Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1945
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
â– â– 
Somntaires
Avance Ruase sur ja Mandchourie.
", .1 ~m
sus yt shvatíon wwshauohaui
ffep$K~i|8xn3esr'-co«B»Hteac6^
' aür lc gcsne c«/sc is tajear., il
y e fe-oís oa quotr» jijara, fté-
Kya{t- -yinémahi». «bH« le {tenis doas i® eoaffii asa
íís l'Eippiie du SotaU Enttm. ;
Cetra qui dspó un* #í ¡Jemie, euívetií tsos «Coti-
sssntaires, de ctatja© Joar sai
■"H' SluaiioB InferBsEiSíasíe,' té
fxwmíriíroni que, le pías soa-
.«rf. no» proBMtie* »M jas.
fes. Tout ce cue Baas evens
suppose.
da í'üiuu
sien de So Normandie s'&tt :éa
lisé. oí quand sea» avlana
pédit que íes ¿UBé* B'áaíeei
pos áltectemerA par la Kar
EJondie sur Paris, took pres
orden! ¡e direction opposes
de Brest pour de versar sur
Paris, por its Vallé® efe ia Loí
re, de nombreux .epeurs pan
saisnt que nous
idee ahsuide.
Cepenáant, c’est es qui est
cirivé í
■w |kwt¡Tfc
bloctte dé lá Jarre farms áu
Jopen, - -
--• La» -.cu:»éar«yy^íp^i""voat
avoir la precíeme oppoítumfe
& poúvpk foujoms aítaqyer
Ies japonais par á&méze-, &i
cokx sur farra comma sur mar.
k® Tctpbfs, «¿ capitulas! da
dura toujours l'excus©
de pouvoir.dirs qm luftast
contra \m Eíate-tMs ©t !a
Grande ..Bretagne, la. bombe
da
alomiqUe
jours avast la declarators
â– guarro d& la Russia.
A Fimpossible nul n'ast ta¬
ra, paúl done arguer 1© Japón,
Mate, s'il veui cmner at luí
tsi désaspérémer.t contra State*
Unís, la Grand© Bretagne, la
China, la Russia Bt la ienltan
©te ons un© ■? te Bomba Atomiqua, c‘est la
suicide compkt inconscient et
fatal!
D'uiie facen ou d'une autra,
ia guerre avec le Japón , ne
Nous ilgnolons
La íjiiesSoti & Soup® ¡JOte-S» »oas «Jta» «osta-
»# »att« derai», mériW Jr» wag^Bía, jilulist. *ou*- i’aa- 1
.gis d» ,ja,,--|£^tice,,.3<^íale *qua i
Flfeonomique, et queiqu'ic j
croyabiag qxm_ puf»s*ni_pasñi t
íre íes latís qu© nous aliona f
feignalar, lis a'asdsíant pos ?
mofes, * j
ia co upa das bola de chmií
foge, da eonatractlon, alo, é-
,^JL.düh'eíc¿s„„panme© aux ha¬
bitants d© la Gonave sous des
conditions don! fes concession-
•nauras,- aursorn da' l^at, ex!*'
gealenl Vaccomplmmmml a*
veo une sévéxité inííaxbic.
&t9&¡Bm&eop»
iac»A um
POSTAI^RmCE
HAITI
n¿ danxiemel—
te», a as si atomiqua qn% in
pracií&re, est tombée sur la ta
te des japonais: Cast i'eiv
tréc an geerie contra eux, -ia
i'Uraon Sceiéüquo.,
la situation du conR-í dans
ie pacipque changa du tout
ou tout.
Le Japor: n'esi pos se ule
ment *LsoI¿-*, d est mainfeiiant
«ancerclé.»
La pius grande fecs 'tarrea'
tre ve ere de s© joindr© aux
deux ::'u~ crandes forces ué
-pasr-ém-ex davanlagar-
..«3 ms
avec las Etate-Uníe et
fe Git
nd© Bretagse, contra ie
japón!
Il y
c ¡ongiemp®, dfeprés
SK US.
que fes Soviets prépa-
1 3Ztt IS
ur coup contra le Jctoon.
Rien n‘a été fait a Fimmavrs
1-s, et' *
out ©st meücufetisamsnt
preparé.
I>epL
is cetie nu¡ L un gigan
tasque
iront '.enestre nouveau
est etc
ol; en Asie contra le Ja
pen.
Troi?
:a;ís rail: taires, da ia
flus h
«ufe importance, se dé
qaqsn;
Je cene historique dé
cisión
ne la Russia:
1 —
U ne immense armé©
russe,
experiment-©©, bien en
Paíriée
pour des operations mi
lita,res
mobiles, est entras
dans i
-- bataüla en Extréme-
Orient.
Ce;te armé© russs est
ísupérie
uie á Formé© japoncá-
se, en
nombre, en équipsmeni
et en experience.
2
Le Japón sera, désor-
mcás,
attaqué ©ur des ironfp
ferrase
is, alian! de la haché
ie Mai
chouro-Coréenn© ct Via
diveste
ck, et aux portas ma-
mas da la Chine Céntrale.
3 •
la Cooperation M
re oes
Soviets avec les Ch':-
’ OIS, V
a menacer tou© ’¡es
arrive© deux ¡ Mai© il y avail toujours uce
balance en leur lavour, gul
'Consdíucdt fe© moyana,
plantar laura Ierras déboisiaa,
d'an vendía las prodmts dans
las villas ou lis s^pprovis’-on
nalent
Actueliemeii!, cas memas
"paysana^ gui' n'ont nt :bois" "¿r
bmlar, ni chgmp^ d cultlvarr
n'ont comae suprema r&ssour-
es, que la recherche d'dmas
assez chaníables pour ¿©ur don
ner de quoi recouvrlr leur nu.
' dl'íal
II n‘y a null© ©xag©ration
dans ce que nous rapp&rions
ici, ©t nous en appelons crxx
témoignages das notobilitis
tallas qua fe Doyen ©t las }u
gas áu Tribunal Civil de Si
More.
Vendredí demiar, una cental
re d© gsns, hommes, ferrmss
e* ferilan.te, déguanüiés, pras-
que ñus, circulaiant sur la pía
.ge-da-Si More,- les moins
cuss réclomant i'crumóna,
sous n'importe quelle forma,
la.5 fsmmes portaíent pour
tout vé*dmént quslques hall*
inns sórdidas ct la ce'nture,
leurs ©níants, ages de 4, de S
et de 8 cns, étaient ñus at :‘u*
na maigreur squslettique.
Meas avails pensé d en par
Na 21.498 JSDBI 9. AOUT 1945
DE
Mr Vante
ET L"AJTAIRS
m TEO0FE OZEB&Y
Russia et Japón sent deux
tensemis héxédítaires» en
Asi©, depute plus d’une qua*
ranteríne d’tmnées. C'est do?ic
un íréglement d© compías»
qui s’eRectu©...
Oes cinq demiéras annéos,
las deux Bays ont joué mutnei
lament un© «comedie diploma
fique». 2s on i sign© un Pac
tg;d©;Meutra]ltéen,}341.
Cependant, depuis 1S39, los
L'iíenílons du Japón son?, en ré-
alité, toumées veis les terriioi-
xes qu'occup© ©t convoife la
Russia.
La Slogan de L©space vha¡
du Japón était d’élimlner ^ )a
menace rus.se». Depuis des an-
nées, le Japón, petit d petit,
s'iTililtrait en Chine, at pristei- í Ver' eehmairt que la Gnarrí©
poiemenl vare le Nord, c'esí-d- "1 chrétienne command© de si-
.qnci-Sx font a’e détresse, kmt.
de miseras physíologiqm
üar,cs íaponais en Mandchou
re et en Chine.
L© grand danger, pour Far
mée japonaise, sera dans las
parages d© la Mongol!©. O'est
ae front qui se prate, la miau*
cux perche© des anuées so*
vieiiques.
Si le Japón ne capitulo pas
ce suite las Russes ©nvahiror.t
la Mongolíe, ©t alore, ils sont
immédiatement aux portes de
la Manchourie, du Noxd el du
Cana© da la Chine; les arroées
iuponoises pauvent ©tr© ain
si coupées, sans compter qm
des fronts nouveaux vest etr©
rcpidcment crées par-fee Ch|-
noifs, dans le Hard at -dan© Is
Contra da la China.
Si Far rúe© japonaise essay©
do
continuer la lutte, ©Ha aera
P® dons tine souridé»,
B faut cqoutsr ó tout ceta
la íoopércrtiotj quo !es kan»
de ierre, de mer et de fair dta
Am&totñne «t ém Anglais
»oni apportw mur faces Bw
soGhinoises.
L«s cotes d@ lUs SriWtae,
iâ„¢ cfpparUetissnt crax RoawM,
. wnstituer dsti bsmt¡ i'a
pwatíow 4e $msh> éiwmgn
ríir© v&rs la front ©re de Sibé-
rs.
Tcmt que la Russia aval! la
menace allemcmde en Europe-
eli© a joué au plus malín, avec
le Japón, Mats depuis la capi¬
tulation du Reich, on se.ntai;
bien que, ayemt les main? li¬
bres, fe Russie n© manquera t
pas de régler son petit come¬
te de revanche, d© xeprésa:]-
ics ©t d'humüiation, qu'eil© a-
vait avec 1© Japón, il y a qua-
xant© dns,
Depuis cette nuil, d mínuñ,
cosí faft.
Ceríes, il est probable, et
méme certain, que cede deci¬
sion d© fe Russia a él© convs-
nue d la Conference de Pots¬
dam.
L'expéria'ace de la bombe
ütomique a précipité las cho-
&as. Mais, fe Russia, fatale-
moni, devalt étra panul les na
irons victorleuses sur fe feoon-,-:
Elle a trop d’iniéréts ©n A-si-?
pour qu’il ©n fut difíéremment.
Cfest done le moment poar
le Japón d’accepter l'ult'ma-
tum du 28 juillsi
El cansera tant mleuic.. pour,
lull
LES COUR5 DXTS DE LXTP
smemmsm SECONDAms
Lundif commanceront au lo¬
cal de la Faculté da Droit, Ies
cours d'été pour las -Diracíaurs
©1 Professsurs áXaseignemant
Eecondaire, Trole proíesssurs
d’Universtiés américaines pro*
noncaront des coníérances. On
di© le nom d’un professeur
Lou% Mercíer, (pas celui du
Gap*Haiü©)o, -
La DijectJon Genérale de
rEnseígnemenl Urbaín, aprsa
?©s examens de En - d'annéa
gcolaire* ^ii en plain travail
pour fe réu&slt© • de cas corns
am
Las professeurs étrangars ap-
po^aronMls du nouveau?
Nous fecharon© dfevoír I©
~ > sm coura pour
* leefcuí*.
cabiact des ©tres humains.
II na sfeqít pas de continuar
á clamar dans les journaux et
Revues que les Sociétés pro
tectrices d© l'Ehíanc© pauvr^
íoní ceci ©i cela.
Ce quit faul c’est d© soula
qer fe grande misera des habí
torts de la Gonav© par das
actas tangibles, en fes aidant
©fñoacement
les hommes A... LimZTTZS
Dans un márfega d Léogane
remedí l&oir ou Port-au-Pnn-
ciens et Léogana s fraterni-
saient, beaucoup de types qui
ce soufhent irallement des
yeux portaient des lunettes,
pour s© fair© beaux ©t galante
Une petite Jeagancás© regar-
cant un tencmcier d© bar qut
ln fíxait, sems dósempaier di-
sait en aparté d une de sar
- voyinesr" "sans lunettes ■■ c©
Monsfeur me semblerah vi-
lain.
C© qui est cocasse, on a des
yeux agróables, on les cacha
"áerriare des lunettes ríen qxa
.oour se íalxa voir... et admirar,
LES 83 MS m MADAME
VEUVE HENRIQU^
Aujourá'hui 9 Aout ©si
i anniveraaú© da naissemee da
fe distingue© Madama Vva.
Alfred Hanriquaq qui comete
ses 83 armées.
A calta occasion, §ss patite-
íOs el earferc-petlts-fiis .at sea
nieces ont été oux prendares
heures du four, sal aer fe char-
rnant© ©t respectable vloiUe da¬
ma.
Nous luí aouhaltons, a nofrs
feux, qualgues_ leagues mmm
ancora parml nous.
HülvlOUR AQ0T 45
— cErreur mcrtérfeJfe .ou spl-
niualle*, ü nous faut redlifer,
m dfeant qu'íl y a un
dien qm paralt fe Lundb c'ast
*U Mr»,
Oui, mofe dé© qu'arnvc
fe eoir, sous fe©
fe maBífe s'&ctó
JE&acíe.meni comm© nous a*
ron© ©u a ¿ annoncar, Mr, Van¬
ia, ILnspeciaur Génerai de ia
ligua biQíkmdaá&é, est axrivé
jvGns*hi©i da Curasao, pour
chercha? et trouvar una solu¬
tion au*:" consequences du re¬
tard daps. ..rcjrlvéé. des áacors
de fe Troupe Osaray d Poif-
cu-Frfece.
Noixs crofQüs saroii qas Mr
Vente o fer.gusment couiér.é a
_c© s~Iy: fevsc Mr~ Gchtran
?.ou2 er, Scua-Sacrétaiie d‘Etai ;
cu Départam©nt d© Tlntárfeur, j
En Marga
Dü «i¥CEE
CE JECSES mus.
Une Anthoiogia
D'AUTEURS HAUTEMS
Nous sommas déboráes de
raquetas judicíeuaas da pa¬
rents ©t de pedagogues nous
demandant d'amrer iat.eu.an
da fe Duaction Generals da
i'Ensefegnemont Urbcxm ^ur
Furgones© qu'il y a á éíatiir
dss cours da 6©mo au Lycos
des jeunes filias. La regia veut
qu© Fadmisaion ait leu en
qualriem©. E* en résults ur.
douhl© ermui; las _éfey©g ...sox*.
lent deg etoblissemeius de ;eu-
na© biles doivern avmxi touts ad
mission prendre des '¡egoas par
prss-midi, ©I .qua, ce me- • ticulieros d© mathématiquaa et
da, cccosapcgné- da son evo-
cat Me. Georges Léger, ITns-
c.e ©cianeas pour ©tre
vecru du programme
fe 4e-
p&cteux General d© la Liana [ me du Lycée des jeunei Elies.
HoUandoise a rencontre Me.
Duncan, avocat da Mima, Ma¬
deleine Doer ay.
Une io.h he plus, nous sou-
haiiors qm- tout s’-esrange, car,
en ..ce- pay s, co-mmé ©n toa©-fes
cutres, an rnauveds arrange¬
ment vast miaux qu'un pi‘>
c©a...
DANS LA PETITE: INDUSTRIE
HOUVELLES PEREPECX1VES
D© nouvellea. .perspectivas
hohzonL.a. la ;p©iito mdushl©
dahonala, pourvu que les Ré-
fegsé». s'qca^pcaent pas tout,
¡j sfegii de certaines ofíre^ con
camón! ¡'exportation áe tresses
en pite deslnées á la fabrica¬
dor- de soulfers en pite.
Jusqu'á pressnl le Gouver-
nemerd La pos envisage i'ac-
cord^ des psnn.is d'exporia-
hóB pour las trasses en pH©; U
aníerfe plutot proíéger las ta
bñc’cmts d© souliers du pays.
}£ais U se treuve que Formé©
demiara, node industrie de la
cordonnerie a exporté des sou
líers en pite saulemenS pour fe
bañóle sense de Guárante
Mllle Dollars (or, 40.ooo).
L© icrcport seiaft plus consi¬
dérenle si nous expcTÚons fe
m abare premiaie. Nous ufe-
vons pas un maiéríel eí des
techniciens adéquaís, e'est pour
quoi il ssrait rnieux d© fabrt-
quer ces s-ouliers Unfe, Cest bien de protéger .as
fabricante de soulierz du paye;
rnais le produli t¡& s’écoulo
pas» car fe production des
soulfers rife pas été standards-
©ée, ©t Fart'tís nfest pas au
goút des achetaurs aux Etats-
Uhs,
Dono, sous cat angla, Fex»
portaüoc das tresses en pife
gerait á envkager.
Nous y reviendxons.
RALEETE DE PENIC3UNE
La péniciline est un produif
phqrmaceutique qui a fait sas
preuve© deas" tous les cas d’ln
fecion el autres. L© Service
d’Hygién© ©f nos cEníques ?H
vées Femploiant souvent dans
leurs prescriptions. -â–  Malheu-
reueement ella aet davanua
rax©, cm foma-ci dims. lm Phar
mames' de Fort-au-Prfece. Las
principaux agente dfetsibuimjiü
ó© c© produit cttfend©nt-ile des
commandas, pour da nombreux
cas de maladia xécltmml son
©mploi? . •
Ux raraté 4e la pepfeliínn
i-ct ©si í© signa évidenf qu%
i?'y en a pas sen pfem en Pro*
vine*.
SoubaEons qu'il nou« an «i-
! il?#
D'oü das freís que les parent
peu aisás ne peuveru íaíre et
des sujete bien douée ns oeu-
vsnt s'ltiscxire.
Les pedagogues Je leur co¬
lé soutiermexxt qu© fe prépora-
Fon aux aludes secondaires
commence des la Sé me poui
permettre aux sujete dfess¡mí-
ler prograssivement .¡es ele¬
ments basíques ¿e cal en?.e;-
gnement C'ast dfeüleurs fe me¬
thod© adopté© daxte lr-s ¿ia-
h lies emente seconcairss de
caxgone, prives ou pobres, ir
\ y a. done true detectaos.-té dans
fe fait de taire commencer ¡es
¡touts- a fe quaíriéme pin -t
qu'ct la sLx:éme.
Ces raLscr.nemecís sor.- á u-
ne tells evidence que nous es-
péions voh la Díractio;; Gale,
de l'Enseígnemeni Urb un !es
r.gréer. Lfenseignemen- s^ccn
tíaíre pour les jeunes fille3 est
d'instítution récente et vise sur
tout a réparer Ferreur c ur.e
hop grande d hérence a© for¬
mation entre les hommes et les
terrones d'Haiti. Persister dans
la mesure adopté©, c'est con-
damner des sujets bien ücues
íu sexe féminin á ne pas ac¬
ceder aux humanifés, faum de
moyens financiers suLlsanv-;
de leurs parents pour -eur pa¬
yer des Hegons parttcuF-ór-’-s
en vue d'acquérii fes con na.s-
pances basiqurp ipdisparisa-
Mes tais Falgébre, fe géemé-
P,fe, les sciences des la 3eme.
Nous ne sommes pas assez
riches en éléments íémínins de
réeL’e formation efessíque poar
limiter la clientele des eludes
secondaires dans noire Lycée
de Jeun^ Filies.
11 nous est revenu que les
éc¡©ás áe ¿a D. '£. U. p¡-£?pa
m actueíiemeut une anmu.o-
í gi© d'eoíiva.ris híuu-ens Pus-
; t¿n¿L5 a Tena^jüernem pr^-
I rnaue et seconcicnrn. Le H. P.
f i'Qj&sm a deja une antholoxj.e
tifecrivaíns haiüerm qui est un
ouvrag» d© baúl© valeur, pour-
quoi ce double ampio., n ©út
été plus saga dfedopter i'cu-
vrage du R. P. Folsset. M:ns
comme nos «master oi.» or. L
la mdhlé" d'ínnover pour pou-
voír touíour-s -diré «c'est la pt¿-
miére ío-s depute 1804*. nous :
crtiendoite leur ouvrage au; ¡
sans nul douíe, reílétera ifen- :
scignsmen? de -a péáaqoq'-i- ,
de FUrdversíté de Columbio...
UN PROJET MERVEILLEUX
Le sympcrthique Directeur de
la Compagnio National© des
Chemins de lar, noire ami Paul
Hie, avail prte 1‘iiifeaúve de-
consliluer une Société en norr.
collectif, qui se chargerait de
construir© una route tourist;
que conduisant de St, Mar: j
. Goyaviar* (dstance do ¡n
kiicmé'res). On y aveít méme
mis fe mam. Sí on rv; :
poursuiví le© travaux. ;¡
ne resterqif plus aupu;
d'huí qu'a bctfe des mal¬
sona ' dfeabFfehon bu" Fon
úait, pendan* l’Eté, ;cu;r d un
r.on se '
ristes de S
js en
a y
de
intéress
ses env.ron'
>ns d Paul El
eprenere son
au
ce
ENCORE UNE ERREUR
MATEMETE DU «MAUN»
Notís aimable conifére «Le
Matin, décktómenl, fioiia par
battie son propie teco,ti dans
¿e* «exretirs maiérseBeaí. C'eet
aiíi&i que dans soq édli.ots du
iour, désirant rsiever oe qu'il
voudrait étire une extewá d®
¡ioír» part aprés que nous a-
vons pubíié híer des oxplica-
¡ions da M». Ed. CaawgfiOr,
Sacrétaira GénéraJ de Ib Sos»
té Américano-Hattienne, au sp
Jai de jiotre suggestion «tan¬
ta fondatioá dea -Sodétás ¡ jours-ci d'une nouveil®
des Atate d'Haiti á i'Ecar.ger.
tout ®a appuysnt atare sugga».
lion, itaitribue i noire cotitt»
«Haifl-íownai-, i
None Tottioos bien croin qu®
ceiuifa, cotawe toujoui», no
BiSJKjaera pa* d« «raid» á
César, oa qui est i,. César*,
st nou» xeatensiam noire con-
énkr* kla Hutía» d’trroíí tir
y«|é
té d'círacMdo appelss, si la»
résultBis soni cqnciuants. d
sandia de grands «arvicos a
pos deux Usinas á huiio. ta
nouvatia cttacbida paúl four-
nir plus d’huila que ie colon,
ta bassoUaa. Ja pistache etc
X$tí qus rexpirtanca muro
aboutí nous tócheren» d'avoir
éu twMigamañtsí utUai &
w
tine v;s te aes ¡.enx. me-to n \
lout en ceuvre pour le fu re â– 
cboutír.
Au surplus, cu sera un ¿x-
csllent piacamenL ¡«s ierre-» d€ .
Ooyaviers se ver.dant á hen ;
LES CHESTERFIELD ARR1VENT
Par le dernier bateau arr.vé
fi a été ragú de fortes quantités
de cigarettes Chesterfield.
• Les tenante du marché non
e-xigeant jusqufe deux gourdes
fe par cruel de 20 son-t forces
da stopper.
j Pourquoí ne pcs, tout au dé-
í but de Farrivags, prendre dc-s
mesures pour empécher le síoc-
hage ©t le «black marketdas
Chasterfiald?
UNE NOUVELLE VARIETE
PABACH1DE
La ©action ¿.‘horticulture da
Damians fait Fexpérlence cos
8* O» BOX A. IBS
pHONBSt zm» m
SCéme ANNEÉ .
SLSSBr:--: rrtr.rt—? ^
Block-Note©
Contrahement á un© note
rnt.tultfti.' «Deux ouii.fi en col
Ifeioa», Mr Audre Goun u fail
«Ifociuer a ses ira;& les répa
ratíO/Ls a «a rnactune, a ici
voilusa úf Mr. j.::
Pair «.Laura, .1
enictí íu¿» pa.i lit J,
re
;;cqi
a eie s.gné
au Buteat
désistomeni
>nc I'mlormaLan
ns fes autres dcji
Le service des Autobus he
-¿bon-VUfe v;ent da fence?
sur ia roa;© «Port-au-Princs
• Pet on-V;lle» un nouvei aalo
os flambar.t neui. Cette se
meune. un auite sera aíítíc‘e
iclement au méme réssa c
Ce son! des voitures réalisées,
jusqu'á la carosserie aux Etats
Un.s. l'usager á ie confort
fe píus large pour ses cinquan-
s centimes de gourdes, Cfeal
ard mieuxí
Nous signalor-iS tant á Tai
¡fe-uen de la direction de ^?a
tumo-uf:?» qu’a la police, le
mnmhe ;:or des tickets, qu
buic’-onne a oeux pes das qu;
:he*s de cebe salle de soema
c;es.
Anives á Fheur
los deux .repr V;s
Tarsrés-'mtd? et d-
tíxaa pov;
aUons da
soir, les
fes tickers
ERBEUR.. MATERIELLE DE LA
PARI DU «NOUVELXiSTE**
â– ue
Loa
intéresses qui
l on du colon
ur. rae-
Uívenl ¡a ques-
cafeíen nous
qua y a uno
e de chuíres.
ro’on cotie an*
née it a ¿onné qu© 3.5-QO ballau.
D'aílleurs, fes stattellq ces oí
hcíelfes auront á cifea ia vér:-
fe lá des«sus.
Dire qudutreíoia, nous crvtors
des récoltes áe coíor, quí dé-
pr.ssaicnt 25.000 halles. Méme
Faunae dernier©, la récolte a
i té de 12.500 bailas. Caite an*
Ttée-cí, settlement elle na don-
lié qu© 9.500 bailes!
Quelle sera la récolte Van*
i.ée prochaine? Et cependaut.
aut-il recorínaiír© qu© jamais
jious n’avons eu tant d© «Mas
ter Oí», de technicians-agro-
tomes, d’agente agrícola,
etc, etc?
Tou! errrive á qui sail atten¬
dee» dit la sagass© des nmioas.
Attendons done, at nous ver-
r^-ns, pt!ut ©tro qu! salt? «os
récoltes de áenrées de com,
fellas que Café at Coton, auq-
jrenfe? mi F.eu da dminaar...
Metis ei\ attendant, nam »•
romprenons pas comment dans
ks autees pay»» mime le*
plus vofgiüs, tes ¡saaemnitfe
écokes na font qu© «*f3t**sa£»
Far, temébt am chm noul, efe4
fwt ^ felt Is uoitfeslr#.


