Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


QUOTIDIEN

LE PLUS ANCIEN DHAIT}
Fondé en 1896

Directeur ef Rédacteur en Chef
LUCIEN MONTAS

Administrateur ; Mme MAX CHAUVET





e7

SOUL

MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTEHRAMERICAINE DE PRESSSE

velliste

SA SEE cent sche dsacta aD



‘Adresse: RUE DU CENTRE
Ho. 13



_ PORT AU PRINCE (HAITI)
Phones : 43-4113 — 2-2114
BOITE POSTALE : 1316





No 2075

"ime ANNEF

JEUDI ler. OCTOBRE 1970



Les adieux dechirants de



a
=

Abdel Nasser

Gomol

LE CALRE (AFP) &

LEgypte a fait jeudi ma-
tin Ges adieux decurants a
celai qui fat pere pen-
dant TG ais.

Comine.acee Gans Vordre,
la céremonie a eependant
“tourneé au milieu de lao oma-
tinée a la plus grande eonhu
sion. ;

La fowle innombrable obli-
yea a plusieurs reprises le
cortege A sarréter et la poli
ce dut charger pur degager
Je convo

La eérémonie avaib cum-
enité. Les égyptiens avaient
mencé dans l'ordre et la di-
surmonte leur dourcur et a-
pbéi aux consignes cl «calme
diffusées partout deymis 12
verte.

A 9 hres du matin, théii-
coptére transportant la de-
poullle du Rais arrive devant
je siége du Conseil ce la Reé-
velution. Le cercuen envelop
pé dans je drapeaun égyptien
est placé sur un affut Ge va
non et le cortége office) 3
branle. Pendant qu'une culve
de 21 coups de canon c-" ti-
rée, le cercueil tiré par six
chevaux et encadré put qua-
rante Généraux de l Armée E

NaH

gyplienne en Léte, commence
a franchir ientement ics dou
ve Kilométres le separant de
la Mosquée Abdel Gamal ivas
ser, Cing mille cadets de VE
cole Militaire marehent en
téte suivis des compazgnuns
duarmes du Président Nasser,
des Chefs @Etal el de Gou-
vernement étrangers, de
groupes dOfficiers aes ar-
meées soudanaise et libyenne,
puis de Vimmense fuwle en
pleurs scandant vive Nasser
et il n'y a qivun seul Dieu
quAHah. Le long du _ par-
cours, une foule compacte,
eontenue avec peine par le
service d'ordre, se presse Ils
sont prés de 4 miilions au-
jourd’ hui au Caire peut étre
davantage venus rencie un
dernier hommage & leur Pré
sident. de temps en temps.
ils débordent le service a‘or-
dre, le cortége doit s‘arréter,
les cris de la foule couvrent
par moment les accents de la
musique militaire qui joue
la marche funébre de Cho-
pin. Le convoi arrive enfin
au siége du Parti Egyptien
ou attend la famille du Prési
dent défunt, il repart vers le
siége de !'Union Socialiste A-
rabe ot! se termine la cérémo
nie officielle et ot comme
cent les funérailles populai-
res. C'est alors que Ia foule.
ne se maitrisant pilus, sub-
merge le convoi et se préci-
pite sur le cercueil. La confu
sion ila plus tofale va alors
réener.

Tandis que le peuple égyp
tien se précipite pour embras
ser le cerctteil, que des hom-
mes, des femmes, des enfants
se battent pour pouvoir ap-
procher, se jeter sur l'affat
de canon portant le corps.
se coucher dans les plis du
drapeau pour entourer le cer
cueil de leurs bras, Jes spea-

XXX X

L’Hommage des
pays étrangers

Ido CAIRE (AFP)

Dix-sept rois et Chefs
dEtat, des dizaines de pre
miers ministres, ministres
et autres personnalités €é-
minentes, représentant au

total cinquante deux pays,
ent assisté, ce matin, aux
obséques du Président Ga-
mal Abdel Nasser.
L’empereur Hailé Sélas-

sié dEthiopic, le Roi Hus-
sein de dordanie, ont coto
yé jes Présidents des Répu-
bliques d’Algéric, de Syrie,
de Libye, de Hongrie, du
Soudan, de Mauritanje, de
Centre-Afrique, de Soma -
lie, de Chyprge, du Yémen,
dus Sud-Yémen ainsi que
ies Emirs de Bahrein, Qua
lar, Koweit et Dubai.

La Pologne, Irak, ja Gui
née, la Zambie et ia Mon-
golie élaient représentés
par des vice-Présidents ou
adjoints au Chef d’Etat.

La France, VURSS, la Rou
manie, la Turquie, l’Afgha-
nistan, la Tunisie, le Cam-
bodge (Gouvernement du
Prince Sihanouk) liran,
Ceylari ont délégué leur Pre
mier ministre. ;

Quatorze vice - premiers
ministres et ministres ont
apporté Phommage de VEs-
pagne, de la Grece, du Ja-
pon, des Etats-Unis, de la
Grande-Bretagne, de Ita
lie, du Maroc, ede la Bulga-
rie, de t’Algérie, du Pakis-
tan, de la Coree du Nord,
du Nigéria, de VOuganda,
de VArabie Séoudite. ;

Les Chefs d’Etat de Chi-
ne Populaire, du Vatican,
de la RFA, de la RDA, de la
Yougoslavie, de la Tehéca-
lovaguie et de la Tanzanie
ont délégué des représen-

TT
Lire en page 2

les Résultats de PE-
cole de Commerce
fuien CRAAN.





tants personnels.

Enfin VOUA (VPOrganisa -
tion pour PUnité Africaine)
et le Secrétaire Général de
VONU ont été tous deux re
présentés par de hauts fone
tionnaires.

‘Egypte a Nasser

kers de la Radio et de la télé
vision éclatent en sanglots
el ne peuvent plus rendre
compte de la cérémonie.

Bientot des bagarres écla-
tent, le service d’ordre est to
talement débordé, les six che
vaux tirant laffOt de canon,
affolés refusent de partir,
Vhystérie monte, ila police
charge, le cortege repart,
cinq minutes plus tard, il
doit de nouveau s‘arréter, les
deux gros véhicules blindés
de Varmée qui lui frayaient
le passage sont eux aussi ar-
rétés par ja foule, la télévi-
sion cesse sa retransmission
en direct des obséques.

Cependant, le cortege pour
suil sa route, les membres du
comité executif supréme de
TUnion Socialiste, les mem-
bres de TAssemblée Nationa-
Je, tous Jes dirigeanis du
pays et les représentants du
peuple se sont joints a la fou
fe si dense que I’on n’arrive
plus a distinguer la composi-
tion du convol, :

_A Vautre bout du parcours,
aux abords de la Mosquée,
la foule affiue aussi. Des por
teurs de couronnes de fleurs
les remettent aux Officiers
chargés du Service d'ordre
qui les déposent. 4 V'entrée du
batiment.

HAITI ET LA MORT
DE NASSER

Les drapeaux ont
eté mis: en berne aujeur-
Mhw uw occasion des funé
railles du Président Nas-
ser, leader du monde arabe
La nation haitienne, selon le
yoeu gouvernemental, a ob
servé une journée de deuil.

Un office funébre a
été célébré ce matin
aia Cathédrale a la Mé-
moire du grand disparu. Le
Président & Vie de la Répu-
blique s'y était fait représen
ter et l'on netait la présence

de nombreux membres des
Pouvoirs de VEtal.
Nasser fut un éminent

leader du Tiers Monde et le
Président a vie de la Républi
que, Dr Fron¢gois Duva-
lier a rendu un tres bel hom
mage au leader arabe Ga-
mal Abdel Nasser dans le
massage officiel adressé au
Vice - Frésident de la RAU,
que nous avons publié dans
notre édifion d'hier.

Le peuple haitien tout en
lier a manifesté son cha-
grin & Voecasion de cette
perte. Aujourd’hui les sal-
les de spectacles et de loi-
sirs ne seront pas otvertes.

Les Stations de Radio
ont diffusé seulement de la
musique de circonstance.

“NATIONS. UNIES, (AFP)

Les Philippines et trefze au
tres pays ont demandé que la
question de Ia piraterie aé-
rienne soit inscrite a Vordre
du jour de Vassembiée en
cours ef discutée comme ques
tion urgente par l’assemblée
générale en séance pléniére.

Les Entretiens Tito - Nixon

La situation au Proche-
Orient aprés la mort du
Président Nasser a figure
au premier plan des entre-
liens officiels que les Prési
dents Nixon et Tito ont eus

ce matin, indique l’Agence
Tanyoung.
Aprés avolr ajouté que

ces entretiens avaient don-
né lier & un échange d’opl-
nions franc et fructueux,
VAgence souligne gu’on y a
exposé la nécessité, par la
poursuite dun patient tra-~

vail et par de nouveaux ef-
Pace, scans hea

Retour du Ministre
Chalmers

ce matin, sont rentrés de
New York Son Excellence le
Secrétaire d’Etat aux Affai-
res Etrangéres, Monsieur Re
né Chaimers, Président de la
Délégation Haitienne 4 la
25éme Assemblée Générale
de lV'Organisation des Na-
tions Unies, ef Madame Vic-
tor Laroche, Membre.

A VAéroport, le Ministre
Chalmers et Mme _ Laroche
furent accuelllis par l’Am-
bassadeur René Hyppolite,
Chef du Protocole, et son é-
pouse, Son Excellence le sous
Secrétaire d’Etat aux Affai-
res Etrangéres et Mme A-
drien Raymond, le Dr Victor
Laroche, Président de la
Croix Rouge Haitienne, le Co
jonel Claude Raymond = et
Monsieur René Gaillot, Direc
teur des Services Administra
tifs de la Chancellerie. Nous
adressons nos voeux de bien
venue au Ministre Chalmers.



Prochaine déclaration importante

WASHINGTON (AFP)

Le peuple américain, apres
avoir partagé avec le monde
entier les angoisses suscitées
par le drame jordanien, va
bientot trouver une consula-
tion sur ie pian internatio-
nal. Le Gouvernement Nixon,
indique-t-on de source infor
meée, s’appréte en effet a

prendre au Vietnam des me
sures qui visent a accélérer
fe dénonement du conflit et
a ramener des dizaines de
milliers de GI's dans leur fo-
ver, dans les sept on huilt
mois & venir.

La crise au Proche Grient.
pour tragique quelle soit,
n’aura donc pas revétu que
des aspects enliérement né-
gatifs puisqu’elle permet a
Washington de liquider dis-



Ins lantanés

Par Claude DAMBREVILLE :

Hier apres midi, par un a-
vion de la Pan Am, est parti
en mission spéciale Monsieur
Yves Massillon, Premier Se-
erétaire de YAmbassade
WHaiti a Dakar et affecté &
ja Direciion du Protocole. ii
s'est rendu a Santo Domingo.
Le voyage de Monsieur Mas-
sillon est en relation avec
VExposition Internationale
du Livre qui s’ouvrira le dou
se octobre prochain 4 Sante
Domingo, et avec le Festival
International de la Culture.
A Vaéroport, Monsieur Yves
Massillon fut salué par Mon
sieur Car) Alcindor, de ja Di
rection au Protocole.

XXXX

Le diplomate Jaco Sassine
qui aval voyagé a Puccasion
du vingt - deux septembre,
est repartie hier matin pour
Miami. Monsieur Cony P.
Rodgers, son mari, qui étais
rentré avec elle, a conduit re
cemment je mariage de Gi-
nette Sassine et de VicciZze
Salimbene. Victor Sada, ne-
veu de Jaco, a égalemcut
pris l’avion hier matin. Vie-
tor vient de terminer Son ser
vice militaire dans la Marine
américaine. Il a passé un an
au Vietnam. Maintenart, il
va se mettre & Yétude du Bu
siness Administration.

XEXEX

Monsieur Joseph Cianciul-
Mi, Directeur de Autorama, et
son épouse sont rentrés de

Miami hier aprés midi. Us
viennent d’y conduire leur
fils Michael a 1 Universite.
Michael Cianciuli étudiera
le Business Administration.
Lees

Monsieur Lionel Leconte,
Visiteur médical, est parti
pour Santo Domingo hier a-
prés mudi, Lionei est attache
& la Maison Gérard Abra-
hams qui représente en Hai-
ti les jaboratoires Plizer,

. KXKX

Monsieur Guy Nau est reu
tré des Etats Unis hier aprés
midi. Ii a séjourné notam-
ment 4 Miami, a Atlanta, au
Texas, et & New York. Guy
Nau est le manager du Cha-
teau de Ila Montagne Ncire.

XKXX

Hier matin, est arrivé ici
pour un.court séjour Mon-
sieur Robert Teutschmann.
Ce teuriste autrichien, qui
est acscendu a PHOtel Castel
Haiti, est le Président d’une
fabrique de peinture aux E-
tats Unis, la «Facto Compa-
ny Inc.

xxXxKxX

Le Frére Louls Evens, qui
habite Haiti depuis trente
ans, vient de passer quelques
semaincs de vacances en
France. Tl est rentré hier ma
tin, en compagnie de Peggy
et Jocelyne Coles, enfants de
M. et Mme Raymond Coles
Le Frére Evens, de Vinstruc

(Sulte page 4 col 1}

DIMANCHE 4 OCTOBRE 1970 a 5 h7het9h

«



de Nixon

cretement, a petits pas, le
contentieux indochinois que
la presse et la télévision amé
ricaines ont provisoirement
relégué au deuxiéme ou au
troisiéme plan de lactualite.

Sur la pointe des pieds, le
corps expéditionnaire améri-
cain se retire du Sud Viet
nam et Von s’attend que le
Chef de VExécutif américain.
a la veille des élections légis
latives aux Etats Unis arnon
cera avec fracas a ses compa
triotes que le dernier des
boys attachés aux troupes
combattantes sera rapatrié
dans ses feyers d@ici & Van
prochain, Si M. Nixon gagne
son pari, il aural franchi une
éiape décisive de la campa-
gne républicaine, test crucial
des élections présideniielles
de 1972.

Le Sénateur Hugh Scott,
Chef de la minorité républi-
caine, & qui le Président Ni-
Xon a bien souvent confié la
mission de déflorer a mi-
Mots ses projets, vient de pré
dire que le Chef de l'Exécu-
lif se prépare & faire une an
nonce importante 4 la Na-
tion a propos du Vietnam
dans une certaine ville des
Etats Unis. Ceci durant le
mois d’Octobre, c'est a dire
a deux ou trois semaines
@an serutin qui porte sur le
renouvellement du Sénat et

dau tiers de la Ghambre des
Représentants.



Ephémérides
Haitiennes

ler. OCTOBRE

1828. -- Mort Port-au-
Prince de Juste Chanlatte.
IL est né & Jacmel et a été
élevé en France. Secrétat-
re Général de Dessalines,
il a écrit «La partie de chas
se du Roy Henry», «l’entrée
du Roy dans dans sa capi-
tales et un poéme sur ia
mort de Célie Pétion.

1854. —. Convention con -
clue avec Vempire francais
pour le service de Pem-
prunt @ Haiti.

1936. Présentation du
rapport de ia Commission
nommée par le Président
Hoover pour étudier le sys-
téme @éducation en Haiti
et faire des recommanda-
tions. Elle est composée de
quaire hommes de couleur:
Robert R. Moton, Mordecai
W. Johnson, W.T.B. Wiil-
liams, Benjamin F. Hubert
et d'un blanc Leo W. Favrot

a

Je ne me fie qu’é mon ins
tinct a fait valoir le leader
du Great Old Party dans un
discours pré - électoral en
Pennsylyanie, mais. je crois
pouvoir vous dire que nous
revenons & la politique con-
sistant 4 maintenir des Con
Seillers au Sud Vietnam, ulti
me étape sans doute d’un dé
sengagement complet de nos
forces d’intervention.

Liactualité internationale,
depuis qu'elle est & peu prés
exclusivement centrée sur le
Moyen - Orient, permet aux
spécialistes des questions in-
dochinolses 4 Washington de
se pencher tranquillement
sur les récentes propositions

de paix formulées a Parts
par Mme Nguyen Thi Binh
(GRP).

Malgré le rejet apparent

de linitiative en huit potnts
par M. David Bruce, a loecca
sion de la 66@me séance de
la conférence du Vietnam on
estime & Washington que cer
tains points de lVoffre faite
par les communistes appel-
lent des éclaircissements.
Dimanche, en Iriande, Ie
Président Nixon et son émis-
Saire aux négociations de Fa
ris, auront Voccasion de fai-
re le point de Vaspect diplo

matique du conflit vietna-
mien.



0. J. Brandt
accidenté

Hier, vers les 5h Dm. la
voiture DEW, de couleur
rouge, au. No. 3215 en des-
cendant la Montagne Noi-
re, & Pétion-Ville a perdu
ses fr’ins et est allé se co
gner contre le mur de la
maison du Dr. Ethéart.

Lavant de Ia voiture est
complétement démantibn -
lé, Le chauffeur a recu des
blessures par suite du choc
contre le volant. M. O. J.
BRANDT qui était dans la
voiture a eu une déchiru-
re & la main droite.



L’anniversaire du
Cercie Bellevue

Le Cercle Bellevue, 1lé plus
ancien cercle de la Capita-
le fétera cette semaine Van
niversaire de sa fondation.
Cette date faste sera mar-
quée par un grand bal gu‘or
ganise ;le Comité-directeur.

le San{edi 3 Octobre.
Nous en prenons occa-
sion pour adresser nos

yoeux au Comité directeur
et & tous les membres du
Cercle Bellevue.

REX THEATRE PRESENTE :.

-T'Affaire Ryker ou l’Odyssee d'un

me d'une musique

forts de créer les condi ~
tions d’un régiement pacifi
gue de la crise politique ac
tuelle, en tenant compte de
tous les aspects de ce pro-
bleme international com-
plexe, y compris des inté-
ets du peuple palestinien.

L’Agence indique d’autre
part que les deux Chefs 7’E
tat ont encore parié de la
situation en Asie du Sud -
Est et que dans ce domaine
encore ils avalent situé les
positions de leurs Gouverne
ments.

Par ailleurs, le Marécha!
Tito a attiré Vattention du
Président Nixon sur le dé-
sir démancipation des pays
africains, tant sur le plan
politique qu'’économique, et
gans ingérence des gran-
des puissances, L’Agence
Tanyoung précise égale -
ment qu'on espére que,
dans je domaine des rela-
tions bilatérales, les délibé-
rations des groupes de tra
vail seront concrétes.
MM. Mitja Ribicic, Chef du
Gouvernement Fédéral, Mir
ko Tepavac, Secrétaire d’E-
tat aux Affaires E-
trangéres et Toma
tions économiques au sein
du Gouvernement, ont par-
ticipé du cété yougoslave A
ces entretiens. Le Prési-
dent Nixon était entouré de
MM. William Rogers, Secré
taire d’Etat, Henry Kissin-
ger, conseiller spécial, et
Martin Hillebrand, sous-Se-
erétaire d’Etat

A Propos de la succession

‘=

“Nya
PARIS (AFP). —

Les obséques du Prési-
dent Nasser n’étaient pas
verminées qu’on se préoccu
pe déja de la succession et
des perspectives d’ayenir
du monde arabe aprés la
mort de celui qui en a été
le Chef, Dés ce soir, le Pré-
sident soudanais Nimeri

a
convequé un semmet ara-
be, M. Alexis Kossyguine,

quant & lui, arrivé depuis
48 heures a eu déja des en-
tretiens avec des dirigeants
arabes et avec M. Anouar
El Sadate, qui assume Vin
“erim de ia présidence jus
qua élection du stucces-
seur de Nasser.

M. Chaban-Delmas a pour
sa part rencontré ce matin
avant les obségues ie mi-
nistre égyptien des Affai-
res é6trangeres M. Mah-
moud Ryad.

Les candidats sont nom-
breux. Selon les spécialis-
tes deux clans convoitent
le pouvoir : d'une part les
pro-soviétiques et, en quel-

que sorte, les continua-
teurs de Nasser, qui com-
prennent Mr. Ali SABRI

Vidéologue du régime et le
Général Fawzi qui comman
de jes forces égyptiennes et



Madame W. T. Gaskin

AMBASSADRICE

A l'Hétel Villa Créole, ou e!
le jouit des meilieures atten
tions du Dr. et de Mme Rin-
dal Assad, est descendue no
tre congénére, Mme Winifred
Gaskin, née Thierens, Am -
bassadrice de Guyana 4 Port-
au-Prince, ef Haut Commis-
saire de son pays a Kingston
(Jamaique).

S.E. Mme W. Gaskin a une
belle carriére dans l’enseigne
ment. Elle a débuté comme
institutrice des classes pri -
maires a l’école que dirlgeait
son pére & Buxton, comté de
Demerara, puis a été promue
dans un établissement de la
Capitale, Georgetown. Par la
suite, elle devenait profes -
seur a Venseignement secan
daire, chargée des cours de la
tin, d’anglais et de littérature
anglaise. Elle passait au ser-
vice civil comme Inspectrice
des Ecoles, Chef de service et
Chef de Division au Départe
ment de l'Education tout en
écrivant dgs articles de jour-
naux, puis dirigeant la revue
«BOOK a News». De 1964 a
1968, Mme Winifred Thierens
Gaskin a fait partie du Cabi
net comme Ministre de Edu
cation,

Depuis 1968, elle représente
la Guyana a la Jamaique en
qualité de Haut Commissaire

A la suite des contacts fruc
tueux entre Jes hautes mis-

»



Un prand mariage
a New York

Nous avons regu avec plai
sir la carte de faire-part du

mariage dela charmante
Mule Greta Balin, fille de
notre ami et de Mme Al-
phonse Balin avec M. Alix
Merceron, fils adoptif de
Mule Nelly Jean.

La bénédiction nuptiale

jeur a été donnée le same

di 29 Aofit 1970 & 4h p.m.
en VEglise St. Augustin,
116, 6th Avenue de Broo-
klyn,

Une grandiose réception

suivit la cérémonie religieu
se, Elle se dérowa ay 60
fast 95 Street a Brooklyn.
Le champagne y coula 4
flots. Les invités, au ryth-
entrai-
nante, dansérent dans une
ambiance de distinction et
de cordialité. Les nouveaux
conjoints s’éclipsérent pour
aller couler leur inune de
miei au plus grand hétel
du monde ges» de Clark Street 4 Broo
klyn, réputé pour ses
4,000 chambres.

Nous adressons nos meil
leurs voeux de bonheur au
charmant couple et nos
compliments A M. et Mme
Alphonse Balin et a Miss
Nelly Jean.

Sergent

DE GUYANA

sions spéciales guyanaises
venues en Haiti et notre gou
vernement, le Président de la
République de Guyana, S.E.
Me Arthur Chong et le Pre -
micr Ministre, Me. Forbes
Burnham, ont deciaé de res-
serrer les relations avec le

Peuple Haitien, déja Hé au.

Peuple Guyanais par une
commune origine africaine et
daceréditer un Représentant
diplomatique du plus haut
rang auprés de §.E. le Prési-
dent 4 Vie de notre Républi
que le Dr. Francois DUVA -
LIER.

S.E. ’Ambassadrice de Gu-
yana, Mme Winifred T. Gas-
kin, a remis hier matin ses let
tres de cabinet au sous-Secré
taire d’Etat aux Affaires E-
trangéres, le Dr. Adrien Ray-
mond, qui a bien voulu met-
tre sa voiture a la disposition
de notre distinguée congéné-
re.

Et hier aprés-midi S.E. le
Président a Vie de la Républi
que a bien voulu désigner le

(Suite page 4 Col 5)

~ de Nasser

quia de plus la haute main
sur ies services secrets. D’au
tre part, M. Hassanein Hey
Kal, porte-parole et confi-
dent de Nasser et M. Zaka-
tia Mohieddine, considérés
comme des libéraux ou-
verts a lVinfluence occiden-
tale. a= ote ani

Les mémes _ spécialistes
estiment qu'il n’est pas ex
clu qu’en attendant qu’une
mMajorité se dessine, trés
vraisemMlablement en fa-
veur du clan pro-sovieti
que, M. Anouar El Sadate,
qui n’a pour Jui dit-on que
sa fidélité @ Nasser, ou un
militaire meutre, accédera
au pouvoir, entouré d’une
équipe qui gouvernerait d’u
ne maniére coliégiale.

A Belgrade aussi le Prési
dent Nixon et Je Maréchal

‘Suite page 4 col. 5)
He
Une exceliente ‘

publicité touristique
pour Haiti

La plus grande Agence
de voyages de France Tours> et Air France ont
préparé pour Vhiver 1970 -
1971, sous la rubrique «Va-
cances aux quatre coins du
monde» une luxueuse revue
présentant les hauts lieux
touristiques du monde. No-
tre pays y ocettpe une bon-
ne place avec deux pages a-
hondamment illustrées.

sHaiti, ce pays de la Joie
de vivre», lisons-nous dans
la revue, est beaucoup pilus
quwun décor pour touriste
en quéte de _ pitteresque,
ecest une civilisation origi-
nale et vivante née de Vin-
‘erpenétration uts tiadilions
francaises et africaines.

Nous croyens savoir
eest grace aux efforts de
ia Southerland Tours et a
Vesprit de coopération biéh
eonnu d‘Air France que
nous devons cette excellen-
te publicité qui touchera
plus particuliérement la
France et les pays euro-
péens.

La page de couverture
(verso. de ia revue) porte
Vaecent sur les Caraibes et
Haiti of Vor offre aux tou-
ristes une semaine de va -
cances de réve pour 1270
gourdes.

Nous félicitons Air Fran-
ce, Jet Tours et la Souther
land Tours de cette appré-
elable contribution aA Vef-
fort de promotion touristi-
que entrepris par notre
pays.

que



La Pieuvre de Mona Guérin
ou la Nouvelle Ecole des Meres

La Picuvre de Mona Gnué
rin, est-ce une promesse
pour une riche saison théa
trale ou bien est-ce encore
une representation unique
qui laissera les amateurs de
theatre haitien sur leur
faim? ‘Tous nos souhaits
WVabord accompagnent cet-
te Pieuvre pour qu'elle soit
Si bien aeccueillie gqwun
grand nombre de_ repré-
sentations renouvellent le
plaisir que nous y avons
pris, et qn’eHe soit le dé-
but d’un essor pour le théa
tre haitien.

I, — La Pieuvre :
de thédtre ..,

une piece

La piéce, puisque Mona
Guérin ne veut la qualifier
nide drame ni de comé-
die, a pour sujet la mésen-
tente au foyer, ses méfaits
sur les enfants,
origine du earactére mater-
nel. Nous allons assister a
un acte daccusation en tri
plicata, dressé par un pé-
re et des filles contre Jl'u-
ne de ces épouses-meéres a-
busives que le théatre, le
cinéma, le roman ou méme
essai et les mémoires con-
temporains nous ont per-
mis de juger 4 la clarté de.
nos propres constatations
avec plus ou moins de ri-
gueur seon les circonstan-
ces et notre mentalité hai-
tienne.

Les deux filles, Je péere,

tirant son ~

donnent tous les torts a la
mére, mettant les rieurs et
les jurés de leur c6té. La
Pieuvre, Virginie, nouvelle
Philaminte, sans nulle Ar -
mande pour lui demeurer
fidéle en Vimitant, occupe
Yavant - scene, y existe a-
vec frénésie, mais-Gui démé
lera ses raisong§/de devenir
ce quelle est?/ Crpendant,
Virginie, bourfeoise de Port
au-Prince, n’est ni Folco-
che, nila mére de la ne fille rangéé»; elle parta
ge avec ses devanciéres de
la fiction ou de la réalité
un travers trés pénible pour
tout Ventourage légoisme
qui iui masque ses vrais de
voirs et son vrai visage. Elle
eroit en elle: mais Ludo-

vic, son mari, la cingle du
sobriquet de la Pieuvre!
La Pieuvre. ecest grave!

Que nous en dit le Larous-
se? «Céphalopode, octopo-
de? synonyme de poulpe,
mollusque dont les glandes
salivaires secrétent un poi-
son violent, qui immobilise,
déchire, détruit; femme ext
geante, insiatiable par com

paraison». Son cas présen-
te la matiére d’un drame,
VYauteur a primitivement

raison, mais la verve vis co
mica de Mona Guérin lu
permet de nous. divertir
quand méme en dépit de
ce postulat tragique.

7

_

(Suite page 2)



Entrée Gdes 2.56
Réservée Gdes 4.06 |








ame ee oe

Vege tagee terete tte ety ce tnge hte ety retype ret epee May rer catty et lee atte eeete getty ett ett ecg ttt t ttt yatta gteqrte arene rtente atte atte tgete ate ctr gata tent ta ttt te tert

' Ecole de Commerce Julien CRAA

EC PLOMES DECERNES

aN ah
Pan MVP FETT
pr

Cunha gal aH aad aaa aaa gad agal cata uae ali ual aastiassbiasedicaddicgsti neal nadliggalijiadicobiiod ggg

Pa aA eA rem eel eel eel

STENOGRAPHIE —

La Lauréate de cette Promotion en Sténographie F rancaise Mademoiselle Monique COUPET(120 mots
minute bons). recoit de son Professeur Mademoiseile Claudette Pierre une montre Bulova en témoi -




ete nettgeetpet ay et tty etteyen
Sy eee te

gnage d’appréciation. ~

~

age eager ga teat lta arTa ge tag tttaestay atte ettayaste ett gette yatta atttgettngrdte gate atte etetgettty

suivantes
Son Professeur Me. Calbert Jean-Baptiste

greet Anyeetagytengattegattepartn ete eteey neta atte yet
PLO LOLOL



tee a nana oo ta ae meme eat en EEN

§ ANNEE ACADEMIQUE 1969-1970.

STENOGRAPHITE BILINGUE 83 — DACTYLOGRAPAIE
BILINGUE 104 SECRETARIAT BILINGUE 16 — COMPTABILITE AMERICAINE 214 —
DIVERS 31 1BM KEY - PUNCH (AVRIL JUILLET) 20

Phone : 2-22.45 — Avenue Christophe et Rue 6, Port-au-Prince, Haiti, WU.



PROMOTION JANVIER - AOUT 1970

JULIEN CRAAN



COMPTABILITE -- PROMOTION JANVIER - AQUT 1970

Le prix d'Excellence a été attribué & Mademoiselle Eddye SAINT-LOUIS pour avoir obtenu les notes
: Examen Pratique 100%. Examen Théo ique 92.5¢¢,
assist“ de Me Ulrick Craan,lui remet un Set Styla Shaeffez.

PROMOTION 1971

(LE NINTVELLISTE>



PRP AB PABA AB DP Pa aaa alld et PAP AP APD at PL ed hPa ala ld al a ea dl al a
istlapas Vals Ugav lan UagnOaTNayUSigaONQAUUgO UDO IUD AUApHANOSAANGG AACR UU AN Hvvrtt veeCinert vere tiyeCirntsl TT TETTTTCTTITCLTTT TOOT TRO YTLET IN ONT OITITTOITITLEITTEnITOOIIT an TUNED TnI Ton TODTILINUUTT Cun aT nT aa four tags Tear To

a
asda tha aad







































La pieu

Ludovic, le marl de La
Piruvre, a du bon sens, mais
que de rudessc dans le té-
momuuge de sa raison. Mé-
content de son é¢pouse, heu-
reux de ses enfants, i) se ré-
fugie dans les critiques acer
nes, bruyantes, perpétuelles,
contre une Virginie de moins
en moins épouse éprise et
douce, de plus en plus mére
abusive. Or voici que l'une
des filles se fiance selon le
goat et Ics ambitions de Vir
winte. Les enfants ont tardé
a se rendre compte de la si
tuation exacte que leur fait
la mauvaise humeur de leur
mére, son manque de maitri-
se de sot. Mais lacte I leur
ayant ouvert les yeux, elles
réagiront chacune a sa fa-
con. Cunégonde pleure, se
tait, juge, se constitue le mo

“Veur - conscience de sa soeur

Irene (prononcez Ayerine, ce
prénom anglicisé forme l’un
des griefs les plus amusants
de Ludovic contre Virginie)
avec wne logique bien curieu
se el une méfiance de l’ave-
nir conjugal trés nette, déci
dera, puisque son mariage et
son futur meri plaisent tant
& sa mére, de ne pas se ma-
rier, petite vengeance qui
laisse voir les hésitations d’u
ne Jeune fille oscillant sur le
choix d'un état. A la vérité,
c'est la crainte de rééditer en
son foyer l'image de celui de
ses parents qui l’épouvante,
paralyse le oui qgielle devrait
prononcer dans deux heures
de temps. On peut évidem-
ment poser encore d'autres
questions sur l'effroi que lui
cause le mariage, et alors
nous tomberions dans le vau
deville et la pauvre Virginie
ne serait pas accusée simple
ment détre une Xantippe,
mais Mona Guérin n’a pas
voulu nous amener jusque 14
puisque tout semble s’arran-
ger selon le voeu d’une Virgi
nie qui n'a pas reculé devant
une génuflexion suppliante
pour faive changer Iréne d’a
vis et la contraindre a accep
ter de se marier. Une mére
& penoux ! Une fille ne pent
y résister...mais qu’en sera-t-
il a l'avenir ? Tele est la fin:
une interrogation ?

