Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
s de Me Arthur
Commentalres
¡50B LH mWXTKSR
• a®sA?wsm
Pak amt tjamma® á# batme
«wmííl lei act lá di wait jkstir ¿0 ioulsa J«s poitri
-jims « caí*® heure oü, -dans ¡es
ia in de la Grand# Toar-
Documents Historiques
Sur !a Redditlen Japonaise
Owl ?e&3 aug hmmrm- • m
tonne votante 1 Cor» íi va soi que, sí le souci de renck©
durable ia Paix entre dans le
cesur des hommes xfeerdté la «eesrisé mo&ámfe
m pr.x
dm sacrifices de mil
üons de vies humadnos: cm
â– pax de destructions, inmiag.-
nabJes, des ceuvres que la Ci-
vUfeaüoa édlEGit leu! te
&ng des slédm &í qui íai-
míeni Voiqudil de IVumcmhé,.
L’ va de so-, disarm-nous, quo
la bonne voicnté reciproque
des chele de touts® les Puis-
EGncesvíc:ófieíiM'S‘''|>oux ©vi¬
ler tout*? no uve He catastrophe
d'un© Guerre. Les peoples,
cans cesteohdi’daiis, panseront
tews plates qmde-vjont ©aco¬
re ■kxng’tamps soigtier. Bt s‘ii
en étent cruiiemtent, il taudrerii
desespére! de LA ven ir pour
-~ *l& Kouvellistd* 4n déje? y~
mu- text© Integral d& la
taléis effrs du Japón de se ren
dr© a la condit.on que EEmpc*
mux rest© au Pouvoir.
«L© Nouveilfete* a trnssi pu*'
hué 1© texle Integral de la re¬
posa© fait© par les Eiate-Unís
au nom des trote antros allies
on guerre contr© ¡e Japan,
Nous donnons, cí-aprss. Ies
texts® dee cm tres documents
historiquefc feuivarvts: Rápense
du jopen acc&pianl sans reser¬
ve les conditions des allies.
La Declaration du President
Truman, crpros avoir pi is con*
| naissasce d© i’acceptatlon sans
I reserve -du Japan.
, La Repo's© du Secretaire
| d’Etat des Etats-Ums a I'creaep-
i tatkm sans reserve du Japón h
xani les grande© bgnes d© c©
qui doit étr© lent pour la sqr.a
tur© definitive de la Redditten.
Void ces documents teston-
:ques:
jreponse japonabe
ACCEPT ANT LA REDDITIOW
«Sa Mafesté TEmporeur ‘©si
«préte á autoriser et á faite sí* ■
tíonsi
Les arm oes trcgiqu^ que
nous venous de vme ont ac-
erumuié tant de deuíls ©t de rui¬
nes a ir erréis le monde; ©lies
on‘ é:é pour les nations com¬
batíame® une tslte craeils pá¬
rtase dépzev.ves. qu'on ne
peu? que-re compter que sur
is respect des engagements
pris pour eríce i netas les ¿in® aé-
...eo:ul.anl..de..ia....Vi.claii©_de&.Jof.:..
ces de- la" Democrats© celta
Vcíotae qui víent en-
dn: d étre reraporiée sur
cenes du Fascism©, du Naíis-
me, en un mol du totalitarismo,
Avc&sí.. y ous comprenons bier,
•ourquoi, avec un© clcrlre v*-
non de ¡ avenir, la Delegation i
^’raguayerm.e^ lo récente Con
íérence de San Francisco, for
rnula )a proposition, rappórle©
par notre Confrere «1^ 1*^2tin,
-en-son- edíCor; dtr ld cottrarrl,
Cctte proposit-on, comme on
i'a vuc, tendait á amener Fin-
- San-Francisco des dispositions
cdditrc er-elies desdnées ,¿
m eux assurer la Paix univer- )
sede, fondée sur la ggrgnr
des droits et de la liberté des
mdiviáus de tous ¡£s pays, et
de chacun d'eux en-particuder,
s-cus-ra-T'c:tcmc©"d'iin© 'rroxrvei"
Je organisation internationals
S í! est vraí que la formule
de cefte proposition, inspiré©
an plus pur esprit d!attachs-
men: cvyrídjémx démwrath
qnes r.e fut pas conferee, i!
est tout de mime Juste de no-
ls'. qu'ede n© la:’esa pas fndíf-
fé*en's ceux quí, bien que ne
I'ayar-í pos incorporé© d la
Charle Mondial©, Font vísih’e-
ment ponagée. Leur adhé-sron
trouva son echo -dans la Gran¬
de Presida áes Amériques: Et
cost ainsi qu'un journal de
Buenos-Aires *La Nadon>, nous
ccppope toujours notre excel¬
lent Confrere «L© Matin», a ap
puyé cette proposition de la
Dfc'l&gation Uruguay©nns, en s-
criv^hitt ce qui suit
«La mellleur© gaxant'e d©
*Paix, c©tt© formo, consis-
«ferait daT;S un contact intime
«de ces n^dion© Ces signetai-
«res d© la CIk^® San-Fran-
«cisco, assurémv*f’*t) ©t Ies cois-
«sequences perfuses ssra;©nt
en réalité, moins possibíss
'dans \e& Etats gouv^i-75®3 par
«des procédé^ dictcrtorlaC*»-
V-E DAY1 ^
V-l DAY
J*© «V-E doy» signiñ© W jour
do Icr Vlctoir© en Europe. La
lettr© V r©présentant Vicloíre,
Qí kí lettr© E représentant Eu¬
ro©©,
H est tk mime pour 1# V-
J Day> qui MgniR© Jour d© la
Victos «ur Japón. La Jettre
J leptésemmt Vktohre, et la
ieh'® J représencmt lapo».
Mu ed done Ja signlta
.^disVIit V*J, -
* gner par I© ISo'üvérhéméht 'TcT--
«ponáis, et 1© Quartier General
«Impériai, les termes nécessaí-
«res pour Texécution des con-
«ditions contenues dans la Dé-
«ciaration de Potsdam.
*Sa Majes té TEmpersur est
«aussí préte d ordonner que
»ioutes les autorités miiltaires,
raénei;r¡©s et navales du Ja-
'pon, et toutes les forces sous
j'.leur cqritóie, a quelqu’endroh
>oii ©lies se trouveni, cessení
«les operations actives, ren-
»derú ieurs armes, ©t ©mettent ;
* te'is ordres qu© le Chef Su- i
«prém© des Forces Aiiíées au-
.«ra.requis.pour l'exé'cutíon des
«termes d-dessus».
DECLARATION DU PFEPTDENT
TRUMAN EN EECEVANT
LA REDDITION BU JAPON
«Tai regu cet apiés-nuái un
«Message’”dti GbuvérhémeíiT r
ojaponais, en réponse cu Mes- .
tsage que ie Secrétaire c'Fia^
«avait iaít er.voyex le 11 aoút.
*}e considere cet:e lépomc
«comme une complete accep¬
tation de la Declara! on ¿?
rpoiséam.cpdi spécifiait 1j
«La fetnd©*%etagn©, h |
«Ruaak ©í la CMne &exom |
«préseitíses par úm cf&ciec* !
«naúía grad¿. ]
«En attendant, íes® Forces Ai- j
«liées ant regu ordi© de sus-
«pendre fouta action
«La Prociamadon da V-J, *
Jour de la Yscíoir© smvxa la ?
«signature des tonnes d© Ja j
rH&ddidon du Japsn». j
REPONSE DE l BYRNES A j
L'ACCEPTATION JAPONAISE ]
WASHINGTON IS Aoút - ■
En xecevaM 1‘acceptatiort du
Japón d© se rondare sons con- *
díiion, 1© Secretaire d'Eta! to 1
mfs Byruers o reznis ay Charaé j
d AMaires de la Suiss© a Was¬
hington,'-mordí soir. d 7 Leu-
rea, la lettre suivaate:
•Monsieur,
«Me reférant a votre Commu-
«nicaton ©n date de c© Jour,
-ne transm©;taTit la réponse
,u Gouvernemsnt Japonais d’
».¡a comínumcat.on que, par
-votre mtermediair©, j'ai tone
«au Gouvsrnoment de Toldo,
«ie 11 Aoút, au rom des Goc-
* vem^ments des Elats-Üms, ct©
DhtcfeM^Pn^
APfjaf*fe%tg:mu«9«EaTcw mam
iSS
Ko'21^00-
¡>. a. »cm & m
MI, 33
- MEEC. 15, lEUDi IS at VENDHEDI 17 AOUT lUSXtmM ANtte
a5gsassg»~BMr Pour Palemón!
; DES HEURES
"" ^JPPLOraETAIRj^
zReddition Incondiíionneile
«¡opon.
*Dans cet:e réponséV"B"h"'í
-oucune reserve, Les dfrdng?
«ments sont ©n train pour i
«sig^arare des termes forméis ■
*de la Reáditíon, le plus v:!e |
«pcss;bie. i
«L© General Douglas Me- |
«Arthur a éié nommé Com- i
«mandant Supreme AHie pour j
«recevoir la Reddítíon du }a- ¡
«tx>n. I
«Chine, de Grande-Bretagne &t
«de FUnion Soviétique, Je con
•>s‘dére cene lépense comme
> un© entrare acceptcdcm de ia
«Dédarchion de Potsdam, et
«d© cebe contenu© dans oa
"delire du 11 Aoüb
«J'ai l'hoitneur de voua iníor-
«mer que le Présidenl des Erais
«Unís a ordoané que le Mes*
«sag© suivemt vous paxvhnne
.z.pQur...éPa...transmís_cni...Go.uy©r-^
«¡'Amen: Japonais: Vous agí-
«r©2 comme suit:
«lo. Un© prompie cessation
-ées hcotiKtés par leo force-3
«japanaises doit étre crdonn.ee,
.?©1 le Commandant Supreme
«Alii© doit étre informé de !a
®date ©1 de i’heure oú une
«telle cessation sera effective,
«2o. Envoyez des Smíssaíres
i 'píxnédí&émént' au. Qóznxaar*-
«danf Supreme Allíé, avec des
s'níorm&úons-snr -kr —dispose-
*i:on des forces Japonaises, et
«avec des plains pouvoirs pour
-■prendre les dispositions qué
éiíé díctera, ce pour lui per-
>rne\üe d'arríver a- Fendrcit
qu‘ 1 ¿es.'gnera afin de rece^
*vo:r ¿a reádltion formal!©.
«3o. Four ctteincre ces üns
¿ de" "recevou la reádíti on, ;©•
FGéfí-érd'Mc-Arfnu-'a-été'dé^-
* signé comme le Comman-
-dont Supreme des Forces Al-
F&s.s, e? notiiiera au Gouror-
â–  neme^t Jcroonais Fheure, Ven-
«droit ei autres déía.ls d© cefte
»r©dd:t:cn fcrmelle.
«Agréez, etc, etc
S> James F, BYRNES,
Secretaire d’Etat,
La díLrate question de. pale
, me*: dm heurea aupplémemai-
res cus iozicLaiiriaires haitlene
des Douanes, YStníqmiion
' au Service de la Quamníaí
; c.ú mt d nouveau sur 1© íap:s,
< C> préte aux Duigeants d©
| íc Douúno ITnlenCon d© satis-
| taia ,e dézir de la Compagine
j i'Áv^moit de suspendre le
I pa ozr.cri des honres supplé-
! mente rcr de travail, en ms‘u*
| tear:i des equipes de tour ©t
í de stdi
B existe une chose qu’un en
icnf de sept ans comprendía
aísémeni
La volcÍnSir-¡dgms-tous...leg au-
CHOMAGE
Pour célébrer la Vlctoir©
Nous avoris, selor: Ies tradi-
uons d© notr© maison publ é
la longue leture du Jug© de
Vaíx de Thomazeau, respondí-
ve á une. not©,., perrue aux edi¬
tions de ce Journal, I© 4 Aouf
en cours.
Nous crvons été precis darns
nos informations. La source dé
notre agent áont nona avons d
nous íouer, taut d© la formation
que de kr probité proímsio.y
neUes est cat dessus des mimí-
tiés de Thomazeau, Son rap¬
port ct éié rériilé en tout point
par un memhxe de notre rédac
ffon m ixouvant á Jmzieau de
sermedj cr lundi
Ceci dit, nous détachons de
la longue lettr© en question ce
l>p[®sag©: «Le réle du Jug© de
Pesiar consiste oídinolrement et
lout mmplemer-Á & visar \m con
irahúes que lui présente l'Ad-
mmiBtratkm dm Contribu¬
tions,., Vous convtenároz avec
mol qu'en Haiti comm© du
reste dam kms les pays du
monde, 1er pmcmí'on de rim-
pdt pr^ení© toujour® dm dií-
Íia0é& atueqpiaiteie llteü, pom
m pm qm^añm- Ja marche do
la mcra&g* qmmmsmfáám
a taut ltoquete
obvie par une précédurs spé-
c;u-©...» Nous donnons ocíe a
íxtre Jug© d© Paix de sa décla-
i ii.cn. bt nous n© cesserons de
s¿gnaier con© «procedure .spe¬
cials^, tel 1© fait d'astreindrs
a !a patent© d© couturier©, rou¬
tes celles qui d Johxeau. posse-
dent tme vieili© machine d
coudre, Quant a I'argumenta
lion de Mr. 1© Jug©, que ces «da
mes ont declaré aux enquet&ms,
qu'eltes sent couturiéres de
profession, et ont pear conse¬
quent payé leur patente pour
1'exercic© ©n coure, ©11© étcrfilit
!umdn&usom&ni que l&s con-
traintes out éié décemées a
Joíneau, soft plus d© dix dans
un homami de 200 fet^. L©
Jug© d© Paix vou-drcdMl nous
©xpHquer 1© fait d'un© coufu-
riér© jxxyecmite par dix teles?
lo déckaration qu'&llm acquit
tent la tax© de leur propr© mou
vem&M, nom mvom c& qu&
cekr aigojfie,.. On connast la
bourne du paymn devant 1'au
teitte.'
Nous aimerloos conudtré 1©
rappel dm miyuéimtré ' des
Contributions. Nous tenouve-
U>xm notre ttemande d^squéte
tree pays dessems par lee Li
goes de Navigation, les hsurss
pipo ementemos d© travail n©
sorJ pas payees, if est normal
qu sn Haiti, nous ne puission?
pas sxiger qu'an fasse pour )&i
Ha tens ce qui n© se fait pas
Mats, par contre, si les Keu-
res supplémentmr^ d© travail
sent payees adietas, 11 ©s‘ ¡n-
~t:Oírrp?©h©rí©:-bíe--qu;-OH--—veui4?©-
lr-s rehusar a YHcdien, ou qu'on
pxer.ne des disposition^ pour
qn’O r-.e bér-éíici© pas d© ce
qu© tons les autres obtíennent.
Pcurquci VHait’en doit-il ©*
tre toujcuTS sacriíié, ou-demen
rsr 1© «dindon de la farce»?
Nous répérons done, que si
Ve paiemenf des heures supple
Í rnentaires ex:st© allleurs, il
y.'iant qu'ú existo aús.si. en Hai-.
ti: et s: ce paíement est ac¡~or
"'~S~e ''aiFsufs, ' alers' ;! "s'erd "oUssí"
accordé en Haiti,
C'est ce raisonnemen? juste
et équitabl© quí doít prévaloir.
Un Ttcuvel horaire vienl d'é*
a© éterbií ex la Pcm-Amerícar
Airways.-- II y aura, dé^or-
mais., á 2Ü...a.vÍQns par íc-’r,
les emccués doivenl éae sur
¡ les dents, de 2 heure3 du mex-
"dn d 11 heures 30"du solrí
Non seulemsnf"" nous sq'F- "
extons pour nos, com patriases
quaucufí» formule ne eoit créée
pour les priver du paíemen* des
heures siroplémcntair©^, mais
nous demar¿do"ns que. ce. can-
msnt sai: faít sur le MEME
pourceíUage en usage dans Íes
cutres pays.
Les Ligues de Navigation, la
Compaqráe du Wharf pai&nt,
et largement, les heures sup-
plémen taires pour taut c© qui
concome les Douanes.
II nous ssmble done que ce
seraít Injusrte de changer \uo¡-
qn& ce soil dans ce qui exists
jusqu'ici, concemant les hon¬
res supplémentaires aux aero
dic-mes.
En vue de pormeitro á idus
ce célébrer kt Vctoí.r© dtií.rñu-
v& dam Je Facbiquo, pai la
capitulation du Japón, 1© Uo.¡
vemement a, par son commu
| itlqué, décrété 1© chómage gé
! néral aujowd’hui.
Cotí© mesure m juslííí© par
i J immense explosion de ;o:e
qu'a provoqué© a trovers ,e.
monde la grande nouvesi© de
lo fin dune guerre p¡an©*a;te
qux mena^art de se proiongsr
indéfhiiment.
II est oependant á déplomr
.Ie --.-peu--d-©iiihouaic^me-- -se^k©--
vé chez- nous, par un si Im¬
portant et heureux événemer-?,
dont nous dévrions pounant
nous réjoulr comme lous les
peuples quí aspírent á ber.é-
f;cPer des bierdaits áu retour
de ia Paix et de tona les aven-
tagss quelle procure, daña
l'ordre économique. sccic!, etc.
Bref, nous avons déc’dé de
taire parcáPs *L© Ncuveliisfe»
jourr estitrrant quta' p'crrt
le devou do féter la Victoir© do
la Démocxatle, il y a ausai ce-
luí á& ?«■>*,/ la pu'ol < au rou-
•,ant de,, gtnn ib oyr>u<>,tu‘n js
h.storíq'i*,, q x. f*?. f m* I la
íraxn©, • o«s | rot.veí’aid d>e
donr.ex dona;, r.ux oavi íís
de nos «teacxB I op>o/,u dé
oe iétei. cux auss!, avec: os
ieu?s,
I Comme fuer, ú n y a au au-
, journal du sou, notr© Ca-
! pítale n© pauvast reslar doux
j iours pleina i^o&s nouvelles,
j atara que des événements de
pkr-ptus--haute'-fraportonce so-
! deroulen? a I'extéñeur. En oc-
; complífesant ce grand ©íiort,
abonnés et l©ct©urs de ne dos
élite «déconnecté^* avec \m
fails á& oes cernieres 24 heu-
ies.
Domain vendredi, nous ne
pnraítrons pos, mais nos cu¬
tres confreres serón! présenla
pour maintenir la soudure dans
i ycroioBer aM-'(taw Rempiacera.
too bloncourt?
Tout le mono© s© aouvíer?‘
ó.m% cueoíuatauces, as«©x déla
-u i/., ¿ wuí t,u*.n>h a« a&pii*
,*> iv . ií4y, cnut du uepuí.e
■ »« «t s' . u u t ou Fuxmqa#*
O.ilU.» D - 1 ( V.©g ílxátCb
v. # P tptM, *t entró© d
,<•< í.'Uuü;, .«rale des
Lpor^.
u, p.i i. p(nbo**i*i» ...nía éié
q j e • pcat rempiacer Mr, Blon
court au beparternent d& ITns
Auction Puóhqu©.
«Le Nouvoiliste» avast ómís.
el ómot o-neore i'opvn.oVi que
•F-Educatian"'Phys'que; dems iss
uroks, -do i éir-e centralise© á
la Dírect.on Géiséraie des
Spo,;s.
Jusqu'ici nous ne savona pau
sil en sera a insi.
Pulsgu'il est iorie.m&n’ oruxí
qu© le Départ&mcnt de ITnsíruc
tíon Publique qu: sera désor-
rr¡ai£ desigrta so^us le me 1-eur
vocablo de Département dc-
1 Educaron Nalonale, e&t oí
'passta'''d‘éífé'"'créIacHé“de VAgn
enísure et du Travail, el Irai’ á
Block-Notes
; M:
iveau tu
nístr» do
HE DEUM POUR CELEBRER
LA V1CTOIRE FINALE
D’apres remission radiopho-
raque local© híer, c’est hmdi
prochain que sera chanté d la
Cathedral© le Te Deum cele¬
brant kr Vkdcire Final© des al-
Hés le monde.
Cefte cárémonie revétant un
carácter© particular sera c©r-
tafn&md&t tres grandiose.
Nous n© savons pas encore
st ce sera un four férió* ni que!
&n sera 1© pro^rmme.
Did, nous aurons 1© temps
m lenselgner nc^ lecteum.
Pent étr© máme le Jour de le
Víctoire qu'oura chote! te Tré-
sideni Truman sera c@lui au*
autres Natíom-Ursles, Ei alora
sa célébrati'on aera unánime
darte tons tes paye aliiés.
Jtes cérémonles nfm mtotá
qa» $w graidlcw,
Le sucre biua est raüonue.
La Hosco caLegue que ¡es gran
ves demandes de sucre a© cei
■e quai.te staxpiíquent par ¡j
íaíí gu©" les distiucneuis . .• i;
sent dans un metange ave.
: cu oros sixop pour ©n xirer ou
i ciaifm. L explication ce —
l c ant avec les hauls pru< era
I cioáin et du s.rop ces jours-c;
| semble évidente. Ma»s ceux
! ¡a qui se conhaiesent en un
] t.uabon dedarent que c'est u-
| ne íaái8"pour détournex Taütn
te . d© qui d© dioit sur les coa
sts vraíes de la rareíe de.su
! ere bran.. La Ha seo. aurait.
ebe, au cours ds la derntere
* salson produit tnoíns de sucre
i de. ce type? Le rségoce, ceiie
ío.s claiidestin, d’expedition de
.sucre brun. dans les bes envi
roncantes auiait-0 recommen¬
ce? En vue de prolenger le
marché no.r du sucre brun, des
gens aurax©nt-ils monté une af¬
iche de sucre brun rere? Ga
je a Yentrepot, gare au mar
ché noirl
On signed© un© recrudesces
ce de vote d'ammaux dans tes
sections rurales -de Cauniére, ;
Bellanton, Lasserre. Les plant :
tes oni été rendues a Tofíjcier !
do la Polio© Rural©, mais jo*: 1
qu'd cefte hour©, pos un seuJ
délinquant n‘a été ansié... Les
victimes n© savení á qnel
saint s© vouer pour s© proté
g&r des'raids dévasteurs du
cheptel dans la région...
Au dépot de la Socíété Hai
mere© de proteger ic consomr
¡tur du marche noir.
Une enqueue esí ouvertc a
íuufcCv. sur., k-s. cpntrqinies. áe...
coí.¡¿c©s centre les paysau.s c¡
qu. i o,, .rapóse u.u siatut ue
; onimergaiKs qu'.ls n o;;:
Le jugo de pa;x de i'eha;
cans une .sure ouveiie de^xu
re que les fa.xs relates
í-.-ux, inventes dans í'espnt da
nuirél'
Nous deteuohs aujourd'hui
la can.íraini&. numérotee R. C.
..ú...._A.....u,S.iü. .dácemé.©. ...conli©.. .le....
nommé Altidas Enenn© com
me ta Itaurâ–  Appartenant o
lo Police Huíale ds 1332 a
1342, áepuís placisr de la Lo
fsri© Naden ate, Aludas Edcr,.
ne a renoncé au metier de tail
i sur. Une contra! n te et ¿a
peur de itaxécudon fudícrrim- :
luí font ¿payer once gour_- c j
5.0 cts au fisc. I
Puis les rotes de Limpet son: ¡
balls avsc la coilabo.'asíO; , :
Magistral 'Communal, cuta, o: i
a une respon&abníte. D'auiaet :
qué tes virtímes de cetíe !¿s
caiité se trouvení parmi c«í ^
Id qui Lont combattu dans les
di verses étections comme na¬
il nous est revena que les
•souscripiions volontaires pour
tm pont d kr Riviére Froi'Je
vont bon train. II est ques
fion d‘une iiüfeaüve prívée,
ceux Id qui ramassent les
sousariptions auicáenf du reo
áre gal se-
ducation Nc
: , ..,^,5 et de LHygíéne. nc'<>s
i ¡ravons qu'd atlendre oour
i \r>lr...
í I! irruí evoerer mué sí cene
vene
pr:sn
tarn
st
vra e,
ion se¬
ta une aecitacn
do o-r Bterm-
cenfrc'¡taatlc!'. de a
rr*;x mains de \a D
éralo dos Snorts.
rt:
COMMISSION COMMUN AL£
«BIG THREE-
L'heurrus© íormuie que vie.it
de tieuver le Gouvern.omant
cans le choix des nouveaux
meralores d& la Comm’asxon
Commur.ale cte.Kenscoít, peut
..©U.i.i. ..gaaliiiée-tae . Thro© *
pour un «Qae Small* Commu¬
ne. En efiet. ce &ont MM. Srr<-
nanuoí
V\r
Joseph Na¬
cía;, et Robert Baussan -qur ont
été déstanés pour gérer tes ;n
téréts de la Commune de Kens-
cc-ff,
'C-r M.r=ta-s r,y r^*Lont
,S t** ->1 o. -•-rc- -c V
tes, 'te r-r « e\ qt-ta'- com
orehensioti et ae xeurs eneas..
' v "• *•'-•» teí-,4* *r* t
t a ,? í ota’c prcw-©íls
Mu
pm. e
liano Américaifí© de sucre, te f die publiques tes souscrtpilone
commsrpcmt déímlkrnt pour a-
voir doux sac$ de sucre brun
n'eet serví qu‘exprés des dé
marches renouvelées pour. Lina
crfptlon y dormant droit Le
P&part&hmt da Commerce con I
trote te bóte d» dfsbibubteti.
Autant de precautions pour
prevenir te» fraudes. Eh ¿ten
mordí maijte un- commergant
capote a pu acheter dans une
maison dans te girón du marché Val
Lérss 500 sacs de sucre bnm.
La vente d'tme si forte qua*t
tíié avec une idle facilite
coas semble junar avec te sau
(J 4» C^patÓMR) dw Com
teches. Ce seraít un© note
dtemutetten pour lee retarda-
taire» ©t \m© gtacmti© pour
tons ceux qui . déllent leur
bourse. Un© insinuation mé
chcmte a vite fall d© brteer Lé
Vob Suite en Ume. Faqe
HUMOUR AOUT
tlxi «Conga^mcai» hlaUan
(bvaiit ia vlctoir© .final© dm
alliés s'esi teerié: .
Si tes «Tchéque»* «oit
»auvé»4 moa «chteqae* eet me-
nooé» -
SERAIT-CE-VRAl?
On nous informo que ¡es Di
recteurs et Professéurs qui ont
éié invites á suivre les Cours
cLEté ct qu; sont logés a VEco*
le de Maxtíssanb aurora á pa¬
vor chacun vlriqt-crnq do ¡leus
pour lour entxeiien durant !©
temps qu'!Ís rosteront leí.
Si I© fait as! exact, oí) n»
peut que talaincíro cx*s serví-
tears do l’Etat dant tes salad
res, déjer, n© sont gnéro alié
chants, Quand on pena© que,
pour repondre d l'appel d-s la
Direction Genérate cte rEn.»a -
gnem«Ri íl teur a Mh' hlw
beauconp dtalfarts, car il y ©n
a qui eont chafe d© fetmlll©
nómbrense o! ne touchent me¬
ma na# mansueltement de» an
pomtemahts de vingt ciña dd-
lars. Touteteís nous souh.u-
v>n« que celta rumens soil of
f.cieltemeot démenSe» sTI v a
lieu, cat un Prcémeem d© Pro¬
vince non» a appar# qvíú a été
oüfdett«ement lonché de te