Wm>
"'■í¿'Xk CttMOHft
d'fixprttftlori Crfclt
fatts-BBCs* i* 8 Aoéí 1®45
â– TCSSr'Emsraawir
&««*« da Jotrad
- * ' -:.. •,
*♦ to tmmmm-t
’• ... .■:.... •*■
L: ® j&sl
fzmsátm® créotofi» ' • ~
A LA HÜCSM *ignM» .rt»
«? ov®£ alcance, Abofe* u-
u« b«*o l'obc!#»"^» «í *cn* »&*-.
te-as ésfflrm# ios® Asa#.,
ettE-etSSf:—©««HktaiSí-
e'swt m grasara#» oépj*»-
meat, £f«t pfa» Mm^oswaS
s’éiersái» — dan* un árthaW
fe — *ur u»e chafe® Isnqtw»
eour te® ear®s®«® cbaioyai
.tn..&tpxgAfem. J;
"mvsmsí t’m fe smb> «»
| se» dfettÍMíinfe, m qu» ee íij
í safen? na point d'hotineux d*
í poeeécfer ni» jk»U» en dnc.
Htlf
tüil
es i fe*
haiwas 4» tome!
Ss tes parte:
Me» &nf, mÁú
Fammuto A£bssf
l'femn^rter a la ploma sur tí» | O qui á répoqu* représenle it
¡ une gross© altes (9110a pa
1.9000. cdtoi), un ©bfet cto.tee*
pdwíKítrc, cüs; Is batir® crvcc
ois-anc© ®> a pierio ccyfirr©-
BOBOYS: R®prés©r.to un
typ® g\*i m tez?®, sí guí
par üúh'sizm ecn copabto dtoc
complir a lUnsfigafior. ¿®* au
fres un acto qu: luí ©tr: préto-
díc.abl®.
PREND OHALNT. C caí se
paa pouvotr ¿s» zzCLtziua \(y~&
qu'em K&t f/O'zz le roup do *s
colé re. Ctost ©'©moorter.
XINCAK?, 1! SC77 CARET.
C'esf craindre d'afironie-r une
situation qai d'cprés soi com
pórte quelqae pért
qutoe lieu totolks
0 rílistar du caret on va a re~
emons.
LE MAZET7E:
^ type cc'Ai
au: au jeu per:
c-, ©¿cediere’4 a
perd gzgi.e. qu. ;.e £
s‘y prendr© poor :or
ces dar3 la v.e C e
toes© au matoxx.
i £ y. ato:; - --
r- t >•> b
b t
i une p&Ue teme, Isurs les rendalí tras Eéres de
Isur p&xmm&, au point qa’e)
les ne s© commottaiont ni avec
b-s tétes caldea, ni oree les
sans angnin, ni avec ie« bn-
íiurlerB, ni avec les sai^ le
Bom. (I) Lours amis étaisní
Ies grands néguea Bote Verna,
les gens da high Líe qui a-
v®c !©ur ca&h down, leía ar¬
gent en mains ótaieni les bierr
venus, ©t l©s souls automés
et qui ícó? " cr venir faire le «dodomeya-...
prendre lecture de tout le has
ele Ja robe d'une jeun© filie,
lorsque afis:se, ¡a jeune líde
tevell’e pci&:::assd2;::bur:
lambes qu'elle lien? en-
írouvertes... cans )e bul le plus
Represe:,4.©
í e* qz.^:\í
to» roars el
ove; 9 o-
Sí
jouvemment d'exciíer. á© don
: ner du • .¡na iauelie» o ceux la qui en
: tor© hésitaiíls caxesserareoí
u:s _r,í£ tons ma'-dmoniales.
S, O’J ZO CO SI O U PAN
SO PArC Le.4 une expreu
r.O’ ^rr-.by^e d - e tapen lm
P^-r-o 2 -r.1 « a: - cu; abre
c o.- ní^'eu ~ * er. jeu;,
v v'j 4 *» jo am, sur
p* r s ’ £■
q-rcc
TT'S ruRFE
/A
.r.ac-en:
re-wr
rabie aans
CV04 * -
To *â–  v> ~
CT'J? ^r.
t>r cor. ,
re tille.
JÁGQüOT
importance. Cest ur. crup
ce zc.cp-~c~ de re cr-, e: : _
i?.,:, vct .u. casoav. dss oos
á 1 oreu.í'. c© sor.t iu tace e-
cdioo qu or. lar la*: c es: -u
re un la trance...
UN ZOMBI DOUCEMENT:
Sst un rype qu¿ ne íait pas de
Bruit, qui n/aime pos les es
rlandres auíour de son ncm,
qui íait les choses sous le
mantean de ia ebeminée...
LAVE MAIN SU YE A TEB
BE: Ost perore tout le Iruu
des ava^tages acquis au prix
de becrucoup xk saariEc^,
c'esí ne pas profiler de ces a-
varrfages par ga propre lauto.
C'est avoir trovadle pour des
pmnm...
AU FMEITE CHAHTANT; Si
qnifí© d la premiere heure, d©
grand mertm,
TJTSIB BS5TME, T!TE TU35I:
Cfe »ni l«s préeisttss® rídicu
1*8...
LE GE CHECHE: Avoir le,
fé chécbe, c‘«*t avoir une aa
<3ac» inoule, c‘®si avoir du iou
j*i, c'sst u'avoir pos feoíd au*
yeirr, c’e:;? no pas craindre 1*
^u*on diradon. Gfeui uu
,m¡* g«no qui ne craindrait
pos d'éaisr son impudea, s.
laraafe l’cx cfeion su prénsit-
lait ait it Ivi fasdxaíi te (aire,
J£ STB® BAYEt E*t ua
nwt emptoMé á la langa* an
fíat» nkjaüfeni: S* poster
qs»#|a* p«pt #«ns dfeempa-
rer, noli darlo Faltaste qu’as i«r»c !®qt£«I «aia r®n-
*t dcfflt on n'aet pe»
ma, ®oS icen* raflfed# de ce
Jai qui if¡». qs& gs*tt». Stand
tey*: cfe«t fa'n» fe piad de
pa*» Sm<4 bofa: «'**» «rt
c.i a* ce* ge
■- ,'ír.t bs pre
í-'o~L s r,otur<
qu* a orditia;
rus sur leurs
irei: es. 21m at e u r s
oc. o' rood leu.» orteuo
-v f ’e .ere” 'J,ur- c force
cm ’•-m"'4er »uv a '-ra, qu'.ls
- ^,^r4 *>*bc*€x : oaüou rus
s’ duieruent qu'uu Phüo Reí-
j’ er, ou un Verna.
" LE COUCOU ROUGE- Est
c- cr. de ra L©irer>t précédent
? hcl.xL d-. .a vicroire. C'es,
r rr *auce aux tuembres
2 un méme partí, en vue de
reumr toas dan® un dernier
::Uort pour courir sus d reúne
re. qu tracué ne tarde pas a
erre pr.s. Cela rappelle ur
peu 1© combat des tzois Hora
tes e-i des tiois Curiaces, avec
cebe diíiérence qu'ici 11 s'agit
d'un jeu. et que ce sent Iss
’Curíaces* qui ceHe iois ci
t-iomphent,.,
i£ «CACA BOUBíUQUl
SOURIS»: £si I© synonym© de
ítou papítt»: C'est une eaprea
£.on qui doim© a enteadie
que Í'ob no craint pos les mé
aqcqs dont on est robjof, el
cu© Lon regard© comise ds
£.5 ríen n'éfccdt. On. £0 .soil é»
gcáemenfi parait Xi de cefie
locution pour burner quel
qxx'mi ©a derision, £n e^ef,
1© me souvlens encore de c©
dimamrbe mémt^abk ou TE*
quip® do ioot-bdll Saint Mar-
toise devait muconter 1© Ha-
d© Pcs1 r®Aem©nf lois Saint^ Marcobi
kieaiom du tom tom autour
de cette rencontre qui promet-
imt d'etre sausafionneile. Au
point qu© par 1© truche merit
a© la radio, lie n© se. toleais.nl
pa© imito d'armoncer avec fia
cas leur vicio;?© certain© sur
to© gam du Racing. . Oye¿
done, ik eacomplaient mém©
retourn©? cte eux m irtom-
ph® avec l« fi-o^ées de la
vlctoóce... leur mastique d# Jais
oníormedí déjd to chant de tour
exploto eí c© íu! & ce moment
préds jtoüak atora «mtot
un cabicha» (fcdlato atora
« 3 hornee jp. m. — qu© festón
día do mee gcelltoo un tonal!
que du ftetof %*émm 4
Estrés 2$, SO, 1.00 gds
d 8:1$ toes
Bu lére partto;
£3. Tomb!© Sargento
.:■&* to®
w^teaE;'r''C&
os ¥anel Yvetto Ld5an4
MICHEL •STBOGOFT’-5
&dréo m im 1.S3
Vesdredi á S brea
E?¡ lera partí©;
EfJ&rminaáa? d© Rafoova
En 2ém© partí©;
Paul Mtmj ©I Anna Le® dans
iss cxüwmiXB
ATTAQUEOT A L’AUBE
A Columbia Picture PzadvíC
ton.
Kntrées 0.2S, 0.H5 et 100
d S hies 15
En lar© partí©:
Actualiíés Olympiquee et J-
riversal)
En ¿eme porte;
Altb'TL rameo© 3áx-V ?
re Larquey dañe
TÍIIN DíS MARTIGUES-
Ecíré© l ZC l "I, L TI cz.-:-~
CIné Select
••©udr a o breo
£n lere parda:
^83 Cartss ?o«tsto«
En 2eme para®:
Claud© Raa s ¿a4 =
I L'HOMME TO2LE
í Hcillucinante production is
i a Universal. tes progrés de
! c science a i’écran.
í Eatrées: 25, 50, 1.03 9Í©
i a 8 hr es
; En lére partís:
’ Actuadles Olymxñcrue© Usiv©”
! sel.
j Er¿ 2¿me partie:
I ?. Richard WLm. Vera Kare-
' re dar.s:
1 AU SERVICE DU TZÁH
L amour xxxssion cu service
de ;‘©xa'.ta:ion pabict'que...
Enae©s 50, i, et 2 gdes
Vendredi a 6 bies
En lére partie:
Broadway Malady ?
En 2éme partie. ?
Charles Vane! dan© i
MICHEL STROGOff i
him d'avenfiires e4
Paramount
t«É •* |i l;II hmm
Attt KVX va*ó£6
ws Sitia G»bo
Et±4»% asi
-y«¿2Skü a S"Siaá:M
rm WAY AU. KLESH
{raaiion ongkdM)
av*c Akrm Tamiroí. Gladys
George, WjUíma H«my.
. d:ct: í dars* r,*o;.,»s:»1
sonsation-..
| n®ie Intep-élé© maglstralé-
.ísitoto©.....úu:om..
i psaMm â– 
I Sbsré» -
j t SUS tota
¡ E” !ér© pardo:
I RSTOTR D£ CHANDU
; ?©m© ©V Boma épisodes
? En 2&ct¡& partite:
j YOUNG TOM mmN
[ {sous tifies frcmgais)
I av©c Mrckey Ronney, Geot
í q® Bancrato fay BaInter
I ... des scenes d'un patijéü
i qu® a to foU aobr® ©t tkjoií -
: reas na® oeuvr® de i&ndxes
s® d'humosi et cTémofion..,
Eaaéo Gónéicle Gd. 0.60
BLACK FLAO
m nt MMXMMMttrt
Eíficace^ une mort Cértaiu©
pour les mouchrs* moustigu©©,
blaties, fourmit, puhaises, mi
tcsT Block Flag mí un msec
tídd® megiqu©! Ctosl l© W
hkma¿ ""Sm "ifisécí rá! S©''Mir
eu liquide m m. pondré.
fiiaaa©. ,rr:.:y, -aae. c e‘.e m
rio ¿cois 1© r®r arefie de la 20-
ne áe p.rcrecacr. des sources
?L aisar ce Ter s.er, caris ti¬
la® ®a «Ec'c ~eser,’€e>.
e. Ié przx ce Ic vente est ce
Ce4'! Claque 4e e: U're Gour¬
des 25 30 G. 15! 2;.
Cea© vc¿®ur o éts? consignee
r la Baaqt.- Nahcrale de to
cu proms'CT© crur, touletols.
“ © acurra ’ c -ecevcT que si,
'â– 'c. s _c c .a r.e Un Mols, au-
-■*"<5 yz "idon n'est émis© pat
^ oe-c
Par a_ Rr r c®, .1© 4 Aoút 1945.
Un ara:
átomciir.
Entrees 0.30, 1.30,
1.50
;
a 8 hres - -
En lere partie:
1 Don! Remember
En 2éme partie:
Corrradt Veitíl. Loietta Yaur.g
dan©
LA ROSE BLANCHE
Magistrals production de to
Columbia.
Un him puissant et rempli de
tendresse...
Entrees 0,50, 1.00 et 1.50
AVIS MATRIMONIAL
Le soussigne, Emil© Mauri¬
ce, demeuraat ei domiedi® a
Fabre Se section rural© d© Y An
m á Veau, dorm© avto au pu
bbc ei au commerce en géué
ral* .qnjL.iitost.. plus....respoBsa
hi© dea,..actes d© son ¿pouse,
rtée Oxémise Andró, en alter-
claut qu'un© action en divorce
lui solí ñiíenté®jpour cause dto
dultére.
Fabr© Aout 1945.
tonii® MAURICE
UN HOO#ÍE BIEN HABIL! E
EOO VAUT DEUX
Te: est 1'avis ds tons ceurr
qui s’hc.biLsrfi era *Bazar Pari
sien, me du Magasln de IT
Aussi, MM*. ..lee. ..Elegants... q.o.
prendrorfi-ito ervee plaisir qu’iis
y trouveront de magnifiques
ttosus anglais d© touts aaxi
ce récemmení reyas.
Ftote? Reme une visit© an
* Basar Parisién » ou J'acceur;
to plus cordial vous est res©"
ve.
comment est voter
VOTTÃœRE ?
Patees, trieyi lu
píela» poamons: Ha, «Caca
Loumque souiis r.an maché
Bfac».
E1 maímcaam.mo!; che? Mr le
Bímctatir qu* faí ¿mi d* racco.-.
Cío redoler amsi qu'un* Male»
reo luíec, mainleaont que j'ai
ini de rendí» toa* moa ju*
d» *uer soag ®¡ «au). u'ayant
™ fe íi«ld d'un Boro...,1 j® »a
» daos ma co^alH® ¡Madre
na midi, íj* centre dona moa
-*om® jMBd» un p«a da re
port non sema vom dk»; B&r-
e; Potro».
Le redime amí da votre |our
not Signé; S...
Cli C'éWt á Ja vériJé de groa
á pmi
SIMONE MMNrtWT LA -
BEATOS DE VOTRE VOITOHE
Si votra voitura esi sale et
■ manque ífe brLlam. doñees liu
US traitemnat de laxa, de beem-
. fe enrec Simonis Kieener et Sí
araná! Vr*e voiltir» mpxm
*a son Iciat origina! ©t nata
»¡ el eerd protégé* centre tes
***** dévcwtatew* de fe pfeis.
du cois;! *t de fe poussferr.
Serves voy* de Simonía, poor
fardar vos® voltura loratms»
«tifeik.
SEfiWK-voifs i® smamz
ey ííAai^a: votm toim®
11MJ.MTS
*«SE0BS
VE ¥008 AUKMEZ PIOS! .
Pour la charge et !<*» téparu
de va® ba'tímlm, consul
tor !'@xp©rt Déméfiiu» Price,
aít Dé,mé.
On rópsr© amm Im ctodksofts.
hdxtess©: : Grsmd'Hue, No
U4, en lace d© Zépbhrm,
XéléphceM:. ,3387.
Planteurs de Nolx de
l« S«iti
Products Co., S.
ACHETE TOUTES OÜA.NTÍTES DE
QDI PEUVENT ETRE UVBEES A POET A
8'ADBESSER AUt
BÃœHEAU DE LVS1HE A BIZOTOS
♦ man »?r.
BOÍTE POSTALE» A IS&
PLAHTEOHS VJSITE2 LO SINE A BEEOTON.
lUfc
Mrm. mí m m¡3}
A L-ATTETOOT DES OUVHirflS CHAilJ'ENTEíq
E2XCTRIC1EN8 *
La Makon luisa Forro»? a 1» plolílr d’ariMr m mxsé¡m
en cliente!» tañí d« la capitate, qu* dé Ja ; .»>*.ri..4 '.l "
fíen! d# r«c«voír de» icfteíí»» Iré» eantertefalea, de
sufterisroi®, á «ntemlon de Zi et 37 pled* d# hosfe#, Ag
JULES FARMER .'1
67, Bu* Pont» DtctoadbM,
Phcmm Ma.1 XtOt.


:
10 MeiU«úr Me2ltor ptcaatmcM
via: source de force
hU. MUtl Caoll, Mil s?t
Vis Csr.tt, Mí, ¡« tentar !*■
;s Cénit, Mr Jterti Mdm¡ ít
Madama r.éa Ittóo Canta, Mi,
HtfflS tWW'*i Mu*, mt» 0».
teír aa Coa», Mr. at Mas». Jte
?9!e ^ coavaitseeat* ' *: â– 
Seat te,,«*»*» *a fots te jamroma* égécs
_ fouf *» «onu»*U profood _ _ .
fóáí saraos*®1' ia 1et8$B». : , • , ■ v ,
aüsat «Ü¡&|Be me iaoidtessta, f|
©#•»««! Tradlug Cci
Disraacimm Foui;:.sftm
totea Coate, Vtfnt*. «cilio- han'
Baptists, Mima, Anna César re-
i mardanl Wan ateckemant te
< amia icmt de fa Cogitate cp»
á® la piOTtoca íjui teta eni te
moigaé da ta *jrrajw8j|* 4.1'oc
canten de ia mart da tear ?©* -y
tfxssé Ftaagoit Coate,
du© ten jutSlet demisi, at te
prient de croire d tear viva gra
itede,
I
¿¡¡¡List
i
s
LI CEKEALE QUI FA IT LES DXLIOM
DE TOÃœS
KIX
Spédalemerri Preparé® par la GENERAL MILIS INC. • ' ••
: £a vfeme dime tout&s Eplc^sa eí te
L.Preetzmann-Aggertiolm
I»»»
BKÍ
MSteon Co.'íttu Pítt-Four, Ni
Hau-
m fÉ *1 rt r,
uescnption de
l’Atome d’Uranium
Sennences
d’Oigncn ,
.mXOW BafcMUDA.
cbasBJUlET *
IS4, Roa'Mowin 'de'JT'- '
AvW^líiipiSHfíf
Bcrpp«te*-vaa3 qna pou* go
50.D08 goordes de te
» i'Btot Hoittan, i]
teoi o aboud prendí® son billet
Mota.MjfA Jt&rtr»s*8í*,j>i ee
i Jtesá añil» M. Demta-
te? Oié, steiniiwds* wtes ¡sil
, * c (' : Fljntie M. Beedurjog
151 iitw da «¡sbá. Motea
Si Vans Etier 4 Má Pías»
i’atéina d'uraniuin doa< dea 200 yarda da diamitra cou
biUloaa at da> topbna aom u ' varia par ia bomba «Earth
titeé* da» ia noavalí» bom ‘
tm atmk¡m «at- -«ampo» m‘Mt ; ,
gwdtent ~. ái¿Bf é’m no- bomba atomicp» aa «
Vaseline
9 au^t bímÉÍ 9 0
oale t>g rtrmoLg
'>» a. ju,«- ¡' 4 ^
MMD/cMfr m
ftr
-
% tmotm
tae da la aévelutton »n tea
de te Chambre No, U
AimuxdUteMW en cas d®
pasíisa, tm&ia-vtsw i¡ cette a-
boBiie poor répnrer pnaus el
ehoíídB» ó tar. On service es
aa tafia» de vt^anisotion ei
,d».,ías»i»l .Siarvioa, dfi nuit e:
da pat.
LA SEGSiCE
m,..
Toatea te liquatua,
Un Rhum son® pared,
rom as pasfums
Tous te sirope,
Vine Mane sí rouge, Modére,
, Créase pom le visage,
Pondrá de rá,
Vaseime, Secrteur et teintur®
nafre poor Chaveux.
A VENPBE
tetan®®, ladree
"Noureliistei.
e, M^er ca*m
va® achate ches
ama
. £xx2É‘ -t irci:Ií sdá#e* «l «ide
^•4Hk«6ír.J TÓsar“íá|íií'
i«bt %w te ftsnoa itítiim m m*
í>,« !« K8i« Í léVOÍÍ í« SBS¿ 4* U£t (i
íf» doa?«»íf ÉB^cakífí*. Moa# iwtm,
tete ttífefee», lite» a t«4
*«« -daí. avoa# «auaí si# m.#aí 4#
«t^tetets -rt « mmuM M dtp
Pft
«?« trosTí ga’Ü ct« «ceitgc ¿a mal
á# í#m, W ín:#m,
*4&mi mu «.íítli'tf ú'momu: U
"?m*!:f "4¡r'ciúe aú nt »*«*; ¡ú-^M
áeptii# q»í je ¿oawi* ¡‘Alka-Stintr,
Atízjva-i itufé AilLi SCI V’EfV
N&ñt Poaí^sól tu pm*z-fea* p** aa
piqatl «sjosid'haí/
M&emax, á’an goéj *gmí4«.
Alk»‘5*1««í row « ptlwst# m úm
iím^tiíba*.
nON N, HORE, n^uibuma/
Col»
te fotüiios... es dtedtkcmt
Ohl necia» da Bídttmore
ti ton goflt .te* ..al., pteaemi
y PEBRE P, BOUCHEKAU
Saprásentant Excitef de te
«SOYA OOLA JOMPAffiTi
Sill
«las^cSdd® EXTRAOB0XNAJ
j£« tu® insícmiaaémsEi Umuu
ií©2, SaveíB, Larv&s de Mc-us
quQs. etc* «te.
Es dép&t ms RHUM CHAN».
PION G. 1.50 kz
yau c*z&aL Les , él@ctraas
^35l maMmm dam l&m& m
5lt«¿ par ?®etcUon á»Tá“jfaí-
d'ékctricitó positivo de ce
uoyau appelé potem»
C3iaque «rióme est si mini
sae quil en íandrail plusleurs
xniHiarbs réiinís pour égáí&t lo
qrosseui de la polnie d'une
éplngl©,
Quand un otorn© dWanium
fail explosion ü m subdivide
pn á&ux parties apposlmari-
yemoni égales. eí chacune de
vient un alome complot d‘un
élément chiíjíique adíéumt pe-
semt a pon ptés la rnoíüé tíu
po;da de ruranium, L'»(xp!->
slcm d'un otóme d’uran:um B
bére 200 millions da volts-iac-
iron.* d’énergi®. Dan» une
bombó atomique, un nom!,'e
o#iíronomíquo de c&& oloinee
íoit expio&ion simultoném^m.
La surface d’amuhüation de
a bombe alomíqu© -- sur? t-
â– Z&Sg&f:
ce destruction complete et to
(tale d'une torce indescriptible
- peut (acüoment couvrt? un
territoire d’un mile de diamé
tre, comparé á un© surface de
pa» a eerie surface d'nn mil®
^ diamétre; elW e'éteá jt...,
plusiems míles au düS 'S““
moli&sanl lea édifícea, semant
la morí' st la paniqu®.
te «Súrtaos d'anmhíkrtlon*
déstgn© un© surface sur laqneí
1© s© produít la destruction
sous sa forme la plus compié
to dos édrficas ©? ám Itrss hu
matas,
La force explosive de ia
bombe atomkju© n@r d'envi-
ron 2000 fots celia el'uno bor*i
l be de 11 tonnes, main la xé
suítanc© de l'cfír et l«a vi>í*ict
de.s raneantrés d la ¡uirl t „«
du sol Jlmítent 1« zone d'anni
, 1;batían a une surface fveu
I moíndr© que 2000 fob, ?a
kt t, les rap-porn; les plus ap
praxlrnatífs' HmUant'ceUft mure
ce d nu morns díx foís calis
ó& la bombe do U tonnes.
Evídemmeui, les ©ífeus des-
tiuctifs de la bombe rrtomique
de b
rnaniore et de 1‘endroit cu se
produít Texplosion; ©oit quo!
is a t leu dans 1'oir avant d'at
teindre se sol ou sux I® sol a-
pros lo contact de la bomb©.
SERVICE
-ÍEHEPEOCHMLE
Assortcmoiit incomparable
Proyislons ARmeélaire©
68
pan mmocm mzm
Aaste B»a Psvé»
•t do
Piaos© ü
Antiparasitoj
Remede Efficace centre ie
pciudisrr.e Aigu ©t surtous
Cnronique.
L.'.AN.T¡?ARASltOL serL co.m.
CTEST LINPIGO EN BOULE DE QUAUTE.
¡e advent of in'ento* onal áir •
throughout the Americas, many
•'■me»* like fose had to be con--
1e „ l _» rcr!o bare living by selling
“r: - a 'c neighbors and occasional
t':/: • ^ Tee market was limited—and it
’u.s £ - .mccssible or-diflicult to sn.p
to r. cx‘ens.ve distant markets.
Then —„ „sl a few years ago, many Joses
watched, as modern airports appeared
like magic in every country of Latin Amer¬
ica.."What changes will-ail this bring to
my home’", Jose thought. He was told
that Pan American World Ainvavs. would
soon fly giant Clippers from Inis newiy.
kudr a.rpcrt.
•HI
, Jos© watched the first Clipper leave "his* ¡
r]^?irPori ,.. bringing it -within hours of Rio,,1
i!rlew York. B. A.,.Chicago, Mexico City and
f oth&r great markets—making it an impor*
jtonf stop on air-routes which span the con-
; tinents. Jose's market expanded too—and
the products of his craft could be ©old >
Hh?n throughout the American world.
A i'achat, á ia revente, comme á 1‘usage. il ny a pas
stmplemerit 1© procéd© machinal de l’échang© d'argeni
centre une merchandise; 'usager á Lassuranc© qus ¿ in¬
digo en bótale BLEU MONITOR est un pxoduit d© con-
banc©;
L-indigo en boule BLEU MONITOR donne le plus
grand rendernent a la lessive, II ne tache pas 1© lings
qaTl blonc'hit, sans 1© coupex. II ne s© désagrége pas. H
se vend tres bien.
SI la Jessive se fait i domicile, essaye2 aussí CABE-
^J>E,. lNDIO. Si .voir© ling© n© dux© pas suffisamment
informez-vous de la qualíté Tíndigo utlllsé.
BLEU MONHOR ^ CABEZA DE INDIO sont la réeuhar.
W á^ Yíñi&qmé commérciue et d© bonns xóputaüon de
TES STANDARD ULTRAMARINE
COMPANY
Agent pour Haiti ©i les Antilles
.Deni© ITINEIX5JL Fort-au-Prh.c© (Haiti W, L)
Huntingion. rWast Virginia, (USA). ;
me adjuvaai pendant la arise
aigu©,
1/ANXIPARASITOh tícíi étre
-coríh-n-ué-dans la - suit© pouj e
viter la chronicité el les rechu
tes.
DEPOT;
PHARMACIE DE LA PAIX
Geilrard.
-IX DA VIXEN- ARRIVE
IN CESS AMMENT
Biemtóí arrive ie *Dav;-
ken® Qu; doit prendre du fnc
pour la NouveUe-Orléans.
Le appcrretlleia pour St. Marc,
Gon-aives ei Pcrt-de-Pa;x,
C'est a. .Pcri-de-Pctix, sunon*.
qu© i© Daviker; chcagera co¬
lon, peaux, café, cacao.
La maisen da commerce de
ro;re am: Ferr¡aud S&ulos cha-
cera des tonnes of des tonnes
de merchandises á destina.
today, Joss can reap a well-deserved
profit-from his handicraft. Fine silver^
leather -and textile articles are m growing
demand everywhere —. and his products
can now be economically shipped. Jose's
entire area, too, has profited , , , and is,
today, a vital link in an expanding chain
of commerce, * -
, With final victory in .the Pacific, Pali American. World Airways will
^ greatly accelerate its “plans for peace’*. Giant Clippers Jlymg expanded
fksr'{;r-/-fk
routes, will make,yeta a "Neighbor to ail the Americas'*
fit/v Amemcm Worm Airways
<~Vilie cSffsiem of jke^f/yintj (ff/ppers
Petites Pilules
CASTERS
POUR LE FOIE
Universcilement connuea et qui on?
4¿já sub* 1‘asrioa du Temps* car ea
rente depais 189©
* 4*
Acnieliement offerees eri
©nrefoppes de 6 pitee**
Au praae de Ode, Q,23 le
' sachet, -
$t bow! embaliigc 4»
pímtmstcím
ATTENTION»" ATTENTION"
LE GENERAL TRADING CO
S. A.
Présente
Les M-eiileurs vins d© I'.A
gemine.
Fabriccr;ts: Angel M.-Esp
lo O Hijbs — Lujan De Cuy#
Mendoza, Buenos Aires, ARG
Ces vins ont obtenu les plus
sautes récompenses aux Expo
.ctions de MILAN — IS24 --
8ARCELQNE - 1024.
Vins Rouge — Sauiernss
Champagne Dry Sec.
$ bieniot un important stoocu
d© Vins de Califorr.ie, en Gal
on — Bouteillesju Baniques
Áus impenants vignobles des
Itats-Unis.
Avant d’acheter voire vín, te
éphone2 au 326$ pour les prix.
D — Z'ENFANTS
La patisserie O —Z'ENFANTS
o le piaisir d'annoncer a sa
-bi-euveilkirtts- -clientele - qu-'obe-
se trouve actuellemnt a la Rao
des Miracles a coté du depot
de *Rhum Nazon».
Toujcurs ia mem© patisserie
fine; Pates, gateaux, bon
bona, prix abordables, qua lité
m.’eux pour noire <
: La
au-Pr ¿nee.
VERRETTES
re a rarneno a
cult d u-
a. r;'>-ri¬
de Po-*-
la 3 AoCu 45, ;»s boy^-acou^s
as ia troupe St. Georges sous
icr d recticn du R. P. le Behan.
; ont établ! ¡eur camp c Fonda
Venuttes, 'Is dolvent visiter
ía Forét des Finn, Scrvaane
Zornb's ©our ne revenir a Port
Ciu-Pr.nee que vera le l? en
COui s.
Dars ia rout du 31 luiUet au
;er Aout des voleurs ont pm\i
pe dans un bureau du G~va
ge de la Shada et ont ©nlsvé
le produi? de transport des ca
mlons soft un© valeu.r de 28c
dollar©,. ...L© lieutsua’U Etleruia
ru; est morte d la Foret den
N'oub!i©2 pas qu© vous trou
Liqueuhs superfinos,
Boi&sons glacées et rimbaitabls
A. K, 100 dost tout Port~au
.Prince pari©.
Le memo accueil sympathl
que, Is méme célérité dans la
livxaison des Commands», lea
m emm prix.
o — zmrmw
Ru©. dm. Miracle©^....áf.. .cot»', du
rfépfit de «Rbum Nqíob*. Télú
phone; 3405.
A VI»SI
Bafierfe d© Jasas é vend*#
e’adfei^ter é Mr, Asrfré Chat?*
Graud^Rue Né, &h-
P.ns le 8 Aoüt ne lardera pas
a mettre la main sur le délin
quant Nous croyons savoir
que des an es; at ions ont 4t© o-
pérées.
Le $ aout !©« Boys Scow's
d© la Troup© St Georges ord
levé le camp á Fond "
en vu© de s’siablir au Í
©t d© Id a Savartn© ‘
nerón t h Portau-Prince !e !$
Aout,
AVIS
Le aousslgné, Magkbat Com
munal de Léogane, fait «u-
voir ó :C©ux qul p^uvent IT
guorex, qu© demeur© ®t sou
domicile m tsmrmi 4 I4ogo
ne.
Uog«M le t Ao4t ite.
7ítem¡m&W& KURNISAN T
FABST: 1st


