Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
â– 
...QU0T1DIEN
LE PLUS ANCIEN D’HAITI
Fondé en 1896
Directeür et Rédacteur en chef
LUCIEN MONTAS
Administrateur : Mme MAX CHAU VET
MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESS!
Adresse : RUE DU CENTRE
No. 212
PORT AU PRINCE (HAITI)
Phone : 2-2113 - 2-2114
BOITE POSTALE • 1316
No 20.135
tBime annit
MERCREDI 16 DECEMBRE 19 70
L’Orientation Scolaire
por Dominique Ltorenzi
(. onseiller - Pédagogique a 1'lnslitut Frangais
Election du premier Evéque
Episcopal d’Haiti
Les troubles en Pologne
Le soucl de l’épanouisse-
ment de l'individu, des rax
sons économiques et socia
les font de l’orientation sco
laire un probléme pédagogi
que trés important, inévita
ble, de notre époque.
H faut distinguer l’orien-
tatlon scolaire de l’orienta-
tion professionnelle. Celle-
ci dirige l’enfant vers un
genre d'études, celle-lá vers
une profession. L’orienta-
tion scolaire prépare l’orien-
tation professionnelle mais
ne se confond pas avec eLle.
Le choix d’une profession
est dans une certaipe mesu¬
re déterminé par les études
faites mais d’autres élé-
ments jouent au moment oü
il faut prendre une décision
précise : ce sont les débou-
chéB, les offres du marché
du travail, les besoins de la
région. du pays, les indus¬
tries, les cultures, les activi-
tés á développer.
L’orientation scolaire di¬
rige l’éléve vers plusieurs
possibilités de specialisation
entre lesquelles Torienta-
tlon professionnelle l’aidera
á choisir en fonction de -ses
moyens, mais aussi des cxi-
gences économiques et ;o-
ciales du moment.
L’orientation scolaire s’a
dresse particuliérement aux
enfants de onze ou douze
ans et doit s’étendre sur plu
sieurs années. Pourquoi cet
áge? Parce que les aptitudes
iifdividuelles ne sont pas en
core affírmées. Avant, les
goüts et les intéréts de l’en¬
fant caractérisent beau-
coup plus l’áge que l’indivi-
du. Ces goüts et ces intéréts
D’un iour...
... á l’autre
... Symbole de l’aveuir :
dans le ciel de France, alors
que le B-747, le paquebot-vo-
lant d’Air France entamait
sa desccnte sur Paris - Orly,
le Capitame sígnala aux pas
sagers qu’ils pouvaient obsci
ver dans le ciel le «Concorden
en vol d’essai. On ne vit, dans
le lointain, qu’un long sillón
de fuméc grise.
Symbole de l’avenir : le su
per - géant B-747 ouvrant
l’ére des transports aériens
de masse el le «Concorde»
inauguran! l’ére des vols com
merciaux á la vitesse super-
sonique...
X X X 3Í
. Un usager du téléphone
nous sígnale qu ayant un don
ble abonnement, un pour sa
résidenr.e á Pélionville et l’au
tre pour son établissement
commercial á Port-amPrin-
ce, la Téleco refuserait de lui
donner deux exempl aires du
guide des telephones. Ayant
offert d’en acheter le second,
il s’est lienrtc au méme refus.
Est-il obligé de se «baladcr» a
vec Pannuaire unique dont
¡1 dispose, se demandc-t-il en
invoquant les inconvénients
de cctte pratique de la Tele-
co qui, á l’analyse, ne s’expli
que vraiment pas
xxxx
. . Dans ce numéro, notre
collaborates Anatole Cy-
prien, que nos lecteurs n’ont
pas lu depuis bien longtemps
— du moins l’humoriste et le
satirique — prend la défense
de la mini-jupe, avec le re-
tour en force de la midi et
méme de la maxi.
Sous les tropiques, quelle que
soit la saison, et dans les pays
tempérés,particuliérement au
printemps et en été, la mini,
je crois, a conquis presque
totttes Ies femmes et ce ne
sont communs á tous les en
fants. En effet, tous aiment
et pratiquent avec goút spon
tañé le dessin et le chant jus
qu’á dix ou douze ans. Mais
vers cet áge, le plus grand
nombre perd ces aptitudes
que conserve seule une élite
de futurs amateurs ou artis
tes. L’explication de ce phé-
noméne est complexe, mais
il est trop fréquent et trop
important pour le négliger.
Ii faut attendre, pour juger
l’enfant, la pérlode de la
puberté, cette période qui le
transforme profondément,
qui efface, confirme ou ré-
véle ses aptitudes.
Ainsi le voudrait-on, qu’on
ne pourrait charger l’école
primaire de l’orlentation.
Dana le premier degré la
matiére enseignée elle-mé
me contribue acessoirement
á l’orientation, elle est sur-
tout un moyen pour attcin-
dre le but qui est celui de
l’école primaire : donner les
outils indispensables á tous
et á toute formation ulté-
rieure : lire, parler. écrire,
compter, dessiner. develop â– 
per les facultés d'observa-
tion, le goüt ele Mais l'é-
cole primaire ne concluí
pas. parce que l’áge de on¬
ze ou douze ans iv> permet
pas de conclure
/Volr suite en paee 21
an-
c.’est
Comme nous l’avions
noncé antérieurement,
ce matin qu’a eu lieu l’élec
tton du nouveau Chef de
TEglise Eplscopale d’Haiti. II
les deux groupes d’électeurs
Avant de passer aux votes,
Mgr. Marmione dcnna lectu
re ses dispositions canoniques
concernant l’élection d’évé-
remplaceta Mgr Voegeli qui ques de diocéses missionnairefc
atteint l’áge de la retraite. Il II existe deux procédés, a -
sera aussi le Premier Evéque
haitien de l’Eglise épiscopale
d’Haiti.
A cette occasion, La Cham
bre des Evéques de l’église
anglicane a délégué ici trois
prélats pour diriger les assi
ses électorales. Ce sont :
Mgr Marmion de Kentucky,
représentant du Président de
la Chambre des Evéques,
Mgr. Kellog , Evéque de San
to Domingo, R. O. Mgr. Mar
tin un congénére. Evéque
suffragrant de Long Island,
N. Y.
Les trois prélats ont con-
célébré une messe ce matin
á huit heures á la Cathédra
le en présence d’un grand
nombre de fidéles.
Peu aprés la messe, la Ré
union Spéciale étuit eonvo-
quée dans l’enceinte de la
Cathédrale. Selon le droit-
canon épiscopalien, les quel
ques prétres du dlocése mis
sionnaire d’Haiti sont élec-
teurs. Deux d’entrt eux qui
ont atteint l’áge canonlque
de 30 sont éligibles Les dé
légués laíques des missions
du diocése sont agissi élec -
teurs L’élu doit réaliser la
majorité des suffrages dans
oposél
is Luc
DOlnte,
Inauguration de la Clinique
Dentaire Scolaire
AU CENTRE DE SANTE
Ce midi, le Secrétame d’E-
tat á la Santé Publique, Dr
Max Adolphe a procédé á l’i-
nauguration de la clinique
dentaire scolaire du Centre
de Santé du Portail Léogáne,
une étape de plus dans le
beau programme qui vise á
doter nos différents centres
de Santé, de cliniques scolai-
res modemes et bien équi-
pées
Le Dr Máxime Roumain,
Chef de la Division d’Odonto
logie prononga á cette occa¬
sion une magnifique allocu¬
tion, dans laquelle il porta a-
vec bonheur l’accent sur la
politique Sociale de S. E. le
Président á vie de la Républi
que. II dit combien le Quar-
tier du Mome á Tuf a tou-
jours été cher au Président
Duvalier. II rendit ensuite
hommage au Ministre Max
Adolphe qui, dans le contex-
te de la révolution duvaliéris
te, applique systématique-
ment et avec dynamisme le
programme du Président Du
rvalier, dans le domaine de la
Síinté
Le Ministre Max Adolphe
qui a évoqué avec émotion ses
souvenirs du Morne a. Tuf, a
souligné que le Dr Máxime
Roumain et lui marchent sur
la voie drolte de la révolution
Duvaliériste. H a souligné
que les Centres de santé de
Carrefour Poix, de Baradéres
ont été déjá dotés de clini¬
ques scolaires. AujourdTiul,
c’est le Centre de Santé du
Portail de Léogáne, demain
ce sera celui de Pétionville,
de Mirebalais, etc. Nous con-
tinuerons, dit—11, & travailler
durement au bénéflce de la
DU PORTAIL LEOGANE
collectivité jusqu’au triomphe
définitif de la révolution du¬
valiériste. II a íélicité l’Ingé-
nieur Raymond Petit et les
ouvriérs — volontaires de la
sécurité nationale — qui ont
réalisé les travaux.
Afvant le Secrétaire d’Etat.
le Dr Nerva Gousse, chef de
la division d’hygiéne rurale,
avait porté l’accent sur cette
nouvelle réalisation du Dépar
tement de la Santé Publique.
Cérémonie significative.
Nous félicitons le Ministre A
dolphe et son collaborates le
Dr Máxime Roumain de cette
nouvelle et combien utile réa
lisation au service de la jeu-
nesse scolaire
vait-il dit, l’un consistant,
dans la nomination de l’évé
que par la Chambre des Evé
ques avec la cocpération
d’un comité local, l’autre qui
permet au diocése d’élire son
evéque, ce qui est le cás
pour le diocése missionnaife
d’Haití.
Les candidats pro)
sont les Révérends Péres
Garnier, Lafont Lapolnt
Octave Lgfontant Christian
St Vil, Jean Michel, Limón
Louis, Previus Gay Dickens
Celestin.
«es bulletins com distri-
bués au groupe de prétres
puis au groupe de délégués
laíques .
x x x x
ELECTION
Le premier tour de scrutin
ne fut favorable á aucun des
huit candidats. Les Révé¬
rends Péres Prévius Gay et
Christian St Vil qui n’avaieht
obtenu aucune voix du cOté
Rapport du Comité
de l’OMS
NATIONS UNIES (AFP)
Les experts du Comité de
la surveillance internationale
de la maladie de l’Organisa-
- tion Mondiale de la Santé n’é
cartent pas la possibilité que
le choléra continue á se pro
pager et réapparaisse dans
des régions du monde d’oü il
avait disparu depuis long-
temps, annonce-t-on á l’OMS
On estime done á l’OMS
qu’il est urgent d'informer
les Gouvernements aussi bien
que les populations des carac
téristiques du Choléra, afin
que soient prises les mesures
irrbtfonnelles et ineffieaees,
fondées sur une appreciation
inexacte de la maladie dans
sa forme actuclle.
Les experts rappellent á ce
sujet que le cholera El Tor
est aujourd'hui une affec¬
tion bénigne pour laquelle on
posséde des moyens de traite
ment efficaces et peu cou-
teux. En conséquence, ríen
ne justifie qu’on le considere
comparable au cholera classi
que du siécle. La grippe, par
exemple, constitue sur le
plan de la morbidité et de la
mortalité. une menace beau-
coup plus sérieuse.
du Clergé électeur retirérent
leur candidature.
Par ordre de préférence ex
primée par les suffrages les
candidats favoris furent :
Luc Garniel, Octave Lafon-
tatn, Lafont Lapointe.
On passa au deuxiéme tour
de scrutin.
LE P. LUC GARNIER
L’EMPORTE
A deux heures 30 au cin-
quiéme tour de Scrutin le Ré
vérend Pére Luc Garnier Tern
portait. II regut les félicita-
tions de tons. II adressa des
paroles de circonstance á Tas
sistance.
II sera consacré dans deux
ou trios mois, le temps de
remplir les formalités pres-
crites par le Droit Canon.
Nous lui adressons nos vi¬
ves félicitationsv en y ajou-
tant nos voeux de fécond
apostolat.
PARIS (AFP). —
De graves troubles dus
aux difficultés économi -
ques que traverse actuelie-
étre á Torigine de cette flam
bée de violence qui a débuté
Lundi.
Selon certaines rumeur?
recueillies tant en Allema-
ment la Pologne ont Aclaté gne Fédérale qu’en Scandi
H O v» n IWA1 r. Trillrtn T i té Ann 1 1« 1*1 iri/\ w. A1 r. Z l j ■
dans trois Villes du Littoral
de la Mer Baltique : Gdansk
(Ex Dantzig), en Pologne
(Ex Dantzig), Gdyna y So
pot, localités qui forment
un ensemble appelé couram
navie, mais qui n’ont pu é-
tre vérifiées. Toutes les com
munications téléphoniques
sont coupéés entre le grand
Port polonais et la Capita-
le, les Services Publics et
ment en Pologne Tripleville les Transports en commun
(Trojmiessoie).
Ces événements d’aprés
TAgence Polonaise PAP ont
fait six morts et plusieurs
dizaines de blessés. De son
cóté, la Radío Danoise a fait
état «de nombreux morts et
blessés dont 150 miliciens
certains griévement at -
teints». Une hausse brutalo
sur les prix des denrées ali-
mentaires décidée lors de la
demiére réunion du Comi¬
té Central du Parti parait
In&t par Claude DAMBREVILI.h
Hier aprés - midi, est parti souhaitons de connaitre chez
pour Lausanne Monsieur Ser nous le succés le plus com-
ge Rocha t, de nationalité suis ,-jilet.
LE PROCES DE BURGOS
Les Franquistes préparent
la contre - o£Eensive
MADRID (AFP)
Les partisans de l’Ordre
et de la Tradition Franquis
tes préparent- poqr demain
deux manifestations qui pa-
raissent donner le signal d’u
ne contre offensive spétacu
laire aprés deux ~semaines
pendant lesquelles le procés
de Burgos et l’agitation popu
laire ont été au centre de
l’actualité. Une annonce de
célébré en l’honneur du com
missaire Meliton Manzanas,
du garde civil José Pardines
et du chauffeur de taxi Mo
nasterio, tous, trois assasslnés
au pays basque, aura lleu á
midi dans l’Eglise de Tincar
nation, sur la place d’Orient,
tundís que fes espagnols de
tous bords sont inyités á ma
nifeiter paclliquement á 13
heures sur la méme place, fa
la rubrique nécrologique du ce au palais royal.
Journal Monarchiste ABC ap D’autre part, une conféren
pelle ceux qui n’oublient pas
á assister demain íi une mes
se á la faémoire des victimes
du terrorisme de l’Etat. D’aü
tre • part des tracts convo-
quent á une manifestation
d’affirmation nationale.
Le service funébre qui sera
ce qui devait étre prononcée
par Rancien Ministre Frede
rico Silva Munoz, á l’école
de Haute Direction et d’Ad
ministration de Barcelone,
sur le théme de l’organisa~
tion de la liberté, a été Inter
dite á la derniére minute.
LES SPORTS
Régime severe pour nos sélectionnés
Environ' 1.000 personnes de combinaisons
ont assisté hier aprés midi á conques laissent
la séance d’entrainement de progrés certains
- . . la sélection nationale. Le 1er
sont pas Ies hommes l^^on élément de satisfaction est
le rappel de l’avant centre
du Racing, Leinz Domingue,
dont on avait regrettó beau
coup l’écartement de l’élite
de notre football. Comme
l’entraineur
traríeraient celles-ci. Pnur-
tant, la maxi et la midi, a-
prés une premiére offensive
infrnctueuse, ont effectué de
sérieuses bréches.
Sans condamner ou rejeter
assez bien
espérer des
pour l’aye-
nir d’autant plus que les in
ternationaux ne sont qu’á
leur seconde joumée de pré
paration.
la mini U faut bien avouer nous le dlsait
ta mim, u , affinent fédéral, Ahtotae Tassy au
que le§ robes maxi
.la silhouette féminine et ne
sont point dépourvues d’élé-
eance. On ne pourrait dire
autant de la midi... C’est une
micro «d’Atout-Sport», Tab-
sence de Domingue de la lis
te des pré-sélectionnés n’é-
auvauu u*. tait due qu’á une fácheuse neur fédéral essale en défen
oninion et comme Técrit Cy- erreur de daptylographie. se le quator : Jn-Joseph —
_ V* 1A A Vfn«4 tMa 11lA.i«n rt nil AlMlfiO flu TIP- TIa *.l On/t T>A ** 1 ... A
Evidemment Tassy en est
encore aux tatonnements et
il est assez difficile de pré-
voir ceux qui auront l’hon-
neur «le porter le maillot de
cette sélection new - look.
Pour le moment, Tentrai- joueurs brésiflens, et consti-
Dans ce cas, pour perforer
leurs forteresSes défensi-
ves, la participation des ar-
riéres-ailes au jeu d'atta-
que est trés Importante. Rap
pelez-vous le travail de Eve
raido et de Carlos lors de la
finale Brésfl-Italíe de ia
Coupe du Monde. Carlos Al¬
berto avait méme inscrit le
4e but brésiHen.
Cette tactique n’est pas
seulement Tapanage des
se. Monsieur Rochat appar-
tient aux Nations Unles, sec¬
tion de l’Organisation pour
TAlimentation et l’Agricultu
re ou FAO. Monsieur Serge
Rochat, sgécialisé en Trans¬
formation et Commercialisa¬
tion, préte ses services au
Projet de développement de
la plaine des Cayes ou
EDAPS. Cet expert de l’ONU
sera de retour dans un mois.
Il fut salué á l’aéroport par
Madame Ester, épouse de Tun
de ses collégues des Nations
Unies, et par Monsieur Erma
no Pétoia, Secrétaire exécu-
tif de TED APS.
XXX X
Son Excellence le Dr Lc-
bert Jean-Pierre, Secrétaire
d’Etat du Commerce, est ren
tré d’Europe hier matin. Sur
invitation d’Air France, il
vient de faire, en compagnie
de sa distinguée épouse, le yo
yage Pointe-A-Pitre — Paris,
á bord d’un des Boeings 747
de cette prestlgieuse compa¬
gnie frauqaise. Madame Jean
Pierre, nous a dit le Ministre,
a prolongé son séjour en Fran
ce.
X X X X
«Bonjour, monsieur, e'est
mol la femme qu'on coupe en
deux». Je restai interloqué
pendant quelques secondes,
puis un déclic se fit dans
mon esprit, et je compris a-
lors que cette mignonne per-
sonne vétue de blanc et coif-
fée d’une casquette rouge fai
salt partle de la Troupe
«Show de Magie» de Richiar-
di junior. Franqoise Guillard,
dite Patricia, était la premié
re débarquée. Venaient á sa
suite les 'extraordinaires ve¬
dettes Richiardi junior, Allan
Allan, A1 Carthy, Igolen, Ka-
zuo Hatta. Ces artistes sont
accompagnés de Monsieur
Marouani Clément, leur im-
pressario, du pianiste Geor¬
ges Edouard Nouel, et de
Monsieur Claude Robinel, dé
légués par «Le Colisée», de
Fort de France.
Que nous offriront ces ve¬
dettes ? Un spectacle sensa-
tionnel, incroyable, dérou-
tantr, inoubliable. Au Capitol,
du 17 au 21 décembre. Alian
Allan, le prince de l’évásion,
Igolen, un prestidigitateur
exceptionnel; Richiardi ju¬
nior : ses trois Oscars mon-
diaux proclament son talent;
Al Carthy : son robot vous
coupera le souffle. «Comment^
définir mon robot ? Dlsons
que c’est assez spéclal, c’est
futuriste, c’ési un peu de la
science - fiction»; —- Nous
souhaitons la bienvenue á cet
te formidable troupe, et luí
X X X X
C’est hier matin qu'est ren
trée au pays Madame Jac¬
ques Fabius, née Monique Cel
cis. Elle est venue passer la
Noel dans sa famine. Moni¬
que réside á New York.
Est rentrée des Elats-Unis
le méme jour Madame Hans
Mqvs, née Jacqueline Cour-
tois. Elle aussi passera la plus
douce des fetes dans sa famil
le. Madame Mevs travaille au
Service de classement de la
First National City Bank.
XX xx-
Hier matin', est rentré au
pays pour un bref séjour Mon
sieur Fritz Momplaisir, Con¬
sul d’Haiti á San Juan, Porto
Rico.
Monsieur Glenn A. Munro.
Attaché au Département d’E
tat des Etats Unis, passera
trois semaines ici. Il est arri
vé á Port-au -Prince lundi
soil-.
XXX X
Notre ami André Supplicc
(Suite page 6 colonne 8)
ne fonctlonneraient plus
á Gdansk depuis Lundi.
Les liaisons aériennes Var-
sovie - Gdansk sont suspen
dues jusqu’á vendredi «en
raison des conditions atmos
phériques» a fait savoir la
Compagnie aérienne polo¬
naise «LOT».
Selon la Radio danoise, les
autorités polonaises ont qua-
lifié de houligans ivoyous)
les auteurs des troubles qui
protestaient contre 1’augmen
tation du coüt de la vie. A
Gdansk, oü des heurts sé.-
rieux se sont produits. les
manifestants auraient mis
le feu á des immcubles et a
des voitures.
Les navires ctrangers an-
crés á Gdynia - Port d’atta
che des grandes lignes océa
ñiques - ont été priés par la
police polonaise de quitter
le Port par mesure de sécu¬
rité. A ce propos la Radio
danoise a annoncé qu’un
bateau allemand avait pré-
venu par Radio sa Compa¬
gnie á Hambourg qu’ü a-
vait recu Tordre de quitter |
le Port en raison d un soulé
vement dans la Ville. Un au
tre navire allemand a au-
noncé dans un message que
la gare et le quartier géné-
ral du Parti étaient en flam
me.
Le Ministére Danois des
Affaires Etrangéres a décla
ré la nuit derniére qu’il sui-
vait involution de la situa¬
tion avec attention. L’Am-
bassade du Danemark á
Varsovie a tenté vainement
d’éntrer ¡en communication
avec le Consulat danois a
Gdansk, pour obtenir des
préclsions sur le déroule-
ment des incidents.
Dans le courant de la nuit,
la station de Radio privéc
américaine Free Europe qui
diffuse depuis Munich des
émissions destinées aux pays
de l’Est, faisant état d’une
Radio amateur polonaise an
noncait des heurts vioqmts
dans les trois Villes: Gdansk,
Gdyna et Sopot. Le couvre-
feu a été imposé hier á 18
heures daavs les trois locali-
tésigfflbiquait cette Radio lo
cale jiolonaise. La popula¬
tion a été invitée á contri-
buer á rétablir l’ordre P’au
tres Radio-amateurs cap-
tés á Hambourg font état
de gréves dans les chantiers
navals. Les ouvriérs se se-
raient joints aux étudiants
qui manifestaient contre les
augmentations du coüt de
la vie.
PRODUIT NATIONAL BRUT AMERICAIN
Les USA vont produlre plus de
1000 milliards de biens
Sous le regard ravi du Pré
sident Richard Nixon, -Técono
mié américaine a franchi
mardi, six minutes aprés mi-
di. le cap historique des mil
liards de dollars. En un an á
partir de- cet instant, les E-
lats Unis vont pioduire pour
plus de mille milliards de dol
lars de biens et det services
(produit national brut).
Poui marquer l’evénement.
retardé d’mi mois par la gré
ve de ia General Motors, le
Département du Commerce a
mis au point une «horloge du
produit national brut» calcu¬
la'rice cle-’tronlque fonction-
nant ,-.a rythme supposé de
La mort des genoux
PAR ANATOLE CYPRIEN
Deux virus des plus meur-
triers, la midicose et la ma-
xicose, sont en train de déci-
mer les genoux du beau sexc.
Selon une source ffcnénil'
:nent bien informée, tous les
genoux sont morts cux Mats
Unis. La situation est d’au-
tant plus dramatique que la
minicilline, le seul antibioti-
que capable de combatiré ef-
ficacement ces microbes, ne
se trouve guére sur le mar¬
ché. Sa préparatlon a élc pro
hibée par le Dr Jupier, á la
suite du rapport qui lui a été
adresse par Tlngénicur Tex
Tile.
Devons-nous assister. iin-
puissants, á Tánéantissement
des genoux, féminins ? N’est-
il pas souhaitable que pour
enrayer la géniculite, cette
maladie redoutablc engen-
drée par la midicose et la ma
xico.se, et caractérisée par u-
ne insupportable sensation
de chaleur aux genoux, un dé
cret ne vienne internationa-
liser et imposer le port du
kilt ?
Prévenir vaut micux que
guérir. En Haití, que convlent
il de faire pour stopper la pro
pagation de la géniculite? On
nous rapporte en effet que
des etrangéres et des haitien
nes ayant vécu aux Etats-U-
nis ont contaminé, sans mé¬
me s’en rendre cómpte, une
infinie fraction de la popula
tion. alais le taux de conta¬
gion risque de devenir alar-
manl. si des mesures preven¬
tives ne sont plises dans Tim
médiat. Ces mesures, e'es*
nous qui devons les prendre,
messieurs. II y va de la sur-
vie, ou plutót de la survur
des genoux de nos femmes,
de nos amis, et de toutes ces
belles et girondes créatures
que nous coudoyons chaqué
jour. Au nom de l’Esthétique,
nous devons encourager la
préparation sur une grande
cchelle de la minicilline, et
y contribuer de notre bourse,
si besoin est. De plus, ne per-
dons pas une occasion de pía
cer notre slogan choc : «Lut
tez contre la midicose et la ma
xicose, deux facteurs de vieil
lissemenl prématuré. La mi¬
nicilline, voilá votre eau de
jouvence, niesdames».
Une information de toute
derniére heure nous partvient-
á l’instant. Nous nous empres
sons de vous la conimuniqucr,
bien iu’elle so¡t de nature it
commotionner les fervents de
la minicilline : il commence
á se confirmer que nos dro-
(Snlte Page 6 col. 7)
Texpansien économique.
Mardi matin, lorsque le Pré¬
sident Nixon, ses Ministres et
plusieurs cenlaines de hauts
lonctionnaires ont assistant
passage des cap des "mille mil
liards, l’horloge progressait
au rythme de 2.000 dollars
par seconde. Le temps que le
Président fasse l’allocution
de circonstance, les Etats U-
nis avaient produit théorique
ment pour plus de cinq mil¬
lions de dollars. Je n’ai ja¬
mais fait un discours aussi
enrichissant-. a remarqué en
suite le Président Nixon. Le
Président a célébré la force
c.t la productivité du systéme
économique amérieain. Mal-
gré le raleríUssement- qui ac
compagne aujourd’hui la lut-
te contre Tinflation, le pro-
duit ímiionai brut des Etats-
Unis a double en vingt ans et
triple depuis 1940. II est su-
péricur a celui du Japón, de
l'Allemagne, de la France, de
la Grande Bretagne, de Tita
lie el du Ganada réunis.
Le Diplómate
vietnamien,
Bui Diem sera ici
en février ou mars
M. Bui DIEM prestigieux
et influent ambagsadeur de
la République au. Vietnam
Sud á Washington a écrit
á notre confrere D. Char-
lier directeür du «Matin»
pour le féliciter des passion
nants récits de son ouvrage
<â–  TERRES D'ANGOISSE ET
D’ESPOIR» et lui annoncer
son projet de visiter Haití
dans un proche avenir.
Charlier á qui nous avons
parlé ce matin, nous a dit
que M. Burck ministre con-
seiller á TAmbassade des
USA a Port-au-Prince, ami
personnel depuis sa mission
á Saigon dij diplómate vief-
namjen, lui a confirmé cette
intention. Pendant son ré-
cent séjour á Washington,
Burck a appris que Diem se
va son hóte en Haiti en Fé-
vricr ou Mars 1971.
ADMIRATION AUX USA APRES LE VOL DE VENUS-7
WASHINGTON (AFP)
Présidffnt
renversé et
prien, Ies
bon train...
xxXx
... Hier aprés - midi, pa-
raíssáit notre information
sur Tétat de l’entrée dn réser
Paul Roe — Paul — Formó¬
se.
Les arriéres latéraux Jn-
Joseph et Fórmese parais-
discussions vont D’ailleurs^ au coprs du pe¬
tit match qui oppósa les pos
sibles «A» aux provisolres
«B», Domingue justifia tout
le bien que Ton pensait de
_ lui en réaUsant quelques bon
voir, á Bourdon. Aveo son dy nes acti0ns á l'alle droite.
namysmc habituel, le Secré- revenons á la petite
taire d’Etat Max Adolphejf confrontatlon d-hier. Elle
donnait suite immédiate- noug lalgsa me lmpresslon
ment, dépéchait ce matin n fayorablle et m6me s-u n-y
ne brigade, en-vue les rear de but les tbuucI1Cs i« ctlonnent lo , enterneció
sements tiecessaires.
tue une des caractérlsti-
ques de Téyolutlon du foot¬
ball moderñe. Les meilleurs
arriéres latéraux que Ton
connalt actuellement sont
trés offensifs : Facchettl de
sent asslmiler asez bien la TItalle, Doblas de la Tchécos
tactique élaboréé. En partí- íovaquie, Gemmel de l’Ecos-
culier, leur róle dans Torga- se, Cooper et Newton de l’An
nlsation offensive de l’équi-
pe. Qn pe doit pas oubller,
en effet, que les équlpes alie
mandes ptiur la plupart af-
gleterre pour ne clter que
ceux-lá.
L’entraineur fédéral at-
(Sulte.page fl Col, 2)
La déscente de la Sonde So
viétique «Vénus» á travers
l’atmosphére de la Planéte
Vénus a suscité plus d’admi-
ration que d’étonnement»
dans les milieux scieqtlfiques
amérlcains. •
Les savants spécialisés se
doútaiént ehmffét que les res
ponsaüles soviétlques de Tex-
ploratlon spatlale utlllse-
raient Vénus 7 pour l’étude
plus approíondle des caracté
ristiques de 1’atmoSphére de
«L’Etoile du Berger». En ef-
íet, les précédents vols, Vé-
viétiques de prendre des me¬
sures atmosphériques á moins
de 40 kilométres de la surfa¬
ce de la planéte. Ces mesu¬
res aivaient alors confirmé
que la densité et la tempéra
ture extrémement élevées de
cette atmosphére rendaient
trés difficile une tentative
d’atterrissage sur Vénus.
Certains experts estlment
cependant, que les savants
soviétlques ont essayé de fai
re atterrir en douceur «Vé
ñus"" 7» sut Vénus. lis
tent touteío's que le seul
te ver.-, ;a surface de la Plane,
te est un grand exploit. Mé¬
me si l’engin a été détruit en
suite, comme ils ¡e pensent,
par les éléments qu'il a ren-
contrés.
Cette expérience prouve, u
ne fois de plus, estime-t-on
dans les milieux -sc'entifiques
américains, Tavance prise
par l’URSS dans le domaine
de l’exploration de Vénus.
En effet, la NASA n’a, á ce
deux Mari-
Nou.s avons demandé au
confrere si Bui Diem est un
parent de feu le
Diem qui fut
tué il y a quelques années
dans des circonstances .pé-
nibles. II a répondu : íors-
que j’étais á Hong Kong, il
y a 2 ans un ami européen
me disait il y a 700 millions
de chinois mais il n’y a que
100 noms et 100 pronoms
pour les désigner tous. Et
ces 700 millions ne sont pas
pour autant des parents».
Toutefois. Bui Diem qui
est un diplómate populaire
á Washington écouté et res
que
infoí
ñus 5 et Vénus 6, en 1969, a-
valent pertnis aux savants so nptes au cours de sa deseen Surface.
jour, lancé que
„ v. v v, ners en direction de Vénus,
i ajou-v-'quí tous deux, ont étudié les pepté au Département dE
tul fait« carac téristiques de la/plané- tat sera le bienvenu dans no
. . - - ■ ■ tre pays qui n’est pas trés
connu des cit
est dé TAsle.
sonde ait transmis des. te en la «frolant» á plusieurs
.tlúns pendant 36 mi- .rniniers de ‘ Ailométres de la connu des citoyens du Sud-


PAQK 1
MERCREDI 16 DBCEMBRE Id 70
Medecine-Sciences-T echniques-Arts-et Lettres
INDUSTRIE
SCIENCES
TECHNIQUES ET ARTS
UNE NOUVELLE VERSION
DE «CARAVELLE»
La Caravelle-I2, nouvelle
version du bi-réacteur tran¬
cáis a voié pour la premló-
re lols ii Toulouse-Biagnac
lc 29 ortobre. Cette navi-
pntlon o duré deux heures
ei demlí* j , ¡
SCIENCES ET TECHNIQUES
LE VOCABULAIRE
TECHNIQUE ENTRE
A L’ACADEMIE FRANQAISE
La commlslon du dictlon-
nalre de l’Académle fran-
calse ylent de publler une
Usté de déílnitlons de mots
une meule.
— Pergage : opération con
sistant ó. taire un trou au
moyen d'un outll appelé fo
ret ou méche.
— Profilé : prodult métal-
lurgique de forme allongée
techniques fréquemment em ayant une section constante
Oetlo nouvelle version de
Cnrnveile est ofíerte aux
cn.npngnles aérlennes qul
ven lent disposer d’un %ppa-
ren dont la capacité a été
portée á cent trente ou cent
qua ran te passagers, selon
la uimposition des sléges, et
qul est parfaitement adap
tée aúx réseaux «court ec
moy en-courriers».
Avec une charge marchan
de 13.200 kg, le rayon d'ac-
tion de la CaraveUe-12 est
de 1.870 kilométres.
ployés. H s’aglt de
— Clsaillage : action de cl-
salller; décoúpage £i l’alde
d’une clsaille, d’une feullle
ou d’une plaque de métal
sulvant un tracé donné.
— Etau-llmeur : machine
á raboter dans laquelle le
mouvement de coupe est ob
tenu par le déplacement de
l’outll.
— Fralse : outll formé de
plusieurs lames qul attaque
le métal, le bols, en tour-
nant rapldement sur lul-mé
me.
— Fraisage : action de fral
ser.
á profll détermlné. Un rail
est profllé.
— Profiler : fabriquer des
proflls.
— Rabotage : action de ra¬
boter.
— Raboteuse
til á raboter.
machine-ou
— Recult : traitement ther
mique controlé d’un prodult
métallurgique destiné ü a-
méUorer ses qualités de due
tlbüité.
ques: tumeurs cancéreuses,
anglomes lnfarctus du myo
carde pourront étre dlagnos
tlqués plus tot et avec plus
de precision.
Ce tube utllisq une anode
en graphite d’un dlamétre
de 15 cm, partlellement re-
couverte de tungsténe. Le
graphite permettant un é-
change thermlque excellent
11 est possible de faire at-
telndre au tube alnsl équlpé
des puissances de 200kw en
poses répétées. L6s tubes au
tungsténe utlllsées jusqu’a-
lors n’attelgnalent que des
puissances de 50 kw pour
une sérle de clichés et 100
kw en puissance instanta-
née pour un cliché lsolé.
UNE INITIATIVE
INTERESSANTE
A MADAGASCAR
— Usiner : enlever de la ma
Ces hautes performances
libérent le radiologue de tou
tes contraintes concernant
l’emplol de son équlpement
Comme dans de nümbreux
pays du tiers monde, les Mal
gachés se nourrlssent trés
souyent de facón peu ration-
nelle. lis mangent certes
dans la plupart des cas a
leurs falm, mais le manque
d’albumine et de vltamines
est parfols caractérlsé, La
maladie s’lnstalle, les en-
fants meurent et les survi-
vants sont souvent attelnts
de troubles physiologiques
ou mentaux incurables. Des
Interventions sporadiques
n’ont que trés peu de sens.
Ce qu’ll faudrait chercher á
réaliser, c’est un programme
d’enseignement de grande
envergure. C’est ce qu’un co
mité local contre la falm a
entrepris de falré & tytáda -
gasear. L’allmentation a été
Incorporée dans les program
mes scolalres. 2.Ó00 monitri-
ces bénévoles rassemblent
dans les villages les ména-
géres autour d’elles et leur
expllquent comment, avec
leurs moyens, avec ce qul
pousse dans leurs champs,
éviter les maladies qul ne
résultent bien souvent que
de l’ignorance. Ce program¬
me est en partle flnancé par
les autorltés locales, mais
cette aide ne sufflt pas.
La Communauté de tra¬
vail «Joumée du Partage
fraternel» constituée par les
Eglises protestante et catho
lique d’Allemagne a déeidé
desoutenir cette action. El¬
le a organlsé début décem-
bre une collecte et se propo
se de consacrer 280.00 DM a
cette intéressante Initiative
qul pourrklt faire tache d’hui
le dans de nombreux autres
pays du tiers monde.
medecüne
UN NOUVEAU PROCEDE
DE RADIOGRAPHXE
Un procédé nouveau utili-
sant un film a colorant
bleu, le «Médichrome», pour
les radlographles a été rnls
au point par deux cher-
cheurs francals, le Dr J. Bo
ríes, radiologue, prdfesseur
agrégé a la faculté de mé-
declne de Paris et M. M. J.
Blanc, directeur des labora-
toires de recherche de la
firme Agfa Gevaert qul fi-
nancait les travaux.
tiére sur une piéce brute ou radiologlque et luí permet - S »
désrrossle. ,v. .i, ^,nvi uton . 4
La compagnie danoise de
transports aériens a la de¬
mande (charter) Sterling
Airways recevra le premier
exempiaire en mars 1971.
Elle a demandé sept" appa-
reils et pris quatre exem -
plaires en option,
. i.,7 A. 14M
— Fraiser : usiner une pié-
ce au moyen du déplace¬
ment d’une fralse fixée sur
une fralseuse.
— Fralseuse : machine-ou
til servant pour le fraisage.
— Fralseur : ouvrier chargé
de condulre une fralseuse.
— Meulage : action de meu-
ler. 'i
— Meuler : user, jdégrosslr,
alguiser ou pollr a l’alde d’
dégrossle.
— Usinage : action d’usiner
a l’alde d’une machlne-ou
til. .
— Usineur
d’usiner.
ouvrler chargé
MEDECINE
DIAGNOSTIC MEDICAL
PLUS PRECIS AVEC
UN NOUVEAU TUBE
A RAYONS X
DUBO
DUBON
DUBONNET
Les services du Professeur
Ecolffler, a l’HOpltal Brous
sals, utilisent avec succés un
nouveau tube a rayons X
mis au point par les servi¬
ces de recherche de la Com
pagnle Générale de Radlo-
logie, filíale du Groupe Thom
son.
tent de choisir des constan
tes radiologiques Jamals at-
teintes :
— un temps de pose extré-
mement court (de l’ordre
du millléme de seconde);
— un renforcement du pro¬
dult de contraste en cholsls
sant la tension optlmale
(50 á 70kv):
— des écrans de renforce -
ment a trés haute defini¬
tion;
— la posslbillté d’obtenlr des
clichés de trés haute déflnl
tion, sans écran.
EXPOSITIONS
LA FRANCE DE L’AN
200 AUX HALT,ES DE PARIS
PGUR TRAITEMENTS MÉQICAUX ET ESTHtTIQUES : *
CELLULITE, RHUMATISME, OBÉSITÉ, LUMBAGO, ARTHRITISME
DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQUES CONSTIPATION '
TROUBLES CIRCULATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX ele'
MAS$OCHO é^e.dí
ESI SUPERIFUR PARCE QUA TRIPLE EFFET
© ADTiQN de MASSAGE
©afGAGEMENT ijjttl
BAlOpiEST d’IGEBA-BOU
'UTJU5ANT S
cgue
Désormais, les médeclns
peuvent radlographler le sys
téme vasculaire avec une
préclslon de l’ordre de l/10e
de millimetre, effectuer une
sérle de clichés répétés et
done suivre revolution cine¬
fique d’un phénoméne, sans
provoquer la détérioration
du tube. Cecl aboutlt a un
diagnostic plus sür de l’état
de la vascularisation des tis
sus et a la détection préeo-
ce d’anomalies pathologi-
Une manifestation a ca-
ractére exceptionnel est ac
tuellement présentée aux
Halles de Paris. Sous le tl-
tre «France 200», un specta¬
cle audlo-vlsuel complet ln-
troduit le vislteur au cceur
du probléme de l’envlronne-
ment, devenu un théme trés
actuel.
ryraisse
/
S'UTJUSÁNT SUR TOUTES LESPÁRTIES'
DU CORPS, " MASSOCHO ’
FAIT MAHiRIR par ¿Hcnmation des
supcr/Ines i’/T/o Uíxines
I>I:( (>.\(,T S T(JT\,\F et'RAF&kRMIT par /
ai t ivaí ioii/dc U¡ circulation oí des échanges nutriti/s
AOt l A/Tl: et OTE 0,\'T/\A(/TF en abaissant la terjsion
nerjd-use / / /
jMussocho utilise ensj/ínble 3 moyeiís thércfpeutiques
LE MASSAGE
LA CHAÍEUR
eiation
/L'IRRA^
MASSOCHO FAIT MAIGRIR ET ACTIVE & CIRCULATION DU SANO
“ MASSOCHO/' on obtient
AMAíGRISSEMkNT RAPIDE
DÉSfNTOXICAYlON TOTALE
DÉJENTE IMMEDIATE
/ 120-130 Volfs ou\ 4 á*C\f\ f
V 220-230 Volt» ) W-OW
f L'APPAREIL COMPLET
GARANTÍ UN AN \ 220-230 Voílt
) /-MASSOCHO" Á
' MEDICAL INSTRUMENTS.
' ^ocumen/tlion tuf demende confro 2 L/tibre»
Des Images se succédent
sur six écrans sonorlsés.
dans le but d’alerter et d’ln
former les spectateurs. Cet¬
te exposition a, en efíet,
veiller l’lntérét et la curio
sité en faveur de l’aspect
que prendra le pays a bré-
ve échéance. La grande mu
tatlon urbaine qul touche
Paris et les villes de pravüi
ce, la nécessité de protéger
la nature, les dangers de
la pollution, la beauté des
réalisations routléres ou de
certains aspects de l’aména-
gement du terrlfólre, efe.
sont illustrés par des ma-
quettes, des photographies,
des projections, des enre-
glstrements sonores.
Une section entlére de
l’expositlon, lntltulée «Bes-
tialre 200», est consacré au
spectacle de la nature: plus
que toute autre representa¬
tion, ce montage fait de sons
et d’lmages évocateur des
mervellles de la flore et de
la faune de France, Incite
á prendre toutes les mesu¬
res nécessalres pour empé-
cher sa disparltion ou sa
degradation.
S. A. F. I. C. O.
Us mi daas l’Economie du pays
S. A. F. I. C. O.
Plus de $ 35MN esseutiellemeut haitieus aldaut á la
revalerisatiou de la vie paysauue
S. A. F. I. C. O.
Oes milliers de bras haitiens gipeit chaqué Jeur
la batallle de la preductiou
S. A. F. I. C. O.
Ua nillieu de sacs de Sisal au service de la Natiou Haltiene
S. A. F. I. C. O.
Oae Industrie Natieaale au service de la Natieu Haltiene
S. A, F. 1r€. O.
Dans les salons de VU-N- [
E.S.C.O. oü 11 présentait sa 1
découverte, le. Dr Borles' a
préclsé les raisons qul ont
présldé au cholx du film en
couleur et plus pEirticuUére-
ment la telnte bleue. Alnsl,
11 a été constaté :
— qu’une couleur est moins
«opaque» qu’un gris de den-
sité equivalente;
— que dans le bleu, l’aculté
visuelle est la plus grande;
— qu’un développement chro
mogéne prodult une granu - •
lation beaucoup plus- fine
que celle d’un développé-
ment en nolr sur blanc.
— que la tolérance du film
en couleur est plus grande
(une erreur de constante ra
diologfque permet d’explol
ter tout de méme le cliché); •
— que le film reste llsible
dans les grandes densltés
lie médecin peut alnsl re -
cueillir beaucoup plus d’ln -
formations);
— que les détalls sont per-
5us facllement, cette percep¬
tibility pouvant varler & vo-
lonté, qn fonction de Tinten
sité de la lumiére du néga-
toscope.
Les nouveaux films sont
utillsables avec l’équlpement
actuel des radlologues et
leur coüt n’est supérieur
que de 17% á celul des füms
classlques.
ARTS ET LETTRES
LA RENTREE
DES ACADEMIES
V
Chaqué SJhnée, les mem -
toes des cinq Académies
(Francalses, Inscriptions et
Belle-Lettres, Sciences Beaux
Arts, Sciences morales et
poll tiques) se réunlssent á
l’Instltut de France lors d’
une séance publique.
J
AVIS
I«s Produits jj ^ Ji| p Q peuvent étre achetésj
tu adresses salvantes
A PORT-AU-PRXNCE
Mme. Robert Gaetjens
Lalue
Coles’ Market
Lalne
Boukngerie St-Marc
Ave Jn Jacques Dessalines
Maison Rigaud
C’est M. Paul Belmondo,
présldent de l’Académíe des
Beaux-Arts, qui a ouvert la
sérle des discours en ren-
dant hommage aux acadé-
mlciens qul sont morts au
cours des deux précédents
semestres.
M. Félix Lecoy, délégué
de l’Académle des Inscrlp -
tions et Belles lettres, a en-
sulte tralté des liens qui
existent entre une légende
pleuae du Moyen Age Le
Conte du Sénéchal et sa
version oriéntale dont on
trouve trace dans la tradi¬
tion -persane.
M. Bernard Decaux, déléT -
gué de l’Académle des Sclen
ces, a posé le probléme du
temps réel et du temps psy-
chologique en utllisant la
formule de Saint Augustin :
Qu’est-ce done que le
temps? En analysant la va-
leur relative Ties différentes
unltés de temps et de ses
formes prindlpales (les du -
rées et les rythmes), M. De
caux a effectué un passion-
nant chemlnement ou l’es-
prlt sclentlflque venalt á
chaqué Instant compléter une
vision poétlque et sensible
ide l’homme dans la dlmen
slon temporelle.
Le délégué de TAcadémle
des sciences morales et poli-
tiques, M, Jean-Jacques Che
valller, a parlé de Lénlne
fut l’un des hommes qul lais
sa la plus forte emprelnte
sur notre aléele.
M. Jean Guitton, de TA--
cadémle francalse, a couclu
en dégageant les constantes
de notre époque qul connait
la tnolsiéme mutation -de
l’esnéce humalne. Au mo¬
ment oü la survie des civi¬
lisations est en jeu, 11 lmpor
te, a dlt M. Jean/Guitton»,
de préserver uñe certain e
contlnulté, une/certalne di -
gnlté de 1’llomme».