Il -- STYLE ET JEU DES
ACTEURS

“Madame Paulette Poujol -
Oriol crée une Virginie qui
s‘impose, décisive, originale,
livrant un nouvel aspect de
son grand talent. Virginie a
une’ personnalité si forte
giwon se surprend & suggeeé-
rer & Cunégonde ou a Irene.
:Votre mere est une fenme
qui aurail besvin Gun cadre
Pius Vaste que votre foyer
bourgeois pow épanouir ses
richesses; la famille. wi mea-
ti rouspeleur, deux — filles
shurmantes ne suffisent plus
A contenter sit fougue, ses
aspirations itnformuiées. Car
si Von rif de bon coeur a sa
vanité, €talée a tout prupos,
de ses prétentions a égaler
es plus grands bourgeois de
sa ville, de ses désirs de s'af-
firmer importante dans la
communauté qui est la sien-
ne, de ses changements @hu
meur selon son iInterlocuteur.
on pressent que toutes les
frossiéretés naives ou cho-
fyuintes marquent Jes écail-
‘es de la carapace, cachant
‘es nostalgies plus profondes,
ces nostaigies vagues que
rien dans le milieu qu! l’en
tuure ne peut assouvir. Elle
veut un riche et grand = ct
heureuxX mariage pour sa fil
Je ,sa jolie fille qu’elle arra-
che & l’appel d’une vocation
semi-scientifique; elle exige
une cérémonie réglée comme
un ballet, une réception sen-
Sationnelle qui éblouira ses
milliers d’invités, mais elle
nous amuse, car ses filles pré
ferent leur pére, et leur pére,
son mari s’ennuie,— mot fai
bie,— publiquement en sa
compagnie. Alors elle a pris
le parti’ de revétir les durs
habits de Ja «Mégére», per-
stadée’ au’elle est tout chez
elle, commande du méme ton.
ses gens et son époux, car
elle a tout de méme compris
que Ludovic ne se transfor-
mera jamais en Petruchio:
nul ne tentera plus de Vapri
voiser. Elle en est digne pour
tant, mais se complait dans
‘es «Choses». Elle prend joie
et fascination dans le rang
social, Ie faste — l’'argente-
rie Christophle — Elle se noie
dans les petits coins du luxe
-~ ses ordres pour le cham-
pagne, dénigre la nature et
Vespéce des cadeaux recus,
jamais en rapport avec sa
sublimitéy elle fait si bien
au'elle aden toute sa vie de
vant ele le bloc P4re-filles.
dont l'amour mutuel exclura
‘Sa tendresse & elle. Bob Tip
penhauer a mis en scéne un
¢poux grincheux et mysogy-
he mais un pére d’une nuan
ce trés haitienne, trés fine.
trés sensible. Il est, et le pu
bic avec lui, au bord de l’at
tendrissement, a la vue de sa
fille en toilette de mariée,
Rien d’un vulgaire Chrysale;
la situation n’est pas.la mé-

_â„¢e-@ailleurs mais: il ne faut

S‘attendre & aucune tentati-

8
: A PETION VILLE



re de Mona Guérin

(Sulte do In ldére page)

ve de sa part pour percer la
cilrasse de son &mMazone con
fugale. est nécessaire de
vaincr runehilde, voyons,
le secret. Vous le demande-
rez Oo Vamour, yous étes os~
sez grand, vous" l’avez épou-~
sée librement, quoiqu’a cer-
taine tirade vous vous émet-
tiez une certaine plainte qui
prouverait que vous r’avez
Pas eu la permission de la
connaitre assez, avant de
vous engager dans ces fa~
meux liens de hymen. Criti
quez, mais, il y a la maniére,
et pas devant les enfants. Ils
ne rient pas eux de vos coups
de boutoir. En effet. venfant
actuel assume la dimension
tragique de tout foyer et
«Brook de Sheffield» ne se
contente plus d’étre malin.
conteste, dés:le départ, en re
fusant le mariage lui-méme,
institution défavorable a une
société harmonieuse. 1 cun-~-
Leste, el beaucoup plus vigou
reusement que la gracieuse
Cunégonde et la douce Iréne
Sa contestation, on le _ sait
prend certains partis extré
mes que psychologues et pé-
dagogues connaissent bien.

Sa contestation suit la tra
me de l’étoffe qui vet la jeu
nesse actuelle : les fleurs des
hippies, les poudres - dro-
gues, les déséquilibres se-
xuels, la recherche de l’éro -
tisme, le bruit de la violen-
ce... Pour en revenir & Ludo
vic, son amour paternel cou
ronné d'un grand élan de re
tour par ses deux filles don-
nalt cependant un dualisme
que la blonde Iréne aurait
du relever au premier acte.

il laisse voir wih énervement
incontrolable, ses propos ai-
gres croisent ceux de sa Vir
ginie - Pienvre et méme ils
témoignent d'un manque cer
tain de confiance inexplica
ble en la sagesse d’Iréne qui
a voulu se promener seul a-
vec son fiancé, Pourquoi cet
te inquiétude, trés style «an
cien haitien quand le couple
S'attaque en juvénile prome-
nade ! Et ces questions au
retour des fiancés, tout au-
tre fille que l‘innocente Iré-
ne, tout autre futur gendre
que le romanesque Philippe
en aurait senti la pointe in-
sultante el se seraient rebel-
lés. Et ces questions a4 Cuné-
gonde sentent d'une lieve le
pére qui n’aime pas une rela
tion sociale précise pour sa
fille; il s’agit de larrivée de
Gilbert au premier acte et
du ton décontracté du gar-
con pour interpeller familié-
vrement Cui.égonde, Son atti
tude est celle de tout pere
bourgeols, assez convention-
nel

Bob Tippenhauer rend ces
coloris du rdle a merveille.

Jean Mareelin jute avec
uutorité le «deus ex machi-
na» de ja Pieuvre dans le
personnage de «premier té-
moin», Tl montre du tact, u-
ne sobriété d’expression cons
tante, trés appropriée au ré
le qu'il joue, Gilbert. le gar-



A VENDRE

Un lot de piéces usagées de
machines 4 fabriquer briqucs
et blocs en terre cuite.

Volants, arbres, poulies,
transmissions, engrenages,
moules pour briques et pote-
ries, un four électrique 4% M3,
moules en platre pour cérami
que, etc

Contactez ila commercial
William Norr S.A. No. 3, Rue
des Fronts Forts, Tél. 2-2010

gon d'honneur - impromptu,
fait une apparition en coup,
de vent trés sportive. Le rdie
est Joué par Kddy Garnier
qu’on avait déja remarqué
dans «Les Cing Chéris>.

L’auteur semble avoir mis
fort peu d’éciairage sur Phi-
lippe, le fiancé idéal, le par

tien or pour parler pilus cru- .

ment, de toutes les méres am
bitieuses, Le réle est présenté
par Piérre - Richard. Pratt
dont l’extréme jeunesse dis-
tinguée, justifie l’enthousias
me de la belle mére future
et la jalousie rentrée: du beau
pére également futur. Tl a su
mettre une pointe de carica
ture dans le personnage pour
justifier sans doute les bail-
jJements ensommeiiés. d’Iré-
ne qui motiveront son refus
du 2éme acte. Cunégonde et
Iréne, les deux volets du dyp
tique qui se referme sur un
pére extasié, jouent avec na-
turel la piété filiale & un seul
exemplaire. Que de divina-
tion dans le jeu de Cunégon
de. bonne trouvaille que ile
coup de la biére pour ne pas
faire figure de laissée pour
compte. Elle n’entre pas du
tout dans la ronde du snobis
me paternel ni maternel. [ré
ne aurait da montrer de i’hu
mour dés le premier acte,
elle eut allégé son personna
ge jusqu’éa la fin. mais elle
laisse voir, avec une certaine
finesse que ses ficelles sont
tirées per Cunégonde.

Et que dire des apparitions
et des disparitions de Fifi,
petite fille heureuse d’étre
utile et de s’amuser en mé-
me temps; elles apportent
des réminiscences de tout ce
qui se passe dans beaucoup
de familes port-au-princien
nes @ Yoceasion de grandes
réunions comme l’argument
de la Pieuvre. La mignonne
Dominique Wagner avec une
ingénuité qui aurait di dé-
sarmer l’habituelle hargne
de sa tante Virginie, esquisse
le rdie de Fifi qui apporte a
action des sinuesités pour
la faire progresser jusquwa l'a
veu de la candide fiancee re
fusant d'épouser Philippe.
Car au fond, Iréne 4 des re
vendicalions contre Virginie
qui a coupé les ailes a la fem
me Ge science en la pous-
sant au riche mariage.

III-— LA MISE EN SCENE

La mise en scéne de Gla-
dys Wagner souligne avec ai
sance et réalisme ce caracté
re «bourgeois haitien» de La
Pieuvre. La campagne du pre
mier acte frissonne sous les

Petites ou grandes construc
tions —- Hangars pour avions
—~ Eglises — Dépét -— Ware-
houses — Gymnasium — Usi
nes de manufactures — Sal
les de spectacles — salle d’ex
position d'automobiles —
Bungalows pour la campagne

Le style peut étre aussi sim
ple que élégant, Ila qualité ex
cellente. Le prix est plus rai-
sonnable que toute construc
tion conventionnelle. «Nous
sommes le plus’ important
constructeur dans les Carai-
bes et nous avons réalisé plus
de 250.000 buildings dans le
monde»,

La compétence et l’expé -
rience & votre disposition

pour vous offrir un produit
supérieur a un prix modéré.

Bénéficiez d’une prise de
contact qve nous offrons gra
tuitement A la TIPCO, Place
Geffrard: — Téléphone 2-0623
P. O. Box : 396



AVIS

aux adresses suivantes
A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

Lalue

Coles’ Market

Laloe



CEUDI ier, OCTOBRE 1970



petits palmiers et le ciel d'a
zur tropical. Le petit salon
fourre - tout des deux der-
niers actes,; recoit confiden-

, ces et cadeaux, sous les Cou-

leurs vives des tableaux et
des fleurs. Au second et au
troisiéme actes, il aurait fal
lu, peut étre un bruitage plus
accentué dans les coulisses
pour marquer Yatmosphére
fevreuse des préparatits de
la grande cérémonie» afin de
mieux révéler le caractére in

‘ solite de la réflexion de Cuneé

gonde en un tel instant. Ce-
la aurait accusé la hate, le
bonheur fébrile de Virginie
parvenant au bout de __ son
principal désir, et le ratant
avec une stupeur qu'elle rat
trappe par la suite avec les
grands moyens de sa pres-
sion sur sa fille. :

IvV.— DENOUEMENT ET
COUP DE THEATRE

Le dénouemert montre en
Virginie, plus pieuvre que
jamais, une rapidité de déci
sion que n’eut pas désavoué
Sheridan «She stoop to con-
quer». Sa fille céde, mais l’a
venir n’est pas couleur de ro
se pour Philippe. C’est pour-
quoi Vauteur a raison de se
demander si c'est une comé-
die ou si cette fin est heureu
se 2? Ludovic et Virginie s’en
tirent 2 peu de frais, car au
fond, méme en Ludovic, le de
sir de ne pas marier sa fille
est évident; en tout bour
geois port-au-princien som
meille un Monseur Barrett
de Wimpole Street, bien
qu'il n’ose se croire le péere
de Miss Ba. Cunégonde et Ire
ne s’étant défowlées par le
petit éclat du refus de ja no
ce, il ne sera plus nécessaire
de recourir aux aléatoires re
mises a flots de l'esprit et
du corps. Mona Guérin cache
un moraliste eb Breuilh paric
Je langage qui lui convient.

VI — MONA GUERIN ET LE
SENS DU THEATRE

NN

Des -Cinq Chéris» a la
Pieuvre»>, Mona Guérin s’af-
firme duuée de réelles quali-
tés @auieur dramatique. elle
ouvre dés perspectives au
théatre haivien.

En assistant a la premiere
représentation de La Pieu-
vre, on & mieux senti la priva
tion longue. Varidite de [a
scéne port - au- princienne,
desservie de loin en loin par
Ges oasis que la soif pour i¢
théatre aurait voulu multi-
plier. Ce n'est plus le mo-
ment de se lamenter; la ro-
buste vaieté de Mona Guérin
réussit ce tour de force, de
concevoir, d'écrire, de mettre
en scene sa piéce un an a-
prés le succés des «Cing ché-
ris», Que ne donnera-t-eue,
encouragée par l’accueil fait
i La Pieuvre ?

Les petites difficultés ne
font pas effrayée, elle ne
s'est pas complue dans les
louanges décernées aux pié-
ces précédentes, elle a su, a-

. vec sa soeur,Gladys Wagner,

réunir toute une équipe épri
se de théatre autant qu’elles
le sont toutes deux, au point
de sacrifier & cette passion
un besoin de vacances tout
naturel A tous ceux qui, a-
yant travaillé toute l'année
auraient aspiré & un repos.
Mais V’auteur et ses dévoués
collaboralteurs semblent ass
rés que La Pieuvre ayant ap
porté un changement d’occu
pation, a offert des vacances
du méme coup, a ceux qui
ont préparé son triomphe.

24 Septembre Nh

Les Produits H A M Pp C O peuvent étre |

Maison Rigaud

Rue: Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute Delmas

Luce Chatelain

Rue Toussaint Louverture

| zs
Boulangerie St- Mare
Ave Jn Jacques Dessalines












Nos Mots Croisés

URKOTLEACE




TRMWVuMvn x
iam

ho

rt

“a

5

Ll

am

a4

ol] |

-
°

HORIZONTALEMENT

No thta f°

tT -- Accompagne dea choeura
“religious

n Conjonction Enoneda

Prepoaitlon

i A Cait Vobjet dy blon dee
Veralalls

" Que Mean que dea!

Crbochard

XXXX
VERTICALEMENT
\ Mise en civenlution
Ul Dont on a Cud fea nitere-
hes
a8] T'namusnis ~- Vit partir

an patriarche



tV — Supplice affreux
! Ce sont elles qui forment Vo. Oxyde natu el de Cer
un homme VL. En sienne —- Arrose E-
2 Gnve les oe. -- Frit peur vreuy
wax enfants VU -— Article arabe — Vont
20 Helle fourrure ~ Bien ar de Uavant
rivee VIIT — Réve — En fin de soi
Ville dEcoase , rée
® Moat de passe -- Sur te 1X — Fin de participe — En-
cour ier dun futur offieter levée
c Vovelles -~- Saint pyré - X - A de grandes pattas —
neen — Regle Mon're qu'il a chaud
XXXX
Solution du probleme précédent
SOLUTION No. 667 F,
HORIZONTALEMENT VERTICALEMENT
SOLUTION No. 668 F- L. Saine; Daum — IL. Officiers —
1. Sounerie —- 2. Afrique; AR- Ill, NR: Rosier IV. Niobé; Acre
tf; Oust; Ré 4. Ni; Bis; Uns - V. Equitables — VIL Russe;
fo Berére: SOLS. 5. lo: Ré — NT -- VIL TET; RS; Ti Vy. U-
7. Désabuse &. Ariel: Spa -- 9, 0 gees 1X. Arno: Peu — X. Pressu
seysent; Fae 1 Restitag Tage
yore re th OMS




Par

Wy

A

apt

VOTRE HOROSCOP:

francs ).

sh

Chercnez ta section correspondant au jour de votre anntver

satire de natssance et vous trouverez

vows signalent les autres pour demain.
Droit de reproduction totale ou partielle réservé.
Propriété King Features. Syndicate — Exclustvit¢

VENDREDI 2 OCTOBRE 1970

2] MARS AU 20 AVRIL (BE-
LIER) gy Seus des influences ac-
tuelles, des entreprises exception
nellbs avadveront sensiblement
les affaires courantes si
Evitez les

ainst que
vous efex methodique.
ext nies.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU-
REAL) : Si vous messeyaz pas
Vimpossible, vous trouverez la

journée satisfaisante, Montrez vo
tre diversité et votre peesonnali-
te,

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX) : Evitez le décourage-

Developpez Ja confianee et
la securite. Mettez & Vépreuve vo
tre stabilité natu.elle.

ey JUIN AU 23 JUILLET
tCANCER) : Employez des idées
Des personnes influen’ es
pourraient étre int téressées pa- Vo
tre travail ou vos affai es. N’ex
Primez pas des opinions vagues,
surtout dans Vapres-midi. Soyez
direct et vous éviterez Ia confu-

ment.

Heuves

MIOn,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION), : Cette journée contien
dra davantage qu‘elle le parait
de prime abo d, Creusez profon
dement pour en exhumer leg tré-
ors cL soves ce tain de votre réus
Ne dépassez pas toutefois les
Yaniies raigonnables.

24 AOQUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE) Examinant
touley Jes possibilités, voug ferez
certainement le meilleur usage de
vou dons Vaai’s ct votre faculté
Weffiencité cL de stragédie. Visex

Haut. J

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE) : Toléran
ce et discrétion uccompagneront
paroles et actions. En dévelop -
pint ces dispositions, vous pro -
ressez avec vélocité, avec avan-
tages el bénéfices correspondants.

24 OCTOBRE AU 22 NO -
BRE (SCORPION) Excellente
conjonction, Votre jugement, vo-
tre flair et vos réflexes sont a
tour maximum miig souvenez-
vous qu’un ben copiportemunt
“impose Buss).

24 NOVEMBRE AU 2) DE -

vile,

CEMBRE (SAGITTAIRE) : Con
sacrez votre attention a complé-
ter vos taches de routine — prutot

qua vous lancer dans des entre-

poises (envergure Bonne jour-
née pour progresser dans tec nf
faires.

22 DECKMBRIS AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORN FE) N‘hési

tez pas a demander de Taide ou
un renseignement. Plus de ce,
venux an travail, plus les con) -
naissanees s‘accumulent, Vous at
fronterez. la compétition mais
Vvoug pourrez en triompher,

281 JANVIER AU to FE -
VRIER «VERSEAU) Fouillez

bien les secteurs qui nécessitent
an axamen apprefondi majs lan-
eeg-vous dans vos .¢atisationg des
que vous avez les reperes attendus
Lox recherches artistiques sont fa
vorisées,





Pharmacies assurant
le Service cette nuit.
ZEUDI ler. OCTOBRE. 1970 ,

«LAVOISIER,
Lalue

ST. YVES> ~
R/D/Cesara

les perspectives que
«LE NOUVELLISTE>
20 FEVRIER AU 20 MARS

(POISSONS) : Une de vos meil-
Jeures journées pour le_succés et
i divers points de vue. Mais forti
fiez Ia situation présente avant
de vous Jancer en de nouvelles a
ventures. Servez-vous de votre in
tuition et de votre sixiéme sens.

SI VOUS ETES NE AU/OUR
D’HUI : Vous avez une personna
lité trés sensible et artiste. De

_nombreux musiciens, poéces, pein

tres et écrivaing sont (ou ont été)
des natifs des Balances. Votre
pe-sonnalité sé¢duisante peut aussi
vous assurer du succes sur la scé
ne mais vous devez apprendre a
controler vos réac‘ions car, sans
la concentration nécessaire, vous
ne pourrez réalise- une carriére

de tout premier ordre. Ne redou- -

tez pas de n'¢ire pas & la hauteur.
Il n'y a guere de but ane vous ne
puissiez atteindre si vous Je vou
fez du fond du coeur.



Aujeurd’ hui

COIN DE L’HUMOUR

Dans un restaurant de Mont -
réal, un américain se rend au la-
vabo, tourne ce qu’il croit étre le
Lobinet d’eau froide et regoit sur
los maing un jet d’eau brilante.

Furieux, il fait appeler le zé-
rant.

—— C’est inadmissible | vocifere
-t-il. Pourquoi vos robinets sont-
ils ‘marqués n’importe comment?

— Regardez bien, monsieur, ce
robinet porte un C, explique pa-
tiemment Je gérant C'est la pre
miére lettre du mot «chauds, en
francais. I] faut gavoir ¢a, mon
sieur, quand on voyage dans la
province de Québec.!

Le client écoute, médusé, mais
i] ne tarde pas & découvrir une
souvelle anomalie:

~- He ! Un instant ! Liautre
robinet porte aussi la lettre C.
Comment -xpliquez-vous ca, hein?

.-- Mais bien sar, monsieur, re
pond le gérant, C’est la premicre
lettre de «Colds (froid), en an -
ilais. Vous oubliez, mon bon ‘mon
sicur, que Montréal est une ville
bilingue et que, par consequent,

restaurant’ Vest augsi.
Catholic Digest

nolre





Vente de
Générateurs

L’Ambassade des USA met
cen vente des générateurs qui
serohnt exposés dans la cour
de cette Ambassade de 9 h.a
10 h. 30 A.M. le samedi 3 ac
tobre, Les offres sous pli ca-
cheté seront acceptées jus -
qu’'a 10:30 aprés quoi elles se
ront ouvertes.

Offre minimum $ 200
Les générateurs seront ven-

_ dus aux plus offrants.



A VENDRE
1 Jeep Land-Rover,
le 1953
1 tape recorder
May-fair
2 bureaux, I classeur métal
Hque
S’adresser &: Lalue
No. 178
Phone : 2-2119 !

modé-

marque

ACTUALITE

LA NOTE AOVIETIQUE
AU GOUVERNEMENT
DIES WPrATA-UNIB
MOHKCOU, (AFB)

Le ponvernement de PUR
Anis ne rete renitae awpour-
hat vA VAmbasside dea ho -
tala-Unda a Moscou, a deman
de np grouvernement nimert-
enin de prendye tes mesures
wpproapriges pote mectre ue
terme aux detivites dange -
reuses des @xtrémistes slonis
tes nue Btats-Unis aut ont sus
cette Vindlignatlan léyttiiie de
Vopinton soviétique.

Le gouvernement des Etats
Unis, poursult la note dont
le texte intégral n été dlffuse
par Agence Tass, du fait que
son inuctivité pratique de -
vant les provocations des ex
trimistes sionistes de ne jul
servir que la campagne hosti
& VUnton Soviétiques et vol
cl des conséquences nuisibles
aux relations entre les deux
pays, ce qui, de Vavis du gou
vernement de l'URSS ne cor
respondait ni aux intéréts du
peuple soviétique ni a ceux
du peuple américain.

Depuis un certain temps,
une campagne antl-soviéti-
que est menée aux Etats-U -
par des organisations sioni\s-
tes, ajoute la note. Cette cam
pagne est assortie de mena-
ces et de provocations contre
les institutions et lesreprésen
tants de l'URSS aux Etats- U
nis. Une activité particuliére
ment intense est déployée
par la prétendue ligue de la
défense des Juifs, dont les
menées provocatrices entra-
vent l'exercice des fonctions
officielles des institutions so
viétiques aux Etats-Unis et
menacent la sécurité person
nelle des représentants dipla
matiques et autres de l'URSS.
Les membres de cette organi
sation vont jusquw’a se livrer
a des. activités de violence
contre des citoyens soviéti -
ques.



RENE COLES

LALUE No, 180



Le Champion du beau vé
tement annonce 4 ceux qui
partent pour l'Europe, les
USA ou le Canada, qu’ll est
revenu du Canada et des
Etats Unis avec une techni
que moderne et sare, qu’D
est en outre le Seul capa-
bie de confectlonner un
manteau d’Hiver qui solt 4
la mode dans les différen-
tes Capltales du monde.

Ils trouveront également
des costumes et des panta-
lons et un cholx judicleux
de tissus pour les élégants
qui préférent la coupe cur
mesure.

QUARTIER GENERAL
DE LA CIE.
DES POMPIERS

(27éme. COMPACNIE)
Port-au-Prince, République
d'Haiti
Le 25 Septembre 1970

AVIS

Conformément aux pres -

criptions de la Loi du 7 Sep
tembre 1949, réglerrentant
lemmagasinage, la manuten
tion et le commerce des liqui
des et mati¢res inflamma -
bles, les intéressés sont avi-
sés qu'un délai expirant le 30
Octobre 1970 leur est accordé
pour se mettre en régle avec
Vvadministration pour lexer
cice en cours.
LATTENTION DES : Direc-
teurs, propriétaires ou ge -
rants «responsables» de sal-
les de spectacles, d’Ateliers,
d’Usines, de Garages, de For-
ges, de Pharmacies, de Blan-
Chisseries, d’Imprimeries, de
Dry Cleaning, de Magasins
de tissus:



-— de Depots de planches, de”

Fibres combustibles, de Car-
touches, de Films de cinéma;
— de Depots ou stations de
vente de produits de pétrole
et autres liquides intiamma-
bles;

CALLE DES Usageants de

Tubes L.P. Gaz (sutane —
Propane etc...)
ist attirée spéclalement

sur les dispositions ae la lot.
Passé ce aelai, les retardatai
res seront poursuivis.
Léon ACHILLE
Capitaine F.A.d'H.
Chef du Service d’Incendie.



«Ll ROVVRLLISOTED



PAOE ®



Notre Haiti et ses maximes:

ACADRITE GAD Ot

Hitéorale & ypoverboe: Le
cabri examine d‘ordinatre toa
yeux (au ia mine) duomattre
de la matabn (oo DN) nfeat pra
habltud, bien entendu, eb vou
drnit ontrer) pour pour valtr
quelle mine celul-el lul fate a
vant de a'aventurer ay pénd
trer.

Vulcl “ag be prove preaquo

Ten effet, sf Von considére Lat
{tude des cabris dang.nos pe
tites localités de la Province
od is circwient en général
brement, l'on remarquera as
sez souvent qu'un cabri peut
venir au seul] de la porte d’u
ne maison, se tenir li long-
temps et prudemment, pour
voir st on va bientdt le chas-
ser avec un «Kite, Kite> ou si
au contraire, le maitre est
bienvelllant et sympathique,
lui dira un petit «Bite» doux
et encourageant.

Dans ce dérnier cas, le ca-
bri; sensible par nature aux
gwestes affectueux, entrera et
osera méme, poser son mu -
seau sur les jambes de cet a-
pour aussi longtemps que ce
mi des bétes et restera la
dernier voudra le tolérer, voi
re lul caresser la téte, Et, dés
ce moment, plus fidéle qu'un
chien, il prendra l'habitude
de juf faire visite chaque jour
Mais, le mauvais cOté de la
chose, c’est qu'il ne s’arrétera
pas la, avec ses famillarités
dans Ila maison : des fols, il
se permettra aussi de pren-
dre sur ja table des fruits, du
pain et autres aliments,
quand ces choses n’‘auront
pas été bien assurées. Sans
compter d'autres ennuis qui
née seront qu'ironiquement
compensés par une large dis-
tribution de noires pilules.

Les personnes qui n'ont ja
mais vécn A la campagne ou
dans wn bourg é¢loigné du
pays, mont peut-étre jamais
cu une pareille expérience.
Mais moi, votre serviteur, je
lai euc souvent, jadis, dans
une localité au fond au Nord,
ott je remplisais une mission
éducative,

Mais, chez celui ou le cabri
aura été chassé dés le pre -
mier abord, c’est a peine si,
longtemps apres, il voudra re
venir pour faire un nouvel es
sai.

LE SENS PROFOND de ce

proverbe est celui-ci : De mé
me que le cabri regarde, a
maintes fois la mine du

maitre de la maison ott il vou
drait entrer, pour savoir s'il
doit se: permettre de le faire
ou pas; ainsi certains profi-
teurs de professions, considé
rent-ils bien le caratére des
gens avec lesquels ils entrent
en contact pour savoir s'ils
doivent abuser d’eux ou leur
manquer d'égard : S'ils re -
marquent qu'ils ont affaire a
un étre brave, austére ou de
principe, ils rengaineront, ils
ne risqueront pas une tentati
ve-trop hasardeuse. Par con-
tre, s'ils constatent que leur
partenaire est un étre simple
donux ou trop complaisant, ils
se moqueront de lui ét pour-
ront méme arriver a l’occa-
sion, a le deshanorer avec tou
te sa famille

J’ai souvent pensé a ce pro
verbe, efi constatant com -
bien, de nos jours, certains
jeunes hommes, malhonnétes
et abusants, humilient, piéti-

COMPTES

propres

Lola VERNET
MAITRIE CAILLE

nent des famihor quila tra -
quentent, par leurs écarts,
feura parolos légdroa; quand
co neat pas, par learn propos
-erosslera, Jeurs conversations
Veenelenses, eb autres aetes
réeprétensibles, co, shaple -
tent puree qu constatent
que de pére ou ta mére quel-
quefols les deux ensemble
Wonk prs Vautoriteé qu'il
convilendra(t pour gouverner
leur malson. Tanda — au'lls
vous @ront — ces mémes jeu
nes hommes -— d'un pere de
famille sérfeux, qui tes tient
constamment en respect
«Tontonga-a, moin pas rin -
main coaractére li du touts ou
amofn pas supporter Il» etc

Par

C'est & lout bon entendeur a
lors, de salsir que Ia raison de
cette antlpathie, de cette a-
version, est quills avaient son
dé la passe; et qgu'iis se sont
trouvés en face d’un Chef de
famille conscient de ses res-
ponsabilités, & cheval de plus,
sur les bons principes : autre

ment dit, un de ces observa-
teurs invariables des bonnes
régies d’autrefois A cet égard;
et quills ont été, en consé -

DAVID BROWN
TRACTEUR DIESEL



AVANT L'ENTRER>»

quenee, décius, dans leur ma-
Velense eapbrance, ayant
COonsbAté “que apaln argon

tan enitle-fde ATU C#S TIOM-

MES .- CABRISE..
Cependnant, (fous faut di-
reomussl que, blew souvent,

ces peres de families, ces mat
tres décole, eb autres per-
sonnes qul oceupent des Pos
tes de comtnande, ne sont
pas au fond, auss! méenants,
qivon voudrait le crotre d'or-
dinalire. Mats, quarriverait.
il si. em certafnes cireonstan
ces, Hs ne prenaient pas cet-
attitude, apparemment séve-

re?... Eh bten! «yo ta jouer
lan barbe ya» Car certains in
dividus grands ou petits
— ne savent pas la mite a
garder, quand blen méme un
Supérieur aurait eu Ia condes
cendance de se montrer doux
et familier a leur égard. C’est
un complexe, une ignorance,
que malheureusement, nous
rencontrons chez beaucoup
de ceux qui bénéficient d'une
telle condescendance ou d’u-
ne certaine magnanimite.

Louis VERNET



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE

HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLOQUE
DISPOSITIF EXCLUSIF « BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE.
DISPONIBL. E EN VERSION INDUSTRIE F

DISTRIBUTEURS

aey tn Eek swnd

Pore wee.
Fe a Oe ee

pm past plete

: x se,
thet, ta

sees SAP SITE,

COURANTS

Dans le conmmerce comme dans l'industrie
tout homme d'affaires doit bénéficier des
services modernes d'une banque qui vous
sont offerts par LA BANQUE ROYALE
DU CANADA. |:

Un compte courant vous permet de faire
tous vos palements par chéques et vous donne
eusal-un strict controle de vos dépenses . . .
et vos fonds sont toujours en sécurité, tou-
jours a votre portée.

AUTRES SERVICES A VOTRE DISPOSITION:

© Compre: PEpargne
© Coffrets de Siretd
« Lettres de Crédit

« Mandats-Chéques

« Chéques de Voyage

@ Service PEncaissement

LA BANQUE ROYALE DU CANADA

STABLIE BN HAITI DEPUIS PLUS DE 40 ANS |
Socit Anoayme — Capital versed & Fonds de Reserve
CAN $ 328.628.000 _

Plus de-3200 succunales au Canada, dane tes Antilles ct
T Amérique “du Sud, bureaux & New York, Londres et Paris.



1

DANS NOS CINEMAS

AU CAPITOL

Vendredl a 6 hh. 30 et & h. 90
Ik ETAT UNE FOIS

DANS L'OUEST

Entrée Gdest 3.00 et 6.00



CINE OLYMPIA

Vondredi (Permanence)
LES LONGS JOURS ©
DN LA VIENGIANCE
Butrée Gde. 0.60

ae
CINE STADIUM

Vendredi (Permanence)
SUR LA PISTE DES APACHES
Entrée Gde. 0.60



Consultes votre conseaillérs
LUND... Jfhaih
MARDI 9h.41h.
JEUDT oo... 2h.aéb
VENDREDI 2h.a 6 h.



CINE ELDORADO

Vendredi a 6 h 15 et et 8 h. 16
En flere Partie :
LES JOKERS
En 2é@me Partie
LE DERNIER BASTION

Entrée Gdes. 1.60 et 3 06



be Luxe Auto Ciné

Vendredi A 7h. et 9h.
L'EVASION LA PLUS LONGUE
Entrée 1 dollar par voiture



CINE SENEGAL

Vendredi a 6 h 15 et et 8 h. 15
BANDOLERO

Entrée Gdes. 1,00 et 2.00



AIRPORT CINE

Vendredi & 6 h. 30 et 8 h. 30
COMMISSAIRE X HALTE
AULSD

Ent: ée Gde. 0.60 et 1.00



«LISEZ
LE NOUVELLISTE>





Restograi en Lotion et en Pommade

REX THEATRE

Vendredi a 6h.
TEXAS ADDIO
Mntréo Gder. ?.50 et 4,00

ot Hh, 16



CINE PALACE

\
\
?
Vendredi A 6h, et Bh, UB
EUX PISTOLETS '
POUR UN LACIE
Entrée Gde. 1.60



Vlebewa Kibirsleis

Programme du Lundi 28 Sep. au Samedi 3 Oct

& Maison YVES MORALLLE
& Matson YVES MORAILLE
& EXPRESS MARKET
& EXPRESS MARKET
Démonstration tous les jours sur rendez-vous

& CASA PCMPADOUR
Rappelez-Vous Madame Belle ce soir! Ridée Dematn>

L’Avenir de votre peau se jfoue & trente ans.
HELENA RUBINSTEIN

PARAMOUNT |

Vendredi 4 6 h. et 8 h.
(Dernitres Représentations)
VAFFAIRE THOMAS CROWN

Entrée Gdes. 2.50 et 4.00



MAGIC CINE *

Vendredi 4 6 h 165 et et 8 h. 16
MON ON“LE BENJAMIN
Entrée Gdes. 1.50 et 2.50



CINE UNION

Vendredi 8 6h 15 et 8h
ALVAREZ KELLY
Entrée Gde. 1.00



DRIVE IN CINE

Vendredi & 7 h. et 9 h.
GROS COUP A PAMPELUNE
Entrée 1 dollar par voiture



. MONTPARNASSE

Vendredi A 6 h 15 et 8 h.
L’EVADE DE YUMA
Entrée Gde. 1.60



ETOILE CINE
Vendredi a 6 h. 30 et 8 h. 30
HIBERNATUS
Entrée Gdes. 1.50 e¢ 2.50

PLEO DEDEDE



Rajeunissez avec RESTOGRAI

Plus de cheveux blancs.