Sesera
di ate”
liéfftflr# rttüri
lows 9 AxM- Lcr üü®
si® q révéíé qu’«u miíi«ü dn
sttdis d* ju4R Je jopos, lui h
si©maud¿¿ sTéte® í':z.t&£mád¿*xi'
%% pmz cs&eks* la Poüt . has;
Cs8» damsfcá© imf© par i'4st»
.fesmadéius:. lap^aak. ,Saio<....áfcút
piécóda© du M©&*aga da Mi¬
kado Hlrahlto. L© Ministre Mo~
Jpfpv *fl isíormaíi i© Pt4s¿4<¿nt
Truman ©t la Premier Churchill
WASHINGTON 3 Aout.- Le
$©cré‘alr© d Fía? Bymes a em¬
íteme© qu ¿ lo conference das
Trois a Potsdam, c'esí ) ¿4¿©n? Truman qu: eru nom das
allies da i'Ouc's? a damardé a
!á Kuss& da sa JoJaáre d ©ux
confie la lapos. La ciéncme'a-
. tion da Pací© da üeatraiíte an¬
tra Busses al Jnponam-1
naít eüeciive que le 25 Avrai
1948. Metis le President Tramas
" pd'ür 'la prerniére iois mvoqüa
¡'article 105 de la Charle de
Son-Francisco, ja fui ccmvenu
"Wóis qüé"£l "B’crtagne" sí Chine enverrateTP
un ultimátum au Japón. Ce qui
put fait. L& Japón ayani recuse
rei uit’marum. la Russia est
pMzéo trrr querrá contra ret.
MOSCOU S A ora M;‘>
{úütii éffl» k Net¿ 04 i£ Co.
SV;
Het«8;
ua&!sari$>
SAN FMífólSÚO,-- Had.o-
‘idrfo wppeite #o»él%éés «SÍ8 eiSifclla te®
fUwóm jatíawBTpta*5^»-
S» fpw*@í@3,~ Badlo-
TbldO « MftOTÍ® qo» ddéSíORJ-
bats violent» sont en cow»
dans tout»* lee rttjion» »nva- j
;ov a eu a cozvoq-.z *¿s rí.m-
bassadeurs des Etats-ünís, de
Giaride-Bxetagne eí da Chine
pour lour armero©: 1er dédcrr.r-
;:on de guerra de la Russia aa
him paz íes torces da l'armée
jouga de l'Onent
GUAM.— H<2gasak4~43^t::-.éié
dffeinie par la. 2htm ABbmBé
atomique lancee par les amo-
¿coins. Celio villa estJ&j&jl*
ge de 3 us.j;e® daaar, de ma¬
nufactures d armes de Íq.,.grqi>
de compagme MLé?uhushírr£©l
ariateurs qui ont jete ja bora
be déclarem que' les réeultats
^_0ve’ ( -sont exceRenís. On commu-
r.iquera les déítrla ciprés le re
tour d© la mission.
XmmédiatemeRt avant 1‘écla
tomen! de la bombe atom-que
sur. Nagasaki, 1© ...communigué^
chi general Spaatz informal?
que 402 super ícrteressil"'vcl
lemies ayauuit diverse 2.3G3
¡ tonnes de bombes mcend'uxi-
í res et de demolition avec d'ex-
úeenems'resulta te-
: qrands oojecuis. Tro's appa
• isiis ne so,r¡t pas revenus de
>& raids.
Par aiheurs, 7S chasseurs
m mmMWm, mu
m un»»z,
gis MHé&cc. - u «*
dio d* ^slíiO the ¿# l'Ágance Domeí a tép-
porté que 300 bamberrdiam ec
â– !.-â– .*.ra.s am.'. : : :u. o:.1 .r:*
* taqué' 'c@‘ bb^í-
Ük. -de J'Omesí de Hc^su.
""«W~TdllIv^E- -a«Í"abn;;
tirirú MicieJJemefel''qu# Te"
general Albert C. We
áemeyer, commandant des ior
,©s américaii|^ an Chine a
contaré avec 'des i%pz:mm+
Am
víf? UfffW tn
Di» tAfORTAN?
.111.» »
P;nh«gH r»««i
vn«: $:*;■$.
.itauMMt S. ®«m- »;
Borne» ~ípg.: á& MmrnMk
Ifaaaseííü SfllitÉ ■
Fort-au-íhinca, MaitL ■ ■
Chm Mamímt Cbámvet:
.";"'i^pdk"deux mois. Je lepóte
¿crpon.
MOSCOU ~
). zcuan~
o-tr.^e " to_ c.
¿¿or—*-* s. w
J^.re . r ‘ .r
. <.**/
CXytU-C'.— c.^
n C, iC c ^ ^
r.c pe. rtr-,
cu> Gc-r.o
es erm es
toore
o Uc
Oes cote. v... ; c.
cyacutas .u, o.:
.cj anorta ^ ’em
momo ssrs L-.r
c.o £. etc t _ d-.c-u: umer ■
' d .. a cvs?m ••
n.* i err.eurc. -s£ .« £
vr.sr s?. .í: «-í C
ra4‘. ,_v.£ '-P r.-c _ .e:
Bom azi.ves.,
GUAM 3 Aoúi. LU
¿Umita a amones que les uní-
tés ‘liavales s-ous son comma::-
fíenivr.i coí'.nszor.t lotci¿e assis-
lance anx opejonoius rosnes
conde le Japón.
SAN FRANCISCO.-- Racüo
Tokio rappoite que )e quarter
générai impénai a annonce
qu© les avion© sov.etiques ont
realise des raids disperses sur
les regions Norá de la Corée
et de la Mandcbourie.
SAN FRANCISCO.- - Les íor
cas de torre de Formée rouge
ont envaiu la Mandchouii©.
Le communique jerponais r@
vele que les torces d© la gar¬
rison japona is© en Mandchou
ríe se sont pintes aux troupes
pranact ieur envoi d© lwo Urna
.. cut attaqué. la region, de Osq-„
; ka hier. Les incendies font ra-
i_'r : ae dans les regions industrie!
vU too j i05 Fukuyama d 42 mih-s
_ ,iü £55 jc^e crpms le
^ '** ! passage de 82 super forleres-
„ • J. sos. volantesqui..oaCléSfflé..^j£j
— -- ; v:ron SDO tonnes de bombes
" : ;.candíanos.
c ' SAN FRANCISCO.-- En der-
4'~’ 1 - mere heaxo Radío-fokio mior'
me qut■ áes r; a vires de guer-
i -¡e bombardent la vi ¡le ¡apa-
>, :-s , nai£e aq Xamaishi aprés que
I 1.100 crvions eurent attaqué la
¡ var-ifj mptet&rionzpp de J'Iis..
! Honshu.
¡ NEW YORK. II b:' etT"" an "
4 r.onoi quo-ce soU- â–  a..L0-.heuxfc.su
i -.e President Traman aáresse-
I ra d la radio un tapped au
| peuple améacain sur los ré-.:
j sultats d© la caníéience de
Fostdam.
PARIS. Hier 1© générai
bergeret, anden chef da Va¬
riation Irarpa'^o du gctíréi-"
■ nemsnt de Vichy a fait ane ré
, velalion ¡sensatiormell©.- I)-a dé ¡
? daré - que -'l^yíaRo&'-traBoaisaU
avec ¡'appro-ballor¡ áu mará-
chai Pétaín avail íourní des
nlormaüons sur
le
ac*iv;ie.
flü rSgffiiér pupifí dais la i®
¡@ con t. o les tmmm.
SAN FRANCISCO,—- Votó 5®
tet# da cammun¡<}ué publíé
co matin par le quorum géné-
tal impérial:
«Aax enrixon* de máJuH 9
Aa&t an» partís de Tcmaé® ¡so-
viétiqao, aprés avoir irancbí
les partios orisatelss el occi-
tlensale» á» la fosBére mand-
choun a üédenebé Tattaque.
Qnalqdé» aylon* ras»» ©tst ré
«lisé des attaqueo dispersóos
eontre 1# Mor ti du Mandchou-
fco et le Norá de la Coré®. Dsux
¡orces de la garníson jiippo-
mandehou# ont «gagé les *n-
vabúeseurs poor ee défendre.La
’.tttte ®t en progres».
SAN FRANCISCO.— Radio
Tokio airnone» qu» les {orcos
soviéüqu»* cmt franebi la
fasntífce mqudarroue é 1‘Est
ear un» Signe alian! de Hun-
chün é fktte», dame la regiod du
•Vladieesk «t de l'OitaA dsst»
Jes eneas®* d» MoBeJuntá. As
Bttoe Bjawml B a fté signa¬
ls «p# Je# aeío» fea»
: .hméeimt d» 8ol-
«bln de Gen»» eí d’attSa»
a? las mouvemenís da la Lu!-
'vafta. par rintarmédíaire de
aadichs cland^ifee^ ' pendoní
?oute l'occupation allamaiide
de France.
Bergere-t a aussi révé’é que
le maréchal avail envoy© en
code secret un cablogramroe
ordonrtant aux torces hancaL
sea du Nord de FAíríqua de
cesser la lutt® contra les for¬
ces cmgIo-amérícciineé""©f'qusi!“
cvalt confié j’ovenir de l'ero-
pír© frcmgais - ckms las mains,.
Oarntire Minute
8 AOVT A 3 HEÃœHES >. M.
NEW TCm.-- kr radio de
Paris a asnoncé au]0'ard'hui
quo selon d«* soaxcas oíSci»!-
,es américalsss la coniérance
intarnatonde de Tangw sosa
incmgaré® 1» 10 Aoét ÍOn ne
ptpsédt c#p®uda»t oucune
cordírmaüon de ce rapport).
J®W YORK).-.. La comáis
tíos Sédéiol» de» conuuuaico-"
ttons aaiéricairíos a capté la
radio de Chungking annor,-
gant qtw. le géjséraBssto»
Chiang Eai Shek acoralt tetras-
rain un télégKmjim» d Staliso
pms iai «jqwmer «»® plus
sinetees »s»*rtí8«eBte «t #a
preloads adtalMSoa» & can»
d» la iWckottion de guen» tfe
fa Haseia aa Japón, B a diéla-
jí que Fannie dtónoSt» «
<¡Bkm de jw bótete épatúe» c<»
tee #aal®s swe l'm®ée rt».-
9*», _ -*
lams * múiloirm rusas©* ímm©-
áiatematu aprés la publica^
Mon do la declaration ds gu©r-
x?- dé Id Rusa© cui Tapcn.
CHUNGKING - - S-Uon das
sources nuliwhé^ chmoati
Fobjectií ímmédiat das Coma©
¡**50viétiqu©s sera CmpoRen.-
b^s© naval© dv Rasr-X so* 2
■ la Coié©.
NEW-YOBK.- La commis¬
sion lédéral© oes oommax;,z.o-
* ons améxíoalaes a eapm .c
radio da „ Jok.p___iar^^....2..Ss -.
yéchs de Meacou cx*r——••
que Vambassadsüi j-erpoaa c a
Moscou, Sato ef loas ’©s m-m-
j res du corps d.plom aUqe© mp
pon ainsi'"que tos corraspor.-
dants de press© 01.t ©ta
ré© á Fambasscrae rapc"^--^
aprés la déclarolom do gcarr©
'WASHINGTON — La
armones oiiíciaaemem -v
Présídam Traman a d.sra-a ~e
mat’n avec se3 cerns©-* ©m m.-
¡haires, diplomat ** ':?1
t.ligues des enct-s ae =a c-om-
be atorrVque cr- o ate p’-e
ta en deux io:s sur -es
Hs tcrponaA, Le Secreia.r© a a-
*at de la Gusas S msor
pris parí á cefíe rarJeraccs.
Cependanf auc^' corran* s
aué oiíicii-1 n’a ele pub-.e *••**
!-> nature das aues'-Ot.s
cut eíé discutes-
JíEW-YOHX. La ia&e *
¡víoscoq dan» an* dépter.® at
:ournal Izvesua a rapporte cu-
jc.-urd'hui que ia Vapor: se
carait a artaquur la ?rzs&.e ra
moment de Vavance c,..err-~:v
ae ‘veis la Volga.
MOSCOU-- Le® s;_rrss oi-
íiclelles russqs a'sx réve.»
---uíS f.ul qr. ‘® la?®-'- - ---
présense úeux oare® o» .. - -
au* alliés meas «|ue c*« •* ■>
tes'.loos. ont it» reoo-'--®3
qar rAnglaíerre eí ,®s
VrJs, probablsment ?n«»
cuélles n’étaíent r.r:,. : '
M( ata conditions de re=- ;-
^íon. mcondl^oriqelíó de® r?r
l:és.
LONDRES,— Aa coam c a-
,.. coruerence de prense -¿
commandant supreme ctes¡ roí
esa oiiMes dona i® Sud-Es; .Js
j'Aaie a révéié aux ¡oxi ans¬
ies que l'enttés «n guerra ae
ja Russie obógera jUpo-
"r.ai á employer pour la pre¬
miare íois une grande puri.e
ge teuis torce» ®t prooo.o..-
men) elle activara la — ass
iiosiiiíté® en Extféme Or NEW-YORK.— Jhmqu a ce
son le haut commaaoemsní
soviélquB s‘a encor* pubB®
cacan communiqué odrciel
cenc^nant 1® áevaloppament
ües opárafior» ra.litaii®» sm-
.fot ®n MacdcbDuri* «i _ *
Coré®. , . , :vri
NEW-YOBK,— Ce tór te
commission íódémle des com-
imunicc tiene anrerícaineé o
capté la radio d» «Noto an-
iioegcmt que le® lome® sovié- i
■®qu« otó -Rttllsé une gsaftds
avanc» d tracers te ptaín® ó®
Jo Mandebottd*-
<2WMJ^NG.-- lisuta-
,¡on» généail. Wedemeyer,
commandemt des torce® aérien
¡.es qrnóricair¡es en Chin® a
léválé a une coníérunco d®
pt«e que le» américoii» aa-
’ eaient depute un mote qu® lee
a dédat^- íp
guerra su Japón,
GUAM.— B a été cwsfirmé
cftciel^wenf qn'ua» lorma-
tian d» 80 s»p®íí tsa^ smsíxipaimm a meem
opké tkm coup® au but sur
Bj&porkmt eeutre ^*hiíll© á*A-
magmaki pré© d@ Osaka..
‘ am— AuJauslM la
hmm mm ftólcé a mtm>
áu Im úépmiüom áu ma¡az
{ 'I© m© réjouis de voq l'intérét.
jVqs© voas portas d kr question
§-dm-jimmsBt-e $n
I Tapuis qu© J©' "sifis crux B*
j tms-Unis» )© n*cri Jamcsk mem
I qué l'occasion de fair© appré
I a©r nob© pays qui esi si mal-
I oanim a ietraager L'cr¿ dar
; mar. j‘ai prononcé plusieurs
\ ©or.férarces dans les milieux
¡ Vn.rers.twres essaycmt de íai
te semprandr© ©t admirer ¡@
y'cr vr.aqi' de noho Haiti , í&
’ $ ”':c suís pas arre!© id. A
, r.' r.e n’F.astrnan Kodak au
’ > '.tagiaír©, era prerrürr
des .r’aérdeurs Jusqu'au pe’ ?
< uvj.L-r, i© fourr.is da© ransai
' í-^e..£ vir Haití, et, í'éprcu
. j s”t slactioii. de constatar , i
* .s rara sent maíntenani que i
* era oays r.'est pas seura i
. temple du vaudou et í
o^e population n'est pa- i
*33* ;t íoiniee de zoo, ;
i 0¿S.
I - ~e vcus dire qu'ils i
ra’"’ era ora ceux qui veuler.í i
vjs. 'er neme pays "lorsque Ies |
orres me ueurs seront revs- '
~*'s Ma 3 ¿á méme questío-: |
ara. ’■ev e-i sons cesse est cel- |
'íí-- /Jr,' a-t-el!e un bureau j
4-ra.r-¡ e crux Etats-Unis? Si |
caí / veos ícraí fair© un peu
áe pub ^ ’e car nous n'sn a-
vazr am™ s entendu par!©'.
Ou- e:f .© coét d© la vle’
Ceram* so7'? !©s moyens de
drarocorU Quels sont les di
"e-rassem*’ s qu£ vou© ave2 d
•fei*«***a«4 4» I^WnoB,
ra~sa;e d’y répondi© de
moo mieux ti méms paríais,
i* me vois oblige ‘ d;imaqtner
cas rapo rises cor nous n'a-
vons. íusou'd present, ríen de
t-olidement organise daos ce
; sen».
Mens.© a © Dírecteur, te ne
vous aerare r' -s nen er¡ vous d';
; s^y> >£ AméricairxS qui
r; noíra pays sont |
ra --.mcriíé des cita dins j
■• r,o á^manáent qua séloi :
' c~.*t des railes pour s^nívrsr
-es oraraus de la campagne.
Or me demande sons ces
i ;e: *?onnotís-nous visiter ja
: campa croe, assís ^or aux oc¡í~
â–  c h c. m os ir es, vbir Ies champs
> it cana» é sucas, de cosos,
’ da arrió, de bmeneó Va pa- ;
: che ®sl-elle orgcmlsée? Pou- ¡
í vana-ricas írmivsr des rhe-
1 va car; etc... etc...»
i Notre pays, voyez-eous, peu;
! —-arrear unp íortune lorsqre
ütaatm **»o W»n orqam-
- sé icrsqae Poií-au-Pr-ncc eí
> tte cottetihieropt plus
e=„snfcelleniení le «Centre du
i í-uTizme e-i Haití»,
i MoPíSeui te Directeui, te me
' ; ú» álcidé á yous ó criar aet
ts >tte® ov®r ter.giis-
1 mtt causé * un jeune ar'ista
peiste» Mi. 3«» S»g. mctele-
* MSS» »«eant pon paya dans
le» forcé» année», Steg s"r.
tóresse beaucoup ó notes pays
®! son premier devoir sera de¬
pot* visiter crprés la guerr?.
Ente® temps, mon erre vcu-
r’rali entrer en cort*spoítdar¡
ce avec le «Centre d'A-r- qui
lui feurnira les ivucrignemen!»
qu«, moi profans, Be saura'3
Ivi dojmei.
CoMiaasM! rintérlí qin
vous porte», Monsieur le Drrec-
laur, h taire cormaitea tiotra
Fay» á 5’étrcngaí, j® lie dente
pos .que vom denranderer au
Comité du «Centra d'Ari* d'é-
crire mi plus tót ó: Monsieur
]!» Stag, co. Betty Steg...
Industrial TOlanors Derr.
Hawk-ayes works, 1447 St,
Foul Street, Rochester, N-y. T.I,
S. h.
Vow» iwnwcicrai ¡noneiíur
la Directeur, fs vous pria do re
cgtreb «»» meütetas asnti-
rnente dtediiiira'iion.
Ait* urommt
o-Bel®» tsmbawtdessr d* Vteay
•aáptik ém a&manék «t de
Bsmemd, aaeka átti dt ¡a »l
Um4*W>f> ......
mz'mm
m>, riten »#,4*í‘
S¡»<¡B* é* zm&®> -t* *
iSsB «a jfe-8»T: appad®-
«¿ni auDéjmiiítee Afoaiy.
condal! jw &
•|¡oeÉ-o^ chwlré-iantS»'^ipót *»
jjjnaeait raí Cap-Halíi*n ov®c
urr chargemsní de r¡gce&-bar:a -
ce», a su la man
gouelie bacítiíé®; aucane^ par¬
le de v¡e -5i»main®-»'a éíé aa*"
registré», la «cto® a été iro-
médíatsffi®nt teansportéa ^ é
rH&pItal da Cap á B°rd dan
Vjhíi® camion, fugs d® Pate re¬
am», lorrsalítés légales rem-
pli®#.. ^ ^
A te lére ssrtion male das
Ven " tías, tas í'htib.taVteíi ?o«t-
Sondé, te escardille» Sancéss
par une !ocomotív« de la Cóin-
Mgxüe de» Chmmms de F« ont
incendié quad* 14) cbaumisr»
oooartenont á a ves mdsvt-
derr. Perita non *««>«> taV-
¡xíées.
Le voilíer I©tt© No. B2. cor.-
quit par te capimíne Norm !
[Viícius, O tót nauirage dan»
íé«'poiáges du bord de raer da
faan-Kabe!. 60 barí!» de
«*J sent perdus. Ancua* P«- ,
de vie humeine nte éíe eme- ¡
qís-.ée. Formaiitás legales rem- ;
pliw.
... j
A Ver,dro)t dér.otnroé Pe’.« ¡
S'. Fíerre -a Pédon-Vide, ¡© nom-
me D«3Ír Ex'mor esl també ac-
cídeníeilement dtene camión» i
le au No. 3089 conduit* par le ¡
chauSeur Ducosse Delline, ve-
r.aat de Pori-au-Pr.nce, dai'a
bteieBe ü aval* pri* place- Ba
-,- ct.rr.n hit relevee avec des
H¡essdres a la Ierre ir,léñeme
at au brets gaucha et fot trams
portée « l’Hópital General pota
les soins nécessaiiss.
A la Foréí des Pin®, ía Bu¬
reau du Dispatcher de la SHA-
DA a été iorcé et une vateur
tie G, 1.400 a été emportée.
De» rec’nercbes sont en cams
en vue d’oppré'hertdes 1* ou
tes délinqaamts,
Sur l'habítation Platen, 2emo
oecírorr rural* des Gronaives.
onw 01) chaum’foes appaitó-
nartt a divers individua ont
jro leu accidentellement. ues
pedes ont été évaluées ó G. !■
300. Formalité» légales rém-
plies.
$ OCTOBBE i
*®c®gu® cordoroace evac
!s Gérteral Ame, Qt el du sn
vice secret do i'Anuoo. Toutoi
"Si 'itíoraateonk la!$ett pré-
vffií que. íes AngfoSajeotia
sonr en tral» á«' sc prepares
en Aírique, d'oú Us on! l'irítan-
Bo» de felspar ¡'Am. é IMaff
lie ®st géogsaphkp^amnl iü:
¡ogiquemest le premier obfoc
tíi..
10 OCTCSRE
«Dana l'apms-mlá}, dtecti».
slon» conce-nrant ks Groes, la
Gréoa ne paut plus ría» don
nm pour la simple rateen qué)
la n'a ríen. Si nota conti¬
nuar® sur la ríteme base, cterrí
to íatU'lB comptet* dan# áeux
mote.
tor clausa rnoyemm oto for-
cé® devlí d'orírh ®m bijou»,
ses lite, et quslquelo;* mimé
«as filias, pour poavoir ama
get-
Let «cm té de Mu»»oUni ret!»
m chungúe.
«Os ne trail pomquoi, et
ríen ji'est dit á ce raje!, metis
-.1 a á a troces dotiiatua dtesto
mac,
ft * •
Í1 DCTOBRE
«J© regois Himmler á la s’a
i on. Le souvenir du iron!
est un cauchemar, sí ii ne le
cache pas. C© nW plus le
méme Himmler qui en 193B,
•ombait en désespoir d cause
tí© FAccord cr Munich qui a-
val! íait avort&r la guerre,
Maíntenant i] parle* des difi¬
cultes, de sacrifices, d© ce qui
a été íait et surteuf do ce qui
s este b íaire»,
1? OCTOBER
«Les Allemands exigent une
hollé somme de la Greca cru i,
dans quelques mois, causara
la chute de la drachme...
.MusscHni a été si loin quLl
s'est écrié:
*L© seul moven -d’exclíquer
un© tell© crttitud© bestial© de
la cart de l'Allemagne, c'est
que les ailemands sont con¬
vert] cus qu'ils ont perdu, ^
que, puisqu© lis dolven! mou
fa, Us pensent d créar une
quctTed i
fcrueri©
minutos,'
: Ua M
platea á U
chal,,.
24
.Le*
tíbyu
nkmdant :
Jfa
G¿:.«h t-t I
lourdamsnf ^
%%
«íUe» d© ;
~ám~j
emú® k!fc$ i
la d^íi© *
éíot^":
physq
R«íck*
des.
confusion.
générai©.»
»»*
COMMUNIQUE BU DEPART¬
MENT DE LA BEFENSE HALE,
Messie’urs Max Audai^. ©i
Excellent Desxosíers, condam......
| ríes h ía peine de mort le le?,
j Mars 1945, par ©entena© du
| ConseJ Supérieur Muiícdr¿ ct
1 Permanent.síéqeant d Port-cm-
í Prince, laquehe sentence a été
! confirmé© par arréi du Tríbu-
t ncti de Cassation, ont été exé-
cutés le mardi 7 Aoüt 1S45. a
6 baures p. m,
Port-au-Prince, I© S Aoüi 1945.
Bites aux personnel ignoran¬
tes de ne pas souiüer sur 1©
Iait tiéds destiné d un enfant;
Rest ausEí ¿¿-testable ©t dan
gersux qu© de porter a za bou
che la quilléré© de panade
qu'il dolt prendre,
Service de h. Propaganda S.d'H
19 OCTOBRS
«Mussolini a© prépara’t d
partir de son Palal© d© Venís©
•fes y*
I-«W fa Jra
four», j¡
=teá»
•Wtissoilal i
*• «wbiap^fijf
dement® “' **
t!® Wiíilj*;:
dy ,c?»%,
méricast
*C® BotdM»',
í'OUt áU : " '
rom.
^ ^ esÉ^P
Stóbi Séq» Oí j
ttms. r¡mm
, de3
í #L© Du^-p. i
«» ’« Va '
^71 OU po»
Tor¡«
y» d*
27 OZT03SS
.ley,
Rovoil Nasi
J»» ch®í *. '
■**« oo -a)e-s '
marche sur *
Atete... Lej,
dan» io lonu» .
wte ó la fo¡i
IOTBBIE Dp ITTAT HWIIEH
Iv-1. Gao» 5D.00C.CC 1 du le?,
gxes leí du líiags du 7 Aofo
os: été payóos h 3 pécheme du
bcrd ¿o mor de Pote-ou-Príuc®
Ce fiment:
Mcrrc Chéry, 2 coupons, lo
ssph Simón, 2 coupon», I.amal¬
óre Bazelal», J coupon.
V Administ-aííon
i «rl <
j
MABIAGE
í-lous annonjon» ayec pías-
e.r Isrprochain maiiage de '
m>He Vtoie FOmtJWS
otee
m. |a»-üé LECONTE
la Benediction Nuptial#
kut seta donnée i® «raaesií 18
Aoñt é 6 hture» da soit á FE
9¡s»e WeeJeyeim*.
Cc-ínpHmems aux nouvsaux
conjoint».
Cesa»? :> j
ireage m i
'msémrmix 1
tema da
lieu le mtfiái'
Austó, isows '
de pubis®.-)
imtx qognom,
MN-Beni'
l'aqoaieB*
Antonio -Jtí
leer.
oífei» par C
F. M. Al:»
Haitten:
fori* pa? ¡
«en® . ,
AquaieS» oler
^luiiea i
®n bol» 08
fc»«at
Ptsrt-au-Princ®, -i
«BusmabJ® ie» dut lent pew la VUtcft»-.
msmm m u coomon vt p«mwiw


