second témoín, citó par la
célense, r.otre conkers Fói x
Mag’oire; ágé de 69 ans, an¬
clen U-B sire, diplomats, pío-
fs^eur ce dro:t civil, droit "ons
tbudonu 1 a la Faculté de Drai*.
Félix V«cglo:ra connc't do
reputaron Faccusé Defay, il
©s?- tres lié cv©c sa famdh‘. 11
a rencontre Faccasé choz De-
vi ©ux au moment ou il y ©dí-
toít son journal. Ce 6 Aquí, il
Ya rescontré a la Bu© du Psu-
ple, ©n aompagme d’Hsnr'qaez
rrui lu’ armonce qus lea d;t:x
rsverg’e.c? á~ la Chambra e?
qu© la rctifcaa'on de la Char
t: aural! lieu 1© lendemain,
— Hennauaz remit-il des
coign© á Ia Faculté de DroLf
Nou, replique Ms Cauvirt,
nous n'avous pets peu?, nous
m fuyoíis pas \m
Quemó le moment vleadra,
nous nous cxpliquerous lame-
raer.t, courag©use:iuíd na c?t
, te quosjjon de gouvc?».-?m©;H
i provisoír© ? ?
| M . Fóí.x M-ífjíOkü U^nchn
i ¡y diíí'n oud pyr unite íéy >n
| 1’cjí proíecsé ioMpr-mpc 1© Ihod
j Carat’ lui.omtel d FKcoí© d-
Drolí, víUtv.taí/míHml ju n© ?f-
i pm;dad p i pai <* qu'ftHr* t\e pfuit yin â– 
| díbcuhk; íí rhfmu íícimd-'f?.
i Cnvaz vain', q-a-* Otttté '■ -t un
' hou>mo poUtigur»?
¡ Je ne h* cont¡ain pau ron - /v.>
1 jturl Pílh Epíüuí puuii'h5. - a, í
( Corre voua a t íl roe;.’.'}
1 t/act? Etahil á la Cham- ' ?
; Répoi'St?: Non! Ccn* .. • : :
i vous Faccusé Eny? Je ■'•on
¡ m lamñl© dopuís longtany>.
| psrsonn dc-mí />? je n'ai pas p. a
s ligué Hey. J© sais qu'ü a su; vi
I mes ccurs ó la Faculté, Es:-ce
í une horame politique? Je n»
•sais pasl
l'Acrusa?©ur; Paurauoi, : <
rlquox? ou
-u quüná ©n Q
j meuotíé Hetuíquc-/.? i©
cesó vm;s a-t-ü d'tr.trdr si 1
! vous avkz peur d* lui?...
} - C'cs? une placar? r;c.
j sevait et íl pensait que ma x.
; denc?, kuit de mop, exon'.cr
¡ politique me porteraí: á !© c
¡ suader de tout© raanlfestrrti
| pacifique ou cfviqu?.
, Me. Kem’zan: ¿/r. M
r© ©si un harame d’üial S',
il que des Commissions Erran
ayan! invite h? lémOiíi a s ©x*
primer créale, íl h© repon
dra que par d©« monosylktbw
&am ¡ntehigoBe®. B en voudr4 |j & él# tíbéré
beaucoup a Magioíre, de tu* ? prés.
cléoa's, ! avoir fah p:rdr© devemt lo dec a ¿ s mencníc! á H?i
1© assamblée i© presug© que
lul eut coníéró áa déposítton
en frangais, constate un rmM
te ir© íacétí-ux aims dxn& la lo
ge ríen journalist©©. Nous W-
contioínsons vite d la z&par.m
ve ronhhm que h? s.rvíce m?“
rita'.:-- a volé... ..
Ihao'.y Dvnl'J eonnari Eme©!
í.'.tny-.n'í.Hl dopuif, f¿ am, M «
rif": :d<(?'--ns dridíaiii'-,, de*co??f
I ;f;n~ íiv'i"' Lucí II a ttp-
(-T.n \,iü'(’<'Aa'‘<>n do f-lo?iS»uL.t
a- i./?.--!, rn.dm. il /;«;! que 0*0^1
-, t - i Anph iii* qal La &r
rio» O'i Lp.-.t avara,
ri n'untri’k'uud avuc {-loxlnauin?,
du drí xvp'u ,;0C3 á o!
lectuer á un ma/í «¡. Zép'i-.i*
r-n «'«mena. P/adommont, le
’."ínoiji /ral d© la dlntance en*
ae lui et <©« áoux pirsannages,
Cependant, A a sai si ce di'.d.o-
que v. í'j les deux:
...... Qu’est-ce qu© vous avez
dans la maní?
Vous voyez oíen que Herí
r:,quez vieni de me íe temí the,
pas encore puisque
nos encore develop-
on -
Qu'c: ,‘‘4* -v 'JéíS'-l’-ve Zé
n « C erbeaír!, lu a-t-il dd jj
fous arrele..,
- Je nro ¿u's écarb ríss deux.
Corsrata? dsttíbuoítü
les tracts? Vous en ovcút-íl den
ré?
-- Nor¿, aux deux questions.
tj a ríen sn¡. >
*t dechtr-'-r.
Ct S Aoúh av
5í VOIW -//j
Ketnquoz rf i . (
' "íü- H*. ir’i
hr íh-’; ty >*'?
' ; h-J¡V<}
ff^nr.qttoz ¡ni fa.
cfi í{¡r?y- h
£,ir,tr>bu'M j¡ , i'
•" hfufc?
fa; y • 5
y
¡á u tn ■
’i ’i ín-’i
t ix mmut íl
" / "i -'fa, f.-
|,! P r-i ’dt
Jivví*» hmíj j .íí-.:
V--:ííu
' ' v')!« ''nil
\í> C^jfaVí !,?•'
¡tapa i
íU} hl'¡uv'< -J ; •
fksíp-
!a¡"tt:. O;-:, <1 ;
■ -i’llh¡r«
-©raa ¡>v f •; , <
;fat,o:-do
r<-s
X.'o••••■• '
:u. \-m p~&
q.t'ri i - ;
fat© q.>
íj'-n < o :»vr ri-,
■'•'.'tés ta r
xí!©üí ¡’t d.-olril/fa"
:o •hni-i.i.h?
tilla é *i t?r, ’. ¿ 1
<: dt Os íri^t
|,as moí, fa?
m-ím. qu; si
faí! cír^uk.T :zc t :.
c;-’u fin qm
Fon, 1,¡> rifa - '• f<
*.¡ ron>/o»3i
J'Ac:r'*> - T
inbts©
í 'í :'. '
;>ta o ta Ib
1 c? • r -
h Eér-s,
vrc3t.nl an n : - -:
? nu i or. 5»
- rida : á . u:.‘ ' ,
• •.‘d- Balay
â–º t qu. avri - u '.
pnr 1er Dé* -
terrr: :
' - á días
as. La C“f :n i:
.-.enre h sai
geres se son? occupées dfs ai [ — Saviez-vous qu'il y au¬
ra 'ícdc-ájla •
tire l'attenüon du Tribunal , poples», tracts á Delay en yo¬
gur la fagos d& proceder de | he presence?
FAccusateur. La Défens© vou
lui dans d'autres audiences
s'opposer au íémoignag©, par
ouí dir© du témoín Beliande,
Jonqlaüi avec les testes, 11 pul
fair© admettr,© 1© témoignag*
dans d© t lies conditions. Au
jourd'hui pour les besoin© d»
sa cause, ü trouvr nature! qu© s
■e témoín Bellande dépose par j
«ouí dir©*, ■ |
Me. Ksrnizan: Dans quel I
but, Henriquez rcndit-il des ¡
visites successiv:s aux léga- ¡
üons? i
B di sai! 1© fair© pour les ?
tracts et les leitresl j
Aprés l'avoir íait pour les ..
tráete e! les lettres, a-t-il été plu [
¿levas foís dans la suite? I
— Je n'ai pas <Üt osla, j
L’audience es! levée á midí í
30 pour étre repris© ó 4 heu- \
tes p. m.' s- í - r [
LUNDI APKES-MIDI
tfaudience reprise lundi
pres-mldi á 4 heurrs, Assistan
Non!
j —- i'accusé Defay, kquof de
* vous trois paral .1© premier?
> — II semble qu© c'esi moí,
f su point qu'Hsr.rfauez me di!
| -*Fé.lí.x, as-tu prur de mol?
j Lfaccusé Defay soulign© que
i c'est plutot lui qui parid le
; premier pour se rendr© au
j send:z-vous,
t — Saviez-vous qu© Y accuse
Defay étaít portear de «tracts?
— Non, je ne íalscr's pos
d'enquéte,
— Luí connaissez-vous d:s
cctivltés politiquee?
— Non, j© «ovas qu'il éfait
cofaírecteur de -C r.rriins-, av©c
Paul FIs*ÁÍmé. Srusquemsnt
ce journal humorishque crssa
de- paralk®. ’ -• '
Mo. R'gal: l'accusé paut-íl
dire, s’il sai! Henriquez d© ra
turefa r ooudr á la violence, de
prendre tea armea pour renvsi
ser un gouvsrnement?
— H : nrlquez? Un bomme de
íaires d'Haiti?
Cela a été le cas pour la «C.
D. H.». Comme fonenonnaire,
j'ai - eu a 'installer fa Corrrrrú-s
síon des Reclamations; com-
tns avoca?, j'a; eu a ass
Ms. Bonamy, avoca! de 1‘Etot
au Tribunal d'Appei devant re
qler certcdnes affaires franca-
haíiifcñises. Par aílleurs, la ?.é-
publiqur a achéré d tous les
pactes internadosaux, cont;-
nsntaux. LTndependcr.ce des
Nations ©at relative.
— Esdmiez-vous que c'ó'aít
une indígnité?
~~ Non, c'était mém© un bou
-ii©ur, á pxopos d© fa *C. D. R»,
une Commisabn jugaant da?,
afíakes contra Haiti,
— Pouvez-vous comparer o'/s
Commissions b u.n© Commte-
sion international© qui aural?
la «saísine» d©s afía res en
Haiti, • - *
— C? moí n'axisí© mómti p^s
dans le fangage usuéli
L© témoín ©al renvoyé.
Lui succede ■ Franck Goeí-
qena, age de 40 ans, prccraé
fair© d'un aíah’er de fa pe lite ir.
dusirie, EUaxé, il préís serme n!
trerabfani Sa dépos'tscn se
tai: une marrib station á la
Chambre?
—Non.
Le témain est renvoyé. Lui
•euccéde Remain Zéphír.n, dé-
tecüve attache aux Rec.h©rcke3
Crlmit. íte-s. Il conn ai t les au-
iras accuses de vue. D^ay, il
l‘a vu pour la premiere fots-
c? i'cccasion de son anesta-
temotgnage.
Nous crr.vo:.;,
procédur.- ou i-?,
vent é;re temo - í rars leurm
p'© cause. L'A-.rusmeur ifa©
m© que in fa't tccul.cüi t
accuses n© rj s.rvír ¿a :
se cantre les lairs róvélas pg |
£tí©2-vcu3 d la Chambre,
6 A.oüt? Y avi€2-vous yu
Defay? Etalt^Ü eu compagnie
c© ds plus en plus .nombren- i plume, de parole, de fhéatre et resséri^rCE ^e>er .psychj
! mr tabre» du cabinet japonak
i qui avaU ordonné YaHaqus d© cm»f induafcrlel. Je colmáis Fac
Pearl Harbor. " ' cusé ■ depute plus do dix ans.
i CHtMCmG -Bséíé Co* «ntre»nant anc lui áes isla-
| l'rmé q«® las ¡oreas cbiaoises tiesa tAs sucias, Cast d'ail-
?oni «nities oujourflml é Ha- >,-ors mor. assorts, titma sous
noí cc(pltatí: VindocMn® voyor.s tons lee jours, jg no
franfcdaa, t ««tract® «cune cfialte dans
1 PARS — is radio da Paris _ i* rayon de la patita industria,
ímttoacé o* midi ¡ni# fia- . non s:t¡Jem«¡5i sons lui ntali
as. la tímoir, é dértorgs Bar- ’ ron da wolance!
mana Pope, citó por l'accusá J - SIssíVous nu ooursoí
Dsíaf, préie jennaat at dép<»« qu'Henriqti z orgeraisait une
comm© suit; ': } maaiisstatioa.
«Ja m'ctppalle Hermann Pa- ¡ — Cartainsmaní oui, 1® di-
pe, citoyen hsiiisn, égé de 40 trian che aiient d la miase, i'ai
' etofeé Uearkpi&z qui m'a rt-
tsls un tract é ceí «Batí
— Comment qvm-vous jugé
sien» tmités d® la
division blindé* du général
feequts lecl&rc «out porfíes
¡ií«r de Manilla á destínotion
de rindocJjjaa.
commuhioot
Jwrtitat d'tthaalosí*
¡ rar.s sa collaborotion.Ca ma.m
1 du 8 Ao4t j» l'ai vu. 11 m'a m~
compsgjié é áaux nt}d«(-raus
d’a&dr#*. **v:
— t'accusé av«it-tl i’kabv
tuda de vous ©n iretenii de asm
i oüaira» pivéasí
1 Caries oui il s'ouvrrdt ¿
moi en tout# confian».
ce projaít
— fui cotnj» * quil cooat-
taü une impnid'nce, étant don
«é iaa moeuis politiquas- os
rotre pays.
is détanse ¡alt b ce moment
tá l'abjection a toute utts si¬
tia de qu-siis»» adratséas mi
rémoltt par l'aoeusataa; c-
sont de® questions, «ouíigu» 1*
coraeU das accatós. d« ua.u-’
r* é porter la témoín ó opinar,
ffaua tmnscrivona qualques
' tire». Que pana-a-vou» de ta
«stfsine légala» da lo Répu
que. A reteñir, qali confirme
que i'accusé Balay, comme di;
par Papa, étaít au r náez-voasí
C’est le tour de Baroisy De¬
nis, peiit render du «Bel Air-,
M se soignée.épris de ta lauque
de Voltaire et désireux da hi¬
re sentir qu'il cornial} le han*
langag?. Les téponsee dans un
¡rasgáis baroque traduiíes ai-
daieni vaitle eme vatile e* a-
musais-.t í'auditoíre ayoni be
sota de détrr.íe aprés la tan
dHer.r.qurz? Ce six Áoút,
I i'ctais a ia Chamhx©, jfai • vu
¡ Dc-fay, BQrtaiit ©nserabl© nv©:
• Henriquez.
I — Qucnd avez-vous arféis
â–  Defay? Mr. {Laureul).
| — A enzs haur.'sl
í L© témoín peul-il nous di-
re en quelle cbconsicmce, n a
errété Clortesaint?
! --'le lieutenant Be?*ande
m'avaii áonné Y or áre de tier
> Henñcuez. J'ai vu Qorlssahü
i lui parler. II© étaient erasm-
; bl= a fa Bu© Pavés. Toujouts
; rnsemble á la Ru© du Peupfa,
, avec Defay c-ifa fate. J'cri done
•o 'reté Cloitesaínf.
Clorl&zairú comm«ttarMl un
céli! au momrnt ou vous l'avsz
auété?
■ — II causar? avec un am!.-'
i — Avl.-2-vou* un manda!
, pour .;© fair©? . •
—- Han, je nfavais pas de
nran-daij Je Fai arrété penre©
cu© j© eonnaia Clorlssafnt pour
tin '-«recidivist©».
— Pouv;z-vou9 ©xpUquer ;s
qu© vous ©nísndez par «réd-
dívfst©»? L© témoín u© peni
répondre, II es! d® fa Polic,
dit M©, RigaL 11 ne sai! pa*? es
les debáis, Y. a
rfeph Carr© o:
quez.
Henriquez ri.
mofa;
If'
p’rme: nr--> r
aprés co 1c "
audíe-cs de "
di a fa C,'.-r L
porter fa ci-.p©*
srrienfa fr
oese H‘oá>
■ coesriilé
jcurnai te 2
■■Lheütsijs-miii j
report »\
íi arced! el ds M2
Marticle di- # -j
>s;?:on áUsisé'l
témoín éum M i
Me. Hemqmú
pris d'in* h a-93 áboíb^ j
pout dével-'pycr set ^ 1
prouvan» q- e ves zs:r,:k& I i
aiífa‘Íve¿ trien! aucun
tere défwdu’V' qui eu? fa
sor* empi s'' • 'csr.t ©í
qemefa cez-dnrmen}
}’s co - accuses derd i |
, miez cc.r.rn-
1 p-opre cci-f <
Cout Mfa:
-V.» « !*»»
nen?©.~ 11
c ab5nd'0í35^j
ixphqus ?©;
;-‘rl d©vusj*j
sonnel sur
fa s'fuatten p^j
qu? actúe’te
. Ctloyfií? &]
pays sigue"'
ríí© as te
-ü estime av¡
j'r 1' eral ¿8^1
valisr á 1
i ri.ror.isaiior.
Haití ate- ?;v-
-4¿3 ''c!.?
m© pr‘scr‘t?s
Í-2&C
car
t oes
touts pior.itcas.
these et oxpos;
vue. ’
dév:¡o?!**|
r son ?&*
S» IES ST®®,
DH KOUVEl’:*'^ v;?
otAisnrr. sncoüM® .
soils "S TO55 *
Aft.-iKStííI
— Ce 8 Aoút. aa coats de» ' biique par un© Coraíassio» in
Bésultott de» txaMen» ÍSas
Bion ordinoir»)
Ont réuen: ;
M'chal Aubourg
&mé Letter «t
Hoger Mortal
AchíUe Aristide
Mm f
dear «niretiec», mm a-i-il re-
mis un papisr, un tare»? ‘
— Mm.’
Hn.-ezvcv-í qu» ¡’accuse Mt-
baiena't das relations politi-
qaes evoc Hccfique»?
— Je tie pm*» pas.
— Quand avaz-vou* «ppm
de Befell
flemattarala? Quede est & To¬
be sens i'eppswtaíié d'an goa
varnament proviso!» olor* qua
foocdona un gouvememe-t
constitatícrm l.elu dona ta p',«:
V® attrilwHon da noire comma
sauté Mae? Caítaqs» entro
itacciuádotl ti ta Itétense, te
MtBilW iKmtenam mi* \ d»r * _*W ,4
Átous
Ies. coins
SI bon avec
les alim&iís
8Lb K.r,
¿4,v?.v •
-"fcafrif-;"."éü
ia» tas» pata la Victóre».
3S Ul COUMQHfíE 0*8T®»trrBI(S
U
qua tension d'osprit a salare ^ ¡¡ue signiiia la termo: M¡
Ls debut». Le Major Magloire Sent prétteo qail y a cjuejm,,
ci.ux ¡na, Ctanrial,
a été pgr rrrsmr auiié, e©^:;
mélé á une aikúíé de «ti?
■?X }OUt$ i ¿
son íneotseat* ««tai
¡#1:
,fm
M.p¡
■:í»
tft. ». Ko
í
fMtovée
<» de moral
SOcSW das
eeturefe»
fc^ntan
*rttotjy E¿
sltsté »on i
míaega» «
M. ®tucUli
Papuía la
d» M, Chtttc
tétabliM mor
8 y oars 1
feaacot^ d'
é 1M) fans, c
Catéis modi
Ctsteencs t
8 ísamble
& S. n'a pe
i ÍSa peal en
te dépédte c
Aoúí demi
di Ja eoníéi
satis® itera;
SRÁ ta déla,
tws rejeté 1c
Éilégttis can
ja® l'fefclte
vaha Or geni,
5« de Séean't
is íñgue das
B resulte d
pn que le C
fa ta Sodét'
hadapicrut en
«Mités, taita
tésuite austí
mení Soviéüi
«S» idée.
’ »®aa sons fe
♦éleat deas
qui s'aHroM.-
lasitud® a¡
fa ia mt s'
*sj$¡.lta ses
«N* festítuí
Isas jáeina*
? mtr-r. C
Watateaí reg
lamp ayant
SrtstariGea d
pts» les mire
Ȏma ta n
ta mend;, a
Mú-
*t Ga;
©a? msj
erar, i
s :©
abouta
Sodété
íuitaía
púa tm
Irtance,
té d» c
ttal ét
per e:
: m t
; boté
:. «
Maís
tfcerr
J»#*
Cu
i» .





