Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text




LE

——-






' Directeur

Administrateur :



No 29,008



_ QUOTIDIEN |.
Pius ANCIEN D' HAITI

; i FOnDE en ve.



et Rédacteur en Chef :
LUCIEN MONTAS ,
M2" MAX CHAUVET




Cloture des travaux du Séminaire




de la Croix Rouge Internationale

Les travaux du Séminaire
Régional des Sociétés et des
Ligues de la Croix-Rouge In
ternationale qui avaient été
inaugurés le Lundi 22 Juin
en cette Capitale sont arri-

vés & leur phase ultime au- -

jourd’hui.

Une trentaine de délégués
venus des Caraibes, de ]’A-
mérique Centrale ont repré
senté leurs pays respectifs
ou des Organisations inter-
nationales comme IVONU,

Waa, PU. cre’, VOM, .e

VM ete A ce congrésrot des .

communications intéressan
tes ont élé présentées sur
ja maniére d’organiser les
Services Régionaux de la
Croix-Rouge, sur le mode
d’organisation des ressources
de toutes sortes pour sauver
des vies humaines, soulager
des miséres 4 l'occasion de
catastrophes naturelles.
xxx

LES COMMUNICATIONS
D’HIER

Parmi les intéressantes
communications présentées
au cours de la journée d’hier
il faut souligner celle de M.
Lonchamp, Représentant Ré
sident du Programme Ali-
mentaire Mondial en Haiti
qui a parlé de l’Organisa-
tion interne et des activi-
tés du PAM dans cette ré-
gion de lAmérique, celle de
M. F. Dresse, Représentant
de VOMS sur les mesuaes
médico-sociales et sanitai-
res que ’OMS peut adopter
dans des actions éventuelles
lors des catastrophes; celle
de M. A. Reynolds. “* VUNI
CEF sur la coope: “ven
tuelle de son of ome
dans le domaine de la méde
cine sociale, de la réhabili-
tation des populations frap
pées par les désastres.

, XXXX

UNE COURTOISIE
DE LA CROIX ROUGE
DE CURACAO

La branche de Curacao de
ja Société Néerlandaise de
ja Croix-Rouge a eu une in-
signe courtoisie a Vendroit
de la Société de la Croix-
Rouge Haitienne. La déléga
tion de ce pays qui était ar
rivée dimanche de Curacao
a bord d'un avion spécial
avait apporté pour la. Croix
Rouge Haltienne, un impor-
tant stock de produits ali-
mentaires, des vitamines en
trés grande quantité, des vé
tements neufs, du matériel
d@équipement pour les briga
des de secours, toutes cho-
ses qui vont permettre a no
tre Société nationale de
Croix Rouge de mieux orga
niser ses services intérieurs
et @étre plus utile aux

coramunautés en cas de né-
cessité. ;
La Croix Rouge Haitien-

ne apprécie infiniment cette
courtoisie de la branche cu
racaolaise de la Société Néer
landaise de Croix Rouge. EL
le y voit une manifestation
de Ventraide et de la solida-
rité régionale dans un ef-
fort commun pour soulager
jes souffrances ‘et les misé-
res des hommes.

a el

Trois nouveaux
puichets y seront

ouverts

Comme nous Pavons souli-

gné dans notre entrefiltet
@hier, Vactif Administrateur
général des Postes, notre a-
mi Alfred Dorcé est toujours
ouvert aux suggestions qui
ont pour but VPintérét public
_ef la bonne marche du Servt
ce des Postes. .
Il nous a confirmé ce matin
méme que nos observations
a@hier étaient bien venues et
quen tenant compte, il a dé
cidé aux heures d’affluence,
douvrir trois nowuveaur gui-
chets de vente de Ttmobres.

Les usagers de la Poste ac
cuetilerant, la nouvelle avec
plaisir. ,

©

Nous remercions notre ami

Alfred Dorcé des suites im-
a aiates quil a données &
nos suggestions dans Vinté-
rét de la collectivité.






SD HP EDT EP ER ES,

cs









LA CEREMONIE
La cérémonie de cloture
du Séminaire a eu lieu

ce
midi au local de la Croix
Rouge Haitienne 4a la Cité

de l’Exposition.

A cette occasion, le Prési-
dent, de la Croix Rouge Hat-
tlenne, € Dr. Victor Laro-
che, Directeur du Séminaire
a prononcé un important dis
ceufs- mettant en évidence
Putilité des travaux qui
ont été. e x €cutés au
cours ~de ce Séminaire
naire et Vintérét que les dé-
légués, les gouvernements
de leurs pays respectifs ou
de leurs Organisations ont
apporté & ce séminaire qui
a été en tout point un gros
succes.

xXxXxXxX

Cadeau Souvenir et
hommage au

Président Duvalier .

Aprés le discours du Dr.
Laroche, le Délégué des Pays
Bas et Curacao M. A. J. P.
Kusters obtenant la parole a
rendu un bel hommage 4
Vhospitalité haitienne. Il a re
mis au Dr. Laroche un Ca-
deau Souvenir de la part du
Gouvernement de son pays &
Vendroit du Président 4 vie
de la République, le Dr Fran
gois Duvalier.
fl a fait egalement un don a
la banque de sang ae la Croix
Rouge Haitienne, a offert
des fleurs & Mme Victor La-
roche distinguée épouse du
Pat de notre Croix Rouge, &
Mme Nova Wright de Dupuy,
Consul du Salvador, 4 Mme
Ingrid Roméo, née Roy qui
ont servi d’interprétes au
cours du Séminaire.

Le délégué de France, M.
Jacques Turin, le Représen-
tant de l’ONU, Mr. Kusters,
le Représ. de la Ligue de la
Croix Rouge pour les Carai-
bes, Gomez Ruiz, un fer -
vent ami de notre pays ont
aussi mis l’accent sur le ca-
ractére hospitalier du peuple
haitien et ia satisfaction
qwils éprouvent ad’avuir fait
oeuvre si utile.

La séance fut cloturée par le
Dr. Lauvinsky Fauché, qui y
représentait le Département
de la Santé Publique.

XKXX

Discourss du Dr
Victor Laroche

Messieurs les Délégués

de la Ligue,

Messieurs les Représentants
des. Institutions
internationales,

Mes chers Collégues,

En ouvrant ce Séminaire,
je vous ai dit combien la
Croix-Rouge Haitienne était
heureuse et fiére d’étre la
Société - hdte de ces impor
tantes Assises Reégionales
de la Croix-Rouge sur !a
Planification des secours en
cas de désastres naturels, et

les espoirs que nous riet-
tions en elles.
Nous sommes persuadés

que ce Séminaire marque un
véritable progrés dans lor-
ganisation des secours et re
présente un pas aussi déci-
sif que celui de Trinidad et
Tobago de 1968.

_La yolonté commune i:
tous les participants de par-
tager leurs expériences, de
rechercher conjointement
des solutions aux problemes
que pose la planification
pré-désastre et d’oeuvrer en
semble dans la lutte contre
les catastrophes naturelles,
ont donné lieu. 4 des échan-
ges de vue & la foils construc
tifs et fructueux. |

Les Recommandations et
jes conculsions cristallisent
vos efforts et cette volonté
d@étre utile & vos sembla-
bles. Synthése de vos és-
poirs et de vos’ aspirations,
elles expriment les décisions

Wun groupe d’hommes par-

tageant le méme idéal : ce-
Yui de vouloir mieux servir
Yhumanite. °

Votre Séminaire constitue
un exemple vivant de ce que
les hommes peuvent réali-
ser par la compréhension, le

césintéressement et Vami-

Qu’il nous soit permis de
rendre hommage 4 cet es-
prit de solidarité internatio
nale que personnifie la Li-
gue. Il est réconfortant pour
VYhumanité souffrante de sa
voir que cette Fédération
des Sociétés de la Croix Rou
ge s’efforce par tous Ies mo-
yens, non seulement de por
ter secours aux victimes de
désastres mais aussi envisa-
ge les possibilités d’aider les
Sociétés Nationales ou Bran
ches de la Croix Rouge 4 se
préparer aux actions éven-
tuelles de secours et 4 assu
mer par ainsi une de leurs
taches fondamentales sur le
plan national.

Nous vivons dans un mon
de fécond en de nouvelles
découvertes qui ont démesu
rément accru la puissance
de l’esprit humain et entrai
né un bouleversement de
Yordre social. Un monde ex-
trémement mouvant, aux
transformations rapides et
spectaculaires non seule -
ment dans le domaine scien

(Suite page 6 colonne 8)



Mort de Dominique
Marini

Lientreprise Celcis et
«ue Nouvelliste? ont le
regret de vous faire
part du décés de: Mr. Domini
que MARINI survenu 4 1’H6
pital du Canapé Vert le 26
Juin 1970 & 1:00 a.m.

En cette douloureuse cir-
constance VENTREPRISE
CELCIS ET LE NOUVELLIS
TE présentent leurs sincéres
condoléances “& : Sa Veuve
Mme Dominique Marini, née

Andrée Roy, son fils M. Re-~

né Marini et Mme et leurs
enfants, sa Soeur Espérance
Poggy.
Aux familles Marini, Poggy
et Roy.

On se réunira 4 la Salle
Paroisiale de l’Eglise St. Pier
re a Pétionville le samedi 27
Juin dés 2:00 heures de l’a-
prés-midi d’ot l’on se rendra
& 4:00 heures 4 VEglise pour
les funérailles,

Liinhumation aura Heu au
Cimetiére de Pétion-Ville.



Soutenance de
Memoire

Samedi 27 Juin en cours,
il se tiendra au local du
CRESHS, (Champ de Mars),
de la Faculté d’Ethnologie
la soutenance des deux Mé-
moires suivants :

a) a 10 heures a.m. l’étu-
diant Valés René soutien-
dra le Mémoire intitulé «Mi
gration et Emigration des
Haitiens vers Amérique du
Nord (Etats-Unis et Cana-
da); considérations sur leurs
conséquences socio-économi-
ques»

b) a 5 heures p.m. l’étu-
diant Raphael Méhu soutien
dra le Mémoire intitulé :
«Possibilités de développe-
ment économique de Limo-
nade et de Quartier-Morin>.

c) Lundi 29 Juin 1970 a
5h p.m. Vétudiant Woelley
Fernand Belotte soutiendra
Je Mémoire intitulé «Etude
de Ventreprise coopérative
de Fermathe>.

Les Diplomates, les Offi-
ciels, la Presse, les Etu-
diants, le Public en général
sont cordialement invités.
Dr. Jean-Baptiste Romain

Doyen

AS

OPERATION ISRAELIENNE
EN SYRIE
TEL AVIV, (AFP)

Une unité israélienne, ap-
puyée par Vartillerie et l’a-
viation, a pénétré aujour -
d’hui en territoire syrien et
région sud de Raphid, dans
les hauteurs de Golans, a an
noncé un porte-parole mill-
taire israélien, qui a précisé
que l’opération se poursuivait
encore & 1 hz. locale.

«

Notre Chronique Scientitique



d . :

«Savoir pour prévoir, ~
prévoir ‘pour agiry

Tout aussi important, dans
notre étude de la mobilité oc
cupationnelle (cfr. vallis~





pationnelles Jugées :
res telles que huissier, méca-
nicien ,macgon, spécula
ébéniste, soldat,

de bottes, houngan,...ne sont
pas renouvelées de pére ; en
fils et sont absolument égar-
tées comme orientations gou-

-haitables pour les jeunes{gé-

nérations. Les occupants ‘ae-
tuels de ces activités sont en

-majorité des nouveaux -vénus

issus des familles paysatines.
Ils n’ont pas bénéficié de la
longue tradition et de Pexpé
rience des anciens, véritable
trait d’union entre les géné-
rations. Le principe ge conti-
nuité qui assurait la cohésion
et le dialogue entre pére_ et
fils s'est sensiblement ame-
nuisé et on comprend disé-
ment la signification de cer-
taines contradictions au sein
des familles urbaines. Un pé-
re choisissait hier le métier
de son fils, lui remettait le
patrimoine a conserver, 4 per
petuer, aujanurd’hui. le - fils
dispose d’ane certaine \ber-
té @initiative et de chofx. 1
ne désire nullement conti-
nuer 4 renforcer les rites an-
cestraux d'indépendance aux
quels la famille devait sa-
cohésion, C’est une prise dc
conscience nette et claire d’u
ne situation d'inférivrité ju-
gée inacceptable.

La méthode d’approbation
et de récompense était autre
fois une des conditions essen

¢
tielles du succes, Si pour une
raison quelconque ie :jeune

homme ou la jeune fille ne
s’accomodait pas des formu-
les prescrites par {es parents
dans les domaines profession
nel et affectif, son insoumis-
sion trouvait chez ces der-
miers une expression de colé
re, d’agressivité et de violen-
ce. Les sanctions tontre de
telles infractions allaient.sou
vent,aux pires extrémités, La
jeune fille qui refusait.d'épou
ser homme chojsi par’ la- fa
mille, le jeune homme qui
préférait s’orienter vers une
activité manuelle au lieu de
prolonger un héritage bureau






LE CAIRE (AFP) 2+
- (De David DAURE)
Sauf le cas-bien impruba-
ble ou une diplomatie secré-
te existerait: entre le Prési-

‘ dent Nasser“et “le Président -

Nixon, onpeut considérer
‘comme acquis, jeudi soir, que
la République Arabe Unie re
jette le plan américain de ré
glement négocié au Proche -
Orient. Telle est la conclu-
_sion que retirerit les observe
teurs au Caire du discours
plononcé jeudi soir a Benga-
zi par ie Chef de Etat égyp
tien, discours que déja
nombreux égyptiens classent
parmi les plus vioients et les
plus enflammés qu’a pronon-
eés le Rais depuis les années
1956.
Le Président Nasser a dé-

cratique étaient des étres dé, yeloppé trois arguments qui

classés, rejetés. Le chatiment
avait parfois des effets désas
treux sur leur personnalité
en compromettant leur ave-
nir économique et leit adap-
tation sociale.

Un nouvel état d'esprif pré
side@aujourd’hui aux rela-
tions parents - enfants. Il
my a guére de passions sys-
tématiques passivement ac-
ceptées. Les jeunes gens ne
se voient plus refuser ia pos-
sibilité d’une formation pro-
fessionnelle dont ils esperent
Vamélioration de leurs ¢ondi
tions d'existence. :

Centre Haitien d’Investiga-
tion en Sciences Sociales

(CHISS)

(Cahier No 5, avril 1970,
pp 11-12).

N.B.— Captez Ies échos
scientifiques du CRISS cha-
que mercredi soir 4 partir de
9 hres sur les ondes de Radio
Haiti, au Magazine sonore de
Radio - Actualités.



CONNAISSANCE D’HAITT

Quel Crime avait dene commis
Madame Bruno ?
Par Gérard JOLIBOIS

Nos manifestations

carnavalesques continuent 4 exé

crer, sans tréve, ni relache, la mémoire de Madame Bruno.

Quel crime avait-elle donc

commis ?

; Mailgré l’éloignement dans le temps de cette affaire.
je vais essayer de la reconstituer dans toutes ses circons-

OU LE CRIME A-T-IL ETE COMMIS ?

tances.

Dans ma prime enfance jérémie:

12 bandes\de Mme. Brune au
Mon aie

e, ’on comptait jusqu’a
chef-lieu de la Grand’Anse.

(Joseph Jolibeis pére , 1858 - 1938) m’indi -

quait pourtant que le crime;-ainsi stigmatisé par le Car-

naval, n’avait pas eu Jérénife

ur théétre. Selon ses ren

seignements, le nombre élevéde'ces masques grand’anse-

lais était di au fait que-les_

Port-au-Prince, rapportaient:
nir du groupe carnavalesque
bilisé. :

A la Capitale, j’entendis
(Mme Vve Louis Alexandre

jeunes gens, ayant étudié a
en leur ville natale le souve-
aul les avait davantage sensi-

“grand’mére _ adoptive
Befijamin, née Eméda Fréres,

1844 - 1927), puis d’autres personnes Agées, conter, durant
te Carnaval, que ce crime aurait été commis dans 1’Artibo
nite ou dans le Nord, sous te régne de Faustin ler.

_ (Voir suite page 4)

Decument Pontifical centré ie Racisme

Cité du Vatlean (AFP)

La litte concre le rarisme
sera le theme de la proshai-
ne journée mondiale de la
paix 1971, dont la devise se-
ra : .

Tout homme est Mon iré- -

re, annonce un document
pontifical, présenté aujour-

- @unevrace sur l'autre, et Von

a@ voulu arguer, eh certains
endrolts de )’Ecriture Sainte,
elie-méine,, poux soareni” des
theses et des pratiques racis
Le Pere Le Gall a precisé,
eh réponse 4 une question,
que lon pouvait vise. l’Afri-

d’nui a la presse pat le RP.“ We du Sud, ou Von prétend

Jean Le Gall, de la Secrétai:Justifier les discrimicsiions

rerie d‘Htat. Ce texté ae tra
vail sera adressé & tous les-re_
présentants diplomatiques du
Saint -,Slége et aux organi-°
sateurs de cette jJourneé mon

‘diale: Quant au message pro-

prement dit, de Paul VI, il
sera adressé a la plupart des
Chefs d'Etat, dans le courant
de Novembre

Le theme dc ce document
a été choisi ei: coupération a-
vec la canipagne mondiale
des Nations Unies, contre le
racisme en 1971.

25 ans aprés la fin de la
derniére guerre mondidle et
la création de ’ONU, lit-on
dans ce document, le racisme
apparait comuue une menace
particuuéremcnt lourde ¢on-
tre la paix (...) On revendi-
que des traditions cuiturelles
pour affirmer la supériorité

riclales par la Bible. Mais se
jon le Pére Le Gall. i] ne sem
ble pas viser le Sion'tsme,
qui veut Jégitimer, ég:iement
par Yancien Testament, sa
présence au Moyen Orient.

ee
Vers les Etats Unis

du Nerd

Par le ‘vol 602 de la Trans
caribbean de ce midi sont re
tournés & New York, deux
jeunes et interessants améri
cains, Arnold et Jean Jac-
ques Beaucoup, agés respecti
vement de 16 et 18 ans, Ces
‘garcons durant 9 ans ont été
les hétes de l’Educateur An-
-dré Momplaisir et Mme qu’ils
ont quitté les larmes au yeux
is ont appartenu tout a
tour 4 \’Hcole- Jean Marie Ro
bert de la Mennajts et au Col
lége Classique d’Haiti.

eante



oe Seren ee Soe ey
oer is

font tomber comme un cna-
teau de cartes le projet amé
ricain d’un réglement négo-
clé :

1).— Non seulement la Ré
publique Arabe Unie n’envi-
cage aucun cessez - le - feu
mais, au contraire, se prepa

de .





" ek “+3 oo . gee

tin we &

Adresse: RUE DU.



PORT-AU-PRINCE (HAITI)

> BOITE POSTALE : 1316



a

ap
ok

a o-







~ Nasser rejette le plan américain

re-pour un proche wveniyr, a-
,vec Vaide de i Union Suvieti-
qué, la traversée du Canal de
Suez, c’est 4 dire la recuuque
te du Sinai.

. 2) — Elle lie l'évacuation
du Sinai égyptien 4 celle du
Gblan syrien alors que le
plan Rogers ne vise qu'Israel,
la République Arabe Unie et
la Jordanie. .

3) — La République Arabe
Unie soutient ies Droits des
Palestiniens sur lu terre pa-
lestinienne, Autrement dit,
.ja vocation des palestiniens
a constituer un Etat, alors
que la résolution du Conseil’
de Sécurité du 22 Novembre
1967, clé de voite du projet
ameéricain, ne fait du problé-
me palestinien qu’un problé-
me de réfugiés.

En fait, c’est praliquement .

tuut le monde Arabe qui & re
jeté jeudi soir le plan améri-
cain de solution négociée au
Proche Orient. En eifet, au
moment méme oi 11 pronon-
cait son violent réquisitoire
anti-américain, double cd une
apologie soviétique, le Prési-



®

[Ins tanta nés|

par Claude

Le grand violbniste haitien
Fritz Benjamin; est pari! hier
matin, & destination de lIta
lie. Bénéficiaire a’uné oourse
partielle du gouvernetient
italien, le brillant artiste est

allé suivre des couis Vcte a

Académie Ge Siecnne. Ces
cours dureront deux mvi?. Le
virtuose Frtiz Benjamin, qui
n’aime pas s'endurmir sur
ses lauriers et qui veut tou-
jours se surpasser, a.dejd é-
tudié durant de plus lonees
périodes, en Allemagne et
aux Etats - Unis, ecus Vhabi-
le direction des plus «ciebres
maitres de Varchet au mon-
de.
xXxXX

Madanie Fabienne Milivka,
née Vieux, esthéticienne ex-
périmentée, est rentree au
pays hier matin ,avec sa gen
tille fille Ludmilla .i une pe
tite amie de cellc-ci, :°-.scale
Sellies, de nationalité rran-
gaise. Le séjour en Haiti de
ces trois voyageurs durera
dix jours. Madame Milicka
habite la République Domini
caine.

KXXX

Madame Félix Lafontant,
née Denise Victor, a pris Va-
vien hier matin. Elle est ailée
voir son fils, le Dr Jean Clau
de Victor. Celui-ci, pédiatre
émérite, appartient au Hed-
dy Memorial Hospitai de Mon
tréal. Aprés quelques jours
au Canada et aux Eiris Unis,
Madame Lafontant et son
fils mettront le cap sur l’Eu
rope. Durant prés d’un ois,
ils découvriront et gouteront
les charmes de Pazis. A 1aéro
gare, Mme Félix Lafontant a
été saluée par son mari, et
nar ses amies Margot et Fran
cesse.

xXxXXKX

Hier matin, Monsieur Gé-
rard De Catalogne, Directeur
de VOffice National du ‘Tou-
risme et des Relations Pu-
bliques et son €pouse ont
accuellli leur fils Guy
a V’aéroport. Le Docteur Guy
De Catalogne, Ancien inter-
ne des Hépitaux de t'sris,
Chef de Clinique Assistunt a



Exclusion de Dubcek

PRAGUE (AFP)

Alexander Dubcek, an-
ciert Premier Secrétaire du
PC Tchécoslovaque, a été ex

clu) dujourd’hui du Parti
Communiste.
Le Comité Central réuni

en Session Pléniére a en ef-
fet approuvé son exclusion
des rangs du PC ainsi que
sa révocation de son poste
d@’Ambassadeur de Tchécos-
lovaquie & Ankara et de s-4
mandat de Député 4 la
Chambre du Peuple.

Piperazine citrate U.S.P.

Dambreville

la Faculté de Medecine «ce
Paris, n’était pas remire de-
puis huit ans. Aussi p)endra-
t-il de longues vacarces dans
son Pays. Le Dr’De Cataloane
nous a appris qu'il jy «avait
pas mal: de stagiaires hai-
tiens a l'Institut Gustave
Roussy, ott il préete ses servi-
ces. Le Dr Guy De Cataivgne
a voyagé avéc sa remime De-
nise et leurs trois enfants Isa
‘hele, Gilles et Jean.
oO XXXX

Jose Luis. Pita - Romero
Martinez étudie l’Architectiu-
re technique 4 Madrid. Il est
rentré au pays hier inatin.
pour les vacances d’eié. Sont
également rentrées d'Espa-
gene Mamouche Epstein et
Greta Walravens. Ces deux
captivantes jeunes filles étu
dient l’espagnol & Madric.

Francoise
gante et distinguée fille de
Monsieur Gérard 1. Cassa-
gnol et de l’artiste peintre Li
ly Cassagnol, nee Brun, est
yartie pour New ‘ork hier
matin. Francoise, étudiante
du Secretarial School de
Christ Roi, est allee enrichir
ses connaissances en angiais.
Fille nous reviendra dans quel
ques semaines.

XXKXX

Mardi soir, j’ai eu le plai-
sir ue visiter le Cencre 2’Etu
des Pour |’Education Pre-Sco
lnire ,o. CEEP, au No 02 de
Bourdon. C'est une Tastitn-
tion privée d¢livrant un di-
plome d’Etat, parce que pla-
cée sous la supervision du Dé
partement de I'Educatien Na
tionale. ,

Le CSEP est dirigé par Ma
rie - Thérése Colinion, Nor-
malienne diplomée ce i zcole
Normale Haitienne, dipié.née
du Centre Internativna: de
YEnfance, ancienne stagiaire
a Ecole Sociale de Bruxelies,
et par Lucienne’ Rameau Le-
roy, normaljienne diplémeée de
V’Ecole Normale Haitienne,
diplémée du State Universi-
ty College de Buffal., dipio-
mée du Centre International
de YEnfance. Paris, France.

(Suite page 6 col. 1)



A L’OEA

PROPOSITIONS DES
‘ETATS-UNIS CONTRE
LE TERRORISME
WASHINGTON, (AFP)

Les Etats-Unis ont propd-
sé vendredi matin 4 l’assem
blée Générale de |’Organisa-
tion des Etats Américains
(OBA) |’étude d’un accord in
ternational permettant de
prendre les mesures nécessai
res & la lutte contre le terro
risme et les enlévements.




COMPRIMES ET SIROP
ELIMINE COMPLETEMENT LES VERS INTESTINAUX

Ascatis, Oxyures

LABORATO

yan ee aerae Oe Sear On aes



E DAY».

Cassaginol, ales

Port-au-Prince, Halti








VENDREDI 26 JUIN 1970

dent Nasser clait envoure des
Presidents Kadhafi de Libye
et Atassi He Syrie. Le premier
a du poids dans ie monde A-
rabe du fait de sa puissance
‘financiére et le second fait
aujourd’hui june . remontée
spectaculaire 4 la suite ‘des
combats que son armeée a con
duits en territoire occupé par
Israel. Tous deux ont. appor-
té leur caution au Présicent
égyptien. .

Les palestiniens ayant dé-
ja fait savoir qu'ils n’étaient
nullement intéressés par ce
projet, l’Irka ayant de tout
temps rejeté toute hypothése
de solution négociée, )’Algé-
rie étant également aligne
sur ces theses dures, presyue
tous les autres Etats Arabes,
sauf l’Arabie séoudite, ayant
participé aux . conversations
qui se sont déroulées cette se
maine a Tripoli, on voit mal
quel pays Arabe pourrait don
ner sa caution au plan umé-
ricain.

Cette issue d/ailleurs sem-
blait fatale aux observiteurs .
du Caire, car le play. en ques
tion était marqué, pour les A
rabes, par trop de defauts .
affaire palestinienne Iaissée
dans l'obscurité, ségrégatio
faite entre les différents
pays arabes alors que ceux-ci
font un considérable effort
aunité, démilitarisation de
vores apnartenant entre av-
irks & la République Arabe
Unie alors qu’Israc!] ne démi-
litarisereit que des territofres
occupés, cessez-le-feu ferme
échange conlte de» promes-
ses d'évacuation.

Ce rejet et les circomstan-
ces qui letitourent parais-
sent d’ailleurs inquiétants a
la plupart des observateurs
au Caire, qui estiment que st
les Arabes ont rejeté aussi vi
te le plan américain, «’est
qu'ils se sentent forts.

A

LE CHANCELIER BRANDT
IRA A BERLIN-OUEST
EXPLIQUER SA POLITIQUE
A LEST.
BERLIN, (AFP)

Le Chancelier Willy Brandt
se rendra 4 Berlin-Ouest le
8 Juillet prochain pour expli
quer devant le Comité Direc
teur et le Groupe SPD 4 la
Chambre des députés sa po-
litique & Est et ses positions
interallemandes, apprend-on
jeudi dans les milieux par
lementaires & Vissue d’un en
tretien entre M. Klaus Schu
etz, Bourgmestre-régnant ¢t
M. Egon Bahr, Secrétaire dE
tat et délégué du gouvertie
ment. Fédéral allemand a
Berlin-Ouest.



PIRATES DE L’AIR

A BORD D’UN

BOEING COLOMBIEN

_BOGOTA, (AFP) ,
Un Boeing de la Compagnie
colombienne «Avianca» avec
67 passagers & bord, se trou
ve actuellement aux mains de
pirates de l’Air, sur Jlaéro-

port d’Eldorado, & Bogota, de ~

puis 09 h. 008 locales a an -
noncé un porte-parole de la
Compagnie.

L’Appareil qui avait quitté
la ville de Cucuta, au nord
de la Colombie 4 8 h. 00 loca
les ce matin, fait actuelle-
ment le plein en carburant
avant de repartir vraissem-
blablement pour Cuba. On i-
gnore pour le moment le
nombre des pirates de l’Air.



Sartre et Simone
de Beauvoir

interpellés
PARIS (AFP) —

Simone de Beauvoir et le
metteur en scéne Alexandre
Astrus ont été interpellés en
méme temps que Jean-Paul
Sartre, indique-t-on au Com
missariat de police ot ont
été conduits les trois intel-
lectuels de Gauche.
Jean-Paul Sartre avait été
interpelleé a 12h GMT de-
vant le Cinéma Rex, situé
sur les grands boulevards,
alors qu'il vendait le jour-
nal maoiste «La Cause du
Peuple>. .

Tls étaient remis peu a-
pres en liberté. Ils ont fait,
selon les policiers, Vobjet de
vérification d’identité.








ws





oa ae ber

‘Tel :.2-2020




















savent pourquoi










a vos activités.








Q-
OMEGA






Fouad A. Mourra
Av. J. J. Dessalines
Haiti



MADAME NISON
IRA AU PEROU ,

WASHINGTON — (IFS)

Madame Richard Nixon, €-
pouse du President des Ltais
Unis, va effectuer un voyage
de deux jours au Pérou pour
illustrer la solidarité de la po
pulation américaine envers
les victimes au trenwlement
Ge terre qui a recemument é-
prouvé ce pays.

Madame Nixon quittera
Los Angeles, Culifornie, a
bord de lavion presidentiel
«Air Force One» qui trans -
portera aussi des secours tels
que couvertures et vétements
réunis par des groupes oéné
voles & travers les Etats Unis.

Madame Nixon espé u-
voir visiter plusieurs des en ~
droits les plus atteints par le
tremblement de terre dans le
but de voir comment les vo-
lontaires péruviens et etran-
gers s’efforcent de soulager
Jes souffrances vcausées par
ve désastre.

La Premiére Daime des E-
tats Unis pourra évaiuer per-
sonnevement lassistan -
ce dont les sinistrés ont enco
re besoin pour reconstruire
ce aui a été dctruit. Elle es-
pére cue son voyage aidera a
montrer comment les améri-
cains peuvent agir individuel
lement vour venir en aide au
peupe péruvien.

xxX.X

LA SESSION DE
L'SSEMBLE GENERALE
MARQUE UNE NOUVELLE
ERE DES FONCTIONS ET
STRUCTURE DE‘L’ORA

WASHINGTON — (IPS)

La premiére session de ]’As
semblée Générale de Orga
nisation des Etats Améri -
cains (OKRA) dont les travaux
ent été inaugurés hier -
Jeudi 4 Union Pana -
meéricaine, 4 Washington, réu
nit tous les Ministres des Af
faires Etrangéres de l’Améri-
que dans un mouvement vi -
‘ sant & «forger un nouveau
dynamisme pour le Systéme
Interaméricains>.

kin révisunt lu Charte de
VYOEA — une mesure que les
Etats membres ae l’Organisa
tion avaient longtemps consi
dérée comine tacteur. essen-
tiel A 1a modernisation de la
structure de lorganisme in -
teraméricain — révision qui
a d’ailieurs mené a la créa-
tion de YAssembée Génerale
les vingt quatre pays ameéri-
ecains (membres de l’OEA)
ont déclaré qu'il etait essen-
tiel de «forger un mcuvcau dy
namisme pour le sjsteme in
teraméricain et qu’il s’ave -
rait impératif de modifier la
structure de ]’OEA aussi bien
que @élaborer Gans la nou -
velle charte de nouveaux ob-
jectifs en vue de promouvoir
le développement économi -
que, social et culture] des peu
pies de Vhémisphere et accé
lérer.. Pintégration écono -
mique..

Les nations de l’hémisphé-
Te occidental ont également
compris la nécessitc impérieu
se de réaffirmer «la détermi
nation des Etats americains
@unir leurs efforts dans un
esprit de solidarité en vue
d'une tache permanente qui
permettra de réaliser les con
ditions générales de bien - é-
tre,conditions qui assuréront
une vie de dignité et de liber
té a leurs peupels:.

Tl reste 4 voir si ce but sera
atteint. Toutefois, ce qui est

certain, c'est que la charte
‘amendée de ’TOEA modifie
quelques - unes des relations
Lraditlionnelles de travail exis
tant dans le sein méme de
cet organisme interaméri -
cain.

Ainsi, trois organes de 1'0OE
A — le Conseil Permanent, le
Conseil Interaméricain Eco
nomiqne et Social et le Con-
seil Interaméricain pour \'E-
dueation; la Sctence et la
Culture — maintenant relé- ,




Les sportifs du monde entier
choisissent Omega S2amaster et iis

Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller
dané le choix du modéle quit convient le*mieux

Le Contineilal-

Rue Bonne Fol.

‘verit-direclamint: de: VAgsemn

a

Une Omega Seamaster, qu'elle soit automatique }-
ou 4 remontage manuel, est si robuste et si
partaitement étanche-qu'elie-est capable-de-~~
vous accompagner aussi bien dans vos randon-
nées en haute-montagne, que lors de vos
parties de ski nautique ou de vol-a-voilex: ~~~

a

ek.

oe MAS
saath oe

bel





Le Conseil Permanent lui-
méme, dont les bureaux se
trouvent au Secrétariat Gé -
néral & VUnion Panameéri -
‘caine, a actuellement les mé

mes attributions et responsa.

bilités de l’ancien conseil, a
Yexception de celles qui ont
été déléguées a ]’Assemblée
Générale.

Au nombre de ses principa
les fonctions figure celle con
sistant & «veiler au main -
tien des relations usumicales
entre les Etats Membres de
1’OEA» et, &-cette fin, a al-
der a4 résoudre certaines con
troverses.

La Charte amendée de 1‘OE
A a également, remplacé le
Conseil Interameéricain des
Juristes par le Comité Juri-
dique Interaméricain. Celui-
*i comprend onze membres,.
choisis parmi les nations
membres de V’OEA, et = qui
sont élus pour quatre ans
par Assemblée Générale.

Le Comité Interaméricain
des Droits de !’'Homme’ ne
changera ni de nom ni de
fonetion jusqu’a la ratifica -
tion de la. Convention Amé-
ricaine des. Droits de Hom
me qui, Vanrite derniére, a é
té signée & San “José, Costa
Rica. Ce document permet -
lra de déterminer la structu.
re J’autorité et les méthodes
dopération du Comité.

Finalement,
Général et l’Assistant - Secré
taire Général seront élus
pour cing ans par j’Assem -
blée Générale. Selon la Char
te, ces derniers ne pourront
étre réelus qu’une seule fois
et leurs successeurs devront
étre d’une nationalité diffé-
trente de la leur.

XXX

DECLARATION DE
STR ALF RAMSEY

LONDRES (AFP)

La défaite de l’'Angieterre
devant Allemagne Fédérale
en quart de finale de la cou
pe du monde, restera l’un des
mystéres du ivotvail. Mais le
jeu, c'est ga, a déclaré au -
jourd@’hui au cours d’une con
férence de presse & Londres,
Sir Alf Ramsey, directeur de
l’équipe de la Rase.

Sir Alf a estimé que 1’An -
gleterre était Pune des meil
leures équipes de la coupe du
monde. Elle a bien joué et a
fait preuve d’adresse. En ou-
tre elle a joué avec dignité.
D'ailleurs, a ajouté Sir Alf,
VAngeterre était ’équipe que
le Brésil craignait le plus.

Sir Alf a d’autre part re - .

fusé de parler de ses pro -
Jets.

XXXX

SUR LA TOMBE
DE STALINE

MOSCOU (AFP)

La palissade qui entourait
ces derniers jours la tombe
de Staline scus les niurs du
Kremlin a été enlevée, au -
jeurd’hui et les moscovites
ont pu ainsi voir le buste qui

té érigé sur sa sépulture.

Un buste du Maréchal Vo-
rochilov, niort’ au mois de dé
cembre dernier,'a été égale-
ment placé sur sa tombe.

Le buste de Staline est,
comme ceux de Kalinine,
Dzerpinskt, Sverdlov, Froun-
ze, Jdanoy et Vorochilov,
dont les tombes sont alignées
a@ coté de la'stenne, une sculp
ture de marbre gris, d’une soi
xantaine’de centimetres fai-
sant corps avec une stéle
d'un métre trente énviron.

Le petit pére des peuples y
a lesstraits d’un homme déja
Agé. L’iaspect plissé des yeux
est souligné et:sa moustache
légendaire se détache bien
nettement. chy.

La foule silencieuse qui
comme ‘A lortiinbixe’ défilait
icet aprds midi dev mt | Je mur
ot reposent les Dérog Ge ey de Ja ré
~-volution:-fusde.- ow ou oe

“hEe

le Secrétaire



166 036

indication du jour.

puis ne manifestait pas une
grande surprise a voir ce bus
te pour la premiere fois.

XXXX

PROTESTATION DES
PRETRES FRANCAIS

PARIS (AFP)

Plus d'une centaine de pré
tres, curés, vicaires, aumo:-.
niers, etc, quittent actuelle-
ment leur fonction ecc.ésias-
tique en accord, pour la an
Part, avec’-des groupes |
chrétiens et de prétres... EE:

- youlant fidéles a l'evangile,

ils ne peuvent accepper en
conscience un grand nombre

des structures actuelles de 1'é:

glise, déclare notamment ‘un
document remis & Mgr Et -
chegaray, Secrétaire ‘de |’épis

ra

% La wt

we ao ¢

, me aretteyettnrettyearmaeettayetteeertnyeerteettt ete CN
oo

Pee er eter etre er eee eee

we

- Seamaster Cosmic en 6r 18 ct:
Automatique, étenche, antimagné- ..
tique et anti-chocs. Calendrier et *;

sj 43









copat, pourtre transmis aux

-évéques de France.

« Ce. daqcument, qui porte la
signature de. quarante quatre

écclésiastiques, nombre d’au
-tres proférant pour l’instant

garder l'anonymat, ajoute.
ils cessent tout ministere of-
ficiel, les uns par choix, les
autres: par contrainte discipli
naire. Tis renforeent ~ ainsi
leur ‘solidarité avec ceux qui
aujourd'hui, dans léglise et
dans. le monde, luttent pour



_BECES ‘DU JOUR

Hubert Fils
Destin Ores
Pierre Gharles Lochard......7 mois
Mrie Joseph Pierre
Arnold Thimothée ...........
Joseph Lenor............










51
Seamaster smi pour dames,
en aci dab®@Automatique,
. *étanch Gatims tique et anti-
checs. lendrie}. Cadran oxydé
: nol



>





















166 001
Seamaster en acier inoxydable,
Automatique, étanche, antimagné-

tique et anti-chocs. Calendrier,





un plus grand respect des
consciences et pour une plus
grande liberté.

Une. partie des signataires
appartiennent au groupe é*-
changes et dialo Wes, dont
les membres se
prétres solidaires. On¥reléve
parmi eux les nomis de Mi -
chel Rutllon, Secrétaire natio
nal de ce groupe, de Jacques
Dupont, un des orateurs de
Va@ssemblee du groupe, qa’An-
dré Laurentin.




Les contraintes disciplinai’
res dont il est question dans ,
le docunient, indique-C-on
parmi les prétres contesta -
taires, concernent notam -
ment lobligation du—celibat
ecolésiastique et le respect
des d4cisions de l'autorité hie
rarchique.

i oe .
SIROP PECTORAL SEJOURNE
Gott agréable'—
A .base-de CODEINE. TOLU et. EUCALY PTOL.
.. ‘Teux, Rhames; Broachites,' Enrotements, Influenza
-ASfections des: Poumons

Conservation



eee

- os "MIGDALIA RIVERA

“C*AMBASSADRICE DE LA BEAUTE.
-0 ico BSTHETICIENNE ITINERANTE INTERNATIONALE









Suivezrson Programme tous les jours dé las semaine en derniare Iiige du ~eNOUVELLISTE®

‘

J ft ace “tri Rpt Mh Dah te fetes ti ‘

REA oes Svea Ie ee CS ES LTE TIS



.. facile pouvant.

\

ERNE GUN neste

en général et ~
le, ‘Commerce: en particulier .
“adele Coxithrission Consulta.
tive instituée par le décret-. ‘LES

Industries Nouvelles a agréé
une demande présentée le 7
Aott 1969 par TOMAR IN-
DUSTRIES of HAITI S. A.
TOYS et a décidg d’accorder
&- cette entreprise les bénéfi
ces et avantages du décret-
lgi du 13 Mars:1963 et du dé
éret-loi du, BL Octobre, 1969.
JWEdzconséquernce la franchin«
se douaniére lui est octoyée
sur les articles suivants:

Satins coupés en patrons

Peluche en acrylic . coupée |

en patrons
Yeux en plastique pour
jouets
Visage en vinyl pour jouets
Feutre de coton ou de lai
ne coupé en patrons
Feuilles de plastique”
coupées en patrons
Feuilles de coton cqupées
en patrons
Fil de fer enveloppé de pa
pier
FO, & coudre en coton ou
en nylon
Papier gommé spéciale - =
ment renforeé pour cachetér
les cartons
Boites de carton spécfales
pour exporter les jouets finis
100 machines 4 coudre Bo
nis Overloc
20 machines Singer a 1’ai
guille «Flat bed»
3 machines pour faire -
les Beams «Beam Dinkers»
15 kick presses

‘loi du 13 Mars 1963 sur les: MARTINI

Peluche de rayonne gou-
« pée.en patrons. ‘

-Vendredi & 6h. et 8 h, 30
LES: BALLETS

YAIS
Entrée es, 2.00 et 3.00

PARAMOUNT

Vendredi a 6 h. et 8 h.
FILLES EN DETRESSE
Entrée Gdes. 2.50 et 400
a
Samedii:é 6h. et 8h. °F
Eh tére Pattie : °
TABOU COMBO

En. Zéme + Partie ::
*GHAMPIONNAT

~~: DES- AMBASSADEURS

~~ DANS: S NOS CINEMAS

" “AU-CAPITOL ey Pees




. REX THEATRE
Vendredi & 6 h. et 8 h. 15 .
‘TRIPLE cROSS :
“OU.
bo

LE TRIPLE JEU
Entrée Gdes. 2.60 et 4.