MSROREDI 10 DEC. 1970
(LI HOUVftUm>
â– m
3
RHUM BARBANCOURT REPUTE
!T1M2
TOYOTA
TOY OITA
Tel: 20.658
TOYOTA
TOYOTA — Solldlté, TOYOTA — Resistance, TOYOTA ia melllenre pottles rentes d’H&ti
TOYOTA — Service spécial en vue d’nn e commantfe nr gente de Pléces de rechanse par avion pour les clients..
TOYOTA : La voitnre éconemiqne UNIVERSAL ENTREPRISESCO. S.A.
jV (gW
VOTRE HOROSCOPE
Par h rant es Drake
[
i-'LL vi>. 0í5í
JEUDI 17 DECEMBRE 1970
21 MARS au 20 AYRIL (BE-
LIER :
Ne déviez pas votre llgne
mate évitez l’lnquiétude etla
soucleuse anticipation des en
ñute. Conflit d'lntéré's en cer
tains secteurs, ? Vous almerez
la lutte
21 A VEIL au 21 MAI (TAU-
REAU) :
Ne vous occupez pas d’af¬
faires qul ne vous concer-
nent pas particuliérement
parce qu’on vous le deman¬
de. • Certaines suggestions de
vront étre rejetées
22 MAI au 21 JUIN (GE-
MEAUX) :
Vous n'avancerez pas aus
si rapidement que vous le
vouddez et recevez moins d'
atouts \ne vous le pen.siez, Ac
crochez-vous, patiemment, et
vous réusslrez brillamment
22 JOIN au 23 JUIT LET
(CANCER) :
Vous dépasserez vos limi¬
tes par suite de votre inquié
tude ou d’une erreur de cal
cul. Veillez-y en nageant
dans le courant et en tout sui
vez les méthodes longtemps
éprouvées.
24 JUILLET au 23 A OUT
(LION)»:
Bonnes Influences du So-
leil. Vous devrez avoir un
programme bien équilibré
Réfléchissez avant de pren¬
dre des décisions. Pesez tou-
tes les offres avec impartía
lité.
24 AOUT au 23 SEPTEMBPE
(VIERGE) :
Vous rencontrerez des sitúa
tions bizarres et méme irri¬
tantes. Prenez-les pour un é
lément de l’ensemble et r/-
fléchlssez avant d’en tirer
des conclusions.
24 8EPTEMBRE au 2'1 OCTO
BRE ( BALANCE) :
Ne négligez pas des devoirs
précis A cause de vo’re désir
d’essayer «quelque chose de
nouveau» Développez la sm
bill té naturelle des natifs de
votre Signe.
24 OCTOBRE.au 22 NOVEM
BRE (SCORPION) :
N’attendez pas trop long-
temps avant d’attaquer un
probléme ou de remp’lr une
obligation, sinon la toumée
se terminerait par le boule-
versement complet de votre
stabilité nerveuse.
23 NOVEMBRE au 21 DE¬
CEMBRE (SAGITTAJRE) :
Met tez un peu de ferveur
et d’ardente ambition dans
cette belle joumée et soyez
optimiste. C’est souvent ce qu’
il faut pour assurer le suecés
Possibilités supérieures á la
moyenne.
22 DECEMBRE au 20 JAN¬
VIER (CAPRICORNE) :
Prudence dans les entre-
prises nouvelles Si vous n’é-
tes pas .sur vos gardes, vous
rencontrerez des situations
diffidles ou d’inutlles com¬
plications.
21 JANVIER au 19 FEVRIER
(VERSEAU) :
Montrez votre flair qul
vous empéchera de commet
tre certaines erreurs. N’ac-
ecptez pas idées et avis de
ccux qui peuvent vous éga-
rer en employant fcoute
lour seduction.
20 FEVRIER au 20 MARS
(POISSONS) :
Journée oü vous pourrezdé
ployer vos alies, si votre pro
gramme et vos obligations
le permettent. Il ne faut pas
rester concentré pendant
trop longtemps.
SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI :
Vous étes idéallste et bipn
veillant. Vous avez une loyau
té et une .honnéteté absolue.
Vous étes trés capable dans
la gestión des affaires, cons
clencleux. Vous agisrez vite
et avec compétence quand 11
le faut. Vous avez une Intel
ligence fine, douée pour l’a-
nalyse et un excellent juge
ment Vous pouvez étre un
remarquable homme d’affai¬
res, financier, juriste, savant
et homme politique. Sur le
plan de la création, vous ex
cellerez en littérature, dans al
musique ou l’art dramatlque
Le sport et le voyage seront
vos plus grandes distractions
aux heures de loisir
Nalssance de Antonio Sradi-
varius, célébre luthier.
Parallélement á la section
d’hlstoire «ocíale et économl
que, A la section de pUftlque
d’éducation, celia des,pays en
vole de dévelopepmeni, Tune
des quatre sections de lTns
titut de recherche de la Fon
datlon, FriendrlchJ£bert, eí-
fectue non settlement. des re
cherches sur les pays du tiers
monde, elle attache ,’égale-
ment une grande Importance
a la cooperation avec les ca
dres de ces pays, ña tAche
essentlelle est certes de ras-
sembler dumatérlel ai de Ies
grouper par pays. Un centre
de documentation stoccupe
de la preparation du matériel
et est A la disposition-des ca
dres sclentiflques d’autres
instituts. Cette section publie
également une revue «Rap¬
ports trimestriete», qui a pour
sous-tltre «Problémcs .des
pays en vole de développe-
ment», et qul groupe les re¬
sulta ts des travaux de recher
che de lllnstitut . alnsi que
des articles de chercheros al
lemands et étrangers sur les
problémes des pays en voíe
de développement.
LTnstitut de recherche de
la Fondation Friendrlch-E
bert attrlbue des bourses spé
cíales de recherche pour pro
mouvoir la cooperation avec
des cadres afrlcalns et asia
tiques. Pour poser leur candi
dature, ceux-cl dolvent fai-
re état de qualifications scien
tifiques et travalller sur un
théme qui rend nécessaire
un séjour en Républlque fé
déraie. Trop consciente du
malaise qui régne dans le
Uninstrumentjirédeiixde
COOPERATION AVEC LE TIERS 'MONDE : L’INBTI- TUT DE RECHERCHE DE LA
FONDATION FRIENDRICH- EBERT
tiers monde,,.dans le secteur
de la recherche,- la. Fonda-
don FriendrichwEbm.-jnet
done A leur disposition des
moyens financiers, du maté
fiel de recherche et des pía
ces de travail.
LE! MECANTSME '©’ATTRI¬
BUTION 'DES ’ BOURSES
re, blbilothéque, reentre de. do
oumsntadon, tete. Les. collabo
rateros, setentiflQues de Tins
titut conseiUem le -boursier
dans le .choix de la literature
et L’aident --Aótablir les con¬
tacts néceesaires avec d’au¬
tres ’Institute
LE SUJET CHOISI
formation des adultes ét les
t 0 , ¡u La politique économlque et
.. ^ ^ ,cooP^r^^ociale,. l’hlstoire socíale, la
tion de I’Inaíltut de *echer-f'í^rirmt>H
ohe de la .Fondation -Friend B
rlch-Ebert veut -offrir ¿aux ca
dres venant du -tiers.-monde
la posslbllité de prendre-con
nalssance des travaux. et ex
périences faits. dans le see
tero de la recherche et de la
mise en pratique en Répu
blique fédérale, d’utülser ce
matériel et de vérlfler leurs
propres connatesances lors
d'entretlens et de prise de
contact. Le candldat choislt
lui-méme le théme de son é
tude. LTnstitut de recherche
de la Fondation Frlendrich-
Ebert finance les Trals de
voyage en cas- de-decision po
sitlve, accorde une- bourse
mensuelie pendant le -séjour
en Allemagne et-paye une as
surance supplémentaire ma
la die et -accidents- poro cet
te période. ■ Les bourslers peu
vent-disposer A volonté de -ses
installations : sallé de lectu
cooperatives sont, les sujets»
d’étude privUlégiés des bour
slers: Dans les demiers mols,
les cooperatives de crédlt a-
grlcole, le droit du travail, V
éducatlon syndicate et la ré
forme-des universltés alle-
mandes ont "recueilli un lnté
rét accru. En cooperation a-
vec ’d’autres instituts, des
questions -spéclales de droit
ont 'été étudiéfes, une vue d’
HAUTE FIDELITE
Vial tez le studio de la «CONTINENTAL TRADING» et de-
mandez uñé demonstration.
APPAREIL§ EN STOCK
AmplISicateors pioneer
Modéle BC -' 100 Control amplifier poro professionnel
Modéle SM - 100 Power amplifier pour professionnel
RMS 90 Watts par chaunel — 5 álOO.
D00 cycles
Modéle SA - 500 Pre-main stereo amplifier 200 Watts 20
& 60.000 cycles.
Modéle SA - 700 amplifier 120 Watts
Modéle SA - 500 amplifier 44 Watts, etc .
AmoOificateurs • Récepteurs pioneer
Modéle BX - 1.500 TD AM/FM 170 Watts
Modéle SX - 1.000 TD AM/FM 130 Watts
Modéle 8X - 610 T AM/FM/SWI/SW2 50 Watts
Modéle SX - 440 AM/FM 40 Watts etc...
Totume - Disques pioneer
Modéle PL - 41 A type professionnel, Belt-Drive
Modéle PL - A25 automatique Belt-drive
Modéle PL - HA etc etc...
Systémes de haut - parleurs pioneer
08 - 63 DX 4 - Way, 6 speakers,Woofer 15 pouces, Out
put SO Watts
C8 - 88 5 speakers, Woofer 12», 60 Watts
C8 - 65 12 pouces 40 Watts
CS - 44 8 pouces 25 Watts etc etc...
Tape Decks pioneer
Modéles T-600 et T-500
Tape-Recorders pioneer modéle t-uo, T-130.
f Tape Players PIONEER pour voltroeá
'Modéles TP-85, TP- 20
Home Cartridge Tape player and
Recorder Module h-r 82
Haat parlears pour voitures
P-16L, P-16K, TS-10, TS-20.
Plus de nombreu* autres apparella de haute fldélité
PIONEER.
RUSSO & CO.
Yous présentent
3 membres de la landlle I
Balova
La Montre Caravelle
La Bulova
et
La Montre Accatron
RUSSO & CO.
Roe Bonne Foi no. 17
P.O. Box 38
Tel: 2-133*
RECO PARLES DERNIERS
BATEAUX :
Clseaux pour CoutUriéres
T’et 8”
Ciseaux ZIG ZAG
7&”
Rasoirs pour Coiffeurs
No 6000 5/8”
Tondeuses
No 2
Brouettes 8 sac , capacité
800 livres
Brouettea á sac , capacité
1.000 livres
Brouettes en fer modéle-334, roues en fer et en caoutchouc
Roues de Rechange pour Brouettes en
fer et en caoutchouc
Ball Point Italien qualité supérleure
Cadana3 Abus, Hero et Guard
Fll á Ugaturer
No. 10 - 16-18
Prélarts pour camions
12' x 14’
tl M tl
15’ x 18’
1) 1» *►
20’ X 30’
Vannes
W' et %"â– 
Roblnets
%”
Fers Ronds
VV’ á 1”
Tuyaux galvanlsés
Vs" ft 4”
Oourroleg IndusWielles, plat et en V
COMMERCIAL WILLIAM NAUR S.A.
Po*frati-Pr!tic6, Haiti
Tel 2-2010
ensemble du travail des bl-
bliothéques allemandes et
.psychoiogjques de -recherche
ont été expllquées entre au
tres.
Depute le début du pro¬
gramme en été 1969, la Fon
aation Frlendrich-Ébert a re
cueiiil 18 bourslers, dont 4
d'Indonésie, 3 dü Maroc, 2 du
Kenya, 2 de linde, 2 de la
R.A.U., 2 du Congo-Kinshasa
un TunlSlen, un Libaríais et
un Vénézuélien.
LES DOSSIERS DE CANDI¬
DATURE
Les bourses d'études peu¬
vent étre attribuées A n’ln-
porte quel moment. Elies sont
généralement llmitées á une
période de deux a six mols.
Geux -qul s’intéressent á une
bourse de i recherche peu¬
vent s’adresser directementa
la Fondation Friendrich-E
bert (Adresse: D 53 Bonn-
B a d Godesberg, Koelner
Strasse 149^ en lui falsant
provenir un curriculum vitae
axé sur leur formation seo
laire et universitaire, les so¬
piés de leurs certificats étdi
plómes, des Indications pré-
cises sur le théme qu’ils dé-
slrent étudier en Républlque
fédérale, une liste des -ouvra
ges publiés, des références
d’un professeur ou de Tem-
ployeur alnsi qu’un certifi -
cat de san té et une photo.
L'ACTION «DU PAIN POUR
LE MONDE»
se déroule pour la douziéme
fois en Allemagne depute dé
but décembre Orgánlsée par
TEglise protestante d’Allema
gne, cette- collect» sert a la
lutte centre la faim. la’ ma
ladle, l’ignorance et i’lnjusti
ce dans les pays du tiers
monde. Jusqu’a présent,
quelque 248 millions de DM
ont été- rasseittblés, dont un
tiers a été consacré á la lut
te contre >les â–  maladleg, .plus
de la molté A Lenselguement
et A la formation profession
nelle, un clnqUÍéme A. l’alde
en caá de cátastfóplies. Les
fonda bnr été dtetttbués á
ralson de 42'poro Cétot A l’A
sle, 36 pour 'cent la rAfrlque
et 9 poro cent á l’Amérlque
latine.
LE CÃœIMAT SOCIAL
EN ITALlE
ROME (AFP)
Par dlzalnes de ‘ millíers,
les étudiants ont manifesté
mard. dans plusieurs' Vliles
ltaliennes poür protester con
tre les incidents sanglants de
Samedi A Milan. tParalléle-
-mertt, la gréve proclamée par
les centrales syndicalés potir
obtenir des té formes - sociales
a fortement perturbé le tra-
fic ferrovlaire et onze ré-
glons de la .péninsule pen¬
dant auatre heures.
Tandis qu’á Rome, prós de
vlngt mille étudiants bian-
dlssaient des drapeaux rou¬
ges et des pancartes contre
la police, Nixon et Franco, u-
ne autre manifestation réu-
nlssait autant de jeunes A MI
lan sur la Place de la Cathé
drale. Des anarchistes, des
comnumtetes dissidents s ’é-
talent joints au mouvement-
étudiant. II -n’y a pas eü d'ln
cldent. A Florence, deux.mil
le étudiants oig tehté, sans
succés, d’fentra'ner les óu-
vriers A mahifester avec eux
contre l’état bourgeois. .
Sur le man syttdfcal, les
gréves orir été un'nét áüecés
selon les renseignements foro
nis par Ies-centrales. 'A*Bolo
gne, M. Luciatío Lama, Secré
taife Générai de la Cortfédé-
ration gén érale italienne’ du
travail (á majorité socialist*
et communis te) a soullgné
l’urgence de solutions aux
próblémes de la santé, du lo-
gement, des transports et
des -conditions de travail. Fai
sant allusion -aux événe-
ments de Milan. M. Lama y
a vu un nouvel élément d’un
dessi n réactlonnalre tendant
A affalblir limité et les lut-
tes des travail leurs.
f PORT-AU-PRKNCB
U AMMRRS DE SERTOR IMPECCABLE DANS LES CARAIBES
mBE TEMPS, C’EST DE L’ARGENT.
il est Uudite d0 pzrúre i ouS helares de votre préeieux tempe en essayant de joindre eu
(Pattendre une connection pour New York. TRANS CARIBEAN AIRWAYS et oeniemint /'
TRANS CARI BEAN a unvol sane arrét de Port au Prince ó New York. I
Vous laissez Port au Prince á Ih 45 P. M. et 3 hearee aprea vom &eO réunis avec vos amis et
¿parent* á New York et com twee encore largement le temps pour toute* vos connection* quelle true
soit votre destination.
afln de mieux tervir sa clientéie, á pürtir du 19 Juin 1970
le NouVet Horaire de la TCA. mra comme suit.
NOUVEL HORAIRE
Tmis les Mardi—Jeudi — Samedi
8 h 38^UC
llhdSAJf.
ihHfJL
5 h 26 P«M.


lU NOUVELLlBTr>
PAGE 4
M8ac»epl IftgaOEMBRg 16 70
DANS NOS CINEMAS
REX THEATRE
AU CAPITOL
Mercredi i\ 6 h ut 8 li 30
l,e formidable Mariachi
LOS LLANEROS DE JALIS
CO
De PEPE JACO
KiiTiV $ 1 OOet 2 0(i
BEL AIR CINE
HUE SAINT-MARTIN No 150
Mercredi "4 G h et 8 h 15
TARZAN ET LE JAGUAR
MAUDIT
Entrée Gdc LOO et 1.50
Jeudi t\ 6 h et 8 h 15
RINGO NE DEV AIT PAS
MOURIR
Entrée Ode 1.00 et 1 50
CINE OLYMPIA
Mercredi en permanence
PAS DE PITIE POUR LES
SALOPARDS
Enirée Gde 1 50
Jeudi en permanence
LES RICHES FAMILIES
Entrée Gde 1.00
Mercredi 4 0 h et 8 li 16
LE TOMBHEUR DE OES DE
MOISELX.E8
Entrée Odea .2.60 at .4.00
Jeudi M h cl 8 b 30
CATHERINE... IL SUFFT
D'UN AMOUR
Entrée Odes 2.50 et 4.00
MAGIC CINE
Mercredi 4 6 h 15 et 8 U 16
LE OROS COUP DU DAME-
LEON V
Entrée Gdes aw et 4.00
Jeudi a 8 h 16 et 8 h 15
LE TRAIN SIFFLERA 3FOIS
Entréis Gdes 1.60 et 2.50
CINE ELDORADO
Mercredi 4 6 h et :8 h 15
TETE DE PONT POUR 8 IM
PLACABLES
Entrée Gdes 2.00 et 8.00
Jeudi A 6 h et 8 h 15
3 MILLIARDS POUR I COUP
Entrée Odes 1.60 et 3.00
CINE PALACE
Mercredi b 6b et 8 b 15
L'ODYSSEE D’UN SERGENT
Entrée Gde 1.50
Jeudi á 6 h et 8 h 15
L’EVASION LA PLUS LON¬
GUE
Entrée Gde 1.00
CINE STADIUM
Mercredi en permanence
EL GRINGO
Entrée Gde 0 60
Jeudi en permanence
GROS COUP A PAMPELUNE
Entrée Gde 0.00
DRIVE IN CINE
Mercredi a 7 b et 8 b
LE CARNAVAL DES BIEUX
Entrée $ 1.00 par voinlre
Jeudi á 7 h et 9 h y
LE PARIA
Emrée $ 1.50 par vohure
L’orlantation scolaire n’est
paa, possible sans la disparl-
tion tdes ijwréjjugés v.'tjul .met
tent le lycée classique: aiudes
sus du cubóle moderne, celui
ci au dessus ducollége tech
ñique. Quelle errqur 1 Par li¬
ne action sur 1'opinion publi
que il laut montrer aux pa
rents qu’il est plusleurs vo os
ahoutlssant a des diplómcs
do valeur et, ce qul est mleux
a l’épapoulssement complet
do i’enfant.
L’orlentation scolaire n'est
pas possible également si Ton
ne sc -léfére pas a la psycho¬
logy de i’enfant. Connais-
snnt les corrélations qui exis
tent entre le caractére et les
formes de l’intell .gence nous
devinotis les profits que peut
tirer un éducateur de la ca-
ractérologle. 11 est précieux
de savoir, par exemple, que
le sentimental dont l’émotlví
té se tradult en sentiments
plutót qu’en actes a généra
lement peu d’lntérét pour les
matiéres.sclentifiques. II réus
sit m eux dans les études lit
téraires ou artlstlques mals
on peut l’intéresser aux sclen
ces s’il sent autour de luí la
sympathie et si l’on salt luí
falre goüter le plalslr de la
découverte. L’éducateur peut
convertir un sentimental jus
qu’4 le rendre act'.f s’il lui
propose une activité méthodi
que et un emploi du temps 4
suivre scrumileusement. Par-
mi les différents types de
caracteres celul du sentlmen
tal est sans doute le plus ti
mide, le dIus facllement dé-
couragé, le plus indécls fá
cause de sa faculté d’anaiy-
L'orieittationScctiaire
(Suite de la lére pagel
se), mals c’est aussi le plus
acrupuleux, le plus mécon-
tent de sol, done le plus exl-
geant pour sol.
prend que le nerveux est é-
La caractéroiogie nous ap-
motlf, lnactif et pnmaire :
ses reactions, A l’inverse du
sentimental ne se prolongent
pas dans un trés.long second
moment, mais sont instanta
nées.
La fa?on de travailler va¬
ríe avec le caractére. Les pri
maires réaglssent dans le pre
mier moment. Actf, ils réagis
sent par des actes. Aussi, leur
écrits sont-ils tout de suite
presque définitifs; ils n’y ap
portent que des corrections
de détail. Les secondaires réa
gissent dans le second mo¬
ment ,et par des sent ments
puisque émotifs et inactifs.
Leurs écrits sont raturés, bar
bouillés, recommencés plu-
sieurs fois.
Etudions les brouülons de
nos éipees. Nous trouvons sou
vent ces deux fatjons de rédi
gar. Les uns écrivent sur le
champ et le texte qu’ils rolé
vent est celul du premier jet;
les nutres hésitent, surchar-
gent et ne se décident pas 4
relever. ' Nous nous trouvons
en présence de deux tendan¬
ces de caractére -fort’ 'diffé-
rentes. Cette précleuse obser
vation enrlchira notre . dos-
Pharmacies assurant
te service cette nult.
MERCREDI 16 DEC. 1970
LAVOISIER
LALUE
ST JUDE
Rué Pavée
â– sier.
Pour conduire un enfant, il
faut le connaitre dans sa to-
tallté, savoir quels sont ses
ressorts ou ses mécan smes
bloqués, si dans les composan
tes de son caractére il en est
une ou plusleurs dont on se
servirá comme de leviers
pour pallier ie manque d’ap-
, titudes. Le ressort de beau-
coup de nerveux est le senti¬
ment excessíf de sol, la vani
té, le désir de réusslr. Chez
le sentimental c’est en fai-
sant appel a sa conscience
professionnelle, au sens d.u de
vor, et en l’entourant de
sympathy, qu’on L’aidera á
vaincre son complexe d’infé-
riorité. Ltapathiquea peud’on
téréts : c’est un inémotif, un
inactif; son intelligence est
affaiblie. dim'nuée dans son
efficaclté par le caractére. A
vec un apathique fortement,
accusé, le pronostic sera tou
jours sombre. C’est en recher
SIROP PECTORAL SEJOURNT;
Goút agréable,— Conservation.
A base de CODEINE TOLL et EEC A i. YPTOL
Tone, Rhwnes. Broachltes, Ewcnements, Influenza
Af lectivas des Poamoas
chant ses rares intéréts qu’on
pourra l’éduquer, le déiveiop-
per, l’orlenter.
SI les rapports des formes
de ¡’intelligence avec les ty
pes de caractéres sont indis¬
pensables á l’orlentatlon seo
iaire, .1 en est de méme de la
connalssance du niveau de
¡’intelligence. Ce niveau est
indépénjdant'des traits de ca
ractere; des tests, l’observa-
tion quotidíenne de I’enfant
permettent de l’évaluer.
" Déjá, en gros, on peut dire
que la caractérologle aide á
connaitre le genre .d’études
et Jes conditions de trava 1
qui cqnviennent a la forme
de Tirítelligence, lui, á.-.pré
de Tintelligence, lut, a pré-
voir, dans le genre d’études,
le degré qu’elle ne dépassera
pas.
Les moyens pratiques d'a-
boutir á Torientation varient
avec les éducateurs mais ces
derniers ne peu vent pas ’gno
rer les tests : Les tests d’ins
traction ou de niveaux de con
naissances (collectifs en gé-
néral et d’emploi facile), les
tests permettant d’évaluer le
inifveau mental (Individuéis
ou collectifs), les tests de ca
caractére (individuéis), les
tests d’aptltude permettant
d”apnréc'er la mémoire, l’at-
tentlon, la compréhension.
les .aptitudes techniques, phy
síques. On ne pent se passer
des tests pour orienter Ies en
fants, mais on ne peut les o
rtoater uniquement avec sdes
teats. Notre connalssance: de
i’enfant se fonda aussi (¡sur
í ubservaítan iquptldlexmeii de
son oomportement, sur le xon
trflte' de -son travail et est é-
tayée par les renselgpetnehts
que nous pouvons recuehi r
sur son mmeu íamuial et
sur son état physique.
L’éducateur n’oubüera ja -
mais que son intuition, son
esprit de finesse, son art aoi
vent luí permettre d’interpré
ter les résult&ts de ses expe¬
riences et íes données de í ex
téxleur. C’est une tache dif¬
ficile. Lamentation- doit-é
tre lente et 11 faut se garder
de prononcer des jugem'ents
défmltifs, il faut vénfier plu
sieurs fois ses conclusions,
confronter ses observations a
vec celles des.autres jnaitres,
recommencer ses -essais s.
l’on se trouve en présence
d’un cas douteux.
A la fin de la 6éme, le ,con
sell de classe esquissera le
profil psychologique de L’élé
ve, complétera son dossier
scolaire. L’orientation .n’est
pas l’ceuvre d’une année. .L’é
léve sera toujours l’objet d’u
ne étude indivlduelle, d’une
observation globale; il pour¬
ra sans dommage, au contra!
re, changer d’option. En fait,
l’orientation est une oeuvre
continue.
Pour conclure, ¡’orienta -
tion n’est pas un somple cons
tat des aptitudes; elle n’est
pas non plus la seule exploi¬
tation de ces aptitudes; elle
est une éducation, peut-é -
tre la seule éducation.
Dominique LORENZI
Conseiller pédagogique
4 l’Instituti Frapcals.
)UP A PAMPELITNTC LE PARIA ontico rio Sfl. d’£in9.iy~ ’ W—11 1 ——mni'i, ludio un nu ^ o u. i inatmiu A-iaiicc
de 0.00 Emrée $ 1.50 par vohure
r"‘ *- ci <•!
f
r-_>
ÍV,
Í is.
DELECTABLE! TOBLERONE
Ce chocolat au tait,>amand£& et miel
si appreciable dans le monde entier
CHOCOLA! AU LAIT SUISSE AVEC AMANDES ET MIFL
= Chocolal Jablcr
BOULANGERIE LA POSTE
FORD STORE
1C.
Chocolat Jabí
i
6ÍT De renommée mondiale
CINE'SENEGAL
Mercredi á 6 h et 8 h 15
CHASSEURS D’ESPIONS
Entrée Gdes 1.50, 2.00 et 2.50
Jeudi á 6h 15 et 8 h 15
2 BILLETS POUR MEXICO
Entrée Gdes 1.00 et 2.00
PARAMOUNT
Mercredi á 6 h et 8 h
L’HOMME A LA JAOUAR
ROUGE
Entrée Gdes 3.00 et 5.00
Jeudi á 6h et 8 h
LE BON, LA BRUTE ET LE
TRUAND
Entrée Gdes 1.00 et 2.60
CINE UNION
Mercredi a 0 h 1 íhv 8 b
UN CERCUEIL POUR LE SHE
RIF
Entrée Gde 1.00
Jeudi a 6 h ’15 ei 8 h
JULES CESAR
Entrée Gde 0.00
ETOILE CINE
Mercredi á Gh 30 et 8 li Lit
BYE BYE BARBARA
Entrée Gdes 2.00 et ? 00
Jeudi á 0 h 30 et 8 h 30
LE CLAN SICILIENS
Entrée Gdes- 1.50 et 2.50
MONTPARNA8SE
AIRPORT CINE
Mercredi á 6 h 30 et 8 h 30
GUET APENS A TEHERAN
Entrée Gdes 1.50 et 2.50
Jeudi á 6 h 30 et 8 h 30
lére pan. ALCIBIADE
2éme part. SUPER CHOUCOU
NE 70
3éme part. LE CHEEK ROUGE
Entrée Gde 1 00 et 1.50
L7NTERET DE
L’EXPERIENCE VENUS
PARIS (AFP)
(DU CHRONIQUEUR
SCIENTIFIQUE DE L’
P., Serge BERG)
A.F.
CENTRE CULTUREL
AUDITORIUM
Mercredi a 7 heures
TUEZ-LES TOUS ET REVE-
NEZ SEUL
Entrée Gde 1.50
Jeudi á 7 heures
I.E TRIOMPHE D’EL CORDO
BES
Entrée Gde 1.20
/
Mercredi a 0 15 h et g h
OBJECTIF HAMBOURG
MISSION 083"
Entrée Gde 1.00
Jeudi 6 h 15 et 8 h
LE TEMPS DU MASSACRE
Entrée Gde 0.80
De Luxe Auto Ciné
Mercredi á 7 h et 9 h
CATHERINE... IL SUFFTT
D’UN AMOUR
Entrée $ 1.50 par voUure
Jeudi á 7 h et 9 h
LA VINGT-CINQUIEME HEU
RE
Entrée $ 1.50 par voiture
Le Ciment d’Haiti S.A.
Avis de Convocation
Messieurs les AcUonnaíres
de la Soclété LE CIMENT
D’HAITI S. A., Soclété Ano-
nyme, au capital de deux
millions de dollars, som convo
quées en Assemblée Qén. Ordi
naire Annuelle qul se tien-
dra á l’Usine de Fond Mom
bin. Commune de Duvallei-
ville, Haiti, le Lundi 4 Jan¬
vier 1971, a 11 heures A.M
pour stamer sur l’Ordre dti
Jour suivant:
- Rapport du Consell d’Ad
Bilan et Comptes dea pro-
ministration.
- Rapport sur les Comptes,
fits et Pertes de l’exerci
ce 1909-1970, arrétés au
30 Septembre 1970
- Affectation des Fésultais
- Quitus aux Administra-
teurs.
- Nomination ¿’Administra
teurs.
Fond-Mombin. le 10 Tiéc 1970
LE CONSEIL D’ADMINISTRA
TION
â–  > o
AVEC
LA
Mort aux Rats
Eh &OULETTES
GIBBONS
CUr.L CUE SOIT
LE RAT
¡L HERIRA
L'mtérét essentiel de l'ex
périence Venus - 7, la sonde
automatique soviétique, ian-
cée le 17 Aout dernier, et qui
a atte nt Venus mardi, est
de savoir jusqu’á quelle dls-
tance du sol de la planéte
la sonde arrivera a trans -
mettre des informations á la
terre. Si elle arrival! a y fai
tp jusqu’utt contact méme a-
vec la surface de Venus. )c
succé.s dc i'A.stronauLlquf
rus.se serait considerable,
car alors, potir la pn-miérc
fois, les savants pourralent
connaitre la température et
la pression qu' régnent au
ras du sol vénusien.
Les Lrois sondes venuslen
nes précédentes, Venus - 4
lancee le 12 Juin 1967, et Ve
nus - 5 et 6 lancées respect!
vement les 5 et 10 Janvier
1969, avaient toutes les trois
Interrompu leurs émissions a
quelques 17 kllométres du
sol de la planéte. Cette In
terruption avalt été provo -
quée par la m se hors d’Etat
des appareils de bord, littéra
lement écrasés et brulés par
les hautes pressions et les
temperatures eonsidérables
régnant á cette altitude, é-
valuées alors a 27 atmosphé
res (soit 27 fois la pression
régnant au niveau de la mer
sur la terre) et a 320 degrés
'â– entigrades...
Par extrapopula lion de
ces mesures, et étant donné
que les deux derniéres son -
des, pouvaient se trouver Tu
ne au dessus d’une montagne
'*>1 t’autre au dessus d”unc
plaínc, Ies spéclalistes sov é
tiques ont concia qu’á la sur
tace de Venus, la pression
pourrait atteindre entre 60
et, 140 atmosphéres et la tem
pérature entre 400 et 530 de
grés centigrades...
Dans l'enfer vénusien, la
Capsule munié des instru -
ments de mesures qui s’est
détachée du reste de la sta¬
tion Venus-7, a subí, au fur
et á mesure de sa descente
.des .contralntes thermiques
et mécanlques de plus en
plus élevées. Les Soviétlques
ont-ils xéussl cette fois á ré
.â–  .aliser une Capsule pouvant
résister a ces contralntes et
continuer á transmettre les
informations 7. C’est lá tou-
te la question. Le communi¬
qué de TAgence Tass á ce su
jet n’est pas trés explicite.
II ind que que lorsque la Cap
sule aprés íreinage aérody -
namique dans l’atmosphére
venuslenne a attelnt la vi -
tesse de 900 km 4 l’heure, les
.parachutes se sont ouverts,
les antennes se sont.déplo -
yées et la transmission des
Informations a commencé.
Un pqlnt important,: cette
transmission, a duré 35 minu
valt 'attelnt la (Jurée de 53
m ñutes. Est-ce á dire que
les émissions ont cessé plus
tót, c’est-á-dire á une attitu
de supérieure aux 17 kilomé
tres fatidiques ?. Ce n'est
pas sur, car il est possible
que la sonde ait commencé a
émettre á partir d’une altitu
de plus basse que celles qui
avaient été choiátes pour
Venus 5 ct 6 et qul avaient
i JtiiífUí!5í¡j5Íutítn5S5íIíb!Kíu5í¡¡ííiií5qiíí*'¡í***H**aa*^**ic,aiJui<14iiíuriuí^^¡íí¡iS4(^.
Actualités Internationales
MESURES DE SECUHITE
EN ESPAGNE
été respectivement tic 36 et
38 km.
Ces precisions sont essen-
tiolic.s pour juger de la réus
site de Texpérience Venus 7
Etant'données les conditions
extrémement défavorables
dans Ip.squelles se prodult la
penetration dans Tatmospbé
re de Venus, il faudra sans
doute attendre un certa »
temps avant que les spécia-
listes soviétlques ne puissent
Urer des conclusions des don
nées reques.
MADRID (AFP l
Des mesáres cío sécurité
ont été prises par l'armée
dans les Centres névralgi -
ques du systéme de téléco -
munlcations espagnol pour
tpLOBAEXPORTu
DISTRIBOTRICE i
éviter les actes de sabotage,
apprend-un mardi de sour -
ces dignes de fu . Ses mesu¬
res tnuchent également les
centrales électriques, les ba
rages et nutres points straté
giques.
Les chefs mílitaires ont
conféré lundi sur la nature
des mesures á prendre avec
les principaux dirigeamts de
la compagnie du téléphone,
au siége du haut Etat Ma -
jor á Madrid. S Ton salt
qu'ils unt éturilé ensemble
les plans de protection de tous
les points important^ du ré-
seau national de Télécommu
nications, on ignore cepen-
dant les détails concrete des
décislons oui ont été pr'ses.
Le dernier attentat ,con -
tre le systéme de communi¬
cations en Eapagne remon¬
te 41963, deux anarchistes a
vaient lancé .une puissante
bombe au siége de la campa
gnle du Téléphone, Avenue
de José Antonio, en plein
centre de Madrid. Lyxo’cston
avait fftit de nombreu-
ses victimes et les deux au¬
teurs de líattentat condam-
nés á mort par un Conaell
de guerre, avaient été exécu
tés peu aprés.
Le Gouvemement. Fédé -
ral.....allemand , une initiative
de Berlin-Est en ce qui con- ,
cerne la poursuite du dialo¬
gue inter-allemand. Le -Por¬
te-Parole .adjo nt, M. Ruedl-
ger Von Wechmar, a préci-
sé anardi qu’on s’attend 4
Bonn que les deux Sécrétai
res d’Etat M. Egon BahiM-RF
A) et Michael Kohl MBDA)
se rencontreront eneore une
fois avant ííoel, mató lünitia
tive du rendez-vous doit é-
tre prise par Berlin-Est.
M. Von Wechmar a insis-
té sur le double aspect des
négoc,ations qui pourront a
voir lieu entre les deux alle-
magne sur la question des
transports.
L’an dernier déjá Bonn a-
vait proposé un accord gé-
néral dans ce domaine. Les
communications eptre la R.
F.A. et Berlin-Ouest 4 tra -
vers la R.D.A. dolvent égale
ment faire l’objet .d’un ar -
rangement. Ce dern’er tdoit
s’intégrer dans Taccord-ca -
dre 4 conclure á cqt égard
entre les quatre puissances
(URSS, Etats-Unis, .'France
et Grande-Bretagne-) .-.qui as
sumen t les responsabilités
dans l’ancienne capitale al-
â– lemande.
Conlocmément aux déolara
tions:faites par le Secrétaire
au- Département dlEtat, M.
W üllam: .Rogers, 4 la réunion
du .Consell AUantique le 3 dé
cembre, 4 Bruxelles, J’ar
rangement supplémentaire
entre.- les deux Etats alle-
mands-.dolt devenir partie ln
tégrante de Taccord cadre
des.,quatre.
Le porte parole « estimé
que ,1’UBSS étalt . di^posée 4
assume! ses >. ¿resptmíaWitée
( nuiBoueUe. avait aocepté: de
^ négocier sw ce xujet Ass&les
3 alliés occidental!*.


MHRCREDI16 DBOBMBRE 19 70 J
«U KQVmUHBlK “T
FXGffi S
Uj>wy
SI vous avez mal á la Gorge
SI vous sentez venir le Rhume,
SI vous toussez, ,■ Preñez ri> r
Void un beau Cadeau de Noel
Parker 51 Pen
Une des plus belles
choses dans la vie
Scientifiquemmt sculptée
Une plume quon eet tier de posseder
La Prévision des Séismes:
Situation eft Perspectives
Selon toute vraisemblance,
les savants seront sous peu
en mesure de prédire les
tremblements de terre et mé
me de prévenir les séismes
en actlvité.
La prévision et la preven¬
tion des séismes ont des con
séquences d’lmportance vita
le. Alors que 1969 n’á été
marquée que par quelques
tremblements de terre ma -
jeurs dans des réglons peu -
plées, les secousses telluri
ques enregistrées au cours
des premiers six mois de cet
te aimée ont, á elles seules,
provoqué la mort de 165 per
sonnes dans les Etats sul -
vants : Iran, Ethiopie, Alba-
nle, Maroc, Portugal, Répu-
bllque arabe unie, Turquie
et Hes Célébres.
Faisant le bilan des pro-
grés accomplis, au cours des
années soleante, ear des sa
vants américains, japonais
et soviétiques, des experts a-
méricains prédlsent — dans
un récent numéro de la re -
vue «Science» — l’établisse-
ment, d’ici 1970, d’up systé-
me mondial d’alerte aux seis
mes.
«A «otre a vis», déclarent-
ils, «11 sera possible sous peu
de se livrer á des prévisions
á long terme (de l ordre d’un
an) concernant les emplace¬
ments généraux et la force
approximative des tremble¬
ments de terre.»
D’ici 1980, selon eux, «il
semble raisonnable d’espé -
rer que nous serons en mesu
re d’établir des prévisions á
court terme dans ce domai-
ne (valable pour plusieurs
heures ou plusieurs jours).
Les auteurs de cet art’cle
sont MM. L. Pakiser, J. P. Ea
ton, J. H. Healey et C. B. Ra
leigh, du Centre national d’é
tudes géologiques pour la re
cherche sismique, situé á
Menlo Park, en Californie.
Cet optimisme représente
un changement significatif
dans 1’attitude adopté par
les savants á cet égard. Au
début des années so.xante
en eflet, la majorité des géo
physiciens déclaraient que la
prévision des tremblements
de terre constituait un su -
jet de recherche utiie, mais
peu d’entre eux étaient opti
mistes quant aux résultáts
d’une telle entreprise.
Aujourd'hui, les 'savants
ne lim.tent plus leurs recher
ches & la prévention des se¬
cousses telluriques. Les qua-
ire chercheurs préeipités dé
clarent en effet :
«La découverte selon la -
quelle l’injection de liquides
résiduaires dans un puits
creusé & méme le roc (dans
une région des Montagnes
rocheuses) prés de Denver
(Colorado) avait déclenché
une série de tremblements
de terre — et la preuve que
ceux-ci sont déclenchés par
le captage d’eau dans des ré
servo'rs formés par de
grands barrages et par de
puissantes explosions nuclé-
aires souterraines — laisse
entrevoir la possibilité d’at-
ténuer les risques de tremble
ments de terre grace á une
méthode consistant á rela-
cher l’énergie accumulé dans
les zones en activité».
La prévision sismique pro
met d’étre couronnée de sue
cés Cet optimisme est basé
sur les faits suiyants :
— Des études détaillées
sur les changements surve-
nus dans l’incllnaison et la
nature sismique et les fluc -
tuations affectant le champ
magnétique local dans des
zones prédisposées aux séis¬
mes, au Japón et en Callíor
nie. Ces changements, qu’ils
soient pris 'séparément ou
en groupe, sont général': -
ment consisdérés comme des
précurseurs de séismes.
— Une nouvelle conception
scientifique de la terre dont
l’écorce se déplace et chan -
ge sous la pression constan¬
te de la chaleur souterrai -
SE TROUVE AU MAGASIN
Le Soleil
PROPRIETAIRE : GEORGES JAAR
ne, unq tqrre doqt le plateau
contlnjentai et les fo«qs océ-
antques sont en expansion,
une terre formée par de vas
tes plaques rigidea d’une é-
corce solide qui .plonge sous
les maig.es continentales
pour former les zqnes sismi
ques maeujeures du globe,
be.
— La mise au ppint de
nouveaux instruments, ou u
ne vaste patiopRe d’instru -
ments plus anc'lens, qui per
mettent d’enrqgistrer des
changements normalement
imperceptibles dans l’incli-
naison et la -nature du sol,
l’activité sismique anorma -
le alnsi que les changements
qui se produisent dans le
champ magnétique local, le
long des zones, daqgeureu -
ses.
UNE NOUVELLE CLEF
. Des spéeiaUstes de la re -
Cherche médicale de l’Uni -
versité Hanvard ont accom¬
pli réflemment un vérltable
exploit: lis ont isolé pour la
premiére .fqis, á partir d’une
bactérie, ununique gópe, cet
te unité chimique porteuse
de l’hérédité.
Le gene ne mesure que 1,4
micron de long, le micron é
tant égal á un millioniéme
de métre.
. Cette découverte permet -
ira peut-étre un jour de gué
rir certa’,ríes maladies ou de
modifier les caractéristiques
héréditaires en injectant de
nouveaux génés dans l’orga
nlsme.
Scarlet’s Glamour
Hair Pomade
Pommadé Médiqlnaie ga-
rantissant la psusse et le
traitement des cheveüx en
fortlflant le cuir chevelu.
Formule A : recommandée
pour allonger et bonlfler
les cheveux narmaorx
Formule B : recommandée
pour le» cheveux seo» et cas
â– sants (chute des Cheveux)
: Formule E : recommandée
; pour les enfants, allonge et
bonlfle les cheveux.
Dépot Central, Phamacle
Céntrale, Boulevard Jean-
Jacques Dessallnes.
AGENT : DON MOHR GALES CORP.
C \OVVELLES Ü*: L ‘ÉTRAJV€KR ^
DECLARATION LAIRD
WASHINGTON (AFP)
Le Secrétaire á la Défense,
M. Melvin Laird, a réaffirmé
cafégoriquement mardi que
les Efat¿ Unís mainlien-
draient leur présence militai
re au Sud Vietnam jusqu’á
ce qu’on aboutisse á un régle
ment satisfaisant de la ques
lion des prisonniers de guer
re.
M. Laird, qui se prépare á
partir piochainement pour le
Sud Vietnam, a ajouté, au
cours d’une Conférence de
presse, que tant que les pri¬
sonniers n’auront pas été re
láchés, il ne pourra pas y a-
vo’.r de retrait total et com-
plet (des forces américaines)
du Sud Vietnam. La fagon d'y
parvenlr consiste á négqcier.
Le Chef du Pentagone a
précisé qu’il partirá le 5 Jan
vier pour Paris oü il doit ren
contrei l’Ambassadeur David
Bruce, qui dirige la déléga-
tion amér'caine á la confé-
BR00KLAX
Remerciements
Vivement touehés par les
condoiéances et les témoi-
gnages de sympathie, qui
leur ont été expnmés a l oe
casion de la' mort de leur re
grettée móre, grand-mere,
amére - grand’mére, tante,
\grand-tante, amére gran rí¬
tante et couslne :
¡S^' MEÍloNran^1EvaDSt.
Louis, piusement décetiee le
23 -Novembre dernier,
ses enfants: M. Eugéne Du-
may Mellon et Minie née Dor
cély, M. Hermann Dumay
Mellon et Mme nee Limou¬
sin, M. Etienne Dumay Mel
, Ion et Mme née Raymond
M. Praxitéle Dumay Mel¬
lon ÍUs et Mme nee Sélde, £V
Mme Ermita Pierre-Pierre, E(
ses petits - enfants et arrié
res-petlts-enfants, M. le Dr
Gilbert Mellon et Mme née
Qauvin, Me. Roger Mellon
et enfants, Mme Gertha Mel
Ion et enfants, Mme. Antonio
Mellon, Mme née Jacob et g
enfants, Mme Giséle Mel¬
lon, . M. Isnard Mehon et
Mme née Day, Mile Eddie §|
Mellon, M. Léonce Méhu et
Mme née Andrée Mellon, Me £
Wesner Nérette et Mme née
Lolseau,
les families Mellon, St Louis,
Jeanty, Blain, Vieux, Geor-
ges, Pierre-Pierre, Plerre-
Noel, Dorcély, Limousin, si
Day, Méhu, Jacob, Lolseau,
ainsl que tous les autres pa
rents et alliés, affectés par
cette perte, remercient pro-
fondément S.E, le Président
a Vie \de la RépubUque, l’Ho
norable Dr. Francois Duva-
lier, Mme la Présldente Mme
Simone Ovide Duvaller, la
Famille PréBldentielle, les
membres du Cabinet Minis-*
térlel, la Direction et le Per
- sonnel de. ~ 1’Administration
Portualre, 1© Dépar temen t ,1
des Affaires Sociales, les Fa j
mllles Henry Slclajt, Luc ¡
Blain, Fritz Guéiy, Lan- ,
drln, Fouad A. MOurra, la
Direction et le persopnel de
la BNRH, les nombreux a-
mls de Port-au-Prince, de
Pétton-Vllle, de dlfférentes
’ villes de la RépubUque, des
Btats - Uní» d’Amérique et
d’autres pays étrangers, qui
les ont asslstés en cette W»
te clrconstance et leur re
nouveUent l’assurance de
leur vive gratitude.
Port-au-Prince, le
14 Décembre 1070,
vous remet d’a.plomb
DU som AU LENDEMAIN
Pas éionnant que Brooklax soil le
laxaúf préféré de tome U famillc
il a un goüt délicieuX de chocolat 1
Et, unc petite pastille dc Brooklax,
prise le soir, suffit á vous soulager
^lc jdus süremcnt possible..
Mcncz-vous des imitations et cxigez
lc nom “Brooklax" sur la boiie
mcialliiuic rnugc.
rence de l’HOtel Majestic, et
son adioiut M. Philip Habib.
De de la Capilale frangaise,
le Secpétaife á la Défense ga
gngra la Thailande et le Sud
Vietnam oú 11 coníérera avec
le Commandant-en-Chef a-
méricain, le Général Creigh¬
ton Abrams, sur les prochai-
nes reductions des effectifs a
mér'cain sau Sud du 17éme
paralele.
M. Laird accorde d’autre
part son appui á la proposi¬
tion récente du Sénateur Ro
bert Griffin, Républicain du
Michigan, de Libération uni-
latérale de quelque 1.500 pri¬
sonniers de guerre nord viet
namiens aux mains du Gou-
vernement Sud - Vietnamien
afin d’lnclter Hanoi á libérer
les américalns qu’il détient.
Cette suggestion, a dit M.
Laird, a des mérites conside¬
rables. Je_ feral tout ce que
je peux póur l’appuyer.
méricains au Sud du 17éma
paralléle
de vietnam'sation fonctiormé
ra bien sans que les Etats-U-
nis lalssent d’importants con
tingents de troupes au Viet¬
nam.
L’míiltration se revele d’ail
leurs inférieure au táux de
l’an decider. Davantage de
nord-vietnamiens se confinent
au Cambodgeiét au Laos. Les
Etats Unis, pour leur part,
sont véritablement en train
de procéder á la désescalade
de la guerre et le nombre des
raids aériens a méricains a
été réduit cette annéc par
rapport á 1969. —
WMn
LE PLUS CHIC
HOMMES.
el
1377, Ruelle Carlstroem, Port-an-Prince, Haiti.
VA
M. Melvin Laird a ensuite
indiqué que le programme de
retrait progressif des troupes
américaines au Vietnam é-
tait largement respecté. En
effet, a-t-il precisé, ce pro¬
gramme prévoyait que, aprés
la cinquiéme phase de ce re-
irait, il ne resterait plus que
334.000 soldats américains au
Vietnam á la fin de l’année
1970. Or, a-t-il ajouté, nous
y sommes déjá parvenus. De
plus, 50.000 hommes seront
rapatriés avant le 1er Mai
1971. x"
Le Secrétaire á/la Défense
a également Indiqué qu'U é-
tait possible que | ce nombre
de 50.000 hommes' soit aug¬
menté.
En conclusion,» M. Laird a
évoqué l’opération héliportée
du mois dernier sür le camp
de prisonniers américains de
Soh-Tay, prés de Hanoi, opé-
ration dont U a, de nouveau,
revendiqué l’entlére responsa
bllité. Le Secrétaire á la défen
se a précisé á ce sujet qu’il a-
vait discu té de l’opération au
mois de Mai dernier avec la
CIA (Agence Céntrale de ren
seignements), discussions qui
s’étaierit poursuivies jusqu’au
joilr de l’opération.
Cette derniére précision
contredit done les propos te-
nus par le Chef de la CIA, M.
Richard Helms, 'et confirme
ceux du Sénateur William
Fullbright, Président ,de la
Comm ssion Sénatoriale des
Affaires Etrangéres.
Le camp de prisonniers a-
mérlcains de Son Tay avait
été évácué par.Ies troupes
nord - vietnamiennes trois se
maines avant l’opération du
mois dernier.
L«s Papfums Goya
Le soin. du corps est aussl
importantt que le régime,
Texercioe et le sommell. Quel
ques minutes par jour avec
MS -produits Aqua Manda de
Goya et la fameuse/Eau de Co
logue au. hpis, de cédre peu ^
vént vous alder A garder vo-
tre corps souple, saín et par-
fumé. ~