Pour les Hommes la Lotion est excellentel”
Pour les Femmes, résultat aprés 15 — 30. et 60
jours. Succés garanti, plus de 3000 personnes a Port
au Prince en ont fait déja ’heureuse expérience.
[en vente dans toutes Pharmacies et Epiceries.
TIPCO, Distributeur.





EX BOULETTES

RESIS ES SORTS ee







LA ©

Mort aux Rats.



GIBBONS |

QUEL QUE SOIT
LE RAT

IL PERIRA







INSTANTANES

(Suite)

tion Chretienne, réside a PL
de Paix nebuehement.
XXXX
Moauchume pie Boucaurd est:
saitiniaite des deux mols de
Veeanbes Qavedie vient de pis
Bey Gans sa familie, Crest
Lier matin quveiie est repar-
fie pour New York, He y ré-
sade Goepuis sehae RNS.
XXXX
Maduanre Laon Solages, née
Olms Cassis, est partie & des-
tioation de la Ploride lier
iititg A Maan, ele passera
Va L ek iad jours avee sa fit-
re Chtadet fe eb Ses nevedx et

rece, Madame solages fut
saluece ou baeropert par le
raminercant Leon Solages,
sow ‘ari, Madame Nassitn

Moura, sa fille cf Romeo Ha-
Jou, sen evel.

Le meme jeur, a pris Va-
Vien Mauenmemselle Evelyne
Baboun. Ede aussi s’est ren-
aque a Miami, ’

XKXX

Creat hier matin qiwest par
ti pout le Canada Monsieur
Yves Samy. A Montréal, il é-
tudiera Ja Chimie. Sen diplo
me @ingenieur Chimiste, Y-
ves Vobliendra dans cing ans
Nous svullaitons du succes a
Yves Sumy.

Sont egalement partis pour
le Ganada ie Chauffeur - gu
de Fritz Benjamin et sa jeu-
ne socur Marie - Nicoie. Que
leurs Vacances Solent agrea-
ples |

KXXK ’

Beneliisire dune
de perfecdennement de VO-
NU, VIngénieur Jean Ernst
Jospitre, du Conadep, esi par
i pour Bruxelles hier aprés-
mudi. Les cours quill va sui-
vre daierent hut mois. Pucrerare, Vingeniew Jean
Erust Jospitre fut salue par
Me Joseph Jospitre. son pére,
PIngenieur Gérard Jositre,
sen olicit, Monsieur Marmon
tel Destino, cu Conadep, son
frere Reginald, sa sveur Ma-
tie - Héléne, Carmen Jospi-
ire, Sa fante. et Messieurs
Danicl Fleury et Haow La-
puerre

XKXX

Le Frére Joseph Bellanver,
de VIns.ruction Chretienne,
cst arrive de France hier ma
on. Ti enseignera a Institu
tion Saint Louis de Gonza-
gue. Il fera toutes les matie-
res en classe de sixiéme, sauf
les math

XXKX

Monsieur Joseph Issa, qui
est dans le commerce textile,
est reniré de voyage hier a-
pres midi. Pendant trois -
mois, Joseph s'est promené
siutour du Monde. Il a séjour
ne notamment au Japon, au
Liban, en Europe, et en Amé
Offre d’emploi

L/Arbaseade Americaine
Jre riaiplaver tne dactyle

boop gu sera sadester ie ta
Seetion Conocakure Poul por
fadent acee poste doit érre In
hoyle Cav Patig tls Anpliais)
ad capable de dactylogra-
plier aw moins de 40 mots a
soninute. Les formutaires de
eanuiGe “etaplol peuvent e
tre obtenus an bureau de ja
ReceplLonniste de lAmbassa
ae

dh

bourse

rique du Nord.
xXXX

serge Vericain, fils du Com
tmandauut Paul Vértcain, est
rentré @urope hier apres -
mich, Pendant cing ans, Ser-
pea etudté le Génie mecani-
que tt Hambourg.

XXXX

eb Madame Ja-
mil Assalf ont ew un excel
lent séjour & Mian. C'est
hier apres midi quis lous
pont revenus.

Yst. rentrée de \yoyage hier
apres - midi Gilberle Salés,
fauréate de ta dernié¢re pro-
motion du Secrétarial School
du Christ Roi. Gilberte vient
de passer trois mois en &ure-
pe. Mile a sejourné cn Itatie
en wWnglelerte, eu Slasse,
en Bspagne.

XXXX

Une petite fille belle, belle,
belle, féte aujourd'hui son an
juversaire de naissance. Cet-
ie pelite fille sage, sage, sa-
ge, sappelle Alexandra Clé-
rié. Elle a deux ans revolus.
Son pére, Claude Cléri é,
sa mére Marie - José,
sd soeur Pascale, son
parrain, sa marraine, et tous
ses parents ef amis lemoras-
sent Terl, fort, fort. 4

XXXX

Un mastic a totaiement dé
naturé quatre ou cing de mes
instantanés diier. Je nven

Monasit

trxcuse aupres des lecbeurs de
ma chronique





poDpoeoTs :
AY
iT
Yous dispense de par- 5






















ce pour les emplettes de’
vos enfants, a lVoccasion
de Vouverture des clas-
ses.
Vous trouverez jes aru
cles suivants: tergal ma
rine, blane et couleur, d2
cron, popeline, chausset.
tes, demi bas et sous-vé
tements.
Egalement, de jolies gui-
pures, broderie, dentelle,
etc, draps de toutes les
dimensions, oreillers, pan
oufles pour Games e:
suiours le savon citrou
valoy et le savon au suc
de laitue. .

Les MAMANS les
‘lus difficlies seront sa-
B tisfaites pour le trous -
eau de leurs bebés tels- }

que robes, chemises,
w brassiéres et drap bro -
des, couchettes, serviet-

tes, moustiquaires ete.

AU MONDE onc

Rue du Magasin
de VEtat No. 89

MARIAGE

Marcha -
Theve

M ftover Atime et
eee gree atten] - Peccile
my ont de platar de votes fal
leo parl de ieur marke cele
bre oa striete tutimite de lun
ai 23 seplembre 1970 a ooh
2G pnt. par 1 Officier de VE-
tat Civil, Mie Pierre Augus-
tin René Salgado, dans !es
salons des €poux Ludavie La
fontant, a Badiole.





OU IREZ- VOUS
SAMEDI SOR

LES SCHLEUX - SCHLEUX
Vous reviennent au

Rond Point

Night-Cluh

Samedi 3 Octobre 70
Faites vos réservations

Admission : 3 dollars





AU CAPITOL

VENDREDI 3 OCTOBRE 1970
A 5 Hres. 30 et 8 Hres. 30
























College Abraham
Lincoin

Enseignement Secondatre
tue Capois No 38
Port an-Piince, Haiti

Lia direction du College A-
braham Lincoln avise les in-
téresseées que les inseriptions
en vue des examens dydmis-
pion se peursuivent ait loewl
de UEcole sis a it Rue Capois
au No 58, tous les jours ou-
vribles, le matin de 8 heures
av Midi, le solr de 2 heures &
5 hres.

Peres cl Meres de famille
vous qui voulez une bonne ¢é-
cole, ayant une discipline ri

Boureuse eb une méthode
Wenseignement efficient et
pratique, aileg vite placer

vos enfants au COLLEGE A-
BRAHAM LINCOLN, Rue Ca
pois No 58, of un groupe de
professeurs qualifiés et che-

tet Yronnes se sont évertués a dis

penser des cours a la portée
de toutes les intelligences.

Carnet Social

Cest pour nous un rée)
plaisir de présenter nos cha
leureux compliments et nos
voeux de bonne santé a
Mme. Carmen Christophe a
Yoceasion de son anniver-
saire de naissance ce jour-
dhui ler. Octobre.

Elle a pensé a organiser
yne réception intime 4 la-
quelle “participe sa
Mme Marie-Michéle Sassine
revenue aujourdhul des E-
tats Unis.

Le Livre n’est pas
introuvable

En effel, i reste | encore
quelques exemplaires du li
vre de notre eollaborateur
Fortuné L. Bogat - IDEES
ET REMINISCENCES» a la
Piéiade, la Librairie Nou-
velle et la Caravelle.

Prix $ 2.00

Ofire d’emploi

Pour une Secrétaire possé-
daut l'anglais, la comptabi
lite’ et la dactylographie.
Expérience requise.

Ecrire en fournissant refé-



rence, P. O. Box 396, Port-

AVIS

La Direction de 1’Ecole Tech
nique de Cosmétologie porte
a la connaissance des intéres
sées tant de la Capitalc que
de la Province, que les Ins-
criptions aux cours de coins
de beauté pour l'année acadé
mique 1970 -1971 seront re-
gues tous les jours ouvraples
de 9ham.a4h pm. au 93
de la Rue Pavée. Elle profite
de Veccasion pour rappeler
que depuis Mars 1970 elle a
inaugure, a Vétage du 90 de
la Rue Pavée son nouveau lo
cal doté de matériel up to da
te.

Comme a Vaccoutumée, des
facilites de perfectionnement
a Pétranger sont toujours ré
seryveea aux evlevess de Vicole
Fechnique de Cosmetolonic

Mime Germaine
OG PLLRgi-Loutls,
Liectrice ~ Fondatrice

Colieue Ellioth =

Pierre
PARENTS DE LA CAPITA-
LE & PROVINCES

Parents soucieux de la
formation intellectuelle et
morale de vos enfants;

Parents pour qui la pré-
paration de l'enfant d'age
scolaire constitue un casse-
téte;

PERES & MERES DE FA
MILLE qui n’avez cessé de
controler te COMPORTE-
MENT des enfants (FILLES
é& GARCONS) a4 lV'ECOLE,
dans les RUES ct dans les
REUNIONS :

Un ETABLISSEMENT SCO



LAIRE, un CENTRE DE
CHOIX s'‘impose

le «COLLEGE ELLIOTH
PIERRE ».

Le COLLEGE ELLIOTH
PIERRE dont Vambition

s‘imprime dans la fierté de
la préparation efficiente de
ses éléves a élaboré, pour
mieux encore vous satisfai-
re, et pour plus d’adapta-
tion des éléves aux travaux
pratiques, wun Programme
de choix

1) Enseignement — techni

que des matiéres de base,
rivé aux principes de la pe
dagogie moderne
2) ORGANISATION
GROUPES pour les
ces pratiques.
3) DELEGATION de Profes
seurs chargés de la supervi
sion de VEnseignement
technique des matiléeres,
siant en section primaire
qwen Section Secondaire,
chague Superviseur étant
placé dans le contexte de
sa discipline.

4) SUPERVISION GENE-
RALE par le CONSEIL de
la DIRECTION.

Si Chers PARENTS de
ja Capitaie et des PROVIN-
CES, vous tenez effective-
ment & VINSTRUCTION et
a& PEDUCATION de vos en-
fants. contactez sans délal
la Direction du COLLEGE
ELLIOTH PIERRE, tou -
jours animé du plus vif dé
sir de servir par sa devise -
«TOUJOURS PLUS HAUT:
COLLEGE ELLIOTH PIER-
RE, RECONNU DUTILITE
PUBLIQUE :

COURS PRIMAIRE & SE-
CONDAIRE
INTERNAT-EXTERNAT, DE
MI-PENSION

hone 2-1333, Rue des Mi-

aC!

de
exerci-

fille -





NOUVELLES DE L'ETRANGER

WHISKY ET VIN ROSE
BELGRADE (AFP)

_ Sl Von en crolt le Maréchal

Tito, lc Whisky serait une
source da Jouvence & consell
ler aux personnes agées. Of-
frant ce matin un vin d’hon
geur an Président, Nixon, le
Chef de Vétat yougosiave a
choisi un Scotch. Son hdte
lut demanda = s'il en puvail
souvent aussi tot dans ju
journée. Le Maréchal répii-
qua lorsqu’on devient vieux,
le Whisky est bien meilleur
que le lait pour la santé, ce
qui provoqua wn éclat de ri-
re de M. Nixon.

Le Président ameéricain,
pour sa part, avait préfére
faire honneur aux produits
du pays. Tl avait choisi un

vin rose Yougoslave
XXXX
NOTE SUVIETIQUE
AUA USA

MOSCOU (AFP)

Le Gouvernement soviéti-
que aremis aujourd’hui a
lAmbussade ces Etats Unis
a Moscou, wne note deman-
dant au Gouvernement amé
ricain de prendre toutes les
inesures Hécessaires pour met
tre fin. aux activites dange-
reuses des ¢xtrémistes ston-
nistes, annonce 1 Agence Tass

XXXX

LE CAIRE (AFP)

Selon les derniéres estima
tions, ce sont au total quatre
millions d'égyptiens qui ont
assisté aujourd@hul aux obse-
ques du Président Nasser wu
Caire,

A Alexandrie, ott te défunt
Président avait passé une
partie de sa jeunesse, plus
@un million de personnes
lui ont rendu un dernie: hom
mage.

XxXXX
RETRAIT D'AMMAN DES
FORCES ROYALES
BAGDAD (AFP)

La grande majorité des for
ces armées jordaniennes se
sont retirées des positions
quelles occupaient a Viute-
rieur de Amman, rapporte le
correspondant de l'Agence I-
rakienne d'information 4 Am
man, cité cet aprés midi par
Radio - Bagdad. II ajoute co:
forces se sont inslallées dans
zes positions qui leur avaiens
été désignées par le Comite
de surveillance de l'accord
du Caire.

Le méme correspondant si
gnale que des tirs sporadi-
ques étaient entendus ercore

dans divers quartiers de
la Capitale jordanienne out le
courant électrique n'a pas en
core été rétabli,

xxxx

LES OBJECTIFS DE LA
CONFERENCE
COMMUNISTE
DE BUDAPEST
MOSCOU, (AFP)

(de Jean Rajfaelli,

fac préparation d'un con-
eres des peuples contre Vim-
périalisme a été au centre de
lit conférence que les repré

sentants de 45 partis commu

AVIS
Le ler Octobre 1970

L’Administration Générale
des Contributions informe le
Public en Générai, et tes Im
portateurs ou Marchands
@Automobiles, en particulier
qu il sera mis en usage, a par
lir du ler Octobre 1970, un
Carnet de Reeepissés Spé-
cial (BC-57-Bis), pour la per
ception de la Taxe de lére
Imimatriculation des Véhicu-
les.-

Cette taxe qui est basée
sur te prix CIF tiré du bor-
dereau de Douane ne pourra
étre percue désormais,

que
dans la Ville ott VImporta-
tion du véhicule a eu lieu :
& Port-au-Prince 6u a un

Chef Lieu d’ Arrondissement
financier ouvert a I’Importa-
elOVY,
Max MERENTIE
Directeur Général.
EN BREF
ST. ETIENNE (AFP). —

Au titre de la Coupe des
Clubs de Football cham-
pions léquipe de St. Etien
ne a battu ce soir celle de
vagliarl (Sardaigne) par

Le but a été marqué par

Larque sur un centre de
Keita.
Cayliari reste cependant

qualifiée pour avoir battu

Saint-Etienne au premier
tour par 3-0. :
LE CAIRE (AFP). —

Le Comet dela RAF.
transportant Leila Khaled

et les six fedayin libérés par
les autorités ouest - alle-
mandes et helvétiques a at
terri ce matin sur l’aérodro
me du Caire. L’avion, par-
ti de Londres avec la jeune
feddayin avait fait deux es
cales pour prendre en rou-
te ses compagnons.

CARNET SOCIAL

Mardi et Mereredi de cet-
te semaine ramenaient res
peetivenent Vanniversal -
re de paissance de deux fer
vents lecteurs de notre Jour
nal. Ti s'agit de Mes. Heéri-
bert St. Surin et Israel Can
tave.
En cette occasion, nous for
mulons pour eux des voeux
les plus sincéres tout ‘en
leur disant Ad Multos An-






nisites ont lenue a Budapest
du 28 au 30 Septembre, ap -
prend-on de source commnu-
niste & Moscou.

L'idée de la convocation de
ce Forum, qui serait organisé
conjointement par le mouve
ment communiste et les mou
vements de Hbération natio-
nale, avait été lancée a& Vis -
sue de ja conférence mondia
le des partis communistes a
Moscou en Juin 1969.

La conférence communiste
qui s’est achevée hier a Buda
pest avait pour but, indique-
t-on, de permettre au mouve
ment communiste, co-organi
sateur du congrés, de deéefinir
ses propres positions et de
préparer la création d’une
commission mixte d’organisa
tion dans laquelle entre -
raient des représentants com
munistes et ceux des mouve-
ments de libération nationa-
le,

Les mouvements de libera-
tion nationale, pour leur
part, n’ont pas encore pris
une position collective sur
cette idée. Certains d’entre
eux, cependant, dans des dé
clarations séparées, se sont
affirmés partisans de la con
vocation de ce congres.

Le sujet a autre part été
largement évoqué au cours de
conférences méditerranéen -
nes régionales, qui se sont te
nues & Alger et & Rome V’an
dernier, notamment a Vinitta
tive du PC italien



Madame W. T.
Guskin

(suite)
Lieutenant Romulus officier
de la Garde Présidentielle,
comme aide-de-camp de Am
bassadrice et faire affecter
un véhicule du Palais Natio-
nal au service de ce Chef de
Mission diplomatique.

Mme Gaskin est la femme
de Me. Berkeley Gaskin, chan
celier de la Cour Supréme de
Justice de la République de
Guyana. Le couple a un seul
enfant, un fils qui est licute
nant dans Armée Guyanaise

Le Nouvelliste forme ses
meilleurs voeux pour le suc-
cés de la Mission en Haiti de
la Premié¢re Ambassadrice ac
créditée cn notre pays: ce, a
vec d’autant plus de satistac
tion qiwelle est de notre race

Notons que Mme Gaskin,
ainsi que nous la signalé no-
tre collaborateur quia pris
contact avec elle, est une da
me tres distinguee, . d'une
grande culture, ayant beau-
coup de mani¢res, qui parle
un anglais trés pur, trés clair,
avec un accent d’Oxford.

A propos de la...
(suite )

Tito se preoceupent de Va-
verur duo Moven-Orient. A-
pres Un preter entretien
mle Colurs duquel fl a invite
hier le Marechal ito a@ se
rendre aux USA. Le Presi-
dent Nixon aura aujour-
d’hui un deuxiéme téte-a-
téte avee le Chef de l'Etat
yougoslave.

Le Maréchal Tilo et le
President Nixon ne man-
queront ‘pas d’évoquer au
cours de leur entretien d’au
jourd’hui le probléme de la
Chine communiste avec la-
quelle la Yougoslavie moin-
tient de bonnes relations.

A Voeccasion du 2leme an
niversaire de la Fondation
de la République Populai-
re de Chine, le Maréchal Ti

to’ a adressé & Pékin un
message affirmant que les
rapports entre les deux

pays continueront a se deve
lopper. L'URSS = exprimait
quant a elle sa volonteé de
normaliser ses relations a-
vee la Chine Populaire. A
Pékin, ot cel anniversaire
a été célébré avec la pom-
pe et te faste habituels, M.
Chou En Lai a annoncé le
lancement du quatriéme
plan quinquennal.

La menace d'une guerre
mondiale subsiste, selon le
Chef du Gouvernement chi
nois, mais la montée de la
Révolution est irréversible
et les super-grands qui veu
lent diviser et dominer hu
maniteé ne pourront éviter
Yéchec, selon lui.

On apprend ce matin
Mosecou qu'une rencontre
Nixon - Kossyguine; demain
a Vienne, avait été techni-
quement préparée lors de
la récente crise jordanien-
ne mais qu'elle n’aura fina
Jement pas lieu.

de

ESICERIOE SOLE MEERA RAE RAERERELERERS

SUPER SOIREE
: A LA
( Discotheque
AU.
Rond Point Night-Club

Soirée de clélure des Grandes Vacances
Le Rideau s’ouvre sur de jeunes Vedettes ,
Haitiennes.

Accompagnées par «LES DIFFICILES»
ile Vendredi 2 Octobre
Participation 2 dollars

Tenue : PoP



Bee et Ue taEA Det wid

A la «Bretcam Lyonel’s wood carvings»
Par Mme. Andrée Momplaisir PIFRRE

Sur la grande route na-
tionale qui -condult & Mar-
lissant, & Bizoton et & Car-
refour, se remarquent de-
puis quelques années main
tes indications “d’installa-
ions commerciales et in-
dustriélles.

C’est - alns! qu'l) nous a
été donné de remarguer la
« vines», et, curiosité pous-
sant, nous y sommes entrés
pour une visite ... .

La vaste cour d’entrée re
coit favorablement 1l’om-~
bre, la fraicheur d’un vieux

manguier et d’autres ar-
pres tropicaux.
Une galerie donne accés

a la porte d’entrée; celle ~
ci, une fois franchie, nous

voila en plein magasin -
piéce vitrée et tres large
ou, dans ses grandes vitri-

nes et ses étagéres circulai
res se trouvent exposées lex
ynuititudes réalisations de
la «Bretcam»... Millier d’ob
jets d’art de la petite In-
dustrie, meubles de toys
genres pour Wn intérieur co
quet, de nombreux ta -
bleaux réalisés sur bois par
ahabiles mains d’artistes...
Chaque objet représente
une merveille par la quali-

té du bois, le fini du tra-
vail, la réalisation artisti-
que... C'est, en un mot, a
voir...

Nous descendons quel-
ques marches. Nous som-

mes alors conduits & Vate-
lier divisé en deux parties:
Dans ta premiére, on ¥ tra-
vaille les pléces délicates
de lu petite Industrie. el
dans la seconde celles de
VEbenisterie La <«Bret-
cam Lyonel’s wood car -
vings» est a la fois une bou
tique et wn atelier de Ma-

— nl

Monticules -
Walluvions a-
VAvenue Chiristopiie

L'Avenue Christophe — est
Tun des centres résiden-
tiels de Port-au-Prince ou
les eaux de pluie causent,
ordinairement, le plus de
dégats. Celles-ci, le plus sou
vent, forment des . mares
stagnantes @ cété d’allu-
vions qui entravent, au
surplus, la circwation des
automoilistes et des pie-
tons.

C'est ce qui d’ailleurs est
arrivé a4 la suite des aver-
ses de ces jours-ci.

Le spectacle est dautant
plus décevant que dans le
secteur compris entre l’Ave
nue Christophe et la Ruel
le 4 un véritable bourbier
a pu se constituer a cote du
quel deux masses d’allu-
vions représentant deux e€-
normes monticules consti-
tuant non seulement un ve

ritable inconvénient pour
ies familles habitant le
mais encore un se

ytartier
rieux obstacle a la cireula-
tion des vehicules

Nous sommes persuades
qu'il nous suffira de signa-
jer le fait pour que le Ser-
vice responsable fasse le ne
cessaire dans le plus bref
délai possible.

i

Derniere |
Représentation

Sur demande générale
la derniere représenta-
tion de «La Pieuvre» au-
ra lieu dimanche 4 Octo
bre a 10 hres. du matin
a VAuditorium du Cen-
tre Culturel. Les cartes
sont en vente & l'Ecole
Au Galop, 4 Prestige, A
Oso Blanco et a la mal-
son Ernest Simon.

poe

Cours @’ Histoire
de la Musique

Mr Fritz Benjamin, violo-
niste el professeur de inusi-
que, inaugure le mardi 6 Oc
tobre, un Cours d'Histoire de
la Musique spécialement con
cu pour les personnes dési-
Leuses de cultiver leur gout.
musical. Aucun bagage tech-
nique n'est requis pour sul-
vre ce cours.

Les cours de Vielon et de
Solfege débuteront le same-
di 3 Octobre aux heures ha-
bituelles.

Pgyr les inscriptions et tous
renseignements complémen-
taires, s’adresser a la Boite










Xe Ase deh ce or

‘ toutes

hogany et d’ébénisterie qui_
fonctionne comme les ate -

liers dWoutre-mer avec ies

derniéres techni -

ques propres & ménager la

force de Vhomme.

Liatelier de la «Bretcam»
se trouve donc muni de
mombreuses machines élec-
triques tres perfectionnées
capables de donner au bois
toutes les lignes et toutes
les formes que l’on désire :-
c'est tantot 4 la raboteuse
rapide, & la redresseuse,a la
perceuse vulnérable ou a la
sableuse qu'il faut s’adres-
ser quand ce n'est pas a la
yaboteuse, la scissoteuse et
la mortisseuse qu’il faut re
courir. Je préfére laisser le
derniér mot 4 la tourpitle
foudroyante. et au moule
magique ...

Revenus au magasin, nous
ne savions sur quoi porter
notre choix : serait-ce sur
un poisson tentant, un bol
de Gargantua, wn tableau
@art; ou serait-ce sur un
salon du 20e. Siécle, une

chambre, une salle a man-

ger, nous étions réelle -
ment einbarrassés... Fina -
lement, un cendrier de bois
sculpté, nous aidera bien a

noyer avec le «Comme qT
Faut» quelques réves a-
mers, oubliés, grace a no-

tre courte et inoubliable vi
site a la «Bretcam Lyonel's
wood Carvings»

29 Sept. 1970

Mme, Andrée Momplaisir
PIERRE



JEUDI ier. OCTOBRE 1970.

Décés de M. °
Léon Munro

Les Pompes: Funébres Pa-
ret Pierre-Louis vous annon
cent le décés de M. Léon MUN
RO survenu le 30 Septembre
a 8:15 PM a Hopital du Sa-
cré-Coeur.

A ses enfants : Mme Moni-
que Chipps et son enfant, M.
Carlo Chipps, son épouse et
ses enfants; a ses fréres et
belles-soeurs: M. et Mme Ro
dolphe Munro et famille, M.
et Mme Henry Munro et fa-
mille:a ses oncles et tantes:
M. Georges Stines et famil-
le, M. et Mme Alfred Stines
et famille; & ses cousins et
cousines : M. et Mme Robert
Stines et famille, Mme Vve
Benoni Hyson — Mme An -
drée Munro et famille, Mme
Paul Volcy.et fainille — Mme
Vve Hyppolite Stines; M. et
Mme Charles Olivier et famil
le, M. et Mme André Darius
et famille, M. et Mme Wil -
liam Bertin et famille, M. et
Mme Camille Bertin et fa-
mille, M. et Mme Roger Ber-
tin et famille.

Aux familles Chipps, Mun-
ro Stines, Hyson, Stephen -
son, Volcy, Lajoie, Gardere,
Olivier, Darius, Imrek, Clair
fond, Danache, Valéry, Poly
nice, Coles, Eersterling ainsi
qu’a tous les autres parents
et allies, MM. Pierre-Louis et
Le Notivelliste présentent
leurs respectueuses condo -
leances. Les obségues de M.
Leon MUNRO seront célé -
prées samedi 3 Octobre a 4:00
PM en lEglise du Sacré -

Coeur de Turgean. Le convoi
partira du salon funéraire de
Ventreprise.

Grande Kermesse

Cloture des Vacances

CABANE CHOUCOUNE

Avec :

~ Les Shleu - Shleu

Le Dimanche 4 OCTOBRE |
A partir de £ Heures. —_——



DIMANCHE 4 OCTOBRE 4 5 Hres - 7 Hrés. et 9 Hres.

a l'occasion de son anniversaire«cLE REX-THEATRE> tourne
les feuillets de son fabuleux album de superproductions é-
minentes dont la prodigieuse
Vinterprétation ont recueilli les plus éclatants suffrages et

présente :

L’ Affaire

envergure et le

Ryker ou

L’Odyssée d’un Sergent



Avec:

LEE MARVIN
LIOUYESEE D'UN SERGENT

eas

LEE MARVIN — Un drame pathétique qui a pour de-
cor une Cour d'Assises Militaire et pour structure la cons -

cience de l'homme face a la justice implacable. 4

Entrée : Gdes. 2.50 et 4.00

Cartes en vente dés 10 heures du matin



AABARRABAAAARAAANAAMA WAY

Joyeux Retour a l’Ecole
Aprés une visite

AUX BELLES CHOSES
Sacs d'Ecole pour Grands et Petit

a

Aux Belles Choses

Sous-vétements pour Enfants
Chaussettes pour Fillettes et Garconnets
Au temps de la Rentrée des classes
Comme en tout temps VISITEZ.

prestige de

ESIC ISIN IONCNCION INICIO IIIA IEICE IOI OY,

AUX BELLES CHOSES — les plus Belles choses
Aux plus Bas Prix
Avenue J. Jacques Dessalines, 353 y

SHARAN CANS SAARINEN

AUDITORIUM CENTRE CULTUREL
Jeudi 8 Octobre a 8 Hres. du soir

«LES MESSAGERS DE L'ART» présentent

ZOO STORY

(de Edward ALBEF)

ET
(de Murray SCHISG AT.

Avec : Francois LATOUR — Micheline
SUCCAR — Eddy GARNIER
Soirée Thédtrale dédiée a la mémoire de
Gabriel IMBERT







Entrée : 1 et 1.50 dolla

.
-
A
is
y
a
4:
s
oS:
os
cs
4
oe
es
2
os
4
4
6
a
4
a
6
F:
if
-
<6
4
7:
‘
4
as
s
oF:
ib
4
6

SIC ICI ICICI ION ION IESE RIN DN RAS,







capers







Full Text


QUOTIDIEN

LE PLUS ANCIEN DHAIT}
Fondé en 1896

Directeur ef Rédacteur en Chef
LUCIEN MONTAS

Administrateur ; Mme MAX CHAUVET





e7

SOUL

MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTEHRAMERICAINE DE PRESSSE

velliste

SA SEE cent sche dsacta aD



‘Adresse: RUE DU CENTRE
Ho. 13



_ PORT AU PRINCE (HAITI)
Phones : 43-4113 — 2-2114
BOITE POSTALE : 1316





No 2075

"ime ANNEF

JEUDI ler. OCTOBRE 1970



Les adieux dechirants de



a
=

Abdel Nasser

Gomol

LE CALRE (AFP) &

LEgypte a fait jeudi ma-
tin Ges adieux decurants a
celai qui fat pere pen-
dant TG ais.

Comine.acee Gans Vordre,
la céremonie a eependant
“tourneé au milieu de lao oma-
tinée a la plus grande eonhu
sion. ;

La fowle innombrable obli-
yea a plusieurs reprises le
cortege A sarréter et la poli
ce dut charger pur degager
Je convo

La eérémonie avaib cum-
enité. Les égyptiens avaient
mencé dans l'ordre et la di-
surmonte leur dourcur et a-
pbéi aux consignes cl «calme
diffusées partout deymis 12
verte.

A 9 hres du matin, théii-
coptére transportant la de-
poullle du Rais arrive devant
je siége du Conseil ce la Reé-
velution. Le cercuen envelop
pé dans je drapeaun égyptien
est placé sur un affut Ge va
non et le cortége office) 3
branle. Pendant qu'une culve
de 21 coups de canon c-" ti-
rée, le cercueil tiré par six
chevaux et encadré put qua-
rante Généraux de l Armée E

NaH

gyplienne en Léte, commence
a franchir ientement ics dou
ve Kilométres le separant de
la Mosquée Abdel Gamal ivas
ser, Cing mille cadets de VE
cole Militaire marehent en
téte suivis des compazgnuns
duarmes du Président Nasser,
des Chefs @Etal el de Gou-
vernement étrangers, de
groupes dOfficiers aes ar-
meées soudanaise et libyenne,
puis de Vimmense fuwle en
pleurs scandant vive Nasser
et il n'y a qivun seul Dieu
quAHah. Le long du _ par-
cours, une foule compacte,
eontenue avec peine par le
service d'ordre, se presse Ils
sont prés de 4 miilions au-
jourd’ hui au Caire peut étre
davantage venus rencie un
dernier hommage & leur Pré
sident. de temps en temps.
ils débordent le service a‘or-
dre, le cortége doit s‘arréter,
les cris de la foule couvrent
par moment les accents de la
musique militaire qui joue
la marche funébre de Cho-
pin. Le convoi arrive enfin
au siége du Parti Egyptien
ou attend la famille du Prési
dent défunt, il repart vers le
siége de !'Union Socialiste A-
rabe ot! se termine la cérémo
nie officielle et ot comme
cent les funérailles populai-
res. C'est alors que Ia foule.
ne se maitrisant pilus, sub-
merge le convoi et se préci-
pite sur le cercueil. La confu
sion ila plus tofale va alors
réener.