Samedi a. 6:h. et 8 h. 15)
En lére Partie :










En 2éme Partie :
28 MINUTES :D'ANGOISSES



tee Entrée Gde. 1.50

FOOTBALL 66 be egy

Entrée Gdes. 2,00 et 2.50
BL 21 3 va oa ~ awe

“CINE SENEGAL

Vendredi & 6 h. 15 et 8-h. 15
LE RANCK MAUDIT —
Entrée Gde. 0.60 et 1.00

Samedi a 6 h. 16 et 8 h. 15
En lére Partie :
LES LOUPS NOIRS ’

‘En 2éme Partia :

BOEING — BOEING -
Entrée Gdes. 1,20 et 2.00

) CINE. ELDORADO

Vendredi & 6 h. et 8 h. 15

En lére Parwie :

SHUPA — SHUPA

En 2éme Partie : .
BOEING —BOEING

Entrée Gdes. 1.50 et 3.00

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
3GARS, 2 FILLES
Br UN "TRESOR



Port-au-Pce, le 20 Avril 1970 + ‘Entrée Gdes. 1.50 et 3.00

Dr, Lebert Sean-PIERRE ..



- ETOILE CINE

Vendredi 4 6.h. 30'et 8 h. 30

tr

Pharmacies: assurant TROIS GArs DEUX FILLES

le service: cette nuit



«SEJOURNE> . «
R/Du Centre
«BALMIR»
L Rue Capois
WATE-ON

Vous’ étes maigre ?

‘Voici un nouveau. moyen.
contribuer
a& mettre rapidement des LI
VRES et: des POUCES de.
chair ferme:

. Le:
WATE-ON.

- TIPCO,- Distributeur
Place Geffrard.



,
>
J

RR

Lad

ahas abhks ike Saha ce dan takes an tee des eee pe Area eal el ll eel Daal 9







ye ne af

-mervellleux nouveau







ET UN TRESOR
Entrée Gdcs. 1.50 et 2.50

Samedi a 6 h. 30 et 8 h. 30
DEVILMAN STORY,
Entrée Gdes. 1.50. et 2.60

DRIVE IN CINE

Vendredi & 7 h. et 9 h.
REQUIESCANT
Entrée 1 dollar par voiture

Samedi a 7 h. et 9 h.

SAFARI DIAMANTS

Entrée } dollar par voiture .
eee

\

De Luxe Auto Ciné

Vendredi is dy h. et 9 h.
8 7 DU’-TEXAS
Eatrée 1 dollar par voiture

Samedi 4 7 h. et 9 h.
POKER AU COLT

» Entrée.1.dollar par voiture
a

CINE OLYMPIA

Vendredi (En Permanence)

. GRINGO JOUE ET GAGNE

Entrée Gde. 0.60

Samedi. (En Permanence)
DJANGO PREPARE
TON CERCUEIL

Entrée Gde. 1.00

AVIS

Un terrain ayant une peti-
te construction. pouvant ser-
vir de poulailler, sis a Bizo-'
remseigne-
- ments s’adresser & Mr. Joseph
+. Plerre.Pierre, -Foto-Nouvelle,
sttue.-des:Miracles No. 110

ton, pour: tous

sexes

-ityo



Lecons :Particuliéres
- .. Confies- vos-enfants des
» deux au Professeur

« Jean-Robert ‘Pierre qui as- x



“AIRPORT CINE

. Vendredi ia 6h. 30 et 8 h. 80
En lére Partie :

‘TROPICANA DU CAP

En 2éré Partie :

LES MONSTRES ‘ATTAQUENT
Entrée Gde. 1.00 et 1.50

Semedi & 6,h. 80 et 8 h. 30
LES AVENTURES.

DE JOSELITO

_ ET PULGARCITO

i. Emtréa Gde. 1.00 et 1.50 |







(CINE PALACE

Vendredi & 6 h. 15 e 8 h. 15
LE FILS DE L’AIGLE NOIR
Entrée Gde. 1.50 .

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
LE CHEMIN DE L’OR
Entrée. Gde. 1.06



MAGIC CINE

Vendredi A 6 h. et 8 h. 15
PRISONNIERE DU. DESERT .
Entrée Gde. 1.50 et 2.50

Samedi a 6 h. 15 et 8 h. 15
En lére Partie :

“LES LEGENDAIRES

DE DELMAS ;
En-2éme Partie :

_2éme EPOQUE DU COMTE
DE MONTE CRISTO
Entrée Gdes. 1.20 et 2.5¢
Samedi a 6 h. et 8 h. 30

‘



CINE STADIUM

Vendredi (En Permanence),
RINGO

NE PARDONNE PAS
Entrée Gde. 1.00

Dimanche (En Permanence)
LA PRISONNIERE

DU DESERT

Entrée Gde. 1.00



CINE UNION

Vendredi & 6 h. 15 et 8 h.
HELGA ET MICHAEL. .
Entrée Gde. 1.00° 4

Samedi a 6 h. 15 et 8h.
EVADE DE YUMA
Entrée Gde. 1.50

AUDITORIUM __.
CENTRE | CULTUREL

Vendredi @ 7 h.
FRANKESTEIN CREA
LA FEMME

Entrée Gde. 1.50





Samedi a 7 h. :
SAIPAN’ ‘
Entrée Gde. 1.50



MONTPARNASSE |

'
>
'
;
Vendredi a 6 h. 15 et 8 h.
TOUTE LA VILLE .
EST COUPAPLE ,
Estrée Gde. 1.00

Samedi a 6 h. 15 et 8 h. \
CALIBRE 32
Entrée Gde. 1.50

“sure des Cours dans plu-

sleurs’ Colléges de la Capi-

tale.

- ~ Méthode: sire et rapide.
-Gours Primaites et. Secon-

datires.

-: Adresse + Rue Rigaud,'!- ’:

~~ + Bois Verna No 30.

i Joes Market
"Bourdon Tel :

2-2383 -

ah (ge oROGIERS:Ai VENDRE
nan adressen en face de-

LA. am

‘Mort'au Rats =

BN. BOULETTES



Occasion
. _Exceptionnelle

-Maison & vendre 4 Tho
-massin & proximité du
Poste de Police. Vue sur
VYaéroport International,
magnifique panorama.
Pour. tous renseigne-
ments s’adresser a )’Etu-
-Â¥ de. adu:Notaire Louis Mi-
‘chaud Rue du Centre de
1h.a84h. PM.

a ae

re

et ae eee

IL PERIRA 7








VENDREDI 26 JUIN’ 1970

POLITIQUE ETRANGERE

La "vietnamisation” de l'Indochine

QUELLES SERONT LES CONSEQUENCES DE L’INTERVENTION AMERICAINE

Le Président Nixon aurait
certainement surpris tout le
monde s’il ne s’étalt pas dé
claré satisfait du déroule-
ment de Vintervention amé
ricaine au Cambodge. Pour
leurs instigateurs, de tels
projets sont condamnés au
Succés et tant qu’lls n’é-
chquent pas aA‘grand fracas,
on célébre leur réussite. Les
conséquences de l’opération
sont imprévisibles, mais la
mi-temps de la présence e-
meéricaine au Cambotige fait
ressortir les proportions réel
les de ce processus.
Fin avril, James Reston
écrivait dans le «New York
Times» que l’entreprise é-
tait justifiés par des «rai-
sons tactiques out juste bon
“nes pour un caporal>. Mais
en juin, on ne peut s’empé-
-cher de justifier l’opération
en alléguant les résultats
concrets obtenus: les Ameri
cains ont découvert les re-
vaires rebelles dont ils sup-
posaient Vexistence, les re-
paires également des trou-
pes nord-vietnamiennes qui
s’étaient infiltrées au Cam-
bodge au cours des cinq der
niéres années, en passant
par le Laos. Néanmoins, mé
me si le butin avait été en-
core plus grand, méme alors,
ul n’aurait pas gagné en im
portance stratégique; mal-
gré leurs découvertes, les A-
méricains ont effectué une
percée dans le vide avéec
leur opération «Search and
destroy> menée dans les pro
vinces frontaliéres du Cam-
bodge.

Ils n’ont rencontré que
larriére-garde d’un enné-
mi qui s’était retiré & temps,
et qui s’est & présent établi
dans le nord-est du Cam-
bodge, pres de la frontiére
sud du Laos, et a l’extérieur
du territoire prévu pour l’o-
pération américaine. La pu-
blication « U.S. News &
World Report », dont les
tagone et le haut - comman
rapports étroits avec le Pen
dement ameéricain 4 Saigon
estime

sont bien connus,

tiré au mois 30.000 hom-
que les communistes cont re
mes, peut-étre 35.000, de

leurs points d’appui_ situés
le long de la frontiére>, et
quils les ont installés dans
le nord-est. Durant la sai-
son des pluies, et méme plus
tard, cette zone pourrait ser
vir de lieu de rassemble-
ment pour une, nouvelle Of-
tensive contre’ le Sud-Viet-
ram.

Pour prévenir de telles of
fensives, et pour permettre
le retrait annoncé de 150.
#00 hommes stationnés au
Sud-Vietnam, Nixon, d’a-
bres ses propres paroles, s’é-
tait décidé a une interven-~-
tion «limitée dans le temps
ct dans Vespace> au Cam*
hodge. Il avait parlé de 5U.
‘90 soldats nord - vietna-
miens qui, depuis le Camboca
ee, menacaient Saigon. Le
“ros de ces forces est tou-
‘ours prét a intervenir, tour
“aussi prés de la frontiére.
mais plus au nord, plus loin
de Saigon et du delta du Mé
kong. La menace est restée,
4¢e de position.
elle a tout simplement chan
Les conseillers de Richard
Nixon ont calculé qu’au




wea teyategrtry ats

eet lttyrttgye eta ttle

Cambodge, les troupes. al-
liées ont récupéré en wun
seul mois, autant de maté-
riel de guerre qu’au cours
de toute l'année dernfére,
au Sud-Vietnam. Mais ont-
ils gagné du temps, avec
leur offensive, et combien?
Tis , le sauront quand sera
lancée la prochaine grande
offensive, et quand tes acti
vités guerriéres recommen-
ceront. a s’intensifier. Les
prévisions oscillent entre 6
mois et un an, a condition
que les troupes nord-vtetna
miennes groupées au Cam-
bodge aient vraiment ei Vin
tention de se livrer 4 une of
fensive d’automne, comme
Yadmet Nixon.

Que veut-on faire a pré-
sent du temps gagné au
Cambodge? Selon Nixon, on
poursuivra le retrait organi-
sé des troupes américaines:
cette tactique de retrait n'a
pas été modifiée par Ja per
cée effectuée au Camboare.-
Les amis de l’Amérique, tout
comme la «majorité silen-
cieuse» des Américains dont
le soutien et la compréhen-
sion a beaucoup aidé Ni-
Xge, se miontreront certai-

‘nement soulagés.

‘A Washington et a Sai-
gon, certains officiers ameéri
cains parlent d’une répéti
tion possible de l’interven-
tion au Cambodge, aprés la
saison des pluies: ce rensel-
gnement est également four



pas y répondre, car tout dé
pend des forces et des par-
ties qui y restent: larmée
sud - vietnamienne tentera
certainement de s’introdui-
re aussi profondément que
possible dans le pays, et aus
si longtemps que possible,
afin de maintenir VPennemi
nord-vietnamien aussi loin
que possible de la frontiére
et de la capitale, pour l’im
mobiliser sur un sol étran-
ger. Avec l'intervention a-
méricaine, le Cambodge est
devenu un théatre d’opéra-
tions militaires, aprés étre
resté pendant des années
une zone de regroupemént
pour les agresseurs venus
du nord.

Mais tout comme J'inter-
vention au Sud-Vietnam en

1



Joly Garden
AVIS

ua Directrice de l’Evole «Jo

ly Garden» avise les narents
qu’elle est t -ujuurs
dispositions pour l’inscription
de leurs enfants au local de
l'établissement sis a l’Avenue
Boyer No 13 en face des
soeurs du Sacré - Cour.

a leurs

Tous les jours de 8ham. a4

midi.

Enfants de 2 a 6 ans.

Mme. Yvan DESINOR






ni par «News & World Re-
port». Aprés les échos diplo
matiques et politiques de l’in
tervention de mai, Nixon de
vra soigneusement' réflé-
chir avant de lancer une se-
conde opération, quel que
soit le degré d’urgence que
Saigon puisse accorder 4 un
nouvel engagement au Cam
bodge.

Que se passera-t-il au
Cambodge, quand le 30 juin
les Américains auront quit-
te le pays? Le Président n’a
pas répondu a cette ques-
tion. Il ne peut d’ailleurs




Chers clients,

ANTILLEAN DUTCH AIRLINES
MERCREDI — LM 978

Miami Dp: .5.55.pm
P-auw-Pce Ar: 6.40 pm
P-awPce Dp: 7.13 pm
Aruba Ar: 930 pm
Aruba Dp: 10.00 pm
Curagao Ar: 10.25 pm
JEUDI — LM 977

Curagao Dp: 9.05 pm
Aruba Ar: 9.30 am
Aruba Dp: 10.00 am
P-awPee Ar: 1015 am
P-auwPce Dp: 1050 am
Miami Ar: 12.35 am

ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Nous avons Vavantage de vous annoncer le nouvel itinéraire de la ALM



AU CAMBODGE?

printemps 1965, 1'interven-
tion américaine au'Cambod
ge a ,empéché les communis
tes de prendre le pouvoir 4
Phnom-Penh, comme Siha-
nouk vient de l’avouer_ ré-
cemment & PéKin. Sans Iai
de sud - vietnamienne et
sans les troupes thailandai-
ses qu'il vient réclamer, le
faible régime militaire, a-
vec son armée plus que vul
nérable, ne pourrait pas ré
sister aux communistes viet
namiens. C’est pourquoi lin
tervention devra \durer long
temps, également; pour des
raisons politiques, pour sta-
Diliser la situation au Cam-
bodge a l’avantage du Sud-
Vietnam; cette obligation
implique Vextension de la
guerre et la création d’un
lien direct avec le thédtre
des opfrations au Laos. Les
complications qui en résulte
ront permettront-elles en-
core aux Américains de pour
suivre leur désengagement?
Nul ne le sait.

La «vietnamisation» de
la guerre, justifiée du point
de vue politique et possibile
du point de vue militaire, a
done pris une seconde signi
fication, bien dangereuse:
la «vietnamisation> de l’In-
dochine toute entiére, jus-
qu’en Thailande, a déja com
memceé,

Lothar Ruehl
(Die Welt, 5 juin 1970)









.





Pour toutes autres informations voyez votre agence de voyage.



tyeltnenttngettegettegattennttngeteengattegettngettepattenattegnttegnttenettegntteyattenettrgntteatty

allt nea ttneattoeattecnttagatingnttegetternttegnttagentegnttannttecettegnttegettrenttegettegettegettesettr att







CA PARATT RIDICU-
LE. NOUS AVONS

JE NE SAIS PAS,
VOUS VOUS SOUVE.
NEZ DU RECIT DU
PI CHEUR IND

c
(WZ

POUVEZ -VOUS ME DIRE QUELLE
ETAIT VOTRE POSI-

150 MILES
VERS L'ESTg



Â¥

JENTENDS BIEN +B
‘LE SAVOIR |



Une alternative mortelle

» . .
MOSCOU INTERVIENDRA-T-IL DIRECTEMENT DANS LA LUTTE CONTRE ISRAKI, >

Aprés tout ce que l'on. a ter le délai qui lui a été fi-
ententu ces derniers jours xé par les Ameéricains, pour
au sujet de lenvergure des la livraison de 125 avions

ont été étudiés jusque dans

les dernfers détails par des

spécialistes. soviétiques. 4u

_ temps, jusqu’a




préparatifs soviétiques en E-
gypte, Israel tremble pour
Sa supérioné Militaire. On
a limpression que ce n'est
plus. qu’une question de
ce que l’on
assiste & une confrontation
‘directe entré Soviétiques et
Israégliens. L’issue,.de ce duel
reste incertaine’— mais la

guerre du Proche-Orient a~—

modifié ses dimensions. L’un
des deux grandes pulssan-
ces mondiales est devenue
un protagoniste actif de ce
conflit.

Les Israéliens croient pou
voir défendre leurs posi-
tions le long du canal de
Suez et empécher les Egyp-
tiens, soutenus par Ies So-
viétiques, de créer une téte
de pont sur le front du Si-
nai. Mais ils ont déja da a-
bandonner !’un de leurs ob
jectifs - le bombardement
de positions égyptiennes en
retrait, en guise de répré-
sailles pour les attaques
@artillerie le long du ca-
nal. Ils enregistrent de lour
des pertes sans pouvoir rer
dre la pareille.

Certes, les pilotes israé-
liens seraient en mesure de
franchir les nouveaux bar-
rages, en Voccurence les nou
velles batteries soviétiques
dans le delta du Nil, et de
jeter leurs bombes. Ils ne
craindraient pas d’accepter
la lutte avec les MIG pilotés
par ies Soviétiques. Mais le
ministre de la Défense, Mo-
she Dayan, a décidé d’atten
dre pour savoir jusqu’ou se
risquerait le nouvel adver-
saire — s'il irait jusqu’a la
zone @’opérations le long du
canal de Suez, ou s’ll se con

tenterait de défendre la se-

conde ligne égyptienne. Da-
yan veut également respec-

ettngttrteattettgnteatategrtente enter epeettgetenteatayttgrteane ttt nteattg ttre NS



UNE AFFAIRE TRES SERIEUSE
DIMANCHE 28 JUIN

FETE DES PERES



vu



a tout réservé pour faire plasir 4 Papa
L’'Utile et ’Agréable



Port-au-Prince, Haiti ,W.1.

modernes. Mais il ne pour-
ra pas rester longtemps i-
nactif. Son hésitation pour-
rait étre considérée comme
un signe de faiblesse par
les Arabes tout comme par
lopinion publique israélien-
ne. Les conséquences en ma
tiére de politique intérieure
seraient fatales.

congrés palestinien du Cai-
_re, le leader @’El Fatah, Ara
fat a fait savoir que le Krem
lin lui avait promis des ar-
mes pour la lutte contre Is-
rael. L’ ration» n’avait qu’un seul
objectif: la «destruction de





»La situation est de toute
maniére précaire pour Is-
rael: l’Egypte ressemble a

REMERCIEMENTS

Le Révérend Pére Solages,

une forteresse soviétique; et
pour la premiére fois depuis -. Pamélioe . .
bien longtemps, on se pat Les Familles Solages; Jour-

dan, Hercule et Mondésir
_trés touchés des marques de
sympaithies reques a locca-
sion de la mort de leur regret
tée Mére, Tante et Belle-
Soeur : Mme Lévy Solages,
enlevée 4 leur affection le
Mardi 16 Juin 1970, aux Ca-
yes, s’excusent dere pou -
voir dire a chacun leur pro-
fonde reconnaissance. Ils au
raient tant aimé le faire.

Ils remercient bien sincére
ment:

sur le Jourdain et sur les col
lines de Golan: 4 la frontiét
re libanaise, les guerilleros
s'occupent fort peu de leurs
accords conclus vec le gou
vernement de Beyrouth, qui
leur a demandé de ne pas
lancer d’attaques afin de ne
pas provoquer les Israéliens.
Tl ne manque = plus grand’
chose, et il ne restera a Is
rael que la solution d'une |
nouvelle guerre, bien plus
sanglante que la précéder-
te. Dayan devra bientét pren
dre une décision. ésistan-
ce jusqu’au dernier homme,
lutte pour la vie. Un» alter-
native mottelle.

Mer Angénor, Evéque des
Cayes, Mgr Peters, Auxiliai-
re des Cayes, Mgr. Ligondé,
Archevéque de Port-au-Prin
ce, Mgr Décoste, Auxiliaire
de Port-au-Prince, le Pére
Marius, Curé de la Cathédra
le des Cayes, le Pére Verdier
Chancelier de l’Evéché des
Cayes, le Pére Lafontant, E
conome de _ 1’Archidiocése,
tous les prétres du Diocése
des Cayes tant séculiers que
religieux, les Docteurs Ver-
rier et Jocelyn, les Soeurs de
V’HOépital, Les Infirmigres et
Eléves - Infirmiéres, les
Soeurs de l’Externat. de Bé-
raud, de Ducis, de St-Jean,
de Maniche, de Torbeck, les
Soeurs d’Elie Dubois, la Di-
rectrice, ies .Professeurs et
les Etudiantes de l’Ecole Nor
male des Cayes, les Soeurs
de lV’Evéché toutes les Com
munautés
Ville des Cayes, les Anima-
teurs et Animatrices du Cen
tre Culturel de l'Alliance
Francaise des Cayes, tous
les amis des Cayes, de Tor-
beck, de Camp-Perrin, de Ca
vailllon, d’Aquin, du Vieux-
Bourg, de Port-au-Prince, de
Jérémie, de lVAnse-a-Veau,
de St-Louis du Sud.

Tis les prient de.trouver i-.
ci l’Expression de leur pro-
.fonde gratitude pour tout le
réconfort qu’ils leur ont ap-
porté dans leur doulaureuse
épreuve. ns
Les Cayes, le 24 JUIN 1970

Existe-t-il une autre solu
tion, Moscou prétend tou-
jours viser une solution poli
tique, réclamer uniquemént
VYapplication inconditionnel-
je des décisions du Conseil
de Sécurité en date de No-
vembre 1967; et on affirme
que Nasser ne veut guere
plus. Mais les récents événe
ments permettent aux Israé
liens d’admettre que Moscou
veut envenimer le conflit.

Les deux derniers coups
de main égyptiens sur la ri
ve Est du canal de Suez ont
réussi, il est certain qu’ils



ati NTN ANS Tgp ig stoMaga aay NID NO TT

CANON
MAMIYA
ASAHI PENTHAX
j OLYMPUS
TOP CON :

r
NIKON

vet ten rey tr fire rt thyt iy



religieuses de la

l'Etat sionistes, Quand Mos-
cou affirme vouloir aider lés
Arabes afin de leur permet-
tre de rempofter une cvictoi
re politique» sur les Israé-
liens, afin de les mettre en
mesure d’accepter sans per-
te de prestige les clauses de
la résolution de l’'ONU, on
est tehté de crier au men-
songe. .

Certains affirment déja
que la guerre du Proche-O-
rient recéle davantage de
dangers pour le monde que
celle duo Vietnam.

Dietrich Strothmann
(Die Zeit, 5 juin 1970)

2). 7"

Les Secrets du .
Guérisseur

REMEDES CONTRE

LES VERRUES

Premiére recette.

On fait tremper, pendant
vingt-quatre heures, un mor
ceau d’écorce de citron dans
du vinaigre fort. On pose ce
morceau de peau de_ citron,
du cété blanc, sur la verrue,
et on l’assujettit avec du spa -
radrap ou avec un linge. On
renouvelle ce traitement pen
dant trois nuits de suite.

Deuxiéme recette.

On fait macérer, pendant
huit jours, deux écorces de ci
tron dans du vinaigre fort.
On badigeonne les verrues,
deux fois par jour, avec ce
vinaigre.

Troisiéme recette.

On creuse un gros oignon;
on remplit la cavité de sel
gris. On badiogeonne les ver
rues, matin et soir, avec le li
quide ainsi obtenu.



Valise perdue

_ Notre fidéle abonné, M. An-

tenor Louis a perdu sa vali-
se, ce matin, dans la Cour
de l'Institution St. Louis de
Gonzague. La _ valise con-
tient des documents et pa- ~
piers importants. Aussi, se-
rions-nous heureux si ce-
lui qui retrouverait cette vali
se voulait la déposer au bu
reau du Journal.

.



'

Machines a coudre
«LA MADONA),,

Parmi les toutes meilleures
sur place. ,

En stock avec toutes les pié-
ces détachées aussi pour votre
garantie,

En vente 4 la TIPCO, Place
Geffrard,



KONICA
MINOX
BAUER
RICOH
POLAROID -§
BINOCULAIRES

s LENTILLES INTERCHANGEABLES
APPAREILS A FILMER
PROJECTEURS SUPER 8
FLASHS ELECTRONIQUES
ALBUMS DE PHOTOS

EXCLUSIVITE A,















Des années et des années
ensuite, je poursuivis mon
enquéte policiére 4 travers
les dessous de notre petite
histoire non écrite afin ce
retrouver les détails ae Tas
sassinat perpétré au Cap-
Haitien et que la vindicte po
pulaire continue impuitoya-
blement a flétrir durant la
saison des festivités du mar
di-gras, non seulement dans
tous les coins et recoins de
notre territoire, mais enco-
re en République Dominicai
ne (surtout dans les provin
ces septentrionales et occi-
dentales) ainsi qu’a Cuba,
dans la Province d’Oriente
(celle qui est plus proche
a’Haiti).

QUI ETAIT MADAME
BRUNO?

Madame Bruno apparte-
nait 4 la plus haute société
haitienne de l’époque. Mes
recherches dans les regis -
tres de Etat Civil auraient
été fastidieuses pour trou-
ver son nom de jeune-fille
dans un acte de mariage a
la date inconnue. Il sem-
ble quelle était port-au-
princienne et aurait fait les
Meilleures études dispen-
sées aA Vépoque, en notre
pays, aux jeunes filles des
classes sociales les plus éle

vées: en l’école réputée de
Mme Buenostro, 4 la Capi-
tale.

Elle était devenue l’eépou-
se dun des hommes les
‘plus. aisés du Cap, Bruno
Maillart. S'il faut en croire
mes informateurs, la mére
de son mari était issue d’u
ne des plus illustres famil-
les de Port-au-Prince, au
siécle dernier, les BRUNO,
qui furent des commerg¢ants
avisés, de grands planteurs,
des avocats et médecins cé-
lebres, de compétents éduca
teurs (1)

LA POSITION SOCIALE
DES MAILLART

Les Maillart étaient nes
affranchis soixante ans en-
viron avant l’Indépendance.
Leur auteur Simon Pierre
Maillart, Yun des plus fa-
meux intendants de St.Do-
mingue (1739-1751), distri-
buteur de terres, de prében
des, de franchises, de droits
exclusifs,,(avait-il pas réa
lisé de considérables pro-
fits dans la fondation de
Port-au-Prince et le lotisse-
ment des habitations cir-
convoisines), avait riche -
ment doté les enfants adul-
térins dont sa cohabitation
avec de belles, jeunes et ac
cortes esclaves l’avait renau
pére au Cap, aux Cayes (Tor
beck) et en d’autres_ villes
de ia colonie.

Les revenus de la famille
Maillart du Cap devaient né
cessairement augmenter a-
prés 1l'Indépendance: de
membre de la classe inter-
médiaire,elle était projetée
aux premiers rangs de Véli-

)
”

te sans devoir 4 la politique
ses moyens d’existence. Le
terrible tremblement de ter
re du 7 Mai 1842, appelé en
core dans le Nord ’EVENE-
MENT, avait modérément
endommagé leur maison de
la partie haute du Cap, la
Rue Espagnole (elle porte
maintenant le nom = du
Grand Batisseur de la Cita-
delle), tandis que les ruines
couvraient les trois quarts
de cette ville splendide, que
le génie du progressiste Roi
Henry Christophe avait
tant embellie de 1803 a 1820.
Le ‘Président Boyer s’était
stupidement réjoui du mal-
heur du Cap:apreés
le séisme, son Gouverne-
ment n’avait pas daigné le-
ver le plus petit doigt en fa
veur de la glorieuse Cité mar
tyre, comme s’en est plaint
notamment 4 l’époque wun
étranger ami d’Haiti, le Pas
teur anglais BIRD , fonda-
teur du Collége Bird (2).

Les Rues Espagnole et du

Quai avaient été les deux
premiéres . voies compléte-
ment déblayées seulement

“en Juin 1843 lors de la tour

née dans le Nord de Rivié-
we Hérard, accompagné de
plusieurs régiments.

Grace a Guerrier, Pierrot,
Riché, puis 4 Faustin Soulou
ave Vactivité commerciale
avait lentement repris au
Cap de 1843 A 1851: les mai
sons étaient peu a4 peu rele-
vées de leurs ruines, les
rues progressivement débar
rassées des décombres; les
navires y apportaient 4 nou
veau marchandises de Fran
ce, d’Allemagne, d’Angleter-
re, d’autres pays d’Europe,
des Etats-Unis d’Amérique,
vy chargeaient café, cacao,
acajou, campéche, sucre (2
ou 3 manufactures christo-
phiennes avaient été remi-
ses en marche tant mal que
bien) coton, gaiac, écailles
de caret et autres.

LA PREMEDITATION
DU MEURTRE

Dans les cinquante ou soi
xante premiéres années de
notre Indépendance, de jeu
nes francais, étaient admis
comme précepteurs des en-
fants de parents aisés. Nos
commissions locales d'Ins-
truction Publique leur fai-
saient parfois subir un exa-
men sur les matiéres de leur
enseignement car, en plus
des lecons aux rejetons de
plusieurs familles amies, al-
jiées ou voisines (rejetons a-
lors groupés dans une de-
meure) ces maitres particu-
liers, arrivant en Haiti sur

contrat ou débarquant 4 l'a

venture sur nos. rives, é€-
taient éventuellement, enga
gés comme professeurs dans
nos lycées, dans nos écoles
secondaires (3).

Ainsi, un jeune blanc fran
cais, attiré par la renom-
mée du Cap, fut accueil

=

Connais

dans la famille ‘Bruno, Mai)
lart.

Le lendemain soir, attirée
par un léger son -argentii
que son oulje fine avait per
cu, Mme Bruno mettait
Yoeil au trou de la serrure
de la chambré du précep-
teur ... Elle se rendit comp-
te que le pantalon 4 sous-
pied, & la mode Louis-Philip
pe, de Vinstituteur était rete
nu 4 la taille par mie large
ceinture a goussets secrets,
propre lors aux marins. Le
jeune homme en tirait quel
ques grosses piéces dor,
comptant et recomptant son
pécule a la lueur de la lam
pe, munie d’un miroir réflec
teur,.
Cette bourgeoise instruite,
aisée, mére de famiHe bien
vue de la société dont elle
faisait partie, se laissa pous
ser par le démon. Elle se re
tira sans bruit de son poste
d’observation et étudia com
ment réaliser le.coup quelle
avait projeté.

L’ASSASSINAT DU
PRECEPTEUR

La tradition orale n’a ja-
mais parlé du mari: était-il
déja mort a l’epoque?

Mme Bruno Maillart se
munit du plus grand cou -
teau de la cuisine, l’affuta
soigneusement sur les pier-
res meuliéres garnissant la
margelle du puits central de
la cour et attendit que Ja
nuit fut plus profonfe.

Puis pénétrant silencicu-
sement dans la chambre du
précepteur, elle lui nlongea
a plusieurs reprises dans la
poitrine le coutelas bien ai-
guisé. Quand le sang se ful
coagulé, la criminelle, qui a-
vait déja mis en lieu str les
doublons, chargea sur son
dos le corps fluet du inatzre
instituteur, en retenant par
les deux bras, pendants des
deux cétés de son cou, le ca
davre non encore roidi par
la mort. Elle sortit de sa de
meure et suivit l'une der
rues perpendiculaires au ri-
vage afin de jeter dans le
mer la dépouille que les re-
quins et squales martéaux
du Bassin Haut d’Hau (Ro-
co) auraient tdt fait de deée-
pecer.

Mme Pruno ruminait sans
doute ce qu'elle répéterait 4
ceux qui lui demanderaient
des nouvelles du jeune hom-
me apercu chez elle du-
rant toute une journée: le
petit blanc. peu satisiait
des conditions offertes, s<-
tait rendu a la Capitale.

A une encoignure ... le
Destin ... vint interrompre
ses cogitations sous les traits
des soldats d’une patrouille
qui. sans forme. ni proces,
arréta la passante solitaire
pour violation des régle -
ments sur la «retraite bour
geoise» (4). Au poste de la

Douane. & la Rue du Quai,
ou fut conduite la contreve-
nante, les militaires se ren-
Sagis-

dirent compte quil

$SOEE TOO IIORIIOEDE TICE SOLE SOLE OE OLESEN TOE SIE EEE

:

a
|

4



Les Pneus Mohawk roulent sur
toutes les routes du monde



A travail égal Mohawk donne
mieux et coiite moins

Arthur Angus et Co. Distributeurs pour Halt! 16, Rue Américaine Port-au-Prince.



YIELD APL SOL VIEL SIL OI NAT

a















WE OA VIELE SY IOL ,



7










(Suite de la

sait d’un macabre colis plu
tot que d’un cas de contre-
bande.

La meurtriére. . gravitait
autour d'un échelon si’ élevé
de la société que les officiers
subalternes s’empressérent
de prévenir les plus hautes
autorités locales. Le cas se
révélait si facheux, le mobi
le si crapuleux, les circons-
tances, si aggravantes qu’un
courrier-expres fut dépé-
ché a YEmpereur Faustin
par le Commissaire du Gou
vernement Georges Washing
ton Carvalho .(5) et. le!Do-
yen du Tribunal Civil du

_ Blondie

£ BLOWOIE
~ AVON: 1 is QU UN

‘Nouvelle h i

ey.



lére page)

Cap, Héreaux Ainé (6).

Le;;Gouvernement impé-
rial sé rangea a4 l’unanimité
a la’ suggestion des Mi -
nisfres:étrangler
sans ‘Jugement la coupable
afin d’éviter tout scanWale
susceptible de rejaillir sur
notre jeune nationalité du
fait d'un crime si crapu-
leux, commis par un mem-
bre de la plus haute socié-
té.

LA VINDICTE POPULAIRE
S'EXTERIORISE
'Liexécution eut ileu secré
tement a la Prison Civile du
Cap, sise au Champ de




Ki, ey . :
a
wut



ES SURE? Jy i



Mars.
Cependant, la famille de

la meurtriére dut abandén- os

ner le Cap devant i'ire de la
population et vendre a per
te maisons et biens. Les
Maillart des autres Villes

a’Haiti, qui n’étaient d’ail--

leurs alliés qu’au sixiéme de
“gré avec ceux du Nord (en
remontant 4 leur géniteur
commiun, lintendant . dont
Jes -restes reposent encore
dans lEglise de Torbeck)

modifiérent au plus vite l’or
thographe de leur nom. ~

Malgré ces sages précau-
tions,

la rumeur filtra

en

Les Bandes Dessi sinées du ‘ a Nome »



atations de haine rétrospecti

dehors du Cap, ... au comp
te-gouttes certes, cat cela
prit du temps en fonction
des moyens de communica-
tion a l’époque. Deux ou
trois ans aprés, la vindicte
populaire se déchaina dans
tout le pays par des manifes

ve contre la meurtriére. L’a-
version générale se concréti
sa au Carnaval. Le Bel Air
de Port-au-Prince donna le
branle avec le groupe désor
mais populaire d’un mas-
que abillé en femme, por-
tant’ sur son dos un manne
quin costumé en homme (le







TORTUCS, oss POE: re
US, DES SULRIS
BLANCHES, DES PER-
VRUCHES ET DES LA-
PINS... MAIS JA-
TALS OE CHATS,














s ALLEZ, MON
VIEUX... INUTILE
DE DISCUTER.



Beaucoup d'sistos deviennent des tas de |
. ferraille rapidement parce que les

réparationstiu moteur sont tres cod)
. Aa safeté, Peau et la.chaleur se

teuses. .

; snarient pour former la boue, la rouille
at. |e charbon que tuent le ‘moteur

rapidement.

Pour eviter te! Inconvenient les ingénieurs
en jubrification et moteurs de Esso
. Research ont crée une nouvelle huile

, gonforme aux besoins de moteurs

@aujourdhul.









‘ce e,



C’est la nouvelle hulle déterge
ESSO EXTRA

Utillsez-la et vous éviterez que

VENDREDI 26 JUIN 1970 © Sf.

ne a err nie



visage en carton du manne
quin est toujours de couleur
Claire afin de souligner que
la victime. était de race cau
casienne)
paroles de la méringue :
«Ca Madan Bruno,

Ca. Madan Bruno ...»
Famme porté gacon sou dos
Ca Madan Bruno ..

et chantant les

J .» (5)
i’Empereur ordonna |’ar-

restation des-gens ainsi dé-

guisés. Aussi, durant: tout le
régne ‘de Faustin ler, les
bandes de «Mme _ Bruno»
n’osérent-elles pas gagner
les rues, & Vépoque du Car-
naval.

En 1859, Geffrard ne suit

pas maintenir l'interdit é

dicté par l’Empereur Second

contre de tels masques.
1864, lors
affaire de Bizoton
et Jeanne Pellé),

dent Geffrard

‘En

s’‘inspirert du précédent

et nationaliste,

négrophobes s’en

pour une facheuse propa-
gande contre notre jeune
nationalite,

Gérard JOLIBOIS

NOTES

(1) La coutume a prévalu
comme
en France d’ailleurs ou aux
E.U.A. de donner comme pré

longtemps en Haiti

(Voir suite page .6)

e

nte

la corrosion, la boue et le:charbon
abiment l‘intérieur du moteur de
votre voiture. Le moteur restera plus

_propre. Et plus il sera propre p!
longtemps il vivra.

lus

Si vous ne voulez pas que votre voiture

soit un tas de ferraille rapidem

ent,

utilisez la nouvelle huile détergente

ESSO EXTRA,

de la regrettable

(Congo
le Prési-
ne sut mal-
heureusement pas non plus.-
sa-
ge et patriotique donné par
le Gouvernement prévoyant
de Faustin
Soulouque 4 Végard du cri-
me de la déraisonnable Mme
Bruno, afin d’éviter que des
emparent







VENDREDI 26 JUIN 1970



ce Leg. Di iplomées de FEcole des Arts ©

- Ménagers de Mme Paillére

ar ae

Dimanche dernier, 21 Juin, programme arfistique et une
c'est.-devant une salle archi présentation gestronomique

comble qu’eut lieu la remise
‘des diplomes a la derniére

totalement différent.
Madame Yolande Plum-

promotion de )’Ecole - d’Arts; met; eft.sg, qualité de Repré-.
Ménagers, fondée et -dirigées Sentant officiel “du Départe-
par.Mme..Gilberte Paillére, A. ment des Affaires Sociales a

Pétionville. ’Ecole a connu™
po guccés égal a celui de l’an
ée —_— mais. avec un



porté témoignage une secon-
de fots.sur-ia compétence et
le dévouement de Mme Pail



Yotre Horoscope:

; . SAMEDI 27:-JUIN 1970

. 21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER). : Les influences assez hos
tiles. de. Mars :suggérent: d’éviter
tout antagonisme, S'il est néces-
saire d’affirmer votre point de vue
dans les discussions, faites-le
sans passion, mais n’csquivez pas

21 AVRIL AU 21 MAI (FAU

REAU): Votre ambiance .est. sti- .

‘mulante. Une- profession est indi
quée a tous les niveaux. Votre in
térét pour les ‘techniques moder
nes éclairera beaucoup cette jour
née. Les créateurs sont favorisés.

22° MAI AU 21 JUIN “@6E-
MEAUX) : Vous aurez une vie
plus agréable si vous étes assez
ambitieux pour vous appuyer sur
vos dons et vos qualités. Etendez
votre sphére d’action, élargissez
votre horizon.

22 ,UIN AU.23 JUILLET
(CANCER): Certaines réalisa-
tions piétineront; des mises au
point n'ont pas joué comme vous
Vespériez. Ne lachez pas. Il suffi
ra que vous poursuiviez encore
un peu pour atteindre les résul-
tats souhaités

24 JUILLET AU 23 AQUT
(LION) : Ne pensez pas que cha
cun de ceux qui vous entourent
est <«tordus...Certains peuvent
avoir des mobiles que vous ~.ne
comprenez pas, mais si vous fai-
tes un véritable effort, vous ne

les trouverez pas aussi compli-
qués que vous croyez.
24 AOUT AU 28 SEPTEM-

BRE (VIERGE) : De belles in-
fluences de Mercure éclairent vo
tre vie professionnelle et person
nelle. Dang la premiére, avanta-
ges A espérer; dans la seconde, a
mitiés intéressantes et nouvelles.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCES): Des acti
vités demanc2ront plus de réflex
xion, notamment les recherches

artistiques et les relations person
nelles. Vous aurez affaires A des
forces insoupcgonnées et i] faudra
des plans plus minutieusement é
laborés.

24 OCTOBRE AU 22

NO-



VEMBRE (SCORPION): Exami
nez les. efforts de la semaine
‘ passée et.voyez si-vous avez nota
blement progressé:..Vous @tes ra
pide, ardent..Cea dons seront pré
cieux, s‘ils sont bien employés.

23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CENMBRE (SAGITTAIRE): ily
a des possibilités. -exceptionnelles
a -découvrir par ceux qui sont ima
+ ginetifs et: assez .-entreprenants
pour aller jusqu’od il faut pour
les découvrir. Soyez prét a Pac-
tion.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER . (CAPRICORNE): Influen
ces planétaires contrastées. Vous
rencontrerez de l’inégalité en cer
tains secteurs, des échecs inatten
dus, Continuez & faire toujours
de votre mieux.