PAOS 6
LE NQUVELLISTB v
MERCRRDI16 DECEMBRE 19 70
**• ** t'« 4“
»M
RABAIS SKNSATIONNELS
Mesdameset Mesdemoiselles: Aiijourd’hui et jusqu’á la fin
de l’Année - PRIX EXCEPTIONNELLEMENT BAS
Changement
a auresse
foyer des Arts Flasti-
ques mlqrme :
Aprés la brillante partici¬
pation üu Foyer des Arts
mastiques au Festival de
Sonto-iJomlngo, le Foyer des
Arts Piastiques est retourné
¡l son locar propre k la Cité
de i'Exposition aprés le Gym
nasium de .Port-au-Prince.
Les Cours de Pemtures et
de JJessm enseignés par mal
tre Kerié Exumé et Louver -
ture Poisson pour assurer
la pérennité de l’Institu-
tion se font toujours á la
Rué des Miracles á cóté du
Bureau d’Assurance des Vé
lucuies les Vendredi et .Sa-
medi de 3 heures á 5 heures
p.m.
Au Foyer des Arts Plasti-
ques on peut acheter les ta
bleaux á un meilleur prlx
que partout atlieurs parce
que c’est la maison des Ar¬
tistes. j
Void des Peintres du F.D.
A.P. appréclés par le monde-
entier :
Marie Denise Day — Mil-
thiade Desrosler — Jean Des
ravines — Joseph Raynald
Exumé — Wilson Jolicoeur —
Joseph D. Raymond — Jo¬
seph Jacob — Ferdinand Mo
Un — Jacques St. Hubert —
Camille St. Aude — Jean Du
randisse — Willy Charles —
Lavancy Exumé — J. Oli¬
vier — Roland Bigaud —
Mme Edouard Janvier —
Jacques Gabriel — Daniel
Lafontant — Louvertv.re Pols
son — Maurice Jn. Baptis¬
te — Antonio Salem — Dleu
donné Cédot — Spencer Des
pas — Denis Vergm ,,— Jean
Remponeau — André Bou-
card --- Denis Emile — Max
Pinchina,t — Paul Beau -
voir — William Décilien —
E. Falaise — Jn. Claude
Jouissaint — Mijie Glga A-
zael — James Boulos — Lio
ne. EdouaFd — Jacques Vin¬
cent — Castera Bazile —
Henry Dubreuil — Ansy Dé
rose — René Exumé — Gé¬
rard Georges — Emmanuel
Jolicoeur — Kechner Jo -
seph — Léon Lapierre —
Christiane Mathurin — Gé¬
rard Séjour — Planes Joa-
chin — Marie Marthe Ci-
prien — Elzire Malbran -
che — Phoenix St. Hilaire —
Emile Lespinasse — Luisl-
mond Mérélus — Roland Jan
vier — Denis Villard — Emi
ie Lafontant — Erick Gi-
rault — Joseph Maurice —
Roland Dorcély — Charles
Ob as — Luckner Lazarre —
Enguérand Gourgue — Ber
nard Chenet — Luden Pri¬
ce Néhémi Jean — André
Pascal — Luckner Mira -
beau — Dieudonné Wanez —
Fauberl Smit — Adeline Ra
cine - Luden Jn. Claude —
H. St. Hubert — Fritz Jo-
seph.‘
Messe de Requiem
La famille ’ Bruny fait chan
ter, á la Chapelle du Petit
-■Sémlnaire Collége St. Mar
tial le vendredi 18 Décem-
bre courant k 6 hr.es a.m.
une messe de requiem pour
le repos de l’áme du regret-
té défunt.
Me Rodrigue BRUNT
et
des autres parents défunts
Ce présent avis tlent lieu
d’invitation aux parents et
amis
Port-au-Prince, le 14
Décembre 1970.
TENNIS : NANCY RICHEY
EST DEVENUE MME
GUNTER
SAN ANGELO, Texas- (AFP)
Nancy Richez classée ]oueu
se américalne numéro un,
s’est mariée lundt k San An¬
gelo (Texas). Elle a épousé
M. Kevneth Gunter, Prési-
dent d'une chainc de télévi-
sion Texane.
LES SPORTS
(suite)
tend done beauaoup du ren-
ucuiem ae Jn-jbsepn et ae
rumiase pour remorcer ie
poienuei onensii ae requi-
pu nauonaie.
ñus amuius centraux n'ont
pas encore acquis tous les
auionninsiiie.s íiucessiures ei
'mssy un piusieurs occasions
a uu arreter ie juu pour uu.»
consignes, notanmienc en cu
qux concerne ie placement
par rapport aux avaius-cen
tre auverses et aussi en ce
qui a trait k la reiance au
jeu.
En definitive, sur la vue
de ce man-match test 11 pa
rait que ia selection auopie
rau mi 4-3-3 assez eiasuque
avec voroe, Bayonne et uuy
Frangois (amer gauene U'es
repne; aans lenure-jeu. ün
suite, Roger St. Vn, ismma-
nuei oanua et Leinz Duniui
gue a la pomte ae lat-ta-
que. 1
ioutefois, la tactique déíi
nitive ne sera etaDne que
aans tes prenners jours üc
Janvier, lorsque i entrai-
neur tédérai revienara du
voyage qun entreprendra a
la nn du mois a ia Jamai-
que pour «espionner» lequi-
pe auemanae. Les «Kiciters
Oífenbacn» devront, en eí-
fet, anronter les jamaicams
aux environs du 28 Decem-
bre. Tassy ira done éturner
sur piace le jeu des alle-
mands en vue de preparer
la selection nationale en con
séquence.
Pour ie moment, les (Ki¬
ckers Offenbach» poursui-
vent leur campagne victo-
rieuse en Aliemagne. La se
mame derniére, iis ont litté
raiement puivérisé le Colo¬
gne F.C. par 4-1. * Cologne,
on se rappelle, est le Club
des internationaux Overath,
Loehr, Vogts. II est done
fort probable qu’Offenbach
conserve, son moral tout feu
tout flamme did au 6 Jan¬
vier, date de sa lére confron
tation avec le onze national.
N.B. — Les entrainements
de la pré-sélection nationa¬
le se poursuivent au ryth-
me de 2 par jour. Matin : pré
paration physique. Soir : en
trainement tactique. Tout
est amsi mis en oeuvre pour
que nos hommes soient bien
gonflés et ne souffrent pas
beaucoup de la supériorité
physique des allemands.
Morí de Canrobert
bcuue
Pax vnia annc.uce ie décés
survenu le 14 aé-embre en
sa resiüence a ia Hasco de
M. CanroDert Deniie isn ceote
pembie circonst? nce Fax Vil
la et Le Nouvelúsie presen^
tem leurs sincére.» i onaoié-
ances 9. ses enlirts’ M. Ra
oul Deliile et íamilie, M.
Joachim C. DeliLe son épou
se et íamilie, Mme Alired Lé
anche née Anüiúe C Dehlle
et son époux, Mme (J^stel
Miliord née Frfida C.Delllle
et son époux, M. et Mme
Klébert Pnilippe et íamilie,
Mme Mauri:e Volcv r.ee Mar
Kueriie C. Delille son époux
ei íamilie, ^ ses fiéres et
sceurs Me Maurice Delllle
et íamilie, Mme Dieudonné
W. Toussalnt née Lisbonne
Delille et famille Mme Pau
léus Toussainl née María De
liile et lamilla, aux íréres
Olpheilos. et aux soeurs
Ruth, aux families Delille, Lé
andre, Milfort, Philippe, Vol
cy, Toussalnt, et k tous les
autres parents e alliés éprou
vés par ce deuii. Les funé-
railles de M. Canrobert De¬
lille seroni chantées le jeudl
17 décembre k 4 heures de V
aprés-midi en l’Eg’lse St
Paul .
Le convoi parara de Pax
Villa, Champ de Mars, oú la
dépouille mortei'/5. sera ex -
posée dés 2 heures
INSTANTANES
(SUITE)
cal renlic cíe JNew York lner
mu un. u viüíh ay cunauue
¿un iiití Liuy. L/tíiUi-ei-ü eoL le
eeimutuic xiuciuie . iu jtuiipe
lora u uu ueeiueni ae XUutuey
eieiiie.. jnuuü luiiiiujjiá yuur
uuy ouppuce at¿ vueux ae m
piut* ¿ueiioun.
X X X X
Hu?r malm, u¿i arrive a la
Ca^JALU-JO IVlUllOUJUi. AilUiliClCJ
1/1 Hult.,i«.U. ouil üUjOUt pul LILI
Hulls ocia UU 4,UiLi¿.e jUuis. n
i auiujjuiu, iViuiioAuui i_»i uuju. i
ZU lili aLC LU.1111 pul' lv±a.UaUi‘J
iviuiiu mi íjuiciií-u üugaL, sa
liuu, sun Ueau-ius hcolic üu-
gUL, UL SUS pULiLS-CmaliLS.
lsuiu, tgaitinuiiL amvus au
pays iiiei niauii iviunsieur ro
uuiiCtL uiugaii, riuiesscui' ue
gcugiapiue u un u,uuuge ae
inuw luis., eL su luuuue Dull
lia. iis sejuurneiunt cmq
jours un Hum. ns sunt aes-
ueuuus ii i Rutel Piaza.
X X X X
Madame jeaiinettc Wen-
ter, employee ue ia Transua-
rmoeuii a JNew Xurk, est re-
purue puur les muís unís
mer matin. Son sejuur ae
cmq jours en Haiti a été un
enenantument. Madame Wen
ter, qui atarme avoir eté con
quise par nos sites et la gen-
tinesse des Haitiens, se pro¬
pose üe retourner au pays á
urei aélai.
X X X X
Lundi -soir, est rentré au
pays le Dr Roger Latontant,
Consul Générai d Haití á Mon
tréal.
Monsieur Jack Beaudoin,
arrive luí aussi lundi soir, est
Attache commercial prés des
Ambassaaes de France á la
jumaique et en Haiti. H pas
sera quaire jours ici.
xxxx
I-Iiur matin, est rentrée de
Gainte - Croix Madame Odet
te Wiener. Elle a voyagé avec
son umie Marie - Iiose Deslo
ges, lióteliére comme elle.
Nous souhaitons un agréable
séjour á Madame Wiener et a
Madame Desloges.
Est également rentré de
¿ainte - Croix Monsieur Gé-
raid Dorsalnville. Son séjour
ici sera des plus breís.
A l’aéroport, hier matin,
Monsieur Marcel Mayard a
accueilli sa femme et sa filie
Marie - Marcelle. Elies sont
rentrées de New, York ou elles
résident Marie - Marcelle une
grande et j<'lie jov.iip filie, é-
tudie le -nursery,.
Bienvenue á Monsieur Raul
Delgado, á sa femme née
Franqoise Turnier, et á leur
fils Raul jr. lis sortt rentrés
de New York hier matin..
X 1C X TÍ
C’est á 1'Hotel Oloffson
qu’est descendue la danseuse
américalne Rose Van Kirk.
Elle est arrjvée ici hier ma¬
tin, et sc propose de passer
trois semalnes en Haiti. Ro¬
se, qul en est k son deuxié-
me voyage en Haiti, a dansé
dans le temps avec Lavinia
Williams. Maintenaht, 11 n’y
a que le flamenco qui l’inté-
resse
xxxx
Monsieur Edmond J. Lautu
re est rentré de New Yoix
hier matin. II vient d’y pas¬
ser cinq ans. , â– 
Karine Bonnard, rentrée
elle aussi hier matin, n’y a
passé que cinq jours.
Messe de Prise
de Deuii
Madame Démosthénes P.
Calixte, les autres parents
et alliés font chanter une
Messe de Requiem pour le
repos de J’áme du Colonel
Démosthénes P. Calixte le
jeudi 17 Décembre & 7h 15
du matin en 1’Eglise du Sa
cré-Coeur de Turgeau.
Cet avis ti’ent lieu d’invi¬
tation.
TAIPEH (AFP.), —
L’arrestatlon pour esplon-
nage au profit de la Ghine
Populalre de M. Li Ching
Sun, Directeur adjoint de la
Radio Broadcasting Corpo
ration of China, â–  (BCC) a
été annoncée mercredi dé
source offíciélle formpsane.
Un membre du Cabinet ' a
en effet reconnu que M. Li
avait été arrété U y a envi¬
ron un mols pour activités
subversives et espionnage.
M. Li a d’ailleurs recon¬
nu devaht les services se¬
crets de sécurité de Formó¬
se qu’ll était depuis une
vingtalne d’années l’un des
principaux agents (de la Chi
ne, de Pekin dans l’Xle, a
ajouté le membre du Cabi¬
net. Ce dernier a précisé que
l’espion était depuis long-
temps surveillé par les auto-
rités iormosanes qui l’accu-
sent en outre d’avolr procu¬
ré un permis d’entrée á For¬
móse & Un agent communls-
te de Hong-Kong qul a dé-
já été condamné pour es¬
pionnage.
A la gamlson de Formo-
Remercieitienis
Mme Vve. Frangols Geor¬
ges et ses enfants remercient
iré sincérement La Secrétal
rerie d’Etat des Finances et
des Affaires Economiques, le
Département des Travaux Pu
blicp. Transports et Commu
nications, l’Assoclation des
Ingémeurs et Architectes
Haitiens, les Drs. Manes
Liautaud, Anthony Lévéque
et Gérard Pierre, la Direc -
tion et le Personnel au Ser
vice National d Eiadicatlon
de la Malaria, la Direc -
tion et le Personnel de la
Belle Créole, les parents et
les amis tant de la capitale
de la province que de l’é -
tranger qui leu: ont donné
des marques de sympathie á
l’occasion de la mort de leur
regretté époux et pére.
FRANCOIS GEORGES, décé
dé le mardl 1er décembre 19
70 et les prlént de croire á
leur profonde gratitude.
Port-au-Prince, le 16 Décem
bre 1970
FIN DE L’ETAT
D’URGENCE
EN GRANDE BRETAGNE
LONDRES (AFP). —
Le Gouvernement Britan
ñique a décidé aujourd’hui
de- mettre fin á l’état d’ur-
génce proclamé samedi der
nier en raison de la gréve
du Zéle des électriciens, a
annoncé aux communes le
leader de la Chambre, M.
William Whítelaw.
Les employes de l’Electri-
cité Biritanníque ayant re-
noncé Lundi dernier á leur
gréve, aucune coupure de
courant n'a été enregisírée
depuis.
Les seules mesures que le
.Gouvernement avait nrises
consistaierit á interdlre les
enseignes lumlneuses et l’é
clairage des vitrines de ma¬
C JVOtrVELLES M L’ÉTRAJVCER )
se, oú M. Li est interrogé
avant son procés qul pour-
rait se dérouler á huis clos.
on se refuse k donner des dé
tails sur feette affaire pour
ne pas compróme ttre la sui
te de l’enquéte et une éven-
tuelle arrestation d’autres
agents communlstes.
M.' Ll, 52 ans, est une des
personnalltés de la Presse
Populalre et influente. A-
vant de devenir 'Directeur
adjoint de la BCC, il a été
rédacteur en Chef de Cen¬
tral Daily News, Organe of-
ficiel. A l’époque de son ar¬
restation, il était égale¬
ment president du Conseil
d’Administration du Ta Hua,
Quotldien du soir, et l’un
des Directeurs ue l’Agence
de Presse officielle.
Depuis un mois, des ru-
meurs circulaient á Taipeh
sur la mystérieuse dispari-
tion de M. Li et de piusieurs
autres journalistes. Certains
avangaient méme que deux
Son arrestation et son exe¬
cution n’avaient jamals été
annoncées par la Presse de
Formóse.
De source proche du com-
mandement de la garnison
oü est incarcéré M.. Li, on
déclare que ce demler pos-
sédalt une carte de membne
du Parti Communiste de¬
puis 1946.
Un grand Mariage
Samedi dernier, á 5 H. 30
P.M., a regu la bénédlctlon
nuptiale, le sympathique
couple formé par Müe Maud
Compás, filie du Directeur
de la Banque Commerciale
d’Haiti et de Mme Lamarti
niére J. Compae avec M.
Frantz Bellevue, fils du Dr.
et de Mme Vanés Bellevue.
Les hetireux conjoints fu-
rent conduits á l’autel par
Mme Lamartiniére J. Com¬
pás et le Dr. Vanés Belle-
de ces journalistes s’étaient vue. Les jeunes Daniel Dau
donné la mort pour éviter phin et Danielle Klllick por
de subir des interrogatoires. taient l’anneau nuptial.
Les journaux avalent toute-
fois gardé un mutisme to¬
tal sur ‘l’affaire.
De source intormée, on dé
clare á Taipeh que le Direc
teur adjoint de la Radio a
été arrété le 16 Novembre á
peu prés deux ans aprés l'e-
xécution secréte de sa lem-
me, accusée d’avoir été un a-
gent communiste. Celle-ci,
connue sous le nom de Mile
Tsui Si a o Píng, était une scé
narlste populaire et direc¬
teur dramatique á la BCC
gasins dans tout le pays.
¡gooopwpooooppoaooppooooooooBwnociuuoQPg
ENLEVEMENTS
NOUVEAUX RAPTS EN
PREPARATION, ANNONCE
UNE REVUE BRESILIENNE
RIO DE JANEIRO (AFP)
Le Commando de défense
interne du Gouvernement
brésilien a recueilll á la fin
de la semaine derniére des é-
léments indiquant que les ter
roristes envisagealent d’enle-
ver 2 autres Ambassadeurs
dans les prochains jours, an-
nonce mercredi la revue á
grand tirage «Manchette»
Selon «Manchette», des re-
commandations trés strictes
ont éte tnvoyées aux princi¬
paux membres du corps Diplo
maüque, leur demandant de
prendre des mesures de pro¬
tection particuliéres pendant
les procliaines semalnes : an
nuler au dernier moment u-
ne participation a des récep-
tions ou diners, éviter les pía
ges ou les déplacements pen¬
dant les week-end, limiter
les cocktails de fin d’année,
etc...
A la suite de ces recomman
dations un Ambassadeur se
déplacerait désormals avec
un appareil radio émettanl
un signa! permettant de le lo
callser
oooeooM
Samedi 19 Décembre 1970
au
Rond Point Night-Club
Les Mariachis de Jalisco
et les SHLEU SHLEU
Vous réserveront une soirée du
tonnerre
Faites vos reservations
1 L’Ecole de Commerce Julien CRAAN
Avenue Chrlstophe et Rué 6
Inaugure á la Rentrée de Janvier les Cours sulvanis :
1) Sténographie Frangaise GREGG (Janvier - Aoúi).
) Comptabilité Américalne
«'ours'intenslf'(Janvier - Beptembre).
Cours semi-Intensif (lére Année : Janvier • Juillet^
2éme Année : Aoiit - Décembre ou Oct. 71-Fév 72).
3) Dactylographie Bilingüe (Cours de 3 - 6 - 10 mois).
4) IBM KEY-PUNCH (Cours á partir de 6 h 15 du matinL
RENSEIGNÉMeÑts ET INSCRIPTIONS tons les jours, satif le Sahiedf
et les Jours Fériés
Le cortége d’honneur était
constitué par une dizaine
de couples formés par Mlffes
Michaelle Compás, Moni¬
que Francoeur, Myriam
Louis-Jeune, Gabrielle Dau
phln, Florence Staco, Jane
Angus, Rachel Danache, Jes
sie Bellevue, Betsy Dana¬
che et Lola Cadet, MM. Pa¬
trick Adé, Jean-Marc Elie,
Adolph Désir, Paul Compás,
Jean - Bernard Chassagne,
«auorges Charles, Daniel E-
lie, Emile Milhim fils et
Raymond J. Lafontant fils.
Le Curé de la Paroisse du
Sacré-Coeur, le P. Laroche
officia et prononga une bel
le homélie.
A l’issue de la cérémonie
religieuse, les invités furent
accueillls dans les salons
de M. et Mme Lamartinié¬
re Compás, xa Rué 5.
Au champagne, le par-
rain, le Dr. Vanés Bellevue
grit la parole pour rappeler
l’amitié ébauchée depuis
les bancs de l’école entre
lui et Lamartiniére Com¬
pás, entre Mines Compás,
née Louis-Jeune et Belle¬
vue, née Blain et se réjouir
de voir une si vieille amitlé
se renforcer ainsi par des
liens de famille. II prodi-
gua ensuite de sages con-
sells aux conjoints qui trou
veront dans 1’exempCle d’en
tente, de concorde et d’union
donné par les deux families,
des bases solides et dura¬
bles pour établir leur foyer.
Les invités» flrent ensui¬
te honneur aux trois tables
garnies et au buffet géné-
reux.
«Le Nouvelliste» renouvelle
ses voeux de féllclté aux
nouveaux mariés M. et Mme
Frantz Bellevue et ses com
pliments aux families Belle
vue et Compás.
A la Cité Dumarsais
Estimé
Une belle Galerie d’Art
vient d’étre mstallée á l’Ave
nue Marie Jeanne & la Cité
Dumarsais Estimé. Elle se
trouve précisément cans un
des plus coquets locaux de
cette Cité presqu’en face de
la Chapelle dite du Vatican.
Les divers rayons sont d’au-
tant plus dignes d’attention
qu’ils sont pourvus de tá-
bleaux des meilleurs artistes
haitiens, de robes confection
nées avec goút, de sculptures
sur bois d’une rare originali-
té et de toute une gamme de
prodults admirablement et
artistiquement présentés.
L’inauguration de la Gale¬
rie «Ouanga Néguesse» a été
effectuée awec solennité.
Tqjjt en féllcitant le proprlé
taire notre sympathique con
frére et aml André Albert,
nous pfenons plalsir á former
nos voeux les meilleurs pour
le succéa de son Entreprise.
poqooooojanrimnnr<
La mort des genoux
(Suite)
guistes ont décidé d’appuyer
sans réserve l’interdiction du
Dr Jupier, et d’en fairé adop¬
ter certalnes dispositions en
Haití. Cependant, devant la
vigoureuse désapprobation de
bon nombre de consomma-
teurs, nos potards se sont vus
dans l’obligation d’adoutir
ces mesures prohibitives.
C’est ainsi que ia minicilline
pourra encore étre librement
préparée et vendue. Toute-
fois, elle ne pourra étre utUi-
sée que pendant le jour. Tou
te personne surprise de nuit
á un mariage, á un bal, ou á
un simple cocktail, un flacón
de minicilline k la main, se¬
ra impitoyablement ridiculi-
Vous n’étes pas obligés de
lire les lignes qui vont suivre.
Je ne les ai écrites qu’k l’in-
tention de ces ramollis qui
n’ont rien compris k mon tex
te amphigourique. Il fait vrai
ment trop chaud en Haití
pour que nos belles portent la
midi-jupe et la maxi-jupe.
La mini-jupe, c’est exacte-
ment ce qu’il faut pour les
tropiques. N’ai-je pas raison?
La controverse est ouverte,
Mesdames et Messieurs. Mais
de gráce, ne me réfutez pas
trop violemment. Votre dé-
voué Anatole est un homme
qui réve autre chose que
plaies et bosses.
Attention Attention
MARIACHI
LOS LLANOROS. DE JALIS¬
CO DE «PEPÉT JACO» de la
Radio et de la Télévislon
MEXICAINES, sont parmi
nous.
Ces artistes, intemationa-
lement connus, ont représen
té briilamment le MexiqUe
aux Festivals de CALI, Dtl
VENEZUELA, etc.
Partout iis ont soulevé l’en
thousiasme des amants de
«MARIACHI».
Arrivés k Osaka, Japón
pour deux mois, iis y ont é
té retenus Neuf mois
L’Hótel El Rancho proflte
du pasage en Haiti de ces mu
siciens de marque pour ou-
vrir grandiosement Ies fétes
de fin d’année et la Salson
Touristique 1970-1971.
Le Groupe offrira au cours
de la soirée du jeudi 17 Dé
cembre 1970 deux «Shows» i
noubliables. Entre les deux
spectacles Ton dansera au
rythme du Super Orchestre
BOSSA COMBO.
Dans une ambiance excep
tionnelle, prés de la piscine
reflétant le scintillement des
millions d’étolles du riel des
tropiques, vous viendrez par
ticiper a cette féte de l’art.
Vous danserez, vous ehante-
rez avec LOS LLANOROS DE
JALISCO.
• Venez en foule vivre des
heures dé fo»e gaie*é. Venez
assister a cet'e soirée unique
Réservez vos tables.
L’entrée est fixée k $ 4.00
Remerciements
Mme. Vve. Charité Jean,
les enfants de Charité Jean,
ses fréres et sceurs, ses ne-
veux et niéces, tous les pa
rents et alliés éprouvés par
ce deuii remercient Son Ex
cellence le Président á Vie de
la République, le Dr Fran-
gois Duvalier, son Représen
tant, le Préfet Emile Augus
te, le Député Ulrick Saint-
Louis, Mgr. Constant, Evé-
que des Gonaives, Le Nouvel
liste, le Révérend Pére Byas.
Curé de Pílate, la Maison
Madsen, Dufnr , ’e Magistrat
Communal de Plalsance, M.
Bossuet Ducbelne. le Notaire
Ludovic Saint-Louis, M Car
méluce Frangols, les 'Offi-
ciers de la Fanfare milltal-
re des Gonaives, 'es dévoués
léglonnaires qui veú'érent 2
nuits la dépouille funébre du
défunt, les bonnes Soeurs,
enfin les nombreux amis de
partout qul leur témolgné-
rent leur sympathie k l’oc-
caslon du décés de leur re-
gretté Charité Jean, ancien
Député au Corps Législatif. '
lis les prient de trouver
ci l’expresslon de leur pro¬
fonde gratitude
Pilate, 15 décembre 1970
HOLOBA EXPORT
INDUSTRIES
DrSTRIBUTRICE
POUR HAITI
Aux Ondes Sonores
(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Macajoux, (Rué du Perpétuel Secours)
et de la Fontaine Mme Colo)
Performances Légendaires,
Reproductions phénoménales,
Interpretations faisant époque,
Toutes Oeuvres,
Tous genres : Classique,
Populaire,
Rcligieux,
Theatre
Disques Educatifs,
Disques Scientifiques
Che/, vous, sans dépenses exagérées :
VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SONORES;
LE DISQUAIRE DES MELOMANES A VERTIS,
LE DISQUAIRE BIEN CONNU
DE LA RUE MACAJOUX
a)
b
SILVANA : en vente a la maison
! Fouad A. MOURRA et au CONTINENTAL
AVIS
de la Tropigas
A cause de l’approche
des fétes de fin d’année,
nous demandons á nos
1 aimables clients de bien
vouloir placer dés main
tenant leurs comman-
des de gaz TROPIGAS.
Ainsi lis seront certains
d’étre servís k bref dé-
laL
K’attendez pas. Placez
votre commande aujour
d’hul. mitoe.
Tropical Gas Company,
Inc.; Rue Pavée;
Telephone : 2-0341
| AU CAPITOL ?
| Ce soir et demain soir
S-S A 6 Hres et 8 Hres 30
ií LE FORMIDABLE
MARIACHI
LOS LLANEROS DE JALISCO
DE
PEPE JACO
ENTREE $ 1.00 et $ 2.00
Les tickets seront en vente dés Mardi matln 9 hres au<
í bureau du CAPITOL ? /
ii7kiiDv,,Aí,,A.,tA


Full Text

PAGE 1

‘ 487',(1 /( 3/86 $1&,(1 'f¬+$,7, )RQG« HQ 'LUHFWH¾U HW 5«GDFWHXU HQ FKHI /8&,(1 0217$6 $GPLQLVWUDWHXU 0PH 0$; &+$8 9(7 0(0%5( '( /f¬$662&,$7,21 ,17(5$0(5,&$,1( '( 35(66 $GUHVVH 58( '8 &(175( 1R 3257 $8 35,1&( +$,7,f 3KRQH %2,7( 3267$/( fµ 1R W%LPH DQQLW 0(5&5(', '(&(0%5( /f¬2ULHQWDWLRQ 6FRODLUH SRU 'RPLQLTXH /WRUHQ]L RQVHLOOHU 3«GDJRJLTXH D nOQVOLWXW )UDQJDLV (OHFWLRQ GX SUHPLHU (Y«TXH (SLVFRSDO Gf¬+DLWL /HV WURXEOHV HQ 3RORJQH /H VRXFO GH Of¬«SDQRXLVVH PHQW GH OnLQGLYLGX GHV UD[ VRQV «FRQRPLTXHV HW VRFLD OHV IRQW GH Of¬RULHQWDWLRQ VFR ODLUH XQ SUREO«PH S«GDJRJL TXH WU«V LPSRUWDQW LQ«YLWD EOH GH QRWUH «SRTXH + IDXW GLVWLQJXHU Of¬RULHQ WDWORQ VFRODLUH GH Of¬RULHQWD WLRQ SURIHVVLRQQHOOH &HOOH FL GLULJH Of¬HQIDQW YHUV XQ JHQUH Gn«WXGHV FHOOHO£ YHUV XQH SURIHVVLRQ /f¬RULHQWD WLRQ VFRODLUH SU«SDUH Of¬RULHQ WDWLRQ SURIHVVLRQQHOOH PDLV QH VH FRQIRQG SDV DYHF H/OH /H FKRL[ Gf¬XQH SURIHVVLRQ HVW GDQV XQH FHUWDLSH PHVXn UH G«WHUPLQ« SDU OHV «WXGHV IDLWHV PDLV Gf¬DXWUHV «O« PHQWV MRXHQW DX PRPHQW R¾ LO IDXW SUHQGUH XQH G«FLVLRQ SU«FLVH FH VRQW OHV G«ERX FK«% OHV RIIUHV GX PDUFK« GX WUDYDLO OHV EHVRLQV GH OD U«JLRQ GX SD\V OHV LQGXVn WULHV OHV FXOWXUHV OHV DFWLYL W«V £ G«YHORSSHU /f¬RULHQWDWLRQ VFRODLUH GLn ULJH Of¬«O«YH YHUV SOXVLHXUV SRVVLELOLW«V GH VSHFLDOLVDWLRQ HQWUH OHVTXHOOHV 7RULHQWD WORQ SURIHVVLRQQHOOH Of¬DLGHUD £ FKRLVLU HQ IRQFWLRQ GH VHV PR\HQV PDLV DXVVL GHV F[L JHQFHV «FRQRPLTXHV HW R FLDOHV GX PRPHQW /f¬RULHQWDWLRQ VFRODLUH Vf¬D GUHVVH SDUWLFXOL«UHPHQW DX[ HQIDQWV GH RQ]H RX GRX]H DQV HW GRLW Vf¬«WHQGUH VXU SOX VLHXUV DQQ«HV 3RXUTXRL FHW £JH" 3DUFH TXH OHV DSWLWXGHV LLIGLYLGXHOOHV QH VRQW SDV HQ FRUH DII¯UP«HV $YDQW OHV JR¾WV HW OHV LQW«U«WV GH Of¬HQn IDQW FDUDFW«ULVHQW EHDX FRXS SOXV Of¬£JH TXH Of¬LQGLYL GX &HV JR¾WV HW FHV LQW«U«WV 'f¬XQ LRXU £ Of¬DXWUH 6\PEROH GH Of¬DYHXLU GDQV OH FLHO GH )UDQFH DORUV TXH OH % OH SDTXHERWYR ODQW Gf¬$LU )UDQFH HQWDPDLW VD GHVFFQWH VXU 3DULV 2UO\ OH &DSLWDPH V¯JQDOD DX[ SDV VDJHUV TXf¬LOV SRXYDLHQW REVFL YHU GDQV OH FLHO OH m&RQFRUGHQ HQ YRO Gf¬HVVDL 2Q QH YLW GDQV OH ORLQWDLQ TXf¬XQ ORQJ VLOOµQ GH IXP«F JULVH 6\PEROH GH Of¬DYHQLU OH VX SHU J«DQW % RXYUDQW Of¬«UH GHV WUDQVSRUWV D«ULHQV GH PDVVH HO OH m&RQFRUGH} LQDXJXUDQ Of¬«UH GHV YROV FRP PHUFLDX[ £ OD YLWHVVH VXSHU VRQLTXH ; ; ;  8Q XVDJHU GX W«O«SKRQH QRXV V¯JQDOH TX D\DQW XQ GRQ EOH DERQQHPHQW XQ SRXU VD U«VLGHQUH £ 3«OLRQYLOOH HW Of¬DX WUH SRXU VRQ «WDEOLVVHPHQW FRPPHUFLDO £ 3RUWDP3ULQ FH OD 7«OHFR UHIXVHUDLW GH OXL GRQQHU GHX[ H[HPSO DLUHV GX JXLGH GHV WHOHSKRQHV $\DQW RIIHUW Gf¬HQ DFKHWHU OH VHFRQG LO Vf¬HVW OLHQUWF DX P«PH UHIXV (VWLO REOLJ« GH VH mEDODGFU} D YHF 3DQQXDLUH XQLTXH GRQW c GLVSRVH VH GHPDQGFWLO HQ LQYRTXDQW OHV LQFRQY«QLHQWV GH FFWWH SUDWLTXH GH OD 7HOH FR TXL £ Of¬DQDO\VH QH Vf¬H[SOL TXH YUDLPHQW SDV [[[[ 'DQV FH QXP«UR QRWUH FROODERUDWHV $QDWROH &\ SULHQ TXH QRV OHFWHXUV Qf¬RQW SDV OX GHSXLV ELHQ ORQJWHPSV f§ GX PRLQV Of¬KXPRULVWH HW OH VDWLULTXH f§ SUHQG OD G«IHQVH GH OD PLQLMXSH DYHF OH UH WRXU HQ IRUFH GH OD PLGL HW P«PH GH OD PD[L 6RXV OHV WURSLTXHV TXHOOH TXH VRLW OD VDLVRQ HW GDQV OHV SD\V WHPS«U«VSDUWLFXOL«UHPHQW DX SULQWHPSV HW HQ «W« OD PLQL MH FURLV D FRQTXLV SUHVTXH WRWWWHV ,HV IHPPHV HW FH QH VRQW FRPPXQV £ WRXV OHV HQ IDQWV (Q HIIHW WRXV DLPHQW HW SUDWLTXHQW DYHF JR¼W VSRQ WD³« OH GHVVLQ HW OH FKDQW MXV TXf¬£ GL[ RX GRX]H DQV 0DLV YHUV FHW £JH OH SOXV JUDQG QRPEUH SHUG FHV DSWLWXGHV TXH FRQVHUYH VHXOH XQH «OLWH GH IXWXUV DPDWHXUV RX DUWLV WHV /f¬H[SOLFDWLRQ GH FH SK« QRP«QH HVW FRPSOH[H PDLV LO HVW WURS IU«TXHQW HW WURS LPSRUWDQW SRXU OH Q«JOLJHU ,L IDXW DWWHQGUH SRXU MXJHU Of¬HQIDQW OD S«UORGH GH OD SXEHUW« FHWWH S«ULRGH TXL OH WUDQVIRUPH SURIRQG«PHQW TXL HIIDFH FRQILUPH RX U« Y«OH VHV DSWLWXGHV $LQVL OH YRXGUDLWRQ TXf¬RQ QH SRXUUDLW FKDUJHU Of¬«FROH SULPDLUH GH Of¬RUOHQWDWLRQ 'DQD OH SUHPLHU GHJU« OD PDWL«UH HQVHLJQ«H HOOHP« PH FRQWULEXH DFHVVRLUHPHQW £ Of¬RULHQWDWLRQ HOOH HVW VXU WRXW XQ PR\HQ SRXU DWWFLQ GUH OH EXW TXL HVW FHOXL GH Of¬«FROH SULPDLUH GRQQHU OHV RXWLOV LQGLVSHQVDEOHV £ WRXV HW £ WRXWH IRUPDWLRQ XOW« ULHXUH OLUH SDUOHU «FULUH FRPSWHU GHVVLQHU GHYHORS ‘ SHU OHV IDFXOW«V GnREVHUYD WLRQ OH JR¾W HOH 0DLV On« FROH SULPDLUH QH FRQFOX¯ SDV SDUFH TXH Of¬£JH GH RQn ]H RX GRX]H DQV LY! SHUPHW SDV GH FRQFOXUH 9ROU VXLWH HQ SDHH DQ Ff¬HVW &RPPH QRXV Of¬DYLRQV QRQF« DQW«ULHXUHPHQW FH PDWLQ TXf¬D HX OLHX Of¬«OHF WWRQ GX QRXYHDX &KHI GH 7(JOLVH (SOVFRSDOH Gf¬+DLWL ,, OHV GHX[ JURXSHV Gf¬«OHFWHXUV $YDQW GH SDVVHU DX[ YRWHV 0JU 0DUPLRQH GFQQD OHFWX UH VHV GLVSRVLWLRQV FDQRQLTXHV FRQFHUQDQW Of¬«OHFWLRQ Gf¬«Y« UHPSODFHWD 0JU 9RHJHOL TXL TXHV GH GLRF«VHV PLVVLRQQDLUHIF DWWHLQW Of¬£JH GH OD UHWUDLWH ,O ,, H[LVWH GHX[ SURF«G«V D VHUD DXVVL OH 3UHPLHU (Y«TXH KDLWLHQ GH Of¬(JOLVH «SLVFRSDOH Gf¬+DLWL $ FHWWH RFFDVLRQ /D &KDP EUH GHV (Y«TXHV GH Of¬«JOLVH DQJOLFDQH D G«O«JX« LFL WURLV SU«ODWV SRXU GLULJHU OHV DVVL VHV «OHFWRUDOHV &H VRQW 0JU 0DUPLRQ GH .HQWXFN\ UHSU«VHQWDQW GX 3U«VLGHQW GH OD &KDPEUH GHV (Y«TXHV 0JU .HOORJ (Y«TXH GH 6DQ WR 'RPLQJR 5 2 0JU 0DU WLQ XQ FRQJ«Q«UH (Y«TXH VXIIUDJUDQW GH /RQJ ,VODQG 1 < /HV WURLV SU«ODWV RQW FRQ F«O«EU« XQH PHVVH FH PDWLQ £ KXLW KHXUHV £ OD &DWK«GUD OH HQ SU«VHQFH Gf¬XQ JUDQG QRPEUH GH ILG«OHV 3HX DSU«V OD PHVVH OD 5« XQLRQ 6S«FLDOH «WXLW HRQYR TX«H GDQV Of¬HQFHLQWH GH OD &DWK«GUDOH 6HORQ OH GURLW FDQRQ «SLVFRSDOLHQ OHV TXHO TXHV SU«WUHV GX GORF«VH PLV VLRQQDLUH Gf¬+DLWL VRQW «OHF WHXUV 'HX[ Gf¬HQWUW HX[ TXL RQW DWWHLQW Of¬£JH FDQRQOTXH GH VRQW «OLJLEOHV /HV G« O«JX«V OD¯TXHV GHV PLVVLRQV GX GLRF«VH VRQW DJLVVL «OHF WHXUV /f¬«OX GRLW U«DOLVHU OD PDMRULW« GHV VXIIUDJHV GDQV RSRV«O LV /XF '2OQWH ,QDXJXUDWLRQ GH OD &OLQLTXH 'HQWDLUH 6FRODLUH $8 &(175( '( 6$17( &H PLGL OH 6HFU«WDPH Gf¬( WDW £ OD 6DQW« 3XEOLTXH 'U 0D[ $GROSKH D SURF«G« £ Of¬L QDXJXUDWLRQ GH OD FOLQLTXH GHQWDLUH VFRODLUH GX &HQWUH GH 6DQW« GX 3RUWDLO /«RJ£QH XQH «WDSH GH SOXV GDQV OH EHDX SURJUDPPH TXL YLVH £ GRWHU QRV GLII«UHQWV FHQWUHV GH 6DQW« GH FOLQLTXHV VFRODL UHV PRGHPHV HW ELHQ «TXL S«HV /H 'U 0£[LPH 5RXPDLQ &KHI GH OD 'LYLVLRQ Gf¬2GRQWR ORJLH SURQRQJD £ FHWWH RFFDn VLRQ XQH PDJQLILTXH DOORFXn WLRQ GDQV ODTXHOOH LO SRUWD D YHF ERQKHXU Of¬DFFHQW VXU OD SROLWLTXH 6RFLDOH GH 6 ( OH 3U«VLGHQW £ YLH GH OD 5«SXEOL TXH ,, GLW FRPELHQ OH 4XDU WLHU GX 0RPH £ 7XI D WRX MRXUV «W« FKHU DX 3U«VLGHQW 'XYDOLHU ,, UHQGLW HQVXLWH KRPPDJH DX 0LQLVWUH 0D[ $GROSKH TXL GDQV OH FRQWH[ WH GH OD U«YROXWLRQ GXYDOL«ULV WH DSSOLTXH V\VW«PDWLTXH PHQW HW DYHF G\QDPLVPH OH SURJUDPPH GX 3U«VLGHQW 'X UYDOLHU GDQV OH GRPDLQH GH OD 6¯LQW« /H 0LQLVWUH 0D[ $GROSKH TXL D «YRTX« DYHF «PRWLRQ VHV VRXYHQLUV GX 0RUQH D 7XI D VRXOLJQ« TXH OH 'U 0£[LPH 5RXPDLQ HW OXL PDUFKHQW VXU OD YRLH GUROWH GH OD U«YROXWLRQ 'XYDOL«ULVWH + D VRXOLJQ« TXH OHV &HQWUHV GH VDQW« GH &DUUHIRXU 3RL[ GH %DUDG«UHV RQW «W« G«M£ GRW«V GH FOLQLn TXHV VFRODLUHV $XMRXUG7LXO Ff¬HVW OH &HQWUH GH 6DQW« GX 3RUWDLO GH /«RJ£QH GHPDLQ FH VHUD FHOXL GH 3«WLRQYLOOH GH 0LUHEDODLV HWF 1RXV FRQ WLQXHURQV GLWf§ t WUDYDLOOHU GXUHPHQW DX E«Q«IOFH GH OD '8 3257$,/ /(2*$1( FROOHFWLYLW« MXVTXf¬DX WULRPSKH G«ILQLWLI GH OD U«YROXWLRQ GXn YDOL«ULVWH ,, D ¯«OLFLW« Of¬,QJ« QLHXU 5D\PRQG 3HWLW HW OHV RXYUL«UV f§ YRORQWDLUHV GH OD V«FXULW« QDWLRQDOH f§ TXL RQW U«DOLV« OHV WUDYDX[ $IYDQW OH 6HFU«WDLUH Gf¬(WDW OH 'U 1HUYD *RXVVH FKHI GH OD GLYLVLRQ Gf¬K\JL«QH UXUDOH DYDLW SRUW« Of¬DFFHQW VXU FHWWH QRXYHOOH U«DOLVDWLRQ GX '«SDU WHPHQW GH OD 6DQW« 3XEOLTXH &«U«PRQLH VLJQLILFDWLYH 1RXV I«OLFLWRQV OH 0LQLVWUH $ GROSKH HW VRQ FROODERUDWHV OH 'U 0£[LPH 5RXPDLQ GH FHWWH QRXYHOOH HW FRPELHQ XWLOH U«D OLVDWLRQ DX VHUYLFH GH OD MHX QHVVH VFRODLUH YDLWLO GLW Of¬XQ FRQVLVWDQW GDQV OD QRPLQDWLRQ GH Of¬«Y« TXH SDU OD &KDPEUH GHV (Y« TXHV DYHF OD FRFS«UDWLRQ Gf¬XQ FRPLW« ORFDO Of¬DXWUH TXL SHUPHW DX GLRF«VH Gf¬«OLUH VRQ HY«TXH FH TXL HVW OH F£V SRXU OH GLRF«VH PLVVLRQQDLIH Gf¬+DLW¯ /HV FDQGLGDWV SURf VRQW OHV 5«Y«UHQGV 3«UHV *DUQLHU /DIRQW /DSROQW 2FWDYH /JIRQWDQW &KULVWLDQ 6W 9LO -HDQ 0LFKHO /LPµQ /RXLV 3UHYLXV *D\ 'LFNHQV &HOHVWLQ mHV EXOOHWLQV FRP GLVWUL EX«V DX JURXSH GH SU«WUHV SXLV DX JURXSH GH G«O«JX«V OD¯TXHV [ [ [ [ (/(&7,21 /H SUHPLHU WRXU GH VFUXWLQ QH IXW IDYRUDEOH £ DXFXQ GHV KXLW FDQGLGDWV /HV 5«Y«n UHQGV 3«UHV 3U«YLXV *D\ HW &KULVWLDQ 6W 9LO TXL Qf¬DYDLHKW REWHQX DXFXQH YRL[ GX F2W« 5DSSRUW GX &RPLW« GH Of¬206 1$7,216 81,(6 $)3f /HV H[SHUWV GX &RPLW« GH OD VXUYHLOODQFH LQWHUQDWLRQDOH GH OD PDODGLH GH Of¬2UJDQLVD WLRQ 0RQGLDOH GH OD 6DQW« Qf¬« FDUWHQW SDV OD SRVVLELOLW« TXH OH FKRO«UD FRQWLQXH £ VH SUR SDJHU HW U«DSSDUDLVVH GDQV GHV U«JLRQV GX PRQGH Gf¬R¾ LO DYDLW GLVSDUX GHSXLV ORQJ WHPSV DQQRQFHWRQ £ Of¬206 2Q HVWLPH GRQH £ Of¬206 TXf¬LO HVW XUJHQW GnLQIRUPHU OHV *RXYHUQHPHQWV DXVVL ELHQ TXH OHV SRSXODWLRQV GHV FDUDF W«ULVWLTXHV GX &KRO«UD DILQ TXH VRLHQW SULVHV OHV PHVXUHV LUUEWIRQQHOOHV HW LQHIILHDHHV IRQG«HV VXU XQH DSSUHFLDWLRQ LQH[DFWH GH OD PDODGLH GDQV VD IRUPH DFWXFOOH /HV H[SHUWV UDSSHOOHQW £ FH VXMHW TXH OH FKROHUD (O 7RU HVW DXMRXUGnKXL XQH DIIHFn WLRQ E«QLJQH SRXU ODTXHOOH RQ SRVV«GH GHV PR\HQV GH WUDLWH PHQW HIILFDFHV HW SHX FRX WHX[ (Q FRQV«TXHQFH U¯HQ QH MXVWLILH TXf¬RQ OH FRQVLGHUH FRPSDUDEOH DX FKROHUD FODVVL TXH GX VL«FOH /D JULSSH SDU H[HPSOH FRQVWLWXH VXU OH SODQ GH OD PRUELGLW« HW GH OD PRUWDOLW« XQH PHQDFH EHDX FRXS SOXV V«ULHXVH GX &OHUJ« «OHFWHXU UHWLU«UHQW OHXU FDQGLGDWXUH 3DU RUGUH GH SU«I«UHQFH H[ SULP«H SDU OHV VXIIUDJHV OHV FDQGLGDWV IDYRULV IXUHQW /XF *DUQLHO 2FWDYH /DIRQ WDWQ /DIRQW /DSRLQWH 2Q SDVVD DX GHX[L«PH WRXU GH VFUXWLQ /( 3 /8& *$51,(5 /f¬(03257( $ GHX[ KHXUHV DX FLQ TXL«PH WRXU GH 6FUXWLQ OH 5« Y«UHQG 3«UH /XF *DUQLHU 7HUQ SRUWDLW ,, UHJXW OHV I«OLFLWD WLRQV GH WRQV ,, DGUHVVD GHV SDUROHV GH FLUFRQVWDQFH £ 7DV VLVWDQFH ,, VHUD FRQVDFU« GDQV GHX[ RX WULRV PRLV OH WHPSV GH UHPSOLU OHV IRUPDOLW«V SUHV FULWHV SDU OH 'URLW &DQRQ 1RXV OXL DGUHVVRQV QRV YLn YHV I«OLFLWDWLRQVY HQ \ DMRX WDQW QRV YRHX[ GH I«FRQG DSRVWRODW 3$5,6 $)3f f§ 'H JUDYHV WURXEOHV GXV DX[ GLIILFXOW«V «FRQRPL TXHV TXH WUDYHUVH DFWXHOLH «WUH £ 7RULJLQH GH FHWWH IODP E«H GH YLROHQFH TXL D G«EXW« /XQGL 6HORQ FHUWDLQHV UXPHXU" UHFXHLOOLHV WDQW HQ $OOHPD PHQW OD 3RORJQH RQW $FODW« JQH )«G«UDOH TXf¬HQ 6FDQGL + 2 Y} Q ,:$ U 7ULOOUWQ 7 L W« $QQ m r LUL? Z $ U = O M ‘ GDQV WURLV 9LOOHV GX /LWWRUDO GH OD 0HU %DOWLTXH *GDQVN ([ 'DQW]LJf HQ 3RORJQH ([ 'DQW]LJf *G\QD \ 6R SRW ORFDOLW«V TXL IRUPHQW XQ HQVHPEOH DSSHO« FRXUDP QDYLH PDLV TXL Qf¬RQW SX « WUH Y«ULIL«HV 7RXWHV OHV FRP PXQLFDWLRQV W«O«SKRQLTXHV VRQW FRXS««V HQWUH OH JUDQG 3RUW SRORQDLV HW OD &DSLWD OH OHV 6HUYLFHV 3XEOLFV HW PHQW HQ 3RORJQH 7ULSOHYLOOH OHV 7UDQVSRUWV HQ FRPPXQ 7URMPLHVVRLHf &HV «Y«QHPHQWV Gf¬DSU«V 7$JHQFH 3RORQDLVH 3$3 RQW IDLW VL[ PRUWV HW SOXVLHXUV GL]DLQHV GH EOHVV«V 'H VRQ FµW« OD 5DG¯R 'DQRLVH D IDLW «WDW mGH QRPEUHX[ PRUWV HW EOHVV«V GRQW PLOLFLHQV FHUWDLQV JUL«YHPHQW DW WHLQWV} 8QH KDXVVH EUXWDOR VXU OHV SUL[ GHV GHQU«HV DOL PHQWDLUHV G«FLG«H ORUV GH OD GHPL«UH U«XQLRQ GX &RPLn W« &HQWUDO GX 3DUWL SDUDLW ,QtWDQWDQ« SDU &ODXGH '$0%5(9,/,K +LHU DSU«V PLGL HVW SDUWL VRXKDLWRQV GH FRQQDLWUH FKH] SRXU /DXVDQQH 0RQVLHXU 6HU QRXV OH VXFF«V OH SOXV FRP JH 5RFKD W GH QDWLRQDOLW« VXLV MLOHW /( 352&(6 '( %85*26 /HV )UDQTXLVWHV SU«SDUHQW OD FRQWUH Re(HQVLYH 0$'5,' $)3f /HV SDUWLVDQV GH Of¬2UGUH HW GH OD 7UDGLWLRQ )UDQTXLV WHV SU«SDUHQW SRTU GHPDLQ GHX[ PDQLIHVWDWLRQV TXL SD UDLVVHQW GRQQHU OH VLJQDO Gf¬X QH FRQWUH RIIHQVLYH VS«WDFX ODLUH DSU«V GHX[ aVHPDLQHV SHQGDQW OHVTXHOOHV OH SURF«V GH %XUJRV HW Of¬DJLWDWLRQ SRSX ODLUH RQW «W« DX FHQWUH GH Of¬DFWXDOLW« 8QH DQQRQFH GH F«O«EU« HQ Of¬KRQQHXU GX FRP PLVVDLUH 0HOLWRQ 0DQ]DQDV GX JDUGH FLYLO -RV« 3DUGLQHV HW GX FKDXIIHXU GH WD[L 0R QDVWHULR WRXV WURLV DVVDVVOQ«V DX SD\V EDVTXH DXUD OOHX £ PLGL GDQV Of¬(JOLVH GH 7LQFDU QDWLRQ VXU OD SODFH Gf¬2ULHQW WXQG¯V TXH IHV HVSDJQROV GH WRXV ERUGV VRQW LQ\LW«V £ PD QLIHLWHU SDFOOLTXHPHQW £ KHXUHV VXU OD P«PH SODFH ID OD UXEULTXH Q«FURORJLTXH GX FH DX SDODLV UR\DO -RXUQDO 0RQDUFKLVWH $%& DS 'f¬DXWUH SDUW XQH FRQI«UHQ SHOOH FHX[ TXL Qf¬RXEOLHQW SDV £ DVVLVWHU GHPDLQ ¯L XQH PHV VH £ OD ID«PRLUH GHV YLFWLPHV GX WHUURULVPH GH Of¬(WDW 'f¬D¾ WUH fµ SDUW GHV WUDFWV FRQYR TXHQW £ XQH PDQLIHVWDWLRQ Gf¬DIILUPDWLRQ QDWLRQDOH /H VHUYLFH IXQ«EUH TXL VHUD FH TXL GHYDLW «WUH SURQRQF«H SDU 5DQFLHQ 0LQLVWUH )UHGH ULFR 6LOYD 0XQR] £ Of¬«FROH GH +DXWH 'LUHFWLRQ HW Gf¬$G PLQLVWUDWLRQ GH %DUFHORQH VXU OH WK«PH GH Of¬RUJDQLVDa WLRQ GH OD OLEHUW« D «W« ,QWHU GLWH £ OD GHUQL«UH PLQXWH /(6 632576 5«JLPH VHYHUH SRXU QRV V«OHFWLRQQ«V (QYLURQn SHUVRQQHV GH FRPELQDLVRQV RQW DVVLVW« KLHU DSU«V PLGL £ FRQTXHV ODLVVHQW OD V«DQFH Gf¬HQWUDLQHPHQW GH SURJU«V FHUWDLQV OD V«OHFWLRQ QDWLRQDOH /H HU VRQW SDV ,HV KRPPHV OAARQ «O«PHQW GH VDWLVIDFWLRQ HVW OH UDSSHO GH Of¬DYDQW FHQWUH GX 5DFLQJ /HLQ] 'RPLQJXH GRQW RQ DYDLW UHJUHWWµ EHDX FRXS Of¬«FDUWHPHQW GH Of¬«OLWH GH QRWUH IRRWEDOO &RPPH Of¬HQWUDLQHXU WUDU¯HUDLHQW FHOOHVFL 3QXU WDQW OD PD[L HW OD PLGL D SU«V XQH SUHPL«UH RIIHQVLYH LQIUQFWXHXVH RQW HIIHFWX« GH V«ULHXVHV EU«FKHV 6DQV FRQGDPQHU RX UHMHWHU DVVH] ELHQ HVS«UHU GHV SRXU Of¬D\H QLU Gf¬DXWDQW SOXV TXH OHV LQ WHUQDWLRQDX[ QH VRQW TXf¬£ OHXU VHFRQGH MRXP«H GH SU« SDUDWLRQ OD PLQL 8 IDXW ELHQ DYRXHU QRXV OH GOVDLW WD PLP X DIILQHQW I«G«UDO $KWRWDH 7DVV\ DX TXH OHi UREHV PD[L OD VLOKRXHWWH I«PLQLQH HW QH VRQW SRLQW G«SRXUYXHV Gf¬«O« HDQFH 2Q QH SRXUUDLW GLUH DXWDQW GH OD PLGL &f¬HVW XQH PLFUR mGf¬$WRXW6SRUW} 7DE VHQFH GH 'RPLQJXH GH OD OLV WH GHV SU«V«OHFWLRQQ«V Qf¬« DXYDXX Xr WDLW GXH TXf¬£ XQH I£FKHXVH QHXU I«G«UDO HVVDOH HQ G«IHQ RQLQLRQ HW FRPPH 7«FULW &\ HUUHXU GH GDSW\ORJUDSKLH VH OH TXDWRU -Q-RVHSK f§ B 9r $ $ 9IQm W0D O$LmQ UW QLO $O0OIL2 IOX 7,3 7,D rO 2QW 7!$ rr $ (YLGHPPHQW 7DVV\ HQ HVW HQFRUH DX[ WDWRQQHPHQWV HW LO HVW DVVH] GLIILFLOH GH SU« YRLU FHX[ TXL DXURQW Of¬KRQ QHXU mOH SRUWHU OH PDLOORW GH FHWWH V«OHFWLRQ QHZ ORRN 3RXU OH PRPHQW 7HQWUDL MRXHXUV EU«VLIOHQV HW FRQVWL 'DQV FH FDV SRXU SHUIRUHU OHXUV IRUWHUHV6HV G«IHQVL YHV OD SDUWLFLSDWLRQ GHV DU UL«UHVDLOHV DX MHX GnDWWD TXH HVW WU«V ,PSRUWDQWH 5DS SHOH]YRXV OH WUDYDLO GH (YH UDLGR HW GH &DUORV ORUV GH OD ILQDOH %U«VIO,WDO¯H GH LD &RXSH GX 0RQGH &DUORV $On EHUWR DYDLW P«PH LQVFULW OH H EXW EU«VL+HQ &HWWH WDFWLTXH Qf¬HVW SDV VHXOHPHQW 7DSDQDJH GHV VH 0RQVLHXU 5RFKDW DSSDU WLHQW DX[ 1DWLRQV 8QOHV VHFn WLRQ GH Of¬2UJDQLVDWLRQ SRXU 7$OLPHQWDWLRQ HW Of¬$JULFXOWX UH RX )$2 0RQVLHXU 6HUJH 5RFKDW VJ«FLDOLV« HQ 7UDQVn IRUPDWLRQ HW &RPPHUFLDOLVDn WLRQ SU«WH VHV VHUYLFHV DX 3URMHW GH G«YHORSSHPHQW GH OD SODLQH GHV &D\HV RX ('$36 &HW H[SHUW GH Of¬218 VHUD GH UHWRXU GDQV XQ PRLV ,O IXW VDOX« £ Of¬D«URSRUW SDU 0DGDPH (VWHU «SRXVH GH 7XQ GH VHV FROO«JXHV GHV 1DWLRQV 8QLHV HW SDU 0RQVLHXU (UPD QR 3«WRLD 6HFU«WDLUH H[«FX WLI GH 7(' $36 ;;; ; 6RQ ([FHOOHQFH OH 'U /F EHUW -HDQ3LHUUH 6HFU«WDLUH Gf¬(WDW GX &RPPHUFH HVW UHQ WU« Gf¬(XURSH KLHU PDWLQ 6XU LQYLWDWLRQ Gf¬$LU )UDQFH LO YLHQW GH IDLUH HQ FRPSDJQLH GH VD GLVWLQJX«H «SRXVH OH \R \DJH 3RLQWH$3LWUH f§ 3DULV £ ERUG Gf¬XQ GHV %RHLQJV GH FHWWH SUHVWOJLHXVH FRPSDn JQLH IUDXTDLVH 0DGDPH -HDQ 3LHUUH QRXV D GLW OH 0LQLVWUH D SURORQJ« VRQ V«MRXU HQ )UDQ FH ; ; ; ; m%RQMRXU PRQVLHXU HnHVW PRO OD IHPPH TXnRQ FRXSH HQ GHX[} -H UHVWDL LQWHUORTX« SHQGDQW TXHOTXHV VHFRQGHV SXLV XQ G«FOLF VH ILW GDQV PRQ HVSULW HW MH FRPSULV D ORUV TXH FHWWH PLJQRQQH SHU VRQQH Y«WXH GH EODQF HW FRLI I«H Gf¬XQH FDVTXHWWH URXJH IDL VDOW SDUWOH GH OD 7URXSH m6KRZ GH 0DJLH} GH 5LFKLDU GL MXQLRU )UDQTRLVH *XLOODUG GLWH 3DWULFLD «WDLW OD SUHPL« UH G«EDUTX«H 9HQDLHQW £ VD VXLWH OHV nH[WUDRUGLQDLUHV YHn GHWWHV 5LFKLDUGL MXQLRU $OODQ $OODQ $ &DUWK\ ,JROHQ .D ]XR +DWWD &HV DUWLVWHV VRQW DFFRPSDJQ«V GH 0RQVLHXU 0DURXDQL &O«PHQW OHXU LP SUHVVDULR GX SLDQLVWH *HRUn JHV (GRXDUG 1RXHO HW GH 0RQVLHXU &ODXGH 5RELQHO G« O«JX«V SDU m/H &ROLV«H} GH )RUW GH )UDQFH 4XH QRXV RIIULURQW FHV YHn GHWWHV " 8Q VSHFWDFOH VHQVD WLRQQHO LQFUR\DEOH G«URX WDQWU LQRXEOLDEOH $X &DSLWRO GX DX G«FHPEUH $OLDQ $OODQ OH SULQFH GH Of¬«Y£VLRQ ,JROHQ XQ SUHVWLGLJLWDWHXU H[FHSWLRQQHO 5LFKLDUGL MXn QLRU VHV WURLV 2VFDUV PRQ GLDX[ SURFODPHQW VRQ WDOHQW $O &DUWK\ VRQ URERW YRXV FRXSHUD OH VRXIIOH m&RPPHQWA G«ILQLU PRQ URERW " 'OVRQV TXH Ff¬HVW DVVH] VS«FODO Ff¬HVW IXWXULVWH Ff¬«VL XQ SHX GH OD VFLHQFH ILFWLRQ} f§ 1RXV VRXKDLWRQV OD ELHQYHQXH £ FHW WH IRUPLGDEOH WURXSH HW OX¯ ; ; ; ; &f¬HVW KLHU PDWLQ TXnHVW UHQ WU«H DX SD\V 0DGDPH -DFn TXHV )DELXV Q«H 0RQLTXH &HO FLV (OOH HVW YHQXH SDVVHU OD 1RHO GDQV VD IDPLQH 0RQLn TXH U«VLGH £ 1HZ
PAGE 2