gwiiit té f«poü?
¥M*M2s¡£A:-
, , 1» as¬
pee 46® «j» la Japan
m"mt-'BUt íéccbá !
om du Mayan-Ag*. l/Easpc
mar étót «i eoc&u* a ítra i»
Diao. to Pspe, to Cbal «aijoU
je tout poluact fcier: pcut'e
á'sto® jso2>|í!5S# Jssasi* uñar
amptm pendant cs-jx tnRe
trios «Sí sr_s. H E® tait ocre
eriste (Ur's» }84¡sa s:e¡ris sai
cus éstmger r.® pcsra,'! áiixir
3S»r sm Sapo" an-mirir
to pc.ne í« reír. 0® r'&j:
ep,'®a i95': q’^o toa E'áj V ®
.e- ::r,or; .-
r .Ti.e serte Dr-.-,
fez tes c^oiog,.*-» a cfeil *
gn* cvcw .* Dzn Cr.G
¡Ti f cvcc r r ^ -
_ tí le rTc es- f*hí "ví; ~-cr.„_ - j:
0 2 ror:.i, c z „ v.
vc/cn: mc.tc*' ;
.G i-col t-ojc c„
‘r ; _ r~;::m“
trc&e: c"1:-. •'<• _ a *>•*
m cru 6-r G-. . V-fe ‘ :.. _
u.r *• j c’v -- se ~ >
- . ^ *â–  *_rc _-r
crq-.r - c, p- ” "
Des ox _ Tcp
-”o i zsz' ~ - -
I„ cfern-n c.¿ c crr^ ' a
CCr^2T-_ cem 'l-1'-
> r>*,e - - _
C x _ _ -
s o.
I Jk
t¡SW «tiWiaS J:1B¡ ®BÜ l#S Al
tomes* $ú .«fitoí®»® a
SMk T«t»ásü I* Jas#» ful
ocOjwMtet Ks«f' &ng ai
Wey Huí Wei et toa FwtEftfts
Kmnrog Tchaou,
Csss concessions parovoqeé-
jeat us» xévt3totio& £& Onn-s
jfcoft» por é®® taiáife «s, non
¡por ron&¿e~ *qr"2dQ&v Cas r4-
- valfés xssassactésuist cmq cenfe
l c^n^ers ©t rlnrení as§í$g«r
, Lá^sÜORB d«s pays sino
peons a Pekzzi. Le Mlsis^c
1 aiiemar¿d fu! toé. Las ETOÜ
! ves zangaíses, a.ngkñsea &í
!> /'“ponoises prirent d‘osscru!
-• «’/3.H puk PékiB. Les Chi
' o-3 b& soumiren? cmz condi
, uc¿ impose por les va-.sx
*--e_^e. Co fu? 1© p.od d fer
* re cu® 1© lepen &xn on Chine
c « deva.t luí psivnetíre de
¡-O -s ve trop soasen? ses ero
“'z Z3 conquéle.
S': í 903 oh? serípuses d;íí;
" s éievér&m )e&
- s e? les Japonais an su
* c<* 1er Mcndchouns et de
.n Carée. En JS04 les bosnh
ie?a;er.:. Caere guerre
revoca la ía.hh-e-.e Cu Tsen
e cuotcg pe: cong-g la piússan
'u o- lapos s’? la psriscnon de
* ~rgcn sa:.r:: arlhaire eí
: elle, a r;.S; cur sa fo. el
. spri? ncd:o:'a¿;s?e h--r
- -s hirerd vcrincus Per'
Aeucccmba apios un &;e
a; 'rercorab.e. Dans la '.e:
r;n.e rarcllle de Mo'lrden. 12i
r.:;:g horn mee parent “ues Ma; i
••'*.•: re Por? Arthur de ITe d.• :
1 Paramount
* ttm nm ms - 'u,
iüomsm wm&®m
MH.ODSS â– 
£ne amor &s#í «t B»d
wai Üii> 4^e da* grasás
jause baS mwr y«tes. ta
bsastó «arocato» ám g-j-to
Entré® Généraia G Veadreu: a 6 hnw.
filO BITA
ct»c Bsri AhEoít La® Coa-
»C«, Ktráteryn Cteyaon. loan
ttorsto
- non Esalamani Ss plus
Giand spEcíacto. mato ks p:
ipü®, to ptop. bruyanto, to plus
ballucixiante das ccntodies t: :
sieaks.
Entra» Gd. 0.30
á 8 toras 15
En lera porp®.
LE P.ETQUR DE CHANDE
9áo» et i Dame episodes
En 2ém« paste:
la rsmnE X
ceec G.ptoys George. lor. .
Beal. Waseen WUSknn
... te drSTK-e engoresato d :
ése que .es sucor s'ances ■
"pr.durí a ' pee des déstoáas
Er.aée &!e Q¿_ 0.S0
S' Btes Cby&ost&eia B&auhuuc>
®: Afea Macho! Basrefe^ e!
I®as& asiar^, Mt. ei Mme
BsKKaxíf eí Uvsm &a-
lacta, fee Vve Michel " E&
[ t^iz» Mr m Msn» Samuel De
* r:#cx m Wax £¿et Mr &t Ma»
j- Oompm el iero eñfosfe
: 14r He-rTéhus César e! ses o.n
i fenis, Mae Paiméhe Casíma-,
i •e*-*w"eafcBBaK'-Mr. CanjefTwar
j scáfe Mr. Kléferí
¡ T«sn»t3iB^-«| Irui ills, Mr -Mar
{ ce! Toussainí ei seá enfarde,
! ksmIBes Loas Charles lo-
I s^epc, Faustfe Poilevm et Des
i roulssrux et toes les cutres n...
• rsa.ts s! a!h¿s r&meraerh tros
“ sir-céTetseTi? tons les am.s
1 Ve srmpcth:® quhls leus o.u,
s‘ .‘-“mc-'-ccée- a -'occasion de la
mart fear -e-iraUe epa. v
: aití z*z „ re'* o* fe r*> ..
cure.. e\ &&cn¡ íreuv.
PXPCC FchnPhCh
---.t.e o .car rív. - or e M '
BLACK PLAd
us tos tmmmmn
—~
Ef&cace. une mart certain©
pour k$s tnouch's, moustiques,
olatfees. fou'd?, punaises, mi
tcs. BLacL "Flag"""eef "us" insec
ticide magique! C'est 1® d©
barras des insect's! Se fall
er. liquid© on es pondte.
Rex
end. a S :;:e.s.
En 1 ere pcnlc
Hcwaha:. Pv*‘hm
En 2e~e parget
Liar:© Bell Ah>sl lacquir
Charles Vane! da-43
IXCIOM D'HO.VNFUK
Ur. ilm de sacrhlce et a©
veuement..
Entrees. Goes 25, SO, 1 VC
a S bres IS
£r- lere pcihe.
Sou ‘ an Saxon
ietr. Gas..; . M're.,.e 3-r 1.r,.
n-e Noío dar-s ¡
PEPE fe .MOKC í
Enue-os: 25. 50 e? 1 gds
MAEfeGE
; =■ a e e -rh. ' ” '
ce ae
Mn& Helene St Exo¡
Jjfe Sera-! la-Esp-hs-ta- D« jt-r
_ :-rt S»- ’l ’ Av r =■ E*
Apr?.? '■; r n ■ • '
: mant© reception. :éuo eso '
r.mltés dors l©s salons de'- é-
p-o0.x .M~ces“1~ A::úe
Come lime r.ts oux :'.ouv(- 0.0 x
c:
JN£ PENSION POUE EilfeA
Madam0 Jo * ^ fe>s a m
i*-’- Di^ qv¡c. ia’* savo r . ./
'u qu a a ^’O.’Jcu. 2 1 1 I
- ^ " - >©, ©.i, fu > * i
c e¿ e ,0 3 * tru 'iv 1 . > I
re lou’e íute??© ou ¡ej. t- ! , 1
nú voudrea! S9 terur a Pori j
so.’ pCtor .*©' *-u !
our
vro
rocohe are! e'.a
, Ly.et- Oa >eune h;-
d- -cc y.c de co-i
Elle ¡ear prom si he
COGES C STS
A PEGON-’GfeE
iaho ferubias
PVace Lou*/«Pure
So!; noce VUla
Telephone: Nos 7115 —
7334
1. â–  ; : v; mements
1 -.'tUvesse: a M.:n. .. net.®
E-eslandes tuc-l.t* Charles Jean
i/ feas Peu-de-Chose» pr¿3
: e Sosther.e Cearard
P. S. ?::ére ds s'fecT'.re
a: debut d& septeaibre.
A VENDRE
Bearer;» dé Jara a ve sebe
'adre^ser d Mu' A:.are Char¬
es Grcnd'Bue No. 31.
VeBdetirs d@ Bois a nous somme© toufe» |
duns J'achat <3© grand© qucmülé d© Bol» crBrúiw.
pour tout©s inlarmatiom s’adrosser a aair©
I'Dsine a fArcahaT©E'MoiiBÍ©ur Alvar0®‘‘J^itS#t’daL '
Man^inetmir©
Bxtqves-«Ira.
SO CIETE ANONYME
Capital: $73COO
Petites Pilules
CARTERS
POUR IE FOIE
! 'rjíveríci’ic-mcm tonnues ti 1}UJ o»i
.-.cto but: 1 ao!i-.»n -iu Temps. Cal ta
^ i'5!..c OrpuiS }»1^0
ActufJitment »>/fej*ies en
envek'ppes Au pnx de G sacber.
ce nc*¡¡ve¡ erobaiiag? d*
•-on:: pinirnuaeu
FETIIÍS PILULES CARflSS
» pour L£ rom «
* *ef€x e - • ■-• -
‘é de o C- ..-: r - ..-.4 *•;: .
0^-»O r >V'-> s- /- '* to to O tot'to/ to is- 0
¿tres or,? connu lorsqu fe re
e:oea;e:'..‘ pas encore qu iU-
â–  nl ; Et:;: Va::aere-o,x e: tout nuh
Le me later: de la dyna.stle.
o;r.: rap.?cl at- lours cor:: -
-.-ns cor,? rme d éde la ruare
e oré-occuDahcn da i-aac* s
e jcpohals de to-as les temps
Meuwe
TCtre
TiifeiU©
Vcsitur©
Ce nasi pas ;ie-cs.s4cIre ne -afee: ía oeauté et le brillan?
he voti© volture se déterloaéo, *Sixnoniz Kleenex» el »Sfeoniz-
la proteger.: et to gcadent aussi bolle et étlncelant® qu'elle
m Veta;? ava.h. Simoniz Kleenex ©niéve la sa-
.^to. ie?é. - Simon. 2 ;arase- un life protecieur. S:
W-MAfbbAb^-% votre vohur# a sub; des deteriorations du fa;?
ae ta poussiére, du soleil ou ds la piule,
vous dguv&z ¡ai r&donner son br:U l si««- en employan? régui.oremen? ie
tren temen? de beauté d© l uxe
.. ¿e sim0ZÚZt
v'er.dred c 8 hies.
Fn lere par!;©.
DE? ANN AGE
E-; Vente pari e:
Lucren Bctc-pt: cams
UNE G-UEULE SN OH
Entesa- Gdes 25, 5G, LOG
a 8 hres 15
Eu ie:® peuti©;
Acrualres Univeisc|.; e? Ur.
Apres Midi a Deauville...
En 2©ms partie;
Luué Fleur, jean fejnor.ee? e’
Paulette Marnier dans
ON. A ARRETS SKE3LOCK
HOUSES
Entree: 1.00, 1.50, 2.00 gdee
Ciné Select
leach a 5 hres
En lere payee:
DEPANNAGE
En 2exne partis:
Lucien Baroux dans
1 UNE GÃœEULE EN OR
Magistral© comédie sentfeen-
tale.,„ La verve du grand co
rclque est incomparable.
Entree: 25, 50, 1.00 gd©
a 8 heuies
En. ler© parti©:
Actuaiités Olympiques et Us;
versal
En 2©me partie:
LES DEUX GOSSES
Entrée®; 50, 1, 2 gdee
Greme de Riz
Ur. nouveau cereal© extxérnemerh iorhEani
Vc-^s Uairnerez parre gue m©illevs q~ue ¿a Earint*,
uQL'KCE ABONDANTE D'ERN IVFlGG
FACILE A DIGEHER
EVCEL1XNT POUR LES ENEA NTS.
LA CKLMEJ DE RIZ cosher,?-
VIT AMINE B 1
TO AMINE G
VIA CDS?
IRON
Ssr-ve-svaus d©s crujourdnui de la délicieuse
CREME DE RiZ
Trmdimg Co
mSTRIBtJTEUR POUH HÍÍT!
MADAME
£Si>A YEZ DES
auwurd>hui
Bisquick
""EAU DE FLORIDE
KCKiUy & LASMAS’S
CETT€ LOTION UNIQUE 4 PLUS U£
20
USAGES ¡
porp is mm l
APRI3 LA DOÃœJfS I
ccyxs ASTH-CT-It t
Lono.-j posa mav
COMME &ESODCB3HANT PER iONNEL
COMME P^toRFUM
FOUR LUmKQTE DU BOTTRrOIB
ET POUH RATR rJCHm LES CH US©
Pour aoulags? le ? maux de ?é?es. acigrakiea ©L
dissamentz, pou- le® morsuroe HTn©»%£rf@s» p©«
é?rrta P.©rv0ux, pour ’©a rhursea d® cervecra ^
im i&áqum ®t écbcrnl^,
CEL El IKE DEW'IS 1*08
ESS A YEZ UNE BOUTEÍJJLE
ET SOYEZ CON’V AINCU
EX VENTE PARTOUT
yOS !* MOHR, Dtotributear.
Salsepareille
ROi’fi . VOTRE
PA TISSERIE
Bisquick
LA FAHINE DEJA PREPARED
; CONTEN ANT LA JUSTE PROPOHTION DE TOUS
1 LES INGREDIENTS NECESSAI FES POUH DONNEH
j UN RESULT AT INCOMP ARA BIX A VOTRE PATISSERIE
!
| £c v-msi® deem ivnim te4 Bonn^
| cb^s
£picmim M m groa
i*«* be ittat smmm exmm. ae a &mm@
’ Vendz&di á 5 hj©@
En lér© parti©:
La Chut© de Okinawa
En 2®me partie:
he grand íüm a carocibr© so
dal: Annie Duccrux, Debucovri
derm?
LE GENDRE DE MB POIHiEH
f Reaction d'un petit bourgeois
J en face de TatUtud© malfenné
i te de son qendm
Entré©»: 25, 50, &t ] gd©
8 hr®®
En lore partie:
OCTAVE
En 2©me parti©:
Annabels et Charles Vanel
dam '
TOLLS
Use lemm© qui mcdña son
honneur pour délendr© un of
fete -
Mw4m: 50, 1 ©I 1,50 gd©
UPreetzmann-Aggerholm
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
1« Haiti Coeoamt
Froámcta Co*» S. A.
ACHOT TOOTO QO ANTIT» 0£ KOK W C^>
qbi man eth aysEcs a fOBfasw^M,
S'llDfilSStH AQi
BUEEA0 JK iVSHffi A ZOOK» ,,
am
BOOT MIHIUi A .. «
Miiwm VBBS LVS3NE A BBOIOR.
Bristol
Heconnu© cotftga?
caieui du sang.
Ptepaiahon crigvjcd© «11
Dj. Bdstol ®t s^rt posn a
AFFEOIIONS Et MALADIES JW U»
m pour provoqué©® P®L—
DOSAGE EXAGEBE D« MSOP"
DO FES. DE LA QÜD®® HC- )
Aiaai pevs 1» ■
AFFÉCIÍONS RHUMATT1SMAW.
MMADIES BE lA-W*
aüechoas N^vrakpiquest
v®u3© et GéséxaM du ^
dappeut Longueur®,.
©t Affections du Foie HE-VRES RlfeEUSSt’ ST AtfttBb .
LA JAUittSSE r iC-
Laa maiad©8 pea-»«to. étoa «■*
quii B'MOS* pas rjmai fc;M
dloamanj^o moio^fa f.i-ocul*
tenes wntemsa, &
wl @1 püiú *^r cidtoUniana auX
cea qui e«» *es»te d’ua 60» Hi
putífieotetoj *t lortifiaut, MM
a»ina,» jaol ,
>aHOE8 VK" TA«B ®
“BRISTOl1*
tas las ¡data*»* tele et dm
® TOS»
dw —
tima, da Gouita, da Codqua
Makzlie» «tu Ftri*, «MOT»
a^H rfllnlfii - VéoÉhÉtoP ^
|TW*»PWf
Besáis pof
« ‘«Hwwwi ai» *
...
> wts&m ᧠Py*
d©- Coa®dpa6oa
► popukiír» cbpid»
por r^zmaoto at
#¥«
W»E


Kolynes REFLETE
LA B-HAUTS I2S VOTES SODRlRE
PARCS Q0E
&*■ _ -T •«_ * y
Cmmatra I
Feu Importe ce qua vous dmiter
^g, yotre dent!tríce icsáse pour vou^,
~^^cel©''Id;t'm;eiix"'ip'#'m“£rutre@ *“
Ia reiser;? Xolyno» est CONCEN
THE, sob action act mtm&íEé# oar
P4iHTf>nati on -
Aucune ombre no reste sur lo sur
os b is''aprés''ufí "xte^y 3 gu
qvec Kolynos. Pos une particule,
memo dons la plus petite creecscse,
ce psut resistor a la mousse pena-
pgnte de JCoiynps. Et oucune'bou-
- che se peut s'empéchar de ressentir
la fraicheur et ¿e goút pro-pre ■ oue
Kotyt;os luirse. La con co nírat; o:n
rend Kblyncs plus éconazrhque aus-
ái E y a plus-de- neiíoyaqe daos -
chaqué tube.
Ení't., ía quah'é et -.ex párete de Fo
Jyuos son; constantes. Fas étonnent
que plus de ícmtLes el plus ¿s de;.-
tatos er usen; et recomma- ¿&~t Koly
Simancas
d’OIgnon
««HOW EEBMUCA,
etesMIiOr
- 1M, Bus Malasia de mal
TiiépbflM tm
Antiparasito;
feleitetefefismm ceas* J»
•Ífiteda®»—-AifsI-•1-Hwbkw*-:
,
L'ANIXPARASITOL sari com
rae adjuvant peadanila cris©
alfil»,
I.' AHUPA RASITOL dolí éir*:*
■fontsmaé tísas la sail» poja ¿
â–  idler lo dhmnkisi *f Jes techa
te. . - '
:zzz:::::zz:msm^c:^o.
pmsmcm de m pak
Place GsSrosrdL
Avis Important
ñapp&lmrVom que pour n.'
quer les 50.000 gourde© d® 1®
¿oferta da m» Halta, 2'
taut d'abard pmodra seen bübrt.
< Mais 2t gm s'adxasgs^ si r*
»'®s* h Paul Smile M, Bmép*
m&l Out, áetnaudes volr© há
1st óe Paul Emile M* Deadtms-a.
154, Hus da Omir», MsÉsoa
í CHANGEMENT B'ADRESSE
| La maíson «AU VITREA* pro
I prieta ire Y vors St Victor cv.se
ses ;;ciients qu',íl"cr iransíéré r.i
magasin sis a cote de Jus n.
: usté á la Rué Courbe a coto
1© Franck Martin,
¿if, lias,
fcs«i hsásé ÍM OmdqnctqM
á'cst&XZé Son Bfrcalkace
Ib. 26e i**Soi Prteiden! de
Jo BápchJamii* a btess vosajy
Ytesnarw sí d«s marque* d»;
syaxadü# fe» M oa! ^ de -
Jaessafe» J* te tfeui»;
.|hü»-te-^a»aa*-á»-eoa-^e«eí-
ím-íi. f. iim
-82«»1» a Scm teeapeaca
I fe teésiáaaí de Ja Bépobüque
j eis#i spte wm amia sas pías
i i lis recje.'cie—.ants el iw
j prfest de dssaiFer Ití l'expres-
Uden. de sa feceéee gealituife.
»>• do&i Is
vi» «at ua coadsael sappüce
— sareaWk loaf i* «muaf*-;
eKffit tjuii* peueesi olsteaa
d'ua dailament isgaliej pe
; te Compriméa ALEPSAi»
;rJj«ab^»-.«j»--deT®easfiteios»í-
¡ .aíátaaos» tel.fi»
.iéífcalaa,
2Cotr«
d’ExpréssIons Créoles
f-
stdakl d© iré© grande Taleur,
^piocui©.,.usi.aouíaqemeat
i ^iSUOTBEQCE HATIONALE
i AYIS
En yus de decisions import
í-.r.es ^ UcJecWíir d® Ja Bi-
j„omsqp¿ itcdoBOiS, selov ms
buruors ie Monsieur le S&-
rre.crr© d Erm ds rinsírucüon
' F'-ci-q-ii, comead® a MjSI. tez
members- ¿u Comité- pour l'as*
¿3 c i: Ecúadcérque Karlona-
1? de Lr.: de bien voulolr se
rsca-r -í-ud. io aoúí--I-&45¿-o-
c- baures u ru. cu Pépartement
dt* i Ir.scucvcn Publique acar¬
ré áu Sscretcire d’Eíai),
Ápré® cée de sombieux reméd^,
•naiades, soucleux dp guerk,
se doiveni^ á®. j2ke...usc^e...dM.
•GíKOpS2SJés--«AL^^L»T"^jsaádl--
earnest nouveau, mosensít et
d'une e&caálé certaure.
En veitte d la Phannaeie S,
. Geiírcrid, rué Fqtoü Port-au- \
Km Tmom &m
Conlormement-d la M, il &&i |
porté a la connalssance de j
íms ceux d qul 11 appartiendxa
i que la Sociétó commercLals en
| !,om TOllecíil; désbmiaééi jO-'
5‘EPH ERNEST sí Co. siég® so¬
cial d Port-de-Paix est dissvu-
'íé'sutyantdccordíntervenüen-
poiVau-Psince, le 13 Aoui i^4o
4i, ¿«*síiM»,euÁ V*» -W«*4*vy
tfwáwUi uu, «!.■«««'
.w»_ -Meauí, :
cp®í ^u. te líkecteart :
Oíd Gt&a&stli, i*.
^sas' caaua ia pwtt^ -
que voicr;
na uva AÍSLE «St aynoay
yp,g. cátenos»© epu»
express-iOüe ¡^•büí^íouvíu.
pour u»r ce¿u¿ q«r u. *a o©
par ¿auuíuieuoii lepéis c^ui
te'ie un «jaequot rap^LQ* tout ce
qu n eB^iiia dne,
í.k JUiWi-L íX'wLL se Uit ue
.queiqu un qtu ¿asaisB tomoer oe
a&Vlito CU-ís pvaü^Jte t-v»v
¿tujiU aoucouíwuíoo qu. J. u,u.
J.U.X Üfetetu.atíl Vi VUt.Vwiv„v.U ->
*uí avoc qm ll e&i en .0,010^®-
un type quí ue seunaui-
• L |¥!g -fki-N.v Uúus? CiiSCUteiSiOü, ti
tjui po^seae lart ateuovvJi u¡¡
& SST IOWOOBS PLUS SAGE
DE SE SEEVm BE LA CREME
BSOTSCE COHCESTHEE
N&ncis bóshx„. a Meilíotr Ge SE. J>m® pías longiempa.
* J.UARl'fTES .
S FLEISDID
mm LES BELICES .
DES FÃœMBURS PCUR
LEUS ABOM E ET LPítR Si 3V" 5
:Íp.éfatiois iancalf.es
d’aprés-gu@fre
Ls» maisons de la place qut auront des relations in-
temtrtkinaiiw bies établiss, joiteost d’avantagMs apa-
cioux .dons...la ..con.dui.te de .le.m. commerce .d'apresrguer
ÍS.
Nous ©fírons nos faciiilés d ceBes qtti désirent éia-
Hir das maiaienemí ces relations banoaires.
Nos Mccursdlea sont m mwim non soulemoni du
Canada, mats encore do beaucoup de pays de l'Ámé
rique Céntralo, de í'Amérique du Sud, do Ctk>a, Porio-
Blco, la Répubüque Itoml Pícame et les Antilles Angla!
sea. .
Nou® avene d^ bureaux d Lomkes, New-York et
Paris, ®t dispe^ons d& .. relatione bancaires.. dans tons
fes coins du monde. Par notr© entremke» ce service
mondial de banquee ©sí a vofcre disposition pour iaci
liter vos operations actuelles et cedes d'apros-gueTr®,
. The Royal Bank of Canada
Société Anonyms . 4
Capital versé : or. O5,$30.QÜ
Fonda tfe Hes&m or mmOOS
SUOGmSM£ m pobt-au-frince
g. ü G08sxm, mmvw.
CE son
mwswcvs m. a *caí3»wo^ '
COLLEGE
COLBiRT BONHOMME
Bdbíisse'mént' dXc-’Oíqne
m?nt Primake et Secondaira
Préparaüons spéciales au CerHL
cat d'Etudes aux Brevets simple
st Supérieur «t au Baaralau
-éatv * ?
la Section Enlantm© et i'En
seignement des jeime® Ü”*s
‘f-'t sous le controle de Hada
me Colbert Bqnhommme Dírec
f“urs Me et Mm® Colbert don
Bomm®.
Port-au-Prince, Place, Louver
hr.© No. 25.
*j Mcéso»
PAUL E». AUXILA
Rué Traversiér©
/'ent ae r&cevoir:
.. ChauBS.m^s... Ha.utó... .Nouveau
», tout cuir, pota Dames,
Chaussures toul cuir et tout^
peausseries pour hoxnms Chaus
arres de Sport pour Domes,FU
' «sttes, Eridnís. Serviettes de
¿5ain, Sorbes de bain, Searviet
.tes d©...ioUed©,: Ckmts.bssu épos
ije, blanc et couleurs.
Palm Beachs blanc, noir, con
eurs íantaisie. Drills anglais
tniom couleurs pernr costumes.
*0118 á drop Fil-Bahsie ©t Li-
ron fil blanc, OmbreBes es
%ie, en conton, Parapluies.
CSsapeaux de palB© Ene, á&
ttine,'de'Feutfe'poirt'kóSBmce:^
Ceinture© cuir pour bom
■nes qualUé supérteure en aro
rodüe, en Elastbgloei en cou-
M de sc^& h choieir dans 15
nodéle*-
Articles' de' md&mix. Toas'
'de'Beauté:
Phone: 2318-2234.
- AT7S”CJ; ATTRITION!
LE GENERAL TRADING CO
I 3. A.
i Présente
Les MeJíeurs vins de LA/
gennne.
1 ?zbx.z'Z-¿: ktqü M. Esp-
\ no O Hi;cr — Lujan De CuyT
* Mendoza,. Buena© Aires, ÁRG-
; Ces vi"© or.: obieuu Ies plus
f ;cures recompenses aux Expo
* ;-j>r.i de MILAN — 1324 -
Ws Rouge — Sau ierres —
"Xturr.pcor.e Dry Sec.
I A b.errt' ur. Important stoock
- .9 W«s r- CaLfornte, ©n Gal
; on - Boo:s .'.es et Barngues
' i* E PmAimLIAN Co. — ies
, ImpcTtcm*^ T-.gnobles des
- uats-Cnjfc.
A.vor,', d'aobeter vatre nr¡, té
- ¿phones au 52S5 pour les prix.'
P1AU * !
DÉUCATi:
♦ {“hzaaii k p^su d«
. hkbk o^-kBtT&^ge et -
icxzsibiz.y trapWiez úe ?%
h Getk tie Féfrole \
Egalenjent ?
hosne_.noar.!« Síég®,
Is pesa Imper*
* ^1&
-L©- les assoeiée suivaatsi Jo¬
seph Ernest, Madam© Joseph
Lmest, nee Fadou© Nader, Ma
demoiselle Angele Nacer %co~
• dememant et domiciLas a -Port-
de-Paix en date du Onze }A.
rail neuf cent guarani© cinq,
Kn consequence 1© sieur Jo¬
seph Ernest Uavaills d partir de
c©it& date en son nous propia
et sons sa seule responsabH'té.
Port-de-Pcix-le-8-Aodt--19é5;—
Signé:
Jb ERNEST
Mine. Joseph ERNEST
Lngél© NADER
CERCLS DE PETION-mLS -
he Comité du Cercle de P¿
ion-Vill© se fait le plaisir ds
porter á la connaíssanc© des
amis ©t Invifes habituéis du
Cercle qu© déeireux d© leur
procurer de bonnes distrac¬
tions pendant la period© des 1
vacances, II a decide de re- |
•pienáre sa tót© du Samedi 4 j
Aout écouló qui avart été ma: j-
heursusement contrarié© par ]
le • mauvais temps, Bs--sont
done invites a prendre part a
un Cocktail dansant qui aura
...lieu... le ...Mercredi 15 • Aoúi- 1-345-
des 10 hres 30. A. M.
Le Comité informe qu'il no
sera pas fait ¿'invitations spé
dales a ceiie occasion et ;;
compte sur le concours des a-
mls et invites habituéis du
Corel© auxquels il reserve le
neilleur accueil.
LE COMITE
SOULAGE RAPIDEMENT LES
BRULUHES DES PIEM ET LES
IRRITATIONS.
seiniiuem qu’U n'a pas ©« re-n
ts: en soil© qu-ú—a
^0 vpisn cnaimer ©t de yous
pojiiJí a preñare bou cas en
pihé,
jun DOL FOSO; S'emploie
ces-gner ur. type qu. n «.
aems Cts: an e^en
je acíit íes ¿©vres ipnvuea u©
ear ssann reviennem sor lí.-a:
raemes, et c;est cene dou.b.e
courbure labial© qui donnr
naissanc© a ce ríe vilain© aí-
dénommée; diol .íqbo.
Le D.oi íobo s© itourrit de tom¬
toms (de bananos hachees et pi
lees), oblige natureiiement ae
se servir de ses gene!ves pour
niachonner, tout comise la voi
-ture, automobile, se Bert. dp.
yes jantes lorsquelle n'a pías
ses caoutchoux. N'était-ce, ©n
veriíé, le raielíer sauveur qu'un
iriventeur- provid&ntiel vínt- a
découvrlr, je conna.s bo.n norn
bre de gens «chic* qui aujou!
á'hui ne pourralent plus' a”-©’'
cans le monde, grace a i©u:
GÍQ^ lobo....
LE RALE "MININ CAS3E
n’esl autre chosirqu'ün© d.: ,’i=
.don..interniinab]e quí a
entre áeux persormes decic-je.-;
a n© pea cédex Tun á Tautr*
un pon ce de tstrcuu.. .. C«rtM
: s»« d^cus^on qui
..m©mg£BL mala cpii dtt
, yér|icb¿e ímbi^lio....qulil....n'Mi..
pas lache de démékr «t qui
finit tuo Jours ©n qu©u®; dsj3p>
son...
IX MACHE NAN MOELLE:
Se áit d'un©( boisson delicie^
se el lorie. C’e&t ult nectar
qul a la vertu de smpenl«r a
'.buveis...to.ut..le...c.orps,...©L.quilia:t....
qu'on éprouv© de© crispatíous
plutót agréables. A un mo
moni donné, on a Timprosaion
nu'il orrív© jusqu'd la moelle
des os. Le xhum Nozo» ©1 &
«Loa» ©ont de yérííables .na
che i an mocil© qu© Ies grands
l '©nema n© devaient jaruais
;' <;I gor. L'on s'én aert égak-
rnmt pour designer un mor-
ct/au d©- mus'qu© d© je»
chaud et enualnant, dont c\n
a lieu d'apprécier tout© la vs
leur; lorsqtso da?;s un^suyé pie,
Qn....a...daus.. se© .bras...{..en has
pongnett ou) un bébé, gnou
bon ptit grain avec laqueue
en est en train d© raler un dar
jan, c'est alors, et alors «©ul©
rrert que ce maché nar¿ moei
e <»&* r' -B de„c©'ax
au'on s© sent e:nvah r par ur»
.frisson jusqu'd la moell© de
ses osL.
LE DOUCE POUR DOUCE
..esí. le.. íaií .par quelqu’un da
iouir des íaveurs d'une íem
me sans"bourso*s'dé¿ier.-..
CABRIT NAN JADIN: S'em
ni oí© pour designer un© rebv
qul malencon treusement se
.Irouve prise .éntre les daux..
losses de cell© qul la porte..
et qui devrait toujoims, en &*
Isvant de son siége, tirer ©ui
BvT' "Tobe - pou: ne--pas -se dom
ner alns: en spectacle...
Mrin reté sous ca'm faíí ije
re vais plus ce I'avant) mon
cher Mr le Directeur, nous ne
semines pas des meniagnes,
nous oouvcns nous rencouiier
ne ~n‘re tots.
Voire serve
land
Eíéable, muhga }?im*
Vaseline
Me blamez-vous
dáaimer ma Femme ?
' Elia ‘j-ouva toulours das moyana da me randjro beu
mux e( d» me fcmtc ®n hoiess «mié.
Avac Is imi HEM pcK «imple die me Mi Wss da
vrsBlt^afete Ms e( le le bole oree plaWr. Je me eeee
Edeax. jdos mtmgbta», plm vü Sms «tes* Sa el fe«l*
eous telt aboque fob vites le ven* * te desatólo
qoisitó.
P. §,<— Jte plupart d*a hos»- -
nsee prélérant 1» KUM. Acheta*
ua feíblone eruiouid'hu! meraa.
»UMJ&
PREÑEZ
VOTES VITAMSNE D'HUÍLE
DE FOEE DE* MOBUE DANS
0NE SEULE TASLETTE
AGHEABtE AU GOUT
Choque tablet*» de vllassslne A el D de .One-a day- ¡tepe
*41 ¿quivaut asot vítamlne* A et D d’ua .1/2 cuSliee i thé
dlsssUe de Me de asome
Une seule toilette de vito-
mm» A el & de Ose-a-Boj'
: ce qa'S vena teat, et tout ce
que voue paym, pour avoir
‘ votra doee jourasalióre compié
le de vitaím»» A el D. O'eel
1» aomte» d'uoilé por loólet-
t© qui com.pt© 0t 1©# toblot-
m é» €9o&-a-Day, (dépoaé)
set us» grand© pibaaonce, _
\) Tablttuw A ©t D
2) TcáMom B Co»nj>l©t
i) Capflulos Múltiplo©
Pao do m&ihsura quoll^
paa d& viktmia© plus sossu
tihquomont compasé©. Com-
mono©* aujouzd'hul é prea¬
dra las toblsttos da vitemh
a©s A et D do Oaa-a-Dcsy
Jdépcsé).
Doaues-ea ame memhroi
d© votre famihe. Goht agree
ble ai m mu.1 pm pm. M
touüoa sm grarid 1 sur 1©
paquet Jauna.
hv*i 4s, iuvftui.»
011 p» 41»
'«íí, *«<* Mn* ' 480.vna^í