21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU): Conjonc-
tion favorable stimulant votre
franchise, votre adaptabilité aux
caractéres divers et votre capa-
citg dagir vite et efficacement.
Toute peine aura-sa récompense.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) Evitez la tendance
A Pinstabliité et A l'irrégularité.
Attention aux signaux d’alarme.
Beaucoup d’erreurs et de faux
pas pourront étre évités. Ecartez
lea extr@mes.

SI VOUS ETES NE AU-
JOURD’HUI : Vous &tes _ tradi-
tionnel, pratique, confiant, ai-

mant votre foyer, spiritualiste et
cultivé. Malgré une forte attiran
ce vers le scientifiques, vous got
tez aussi l’art, la musique et les
conversations intéressantes. Vous
étes rarement satisfait de ce que
vous savez et, en développant
‘toujours vos connaissances, vous
atteindrez des buts élevés si vous
refrénez la tendance habituelle
aux natifs du Cancer de redouter
VPéchec Renforcez constamment
votre confianee en vous et ne tra
vailez jamais avec ceux qui au-
rajent tendance A minimiser vos
efforts.

Poulets Desquiron Livre
Café Modart
Maizena 14 02. 3 pour
Corn Flakes 8 oz kellogg.
Creme Nestlé 4 oz.
, Qlee Margarine Pim 5 Ibs
C.C..Mel 6 pour
Confiture Fraise Kraft 10 oz.
Confiture Orange Lipton 16 oz.
Fruits Cocktail 8 oz. Libbys 3 pour
Huile Mazola 24 oz.
Spaghetti Catelli § oz. 3 pour
Macaroni Catelli 8 ez. 3 pour

Spaghetti Arlequin 16 oz.
Macaroni Arlequin 16 0z.












a




-Vermicelle Victory 8 oz.

.- Sardines: Amieux
Flageolet Amieux Fin 15 oz.
Petit Pois A/G 15 oz. 3 pour
Mais en Creme A/G 15 02.
Epinard 3 oz. A/G
Sardines Acil 3 pour
Jamsy Cookies

«+ Surettes Assorties Ib.

- Huile Crystal Gallon et Citadelle

4

A Veh ver eganden bi

RO eres

lére qui se.dévoue corps et &
me; afin de. correspondre au

mouvement... s@scensionnel ..

@’ Haiti ;dans.;le-~; tourisme et

qui .réclame.comme ‘tel des..

personnes. parfaitement qua
lifiées pour. faire face aux

responsabilités. de la cuisine.

haitienne.. Pas.de tourisme
sans -gastronomie, et..pas de
bonne: gastronomie sans. des
écoles spécialisées et quali-.
fiées

Au cours d’un programme.

"Fiche et sélactionné —débuté
National, -il- y -

par PHymne
cut des piéces, préparées ex-
clusivement par les: éléves- de
Mme Paillére, des poémes in

. terprétés avec grace et intel

gence, des numéros, folklori-
ques trés goutés et de nom-
breux poémes pour la partie
académique et nationale.

La distribution des diplé-
mes eut lieu sous la présiden
ce de Mme Yolande Plum-
mer, Déléguée des Affaires
Sociales et Présidente du, Ju
ry.

Nous sommes heureux de
désigner nommément les
noms des lauréats qui sont au
nombre de 22, couvertes d’ap

Plaudissements, de baisers
et de compliments. .
Mme Ghislaine Moise :

Lauréate des Lauréates.

Mule Yolande. Brutus, Lau
réate en cuisine.

Mile Viviane Eliacin et Mule
Jeannette Voigt, ex-lauréa-
tes en patisserie.

Mile Luméne Casséus, Lau

réate en gastronomie et en

bar.
Mme Alice Chancy, Mme
Camille Pierre, Mme_ Etien-

ne Dumornay, Mile Monique
Malebranche.

Mme Jeanine Germain,
Mme Léonce Limousin, Mlle
Edith Th. Germain, Mule Em
ma Guillouz, .

Mule Edith E Germain,

Melle Marléne Guerrier.

Voici les piéces présentées

ui furent des chefs d’oeuvre

e Vart culinaire: Jambon
aux fruits et a la gelée, réa-
lisé par la Lauréate des lau
réates, Homard Cardinal par
la Lauréate en cuisine.
Voici une piéce sensationnel
le: Un chariot trainé par un
gateau décoré avec de magni
fiques fleurs en sucre. Deux
amoureux sous une ombrelle
disaient aux passants Bye
Bye et le chariot lui-méme é
tait trainé par deux cygnes

$ 0.46
0.56
0.74
0.44
0.26
2.46
1.32
0.58
0.58
0.74
1.13
0.74
0.74

0.37
0.18
0.61
0.48
0.99
0.37

0.33 oath

0.54
0.18
0.69
2.58









avec goftt et grand = a
Mile-Viviane Eliacin, Lauréa
te-en patisserie. Mlle Jean-
nette Voigt; Lauréate en pA
-tisserie a réalisé un aéroport
avec un chalet d’accuell of 6
‘taient- exposés des produits
@'Haiti: Café, Rhum, Hl-
queurs, : Le Lauréate en bar
@ prépar& des Cockatils arc-
en-ciel' représentant le dra-
peau haitien et le drapeau
italien disposés sur une re-
marquable piéce réalisée_ par
la Directrice de l’Ecole dans
laquelle étaient représentées
les activités de ce centre pro
fesstonnel: Bar-cuisine, pa-

‘tisserle. On a remarqué éga

lement une magnifique Mar
quise en robe de soirée. G4-
teau réalisé par Vhabile p4-
tissiére 1’éléve Mme Léonce
Limousin et tant d'autres plé
ces artistiques qu’humoristi-
ques telles qu’un riz au chem
pignon avec lequel V’éléve E-
dith Germain a présenté une
téte de paysan haitien. Un
riz aux écrevisses avec lequel
Véléve Monique Malebranche
a présenté le Carnaval hai-

- tien et la bande de Nemours

Jn-Baptiste. Une formidable
et artistique niéce montée et

-décorée par Mlle Alice: Chan

cy. Un gateau revrésentant
un: Carousel réalisé par l’4lé
ve Mme Camille Pierre. Une
belle sarde rose nageant
dans une mer de mayonnai-
se colorée, etc etc.

’.Aprés un tel succés dans
cet art délicat qui démontre
Je degré de civilisation d’Hali
ti, car selon le mot immértel
de Brillat Savarin: <«dis‘moi
ce que tu manges, je te dirai
qui tu es» nous sommes en
mesure de recevoir les Rois
et les Princes les plus ~«exi-
geants du monde. L’Ecole or
ganise des cours intensifs
a’été qui commenceront le 7
Juillet. Les personnes inscri
tes & ce cours’ subiront les
examens officiels en septem
bre prochain.

AVIS

L’Ambassade du _Mexique
porté & la connaissance du
public que les Visas et docu-
ments migratolres qu’elle dé
livre aux touristes et étu-
Giants haitiens sont entiére-
ments gratuits.

Por-au-Pce., le 24 Juin 1970

SOE ROCESS

DE BOSTON
Urbon film policier
ETRANGLEUR -
« DE-BOSTON:
Un cas de folie chez un hom-
me.
L'ETRAN' GLEUR
DE BOSTON: .
Le drame d’un homme 4.

deux personnalités qui s'igne ,

re complétement.
L'ETRANGLEUI:
DE BOSTON : -
D'une part le pere de fuinille
paisible, d'autre part l'assas-
sin sadique.
L’ETRANGLE
DE BOSTON:
Plusieurs meurtres par
gulation commis sur des fem
mes agées. L'investigation de
la police qui suit toutes les
pistes, recueille toutes les in
dices.




LETRANGLIUR
DE BOSTON.

DANS NOS SALLE DHF

~ “MAGIC CINE

- Une action-fort mouvemen un rythme -explal.-
| t60, solide; et: ‘Solgneusetnenti> tant fame aeclere, dés “imo --
présentée. ast susie MES
‘Une thése pleine cde. vi ‘BABE we ie vengeur
gueur et-de-justificution, une sympathique, au_refiexe Ta-
belle composition de. Tony - ‘pide qui-tue-avec: vitte “préct -
CURTIS. sion sans égale, CLEASON,
3 hres, Gdes 1.50 et 2.50 - eat exeeHent en déchet hu -
5 hres, 7 hres, et 9 hres. ‘‘Ynain ohsédé par ule idée
Gdes. 2.50 et 4.00 vin fixer végner par la cruauté

et le’ crime. «REQUIES
. XXXX pare “un ‘film wade dee
CINE ELDORADO Dak née #t un climat ,

violerike et-de haine qui son

fort bien rendus. C’est une
oeuvre d’une belle facture,
empreinte d'une

Lou Castel dans un grand

iilm & suspense:
«REQUIESCANT>

D' une intelligence du ciné-
mia qu’on se plait a. saluer,
Carlo LIZZINI, aprés avoir si, cinéma,
gné d’autres productions de’ «REQUIESCANT> c'est LOU
classe, exceptionnelle, nous CASTEL, un homme qui a la
nropose’ aujourd'hui. «RE - Bible dans une main et aon
QUIESCANT®> vll len retrou-
ve le méme gout pour les per dans lautre.
sonnages aux prouesses sur- «REQUIESCANT», plus
prenantes, A part.des séquen qu'un western, est une oeu-
ces - chocs d'une densité in- Vre de classe, ou les passions
croyable, action est menée a explosent, oi le crime et la





‘Séminaristes ONAAC a Mirebalais - Péligre

L’Alphabétisation fone -
tionnelle n’est qu’une por-
tion d’un tout. Elle ne peut

se concevoir sans développe-:

ment communautaire. Voila
pourquoi parallélement aux
cours théoriques que sui-

vent actuellement le palierâ„¢

exécutif de l’7ONAAC, il est
prévu une série de visites
non seylement dans les ate
liers d’Alphabétisation de la
Capitale, mais & Furcy (mer
credi 18 juin), Mtrebalais-

Péligre (samedi 20 juin),
Cotes de Fer (samedi 27
juin).

A Mirebalais, on a parcou
ru les chantiers de abattoir
en construction, érigé sous

Végide de VAction Commu-
nautaire, pris contact avec
les éléves des divers centres
de la ville et visité égale-
ment les travaux en cours
de l'Usine hydro-électrique
Francois DUVALIER de Péli
gre, A cette randonnée, les
séminaristes étaient enca-
drés du Directeur - Général
de l’Office, M. Edouard OC.
‘Paul, de V’inspecteur Géné-
ral M. Gérard Fécu, du Di-
recteur de la division d’Ac-
tion Communautaire M.
Charles Antoine, de MM. Ab
ner Prada et Gabriel Araisa,
experts du CREFAL

A Mirebalais, & l’hétel de

COLES
SUPERMARK ETS

LALUE AVE. CHRISTOPHE PETIONVILLE
VENTE SPECIALE -- TROIS COLES
27 JUIN 1970.

LE SAMEDI





et des

\a

© GENTLEMEN
° cli TS

























bi na

3 wi

oe ae Leen
earn)

bien vetre Fiche de caisse — Si elle. ‘porte. un ante composé | ‘de 3 chiffres
tig £333 ete. Vous recevrex } catis.

de ereesras
a? aa

‘la Mairie, au marché, au mo
ment de la visite de labat-
toir. et & la piste de danse
ou fut offerte une matinée
récréative animée par les é-
léves\ des centres, des dis-
cours. furent prononcés par
le maire M. William Gas-
ton, le préfet M. Franck Gef
frard, le coordonnateur ai.
Gérard Charlies Pierre, M.
Conserve Sauld attaché 4 la
section Récréations et Lei-
sirs, le Directeur Général de
YOffice, M. Edouard C. Paul
et M. Abner Prada, expert
en alphabétisation fonction
nelle.

La visite des barrages de
Péligre et de l’'Usine en cons
truction devait Jlaisser les
uns et les autres ébahis de
vant cette oeuvre géante en

treprise par le Chef de 1'E-
tat your consolider l’écono-
mie haitienne.

Vers une heure, un diner
de plus de soixante couverts
réunissait au restaurant de

tés.

Les séminaristes ont gar-
dé.un inoubliable souvenir
de cette journée et n’on? ces
sé de souligner }'entregent
des autorités locales particu
Hérement du Préfet Franck
Geffrard, du Capitaffe Char
les Antoine et du Magtistrat
William Gaston qui avec leur

muées en la circonstance en
ciceronnes pour le bonheur
de leurs hétes.



Banque Nationale
de la République d’Haiti

Banque de l’Etat: Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compte de Chéques 4 la Banque Nationale



Geufs Desquiron Large Douz.
Ovaltine 16 oz.
Gerber Mixed Céréal 8 oz.
Carnation Non Fat Liquide 14
Jus de pomme 32 0z. Moitts
Soupe Campbell Végétable 3 pour

Sauce de Tomate 8 oz. 3 pour
Farine Importée 5 Ibs. A/G
Sucre a glacer Dixie Imp.
Cerise Maras. 4 02.

Kraft Miracle Mayonnaise 16 oz.
Dana Lunch Tongue 12 0z.
Spam 12 oz.

Jay Bird:Saucisse 4 oz.
Salad Dressing § 02. Assortis
Red Devit Tabasco Sauce 3 oz.
Moutarde French 6 ez.

Gel Black Pepper (Poivre) 11/4 ez.

Vinaigre Importé Litre

Sel de Table 3 pour

Biére. Heineken 6 pour

Whisky White Label

Ricard Pastis

Vin Rose Remy Pannier

Creme Cacao Marie Brizard
Gancia Vermouth Bianc & Rouge It.

~ ROD ONED ON BARS OCG I rer er ane ee



-CASTEL, gait etre je yengeur. .

pulgsance .
dramatique peu commune au -

pistolet qui ne pardone point .

Péligre, visiteurs et autori--

élégance coutumiére se sont

Soupe Cambell Cream Chicken 3 pour



Vengeance appamissent
“me une condainnation irré -
fragable.

Ce sera: unatre ‘prochali
Spectacle.

Entrée Gdes, 2.50: et 4.00

XXX

¢

Dimanche 28 Juin
ad heures et mx news

pé dans uve. atmosphé: or ae MEURENT OS JAMAIS

En cinémuscope comeurs
avec Henri SILVA
Une Geuvre tragique dani
son déroulement
Sublime par son essence.
‘Poignante dans son action.
pF Toticieuse par sa réalisa-.
n,

LES HEROS
NE MEURENT JAMA(S
La plus audacieuse des opé |
rations de tre! La missioxr |
la plus euse, ¢l le dra-
me le plus sauvage du der -
nier cont mondial.

LES HEROS .

NE MEURENT JAMAIS |

Des héros inébraniables dé
vant le danger vont dans unt
charge hailucinante se lan
cer impétueusement a l'as
saut d’une citadeile Dblindé&
perchée dans un amas dé
brumes sur un-pic de glace
surplombant des falaises vei _
ticales et vertigineuses. *

Une poignée d’hommes cov
rageux et audacieux, une po
gnée de hérus impuvider
vont, sous vos yeux effarés v
yvre une tragédie brutale, fi
roce, violente, sauvage.

Vont-tls. dans Je tumults
des mitrailies cuetilir la plus
fiévreuse des victoires.

LES HEROS

NE MEURENT JAMA‘TS

Pour autant que tes soldat:
blessés meurent debout ou ne
meurent jamals, Jes Ii4cos de

cette fresque infernale écri-
ront alors }'une des paves les
plus glorieuses de la guerre
de 39.
LES HEROS

NE MEURENT JAMAIS-—;

Un drame d’un poids écra’
sant ot le jeu puissammet
articulé d’acteurs de classe
confére plus de sauvage gran
deur a cette superpruduction
traversée de bourrasjues de
feu, noirele par la poitdre et
empourprée de sang .

Un spectacle pathe‘ique ot
tout flamboie et qui ne !ais-
Be aucune fissure par oll sai-
sir la ligne de partase entre
Vévénement historique et sa
transposition 4 l’écra .
Entrée $ 0.60 par personne

0.30
0.22 :
0.34
0.79
0.87
0.67










PAGE 6

«LB NOUVELLISTE> | Se . °

VENDREDI 26 JUIN 1970













Hee a A Sat AEN 8 ene RNA ET: renee eare ee



Bo IAt ceake'e doug. o : 2 .
. wea Divebeidh ‘ae CABANE OHOUCQUNE a le regret d’in
former ses'nombreux ‘et fidéles clients que le Night-Club
sera fermé le samedi 27 Juin par suite du décés survenu

Je 26 sain, au tondateur’ de cet Ctablissement Mr. Domini
“que MARINI,

Pétion-Ville, le 26 Juin 1970
LA DIRECTION

SHAHN HIN SS SSS SSS SOSNEIIONCIENENRIENCICIEIONCITNCICICICS .

aa “INSTANT. ANES

(Suite) >

Avant. aétre sgruducess au

. Clasp, les fugures jurdinieres
dentants: ‘sdotvent vbtenir
jJeur dipi6me de Frem.ers.
Soins.de la Croix Rouge, ieur
Vertificat- Bureau de Nuuritica, et leur
Certificat de Puéricuiture du
Centre Materno - Infantile.
De surcroit, les postulantes
doivent avoir fourni cent heu
res de stage dans ies diffé-
rents jardins d’enfants de ht

aA aartbul at



Samedi prochain, a6n 30,
au Sacré Voeur de ‘urgenu,
les cloches sorineront a toute
volée. Ce sera le mariase de

arole Drouin et de Fritz
Brandt. C’est pour assisier a
‘cet heureux evénement
quest rentrée de New York
Mademoiselle Marie - Eliza-
beth Blanchet. Elle yusovia
trois semaines au milieu. des
siens. ’

XXxXX

Capitale. _ Solange Jean - Gilles est sa
Nous présenions nos pus tisfaite de son séjour a l’é-
chaleureuses felicilutions & tranger. C’est hier matin

- Marie - Thérése Volimon et
& Lucienne Rameau Leroy
qui, depuis quatre ans, diri-
gent avec conscience et com-.
pétence. cette Institution
prestigieuse qu’est le CEEP. ©

XXXX .
Monsieur Philippe Lubrous
se est rentré de Washington
hier matin. Tl s’y était ren-
du, en vue d’assister au ma-
riage de son fils Robert. Le
six Juin dernier, celui-ci a é-
pousé Mademoiselle Monique
Larue. Nous formons poui ce
coupie des voeux de bonheur.
xXxXXX
Hier matin, est repartie
pour Shreveport, un centre
jndustriel de ta Loulsiane, la
femme du Dr Jean JU. Brier-
re. Cette voyageuse, qui est
la soeur de Madame Daniel
Eeaulieu, vient de passer qua
torze jours sur le sol natal.
Eile s'est fixée aux Etats U-
nis depuis quatorze, al bocce . XXXX
XxX XH ““Saeidame Guy
Freddy Elie, ex-g@gance ve-
dette du groupe Leg Copains,
la coqueluche cde Pheau-Prin-
ce avant son dépam, esti ten, °
tré au pays. hier matin. Fidd-
dy étudie te Génie Mecanioue
2a Washington. Il passera ici,
les vacances a’été. : 7
A bord du méme ‘avion, est.
tentrée Daniéle Borinefil. El-
le étudie !Educatian pré-sco
laire dans l’Iowa. |
XXXX

qu’eHe est rentrée. Elle a pas
sé treize jours a New York.
XXXxX

Monsieur Bertrand Laboué
_ Tie, de la RLR fiternational
Trade, est reparti pour Pari:
hier matin. Messieurs Réveil-
jaud, Labouérie, et Ramez,
sont des grossistes. Us reven-
dent a des boutiques parisien
nes des articles de l'Ariisa-
nat haitien, péruvien, et ex-
tréme - oriental.
XXXX
Jeanne Altidor est partie
pour New Yors hier matin.
Hille s’y est rendue en quali-
té de touriste. Elle nous re-
viendra dans quelques ionrs.
XEXX
C’est le premier voyage en
Tiaiti de Monsieur Saiuiuel Da
van. Il est, venu régier des af
faires ivi, Il renrésente «Ré-
my Martin».



Blanchard
née Moscosso, est rertree des
Plats Unis, avec ses déux fil
Jes Karine et Geneviéve. Tes
‘ OvAgeUuses . sont venues as-
“stster aux fnunéraflles du re-
pretté Max Dégand. Madame
Blanchard est la niece par
‘allance du défunt.

Déces de Mme
recon Koy

Nous annoncons avec infi-
wCuil Ge peine la triste nou-













Maric - Solange Fonrose et
_ Eliane. Mourougandy . deux
- fines fleurs antliiuises, GCeux
exquises danseuses des Bal-
jets Martiniquais. Blies nous
ent dit leur joie d@étre en
Haiti. Elles garden l'espoir
que ta Perle des Aw tiles les
enchantera, :: tear leurs neom-
hreux amis haitiens de la
Martinique leur ea out cit le
plus grand: bien.
KXXX

retiou fivy, née Poreciana
Mercier, originaire de Cavail
ion, survenu en sa résidence
au Canuape Vert, le vendredi
26 juin 1970.

En cette péniple circons-
tance, Pax Villa et Le Nou-
velliste présentent leurs sin-
céres condoléeances 4 son €-
poux Monsieur Pétion Noy, a
ses enfants et a tous les au
tres purents et alliés épicu-
vés par ce deuil.

Les funérailles de la regret
tée Mme Pétion Roy seront
chantées demain imatin a 8
heures en |’Eglise cu Sacré -
Coeur de Turgeau. Le convoi
partira de la Salle Paroissia-

Mensiéur ‘Arnold Biair. est
rentré de voyage hier matin.
Le samedi-vingt juin deruier,
a Holly Cross Church de New
‘york, il a conduil a l’autel
sa fille Marie - Claude, et
Monsieur Guérold Démosthe-
nes. Puissent ces nouveaux



mariés connaitre de ‘longs le ot la dépouille mortelle se
iveurs. de bonheur ! ra exposée dés 7 heures.
XXXX.
Monsieur Jacqués’ Baboun
« pris lavion hier matin, Babypram

nour se rendre 4 Mexico. Tl a.-
voveaé avec ses enfants Eli-
s~beth et Tony.

Je m'appeile Alix Luc Do-
merson,. Venu au monce
VNew voce le a Tuin des ¢1-0ux
Dabelmar Domniersou Mme
née Daniella Fiacide, je suis
Yamé de la familie.
Je me por2 a merveille.
Mes parents’ sont dans la
A cle
J’-nvoie .2 cordial s.lut a
| touis mes parents de Port-au-
Prince. Petit Goave et de Co
te de Fer. . :














(@) PIONEER
WUT ‘TRA CA Once UTR Ca H

TW Tee ae MORO

S. Alix Luc Domerson.

.e

OSRRSCOECOCeSSSeSNesses

OFFRE D’EMPLOI

Aux Doigts Magiques
‘Salori de beauté
38, lére Ruelle Jérémie

' RECHERCHE
, Une coiffeuse
expérimentée

.Heures de. réception
8h. — 12h. AM.
2h. 5h. PM,









1s

COURS D' ETE —

bbe:

“I B M (KEY- PUNCH :

attyntig ney ctoytttnynteyatny ante ett yn sea ett ts

ow a a a

J utilet - +



octylogeaphie Bilingue .

Renseignements et Inscriptions
E CRAAN, Avenue

a aa cs

tet
pga tteyettag rte eT ttt

venue “du détés de Madanie -

ts
Mgmnt matte t te anyntyanty etna pttgg aetna nr te

3-6- 10 mols.

tous les Jours, sauf Samedi et Jours Fériés, &
Christor phe. ot Fue 2 oe

Le Violette en deuil

Le Violette A.C. a la dou-
leur d’annoncer la mort sur
. venue & Hopital de 1’Uni-
versité d’Etat d’un de ses
plus fidéles partisans: Antot
ne Théano.

_Violettiste fervent, Sanon
me manqua jamais une oc-
casion pour apporter au
Club tout le concours possi-
ble. La date et Vheure des
funérailles seront ultérieu-
rement annoncées. Que tou-
et famille recgoive les sym-
pathies de l’Association en
une aussi triste circonstan-
ce.

Le Comité du VAC invite
tous ses amis 4 assister en
grand nombre aux funérail-
les du regretté disparu.

Comité du VAC



DECES

Pax Villa annohce le dé-
cés ‘survenu le 22 Juin en
cours 4 l’HOpital de l’Univer
sité d’Etat de M. Antoine
Théano.

En cette pénible circons-

tance, Pax Villa et Le Nou-
velliste présentent leurs sin
céres condoléances 4 ses en
fants:. Dr. André Cantave
et Mme née Marie-Alerte
Théano, Milles Gynette et Ed
wige Théano, MM. Jean,
Kesnel, Roger, Patrick Thea
no, Mile Rachelle Théano.
A ses fréres Max, Sa -
non, Custon, Dupuy Théa-
no et Mme, a ses soeurs
Miles Aline, Lucie, Jane
Théano, & ses neveux Mme
Auguste St. Juste et enfants
Mme Edmond Casel, a ses
neveux et niéces, Michel,
Charles, Ernst, Marie, Eve,
Yanick, Marie-Carmel et Gi
na.
A M. Gilbert White et Mme
née Gladys Tnéano, Mme
Laure Rousseau, & seS cou-
sins et cousines, M. et Mme
Jean Faucher, M. et Mme
Sem Théano, M. et Mme Ar
nold Théano, M. et Mme E-
rick Théano, M. et Mme Gou
tran, M. Brunot Philippe,
M. et Mme Erick Mayas, M.
et Mme Edner Etienne, Mme
Vaina Perrin; Mlle Adrien-
ne Théano et & tous les au-
tres parents et alliés affec-
tés par ce deuil.

Les funérailles de M. An-
toine Théano seront chan-
1ées le samedi 27 Juin a4h.
de l'aprés-midi en_|’Eglise
du Sacré-Coeur de Turgeau.
Le convoi partira de la salle
paroissiale ou la dépoullle
mortelle sera exposée dés 2
heures.



—

Remerciements

Les enfants de Mme Vve
Emmanuel Saint victor re-
mercient tous les aliis de
Port-au-Prince, de 1a Provin
ce et de l'Etranger qui leur
cut témoigné de la syiipa-
thie a l'occasion de la mort
de leur tres regrettée Manan

Feotbali
LE CHAMPIONNAT DE
LA DIVISION D’HONNEUR
COUPE DOCTEUR -
FRANCOIS DUVALIER

Demain soir au Stade Syl
vio Cator, débute les comp:
titions du Championnat de
ja Coupe Dr. Frangois DU-
VALIER Zone Ouest, avec
RACING - EXCELSIOR

Le Vieux Lion qui s‘est at
tribué deux fois ce trophée
va rencontrer les hommes
de Max Guerrier qui ont eu
une excellente saison en
Coupe Pradel. Une rencon-
tre qui promet.

Entrée Générale : 1 Gde

Tribune Latérale 3 Gdes

Centrale 5 Gdes





Messe anniversaire

Une messe d’anniversaire

sera chantée le mardi 30
Juin 1970 46 h. 45 a.m. en
VEglise du Sacré-Coeur de
Turgeau en mémoire de la

trés regrettée Mme Maria Du
rosier Dietz décédée le 30
Juin 1969.

Cet avis tient lieu d’invita )
tion aux parents et amis de
la défunte.

ee
Messe d’anniversaire

Tl seta chante le samedi 27%
juin courant a 7h lo ate. en
iEglise St Lows Roi de Fran-
ce une messe d'unniversaire
a la mémoire de feu Me Lélio
Dalencourt.

La présente annonce tient

. eu @invitation aux parents

et amis.

3

L’Ecole de Conimerce Julien CRA AN #

Inaugure te ler Juillet prochain les Cours suivants :
Comptabilité ‘Américaine-Premiére Année: Juillet-Septembre

Comptabi! Nite Amérieaine - ~ Deuxiame Année: Aofit - Décembre F

. ‘Act,




Deésilé de Modes a
Elegantissima ,

Madame Leclere Tertulien
duboisienne, charmante épou
se du Directeur du Lycée An
ténor Firmin est de celles
qui accordent un grand prix
& l'éducation professionnelle
de la jeunesse feminine de no
tre communauté. On en a eu
la preuve par le brilant suc-
cés qu’a connu hier la mani
festation de cloture des
cours de Broderie-et de Coutu
re.en Son Centre «Elegantis
sima» au No. 28 de l’Avenue
Christophe.

L’Action de Mme L. Tertu
lien a rencontré l’appui en-
courageant du Département
des Affaires Sociales qui par
lVintermédiaire de. son Servi
ce et de ses spécialistes com
pétents a, supervisé les exa-
mens de cloture du cycle d’é
tudes de cette année. Un ju
ry composé de Mmes Yolan
de Plummer, Yolande Salo-
mon, Fritz Romulus, Wilner
Aubourg, de Mlle Maryse Pier
re, de M. Dougé était réuni
hier midi autour de Me Pha
reaux Inspecteur .Général au
Département des Affaires So
tiales pour accorder le. meil-
leur prix a l'une des 24 étu-
diants finalistes qui avait le
mieux réalisé le modéle de ro
be proposé. Ces étudiantes
qui ont défilé avec la plus
prande grace sont :' Miles
Gertha Henry, Anette ‘Louis,
Elsie Fish, Jocelyne Magloire,
Josette Raphael, Ghislaine
Jn. Pierre, Claudia Benoit,
Ginette Jn. Baptiste, Marie
Jeanne Bertrand, Marie Mar
cel St. Clair, Marie Irma Ro
zefort, Marléne Désir, Céline
Godfroy, Nicole Bernard, Ro-
siane Neptune, Lucie Ridoré,.
Yvrose Gassant, Antonine Ca
det, Marguerite Nelson, Eve-
na Daniel, Marie Camy Jn.
Marie, Micheline Jouissance,
Marie Masner Seide, Mme
Ghislaine Riché.

Dans l’assistance on no-
tait la présence de Mme Sal
gado, directrice de l’Ecole St
Surin Manigat, des représen
tants de'la presse, des reli-
gieuses de diverses congréga
tions et plusieurs autres invi
tés de marque.

Les Cours dispensés a «Ele
gantissima, Maison de Coutu
re» qui est 4 sa quatriéme an
née d’existence sont orlentés
de facon a former une élite
feminine professionnelle,
mais aussi 4 des diplémées,
des spécialistes capables
d’enseigner a leur tour dans
les centres les plus avancés
du genre. La clientéle Se re-
crute dans toutes les couches
sociales. A cété des religieu-
ses de Ste Thérése, de la Sa
gesse, du Sacré-Coeur, du Sa
natorium prennent place des
jeunes filles et dames de nos
divers milieux sociaux. Leur
idéal est commun: trayailler
a leur propre perfection eta
la transformation de la com
munauté nationale. De son
cété, Mme Tertulien Leclerc
a qui nous présentons nos
chaleureux compliments, don
ne la preuve, s‘il en était be
sion de la valeur, de l’initia-
tive privée dans l’oeuvre de
préparation de nos. jeunes-
ses et élites. -

Déces do Wéber '
Nazaire

Nous avons appris avec in
firliment-de peine la*. mort
de M. Weber Nazaire. En cet
te douloureuse circon§tance,
nous présentons’ nos’since-
res condoléances :

Sa Vve née Marie Christi-
ne Azor, ses enfants: Evely
ne, Jenny Hugues, Francis,
Margareth, Auguste-Marie,
Weber Jr., Judith, Jacqueli-
ne et Pierre Antoine Nazai-
re; ses fréres Joseph et E-
tienne Nazaire; sa soeur,
Vve Numa Edmond, née Fer
nande Nazaire} son beau'pére
et sa belle mére M. et Mme
Thomas Frédéricq, ses‘ beaux
fréres, Michel Azor, Maxan.,
Pierre et Louis Frédéricaq,
ses belles soeurs, Mme Hen-
ri Besson, Madame -Merlin
Defay, Mme Ulriek} Tiphaine ,
née Frédéricgq et Josette Fré
dérieq, ses neveux et niéces,
Dr Harry Nazaire, Claude et
Elsie Nazaire, Marie Jocely-
ne, Jean Gérard, Pierre Ma-
rie et Alf Edmond, José,
Gladys et Lionel Nazaire,
Hans: et Eric Azor, ses cou-
sins et cousines : Merlin.

Paul, Louisette, Madeleine et Fe tna nteyertene ttre tttyntheyetttestteyettegntteantteeatty atteg attr atte tty ete attapertepntte atte tet rt ee teeqnttnttryetteentty attyte ttn ttyet eeenttegattegettgttt ty te tt is

E

Alberte Défay, André et Ben
jamin Nazaire, Mme Agnus
Alexis, née Marcelle Nazai-
re, Mme Marc Bovrdeau,
née Madeleine Benoit, Car-
mitta, . Elodie, Lylianne.
Fritz, Raoul et Guy Per-
rault, Adelin Nazaire, Mme
Catherine Benctt Mme Fieu
rette Larocque, yfme, Anne~
Marie Benoit, Mme ‘Anthi-:
me Samedy. née. Carmélite §
Nazaire, Mme Yvanne_ ét

Nelle Uranie, ses tantes: Ves §

trie, Nélie Fonta:ne et Mme
Vve Abraham Benoit. née
Fontaine. aux familles : Na
zaire, Azor, Frédéricq, Ed-
mond. Mars, Defay, FPer-
rault, Samedy, Fotitaine, Be
noit, Germain et Guillaume.
aux autres parents et allids, §
que ce deuil -efflige.
Les funérailles
té Weber Nazaire’ ‘seront
chantées en l’Eglise du Sa-
eré-Coeur de Turgeau le
Lundi 29 Juin a 4h p.m.




lor... funéraire

_teurs, avec C. Chassagne et

smile, il y a plus de 110 ans.

» "he,














du: ‘donee. "

Le convoi partira:du Sa-
Paret .Pier-.:

- : . ads

“Connaissance_
dHaiti *:

(Suite dela ‘deme page) -



a..regcu: la béuédiction uptle,
le A ’Rélise ‘Ste “Thérése de’

ueens, 4 New. ‘York, un sym-

athique couple de jétines |
haitiens : M. Parnell Balmit,
de Jérémie, fils des époux Do:
minique Balmair ét Melie -ivr

~ VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUIN 1970
. - A'6 Hres. et 8 Hres. 30
DEUX SOIREES HORS-SERIE
. : . avec

nom & un gargon le nom de
famille de sa mere. _-

(2) Notamment dans ses
ouvrages: «the black man» (1869) et






the earthquake ou le trem- Les B Ile M
blement de terre de "184 née Bordes, de Potcaarce” gp LOS IDA ets Martiniquais

‘Nous formons leg suelll@ure
voeux pour les helireux con-'
joints et adressons ‘ios cum »
pliments aux: parents. bes nou
veaux mariés. . ° a

(3) La tradition ‘orale-ge
souvient encore ae quelques
précepteurs : Delatour, o
ginaire de Paris, arriyé en!
Haiti sous Boyer, ancétre de
la ‘famille haitienne du mé-

me nom; Bazin, précepteur Cléture des travaux

des pages du Roi Henry ler,
bisaleul des Bazin du Nord; du ‘Séminaire de ooo.
.f (Suite) —



— en tournée culturelle en. Haiti



Lecou, l'un des co- -fonda-

‘

Louis ‘Valbrun Jolibois, de
VEcole Secondaire de Jéré-

irritation provoquée a4
la Capitale par la mort d’un
jeune précepteur mulatre ce
hui-la, Benjamin Fauneau,
tué irréguliére-
ment dans un duel au
Palan Jeunes Gens (La
Saline) par un fils de Bal-
thazar Inginac et l’un des té

tifique et technique mais é-
galement eur le pian social
et économique.

Les Sociétés Nationales et
Branches de la Croix-Rou-
ge, oeuvrant dans les pays
en voie de développement,
ont pour devoir de faire fa-
ce aux grands problémes et.
aux besoins urgents que con:
fronte toute communauté en




moins de celui-ci, faillit ren COMStante + evolution. Tout
verser l'obscurantiste Bo- ©? restant fidéle a ses prin- :
yer et ses ontes. cipe fondamentaux, — la’

(4) Nos grandes villes é- Croix-Rouge doit, elle aussi,
taient autrefois des camps ‘%¢ transformer, s'adapter, sl
retranchés. La aretraite Clie veut rester partie inté- .

grante de notre monde ac-.
tuel et demeurer dans une
réelle perspective universel-
le. C’est pourquoi, nous a-
vohs la certitude que l’appii 5
cation des Recommanda- =
tions et des Conclusions de
ce 2é¢me Séminaire contri-
buera non seulement a ap-
porter quelques solutions
aux problémes qui sont pro-
pres aux Sociétés de cette
partie du monde, mais aus-
si & resserrer les liens qui
les unissent et 4 faire dela
coopération régionale une
réalité dynamique.

Mes Chers Collégues,
‘Messieurs les Représentants,

bourgeoise> était sonnée a,
9h ou 9h 30 p.m. par le clai-
ron. L’air était appelé «dé-
gonne (a)». Le terme «civil»
n’était pas employé, c'est
V’expression «bourgeois» qui
avait ce sens par opposition
au mot militaire. La retraite
militaire était sonnée demi-
heure aprés ja retraite bour
geoise.

Tout bourgeois (ou civil)
surpris, marchant dans les
rues, sans étre muni d’un
fanal ou d’une torche, aprés
la sonnerie de «dégonne>,
était arrété et conduit au
poste.

(a) Le mot créole «dégon




&
Entrée : : $2.00 et 3.00
ay a a a NA

OU IREZ - VOUS
SAMEDI SOIR

Rond Point ‘Night. Club |

Diner et Danser avec
les Léegendaires de Delinas







rencontre dans , Vous avez découvert pen-
es. ‘tottes des poétes frat) dant ce court séjour Haiti

et son vrai visage. Vous a-
vez vu un pays qui progres-
se dans la voie du dévelop-
pement économique et su
cial grace au labeur et 4 I’a
charnement de ses fils.

Nous gardons l’espoir qu‘en

cais du moyen Age, veut di
re littéralement «retirer sa
robe», du préfixe «dé» qui
marque privation de létat
ou laction que comporte le
mot et du vieux terme «gon
ne», qui signifie «robe, cou-

verture> partant, vous ressentirez .
‘ hingeton Pour nous le méme _ senti- .
ca ane a origine ment d’amitié que nous a- Entree 3 Dollars



vons éprouvé en vous rece-
vant.

Nous formulons 4 chacun
de vous des voeux pour te
développement accru de vo-



juive, est ’'ancétre des famil
jes Carvalho du Cap, de Jé
rémie, de Port-au-Prince,
qui ont a peu prés disparu
des familles Martin et Freé-



ooee
“ .

tre Société Nationale ou . -
déric Elie du Cap, le Di- c .
Pi rl BROU Branche de la Croix-Rouge ; Re . .
sajeul du barde Ca et pour je succés - toujours " a binsleen
croissant de vos activités

Né au Cap vers 1800, il ful
élevé dans les mornes de
Ducroy avec sa petite soeur
par sa nourrice, puis confié
A Christophe. Eduqué dans
Ja cour du Roi, il devint le
plus farouche défenseur de
ja mémoire de Dessalines et
d@’Henry Christophe. Il a-
vait une voix de stentor et
des dons d’éloquence. Ora-
teur de la Loge «l’Haitien-
ne,» il y prononga le pre-
mier en1839 l’Eloge du Fon-
dateur de notre Indépendan
ce quand les inet au
Nord tinrent &,exalter le c
souvenir du-Rere de la Pa - Dr. Victor LAROCHE
trie afin de galvaniser les e- Président ‘
nergies cOntre Boyer, a-
pres lesepiteyables tracta- nyegarnysrayrteetteytteattegteantapetyrteygtytteastgnteygteyyteettyategntnygttgeterete patter tgattgntnyety arta neeanegntegntngrte tty

Fausto 0 AU CAPITOL

France...
G.W.. fut par la suite de

A PARTIR DU DIMANCHE 88 JUIN 1970

A 5 Hres.,7 Hres et 9 Hres

Nos voeux les plus cordiaux
vous gccompagnent cans la
tache qu'il vous reste a ac-
complir et qui ne sera ja-
mais finie, car le devoir qui
incombe 4 l’homme est ce-
lui de cultiver le sentiment
de la solidarité humaine, de
VYamitié et de l’entraide.

C'est dans ces sentiments
que je déclare clos le 2éme
Séminaire de la Croix-Rou-
ge pour les Sociétés et Bran
ches des Antilles, de l'Améri
que Centrale et de l’Améri-
que du Nord.

Programme du Mardi 23 au Samedi 27 Juin

L’Esthéticienne Délégue par la Maison HELENA
. RUBINSTEIN sera a votre disposition :

VENDREDI 26. 9h.a1h.
VENDREDI 26. 3h. 45h.
SAMEDI 27.... 9h.a 1h.
SAMEDI 27.... 3h.a6h.

a FOOD STORE

aux DOIGTS MAGIQUES
a CASA POMPADOUR

a EXPRESS MARKET

Rappelez-Vous Madame «Belle ce soir! Ridée Demain>

L’Avenir de votre peau se joue a trente ans...
HELENA RUBINSTEIN ‘



puté du:Cap.

.Son petit-fils, qui portait
les mémes prénoms, fut sé-
nateur de la République en
1890. \

(6) Hereaux ainé, noir,
fut sénateur en 1841 et en
1864. Son neveu, Ulysse Hé-
reaux fut Président de la Ré
publique Dominicaine.

Son pére, Héreaux ainé,
noir, notaire, fils d’affran-
chi,élevé en France, fut lun
des principaux rédacteurs de
la Gazette Royale de Chris-
tophe. Ses descendants sont
les Heureaux de P.au.P., de
la République Dominicai-
de Cuba et de Miami
(ces trois derniéres famil-.
les issues de la branche det
venue dominicaine) ainsi
que les Madsen de P.auP.,
de Jacmel, des Gonaives et
de Copenhague.