O8 1289(//O%7U! 3$*( 0DF}HSO ,IWJD2(0%5J '$16 126 &,1(0$6 5(; 7+($75( $8 &$3,72/ 0HUFUHGL L? K XW OL OH IRUPLGDEOH 0DULDFKL /26 //$1(526 '( -$/,6 &2 'H 3(3( -$&2 .LL7L9 22HW L %(/ $,5 &,1( +8( 6$,170$57,1 1R 0HUFUHGL * K HW K 7$5=$1 (7 /( -$*8$5 0$8',7 (QWU«H *GF /22 HW -HXGL W? K HW K 5,1*2 1( '(9 $,7 3$6 0285,5 (QWU«H 2GH HW &,1( 2/<03,$ 0HUFUHGL HQ SHUPDQHQFH 3$6 '( 3,7,( 3285 /(6 6$/23$5'6 (QLU«H *GH -HXGL HQ SHUPDQHQFH /(6 5,&+(6 )$0,/,(6 (QWU«H *GH 0HUFUHGL K HW OL /( 720%+(85 '( 2(6 '( 02,6(/;( (QWU«H 2GHD DW -HXGL 0 K FO E &$7+(5,1( ,/ 68))7 'n81 $0285 (QWU«H 2GHV HW 0$*,& &,1( 0HUFUHGL K HW 8 /( 2526 &283 '8 '$0( /(21 9 (QWU«H *GHV DZ HW -HXGL D K HW K /( 75$,1 6,))/(5$ )2,6 (QWU«LV *GHV HW &,1( (/'25$'2 0HUFUHGL K HW K 7(7( '( 3217 3285 ,0 3/$&$%/(6 (QWU«H *GHV HW -HXGL $ K HW K 0,//,$5'6 3285 , &283 (QWU«H 2GHV HW &,1( 3$/$&( 0HUFUHGL E E HW E /n2'<66(( 'f¬81 6(5*(17 (QWU«H *GH -HXGL £ K HW K /f¬(9$6,21 /$ 3/86 /21n *8( (QWU«H *GH &,1( 67$',80 0HUFUHGL HQ SHUPDQHQFH (/ *5,1*2 (QWU«H *GH -HXGL HQ SHUPDQHQFH *526 &283 $ 3$03(/81( (QWU«H *GH '5,9( ,1 &,1( 0HUFUHGL D E HW E /( &$51$9$/ '(6 %,(8; (QWU«H SDU YRLQOUH -HXGL £ K HW K \ /( 3$5,$ (PU«H SDU YRKXUH /f¬RUODQWDWLRQ VFRODLUH Qf¬HVW SDD SRVVLEOH VDQV OD GLVSDUO WLRQ WGHV LMZU«MMXJ«V YnWMXO PHW WHQW OH O\F«H FODVVLTXH DLXGHV VXV GX FXEµOH PRGHUQH FHOXL FL DX GHVVXV GXFROO«JH WHFK ³LTXH 4XHOOH HUUTXU 3DU OLn QH DFWLRQ VXU nRSLQLRQ SXEOL TXH LO ODXW PRQWUHU DX[ SD UHQWV TXf¬LO HVW SOXVOHXUV YR RV DKRXWOVVDQW D GHV GLSOµPFV GR YDOHXU HW FH TXO HVW POHX[ D Of¬«SDSRXOVVHPHQW FRPSOHW GR Lf¬HQIDQW /f¬RUOHQWDWLRQ VFRODLUH QnHVW SDV SRVVLEOH «JDOHPHQW VL 7RQ QH VF O«I«UH SDV D OD SV\FKRn ORJ\ GH Lf¬HQIDQW &RQQDLV VQQW OHV FRUU«ODWLRQV TXL H[LV WHQW HQWUH OH FDUDFW«UH HW OHV IRUPHV GH Of¬LQWHOO JHQFH QRXV GHYLQRWLV OHV SURILWV TXH SHXW WLUHU XQ «GXFDWHXU GH OD FD UDFW«URORJOH HVW SU«FLHX[ GH VDYRLU SDU H[HPSOH TXH OH VHQWLPHQWDO GRQW Of¬«PRWOY¯ W« VH WUDGXOW HQ VHQWLPHQWV SOXWµW TXf¬HQ DFWHV D J«Q«UD OHPHQW SHX Gf¬OQW«U«W SRXU OHV PDWL«UHVVFOHQWLILTXHV ,, U«XV VLW P HX[ GDQV OHV «WXGHV OLW W«UDLUHV RX DUWOVWOTXHV PDOV RQ SHXW Of¬LQW«UHVVHU DX[ VFOHQ FHV Vf¬LO VHQW DXWRXU GH OX¯ OD V\PSDWKLH HW VL Of¬RQ VDOW OX¯ IDOUH JR¾WHU OH SODOVOU GH OD G«FRXYHUWH /f¬«GXFDWHXU SHXW FRQYHUWLU XQ VHQWLPHQWDO MXV TXf¬ OH UHQGUH DFWnI Vf¬LO OXL SURSRVH XQH DFWLYLW« P«WKRGL TXH HW XQ HPSORL GX WHPSV VXLYUH VFUXPLOHXVHPHQW 3DU PL OHV GLII«UHQWV W\SHV GH FDUDFWHUHV FHOXO GX VHQWOPHQ WDO HVW VDQV GRXWH OH SOXV WL PLGH OH G,XV IDFOOHPHQW G« FRXUDJ« OH SOXV LQG«FOV I£ FDXVH GH VD IDFXOW« Gf¬DQDL\ /nRULHLWWDWLRQ6FFWLDLUH 6XLWH GH OD O«UH SDJHO VHf PDOV Ff¬HVW DXVVL OH SOXV DFUXSXOHX[ OH SOXV P«FRQ WHQW GH VRO GRQH OH SOXV H[O JHDQW SRXU VRO SUHQG TXH OH QHUYHX[ HVW « /D FDUDFW«URLRJLH QRXV DS PRWOI OQDFWLI HW SQPDLUH VHV UHDFWLRQV $ Of¬LQYHUVH GX VHQWLPHQWDO QH VH SURORQJHQW SDV GDQV XQ WU«VORQJ VHFRQG PRPHQW PDLV VRQW LQVWDQWD Q«HV /D ID"RQ GH WUDYDLOOHU YDn U¯H DYHF OH FDUDFW«UH /HV SUL PDLUHV U«DJOVVHQW GDQV OH SUH PLHU PRPHQW $FWI LOV U«DJLV VHQW SDU GHV DFWHV $XVVL OHXU «FULWV VRQWLOV WRXW GH VXLWH SUHVTXH G«ILQLWLIV LOV Qf¬\ DS SRUWHQW TXH GHV FRUUHFWLRQV GH G«WDLO /HV VHFRQGDLUHV U«D JLVVHQW GDQV OH VHFRQG PRn PHQW HW SDU GHV VHQW PHQWV SXLVTXH «PRWLIV HW LQDFWLIV /HXUV «FULWV VRQW UDWXU«V EDU ERXLOO«V UHFRPPHQF«V SOX VLHXUV IRLV (WXGLRQV OHV EURX¾ORQV GH QRV «LSHHV 1RXV WURXYRQV VRX YHQW FHV GHX[ IDWMRQV GH U«GL JDU /HV XQV «FULYHQW VXU OH FKDPS HW OH WH[WH TXf¬LOV URO« YHQW HVW FHOXO GX SUHPLHU MHW OHV QXWUHV K«VLWHQW VXUFKDU JHQW HW QH VH G«FLGHQW SDV UHOHYHU n 1RXV QRXV WURXYRQV HQ SU«VHQFH GH GHX[ WHQGDQn FHV GH FDUDFW«UH IRUWf¬ nGLII« UHQWHV &HWWH SU«FOHXVH REVHU YDWLRQ HQUOFKLUD QRWUH GRV 3KDUPDFLHV DVVXUDQW WH VHUYLFH FHWWH QXOW 0(5&5(', '(& /$92,6,(5 /$/8( 67 -8'( 5X« 3DY«H ‘VLHU 3RXU FRQGXLUH XQ HQIDQW LO IDXW OH FRQQDLWUH GDQV VD WR WDOOW« VDYRLU TXHOV VRQW VHV UHVVRUWV RX VHV P«FDQ VPHV EORTX«V VL GDQV OHV FRPSRVDQ WHV GH VRQ FDUDFW«UH LO HQ HVW XQH RX SOXVOHXUV GRQW RQ VH VHUYLU£ FRPPH GH OHYLHUV SRXU SDOOLHU LH PDQTXH Gf¬DS WLWXGHV /H UHVVRUW GH EHDX FRXS GH QHUYHX[ HVW OH VHQWLn PHQW H[FHVV¯I GH VRO OD YDQL W« OH G«VLU GH U«XVVOU &KH] OH VHQWLPHQWDO Ff¬HVW HQ IDL VDQW DSSHO D VD FRQVFLHQFH SURIHVVLRQQHOOH DX VHQV GX GH YRU HW HQ Of¬HQWRXUDQW GH V\PSDWK\ TXf¬RQ /f¬DLGHUD £ YDLQFUH VRQ FRPSOH[H Gf¬LQI« ULRULW« /WDSDWKLTXHD SHXGf¬RQ W«U«WV Ff¬HVW XQ LQ«PRWLI XQ LQDFWLI VRQ LQWHOOLJHQFH HVW DIIDLEOLH GLPnQX«H GDQV VRQ HIILFDFOW« SDU OH FDUDFW«UH $ YHF XQ DSDWKLTXH IRUWHPHQW DFFXV« OH SURQRVWLF VHUD WRX MRXUV VRPEUH &f¬HVW HQ UHFKHU 6,523 3(&725$/ 6(-28517 *R¼W DJU«DEOHf§ &RQVHUYDWLRQ $ EDVH GH &2'(,1( 72// HW ((& $ L <372/ 7RQH 5KZQHV %URDFKOWHV (ZFQHPHQWV ,QIOXHQ]D $I OHFWLYDV GHV 3RDPRDV FKDQW VHV UDUHV LQW«U«WV TXf¬RQ SRXUUD Of¬«GXTXHU OH G«LYHLRS SHU Of¬RUOHQWHU 6, OHV UDSSRUWV GHV IRUPHV GH cf¬LQWHOOLJHQFH DYHF OHV W\ SHV GH FDUDFW«UHV VRQW LQGLVn SHQVDEOHV £ Of¬RUOHQWDWORQ VHR LDLUH HQ HVW GH P«PH GH OD FRQQDOVVDQFH GX QLYHDX GH cf¬LQWHOOLJHQFH &H QLYHDX HVW LQG«S«QMGDQWnGHV WUDLWV GH FD UDFWHUH GHV WHVWV Of¬REVHUYD WLRQ TXRWLG¯HQQH GH ,f¬HQIDQW SHUPHWWHQW GH Of¬«YDOXHU '«M£ HQ JURV RQ SHXW GLUH TXH OD FDUDFW«URORJOH DLGH £ FRQQDLWUH OH JHQUH Gf¬«WXGHV HW -HV FRQGLWLRQV GH WUDYD TXL FTQYLHQQHQW D OD IRUPH GH 7LU¯WHOOLJHQFH OXL £SU« GH 7LQWHOOLJHQFH OXW D SU« YRLU GDQV OH JHQUH Gf¬«WXGHV OH GHJU« TXf¬HOOH QH G«SDVVHUD SDV /HV PR\HQV SUDWLTXHV GnD ERXWLU £ 7RULHQWDWLRQ YDULHQW DYHF OHV «GXFDWHXUV PDLV FHV GHUQLHUV QH SHX YHQW SDV f¬JQR UHU OHV WHVWV /HV WHVWV Gf¬LQV WUDFWLRQ RX GH QLYHDX[ GH FRQ QDLVVDQFHV FROOHFWLIV HQ J« Q«UDO HW Gf¬HPSORL IDFLOHf OHV WHVWV SHUPHWWDQW Gf¬«YDOXHU OH LQLIYHDX PHQWDO ,QGLYLGX«LV RX FROOHFWLIVf OHV WHVWV GH FD FDUDFW«UH LQGLYLGX«LVf OHV WHVWV Gf¬DSWOWXGH SHUPHWWDQW Gf°DSQU«FnHU OD P«PRLUH Of¬DW WHQWORQ OD FRPSU«KHQVLRQ OHV DSWLWXGHV WHFKQLTXHV SK\ V¯TXHV 2Q QH SHQW VH SDVVHU GHV WHVWV SRXU RULHQWHU ,HV HQ IDQWV PDLV RQ QH SHXW OHV R UWRDWHU XQLTXHPHQW DYHF VGHV WHDWV 1RWUH FRQQDOVVDQFH GH Lf¬HQIDQW VH IRQGD DXVVL cVXU ¯ XEVHUYD¯WDQ LTXSWOGOH[PHLL GH VRQ RRPSRUWHPHQW VXU OH [RQ WUIOWHn GH VRQ WUDYDLO HW HVW « WD\«H SDU OHV UHQVHOJSHWQHKWV TXH QRXV SRXYRQV UHFXHKL U VXU VRQ PPHX ¯DPXLDO HW VXU VRQ «WDW SK\VLTXH /f¬«GXFDWHXU Qf¬RXE¾HUD MD PDLV TXH VRQ LQWXLWLRQ VRQ HVSULW GH ILQHVVH VRQ DUW DRL YHQW OX¯ SHUPHWWUH Gf¬LQWHUSU« WHU OHV U«VXOWtWV GH VHV H[SHn ULHQFHV HW ¯HV GRQQ«HV GH ¯ H[ W«[OHXU &f¬HVW XQH WDFKH GLIn ILFLOH /DPHQWDWLRQ GRLW« WUH OHQWH HW IDXW VH JDUGHU GH SURQRQFHU GHV MXJHPnHQWV G«IPOWLIV LO IDXW Y«QILHU SOX VLHXUV IRLV VHV FRQFOXVLRQV FRQIURQWHU VHV REVHUYDWLRQV D YHF FHOOHV GHVDXWUHV MQDLWUHV UHFRPPHQFHU VHV HVVDLV V Of¬RQ VH WURXYH HQ SU«VHQFH Gf¬XQ FDV GRXWHX[ $ OD ILQ GH OD «PH OH FRQ VHOO GH FODVVH HVTXLVVHUD OH SURILO SV\FKRORJLTXH GH /f¬«O« YH FRPSO«WHUD VRQ GRVVLHU VFRODLUH /f¬RULHQWDWLRQ Qf¬HVW SDV Of¬FHXYUH Gf¬XQH DQQ«H /f¬« O«YH VHUD WRXMRXUV Of¬REMHW Gf¬X QH «WXGH LQGLYOGXHOOH Gf¬XQH REVHUYDWLRQ JOREDOH LO SRXUn UD VDQV GRPPDJH DX FRQWUD UH FKDQJHU Gf¬RSWLRQ (Q IDLW Of¬RULHQWDWLRQ HVW XQH RHXYUH FRQWLQXH 3RXU FRQFOXUH cf¬RULHQWD WLRQ Qf¬HVW SDV XQ VRPSOH FRQV WDW GHV DSWLWXGHV HOOH Qf¬HVW SDV QRQ SOXV OD VHXOH H[SORLn WDWLRQ GH FHV DSWLWXGHV HOOH HVW XQH «GXFDWLRQ SHXW« WUH OD VHXOH «GXFDWLRQ 'RPLQLTXH /25(1=, &RQVHLOOHU S«GDJRJLTXH Of¬,QVWLWXWL )UDSFDOV f83 $ 3$03(/,717& /( 3$5,$ RQWLFR ULR 6IO Gf¬eLQL\a f¬ :f§ f§f§PQLnL OXGLR XQ QX A R X L LQDWPLX $LDLLFF GH (PU«H SDU YRKXUH Uf« r FL fµ I UB! 9 V LV '(/(&7$%/( 72%/(521( &H FKRFRODW DX WDLW!DPDQGet HW PLHO VL DSSUHFLDEOH GDQV OH PRQGH HQWLHU &+2&2/$ $8 /$,7 68,66( $9(& $0$1'(6 (7 0,)/ &KRFRODO -DEOFU %28/$1*(5,( /$ 3267( )25' 6725( & &KRFRODW -DE¯ L 7 'H UHQRPP«H PRQGLDOH &,1(n6(1(*$/ 0HUFUHGL £ K HW K &+$66(856 'f¬(63,216 (QWU«H *GHV HW -HXGL £ K HW K %,//(76 3285 0(;,&2 (QWU«H *GHV HW 3$5$02817 0HUFUHGL £ K HW K /f¬+200( $ /$ -$28$5 528*( (QWU«H *GHV HW -HXGL £ K HW K /( %21 /$ %587( (7 /( 758$1' (QWU«H *GHV HW &,1( 81,21 0HUFUHGL D K ¯KY E 81 &(5&8(,/ 3285 /( 6+( 5,) (QWU«H *GH -HXGL D K f¬ HL K -8/(6 &(6$5 (QWU«H *GH (72,/( &,1( 0HUFUHGL £ *K HW OL /LW %<( %<( %$5%$5$ (QWU«H *GHV HW " -HXGL £ K HW K /( &/$1 6,&,/,(16 (QWU«H *GHV HW 02173$51$6( $,53257 &,1( 0HUFUHGL £ K HW K *8(7 $3(16 $ 7(+(5$1 (QWU«H *GHV HW -HXGL £ K HW K O«UH SDQ $/&,%,$'( «PH SDUW 683(5 &+28&28 1( «PH SDUW /( &+((. 528*( (QWU«H *GH HW /17(5(7 '( /f¬(;3(5,(1&( 9(186 3$5,6 $)3f '8 &+521,48(85 6&,(17,),48( '( /f¬ 3 6HUJH %(5*f $) &(175( &8/785(/ $8',725,80 0HUFUHGL D KHXUHV 78(=/(6 7286 (7 5(9( 1(= 6(8/ (QWU«H *GH -HXGL £ KHXUHV ,( 75,203+( 'f¬(/ &25'2 %(6 (QWU«H *GH 0HUFUHGL D K HW J K 2%-(&7,) +$0%285* 0,66,21 (QWU«H *GH -HXGL K HW K /( 7(036 '8 0$66$&5( (QWU«H *GH 'H /X[H $XWR &LQ« 0HUFUHGL £ K HW K &$7+(5,1( ,/ 68))77 'f¬81 $0285 (QWU«H SDU YR8XUH -HXGL £ K HW K /$ 9,1*7&,148,(0( +(8 5( (QWU«H SDU YRLWXUH /H &LPHQW Gf¬+DLWL 6$ $YLV GH &RQYRFDWLRQ 0HVVLHXUV OHV $F8RQQD¯UHV GH OD 6RFO«W« /( &,0(17 'f¬+$,7, 6 $ 6RFO«W« $QR Q\PH DX FDSLWDO GH GHX[ PLOOLRQV GH GROODUV VRP FRQYR TX«HV HQ $VVHPEO«H 4«Q 2UGL QDLUH $QQXHOOH TXO VH WLHQ GUD £ Of¬8VLQH GH )RQG 0RP ELQ &RPPXQH GH 'XYDOOHL YLOOH +DLWL OH /XQGL -DQn YLHU D KHXUHV $0 SRXU VWDPHU VXU Of¬2UGUH GWL -RXU VXLYDQW 5DSSRUW GX &RQVHOO Gf¬$G %LODQ HW &RPSWHV GHD SUR PLQLVWUDWLRQ 5DSSRUW VXU OHV &RPSWHV ILWV HW 3HUWHV GH Of¬H[HUFL FH DUU«W«V DX 6HSWHPEUH $IIHFWDWLRQ GHV )«VXOWDLV 4XLWXV DX[ $GPLQLVWUD WHXUV 1RPLQDWLRQ f¬$GPLQLVWUD WHXUV )RQG0RPELQ OH 7L«F /( &216(,/ 'f¬$'0,1,675$ 7,21 ‘ ! R $9(& /$ 0RUW DX[ 5DWV (K t28/(77(6 *,%%216 &8U/ &8( 62,7 /( 5$7 c/ +(5,5$ /nPW«U«W HVVHQWLHO GH OnH[ S«ULHQFH 9HQXV OD VRQGH DXWRPDWLTXH VRYL«WLTXH LDQ F«H OH $RXW GHUQLHU HW TXL D DWWH QW 9HQXV PDUGL HVW GH VDYRLU MXVTXf¬£ TXHOOH GOV WDQFH GX VRO GH OD SODQ«WH OD VRQGH DUULYHUD D WUDQV PHWWUH GHV LQIRUPDWLRQV £ OD WHUUH 6L HOOH DUULYDO D \ IDL WS MXVTXf¬XWW FRQWDFW P«PH D YHF OD VXUIDFH GH 9HQXV fF VXFF«V GF Ln$VWURQDX/OTXI UXVVH VHUDLW FRQVLGHUDEOH FDU DORUV SRWLU OD SQPL«UF IRLV OHV VDYDQWV SRXUUDOHQW FRQQDLWUH OD WHPS«UDWXUH HW OD SUHVVLRQ TXn U«JQHQW DX UDV GX VRO Y«QXVLHQ /HV /URLV VRQGHV YHQXVOHQ QHV SU«F«GHQWHV 9HQXV ODQFHH OH -XLQ HW 9H QXV HW ODQF«HV UHVSHFW YHPHQW OHV HW -DQYLHU DYDLHQW WRXWHV OHV WURLV ,QWHUURPSX OHXUV «PLVVLRQV D TXHOTXHV NOORP«WUHV GX VRO GH OD SODQ«WH &HWWH ,Q WHUUXSWLRQ DYDOW «W« SURYR TX«H SDU OD P VH KRUV Gf¬(WDW GHV DSSDUHLOV GH ERUG OLWW«UD OHPHQW «FUDV«V HW EUXO«V SDU OHV KDXWHV SUHVVLRQV HW OHV WHPSHUDWXUHV HRQVLG«UDEOHV U«JQDQW £ FHWWH DOWLWXGH « YDOX«HV DORUV D DWPRVSK« UHV VRLW IRLV OD SUHVVLRQ U«JQDQW DX QLYHDX GH OD PHU VXU OD WHUUHf HW D GHJU«V n‘HQWLJUDGHV 3DU H[WUDSRSXOD OLRQ GH FHV PHVXUHV HW «WDQW GRQQ« TXH OHV GHX[ GHUQL«UHV VRQ GHV SRXYDLHQW VH WURXYHU 7X QH DX GHVVXV Gf¬XQH PRQWDJQH nr! Wf¬DXWUH DX GHVVXV Gf°XQF SOD¯QF ,HV VS«FODOLVWHV VRY « WLTXHV RQW FRQFLD TXf¬£ OD VXU WDFH GH 9HQXV OD SUHVVLRQ SRXUUDLW DWWHLQGUH HQWUH HW DWPRVSK«UHV HW OD WHP S«UDWXUH HQWUH HW GH JU«V FHQWLJUDGHV 'DQV OnHQIHU Y«QXVLHQ OD &DSVXOH PXQL« GHV LQVWUX PHQWV GH PHVXUHV TXL Vf¬HVW G«WDFK«H GX UHVWH GH OD VWDn WLRQ 9HQXV D VXE¯ DX IXU HW £ PHVXUH GH VD GHVFHQWH GHV FRQWUDOQWHV WKHUPLTXHV HW P«FDQOTXHV GH SOXV HQ SOXV «OHY«HV /HV 6RYL«WOTXHV RQWLOV [«XVVO FHWWH IRLV £ U« ‘ DOLVHU XQH &DSVXOH SRXYDQW U«VLVWHU D FHV FRQWUDOQWHV HW FRQWLQXHU £ WUDQVPHWWUH OHV LQIRUPDWLRQV &f¬HVW O£ WRX WH OD TXHVWLRQ /H FRPPXQLn TX« GH 7$JHQFH 7DVV £ FH VX MHW Qf¬HVW SDV WU«V H[SOLFLWH ,, LQG TXH TXH ORUVTXH OD &DS VXOH DSU«V ¯UHLQDJH D«URG\ QDPLTXH GDQV Of¬DWPRVSK«UH YHQXVOHQQH D DWWHOQW OD YL WHVVH GH NP Of¬KHXUH OHV SDUDFKXWHV VH VRQW RXYHUWV OHV DQWHQQHV VH VRQWG«SOR \«HV HW OD WUDQVPLVVLRQ GHV ,QIRUPDWLRQV D FRPPHQF« 8Q STOQW LPSRUWDQW FHWWH WUDQVPLVVLRQ D GXU« PLQX YDOW nDWWHOQW OD -XU«H GH P ³XWHV (VWFH £ GLUH TXH OHV «PLVVLRQV RQW FHVV« SOXV WµW Ff¬HVW£GLUH £ XQH DWWLWX GH VXS«ULHXUH DX[ NLORP« WUHV IDWLGLTXHV " &H QnHVW SDV VXU FDU LO HVW SRVVLEOH TXH OD VRQGH DLW FRPPHQF« D «PHWWUH £ SDUWLU Gf¬XQH DOWLWX GH SOXV EDVVH TXH FHOOHV TXL DYDLHQW «W« FKRL£WHV SRXU 9HQXV FW HW TXO DYDLHQW L -WLL¯I8¯¯cMXW¯WQ6¯,¯E.¯X¯cc¯¯LL¯TL¯¯rnc¯rrr+rrDDrArrLFDL-XLLL¯XULX¯AAc¯¯cL6A $FWXDOLW«V ,QWHUQDWLRQDOHV 0(685(6 '( 6(&8+,7( (1 (63$*1( «W« UHVSHFWLYHPHQW WLF HW NP &HV SUHFLVLRQV VRQW HVVHQ WLROLFV SRXU MXJHU GH OD U«XV VLWH GH 7H[S«ULHQFH 9HQXV (WDQWnGRQQ«HV OHV FRQGLWLRQV H[WU«PHPHQW G«IDYRUDEOHV GDQV ,SVTXHOOHV VH SURGXOW OD SHQHWUDWLRQ GDQV 7DWPRVSE« UH GH 9HQXV LO IDXGUD VDQV GRXWH DWWHQGUH XQ FHUWD } WHPSV DYDQW TXH OHV VS«FLD OLVWHV VRYL«WOTXHV QH SXLVVHQW 8UHU GHV FRQFOXVLRQV GHV GRQ Q«HV UHTXHV 0$'5,' $)3 O 'HV PHV£UHV F¯R V«FXULW« RQW «W« SULVHV SDU OnDUP«H GDQV OHV &HQWUHV Q«YUDOJL TXHV GX V\VW«PH GH W«O«FR PXQOFDWLRQV HVSDJQRO SRXU WS/2%$(;3257X ',675,%275,&( L «YLWHU OHV DFWHV GH VDERWDJH DSSUHQGXQ PDUGL GH VRXU FHV GLJQHV GH IX 6HV PHVXn UHV WQXFKHQW «JDOHPHQW OHV FHQWUDOHV «OHFWULTXHV OHV ED UDJHV HW QXWUHV SRLQWV VWUDW« JLTXHV /HV FKHIV P¯OLWDLUHV RQW FRQI«U« OXQGL VXU OD QDWXUH GHV PHVXUHV £ SUHQGUH DYHF OHV SULQFLSDX[ GLULJHDPWV GH OD FRPSDJQLH GX W«O«SKRQH DX VL«JH GX KDXW (WDW 0D MRU £ 0DGULG 6 7RQ VDOW TXnLOV XQW «WXULO« HQVHPEOH OHV SODQV GH SURWHFWLRQ GH WRXV OHV SRLQWV LPSRUWDQWA GX U« VHDX QDWLRQDO GH 7«O«FRPPX QLFDWLRQV RQ LJQRUH FHSHQ GDQW OHV G«WDLOV FRQFUHWH GHV G«FLVORQV RXL RQW «W« SUnVHV /H GHUQLHU DWWHQWDW FRQ WUH OH V\VW«PH GH FRPPXQLn FDWLRQV HQ (DSDJQH UHPRQn WH GHX[ DQDUFKLVWHV D YDLHQW ODQF« XQH SXLVVDQWH ERPEH DX VL«JH GH OD FDPSD JQOH GX 7«O«SKRQH $YHQXH GH -RV« $QWRQLR HQ SOHLQ FHQWUH GH 0DGULG /\[Rf¬FVWRQ DYDLW IIWLW GH QRPEUHX VHV YLFWLPHV HW OHV GHX[ DXn WHXUV GH O¯DWWHQWDW FRQGDP Q«V £ PRUW SDU XQ &RQDHOO GH JXHUUH DYDLHQW «W« H[«FX W«V SHX DSU«V /H *RXYHPHPHQW )«G« UDODOOHPDQG XQH LQLWLDWLYH GH %HUOLQ(VW HQ FH TXL FRQ FHUQH OD SRXUVXLWH GX GLDORn JXH LQWHUDOOHPDQG /H 3RUn WH3DUROH DGMR QW 0 5XHGO JHU 9RQ :HFKPDU D SU«FL V« DQDUGL TXf¬RQ Vf¬DWWHQG %RQQ TXH OHV GHX[ 6«FU«WDL UHV Gf¬(WDW 0 (JRQ %DKL05) $f HW 0LFKDHO .RKO 0%'$f VH UHQFRQWUHURQW HQHRUH XQH IRLV DYDQW ¯¯RHO PDWµ O¾QLWLD WLYH GX UHQGH]YRXV GRLW « WUH SULVH SDU %HUOLQ(VW 0 9RQ :HFKPDU D LQVLV W« VXU OH GRXEOH DVSHFW GHV Q«JRFDWLRQV TXL SRXUURQW D YRLU OLHX HQWUH OHV GHX[ DOOH PDJQH VXU OD TXHVWLRQ GHV WUDQVSRUWV /f¬DQ GHUQLHU G«M£ %RQQ D YDLW SURSRV« XQ DFFRUG J« Q«UDO GDQV FH GRPDLQH /HV FRPPXQLFDWLRQV HSWUH OD 5 )$ HW %HUOLQ2XHVW WUD YHUV OD 5'$ GROYHQW «JDOH PHQW IDLUH Of¬REMHW Gf¬XQ DU UDQJHPHQW &H GHUQf¬HU WGRLW Vf¬LQW«JUHU GDQV 7DFFRUGFD GUH FRQFOXUH £ FTW «JDUG HQWUH OHV TXDWUH SXLVVDQFHV 8566 (WDWV8QLV n)UDQFH HW *UDQGH%UHWDJQHf TXL DV VXPHQ W OHV UHVSRQVDELOLW«V GDQV Of¬DQFLHQQH FDSLWDOH DO ‘OHPDQGH &RQORFP«PHQW DX[ G«RODUD WLRQVIDLWHV SDU OH 6HFU«WDLUH DX '«SDUWHPHQW GO(WDW 0 : ¾OODP 5RJHUV OD U«XQLRQ GX &RQVHOO $8DQWLTXH OH G« FHPEUH %UX[HOOHV -f¬DU UDQJHPHQW VXSSO«PHQWDLUH HQWUH OHV GHX[ (WDWV DOOH PDQGVGROW GHYHQLU SDUWLH OQ W«JUDQWH GH 7DFFRUG FDGUH GHVTXDWUH /H SRUWH SDUROH m HVWLP« TXH f¬8%66 «WDOW GLASRV«H DVVXPH VHV ! UHVSWP¯D:LW«H QXL%RXH8H DYDLW DRFHSW« GH A Q«JRFLHU VZ FH [XMHW $VVtOHV DOOL«V RFFLGHQWDOr