Spécial. “Le Nouvelliste”
ECOtrtB se C39fTAI MS SK POSTSá M UfítOi 'SES MATIOfíS QMW, Müft&SaEUrr UEÜRS. ROOVEUUS SAKS TUUUf USS
, e tteure
sm mmcmca,—
tokio a arroncé que TErap©*
xwx H*romío c.oíoonné a toa*
so» Tés ídroéi" arméee 'Jóponai-'
w ds cesser .mir-edictomün?
¿es ho&thiés.. La Radio a ajoa
íé qu’íi" tocara p®uí étre qu©T-
qaes joui» panderin® a tonina íes imité»
sor le tooní, oír qu^qum tor¬
ce* níppooss apéren? daca des
Um tooléas ou bans ém man-
tagne», line coBuaumcatk»! oí
iictoll© du Gouv&rnerner tí topo
nak a cet eSi sera Idita 'direc
tomen? cru guardar gránéral áe
Mac Arthur.
i
SAN FRANCISCO.--- l'Agnn
c© Dome; a rapo-orlé que H¿ro
hito a orden,ce au Prince Nara
b¿ko riigasái Kurd, i'onci2 da
Elmpéraíre© Nagoko de íonner
un nouveau Cabmen Un pgu
plus tend 1 Ages ce de Prease
topdnarse ' zuk; don; le Cab. riel a va h pre
senté uñé a erutos’on collect**
v© ¿ }'Em pere-r cprés idccep
san^l&Is Oht lié &ba8o& pele
-bsTeHlÉtoe- ákd%auiaiit'4a.;fjur:
s*;ée. Le communique a cunu?
Zoé par «iileuxs qu‘xm nav.re
auxtoaire améatxun crurait et*
enaommagé iundisorrá Oto*’
nawa. II y eut 16 morís» 14
ble&sés et un dispara á hard
ce c© navsre. Hi©r matin de
bonne heme los formations aé
Hermes de Halsey' ©nt attaqüé
un pett coí^), 5 camps d'avia
:u ph-rn.
er son m
% tod i'o::.
-ra obi&cúr u:
le nouve-ats
Ion cuelgue.?
toc-onmsos. â– 
Arüa refuser
mils 1941 :¡ a ote roces com-
mandar-? en cr.ei de .a carde
r aliónale,
SAN FRANCISCO.--- Oí ap
peemd cae 3 c-:?’s Mirto iros
du Cabirn
mission.’--?
? offic ers
térieur c
t de Suzuki oíd de-
cWourb'hu:. Ce som
Fu Minister® de i'ffi-
sevoa ¿e vice Minis
vi Saca o cu; fui cus
n president du coras des -/o-
omaíros. Les deu:c cutres dar.'.
,a déni-ss;on a e:e cop.nrmée
car la Had'o d- Tokio son*
Ryom; Zuke, djecieur aa bu-
reau de la Pobo*? eí Kingo Ma-
ihimura, c’heí de ¿a Polio© ds
Tokio»
RANGOON II a ©té con-
fumé oíücíeilern&nt que Tendré
ú& cesser le íeu a été donné
la rsuit.dernier© por m Quarder
Géíiéral de kr-- I2éme ••• am-.ée-
mettant fín crux hostiliíés oí-
tens:ves en Blrmarsie. Par con
séquerk les ©Jómente avances
sont préts h reprendre les ar¬
mee si les japozaís conilr.u&ní
u résister metis auiiemeni le
c.iútqb sera retabli dems cus
«•crtBttra de la Sirmatne.
LO TOS. Das dépéches
de kr Press© Assocíé© angkti-
©e manden? de Zurich que 3e
lieutenant general Tonarao'o,
attache naval faponais auprés
de rAmbassctde de Berne east
suicidé ct Zurich.
G-UAÍ/i— Officiollemo nt ;4 o
4té annoncé que les appureils
O'péranl des pon© aéroneís a-
mé'ric-ainB ©t ancfkás ont du prun
dm pari a ám swigagements
itériwm m^cxedl été avlsés oSlcielIement * de
Joules o$Mfc$!ons at
de regagner louzs bemm». Cm
€sppmeíh¡ ava||mt défa ahm
oa 6 da* objsctife dé»l-
íjafc qwtud Bu oai i»$u «st c^*
d». Sur te <á»Miia da Misar»
3» ont «botta xat total d* 38
cboíaámra «nnemiu. ' J»'«ansrol
NimHx a aanoacé qa» 9 «FÍons
Co midi un autre communique
de rtoijcd Nkffiís a eshxr.é á
'24 l© d'ctppmells ©n-
neims abato duran! ia jem-
t¡é» á'hktr,
MANILLE.-- U genial Mac
Arthur a annoncé que les japo
nais ont retardó de plusieurs
heuros leur répons© a ce¿ or-
cf©s i; d'avisar Ies torces lapo
naises de cesser mutes hos:,ii
tés 2} que dos representaras
soien? en voy ¿s domain á Ma¬
rions quant á la capitulation.
Aprés avoir gardé 1© silence
duran? route la jo ornee d'hier,
¿es stations ¿e radio japona-seu
c ni confirme h>r soir quo i:,
Gouvernemen? avail deja rege
les instruct.cns. A le Sima pros
de Okinawa, J®a arpóricaíra ont
c-es marques d'identiíícahcn de
couleur blanche sur Ies pis-es
de décoTaqe d'un camp cTc-
viation oú de vía attórix Tcv.on
Japonais desarme ei portan;
<3t; grandes cioix verles au
cas oú tss instructions de Mac
Arthur son* acceptée8. De
cette bese les représentenís nip
pens pourront se ruñare irrrné
Catriueru a un camp d’-uv.a-
: ou de McnPíe no:: encoie cé
5-igr.é.
M.OSCOU Des sources oí ;
....- ches TUBse» ore encere un j
i once que les lapona-s coni
j j; ,-i o Tí's.sier en Manclciiou-
r.e land's aue les forces so vi 6- i
lo radio ce Moscou dar.s une
déclaiation du che¿ a'eta? mu ,
-or, :e Ger.ér.r: Antonov a con i
fume que les ¡apone::.? r. ora
pas ces&s i© feu e‘. que íes tor¬
ces sovrétlques ne pai’ei't main ;
tenant'sur tons les fronts. La j
radio de Moscou a confirmé i
que les unites mobiles sov¡é- '
t-ques ont occupé un cutre s©.. i
tenr de 100 miles carrés. Make
tenant tro is grandes coionnes
masas cyanceui dans la airee
ron ds Hcafbm;
LONDRES.--- Le pro^iamme
de *ScxriaIj»c«loj?» das prme;-
pales ladusfcrie» de la Grande-
Bretagne par le parU Ticrvcr:-
liste se trouye soumis pour la
premióle iois á un test devora
ie Parlement Britanníque, Pro-
bab|em©nt Chuachill com me
leader de l'opposition quvrha
les debáis lorsque la Chambre
{gumía pour s .session é S hres. 15. ti est pro¬
bable que 1© premier ministre
Áiú&e prerme- ¿a parol© pour
Oppuyer le-programme du Par.
ti. S*los de# milieux bien in¬
formé©, l'oppoetóo» se prop-o-
«arait de presenter des objec¬
tions confie chaqué proposi¬
tion ?ndividu©Bem©nt ©t ns
cherchera pa¿¡ comme a Tordi¬
naire de présente? ám modi-
f':cations au programme.
WASHINGTON 15 Aout,- Le
Japón bes? rendu sans cóndi¬
lo» Mordí eoir, metíaní ai nal
m á la deuxiém© Guerre Moiv
liaie. La Paix m\ revenue S’u
© Monda ce sol? Id 6 8 hres.,
luand le Présidant Truman a
irmoncó que le Japón aval! ac-
:cpté sans reserve les termes
$e capitulat or* impoeés par les
cxlllea, eí qu'ain»! les torces al-
liées averfení xegu Valdré de
tcmmr le leu».
Le Généml Arthur a été
nommé pour éue le Common*
dant fepr&m© Allié d xecevolr
a teémm tomé!® du Japón.
tó «rom áa la VtóofcB. 09
%%%a pódame
W'apth* qu® la redditkm sera
signé© pmr 1® Japón cmmm il
ceavlent
Le FtétMmi Tramcm á»
sa déckmílos s fe *€*^1 as -
•^ at^ndíon© depuis. le 7 Bécern*
h?e 1341*.
Le President Truman a aé-
creta'' deux jours ierres legoux
Mereredí eí Ieuá‘ a atraer*
tous les Eíats-lJn.s.
PARIS 15 AouL—- Pruiipp-c
Pétala,. Marécha* a© franca s
ete conoamné a merd ais .»
Trmunal a ajom© *qu íí aspe-
raií que le verclcí ce sera
AvaiR que le Jur/ r, entre* e:.
dáliberauor*. Pat-cun ova:1 c- •
iAu seutl d© ¿a tambe -i
avoir ioujouis ser/ »a rm.r
JTavoeat ¿e Pe*c_c a ©u o re¬
conté: la scene qu. so :r->.
qcaad le Cnarge a Auca rs-r d-=-c
Eto-Uffis á Vhcr.y 3 ? ? :h
j. .y Tuck, rem.t a Peiarn ¿a
i'.tcs enconga/ vcu.c t ce
TAb.que du Norffi lo Mere:
en Irsant la note, tapan ; e--
pdUié de ‘Mr. Tuck tout ,.e
tsmps en iredonnan; la M.u*-
£*iiia se.
' WASHINGTON 15 Aoct.
Devon; 1 urgenc© de la stcuc-
ic Cor,gres des Eiats-Unts
; si convoqué po-ur ie 5 S-ep-
ismbre ai;n 4§ i^rmettre .e
Fays -d-e passtr áe
Guene a leía? de Pa.ix,
PA.RI3 13 Aoúc leen Ma-
carde b lo pr.son ce
Tresnes, a été errrére ecus Tlu-
culpati'on d'esscyer a cppor.er
des armes aux prjsc# ivs
L'/vai quí se tro-uve -r cene ori¬
son est sírictemer.t suv*_ s
WASHINGTON IS Ac3
1; a e:e annoncé cus r ara¬
se un :¿ amxéricatr.i?, le an-
5fü¿ * Ii.d.crj-apoLs* a éie con--
D t>ar ;'armera,; en ;u:ri. r* per-
cu carpe; el biers.
M-AN.’LLE 18 .Aoú* Le Ge-
vérci McArthur ce m.anr. a
crnr.cnce que ¿e ja por. r. ~vr/
cas encoií- répor.du a sou cr¬
eare de ce cor
t.on ríes hostil.:a?, c eri guí
p..Ls:eu;s liad os de Tokio cc
cusaier.; • fel/epUor. de hc-dre
j-¿ A'tc nrtmir.
LONDRES i 6 Acú;. Mea
: cu en nance arcar: u r q.:e me:, •
c/e la cuorre la.: coge leu-
iours en. Mandchou: a cu le»
tuponaís rhont p-cs encare re-
cu Ycxáje de
a ' réstmáss. Gad intéros-
■w~~ "W qvónlr bodev-
fsI. Frió?© de n© pos retardfi
¿ varar».
PAR^ 18 Aout— Petalu coa
£am¿¡& a mart a été trcmsíéré
cu Fort d*~ Portal©!..en Pyxen
tees. Cosí agiis c©...l?^t .qu’é.
.scant erc.pr*soroié$ Daladler,
mymmá, etc. Le sort de Pétam
©se entre íes mains d© de Gctul
’a -cu* raduira la pfee de
oeqetuife De Gaulle a ícuíours
**5 un protógé d© Pétaín ians
la comer© mlhtoTC. La préía-
*e d ce vrs écrit par de
Gs_.c 'r-' r'^d é a Pótale esí
-V ASrINGTON 16 Aoüt
D.c employes dee 16.000 y¡s¿
-s cu febrquent les bombes
rcc.c.'í-c '•*: m-cu instruction
no *.’v;r¿er lours bouchea*.
BcrlLN 6 Aoút. — Les troj-
res mr, ~r,rcc e-c quittan! ;T.u-
rep-'e re seront pí*as en route
pour le Penique,
CITE DU VATICAN IS AoM
-- Hi'er le Pape a edressé un
mv-s^-age demandant a ins: la
iu de «tóete recríe, de ‘cute i
«umbtion a do-miner, de fours \
• crroccn.ce du fox? sur le ’o - ¡
Le -Pape í *-
Lélog© des Etoís-Urús et a/ ; :
Grcr.ce-Breicgn-e pouc leu-
berta de reLqion. I
LONDRES *6 A.oút. I -j ets
cnnonc-é c© mane que le Pre-
nrer de Chine T. V. So una,
lañáis qu'il e‘a'1 ¿ Moscou o
s gné six accords ervee . Un-on
Soviéiique. L'uxt de oes ac¬
cords eoacsffiñ probablemé-r.:
e problem© des corurnuniste-;
chináis.
WASHINGTON 18 Aoút- -
^e peupl© américain déchi-
rs- ses tickets de gazobne. 1;
r en a plus beso-n anís: que
pour les conserves.
WASHINGTON 16 Aoüt- -
La radio de Tokio dií: «Nous
averts pádu, maip ce a est
que temporcrire*.
WASHINGTON } B Aoúr. —
Hier s 3 he-ures 35 de !'ap-rés-
mi-ái, le President Truman c
ordornté Byron Price, Chet de
la Censuie, de lever íeutes Ies
re&trlchons de censure sur les
¡owrnmrH conc&mani ¿m mou*
vements La cousu¬
re ótaít vtííontaírement faite
par les journcmx ©ux-mérnes.
Byron Price a donné un del ai
de 30 jours a ious les emolo
Vés de la censure pour quit-
;er Ieur travai-j.
LONDRES 16 Aoüt- Le nou
veau Gouvememení Travaíi-
llste a presenté le Message du
Roj, demandan? au Parlement
de nationalise? la tal que d‘An
gleterre, las mmm, #1 de don-
;>er le «self-gouvernrnerR» a
Tnde.
CHUNKING 16 Aoút,-- Le
Généralissime Chkmg Kaí
Sheck, hie? a invité le Com
mandant des armies commu
ílistes chinois d 1© ?©nc©utm
a Chunking I© plus vite po&si
ble. L© message -de Chicmg
Kffi Shook cm Général Commu
Iti^e M«u Tz© Tupg dit «Nous
ssvqns hombro» problém^s
tro. i; v a c i enr'ur cans i -
’ era:.- A;-/■ deux ;our? de cen¬
ca I r du President
7--.;“.-n v?: ci recorder 2 :ou:o
ir res uvec salcirea c-o-
v?;. / I©? employes, mms
qua-'i i /ené/rc le jour de ia
Ve?- Orerdan! -á íravon
".es F:.r.=-U:',..-. ,es? gens ont
CT..S 5eux 'c-vj-s de corgé.
Derniére Minute
16 AOUT A 3 HEUKES P. M,
W ..CI'.nGTON, Ce roen.;}
i© M-:-r.ce:.: Truman a :er¿u c
lo Mason B.cncne sa premié
re cc-;er®r.ce -d© press© /©Qu-
h©:© dspu:s sor retou? dé -a
conierer.ee 0£e Fotsdam. Aux
mes:.or.s íes journalisies. ;©
^res.ce.-.t a -evéJé que les pisrns
ue : c-ccup-uuor* du Japón .?&
..ouvo:en* deje depths quelqt:©
n-mps aux mains du common-
ear*: supreme allié, le géaéraí
Mc-Arthur. D a ajouíe que oes
a. ana n© serón? révélés qué
!cr*sque les tapona hs auronl
depose déñn Uivement les ar¬
mes. Le général Mc-Arthur,
ci-ii, -ast seul autorisé á anr.on
cer ce jour. A propo-s de hoc
qupciior: du Japón, M. Truman
a declare qu'ii n© sera r ó
de divisar le ‘japón
d'occupatlon cora¬
ra® pour rAllemagne, A un
journalist©» I© Presiden* a -;
remea-quei que des mesures sé
ron? prises pour empachar 1©
Japón de pensar d pre-ián? sa
revanche. Le» Eicris-Uris cor.
tróleronl défínltívement LEc->
nomíe japonense. Par add'noyc,
1© Préstderi "Tnimcm a révé'e
que icr question d<
iance de Ic Coré® a été discu
!ée d Postdcrm et il a ajouíé cue
la situation de Honkong n'a oas
été discuíée. Comme un jour-
icdiete iui demandait ce qu©
1es DaSs-Uhis corapíchent -ai¬
re des grandes usinas de bom
bes crtomlques, le Prés dent a
íai? remarquer que cette ques¬
tion sera decide© par 1© Con-
grés amérlcaln. L© President a
révélé qu'avant la reunion M
Con gres amérlca-n ie 5 Septem
bie, ü sompts provoque? une
conférencs des syndicate %\
das patronato. A la fin de >a
corúétmoe, 1© president a íah
vne importante declaration. Ti
? a révélé que les Eiats-Ums
iont préts á entre? en pourpar
ers diplomatique^ ervee la
GranúeSmlagm dans }& but
1© créer en Palestin© un éíat
national pour lee juiis.
GUAM.— H a ét4 révélé oi*
bfkAwmm kjub l’amircd }&.
mltz «lancé une itmtadou aux
grtmdá chele soviébqu^ <*»-
glak, ©t amérioefe»
^ ^ át tm m$m i i« t
slgnaturs á& Vacie de reddi-
~0¿¥''áa""|a|^«2'"OS""ítn?": rerrr are
que? áar& les milieux uutori-
sés que cebe cérémonl© d«vya
.«a» la. pré«ide«ace
da commandant stipréme alhé,
lo. génércd Douglas .Mc*Arthur
-été ré^el&
qu© 1© général Me-Arthur a
tránsanse deux messages a
FEmpeieur Hbohko, lui don-
xicrat des ordree d'envoyer un
represen:ant qualif’é rrnnn: de
r-sin? pouvous peor ac'-cptc-r
-certains ordres du general Mr
Arihur. Dans ce-s deux mosso-
c-ms, le gónéred Me-Arthur a in¬
diqué dañe los moindrea dé
rit'néra're e? les préccn:-
íinris que doivení observer Ies
oHici&ís ja ponáis. L© représen-
tant nlppo/i devra étre «ccorn-
paqné -d'offiders jcprésorRant
Farm©©, la rnar: ní> oí l'avía-
Yqd rúpportes. 1/© dólégué de
lavicRori d&vra e-avoir ‘oas
las carac'érístíqiies des córo-
d: oro.es dens Ies environs de
Tokio. Rs devran? voyager a
Lord d'un avion non arms,
'ommunlquant en anglais or:
radio avec le querrtier pénen 1
de Mar,ille doman? ó tout ■•■s-
‘"R son altitude. L’heure et lo
caí© á© depart d© rape-aren d©
vronf ■-?de commun-quées exai:
turne nt pe: la radio de Tokio,
A sen corvé© le représen':::'.
dev?a rce-
-igné de
’’ tchiT- hd dm;:m: le p-leT.s
pauvoirs aaccepíer cr¿ corn de
¿‘Empereur, du gouvemem.e'R
japona:s et du ñau? qu~r?-rr
i.moéral *':r.pon Íes conditions
ce iu; serón? nou mises
Stock-Notes
Jas d* géosnatt!» *t «M íépd ■ 1* &
lat-oa a vito us jxcioc. jri.- ron«üaii*«
üouacnpseuía, et “*•***»•• - -
mwatan/. j aut des vaieui© peigueé.
ie plafond
sé». Un.
de gjane
Mojí. ;¡ a-,
fien...
Nou© s.qriaioüs ie to.lt aun
<:; ecíours -.prniue-is de nolis
cUfigé, si la íoi catholique per
s:ste ckrns ie® cceurs, ©U© dev
Went timid©. Et c'ost inquié
íarit
Aprés de mará, vendredp
c’©«t Lannivexsaire d© naissan
ce de noire vi©ü arr.í et cobo
baratear Hector Derús. Il ¿on
n© se-s 76 aus, encore vert de
coeur ©t d'esprit, Intéressan; a
plus d’un tibe. aprés avoú
lempii tout un paasé d'acíes
ho:.nét©3 dans 1’Administra¬
tion du pays.
Mars comptejit-ils, sont-üs
souvent Incompris ©t bien i®
compenses de leur éter? d© ser
v:ce, ces üdéles serviteurs’
Quand méme, c;est une hen¬
il est pénlble d©-constate?,
Tulle a pies Taute»* 1‘agome
de nos Padiíioas, — 1© 2 5
aoüt Iste reiigiéú&e et patro..a
ie de la voto -a© Pcst-au-Praa
ce n'a pos été marqué par les
soleamíes coutuni.eres eí cede
joie qui gagnait, autraíois tou
u-s nos couches sociales. Plus
a? sauteries danis le© quar
út.-s proch&s de la calhádralS.; {;i«a tm
comrn© autrefois. II y
sons doute fouáe á la
de 4 heures. mays i
c© a cedes de 7 hsuras ©t 3
heures et demi© r¡'a pa« dé-
ordinai-
gr*:, Si
aa borne
iére» aux <
nouveaujf
d'o
Philipp©
Général d Haiti
qui sembktit
a regagné ,
mí di par i
B. a benéliOé i
ton dan» Tai
*Ho»ne. r et M|
grade dtoíí-. -v. ¡
*k
Un í f:t?ra
ci© nombreftMse»;Í
rica filies-
©n pit
nous cioui
exotiqu-'. i
deus -oe-t
Nous cons
que k c«Sr
placé «i
téqer, tet I© i
gestión da
molí© *r. búUi
notr®" ".ma©
eu de¿ Cíete
11 avert <
MANILLE. II g éte rcrpr-orlé
'isní que i'Emperevr
H,.:ohilo a répor.du aux deu<
messages du general Mc-Ar-
ihur rt a cccet>*é d'envover
reprssentant á NLanihe. 0-r?n-
car.l selen ceriaines sources
officielles n i erares, ;] e£t pro¬
bable qu© Ies japonais r?
pourront rxxs envoyer un repré-
s©r.tcr-‘ vendredi -áat-i L-
m te AMut ave: n: chc1 :m:c :: r éto o.-?
nonce a-e .e ner.era; •; ■' i:h-3i
des rorce- ' ;" a. . -*==
Lo: S aura? uenm* aux an-
se, angla.3 ©? a-
reuse occasion pour nous
da 1 or ess
bassaceur
mélica:n quo
¡dsie co a: as
la signature d
Jopen. Decs
cours pubic,
Chia.rc Ka; Si
-ra '©pressrc'e :
? .a redd ‘ cr u_
■o.n prem er ais¬
le generanssimo
.ek a acc.aro -o*
fcmxneu? crue seal-s .a Mr-.-
node si !a Cooperation Mer-
natiorai© pourron preserve: W
pc;x a trovers ¿e monde.
CHUNGKING.-- - Des expehs
mil-taires chináis connais»--;?.
a fond la spychoiogie japona -
se on? declare crujourd’hui q.e
souls to remise cux allies des
sobres de Sahrr.urrah rune va
;©ur symbol; pourT^s iapor.ais) pourra main
tc-iiir la'"pato au Japoru
.WASHINGTON^ -U Préftí-
ccnt Trumern a to coníérenae
:e press© a declaré aujourd'hu-
que le jour d© la Victoix© aux
Et-ats-Unis ne sera decid© que
iorsque 1'crct© de reddiiion se¬
ra signé. B a ajouté que le peu
pie américaín a déja fété ce
jour hier ©t aujourd'hui et que
le jour de la victolre sera pro
bablemení un jo^ travail.
PARIS.— D© source autoxi-
rapp-eler que Téquité ©t la iu&-
? ce. a cc-té de la bisnveillan
ce son? toujours une bells éfl
a: e:?c pour tons c&ux qui ion
-1 u devoir un sacerdoce.
En oner.clanL nous offiro '3
ros medieurs souhcnts á noire
v.eux camarade .
Nous vculona partícipes au
concours ouverí par notre ma
hcieux confrere. *Haíh-|our-
naN. a servo ir cu el est le plus
•ctorr.icue» de nos commev
cor.ts.
?s sent ?oi> «crtomirqu os -
cevx ia proíiiara. de to guerre
' o? venau le mauvalse camelo
te au prx d© vrais art sel 93 de
Me. Sí to chas© áépen-
< a ? de nous, nous curl or. s
*•. ecus cuss: ur.e bombe "fo
rr que =ur les revenus exces
rts qu'lls on? bré du cqnsom-
n don* payan? dix lots plus
_ve: -TJ9 la vait-ur
:u matt'-,
cinq dev^r: » »{
¡and da foot-baB del
On «’emend 1
cet expreaal (?a£
;oour to ]%©cik Sports d* sort t nr. S
informer ceux ‘
tíS':'\er a
eportive.
Nous <
crui beppe,'
Célestin;
de distribution M.
lomjRé Bis
du décés ¡
Madame Macs Í
AgGth© Bis
sympathie á 3
Antoine -t
Mesdcnnos
git© Bbsatotbft, h I
Ptorr© Armand.
HAITI ET LES ETATS-UN1S
s
C ss: avec pla’slr gu© nous
¿irons la brochure de nob© airu
< Ludovic Roaemond intitule©-:
-Haiti et les Etots-Uni»*- ia
brochure sera livré© trée bien¬
io? au public.
Nos iéücitcríons et veeux de
j touctueus© besogne a Tauteu:.
sé© il a ¿té annoncé que ie
mcrréchal Retain a été transió
ré a un© prison des Basses Py-
renné&s. Le général de Gaulle
aura a déddé si la peine capí-,
tal© devre ©q© appliquée a
Itoncíen ¡N§aréchcl de Franc®
ou si sa peine sera commués
á un emprísonnement á perpé-
fuité.
aux
tes de n© pa» 1
latí tiéde dastto
-'est aus-:
gareux que de I
che la miTlér¿ *
qu’JI dolí
déla!
- «Insecticide
I£. toe furia
mm. Bar»», ta»"*1
a 1 so >e 1
A
Vaiüer di « '
«EoMashl* te» Amériijue» iut tal powr la
8M*ws k m mmmmm