Full Text
â– â– 
Somntaires
Avance Ruase sur ja Mandchourie.
", .1 ~m
sus yt shvatíon wwshauohaui
ffep$K~i|8xn3esr'-co«B»Hteac6^
' aür lc gcsne c«/sc is tajear., il
y e fe-oís oa quotr» jijara, fté-
Kya{t- -yinémahi». «bH« le {tenis doas i® eoaffii asa
íís l'Eippiie du SotaU Enttm. ;
Cetra qui dspó un* #í ¡Jemie, euívetií tsos «Coti-
sssntaires, de ctatja© Joar sai
■"H' SluaiioB InferBsEiSíasíe,' té
fxwmíriíroni que, le pías soa-
.«rf. no» proBMtie* »M jas.
fes. Tout ce cue Baas evens
suppose.
da í'üiuu
sien de So Normandie s'&tt :éa
lisé. oí quand sea» avlana
pédit que íes ¿UBé* B'áaíeei
pos áltectemerA par la Kar
EJondie sur Paris, took pres
orden! ¡e direction opposes
de Brest pour de versar sur
Paris, por its Vallé® efe ia Loí
re, de nombreux .epeurs pan
saisnt que nous
idee ahsuide.
Cepenáant, c’est es qui est
cirivé í
■w |kwt¡Tfc
bloctte dé lá Jarre farms áu
Jopen, - -
--• La» -.cu:»éar«yy^íp^i""voat
avoir la precíeme oppoítumfe
& poúvpk foujoms aítaqyer
Ies japonais par á&méze-, &i
cokx sur farra comma sur mar.
k® Tctpbfs, «¿ capitulas! da
dura toujours l'excus©
de pouvoir.dirs qm luftast
contra \m Eíate-tMs ©t !a
Grande ..Bretagne, la. bombe
da
alomiqUe
jours avast la declarators
â– guarro d& la Russia.
A Fimpossible nul n'ast ta¬
ra, paúl done arguer 1© Japón,
Mate, s'il veui cmner at luí
tsi désaspérémer.t contra State*
Unís, la Grand© Bretagne, la
China, la Russia Bt la ienltan
©te ons un© ■? te Bomba Atomiqua, c‘est la
suicide compkt inconscient et
fatal!
D'uiie facen ou d'une autra,
ia guerre avec le Japón , ne
Nous ilgnolons
La íjiiesSoti & Soup® ¡JOte-S» »oas «Jta» «osta-
»# »att« derai», mériW Jr» wag^Bía, jilulist. *ou*- i’aa- 1
.gis d» ,ja,,--|£^tice,,.3<^íale *qua i
Flfeonomique, et queiqu'ic j
croyabiag qxm_ puf»s*ni_pasñi t
íre íes latís qu© nous aliona f
feignalar, lis a'asdsíant pos ?
mofes, * j
ia co upa das bola de chmií
foge, da eonatractlon, alo, é-
,^JL.düh'eíc¿s„„panme© aux ha¬
bitants d© la Gonave sous des
conditions don! fes concession-
•nauras,- aursorn da' l^at, ex!*'
gealenl Vaccomplmmmml a*
veo une sévéxité inííaxbic.
&t9&¡Bm&eop»
iac»A um
POSTAI^RmCE
HAITI
n¿ danxiemel—
te», a as si atomiqua qn% in
pracií&re, est tombée sur la ta
te des japonais: Cast i'eiv
tréc an geerie contra eux, -ia
i'Uraon Sceiéüquo.,
la situation du conR-í dans
ie pacipque changa du tout
ou tout.
Le Japor: n'esi pos se ule
ment *LsoI¿-*, d est mainfeiiant
«ancerclé.»
La pius grande fecs 'tarrea'
tre ve ere de s© joindr© aux
deux ::'u~ crandes forces ué
-pasr-ém-ex davanlagar-
..«3 ms
avec las Etate-Uníe et
fe Git
nd© Bretagse, contra ie
japón!
Il y
c ¡ongiemp®, dfeprés
SK US.
que fes Soviets prépa-
1 3Ztt IS
ur coup contra le Jctoon.
Rien n‘a été fait a Fimmavrs
1-s, et' *
out ©st meücufetisamsnt
preparé.
I>epL
is cetie nu¡ L un gigan
tasque
iront '.enestre nouveau
est etc
ol; en Asie contra le Ja
pen.
Troi?
:a;ís rail: taires, da ia
flus h
«ufe importance, se dé
qaqsn;
Je cene historique dé
cisión
ne la Russia:
1 —
U ne immense armé©
russe,
experiment-©©, bien en
Paíriée
pour des operations mi
lita,res
mobiles, est entras
dans i
-- bataüla en Extréme-
Orient.
Ce;te armé© russs est
ísupérie
uie á Formé© japoncá-
se, en
nombre, en équipsmeni
et en experience.
2
Le Japón sera, désor-
mcás,
attaqué ©ur des ironfp
ferrase
is, alian! de la haché
ie Mai
chouro-Coréenn© ct Via
diveste
ck, et aux portas ma-
mas da la Chine Céntrale.
3 •
la Cooperation M
re oes
Soviets avec les Ch':-
’ OIS, V
a menacer tou© ’¡es
arrive© deux ¡ Mai© il y avail toujours uce
balance en leur lavour, gul
'Consdíucdt fe© moyana,
plantar laura Ierras déboisiaa,
d'an vendía las prodmts dans
las villas ou lis s^pprovis’-on
nalent
Actueliemeii!, cas memas
"paysana^ gui' n'ont nt :bois" "¿r
bmlar, ni chgmp^ d cultlvarr
n'ont comae suprema r&ssour-
es, que la recherche d'dmas
assez chaníables pour ¿©ur don
ner de quoi recouvrlr leur nu.
' dl'íal
II n‘y a null© ©xag©ration
dans ce que nous rapp&rions
ici, ©t nous en appelons crxx
témoignages das notobilitis
tallas qua fe Doyen ©t las }u
gas áu Tribunal Civil de Si
More.
Vendredí demiar, una cental
re d© gsns, hommes, ferrmss
e* ferilan.te, déguanüiés, pras-
que ñus, circulaiant sur la pía
.ge-da-Si More,- les moins
cuss réclomant i'crumóna,
sous n'importe quelle forma,
la.5 fsmmes portaíent pour
tout vé*dmént quslques hall*
inns sórdidas ct la ce'nture,
leurs ©níants, ages de 4, de S
et de 8 cns, étaient ñus at :‘u*
na maigreur squslettique.
Meas avails pensé d en par
Na 21.498 JSDBI 9. AOUT 1945
DE
Mr Vante
ET L"AJTAIRS
m TEO0FE OZEB&Y
Russia et Japón sent deux
tensemis héxédítaires» en
Asi©, depute plus d’une qua*
ranteríne d’tmnées. C'est do?ic
un íréglement d© compías»
qui s’eRectu©...
Oes cinq demiéras annéos,
las deux Bays ont joué mutnei
lament un© «comedie diploma
fique». 2s on i sign© un Pac
tg;d©;Meutra]ltéen,}341.
Cependant, depuis 1S39, los
L'iíenílons du Japón son?, en ré-
alité, toumées veis les terriioi-
xes qu'occup© ©t convoife la
Russia.
La Slogan de L©space vha¡
du Japón était d’élimlner ^ )a
menace rus.se». Depuis des an-
nées, le Japón, petit d petit,
s'iTililtrait en Chine, at pristei- í Ver' eehmairt que la Gnarrí©
poiemenl vare le Nord, c'esí-d- "1 chrétienne command© de si-
.qnci-Sx font a’e détresse, kmt.
de miseras physíologiqm
üar,cs íaponais en Mandchou
re et en Chine.
L© grand danger, pour Far
mée japonaise, sera dans las
parages d© la Mongol!©. O'est
ae front qui se prate, la miau*
cux perche© des anuées so*
vieiiques.
Si le Japón ne capitulo pas
ce suite las Russes ©nvahiror.t
la Mongolíe, ©t alore, ils sont
immédiatement aux portes de
la Manchourie, du Noxd el du
Cana© da la Chine; les arroées
iuponoises pauvent ©tr© ain
si coupées, sans compter qm
des fronts nouveaux vest etr©
rcpidcment crées par-fee Ch|-
noifs, dans le Hard at -dan© Is
Contra da la China.
Si Far rúe© japonaise essay©
do
continuer la lutte, ©Ha aera
P® dons tine souridé»,
B faut cqoutsr ó tout ceta
la íoopércrtiotj quo !es kan»
de ierre, de mer et de fair dta
Am&totñne «t ém Anglais
»oni apportw mur faces Bw
soGhinoises.
L«s cotes d@ lUs SriWtae,
iâ„¢ cfpparUetissnt crax RoawM,
. wnstituer dsti bsmt¡ i'a
pwatíow 4e $msh> éiwmgn
ríir© v&rs la front ©re de Sibé-
rs.
Tcmt que la Russia aval! la
menace allemcmde en Europe-
eli© a joué au plus malín, avec
le Japón, Mats depuis la capi¬
tulation du Reich, on se.ntai;
bien que, ayemt les main? li¬
bres, fe Russie n© manquera t
pas de régler son petit come¬
te de revanche, d© xeprésa:]-
ics ©t d'humüiation, qu'eil© a-
vait avec 1© Japón, il y a qua-
xant© dns,
Depuis cette nuil, d mínuñ,
cosí faft.
Ceríes, il est probable, et
méme certain, que cede deci¬
sion d© fe Russia a él© convs-
nue d la Conference de Pots¬
dam.
L'expéria'ace de la bombe
ütomique a précipité las cho-
&as. Mais, fe Russia, fatale-
moni, devalt étra panul les na
irons victorleuses sur fe feoon-,-:
Elle a trop d’iniéréts ©n A-si-?
pour qu’il ©n fut difíéremment.
Cfest done le moment poar
le Japón d’accepter l'ult'ma-
tum du 28 juillsi
El cansera tant mleuic.. pour,
lull
LES COUR5 DXTS DE LXTP
smemmsm SECONDAms
Lundif commanceront au lo¬
cal de la Faculté da Droit, Ies
cours d'été pour las -Diracíaurs
©1 Professsurs áXaseignemant
Eecondaire, Trole proíesssurs
d’Universtiés américaines pro*
noncaront des coníérances. On
di© le nom d’un professeur
Lou% Mercíer, (pas celui du
Gap*Haiü©)o, -
La DijectJon Genérale de
rEnseígnemenl Urbaín, aprsa
?©s examens de En - d'annéa
gcolaire* ^ii en plain travail
pour fe réu&slt© • de cas corns
am
Las professeurs étrangars ap-
po^aronMls du nouveau?
Nous fecharon© dfevoír I©
~ > sm coura pour
* leefcuí*.
cabiact des ©tres humains.
II na sfeqít pas de continuar
á clamar dans les journaux et
Revues que les Sociétés pro
tectrices d© l'Ehíanc© pauvr^
íoní ceci ©i cela.
Ce quit faul c’est d© soula
qer fe grande misera des habí
torts de la Gonav© par das
actas tangibles, en fes aidant
©fñoacement
les hommes A... LimZTTZS
Dans un márfega d Léogane
remedí l&oir ou Port-au-Pnn-
ciens et Léogana s fraterni-
saient, beaucoup de types qui
ce soufhent irallement des
yeux portaient des lunettes,
pour s© fair© beaux ©t galante
Une petite Jeagancás© regar-
cant un tencmcier d© bar qut
ln fíxait, sems dósempaier di-
sait en aparté d une de sar
- voyinesr" "sans lunettes ■■ c©
Monsfeur me semblerah vi-
lain.
C© qui est cocasse, on a des
yeux agróables, on les cacha
"áerriare des lunettes ríen qxa
.oour se íalxa voir... et admirar,
LES 83 MS m MADAME
VEUVE HENRIQU^
Aujourá'hui 9 Aout ©si
i anniveraaú© da naissemee da
fe distingue© Madama Vva.
Alfred Hanriquaq qui comete
ses 83 armées.
A calta occasion, §ss patite-
íOs el earferc-petlts-fiis .at sea
nieces ont été oux prendares
heures du four, sal aer fe char-
rnant© ©t respectable vloiUe da¬
ma.
Nous luí aouhaltons, a nofrs
feux, qualgues_ leagues mmm
ancora parml nous.
HülvlOUR AQ0T 45
— cErreur mcrtérfeJfe .ou spl-
niualle*, ü nous faut redlifer,
m dfeant qu'íl y a un
dien qm paralt fe Lundb c'ast
*U Mr»,
Oui, mofe dé© qu'arnvc
fe eoir, sous fe©
fe maBífe s'&ctó
JE&acíe.meni comm© nous a*
ron© ©u a ¿ annoncar, Mr, Van¬
ia, ILnspeciaur Génerai de ia
ligua biQíkmdaá&é, est axrivé
jvGns*hi©i da Curasao, pour
chercha? et trouvar una solu¬
tion au*:" consequences du re¬
tard daps. ..rcjrlvéé. des áacors
de fe Troupe Osaray d Poif-
cu-Frfece.
Noixs crofQüs saroii qas Mr
Vente o fer.gusment couiér.é a
_c© s~Iy: fevsc Mr~ Gchtran
?.ou2 er, Scua-Sacrétaiie d‘Etai ;
cu Départam©nt d© Tlntárfeur, j
En Marga
Dü «i¥CEE
CE JECSES mus.
Une Anthoiogia
D'AUTEURS HAUTEMS
Nous sommas déboráes de
raquetas judicíeuaas da pa¬
rents ©t de pedagogues nous
demandant d'amrer iat.eu.an
da fe Duaction Generals da
i'Ensefegnemont Urbcxm ^ur
Furgones© qu'il y a á éíatiir
dss cours da 6©mo au Lycos
des jeunes filias. La regia veut
qu© Fadmisaion ait leu en
qualriem©. E* en résults ur.
douhl© ermui; las _éfey©g ...sox*.
lent deg etoblissemeius de ;eu-
na© biles doivern avmxi touts ad
mission prendre des '¡egoas par
prss-midi, ©I .qua, ce me- • ticulieros d© mathématiquaa et
da, cccosapcgné- da son evo-
cat Me. Georges Léger, ITns-
c.e ©cianeas pour ©tre
vecru du programme
fe 4e-
p&cteux General d© la Liana [ me du Lycée des jeunei Elies.
HoUandoise a rencontre Me.
Duncan, avocat da Mima, Ma¬
deleine Doer ay.
Une io.h he plus, nous sou-
haiiors qm- tout s’-esrange, car,
en ..ce- pay s, co-mmé ©n toa©-fes
cutres, an rnauveds arrange¬
ment vast miaux qu'un pi‘>
c©a...
DANS LA PETITE: INDUSTRIE
HOUVELLES PEREPECX1VES
D© nouvellea. .perspectivas
hohzonL.a. la ;p©iito mdushl©
dahonala, pourvu que les Ré-
fegsé». s'qca^pcaent pas tout,
¡j sfegii de certaines ofíre^ con
camón! ¡'exportation áe tresses
en pite deslnées á la fabrica¬
dor- de soulfers en pite.
Jusqu'á pressnl le Gouver-
nemerd La pos envisage i'ac-
cord^ des psnn.is d'exporia-
hóB pour las trasses en pH©; U
aníerfe plutot proíéger las ta
bñc’cmts d© souliers du pays.
}£ais U se treuve que Formé©
demiara, node industrie de la
cordonnerie a exporté des sou
líers en pite saulemenS pour fe
bañóle sense de Guárante
Mllle Dollars (or, 40.ooo).
L© icrcport seiaft plus consi¬
dérenle si nous expcTÚons fe
m abare premiaie. Nous ufe-
vons pas un maiéríel eí des
techniciens adéquaís, e'est pour
quoi il ssrait rnieux d© fabrt-
quer ces s-ouliers Unfe, Cest bien de protéger .as
fabricante de soulierz du paye;
rnais le produli t¡& s’écoulo
pas» car fe production des
soulfers rife pas été standards-
©ée, ©t Fart'tís nfest pas au
goút des achetaurs aux Etats-
Uhs,
Dono, sous cat angla, Fex»
portaüoc das tresses en pife
gerait á envkager.
Nous y reviendxons.
RALEETE DE PENIC3UNE
La péniciline est un produif
phqrmaceutique qui a fait sas
preuve© deas" tous les cas d’ln
fecion el autres. L© Service
d’Hygién© ©f nos cEníques ?H
vées Femploiant souvent dans
leurs prescriptions. -â–  Malheu-
reueement ella aet davanua
rax©, cm foma-ci dims. lm Phar
mames' de Fort-au-Prfece. Las
principaux agente dfetsibuimjiü
ó© c© produit cttfend©nt-ile des
commandas, pour da nombreux
cas de maladia xécltmml son
©mploi? . •
Ux raraté 4e la pepfeliínn
i-ct ©si í© signa évidenf qu%
i?'y en a pas sen pfem en Pro*
vine*.
SoubaEons qu'il nou« an «i-
! il?#
D'oü das freís que les parent
peu aisás ne peuveru íaíre et
des sujete bien douée ns oeu-
vsnt s'ltiscxire.
Les pedagogues Je leur co¬
lé soutiermexxt qu© fe prépora-
Fon aux aludes secondaires
commence des la Sé me poui
permettre aux sujete dfess¡mí-
ler prograssivement .¡es ele¬
ments basíques ¿e cal en?.e;-
gnement C'ast dfeüleurs fe me¬
thod© adopté© daxte lr-s ¿ia-
h lies emente seconcairss de
caxgone, prives ou pobres, ir
\ y a. done true detectaos.-té dans
fe fait de taire commencer ¡es
¡touts- a fe quaíriéme pin -t
qu'ct la sLx:éme.
Ces raLscr.nemecís sor.- á u-
ne tells evidence que nous es-
péions voh la Díractio;; Gale,
de l'Enseígnemeni Urb un !es
r.gréer. Lfenseignemen- s^ccn
tíaíre pour les jeunes fille3 est
d'instítution récente et vise sur
tout a réparer Ferreur c ur.e
hop grande d hérence a© for¬
mation entre les hommes et les
terrones d'Haiti. Persister dans
la mesure adopté©, c'est con-
damner des sujets bien ücues
íu sexe féminin á ne pas ac¬
ceder aux humanifés, faum de
moyens financiers suLlsanv-;
de leurs parents pour -eur pa¬
yer des Hegons parttcuF-ór-’-s
en vue d'acquérii fes con na.s-
pances basiqurp ipdisparisa-
Mes tais Falgébre, fe géemé-
P,fe, les sciences des la 3eme.
Nous ne sommes pas assez
riches en éléments íémínins de
réeL’e formation efessíque poar
limiter la clientele des eludes
secondaires dans noire Lycée
de Jeun^ Filies.
11 nous est revenu que les
éc¡©ás áe ¿a D. '£. U. p¡-£?pa
m actueíiemeut une anmu.o-
í gi© d'eoíiva.ris híuu-ens Pus-
; t¿n¿L5 a Tena^jüernem pr^-
I rnaue et seconcicnrn. Le H. P.
f i'Qj&sm a deja une antholoxj.e
tifecrivaíns haiüerm qui est un
ouvrag» d© baúl© valeur, pour-
quoi ce double ampio., n ©út
été plus saga dfedopter i'cu-
vrage du R. P. Folsset. M:ns
comme nos «master oi.» or. L
la mdhlé" d'ínnover pour pou-
voír touíour-s -diré «c'est la pt¿-
miére ío-s depute 1804*. nous :
crtiendoite leur ouvrage au; ¡
sans nul douíe, reílétera ifen- :
scignsmen? de -a péáaqoq'-i- ,
de FUrdversíté de Columbio...
UN PROJET MERVEILLEUX
Le sympcrthique Directeur de
la Compagnio National© des
Chemins de lar, noire ami Paul
Hie, avail prte 1‘iiifeaúve de-
consliluer une Société en norr.
collectif, qui se chargerait de
construir© una route tourist;
que conduisant de St, Mar: j
. Goyaviar* (dstance do ¡n
kiicmé'res). On y aveít méme
mis fe mam. Sí on rv; :
poursuiví le© travaux. ;¡
ne resterqif plus aupu;
d'huí qu'a bctfe des mal¬
sona ' dfeabFfehon bu" Fon
úait, pendan* l’Eté, ;cu;r d un
r.on se '
ristes de S
js en
a y
de
intéress
ses env.ron'
>ns d Paul El
eprenere son
au
ce
ENCORE UNE ERREUR
MATEMETE DU «MAUN»
Notís aimable conifére «Le
Matin, décktómenl, fioiia par
battie son propie teco,ti dans
¿e* «exretirs maiérseBeaí. C'eet
aiíi&i que dans soq édli.ots du
iour, désirant rsiever oe qu'il
voudrait étire une extewá d®
¡ioír» part aprés que nous a-
vons pubíié híer des oxplica-
¡ions da M». Ed. CaawgfiOr,
Sacrétaira GénéraJ de Ib Sos»
té Américano-Hattienne, au sp
Jai de jiotre suggestion «tan¬
ta fondatioá dea -Sodétás ¡ jours-ci d'une nouveil®
des Atate d'Haiti á i'Ecar.ger.
tout ®a appuysnt atare sugga».
lion, itaitribue i noire cotitt»
«Haifl-íownai-, i
None Tottioos bien croin qu®
ceiuifa, cotawe toujoui», no
BiSJKjaera pa* d« «raid» á
César, oa qui est i,. César*,
st nou» xeatensiam noire con-
énkr* kla Hutía» d’trroíí tir
y«|é
té d'círacMdo appelss, si la»
résultBis soni cqnciuants. d
sandia de grands «arvicos a
pos deux Usinas á huiio. ta
nouvatia cttacbida paúl four-
nir plus d’huila que ie colon,
ta bassoUaa. Ja pistache etc
X$tí qus rexpirtanca muro
aboutí nous tócheren» d'avoir
éu twMigamañtsí utUai &
w
tine v;s te aes ¡.enx. me-to n \
lout en ceuvre pour le fu re â– 
cboutír.
Au surplus, cu sera un ¿x-
csllent piacamenL ¡«s ierre-» d€ .
Ooyaviers se ver.dant á hen ;
LES CHESTERFIELD ARR1VENT
Par le dernier bateau arr.vé
fi a été ragú de fortes quantités
de cigarettes Chesterfield.
• Les tenante du marché non
e-xigeant jusqufe deux gourdes
fe par cruel de 20 son-t forces
da stopper.
j Pourquoí ne pcs, tout au dé-
í but de Farrivags, prendre dc-s
mesures pour empécher le síoc-
hage ©t le «black marketdas
Chasterfiald?
UNE NOUVELLE VARIETE
PABACH1DE
La ©action ¿.‘horticulture da
Damians fait Fexpérlence cos
8* O» BOX A. IBS
pHONBSt zm» m
SCéme ANNEÉ .
SLSSBr:--: rrtr.rt—? ^
Block-Note©
Contrahement á un© note
rnt.tultfti.' «Deux ouii.fi en col
Ifeioa», Mr Audre Goun u fail
«Ifociuer a ses ira;& les répa
ratíO/Ls a «a rnactune, a ici
voilusa úf Mr. j.::
Pair «.Laura, .1
enictí íu¿» pa.i lit J,
re
;;cqi
a eie s.gné
au Buteat
désistomeni
>nc I'mlormaLan
ns fes autres dcji
Le service des Autobus he
-¿bon-VUfe v;ent da fence?
sur ia roa;© «Port-au-Princs
• Pet on-V;lle» un nouvei aalo
os flambar.t neui. Cette se
meune. un auite sera aíítíc‘e
iclement au méme réssa c
Ce son! des voitures réalisées,
jusqu'á la carosserie aux Etats
Un.s. l'usager á ie confort
fe píus large pour ses cinquan-
s centimes de gourdes, Cfeal
ard mieuxí
Nous signalor-iS tant á Tai
¡fe-uen de la direction de ^?a
tumo-uf:?» qu’a la police, le
mnmhe ;:or des tickets, qu
buic’-onne a oeux pes das qu;
:he*s de cebe salle de soema
c;es.
Anives á Fheur
los deux .repr V;s
Tarsrés-'mtd? et d-
tíxaa pov;
aUons da
soir, les
fes tickers
ERBEUR.. MATERIELLE DE LA
PARI DU «NOUVELXiSTE**
â– ue
Loa
intéresses qui
l on du colon
ur. rae-
Uívenl ¡a ques-
cafeíen nous
qua y a uno
e de chuíres.
ro’on cotie an*
née it a ¿onné qu© 3.5-QO ballau.
D'aílleurs, fes stattellq ces oí
hcíelfes auront á cifea ia vér:-
fe lá des«sus.
Dire qudutreíoia, nous crvtors
des récoltes áe coíor, quí dé-
pr.ssaicnt 25.000 halles. Méme
Faunae dernier©, la récolte a
i té de 12.500 bailas. Caite an*
Ttée-cí, settlement elle na don-
lié qu© 9.500 bailes!
Quelle sera la récolte Van*
i.ée prochaine? Et cependaut.
aut-il recorínaiír© qu© jamais
jious n’avons eu tant d© «Mas
ter Oí», de technicians-agro-
tomes, d’agente agrícola,
etc, etc?
Tou! errrive á qui sail atten¬
dee» dit la sagass© des nmioas.
Attendons done, at nous ver-
r^-ns, pt!ut ©tro qu! salt? «os
récoltes de áenrées de com,
fellas que Café at Coton, auq-
jrenfe? mi F.eu da dminaar...
Metis ei\ attendant, nam »•
romprenons pas comment dans
ks autees pay»» mime le*
plus vofgiüs, tes ¡saaemnitfe
écokes na font qu© «*f3t**sa£»
Far, temébt am chm noul, efe4
fwt ^ felt Is uoitfeslr#.