PAGE 3

06525(', '(& /, +289IW8P! ‘P 5+80 %$5%$1&2857 5(387( 70 72<27$ 72< 2,7$ 7HO 72<27$ 72<27$ f§ 6ROOGOW« 72<27$ f§ 5HVLVWDQFH 72<27$ LD PHOOOHQUH SRWWOHV UHQWHV Gf¬+tWL 72<27$ f§ 6HUYLFH VS«FLDO HQ YXH Gf¬QQ H FRPPDQWIH QU JHQWH GH 3O«FHV GH UHFKDQVH SDU DYLRQ SRXU OHV FOLHQWV 72<27$ /D YRLWQUH «FRQHPLTQH 81,9(56$/ (175(35,6(6&2 6$ M9 J: 9275( +2526&23( 3DU K UDQW HV 'UDNH > Ln// YL! ¯¯ -(8', '(&(0%5( 0$56 DX $<5,/ %( /,(5 1H G«YLH] SDV YRWUH OOJQH PDWH «YLWH] Of¬OQTXL«WXGH HWOD VRXFOHXVH DQWLFLSDWLRQ GHV HQ ³XWH &RQIOLW GnOQW«U«nV HQ FHU WDLQV VHFWHXUV " 9RXV DOPHUH] OD OXWWH $ 9(,/ DX 0$, 7$8 5($8f 1H YRXV RFFXSH] SDV Gf¬DIn IDLUHV TXO QH YRXV FRQFHU QHQW SDV SDUWLFXOL«UHPHQW SDUFH TXf¬RQ YRXV OH GHPDQn GH fµ &HUWDLQHV VXJJHVWLRQV GH YURQW «WUH UHMHW«HV 0$, DX -8,1 *( 0($8;f 9RXV QnDYDQFHUH] SDV DXV VL UDSLGHPHQW TXH YRXV OH YRXGGH] HW UHFHYH] PRLQV Gn DWRXWV ?QH YRXV OH SHQVLH] $F FURFKH]YRXV SDWLHPPHQW HW YRXV U«XVVOUH] EULOODPPHQW -2,1 DX -8,7 /(7 &$1&(5f 9RXV G«SDVVHUH] YRV OLPLn WHV SDU VXLWH GH YRWUH LQTXL« WXGH RX Gf¬XQH HUUHXU GH FDO FXO 9HLOOH]\ HQ QDJHDQW GDQV OH FRXUDQW HW HQ WRXW VXL YH] OHV P«WKRGHV ORQJWHPSV «SURXY«HV -8,//(7 DX $ 287 /,21f} %RQQHV ,QIOXHQFHV GX 6R OHLO 9RXV GHYUH] DYRLU XQ SURJUDPPH ELHQ «TXLOLEU« 5«IO«FKLVVH] DYDQW GH SUHQn GUH GHV G«FLVLRQV 3HVH] WRX WHV OHV RIIUHV DYHF LPSDUW¯D OLW« $287 DX 6(37(0%3( 9,(5*(f 9RXV UHQFRQWUHUH] GHV VLW¼D WLRQV EL]DUUHV HW P«PH LUULn WDQWHV 3UHQH]OHV SRXU XQ « O«PHQW GH Of¬HQVHPEOH HW U IO«FKOVVH] DYDQW Gf¬HQ WLUHU GHV FRQFOXVLRQV (37(0%5( DX n 2&72 %5( %$/$1&(f 1H Q«JOLJH] SDV GHV GHYRLUV SU«FLV $ FDXVH GH YRf¬UH G«VLU Gf¬HVVD\HU mTXHOTXH FKRVH GH QRXYHDX} '«YHORSSH] OD VP ELOO W« QDWXUHOOH GHV QDWLIV GH YRWUH 6LJQH 2&72%5(DX 129(0 %5( 6&253,21f 1f¬DWWHQGH] SDV WURS ORQJ WHPSV DYDQW Gf¬DWWDTXHU XQ SUREO«PH RX GH UHPSf¬OU XQH REOLJDWLRQ VLQRQ OD WRXP«H VH WHUPLQHUDLW SDU OH ERXOH YHUVHPHQW FRPSOHW GH YRWUH VWDELOLW« QHUYHXVH 129(0%5( DX '(n &(0%5( 6$*,77$-5(f 0HW WH] XQ SHX GH IHUYHXU HW Gf¬DUGHQWH DPELWLRQ GDQV FHWWH EHOOH MRXP«H HW VR\H] RSWLPLVWH &f¬HVW VRXYHQW FH TXf¬ LO IDXW SRXU DVVXUHU OH VXHF«V 3RVVLELOLW«V VXS«ULHXUHV £ OD PR\HQQH '(&(0%5( DX -$1n 9,(5 &$35,&251(f 3UXGHQFH GDQV OHV HQWUH SULVHV QRXYHOOHV 6L YRXV Qf¬« WHV SDV VXU YRV JDUGHV YRXV UHQFRQWUHUH] GHV VLWXDWLRQV GLIILGOHV RX Gf¬LQXWOOHV FRPn SOLFDWLRQV -$19,(5 DX )(95,(5 9(56($8f 0RQWUH] YRWUH IODLU TXO YRXV HPS«FKHUD GH FRPPHW WUH FHUWDLQHV HUUHXUV 1f¬DF HFSWH] SDV LG«HV HW DYLV GH FFX[ TXL SHXYHQW YRXV «JD UHU HQ HPSOR\DQW IFRXWH ORXU VHGXFWLRQ )(95,(5 DX 0$56 32,66216f -RXUQ«H R¾ YRXV SRXUUH]G« SOR\HU YRV DOLHV VL YRWUH SUR JUDPPH HW YRV REOLJDWLRQV OH SHUPHWWHQW ,O QH IDXW SDV UHVWHU FRQFHQWU« SHQGDQW WURS ORQJWHPSV 6, 9286 (7(6 1( $8-285 'f¬+8, 9RXV «WHV LG«DOOVWH HW ELSQ YHLOODQW 9RXV DYH] XQH OR\DX W« HW XQH KRQQ«WHW« DEVROXH 9RXV «WHV WU«V FDSDEOH GDQV OD JHVWLµQ GHV DIIDLUHV FRQV FOHQFOHX[ 9RXV DJLVUH] YLWH HW DYHF FRPS«WHQFH TXDQG OH IDXW 9RXV DYH] XQH ,QWHO OLJHQFH ILQH GRX«H SRXU Of¬D QDO\VH HW XQ H[FHOOHQW MXJH PHQW 9RXV SRXYH] «WUH XQ UHPDUTXDEOH KRPPH Gf¬DIIDLn UHV ILQDQFLHU MXULVWH VDYDQW HW KRPPH SROLWLTXH 6XU OH SODQ GH OD FU«DWLRQ YRXV H[ FHOOHUH] HQ OLWW«UDWXUH GDQV DO PXVLTXH RX Of¬DUW GUDPDWOTXH /H VSRUW HW OH YR\DJH VHURQW YRV SOXV JUDQGHV GLVWUDFWLRQV DX[ KHXUHV GH ORLVLU 1DOVVDQFH GH $QWRQLR 6UDGL YDULXV F«O«EUH OXWKLHU 3DUDOO«OHPHQW £ OD VHFWLRQ Gf¬KOVWRLUH mRF¯DOH HW «FRQRPO TXH $ OD VHFWLRQ GH S8IWOTXH Gf¬«GXFDWLRQ FHOLD GHVSD\V HQ YROH GH G«YHORSHSPHQL 7XQH GHV TXDWUH VHFWLRQV GH O7QV WLWXW GH UHFKHUFKH GH OD )RQ GDWORQ )ULHQGUOFK-eEHUW H¯ IHFWXH QRQ VHWWOHPHQW GHV UH FKHUFKHV VXU OHV SD\V GX WLHUV PRQGH HOOH DWWDFKH f¬«JDOH PHQW XQH JUDQGH ,PSRUWDQFH D OD FRRSHUDWLRQ DYHF OHV FD GUHV GH FHV SD\V ³D W$FKH HVVHQWOHOOH HVW FHUWHV GH UDV VHPEOHU GXPDW«UOHO DL GH ,HV JURXSHU SDU SD\V 8Q FHQWUH GH GRFXPHQWDWLRQ VWRFFXSH GH OD SUHSDUDWLRQ GX PDW«ULHO HW HVW $ OD GLVSRVLWLRQGHV FD GUHV VFOHQWLIOTXHV Gf¬DXWUHV LQVWLWXWV &HWWH VHFWLRQ SXEOLH «JDOHPHQW XQH UHYXH m5DSn SRUWV WULPHVWULHWH} TXL D SRXU VRXVWOWUH m3UREO«PFV GHV SD\V HQ YROH GH G«YHORSSH PHQW} HW TXO JURXSH OHV UHn VXOWD WV GHV WUDYDX[ GH UHFKHU FKH GH OOOQVWLWXW DOQVL TXH GHV DUWLFOHV GH FKHUFKHURV DO OHPDQGV HW «WUDQJHUV VXU OHV SUREO«PHV GHV SD\V HQ YR¯H GH G«YHORSSHPHQW /7QVWLWXW GH UHFKHUFKH GH OD )RQGDWLRQ )ULHQGUOFK( EHUW DWWUOEXH GHV ERXUVHV VS« F¯DOHV GH UHFKHUFKH SRXU SUR PRXYRLU OD FRRSHUDWLRQ DYHF GHV FDGUHV DIUOFDOQV HW DVLD WLTXHV 3RXU SRVHU OHXU FDQGL GDWXUH FHX[FO GROYHQW IDL UH «WDW GH TXDOLILFDWLRQV VFLHQ WLILTXHV HW WUDYDOOOHU VXU XQ WK«PH TXL UHQG Q«FHVVDLUH XQ V«MRXU HQ 5«SXEOOTXH I« G«UDLH 7URS FRQVFLHQWH GX PDODLVH TXL U«JQH GDQV OH 8QLQVWUXPHQWMLU«GHLL[GH &223(5$7,21 $9(& /( 7,(56 n021'( /f¬,1%7, 787 '( 5(&+(5&+( '( /$ )21'$7,21 )5,(1'5,&+ (%(57 WLHUV PRQGHGDQV OH VHFWHXU GH OD UHFKHUFKH OD )RQGD GRQ )ULHQGULFKZ(EPMQHW GRQH $ OHXU GLVSRVLWLRQ GHV PR\HQV ILQDQFLHUV GX PDW« ILHO GH UHFKHUFKH HW GHV S¯D FHV GH WUDYDLO /( 0(&$1760( nkf¬$775,n %87,21 n'(6 f¬ %2856(6 UH EOELORWK«TXH UHHQWUH GH GR RXPVQWDGRQ WHWH /HV FROODER UDWHURV VHWHQWLIO4XHV GH 7LQV WLWXW FRQVHL8HP OH ERXUVLHU GDQV OH FKRL[ GH OD OLWHUDWXUH HW /f¬DLGHQW $µWDEOLU OHV FRQn WDFWV Q«FHHVDLUHV DYHF Gf¬DXn WUHV f¬,QVWLWXWH /( 68-(7 &+2,6, IRUPDWLRQ GHV DGXOWHV «W OHV W cX /D SROLWLTXH «FRQRPOTXH HW A A FRR3AUAARFLDOH Of¬KOVWRLUH VRF¯DOH OD WLRQ GH ,f¬,QD¯OWXW GH rHFKHUIn¯AULUPW!+ RKH GH OD )RQGDWLRQ )ULHQG % UOFK(EHUW YHXW RIIULU DX[ FD GUHV YHQDQW GX WLHUVPRQGH OD SRVVOEOOLW« GH SUHQGUHFRQ QDOVVDQFH GHV WUDYDX[ HW H[ S«ULHQFHV IDLWV GDQV OH VHH WHUR GH OD UHFKHUFKH HW GH OD PLVH HQ SUDWLTXH HQ 5«SX EOLTXH I«G«UDOH Gf¬XW¾OVHU FH PDW«ULHO HW GH Y«UOIOHU OHXUV SURSUHV FRQQDWHVDQFHV ORUV GnHQWUHWOHQV HW GH SULVH GH FRQWDFW /H FDQGOGDW FKRLVOW OXLP«PH OH WK«PH GH VRQ « WXGH /7QVWLWXW GH UHFKHUFKH GH OD )RQGDWLRQ )UOHQGULFK (EHUW ILQDQFH OHV 7UDOV GH YR\DJH HQ FDV GHGHFLVLRQ SR VLWOYH DFFRUGH XQH ERXUVH PHQVXHOLH SHQGDQW OH V«MRXU HQ $OOHPDJQH HWSD\H XQH DV VXUDQFH VXSSO«PHQWDLUH PD OD GLH HW DFFLGHQWV SRUR FHW WH S«ULRGH ‘ /HV ERXUVOHUV SHX YHQWGLVSRVHU $ YRORQW« GH VHV LQVWDOODWLRQV VDOO« GH OHFWX FRRSHUDWLYHV VRQW OHV VXMHWV} Gf¬«WXGH SULY8O«JL«V GHV ERXU VOHUV 'DQV OHV GHPLHUV PROV OHV FRRSHUDWLYHV GH FU«GOW D JUOFROH OH GURLW GX WUDYDLO 9 «GXFDWORQ V\QGLFDWH HW OD U« IRUPHGHV XQLYHUVOW«V DOOH PDQGHV RQW UHFXHLOOL XQ OQW« U«W DFFUX (Q FRRSHUDWLRQ D YHF f¬Gf¬DXWUHV LQVWLWXWV GHV TXHVWLRQV VS«FODOHV GH GURLW RQW n«W« «WXGL«IHV XQH YXH Gf¬ +$87( ),'(/,7( 9LDO WH] OH VWXGLR GH OD m&217,1(17$/ 75$',1*} HW GH PDQGH] X³« GHPRQVWUDWLRQ $33$5(,/i (1 672&. $PSO,6LFDWHRUV SLRQHHU 0RG«OH %& n &RQWURO DPSOLILHU SRUR SURIHVVLRQQHO 0RG«OH 60 3RZHU DPSOLILHU SRXU SURIHVVLRQQHO 506 :DWWV SDU FKDXQHO f§ £O22 ' F\FOHV 0RG«OH 6$ 3UHPDLQ VWHUHR DPSOLILHU :DWWV t F\FOHV 0RG«OH 6$ DPSOLILHU :DWWV 0RG«OH 6$ DPSOLILHU :DWWV HWF $PR2LILFDWHXUV fµ 5«FHSWHXUV SLRQHHU 0RG«OH %; 7' $0)0 :DWWV 0RG«OH 6; 7' $0)0 :DWWV 0RG«OH ; 7 $0)06:,6: :DWWV 0RG«OH 6; $0)0 :DWWV HWF 7RWXPH 'LVTXHV SLRQHHU 0RG«OH 3/ $ W\SH SURIHVVLRQQHO %HOW'ULYH 0RG«OH 3/ $ DXWRPDWLTXH %HOWGULYH 0RG«OH 3/ +$ HWF HWF 6\VW«PHV GH KDXW SDUOHXUV SLRQHHU '; :D\ VSHDNHUV:RRIHU SRXFHV 2XW SXW 62 :DWWV & VSHDNHUV :RRIHU } :DWWV & SRXFHV :DWWV &6 SRXFHV :DWWV HWF HWF 7DSH 'HFNV SLRQHHU 0RG«OHV 7 HW 7 7DSH5HFRUGHUV SLRQHHU PRG«OH WXR 7 I 7DSH 3OD\HUV 3,21((5 SRXU YROWURH£ n0RG«OHV 73 73 +RPH &DUWULGJH 7DSH SOD\HU DQG 5HFRUGHU 0RGXOH KU +DDW SDUOHDUV SRXU YRLWXUHV 3/ 3. 76 76 3OXV GH QRPEUHXr DXWUHV DSSDUHOOD GH KDXWH IOG«OLW« 3,21((5 58662 t &2
PAGE 4

3$4. XL KR\Y0I$PLL 0(5&5(', '%&(0%5( ,G 0HGHFLQH6FLHQFHV7 HFKQLTXHV$UWVHW /HWWUHV ,1'8675,( 6&,(1&(6 7(&+1,48(6 (7 $576 81( 1289(//( 9(56,21 '( m&$5$9(//(} /D &DUDYHOOH, QRXYHOOH YHUVLRQ GX ELU«DFWHXU WUDQn F£LV D YRL« SRXU OD SUHPOµ UH OROV LL 7RXORXVH%LDJQDF OF RUWREUH &HWWH QDYL SQWORQ R GXU« GHX[ KHXUHV HL GHPO¯r M c 6&,(1&(6 (7 7(&+1,48(6 /( 92&$%8/$,5( 7(&+1,48( (175( $ /f¬$&$'(0,( )5$14$,6( /D FRPPOVORQ GX GLFWORQ QDOUH GH Of¬$FDG«POH IUDQ FDOVH \OHQW GH SXEOOHU XQH 8VW« GH G«¯OQLWORQV GH PRWV XQH PHXOH f§ 3HUJDJH RS«UDWLRQ FRQ VLVWDQW µ WDLUH XQ WURX DX PR\HQ GnXQ RXWOO DSSHO« IR UHW RX P«FKH f§ 3URILO« SURGXOW P«WDO OXUJLTXH GH IRUPH DOORQJ«H WHFKQLTXHV IU«TXHPPHQW HP D\DQW XQH VHFWLRQ FRQVWDQWH 2HWOR QRXYHOOH YHUVLRQ GH &QUQYHLOH HVW RI¯HUWH DX[ FQQSQJQOHV D«UOHQQHV TXO YHQ OHQW GLVSRVHU Gf¬XQ bSSD UHQ GRQW OD FDSDFLW« D «W« SRUW«H £ FHQW WUHQWH RX FHQW TXD UDQ WH SDVVDJHUV VHORQ OD XLPSRVLWLRQ GHV VO«JHV HW TXO HVW SDUIDLWHPHQW DGDS W«H D¼[ U«VHDX[ mFRXUW HF PR\ HQFRXUULHUV} $YHF XQH FKDUJH PDUFKDQ GH NJ OH UD\RQ GnDF WLRQ GH OD &DUDYH8H HVW GH NLORP«WUHV SOR\«V + Vf¬DJOW GH f§ &OVDLOODJH DFWLRQ GH FO VDOOOHU G«FR¼SDJH eL Of¬DOGH Gf¬XQH FOVDLOOH Gf¬XQH IHXOOOH RX Gf¬XQH SODTXH GH P«WDO VXOYDQW XQ WUDF« GRQQ« f§ (WDXOOPHXU PDFKLQH £ UDERWHU GDQV ODTXHOOH OH PRXYHPHQW GH FRXSH HVW RE WHQX SDU OH G«SODFHPHQW GH Of¬RXWOO f§ )UDOVH RXWOO IRUP« GH SOXVLHXUV ODPHV TXO DWWDTXH OH P«WDO OH EROV HQ WRXU QDQW UDSOGHPHQW VXU OXOP« PH f§ )UDLVDJH DFWLRQ GH IUDO VHU £ SURIOO G«WHUPOQ« 8Q UDLO HVW SURIOO« f§ 3URILOHU IDEULTXHU GHV SURIOOV f§ 5DERWDJH DFWLRQ GH UDn ERWHU f§ 5DERWHXVH WLO £ UDERWHU PDFKLQHRX f§ 5HFXOW WUDLWHPHQW WKHU PLTXH FRQWURO« Gf¬XQ SURGXOW P«WDOOXUJLTXH GHVWLQ« ¾ D P«8RUHU VHV TXDOLW«V GH GXH WOE¾LW« TXHV WXPHXUV FDQF«UHXVHV DQJORPHV OQIDUFWXV GX P\R FDUGH SRXUURQW «WUH GODJQRV WOTX«V SOXV WRW HW DYHF SOXV GH SUHFLVLRQ &H WXEH XWOOLVT XQH DQRGH HQ JUDSKLWH Gf¬XQ GODP«WUH GH FP SDUWOHOOHPHQW UH FRXYHUWH GH WXQJVW«QH /H JUDSKLWH SHUPHWWDQW XQ « FKDQJH WKHUPOTXH H[FHOOHQW HVW SRVVLEOH GH IDLUH DW WHOQGUH DX WXEH DOQVO «TXOS« GHV SXLVVDQFHV GH NZ HQ SRVHV U«S«W«HV /V WXEHV DX WXQJVW«QH XWOOOV«HV MXVTXf¬D ORUV Qf¬DWWHOJQDOHQW TXH GHV SXLVVDQFHV GH NZ SRXU XQH V«UOH GH FOLFK«V HW NZ HQ SXLVVDQFH LQVWDQWD Q«H SRXU XQ FOLFK« OVRO« 81( ,1,7,$7,9( ,17(5(66$17( $ 0$'$*$6&$5 f§ 8VLQHU HQOHYHU GH OD PD &HV KDXWHV SHUIRUPDQFHV OLE«UHQW OH UDGLRORJXH GH WRX WHV FRQWUDLQWHV FRQFHUQDQW Of¬HPSORO GH VRQ «TXOSHPHQW &RPPH GDQV GH Q¾PEUHX[ SD\V GX WLHUV PRQGH OHV 0DO JDFK«V VH QRXUUOVVHQW WU«V VRX\HQW GH IDFµQ SHX UDWLRQ QHOOH OLV PDQJHQW FHUWHV GDQV OD SOXSDUW GHV FDV D OHXUV IDOP PDLV OH PDQTXH Gf¬DOEXPLQH HW GH YOWDPLQHV HVW SDUIROV FDUDFW«UOV« /D PDODGLH Vf¬OQVWDOOH OHV HQ IDQWV PHXUHQW HW OHV VXUYL YDQWV VRQW VRXYHQW DWWHOQWV GH WURXEOHV SK\VLRORJLTXHV RX PHQWDX[ LQFXUDEOHV 'HV ,QWHUYHQWLRQV VSRUDGLTXHV Qf¬RQW TXH WU«V SHX GH VHQV &H TXf¬OO IDXGUDLW FKHUFKHU £ U«DOLVHU Ff¬HVW XQ SURJUDPPH Gf¬HQVHLJQHPHQW GH JUDQGH HQYHUJXUH &f¬HVW FH TXf¬XQ FR PLW« ORFDO FRQWUH OD IDOP D HQWUHSULV GH IDOU« t W\W£GD JDVHDU /f¬DOOPHQWDWLRQ D «W« ,QFRUSRU«H GDQV OHV SURJUDP PHV VFRODOUHV • PRQLWUL FHV E«Q«YROHV UDVVHPEOHQW GDQV OHV YLOODJHV OHV P«QD J«UHV DXWRXU Gf¬HOOHV HW OHXU H[SOOTXHQW FRPPHQW DYHF OHXUV PR\HQV DYHF FH TXO SRXVVH GDQV OHXUV FKDPSV «YLWHU OHV PDODGLHV TXO QH U«VXOWHQW ELHQ VRXYHQW TXH GH Of¬LJQRUDQFH &H SURJUDPn PH HVW HQ SDUWOH IOQDQF« SDU OHV DXWRUOW«V ORFDOHV PDLV FHWWH DLGH QH VXIIOW SDV /D &RPPXQDXW« GH WUDn YDLO m-RXP«H GX 3DUWDJH IUDWHUQHO} FRQVWLWX«H SDU OHV (JOLVHV SURWHVWDQWH HW FDWKR OLTXH Gf¬$OOHPDJQH D G«HLG« GHVRXWHQLU FHWWH DFWLRQ (On OH D RUJDQOV« G«EXW G«FHP EUH XQH FROOHFWH HW VH SURSR VH GH FRQVDFUHU '0 D FHWWH LQW«UHVVDQWH ,QLWLDWLYH TXO SRXUUNOW IDLUH WDFKH Gf¬KXL OH GDQV GH QRPEUHX[ DXWUHV SD\V GX WLHUV PRQGH PHGHF¾QH 81 1289($8 352&('( '( 5$',2*5$3+;( 8Q SURF«G« QRXYHDX XWLOL VDQW XQ ILOP D FRORUDQW EOHX OH m0«GLFKURPH} SRXU OHV UDGORJUDSKOHV D «W« UQOV DX SRLQW SDU GHX[ FKHU FKHXUV IUDQFDOV OH 'U %R U¯HV UDGLRORJXH SUGIHVVHXU DJU«J« D OD IDFXOW« GH P« GHFOQH GH 3DULV HW 0 0 %ODQF GLUHFWHXU GHV ODERUD WRLUHV GH UHFKHUFKH GH OD ILUPH $JID *HYDHUW TXO IL QDQFDLW OHV WUDYDX[ WL«UH VXU XQH SL«FH EUXWH RX UDGLRORJOTXH HW OX¯ SHUPHW 6 } G«VUURVVOH Y L AQYL XWRQ /D FRPSDJQLH GDQRLVH GH WUDQVSRUWV D«ULHQV D OD GHn PDQGH FKDUWHUf 6WHUOLQJ $LUZD\V UHFHYUD OH SUHPLHU H[HPSLDLUH HQ PDUV (OOH D GHPDQG« VHSW DSSD UHLOV HW SULV TXDWUH H[HP SODLUHV HQ RSWLRQ L $ 0 f§ )UDLVHU XVLQHU XQH SL« FH DX PR\HQ GX G«SODFHn PHQW Gf¬XQH IUDOVH IL[«H VXU XQH IUDOVHXVH f§ )UDOVHXVH PDFKLQHRX WLO VHUYDQW SRXU OH IUDLVDJH f§ )UDOVHXU RXYULHU FKDUJ« GH FRQGXOUH XQH IUDOVHXVH f§ 0HXODJH DFWLRQ GH PHX OHU nL f§ 0HXOHU XVHU MG«JURVVOU DOJXLVHU RX SROOU D Of¬DOGH Gf¬ G«JURVVOH f§ 8VLQDJH DFWLRQ Gf¬XVLQHU D Of¬DOGH Gf¬XQH PDFKOQHRX WLO f§ 8VLQHXU Gf¬XVLQHU RXYUOHU FKDUJ« 0('(&,1( ',$*1267,& 0(',&$/ 3/86 35(&,6 $9(& 81 1289($8 78%( $ 5$<216 ; '8%2 '8%21 '8%211(7 /HV VHUYLFHV GX 3URIHVVHXU (FROIIOHU D Of¬+2SOWDO %URXV VDOV XWLOLVHQW DYHF VXFF«V XQ QRXYHDX WXEH D UD\RQV ; PLV DX SRLQW SDU OHV VHUYLn FHV GH UHFKHUFKH GH OD &RP SDJQOH *«Q«UDOH GH 5DGOR ORJLH ILO¯DOH GX *URXSH 7KRP VRQ WHQW GH FKRLVLU GHV FRQVWDQ WHV UDGLRORJLTXHV -DPDOV DW WHLQWHV f§ XQ WHPSV GH SRVH H[WU« PHPHQW FRXUW GH Of¬RUGUH GX PLOOO«PH GH VHFRQGHf f§ XQ UHQIRUFHPHQW GX SURn GXOW GH FRQWUDVWH HQ FKROVOV VDQW OD WHQVLRQ RSWOPDOH £ NYf f§ GHV «FUDQV GH UHQIRUFH PHQW D WU«V KDXWH GHILQLn WLRQ f§ OD SRVVOELOOW« Gf¬REWHQOU GHV FOLFK«V GH WU«V KDXWH G«IOQO WLRQ VDQV «FUDQ (;326,7,216 /$ )5$1&( '( /f¬$1 $8; +$/7(6 '( 3$5,6 3*85 75$,7(0(176 0‹4,&$8; (7 (67+W7,48(6 r &(//8/,7( 5+80$7,60( 2%‹6,7‹ /80%$*2 $57+5,7,60( '28/(856 *$675,48(6 (7 +(3$7,48(6 &2167,3$7,21 n 7528%/(6 &,5&8/$72,5(6 (19$+,66(0(17 *5$,66(8; HOHn 0$62&+2 «AHG¯ (6, 683(5,)85 3$5&( 48$ 75,3/( ())(7 k $'7L41 GH 0$66$*( kDI*$*(0(17 LMMWWO %$O2SL(67 Gf¬,*(%$%28 n87-8$17 6 FJXH '«VRUPDLV OHV P«GHFOQV SHXYHQW UDGORJUDSKOHU OH V\V W«PH YDVFXODLUH DYHF XQH SU«FOVORQ GH Of¬RUGUH GH OH GH PLOOLPHWUH HIIHFWXHU XQH V«UOH GH FOLFK«V U«S«W«V HW GRQH VXLYUH UHYROXWLRQ FLQHn ILTXH Gf¬XQ SK«QRP«QH VDQV SURYRTXHU OD G«W«ULRUDWLRQ GX WXEH &HFO DERXWOW D XQ GLDJQRVWLF SOXV V¾U GH Of¬«WDW GH OD YDVFXODULVDWLRQ GHV WLV VXV HW D OD G«WHFWLRQ SU«HR FH Gf¬DQRPDOLHV SDWKRORJL 8QH PDQLIHVWDWLRQ D FD UDFW«UH H[FHSWLRQQHO HVW DF WXHOOHPHQW SU«VHQW«H DX[ +DOOHV GH 3DULV 6RXV OH WO WUH m)UDQFH } XQ VSHFWDn FOH DXGORYOVXHO FRPSOHW OQ WURGXLW OH YLVOWHXU DX FFHXU GX SUREO«PH GH Of¬HQYOURQQH PHQW GHYHQX XQ WK«PH WU«V DFWXHO U\UDLVVH 6n87-86ƒ17 685 7287(6 /(63ƒ57,(6n '8 &2536 0$662&+2 f¬ )$,7 0$+L5,5 SDU +FQPDWLRQ GHV VXSFU,QHV Lf¬7R 8¯[LQHV ,!, !?7 6 7-7??) HWn5$)tN50,7 SDU DL W LYD¯ LRLLGF 8c FLUFXODWLRQ R¯ GHV «FKDQJHV QXWULWLV $2W O $7O HW 27( ?n7?$7) HQ DEDLVVDQW OD WHUMVLRQ QHUMGXVH M0XVVRFKR XWLOLVH HQVM¯QEOH PR\HL¯V WK«UFISHXWLTXHV /( 0$66$*( /$ &+$(85 HLDWLRQ /n,55$A 0$662&+2 )$,7 0$,*5,5 (7 $&7,9( t &,5&8/$7,21 '8 6$12 f¯ 0$662&+2n RQ REWLHQW $0$¯*5,66(0N17 5$3,'( '‹6I172;,&$ (6&2 R¾ SU«VHQWDLW VD G«FRXYHUWH OH 'U %RUOHVn D SU«FOV« OHV UDLVRQV TXO RQW SU«VOG« DX FKRO[ GX ILOP HQ FRXOHXU HW SOXV S(LUWLFX8«UH PHQW OD WHOQWH EOHXH $OQVO D «W« FRQVWDW« f§ TXf¬XQH FRXOHXU HVW PRLQV mRSDTXH} TXf¬XQ JULV GH GHQ VLW« HTXLYDOHQWH f§ TXH GDQV OH EOHX Of¬DFXOW« YLVXHOOH HVW OD SOXV JUDQGH f§ TXf¬XQ G«YHORSSHPHQW FKUR PRJ«QH SURGXOW XQH JUDQX fµ ODWLRQ EHDXFRXS SOXV ILQH TXH FHOOH Gf¬XQ G«YHORSS« PHQW HQ QROU VXU EODQF f§ TXH OD WRO«UDQFH GX ILOP HQ FRXOHXU HVW SOXV JUDQGH XQH HUUHXU GH FRQVWDQWH UD GLRORJITXH SHUPHW Gf¬H[SORO WHU WRXW GH P«PH OH FOLFK«f fµ f§ TXH OH ILOP UHVWH OOVLEOH GDQV OHV JUDQGHV GHQVOW«V OLH P«GHFLQ SHXW DOQVO UH FXHLOOLU EHDXFRXS SOXV Gf¬OQ IRUPDWLRQVf f§ TXH OHV G«WDOOV VRQW SHU XV IDFOOHPHQW FHWWH SHUFHSn WLELOLW\ SRXYDQW YDUOHU t YR ORQW« TQ IRQFWLRQ GH 7LQWHQ VLW« GH OD OXPL«UH GX Q«JD WRVFRSH /HV QRXYHDX[ ILOPV VRQW XWLOOVDEOHV DYHF Of¬«TXOSHPHQW DFWXHO GHV UDGORORJXHV HW OHXU FR¾W Qf¬HVW VXS«ULHXU TXH GH b £ FHOXO GHV I¾PV FODVVOTXHV $576 (7 /(775(6 /$ 5(175(( '(6 $&$'(0,(6 9 &KDTX« 6-KQ«H OHV PHP WRHV GHV FLQT $FDG«PLHV )UDQFDOVHV ,QVFULSWLRQV HW %HOOH/HWWUHV 6FLHQFHV %HDX[ $UWV 6FLHQFHV PRUDOHV HW SROO WLTXHVf VH U«XQOVVHQW £ Of¬,QVWOWXW GH )UDQFH ORUV Gf¬ XQH V«DQFH SXEOLTXH $9,6 ,mV 3URGXLWV MM A -L_ S 4 SHXYHQW «WUH DFKHW«VM WX DGUHVVHV VDOYDQWHV $ 3257$835;1&( 0PH 5REHUW *DHWMHQV /DOXH &ROHVf¬ 0DUNHW /DOQH %RXNQJHULH 6W0DUF $YH -Q -DFTXHV 'HVVDOLQHV 0DLVRQ 5LJDXG &f¬HVW 0 3DXO %HOPRQGR SU«VOGHQW GH Of¬$FDG«P¯H GHV %HDX[$UWV TXL D RXYHUW OD V«UOH GHV GLVFRXUV HQ UHQ GDQW KRPPDJH DX[ DFDG« POFLHQV TXO VRQW PRUWV DX FRXUV GHV GHX[ SU«F«GHQWV VHPHVWUHV 0 )«OL[ /HFR\ G«O«JX« GH Of¬$FDG«POH GHV ,QVFUOS WLRQV HW %HOOHV OHWWUHV D HQ VXOWH WUDOW« GHV OLHQV TXL H[LVWHQW HQWUH XQH O«JHQGH SOHXDH GX 0R\HQ $JH /H &RQWH GX 6«Q«FKDO HW VD YHUVLRQ RUL«QWDOH GRQW RQ WURXYH WUDFH GDQV OD WUDGLn WLRQ SHUVDQH 0 %HUQDUG 'HFDX[ G«O«7 JX« GH Of¬$FDG«POH GHV 6FOHQ FHV D SRV« OH SUREO«PH GX WHPSV U«HO HW GX WHPSV SV\ FKRORJLTXH HQ XWOOLVDQW OD IRUPXOH GH 6DLQW $XJXVWLQ 4Xf¬HVWFH GRQH TXH OH WHPSV" (Q DQDO\VDQW OD YD OHXU UHODWLYH 7LHV GLII«UHQWHV XQOW«V GH WHPSV HW GH VHV IRUPHV SULQGOSDOHV OHV GX U«HV HW OHV U\WKPHVf 0 'H FDX[ D HIIHFWX« XQ SDVVLRQ QDQW FKHPOQHPHQW RX Of¬HV SUOW VFOHQWOIOTXH YHQDOW £ FKDTX« ,QVWDQW FRPSO«WHU XQH YLVLRQ SR«WOTXH HW VHQVLEOH LGH Of¬KRPPH GDQV OD GOPHQ VORQ WHPSRUHOOH /H G«O«JX« GH 7$FDG«POH GHV VFLHQFHV PRUDOHV HW SROL WLTXHV 0 -HDQ-DFTXHV &KH YDOOOHU D SDUO« GH /«QOQH IXW Of¬XQ GHV KRPPHV TXO ODLV VD OD SOXV IRUWH HPSUHOQWH VXU QRWUH DO«HOH 0 -HDQ *XLWWRQ GH 7$ FDG«POH IUDQFDOVH D FRXFOX HQ G«JDJHDQW OHV FRQVWDQWHV GH QRWUH «SRTXH TXO FRQQDLW OD WQROVL«PH PXWDWLRQ GH Of¬HVQ«FH KXPDOQH $X PRn PHQW R¾ OD VXUYLH GHV FLYLn OLVDWLRQV HVW HQ MHX OPSRU WH D GOW 0 -HDQ*XLWWRQ} GH SU«VHUYHU X³H FHUWDLQ H FRQWOQXOW« XQHFHUWDOQH GL JQOW« GH f¬OORPPH}

PAGE 5

0+5&5(', '%2%0%5( m8 .49P8+%O. f¯7 );*IIL 6 8M!Z\ 6, YRXV DYH] PDO £ OD *RUJH 6, YRXV VHQWH] YHQLU OH 5KXPH 6, YRXV WRXVVH] ‘" 3UH³H] Im 3$67,//(6 UL! U 9RLG XQ EHDX &DGHDX GH 1RHO 3DUNHU 3HQ 8QH GHV SOXV EHOOHV FKRVHV GDQV OD YLH 6FLHQWLILTXHPPW VFXOSW«H 8QH SOXPH TXRQ HHW WLHU GH SRVVHGHU /D 3U«YLVLRQ GHV 6«LVPHV 6LWXDWLRQ HIW 3HUVSHFWLYHV 6HORQ WRXWH YUDLVHPEODQFH OHV VDYDQWV VHURQW VRXV SHX HQ PHVXUH GH SU«GLUH OHV WUHPEOHPHQWV GH WHUUH HW P« PH GH SU«YHQLU OHV V«LVPHV HQ DFWOYLW« /D SU«YLVLRQ HW OD SUHYHQn WLRQ GHV V«LVPHV RQW GHV FRQ V«TXHQFHV Gf¬OPSRUWDQFH YLWD OH $ORUV TXH Qf¬£ «W« PDUTX«H TXH SDU TXHOTXHV WUHPEOHPHQWV GH WHUUH PD MHXUV GDQV GHV U«JORQV SHX SO«HV OHV VHFRXVVHV WHOOXUL TXHV HQUHJLVWU«HV DX FRXUV GHV SUHPLHUV VL[ PRLV GH FHW WH DLP«H RQW £ HOOHV VHXOHV SURYRTX« OD PRUW GH SHU VRQQHV GDQV OHV (WDWV VXO YDQWV ,UDQ (WKLRSLH $OED QOH 0DURF 3RUWXJDO 5«SX EOOTXH DUDEH XQLH 7XUTXLH HW +HV &«O«EUHV )DLVDQW OH ELODQ GHV SUR JU«V DFFRPSOLV DX FRXUV GHV DQQ«HV VROHDQWH HDU GHV VD YDQWV DP«ULFDLQV MDSRQDLV HW VRYL«WLTXHV GHV H[SHUWV D P«ULFDLQV SU«GOVHQW f§ GDQV XQ U«FHQW QXP«UR GH OD UH YXH m6FLHQFH} f§ Of¬«WDEOLVVH PHQW Gf¬LFL Gf¬XS V\VW« PH PRQGLDO Gf¬DOHUWH DX[ VHLV PHV m$ mRWUH D YLV} G«FODUHQW LOV m VHUD SRVVLEOH VRXV SHX GH VH OLYUHU £ GHV SU«YLVLRQV £ ORQJ WHUPH GH O RUGUH Gf¬XQ DQf FRQFHUQDQW OHV HPSODFHn PHQWV J«Q«UDX[ HW OD IRUFH DSSUR[LPDWLYH GHV WUHPEOHn PHQWV GH WHUUH} 'f¬LFL VHORQ HX[ mLO VHPEOH UDLVRQQDEOH Gf¬HVS« UHU TXH QRXV VHURQV HQ PHVX UH Gf¬«WDEOLU GHV SU«YLVLRQV £ FRXUW WHUPH GDQV FH GRPDL QH YDODEOH SRXU SOXVLHXUV KHXUHV RX SOXVLHXUV MRXUVf /HV DXWHXUV GH FHW DUWf¬FOH VRQW 00 / 3DNLVHU 3 (D WRQ + +HDOH\ HW & % 5D OHLJK GX &HQWUH QDWLRQDO Gf¬« WXGHV J«RORJLTXHV SRXU OD UH FKHUFKH VLVPLTXH VLWX« £ 0HQOR 3DUN HQ &DOLIRUQLH &HW RSWLPLVPH UHSU«VHQWH XQ FKDQJHPHQW VLJQLILFDWLI GDQV f¬DWWLWXGH DGRSW« SDU OHV VDYDQWV £ FHW «JDUG $X G«EXW GHV DQQ«HV VR[DQWH HQ HIOHW OD PDMRULW« GHV J«R SK\VLFLHQV G«FODUDLHQW TXH OD SU«YLVLRQ GHV WUHPEOHPHQWV GH WHUUH FRQVWLWXDLW XQ VX MHW GH UHFKHUFKH XWLLH PDLV SHX Gf¬HQWUH HX[ «WDLHQW RSWL PLVWHV TXDQW DX[ U«VXOW£WV Gf¬XQH WHOOH HQWUHSULVH $XMRXUGnKXL OHV nVDYDQWV QH OLPWHQW SOXV OHXUV UHFKHU FKHV t OD SU«YHQWLRQ GHV VHn FRXVVHV WHOOXULTXHV /HV TXD LUH FKHUFKHXUV SU«HLSLW«V G« FODUHQW HQ HIIHW m/D G«FRXYHUWH VHORQ OD TXHOOH Of¬LQMHFWLRQ GH OLTXLGHV U«VLGXDLUHV GDQV XQ SXLWV FUHXV« t P«PH OH URF GDQV XQH U«JLRQ GHV 0RQWDJQHV URFKHXVHVf SU«V GH 'HQYHU &RORUDGRf DYDLW G«FOHQFK« XQH V«ULH GH WUHPEOHPHQWV GH WHUUH f§ HW OD SUHXYH TXH FHX[FL VRQW G«FOHQFK«V SDU OH FDSWDJH Gf¬HDX GDQV GHV U« VHUYRnUV IRUP«V SDU GH JUDQGV EDUUDJHV HW SDU GH SXLVVDQWHV H[SORVLRQV QXFO« DLUHV VRXWHUUDLQHV f§ ODLVVH HQWUHYRLU OD SRVVLELOLW« Gf¬DW W«QXHU OHV ULVTXHV GH WUHPEOH PHQWV GH WHUUH JUDFH £ XQH P«WKRGH FRQVLVWDQW £ UHOD FKHU Of¬«QHUJLH DFFXPXO« GDQV OHV ]RQHV HQ DFWLYLW«} /D SU«YLVLRQ VLVPLTXH SUR PHW Gf¬«WUH FRXURQQ«H GH VXH F«V &HW RSWLPLVPH HVW EDV« VXU OHV IDLWV VXL\DQWV f§ 'HV «WXGHV G«WDLOO«HV VXU OHV FKDQJHPHQWV VXUYH QXV GDQV Of¬LQFOOQDLVRQ HW OD QDWXUH VLVPLTXH HW OHV IOXF WXDWLRQV DIIHFWDQW OH FKDPS PDJQ«WLTXH ORFDO GDQV GHV ]RQHV SU«GLVSRV«HV DX[ V«LVn PHV DX -DSµQ HW HQ &DOO¯RU QLH &HV FKDQJHPHQWV TXf¬LOV VRLHQW SULV nV«SDU«PHQW RX HQ JURXSH VRQW J«Q«UDOn PHQW FRQVLVG«U«V FRPPH GHV SU«FXUVHXUV GH V«LVPHV f§ 8QH QRXYHOOH FRQFHSWLRQ VFLHQWLILTXH GH OD WHUUH GRQW Of¬«FRUFH VH G«SODFH HW FKDQ JH VRXV OD SUHVVLRQ FRQVWDQn WH GH OD FKDOHXU VRXWHUUDL 6( 75289( $8 0$*$6,1 /H 6ROHLO 35235,(7$,5( *(25*(6 -$$5 QH XQT WTUUH GRTW OH SODWHDX FRQWOQMHQWDL HW OHV IRmTV RF« DQWTXHV VRQW HQ H[SDQVLRQ XQH WHUUH IRUP«H SDU GH YDV WHV SODTXHV ULJLGHD Gf¬XQH « FRUFH VROLGH TXL SORQJH VRXV OHV PDLJHV FRQWLQHQWDOHV SRXU IRUPHU OHV ]TQHV VLVPL TXHV PDHXMHXUHV GX JOREH EH f§ /D PLVH DX SSLQW GH QRXYHDX[ LQVWUXPHQWV RX X QH YDVWH SDWLRS5H Gf¬LQVWUX PHQWV SOXV DQFnOHQV TXL SHU PHWWHQW Gf¬HQUTJLVWUHU GHV FKDQJHPHQWV QRUPDOHPHQW LPSHUFHSWLEOHV GDQV Of¬LQFOL QDLVRQ HW OD QDWXUH GX VRO Of¬DFWLYLW« VLVPLTXH DQRUPD OH DOQVL TXH OHV FKDQJHPHQWV TXL VH SURGXLVHQW GDQV OH FKDPS PDJQ«WLTXH ORFDO OH ORQJ GHV ]RQHV GDTJHXUHX VHV 81( 1289(//( &/() 'HV VS«HLD8VWHV GH OD UH &KHUFKH P«GLFDOH GH Of¬8QL YHUVLW« +DQYDUG RQW DFFRPn SOL U«IOHPPHQW XQ Y«UOWDEOH H[SORLW OLV RQW LVRO« SRXU OD SUHPL«UH ITLV £ SDUWLU Gf¬XQH EDFW«ULH XQXQLTXH JµSH FHW WH XQLW« FKLPLTXH SRUWHXVH GH Of¬K«U«GLW« /H JHQH QH PHVXUH TXH PLFURQ GH ORQJ OH PLFURQ « WDQW «JDO £ XQ PLOOLRQL«PH GH P«WUH &HWWH G«FRXYHUWH SHUPHW LUD SHXW«WUH XQ MRXU GH JX« ULU FHUWDf¬U¯HV PDODGLHV RX GH PRGLILHU OHV FDUDFW«ULVWLTXHV K«U«GLWDLUHV HQ LQMHFWDQW GH QRXYHDX[ J«Q«V GDQV Of¬RUJD QOVPH 6FDUOHWf¬V *ODPRXU +DLU 3RPDGH 3RPPDG« 0«GLTOQDLH JD UDQWLVVDQW OD SVXVVH HW OH WUDLWHPHQW GHV FKHYH¾[ HQ IRUWOIODQW OH FXLU FKHYHOX )RUPXOH $ UHFRPPDQG«H SRXU DOORQJHU HW ERQOIOHU OHV FKHYHX[ QDUPDRU[ )RUPXOH % UHFRPPDQG«H SRXU OH} FKHYHX[ VHR} HW FDV ‘VDQWV FKXWH GHV &KHYHX[f )RUPXOH ( UHFRPPDQG«H SRXU OHV HQIDQWV DOORQJH HW ERQOIOH OHV FKHYHX[ '«SRW &HQWUDO 3KDPDFOH &«QWUDOH %RXOHYDUG -HDQ -DFTXHV 'HVVDOOQHV $*(17 '21 02+5 *$/(6 &253 & ?299(//(6 žr / f«‹75$-9fü.5 A '(&/$5$7,21 /$,5' :$6+,1*721 $)3f /H 6HFU«WDLUH £ OD '«IHQVH 0 0HOYLQ /DLUG D U«DIILUP« FDI«JRULTXHPHQW PDUGL TXH OHV (IDW 8Q¯V PDLQOLHQ GUDLHQW OHXU SU«VHQFH PLOLWDL UH DX 6XG 9LHWQDP MXVTXf¬£ FH TXf¬RQ DERXWLVVH £ XQ U«JOH PHQW VDWLVIDLVDQW GH OD TXHV OLRQ GHV SULVRQQLHUV GH JXHU UH 0 /DLUG TXL VH SU«SDUH £ SDUWLU SLRFKDLQHPHQW SRXU OH 6XG 9LHWQDP D DMRXW« DX FRXUV Gf¬XQH &RQI«UHQFH GH SUHVVH TXH WDQW TXH OHV SULn VRQQLHUV Qf¬DXURQW SDV «W« UH O£FK«V LO QH SRXUUD SDV \ D YRf¬U GH UHWUDLW WRWDO HW FRP SOHW GHV IRUFHV DP«ULFDLQHVf GX 6XG 9LHWQDP /D IDJRQ Gn\ SDUYHQOU FRQVLVWH £ Q«JTFLHU /H &KHI GX 3HQWDJRQH D SU«FLV« TXf¬LO SDUWLU£ OH -DQ YLHU SRXU 3DULV R¾ LO GRLW UHQ FRQWUHL Of¬$PEDVVDGHXU 'DYLG %UXFH TXL GLULJH OD G«O«JD WLRQ DP«UnFDLQH £ OD FRQI« %5./$; 5HPHUFLHPHQWV 9LYHPHQW WRXHK«V SDU OHV FRQGRL«DQFHV HW OHV W«PRL JQDJHV GH V\PSDWKLH TXL OHXU RQW «W« H[SQP«V D O RH FDVLRQ GH ODn PRUW GH OHXU UH JUHWW«H PµUH JUDQGPHUH DP«UH JUDQGf¬P«UH WDQWH ?JUDQGWDQWH DP«UH JUDQ U¯n WDQWH HW FRXVOQH c6An 0(OR1UDQA(YD'6W /RXLV SLXVHPHQW G«FHWLHH OH 1RYHPEUH GHUQLHU VHV HQIDQWV 0 (XJ«QH 'X PD\ 0HOORQ HW 0LQLH Q«H 'RU F«O\ 0 +HUPDQQ 'XPD\ 0HOORQ HW 0PH QHH /LPRXn VLQ 0 (WLHQQH 'XPD\ 0HO ,RQ HW 0PH Q«H 5D\PRQG 0 3UD[LW«OH 'XPD\ 0HOn ORQ 8V HW 0PH QHH 6«OGH e9 0PH (UPLWD 3LHUUH3LHUUH ( VHV SHWLWV HQIDQWV HW DUUL« UHVSHWOWVHQIDQWV 0 OH 'U *LOEHUW 0HOORQ HW 0PH Q«H 4DXYLQ 0H 5RJHU 0HOORQ HW HQIDQWV 0PH *HUWKD 0HO ,RQ HW HQIDQWV 0PH $QWRQLR 0HOORQ 0PH Q«H -DFRE HW J HQIDQWV 0PH *LV«OH 0HOn ORQ 0 ,VQDUG 0HKRQ HW 0PH Q«H 'D\ 0LOH (GGLH i_ 0HOORQ 0 /«RQFH 0«KX HW 0PH Q«H $QGU«H 0HOORQ 0H e :HVQHU 1«UHWWH HW 0PH Q«H /ROVHDX OHV IDPLOLHV 0HOORQ 6W /RXLV -HDQW\ %ODLQ 9LHX[ *HRU JHV 3LHUUH3LHUUH 3OHUUH 1RHO 'RUF«O\ /LPRXVLQ VL 'D\ 0«KX -DFRE /ROVHDX DLQVO TXH WRXV OHV DXWUHV SD UHQWV HW DOOL«V DIIHFW«V SDU FHWWH SHUWH UHPHUFLHQW SUR IRQG«PHQW 6( OH 3U«VLGHQW D 9LH ?GH OD 5«SXE8TXH Of¬+R QRUDEOH 'U )UDQFRLV 'XYD OLHU 0PH OD 3U«VOGHQWH 0PH 6LPRQH 2YLGH 'XYDOOHU OD )DPLOOH 3U«%OGHQWLHOOH OHV PHPEUHV GX &DELQHW 0LQLVr W«UOHO OD 'LUHFWLRQ HW OH 3HU VRQQHO GH a f¬$GPLQLVWUDWLRQ 3RUWXDOUH k '«SDU WHPHQ W GHV $IIDLUHV 6RFLDOHV OHV )D M POOOHV +HQU\ 6OFODMW /XF c %ODLQ )ULW] *X«L\ /DQ GUOQ )RXDG $ 02XUUD OD 'LUHFWLRQ HW OH SHUVRSQHO GH OD %15+ OHV QRPEUHX[ D POV GH 3RUWDX3ULQFH GH 3«WWRQ9OOOH GH GOII«UHQWHV f¬ YLOOHV GH OD 5«SXE8TXH GHV %WDWV 8Q¯} Gf¬$P«ULTXH HW Gf¬DXWUHV SD\V «WUDQJHUV TXL OHV RQW DVVOVW«V HQ FHWWH :} WH FOUFRQVWDQFH HW OHXU UH QRXYH8HQW Of¬DVVXUDQFH GH OHXU YLYH JUDWLWXGH 3RUWDX3ULQFH OH '«FHPEUH YRXV UHPHW Gf¬DSORPE '8 VRP $8 /(1'(0$,1 3DV «LRQQDQW TXH %URRNOD[ VRLO OH OD[D¼I SU«I«U« GH WRPH 8 IDPLOOF LO D XQ JR¾W G«OLFLHX; GH FKRFRODW (W XQF SHWLWH SDVWLOOH GF %URRNOD[ SULVH OH VRLU VXIILW £ YRXV VRXODJHU AOF MGXV V¾UHPFQW SRVVLEOH 0FQF]YRXV GHV LPLWDWLRQV HW F[LJH] OF QRP f¯%URRNOD[ VXU OD ERLLH PFLDOOLLXLF UQXJF UHQFH GH Of¬+2WHO 0DMHVWLF HW VRQ DGLRLXW 0 3KLOLS +DELE 'H GH OD &DSLODOH IUDQJDLVH OH 6HFS«WDLIH £ OD '«IHQVH JD JQJUD OD 7KDLODQGH HW OH 6XG 9LHWQDP R¼ FRQ¯«UHUD DYHF OH &RPPDQGDQWHQ&KHI D P«ULFDLQ OH *«Q«UDO &UHLJKn WRQ $EUDPV VXU OHV SURFKDL QHV UHGXFWLRQV GHV HIIHFWLIV D P«UnFDLQ VDX 6XG GX «PH SDUDOHOH 0 /DLUG DFFRUGH Gf¬DXWUH SDUW VRQ DSSXL £ OD SURSRVLn WLRQ U«FHQWH GX 6«QDWHXU 5R EHUW *ULIILQ 5«SXEOLFDLQ GX 0LFKLJDQ GH /LE«UDWLRQ XQL ODW«UDOH GH TXHOTXH SULn VRQQLHUV GH JXHUUH QRUG YLHW QDPLHQV DX[ PDLQV GX *RX YHUQHPHQW 6XG 9LHWQDPLHQ DILQ Gf¬OQFOWHU +DQRL £ OLE«UHU OHV DP«ULFDOQV TXf¬LO G«WLHQW &HWWH VXJJHVWLRQ D GLW 0 /DLUG D GHV P«ULWHV FRQVLGHn UDEOHV -HB IHUDO WRXW FH TXH MH SHX[ SµXU Of¬DSSX\HU P«ULFDLQV DX 6XG GX «PD SDUDOO«OH GH YLHWQDPnVDWLRQ IRQFWLRUP« UD ELHQ VDQV TXH OHV (WDWV8 QLV ODOVVHQW Gf¬LPSRUWDQWV FRQ WLQJHQWV GH WURXSHV DX 9LHWn QDP /f¬P¯LOWUDWLRQ VH UHYHOH Gf¬DLO OHXUV LQI«ULHXUH DX W£X[ GH Of¬DQ GHFLGHU 'DYDQWDJH GH QRUGYLHWQDPLHQV VH FRQILQHQW DX &DPERGJHL«W DX /DRV /HV (WDWV 8QLV SRXU OHXU SDUW VRQW Y«ULWDEOHPHQW HQ WUDLQ GH SURF«GHU £ OD G«VHVFDODGH GH OD JXHUUH HW OH QRPEUH GHV UDLGV D«ULHQV D P«ULFDLQV D «W« U«GXLW FHWWH DQQ«F SDU UDSSRUW £ f§ :0Q /( 3/86 &+,& +200(6 HO 5XHOOH &DUOVWURHP 3RUWDQ3ULQFH +DLWL 9$ 0 0HOYLQ /DLUG D HQVXLWH LQGLTX« TXH OH SURJUDPPH GH UHWUDLW SURJUHVVLI GHV WURXSHV DP«ULFDLQHV DX 9LHWQDP « WDLW ODUJHPHQW UHVSHFW« (Q HIIHW DWLO SUHFLV« FH SURn JUDPPH SU«YR\DLW TXH DSU«V OD FLQTXL«PH SKDVH GH FH UH LUDLW LO QH UHVWHUDLW SOXV TXH VROGDWV DP«ULFDLQV DX 9LHWQDP £ OD ILQ GH Of¬DQQ«H 2U DWLO DMRXW« QRXV \ VRPPHV G«M£ SDUYHQXV 'H SOXV KRPPHV VHURQW UDSDWUL«V DYDQW OH HU 0DL [ /H 6HFU«WDLUH £OD '«IHQVH D «JDOHPHQW ,QGLTX« TXn8 « WDLW SRVVLEOH TXH _ FH QRPEUH GH KRPPHVn VRLW DXJn PHQW« (Q FRQFOXVLRQ} 0 /DLUG D «YRTX« Of¬RS«UDWLRQ K«OLSRUW«H GX PRLV GHUQLHU V¾U OH FDPS GH SULVRQQLHUV DP«ULFDLQV GH 6RK7D\ SU«V GH +DQRL RS« UDWLRQ GRQW 8 D GH QRXYHDX UHYHQGLTX« Of¬HQWO«UH UHVSRQVD EOOLW« /H 6HFU«WDLUH £ OD G«IHQ VH D SU«FLV« £ FH VXMHW TXf¬LO D YDLW GLVFX W« GH Of¬RS«UDWLRQ DX PRLV GH 0DL GHUQLHU DYHF OD &,$ $JHQFH &«QWUDOH GH UHQ VHLJQHPHQWVf GLVFXVVLRQV TXL Vf¬«WDLHULW SRXUVXLYLHV MXVTXf¬DX MRLOU GH Of¬RS«UDWLRQ &HWWH GHUQL«UH SU«FLVLRQ FRQWUHGLW GRQH OHV SURSRV WH QXV SDU OH &KHI GH OD &,$ 0 5LFKDUG +HOPV nHW FRQILUPH FHX[ GX 6«QDWHXU :LOOLDP )XOOEULJKW 3U«VLGHQW GH OD &RPP VVLRQ 6«QDWRULDOH GHV $IIDLUHV (WUDQJ«UHV /H FDPS GH SULVRQQLHUV D P«UOFDLQV GH 6RQ 7D\ DYDLW «W« «Y£FX« SDU,HV WURXSHV QRUG YLHWQDPLHQQHV WURLV VH PDLQHV DYDQW Of¬RS«UDWLRQ GX PRLV GHUQLHU /mV 3DSIXPV *R\D /H VRLQ GX FRUSV HVW DXVVO LPSRUWDQWW TXH OH U«JLPH 7H[HUFLRH HW OH VRPPHOO 4XHO TXHV PLQXWHV SDU MRXU DYHF 06 SURGXLWV $TXD 0DQGD GH *R\D HW OD IDPHXVH(DX GH &R ORJXH DX KSLV GH F«GUH SHX A Y«QW YRXV DOGHU $ JDUGHU YR WUH FRUSV VRXSOH VD¯Q HW SDU IXP« a