Full Text
s de Me Arthur
Commentalres
¡50B LH mWXTKSR
• a®sA?wsm
Pak amt tjamma® á# batme
«wmííl lei act lá di wait jkstir ¿0 ioulsa J«s poitri
-jims « caí*® heure oü, -dans ¡es
ia in de la Grand# Toar-
Documents Historiques
Sur !a Redditlen Japonaise
Owl ?e&3 aug hmmrm- • m
tonne votante 1 Cor» íi va soi que, sí le souci de renck©
durable ia Paix entre dans le
cesur des hommes xfeerdté la «eesrisé mo&ámfe
m pr.x
dm sacrifices de mil
üons de vies humadnos: cm
â– pax de destructions, inmiag.-
nabJes, des ceuvres que la Ci-
vUfeaüoa édlEGit leu! te
&ng des slédm &í qui íai-
míeni Voiqudil de IVumcmhé,.
L’ va de so-, disarm-nous, quo
la bonne voicnté reciproque
des chele de touts® les Puis-
EGncesvíc:ófieíiM'S‘''|>oux ©vi¬
ler tout*? no uve He catastrophe
d'un© Guerre. Les peoples,
cans cesteohdi’daiis, panseront
tews plates qmde-vjont ©aco¬
re ■kxng’tamps soigtier. Bt s‘ii
en étent cruiiemtent, il taudrerii
desespére! de LA ven ir pour
-~ *l& Kouvellistd* 4n déje? y~
mu- text© Integral d& la
taléis effrs du Japón de se ren
dr© a la condit.on que EEmpc*
mux rest© au Pouvoir.
«L© Nouveilfete* a trnssi pu*'
hué 1© texle Integral de la re¬
posa© fait© par les Eiate-Unís
au nom des trote antros allies
on guerre contr© ¡e Japan,
Nous donnons, cí-aprss. Ies
texts® dee cm tres documents
historiquefc feuivarvts: Rápense
du jopen acc&pianl sans reser¬
ve les conditions des allies.
La Declaration du President
Truman, crpros avoir pi is con*
| naissasce d© i’acceptatlon sans
I reserve -du Japan.
, La Repo's© du Secretaire
| d’Etat des Etats-Ums a I'creaep-
i tatkm sans reserve du Japón h
xani les grande© bgnes d© c©
qui doit étr© lent pour la sqr.a
tur© definitive de la Redditten.
Void ces documents teston-
:ques:
jreponse japonabe
ACCEPT ANT LA REDDITIOW
«Sa Mafesté TEmporeur ‘©si
«préte á autoriser et á faite sí* ■
tíonsi
Les arm oes trcgiqu^ que
nous venous de vme ont ac-
erumuié tant de deuíls ©t de rui¬
nes a ir erréis le monde; ©lies
on‘ é:é pour les nations com¬
batíame® une tslte craeils pá¬
rtase dépzev.ves. qu'on ne
peu? que-re compter que sur
is respect des engagements
pris pour eríce i netas les ¿in® aé-
...eo:ul.anl..de..ia....Vi.claii©_de&.Jof.:..
ces de- la" Democrats© celta
Vcíotae qui víent en-
dn: d étre reraporiée sur
cenes du Fascism©, du Naíis-
me, en un mol du totalitarismo,
Avc&sí.. y ous comprenons bier,
•ourquoi, avec un© clcrlre v*-
non de ¡ avenir, la Delegation i
^’raguayerm.e^ lo récente Con
íérence de San Francisco, for
rnula )a proposition, rappórle©
par notre Confrere «1^ 1*^2tin,
-en-son- edíCor; dtr ld cottrarrl,
Cctte proposit-on, comme on
i'a vuc, tendait á amener Fin-
- San-Francisco des dispositions
cdditrc er-elies desdnées ,¿
m eux assurer la Paix univer- )
sede, fondée sur la ggrgnr
des droits et de la liberté des
mdiviáus de tous ¡£s pays, et
de chacun d'eux en-particuder,
s-cus-ra-T'c:tcmc©"d'iin© 'rroxrvei"
Je organisation internationals
S í! est vraí que la formule
de cefte proposition, inspiré©
an plus pur esprit d!attachs-
men: cvyrídjémx démwrath
qnes r.e fut pas conferee, i!
est tout de mime Juste de no-
ls'. qu'ede n© la:’esa pas fndíf-
fé*en's ceux quí, bien que ne
I'ayar-í pos incorporé© d la
Charle Mondial©, Font vísih’e-
ment ponagée. Leur adhé-sron
trouva son echo -dans la Gran¬
de Presida áes Amériques: Et
cost ainsi qu'un journal de
Buenos-Aires *La Nadon>, nous
ccppope toujours notre excel¬
lent Confrere «L© Matin», a ap
puyé cette proposition de la
Dfc'l&gation Uruguay©nns, en s-
criv^hitt ce qui suit
«La mellleur© gaxant'e d©
*Paix, c©tt© formo, consis-
«ferait daT;S un contact intime
«de ces n^dion© Ces signetai-
«res d© la CIk^® San-Fran-
«cisco, assurémv*f’*t) ©t Ies cois-
«sequences perfuses ssra;©nt
en réalité, moins possibíss
'dans \e& Etats gouv^i-75®3 par
«des procédé^ dictcrtorlaC*»-
V-E DAY1 ^
V-l DAY
J*© «V-E doy» signiñ© W jour
do Icr Vlctoir© en Europe. La
lettr© V r©présentant Vicloíre,
Qí kí lettr© E représentant Eu¬
ro©©,
H est tk mime pour 1# V-
J Day> qui MgniR© Jour d© la
Victos «ur Japón. La Jettre
J leptésemmt Vktohre, et la
ieh'® J représencmt lapo».
Mu ed done Ja signlta
.^disVIit V*J, -
* gner par I© ISo'üvérhéméht 'TcT--
«ponáis, et 1© Quartier General
«Impériai, les termes nécessaí-
«res pour Texécution des con-
«ditions contenues dans la Dé-
«ciaration de Potsdam.
*Sa Majes té TEmpersur est
«aussí préte d ordonner que
»ioutes les autorités miiltaires,
raénei;r¡©s et navales du Ja-
'pon, et toutes les forces sous
j'.leur cqritóie, a quelqu’endroh
>oii ©lies se trouveni, cessení
«les operations actives, ren-
»derú ieurs armes, ©t ©mettent ;
* te'is ordres qu© le Chef Su- i
«prém© des Forces Aiiíées au-
.«ra.requis.pour l'exé'cutíon des
«termes d-dessus».
DECLARATION DU PFEPTDENT
TRUMAN EN EECEVANT
LA REDDITION BU JAPON
«Tai regu cet apiés-nuái un
«Message’”dti GbuvérhémeíiT r
ojaponais, en réponse cu Mes- .
tsage que ie Secrétaire c'Fia^
«avait iaít er.voyex le 11 aoút.
*}e considere cet:e lépomc
«comme une complete accep¬
tation de la Declara! on ¿?
rpoiséam.cpdi spécifiait 1j
«La fetnd©*%etagn©, h |
«Ruaak ©í la CMne &exom |
«préseitíses par úm cf&ciec* !
«naúía grad¿. ]
«En attendant, íes® Forces Ai- j
«liées ant regu ordi© de sus-
«pendre fouta action
«La Prociamadon da V-J, *
Jour de la Yscíoir© smvxa la ?
«signature des tonnes d© Ja j
rH&ddidon du Japsn». j
REPONSE DE l BYRNES A j
L'ACCEPTATION JAPONAISE ]
WASHINGTON IS Aoút - ■
En xecevaM 1‘acceptatiort du
Japón d© se rondare sons con- *
díiion, 1© Secretaire d'Eta! to 1
mfs Byruers o reznis ay Charaé j
d AMaires de la Suiss© a Was¬
hington,'-mordí soir. d 7 Leu-
rea, la lettre suivaate:
•Monsieur,
«Me reférant a votre Commu-
«nicaton ©n date de c© Jour,
-ne transm©;taTit la réponse
,u Gouvernemsnt Japonais d’
».¡a comínumcat.on que, par
-votre mtermediair©, j'ai tone
«au Gouvsrnoment de Toldo,
«ie 11 Aoút, au rom des Goc-
* vem^ments des Elats-Üms, ct©
DhtcfeM^Pn^
APfjaf*fe%tg:mu«9«EaTcw mam
iSS
Ko'21^00-
¡>. a. »cm & m
MI, 33
- MEEC. 15, lEUDi IS at VENDHEDI 17 AOUT lUSXtmM ANtte
a5gsassg»~BMr Pour Palemón!
; DES HEURES
"" ^JPPLOraETAIRj^
zReddition Incondiíionneile
«¡opon.
*Dans cet:e réponséV"B"h"'í
-oucune reserve, Les dfrdng?
«ments sont ©n train pour i
«sig^arare des termes forméis ■
*de la Reáditíon, le plus v:!e |
«pcss;bie. i
«L© General Douglas Me- |
«Arthur a éié nommé Com- i
«mandant Supreme AHie pour j
«recevoir la Reddítíon du }a- ¡
«tx>n. I
«Chine, de Grande-Bretagne &t
«de FUnion Soviétique, Je con
•>s‘dére cene lépense comme
> un© entrare acceptcdcm de ia
«Dédarchion de Potsdam, et
«d© cebe contenu© dans oa
"delire du 11 Aoüb
«J'ai l'hoitneur de voua iníor-
«mer que le Présidenl des Erais
«Unís a ordoané que le Mes*
«sag© suivemt vous paxvhnne
.z.pQur...éPa...transmís_cni...Go.uy©r-^
«¡'Amen: Japonais: Vous agí-
«r©2 comme suit:
«lo. Un© prompie cessation
-ées hcotiKtés par leo force-3
«japanaises doit étre crdonn.ee,
.?©1 le Commandant Supreme
«Alii© doit étre informé de !a
®date ©1 de i’heure oú une
«telle cessation sera effective,
«2o. Envoyez des Smíssaíres
i 'píxnédí&émént' au. Qóznxaar*-
«danf Supreme Allíé, avec des
s'níorm&úons-snr -kr —dispose-
*i:on des forces Japonaises, et
«avec des plains pouvoirs pour
-■prendre les dispositions qué
éiíé díctera, ce pour lui per-
>rne\üe d'arríver a- Fendrcit
qu‘ 1 ¿es.'gnera afin de rece^
*vo:r ¿a reádltion formal!©.
«3o. Four ctteincre ces üns
¿ de" "recevou la reádíti on, ;©•
FGéfí-érd'Mc-Arfnu-'a-été'dé^-
* signé comme le Comman-
-dont Supreme des Forces Al-
F&s.s, e? notiiiera au Gouror-
â–  neme^t Jcroonais Fheure, Ven-
«droit ei autres déía.ls d© cefte
»r©dd:t:cn fcrmelle.
«Agréez, etc, etc
S> James F, BYRNES,
Secretaire d’Etat,
La díLrate question de. pale
, me*: dm heurea aupplémemai-
res cus iozicLaiiriaires haitlene
des Douanes, YStníqmiion
' au Service de la Quamníaí
; c.ú mt d nouveau sur 1© íap:s,
< C> préte aux Duigeants d©
| íc Douúno ITnlenCon d© satis-
| taia ,e dézir de la Compagine
j i'Áv^moit de suspendre le
I pa ozr.cri des honres supplé-
! mente rcr de travail, en ms‘u*
| tear:i des equipes de tour ©t
í de stdi
B existe une chose qu’un en
icnf de sept ans comprendía
aísémeni
La volcÍnSir-¡dgms-tous...leg au-
CHOMAGE
Pour célébrer la Vlctoir©
Nous avoris, selor: Ies tradi-
uons d© notr© maison publ é
la longue leture du Jug© de
Vaíx de Thomazeau, respondí-
ve á une. not©,., perrue aux edi¬
tions de ce Journal, I© 4 Aouf
en cours.
Nous crvons été precis darns
nos informations. La source dé
notre agent áont nona avons d
nous íouer, taut d© la formation
que de kr probité proímsio.y
neUes est cat dessus des mimí-
tiés de Thomazeau, Son rap¬
port ct éié rériilé en tout point
par un memhxe de notre rédac
ffon m ixouvant á Jmzieau de
sermedj cr lundi
Ceci dit, nous détachons de
la longue lettr© en question ce
l>p[®sag©: «Le réle du Jug© de
Pesiar consiste oídinolrement et
lout mmplemer-Á & visar \m con
irahúes que lui présente l'Ad-
mmiBtratkm dm Contribu¬
tions,., Vous convtenároz avec
mol qu'en Haiti comm© du
reste dam kms les pays du
monde, 1er pmcmí'on de rim-
pdt pr^ení© toujour® dm dií-
Íia0é& atueqpiaiteie llteü, pom
m pm qm^añm- Ja marche do
la mcra&g* qmmmsmfáám
a taut ltoquete
obvie par une précédurs spé-
c;u-©...» Nous donnons ocíe a
íxtre Jug© d© Paix de sa décla-
i ii.cn. bt nous n© cesserons de
s¿gnaier con© «procedure .spe¬
cials^, tel 1© fait d'astreindrs
a !a patent© d© couturier©, rou¬
tes celles qui d Johxeau. posse-
dent tme vieili© machine d
coudre, Quant a I'argumenta
lion de Mr. 1© Jug©, que ces «da
mes ont declaré aux enquet&ms,
qu'eltes sent couturiéres de
profession, et ont pear conse¬
quent payé leur patente pour
1'exercic© ©n coure, ©11© étcrfilit
!umdn&usom&ni que l&s con-
traintes out éié décemées a
Joíneau, soft plus d© dix dans
un homami de 200 fet^. L©
Jug© d© Paix vou-drcdMl nous
©xpHquer 1© fait d'un© coufu-
riér© jxxyecmite par dix teles?
lo déckaration qu'&llm acquit
tent la tax© de leur propr© mou
vem&M, nom mvom c& qu&
cekr aigojfie,.. On connast la
bourne du paymn devant 1'au
teitte.'
Nous aimerloos conudtré 1©
rappel dm miyuéimtré ' des
Contributions. Nous tenouve-
U>xm notre ttemande d^squéte
tree pays dessems par lee Li
goes de Navigation, les hsurss
pipo ementemos d© travail n©
sorJ pas payees, if est normal
qu sn Haiti, nous ne puission?
pas sxiger qu'an fasse pour )&i
Ha tens ce qui n© se fait pas
Mats, par contre, si les Keu-
res supplémentmr^ d© travail
sent payees adietas, 11 ©s‘ ¡n-
~t:Oírrp?©h©rí©:-bíe--qu;-OH--—veui4?©-
lr-s rehusar a YHcdien, ou qu'on
pxer.ne des disposition^ pour
qn’O r-.e bér-éíici© pas d© ce
qu© tons les autres obtíennent.
Pcurquci VHait’en doit-il ©*
tre toujcuTS sacriíié, ou-demen
rsr 1© «dindon de la farce»?
Nous répérons done, que si
Ve paiemenf des heures supple
Í rnentaires ex:st© allleurs, il
y.'iant qu'ú existo aús.si. en Hai-.
ti: et s: ce paíement est ac¡~or
"'~S~e ''aiFsufs, ' alers' ;! "s'erd "oUssí"
accordé en Haiti,
C'est ce raisonnemen? juste
et équitabl© quí doít prévaloir.
Un Ttcuvel horaire vienl d'é*
a© éterbií ex la Pcm-Amerícar
Airways.-- II y aura, dé^or-
mais., á 2Ü...a.vÍQns par íc-’r,
les emccués doivenl éae sur
¡ les dents, de 2 heure3 du mex-
"dn d 11 heures 30"du solrí
Non seulemsnf"" nous sq'F- "
extons pour nos, com patriases
quaucufí» formule ne eoit créée
pour les priver du paíemen* des
heures siroplémcntair©^, mais
nous demar¿do"ns que. ce. can-
msnt sai: faít sur le MEME
pourceíUage en usage dans Íes
cutres pays.
Les Ligues de Navigation, la
Compaqráe du Wharf pai&nt,
et largement, les heures sup-
plémen taires pour taut c© qui
concome les Douanes.
II nous ssmble done que ce
seraít Injusrte de changer \uo¡-
qn& ce soil dans ce qui exists
jusqu'ici, concemant les hon¬
res supplémentaires aux aero
dic-mes.
En vue de pormeitro á idus
ce célébrer kt Vctoí.r© dtií.rñu-
v& dam Je Facbiquo, pai la
capitulation du Japón, 1© Uo.¡
vemement a, par son commu
| itlqué, décrété 1© chómage gé
! néral aujowd’hui.
Cotí© mesure m juslííí© par
i J immense explosion de ;o:e
qu'a provoqué© a trovers ,e.
monde la grande nouvesi© de
lo fin dune guerre p¡an©*a;te
qux mena^art de se proiongsr
indéfhiiment.
II est oependant á déplomr
.Ie --.-peu--d-©iiihouaic^me-- -se^k©--
vé chez- nous, par un si Im¬
portant et heureux événemer-?,
dont nous dévrions pounant
nous réjoulr comme lous les
peuples quí aspírent á ber.é-
f;cPer des bierdaits áu retour
de ia Paix et de tona les aven-
tagss quelle procure, daña
l'ordre économique. sccic!, etc.
Bref, nous avons déc’dé de
taire parcáPs *L© Ncuveliisfe»
jourr estitrrant quta' p'crrt
le devou do féter la Victoir© do
la Démocxatle, il y a ausai ce-
luí á& ?«■>*,/ la pu'ol < au rou-
•,ant de,, gtnn ib oyr>u<>,tu‘n js
h.storíq'i*,, q x. f*?. f m* I la
íraxn©, • o«s | rot.veí’aid d>e
donr.ex dona;, r.ux oavi íís
de nos «teacxB I op>o/,u dé
oe iétei. cux auss!, avec: os
ieu?s,
I Comme fuer, ú n y a au au-
, journal du sou, notr© Ca-
! pítale n© pauvast reslar doux
j iours pleina i^o&s nouvelles,
j atara que des événements de
pkr-ptus--haute'-fraportonce so-
! deroulen? a I'extéñeur. En oc-
; complífesant ce grand ©íiort,
abonnés et l©ct©urs de ne dos
élite «déconnecté^* avec \m
fails á& oes cernieres 24 heu-
ies.
Domain vendredi, nous ne
pnraítrons pos, mais nos cu¬
tres confreres serón! présenla
pour maintenir la soudure dans
i ycroioBer aM-'(taw Rempiacera.
too bloncourt?
Tout le mono© s© aouvíer?‘
ó.m% cueoíuatauces, as«©x déla
-u i/., ¿ wuí t,u*.n>h a« a&pii*
,*> iv . ií4y, cnut du uepuí.e
■ »« «t s' . u u t ou Fuxmqa#*
O.ilU.» D - 1 ( V.©g ílxátCb
v. # P tptM, *t entró© d
,<•< í.'Uuü;, .«rale des
Lpor^.
u, p.i i. p(nbo**i*i» ...nía éié
q j e • pcat rempiacer Mr, Blon
court au beparternent d& ITns
Auction Puóhqu©.
«Le Nouvoiliste» avast ómís.
el ómot o-neore i'opvn.oVi que
•F-Educatian"'Phys'que; dems iss
uroks, -do i éir-e centralise© á
la Dírect.on Géiséraie des
Spo,;s.
Jusqu'ici nous ne savona pau
sil en sera a insi.
Pulsgu'il est iorie.m&n’ oruxí
qu© le Départ&mcnt de ITnsíruc
tíon Publique qu: sera désor-
rr¡ai£ desigrta so^us le me 1-eur
vocablo de Département dc-
1 Educaron Nalonale, e&t oí
'passta'''d‘éífé'"'créIacHé“de VAgn
enísure et du Travail, el Irai’ á
Block-Notes
; M:
iveau tu
nístr» do
HE DEUM POUR CELEBRER
LA V1CTOIRE FINALE
D’apres remission radiopho-
raque local© híer, c’est hmdi
prochain que sera chanté d la
Cathedral© le Te Deum cele¬
brant kr Vkdcire Final© des al-
Hés le monde.
Cefte cárémonie revétant un
carácter© particular sera c©r-
tafn&md&t tres grandiose.
Nous n© savons pas encore
st ce sera un four férió* ni que!
&n sera 1© pro^rmme.
Did, nous aurons 1© temps
m lenselgner nc^ lecteum.
Pent étr© máme le Jour de le
Víctoire qu'oura chote! te Tré-
sideni Truman sera c@lui au*
autres Natíom-Ursles, Ei alora
sa célébrati'on aera unánime
darte tons tes paye aliiés.
Jtes cérémonles nfm mtotá
qa» $w graidlcw,
Le sucre biua est raüonue.
La Hosco caLegue que ¡es gran
ves demandes de sucre a© cei
■e quai.te staxpiíquent par ¡j
íaíí gu©" les distiucneuis . .• i;
sent dans un metange ave.
: cu oros sixop pour ©n xirer ou
i ciaifm. L explication ce —
l c ant avec les hauls pru< era
I cioáin et du s.rop ces jours-c;
| semble évidente. Ma»s ceux
! ¡a qui se conhaiesent en un
] t.uabon dedarent que c'est u-
| ne íaái8"pour détournex Taütn
te . d© qui d© dioit sur les coa
sts vraíes de la rareíe de.su
! ere bran.. La Ha seo. aurait.
ebe, au cours ds la derntere
* salson produit tnoíns de sucre
i de. ce type? Le rségoce, ceiie
ío.s claiidestin, d’expedition de
.sucre brun. dans les bes envi
roncantes auiait-0 recommen¬
ce? En vue de prolenger le
marché no.r du sucre brun, des
gens aurax©nt-ils monté une af¬
iche de sucre brun rere? Ga
je a Yentrepot, gare au mar
ché noirl
On signed© un© recrudesces
ce de vote d'ammaux dans tes
sections rurales -de Cauniére, ;
Bellanton, Lasserre. Les plant :
tes oni été rendues a Tofíjcier !
do la Polio© Rural©, mais jo*: 1
qu'd cefte hour©, pos un seuJ
délinquant n‘a été ansié... Les
victimes n© savení á qnel
saint s© vouer pour s© proté
g&r des'raids dévasteurs du
cheptel dans la région...
Au dépot de la Socíété Hai
mere© de proteger ic consomr
¡tur du marche noir.
Une enqueue esí ouvertc a
íuufcCv. sur., k-s. cpntrqinies. áe...
coí.¡¿c©s centre les paysau.s c¡
qu. i o,, .rapóse u.u siatut ue
; onimergaiKs qu'.ls n o;;:
Le jugo de pa;x de i'eha;
cans une .sure ouveiie de^xu
re que les fa.xs relates
í-.-ux, inventes dans í'espnt da
nuirél'
Nous deteuohs aujourd'hui
la can.íraini&. numérotee R. C.
..ú...._A.....u,S.iü. .dácemé.©. ...conli©.. .le....
nommé Altidas Enenn© com
me ta Itaurâ–  Appartenant o
lo Police Huíale ds 1332 a
1342, áepuís placisr de la Lo
fsri© Naden ate, Aludas Edcr,.
ne a renoncé au metier de tail
i sur. Une contra! n te et ¿a
peur de itaxécudon fudícrrim- :
luí font ¿payer once gour_- c j
5.0 cts au fisc. I
Puis les rotes de Limpet son: ¡
balls avsc la coilabo.'asíO; , :
Magistral 'Communal, cuta, o: i
a une respon&abníte. D'auiaet :
qué tes virtímes de cetíe !¿s
caiité se trouvení parmi c«í ^
Id qui Lont combattu dans les
di verses étections comme na¬
il nous est revena que les
•souscripiions volontaires pour
tm pont d kr Riviére Froi'Je
vont bon train. II est ques
fion d‘une iiüfeaüve prívée,
ceux Id qui ramassent les
sousariptions auicáenf du reo
áre gal se-
ducation Nc
: , ..,^,5 et de LHygíéne. nc'<>s
i ¡ravons qu'd atlendre oour
i \r>lr...
í I! irruí evoerer mué sí cene
vene
pr:sn
tarn
st
vra e,
ion se¬
ta une aecitacn
do o-r Bterm-
cenfrc'¡taatlc!'. de a
rr*;x mains de \a D
éralo dos Snorts.
rt:
COMMISSION COMMUN AL£
«BIG THREE-
L'heurrus© íormuie que vie.it
de tieuver le Gouvern.omant
cans le choix des nouveaux
meralores d& la Comm’asxon
Commur.ale cte.Kenscoít, peut
..©U.i.i. ..gaaliiiée-tae . Thro© *
pour un «Qae Small* Commu¬
ne. En efiet. ce &ont MM. Srr<-
nanuoí
V\r
Joseph Na¬
cía;, et Robert Baussan -qur ont
été déstanés pour gérer tes ;n
téréts de la Commune de Kens-
cc-ff,
'C-r M.r=ta-s r,y r^*Lont
,S t** ->1 o. -•-rc- -c V
tes, 'te r-r « e\ qt-ta'- com
orehensioti et ae xeurs eneas..
' v "• *•'-•» teí-,4* *r* t
t a ,? í ota’c prcw-©íls
Mu
pm. e
liano Américaifí© de sucre, te f die publiques tes souscrtpilone
commsrpcmt déímlkrnt pour a-
voir doux sac$ de sucre brun
n'eet serví qu‘exprés des dé
marches renouvelées pour. Lina
crfptlon y dormant droit Le
P&part&hmt da Commerce con I
trote te bóte d» dfsbibubteti.
Autant de precautions pour
prevenir te» fraudes. Eh ¿ten
mordí maijte un- commergant
capote a pu acheter dans une
maison dans te girón du marché Val
Lérss 500 sacs de sucre bnm.
La vente d'tme si forte qua*t
tíié avec une idle facilite
coas semble junar avec te sau
(J 4» C^patÓMR) dw Com
teches. Ce seraít un© note
dtemutetten pour lee retarda-
taire» ©t \m© gtacmti© pour
tons ceux qui . déllent leur
bourse. Un© insinuation mé
chcmte a vite fall d© brteer Lé
Vob Suite en Ume. Faqe
HUMOUR AOUT
tlxi «Conga^mcai» hlaUan
(bvaiit ia vlctoir© .final© dm
alliés s'esi teerié: .
Si tes «Tchéque»* «oit
»auvé»4 moa «chteqae* eet me-
nooé» -
SERAIT-CE-VRAl?
On nous informo que ¡es Di
recteurs et Professéurs qui ont
éié invites á suivre les Cours
cLEté ct qu; sont logés a VEco*
le de Maxtíssanb aurora á pa¬
vor chacun vlriqt-crnq do ¡leus
pour lour entxeiien durant !©
temps qu'!Ís rosteront leí.
Si I© fait as! exact, oí) n»
peut que talaincíro cx*s serví-
tears do l’Etat dant tes salad
res, déjer, n© sont gnéro alié
chants, Quand on pena© que,
pour repondre d l'appel d-s la
Direction Genérate cte rEn.»a -
gnem«Ri íl teur a Mh' hlw
beauconp dtalfarts, car il y ©n
a qui eont chafe d© fetmlll©
nómbrense o! ne touchent me¬
ma na# mansueltement de» an
pomtemahts de vingt ciña dd-
lars. Touteteís nous souh.u-
v>n« que celta rumens soil of
f.cieltemeot démenSe» sTI v a
lieu, cat un Prcémeem d© Pro¬
vince non» a appar# qvíú a été
oüfdett«ement lonché de te