Gérard JOLIBOIS.

a4
=
=
=
=
=
—
=
=
z
=

«



HARDY KRUGER |
a RO eNO) OLE LENT

BOO VHC NE

DE BOURGES

aapres ie vee de MARC TOLEDANO - Editions FLAMMARION
Adaptation et dialogue de

JEAN AURENCHE et PIERRE BOST
EASTMANCOLOR

F
i
'
:
'



' Entrée : Gdes. 2.50 et 4.00





ae wanna all mal weal. alae all alll op
Ai ANN SOPRA ATA AUATDAN ASAD Aig AOAS AAU Asn AbAgHAN RIANA gu dUAg AOA AOATGaNAG AON ge pa HAL Aas aa aie

Pan American Mail Lines
annencent :

L’ Inauguration de leur service dirrect de Miami a
Avec un départ tous les 15 jours.

Pour tous renseignements concernant les Taux de Fret, s'adresser a :

J, B. Vital & Co. Suces. Agents

Rue Roux — Port- au- Prince |
oh | | TELEPHONE : 2-2640

OU A — CHESTER BLACKBUN & RODER INC.
P. O. BOX 1470
MIAMI, FLA 33101

Porrau-Prinee en 4 Jours~



Letocococrcccccoooooo.

E saan iach

TaN

End ith

ite






Full Text

PAGE 1

9/!~ _ T:t!JIE~ _ .. . , .. i LE PflfS,~ ,~HAiTI \ .....:.i . _.. _ . i : Dirw:hlur ,t Rtidoclilur . Chef : _ LUCIEN Ail0NT$ ,J AdministrtTttJur: M!!!! MAX CMAU VE T No 29.008 MEMBRE DE L'ASSOCIATION UiT.IDRAM~RICAJ:!l QI: . PRESSE' Adrew: RIJE DV ~ cmfr, . . ., tif ' PORr:..Au--PR . 1NC ( HAi r,) ''{;~~-;~:) '!JfS . _> . i BOIT~ POSTALE : 1316 f VENDREDI 26 JUIN 1970 Cloture del travaux du Sminaire de la Croix Rouge Internationale Notre Chronique Scicntit;ique < a ng cie la Croix R.ouge Haitienne, a offert des !leurs Mme Victor La roche distingue pouse du Pdt d e notre Lroix Rouge, Mme Nova Wright de Dupuy, Consul du Salvador, Mme Ingrid Romo, ne Roy qui ont servi d ' interprtes au cours du Sminaire . Le de France, M . Jacques Turin, le Reprsen tant de l'ONU, Mr. Kusters, le Reprs. de la Ligue de la Croix Rouge pour les Cara bes, Gomez Ruiz, un fer vent ami de notre pays ont aussi mis l'accent sur le ca ractre hospitalier du peuple haitien et l a satibfaction 4.U'ils prouv e nt d'avc,ir fait oeuvre si utile . La sance fut cloture par le Dr. Lauvinsky Fauch , qui y reprsentait le Dpartement de 1a Sant Publique. xxxx La branche de Curaao de la Socit Nerlandaise de la Croix-Rouge a eu une in signe courtoisie l'endr_oit de la Socit de la Croix Rouge Haitienne . La dlga tion de ce pays qui tait ar rive dimanche de Cur~ _ ao bord d'un avion spec1al avait apport pour la Croix Rouge Hattienne , u~ impo: tan t stock de prodwts ali mentaires, des vitamines e~ trs grande quantit, des ye Discours du Dr tements neufs, du mat:iel Victor l..u'ocbi d'quipement pour les bnga Messieurs les Dlgus des de secours , toutes chode la Ligue, ses qui vont perm_ettre no Messieurs les Reprsentants tre Soci t natwnale de des Institutions Croix Rouge de mieux orga internationales , niser ses services intrieurs Mes chers Collgues, et d'tre plus utile aux En ouvrant ce Sminaire . communauts en cas de nje vous ai dit combien la cesLsaitc . roix Rouge Haitien Croix-Rouge Hal.tienne tait heureuse et fire d'tre la ne apprcie infiniment cette Socit hte de ces impor courtoisie de la branche eu , tantes Assises 'Rgionales raaolaise de la Socit Ner de la Croix-Rouge sur )a landaise de Croix Rouge. El Planification des secours en le y voit une manife st a. t ion cas de dsastres naturels, et de l'entraide et de la solidales espoirs que nous riet rit rgionale dans un eftions en elles. fort commun pour soulager Nous sommes persuads les souffrances ' et les misque ce Sm.1na1re marque un res des hommes . vritable progrs dans l'or• ganisation des secours et ,e Tro S nOUVeaUX prsente un pas aussi dci si! que celui de Trinidad et ituicbets y seront ~ 0 i:g~o~~n~ 68 'commune J : l.. t tous ls pa.rtlipants de par uUVer S tager leurs expriences , de Comme nous zlavona sotirechercher conjointement gn dans notre entreffltet des solutions aux problmes d'hier, . l'actif AmmtstTateur que pose la planification gnral des Postes, notre apr-dsastre et d'oeuvrer en mt Alfred Dorc est toujoUTB semble dans la lutte contre ouvert aux suggestions qut les catastrophes naturelles, ont pour but l'tntrt public ont donn lieu des chanet za bonne marh.e du Serr,t ges de vue la fols construc ce des Postes. tifs et fructueux . n nous a confirm ce matin Les Recommandations et m~me que nos observattons les conculsions cristallisent d'nter taient bien venues et vos efforts et cette volori qu'en tenant compte, tl a d d'tre utile vos sembla ctd aux n.eures d'affluence, bles . Synthse de vos es 'ouvrir trois nouveaux guipairs et de vos aspirations , cnets de vente de Timbres. elles expriment les dcisions Les u.sagers de la Poste ac : d'un groupe 4'hQmmes par cueZer _ ont la nouvelle a~_. tic tageant le mme idal : ce, lui de vou1olr Iilleux servir remerctons notre amt ' l'humanit. Alfred vorc des suttes tmVotre Sminaire constitue mdtates qu'tl a donn,es d un e11:emp1e vivant de ce que nos suggesttons dans l'tntles hommes peuvent rall r~t _ de la collectfvtt. ser par la comprhension, le dsintressement iit l'ami ti. Qu'il nous soit permis de rendre hommage cet es prit de solidarit internatio nale que personnifie la Li gue . Il f;lst rconfortant pour l'humanit souffrante de sa voir que cette Fdration des Socits de la Oroix Rou ge s'efforce par tous les mo yens, non seulement de por ter secours aux victimes de asasf'res mais aussi envisa ge les possib111ts d'aider les Socits Nationales ou Bran cnes de la Croix Rouge se prparer aux actions tuelles de secours et assu mer par ainsi une de leurs tches fondamentales sur le plan national. Tout aussi important, tians notre tude de la moblli~ oc cupatfonnelle (cfr v~iste des 12 et 1 ) , ~ Je ble ou une dl.pl<>matie secrSuez, c ' est dire la rc:cu1,L!ue ticlles du s1,1ccs, Sl pour une te exiiteralt ; ~ntre l Prsite du Sina\. raison quelconque le , jeune dent ffl assei:'. et, 1e Prsident . 2) Elle lie l'vacuation homme ou la ~une fille ne Nixon, on '. put considrer d _ u Binai gyptien celle du s'acc_omodaH pas des formu' comme acquis, j~udi soir, que Gblan syrien alors que le les prescrites par les parents la Rpublique Aiab Unie re plan Rogers ne vi.se qu'Isru.el , dans les domain"5 profession jette le plan amricain de la ~publique Arabe Unie eL . nel et affectif, son insoum.is-: glement ngoci a.,_u Proche la Jordanie . sion trouvait chez te:!. der: Orient. Telle est la conclu3) La Rpublique Arabe nJers une expression de col sion que rtirerit les observ . Unie soutiEnt ies Droir3 des re, d'agre11sivtt et de violenteurs au Caire du dlscours Palestiniens sur lh terr•! pa ce . Les sanctions ~ntre de p1ononc jeudi soir Bengalestinienne, Autrement dit, telles . infractions allaient sou zi par ie Chef de l'Etat gyp la vocation des palestiniens vent , . aux pires atrits. La tien, discours que de a constituer un Etat, alors }eune fille 11ui refusalt.d'~u nQmbrex gyptiens classent que la rsolution du. Conseil' ser L'homme chats! 1tar'la fa pnni les plus violents et les de Scurit du 22 Novembre mille, le jeune hc,mmc qui plus enflamms qu'a pronon1967, cl d e vote du projet prfrait s ' orienter vers une cs Je Rais depu, le;:; annes amricain, ne fait du probl~ activit manuelle au lieu fie 1956. me pale :; tinl-111 qu'..1n prnblprolonser un hritage burel\\l Le Prsident Na:;ser a dme de rfugis. cra.ttque taient des t~ d. velopp trois arguments Qui En fait, c'est pra.Liquement class&i; rejets. Le chatiment font tomber comme un chatout le monde Arabe quis. re avait P~ des effets dsas teau de cartes le projet am jet jeudi soir le plan amri treux sur leur personnalit ricain d'un rglement ngo . c ain de solution ngocle a u en compromettant leur avecl : Proche Orient. En dfe t , au nlr conond . que et l~adap1) . Non seule1nern la R . 1. moment mme o ll pronontation sociale. publique Arabe Unie n'envicait son violent rquis,1oire . . . . . c;age aucun cessez . le feu inti-amricain, doubl ct un e si~~j~;:~.~~t ~~mre~~ mals , au contraire, se prpa apolog-ie sovitique, le Pr s itions parents enfants. JI n ' y a gure de passions sysgyptien. Les palestiniens ayant j fait s avoir qu'ils n'taient nullement intresss par ce projet, l'Irka ayant de tout temps rejet toute hypothse de solution ngocie, l'Alg rie tant galement align sur c es thses dures, presllue tous les autres Etats .Arabes, sauf l'Arabie soudite, ayant particip aux . conversations qui se sont droules cette s e maine Tripoli, on voit mal quel pays Arabe poun-ait don ner sa caution au pla.11 ..Lm ricain. Cette issue d'ailleurs sem blait fatale aux observ'lt•.urs . du Caire, car le plo.!. en ques t ion tait marqu, pour les A rabes. par trop de defaut~ a ffaire palestinienne 1-aisse Nous vivons dans un mon de fcond en de nouvelles dcouvertes qui ont dmesu rmen t accru la puissance de l'esprit humain et entrai n un bouleversement cte l'ordre social. Un monde ex trmement mouvant, aux transformations rapides et spectaculaires non seule ment dans le domaine scien (Suite page 6 colonne 8) Mort de Dominique Marini L ' enLrep~il,e C e l c i s et ,Le :Num e!liste, o n t le n:iret de v o u s f a 1 r e part du dcs de: Mr. Domini que MARINI survenu l'HO p1tal qu Canap Vert le 26 Juin 1970 1:00 a.m. Iait que les ca egori , . cu ,!ationnelles Jures . fr res telles que huissier, m nicien ,maon, spcul ur, bniste, soldat, chaut , ur, cordonnier, courtier, c eur de bottes, houngan, ... ne ont pas renouveles de pre \ en fils et sont absolument ~ar tes comme orientations . haitables pour les jeunet nrations. Les occupants _ 1 ac tuels de ces actfvits SODf en majorit des nouveaU][ -vnus issus des familles paysa.#nes. Ils n'ont pas bnfici 4e la longue tradition et de l'exp rieuce des anciens, vEriiable trait d'union entJ:e les rations. Le principe de nuitf qui assurait la coh'8io.1t et le dialogue entre pr~ et fils s'est sensiblement ~me nuis et l'on comprend ment la signification de cer taines contradictions au sein des famllles urbaines. Un re choisissait hie1 le :rntler de son fils, lui remett11iit le pat.Timolne coru.erver, ~ . PM petuer, alQ'l,lll"d'hul , le fils dispose d'ope certaine liber t d'.initiative et de cho\xIl ne dsire nullement cilnti nuer renforcer les rites an cestraux d'indpendance aux quels la famille devaii sa cohsion. C'est une pris!' de couscience nette et claire d'u ne situation d'infrivrit ju ge Inacceptable. tmatiques pas5lvement ac ceptes. Les jeunes gens ne r.e volent plus refw,er la pos sfblll d'une . formation prof esslonnelle dont ils esprent I ' _amlloration de leurs'f9ndi il bons d'existence. > Centre Haltien d'lnvesga tlon en Sciences Sociales (CfflSS) par Claude Dambreville (Cahier No 5, a..-ril 19'70, pp 11-1!). N.B.Cap~z les chos scientifiques du CBISS cha que mercredi soit partir de 9 hres sur les onaes de Radio Hatti, au Magazine so110re de Radio Actualits. Le grand violpnii,te ha!t . leu Fritz Benjamin / e ... t yart1 hier matin ,. destination de l'Ita lie . Bnficiaire a'un bourse partielle du gou1erneri1ent !tu.lien, le brillanL artiste est all suivre des coui.3 ,fr.1.t a l'Acadmie ~e Sie1rne . Ce s cuurs dureront eu:~ mui <. Le virtuose 1''rLiz Benjamin , qui n'aime pas s ' enrmir sur sC:t; lauriers et qui veut ton jours se surpas~. 11._d~j:i tudi durant di; plu:, l0~n : e s priodes , en Allu;1agne e t aux Etats Unis, oCUS l ' h,ibi-, le direction des plus •'f'lbrP. s maitres de l'archet d•..: mon de . la Facult deMedc•ciue b) 5 ~eures p.m. l'tu diant Rapnael Mhu soutien dra le Mmoire intitul : Possibilits de dveloppe ment conomique de Limo nade et d Quartier-Morin,. c) Lundi 29 Juin 1970 5h p.m . l'tudiant Woell,ey Fernand Belotte soutiendra le Mmoire intitul lll)< pre. 1858 :1938) m'indi quait po tant que le crime /. inl!lli stigmatis par le Car naval, n'avait pas eu Jtnlie i,our tjltre. Selon ses ren seignements, le nombre levde lces masques grand'anse lais tait d au fait que. les jeunes . gens, ayant tudi Port-au-Prince, rapportaient;' en . 19'11" ville natale le souve . nir du groupe carnavalesque qlll les avait davantage sensibilis. . . . -: -. ' A la Capitale, j'entendis ma., .. gra.nd'm.re adoptive (Mme Vve Louis Alexandre BertJ~n, ne Emda Frres, 1844 1927) puis d'autres petsonnes ges, conter, durant le Carnaval,' que ce crime aurait commis dans l'Artlbo nite ou dans le Nord, sous l~ rgrie d _ e Faustin 1er. (Voir suit.e page 4) Document Poatifleal ee110rf ' : it acime Cit du vatlcan lAFP J d'une \ ru.ce sur l'autre, et l'on La l";;t:te con.cm le :a.ri,;rue a volu arguer, eh certains sera le thme de la p~::haiendro1t.6 de !'Ecriture Sainte, ne journe mondiale e l~ e11 , ~m&me, P<: UI 1,o!-'r.en1• ct1;s paix 1971, dont la devise se. thses et des pratiques rac1s ra : -tes. , C Le Pert; .Le U...JI a !Jrc!cis, Tout ~c,mme est m,m .ri:,l.l rpoll6e a une question, re, annonce un docment que , l'on pouvtt vise. l'Afri P?nt11lcal, pr~ent . aujour,:: que . du sud, o l'on . prtend d nul la pre.,se par le . R.P . . . j_ustlfler les dJscrimkiltir,ns Jt.an Gall, de 1.,2: eecrtal"." . " ii.'ciales_par la BJble . Mais se rerte d Etat. Ce te.;c:t ae ion le Pre Le Gal!. il ne sem van sera adress tous les re _ ble ' paa viser le Sic,n~me , prsentants diplomatiques d~ c.tui veut_ lg1tJruer, 6 •,le:nent aint -.,Blge et ~ux o_rpnil'ancien Testament, sa sateurs de cette jou.rne mon pfaenu s.u Moyen O~lent. diale : Quant au me~age proprE'mer:.t dit, de Paul VI, . 11 sera adre.;s la plupt'lrt des Chefs d"Etat , dans le eo..tTfi.nt de Novembr,' Le thme de re rf. cwnent a choisi cil coopration vec la campag ne mondla!P. des Nations Unies , contre le rac.isme en 1971. :0:5 ans aprs la fin qe la dernire guerre monlilale et la cration de l'ONU, lit-on dans ce dor.ument, le racisme apparn.lt c0mme une menace particuHi>remC:nt lourde tre la paix ( . .. ) On revendi que des tradlUons u1lturelleR ~ur a.ffirmr la supriorit Vers les Etats Unis Pr le ' TOI 602 de la Trans canbbean de ce mldi sont re tourns New York, deux jeunes et tntereBSa.nts amrl ca.lna, Arnold et Jean Jac ques ~ucoup, aps respect! vement de 16 et 18 ans. Ces garons d~t 8 11118 ont les h6t.es de l'Bduateur An dr Momplalatr et Mme qu'ils ont quitt les larmes au yeux IlB ont appartenu tout ~ur l'Ecole Jean Marie Ro bert de la Mennais et au Col lge Classique d'~ltt. xxxx Madame Fabienu~ I\lilkka . ne Vieux, esthticienne ex primente, est rentre ,rn pays hier matin ,aV!'(' s a gen tille fille Ludmilla c t uae pe tite amie de cellec i , i '. wcale Selliell , de nationalit, nan aise . Le sjour en Haiti de ces troi s voyageurs dli.rcr a dix jours . Madame Milicka habite la Rpublique Dumini caine . xxxx Madame Flix Lafo1,tant. ne Denise Victor, a pris l'a vion hier matin . Elle ei;t li'e voir son fils, le Dr Jean Clau cte Vict,Jr . Celul-ci , diLre mrite, appartient m.: Hed dy Memorial Hospitai de Mon tral . Aprs quelquei, jours 2.u Canada et aux Etn.s Unis , Madame i.afontant rt :;on fils mettront le cap sur l'Eu rope . Durant prs d'un rnois , ils dcouvriront et gor,eront les charmes de Paus. A 1 aro gare , Mme Flix La!ontallt a salue par son mari, et par ses amies Margot et Fran resse . xxxx Hier matin, Mon,;,ieur rard De Catalogne, D1rect e 11r de l'Office National du Tou risme et des Relations Pu bliques et son pouse ont accueilli I e u r fils Guy l'aroport. Le Docteur Guy De Catalogne, Ancien intr>r ne de s Hpitaux dr i':uis , Chef de Clinique A~11:s, ,tn t Exclusion tfe Dabcek PRAGUE (AFP) . Alexander Dubcek , an cien Premier Secrtaire du PC Tchcoslovaque, a ex clu ujourd'hui du Parti Communia te . Le Comit Central runi en Session Plnire a en ef fet approuv son exclusto11 des rangs du PC ainsi que sa rvocation de son poste d'Ambassadeur de Tchcos lovaquie Ankara et de sr 1 mandat de Dput la Chambre du Peuple. ~, eU f , Gilles et Jean xxxx Jo s e Luis , Pita Ramera M a rtinez tudie I'Ard1iteet . r e technique Madrid. Il rst r e n t r au pays hier matin . oo ur les vacances ci'ct. :Sont ga lement rentres d'Espa e: ne Mamouche Ep.Cein et Gre ta Walravens. Ces deux c a p tivantes jeunes fH!P.s i ~r n di ent l'espagnol M ,, d ri. XXX .. . Francoi s e Cassagnol , 1J":-. g ante t di s tingue fille de M o nsi e ur Grard 1, . l:a s sa g nol et de l'artiste peintre Li 1 v C ass agnol, nee Brun , ~ s t 1J.rtie pour New Yurk hi e r matin. Franoise, t1,liEnte d11 8rrret.arial Sc\100! de Chri. ~ t Roi. est allee enri~hir ses ''-O lll ' aissances en an!,iai s . gJl e noL ,S reviendr .{ ~i : . \c i:j•; ;; '.i; \(_.'!i';/~ '\i~t'\;;:;i '-\• f ''''
PAGE 2

PAGE 2 Les sportifs du monde .entier choisissent Omega &amaster et Ils savent pourquoi Une Omege Seamaster, qu'elle soit automatique• ou remontage manuel, est si robuste et si parfaitement tanche qu'elle est capabh,•'tf~• vous accompagner aussi bien dans vos randon nes en haute-montagne, que lors de vos parties de ski nautlq\,le ou de vol--voile,Nous nous ferons un plaisir pe vous Gonselller dans le choix du modle qutconvlent 1e11f1leux " vos activits. .~. 0 OMEGA Fouad A. Mourra Av. J, J. De11aallne11 MADAME NIXON IRA AU PEROU Hatti WASHINGTON (IFS) Le Conseil Permanent lui mme, dont les bureaux se trouvent au Secrtariat O nral l'Union Panamri caine, a actuellement les m mes attrib"Q.tions et resporu;a biUts de l'ancien conseil, !exception de celles qui ont dlgues l'Assemble Genrale. Madame Richard Nixori, tpouse du Pn,:,ndem tles [;Lats Unis, va effectuer un voyage de deux jours au Prou pour illustrer la soliclarite de la po pulation amricaine envers les v1ct1mes au tre,ulement Au nombre de ses principa cie terre qui a. remment les fonctions figure ce!le con prouv ce pays. sistant veil:er au main Madame Nixon quittera tien des relations lUnlcales Los Angeles, Culifornie, entre les Etats Membres de bord de l'avion presidentiel l"OEA> et, cette fin, a{.: Air Forc,e One> qui trans der rsoudre certain~!/" con portera aussi des secours tels traverses. que couvertures et vtements La Charte amende de l'OE runis par des groupes A a galement remplac le voles travers les Etats Unis. Conseil Interantricaih des Madame Nixon espn,ifpouJuristet. par le Comlt Juri voir visiter plusieurs des en dique Interamricam. Celui droits les plus atteints par le -:i comprend onze membres,• tremblement de terre ans le choisis parmi les natforg; but de voir comment les vomembres de l'OEA, et qui lontaires pruviens et etransont lus pour quatre ans gers s'efforcent e soulager par l'Assemble Gnrale. les souffrances ..:auses par Le Comit Interamricaln ce dsa&tre. des Droits de l'Homme ne La Premire Dame des Echangera ni de nom ni de tats Unis pourra vaiuer perfonction jusqu' la rutlfica snv,nP 11 Pment l'vssisian tlon de la, Convention ce dont les sinistrs ont enco ricaine des Droits de l'Hom re besoin pour re<'onstruire me qui, l'anrie dernire, a ce oui a dctruit. Elle est, signe San Jos, Costa pre nue son voyage aidera Rica. Ce document permet mnntrer comment les ::imP.riLra de dterminer la s,tructu, c:ains neuvent agir individuel re ,l'autorit et les mthodes lement nour venir en aide au dopratlon du Comit. peupe pruvien. LA SESSION DE L'SSEMBLE GENERALE MARQUE UNE NOUVELLE ERE DES FONCTIONS ET STRUCTURE DE 'L'OEA WASHINGTON (IPS) La premire se.sswn de l'As semble Gnrale de l'Orga Finalement, le Secrtaire Gnral et l' Assistant Secr taire Gnral seront lus pour cinq ans par l'Assem ble Gnrale. Selon la Char Le, ces derniers ne pourront tre relu.5 qu'une seule fois et leurs successeurs devront tre d'un nationalit diff rente de la leur. xxxx nisation des Etats Amri DECLAJ\l.ATION DE calns (OEA) dont les travaux b'IR ALF RAMSEY ont inaugurs hier Jeudi l'Union P a n a LONDRES (AFP) mncai11e, Washington, ru nit tous les Mimstres des Af faires Etrang'-res de l'Amri que dans un mouvement vi sant forger un nouveau dynamisme pour le Systme Interamrtcains>. La dfaite de l'Angleterre devant l'Allemagne Fdrale en quart de finale de la cou ~e du monde, restera l'un des mystres u fouti)ail. Mais le jeu, c'est a, a dclar au jourd'hui au cours d'une con frence de presse Londres, Sir Alf Ramsey, directeur de l'quipe de la RQse. Sir Alf a estim qe l'An gleterre tait l'une des meil Jeures quipes de la coupe du monde. Elle a bien jou et a lait preuve d'adresse. En ou tre elle a jou avec dignit. D'ailleurs, a ajout Sir Alf, l'A:ogeterre tait l'quipe que le Brsil craignait le plus. Sir Alf a d'autre part re Ius de parler de ses pro jets. xxxx l!;n rv1s,mL lu Charte de l'OEA une me&ure c,ue Jes Etats membre:, oe l'Orgauisa ti'on avaient longtemps cons! dre comme iacteur. essen tiel -la modernisaiion de la structure de l'organisme in teramricain rvision qui a d'a1lleurs men la tion de l'Assembe Gnrale les vingt quatre pays amri cains (membres de l'OEA) ont dclar qu'il tait essen tiel de forger un ;,e;u"cau dy namisme pour le s:>&teme in teramricain et qu'il :;'ave rait impratif de modifier la structure de l'OEA aussi bien que d'laborer daw, la nou velle charte de nouveaux ubSUR LA TOMBE ,1cctifs en vue de promouvoir DE STALINE le dveloppement conomi que, social et culturel de:; peu MOSCOU (AFP) pies de ]'hmisphre et acc lrer ... l'intgration cono La palissade qui entourait mique ... > ces derniers jours la tombe Les nations de l'hmisphde Staline s0us les murs du re occidental ont galement Kjcruermd,lhinui a 1 ee 5 nlme". 0 c'oauvites compris la ncessite imprieu se de raffirmer ~n Cons'lllta V~ndredi 6 h. et 8 h 30 Vendrd 1 6 h .. et 8 h. 16 ttve institue par le dcret,,:'.: -~ BALLETS '. ~d:tJ!a ~:v!~: a~~e:'..=~~o et 3.00 t~PLE cRg~ une demande te l ---. LE TRIPLE :EU Aot 1969 par Pfu~ ~: .. Entre Gdes. 2.50 et 4.60 DUS~Ilf,8 of HAITI B. A. PABAMOUNT Samedi 6.:h. et 8 h. 15 TOYB et a dcid(I, d'accorder En 1re Partie : .,. cette entreprise les bnft Vendredi 6 h. et s h. ,ces et avantages du dcretFILLES EN DETRESSE ~!8;!i!~~~t~t?EURS ~el! 0 [ 3 4~~!~:b;! !:S: :::;\t:~. 5 : t ~,~. f i!~Ngi~~-~ ANGOISSES , ... ,1:,1:n~.consqu:noe la ,franchi-CINE SENEGAL Visage en vinyl pour jouets Vendredi 6 h. 16 et s h. 15 Feutre de coton ou de lai LE RANCK MAUDIT ne coup en patrons Entre Gde. 0.60 et 1.00 Feuilles de plastique coupes en patrons Feuilles de coton coupes en patrons Fil de fer envelopp de pa pie+ FIL coudre en coton ou en nylon Samedi 6 h. 16 et 8 h. 16 En 1re Partie : LES LOUPS NOIRS , En 2me Partie : BOEING BOEING Entre ~des. 1.20 et 2.00 Papier gomm spciale "r"'c.lNr. ELDODADO ment renforc pour cacheter -., n les cartons Vendredi 6 h. et s h. 15 Boites de carton spciales En 1re Pa~ie : pour exporter les joue"ts finis SHUPA _ SHUPA 100 machines coudre Bo En 2me Partie : nis Overloc BOEING -BOEING 20 machines Singer l'ai Entre Gdes. 1.60 et 3 oo gul1le Flat bed> 3 machines pour faire . Samedi 6 h. et 8 h. 16 les Beams Bearn Dinke'S> 3''GARS, 2 FILLES 15 kick presses 1 Eit UN TRESOR Port-au-Pce, le 20 Avril ,19'70 ,, Entre Gdes. 1.60 et 3.00 Dr. Lebert Jean-P~ ETOILE CINE tAIHORT CINE . Vendredi l l,i .h. 30 et 8 b. 80 En 1re Partie : ,TRClPICANA DU CAP En 2r~ Partie : LES. MONSTRES ATTAQUENT Entre Gde. 1.00 et 1.60 . 8 h. 30 DE JOSELITO ET PULGARCITO .; Entre Gde. 1.00 et 1.60 CINE. PALACE Vendredi. ! 6 h. 16 et 8 h. 16 LE FILS DE L'AIGLE NOIR Entre Gde. 1.50 Samedi 6 h. et 8 h. 16 LE CHEMIN DE L'OR EntreGde. 1.00 MAGIC CINE Vendredi 6 h. et 8 h. 16 PRISONNIERE DU DESERT Entre Gde. 1.60 et 2.60 Samedi 6 h. 16 et 8 h. 16 En 1re Partie : LES LEGENDAIRES DE DELMAS Plus ctune centaine de pr tres, curs, vicaires, aumo• ,_, niers, etc, quittent actuelle ment leur fonction ecc1sias tique en accord, pour la plu part, avec,,des groupes p.e . . . , chrtiens et de prkes ... Be--..DICES DU JOUR Les contraintes disciplinai' Pharmacies-assurant Vendredi 6 h. 30 et 8 h. 80 TROIS GARS DEUX FILLES ET UN TRESOR .En 2me Partie : 2me EPOQUE DU COMTE DE MONTE CRISTO Entre Gdes. 1.20 et 2.5C Samedi 6 h. et 8 h. 30 voulant fidles l'vangile, ils ne peuvent accepper en c,mscience un grand nombre des structures actuelles, de glise, dclare nut1c1mment un document remis Mgr Et chegary, Secrtaire de l'pis r:s le service: cette nuit Entre Gdt:b. 1.50 et 2.60 Hubert Fils ..................... 1 an Destin Ores .................. 49 ans Pii:n-e Gharles Lochard ...... 7 mois Mrie Joseph Pierre ......... 7 mois Arnold Thimothe ............ 3 ji;s Jorseph Leoor ......... ......... 86 ans 1 parmi les prtres contesta Laires, concernent notam -nent J'oliligatio11 .u-\!elibat ecclsiastique et le respect des d<'\cisions de l'utorit hl rarchique. SIROP' PECTORAL SEJOURNE Gofit agrable''"Conaervation. A .baii.-de CODEIN& 1.0LU et: EUCALYPTOL. ,T-, BIIIBes. Broacldtes, Bllrotameats, 'llllaenza 1 cSEJOURNE> R/Du Centre cBALMIR> Rue Capois WATE-ON Vous tes maigre ') Voici un nouveau, moyen ,:facile pouvant. contribuer ,mettre, rapidement des LI VRES et, des POUCES de. ch:~~' f:-::~Weux nolivea WATE-QN. TIPCO, Distributeur Place Oeffrard. Samedi 6 h. 30 et 8 h. 30 DEVILMAN S'liORY Entre Gdes: 1.60 et' 2.60 .; ; DRIVE IN CINE Vendredi 7 h. et 9 h. REQUIESCANT Entre 1 dollar par voiture Samedi 7 h. et 9 h. SAFARI DIAMANTS Entre. l dollar par voiture -De Luxe Auto Cin Vendredi)i17 h. et 9 h. LES 7 DU)TEXAS Entre 1 dollar par voiture Samedi 7 h. et 9 b. POKER AU COLT , &trie 1 qollar par voil1ll"e CINE OLYMPIA ,CINE STADIUM ~~~mdi (En Permanence). NE PARDONNE PAS Entre Ode. 1.00 Dimanche (En Permavence) LA PRISONNIERE DU DESERT Entre Gde. 1.00 CINE JMION Vendredi 6 h. 16 et 8 h. HELGA ET MICHAEL Entre Gde. 1.00 , Samedi 6 h. 16 et 8 h. L'EVADE DE YUMA Entre Gde. 1.50 1 Vendredi (En Permanence) GRINGO JOUE ET GAGNE Entre Gde. 0.60 AUDITORIUM , Samedi. (En Permanence) DJANGO PREPARE TON CERCUEIL Entre Gde. 1.00 AVIS Un terrain ayant une peti te constru,ction . pouvant ser vir d~ poulailler, sis B!zo.r ton, pour., tous remseigne ments s'adresser Ml'. J~ph , , Pierre.Piel'le, Foto-Nouvelle ,,Bue:des,Mtracles No. 110 ' Lecons ,,Particulires Confies vos enfants des deux sexes au Professeur CENTRE CUL TQREL: Vendredi 7 h. FRANX.ESTEIN CREA LA FEMME Entre Gde. 1.60 Samedi 7 h. SAI PAN' Entre Gde. 1.50 'MONTPARNASSE Vendredi 6 h. 15 et 8 h. TOUTE LA VlLLE EST COUPAPLE Estre Gde. 1.00 Samedi 6 h. 16 et 8 h. CALIBRE 32 Entre Gde. 1.50 Jean-Robert Pierre qui as,,.. ................ --i ..... t sure des ,Oours dans plu sieurs OoHges de la Capi r,MGDALJA RIVERA . 1 t.Jw!AMBNSSADRICE DE LA BEAUTE ,:,.:,:i Jr.:. 0 U'l'BnlClaMNE ITINERANTE INTERNATIONALE DE tale; •'MthodesOre et rapide. "" 0 0ours Primaites et Secondatres. ., Adresse : Rne Rigaud,'U " •' BQ'is Verna No 30. n,nS'adrfi8rl,en f~e d~' i JM!1 Maritet' Bourdon :Pel : ~-1883. AVEC \~ OU.UESOIT LA Occasion Exceptionnelle Maison vendre Tho massin . prtlmit du Poste de Police. Vue sur l'.,roport International, magnifique panorama. Pour. tous renseigne ments s'adresser l'Etu de Cl.u"Notallre Louis Mi . chaud Rue du Centre de 1 h, 4 h. P .M. LE RAT nomiqne et Social et le CO'nLa foule silencieuse qui seil rn:teramrlca .. in pour l'Ecomme ' ltorWtll.tte' dfilait ducation; la Science et la scet' aJft'MI midi devj7it ,Je mur Culture. ,~aJi?.tenant rel~, o reposent les bt,~.de. la r vertt'-dlrect.emit'nt de -l!~m ----vo!utton-J..1.1USS'--ou-}J~ .dlrl. .....