Tandis que le peuple égyp
tien se précipite pour embras
ser le cerctteil, que des hom-
mes, des femmes, des enfants
se battent pour pouvoir ap-
procher, se jeter sur l'affat
de canon portant le corps.
se coucher dans les plis du
drapeau pour entourer le cer
cueil de leurs bras, Jes spea-

XXX X

L’Hommage des
pays étrangers

Ido CAIRE (AFP)

Dix-sept rois et Chefs
dEtat, des dizaines de pre
miers ministres, ministres
et autres personnalités €é-
minentes, représentant au

total cinquante deux pays,
ent assisté, ce matin, aux
obséques du Président Ga-
mal Abdel Nasser.
L’empereur Hailé Sélas-

sié dEthiopic, le Roi Hus-
sein de dordanie, ont coto
yé jes Présidents des Répu-
bliques d’Algéric, de Syrie,
de Libye, de Hongrie, du
Soudan, de Mauritanje, de
Centre-Afrique, de Soma -
lie, de Chyprge, du Yémen,
dus Sud-Yémen ainsi que
ies Emirs de Bahrein, Qua
lar, Koweit et Dubai.

La Pologne, Irak, ja Gui
née, la Zambie et ia Mon-
golie élaient représentés
par des vice-Présidents ou
adjoints au Chef d’Etat.

La France, VURSS, la Rou
manie, la Turquie, l’Afgha-
nistan, la Tunisie, le Cam-
bodge (Gouvernement du
Prince Sihanouk) liran,
Ceylari ont délégué leur Pre
mier ministre. ;

Quatorze vice - premiers
ministres et ministres ont
apporté Phommage de VEs-
pagne, de la Grece, du Ja-
pon, des Etats-Unis, de la
Grande-Bretagne, de Ita
lie, du Maroc, ede la Bulga-
rie, de t’Algérie, du Pakis-
tan, de la Coree du Nord,
du Nigéria, de VOuganda,
de VArabie Séoudite. ;

Les Chefs d’Etat de Chi-
ne Populaire, du Vatican,
de la RFA, de la RDA, de la
Yougoslavie, de la Tehéca-
lovaguie et de la Tanzanie
ont délégué des représen-

TT
Lire en page 2

les Résultats de PE-
cole de Commerce
fuien CRAAN.





tants personnels.

Enfin VOUA (VPOrganisa -
tion pour PUnité Africaine)
et le Secrétaire Général de
VONU ont été tous deux re
présentés par de hauts fone
tionnaires.

‘Egypte a Nasser

kers de la Radio et de la télé
vision éclatent en sanglots
el ne peuvent plus rendre
compte de la cérémonie.

Bientot des bagarres écla-
tent, le service d’ordre est to
talement débordé, les six che
vaux tirant laffOt de canon,
affolés refusent de partir,
Vhystérie monte, ila police
charge, le cortege repart,
cinq minutes plus tard, il
doit de nouveau s‘arréter, les
deux gros véhicules blindés
de Varmée qui lui frayaient
le passage sont eux aussi ar-
rétés par ja foule, la télévi-
sion cesse sa retransmission
en direct des obséques.

Cependant, le cortege pour
suil sa route, les membres du
comité executif supréme de
TUnion Socialiste, les mem-
bres de TAssemblée Nationa-
Je, tous Jes dirigeanis du
pays et les représentants du
peuple se sont joints a la fou
fe si dense que I’on n’arrive
plus a distinguer la composi-
tion du convol, :

_A Vautre bout du parcours,
aux abords de la Mosquée,
la foule affiue aussi. Des por
teurs de couronnes de fleurs
les remettent aux Officiers
chargés du Service d'ordre
qui les déposent. 4 V'entrée du
batiment.

HAITI ET LA MORT
DE NASSER

Les drapeaux ont
eté mis: en berne aujeur-
Mhw uw occasion des funé
railles du Président Nas-
ser, leader du monde arabe
La nation haitienne, selon le
yoeu gouvernemental, a ob
servé une journée de deuil.

Un office funébre a
été célébré ce matin
aia Cathédrale a la Mé-
moire du grand disparu. Le
Président & Vie de la Répu-
blique s'y était fait représen
ter et l'on netait la présence

de nombreux membres des
Pouvoirs de VEtal.
Nasser fut un éminent

leader du Tiers Monde et le
Président a vie de la Républi
que, Dr Fron¢gois Duva-
lier a rendu un tres bel hom
mage au leader arabe Ga-
mal Abdel Nasser dans le
massage officiel adressé au
Vice - Frésident de la RAU,
que nous avons publié dans
notre édifion d'hier.

Le peuple haitien tout en
lier a manifesté son cha-
grin & Voecasion de cette
perte. Aujourd’hui les sal-
les de spectacles et de loi-
sirs ne seront pas otvertes.

Les Stations de Radio
ont diffusé seulement de la
musique de circonstance.

“NATIONS. UNIES, (AFP)

Les Philippines et trefze au
tres pays ont demandé que la
question de Ia piraterie aé-
rienne soit inscrite a Vordre
du jour de Vassembiée en
cours ef discutée comme ques
tion urgente par l’assemblée
générale en séance pléniére.

Les Entretiens Tito - Nixon

La situation au Proche-
Orient aprés la mort du
Président Nasser a figure
au premier plan des entre-
liens officiels que les Prési
dents Nixon et Tito ont eus

ce matin, indique l’Agence
Tanyoung.
Aprés avolr ajouté que

ces entretiens avaient don-
né lier & un échange d’opl-
nions franc et fructueux,
VAgence souligne gu’on y a
exposé la nécessité, par la
poursuite dun patient tra-~

vail et par de nouveaux ef-
Pace, scans hea

Retour du Ministre
Chalmers

ce matin, sont rentrés de
New York Son Excellence le
Secrétaire d’Etat aux Affai-
res Etrangéres, Monsieur Re
né Chaimers, Président de la
Délégation Haitienne 4 la
25éme Assemblée Générale
de lV'Organisation des Na-
tions Unies, ef Madame Vic-
tor Laroche, Membre.

A VAéroport, le Ministre
Chalmers et Mme _ Laroche
furent accuelllis par l’Am-
bassadeur René Hyppolite,
Chef du Protocole, et son é-
pouse, Son Excellence le sous
Secrétaire d’Etat aux Affai-
res Etrangéres et Mme A-
drien Raymond, le Dr Victor
Laroche, Président de la
Croix Rouge Haitienne, le Co
jonel Claude Raymond = et
Monsieur René Gaillot, Direc
teur des Services Administra
tifs de la Chancellerie. Nous
adressons nos voeux de bien
venue au Ministre Chalmers.



Prochaine déclaration importante

WASHINGTON (AFP)

Le peuple américain, apres
avoir partagé avec le monde
entier les angoisses suscitées
par le drame jordanien, va
bientot trouver une consula-
tion sur ie pian internatio-
nal. Le Gouvernement Nixon,
indique-t-on de source infor
meée, s’appréte en effet a

prendre au Vietnam des me
sures qui visent a accélérer
fe dénonement du conflit et
a ramener des dizaines de
milliers de GI's dans leur fo-
ver, dans les sept on huilt
mois & venir.

La crise au Proche Grient.
pour tragique quelle soit,
n’aura donc pas revétu que
des aspects enliérement né-
gatifs puisqu’elle permet a
Washington de liquider dis-



Ins lantanés

Par Claude DAMBREVILLE :

Hier apres midi, par un a-
vion de la Pan Am, est parti
en mission spéciale Monsieur
Yves Massillon, Premier Se-
erétaire de YAmbassade
WHaiti a Dakar et affecté &
ja Direciion du Protocole. ii
s'est rendu a Santo Domingo.
Le voyage de Monsieur Mas-
sillon est en relation avec
VExposition Internationale
du Livre qui s’ouvrira le dou
se octobre prochain 4 Sante
Domingo, et avec le Festival
International de la Culture.
A Vaéroport, Monsieur Yves
Massillon fut salué par Mon
sieur Car) Alcindor, de ja Di
rection au Protocole.

XXXX

Le diplomate Jaco Sassine
qui aval voyagé a Puccasion
du vingt - deux septembre,
est repartie hier matin pour
Miami. Monsieur Cony P.
Rodgers, son mari, qui étais
rentré avec elle, a conduit re
cemment je mariage de Gi-
nette Sassine et de VicciZze
Salimbene. Victor Sada, ne-
veu de Jaco, a égalemcut
pris l’avion hier matin. Vie-
tor vient de terminer Son ser
vice militaire dans la Marine
américaine. Il a passé un an
au Vietnam. Maintenart, il
va se mettre & Yétude du Bu
siness Administration.

XEXEX

Monsieur Joseph Cianciul-
Mi, Directeur de Autorama, et
son épouse sont rentrés de

Miami hier aprés midi. Us
viennent d’y conduire leur
fils Michael a 1 Universite.
Michael Cianciuli étudiera
le Business Administration.
Lees

Monsieur Lionel Leconte,
Visiteur médical, est parti
pour Santo Domingo hier a-
prés mudi, Lionei est attache
& la Maison Gérard Abra-
hams qui représente en Hai-
ti les jaboratoires Plizer,

. KXKX

Monsieur Guy Nau est reu
tré des Etats Unis hier aprés
midi. Ii a séjourné notam-
ment 4 Miami, a Atlanta, au
Texas, et & New York. Guy
Nau est le manager du Cha-
teau de Ila Montagne Ncire.

XKXX

Hier matin, est arrivé ici
pour un.court séjour Mon-
sieur Robert Teutschmann.
Ce teuriste autrichien, qui
est acscendu a PHOtel Castel
Haiti, est le Président d’une
fabrique de peinture aux E-
tats Unis, la «Facto Compa-
ny Inc.

xxXxKxX

Le Frére Louls Evens, qui
habite Haiti depuis trente
ans, vient de passer quelques
semaincs de vacances en
France. Tl est rentré hier ma
tin, en compagnie de Peggy
et Jocelyne Coles, enfants de
M. et Mme Raymond Coles
Le Frére Evens, de Vinstruc

(Sulte page 4 col 1}

DIMANCHE 4 OCTOBRE 1970 a 5 h7het9h

«



de Nixon

cretement, a petits pas, le
contentieux indochinois que
la presse et la télévision amé
ricaines ont provisoirement
relégué au deuxiéme ou au
troisiéme plan de lactualite.

Sur la pointe des pieds, le
corps expéditionnaire améri-
cain se retire du Sud Viet
nam et Von s’attend que le
Chef de VExécutif américain.
a la veille des élections légis
latives aux Etats Unis arnon
cera avec fracas a ses compa
triotes que le dernier des
boys attachés aux troupes
combattantes sera rapatrié
dans ses feyers d@ici & Van
prochain, Si M. Nixon gagne
son pari, il aural franchi une
éiape décisive de la campa-
gne républicaine, test crucial
des élections présideniielles
de 1972.

Le Sénateur Hugh Scott,
Chef de la minorité républi-
caine, & qui le Président Ni-
Xon a bien souvent confié la
mission de déflorer a mi-
Mots ses projets, vient de pré
dire que le Chef de l'Exécu-
lif se prépare & faire une an
nonce importante 4 la Na-
tion a propos du Vietnam
dans une certaine ville des
Etats Unis. Ceci durant le
mois d’Octobre, c'est a dire
a deux ou trois semaines
@an serutin qui porte sur le
renouvellement du Sénat et

dau tiers de la Ghambre des
Représentants.



Ephémérides
Haitiennes

ler. OCTOBRE

1828. -- Mort Port-au-
Prince de Juste Chanlatte.
IL est né & Jacmel et a été
élevé en France. Secrétat-
re Général de Dessalines,
il a écrit «La partie de chas
se du Roy Henry», «l’entrée
du Roy dans dans sa capi-
tales et un poéme sur ia
mort de Célie Pétion.

1854. —. Convention con -
clue avec Vempire francais
pour le service de Pem-
prunt @ Haiti.

1936. Présentation du
rapport de ia Commission
nommée par le Président
Hoover pour étudier le sys-
téme @éducation en Haiti
et faire des recommanda-
tions. Elle est composée de
quaire hommes de couleur:
Robert R. Moton, Mordecai
W. Johnson, W.T.B. Wiil-
liams, Benjamin F. Hubert
et d'un blanc Leo W. Favrot

a

Je ne me fie qu’é mon ins
tinct a fait valoir le leader
du Great Old Party dans un
discours pré - électoral en
Pennsylyanie, mais. je crois
pouvoir vous dire que nous
revenons & la politique con-
sistant 4 maintenir des Con
Seillers au Sud Vietnam, ulti
me étape sans doute d’un dé
sengagement complet de nos
forces d’intervention.

Liactualité internationale,
depuis qu'elle est & peu prés
exclusivement centrée sur le
Moyen - Orient, permet aux
spécialistes des questions in-
dochinolses 4 Washington de
se pencher tranquillement
sur les récentes propositions

de paix formulées a Parts
par Mme Nguyen Thi Binh
(GRP).

Malgré le rejet apparent

de linitiative en huit potnts
par M. David Bruce, a loecca
sion de la 66@me séance de
la conférence du Vietnam on
estime & Washington que cer
tains points de lVoffre faite
par les communistes appel-
lent des éclaircissements.
Dimanche, en Iriande, Ie
Président Nixon et son émis-
Saire aux négociations de Fa
ris, auront Voccasion de fai-
re le point de Vaspect diplo

matique du conflit vietna-
mien.



0. J. Brandt
accidenté

Hier, vers les 5h Dm. la
voiture DEW, de couleur
rouge, au. No. 3215 en des-
cendant la Montagne Noi-
re, & Pétion-Ville a perdu
ses fr’ins et est allé se co
gner contre le mur de la
maison du Dr. Ethéart.

Lavant de Ia voiture est
complétement démantibn -
lé, Le chauffeur a recu des
blessures par suite du choc
contre le volant. M. O. J.
BRANDT qui était dans la
voiture a eu une déchiru-
re & la main droite.



L’anniversaire du
Cercie Bellevue

Le Cercle Bellevue, 1lé plus
ancien cercle de la Capita-
le fétera cette semaine Van
niversaire de sa fondation.
Cette date faste sera mar-
quée par un grand bal gu‘or
ganise ;le Comité-directeur.

le San{edi 3 Octobre.
Nous en prenons occa-
sion pour adresser nos

yoeux au Comité directeur
et & tous les membres du
Cercle Bellevue.

REX THEATRE PRESENTE :.

-T'Affaire Ryker ou l’Odyssee d'un

me d'une musique

forts de créer les condi ~
tions d’un régiement pacifi
gue de la crise politique ac
tuelle, en tenant compte de
tous les aspects de ce pro-
bleme international com-
plexe, y compris des inté-
ets du peuple palestinien.

L’Agence indique d’autre
part que les deux Chefs 7’E
tat ont encore parié de la
situation en Asie du Sud -
Est et que dans ce domaine
encore ils avalent situé les
positions de leurs Gouverne
ments.

Par ailleurs, le Marécha!
Tito a attiré Vattention du
Président Nixon sur le dé-
sir démancipation des pays
africains, tant sur le plan
politique qu'’économique, et
gans ingérence des gran-
des puissances, L’Agence
Tanyoung précise égale -
ment qu'on espére que,
dans je domaine des rela-
tions bilatérales, les délibé-
rations des groupes de tra
vail seront concrétes.
MM. Mitja Ribicic, Chef du
Gouvernement Fédéral, Mir
ko Tepavac, Secrétaire d’E-
tat aux Affaires E-
trangéres et Toma
tions économiques au sein
du Gouvernement, ont par-
ticipé du cété yougoslave A
ces entretiens. Le Prési-
dent Nixon était entouré de
MM. William Rogers, Secré
taire d’Etat, Henry Kissin-
ger, conseiller spécial, et
Martin Hillebrand, sous-Se-
erétaire d’Etat

A Propos de la succession

‘=

“Nya
PARIS (AFP). —

Les obséques du Prési-
dent Nasser n’étaient pas
verminées qu’on se préoccu
pe déja de la succession et
des perspectives d’ayenir
du monde arabe aprés la
mort de celui qui en a été
le Chef, Dés ce soir, le Pré-
sident soudanais Nimeri

a
convequé un semmet ara-
be, M. Alexis Kossyguine,

quant & lui, arrivé depuis
48 heures a eu déja des en-
tretiens avec des dirigeants
arabes et avec M. Anouar
El Sadate, qui assume Vin
“erim de ia présidence jus
qua élection du stucces-
seur de Nasser.

M. Chaban-Delmas a pour
sa part rencontré ce matin
avant les obségues ie mi-
nistre égyptien des Affai-
res é6trangeres M. Mah-
moud Ryad.

Les candidats sont nom-
breux. Selon les spécialis-
tes deux clans convoitent
le pouvoir : d'une part les
pro-soviétiques et, en quel-

que sorte, les continua-
teurs de Nasser, qui com-
prennent Mr. Ali SABRI

Vidéologue du régime et le
Général Fawzi qui comman
de jes forces égyptiennes et



Madame W. T. Gaskin

AMBASSADRICE

A l'Hétel Villa Créole, ou e!
le jouit des meilieures atten
tions du Dr. et de Mme Rin-
dal Assad, est descendue no
tre congénére, Mme Winifred
Gaskin, née Thierens, Am -
bassadrice de Guyana 4 Port-
au-Prince, ef Haut Commis-
saire de son pays a Kingston
(Jamaique).

S.E. Mme W. Gaskin a une
belle carriére dans l’enseigne
ment. Elle a débuté comme
institutrice des classes pri -
maires a l’école que dirlgeait
son pére & Buxton, comté de
Demerara, puis a été promue
dans un établissement de la
Capitale, Georgetown. Par la
suite, elle devenait profes -
seur a Venseignement secan
daire, chargée des cours de la
tin, d’anglais et de littérature
anglaise. Elle passait au ser-
vice civil comme Inspectrice
des Ecoles, Chef de service et
Chef de Division au Départe
ment de l'Education tout en
écrivant dgs articles de jour-
naux, puis dirigeant la revue
«BOOK a News». De 1964 a
1968, Mme Winifred Thierens
Gaskin a fait partie du Cabi
net comme Ministre de Edu
cation,

Depuis 1968, elle représente
la Guyana a la Jamaique en
qualité de Haut Commissaire

A la suite des contacts fruc
tueux entre Jes hautes mis-

»



Un prand mariage
a New York

Nous avons regu avec plai
sir la carte de faire-part du

mariage dela charmante
Mule Greta Balin, fille de
notre ami et de Mme Al-
phonse Balin avec M. Alix
Merceron, fils adoptif de
Mule Nelly Jean.

La bénédiction nuptiale

jeur a été donnée le same

di 29 Aofit 1970 & 4h p.m.
en VEglise St. Augustin,
116, 6th Avenue de Broo-
klyn,

Une grandiose réception

suivit la cérémonie religieu
se, Elle se dérowa ay 60
fast 95 Street a Brooklyn.
Le champagne y coula 4
flots. Les invités, au ryth-
entrai-
nante, dansérent dans une
ambiance de distinction et
de cordialité. Les nouveaux
conjoints s’éclipsérent pour
aller couler leur inune de
miei au plus grand hétel
du monde ges» de Clark Street 4 Broo
klyn, réputé pour ses
4,000 chambres.

Nous adressons nos meil
leurs voeux de bonheur au
charmant couple et nos
compliments A M. et Mme
Alphonse Balin et a Miss
Nelly Jean.

Sergent

DE GUYANA

sions spéciales guyanaises
venues en Haiti et notre gou
vernement, le Président de la
République de Guyana, S.E.
Me Arthur Chong et le Pre -
micr Ministre, Me. Forbes
Burnham, ont deciaé de res-
serrer les relations avec le

Peuple Haitien, déja Hé au.

Peuple Guyanais par une
commune origine africaine et
daceréditer un Représentant
diplomatique du plus haut
rang auprés de §.E. le Prési-
dent 4 Vie de notre Républi
que le Dr. Francois DUVA -
LIER.

S.E. ’Ambassadrice de Gu-
yana, Mme Winifred T. Gas-
kin, a remis hier matin ses let
tres de cabinet au sous-Secré
taire d’Etat aux Affaires E-
trangéres, le Dr. Adrien Ray-
mond, qui a bien voulu met-
tre sa voiture a la disposition
de notre distinguée congéné-
re.

Et hier aprés-midi S.E. le
Président a Vie de la Républi
que a bien voulu désigner le

(Suite page 4 Col 5)

~ de Nasser

quia de plus la haute main
sur ies services secrets. D’au
tre part, M. Hassanein Hey
Kal, porte-parole et confi-
dent de Nasser et M. Zaka-
tia Mohieddine, considérés
comme des libéraux ou-
verts a lVinfluence occiden-
tale. a= ote ani

Les mémes _ spécialistes
estiment qu'il n’est pas ex
clu qu’en attendant qu’une
mMajorité se dessine, trés
vraisemMlablement en fa-
veur du clan pro-sovieti
que, M. Anouar El Sadate,
qui n’a pour Jui dit-on que
sa fidélité @ Nasser, ou un
militaire meutre, accédera
au pouvoir, entouré d’une
équipe qui gouvernerait d’u
ne maniére coliégiale.

A Belgrade aussi le Prési
dent Nixon et Je Maréchal

‘Suite page 4 col. 5)
He
Une exceliente ‘

publicité touristique
pour Haiti

La plus grande Agence
de voyages de France Tours> et Air France ont
préparé pour Vhiver 1970 -
1971, sous la rubrique «Va-
cances aux quatre coins du
monde» une luxueuse revue
présentant les hauts lieux
touristiques du monde. No-
tre pays y ocettpe une bon-
ne place avec deux pages a-
hondamment illustrées.

sHaiti, ce pays de la Joie
de vivre», lisons-nous dans
la revue, est beaucoup pilus
quwun décor pour touriste
en quéte de _ pitteresque,
ecest une civilisation origi-
nale et vivante née de Vin-
‘erpenétration uts tiadilions
francaises et africaines.

Nous croyens savoir
eest grace aux efforts de
ia Southerland Tours et a
Vesprit de coopération biéh
eonnu d‘Air France que
nous devons cette excellen-
te publicité qui touchera
plus particuliérement la
France et les pays euro-
péens.

La page de couverture
(verso. de ia revue) porte
Vaecent sur les Caraibes et
Haiti of Vor offre aux tou-
ristes une semaine de va -
cances de réve pour 1270
gourdes.

Nous félicitons Air Fran-
ce, Jet Tours et la Souther
land Tours de cette appré-
elable contribution aA Vef-
fort de promotion touristi-
que entrepris par notre
pays.

que



La Pieuvre de Mona Guérin
ou la Nouvelle Ecole des Meres

La Picuvre de Mona Gnué
rin, est-ce une promesse
pour une riche saison théa
trale ou bien est-ce encore
une representation unique
qui laissera les amateurs de
theatre haitien sur leur
faim? ‘Tous nos souhaits
WVabord accompagnent cet-
te Pieuvre pour qu'elle soit
Si bien aeccueillie gqwun
grand nombre de_ repré-
sentations renouvellent le
plaisir que nous y avons
pris, et qn’eHe soit le dé-
but d’un essor pour le théa
tre haitien.

I, — La Pieuvre :
de thédtre ..,

une piece

La piéce, puisque Mona
Guérin ne veut la qualifier
nide drame ni de comé-
die, a pour sujet la mésen-
tente au foyer, ses méfaits
sur les enfants,
origine du earactére mater-
nel. Nous allons assister a
un acte daccusation en tri
plicata, dressé par un pé-
re et des filles contre Jl'u-
ne de ces épouses-meéres a-
busives que le théatre, le
cinéma, le roman ou méme
essai et les mémoires con-
temporains nous ont per-
mis de juger 4 la clarté de.
nos propres constatations
avec plus ou moins de ri-
gueur seon les circonstan-
ces et notre mentalité hai-
tienne.

Les deux filles, Je péere,

tirant son ~

donnent tous les torts a la
mére, mettant les rieurs et
les jurés de leur c6té. La
Pieuvre, Virginie, nouvelle
Philaminte, sans nulle Ar -
mande pour lui demeurer
fidéle en Vimitant, occupe
Yavant - scene, y existe a-
vec frénésie, mais-Gui démé
lera ses raisong§/de devenir
ce quelle est?/ Crpendant,
Virginie, bourfeoise de Port
au-Prince, n’est ni Folco-
che, nila mére de la ne fille rangéé»; elle parta
ge avec ses devanciéres de
la fiction ou de la réalité
un travers trés pénible pour
tout Ventourage légoisme
qui iui masque ses vrais de
voirs et son vrai visage. Elle
eroit en elle: mais Ludo-

vic, son mari, la cingle du
sobriquet de la Pieuvre!
La Pieuvre. ecest grave!

Que nous en dit le Larous-
se? «Céphalopode, octopo-
de? synonyme de poulpe,
mollusque dont les glandes
salivaires secrétent un poi-
son violent, qui immobilise,
déchire, détruit; femme ext
geante, insiatiable par com

paraison». Son cas présen-
te la matiére d’un drame,
VYauteur a primitivement

raison, mais la verve vis co
mica de Mona Guérin lu
permet de nous. divertir
quand méme en dépit de
ce postulat tragique.

7

_

(Suite page 2)



Entrée Gdes 2.56
Réservée Gdes 4.06 |





ame ee oe

Vege tagee terete tte ety ce tnge hte ety retype ret epee May rer catty et lee atte eeete getty ett ett ecg ttt t ttt yatta gteqrte arene rtente atte atte tgete ate ctr gata tent ta ttt te tert

' Ecole de Commerce Julien CRAA

EC PLOMES DECERNES

aN ah
Pan MVP FETT
pr

Cunha gal aH aad aaa aaa gad agal cata uae ali ual aastiassbiasedicaddicgsti neal nadliggalijiadicobiiod ggg

Pa aA eA rem eel eel eel

STENOGRAPHIE —

La Lauréate de cette Promotion en Sténographie F rancaise Mademoiselle Monique COUPET(120 mots
minute bons). recoit de son Professeur Mademoiseile Claudette Pierre une montre Bulova en témoi -




ete nettgeetpet ay et tty etteyen
Sy eee te

gnage d’appréciation. ~

~

age eager ga teat lta arTa ge tag tttaestay atte ettayaste ett gette yatta atttgettngrdte gate atte etetgettty

suivantes
Son Professeur Me. Calbert Jean-Baptiste

greet Anyeetagytengattegattepartn ete eteey neta atte yet
PLO LOLOL



tee a nana oo ta ae meme eat en EEN

§ ANNEE ACADEMIQUE 1969-1970.

STENOGRAPHITE BILINGUE 83 — DACTYLOGRAPAIE
BILINGUE 104 SECRETARIAT BILINGUE 16 — COMPTABILITE AMERICAINE 214 —
DIVERS 31 1BM KEY - PUNCH (AVRIL JUILLET) 20

Phone : 2-22.45 — Avenue Christophe et Rue 6, Port-au-Prince, Haiti, WU.



PROMOTION JANVIER - AOUT 1970

JULIEN CRAAN



COMPTABILITE -- PROMOTION JANVIER - AQUT 1970

Le prix d'Excellence a été attribué & Mademoiselle Eddye SAINT-LOUIS pour avoir obtenu les notes
: Examen Pratique 100%. Examen Théo ique 92.5¢¢,
assist“ de Me Ulrick Craan,lui remet un Set Styla Shaeffez.

PROMOTION 1971

(LE NINTVELLISTE>



PRP AB PABA AB DP Pa aaa alld et PAP AP APD at PL ed hPa ala ld al a ea dl al a
istlapas Vals Ugav lan UagnOaTNayUSigaONQAUUgO UDO IUD AUApHANOSAANGG AACR UU AN Hvvrtt veeCinert vere tiyeCirntsl TT TETTTTCTTITCLTTT TOOT TRO YTLET IN ONT OITITTOITITLEITTEnITOOIIT an TUNED TnI Ton TODTILINUUTT Cun aT nT aa four tags Tear To

a
asda tha aad







































La pieu

Ludovic, le marl de La
Piruvre, a du bon sens, mais
que de rudessc dans le té-
momuuge de sa raison. Mé-
content de son é¢pouse, heu-
reux de ses enfants, i) se ré-
fugie dans les critiques acer
nes, bruyantes, perpétuelles,
contre une Virginie de moins
en moins épouse éprise et
douce, de plus en plus mére
abusive. Or voici que l'une
des filles se fiance selon le
goat et Ics ambitions de Vir
winte. Les enfants ont tardé
a se rendre compte de la si
tuation exacte que leur fait
la mauvaise humeur de leur
mére, son manque de maitri-
se de sot. Mais lacte I leur
ayant ouvert les yeux, elles
réagiront chacune a sa fa-
con. Cunégonde pleure, se
tait, juge, se constitue le mo

“Veur - conscience de sa soeur

Irene (prononcez Ayerine, ce
prénom anglicisé forme l’un
des griefs les plus amusants
de Ludovic contre Virginie)
avec wne logique bien curieu
se el une méfiance de l’ave-
nir conjugal trés nette, déci
dera, puisque son mariage et
son futur meri plaisent tant
& sa mére, de ne pas se ma-
rier, petite vengeance qui
laisse voir les hésitations d’u
ne Jeune fille oscillant sur le
choix d'un état. A la vérité,
c'est la crainte de rééditer en
son foyer l'image de celui de
ses parents qui l’épouvante,
paralyse le oui qgielle devrait
prononcer dans deux heures
de temps. On peut évidem-
ment poser encore d'autres
questions sur l'effroi que lui
cause le mariage, et alors
nous tomberions dans le vau
deville et la pauvre Virginie
ne serait pas accusée simple
ment détre une Xantippe,
mais Mona Guérin n’a pas
voulu nous amener jusque 14
puisque tout semble s’arran-
ger selon le voeu d’une Virgi
nie qui n'a pas reculé devant
une génuflexion suppliante
pour faive changer Iréne d’a
vis et la contraindre a accep
ter de se marier. Une mére
& penoux ! Une fille ne pent
y résister...mais qu’en sera-t-
il a l'avenir ? Tele est la fin:
une interrogation ?

Il -- STYLE ET JEU DES
ACTEURS

“Madame Paulette Poujol -
Oriol crée une Virginie qui
s‘impose, décisive, originale,
livrant un nouvel aspect de
son grand talent. Virginie a
une’ personnalité si forte
giwon se surprend & suggeeé-
rer & Cunégonde ou a Irene.
:Votre mere est une fenme
qui aurail besvin Gun cadre
Pius Vaste que votre foyer
bourgeois pow épanouir ses
richesses; la famille. wi mea-
ti rouspeleur, deux — filles
shurmantes ne suffisent plus
A contenter sit fougue, ses
aspirations itnformuiées. Car
si Von rif de bon coeur a sa
vanité, €talée a tout prupos,
de ses prétentions a égaler
es plus grands bourgeois de
sa ville, de ses désirs de s'af-
firmer importante dans la
communauté qui est la sien-
ne, de ses changements @hu
meur selon son iInterlocuteur.
on pressent que toutes les
frossiéretés naives ou cho-
fyuintes marquent Jes écail-
‘es de la carapace, cachant
‘es nostalgies plus profondes,
ces nostaigies vagues que
rien dans le milieu qu! l’en
tuure ne peut assouvir. Elle
veut un riche et grand = ct
heureuxX mariage pour sa fil
Je ,sa jolie fille qu’elle arra-
che & l’appel d’une vocation
semi-scientifique; elle exige
une cérémonie réglée comme
un ballet, une réception sen-
Sationnelle qui éblouira ses
milliers d’invités, mais elle
nous amuse, car ses filles pré
ferent leur pére, et leur pére,
son mari s’ennuie,— mot fai
bie,— publiquement en sa
compagnie. Alors elle a pris
le parti’ de revétir les durs
habits de Ja «Mégére», per-
stadée’ au’elle est tout chez
elle, commande du méme ton.
ses gens et son époux, car
elle a tout de méme compris
que Ludovic ne se transfor-
mera jamais en Petruchio:
nul ne tentera plus de Vapri
voiser. Elle en est digne pour
tant, mais se complait dans
‘es «Choses». Elle prend joie
et fascination dans le rang
social, Ie faste — l’'argente-
rie Christophle — Elle se noie
dans les petits coins du luxe
-~ ses ordres pour le cham-
pagne, dénigre la nature et
Vespéce des cadeaux recus,
jamais en rapport avec sa
sublimitéy elle fait si bien
au'elle aden toute sa vie de
vant ele le bloc P4re-filles.
dont l'amour mutuel exclura
‘Sa tendresse & elle. Bob Tip
penhauer a mis en scéne un
¢poux grincheux et mysogy-
he mais un pére d’une nuan
ce trés haitienne, trés fine.
trés sensible. Il est, et le pu
bic avec lui, au bord de l’at
tendrissement, a la vue de sa
fille en toilette de mariée,
Rien d’un vulgaire Chrysale;
la situation n’est pas.la mé-

_â„¢e-@ailleurs mais: il ne faut

S‘attendre & aucune tentati-

8
: A PETION VILLE



re de Mona Guérin

(Sulte do In ldére page)

ve de sa part pour percer la
cilrasse de son &mMazone con
fugale. est nécessaire de
vaincr runehilde, voyons,
le secret. Vous le demande-
rez Oo Vamour, yous étes os~
sez grand, vous" l’avez épou-~
sée librement, quoiqu’a cer-
taine tirade vous vous émet-
tiez une certaine plainte qui
prouverait que vous r’avez
Pas eu la permission de la
connaitre assez, avant de
vous engager dans ces fa~
meux liens de hymen. Criti
quez, mais, il y a la maniére,
et pas devant les enfants. Ils
ne rient pas eux de vos coups
de boutoir. En effet. venfant
actuel assume la dimension
tragique de tout foyer et
«Brook de Sheffield» ne se
contente plus d’étre malin.
conteste, dés:le départ, en re
fusant le mariage lui-méme,
institution défavorable a une
société harmonieuse. 1 cun-~-
Leste, el beaucoup plus vigou
reusement que la gracieuse
Cunégonde et la douce Iréne
Sa contestation, on le _ sait
prend certains partis extré
mes que psychologues et pé-
dagogues connaissent bien.