. LAYASTIOR,, -~
ucheatre Cobban” te)
HOUCOUNED, @

is donnant le sony

) blonches qu'on dig

NOUS C gout:
: pale guy
est le «REINE yy

© NMA hen bd 2 Rb Prt,

ITEUR DU “CHICAS
NDER» AU DR Aciy
ARISTIDE
Traduction
27 Aout i
Aovsieur Met, £2
hord






2 Aristide
St Cyr Nat

de votre rd
ée «Le Raciems
« devant in Sx
@ VOUS aver sek
ibien almab

semble qu

nre, qui const






3 Lques @ J
r ordre, devieit dy
de sous la forme ti



aspelr qua vous f
vat

Dur ce qWeue wil



perseurs ce vol
tre toe dane





y
He



por des recke!
découvirles =
Cor, cleat eu
iolsSances
3 que vous oe
exposdes da
Rous pouvent
jour, afieindre ie!
, mondiale. —
mes theillews













27. P. LOCH
Editeur en de

eno aaemaannete

VASQUEZ DK
‘Dt A CHOU
Puerto Rit
Miami et Bose:
» Io populcin
oaine, fara. @























tle samedi
re elle dame?
oucouts.
Laveptida
_ cite folklore



a

de belies 04
weclive pour a
Choucoute























ey vain agreazeur, procla- «mas de le paix» j cot tester en Hail, la mosura |

| gexpeit, ot & lo vérité, Yeapo't don, vu Vétat de guerre sera ' te con.

- béralism: et d'indulgence hu

er les vertus chrétiennes de ti y assistalt ainsi que quel. | lomands dang le defaite a: i Le choix de Son Excellence fr | & Etat Haitien que d
Cie pods et de la charité, ' ques amis de Mr. et Mme. Mar : renne. | Ded “t de la République est DANS NOS MINES 4 peuvent ue «

| peri du Fascisme, du Nazis | délicieux, plots garnis merveil-

-Tengg de vocabulaire qui u sa {| ses pére et mére & recevoir ro

Bo
the west toimpérde de chante Rel eons:
Bde oldies. Assembiées et Réunions.

Ph nt bm}









â„¢d quant lem grands enti | eFraves par le irisson, doz







vs



mmentaires | S ilen est ainsi...,; Les Allemands







"gon LA MITUATION
gm tA dHalti |
oe _ Notre Contrére o sin nongont le DécretLoi qui r te Tous kes Pays du Continent
j bt le cours normal de la Jus | Américain sintéresgent au |

© quel wiomphe: les Totatitad j bee app Jee & connaltre des! sort dee Allemands qui ont
we cendaient de ja gquerre?. | faite qualiLés crimes et déits ‘des attachés famJliales ches
fine coricater: allémande 8 par le Code Pénal écrit ce qui eux, Les Etats-Unis, eux, font
goaer-depenaillés.gro- suit: ‘ta diffrence entre les Alle
Jatis dtesre. Prangais, «Avec la reddition du Japor , mance qui ont épousé des a-
Bvasia, Américains | . . mi on tirant la langue | «dang le monde, il était nor | pousé des Allemandes. IL yo
igs conditions ca paix que for j smal de prévoir que les mesu une pélition de toutes les im
nal 80 teagnilique genéral sres qui avalent até prises ep mos latino-américaings & Ma





OU

DirectourProp. Exasal G, CHAUVET | PORBAUPRINGE —— HAITI

No, 21.517 —.« LUNDE 10 ef MARDI 11 SEPTEMB)

i eT ETE POCA DE CUES DS

ADRESSE RUE HAMMERTON LUCE





ets orn memes ygein eating





pal Eoremont dressé dans son | «raison de notre état de paya | dame Truman pour que ise
doore Sonoelan (>: eich dik | sen guene, seraient sous goa | marie cllemands, internés ax



Léon Laleau | Gangsterisme



Autour -











. “} spoilt revindes, goit tout sirap'e | Etote Unis ne soient 5 | MINIS HAITI LEING VILLE i
teres: Je adetes ; BOL "8 ip t uh pos expo i
A hock du «Miszourl,» dana | «ment rapporiécs, Bien mioux, | dids en Allemagne, pulsque TRE D A LONDAES ENP DE LA NAVASE
| yy eau jeponalses = méine rles Insttutions qui avaient les allemands époux de fen:
| gon pattt Tesddre de snort | sdté établies @ cause des dif. mes américaines ne le seront | . : = .
lait anéontir Prorl Hor) «diciles circonstances de cea pod. Que faisons nous dass . . : : + . 4 : :
: ee pol amédecin, le | *qucie d.rnidres années de- | e Bane? , Loy a dix jours déja de bruit Ce matin, vers ig, heures, Au Gangrs dea Ingonicuts
a 4! : 5 : , i o . : . ‘enurait que Léon Laleau occa au beau milion de VAvenu | Agr nom a ig quest on la
c¢ Arthur, le conqué -vaient ébe abolles ug | | Sly avait une ragle immua 4 wy baa | .
Gauge Mec + ECT: | ¥ * 5 . peralt un post’ & [Eeange: Chtstophe, on lace de la M wee esl revenues aur fio “om

|

pint du Pacifique, en présence ant ainsi le retour aux nor | De, qwoucun allemand ne

t

Neva taquiniona notreum> q 900 de Mine Garoute, un bom | pig,

ce sujet et toujours Db prone; e sauia sur une jouse ule A note dvie, i est janul
kt tangente, s’en défendeds, do notre aoc.éts el enleva son pony neous deasayer ds hon
; Maig la rumeur > préplea! tae Hh Maing content ads pa ver on possession de cotta i.
plus en plus. Le poste —- lui. peers Midentité, pasjoporis ef pailenne, Et ai «
| dislone-nous —- e’étalt Londing, . 12 dollara. , /& défendre ly Continent, pe