PAGE 3

VlilNDUDI ~8 JptN ~9'10 d.11 -~ POLITIQUE ETRANGERE La "vietnamisation" de 11ndeclne QUELLES SERONT LES CONSEQUENCES DE L'INTERVENTION AMERICAINE AU CAMBODGE? Le Prsident Nixon aurait certainement surpris tout le monde s'il ne s'tait pas d clar satisfait du droule ment de l'intervention am ricaine au Cambodge. Pour leurs instigateurs, de tels proJets sont condamns au succs et tant qu'ils chQuent pas •grand fracas. on clbre leur russite. Les consquences de l'opration spnt imprvisibles, mais la mi-temps de la prsence mricaine au Cambotlge fait ressortir les proportions rel les de ce processus. Fin avril, James Reston l'!crivait dans le New York Times, que l'entreprise tait justifis par des sons tactiques out juste boll nes pour un caporal. Mais en juin, on ne peut s'emp cher de justifier l'opration en allguant les rsultats concrets obtenus: les Amri cains ont dcouvert les re naires rebelles dont ils sup posaient l'existence, les re paires galement des trou pes nord-vietnamiennes qui s'taient infiltres au Cam bodge au cours des cinq der nires annes, en passant par le Laos. Nanmoins, m me si le butin avait en f'.ore plus grand, mme .alors, •il n'aurait pas gagn el} im portance stratgique; mal gr leurs dcouvertes, les mricains ont effectu une perce dans le vide a vc leur opration Search and destroy, mene dans les pro vinces frontalires du Cam bodge. Ils n'ont rencontr que 1arrire-garde d'un enne mi qui s'tait retir temps, et qui s'est prsent tabll dans le nord-est du Cam bodge, prs de la frontire sud du Laos, et l'extrieur du territoire prvu pour l'o pration amricaine. La pu blication U.S. News & World Report ,, dont les tagone et le haut comman rapports troits avec le Pen dement amricain Saigon .,) Cambodge, les troupes al lies ont rcupr en un seul mois, autant de riel de guerre qu'au cours M~~n:;[:'. ils gagn du temps, avec leur offensive, et combien i Ils , le sauront quand sera lance la prochaine grande offensive, et quand les actl vits guerrires recommen ceront s'intensifier. Les prvisions oscillent entre 6 mois et un an, condition que les troupes nord-vtetna miennes groupes au Cam bodge .aient vraiment eu l'in tention de se livrer une of fensive d'automne, comme l'admet Nixon. Que veut-ou faire sent du temps gagn au Cambodge? Selon Nixon, on poursivr le retrait organi s des trou~es amricames: cette tactique de retralt n a. pas modifie par la pc; ce effectue au Camboa,;e. Les amis de l'Amrique, tout comme la •majorit :;llen cieuse, des Amricains dont le soutien et la comprhen sion a beaucoup aid Ni XQIII, se montreront certai nement soulags. A Washington et Sai gon, certains officiers amri cains parlent d'une rpti tion possible de l'in terven tion au Cambodge, aprs la saison des pluies: ce rensei gnement est galement four ni par News & World Re port>. Aprs les chos diplo matiques et politiques de l'in tervention de mai, Nixon de vra soigneusement rfl. r.hir avant de lancer une se conde opration, quel que soit le degr d'urgence aue Saigon puisse accorder un nouvel engagement au Cam bod1;te. Que se passera-t-il au Cambodge, quand le 30 juin les Amricains auront quit te le pays? Le Prsident n'a pas rpondu cette ques tion. Il ne peut d'ailleurs oas y rpondre, car tout d pend des forces et des par ties qUi y restent: l'arme sud vietnamienne tentera certainement de s'introdUi re aussi profondment que possible dans le pays, et aus si lonitemps que possible, afin de maintenir l'ennemi nord-vietnamien aussi loin que possible de la frontire et de la ca:pitale, pour l'im mobiliser sur un sol tran ger. Avec l'intervention mricaine, le Cambodge est devenu un thtre d'opra tions mili"taires, aprs tre rest pendant des annes une zone ae regroupement pour les agresseurs venus du nord. ' Mais tout comme l'inter vention au Sud-Vietnam n Joly Garden AVIS La Directrice de l'El!ole Jo ly Garden, a vise le.; Parents qu'elle ':'t t •UJuurs leurs dispositions pour l'inscription de leurs enfants au local de l'tablissement sis !'Avenue Boyer No 13 en face des soeurs du S'lcr < o ur. Tous les jours de 8 h a.m. midi. Enfants de 2 6 ans. Mme. Yvan DESINOR DUBO printemps 1965, l'interven tion amricaine u' Cambod ge a I empche les communia tes de prendre le pouvoir Phnom-Penh, comme Siha nouk vient de l'avouer cemment Pkin. Sans 'ai de sud vietnamienne et sans les troupes thallandai ses qu'il vient rclamer le faible rgime militaire ' a• vec son arme plus que' vul nrable, ne pourrait pas r sister aux communistes viet namiens. C'est ~urquoi l'in tervention . devra durer long temps, galement pour des raisons pol!ltique , pour sta biliser la situation au Cam bodge l'avantage du Sud Vietnam; cette obligation implique l'extension de la guerre et la cration d'un lien direct avec le thtre des oprations au Laos. Les complications qui en rsulte ront permettront-elles encore aux Amricains de pour 1 t~:~e ~e:~::!::::::::~en~: la guerre, justifie du point de vue politique et possible -----------------------------------.,..-----------du point de vue militaire, a donc pris une seconde signi rication, bien dangereuse: la vietnamisation> de l'In dochine toute entire, jus qu'en Thailande, a corn memc. Lothar Ruehl (Die Welt, 5 juin 1970) Une alternative mortelle MOSCOU INTERVIENDRA-T-L DIRECTEMENT DANS LA LUTTE CONTRE ISRAEL ? DUBON DUBONNET Aprs tout ce que l'on a ententlu ces derniers jors au sujet de l'envergure des prparatifs sovitiques en gypte, Israel tremble pour sa suprioi_;,U; nilitaire. 0;1 a l'impression que ce n'est plus qu'une question de temps, jusqu' ce que l'on assiste une confrontation 'directe entre Sovjtiques et Israliens. L'issue. de ce duel reste incertaine' mais la guerre du Proche-Orient a modifi ses dimensions. L'un des deux grandes puissan ces mondiales est devenue un protagoniste actif de ce conflit. ter le dlai qui lui a fi x par les Amricains, pour la livraison de 125 avions modernes. Mais il ne pour ra pas rester longtemps nactif. Son hsitation pour rait tre considre comme un signe de faiblesse par les Arabes tout comme par l'opinion publique isralien ne. Les consquences en ma tire de politique intrieure seraient fatales. ont tudis JWique dans les. ?e~nfers dtails par de~ speciallstes sovitiques. Au co~grs palestinien du Cai re, le leader d'El Fatah Ara fat a fait savoir que le Krem lin lui avait promis des ar mes pour la lutte contre Is rael. L'organisation de lib ration n'avait qu'un seul objectif: la destruction de )La situation est de toute R. EMERCIEMEN. TS manire prcaire pour Is rael: l'Egypte ressemble une forteresse sovitique; Le Rvrend Pre Solages, l'Etat sioniste>. Quand Mos cou affirme vouloir aider ls ~rabes afin 4 leur permet ,re de. rempo'T:er une victoi re politique~ sur les Isra liens, afin de les mettre en mesure d'accepter sans per1 c de prestige les clauses de la r!:iolution de l'ONU, on est teht de crier au men songe. Certains affirment qur> la guerre du Proche-O rient recle davantage de dangers pour le monde que cPllf' du Vietnam. pour la premire fois depms . et Dietrich Strothmann (Die Zeit. 5 juin 1970) ~f;~t :~e~o~on~~~cioo et~:: •---------------------~--................... .,.'I que les communistes •ont re ANTILLEAN DUTCH AIRLT~NES Les Israliens croient pou voir dfendre leurs posi tions le long du canal de Suez et empcher les Egyp tiens, soutenus par les So vitiques, de crer une tte de pont sw: le front du Si na. Mais ils ont d. bandonner l'un de leurs ob Jectifs le bombardement de posi tlons gyptiennes en retrait, en guise de repr sailles pour les attaques d'artlllerie le long du ca nal. Ils enregistrent de lour des pertes sans pouvoir rer, bien longtemps, on se oat Les Familles Solages; ~our sur le Jourdain et sur les eol dan, Hercule et Mondsir lines de Golan: ,'i. la fronti• , trs t~uchs des marques de re libanaise, les guerilleros s;ympaithies reues l'occa s'occupent {ort peu de leurs sion de la mort de leur regret accords conclus ,wec le gou te ~re, Tante et Belle vernement de Beyrouth, qm Soem _Mme Lvy S?lages, leur a demand e ne pas enlev~e .. a l~ur affection le lancer d'attaques afin de ne Mardi 16 Jum 1970 aux Ca pas provoquer les Isralien:,. ye~, s'~xcusent de~ pou Il ne manque pms r.;-rnnd vmr d1rP a ch~cun leur pro chose et il ne re8tera Is fonde reconnaissance. Ils au rael 'que la solution d'une raient t.ant aim le faire. Les Secrets du Gurisseur REMEDES CONTRE LES VERRUES mes, peut-tre 35.000, de 'li Jeurs points d'appui situs Chers clients, Nous a~ns l'avantage de vous annoncer le nouvel itinraire de la ALM ANTILLEAN DUTCH AIRLINES Premire recette. le long de la frontire>, t qu'ils les ont installs dans le nord-est. Durant l sai son des pluies, et mme plus tard, cette zone pourrait ser Yir de lieu de rassemble ment pour une nouvelle tensive contre 1e Sud-Viet11am. MERCREDI LM 978 nouvelle guerre, bien plus Ils remercient bien sincre sanglante que la prcder:ment: On fait tremper, pendant vingt-quatre heures, un mor ceau d'corce de citron dans du vinaigre fort. On pose ce morceau de peau de cit;ron, du blanc, sur la verrue, et on l'assujettit avec du spa radrap ou avec un linge. On renouvelle ce traitement pen dant trois nuits de suite. Pour prvenir de telles or f Pnsives, et pour permettre le" retrait annonc de 150. ,NOO hommes stationns au SudVietnam, Nixon, d'a l)rs ses propres paroles. t ~it dcid une interven11011 ,,limite dans le tPmp:, et dans l'espace> au Cam :,odge. Il avait parl de 5U. ',10 soldats nord vietna miens qui, depuis le Cambod 'C'. menaaient Saigon. Le ,ros de ces forces est tou ' ours prt intervenir, tour . tussi prs de la frontire. rn.ais plus au nord, plus loin de Saigon et du delta du M ,, a tout simplement chan Les conseillers de Richard Miami P-au-Pce P-au-Pce Aruba Aruba Curaao Dp Ar: Dp: Ar Dp Ar . .5.55 .. pm 6.40 pm 7.15 pm 9.30 pm 10.00 pm .10.25 pm JEUDI -LM 977 Curaao Aruba Aruba P-au-Pt:e Pau-Pce Miami Dp: Ar: Dp: Ar Dp: Ar: 9.05 pm 9.30 am 10.00 am 10.15 am 10.50 am 12.35 am Pour toutes autres tnf ormations voyez votre agenee de voyage. dre la pareille. Certes, les pilotes isra liens seraient en mesure de franchir les nouveaux bar te. Dayan devra bientt pren dre une dcision. f~sistan ce jusqu'au dernif'r linmme. lutte pour la vie. Un' alter native mortelle. ] kong. La menace est reste. de position. on ont calcul qu'au 6 rages, en l'occurence les nou Existe-t-il une autre t,nlu velles batteries sovitiques tion, Moscou prtenct tou dans le delta du Nil, et de jours viser une ,olution poli jeter leurs bombes. Ils ne tique, rclamer uniquement craindraient pas d'accepter l'appllcation inconditionnel la lutte avec les MIO pilots le des dcisions du Co1 1 :,eil par les Sovitiques. Mais le de Scurit en date de No ministre de la Dfense, Movembre 1967; et on affirme she Dayan, a dcid d'atten que Nasser ne veut gure dre pour savoir jusqu'o se plus. Mais' les rcents vw risquerait le nouvel adverments permettent aux Isra saire s'il irait jusqu' la liens d'admettre que Moscou zone d'oprations le long du veut envenimer le conflit. canal de Suez, ou s'il se con Les deux derniers coups renterait de dfendre la se de main gyptiens sur la ri conde ligne gyptienne. Dave Est du canal de Suez ont yan veut galement respecrussi, il est certain qu'il :, ,,..._~~,....,_,....,_,;--./_,.-../,,.-../,;,,,--/.;,,,--/..-<.t.;..:.1;.-<.t;,; 1 1~ ~\ I! ~(. {( i~ t( t~ t, t1,, .tt f(. t( t<. ~(. t<. ~( ~(. 'it UNE AFF.AJRE TRES SERIEUSE DIMANCHE 28 JUIN FETE DES PERES I~~ a tout rserv pour faire plasir Papa L'Utile et l' Agr~ble 1!!tl11111,,11,,,,11,,11 ' Mgr Augnor, Evque des Cayes, Mgr Peters, Auxiliai re des Cayes, Mgr. Ligond, Archevque de Port-au-Prin ce, Mgr Dcoste, Auxiliaire de Port-au-Prince, le Pre Marius, Cur de la Cathdru le des Cayes, le Pre Verdier Chancelier de l'Evch des Cayes. le Pre Lafontant, E conome de !'Archidiocse tous les prtres du Diocs des Cayes tant sculiers que religieux. les Docteurs Ver rier et Jocelyn, les Soeurs de l'Hpital, Les Infirml,wes et Elves Infirmiref> les Soeurs de !'Externat.' de raud, de Duels, de St-Jean de Maniche, de Torbeck, le~ Soeurs d'Elie Dubois, la Di rectrice, les . Professeurs et les Etudiantes de l'Ecole Nor male des Cayes, les Soeurs de !'Evch toutes les Corn munauts religieuses de la Ville des Cayes, les Anima teurs et Animatrices du Cen tre Culturel de l'Alliance Franaise des Cayes, tous les amis des Cayes, de Tor beck, de Camp-Perrin, de Ca vailllon, d'Aquin, du Vieux Bourg, de Port-au-Prince, de Jrmie, de l'Anse'--Veau, de St-Louis du Sud. Ils les prient de. trouve1 ci !'Expression de leur pro fonde gratitude pour tout le rconfort qu'ils leur ont ap port dans leur douloureuse preuve. ' Les Cayes, le 24 JUIN 1970 Deuxime recette . On fait macrer, pendant huit jours, deux corces de ci tron dans du vinaigre fort. On badigeonne les verrues, deux fois par jour, avec ce vinaigre. Troisime recette. On ~reuse un gros oignon; on remplit la cavit de sel gris. On badiogeonne les ver rues, matin et soir, avec le li guide ainsi obtenu. Valise perdue , Notre fidle abonn, M . . 'l.n tnor Louis a perdu sa vali se. ce matin, dans la Cour de l'Institution St. Louis de Gonzagm La valise con tient des documents et pa pier, importants. Aussi, se rions-nous heureux si ce lui qui retrouverait cette vali ~e voulait la dposer au bu reau du Journal. Machines coudre LA MADONA Parmi loo toutes meilleures sur place. En stock avec toutes les ces dtaches aussi pour votre garantie. En vente ii la TIPC0, Place Geffrard. CAMERAS 8 ACCESSOIRES ,:~t!~"r~ :\ NIKON CANON MAMIYA ASAHI PENTHAX 0LYMPUS IONICA llINOX BAUER RICOH POLAROID TOP CON BINOCULAIRES LENTILLES INTER~GJCABLES APPAREILS A FILMD PROJECTEURS SUPIIR 8 r

PAGE 4

------------------~....... -------------:--:...._ ______ __, ____ VEN~-D-R~E=-DI 26 JUIN 1970 :,{ Connais•ce d~Baili ,,) _(Suit~. d la 1re page) Des annes et des annes ensuite, je poursuivis mon enqute policire travers les dessous de notre petite histoire non crite afin t:e retrouver les cttalls e Tas sass\nat perptr au Cap Haitien et que la vindicte po pulaire continue impitoya blement fltrir durant la saison des festivits u mar di-gras, non seulement dans tous les coins et recoins de notre territoire, mais enco re er:! Rpublique Dominicai ne (surtout dans les provin ces septentrionales et occi dentales) ainsi qu' Cuba, dans la Province d'Oriente (celle qui est plus prorhe d'Haiti). te sans devoir la plltique _ses moyens d'existence. Le terrible tremblement de ter re du 7 Mai 1842, appel en core dans le Nord !'EVENE MENT, avait modrment endommag leur maison de la partie haute du Cap, la Rue Espagnole (elle porte maintenant le nom du Grapd Batisseur de la Cita delle), tandis que les ruines couvraient les trois quarts de cette ville splendide, que le gnie du progressiste Roi Henry Christophe avait tant embellie de 1803 1820. dans la fmille.Bruno Mail sait d'un macabre colis plu c.aP, H. reaux. Ain (6). M 1 t tt d' d t ars. dehors dti Cap, . . . au comp visage en carton du manne quin est toujours de couleur claire atin de souligner que la victime tait de race eau casienne) et cnantant les paroles de la mringue ,,ca. Madan Bruno QUI ETAIT MADAME BRUNO? Le Prsident Boyer s'tait stupidement rjoui du mal h eu r du Cap : a p r s le sisme, son Goveme men t n'avait pas daign le ver le plus petit doigt en fa veur. de la glorieuse Cit mar tyre, comme s'en est plaint Madame Bruno ippartenotamment l'poque un nait la plus haute socit tranger ami d'Haitl, le Pas hatienne de l'poque. Mes teur anglais BIRD , fonda recherches dans les regis teur du Collge Bird (2). tres de l'Etat Civil auraient fastidieuses pour trouLes Rues Espagnole et du ver son nom de jeune-fille Quai avaient les deux dans un acte de mariage premires , voies complte la date inconnue. Il semment dblayes seulement ble qu'elle tait port-auen Juin 1843 lors de la tour princienne et aurait fait les ne dans le Nord de Rivi meilleures tudes dispenHrard, accompagn de ses l'poque, en notre plusieurs rgiments. pays, aux jeunes filles des Grce Guerrier, .?ietTOL, classes sociales les plus le Rich, puis Faustin Soulou ves: en l'cole rpute de 01 1 P l'activit commerciale Mme Buenostro, la Capiavait lentement repris au tale. <.,""' de Hl<~ 1851: les mai sons taient peu peu releElle tait devenue l"pouves de leurs ruines, les se d'un des hommes les rues progressivement dbar "plus aiss du Cap, Bruno rasses des dcombres: les Maillart. S'il faut en croire navires y apportaient nou mes informateurs. la mre veau marchandises de Fran de son mari tait issue d'u ce, d'Allemagne, d'Angleter ne des plus illustres familre, d'autres pays d'Europe, les de Port-au-Prince, au des Etats-Unis d'Amrique, sicle dernier, les BRUNO, v chargeaient caf, cacao, qui furent des commerants acajou, campche, sucre (2 aviss, de grands planteurs, ou 3 manufactures christo des avocats et mdecins cphiennes avaient remi lbres, de comptents duca ses en marche tant mal qufteurs (1) bien l coton. gaac, cailles LA POSITION SOCIALE de caret et autres DES MAILLART Les Maillart taient ns affranchis soixante ans en viron avant !'Indpendance Leur auteur Simon Pierre Maillart, l'un des plus fa meux intendants de St.Do m1ngue (1739-1751), distri buteur de terres. de prben des, de franchises. de droits exclusifs,, (n'.avait7il pas ra lis de considrables pro fits dans la fondation de Port-au-Prince et le lotisse ment des habitations cir convoisines). avait riche ment dot les enfants adul' trins dont sa cohabitation avec de belles, jeunes et ac carte,, esclaves l'avait renu pre au Cap, aux Cayes (Tor beck) et en d'autres villes de la colonie. Les revenus de la famille Maillart du Cap devaient n cessairement augmenter LA PREMEDITATION DU MEURTRE Dans les cinquante ou soi xante premires annes de notre Indpendance. de jeu nes franais, taient admis comme prcepteurs des en fants de parents aiss. Nos commissions locales d'Ins truction Publique leur fai saient parfois subir un exa men sur les matires de leur enseignement car, en plus des leons aux rejetons de plusieurs familles amies, al lies ou voisines (rejetons lors groups dans une de meure) ces maitres particu liers, arrivant en Haiti sur contrat ou dbarquant 1a: venture sur nos rives, taient ventuellement, enga gs comme professeurs dans nos lyces. dans nos coles secondaires ( 3). prs rindpendance: : de Ainsi, un jeune blanc fran membre de la classe interais, attir par la renorn mdiaire,elle tait projete me du Cap, fut accueilli ar . . que un cas e con reLe ,r_Gouvernement impCepend13:nt, la famille . de te-gouttes certes, cat cela Le lendemain soir, attire bande. rial se rangea l'unanimit la me1,1rtnre dut abandon.,prit du temps' en Ioncti on par un lger son ~argei:JW:il La meurtrire. gr~vitait la suggestion des Mi ner le Cap devan_t l'ire e la des moyens de communica~ que son oue fine avait per autour d'un chelon sLlev ni s,t r es : trangle r population et vendre :ger i;ion l'poque. Deux 0 u u, Mme Bruno mettait de la socit que les officiers sans Jugement la coupable te mai t bi l'oeil au trou de la serrure subalternes s'empressrent afin d'viter tout scaritiale ' sons e ens. Les trois ans aprs, la vindicte de la chambr du prcepde prvenfr les p:Lus hautes susceptible de rejaillir sur Maillart des autres Villes populaire se dchaina dans teur ... Elle se rendit campautorits locales. Le as se notre jeune nationalit du d'Haiti, ~ui n',t\l,ien.~ d'ailtout le pays par des manife; te que le pantalon sousrvlait si facheux, le mobi fait d'un crime si crapuleurs _allis qu au Sixim.e de 2.tations de haine rtrospecti pied, la mode Louis-Philip le si crapuleux, les circons1eux, commis par un memgr avec ceux du No rd ten ve con~re la meurtrire L'a pe, de l'instituteur tait rete tances. si aggravantes qu'un bre de la plus haute soclremor_itant , leur gniteur version gnrale se co~crti nu la taille par nlle large courrier-exprs fut t. commun, 1 intendant .dont s. au Carnaval. Le Bel Air ceinture goussets secrets, ch l'Emperiur Faustin LA VINDICTE POPULAIRE )es res~es _reposent encore de Port-au-Prince donna le propre lors aux marins. Le par le commiss. ire du Gau S'EXTERIORISE dan~ . 1 Eglise de Torbeck) branle avec le groupe dsor . h ti lt 1 G W hi modifirent au plus vite l'r mais populaire d'un masJeune omme en ra que vernemen .. t. e_ or es as ng L'excution: eut Heu secr th h d 1 ques grosses pices d'or, ton Carv!l.lho 5) et lelDotement la Prison Civile du ograp e e eur nom. que hablil en femme parcomptant et recomptant son yen du Trlbuna.l Civil du Cap, sise au Champ de Malgr ces sages_ prcautant• sur son dos un IM.nne pcule la lueur de la 1am tions, la rumeur filtra e. 1 quin costum en . homme (le f;~/nunle d'un miroir rf.lec r-------~-'!'________ ...;, ___ ,'-4+-----•~------------------..a Cette boutgeoise instruite, / . / aise, mre de famrne bien L 1) ." \r ;~\~St ;:rti~~i;~\~~~! p~~: 1 . es .Qandes \ Dessines du ser par le dmon. Elle se re d• ' tira sans bruit de son poste Blon d'observation et tudia corn ment raliser le roup qu.'ell~ avait projet. L'ASSASSINAT DU PRECEPTEUR La tradition orale n'a ja mais parl du mari: tait-il mort l'poque? Mme 13nmo Maillart se munit du plus grand cou teau de la cuisine, l'affuta soigneusement sur les pier res meulires garnissant la margelle du puits central de la cour et attendit que la nuit fut plus profonr.e. Nouvelliste se~~i~t PJ~iirr; 1 tch:~~;:.~:L\~ , ________________ ,, ___ , ________________ ;,_ __________ _,! prcepteur, elle lui plorn~e~ plusieurs reprises dans la poitrine le coutelas bien ai guis. QU(lnd le sang se ul coagul, la criminelle, qui vait mis en lieu sr ll'., doublons, chargea sur son dos le corps fluet du ma'!ffl' instituteur, en retenant par les deux bras,_ pendants des deux cts de son cou, le ca davre non encore roidi par la mort. Elle sortit de sa dl' meure et suivit l'une der rues perpendiculaires au ri vage afin de jeter dans le mer la dpouille que les re q1lins et squales marteax du Has:::in Haut d"Eau (Ro c'.ol auraiPnt tt fait de dpecer. Mme Bruno ruminait sans doute ce qu'eilt> rpterait ,\ cerne qui lui demanderalen L des nouvelles du jeune hom me aperu chez elle du rant toute une journe: le petit blanc: peu satls,ait des conditions offertes, ~-;: tait rendu la Capitale A ww encoignure le Destin vint interromprP s~s cogitations sous les trait:; des soldats d'une patrouillP qui. sans forme. ni procs, arrta la passante solitairP po1-1r vlolation des rgle mPnts sur la ,retraite bour geoise (4). Au poste de la Douane la Rue du Quai. o fut conduite la contreve nante. les militaires se ren dirent compte qu'il s'agisCa Madan Bruno . '.. > Famme_ port gaon sou dos Ca Madan Bruno ... .(5) L'Empereur ordonna l'ar restation des •gens ainsi guiss. 4ussi, durant tout le rgne .de Faustin 1er les bandes de qMme B~no• n'osrent-elles pa;; gagner les rues, l'poque du Car naval. En 1859, Geffrard ne st pai, maintenir l'interdit dict par l'Emperer S~cond contre de tels masques. En 1864, lors de la regrettable affaire de Bizoton (Congo et Jeanne Pell), le Prsi dent Geffrard ne sut mal heureusement pas non plus.• s'inspirer du prcdent sa ge et patriotique donn par le Gouvernement prvoyant et nationaliste, de Faustin Soulouque l'gard du cri me de la draisonnable Mme Bruno, afin d'viter que des ngrophobes s'en emparent pour une facheuse propa gande contre notre Jeu1w nationalit. Grard JOLIBOIS NOTES (1) La coutume a prvalu longtemps en Haiti comme en France d'ailleurs ou aux E.U.A. de donner comme pr (Voir suite page .,6) aux premiers rangs de l'li1 Les Pneus Mohawk roulent sur j i toutes tes routes du monde g 1 1 A travail gal Mohawk donne ; mieux et cote moins uile dtergente ESSO L'CT&\ .... .. ' Beaucoup d'a~,d.nent des tas de , ferraille rpidemenfparce que les -niparationsttu moter trN collteuses. . b satt&, r~ et la.chaleur se ,narlent pour former la boue, la rouill~ . .t Je charbon que tuent le moteur rapidement. Pour viter tel lnconvenlent les ing6nleurs en lubrification et moteurs de Esso Research ont en~• une nouvelle huile _aux ~s de moteurs ,,,, :, . . . -aujDurclbul. C'est la nouvene huile dtergent• ESSO EXTRA Utilisez-la et vous vfter~z que la corrosion, la boue et le charbon abment l'intrieur du moteur de votre vqiture. Le mote.ur restera plus propre. Et plus U sera propre plus longtemps U vivra. Si vous ne voulez pas que votre voiture soit un tas de ferraille rapidement, utilisez la nouvee huile d4terient. ESSO EXTRA.

PAGE 5

VENDREDI 26 JUIN uno cl.li ~tJVE..L18'1's. te,s 18ipl0Qlies de :11co1e des Arts ,. , , ,,. , . ,rllaaaen delWnae'alllre ' Dimanche. dernier, 21 Juin, programme a;tlatlque et une c'eat devant une salle,ip.reh~ prse,ntation patronomlque comble qu'eut lleu la remise totalement diffrent. . 1re qui se, . dv.oe corps et A. sur h -mlrolr, •Plc des diplmes la dernire Ma.clame . Jl'ol•nd,e Plumpromotion de l'Ecole . d' Al'ts s .niet.;J e~..1!4 qUallt6 ~e Repr-" Mnagers. fonde et dlrlge, 1 ,tJ~tant ,ffltel •,du Dparte pe.r..Mme. Gilberte Paillre, .. ment des Affaires Sociales a Ptlonville. l'Ecole a connu port tmoignage une secoll n succs gal celui de l'ap. de tols.,aw:.-1& com,ptence et he de~lre, mals avec un le dvouement de Mme Pall ~/ atreHoroscope . . SAMEDI 1'1 JUIN }970 me; afin de.OQ1'1'JlSpondre au avec goQt et grand a mouvem~t,.,.,. ,,iascensionnel . Mlle-Viviane Ellacin, Law:a d'Haltl ,dans,,ler,tour18Dle et te -en pt1sser1e. Mlle Jeari qui riclame C)DllD.e 'tel des nette ,Volgt; I,iaurate en p personnes. p11daJ.tement qua -1l1sser1e a ralis un l!-roport litles pour faire face aux avec un chalet d'accueil ofl. -responsablllts. de la cuislne talenll eJQ)08s des produits haltlenne. Pa11.;de tourlame d'Haltl : Caf, Rhum, li sans ,,gastronomie, et ,pas de queurs; La Laurate en bar bonne gastronomie sans des a prparl des Oockatlls arc coles spcialises et quall-en-ciel reprsentant le dra fles. ' peau haltlen et le drapeau , Au ,cours d'un programme italien disposs sur une re l'lche .et slectionn dbut marquable pice ralise par par l'Hymne National, 11 Y la Directrice de l'Ecole dans 21 .MARS AU 20 AVRIL (BE VEMBRE (SCORPION): Exami eut des pices. prpares exlaquelle talent reprsentes LIER): Le. .influences assez hos nez l e II efforts de la semaine clusivement P!lr les de leS ... Certains peuvent Beaucoup d'erreurs et de faux ne Dumornay, Mlle Moniq_ue avoir des mobiles que vous , ne pas pourront tre vits. Ecartez Malebranche. comprenez pas, mais si vous fa!le.s extr'mes. Mme Jeanine Germain, tes un vritable effort, vous ne Mme Leonce Limousin, Mlle les trouverez pas au8'Si compliSI VOUS ETES NE AUEdith Th. Germain, Mlle Em gus que vous croyez. JOURD'HUI : Vollll tes tradima Gu1lloux, . 24 AOUT AU 23 SEPTEMtionnel, pratique, confiant, aiMlle Erttth E Germain, BRE (VIERGE) : De belles inmant votre foyer, spiritualiste et Melle Marlne Guerrier. f!uences de Mercure clairent vo cultiv. Malgr une forte attiran Voici les pices prsentes tre vie professionnelle et person ce v&a .Je scientifiques, vous go quel l!aurrtentcud 11 esnacihreef .. s dJ'oameubvorne Aprs un tel succs dans cet art dlicat oui dmontre le degr de civilisation d'Hai tl!, car selon le mot imm6rtel de Brlllat Savarin: cdis nous somme~ en mesure de recevoir les Rois et les Princes les plus , exi geants du monde. L'Ecole or ganise des cours Intensifs d't qui commenceront le 7 Juillet. Les personnes inscri tes ce cours subiront les examens officieJs en septem bre prochain. nelle. Dans la premire, avantatez aussi l'art, Je muaique et les d ges esprer; dans la seconde, a conversations Intressante.. VoU1S aux fruits et la gele, ra----------mitis intressantes et nouvelles. tes rarement ,atlsfait de ce que Us par la Laurate des lau 24 SEPTEMBRE AU 23 OCvous savez et, en dveloppant rates, Homard Cardinal par TOBRE (BALANCES): Des act! toujours vos connaissances, vous la Laurate en cuisine. AVIS L'Ambassade du Mexique port la connaissance du public que les Visas et docu ments migratoires qu'elle d livre aux touristes et diants haitiens sont entlre ments gratuits. -MAGIC .CINE Une actlordort mou'1'emen un mlm>,e ~C.Ctlri,:~. v~ ajpe9,fltl"\t CQIII imanehe a MAGIC CINE te, solide,-et-soig11eusebltrtl".tan• Ml~mullimm df:S mo me une cobG&Ullat.u.on 1rr6 L'ETRANGLEUR prsente. rr,,r:-;, , rine.n•nde.iauapeue. >lSlnLOtr fragable. DE BOSTON Une thse .. pleine _c!e vt .C.Ae'l'ELnaa4.t le v~ . Ce aet&; ,,11Qtr"' prochall bon film policier gueur et dejustific1.1.tt.on; une ~ympe.thtqUe, au. _re(l~ ~\lpetacle. . TRANGLEUR belle composition de• , Tony•, pl.de1"' oeuvre d'un_e belle facture, son d6roUlement paisible, d'autre part l'a,,sasD'un~ intelligence du cinempreinte d'une puissance , _ Sublime pa.r son essence. sin sadique. m'.l qu on se plait .s.luer, d!amatlque peu commune au Poignante da.na aon action. L'ETRANGLE~ Carlo LIZZINI, aprs avoir si. cmma. , Pn>d1g1'use par aa nallsa• DE BSTO : gn d'autres productions de dQUIESCANT> c'est LOU taon , Plusieurs meurtres par an dasse , ,. exceptionnelle, nous CASTEL, un homme qui a la LES H.lilROB gulation commii; sur de fcm mopc>fe auiourdhui ~RE Bible datlll une main et son NE MBURENT JAMAIS mes ages. L'investigation de QUIESCANT, y l'lln ret1oupistolet qui ne pardone point La plus aud.d.cleuse des op la polic-e aui suit toutes le:, ve le mme go;,it PUl' les per dans l'autre. rations de ~rrel ,La mlss!oi: pistes, recueille toutes les ln sonnages aux prouesses sur~REQUIESC~>, p 1 u s la plus prilleuse, le dra• dices. prenantes. A part. des sauen qu un western, est une oeume le plus sauvage du der L'E'IRANGL;:;t,n ces chocs d'une densit lnvre de (:lasse, ou les :passions nier contllt mondlal DE BOSTON. cr.1y'.s mitrailles cuel\llr la phh -, sirs, le Directeur G."lra1 d'e s de souligner l'entregent Uvreuse des victoire;;. l'Office, M. Edouard c. P.ul des autorits locales parttcu LES HEROS et M. Abner Prada, expert llrement du Prfet Franck NE MEURENT J,\.~:\T::l en alphabtisation fonction Geffrard; du Capitaine Char Pour autant que les 11oldat: nelle. les Antoine.et du Magistrat blesss meurent debout on m ru A 1 eMs icrheabnaltaieisrs' od1e1 1 a,apbaarttoco 1 ur La visite des barrages de W1lliam Gaston qui avec leur meurent jama'~. Je~ t•",o~ cl~ lgance coutumire se sont , cette fresciue infernalP k:rlen construction, rlg sous Pligre et de !'Usine en cons mues en la circonstance en ront alors l'une des palJ'.es leE l'gide de l'Action commutructiot>. devait laisser les clceronnes pour le bonheur plus glorieuses de la guern nautaire, pris contac:,t avec uns et les autres bahis de de leurs notes. de 39. les lves des divers cen,tres vant cette oeuvre gante en LES HEROS de la ville et visit galeNE MEURENT JAf.L\1S ment les travaux en cours U.n drame d'un poids ~cra,' de l'Us!ne hydro-lectrique sant o le jeu puls.samme:1t Franois DUVALIER de Pl! B nqu Nationale artiCUl d'acteurs de classe gre. A cette randonne, les a e t:onfre plus de sau •::c.i.ge grau sminaristes taient encadeur cette superprcuction drs du Directeur Gnral de la Rpub11que d'Ha1 .. ti traverse de bourra,-.ques de de l'Office, M. Edouard C. . feu, noircie par la poitdre et .Paul, de l'inspecteur empourpre de sang . rai M. Grard Fcu, du DlBanque de l'Eta. t. H8.l-tien lJn spectacle pathP'.lque o recteur de la division d'Actout flamboie et qul ne la.istlon Communautaire M. se aucune fissure par o saiCharles Antoine, de MM. Ab Devenez votre propre Comptllblejn ouvrant sir la ligne de p:-,.r\,JJe ent1e ner Prada et Gabriel Araisa, t d Chq l B N . l'vnement hi.st6r1que et sa ,dts deman~ront plus de rflex atteindrez des but'B lev. si voua Voici une pice sensationnel xion, notamment les recherches refrnez la tendance habituelle le: Un charlot train par un artistiques et les relatio person aux natifs du Cancer de redouter gateau dcor avec de magni nelles. Vous aurez affaires des l'chec Renforcez constamment fiques fleurs en sucre. Deux force• insouponnes et il faudra votre confianee en vous et ne tra amoureux sous une ombrelle des plans plus minutieusement vailez jamais avec ceux qui audisaient aux passants Bye labors. raient tendance minimiser vos Bye et le charlot lui-mme 24 ocTOBRE AP 22 NOefforts. tait train par deux cygnes experts du CREFAL un comp e e . ues a. anqu at1onale transposition l'cran. 1970 A. Mirebalais, l'htel de .. . . Entre $ 0~60 par personne :~_._:_:, CO LES Por-au-Pce., le 24 Juin Poulets Desqlll'On Livre $ 0-46 Caf Modart 0. Maizaa 14 oz. 3 pour 0.74 CONI Flakes 8 oz kello12. 0.44 Crme .Nestl 4 oz. 0.26 , Olee •Maraarine ,Pbn S lbs 2.46 C.C---Mel 6 pour 1.32 Confiture Fraise Kraft 10 oz. 0.58 Coantare OrM1e-L1Ptoa 16 oz. o.ss Fralts Cocktail 8 OL Llbbys 3 pour G.74 Hulle Mazola 24 oz. 1.13 Spaghetti CateW 8 os. 3 pour 0.74 Macareai CateW a n. J pour 0.74 SDaghetti Arlet1aln 16 oz. 0.37 Macaroni Arlequin 16 oz. 0.37 ' .Yel'lldcelle Ylctory 8 OL 0.18 Sal'dlaes Amiea 0.61 Flageolet Allde~ Fin 15 OL 0,48 Petit Pois A/G 15 oz. 3 pour 0.99 Mas en Crme A/0 15 OL 0.37 Bpinartr , J .OL A/G 0.33 Sardines Adl J poar 0.54 Jamsy Cooldes o.18 sarette• Assorties 1.11. o.,, _/•" Hulle Crystal Gallo• et Citadelle 2.58 SUPERMARK ETS LALUE A VE. CHRISTOPHE PETIONVILLE VENTE SPECIALE TROIS COLES LE SAMEDI 27 JUIN 1970. f~ --\ BOISSONS .; ... c1 GIJURMETS C ' 1 . ' h t C' j 1 " 11 u. 1 ' 1 l ', 'f ', . cc: , \cl r Jl flllL , 11 Oeufs Desquiron Lrle Douz. Ovaltine 16 oz. Gerber Mixed Cral 8 oz. Carnation Non Fat Liquide 14 Jus de pomme 32 oz. Moltts / Soupe Campbell Vgtable J pour Souoe Cambell Crea~ Chicken J pour Sauce de Tomate 8 oz. J pour Farine Importe S lbs. A/G sucre alacer Dixie Jmp. Cerise Maras. 4 oz. Kraft Miracle Mayonnaise 16 oz. Dana Lancll Tongue 12 oz. Spam 12 oz. Jay Blrd t&alldsse 4 oz. Salad ;J)NSSIII 8 OL . Assortis Red Devit, TaNSCO Sauce J ... Moutar~ French 6 Gel Black Pepper (Poivre) 1. 1/ C H v1na11re Import Litre Sel de Table 3 pour Bire. Belaelrea 6 poar Whliky Wlllte Label Ricard Pastis Vin Rose Remy Pannier C~e Cacao Marie Brlurd Ganda Yermellth Blanc 8 ... lt. GRATIS :'ttGRATS \ ---, ''.oRAtls Si, elle., por.t , _:,.,, ro ~• s , 1Jtcr.qJo-..: ... 0.36 '-" 0.30 0.22 0.94 0.79 0.87 0.67 1-44 0-48 .0..32 0.70 us .. ,. 1.2' O.ff 0.'8 U9 uo 0.51 ,.se 1.88 4.29 u, ... , 2.23 2.29

PAGE 6

.fAOJ!l 8 c , i ;j , , . C 1. Le-Vloiet(e en deuil ., . . RtJUCOfl:Nlf ' L Violette ' ..c. a la douAvise leur d'annoncer la mort sur '. ,, t:~~~J? 1 ~,~~t~'n '.de C~ OHOUCQ,mE a le regret d'in t,~:_ip~~n de i~u~~; former ses nombreux et fidles cllents que le Night-club , , PlUB fidles partisans: Anto1 sera ferm le samedi 27 Juin par suite du dcs survenu nevfot;~~'e fervent, Sanon ,le 2~/Wn);lu f~ndateur.de cet tab~ment Mr. Domini me manqua jamais une ocque MARINI J . casion pour apporter au Club tout le concours possiJi t , ( Ption-Ville, le l?6 JU1n 1970 ble. La date et l'heure des Ill _ ri~~"' i LA DIRECTION funrailles seront ultrieu~ rement annonces. Que tou~~f" -""'*'""""":nb!jlhSUs,; ...... ,. .. ,.,.,..,,,.,.,.~, et famille reoive les sym. ' .. pa:thies de l'Association en '.i'!i!. ' . . ' : i M ,,JN"STANTLAJ.V&', ~e aussi triste circonstan. (Si1ite) ' Av.i.nt . (l ! ~tre . •gnrous :,e est rentr e Wasl!,iI;gton hier matin . Il s'y in1t ren rtu, en vue d 'a ssister au ma nage de son fils Robert. Le 0 L< juin dernier. celui-ci a pous Mademoiselle Monique xxxx , Solange Jean Gilles esi sa t1s!altt"' de . so;1 sjour tranger. C'est lller matin q1;1'elle est rentre. Elle a pas se treize jours New York. xxxx Monsieur Bertrand Labou rie, de la RLR .Lnen1atlonal 'Tracte, est repart! our ParL hier me.tin . Me:,sleuB Rvell1aul. Labo\!rie, et Ramez. sont des grossistes . .; reven dent des boutiques parisien nes des articles de l'Art.l:sa nat halt!en, pruvien, et ex trme oriental. I,;,,rue. Non1' formons pomce xxxx cuuplc lies voeux Je bonheur. Jeanne Alt!dor est partie x x x x pour New York hir!r matin, Hier matin , est repartie l!.'Ue s'y est rendue en quali pour Shreveport, un centre t de touriste. Elle n0,1s re industriel de la Luuu.1.;.1,e, la viendra dans quelq1ws io11rs, femme du Dr Jean L. Brlerx x x x re. Cette voyageu:;e, qui est C'est le premier voyage en la soe ur de Madame Daniel Iiaitl rie Monsieur bulllltel Da Eeauli <> u , vient de pas :; er qua v,m. Il est . venu rg:er e:; af torze jours s ur le sol 11atal. falrf's id . Il r•_•prsente Eile s 'e st fixe aux Etats Umy Martin,. nis depuis quatorze aru,. , x x x x x x x x : ;,; , '.< > 0 ' '" ' ' ,' ' ~~ ' :P.fame Guy 13faneh•Hd FrPddy Elie, ex-i::mde ven'e Moscosso, Max Dgand, Madame :i W ashi ngtor\ . Il I)llssera ici , , B,~nchard est la nice par l e . , v'l;,anre s d't. 'f: :' : ! ' alllnce du dfunt. A b nr d du. mme~vlnn. est rentre D1rn1le Bonnefll. Elle tudie l'EducatiC;\} pr-sco Dcs de Mme Jaire dans 1'10:; x 5; l"'.elion lJOY Le Comit du VAC invite tous ses amis assister en grand nombre aux funrail les du regrett disparu. Comit du VAC DECES Pax vma anno11ce le cs survenu le 22 Juin en cours !'Hpital de l ' Univer sit d'Etat de M, Antoine Thano. En cette pnible circons tance, Pax Villa et Le Nou velliste prsentent leurs sin cres condolances ses en fants: Dr. Andr Cantave et Mme ne Marie-Alerte Thano, Mlles Gynette et Ed wige Thano, MM. Jean, Kesnel , Roger, Patrick Tha no, Mlle Rachelle Thano, A se s frres Max, Sa no n. a~,ston, Dupuy no et Mme, ses soeurs Mlles Aline, Lucie. Jane Thano, ses neveux Mme Auguste St . Juste et enfants Mme Edmond Case!, ses neveux et nices, Michel, Charles. Ernst, Marie, Eve. Yanick, Marie-Carmel et Gi na. A M. Gilbert White et Mme ne Gladys Thano, Mme Laure Rousseau, ses cou sins et cousines, M, et ivme Jean Faucher , M. et Mme Sem Tbano, M . et Mme Ar nold Thano. M . et Mme rlck Tbano , M. et Mme Gou tran, M . Brunot Philippe , M. et Mme Erick Mayas, M. et Mme Edner Etienne. Mme Vaina Perrin; Mlle Adrien ne Thano et tous les au tres parents et allis affec ts par ce deuil. Les funrailles de M. An toine Thano seront cl1an ~es le samedi 27 Juin 4 h. de l'apri>s-mldi en l'Eglise du Sacr-Coeur de Turgeau Le CUllVOI p a rtira de la s all e paroi ss iale o la dpouille mortelle se ra expose s 2 heures . M ar ie S ol ange F onrose et Eliane . Miu 4 qu~ncty ; deux iir,c s fleur s :11,dl,:.i.::;es. ceux p:,,qui.se s ci ?t n s en ses des Bal lN :; MJ.rtiniqnab. Elies 1ious ,nl dit l e ur j o ie 'tr2 en HaitL Elle, ga,cien~ J','!"poir o,1e ! a P e rl e d e.s A, Ulles les r1,cl,anter/ : car :enr;c; c-m hreux :i.mis hatiens dt la M~rtiniq).4e, leu! e.1 c,,.t (,t le pt1 :<; grai'id ' bien . Nous annonons avec in!ilhCLIL cie 1-):eille la triste nouRemerciements veue ~ctn dcs de Madame , r'et1011 , t,uy, ne Poreciana Mercier, o rlg-inaire de Cavai! ion, :,urvenu en :;a rsidence au (.;a11:.p e \ien, le \enr'redi 25 juin lfl ' iO. xxxx Mcns1'r ' Arnold I;iair. est rentr cie voyage hiu maUn, Le s8medi vipgL Jum dernier, :i H n lly Cri:i ss Church dr New \ ork, ii a conduil l'autel sa fill e Marte Claude, et ;\lnns;rnr Gn ro ld Dmos~h ,1rs . Pu i ssent ces nouveaux mftri s onnaitre de , longs . de bonheur 1 xxxx ' En cette pniole circons tance, Pax Villa et Le Nou velliste prsentent leurs sin cres condol~ances son poux Moru.ieur PUon :;;.,i,, ses enfant,s et tous les au tres parents et all!b pi cu vs par c1: deuil . Les funra.llles de la regret te Mme Ption Roy .seront chantes demain matin 8 hem-es en l'Eglise n Sacr Coeur de Turgeau. Le convoi parHra de la Salle Paroissia le o la dpouille mortelle se ra expose: ds 7 heures. M6n s ie1 tr Jacqus ' ' Babuun ~.,fi~i:~ h~e:xlc~a:t: . 3abnram .... v r:?: avec ses enfants EH; brth et Tuny . j, , f, . , Je mapp e :Ie Alix Luc: Domerson . Venu au monc :1 ,Nw i <'r<". ll' '.i .T1,1\n de:s , oux Dabelmar DnlersoH i\1me ne Da.niella Flacide, .ie suis l'ari de lJ. famille. Je m E por mnve:!Je. Mes parEnts sont dans la ~., . ,/ ' :-; ,; ,' ' :, /. . ' . ' 1 ' { a1881'""&'JDDacLylographle Bilingue : 3 6 10 mols , .... t cl.& NOtJVIILLI8TS• ~ de Mocfes E.leeantisswma , VENDREDI ~l!mt!m ~1 1 f ~ .





LE

——-






' Directeur

Administrateur :



No 29,008



_ QUOTIDIEN |.
Pius ANCIEN D' HAITI

; i FOnDE en ve.



et Rédacteur en Chef :
LUCIEN MONTAS ,
M2" MAX CHAUVET




Cloture des travaux du Séminaire




de la Croix Rouge Internationale

Les travaux du Séminaire
Régional des Sociétés et des
Ligues de la Croix-Rouge In
ternationale qui avaient été
inaugurés le Lundi 22 Juin
en cette Capitale sont arri-

vés & leur phase ultime au- -

jourd’hui.

Une trentaine de délégués
venus des Caraibes, de ]’A-
mérique Centrale ont repré
senté leurs pays respectifs
ou des Organisations inter-
nationales comme IVONU,

Waa, PU. cre’, VOM, .e

VM ete A ce congrésrot des .

communications intéressan
tes ont élé présentées sur
ja maniére d’organiser les
Services Régionaux de la
Croix-Rouge, sur le mode
d’organisation des ressources
de toutes sortes pour sauver
des vies humaines, soulager
des miséres 4 l'occasion de
catastrophes naturelles.
xxx

LES COMMUNICATIONS
D’HIER

Parmi les intéressantes
communications présentées
au cours de la journée d’hier
il faut souligner celle de M.
Lonchamp, Représentant Ré
sident du Programme Ali-
mentaire Mondial en Haiti
qui a parlé de l’Organisa-
tion interne et des activi-
tés du PAM dans cette ré-
gion de lAmérique, celle de
M. F. Dresse, Représentant
de VOMS sur les mesuaes
médico-sociales et sanitai-
res que ’OMS peut adopter
dans des actions éventuelles
lors des catastrophes; celle
de M. A. Reynolds. “* VUNI
CEF sur la coope: “ven
tuelle de son of ome
dans le domaine de la méde
cine sociale, de la réhabili-
tation des populations frap
pées par les désastres.