gwiiit té f«poü?
¥M*M2s¡£A:-
, , 1» as¬
pee 46® «j» la Japan
m"mt-'BUt íéccbá !
om du Mayan-Ag*. l/Easpc
mar étót «i eoc&u* a ítra i»
Diao. to Pspe, to Cbal «aijoU
je tout poluact fcier: pcut'e
á'sto® jso2>|í!5S# Jssasi* uñar
amptm pendant cs-jx tnRe
trios «Sí sr_s. H E® tait ocre
eriste (Ur's» }84¡sa s:e¡ris sai
cus éstmger r.® pcsra,'! áiixir
3S»r sm Sapo" an-mirir
to pc.ne í« reír. 0® r'&j:
ep,'®a i95': q’^o toa E'áj V ®
.e- ::r,or; .-
r .Ti.e serte Dr-.-,
fez tes c^oiog,.*-» a cfeil *
gn* cvcw .* Dzn Cr.G
¡Ti f cvcc r r ^ -
_ tí le rTc es- f*hí "ví; ~-cr.„_ - j:
0 2 ror:.i, c z „ v.
vc/cn: mc.tc*' ;
.G i-col t-ojc c„
‘r ; _ r~;::m“
trc&e: c"1:-. •'<• _ a *>•*
m cru 6-r G-. . V-fe ‘ :.. _
u.r *• j c’v -- se ~ >
- . ^ *â–  *_rc _-r
crq-.r - c, p- ” "
Des ox _ Tcp
-”o i zsz' ~ - -
I„ cfern-n c.¿ c crr^ ' a
CCr^2T-_ cem 'l-1'-
> r>*,e - - _
C x _ _ -
s o.
I Jk
t¡SW «tiWiaS J:1B¡ ®BÜ l#S Al
tomes* $ú .«fitoí®»® a
SMk T«t»ásü I* Jas#» ful
ocOjwMtet Ks«f' &ng ai
Wey Huí Wei et toa FwtEftfts
Kmnrog Tchaou,
Csss concessions parovoqeé-
jeat us» xévt3totio& £& Onn-s
jfcoft» por é®® taiáife «s, non
¡por ron&¿e~ *qr"2dQ&v Cas r4-
- valfés xssassactésuist cmq cenfe
l c^n^ers ©t rlnrení as§í$g«r
, Lá^sÜORB d«s pays sino
peons a Pekzzi. Le Mlsis^c
1 aiiemar¿d fu! toé. Las ETOÜ
! ves zangaíses, a.ngkñsea &í
!> /'“ponoises prirent d‘osscru!
-• «’/3.H puk PékiB. Les Chi
' o-3 b& soumiren? cmz condi
, uc¿ impose por les va-.sx
*--e_^e. Co fu? 1© p.od d fer
* re cu® 1© lepen &xn on Chine
c « deva.t luí psivnetíre de
¡-O -s ve trop soasen? ses ero
“'z Z3 conquéle.
S': í 903 oh? serípuses d;íí;
" s éievér&m )e&
- s e? les Japonais an su
* c<* 1er Mcndchouns et de
.n Carée. En JS04 les bosnh
ie?a;er.:. Caere guerre
revoca la ía.hh-e-.e Cu Tsen
e cuotcg pe: cong-g la piússan
'u o- lapos s’? la psriscnon de
* ~rgcn sa:.r:: arlhaire eí
: elle, a r;.S; cur sa fo. el
. spri? ncd:o:'a¿;s?e h--r
- -s hirerd vcrincus Per'
Aeucccmba apios un &;e
a; 'rercorab.e. Dans la '.e:
r;n.e rarcllle de Mo'lrden. 12i
r.:;:g horn mee parent “ues Ma; i
••'*.•: re Por? Arthur de ITe d.• :
1 Paramount
* ttm nm ms - 'u,
iüomsm wm&®m
MH.ODSS â– 
£ne amor &s#í «t B»d
wai Üii> 4^e da* grasás
jause baS mwr y«tes. ta
bsastó «arocato» ám g-j-to
Entré® Généraia G Veadreu: a 6 hnw.
filO BITA
ct»c Bsri AhEoít La® Coa-
»C«, Ktráteryn Cteyaon. loan
ttorsto
- non Esalamani Ss plus
Giand spEcíacto. mato ks p:
ipü®, to ptop. bruyanto, to plus
ballucixiante das ccntodies t: :
sieaks.
Entra» Gd. 0.30
á 8 toras 15
En lera porp®.
LE P.ETQUR DE CHANDE
9áo» et i Dame episodes
En 2ém« paste:
la rsmnE X
ceec G.ptoys George. lor. .
Beal. Waseen WUSknn
... te drSTK-e engoresato d :
ése que .es sucor s'ances ■
"pr.durí a ' pee des déstoáas
Er.aée &!e Q¿_ 0.S0
S' Btes Cby&ost&eia B&auhuuc>
®: Afea Macho! Basrefe^ e!
I®as& asiar^, Mt. ei Mme
BsKKaxíf eí Uvsm &a-
lacta, fee Vve Michel " E&
[ t^iz» Mr m Msn» Samuel De
* r:#cx m Wax £¿et Mr &t Ma»
j- Oompm el iero eñfosfe
: 14r He-rTéhus César e! ses o.n
i fenis, Mae Paiméhe Casíma-,
i •e*-*w"eafcBBaK'-Mr. CanjefTwar
j scáfe Mr. Kléferí
¡ T«sn»t3iB^-«| Irui ills, Mr -Mar
{ ce! Toussainí ei seá enfarde,
! ksmIBes Loas Charles lo-
I s^epc, Faustfe Poilevm et Des
i roulssrux et toes les cutres n...
• rsa.ts s! a!h¿s r&meraerh tros
“ sir-céTetseTi? tons les am.s
1 Ve srmpcth:® quhls leus o.u,
s‘ .‘-“mc-'-ccée- a -'occasion de la
mart fear -e-iraUe epa. v
: aití z*z „ re'* o* fe r*> ..
cure.. e\ &&cn¡ íreuv.
PXPCC FchnPhCh
---.t.e o .car rív. - or e M '
BLACK PLAd
us tos tmmmmn
—~
Ef&cace. une mart certain©
pour k$s tnouch's, moustiques,
olatfees. fou'd?, punaises, mi
tcs. BLacL "Flag"""eef "us" insec
ticide magique! C'est 1® d©
barras des insect's! Se fall
er. liquid© on es pondte.
Rex
end. a S :;:e.s.
En 1 ere pcnlc
Hcwaha:. Pv*‘hm
En 2e~e parget
Liar:© Bell Ah>sl lacquir
Charles Vane! da-43
IXCIOM D'HO.VNFUK
Ur. ilm de sacrhlce et a©
veuement..
Entrees. Goes 25, SO, 1 VC
a S bres IS
£r- lere pcihe.
Sou ‘ an Saxon
ietr. Gas..; . M're.,.e 3-r 1.r,.
n-e Noío dar-s ¡
PEPE fe .MOKC í
Enue-os: 25. 50 e? 1 gds
MAEfeGE
; =■ a e e -rh. ' ” '
ce ae
Mn& Helene St Exo¡
Jjfe Sera-! la-Esp-hs-ta- D« jt-r
_ :-rt S»- ’l ’ Av r =■ E*
Apr?.? '■; r n ■ • '
: mant© reception. :éuo eso '
r.mltés dors l©s salons de'- é-
p-o0.x .M~ces“1~ A::úe
Come lime r.ts oux :'.ouv(- 0.0 x
c:
JN£ PENSION POUE EilfeA
Madam0 Jo * ^ fe>s a m
i*-’- Di^ qv¡c. ia’* savo r . ./
'u qu a a ^’O.’Jcu. 2 1 1 I
- ^ " - >©, ©.i, fu > * i
c e¿ e ,0 3 * tru 'iv 1 . > I
re lou’e íute??© ou ¡ej. t- ! , 1
nú voudrea! S9 terur a Pori j
so.’ pCtor .*©' *-u !
our
vro
rocohe are! e'.a
, Ly.et- Oa >eune h;-
d- -cc y.c de co-i
Elle ¡ear prom si he
COGES C STS
A PEGON-’GfeE
iaho ferubias
PVace Lou*/«Pure
So!; noce VUla
Telephone: Nos 7115 —
7334
1. â–  ; : v; mements
1 -.'tUvesse: a M.:n. .. net.®
E-eslandes tuc-l.t* Charles Jean
i/ feas Peu-de-Chose» pr¿3
: e Sosther.e Cearard
P. S. ?::ére ds s'fecT'.re
a: debut d& septeaibre.
A VENDRE
Bearer;» dé Jara a ve sebe
'adre^ser d Mu' A:.are Char¬
es Grcnd'Bue No. 31.
VeBdetirs d@ Bois a nous somme© toufe» |
duns J'achat <3© grand© qucmülé d© Bol» crBrúiw.
pour tout©s inlarmatiom s’adrosser a aair©
I'Dsine a fArcahaT©E'MoiiBÍ©ur Alvar0®‘‘J^itS#t’daL '
Man^inetmir©
Bxtqves-«Ira.
SO CIETE ANONYME
Capital: $73COO
Petites Pilules
CARTERS
POUR IE FOIE
! 'rjíveríci’ic-mcm tonnues ti 1}UJ o»i
.-.cto but: 1 ao!i-.»n -iu Temps. Cal ta
^ i'5!..c OrpuiS }»1^0
ActufJitment »>/fej*ies en
envek'ppes Au pnx de G sacber.
ce nc*¡¡ve¡ erobaiiag? d*
•-on:: pinirnuaeu
FETIIÍS PILULES CARflSS
» pour L£ rom «
* *ef€x e - • ■-• -
‘é de o C- ..-: r - ..-.4 *•;: .
0^-»O r >V'-> s- /- '* to to O tot'to/ to is- 0
¿tres or,? connu lorsqu fe re
e:oea;e:'..‘ pas encore qu iU-
â–  nl ; Et:;: Va::aere-o,x e: tout nuh
Le me later: de la dyna.stle.
o;r.: rap.?cl at- lours cor:: -
-.-ns cor,? rme d éde la ruare
e oré-occuDahcn da i-aac* s
e jcpohals de to-as les temps
Meuwe
TCtre
TiifeiU©
Vcsitur©
Ce nasi pas ;ie-cs.s4cIre ne -afee: ía oeauté et le brillan?
he voti© volture se déterloaéo, *Sixnoniz Kleenex» el »Sfeoniz-
la proteger.: et to gcadent aussi bolle et étlncelant® qu'elle
m Veta;? ava.h. Simoniz Kleenex ©niéve la sa-
.^to. ie?é. - Simon. 2 ;arase- un life protecieur. S:
W-MAfbbAb^-% votre vohur# a sub; des deteriorations du fa;?
ae ta poussiére, du soleil ou ds la piule,
vous dguv&z ¡ai r&donner son br:U l si««- en employan? régui.oremen? ie
tren temen? de beauté d© l uxe
.. ¿e sim0ZÚZt
v'er.dred c 8 hies.
Fn lere par!;©.
DE? ANN AGE
E-; Vente pari e:
Lucren Bctc-pt: cams
UNE G-UEULE SN OH
Entesa- Gdes 25, 5G, LOG
a 8 hres 15
Eu ie:® peuti©;
Acrualres Univeisc|.; e? Ur.
Apres Midi a Deauville...
En 2©ms partie;
Luué Fleur, jean fejnor.ee? e’
Paulette Marnier dans
ON. A ARRETS SKE3LOCK
HOUSES
Entree: 1.00, 1.50, 2.00 gdee
Ciné Select
leach a 5 hres
En lere payee:
DEPANNAGE
En 2exne partis:
Lucien Baroux dans
1 UNE GÃœEULE EN OR
Magistral© comédie sentfeen-
tale.,„ La verve du grand co
rclque est incomparable.
Entree: 25, 50, 1.00 gd©
a 8 heuies
En. ler© parti©:
Actuaiités Olympiques et Us;
versal
En 2©me partie:
LES DEUX GOSSES
Entrée®; 50, 1, 2 gdee
Greme de Riz
Ur. nouveau cereal© extxérnemerh iorhEani
Vc-^s Uairnerez parre gue m©illevs q~ue ¿a Earint*,
uQL'KCE ABONDANTE D'ERN IVFlGG
FACILE A DIGEHER
EVCEL1XNT POUR LES ENEA NTS.
LA CKLMEJ DE RIZ cosher,?-
VIT AMINE B 1
TO AMINE G
VIA CDS?
IRON
Ssr-ve-svaus d©s crujourdnui de la délicieuse
CREME DE RiZ
Trmdimg Co
mSTRIBtJTEUR POUH HÍÍT!
MADAME
£Si>A YEZ DES
auwurd>hui
Bisquick
""EAU DE FLORIDE
KCKiUy & LASMAS’S
CETT€ LOTION UNIQUE 4 PLUS U£
20
USAGES ¡
porp is mm l
APRI3 LA DOÃœJfS I
ccyxs ASTH-CT-It t
Lono.-j posa mav
COMME &ESODCB3HANT PER iONNEL
COMME P^toRFUM
FOUR LUmKQTE DU BOTTRrOIB
ET POUH RATR rJCHm LES CH US©
Pour aoulags? le ? maux de ?é?es. acigrakiea ©L
dissamentz, pou- le® morsuroe HTn©»%£rf@s» p©«
é?rrta P.©rv0ux, pour ’©a rhursea d® cervecra ^
im i&áqum ®t écbcrnl^,
CEL El IKE DEW'IS 1*08
ESS A YEZ UNE BOUTEÍJJLE
ET SOYEZ CON’V AINCU
EX VENTE PARTOUT
yOS !* MOHR, Dtotributear.
Salsepareille
ROi’fi . VOTRE
PA TISSERIE
Bisquick
LA FAHINE DEJA PREPARED
; CONTEN ANT LA JUSTE PROPOHTION DE TOUS
1 LES INGREDIENTS NECESSAI FES POUH DONNEH
j UN RESULT AT INCOMP ARA BIX A VOTRE PATISSERIE
!
| £c v-msi® deem ivnim te4 Bonn^
| cb^s
£picmim M m groa
i*«* be ittat smmm exmm. ae a &mm@
’ Vendz&di á 5 hj©@
En lér© parti©:
La Chut© de Okinawa
En 2®me partie:
he grand íüm a carocibr© so
dal: Annie Duccrux, Debucovri
derm?
LE GENDRE DE MB POIHiEH
f Reaction d'un petit bourgeois
J en face de TatUtud© malfenné
i te de son qendm
Entré©»: 25, 50, &t ] gd©
8 hr®®
En lore partie:
OCTAVE
En 2©me parti©:
Annabels et Charles Vanel
dam '
TOLLS
Use lemm© qui mcdña son
honneur pour délendr© un of
fete -
Mw4m: 50, 1 ©I 1,50 gd©
UPreetzmann-Aggerholm
ATTENTION
Planteurs de Noix de Coco
1« Haiti Coeoamt
Froámcta Co*» S. A.
ACHOT TOOTO QO ANTIT» 0£ KOK W C^>
qbi man eth aysEcs a fOBfasw^M,
S'llDfilSStH AQi
BUEEA0 JK iVSHffi A ZOOK» ,,
am
BOOT MIHIUi A .. «
Miiwm VBBS LVS3NE A BBOIOR.
Bristol
Heconnu© cotftga?
caieui du sang.
Ptepaiahon crigvjcd© «11
Dj. Bdstol ®t s^rt posn a
AFFEOIIONS Et MALADIES JW U»
m pour provoqué©® P®L—
DOSAGE EXAGEBE D« MSOP"
DO FES. DE LA QÜD®® HC- )
Aiaai pevs 1» ■
AFFÉCIÍONS RHUMATT1SMAW.
MMADIES BE lA-W*
aüechoas N^vrakpiquest
v®u3© et GéséxaM du ^
dappeut Longueur®,.
©t Affections du Foie HE-VRES RlfeEUSSt’ ST AtfttBb .
LA JAUittSSE r iC-
Laa maiad©8 pea-»«to. étoa «■*
quii B'MOS* pas rjmai fc;M
dloamanj^o moio^fa f.i-ocul*
tenes wntemsa, &
wl @1 püiú *^r cidtoUniana auX
cea qui e«» *es»te d’ua 60» Hi
putífieotetoj *t lortifiaut, MM
a»ina,» jaol ,
>aHOE8 VK" TA«B ®
“BRISTOl1*
tas las ¡data*»* tele et dm
® TOS»
dw —
tima, da Gouita, da Codqua
Makzlie» «tu Ftri*, «MOT»
a^H rfllnlfii - VéoÉhÉtoP ^
|TW*»PWf
Besáis pof
« ‘«Hwwwi ai» *
...
> wts&m ᧠Py*
d©- Coa®dpa6oa
► popukiír» cbpid»
por r^zmaoto at
#¥«
W»E

Kolynes REFLETE
LA B-HAUTS I2S VOTES SODRlRE
PARCS Q0E
&*■ _ -T •«_ * y
Cmmatra I
Feu Importe ce qua vous dmiter
^g, yotre dent!tríce icsáse pour vou^,
~^^cel©''Id;t'm;eiix"'ip'#'m“£rutre@ *“
Ia reiser;? Xolyno» est CONCEN
THE, sob action act mtm&íEé# oar
P4iHTf>nati on -
Aucune ombre no reste sur lo sur
os b is''aprés''ufí "xte^y 3 gu
qvec Kolynos. Pos une particule,
memo dons la plus petite creecscse,
ce psut resistor a la mousse pena-
pgnte de JCoiynps. Et oucune'bou-
- che se peut s'empéchar de ressentir
la fraicheur et ¿e goút pro-pre ■ oue
Kotyt;os luirse. La con co nírat; o:n
rend Kblyncs plus éconazrhque aus-
ái E y a plus-de- neiíoyaqe daos -
chaqué tube.
Ení't., ía quah'é et -.ex párete de Fo
Jyuos son; constantes. Fas étonnent
que plus de ícmtLes el plus ¿s de;.-
tatos er usen; et recomma- ¿&~t Koly
Simancas
d’OIgnon
««HOW EEBMUCA,
etesMIiOr
- 1M, Bus Malasia de mal
TiiépbflM tm
Antiparasito;
feleitetefefismm ceas* J»
•Ífiteda®»—-AifsI-•1-Hwbkw*-:
,
L'ANIXPARASITOL sari com
rae adjuvant peadanila cris©
alfil»,
I.' AHUPA RASITOL dolí éir*:*
■fontsmaé tísas la sail» poja ¿
â–  idler lo dhmnkisi *f Jes techa
te. . - '
:zzz:::::zz:msm^c:^o.
pmsmcm de m pak
Place GsSrosrdL
Avis Important
ñapp&lmrVom que pour n.'
quer les 50.000 gourde© d® 1®
¿oferta da m» Halta, 2'
taut d'abard pmodra seen bübrt.
< Mais 2t gm s'adxasgs^ si r*
»'®s* h Paul Smile M, Bmép*
m&l Out, áetnaudes volr© há
1st óe Paul Emile M* Deadtms-a.
154, Hus da Omir», MsÉsoa
í CHANGEMENT B'ADRESSE
| La maíson «AU VITREA* pro
I prieta ire Y vors St Victor cv.se
ses ;;ciients qu',íl"cr iransíéré r.i
magasin sis a cote de Jus n.
: usté á la Rué Courbe a coto
1© Franck Martin,
¿if, lias,
fcs«i hsásé ÍM OmdqnctqM
á'cst&XZé Son Bfrcalkace
Ib. 26e i**Soi Prteiden! de
Jo BápchJamii* a btess vosajy
Ytesnarw sí d«s marque* d»;
syaxadü# fe» M oa! ^ de -
Jaessafe» J* te tfeui»;
.|hü»-te-^a»aa*-á»-eoa-^e«eí-
ím-íi. f. iim
-82«»1» a Scm teeapeaca
I fe teésiáaaí de Ja Bépobüque
j eis#i spte wm amia sas pías
i i lis recje.'cie—.ants el iw
j prfest de dssaiFer Ití l'expres-
Uden. de sa feceéee gealituife.
»>• do&i Is
vi» «at ua coadsael sappüce
— sareaWk loaf i* «muaf*-;
eKffit tjuii* peueesi olsteaa
d'ua dailament isgaliej pe
; te Compriméa ALEPSAi»
;rJj«ab^»-.«j»--deT®easfiteios»í-
¡ .aíátaaos» tel.fi»
.iéífcalaa,
2Cotr«
d’ExpréssIons Créoles
f-
stdakl d© iré© grande Taleur,
^piocui©.,.usi.aouíaqemeat
i ^iSUOTBEQCE HATIONALE
i AYIS
En yus de decisions import
í-.r.es ^ UcJecWíir d® Ja Bi-
j„omsqp¿ itcdoBOiS, selov ms
buruors ie Monsieur le S&-
rre.crr© d Erm ds rinsírucüon
' F'-ci-q-ii, comead® a MjSI. tez
members- ¿u Comité- pour l'as*
¿3 c i: Ecúadcérque Karlona-
1? de Lr.: de bien voulolr se
rsca-r -í-ud. io aoúí--I-&45¿-o-
c- baures u ru. cu Pépartement
dt* i Ir.scucvcn Publique acar¬
ré áu Sscretcire d’Eíai),
Ápré® cée de sombieux reméd^,
•naiades, soucleux dp guerk,
se doiveni^ á®. j2ke...usc^e...dM.
•GíKOpS2SJés--«AL^^L»T"^jsaádl--
earnest nouveau, mosensít et
d'une e&caálé certaure.
En veitte d la Phannaeie S,
. Geiírcrid, rué Fqtoü Port-au- \
Km Tmom &m
Conlormement-d la M, il &&i |
porté a la connalssance de j
íms ceux d qul 11 appartiendxa
i que la Sociétó commercLals en
| !,om TOllecíil; désbmiaééi jO-'
5‘EPH ERNEST sí Co. siég® so¬
cial d Port-de-Paix est dissvu-
'íé'sutyantdccordíntervenüen-
poiVau-Psince, le 13 Aoui i^4o
4i, ¿«*síiM»,euÁ V*» -W«*4*vy
tfwáwUi uu, «!.■«««'
.w»_ -Meauí, :
cp®í ^u. te líkecteart :
Oíd Gt&a&stli, i*.
^sas' caaua ia pwtt^ -
que voicr;
na uva AÍSLE «St aynoay
yp,g. cátenos»© epu»
express-iOüe ¡^•büí^íouvíu.
pour u»r ce¿u¿ q«r u. *a o©
par ¿auuíuieuoii lepéis c^ui
te'ie un «jaequot rap^LQ* tout ce
qu n eB^iiia dne,
í.k JUiWi-L íX'wLL se Uit ue
.queiqu un qtu ¿asaisB tomoer oe
a&Vlito CU-ís pvaü^Jte t-v»v
¿tujiU aoucouíwuíoo qu. J. u,u.
J.U.X Üfetetu.atíl Vi VUt.Vwiv„v.U ->
*uí avoc qm ll e&i en .0,010^®-
un type quí ue seunaui-
• L |¥!g -fki-N.v Uúus? CiiSCUteiSiOü, ti
tjui po^seae lart ateuovvJi u¡¡
& SST IOWOOBS PLUS SAGE
DE SE SEEVm BE LA CREME
BSOTSCE COHCESTHEE
N&ncis bóshx„. a Meilíotr Ge SE. J>m® pías longiempa.
* J.UARl'fTES .
S FLEISDID
mm LES BELICES .
DES FÃœMBURS PCUR
LEUS ABOM E ET LPítR Si 3V" 5
:Íp.éfatiois iancalf.es
d’aprés-gu@fre
Ls» maisons de la place qut auront des relations in-
temtrtkinaiiw bies établiss, joiteost d’avantagMs apa-
cioux .dons...la ..con.dui.te de .le.m. commerce .d'apresrguer
ÍS.
Nous ©fírons nos faciiilés d ceBes qtti désirent éia-
Hir das maiaienemí ces relations banoaires.
Nos Mccursdlea sont m mwim non soulemoni du
Canada, mats encore do beaucoup de pays de l'Ámé
rique Céntralo, de í'Amérique du Sud, do Ctk>a, Porio-
Blco, la Répubüque Itoml Pícame et les Antilles Angla!
sea. .
Nou® avene d^ bureaux d Lomkes, New-York et
Paris, ®t dispe^ons d& .. relatione bancaires.. dans tons
fes coins du monde. Par notr© entremke» ce service
mondial de banquee ©sí a vofcre disposition pour iaci
liter vos operations actuelles et cedes d'apros-gueTr®,
. The Royal Bank of Canada
Société Anonyms . 4
Capital versé : or. O5,$30.QÜ
Fonda tfe Hes&m or mmOOS
SUOGmSM£ m pobt-au-frince
g. ü G08sxm, mmvw.
CE son
mwswcvs m. a *caí3»wo^ '
COLLEGE
COLBiRT BONHOMME
Bdbíisse'mént' dXc-’Oíqne
m?nt Primake et Secondaira
Préparaüons spéciales au CerHL
cat d'Etudes aux Brevets simple
st Supérieur «t au Baaralau
-éatv * ?
la Section Enlantm© et i'En
seignement des jeime® Ü”*s
‘f-'t sous le controle de Hada
me Colbert Bqnhommme Dírec
f“urs Me et Mm® Colbert don
Bomm®.
Port-au-Prince, Place, Louver
hr.© No. 25.
*j Mcéso»
PAUL E». AUXILA
Rué Traversiér©
/'ent ae r&cevoir:
.. ChauBS.m^s... Ha.utó... .Nouveau
», tout cuir, pota Dames,
Chaussures toul cuir et tout^
peausseries pour hoxnms Chaus
arres de Sport pour Domes,FU
' «sttes, Eridnís. Serviettes de
¿5ain, Sorbes de bain, Searviet
.tes d©...ioUed©,: Ckmts.bssu épos
ije, blanc et couleurs.
Palm Beachs blanc, noir, con
eurs íantaisie. Drills anglais
tniom couleurs pernr costumes.
*0118 á drop Fil-Bahsie ©t Li-
ron fil blanc, OmbreBes es
%ie, en conton, Parapluies.
CSsapeaux de palB© Ene, á&
ttine,'de'Feutfe'poirt'kóSBmce:^
Ceinture© cuir pour bom
■nes qualUé supérteure en aro
rodüe, en Elastbgloei en cou-
M de sc^& h choieir dans 15
nodéle*-
Articles' de' md&mix. Toas'
'de'Beauté:
Phone: 2318-2234.
- AT7S”CJ; ATTRITION!
LE GENERAL TRADING CO
I 3. A.
i Présente
Les MeJíeurs vins de LA/
gennne.
1 ?zbx.z'Z-¿: ktqü M. Esp-
\ no O Hi;cr — Lujan De CuyT
* Mendoza,. Buena© Aires, ÁRG-
; Ces vi"© or.: obieuu Ies plus
f ;cures recompenses aux Expo
* ;-j>r.i de MILAN — 1324 -
Ws Rouge — Sau ierres —
"Xturr.pcor.e Dry Sec.
I A b.errt' ur. Important stoock
- .9 W«s r- CaLfornte, ©n Gal
; on - Boo:s .'.es et Barngues
' i* E PmAimLIAN Co. — ies
, ImpcTtcm*^ T-.gnobles des
- uats-Cnjfc.
A.vor,', d'aobeter vatre nr¡, té
- ¿phones au 52S5 pour les prix.'
P1AU * !
DÉUCATi:
♦ {“hzaaii k p^su d«
. hkbk o^-kBtT&^ge et -
icxzsibiz.y trapWiez úe ?%
h Getk tie Féfrole \
Egalenjent ?
hosne_.noar.!« Síég®,
Is pesa Imper*
* ^1&
-L©- les assoeiée suivaatsi Jo¬
seph Ernest, Madam© Joseph
Lmest, nee Fadou© Nader, Ma
demoiselle Angele Nacer %co~
• dememant et domiciLas a -Port-
de-Paix en date du Onze }A.
rail neuf cent guarani© cinq,
Kn consequence 1© sieur Jo¬
seph Ernest Uavaills d partir de
c©it& date en son nous propia
et sons sa seule responsabH'té.
Port-de-Pcix-le-8-Aodt--19é5;—
Signé:
Jb ERNEST
Mine. Joseph ERNEST
Lngél© NADER
CERCLS DE PETION-mLS -
he Comité du Cercle de P¿
ion-Vill© se fait le plaisir ds
porter á la connaíssanc© des
amis ©t Invifes habituéis du
Cercle qu© déeireux d© leur
procurer de bonnes distrac¬
tions pendant la period© des 1
vacances, II a decide de re- |
•pienáre sa tót© du Samedi 4 j
Aout écouló qui avart été ma: j-
heursusement contrarié© par ]
le • mauvais temps, Bs--sont
done invites a prendre part a
un Cocktail dansant qui aura
...lieu... le ...Mercredi 15 • Aoúi- 1-345-
des 10 hres 30. A. M.
Le Comité informe qu'il no
sera pas fait ¿'invitations spé
dales a ceiie occasion et ;;
compte sur le concours des a-
mls et invites habituéis du
Corel© auxquels il reserve le
neilleur accueil.
LE COMITE
SOULAGE RAPIDEMENT LES
BRULUHES DES PIEM ET LES
IRRITATIONS.
seiniiuem qu’U n'a pas ©« re-n
ts: en soil© qu-ú—a
^0 vpisn cnaimer ©t de yous
pojiiJí a preñare bou cas en
pihé,
jun DOL FOSO; S'emploie
ces-gner ur. type qu. n «.
aems Cts: an e^en
je acíit íes ¿©vres ipnvuea u©
ear ssann reviennem sor lí.-a:
raemes, et c;est cene dou.b.e
courbure labial© qui donnr
naissanc© a ce ríe vilain© aí-
dénommée; diol .íqbo.
Le D.oi íobo s© itourrit de tom¬
toms (de bananos hachees et pi
lees), oblige natureiiement ae
se servir de ses gene!ves pour
niachonner, tout comise la voi
-ture, automobile, se Bert. dp.
yes jantes lorsquelle n'a pías
ses caoutchoux. N'était-ce, ©n
veriíé, le raielíer sauveur qu'un
iriventeur- provid&ntiel vínt- a
découvrlr, je conna.s bo.n norn
bre de gens «chic* qui aujou!
á'hui ne pourralent plus' a”-©’'
cans le monde, grace a i©u:
GÍQ^ lobo....
LE RALE "MININ CAS3E
n’esl autre chosirqu'ün© d.: ,’i=
.don..interniinab]e quí a
entre áeux persormes decic-je.-;
a n© pea cédex Tun á Tautr*
un pon ce de tstrcuu.. .. C«rtM
: s»« d^cus^on qui
..m©mg£BL mala cpii dtt
, yér|icb¿e ímbi^lio....qulil....n'Mi..
pas lache de démékr «t qui
finit tuo Jours ©n qu©u®; dsj3p>
son...
IX MACHE NAN MOELLE:
Se áit d'un©( boisson delicie^
se el lorie. C’e&t ult nectar
qul a la vertu de smpenl«r a
'.buveis...to.ut..le...c.orps,...©L.quilia:t....
qu'on éprouv© de© crispatíous
plutót agréables. A un mo
moni donné, on a Timprosaion
nu'il orrív© jusqu'd la moelle
des os. Le xhum Nozo» ©1 &
«Loa» ©ont de yérííables .na
che i an mocil© qu© Ies grands
l '©nema n© devaient jaruais
;' <;I gor. L'on s'én aert égak-
rnmt pour designer un mor-
ct/au d©- mus'qu© d© je»
chaud et enualnant, dont c\n
a lieu d'apprécier tout© la vs
leur; lorsqtso da?;s un^suyé pie,
Qn....a...daus.. se© .bras...{..en has
pongnett ou) un bébé, gnou
bon ptit grain avec laqueue
en est en train d© raler un dar
jan, c'est alors, et alors «©ul©
rrert que ce maché nar¿ moei
e <»&* r' -B de„c©'ax
au'on s© sent e:nvah r par ur»
.frisson jusqu'd la moell© de
ses osL.
LE DOUCE POUR DOUCE
..esí. le.. íaií .par quelqu’un da
iouir des íaveurs d'une íem
me sans"bourso*s'dé¿ier.-..
CABRIT NAN JADIN: S'em
ni oí© pour designer un© rebv
qul malencon treusement se
.Irouve prise .éntre les daux..
losses de cell© qul la porte..
et qui devrait toujoims, en &*
Isvant de son siége, tirer ©ui
BvT' "Tobe - pou: ne--pas -se dom
ner alns: en spectacle...
Mrin reté sous ca'm faíí ije
re vais plus ce I'avant) mon
cher Mr le Directeur, nous ne
semines pas des meniagnes,
nous oouvcns nous rencouiier
ne ~n‘re tots.
Voire serve
land
Eíéable, muhga }?im*
Vaseline
Me blamez-vous
dáaimer ma Femme ?
' Elia ‘j-ouva toulours das moyana da me randjro beu
mux e( d» me fcmtc ®n hoiess «mié.
Avac Is imi HEM pcK «imple die me Mi Wss da
vrsBlt^afete Ms e( le le bole oree plaWr. Je me eeee
Edeax. jdos mtmgbta», plm vü Sms «tes* Sa el fe«l*
eous telt aboque fob vites le ven* * te desatólo
qoisitó.
P. §,<— Jte plupart d*a hos»- -
nsee prélérant 1» KUM. Acheta*
ua feíblone eruiouid'hu! meraa.
»UMJ&
PREÑEZ
VOTES VITAMSNE D'HUÍLE
DE FOEE DE* MOBUE DANS
0NE SEULE TASLETTE
AGHEABtE AU GOUT
Choque tablet*» de vllassslne A el D de .One-a day- ¡tepe
*41 ¿quivaut asot vítamlne* A et D d’ua .1/2 cuSliee i thé
dlsssUe de Me de asome
Une seule toilette de vito-
mm» A el & de Ose-a-Boj'
: ce qa'S vena teat, et tout ce
que voue paym, pour avoir
‘ votra doee jourasalióre compié
le de vitaím»» A el D. O'eel
1» aomte» d'uoilé por loólet-
t© qui com.pt© 0t 1©# toblot-
m é» €9o&-a-Day, (dépoaé)
set us» grand© pibaaonce, _
\) Tablttuw A ©t D
2) TcáMom B Co»nj>l©t
i) Capflulos Múltiplo©
Pao do m&ihsura quoll^
paa d& viktmia© plus sossu
tihquomont compasé©. Com-
mono©* aujouzd'hul é prea¬
dra las toblsttos da vitemh
a©s A et D do Oaa-a-Dcsy
Jdépcsé).
Doaues-ea ame memhroi
d© votre famihe. Goht agree
ble ai m mu.1 pm pm. M
touüoa sm grarid 1 sur 1©
paquet Jauna.
hv*i 4s, iuvftui.»
011 p» 41»
'«íí, *«<* Mn* ' 480.vna^í