“am ane nouvelle loi du vain-” §'} en est aingi, le Déeret | serait générale et on devicat
, xCest mon plus grand Lol qui suspendalt la Conetitu. | s'y conformer. Tel n'est pas






Herve t

ide YRamamité que de celta oc certsinement abrogé. Comme { f y a des Allemands qui
* + f 4 «x >
ripele, un monde Yont fai 1 rous | fest nt on Halt, et on n‘a rion Loge ; : ‘
wcesign. 30) nt iolt tous 8s poys, nous | | mn 1 BOR NG Hen es Lalecu persistat dinoun 1é, Lagreseeur se jota dans le conséquent quires
yuellleur émerge du sang ¢! devons passer de Etat de quey | @ leur reprocher, Dans cas . Ty ctagety dniaph d : Jéné le Grand > :

a ,— wn 5 Etat ¢ : conditions, i voip | PoNdre quill n'étalt toulehd do | tavin «1 pénéira dans le grand , done faudralt mame plus en
dg gomoge du A wn re VPEtat de Paix. cones ec J ROUR SemOe an _eanal gui sert d’égout an rao pari r |
sionde fondé sur la fot nd a lene te nde een Tae ym. Les deux issues furemt | Mais cette Ue haitienn
bonne entente ~~ UR me: a i veman 8 Bea en aH, CT edt en nes bureaux, flovs fui | fmamddiatement surveiliées et parte do Varg coune ©

_jgidié & la dignié de hom EN LHONNEUR DE V’AMBAS- | Allemands mariés ou fiancés nouvelone cue le nouvel! ia Police eut le temps d’orri we Commerciel: Amér
i ’ iy > uvelor, hh 3 2 Lis be FETS fe SOL,
ame — et & VYaccompliesement SADEUR CUNEO HARRISOW.. a des haitionnes, de renter en | Exait cremate co e oe an yer. Tl fuudrait cemander te
os t ay - i ft, Oy > real. < at TORE Cariagdar z
ade 968 plua chits désiss, le Mr Cuneo Harrison, Ambos-* Haiti, serat tout ce quil y | rah Pe - be délinguant, malgré tow, [ts port qui nows reviont
: ae ee wtus ¢ jus dquivee | Pot / < z ro tows, [te pent g u jen
JUSTICE ot lc TOLERANCE> adeur du Pérou dens la Ré 4? oe ruste, de plus équite o'a pus 66 appréheadé. Ca profits rdclisds par cette
Oui, voll le nouvelle loi du publique Mitoyenne est dz pas- | be, de plus humain, . rencant on retrouve le sac vi pagnie,
yainquent. Elle est faite de | fage ici depuis Dimanche, Le Le Gouvernement des
| Chargé d’Atlaires du Chile: | Unis sercit le prem'er a a;
uine, ce lbéralisme et cette Madame Marcial Martinez, ont | Prouv-r une telle mesure, puis |
fdulgence profondément en- | organisé en soh honneur une / (ve de son cété, il eatime que
faicgs dana la s nsibilé amé , petite réc:ption hier soir & FAm | G25 femmes americames
devine, de tous ces peuples oc | boesade du Chill. Le nouveau | jours enfan's n’ont pas a a!
ddeniaux qui ott appris & cul | Monistr: du Guctemala en Hai | S4be le sort de leurs maris











Somed! matin cncore, Lalex











@







i







Laleau faisalt toufoure le ca-
chotier.

Ei voicl qua samedi soir, 1'é
duen d«HeitJournale ancon
colt le nomletion.

Nous ne pouvons que idlic
i de la coquetteria
& cacher son se |

cret. at & le bien cacher, ee









de, : | Tey a une guateving

Les procédés de gangst- 18 “années que cette Comp
_ sont maintenant mis en prall: osama de argent en ex:
ue en pleing ville. Piont cette The her
On allons- nous? : > les 8
Crest aun
pourcenkige ee





















PROSPECTIONS ET FORAGES

, De quilques jours, tant}
itu o6:6 de la Refinning Co. , Uns qui ne
; ! |b neatee Tes
ctuelle, une person “dane je Picteau Central, que i Nation Une son concours éco
La jeune Constancia aidont que les allemands ignorant ‘s ane dont Ie renom | gy ca:é de ig Reynolds,dans les nomique, interc derait pres de
a i * * an Res % va 2 : nt arnt
jeune © | préjugd de rac: et de couleus, * S#passe les frontiéres 24 pvirona de Miragoane, wn | lo Compagnie ré nt les 2
: Sonales. 'certein optimisme prévaut. | xéfices & la Novase pour g
}
Il

Que len fom lles all man«
ces, hiayant pas une goutte
[ce sang.haltien dans lew

sux, toutes. sértes de boissong | Veines Gi nt a regagner VAL |
discrétion. | lemagne, c'est logique. Mris

ut. Avec Laleauw, nons
av en Europe un Représen ,



prises.
Le Gouvernement dia Eis

dradlités de V'épuration 20u3s{ Réunion charmanie, instants




: 5

‘Qua nous sommes loin des | ener.
i

L

i









mgou du Nippon!
le général proclame lo JUS
TICE ot la TOLERANCE. Ditié

R







| et qui ont contracté on se pre

i



yeine profonde dans une df | yalement leurs invités, la tte .
imence onto lee dmeal ‘en Vhonneur de Ambassadeur posent, de conkaese marces
. 2 4 - 2s jeunes fg nailen . y aos . :
vee Peruvien Cun‘o fut un grand | nes arent I autorisation de te | Tm Laleau trouve Ici nos plus pouyaille quelconque, Notre | lee les années paasées.
Et c'est en face do Yennom! succes. ; . | sincéres {élickations et en mé- ° -nquéte a été vaine. sembie-| Ce serait juste et équi
to f temps a : imi tent | FE ‘ ae la h
}y plus cmel, le plus pests i —~--—- ome les auues allemands. : a ® que B08 ‘valle ' ® rat que cet optimisme vient ” TPauke cont dos “a
fe oi ‘orl . a 3 fucces sa fh 2 oY 1 5 1 oT: : son Ux
a en face de rene qui i la Navigation Une simple démarche da Co cee es dans sa nou on: de Vespoir que la guerre ter | et hs e font ‘ eux a
A OS. telat : Ons ree alk i - 7 OR vernemant Ca va.
C apptis, des siécles ane | VODYSSEE DU PINAFORE *, vern.ment Haltlen solutor sera plug alaé de re- C
1, eeastoaner, e . ° PAL Le bat.au PinaFore de ia, 14 Squitublement cé pror re
nik 4 le 41 ee é ! Quisqueya Corporation vient me de yxotection et de solide.) A PROPOS DE LARGENTIN®:
nnétlegin pate ¢ fest < a “ | Favoir une odyssée assez cu [16 d'Elémen's haitiens, comme Notre cofréxe «Le Soir dans |
Telarance. ac. Arthur , 4 : ' tes P ' sen Edition d’hi i
ce ' reuse, ‘e font les autres Pays. _ gon Edition d’hier, rapporte que Y . : Mi! AL BORDEAUX
‘a cate {ine Bop Poe | Le bateau naviguait avec & nee iea intimes du nouveau Minis. | -® lescotite des environs de vos i cone, & a ’ “Sane tee
Factocites sans nom oat ne forte cargaison de marchan | Dune lettre regue ce matn. | we des Relations Extérieures | ragoane,nousgardons impr U est fortement bruit, de is Hes
onl soulfert les aoldats amreri-- Pr meg ba ob les ite ny , seh don qu’on attend I: matéric! corclea d plomatiques que Mon
i de 808 quand qtrivé du céié de | il est annonce que fous les im dV Argentine. ont exprimé l'o n Vexploviation i Abbot, premier secréiai-
can fombés sous le joug de la Baie des Moustiques f eut l ternds allemands qui ont cu @ pinion que celul-ci est convain pour commencer eplouas , Be von oh pe Becress:
Yonnemi. : | : ‘ des améticat ‘ : détinitivement, les proapections “rc de YAmbassade Américains
. snérat a wd ‘yne vole d'eau qui Yempécha. cpouser Ses amercaines oft cu que l'Argentine ne pourra 66 concluantes, dit-on. © chez nous, aurait 16 nommd

le Général a véeu les som de continuer son voyage. | &46 Ubérés et reatent avec leurs | point aller vers ia Démocrai'a cyant ole foncuaniss, oe mee ding . y sed .
his tragédies de Bataan et : Ce tee a ix Etats-Unis. i ell an des gles fn conclusion, prospections Consul Général a Bordecritx
de sgidor: i fe | Capitain:, hommes d'équipa- familes oux er if ab ells ne convoqne as ales. t forages dans nos mines, 2 ifrance}

Corigidor; il connalt les | 2 en descendirent, Ms descen | En tout état di couse, Hot fons vraiment libres pour an | St MPSGSS CANS AOS Mines OM \erances . :
fohires implacables dont p& | 3 +s : tus do cna | nd : >. (Je berométre au bem. @ Yeo | Le départ de Monsieur Abbot
" | dirent aussi lea provisions aur ne compte pas plus de °nq née prochaine. Et la. nouvel | ‘°° a ey
fret naguére ses hommes & . 7% : a ‘ : enfin inter | te 4 ‘ «. | Umismne. ur Bordiaux nous priveralt

' : a. . ia terrs ferme et en confiérent cu six cas simuicires, Wer le que publis «Le Solrs. cont. . tolenftie a le Tiniamete efdied
Lb Ty ont 6i6 brulés — vits, | de & di hommes yention serait waa facile, Ce nue ainsi: Souha'tons que Yaiquille de- >: fort, Car le Diplomate s‘dialt
: coat “ta garde & deux mes, ation len ne want or ‘ . i ¢ x direc | acquis bien des sympathies |
rie déchiquetés, sup Quelle ne fut pas ia surpri | notre part. Ti nya a rien: «Pour que Argentine puis. | mente fixe sur ors dew ae Bien 68 Mpa ius
, ope ‘ce du caplicine et des hom. dz compliqud. 8 relourner aux norms dd- 4 en ae Pa
lx Priese américaine, du res Sissi : ase A a politi ! Mme. Abbot aussi laisse da
° 3 mis da Véquipage quand apres em@arenques, eY peuhque ox. : conve ni ; .
®, dent de publier la liste des a : ° ’ tl cadet tb intdetese Sepmana | gréables souv:nira parmi nous;
ttronités. * réporation du navire, lls arr = DERNIERE HEURE: Le Bul | «térleure st intérleure doivent | " charmante, aimable et gale au
ws commises por les Ja, varent pour recharger lea pro- ‘etin de Presse d’Esso donnant -marcher de pair avec la res LE LIEUTENANT oe bt ,
Ponais, C'est tout simplement “*" a diens ci yelles dela Uniled dboyable. Le Général Mac 7925 Les eux, Gan ibs nouvel le Président wae if AUGUSTE ELIE ; Quoi quill en soil, nous es
Arba: connodasait cette liste, valent ete attaques, battus, aa. Press, inform: que se Me Be A EU UN ACCIDENT Sons que Ms, et Mine. Abbot
Sona doute Iusindme Fa dres 20 Uis par les hobitants de Trumon a fat droit aux demedr | ou x Bordeaux, cont!
#0. Mai id sect wreath Yendroit qui ont emporié la ches des Pays Latino Amer ; ‘ : vont leur amit’é pour Hald et

AS L aart ruil, grhes cargaison entiére s'élevant & cains at quill a utorisé 16 Se.) une lettre du Département” ne, que notre ami le Liaute- | ” Hotiena
8 ft foe eéducation Ubérale» | deux. mille dollars. (or. 2.000). | ceétgire d’Etat de procéder & | d'Etat concernant le régime de | nant Auguste Elis a eu ua as. 98 Aalbers
me le violence niengendre | - 'Yembarquement vers leurs Franco, et d'une déclarat'on de | eez grave accident qui lui est
Ms la violence, que ka baine | 7 LES ETATS-UNIS * pags RESPECTIPS, de tous loz Sprulle Brad-n, le nouvegu As | survenu & YAnse & Veou. .
3 wut ave de le haine, que ET LE JAPON lennemis étangers, actuelle sistent du Secrétaire— d’Btat | Pris de 'sommei! sur son bel- Les élections du Vénéro’
se méme ne peut dire touché Dans une Proclamation offi ment aux Etats-Unis, La nou jour les Afisires des Républi. | con, dems lo nuit de samedi ° Mer “4 ates officiers
{6 par le méme.s ne, fe Général McArthur o [ple a mentionaé le Pérou,fe ques Américaines. Braden fai soir, i] a fait une chute pres- | Dane & a t vent shee
__'0 Jol d: Ie force n'entraine hat cevots Dimanche au peu- ° Mexique, ia Bol-vie et Paabs i af‘usion @ ja situation ds gue mortelle. Ce qui aggrave | * ree ee a mM on :
S x rtaistence, id contac nie japonais les lignes sulvan | Pays Latino-Américajas, cpt TArgentine a déclaré que les ron cas, crst quill n'y @ eu log mY Ls Varitée No i sour

ie de " . soa ban 4 } nay : r i Bor @ 8 * tee
: celui qui la sublt! Oa tes que I'Occupation Américai | adie ls Paye qui sont inter pays qui ne seront pas dans p rsonne pour lui porter Vesarcice 1946-1846 sont fixées