, XXXX

UNE COURTOISIE
DE LA CROIX ROUGE
DE CURACAO

La branche de Curacao de
ja Société Néerlandaise de
ja Croix-Rouge a eu une in-
signe courtoisie a Vendroit
de la Société de la Croix-
Rouge Haitienne. La déléga
tion de ce pays qui était ar
rivée dimanche de Curacao
a bord d'un avion spécial
avait apporté pour la. Croix
Rouge Haltienne, un impor-
tant stock de produits ali-
mentaires, des vitamines en
trés grande quantité, des vé
tements neufs, du matériel
d@équipement pour les briga
des de secours, toutes cho-
ses qui vont permettre a no
tre Société nationale de
Croix Rouge de mieux orga
niser ses services intérieurs
et @étre plus utile aux

coramunautés en cas de né-
cessité. ;
La Croix Rouge Haitien-

ne apprécie infiniment cette
courtoisie de la branche cu
racaolaise de la Société Néer
landaise de Croix Rouge. EL
le y voit une manifestation
de Ventraide et de la solida-
rité régionale dans un ef-
fort commun pour soulager
jes souffrances ‘et les misé-
res des hommes.

a el

Trois nouveaux
puichets y seront

ouverts

Comme nous Pavons souli-

gné dans notre entrefiltet
@hier, Vactif Administrateur
général des Postes, notre a-
mi Alfred Dorcé est toujours
ouvert aux suggestions qui
ont pour but VPintérét public
_ef la bonne marche du Servt
ce des Postes. .
Il nous a confirmé ce matin
méme que nos observations
a@hier étaient bien venues et
quen tenant compte, il a dé
cidé aux heures d’affluence,
douvrir trois nowuveaur gui-
chets de vente de Ttmobres.

Les usagers de la Poste ac
cuetilerant, la nouvelle avec
plaisir. ,

©

Nous remercions notre ami

Alfred Dorcé des suites im-
a aiates quil a données &
nos suggestions dans Vinté-
rét de la collectivité.






SD HP EDT EP ER ES,

cs









LA CEREMONIE
La cérémonie de cloture
du Séminaire a eu lieu

ce
midi au local de la Croix
Rouge Haitienne 4a la Cité

de l’Exposition.

A cette occasion, le Prési-
dent, de la Croix Rouge Hat-
tlenne, € Dr. Victor Laro-
che, Directeur du Séminaire
a prononcé un important dis
ceufs- mettant en évidence
Putilité des travaux qui
ont été. e x €cutés au
cours ~de ce Séminaire
naire et Vintérét que les dé-
légués, les gouvernements
de leurs pays respectifs ou
de leurs Organisations ont
apporté & ce séminaire qui
a été en tout point un gros
succes.

xXxXxXxX

Cadeau Souvenir et
hommage au

Président Duvalier .

Aprés le discours du Dr.
Laroche, le Délégué des Pays
Bas et Curacao M. A. J. P.
Kusters obtenant la parole a
rendu un bel hommage 4
Vhospitalité haitienne. Il a re
mis au Dr. Laroche un Ca-
deau Souvenir de la part du
Gouvernement de son pays &
Vendroit du Président 4 vie
de la République, le Dr Fran
gois Duvalier.
fl a fait egalement un don a
la banque de sang ae la Croix
Rouge Haitienne, a offert
des fleurs & Mme Victor La-
roche distinguée épouse du
Pat de notre Croix Rouge, &
Mme Nova Wright de Dupuy,
Consul du Salvador, 4 Mme
Ingrid Roméo, née Roy qui
ont servi d’interprétes au
cours du Séminaire.

Le délégué de France, M.
Jacques Turin, le Représen-
tant de l’ONU, Mr. Kusters,
le Représ. de la Ligue de la
Croix Rouge pour les Carai-
bes, Gomez Ruiz, un fer -
vent ami de notre pays ont
aussi mis l’accent sur le ca-
ractére hospitalier du peuple
haitien et ia satisfaction
qwils éprouvent ad’avuir fait
oeuvre si utile.

La séance fut cloturée par le
Dr. Lauvinsky Fauché, qui y
représentait le Département
de la Santé Publique.

XKXX

Discourss du Dr
Victor Laroche

Messieurs les Délégués

de la Ligue,

Messieurs les Représentants
des. Institutions
internationales,

Mes chers Collégues,

En ouvrant ce Séminaire,
je vous ai dit combien la
Croix-Rouge Haitienne était
heureuse et fiére d’étre la
Société - hdte de ces impor
tantes Assises Reégionales
de la Croix-Rouge sur !a
Planification des secours en
cas de désastres naturels, et

les espoirs que nous riet-
tions en elles.
Nous sommes persuadés

que ce Séminaire marque un
véritable progrés dans lor-
ganisation des secours et re
présente un pas aussi déci-
sif que celui de Trinidad et
Tobago de 1968.

_La yolonté commune i:
tous les participants de par-
tager leurs expériences, de
rechercher conjointement
des solutions aux problemes
que pose la planification
pré-désastre et d’oeuvrer en
semble dans la lutte contre
les catastrophes naturelles,
ont donné lieu. 4 des échan-
ges de vue & la foils construc
tifs et fructueux. |

Les Recommandations et
jes conculsions cristallisent
vos efforts et cette volonté
d@étre utile & vos sembla-
bles. Synthése de vos és-
poirs et de vos’ aspirations,
elles expriment les décisions

Wun groupe d’hommes par-

tageant le méme idéal : ce-
Yui de vouloir mieux servir
Yhumanite. °

Votre Séminaire constitue
un exemple vivant de ce que
les hommes peuvent réali-
ser par la compréhension, le

césintéressement et Vami-

Qu’il nous soit permis de
rendre hommage 4 cet es-
prit de solidarité internatio
nale que personnifie la Li-
gue. Il est réconfortant pour
VYhumanité souffrante de sa
voir que cette Fédération
des Sociétés de la Croix Rou
ge s’efforce par tous Ies mo-
yens, non seulement de por
ter secours aux victimes de
désastres mais aussi envisa-
ge les possibilités d’aider les
Sociétés Nationales ou Bran
ches de la Croix Rouge 4 se
préparer aux actions éven-
tuelles de secours et 4 assu
mer par ainsi une de leurs
taches fondamentales sur le
plan national.

Nous vivons dans un mon
de fécond en de nouvelles
découvertes qui ont démesu
rément accru la puissance
de l’esprit humain et entrai
né un bouleversement de
Yordre social. Un monde ex-
trémement mouvant, aux
transformations rapides et
spectaculaires non seule -
ment dans le domaine scien

(Suite page 6 colonne 8)



Mort de Dominique
Marini

Lientreprise Celcis et
«ue Nouvelliste? ont le
regret de vous faire
part du décés de: Mr. Domini
que MARINI survenu 4 1’H6
pital du Canapé Vert le 26
Juin 1970 & 1:00 a.m.

En cette douloureuse cir-
constance VENTREPRISE
CELCIS ET LE NOUVELLIS
TE présentent leurs sincéres
condoléances “& : Sa Veuve
Mme Dominique Marini, née

Andrée Roy, son fils M. Re-~

né Marini et Mme et leurs
enfants, sa Soeur Espérance
Poggy.
Aux familles Marini, Poggy
et Roy.

On se réunira 4 la Salle
Paroisiale de l’Eglise St. Pier
re a Pétionville le samedi 27
Juin dés 2:00 heures de l’a-
prés-midi d’ot l’on se rendra
& 4:00 heures 4 VEglise pour
les funérailles,

Liinhumation aura Heu au
Cimetiére de Pétion-Ville.



Soutenance de
Memoire

Samedi 27 Juin en cours,
il se tiendra au local du
CRESHS, (Champ de Mars),
de la Faculté d’Ethnologie
la soutenance des deux Mé-
moires suivants :

a) a 10 heures a.m. l’étu-
diant Valés René soutien-
dra le Mémoire intitulé «Mi
gration et Emigration des
Haitiens vers Amérique du
Nord (Etats-Unis et Cana-
da); considérations sur leurs
conséquences socio-économi-
ques»

b) a 5 heures p.m. l’étu-
diant Raphael Méhu soutien
dra le Mémoire intitulé :
«Possibilités de développe-
ment économique de Limo-
nade et de Quartier-Morin>.

c) Lundi 29 Juin 1970 a
5h p.m. Vétudiant Woelley
Fernand Belotte soutiendra
Je Mémoire intitulé «Etude
de Ventreprise coopérative
de Fermathe>.

Les Diplomates, les Offi-
ciels, la Presse, les Etu-
diants, le Public en général
sont cordialement invités.
Dr. Jean-Baptiste Romain

Doyen

AS

OPERATION ISRAELIENNE
EN SYRIE
TEL AVIV, (AFP)

Une unité israélienne, ap-
puyée par Vartillerie et l’a-
viation, a pénétré aujour -
d’hui en territoire syrien et
région sud de Raphid, dans
les hauteurs de Golans, a an
noncé un porte-parole mill-
taire israélien, qui a précisé
que l’opération se poursuivait
encore & 1 hz. locale.

«

Notre Chronique Scientitique



d . :

«Savoir pour prévoir, ~
prévoir ‘pour agiry

Tout aussi important, dans
notre étude de la mobilité oc
cupationnelle (cfr. vallis~





pationnelles Jugées :
res telles que huissier, méca-
nicien ,macgon, spécula
ébéniste, soldat,

de bottes, houngan,...ne sont
pas renouvelées de pére ; en
fils et sont absolument égar-
tées comme orientations gou-

-haitables pour les jeunes{gé-

nérations. Les occupants ‘ae-
tuels de ces activités sont en

-majorité des nouveaux -vénus

issus des familles paysatines.
Ils n’ont pas bénéficié de la
longue tradition et de Pexpé
rience des anciens, véritable
trait d’union entre les géné-
rations. Le principe ge conti-
nuité qui assurait la cohésion
et le dialogue entre pére_ et
fils s'est sensiblement ame-
nuisé et on comprend disé-
ment la signification de cer-
taines contradictions au sein
des familles urbaines. Un pé-
re choisissait hier le métier
de son fils, lui remettait le
patrimoine a conserver, 4 per
petuer, aujanurd’hui. le - fils
dispose d’ane certaine \ber-
té @initiative et de chofx. 1
ne désire nullement conti-
nuer 4 renforcer les rites an-
cestraux d'indépendance aux
quels la famille devait sa-
cohésion, C’est une prise dc
conscience nette et claire d’u
ne situation d'inférivrité ju-
gée inacceptable.

La méthode d’approbation
et de récompense était autre
fois une des conditions essen

¢
tielles du succes, Si pour une
raison quelconque ie :jeune

homme ou la jeune fille ne
s’accomodait pas des formu-
les prescrites par {es parents
dans les domaines profession
nel et affectif, son insoumis-
sion trouvait chez ces der-
miers une expression de colé
re, d’agressivité et de violen-
ce. Les sanctions tontre de
telles infractions allaient.sou
vent,aux pires extrémités, La
jeune fille qui refusait.d'épou
ser homme chojsi par’ la- fa
mille, le jeune homme qui
préférait s’orienter vers une
activité manuelle au lieu de
prolonger un héritage bureau






LE CAIRE (AFP) 2+
- (De David DAURE)
Sauf le cas-bien impruba-
ble ou une diplomatie secré-
te existerait: entre le Prési-

‘ dent Nasser“et “le Président -

Nixon, onpeut considérer
‘comme acquis, jeudi soir, que
la République Arabe Unie re
jette le plan américain de ré
glement négocié au Proche -
Orient. Telle est la conclu-
_sion que retirerit les observe
teurs au Caire du discours
plononcé jeudi soir a Benga-
zi par ie Chef de Etat égyp
tien, discours que déja
nombreux égyptiens classent
parmi les plus vioients et les
plus enflammés qu’a pronon-
eés le Rais depuis les années
1956.
Le Président Nasser a dé-

cratique étaient des étres dé, yeloppé trois arguments qui

classés, rejetés. Le chatiment
avait parfois des effets désas
treux sur leur personnalité
en compromettant leur ave-
nir économique et leit adap-
tation sociale.

Un nouvel état d'esprif pré
side@aujourd’hui aux rela-
tions parents - enfants. Il
my a guére de passions sys-
tématiques passivement ac-
ceptées. Les jeunes gens ne
se voient plus refuser ia pos-
sibilité d’une formation pro-
fessionnelle dont ils esperent
Vamélioration de leurs ¢ondi
tions d'existence. :

Centre Haitien d’Investiga-
tion en Sciences Sociales

(CHISS)

(Cahier No 5, avril 1970,
pp 11-12).

N.B.— Captez Ies échos
scientifiques du CRISS cha-
que mercredi soir 4 partir de
9 hres sur les ondes de Radio
Haiti, au Magazine sonore de
Radio - Actualités.



CONNAISSANCE D’HAITT

Quel Crime avait dene commis
Madame Bruno ?
Par Gérard JOLIBOIS

Nos manifestations

carnavalesques continuent 4 exé

crer, sans tréve, ni relache, la mémoire de Madame Bruno.

Quel crime avait-elle donc

commis ?

; Mailgré l’éloignement dans le temps de cette affaire.
je vais essayer de la reconstituer dans toutes ses circons-

OU LE CRIME A-T-IL ETE COMMIS ?

tances.

Dans ma prime enfance jérémie:

12 bandes\de Mme. Brune au
Mon aie

e, ’on comptait jusqu’a
chef-lieu de la Grand’Anse.

(Joseph Jolibeis pére , 1858 - 1938) m’indi -

quait pourtant que le crime;-ainsi stigmatisé par le Car-

naval, n’avait pas eu Jérénife

ur théétre. Selon ses ren

seignements, le nombre élevéde'ces masques grand’anse-

lais était di au fait que-les_

Port-au-Prince, rapportaient:
nir du groupe carnavalesque
bilisé. :

A la Capitale, j’entendis
(Mme Vve Louis Alexandre

jeunes gens, ayant étudié a
en leur ville natale le souve-
aul les avait davantage sensi-

“grand’mére _ adoptive
Befijamin, née Eméda Fréres,

1844 - 1927), puis d’autres personnes Agées, conter, durant
te Carnaval, que ce crime aurait été commis dans 1’Artibo
nite ou dans le Nord, sous te régne de Faustin ler.

_ (Voir suite page 4)

Decument Pontifical centré ie Racisme

Cité du Vatlean (AFP)

La litte concre le rarisme
sera le theme de la proshai-
ne journée mondiale de la
paix 1971, dont la devise se-
ra : .

Tout homme est Mon iré- -

re, annonce un document
pontifical, présenté aujour-

- @unevrace sur l'autre, et Von

a@ voulu arguer, eh certains
endrolts de )’Ecriture Sainte,
elie-méine,, poux soareni” des
theses et des pratiques racis
Le Pere Le Gall a precisé,
eh réponse 4 une question,
que lon pouvait vise. l’Afri-

d’nui a la presse pat le RP.“ We du Sud, ou Von prétend

Jean Le Gall, de la Secrétai:Justifier les discrimicsiions

rerie d‘Htat. Ce texté ae tra
vail sera adressé & tous les-re_
présentants diplomatiques du
Saint -,Slége et aux organi-°
sateurs de cette jJourneé mon

‘diale: Quant au message pro-

prement dit, de Paul VI, il
sera adressé a la plupart des
Chefs d'Etat, dans le courant
de Novembre

Le theme dc ce document
a été choisi ei: coupération a-
vec la canipagne mondiale
des Nations Unies, contre le
racisme en 1971.

25 ans aprés la fin de la
derniére guerre mondidle et
la création de ’ONU, lit-on
dans ce document, le racisme
apparait comuue une menace
particuuéremcnt lourde ¢on-
tre la paix (...) On revendi-
que des traditions cuiturelles
pour affirmer la supériorité

riclales par la Bible. Mais se
jon le Pére Le Gall. i] ne sem
ble pas viser le Sion'tsme,
qui veut Jégitimer, ég:iement
par Yancien Testament, sa
présence au Moyen Orient.

ee
Vers les Etats Unis

du Nerd

Par le ‘vol 602 de la Trans
caribbean de ce midi sont re
tournés & New York, deux
jeunes et interessants améri
cains, Arnold et Jean Jac-
ques Beaucoup, agés respecti
vement de 16 et 18 ans, Ces
‘garcons durant 9 ans ont été
les hétes de l’Educateur An-
-dré Momplaisir et Mme qu’ils
ont quitté les larmes au yeux
is ont appartenu tout a
tour 4 \’Hcole- Jean Marie Ro
bert de la Mennajts et au Col
lége Classique d’Haiti.

eante



oe Seren ee Soe ey
oer is

font tomber comme un cna-
teau de cartes le projet amé
ricain d’un réglement négo-
clé :

1).— Non seulement la Ré
publique Arabe Unie n’envi-
cage aucun cessez - le - feu
mais, au contraire, se prepa

de .





" ek “+3 oo . gee

tin we &

Adresse: RUE DU.



PORT-AU-PRINCE (HAITI)

> BOITE POSTALE : 1316



a

ap
ok

a o-







~ Nasser rejette le plan américain

re-pour un proche wveniyr, a-
,vec Vaide de i Union Suvieti-
qué, la traversée du Canal de
Suez, c’est 4 dire la recuuque
te du Sinai.

. 2) — Elle lie l'évacuation
du Sinai égyptien 4 celle du
Gblan syrien alors que le
plan Rogers ne vise qu'Israel,
la République Arabe Unie et
la Jordanie. .

3) — La République Arabe
Unie soutient ies Droits des
Palestiniens sur lu terre pa-
lestinienne, Autrement dit,
.ja vocation des palestiniens
a constituer un Etat, alors
que la résolution du Conseil’
de Sécurité du 22 Novembre
1967, clé de voite du projet
ameéricain, ne fait du problé-
me palestinien qu’un problé-
me de réfugiés.

En fait, c’est praliquement .

tuut le monde Arabe qui & re
jeté jeudi soir le plan améri-
cain de solution négociée au
Proche Orient. En eifet, au
moment méme oi 11 pronon-
cait son violent réquisitoire
anti-américain, double cd une
apologie soviétique, le Prési-



®

[Ins tanta nés|

par Claude

Le grand violbniste haitien
Fritz Benjamin; est pari! hier
matin, & destination de lIta
lie. Bénéficiaire a’uné oourse
partielle du gouvernetient
italien, le brillant artiste est

allé suivre des couis Vcte a

Académie Ge Siecnne. Ces
cours dureront deux mvi?. Le
virtuose Frtiz Benjamin, qui
n’aime pas s'endurmir sur
ses lauriers et qui veut tou-
jours se surpasser, a.dejd é-
tudié durant de plus lonees
périodes, en Allemagne et
aux Etats - Unis, ecus Vhabi-
le direction des plus «ciebres
maitres de Varchet au mon-
de.
xXxXX

Madanie Fabienne Milivka,
née Vieux, esthéticienne ex-
périmentée, est rentree au
pays hier matin ,avec sa gen
tille fille Ludmilla .i une pe
tite amie de cellc-ci, :°-.scale
Sellies, de nationalité rran-
gaise. Le séjour en Haiti de
ces trois voyageurs durera
dix jours. Madame Milicka
habite la République Domini
caine.

KXXX

Madame Félix Lafontant,
née Denise Victor, a pris Va-
vien hier matin. Elle est ailée
voir son fils, le Dr Jean Clau
de Victor. Celui-ci, pédiatre
émérite, appartient au Hed-
dy Memorial Hospitai de Mon
tréal. Aprés quelques jours
au Canada et aux Eiris Unis,
Madame Lafontant et son
fils mettront le cap sur l’Eu
rope. Durant prés d’un ois,
ils découvriront et gouteront
les charmes de Pazis. A 1aéro
gare, Mme Félix Lafontant a
été saluée par son mari, et
nar ses amies Margot et Fran
cesse.

xXxXXKX

Hier matin, Monsieur Gé-
rard De Catalogne, Directeur
de VOffice National du ‘Tou-
risme et des Relations Pu-
bliques et son €pouse ont
accuellli leur fils Guy
a V’aéroport. Le Docteur Guy
De Catalogne, Ancien inter-
ne des Hépitaux de t'sris,
Chef de Clinique Assistunt a



Exclusion de Dubcek

PRAGUE (AFP)

Alexander Dubcek, an-
ciert Premier Secrétaire du
PC Tchécoslovaque, a été ex

clu) dujourd’hui du Parti
Communiste.
Le Comité Central réuni

en Session Pléniére a en ef-
fet approuvé son exclusion
des rangs du PC ainsi que
sa révocation de son poste
d@’Ambassadeur de Tchécos-
lovaquie & Ankara et de s-4
mandat de Député 4 la
Chambre du Peuple.

Piperazine citrate U.S.P.

Dambreville

la Faculté de Medecine «ce
Paris, n’était pas remire de-
puis huit ans. Aussi p)endra-
t-il de longues vacarces dans
son Pays. Le Dr’De Cataloane
nous a appris qu'il jy «avait
pas mal: de stagiaires hai-
tiens a l'Institut Gustave
Roussy, ott il préete ses servi-
ces. Le Dr Guy De Cataivgne
a voyagé avéc sa remime De-
nise et leurs trois enfants Isa
‘hele, Gilles et Jean.
oO XXXX

Jose Luis. Pita - Romero
Martinez étudie l’Architectiu-
re technique 4 Madrid. Il est
rentré au pays hier inatin.
pour les vacances d’eié. Sont
également rentrées d'Espa-
gene Mamouche Epstein et
Greta Walravens. Ces deux
captivantes jeunes filles étu
dient l’espagnol & Madric.

Francoise
gante et distinguée fille de
Monsieur Gérard 1. Cassa-
gnol et de l’artiste peintre Li
ly Cassagnol, nee Brun, est
yartie pour New ‘ork hier
matin. Francoise, étudiante
du Secretarial School de
Christ Roi, est allee enrichir
ses connaissances en angiais.
Fille nous reviendra dans quel
ques semaines.

XXKXX

Mardi soir, j’ai eu le plai-
sir ue visiter le Cencre 2’Etu
des Pour |’Education Pre-Sco
lnire ,o. CEEP, au No 02 de
Bourdon. C'est une Tastitn-
tion privée d¢livrant un di-
plome d’Etat, parce que pla-
cée sous la supervision du Dé
partement de I'Educatien Na
tionale. ,

Le CSEP est dirigé par Ma
rie - Thérése Colinion, Nor-
malienne diplomée ce i zcole
Normale Haitienne, dipié.née
du Centre Internativna: de
YEnfance, ancienne stagiaire
a Ecole Sociale de Bruxelies,
et par Lucienne’ Rameau Le-
roy, normaljienne diplémeée de
V’Ecole Normale Haitienne,
diplémée du State Universi-
ty College de Buffal., dipio-
mée du Centre International
de YEnfance. Paris, France.

(Suite page 6 col. 1)



A L’OEA

PROPOSITIONS DES
‘ETATS-UNIS CONTRE
LE TERRORISME
WASHINGTON, (AFP)

Les Etats-Unis ont propd-
sé vendredi matin 4 l’assem
blée Générale de |’Organisa-
tion des Etats Américains
(OBA) |’étude d’un accord in
ternational permettant de
prendre les mesures nécessai
res & la lutte contre le terro
risme et les enlévements.




COMPRIMES ET SIROP
ELIMINE COMPLETEMENT LES VERS INTESTINAUX

Ascatis, Oxyures

LABORATO

yan ee aerae Oe Sear On aes



E DAY».

Cassaginol, ales

Port-au-Prince, Halti








VENDREDI 26 JUIN 1970

dent Nasser clait envoure des
Presidents Kadhafi de Libye
et Atassi He Syrie. Le premier
a du poids dans ie monde A-
rabe du fait de sa puissance
‘financiére et le second fait
aujourd’hui june . remontée
spectaculaire 4 la suite ‘des
combats que son armeée a con
duits en territoire occupé par
Israel. Tous deux ont. appor-
té leur caution au Présicent
égyptien. .

Les palestiniens ayant dé-
ja fait savoir qu'ils n’étaient
nullement intéressés par ce
projet, l’Irka ayant de tout
temps rejeté toute hypothése
de solution négociée, )’Algé-
rie étant également aligne
sur ces theses dures, presyue
tous les autres Etats Arabes,
sauf l’Arabie séoudite, ayant
participé aux . conversations
qui se sont déroulées cette se
maine a Tripoli, on voit mal
quel pays Arabe pourrait don
ner sa caution au plan umé-
ricain.

Cette issue d/ailleurs sem-
blait fatale aux observiteurs .
du Caire, car le play. en ques
tion était marqué, pour les A
rabes, par trop de defauts .
affaire palestinienne Iaissée
dans l'obscurité, ségrégatio
faite entre les différents
pays arabes alors que ceux-ci
font un considérable effort
aunité, démilitarisation de
vores apnartenant entre av-
irks & la République Arabe
Unie alors qu’Israc!] ne démi-
litarisereit que des territofres
occupés, cessez-le-feu ferme
échange conlte de» promes-
ses d'évacuation.

Ce rejet et les circomstan-
ces qui letitourent parais-
sent d’ailleurs inquiétants a
la plupart des observateurs
au Caire, qui estiment que st
les Arabes ont rejeté aussi vi
te le plan américain, «’est
qu'ils se sentent forts.

A

LE CHANCELIER BRANDT
IRA A BERLIN-OUEST
EXPLIQUER SA POLITIQUE
A LEST.
BERLIN, (AFP)

Le Chancelier Willy Brandt
se rendra 4 Berlin-Ouest le
8 Juillet prochain pour expli
quer devant le Comité Direc
teur et le Groupe SPD 4 la
Chambre des députés sa po-
litique & Est et ses positions
interallemandes, apprend-on
jeudi dans les milieux par
lementaires & Vissue d’un en
tretien entre M. Klaus Schu
etz, Bourgmestre-régnant ¢t
M. Egon Bahr, Secrétaire dE
tat et délégué du gouvertie
ment. Fédéral allemand a
Berlin-Ouest.



PIRATES DE L’AIR

A BORD D’UN

BOEING COLOMBIEN

_BOGOTA, (AFP) ,
Un Boeing de la Compagnie
colombienne «Avianca» avec
67 passagers & bord, se trou
ve actuellement aux mains de
pirates de l’Air, sur Jlaéro-

port d’Eldorado, & Bogota, de ~

puis 09 h. 008 locales a an -
noncé un porte-parole de la
Compagnie.

L’Appareil qui avait quitté
la ville de Cucuta, au nord
de la Colombie 4 8 h. 00 loca
les ce matin, fait actuelle-
ment le plein en carburant
avant de repartir vraissem-
blablement pour Cuba. On i-
gnore pour le moment le
nombre des pirates de l’Air.



Sartre et Simone
de Beauvoir

interpellés
PARIS (AFP) —

Simone de Beauvoir et le
metteur en scéne Alexandre
Astrus ont été interpellés en
méme temps que Jean-Paul
Sartre, indique-t-on au Com
missariat de police ot ont
été conduits les trois intel-
lectuels de Gauche.
Jean-Paul Sartre avait été
interpelleé a 12h GMT de-
vant le Cinéma Rex, situé
sur les grands boulevards,
alors qu'il vendait le jour-
nal maoiste «La Cause du
Peuple>. .

Tls étaient remis peu a-
pres en liberté. Ils ont fait,
selon les policiers, Vobjet de
vérification d’identité.








ws





oa ae ber

‘Tel :.2-2020

















savent pourquoi










a vos activités.








Q-
OMEGA






Fouad A. Mourra
Av. J. J. Dessalines
Haiti



MADAME NISON
IRA AU PEROU ,

WASHINGTON — (IFS)

Madame Richard Nixon, €-
pouse du President des Ltais
Unis, va effectuer un voyage
de deux jours au Pérou pour
illustrer la solidarité de la po
pulation américaine envers
les victimes au trenwlement
Ge terre qui a recemument é-
prouvé ce pays.

Madame Nixon quittera
Los Angeles, Culifornie, a
bord de lavion presidentiel
«Air Force One» qui trans -
portera aussi des secours tels
que couvertures et vétements
réunis par des groupes oéné
voles & travers les Etats Unis.

Madame Nixon espé u-
voir visiter plusieurs des en ~
droits les plus atteints par le
tremblement de terre dans le
but de voir comment les vo-
lontaires péruviens et etran-
gers s’efforcent de soulager
Jes souffrances vcausées par
ve désastre.

La Premiére Daime des E-
tats Unis pourra évaiuer per-
sonnevement lassistan -
ce dont les sinistrés ont enco
re besoin pour reconstruire
ce aui a été dctruit. Elle es-
pére cue son voyage aidera a
montrer comment les améri-
cains peuvent agir individuel
lement vour venir en aide au
peupe péruvien.

xxX.X

LA SESSION DE
L'SSEMBLE GENERALE
MARQUE UNE NOUVELLE
ERE DES FONCTIONS ET
STRUCTURE DE‘L’ORA

WASHINGTON — (IPS)

La premiére session de ]’As
semblée Générale de Orga
nisation des Etats Améri -
cains (OKRA) dont les travaux
ent été inaugurés hier -
Jeudi 4 Union Pana -
meéricaine, 4 Washington, réu
nit tous les Ministres des Af
faires Etrangéres de l’Améri-
que dans un mouvement vi -
‘ sant & «forger un nouveau
dynamisme pour le Systéme
Interaméricains>.

kin révisunt lu Charte de
VYOEA — une mesure que les
Etats membres ae l’Organisa
tion avaient longtemps consi
dérée comine tacteur. essen-
tiel A 1a modernisation de la
structure de lorganisme in -
teraméricain — révision qui
a d’ailieurs mené a la créa-
tion de YAssembée Génerale
les vingt quatre pays ameéri-
ecains (membres de l’OEA)
ont déclaré qu'il etait essen-
tiel de «forger un mcuvcau dy
namisme pour le sjsteme in
teraméricain et qu’il s’ave -
rait impératif de modifier la
structure de ]’OEA aussi bien
que @élaborer Gans la nou -
velle charte de nouveaux ob-
jectifs en vue de promouvoir
le développement économi -
que, social et culture] des peu
pies de Vhémisphere et accé
lérer.. Pintégration écono -
mique..

Les nations de l’hémisphé-
Te occidental ont également
compris la nécessitc impérieu
se de réaffirmer «la détermi
nation des Etats americains
@unir leurs efforts dans un
esprit de solidarité en vue
d'une tache permanente qui
permettra de réaliser les con
ditions générales de bien - é-
tre,conditions qui assuréront
une vie de dignité et de liber
té a leurs peupels:.

Tl reste 4 voir si ce but sera
atteint. Toutefois, ce qui est

certain, c'est que la charte
‘amendée de ’TOEA modifie
quelques - unes des relations
Lraditlionnelles de travail exis
tant dans le sein méme de
cet organisme interaméri -
cain.

Ainsi, trois organes de 1'0OE
A — le Conseil Permanent, le
Conseil Interaméricain Eco
nomiqne et Social et le Con-
seil Interaméricain pour \'E-
dueation; la Sctence et la
Culture — maintenant relé- ,




Les sportifs du monde entier
choisissent Omega S2amaster et iis

Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller
dané le choix du modéle quit convient le*mieux

Le Contineilal-

Rue Bonne Fol.

‘verit-direclamint: de: VAgsemn

a

Une Omega Seamaster, qu'elle soit automatique }-
ou 4 remontage manuel, est si robuste et si
partaitement étanche-qu'elie-est capable-de-~~
vous accompagner aussi bien dans vos randon-
nées en haute-montagne, que lors de vos
parties de ski nautique ou de vol-a-voilex: ~~~

a

ek.

oe MAS
saath oe

bel





Le Conseil Permanent lui-
méme, dont les bureaux se
trouvent au Secrétariat Gé -
néral & VUnion Panameéri -
‘caine, a actuellement les mé

mes attributions et responsa.

bilités de l’ancien conseil, a
Yexception de celles qui ont
été déléguées a ]’Assemblée
Générale.

Au nombre de ses principa
les fonctions figure celle con
sistant & «veiler au main -
tien des relations usumicales
entre les Etats Membres de
1’OEA» et, &-cette fin, a al-
der a4 résoudre certaines con
troverses.

La Charte amendée de 1‘OE
A a également, remplacé le
Conseil Interameéricain des
Juristes par le Comité Juri-
dique Interaméricain. Celui-
*i comprend onze membres,.
choisis parmi les nations
membres de V’OEA, et = qui
sont élus pour quatre ans
par Assemblée Générale.

Le Comité Interaméricain
des Droits de !’'Homme’ ne
changera ni de nom ni de
fonetion jusqu’a la ratifica -
tion de la. Convention Amé-
ricaine des. Droits de Hom
me qui, Vanrite derniére, a é
té signée & San “José, Costa
Rica. Ce document permet -
lra de déterminer la structu.
re J’autorité et les méthodes
dopération du Comité.

Finalement,
Général et l’Assistant - Secré
taire Général seront élus
pour cing ans par j’Assem -
blée Générale. Selon la Char
te, ces derniers ne pourront
étre réelus qu’une seule fois
et leurs successeurs devront
étre d’une nationalité diffé-
trente de la leur.

XXX

DECLARATION DE
STR ALF RAMSEY

LONDRES (AFP)

La défaite de l’'Angieterre
devant Allemagne Fédérale
en quart de finale de la cou
pe du monde, restera l’un des
mystéres du ivotvail. Mais le
jeu, c'est ga, a déclaré au -
jourd@’hui au cours d’une con
férence de presse & Londres,
Sir Alf Ramsey, directeur de
l’équipe de la Rase.

Sir Alf a estimé que 1’An -
gleterre était Pune des meil
leures équipes de la coupe du
monde. Elle a bien joué et a
fait preuve d’adresse. En ou-
tre elle a joué avec dignité.
D'ailleurs, a ajouté Sir Alf,
VAngeterre était ’équipe que
le Brésil craignait le plus.

Sir Alf a d’autre part re - .

fusé de parler de ses pro -
Jets.

XXXX

SUR LA TOMBE
DE STALINE

MOSCOU (AFP)

La palissade qui entourait
ces derniers jours la tombe
de Staline scus les niurs du
Kremlin a été enlevée, au -
jeurd’hui et les moscovites
ont pu ainsi voir le buste qui

té érigé sur sa sépulture.

Un buste du Maréchal Vo-
rochilov, niort’ au mois de dé
cembre dernier,'a été égale-
ment placé sur sa tombe.

Le buste de Staline est,
comme ceux de Kalinine,
Dzerpinskt, Sverdlov, Froun-
ze, Jdanoy et Vorochilov,
dont les tombes sont alignées
a@ coté de la'stenne, une sculp
ture de marbre gris, d’une soi
xantaine’de centimetres fai-
sant corps avec une stéle
d'un métre trente énviron.

Le petit pére des peuples y
a lesstraits d’un homme déja
Agé. L’iaspect plissé des yeux
est souligné et:sa moustache
légendaire se détache bien
nettement. chy.

La foule silencieuse qui
comme ‘A lortiinbixe’ défilait
icet aprds midi dev mt | Je mur
ot reposent les Dérog Ge ey de Ja ré
~-volution:-fusde.- ow ou oe

“hEe

le Secrétaire



166 036

indication du jour.

puis ne manifestait pas une
grande surprise a voir ce bus
te pour la premiere fois.

XXXX

PROTESTATION DES
PRETRES FRANCAIS

PARIS (AFP)

Plus d'une centaine de pré
tres, curés, vicaires, aumo:-.
niers, etc, quittent actuelle-
ment leur fonction ecc.ésias-
tique en accord, pour la an
Part, avec’-des groupes |
chrétiens et de prétres... EE:

- youlant fidéles a l'evangile,

ils ne peuvent accepper en
conscience un grand nombre

des structures actuelles de 1'é:

glise, déclare notamment ‘un
document remis & Mgr Et -
chegaray, Secrétaire ‘de |’épis

ra

% La wt

we ao ¢

, me aretteyettnrettyearmaeettayetteeertnyeerteettt ete CN
oo

Pee er eter etre er eee eee

we

- Seamaster Cosmic en 6r 18 ct:
Automatique, étenche, antimagné- ..
tique et anti-chocs. Calendrier et *;

sj 43









copat, pourtre transmis aux

-évéques de France.

« Ce. daqcument, qui porte la
signature de. quarante quatre

écclésiastiques, nombre d’au
-tres proférant pour l’instant

garder l'anonymat, ajoute.
ils cessent tout ministere of-
ficiel, les uns par choix, les
autres: par contrainte discipli
naire. Tis renforeent ~ ainsi
leur ‘solidarité avec ceux qui
aujourd'hui, dans léglise et
dans. le monde, luttent pour



_BECES ‘DU JOUR

Hubert Fils
Destin Ores
Pierre Gharles Lochard......7 mois
Mrie Joseph Pierre
Arnold Thimothée ...........
Joseph Lenor............










51
Seamaster smi pour dames,
en aci dab®@Automatique,
. *étanch Gatims tique et anti-
checs. lendrie}. Cadran oxydé
: nol



>





















166 001
Seamaster en acier inoxydable,
Automatique, étanche, antimagné-

tique et anti-chocs. Calendrier,





un plus grand respect des
consciences et pour une plus
grande liberté.

Une. partie des signataires
appartiennent au groupe é*-
changes et dialo Wes, dont
les membres se
prétres solidaires. On¥reléve
parmi eux les nomis de Mi -
chel Rutllon, Secrétaire natio
nal de ce groupe, de Jacques
Dupont, un des orateurs de
Va@ssemblee du groupe, qa’An-
dré Laurentin.




Les contraintes disciplinai’
res dont il est question dans ,
le docunient, indique-C-on
parmi les prétres contesta -
taires, concernent notam -
ment lobligation du—celibat
ecolésiastique et le respect
des d4cisions de l'autorité hie
rarchique.

i oe .
SIROP PECTORAL SEJOURNE
Gott agréable'—
A .base-de CODEINE. TOLU et. EUCALY PTOL.
.. ‘Teux, Rhames; Broachites,' Enrotements, Influenza
-ASfections des: Poumons

Conservation



eee

- os "MIGDALIA RIVERA

“C*AMBASSADRICE DE LA BEAUTE.
-0 ico BSTHETICIENNE ITINERANTE INTERNATIONALE









Suivezrson Programme tous les jours dé las semaine en derniare Iiige du ~eNOUVELLISTE®

‘

J ft ace “tri Rpt Mh Dah te fetes ti ‘

REA oes Svea Ie ee CS ES LTE TIS



.. facile pouvant.

\

ERNE GUN neste

en général et ~
le, ‘Commerce: en particulier .
“adele Coxithrission Consulta.
tive instituée par le décret-. ‘LES

Industries Nouvelles a agréé
une demande présentée le 7
Aott 1969 par TOMAR IN-
DUSTRIES of HAITI S. A.
TOYS et a décidg d’accorder
&- cette entreprise les bénéfi
ces et avantages du décret-
lgi du 13 Mars:1963 et du dé
éret-loi du, BL Octobre, 1969.
JWEdzconséquernce la franchin«
se douaniére lui est octoyée
sur les articles suivants:

Satins coupés en patrons

Peluche en acrylic . coupée |

en patrons
Yeux en plastique pour
jouets
Visage en vinyl pour jouets
Feutre de coton ou de lai
ne coupé en patrons
Feuilles de plastique”
coupées en patrons
Feuilles de coton cqupées
en patrons
Fil de fer enveloppé de pa
pier
FO, & coudre en coton ou
en nylon
Papier gommé spéciale - =
ment renforeé pour cachetér
les cartons
Boites de carton spécfales
pour exporter les jouets finis
100 machines 4 coudre Bo
nis Overloc
20 machines Singer a 1’ai
guille «Flat bed»
3 machines pour faire -
les Beams «Beam Dinkers»
15 kick presses

‘loi du 13 Mars 1963 sur les: MARTINI

Peluche de rayonne gou-
« pée.en patrons. ‘

-Vendredi & 6h. et 8 h, 30
LES: BALLETS

YAIS
Entrée es, 2.00 et 3.00

PARAMOUNT

Vendredi a 6 h. et 8 h.
FILLES EN DETRESSE
Entrée Gdes. 2.50 et 400
a
Samedii:é 6h. et 8h. °F
Eh tére Pattie : °
TABOU COMBO

En. Zéme + Partie ::
*GHAMPIONNAT

~~: DES- AMBASSADEURS

~~ DANS: S NOS CINEMAS

" “AU-CAPITOL ey Pees




. REX THEATRE
Vendredi & 6 h. et 8 h. 15 .
‘TRIPLE cROSS :
“OU.
bo

LE TRIPLE JEU
Entrée Gdes. 2.60 et 4.

Samedi a. 6:h. et 8 h. 15)
En lére Partie :










En 2éme Partie :
28 MINUTES :D'ANGOISSES



tee Entrée Gde. 1.50

FOOTBALL 66 be egy

Entrée Gdes. 2,00 et 2.50
BL 21 3 va oa ~ awe

“CINE SENEGAL

Vendredi & 6 h. 15 et 8-h. 15
LE RANCK MAUDIT —
Entrée Gde. 0.60 et 1.00

Samedi a 6 h. 16 et 8 h. 15
En lére Partie :
LES LOUPS NOIRS ’

‘En 2éme Partia :

BOEING — BOEING -
Entrée Gdes. 1,20 et 2.00

) CINE. ELDORADO

Vendredi & 6 h. et 8 h. 15

En lére Parwie :

SHUPA — SHUPA

En 2éme Partie : .
BOEING —BOEING

Entrée Gdes. 1.50 et 3.00

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
3GARS, 2 FILLES
Br UN "TRESOR



Port-au-Pce, le 20 Avril 1970 + ‘Entrée Gdes. 1.50 et 3.00

Dr, Lebert Sean-PIERRE ..