Spécial. “Le Nouvelliste”
ECOtrtB se C39fTAI MS SK POSTSá M UfítOi 'SES MATIOfíS QMW, Müft&SaEUrr UEÜRS. ROOVEUUS SAKS TUUUf USS
, e tteure
sm mmcmca,—
tokio a arroncé que TErap©*
xwx H*romío c.oíoonné a toa*
so» Tés ídroéi" arméee 'Jóponai-'
w ds cesser .mir-edictomün?
¿es ho&thiés.. La Radio a ajoa
íé qu’íi" tocara p®uí étre qu©T-
qaes joui» panderin® a tonina íes imité»
sor le tooní, oír qu^qum tor¬
ce* níppooss apéren? daca des
Um tooléas ou bans ém man-
tagne», line coBuaumcatk»! oí
iictoll© du Gouv&rnerner tí topo
nak a cet eSi sera Idita 'direc
tomen? cru guardar gránéral áe
Mac Arthur.
i
SAN FRANCISCO.--- l'Agnn
c© Dome; a rapo-orlé que H¿ro
hito a orden,ce au Prince Nara
b¿ko riigasái Kurd, i'onci2 da
Elmpéraíre© Nagoko de íonner
un nouveau Cabmen Un pgu
plus tend 1 Ages ce de Prease
topdnarse ' zuk; don; le Cab. riel a va h pre
senté uñé a erutos’on collect**
v© ¿ }'Em pere-r cprés idccep
san^l&Is Oht lié &ba8o& pele
-bsTeHlÉtoe- ákd%auiaiit'4a.;fjur:
s*;ée. Le communique a cunu?
Zoé par «iileuxs qu‘xm nav.re
auxtoaire améatxun crurait et*
enaommagé iundisorrá Oto*’
nawa. II y eut 16 morís» 14
ble&sés et un dispara á hard
ce c© navsre. Hi©r matin de
bonne heme los formations aé
Hermes de Halsey' ©nt attaqüé
un pett coí^), 5 camps d'avia
:u ph-rn.
er son m
% tod i'o::.
-ra obi&cúr u:
le nouve-ats
Ion cuelgue.?
toc-onmsos. â– 
Arüa refuser
mils 1941 :¡ a ote roces com-
mandar-? en cr.ei de .a carde
r aliónale,
SAN FRANCISCO.--- Oí ap
peemd cae 3 c-:?’s Mirto iros
du Cabirn
mission.’--?
? offic ers
térieur c
t de Suzuki oíd de-
cWourb'hu:. Ce som
Fu Minister® de i'ffi-
sevoa ¿e vice Minis
vi Saca o cu; fui cus
n president du coras des -/o-
omaíros. Les deu:c cutres dar.'.
,a déni-ss;on a e:e cop.nrmée
car la Had'o d- Tokio son*
Ryom; Zuke, djecieur aa bu-
reau de la Pobo*? eí Kingo Ma-
ihimura, c’heí de ¿a Polio© ds
Tokio»
RANGOON II a ©té con-
fumé oíücíeilern&nt que Tendré
ú& cesser le íeu a été donné
la rsuit.dernier© por m Quarder
Géíiéral de kr-- I2éme ••• am-.ée-
mettant fín crux hostiliíés oí-
tens:ves en Blrmarsie. Par con
séquerk les ©Jómente avances
sont préts h reprendre les ar¬
mee si les japozaís conilr.u&ní
u résister metis auiiemeni le
c.iútqb sera retabli dems cus
«•crtBttra de la Sirmatne.
LO TOS. Das dépéches
de kr Press© Assocíé© angkti-
©e manden? de Zurich que 3e
lieutenant general Tonarao'o,
attache naval faponais auprés
de rAmbassctde de Berne east
suicidé ct Zurich.
G-UAÍ/i— Officiollemo nt ;4 o
4té annoncé que les appureils
O'péranl des pon© aéroneís a-
mé'ric-ainB ©t ancfkás ont du prun
dm pari a ám swigagements
itériwm m^cxedl été avlsés oSlcielIement * de
Joules o$Mfc$!ons at
de regagner louzs bemm». Cm
€sppmeíh¡ ava||mt défa ahm
oa 6 da* objsctife dé»l-
íjafc qwtud Bu oai i»$u «st c^*
d». Sur te <á»Miia da Misar»
3» ont «botta xat total d* 38
cboíaámra «nnemiu. ' J»'«ansrol
NimHx a aanoacé qa» 9 «FÍons
Co midi un autre communique
de rtoijcd Nkffiís a eshxr.é á
'24 l© d'ctppmells ©n-
neims abato duran! ia jem-
t¡é» á'hktr,
MANILLE.-- U genial Mac
Arthur a annoncé que les japo
nais ont retardó de plusieurs
heuros leur répons© a ce¿ or-
cf©s i; d'avisar Ies torces lapo
naises de cesser mutes hos:,ii
tés 2} que dos representaras
soien? en voy ¿s domain á Ma¬
rions quant á la capitulation.
Aprés avoir gardé 1© silence
duran? route la jo ornee d'hier,
¿es stations ¿e radio japona-seu
c ni confirme h>r soir quo i:,
Gouvernemen? avail deja rege
les instruct.cns. A le Sima pros
de Okinawa, J®a arpóricaíra ont
c-es marques d'identiíícahcn de
couleur blanche sur Ies pis-es
de décoTaqe d'un camp cTc-
viation oú de vía attórix Tcv.on
Japonais desarme ei portan;
<3t; grandes cioix verles au
cas oú tss instructions de Mac
Arthur son* acceptée8. De
cette bese les représentenís nip
pens pourront se ruñare irrrné
Catriueru a un camp d’-uv.a-
: ou de McnPíe no:: encoie cé
5-igr.é.
M.OSCOU Des sources oí ;
....- ches TUBse» ore encere un j
i once que les lapona-s coni
j j; ,-i o Tí's.sier en Manclciiou-
r.e land's aue les forces so vi 6- i
lo radio ce Moscou dar.s une
déclaiation du che¿ a'eta? mu ,
-or, :e Ger.ér.r: Antonov a con i
fume que les ¡apone::.? r. ora
pas ces&s i© feu e‘. que íes tor¬
ces sovrétlques ne pai’ei't main ;
tenant'sur tons les fronts. La j
radio de Moscou a confirmé i
que les unites mobiles sov¡é- '
t-ques ont occupé un cutre s©.. i
tenr de 100 miles carrés. Make
tenant tro is grandes coionnes
masas cyanceui dans la airee
ron ds Hcafbm;
LONDRES.--- Le pro^iamme
de *ScxriaIj»c«loj?» das prme;-
pales ladusfcrie» de la Grande-
Bretagne par le parU Ticrvcr:-
liste se trouye soumis pour la
premióle iois á un test devora
ie Parlement Britanníque, Pro-
bab|em©nt Chuachill com me
leader de l'opposition quvrha
les debáis lorsque la Chambre
{gumía pour s .session é S hres. 15. ti est pro¬
bable que 1© premier ministre
Áiú&e prerme- ¿a parol© pour
Oppuyer le-programme du Par.
ti. S*los de# milieux bien in¬
formé©, l'oppoetóo» se prop-o-
«arait de presenter des objec¬
tions confie chaqué proposi¬
tion ?ndividu©Bem©nt ©t ns
cherchera pa¿¡ comme a Tordi¬
naire de présente? ám modi-
f':cations au programme.
WASHINGTON 15 Aout,- Le
Japón bes? rendu sans cóndi¬
lo» Mordí eoir, metíaní ai nal
m á la deuxiém© Guerre Moiv
liaie. La Paix m\ revenue S’u
© Monda ce sol? Id 6 8 hres.,
luand le Présidant Truman a
irmoncó que le Japón aval! ac-
:cpté sans reserve les termes
$e capitulat or* impoeés par les
cxlllea, eí qu'ain»! les torces al-
liées averfení xegu Valdré de
tcmmr le leu».
Le Généml Arthur a été
nommé pour éue le Common*
dant fepr&m© Allié d xecevolr
a teémm tomé!® du Japón.
tó «rom áa la VtóofcB. 09
%%%a pódame
W'apth* qu® la redditkm sera
signé© pmr 1® Japón cmmm il
ceavlent
Le FtétMmi Tramcm á»
sa déckmílos s fe *€*^1 as -
•^ at^ndíon© depuis. le 7 Bécern*
h?e 1341*.
Le President Truman a aé-
creta'' deux jours ierres legoux
Mereredí eí Ieuá‘ a atraer*
tous les Eíats-lJn.s.
PARIS 15 AouL—- Pruiipp-c
Pétala,. Marécha* a© franca s
ete conoamné a merd ais .»
Trmunal a ajom© *qu íí aspe-
raií que le verclcí ce sera
AvaiR que le Jur/ r, entre* e:.
dáliberauor*. Pat-cun ova:1 c- •
iAu seutl d© ¿a tambe -i
avoir ioujouis ser/ »a rm.r
JTavoeat ¿e Pe*c_c a ©u o re¬
conté: la scene qu. so :r->.
qcaad le Cnarge a Auca rs-r d-=-c
Eto-Uffis á Vhcr.y 3 ? ? :h
j. .y Tuck, rem.t a Peiarn ¿a
i'.tcs enconga/ vcu.c t ce
TAb.que du Norffi lo Mere:
en Irsant la note, tapan ; e--
pdUié de ‘Mr. Tuck tout ,.e
tsmps en iredonnan; la M.u*-
£*iiia se.
' WASHINGTON 15 Aoct.
Devon; 1 urgenc© de la stcuc-
ic Cor,gres des Eiats-Unts
; si convoqué po-ur ie 5 S-ep-
ismbre ai;n 4§ i^rmettre .e
Fays -d-e passtr áe
Guene a leía? de Pa.ix,
PA.RI3 13 Aoúc leen Ma-
carde b lo pr.son ce
Tresnes, a été errrére ecus Tlu-
culpati'on d'esscyer a cppor.er
des armes aux prjsc# ivs
L'/vai quí se tro-uve -r cene ori¬
son est sírictemer.t suv*_ s
WASHINGTON IS Ac3
1; a e:e annoncé cus r ara¬
se un :¿ amxéricatr.i?, le an-
5fü¿ * Ii.d.crj-apoLs* a éie con--
D t>ar ;'armera,; en ;u:ri. r* per-
cu carpe; el biers.
M-AN.’LLE 18 .Aoú* Le Ge-
vérci McArthur ce m.anr. a
crnr.cnce que ¿e ja por. r. ~vr/
cas encoií- répor.du a sou cr¬
eare de ce cor
t.on ríes hostil.:a?, c eri guí
p..Ls:eu;s liad os de Tokio cc
cusaier.; • fel/epUor. de hc-dre
j-¿ A'tc nrtmir.
LONDRES i 6 Acú;. Mea
: cu en nance arcar: u r q.:e me:, •
c/e la cuorre la.: coge leu-
iours en. Mandchou: a cu le»
tuponaís rhont p-cs encare re-
cu Ycxáje de
a ' réstmáss. Gad intéros-
■w~~ "W qvónlr bodev-
fsI. Frió?© de n© pos retardfi
¿ varar».
PAR^ 18 Aout— Petalu coa
£am¿¡& a mart a été trcmsíéré
cu Fort d*~ Portal©!..en Pyxen
tees. Cosí agiis c©...l?^t .qu’é.
.scant erc.pr*soroié$ Daladler,
mymmá, etc. Le sort de Pétam
©se entre íes mains d© de Gctul
’a -cu* raduira la pfee de
oeqetuife De Gaulle a ícuíours
**5 un protógé d© Pétaín ians
la comer© mlhtoTC. La préía-
*e d ce vrs écrit par de
Gs_.c 'r-' r'^d é a Pótale esí
-V ASrINGTON 16 Aoüt
D.c employes dee 16.000 y¡s¿
-s cu febrquent les bombes
rcc.c.'í-c '•*: m-cu instruction
no *.’v;r¿er lours bouchea*.
BcrlLN 6 Aoút. — Les troj-
res mr, ~r,rcc e-c quittan! ;T.u-
rep-'e re seront pí*as en route
pour le Penique,
CITE DU VATICAN IS AoM
-- Hi'er le Pape a edressé un
mv-s^-age demandant a ins: la
iu de «tóete recríe, de ‘cute i
«umbtion a do-miner, de fours \
• crroccn.ce du fox? sur le ’o - ¡
Le -Pape í *-
Lélog© des Etoís-Urús et a/ ; :
Grcr.ce-Breicgn-e pouc leu-
berta de reLqion. I
LONDRES *6 A.oút. I -j ets
cnnonc-é c© mane que le Pre-
nrer de Chine T. V. So una,
lañáis qu'il e‘a'1 ¿ Moscou o
s gné six accords ervee . Un-on
Soviéiique. L'uxt de oes ac¬
cords eoacsffiñ probablemé-r.:
e problem© des corurnuniste-;
chináis.
WASHINGTON 18 Aoút- -
^e peupl© américain déchi-
rs- ses tickets de gazobne. 1;
r en a plus beso-n anís: que
pour les conserves.
WASHINGTON 16 Aoüt- -
La radio de Tokio dií: «Nous
averts pádu, maip ce a est
que temporcrire*.
WASHINGTON } B Aoúr. —
Hier s 3 he-ures 35 de !'ap-rés-
mi-ái, le President Truman c
ordornté Byron Price, Chet de
la Censuie, de lever íeutes Ies
re&trlchons de censure sur les
¡owrnmrH conc&mani ¿m mou*
vements La cousu¬
re ótaít vtííontaírement faite
par les journcmx ©ux-mérnes.
Byron Price a donné un del ai
de 30 jours a ious les emolo
Vés de la censure pour quit-
;er Ieur travai-j.
LONDRES 16 Aoüt- Le nou
veau Gouvememení Travaíi-
llste a presenté le Message du
Roj, demandan? au Parlement
de nationalise? la tal que d‘An
gleterre, las mmm, #1 de don-
;>er le «self-gouvernrnerR» a
Tnde.
CHUNKING 16 Aoút,-- Le
Généralissime Chkmg Kaí
Sheck, hie? a invité le Com
mandant des armies commu
ílistes chinois d 1© ?©nc©utm
a Chunking I© plus vite po&si
ble. L© message -de Chicmg
Kffi Shook cm Général Commu
Iti^e M«u Tz© Tupg dit «Nous
ssvqns hombro» problém^s
tro. i; v a c i enr'ur cans i -
’ era:.- A;-/■ deux ;our? de cen¬
ca I r du President
7--.;“.-n v?: ci recorder 2 :ou:o
ir res uvec salcirea c-o-
v?;. / I©? employes, mms
qua-'i i /ené/rc le jour de ia
Ve?- Orerdan! -á íravon
".es F:.r.=-U:',..-. ,es? gens ont
CT..S 5eux 'c-vj-s de corgé.
Derniére Minute
16 AOUT A 3 HEUKES P. M,
W ..CI'.nGTON, Ce roen.;}
i© M-:-r.ce:.: Truman a :er¿u c
lo Mason B.cncne sa premié
re cc-;er®r.ce -d© press© /©Qu-
h©:© dspu:s sor retou? dé -a
conierer.ee 0£e Fotsdam. Aux
mes:.or.s íes journalisies. ;©
^res.ce.-.t a -evéJé que les pisrns
ue : c-ccup-uuor* du Japón .?&
..ouvo:en* deje depths quelqt:©
n-mps aux mains du common-
ear*: supreme allié, le géaéraí
Mc-Arthur. D a ajouíe que oes
a. ana n© serón? révélés qué
!cr*sque les tapona hs auronl
depose déñn Uivement les ar¬
mes. Le général Mc-Arthur,
ci-ii, -ast seul autorisé á anr.on
cer ce jour. A propo-s de hoc
qupciior: du Japón, M. Truman
a declare qu'ii n© sera r ó
de divisar le ‘japón
d'occupatlon cora¬
ra® pour rAllemagne, A un
journalist©» I© Presiden* a -;
remea-quei que des mesures sé
ron? prises pour empachar 1©
Japón de pensar d pre-ián? sa
revanche. Le» Eicris-Uris cor.
tróleronl défínltívement LEc->
nomíe japonense. Par add'noyc,
1© Préstderi "Tnimcm a révé'e
que icr question d<
iance de Ic Coré® a été discu
!ée d Postdcrm et il a ajouíé cue
la situation de Honkong n'a oas
été discuíée. Comme un jour-
icdiete iui demandait ce qu©
1es DaSs-Uhis corapíchent -ai¬
re des grandes usinas de bom
bes crtomlques, le Prés dent a
íai? remarquer que cette ques¬
tion sera decide© par 1© Con-
grés amérlcaln. L© President a
révélé qu'avant la reunion M
Con gres amérlca-n ie 5 Septem
bie, ü sompts provoque? une
conférencs des syndicate %\
das patronato. A la fin de >a
corúétmoe, 1© president a íah
vne importante declaration. Ti
? a révélé que les Eiats-Ums
iont préts á entre? en pourpar
ers diplomatique^ ervee la
GranúeSmlagm dans }& but
1© créer en Palestin© un éíat
national pour lee juiis.
GUAM.— H a ét4 révélé oi*
bfkAwmm kjub l’amircd }&.
mltz «lancé une itmtadou aux
grtmdá chele soviébqu^ <*»-
glak, ©t amérioefe»
^ ^ át tm m$m i i« t
slgnaturs á& Vacie de reddi-
~0¿¥''áa""|a|^«2'"OS""ítn?": rerrr are
que? áar& les milieux uutori-
sés que cebe cérémonl© d«vya
.«a» la. pré«ide«ace
da commandant stipréme alhé,
lo. génércd Douglas .Mc*Arthur
-été ré^el&
qu© 1© général Me-Arthur a
tránsanse deux messages a
FEmpeieur Hbohko, lui don-
xicrat des ordree d'envoyer un
represen:ant qualif’é rrnnn: de
r-sin? pouvous peor ac'-cptc-r
-certains ordres du general Mr
Arihur. Dans ce-s deux mosso-
c-ms, le gónéred Me-Arthur a in¬
diqué dañe los moindrea dé
rit'néra're e? les préccn:-
íinris que doivení observer Ies
oHici&ís ja ponáis. L© représen-
tant nlppo/i devra étre «ccorn-
paqné -d'offiders jcprésorRant
Farm©©, la rnar: ní> oí l'avía-
Yqd rúpportes. 1/© dólégué de
lavicRori d&vra e-avoir ‘oas
las carac'érístíqiies des córo-
d: oro.es dens Ies environs de
Tokio. Rs devran? voyager a
Lord d'un avion non arms,
'ommunlquant en anglais or:
radio avec le querrtier pénen 1
de Mar,ille doman? ó tout ■•■s-
‘"R son altitude. L’heure et lo
caí© á© depart d© rape-aren d©
vronf ■-?de commun-quées exai:
turne nt pe: la radio de Tokio,
A sen corvé© le représen':::'.
dev?a rce-
-igné de
’’ tchiT- hd dm;:m: le p-leT.s
pauvoirs aaccepíer cr¿ corn de
¿‘Empereur, du gouvemem.e'R
japona:s et du ñau? qu~r?-rr
i.moéral *':r.pon Íes conditions
ce iu; serón? nou mises
Stock-Notes
Jas d* géosnatt!» *t «M íépd ■ 1* &
lat-oa a vito us jxcioc. jri.- ron«üaii*«
üouacnpseuía, et “*•***»•• - -
mwatan/. j aut des vaieui© peigueé.
ie plafond
sé». Un.
de gjane
Mojí. ;¡ a-,
fien...
Nou© s.qriaioüs ie to.lt aun
<:; ecíours -.prniue-is de nolis
cUfigé, si la íoi catholique per
s:ste ckrns ie® cceurs, ©U© dev
Went timid©. Et c'ost inquié
íarit
Aprés de mará, vendredp
c’©«t Lannivexsaire d© naissan
ce de noire vi©ü arr.í et cobo
baratear Hector Derús. Il ¿on
n© se-s 76 aus, encore vert de
coeur ©t d'esprit, Intéressan; a
plus d’un tibe. aprés avoú
lempii tout un paasé d'acíes
ho:.nét©3 dans 1’Administra¬
tion du pays.
Mars comptejit-ils, sont-üs
souvent Incompris ©t bien i®
compenses de leur éter? d© ser
v:ce, ces üdéles serviteurs’
Quand méme, c;est une hen¬
il est pénlble d©-constate?,
Tulle a pies Taute»* 1‘agome
de nos Padiíioas, — 1© 2 5
aoüt Iste reiigiéú&e et patro..a
ie de la voto -a© Pcst-au-Praa
ce n'a pos été marqué par les
soleamíes coutuni.eres eí cede
joie qui gagnait, autraíois tou
u-s nos couches sociales. Plus
a? sauteries danis le© quar
út.-s proch&s de la calhádralS.; {;i«a tm
comrn© autrefois. II y
sons doute fouáe á la
de 4 heures. mays i
c© a cedes de 7 hsuras ©t 3
heures et demi© r¡'a pa« dé-
ordinai-
gr*:, Si
aa borne
iére» aux <
nouveaujf
d'o
Philipp©
Général d Haiti
qui sembktit
a regagné ,
mí di par i
B. a benéliOé i
ton dan» Tai
*Ho»ne. r et M|
grade dtoíí-. -v. ¡
*k
Un í f:t?ra
ci© nombreftMse»;Í
rica filies-
©n pit
nous cioui
exotiqu-'. i
deus -oe-t
Nous cons
que k c«Sr
placé «i
téqer, tet I© i
gestión da
molí© *r. búUi
notr®" ".ma©
eu de¿ Cíete
11 avert <
MANILLE. II g éte rcrpr-orlé
'isní que i'Emperevr
H,.:ohilo a répor.du aux deu<
messages du general Mc-Ar-
ihur rt a cccet>*é d'envover
reprssentant á NLanihe. 0-r?n-
car.l selen ceriaines sources
officielles n i erares, ;] e£t pro¬
bable qu© Ies japonais r?
pourront rxxs envoyer un repré-
s©r.tcr-‘ vendredi -áat-i L-
m te AMut ave: n: chc1 :m:c :: r éto o.-?
nonce a-e .e ner.era; •; ■' i:h-3i
des rorce- ' ;" a. . -*==
Lo: S aura? uenm* aux an-
se, angla.3 ©? a-
reuse occasion pour nous
da 1 or ess
bassaceur
mélica:n quo
¡dsie co a: as
la signature d
Jopen. Decs
cours pubic,
Chia.rc Ka; Si
-ra '©pressrc'e :
? .a redd ‘ cr u_
■o.n prem er ais¬
le generanssimo
.ek a acc.aro -o*
fcmxneu? crue seal-s .a Mr-.-
node si !a Cooperation Mer-
natiorai© pourron preserve: W
pc;x a trovers ¿e monde.
CHUNGKING.-- - Des expehs
mil-taires chináis connais»--;?.
a fond la spychoiogie japona -
se on? declare crujourd’hui q.e
souls to remise cux allies des
sobres de Sahrr.urrah rune va
;©ur symbol; pourT^s iapor.ais) pourra main
tc-iiir la'"pato au Japoru
.WASHINGTON^ -U Préftí-
ccnt Trumern a to coníérenae
:e press© a declaré aujourd'hu-
que le jour d© la Victoix© aux
Et-ats-Unis ne sera decid© que
iorsque 1'crct© de reddiiion se¬
ra signé. B a ajouté que le peu
pie américaín a déja fété ce
jour hier ©t aujourd'hui et que
le jour de la victolre sera pro
bablemení un jo^ travail.
PARIS.— D© source autoxi-
rapp-eler que Téquité ©t la iu&-
? ce. a cc-té de la bisnveillan
ce son? toujours une bells éfl
a: e:?c pour tons c&ux qui ion
-1 u devoir un sacerdoce.
En oner.clanL nous offiro '3
ros medieurs souhcnts á noire
v.eux camarade .
Nous vculona partícipes au
concours ouverí par notre ma
hcieux confrere. *Haíh-|our-
naN. a servo ir cu el est le plus
•ctorr.icue» de nos commev
cor.ts.
?s sent ?oi> «crtomirqu os -
cevx ia proíiiara. de to guerre
' o? venau le mauvalse camelo
te au prx d© vrais art sel 93 de
Me. Sí to chas© áépen-
< a ? de nous, nous curl or. s
*•. ecus cuss: ur.e bombe "fo
rr que =ur les revenus exces
rts qu'lls on? bré du cqnsom-
n don* payan? dix lots plus
_ve: -TJ9 la vait-ur
:u matt'-,
cinq dev^r: » »{
¡and da foot-baB del
On «’emend 1
cet expreaal (?a£
;oour to ]%©cik Sports d* sort t nr. S
informer ceux ‘
tíS':'\er a
eportive.
Nous <
crui beppe,'
Célestin;
de distribution M.
lomjRé Bis
du décés ¡
Madame Macs Í
AgGth© Bis
sympathie á 3
Antoine -t
Mesdcnnos
git© Bbsatotbft, h I
Ptorr© Armand.
HAITI ET LES ETATS-UN1S
s
C ss: avec pla’slr gu© nous
¿irons la brochure de nob© airu
< Ludovic Roaemond intitule©-:
-Haiti et les Etots-Uni»*- ia
brochure sera livré© trée bien¬
io? au public.
Nos iéücitcríons et veeux de
j touctueus© besogne a Tauteu:.
sé© il a ¿té annoncé que ie
mcrréchal Retain a été transió
ré a un© prison des Basses Py-
renné&s. Le général de Gaulle
aura a déddé si la peine capí-,
tal© devre ©q© appliquée a
Itoncíen ¡N§aréchcl de Franc®
ou si sa peine sera commués
á un emprísonnement á perpé-
fuité.
aux
tes de n© pa» 1
latí tiéde dastto
-'est aus-:
gareux que de I
che la miTlér¿ *
qu’JI dolí
déla!
- «Insecticide
I£. toe furia
mm. Bar»», ta»"*1
a 1 so >e 1
A
Vaiüer di « '
«EoMashl* te» Amériijue» iut tal powr la
8M*ws k m mmmmm



















































































RS























gjonté! Tel est le cork Cu de: 5

erat sortr de wutes les. poltri
4 cette heure ob, dans.lea
iire-coins du Monde.on.ce

gerne,

jail Paix cuz hommes de
““Ponne voionéi Car, U va de
ao que, si le souci de rendre
derable la Paix entre dans le
coeur des hommes qui ont ro
-cherché- la. sécurité..mondiale
gp prix des sacrifices de mil
Tons de vite humaines: cu

prix de depiructions., inmag.- |

nobles, des osuvres que la Ci-
vlisation dificil! tout. Is
Jong des siécles ef qui fai-
ecient Forquell. de Yhumanile.
“hag de ao, disons-nous, que
lo bonne volonté réciproque
dea ches de toutes les Pu
i: yviserleuses “pour évi-
ter toute nouvelle catastrophe
a’ Guerre. Les —- peuples,





oooawe Ga REHe ots, Paneeron’y















































ye Jongtemps scigner. Ex s'il
en dialt cutrement, 0 toudrait
de YAvenk sour



désesperer





Les onnees tagiquee que
nous venons de vivre ont ac-
eamulé tant de deuila ef de rui-
nes @ vavers le monde; elles
ont #é pour les nations com-
es une telle cruelle pd







gquon ne
compter que sur
des engagements

atteindre lea ins a6
ni de lo Victoire des for:
: leo Démocratie cathe
qub vient, = a
e vremporiée sur
: Fascieme, du Nasis-
2 met du totalitarlame.
ous comprenons... bien.
, avec une clara ve
Tavenir, la Délégation
ea lo récente Ton

de San Frencisco, for
{ ia proposttion, rapporide
sor notre Conkere «Le Matir,
en-son-editon-dut3 courant:
Cette proposition, comme on

Aussi.





Tan vue, tendait & amener lin
~eorporaton-a@- ia Charte de

San-Francisco des dispositions |



Hes destinées .6
mieux cssurer
__selle, fondée sur la

des droits et de la Liberté des |



dus de tous les pays, et

de checen d'eux-en particulier, |



iytonce dune nouve?
sion internationale.

Sil est vrai que la formule
de cette proposition, Imspirée
in plus per esprit d'attache-
ment cuxidéaux démocrat!-
ques ne int pas consacree,
est foul de méme juste de no
te qu'elle ne la’ssa pas indif
igrents ceux qui, bien que ne
Yavent pas incorporée a la
Chane Mondiale, lont visthie-
ment ¢ 1 ou
trouve son écho dana le Gren-
de Presse des Amériques: Et
s‘est ainsi qu'un journal de
Buenos-Alres «La Nacion», nous
lepporte toujours. notre excel-
lent Conkére «Le Matine, o ap
yrryé cette propesition de la
py légation Urugueyenne, en é
erivomt ce qui suit

sla meilleure garmt'e de
:Paix, vm cette forme, consia-
rerait dae un contact intime
ede ces notions Ces signatei-
ates de la Chywte de San-Fraa-
«cisco, assurémohd et les con-
spéquences pérille uses sera-ant,
en réalité, moing possibies
vdans lea Biota gouvernés por
des procédés dictertoriant*>-



QP
x











V-E DAY:
V-DAY
Le «VE dary» signifie le jour
de lg Victoire en Burepe. La
letre V représentam Victoire,
ot la letve EB représentant Bu-
Tope.
fl on est de méme pour le V-
1 Daye qui signiie Jour de le
‘Actotre sur le Japon. La lettre
v 1eprézentont Victolze,.et la
etre J reprézenant Japon.
Telle est done la significa
Yon des V-E at V4. "eget

iSbre la in de la Grande Tour. !






--jgurs-piaies qui-devront ence}





la Paix univer: |
goramie |

tle Nowvellisies q déje nr:
6 Je texte Intégral deja. 25
fore ole du Jape
dre.& la condit.on que lEmpe-
reur rosie au-Pouvoix,







'
jus Je texte inlégral de Ju 16
folie falls par Ios Etats-Unis
on nom des trois autres ulliés
en guerre contre le Japon,
Nous donnons, ceprés, les
textes des crutres
historiques: @uivants: Réponse
du Japon acceptant sane résar-
ve lea conditions des alliéa.
La.Décleration du Président
Truman, oprés avolr pris con.




: noissance de l'acceptation sans
i reserve du Japon.
| La Réporse du Sberéiaire |

C'Etot des Etats-Unis a laccep-_

fotion seams reserve du Japon fi

xont les grandes lignes de cf ;

J IOB ons



PU REDONSE TABONAISE
ACCEPTANT LA REDDITION

«Sa Majesté YEmperour ‘est
epréte & outorlser et G facre si



sponais, et le Quartier Générai
elrapérial, les termes néceasal- :
ses. pour lexécution dea con-
«ditions contenues dans la Dé.
eclaration de Potsdam.

«Sa Majesté | Empereur . est



«aussi préte & ordonner que
sloutes les autorites militaires,
raériennes ef naveles du Ja-
*pon, et toutes les forces sous
sleur contréle, & quelqu’endro:!
rou elles se trouvent,
clas opérations actives.
ident leurs armes, et émette
steig ordres que je Chef Su
cpréme des Forces Allides au-
ara requis pour Vexécution des
vermeés ci-dessus>.
one
DECLARATION DU PRESIDENT
TRUMAN EN RECEVANT

LA-REDDITION DU JAPON
Jal
ME

| slaponais, en réponse cu Me:
ssage que le Secrétaire dUic
savelt fait envoyer le I] aout.
i
t





|




scomme ume complete acc
i eintion de la Déclarai on
ioePotsdam,-qui-epecifialt
i
j



sReddition Incondifionnell
| Japon.

«Dans cetie répors¢.
ee
@ reserv:







aucun
ameris sonten train pour i
ssigroture des termes forme

kons de ce Journal, le 4 Aott
en cour.

|
-de ia Reddition, le clus v sHées, et notitera au Gouver
eocsa'ble, " |} nement Janonais Pheure, Ven
«Le Général Douglas-Mc- I et duties details de vete |
‘ sArthur a été nommé Com: | n formelle. |
' «mandant Supraéme Allé pour i «Agréez, etc, eic |
| erecevolr la Reddition du ja-; S) James FP, BYRNES, :
| epon. i Secrétaire dEiat. |
| Se oee eee rere nn nmmmnn nnn ema AD MDM
' IL FAUT LENQUETE |
| Nous avons, selon les tadi 1 cbvie par une préceédurs spe '
tons de notre maison publé i cae. Nous donnions acie & |
i ‘ : St
lg longue letre du Juge de © acue Jage de Paix de sa décia
| Paix de Thomazeau, respons! (aaton. bi nous he cesserons de
ive & une note, pare aux ¢ signaler cette «procédure ape |
i

Nous avons été précis dans
nos iHormetions, La source de

4
|
| note agent dont nous avons 4 |

| nous louver, tant de la formation
| aue de la probité profession-
i nelles est au dessus des imimi-~
itiés de Thomazeau. Son tap
| port a été vérilié en tout polat
per un membre de notre veda
| tion 2@ kouvant & Joinean de
somedi & lundi
Ceci dit, nous détachons de
ja longue lettre en-question ce
‘ passage: «Le réle du Juge de
| Paix consiste ordinairement et
: tout sigaiplement a viser lea con
liyeintes que lui présente Ad-
i ministration © des Contiba-
fons... Vous conviendrez avec
mol, quien Haiti comme du
yeste dane tous les pays dit
monde, la percepton de ]m-
pot présente toujours das dif
fieukée auxquelies TEtal, pour
ne pos conmurier la merche do
ta machine .gouvernementale,



d a




oO sbé Nowvellisier a aussi pu-






docurnents /

qui doit dtre fet pour la signa .
ture délin'tive de la Reddition. :
Voici ces documents histori /











ua cet oprés-midi un |

a GQauvernement «informetions-survla~tisposi-- fs


















~pendie toute action ollensive.

ssignature dea termes de la
rReddition du Japon:.

| REPONSE DE J. BYRNES A
VACCEPTATION JAPONAISE

En recevoht laccapiation du
Japon de se rendre sana cor-
dition, lo Secrdialre d'Etat ja
nes Byrnes a remis cu Chargd
d'Aitaizes de-la-Suisse & Was
chingtony mardl sor
lyes, lo lettre suivante:
| «Monsieur,

}
du VI,
Jour de la Victolre auivra ic
:
i
:
i

«Me référent & votre Commu-
micaton en date de ce jour,
ne wansmettant | 6





«vote





nts des Unis. de
| «Chine, de Gremde-Bretagne e
} ade l'Union Soviétique, je can-
swdére cette éponee comme
sune entiére acceptation ‘de ia

rDécioration-de Potsdam, et





vate du lt Aeti~

«mer que le Président dea Etsts
vUnis a ordonné que le Mes-
cacge suivant vous parvienne
zpour.ébe transmis.cu.Gouy:
«emer! Jeponais: Vous agi
srez comme suit:

sic. Une prompte cessation
2 hostiliés por les forces
‘aponaises dott étre ordoncds,
4 le Commandant Supréme
AINé doit ére informé de ‘a
et de Vheure of

i
j





| «date
telle
420.



Envoyer des Emissaires



«dont Supréme Allié, avec des

_aton des forces japonaises, et
: eavec des pleins pouvols pour
sprendre les dispositions que
sia Commandant Supréme Al

per



diciera, ce pour lui
smetre dicariver & = Yendrat
quill dés'gnera afin de rece
syolr ia reddition formelle.

«30. Pour atteindre ces fi



eev-recevo lacreddition, «le

sGénéret MecArivar a7 te de

rsigné comme le Commen-

dont Supréme des Forces Al-





cigler, tel le tit d’astreindre
& la patente de couturiore, tou-
tes colles qui & Jomeau possé-
dent une viellle machine ¢
coudre, Quant & Vargumenia
tion de Mr, le Juge, que ces «da

quielles sont couturiéres de
profession, et ont par consé-
quent, payé leur patente pour
fexercice en cours, elle établit
lumineusement que les con-
traintes ont étédécernées
Joineau, soit plus de dix dats
un homens de 200 tétes. Le
iTuge de Paix vyoudraitd] nous

Loxpliquer le fait d'une coutu- |

vero payacnne par dix ites?
Le décloration qu'elles coquit
ient la taxe de leur propre mou
vemenl, nous. savong ca que
| cole signifie.. On. connait le
| frouese du payson devant lav
lorté. . ‘
Nous aimerioss conncite le
rapport des enyudteurd des
Contributions. Nous renouve-
lons. nove demande d'enquite

, & Thomecoa,

sliges ont regu ordre de sus-

WASHINGTON 15 Anit—- +

intexmédiaize, j'ai leita }
rau Gouvernement de Tokio, |
tle 1} Aowt, au nom des Gou- |







ede celle contenue dang mai

sJ’ai Yhonneur de yous infor |

une i

cessation sera effective, |




medintement du! Coniman”

mes ont déclaré aux enquéteurs |













SUPPLEMENTAIRES ©




, ment dée. heures aupplémeaial
_ 198. cux Ionctlounalres haitiens
‘des Douanes, dg lEmigration
“i du Service de la Quaranial
Pag eet & nouvedu sit le taps.
Ox préte aua Dirigeants de
ta Doutine Vintention de satis-
fore le désir de lu Compagn'es
WAviction de suspendre ie
palement des heures supplé-
de maveil insti

de jour et









ont de sept mis comprendra
ciedment. .
tes pays desservis. par les Li
gnes de Nevigation, les heures
i supplementaives de travail ne
L sont pas peyées, i] est normal
i oui'éh Halli. houg ne pulssiohe
os exiger qa’orfasse pour le



heu-
res supplémentaires de ravall
gont payées ailleurs, il es! in-
compréheneible-quen~veunie-
les refuse & l'Haitien, ov qu’on






wii ne bénéficle pas de ce
que tous lea autres obtlonner
Pourquoi VHaitien doit 6
tre toujours sacrifie, ca~demen
rer le Nous répéions donc, que si
le polement des heures supple
imeniaités existe’ aldeurs. #
bEeat quil-exisle iiss! en Hei

g ‘



i
i
i
i
i
i











accordé en Hai
t ce raisonnement juste
et érultable qui doit prévaloir

youvel horalre vi
étabi a la Pen-Ame






ze ioe
i Loy aura, dévor-

* ) ton de qui de droit sur les cmu

Hons pour nos compatrioies
pour les priver du palement des
Lheures supplémentalrep, mais

ment solt iolt sur le
pourcentage em usage dans les
Suites pays.

Les Lignes de Navigation, la
' Compagnie du Whart pajent,
el largement, Jes heures sup-
plémeniaires pour tont ce qui
soncerne les Doudnes.

Tl novs semble donc que ce
serait injuste de changer qiol
cre ce soit. dans ce qui exists
heu-



ieqn“ cl, concernant jes

yes suppiémenialres aux aro

cromes.
Iegeeenpgreereciscmemmmeromnnenerrerventearomesrcrs J

TE DEUM POUR CELEBRER
| LA VICTOIRE FINALE

| Daprées

| nique locale hier, c'est lund
| prochain que aera chanié 4 ls







Cathédrale le Te Deum céié- |

tremt la Victoire Finale des al-

liés qui raméne la Paix dans |

le monde.
Cette cérémonie revetant un
caraciére particuller sera licinement tds gromd'ose.
| Nous ne savons. pas encore
i ei ce seraoun jour férié, ni qua?
on sera Je programme.
; Dick. news aurons le temps
| de renseigner nos lecteurs.
| -Peut tre méme le Jour de Ie
Victoire qu’aura cholsi le Pré-
sident Truman sera. celui: au-
gust asquiescdront. toutes les
autres Natlone-Unies. Et alors
sa célébration sera . unanime
dons tous les pays aliiés,
Lea. cérémhonies n’en aeront

J que plus grandionga,

Pour Palemunt
DES HEURES

1a délente. question de pale




_-Lét-woici: Sides tousles ov.









e des dispositiong pour |








* et gi ce palement est acror |

























ataucune formule ne soit créée ,

nous Gemondons que.ce.oale- |
MEME |

Yémission radlopho- |











CHOMAGE

Pour céiébrer fa Victoire



En vue de permaitre a tous
Se oélébrer ke Vetoire del nit
}ve dans le Pacifique, por ‘a
i capitulation du Japon, le Gos
| vernemeni a, par aon commu
; niqué, décrété le chémage 4
i néral aujourd'hui.
| Cette mesure se justifie par
vimmense explosion de joie”
'o provoquée & traverse
monde la grande nouvelle de









indéfiniment.

Rest cependant a déplora: |
| Je...pen—enthousicosme--gonie-

ive chegz- nous, par un si im-!

} portant et heureux événemen!,
dont nous devrions pourant
| nous réjoulr comme tous
peuples gui aspirant a bené
ticier des bientaits du retour
de ia Paix et de tous les avon.
tages quelle procure, = dans
Yordre économique. social, ete
rel, nous avons decide de
fcire paraitre «Le Nouvelliste»
-eR-ee jour -estimemt: quid port

i



:

Le sucte brun eat rationne
La Hasco aleque gue ies gz
3 demandes de sucre de cet
@ qualie sexpuquent par iv
Htoir que-les chstuateurs rutili







cu gros sop pour en urer du
(explication cou
cant avec les haute prix Gu
airin et du s.rop cea jo
semble évidente.
qui se comnalssent en
wabon declarent que C'est u
hne tabie pour détourner Taten



‘ges vraies de la razeio de su
qe bran. La Ha: i
‘elle, ou cours de la derniére
! saison produit moins de sucr
ide.ce type? Le nagoce, celle
is clandestin, d’expédiuon ce
brun dans les ues..eny.
recommen









; marché no.r du sucre bran, des ¢ p

| gens auraientile morte une af
inire de sucre prun rare? Ga
e @ Yentepot, gare au mar
ché nolr!










On signale une recrudescen
ce de vols danimaux dans Jes



Bellanton, Lasserre. Les p
tes ont 616 rendues 4 lofficier
de la Police Rurale, mais jus
qué cette heure, pas un seu!
délinquant n'a été arreté.,. Les
victimes ne savent & que!
sqim 2@ youer pour se prote
‘ ger des raids dévasteura du
sheptel dans la région...

nae



Au dépot de la Société Hai
i tone Américaine de sucre, le
commergant déteillont pour, a-

neat servi quiapras = des dé
marches renouvelées pour. Vins
‘etiption y donnant droit. Le
Département da Commerce con
i idle le séle de. distribution.
jAutant de précemtions pou
prévenir. leg freudes, Eh b’en
mardi matin un commergant
capols a pu acheter dans une
maison de cette place, situa
dans le giron du marché Val
féres 500 sacs de sucre briun.

Le vente d'une al forie quat
tid qveg une. telle faciths
nous semble furer avec le sou

[el du Département du Com



JO HY dine guerre planétaires |
El existe une chose qu’un en | qui menagait de ze prolonger /



jes |;







sent dans wn melange ave. |

Mais ceux) ¢
ais










sectons rurales de Cannidro, |

voir deux sacs de sucre brun |

ia devair de idter ia Victoire do

[ la Démocratio, ly a aussi co-
fiul de wolr le public au cou.

hraunt déa grands évonemens



bame, tous promelion?
donner domain Gux ouvrlors
de nos ateliers, Vopportunits
da féter, eux cussi, avec ‘os
| ABRIB, ses reesnnen

1 Comme hier, ion’y @ en au
can journal du solr, notre Ca-
pltale ne pauvait rester d
pains i



nouvelles,
aorg que des evanements de
to-plus-haute-importanre se

| jours pieins

i
}
j

| deroulent « Jexterieur. En ac-
| complizsant ce grand ellort,

| Le Nouvellistes permet 4 s7s /
abonnés et lecteurs de ne sas |

i

| Ste xdéconnectép: avec le
| faits de ces derniéres 24 heu-
163.

Demcin vendred!,
i foarditrons pas, mais nos
| tes contréres seront présent
| cour maintenir la soudure

:
i
}

i Monnonce dex 1OUrEes:

MOUs

Block-Notes



lmerce de protéger ie consom
feur du mozche nob.





u

me enquele est ouverte
eau,

ae Th

Hom mucdis



@ jetre ouverie
eg fais relates 4:

niés dans lesprit








Nous delenons aujow
lo. contrainte numérotée A.





ommé Altidas Etenne

: Appartenant ©
lo Police Rurale de 19320 a
1942, depuis placier du ia Lo
Nationale, Altidas. Eten,
renoncé au méder de ia




Une contrainte et
de Vexéoution fudiciair
font payer onze gourde
G2 cts an Rese.

is les rales de limpot 5
Ya collaboration









a une responsabilité.
yae jes victimes de
enbté se trouvent parmi
lé qui Pont combattu
diverses élections

€B.
eae

T now est.revenu que les |
souscriptions volontalres pour /

rn pont & la Riviere Froide
vom bon train. iH est ques
non d'une initiative privée,
ceux 1a qui ramassent les
souscriptions curaient di sea
che publiques lea souscriptions
Thnes, Ge seredt wne note
démulotion pour les retards:
icdyeg at une garantie pour
tous coux qui. délient leur
bourse. Une insinuation mé

t
j
}
| chonte a vile fa't de briser 16
Volr Suite on dome. Page



HUMOUR AOUT &

Un eCongigeman bietien
devent la-victole finale dee
alids s'est dcrié:

~-.BiJes sTchbquess 20a!

| equvés, mon «cheques def me-
ynaob

a

hetorkgues quien foment ja!


















wd. _ LBAS, Gacermee, conte.
com |







Remplacera.
ton bloncourt?



Tout le monde s@ souvient
eg cucunmunced, cedex dele
Bute PUUr Coulis, Gb Gop ar?
da Yuva Woncoun du Uepurne
Schon Pubphigue,
comme Dusctaur des Exerc
cey Foys.quoa, et son onuee &
Gendrale des



went de Lliwtru





fae Dnrecuan
i Spons.
Jo MEPS, personne ia... 616
/ appele pour ramplacer Mr, Rion
| coun cu Departement de lina
firucion Publique.
«Le Nouveilistes avait émis,
2. émet encore Yopinioh que
ae dere tea”
dot dire centrajises 3
Générade = daw

I
|






CLOT



Jusqu'icl nous ne savone pas
gil en sera ainsi.
Pulequ’l) est fortement



Orit



que le Departement de /Inatruc
ition Publique qui sera désor-

mais césigné sous le me Heur
| vocable de Département ig











COMMISSION COMMUNALE
«BIG THREE.





de. Kensacell, peu
>» Sire. gh ée.ce.. «Big. Three:

pun »One Small Commu-
ce sont MM. Em-
Joseph Na-
et Robert Baussan qui ont








ts dés'gnésoour gérear les in

léréis de la Commune de Kone











i Meagiours ny meliroat
if de leurs oct:
tes, Ce y intel gente com

préhension et de leurs. .efforis.

cert

Qe



Us mettront css)



' SERAIT-CE-VRAL?

| On nous informe que les Di
| yecteurs et Professeurs qui ont
i invitéas & guivre les Con
i @Ete et qui sont logés @ PEco-
de Martissant, auront & pa
: ar chocun vingbcing doilcus
= lour entretion durant le

teat
a

ty

temps quills resteront ici
Si le ict est exact, on ne
peat que jolaindre ces serv
teurs de PEtat dont les alc
res, déit, ne sont qudre ale
chants. Quond on pense que,
i pour répondre & lappel de ta
: Direction Générale de VEnae’-
gnement, H leur a follu inbe
[ beaucoup d’elforts, car Uy en
la qui sent chels de famille
| nombreuse. ef ne touchent mé-
ne nos mensuallement des an
i polntemedts de virigt cing dol.
lars. Toulelois Trows soubor
vena que celle rumeur aolt ob
fciellement démentie, i v a
Hew, cor un Professeur de Pro
vince nowy o appre gull a ata
oficleusement touchd de ie

a



















Seat, eh. cOmneRe accupeien
Tew da Pape, te Chal milliel 7 Wey Hor Web et lee Pranga's
ye igut pulssant iolesnt parte | Fowang Teheoy,










vent une révolution en China
fake par des banditz et non
por Parmée en" 1908. Ces ~2é-
vollés massacrérent cing cents
éuangers @t vimrent assi¢ger
lea Légations dea pays euro.
péeng & Pékin. Le Ministre
coutaigniven! les japoncie 4 / allemand fat tuéd. Las mon
cuyris quelques pore Des lies fangaises, angiaisea et
rates qnalogues & celui 5 } jeponcises prirent Passaut
qné avec les Eris Unis furent | fientsin puis Pékin. Lea C
Scie avec VAngleter l pols ae sourirent aux canci
sie, le France et 1) tons imposées par lea vain
petit avec le mo, queue. Ce fut le pied & ter
(les concessions gal bre que le Jopen eut en Chine
virent Jo mécontentement 2‘ et qui deva't hid permettre de

Y

‘weenpie pendent dew mile
fies gant ans. Bi ne iat pus

+ ggbler quia ime siécle an
can éwanger ne pewrelt débcar
gaan we Tapon suns encom!
ja peine do mort «= Ce nest
gqu’en 1854 que les Etets Uni




















ia noblease eshogoun
mourdisy oblicga |
brleer cette

‘ete de conquéte.

Er 1903 de serimuses







organisat:
Dez lors, }
ane vitesse
tg chemin du

iis Gorée. En 1804 les boast

prog



















wim
4,

fe

ae jcisser iq beauté et le brille
5, sSimoniz Kleeners ef «Siumoaiz:
mussi belle et étincelante qu

ava, Simoriz Kleaner enleve ia sa-



- Simons icisse un film protecieur. S! |
votre voiture 1 subi des détériorations du fait |

de lz poussiers, du solell ou de la pluie,
vous pouvez jul redonner son brillant origina

Ss raitement de beeié de lone
de Simoniz.



gauoUe DE VETAT + HAMTIBRAU CAPITAL DE G, 5.000.000



dune noblesse jomeds miler) Ces concessions provoqué: |

niger trop souvent seg coro |



i culls e@élevérent ene les)
_ Husses et les laponais qu su:
ter de la Mondchourle et de!






















en employant réguleremen! le |

| vioux ot Jour Ble, Mr et Mme
Loti Cogeped ot ieurs-enianis,
‘idx Helvdtius César et ses on




Effcace, une mort cericine
; pour les mouch‘s, moustiques, |

Ge Beoakerey,
Ennée Générale Gd. 0.30












l vee toms, Qéme Porméle Casims | platies, fouvmls, punalses. mi j -~ e
' Vendreu: & § brea, | tees entants, Mr Camot Tous | 8. "Blask Flag “eat “un” inec Manufacture €
i RIO RITA Lewin, Me et Mme Klébert | ticids magiquel Crest le dé

burras des insects! Se fait
| en Liquide ou en poudre.



; Tousscint-et leor-bis, Mr Mar
| cel Toussaint et seé enfants. |
les femiles Lous Charles Jo :
seph. Faustin, Poitevin et Des {
alexrux @t tons

cvec Bud Abbott, Louw~Cas-
well, Ketieryn Grayson, joan
Ccrale

» mon seulement je ¢
grand spectacle, mais la plus ‘ eee
aie, lo plus brayante, la plus ants ai cies remercient
| bollucinarte des comedies mu *
sicales,

Briques «La Baud
| SOCIETE ANONYME

Capital:





les cubes >




















LA FEMME %
cvec Gladys George, foho
' Beal, Woreen Wilton

on Gus ERED a

de cetle candée,






POUR LE FOIE

iniverselemeni Connmues ef qui ont








3 ele atte de xy
joure

ni} Entrée Gd. 0.90 > - @

| & $ bres 15 cag tl cna testcase ee p p

| Es lere parte. _. sore, et bec frére: | UNE PENSION POUR FILLES | ETITES ILULES
LE RETOUR DE CHANDU EDOUARD BEAUBRUN | Madame René Des

| Seme et lleme oplsoder + & yen cHecton le Mor ? as Dieq quoi alt savoir

| Ex Zéme porte: j i

i

i










ye ioule tivete ou
ul voudrait se tenlr &

ce, soil pour aie:
pour sulvre




iu Teenps, car cn
depuis LEG

EL


















we que es







raePr
BE

AttucHement offertes en
enveloppes de G pilules.

Au prix de Gde, 0,25 le
sachet



EÂ¥ipez ce



vei emballage de


















PETITES PILULES GARTERS
2

POUR 16 FGIE ¢ j





EF LORIDE ~

MURRAY & LANMAN’S
CEPPE LOTION UNIQUE A PLUS DE

20)

USAGE























Telephone: Nos 7115 —~ 7084.‘ | eOUP LE RAIN id
: 1 COMME ASTREiGENT
: i LOTION POUR LA READ
} COMME DESODORIGANT PER LONNEL
i COMME PARFUM
; nouvecru cerécle extrémement fortificnt POUR 1 RAFR. FR ODO BOURT OR
: Valmerez purcegne mellima que la Faring, br POUR MICHIR LES CH “MORES
3 CE ABONDANTE DEAN EGE Pour soulager les muux de ties. migraines et étour
i FACILE A DIGERER { dizzements, pou lea morsures «linsectes, pour lop
; EXCELLENT POUR LES ENTANTS ‘| deta marveux, pour lea thumes de cervenn of post
| : LA CRLME DE RIZ contient: | ee pleds latigues ot échauilés,
: VITAMINE Bi ;
‘ een GS | CELEBRE DEPUTS 1808
2 oN ESSAYEZ UNE BOUTEILLE
En 24m: Sere: ah 8 ON 2 rear 7 y 7 *
ne Pea Toon Durmonter 2 ; qujourd’nuil de Ia délicieuse ET SOVEZ CONV AINCU
te Marnier dans ; EME EN VENTE PARTOUT

_CN.A ARRETE SHERLOCK | vORN MORR, Dtstributear.









DISTRIBUTEUR POUR HAITI

ce Bal separeille












i
| Giné Select |
Yeudi a $ hres : MADAME g MADAME
fn lere parte: | ESSAYEZ DES | pw
DEPANNAGE : Aus e WPOUR VOTRE
En 2eme partie: ' } } r 4 preegg Reco! comme gras
Lucien Baroux dans Ol biek Fo | PATISSERIE cateur ou sang. “

Bisquick pp eparation origvidle at vile
Bristol.ot sert pour:
AFFEOTIONS Ef MALAD Me
et pour celles provoqudes
LUSAGE EXAGERE DU.
DO FER. DE LA QI

‘ UNE GUEULE EN OR

| Magistrale comédie senimen-
! wie... La verve du gread co
| mique est incomparable
Entrée: 25, 50, 1.00 gde

Bisguick









5
'& 8 heures . Ausai pour les
| ea lore partie: LA FARINE DEIA PREPAREE AFFECTIONS RHUMATH
“ Retuchtée Olympiques ot Uat \ CONTENANT LA JUSTE PROPORTION DE TOUS attoct USADIES DE luk
versal LES INGREDIENTS NECESSAIZES POUR DONNER vouse et Gene sarale du 8
En éme partie: | ON RESULTAT INCOMPARA SLE A VOTRE PATISSERIE dappett Longuaurs,
LES DEUX GOSSES i ‘ot Aflections du Foie qai
Entrées; 80, 1, 2 gdes | En vente dans toutes le 3onnes Epiceries et en gros FIEVRES BILIBUSES St.
chem LA JAUNISSE Fix



Lea malades peuragt a
qe wente pos dk
dicen:

Vendredi & § hres :
En lére partie: : L.Preetz mann-Aggerholm
La Chute de Okinawa i

En 2ame partie:
Le grand film a covaclare so |
ial; Armie Duccux, Debucovuri |
i






sencnanenemantiienintiie tite ine wos pens arene os see

TTENTION

Planteurs de Noix de Coco







vénéneouse. B af ¢' pa
‘tl of peu Sqr adminisné
nes qui ont 'p:woin d'un:

purificuter; a foxtitiens,
moindre



dans
ELE GENDRE DE MR POLLEN

} Réaction d’un petit bourgeois
en face de latitude malhonnd





te de son gondio la Kaiti Coconut
ae hes roducts Co.,S. A.

one porte: _ACHETE TOUTES Qu ANTITES 2 NOU DE coco
Gn Dba partie QU SEUVENT ETRE i VRELS 4 PORT-AGPRICZ,

SADRESSER Ath

VELLE DARMES QUREAU DE LUSINE A -coren :
Une femme qui gecrifia son TELEPHONE: 2477. :
homteur pour défendre un of BOYTE POBTALE: A .. 158, Fabriqué par Leaman et Kemp.

| Beier
Barbee 50, 1 et 1.50 gde





SLANTEUBS VIGITEZ L'USINE A BROTON,


























Pes
ue V1
q ee





CPPS E EDDIE METS ES HELD LMAO A ALL SLES ANGLE ENGL PELL RE A a A
7

So

Les
larg
chrax

5

Nox
blr d
Nog
Cana
ngue
Rico,

B

Nov
Paris
lea x
HOLA
lier

T

gow




































































































~ Noe succutsdlea sont “cuservice non seulement cu

VANTIPARASITOL ger: com,
Tne See pendant.la crise.





wonlinué dius la sulle pour #/
Miler lo chronici
we.