PAGE 6

3$26 /( 1489(//,67% Y 0(5&55', '(&(0%5( rrfµ rr Wnm f¯ }0 5$%$,6 6.16$7,211(/6 0HVGDPHVHW 0HVGHPRLVHOOHV $LLMRXUGf¬KXL HW MXVTXf¬£ OD ILQ GH Of¬$QQ«H 35,; (;&(37,211(//(0(17 %$6 &KDQJHPHQW D DXUHVVH IR\HU GHV $UWV )ODVWL TXHV POTUPH $SU«V OD EULOODQWH SDUWLFLn SDWLRQ ¾X )R\HU GHV $UWV PDVWLTXHV DX )HVWLYDO GH 6RQWRL-RPOQJR OH )R\HU GHV $UWV 3LDVWLTXHV HVW UHWRXUQ« cO VRQ ORFDU SURSUH N OD &LW« GH Ln([SRVLWLRQ DSU«V OH *\P QDVLXP GH 3RUWDX3ULQFH /HV &RXUV GH 3HPWXUHV HW GH --HVVP HQVHLJQ«V SDU PDO WUH .HUL« ([XP« HW /RXYHU WXUH 3RLVVRQ SRXU DVVXUHU OD S«UHQQLW« GH Of¬,QVWLWX WLRQ VH IRQW WRXMRXUV £ OD 5X« GHV 0LUDFOHV £ FµW« GX %XUHDX Gf¬$VVXUDQFH GHV 9« OXFXLHV OHV 9HQGUHGL HW 6D PHGL GH KHXUHV £ KHXUHV SP $X )R\HU GHV $UWV 3ODVWL TXHV RQ SHXW DFKHWHU OHV WD EOHDX[ £ XQ PHLOOHXU SUO[ TXH SDUWRXW DWOLHXUV SDUFH TXH Ff¬HVW OD PDLVRQ GHV $Un WLVWHV M 9RLG GHV 3HLQWUHV GX )' $3 DSSU«FO«V SDU OH PRQGH HQWLHU 0DULH 'HQLVH 'D\ f§ 0LO WKLDGH 'HVURVOHU f§ -HDQ 'HV UDYLQHV f§ -RVHSK 5D\QDOG ([XP« f§ :LOVRQ -ROLFRHXU f§ -RVHSK ' 5D\PRQG f§ -Rn VHSK -DFRE f§ )HUGLQDQG 0R 8Q f§ -DFTXHV 6W +XEHUW f§ &DPLOOH 6W $XGH f§ -HDQ 'X UDQGLVVH f§ :LOO\ &KDUOHV f§ /DYDQF\ ([XP« f§ 2OLn YLHU f§ 5RODQG %LJDXG f§ 0PH (GRXDUG -DQYLHU f§ -DFTXHV *DEULHO f§ 'DQLHO /DIRQWDQW f§ /RXYHUWYUH 3ROV VRQ f§ 0DXULFH -Q %DSWLVn WH f§ $QWRQLR 6DOHP f§ 'OHX GRQQ« &«GRW f§ 6SHQFHU 'HV SDV f§ 'HQLV 9HUJP f§ -HDQ 5HPSRQHDX f§ $QGU« %RX FDUG 'HQLV (PLOH f§ 0D[ 3LQFKLQDW f§ 3DXO %HDX YRLU f§ :LOOLDP '«FLOLHQ f§ ( )DODLVH f§ -Q &ODXGH -RXLVVDLQW f§ 0LMLH *OJD $ ]DHO f§ -DPHV %RXORV f§ /LR QH (GRXD)G f§ -DFTXHV 9LQn FHQW f§ &DVWHUD %D]LOH f§ +HQU\ 'XEUHXLO f§ $QV\ '« URVH f§ 5HQ« ([XP« f§ *«n UDUG *HRUJHV f§ (PPDQXHO -ROLFRHXU f§ .HFKQHU -R VHSK f§ /«RQ /DSLHUUH f§ &KULVWLDQH 0DWKXULQ f§ *«n UDUG 6«MRXU f§ 3ODQHV -RD FKLQ f§ 0DULH 0DUWKH &L SULHQ f§ (O]LUH 0DOEUDQ FKH f§ 3KRHQL[ 6W +LODLUH f§ (PLOH /HVSLQDVVH f§ /XLVO PRQG 0«U«OXV f§ 5RODQG -DQ YLHU f§ 'HQLV 9LOODUG f§ (PL LH /DIRQWDQW f§ (ULFN *L UDXOW f§ -RVHSK 0DXULFH f§ 5RODQG 'RUF«O\ f§ &KDUOHV 2E DV f§ /XFNQHU /D]DUUH f§ (QJX«UDQG *RXUJXH f§ %HU QDUG &KHQHW f§ /XGHQ 3ULn FH 1«K«PL -HDQ f§ $QGU« 3DVFDO f§ /XFNQHU 0LUD EHDX f§ 'LHXGRQQ« :DQH] f§ )DXEHUO 6PLW f§ $GHOLQH 5D FLQH /XGHQ -Q &ODXGH f§ + 6W +XEHUW f§ )ULW] -R VHSKf« 0HVVH GH 5HTXLHP /D IDPLOOH f¬ %UXQ\ IDLW FKDQ WHU £ OD &KDSHOOH GX 3HWLW ‘6«POQDLUH &ROO«JH 6W 0DU WLDO OH YHQGUHGL '«FHP EUH FRXUDQW N KUHV DP XQH PHVVH GH UHTXLHP SRXU OH UHSRV GH Of¬£PH GX UHJUHW W« G«IXQW 0H 5RGULJXH %5817 HW GHV DXWUHV SDUHQWV G«IXQWV &H SU«VHQW DYLV WOHQW OLHX Gf¬LQYLWDWLRQ DX[ SDUHQWV HW DPLV 3RUWDX3ULQFH OH '«FHPEUH 7(11,6 1$1&< 5,&+(< (67 '(9(18( 00( *817(5 6$1 $1*(/2 7H[DV $)3f 1DQF\ 5LFKH] FODVV«H @RXHX VH DP«ULFDOQH QXP«UR XQ Vf¬HVW PDUL«H OXQGW N 6DQ $Qn JHOR 7H[DVf (OOH D «SRXV« 0 .HYQHWK *XQWHU 3U«VL GHQW GnXQH FKDLQF GH W«O«YL VLRQ 7H[DQH /(6 632576 VXLWHf WHQG GRQH EHDXDRXS GX UHQ XFXLHP DH -QMEVHSQ HW DH UXPLDVH SRXU UHPRUFHU LH SRLHQXHL RQHQVLL DH UHTXL SX QDXRQDLH ³XV DPXLXV FHQWUDX[ QnRQW SDV HQFRUH DFTXLV WRXV OHV DXLRQQLQVLLLHV ¯LXFHVVLXUHV HL nPVV\ XQ SLXVLHXUV RFFDVLRQV D XX DUUHWHU LH MXX SRXU XX} FRQVLJQHV QRWDQPLHQF HQ FX TX[ FRQFHUQH LH SODFHPHQW SDU UDSSRUW DX[ DYDLXVFHQ WUH DXYHUVHV HW DXVVL HQ FH TXL D WUDLW N OD UHLDQFH DX MHX (Q GHILQLWLYH VXU OD YXH GH FH PDQPDWFK WHVW SD UDLW TXH LD VHOHFWLRQ DXRSLH UDX PL DVVH] HLDVXTXH DYHF YRURH %D\RQQH HW XX\ )UDQJRLV DPHU JDXHQH 8nHV UHSQH DDQV OHQXUHMHX ¾Q VXLWH 5RJHU 6W 9Q LVPPD QXHL RDQXD HW /HLQ] 'XQLXL JXH D OD SRPWH DH ODWWD TXH LRXWHIRLV OD WDFWLTXH G«¯L QLWLYH QH VHUD HWD'QH TXH DDQV WHV SUHQQHUV MRXUV ¾F -DQYLHU ORUVTXH L HQWUDL QHXU W«G«UDL UHYLHQDUD GX YR\DJH TXQ HQWUHSUHQGUD D OD QQ GX PRLV D LD -DPDL TXH SRXU mHVSLRQQHU} OHTXL SH DXHPDQDH /HV m.LFLWHUV 2¯IHQEDFQ} GHYURQW HQ H¯ IHW DQURQWHU OHV MDPDLFDPV DX[ HQYLURQV GX 'HFHP EUH 7DVV\ LUD GRQH «WXUQHU VXU SLDFH OH MHX GHV DOOH PDQGV HQ YXH GH SUHSDUHU OD VHOHFWLRQ QDWLRQDOH HQ FRQ V«TXHQFH 3RXU LH PRPHQW OHV .Ln FNHUV 2IIHQEDFK} SRXUVXL YHQW OHXU FDPSDJQH YLFWR ULHXVH HQ $OLHPDJQH /D VH PDPH GHUQL«UH LLV RQW OLWW« UDLHPHQW SXLY«ULV« OH &RORn JQH )& SDU r &RORJQH RQ VH UDSSHOOH HVW OH &OXE GHV LQWHUQDWLRQDX[ 2YHUDWK /RHKU 9RJWV ,, HVW GRQH IRUW SUREDEOH TXf¬2IIHQEDFK FRQVHUYH VRQ PRUDO WRXW IHX WRXW IODPPH GLG DX -DQn YLHU GDWH GH VD O«UH FRQIURQ WDWLRQ DYHF OH RQ]H QDWLRQDO 1% f§ /HV HQWUDLQHPHQWV GH OD SU«V«OHFWLRQ QDWLRQDn OH VH SRXUVXLYHQW DX U\WK PH GH SDU MRXU 0DWLQ SU« SDUDWLRQ SK\VLTXH 6RLU HQ WUDLQHPHQW WDFWLTXH 7RXW HVW DPVL PLV HQ RHXYUH SRXU TXH QRV KRPPHV VRLHQW ELHQ JRQIO«V HW QH VRXIIUHQW SDV EHDXFRXS GH OD VXS«ULRULW« SK\VLTXH GHV DOOHPDQGV 0RU¯ GH &DQUREHUW EFXXH 3D[ YQLD DQQFXFH LH G«F«V VXUYHQX OH D«HPEUH HQ VD UHVL¾HQFH D LD +DVFR GH 0 &DQUR'HUW 'HQLLH LVQ FHRWH SHPELH FLUFRQVW" QFH )D[ 9LO OD HW /H 1RXYHO¼VLH SUHVHQA WHP OHXUV VLQF«UH} L RQDRL« DQFHV VHV HQOLUWVf¬ 0 5D RXO 'HOLLOH HW ¯DPLOLH 0 -RDFKLP & 'HOL/H VRQ «SRX VH HW ¯DPLOLH 0PH $OLUHG /« DQFKH Q«H $Q¾L¼H & 'HKOOH HW VRQ «SRX[ 0PH -AVWHO 0LOLRUG Q«H )UILGD &'HOOOOH HW VRQ «SRX[ 0 HW 0PH .O«EHUW 3QLOLSSH HW ¯DPLOLH 0PH 0DXULH 9ROFY UHH 0DU .XHULLH & 'HOLOOH VRQ «SRX[ HL ¯DPLOLH A VHV IL«UHV HW VFHXUV 0H 0DXULFH 'HOOOOH HW ¯DPLOLH 0PH 'LHXGRQQ« : 7RXVVDOQW Q«H /LVERQQH 'HOLOOH HW IDPLOOH 0PH 3DX O«XV 7RXVVDLQO Q«H 0DU¯D 'H OLLOH HW ODPLOOD DX[ ¯U«UHV 2OSKHLORV HW DX[ VRHXUV 5XWK DX[ IDPLOLHV 'HOLOOH /« DQGUH 0LOIRUW 3KLOLSSH 9RO F\ 7RXVVDOQW HW N WRXV OHV DXWUHV SDUHQWV H DOOL«V «SURX Y«V SDU FH GHXLL /HV IXQ« UDLOOHV GH 0 &DQUREHUW 'Hn OLOOH VHURQL FKDQW«HV OH MHXGO G«FHPEUH N KHXUHV GH 9 DSU«VPLGL HQ Of¬(Jf¬OVH 6W 3DXO /H FRQYRL SDUDUD GH 3D[ 9LOOD &KDPS GH 0DUV R¼ OD G«SRXLOOH PRUWHLn VHUD H[ SRV«H G«V KHXUHV ,167$17$1(6 68,7(f FDO UHQOLF F¯H -1HZ







LUCIEN

Administrateur : Mme MAX CHAUVET

LR QUOTIDEIEN.

LE PLUS ANCIEN DHAITI
"s+ “ss Bondé en 1896



Directeur et Rédacteur en chef

MONT AS



‘Adresse : RUE






MEMBRE DE L’ASSOCLATION INTERAMERICAINE DE PRESSE






DU CENTRE

__ No. 212



PORT AU PRINCE (HAITI)
Phone : 2-2113 — 2-2114
BOITE POSTALE : 1316



No 29,185 _

75éme année

MERCREDI 16 DECEMBRE 19 70



L’Orientation Scolaire

par Dominique Lorenzi

Conseiller - Pédagogique

Le souci de l’épanouisse-
ment de Vindividu, des rai
sons économiques et socia
les font de Vorientation sco
laire un probléme pédagogi
que trés important, inévita
ble, de notre époque.

Tl faut distinguer Jlorien-
tation scolaire de l’orienta-
tion professionnelle. Celle-
ci dirige l'enfant vers un
genre d'études, celle-la vers
une profession. L’orienta-
tion scolaire prépare l’orien-
tation professionnelle mais
ne se confond pas avec elle.
Le choix d’une profession
est dans une certaine mesu-
re déterminé par les études
faites mais d'autres élé-
ments jouent au moment ou
il faut prendre une décision
précise : ce sont les débou-
chés, les offres du marché
du travail, les besoins de la
région, du pays, les indus-
tries, les cultures, les activi-
tés a développer.

L’orientation scolaire di-
rige Véléve vers plusieurs
possibilités de spécialisation
entre lesquelles lorienta-
tion professionnelle Vaidera
& choisir en fonction de-ses
moyens, mais aussi des ¢xi-
gences économiques et :0-
ciales du moment.

L’orientation scolaire s’a
dresse particuliérement aux
enfants de onze ou douze
ans et doit s’étendre sur plu
sieurs années. Pourquoi cet
age? Parce que les aptitudes
irfdividuelles ne sont pas en

core affirmées. Avant, les
gofits et les intéréts de Yen-
. fant caractérisent beau -

coup plus l’age que VPindivi-
du, Ces gofits et ces intéréts



D’un jour...
... a Vautre

Symbole de lavenir :
dans le ciel de France, alors
que le B-747, le paquebot-vo-
lant d’'Air France entamait
sa descente sur Paris - Orly,
le Capitaine signala aux pus
sagers qu’ils pouvaient obscr
ver dans le ciel le «Concorde»
en vol d'essai. Gn ne vit, dans
le lointain, qu’un long sillon
de fumée grise.

Symbole de l’avenir : le su
per - géant B-747 ouvrant
lére des transports aériens
de masse et le «Concorde»
inaugurani l’ere des vols com
merciaux a la vitesse super-
sonique...



xxxxX
. Un usager du téléphone
nous signale quayant un dou
ble abennement, un pour 5a
résidence a Pétionville et Pau
tre pour son établissement
commercial a Port-au¢Prin-
ce, la Téleco refuserait de lui
donner deux exemplaires du
guide des téléphones. Ayant
offert d’en acheter le second,
il s’est heurté au méme refus.
Est-il obligé de se «balader» a
vec Vannuaire unique dont
il dispose, se demande-t-il en
invoquant les inconvénients
de cette pratique de la Tele.
co qui, a analyse, ne svexpli

que vraiment pas...

XXKX
_.. Dans ce numéro, notre
collaborateur Anatole Cy-

prien, que nos lecteurs n’ont
pas lu depuis bien longtemps
—. du moins ’humoriste et le
satirique — prend la défense
de la mini-jupe, avec le re-
tour en force de la midi et
méme de la maxi.

Sous les tropiques, quelle que
soit la saison, et dans les pays
tempérés,particuli¢rement au

printemps et en été, la mini, ©

je ecrois, a conquis presque
toutes les femmes et ce ne
sont, pas les hommes qui con
trarieraient celles-ci. Pour-
tant, la maxi et la ma a-
rés une premiére offensive
Preructueuse, ont effectué de
sérieuses bréches.

Sans condammner ou rejeter
la mini, il faut bien avouer
que le8 robes maxi affinent
ja sifhouette féminine et ne
sont point dépourvues a@élé-
gance. On ne pourrait dire
autant de la midi... Crest une
opinion et comme Véecrit Cy-
prien, les discussions vont
bon im...

EXxXXX

_.. Hier aprés - midi, pa-
raissajt notre information
sur P’état de entrée du réser
voir, A Bourdon. Aveo son dy
namysme habituel, le Seeré-
taire d’Etat Max Adolphe y
donnait ‘suite imimédiate-
ment, dépéchait ce niatin u-
ne brigade; en-vue des redres
_sements fiecessaires,









a l'Institut Francais

sont communs a4 tous les en
fants. En effet, tous aiment
et pratiquent avec goat spon
tané le dessin et le chant jus
qu’a dix ou douze ans. Mais
vers cet Age, le plus grand
nombre perd ces aptitudes
que conserve seule une élite
de futurs amateurs ou artis
tes. L’explication de ce phé-
nomeéne est complexe, mais
il est trop fréquent et trop
important pour le négliger.
Ii faut attendre, pour juger
Venfant, la période de la
puberté, cette période qui le
transforme profondément,
qui efface, confirme ou ré-
véle ses aptitudes.
Ainsi le voudrajt-on, qu’on
ne pourrait charger 1’école
primaire de l’orfentation.
Dans le premier degré la
mati@ére enseignée elle-mé
me contribue acessoirement
a Vorientation, elle est sur-
tout un moyen pour attein-
dre le but qui est celui de
Vécole primaire : donner les
outils indispensables a tous
et A toute formation ulté-
rieure : lire, parler. éerire,
compter, dessiner. dévelop-
per Jes facultés Tobserva-
tion, le goat efc Miis Ve-
cole primaire ne ecneclut
pas. parce que 1l'Age de on-
ze ou douze ans ne permet
pas de conclure

(Voir sulte en page 2)

Inauguration

Election du premier ivéque
Episcopal d’Haiti

Comme nous l’avions an-
noncé antérieurement, c’est
ce matin qu’a eu lieu lélec
tion du neuveau Chef de
V’Eglise Episcopale d’Haiti. I

les deux groupes d’électeurs

Avant de passer aux votes,
Mgr. Marmione denna leetu
re ses dispositions canoniques
concernant Jl’élection d’évé-

remplacera Mer Voegeli qui ques de diocéses missionnaires

atteint l’Age de la retraite. Il
sera aussi le Premier Evéque
haitien de l’Eglise épiscopale
d’Haiti,

A cette occasion, La Cham
bre des Evéques de 1’église
anglicane a délégué ici trois
prélats pour diriger les assi
ses électorales. Ce sont
Mgr Marmion de Kentucky,
représentant du Prés'dent de
la Chambre des Evéques,
Mer. Kellog , Evéque de San
to Domingo, R. O. Mgr. Mar
tin un congénére. Evéque
suffragrant de Long Island,
N. Y.

Les trois prélats ont con-
célébré une messe ce matin
a huit heures 4 la Cathédra
le en présence d’un grand
nombre de fidéles.

Peu aprés la messe, la Ré
union Spéciale était eonvo-
quée dans JVenceinte de la
Cathédrale. Selon le droit-
canon épiscopalien, !es quel
ques prétres du diocése mis
sionnaire d@’Haiti sont élec-
teurs. Deux d@’entre eux qul
ont atteint l’Age canonique
de 30 sont éligibles Les dé
jégués laiques des misstons
du diocése sont agissi élec -
teurs L’élu doit réaliser la
majorité des suffrages dans

de la Clinique

Dentaire Scolaire

AU CENTRE DE SANTE DU

Ce midi, le Secrétaire d’E-
tat a la Santé Publique, Dr
Max Adolphe a procédé a l'i-
nauguration de la clinique
dentaire scolaire du Centre
de Santé du Portail Léogane,
une étape de plus dans le
beau programme qui vise a
doter nos différents centres
de Santé, de cliniques scolai-
res modernes et bien équi-
pées

Le Dr Maxime Roumain,
Chef de la Division d’Odonto
logie prononga & cette occa-
sion une magnifique allocu-
tion, dans laquelle il porta a-
vec bonheur l’accent sur la
politique Sociale de 5S. E. le
Président & vie de la Républi
que. Il dit combien le Quar-
tier du Morne 4 Tuf a tou-
jours été cher au Président
Duvalier. Il rendit ensuite
hommage au Ministre Max
Adolphe qui, dans le contex-
te de la révolution duvaliéris
te, applique systématique-
ment et avec dynamisme le
programme du Président Du
‘valier, dans le domaine de la
Santé.

Le Ministre Max Adolphe
qui a évoqué avec émotion ses
souvenirs du Morne 4 Tuf, a
souligné que le Dr Maxime
Roumain et lui marechent sur
la voie droite de la révolution
Duvaliériste. Il a souligné
que les Centres de santé de
Carrefour Poix, de Baradéres
ont été déja dotés de clini-
ques scolaires. Aujourd’hul,
c'est le Centre de Santé du
Portatl de Léogane, demain

-ce sera celui de Pétionville,

de Mirebalais, etc. Nous con-
tinuerons, dit-il, A travailler
durement au bénéfice de la

PORTAIL LEOGANE

collectivité jusqu’au triomphe
définitif de la révolution du-
valiériste. Il a félicité l’Ingé-
nieur Raymond Petit et les
ouvriers — volontaires de la
sécurité nationale — qui ont
réalisé les travaux.

Avant le Secrétaire d’Etat.
Je Dr Nerva Gousse, chef de
ja division d’hygiéne rurale,
avait porté l’accent sur cette
nouvelle réalisation du Dépar
tement de la Santé Publique.

Cérémonie significative.
Nous félicitons le Ministre A
dolphe et son collaborateur le
Dr Maxime Roumain de cette
nouvelle et combien utile réa
lisation au service de la jeu-
nesse scolaire.

LE PROCES DE BURGOS

Les Franquistes

la contre -

MADRID (AFP)

Les partisans de lOrdre
et de. la Tradition Franquis
tes. préparent: poyr demain
deux. manifestations qui pa-
raissent donner le signal d’u
ne contre offensive spétacu
laire aprés deux semaines
pendant lesquelles le procés
de Burgos et l’agitation popu
laire ont été au centre de
Vactualité. Une annonce de
la rubrique nécrologique du
Journal Monarchiste ABC ap
pelle ceux qui n’oublient pas
& assister demain & une mes
se & la mémoire des victimes
du terrorisme de l’Etat. D’aw
tre- part des tractg convo-
quent & une manifestation
daffirmation nationale.

Le service funébre qui sera

1 existe deux proéédés, a +
vait-il dit, un consistant
dans la nomination de l’évé
que par la Chambre des Evé
ques avec la cocpération
d’un comité local, Vautre qui
permet au diocése d’élire son
évéque, ce qui est le cas
pour le diocése missionnaire
d’Haiti.

Les candidats yroposé§
sont les Révérends Péres Lut
Garnier, Lafont Lapointe;
Octave Lafontant Christian
St Vil, Jean Michel, Limon
Loyvis, Previus Gay Dickens
Cetestin.

es bulletins son: distri-
bués au groupe de prétres
puis au groupe de délégués
laiques .

xx xx
ELECTION

Le premier tour de scrutin
ne fut favorable & aucun des
huit candidats. Les Révé-
rends Péres Prévius Gay et
Christian St Vil qui n’avaient
obtenu aucune voix du cdté

Rapport du Comité

de POMS
NATIONS UNIES (AFP)

Les experts du Comité de
la surveillance internationale
de la maladie de 1l’Organisa-

--tion Mondiale de la Santé n’é

cartent pas la possibilité que
le choléra continue 4 se pro
pager et réapparaisse dans
des régions du monde d’ot il
avait disparu depuis long-
temps, annonce-t-on & OMS

On estime donc 4 ’OMS
quil est urgent d'informer
les Gouvernements aussi bien
que les populations des carac
téristiques du Choléra, afin
que soicnt prises ies mesures
irrationnelles et inefficaces,
fondées sur une appréciation
inexacte de la maladie dans
sa forme actuelle.

Les experts rappellent a ce
sujet que le cholera El Tor
est aujourd'hui une affec-
tion bénigne pour laquelle on
posséde des moyens de traite
ment efficaces et peu cou-
teux. En conséquence, rien
ne justifie qu’on le considére
comparable au cholera classi
que du siécle. La grippe, par
exemple, constitue sur le
plan de la morbidité et de la
mortalité, une menace beau-
coup plus sérieuse.

préparent
offensive

célébré en Vhonneur du com
missaire Meliton Manzanas,
du garde. civil Jose Pardines
et du chauffeur de taxi Mo
nasterio, tous trois assassinés
au pays basque, aura lieu 4
midi dans l’Egiise de I’Incar
nation, sur la place d’Orient,
tandis que Iles espagnols de
tous bords sont invités 4 ma
nifester paciiiquement a 13
heures sur la méme place, fa
ce au palais royal.

D’autre part, une conféren
ce qui devait étre prononcée
par l’ancien Ministre Frede
rico Silva Munoz, a Vécole
de Haute Direction et d’Ad
ministration de Barcelone,
sur le théme de l’organisa-
tion de la liberté, a été inter
dite & la derniére minute.





LES SPORTS



Environ’ 1.000 personnes
ont assisté hier aprés midi a
ja séance d@entrainement de
la sélection nationale. Le ler
élément de satisfaction est
le rappel de Vavant centre
du Racing, Leinz Domingue,
dont on avait regretté beau
coup lécartement de l’élite
de notre football. Comme
nous ie disait Ventraineur
fédéral, Ahtoine Tassy au
micro sence de Domingue de la lis
te des pré-a¢lectionnés n’é-
tait due quwA‘wne facheuse
erreur de -.dactylographie.
D’ailleurs,sau.cours du. pe-
tit match: qui: opposa ‘les’ pos
sibles «A> aux ‘provisoires
«, Domingue justifia tout
Je bien que Von pensait de
lui en réalisant quelques bon
nes actions 4 Valle droite.

Mais revenons & la petite
confrontation hier. Elle
nous laissa une impression
fayorable et méme s'il n'y

-eut pas, de but, les ébaucties

de combinaisons assez bien
concues laissent espérer des
progres certains pour l’aye-
nir @’autant plus que les in
terndtionaux ne sont qu’a
leur seconde journée de pré
paration.

Evidemment Tassy en est
encore aux tatonnements et
il est assez difficile de pré-
voir ceux qui auront J’hon-
neur de porter le maillot de
cette sélection new-look.
Pour le moment, 1entrai-
neur fédéral essaie en défen
se le quator : Jn-Joseph —
Paul Roc — Paul — Formo-
se.

‘Les arriéres latéraux Jn-
Joseph et Formose parais-
sent assimiler asez bien la
tactique élaboréé. En. parti-
culier, leur réle dans .Vorga-
nisation offensive de l’équi-
pe..Qn ne: dolt pas -oublier,
en effet, que les équipes alle
mandes pour la plupart.:a
fectionnent.,, 1 ab {








Régime sévére pour nos sélectionnés

Dans ce cas, pour perforer
leurs foerteresses défensi-
ves, la participation des ar-
riéres-ailes au jeu d’atta-
que est trés importante. Rap
pelez-vous lé travail de Eve
raldo et de Carlos lors de la
finale Brésfl-Italie de ia
Coupe du Monde. Carlos Al-
berto avaif méme inscrit Je
4e but brésiHen.

Cette tactique
seulement. l’apanage des
joueurs brésifiens, et consti-
tue une des -caractéristi-
ques de J’éyolution du foot-
ball moderne. Les meilleurs
arriéres latéraux que l’on
connait actuellement sont
trés offensifs : Facchetti de
l'Italie, Dobias de la Tchécos
lovaquie, Gemmel de l’Ecos-
se, Cooper et Newton de VAn
gleterre pour ne citer que
ceux-la.

Lrentraineur fédéral at-
9: Col; 2)

n'est pas



du Clergé électeur retirérent
leur candidature.

Par ordre de préférence ex
primée par les suffrages les
candidats favoris furent :
Luc Garniel, Octave Lafon-
tatn, Lafont Lapointe.

On passa au deuxiéme tour
de scrutin.

LE P. LUC GARNIER
L'EMPORTE

A deux heures 30 au cin-
quieme tour de Scrutin le Ré
vérend Pére Luc Garnier l’em
portait. Il recut les félicita-
tions de tous. Il adressa des
paroles de circonstance 4a l’as
sistance.

Ii sera consacré dans deux
ou trios mois, le temps de
remplir les formalités pres-
crites par le Droit Canon.

Nous lui adressons nos vi-
ves félicitations, en y ajou-
tant nos voeux de fécond
apostolat.

Les troubles en Pologne

PARIS (AFP). —

De graves troubles
aux difficultés économi -
ques que traverse actuelle-
ment la Pologne ont gelaté
dans trois Villes du Littoral
de la Mer Baltique : Gdansk
(Bx Dantzig), en Pologne
(Ex Dantzig), Gdyna y So
pot, localités qui forment
un ensemble appelé couram
ment en Pologne Tripleville
(Trojmiessole).

Ces événements d’aprés
Agence Polonaise PAP ont
fait six morts et plusieurs
dizaines de blessés. De son
cété, la Radio Danoise a fait
état «de nombreux morts et
blessés dont 150 miliciens
certains griévement at -
teints». Une hausse brutale
sur les prix des denrées ali-
mentaires décidée lors de la
derniére réunion du Comi-
té Central du Parti parait

dus



Instanta nés

par Claude DAMBREVILLE

Hier apres - midi, est parti
pour Lausanne Monsieur Ser

souhaitons de connaitre chez
nous le succés le plus com-

ge Rochat, de nationalité suis vablet.

se. Monsieur Rochat appar-
tient aux Nations Unies, sec-
tion de l’Organisation pour
Alimentation et l’Agricultu
re ou FAO. Monsieur Serge
Rochat, spécialisé en Trans-
formation et Commercialisa-
tion, préte ses services au
Projet de développement de
la plaine des Cayes ou
EDAPS. Cet expert de ?ONU
sera de retour dans un mois.
Tl fut salué 4 l’aéroport par
Madame Ester, épouse de 1’un
de ses collégues des Nations
Unies, et par Monsieur Erma
no Pétoia, Secrétaire exécu-
tif de EDAPS.
xxxx

Son Excellence le Dr Le-
bert Jean-Pierre, Secrétaire
dEtat du Commerce, est ren
tré d'Europe hier matin. Sur
invitation d’Air France, il
vient de faire, en compagnie
de sa distinguée épouse, le vo
yage Pointe-A-Pitre — Paris,
A bord d’un des Boeings 747
de cette prestigieuse compa-
genie fraicaise. Madame Jean
Pierre, nous a dit le Ministre,
a prolongé son séjour en Fran
ce.

xxXxXxX

«Bonjour, monsieur, c'est
moi la femme qu’on coupe en
deux». Je restai interloqué
pendant quelques secondes,
puis un déclic se fit dans
mon esprit, et je compris a-
lors que cette mignonne per-
sonne vétue de blanc et coif-
fée d’une casquette rouge fai
sait partie de la Troupe
«Show de Magie» de Richiar-
di junior. Francoise Guilard,
dite Patricia, était la premié
Te débarquée. Venaient a sa
suite les ‘extraordinaires ve-
dettes Richiardi junior, Allan
Allan, Al Carthy, Igolen, Ka-
zuo Hatta. Ces artistes sont
accompagnés de Monsieur
Marouani Clément, leur im-
pressario, du pianiste Geor-
ges Edouard Novel, et de
Monsieur Claude Robinel, dé
légués par «Le Colisée», de
Fort de France.

Que nous offriront ces ve-
déttes ? Un spectacle sensa-
tionnel, incroyable, dérou-
tant; inoubHable. Au Capitol,
du 17% au 21 décembre. Allan
Allan, le prince de )’évasion,
Jgolen, un prestidigitateur
exceptionnel; Richiardi ju-
nior : ses trois Oscars mon-
diaux proclament son talent;
Al Carthy : son robot vous

coupera le souffle. «Comment,

définir mon robot ? Disons
que c’est assez spécial, c’est
futuriste, c’est.un peu de la
science - fiction»; — Nous
souhaitons la bienvenue & cet
te formidable troupe, et lu

xErxx

C'est hier matin qu'est ren
trée au pays Madame Jac-
ques Fabius, née Monique Cel
cis. Elle est venue passer la
Noel dans sa famille. Moni-
que réside 4 New York.

Est rentrée des Etats-Unis
le méme jour Madame Hans
Mavs, née Jacqueline Cour-
tois. Elle aussi passera la plus
douce des fétes dans sa fami)
le. Madame Mevs travaille au
Service de classement de la
First National City Bank.

X=XEX-

Hier matin, est rentré au
pays pour un bref séjour Mon
sieur Fritz Momplaisir, Con-
sul d’Haiti a San Juan, Porto
Rico.

Monsieur Glenn A. Munro.
Attaché au Département d@’E
tat des Etats Unis, passera
trois semaines ici. I] est arri
vé a Port-au-Prince hindi
soir.

XXXX
Notre ami André Supplice

(Suite page 6 colonne 8)

La mort des genoux.

PAR ANATOLE CYPRIEN

Deux virus des plus meur-
triers, la midicose et la ma-
xicose, sont en train de déci-
mer les genoux du beau sexe.
Selon une source general -
ment bien informée, tous les
genous sont morts :ux tats
Unis. La situation est d’au-
tant plus dramatique que In
minicilline, le seul antibioti-
que capable de cumbattre ef -
ficacement ces microbes, ne
se trouve guére sur le mar-
ché. Sa préparation a é(¢ pro
hibée par le Dr Jupier, 4 la
suite du rapport qui Iui a été
adress€ par VIngénicur Tex
Tile.

Devons-nous assister, im-
puissants, A Panéantissement
des genoux, féminins ? N’est-
il pas souhaitable que. pour
enrayer la géniculite, cette
maladie redoutable engen-
drée par la midicose et la ma
xicose, et caractérisée par u-
ne insupportable sensation
de chaleur aux genoux, un dé
cret ne vienne internationa-
liser et imposer le port du
kilt ?

Prévenir vaut mieux que
guérir. En Haiti, que convient
il de faire pour stopper la pro
pagation de la géniculite? On
nous rapporte en effet que
des étrangéres et des haitien
nes ayant vécu aux Etats-U-

ADMIRATION AUX USA APRES LE VOL

vee (AFP)

La descente de la Sonde Sv
viétique <«Vénus» 4 travers
V’atmosphére de la Planéte
Vénus a suscité plus d’admi-



ration -que° 4d’étonnements
dans.les-milieux scientifiques
américains.

Les ssavants:;spécialisés se
doutaient er effet que les res
ponsables soviétiques de l’ex~-
ploration spatiale utilise-
ralent Vénus 7 pour l'étude
plus approyondie des caracté
ristiques de l’atmosphére de
éL’Etoile du Berger>: En_ef-

fet, les précédents vols Vé-«..,




nus 5, et Vénus 6,.en 1969, a~
alent. permis ‘ants





viétiques de prendre des me-
sures atmosphériques 4 moins
de 40 kilométres de la surfa-
ce de la planéte. Ces mesu-
res avaient alors confirmé
que la densité et la tempéra
ture extrémement élevées de;
cette atmosphére rendaient
trés difficile une
@Watterrissage sur Vénus.

‘Certains experts estiment :
cependant, que les savants-
soviétiques ont essayé de fai-
re atterrir en douceur «Vé--
nus 7> sur _Wénus. Is. ajou-':
tent.toutefo's que le seul fai

e.Ja sonde alt transmis ‘d
ati dant..35.







_ he fois de plus,
tentative °












étre a lorigine de cette flam
bée de violence qui a débuté
Lundi.

Selon certaines

recueillies tant en Allema-
gne Fédérale qu’en Scandi
navie, mais qui n’ont pu é-
tre vérifiées. Toutes les com
munications téléphoniques
sont coupées entre le grand
Port polonais et la Capita-
le, les Services Publics et
les Transports en commun
ne fonctionneraient plus
a Gdansk depuis Lundi.
Les liaisons aériennes Var-
sovie - Gdansk sont suspen
dues jusqu’a vendredi raison des conditions atmos
phériques» a fait savoir la
Compagnie aérienne polo-
naise «LOT».

Selon la Radio danoise, les
autorités polonaises ont qua-
lifié de houligans (voyous)
les auteurs des troubles qui
protestaient contre l’'augmen
tation du colt de la vie. A
Gdansk, ol des heurts
rieux se sont produits, les
manifestants auraient iis
le feu a des immeuiles et a
des voitures.

Les navires étrangers an-
crés &@ Gdynia - Port d’atta
che des grandes lignes océa
niques. - ont été priés par la
police polonaise de quitter
le Port par mesure de sécu-
rité. A ce propos la Radio
danoise a annoncé = qu'un
bateau allemand avait nré-

rumeurs

see

vait recu l'ordre de quitter
le Port en raison d'un sowa
vement dans la Ville. Un au
tre navire allemand a au-
noncé dans un message que
la gare et le quartier géné-
ral du Parti étaient en flam
me.

Le Ministére Danois des
Affaires Etrangéres a décla
ré la nuit derniére qu'il sui-
valt Vévolution de la situa~
tion avec attention. L’Am-
bassade du Danemark 4
Varsovie a tenté vainement
@entrer jen communication
avec le Consulat danois

A
Gdansk, pour obtenir des
précisions sur le déroule-

ment des incidents.
Dans le courant de la nuit,
la station de Radio privec
américaine Free Europe qui
diffuse depuis Munich des
emissions destinées aux pays
de VEst, faisant état d’une
Radio amateur poionaise, an
non¢ait des heurts violents
dans les trois Villes: Gdansk,
Gdyna et Sopot. Le couvre-
feu a été imposé hier a 18
les trois locali-

heur d
tenga ait cette Radio jo
calé polonaise. La popula- °

tion a été invitée 4 contri-
buer a rétablir Vordre. D’au
tres Radio-amateurs cap-
tés &@ Hambourg font état
de gréves dans les chantiers
navals. Les ouvriers se se-
raient joints aux étudiants
qui manifestaient contre les



venu par Radio sa Compa- augmentations du coat de
genie a Hambourg quwil a- la vie.
PRODUIT NATIONAL BRUT AMERICAIN

~~ Les USA vont produire plus de
1000 milliards de biens

Sous le regard ravi du Pré
sident Richard Nixon, -i’écono
mie américaine a franchi
mardi, six minutes aprés mi-
di, ‘le cap historique des mil
liards de dollars. En un an a
partir de. cet instant, les E-
tats Unis vont ploduire pour
plus de mille milliards de dol
lars de biens et da services
(produit national brut).

Pour marquer l’evénement.
retardé d’un mois par la gre
ve de ia General Motors, le
Département du Commerce a
mis au point une «horloge du
produit national brut» calcu-
iatrice Cleetronique fonction-
hant au rythme supposé de

nis ont contaminé, sans mé-
me s’en rendre compte, une
infime fraction de Ia popula
tion. SIais le taux de conta-
gion risque de devenir alar-
anani, si des mesures préven-
tives ne sont prises dans tim
mediat. Ces mesures, c'est
nous qui devons les prendre,
messieurs. Il. y va de la sur-
vie, ou plutoét de la survue
des genoux de nos femmes,
de nos amis, et de toutes ces
belles et girondes créatures
que nous coudoyons chaque
jour. Au nom de PEsthetique,
nous devons encourager 1a
préparation sur une grande
échelle de la minicilline, et
y contribuer de notre bourse,
si besoin est. De plus, ne per-
dons pas une occasion de pla
cer notre slogan choc : «Lut
tez contre la midicose et la ma
xicose, deux facteurs de viel
lissement prématuré. La mi-
nicilline, voila votre eau de
jouvence, mesdames».

Une information de toute
derniére heure nous parivient-
a Pinstant. Nous nous empres
sons de vous Ii communiquer,
bien cu'elle soi{ de nature A
commotiunner les fervents de
Ja minicilline : i] commence
a se confirmer gue nos dro-

(Suite Page 6 col. 7)

DE VENUS-7

te vers ia surface de la Plané.
te est un grand exploit. Mé-
me si l’engin a été détruit en
suite, comme ils te pensent,
par les éléments qu'il a Ten-
contrés,

Cette expérience prouve, u
estime-t-on
dans les milieux sc'entifiques
américains, Vavance’ prise
par ’'URSS dans le domaine
-de Vexploration de Vénus.

En effet, la NASA n’a, & ce
jour, lancé que deux Mari-
ners en direction de Vénus,
‘qui tous deux, ont étudié les
caractéristiques de la -plané-
te en la «frojant> & fisieurs
milliers de @ilométres..de la -





Vexpansicn économique.

Mardi matin, lorsque le Pré-
sident Nixon, ses Ministres et
plusicurs centaines de hauts
-fonctionnaires ont assisté.au
passage des cap des mille mil
liards, l’horloge progressait
au rythme de 2.000 dollars
par seconde. Le temps que le
Président fasse l'allocution
de circonstance, les Evats U-
nis avaient produit théorique
ment pour plus de cing mil-
lions de doliars. Je n’ai ja-
mais fait un discours aussi
enrichissant., a remarqué en
suite le Président Nixon. Le
Président a célébré la force
ct la productivité du systéme
économiyue ameérizain. Mal-
vré le ralentissement. qui ac
comparne aujourd’hui la lut-
te contre Vinflation, le pro-
duit: national brut des Etats-
Unis a doublé en vingt ans et
triple Gepais 1940. Th est su-
péricur a velui du Japon, de
lAllemagne, de la France, de
la Grande Bretagne, de l'Ita
iie et du Canada réunis.