- ETOILE CINE

Vendredi 4 6.h. 30'et 8 h. 30

tr

Pharmacies: assurant TROIS GArs DEUX FILLES

le service: cette nuit



«SEJOURNE> . «
R/Du Centre
«BALMIR»
L Rue Capois
WATE-ON

Vous’ étes maigre ?

‘Voici un nouveau. moyen.
contribuer
a& mettre rapidement des LI
VRES et: des POUCES de.
chair ferme:

. Le:
WATE-ON.

- TIPCO,- Distributeur
Place Geffrard.



,
>
J

RR

Lad

ahas abhks ike Saha ce dan takes an tee des eee pe Area eal el ll eel Daal 9







ye ne af

-mervellleux nouveau







ET UN TRESOR
Entrée Gdcs. 1.50 et 2.50

Samedi a 6 h. 30 et 8 h. 30
DEVILMAN STORY,
Entrée Gdes. 1.50. et 2.60

DRIVE IN CINE

Vendredi & 7 h. et 9 h.
REQUIESCANT
Entrée 1 dollar par voiture

Samedi a 7 h. et 9 h.

SAFARI DIAMANTS

Entrée } dollar par voiture .
eee

\

De Luxe Auto Ciné

Vendredi is dy h. et 9 h.
8 7 DU’-TEXAS
Eatrée 1 dollar par voiture

Samedi 4 7 h. et 9 h.
POKER AU COLT

» Entrée.1.dollar par voiture
a

CINE OLYMPIA

Vendredi (En Permanence)

. GRINGO JOUE ET GAGNE

Entrée Gde. 0.60

Samedi. (En Permanence)
DJANGO PREPARE
TON CERCUEIL

Entrée Gde. 1.00

AVIS

Un terrain ayant une peti-
te construction. pouvant ser-
vir de poulailler, sis a Bizo-'
remseigne-
- ments s’adresser & Mr. Joseph
+. Plerre.Pierre, -Foto-Nouvelle,
sttue.-des:Miracles No. 110

ton, pour: tous

sexes

-ityo



Lecons :Particuliéres
- .. Confies- vos-enfants des
» deux au Professeur

« Jean-Robert ‘Pierre qui as- x



“AIRPORT CINE

. Vendredi ia 6h. 30 et 8 h. 80
En lére Partie :

‘TROPICANA DU CAP

En 2éré Partie :

LES MONSTRES ‘ATTAQUENT
Entrée Gde. 1.00 et 1.50

Semedi & 6,h. 80 et 8 h. 30
LES AVENTURES.

DE JOSELITO

_ ET PULGARCITO

i. Emtréa Gde. 1.00 et 1.50 |







(CINE PALACE

Vendredi & 6 h. 15 e 8 h. 15
LE FILS DE L’AIGLE NOIR
Entrée Gde. 1.50 .

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
LE CHEMIN DE L’OR
Entrée. Gde. 1.06



MAGIC CINE

Vendredi A 6 h. et 8 h. 15
PRISONNIERE DU. DESERT .
Entrée Gde. 1.50 et 2.50

Samedi a 6 h. 15 et 8 h. 15
En lére Partie :

“LES LEGENDAIRES

DE DELMAS ;
En-2éme Partie :

_2éme EPOQUE DU COMTE
DE MONTE CRISTO
Entrée Gdes. 1.20 et 2.5¢
Samedi a 6 h. et 8 h. 30

‘



CINE STADIUM

Vendredi (En Permanence),
RINGO

NE PARDONNE PAS
Entrée Gde. 1.00

Dimanche (En Permanence)
LA PRISONNIERE

DU DESERT

Entrée Gde. 1.00



CINE UNION

Vendredi & 6 h. 15 et 8 h.
HELGA ET MICHAEL. .
Entrée Gde. 1.00° 4

Samedi a 6 h. 15 et 8h.
EVADE DE YUMA
Entrée Gde. 1.50

AUDITORIUM __.
CENTRE | CULTUREL

Vendredi @ 7 h.
FRANKESTEIN CREA
LA FEMME

Entrée Gde. 1.50





Samedi a 7 h. :
SAIPAN’ ‘
Entrée Gde. 1.50



MONTPARNASSE |

'
>
'
;
Vendredi a 6 h. 15 et 8 h.
TOUTE LA VILLE .
EST COUPAPLE ,
Estrée Gde. 1.00

Samedi a 6 h. 15 et 8 h. \
CALIBRE 32
Entrée Gde. 1.50

“sure des Cours dans plu-

sleurs’ Colléges de la Capi-

tale.

- ~ Méthode: sire et rapide.
-Gours Primaites et. Secon-

datires.

-: Adresse + Rue Rigaud,'!- ’:

~~ + Bois Verna No 30.

i Joes Market
"Bourdon Tel :

2-2383 -

ah (ge oROGIERS:Ai VENDRE
nan adressen en face de-

LA. am

‘Mort'au Rats =

BN. BOULETTES



Occasion
. _Exceptionnelle

-Maison & vendre 4 Tho
-massin & proximité du
Poste de Police. Vue sur
VYaéroport International,
magnifique panorama.
Pour. tous renseigne-
ments s’adresser a )’Etu-
-Â¥ de. adu:Notaire Louis Mi-
‘chaud Rue du Centre de
1h.a84h. PM.

a ae

re

et ae eee

IL PERIRA 7





VENDREDI 26 JUIN’ 1970

POLITIQUE ETRANGERE

La "vietnamisation” de l'Indochine

QUELLES SERONT LES CONSEQUENCES DE L’INTERVENTION AMERICAINE

Le Président Nixon aurait
certainement surpris tout le
monde s’il ne s’étalt pas dé
claré satisfait du déroule-
ment de Vintervention amé
ricaine au Cambodge. Pour
leurs instigateurs, de tels
projets sont condamnés au
Succés et tant qu’lls n’é-
chquent pas aA‘grand fracas,
on célébre leur réussite. Les
conséquences de l’opération
sont imprévisibles, mais la
mi-temps de la présence e-
meéricaine au Cambotige fait
ressortir les proportions réel
les de ce processus.
Fin avril, James Reston
écrivait dans le «New York
Times» que l’entreprise é-
tait justifiés par des «rai-
sons tactiques out juste bon
“nes pour un caporal>. Mais
en juin, on ne peut s’empé-
-cher de justifier l’opération
en alléguant les résultats
concrets obtenus: les Ameri
cains ont découvert les re-
vaires rebelles dont ils sup-
posaient Vexistence, les re-
paires également des trou-
pes nord-vietnamiennes qui
s’étaient infiltrées au Cam-
bodge au cours des cinq der
niéres années, en passant
par le Laos. Néanmoins, mé
me si le butin avait été en-
core plus grand, méme alors,
ul n’aurait pas gagné en im
portance stratégique; mal-
gré leurs découvertes, les A-
méricains ont effectué une
percée dans le vide avéec
leur opération «Search and
destroy> menée dans les pro
vinces frontaliéres du Cam-
bodge.

Ils n’ont rencontré que
larriére-garde d’un enné-
mi qui s’était retiré & temps,
et qui s’est & présent établi
dans le nord-est du Cam-
bodge, pres de la frontiére
sud du Laos, et a l’extérieur
du territoire prévu pour l’o-
pération américaine. La pu-
blication « U.S. News &
World Report », dont les
tagone et le haut - comman
rapports étroits avec le Pen
dement ameéricain 4 Saigon
estime

sont bien connus,

tiré au mois 30.000 hom-
que les communistes cont re
mes, peut-étre 35.000, de

leurs points d’appui_ situés
le long de la frontiére>, et
quils les ont installés dans
le nord-est. Durant la sai-
son des pluies, et méme plus
tard, cette zone pourrait ser
vir de lieu de rassemble-
ment pour une, nouvelle Of-
tensive contre’ le Sud-Viet-
ram.

Pour prévenir de telles of
fensives, et pour permettre
le retrait annoncé de 150.
#00 hommes stationnés au
Sud-Vietnam, Nixon, d’a-
bres ses propres paroles, s’é-
tait décidé a une interven-~-
tion «limitée dans le temps
ct dans Vespace> au Cam*
hodge. Il avait parlé de 5U.
‘90 soldats nord - vietna-
miens qui, depuis le Camboca
ee, menacaient Saigon. Le
“ros de ces forces est tou-
‘ours prét a intervenir, tour
“aussi prés de la frontiére.
mais plus au nord, plus loin
de Saigon et du delta du Mé
kong. La menace est restée,
4¢e de position.
elle a tout simplement chan
Les conseillers de Richard
Nixon ont calculé qu’au




wea teyategrtry ats

eet lttyrttgye eta ttle

Cambodge, les troupes. al-
liées ont récupéré en wun
seul mois, autant de maté-
riel de guerre qu’au cours
de toute l'année dernfére,
au Sud-Vietnam. Mais ont-
ils gagné du temps, avec
leur offensive, et combien?
Tis , le sauront quand sera
lancée la prochaine grande
offensive, et quand tes acti
vités guerriéres recommen-
ceront. a s’intensifier. Les
prévisions oscillent entre 6
mois et un an, a condition
que les troupes nord-vtetna
miennes groupées au Cam-
bodge aient vraiment ei Vin
tention de se livrer 4 une of
fensive d’automne, comme
Yadmet Nixon.

Que veut-on faire a pré-
sent du temps gagné au
Cambodge? Selon Nixon, on
poursuivra le retrait organi-
sé des troupes américaines:
cette tactique de retrait n'a
pas été modifiée par Ja per
cée effectuée au Camboare.-
Les amis de l’Amérique, tout
comme la «majorité silen-
cieuse» des Américains dont
le soutien et la compréhen-
sion a beaucoup aidé Ni-
Xge, se miontreront certai-

‘nement soulagés.

‘A Washington et a Sai-
gon, certains officiers ameéri
cains parlent d’une répéti
tion possible de l’interven-
tion au Cambodge, aprés la
saison des pluies: ce rensel-
gnement est également four



pas y répondre, car tout dé
pend des forces et des par-
ties qui y restent: larmée
sud - vietnamienne tentera
certainement de s’introdui-
re aussi profondément que
possible dans le pays, et aus
si longtemps que possible,
afin de maintenir VPennemi
nord-vietnamien aussi loin
que possible de la frontiére
et de la capitale, pour l’im
mobiliser sur un sol étran-
ger. Avec l'intervention a-
méricaine, le Cambodge est
devenu un théatre d’opéra-
tions militaires, aprés étre
resté pendant des années
une zone de regroupemént
pour les agresseurs venus
du nord.

Mais tout comme J'inter-
vention au Sud-Vietnam en

1



Joly Garden
AVIS

ua Directrice de l’Evole «Jo

ly Garden» avise les narents
qu’elle est t -ujuurs
dispositions pour l’inscription
de leurs enfants au local de
l'établissement sis a l’Avenue
Boyer No 13 en face des
soeurs du Sacré - Cour.

a leurs

Tous les jours de 8ham. a4

midi.

Enfants de 2 a 6 ans.

Mme. Yvan DESINOR






ni par «News & World Re-
port». Aprés les échos diplo
matiques et politiques de l’in
tervention de mai, Nixon de
vra soigneusement' réflé-
chir avant de lancer une se-
conde opération, quel que
soit le degré d’urgence que
Saigon puisse accorder 4 un
nouvel engagement au Cam
bodge.

Que se passera-t-il au
Cambodge, quand le 30 juin
les Américains auront quit-
te le pays? Le Président n’a
pas répondu a cette ques-
tion. Il ne peut d’ailleurs




Chers clients,

ANTILLEAN DUTCH AIRLINES
MERCREDI — LM 978

Miami Dp: .5.55.pm
P-auw-Pce Ar: 6.40 pm
P-awPce Dp: 7.13 pm
Aruba Ar: 930 pm
Aruba Dp: 10.00 pm
Curagao Ar: 10.25 pm
JEUDI — LM 977

Curagao Dp: 9.05 pm
Aruba Ar: 9.30 am
Aruba Dp: 10.00 am
P-awPee Ar: 1015 am
P-auwPce Dp: 1050 am
Miami Ar: 12.35 am

ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Nous avons Vavantage de vous annoncer le nouvel itinéraire de la ALM



AU CAMBODGE?

printemps 1965, 1'interven-
tion américaine au'Cambod
ge a ,empéché les communis
tes de prendre le pouvoir 4
Phnom-Penh, comme Siha-
nouk vient de l’avouer_ ré-
cemment & PéKin. Sans Iai
de sud - vietnamienne et
sans les troupes thailandai-
ses qu'il vient réclamer, le
faible régime militaire, a-
vec son armée plus que vul
nérable, ne pourrait pas ré
sister aux communistes viet
namiens. C’est pourquoi lin
tervention devra \durer long
temps, également; pour des
raisons politiques, pour sta-
Diliser la situation au Cam-
bodge a l’avantage du Sud-
Vietnam; cette obligation
implique Vextension de la
guerre et la création d’un
lien direct avec le thédtre
des opfrations au Laos. Les
complications qui en résulte
ront permettront-elles en-
core aux Américains de pour
suivre leur désengagement?
Nul ne le sait.

La «vietnamisation» de
la guerre, justifiée du point
de vue politique et possibile
du point de vue militaire, a
done pris une seconde signi
fication, bien dangereuse:
la «vietnamisation> de l’In-
dochine toute entiére, jus-
qu’en Thailande, a déja com
memceé,

Lothar Ruehl
(Die Welt, 5 juin 1970)









.





Pour toutes autres informations voyez votre agence de voyage.



tyeltnenttngettegettegattennttngeteengattegettngettepattenattegnttegnttenettegntteyattenettrgntteatty

allt nea ttneattoeattecnttagatingnttegetternttegnttagentegnttannttecettegnttegettrenttegettegettegettesettr att







CA PARATT RIDICU-
LE. NOUS AVONS

JE NE SAIS PAS,
VOUS VOUS SOUVE.
NEZ DU RECIT DU
PI CHEUR IND

c
(WZ

POUVEZ -VOUS ME DIRE QUELLE
ETAIT VOTRE POSI-

150 MILES
VERS L'ESTg



Â¥

JENTENDS BIEN +B
‘LE SAVOIR |



Une alternative mortelle

» . .
MOSCOU INTERVIENDRA-T-IL DIRECTEMENT DANS LA LUTTE CONTRE ISRAKI, >

Aprés tout ce que l'on. a ter le délai qui lui a été fi-
ententu ces derniers jours xé par les Ameéricains, pour
au sujet de lenvergure des la livraison de 125 avions

ont été étudiés jusque dans

les dernfers détails par des

spécialistes. soviétiques. 4u

_ temps, jusqu’a




préparatifs soviétiques en E-
gypte, Israel tremble pour
Sa supérioné Militaire. On
a limpression que ce n'est
plus. qu’une question de
ce que l’on
assiste & une confrontation
‘directe entré Soviétiques et
Israégliens. L’issue,.de ce duel
reste incertaine’— mais la

guerre du Proche-Orient a~—

modifié ses dimensions. L’un
des deux grandes pulssan-
ces mondiales est devenue
un protagoniste actif de ce
conflit.

Les Israéliens croient pou
voir défendre leurs posi-
tions le long du canal de
Suez et empécher les Egyp-
tiens, soutenus par Ies So-
viétiques, de créer une téte
de pont sur le front du Si-
nai. Mais ils ont déja da a-
bandonner !’un de leurs ob
jectifs - le bombardement
de positions égyptiennes en
retrait, en guise de répré-
sailles pour les attaques
@artillerie le long du ca-
nal. Ils enregistrent de lour
des pertes sans pouvoir rer
dre la pareille.

Certes, les pilotes israé-
liens seraient en mesure de
franchir les nouveaux bar-
rages, en Voccurence les nou
velles batteries soviétiques
dans le delta du Nil, et de
jeter leurs bombes. Ils ne
craindraient pas d’accepter
la lutte avec les MIG pilotés
par ies Soviétiques. Mais le
ministre de la Défense, Mo-
she Dayan, a décidé d’atten
dre pour savoir jusqu’ou se
risquerait le nouvel adver-
saire — s'il irait jusqu’a la
zone @’opérations le long du
canal de Suez, ou s’ll se con

tenterait de défendre la se-

conde ligne égyptienne. Da-
yan veut également respec-

ettngttrteattettgnteatategrtente enter epeettgetenteatayttgrteane ttt nteattg ttre NS



UNE AFFAIRE TRES SERIEUSE
DIMANCHE 28 JUIN

FETE DES PERES



vu



a tout réservé pour faire plasir 4 Papa
L’'Utile et ’Agréable



Port-au-Prince, Haiti ,W.1.

modernes. Mais il ne pour-
ra pas rester longtemps i-
nactif. Son hésitation pour-
rait étre considérée comme
un signe de faiblesse par
les Arabes tout comme par
lopinion publique israélien-
ne. Les conséquences en ma
tiére de politique intérieure
seraient fatales.

congrés palestinien du Cai-
_re, le leader @’El Fatah, Ara
fat a fait savoir que le Krem
lin lui avait promis des ar-
mes pour la lutte contre Is-
rael. L’ ration» n’avait qu’un seul
objectif: la «destruction de





»La situation est de toute
maniére précaire pour Is-
rael: l’Egypte ressemble a

REMERCIEMENTS

Le Révérend Pére Solages,

une forteresse soviétique; et
pour la premiére fois depuis -. Pamélioe . .
bien longtemps, on se pat Les Familles Solages; Jour-

dan, Hercule et Mondésir
_trés touchés des marques de
sympaithies reques a locca-
sion de la mort de leur regret
tée Mére, Tante et Belle-
Soeur : Mme Lévy Solages,
enlevée 4 leur affection le
Mardi 16 Juin 1970, aux Ca-
yes, s’excusent dere pou -
voir dire a chacun leur pro-
fonde reconnaissance. Ils au
raient tant aimé le faire.

Ils remercient bien sincére
ment:

sur le Jourdain et sur les col
lines de Golan: 4 la frontiét
re libanaise, les guerilleros
s'occupent fort peu de leurs
accords conclus vec le gou
vernement de Beyrouth, qui
leur a demandé de ne pas
lancer d’attaques afin de ne
pas provoquer les Israéliens.
Tl ne manque = plus grand’
chose, et il ne restera a Is
rael que la solution d'une |
nouvelle guerre, bien plus
sanglante que la précéder-
te. Dayan devra bientét pren
dre une décision. ésistan-
ce jusqu’au dernier homme,
lutte pour la vie. Un» alter-
native mottelle.

Mer Angénor, Evéque des
Cayes, Mgr Peters, Auxiliai-
re des Cayes, Mgr. Ligondé,
Archevéque de Port-au-Prin
ce, Mgr Décoste, Auxiliaire
de Port-au-Prince, le Pére
Marius, Curé de la Cathédra
le des Cayes, le Pére Verdier
Chancelier de l’Evéché des
Cayes, le Pére Lafontant, E
conome de _ 1’Archidiocése,
tous les prétres du Diocése
des Cayes tant séculiers que
religieux, les Docteurs Ver-
rier et Jocelyn, les Soeurs de
V’HOépital, Les Infirmigres et
Eléves - Infirmiéres, les
Soeurs de l’Externat. de Bé-
raud, de Ducis, de St-Jean,
de Maniche, de Torbeck, les
Soeurs d’Elie Dubois, la Di-
rectrice, ies .Professeurs et
les Etudiantes de l’Ecole Nor
male des Cayes, les Soeurs
de lV’Evéché toutes les Com
munautés
Ville des Cayes, les Anima-
teurs et Animatrices du Cen
tre Culturel de l'Alliance
Francaise des Cayes, tous
les amis des Cayes, de Tor-
beck, de Camp-Perrin, de Ca
vailllon, d’Aquin, du Vieux-
Bourg, de Port-au-Prince, de
Jérémie, de lVAnse-a-Veau,
de St-Louis du Sud.

Tis les prient de.trouver i-.
ci l’Expression de leur pro-
.fonde gratitude pour tout le
réconfort qu’ils leur ont ap-
porté dans leur doulaureuse
épreuve. ns
Les Cayes, le 24 JUIN 1970

Existe-t-il une autre solu
tion, Moscou prétend tou-
jours viser une solution poli
tique, réclamer uniquemént
VYapplication inconditionnel-
je des décisions du Conseil
de Sécurité en date de No-
vembre 1967; et on affirme
que Nasser ne veut guere
plus. Mais les récents événe
ments permettent aux Israé
liens d’admettre que Moscou
veut envenimer le conflit.

Les deux derniers coups
de main égyptiens sur la ri
ve Est du canal de Suez ont
réussi, il est certain qu’ils



ati NTN ANS Tgp ig stoMaga aay NID NO TT

CANON
MAMIYA
ASAHI PENTHAX
j OLYMPUS
TOP CON :

r
NIKON

vet ten rey tr fire rt thyt iy



religieuses de la

l'Etat sionistes, Quand Mos-
cou affirme vouloir aider lés
Arabes afin de leur permet-
tre de rempofter une cvictoi
re politique» sur les Israé-
liens, afin de les mettre en
mesure d’accepter sans per-
te de prestige les clauses de
la résolution de l’'ONU, on
est tehté de crier au men-
songe. .

Certains affirment déja
que la guerre du Proche-O-
rient recéle davantage de
dangers pour le monde que
celle duo Vietnam.

Dietrich Strothmann
(Die Zeit, 5 juin 1970)

2). 7"

Les Secrets du .
Guérisseur

REMEDES CONTRE

LES VERRUES

Premiére recette.

On fait tremper, pendant
vingt-quatre heures, un mor
ceau d’écorce de citron dans
du vinaigre fort. On pose ce
morceau de peau de_ citron,
du cété blanc, sur la verrue,
et on l’assujettit avec du spa -
radrap ou avec un linge. On
renouvelle ce traitement pen
dant trois nuits de suite.

Deuxiéme recette.

On fait macérer, pendant
huit jours, deux écorces de ci
tron dans du vinaigre fort.
On badigeonne les verrues,
deux fois par jour, avec ce
vinaigre.

Troisiéme recette.

On creuse un gros oignon;
on remplit la cavité de sel
gris. On badiogeonne les ver
rues, matin et soir, avec le li
quide ainsi obtenu.



Valise perdue

_ Notre fidéle abonné, M. An-

tenor Louis a perdu sa vali-
se, ce matin, dans la Cour
de l'Institution St. Louis de
Gonzague. La _ valise con-
tient des documents et pa- ~
piers importants. Aussi, se-
rions-nous heureux si ce-
lui qui retrouverait cette vali
se voulait la déposer au bu
reau du Journal.

.



'

Machines a coudre
«LA MADONA),,

Parmi les toutes meilleures
sur place. ,

En stock avec toutes les pié-
ces détachées aussi pour votre
garantie,

En vente 4 la TIPCO, Place
Geffrard,



KONICA
MINOX
BAUER
RICOH
POLAROID -§
BINOCULAIRES

s LENTILLES INTERCHANGEABLES
APPAREILS A FILMER
PROJECTEURS SUPER 8
FLASHS ELECTRONIQUES
ALBUMS DE PHOTOS

EXCLUSIVITE A,












Des années et des années
ensuite, je poursuivis mon
enquéte policiére 4 travers
les dessous de notre petite
histoire non écrite afin ce
retrouver les détails ae Tas
sassinat perpétré au Cap-
Haitien et que la vindicte po
pulaire continue impuitoya-
blement a flétrir durant la
saison des festivités du mar
di-gras, non seulement dans
tous les coins et recoins de
notre territoire, mais enco-
re en République Dominicai
ne (surtout dans les provin
ces septentrionales et occi-
dentales) ainsi qu’a Cuba,
dans la Province d’Oriente
(celle qui est plus proche
a’Haiti).

QUI ETAIT MADAME
BRUNO?

Madame Bruno apparte-
nait 4 la plus haute société
haitienne de l’époque. Mes
recherches dans les regis -
tres de Etat Civil auraient
été fastidieuses pour trou-
ver son nom de jeune-fille
dans un acte de mariage a
la date inconnue. Il sem-
ble quelle était port-au-
princienne et aurait fait les
Meilleures études dispen-
sées aA Vépoque, en notre
pays, aux jeunes filles des
classes sociales les plus éle

vées: en l’école réputée de
Mme Buenostro, 4 la Capi-
tale.

Elle était devenue l’eépou-
se dun des hommes les
‘plus. aisés du Cap, Bruno
Maillart. S'il faut en croire
mes informateurs, la mére
de son mari était issue d’u
ne des plus illustres famil-
les de Port-au-Prince, au
siécle dernier, les BRUNO,
qui furent des commerg¢ants
avisés, de grands planteurs,
des avocats et médecins cé-
lebres, de compétents éduca
teurs (1)

LA POSITION SOCIALE
DES MAILLART

Les Maillart étaient nes
affranchis soixante ans en-
viron avant l’Indépendance.
Leur auteur Simon Pierre
Maillart, Yun des plus fa-
meux intendants de St.Do-
mingue (1739-1751), distri-
buteur de terres, de prében
des, de franchises, de droits
exclusifs,,(avait-il pas réa
lisé de considérables pro-
fits dans la fondation de
Port-au-Prince et le lotisse-
ment des habitations cir-
convoisines), avait riche -
ment doté les enfants adul-
térins dont sa cohabitation
avec de belles, jeunes et ac
cortes esclaves l’avait renau
pére au Cap, aux Cayes (Tor
beck) et en d’autres_ villes
de ia colonie.

Les revenus de la famille
Maillart du Cap devaient né
cessairement augmenter a-
prés 1l'Indépendance: de
membre de la classe inter-
médiaire,elle était projetée
aux premiers rangs de Véli-

)
”

te sans devoir 4 la politique
ses moyens d’existence. Le
terrible tremblement de ter
re du 7 Mai 1842, appelé en
core dans le Nord ’EVENE-
MENT, avait modérément
endommagé leur maison de
la partie haute du Cap, la
Rue Espagnole (elle porte
maintenant le nom = du
Grand Batisseur de la Cita-
delle), tandis que les ruines
couvraient les trois quarts
de cette ville splendide, que
le génie du progressiste Roi
Henry Christophe avait
tant embellie de 1803 a 1820.
Le ‘Président Boyer s’était
stupidement réjoui du mal-
heur du Cap:apreés
le séisme, son Gouverne-
ment n’avait pas daigné le-
ver le plus petit doigt en fa
veur de la glorieuse Cité mar
tyre, comme s’en est plaint
notamment 4 l’époque wun
étranger ami d’Haiti, le Pas
teur anglais BIRD , fonda-
teur du Collége Bird (2).

Les Rues Espagnole et du

Quai avaient été les deux
premiéres . voies compléte-
ment déblayées seulement

“en Juin 1843 lors de la tour

née dans le Nord de Rivié-
we Hérard, accompagné de
plusieurs régiments.

Grace a Guerrier, Pierrot,
Riché, puis 4 Faustin Soulou
ave Vactivité commerciale
avait lentement repris au
Cap de 1843 A 1851: les mai
sons étaient peu a4 peu rele-
vées de leurs ruines, les
rues progressivement débar
rassées des décombres; les
navires y apportaient 4 nou
veau marchandises de Fran
ce, d’Allemagne, d’Angleter-
re, d’autres pays d’Europe,
des Etats-Unis d’Amérique,
vy chargeaient café, cacao,
acajou, campéche, sucre (2
ou 3 manufactures christo-
phiennes avaient été remi-
ses en marche tant mal que
bien) coton, gaiac, écailles
de caret et autres.

LA PREMEDITATION
DU MEURTRE

Dans les cinquante ou soi
xante premiéres années de
notre Indépendance, de jeu
nes francais, étaient admis
comme précepteurs des en-
fants de parents aisés. Nos
commissions locales d'Ins-
truction Publique leur fai-
saient parfois subir un exa-
men sur les matiéres de leur
enseignement car, en plus
des lecons aux rejetons de
plusieurs familles amies, al-
jiées ou voisines (rejetons a-
lors groupés dans une de-
meure) ces maitres particu-
liers, arrivant en Haiti sur

contrat ou débarquant 4 l'a

venture sur nos. rives, é€-
taient éventuellement, enga
gés comme professeurs dans
nos lycées, dans nos écoles
secondaires (3).

Ainsi, un jeune blanc fran
cais, attiré par la renom-
mée du Cap, fut accueil

=

Connais

dans la famille ‘Bruno, Mai)
lart.

Le lendemain soir, attirée
par un léger son -argentii
que son oulje fine avait per
cu, Mme Bruno mettait
Yoeil au trou de la serrure
de la chambré du précep-
teur ... Elle se rendit comp-
te que le pantalon 4 sous-
pied, & la mode Louis-Philip
pe, de Vinstituteur était rete
nu 4 la taille par mie large
ceinture a goussets secrets,
propre lors aux marins. Le
jeune homme en tirait quel
ques grosses piéces dor,
comptant et recomptant son
pécule a la lueur de la lam
pe, munie d’un miroir réflec
teur,.
Cette bourgeoise instruite,
aisée, mére de famiHe bien
vue de la société dont elle
faisait partie, se laissa pous
ser par le démon. Elle se re
tira sans bruit de son poste
d’observation et étudia com
ment réaliser le.coup quelle
avait projeté.

L’ASSASSINAT DU
PRECEPTEUR

La tradition orale n’a ja-
mais parlé du mari: était-il
déja mort a l’epoque?

Mme Bruno Maillart se
munit du plus grand cou -
teau de la cuisine, l’affuta
soigneusement sur les pier-
res meuliéres garnissant la
margelle du puits central de
la cour et attendit que Ja
nuit fut plus profonfe.

Puis pénétrant silencicu-
sement dans la chambre du
précepteur, elle lui nlongea
a plusieurs reprises dans la
poitrine le coutelas bien ai-
guisé. Quand le sang se ful
coagulé, la criminelle, qui a-
vait déja mis en lieu str les
doublons, chargea sur son
dos le corps fluet du inatzre
instituteur, en retenant par
les deux bras, pendants des
deux cétés de son cou, le ca
davre non encore roidi par
la mort. Elle sortit de sa de
meure et suivit l'une der
rues perpendiculaires au ri-
vage afin de jeter dans le
mer la dépouille que les re-
quins et squales martéaux
du Bassin Haut d’Hau (Ro-
co) auraient tdt fait de deée-
pecer.

Mme Pruno ruminait sans
doute ce qu'elle répéterait 4
ceux qui lui demanderaient
des nouvelles du jeune hom-
me apercu chez elle du-
rant toute une journée: le
petit blanc. peu satisiait
des conditions offertes, s<-
tait rendu a la Capitale.

A une encoignure ... le
Destin ... vint interrompre
ses cogitations sous les traits
des soldats d’une patrouille
qui. sans forme. ni proces,
arréta la passante solitaire
pour violation des régle -
ments sur la «retraite bour
geoise» (4). Au poste de la

Douane. & la Rue du Quai,
ou fut conduite la contreve-
nante, les militaires se ren-
Sagis-

dirent compte quil

$SOEE TOO IIORIIOEDE TICE SOLE SOLE OE OLESEN TOE SIE EEE

:

a
|

4



Les Pneus Mohawk roulent sur
toutes les routes du monde



A travail égal Mohawk donne
mieux et coiite moins

Arthur Angus et Co. Distributeurs pour Halt! 16, Rue Américaine Port-au-Prince.



YIELD APL SOL VIEL SIL OI NAT

a















WE OA VIELE SY IOL ,



7










(Suite de la

sait d’un macabre colis plu
tot que d’un cas de contre-
bande.

La meurtriére. . gravitait
autour d'un échelon si’ élevé
de la société que les officiers
subalternes s’empressérent
de prévenir les plus hautes
autorités locales. Le cas se
révélait si facheux, le mobi
le si crapuleux, les circons-
tances, si aggravantes qu’un
courrier-expres fut dépé-
ché a YEmpereur Faustin
par le Commissaire du Gou
vernement Georges Washing
ton Carvalho .(5) et. le!Do-
yen du Tribunal Civil du

_ Blondie

£ BLOWOIE
~ AVON: 1 is QU UN

‘Nouvelle h i

ey.



lére page)

Cap, Héreaux Ainé (6).

Le;;Gouvernement impé-
rial sé rangea a4 l’unanimité
a la’ suggestion des Mi -
nisfres:étrangler
sans ‘Jugement la coupable
afin d’éviter tout scanWale
susceptible de rejaillir sur
notre jeune nationalité du
fait d'un crime si crapu-
leux, commis par un mem-
bre de la plus haute socié-
té.

LA VINDICTE POPULAIRE
S'EXTERIORISE
'Liexécution eut ileu secré
tement a la Prison Civile du
Cap, sise au Champ de




Ki, ey . :
a
wut



ES SURE? Jy i



Mars.
Cependant, la famille de

la meurtriére dut abandén- os

ner le Cap devant i'ire de la
population et vendre a per
te maisons et biens. Les
Maillart des autres Villes

a’Haiti, qui n’étaient d’ail--

leurs alliés qu’au sixiéme de
“gré avec ceux du Nord (en
remontant 4 leur géniteur
commiun, lintendant . dont
Jes -restes reposent encore
dans lEglise de Torbeck)

modifiérent au plus vite l’or
thographe de leur nom. ~

Malgré ces sages précau-
tions,

la rumeur filtra

en

Les Bandes Dessi sinées du ‘ a Nome »



atations de haine rétrospecti

dehors du Cap, ... au comp
te-gouttes certes, cat cela
prit du temps en fonction
des moyens de communica-
tion a l’époque. Deux ou
trois ans aprés, la vindicte
populaire se déchaina dans
tout le pays par des manifes

ve contre la meurtriére. L’a-
version générale se concréti
sa au Carnaval. Le Bel Air
de Port-au-Prince donna le
branle avec le groupe désor
mais populaire d’un mas-
que abillé en femme, por-
tant’ sur son dos un manne
quin costumé en homme (le







TORTUCS, oss POE: re
US, DES SULRIS
BLANCHES, DES PER-
VRUCHES ET DES LA-
PINS... MAIS JA-
TALS OE CHATS,














s ALLEZ, MON
VIEUX... INUTILE
DE DISCUTER.



Beaucoup d'sistos deviennent des tas de |
. ferraille rapidement parce que les

réparationstiu moteur sont tres cod)
. Aa safeté, Peau et la.chaleur se

teuses. .

; snarient pour former la boue, la rouille
at. |e charbon que tuent le ‘moteur

rapidement.

Pour eviter te! Inconvenient les ingénieurs
en jubrification et moteurs de Esso
. Research ont crée une nouvelle huile

, gonforme aux besoins de moteurs

@aujourdhul.









‘ce e,



C’est la nouvelle hulle déterge
ESSO EXTRA

Utillsez-la et vous éviterez que

VENDREDI 26 JUIN 1970 © Sf.

ne a err nie



visage en carton du manne
quin est toujours de couleur
Claire afin de souligner que
la victime. était de race cau
casienne)
paroles de la méringue :
«Ca Madan Bruno,

Ca. Madan Bruno ...»
Famme porté gacon sou dos
Ca Madan Bruno ..

et chantant les

J .» (5)
i’Empereur ordonna |’ar-

restation des-gens ainsi dé-

guisés. Aussi, durant: tout le
régne ‘de Faustin ler, les
bandes de «Mme _ Bruno»
n’osérent-elles pas gagner
les rues, & Vépoque du Car-
naval.

En 1859, Geffrard ne suit

pas maintenir l'interdit é

dicté par l’Empereur Second

contre de tels masques.
1864, lors
affaire de Bizoton
et Jeanne Pellé),

dent Geffrard

‘En

s’‘inspirert du précédent

et nationaliste,

négrophobes s’en

pour une facheuse propa-
gande contre notre jeune
nationalite,

Gérard JOLIBOIS

NOTES

(1) La coutume a prévalu
comme
en France d’ailleurs ou aux
E.U.A. de donner comme pré

longtemps en Haiti

(Voir suite page .6)

e

nte

la corrosion, la boue et le:charbon
abiment l‘intérieur du moteur de
votre voiture. Le moteur restera plus

_propre. Et plus il sera propre p!
longtemps il vivra.

lus

Si vous ne voulez pas que votre voiture

soit un tas de ferraille rapidem

ent,

utilisez la nouvelle huile détergente

ESSO EXTRA,

de la regrettable

(Congo
le Prési-
ne sut mal-
heureusement pas non plus.-
sa-
ge et patriotique donné par
le Gouvernement prévoyant
de Faustin
Soulouque 4 Végard du cri-
me de la déraisonnable Mme
Bruno, afin d’éviter que des
emparent




VENDREDI 26 JUIN 1970



ce Leg. Di iplomées de FEcole des Arts ©

- Ménagers de Mme Paillére

ar ae

Dimanche dernier, 21 Juin, programme arfistique et une
c'est.-devant une salle archi présentation gestronomique

comble qu’eut lieu la remise
‘des diplomes a la derniére

totalement différent.
Madame Yolande Plum-

promotion de )’Ecole - d’Arts; met; eft.sg, qualité de Repré-.
Ménagers, fondée et -dirigées Sentant officiel “du Départe-
par.Mme..Gilberte Paillére, A. ment des Affaires Sociales a

Pétionville. ’Ecole a connu™
po guccés égal a celui de l’an
ée —_— mais. avec un



porté témoignage une secon-
de fots.sur-ia compétence et
le dévouement de Mme Pail



Yotre Horoscope:

; . SAMEDI 27:-JUIN 1970

. 21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER). : Les influences assez hos
tiles. de. Mars :suggérent: d’éviter
tout antagonisme, S'il est néces-
saire d’affirmer votre point de vue
dans les discussions, faites-le
sans passion, mais n’csquivez pas

21 AVRIL AU 21 MAI (FAU

REAU): Votre ambiance .est. sti- .

‘mulante. Une- profession est indi
quée a tous les niveaux. Votre in
térét pour les ‘techniques moder
nes éclairera beaucoup cette jour
née. Les créateurs sont favorisés.

22° MAI AU 21 JUIN “@6E-
MEAUX) : Vous aurez une vie
plus agréable si vous étes assez
ambitieux pour vous appuyer sur
vos dons et vos qualités. Etendez
votre sphére d’action, élargissez
votre horizon.

22 ,UIN AU.23 JUILLET
(CANCER): Certaines réalisa-
tions piétineront; des mises au
point n'ont pas joué comme vous
Vespériez. Ne lachez pas. Il suffi
ra que vous poursuiviez encore
un peu pour atteindre les résul-
tats souhaités

24 JUILLET AU 23 AQUT
(LION) : Ne pensez pas que cha
cun de ceux qui vous entourent
est <«tordus...Certains peuvent
avoir des mobiles que vous ~.ne
comprenez pas, mais si vous fai-
tes un véritable effort, vous ne

les trouverez pas aussi compli-
qués que vous croyez.
24 AOUT AU 28 SEPTEM-

BRE (VIERGE) : De belles in-
fluences de Mercure éclairent vo
tre vie professionnelle et person
nelle. Dang la premiére, avanta-
ges A espérer; dans la seconde, a
mitiés intéressantes et nouvelles.
24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE (BALANCES): Des acti
vités demanc2ront plus de réflex
xion, notamment les recherches

artistiques et les relations person
nelles. Vous aurez affaires A des
forces insoupcgonnées et i] faudra
des plans plus minutieusement é
laborés.

24 OCTOBRE AU 22

NO-



VEMBRE (SCORPION): Exami
nez les. efforts de la semaine
‘ passée et.voyez si-vous avez nota
blement progressé:..Vous @tes ra
pide, ardent..Cea dons seront pré
cieux, s‘ils sont bien employés.

23 NOVEMBRE AU 21 DE-
CENMBRE (SAGITTAIRE): ily
a des possibilités. -exceptionnelles
a -découvrir par ceux qui sont ima
+ ginetifs et: assez .-entreprenants
pour aller jusqu’od il faut pour
les découvrir. Soyez prét a Pac-
tion.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER . (CAPRICORNE): Influen
ces planétaires contrastées. Vous
rencontrerez de l’inégalité en cer
tains secteurs, des échecs inatten
dus, Continuez & faire toujours
de votre mieux.

21 JANVIER AU 19 FE-
VRIER (VERSEAU): Conjonc-
tion favorable stimulant votre
franchise, votre adaptabilité aux
caractéres divers et votre capa-
citg dagir vite et efficacement.
Toute peine aura-sa récompense.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS) Evitez la tendance
A Pinstabliité et A l'irrégularité.
Attention aux signaux d’alarme.
Beaucoup d’erreurs et de faux
pas pourront étre évités. Ecartez
lea extr@mes.

SI VOUS ETES NE AU-
JOURD’HUI : Vous &tes _ tradi-
tionnel, pratique, confiant, ai-

mant votre foyer, spiritualiste et
cultivé. Malgré une forte attiran
ce vers le scientifiques, vous got
tez aussi l’art, la musique et les
conversations intéressantes. Vous
étes rarement satisfait de ce que
vous savez et, en développant
‘toujours vos connaissances, vous
atteindrez des buts élevés si vous
refrénez la tendance habituelle
aux natifs du Cancer de redouter
VPéchec Renforcez constamment
votre confianee en vous et ne tra
vailez jamais avec ceux qui au-
rajent tendance A minimiser vos
efforts.