Sa contestation suit la tra
me de l’étoffe qui vet la jeu
nesse actuelle : les fleurs des
hippies, les poudres - dro-
gues, les déséquilibres se-
xuels, la recherche de l’éro -
tisme, le bruit de la violen-
ce... Pour en revenir & Ludo
vic, son amour paternel cou
ronné d'un grand élan de re
tour par ses deux filles don-
nalt cependant un dualisme
que la blonde Iréne aurait
du relever au premier acte.

il laisse voir wih énervement
incontrolable, ses propos ai-
gres croisent ceux de sa Vir
ginie - Pienvre et méme ils
témoignent d'un manque cer
tain de confiance inexplica
ble en la sagesse d’Iréne qui
a voulu se promener seul a-
vec son fiancé, Pourquoi cet
te inquiétude, trés style «an
cien haitien quand le couple
S'attaque en juvénile prome-
nade ! Et ces questions au
retour des fiancés, tout au-
tre fille que l‘innocente Iré-
ne, tout autre futur gendre
que le romanesque Philippe
en aurait senti la pointe in-
sultante el se seraient rebel-
lés. Et ces questions a4 Cuné-
gonde sentent d'une lieve le
pére qui n’aime pas une rela
tion sociale précise pour sa
fille; il s’agit de larrivée de
Gilbert au premier acte et
du ton décontracté du gar-
con pour interpeller familié-
vrement Cui.égonde, Son atti
tude est celle de tout pere
bourgeols, assez convention-
nel

Bob Tippenhauer rend ces
coloris du rdle a merveille.

Jean Mareelin jute avec
uutorité le «deus ex machi-
na» de ja Pieuvre dans le
personnage de «premier té-
moin», Tl montre du tact, u-
ne sobriété d’expression cons
tante, trés appropriée au ré
le qu'il joue, Gilbert. le gar-



A VENDRE

Un lot de piéces usagées de
machines 4 fabriquer briqucs
et blocs en terre cuite.

Volants, arbres, poulies,
transmissions, engrenages,
moules pour briques et pote-
ries, un four électrique 4% M3,
moules en platre pour cérami
que, etc

Contactez ila commercial
William Norr S.A. No. 3, Rue
des Fronts Forts, Tél. 2-2010

gon d'honneur - impromptu,
fait une apparition en coup,
de vent trés sportive. Le rdie
est Joué par Kddy Garnier
qu’on avait déja remarqué
dans «Les Cing Chéris>.

L’auteur semble avoir mis
fort peu d’éciairage sur Phi-
lippe, le fiancé idéal, le par

tien or pour parler pilus cru- .

ment, de toutes les méres am
bitieuses, Le réle est présenté
par Piérre - Richard. Pratt
dont l’extréme jeunesse dis-
tinguée, justifie l’enthousias
me de la belle mére future
et la jalousie rentrée: du beau
pére également futur. Tl a su
mettre une pointe de carica
ture dans le personnage pour
justifier sans doute les bail-
jJements ensommeiiés. d’Iré-
ne qui motiveront son refus
du 2éme acte. Cunégonde et
Iréne, les deux volets du dyp
tique qui se referme sur un
pére extasié, jouent avec na-
turel la piété filiale & un seul
exemplaire. Que de divina-
tion dans le jeu de Cunégon
de. bonne trouvaille que ile
coup de la biére pour ne pas
faire figure de laissée pour
compte. Elle n’entre pas du
tout dans la ronde du snobis
me paternel ni maternel. [ré
ne aurait da montrer de i’hu
mour dés le premier acte,
elle eut allégé son personna
ge jusqu’éa la fin. mais elle
laisse voir, avec une certaine
finesse que ses ficelles sont
tirées per Cunégonde.

Et que dire des apparitions
et des disparitions de Fifi,
petite fille heureuse d’étre
utile et de s’amuser en mé-
me temps; elles apportent
des réminiscences de tout ce
qui se passe dans beaucoup
de familes port-au-princien
nes @ Yoceasion de grandes
réunions comme l’argument
de la Pieuvre. La mignonne
Dominique Wagner avec une
ingénuité qui aurait di dé-
sarmer l’habituelle hargne
de sa tante Virginie, esquisse
le rdie de Fifi qui apporte a
action des sinuesités pour
la faire progresser jusquwa l'a
veu de la candide fiancee re
fusant d'épouser Philippe.
Car au fond, Iréne 4 des re
vendicalions contre Virginie
qui a coupé les ailes a la fem
me Ge science en la pous-
sant au riche mariage.

III-— LA MISE EN SCENE

La mise en scéne de Gla-
dys Wagner souligne avec ai
sance et réalisme ce caracté
re «bourgeois haitien» de La
Pieuvre. La campagne du pre
mier acte frissonne sous les

Petites ou grandes construc
tions —- Hangars pour avions
—~ Eglises — Dépét -— Ware-
houses — Gymnasium — Usi
nes de manufactures — Sal
les de spectacles — salle d’ex
position d'automobiles —
Bungalows pour la campagne

Le style peut étre aussi sim
ple que élégant, Ila qualité ex
cellente. Le prix est plus rai-
sonnable que toute construc
tion conventionnelle. «Nous
sommes le plus’ important
constructeur dans les Carai-
bes et nous avons réalisé plus
de 250.000 buildings dans le
monde»,

La compétence et l’expé -
rience & votre disposition

pour vous offrir un produit
supérieur a un prix modéré.

Bénéficiez d’une prise de
contact qve nous offrons gra
tuitement A la TIPCO, Place
Geffrard: — Téléphone 2-0623
P. O. Box : 396



AVIS

aux adresses suivantes
A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

Lalue

Coles’ Market

Laloe



CEUDI ier, OCTOBRE 1970



petits palmiers et le ciel d'a
zur tropical. Le petit salon
fourre - tout des deux der-
niers actes,; recoit confiden-

, ces et cadeaux, sous les Cou-

leurs vives des tableaux et
des fleurs. Au second et au
troisiéme actes, il aurait fal
lu, peut étre un bruitage plus
accentué dans les coulisses
pour marquer Yatmosphére
fevreuse des préparatits de
la grande cérémonie» afin de
mieux révéler le caractére in

‘ solite de la réflexion de Cuneé

gonde en un tel instant. Ce-
la aurait accusé la hate, le
bonheur fébrile de Virginie
parvenant au bout de __ son
principal désir, et le ratant
avec une stupeur qu'elle rat
trappe par la suite avec les
grands moyens de sa pres-
sion sur sa fille. :

IvV.— DENOUEMENT ET
COUP DE THEATRE

Le dénouemert montre en
Virginie, plus pieuvre que
jamais, une rapidité de déci
sion que n’eut pas désavoué
Sheridan «She stoop to con-
quer». Sa fille céde, mais l’a
venir n’est pas couleur de ro
se pour Philippe. C’est pour-
quoi Vauteur a raison de se
demander si c'est une comé-
die ou si cette fin est heureu
se 2? Ludovic et Virginie s’en
tirent 2 peu de frais, car au
fond, méme en Ludovic, le de
sir de ne pas marier sa fille
est évident; en tout bour
geois port-au-princien som
meille un Monseur Barrett
de Wimpole Street, bien
qu'il n’ose se croire le péere
de Miss Ba. Cunégonde et Ire
ne s’étant défowlées par le
petit éclat du refus de ja no
ce, il ne sera plus nécessaire
de recourir aux aléatoires re
mises a flots de l'esprit et
du corps. Mona Guérin cache
un moraliste eb Breuilh paric
Je langage qui lui convient.

VI — MONA GUERIN ET LE
SENS DU THEATRE

NN

Des -Cinq Chéris» a la
Pieuvre»>, Mona Guérin s’af-
firme duuée de réelles quali-
tés @auieur dramatique. elle
ouvre dés perspectives au
théatre haivien.

En assistant a la premiere
représentation de La Pieu-
vre, on & mieux senti la priva
tion longue. Varidite de [a
scéne port - au- princienne,
desservie de loin en loin par
Ges oasis que la soif pour i¢
théatre aurait voulu multi-
plier. Ce n'est plus le mo-
ment de se lamenter; la ro-
buste vaieté de Mona Guérin
réussit ce tour de force, de
concevoir, d'écrire, de mettre
en scene sa piéce un an a-
prés le succés des «Cing ché-
ris», Que ne donnera-t-eue,
encouragée par l’accueil fait
i La Pieuvre ?

Les petites difficultés ne
font pas effrayée, elle ne
s'est pas complue dans les
louanges décernées aux pié-
ces précédentes, elle a su, a-

. vec sa soeur,Gladys Wagner,

réunir toute une équipe épri
se de théatre autant qu’elles
le sont toutes deux, au point
de sacrifier & cette passion
un besoin de vacances tout
naturel A tous ceux qui, a-
yant travaillé toute l'année
auraient aspiré & un repos.
Mais V’auteur et ses dévoués
collaboralteurs semblent ass
rés que La Pieuvre ayant ap
porté un changement d’occu
pation, a offert des vacances
du méme coup, a ceux qui
ont préparé son triomphe.

24 Septembre Nh

Les Produits H A M Pp C O peuvent étre |

Maison Rigaud

Rue: Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute Delmas

Luce Chatelain

Rue Toussaint Louverture

| zs
Boulangerie St- Mare
Ave Jn Jacques Dessalines









Nos Mots Croisés

URKOTLEACE




TRMWVuMvn x
iam

ho

rt

“a

5

Ll

am

a4

ol] |

-
°

HORIZONTALEMENT

No thta f°

tT -- Accompagne dea choeura
“religious

n Conjonction Enoneda

Prepoaitlon

i A Cait Vobjet dy blon dee
Veralalls

" Que Mean que dea!

Crbochard

XXXX
VERTICALEMENT
\ Mise en civenlution
Ul Dont on a Cud fea nitere-
hes
a8] T'namusnis ~- Vit partir

an patriarche



tV — Supplice affreux
! Ce sont elles qui forment Vo. Oxyde natu el de Cer
un homme VL. En sienne —- Arrose E-
2 Gnve les oe. -- Frit peur vreuy
wax enfants VU -— Article arabe — Vont
20 Helle fourrure ~ Bien ar de Uavant
rivee VIIT — Réve — En fin de soi
Ville dEcoase , rée
® Moat de passe -- Sur te 1X — Fin de participe — En-
cour ier dun futur offieter levée
c Vovelles -~- Saint pyré - X - A de grandes pattas —
neen — Regle Mon're qu'il a chaud
XXXX
Solution du probleme précédent
SOLUTION No. 667 F,
HORIZONTALEMENT VERTICALEMENT
SOLUTION No. 668 F- L. Saine; Daum — IL. Officiers —
1. Sounerie —- 2. Afrique; AR- Ill, NR: Rosier IV. Niobé; Acre
tf; Oust; Ré 4. Ni; Bis; Uns - V. Equitables — VIL Russe;
fo Berére: SOLS. 5. lo: Ré — NT -- VIL TET; RS; Ti Vy. U-
7. Désabuse &. Ariel: Spa -- 9, 0 gees 1X. Arno: Peu — X. Pressu
seysent; Fae 1 Restitag Tage
yore re th OMS




Par

Wy

A

apt

VOTRE HOROSCOP:

francs ).

sh

Chercnez ta section correspondant au jour de votre anntver

satire de natssance et vous trouverez

vows signalent les autres pour demain.
Droit de reproduction totale ou partielle réservé.
Propriété King Features. Syndicate — Exclustvit¢

VENDREDI 2 OCTOBRE 1970

2] MARS AU 20 AVRIL (BE-
LIER) gy Seus des influences ac-
tuelles, des entreprises exception
nellbs avadveront sensiblement
les affaires courantes si
Evitez les

ainst que
vous efex methodique.
ext nies.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU-
REAL) : Si vous messeyaz pas
Vimpossible, vous trouverez la

journée satisfaisante, Montrez vo
tre diversité et votre peesonnali-
te,

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX) : Evitez le décourage-

Developpez Ja confianee et
la securite. Mettez & Vépreuve vo
tre stabilité natu.elle.

ey JUIN AU 23 JUILLET
tCANCER) : Employez des idées
Des personnes influen’ es
pourraient étre int téressées pa- Vo
tre travail ou vos affai es. N’ex
Primez pas des opinions vagues,
surtout dans Vapres-midi. Soyez
direct et vous éviterez Ia confu-

ment.

Heuves

MIOn,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION), : Cette journée contien
dra davantage qu‘elle le parait
de prime abo d, Creusez profon
dement pour en exhumer leg tré-
ors cL soves ce tain de votre réus
Ne dépassez pas toutefois les
Yaniies raigonnables.

24 AOQUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE) Examinant
touley Jes possibilités, voug ferez
certainement le meilleur usage de
vou dons Vaai’s ct votre faculté
Weffiencité cL de stragédie. Visex

Haut. J

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCE) : Toléran
ce et discrétion uccompagneront
paroles et actions. En dévelop -
pint ces dispositions, vous pro -
ressez avec vélocité, avec avan-
tages el bénéfices correspondants.

24 OCTOBRE AU 22 NO -
BRE (SCORPION) Excellente
conjonction, Votre jugement, vo-
tre flair et vos réflexes sont a
tour maximum miig souvenez-
vous qu’un ben copiportemunt
“impose Buss).

24 NOVEMBRE AU 2) DE -

vile,

CEMBRE (SAGITTAIRE) : Con
sacrez votre attention a complé-
ter vos taches de routine — prutot

qua vous lancer dans des entre-

poises (envergure Bonne jour-
née pour progresser dans tec nf
faires.

22 DECKMBRIS AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORN FE) N‘hési

tez pas a demander de Taide ou
un renseignement. Plus de ce,
venux an travail, plus les con) -
naissanees s‘accumulent, Vous at
fronterez. la compétition mais
Vvoug pourrez en triompher,

281 JANVIER AU to FE -
VRIER «VERSEAU) Fouillez

bien les secteurs qui nécessitent
an axamen apprefondi majs lan-
eeg-vous dans vos .¢atisationg des
que vous avez les reperes attendus
Lox recherches artistiques sont fa
vorisées,





Pharmacies assurant
le Service cette nuit.
ZEUDI ler. OCTOBRE. 1970 ,

«LAVOISIER,
Lalue

ST. YVES> ~
R/D/Cesara

les perspectives que
«LE NOUVELLISTE>
20 FEVRIER AU 20 MARS

(POISSONS) : Une de vos meil-
Jeures journées pour le_succés et
i divers points de vue. Mais forti
fiez Ia situation présente avant
de vous Jancer en de nouvelles a
ventures. Servez-vous de votre in
tuition et de votre sixiéme sens.

SI VOUS ETES NE AU/OUR
D’HUI : Vous avez une personna
lité trés sensible et artiste. De

_nombreux musiciens, poéces, pein

tres et écrivaing sont (ou ont été)
des natifs des Balances. Votre
pe-sonnalité sé¢duisante peut aussi
vous assurer du succes sur la scé
ne mais vous devez apprendre a
controler vos réac‘ions car, sans
la concentration nécessaire, vous
ne pourrez réalise- une carriére

de tout premier ordre. Ne redou- -

tez pas de n'¢ire pas & la hauteur.
Il n'y a guere de but ane vous ne
puissiez atteindre si vous Je vou
fez du fond du coeur.



Aujeurd’ hui

COIN DE L’HUMOUR

Dans un restaurant de Mont -
réal, un américain se rend au la-
vabo, tourne ce qu’il croit étre le
Lobinet d’eau froide et regoit sur
los maing un jet d’eau brilante.

Furieux, il fait appeler le zé-
rant.

—— C’est inadmissible | vocifere
-t-il. Pourquoi vos robinets sont-
ils ‘marqués n’importe comment?

— Regardez bien, monsieur, ce
robinet porte un C, explique pa-
tiemment Je gérant C'est la pre
miére lettre du mot «chauds, en
francais. I] faut gavoir ¢a, mon
sieur, quand on voyage dans la
province de Québec.!

Le client écoute, médusé, mais
i] ne tarde pas & découvrir une
souvelle anomalie:

~- He ! Un instant ! Liautre
robinet porte aussi la lettre C.
Comment -xpliquez-vous ca, hein?

.-- Mais bien sar, monsieur, re
pond le gérant, C’est la premicre
lettre de «Colds (froid), en an -
ilais. Vous oubliez, mon bon ‘mon
sicur, que Montréal est une ville
bilingue et que, par consequent,

restaurant’ Vest augsi.
Catholic Digest

nolre





Vente de
Générateurs

L’Ambassade des USA met
cen vente des générateurs qui
serohnt exposés dans la cour
de cette Ambassade de 9 h.a
10 h. 30 A.M. le samedi 3 ac
tobre, Les offres sous pli ca-
cheté seront acceptées jus -
qu’'a 10:30 aprés quoi elles se
ront ouvertes.

Offre minimum $ 200
Les générateurs seront ven-

_ dus aux plus offrants.



A VENDRE
1 Jeep Land-Rover,
le 1953
1 tape recorder
May-fair
2 bureaux, I classeur métal
Hque
S’adresser &: Lalue
No. 178
Phone : 2-2119 !

modé-

marque

ACTUALITE

LA NOTE AOVIETIQUE
AU GOUVERNEMENT
DIES WPrATA-UNIB
MOHKCOU, (AFB)

Le ponvernement de PUR
Anis ne rete renitae awpour-
hat vA VAmbasside dea ho -
tala-Unda a Moscou, a deman
de np grouvernement nimert-
enin de prendye tes mesures
wpproapriges pote mectre ue
terme aux detivites dange -
reuses des @xtrémistes slonis
tes nue Btats-Unis aut ont sus
cette Vindlignatlan léyttiiie de
Vopinton soviétique.

Le gouvernement des Etats
Unis, poursult la note dont
le texte intégral n été dlffuse
par Agence Tass, du fait que
son inuctivité pratique de -
vant les provocations des ex
trimistes sionistes de ne jul
servir que la campagne hosti
& VUnton Soviétiques et vol
cl des conséquences nuisibles
aux relations entre les deux
pays, ce qui, de Vavis du gou
vernement de l'URSS ne cor
respondait ni aux intéréts du
peuple soviétique ni a ceux
du peuple américain.

Depuis un certain temps,
une campagne antl-soviéti-
que est menée aux Etats-U -
par des organisations sioni\s-
tes, ajoute la note. Cette cam
pagne est assortie de mena-
ces et de provocations contre
les institutions et lesreprésen
tants de l'URSS aux Etats- U
nis. Une activité particuliére
ment intense est déployée
par la prétendue ligue de la
défense des Juifs, dont les
menées provocatrices entra-
vent l'exercice des fonctions
officielles des institutions so
viétiques aux Etats-Unis et
menacent la sécurité person
nelle des représentants dipla
matiques et autres de l'URSS.
Les membres de cette organi
sation vont jusquw’a se livrer
a des. activités de violence
contre des citoyens soviéti -
ques.



RENE COLES

LALUE No, 180



Le Champion du beau vé
tement annonce 4 ceux qui
partent pour l'Europe, les
USA ou le Canada, qu’ll est
revenu du Canada et des
Etats Unis avec une techni
que moderne et sare, qu’D
est en outre le Seul capa-
bie de confectlonner un
manteau d’Hiver qui solt 4
la mode dans les différen-
tes Capltales du monde.

Ils trouveront également
des costumes et des panta-
lons et un cholx judicleux
de tissus pour les élégants
qui préférent la coupe cur
mesure.

QUARTIER GENERAL
DE LA CIE.
DES POMPIERS

(27éme. COMPACNIE)
Port-au-Prince, République
d'Haiti
Le 25 Septembre 1970

AVIS

Conformément aux pres -

criptions de la Loi du 7 Sep
tembre 1949, réglerrentant
lemmagasinage, la manuten
tion et le commerce des liqui
des et mati¢res inflamma -
bles, les intéressés sont avi-
sés qu'un délai expirant le 30
Octobre 1970 leur est accordé
pour se mettre en régle avec
Vvadministration pour lexer
cice en cours.
LATTENTION DES : Direc-
teurs, propriétaires ou ge -
rants «responsables» de sal-
les de spectacles, d’Ateliers,
d’Usines, de Garages, de For-
ges, de Pharmacies, de Blan-
Chisseries, d’Imprimeries, de
Dry Cleaning, de Magasins
de tissus:



-— de Depots de planches, de”

Fibres combustibles, de Car-
touches, de Films de cinéma;
— de Depots ou stations de
vente de produits de pétrole
et autres liquides intiamma-
bles;

CALLE DES Usageants de

Tubes L.P. Gaz (sutane —
Propane etc...)
ist attirée spéclalement

sur les dispositions ae la lot.
Passé ce aelai, les retardatai
res seront poursuivis.
Léon ACHILLE
Capitaine F.A.d'H.
Chef du Service d’Incendie.



«Ll ROVVRLLISOTED



PAOE ®



Notre Haiti et ses maximes:

ACADRITE GAD Ot

Hitéorale & ypoverboe: Le
cabri examine d‘ordinatre toa
yeux (au ia mine) duomattre
de la matabn (oo DN) nfeat pra
habltud, bien entendu, eb vou
drnit ontrer) pour pour valtr
quelle mine celul-el lul fate a
vant de a'aventurer ay pénd
trer.

Vulcl “ag be prove preaquo

Ten effet, sf Von considére Lat
{tude des cabris dang.nos pe
tites localités de la Province
od is circwient en général
brement, l'on remarquera as
sez souvent qu'un cabri peut
venir au seul] de la porte d’u
ne maison, se tenir li long-
temps et prudemment, pour
voir st on va bientdt le chas-
ser avec un «Kite, Kite> ou si
au contraire, le maitre est
bienvelllant et sympathique,
lui dira un petit «Bite» doux
et encourageant.

Dans ce dérnier cas, le ca-
bri; sensible par nature aux
gwestes affectueux, entrera et
osera méme, poser son mu -
seau sur les jambes de cet a-
pour aussi longtemps que ce
mi des bétes et restera la
dernier voudra le tolérer, voi
re lul caresser la téte, Et, dés
ce moment, plus fidéle qu'un
chien, il prendra l'habitude
de juf faire visite chaque jour
Mais, le mauvais cOté de la
chose, c’est qu'il ne s’arrétera
pas la, avec ses famillarités
dans Ila maison : des fols, il
se permettra aussi de pren-
dre sur ja table des fruits, du
pain et autres aliments,
quand ces choses n’‘auront
pas été bien assurées. Sans
compter d'autres ennuis qui
née seront qu'ironiquement
compensés par une large dis-
tribution de noires pilules.

Les personnes qui n'ont ja
mais vécn A la campagne ou
dans wn bourg é¢loigné du
pays, mont peut-étre jamais
cu une pareille expérience.
Mais moi, votre serviteur, je
lai euc souvent, jadis, dans
une localité au fond au Nord,
ott je remplisais une mission
éducative,

Mais, chez celui ou le cabri
aura été chassé dés le pre -
mier abord, c’est a peine si,
longtemps apres, il voudra re
venir pour faire un nouvel es
sai.

LE SENS PROFOND de ce

proverbe est celui-ci : De mé
me que le cabri regarde, a
maintes fois la mine du

maitre de la maison ott il vou
drait entrer, pour savoir s'il
doit se: permettre de le faire
ou pas; ainsi certains profi-
teurs de professions, considé
rent-ils bien le caratére des
gens avec lesquels ils entrent
en contact pour savoir s'ils
doivent abuser d’eux ou leur
manquer d'égard : S'ils re -
marquent qu'ils ont affaire a
un étre brave, austére ou de
principe, ils rengaineront, ils
ne risqueront pas une tentati
ve-trop hasardeuse. Par con-
tre, s'ils constatent que leur
partenaire est un étre simple
donux ou trop complaisant, ils
se moqueront de lui ét pour-
ront méme arriver a l’occa-
sion, a le deshanorer avec tou
te sa famille

J’ai souvent pensé a ce pro
verbe, efi constatant com -
bien, de nos jours, certains
jeunes hommes, malhonnétes
et abusants, humilient, piéti-

COMPTES

propres

Lola VERNET
MAITRIE CAILLE

nent des famihor quila tra -
quentent, par leurs écarts,
feura parolos légdroa; quand
co neat pas, par learn propos
-erosslera, Jeurs conversations
Veenelenses, eb autres aetes
réeprétensibles, co, shaple -
tent puree qu constatent
que de pére ou ta mére quel-
quefols les deux ensemble
Wonk prs Vautoriteé qu'il
convilendra(t pour gouverner
leur malson. Tanda — au'lls
vous @ront — ces mémes jeu
nes hommes -— d'un pere de
famille sérfeux, qui tes tient
constamment en respect
«Tontonga-a, moin pas rin -
main coaractére li du touts ou
amofn pas supporter Il» etc

Par

C'est & lout bon entendeur a
lors, de salsir que Ia raison de
cette antlpathie, de cette a-
version, est quills avaient son
dé la passe; et qgu'iis se sont
trouvés en face d’un Chef de
famille conscient de ses res-
ponsabilités, & cheval de plus,
sur les bons principes : autre

ment dit, un de ces observa-
teurs invariables des bonnes
régies d’autrefois A cet égard;
et quills ont été, en consé -

DAVID BROWN
TRACTEUR DIESEL



AVANT L'ENTRER>»

quenee, décius, dans leur ma-
Velense eapbrance, ayant
COonsbAté “que apaln argon

tan enitle-fde ATU C#S TIOM-

MES .- CABRISE..
Cependnant, (fous faut di-
reomussl que, blew souvent,

ces peres de families, ces mat
tres décole, eb autres per-
sonnes qul oceupent des Pos
tes de comtnande, ne sont
pas au fond, auss! méenants,
qivon voudrait le crotre d'or-
dinalire. Mats, quarriverait.
il si. em certafnes cireonstan
ces, Hs ne prenaient pas cet-
attitude, apparemment séve-

re?... Eh bten! «yo ta jouer
lan barbe ya» Car certains in
dividus grands ou petits
— ne savent pas la mite a
garder, quand blen méme un
Supérieur aurait eu Ia condes
cendance de se montrer doux
et familier a leur égard. C’est
un complexe, une ignorance,
que malheureusement, nous
rencontrons chez beaucoup
de ceux qui bénéficient d'une
telle condescendance ou d’u-
ne certaine magnanimite.

Louis VERNET



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE

HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLOQUE
DISPOSITIF EXCLUSIF « BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE.
DISPONIBL. E EN VERSION INDUSTRIE F

DISTRIBUTEURS

aey tn Eek swnd

Pore wee.
Fe a Oe ee

pm past plete

: x se,
thet, ta

sees SAP SITE,

COURANTS

Dans le conmmerce comme dans l'industrie
tout homme d'affaires doit bénéficier des
services modernes d'une banque qui vous
sont offerts par LA BANQUE ROYALE
DU CANADA. |:

Un compte courant vous permet de faire
tous vos palements par chéques et vous donne
eusal-un strict controle de vos dépenses . . .
et vos fonds sont toujours en sécurité, tou-
jours a votre portée.

AUTRES SERVICES A VOTRE DISPOSITION:

© Compre: PEpargne
© Coffrets de Siretd
« Lettres de Crédit

« Mandats-Chéques

« Chéques de Voyage

@ Service PEncaissement

LA BANQUE ROYALE DU CANADA

STABLIE BN HAITI DEPUIS PLUS DE 40 ANS |
Socit Anoayme — Capital versed & Fonds de Reserve
CAN $ 328.628.000 _

Plus de-3200 succunales au Canada, dane tes Antilles ct
T Amérique “du Sud, bureaux & New York, Londres et Paris.



1

DANS NOS CINEMAS

AU CAPITOL

Vendredl a 6 hh. 30 et & h. 90
Ik ETAT UNE FOIS

DANS L'OUEST

Entrée Gdest 3.00 et 6.00



CINE OLYMPIA

Vondredi (Permanence)
LES LONGS JOURS ©
DN LA VIENGIANCE
Butrée Gde. 0.60

ae
CINE STADIUM

Vendredi (Permanence)
SUR LA PISTE DES APACHES
Entrée Gde. 0.60



Consultes votre conseaillérs
LUND... Jfhaih
MARDI 9h.41h.
JEUDT oo... 2h.aéb
VENDREDI 2h.a 6 h.



CINE ELDORADO

Vendredi a 6 h 15 et et 8 h. 16
En flere Partie :
LES JOKERS
En 2é@me Partie
LE DERNIER BASTION

Entrée Gdes. 1.60 et 3 06



be Luxe Auto Ciné

Vendredi A 7h. et 9h.
L'EVASION LA PLUS LONGUE
Entrée 1 dollar par voiture



CINE SENEGAL

Vendredi a 6 h 15 et et 8 h. 15
BANDOLERO

Entrée Gdes. 1,00 et 2.00



AIRPORT CINE

Vendredi & 6 h. 30 et 8 h. 30
COMMISSAIRE X HALTE
AULSD

Ent: ée Gde. 0.60 et 1.00



«LISEZ
LE NOUVELLISTE>





Restograi en Lotion et en Pommade

REX THEATRE

Vendredi a 6h.
TEXAS ADDIO
Mntréo Gder. ?.50 et 4,00

ot Hh, 16



CINE PALACE

\
\
?
Vendredi A 6h, et Bh, UB
EUX PISTOLETS '
POUR UN LACIE
Entrée Gde. 1.60



Vlebewa Kibirsleis

Programme du Lundi 28 Sep. au Samedi 3 Oct

& Maison YVES MORALLLE
& Matson YVES MORAILLE
& EXPRESS MARKET
& EXPRESS MARKET
Démonstration tous les jours sur rendez-vous

& CASA PCMPADOUR
Rappelez-Vous Madame Belle ce soir! Ridée Dematn>

L’Avenir de votre peau se jfoue & trente ans.
HELENA RUBINSTEIN

PARAMOUNT |

Vendredi 4 6 h. et 8 h.
(Dernitres Représentations)
VAFFAIRE THOMAS CROWN

Entrée Gdes. 2.50 et 4.00



MAGIC CINE *

Vendredi 4 6 h 165 et et 8 h. 16
MON ON“LE BENJAMIN
Entrée Gdes. 1.50 et 2.50



CINE UNION

Vendredi 8 6h 15 et 8h
ALVAREZ KELLY
Entrée Gde. 1.00



DRIVE IN CINE

Vendredi & 7 h. et 9 h.
GROS COUP A PAMPELUNE
Entrée 1 dollar par voiture



. MONTPARNASSE

Vendredi A 6 h 15 et 8 h.
L’EVADE DE YUMA
Entrée Gde. 1.60



ETOILE CINE
Vendredi a 6 h. 30 et 8 h. 30
HIBERNATUS
Entrée Gdes. 1.50 e¢ 2.50

PLEO DEDEDE



Rajeunissez avec RESTOGRAI

Plus de cheveux blancs.

Pour les Hommes la Lotion est excellentel”
Pour les Femmes, résultat aprés 15 — 30. et 60
jours. Succés garanti, plus de 3000 personnes a Port
au Prince en ont fait déja ’heureuse expérience.
[en vente dans toutes Pharmacies et Epiceries.
TIPCO, Distributeur.





EX BOULETTES

RESIS ES SORTS ee







LA ©

Mort aux Rats.



GIBBONS |

QUEL QUE SOIT
LE RAT

IL PERIRA




INSTANTANES

(Suite)

tion Chretienne, réside a PL
de Paix nebuehement.
XXXX
Moauchume pie Boucaurd est:
saitiniaite des deux mols de
Veeanbes Qavedie vient de pis
Bey Gans sa familie, Crest
Lier matin quveiie est repar-
fie pour New York, He y ré-
sade Goepuis sehae RNS.
XXXX
Maduanre Laon Solages, née
Olms Cassis, est partie & des-
tioation de la Ploride lier
iititg A Maan, ele passera
Va L ek iad jours avee sa fit-
re Chtadet fe eb Ses nevedx et

rece, Madame solages fut
saluece ou baeropert par le
raminercant Leon Solages,
sow ‘ari, Madame Nassitn

Moura, sa fille cf Romeo Ha-
Jou, sen evel.

Le meme jeur, a pris Va-
Vien Mauenmemselle Evelyne
Baboun. Ede aussi s’est ren-
aque a Miami, ’

XKXX

Creat hier matin qiwest par
ti pout le Canada Monsieur
Yves Samy. A Montréal, il é-
tudiera Ja Chimie. Sen diplo
me @ingenieur Chimiste, Y-
ves Vobliendra dans cing ans
Nous svullaitons du succes a
Yves Sumy.