PARCE QUE

TE te ti







ee

que por
“* | aner lea SO.0D0 gourdes de ic

ee Ae

‘Concentra!

Pex imporle Ce que vous désirer
e votre denthice fosee pour vous,
a TER CE



* Emile M. Desde. |
: Gul, demandes votre bd
la vaison? Kaly nos est CONCEN } dat & Poul Emile M. Deadunea

TRE, son. action eat intensifiée oar Le
—_ Yéliminationde. a 4 154, Rue du Centre, Maisua
. Aucune ombrée vr i







| CHANGEMENT D’ ADRESSE

| La maison «AU VITREA» pro

| pridtalre Yvon St Victor avis |

“ses chenis qui wansiars

magasin sis & cfté de Justa
iste G la Rue Courbe & sdté

| ie Franck Martin,




co¢he ne peut s emp
Io traicheur et le godt x cere que.
Kolyros lalese. Le concentrati al
vend Kolynos plus économique
Ln, Uy piis-de-netoyage- dang
chaque tube.
< -Bafr, da qualié etic pureld de Ko
_]yhos sont corstantes, Pos dtonnant
“ge plus 88 temiles af plus de den- “Btablisseient “ dEnseign
tgies en usent ef recommandent Koly ment Primaive-et -Secondaire j
hos. Préparations spécigles au Ceri

cat dEtades aux Broveta simple

: QUIOURS AGE on GBaades :
E eee .. Pv ee CREME # Supérieur eb ou = Bacealau |
: ERVIN “beth, agen
DENTIFRICE.. CONCENTREE Ta Section Enfantine “et VEn
seignement des jeunea leg |















COLLEGE.
COLPERT BONHOMME

me Colbert Bonhoramme Direc
teure Me et Mme Colbert Son
Aone,

Por-ou-Prince, Place, Louver
ane No. 25,



























PAUL..E.. AUXILA
Bue Treversiéro
Fient de recevoir

Chaussures Haute. Nouveae.
/ 6, tout culr, pour Dames,
Chaussures toul cuir et toutes |
penuaseries pour homme Chaus
ares de Sport pour Dames 7'il
eites, Exfanis, Serviettes “ds
sain, Sorties de bain, Sarviet
wes de. toilette, Gants. Sesu épen

| ye, blanc et. couleurs,

Palm Beachs blanc, nolr, cou
eurs fantalsie. Drills anglais |
mion, couleurs pour costumes.
*oile a drop Fi-Batisie et Li
ton. l blanc... Ombrelles. en-
sole, en conton, Parapluies.

Chapecux de pelle fins, de

gine; de Feutra pour hommes”

Ceintures culr pour hom
aes geclité supérieure en cro
sodile, en Elasti-gles: en cou-
41 de sois % choisir dana 15
nodéles.

Avticles €e cadecux’ Tour
ompticles de Bacuté: . °

Phone: 2318-2284,

Retiois mioux.. a Mellleur Gott... Dure plus longlemps.



|

/ aE Mecson
!

ie
LES IG AREPTES , . i
i







FONT LES DELICES . . >
DES FUMEURS POUR ,
LEUR AROME ET UFTR Siave ®



:
i
i
:
:
:
i
i
I

i
j
i
t



















































3 %
d’aprés-guerre
Les maisons de le place qui auront des relations in
terncliongles bien établies, jouiront davantages spé.
. Situ dens le conduite..de_leur.commerce.d'apres-guer
Tei , °
Nous offrons ‘nog faciliiés & celles qui désirent dia
blr das maintenant ces relations. bancaires.



Canada, mais encore de beaucoup de pays de Amé

rique Centrale, de Amérique du Sud, di Cuba, Porto-

Rico, la République Domiuicaine et les Antilles Anglia
abe, :

Nous avons des bureaux & Londres, New-York et
Porig, st. dispesons.de . relations. bancetres..daas. tous
les coins da monde, Por note entremise, ce service
mondial de banques eat & votre disposition pour faci
lier vos opérations actuélies et celles d’apréaguerre.

The Royal Bank of Canada.
Socigté Anonyme

Capital vereé ©. or, 25,000.00

Fonds de Reserve ‘or 20,000,000
SUCCURSALE DE PORT-AU-P BINCE







"GE some
LS RENDEZ-VOUS EST. “A

”

416 et les gechu | [yds remerclements: et les | walades, soucleux de guerix,
2h

soterie de “Era” Haitian,” Tuck aoe. Monsieur Je.Se..yortd-é la connaissance de | Fur desarmur o) conyuuints ©



Mais & qui s'odresser. wire | Pubs
Jaembies du -Comité-pour lai















LE GENERAL TRADING CO

Mendoas, Buencs Aires, ARG.

i atora de MILAN — 1924 —



tARCELONE —_ 1924.

¢
}
| tet gous le contéle de Mada | *










PorecirPrince, le 43 Aout iddo {a oe pas céder Pun @Veuis
16 Beumeut gone we Sudanese (on pours de terran Sexes.

ccilauona ‘neev : fon. SDAA AA RA SH adn Whe digkusaion qui “ney. -aenveni.

merebicles,- dials. ciutnax; ter-
fein hocharnes; gedit de ues grande. valeur,
erocure un ———— ae omen

a wal ALELE ost. ayuocy
wee de Caieitines Glue taal.
108 SxprEssONs = & vA piasait
doivent de inire usage des pour Gemty at Cebus guts ah te
Comprimés-«ALEPSALe;-rédi-- | ARGUGSdiaw A "GO "Pulls, “Bt
coment nonvedu, inolienell, ef | YA Msuscrelon ispeie i qqa’on éprouve dea cr‘spations
dune elficaciie certains, lie Un qacquot repwie lout ce | eiuid: agréables. A un mo
| En-vente @ la Pharmacie 8. quacenend 8. a Jeent donné, on a Vmprosaton
Gelfrerd, rue Férou Por-ax 7 be bien UCR! ge Ul 68 foil arrive juaqu’d la mooslle
csi + ASOGW UM Qua itese Woumoet 66 | deg og. Le thum Nazon et le

AVIS IMPORTANT fea jovies Ges pulvivs WHY j «lon» sont de viritables ona
_Conformement.4.Ja-Joi, i sat | ONT, aousesroused Gul Usk! | che nan movlle que les grands
preneura ne devaient jarucis
pagliger. Von @Gn sert égale
ment pour désigner wi mor
exon de musique de jam
j chavd et emrandant, dont on

a Heu d’apprécier toute la va
| eur: loreqe dane un auyé pie,
‘ono dana ses. bras (en. bes
pangnett ou) un bébé, grou
pbon put grain avec leaqgualie
lon est en train de raler un dan
*_dlors seule

Je imbroglis quill ‘post
pos facile de. daméler et qui
finit tuojours en queue. depo.
SOIL...

LE MACHE NAN MOELLE:
Se dit d'une, boisson -ddliciey
£e et forte, Clest. un nectar
a la vertu de aerpenter a









Apris ¢ avoir aarp ects suc
ciesl. qué 2es amis ses i cés de nombreux remédes, ies













|





Sathak












wus Netougle, selon ing








raise deat de VInstraction j fous coux & qui d appartiendra | A} evee qu Hest en tious

ue, demande & MM. les | que ia Société commarciale an | © e8t un Wye Gui Le b eeuGuy
-yonr- collect denommdes JO TA pas ers tae. Guscuasione eh
= Epuotieque Nationa | SEPH ERNEST et Co. siege so- j qu passeue Lar a Glwkwt Hi
&. ¢ bien voulolr se | cal @ PortdePaix eat digaou. | Seiutneat qu n'a pus en auc
reunin Jay ees LE. colt 1945, -¢- Te “WieWenW ear [ier etr sone Pashto ine











4ze.-les--qasociéa suivanio:—Jo-}4@.NOUE CHGUREL Cf 98 YORE
roa pence 60n Cab @4

j seph Ernest, Madame Jos: poe
i Emest, née Fadoue Neder, Ma Phe.
| demoiselle Angle Nader, ious | 8 DOL FORO:
_demeurait- et. domicil.ée-& Port | POW OeBGuer Uh
dePaix en date du Onze Juin | PAIS ses denis. ue ent Glie ce maché nan moe!
mil neuf cent quarante cing, | ie Gent les levies ipuivees ae te est d'cutent plua délicieax
En conséquence Je sieur Jo | 2 aéant) revienneli Sur e923 | qu'on se sent etivah'y por un
seph Ernest travaille & partir de | memes, et Cest cetie doubee ifipson jusqu’é: la moelle de
cotta dale en son nom propre | courbure lapiale qui don? | seg oal...
at s0ug Ba seule responsabil’ ta [ tabigsance a celle vi Haine - ak LE-DOUCE POUR BOUCE
Port-de-Paix-le-8- Rott 1845: Llection dénommeé diol tubo. | eet. le falt.pav..... quelquian.da
Signe: ile D.ol lebo se.mourrit de tom- | ioyir des faveurs dune fem
Th ERNEST | oms ide bananes hachbes et pl ime gang bourddâ„¢dblier...

Mime. Joseph ERNEST ; ees), oblige naturelement de CABRIT NAN TADIN: Som
Angele NADER jse gervir de ses gencives pours j nlole pour désigner une robe
| machonner, tout comme ia vol leul malenconteusement se
GERCLE- DE. PETION-VILLE- . Ldure. automobile se. sert 4 Larouvé prise ehiie les deus

Le Comité du Cercle de Pé | #8 janies lorsqu’elle n'a fesses de celle qui lo porte.
ion-Ville se fait le plaisir de |f€8 caoulchoux, N'staitce, ret qui devrait toujours, en se
orfer & lo conncissance des | verite, je ret seller scuveur qu t j levant de son siége, tirer va
ig et invifSs “habliuele du /mventeur providentiel -vint~ a-bea-robe pour-te pas “see dor 6 mm
ercle. que désireux..de. leur i découvrir, je connc.s bon now | ner tins’ en spectacle.
procurer de bonnes distrac- j Bre ¢ de gens «chics gui crujour fiin 1646 sous sam fait Se
| tons pendant la période des idhul ne pourra! lent plus’ a'ter re vais plus ae Yavant mon
Axcant Vocheter votre vin, té vacances, 2 a décidé de re | cans je monde, grace & seu | cher Mr le Directeur, nous ne

prendre sa-tite-du Samedi 4 4.4 Giole lobo... . ; mmes pes des montagnes,
Aokt -écoulé-qui-avalt été-mai LE.WRALE MININ CASSE i Tous..pouveNa Tous renconker
' heureusement contrariée par {| Vest auire chose qo‘ane’d) une dave fee.

le-mouvais. temps. —-His~sont sium interminable qui 4
done invités & prendre part a | etre deux personnes dec
un Cocktell densant qui cura |
diene. Mercredi..1S..Aodt 19454
cas 10 bres 90. A. M.
Le Comité informe qu’ll ne |
sera pas fait d’invitations spd
ciales G cette occasion at
_ compte sur le concours des a- j
mis et invités hoblivele du |
Cercle cuxquels-il réserve le
nelleur accueil.
LE COMITE



















on, c'est ol



ATTENTION ATTENTION



i





3 A
Prdsente
les Melleuws vins de VAy






Angel Mo Esp
ae Luan De Cuye”



i
|
i
|
+
i
Cas ving ont obtenu lés olus /
seules récompenses cax Expo |
|

|

{

i

:













unpertant atoock

en Gal

;







fornia,






Pe.
om
c



4
t
}
j
i

#ue importants vignobles des |

ee






















Metta

phones De Fs POUT "ies prix:














er anerinien A

























SOULAGE RAPIDEMENT LES |
BRULURES DES PIEDS ET LES |.
IRRITATIONS.

DELICATE |

@ Cuand Ie a de,
DAS devient von














“pour les pomuncs deen
eh aT IntE




eur goa poi ee
thes. CAmainaniios wa AO y picier aajour
hei mien Wy a ditférene os quabtes de Pail
lecres d Avawe,










‘Vaseline :

ome pe a



AMOLIN. “Toe re,

Ad No 44-108 | ities

Me blamez-vous

d‘aimer ma Femme ?









is 9 BOS m, idee





POCA LLL POLL ALLL DLL IL AA OT
VOTRE VITAMINE D'HUILE
DE FOIE DE’) MORUE DANS
UNE SEULE TABLETTE

AGREABLE AU GOUT

















Chaque tabletie de vitamine A ot D de «One-adey» (dip
6) équivaut aux vitemines A et D dua 3/2 cuillare & thé
@hulle de lole de morse

Pus de meillleure qualne
pos de vilomine plus smen
tiliquement composde, Com-
woences qujourd'bul &@ pren-
dre jes tabletties de vikuai-
noe A et D de OnewDay

vidépasd}
Donnesen qux membros
\~-de votre famille, Gott agréc:
ble ef un seul par jour. At-
tention au grand 1 . sur Je
paquet jaune.




Une seule tablette de vitae
mine A.et B de One-a-Day
déposé) par jour, c'est tout
ee qn vous. fot, et tout ce
que yous poyes, pour avoir
‘votre dose journaliére complé
{o-da-viamine A-et-D..Cest
lo nombre d'unilé por tablet
te qui. comple. et les tablet
tom de One-aDay. -(depond)
ent une. grande puissance. _








‘Elle trouve toujours deg moyens de me rendze heu

teux et de me tenfr en bonne zantd.

Avec le lait ELIM par exemple elle falt: bere do
9 de lait et fe le bols avec plaixix, Je me sons

mieux, plus énergique. . plug vil. Bon oréme Bn et trols

vous fait, shoque, fly vider Je verre & la. derniixe

mote.










































Â¥







1) Tablettes Ale D
%. Tableties B Complet





P. So La plupert dea hom-*
omen préficent Ie KLIM, Achetez
aay derbhme -crufourd’bal mémei:



ba 8, a Bi, Vidians,

ATES nRENATS pu “eNOUVRLRIBTRS “SOUR lap
ENE, otvyWAAGRE NOTES EX VOLE > QBONNAL










lan de gjénérosite une 6p ‘te de Yo
signdture de Yacie de raddi bictom vite Bn ACTOR. en:

gon da japon Ow fairer eee

vée. Le communique a couur | attendions depuis fe 7 Décem- ral. Prigre de ne pas retardex | quer dons les milleux cutork | couscripetle: et ie menian:
2aé par alleurs qu'un nav.re | bre 1941». © A yenrs. sds que cette cépamonie deve | des valeurs pergues.
ouxuoire american aurait ste | Le Président Traman « dé PARIS 16 Aoi Péiain con | se, dérouler sous la _présidence aan
endommage Lundi‘sow a Cx | créié deux jours férlés gous: demnée & mort a 616 monsiéré | 2 commandant suprame ald,
uawa. Uy eut 16 morts, 14 | Mercredi et Jeudi. &@ 9 weer oa Fort de Portalet_en Pyren | le général Douglas .Mo-Arthur
Diesaés et un disparu G bord |
{
i
5














SAN FRANCISCO Basic

Aekio an cnmoncd que VE







‘Erape-
veut Pirohite « denné 4 tow
tea lea eos yaponas”
ee “ pie adictement
Jen nosis. La Radio Gajox














, it pénibls “de const
Yune & pres Voutre, Vagonie
de nos traditions, - le

not, ite réligieuse et ‘patra.
je de la ville se Portau-P.a










































: fons tee ign Oa AOR UE) onegpentE = Rea 66 révsle-
(8 qt laudra “peut Ste wer de ce navire, Hier matin dei paAnis 153 Aoin-—- Phikose tient amprisonnés Dalad!er, : a a <
eee ee eeu? ae aye, | Pomme heute les formations 48 | Peinin, Maréchal da France q Reynaud, ete. Le sort de Pétain | PT mis dour 8
j font, a welques | fore |, mnés de Halsey ont attog38 {9 consamné & mort, mais ie | *3! entre les mains de de Gaul | Egaperour Mr chin a don ce na pas aS marqué par les é
nz le fron : favia | mos 5 ‘ i Ho, 1 > “46 ‘ te’ an dees j
# e . seent ane dos jun pett cargo, 5 camps Pavia Tribunal a cjoutd «qv aspe- , fe qui réduira la peine de i nant des ordres denvoyer a | solenaites coutum. éres el cote ¢ . Fo décrat
‘les EP. ® ee . des mon ; Hon, des hangars et des tains. | ros que le verdict ne seca pas | mort ex emprisonnement a |” " je qui gagnait, auteiois tou
28 180. Wao communi orion of Ce midi un autre communique | ey ccuiss, | perpétuite. De Gaulle a toujo Sas nouve nos couches sociales. Zius
te 3 TIT BS ja 7 as tend 4 ot eine nouvoy pour :
sagnes de YAmizal Nimiz a estime a i Avant que le Jury wes #12 un proiége de Pétain of s C wa, Me ces sauterios dana lea quar
icielle du Geuvernement jepe--}o4 te nombwe di‘ elle 9t- certaina ordres du genéral >
cea ee OEE agit FT AiO | cacnag chance cppareus ¢ “| .déliberauon, Potain ay corrére mélite’re. La préia- Kithur. Dens sé wage | BETS proches de ia calhédia
gene « cet eel ger a a nemis abeathas durant la jour: Arthur. TS ces deux esse ie comme autretois. 2 yae.
i
t
!
:
{
t








représeniomt qnalifié me



Ps



























nm livre écrit por de










|
'
|
in
i
i

nt cu querter enéral de ‘ "heh, : A i : . 4
jement oe $ née d’hier. dedé a@ Pétain cst | oe gans doute foule 4 ia messe Philippe
ans jes moindres iS ; le owe , ‘ nyots DI
, ide 4 heures. molm Uaesisian | Général &
are st les i meg J'Eta

| coe & celles de 7 heures ot $ | qui
heures et demi nia pas dé | sea wi

GTON 16 Act
yes des 16.000 ua

Arthur a annoneéd que les japo |
jee ont 5

|
I

Maz Arthur. a MANILLE-- Le genéral Mac |
2 | i
! tions que doivent observer

uele ont retardé de plusieurs |


































ce Doma.

: : oificiels japonais. Le représer- - , Hf nleyaild
hic ¢ orden heures lour repolige G cee Of jabriquent les bombes | is japon Pe | pussé les présences — ordinai- ie rega ne diniquiled
| : tant nlppon devre Stra accom. | 3 sen, aries

i dres 1} d’aviser les forces iape y instruction | te open Ue Oe. lana
. a ; 5 5 pagné dotficiers représentant | : ; tn tea i iptier de

i nalses de cesser toutes ho ennon leurs bouches>, vormbe. | two ot Yavice | Nous agqiaons jo fiat auK : 6 ‘
. : . a i ener . . Crime. 1 TET Ol Lave | wigs sit . j 64, HL GE

8 2} que des represenian!s | rAb que du Nord, 3@ Aott— Les tor | Fon nippones, Le déiégué de | Cueciours spiituels de noua | Von te mes

nea. L e : .

inant YEue ! +Honnenr ath

phis en route |



i clergé, si la fol catholique per
sate dans jew coeurs, ele de-
vient tmide. Et coal inquié
tom ,

wae



lent envoyes demain & Ma- | en lsant la nove, tapait
le-pour-recevoir-des instruc! rile de Mr. T. i
fone quant & la capitulation. |
Aprés avoir gardé le silence |
dorant toute la journes d’

levieton devra eavalr ‘ous |
les caractéristiqnes des aéra- ,
omes dans les environs de |
. Tis devront voyager 4

grade datlciar”
















Pour
16 dea @
soubor.



n kedonnant } pour le Pocuque.



rere

Labi DU

























|
| de
i.







: J RSHIN ae . ‘
, - Le andin j . WASHINGTON 15 an avion non . / ee

1 eS sianons de radia eee weence de Apres demain = vandsedi, _. Ele pre

: : i Congres cleat Vanniversaire de naissan | en plte, véelinky gypmbo.e:

si convequé pour ce de noe viell ami et cola: fi pays &

fambre alm de permet: borateur Hector Denis. 2 soa 588 forces

5 n 16 an 165, 12 8Y

! dale de dé ne ses 76 ans, encore vert de Ge ae

\ et despri, intéressant & pon ddé

cpréa avolr | que le cutr top pie pias
passé dactes | placé per une ment Cet
gions Lu:
re sur le
par ie pict




Re
t

Te i cas oG lee






~cler cu nom de
















son est str!







; gouvermnem seer}
WASH? ces deles serv) ours? american
cest une hou ges, CA

ifert
pour nous de aout, O

36 et la jus.
la blenveNien
toujours une belle 4h
pour fous ceux qui fon: | On wentend stag
0 cet expreng] .€%










Derniare Minute »
16 AQUT AQ HEURES P.M |

Tor

+ oa : i ‘
Nous voulons participer au | eportive.
, Concours ouve:

i | babi le que les joponais
pourront nag envover un repr









Gee restric
obteu 4

son retour de

om Potsdam. Aux






du Japon
t depuis is aque
x moins du commur






srofitant de la









pala 194}
moandant










la mauvaise

radio de Moscou |
de vrais ort!

ue les unites mobiles sovy







réme alllé, le général
. Da ajowute que ce
ne seront révélés on
reqrae jes jerponais auront
russes aygnoent dans ja cdépese définitivement ies ar-
von de Harbin, gigné six accords avec [Uni mes. Le général Me-Arthur,
LONDRES.- Le Progiom me | i | Sondene Lun de ces ae. il, wet seul qutorisé a anne :
de «Sociaigatione des orin “| cords concerne probablement cer ce jour. A propos de
‘pales industies de ja Grande | e prebleme des communistes cupation du Japon, M. Tru
Bretagne par je pari Traiva’> | chinois, (a declare quill ne sera pas ¢
Rate ge trouve soumis pour ia WASHINGTON 18 Aodt.. | cessaze de diviser le Japs
promidre fois & un test devant / 2 peuple américain décshi- : an mones d/occupation com: :
a Parlement Britannique. Pio [ys ses me pour !Allemagne, A u
abjement Churchill comme inen a pl iourmal'ste, le Président a fo
Jeader de i ‘opposit! ion guvnia | | pour les conserves.
(jes débats lorsque la Cauibre | WASHINGTON 16 Aott. :
RANGOON. Loa 61@ con \ oe yéunira pour sa deuxiéme : La radio de Tokio dit: «Nous Japon de penser & pre
famé offictellement que Vordre | aeesion 4 9 hres. 15. Test pro | avons perdu, maip ce west ‘revonche. Lea Etcis-U.
gue temporcires, ladleront définttivement

de ceaser le feu a S16 donné | | bable que le premigr ministre |
te mult derniére par le Quorner i Aiflee prenne la parole pour; WASHINGTON 16 Aoi: nemie jrponaise. Por a:












1

ja chose
5, nous auriongs 877 | :
5° une bombe -to | sympathie &
jes revenus exces | Antoine et fi
ont tré du consom- | Mesdames

+ dix fois plus 19
commercia | Pierre Armand.





























1 te

‘tenon trois grandes co.c






_ GssiBte ax
elfoyahle
Bons VEC
JONrOUSE, &




































t avec pla’sir que nous
rochuro de notre am!
Rosemond intltalde
jes Etats-Uniss, Lo |










Ryomi





















chimura,
Tokio,



Gh ae . public.
Nos félicitations et vosux de
‘| tractueuse besogne a lauteu:. |

omple py

tolre de iy



wictoire d






gar la ba

























i
Général de la- ame -armée | oppuyer je-programme du Par Hier 4.3 heures 35 de Tapras (Je Président-Tramon ‘co WASHINGTON... Le Présiz 1 . .
ynetiant fin cuz hostiitée of | 4. Selon dep milleux bien in judd, le Président Truman < i que le question de Pin Cont Truman a la conférence oe es
fens'ves en Birmanie. Par con | formés, opposition se propo: | ordonné Byron Price, Chef de | iemce de ic Corde a 616 disey | 78 Presse a déclaré aujourd'hu | sé il a et annoncé que
eéquent les éléments avances i aerait de présenter des objec | la Censure, de lover toutes les | ¢e ¢ Postdam et il a ajouté que que Je jour de ia Victoire aux | maréchal Pétain a été tamaié | gues. 8
aont préts & reprendre les ar i Yons contre chaque propos: | yestrictions de censure sur les | Ic situction de Honko: ng nia ous Etats-Unis ne sera décidé gue | ré & une prison des Basses Py- Ro EL n’ast
mes ai les japoncis contiruent | ten individuelement = ef ne | journos concernant lee mou- até discutée. Comme un jou Tsque Facte de redd Be- | rennées. Le genéral de Gaulle | BRAN G letieurs ©
@ vésister mois autrement ie | cherchera pas comme G T'ordi- C vemenis militatzes. La consu- | ialiste lal demandait co que Ta ajouté que le pen aura a décidé ai la peine capt. | bert Mon
culme sera retabli dane ces | naire de présenter des modi: | re était volontairement faite | ies Enuis Unis comptiient ja & améri a déic ie ce | tale devra 8te appliquée 4 quel emp
gecteuses de la Birmonie. . | feations au programme. ! par les journcux eux-mémes, re des grandes usines de b: ax hier ef aujourd’hul et que | ancien Moréchal de France | Uster pub
LONDRES.. Des dépéches WASHINGTON 15 Aodt-— Le | Byron Price a donné un delzi . bes atomiques, le Prés dent a | le jour de la victoire sera oro Lou si sa peine sera commuée | dol quis
de ia Presse Associée angi! | Japon s'est rendu sons condi | de 90 jours & tous les empio | init remerquer que cette ques. |boblement un jour de travail. | & un emprisonnement & perpé- i Pides soi
es mandent de Zurich que le | ion Mardi soir, metiant ainsi | yés de ia consure pour quit | don sera décidée par je Con | PARIS— De source autori-: tuité, “| Et ces
Yeutenant général Tonamo’o, | in & lo deuxléme Guerre Mow) ier leur travail. |" grés ameéricain, Le Président 2 ragle & |
attaché novel japona's cuprds | lidle. La Paix est revenue evr | LONDRES 16 Aolit-. Le nou | révélé qu’avent la yéunion dn vious po
de YArbasasde de Berne s'est) 2 Monde ce solr Ju & 8 hres. | veau Gouvernement Travail | Congrés américain le 5 Septem avons pu
evicidé & Zurich. yuand le Président Truman 2 j liste a présenté le Message du | bre, il sompte provoquer “une Franck je
CUAM.— Officiellement Slo | innoncé que le Japon ava'lt ac | Roj, demandant au Parlement conférence des syndicate ai Mr. Ab
&S annoncé que jes appareils | wnpté sans réserve les termes | de natlomaliser la Banque d'An | des povonaw. A le in de fa | tire Ge
opérant dea porte adronels o-| Je capitulat'on imposéa por les | gleterre, les mines, et de don- i conférence, le président o fait | ae roe o
méricaine ot anglais ont du pron | alliés, et quainsi Jes forces ai- luer le aselfgouvernment> 4 i te importente déclaration. Ti es, cons dont ia |
dre pan & des engagements | liées avaient regu Yordre de | ‘Inde. ta révélé que Jes Etats-Unis | derve -@ Stalt gp
vériens mercredi aprhe avoir | «conser le fous. CHUNKING 16 Aoft—- Le | sont préts & enter en po nett oe hal pour
4&6 avisée oMiciellement « de| le Général Mc-Arthur a 61é | Généralissime Chieng Kai i em diplomatiques aves ee at moins
suspendre toutes operations ot {| nommé pour éue le Common: | Sheck, hier @ invité le Com | GrondeBrstagne dans le but te de ds
de requgner leurs bases», Ces | dant Bupréme Allié & recovoir | mandant des armées commu | fe créer en Palestine u état 2 poplers
wyoureila avalent déj ata | ¢ reddition formelle du Japon. | pistes chinois 4 le-rencontrer | national pour les juits. oe ; Nous }
gta 3 ou 6 das objectiia dési| L¢ sJour deta Vicloise» ne | & Chunking le plus vito possi | GUAM-- I a ét6 révélé of nore Pe
gnée- cquaod ila ont regu cat or | cera officisliempnt proclamé | ble. Le mezsage de Chiang | friallamont que I gal Ne Ms. Al
aro. Sit lo chemin du retmm, | qu’aprés que le sedditien vera | Kai Sheck au Général Commu | mitz « lancé une invitati. nos lect
as pe obatta un wee 28 rignée pe le Jepon comme if | nisie Mau Tee Tung dit «Nous | jrands chefs soviétquee cue Z ayy er aan & attend
oh wid wnnemis. Lusairal , cenvie pyons hom . a a , e
Ninlte a onnoncé que 9 avions Le Préaident Tromen dope ialerastionees e problimos oe bod de an pour agsis ; «Exwomble les Améciques jut tent pour ke View. Sur i
ers Ge #09 awe & ke | SRASSERIE DE LA GOURRONNE DUTREUIEIE. Fons re

ge . %&