Poulets Desquiron Livre
Café Modart
Maizena 14 02. 3 pour
Corn Flakes 8 oz kellogg.
Creme Nestlé 4 oz.
, Qlee Margarine Pim 5 Ibs
C.C..Mel 6 pour
Confiture Fraise Kraft 10 oz.
Confiture Orange Lipton 16 oz.
Fruits Cocktail 8 oz. Libbys 3 pour
Huile Mazola 24 oz.
Spaghetti Catelli § oz. 3 pour
Macaroni Catelli 8 ez. 3 pour

Spaghetti Arlequin 16 oz.
Macaroni Arlequin 16 0z.












a




-Vermicelle Victory 8 oz.

.- Sardines: Amieux
Flageolet Amieux Fin 15 oz.
Petit Pois A/G 15 oz. 3 pour
Mais en Creme A/G 15 02.
Epinard 3 oz. A/G
Sardines Acil 3 pour
Jamsy Cookies

«+ Surettes Assorties Ib.

- Huile Crystal Gallon et Citadelle

4

A Veh ver eganden bi

RO eres

lére qui se.dévoue corps et &
me; afin de. correspondre au

mouvement... s@scensionnel ..

@’ Haiti ;dans.;le-~; tourisme et

qui .réclame.comme ‘tel des..

personnes. parfaitement qua
lifiées pour. faire face aux

responsabilités. de la cuisine.

haitienne.. Pas.de tourisme
sans -gastronomie, et..pas de
bonne: gastronomie sans. des
écoles spécialisées et quali-.
fiées

Au cours d’un programme.

"Fiche et sélactionné —débuté
National, -il- y -

par PHymne
cut des piéces, préparées ex-
clusivement par les: éléves- de
Mme Paillére, des poémes in

. terprétés avec grace et intel

gence, des numéros, folklori-
ques trés goutés et de nom-
breux poémes pour la partie
académique et nationale.

La distribution des diplé-
mes eut lieu sous la présiden
ce de Mme Yolande Plum-
mer, Déléguée des Affaires
Sociales et Présidente du, Ju
ry.

Nous sommes heureux de
désigner nommément les
noms des lauréats qui sont au
nombre de 22, couvertes d’ap

Plaudissements, de baisers
et de compliments. .
Mme Ghislaine Moise :

Lauréate des Lauréates.

Mule Yolande. Brutus, Lau
réate en cuisine.

Mile Viviane Eliacin et Mule
Jeannette Voigt, ex-lauréa-
tes en patisserie.

Mile Luméne Casséus, Lau

réate en gastronomie et en

bar.
Mme Alice Chancy, Mme
Camille Pierre, Mme_ Etien-

ne Dumornay, Mile Monique
Malebranche.

Mme Jeanine Germain,
Mme Léonce Limousin, Mlle
Edith Th. Germain, Mule Em
ma Guillouz, .

Mule Edith E Germain,

Melle Marléne Guerrier.

Voici les piéces présentées

ui furent des chefs d’oeuvre

e Vart culinaire: Jambon
aux fruits et a la gelée, réa-
lisé par la Lauréate des lau
réates, Homard Cardinal par
la Lauréate en cuisine.
Voici une piéce sensationnel
le: Un chariot trainé par un
gateau décoré avec de magni
fiques fleurs en sucre. Deux
amoureux sous une ombrelle
disaient aux passants Bye
Bye et le chariot lui-méme é
tait trainé par deux cygnes

$ 0.46
0.56
0.74
0.44
0.26
2.46
1.32
0.58
0.58
0.74
1.13
0.74
0.74

0.37
0.18
0.61
0.48
0.99
0.37

0.33 oath

0.54
0.18
0.69
2.58









avec goftt et grand = a
Mile-Viviane Eliacin, Lauréa
te-en patisserie. Mlle Jean-
nette Voigt; Lauréate en pA
-tisserie a réalisé un aéroport
avec un chalet d’accuell of 6
‘taient- exposés des produits
@'Haiti: Café, Rhum, Hl-
queurs, : Le Lauréate en bar
@ prépar& des Cockatils arc-
en-ciel' représentant le dra-
peau haitien et le drapeau
italien disposés sur une re-
marquable piéce réalisée_ par
la Directrice de l’Ecole dans
laquelle étaient représentées
les activités de ce centre pro
fesstonnel: Bar-cuisine, pa-

‘tisserle. On a remarqué éga

lement une magnifique Mar
quise en robe de soirée. G4-
teau réalisé par Vhabile p4-
tissiére 1’éléve Mme Léonce
Limousin et tant d'autres plé
ces artistiques qu’humoristi-
ques telles qu’un riz au chem
pignon avec lequel V’éléve E-
dith Germain a présenté une
téte de paysan haitien. Un
riz aux écrevisses avec lequel
Véléve Monique Malebranche
a présenté le Carnaval hai-

- tien et la bande de Nemours

Jn-Baptiste. Une formidable
et artistique niéce montée et

-décorée par Mlle Alice: Chan

cy. Un gateau revrésentant
un: Carousel réalisé par l’4lé
ve Mme Camille Pierre. Une
belle sarde rose nageant
dans une mer de mayonnai-
se colorée, etc etc.

’.Aprés un tel succés dans
cet art délicat qui démontre
Je degré de civilisation d’Hali
ti, car selon le mot immértel
de Brillat Savarin: <«dis‘moi
ce que tu manges, je te dirai
qui tu es» nous sommes en
mesure de recevoir les Rois
et les Princes les plus ~«exi-
geants du monde. L’Ecole or
ganise des cours intensifs
a’été qui commenceront le 7
Juillet. Les personnes inscri
tes & ce cours’ subiront les
examens officiels en septem
bre prochain.

AVIS

L’Ambassade du _Mexique
porté & la connaissance du
public que les Visas et docu-
ments migratolres qu’elle dé
livre aux touristes et étu-
Giants haitiens sont entiére-
ments gratuits.

Por-au-Pce., le 24 Juin 1970

SOE ROCESS

DE BOSTON
Urbon film policier
ETRANGLEUR -
« DE-BOSTON:
Un cas de folie chez un hom-
me.
L'ETRAN' GLEUR
DE BOSTON: .
Le drame d’un homme 4.

deux personnalités qui s'igne ,

re complétement.
L'ETRANGLEUI:
DE BOSTON : -
D'une part le pere de fuinille
paisible, d'autre part l'assas-
sin sadique.
L’ETRANGLE
DE BOSTON:
Plusieurs meurtres par
gulation commis sur des fem
mes agées. L'investigation de
la police qui suit toutes les
pistes, recueille toutes les in
dices.




LETRANGLIUR
DE BOSTON.

DANS NOS SALLE DHF

~ “MAGIC CINE

- Une action-fort mouvemen un rythme -explal.-
| t60, solide; et: ‘Solgneusetnenti> tant fame aeclere, dés “imo --
présentée. ast susie MES
‘Une thése pleine cde. vi ‘BABE we ie vengeur
gueur et-de-justificution, une sympathique, au_refiexe Ta-
belle composition de. Tony - ‘pide qui-tue-avec: vitte “préct -
CURTIS. sion sans égale, CLEASON,
3 hres, Gdes 1.50 et 2.50 - eat exeeHent en déchet hu -
5 hres, 7 hres, et 9 hres. ‘‘Ynain ohsédé par ule idée
Gdes. 2.50 et 4.00 vin fixer végner par la cruauté

et le’ crime. «REQUIES
. XXXX pare “un ‘film wade dee
CINE ELDORADO Dak née #t un climat ,

violerike et-de haine qui son

fort bien rendus. C’est une
oeuvre d’une belle facture,
empreinte d'une

Lou Castel dans un grand

iilm & suspense:
«REQUIESCANT>

D' une intelligence du ciné-
mia qu’on se plait a. saluer,
Carlo LIZZINI, aprés avoir si, cinéma,
gné d’autres productions de’ «REQUIESCANT> c'est LOU
classe, exceptionnelle, nous CASTEL, un homme qui a la
nropose’ aujourd'hui. «RE - Bible dans une main et aon
QUIESCANT®> vll len retrou-
ve le méme gout pour les per dans lautre.
sonnages aux prouesses sur- «REQUIESCANT», plus
prenantes, A part.des séquen qu'un western, est une oeu-
ces - chocs d'une densité in- Vre de classe, ou les passions
croyable, action est menée a explosent, oi le crime et la





‘Séminaristes ONAAC a Mirebalais - Péligre

L’Alphabétisation fone -
tionnelle n’est qu’une por-
tion d’un tout. Elle ne peut

se concevoir sans développe-:

ment communautaire. Voila
pourquoi parallélement aux
cours théoriques que sui-

vent actuellement le palierâ„¢

exécutif de l’7ONAAC, il est
prévu une série de visites
non seylement dans les ate
liers d’Alphabétisation de la
Capitale, mais & Furcy (mer
credi 18 juin), Mtrebalais-

Péligre (samedi 20 juin),
Cotes de Fer (samedi 27
juin).

A Mirebalais, on a parcou
ru les chantiers de abattoir
en construction, érigé sous

Végide de VAction Commu-
nautaire, pris contact avec
les éléves des divers centres
de la ville et visité égale-
ment les travaux en cours
de l'Usine hydro-électrique
Francois DUVALIER de Péli
gre, A cette randonnée, les
séminaristes étaient enca-
drés du Directeur - Général
de l’Office, M. Edouard OC.
‘Paul, de V’inspecteur Géné-
ral M. Gérard Fécu, du Di-
recteur de la division d’Ac-
tion Communautaire M.
Charles Antoine, de MM. Ab
ner Prada et Gabriel Araisa,
experts du CREFAL

A Mirebalais, & l’hétel de

COLES
SUPERMARK ETS

LALUE AVE. CHRISTOPHE PETIONVILLE
VENTE SPECIALE -- TROIS COLES
27 JUIN 1970.

LE SAMEDI





et des

\a

© GENTLEMEN
° cli TS

























bi na

3 wi

oe ae Leen
earn)

bien vetre Fiche de caisse — Si elle. ‘porte. un ante composé | ‘de 3 chiffres
tig £333 ete. Vous recevrex } catis.

de ereesras
a? aa

‘la Mairie, au marché, au mo
ment de la visite de labat-
toir. et & la piste de danse
ou fut offerte une matinée
récréative animée par les é-
léves\ des centres, des dis-
cours. furent prononcés par
le maire M. William Gas-
ton, le préfet M. Franck Gef
frard, le coordonnateur ai.
Gérard Charlies Pierre, M.
Conserve Sauld attaché 4 la
section Récréations et Lei-
sirs, le Directeur Général de
YOffice, M. Edouard C. Paul
et M. Abner Prada, expert
en alphabétisation fonction
nelle.

La visite des barrages de
Péligre et de l’'Usine en cons
truction devait Jlaisser les
uns et les autres ébahis de
vant cette oeuvre géante en

treprise par le Chef de 1'E-
tat your consolider l’écono-
mie haitienne.

Vers une heure, un diner
de plus de soixante couverts
réunissait au restaurant de

tés.

Les séminaristes ont gar-
dé.un inoubliable souvenir
de cette journée et n’on? ces
sé de souligner }'entregent
des autorités locales particu
Hérement du Préfet Franck
Geffrard, du Capitaffe Char
les Antoine et du Magtistrat
William Gaston qui avec leur

muées en la circonstance en
ciceronnes pour le bonheur
de leurs hétes.



Banque Nationale
de la République d’Haiti

Banque de l’Etat: Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compte de Chéques 4 la Banque Nationale



Geufs Desquiron Large Douz.
Ovaltine 16 oz.
Gerber Mixed Céréal 8 oz.
Carnation Non Fat Liquide 14
Jus de pomme 32 0z. Moitts
Soupe Campbell Végétable 3 pour

Sauce de Tomate 8 oz. 3 pour
Farine Importée 5 Ibs. A/G
Sucre a glacer Dixie Imp.
Cerise Maras. 4 02.

Kraft Miracle Mayonnaise 16 oz.
Dana Lunch Tongue 12 0z.
Spam 12 oz.

Jay Bird:Saucisse 4 oz.
Salad Dressing § 02. Assortis
Red Devit Tabasco Sauce 3 oz.
Moutarde French 6 ez.

Gel Black Pepper (Poivre) 11/4 ez.

Vinaigre Importé Litre

Sel de Table 3 pour

Biére. Heineken 6 pour

Whisky White Label

Ricard Pastis

Vin Rose Remy Pannier

Creme Cacao Marie Brizard
Gancia Vermouth Bianc & Rouge It.

~ ROD ONED ON BARS OCG I rer er ane ee



-CASTEL, gait etre je yengeur. .

pulgsance .
dramatique peu commune au -

pistolet qui ne pardone point .

Péligre, visiteurs et autori--

élégance coutumiére se sont

Soupe Cambell Cream Chicken 3 pour



Vengeance appamissent
“me une condainnation irré -
fragable.

Ce sera: unatre ‘prochali
Spectacle.

Entrée Gdes, 2.50: et 4.00

XXX

¢

Dimanche 28 Juin
ad heures et mx news

pé dans uve. atmosphé: or ae MEURENT OS JAMAIS

En cinémuscope comeurs
avec Henri SILVA
Une Geuvre tragique dani
son déroulement
Sublime par son essence.
‘Poignante dans son action.
pF Toticieuse par sa réalisa-.
n,

LES HEROS
NE MEURENT JAMA(S
La plus audacieuse des opé |
rations de tre! La missioxr |
la plus euse, ¢l le dra-
me le plus sauvage du der -
nier cont mondial.

LES HEROS .

NE MEURENT JAMAIS |

Des héros inébraniables dé
vant le danger vont dans unt
charge hailucinante se lan
cer impétueusement a l'as
saut d’une citadeile Dblindé&
perchée dans un amas dé
brumes sur un-pic de glace
surplombant des falaises vei _
ticales et vertigineuses. *

Une poignée d’hommes cov
rageux et audacieux, une po
gnée de hérus impuvider
vont, sous vos yeux effarés v
yvre une tragédie brutale, fi
roce, violente, sauvage.

Vont-tls. dans Je tumults
des mitrailies cuetilir la plus
fiévreuse des victoires.

LES HEROS

NE MEURENT JAMA‘TS

Pour autant que tes soldat:
blessés meurent debout ou ne
meurent jamals, Jes Ii4cos de

cette fresque infernale écri-
ront alors }'une des paves les
plus glorieuses de la guerre
de 39.
LES HEROS

NE MEURENT JAMAIS-—;

Un drame d’un poids écra’
sant ot le jeu puissammet
articulé d’acteurs de classe
confére plus de sauvage gran
deur a cette superpruduction
traversée de bourrasjues de
feu, noirele par la poitdre et
empourprée de sang .

Un spectacle pathe‘ique ot
tout flamboie et qui ne !ais-
Be aucune fissure par oll sai-
sir la ligne de partase entre
Vévénement historique et sa
transposition 4 l’écra .
Entrée $ 0.60 par personne

0.30
0.22 :
0.34
0.79
0.87
0.67







PAGE 6

«LB NOUVELLISTE> | Se . °

VENDREDI 26 JUIN 1970













Hee a A Sat AEN 8 ene RNA ET: renee eare ee



Bo IAt ceake'e doug. o : 2 .
. wea Divebeidh ‘ae CABANE OHOUCQUNE a le regret d’in
former ses'nombreux ‘et fidéles clients que le Night-Club
sera fermé le samedi 27 Juin par suite du décés survenu

Je 26 sain, au tondateur’ de cet Ctablissement Mr. Domini
“que MARINI,

Pétion-Ville, le 26 Juin 1970
LA DIRECTION

SHAHN HIN SS SSS SSS SOSNEIIONCIENENRIENCICIEIONCITNCICICICS .

aa “INSTANT. ANES

(Suite) >

Avant. aétre sgruducess au

. Clasp, les fugures jurdinieres
dentants: ‘sdotvent vbtenir
jJeur dipi6me de Frem.ers.
Soins.de la Croix Rouge, ieur
Vertificat- Bureau de Nuuritica, et leur
Certificat de Puéricuiture du
Centre Materno - Infantile.
De surcroit, les postulantes
doivent avoir fourni cent heu
res de stage dans ies diffé-
rents jardins d’enfants de ht

aA aartbul at



Samedi prochain, a6n 30,
au Sacré Voeur de ‘urgenu,
les cloches sorineront a toute
volée. Ce sera le mariase de

arole Drouin et de Fritz
Brandt. C’est pour assisier a
‘cet heureux evénement
quest rentrée de New York
Mademoiselle Marie - Eliza-
beth Blanchet. Elle yusovia
trois semaines au milieu. des
siens. ’

XXxXX

Capitale. _ Solange Jean - Gilles est sa
Nous présenions nos pus tisfaite de son séjour a l’é-
chaleureuses felicilutions & tranger. C’est hier matin

- Marie - Thérése Volimon et
& Lucienne Rameau Leroy
qui, depuis quatre ans, diri-
gent avec conscience et com-.
pétence. cette Institution
prestigieuse qu’est le CEEP. ©

XXXX .
Monsieur Philippe Lubrous
se est rentré de Washington
hier matin. Tl s’y était ren-
du, en vue d’assister au ma-
riage de son fils Robert. Le
six Juin dernier, celui-ci a é-
pousé Mademoiselle Monique
Larue. Nous formons poui ce
coupie des voeux de bonheur.
xXxXXX
Hier matin, est repartie
pour Shreveport, un centre
jndustriel de ta Loulsiane, la
femme du Dr Jean JU. Brier-
re. Cette voyageuse, qui est
la soeur de Madame Daniel
Eeaulieu, vient de passer qua
torze jours sur le sol natal.
Eile s'est fixée aux Etats U-
nis depuis quatorze, al bocce . XXXX
XxX XH ““Saeidame Guy
Freddy Elie, ex-g@gance ve-
dette du groupe Leg Copains,
la coqueluche cde Pheau-Prin-
ce avant son dépam, esti ten, °
tré au pays. hier matin. Fidd-
dy étudie te Génie Mecanioue
2a Washington. Il passera ici,
les vacances a’été. : 7
A bord du méme ‘avion, est.
tentrée Daniéle Borinefil. El-
le étudie !Educatian pré-sco
laire dans l’Iowa. |
XXXX

qu’eHe est rentrée. Elle a pas
sé treize jours a New York.
XXXxX

Monsieur Bertrand Laboué
_ Tie, de la RLR fiternational
Trade, est reparti pour Pari:
hier matin. Messieurs Réveil-
jaud, Labouérie, et Ramez,
sont des grossistes. Us reven-
dent a des boutiques parisien
nes des articles de l'Ariisa-
nat haitien, péruvien, et ex-
tréme - oriental.
XXXX
Jeanne Altidor est partie
pour New Yors hier matin.
Hille s’y est rendue en quali-
té de touriste. Elle nous re-
viendra dans quelques ionrs.
XEXX
C’est le premier voyage en
Tiaiti de Monsieur Saiuiuel Da
van. Il est, venu régier des af
faires ivi, Il renrésente «Ré-
my Martin».



Blanchard
née Moscosso, est rertree des
Plats Unis, avec ses déux fil
Jes Karine et Geneviéve. Tes
‘ OvAgeUuses . sont venues as-
“stster aux fnunéraflles du re-
pretté Max Dégand. Madame
Blanchard est la niece par
‘allance du défunt.

Déces de Mme
recon Koy

Nous annoncons avec infi-
wCuil Ge peine la triste nou-













Maric - Solange Fonrose et
_ Eliane. Mourougandy . deux
- fines fleurs antliiuises, GCeux
exquises danseuses des Bal-
jets Martiniquais. Blies nous
ent dit leur joie d@étre en
Haiti. Elles garden l'espoir
que ta Perle des Aw tiles les
enchantera, :: tear leurs neom-
hreux amis haitiens de la
Martinique leur ea out cit le
plus grand: bien.
KXXX

retiou fivy, née Poreciana
Mercier, originaire de Cavail
ion, survenu en sa résidence
au Canuape Vert, le vendredi
26 juin 1970.

En cette péniple circons-
tance, Pax Villa et Le Nou-
velliste présentent leurs sin-
céres condoléeances 4 son €-
poux Monsieur Pétion Noy, a
ses enfants et a tous les au
tres purents et alliés épicu-
vés par ce deuil.

Les funérailles de la regret
tée Mme Pétion Roy seront
chantées demain imatin a 8
heures en |’Eglise cu Sacré -
Coeur de Turgeau. Le convoi
partira de la Salle Paroissia-

Mensiéur ‘Arnold Biair. est
rentré de voyage hier matin.
Le samedi-vingt juin deruier,
a Holly Cross Church de New
‘york, il a conduil a l’autel
sa fille Marie - Claude, et
Monsieur Guérold Démosthe-
nes. Puissent ces nouveaux



mariés connaitre de ‘longs le ot la dépouille mortelle se
iveurs. de bonheur ! ra exposée dés 7 heures.
XXXX.
Monsieur Jacqués’ Baboun
« pris lavion hier matin, Babypram

nour se rendre 4 Mexico. Tl a.-
voveaé avec ses enfants Eli-
s~beth et Tony.

Je m'appeile Alix Luc Do-
merson,. Venu au monce
VNew voce le a Tuin des ¢1-0ux
Dabelmar Domniersou Mme
née Daniella Fiacide, je suis
Yamé de la familie.
Je me por2 a merveille.
Mes parents’ sont dans la
A cle
J’-nvoie .2 cordial s.lut a
| touis mes parents de Port-au-
Prince. Petit Goave et de Co
te de Fer. . :














(@) PIONEER
WUT ‘TRA CA Once UTR Ca H

TW Tee ae MORO

S. Alix Luc Domerson.

.e

OSRRSCOECOCeSSSeSNesses

OFFRE D’EMPLOI

Aux Doigts Magiques
‘Salori de beauté
38, lére Ruelle Jérémie

' RECHERCHE
, Une coiffeuse
expérimentée

.Heures de. réception
8h. — 12h. AM.
2h. 5h. PM,









1s

COURS D' ETE —

bbe:

“I B M (KEY- PUNCH :

attyntig ney ctoytttnynteyatny ante ett yn sea ett ts

ow a a a

J utilet - +



octylogeaphie Bilingue .

Renseignements et Inscriptions
E CRAAN, Avenue

a aa cs

tet
pga tteyettag rte eT ttt

venue “du détés de Madanie -

ts
Mgmnt matte t te anyntyanty etna pttgg aetna nr te

3-6- 10 mols.

tous les Jours, sauf Samedi et Jours Fériés, &
Christor phe. ot Fue 2 oe

Le Violette en deuil

Le Violette A.C. a la dou-
leur d’annoncer la mort sur
. venue & Hopital de 1’Uni-
versité d’Etat d’un de ses
plus fidéles partisans: Antot
ne Théano.

_Violettiste fervent, Sanon
me manqua jamais une oc-
casion pour apporter au
Club tout le concours possi-
ble. La date et Vheure des
funérailles seront ultérieu-
rement annoncées. Que tou-
et famille recgoive les sym-
pathies de l’Association en
une aussi triste circonstan-
ce.

Le Comité du VAC invite
tous ses amis 4 assister en
grand nombre aux funérail-
les du regretté disparu.

Comité du VAC



DECES

Pax Villa annohce le dé-
cés ‘survenu le 22 Juin en
cours 4 l’HOpital de l’Univer
sité d’Etat de M. Antoine
Théano.

En cette pénible circons-

tance, Pax Villa et Le Nou-
velliste présentent leurs sin
céres condoléances 4 ses en
fants:. Dr. André Cantave
et Mme née Marie-Alerte
Théano, Milles Gynette et Ed
wige Théano, MM. Jean,
Kesnel, Roger, Patrick Thea
no, Mile Rachelle Théano.
A ses fréres Max, Sa -
non, Custon, Dupuy Théa-
no et Mme, a ses soeurs
Miles Aline, Lucie, Jane
Théano, & ses neveux Mme
Auguste St. Juste et enfants
Mme Edmond Casel, a ses
neveux et niéces, Michel,
Charles, Ernst, Marie, Eve,
Yanick, Marie-Carmel et Gi
na.
A M. Gilbert White et Mme
née Gladys Tnéano, Mme
Laure Rousseau, & seS cou-
sins et cousines, M. et Mme
Jean Faucher, M. et Mme
Sem Théano, M. et Mme Ar
nold Théano, M. et Mme E-
rick Théano, M. et Mme Gou
tran, M. Brunot Philippe,
M. et Mme Erick Mayas, M.
et Mme Edner Etienne, Mme
Vaina Perrin; Mlle Adrien-
ne Théano et & tous les au-
tres parents et alliés affec-
tés par ce deuil.

Les funérailles de M. An-
toine Théano seront chan-
1ées le samedi 27 Juin a4h.
de l'aprés-midi en_|’Eglise
du Sacré-Coeur de Turgeau.
Le convoi partira de la salle
paroissiale ou la dépoullle
mortelle sera exposée dés 2
heures.



—

Remerciements

Les enfants de Mme Vve
Emmanuel Saint victor re-
mercient tous les aliis de
Port-au-Prince, de 1a Provin
ce et de l'Etranger qui leur
cut témoigné de la syiipa-
thie a l'occasion de la mort
de leur tres regrettée Manan

Feotbali
LE CHAMPIONNAT DE
LA DIVISION D’HONNEUR
COUPE DOCTEUR -
FRANCOIS DUVALIER

Demain soir au Stade Syl
vio Cator, débute les comp:
titions du Championnat de
ja Coupe Dr. Frangois DU-
VALIER Zone Ouest, avec
RACING - EXCELSIOR

Le Vieux Lion qui s‘est at
tribué deux fois ce trophée
va rencontrer les hommes
de Max Guerrier qui ont eu
une excellente saison en
Coupe Pradel. Une rencon-
tre qui promet.

Entrée Générale : 1 Gde

Tribune Latérale 3 Gdes

Centrale 5 Gdes





Messe anniversaire

Une messe d’anniversaire

sera chantée le mardi 30
Juin 1970 46 h. 45 a.m. en
VEglise du Sacré-Coeur de
Turgeau en mémoire de la

trés regrettée Mme Maria Du
rosier Dietz décédée le 30
Juin 1969.

Cet avis tient lieu d’invita )
tion aux parents et amis de
la défunte.

ee
Messe d’anniversaire

Tl seta chante le samedi 27%
juin courant a 7h lo ate. en
iEglise St Lows Roi de Fran-
ce une messe d'unniversaire
a la mémoire de feu Me Lélio
Dalencourt.

La présente annonce tient

. eu @invitation aux parents

et amis.

3

L’Ecole de Conimerce Julien CRA AN #

Inaugure te ler Juillet prochain les Cours suivants :
Comptabilité ‘Américaine-Premiére Année: Juillet-Septembre

Comptabi! Nite Amérieaine - ~ Deuxiame Année: Aofit - Décembre F

. ‘Act,




Deésilé de Modes a
Elegantissima ,

Madame Leclere Tertulien
duboisienne, charmante épou
se du Directeur du Lycée An
ténor Firmin est de celles
qui accordent un grand prix
& l'éducation professionnelle
de la jeunesse feminine de no
tre communauté. On en a eu
la preuve par le brilant suc-
cés qu’a connu hier la mani
festation de cloture des
cours de Broderie-et de Coutu
re.en Son Centre «Elegantis
sima» au No. 28 de l’Avenue
Christophe.

L’Action de Mme L. Tertu
lien a rencontré l’appui en-
courageant du Département
des Affaires Sociales qui par
lVintermédiaire de. son Servi
ce et de ses spécialistes com
pétents a, supervisé les exa-
mens de cloture du cycle d’é
tudes de cette année. Un ju
ry composé de Mmes Yolan
de Plummer, Yolande Salo-
mon, Fritz Romulus, Wilner
Aubourg, de Mlle Maryse Pier
re, de M. Dougé était réuni
hier midi autour de Me Pha
reaux Inspecteur .Général au
Département des Affaires So
tiales pour accorder le. meil-
leur prix a l'une des 24 étu-
diants finalistes qui avait le
mieux réalisé le modéle de ro
be proposé. Ces étudiantes
qui ont défilé avec la plus
prande grace sont :' Miles
Gertha Henry, Anette ‘Louis,
Elsie Fish, Jocelyne Magloire,
Josette Raphael, Ghislaine
Jn. Pierre, Claudia Benoit,
Ginette Jn. Baptiste, Marie
Jeanne Bertrand, Marie Mar
cel St. Clair, Marie Irma Ro
zefort, Marléne Désir, Céline
Godfroy, Nicole Bernard, Ro-
siane Neptune, Lucie Ridoré,.
Yvrose Gassant, Antonine Ca
det, Marguerite Nelson, Eve-
na Daniel, Marie Camy Jn.
Marie, Micheline Jouissance,
Marie Masner Seide, Mme
Ghislaine Riché.

Dans l’assistance on no-
tait la présence de Mme Sal
gado, directrice de l’Ecole St
Surin Manigat, des représen
tants de'la presse, des reli-
gieuses de diverses congréga
tions et plusieurs autres invi
tés de marque.

Les Cours dispensés a «Ele
gantissima, Maison de Coutu
re» qui est 4 sa quatriéme an
née d’existence sont orlentés
de facon a former une élite
feminine professionnelle,
mais aussi 4 des diplémées,
des spécialistes capables
d’enseigner a leur tour dans
les centres les plus avancés
du genre. La clientéle Se re-
crute dans toutes les couches
sociales. A cété des religieu-
ses de Ste Thérése, de la Sa
gesse, du Sacré-Coeur, du Sa
natorium prennent place des
jeunes filles et dames de nos
divers milieux sociaux. Leur
idéal est commun: trayailler
a leur propre perfection eta
la transformation de la com
munauté nationale. De son
cété, Mme Tertulien Leclerc
a qui nous présentons nos
chaleureux compliments, don
ne la preuve, s‘il en était be
sion de la valeur, de l’initia-
tive privée dans l’oeuvre de
préparation de nos. jeunes-
ses et élites. -

Déces do Wéber '
Nazaire

Nous avons appris avec in
firliment-de peine la*. mort
de M. Weber Nazaire. En cet
te douloureuse circon§tance,
nous présentons’ nos’since-
res condoléances :

Sa Vve née Marie Christi-
ne Azor, ses enfants: Evely
ne, Jenny Hugues, Francis,
Margareth, Auguste-Marie,
Weber Jr., Judith, Jacqueli-
ne et Pierre Antoine Nazai-
re; ses fréres Joseph et E-
tienne Nazaire; sa soeur,
Vve Numa Edmond, née Fer
nande Nazaire} son beau'pére
et sa belle mére M. et Mme
Thomas Frédéricq, ses‘ beaux
fréres, Michel Azor, Maxan.,
Pierre et Louis Frédéricaq,
ses belles soeurs, Mme Hen-
ri Besson, Madame -Merlin
Defay, Mme Ulriek} Tiphaine ,
née Frédéricgq et Josette Fré
dérieq, ses neveux et niéces,
Dr Harry Nazaire, Claude et
Elsie Nazaire, Marie Jocely-
ne, Jean Gérard, Pierre Ma-
rie et Alf Edmond, José,
Gladys et Lionel Nazaire,
Hans: et Eric Azor, ses cou-
sins et cousines : Merlin.

Paul, Louisette, Madeleine et Fe tna nteyertene ttre tttyntheyetttestteyettegntteantteeatty atteg attr atte tty ete attapertepntte atte tet rt ee teeqnttnttryetteentty attyte ttn ttyet eeenttegattegettgttt ty te tt is

E

Alberte Défay, André et Ben
jamin Nazaire, Mme Agnus
Alexis, née Marcelle Nazai-
re, Mme Marc Bovrdeau,
née Madeleine Benoit, Car-
mitta, . Elodie, Lylianne.
Fritz, Raoul et Guy Per-
rault, Adelin Nazaire, Mme
Catherine Benctt Mme Fieu
rette Larocque, yfme, Anne~
Marie Benoit, Mme ‘Anthi-:
me Samedy. née. Carmélite §
Nazaire, Mme Yvanne_ ét

Nelle Uranie, ses tantes: Ves §

trie, Nélie Fonta:ne et Mme
Vve Abraham Benoit. née
Fontaine. aux familles : Na
zaire, Azor, Frédéricq, Ed-
mond. Mars, Defay, FPer-
rault, Samedy, Fotitaine, Be
noit, Germain et Guillaume.
aux autres parents et allids, §
que ce deuil -efflige.
Les funérailles
té Weber Nazaire’ ‘seront
chantées en l’Eglise du Sa-
eré-Coeur de Turgeau le
Lundi 29 Juin a 4h p.m.




lor... funéraire

_teurs, avec C. Chassagne et

smile, il y a plus de 110 ans.

» "he,














du: ‘donee. "

Le convoi partira:du Sa-
Paret .Pier-.:

- : . ads

“Connaissance_
dHaiti *:

(Suite dela ‘deme page) -



a..regcu: la béuédiction uptle,
le A ’Rélise ‘Ste “Thérése de’

ueens, 4 New. ‘York, un sym-

athique couple de jétines |
haitiens : M. Parnell Balmit,
de Jérémie, fils des époux Do:
minique Balmair ét Melie -ivr

~ VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUIN 1970
. - A'6 Hres. et 8 Hres. 30
DEUX SOIREES HORS-SERIE
. : . avec

nom & un gargon le nom de
famille de sa mere. _-

(2) Notamment dans ses
ouvrages: «the black man» (1869) et






the earthquake ou le trem- Les B Ile M
blement de terre de "184 née Bordes, de Potcaarce” gp LOS IDA ets Martiniquais

‘Nous formons leg suelll@ure
voeux pour les helireux con-'
joints et adressons ‘ios cum »
pliments aux: parents. bes nou
veaux mariés. . ° a

(3) La tradition ‘orale-ge
souvient encore ae quelques
précepteurs : Delatour, o
ginaire de Paris, arriyé en!
Haiti sous Boyer, ancétre de
la ‘famille haitienne du mé-

me nom; Bazin, précepteur Cléture des travaux

des pages du Roi Henry ler,
bisaleul des Bazin du Nord; du ‘Séminaire de ooo.
.f (Suite) —



— en tournée culturelle en. Haiti



Lecou, l'un des co- -fonda-

‘

Louis ‘Valbrun Jolibois, de
VEcole Secondaire de Jéré-

irritation provoquée a4
la Capitale par la mort d’un
jeune précepteur mulatre ce
hui-la, Benjamin Fauneau,
tué irréguliére-
ment dans un duel au
Palan Jeunes Gens (La
Saline) par un fils de Bal-
thazar Inginac et l’un des té

tifique et technique mais é-
galement eur le pian social
et économique.

Les Sociétés Nationales et
Branches de la Croix-Rou-
ge, oeuvrant dans les pays
en voie de développement,
ont pour devoir de faire fa-
ce aux grands problémes et.
aux besoins urgents que con:
fronte toute communauté en




moins de celui-ci, faillit ren COMStante + evolution. Tout
verser l'obscurantiste Bo- ©? restant fidéle a ses prin- :
yer et ses ontes. cipe fondamentaux, — la’

(4) Nos grandes villes é- Croix-Rouge doit, elle aussi,
taient autrefois des camps ‘%¢ transformer, s'adapter, sl
retranchés. La aretraite Clie veut rester partie inté- .

grante de notre monde ac-.
tuel et demeurer dans une
réelle perspective universel-
le. C’est pourquoi, nous a-
vohs la certitude que l’appii 5
cation des Recommanda- =
tions et des Conclusions de
ce 2é¢me Séminaire contri-
buera non seulement a ap-
porter quelques solutions
aux problémes qui sont pro-
pres aux Sociétés de cette
partie du monde, mais aus-
si & resserrer les liens qui
les unissent et 4 faire dela
coopération régionale une
réalité dynamique.

Mes Chers Collégues,
‘Messieurs les Représentants,

bourgeoise> était sonnée a,
9h ou 9h 30 p.m. par le clai-
ron. L’air était appelé «dé-
gonne (a)». Le terme «civil»
n’était pas employé, c'est
V’expression «bourgeois» qui
avait ce sens par opposition
au mot militaire. La retraite
militaire était sonnée demi-
heure aprés ja retraite bour
geoise.

Tout bourgeois (ou civil)
surpris, marchant dans les
rues, sans étre muni d’un
fanal ou d’une torche, aprés
la sonnerie de «dégonne>,
était arrété et conduit au
poste.

(a) Le mot créole «dégon




&
Entrée : : $2.00 et 3.00
ay a a a NA

OU IREZ - VOUS
SAMEDI SOIR

Rond Point ‘Night. Club |

Diner et Danser avec
les Léegendaires de Delinas







rencontre dans , Vous avez découvert pen-
es. ‘tottes des poétes frat) dant ce court séjour Haiti

et son vrai visage. Vous a-
vez vu un pays qui progres-
se dans la voie du dévelop-
pement économique et su
cial grace au labeur et 4 I’a
charnement de ses fils.

Nous gardons l’espoir qu‘en

cais du moyen Age, veut di
re littéralement «retirer sa
robe», du préfixe «dé» qui
marque privation de létat
ou laction que comporte le
mot et du vieux terme «gon
ne», qui signifie «robe, cou-

verture> partant, vous ressentirez .
‘ hingeton Pour nous le méme _ senti- .
ca ane a origine ment d’amitié que nous a- Entree 3 Dollars



vons éprouvé en vous rece-
vant.

Nous formulons 4 chacun
de vous des voeux pour te
développement accru de vo-



juive, est ’'ancétre des famil
jes Carvalho du Cap, de Jé
rémie, de Port-au-Prince,
qui ont a peu prés disparu
des familles Martin et Freé-



ooee
“ .

tre Société Nationale ou . -
déric Elie du Cap, le Di- c .
Pi rl BROU Branche de la Croix-Rouge ; Re . .
sajeul du barde Ca et pour je succés - toujours " a binsleen
croissant de vos activités

Né au Cap vers 1800, il ful
élevé dans les mornes de
Ducroy avec sa petite soeur
par sa nourrice, puis confié
A Christophe. Eduqué dans
Ja cour du Roi, il devint le
plus farouche défenseur de
ja mémoire de Dessalines et
d@’Henry Christophe. Il a-
vait une voix de stentor et
des dons d’éloquence. Ora-
teur de la Loge «l’Haitien-
ne,» il y prononga le pre-
mier en1839 l’Eloge du Fon-
dateur de notre Indépendan
ce quand les inet au
Nord tinrent &,exalter le c
souvenir du-Rere de la Pa - Dr. Victor LAROCHE
trie afin de galvaniser les e- Président ‘
nergies cOntre Boyer, a-
pres lesepiteyables tracta- nyegarnysrayrteetteytteattegteantapetyrteygtytteastgnteygteyyteettyategntnygttgeterete patter tgattgntnyety arta neeanegntegntngrte tty

Fausto 0 AU CAPITOL

France...
G.W.. fut par la suite de

A PARTIR DU DIMANCHE 88 JUIN 1970

A 5 Hres.,7 Hres et 9 Hres

Nos voeux les plus cordiaux
vous gccompagnent cans la
tache qu'il vous reste a ac-
complir et qui ne sera ja-
mais finie, car le devoir qui
incombe 4 l’homme est ce-
lui de cultiver le sentiment
de la solidarité humaine, de
VYamitié et de l’entraide.

C'est dans ces sentiments
que je déclare clos le 2éme
Séminaire de la Croix-Rou-
ge pour les Sociétés et Bran
ches des Antilles, de l'Améri
que Centrale et de l’Améri-
que du Nord.

Programme du Mardi 23 au Samedi 27 Juin

L’Esthéticienne Délégue par la Maison HELENA
. RUBINSTEIN sera a votre disposition :

VENDREDI 26. 9h.a1h.
VENDREDI 26. 3h. 45h.
SAMEDI 27.... 9h.a 1h.
SAMEDI 27.... 3h.a6h.

a FOOD STORE

aux DOIGTS MAGIQUES
a CASA POMPADOUR

a EXPRESS MARKET

Rappelez-Vous Madame «Belle ce soir! Ridée Demain>

L’Avenir de votre peau se joue a trente ans...
HELENA RUBINSTEIN ‘



puté du:Cap.

.Son petit-fils, qui portait
les mémes prénoms, fut sé-
nateur de la République en
1890. \

(6) Hereaux ainé, noir,
fut sénateur en 1841 et en
1864. Son neveu, Ulysse Hé-
reaux fut Président de la Ré
publique Dominicaine.

Son pére, Héreaux ainé,
noir, notaire, fils d’affran-
chi,élevé en France, fut lun
des principaux rédacteurs de
la Gazette Royale de Chris-
tophe. Ses descendants sont
les Heureaux de P.au.P., de
la République Dominicai-
de Cuba et de Miami
(ces trois derniéres famil-.
les issues de la branche det
venue dominicaine) ainsi
que les Madsen de P.auP.,
de Jacmel, des Gonaives et
de Copenhague.

Gérard JOLIBOIS.

a4
=
=
=
=
=
—
=
=
z
=

«



HARDY KRUGER |
a RO eNO) OLE LENT

BOO VHC NE

DE BOURGES

aapres ie vee de MARC TOLEDANO - Editions FLAMMARION
Adaptation et dialogue de

JEAN AURENCHE et PIERRE BOST
EASTMANCOLOR

F
i
'
:
'



' Entrée : Gdes. 2.50 et 4.00





ae wanna all mal weal. alae all alll op
Ai ANN SOPRA ATA AUATDAN ASAD Aig AOAS AAU Asn AbAgHAN RIANA gu dUAg AOA AOATGaNAG AON ge pa HAL Aas aa aie

Pan American Mail Lines
annencent :

L’ Inauguration de leur service dirrect de Miami a
Avec un départ tous les 15 jours.

Pour tous renseignements concernant les Taux de Fret, s'adresser a :

J, B. Vital & Co. Suces. Agents

Rue Roux — Port- au- Prince |
oh | | TELEPHONE : 2-2640

OU A — CHESTER BLACKBUN & RODER INC.
P. O. BOX 1470
MIAMI, FLA 33101

Porrau-Prinee en 4 Jours~



Letocococrcccccoooooo.

E saan iach

TaN

End ith

ite