Wm>
"'■í¿'Xk CttMOHft
d'fixprttftlori Crfclt
fatts-BBCs* i* 8 Aoéí 1®45
â– TCSSr'Emsraawir
&««*« da Jotrad
- * ' -:.. •,
*♦ to tmmmm-t
’• ... .■:.... •*■
L: ® j&sl
fzmsátm® créotofi» ' • ~
A LA HÜCSM *ignM» .rt»
«? ov®£ alcance, Abofe* u-
u« b«*o l'obc!#»"^» «í *cn* »&*-.
te-as ésfflrm# ios® Asa#.,
ettE-etSSf:—©««HktaiSí-
e'swt m grasara#» oépj*»-
meat, £f«t pfa» Mm^oswaS
s’éiersái» — dan* un árthaW
fe — *ur u»e chafe® Isnqtw»
eour te® ear®s®«® cbaioyai
.tn..&tpxgAfem. J;
"mvsmsí t’m fe smb> «»
| se» dfettÍMíinfe, m qu» ee íij
í safen? na point d'hotineux d*
í poeeécfer ni» jk»U» en dnc.
Htlf
tüil
es i fe*
haiwas 4» tome!
Ss tes parte:
Me» &nf, mÁú
Fammuto A£bssf
l'femn^rter a la ploma sur tí» | O qui á répoqu* représenle it
¡ une gross© altes (9110a pa
1.9000. cdtoi), un ©bfet cto.tee*
pdwíKítrc, cüs; Is batir® crvcc
ois-anc© ®> a pierio ccyfirr©-
BOBOYS: R®prés©r.to un
typ® g\*i m tez?®, sí guí
par üúh'sizm ecn copabto dtoc
complir a lUnsfigafior. ¿®* au
fres un acto qu: luí ©tr: préto-
díc.abl®.
PREND OHALNT. C caí se
paa pouvotr ¿s» zzCLtziua \(y~&
qu'em K&t f/O'zz le roup do *s
colé re. Ctost ©'©moorter.
XINCAK?, 1! SC77 CARET.
C'esf craindre d'afironie-r une
situation qai d'cprés soi com
pórte quelqae pért
qutoe lieu totolks
0 rílistar du caret on va a re~
emons.
LE MAZET7E:
^ type cc'Ai
au: au jeu per:
c-, ©¿cediere’4 a
perd gzgi.e. qu. ;.e £
s‘y prendr© poor :or
ces dar3 la v.e C e
toes© au matoxx.
i £ y. ato:; - --
r- t >•> b
b t
i une p&Ue teme, Isurs les rendalí tras Eéres de
Isur p&xmm&, au point qa’e)
les ne s© commottaiont ni avec
b-s tétes caldea, ni oree les
sans angnin, ni avec ie« bn-
íiurlerB, ni avec les sai^ le
Bom. (I) Lours amis étaisní
Ies grands néguea Bote Verna,
les gens da high Líe qui a-
v®c !©ur ca&h down, leía ar¬
gent en mains ótaieni les bierr
venus, ©t l©s souls automés
et qui ícó? " cr venir faire le «dodomeya-...
prendre lecture de tout le has
ele Ja robe d'une jeun© filie,
lorsque afis:se, ¡a jeune líde
tevell’e pci&:::assd2;::bur:
lambes qu'elle lien? en-
írouvertes... cans )e bul le plus
Represe:,4.©
í e* qz.^:\í
to» roars el
ove; 9 o-
Sí
jouvemment d'exciíer. á© don
: ner du • .¡na iauelie» o ceux la qui en
: tor© hésitaiíls caxesserareoí
u:s _r,í£ tons ma'-dmoniales.
S, O’J ZO CO SI O U PAN
SO PArC Le.4 une expreu
r.O’ ^rr-.by^e d - e tapen lm
P^-r-o 2 -r.1 « a: - cu; abre
c o.- ní^'eu ~ * er. jeu;,
v v'j 4 *» jo am, sur
p* r s ’ £■
q-rcc
TT'S ruRFE
/A
.r.ac-en:
re-wr
rabie aans
CV04 * -
To *â–  v> ~
CT'J? ^r.
t>r cor. ,
re tille.
JÁGQüOT
importance. Cest ur. crup
ce zc.cp-~c~ de re cr-, e: : _
i?.,:, vct .u. casoav. dss oos
á 1 oreu.í'. c© sor.t iu tace e-
cdioo qu or. lar la*: c es: -u
re un la trance...
UN ZOMBI DOUCEMENT:
Sst un rype qu¿ ne íait pas de
Bruit, qui n/aime pos les es
rlandres auíour de son ncm,
qui íait les choses sous le
mantean de ia ebeminée...
LAVE MAIN SU YE A TEB
BE: Ost perore tout le Iruu
des ava^tages acquis au prix
de becrucoup xk saariEc^,
c'esí ne pas profiler de ces a-
varrfages par ga propre lauto.
C'est avoir trovadle pour des
pmnm...
AU FMEITE CHAHTANT; Si
qnifí© d la premiere heure, d©
grand mertm,
TJTSIB BS5TME, T!TE TU35I:
Cfe »ni l«s préeisttss® rídicu
1*8...
LE GE CHECHE: Avoir le,
fé chécbe, c‘«*t avoir une aa
<3ac» inoule, c‘®si avoir du iou
j*i, c'sst u'avoir pos feoíd au*
yeirr, c’e:;? no pas craindre 1*
^u*on diradon. Gfeui uu
,m¡* g«no qui ne craindrait
pos d'éaisr son impudea, s.
laraafe l’cx cfeion su prénsit-
lait ait it Ivi fasdxaíi te (aire,
J£ STB® BAYEt E*t ua
nwt emptoMé á la langa* an
fíat» nkjaüfeni: S* poster
qs»#|a* p«pt #«ns dfeempa-
rer, noli darlo Faltaste qu’as i«r»c !®qt£«I «aia r®n-
*t dcfflt on n'aet pe»
ma, ®oS icen* raflfed# de ce
Jai qui if¡». qs& gs*tt». Stand
tey*: cfe«t fa'n» fe piad de
pa*» Sm<4 bofa: «'**» «rt
c.i a* ce* ge
■- ,'ír.t bs pre
í-'o~L s r,otur<
qu* a orditia;
rus sur leurs
irei: es. 21m at e u r s
oc. o' rood leu.» orteuo
-v f ’e .ere” 'J,ur- c force
cm ’•-m"'4er »uv a '-ra, qu'.ls
- ^,^r4 *>*bc*€x : oaüou rus
s’ duieruent qu'uu Phüo Reí-
j’ er, ou un Verna.
" LE COUCOU ROUGE- Est
c- cr. de ra L©irer>t précédent
? hcl.xL d-. .a vicroire. C'es,
r rr *auce aux tuembres
2 un méme partí, en vue de
reumr toas dan® un dernier
::Uort pour courir sus d reúne
re. qu tracué ne tarde pas a
erre pr.s. Cela rappelle ur
peu 1© combat des tzois Hora
tes e-i des tiois Curiaces, avec
cebe diíiérence qu'ici 11 s'agit
d'un jeu. et que ce sent Iss
’Curíaces* qui ceHe iois ci
t-iomphent,.,
i£ «CACA BOUBíUQUl
SOURIS»: £si I© synonym© de
ítou papítt»: C'est une eaprea
£.on qui doim© a enteadie
que Í'ob no craint pos les mé
aqcqs dont on est robjof, el
cu© Lon regard© comise ds
£.5 ríen n'éfccdt. On. £0 .soil é»
gcáemenfi parait Xi de cefie
locution pour burner quel
qxx'mi ©a derision, £n e^ef,
1© me souvlens encore de c©
dimamrbe mémt^abk ou TE*
quip® do ioot-bdll Saint Mar-
toise devait muconter 1© Ha-
d© Pcs1 r®Aem©nf lois Saint^ Marcobi
kieaiom du tom tom autour
de cette rencontre qui promet-
imt d'etre sausafionneile. Au
point qu© par 1© truche merit
a© la radio, lie n© se. toleais.nl
pa© imito d'armoncer avec fia
cas leur vicio;?© certain© sur
to© gam du Racing. . Oye¿
done, ik eacomplaient mém©
retourn©? cte eux m irtom-
ph® avec l« fi-o^ées de la
vlctoóce... leur mastique d# Jais
oníormedí déjd to chant de tour
exploto eí c© íu! & ce moment
préds jtoüak atora «mtot
un cabicha» (fcdlato atora
« 3 hornee jp. m. — qu© festón
día do mee gcelltoo un tonal!
que du ftetof %*émm 4
Estrés 2$, SO, 1.00 gds
d 8:1$ toes
Bu lére partto;
£3. Tomb!© Sargento
.:■&* to®
w^teaE;'r''C&
os ¥anel Yvetto Ld5an4
MICHEL •STBOGOFT’-5
&dréo m im 1.S3
Vesdredi á S brea
E?¡ lera partí©;
EfJ&rminaáa? d© Rafoova
En 2ém© partí©;
Paul Mtmj ©I Anna Le® dans
iss cxüwmiXB
ATTAQUEOT A L’AUBE
A Columbia Picture PzadvíC
ton.
Kntrées 0.2S, 0.H5 et 100
d S hies 15
En lar© partí©:
Actualiíés Olympiquee et J-
riversal)
En ¿eme porte;
Altb'TL rameo© 3áx-V ?
re Larquey dañe
TÍIIN DíS MARTIGUES-
Ecíré© l ZC l "I, L TI cz.-:-~
CIné Select
••©udr a o breo
£n lere parda:
^83 Cartss ?o«tsto«
En 2eme para®:
Claud© Raa s ¿a4 =
I L'HOMME TO2LE
í Hcillucinante production is
i a Universal. tes progrés de
! c science a i’écran.
í Eatrées: 25, 50, 1.03 9Í©
i a 8 hr es
; En lére partís:
’ Actuadles Olymxñcrue© Usiv©”
! sel.
j Er¿ 2¿me partie:
I ?. Richard WLm. Vera Kare-
' re dar.s:
1 AU SERVICE DU TZÁH
L amour xxxssion cu service
de ;‘©xa'.ta:ion pabict'que...
Enae©s 50, i, et 2 gdes
Vendredi a 6 bies
En lére partie:
Broadway Malady ?
En 2éme partie. ?
Charles Vane! dan© i
MICHEL STROGOff i
him d'avenfiires e4
Paramount
t«É •* |i l;II hmm
Attt KVX va*ó£6
ws Sitia G»bo
Et±4»% asi
-y«¿2Skü a S"Siaá:M
rm WAY AU. KLESH
{raaiion ongkdM)
av*c Akrm Tamiroí. Gladys
George, WjUíma H«my.
. d:ct: í dars* r,*o;.,»s:»1
sonsation-..
| n®ie Intep-élé© maglstralé-
.ísitoto©.....úu:om..
i psaMm â– 
I Sbsré» -
j t SUS tota
¡ E” !ér© pardo:
I RSTOTR D£ CHANDU
; ?©m© ©V Boma épisodes
? En 2&ct¡& partite:
j YOUNG TOM mmN
[ {sous tifies frcmgais)
I av©c Mrckey Ronney, Geot
í q® Bancrato fay BaInter
I ... des scenes d'un patijéü
i qu® a to foU aobr® ©t tkjoií -
: reas na® oeuvr® de i&ndxes
s® d'humosi et cTémofion..,
Eaaéo Gónéicle Gd. 0.60
BLACK FLAO
m nt MMXMMMttrt
Eíficace^ une mort Cértaiu©
pour les mouchrs* moustigu©©,
blaties, fourmit, puhaises, mi
tcsT Block Flag mí un msec
tídd® megiqu©! Ctosl l© W
hkma¿ ""Sm "ifisécí rá! S©''Mir
eu liquide m m. pondré.
fiiaaa©. ,rr:.:y, -aae. c e‘.e m
rio ¿cois 1© r®r arefie de la 20-
ne áe p.rcrecacr. des sources
?L aisar ce Ter s.er, caris ti¬
la® ®a «Ec'c ~eser,’€e>.
e. Ié przx ce Ic vente est ce
Ce4'! Claque 4e e: U're Gour¬
des 25 30 G. 15! 2;.
Cea© vc¿®ur o éts? consignee
r la Baaqt.- Nahcrale de to
cu proms'CT© crur, touletols.
“ © acurra ’ c -ecevcT que si,
'â– 'c. s _c c .a r.e Un Mols, au-
-■*"<5 yz "idon n'est émis© pat
^ oe-c
Par a_ Rr r c®, .1© 4 Aoút 1945.
Un ara:
átomciir.
Entrees 0.30, 1.30,
1.50
;
a 8 hres - -
En lere partie:
1 Don! Remember
En 2éme partie:
Corrradt Veitíl. Loietta Yaur.g
dan©
LA ROSE BLANCHE
Magistrals production de to
Columbia.
Un him puissant et rempli de
tendresse...
Entrees 0,50, 1.00 et 1.50
AVIS MATRIMONIAL
Le soussigne, Emil© Mauri¬
ce, demeuraat ei domiedi® a
Fabre Se section rural© d© Y An
m á Veau, dorm© avto au pu
bbc ei au commerce en géué
ral* .qnjL.iitost.. plus....respoBsa
hi© dea,..actes d© son ¿pouse,
rtée Oxémise Andró, en alter-
claut qu'un© action en divorce
lui solí ñiíenté®jpour cause dto
dultére.
Fabr© Aout 1945.
tonii® MAURICE
UN HOO#ÍE BIEN HABIL! E
EOO VAUT DEUX
Te: est 1'avis ds tons ceurr
qui s’hc.biLsrfi era *Bazar Pari
sien, me du Magasln de IT
Aussi, MM*. ..lee. ..Elegants... q.o.
prendrorfi-ito ervee plaisir qu’iis
y trouveront de magnifiques
ttosus anglais d© touts aaxi
ce récemmení reyas.
Ftote? Reme une visit© an
* Basar Parisién » ou J'acceur;
to plus cordial vous est res©"
ve.
comment est voter
VOTTÃœRE ?
Patees, trieyi lu
píela» poamons: Ha, «Caca
Loumque souiis r.an maché
Bfac».
E1 maímcaam.mo!; che? Mr le
Bímctatir qu* faí ¿mi d* racco.-.
Cío redoler amsi qu'un* Male»
reo luíec, mainleaont que j'ai
ini de rendí» toa* moa ju*
d» *uer soag ®¡ «au). u'ayant
™ fe íi«ld d'un Boro...,1 j® »a
» daos ma co^alH® ¡Madre
na midi, íj* centre dona moa
-*om® jMBd» un p«a da re
port non sema vom dk»; B&r-
e; Potro».
Le redime amí da votre |our
not Signé; S...
Cli C'éWt á Ja vériJé de groa
á pmi
SIMONE MMNrtWT LA -
BEATOS DE VOTRE VOITOHE
Si votra voitura esi sale et
■ manque ífe brLlam. doñees liu
US traitemnat de laxa, de beem-
. fe enrec Simonis Kieener et Sí
araná! Vr*e voiltir» mpxm
*a son Iciat origina! ©t nata
»¡ el eerd protégé* centre tes
***** dévcwtatew* de fe pfeis.
du cois;! *t de fe poussferr.
Serves voy* de Simonía, poor
fardar vos® voltura loratms»
«tifeik.
SEfiWK-voifs i® smamz
ey ííAai^a: votm toim®
11MJ.MTS
*«SE0BS
VE ¥008 AUKMEZ PIOS! .
Pour la charge et !<*» téparu
de va® ba'tímlm, consul
tor !'@xp©rt Déméfiiu» Price,
aít Dé,mé.
On rópsr© amm Im ctodksofts.
hdxtess©: : Grsmd'Hue, No
U4, en lace d© Zépbhrm,
XéléphceM:. ,3387.
Planteurs de Nolx de
l« S«iti
Products Co., S.
ACHETE TOUTES OÜA.NTÍTES DE
QDI PEUVENT ETRE UVBEES A POET A
8'ADBESSER AUt
BÃœHEAU DE LVS1HE A BIZOTOS
♦ man »?r.
BOÍTE POSTALE» A IS&
PLAHTEOHS VJSITE2 LO SINE A BEEOTON.
lUfc
Mrm. mí m m¡3}
A L-ATTETOOT DES OUVHirflS CHAilJ'ENTEíq
E2XCTRIC1EN8 *
La Makon luisa Forro»? a 1» plolílr d’ariMr m mxsé¡m
en cliente!» tañí d« la capitate, qu* dé Ja ; .»>*.ri..4 '.l "
fíen! d# r«c«voír de» icfteíí»» Iré» eantertefalea, de
sufterisroi®, á «ntemlon de Zi et 37 pled* d# hosfe#, Ag
JULES FARMER .'1
67, Bu* Pont» DtctoadbM,
Phcmm Ma.1 XtOt.

:
10 MeiU«úr Me2ltor ptcaatmcM
via: source de force
hU. MUtl Caoll, Mil s?t
Vis Csr.tt, Mí, ¡« tentar !*■
;s Cénit, Mr Jterti Mdm¡ ít
Madama r.éa Ittóo Canta, Mi,
HtfflS tWW'*i Mu*, mt» 0».
teír aa Coa», Mr. at Mas». Jte
?9!e ^ coavaitseeat* ' *: â– 
Seat te,,«*»*» *a fots te jamroma* égécs
_ fouf *» «onu»*U profood _ _ .
fóáí saraos*®1' ia 1et8$B». : , • , ■ v ,
aüsat «Ü¡&|Be me iaoidtessta, f|
©#•»««! Tradlug Cci
Disraacimm Foui;:.sftm
totea Coate, Vtfnt*. «cilio- han'
Baptists, Mima, Anna César re-
i mardanl Wan ateckemant te
< amia icmt de fa Cogitate cp»
á® la piOTtoca íjui teta eni te
moigaé da ta *jrrajw8j|* 4.1'oc
canten de ia mart da tear ?©* -y
tfxssé Ftaagoit Coate,
du© ten jutSlet demisi, at te
prient de croire d tear viva gra
itede,
I
¿¡¡¡List
i
s
LI CEKEALE QUI FA IT LES DXLIOM
DE TOÃœS
KIX
Spédalemerri Preparé® par la GENERAL MILIS INC. • ' ••
: £a vfeme dime tout&s Eplc^sa eí te
L.Preetzmann-Aggertiolm
I»»»
BKÍ
MSteon Co.'íttu Pítt-Four, Ni
Hau-
m fÉ *1 rt r,
uescnption de
l’Atome d’Uranium
Sennences
d’Oigncn ,
.mXOW BafcMUDA.
cbasBJUlET *
IS4, Roa'Mowin 'de'JT'- '
AvW^líiipiSHfíf
Bcrpp«te*-vaa3 qna pou* go
50.D08 goordes de te
» i'Btot Hoittan, i]
teoi o aboud prendí® son billet
Mota.MjfA Jt&rtr»s*8í*,j>i ee
i Jtesá añil» M. Demta-
te? Oié, steiniiwds* wtes ¡sil
, * c (' : Fljntie M. Beedurjog
151 iitw da «¡sbá. Motea
Si Vans Etier 4 Má Pías»
i’atéina d'uraniuin doa< dea 200 yarda da diamitra cou
biUloaa at da> topbna aom u ' varia par ia bomba «Earth
titeé* da» ia noavalí» bom ‘
tm atmk¡m «at- -«ampo» m‘Mt ; ,
gwdtent ~. ái¿Bf é’m no- bomba atomicp» aa «
Vaseline
9 au^t bímÉÍ 9 0
oale t>g rtrmoLg
'>» a. ju,«- ¡' 4 ^
MMD/cMfr m
ftr
-
% tmotm
tae da la aévelutton »n tea
de te Chambre No, U
AimuxdUteMW en cas d®
pasíisa, tm&ia-vtsw i¡ cette a-
boBiie poor répnrer pnaus el
ehoíídB» ó tar. On service es
aa tafia» de vt^anisotion ei
,d».,ías»i»l .Siarvioa, dfi nuit e:
da pat.
LA SEGSiCE
m,..
Toatea te liquatua,
Un Rhum son® pared,
rom as pasfums
Tous te sirope,
Vine Mane sí rouge, Modére,
, Créase pom le visage,
Pondrá de rá,
Vaseime, Secrteur et teintur®
nafre poor Chaveux.
A VENPBE
tetan®®, ladree
"Noureliistei.
e, M^er ca*m
va® achate ches
ama
. £xx2É‘ -t irci:Ií sdá#e* «l «ide
^•4Hk«6ír.J TÓsar“íá|íií'
i«bt %w te ftsnoa itítiim m m*
í>,« !« K8i« Í léVOÍÍ í« SBS¿ 4* U£t (i
íf» doa?«»íf ÉB^cakífí*. Moa# iwtm,
tete ttífefee», lite» a t«4
*«« -daí. avoa# «auaí si# m.#aí 4#
«t^tetets -rt « mmuM M dtp
Pft
«?« trosTí ga’Ü ct« «ceitgc ¿a mal
á# í#m, W ín:#m,
*4&mi mu «.íítli'tf ú'momu: U
"?m*!:f "4¡r'ciúe aú nt »*«*; ¡ú-^M
áeptii# q»í je ¿oawi* ¡‘Alka-Stintr,
Atízjva-i itufé AilLi SCI V’EfV
N&ñt Poaí^sól tu pm*z-fea* p** aa
piqatl «sjosid'haí/
M&emax, á’an goéj *gmí4«.
Alk»‘5*1««í row « ptlwst# m úm
iím^tiíba*.
nON N, HORE, n^uibuma/
Col»
te fotüiios... es dtedtkcmt
Ohl necia» da Bídttmore
ti ton goflt .te* ..al., pteaemi
y PEBRE P, BOUCHEKAU
Saprásentant Excitef de te
«SOYA OOLA JOMPAffiTi
Sill
«las^cSdd® EXTRAOB0XNAJ
j£« tu® insícmiaaémsEi Umuu
ií©2, SaveíB, Larv&s de Mc-us
quQs. etc* «te.
Es dép&t ms RHUM CHAN».
PION G. 1.50 kz
yau c*z&aL Les , él@ctraas
^35l maMmm dam l&m& m
5lt«¿ par ?®etcUon á»Tá“jfaí-
d'ékctricitó positivo de ce
uoyau appelé potem»
C3iaque «rióme est si mini
sae quil en íandrail plusleurs
xniHiarbs réiinís pour égáí&t lo
qrosseui de la polnie d'une
éplngl©,
Quand un otorn© dWanium
fail explosion ü m subdivide
pn á&ux parties apposlmari-
yemoni égales. eí chacune de
vient un alome complot d‘un
élément chiíjíique adíéumt pe-
semt a pon ptés la rnoíüé tíu
po;da de ruranium, L'»(xp!->
slcm d'un otóme d’uran:um B
bére 200 millions da volts-iac-
iron.* d’énergi®. Dan» une
bombó atomique, un nom!,'e
o#iíronomíquo de c&& oloinee
íoit expio&ion simultoném^m.
La surface d’amuhüation de
a bombe alomíqu© -- sur? t-
â– Z&Sg&f:
ce destruction complete et to
(tale d'une torce indescriptible
- peut (acüoment couvrt? un
territoire d’un mile de diamé
tre, comparé á un© surface de
pa» a eerie surface d'nn mil®
^ diamétre; elW e'éteá jt...,
plusiems míles au düS 'S““
moli&sanl lea édifícea, semant
la morí' st la paniqu®.
te «Súrtaos d'anmhíkrtlon*
déstgn© un© surface sur laqneí
1© s© produít la destruction
sous sa forme la plus compié
to dos édrficas ©? ám Itrss hu
matas,
La force explosive de ia
bombe atomkju© n@r d'envi-
ron 2000 fots celia el'uno bor*i
l be de 11 tonnes, main la xé
suítanc© de l'cfír et l«a vi>í*ict
de.s raneantrés d la ¡uirl t „«
du sol Jlmítent 1« zone d'anni
, 1;batían a une surface fveu
I moíndr© que 2000 fob, ?a
kt t, les rap-porn; les plus ap
praxlrnatífs' HmUant'ceUft mure
ce d nu morns díx foís calis
ó& la bombe do U tonnes.
Evídemmeui, les ©ífeus des-
tiuctifs de la bombe rrtomique
de b
rnaniore et de 1‘endroit cu se
produít Texplosion; ©oit quo!
is a t leu dans 1'oir avant d'at
teindre se sol ou sux I® sol a-
pros lo contact de la bomb©.
SERVICE
-ÍEHEPEOCHMLE
Assortcmoiit incomparable
Proyislons ARmeélaire©
68
pan mmocm mzm
Aaste B»a Psvé»
•t do
Piaos© ü
Antiparasitoj
Remede Efficace centre ie
pciudisrr.e Aigu ©t surtous
Cnronique.
L.'.AN.T¡?ARASltOL serL co.m.
CTEST LINPIGO EN BOULE DE QUAUTE.
¡e advent of in'ento* onal áir •
throughout the Americas, many
•'■me»* like fose had to be con--
1e „ l _» rcr!o bare living by selling
“r: - a 'c neighbors and occasional
t':/: • ^ Tee market was limited—and it
’u.s £ - .mccssible or-diflicult to sn.p
to r. cx‘ens.ve distant markets.
Then —„ „sl a few years ago, many Joses
watched, as modern airports appeared
like magic in every country of Latin Amer¬
ica.."What changes will-ail this bring to
my home’", Jose thought. He was told
that Pan American World Ainvavs. would
soon fly giant Clippers from Inis newiy.
kudr a.rpcrt.
•HI
, Jos© watched the first Clipper leave "his* ¡
r]^?irPori ,.. bringing it -within hours of Rio,,1
i!rlew York. B. A.,.Chicago, Mexico City and
f oth&r great markets—making it an impor*
jtonf stop on air-routes which span the con-
; tinents. Jose's market expanded too—and
the products of his craft could be ©old >
Hh?n throughout the American world.
A i'achat, á ia revente, comme á 1‘usage. il ny a pas
stmplemerit 1© procéd© machinal de l’échang© d'argeni
centre une merchandise; 'usager á Lassuranc© qus ¿ in¬
digo en bótale BLEU MONITOR est un pxoduit d© con-
banc©;
L-indigo en boule BLEU MONITOR donne le plus
grand rendernent a la lessive, II ne tache pas 1© lings
qaTl blonc'hit, sans 1© coupex. II ne s© désagrége pas. H
se vend tres bien.
SI la Jessive se fait i domicile, essaye2 aussí CABE-
^J>E,. lNDIO. Si .voir© ling© n© dux© pas suffisamment
informez-vous de la qualíté Tíndigo utlllsé.
BLEU MONHOR ^ CABEZA DE INDIO sont la réeuhar.
W á^ Yíñi&qmé commérciue et d© bonns xóputaüon de
TES STANDARD ULTRAMARINE
COMPANY
Agent pour Haiti ©i les Antilles
.Deni© ITINEIX5JL Fort-au-Prh.c© (Haiti W, L)
Huntingion. rWast Virginia, (USA). ;
me adjuvaai pendant la arise
aigu©,
1/ANXIPARASITOh tícíi étre
-coríh-n-ué-dans la - suit© pouj e
viter la chronicité el les rechu
tes.
DEPOT;
PHARMACIE DE LA PAIX
Geilrard.
-IX DA VIXEN- ARRIVE
IN CESS AMMENT
Biemtóí arrive ie *Dav;-
ken® Qu; doit prendre du fnc
pour la NouveUe-Orléans.
Le appcrretlleia pour St. Marc,
Gon-aives ei Pcrt-de-Pa;x,
C'est a. .Pcri-de-Pctix, sunon*.
qu© i© Daviker; chcagera co¬
lon, peaux, café, cacao.
La maisen da commerce de
ro;re am: Ferr¡aud S&ulos cha-
cera des tonnes of des tonnes
de merchandises á destina.
today, Joss can reap a well-deserved
profit-from his handicraft. Fine silver^
leather -and textile articles are m growing
demand everywhere —. and his products
can now be economically shipped. Jose's
entire area, too, has profited , , , and is,
today, a vital link in an expanding chain
of commerce, * -
, With final victory in .the Pacific, Pali American. World Airways will
^ greatly accelerate its “plans for peace’*. Giant Clippers Jlymg expanded
fksr'{;r-/-fk
routes, will make,yeta a "Neighbor to ail the Americas'*
fit/v Amemcm Worm Airways
<~Vilie cSffsiem of jke^f/yintj (ff/ppers
Petites Pilules
CASTERS
POUR LE FOIE
Universcilement connuea et qui on?
4¿já sub* 1‘asrioa du Temps* car ea
rente depais 189©
* 4*
Acnieliement offerees eri
©nrefoppes de 6 pitee**
Au praae de Ode, Q,23 le
' sachet, -
$t bow! embaliigc 4»
pímtmstcím
ATTENTION»" ATTENTION"
LE GENERAL TRADING CO
S. A.
Présente
Les M-eiileurs vins d© I'.A
gemine.
Fabriccr;ts: Angel M.-Esp
lo O Hijbs — Lujan De Cuy#
Mendoza, Buenos Aires, ARG
Ces vins ont obtenu les plus
sautes récompenses aux Expo
.ctions de MILAN — IS24 --
8ARCELQNE - 1024.
Vins Rouge — Sauiernss
Champagne Dry Sec.
$ bieniot un important stoocu
d© Vins de Califorr.ie, en Gal
on — Bouteillesju Baniques
Áus impenants vignobles des
Itats-Unis.
Avant d’acheter voire vín, te
éphone2 au 326$ pour les prix.
D — Z'ENFANTS
La patisserie O —Z'ENFANTS
o le piaisir d'annoncer a sa
-bi-euveilkirtts- -clientele - qu-'obe-
se trouve actuellemnt a la Rao
des Miracles a coté du depot
de *Rhum Nazon».
Toujcurs ia mem© patisserie
fine; Pates, gateaux, bon
bona, prix abordables, qua lité
m.’eux pour noire <
: La
au-Pr ¿nee.
VERRETTES
re a rarneno a
cult d u-
a. r;'>-ri¬
de Po-*-
la 3 AoCu 45, ;»s boy^-acou^s
as ia troupe St. Georges sous
icr d recticn du R. P. le Behan.
; ont établ! ¡eur camp c Fonda
Venuttes, 'Is dolvent visiter
ía Forét des Finn, Scrvaane
Zornb's ©our ne revenir a Port
Ciu-Pr.nee que vera le l? en
COui s.
Dars ia rout du 31 luiUet au
;er Aout des voleurs ont pm\i
pe dans un bureau du G~va
ge de la Shada et ont ©nlsvé
le produi? de transport des ca
mlons soft un© valeu.r de 28c
dollar©,. ...L© lieutsua’U Etleruia
ru; est morte d la Foret den
N'oub!i©2 pas qu© vous trou
Liqueuhs superfinos,
Boi&sons glacées et rimbaitabls
A. K, 100 dost tout Port~au
.Prince pari©.
Le memo accueil sympathl
que, Is méme célérité dans la
livxaison des Commands», lea
m emm prix.
o — zmrmw
Ru©. dm. Miracle©^....áf.. .cot»', du
rfépfit de «Rbum Nqíob*. Télú
phone; 3405.
A VI»SI
Bafierfe d© Jasas é vend*#
e’adfei^ter é Mr, Asrfré Chat?*
Graud^Rue Né, &h-
P.ns le 8 Aoüt ne lardera pas
a mettre la main sur le délin
quant Nous croyons savoir
que des an es; at ions ont 4t© o-
pérées.
Le $ aout !©« Boys Scow's
d© la Troup© St Georges ord
levé le camp á Fond "
en vu© de s’siablir au Í
©t d© Id a Savartn© ‘
nerón t h Portau-Prince !e !$
Aout,
AVIS
Le aousslgné, Magkbat Com
munal de Léogane, fait «u-
voir ó :C©ux qul p^uvent IT
guorex, qu© demeur© ®t sou
domicile m tsmrmi 4 I4ogo
ne.
Uog«M le t Ao4t ite.
7ítem¡m&W& KURNISAN T
FABST: 1st