Le Diplomate
vietnamien,

Bui Diem sera ici |
en février ou mars

M. Bui DIEM prestigieux
et influent ambassadeur de
la République u Vietnam
Sud 4 Washington a évrit
a notre confrére D. Char-
lier directeur’ du «Matin»
pour le féliciter des passion
nants récits de son ouvrage
«TERRES D’ANGOISSE ET
D'ESPOIR» et lui annoncer
son projet de visiter Haiti
dans un proche avenir.

Charlier a quiv nous avons
parlé ce matin. nous a dit
que M. Burck ministre con-
seiller a l'Ambassade’ des
USA a Port-au-Prince, ami
personnel depuis sa mission
a Saigon dy diplomate viet-
namien, lui a confirmé cette
intention. Pendant son ré-
cent séjour a Washington,
Burck a appris que Diem se
ra son hdéte en Haiti en Fé-
vrier ou Mars 1971.

Nous avons
confrere si Bui Diem est um

parent de feu le Présid@nt
Diem qui fut renversé ‘et
tué il y a quelques années

dans des circonstances .pé-
nibles. Il a répondu : -lors-
que j’étais a Hong Kong, il
va 2ans un ami européen
me disait i] y a 700 millions

‘de chinois mais il n’y a que

100 noms et 100 pronoms
pour les désigner tous. Et
ces 700 millions ne sont pas
pour autant des parents».

Toutefois. Bui Diem qui
est un diplomate populaire |
& Washington écouté et res
pecté au’ Département d=
tat sera le bienvenu dans no
tre pays qui n'est pas trés
connu.. des

ds "







. ¢
demandé au






PAGE 4







DANS NOS CINEMAS

.

AU CAPITOL

Mercredi A’ 6h at 8 bh 30
Le formidable Mariachi
LOS LLANEROS DE JALIS
co
De PEPE JACO

Entree $ 1 00et 2.00



BEL AIR CINE

RUE SAINT-MARTIN No 150

Mercredi “A 6 h et 8h 16
TARZAN ET LE JAGUAR
MAUDIT

Enirée Gde 1.00 et 1.50
Jeudi & 6 h et 8 h o15

RINGO NE DEVAIT PAS
MOURIR

Entrée Gde 1.00 et 150



CINE OLYMPIA

Mercredi en permanence
PAS DE PITIE POUR LES
SALOPARDS

Enirée Gde 1.50

Jeudi en permanence
LES RICHES FAMILIES
Entrée Gde 1.00

CINE STADIUM .
Mercredi en permanence
EL GRINGO
Entrée Gde 0 60
Jeudi en permanence
GROS COUP A PAMPELUNE
Entrée Gde 0.60

Sey
ff

arty!

{

tty

UUM EET EE EE eT ET Atty ett
COINS LA FL

wt A oh,

CINE ‘SENEGAL

Mercredi 4 6 h et 8 h 15
CHASSEURS D’ESPIONS
Entrée Gdes 1.50, 2.00 et 2.59
Jeudi & 6h 15 et 8 h 15

29 BILLETS POUR MEXICO
Entrée Gdes 1.00 et 2.00

PARAMOUNT
Mercredi 4 6 h et 8h
L°HOMME A LA JAGUAR
ROUGE
Entrée Gdes 3.00 et 5.00
Jeudi & 6h et 8h
LE BON, LA BRUTE ET LE
TRUAND
Entrée Gdes 1.60 et 2.60

CINE UNION

Merered) a 6 hol Ser Bh
UN CERCUEIL POUR LE SHE
RIF

Entrée Gde 1.00
Jeudi a 6 h-15 e@
JULES CESAR
Entrée Gde 0.60

Poh

ETOILE CINE

Mercredi a 6h 30 et 8 hh
BYE BYE BARBARA ~
Entrée Gdes 2.00 et ? 00
Jeudi 2 6 h 30 et 2 h 30
LE CLAN SICILIENS
Entrée Gdes: 1.50 et 2.50

“MONTPARNASSE /

Mercredi 4 6 15 h et g h
OBJECTIF HAMBOURG
MISSION 083

Enirée Gde 1.00

Jeudi 6h 15 e 8h

LE TEMPS DU MASSACRE
Entrée Gde 0.60

ol



De Luxe Auto Ciné

Mercredi a2 7h et 9h
CATHERINE... IL SUFFIT
D’UN AMOUR

Entrée $ 1.50 par voiture
Jeudi a Thet9h

LA VINGT-CINQUIEME HEU
RE

Entrée $ 1.50 par voiture









EN BOULETTES










~ Mort aux Rats

GIBBONS

CULL CUE SOIT
LE RAT

REX THEATRE

Mercred! 4 6 h et 8h 16

LE TQMBBEUR DE CES DE
MOISELLES

Entrée Gdes .2.60 et. 4.00
Jeudi ao 6 h et 8 bh 30
CAT: .. IL SUFFT
D'UN AMOUR

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

MAGIC CINE
Mereredi & 6 h 15 et 8 bh 15
LE GROS COUP DU QAME-
LEON
Entrée Gdes 2.60 et «4.00
Jeudi a 6 h 16 et 8h 15
LE TRAIN SIFFLERA 3FOIS

Entrée Gdes 1.60 et 2.50

CINE ELDORADO
Mercredi 4 6 bh et 6 h 15
TETE DE PONT POUR 8 IM
PLACABLES
Entrés Gdes 2.00 et 8.00
Jeudi A 6 h et 8 h 15
3 MILLIARDS POUR 1 COUP
Entrée Gdes 1.60 et 3.00

CINE PALACE
Mercredi a 6h et 8 h 15
L'ODYSSEE D’UN SERGENT
Entrée Gde 1.50
Jeudi a 6 h et 8 h 15
L’BVASION LA PLUS LON-
GUE
Entrée Gde 1.00

DRIVE IN CINE
Mercredi 4 7h et 9h
LE CARNAVAL DES QIEUX
Entrée $ 1.00 par. voiture
Jeudi a Thet9h
LE PARIA
Entrée $ 1.50 par voiture





DELECTABLE ! TOBLERONE

Ce chocolat au tait,.amandes et miel
si appréciable dans le monde entier



A Ne Ae wel ell eel ell all veel ell ll all malo al all, alo © sa alll vs, A A ADB ale ala eae eee aed
Pecinetieeieriveritnnet rine reticent ctr rr ref eter (ar i TST aT SST en a a ldrabaar pmalanaattnsnnanslaass aga Uae inline laarssace Neclias tise hase

AIRPORT CINE

Mercredi 4 6 h 30 et & h 30
GUET APENS A TEHERAN
Entrée Gdes 1.50 et 2.50

Jeudi a 6 h 30 et 8 h 30
lére part. ALCIBIADE

2eme part. SUPER CHOUCOU
NE 70

3eme part. LE CHEIK ROUGE

Entrée Gde 100 et 1.50

CENTRE CULTUREL
AUDITORIUM

Mercredi a 7 heures
TUEZ-LES TOUS ET REVE-
NEZ SEUL

Entrée Gde 1.50

Jeudi a 7 heures

LE TRIOMPHE D'EL CORDO
BES

Entrée Gde 1.20



Le Ciment d’Haiti S.A.
Avis de Convocation

Messieurs les Actionnaires
de la Société LE CIMENT
D’HAITI 8S. A., Société Ano-
nyme, au capital de deux
millions de dollars, son* convo
quées en Assemblée Gén. Ordi
naire Annuelle qui se tien-
dra a l'Usine de Fond Mom
bin, Commune de Duvalier-
ville, Haiti, le Lundi 4 Jan-
vier 1971, & 11 heures A.M.
pour statuer sur l'Ordre du
Jour suivant:

- Rapport du Conseil d’Ad

Bilan et Comptes deg pro-
ministration.

- Rapport sur les Comptes,
fits et Pertes de l’exerci
ce 1969-1970, arrétés au
30 Septembre 1970

- Affectation des Pésultacs

- Quitus aux Administra-
teurs.

- Nomination d'Administra

teurs.
Fond-Momhin, le 10 Téc 1970
LE CONSEIL D’ADMINTSTRA
TION

L’orlentation scolaire n’est
pas, possible ‘sans la, dispari-
Alonmades mpréjjugés wtjul anet
tent le lycée classique: au.des
sus du caliége moderne, celul
ci au dessus duxcollége tech
nique. Quelle erreur ‘| Par u-
ne action sur l'opinion publi
que il faut montrer aux pa
rents qu'tl est plusieurs vo es
aboutissant a des diplémes
de valeur et, ce qui est mieux
A lépanouissement complet
de Venfant.

L’urientation scolaire n’est
pas possible également si l’on
ne se référe pas 4 la psycho-
Jogie de Venfant. Connais-
sant les corrélations qui exis
tent entre le caractére et les
formes de lVintell.gence nous
devinons les profits que peut
tirer un éducateur de la ca-~-
ractérologie. Hi est précieux
de savoir, par exemple, que
le sentimental dont :l'émotivi
té se traduit en sentiments
plutét qu’en actes a généra
lement peu d’intérét pour les
matiéres. scientifiques. Il réus
sit m'eux dans les études lit
tératres ou artistiques mais
on peut l’intéresser aux scien
ces s'il sent autour de lui la
sympathie et si l’on sait lui
faire gotiter le plaisir de la
découverte. L’éducateur peut
convertir un sentimental jus
qu’'a le rendre act‘f s'il Tui
propose une activité méthodi
que et un emploi du temps a
suivre scrupuleusement. .Par-
mi les différents types de
caractéres celui du sentimen
tal est sans doute le plus ti
mide, le plus facilement dé-
couragé, le plus indécis (a
cause de sa facuité d’analy-

.

wal el waar

L'INTERET DE
L'EXPERIENCE VENUS —7
PARIS (AFP)

(DU CHRONIQUEUR
SCIENTIFIQUE DEL’ AF.
P., Serge BERG)

Liintérét essentiel de l'ex
périence Venus - 7, 1a sonde
automatique soviétique, lan-
cée le 17 Aout dernier, et qui
a attent Venus mardi, est
de savoir jusqu’a quelle dis-
tance du sol de la planéte
la sonde arrivera 4 trans -
mettre des informations 2 la
terre. Si elle arrivait a le fai
re jusqu'au contact méme a-
vec la surface de Venus, Je

suecés de |’Astronautique
russe serait considérable,
car alors, pour la premiére

fois, les savants pourraient
connaitre la température et
la pression qu’ régnent au
ras du sol vénusien.

Les trois sondes venusien
nes —précédentes, Venus - 4
lancée le 12 Juin 1967, et Ve
nus - 5 et 6 lancées respecti
vement les 5 et 1¢ Janvier
1969, avaient toutes les trois
interrompu leurs émissions &
quelques 17 kilométres du
sol. de la planéte. Cette in
terruption avait été provo -
quée par la mse hors d’Etat
des appareils de bord, littéra
lement écrasés et brulés par
les hautes pressions et les
températures considérables
régnant a cette altitude, ¢-
valuées alors & 27 atmosphé
res (soit 27 fois la pression
régnant au niveau de la mer
sur la terre) et 4 320 degrés
“entigrades...

Par extrapopulation de
ces mesures, et étant donné
gue les deux derniéres son -
des, pouvaient se trouver l’u
ne au dessus d’une montagne
eo. autre au dessus dunce
plaine, les spécialistes sov é
tiques unt conclu qu’a la sur
face de Venus, la pression
pourrait -atteindre entre 60
et 140 atmospheres et la tem
pérature entre. 400 et 530 de
srés centigrades...

Dans lenfer vénusien, la
Capsule muni¢ des instru -

¥. ments de mesures..qui s’est

iL PERIRA

_ détachée du reste de la sta-

tion. Venus-7, a subl..au fur
et & mesure de sa descente
des contraintes therm/‘ques
et mécaniques . de plus en
plus élevées. Les Soviétiques
ont-ils réussi cette fois a ré
s.aliser une Capsule pouvant
résister & ces contraintes et
continuer 4 transmettre les
informations ?. C’est 1a tou-
te la question. Le communi-
qué de Agence Tass 4 ce su
jet n'est pas trés explicite.

Il ind’que que. lorsque la Cap
sule aprés freinage aérody -
namique dans l’atmosphére
venusienne a atteint la vi -
tesse de 900 km 4 Vheure, les
.parachutes se sont ouverts.

? les antennes se sont.déplo -

vées et la.transmission des
informations a commence.
.. Un. point Amportant.: . cette
- transmission a duré 35 °minu

‘tes, alors; que: pour les feux
Hes ae ANaentek: elle a -
la durée de 53

vait ‘atteint



«LE NOUVELLISTF>

A



- se), mais c'est aussi le. plus

scrupuleux, le plus mécon-
tent de soi, donc le plus exi-
geant pour sol.

prend que le nerveux est é-

La caractérologie nous ap-
motif, inactif et primaire :
ses réactions, & l’inverse du
sentimental ne se prolongent
pas dans un trés.long second
moment, mais sont instanta
nées.

La facon de travailler va-
rie avec le caractére. Les pri
maires réagissent dans le pre

_mier .moment. Actf, ils réagis

sent par des actes. Aussi, leur
écrits sont-ils tout de suite
presque définitifs; ils n’y ap
portent que

puisque émotifs









-(Bulte de layvkére: page)

sieurs fois.

Etudions les broui!lons de
nos :€iqves. Nous trouvons sou
vent ces deux fagons de rédi
ger. Les uns écrivent sur le
champ et le texte qu'ils rele
vent est celul du premier jet;
les autres hésitent, surchar-
gent et ne se décident pas a
-relever. ° Nous nous trauvons
en présence de deux tendan-
-ces de caractére fort’ ‘diffé-
rentes. Cette précieuse obser
vation enrichira notre : dos-

Pharmacies assurant
le service cette:nuit.



>sier.

Pour conduire un enfant, il
faut le connaitre dans sa to-
talité, savoir quels sont ses
ressorts ou ses mécan smes
bloqués, si dans les composan
tes de son caractére il en est
une ou plusieurs dont on se
servira comme de_ leviers
pour pallier le manque d’ap-

. titndes. Le -«ressort de beau-
‘coup: de nerveux est le senti-
ment excessif de soi, la vani
té, le désir de réussir. Chez
le sentimental c’est en fai-
sant appel a sa conscience
professionnelle, au sens. du de
vor, et en l’entourant de
sympathie, qu’on l'aidera a
vaincre son complexe d’infé-

riorité. L:apathique.a peu d’on

des corrections ‘NMMERCREDI 16 DEC. 1970 téréts : c’est un inémotif, un
de détail. Les secondaires réa . inactif; son intelligence est
gissent dans le second mo- LAVOISIER affaiblie, dim’nuée dans son
ment ,et par des sent ments LALUE efficacité par le caractére. A
et inactifs. vec un apathique fortement.
Leurs écrits sont raturés, bar 8T JUDE accusé, le pronostic sera tou
bouiliés, recommencés plu- ‘Rue Pavée jours sombre. C’est en recher
SS ||

a ‘ —~ L | R ag

SIROP PECTORAL SEJOURNT

Gott agréable — Conservatior. vos
A base de CODEINE TOLU et EUCALYPTOL

Toux, Rhumes. Breachites, Eureuements, Infleenza
Affections des Paumons {





tet atettrtrttgeteetette tetera rete Pretty ey er te meyetetrgtey stearate rte te etteete aeyouteettty eat tagntte rant erntnyetteyttttytt

ee ae a ee a a











































CHOCOLAT AU LAIT SUISSE AVEC AMANDES ET MIEL
soctrrananse Chocolal jebler Bre ese



wl. wail

m nutes. Est-ce 4 dire que
les émissions ont cessé plus
tot, c’est-a-dire & une attitu
de supérieure aux 17 kilome
tres fatidiques?. Ce n'est
pas sar, car il est possible
que la sonde ait commencé 4
émettre & partir d'une altitu
de plus basse que celles qui
avaient été choies pour
Venus 5 ct 6 et qui avaient



Chocolal Jobler De renommée mondiale

Actualites Internationales

ete respectivement de 36 et

38 km.

Ces précisions sont essen-
tielles pour juger de la réus
site de lVexpérience Venus 7
Etant’ données les conditions
extrémement défavorables
dans lesquelles se produit la

BAR aET ORT

penetration dans latmosphe
re de Venus, il faudra sans
doute attendre un certa’n
temps avant que les spécia-
listes soviétiques ne puissent
tirer des conclusions des don
nées recues.

SE a TE een ee






| | i



MERGREDI I6cDECEMBRE 19 70

chant ses rares intéréts qu’on-
pourra l’éduquer, le dévelop-
per, l’orienter.

Si les rapports des formes
de lVintelligence avec les ty
pes de caractéres sont indis-
pensables a l’orlentation sco
laire, .1 en est de méme de la
connaissunce du niveau de
intelligence. Ce niveau. est
indépendant -des traits de ca.
ractere; des tests, l’observa-

tion quotidienne de l’enfant .

permettent de l'’évaluer.

Déja, en gros, on peut dire
que ja caractérologie aide a
connaitre le genre .d’études
et Jes conditions de trava 1
qui -conviennent 4 la forme
de Vintelligence, lui, 4.-pré
de lintelligence, lut, 4 pré-
voir, dans le genre d’études,
le degré qu'elle ne dépassera
pas,

Les moyens pratiques d’a-
boutir a l’orientation: varient
avec les éducateurs mais ces
derniers ne-peuvent pas ‘geno
rer les tests : Les tests d’ins
truction ou de-niveaux de con
naissances (collectifs en gé-
néral et d’emploi facile), les
‘tests permettant -d’évaluer le
miyveau :mental (individuels
ou collectifs), les tests de ca
caractére (individuels), les
tests d’aptitude permettant
d”aporéc’er ln mémoire, l'at-
tention, la .compréhension,
ics aptitudes techniques, phy
siques. On ne peut se passer
‘des tests pour orienter Jes en
fants, mais on ne peut les o-

RR NN UU MEM MM MNT

BOULANGERIE LA POSTE

FORD STORE



MESURES DE SECURITE
EN ESPAGNE

MADRID (AFP)

Des meses de sécurité
ont été prises par l’armée
dans les Centres -névralgi -

ques du systéme de -téléco -
munications espagnol pour

(





«

~~

Tienter uniquement avec ydes |
tests. Notre connaissance: de
Venfant se fonde aussi asur
u'observajion .quptidiennes de
san eemMportement, sur le con
trote de-son travail et est ¢-
tayée par les renseignements
que nous-pouvons ‘recueill r
sur son mieu. famuial et
sur son état physique.
Liéducateur n’oubliera ja -
mais que son intuition, son
esprit de finesse, som-art doi
vent lu permettre d’interpré
ter les résultats de ses expé-
riences et ies données de 1’ex
térieur. C'est, une tache dif-
ficlle.. L'orentation «.doit-é
tre lente et il faut se garder
de prononcer des jugements
définitifs, il faut vérifier plu
sieurs fois ses conelusions,
confronter ses observations &
vec celles des. autres -¢maitres,
Tecommencer ses essais S.
Yon se trouve en--présence
d’un cas douteux.

A la fin de la 6éme, le.con
seil de classe esquissera le
profil psychologique de LVélé
ve, complétera son dossier
scolaire. L’orientation .nest
pas l’ceuvre d’une année. .L’é
léve sera toujours l’objet d’u
ne étude individuelle, d’une
obsenvation globale; il pour-
ra sans dommage, au contrai
re, changer d’option. En fait,
Vorientation est une ceuvre
continue.

Pour conclure, lorlenta -
tion n’est pas un somple ‘cons
tat des aptitudes; elle n’est
pas non plus la seule exploi-
tation de ces aptitudes: -elle
est une éducation, peut-é -
tre la seule éducation.

Dominique LORENZI
Conseiller pédagogique
4 l'Instituti Francais.

ie

ayetHTgabbdypadaggtdagaedagzet

PDD ID
_

tabi

éviter ics acles de sabotage.
apprend-on mardi de ‘sour -
ces dignes de fo. Ses mesu-
res touchent également les
centrales électriques, les ba
rages et autres points straté
ciques.

Les chefs militaires ont
conferé lundi sur la nature
des mesures 4 prendre avec
les principaux dirigeants de
la compagnie du téléphone,
au siége du haut Etat Ma -
jor a Madrid. S Von sait
qu'ils ont étudié -ensemble

les plans de protection de tous
les points importants du ré-
seau national de Télécommu
nications, on ignore ‘eepen-
dant les détails conerets des
décisions aui ont €té pr’ses.

Le dernier attentat con -
tre le systeme de communi-
cations en Espagne remon-
te &1963, deux anarchistes a
vaient lancé une- puissante
bombe au siége de ia:compa
gnie du Téléphone, Avenue
de José Antonio. en- ‘plein
centre de Madrid. L'exp'osion
avait fait de nombren-
ses victimes et les deux au-
teurs. de Uattentat condam-
nés & mort par un. Conseil
de guerre, avaient été exécu
tés peu apres.

Le Gouvernement Fédé -
ral. ..allemand .une Anitlative
de Berlin-Est en ce qui -con-
‘carne la poursuite du dialo-
fue inter-allemand. Le-Por-
te-Parole adjont, M. Ruedi-
ger Von Wechmar, a préci-
sé mardi qu’on s’attend a
Bonn que les deux Sécrétai
res.d’Etat M. Egon B
A) et Michael Kohl /;
se rencontreront en¢ore une
fois avant Noel, mais linitia
tive du rendez-vous doit é-
tre prise par Berlin-Est.




M. Von Wechmar -a .insis-
1é sur le double aspect. .des
négoc ations qui -pourront a
voir lieu-entre les deux alle-
magne sur la question des
transports.

L’an dernier déja: Bonn a-
vait. proposé un accord: gé-
néral dans ce domaine. Les
communications entre la R.
F.A. et Berlin-Ouest & tra -
vers la R.D.A. doivent -égale
ment faire l’objet d'un ar ~
rangement. Ce dern’‘er :doit
s'intégrer. dans: l’aecord-ca -
dre a& -conclure a.-cet’ égard
entre les quatre puissances
CURSS, : Etats-Unis; -iFrance
et Grande-Bretagne)..qui as
sument les --responsahilités
dans-l’ancienne capitale al-
‘lemande.

Confarmément. aux. déclara
tions :faites..par le .Secrétaire
au. Département d’Etat,. M.
William:.Rogers, .& ta réunion
du Conseil Atlantique le .3.dé
cembre, a Bruxelles,: J’ar
rangement supplémentaire
entre: :les deux, Etats: alle-
mands..dolt devenir partie in
-tégrante -de-laccord -,cadre
des,.quatre.

Le-porte . parole # sestimé
que aTURSS était... disposte a
Assnmer, ses « Tespansahil.tes
‘ppieauelic avait, saee ipté: £

ocier sur.ce sujet avec.les
3. alliés. o NtAUX: sens



g7




INDUSTRIE

SCIENCES

TECHNIQUES ET ARTS
UNE NOUVELLE VERSION
DE <«CARAVELLE>

La Carnavelle-12, nouvelle
version du bi-réacteur fran-
¢cais a voié pour la premié-
ro fois & Toulouse-B.agnac
le 2° octobre. Cette navi-
eotian a duré deux heures
et demit. 1 nasa deat

Cette nouvelle version de

Carnvelle est offerte aux

co:npagnies aériennes qui

veultent disposer d’un appa-
rei) dont Ja capacité a été
‘ portée a cent trente ou cent

Quarante passagers, selon

la autsposition des siéges, et
qui est parfaitement adap

tée aux réseaux «court et
moyen-courriers».

Avec une charge marchan
de 13.200 kg, le rayon d’ac-
tion de la Caravelle-12 est
de 1.870 kilométres.

La compagnie danoise de
transports aériens a la de-
Mande (charter) Sterling
Airways recevra le premuer
exemplaire en mars 19%.
Elle a demandé sept’ appa-
reils et pris quatre exem -
Plaires en option,





SCIENCES ET TECHNIQUES
LE VOCABULAIRE
TECHNIQUE ENTRE
A L'ACADEMIE FRANGAISE
La commision du diction-
naire de l’Académie fran-
caise vient de publier une
liste de définitions de mots
techniques fréquemment em
ployés. Il s’agit de :
— Cisaillage : action de ci-
sailler; décowpage a l'aide
d’une cisaille, d’une feutlle
ou d’une plaque de meétal
‘suivant un tracé donné.
— Etau-limeur machine
& raboter dans laquelle le
mouvement de coupe est ob
tenu par le déplacement de
Voutdl.
— Fraise : outil formé de
plusieurs lames gui attaque
le métal, le bois, en tour-
nant rapidement sur lui-mé
me.
— Fraisage
ser,

— Fraiser : usiner une pié-
ce au moyen du déplace-
ment d'une fraise fixée sur
une fraiseuse.

Fraiseuse : machine-ou
til servant pour le fraisage.

: action de frat

— Fraiseur : ouvrier chargé
de conduire une fralseuse.
— Meulage : action de meu-
ler.

— Meuler : user, Mégrossir,

alguiser ou polir & V’aide d’



DUBON
DUBONNET

Â¥ SOLE SOE SOCE SOLE ROLE SOLE SOLE SNE SE LEE

POUR TRAITEMENTS MEDICAUX ET ESTHETIQUES :
CELLULITE, RHUMATISME, OBESITE,

a

LUMBAGO, ARTHRITISME,

DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQUES, CONSTIPATION,

TROUBLES CIRCULATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX,

elc

MASSOCHO electiique

EST SUPERIEUR PARCE QU’A TRIPLE EFFET

GD ACTION de MASSAGE

sia
|
)RYONNE MER TOUTES LES PARTIE

FAIT M. VIGRIR par g
superfiues etYes

Avec ‘

OT UN

LE-MASS

LA C a
ANRRAD [ATION

MASSOCHO FAIT MAIGRIR ET ACTIVE EA CIRCULATION DU SANG

‘ MASSOCHOP :
GRISSEMENT RAPIDE
ENTE MEDIATE

'MASSOCHOâ„¢
~ maples INSTRUMENTS, 12, Chaussée d’Aniin, PARIS
Qecumantation suf demande contro 2 timbres















des échanges nutriti)s.

Een ‘abaissant la tension

GE
LEUR

on obtient

oxen ION TOTALE

sin

oy APPAREIL COMPLET

120-130 Volts ov

220- 230 Volts ) 3. 600 .

PRODUCTION

AN

el ane

Joseph C. Valmé et Co
Distributeurs.







Medecine-Sciences-

une meule.

-—— Pergage : opération con
sistant & faire un trou au
moyen d’un outil appelé fo
ret ou méche.

— Profilé : produit métal-
lurgique de forme allongée
ayant une section constante
& profil déterminé, Un rail
est profilé.

— Profiler : fabriquer des
profils.

— Rabotage : action de ra-
boter.

— Raboteuse : machine-ou
til a raboter,

— Recuit : traitement ther

mique controlé d’un produit
métallurgique destiné & a-
méliorer ses qualités de duc
tibilité.

— Usiner : enlever de la ma
tiére sur une piéce brute cu

dégrossie.
— Usinage : action d’usiner
& l'aide d’une machine-ou

dL

- ee

— Usineur :
d’usiner.

ouvrier chargé



MEDECINE
DIAGNOSTIC MEDICAL
PLUS PRECIS AVEC
UN NOUVEAU TUBE

A RAYONS &

Les services du Professeur
Ecoiffier, & l’Hépital Brous
sais, utilisent avec succés un
nouveau tube a rayons X
mis au point par les servi-
ces de recherche de la Com
pagnie Générale de Radlo-
logie, fillale du Groupe Thom
son. no atta ll

Désormais, les médecins
peuvent radiographier le sys
teme vasculaire avec une
précision de l’ordre ce 1/10e
de millimétre, effectuer une
série de clichés répétés et
donc suivre l’évolution ciné-
tique d’un phénoméne, sans
provoquer la détérioration
du tube. Ceci aboutit 4 un
diagnostic plus sfir de état
de la vascularisation des tis
sus et a la détection préco-
ce d’anomalies pathologi-





GEORGES SICARD
63, Rue des Fronts
Forts

ques: tumeurs cancéreuses,
angiomes infarctus du myo
carde pourront étre diagnos
tiqués plus tot et avec plus
de oe cision.

ube utilise une anode
en graphite dun diamétre
de 15 cm, partiellement re-~
couverte de tungsténe. Le
graphite permettant un é-
change thermique excellent
il est possible de faire at-
teindre au tube ainsi équipé
des pulssances de 200kw en
poses répétées. Les tubes au
tungsténe utilisées jusqu’a-
lors n’attelgnaient que des
puissances de 50 kw pour
une série de clichés et 100
kw en puissance instanta~
née pour un cliché isolé.

Ces hautes performances
libérent le radiologue de tou
tes contraintes concernant
Yemplot de son équipement
radiologique et lul permet -
tent de choisir des constan
tes radiologiques jamais at-
teintes :

— un temps de pose extré-
mement court (de JVordre
du milliéme de seconde):

— un renforcement du pro-
duit de contraste en choisis
sant la tension optimale
(50 4 70kv):

— des é6écrans de renforce -
ment & trés haute défini-
tion;

— la possfbilité d’obtenir des
clichés de trés haute défini
tion, sans éeran.

EXPOSITIONS
LA FRANCE DE L’AN
200 AUX HALLES DE PARIS

Une manifestation a
ractére exceptionnel est ac
tuellement -présentée aux
Halles de Paris. Sous le ti-
tre «France 200», un specta-
cle audio-visuel complet in-
troduit le visiteur au cceur
du probléme de l’environne-
ment, devenu un théme tres
actuel.

ca-

Des images se succédent
sur six €crans sonorisés.
dans le but d’alerter et d’in
former ies spectateurs. Cet-
te exposition a, en effet,
pour objectif principal d’é-
veiller lintérét et ja curio-
sité en faveur de l’aspect
que prendra le pays & bré-
ve échéance. La grande mu
tation urbaine qui touche

Paris et les villes de provin .

ce, la nécessité de protéger
la nature, les dangers de
la pollution, la beauté des
réalisations routiéres ou de
certains aspects de l’aména-
gement du territoire, fd.
sont illustrés par des ma-
quettes, des photographies,
des projections, des enre-
gistrements sonores.

Une section entiére de
Vexposition, intitulée «Bes-
tlaire 200», est consacré au
spectacle de la nature: plus
que toute autre représenta-
tion, ce montage fait de sons
et d'images évocateur des
merveliles de la flore et de
la faune de France, incite
& prendre toutes les mesu-
res nécessaires pour empé-
cher sa disparition ou sa
dégradation. ._

ice. 2000 est en
"de consectence des
ui: menacent la vie





1e8-
jectif principal est d’alerter
ceux qui peuvent la sauve-
garder.



Les Bandes Dessinées du « Nouvelliste »

Blondie

(PAS,..JE VAIS
LE DEMANDER




E vous LE
PROMETS Xu

NE VOUS al
SEZ PAS IMPRES-

PAR CES 5
TRANGES, (4

ER cn nr ae MT era












xing Sane ‘Syndxate, Inc,

_]PAPA, COMMENT }
EPELLE-T-ON
FIDUCIAIRE

KJENE TELE OF
RAI PAS... TU
N'APPRENDRAS JA-

MAIS RIEN OE
CETTE FAGON.

C'EST IDIOT DE CROIRE:
QUP QUELQU'YN VOU.
DRAIT NOUS PECHER,
EN EMPLOYANT DIF-
FERENTS AP.
PATS...

Pi.

wright KFS opera mundi

Hl

EMT CE DIT LUI
MEME... CHERCHE

'echniques-

fait &

UNE INITIATIVE
INTHRESSANTE
A MADAGASCAR

Comme dans de nombreux
pays du tiers monde, les Mal
gaches se nourrissent trés

souvent de fagon peu ration-

nelle. Tls mangent certes
dans la plupart des cas a
leurs faim, mais le manque
dalbumine et de vitamines
est parfois caractérisé, La
maladie s’installe, les en-
fants meurent et les survi-
vants sont souvent atteints
de troubles physiologiques
ou mentaux incurables. Des
interventions sporadiques
n’ont que trés peu de sens.
Ce qu’ll faudrait chercher 4
réaliser,.c’est un programme
denseignement de grande
envergure. C’est ce qu’un co



S.A. FLL C. 0.

Un nem dans l’Economie du pays

S. A. F. TC. 0.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aldant a la
revalerisation de la vie paysanne

S. A. FLTC. 0.

Des milliers de bras haitiens gagnent chaque jeur
la batallle de la preduction

S.A. F. LC. 0.

Un millien de sacs de Sisal au service de la Nation Haltienne

S. A. F. 1. C. 0.

Une Industrie Nationale ap service de la Nation Haitienne

S. A. F. E-€. 0.





mité. focal contre la faim a
entrepris de faire & Mada -
gascar. L’alimentation o été
Incorporée dans les program
mes scolaires.’ 2:600 monitri-
ces bénévoles rassemblent
dans les villages les ména-
géres autour @’elles et leur
expliquent comment, avec
Jeurs moyens, avee ce qui
pousse dans leurs champs,
éviter les maladies qui ne
résultent bien souvent que
de l’ignorance. Ce program-
me est en partie financé par
Jes autorités locales, mais
cette aide ne suffit pas.

La Communauté de tra-
vail <«Journée du Partage
fraternel» constituée par les
Eglises protestante et catho
Uque d’Allemagne a décidé
de‘soutenir cette action. Hl-
le a organisé début décem-

aux adresses suivantes

A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

A PETION VILLE

Lalue

Coles’ Market

Lalue

Boulangerie St-Marce

Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

s-et Lettres





MERCREDI 16 DECEMBRE 19 70... --.

bre une collecte et se propo







Dans les salons de 1’U.N.

se de consacrer 280.00 DM a E.S.C.O, ot {i présentait sa

cette intéressante initiative

découverte, le. Dr Bories::a

qui pourrait faire tache d’hui précisé les raisons qui ont
le dans de nombreux autres présidé au choix du. film ‘en

pays du tiers monde.

MEDECINE
UN NOUVEAU PROCEDE
DE RADIOGRAPHIE

Un procédé nouveau utili-
sant un flim a colorant
bleu, le «Médichrome», pour
les radiographies a été mis
au point par ‘deux cher-
cheurs francais, le Dr J. Bo
ries, radiologue, professeur
agrégé A la faculté de mé-
decine de Paris et M. M. J.
Blane, directeur des labora-
toires de recherche de la
firme Agfa Gevaert qui fi-

nancait les travaux.
E
¢
=
g
4

REA 4




3

3

bd

Delmas Market

Autoroute Delmas

Luee ‘Chatelain

Rue Toussaint Louverture






Colgate. au. gardol protege efficacement |
| Ja santé et la beauté. de vos

couleur et plus particullére-
ment, la teinte bleue. Ainsi,
il a été constaté :

— qu’une couleur est moins
«opaque» qu'un gris de den-
sité équivalente;

— que dans le bleu, Vacuité
visuelle est la plus grande;

— qu'un développement chro
mogéne produit une granu -~
lation beaucoup plus. fine
que celle d’un développé-
ment en noir sur blanc.

— que la tolérance du film
en couleur est plus grande
(une erreur de constante ra
diologfgue permet. d’explo!
ter tout de méme le cliché);
que le film reste lisible
dans les grandes densités
Ue médecin peut ainsi re -
cuelllix beaucoup plus @in -
formations) ;
— que les détails sont per-
cus Vactlement, cette percep-
tibilité pouvant varier & vo-
lonté, en fonction de Tinten
sité de Ja lumiére du néga-
toscope.

Les nouveaux films sont
utilisables avec l’équipement
actuel des radiologues et
leur cott n’est supérieur
que de 17% a celui des films
classiques.

ARTS ET LETTRES
LA RENTREE \
DES ACADEMIES .

Chaque Rhnée, les mem -
bres des cing Académies
(Prangaises, Inscriptions et
Belle-Lettres, Sciences Beaux
Arts, Sciences morales et
politiques) se réunissent a
T’Institut de France lors 4d’
une séance publique.

C’est M. Paul Belmondo,
président de l’Académie des
Beaux-Arts, qui a ouvert la
série des discours en ren-
dant hommage aux acadé-
miciens qui sont morts au
cours des deux précédents
semestres.

M. Félix Lecoy, délégué
de Académie des Inscrip -
tions e¢ Belles lettres, a en-
suite trafté des Hens qui
existent entre une légende
pleuse du Moyen Age Le
Conte du Sénéchal et sa
version orientale dont on
trouve trace dans la tradi-
tion -persane.

M. Bernard Decaux, délé-
gué de l’Académie des Scien
ces, a posé le probléme du
temps réel et du temps psy-
chologique en utilisant la
formule de Saint Augustin -
Qu’est-ce donc que le
temps? En analysant la va-
leur relative des différentes
unités de temps et de ses
formes prindipales (les du -
rées et les rythmes), M. De
caux a effectué un passion-
nant cheminement ou Ves-
prit scientifique venait 4
chaque instant compléter une
vision poétique et sensible
‘de I’-homme dans la dimen
sion temporelle.

Le délégué de l’Académie
des sciences morales et poll-
tiques, M, Jean-Jacques Che
vallier, a parlé de Lénine
fut l'un des hommes qui latis
sa la plus forte empreinte
sur notre siécle.

M. Jean Guitton, de 1’A--
cadémie francaise, a couclu
en dégageant les constantes
de notre époque qui connait
la troisitme mutation de
VYespéce humaine. Au mo-
ment ot la survie des elvi-
lisations est en jeu, i] impor
te, a dit M. Jean /Guitton>,
de préserver certaine
continuité, une /certaine di -
gnité de lhom nes. -

















MERCREDI 16 DECEMBRE 1










Selon toute vraisemblance,
les savants seront sous peu
en mesure de prédire les
tremblements de terre et mé
me de prévenir les séismes
en activité,

La prévision et la préven-
tion des séismes ont des con
séquences d’importance vita
le. Alors que 1969 n'a été
marquée que par quelques
tremblements de terre ma -
Jeurs dans des régions peu -
Plées, les secousses telluri -*
ques enregistrées au cours
des premiers six mois de cet
te année ont, 4 elles seules,
Provoqué la mort de 165 per
Sonnes dans les Htats sui -
vants : Iran, Ethiopie, Alba-
nie, Maroc, Portugal, Répu-
blique arabe unite, Turquie
et les Célébres.

Faisant le bilan des pro-
grés accomplis, au cours des
années so.xante, var des sa
vants américains, japonais
et soviétiques, des cxperts a-
méricains prédisent — dans
un récent numéro de la re -
vue «Science» — 1’établisse-

. ment, q’ici 1970, d'un syste-
Ine mondial d’alerte aux séis
mes.

«A moOtre avis», déclarent-
ils, «1 sera possible sous peu
de se livrer 4 des prévisions
& long terme (de l'ordre d’un
an) concernant. les emplace-
nents généraux et la force

approximative des tremble-
ments de terre.»
D'ici 1980, selon eux, «il

semble raisonnable d’espé -
rer que nous serons en mesu
re d’établir des prévisions 4
court terme dans ce domai-
ne (valable pour plusieurs
heures ou plusieurs jours).
Les auteurs de cet article
sont MM. L. Pakiser, J. P. Ea
ton, J. H. Healey et C. B. Ra



Remerciements

Vivement touehés par les
condoiéances et les témoi-
goages de sympathie, qui
leur ont été exprimés a loc
casion de la mort de leur re
grettee mere, grand-mere,
arriére - grand’meére, tante,
\grand-tante, arrlere grand-
tante et cousine :
Mme. Vve Praxitéle Du-
Louis, plusement décetlee le
23 ‘Novembre dernier,
ses.entanis: M. Eugene Lu-
may Mellon et Mme née Dor
cély, M. Hermann Dumay
Melion et Mme nee Limou-
sin, M. Etienne Dumay Mel
_ lon et Mme née Raymond
M. Praxitéle Dumay Mel-
jon fils et Mme nee Séide,

Mme Ermite Pierre-Puerre,
ges petits - enfants et arrié
res-petits-enfants, M. le Dr
Gilbert Melon et Mme née

Gauvin, Me. Roger Melion

et enfants, Mme Gertha Mel

jon et enfants, Mme. Antonio

Mellon, Mme née Jacob et

enfants, Mme Giséile Mel-

lon, . M. Isnard Méellon et

Mme née Day, Mlle Eddie

Mellon, M. Léonce Méhu et

Mme née Andrée Mellon, Me

Wesner Nérette et Mme née

Loiseau,

jes familles Mellon, St Louis,

Jeanty, Blain, Vieux, Geor-

ges, Pierre-Pierre, Pierre-

Noel, Dorcély, Limousin,

Day, Mébu, Jacob, Loiseau,

ainsi que tous les autres pa
affectés par

rents et alliés,
cette perte, remercient pro-

fondément 8.E, le Président
a Vie\de la République, 1’Ho

norable Dr. Francois Duva-
lier, e la Présidente sime
Simone Ovide Duvalier, la

Pamiile

‘

sonnel de.
Portuaire, .

‘milies Henry Siclatt,
‘Blain, Fritz Guéry,

drin, Fouad ‘A.-Mourra, la

Direction et le
BNEH,
BO de Port-au-Prince,
tion-Ville, <
“alles de la République,
: PBtats - Unis d’Amérique
- @autres

jes ont assistés en cette tri

“ . et leur re-
-,, te circonstance de &




4 Ment assurance
jour. ‘Vive gratitude.
Port-au-Prince, le
14. Décembre,1070..



Si vous avez mal ala Gorge ©
Si vous sentez venir le Rhume,

Si vous toussez,

Prenez des P ASTIT ALES

errr Pe het ener rte NT NTT

UT TTT aT

Présidentielle, Jes :-€

pres du Cabinet Minis<
tériel, la Direction et le Per -
~ PAdministration Zz
le Département.4
des Affaires Sociales, jes Fa 4

persopnel de
Jes nombreux a
eo

“de. différentes -
des
et

pays étrangers, gul

970 4



Uaravant tage aay as ar haiyvaaabna hb lappa LINAS NAOUUOVUN TNL OQ ODOC TODO LK CaO TOTO

AE ene ee geen

Oreo PORTO RU AN aes.

cat

i aaa

Eagan

La Prévision des Séismes:
Situation et Perspectives

leigh, du Centre national d’é
tudes géologiques pour la re
cherche sismique, situé a
Menlo Park, en Californie.

Cet optimisme
un changement significatif
dans Jl'attitude adopté par
les savants 4 cet égard. Au
début des années. so.xante
en effet, la majorité des géo
physiciens déclaraient que la
prévision des trembjements
de terre constituait su -
jet de recherche utile, mais
peu d@entre eux étaient opti
mistes quant aux résultats
d’une telle entreprise.

Aujourd’hui, les ‘savants
ne lim.tent plus leurs recher
ches & la prévention des se-
cousses telluriques. Les qua-
ire chercheurs précipités dé

représente

fan saan

\

SE TROUVE AU MAGASIN

Le Soleil

clarent en effet :

«La découverte selon la -
quelle Vinjection de liquides
résiduaires dans un puits
creusé & méme le roc (dans
une région des Montagnes
rocheuses) prés de Denver
(Colorado) avait déclenché
une série de tremblements
de tetre — et la preuve que
ceux-ci sont déclenchés par
le captage d’eau dans des ré
servo rs formés par de
grands barrages et par de
puissantes explosions nuclé-
aires souterraines — laisse
entrevoir la possibilité d'at-
ténuer les risques de tremble
ments de terre grace 4 une
méthode consistant 4 rela-
cher l’énergie accumulé dans
les zones en activités.

La prévision sismique pro
met d’étre couronnée de suc
cés Cet optimisme est basé
sur les faits suivants :

— Des études deétaillées
sur les changements surve-
nus dans Vinclinaison et la
nature sismique et les fluc -
tuations affectant le champ
magnétique local dans des
zones prédisposées aux séis-
mes, al Japon et en Califor
nie. .Ces changements, qu’ils
soient pris ‘séparément ou
en groupe, sont générale -
ment consisdérés comme des
précurseurs de séismes.

-— Une nouvelle conception
scientifique de la terre dont
Vécorce se déplace et chan -
ge sous la pression constan-
te de la chaleur souterrai -

LA MONTRE SUISSE

DE RENOMEE MONDIALE



PROPRIETAIRE : GEORGES JAAR
may MELLON née Eva St. ETstettyeererstersty tess gta nett ey ytt estes st greet est pete ttt tot ttnga tenet tnenttenneteeadtnendtennttenedtngettngettnyetteanttengttegntiey ntdnestiayetgepttrentte gett etthtyt?







































3 €

ne, ung terre dont le plateau
continenta) etJes fonds acé-
aniques sont en expansion,
une terre formée par. de vas
tes plaques rigides d’wne é-
corce solige..qui plonge sous
des maiges continentales
pour former les zones sismi
ques maeujeures du: globe.
be.

— La mise au point
nouveaux instruments, ou u

ments plus anciens, qui per
mettent _d’enregistrer des
changements normalement
imperceptibles dans lincli-
naison et la nature du sol,
Pactivité sismique anorma -
le ainsi que les changements
qui se produisent dans le
champ magnétique local, le
long des zones. dangeureu -
ses,
UNE NOUVELLE CLEF

. Des spéelalistes-de la re -
cherche médicale de l’'Uni -

- versité Harward ont accom-

pli. régemment un yériteble
explo?t : ils ent jselé pour Ja
premiére foils, & partir d'une
bactérie, un unique géne, cet
te unité chimique porteuse
de Vhérédité. — :
Le géne ne mesure que 1,4
micron de long, le micron é
tant égal & un millioniéme
de métre. |
. Cette découverte permet -
tra peut-étre un jour de gué
rir certa‘nes maladies ou de
modifier les caractéristiques
héréditaires en injectant de
nouveaux génes dans Vorga
nisme.



Scariet’s Glamour
Hair Pomade
Pommade Médicinale ga-

rantissant la. peusse et le
traitement des cheveux en
‘fortifiant le cuir chevelu.
Formule A : recommandée
pour allonger et. honifier
les cheveux normaux
Formule B : receommandée
pour les cheveux secs. et cas
‘sants (chute des
, Formule # : reeommandée
“pour les enfants, allenge et
bonifie les cheveux.

Dépot Central, Pharmacie
Centrale, Boulevard Jean-
Jacques Dessalines.





|. ¢Ll NOUVELLICQR Ligh, “5





“ GS ital
f A
. gr

phir rterverercene

Voici un beau
Parker 51 P

Une des plus belles
choses dans la. vie

Scientifigquement scul ptée
5 Une plume qu'on est fier de posséder

ae f AGENT : DON

N SATASAIASA TALL LATA AVL LYE PEV EV EPI EL MMe

ne .vaste panoplie d’instru -





x

4
aa

wT



|
i
il

on)
aa “4 ie || alate iG



PA SASASATASAIAIAIAIA IONIC rere ete

‘Cadeau de

RP.

2 eter









DUG YER HERE EE

Noél






DECLARATION LAIRD

WASHINGTON (AFP)

Le Secrétaire 4 la Défense,
M. Melvin Laird, a réaffirmé
catégoriquement mardi que
Jes Etats Unis maintien-
draient leur présence mil{tai
re au Sud Vietnam jusqu’a
ce qu’on aboutisse 4 un régle
ment satisfaisant de la ques
tion des prisonnicrs de guer
re.

M. Laird, qui se prépare 4
partir plochainement pour Ie

Sud Vietnam, a ajouté, au
cours d’une Conférence de
presse, que tant que les pri-
sonniers n’auront pas été re
lachés, il ne pourra pas y a-
voir de retrait total et com-
plet (des forces américaines)
du Sud Vietnam. La facon d’y
Pparvenir consiste @ négacier.

Le Chef du Pentagone a
précisé qu'il partira le 5 Jan
vier pour Paris of il doit ren
contrer )‘Ambassadeur David
Bruce, qui dirige la déléga-
tion amér'caine 4 la confé-





BROOKLAX



yottytteyntigattyntteyettynttyetteyttnyattge ttt ttt) yt 2Utantty tte



: ao kee

vous remet daplomb
DU SOIR AU LENDEMAIN

Pas ¢tonnant que Brooklax soit Je
laxauf préféré de toute la famille
il a un got délicieux de chocolat !
Et, une petite pastille de Brooklax,
prise le soir, suffit a vous soulager
» le glus sirement possible...

Méhez-vous des imitations et exigez
Ic nom ‘Brooklax"’ sur fa boite
meétallnjuc reuge.