Sont egalement partis pour
le Ganada ie Chauffeur - gu
de Fritz Benjamin et sa jeu-
ne socur Marie - Nicoie. Que
leurs Vacances Solent agrea-
ples |

KXXK ’

Beneliisire dune
de perfecdennement de VO-
NU, VIngénieur Jean Ernst
Jospitre, du Conadep, esi par
i pour Bruxelles hier aprés-
mudi. Les cours quill va sui-
vre daierent hut mois. Pucrerare, Vingeniew Jean
Erust Jospitre fut salue par
Me Joseph Jospitre. son pére,
PIngenieur Gérard Jositre,
sen olicit, Monsieur Marmon
tel Destino, cu Conadep, son
frere Reginald, sa sveur Ma-
tie - Héléne, Carmen Jospi-
ire, Sa fante. et Messieurs
Danicl Fleury et Haow La-
puerre

XKXX

Le Frére Joseph Bellanver,
de VIns.ruction Chretienne,
cst arrive de France hier ma
on. Ti enseignera a Institu
tion Saint Louis de Gonza-
gue. Il fera toutes les matie-
res en classe de sixiéme, sauf
les math

XXKX

Monsieur Joseph Issa, qui
est dans le commerce textile,
est reniré de voyage hier a-
pres midi. Pendant trois -
mois, Joseph s'est promené
siutour du Monde. Il a séjour
ne notamment au Japon, au
Liban, en Europe, et en Amé
Offre d’emploi

L/Arbaseade Americaine
Jre riaiplaver tne dactyle

boop gu sera sadester ie ta
Seetion Conocakure Poul por
fadent acee poste doit érre In
hoyle Cav Patig tls Anpliais)
ad capable de dactylogra-
plier aw moins de 40 mots a
soninute. Les formutaires de
eanuiGe “etaplol peuvent e
tre obtenus an bureau de ja
ReceplLonniste de lAmbassa
ae

dh

bourse

rique du Nord.
xXXX

serge Vericain, fils du Com
tmandauut Paul Vértcain, est
rentré @urope hier apres -
mich, Pendant cing ans, Ser-
pea etudté le Génie mecani-
que tt Hambourg.

XXXX

eb Madame Ja-
mil Assalf ont ew un excel
lent séjour & Mian. C'est
hier apres midi quis lous
pont revenus.

Yst. rentrée de \yoyage hier
apres - midi Gilberle Salés,
fauréate de ta dernié¢re pro-
motion du Secrétarial School
du Christ Roi. Gilberte vient
de passer trois mois en &ure-
pe. Mile a sejourné cn Itatie
en wWnglelerte, eu Slasse,
en Bspagne.

XXXX

Une petite fille belle, belle,
belle, féte aujourd'hui son an
juversaire de naissance. Cet-
ie pelite fille sage, sage, sa-
ge, sappelle Alexandra Clé-
rié. Elle a deux ans revolus.
Son pére, Claude Cléri é,
sa mére Marie - José,
sd soeur Pascale, son
parrain, sa marraine, et tous
ses parents ef amis lemoras-
sent Terl, fort, fort. 4

XXXX

Un mastic a totaiement dé
naturé quatre ou cing de mes
instantanés diier. Je nven

Monasit

trxcuse aupres des lecbeurs de
ma chronique





poDpoeoTs :
AY
iT
Yous dispense de par- 5






















ce pour les emplettes de’
vos enfants, a lVoccasion
de Vouverture des clas-
ses.
Vous trouverez jes aru
cles suivants: tergal ma
rine, blane et couleur, d2
cron, popeline, chausset.
tes, demi bas et sous-vé
tements.
Egalement, de jolies gui-
pures, broderie, dentelle,
etc, draps de toutes les
dimensions, oreillers, pan
oufles pour Games e:
suiours le savon citrou
valoy et le savon au suc
de laitue. .

Les MAMANS les
‘lus difficlies seront sa-
B tisfaites pour le trous -
eau de leurs bebés tels- }

que robes, chemises,
w brassiéres et drap bro -
des, couchettes, serviet-

tes, moustiquaires ete.

AU MONDE onc

Rue du Magasin
de VEtat No. 89

MARIAGE

Marcha -
Theve

M ftover Atime et
eee gree atten] - Peccile
my ont de platar de votes fal
leo parl de ieur marke cele
bre oa striete tutimite de lun
ai 23 seplembre 1970 a ooh
2G pnt. par 1 Officier de VE-
tat Civil, Mie Pierre Augus-
tin René Salgado, dans !es
salons des €poux Ludavie La
fontant, a Badiole.





OU IREZ- VOUS
SAMEDI SOR

LES SCHLEUX - SCHLEUX
Vous reviennent au

Rond Point

Night-Cluh

Samedi 3 Octobre 70
Faites vos réservations

Admission : 3 dollars





AU CAPITOL

VENDREDI 3 OCTOBRE 1970
A 5 Hres. 30 et 8 Hres. 30
























College Abraham
Lincoin

Enseignement Secondatre
tue Capois No 38
Port an-Piince, Haiti

Lia direction du College A-
braham Lincoln avise les in-
téresseées que les inseriptions
en vue des examens dydmis-
pion se peursuivent ait loewl
de UEcole sis a it Rue Capois
au No 58, tous les jours ou-
vribles, le matin de 8 heures
av Midi, le solr de 2 heures &
5 hres.

Peres cl Meres de famille
vous qui voulez une bonne ¢é-
cole, ayant une discipline ri

Boureuse eb une méthode
Wenseignement efficient et
pratique, aileg vite placer

vos enfants au COLLEGE A-
BRAHAM LINCOLN, Rue Ca
pois No 58, of un groupe de
professeurs qualifiés et che-

tet Yronnes se sont évertués a dis

penser des cours a la portée
de toutes les intelligences.

Carnet Social

Cest pour nous un rée)
plaisir de présenter nos cha
leureux compliments et nos
voeux de bonne santé a
Mme. Carmen Christophe a
Yoceasion de son anniver-
saire de naissance ce jour-
dhui ler. Octobre.

Elle a pensé a organiser
yne réception intime 4 la-
quelle “participe sa
Mme Marie-Michéle Sassine
revenue aujourdhul des E-
tats Unis.

Le Livre n’est pas
introuvable

En effel, i reste | encore
quelques exemplaires du li
vre de notre eollaborateur
Fortuné L. Bogat - IDEES
ET REMINISCENCES» a la
Piéiade, la Librairie Nou-
velle et la Caravelle.

Prix $ 2.00

Ofire d’emploi

Pour une Secrétaire possé-
daut l'anglais, la comptabi
lite’ et la dactylographie.
Expérience requise.

Ecrire en fournissant refé-



rence, P. O. Box 396, Port-

AVIS

La Direction de 1’Ecole Tech
nique de Cosmétologie porte
a la connaissance des intéres
sées tant de la Capitalc que
de la Province, que les Ins-
criptions aux cours de coins
de beauté pour l'année acadé
mique 1970 -1971 seront re-
gues tous les jours ouvraples
de 9ham.a4h pm. au 93
de la Rue Pavée. Elle profite
de Veccasion pour rappeler
que depuis Mars 1970 elle a
inaugure, a Vétage du 90 de
la Rue Pavée son nouveau lo
cal doté de matériel up to da
te.

Comme a Vaccoutumée, des
facilites de perfectionnement
a Pétranger sont toujours ré
seryveea aux evlevess de Vicole
Fechnique de Cosmetolonic

Mime Germaine
OG PLLRgi-Loutls,
Liectrice ~ Fondatrice

Colieue Ellioth =

Pierre
PARENTS DE LA CAPITA-
LE & PROVINCES

Parents soucieux de la
formation intellectuelle et
morale de vos enfants;

Parents pour qui la pré-
paration de l'enfant d'age
scolaire constitue un casse-
téte;

PERES & MERES DE FA
MILLE qui n’avez cessé de
controler te COMPORTE-
MENT des enfants (FILLES
é& GARCONS) a4 lV'ECOLE,
dans les RUES ct dans les
REUNIONS :

Un ETABLISSEMENT SCO



LAIRE, un CENTRE DE
CHOIX s'‘impose

le «COLLEGE ELLIOTH
PIERRE ».

Le COLLEGE ELLIOTH
PIERRE dont Vambition

s‘imprime dans la fierté de
la préparation efficiente de
ses éléves a élaboré, pour
mieux encore vous satisfai-
re, et pour plus d’adapta-
tion des éléves aux travaux
pratiques, wun Programme
de choix

1) Enseignement — techni

que des matiéres de base,
rivé aux principes de la pe
dagogie moderne
2) ORGANISATION
GROUPES pour les
ces pratiques.
3) DELEGATION de Profes
seurs chargés de la supervi
sion de VEnseignement
technique des matiléeres,
siant en section primaire
qwen Section Secondaire,
chague Superviseur étant
placé dans le contexte de
sa discipline.

4) SUPERVISION GENE-
RALE par le CONSEIL de
la DIRECTION.

Si Chers PARENTS de
ja Capitaie et des PROVIN-
CES, vous tenez effective-
ment & VINSTRUCTION et
a& PEDUCATION de vos en-
fants. contactez sans délal
la Direction du COLLEGE
ELLIOTH PIERRE, tou -
jours animé du plus vif dé
sir de servir par sa devise -
«TOUJOURS PLUS HAUT:
COLLEGE ELLIOTH PIER-
RE, RECONNU DUTILITE
PUBLIQUE :

COURS PRIMAIRE & SE-
CONDAIRE
INTERNAT-EXTERNAT, DE
MI-PENSION

hone 2-1333, Rue des Mi-

aC!

de
exerci-

fille -





NOUVELLES DE L'ETRANGER

WHISKY ET VIN ROSE
BELGRADE (AFP)

_ Sl Von en crolt le Maréchal

Tito, lc Whisky serait une
source da Jouvence & consell
ler aux personnes agées. Of-
frant ce matin un vin d’hon
geur an Président, Nixon, le
Chef de Vétat yougosiave a
choisi un Scotch. Son hdte
lut demanda = s'il en puvail
souvent aussi tot dans ju
journée. Le Maréchal répii-
qua lorsqu’on devient vieux,
le Whisky est bien meilleur
que le lait pour la santé, ce
qui provoqua wn éclat de ri-
re de M. Nixon.

Le Président ameéricain,
pour sa part, avait préfére
faire honneur aux produits
du pays. Tl avait choisi un

vin rose Yougoslave
XXXX
NOTE SUVIETIQUE
AUA USA

MOSCOU (AFP)

Le Gouvernement soviéti-
que aremis aujourd’hui a
lAmbussade ces Etats Unis
a Moscou, wne note deman-
dant au Gouvernement amé
ricain de prendre toutes les
inesures Hécessaires pour met
tre fin. aux activites dange-
reuses des ¢xtrémistes ston-
nistes, annonce 1 Agence Tass

XXXX

LE CAIRE (AFP)

Selon les derniéres estima
tions, ce sont au total quatre
millions d'égyptiens qui ont
assisté aujourd@hul aux obse-
ques du Président Nasser wu
Caire,

A Alexandrie, ott te défunt
Président avait passé une
partie de sa jeunesse, plus
@un million de personnes
lui ont rendu un dernie: hom
mage.

XxXXX
RETRAIT D'AMMAN DES
FORCES ROYALES
BAGDAD (AFP)

La grande majorité des for
ces armées jordaniennes se
sont retirées des positions
quelles occupaient a Viute-
rieur de Amman, rapporte le
correspondant de l'Agence I-
rakienne d'information 4 Am
man, cité cet aprés midi par
Radio - Bagdad. II ajoute co:
forces se sont inslallées dans
zes positions qui leur avaiens
été désignées par le Comite
de surveillance de l'accord
du Caire.

Le méme correspondant si
gnale que des tirs sporadi-
ques étaient entendus ercore

dans divers quartiers de
la Capitale jordanienne out le
courant électrique n'a pas en
core été rétabli,

xxxx

LES OBJECTIFS DE LA
CONFERENCE
COMMUNISTE
DE BUDAPEST
MOSCOU, (AFP)

(de Jean Rajfaelli,

fac préparation d'un con-
eres des peuples contre Vim-
périalisme a été au centre de
lit conférence que les repré

sentants de 45 partis commu

AVIS
Le ler Octobre 1970

L’Administration Générale
des Contributions informe le
Public en Générai, et tes Im
portateurs ou Marchands
@Automobiles, en particulier
qu il sera mis en usage, a par
lir du ler Octobre 1970, un
Carnet de Reeepissés Spé-
cial (BC-57-Bis), pour la per
ception de la Taxe de lére
Imimatriculation des Véhicu-
les.-

Cette taxe qui est basée
sur te prix CIF tiré du bor-
dereau de Douane ne pourra
étre percue désormais,

que
dans la Ville ott VImporta-
tion du véhicule a eu lieu :
& Port-au-Prince 6u a un

Chef Lieu d’ Arrondissement
financier ouvert a I’Importa-
elOVY,
Max MERENTIE
Directeur Général.
EN BREF
ST. ETIENNE (AFP). —

Au titre de la Coupe des
Clubs de Football cham-
pions léquipe de St. Etien
ne a battu ce soir celle de
vagliarl (Sardaigne) par

Le but a été marqué par

Larque sur un centre de
Keita.
Cayliari reste cependant

qualifiée pour avoir battu

Saint-Etienne au premier
tour par 3-0. :
LE CAIRE (AFP). —

Le Comet dela RAF.
transportant Leila Khaled

et les six fedayin libérés par
les autorités ouest - alle-
mandes et helvétiques a at
terri ce matin sur l’aérodro
me du Caire. L’avion, par-
ti de Londres avec la jeune
feddayin avait fait deux es
cales pour prendre en rou-
te ses compagnons.

CARNET SOCIAL

Mardi et Mereredi de cet-
te semaine ramenaient res
peetivenent Vanniversal -
re de paissance de deux fer
vents lecteurs de notre Jour
nal. Ti s'agit de Mes. Heéri-
bert St. Surin et Israel Can
tave.
En cette occasion, nous for
mulons pour eux des voeux
les plus sincéres tout ‘en
leur disant Ad Multos An-






nisites ont lenue a Budapest
du 28 au 30 Septembre, ap -
prend-on de source commnu-
niste & Moscou.

L'idée de la convocation de
ce Forum, qui serait organisé
conjointement par le mouve
ment communiste et les mou
vements de Hbération natio-
nale, avait été lancée a& Vis -
sue de ja conférence mondia
le des partis communistes a
Moscou en Juin 1969.

La conférence communiste
qui s’est achevée hier a Buda
pest avait pour but, indique-
t-on, de permettre au mouve
ment communiste, co-organi
sateur du congrés, de deéefinir
ses propres positions et de
préparer la création d’une
commission mixte d’organisa
tion dans laquelle entre -
raient des représentants com
munistes et ceux des mouve-
ments de libération nationa-
le,

Les mouvements de libera-
tion nationale, pour leur
part, n’ont pas encore pris
une position collective sur
cette idée. Certains d’entre
eux, cependant, dans des dé
clarations séparées, se sont
affirmés partisans de la con
vocation de ce congres.

Le sujet a autre part été
largement évoqué au cours de
conférences méditerranéen -
nes régionales, qui se sont te
nues & Alger et & Rome V’an
dernier, notamment a Vinitta
tive du PC italien



Madame W. T.
Guskin

(suite)
Lieutenant Romulus officier
de la Garde Présidentielle,
comme aide-de-camp de Am
bassadrice et faire affecter
un véhicule du Palais Natio-
nal au service de ce Chef de
Mission diplomatique.

Mme Gaskin est la femme
de Me. Berkeley Gaskin, chan
celier de la Cour Supréme de
Justice de la République de
Guyana. Le couple a un seul
enfant, un fils qui est licute
nant dans Armée Guyanaise

Le Nouvelliste forme ses
meilleurs voeux pour le suc-
cés de la Mission en Haiti de
la Premié¢re Ambassadrice ac
créditée cn notre pays: ce, a
vec d’autant plus de satistac
tion qiwelle est de notre race

Notons que Mme Gaskin,
ainsi que nous la signalé no-
tre collaborateur quia pris
contact avec elle, est une da
me tres distinguee, . d'une
grande culture, ayant beau-
coup de mani¢res, qui parle
un anglais trés pur, trés clair,
avec un accent d’Oxford.

A propos de la...
(suite )

Tito se preoceupent de Va-
verur duo Moven-Orient. A-
pres Un preter entretien
mle Colurs duquel fl a invite
hier le Marechal ito a@ se
rendre aux USA. Le Presi-
dent Nixon aura aujour-
d’hui un deuxiéme téte-a-
téte avee le Chef de l'Etat
yougoslave.

Le Maréchal Tilo et le
President Nixon ne man-
queront ‘pas d’évoquer au
cours de leur entretien d’au
jourd’hui le probléme de la
Chine communiste avec la-
quelle la Yougoslavie moin-
tient de bonnes relations.

A Voeccasion du 2leme an
niversaire de la Fondation
de la République Populai-
re de Chine, le Maréchal Ti

to’ a adressé & Pékin un
message affirmant que les
rapports entre les deux

pays continueront a se deve
lopper. L'URSS = exprimait
quant a elle sa volonteé de
normaliser ses relations a-
vee la Chine Populaire. A
Pékin, ot cel anniversaire
a été célébré avec la pom-
pe et te faste habituels, M.
Chou En Lai a annoncé le
lancement du quatriéme
plan quinquennal.

La menace d'une guerre
mondiale subsiste, selon le
Chef du Gouvernement chi
nois, mais la montée de la
Révolution est irréversible
et les super-grands qui veu
lent diviser et dominer hu
maniteé ne pourront éviter
Yéchec, selon lui.

On apprend ce matin
Mosecou qu'une rencontre
Nixon - Kossyguine; demain
a Vienne, avait été techni-
quement préparée lors de
la récente crise jordanien-
ne mais qu'elle n’aura fina
Jement pas lieu.

de

ESICERIOE SOLE MEERA RAE RAERERELERERS

SUPER SOIREE
: A LA
( Discotheque
AU.
Rond Point Night-Club

Soirée de clélure des Grandes Vacances
Le Rideau s’ouvre sur de jeunes Vedettes ,
Haitiennes.

Accompagnées par «LES DIFFICILES»
ile Vendredi 2 Octobre
Participation 2 dollars

Tenue : PoP



Bee et Ue taEA Det wid

A la «Bretcam Lyonel’s wood carvings»
Par Mme. Andrée Momplaisir PIFRRE

Sur la grande route na-
tionale qui -condult & Mar-
lissant, & Bizoton et & Car-
refour, se remarquent de-
puis quelques années main
tes indications “d’installa-
ions commerciales et in-
dustriélles.

C’est - alns! qu'l) nous a
été donné de remarguer la
« vines», et, curiosité pous-
sant, nous y sommes entrés
pour une visite ... .

La vaste cour d’entrée re
coit favorablement 1l’om-~
bre, la fraicheur d’un vieux

manguier et d’autres ar-
pres tropicaux.
Une galerie donne accés

a la porte d’entrée; celle ~
ci, une fois franchie, nous

voila en plein magasin -
piéce vitrée et tres large
ou, dans ses grandes vitri-

nes et ses étagéres circulai
res se trouvent exposées lex
ynuititudes réalisations de
la «Bretcam»... Millier d’ob
jets d’art de la petite In-
dustrie, meubles de toys
genres pour Wn intérieur co
quet, de nombreux ta -
bleaux réalisés sur bois par
ahabiles mains d’artistes...
Chaque objet représente
une merveille par la quali-

té du bois, le fini du tra-
vail, la réalisation artisti-
que... C'est, en un mot, a
voir...

Nous descendons quel-
ques marches. Nous som-

mes alors conduits & Vate-
lier divisé en deux parties:
Dans ta premiére, on ¥ tra-
vaille les pléces délicates
de lu petite Industrie. el
dans la seconde celles de
VEbenisterie La <«Bret-
cam Lyonel’s wood car -
vings» est a la fois une bou
tique et wn atelier de Ma-

— nl

Monticules -
Walluvions a-
VAvenue Chiristopiie

L'Avenue Christophe — est
Tun des centres résiden-
tiels de Port-au-Prince ou
les eaux de pluie causent,
ordinairement, le plus de
dégats. Celles-ci, le plus sou
vent, forment des . mares
stagnantes @ cété d’allu-
vions qui entravent, au
surplus, la circwation des
automoilistes et des pie-
tons.

C'est ce qui d’ailleurs est
arrivé a4 la suite des aver-
ses de ces jours-ci.

Le spectacle est dautant
plus décevant que dans le
secteur compris entre l’Ave
nue Christophe et la Ruel
le 4 un véritable bourbier
a pu se constituer a cote du
quel deux masses d’allu-
vions représentant deux e€-
normes monticules consti-
tuant non seulement un ve

ritable inconvénient pour
ies familles habitant le
mais encore un se

ytartier
rieux obstacle a la cireula-
tion des vehicules

Nous sommes persuades
qu'il nous suffira de signa-
jer le fait pour que le Ser-
vice responsable fasse le ne
cessaire dans le plus bref
délai possible.

i

Derniere |
Représentation

Sur demande générale
la derniere représenta-
tion de «La Pieuvre» au-
ra lieu dimanche 4 Octo
bre a 10 hres. du matin
a VAuditorium du Cen-
tre Culturel. Les cartes
sont en vente & l'Ecole
Au Galop, 4 Prestige, A
Oso Blanco et a la mal-
son Ernest Simon.

poe

Cours @’ Histoire
de la Musique

Mr Fritz Benjamin, violo-
niste el professeur de inusi-
que, inaugure le mardi 6 Oc
tobre, un Cours d'Histoire de
la Musique spécialement con
cu pour les personnes dési-
Leuses de cultiver leur gout.
musical. Aucun bagage tech-
nique n'est requis pour sul-
vre ce cours.

Les cours de Vielon et de
Solfege débuteront le same-
di 3 Octobre aux heures ha-
bituelles.

Pgyr les inscriptions et tous
renseignements complémen-
taires, s’adresser a la Boite










Xe Ase deh ce or

‘ toutes

hogany et d’ébénisterie qui_
fonctionne comme les ate -

liers dWoutre-mer avec ies

derniéres techni -

ques propres & ménager la

force de Vhomme.

Liatelier de la «Bretcam»
se trouve donc muni de
mombreuses machines élec-
triques tres perfectionnées
capables de donner au bois
toutes les lignes et toutes
les formes que l’on désire :-
c'est tantot 4 la raboteuse
rapide, & la redresseuse,a la
perceuse vulnérable ou a la
sableuse qu'il faut s’adres-
ser quand ce n'est pas a la
yaboteuse, la scissoteuse et
la mortisseuse qu’il faut re
courir. Je préfére laisser le
derniér mot 4 la tourpitle
foudroyante. et au moule
magique ...

Revenus au magasin, nous
ne savions sur quoi porter
notre choix : serait-ce sur
un poisson tentant, un bol
de Gargantua, wn tableau
@art; ou serait-ce sur un
salon du 20e. Siécle, une

chambre, une salle a man-

ger, nous étions réelle -
ment einbarrassés... Fina -
lement, un cendrier de bois
sculpté, nous aidera bien a

noyer avec le «Comme qT
Faut» quelques réves a-
mers, oubliés, grace a no-

tre courte et inoubliable vi
site a la «Bretcam Lyonel's
wood Carvings»

29 Sept. 1970

Mme, Andrée Momplaisir
PIERRE



JEUDI ier. OCTOBRE 1970.

Décés de M. °
Léon Munro

Les Pompes: Funébres Pa-
ret Pierre-Louis vous annon
cent le décés de M. Léon MUN
RO survenu le 30 Septembre
a 8:15 PM a Hopital du Sa-
cré-Coeur.

A ses enfants : Mme Moni-
que Chipps et son enfant, M.
Carlo Chipps, son épouse et
ses enfants; a ses fréres et
belles-soeurs: M. et Mme Ro
dolphe Munro et famille, M.
et Mme Henry Munro et fa-
mille:a ses oncles et tantes:
M. Georges Stines et famil-
le, M. et Mme Alfred Stines
et famille; & ses cousins et
cousines : M. et Mme Robert
Stines et famille, Mme Vve
Benoni Hyson — Mme An -
drée Munro et famille, Mme
Paul Volcy.et fainille — Mme
Vve Hyppolite Stines; M. et
Mme Charles Olivier et famil
le, M. et Mme André Darius
et famille, M. et Mme Wil -
liam Bertin et famille, M. et
Mme Camille Bertin et fa-
mille, M. et Mme Roger Ber-
tin et famille.

Aux familles Chipps, Mun-
ro Stines, Hyson, Stephen -
son, Volcy, Lajoie, Gardere,
Olivier, Darius, Imrek, Clair
fond, Danache, Valéry, Poly
nice, Coles, Eersterling ainsi
qu’a tous les autres parents
et allies, MM. Pierre-Louis et
Le Notivelliste présentent
leurs respectueuses condo -
leances. Les obségues de M.
Leon MUNRO seront célé -
prées samedi 3 Octobre a 4:00
PM en lEglise du Sacré -

Coeur de Turgean. Le convoi
partira du salon funéraire de
Ventreprise.

Grande Kermesse

Cloture des Vacances

CABANE CHOUCOUNE

Avec :

~ Les Shleu - Shleu

Le Dimanche 4 OCTOBRE |
A partir de £ Heures. —_——



DIMANCHE 4 OCTOBRE 4 5 Hres - 7 Hrés. et 9 Hres.

a l'occasion de son anniversaire«cLE REX-THEATRE> tourne
les feuillets de son fabuleux album de superproductions é-
minentes dont la prodigieuse
Vinterprétation ont recueilli les plus éclatants suffrages et

présente :

L’ Affaire

envergure et le

Ryker ou

L’Odyssée d’un Sergent



Avec:

LEE MARVIN
LIOUYESEE D'UN SERGENT

eas

LEE MARVIN — Un drame pathétique qui a pour de-
cor une Cour d'Assises Militaire et pour structure la cons -

cience de l'homme face a la justice implacable. 4

Entrée : Gdes. 2.50 et 4.00

Cartes en vente dés 10 heures du matin



AABARRABAAAARAAANAAMA WAY

Joyeux Retour a l’Ecole
Aprés une visite

AUX BELLES CHOSES
Sacs d'Ecole pour Grands et Petit

a

Aux Belles Choses

Sous-vétements pour Enfants
Chaussettes pour Fillettes et Garconnets
Au temps de la Rentrée des classes
Comme en tout temps VISITEZ.

prestige de

ESIC ISIN IONCNCION INICIO IIIA IEICE IOI OY,

AUX BELLES CHOSES — les plus Belles choses
Aux plus Bas Prix
Avenue J. Jacques Dessalines, 353 y

SHARAN CANS SAARINEN

AUDITORIUM CENTRE CULTUREL
Jeudi 8 Octobre a 8 Hres. du soir

«LES MESSAGERS DE L'ART» présentent

ZOO STORY

(de Edward ALBEF)

ET
(de Murray SCHISG AT.

Avec : Francois LATOUR — Micheline
SUCCAR — Eddy GARNIER
Soirée Thédtrale dédiée a la mémoire de
Gabriel IMBERT







Entrée : 1 et 1.50 dolla

.
-
A
is
y
a
4:
s
oS:
os
cs
4
oe
es
2
os
4
4
6
a
4
a
6
F:
if
-
<6
4
7:
‘
4
as
s
oF:
ib
4
6

SIC ICI ICICI ION ION IESE RIN DN RAS,







capers








PAGE 1

Ql!OTIDIEN LE PLUS ,1NCIEN D'IJA/1'/ Fond6 en 1800 /Ji.recteur et lldacteur en Cire( LUClllN MON1'AS Admini•trnteur ; Mme MAX CHAUVBT t JIE.IIBRJ!l DJI L'.A.BBOOliTION INTBIRAMERIOA.INE DE PUBSU /IA:ru ;ilflal• ~.trew ~: 'BUB DU. CBN~BB •o. llJ ~ORT '.'AU PRINCE (HAJTJ) P/aona ::. 1:-l_l_ll. 1-1111 BOlTJIJ n}l/1.:'~~E : JJJI JEUDI 1er. OC'I'OBI 1970 Les adieux dchirants de l'Egypte a Nasser HAITI ET LA MORT DE NASSER Les d r a p e a ll x ont et mb f!!l berne aujour ll'lnu a l'occasion des railles du Prsident Nas ser, leader du monde arabe La 11atio11 llaitienne, selon Je ~,, .. ~~~~e!!!~'",!i~,:,.~!~?.~ A Propos de la succession Orie!1t aprs la mort du twns d'un rglement pacifl Prslden~ Nasser a Iigur que Cle la crise politique ac de N a_u prem1e~ plan des entretuelle, en tenant compte de asser tiens officiels que les Prs! tous tes aspects de ce pro',:~,:'"-• dents N1xon et Tito ont eus blme international corn1 1 voeu gouvernemental, a ob serv 11ne journe de deuil. ce matin, indique l'Agence plexe, y compris des intPA.RIS (AFP). qui. a cle plus la haute main ~ur les services secrets. D'au tre part, M. Hassanein Hey kal, porte-parole et confi dent de Nasser et M. Zaka ria Mohieddine, considrs eomme des libraux ou verts l'influence occiden tale. 1 ,.,,. .Gonrn! Abdel Nouer LE C/\U ( /\FP 1 L'Egypl,' ;1 bit Jl'Udi ma \ Hl l\es ~tdicux dPl'tUr:..111ls a l'l•lui qui ft:~ :--.ni pt'rr pen dant Hi ans Cun1111t.1cf'e cl~u1:-. tl,rdrL'. la cremmlle a ,cp,:ncbnt tourne au milieu cie l:l ,ra tine a la plus c:raude ,,,nfn S!On. La fuulf' inn01nb;:ile ui)llgt•a .\ p\11sieurs rqiri~es le cortge .,' kers de la Radio et de la vision clatent en sanglots et ne peuvent plus rendre rnmpte de la crmonie. Bientt des bagarres tent, te service d'ordre est to talement dbord, les six che vaux tirant l'aHt de canon, affols refusent de partir, \'hystrie monte, la police charge. le cortge repart, cinq minutes plus tard, il doit de nouveau sarrter, les clenx gros vhicules blinds de t arme qui lui frayaient le pa.,.sage sont eux aussi ar rts par la foule, la sion cesse :-.a retransmission en din'\ l de:obsques Cepl:'11dant, le cortf,e pour :mit :-;a wute, les memi)l'e::; du comit executif ::;uprme de l'Union Socialiste, les mem bres de l'Assemble Nationa le, tom, les dirigeants du pays et lc.-, reprsentants du peuple M' :,011t joints la fou le si dense que l'on n'arrive plu,; distinguer l:i composi tion du convoL . A l'autre boul u parcours, aux abords de la Mosque, la foule afflue aussi. Des por teurs de couronnes de fleurs les remettent aux Officiens chargs du Service d'ordre qui les dposent. l'ent.rr du btiment . Un office funbre a c t' l b r ce matin a la Cathdrale la moire du grand disparu. Le Prsident Vic de la blique s'y tait fait reprsen ter et l'on notait la prsence de nombreux membres des Pouvoirs de l'EtaL Nasser fut un minent leader du Tiers Monde et le Prsidem it vie de la Hpubli que, Dr Fronois Duva lier a rendu un trs bel hom mage au leader arabe Ga mal Abdel Nasser dans le massage officiel adress au Vice Frsident de la RAU, que nous avons publi dans ,wtre dition d'hier. Le peuple haitien tout en lier a manifest son cha grin l'occasion de cette perte. Aujourd'hui les sal les de spectacles et de loi sirs iie snont pas ouvertes. Les Stations de Radio ont diffus seulement de la musique de circonstance Tanyoung. rts du peuple palestinien. Aprs avolr ajout que L'Agence indique d'autre ces entretiens avaient donpart que les deux Chefs i'E n lieu un change d'opl.. tat ont encore parl de la nions franc et fructueux, situation en Asie du Sud l' Agence souligne qu'on y a Est et que dans ce domaine expos la ncessit, par la encore ils avaient situ les poursuite d'un patient trapositions de leurn Gouvenw vail et par de nouveawr erments. Retour du Ministre Chalnters Ce matin, sont rentrs de New York Son Excellence le Secrtaire d'Etat aux Affai res Etrangres, Monsieur Re n Chalmers, Prsident de la Dlgation Haitienne la 25me .Assemble Gnrale de l'Organisation des Na tions Unies, et Madame Vic tor Laroche, Membre. A !'Aroport, le Ministre Chalmers et Mme Laroche furent accuelllls par l'Am bassadeur Ren Hyppolite, Chef du Protocole, et son pouse, Son Excellence le sous Secrtaire d'Etat aux Affai res Etrangres et Mme drien Raymond, le Dr Victor Laroche, Prsident de la Croix Rouge Haltienne, le Co !one! Claude Raymond et Monsieur Ren Galllot, Direc teur des Services Administra tifs de la Chancellerie. Nous Par allleurs, le Marchal Tito a attir l'attention du Prsident Nixon sur le sir d'mancipation des pays africains, tant sur le plan politique qu'conomique, et /:ans ingrence dei; gran des puissances. L' Agence Tanyoung prcise gale ment qu'on espre que, dans le domaine des rela tions bilatrales, les rations des groupes de tra vail seront concrtes. MM. Mitja Ribicic, Chef du Gouvernement Fdral, Mir ko Tepavac, Secrtaire d'E tat aux A f f a i r e s E t r a n g r e s etToma tlons conomiques au sein du Gouvernement, ont par ticip du yougoslave n. ces entretiens. Le Prsi dent Nixon tait entour de MM. William Rogers, Secr taire d'Etat, Henry Kissin ger, conseiller spcial, et Martin Hillebranct. ~ouR-Sf' crtaire d'Etat Les obsques du Prsi dent Nasser n'taient pas termines qu'on se proccu pe de la succession et ctes perspectives d'avenil' du monde arabe aprs la mort de celui qui en a le Chef. Ds ce soir, le sident soudanais Ntmeri a convoqu un .sommet ara be. M. Alexis KossyguJ.ne, quant lui, arriv depuis 48 neures a eu des en tretiens avec des dirigeants arabes et avec M. Anouar El Sadate, qui assume l'in -terim de ia prsidence jus qu' l'lection du succes seur de Nasser. M. Chaban-Delmas a pour sa part rencontr ce matin avant les obsques le mi• nistre gyptien des Affai res trangres M. Mah moud Ryad. Les candidats sont nom breux. Selon les spcialis tes deux clans convoitent le pouvoir : d'une part les pro-sovitiques et, en quel que sorte, les continua teurs de Nasser, qui com prennent Mr, Ali SABRI l'idologue du rgime et le Gnral Fawzi qui comman ri<' lf's forces gyptiennes et Les mmes spcialistes estiment qu'il n'est pas ex clu qu'en attendant qu'une majorit se dessine, trs vraisem~lablement en fa veur du clan pro~sovseti que, M, Anouar El Sadate, qui n'a pour lui dlt-on que sa fidUt Nasser, ou un militaire neutre, accdera au pouvoir, entour d'une quipe qui gouvernrait d'u ne manire collgiale. A Belgrade aussi le Prsl dent Nixon et le Marchal Suite page •l col. 5) Une excellente publicit touristique pour Hati La crmonie av,t 1'\ill1gnit. Ll's gypt}ens a\aieut ml:'nc dans l'ordre et la dl .surmonte leur dollkt,r t:'t bl atLX consignes .: 1 ~~llne diffuses p::utont dep,1is l:i. vettle. it franchir Je11Lement ic.; du11 ,:c kilomtres le separn;1t de hl Mosque Abdcl Gamal _;:;,,s ser. Cinq mille cadct6 de l'E cole Militaire nurdtcnt en tte suivis des compdgw.,ns d'armes du Prsident Nasser, cles Chefs d'Etat el. tlc Gou Yen1e1nent trangers, de gToupes d'Officiers ue:, ar mes soudanaise et libyenne, puis de l'immense f• nlc en pleurs scanclnnt viv,• N'::1:;ser et il n'y a qu'un se,.! Dieu qu'itJJaJ1. Le long du par cours. une foule compn.cte, l'onteuue avec peifie par le sprvicp d'ordre, se ressc. Ils sont prs de 4 mi lions au Jotm1'llui au Caire peut tre davantage venus renu:e un dernier l1onunage leur Pr sident. de temps en temps. ils dbordl:'nt le service c:or dre. le cortge doit s'arrter, les cris de la foule couvrent par n1
PAGE 2