Sesera
di ate”
liéfftflr# rttüri
lows 9 AxM- Lcr üü®
si® q révéíé qu’«u miíi«ü dn
sttdis d* ju4R Je jopos, lui h
si©maud¿¿ sTéte® í':z.t&£mád¿*xi'
%% pmz cs&eks* la Poüt . has;
Cs8» damsfcá© imf© par i'4st»
.fesmadéius:. lap^aak. ,Saio<....áfcút
piécóda© du M©&*aga da Mi¬
kado Hlrahlto. L© Ministre Mo~
Jpfpv *fl isíormaíi i© Pt4s¿4<¿nt
Truman ©t la Premier Churchill
WASHINGTON 3 Aout.- Le
$©cré‘alr© d Fía? Bymes a em¬
íteme© qu ¿ lo conference das
Trois a Potsdam, c'esí ) ¿4¿©n? Truman qu: eru nom das
allies da i'Ouc's? a damardé a
!á Kuss& da sa JoJaáre d ©ux
confie la lapos. La ciéncme'a-
. tion da Pací© da üeatraiíte an¬
tra Busses al Jnponam-1
naít eüeciive que le 25 Avrai
1948. Metis le President Tramas
" pd'ür 'la prerniére iois mvoqüa
¡'article 105 de la Charle de
Son-Francisco, ja fui ccmvenu
"Wóis qüé"£l "B’crtagne" sí Chine enverrateTP
un ultimátum au Japón. Ce qui
put fait. L& Japón ayani recuse
rei uit’marum. la Russia est
pMzéo trrr querrá contra ret.
MOSCOU S A ora M;‘>
{úütii éffl» k Net¿ 04 i£ Co.
SV;
Het«8;
ua&!sari$>
SAN FMífólSÚO,-- Had.o-
‘idrfo wppeite #o»él%éés «SÍ8 eiSifclla te®
fUwóm jatíawBTpta*5^»-
S» fpw*@í@3,~ Badlo-
TbldO « MftOTÍ® qo» ddéSíORJ-
bats violent» sont en cow»
dans tout»* lee rttjion» »nva- j
;ov a eu a cozvoq-.z *¿s rí.m-
bassadeurs des Etats-ünís, de
Giaride-Bxetagne eí da Chine
pour lour armero©: 1er dédcrr.r-
;:on de guerra de la Russia aa
him paz íes torces da l'armée
jouga de l'Onent
GUAM.— H<2gasak4~43^t::-.éié
dffeinie par la. 2htm ABbmBé
atomique lancee par les amo-
¿coins. Celio villa estJ&j&jl*
ge de 3 us.j;e® daaar, de ma¬
nufactures d armes de Íq.,.grqi>
de compagme MLé?uhushírr£©l
ariateurs qui ont jete ja bora
be déclarem que' les réeultats
^_0ve’ ( -sont exceRenís. On commu-
r.iquera les déítrla ciprés le re
tour d© la mission.
XmmédiatemeRt avant 1‘écla
tomen! de la bombe atom-que
sur. Nagasaki, 1© ...communigué^
chi general Spaatz informal?
que 402 super ícrteressil"'vcl
lemies ayauuit diverse 2.3G3
¡ tonnes de bombes mcend'uxi-
í res et de demolition avec d'ex-
úeenems'resulta te-
: qrands oojecuis. Tro's appa
• isiis ne so,r¡t pas revenus de
>& raids.
Par aiheurs, 7S chasseurs
m mmMWm, mu
m un»»z,
gis MHé&cc. - u «*
dio d* ^slíiO the ¿# l'Ágance Domeí a tép-
porté que 300 bamberrdiam ec
â– !.-â– .*.ra.s am.'. : : :u. o:.1 .r:*
* taqué' 'c@‘ bb^í-
Ük. -de J'Omesí de Hc^su.
""«W~TdllIv^E- -a«Í"abn;;
tirirú MicieJJemefel''qu# Te"
general Albert C. We
áemeyer, commandant des ior
,©s américaii|^ an Chine a
contaré avec 'des i%pz:mm+
Am
víf? UfffW tn
Di» tAfORTAN?
.111.» »
P;nh«gH r»««i
vn«: $:*;■$.
.itauMMt S. ®«m- »;
Borne» ~ípg.: á& MmrnMk
Ifaaaseííü SfllitÉ ■
Fort-au-íhinca, MaitL ■ ■
Chm Mamímt Cbámvet:
.";"'i^pdk"deux mois. Je lepóte
¿crpon.
MOSCOU ~
). zcuan~
o-tr.^e " to_ c.
¿¿or—*-* s. w
J^.re . r ‘ .r
. <.**/
CXytU-C'.— c.^
n C, iC c ^ ^
r.c pe. rtr-,
cu> Gc-r.o
es erm es
toore
o Uc
Oes cote. v... ; c.
cyacutas .u, o.:
.cj anorta ^ ’em
momo ssrs L-.r
c.o £. etc t _ d-.c-u: umer ■
' d .. a cvs?m ••
n.* i err.eurc. -s£ .« £
vr.sr s?. .í: «-í C
ra4‘. ,_v.£ '-P r.-c _ .e:
Bom azi.ves.,
GUAM 3 Aoúi. LU
¿Umita a amones que les uní-
tés ‘liavales s-ous son comma::-
fíenivr.i coí'.nszor.t lotci¿e assis-
lance anx opejonoius rosnes
conde le Japón.
SAN FRANCISCO.-- Racüo
Tokio rappoite que )e quarter
générai impénai a annonce
qu© les avion© sov.etiques ont
realise des raids disperses sur
les regions Norá de la Corée
et de la Mandcbourie.
SAN FRANCISCO.- - Les íor
cas de torre de Formée rouge
ont envaiu la Mandchouii©.
Le communique jerponais r@
vele que les torces d© la gar¬
rison japona is© en Mandchou
ríe se sont pintes aux troupes
pranact ieur envoi d© lwo Urna
.. cut attaqué. la region, de Osq-„
; ka hier. Les incendies font ra-
i_'r : ae dans les regions industrie!
vU too j i05 Fukuyama d 42 mih-s
_ ,iü £55 jc^e crpms le
^ '** ! passage de 82 super forleres-
„ • J. sos. volantesqui..oaCléSfflé..^j£j
— -- ; v:ron SDO tonnes de bombes
" : ;.candíanos.
c ' SAN FRANCISCO.-- En der-
4'~’ 1 - mere heaxo Radío-fokio mior'
me qut■ áes r; a vires de guer-
i -¡e bombardent la vi ¡le ¡apa-
>, :-s , nai£e aq Xamaishi aprés que
I 1.100 crvions eurent attaqué la
¡ var-ifj mptet&rionzpp de J'Iis..
! Honshu.
¡ NEW YORK. II b:' etT"" an "
4 r.onoi quo-ce soU- â–  a..L0-.heuxfc.su
i -.e President Traman aáresse-
I ra d la radio un tapped au
| peuple améacain sur los ré-.:
j sultats d© la caníéience de
Fostdam.
PARIS. Hier 1© générai
bergeret, anden chef da Va¬
riation Irarpa'^o du gctíréi-"
■ nemsnt de Vichy a fait ane ré
, velalion ¡sensatiormell©.- I)-a dé ¡
? daré - que -'l^yíaRo&'-traBoaisaU
avec ¡'appro-ballor¡ áu mará-
chai Pétaín avail íourní des
nlormaüons sur
le
ac*iv;ie.
flü rSgffiiér pupifí dais la i®
¡@ con t. o les tmmm.
SAN FRANCISCO,—- Votó 5®
tet# da cammun¡<}ué publíé
co matin par le quorum géné-
tal impérial:
«Aax enrixon* de máJuH 9
Aa&t an» partís de Tcmaé® ¡so-
viétiqao, aprés avoir irancbí
les partios orisatelss el occi-
tlensale» á» la fosBére mand-
choun a üédenebé Tattaque.
Qnalqdé» aylon* ras»» ©tst ré
«lisé des attaqueo dispersóos
eontre 1# Mor ti du Mandchou-
fco et le Norá de la Coré®. Dsux
¡orces de la garníson jiippo-
mandehou# ont «gagé les *n-
vabúeseurs poor ee défendre.La
’.tttte ®t en progres».
SAN FRANCISCO.— Radio
Tokio airnone» qu» les {orcos
soviéüqu»* cmt franebi la
fasntífce mqudarroue é 1‘Est
ear un» Signe alian! de Hun-
chün é fktte», dame la regiod du
•Vladieesk «t de l'OitaA dsst»
Jes eneas®* d» MoBeJuntá. As
Bttoe Bjawml B a fté signa¬
ls «p# Je# aeío» fea»
: .hméeimt d» 8ol-
«bln de Gen»» eí d’attSa»
a? las mouvemenís da la Lu!-
'vafta. par rintarmédíaire de
aadichs cland^ifee^ ' pendoní
?oute l'occupation allamaiide
de France.
Bergere-t a aussi révé’é que
le maréchal avail envoy© en
code secret un cablogramroe
ordonrtant aux torces hancaL
sea du Nord de FAíríqua de
cesser la lutt® contra les for¬
ces cmgIo-amérícciineé""©f'qusi!“
cvalt confié j’ovenir de l'ero-
pír© frcmgais - ckms las mains,.
Oarntire Minute
8 AOVT A 3 HEÃœHES >. M.
NEW TCm.-- kr radio de
Paris a asnoncé au]0'ard'hui
quo selon d«* soaxcas oíSci»!-
,es américalsss la coniérance
intarnatonde de Tangw sosa
incmgaré® 1» 10 Aoét ÍOn ne
ptpsédt c#p®uda»t oucune
cordírmaüon de ce rapport).
J®W YORK).-.. La comáis
tíos Sédéiol» de» conuuuaico-"
ttons aaiéricairíos a capté la
radio de Chungking annor,-
gant qtw. le géjséraBssto»
Chiang Eai Shek acoralt tetras-
rain un télégKmjim» d Staliso
pms iai «jqwmer «»® plus
sinetees »s»*rtí8«eBte «t #a
preloads adtalMSoa» & can»
d» la iWckottion de guen» tfe
fa Haseia aa Japón, B a diéla-
jí que Fannie dtónoSt» «
<¡Bkm de jw bótete épatúe» c<»
tee #aal®s swe l'm®ée rt».-
9*», _ -*
lams * múiloirm rusas©* ímm©-
áiatematu aprés la publica^
Mon do la declaration ds gu©r-
x?- dé Id Rusa© cui Tapcn.
CHUNGKING - - S-Uon das
sources nuliwhé^ chmoati
Fobjectií ímmédiat das Coma©
¡**50viétiqu©s sera CmpoRen.-
b^s© naval© dv Rasr-X so* 2
■ la Coié©.
NEW-YOBK.- La commis¬
sion lédéral© oes oommax;,z.o-
* ons améxíoalaes a eapm .c
radio da „ Jok.p___iar^^....2..Ss -.
yéchs de Meacou cx*r——••
que Vambassadsüi j-erpoaa c a
Moscou, Sato ef loas ’©s m-m-
j res du corps d.plom aUqe© mp
pon ainsi'"que tos corraspor.-
dants de press© 01.t ©ta
ré© á Fambasscrae rapc"^--^
aprés la déclarolom do gcarr©
'WASHINGTON — La
armones oiiíciaaemem -v
Présídam Traman a d.sra-a ~e
mat’n avec se3 cerns©-* ©m m.-
¡haires, diplomat ** ':?1
t.ligues des enct-s ae =a c-om-
be atorrVque cr- o ate p’-e
ta en deux io:s sur -es
Hs tcrponaA, Le Secreia.r© a a-
*at de la Gusas S msor
pris parí á cefíe rarJeraccs.
Cependanf auc^' corran* s
aué oiíicii-1 n’a ele pub-.e *••**
!-> nature das aues'-Ot.s
cut eíé discutes-
JíEW-YOHX. La ia&e *
¡víoscoq dan» an* dépter.® at
:ournal Izvesua a rapporte cu-
jc.-urd'hui que ia Vapor: se
carait a artaquur la ?rzs&.e ra
moment de Vavance c,..err-~:v
ae ‘veis la Volga.
MOSCOU-- Le® s;_rrss oi-
íiclelles russqs a'sx réve.»
---uíS f.ul qr. ‘® la?®-'- - ---
présense úeux oare® o» .. - -
au* alliés meas «|ue c*« •* ■>
tes'.loos. ont it» reoo-'--®3
qar rAnglaíerre eí ,®s
VrJs, probablsment ?n«»
cuélles n’étaíent r.r:,. : '
M( ata conditions de re=- ;-
^íon. mcondl^oriqelíó de® r?r
l:és.
LONDRES,— Aa coam c a-
,.. coruerence de prense -¿
commandant supreme ctes¡ roí
esa oiiMes dona i® Sud-Es; .Js
j'Aaie a révéié aux ¡oxi ans¬
ies que l'enttés «n guerra ae
ja Russie obógera jUpo-
"r.ai á employer pour la pre¬
miare íois une grande puri.e
ge teuis torce» ®t prooo.o..-
men) elle activara la — ass
iiosiiiíté® en Extféme Or NEW-YORK.— Jhmqu a ce
son le haut commaaoemsní
soviélquB s‘a encor* pubB®
cacan communiqué odrciel
cenc^nant 1® áevaloppament
ües opárafior» ra.litaii®» sm-
.fot ®n MacdcbDuri* «i _ *
Coré®. , . , :vri
NEW-YOBK,— Ce tór te
commission íódémle des com-
imunicc tiene anrerícaineé o
capté la radio d» «Noto an-
iioegcmt que le® lome® sovié- i
■®qu« otó -Rttllsé une gsaftds
avanc» d tracers te ptaín® ó®
Jo Mandebottd*-
<2WMJ^NG.-- lisuta-
,¡on» généail. Wedemeyer,
commandemt des torce® aérien
¡.es qrnóricair¡es en Chin® a
léválé a une coníérunco d®
pt«e que le» américoii» aa-
’ eaient depute un mote qu® lee
a dédat^- íp
guerra su Japón,
GUAM.— B a été cwsfirmé
cftciel^wenf qn'ua» lorma-
tian d» 80 s»p®íí tsa^ smsíxipaimm a meem
opké tkm coup® au but sur
Bj&porkmt eeutre ^*hiíll© á*A-
magmaki pré© d@ Osaka..
‘ am— AuJauslM la
hmm mm ftólcé a mtm>
áu Im úépmiüom áu ma¡az
{ 'I© m© réjouis de voq l'intérét.
jVqs© voas portas d kr question
§-dm-jimmsBt-e $n
I Tapuis qu© J©' "sifis crux B*
j tms-Unis» )© n*cri Jamcsk mem
I qué l'occasion de fair© appré
I a©r nob© pays qui esi si mal-
I oanim a ietraager L'cr¿ dar
; mar. j‘ai prononcé plusieurs
\ ©or.férarces dans les milieux
¡ Vn.rers.twres essaycmt de íai
te semprandr© ©t admirer ¡@
y'cr vr.aqi' de noho Haiti , í&
’ $ ”':c suís pas arre!© id. A
, r.' r.e n’F.astrnan Kodak au
’ > '.tagiaír©, era prerrürr
des .r’aérdeurs Jusqu'au pe’ ?
< uvj.L-r, i© fourr.is da© ransai
' í-^e..£ vir Haití, et, í'éprcu
. j s”t slactioii. de constatar , i
* .s rara sent maíntenani que i
* era oays r.'est pas seura i
. temple du vaudou et í
o^e population n'est pa- i
*33* ;t íoiniee de zoo, ;
i 0¿S.
I - ~e vcus dire qu'ils i
ra’"’ era ora ceux qui veuler.í i
vjs. 'er neme pays "lorsque Ies |
orres me ueurs seront revs- '
~*'s Ma 3 ¿á méme questío-: |
ara. ’■ev e-i sons cesse est cel- |
'íí-- /Jr,' a-t-el!e un bureau j
4-ra.r-¡ e crux Etats-Unis? Si |
caí / veos ícraí fair© un peu
áe pub ^ ’e car nous n'sn a-
vazr am™ s entendu par!©'.
Ou- e:f .© coét d© la vle’
Ceram* so7'? !©s moyens de
drarocorU Quels sont les di
"e-rassem*’ s qu£ vou© ave2 d
•fei*«***a«4 4» I^WnoB,
ra~sa;e d’y répondi© de
moo mieux ti méms paríais,
i* me vois oblige ‘ d;imaqtner
cas rapo rises cor nous n'a-
vons. íusou'd present, ríen de
t-olidement organise daos ce
; sen».
Mens.© a © Dírecteur, te ne
vous aerare r' -s nen er¡ vous d';
; s^y> >£ AméricairxS qui
r; noíra pays sont |
ra --.mcriíé des cita dins j
■• r,o á^manáent qua séloi :
' c~.*t des railes pour s^nívrsr
-es oraraus de la campagne.
Or me demande sons ces
i ;e: *?onnotís-nous visiter ja
: campa croe, assís ^or aux oc¡í~
â–  c h c. m os ir es, vbir Ies champs
> it cana» é sucas, de cosos,
’ da arrió, de bmeneó Va pa- ;
: che ®sl-elle orgcmlsée? Pou- ¡
í vana-ricas írmivsr des rhe-
1 va car; etc... etc...»
i Notre pays, voyez-eous, peu;
! —-arrear unp íortune lorsqre
ütaatm **»o W»n orqam-
- sé icrsqae Poií-au-Pr-ncc eí
> tte cottetihieropt plus
e=„snfcelleniení le «Centre du
i í-uTizme e-i Haití»,
i MoPíSeui te Directeui, te me
' ; ú» álcidé á yous ó criar aet
ts >tte® ov®r ter.giis-
1 mtt causé * un jeune ar'ista
peiste» Mi. 3«» S»g. mctele-
* MSS» »«eant pon paya dans
le» forcé» année», Steg s"r.
tóresse beaucoup ó notes pays
®! son premier devoir sera de¬
pot* visiter crprés la guerr?.
Ente® temps, mon erre vcu-
r’rali entrer en cort*spoítdar¡
ce avec le «Centre d'A-r- qui
lui feurnira les ivucrignemen!»
qu«, moi profans, Be saura'3
Ivi dojmei.
CoMiaasM! rintérlí qin
vous porte», Monsieur le Drrec-
laur, h taire cormaitea tiotra
Fay» á 5’étrcngaí, j® lie dente
pos .que vom denranderer au
Comité du «Centra d'Ari* d'é-
crire mi plus tót ó: Monsieur
]!» Stag, co. Betty Steg...
Industrial TOlanors Derr.
Hawk-ayes works, 1447 St,
Foul Street, Rochester, N-y. T.I,
S. h.
Vow» iwnwcicrai ¡noneiíur
la Directeur, fs vous pria do re
cgtreb «»» meütetas asnti-
rnente dtediiiira'iion.
Ait* urommt
o-Bel®» tsmbawtdessr d* Vteay
•aáptik ém a&manék «t de
Bsmemd, aaeka átti dt ¡a »l
Um4*W>f> ......
mz'mm
m>, riten »#,4*í‘
S¡»<¡B* é* zm&®> -t* *
iSsB «a jfe-8»T: appad®-
«¿ni auDéjmiiítee Afoaiy.
condal! jw &
•|¡oeÉ-o^ chwlré-iantS»'^ipót *»
jjjnaeait raí Cap-Halíi*n ov®c
urr chargemsní de r¡gce&-bar:a -
ce», a su la man
gouelie bacítiíé®; aucane^ par¬
le de v¡e -5i»main®-»'a éíé aa*"
registré», la «cto® a été iro-
médíatsffi®nt teansportéa ^ é
rH&pItal da Cap á B°rd dan
Vjhíi® camion, fugs d® Pate re¬
am», lorrsalítés légales rem-
pli®#.. ^ ^
A te lére ssrtion male das
Ven " tías, tas í'htib.taVteíi ?o«t-
Sondé, te escardille» Sancéss
par une !ocomotív« de la Cóin-
Mgxüe de» Chmmms de F« ont
incendié quad* 14) cbaumisr»
oooartenont á a ves mdsvt-
derr. Perita non *««>«> taV-
¡xíées.
Le voilíer I©tt© No. B2. cor.-
quit par te capimíne Norm !
[Viícius, O tót nauirage dan»
íé«'poiáges du bord de raer da
faan-Kabe!. 60 barí!» de
«*J sent perdus. Ancua* P«- ,
de vie humeine nte éíe eme- ¡
qís-.ée. Formaiitás legales rem- ;
pliw.
... j
A Ver,dro)t dér.otnroé Pe’.« ¡
S'. Fíerre -a Pédon-Vide, ¡© nom-
me D«3Ír Ex'mor esl també ac-
cídeníeilement dtene camión» i
le au No. 3089 conduit* par le ¡
chauSeur Ducosse Delline, ve-
r.aat de Pori-au-Pr.nce, dai'a
bteieBe ü aval* pri* place- Ba
-,- ct.rr.n hit relevee avec des
H¡essdres a la Ierre ir,léñeme
at au brets gaucha et fot trams
portée « l’Hópital General pota
les soins nécessaiiss.
A la Foréí des Pin®, ía Bu¬
reau du Dispatcher de la SHA-
DA a été iorcé et une vateur
tie G, 1.400 a été emportée.
De» rec’nercbes sont en cams
en vue d’oppré'hertdes 1* ou
tes délinqaamts,
Sur l'habítation Platen, 2emo
oecírorr rural* des Gronaives.
onw 01) chaum’foes appaitó-
nartt a divers individua ont
jro leu accidentellement. ues
pedes ont été évaluées ó G. !■
300. Formalité» légales rém-
plies.
$ OCTOBBE i
*®c®gu® cordoroace evac
!s Gérteral Ame, Qt el du sn
vice secret do i'Anuoo. Toutoi
"Si 'itíoraateonk la!$ett pré-
vffií que. íes AngfoSajeotia
sonr en tral» á«' sc prepares
en Aírique, d'oú Us on! l'irítan-
Bo» de felspar ¡'Am. é IMaff
lie ®st géogsaphkp^amnl iü:
¡ogiquemest le premier obfoc
tíi..
10 OCTCSRE
«Dana l'apms-mlá}, dtecti».
slon» conce-nrant ks Groes, la
Gréoa ne paut plus ría» don
nm pour la simple rateen qué)
la n'a ríen. Si nota conti¬
nuar® sur la ríteme base, cterrí
to íatU'lB comptet* dan# áeux
mote.
tor clausa rnoyemm oto for-
cé® devlí d'orírh ®m bijou»,
ses lite, et quslquelo;* mimé
«as filias, pour poavoir ama
get-
Let «cm té de Mu»»oUni ret!»
m chungúe.
«Os ne trail pomquoi, et
ríen ji'est dit á ce raje!, metis
-.1 a á a troces dotiiatua dtesto
mac,
ft * •
Í1 DCTOBRE
«J© regois Himmler á la s’a
i on. Le souvenir du iron!
est un cauchemar, sí ii ne le
cache pas. C© nW plus le
méme Himmler qui en 193B,
•ombait en désespoir d cause
tí© FAccord cr Munich qui a-
val! íait avort&r la guerre,
Maíntenant i] parle* des difi¬
cultes, de sacrifices, d© ce qui
a été íait et surteuf do ce qui
s este b íaire»,
1? OCTOBER
«Les Allemands exigent une
hollé somme de la Greca cru i,
dans quelques mois, causara
la chute de la drachme...
.MusscHni a été si loin quLl
s'est écrié:
*L© seul moven -d’exclíquer
un© tell© crttitud© bestial© de
la cart de l'Allemagne, c'est
que les ailemands sont con¬
vert] cus qu'ils ont perdu, ^
que, puisqu© lis dolven! mou
fa, Us pensent d créar une
quctTed i
fcrueri©
minutos,'
: Ua M
platea á U
chal,,.
24
.Le*
tíbyu
nkmdant :
Jfa
G¿:.«h t-t I
lourdamsnf ^
%%
«íUe» d© ;
~ám~j
emú® k!fc$ i
la d^íi© *
éíot^":
physq
R«íck*
des.
confusion.
générai©.»
»»*
COMMUNIQUE BU DEPART¬
MENT DE LA BEFENSE HALE,
Messie’urs Max Audai^. ©i
Excellent Desxosíers, condam......
| ríes h ía peine de mort le le?,
j Mars 1945, par ©entena© du
| ConseJ Supérieur Muiícdr¿ ct
1 Permanent.síéqeant d Port-cm-
í Prince, laquehe sentence a été
! confirmé© par arréi du Tríbu-
t ncti de Cassation, ont été exé-
cutés le mardi 7 Aoüt 1S45. a
6 baures p. m,
Port-au-Prince, I© S Aoüi 1945.
Bites aux personnel ignoran¬
tes de ne pas souiüer sur 1©
Iait tiéds destiné d un enfant;
Rest ausEí ¿¿-testable ©t dan
gersux qu© de porter a za bou
che la quilléré© de panade
qu'il dolt prendre,
Service de h. Propaganda S.d'H
19 OCTOBRS
«Mussolini a© prépara’t d
partir de son Palal© d© Venís©
•fes y*
I-«W fa Jra
four», j¡
=teá»
•Wtissoilal i
*• «wbiap^fijf
dement® “' **
t!® Wiíilj*;:
dy ,c?»%,
méricast
*C® BotdM»',
í'OUt áU : " '
rom.
^ ^ esÉ^P
Stóbi Séq» Oí j
ttms. r¡mm
, de3
í #L© Du^-p. i
«» ’« Va '
^71 OU po»
Tor¡«
y» d*
27 OZT03SS
.ley,
Rovoil Nasi
J»» ch®í *. '
■**« oo -a)e-s '
marche sur *
Atete... Lej,
dan» io lonu» .
wte ó la fo¡i
IOTBBIE Dp ITTAT HWIIEH
Iv-1. Gao» 5D.00C.CC 1 du le?,
gxes leí du líiags du 7 Aofo
os: été payóos h 3 pécheme du
bcrd ¿o mor de Pote-ou-Príuc®
Ce fiment:
Mcrrc Chéry, 2 coupons, lo
ssph Simón, 2 coupon», I.amal¬
óre Bazelal», J coupon.
V Administ-aííon
i «rl <
j
MABIAGE
í-lous annonjon» ayec pías-
e.r Isrprochain maiiage de '
m>He Vtoie FOmtJWS
otee
m. |a»-üé LECONTE
la Benediction Nuptial#
kut seta donnée i® «raaesií 18
Aoñt é 6 hture» da soit á FE
9¡s»e WeeJeyeim*.
Cc-ínpHmems aux nouvsaux
conjoint».
Cesa»? :> j
ireage m i
'msémrmix 1
tema da
lieu le mtfiái'
Austó, isows '
de pubis®.-)
imtx qognom,
MN-Beni'
l'aqoaieB*
Antonio -Jtí
leer.
oífei» par C
F. M. Al:»
Haitten:
fori* pa? ¡
«en® . ,
AquaieS» oler
^luiiea i
®n bol» 08
fc»«at
Ptsrt-au-Princ®, -i
«BusmabJ® ie» dut lent pew la VUtcft»-.
msmm m u coomon vt p«mwiw





iy






















































































ols,



Â¥ a trois

eoyepa 3 yinévdeble- gntée-de-t
jo Hessie dans le confit con

te ¥Empire du Soleil Levant.

et demie, sulvent nea <«Com-
menaires» de chaque. jour.eur
“giuction Internatlanale, ré
comnaltont que, le plus sou

tes, Tout co que Dous avons |
supposé. on gulet de Vines
sion de is la Normandie s'est réa
Yes Et quand nous aviona
prédit que les Aliés -n'iraient

directement par Ja Nor
mondie sur Paris, mols pren
diaient la direction opposes
de Brest, pour deverser gur
Paris, par ia Valige de la Lol



saiont @



aussi atomique que i
premiere, est tombés gur la tS
te des japon Cast Yam
née en gueme conte eux, Je
Sovietique.

i on du confit dans
a change du tout

be»,



vest pag seule
isola», ll eat mainiencnt

rande lores wires

Joinde CEA

avec jes Evats- Unie et
de Bretagne, contre le





G coagiemps, dP aprés
mous, que leas Boviels prepa
am leur coup contre le Tagen.
Hien no &e jan a See



ni terresre nouvedy
» Asie conte le Ja

mililaies, da ic
pio inportance, so 3 |
gagent de cetie historique dé
i e la Russie:




des opératioas mi
biles, eat entrée

dans ic batallle en Extérme-
Orient Cette armée russe est
euperi eure & l'ormée japonc>
ge, en nombre, en équipement

-é en expérience.

z Le Japon sera, dézor-

mois, atiequé eur des fron{s
estes, allant de la frontié
houro-Coréenne & Vix
Givestock, et aux portes mé-
mes de ic Chine Cantrale.
3. La Coopération Miia
se des Soviets avec les Chi |
vo menacer tous Jes
fancs joponais en Mandchou
re ef en Chine,




Le grand danger, pour lar
mée japonaise, sera dats les
Purages de la Mongolie. Cxsi
£2 front qui se préte, le mieux
oux percées des armées £0~
wieliques.

Si le Japon ne copitule pas
Se suite les Russes envahiront
la Mongolie, et alors, ils sont
vamddictement aux portes de
la Manchourie, du Nord et da
Centre de la Chine; les armées
iuponaises peuvent éte ain
al coupées, sans compter qua
des fonts nouveaux vont dre
repidement crééa per leg Chl-
nois, dans ie Nord et dons le
Centre de ia Chine.

Si Vorniée joponaise essaye
ee continuer Ja Iutie, ella sere
Fese dans une souricibyre.

Q faut ajouter & tout cele
Ja coopération que les foreas
de tere, de met éf dé Yair das
Américcting et dea Anglais
wont apporier cuz forces Hud
80-Chinolses,

Les coles de Ile Sckal'ne,
Sui cpportionnent aux. Hussee,
Yont conatiuer des bases aa

“phrotions de grande envergu

Ceux qui, depuis une onnée

&
. g



_went,2oa pronestica sont jus, de pouvoir dive ..que

cte,.de nombreux lecleurs pen |
® nous émettions une} te Bombe Atomique, c'est le






|

i

i Je Japon. Mais depuis la capt

=
ep
i



|





yorement vers le Nord, c‘estit

du

bes -crmbes Soveigies @ 2




ies Japoncis par demiére, et
cela sur terre comme aur mer.
tos

‘suite, qura toujours lexcuse

luttant
contre lea Etoie-Unis ot Ja
Grondé Bretagna,..la. bombe
comiqie ast ivée deux ;
jours avant la déclaraton de |
guerre de la Russie.

A Virpossible nul n'est te:
re, peut done arquer le Japon.

Mais, s'll veut cramer et. Int
ter désespérément contre Etats
Unis, la Grande Bretagne, Ia
Chine, Jo Russie et lateritien

suicide complet, inconscient et
detadll ;

Dune facen on d'une aun,
ia guerre avec le Japon ne

ao
i

Russie et Japon sont den |
sennemis héréditaires» en |
Asie, depuls plus d’une qua
rantaine d'années. C’eat donc
un eréglement de compiesy |
gui s’eflectue..