Aussi appleudissongnous G5. Neus avons: chershé.&. sa- un pourcentage nous tevie
cet: nomination, Que notre | yo'y gt] y avait une nouvelle | ne, «tf cela sur le base de

}







her an Hail «i de vivre co.








revo d.s machines et des ou- | fon. .

s pour le forage ei les pros- cee

pections. : MONSIEUR ABBOT DE L'AM-
Du cdté de la Reynolds pour + BASSADE AMERICAINE,












2
2
a





Poy aill-urs, les Redios dex |
Etas-Un's ielsalent état hie; Nous apprenoris, avec pel-







ELECTIONS A LA LOGE _
«LA VERITE No, 47.





x



a



|
J



BE

;

he wobne les hommes ni avec les’ allematitis les rormes démocratiques ef rnucs, de sorte qu'il est reste 9! '
ne ettend réaliser: Venus pour que iB quem ee casecthenmat womans coca et : cu Dimenche 16 Septembre |
Soups de poings sur ke ta ayant des attaches tomiligles constitutionneliesn + recevront «ant & terre toute la nuit, Th ne i945, & 8 heures da matin,

bie lo. Abolition du militarisme e ° ote
; nl-avec des mesures fou chez eux, invent dong laure aucune aide, aucun concours {nt relevd que Je lendemain ma- ‘La tonue des Pinances aura

et du fetionalisme milton.

2 Soyanies, ' des Btots-Unis. iin, Bt depuis, le Lleutenant i | . i
: . ement des tan | familles. . i : ; re mbrec& 4 |
ee lorce n‘est rien al elle Be a Whérales et des procé. | Estco quiHaiti demeurera jn ‘Bt les commentatours des Ra’, File nous diton, n’a paw enco- ee vel o Sept

Pps aur le droit, ai elle ne | dés ds lberlg de Presse, de | sens ble? | dios: Américaines de conclure: | xe sropzie connaissance. vmem Le camdidat to plus influet

«il y aura cette semaine da

te sur la justice, ai de ia Parole des | Quelies raisons al graves cou comme Vénérable Maltr:, cast ,

i 7 : ds ‘9 dé recouvrer sa
eles quires pays latino-amd Argentine et l'Espagne. & Auguate Ele de : ; Vari
» en anima santé, nous prégentoia nos “ers ‘eae ‘la ini.
inemment ta. justi- . | méme sens, puiaque le princ! HUMOUR SEPTEMBRE 45 « sympathies & to farnille, I 3. Les cher aan ne. thet



_ Gar Ia toléronce suppose et ee ieee | reting des démarches dane le

8 Le Wweties mame a besoin | ° 14) le Bidsident |. Une dérangérs révemment ar- aoe
: y toldrance, de grandeur d’& | pe est accepié par le ent Jag otrang ey t -certainem nt Ap.
fee nuoncte, adoucie, hama me “de pardon, de générosité: | Truman et mis on pratique. | rivée faisait la remarque qu'd | DERNIERE HEURES. Nous flueront eae pes

’ ‘ ‘ : lub ogaurer un nouveau can-
«Quand da ea vere eniiem Naturell: ment o'll existe dea , n'y a pas de «Gigolos» en Hai- | apprenons avec peine que dat pour le plus grand bien ds

i partioull 4 i : ide mow
He -entiére vibro ; raisons. cullarement gta- , u. Lientenant Exe vien! < ;
«Lee honmes Me esemta parail var qui sercient revélées con | ~- Mais Dy ada «Tor tir. Leg funéraiiies durent. Hen four société.
i

ee At | en va as Sarde
lament émus... | 1 it: catégorie d’allemands | neura», tui repliqua-ton. | d-sndin -oprdsmnid)- ou
are ce pescit diliérent. Mais ei sien; -—- Quel ropport fitelle? — Coeur de Turgeau.
i ‘ i iéances
-— Gigoles st Tanneurs soaf Now plis vives condo
eGeilles dag famille, ef tout particule
“zament «now cle, soa, inheas.

ie





Sully Pradhomme
: APRES 156 SPECTACLES

wialeva dana 6 Ylarmes qui lea rassembl. / de ce genre n'est aignalé, lea

Toasienion Pleuremh los mndmes ‘plouks | choses peuvent s'arranger par a la recherche de
: vee on | , [we ge holpemnt plus, une démorche de nol pon, prays |

mw, Let















pemisae de pr

. we mom | i ont ident, eitant :
fiona nova de ne pas feire com “ nouveau en ce qui concern: cet accident, et an souk le trdte Samuel Pérelea git «|

RENDEZ- EST AU
"E RTARMANS CAFE | (Voir aula on She Page)

me

s Chinois sont dans la Capitale de I'Indochine.

oe







BO. SO A.
PHONES: 2397, 2433
Sédme ANNER

so tet rerteer ener, eH ie

RE 1945




Fribunal

Milltairs
AFPAIRER HENRIQUEZ EY

CONSORTS
Gingu ome Audience

Ce samedi, cing lamalne ont
6 ehipudue a Youdienee de
13 Cour Permenonte ot Milled
te en compant oie de Ac
Mibwie, le Capi




ne Karby.
Denis Charles, enrélé de is
rde dont Uo a aié question
dons la déposition dubenday
co du Lieutenant Bellanda «at
le premier tamoin entendu %
ne connah quéun aul accuse,
Yaccusé Reynolds Ja-Beptisie.
Hone peut préciser ja dale
NG, TS st rencttta «
el accusé @ eu lew on
WVAont on Poste Mar
bul ayant demande y.














iste lul donna un po
imprimé qui, dens la sui

#tre identiée pow
un de ces tracts ms en cireu
iquez, La deten
2 ficell’s cour
une ideniilication plus
Uée du témoin. Estce us
garda ou un enrdlé de la pol
ce sacréte.



Lui succéde Luc Jn-Louls, un
caporal du corps de santé .de

‘la Garde d'Hati Sa depnet



n est une projection sur la
cépositfon du précédent 16
Denis Cherles, un joueu
qe avait hecucoup perdg
une parte de caries cua
Dessalines. Depla
s voulnt mi-
let da cing
hénéwve, it
YeRCO UN wack
Le sergent Plerre Joacph, on Ib
fant cel imprimé comprit qu'l
était de son devolr — d’avisez
8 chely higrarchiqu:s. Par
ainsi la police fut alertée, Ca
te erreur a colté au témoin









gourdes. De



Re




, Denis Charlea d’étrs sous le
_coup d'une onquéte policiére

at H sera déféré & la Cour Mi
liledre.,

Nous arriveons & Mme, Liss

-Lalone, chez qui le Lieutenant

Bellands a trouvé la mach'ne

| A miméographier et les st-ncils
_stapéss dons une machine &

écrire, laquelle machine o été
tetrouvée chee Vanclen Minia-
tre Léon Allred. Line Lalong
connait rés bien Paccusé Hon
riquez, ef depu's longtemna.
Vaceusé fi disont qu’ll devaii
voyager sous pou lui contia la
machine én question et les ae
cessotres. Elle n'avalt aucune
idbe de ca qu: pouvait reprd-
senter uri tel dépdt. Dans la ao!
ide, cléta’t la visite du Leute:
rant Bedands, venu reprendre

_ Vembarroasont dépdt, sans qué

ta dépostiaize sut ca dont ola
svait assumé la garde, Inter.
rogée por le Défense s'il dtcit
© sa connalasemce que lec
cusé avalt 66 condamné pout
conapirdtion. elle répondra pat
da négative.

Gest an temo'n- Frock
Mircmbecu.de dépowcr, A re
tenir: commie: réponse inidres’
sonte lo axvante, 4 Me, Daw
mec dele Déletise lui deman

_ dant al & aa colnolssenice Han
riquea avait un parti politique:

Non!

| Mme. Darius: Occénad: die

Carida, wnaancidre d'un palll
résicuront est enlendue Alphot





RD




PAGE §

Congrés

DES AGRONOMES DE DAMIEN





' Paramount
Mardi 4.6 ot 215 heures
LES FLIRTS DANDY HARDY

(sous titres fremezia)

Routa de Bolosse,
Gérard. Tompératurg ty
TéL 23.92 .

| Voller de 15 tonnes. S'adres
4 sNouvelilstes.

e 4 puffer: de. 18
Femmes qui souffrez de + Co hanes

gles dificiles, sachez qu'll sul

Derniére

lournéeo



Schiller Nicolas, un des plus
ancens de «Damien» a parlé
de 9h. & 10h. do la prépara
Hon et de Yamélloration des
sols et du reboisement. C'est
an sujet que nous connais-
sons deja, pour lavoir lu, sovs

ia plum: ce Srhiller Nicolas,
dans la Hevue gui avait reld-
6 les travaux du premier Con
gree des agronomes tenu &
Darien en 1938, sous Indmi
tistration de Georges Hér: aux.
Schiller Nicolas spécialiste po
ait est d- la Hgnde de caux
ul crolent qu'une «once de
apie woud mucux
cone de théorle», Si, depu 3
a4 ane quill est & Demlen if
Wa pes vu les résultata qu'il
vayérail cvindre por unp pall
Lque aqiucel:
( v of basique, celu ne
Et







g
va pas découragé,
partalt..

D faut Ubérer ia tarre des en
haves, nous dit Nicolas, Pas



samt en revue dahg ses deux |

communications élévéeg les di
verses phases du probleme cs
Famelioration du sol, i a mis
en avant tout ce qui peut con
cure Vagriculme hallenne &
ces fins économiques et socia
is, Usage de la charrue la
heur eff cace, remuage du sous



arable des terres, matiére
ique, étude des sols et
ces sous sols, drainage utile.
jerain en decliviié, évocua

fon des «aux de ruissellement |

aération ef drainage prot!



J aver fonles ces données,
Fagronome Schiller Nicolas,
tip evieux de la vieille» pen
se bien qu'un des aspects de
nobe production agricole se-

rot trouvé poy des solutions |

Et gurenchérasant

s données pratiques, Ni
colag passe quasi en revud
> deg terres, leur pro
f por ie concours des
substances nulrhives (les
ig) et peng: tout de méme
que abime intense existan!
agricole eat le

réalisies.





fire le stata



hi car le probléme de l’amé
nogemert du sol assure la we
wux planies, aux animaux. Cha
déve
‘xowne technique agricol
ore. Pays proltique, a
une population aussi den
4@, USS guperticle klométri-
que ray inte, un morcelle-
reenmt de terres croissant une
ctfrieulture intensive, le techni
yaz actuelle dolt étre consiem
iment revises par Ia pratique
* Vexpérioncs.