,La r.1 Ecole de Commerce Julien CRAAN ) ANNEE ACADEMIQUE 1969 1970 /J/1'/..,0.U/,.,'S JJA'CENNh.'S : STA'NO(,!RA/11/IE IUL/N(,'l!E ,'l,1IJAC1'YLOG/lAPIIIE mt.l.Y(;'UE ./(li SEC/TARIAT 1}n1 1 W,'Uf,,,' /(j C0:1/PTAHIUTB AMERICAINE 2J.1 !)f.VERS 31 IB1'l HEY PUNCH (AVRIL .IUILLET) 20 Phom : 2-22.J.5 ,•\re1111e Christoph(• et Rue 6, Forl-e changer Irne d'a vis et la contraindre accep ter de se marier. Une mre g e noux l Une fille ne ueut y sis ter ... mais qu'en sera-t il l'a venir ? Telle est la fin: une interrogation ? Il STYLE ET JEU DES ACTEURS 'Madame Pau i elle l'ouJ o l Oriol cre une Virginie qui s'i mpo s e, dcisive, originale, livrant un nouvel aspect de ,,011 grnnd talent. Virginie a une personnalit si f o rte qnon se snrprend il s rer Cunl-(onctP ou Jrene , v .. tre mre ('. ~L llllt' H : lli'lllP qui aurn1L be so in d'un cttdre p,u ,; va,;le que votre fo yer l.Jour~ <'. ui:; p o ur panouir sPs vc do 11u part pou1 percer la cuirasse do son amazone con J ugalf) . Il est ncessaire dl' vatncro-Brunehllcic, voyons, le secret. Vous le demande re:t. Cl l'umour, vous Ctea as se:t. grand, vous'"l'o.vez se llbromenL, quoiqu' cer taine tlrade vous vous tiez une certaine plainte qul prouverait que vous n'avez pas eu 10. permission de la connaitre o.ssez, avant d& vous engager dans ces fa meux liens de l'hymen. Crlti quez, mals, il y a la manire, et pas devant les enfants. Ils ne rlent pas eux de vos coups de boutoir. En effet, l'enfant actuel assume la dlmenslon tragique de tout foyer et Brook de Sheffield ne ~e contente plus d'tre malin. Il conteste, ds , le dpart, en re fusant le mariage lul-mme, institution dfavorable une socit harmonieuse. Il c,m :r.st e, et beaucoup plus v1g-ou reusement que la gracleusP Cungonde et la douce Irne Sa contestation , on le sait prend certains partis eztr mes que psychologues et dagogues connaissent bien. Sa contestation suit la trn me de l'toffe qui vet la jeu nesse actuelle : les fleurs des hippies, les poudres dro gues, les dsquilibres . ~e xuel s. la recherche de l'ro tlsme, le brui t de la violen ce.. Pour en revenir Ludo vie , son amour paternel cou ronn d'un grand lan de re tour par ses deux filles don nai\. cependant un dualisme que la blonde Irne aurait relever au premier act . e. il lai s se voir ml nervement incontroiable , 1,cs propos ai gres croisent ceux de sa Vir ginie Pieuvre et mme ils tmoignent d'un manque ce,: tain de confiance inexplica ble en J.i sagesse d'Irne qui a voulu se promener seul V/'C Son fianc. Pourquoi cet te inquitude, trs style an cien hatien qund le couple s'attaque en Ju . vnile prome nade ! Et cei, qt1estions au retour des fiancs, to\1t au tre fille que l'innocente ne , t o ut autre futur gendre que le romanesque Phillppe en amait senti la pointe in sult a nte eL se seraient rebel ls. Et ces questions gonde sentent d'une lieue Je pre gui n ' aime pas une rela tiun so ciale prcise pour sa ftlle; il s'agit de l'arrive de Gilbert au premier acte et d11 Ion dcontract du g ar on Jlt>llr interpeller famill rPmC'. l\ C'n., :'g ,n1dc, Son alti l uclt. l'Sl CPllc de tout pr<> bo11r~eols, ns~ez ronvenUon llPI ri c lH •s:,es; la [.;mille. 1111 m a A<,IJ Tlpl)Pt1lli1lllr rel'l f': , ri r,J11. s )Jl'Le11r , deux fillt's C'ol oris cl11 rill<' ,i mervC'illl•. r:h,crm,t11\c, n p s uffisent plus '.\ l '. 01\l,:t\l.t ' !' , .. L ltlugue , S C'S , ,spirn.tiuns infonnllle s. Car s i / 011 rit. cie bon coeur sa v,rnil , ttale tot1t prupos, rlc sPs pr\.ent ions :'t ( g:iler e, . 11s \,rands bourgeoi s de J1 u1 l'vLtrcelin joue avce auwrit le , deus ex machi na , de la Pieuvre dans Je personnage cte •premier n1oin,. Il montre du tact, ne sobrit d'expression cons l.n nt e. trs approprie au r l e qu'il jou ~ f' Gilbert . le garA VENDRE Un lot de pices usages de machines fabriquer brlgccs Pt blocs en t e rre cuite. Volants, arbres, poulies, transmissions, engrenages, moules pour briques et pote ries, un four lectrique M3, moules en platre pour craml que. e tc sa ville. de se , dsirs de s 'af firmr.r impnrtant.e dan s la ''.Olll lllllilU\ltf' (jlli c.,t b sien ne, c\ r sps clr . tngcments c\'hn mcu r sr lon sun !nt.erlocnteur. 011 pre .,s ent que toutes les gro:s ,; 1 rr.ts 11a1ve s on cho ua11tes marquent les call 'c ; de la carap:tce, ca c hant 'es nostalglefi pl ns profondes, <:c:; no.sta , gies vagues que rien clans le milieu qui J'en loure ne peut assouvir. Elle veut un rich e et grand et heureux marlag e pour sa fil Je ,s a jolie fllle qu'elle arra che l'appel d ' une vocation Contactez ln commercial semi-scientifique; elle ex ige William Nnr S . A. No. 3. Rue une rmoni e rgle comme des Fronts Forts, Tl. 2-2010 un ballet, une rceptio11 s en sati~nnelle_ qt~l blouira ses i;on cl'l101111eur Impromptu, petits palmiers et le ciel d'a fait tme apparition en coup zur tropical. Le petit salon de vent trs sportive. Le rie Courre tout des deux der. est Jou par li:cly Glarnl.cr nlers actes reolt conflden qu'on avait remarqu ces et cade.aux sous les cou ans , Les Cinq Chrls• ' leurs vives de; tableaux et dos neurs. Au second et au L'auteur semble avoir mis troisime actes, Il aurait fa! fort peu d'cialrage sur Phi1 lippe, le fianc 1Ual, le par lu , peut tre un bruitage pus t1 en or pour parler plus cruaccentu dans les , coulisses ment, de toutes les mres am pour marquer l'atmosphre bitieuses. Le rle est prsent l'.lvreuse des prl!a.rat1ts de par P!rre _ Richard. Pratt la g rande crrnome• . afin de dont l'extrme jeunesse dis. mieux rvler le ~aractre ln tlngue, just1!le l'enthouslas ; sol1te de la rflex~on de Cun me de la belle mre future gonde en un tel mstant . Ce et la Jalousie rentre , du beau la aurait accus la. h~e,. '.e pre galement futur. n a su bonheur fbrile de V1rgm1e mettre une pointe de carica parvenant au bout de son ture dans le personnage pour principal dsir , et l~ r tan~ justifier sans doute les bailavec une stupeur_ quelle ra Jements ensommeills d'Irtrappe par la suite avec les ne qui motiveront son retus g!ands moyei:is de sa pres du 2me acte. Cungonde et s10n sur sa fille. Irne, les deux volets du dyp tique qui se referme sur llll IV . DENOUEMENT ET pre extasi, jouent avec naCOUP DE THEATRE turel la pit UUale un seul exemplaire. Que de divina tion dans Je Jeu de Cungon de. bonne trouvaille que le coup de la bli:e pour ne pas faire f1gure de laisse pour compte. Elle n'entre pas du tout daru, la ronde du snobis me paternel ni maternel. Ir ne aurait d montrer de i'hu mour ds le premier acte, elle eut allg son personna ge jusqu' la fin. mais elle laisse volr, avec une certaine finesse que s es ficelle s sont tires pr r Cungonde . Et que dire des apparitions et des d lsparlti o ns cle Fi!i, petite fille heureuse d'tre 11tlle et de s'amuser en me temps; elles apportent c\es rminiscences de tout ce qui se passe tians beaucoup cle famllles port-au-princien nes l'occasion de grandes runions comme l'argument de la Fle\wre . La mignonne Dominique Wagner avec une ingnuit qui aurait dfl sarmer l'habituelle hargne de sa tante Virginie, esquisse Le rle de Fifl qui app o rte l'action des s inuosits pour la faire progresser Jusqu ' l'a Yeu de la candide fiance re fn sa nt d'pouser Philippe. Car au fond . Irne des re vendicalions contre Virginie qui a coup le !; ailes la fem m e de science en la pons san L ,ui riche mariage . III.LA MISE EN SCENE La mise e n scne de Gla dys \Vagner souligne avec ai sa nc e et ralisme ce caract re < b 0 urg e oi s haitien , d e La Pi euv re. La campagne du pre 1nirr ~ll te t'ri.ssonne sous les Le dnouemer>t montre en Virginie, plus pieuvre . que jamais , une rapidit de dci slon que n'eut pas dsavou Sheridan She stoop ta con quer , . sa fille cde, mais l'a ,e nir n'est pas couleur de ra se pour Philippe. C ' est pour quoi l'auteur a raison de se demander si c'est uni? die ou si cette fin est heureu se ? Ludovic et Virginie s'en tirent peu de frais, car au tond 111me en Ludovic , le d sir de ne pas marier s a fille r,st vident; en tout bour, geais port-au-princien som.\ meille un Monseur Barrett de Wimpol e Street , bien qu'il n'ose se croire le pr~ d e Miss Ba. Cungonde et Ire ne s'tant dfoules par le p et it clat du refu s de la nu ce, il ne sera plus nce ss aire de recourir aux alatoires re mi se,~ flo ts de l'esprit el cl11 corps. Mona Gurin cachr 111 ; moralllite et Breuilh par\!' le langage qui lui convien t VI MON.'\ G'Q.EB.IN ET LE SENS DU THEATRE Dc :s Cinq Chris , la Pieuvre,,, Mona Gurin s ' af firme doue de relles q\Jali t s d'auteur dramat14ue : elk ouvre s perspectives au th o't re l1a1den. En assistant n la premire reprbentation de La Pieu vre, on a rmcux senti la pn,a tian longue . l'aridit de lJ. s cne port au princienne , desservie de Join en loin par des oasis que la soif pour Hf' thatre aurait voulu multi plier . Ce n'est plus le mo ment de s e lamenter ; la ro buste gaiet de Mona Gurin russit ce tour de force , de concevoir, d'crire, de mettre en sc ne s a pice un an prs le succs des Cinq chPt:t ite~ ou grandes construc ris,. Que ne donnera t-eae, lions Hangars pour avions encourage par l'accueil fait Eglises Dpt Ware. La Pieuvre ? houses Gymnaslum Us! Les petites diffJcults ne nes de manufactures Sal l'ont pas effraye, elle ne les de spectaclB salle d'ex s'est pas complue dans les position d'automobiles louanges dcernes aux Bungalows pour la campagne ces prcdentes, elle a su, aLe style peut tre aussi sirn . vec sa soeur , . Gladys Wagner. pie que lgant, la guallt ex runir toute une quipe pri 1 c e llente. Le prix est plus ral:-:e de lhtre autant qu ' elles sonnable que toute construc l e sunt toutes deux. au point t Ion conventionnelle. ~Nous de sacrifier cette passion s ommes le plus important 11n besoin de vacances tout constructeur dans les Carainaturel tous ceux qui , bes et nous avons ralis plus yant travaill toute l'anne de 250.000 buildings dans le auraient a s pir o. un repos. mande. Mals l'auteur et ses dvous La, comptence et l'exp collaborai em~ s emblent assu rienoe votre dispos1tlon rs que La Pieuvre ayant ap pour vous offrir un produit port un changement d ' accu suprieur un prix modr. patlon, a offert des va c ancei, Bnficiez d'une prise de du mme coup ceux qui contact que nous offrons gra ont prpar so~ triomphe. tuitement la. TIPCO, Place Gef1'rard Tlphone 2-0623 F ... P. O. Box :. 396 24 Septembre 19/ nulhcrs d'111v1ts. mais elle nou s amuse. ca r es fille s pr fr ent leur pre, et leur pre. son mari s'ennuie,mot fal b: e , -publiqu e ment en sa comp: : q~nie. Alor s elle a pris le parti de revt.Ir les durs habit ~ de la v Mgre,, per ,;nade' qu'elle est tout chez elle, commande du mme ton. Les Produits AVIS HAMPCO ;>iuvent tre achets aux adresses suivantes ses gens et so n poux, car elle a tout de mme compri s que Ludovic ne se tr a nsfor mera jamais en Petruchlo: nul ne tentern plus de l'apri voiol:r . Elle c 11 est digne pour tant. mal s se co mplait dans A PORT-Au-PRrNcE Mme. Robert Gaetjens 'e s Choses " . Elle prend joie <'t fascinaLion dans le ranK social. le fast e l'argeote rie Chri s tophl e Elle se noie ci::rns les petit s coins du luxe s es ordre s pour le cham pagne, digTc la nature P.t l_'e s _cc des ca deaux reus, Jamais ell rapport avec sa s ublimit~ -' ell e fait si birn ou'clle a ra L o ute sa vie de ""nt elle e bluc P2re -filles. dont l'amour mutuel exclura sa Lendresse elle. Bob Tip penh::tuer a mi s en scne un lpoux grincheux et my s ogy ne mais un JJre d'une nuan fille en toilette de marie; A PETION VILLE Lalae 1 Coles' Market Lalae Bo.nlangerie StMarc Ave Jn Jacqpies De~salines Maison Rigaud RaePanam&lcalne Delmas Market AUtOl'0Ute Delmas Luce Chatelain ce trs hatienne, trs fine. Lrs sensible. Il est, et Je pu i blic avec lui, au bord de l'at . tendrlssement . la vue de sa ! 1 ~~1.i~tf~nv;1;.:~;~~:~: 0 Rue Toussaint Louverture me d'ailleurB ma:1.9 , 11 ne faui: '!'\: . . . . s'attendre aucune ten~ _ ~U~-~&Jt&:8

PAGE 3

Nos Mots Croiss 't n m tv v vt vnV111 n 't: 1 1 HH-t-t--.._,..._-l--~ l a H'-t-f'~--t--...f-+-~ ...... ,.... ,--4--+-.,..._-'-..,.. r-t--,-'t-+-+-~ . 6 1-1--1--1--1...1--1 7 1-i-t..rt--,-~ " rlrl-'\-+--4'9 f-t---t--i...11--.--..---1---1....-4 IO ._..__,.__.-.___,__,_...1._...L...LJ ; -A, ' ,' Hl\\1't\V:\H l ,h ,1 , hu, , 11111 tTll1:i,, H 1 ,,11)11ll(ll1111 E1111J11 J i1u \'1lu1n.\th1n ,\ 1 nit \'uhj,1l ,t, , lduu ,h , .a l)111 r d'rtUJ iftlt' d'1,1UJ / 1 ,.1,.,, l1ur,l X X X l( Vf.RTICAU.'MfNT \ M\ .. , rn d1nSu.l'ltl Il lh,111 1111 o lu,\ l, 11 ml,'" ' \\\ Vit pnrtlr 1/()/.!7.0NT.ll.f:IIIENT " " l'"tr\nrd1< l V Supplilo tl((rt•UX ,~t. ~ on( rlkn t1ui forment \' (h:vdo 11:1t11 Pl 1fo rt 1 r un ht>HHllt• \-l __ },~;\ sl1w ArroHC R1;11\", \,, s ,,\p , Fu\l p~u, uu, t•nfnntY\ :r -H, 11 , [tlllITllrt ni(II ur . : , \\ , , t \ \(' p a:t:--. ,• _ Sur \r ,,ur i,,r , !' un futur fficld \'o_r r llcs -S:1i11t pyrii H:1 -. s.:-I,. \'l'l'\l' VI[ Artkhurnhti \'ont dt• J'nvnnt \' I IJ -~ Rin n T~n f/11 de n'.~ \ X Fin t\4! pl1rtkil)o En leve X -A de g-rnnd,•a pn I los :'11011 ri> qu'il n c-hnud xxxx Solution du problme prcd~nt SOL U TION No. GG7 F. tlORlZONTALEMENT ~\ . l\.l.11'10N N" . t\l,K F ~,..1nncr• ____ '2. Afr\qu(._,: ~\11 ;1 If ; Oust ; I U -1. ~i: Bi s ; l:11, E,T1 ~1, ; ., . 1 . l . S 1;, In: JU• l)l :, rnhu" :' .. .\rit>\ : :-,pa --~'. \ -. .:",l nt : Ft; -\il H, :-. ti tuc VERTICALEMENT l. S .. ine; Dnum Il. Offickrs 111 . NR; !{osier I\' . Niob: Ai•rc . f,;,,ui/nb/ , ,s \. Hus,e; ~T -\'Il !ET; IlS; Ti \li!. lJ . st•f'~; \X. Anw: P"u .~ X . _fre,su f ,v:, 1 ..t VOTRE HOROSCOPE. : / )(1 f 1,. {l Ill ( \ I} , 'I /. 1 l \.:'?i l I t --;;;~ . , _ ,-;t . . , _ d ... :.. '"' -', : Ctierchez la Jectton corre.sponant au Jour J.e votre annti>er ,aire de nat.ssance et vouJ troui,erez le.s per,vpectlve, out vO'...s stgnalent leJ autru pour demain. Droit de reproduction totale ou partielte rserv. Proprit Ktno Feature, . Svnd.lcate Exclvsfvit~ cLE NOUVELLISTE• F E.\'JJREDI 2 OCTOBRE 1970 :?l ~l.-\RS .-\ t :!O AVRlL (BE I.IEH 1 ., ,-..:, q 1., le s influ, _ •nn s ac 1 : ll'}h :-. d, . . ._ t'll t p r i~ l ~ s l'X l'C pti o n n c~lt• :i :1YarL1•ro nt s , -n-.iblement 1 \: 1 [,Ill\ ~ le-' aff ;1in -l'OUrante~ :;i ml ! h o,_i i~1 t1 1... E \' i tvz ]p .._ 21 A\L AU 21 :.11:Al \ TAU l t EA l 1 S i \'oll::: Il \•-.s eraz JHIS l'impossiLlc, mus trouverez ln ; .,urn ~ •c. 1 ., atisfaisante , :'.\iontrez vo , n div, r :--i t l t \ o t r, pe1.'t. o nnuli22 MAI A U 21 .'UfN (GE . \J EA lJ X / E, itez IP di" eourage111Pnt. l.h . vl•loppez l a t"unfiance cl !a ",-•n1rill•. Mdt1. .. z il l'l•pn•uve vo 1 n s t al, ilt l 11 : 1lU-llle, ~2 .JUIN AU 23 JUILLET 1!".\N <"E H! EmployPz d es ides 11('11 \ ' t •s IJ e ~ pl'r s onnt•s inOut•n ~ t ~B 1H111rr ; 1i e 11 l ( l.rl' n~1. '. n~~~es 1 > a vo t.n trn\'ail ou vos uffai e~. N\,x J , i11u z pas d( :-; opinion s vugue s , -. 11 rlo111 dans l' ;i pr !-1.-midi. Soyez dind Pl vuu ~ ,',vilen~z la <.onfu:!1 ,f UJ 1.1.f:T AU 23 AOUT 1 1.1 ON), ('i,L' e journe rontien -i r:i prim(• aho d. CrCuHez profon i1,•nw11I pour 1•n exhumer les tr11rH ,,1 :-i 0V ('i , tain d e votre rus itc. NP , t'•pas !ie 7. paH toult!foiR le!:1 !i111i :, ruiHonnahles. 21 AOUT AU 2~ SF.PTF:M l!HI•: rvn:HH i~posilions, vous pro gTl''iS( Z ave c v(•locit(, ave c uvnn 1 :q.(,~'.i el hl:n 6 fkeH curresponmier ordr e . Ne rc>ou t ez p a s de n'tr,, po 8 la hauteur. Il n'y a gut ~ r e ,le but rrnP. vnug 1 w puisHiez atteindre si vous le vou J,,z u fond du coeur. Aujourd'hui COIN DE l'/JUMOUR flans un restaurant de Mont n'..al, un an1ricain se rend au la v abo , tourne ce qu'il croit. tre le , ohi n1•l d'eau froide et. reoit '8 U r 1, H rn11ins un jet d'eau brlante . Furieux , il fait appel er le v: runt. -C'est innrniosible I vocifr e L-il. Pourquoi voK robinets sonti!H arquH n'import o comment ? Regardez bien, mon.ieur, c e robinet po1te un C, explique pu t iemment le gfrnnt C't•Rt ln pre miirc lettr e du mot •ch a ud>, e n frunoiH. Il faut ,savoir a, mon s ieur, qunnd on voyage dons ln province de Qubec . ! L o client coute, mdus, muio il ne lard e P'l• n dcouvrir une UVl'ile nno1nnlie: li ! Un instunt ! L'autre ruhill <' l p on c aussi )u Ieltre C. ( " un1111e11L ,-xpliquez-vous a, hein? _ :vI uis Lien sr, 1nonaicur, r pond le v:runt. C 'tsl la p-emi rp lcllr l' de cCo l> (f roid), en an ~lai s . \"ous oubliez, mon bon on s i , u r . ,,ul' )fonlrul c,l une vi lll' hili11g-U\' rl que. par l'UllS([ll('nt, 110\ n 11.•stHurnnt' l'e ~ t il\.1!-lsl C al hoJitIJigest ni/R 0 // ,\ 1 ~,~\ \~ 1 ~ ~ : ;/ ~' '.!Il Vente d ' e lez p a s rl c tnrlll R/D/Ceaars A VENDRE 1 Jeep Land-Rover, mod le 1953 1 tape recorder marque Mo.y-fair 2 bureaux, 1 classeur mta}. llque S'adresser : Lalue No. 1'18 Phone : 2-2119 ACTUAI.JTE ~'1\ ~,\\~;~:~;;~{[J,~~.y.r• : 1m1, 1 1 : T/\TB-\JNH-1 r.1()M( _ '!H I. (/\Wl'i \ ,1• 1'.0\1\'t'l'tll'll\l'll\ 1\i, \'\)-\lHf\ th\\\11 \\\H' Hnt, .. nn,hu, \\\\'tIll ' \)(>llt' voir q1111llt1 mlnn col11l-cl 1111 (1tlt Il v1111t do 11'1tvuni11ror i\ y i> ln•r . En effet, Hl l'on considre l't\L Jltude de.-, cnbrls d111111 110.~ pc lites Jocallt.e.~ dt! ln Province o lis circulent en gf~ra\ li hrcmcnt , l'on remo.rqucra as sez souvent qu'un cabri peut venir nu seuil de la porte d'u ne mal.\on. se tenir l long temps et pmdemment, pour voir si on va bientt le chas ser nvec un •Ktte, Klte ou sl au contraire, le multre est bl<'nvetllant et sympathique, lui dlra un petit cBlte, doux rt encourageant . Dans cc dernier cas, le ca bri; sensible par nature aux gestes affectueux, entrera et osera mme, poser son mu seau sur les Jambes de cet pour aussl longtemps que ce ml des btes et restera l dernier voudra le tolrer, vol re lui careS6er la tte. Et, ds ce moment, plus fidle qu'un chlen, 11 prendra l'habitude de lui faire visite chaque jour Mals. le mauvais de la chose, c'est qu'il ne s'arrtera pa s l, o.vec ses fumillarlts dans la maison : des fols, Il se permettra aussi de pren dre sur la table des fruits, du po.in el autres aliments, qul\nd ces choses n'auront pns bien assures . Sans compter d ' autres ennuis qui ne seront q\1'tronlquement compenss j}ar une l:ug<,? dis tribution de noires pilules. Les personnrs qul n'ont Ja mals vcn :\ la r.ampo.gne ou dans un bonrg loign du pays, n'ont peut-tre jamais ru une parclJle cxprlenr.e. Mais mol, votre i;crvltcur. je l'ai rue ~ouvent, .iaclls, dans une localtt au fond au Nord, oit Je remplisal s une mission ducative. Mals. chez celui o le cabri aura chass ds le pre mler abord, c'est peine s l, longtemps aprs , 11 voudra re venir pottr faire 1111 nouvel es sai. LE SENS PROFOND de ce proverbe est celui-cl : De m me que le cabri regarde, maintes fols la mine du maitre de la maison o Il vou dratt entrer, pour savoir s'il doit se permettre de le faire ou pas : ainsi certains profi teurs de professions, consid rent-lls bten le caratre des gens avec lesquels lis entrent en contact pour savoir s'ils doivent abuser d'eux ou leur manquer d'gard : S'ils re marquent qu'tls ont affaire un tre brave, austre ou de principe, Ils rengaineront, ils ne risqueront pas une tentati ve . trop hasardeuse. Par con tre, s'ils constatent que leur partenaire est un tre simple doux ou trop complaisant , Ils se moqueront de lui et pour ront mme arriver l'occa sion, le desho.norer avec tou te sa famllle J'ai souvent pens ce pro verbe, en constatant corn b : en. de nos jours, certains ; r unes hommes, malhonntes et abusants, humlllent, pltl111 rlm1 !111111111 r111 ' 1fn frt, q111mlon\., p,u 11mm /•cnru1, 1t , 11r11 1mrolt•tt 1611.,~nm: q11nncl 1 1 , 11 'n11t . pu 11, pur lourn 11ro11011 v.ro11: , l!J/"/ I , 11'lll':t COii Vt,l"!J/11 . 101111 \lr1•rn;l1•rn111n, 1 , 1. 1111\:n 11cte:t n' , pn'll11•t1nlhlt•:1; l '. ll, nll\\\llll IIIC/11. Jltll'Ct• q11'Jl11 !'Otl!il.ill.t:11 t ljlW 11' p(•r,• 1111 111 111!'1"1' r,11r•f !JtWlol: 1 1 .. . , 1lc11x ensemble n'on\. pai; 1'1111\.orlt.(' qu'il l'OIIVll'nclnllt. \)011!' \l:OIIVl'rncr lt!llr malso11 . T1111cll,q crn'Jls vous llJront. ces ml'mcs Jeu ncs homme~ cl'un pre c\e frunllle s t'>rlPttX, qui Jps llPn! ronst . nmmenl <'Il rc . ,pect , Tontonn-a, main pas rln mo.ln r . 11ro.l'l/>re Il du tout> ou , moln pns supportl'.r tl, C'te C'esL touL bon enLC'ndeur n. lors, de saisir que la raison de cette antJpnt/Jle, de cette version. est qu'ils avalent son d lo. po.sse ; et qu'ils ~e sonl trouvs en face d'un Chef de fnrnl!Je conscJent de ses res ponsabilits, cheval de plus. sur les bons principes : autre ment dit, un de ces observa teurs JnvarJables des bonnes rgles d ' autrefois cet gard et qu'ils ont en cons 1/111'111'.t '. d('t ; w,, <11111:1 k111 11111 \ldntlill' 1•,ip/ , rn1H'I'. nynnl l"()li,1\.11\/ , " 1\lll' !Ulltl fl.\\l"l;nn fn11 ,lfllt l1\ /\Il! c,:H IIOM M/i:l:l C'/\HIU/1/ C'l'l)('IHln11I. . 1r 11n11 ,i raul . clf ,.,. nttnnl (fit!' , 111! s o11v1I . , Cl'.') pt'-l"('S ()p f11111lll!',;, I'.(':! llll\l ln•: ; 1l'(•n\P . I'\. 1\'1111\.rt•:; 1wr :: 011nP:, (!Ill OCCll\l<'ll! . cles Po,: I.P . '1 dl' !'.Ollllllrtlld<•. IIC' .~0111 pns n11 fonrl, 1111.,.~1 m/•clrnnl..~. qll ' on vondrllll le croire c\'or clln11lrc . Mals. q11'arrlvcrn,lt il ,, i . 1 certaines r:lrcmrnf . nn ., . Ils ne prennlPnl. pns cct attll11clc, ap11aremmcn\ s r<'? . Eh blrn 1 ,yo ta jouer Inn barbe yo , Cnr c BLOCAGE DE DIFFERENTIEL CHASSIS UNIFlE DISPONJ BLE EN VERSION l.\:DU<., rnll -. 1 1 l ~~::):~:;;;~;!~~~.~ r ~::•~ . . ,i COMPTES COURANTS Dam kl commen:e commo dam l'industrio 1out hommo d'afl'airos doit b6nflcier des modernes d'uno banque qui voa aont oft'en:a par LA BANQUB ROYALE DU CANADA. ' Un compte COllrlllt vous permet de Caire to111 Yol paiomenu par ch6quca et voua donne a1191i, UD atriCl contr61e de vos dpcnaea ... et voe,fonda IODt IOUJolll'I en ~t6, tou Joun l votre porieo. AUl1Ul8 SlllVICES VO'l1lE DISPOSfflON: c.py, tl'lp,,rw &nl d' Enctl/.mmenr o,r,,,, Sint/ MtlllllaJ,-O,lq11u IArtrntl.Cridlt Chlqws d~ J,'o)'QIW de tissus: . 1) de Dpt~ de planches, de ~'1bres combustibles, cte Car toucnes, de P'1lms de cinma; de Dpts ou stations de vente ae produits de ptrole et autres uqwctes inflamma bles; L;~LLE DES Usageants de Tubes L.P. Uaz ll:iutane Propane etc ... ) l!.st attire spcialement sur les ct1spositions ae la loi. Pass ce aelai, les retardata1 res seront poursuivis . Lon ACHILLE Capitaine F.A d'H. Chef du Service d'lncenclle. LABANQUEROYALEDUCANADA ttABU.E l>N HAIT! DEPUIS PLU5 Dl! 40 ANS Soaitl ,,_,_ ayi;u,J '"" 6 fond, d. Rn,,, .. CAN S, 328.628.000 Phu de 1.200 surainab au C'anado. dan, lm Anlln Cl rA~ du Sud, bwain . Nrw Yoo., Lndrn_clPris. DANS NOS CINEMAS . ~U CAPITOJ, VO et 4.00 CH PALACE Vr11,ln:tll h tJ h, 1tt 8 h. lli \ll,:UX 1'1STOLE1'S l'OUR UN LACHE 1•:ntrc Gdc. l.fiO r---~~=:--1 t Programme du Lundi 28 Sep hU Samedi 3 Oct Conrnltea •otr• ronaailllro l.UNDl . MARDI JF.ITDT VF:NnREnr llh. 1 h 9h.lh . 2 h. 6 b 2h.A 8 h. Malaon YVES MORMl.LF: Maison YVEfl MCIRAILLE EXPRESS MARKET A EXPRESS MARKET DmonstraUon toua les Jour11 .1.11 renaez-voiJM CASA PCMPADOUR Rappelez-Vous Madame Belle ce solr\ R.1.de ocmaln L'Avenlr de votre peau se Joue l trente anB . .. HELENA RUBINSTEIN .----------CINE STADIUM Vl'ndrr
  • PARAMOUNT \"endrei G h. et 8 h. 1 Dernlhcs Reprsentations) L'AFFAIRE THOMAS CROW~ Entre Gdes. 2.50 et 4.00 MAGIC CINE Vendr e di 6 h 15 et et 8 h. 16 ~ION 0N"LE BENJAMIN Entre Gdes . 1 . 50 et 2.50 y.,ndredi 6 h L5 et 8 h ALVAREZ KELLY Entr e Gde. 1.00 DRIVE IN ClNE Vendr e di 7 h. et 9 h. GROS COUP A PAMPELUNE' Entre 1 dollar par voiture MONTPARNASSE Vendredi h 15 et R h. L'EVADE DE YUMA Entre G Gd es, 1.60 et 2.60 Restograi en Lotion et en Pommade Rajeunissez avec RESTOGRAI Plus de cheveux blancs. i/" Pour les Hommes la Lotion est excellent Pour les Femmes, rsultat aprs n 3 . et 60 jours . Succs garanti, pls de 3000 personnes Port a11 Prince en ont fait l'heureuse exprience. En vente dans toute_s Pharmaci~s et Epiceries. TIPCO, Distributeur. AVEC LA Mort aux Rats El\ BOULETTES GIBBONS QUEL OUE SOIT LB RAT