Ces cing dernibres années, |
jes deux Pays ont joud mutvel |
jement une «comédie diploma |
ques, Us ont signé un Pac re
te de Newralé en 1840

Cependant, depuis 1939, les |
iventiona du Jepon sont, en ré- |
wlité, tournées vers les toric} |
zee quieccupe et convolte la!
Russie, :

i
5



Le Slogan de Yespuce vital
du Japon était d’éliminer « ja
menoce russe>. Depule des an
nées, le Jepon, petit & peth |

r

gintiivet en Chine, et princh |

dire vers la front'ére de Sibe- |
re.

Temt que la Russie avait la |
menace allemande en Europe: |
elle a joué au plus malin, avec




talation du Reich, on senta!t
bien que, ayont les mains H-
bres, lq Russie ne manquert 1?
pas de ragler son petit comp. |
te de revanche, de représa‘l- |
les et d/humiliction, qu'elle a
vait avec le Japon, li y o qua
remte ans,

Depuis cette mull,

i




& minut,
.

c'est falt.

eae

i

Cotes, 2 est probable,” at |
méme certain, que cette déci-
sion de lq Russio a été conve- |
& la Conférence de Pols |
:

‘

:

i

i

Lexpérieace de la bombe |
atomique a précipité les cho-
sea. Modis, lo Hussie, fatale ;

ment, devait étre parmi les na
Hons -vietorieuses sar le javon:+
Elle a trop d'intéréts en Asie
peur qu'il en fut différemment.

C'est donc le moment pour
i je Japon d’accepler Yult'ma-
tum du 26 juillet.

_ Et casera tant mieux pour.
dail

Qiang





LES COURS DETE DE LEN-
SEIGNEMENT SECONDAIRE

Lundi, commenceront qu je-
cal de la Faculté de Droit, les
cours d’été pour les Directeurs
at Professours’ d’'Enseignemont |
Secondairs, Trois’ professeurs |
@Universités américa'nas’pro-
nonceront des conférences, On
cite le nom d'un .. professaur
Lou's Mercier, (pus celal. du
Cap-Haitiein,

La Direction Générale. de
YEnseigqnement Urbain, apréa
les éxernens de tin . d'année
scolaize, est en plein bara
pour lo xéussite de ces. cous

vans.



Les professours éhangert ap-
porterontils. du. nouveau?
Nous tacherons d'avolr Je

programme de ces cours pour
sonseignas nog Tecnu.




Lé Japa. en “capititent de | bitanis de la Gonave sous dss

Paoiresy ca nom de} Etat ex)

' ne maigreur squelettique.

| de miséres physiologiques ac

| LES HOMMES A... LUNETTES

c
lL saient, beaucoup de types qui

| yeux portaient des
) pour ae faire beaux et galants |

| sant un tenancier de bar qui

de VEconomique, et quelquia
ctoyables jssent paral





La coupe des bois de chau?
fage, de constmction, etc, &
iat Gitretois permise aux ho-~

conditions dont les conceasion-

geaient Yaccomplissement a-
vee-une ~-sévérite”intles’Si.
Mais ib y avait toujours ure

assez charitebles pour leur don
ner de quol reconvrir lew. aus
aiet ~ — |
ion’y a nulle =
dans ce que nous rapporions |
ici, et nous en appelons mix |
i





exagération

témoignages des notabilliés

| felles que le Doyen et les ja

ges du Tribunal Civil de St
Mare. LF

Vendredi dernier, une centai |
re de gens, hommes, femmes |
e Jenfants, dégquenillés, pres

que nus, cireulcient sur lo pic i
| cbs
|

ye de St. Mare, Jes-mains ie
dues réclamant l‘aurnéne,
sous n’importe quelie forme.

Les femmes poriaient pour
tout wevement quelques bale
jonas sordides & la celniure,
leurs enfants, dgés de 4. de
etde Bons, dinlent nus et 3





Nous avons pensé @ en par,
jer eetimant que la Charité
Chrétienne commande de si-

gnifler tant de détrease, iat

mwsannngnanne ie






cublent des étes humains.

ti ne s’agit pas de continuer
& clamer dons les journaux 2
Hevues que les Sociétés pro
wetrices de VEnfonce pauvrea
nt cect of cela.
. Ce quill faut c'est de sould |
' ger la grande misére deg hab!
Lterts de la Gonave par des |
acies toengibles, en les aidont
eificacement.







Deng un mariage & Léogane |
samedi {soir ot Porter Prine

jens et Léogana’s frateral-

he souftfent nullement des
luneties,

Une petite Moganatse regcar

ln fixeit, sans désemparer di-
enit en aporié & une de 883
-yorsinesr “sons lonetivs “vee
Mons’eur me semblierai? v'-
loin.

Ce qui est cocasse, on a des
eux agréables, on les cache
erriére des luneties rien que |
our se faire voir... at admirer. |

LES 89. ANS DE MADAME

VEUVE HENBIQUEZ
Aujourd‘hul 8 Aodt, — es!
Sonniversaire de naissance de
la distinguée Madame Vve.
Aled Henriqued qui compte
sea 09 années.

A cette occasion, ses petits-
lg et aniére-pellisfls et ses
nidces ont &4 aux premiéres :

z

4



heures. du jour, saluerla char-
mante et respectable viellle da-

me,
Nous Ini souheitons, & notre

tour, quelques longues années
encere parm nous.



RUMOUR AOQUT 45

~~ «Erreur motérlelle ou api-
tielles, Ui ‘nous font rectifier,
eu digant. quill ya ain quell
den qui-parait le Landi: c'est
«de Sora,

ane Ou, mais dds. qo’arive
le soir, sous lew’ tropiques, wot
lo monde a'endert. at

8 igits que. none allons t
avoir la précieuss opportunité | signaler, ils v’exisiont i
ae pouvoir foujours - ettequer |-midina.




gon

PHOn pour les besseg en pite:




Mr Vante
EY VAFEAIRE
DE LA TROUPE OZERAY












balance en leur faveur, qui ' 7
consttiualt les moyens, 4> } Exectement comine noug a-
planter leurs terres déboizdes, | YORS eu & Jannoneer, Mr, Van
Wen vendre les produlie dans [ee ilmspecteur Général de la
les villes of ils s‘upprovision | Ligne hollandaisd, eat arrive
nalent, | svanthier de Ouragao, pour
Actuellemant, cas mémes | cherchar at trouver une solu- {
poyeons, qui-n’ont qi-bels a [pen wae-oonsequEnces du re
| briler, ni champs... & culver, [e ord dams Uorrivée dea dacors
wont comme supréme ressour- i roupe Oxéray @ Port |
ce, que lo recherche d’ames

Sous creyons sdvo'r que Mr
ane © longuemept coniéré a





|

I
!
|

4





. PORLAG-PRINCE — HAITI

En Marge
DU -«LYCEE
DE JEUNES FILLES.



Nous sommes débories
requétes judicieuses
yents el de pédagogques
demandant dattirer i aLenton
de la Direction Génerala at
FEnaeignement Urban
Purgence’ quill y a 4
deg cours de 6eme au ‘tyece |
sles jeunes filles. La 1éq?
que admission ait
gquatriémes. en résulta un
double ennui: les-eléves” sor.
i tent deg étabiissemenis do jeu-

de pa





Sonzier, Sous Secrbtaire 2 Plat | : nes filles doivent avant toute ad

Département de lIntérieur, | |



hier aprés-midi, st que, ce ma-
fin, ascompagnd. de son ave
cat, Ma. Georges Leger, lIns-
lpecteur Général de la Ligne
| Holandcise a rencontré 2.
Duncan, cvecat dé Mme. Me.
idelgine Oneray.

Une fols de plug, noua sou-
i haltons qae tout s’grrange,
£02 PAYS, GONG OF tous jes
un mouvelg arrange:



cures.
ment yout mieus qulun



DANS LA PETITE INDUSTRIE
MOUVELLES PERSPECTIVES
De nouvelles perspectives
anlivent &..la patie. industte
Batlondle, pour que les Re
tagiés naceaparent pas ‘tout.
s‘agit de certaines olfres con
en pie cestinées & Ja fabrica-
TS en pile.
present le Gouver-
nemeni na pag envisagé diac
corder des permis d’emporta-







a5
BOR

lemend ph proiéger les ia
bricumts de soullers du pays.

Mais i se trouve que année

damiére, notre industria de ic |

cordonn
hers en pi
bengle somme de
| Mille Delicrs lor, 40.000).

Le rapport serail plus consi-
érable si nous expertions !a
matiare premiére. Notas n's-
sons pas un metériel et des
echniciens adéquats, c'est pour
goi il serait mieux de fabri-
quer ces soukers aux Etats
Unis. C’est bien de protéger .es
tabricants de souliers du paya;
mais le produit ne-—-s’dcoule}
pas, car le production des
goullers n’a pas été stomdardi-
sée, et Varticle n'est pas au
gott des acheteura aux Etats-
Un's.

Bons, sous cet angle, l’ex-
portation des tresses en pile
geralt & envieager. :

Nous. y reviendrons.

rie a exporié des sou





su &

‘4







RABRETE DE PENICILINE

La péniciline est un produit
pharmaceutique qui a fait ses
preuvesa doms*tous les cos din
fection et cutres. Le Service

"Hygiene et nos. cliniques pri
véeu Yemplo‘ent souvent dans
leurs prescriptions.
reusement, elle est. devenus :
rare, ces jours-cl dang les. Phar |
macies de. Port-an-Prince.. Les
principaux agents digtibulours
da. ce produit. attendentils des |

cemmandes. pour.de sombreux.| ton,

cos de. molodie séclamant gon
emplol?

La rareté de. la péniciline
et -est le ‘signe évident qu'il
n'y en a pas non plug on. Pro:
vinta. 5

Souholtons qu'll nova en or
sive bien,

Cur, §

pre |

Quaratte



i
i
§
i
i
L
i
}
i
}
:
i







ide fait de folre commencer

eernant ‘exportation de messes

{







' “phe
| kop grande dtlérance de irr

i



i

te seulement pour ic.

i

i
:
|
i
i
j
i

|
i

Methow |

Poet eeranttinmcnn



|
i
|
1
|
:

ide



mission prendre des jegous par
ticulieres de mathématiques et
ee eclences pour étre au ni
veau du programme de la 46-
me du Lycée des jeunes Enes.
Dou des frais que les paren

No, 21,496 JEQDI 9. AOUT 1945






HOU |





en:







?. 0. BOX A.
PHONES: 2282,




Une Anthologie) Biock-Notes

DAUTEUBS HAITIENS





Contraxement G une note
nities «Deus Guk@ en col
lision+, Mr Auaré Gelin a fat
i los rapa
ther, th

i

i |

| 2 nous est revenu qua jes |

iciew de ia Db. b. UL propa |

ue 8 £. UU. prepa
i
i
L





ae 4 to
actuuuement une ania. | G sen ircos



fape decnva.ns hadtens G Ba me

hntp a Beasequement pry
pinaive et aecondaie. Le BOP. |
7 | Pose a déja une anthology
a écrivaing haltiens qui est un
ry {
|



OEY





CEP ER




O16 signe
entre fas paste au Bureat

la P olice,



ouvrage de haute valear, pour 1 oe désistamers
f pecipioque, ¢ Cniormaton

dans ies quires par




quoi ce double empic..
i
1 a6 plus sage d'adopter _ | reste vice

Mans | 288

‘

i

i vrage du R. P, Foisset.
qumme nos «master ol» ont
ila manie dinhever pour pou-
i vol joujours dire | migre fois depuis 1804+, p
icttendons leur ouvrage
sans nul doute, refietera Ven
seignement de la pédagogie |
ide /Université de Columbia i

owe
Le service des Autobus te
de
a route «Port-au-Prince

un nouvel autc
neul. Cetie ao
un autre sera affecte
lement qu méme réeea +
Ce sont deg voltures récliséas,
caresserie aux Etats



















vient hance






flambant

UN PROJET MERVEILLEUX










fea aoe bien douse e neu Le sympothique Di recteur eo G je confor
yent sinsctire. s Compagnie Navona aes ee ee Sinaia
Les pédagogues Je leur cd Lo taina de fer, notre ami Pax urdes, Ue
é-soutiemnent que la prépays- Elle, avait. prs. Vinkvative de.
ton aux études secondaires | constituer une Societe en
) eollectif, qui se chargerai

permettre aux sujets d’ass
i@r progressivemen: les
ments basiques de cet ense’
gnement, Cest d'alleurs
| thode adoptee dans ies
| blissements secondaire
cargons, privés on ovbres Be
y a.donc une detectuos tS dans |
cours & la quatriéme pinict
i qua lo sixiéme.

Ces rdisonnements sor
ne telle évidence que nc
pérons voir la Direct!
VEnseignement Urk un |
Lenseignemen! a4con
@ pour leg jeunes flies est
tmlion récente et vise sur

ut & réparer Verreur

agreer.



dune

| mation entre les hommes et jes
WHaitl Persister dan
clest con

femmes
la mesure adopiee,
eamner des sujets b
uw sexe féminin @ ne pas ac

| céder aux humanités, fowla de

meoyens financiers
de leurs pcrenis pour
yer des Jegons partic
en vue Wacquérir ies co
sonces basiquen ipdispens
}les tels Yalgdbre, la géome
tie, les sciences dés la 34m

Nous ne sommes pas assez |



riches en élémenis fém
yéelle formation classique pour

Hmiter ja clientéle des études |
secondaires dans notre Lycés ;

de Jeune, Filles.



ENCORE UNE ERREUR
MATERIELLE DU «MATIN-

Notre aimable confrére «Le:
‘“Matine décidement, finiza par
i bate son propre record dons
jes serrews mai drielles#. Cest
ainsi que dans son éditon du |
jour, déairant relever ce qu’
voudrait éue une erreuré de
notre port, aprés que nous a
vous publié. hier dea oxplica-
Hons de Me Ed) Cassagno,
Secréiaire Général de la Sacié
# Américono-Haltionne, au sp
jet de notre suggestion relcti-
vet la fondation des Socicida
des Amis U'Halti & )Rearger,
tout en appuyant note sugges
Yattvibue & notre confraxe
Halt-Journals. :

Nove voulona bien crohs que
celuict, comme toujours, 9
jranquera pas de «rendre &
Chaar, c6 quiest &. Césars,

el-nous cemercions noire: con-.|
tore whe Matos dover ae.

puyé note anggration:

commence dés ia Same pour : :
eonstrure

les |






ia dae |




tow



une route
uigant de Str Mex

































| ERREUR.. MATERIELLE DE LA
PART DU «NOUVELLISTE»

une vise des
liout en couvre pour le
i eboutir.

Au surplus, ce
‘ callent placement, lea terr
: Goyaviers se verdant G bon

4 sera

i ag mcl
i marche. '



i
| LES CHESTERFIELD ARRIVENT |

Par le dernier bateau
il a été requ de fortes quantités
da cigarettes Chestertieid.
Les tenants da marché nou |
exigeant jusqu’a dex gourdes !
“te parquet de 20 sont forces
‘de siopper.

Pourquoi ne pas, tout au as
i but de larrivage, prendre de
| mesures pour ompécher le stoe
tkage et le «black market»
Chesterfield?



CITY

dessus.
Dire quiautrefoia, nous aviors
ces récoltes de coton qui dé-
ent 25.000 balles. Méme
Pannée dern‘ére, la récelte 4
& de 12.500 balles. Cette an
néeci, seulement elle n’a don-
16 que 9.500 balles!
Quelle sera la récolte Yan-
née prochaine? Et cependant
38 | gutit reconnaltre que james
yous savons eu tantde «Mas

° 8 te
i
i

|,
i
i
|











7 ter Of, de twechnic‘ens-agro-
UNE NOUVELLE VARIETE romes, d’agents agrictles,
D’ARACHIDE ete, etc!

La section d'horticulture de
; Damiens fait VYexpérience cos
i jours-cl. d'une nouvelle varié- /
té d'arachide appelée, si jes |

régultate sont concluants, <
yeridre de grands services 4

Tout arrive & qui salt atten:
dso, dit lo sagesse dea nations.
Attendons done. et nous ven
rong, peul @lre qui salt? now
récoltes de denrées da paza,

iglles que Calé ot Coton. aug

‘nos. deux Usines 4 hutle. to | menter au Feu de dminuer..
youvella agachidg peut four | Mals en attendant, nous se

vir phig d'hullé que Je coton,
la bensolive, le pletacha etc. [Jee cues pays, méma lea

Tia que Texpérisnce “sure | plus voisine, les ingerevtes
tiboutl nous tacherons d'avelr | dooltes ne font que. sintenek
dee ronselignemants utiles &) Fer, dondis due chew nou cost
oa ayjet | out & falt te contrive.

comprenons poe comment dans



dat

e





















box

TIWINE BERTINE, TITE TUSRT:

ne henadee % le plow, c'est
Yelena Yao et pone effort.
Lemporer & ta ploum sur un
pheurpaire, c'est le bate, avec
| gente-¢-a-plate couture.
BOBOVE: Représente un
type qui se lolese faire, of qui
par falbleass oot capable d’ac
complir & Vineligation des uu
wen un acte qui inl wet prélie
dic able.
-PREMD CHAINE: est ne
pos pouvelr sa meritrisar los
quien est gous le coup de is
coldre. Cent a‘emporier.
RINCART, LI BOTT CARED.
Crest craindre d’alironter une
sitaction qui dapras soi com
potte quelque pé






gu’on Heu dale de Yaovant j
re |

G Pins du caret, on va &
culong.

un Type
qui cu jen per
qui excellercit « jouer |
perd gagne, qui ne
sy prendre
ces dans ta
thése du moan.

LE MATON est
reun type dane
sraord
jours loreg
Vhablaté
est un
ne doit x

jon ast



ur YO Gn

C'est }















represente..un.
rable dans
Crest

Fotecn

seles qu'on lui fait.
posse temps agréabie. 0°
i wn le fronce...

UN ZOMBL DOUCEMENT
fst un type qui ne iolt pos de
bruit, qui n’aime pas les es











tlonctwes cutour de sen nom,
qui fsit les choses sous le



5
i
|
i
5
i

montecu de la cheminée...

LAVE MAIN SUYE A TER
RE: (est perdre tout le trun
des ovonbages acquis aa prix
de beaucoup de sacrifices,
Cest pe pas profiter de ces a-
vontages per ea-propre faute.
Ces avoir tavaillé pour des
pranes...

AU PIPIRITE CHANTART: S!
enifie & la premiére houre, de
grend meotin.



Ge sort les précieuszes ridina
4B.

LE GE CHECHE: Avoir le
ué chache, c'est avolx une au
done inoule, ceat avoir du tou
pet, cost raver pus hold aux
youn, c'est no pus craindre te
quien — dire-ton. ~ Cleat an
sats gene gui ne craindralt
pas dbieles son impudeur, s.
jomede Yor opion se préneny |
whi Voi eaendeait le fotze.

LE BEAD BATE: . Eat un
mie wengrne 4 le lenge ab
Giles dapat: Be poser
quiltiwe Gi wes Campa
fer aolt dare Vatonte do quel

| gene aren lequal.on a un ren

denrors, 0 Gallon West pas

ne, wee Cs Poutude ds te

et qui icer]









) es réunir tous





| seient un point Dhonneur de
| posséder uno molle en sinc.
: Ca qui & l'époque représenteit
une grosse offalre (gnou pa
sued. aifad),.un objet.ce. lene,
bune petite lorune, gal d'all-
jeure les rendali wes ferea de
| personne, au point qa’el






les he 9p commetinient ni avec
tee tes calées, ni avec
gone angnin, ni avec les bri-
weriers, oi avec lea sans le
nous. @) Leurs amie étatont
lles grands piques Bole Verna,
jes gene du high Mle qui a

gent en mains étaient les bier
venus, et les souls autorieés
@ yeni faire le «
PREND GNOU JOFFRE: Cast
| prendre lecture de tout le bas
















les}

veo leur cash down, leur or. /



es Vanel, Yvette Lebon, dava
" WICHEL STROGOEF
Entrée 50, 1.00, 1.50
Vendred; 4 6 bres
En lere porte:
Exterminador de Retones
En 2Zame partie:
Poul Muni ef Anna Lee dons
LES COMPLANDOS
ATTAQUENT A L'AUBE
A Columbia Picture Prady
ton.
Entrées 0.25, O50 et 1.00

& 8 hres 15
En lere partie:
i Actualités Olym

}





nlveraal)

En 2éme porte:
Allpert, Pewlene Dxchost
se Larquey duns

TITIN DES MAR

Entrée 1.00, 1.3,

Pigs



L
|

ice ia robe d'une jeune fille, | oo
j lorsque omsise, ia jeune fille Ciné Select
Pe OHS Pas S682 BUF Lands & GO hres :
ses jambes qu'elle tent en | En lére partie:

trouvertes.. dans ie bui le plus

ouvernment dexcher, de dor
rer dug! da ia
i amanigueties a ceux la qui en
ore hestaris caresserdiaat
es int ng molrimonales.
S] OU CO, CO. SI OU FP.
COPACO: Cest u

«g noembra»







ILS FERRES:

:.it de ces. gene qui dording j



noturelles. Amateurs |
rond,.. leurs. .ortails |

t jelement



& force |
qu'un Phito Ret |
membres |

i

vue de /

jana un derniat |
f

|

}



rt pour courlr sus G Yenne |
qui tragué ne terde pas a}
prs. Cela rappele ar |
peu le combo! des rois Hora i
228 #t des uols Curlaces, avec -
cette diflérence quiicl U s’agit |

dun jeu. et que ce sont lea

Curlaces» qui cette fois ci

triomphent.,.
LE -CACA BOURSIQUE |

SOURIS»: Est le synonyme de
stou pupitty: C'est une expres
g.on gui donne a enteade
que Von ne craint pas les mé
naces dont on est Yobjet, ef
gue Yon regerde comme de >
ginien n’était, On se sert &
galament, purait i, de celle
ipeution pour tourner quel
guun en dérision. En effet,
ie me souviens encore de ce
dimanche mémorable of V'E-
quipe de football Saint Mar |
coise davalt renconwer le Ha- |
cing de Portau-Pynce. Nata
rellement les Saine Marceis
iiscient du tom tam autour
de cote rencontre qui promat-
walt d'ére eansationnelle. Au
point que par jie truchement
ce la radio, ls nese faleaie nt
pds foute dannoncer avec fa
cas leur victolre certaine sur
lea gum du Recing. Oyes
donc, Un escompiaiont méme
velourner chez eux on Giom-
phe avec les wophées de la
victowe,.. lour masique de jazz
aplonndlt déja le chant de leur
eaplilt, A ce Int doe moment
pitta, Fallais dlore «rate:
an. cobicho» (Gollaie alors
pended, i Gat exactement















'
: oi oun Verna. i
“IE coucou Roucz re, OTRO
“ BFS) Pardes 0.50, 1.00, 1.56
ser d ment précéden! |
la vicwire. C’es, | & 8 hres

| Conradi Veidi, Lereta Young

a3 Cores Postiles
En @eme porte:

Cioude Rains dens

i LHOMME INVISIBLE

Hedluct

|
i
}
i
i







te production



prox
progrés
n
















Broadway Mal
En Zéme part!
Charlies Vane! dans

MICHEL STROGOFF




€

grand Him daventures 2° |

&
En lere partie:
i Dent Remember
En 2eme partie:

dans
LA ROSE BLANCHE
Magistrale production de ia
Columbia.
Un Bim puissant et rempli de
tendresse...
Entrées 0,50, 1.00 et 1.50

AVIS MATRIMONIAL

Le soussigné, Emile Mauri
ce, demeurant et domicilie a
Fabre 6e section rurale de /An
se & Veau, donne avis au pu
bic et au commerce en géne
ral, quill niest. plug responsa
bie des actes de son épousa,
uée Orémise André, en anen
dent qu'une action en divorce
jui soit intentée pour cause d’a i
wultére, i
Pobre (Ansei:-Veau) je 7°
Aodt 1945, 4
Emile MAURICE |

}
i
i
}

i

4

|



pisins poumons: Ha, «Casa
bourique sourla nan maché
Sqint Mares.

Et maimenantmonu cher Mr le
Directew: que j'ai fini de rancez,
do radoter ainsi qu'une Mada
we-Jules, maintenant que jai
ini de rendre tout mon jus
de suer sang et eau), n’ayant
vos le Held d'un Roro..., jo can
ye dans ma coquille prendre
an midi, Ge vente dans mon
some prendre un peu de re
poe), non sans voun dive: Mer
eh Pawen.

Le méme ami de votre

jour
nel Signa: -G.., : .





















jal qui dele, qui -quolte. Stond | 2 heures p.m. ---que fonten
hope eel tlre de pind de | dis de mea orellles un Ianall
tl, Gand baye. coe mi que de Racing. wéerier.



OQ) Cat & la vers de aren
| zourounes & grand frotiemant,

ared: Rkim Tamir... Gladys

» Wires Henry.




it: Gene Vane. invtensité

En, ome porte:
YOUNG TOM EDISON

i
i
i
| feos Utes francais)

Bora, Foy Balter

ma genes dun













UN HOMME BIEN HABILLE
EN VAUT DEUX
L est Yovis de tous



uveront



COMMENT EST VOTRE

VOITURE ?

~~



































SLEE

IMONIZRLEENER



















SIMONIZ MAINTIENT LA -
BEAUTE DE VOTRE vorrune

Si votre voiture est age et
manque de brillant, donne }nj
un traltemnet de luxe, de heau-
i@ avec Simoniz Kleener ot 5!
moniz! = Votre. voiture repran
dra son delat original et noty
ral ot gerd’ -protégds contre les
tiiets dévasiaiaurs de la pluie,
du soleil et de ta Poussibre.

ee. vous de Bimoniz soar
guder yoke voiture luxususe
et belle, :

SERVEZ-VOUS DE siMonr
ET G2 NOTRE vorrune



avec Mickey Honney. Geor

mise pa

Deux
4 au «Bozar Pari
ue da Magasin de VE

L MBM. les Elégants on |
nila avec plaisir qu'lis |
de magnifiques
onglaig de toute nam

ent requa.
fone une visite au
Porlsiens ou Vacceui)

cordial vous est rése









|

patheu
fois eobre et vigou
eeuvre de tendreg

;
i
}
i




t
i
i
!
!



|

i pou les mouch’ 2. moustiques, :
is! Black



| dit Démé.

/ fourmis, puricises, mi
Pleg eet un insec
Creal Ve dé
fo Sec har
poudre.

eT









A LVATTENTION DES OUVHITHS

ELECTIICIENS su “

La Maison Jules Farmer o le ploisir @avieer ay

ae clientéle tant de Is cap:tals, que de la provings

vient dé recevalr dea écheuea tds contortables, dp Gl,
supérieure, G extension de 28 et 37 pleda de Hagigg

JULES FARMER.

PROPHETAIRE






i

i

{

LM AUTOMOBILISTES,

ME VOUS ALARMEZ PLUS!

Pour la charge et lea répara |

tons de veq batteries, consul |

tez Yexpert Démétiun Price.

On répare ausgi les clacksons.

Adresze: : Grand‘Rue, No |

444, en lece de Lephirin. :
Téléphone: 2287.









Li |






WUE

ea

















Las Canois de souvetage at

wults par PIRESTONE

28 cantols de kecours pour aviona ©










aideat & scuver lo vie des combationis eur tows



heGtres de guerre.



ant : : e
Avec la victoire, leg grondes manufactures



«FIRESTONE: on



onl &@ produire des marchandises



pour les besoins civils. Et alorg,



4,
+HEOUK pneus Firesione



de Luxe Champion seront disponibles, —

gis, gorent i
gerenis pour fourniz un plus grand miléage.



arnt

irestone.

wR AUTOURDHUL,, ENCORE MEILLEUR DEMAIN



















MILLE




L. P. Aggerhoim |


















































| casion de Ia mort de leur ve: : 7 : : A
“grevd Frea cole Conle, starve do Seen rere a ie ed ide

HuS ei Jae! Gemicr, ot les Avis. important | is dei i vt

i pas \ee-apulen avoir le orl de ate
weet de croire & leur vive gra Sappelesvous qos pour go], douleurs mascalaires, Nour sates,

dint
Port-awPrines le. 7 “Aodt 1948.

Pou ‘gurmontet la fatigue.
‘Un climent scientifique ex taordincize,

General Trading Co

DISTRIBUTEUR POUR HAITI

por

c@ d'électricié ston de co
noyau appelé proton.

Choque atone est al mini |
me quil en faudroit plusieurs
millions réunie pour éqaler Ia
grosseur de la pointe d'une
épingle.

AE
yaaa dar, seed, falsons mn we
“Oa Wemomac et en sommes steel hel

fice ume) a. |

tral Vabend prendre son: billet

a Asis te sph Badsenwet, B20} oy Bu ee
nom’ Pool Baile: M.. Daade-
ion? Cal, demandes vote bu
eho wat Bate My Dendunasy
154, tus du Cente, Mateon
ramets.