Cadet pose des queationg &
coractere techn que eur les
communications de Schiller Ni
colag, Ul font des inbours pro
fonds dang nos sole de plai
itr, Mats aussi modifier cere
tconcention quand ib s’agit des
cole des mornes, Discussion









wchnigque sérieuse entire Nica |
ieg et Cad t sur le probléme |

des lalariies. L’'Agronome Vieux
infervient. Mize au point de
Cadet, Cent le tour de Do-
mond, de Reger Victor, de Re
hd Ambroise de parler du bri
loment dane lea sampagnes,

C'est le moment of inter:
vent nee aml Lous Déjole

qu'une |

méthodique, in -

c'est

Lterrcin couvert @humus,cou |

ques dans nos centres agrice |

an:

{ natonal peut éte fron {

qui oss’ste aujourd’hul aux
travaux du Congréa. ff deman
G2 aux Congressisies de ne
pas bop ge contourner dats
jea spéculations de la théorie
et dela spécialisation qui
r’ont rien donné jusquiicl. 1
esi un partisan farouche de id
pratiquy et en fait actuelle-
ment lexpér'ence dans ses di
verses plantations, Ul faut ai
day le paysen. Il demande
@ la Direction Générale da
pourvoir les Agronomes de Dia
iiet da
je paysan @ jaboursry aa ier.

ar conunusllement de la houe,
ce le machete qui eaquun-
iam tact Lextenaion agrigo
148. ia branche de service le
plus importante de Damien,
‘peut avoir un programme de
TOCH ANB. . baal
Déjoie avalt parlé d’or, Et
; hous pouvons alfirmer que si
Damien écoute Déjoie, en raat
tant de cété lea théories ot les
spécidlisctions chéres au pe
ia Prince de Sagan gui #3
veut tant aux journalistes, il
fera démentiy beaucoup de
choses contre seg viades,

La Dr. Léon Dorsainvil vé-
1 terinalre, a fait une’ communi
cation sur les maladies trans-
mas bles & vhomm:. Comme
est une sclence gui lui est
jumillére, fous avons beau
coup goute sea diverses con
sidérations sur le cheptel, lea
radiadies qu'il faut combatire,
i C’est ia seule communication



Hong et de discussions. u
+ cul crore que les Congrassis
es en ont 6té satisiaits, Mals

ime lacune du Congras: au
aim, agronome de district n’o
j ait de communication.
(Pourquoi? Immédiatement u
| prés la communication du Dr.
Doraalnvil, le Directeur Gand
ral, Louls Décatel qui a prési
dé, pendant toute cette semai
ine, ce Congres avec le plus

grand tact et la plug pariaite |

impartial ié.en a cléturd les uc
| Yaux, les Agronomies et spécia
‘ats ont été invide & hute-
‘os G entiindre une communi
ation du Directeur Général,
| Nous n’avons pas poussé no
re cunosité pour savoir ce
yal devait se falre & huia-cloz.
fais comme nous gavong, en
Haitl, tous jes huss-clas sont
toujours connus, nous avons
yordé ecte fols notre diseré-
.on de journalists...



{

Ce soir 4 8h. ib y aura un |

grand banquet oux «Ambos-
sadeurs> pour leg Agronomes
? spéciclistes. .

eee

Ge Congres d'Agronomes, |.
te do puis <
service, est une bonne action.

Nous souhaiions quill en
‘sorte des travaux deg fats e}
ces expérk noes dont béndlicie
iz la République qui coniroa
ia actuellemant, ef d’une ma.

production.

pects de la démecratie que
nous voulons, Noug voulong
lx discussion, le fairplay.

Damen donne Vexemple! Le
aulyrd-ton?

ATTENTION

Planteurs de

la Haiti
Producte

Nolx de Coco

Coconut
Co.,&. A.

- ACHETE TOUTES QUANTITRS DE NOI Dz COCD
QU! PEUVENT ETRE DVREES A PORT.AGPREICE

SADRESSER AUr

BUREAU DE LUSINE A BMOTOR *

Â¥

TELEPHONE:

BOITE POBTALE:

2477.
A. 28,

PLANTEURS VISITEZ LUSINE A AZOTON. |
EUCLA OLD ANOLE ALLA LEED EL ALLELE ER LLD LADD OTTER

lracteura qui aideran! |

16, je dispensant de ge ser

qui n'a pas été Vobjet de ques [>

| aa femme un monstrueux chon

Vhaltlanisation du

Ce Congrds est un des aa |

avec Lewig Stone, Mickay
Rooney, Donna Reed
« un autre épieode da ly
vie de la famille Hardy
la plus désopilania, la plug
émouvante des comédies, un
film dont chaque métre falt fu
' rer le rire.
intée Générale Gde 0.90
| Mercredi & 6 ef 8 heures 15
MORTAL STORM
| avec Margaret Sullivan, lac
| ques Stewart, Robert Young st
Franck Morgon |
i

. ure painture dramadtiqua
ce Vaollemagne d’avant garr: |

i

fae

i oo We couvr: qui est Gia
fcie un témoignage ef un réqui
altole.

Entiée Générale 0.20

Rex
Mordi & 6 brea
En lére parties
aA VIRGINIG
En 2ame partie:
Morle Bell dans aon
+ grand film:
LES DEMIS VIERGES
un drame social puissant.
Entrées 25, 50, 100 gde

& 8 hreg 15
En lére partie:
1 Don't Remember
En 26me partie:
Viviene Romance, Jean Gabin,
| Charles Vanel dons

LA BELLE EQUIPE

plus

tnt naonnngremeraiinnciaierinttneniteanny antares Wevtiteensesenummnnen:

Un délicicux roman. d’cmour
Une femme qui a conscience
de sas ctouts.,

Entrées 25, 50, L100 gde



Mercredi 4 6 hrea
En lere partie:
‘HONY BOYS
En 2eme partie
| Domiell: Darieux, John Los
| der dons
i KATIA
| Les aventures d'une princes
ge de la Cour de Russie enti
ehée de rélormes sccialag libé
aies., Son grand romen d’c-
nour gt de passion,
Entrée: 25, 50, 1.00 gde

& 8 brea 15

En lére partie:

2 Cheval du Cinguiéme

En 2eme partie:
Charles Vanel, Gaby Morlory |
dons

VERTIGE DUN SOR
Un mari qui réclise contre

1

i tage. Film tiré do Noouvre ma-
gistrale’ d: Stefan Zweig: Lo
Pour:

Entrées: 25, 50 eat 1 gde





Merdi a 5 brea
En lére portie:
tey de Loa Cultrea

En 2éme portie: |

Ciné Select |

Conrad Veidi, Madele'ne Ro-
bmeon dang
TEMPETE SUR L’ASIE
Lea avantures d'un forban, le
geste suprome de son Spouse:
Entrées; 25, 50, at 1 gde |



& § houres

' é ; En lére Pastia: 3
niére algue, une criae de sous |

Lea Joux sont Faits i
En 26me partie:
CARNET DE BAL
un grand drome...
Entrées: Oxies 25, 80, 1,00

Mereredi & 5 heurea
Ey lére pattie: Amateur de
Cochons
(in ame porte
Lucien Beroux dans
UNE GUEULE EN OF
un vaste delat de rires.
Entrées 0.25, 0.80 01 1.00



En lére partie:
HOLLYWOOD
| En 2ame partie:
Raimu dans
CARLEMAGNE
Je plus grand suceds du puis |,
rant comédién bangais...
Buidea: 25, 50, et 1 gde



matteo,

VOUS TROUVEREZ «TIMES,
21 «NEWSWEEK, ALA CA
RAVELLE, |





| pat plus dennuis ni de maioi. |

& 8 hog aan i

dit de pretidce qu débul de cel
les-ci quelques comprimés 3’£
phédrastine pour empécher ou-
icire cesacx dons linstant mé-
te lontes doulours et tous mau-
lalse.

Prise réguilérement, l'Ephe-
Yastine, en silet, assure le re |
four des «époquess & bonne |
date, sans avance ni retards.
Avec \Ephédrastine, les raglos
epparaics. ni et évoluent sang
aucune douleur et toute femme
qui, jusque-lé soulfralt pendant
24, 48 heures ot méme daven
lag:,a@ chaque époque, ne co




xe, Elle peut s'acquitter for
molement de sex occupttions
at surtout elle dvite les compli
cations qui sont souvent lo lot
te tant dg formes,

Ce merveilleux produit
cn vente & la Pharmacia
Gellrard, rus Férou, Portau-
Prince,

ent
5.

etter

|
|
|
REMERCIEMENTS
La lomiile Louis Auguste dei
Petlt-Gouve remercia bien sin
cérement tous les amix tent de
ja eapiicle que de ja provin-
te qui leur ont tamolgné des |
marques de sympath'e & Yoo |
cagion de la mort de leur 4: |
yiené Fils et Prove:
Lue AUGUSTE
enlevé a leur affection le sa-
madi 25 Aotit 1945,
Elle les prie de croira &
eur profonde gratitude.
i



AVIS

La Direction Générale dy
Service National d’Hygiéne por
fe & Ix connaissance des jné
sasdes que le délal d'inserip
ton & I'Ecole de Gardes-Ma
lades est prolongé jusqu’au
Jeudi 22 Septembre en cours,
el que les examens d'admis-
sion ont 66 fixéa au 28 du mé
me mois,
neers oe

RHUM RIOBE
§5, RUE COURBE, 88
PORT-AU-PRINCE








® Quand la pean devient
siche, riche ercéa, Ip
rit Gelée de Pétrole



“~ ‘Vaseline’ apporte

an ement
rapide, Vo eg

comme elle adgu.”
oft et calme!

FM TRE

1
: aseline

‘DON N. MOBR, Distibutesr |






PN ne

* KEEP THAT
























-
i

xbatrrtereseste,

Gardez vo

i



OVELY SEHOOLGIR

RR MTD CORN Nie otlen sipmmatncerne eer ee









P ‘ Save
& p Savor
uissance Sao
Colga
Poudr
de
Fil Po
Fil pe
. Pid
Demarrigh =
Farine
Ruile
Pure |
Huile
Peinte
Tbrbbe
Noir ¢
Serpet
Yermo
Maize
poeen .
Les batteries PIRESTONE sont ic
triquéez avec um matériel de cons
tucton exclusif pour assurer celts pitnowsine.
grande réserve de puissance. L’ar
matnre FilLO-Motic de Firestone la
batterie contre lo décharge et auto
maticniment protégée contre les ini
tes. Quend vous avez beacin d'une *
nouvelle botterie, insistez pour une
hetterie FIRESTONE avec sa char-
j@ Caxtréme puissance et de jon
gue durée.
a.
atteries =
ME’
DEL

«Firestone |

Te gree omen

WERE IR ee’

L. Pp. Aggerholm







I CS RY Sect apace ncaa ape

int Jeune, Doux et altrayant






Sarezrous que le doux attrait d'un teint de femos"

plendissante de santé, attire ‘attention dun home
tente plus vite ses sens que n’importe quelle aut
Cest un fait certain. Aussi gardez votre teint
doux, sttrayant pour qu'il paraisse jeune ef sal.
Pour arriver & ce résultat, | matin, le midi ot #4
yous mettre au Ut lavez doutement volre visage ae
savon Palnwlive, Buignez-vous aussi avec Palmolive









few











a

Achetez un pain de “sa.
von PALMOLIVE et vous
conservere; une peau. feu-






he, douce et attrayante,












Sema iy i Q nsetinanaianntstses stdin aainisnes: savin, . ; dE nomvpuere. oS sancti sows oat
MAISON A : COURS DETE Oo URVENDAR : ia â„¢ . ' .
a | vous tourer oss one - Kill. ix*™ "°c Tribunal Militaire

i
:

Pour répondre & la demon
ded'se grand nombre d’usa- | _ thnsecticide BXTRAORDINAL
cers des Autobus de Portoy | @ tue inatantonément Puna
Prince, Pétion-Véle, nous avon; | Wee Ravet. Larves de Mouss

‘avantage d'aviser le public | 889% ete, etc,

Route, de Bolosge,

word.” Tempér, -
Té. 2392 Hite

anemone

machines & coudre, & dchuter
& pisd ot & brow. S’adreases
Molson Coicou Petit-four,..No.
ii en fees du Doctour Nau

Englais on en Francais,

Conditions evantageuses
VOR

EDME L. ANGRAND,

Sue de la lane page



se Heuriques luli avait. conlid.@ décision da wibunal, & Vou -
























nan,



|, Preetzmann-

Porteau-Prince

ATTENDU PAR PROCHAINS vapeuns,

Lojt condensé NESTLE.

Lat évaporé NESTLE 14 1
Lolt évaporé NESTLE 6 oz,
Lelt an poudce NESTLE toutes d’monsions,
lactogen. ‘

Clous pointe de paris de 1” & 6%.

Clous pour tdles.

Toyoux darrosage 25" ot 50°,

Batteries Firestone.

Papier d’emballage,

Allumcties Strikalite.

Fly-Tox en 5 gal: 1 gal: 1/1 b.et 1/2 b.
Conserves Libby Mi Neill et Libby.

DE COLGATE PALMOLIVE PEET Co.:

2 Bavor Palmolive.

Savon Cashmére Bouquet.

Bavon Porami.

Colgate Dental Cream.

Poudre Porami et Caahmera Bouquet.

1a

#% OZ



uwissance

de



ARI E titite pantoneceanip ie

Aggerholm

qu'a portir du 15 Septembre bo déptt au RHEUM CHAM
1945 et d'accerd avec la Dépar | HON G. 1,50 ta Bouteilie.