    PAGE 4

    INSTANTANES (Suite) 1 ;.,,, C '/n, :1.1 e 1111c, n '. slclc Pl. rlc11H' d11 Nurd. d1 l ';i IX I\C\.lll'llL'lllCll~. X X X X X X X X ~ , rg, \lt '. \'\l ' . ,,ln, li\ s ll Com l\-l . 1d . 111 1e , . , ,c .. Uuu c ,1rcf c ,s l 111:111d : llll. 1-'nuf Vrt l'. llill, c,;l ' , ,i l/. , 1. 111, t/1• ., (lc'IIX 111111s de IT/11.l' ti'.Ell!' e s t n•p:tr qw• 1 i Hambourg. 1 1 , i'"III' N, 11 Yurk. Elle .\' l'i ' 'X X X X .itlr• 1J1 p11L'l ~ " ~1:CllllllS . l\l~t;~ ~: lt~\r Ol~t ~~i1~\l~~l1~X/l!t~ ~ \\\:ld ct lll <'. L,'on 8ulttl\t. 'S . 1n 'e t,•nt Sl'J r r . El iL' a ci c rn, an s revc,!u s. Y \'\ 'S S: u11 y. A M1111(r nl , il S o n p re . Cl n ude C J ri , 11Hlicr : 1 la Chimie. S o n dipl s a m r c Mar ie Jo s. llll' c1 111p'11i C' 11r Chimi s te, Ysa s, , c nr P a s c a I e, s o n \ ' l' S \'b \ ic11 llra da ns cin q s p:ur a in . Ml 111 a rrzcin c, e t t ous N uu s . , ;1 11 l 1 a,lo 11 s du s uc c e s :;es : u c 11t s e t : uni s l ' emnr a, Yves '3 JIJJ\' sr11 t for l, fort , fort . \ s,o111 , ,; :llrm r 111 pa r \ .is pour xxxx Il1,_ , a11autts les m a ti ns en clas sr c l r six i n w. sa uf lC's m al h xxxx /ll onsie ur J o s e ph Issa , qu i < '-'' l cl :111 s le co mnwrc r t extil C' , ; , \ r C'n t r r d r \'Oy ag e hi e r p n>., 111 1di P e ndan t troi s 1, 1 ,. is. J , , ;; e ph s' est pro mr n : , 1; (11 11 r d 1 1 Muncle. Il n s o ur 1 d ' 11 ut:1 mme11 t a u J apo n, au ~ :' _ 1; :11 1, c1 1 ~ r '...'._)~~~ e n ''. ~ OHre d'emploi J .' A 1n1J:t :it !lll l' l'lf':ii1 11 . ,r~ , .l 1: \ , ot Lt 1 1! : i!ft 'f' , ,11 ! p c, pr 1 : , l1 d1,i! lf'(• I ,' 1 1 1 1 1'.l!I' 1 r .i 111 .. 11. , /\.11,l al . -i) . 1 e : qi: 11Jl 1 cil tl :li' t y lo ~ ra1 1 1 ,.. r : ll l Jll 1>il L' , clt• 4 0 111 11!:: ,1 , 1111 11 11\1 1,, . -' f,,rm11l a in•s cle , i,11 1. 111( ; , : 1 1 1p loi p t : l! V <' lll 1. 1 n ., iJ 1111 .s ll \l IJIIJ' l':l ll rk l a Ji,,,, pl ,1 J1rnis t1.• dP l ' Ambas sa ( li' AU MONDE CHIC Vo u s d is e n s e d e par cour i r tou( Portu-Prm cc pour l es e mpl e tt e s de \'OS en fant s, l'occ asi on de l'ou ve rtur e d es c la se s . Vo us t romC'rez l es arl1 ~ ll' s su i v a nt~: ter g al ma rin e. bl:i ne e t c oul e ur cl : 1 cro11 . pop rli 11 e , ch a u~set tt ~. dt ' l11i b :1 , , t't ~ Ol!S-Y te m cn t s . E ~a l e m e nt. de j oli es g u pur e:-. brod e rie, ct e ntelle, et c. d rap s d e tou tes le s dim ensi on s. or e il!er s. pan . oufl cs pour d a m e , . eL Ju_1 o urs l e s avon citro,i / a loy e t J e sav 1 :i u s u c ct c l a itue . L es M A M A N S le s s difficli es seront sd ti sf ites p o i?r le tr ou s . ea II d e l e ur s b b s t e ls1u e rob es . ch e mi s e.o, bra ss ires e\ drap bro dt s. c ot1 c h rt l e s . ser v i et t es. n10 11 s t iqu a ir rs rt r AU MONDE e1c R n r d u M a ga s i n de l'Et at No. 8 9 == :,:;;o MARIAGE l\1 !il!! ( (1,t•f' I" ! ll lt ' 11 1 1 ;\.-;:1 1 1, 1' ;lli l , , , 11 1 , 1 t •/d /(• J J/; ihlf" d f \ (!{j , Ll i l 1 p .l l'l l\1 i1 11r J}i ,d" i :l~~ t• l 1 ' l ir ; •;1 :-, \ l'll'I• 11 1 Umil e h Ill\\ di :::.i , p l , 1 , 1I Jrt• l!l 'iU :L 5 h :J(J p . 111 . p,d l O rfic1 c r clc !' E t a l. Civ il , r.:c• Pierr e Au g 11 s Lin lle n S a l~ a clo . cl a n s l( •s , alun ~ des po ux Lu cl , ,v ll' L : 1 fun tant, a B a biole OU IREZ VOlJS SAMEDI SOIR LES SCHLEUX StHLEUX Vous reviennent au Rond Point Night-Cluh Samedi 3 Octobre 70 Faites vos rservations Admission : 3 dollars AU CAPITOL VENDREJ)J :1 OCTOBRE 1970 A 5 lires. ,W et 8 H res .. W -...... :).!W!~ _ ,' ' . ,) ; Il tait une Fois da~ l'Ouest JEUDI 1er. OCTOBR Collie Abraham Lincoln 1:nsl•j:;I\Cl\\l ~ l\t Scl'(lll(falr,• / i u< ! C;q,oi s No :;x ( NOl/VELJ.,ES DE 1, 'TIIANGER ) A l Bretcam :Lyonel's wood carvines Par Mme : Andre MomplaUf PIERRE Dcs deM. Lon Munro 11 , , Les Pompes Funbres Po.P o l't :111-l'liu c c, llaiti L a lllrcdio11 llu Cllf'l!.C l\ WHlSKY ET VIN ROSE brnltam Lin c oln avi se le s lnBl!:LGllADE (AF'P) l . c s .sC: ., qu e les J11s c rlplion.~ SI l'on 11 cru!L l e Murclml 1 T!Lo, le Whisky s~ ni.lt . \me ,'.':i,,t~~~ \~:\'; . ~~~(~~:~ f soun : c llu J o uvence . conseil lie 1 'Ernie s i s t\ 1,L Huc C:111 o t s Ier llUX personnes o.ges. Of au No 58, / . ous le s ' Ju11rn 0 11fmnt ce ma.Un un vin d'hon vrnlJle: ; , le nrnLln cl e 8 l1L"ure s ; ; e 1.1 i' au Prslent ; N!.'xon, le it Midi, le so ir de 2 heures . Cher de l'tt\t yougoslave a ,, hr cs. cnols1 un Scutch. Sun Ilote l'r e,; et M res d e famille lut demanda s'JJ e n ou v a.lt 1 011s qui vuu l ei une bunne souvent au s si tt clan s lu cule , .J.)a11t une Lliscipllne ri journe. L e Marcl10.l r,ll h•nlrL'11 s e et m w mth o d e qul\ lorsqu ' on devient vi e u x. d n ~l' il!.11 e m c nt e ffi c ient e t le Wh i sky est bien _ metlkur pratiqul', a i/ci v i le plac e r que Je Jalt pour l a sant , ce vos e nlant s nu COLLEGE Aqui provoqu a un clo.t de ri URI\H l\ M Ll.NCOLN, Rue en r e de M. Nixon. poi s_ No 58 , o un group e d e L e ,Prsident ,a mricain, prol ess eun; qualifi s et ellepour sa p a rt, avait vronn s :;e s o nt vertus dis fair e honneur aux produits pe nser d es c nur s l a por tr' e du pays . Il o.vait choisi r.i1 de t oute s le s in t elli ge n c e s. v in rose ?oug o ::;la v e Carnet S o.cial C 'es t p our nou s un r l plai s ir d e pr ~ senter nos e l m leur e ux compliment s et no s vo e ux de bonne s ant Mm e. Carm e n Chri s top11 e \ ' o ccasi on d e so n a nniv e sair l' de n a i s sanc e c e jour dh111 Ier. O c tobr e. Ell e a p e n s organi se r un e r eptio n intim e la qu e ll e participe sa fill e Mm e Mari e -Mich l e Sassin e re 1111r : w j onrd'lrni dr R E tat s Unis. Le Livre n'est pas introuvable Eli t•[fp l, il l'l'' S \ l' enc or e q11\'l(l\\\'s L ' XL'mplains du ll v r, cl, 11ut n L'ultaborat.e11r Fortu11 L. Bo g a l IDEES ET REMINISCENCES la Pl i a de. la Lir•rniri e Nou , ll e et la Carav e ll e. P1ix $ 2.00 Ohre d'emploi Pour une Secrtai re po ss d a nt l'an g -/ais, la c ompt a bl lit et la d a ctylo gra phie . Expriencr r e quis e . Ecrir e e n fourni ss a nt rf ren ce, P . O . Box 396 . Port au-Prince. HAITI. AVIS La Dir e c ti on de 1 ' Ec o le T e ch niqu e de C os mtol og ie porte a la c o nnai ssa nce d e s intt'res :; es t a nt d e la C a pi ta le qu e de la Provi nce , qu e les In s criptions au x cour s de wins de bea ut p o ur l'ann e acad miqn e 1970 1971 se ront re es t u u s l e :, J O llt' S O llVl':ll}l es de \\ h a.m . 4 h p . m. au 93 dl' l a R ue P av . E li t> profi te cle l' oc c as ion pour rapp e l P r qu e c l e pu1 s Mars 1 n o ell e a in a ugm, :, l'ta, ;e du \JO d e l a Hu c P ave so n nouve au lu cal dot d e m at r J u p t o cl a te. C o mme : \ 1 ac c"11t 11 me, d es l a l'ili l1•:, lie p 1 rfpctiun 11 emc nt :1 l 't r:tn r T :s o 11 t to 11 j11 1rr s r •:; I Vf 'i'. , :tll X 1-Ji'Vf' .' , ( li• )'1',tJ !f 1•,, )111 i qul' t lt (' 11 s n ir• t11!11 ii Mme G, r11u11 H ' , L . l' /U,:.f :-L. l~, lJ111•ttJ i t: f' F1111d: i tn1 c Coliel!e Ellioth Pierre PARENTS D E LA CAPITA LE & PRO V INCES P a r e nt s s ouci e ux li e l a formation in tcll ec tuellc e l mor a l e de vos en fa nts Pa r en t s p o ur q u i 1 ~ pr pa ra t10n d e l'enfant d 'ge ;;col a 1re co ns li lue u n ca ssc lt c ; PERES & MERES DE FA MILL E q11i n'a v p z cl'ss d e con t r lPr le COMPORT E MENT cle s P nfanl s (FILL ES & G ARCONSJ !'ECOLE d a n s le s RUES e l d a n s le~ REUNIONS . U n ETABLISSEMENT SCO LAIRE , un CENTRE DE CHOIX s' imp os e le < COLL E GE ELLIOTH PIERRE . L e COLLEGE ELLIOTH PI E RRE clo n t l 'a mbiti on s'imprime c l a ns la fiert d e la p para tion eff ic i e nte de ses l ve s a labor , pour mi eux encor e vou s sa ti;; fa re, et pour plus d'adapta tion d e s v es aux t ravaux pratiqu es, un Programme de c hoix 1) Ensei g n e men t technl qu e d e s m a ti re s d e ba se, r iv a ux principe s c.te la p c da g o gie mod e rne 2) ORGANISATION d e GR O UPES p ou r l es exer ci ces pr a tiqu es. 3) DELEGATION c le Prof es seu rs charg s de l a sup e rvi sio n d e l'En se i g n e m ent t ec hnique des mat l i : r es. X.XXX NOTE 3LiVIETlQUE AUX. US , '\ MOSCOU (AFP) L e Gouvernement soviti qu e a remis auJ o urd'lmi l'Amlms s acle c!e s Etats Uni s a M os cou , une n ote dem a dant au Gouvernement a m ric ai n de prendre toute s les m es ur e ;; 1,i. c c sair cs pour met lr c fin au x activ i s dan ge reu s e s s xLrmi s tcs sion ni sLi;, illlW!lcc LA ge nce Ta ss xxxx LE CAIHE (AFP) S e lon le s dernires estima lions . ce sont au to tal ., 1 .1 atre millions d ' (>gyp/.ien s qui 0111 as s i ,; t . > aujourd'hui aux ob U r:; dl\ Pt h \llnn N,,.,.,,r '1\1 C'al r t' A Alex a ndri e . o le dfu11 1 Pr ident n vait pass 1111e parti e de sa jeunesse, plu~ d'un n1i\lion d e per .,•. ,,u ws lui o nt ren d u un dern i c. l l', 111 m ag e. xxxx RETRAIT D ' AMMAN DE S FORCES ROY ALES BAGDAD (AFP J La grande majorit de s fo r ce s arme s jurc\anienne s se son t retir es de s p'.);,1ti u 1. ~ qu ' elles occupaient :i. !'itttt' rieur de Amman, rappor te le corr e spondant de J'Agencc r a ki e nne d ' inform a tlon Am man , cit cet apr s mie;: p ar R a dio Bagdl(d. Il a jout~ l' '.' : for ces se so nt in s t a lle .., d n 1 ,s ,e ~ po s ition s qui l e ur avai e1 , : e dsignes par le Cumit> . d e s urv e i ll a nc e d e l'acco r d du C a ire. Le mm e _ corr es pondant s i gn a lr qm c\ e s tir s spo ra di Q II L 'S ai e n t P nt en dus t ~ Cll re rfan s cl i\ ; ers q ua rtier s de la Capital e jordani e nne o le courant ec triqu r n'a pa s r n c o r c r ta bli. xxxx LES OBJECTIFS DE LA CONFERENCE C O MMUNI S TE DE BUDAP E ST M OS COU, !AFPJ u it' J<' a 11 Ra /Ja f'ilt , L a p r l>p : 1rntlo1, cl ' u1, ('()Jl !' . r< ,; dl •., ; Pl ' ll[Jll's 0 111n• l'i P<'l'l a llsrnf' : , au i'('Jiln dt la con fr r 11n• lJll t' lt •.s r e pr sr nl a nt s d l' 45 p a rti s commu AVIS Lt> ll'r O ct obre 1!170 L ' l\ rlmini s trali o n Gn ra le cle s C ontr i bu t 1011 :; inform e le l'ubli r e n O(•nr, ti, et !e s lm 1 rta l eu r: ; " " i\.larclm n ct s c ! ' Automllbile s, en p a rticulier C/U Il ,'> Cl a mi s en u s age, p a r t~r du 1er O c tobr e HJ70, un C _ ,\l'llt ' I. Hcc e p isss Sp ,, ia l _ (UC -,i'7-l3,si, p u ur l a p e r cept i on Ci l' la Tax e de 1 r e f~~-1~1ritrit:11 la li 11 n cl es Vhi c u Cet te t axr qut es t b as e sur ! c prix CIF tir du b 11 c!er ea 11 de Do uan e ne pourra e tr e p e r u e dsorm a i s : qu e da ns l a Ville o ! ' Importa tion du vhicule a eu lieu : a_ Port-au-Princ e ou 11 11 Ch e f Lleu d' Arrundl ss cm e nt U21 ~ nc1er c1 11v e rt l'Import aMax MERENTIE Di1 !.':: _ t~ ~ 1r G n ra l EN BREF ST . E TIENNE (AF'P). __ Au titre d e la Coupe de s Clu bs d e Footb a ll cl1am pi o n ,; l'quipe d e St. Eti e n ne a bat t u c e s oir cell e d e f_a l l ia ri (Sarda ig ne ) p a r L e but a m a rqu par L ar gu e s u r un c entre cl e K e it a. C ag liari reste ce pendant qualifie pour avoir ba t tu Sai n t Eti e nne au premi e r tour par 3 0 . -ta nt ~n sec tion prim a ir P qu' e n Section S e concla\rc , _L_E_ C _A-IR-E-(A_F_P--) , -----eh a q ue Sup e rvi se ur tant L e Com et de la RA . F . pl ac dan s le con te xte d e tran s port a nt Leila Khal e ct .~a di s ciplin e. et l es six f e dayin librs p a r 4) SUP ER VISION GENE!l' s autorit s ou es t alle RALE par le CONSEIL d l' ma n des e t helvtiqu es a at la DIRECTION. t e rri ce matin s ur l'arodro SI Cher s PARENTS d e m e du Caire. L 'a vion, par la C a pital e et de s PROVINti d e Londres avec la J e une vt 1 f . 1 } f ~:.::~uci f i~iv ~ t f ed d ay in a vait fait deu x e s l'EDUCATION d e vos e n ; ~ 1 ~: ./c 0 ~:;;p~~~1~~1\e C il l'Ollfant. s . conta ct ez sa ns d l t1. l la Dir e cti o n du COLLEGE CARNET S OCIAL ELLIOTH PIERRE , tuu Ma n ll < ' \ MPre1 eclJ cil' c( jours anlm dn plu s vif dl 1,, ,r rnr\\111 rnm e nalent re s slr c\ c sPrvir par sa dcvls P \ll'l'tVPn11nl l'nnniversal ,, TOUJOUR S PLUS HAUT , , I'(' clr• 11al ~S l11lCe de deux fer COLLEGE Ef;LIOTH FIERv e n l.~ l e c t eur s de notre Jour RE , RECONNU D ' UTILITE na l. Il s ' agit de Mes. PUBLIQUE bert St. Surln et Israel Can COURS PRIMAIRE & SEtave . CONDAIRE En cette occasion, nous for INTERNAT-EXTERNAT, DE mulons pour eux des voeux MI-PENSION les plus sincres tout 'en Phone 2-1333, Rue des Mileur d~ant Ad Multos Annt s ltcs ont tenue Budapest; du 28 au 30 Septembre, l\]) pr e nd-on de source commu ni s te . Moscou . L ' Ide de Jo. convocation de ce Forum, qui serait organls conjointement par le mouve m e nt communlste et les mou vements de libration natlo rnlle , avait lance l'is su e de la confrence mondia le des parti s communistes Mo s cou en Juin 1969 L a confr e nce communiste qui s'es t a c h e ve hi e r Bud a p est avait pour but, indique t-on: de p e rmettre au mouve ment communiste , co-org a ni sateur du congr s , de dfinir se s prop re s po si tions et de pr parer la cration d ' une commission mixte d'organisa Lion dans laquelle entre raient de s repr se ntant s com munistes et cex d e s mouve m e n ts de libration nationa le . Les mouvemen ts de lib ra tion nationale, pour leur part , n'ont pas encore pris u ne position coll e ctive sur cette ide. Certain s d' e ntre eux , cependant, dans d es d cl a ratlon s f par e s , se s ont aff i rms partisan s de la con voc a tion de ce congrs. Le sujet a d'autre part lar ge men t v oqu a u cour s d e conf rences mdit e rranen n es rgionales, qu i se sont te nu es Al g er et Rome l'an d e rnier, n o tamm e nt i t l'ini t i a ti ve du PC itali e n Madame W. T. Guskin (suite) Li eu tenant Romu l u s offi c i e r de la G a rde Pr sidentielle , comme aid ede-camp de l ' Am ba ss adric c et fair e aff ec ter 1111 v hicul e du Palaf5 Natio nal all s rr v i ce d e cc Cll cf cl(' M iss ion cliploma li que. Mme Ga s kin es t la ft'mme c\ e Me. Berk e le y Ga s kin , ch a n c e lier de l n Cour Suprmc d e Ju s tlcp d e la R publiqu e de Gnyana. L (' coupl e a un se ul enfant . un fil s qui es t licut e nant dan s !'Arm e Gu y an a ise L e Nou ve lliste forme ses m e illeurs vo eux p our l e s uc cs de la Mi ss ion e n Hai ti de l a Prem ire Amb ass adri ce a c cr dite en notr e pays: ce . a v ec d'aut ant plu s de s a t i s fac lion qu 'e ll e e st clc notr e ra c e N ot on s q ur Mm e G as kin , ai ns i que 11ous l' a s ignal no tr P c ollab ora teur qui a pris cu n lact a vPc Pile , es t u1 w da me trs d i s tin gul' . d ' une grnnde culture, ayant b e au c o u p de m a nir es , qui pa rle un a n g l a i s trs pur, tr s c l a ir , a v ec un a ccent d ' Oxford. A propos de la ... ( s uitrJ T i lu SI' l)l' {' Ul'.l'll]l e 11t Cil' l ' \'l ' i'lll' Liu M11~'(-0rit'n\ . )lt' L .-. llll p ri llti l' I' elll J'l' lll ' II Hl i cou r. ,; Lillqlld il a 11 , vit t llle r li' iVh 1r(•,l w l Tllo (t S t' n 11dn• a u x ui:; A _ LL Pr e s1ci e n t Nixon aura aujuur d ' hui 1111 d e uxi me t e t t e avt' C lP Ch e f de l'E t at yo u;osla v r . L e M a r hal Tilo et le Pr ., iden t Nix o n n e m a 11q11 e ront pas d voquer au cou rs d e l e ur en trl'tien c\' a u j o 11rd'h11i I l' probl m e d e la Cl i in e co mmuni ste a v et: la qu e lle ln Y oug-o ~ l a vic n ,, i11ti e 11 t dP b o nnC' s re lati ons A /'o ccas ion du 2 1m e a11 niv r s ai I'l' de la Fon dati on cl r la R ubliqu e Populai rr c lt• Chi ne, le M : rn l Ti to a o.drc ss il P t; ld11 1111 m ess age a f firm ant qu e les rapports e n trl' lrs cl P II x p ays conti n ueron t se cl v e lopper. L ' URSS exprimai t qu a nt e ll e sa v olon t d e normalis l' r ses r r lation s a v ec l a Ch i ne P o pulair e. A P kin , o ce t an ni v er sa ir e a c l br a vec la p om P P et le fas te l1::tbit11els , M. Chou En Lai a an nonc l l' lan ce men t du qua t ri ml' plan qui n quenn a l. L a men ac e d'un e l\ll e tTP monclia: le s ub; ; i ste. s elon le Ch r f clu G ouv e rn e ment c il ! nai s , mai s l a mon t r c l c la R volution est irrver s ible' e t l es s n pe r-grancl s qui vr u l e n t cli visc r e t d o mi1\ P r l'11t1 manit n e pom: ro nt v i t r r l' c hec , sc ion lui. Sur la grande route na tionale qui conduit Mar tl ss o.nt, . Blzoton et Car refour, _ se remarquent de puis quelques annes maln t es indlcatlons .. d ' installa tions ccimnt'erclales et in dustrielles. C'est alnsl qu'il nous a donn de remarquer la qBretcam Lyonel's wood car vi ng s•, et , curiosit pous sant, nous y sommes entrs pour une vis! te .. . La vaste cour d'entre re oit favorablement l'om bre, la frai c heur d'un vieux m a nguier et d ' autres ar bres tropicaux. Une galerie donne accs la porte d ' entre; celle ci, une fols franchie, nous voil en p..ein magasin : pi ce vitre et trs large , dans ses grandes vitri nes et s es tagres circulai res se trouvent exposes. le:t multitudes ralisation s de la 4 8retc1nn ... Millier d'ob jets d'art de la petite In dustrie, meubles de to1:1s g enre s pour '\1n intrieur co quet, de nombreux ta bl e aux raliss sur bois par d'hablle s mains d'arti s tes ... Chaque objet repr s ente une merveille par la quali t du bots, le fini du tra vail, la ralisation artisti que . .. C'e s t, en un mot, a v oir .. . Noas descendons quelqu e s marelles . Nous som m e s alor s condui t s l'ate li, r divi s en d e ux parties: lhm, la prl'mlre. on Y tra v ailll' J r s pJces dlieo.tes d(' la petite Indu :; tri e . l't d an s la s econd e cell e:, dl l'Ebenisterle ... La , Bret ca m Lyonel's wooct car ving s• e st la foi s une bou ti que et un at e lier d e MaMonticules d'alluvions l' A venue Christoohe L'Avenue Christophe est l'un d es centres s iden ti e l s de Port au-Princ e o l es eaux de pluie cau s ent, o rdinairement, le plus de dgats . Celles-ci, le plus sou v e nt forment des mare s st ag{1antes d ' allu vions qui entravent , au s urplus, la circtation des a utomoillstes et des to ns. C'est ce qui d'ailleurs est arriv la suite des aver s es de ces jours-cl. Le spectacle e s t d ' autant plus dcevant que dan s lP s ecteur compris entre !'Ave nue Christophe et la Ruel le 4 un vritable bourbier a pu se constituer du quel deux masses d'allu vions reprsentant deux e normes monticules consti tuanl non seulement un v r i t a bl e in c o n v nient pour t t•s fa mitl es habit a nt lc qi1arli r mais ,, ncon . 1111 si r i 1•ux obstacle lu ,n : ula t i o n q es vehicules Nou s s ommes persuad s qu'il nous suffira de si g na l e r le fait pour que le Ser v i ce re s pon s abl e fasse l e ne cess a i r e dans l e plus brPf d lai po s siblc ..Dernir,2 Reprsentation sur demande gnrale lu derni re reprsenta tion de La Pi e uvre• au ra lieu dimanch e 4 Oeta bre 10 hre s, du matin !'Auditorium du C e tre Culturel. Les cartes sont e n vente l'Ecole A u Galop, Prestige, O s o Bl a nco et la mai so n Ern e st Simon. Cours d'Histoire de la Musique Mr Frit z Benjamin, v io lo ni s t e eL p rofes se ur c\e musi qu e, in a u ;; ure le mardi 6 Oc \.o br e , un Cou r s d ' Hist o ir e de l a Musiqu e spci a l e ment con u pour l es pers o nnes d si1 e u s e s d e c ultiv er l e ur g ot mus ical. Aucun b a gage tec n i que n'e s t requi s pour s ui vr e ce cour s. ogany . et d bnisterie q111 ret Pierre-Lout s vous annon {fnctlon,ne _ ~omme les ate cent le d cs de M. Lon MUN . ers d outre-mer avec les RO survenu le 30 Septembre toutes dernir es teclmi 8 . l5 PM l'Hpltal du Sa~i;;e PJi~~~~r!m~. nager la cr ~ Coeur . L'atelier de la qBretcam• A ses enfants : Mme Monise trouve donc muni de que Chipps et son enfant, M. ,nombreuses machines leeCq.rlo Chipps, son pouse et triques trs pertetlonnes ses enfants ; . ses frres et capable s de donner au bols belles-soeurs. M. et Mme Ro toutes l e s lignes et toutes dolphe Munro et famille, M. les formes que l'on dsir e : e t _ Mme Henry Munro et fa c'est tantt la raboteuse m1lle : a ses oncles et tantes: rapide la redresseuse la M . Georges Stlnes et famll perceu'se vulnrable ou ii_ la l e , M. et Mme Alfred ~tines sa bleuse qu'il faut s ' aclres~t ~m1:l e ; a ses cousm s et s er quand ce n 'es t pas la cousm e s . M. et Mme Robert raboteu:.;e, la s ci s soteu se et st mes. et famille, Mme Vve la mortis s euse qu'il faut re B ~ nom Hyson Mme An courir. Je prfre laisser le dre e Munro et far~nlle, Mme dernier mot la tourpille Paul Votcy _. et farn _ 1lle Mme f oudroyante e t au moule Vve Hyppohte Stmes; M. et magi(lue _c::-~!~\;.~~~~e~~~! Revenus au magasin , nou , et famill e , M. et Mme Wil ne savions sur quoi porter liam Bertin et famille, M . et notre choix : serait-ce sur Mme C a mille Bertin et fa un P.Oisson tentant , un bol mille , M . et Mme Rog e r Ber de Gargantua, \m tableau t in et fa mille . d'art", ou serait-ce s ur un Aux familles Cl1ipp s , Mun salon du 20e . Sicle , une ro Stine s, Hyson , Stephen chambre , une salle mans on , Vol c y, Lajoi e , Gardre , ger, nous tions e ll e Oli v ier, Dariu s, Imr e k , Clair ment embarrasss.. Fi n a fond, Danache, Valry, Po!y lement, un cendrier de bois mce, Coles, Eer s terling ainsl s culpt , nou s aidera bi e n qu' tou s les a ut res p a rent s noyer avec le Comm e Il e t alli , MM. Pi e rre-Loui s e t Faut• quelqu e s rves aL e Nouvellist e pr se ntem mers, oublis, grce nol e urs r es pectu e u s es c-ondo tre courte et Jnoubliabl e vi l ane s . Le s ob s que s d e M . s ite la Bretcam L y onel 's L on MUNRO seront. c l wood Carvings• bres samedi 3 Octobr e 4 :00 29 Sept . 1970 PM en l'Eglise dn S a -cr Co e ur d e Turge a u . L e convoi Mme . Anclr e Mom p laisir parti ra du salon [11n r a ire PIERRE l'tnltreprlse. -----~----~---------Grande Kermesse Clture des Vacances CABANE CHOUCOUNE Avec : Les Shleu Shleu Le Dimanche 4 OCTOBRE A partir de 4 Heures. ----------------------_ J:?IMA~CHE 4 OCTOBRE 5 Hre s 7 Hr s. et 9 Hres. a 1 occ~ s 10n de son anniversaire LE REX-THEATRE " tourn P les feuillets de s on fabuleux album d e s uper p roduc t ions ~unent e ~ dont l a prodi g ieu se e nver g ure et Je pr es tige d e 111 :i terpr e tation ont re cu eilli le s plu s clatan ts suffr a!!; e s ('{ presente : L' Affaire Ryker ou L'Odysse d'un Sergent Avec : LEE MARVIN Un dram e path iqu e q u i a po ur cor un e Cour d ' A s sise s Militair e e t pour s tru c ture l u c un s c 1 e nce d e l'homme fac e la ju s ti c e implacabl e. 1 Entre : Odes 2 .5 0 et 4 . 00 Ca r l es en v ent e cl s 10 h e ur es du mati11 Joyeux Retour l'Ecole 1 Aprs une visite AUX BELLES CHOSES {/ Sacs d'Ecole pour Grands et Petit Aux Belles Chos(\s . Sous-vtemellts pour Enfants Chaussettes pour Fillettes et Garo1111ets Au t e mps d e la Rentre d es cla ssPs Comme en tout temps VISITEZ . AUX BELLES CHOSE:3 l es plu s B elle ~ c ho srs Aux plus B as P ri x On appr e nd c c mati n de Mo sc ou qu ' u n e r e ncontr e Nixon Ko ss yguin e ; dem a in Vi e nn e, avait te c hni qu e m e nt pr par r l o r s de l a r c e nt e c rise j ordan ie n r mais qu' e llP n 'aura n n l e m c nt pa s lieu . L es c o ur s de V iolon et d e b o lfl' 6 e d buteron t le ;; : : n n edi 3 Octobre aux heures hab itu e lle s . Av e nue J. Jacques D ~ ssalin ('s, 35'.l \ ~~'-'-'-'-'-""-'-'-''~'-'-'-~ U1 irc;c;, a dresser la Boite ,..~~~~~~"'--"'--'-'-~'-~"'--'-'~ 1 SUPER SOIREE < ALA Discothque AU: Rond Point Night-Club Soire de clture des Grandes Vacances Le Rideau s'ouvre sur de jwzes Vedettes, H aitiermes. Accompagnes par LES D'/FF/ClLFJS ; le Vendredi 2 Octobre 1'enue : . POP Participalton 2 dollars AUDITORIUM CENTRE CULTUREL Jeudi 8 Octobre 8 Hres . du soi1; "' LES MESSAGERS DE L'ART prsentent ZOO STORY (de Edward ALBEE) ET LE : TIGRE (de MwTafJ SCHISGAJ; Auec : Franois LATOUR Micheline SUCCAR E , ddy GARNIER Soire Thtrale ddie la mmoire de Gabriel IMBERT