MEVOR 2, LAMOTHE
fue de la Révelution on. tace
do la Chambre No. If
Aulorobilisesz, on casa de
pine, urrdier-vous ad cette o-
dresse pour réperer pneus et
chambre & aly. Un service ox
bee rapide de vulganieation et
1.82. raceord.. Services. de nuit. ot
de jour. :

LA REGENCE



Je trouve qu'il me soulage aw
ae tite, ralecwmit fax mscies fot. ae
ait Bes aiding af enomas. ‘|



Quand un atome d’uraniun
fait explosion {| se saubdivias
en deux parties approximeati-
vement dgales, et chacune de |
vient un atome complet d'un
élément chimique dilldcant po-
sant a peu pris la moitié du
~ ppelda de Vuranium, Lexps-
aion d'un atome d’uranium fi
_bére 200 millions de voltalec-
tone d’dnergie. Dans ane
bombe atomique; un riombee

‘ag

que ye tonasls f Ah

3 rout may ALA SLE TERY
Nas! Powrgnal ae preane. OUR pan un
payor} aujourd' bai

“wens, fun gobt agiésbis.
Alba-Saltzar vous et gritaté on detiy
Liansiogs.

DON N, MORR, Deulhuenr

Soya Cola.
“a fortifies.. en déantibrant

Dhl nectar do Baltimore

%) ton goft, oat al prenaat
duapréa Yon dit Encore.

_ | PIERRE 9, BOUCHEREAU

Représentont Exclusil de ic

SO)






































Pieds
Endolosis

vous vous Heneetoe
preneg us bain de
Saat yi



fait explosion simultemdément.





Ae CEREALE Qui FA IT LES DELIGUS
DE TOUS





a bombe atomique -. suctt
eG Bar-laquelle-Be--produt- y=
re destruction compléle et to
tale d'une force indeacriptibie
“f-- peut facilement couvrlr un
lertolre d'un mile de diamé
te, comparé & une surlace de














Toutes lee Uqueurs,

Us Rhum song pareil,
TOUS...LES . PARFUMS

Tous les. slrops,

Ving blanc et rouge, Madare.

Créme.-pourlevisage,.






























Kill

«lngecticide EXTRAORDIN A:
JEs tae instontanément Ponw .
ee, Reve, Lareea de. Mous:-





- Spiciclement Préparéa par la GENERAL MILLS INC.





Bp vente dene totes





lez Bonne Epleerios et em grop

ine,





isgre ieeh

























um be te Per Poudre de riz, ques. ote. otc, :
sateen Vaseline, fixcteur et teintwre | En dépat au RHUM cram | Antiparasito;
L.Preetz mann-Aggernolm ON a. ave & Divertingnens noire pour -Cheveux. PION G. 1.80 ia Beoutallle. Reméde Efficace contre le
° Poludisme Aigu @f surtou!
PRIA AAPL PIE DRILL AID ae eed
A VENDRE SERVICE Chronique.
Votliee d-15- tonnes, S'adres |-—--- IRREPROCHABLE...-|_- ARASITOL sert, com.



ine adjuvant pendent la crise
uigus,

LANTIPARASITOL doit etre
sontnné-dens lo-sale-pour =

woods «Nouvellistes. Agsortiment incomparable.
— Proviaiong Alimeminires

Machine & éctiro Remington on ‘

“Pachine & catealer Delton [PAN AMERICAN BAZAB

Bubanz, pepier carbon, Angle dea Buea Pave



;









anton Aetna ett Re

! fattes vos achats chez ot du Contre tes. DEPOT.
6. 2388 PHARMACIE DE LA PAIX
a _ Place Gelfrard,







ATTENTION? ATTENTION?
LE GENERAL TRADING CO
S. A.

Présonte
Les Meilleurs ving de TA,

leu Monitor

CEST INDIGO EN BOULE DE QUALITE.



' gentine.
Fabricants: Angel M.-Esp
ro © Hiyos — Luian De Cuye
Mendoza, Buenos Aies. ARG

Ces ving ont obtenn les p}
yaules recompenses cux Expo
vdiens de MULAN -- 1924 .-
BARCELONE — 1924.
Ving ouge — Sauternes —-
| Thampagne Dry Sec.
| bientét un important stoocz
26 Vine de Californie, en Gal
on ~— Boutelllea et Barriques
ie KO ARAKELIAN Co. --- Jes
#as imporianie vignobles des
Bats- Unis.

Avent dacheter votre vin, te
éphonez au 3206 pour les orx.







A Vachal, 4 ja revente, comme & l'usage, n'y a pas
simplement le procédé machinal de Vechange d'argent
; conte une marchandise; ‘usager & lassurance que iin-
‘digo en boule BLEU MONITOR est un produit de con-
Hance:
Liindige en boule BLEU MONITOR
grand rendement a la lessive. Il ne toche pas le linge
quill blanchit, sang le couper. Il ne se désagrége pas. Il

se vend trés bien.

Si la lessive se fait 4 domicile, “essayen aussi
ZA-DE INDIO. Si votre inge ne dure pas suffisamment
informesvous de la qualité lindigo utilised.

BLEU MONITOR est CABEZA DE INDIO. sont la réeulian |



Then — just a few years ago, many Joses
welched, as modern airports appeared







nm ike Jose hodde be con--
o bare living By. selling
neighbors and occasional





donne



joa “What changes willl) this bring-to le plus
my home?", jose thought. He was told
that Pan American World Airways. w:
sson fly giant Clippers from this newly-

_. bull airport. : owe




























CABE-

ledg Vintégrité commidiciu e et de bonne réputation de

THE STANDARD ULTRAMARBINE
COMPANY
Agent pour Haiti et les Antilea

Denis. FENELON, Port-au-Prince (Haiti W. L)
gion, “Weat Virginia, ¢ (USA).











D — ZENFANTS

La pGtisserie O —2Z’ENFANTS
in le plaisir d’ennoncer & sa
-bienvelllante clHentele. quelle
se trouve actuellemnt a la Rus
des Miacles & cole du depst
de «Rhum Nazon:.

Toujours la méme pdtisseric
| a Patés, gdtecux, bon
bons, prix abordables, qualité
mégalable. :

Noubliez pas que vous trou
verez: Liqueurs superiines,
Boissons glacées et limbatiable
A. K. 100 dont tout Portau
Prince parle.

le méme accueil sympathi
que, la méme célérité dans lo
livralaon deg Commandes, les
mémey prix.

0 — ZENFANTS

Five des Miracles, & cote du
dépat de «Rhum Nosons. ‘Téle
phone: 3435.





Penres Prutes

CARTERS
POUR LE FOIE

Univemellement connues et qui ont
déja sabi Yagrion du Temps, car en
yonte depuis 1890

Actuellement offeries en
enveloppes de 6 pilulea,

Aw prix -de Gde; 0;25-Ie
sachet,

Bxiges ce-nouvel emballage de
SOG. pharmacten

_ PETITES PILULES. CARTERS





Today, lose cam: reap a well-deserved
prolitirom his handicratr’ Fine’ silver,
leather.ond textile articles are.in growing
demand everywhere —~. and his. products
‘font slop on air-routes which span the con.” 4) can-now be economically shipped. Jose's
pUnenis. lose’s market expanded too—and ‘entire arect, too, has profited". and: is;
“the products of -his-cfalt-eould. be sold’ po aeday,-a vitol hak in an exponding chain
then throughout the Amefican world. ol commerce,

ote watched the Bret Clipper leave “his

irport ... . bringing it within hours of Rio;

few York, BA, »Chicage, Mexico City and
her great morkets—making itan impore'





























, With Bnal victory inthe Pacific, Pah: American World Airways. will
greally accelorale ita plang lor pecce’’ Giant Clippers, jiying expanded
routes, will make you a Neighbor to Gil the Americas’,








® 6









%

A VENDRE



ies Grond‘Rue No. 3h:

|
|
|| a ne
i
|
















pas & tele nue aun mile
da Liamétre; : elle séiond &











molissant lea édifices, aomant

ie whorl ef la panique.

«Surface d'annihtlations
désigne une surlace sur laquel
le 86 produit la destruction
agus aa forme la plus compld-
te des éditices at dea tres hu
Ii ngs.

La force oxplosive de ia
bombe stomique est d’envi.
ron 2000 foln cella d'une bem
pbe de Ll tonnes, main le 16
sistance de Veir ot les theta
clas rancontéa &
ea aol Lmitent la

in aurtyce
sone Worl



, kuatlon a une osurkace ben

/

| tatronomique.de. cos. atomes ;
i



moitcre que 9000 tole, fy
toh lew farperts los plage ap
proxindily limitent calte aude
ce & au moins dix fois colie

ide la bombe de 1) tonnes.

La surface d’annihilation ce

i
4

4





5



/

wier la chronicité et lea rechu | (2° le Daviken

|
i
i
|

“de marchandises &



Evidemment, les effets dey
huctia de fa bombe atom: ace
ospenctront torgement de]
droit cu ze
‘ Pesplosion; soit qu’p!
fe at Leu dans Velr avant dat
teindre le sol ou sur le gal a-
prés le contact de la bombe.




ODL DLL ALD LALLA LALA ID ADDED DD Lb th Bs tte ol tip tintin,

«LE DAVIKEN. ARRIVE

INCESSAMMENT
Bientét artive je

wens aul

« Davi-
dolt prendre du fr
pour lc Nouvelle-Orleang,
‘ken s‘arréterct
apporeillera pi Su M
Gonctives et Port-de-Palx,
Cest .&..Portde-Paix, .gurtou!



et





chargera = co.
fon, peaux, café, cacao.
Le maison de cor de





8s et des tonnes
destina-
hon dele Nouvelle@ridans-
7est tant mieux pour notre ex
portation. |

Ir ‘FONDS VERRETTES
u famend a
poult Dur




uce. pom

gomb's pour ne reveny & Port
auwPrinece que vers le 17 en
COU.



Dars ia nult du 3) fuillet au
ter Rout des voleurs ont pén4
hé dans un bureau du Gore
ge de la Shada et ont enleve
le produll de transport des ce
mions soft une valeur de 23°
lore. Le Jeuten Esienna
mul est morte & le Forét dea
P.na le 6 Aoit ne tardern pas
G& metre sar le délin
quant. Nous croyons savoir
cue des orresiations ont 606 o-
pérées.






la om



aue

Le & aodt les Boys Scou's
de la Troupe St. Georges on?
jevé le camp & Fond Verreties,
en vue de s'établir au Refuge
e! de la & Savenne Zombi, Te

iseront & PorhcuPrince le 16

Aoilt,

AVIS
Lé aoussigne, Magishat Com
muna de Leogane, folt ser
voir @ ceux. qui penvent 1
gnorer, que aq demebre et won

| Comicile se trouvent & Léoga

Batterie de Jace &. vendre one
sadressey & Mr. André Char Léogene te 8 Aott 1045.

Rosemond. KERNISANT














We pene conclure la Puix Les

: sence net ge).








Baia, Seat













. Seeréiire- dé Ekat- Bymnes-c-on-





“gident Truman gal cu nom des

ood a Message do Mie | +
hede Bicoke, Las Mivdse Mor
lov en thormait le Président
Trumen et le Premier Charchil. |
{
|
ps
i
E






WASHINGTON 9 Avit— Le

noncé qué la conidvence Jes
Praia & Potsdam, c's) le Pré- |





ailids de fOuest a demandé 4
ld Russie de se jolndre & ous
gontre Je Tapos. La dénoncier 5
Bon du Pacie de neutralite en-
ive Busses 22 Jepontie ne deve-
pect effective que le 25 Avril
$948. Mais le Président Truman |

{





“pour la pleiiigse fols invequa

bn
Vorticle 103 de la Charte de
San-Francisco, 2 fut conveny |
dlérs que Biete-Unis, Grande |
Batagne- et Chine enverraient i
un ultimetn au Japon. Ce gui |
2 Syant reisd ii

t

lov a eu a convoquer les Am-
boussndeurs dea Eteise-U
wotide- Bretagne ef de
cour leur ar
von de guerre
fapon.
MOSCOU
ce des armeécs
treme Onent










le, comune les
bombe oalomique

_ A LG ws

plons al:

eurveiies

bme Bens:
plong
nO, d: & avert
ment amernc

rier L840 et

eke



Octobre.

cllemenda :
}
i

s



1944 que les wepions
soni arrives,

GUAM 3
Romie a
les WNVales sous SOI








-
flemeni donneront tok
lance ux
conte le japon.

SAN FRANCIOCO.-
Tokio rapporte que le quarter
général imperiai aa A
que les cvions sov.éugqu
yéclisé des raids dispersés sur
les régions Nord de in Corée
et de la Mandchourie.

SAN FRANCISCO.- Lea for

ces de terre de larmee rouge

























Pviren S00

P nieye

(me que dea

“Fokio dg informé que dés:-com-
pats viclenis sont en. cours +
dane toutes leg régions enva-
jas por lea forces de l'armée
range de POrient.
AGUAM.— . Nagasaki.
eheitite par la 2eHie “pons




womigque lancée par lea arse
ceains, Cette ville_est Je sib:





de compagnie Mistubush
evicteurs qui ont jeté ja bom.
be déclarent que les résultats ;
sont excelente, On commu- :
siquera les détails aprés le re
four de loa HABBO, ee ewes fe
Immédiatement avam Vécla
foment de la bombe atomique | |
sur Negasaki, Jes unigné | ,
ch général Spactz informait |
gue 402 super forferessos Vo- |
Jantes avaient deversé 2.300 |
tonnes de bombes incendiul- |
es et de démolit! jon avec dex-





annoncé offic!

grands objects. Trois oPPe



(Us me sont pas revert
cea raids,
Por aillews, 78 chasseurs

i prenant leur envel de lwo ime |
cut attaquela région de Osu.

, ke hier. Les incendies font ra
ge dans les régions industriel
3 de Fukuyama &@ 420 mie



u Nord Est de Kure apres le |

i
}

pussage de 82 super fovteres-
ae

sos volantes. qui.onf daversé em

tonnes de bombes

acendiaues.

SAN FRANCISCO.-~ En der- (
hens ReadioToklo infor

He avires ae quer



|
i
i
i
i
{




ye bombard la ville japo

de Kamaishi apres qu
}.100 avions eurent ctlaqué la

sarge eeptertriondie. de Me





lie én

ro @ in radio un rapper
peuple amércain sur les
sulteis de la conférence de



Postdam.
PARIS... Hier le géneral
Bergere!, ancien chef de ia



vietion droinge ge du qouver

i
' ; Rement de Vichy a fait ane? ré) Yés,

Siation sensationnelle: I-adé :
jaré-cme Veviatlon -trenges
vec Yopprobation du more |
hal Pétain avait fourni Bes |
informationa sur jes activites
at jes mouvements de ta Lut i
walle por Yintermédiaive det
radids clonddstines © pander
route Yoccupation allemance
de France.

Bergeret a cussi révelé que |

,

et









i
i
'
i

Si bise navale de Raskin





ont ét6 discutées.

+
i.
jou










i



chocseurgs ‘cmiéricaing. en ar

toque co wid plusieurs objec)

Bis da 1 Quest de Honshe.

Heuliant général ‘Albert C.. We
gemeyer, “ominandant ‘des tor:

04 oméricoings en Chine
conldré avec ‘des reprdean+
jonis “miltcires ruseea, imm2-
distement aprés ia publice-
Yion de la déclaration de guer-
ge dé la Russe Gu Japon.
ieee Selon

sources milltalres
Yobjectit vmmediat dea forces

sera Vinrportants

dus.

la Corda.

NEW-YORK.- La caesar
nion lédérale aes comm
tons américulnes 4
gdio de Tokio de
péche de Moscou
que Yambossadeur japor
Moscou, Saio et tous les m
yes du corps Siplomatiqne nite
pon ainsi que les
dants de presse ont 48
rés @ Yombossade jeponcud
aprés ja déclaratein de gquarre

WHSHINGTON.— © a














saires, diplom
tfiques des e

tat de ler Guere, Simson a
comérence,
communi
lnfa 8@ publlé sur

pis part a celle



st

ln nature des questions

Md

epul

t etd
NEW-YORE
Mescos Gans une aépache

4 a €
8
ah
Bs
sy

a





ren:

moment de Yavante aueman
dervers ia Volga.
MOSCOU.-- Des sources o!
Hes russes ont 1évélé
que le Taper s
deux
cuy alliés mais 4
estions> ont éié
par HAngiaterre et 88
probablement
ow vet les yétaden ni pas
mes qux conditions de
on incondjfonn



fh.
@




&
repauw

a
a
wR



LONDRES.— Au cours
a conference de presse
commandant supréme dea ior
cag allies dans Sud-Esi 3
[YAsie a réevelé aux
tes que Jentée en querre ae
ja Russie obligera les japo
roa a employer pour ia pre
migre folie une grande pa..e
de leurs forces et probab
ment elle activera la fin des





journa





ent envahi la Maendchourle. le moréchal avait envoye en | hostilies en Exnréme Orient.

Le communiqué japenais re code secret un cablogramme }

vele que les forces de la gor | ordennant cux forces haugal-
rison joponcisa en Mandchou j aes du Nord de YAgique de;
jointes troupes | cesser la Intte contre ten for
“pupiie dans la iat Pces anglo-americaings" “Or ee
ie conte les mazes. evedt conlié Yavenir de Yem- |
SAN FRANCISCO. Voici-lej pire froncais. dans. les snains..



l soir le haut

NEW-YORK.— fJusqu’a ce
commanderent
soviéique n'a encore, publié

wucun cofifauniqué officiel

“concdmmam Ye développement

des opdérations militaives 1us-
$03 en Mondchourle at. 4m
Coréa, oo apo bibs:

NEW-YORK.-- Ce - 2dr le

texte du communiqué public de Yamiral Darian.
commission fédérale des com-

. ce matin por le quarter géndé- Mi t
rol impériak 7e@ rwce ae
«Aux environs de minult Dernier 3 ME ‘pamunications américaings 2
Akt une partie de Varmée so-- @ 4OUT HEURES P.M capté la radia. de Moscou on-
NEW YORK.— Le radio de nougant que les forces sovié
j ptques ont aéalisé une. grande

widtque, aprés avoir fanchi
jen Pdrties orientales et occl: | Paria a annoncé aujourd’hul ;

uvance & bavers la plaine de
lo Mandchourie.

denioles de la frontiére mand | que selon des sources officiel
choue o¢ déclenché = J'at! taque. on caméricaines la conlérence

Quelyuds cviony russes ont ré | internationale de Tanger Ser¢ | QHUNGHING.- La Leute

edisé dea attaques dispersées | incugurée le 10 Aodt. (On ne | rong géndzol, Wedemeyer,

contre le Nord du Mandchow- | sossade cependant GUCERE | commandant des forces adrien

ko et le Nord de la Corée. Deux | confirmation de ce rapport). Les américaines en Chine ¢

forces de Ie’ garnieon nippo-; NEW '¥: - lar commis }(gydi6 & une conférence de

neundchoue ont-engagé len en- | sion iéderale des commudion -proase que les américding gc

csinninippty tienes pour ge défendreLa | tons américaines a eapté lo |Yatent depuis un moia que jes

| annon-| ®ysses allajent déclulee ke

généraliss'm® |) guerre au Japon.

Yalle eat an progréas. radio de Chungking
SAM FRANCISCO. Radio | gant que: le
feklo soulligquea ont tremend We) mia wn islegramme & Stalino cfiiciellpment qa’une © forina-
todviars coandthous © &. YEst4 pour dut-exprimer. ses plea | yin de 80 suparforteresses vo-
gar une ligne alout de. Bun-| gincires remerciomenis. et 84 | lentes. amérikdines a encore
chun & Suiou. dens la xégio’ de | profende qdmirdiiony & cause | opérd das coups ou but sur
Wadlecds a de YOuest, dont.| de lo déclaration Ue querte de | Vonporiant conta Whuile d'A-
. Jes epreond de Meachoue. Baa | io Busse au lapon. Da dacle- | magencaki pres de Osaka. |
—wbme moment a 06. signa 36 que Varmée chinolge Gal |. PARIS. Aujound hai le
Me ie les ovine sees bom sliste de se butte dpaules con | havle cour do justice « enton-
ldcient lee vitae de Bot ie Aeeilens es FO du lee. depositions du mejor

: “ ee Gene et dquives gor a































chingings :





t





vongnous trouver

sie Son nos, je. recoils

que vous portez a Je question

teindinis, jo n’oi jemels man

ciex noe pays qui est si mal-
conne & Pétanger. Lien der
ex, jal prononcé plusieurs

i gortérencea dans les milleux

Universiteires essoyant de fai

grai visage de notre Haiti. fe
ne me suis pas aréte 1a. A
ne nEastman Kodak ot
suis stingiedre, oa premicr
ingévieurs jusquian pelt
vier, jo fournia dee rensei
nenig sur Haiti, et, féprou
le sertisteetl
réclisont maintenant que
pays nest pas seuls
e temple du vaudou at

fon nest pos







vous dire quill
ceux qui veule

fomps meilleurs geront reve-

Maia la méme questlo
revient sams cesse esi cel
init! atelle un bureca
ame crux Etats-Unis? Si
feat faire un pen
ité cor nous ren oe




























eat ie cott de la vie?
sont les moyens de
Quels sont les di
18 yous aves &

Bene.

Mongleur le Directeur, je ne
appends rien en vous @
que les Américains qui



1s



Wé des cladins
demandent qu’é s‘dloi
villes pour s'anivrer
ug de la campagne,
me demande sans ces
ourToner nos visiter ia
gne, assisyer aux bol:
the apts, voir les champs
de sanne & sucre, de coin:
de coié. de banane? Le pé-
ch

2 estelle 0! ? rae |
rgcmisée? Pou | conmuNnIQUE DU DEPARTE.

des che-}
voun? alc... ate.

Note pays. voyez-vous, peut :
emasser uty fortune lorsque
2 trarieme sera bien orqani-
sé, lereque “Port-au-Prince ct
Kenacoll ne constitueron! plus
esseptielioment le «Centre da

ourisme en Haiti-.

suis. décidé & vous écrire coi

te Yire cords avoir longue- |

moth canséd & un jeune a
pelnice Miz. Jim Steg, main:
nong-servant gon paye duns
les forces crmées, Steg s''n
téregse beaucoup & notre pays
at aon premier devolr sera de
nowg visiter apras la guerre.
Ente temps, mon ami
cralt entrer en correspond
ce avec le «Centre d’Arts o.
hd foumira les renseignements
que, mol profane, ne saurais

VOU





Livi. donner.

Connaissant lintérét quo
vous portez, Monsieur le Direc.
tour, & faire connalire notre
Pays & V'étranger, jo ne donie
pos que vous demarderez qu
Comité du «Centre d'Art 4'6
crire. au plus tt a: Monsjenr
lim Steg. co. Betty Steg..

ndusirial Relations Dept.
Howkeyes works, 1447 $1
Poul Street, Rochester, N-y. U.
&. A,

Vous semerciont mongieur
1a Directour, jo vous prie de re
cevolr. mes meilleurs gant.
ments. d'admiration.

5 Alix LAPONTANT
enelen ambasscdeur de: Vieiy
muprds das qllerends et da
Demand, ancien chet dela int
lice de Vichy,



qué Yoocasion de faire appré

te. comprandre et. admirer Je |



de .constales.












pays lorsque les |



ter Toke pays soni ;

|

len chorgement de tigues-bang”
|
de vou Vintérs nes: Le chouiiewr a ew le man 7












i
i
i
i


















j







i
:
i
:
|
i
t
|











( eau

ide G. 1400 a até

” Monsieur le Directeur, je me i Prince, laquelle sentence a été |



\confirmée par arrét du Tribu-

he th
geo, tera section se da le.
commune ae. Senden, de =

sant -ou-Dépule Mare foe
conduit por-le chaulfeur André
Nosly-a chavixé tendis“qul se
dirigeait ou Cap-Haltien avec










j-gouehe facturée; cucune per
4e de -vie- humaine n'a éte-enr”
| reqistrée. La wictime a 416 im-
médiatement tansportée a
YHéptel du Cap @ bord d’un
‘autre comion. Juge de Paix re-








tion de aera | Axe, Lite |
He est géographiqubment et
logiquement. le premier objec .



cuis, formalités légales rem } tit...
plies. ne
vee 10 OCTOBRE

i

A la lére section rurcle dea
Vertes. sur Vheb tation Cont
Sondé, ls escarbiles lancdez
rarune locomotive dela Com-
pagnie des Chemins de Fer onl
incendié quatre (4) chaumiéres

«Dans Yapres-midi, discus:
sons concernant la Groce. La
| Grace ne peut plus. ren.dou[ di
ner pour la simple raison qu’el ¢
lo na sien. Sih now conti
mots aur la méme base, c‘eat



































cppartenant & divers indivr [ia faillte complbte dana deus
dvs. Peres non encora @5t- 1. mois.
méea. La classe. moyenne gatfor) pote get

Louis HAV
ociin, ve
pe dé oi

(paw

coa déx doffrir sea bljoux, |

Le vollier Jotte No, 82, con ises His, et quelqueto’s mime




















































































par le capitaine Norm’! | gas Giles, pour pouvour. mcm e

us, a fait naulrage dans | gey, qa, Von

g paréges du bord de mer de La sunté de Mussolini reste abo
lean-Rabel 60 barils de inchangés. ,

sel sont perdus. Aucune per
e na été enze-

2On ne salt pourquoi at
rien n'est dit 4 ce sujet, mais
ub a datroces douleurs dest
rac.






de vie hum
sgitée, Formaltés legales rem-
lies.



oC





a”
* eae

OCTOBRE :

«Je recois Himmler & la ate +
ten. Le souvenir du front
est un cauchemar, at il ne ley:
cache pas. Ce n'est plus le
méme Himmler qui en 1938,
tombait on désespoir G cause
ée Accord & Munich qui a-
vait fait avorier ia guerre,
: Maintenant i parle des dfffi- |
cultés, de sacrifices, de ce qui.
a 66 ialt, et surtout de ce qui :
:i1este & falres,

A Yendrolt dénommé Pat | yy
S. Pierre & Pétion-Ville, le nom: '
mé Désir Exinor est tombé ac-
cidenteliement dune camionet
te au No. 3089 conduite par le
hauteur Ducosse Deltine, ve-
nant de Port-au-Prince, dara
iaguelle Jl avait pris place. La
victime fut relevée avec des
essures & la levre inférieure |
et au bras geuche et fat trans
portée & VHéplial Général pou
les soins nécessalres.

aoe



3

Biement>
Crest 3
ogg ar qui
open imen
gant res:

«Dian .

eae

17 OCTOBRE

«Les Allemands exigent rne
belle somme da le Grace qui,
ans quelques mois, causara |
iz chute de la drachme..

Mussolini a été.si loin gall
i sest éerié:
| «Le seul moyen.d’exvliquer
une telle attitule bestiale de
la part de /Allemagne, c'est
que les allemands sont con-
vaineus quills ont perda, af
gue, puleque lis doivent mou
rr, is pensent & créer une
conhuaion. générale.»

ove

19 OCTOBRE

«Mussolini se prépara't & | dans Io tonne
party de son Palale de Venise | role & la foe
LOTERIE DF VETAT HAITIEN
: 3 Gdes. 50.000,00 ‘du ler, ?
gros ict du trace du 7 Aoft |
ont de payées & 3 pécheurs da
berd de mer de Portew-Prince

Ce turent:

Mare Chéry. 2 coupons, fo
i geph Simon, 2 coupona, Lamor-
vine Bazelaia, 1 coupon.

LW Administration

A ta Forét des Pins, le Bu-
du Dispatcher de la SHA-
DA a été forcd et une valeur
emportée.
Dee recherches sont en cours
en vue d'eppréhender le ou ,
les ddlinguants. :

Bow



gamité, ¢

Sur habitation Platen, 2éme
section rurale des Goneives,
onge {11} cheumidres apparte. |
nant & divers individug = ant
tris feu accidentellement. Les
pertes ont 416 évaluées & G. 1.
800. Formalités légales
piles:

Ye pure,
ae YAU
TAbsolu.



rem-

sont les
deur jie
| MENT DE LA DEFENSE NALE.
Measieurs Max Audain 4! ve
Excellent Desrosiers, condom. his i
nés & ia peine de mort le ler.

Marg 1945, par semience du |
Conse'l Supérieur Militaira et '
| Permanent siégeant & Portou-



nal de Cassation, ont été exé- |
chtés le mard! 7 Aoft 1945. a
& heures p. m.

|
i
|
i
'
j
I
1
40%, ces
PortawPrince, le 8 Aodt 1948,
i
i

shore J
& force
de theo
% de |
2 Benth co
Ss, O17



MARIAGE
Nous annoncgons avec. plai-
ele’ prochain mariage de «
Melle Virginio FONTAINE
aves
My. Josué LECONTE



Dites aux personnes ignoran-
tes de ne pos souffler sur le
lait tede desting & um entant ; La Bénédiction Nuptiale
Vest aussi détestable et dan | leur sera donnée le samedi 18
gereux que de porler & sa bou | Aodt & 8 heures du solr & TE
oe ‘e guillérée de panade | giige Wesleyenne.

gqu'll doit prendre, Cer

Service de la Propagande $.d‘H conjoint. “some

4

«



A tous

lsycoins
de rue