18 Ruslle Jérém:e, dies poplars pour Alexia Letal-



foment de VBeonomle Natio.
nele, le tori apdcial de vingt |
cng centimes de gourdes 0.95)
ast annulé mais par contra le |
| comet dUchonnement. de Vingt i
} Civg @5) tickets sera venda <1
prix de Dix Gourdes,: Vache |
jeur béndticiera d'un ascomp |
fe de 20%.
Ces. carncts “ d'abonnemenst | de naccord, Service de nuit ¢’

peuvent bie émie on faveur | de jour.
Wun ou plusieurs membres eeu name nee

| dune méme fame ot {
aR NE OT sont va COLLEGE MODERNE

de la Chormbre No, 11

_ a rapide de vulgantsation ¢ |

Bue de la Ravolution on face |
Aulomobilistess, an cua de | ~~ La France Foamite Corpora | tite Maria Queraint, au ser
panne, undles-vous G veltg a. | Hon» et ln «Harley Davidson | vice d‘Henriquez. Rien & noter
drease pour réporer pneus et | Motor Companys, avise aa nom | de ceu trois tamoignages.
thambre @ oir. Un service ex | breuse clieniéle que ces ceux

Bois Verna lier, Ne sachant wi dire nl deri
“a - “| £2, Sle ne. peut renssigner ja
.MEVOIR B, LAMOTHE AVIS Cour sur la nature de.ses pa-

Monsieur ANTON KNEEH, piew. Déposition sana impor

distibuteur -de la «American , tance suivie de celle de la pe-
i

la Cour entond la déposi-
en mégu | tion de lAccusateur Militedre. «
ro de fournir rispective.| La Détenss combatira le pro- |
ment des Exiincleurs d’incen- ; at de PAccussteur MPi«rire, |
die et des Motocycleies, (de déposer comme pitces & ;

Bue Paves, PortawPrince .. | Coavictlon des exemplalves mi. :

i Ma'sons sont



«Le

“dence de samedi, Er le Great

ter donna lecture soulighant —
Le. Conseil déuide pour son iden
WBcation personnalle de tirér
dis exemplaires...

Me. Alphonse “Henriquez ré-
torque «Henriques est maduit
devant la Cour Miliciva pour
«atraniats, Nous admetions que
tas stracins solent note fait, A
vous de prouvex comment i
pout y avoir edttontats & Jai
ce souloment de «tracigs, Vous
éyoquet ute alli: de journs!
elandestin, i) @ existe. EF nonn

lubles pour une période maxi
Bo Perea max Directour: Emst Alctidor



i
i
f
i
i
;
i
f
5

Phoné: 23918 91 2234,

meéographida du journel ‘avons intormé lo Département
fusticiers tirés, on a’en souviant | de [Intérleur de aa IA para

I

yaum de alx (8) mois... !

Socks Haters DY Aatemo. | Avenue Magny
i {Pet't Four) No 19

hiles, 8. A, {
SEAVICH Avronus | Touts low classex (126
1 Philo,
‘foutes les gections (A, UC
Preparation sérieuse au Bea
cedauréat, Discipline, Bride,

Occoston Excoptionnalla iCorps de prolessours, cam:

Réfrigérateurs Glectrics ot a | Potente, dévoids),
vérosittia., Eat neuf, ' Erriet Aleiador compte 1% an





A VENDRE



| Pavée. Phone 3724 , degogie, Succés cssurd.



———— Treen SERVICE
'Semences Aassorliment incomparable,

Provisions. Alimentaites
a

?AN AMERICAN

Aogle dew Rues Pavie

dOignons|
AELLOW BERMUDA»
chez BAILEY

BAZAR

f
f.





!





| Voyez Pierre. Bouchereau Hue néca dexpérience dans li ps

i
i
i
}
i
i
t
i
i
}
i
i

|

}

i

f
i
i





4 la Police avec los «stencils

al Ja machite & mumdogra-
phier aciata per le Meutenand
Bollonde chez Line Ladune, A.
prea ta «hun cloas, la Cony
dovids Peoorter dea débats Vi
feuillets du jowrnel «Le Twat
clere, Pour son idenitifizatioy
propre, la Cour qutorisara 4
Voudlence de lundi, de nouy-l
les reproductions. Un employs
de la Garde DHaeiti casaumera.,
re waved,

La etre dactylographiés,
Vaccusd Henriques én convient,
émane de lui et davalt fa‘
re pert de sa déclaration. do
catdidature, Les autres pid:
cevaient servir de supplément ;
cup jourtial «Le Justiclors. Les |
dvocais de Rey ef Clorissa’ni

AVIS

Le Garage Kneer auralt be
aon dun hoteme ayant Bon
res réldrencen ot expérioncs
pour le «Ducos al le «Hedrenna
ges dea cies,
SAdromer au Garage Kneor
» Phones 2294 ob 2419, t
Rue Pavés, PortauPrince.





t
. i
AVIS i
ii est porté & Ja connalsgan |
@ des propridtaires do chien :
ite la Section de Médes'ne |
Vetérinae du 8. NLP A, at)
E.R, vicnt de recevoir un stock

i
:
:
i
j
|
'

Bs

ce vaccing anilrabiques et
quelle se tient a leur disposi-
fon pour [immunisation da





que vous faites.



ton, Le Lieuteant Beilande 2

_ bien aurpris une mach'ne
‘iiadographien of den atnelia

waprimés. To n'a pow toued do
fauilde midegraphids. 2uls
que ce journal na gas pare.
la Poles a di tate des repro.
ductors des atencila trnrvés.
eat danc un avail inutile
Lat pana
dHenriques, pewotie ne ia
jue, acul ta Police. Comment

pourrleevous voug en a rele

_ contre Ini? Test au moine lore

de penser op quill veut, com:

me doveut Le délit, si dé i
pouvait on résulter, consisteralt

dane sq pensde imprirade. fo
deminde que vous coagie, co
travail. .

lb heures 30. La reproduc




































i
w= : i
# iS4, Rue Magasin de PElat at du Contre | jours onimaux,
Fil Ford 300 ydes. M Tléphovie. 2198. j Phone 2054 , Damion, 4 Septembre 1945 | rdusent de recojnditre cos | tion lerminde.te tribunal pases 6
. Pil pelotie. rpidces:... le fait par les acon | huis clos. Ala reprise qu cl
7 Pl & broder. wesrnee i eés d'avolr en mains des tracts | ques insianls ~ apres. fa
emMar:yrige Foriie Gold Médal. | jné dit pas qu’lls gient parlich | reproduction dew. différentes
Farlne Dicsnond Spécial. i | pé & leurs éditions. L'audienre does, il eyt decide. qu'elles
Huile «Sun Flowers en drums, ferblancs de 1 gis et 6 gal jest lvée et sera raprige lured! u: seront pas versdes dass
Pure Lard Swiit eri tiergons et 37 ibs. ; | matin. “lag minuies comme piéeea 4
Huile de in de le Nationa) Lead Co, | one fot ponviction. Le Lieutenant Bel-
Peinture en pate blanche «Du'ch Boy. | seer NORE DLE n Cn guReaTion PARFAITE : Séme AUDIENSE nde est & neoveae Intradult
lergbenthine, “y WE THUX RHUMES: @gRONCHITES, ENROUEMENTS § ‘ DU LUNDI 10 SEPTEMBRE | pour dea précisions sur sea dé
Noir de fumée. ~INSLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS | AG heures 25, Yaudience est clarations antérieures.
Serpeties, Coutcaux indiga et houes Elwell. PORT-AU-PRINCE, HAITI € GBS pRCWINCES - | epriss lundi matin. A propos | Vous avez dépasa, dit Ar
Yermouth Martini et Rossi. Ta ; "Ca aa " te la lecture des minutes’ de | cusateur Militeire, cux cudion
Maizena et hulle Argo. foe AOR AOIS ELTA S Yaudiene: préoédente, faceu- res précedening an sujer de
~ ° : -{ sé Henriquez consiate at de- | crria’nea déclarations fa‘tea
Lae PreetzmanneA ggerhoim | monde que cela ao4 cotisiqna / por Honriquez au suiet . dey

watts, et appels, vous-a-bil dit
pourquol il s'est adressé aux
légationg éuangéres?

~~ Henrique déclarent pro
_dquer le fair play, ff avait por

tiendront-ils —
toujours votre Bien=.\ime

Gui ce palser gu'l) rether.

dans le plumiii que le gre
Her a fait certaines omissions.

«Je niai jameia adressé d2z
letrea miméographies aux Lé
élementairc

e
*

Vos Baisers re



ne




|



Frizz

UN PRODUIT DE

Kraft

SANS LAIT, SANS ESSENCE, SANS CEUFS. SEULE
METT AVEC UN PEU DEAU VOUS POUVEZ FAIRE

DE WEXCELLENTE CREME A LA GLACE. *
5.50 ot. LA BOTYE :

General Trading Co

DISTRIBUTEUR POUR HATU

OO










~ wr








Petites P ILULES

CARTERS

POUR LE FOIE

Univeriellement eonmues et qui ont
déja sabi Yestion do Temps, car ep
a. vente depuis 1890

ayant



. Actiellement offertes en
i teint de fens ® enveloppes de.6 pilales.
a un hone Au prix de Gde. 0,25 le
quelle auire gachen ;
int 0
tre: en Balges ce nouvel. emballage de

eune ef sain

je midi ot ate
zotye vienge
qree Palmoli? “

vorte pharmacien

PETITES PILULES CARTERS
© POURLE FOIE @









che peut vous pider & je- re
venir, pourvu que le mauval.
x haleine ne vous chasse de
“son amour, Rappelez-vous: que










? aur 10. personnes. ont B
ae mauvaite haleine et. ne
ven doutent pas.

Server

gScven prodenta
ous de la Pare dentift “+ Col
gate 3a mouse - péndtrante
vinfdtre ntre jes. titerstices
dea dante et sxpulse ke ger.
opee el jes particules de nour-

‘
|
!
|
|

| gations, ly plus
[ bon gens élabl: qu'un Mon: |
' de :
|
|
ih
ft
t
'

siewr de ma formation et
rion éducation ne thauralt
drasasr & des chels de Legn-
Hon -Erangézes dea - . 20-
ples miméographiées. Ca
sont-des suppléments de mon
journal qui seraient remia aux
lecteuwrs G la poruton du dit
journal. J'ai soalement -adres-
23 aux diplomates en question
une letirs dactylographise oor

:

te Sy

Banilsts. recommand 5

de!

a msisethepean oan








ignites ot earriées et

of. eniiapement

penciveg “sained | of

BGRTe,




BURGUNDY «VINTAGE
Fuacshie «Fine WEED ©
Pep BanANA * HAGIENDA
Vou + MAG APPLE

eye

lea rendant jolla.

feare guisont lea cunses de
mauraise haleine, dents bran.
iesernent: dee genalees.
gate rend jes dents réellement

proprea les
Yhaleine

o 3
i “ala chic
dari je. Vernia pour Ongles

Pagay Sag

| ‘Aquella, je les informals
; mo candidature a la Présiden-
ee, .

~— L’'Accusalenr Mibtaires lag:
stencils comporta’int un ap!

4 pel-alo presse trongére at 4
|
i

* steancg tenth ~- Hops
bod brasth.




Calgaze bacauge “it
t
5

carnal
Cob













Vopinion mondiale; écrit en ian
gue eapagnole.,
ot Mr. Frangois Moise: «Vou
Jouvoug me permetire une’ oh-
servation. Hon’y: a pas dfappel
“at de manifests comme vous
e 1Bélez. Il y a bien quelques
| exemplaires, les souls. qul-aient
wile jour. Vous save. que
c'est Voouvre de lq Police, les |
brant’ des: «ateticilex hore le
vue de l'intéressé, | cocusé Hon
nuez, Vous avez décidé, Mes
sieuts décorier les feuillets mi
| méographiés. Er” vous voulez
en timer culourd hui. aficore.
b Crest Llogkyue, vous “refaites
ce quel Police & fait-et vous
détruises surtout une déciaion
du wibunal,
“Me. Deto Dautmec, Il eat con
signé dang votte plumit! que
lo reproduction n'est pas notre
foi Coat & Taccuaction que fe
vient le ferdeau de la priuve.

Attar: qack maat
era galng. he
Reigre asth date

Vw Sstgate.



Usoren eb. soya
pina atractivel Les
plus origina’es “cou-
leurs. etoune durée

extraordinaire,

Les tons

les plus
moademes,

= ~-gevoble que le wibunla a'en
chorge,art.261. Code d'inst. ori
ininella, Novas “recontialasons
ie lea sicnells.c'aal la propria
#6 d'Henriques. Mala nous re-
fetons la reproduction talte par
ja Police. Tl revient donc & lac
cupalion de produle dia sié-
tea Nouvelles pour prouver que
les pieces en. question pruvent
plaider contre Vaccusd.
LAccusapur Militaire fait 16

pro
vou ongles en

| lp Je pomage congertant of: |

PEt non ou tdbunall) est incon

6 personnellement! cople de sa
supplique aux Légatons, dont
ta Legation Domin‘caine, les Lé
sauons Aaglaige ef Américai
ne.
-+ Quati.rbpondy & vos
mules questions?
~» T nove adit & la Police
dvor apporte copie de sa le
te~ di nla pas préciad laquel
is ef il dit qu'il eut 4 apporta.
des documents ou lettres aux
Lagations. :
~~ Comblen de lettres?
—~ Vaerisé navel pas. pré.
cad,
~~ Affrmet-vous cé que vous
vener de. dire?
woe Chal, de 1 rma,
om Eslil & vole: connd asa
ce qu Henriques avait conaliiad
avocet avant son arrestation?
Je nee sais pap.
= Vateusd Rey n'ai sae
reconnu avoir. remis a Me. Rie
gal uno mandat-aigné ‘Henrk
quer?
~«Laeoise Rey: Nayant pos
réuasi G d'aauader: Henriques
de distribuer des tracts ef st-
chant qu'il serait oxrété, je tal
ai -conaeillé de donné: mandat,
Voila comment \cl été amend
a remtize ja mandat... Inter
vention du. Commisscire Ker
'yigan, «La Défense. sowligne
avec quello insislance. que
Henriques n'a: jamais ‘tré. co-
pie des siancils. Ei poutant fl
von trouve dadresser au Ma~
| for Atlee. Au bas de feullles
wminiéographiées, ne licen pas
; Voveu meme d'Henrquet, di
font quill avalt du faire jouer
gee relations jusequ'd son imc
g@ nation pour an tel envol C'ert
la preuve quill a adriasé son
paper aux ldgations éangd
res! UB a avoud, Massieurs.
Vecouse Henriques do ie
| pepéte, je mus, mol, un horv
| me d'éducotion. Je ne pourais
adreseer 4 Mx Clement! Aad,
Mr. Traman, un papier mimes
geaphlé. Fourie dons un wa
| semblable adresses un ergh


















Voly Gulte en dime. Pays
Sp seal “he Nouvelliste”

See ce ara ass eee bie
DES NATIONS UNIS, PROPA DANS TOUTES LES LANGUES

GEANT. LEUES NOUVELLES

RIO DEJANEIRO 11 Sept. Le

Conseil El ctoral Superieura) miler Ministre Tojo a -déclard | re aw bas dix siencil, c'était | pour | ; ecu, Je lut-al demande de me |
décidé que. les. Elections “Légia: tre responsable de Ja guerre, |
lotives et Présidentielles dob! { nais cela ne peut poa faire. de
vent avoir Heu au Brésil ie 2 lui un criminel de guerre, | quel point la lberié était 9é-
{
1

Dé mbre.

WASHINGTON “11: Sept -—
Tar Léqation du Thovland a. ln-
formé qua désqrmals ce Pays
repr nait soncnon de slam.

BUENOS. AYRES. 11 Sapt--
VArqentine arate Ja Charto
deg Nations Unira da San Fran
cisco.

WASHINGTON 11 | Sept.
Le Sonateur Connally, Presi
dest du Comié des Allaires &
tasgéres ‘du Sanat a propasé
que le secr.t de ja bombe ato
migue resta an possdesion dea
Etats Unis. mois que lasage
dz cette bombe soit laiss3 cu
Conseil de Sécurité des Na
fons Unies.

BERLIN 11 Sept Chaniont
VInternationale et deployant
des drop aux rouges, une fou
j@ eatimdés. & 90.000 personnes
ow défilé dane ta partie Bsr de,
Brin en Vhonneur-des «view
segs cu Fascismer.






WASHINGTON 11 Sapte)

LUniversiié de Georgetown a
signalé un «forte remblemont
de tue’ G 7.900 miles de Was
hingion,



_tecret dw la bombe glomique ‘ pus encore, i faudiait la pro

pul dactylograph'é. Las nota?
TOKIO: 11 Sept-- Liex-Pre- | bene qu'on me reproche figu:

faire savoir dans-le cas. of le
journal serait distibie: justia. &

CARE 11 Sept Le «quctl. “ queatiée. Des clloyens “aon!
ken nationaliste 2@ le Gouvernement > anglais. imagination, &° a7 terrer pour
ge ae servir-de la Ligue Pan dire la vérité,




Arabe. comme un inatruniint 6 Me. Date Daumes répond

cents Vintluence “économique “Ga Commissaire Rerniacan §
de EtateUsis of de la Russie | dara le Moyen Orlent, _ | dana ce xnota bene. Vous sa-
OBSLO.1L Sept--- Quisling a vex bicn que Taveu seul esl
616 condaminé & mort pot leJu- pas une prowve. Le Code de
ry. Ses biéts’ évaliéa & 1.049. ” Manudl.de Justice Multaire 9'&
600 kvoner ont été adisis, bowd lonquement a de chapi |
LONDRES 11 Bept-— UAa. | ne de Fayou dquivedant Gla
given, demeure ferme. dung i prouve.L'aveu doit
sa postion de n'aceerder au ' 14. Pour conoborer Paveu,f laut
eung priorlié dia Russie dans ; la présencs. de sea‘ diplomaies,
les Trotiée de Paix dans lea Bal. iémoighent avoir racu les ‘pile
hans, et de né pas ‘révéler le..dont s’agit, “Cela ne sulfa!















ela Russia, . | duction des pieces tnerini-

NEW YORK.--. Le correspon
dant de la CBS & Tokio, Wi-
loom: Dunn rapport: de la capi-
tale. nippone que Yexprpthier
“Ministts H. Tojo s'est “suicidé - sez, c'est: la pansée de Vaccu-
| quand: les hommes dele poll “sé, une pensée qu'il n'a commu
cp militaire américaine sont | niquée@ pemonne.. Comment
vera pour larréter. an ther conte. lui-la touts, le -

NEW YORK.- En. derniara | délit.









wails regu ces pieces, lfavdrs
que le journal. al} porn. fl n’a






heure Je correspondant.de ia |) Mo. Frangois Moise «Le jour,

, OBS, Wiliam Dunn informetde tnal-n’ea pas paru. Pour ‘le:

WASHINGTON Vi Sept Los |



omeéricains.
MADRID 11 Sept.
o Kindelan, £









rae de Vinidnic Alphonse 2’Or
eBourbon, a d& a8
q des douze unitéa du Ca
iinet de Franco, sont en. ia-
veur de id mouarchie.
WASHINGTON li Sept



br. du Cabinet de Roosevelt
que Trumin remercia, va leur
ipimitié, sera diton, noinmé
Ambogsadeur on Halle on ef
Frame:

RIO DE JANEIRO 11 Sept--
Le Deléguton dos Etats Unis &
In Conférence de la Radio a
2 une résolution récla-
re facan urgente Ja li
: des infermuions

enbe Jas nalors. La propos
“Ken présantés por Adolphe Bor
le, Ambassadeur des Etais- J





nt siqué dimiouchs |



“oy ineugquré ses trrverux cujour 7 nous. dire, s'il a endn dire

dhui & Lancaster House of les

- eux problaémes.du monde — en

Franes Biddle, le premier mem , pulx. Des questions urgentes

|
|

contréla, Lea rugses veulent sé

tis au’ Brésil, demende Yanna |

lation de toutes © ristrictions |
qouvernemeniaies sur. io trans
miasion et le réception dea nou



ve'les ds Presse. par Radio dea,
moniére générale on . pense

tinées & Sire publises ou radio
d Htusaes.
PARIS 11 Sept Preaqu‘a

Vaconimité Is Parti Seciailais ,

femeais a refusé do fusionnar |
| rence économique © ariglo-amé —Sen'di pas dit céla.

rleaine ouvt ire see aasises du. audience est levee a. midi |

joird’hul & 18 heures: Lord Ha.) 80 pour dire “reprise 4 4 hau!

fox, ambassadeur aux Elite: Cres. poms pe |

} Unis représentera le Royaame LUNDLAPRES-MIDI

“Uni at William Clayton asbit- | LUaudience reprise lundi a

@vec le Parti Communisie.

MCOSCOU 11 Sept. Le four

nal gouverzemental «levegiias |



avec violnee. accuse les Etc:
Unis‘et VAngleterra . davol
seule conféré avec le Rel . de.
Houmerne pour. réclomer. que:
le Ministére du Dr: Petru Gro.
ag soit ramplacé. Au meme mo
ment & Moscou, Staline olfrait
an grand diner cu Premise Mi



rtatre Roumain. le Dr. Petre
Grezd, ! les discours offic els |

pmrigent de it «chatide aimios
phér: damitiés.
BERLIN 11 Sept— Ta. 6



000 pHectiniers de querre aile-
wmeuds. hovaillent sous. lee .or-
dies du général. Bisenhower
nour faciliter te retour des. sot
tcie américalns d'Europe ~ on
Amérique:

SAIGON: 11-Sept Quatre
francais. une lemme: et. deux
enfante ont été tada of 100 au
tras blewsds & la-suite. d'emeu
4 # anti-francalses.

TOKIO TL Sept-~ Le Génd-

Avihur @ dissous le quat
t néral Impérial joponais
& partie da 19. Septembre.

BERLIN iBept~= Byron Pre

ogaidialt chef dein Censure

da gqueme aux Piewe-Unie eat |

ostiya @ Berlin, comme. Con-
rid: Lisgnhower.
LONDBES 17 Bogie H. Mar
Hon a ah que la Grande Bre-
iogne a subi 4 milliarda 800 mi
Lous de dommages materials
gor terre ot 920,000,000 on mer.

lement annoicé que $00.) +8 te
irmé qtie les forces chinoises yong tba sulvies, Cleat d’ail-

“eont entrées aulourd’hul & Me- ture mon. associé. Nous’ fous.’

4






Fokio ga: Tolo est encore vi (ila falia.d la~ Police’ Té
vant bien qu'll.eut tenté.de so terben'y a pas:de journal clan
: "dest'n: ya des stenctls =
La premidre’ con, sis iptit simplement. La publici

:¢a des. ministries des -cl- oat Je fot dela Police.
ivtes Suangéies des ~ Etats | Me Moise et Me: Kerby re
Un's,.de Russie, da Grande-Bre prennént Jes questions:

jogn’, de Chine et de France | Me. Mo's: Le témoin P
















! aque Henriquez aval 86 jude,
ciplomates se sont attaquéa | emprisonnd pour. conspiration?
lo question formulée: ainsi. Ur.
sollicitent attention de’ MM. iémoin nz peut déposer - par
Bymes, Bevin, Bidault, Moir. |
tov et Wang Shih Chieh.

LONDRES._ Dans léa millevy
compét. nis on pense que le tral | YAccusateur. La Défense vou
116 de paix avec Vitalie alir- | lut.dane d'autres audiences
“huera @ la Gréce ‘les Mes De | s'opposer au témoignage, pat

tre Fattention da Tribaval

cécanéeé of domine une po; out dire du-témeinBellands. | i

pulation helléns. On souligns | Jonglant avec tes textes, 31 pu
en méme temps Importance . idire admeétire le témoignag:
stralégique de ces les situées | dans de tiles conditions. Au
tout. pres des Dordanclles’ ot | jourd'hul pour les besoina dé
‘a Russie réclame ‘un dro‘t-de




servir des détrolts avec sécuri- | xoui dires:

16 et prétendent que tout au | ./Me0 Kernizan: Dans. quel |
“font qua la. Turquie contéle “but, Henriques raditdl des
seule ce passage, il n'y auta visiles ‘successiv:a aux léga-
de sécurité. pour elle. D'une” tions?

Wodigelt lecfaire. pour’ les >
qur cStte. conférence s'est our | tracts et les. lettres!

i

Be








tension et doppréehisio —.. [irsets of les lettres, a-til eta plu |
WASHINGTON. La couls | leurs fois dang la sulle?



i tunt Seordiaire?d ‘Biat dirige Ja “proe-mdid 4 heuris, Agsiniaa

‘ ddlégation américding. pes de plus en plus wombrau- 3

i

j








TORIO Ta tadio de To “ge. be témoin & décharge Her
kilo “er publié.. aufourd’hul un mann Pape, cfd par l'accusé
ordre du général: Mac Arixy Defay, préte sermient ot dépose

“prdonndat aus forces américal comme. suit

neg dorréter lous les anciehs cle m‘appolle Hermann Pa:
‘membres du cabinet japonsis pa, citoyen haitien, égé de 40
; qui avait ordonné Yatiaque de uns, industrel. Jo connals Tac

Pearl Harbor, ‘eusé depuie plus: de dix ans.
CHUNGKING — Ta 6 con entetanant avec lui des: rela.

201 caphals de Vindochine voyons tous-les jours, Jo né
frongalae, ‘Lecontracta aucune alicie “dons

PARIS .. La tadio de Parla Je rayon de la petite industria,
ie @nnoned commie que plu jon s:Wement sans lul. mats
sieuts unliés de la deusiome. sons ea collaboration. Ce main
dvision blindée du général | du Adit je ['ai vu; Im'a ca
jacqu w Leclerc pont parties | compagné & deux rendez-vous

hier de: Moutlle & destination |-d’atlalres, oe E

de. VIndochine. w= Lnecusdaveitll Thobi
tude de vous eftiretenir de ses
— ae privées?
we Cones oul Ue souvedt 4

COMMUNIQUE _-ynoi en toute conflanee.
Insti eo’ tthnologle ~~ C2 8 Aol, au cours des
deux eniretions, yous atal re

/ -Résultcta des Examena (See mis un papier, un tract?

'slon ordinaire) — Non.
Ont réussli Boververs cuz Voccusé ab

Michel Auborg Selene! des reldtions polit
René Lalor at - ques cvec Herr ques?

Roger Morte) oo Jo s go pag. /
Achille Agistide ~— Quond avesvous appa

Mare Forreay. _ [Yorrenstion de Deiny?

i

3 corolie | Le taroln nia. pas de o> | pares quelle ne poal pos ay
te ad ' at :
‘salt ren de sovig.. polliqus|
;

nées, Aucun- diplormate nia. ja ' we Datoy slisthil rend ou
\

pas paru. Ce quevous braddis m. chee Goelgens. jo Yat vex









i
LAccuseteur fe't objection & ;






oul dite! Me, Dato Doumec-ct |

gut lactogon de. procéder.. de:





fa couse, 11 touy> nalure! que |
a témoin. Bellande dspose por.

verte. dans. une atmiosphére da Aprds Vavoir: fait: pour: les. ee aaa
Poul Fle-Aimé. Brudquemen com \ -+ Le Meutenont © Bellande. -cément em plus les
Lee journal humoristique qi Cemot n'esiste mame pas m’avali donnd Vordre de Hlero bs ja us les méme

_ dons e langage usuel! Henriques. Jd) vu. Clorissaint. Cour
‘Ms. Riga: Yaccusé pa Le témoln ast renvoys. pi lig’ étaient ‘enasm-) neate.—-
hye, sl acit Henriquer da rg bul Succéde — Frarick Guet- bl: @ la Rue Pavée. Toujours xpli

‘uit de la game Page)

o> Delay est mon
ae motu, (lest & mon bu,.wn sgouvermem:lt proviacites |
yenant Wun clleyen éminenl, | ayant invite le israont &
yancontre ches Gaetgens pour j tn jurste qui a longlemps en
une alae de culllases et de eeigndé « la Faculté de Droid
jourthettes en acajou. oo Non véplique Me Cauvin, Uscns 1%
Vous atil parlé d'une. nous n’avons pas peur, NOUS
mankesiation politique pour - ne fuyons pas les. débats.
le B Acti? Quand ‘le.motment vendia, 48 cssormbiée le--presilge
Non. ine m’a pds'ditce- | nous nous expliquerous larne:
“Yo.” 1 coment, courageusement sur cat
Sa livretil vérigusement , te quesion, de -gouvercement
& sen cotlvilaa industialles? provisoire! ; ge dea
«Waateont pour cont & gon Me. -Pélig. Magiolte tuniche

travail? hy
wow Belle houre loisse tl i Tai profamélon glomips lg Droll take nous 4 volb.

ole facétieux aysia dans











le travel? : Gotat tionnet-d I Eeole. de |. Borosy Danis cornat Eraest
a A heures p.m. UB con | Dralt, volontalzement jo. ne 6 ant depuis 2 ane dal
véle la rents des cally, Lpondrd pos a celle question | ces relations daltaires, dex cour hte A le Chee



uges aven Vaceud. DD a

lations aver Henriques, one





Saver-vous que Carré eiun le





du sujet dea raps.
fectuer & tine amialngn.

Cord vous atl remis un
wreeet? Etaital dle Cher
rendez-vous? Réponse: ‘Nonl-~ Ce
vous Vaccidé Rey? Jo «
eq famille depuis longiems
conte cher Malval, membre de personn Rement de nial pos p
14 pattie iiduatrie/ Jed'ai lala | : Hqué Rey: je sais quill «
6 vets 9 heures wn quart. mes cours & la Faculté. Es:
Sacond iémoin; ‘cité par aj une homme politique? je ne

‘défense, note contrare Félx Sais pas!
Magloire: dgé de'69 ang,.an- L’Accystiour: Pourqu
tien Ministré, diplomats, pio cusé vous td] dome
fessour ce drolt-civil, dro. vous avies peurd> lu
ened & le Faculte dé Droit | o> Clest une pla‘sn
Félix. Megioae comna’t de sevait et flpensait qua
| réputotion Vaccusé Delay; iT denes; fut de-mon-expa

eat tas Hé avéc sa famille Ni poutique me porteral
ey rencenizé laceusd: chez Di | snader. de toute manifestude:
f
}












‘que.





~~ Exootement 4. 8 heures a.



Cependemtad| a saisi ce
gue ative les dewx:

[dans ld mani?















tae ae arene oo
yeux co momentol iby adi pacifiqueou civiqus.
iuit son joumicl. Ce/6 Aotit, il). . Me. Kem’zan: —- Mio} j
Yeo ysnconwé & Jo Rue du Peu- Te estan homme d’fish Sait ne?

pleeen compagnie d’Henriquea



vevarcient. di lo Chambre-et :
que fa s jon dala Ghar) ~Celea &6 le cas pour Io «C. Chambre?




te présence?
— Non!

vous trois partit le. premier?
= Th.semble que c'est. moi,
[te point quHenriquez me dit
| Félix, asta. pour de moi? : n - Rent
| Waccusé Deicy souligne que
fost pluiét lui. quicpartit Je
premier. pour se téndre an 7. Eslimlez-vous que e'éiall Sa Ce six
yondse-vous, une: indignité? & lo..Chatnbre,

< Savied-vous que laccusé 4
Delay Sie't porteur da tracts? | PeUl @ propos de la «C.D, B., | Menriquez.

zo Non, je ne. faisa’a: pos (Une Commiss’on jugeant —-Quend: evezvous
| Penquéie. woltes contre Haiti, : Detay?, Ms. (Lauren).



publiqus a adhéré -& toug- les. tien,

le dilfgrend par eetle réponse: un conffere que je goevicg mi

discutée & Views actuelle. ‘y & Porvete: lon de Cloves) ud da trac
di medtin, Th aed que cot foots non

Bap
tn semen. Pradamment, 16. cemcines
iamoin ait de ln distance @0- reg Mo:
ie lul et cas deux prrsonmages. 2. Laekuasd

. Qniest-ce que vous ave; |

- Yous voyes bien que Hen | nag moi, ditt
qaez vient de me. le remiilre. | toi cir:
s pds encore pulsque fon. Le
pas ancire déveiop-

a stribua
‘ ges tracts? Vous en avaitil.don

il que.des Commissions Etran- i -« Non, aux deux questions.
eich! once que lea d:ux yeres se sort occupées dis al | o-~ Saviez-vous quwil y .av-
i fedres d"Halti? iait.une -manifstetion & la

Ekeevous' 4 la Chanibre: 3p: t ‘ i
| tonteux: Vindépendence deg eB Rom?’ ¥ avies-vous © yu
Notions. est relative. Delay? Etecll en compagnie j flent deux |

we

associé, ‘ cotde a peur dea fumibres aur igque tousion d'eaprit & gulvse que sigailté le. terme! Ms tae
‘\fs débats. Le Major Magione rent précize qu’

get Sd ux Aes, BONG

- Lprimer en crégle, UL ne TORO a Olé wor crreur diy
i dra que par des monceyllabss | melé a ube oft
telligence. en vOuers “j)-c 616 Boere
beaucoup & Magloire, de iui :

\ gvolrdeit pirdre devant la do |, i Ou cotig d








que riques? oh dta

Ini out conlér da déponition feriotté Hosta des
‘en bramedis, conatile un mi

fata.

ourmolisiesy Nowe te) Ce 6 AGM, eelevons
contididdans vile Gla mparie “Hencques & lo



ter des. gens. 4
Capo
Penrignez o |
eetibicrhc nid
Yat vii t










wise inna















pesede, UW contiait Garé & Ja | homme polieue’t” fa cat 2éphoin qui Vo ar | Pours
Hodone, ne poul gavely. Jo ne le commala pas-aous co 7016. Quelques. insianls VCR. 46 Coriesa
: au ow nem, i se mélo de po- | jeurl Pei Dpicior paisible. ou 1 YW gteatetenalt avec Clorisssint |... De

}
a eb de mauyva
leguanl, Cr








didlo Gene quit 1



















































core rejete 1c
deeigués ‘can
"pour [Gtobline
vent dire t Ee Opens
i ane i ee wD la de Sécurit
/ Pre. Gaus y ja Mique des











































taunt Neu Je lendemaia. 11 Dy Res Comme fonctionnalre, | ~~ Non. | nie que qe p i 3
~. Henriques remil — des-, Yol ew GMostaller la Cdfmis.. Le tém est renvoyé. Lal | aceusés ne yo ton — ¢
2 PE i x $ Z ra E a 2 .

peplers, Hacta & Defny en vo... 810" des ‘Réclamiatlone:- com- succeeds. Romain Zéphirn, dé! sa cay tas 4 bird y a 2
eB ¥ : P sb contre les 3 ’ launique dés

ne avecat: fal eye (as ive Guoché aux Recherchos™| jes débats. ff ¥ te
Me. Ponamy,. avocat ide VEtat ah Hoconnait les au cegh Carré : fe la Socisié
Laecusé Delay, equal de] 7 Trbunal d'Appal: devant 30 res. accusés “de'vue. Delay, a iu : :
LU gler-cartaines affaires “franco. Va Yu pour Jo premilére : fois.) ique: : y penile, lalla |
hoitiennes. Per alleurs, la Ré & Voceasion de son. arrasia: tsulte aussi «

Vadeplant ou



pant Soviétiq
tela idde.
Bots sont for
_ Oe) watfonten

— Eovinde ac
| foment Sovié

Ant

jai su

- Non, ¢'stal’méme un hon » Sortont ensemble aves | i
2 £ ALBEE g s a 6 te SDN g'6

oxraté (pee diux no , eS.
pour: déve : tons pleines














i }
jp + bul: comneisses-vous d-s 7 Pouvez-vous. comparer Loose Avonze beurre!
ectivids polidques? Commissions: G:une Commis: |

“gbedizectour de
de peralire.

CHGS

* un gouvernement? dusitie Ettaré, 4 préle sermon! -crété. Clorigsaint,

j ore Le témoin peatil nous di aluciives
| = Non, je savels qu'il salt sion Unernationale qui gurait ze.en quelle ciconatatice, i a tere. <6!

' prouvant 3 as ae cs
| Yiciment regre
: jemps cyont

£On em 4 tocetances dé:

@ bien mc
ie mond: a b

ture & r cour & la violence, da 967% 98 dg 40 ats, pre nsemble' ala Rue-du Peuple, sontel sur)
' prendre lea grmes pour tenver lalre d'un atelier de la pe aver Delay © tte fois: J'ai donc

_H nriquez? Un homme de &" cemblant Sa“dépos‘tica' sa: 9 aint commeltditil: un
| plume, de parole, de théate et tessentiza de cr chocopayohi. Céit cy momint of vous lavez

ron de violence! ue. A: relenir, qu'il | Brervous au courant ue Jaceusé Delay, comme di: —- Tl causal avec un

qu‘Hensiqu 2 organiagl( une POL Pepe ete au rndexvoud! | -- Avievous un mendat |

santlestation. Ceat 16 tour de Barosy Do pour le feire?

ord

9, dae sy loppit ©

~ Cariainement oul, leo dt we yentier du jionche allont & la messe; jai M/s® solgnde.gpris de la longue | mandatll Je Vai anéié parce | vue.

coind Henrigu es qui ma de Volte're et désireux de ioe Sue je connais Clorissaint nour ——
i 2

mis un tact & cet effet! re sentir quill coftigit le beads” un «récidivistes,

i Comment aves-vous jugé tongag:. Les réponses dans un poe Pouviz-vous expliquer se gi ips grroRts
ce projet vhrangals baroque tradultes oi que vous entendez par acl | DU NOUVELLISTE vou

2. fal compris qui comet “alert vaille cue vaille of a divistes? Le témoin ue

pevt | eLAISENT. nicounl

inf une imprudnce, stam don | Musee" Vouditoire ayant be répondre, lest de la Polics, NOUR OTN SS
né lea mosure politiques. ge | POln de détenio aprds la lon dit Me. Rigal. {1 ne gait pas ce

+

rote pays.
‘to défense icit & ce moment
1a Yoblectlon a toute uno sé
vie de qu ‘ations adressées 7
“jemoln por Vaccuaciion: ce
gon\ des questions. souligne Je
conscll des oomusés, de nai
‘ye & porter le lémoin @ opiner.
Hous fonectivons quelques |
‘ures. Que pensievous de ia
| cenisine légales de la Répu
illque per une Comm ssion In
froationale? Quelle esl 6 vo
pe ona Vopportunité d'un gou
vornemen| provisolre clora que
fencione un gouvernemar!
consititionn:lélu dons le
‘oe altebulion de note commu

"lean comma

EEG thins: PALEDMPDMALEDRED RADE IGE LAMA M elt He DOTA:

_ Si bon avec
les climents