Re maa

Ee red Reel a ned

~



rence de l’Hotel Majestic, et
son adjoint @. Philip Habib.
De de la Capitale francaise,
le Seci€taire 4 la Défense ga
gnera ia Thailande et le Sud
Vietnam:-ou il conférera avec
le Commandant-en-Chef a-
méricain, le Général Creigh-
ton Abrains, sur les prochai-
nes réductions des effectifs a
mer:cain sau Sud du 17éme
paraléie.

M. Laird accorde’ d'autre
part son appui a la proposi- .
tion récente du Sénateur Ro
bert Griffin, Républicain du
Michigan, de Lidération uni-
latérale de quelque 1.500 pri-
sonniers de guerre nord viet
namiens aux mains du Gou-
vernement Sud - V.etnamien
afin d’inciter Hanoi 4 lbérer
les américains qu’‘il détient.
Cette suggestion, a dit M.
Laird, a des mérites considé-
rables. Je ferai tout ce que
je peux pour l’appuyer.

méricains au Sud du 17eme,
paralléle ;
de vietnam sation fonctionné
ra bien sans que les Etats-U-
nis laissent @’importants con
tingents de troupes au Viet-
nam.

L'infiltration se révéle d’ail
leurs inférieure au taux de
Van dernier. Davantage de

nord-vietnamiens se confinent
au Cambodge,et au Laos. Les
Etats Unis, pour leur part,
sont ‘véritablement en train
de procéder a la désescalade
de ls. guerre et le nombre des
raids aériens américains a
eté reduil cette année par
rapport a 1969.

M. Melvin Laird a ensuite
indiqué que le programme de
retrait progressif des troupes
américaines au Vietnam é-
tait largement respecté. En
effet, a-t-il precisé, ce pro-
gramme prévoyait que, aprés
ja cinquiéme phase de ce re-
irait, il ne resterait plus que
334.000 soldats américains au
Vietnam a la fin de l’année.
1970. Or, a-t-il ajouté, nous
y sommes déja parvenus. De
plus, 50.000 hommes seront
rapatriés avant le ler Mai
1971. be

Le Secrétaire a ft Défense
a également indigié qu'il é-
tait possible que|ce nombre
de 50.000 hommes soit aug-
menté. ‘

En conclusion, M. Laird a
évoqué l’opération héliportée
du mois dernier sur le camp
de prisonniers américains de.
Son-Tay, prés de Hanoi, opé-
ration dont il a, de nouveau,
revendiqué l'entiére responsa
bilité. Le Secrétaire a la défen
se a précisé a ce sujet qu'il a-
vait discuté de l’opération au
mois ‘de Mai dernier avec 1a
CIA (Agence Gentrale de ren
seignements), Uiscussions qui
‘s’étaient poursuivies jusqu’au
jour de l'opération.

Cette derniere précision
contredit donc les propos te-
nus par le Chef de la CIA, M.
Richard Helms, ‘et confirme
ceux du Sénateur William
Fullbright, Président de la
Commission Sénatoriale. des
Affaires Etrangéres.

Le ‘camp de prisonniers a-
méricains-de-Sen -Tay avait.
été évacué par fles troupes
nord - vietnamiennes trois se
maines avant'l’opération du
mols ‘dernier. ~<

— =

Les Parfums Goya
le soin ‘du ‘corps est aussi
importantt .quele régime,
exercice .et.le sommeil.. Quel
ques minutes.par jour avec

a -produits Aqua Manda de
yeeb la: fameuse:Eau.de Co
‘ hois.de-cédre- peu -
vént vous: alder’ &-garder. vo-
tre. corps ‘souple,. sain: et..



















MBEROREDI 16 DEC. 1970



«LS NOUVELLISTE











Uh ae

root



VOTRE HOROSCOPE

Par Frances Drake




O8DQHHDOOOOHOOOOOOOSOHOOOHOOSN

TOYOTA

‘TOYOTA

TOYOTA — Solidité, TOYOTA — Résistance, TOYOTA ta niéilleme pont les routes d’Hiiti

RHUM BARBANCOURT REPUTE:D

TOYOTA — Service spécial en vue d’une commande urgente de Pléces de rechanve par ‘avin’ ‘pour les clients..

ooee, : oe

ee fi ah



eh Sh

JEUDI 17 DECEMBRE 1970

21 MARS au 20 AVRIL (BE-
LIER :

Ne déviez pas votre ligne
mais évitez Vinquiétude etla
soucieuse anticipation des en
nuis..Conflit d’intéré‘s en cer
tains secteurs,? Vous aimerez
Ja lutte

21 AVRIL au 21 MAT (TAU-
REAU) :

Ne vous occupez pas d’af-
faires qui ne vous concer-
nent pas particuli¢érement
Parce qu’on vous le deman-
de. -Certaines suggestions de
vront étre rejetées.

22 MAI au 21 JUIN
MEAUX) :

Vous n’avancerez pas aus
si rapidement que vous le
voudriez et recevez moins d’
atouts “ue vous le pensiez. Ac
crochez-vous, patiemment, et
vous réussirez brillamment.

22 JUIN au 23 JUT LET
(CANCER) :

Vous dépasserez vos limi-
tes par suite de votre inquié
tude ou d’une erreur de cal
cul. Veillez-y en nageant
dans le courant et en tout sui
vez les méthodes longtemps

(GE-

éprouvées. ’
24 JUILLET au 23 AOUT
(LION):

Bonnes influences du So-
leil. Vous devrez avoir un
programme bien équilibre.
Réfléchissez avant de pren-
dre des décisions. Pesez tou-
tes les offres avec impartia
lité.

24 AOUT au 23 SEPTFMBPE
(VIERGE) :

Vous rencontrerez des situa
tions bizarres et méme irri-
tantes. Prenez-les pour un é
lément de l’ensemble et ré
fléchissez. avant d’en tirer
des conclusions.

24 SEPTEMBRE au 2% OCTO
BRE ( BALANCE) :

Ne négligez pas des devoirs
précis & cause de vo're désir
d@essayer «quelque chose de
nouveau» Développez la sta
bilté naturelle des natifs de
votre Signe.

24 OCTOBRE: au 22 NOVEM

BRE (BCORPION) :
N’attendez pas trop long-

temps avant d’attaquer un

probléme ou de remyp'ir une
obligation, sinon la iournée
se terminerait par le boule-
versement complet de votre
stabililé nerveuse.
23 NOVEMBRE au 2! DE-
CEMBRE (SAGITTATRE)
Me'ttez un peu de ferveur
et d’ardente ambition dans
cette belle journée et soyez
optimiste. C’est souvent ce qu’
il faut pour assurer le succés
Possibilités supérieures a la
moyenne.

22 DECEMBRE au 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE) :

Prudence dans les entre-
prises nouvelles Si vous n’é-
tes pas sur vos gardes, vous
rencontrerez des situations
difficiles ou d’inutiles com-
plications.

21 JANVIER au 19 FEVRIER
(VERSEAU) :

Montrez votre flair qui
vous empéchera de commet
tre certaines erreurs. N’ac-
ceptez pas idées et avis de
ceux qui peuvent vous éga-
rer en employant toute
leur séduction.

20 FEVRIER au 20 MARS
(POISSONS) :

Journée ol vous pourrez dé
ployer vos ailes, si vatre pro
gramme et vos obligations
le permettent. T1 ne faut pas
rester concentré pendant
trop longtemps.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI :

Vous étes idéaliste et bien
veillant. Vous avez une loyau
té et une Jhonnéteté absolue,
Vous étes trés capable dans

Paraliélement & la section
d'histoire -sociale et .6économi
que, :& la‘section. de prljtique
d’éducation; celle. des pays en
vole de dévelopepment, lune
deg quatre. sections de 1’Ins
titut de recherche de la Fon
dation .. Friendrich=Ebert, ef-
fectué non. seulement. des re
cherches sur les pays du tiers
monde, .elle ‘attache ‘égale-
ment une grande importance
a la coopération avec les ca
dres de ces pays.. 8a. t&ache
essentielle est certes de ras-
sembler du.vmatériel ét.de les
grouper par pays. Un centre
de documentation : .-s'ocsupe
de la préparation-du matériel
et est & la :dispositlon.des ca
dres_ -sctentifiques d'autres
instituts. Cette section. publie
également une revue <«Rap-
ports trimestriels>, qui a -pour
sous-titre ¢Problémcs des
pays en voile de -développe-
ment», et qui groupe les ré-
sultats des travaux de recher
che de. l'Institut... ainsi que
des articles de chercheurgs al
lemands et étrangers sur les
problémes des pays en voie
de développement.

L'Institut de recherche de
la Fondation Friendrich-E
bert attribue des bourses spé
ciales de recherche ‘pour pro
mouvoir la coopération avec
des cadres africains et asia
tiques. Pour -poser leur candi
dature, ceux-oi doivent. fai-
re état de qualifications scien
tifiques et travatiler sur un
theme qui-rend nécessaire
un séjour en République fé
dérale. Trop consciente du
malaise qui régne dans le

TOYOTA :

ga
F(a)

Gy



COOPERATION.

tiers monde,..dang le secteur
de la .recherche,. .la . Fonda-
tlon: Friendrich-Ebert....met
donc a leur. disposition .des
moyens. financiers, du maté
fiel de recherche et des pla
ces de travail.

LE‘ '‘MECANISME ‘“D’ATTRI-

BUTION ‘DES*'BOURSES
Le. programme - :de..coopér:

tion de l'Institut. de -recher

che de la .Fondation -Friend
.Yich-Ebert. veu, .offrir;aux ca

dares venant du -tiers..monde
la possibilité de prendre-con
naissance .des travaux. et ex
périences faits. dans le sec
teur de la-.recherche et de la
mise en pratique ei Répt

.blique fédérale; d’utiliser ce

matériel et de vérifier ‘Jeurs
propres corinatssances lors
dentretiens et de ‘prise de
contact. Le candidat choisit
lui-méme le théme’de son &¢
tude. L'Institut: de recherche
de la Fondation ‘Friendrich-
Ebert finance les ‘frais: de
voyage en cas: de-décision po
sitive, accorde ‘une bourse
mensuelle pendant le ‘séjour
en Allemagne et paye une as
surance supplémentaire ma
la die et accidents ‘pour cet
te période. Les boursiers peu
vent disposer 4 volonté.de ses

danstallations :.-salle de lectu



RUSSO & CO.

Vous presentent

la gestion des affaires, cons ¢

ciencieux. Vous agissez vite

et avec compétence quand il 64

le faut. Vous avez une intel
ligence fine, douée pour l’a-
nalyse et un excellent juge
ment. Vous pouvez étre un
remarquable homme 0O’affai-
res, financier, juriste, savant
et homme politique. Sur le
plan de la création, vous ex
cellerez en littérature, dans al
musique ou l'art dramatique
Le sport et le voyage seront
vos plus grandes distractions
aux heures de loisir
Naissance de Antonio Sradi-
varius, célébre luthier.



: mandez uné démonstration.












B 000 cycles

B a 60.000 cycles.






















B Modtle SX - 440 AM/FM

Modéle PL - 11A_ etc etc...

& Systemes de haut
H OS - 63.DxX
3 put 80 Watts



CS - 44 ‘8 pouces

# Modéles T-600 et T-500



A:\Modéles TP-85, TP- 20










a Recori#ler Modéle H-R




HP LONEER,

HAUTE FIDELITE

Visitez le studio de la «CONTINENTAL TRADING?» et de-

Modéle SA - 900 Pre-main stereo amplifier 200 Watts 20

# Modéle SA - 700 amplifier 120 Watts
m Modéle SA - 500 amplifier 44 Watts. etc .

f Ampiificateurs - Recepteurs PIONEER
@ Modéle BX - 1500 TD AM/FM

# Modéle SX - 1.000 TD AM/FM 130 Watts

W Modéle SX - 510 T AM/FM/SWI/SW2 50 Watts

Tourne - Disques PIONEER
Moddle PL - 41 A type professionnel, Belt- Drive
Modéle PL - A25 ‘automatique Belt-drive

-parleurs PIONEER
4 - Way, 6 speakers,

CB - 88 5 speakers, Woofer 122, 60 Watts

CS -65 12 pouces 40 Watts
25 Watts etc etc...

4 Tape Decks PIONEER

i Home Cartridge Tape player and

+ Haat parleurs pour voitures
': P-~16L, P:-16K, TS- 10, ‘'TS-20.

Pius de nombreu& autres appareils de haute fasts a







wietesekehsgesel-

APPAREILS EN STOCK

8 Amplificateurs PIONEER

4% Modéle 8C - 100 Control amplifier pour professionnel

& Modéle 8M - 100 Power amplifier pour professionnel x
RMS 90 Watts par chaunel — 5 2100. §

170 Watts

40 Watts etc...

Woofer 15 pouces, Out

Tape-Recorders PIONEER modéle T-110, T-130.
i Tape Player's PIONEER pour voitures

82



oF
oe
S
i
a
nN
ve
SS
~
ss
y
4
oy
:
4
4

TAS

3 membres de la famille

Buloya
La Montre Caravelle
La Buleva
et
La Montre Accutron

RUSSO & CO.

Rue Bonne Foi no. 17
P.O. Bex 38
Tel: 2-1336







RATA TEAS
w

TTT VTeetereai rere theese titer pei rr retire tian Vuath san rsan sant toe Ue

ACHETEZ AUJOURD HUI
LA MONTRE DE DEMAIN

La. premiére montre automatique
fabriquée dans le monde est-en
vente @ Vhorlogerie - bijouterie

E.) BER!

‘3%: Rue des: Miracles









Re ree eer are adaeiall

“HOLD

el el a el ee be el ele es

La voiture économique

re, ‘bibllothéque;:centre-de. do
cumentation,..ete. Les. coliabo
-Fateurs: scientifiques: de l'ins
titut..consetHent le -boursier
-dans levchoix-de la litérature
et Vaident -4.établir .les. .con-
tacts: nécessaires avec d’au-
-tres instituts -

LE SUJET. CHOISI

La politique économique et
ociale,, Vhistoire socfale, la
ormation des adultes ét les

Ciseaux pour Couturiéres
Ciseaux ZIG ZAG
Rasoirs pour Coiffeurs
Tondeuses

Brouettes & sac , capacité
Brouettes a sac , capacité
Brouettes en fer modéle-334,

Roues de-Rechange pour.Brouettes en fer et en caoutchouc
‘Ball Point Italien qualité supérieure
-Cadanas Abus, Hero et Guard

Fil & Hgaturer
Prélarts pour camions

” sy ”

'
* ” o

. Vannes

Robinets

Fers Ronds
Tuyaux galvanisés



RECU PAR LES DERNIERS
BATEAUX :

am |

nad IVERSAL ENTREPRISES'CO. S.A. “4
GOOOOOOOOS 499084060000806900000600000000000000000 OOO

ft: précieux de

: INSTI ‘TUT DE RECHERCHE DE LA
FONDATION 'FREENDRICH- EBERT

coopétratives sont. les sujets,
d’étude privillégiés des bour
siers: Dans les derniers mois,
les cooptratives de crédit a-
gricole, le droit-du travail, 1’
‘éducation syndicale et la ré
forme-des -universités alle-
mandes ont recueilH un inté
rét‘accru. En cooptration a-
vec ‘d’autres instituts, des
questions ' ‘spéctales de “droit
ont ‘été étudiées, une vue d’



Tet 8"

Ty”

‘No 6000 5/8”

No 2

300 -livres

1.000 Hvres
roues en fer et en caoutchouc

No. 10 - 16-18
12’ x 14

iw x 18

20° x 30°

wm” et 34”.
I”

Ya" & 1

wm" a 4

Courrotes Industrielles, plat et enV

COMMERCIAL ‘WILLIAM NARR S.A.
- Port-ad-Prince, ‘Haiti
~ Tel 2-2010




ensemble du -travail--des bi-
blisthéques.. allemandes = et

-psycnauogiques de..recherche

ont. été expliquées entre au

tres.

Depuis le début ..
gramme en été 1969, la Fon
qgauon Friendrich-Ebert a re
cueilt 18 boursiers, Wont 4
d'Indonésie, 3 du ‘Maroc, 2du
‘Kenya, 2 de lInde, 2 de la
R.A.U., 2 du Congo-Kinshasa
un Tunisien, un Libanais et
un Véneézuélien.

LES DOSSIERS DE CANDI-
DATURE

Les bourses d’études peu-
vent ‘étre -attribuées A n’in-
porte-quel moment. Elles sont
généralement limitées A une
période de deux 4 six mois.
Ceux -qui s’intéressent & une
-bourse - de -recherche peu-
vent s’adresser directement 4
la Fondation Friendrich-E
bert (Adresse: D. 53 Bonn-
Bad Godesberg, Kelner
Strasse 1495 en lui. faisant
parvenir un curriculum vitae
axé sur leur formation sco
laire et universitaire, les ¢o-

-pies de leurs certificats et di

plémes, .des indications pré-
cises sur le théme qu'ils dé-
sirent. étudier en République
fédérale, une Uste des -ouvra
ges
d’un professeur ou de. lem-
ployeur ainsi qu’un certifi -
cat de santé et une photo.
L’ACTION «DU PAIN POUR
LE. MONDE>

se déroule pour la douziéme
fois en Allemagne depuis dé
but décembre “Organisée par
l’Eglise protestante C’ANlema
gne, cette’ ‘collecte sert & la
lutte ‘contre la faim, la‘ ma
ladie; ignorance et ‘l’injusti
ce ‘dans les’ pays du ‘tiers
monde. Jusqu’A présent,
quelque 248 ‘millions: de DM
ont. été rassetiblés, dont un
tiers a “été conkacré & Ie lut



, PORT-AU-PRINCE



du pro- -

publiés,.des références |

{All



te..contre..les :maladies,...plus
de la -moité a..vengeignement
et & Ia formation profession

‘nelle, un Ginguiame ‘A. l'aide

en cas de “ebitastiéptes...Les
‘fonds. orit” été" distribués a
raison de 42 “pour ‘cebt @ 1’A
sie, 36. pour’ cerit & PAfrique
et 8 pour cent &°1’Amérique
latine.



LE’ CLIMAT SOCIAL
EN YTALIE
ROME (AFP)

Par ‘dizaines de ‘miliers,
les “étudiants: ‘ont mariifésté
mard. dans ’plusieurs’ - ‘villes
-italiennes pour ’protester‘con
tre les incidents sanglants de
Samedi ‘& Milan:: «Pardliéle-
‘ment, la ¢révVe -proclam ée’ par
les cétitrales syndicalés ‘pour
obtentr des -réformes: sociales
a fortement: perturbé le :tra-
fic ferroviaire et onze. ré-
-gions-de la .péninsule «pen-
- dant: quatre. heures.

Tandis qu’A Rome, prés de
vingt mille. étudiants -bran-
d'ssaient des drapeauxâ„¢ irou-
ges et des. pancartes: :contre
la police, Nixon et Franco, u-
ne autre manifestation réu-
nissait.autant de jeunes a Mi
lan. sur la Place de la Cathé
drale.:-Des anarchistes, des
communistes dissidents s’é-
talent joints. au mouvement
étudiant. I .n’y a.pas eu d’in
cident. A Florence, deux. mil
Je étudiants o tenté, sans
succés, dentra’ner les 6u-
vriers 4 manifester avet eux
contre 1’état bourgeois. . ‘

Sur le ylan sytidical, les
gréves ont, été un’ net ‘succés
selon les ‘renseigrrements four
nis: par les-centrales. A“Bolo
gne, M. Luciario ‘Lama, Secré
taire Général de la ‘Confédé-
ration générale ‘itaHenne’ ‘du
‘travail (A majorité ‘socialiste
et communiste) «8 ‘soulfgné
lturgence de solutions ‘aux
problémes de la santé, du lo-
gement, des transports et
~descorditions de ‘travail. Fai
sant allusion -aux événe-
ments de Milan. M. Lama y
a vu Un nouvel élément d'un
dessin ‘réactionnalre tendant
A -affaiblir Jtunité et les. lut-
tes des travailleurs.





24 ANNEES DE SERVICE IMPECCABLE DANS LES CARAIBES
VOTRE TEMPS, C'EST DE L’ARGENT.

’ Vel 601



soit votre destination.

le Nouvel Horairede la T.C.A. sera comme suit.



NOUVEL HORAIRE

Départ Kennedy Airport

Arrivée Pt-au-Pce

Vel 602

Départ Pt-au-Pce
Afrivée Kennedy Airport

N.B, Soultgnons qu’en:raison de intensification du trafic. La Trans-Caribbean Airways srga
. alee des vols eupplimentaires,



(

Il:est inutile‘de perdre 2 ou 3 heures de votre précicux temps en essayant de joindre on

@attendre une connection pour New York. TRANS CARIBEAN AIRWAYS et

" TRANS CARIBEAN a un.vol sans arrét de-Port au Prince @ New York.
Vous laissez Port az Prince a lh 45 P.M. et 3 heures aprés vows*éfes'réunis avec vos amis et

. parents a New York et vous avez encore largement le temps pour toutes vos connections quelle qué

sedlement +~

[’

afin de mieux.eervir ea clientéle, a. partir du 29 Juin 1970

Tous les Mardi — Jeudi — Samedi

8 h.30.A.M.
11h 45 AM.

1 45.P.M.
5h 20 PM.





















Changement
G auresse :

Le poyer des Arts Flasti-
ques inigrme i

Aprés la brillante partici-
pation du Foyer des Arts
Plastiques au Festival de
Santo-Vomingo, le Foyer des
Arts Plastiques est retourné
2 son locai propre a ta Cite
de l'Exposition aprés le Gym
nasium de Port-au-Prince.

Les Cours de Peintures et
de Dessin enseignés par mai
tre René Exumé et Louver-

ture Poisson pour assurer
la peérennité de l'Institu-
tion se font toujours a la

Rue des Miracles & cOté du
Bureau d'Assurance des Vé
hicuies les Vendredi et Sa-
medi de 3 heures & 5 heures
p.m.

Au Foyer des Arts Plasti-
ques on peut acheter les ta
bleaux 4 un meilleur prix
que partout ailleurs parce
que c’est [a maison des Ar-
tistes. ul
Voici des Peintres du F.D.

AP. appréciés par le monde.

entier :

Marie Denise Day — Mil-
thiade Desrosier — Jean Des
ravines — Joseph Raynald
Exumé — Wilson Jolicoeur —
Joseph D. Raymond — Jo-
seph Jacob — Ferdinand Mo
lin — Jacques St. Hubert —
Camille St. Aude — Jean Du
randisse — Willy Charles —
Lavancy Exumé — J. Oli-
vier — Roland Bigaud —
Mme Edouard Janvier —
Jacques Gabriel — Daniel
Lafontant — Louverture Pols
son — Maurice Jn. Baptis-
te — Antonio Salem —- Dieu
donné Cédor — Spencer Des
pas — Denis Vergin ,— Jean

Remponeau -— André Bou-
card —- Denis Emiie — Max
Pinchinat — Paul Beau -

voir — William Décilien —
E. Falaise — Jn. Claude
Jouissaint — Mme Clga A-
zael — James Boulos — Lio
ne. Edouard — Jacques Vin-
cent — Castera Bazile —
Henry Dubreuil — Ansy Dé
rose — René Exumé — Gé-
rard Georges — Emmanuel
Jolicoeur —- Kechner Jo-
seph — Léon Lapierre —
Christiane Mathurin — Gé-
yard Séjour —- Planes Joa-
chin —- Marie Marthe Ci-
prien — Elzire Malbran -
che — Phoenix St. Hilaire —
Emile Lespinasse — Luisi-
mond Mérélus — Roland Jan
vier -- Denis Villard — Emi
te Lafontant — Erick Gi-
rault — Joseph Maurice —
Roland Dorcély —- Charles
Obas — Luckner Lazarre —
Enguérand Gourgue — Ber
nard Chenet —- Lucien Pri-
ce Néhéemi Jean — André
Pascal -- Luckner Mira -
beau — Dieudonné Wanez —
Faubert. Smit -- Adeline Ra
cine -- Lucien Jn. Claude —
H. St. Hubert — Fritz Jo-
seph. .



Messe de Requiem
La famille’ Bruny fait chan
ter, a la Chapelle du Petit
-Séminaire Collége St. Mar
tial le. vendredi 18 Décerm-
pre courant & 6 hres a.m.
wane messe de requiem pour
le repos de l’ame du regret-
te défunt.

Me. Rodrigue BRUNY

et

des autres parents défunts

Ce présent avis tient lieu
Winvitation aux parents et
amis -

Port-au-Prince, le 14

Décembre 1970.

TS

TENNIS : NANCY RICHEY
EST DEVENUE MME
GUNTER
SAN ANGELO, Texas- (AFP)
Nancy Richez classée joueu
se ameéricaine numéro un,
gest mariée lundi 4 San, An-
gelo (Texas). Elle a épousé
M. Kevneth Gunter, Prési-
dent d'une chaine de télévi-
sion Texane.












LES SPORTS

(sulle)

tend donc beaucoup du ren-
avinent ae Ji-vdseph et de
foriuose pour Yreusorcer le
povenwe: oOLfensif ae lequi-
pe lawonaie,

Les arrieres centraux n/ont
pas encore acquis tous tes
adutlOMatismes ecessaires el
‘Lassy Ch PLUSICUrS OVCaslOls
a au urrever ie jeu pour aes
cOlisugpiies, NOLAnUMNeUL ell ce
qui cOlcerne ie Puacement
bar TappOrt aux avarl.s-cen
Ire Buverses €b aussl en ce
qui a trait a la resance du
jeu.

in définitive, sur la vue
de ce Muni-match test il pa
Trait que 1€ selecuon aaopte
Tait un 4-3-3 assez elasuque
avec Vorpe, Bayonne el Guy
Frangois (aluer gaucne wes
reyue) dans i’emere-jeu. £n
Suite, Koger St. Vu, Bmma-
dlue.s Dauun eb Lenz VommM
gue a la poimte de latta-
que.

‘voutefois, la tactique defi
nitive ne sera etapue que
qgans leS premuers jours de
Janvier, lorsque l’entral -
neur tédérai revienara du
voyage qu'il entreprendra a
la In du mois a ja Jamai-
que pour « l’equi-
pe allemande. Les «Kickers
Otfenbacn» devront, fet, atironter les jamaicalns
aux environs du 28 Decem-~
bre. Tassy ira done éiucier
sur piace le jeu des aille-
mands en vue de = preparer
la séiection nationale en con
séquence.

Pour le moment,
ckers Offenbach»
vent leur campagne victo-
rieuse en Aliemagne. La se
maine derniére, us ont litté
Tarement puuivérisé le Colo-
gne F.C. par 4-1. Cologne,
on se rappelle, est le Club
des internationaux Overath,
Loehr, Vogts. Il est donc
fort probable qu’Offenbach
conserve son moral tout feu
tout flamme dici au 6 Jan-
vier, date de sa lére confron
tation avec le onze national.

N.B. — Les entrainements
de la pré-sélection nationa-
le se poursuivent au ryth-
me de 2 par jour. Matin : pré
paration physique. Soir : en
trainement tactique. Tout
est ainsi mis en oeuvre pour
que nos hommes soient bien
gonflés et ne souffrent pas
beaucoup de la supériorite
physique des allemands.

les «Ki-
poursui-



Mort de Canrobert

Apcaukae

Fax villa annc.:ce te décés
survenu le 14 dé-embre en
sa residence a ig Hesco de
M. Canropert Deiuile mn cette
penible circonsteuee Fax Vil
ja et Le Nouveluste presen,
tent leurs sincéreés conaolé-
ances a@ ses entarts: ML Ra
oul Delile et famille, M.
Joachim: C. Delilie son épou
se et 1amulle, (me Alired Lé
andre née Andree C Delille
et son @poux, Mme stel
Milford née Freda C-Delille
et son époux, M. et Mme
Klébert Philippe et famille,
Mme Maurite Voltv Lee Mar
guerite C. Delile. son époux
et familie, 4 ses fréres et
seeurs Me Maurice Delille
et famille, Mme Dieudonné
W. Toussaint née Lisbonne
Delille et famille. Mme Pau
léus Toussaini née Maria De
lille et famille, aux tréres
Olpheilos. et aux sceurs
Ruth, aux familles Delile, Lé
andre, Milfort, Philippe, Vol
cy, foussaint, et a tous les
autres parents e alliés éprou
vés par ce deuli. Les funé-
railles de M. Canrobert De-
lille seront chantées le jeudi
17 décembre 4 4 heures de l’
aprées-midi en i’@ylise St
Paul .

Le convoi partira de Pax
Villa, Champ de Mars, ot la
dépouille mortel.s sera ex -
posée dés 2 heuces.

RABAIS SENS

AT.








INSTANTANES
(SUITH)

est rentre de New York lier
Mtb. 44 Vaeull UY CuLiaduie
SOL AUS GUY. VELUI-C1-5 Cob LE
COMMwIL ALBULULE | ld jampe
10Ts WU uth YLLIAUENL A Miuvwcy
cieule.. INGUS LOL TILULLS Pour
Guy oupyuce dts vuoruxX Ge ra
pauue gurciiovll,
xKXXX

Hier matin, est arrive a la
Capiuue 2 d1ULLLaAd
Wa duuitascu, OuLL oeyOUL poariils
JiVus staid GU Yusiiet juuio. fh
LUCLUPULE, WiVaoscuL Li Lauital
40 1lUL ablutiuit pal dvlauals
Whdiigd Ll LUltilsau Dupal, da
Jiu, SUL Dtdurdius livowe Bon
Bub, CL Std PCLiLS-Cliradles,

DULL Egautiueull ulaaves au
Pays dt. Matai Moweur 10
QtuiK Lua, Pivitootur ac
Bevglapiue ULL Lonege de
ew LULK, Ql sa letuue Dail
na, lis seyourieruse cing
jours @n Has. 215 suit Ges-
eendus aw torel Piada.

Xx XXX

Madame veanuette Wen-
ter, elipuyee ae ia ‘Lransca-
riopean a New York, est re-
parue pour les Klals UNIS
Mier Matin. Son sejour de
cing Jours en Haiti a eté un
encnaltlement. Madame Wen
ter, qui aflirme avoir eté con
quise par nos sites et la gen-
tiuiesse des Haltiens, se pro-
pose de retourner au pays a
prei aelai.

KxXXX

Lundi soir, est rentré au
pays Je Dr Roger Latontant,
Consw) Général d Haiti a Mon
tréal.

Monsieur Jack Beaudoin,
arrivé lui aussi lundi soir, est
Attaché commercial pres des
Ambassades de France a la
jamaique et en Haiti. Il pas
sera Gud.re jours ici.

XKXX

Hier matin, est rentree de
Sainte - Croix Madame Odet
te Wiener. Elle a voyagé avec
son umie Marie - Kose Deslo
ges, hotcliere comme elle.
Nous sounaitons un agréable
sejour a Madame Wiener et a
Madame Desloges.

Est également rentré
Sainte - Croix Monsieur Gé-
rard Dorsainville. Son séjour
ici sera des plus brefs.

A Vaeroport, hier matin,
Monsieur Marcel Mayard a
accueilli sa femme et sa fille
Marie - Marcelle. Elles sont
rentrées de New York ou elles

AVLU Lats ULL

résident Marie - Marcelle une ..

grande et jolie jeune fille, é-
tudie le «nursery.

Bienvenue a Monsieur Raul
Delgado, 4 sa femme née
Francoise Turnier, ‘et & leur
fils-Raul jr. lis sont rentrés

’ Ge New York hier matin.

xx xx
Crest a JHotel Oloffson
qu’est descendue 1a danseuse
américaine Rose Van Kirk.
Elle est arrivée ici hier ma-
tin, et se propose de passer
trois semaines en Haiti. Ro-
se, qui en est & son deuxie-
me voyage en Haiti, a dansé
dans le temps avec Lavinia
Williams. Maintenant, i n'y
a que le flamenco qui Vinteé-
resse ‘
XKXKXK

Monsieur Edmond J. Lautu
ye est rentré de New Yolxk
hier matin. Il vient d’y pas-
ser ciny ans. .

Karine Bonnard, | rentrée
elle aussi hier matin, ny 4
passé que ciny jours. ;
TT
Messe de Prise

de Deuil
Madame Démosthénes P.
Calixte, les autres parents

et alliés font chanter une
Messe de Requiem pour le
repos de l’'A4me_ du Colonel
Démosthénes P. Calixte le
jeudi 17 Décembre & Th 15
du matin en l’Bglise du Sa
cré-Coeur de Turgeau.

Cet avis tient lew d’invi-
tation.

L’Ecole de Commerce Julien CRAAN

EMT!

2)



RENTS ett ans





rape ete a
eee

Ol vel aed ad ed ree eet see

Avenue Christophe et Rue 6

Inaugure & la Rentrée de Janvier les Cours suivans :

1) Sténographie Frangaise GREGG (Janvier - Aod!).

Comptabilité Américaine

a)

2eme Année :

3) Dactylographie Bilingue (Cours de 3 - 6 - 10 mois).

oo 4) IBM KEY-PUNCH (Cours a partir de 6 h 15_ du matin).
RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS tous lcs jours, sauf Je Samedf

et les Jours Fériés



Cours ‘Intensif (Janvier - Septembre).

f Cours semi-Intensif (lére Année a Janvier -

Aotit ~- Decembre ou Oct. 71-Fév 72).

aoe RACAL AGGANRS GAAS ONG ag UANUGO RAO TU

eeererterenemen nett steerer rte ste eTTUyATTT ATTN ePPDVEPND ETN HNMR RITE ran |

Juillet







nentinwapterneeneet 9 omdin sgenh invammnianiinle remnant om

4 eee ae aa ; sani

de.

|
|

YO end rey





we












3

TAIPEH (AFP).:.— :

L’arrestation pour espion-
nage au profit de.la: Ghine
Populaire de M. Li Ching
Sun, Directeur adjoint de la

-Radio . Broadcasting Corpo

ration.of China, : (BCC) a
été annoncée mercredi de
source officielle formosane.
Un membre du Cabinet ‘a
en effet reconnu que M. Li
avait été arrété il y a envi-
ron un mois pour activités
subversives ef espionnage.

M. Li a d’ailleurs recon-
nu devant les services se-
crets de sécurité de Formo-
se qu'il était depuis une
vingtaine d’années, l’un des
principaux agents(de la Chi
ne, de Pekin dans I’'Ile, a
ajouté le membre du Cabi-
net. Ce dernier a précisé que
Vespion était depuis long~
temps surveillé par les auto-
rités Tormosanes qui Vaccu-
sent en outre d’avoir procu-
ré un permis d’entrée & For-
mose & un agent communis-
te de Hong-Kong qui a dé-
ja été condamné pour es-
pionnage,

A la garnison -de Formo-

Remerciements

Mme Vve. Francois Geor-
ges et ses enfants remercient
iré sincérement La Secrétai
rerie d’btat des Finances et
des Affaires Economiques, le
Deépartemen; des Travaux Pu
blcs. Transports et Commu
nications, Association des
Ingénieurs et Architectes
Haitiens, les Drs. Manes
Liautaud, Anthony Lévéque
et Gérard Pierre, la Direc -
tion et le Perscanel au Ser
vice National d Eiadcication
de la Malaria, !a Direc -
tion et le Personne! de la
Belle Créole, les parents et
les amis tant de la capitale
de la province que de l'é -
tranger qui leu: ont donné
des marques de sympathie a
Voccasion de la mort de leur
regretté époux et pére.
FRANCOIS GEORGES, décé
dé le mardi jer décenibre 19
70 et les priént de croire a
leur profonde gratitude.
Port-au-Prince, le 16 Décem
pre 1970

FIN DE L'ETAT
D’URGENCE

EN GRANDE BRETAGNE
LONDRES (AFP). —

Le Gouvernement Britan
nique a décidé aujourd’hw
de mettre fin 4 l'état d’ur-
gence proclamé samedi der
nier en raison de la grtve
du Zéle des électriciens, a
annoncé ‘aux, communes: le
leader dela Chambre, M.
William’ Whitelaw.

Les employés de 1’Electri-
cité Britannique ayant re-
noncé Lundi dernier a leur





gréve, aucune coupure de
courant n'a été enregistrée
depuis.

Les seules mesures que le
Gouvernement avait prises
consistaient a interdire les
enseignes lumineuses et Vé

clairage des vitrines de ma-
gasins dans tout Je pays.

de V'Année — PRIX

-







NOUVELLES DE L'ETRANGER

se, ou M. Li est interrogé
avant ©son procés qui pour-
rait se dérouler 4 huis clos.
on se refuse & donner des dé
tails sur tette affaire pour
ne pas compromettre la sui
te de Venquéte et une éven-
tuelle arrestation d’autres
agents communistes.

M: Li, 52 ans, est une des
personnalités ' de la Presse
Populaire et influente. A-
vant de devenir ‘Directeur
adjoint de la BCC, il a été
rédacteur en Chef de. Cen-
tral Daily News, Organe cf-
ficiel. A Vépoque de son ar-
restation, il était egale-
ment président du Conseil
d’Administration du Ta Hua,
Quotidien du soir, et l’un
des Directeurs ue l’Agenve
de Presse officielle.

Depuis un mois, des ru-
meurs circulaient & Taipeh
sur la mystérieuse dispari-
tion de M. Li et de plusieurs
autres journalistes. Certains
avancaient méme que deux
de ces journalistes s’étaient
donné la mort pour éviter
de subir des interrogatoires.
Les journaux avaient soute-
fois gardé un mutisme to-
tal sur ‘l’affaire.

De source informée, on dé
clare & Taipeh que le Direc
teur adjoint de la Radio a
été arrété le 16 Novembre a
peu prés deux ans apres l'e-
xécution secréte de sa fem-
me, accusée d@’avoir été un a-
gent communiste. Celle-ci,
connue sous le nom de Mlle
Tsui Siao Ping, était une scé
nariste populaire et direc-
teur dramatique a la BCC





ENLEVEMENTS
NOUVEAUX RAPTS EN
PREPARATION, ANNONCE
UNE REVUE BRESILIENNE
RIO DE JANEIRO (AFP)

Le Commando de défense
interne du Gouvernement
brésilien a recueilli a la fin
de la semaine derniére des é-
jéments indiquant que les ter
roristes envisageaient d’enle-
ver 2 autres Ambassadeurs
dans les prochains jours, an-
nonce mercredi la revue a
grand tirage «Manchette>

Selon «Manchette», des re-
commandations trés strictes
ont été envoyées aux princi-
paux membres du corps Diplo
matique, leur demandant de
prendre des mesures de pro-
tection particuliéres pendant
les prochaines semaines : an
nuler au dernier moment u-
ne participation a des récep-
tions ou diners, éviter les pla
ges ou ics déplacements pen-
dant les week-end, limiter
les cocktails de fin d’année,
etc...

A la suite de ces recomman
dations un Ambassadeur se
déplacerait désormais avec
un appareil radio émettant
un signal permettant de le lo
‘caliser.



~ Rond Point

Night-Clab

Les Mariachis de Jalisco

et les SHLEU SHLEU
Vous réserveront une soirée du
tonnerre

Faites vos réservations



























FS EO EOS Sea we

SS

nae
. votes

om TT
VANA :



<>

oes

-en vente @ la maison

Ronee



pate ter

by

au CONTINE

ro roe Se eS

Disa o>

ESOC SOL SIL LICE LOLI



Son arrestation et son exé-
cution n’avaient jamais été
annoncées par la Presse de
Formose.

De source proche du com-
mandement de la garnison
ot. est incarcéré M. Li, on
déclare que ce dernier pos-
sédait une carte de membre
du Parti Communiste de-
puis 1946.



Un grand Mariage

Samedi dernier, 4 5 H. 30
P.M., a recu. la bénédiction
nuptiale, le sympathique
couple formé par Mute Maud
Compas, fille du Directeur
de la Banque Commerciale
a’Haiti et de Mme Lamarti
niére J. Compas avec M.
Frantz Bellevue, fils du Dr.
et de Mme Vanés Bellevue.

Les heureux conjoints fu-
rent conduits 4 l’autel par
Mme Lamartiniére J. Com-
pas et le Dr. Vanés_ Belle-
vue. Les jeunes Daniel Dau
phin et Danielle Killick por
taient l'anneau nuptial.

Le cortége d’honneur était
constitué par une dizainge
de couples formés par Milfs
Michaele Compas, Moni-
que Francoeur, Myriam
Louis-Jeune, Gabrielle Dau
phin, Florence Staco, Jane
Angus, Rachel Danache, Jes
sie Bellevue, Betsy Dana-
che et Lola Cadet, MM. Pa-
trick Adé, Jean-Marc Elie,
Adolph Désir, Paul Compas,
Jean - Bernara Chassagne,
wvorges Charles, Daniel E-
lie, Emile Milhim fils et
Raymond J. Lafontant fils.

Le Curé de la Paroisse du
Sacré-Coeur, le P. Laroche
officia et prononga une bel
le homélie.

A Yissue de la cérémonie
religieuse, les invités furent
accueillis dans les salons
de M. et Mme Lamartinié-
re Compas, «u 1a Rue 5.

Au’ champagne, le par-
rain, le Dr. Vanés Bellevue
prit la parole pour rappeler
Vamitié ébauchée depuis
les banes de Vécole entre
lui et Lamartiniére Com-
pas, entre Mmes Compas,
née Louis-Jeune et Belle-
vue, née Blain et se rejouir
de voir une si vieille amitié
se renforcer ainsi par des
liens de famille. Il prodi-
gua ensuite de sages con-
sells aux conjoints qui trou
veront dans l’exemple d’en
tente, de concorde et d’union
donné par les deux familles,
des bases solides et dura-
bles pour établir leur foyer.

Les invités» firent ensui-
te honneur aux trois tables
garnies et au buffet géné-
reux,

«Le Nouvelliste> renouvelle
ves voeux de félicité aux
nouveaux mariés M. et Mme
Frantz Bellevue et ses com
pliments aux familles Belle
vue et Compas.



A la Cité Dumarsais

Estime

Une belle Galerie d'Art
vient a’étre installée a l’Ave
nue Marie Jeanne 4 la Cité
Dumarsais Estimé. Elle se
trouve précisement cans un
des plus coquets locaux de
cette Cité presqu’en face de
la Chapelle dite du Vatican.
Les divers rayons sont d’au-
tant plus dignes d’attention
qu’ils sont pourvus de ta-
bleaux des meilleurs artistes
haitiens, de robes confection
nées avec gofit, de sculptures
sur bois d’une rare originali-
té et de toute une gamme de
produits admirablement et

-artistiquement présentés.

_ Linauguration de la Gale-
‘te «Ouanga Néguesse> a été
,effectuée, avec solennité.
‘qut..en félicitant le proprié
tairenotre sympathique con
rére-et.ami André Albert,

x, les meilleurs pour
te son Entreprise.



de la Tropigas

A cause de l’approche
es fétes de fin d’année,
hous demandongs 4 nos
mables clients de bien ,

vouloir placer dés main
tenant leurs comman-

_.des de gaz TROPIGAS.

Ainsi {ls seront certains
fore servis & bref dé-







, Inc; Rue Pavée; .
* Télephone : 2-0841



ons plaisir & former



La mort des genoux
' (guite)

guistes ont décidé d@appuyer
sans réserve Vinterdiction du
Dr Jupier, et d’en faire adop-
ter certaines dispusitions en
Haiti. Cependant, devant la
vigoureuse désapprobation de
bon nombre de consomma-
jeurs, nos potards se sont vus
dans Uobligation dadvoutcir
ces mesures. prohibitives.
C’est ainsi que la minicilline
pourra encore étre librement
préparée et vendue. Toute-
fois, elle ne pourra étre utili-
sée que pendant le jour. Tou
te personne surprise de nuit
a un mariage, 4 un bal, ou a
un simple cocktail, un flacon
de minicilline 4 la main, se-
ra impitoyablement ridiculi-
sée.

Vous n’étes pas obligés de
lire les lignes qui vont suivre.
Je ne les ai écrites qu’éa Vin-
tention de ces ramollis qui
n'ont rien compris 4 mon tex
te amphigourique. Il fait vrai
ment trop chaud en Haiti
pour que nos belles portent la
midi-jupe et la maxi-jupe.
La mini-jupe, c’est exacte-
menf ce quwil faut pour les
tropiques. N’ai-je pas raison?

La controverse est ouverte,
Mesdames et Messieurs. Mais
de grace, ne me réfutez pas
trop violemment. Votre dé-
voué Anatole est un homme



qui réve autre chose que
plaies et bosses.
Remerciements

Mme. Vve. Charité Jean,

les enfants de Charité Jean,
ses fréres et sceurs, ses ne-
veux et niéces, tous les pa
rents et alliés éprouvés par
ce deuil remercient Son Ex
cellence le Président a Vie de
la République, le Dr Fran-
cois Duvalier, son Représen
tant, le Préfet Emile Augus
te, le Député Ulrick Saint-
Louis, Mgr. Constant, Evé-
que des Gonaives, Le Nouvel
liste, le Révérend Pére Byas.
Curé de Pilate, la Maison
Madsen, Dufor , ’e Magistrat
Communal de Plaisance, M.
Bossuet Ducheine. le Notaire
Ludovic Saint-Louis, M_ Car
méluce Francois, les Offi-
ciers de la Fanfare militai-
re des Gonaives, les dévoués
légionnaires qui veu'érent 2
nuits la dépouille funébre du
défunt, les bonnes Sceurs.
enfin legs nombreux amis de
partout qui leur témoigné-
rent leur sympathie 4 1l’oc-
casion du décés de leur re-
gretté Charité Jean, ancien
Député au Corps Législatif. °
Tis les prient de trouver
ci Vexpression de leur pro-
fonde gratitude
Pilate, 15 décembre 1970

Attention Attention
MARI

_ ACHI
LOS LLANOROS, DE JALIS-
CO DE «PEPE SACO» de la
Radio et de la Télévision
MEXICAINES, sont parmi
nous.

Ces artistes, internationa-
lement connus, ont représen
té brillamment le Mexique
aux Festivals de CALI, DU
VENEZUELA, etc.

Partout ils ont soulevé l’en

thousiasme des amants de
«MARIACHI».
Arrivés & Osaka, Japon

pour deux mois; ils y ont é
té retenus Neuf mois

L’H6tel El Rancho profite
du pasage en Haiti de ces mu
siciens de marque pour ou-
vrir grandiosement les fétes
de fin d’année et la Saison
Touristique 1970-1971.

Le Groupe offrira au cours
de la soirée du jeudi 17 Dé
cembre 1970 deux «Shows» i
noublables. Entre les deux
spectacles l’on dansera au
rythme du Super Orchestre
BOSSA COMBO.

Dans une ambiance excep ‘
tionnelle, prés de la piscine
reflétant le scintillement des
millions d’étoiles du ciel des
tropiques, vous viendreg par
ticiper 4 cette féte de Vart.

Vous danserez, vous chante- -

rez avec LOS LLANOROS D
JALISCO. a

-. Venez en foule vivre des
heures de foe gaieté. Venez

assister @ cette soirée unique
Réservez vos tables.
L’entrée est fixée a $ 4.00



HOLOBA EXPORT
INDUSTRIES

DISTRIBUTRICE
POUR HAITI



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)

et de la Fontaine Mme Colo)
Performances Légendaires,

Reproductions
Interprétations
Toutes

Tous genres

phenoménales, *
faisant époque,
Oeuvres,
Classique,
Populaire, ff
Religieux, [ °
Théatre SO
Disques Educatifs,
Disques Scientifiques

Chez vous, sans dépenses exagérées ;
VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SONORES;
LE DISQUAIRE DES MELOMANES AVERTIS,

LE DISQUAIRE BIEN CONNU

DE LA RUE

MACAJOUX



ttt:

my

Rye rresertaertternyyePeneanDa ettettperti rity ettth ttt dnyattenntt eset enteattt atte

bureau du CAPITOL

rl el al al al atl ala ll al

SMart ry yyy ty Hgts eNO

AU CAPITOL

Ce soir et demain soir ‘

ATTY ATTN ETTOpe UT pa rapa TraperTyy tTypettgneTanerven reg eTtepetiegettapettaprttty

LE FORMIDABLE
MARIACHI
LOS LLANEROS DE JALISCO
DE

PEPE JACO
ENTREE $§ 1.00 et $ 2.00

Les tickets seront'en vente dés Mardi matin. 9

iS

A 6 Hres et 8 Hres 30










hres aut
i Oo Ce:

pal et sel atl nail el all ail
een

Sin deg re rere rra sr

sdames:et: Mesdemoiselles : Aujourd’hui et jusqu’a la fin : {
EXCEPTIONNELLEMENT BAS |

|



9 BE: