Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text








a

“Le Pius

FONDE en T9890
enitimenatons









LUCIEN MONTAS oo
Administrateur : M% MAX CHAUVET

No 29.004

_ LE SENS DU 22 JUIN

_ a Nation se prépure a marquer de facon toute par-
ticuliére la grande date du 22 Juin qui raménera Pan-
niversaire de Vélection de S.E..le Dr. Francois DUVALIER
comme Président a Vie de la République.

il.y a six ans, le Souverain deerétatt la permanence
de la Révolution et accordatt a Son Leader le Dr. Fran~
¢ois DUVALIEK la présidence ad Vie pour poursutvre, ap-
prefondir les tdches qu’il avait assumées avec énergie,
détermination, en vue de réaliser Vunité nationale et la
construction d’une soctété plus.juste. ~

; Le Président DUVALIEK, toujours a la hauteur des
circonstances, assume le destin de la Patrie et poursuit
méthodiquement la réalisation des objectifs de la Révolu-
tion. L’accent est désormais porté sur le développement
économique..Le Président DUVALIER entend doter le pays
de Vinfrastructure nécessaire : Travaux routiers impor-
tants sont en cours d’exécution, laggrandissement et la
modernisation du wharf de Port-au-Prince, impulsion au
mouvement touristique, développement de Vléducation a
tous les niveauz, développement de Vagriculture et énor-
mes facilités accordées pour UVimplantation d’industries di
verses et par-dessus tout, l’effort gigantesque de fournir
Vénergie, effort qui se matérialise dans la construction de
la Centrale hydro-électrique Francois Duvalier de Péligre.
C’est un plan d’ensemble, visant au développement écono-
migue général, a Vélévation du niveau de vie qui s’erécute.

Le Peuple Haitien a pris consctence de ses possibilités
et sousle leadership du Président 4a Vie

, de la République, il est décidé a se leérer économique-

' tif sur le chemin parcouru, il

ment, aprés s’étre libéré politigquement et culturellement.

C’es la le sens et le symbole du 22 Juin. Et c'est pour-
quoi. le Peuple Haitien se prépare @ marquer Vévénement
de facon grandiose, en renouvelant sa fidélité, son atta-
chement a Son Chef, S.E. le Dr. Francois Duvalter, Prési-
dent a Vie de la République.

Une date faste: 22 Juin

par Max A. Antoine

Toutes les fois que revient soit riche d’espoirs. Que sur-
cette date du 22 Juin, on se tout, on ne perde pas de vue
remémore avec une certaine gue la Révolution Nationale
pointe démotion. les étapes’ dont le Président—.Duvaler



dune des batailles les plus. est le génial animateur, est
importantes de.notre Histoi- avant tout une Révolution

re contemporaine, animées
dans lordre pratique et doc-
trinal par le visionnaire et
Homme d'action de stature
exceptionnelle qu’est le Doc-.
teur Francois Duvalier.

Le Chef Constitutionnel de
la Nation s’engageait en ef-
fet, il y a six ans, a assurer
la marche en avant et la per
manence de la Revolution,
obéissant ainsi 4 -la volonté
du Souverain qui, le diman-
che 14 Juin, lavait élu Pré-
sident a vie. ,

Depuis, le Leader de la Ré-.
volution a tenu téie aux né-
gateurs du progres. économi-
que et social dont les conspi-
rations n’ont jamais eu qu’un
objectif : freiner le processus
@humanisation progressive
des classes moyennes et des
masses, en contestant les con
yuétes les plus favorables au
plus grand nombre.

Si, & Yoccasion de cet anni
‘versaire glorieux du 22 Juin,
on jette un segard rétrospec-

humaine et de réparation se
ciale.

Interviewé par un journa-
liste, le Président a vie de la
République, définissait de fa-
con magistrale, a& l'occasion
du 14 avril, ’objectif de la
Révolution : «Sous. tous les
cienx du globe s’opérent des
révolutions: Certaincs d’en-
tre elles sont profondcs, c’est
a dire qu’elles transforment

tures d’une société donnéc,
d’autres larvées ou encore en
chevétrées dans Il'imbroglio
dune redéfinition dun systé
me ou d’an mode de vie col-
lectif. La plupart enfin, sans
earactére propre, tout bonne
ment exportées ou importées
pour étre imposées. Cepen-
dant, elles s’accomplissent
toutes, ces révolutions, au
nom et en fonction de "hom
me; au nom et en fonction
de Vimmense dignité de son
étre»,

En cette date faste du 22
Juin, il est possible d’affir-
mer que, sous l'impulsion du
Chef au courage, indompta-
ble qu’est le Président Duva-
lier, les entreprises ténébreu-
ses des Cayard et de leurs
complices seront toujoors ré-
duites 2 néant, la Révoiution
devant poursuivre sa courbe
dialectique. —

est impossible de ne pas étre
stupéfait en constatant le
temps perdu 4 colmater les
bréches, & réduire 4 Pimpuis
sance les factions minoritai-
res ef antinationales. Ces af-
frontements sans grandeur
sont responsables de la sta-
gnation patente dams cer-
tains domaines, du retard
mis @ solutionner des problé
mes pourtant prioritaires. De
ce coté JA, les groupuscules
réactionnaires n’ont eu rai-
son que la moitié du temps.
En dépit de leurs menécs,
sous peu, la Centrale Hydro-
Electrique Francois Duvalier
de Péligre sera une réulite.
Comopte tenu des institu-
tions mises en piace par le
Président Duvalier et des
nombreuses conquétes dor-
dre matériel, on peut sffir-
mer que Je Chef est resté fi-
dele A Vengagement qu’ll a
pris & VYoccasion de Sa pres-
tation de serment coimue
Président a vie de la Répu-.
blinue Je 22 Jnin 1964.
Toutefnis, miewx aue les ré
suitats d’une politique prag-
matique et nrogressiste. c’est
la reconversion de l’Haitien
qui constitue une des étaves
les vlus exaltantes de la Ré-
volution Duvaliériste en mar
che. D-importe que cette re-
conversion s’anprofondisse da
vantage, que chacun soit ca-
pable d’auto - critique cons-
tructive pour que Yavenir



Dans la Presse

Les milieux journalistiques
ont accuellli avec plaisir la
nomination de notre excel-
lent ami le Capitaine Walter
Préval, Directeur du «Moni-
teurs et des Presses Nationa
les, comme Rédacteur en
Chef du «Nouveau - Monde».
Nous lui adressons, avec
nos félicitations, nos voeux

“de fructueuse besogne.

La Direction Générale des
Contributions invite les chefs
de Service et Employés de
eette Administration a se réu
nir au Bureau Central 4 8h
am., le lundi 22 Juin. 1970,
en vue dé prendre part sux
manifestations. qui auront
liew A Yoccasion du jour an-
niversaire de la Prestation
de Serment de Son Excelien-
ce Honorable Docteur Fran
cois DUVALIER, comme Pré-
sident & Vie de la Républi-

ue,
a Max MERENTIE.
Directeur Général.




Dimanche 21 Juin a 5h, 7het9h

. Vie de la République,

de fond en comble tes strnc .




Lundi 22 Juin: Colossale manifestatian
a Son Excellence le President a Vie @

S. E. le Président Duvalier qui a, a ses cétés, la Premié re Dame de la Républi-
que, acliviant une de ses importantes adresses au peupie haitien
juin 1964, décrétant la permanence de la révolution, accordait au Chef de

1

VEtat Ia Presidence a vie.

Les Organisations Syndical

vec plaisir la belle lettre a-
aressée par. les. représen-

“tatite~de-nos- différentes oF. *

ganisations syndicales & Son
Excellence le Président 4a
Doc-
teur Francois Duvalier, a
Poccaston du 6éme anniver
satire de sa prestation de ser
ment comme ta
Vie de la Répuplique.

xxxXX

SON EXCELLENCE
MONSIEUR LE DR.
FRANCOIS DUVALIER
PRESIDENT A VIE
DE LA REPUBLIQUE
PALAIS NATIONAL—

Monsieur le Président a Vie

Toutes les organisations
syndicales se rappellent a-
vec gratitude et émotion cet
te date faste de Votre pres-
tation de serment comme
Président a Vie de la Répu-
blique. Votre Excellence a
pris l’engagement solennel
de multiplier les conquétes
en faveur des deshérités de
toujours et de la classe ou-
vriére victime de 1l’exploita-
tion ia plus cynique. .

Depuis, en dépit des obsta
cles de toutes sortes,
avez pas dévié de la ligne
doctrinale qui est celle de
toute Votre vie, assurer la
promotion, humaine des ca-
tégories sociales _tradition-
nellement méprisées, les ou-
vriers et les travailleurs
plus particuliérement.

Tl y a six ans, les vatllan-
tes populations de nos neuf
Départements géographi -
ques imposaient & Votre Ex



ASSOCIATION DES
CHAUFFEURS-GUIDES
DHAITI

Le 20 Juin 1970

Son Excellence
L’Honorable Docteur
Francois DUVALIER .
Président a& Vie de la Ré
publique d'Hatti.

L’Association des chauf
feurs-Guidezs a Vavant-
garde du Duvaltérisme Ct
piligateur renouvelle son:
attachement a@ son LEA-
DER BIEN-AIME @ Voc-
casion du siziéme anni-
versaire de sa prestation
de serment comme PRE-
SIDENT a VIE de la Ré-
pudbi e dHaiti pour le
bonheur de la classe ou-
vriere,

Jean R. BERNARD °

Président de VAC.G.H.
eA

Vous-.

oon

xxxx

nence de Ja Révolution. A
un Jpoment, Mi
readent & wae lp
blique, Vous n’avez déméri-
té de la confiance du Sou-
verain et des Travailleurs
qui sont l’avant-garde d
Votre Révolution. :

Votre derniére victoire sur.
les mutins des Gardes-C6
tes prouve une fois de pius
que rien ne peut Vous em-
pécher de continuer Votre
mission salvatrice au bénéfi
ce de la classe ouvriére et
du Peuple Haitien tout en-
tier.

Monsieur le Président 4
Vie de la République, Vous
étes le Justicier et sous Vo-
tre impulsion dynamique et
généreuse, s’opérent les ré-
parations nécessaires.

Aussi, toutes les Organisa
tions Syndicales tiennent 4
réaffirmer leur attache -

L’Allocution de Mme Lebert Jn-Pierre

DIRECTRICE DE L'ECOLE HOTELIERE
A LIOCCASION DU BUFFET OFFERT AUX
MARTINIQUAIS..

Monsieur le Directeur de IE
cole Hételiére de la Martique
Mesdames et Méessieurs les
Moniteurs,

Chers Etudiants,

Mesdames, Messieurs,-

Seulement quelques mots
pour vous exprimer notre
joie de vous avoir parmi
nous ce soir & l’occasion de
cette petite féte de famille et
pour vous remercier d’avolir.
aimablement répondu a no-
tre)invitation. —

*t] me soit permis de sou
ligner que la visite en Haiti
de l’Ecole Hételiére de la
Martinique revét & nos yeux
un caractére ¢pécial, et mar
que une étape importante
dans i’histoire de lI'Ecole H6
teliére d’Haiti. Elle rdprésen
te a la fois l’aboutissement
defforts opiniatres déployés
des deux cdtés et le début
dun courant d’échanges qui
peut étre fructueux pour nos
deux institutions.

D’un cdté, il a fallu toute
la sollicityde agissante . de
Son Excellence le Président
& Vie de 1a République, .1’'Ho
norable Docteur Francols DU
VALIER et 8a _persévérance
obstinée, condition essentiel
le & toute oeuvre de longue
haleine, pour nous permet-
tre de surmonter les difficul
tés de tous’ ordres auxquelles
nous étlong . -confrontés et
d@’imprimer une orientation
nouvelle & cette Ecole Hoéte-
Uére qui a connu elle ‘aussi

y :

{ es exaltent un
_ Anniversaire Historique

N.DLR. — Nous publions a cellence d’assurer la perma- rhents

onsjeur Je —

Répu-__ riste-q

_Faubourgs et quartiers

_de festoyer et de prendre u-




Communiqué

Lu Secrétairerie d’Etat des
Affaires Sociales Jéférant a
ta demande des .*“-Organisa-

-idons Syndicalés’ et cesttorces
plaisir d’inviter ‘les. employés
et fonctionnaires publics, les
ouvriers et travailleurs. ‘des
entreprises. comnmerciales,:in-
dustrielles et agricoles & par-
ticiper en grdnd nombre & u-

ne manifestation qui sera or
ganisée par les forces du Tra
vail en hommage- a leu#Lea-
der, le Docteur Francois, DU-
VALIER, a l'occasion du. ‘Si-
xi@me anniversaire de Sa
prestation de serment comme
Président 4 Vie de la Républi
que. :

Pour la pieine reussite de

eette manifestation qui aura

‘eu devant le Palais Natio-

nal le lundi 22 Juin a9 h du
matin, la Secrétairerie @’E-
tat des Affaires Sociales con
vie les ouvriers, les travail-
epee : surs, les*chefs d’entreprise,

: les’ emvloyés et fonctionnai-

res publics, le personnel des

qui-le 22

merciales et agricoles 4 se réu
nir devant le Palais National

le lundi 22 Juin 1970, dés 9

heures du matin.

(suite page 6 col. 4)

ndéfectible & la per- °
sdane “ge Votre. Excellence.
ot: 8, Révolution~Duvaliéy +
uj, sous’ Votre condui-~ |
te lucide, doit aller de’ vit-
toires en ‘victoires. ‘

Les ennemis de Votre bel-

ie du Peuple Haitien, ne sur.
prendront. jamais la vigiian
ce de la classe ouvriére & ia
quelle Vous avez donné com
me bréviaire ja légisiafion
progressiste du Code du Tra
vail qui porte Votre illus-
tre nom.

La foi de Ja Classe Ouvrié
re en Vous, Monsieur le Pré

née Adelyne Lamour, vient
de passer six mois dans _ sori
pays. Adelyne, qui vit actuel
lement a Lévy, Canuade, a ha
bité la France pendant neuf
ans. Elle y a étudié la Techni
que financiére et comptable,
et Administration des Entre
prises en général. Son mari,
71 ~ le talentueux artiste Wilbert
paneer We Ge is Républt Chancy, est également Pro-
Daignez agréer, Monsieur fesseur de Philosophie 4 Lé-
le Président & Vie de la Ré- VY. Madame Chancy est re-
publique, V’assurance de no- Partie pour le Canada hier
tre enfier dévouement 4 Vo Matin.
tre personne et 4 Votre Gou
vernement de promotion so
clale.

- XxXXX
L’architecte et peintre Raoul
Jacques est rentré de Saint-
Thomas hier matin. Raoul,
qui est un peu globe ~ trotter
sur les bords, repart sous peu
pour Miami. Sans doute_ es-
saie-t-il sans cesse de décou
vrir de nouveaux sites pitto-
,esques, car il est paysagiste,
ses mauvais jours, mais qui Ses tolles sont réalisées au
peut aujourd’hui, trés modes couteau, et ne comportent ja
destement il est vrai, soute” mais de personnages.
paraison avec les
nit ientions similaires des". Hier matin, Monsieur Da-
pays volsins, ce qui lui vaut niel Cohen, un distingué visi
le d honneur d’avoir é- teur frangals, a reoris l'a-
té choisie parmi tant d’au- vion, aprés seulement une
tres pour accueillir les étu- journée ict. Monsieur Cohen,
diants martiniquais. D'un au qui est dans Ja métallurgie,
tre coté, ce choix n’aurait a touché Haiti pour affaires,
peut-étre pas 6té entériné et aussi pour bavarder un
n’étaient Vopiniatreté et la brin evec son excellent ami
force de persuasion du Direc Mario Pierre - Louis. Avant
teur de l’Ecole Hotelire de de regagner Pointe-a-Pitre,
la Martinique, Mofsieur Ser ce touriste s’arrétera au Me-
ta, qui, lors de sa premiére xique pour assister & la fina
visite en Haiti, avait pu ap- le de la Couve du Monde de
(Suite page 6) foot-ball 1970. Monsieur Co-
hen est forme! dans ses pro-

VISITEURS

Bes ons nostics : le Brésil sera vain-
ulaires queur.
pop ndioses manifesta- xxXXX

Madame Marcel Sicard est
rentrée nict muotin d’un vo-
yage d’agrément 4& Porto Ri-
co. Ee v.a passé trois tours
Trois jours de pluie. Optimis
te, la voyageuse nous dit. ene
son séjour a 6té quand méme

Par ailleurs dés ce soir des agréable. De toute facon. il
boulllons populaires seront ne falt, pas de doute oui) Jul
organisés dans les principaux eft plus plu qu'il ett moins

pou plu.
leux ét populaires de Port- REXE
au-Prince offrant, de cette Tl est jeune, elle est trés
maniére, l'apportunité & tous jeune. Il est Cubain, elle est
re Porte Ricaine. If est frais é-
ne part active & ces-manifes moulu de la Faculté d'Art
tations qui promettent de-dé Dentaire, elle vient de pré-
passer en ampleur toutes cel ter serment comme avocate.
les organisées jusqu’icl €n Luis Rodriguez Valle, et sa
Yhonneur du Président Du- femme Lolita sont arrivés au
valier. s pays hier matin, .vt sont des-

tions se préparent en vue de
commémorer solennellement
le 22 Juin date anniversaire
de la Prestation de serment
de Son &xcellence le Docteur
Francois Duvalier Président
& Vie de la République.



Se,

vives de‘la production, ‘a le’

entreprises industrielles, com -

*
dis

par Claude Dambreville.
le Révolution, la nétre et cel , Madame Wilbert Chancy,-

de
son cété, se croit autorisé A

U-PRINCE (HAITI)

on

TE POSTALE :

7 Ss
‘ PARIS (AFP) —

- Installée- depuis. hier soir
4 Downing Street, M. Heata

. Va s’attaquer sans taraer a,

la tache de constituer son
cabinet. Son premer soin a
. ete, dans une déclaration,
d’exclure tout: secfd¥isme et
de préciser que son Gouver
nement serait celui de tous
is anglais. Il.n’a pas caché
Vampleur des difficuités qu
il. tut faudra surmonter. “Gu
ne se hasarde guére jusqu’a
présent 4 des pronostics: sur

- le choix des ministres.. On

sait seulement que les pre-
‘miéres personnes 4 étre re-
cues par lui ont été M. Mau
-ciing, son adjoint, et Lord
Carnbaeton, porte - parole
des conservateurs a la Canam
bre Haute. Un nom est pro-
noncé avec insistance. C'est
celui de M, Christopher Soa
mes, actuellement Ambassa
deur & Paris et dont la ru.
meur fait le futur «Mor -
sieur Europe> qui succéde-
rait & M..Thompson .dans
Ja charge de négocier len-

trée. de l’Angleterre dans le .

marché commun. Mais si
YEurope est une des préoc
-cupations prioritaires de M
Heath, celui-ci aura & pren-
dre rapidement position sur
les grands problémes inter-
nationaux de lVheure et no-
tamment sur celui des rap-
ports. Est-Ouest encore que
dans les milieux de }OTAN
on ne s’attende guére 4 des
initiatives significatives de
Ja nouvelle équipe dirigean-
te dans ce domaine. Dans
ces mémes milieux, ‘si l’on
exclut un retour aux rela-
tions spéciales qu’eurent ja
la Grande-Bretagne et



cendus a l’'Hotel Choucoune.

Leur séjour ici durera cing

jours. Luis, qui parle un fran

cais des plus corrects, a ébu-

dié a l'Alliarice Francaise.
xXXxXX

Madame Max Roniain, née
Marie - Cécile Lilavois, a pris
Vavion hier matin, pour se
rendre & New York. Elle y sé-
journera durant une quinzai
ne, dans la compagnie de ses
freres.

Est également partie pour
New York Madame Léonce
Limousin. Le petit Didier La
fontant, qui Taccompagne,
est allé rejoindre sa mére aux
Etats Unis.

XXKX

Madame Argand. l’épouse
du Dentiste, s'est rendue a
Montréal hier matin. C’est 14
que réside sa fille Monique.
A )’aérogare, elle a été saluée
par son époux, par ses filles

(Suite page 6 col. 5 )
















2

e “
1316





. La Vie Internationale -

les Etats-Unis, on pense’ que
le retour au pouvoir des Con
servateurs sera de nature a
favoriser une meilleyre coor
dination des politiques. des
deux pays a l’égard de )’Est.

Au .Proche-Orient, la si-
tuation est dominée par la
tension larvée qui ge main-
tient en Jordanie aprés les
événements ’sanglants d’Am
man, entre “Yarmée royale
et les commandos palesti-.*
niens, Selon la presse. égyp--
tienne, des incidents pour-
Talent éclater 4 tout mo-
ment. .

En Indochine, c’est sur-
tout la situation de Pnom
Penh qui retient ’attention.
Elle est sérieuse mais-~non
désesnérée, déclarent les au
torités Eméres, tandis que
le Général Ky,- vice-Prési-
dent du Sud-Vietnam, pro-
clame sa résolution de dé -
fendre la Capitale cambod-
gienne. On envisage de reti
rer du Sud-Vietnam la divi
sion thailandaise qui y “é6m
bat pour l’acheminer vers
fe Cambodge.

ME\ (AFP)
Des militaires. brésiliens
ont l'intention d’enlever le
fameux footballeur Pelé et
de faire croire que cet enlé-
-vement a été commis par
des guerilleros, afin de: dis-
créditer la -gauche brésilien
ne auprés de l’opinion publi
que du pays, affirme Te
Front brésilien dinforma-
tions dans un communiqué
daté d’Alger et publié 4 Ro-.

me.

Les militaires, précise le F.
Brésilien dad Informations
chercheraient a obtenir la

(suite page6 colonneé)

La Curie Remaine —-
£ -DU VATICAN (AFP).
at ne des organisations
suprationales, ‘la’ Curie Ro-
maine fait actuellement - fn’

. effort énorme pour se «dési

talianiser> et devenir plus
internationale. Mais elle ac
corde encore une part trop
importante a l’Europe et in
suffisante au Tiers-Monde,
qui compte actuellement
‘prés de la moitié des 614 mil
Hens de catholiques recen-
sés.

Telles sont les conclu-
sions que peuvent tirer les
observateurs d'un drticle pu
biié par le jésuite Fiorello
Vavalli dans Civilta Cattoli-
ca présenté aujourd’hui par
son auteur 4 la presse inter“
nationale.

Tl en ressort tout d’abord,
que le nombre des italiens,
dans la Curie, est passé de
56,7% du total a 37,8% au
cours des dernitres années.
Aujourd’hui, la Curie est do
minée - au moins niméri-
quement - par les étrangers,
dont le nombre a plus que
triplé. de 1961 & 1970. Le
nombre global des postes re
censés est passé de 1.322 a
2.260. .



Le Sermon de la Semaine.

‘ .
Par le Pasteur Luc R. NEREE

Le Sermon hebdomadaire que

nous demande de pubifer

le Pasteur Nérée est lu aussi dans diverses Stations de
Radio de la Capitale et de la Province.
RESPECTONS NOTRE PAROLE DONNEE AU NOM

SOYONS CONFIANTS ET PATIENTS

«Les Serviteurs du Maitre
de la maison vinrent lui di-
re: Seigneur n’as-tu. pas se
mé une bonne semence
dans ton champ? D'ot vient
Gone qu'il y-a de livraie. Tl
leur répondit: c’est un enne
mi quia fait cela.Et les servi
teurs lui dirent : Veux-tu
que nous allions l’arracher?
Non dit-il, de peur qu’en ar
rachant l’'ivraie, vous ne dé
raciniez en méme_ temps le
blé»>. (Math, 13:27-28).

xxXxXX ,

Nous n’apprenions rien 4
personne en affirmant que
dans ce monde le mal va cé
te x cote avec le bien. C’est
un fait déroutant qui don-
ne journellement eu au
blasphéme: et a linjustice.
Car souvent. d'une part, l’in
croyant saute a la conclu-
sion que Diey, Créateur de
notre monde, ‘h’est’ pas ‘aus-
si bon qu’on le pense, et
d’autre part, le Chrétien

se poser en Justicler pour
Dieu contre son prochain.
Un tel état de fait constitue
un véritable dilemme. La Pa
rabole du blé et de 1’ivraie
que le Seigneur a racontée
& la foule fait voir que Die
ne reste pas indifférent a
ce dilemme. Cette parabole
comporte diverses lecons
dont un Croyant peut tirer
profit. : Nous n’allons pas
considérer - toutes ces le-
cons. Cependant il y en a
une que nous voulons soull-
gner 4 votre attention, c’est-
que : Dieu Se réserve un
jour, pour faire disparuitre
Je mal sur la terre. Nous
pouvons donc faire montre
de patience et de confian-
ce & Pégard de Dieu, en fa
ce des méchancetés, des in-
justices et de la confusion
qui régnent = actuellement
sur la terre.

Cette parabole nous ensei-

(Voir suite en page 3)













MAGIC CINE 3) 2 baeryfen

Dimanche & Magic Ciné
3h. - $:h. - 7h. et 9 heures

AND Liles (DOU
Qu (CORTB

SSH BGUTOUES Ha
QUAND LES COLTS SON
NENT «LE GLAS..e8b.....DIUS,
qu’un western, c’est un des
beaux chefs d’oeuvre. C'est
une boweversahte histoire
dans ‘laquelle l’amour ‘et i’a-
venture vont, de paire. C’est

un film ot, 1
sont mises en enc

mours passionnées, haine im
pitoyabie, marquent et ani -
ment les multiples épisodes.

Au milieu de cette nistoire
tumultueuse, la haine est par
fois plus forte que lu raison;
ce qui nous améne a des sce
nes sanglantes et poignantes
dans lesquelles bagarres, vio



lences, poursuites gagnent en —

intensité et nous fournit une
action fertile en rebondisse -
ments. .

De amour ou de 1a haine,
quel sera le vainqueur de cet
te lutte inexorable.

Vous serez enthousiasmés,

_ angoissés, bouleversés en sui
vant ce western puissant, vio
lent et dramatique.

Di est incontestable que
QUAND LES COLTS SON -
NENT LE GLAS riche d’ac -
tion, de bagarres, daventu -
res sentimentales menés' 4

—_———

. A LOUER

Espaces pour Bureaux &
jouer; Etage Building Sedren
Rue Américaine. S’adresser
au Journal.



AU JOUR

LUNDI 22 JUIN,
INAUGILAT ON DU
SEMINAIRE DE LA
CROLX ROUGE

La cérémonie d'ov.verture
du 2éme Séminaire interia-
tional de la Groix-Keouge, qui
réunira a Port-au-Priuece 1es
Deiégués des Sociélés Natio-
nales et Branches de la Croix
Rouge des Antilles, de l’Amé
rique Centrale, des Etats U-
nis, du Canada, de la France
et de l’Angleterre, se tiendra
a Vauditorium de ia Croix -
Rouge haitienne, le lundi 22
juin, 4 10 heures A.M.

Cette réunion se déroulera
sous la Présidence diicsuieur
du Dr Francois DUVALIER,
Président & Vie de la Répu-
blique.

Dans Vaprés - midi débute
ront les travaux du Séminai-
re dont les objectifs sont les
suivants :

1. évaluation des suites don
nées par les Sociétés Natio-
nales de la Croix - Rouge aux
recommandations du Sémuii-
naire de 1968., :

2. échange d’experiences
pratiques dans le domuine
spécifique des secours, 4 la
jumiére des catastrophes na-
turelles survenues @uU vollrs
de ces deux derniéres années
dans la région.

3. examen des rmodifica-
tions apportées au +Manuel
pour les actions internatio-
nales de secours.>

Environ 20 Communica-
tions et Rapports préparés
par un certain nombre de So
eiétés participantes et pai la
‘Ligue seront présentés ct dis
entés au cours des Séarces
Pléniéres. La Séance de clétu
re aura: lieu le vendredi 26 a
5 henres p.m. aprés Je vote
des Conclusions et Recom-
mandations .

La Vie Internationale

LES OBSEQUES D’ELSA
TRIOLET
PARIS (AFP) —

Les obséques de la roman
ciére Elsa Triolet, se sont dé
roulés, dans \la plus grande
simplicité, vendredi aprés-
midi, & Paris, en présence
de nombreuses personnali-
tés des Arts et des Lettres.

Autour de Louis Aragon,
on notait la présence du
comédien Jean houis Bar-
rault, de l’écrivain commu-
niste chilien Pablo Neruda,
de Madeleine Renaud et de
Pierre Emmanuel de 1’Aca-
démie Frangaise. L’Ambas-
sadeur d’Union Soviétique 4
Paris, M. Valerian Zorine,

es passions, .
es AA bt



ry {hie .alente, dépasse de

coup de nombreux wes-
terns de production courante
déja vus. :

eo BS ee Beara
“lg Vous" voulez Yor
Okame "et Be grant western,
allez & MAGIC CINE Diman -
che a 3 hres, 5 hres, 7 bres



“et S’helirés voir QUAND LES

COLTS SONNENT LE GLAS.
3 hres: Gdes 2.00 et 3.00

5 hres, 7 -hres.et .9 hres.
Gdes 2.50 et 4.00

bog h ood oe
an BREE Ok

AU CAPITOL

Dimanche 21 Juin

& 5 hres; 7 hres, ef 9 hres
LUCRECE BORGIA

C’est un véritable sujet de
tragédie ot s’allient, émotion,
saveur romanesque, « senti -
ments passionnés et cruauté.
Martine CAROL, qui porte
tout le film avec aisance, est
LUCRECE BORGIA une fem
me qui fut célébre par sa
beauté. Cette biographie ro-
mancée s'inspire des réussi -
tes les plus audacieuses du
Tame ART. L'amour, ou plu-
tat les aventures secrétes de
LUCRECE BORGIA, forment
ja base de cette imposante
superproduction en cculeurs.
Ce film est comme un déber
dement pasionnel illustré
sans fioritures ni conces -
sions. Ouvrage remarquable-
ment élaboré qui retrace Jes
divers aspects de la vie amou
reuse d’une belle dame de la
Haute société italienne qui
ne reculait devant rien pour
le triomphe des ralsons de
son coeur ou des appels de
ses sens.





LE JOUR

PENSION SPECIALE

Article ler. — Une alloca-
tion mensuelle de MILLE
GOURDES (1.00000) par
mois est accordée a titre de
pension spéciale 4 Monsieur
le Docteur Horace DESIR.

XEXE
TIAITI, 20EME PAYS
WEMBRE A RATIFIER LA
CHARTE DE L’OEA

WASHINGTON (IPS)

En ratifiant, vendredi, la
Charté, amiendée de 1’Organi
sation Yes Etats Americains,
Haiti devient le vingtitme
pays membre de VOEA 4
prendre une telle mcsure.

Les quatre autres nations
membres de cette organisa-
tion gui n’ont pas encore ra
tifié le «Protocole de Bue-
nos Aires» sont le Chili, PE-
quateur, PUruguay et cuba.
L’on s’attend & ce que tous
ces pays, & l'eaception de Cu
ba, déposent éventuellement
feurs instruments de ratifica
tion, Quoique techniquement
membre de POEA, Cuba, en
raison de son gouvernement
communiste, n’est pas admis
B participer aux affaires de
cette organisation interamé-
ricaine.

En_signant les documents
en présence de |’Assistant -
Secrétaire Général Rafael Ur
quia, du Salvador, et du Pre-
sident du Conseil Rual A. Qui
iano, d'Argentine, l'Ambassa
deur d@’Haiti a 'OEA, M. Fern
D. Baguidy a déclaré que
«son pays espére que VOEA
entre dans une ére nouvelle
et prend de plus en plus cons
cience de ses respcnsabilités
de devenir plus active et plus
humanisée face aux phéno-
méneés de la faim, de Ja mi-
sere.et de l’analphabétisme
qui'entrave T’évelution spiri-—
tryeile et morale de mas pet-
pies.»

les membres du Bureau Po-
litique du parti communiste
te trancais, dont M. Jac-
ques Duclos, des représen -
tants de la République Dé-
mocratique du Vietnam et
l’ancien Ministre Edgar Fau
re, étaient également pré-
sents. '
“Avant la cérémoriie, plus
de 2000 personnes, avaient
tenu & se recueillir auprés
de la dépouilie de la fem-
me de Louis Aragon, devant
le siége de l’Humanité, quo-
tidien du Parti Communis-
te Francais. Elsa Triolet a
été inhumée & Saint Ar-
noult des Yvelines, localité
de la région parislenne ott
elle demeurait.



Banque Nationale

/ : de la Répub
| Banque de |

un campte de hag



te

lique d’Haiti |
"Etat ‘Haitien }

-Comptable en ouvrant §
la Banque Nattotele







“peauté du diable ne pourra

se détacher de l’écran.
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

KEXXxX

ELDORADO.

Dimanche..21 Juin
a 5 hres, Tihres, et 9: hr

eS...
Steve MAG: U] :
i :



La Presse Francaise,
nanimité, l’a consacré le meil
Jeur policier de ces derniers
i quelques ex.-






traits:

Le meilleur polici
ricain depuis vingt: ans.

Robert CHAZAL: France -
soir

«BEN - HUR> est célébre
pour avoir donné au cinéma
sa plus belle course de chars.
eBULLIT» restera dans Vhis
toire du cinéma pvur iui a -
voir donné sa pius belle pour
suite en automunile.

Pierre BILLARD:
press :

Jamais, je crois, un tel de-
gré de perfection n’avait été
atteint dans cé doniaine de -
puis qu’il existe des flims po-
liciers.

Jeanine MERLIN: Paris -
Soir

Voila un exxcellent «poli -
ciers>. «BULLIT> est pas -
siunnant: Un film a voir. Pa-
ris Match

Steve MAC QUEEN, plus
fascinant, plus naturel et
plus brillant que jamais.
«BULLITs apporte une des
pierres les pius solides a lé-
difice cinematographique du
cinéma d’action.

Eric LEGUEBE;
Libéré

Pour les amateurs de films
policiers, pour ceux qui appre
cient le travail bien fait,
pour les admirateurs de Ste-
ve MAC QUEEN, «BULLIT>
est le film & voir. -

Claude CARSON: L'Aurore

Il va une ou deux scéres
absolument époustouTlantes.
D’abord, une poursuite en voi
ture dans les rues de San
Francisco, comme vous n’en
avez encore jamais vue.

A vous couper te souffle. a
yous cramponner a4 vutre fau
tell.

Michel DURAN: Le Canard
Enchainé.

Donec ELDORADO vous at-
tend dimanche au rendez -
yous de «BULLITs, un évéene
ment cinématographi-
que sans précédent dans
Vhistoire du 7éme Art en Hai

L"EXx -

Parisien

ti.
Entrée Gdes 2.50 et 4.00
XXXX

De Luxe Auto Ciné

Dimanche 21 Juin
a 6 hrs. 45 et 9 heures
LES SOULIERS
DE SAINT PIERRE

en Panavision - technicolor

Une saisissante super ~ pro
duction d’une étonnante ri -
chesse humaine interpretée
avec une rare performance
par d’extraordinaires ac
teurs:

Anthony QUINN-— Sir Lau
rence OL -- Sir John

Gielgud — Leo MAC KERN—

Oskar Werner—David JANS-

SEN — Barbara JEFFORD
Une oeuvre d’une surpre -





policier Amé-

pl
fable. tae
Un film d'un poids écra -

sant, qui ne craint pas-d’abor.

der avec hardiesse les plus:

graves problémes qui se po-

sent & la conscience mod fe

ne, dans le domaine dela’ foi

et la justice sociale. La faim
de;

du monde‘en, face:de. I'l!
es)








plaisits;“la «these ©
dun Christ cosmique,
laquelle. Die’
du péché. .



Au‘moment od Je sort a
moride™se ‘Joue sur’un trigo
ne de capitales angoissées,
Rome appurait comme une lu
miére sur la succession des
heures sombres de l'histoire,
les hommes de bonne! volonté









tre les peuph
t

sa tiare d’o,
pour présery a paix. L
ra s’élever jusqu’a une ‘sorte
de sainteté impartiale par.Je
truchement @un humanisme
chaleureux 4 i’endrolt des:ml
séres qui étielynent Je mon-
de, en engageant: toute
richesses du: Vatican. -f
soulager la faim d‘un unive)
démuni. os
LES SOULIERS
DE SAINT PIBRRE
Un monument impérissa -

ple de l'écran. Une interpré-
tation atteignant ie sublime. « *'

Anthony QUINN incarne le
Pape Russe avec une simpli-

cité exemplaire et un don
d'intuitions infinies.
Une pléiade de vedettes

chevronnées jouent avec .la
méme perfection des réles é-
crasants. :
‘Le sommet Ces soummets.
Le sommet de la grandeur.
Le sommet de ’humanisme.
Le sommet du grandiose.
Entrée $ 0.60 par personne

XXExX
REX THEATRE

Dimanche 21 Juin
a % hires, 7 hres, et 9 hres.
TRIPLE CROSS
ou ie TRIPLE JEU
a’'Eddie Chapman
(Eastmarncolor)

avec Cnristopner PLUM -
MER — Romy Schneider —
Gert Frobe — Trevor Haward
— ClaudineAuger— Yul Bryn
ner.

Eddie CHAPMAN, un nom
ceélébre qui laisse aprés lui le
souvenir opaque d’un espion
subtil dont ... !

LE TRIPLE JEU
..a étonné le monde!...

Qui est donc cet Eddie
CHAPMAN sur lidentité du-
quel plane encore un doute
cerrible

Est-ce un Voileur, un es -
croc, un aventurier, un séduc
teur?

Travaille-t-il pour l’Intel-
ligence Service? La Gesta -
po? La Résistance Frangaise

Travaille-t-il pour lui. pour
le plaisir ou pour les fem -
mes? :



‘POUR VOTRE SECURITE’

‘La séourlté a, pour sine! dire, été
Incorporée au pneu G8 Goodyear.
Grace & eee épaulements arrondie,

virages

eon. plus sare, la con-

dutte plus précise. L'entollage 3T,
plus réeletant que I'eoier, se moque .
des choos et de |’échauffement pro-

conduits’ eportive.:








‘Sera-t-il fus
Taube? ~~

.”,. Ploits.f



selon.
serait lauteur...







ful, les Sr: 2
ques, les Nazis, les Frang
le martyrisent! 1&-torturen

Dans... ‘TRIPLE CROSSE ou
LE TRIPLE JEU.

Vous suivrez’ “avec, “autant

d’émoi_ que d’effro tae ya -

ts Tantestiques, n

Sto Hite



monde!
Entrée Gdes:

AIRPORT OINE suivant sa
tradition de ne presenter a





































DJANGO

t Whiston




Karate, etc.
LE PROSCRIT
gnole que tous verront et ap-
précieront.

Done le rendez-vous est
4 ATRPORT CINE. le Diman
che 21 juin 4 6 hres 30 et 8
hres 30.

xXx xXx

PARAMOUNT

PARAMOUNT présente
Dimanche 21
a 5 hres, 7 hres et 9 hres p.m.

Une oeuvre tragique dans
son déroulement, sublime par
sun essence, puignante dans
son sujet, violente dans son
action, prodigiease par sa réa
sation!

LES HEROS

NE MEURENT JAMAIS

(Cinémascope - couleurs)

avec Henri SLVA

La plus audacieuse des opé
rations de guerre!

La mission la plus périlleu-
se cueillant la plus fiévreuse
des victuires! .

LES HEROS |
NE MEURENT JAMAIS

Dans le tumulte des mi -
trailles, une poignée d’hom ~
mes vont vivre sous vos yeux
effarés, le drame le plus sau
vage du dernier conflit mon-
dial!

Dans une charge halluci -
nante, ils se lancent imné -
tueusement 4 Vassaut d'une
citadelle perchée dans le si-
jence d'une falaise vertigi -
nense et verticale...

Pourront-ils récupérer le
radar wue Jes nazis détien -

nent dans cette forteresse
plindée???
LES HEROS

NE MEUSRENT TAMAIS

Une oeuvre lourde de fu -
reur et de brutalité !

Le ien puissant articulé de
ces «HEROS» impavides con-
fere plus de savage eran-
deur a cette Fresaue Inferna
Je traversée de bourrasanes
Ge feu. noireie nar la vondre
et. emnoudrée de sang et de
cruauté!

XXKX

DRIVE IN CINE

“LA GANONNIERE
“Pu YANG TSE
‘Robert WISE nons nermet
dans son film CANONNIERE
DU ‘YANG TGE» c’apprécier

le jeu combien nuaincé d’une-

des plus‘populaires vedettes
américaines Steve MAC
QUEEN. , .

En effet durant.3 heures
ahorloge, Stve Mc QUEEN ai
dé‘de John STURVENANT,
William KIERMAN nous fe -
ront vivre une épopée des
plus grands héros que nous
connaissons.

Novs sommes en 1926 en
Chine ‘oft la révolution est en
marche. | Deux miouvements
s’affrontent, l'un communis-
te, Yaitre nationuliste. Ces
deux mdéuvements sont d’ac -
cord pour expulser les étran
gers et les grandes puissan-
ces occidentales qui se sont

- wnies pour éxpioiter la Chine

d’alors divisée, ~’

Les Etats Unis ont la ca -
nonniére du Yang Tse qui pa
trouille dans les eaux chinol-

BE.G8! film combien sé -



5 GACHETTES” DOR" P°"
“Entrée .Gde, 1.00: ° viet

&6h. - 7h, et
LES HEROS”
NE MEURENT®
Entrée s

sae Ge



on ttald -é8pa

x que le DRIVE IN CINE |

b fumills entioral
eeE Ge











imanche a 8-h,







iA

Oe





CINE STADIUM

Samedi (En Permanence)
LUANA FILLE

DE LA JUNGLE

Entrée Gde. 0.60 «

5
ay

Dimanche (En. Permanence)
LE. DETECTIVE

' Eintrée Ge. 1.00



CINE OLYMPIA

Samedi (En Permane:ice)
CQUPE DU MONDE 1962
Entrée Gde, 1.50

Dimanche 4 6 h. 30 et 8 h. 30
CHAMPIONNAT MONDIAL
DE FOOT-BALL 1966

Entrée Gde. 1.50

MONTPARNASSE

Samedi & 6 h. 15 et 8 h.
(Séance unique)
LE CID

Entrée Gde, 1.00
Dimanche a 5 h. et 8 h.

LE CID
Entrée Ge. 1.00



Machines a coudre
«LA MADONA:

Parmi les toutes meilleures
sur place.

En stock avec toutes les pié-
ces détachées aussi pour votre
garantie. .

En vente 4 la TIPCO, Place
Geffrard, .



‘LA CREME
STILLMAN’S’ |

POUR LES TACHES



- bien plus claire

on seulement 4 semaines ¥
MOUTHODE SURB ET. MANS DANGER
Plus de.75 millions de Pots
ont ele-vendus
dans le monde. entier

JAB: BEORET DE BEAUTS dee milltond*
de fomimea dans toutes lea parties du monde
qui.dsajrent une peau plus claire et plug
seldutée reside en la. Creme Stillman’s,
Toraqu'elle ost appliqués. chaque solr, lm
Crame Stillndn's colaircit le teint 6t Youm
donne une compléxion belle et radieune dane
aculement .4 nines, ‘Vous seres 6xoere
yoillée de-la trankformetion opérée ef Yous
gnomes quand Jom parties sombres dispars
aitront peu & peu pour Taire place & une
peau tellement plua olaire ot plus limpides

Yexcellent Savon Stillman’s —
Jeasnyes aussi le Savon Btillman'al Co savom,
Aoux et, delicatoment parfumé nettole et
assouplit In poau. Il est-ideal pour enlever
In Creme Stillman's . . . et est aussi un
Fayon' de Beayt p atrmlchisandy pour a

ep noni -




~Lundi. & 6°H.- et 8 |
anime LOORECH*BORGIA””













légue par Ja Maison HELENA
& votre disposition :

& 100.000 ARTICLES
& QUALITEX.

a Maison YVES MOR.
& FOOD STORE

& CASA POMPADOUR

e «Belle ce soir! Ridée Demain>

eau se joue 4 trente ans...
‘A RUBINSTEIN

Yai POOL YOO IS ES OLY ED OEY 2 LD

2

nediia.6 h..et-8 ‘
SSION. 633 + ks
Mpirée Gdes
‘30
Entrée Gdes. 2.50 et 4.00

\
N



CULT



1

AILLE

CINE UNION
Samedi.a 6 h. 16 et 8 h.
DJANGO PREPARE :
TON CERCUEIL
Entrée Gde. 1.50

Dimanche & 5, - 7 h. et 9 h.
DJANGO PREPARE “
TON CERCUEIL

Entrée: Gde. 1.60



De Luxe Auto Ciné
Samedi 4:7 h, et 9 h.
CHAMPIONNAT MONDIAL
DE FOOT-BALL 1966
Entrée $ 1.50 par voiture

Dimanche & 6 h. 45 et 9 h.
,LES SOULIERS

‘DE SAINT - PIERRE

“Entrée; $ 0.60 ‘par personne
Lundi' & 7 hy et 9 -h:

LA CHEVAUCHEE

VERS SANTA-CRUZ_
Entrée. 1 dollar par voiture



CINE ELDORADO
Samedi @ 6 h. et 8 bh, 15 :
-En lére Partie’: .
SHUPA'— SHUPA
En 2éme Partie :

LE DETECTIVE
Entrée Gdes. 1.56 et 3.00

Dimanche a 5, 7, et 9
BULLIT
Entrée Gdes. 2.50 et .4.00



ETOILE CINE
Samedi & 6 h. 30 et 8 h. 30
LA PRISONNIERE
DU DESERT :
Entrée Gdes. 1.50 ét 2,50

’ Dimanche & 6 h. 30 et 8 h. 30°

L‘ETRANGLEUR
DE BOSTON
Entrée Gdes. 2.06 et 3.00

aa

“HOh- 7b. et 9h,
L

AUDITORIUM














Samedi 67h. tt &his
En’ lére Parti ; 15

Entrée one
“Dimanche & 10 bh. AM:
GRINGO JOUE ET GAG

. Entrée. Gde. 0.50 we




El PRIPLE! JEU
*Tontf a 6'h. @
UN. HOMME: POUR



Samedi & 6 h. 30 et 8 h,
TARZAN ET LA
GHASSERESSE |:
‘Entrée Gde.- 0:60 et 1.00

po

Dimanche & 6 h. 80 et 8 h 30
. . 80

DJANGO LE PROSGCRIT

Entrée Gdes. 1.50 et 2.50

Lundi 22 Juin 1970 et i

guna 2 et Mardi
. ‘SALLE EN LOG

Entrée Libre ATION

a



CINE PALACE

Samedi a 6 h. et 8 h. 15°
LES REVOLTES

DE TOLEDE

Entrée Gde. 1.00

Dimanche A 6h. et 8h.
FILS DE L’AIGLE NOIR
-Entrée Gees. 1.50, 2.00 et 2.50

Lundi & 6 h. 15 et 8 h. 15
LE DIABOLIQUE Dr. Z
Entrée Gde. 1.00

\,
N

MAGIC CINE

Samedi a 6 h, 15 te 8 h. 15
En lére Partie :

. LES LEGENDAIRES
DE DELMAS -
En 2éme Partie :
QUAND LES COLTS
SONNENT LE GLAS
Entrée Gdes. 1.20 et 2.50

Dimanche & 3, 5, 7, ‘
QUAND Ls coLrs)
SONNENT LE GLAS

ntrée & Sh. — Gd
abh-7Theoh
Gdes. 2.50 et 4.00
Lundi & 6 h. 15

séance unique

5000 DOLLARS SUR L’AS
Entrée Gdes. 1.20 et 2.50

CINE SENEGAL ©

Samedi & 6 h. 1Bvet & h. 15
‘En lére Partie :
LES LOUPS NOIRS





’ En 2éme Partie :

LE CARNAVAL
DES. TRUANDS
Entrée Gdes. 1.20 et 2.00

Dimanche 4 8 h. ©

séance populaire pour enfants
PEYROLL LE BOUCANIER

Entrée Gde. 0.60 et 1.00

abdbh-7h et 9h. ‘
_ LE RENARD
Entrée Gdes. 2.00 et 2.50

Lundi @ 6 h. 15 te 8 h. 15
STEVE A TOI DE CREVER
Entrée Gde. 0.60 et 1.00

CHS ,
EMA IKAKNIN WMI IOIOIOIOI III IRENE HINTON IMIS IOI IICK

Les Productions

Artistiques

René Marini

PRESENTENT A

Cabane Choucoune

Samedi 20 Juin 1970

BERNARDA ESTEVES
La grande vedette de la chanson Espagnole
qui vient de remporter un énorme succés lors de
son passage @ San Juan de Porto-Rico, accom-
pagnée des dangeurs MILKA & HOBEL.
Un trés grand spectacle @ ne pas manquer a

a id

_CABANE CHOUCOUNE

Choe Publicité



>

AVEC

gates)

EN BOULETTES

- QUEL OVE SOIT




GIBBONS

“Se Rat



LA

Mort au Rats

AL PERIRA |













POLITIQUE

a

ETRANGERE,

Quand, au Kremlin, 1

a
moijié des membres du .Po-
litburo se portent malades,

on peut se demander: cette:

maladie est-elle réelle, ou
leur a-t-eue été «prescri-
te>? Quand, ill y a peu de
temps, !e secrétaire général
du PC sovietique,’ Leonid
Brejnev, se renait a Buda-
pest par ie train, le Presi-
dent du Conseil Kossyguine
‘et les membres du_Poupburo
Souslov, Cnelepine; Peicne,
Chelest et Polianski n’é-
talent pas venus iui souhai-
ter bon voyage. Mais on re-
Marqua qu’iis avaient été

rempiacés par un grand nom .

bre d’officiers et de fonction
nares de la police de sécu-
rité,

En méme temps, on an-
nonga que le chef de lEtat
soviétique, Nikolai Podgorny
ne se rendrait pas au Ja-
pon: il était malade. Le lea
der des syndicats, Chelepi-
ne, était alité; le président
du Conseil, Kossyguine, é-
tait obligé d’annuler ses ren
dez-vous. On murmure que
Souslov, Vidéologue, souffre
de tuberculose. Polianski, un
autre membre du Politburo, ,
est bien en peine de présen
ter une feuille de maladie: °
cela fait des semaines que
lon ne Va pas vu.-

Par contre, Leonid Brej-
nev resplendit de santé et
de bonne humeur. A Buda-
pest, a occasion du vingt-
cinquiéme anniversaire de
ja hibération de la Hongrie,
il a souligné une fois de plus
la validité de la doctrine
Brejnev, ajoutant qu'il n’y
avait pas de place pour des
intéréts nationaux, & cdté de
Vidée internationaliste du
socialisme. Quasi simultané
ment, le maréchal Jakou-
povski, haut - commandant
des troupes du Pacte de Var
sovie, a insisté sur le fait
qu’il ne pouvait y avoir dé
défense nationale, mais Dien
une défense internationale
commune du socialisme.

Les rapports de Brejnev
avec les généraux sont bien
connus. En ce moment, on
a Vimpression que le secré-
taire général du parti com-
muniste soviétique a exploi-
té la crise de l’économie so
viétique pour se débarras-
ser de ses adversaires et de
ses rivaux. Il y a quéiques
semaines, on annon¢ca sous
le manteau que dans une
lettre, les membres du Polit
puro Chelepine, Souslov, Ma
sourovy et Polianski avaient
violemment critiqué Véchec
de la politique économique.
Entre-temps, la co. ion.
de VEconomie de YONU a
confirmé que le taux d’ac -
croissement de économique
soviétique a regressé Van-
née derniére. A la réunion
pléniére du comité central
de Moscou, en décembre der
‘nier, on avait déja parlé de
grosses lacunes et de graves
erreurs commises dans le do
maine économique. A l’épo-
que, Brejnev avai accusé les
haut-fonctionnaires de l’éco
nomie d’étre responsables de
cet état de choses. Dans une
lettre adressée aux diri -
geants soviétiques par _le
physicien Sacharov et This-

‘Spi teeyatteeatteayttnyetttyyttneattnyettnertty

anstenttyyn tty ansguttaquttynttenttrentrynt tan ttgqnnte tage















































IRIGEANTS SOVIETIQUES, SON:

torien Medvedjev, on peut li -

re que Yaccroissement du re
venu public est compromis,
que l’on voit apparaitre les
symptémes d'une inflation
et que la productivité bais-
se.

Tandis que Sacharov et
Medvedjev considérent que
ja ‘démocratisation pourrait
régoudre les problemes sovié
tiques, Brejnev est un parti
san notoire de la durete. De
puis des années, allié aux
fonctionnaires du parti et
aux. généraux, Brejnev, mé-
ne une lutte impitoyable
contre les fonctionnaires de
Yéconomie et les technocra-
tes. La réforme économique
prévue n’a jamais pu étre
réalisée, parce qu'elle a été
sabotée par des fonctionnai
res néo-stalinistes. Hya
quelques jours, la «Pravda»
a confirmé qu'il n’était pas
question de réformes sur le
modéle yougoslave ou sur
Yancien modéle tchécoslova-
que. Lénine déja s’était pro-
moncé pour la centralisa -
tion a outrance et contre
Yautonomie des diverses en-
treprises, ajoute le journal
soviétique.

C’est visiblement lopinion
de Brejnev. En fin de comp
te, c'est lui le
de l’invasion de la Tchécos
lovaquie, de la publication
de la doctrine qui porte son
nom et de la vague de néo-
stalinisme qui s’étend. Mais
un néo - stalinisme_ n'est
rien sans un néo-Staline, et
tout porte & croire que Brej
nev brigue cet honneur dou
teux.

Si Brejnev veut atteindre
son objectif, il lui faut élimi
ner les rivaux gui pour-
raient lui faire concurren -.
ce. Il ne s’agit pas du prést-
dent du Conseil Kossyguine,
dont J’influence sur le dérou
lement des choses ne sem-
ple plus étre trés grande. Il





Chers clients,

pas™ des“ fo
naires de l’économie q

responsable -





ne: s’agl ;

ui met
tent en doute Ja priorité.de
la politique. Le seul concur-
rent valable de Brejnev est
actuellement Chelepine —

et il semble que le leader des



Le Roi Hussein (en haut)
de Jordanie et Nasser Ara
fat (en bas) leader des
guerrilleros Al-Fatah an-
noncent & la suite d'un
meeting au Palais de-Hus
sein Al Amman gu’ils sont
arrivés & un accord sur le
cessez le feu entre leurs
forces.

ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Nous avons Vavantage de vous annoncer le nouvel itinéraire dela ALM
ANTHLEAN DUTCH AIRLINES

MERCREDI — LM 978
Miami Dp: .5.55.pm
P-quw-Pce Ar: 640 pm
P-awPce Dp: 7.15 pm
‘Aruba Ar: 9.30 pm
‘Aruba Dp: 10.00 pm
Guragao ‘Ar: 10.25 pm
JEUDI — LM 977
Curacao Dp: 9.05 pm
Aruba Ar: 930 am
‘Aruba Dp: 10.00 am
PeawPce Ar: 1015 am
P-awPce Dp: 1050 am.
Miami ‘Ar: 12.35 am

‘Au 1377 Ruelle Carlstroem

Pour toutes autres informations voyez votre

2p







a tout réservé pour.
LUtile et PAgréable

jutter contre Brejnev.. .

Chelepine, déchu de son
poste de « me. de 1’Etat» en 1967 et nom
mé ‘chef des syndicats, un
poste peu important 4 pre-
miére vue, s'est allié’ avec
Souslov — paraijt - il, du
moins -—- pour protester con
tre intervention en Tche-
coslovaquie. Ancien chef de
la police secréte, il connait
les points faibles de l’empi-
ye soviétique. Dans les der~
niers temps, de nombreux
imprimés, lettres de protes-
tation contre le régime et
journaux oppositionnels sor-
tent en fraude d’Union so-~

. yiétique. Il faut se deman-

der si certains fonctionnal-
res de la police secréte s80~-
viétique n’utilisent pas ces
écrits pour influer sur les

dissensions internes.
.-

Dans le dernier numéro
de «Politik», ’'un des orga~
nes du PC soviétique, on dé
clare la guerre & tous ceux
qui tenteraient d’instaurer
la liberté de presse et de réu
nion. La liberté de presse,
écrit «Politik», n’était” dutre
que la propagande contre-révolu-
tionnaire».

Le sort qui a touché les ré
formateurs tchécoslovaques
n’épargnera. pas les. réforma
teurs soviétiques. Le nou-

veau Staline est «ad portas?. *

Comme lie veut. ]’épaque, il

porte un complet sur’mesu-.

re et une cravate: un mini-

Staline, en comparaison de_
cest un,

son modéle., Mais
homme qui veut revalori-
ser les idées professées sous
Staline. C’est le seul;moyen

de maintenir un régime qui.

n'est pas disposé a se livrer
a des réformes. /
Carl Gustaf Strohm

(Christ Und Welt, 10 avril
1970). ;






agence de voyage.

i





faire plasir 4 Papa
rere eng

‘Port-au-Prince, Haiti WI.

YACHT § PUIS
ONDE MAIN,



REFLEXIONS A PROPOS DE

On diggute beaucoup sur
Yorganisation des écoles,
sur ies écoles intégrées (en-
seignement court et long
sous un méme toit), sur les
‘ classes ou les cours. C’est u-
ne bonne chose certes que
ces problémes intéressent
Vopinion publique. Mais
y a aussi le revers de la mé-
daille: & force de parler des
formes que doivent prendre
les écoles, on en oublie de
réfiéchir sur leur fonction.

Nombre de parents trou-
veront qu'il n’y a pas lieu de
s'interroger longtemps 1a-
dessus car la réponse leur
parait évidente : les écoles
doivent préparer les enfants
& vivre dans notre société,
a résoudre les préblémes de
Vexisterice en général et a
entrer dans la vie profes-
sionnelle. Mais ces formules
restent vides de sens tant
qu’elles ne s’appuient pas
sur des conceptions réalisa-
bles.

Reste a savoir justement
si les conceptions actuel-
les sont valables. Les minis-
tres de l’Education ont ré-
pondu 4 cette question par
ja négative 4 leur conféren
ce, début octobre. Tis ont dé
cidé de faire plusieurs
quétes sur la teneur et les
objectifs de l’enseignement.

On se reportera utilement 4 .

ce propos &4-deux ouvrages
de Hartmut von Hentig qui
expose le résultat de. ses re
cherches.

Hartmut von Hentig prend
la société comme point de
départ de ses réflexions. Il
se distingue en cela de la
plupart des anciens pédago-
gues. Sil accorde une telle



\





Ine

[,. ELEES NOUS ONTS
‘ISECOUES... SORTIS::





FQUELLES ¥
MAINS 2?



importance 4 la _ société,
c’est parce qu’elle a été long
temps négligée dans la péda
gogie. Dans un monde _sta-
ble, écrit-il, le réle de l’éco-
le consistait 4 transmettre
les expériences acquises au
cours des époques précéderi-
tes. Dans un monde en perpé
tuel changement, la wans-
mission d’un savoir basé sur
les condifions qui régnaient
dans le passé n’a plus au~
tant de valeur.

Conséquence. [1 est tout
aussi important aujourd‘hul
d’enseigner les textes aux-'
quels se reféraient les géné-
rations précédentes que de
soumettre les jeunes .& un
entrainement spécial qui Ies
rende capables d’analyser
leur environnement de ma-
niére systématique, de soute
nir des discussions, de révi-
ser leurs propres : pinions et
@accepter Vavis d’autrui.

Le monde du travail est

en perpétuel devenir. Le mé ,

tier que l’on exerce toute sa
vie est de plus en plus rare
et le rapide développement
de Vindustrie réclame de
Yhomme moderne la faculté
de changer deux ou trois
fois d’activité professionnel-

ro

WATE-ON

Vous étes maigre ?
— Voici un nouveau moyen
facile pouvant contribuer
A mettre rapidement des LI
VRES et des POUCES de
chair ferme:

Le merveilleux
WATE-ON.

TIPCO, Distributeur

Place Geffrard.

yrttyntgn tuna ypttee

nouveau

ri biteoheliabasehtassAlasbiaiastais SDR SoaL

ll ree os

& AAVONNEMENT

FAIT MAIGRIR par éiminatjon de.
*, Sines. /-
NNE et7RAF.

‘te. Méme~les écoles profes-
sionHelles ne sont plus en
mesure de préparer les jeu-
nes 4 toutes les taches qui
les attendent. On compte
20.000° genres d’occupations
professionnelies dans l'in-
dustrie, le commerce. et les
transports, contre 350 seule
ment dans le secteur de l’en
seignement et 100 seulement
dans celui de l’enseigne-
ment professionnel. :

’ Conséquence. 1) faudrait
surtout développer les fa-
cultés d’adaptation ef de mo
bilité intellecuelle; les élé-
ves doivent non seulement
apprendre une matiére par-
ticuliére mais aussi les tech
niques de
-CÂ¥st, le sel en de sur-
monter plus tar les diffi-
cultés que pose. la reconver
sion et devant lesquelles
tant de travailleurs plus 4-
gés échouent.

Il faut non seulement que
les jeunes apprennent a
comprendre le monde dans
lequel ils vivent, 4 affron-
ter -les conflits, contraintes,
luttes pour le pouvoir qu’im

plique aujourd’hui lexisten- .

ce mais aussi a sauvegar-
-der au maximum leur liber-
té personnelle. L’école d’au-
jourd’hui ne répond absolu-
ment pas & toutes ces exi-
gences; elle met les enfants
a Vabri des réalités de l’e-
xistence et les fait vivre
dans un univers idéal, qu’
fis doivent quitter pour (la
formule est révélatrice) «fai
re leur entrée» dans la vie
professionnelle.

Conséquence: La salle doit
devenir un lieu d’apprentis-
sage de la vie réelle, ot: les
enfants font 1l’expérience
de l’autorité
exercée par une minorité,
ow ils assistent 4 la naissan
ce de personnalités qui ont
le don du commandement a
vec toutes les conséquen-
ces que cela implique; |’éco
Je doit &tre un lien ot l'on

lapprentissage. ~

lorsqu’elle est-



Iln’y a plus de métiers que l'on
xercer toute sa vie

DEUX OUVRAGES SUR LA PEDAGOGIE MODERNE

ne minimise pas l’importan-
ce des problémes qui se po-

. Sent 4 Vextérieur mais ow
on discute au contraire sur

ces\problémes.

Reste & savoir comment
concilier ces exigences ‘avec
la. nécessité de protéger d’u-
ne certaine maniére aussi
les enfangs (du moins lors-
qwils sont encore trés jeu-
nes). On ignore également
comment mettre certaines
d’entre elles en pratique. Ce
west du reste pas un repro
che. Notre société est si com
pliquée qu'il est impossible
a un individu de concevoir
un systéme pédagogique qui
soit parfait. L’ére des grands
pédagogues qui ont marqué
tout une époque est révolue.
Le travail d’équipe est deve
nu aussi indispensable dans
le domaine pédagogique qu’

-t1 Pest pour la science et la

technique. ;

Un mot encore 4 propos
des ouvrages de Hentig: les
lecteurs qui. s‘intéressent
surtout 4 Vauteur feraient
pien de lire «Spielraum und
_Ernstfall>, un recueil d’arti
cles sur des problémes péda
gogiques parus dans diver-
ses publications. Ceux qui
désirent plus spécialement
s’informer sur ila situation
de Vécole dans la civilisa-
tion industrielle pourront
lire « Systemzwang. und
Selbstbestimmung >.

Rainer Hagen
Deutsches Allgemeines -
Soontagsblatt, 29 mars
1970)



Messe de prise
de Deuil

Une Messe de Prise de
Deluil sera chautée le lundl
22 juin 4 6 heures 30 en l’E
glise Ste Anne a la memoire
de la regrettée Marcelle Dor-
lette.

Cette annonce tient leu
dinvitatiop aux parents et
amis. ,



8

a

POUR TRAITEMENTS MEDICAUX ET ESTHETIQUES :

CELLULITE, RHUMATISME, QBESITE, LUMB8AGO, AR
DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQUES, CONSTIPATION, f.
TROUBLES CIRCULATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, elc...

‘MASSOCHO ects igue

EST SUPERIEUR PARCE QU’A TRIPLE EFFET

tit

UINFRA-ROU

@ ACTION do MASSAGE
@ DEGAGEMENT de CHAL










superflues cles











2





MASSOCHO FAIT MAIGRIR

<—& =



ERMIT par

eles échanges nutritifs.
Een abaissant la tension

/ / over,
ssocho wiilise cisyinble 3 moyens thérgpeutiques
4 LE MASSAGE
LA CHALEUR
/VIRRADIATIO

ET ACTIVE KA CIRCULATION DU SANG

on obtient -;

/ Avec * MASSOCHOF”
AMAIGRISSEMENT RAPIDE
DESINTOXICATION TOTALE

-DE ENTE | MEDIATE

~~ . . “
L'APPAREIL COMPLET / 120-130 ‘Volt
SS GARANTI UN AN Vane) 3-600 *

320-230 Volts

: / « MASSOCHO " est une PRODUCTION :
MApICAL INSTRUMEIN

12, Chaussde d‘Antin, PARIS
mendé contre 2 timbres - ot


































Une: vue partielle des. ruines d’Angkor. Vat le tempie caibodgie. nsitueé a environ

150 ‘rifles au Nord-Est de Phom Penh, menacé par la guerre.



_ ment induit le public en -er-
_reur sur le résuitat qui serti

LONDRES (AFP) — ~-

La premiere 1egon a tirer
de ces erections est que ies
électeurs ont ta Memolre
plus songue qu’on ne 1€ pen
salt generalement, estume

aujouru nul le Financial ‘11--

mes. :

La longue période pen-
dant laqueie le labour a été
empourpe cans les aifficul-
tes economuques, dont au
moins certames par sa Pro-
pre laute na pas éte ella-
cee aes esprits par quelques
mois ae buan positit ue la
balance des paiements ou
de rapide hausse intiatio-
niste ues Saiaires, précise le
quowaen economique et fi
nancier.

Seconde legon, que, selon
le Financial ‘limes, les Gou-
vernements ne sont pas
prets d’oublier qu’un nom-
bre décisif d’électeurs a res
senti le besoin d'un pro-
gramme & long terme, et m
me s‘ils ne partagent pas
toutes les idées avancées par
les conservateurs, ils ont été

assez nombreux é reconnail ,

tre que le labour était ma-
nifestement pauvre en pro-
jets. Pour le journal, cette
réaction est réconfortante
pour l’avenir de la vie poli-
tique en Grande Bretagne.

Elie constitue en outre un
\ déementi,. un de plus, aux
sondages qui 4 certains mo-
ments de la campagne sem
biaient laisser apparaitre
qu’aucun sujet navait et ne
pouvait avoir @impact sur
Vopinion.

Aussi, pour ie Financial
Times, ia grande force de M.
Heath a été de croire que si
les probleémes en suspens cl
les politiques destinées 4 les
résouare étaient carrément
présentes 4 l’électorat, ce -
jui-ci répondrait favorable
ment. Au contraire, M. Wil-
son pensait a l’évidence que
tous ceux qui avaient déser-
té le labour en temps de cri
se économique tui revien-
draient automatiquement u-
ne fois la balance des paie
ments rééquilibrée, con -
fiants dans la nouvelle assu
rance que les chiffres du
commerce ' extérieur don-
naient & M. Wilson.

Troisiéme et derniére le-
con que tire le Financial Ti
mes: Les spécialistes électo
raux et autres
sondage n’ont pas

.

simple-

SLICE TICES FIOET EMOOR I IOL SIE HCE RIOR SIE SOLE SEE SIE OE BIG

\





Q
<
g
t

& A PETION VILLE

Cat

8
om

+

as
C2

Ete

ow





{)
ry
¢
A

a
"



r
*

*
wy}

p
b)

A
ry

instituts de |

; A PORT-AU-?RINCE Mme

rait des urnes. I est presque
certain qu’ils ont détermi-
né le choix de la date des é~
lections, et le style de la
campagne adopté par M.
Wilson.

Méme son ce cloche de la
part du Day Telegraph
(Conservateur) qui souligne
que dans la pius présidentiel
le des campagnes,i‘énergie de
tous les instants de M.
Heath, ses pressants appels
au changement, ses mises
en garge devant les dangers
futurs¥ont été préférés par
les électeurs A la complai-
sance sans grandeur et sans
horizon de M. Wilson.

Envisageant l'avenir du
Gouvernement Heath, le
Daily Telegraph estime que





le nouveau.Premier Minis-~
de réaliser les idées auxquel
les il croit fermement, mé-
me si sa majorité est fai-
ble. En particulier, il pour-
rait favoriser la croissance
économique, qu’on ne con-
nait pratiquement pas de-
puis des années.

Il soutiendra ses seconds
qui croient a l’esprit de con
currence et & une refonte ra
dicale des structures fisca-
es.

_ Entin, écrit le Daily Tele-
graph, sur le probléme su-
préme de l'Europe, il fera
tout son possible comme en
1962-1963 pour obtenir des
conditions justes & la Gran
de Bretagne qui reste ur
pays de premiére importan-
ce.



| ACHETEZ AUJOURD’HUI
- LA MONTRE DE DEMAIN

FORTIS



La premiére montre automatique
fabriquée dans le monde est en
vente a Vhorlogerie - bijouterie

E. BERTHOLD

33, Rue des Miracles,



AVIS

Lalue

Coles’ Market

Lalue

Boulangerie St-Mare 3

Ave Jn Jacques Dessalines

Maison. Rigaud

‘Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute Delmas: -

Luce Chatelain |

Rue Toussaint Lonvérture’ ea



ag

NE SNE SOOT Si aes 40°

t

hes Projas H AM P C O peuvent etre ach et é ib ~

aux adresses suivantes

. Robert Gaetjens



>

t

ee

oH
Â¥

ee




EON ON oe Oh se



is

‘per ectian. De membreuse

oe: 4 DUS~ -- @une minute 4
tre deyrait’.étre. en mesure’ chevelue: ie








. "q
plus,

ches Go! e mines
ACIS

’ yeux européens, son ‘prix.est ¥

~ panties enti@res & partir de J



présent, jai Vintention de:
: une pi que entie-:



re.Pour des femimes qui tra!

vaillent, qui doivent présen-'
ter, uhe‘telle-colffure de se-)

dispensable». La!





crn tte d 4
icine etre colftées a la:

“autres Altemandes; sont de:
son avis. ;
be -nem-
rivé a@une expression grec-
que signifiant «tromperie>.






aigveux se! nt
la téte quand ils entendent
parier de cette tromperie



Pautge;une belle» brune se
transtorme en ‘blendinette,
une garcgonne devient une
vamp. -Les armoires de ma-
dame récélent bien des sur
prises : perruques de vilie,
perruques de soirée, posti-
ches, fausses méches, accro
che-coeur chignons, tresses
et queues de cheval.

La coiffure de secours de
madame a dillustres ance-
tres. Il parait que Cléopa-
tre posseaait une centaine
de perruques. Parmi ia nau-
te volée de empire romain,
il était d’usage de se parer
des nattes blondes des es-
claves germains. A présent,
les Aflemands se ¢nt ae
poucles venant d’Hurope mé
ridionale — une revanche
chevelue et inoffensive. Ei
avec une franchise inconce-
vable il y a quelyues années
encore, nous avouons libre-
ment que nous portons les
cheveux d’une ou de plu-
sieurs autres.

En son temps, Louis XIV,
le Roi Soleil, dépensait un
bon millier d’écus pour une
perruque poudrée. De nos
jours, pour une perruque Ge
qualité supérieure, faite a la
main, ces dames paient en-
tre 900 et 1.700 marks. Faite
a la main: on fixe trois ou
quatre cheveux a la fois sur
un tissu. de gaze. La gaz
joue le réle de la peau du

erfne, les cheveux « bent> comme s'‘ils étaient
vrais

Une perruque faite 4 la
machine est bien moins ché
re. Les cheveux sont cou-
sus sur ruban. Une usine al-
lemande, a mis au point une
machine qui, 4 la vitesse de
3.000 points 4 la minute, per
met de confectionner des
perruques en un temps-re
cord. Une fois le ruban en-
roulé en escargot, on a Vim
pression qu'il s‘agit d’une
perruque cousue main. D’ail
Jers, les perruqnes faites &
la machine se portent aussi
bien que les autres. Mais il
existe des dames ‘;qui! préfé-.
rent un modéle. #1 Dior'qu:
de Balmain a une copie dix ©
fois moins chére. Ces posti-
ches en escargot cotitent en
viron 200 marks.

Est-ce trop demander,
pour une perruque oy,,pour
un postiche en dhevaat Seu: *!
rope? Pour les . — ce sont les ‘gens a a
briquent des weg a

Il devient de plus en plus
difficile de se procurer la
«marchandise» voulue. Les




feentés qu’i ‘5%
98%

n ‘Asie, aurtout dey
urd. Les cheveux asiati- ¢
ues” ‘sont, plus riches;. -de
il favitise ‘livrer a..diver ¢






ses opérations avant que la'¥
«marchandise» soit & méme %
de prendre la couleur blon- 4
de ou ch&tain des citoyen~ %
nes dela République fédéra #
i v4
VOR : t- i
teint pas la qualité de ¢dél- %
Jes pul sont faites .de che- %




“pien moindre: les grands J
magasins vendent des per-Â¥





70 marks.
4. aan

sae

- tesques. ‘Un exemple:..
» entreprise établié & Dussel- |
, dorf a venhdu en 1965 pour
* 81.000 marks de cheveux chi









ney
% au ¥
Festant pro-,.&



PERRUQ

Boa

' me*finance un ‘marché qui

prend des ‘proportions gigan
une

nois & dés usines alleman-:
des. En 1967, ce chiffre se
montait & plus de cing mil-
lions de marks. Une compa
raison: la méme maison a
vendu en 1969 pour quatre
milliards de marks de che-
veux aux USA. ‘Souvent, la
natte asiatique effectue un
trajet bien. compliqué avant
datterrir sur la téte de la
Gretchen allemande. Lés Co
réens, par exemple, impor-
tent des cheveux du Japon,
ces cheveux, les Japonais

. les ont fait venir de Chine,

et ont livré en contrepartie
des machines. En 1969, la
plus grande en-

porté . pour 20 millions de
marks de cheveux dans le

. Les Bandes Dessinées du « Nouvelliste »

Blondie |

| ‘BT POSTICHES. CO!

_bles. Les .chéveux

treprise coréenne a ex.



vf

galement a découvert cha-
que ‘année cette possibilité:

. @He-exporte par mois:30 a
40. tonnes. de cette précieu-
se marchandise,
‘Kong, on paie’

marks pour des‘:méches ‘ma-
pnifiques,. lorigues' de’ 50. cen

4. -Honv

‘timeétres,

Mais les prix vont tomber,
“parait-il: Tl vexiste déja des

perruques & bon marché ——
mais les cheveux sont‘arti-
ficiels. Les efforts de l'in-.
dustrie des fibres synthéti-
ques. se sontavérés renta-
h d’éprou-
vette se distinguent 4 pei-
ne des «vrais», et 4 la lon-
gue, ils les remplaceront cer
tainement. Pour un profa-
ne, il est difficile de distin
guer une perruque synthéti
que d’un postiche authentl-
que. Méme pour un spécialis
te, il est difficile de pronon
cer un jugement, affirment
les maisons dans leurs pros-.

monde entier. L’Indonésie € pectus. Dans-les grands me- bre n’est pas

NAISSENT UNE VOGUE. SANS PRECEDENT

jusqu’a 80



gasins, les perruques ‘synthé
tiques ne dépassent guérd
les 50 marks. oot

- A la Foire ‘de printemps:

e Francfort, les pertuques
& la shippie» ‘ont fait fu-
“yeur. Elles proviennent ‘sur-
‘tout de Hong Kong. leur
prix abordable et leur quali-

té en-ont fait l'article le .

-plus demandé’. parmi ceux
qu’exporte l’ancienne — colo-
nie anglaise. Tl existe un ma
gasin? & Hambourg, le «Pust
shop», qui livre des perru-
ques de ce genre, naturelles
ou artificielles, & des prix os
cillant entre 50 et 100 marks
“Ti existe des hommes dont
on dit poliment’ qu’ils ont le
«front dégagé» et chez les-
, quels ce «dégagement» ne
s‘arréte ‘pas trés loin de la
muque, Ceértes, les statisti-
ques prétendent qu’un- Alle-
mand sur cent, seulement
est chauve; un grand nom-
loin de létre,

4

REO Nan nay ae
Py

<4 OU, POUR LE MELANGER

cependant. Un postiche pa-
‘Taittout indiqué. Collé-sur

la partie che pudiquement les premié _-
res’ annonces de l’4ge. On -
«peut méme ie porter la nuit,
au lit.-Les postiches pour
hommes sont faits sur-mesu
re, ét ils coftent entre 200
et 700 marks. Leur couleur
est exactement celle’ de la
couronne de cheveux qui res
te vers larriére de la téte.
Ce marché est, relativement
jeune. 5% seulément de. tous
les postiches atterrissent sur
une téte d’homme. Mais, d’a
prés ce que prétendent les
représentants — de }la bran-
che, dans cing ans au plus
tard, ces messieurs auront
découvert que pauvreté de
cheveux est’ effectivement
vice, et me craindront plus
de se parer des plumes du
paon.. .

(Handelsblatt, ler avril 70)







wi . Robert F. Jordan

~

Nouvel Attaché culturel & vAmbassade des USA.



SORA WIMIIOW

RENE COLES

| LALUE No. 180



e Champien du beau vé
tement annonce & ceux qui
partent pour Europe, les
USA ou le Canada, qu'il est
revenu du Canada et des
Etats Unis avec une techni
que moderne et sdare, qu’il
est en outre le Seul capa-
bie de confectionner un
manteau d’Hiver qui soit a
ja mode dans les. différen-
tes Capitales du monde. _

Ils treuveront également





Avis de formation

DE SOCIETE

D’un acte de Société sous
seing privé, en date du 2 mai
1970, enregistré et déposé au
Département du Commerce
il est extrait ce qui. suit:

lo — Entre Monsieur Jean
L. Liautaud, propriétaire, de
meurant et domicilié & Port-
au-Prince, identifié au No.
9929-A, et Messieurs Harvey
Sonner, identifié au No. 724 -
-SS, Lou Sonner, identifié au
No. 725-SS et Martin Sonner,
identifié au No. 726-SS, tous
trois propriétaires demeu-
rant et domiciliés 4 Brooklyn

- New York, en transit 4 Port-

au-Prince, il est formé une
Société en nom Collectif sous
ia raison sociale LIAUTAUD,
SONNER & COMPAGNY et
la dénomination commercia
je HAYTIAN ELECTRONICS,
dont le siége social est & Port
au-Prince. ’
_ 2, — Liobjet de la Société
est la création et lVexploita-
tion d’ateliers de montage
et de finissage pour l’expor-
tation de piéces, circuits é-
lectroniques et électriques,
etc. etc.
- 80. — Le capital de la So-
ciété est de MILLE DOLLARS
{$ 1,000.00), constitué par
Yapport égal de chacun des
quatre associés. :

40. — Seuls Messieurs Jean
L. Liautaud et Harvey Son-
ner ont conjointement la si-
gnature sociale.

50. — La séciété a une du-
‘ée illimitée et a commencé
a fonctidnner 4 partir du 2

des costumes et des panta- mai 1970.

lons et un choix judicleux
de tissus pour les élégants
qui préférent la coupe sur
mesure.

S.A. FL ¢. 0.

Un nom dans ’Economie du pays ,
Plas de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant ala
revalorisation de la vie paysamne .

Des mittiers de bras haifiens gagnest chaque jour
la bataille ée la production

§ARLCO.

Un million de sacs de Sisal au service de la Nation Haitienne

ee . ca
Sad

*








Jue Industrie Nationale au service de la Nation Haitienne

F.1.C. 0.





a f
g
A RECO

ye








POUR EXTRAIT
CONFORME X
Jean L. LIAUTAUD
Harvey SONNER -
Lou SONNER
Martin SONNER

Joly Garden
AVIS

La Directrice de l’Ecole ly Garden» avise les narents
quelle ost t-ujuurs 4 leurs
dispositions pour ]’'inscription
de leurs enfants au local de
1 établissement sis 2 Avenue
Boyer’ No 13 en face des
seeurs du Sacré - €@ cr.

Tous Jes jours de 8h a.m. &
midi. ,

Enfants de 2 a 6 ans.

Mme. Yvan DESINOR



AVIS \
A, VENDRE POUR CAUSE
DE DEPART

Une collection de la Revue
Historia (No. 2 au No. 278)
S’adresser au Journal.



Antoine Théano
hospitalisé

Nous faisous des voeux de
plompt rétablissement & Mr.
Antoine Théano, qui de-
puis quelques jours se trouve
hospitalisé & l’Hépital de ’U

_ niversité d'Etat.

‘De dévoués ot compétenits
Médecins sont au chevet, de-.
p.fidele abonné.










_BRESIL-ITALIE

Une finale pas comme
Tes autres’

MEXICO, (AFP)
(Des envoyés spéciaux de
AFP),

C’est par une finale pas
comme les autres que pren-
dra fin, dimanche, le 9éme
Championnat du Monde de
foot-ball.

Pour la premiére fots, en
effet, elle mettra en présen-
ce deux équipes qui comptent
déja deux succés chacune
L'Italie (1934 et 1938) et le
Brésil (1958 et 1962). Les
deux adversaires prétendent
en outre s’adjuger 4 titre dé
finitif, grace a une troisié-
me victoire, la petite stutuet
te d’or quest la Coupe Jules
Rimet.

De plus, ce sera la troisié-
me fois qu’une Finale direc-~
te tranchera une question
de suprématie entre le Foot-
ball Sud-américain et Euro-
peen et ce sera également la
troisiéme fois quil appar-
tiendra au Brésil de repré-
senter le Foot-ball Latino-a

méricain aprés des succés de.

1958 sur la Suéde (5/2) et de
1962 sur la Tchécoslovaquie
(3/1).

Un homme aura participé 4
deux de (1958 et 1970) ces
trois finales, Edson Arantes
plus. connu sous
le nom de Pélé. Celui-ci n’a-
vait pu participer au succés
de 1962 4 Santiago, car il a-
vait été blessé en 8éme de fi
nale devant la Tchécoslova-
quie et ainst remplacé par
Amarildo. Un autre, Mario
Lobo Zagalo, aura pris part
comme joueur aux deux pre
mié@res et participera intensé
ment a la troisiéme puisqu’il
est maintenant Jentraineur
présilien.

Ces données ajoutent en-
core 4 l’attrait de cette fina
le 1970 qui, en raison de l’e-
clat particulier des équipes
brésilienne et italienne, pro
met, de toute facon d’étre
une des meilleures.

Mais l’issue de cette con-
frontation au sommet est in-
certaine. Tostao précisait a
ce sujet : dans un match 4
ce niveau-la, tout est possible.
Je croyais Véquipe d’Italie
surtout rédoutable par sa dé
fense, mais les derniers ré-
sultats prouvent le contrai-
re: quatre buts devant le Me
xique, puis autant devant
Allemagne, au cours d’une
prolongation épuisante, sont
le signe d’un réalisme avec
lequel il faudra compter.
“Les derniéres sorties de lI
talie en quart de finale, puis
en demi-finale témoignent
un nouvel esprit offensif Les
Azzurri sont en mesure d’ali
gner une formation complé-
te, alors que le Brésil, tou-
tours excellent en attaque, ap
parait plus friable en défense
C’est peut-étre 14 que se si-
tuera la clé de cette finale
1970.

Les points forts du Brésil
sont — d’une part, son trio
du. milieu de terrain avec
Clodoaldo, travailleur infati
gable, tant en défense qu’en
attaque, Gerson le stratége
et Vorganisateur, dont les
renversements de jeu surpren
nent souvent ladversaire, et
Rivelino, redoutable sur les
coups francs par la puissan
ce de son tir, mais qui est aus
si un quatriéme avant parti
culiérement incisif sur le
flane gauche.

D'autre part, le trio de
pointe : Jairzinho, Tostao et
Pélé.

Jairbinho, c’est la fléche d’or
qui, sur Vaile droite, déborde
avec une vitesse étonnante,
pour se rabattre toujours a-

Aujcurd hu

COIN NE VATIMOUR
UNE SOIREE GACHEE
ELLE et lui sont a VOpéra.
Tout & coup, elle le pousse du
coude: ,
—- Ma .voisine dort!
Furieux, il répond :



— Est-ce une raison pour me

réveiller, moi ?
OPTIMISME

UN fermier a acheté un che-
val. Le premier jour, l’animal
refuse toute mourriturg. Alors,
le fermier dit A sa femme:

— Quelle dréle de béte! En-
fin, wil travaille bien, j’aurai
fait une bonne affaire.

XXXX

Pharmacies assurant

le service cette nuit
SAMEDI 20 *SUIN 1970

«PATIMA>
Turgean
«SAGRE-COEUR»
Lalue
DIMANCHE 21 JUIN 1970
«SCIENCIA,
. R/DR/Audain
«REPUBLICAINE>
” R/Tiremasse
LUNDI 22 JUIN 1970
«8T. RAPHAEL,
4 Mo;
* ¢DU LION»
. R/Traversiére








vec efficacité (6 buts). Tos-
tao, &.la technique remar-
quable, a retrouvé sa condi-
tion la meilleure. Malgré son
petit gabarit, c’est, ’homme
de pointe par excellence que
Rosato devra tout particulié
_rement, surveiller. Enfin il y
a Pélé. Il reste un joueur
hors classe ‘dont la vista est
étohnnante et qui, sans négli
ger des exploits personnels,
joue maintenant, et avant
tout pour l’équipe.

Depuis des années, |’'Italie
pratique le catenaccio que
beaucoup d’adversaires n’ont
pas réussi & faire.sauter. Les
Burgnich, Rosato, Cera et
Facchetti forment, avec le
gardien Albertosi, un ensem-
ble qui, avec celui de l'Uru-
guay, est le plus hermétique
du Championnat du Monde
(4 buts) alors que les lignes
arriéres du Brésil ont concé-
dé 6 buts,

Cette défense bénéficie du
soutien d’un milieu de ter-
rain trés dense et trés habile
aussi & relancer les contre-
attaques et qui est comopsé
de Bertini, de Sisti, Mazzola
ou Rivera. A ces trois hom-
mes vient aussi. es joindre
Domenghini, qui partant de <
loin effectue d’excellents dé
bordements et a ainsi obtenu
deux buts. En pointe se trou
vent Riva, qui n’a pas jus-
quici donné toute sa mesure
mais qui depuis les 1/4 de
finale a retrouvé une partie
de son efficacité et Vailier
gauche Boninsegna qui fut
excellent contre lV’Allemagne

L’efficacité du Brésil a 6-
té supérieure, jusqu’ici 4 cel
le des Italiens (15 buts con-
tre 9), et c’est 1&4 ce qui pour
rait permettre aux Sud-amé
ricains de s’imposer de fort
peu.

Ce sera la cinquiéme con-
frontation entre les deux
pays dont trois 4 titre amical
qui ont vu Il’Italie l’emporter
par 3/0 en 1956 et 1963 a Mi
lan et le Brésil trompher &4&
Rio en 1956, par 2/0.Les deux
formations n’ont été oppo-
sées qu’une seule fois en
Championnat du Monde, en
1938, & Marseille ot, lors
d’une demi-finale, l’Itaile a-
vait triomphé par 2/0, accé-
dant ainsi 4 la finale ou el-
le devait, devant la Hongrie
(4/2), s’'adjuger son deuxié-
me titre mondial.

Toutefois, compte tenu de
la faible marge qui sépare
les deux finalistes, l’incerti-
tude est totale, au point que
ne doit pas étre écartée 1’é-
ventualité d’une prolonga-
tion sinon, au pire, d’une se
conde finale, le 23 Juin.

Les deux formations ne su
biront pas de modifications
pour l’apothéose du Stade
aztéque et, sous la direction
de M. Gloechner (Allemagne
de VEst) assisté de MM.
Scheurer (Suisse) Coerezza
(Argentine) — elles se pré-
senteront comme suit :

Brésil : Félix ~ Carlos Al-
berto (Capitaine), Brito, Pia
zza et Everaldo - Clodoaldo,
Gerson et Rivelino — Jairzin
ho; Tostao ét Pélé.

Italie : Albertosi — Bure-
nich, Rosato, Cera et Fac-
chetti (Capitaine) — Mazzo
la (puis Rivera), de Sisti et
Bertini — Domenghini, Riva
et Boninsegna.

XXXX

LE BRESIL EN FIEVRE
RIO DE JANEIRO, (AFP)

Le Président de la Répu-
blique du Brésil, M. Emilio
Garrastazu Medici viendra
en personne accueillir l’équi
pe du Brésil de Foot-ball
mardi & V’aérodrome de Rio
de Janeiro au retour du cham
pionnat du Monde de foot-
ball, quel que soit le résultat
de la finale Brésil-Italie,

Des mesures de police trés
strictes vont étre prises dans
toutes les grandes _ villes
pour éviter tous les excés de
fiévre.

Déja, aprés la victoire du
Brésil sur l’Uruguay, les ma

. nifestations de jole avaient
presque tourné 4 l’émeute a-

Porto Alegre et dans tous les
villages frontaliers, des per-
sonnes étaient mertes pen-
dant des dé@ésordres,
plusieurs autres
griévement blessées,' des
centaines arrétées et six bou
tiques avalent été enttére-
ment pillées.

A Sao Paulo,.on signale
quatre morts, dont 3 sur at-
taque cardiaque pendant la
retransmission du match.
Une personne a été tuée
d’un coup de fusil tiré acci-
dentellement par un ami
pour célébrer .un des
marqués par le Brésil, le mé
me incident était surveynu

& Victoria ot un fonctionnai «

re avait recu une décharge
de chévrotine 4 bout portant
dans la téte

Dans les cafés, les dégats
matériel ont été si impor-

buts -

sions ou tout simplement. a
fermer.

_A Recife, les écoles de sam
bas étaient sorties en gran-
de pompe dans la rue. Elles
ne cessent de répéter pour
célébrer la victoire des dieux

Les compositeurs sont 4 pied —

d’oeuvre, plusieurs chansons
doivent ’sortir pour féter le
retour des héros.

Le Président de la Fédéra-

tion brésilienne de fooct-~ball .



M. Joao Havidfz a déja lan-
cé un appel. a la population
pour qu’elle réserve un ac-
cueil des plus chaleureux 4
la sélection. méme si celle-ci

‘ne parvient pas & battre les

Italiens.

‘Chaque brésilien prépare
son plus béau costume pour
faire honneur & leur favori.

Tout le Brésil est en Hesse,
et Dimanche, en cas de vic-
toire, ce sera de nouveau un
carnaval,

1

Optique de Port-au-Prince
RUSSO & CO.

L’Eté arrive, pourquoi ne pas se

procurer des verres

PHOTOGRAY

sensibles a la lumiere du soleil

satisfaction de nos clients depuis plus

de deux ans.

Pour tous renseignements

Visitez notre magasin.

RUSSO & CO.

Rue Bonne Foi no. 17
P.O. Box 38

Tel: 2-1336
SUE SOUL ROE SIOE-EEIOUE RICE OE SHORE ITE

eo
‘$ En plein soleil les verres brunissent,
a Pombre ils s’éclaircissent.
Une nouveauté que nous vendons a la

chaises, ‘verres et bou ¥:

fenies asses)que les gérante.
hésitent a: faire des provis-

DUCQ
PAge de Espace
Pour é@tre adaptée a
lépoque des satellites ef
des fusées, votre voiture
doit étre resplendissante.
Elle Je sera quand vous
VYaurez passee au VRAT
DUGO, ie DUCO
authentique garahti
par’ la signature

“Dupont de N emours

le seul VRAT DUCO |
pour voitures est en vente;
a Ja

“‘SOCIETE HAITIENNE
‘D’AUTOMOBIL. Ms.












































‘il ne nous .revient. pas

‘tendre a Dieu.






gné que le monde n’est ni
on ni mauvais., Cependant,
de:
prendre initiative de détrut
re ce qui: est: meauvais’ pour
sauvegarder ce. qui‘est bonNo
tre devoir c’est de nous at -
2 Car ‘notre
Dieu qui a créé:le ciel et la
terre, est un Dieu de sagesse
qui a fixé un terme <4 tout
et qui sait comment bien fai
re ce qu’ll a & faire. Il est
aussi un Dicu -de patience,

“qui toujours. crée et: attend le

Moment convenable pour ac
complir ses actions. II est en
fin un Dieu de justice qui ne
veut pas que les bons périssent
inutilement, ni avec les mé -
chants, ni & cause des mé -
chants, C’est cette consolan-
te legon que le Seigneur a -
vait voulu enseigner 4 la fou
le d’une maniére’ analogique,
en racontant la Parabole du
blé et de Vivraie. Cette para

bole a frappé Vesprit des dis .

ciples a tel pvint, au'ils se
sont approchés de Jésus, a-
prés que la foule avait été
renvoyée, pour lui demander
de la leur expliquer-lui mé-
me en particuller.

XEXEX

b
Le probléme de la présence
et ue ta peroinwauce uu Lidl
qans ie munde, est aussl
vieuX que 1e munde. Toutes
les Benerabions a Lomles se
Sont toujours piaimt aes im
Moraltes €f Ges 1INjJUustices,
qui, & travers tes si€cres, on
prevalu dar le monde. Et
qgune maniere géneruie, il y
a toujours eu des individus a
€étre conscients qu’un te: état
de fait est mntolerabie, el que
d’une maniére ou d’une au-
tre, l’on devrait en finir.

c’était la l'attituue des -
prit du frophete tue, quand
il affronta 1e Roi Achab qui
e€nvvuuragea le Nidl Cit sscuel,
plus que tous ceux qui a-
Vanent ecé avant iui Sur ie tro
ne diisrael. C’était ia auss!
lVattitude du Prophéte Amos
qui aftronta le Grand Prétre
Otficiei Amats parce que
celui - ci, par pe complal -
sunce servue, @ncouragea Jé-
roboam dans le mal pour la
ruine d'Isracl. C’était, par al
leurs, méme au début au Mi-
nistére du Seigneur dans Ja
Galilée, l’attitude de Jean
Baptiste 4 Vendroit de Héru-
Ge, qui par sa condulte abo-
muinable, légalisait i'immora-
ilté sous toutes ses formes.

La présence et la persistan
ce du mal dans un monde
creé par un Dieu pon, pur et
saint, constitue un probleéine.
La génération d’hommes au
temps du Seigneur n‘était

pas infférenté & ce probleé-:

me. Et particuli¢érement ies
disciples étaient intéressés 4
la solution de ce problée-
me, surtout quand le Sei -
gneur avait réprimandé Jac
ques et Jean qui sollicitaient
Ja permission de conimander
que le feu du ciel descendit
et consumat un bourg Sama
ritain qui ne voulait pas don
ner gite au Seigneur «Luc 9:
52-55). Les disciples naturel-:
lement attendaient de la part
Gu Seigneur, ce
sur le probléme du mal dans
Je monde et sur l'attitude du
Croyant & légard de ce pro-
bléme. C’est: ainsi que le Sei
gneur enseignant au peuple,
a propos du Reyaunie, .vint
sur la question d'une manié-
re analogique, selon sa métho
de courante d'enseignement.
Ii combla l’attente des disci-

ples en piquant leur curiosité .

par la Parabole du bié et de_

. Livraie, laquelle Parabole ré-

véle que Dieu se réserve un
jour pour faire disparaitre
toutes‘les méchanceteés, tou -
tes leS injustices, toutes les
laideurs de cette terre, afin
gue ceux aui scnt en Jésus -
Christ, ceux qui ont accueil
‘l’Evangile de grace, ‘puissent
resniendir comme - le soleil.’
(Math. 13.43). .

XXxXX

Par cette paraboie du blé
et de l’ivraie, le Seigneur a
projeté pour nous de ia lumié
re sur le proliéme que cons

_ titue le mal dans le monde,
\. afin que nous sachions que
: notre condutte dans cette vic

‘doit: étre faite de vigilance,
de prudence, de réserve,, de
confiance en Dieu et de fer-
meté dans la fui. Le Seigneur
nous a ausst révélé la natu-
re dangereuse de ve monde
dans lequei nous vivons,. en

“nous enseignant qu'une ppis-

sance hostile est a l’oeuvre
constamment contre -nous,
pour neus entrainer- au mal.

'-Oette puissance cherche a dé
. figurer.la vérité, & renverser ,

notre foi, 4 nous décourager
dans notre travail et. ‘a détrui
re le blen que nous nous é-
vertuons a faire.

Personne ne doit se faire.
illusion sur Vinfluence du mina

-lin .et sur les possibilités de

‘cette influence qui .s'opére

“ Souvent de 1a maniére:la‘ plus
inattendue ct la plus. xenyer .

gente. L'A Pletre,.
exemple, était-bien imbu de
Minfluence Subtile.: 2dty mall



ig lumiere:

dans la vie du Croyant. Il en
a fait Vexperience quand un.
jour, ‘s’entretenant. avec” Te
Seigneur, il fut inspiré du'
malin, sans quil s’en zendit :
--compte. Il eut pu-en tomber
victime. si le Seignetw ne J’a-
_vait repris ‘sur Pheuie,.seidn
Mathie-16:22- 23: Aussi,.c’est:
_dexpérience:: qu'il exorte. les
chrétiens: en -ces termes:

«Vetllez, votre adversaire. le

diablé. rode comnye un lion ~

rugissant cherchait
dévoreta>, (1 Pi. 5:8) -

' Liinfluence dy *malin dans

le monde est whe chose iné-

vilable L’Apotre Jean nous

fait savoic que: cle’ monde -
entier est sous la puissance

du malins. (1 Jean 5:19).

C'est 1a le résultat du péché
dans liequei les fiis de la ré-"
bellion marchent encore jeté
dehors. Ainsi, il nuit a tout
homme. C’est ce qui fait que
le bien et le mal sont tous
-deux présents dans la vie in-
time de tout homme vivant
sur cette terre .L’Apdtre Paul
sen est rendu compte au
point de s’écrier: «Je trouve
donc en moi cette loi: quand
je veux faire ie bien, le mal
est attaché a mois. (Rom. 7:
21). Stile malin s’attache &
nous, au point de contrarier
notre volonté de bien faire,
ce n’est Gonc pas étonnant
qu’ll s’attttaque a ce que nous
faisons de bien. Et c'est ainsi
gue souvapt du dien nous
nous évertuons 2 faire, sort
du mal pour notre peine et
notre misére. C’est 1a un en-
selenement utiie aue nous
donne le. Seigneur en racon
tant la Parabole du blé et de.
livraie.

qui, il

XEXXX

Le Seigneur, non seule -
ment nous a révélé guwune
puissance hostile s'acharne
& nous nuire et 4 nos en.-
trainer au mal, mais il: nous
enseigne aw ‘il est cafficile de
ne pas tomber victimie de ses
ruses, tant cette Puissance
est hobile dans la contrefa-+
con du bien. C’est pourquoi



(Suite ae la. ‘tere 2 page)

“dans la Parabole, le Seigneur

fait remarquer que quand ‘les. ;
‘serviteurs ‘sollicitzrent du°

. Maitre de la. maison la, per-
“mission d’arracher Vivraie du”

blé, il leur dit. «Non», parce

que, le maitre sait qu'il n'est
“pas: facile de faire lo distinc-'

tion eiitre les deux. Ii exhor

‘te au contraire Jes servileurs
« &la patience jusqu’a Y époque

de la moisson.—

Souvent, le’ malin se sert
‘de nous. pour fairé du mal
& autrui en nous poussant a
nous. pfésenter devant les
hommes en redresseurs de
torts, en justiciers, tandis que
nous avons des limitations
dans notre sagesse et dans
notre cdnnaissance dela véri
té. Tl nous inspire aussi des
jugements hatifs, téméraires,
contre. notre prochain, alors
guile nous sommes dans ligno
rance presaue totale des faits
véritables.. L'adversaire est si
rusé et malin au’il est impos-

_ sible A un étre humain de vi

vre daus cé monde sans ser-
vir @ ses fins, méme s’il ne
devient pas sa victime entié-
rement. Le seul homme A fai
re exception, c’est: <«Jésus-
Christ»: Il a été tenté comme
nous en toutes choses sans
commettre de péché» affir -
ment les Eeritures, dans l’E-
pitre aux Hébreux 4:15).
’ XEXXX

Si nous voulons vainere ce

mgd

|
| Assurez -

‘monde de cuoniusions






et de
meéchancetés,si nous voulons

*.éviter les piéges que l’Adver-

salre | seme & piaisir-sous nos
pas: si: nous: voulons sortir
indemncs des entraves inévi
tables Ce“nowe actucile gé - -
nération perverse et corrom-

“pue, notre Serle possibilité de

succes,*c’est de faire conflan
ce a Dicu, en acctptant Jé -
sus Christ comme notre Ré -
‘dempteur personnel. Avec le
Seigneur Jésus, nous avons
Yassurance de la victoire,. si
nous sommes obéissants, con
filants et patients. cur ila
dit: «vous aurez des tribula-
tions dans le monde, mais
prenez courage, j'a! vdincu le.
monde». (Jean 16.33).

Livrez-vous en ce moment
méme au Scigiueur Jésus. D .
n‘y a aucune raison de vous .
laisser tromper et écraser da
vantage. par 1’Adversaire
dont le plan macabre est: de
vous détruze totalement. Ac
ceptez Jésus-Christ. Vous con
naitrez la vérité au sulet de
tout dans ce monde et vous
serez libre enfin, pour vivre
dans la confiance et dans la
patience. selon la volonté de
Dieu oui a déja& flxé l’époaue
de la, Mvissun. Que Dieu vien
ne au secours de vetre fol.
AMEN

Réy. Luc .R. NERBE



vous a la

{Norwich Union

La Meilleure Compagnie d’ Assurances

Etablie

en Haiti

JOSEPH NADAL & Cie. Représentants









Firestone vient de remporter sa 47éme victoire, le 30 mai dernier, a India-
‘napolis, quand AL UNSER est sorti victorieux de la grande course de 500 mi
les, aprés avoir bouclé les 200 tours de piste et couvert les 500 miles, & une vi-
tesse moyenne de 155.749 MPH, sans changement de pneu.

Félicité ala ligne d’arrivée par M. R. D. Thomas, Président de‘la Firestone
Tire & Rubber Company, Al Unser déclara, a Vadresse de plus' de 300 mil-
le spectateurs qui Vacclamaient et aussi pour leg millions de télespectateurs

et d’auditeurs de radio du monde entier, qwil devait sa victoire a la puissance
de son moteur, @ la technique de son équipe et a la grande performance.de ses
pneus Firestone. Sur 191 des 200 tours de piste, Firestone mena. la course et
donna une brillante démonstration de la performance de ses pneus sur le ter-

rain de course.

La Compagnie: Firestone, continue d'’étre «leader» non seulement en lancant
des pneus pour voititres de course qui ont fait leur preuye sur les pistes et éta-'
bli des records sensationnels, mais encore en construisant des pneus pour voi-
tures ordinaires qui offrent le maximum de garantie, de shreté et @enduran-

ce aux usagers de la: route.

















SIROP PECTORAL .

Gott agréable — ~ : Conser'

A base de CODEINE(T









a,

SEJ OURN E

. ii +

vation’

OLR set. FBUCAL YPTOL.

Toux, Rhumes, Bronchites, Earouements, Influenza
Affections des. Poumons







PAGE 6. |



~



précier nos efforts a leur jus
te valeur. Qu’il solt ici remer
cié bien vivement de sa bien,
velllante attention; nous es
pérons qu’i) n’aura pas a re
gretter son insistance.

- Nous avons déja de bonnes
raisons d’espérer, car notre
satisfaction a été grande d’ob
server que, dés les premiers
contacts, nos jeunes fréres
martiniquais ,toute timidité
vaincue, ont spontanément
fraternisé avec leurs homolo
gues haitiens. Nous avons
fait de notre mieux pour ren
dre notre accueil agréable
et cordial, marqué au coin
de la fraternité et agrémenté
de cette chaleur humaine
qui caractérise Jlhospitalité
haitienne. I] faut reconnai-
tre aussi que, dans notre cas,
chers visiteurs, tout laissait

Messe de prise
de deuil
_Le Mardi 23 Juin, 4 7 heu-
res 15 du matin, sera chan-
tée en I’Eglise du Sacré-
Coeur de Turgeau Ja messe
de prise de deuil pour le re-
pos de l’Ame de Mme Vve Em
manuel Saint Victor, décédée
le 11 Juin dernier.

Cet avis tient lieu d’invita
tion aux parents et amis de
la regrettée défunte.

































































Performance’.













In the fastest race ever run at Indianapolis
with an average speed of more than 161,
miles per hour, before an accident caused -
a temporary slow down, Al Unser driving
on Firestone racing tires led the race for
191 laps of the total 200. Unser stopped
three times for fuel but never changed a
tire. Firestone tires have now won the
_ Indianapolis 500-Mile Race in 47 of the
34 races held since 1911.

High speed racing is one of Firestone’s
most grueling tests for tires and Firestone
tires have WON More BiG RACES, WHERE
TIRES MAKE TUE DIFFERENCE, than any
other make. This is truly ‘Proof By

Fit Firestone car tires to your car. They
give you the mileage, safety, and dependa- .
bility you want at low cost. See us today.

CONFIEZ VOS PIEDS aon

?

(Suite)

présager cet élan réciproque:
nos affinités ethniques, cultu
-relles, ‘linguistiques de mé-
me que les traditions fonda-
mentales de nos deux peu-
ples.

Je me permettrai d’expri-
mer un souhait, c’est que ce
mouvement ne s’arréte pas
en si bon chemin; notre satis
faction serait totale si cette
visite amicale et fraternelle
devait étre le point de départ
non seulement d’une solidari
té professionnelle accrue en
tre hételiers, mais encore
Toccasion d’éechanges multi-
ples et fructueux et d’une
interpénétration profonde en
tre nos deux peuples.

Et dans Vimmédiat, mon
trés vif désir est que vous em
portiez le plus agréable sou
venir de Il’Ecole Hédtelliére
@’Haiti, de notre Pays et du
Peuple Haitien tout. entier,
de’ce Peuple trop «mal aimé»
parce que mial compris, de ce
Peuple dont le péché impar
donnable est de vouloir gar-
der sa fiéreté et sa personna
lité propre, et qui pourtant
ne demande qu’é vivre en
paix et en parfaite harmonie

avec tous les peuples fréres

de la planéte,
Avec un profond regret de
vous voir repartir si vite, je

Firestone
TIRES |
WIN AGAIN |

1970 INDIANAPOLIS 500 MILE RACE:

FIRESTONE WINS THE BIG RACES
’ WHERE TIRES MAKE THE DIFFERENCE











SSS
SSSR

>

oP

EA CESS










Firestone Interamerica Company —
Port-au-Prince -

L’Allocution de Mme Lebert Jn-Pierre

oe

OL hy,




vous souhaite, en mon nom
propre et au nom de_ toute
VYEcole Hotelére d’Haiti,” u-
ne agrésble fin de séjour par
mi nous et un heureux voya
ge de retour. Merci.

Communiqué
. (Suite)
Le Département des Affai-

res Sociales compte sur |’es-'

prit de collaboration des
chefs d'entreprise pour que
les prochaines manifesta-
tions en hommage a Son Ex-
cellence le Docteur Francois
DUVALIRR, Président 4 Vie
de la République, scient une
véritable apothéose.

Max A. ANTOINE

Secrétaire a Etat
des Affaires Sociales

Mort de Veuve
Isaac Léger

Les funérailles de Vve I-
saac Léger, née Lucia Na-
drau, fixées 4 cet aprés-mi-
di 4 heures en l’Eglise du Sa
cré-Coeur de Turgeau, sont
renvoyées au Lundi 22 Juin
en cours.

La dépouille mortelle de
Vve Isaac Léger sera exposée
lundi dés 2 heures p.m. a la
Salle Paroissilale du Sacré-
Coeur de Turgeau.















POLICIERS ET ETUDIANTS |
ALA PAZ
LA PAZ, (AFP)

Plusieurs personnes
été blessées hier soir a
Paz, et notamment un. offi-
cier de police atteint par une.
balle, au cours des affronte-
ments qui ont suivi de nou-
velles manifestations étu-
diantes pringipalement diri-'
gées contre le Gouvernement
et les Etats-Unis.

Dans la.soirée encadrées
et protégées par une double
file de jeunes gens, quelque
800 étu ts ont parcouru
les rues/de la Capitale - en
erlant Jenny Koeller nous te
vengerons et la gloire au
commandant Che Guevara.
En passant devant le palais
présidentiel elles ont déposé
un cercueil devant la porte
ahonneur et lancé sur te fa
gade de, ’édifice un seau de
peinture rouge sang, sous le

ont
‘La

regard impassible de la gar
le. ‘

Devant l’Ambassade des E
tats-Unis, les étudiants ont
bralé un drapeau américain
et crié «mort a la CIAs. puis
elles ont entonné. lhymne
national plutét mourir que
vivre en esclavage.

Plus tard des groupes d’é-
tudiants ont incendié une
moto de la police ce qui a dé
clenché la risposte des For-
ces de Vordre et les heurts
qui ont fait des blessés.

(Jenny Koeller est la jeu-
ne dirigeante étudiante dont
Je corps a été découvert sa-
medi dernier aux cétés de ce
lui de son mari prés de Co-
chabamba.



Demain le Jour
le plus long

Demain, 21 Juin, sera le
jour le plus long de l’année.
En effet, sur les Grandes An
‘tilles, ’aube commencera A
5 h. duo matin (exactement
& 4h. 59 a.m.) et les dernié-
res lueurs du crépuscule ne
‘s’éteindront qu’éA 7h 04 du
soir. Dans les pays tempérés
de l'Europe comme la France
YAllemagne, la Hollande, le
Danemark par exemple, le
soleil ne se couchera que
vers 9 h. p.m. Au Nord du
Cercle Polaire, il n’y aura
pas de nuit et le jour dure-
ra vingt quatre heures.

Le 21 Juin — qui est la da
te réguliére du solstice d’été,
époque oi le soleil passe A
lécliptique perpendiculaire
a la ligne des équinoxes —
Marque aussi le début de
YETE. Selon Tlobservatoire
météorologique de Miami,cet
te saison estivale débutera
exactement demain a 8 h. 55
a.m,

OFFRE D’EMPLOI }

Aux Doigts Magiques
Salon de beauté
38, lére Ruelle Jérémie

RECHERCHE

Une coiffeuse .
- expérimentée

Heures de réception
8h. — 12h. AM.
2h.— 5h. P.M.



Ginette Chérubin
Sur la liste des lauréats:du
Concours littéraire sur la
Mére Haitienne, c’est Mule.
Ginette Chérubin et non
Gladys, qui obtint le .7e:
. Elie est en 3e. au Sa-

° cré - Coeur de Turgeau.

a

L’ETE ARRIVE
AU MONDE CHIC

» Toujours soucieux ac
N vous.plaire vous présen: §
Rte wun assortiment de §
® beaux tissus pour la cir- §
x constance. Tels que : toi ;
x ie de fil, piqué et popeli-

ne imprimés, de jous cr §
# pon de coton, dacron, cré §
R pe, tergal, toile de fil &
2 drap, pyjamas pdur en- §
& fants de 9 mois 4 14 ans,
4 chemises.de nuit et Ki-
2 monos pour dames, draps §

de toutes dimensions, J
2 tales d’oreillers, mousti- §
® quaires, orelilers, sans ou §
R biier le savon citron va+ §



? laitue. . . »
5 Les mamans_ trouye- §

% ront aussi pour leurs BE €
2 BES, robes, ‘chemises, §
& brassiéres et draps bro- §
w dés, couchettes, serviet- §
y tes, moustiquaires etc...

vous attends :
AU MONDE CHIC
g. Rue “du: magasin:de VE
stat. — — van . &§

VIOLENTS HEURTS ENTRE |








R loy et le savon au suc de @




>. (Suite)

Michéle et Giliane, et ~ par
son fils Jean ~- Robert, Tra-
fic Agent de le Transcarib-
bean. : :

xxx
Madame Jeanine Ménos et
sa mignonne niéce de deux
ans, Dominique Fabius, sont
parties hier matin. pour ...
New York. J'ai failli écrire
«pour Laboule». Vous pardon
nerez ma distraction, lorsque
vous apprendrez que Mada-
me Ménos, pour lie pas con-
trarier Dominique, !ui avait
laissé croire qu'elle allait ef-
fectivemeat & Laboulc, ainsi
quelle l’escomptait. Domini-
que est la fille de Madame
Jean Fabius. Madanie Jeani-
ne Ménos néus_ reviendra
dans: trois mois.
RxXEX

Clémence Milot, sympathi-
que et attrayante Canaaien-
ne, est enchantée ues don-
gues vacances queue vient
ade prendre en Haiti. bien le pays, ies geus sont
charmants, et en deux mois
et demi, je me suis fait pas
mal d’amis. C’est certain que
je vais m’ennuyer d’eux. Mais
je reveindrai apres l'étés A
Vaéropcrt, Clémence a été sa
luée par-Caw#ele Laurin, Pau-
lette Lessard, Pierrette Mar-
cotte, et par de nombreux
amis haitiens.

xxxx

‘C’est hier malin yu’est par
tie pour le Canada Mademui
selle Evelyne Lamothe. Elle y
étudiera le Secrétariat médi
cal. La piquante Ginette
Beauvais était au nombre des
amis qui lui ont souhaité bon
voyage a l’aérogare.

xx x

«Ici, je me sens un peu
chez moi. Non seulement 4
cause de la langue frangaise,
mais aussi & cause de l'ama-
bilité des gens, de leur hos-
pitalité. Je suis presque un
viell Haitien. Celia fait trois
fois que je viens en Haiti. Ce
qui m‘a aussi frappé chez les
“Haitiens, c'est la finesse de
leurs gotits, leur sens artisti-
que.s C’est ce que mia dit
Monsieur Jean Clément, un
voyageur francais. Monsieur
Clément, représentant de fir
mes francaises spécialisées
en articles de cadeaux et en
bijouterie, est repartie hier
matin. 0 vient de passer dix
jours ici, avec sa sccrétaire
suédoise Ebba Wachitheister.

XXXX

Odette Rémy a pris l’avion
hier matin, a destination du
Canada. Elle pasera vingt -
deux jours de vacances a
Montréal.

XXXX

Hier matin, est partie pour
Chicago, Mademoiselle Fer-
nande Desravins. Elégante
dans son bei ensemble vert,
souriante, Fernande a. pris
Yavion sous les yeux dun
beau cortége de proches et
d’amis.

xxXxX
Le Directeur de la Banque

Royale du Canada, Monsieur

DU JEUDI 18 AU












CONSULTEZ



AU CAPITOL

MISSION 633

Avec : Clift ROBERTSON,
Georges CHAKIRIS

Entrée : Gdes. 2.50 et 4.00



Qtti sont plus repides, la cabine est plus spacteuse, les siéges plus confortables.
Vous aurez Vimpression d’étre en preméére classe au prix touriste.

. Dela place pour étendre vos jambes, et ce sentiment «@appartenances qui

| vous rend Vatmosphére completement amicale. Ce

VOTRE AGENT DE VOYAGE. OU NOTRE AGENT GENERAL

OUR



Raymond Stanley Reyes, ‘sa
- femme, et leurs fils Billy et
Raymond jr, sont partis en-
vavences hier soir. is séjour
neront & Porto Rico et aux ‘

Etats Unis. - . oF

Monsieur Oswald Hyppolite
s‘est rendu au Canada hier
matin. Il y est allé pour vingt
deux jours de:Vacances.

xXXxx

Ce mu‘in, est parti pour
Washington le Dr’ Edouard
Francisque, Doyen de l’Ecole
des Hautes Etudes Interna-.
iionale et Chef de la Division
des études et plariifications
au CONADEP. _ -

Le Dr Francisque va repré
-Senter Haiti devant le Comi-
té Interaméricain de ]’Allian -
ce pour le progres. Lundi pro
chain, ce comité inaugurera
une réunion a caractére éco-
nomique sur Haiti. :

Le Dr Edouard Francisque
a été salué & 1’Aéroport par
M Car] Alcindor, de la Direc
tion du Protocoie. ,

xXXxXxX

Messieurs Julien Lauture
et Louis Jadotte, Membres du
Comité Central de la Croix-
Rouge Haitienne. M. Carl Al

“cindor, du Protocole, et d’au
tres personnalités ont accueil
li ce matin de nouveaux délé
gués su deuxieéme Séminaire
de Ja Croix Rouge. Le Dr Jac
aues Tarrin et Madame, de
France. et Madame Amy
Drummond, de Tobago, Tri-
nidad,

Rapnelons mue ces assises
de) la Croix Rouge se tien-
dront A Port-an-Prince du 22
au 27 Juin 1970. :

1a vie internationale
(Suite)
libération d’un certain no

bre de prisonniers politi
ques en échange du cham- |

A 5 Hres-7 Hres et 9 Hres -
Uu sujet fascinant :
Une Histoire passionnante

LUCRECE BORGIA.















pion, pour mieux accréditer
la thése que les organisa-
tions révolutionnaires brési
liennes sont & l’origine
l’enlévement.

* Le Front brésilien d’Infor
mations dit tenir ces infor-

de

ONDA! ENCHA!

eux noms,.. Une association qui va faire du bruit. —
_ENCHA est heureuse) d’annoncer JTarrivée des génératrices et

pompes portatives HONDA dont elle assume la distribution.
mations des milieux de l’a-

viati milital éct Mort au «Black-out, ! Finis les problémes d‘eau 1
ation italre, précise s :
que les militaires qui prépa- Un Saut 4 la Place Geffrard pour cholsir 8 ENOHA le modtle
rent cet enlévement font I} qui vous convient; & gazoline ou au diesel :
partie d’un groupe de l’Ar :
mée de l’air ou agissent des GENERATRICE +¢PIQUE-NIQUE, 80 Watts
neo-nazis. Ce groupe, affir~ GENERATRICE ¢LUMINEX, 300 Watts
me-t-il encore, avait congu . : .
en 1968 l’opération PARA- GENERATRICE «BUNGALOW, 800 Watts
SAR qui prévoyait d’enle- GENERATRICE «MAISON DE CAMPAGNE?> 1500. Watts
ver ies principaux ‘ leaders GENERATRICE «GRANDE VILLA» 2500 Watts

e la auche brésilienne ff
puis de les laisser tomber GENERATRICE « @avions au-dessus de la »
mer, sans parachute, afin POMPE 2” W120 2,8HP.
qu'ils disparaissent sans 105 gal./min..— total head 52
laisser de traces. POMPE 2” W-20 4,5Hp.

xxXxXxX 1 * 7

MORT DE JACQUES 170 gal/min. — total head 92" —
HEBERTOT ACHETER une HONDA e'est Savoir choisir —

Jacques Hebertot, de son ACHETER & ENCHA c’est Savoir acheter
vrai nom André Daviel, }
homme de lettres, direc-



teur du théAtre qui porte
son nom, metteur en scéne,
poéte dramaturge et journa
liste, est mort hier & l&ge
de 84 ans.

LETTRE OUVERTE...

Chére Madame,

Nous connaissons vos petits. problémes 4 la maison avec
les enfants qui touchent 4 tout. Sauvent ils se brilent.
..Nous avons trouvé un merveilleux produit pour soulager
de la douleur des brdlures: c’est BURNEZE"L est trés ef.
ficace. Les effets sont immeédiats: I arréte la douleur et
neutralise l’enflure. ~

St un jour il vous arrivait d’en avoir besoin, sachez que
nous avons a votre disposition des tubes de ce fameux

BURNEZE ce serait mieux, cependant, d’avoir un
tube toujours & la portée de la main.On ne sait jamais...
Toujours 4 votre service. ‘

Don Mohr Sales Corp.

SAMEDI 20 JUIN









EXCELLENTES CORRESPONDANCES ‘

- POUR LE CANADA, L’EUROPE ET L’INTERIEUR DES ETATS UNIS

Départs pour Miami et Montego Bay
Lundi -- Vendredi -- Samedi — a 11 h A.M.

Départs pour San Juan sans escale Mardi — Jeudi -- Vendredi. a 5 h 55 P.M.

Toujours avec nos «FJESTA JETS»










tale

DES VENTES



2-3094



LA PANAMERIOAN -- Cité-del'Exposition:— Tél :













Full Text








a

“Le Pius

FONDE en T9890
enitimenatons









LUCIEN MONTAS oo
Administrateur : M% MAX CHAUVET

No 29.004

_ LE SENS DU 22 JUIN

_ a Nation se prépure a marquer de facon toute par-
ticuliére la grande date du 22 Juin qui raménera Pan-
niversaire de Vélection de S.E..le Dr. Francois DUVALIER
comme Président a Vie de la République.

il.y a six ans, le Souverain deerétatt la permanence
de la Révolution et accordatt a Son Leader le Dr. Fran~
¢ois DUVALIEK la présidence ad Vie pour poursutvre, ap-
prefondir les tdches qu’il avait assumées avec énergie,
détermination, en vue de réaliser Vunité nationale et la
construction d’une soctété plus.juste. ~

; Le Président DUVALIEK, toujours a la hauteur des
circonstances, assume le destin de la Patrie et poursuit
méthodiquement la réalisation des objectifs de la Révolu-
tion. L’accent est désormais porté sur le développement
économique..Le Président DUVALIER entend doter le pays
de Vinfrastructure nécessaire : Travaux routiers impor-
tants sont en cours d’exécution, laggrandissement et la
modernisation du wharf de Port-au-Prince, impulsion au
mouvement touristique, développement de Vléducation a
tous les niveauz, développement de Vagriculture et énor-
mes facilités accordées pour UVimplantation d’industries di
verses et par-dessus tout, l’effort gigantesque de fournir
Vénergie, effort qui se matérialise dans la construction de
la Centrale hydro-électrique Francois Duvalier de Péligre.
C’est un plan d’ensemble, visant au développement écono-
migue général, a Vélévation du niveau de vie qui s’erécute.

Le Peuple Haitien a pris consctence de ses possibilités
et sousle leadership du Président 4a Vie

, de la République, il est décidé a se leérer économique-

' tif sur le chemin parcouru, il

ment, aprés s’étre libéré politigquement et culturellement.

C’es la le sens et le symbole du 22 Juin. Et c'est pour-
quoi. le Peuple Haitien se prépare @ marquer Vévénement
de facon grandiose, en renouvelant sa fidélité, son atta-
chement a Son Chef, S.E. le Dr. Francois Duvalter, Prési-
dent a Vie de la République.

Une date faste: 22 Juin

par Max A. Antoine

Toutes les fois que revient soit riche d’espoirs. Que sur-
cette date du 22 Juin, on se tout, on ne perde pas de vue
remémore avec une certaine gue la Révolution Nationale
pointe démotion. les étapes’ dont le Président—.Duvaler



dune des batailles les plus. est le génial animateur, est
importantes de.notre Histoi- avant tout une Révolution

re contemporaine, animées
dans lordre pratique et doc-
trinal par le visionnaire et
Homme d'action de stature
exceptionnelle qu’est le Doc-.
teur Francois Duvalier.

Le Chef Constitutionnel de
la Nation s’engageait en ef-
fet, il y a six ans, a assurer
la marche en avant et la per
manence de la Revolution,
obéissant ainsi 4 -la volonté
du Souverain qui, le diman-
che 14 Juin, lavait élu Pré-
sident a vie. ,

Depuis, le Leader de la Ré-.
volution a tenu téie aux né-
gateurs du progres. économi-
que et social dont les conspi-
rations n’ont jamais eu qu’un
objectif : freiner le processus
@humanisation progressive
des classes moyennes et des
masses, en contestant les con
yuétes les plus favorables au
plus grand nombre.

Si, & Yoccasion de cet anni
‘versaire glorieux du 22 Juin,
on jette un segard rétrospec-

humaine et de réparation se
ciale.

Interviewé par un journa-
liste, le Président a vie de la
République, définissait de fa-
con magistrale, a& l'occasion
du 14 avril, ’objectif de la
Révolution : «Sous. tous les
cienx du globe s’opérent des
révolutions: Certaincs d’en-
tre elles sont profondcs, c’est
a dire qu’elles transforment

tures d’une société donnéc,
d’autres larvées ou encore en
chevétrées dans Il'imbroglio
dune redéfinition dun systé
me ou d’an mode de vie col-
lectif. La plupart enfin, sans
earactére propre, tout bonne
ment exportées ou importées
pour étre imposées. Cepen-
dant, elles s’accomplissent
toutes, ces révolutions, au
nom et en fonction de "hom
me; au nom et en fonction
de Vimmense dignité de son
étre»,

En cette date faste du 22
Juin, il est possible d’affir-
mer que, sous l'impulsion du
Chef au courage, indompta-
ble qu’est le Président Duva-
lier, les entreprises ténébreu-
ses des Cayard et de leurs
complices seront toujoors ré-
duites 2 néant, la Révoiution
devant poursuivre sa courbe
dialectique. —

est impossible de ne pas étre
stupéfait en constatant le
temps perdu 4 colmater les
bréches, & réduire 4 Pimpuis
sance les factions minoritai-
res ef antinationales. Ces af-
frontements sans grandeur
sont responsables de la sta-
gnation patente dams cer-
tains domaines, du retard
mis @ solutionner des problé
mes pourtant prioritaires. De
ce coté JA, les groupuscules
réactionnaires n’ont eu rai-
son que la moitié du temps.
En dépit de leurs menécs,
sous peu, la Centrale Hydro-
Electrique Francois Duvalier
de Péligre sera une réulite.
Comopte tenu des institu-
tions mises en piace par le
Président Duvalier et des
nombreuses conquétes dor-
dre matériel, on peut sffir-
mer que Je Chef est resté fi-
dele A Vengagement qu’ll a
pris & VYoccasion de Sa pres-
tation de serment coimue
Président a vie de la Répu-.
blinue Je 22 Jnin 1964.
Toutefnis, miewx aue les ré
suitats d’une politique prag-
matique et nrogressiste. c’est
la reconversion de l’Haitien
qui constitue une des étaves
les vlus exaltantes de la Ré-
volution Duvaliériste en mar
che. D-importe que cette re-
conversion s’anprofondisse da
vantage, que chacun soit ca-
pable d’auto - critique cons-
tructive pour que Yavenir



Dans la Presse

Les milieux journalistiques
ont accuellli avec plaisir la
nomination de notre excel-
lent ami le Capitaine Walter
Préval, Directeur du «Moni-
teurs et des Presses Nationa
les, comme Rédacteur en
Chef du «Nouveau - Monde».
Nous lui adressons, avec
nos félicitations, nos voeux

“de fructueuse besogne.

La Direction Générale des
Contributions invite les chefs
de Service et Employés de
eette Administration a se réu
nir au Bureau Central 4 8h
am., le lundi 22 Juin. 1970,
en vue dé prendre part sux
manifestations. qui auront
liew A Yoccasion du jour an-
niversaire de la Prestation
de Serment de Son Excelien-
ce Honorable Docteur Fran
cois DUVALIER, comme Pré-
sident & Vie de la Républi-

ue,
a Max MERENTIE.
Directeur Général.




Dimanche 21 Juin a 5h, 7het9h

. Vie de la République,

de fond en comble tes strnc .




Lundi 22 Juin: Colossale manifestatian
a Son Excellence le President a Vie @

S. E. le Président Duvalier qui a, a ses cétés, la Premié re Dame de la Républi-
que, acliviant une de ses importantes adresses au peupie haitien
juin 1964, décrétant la permanence de la révolution, accordait au Chef de

1

VEtat Ia Presidence a vie.

Les Organisations Syndical

vec plaisir la belle lettre a-
aressée par. les. représen-

“tatite~de-nos- différentes oF. *

ganisations syndicales & Son
Excellence le Président 4a
Doc-
teur Francois Duvalier, a
Poccaston du 6éme anniver
satire de sa prestation de ser
ment comme ta
Vie de la Répuplique.

xxxXX

SON EXCELLENCE
MONSIEUR LE DR.
FRANCOIS DUVALIER
PRESIDENT A VIE
DE LA REPUBLIQUE
PALAIS NATIONAL—

Monsieur le Président a Vie

Toutes les organisations
syndicales se rappellent a-
vec gratitude et émotion cet
te date faste de Votre pres-
tation de serment comme
Président a Vie de la Répu-
blique. Votre Excellence a
pris l’engagement solennel
de multiplier les conquétes
en faveur des deshérités de
toujours et de la classe ou-
vriére victime de 1l’exploita-
tion ia plus cynique. .

Depuis, en dépit des obsta
cles de toutes sortes,
avez pas dévié de la ligne
doctrinale qui est celle de
toute Votre vie, assurer la
promotion, humaine des ca-
tégories sociales _tradition-
nellement méprisées, les ou-
vriers et les travailleurs
plus particuliérement.

Tl y a six ans, les vatllan-
tes populations de nos neuf
Départements géographi -
ques imposaient & Votre Ex



ASSOCIATION DES
CHAUFFEURS-GUIDES
DHAITI

Le 20 Juin 1970

Son Excellence
L’Honorable Docteur
Francois DUVALIER .
Président a& Vie de la Ré
publique d'Hatti.

L’Association des chauf
feurs-Guidezs a Vavant-
garde du Duvaltérisme Ct
piligateur renouvelle son:
attachement a@ son LEA-
DER BIEN-AIME @ Voc-
casion du siziéme anni-
versaire de sa prestation
de serment comme PRE-
SIDENT a VIE de la Ré-
pudbi e dHaiti pour le
bonheur de la classe ou-
vriere,

Jean R. BERNARD °

Président de VAC.G.H.
eA

Vous-.

oon

xxxx

nence de Ja Révolution. A
un Jpoment, Mi
readent & wae lp
blique, Vous n’avez déméri-
té de la confiance du Sou-
verain et des Travailleurs
qui sont l’avant-garde d
Votre Révolution. :

Votre derniére victoire sur.
les mutins des Gardes-C6
tes prouve une fois de pius
que rien ne peut Vous em-
pécher de continuer Votre
mission salvatrice au bénéfi
ce de la classe ouvriére et
du Peuple Haitien tout en-
tier.

Monsieur le Président 4
Vie de la République, Vous
étes le Justicier et sous Vo-
tre impulsion dynamique et
généreuse, s’opérent les ré-
parations nécessaires.

Aussi, toutes les Organisa
tions Syndicales tiennent 4
réaffirmer leur attache -

L’Allocution de Mme Lebert Jn-Pierre

DIRECTRICE DE L'ECOLE HOTELIERE
A LIOCCASION DU BUFFET OFFERT AUX
MARTINIQUAIS..

Monsieur le Directeur de IE
cole Hételiére de la Martique
Mesdames et Méessieurs les
Moniteurs,

Chers Etudiants,

Mesdames, Messieurs,-

Seulement quelques mots
pour vous exprimer notre
joie de vous avoir parmi
nous ce soir & l’occasion de
cette petite féte de famille et
pour vous remercier d’avolir.
aimablement répondu a no-
tre)invitation. —

*t] me soit permis de sou
ligner que la visite en Haiti
de l’Ecole Hételiére de la
Martinique revét & nos yeux
un caractére ¢pécial, et mar
que une étape importante
dans i’histoire de lI'Ecole H6
teliére d’Haiti. Elle rdprésen
te a la fois l’aboutissement
defforts opiniatres déployés
des deux cdtés et le début
dun courant d’échanges qui
peut étre fructueux pour nos
deux institutions.

D’un cdté, il a fallu toute
la sollicityde agissante . de
Son Excellence le Président
& Vie de 1a République, .1’'Ho
norable Docteur Francols DU
VALIER et 8a _persévérance
obstinée, condition essentiel
le & toute oeuvre de longue
haleine, pour nous permet-
tre de surmonter les difficul
tés de tous’ ordres auxquelles
nous étlong . -confrontés et
d@’imprimer une orientation
nouvelle & cette Ecole Hoéte-
Uére qui a connu elle ‘aussi

y :

{ es exaltent un
_ Anniversaire Historique

N.DLR. — Nous publions a cellence d’assurer la perma- rhents

onsjeur Je —

Répu-__ riste-q

_Faubourgs et quartiers

_de festoyer et de prendre u-




Communiqué

Lu Secrétairerie d’Etat des
Affaires Sociales Jéférant a
ta demande des .*“-Organisa-

-idons Syndicalés’ et cesttorces
plaisir d’inviter ‘les. employés
et fonctionnaires publics, les
ouvriers et travailleurs. ‘des
entreprises. comnmerciales,:in-
dustrielles et agricoles & par-
ticiper en grdnd nombre & u-

ne manifestation qui sera or
ganisée par les forces du Tra
vail en hommage- a leu#Lea-
der, le Docteur Francois, DU-
VALIER, a l'occasion du. ‘Si-
xi@me anniversaire de Sa
prestation de serment comme
Président 4 Vie de la Républi
que. :

Pour la pieine reussite de

eette manifestation qui aura

‘eu devant le Palais Natio-

nal le lundi 22 Juin a9 h du
matin, la Secrétairerie @’E-
tat des Affaires Sociales con
vie les ouvriers, les travail-
epee : surs, les*chefs d’entreprise,

: les’ emvloyés et fonctionnai-

res publics, le personnel des

qui-le 22

merciales et agricoles 4 se réu
nir devant le Palais National

le lundi 22 Juin 1970, dés 9

heures du matin.

(suite page 6 col. 4)

ndéfectible & la per- °
sdane “ge Votre. Excellence.
ot: 8, Révolution~Duvaliéy +
uj, sous’ Votre condui-~ |
te lucide, doit aller de’ vit-
toires en ‘victoires. ‘

Les ennemis de Votre bel-

ie du Peuple Haitien, ne sur.
prendront. jamais la vigiian
ce de la classe ouvriére & ia
quelle Vous avez donné com
me bréviaire ja légisiafion
progressiste du Code du Tra
vail qui porte Votre illus-
tre nom.

La foi de Ja Classe Ouvrié
re en Vous, Monsieur le Pré

née Adelyne Lamour, vient
de passer six mois dans _ sori
pays. Adelyne, qui vit actuel
lement a Lévy, Canuade, a ha
bité la France pendant neuf
ans. Elle y a étudié la Techni
que financiére et comptable,
et Administration des Entre
prises en général. Son mari,
71 ~ le talentueux artiste Wilbert
paneer We Ge is Républt Chancy, est également Pro-
Daignez agréer, Monsieur fesseur de Philosophie 4 Lé-
le Président & Vie de la Ré- VY. Madame Chancy est re-
publique, V’assurance de no- Partie pour le Canada hier
tre enfier dévouement 4 Vo Matin.
tre personne et 4 Votre Gou
vernement de promotion so
clale.

- XxXXX
L’architecte et peintre Raoul
Jacques est rentré de Saint-
Thomas hier matin. Raoul,
qui est un peu globe ~ trotter
sur les bords, repart sous peu
pour Miami. Sans doute_ es-
saie-t-il sans cesse de décou
vrir de nouveaux sites pitto-
,esques, car il est paysagiste,
ses mauvais jours, mais qui Ses tolles sont réalisées au
peut aujourd’hui, trés modes couteau, et ne comportent ja
destement il est vrai, soute” mais de personnages.
paraison avec les
nit ientions similaires des". Hier matin, Monsieur Da-
pays volsins, ce qui lui vaut niel Cohen, un distingué visi
le d honneur d’avoir é- teur frangals, a reoris l'a-
té choisie parmi tant d’au- vion, aprés seulement une
tres pour accueillir les étu- journée ict. Monsieur Cohen,
diants martiniquais. D'un au qui est dans Ja métallurgie,
tre coté, ce choix n’aurait a touché Haiti pour affaires,
peut-étre pas 6té entériné et aussi pour bavarder un
n’étaient Vopiniatreté et la brin evec son excellent ami
force de persuasion du Direc Mario Pierre - Louis. Avant
teur de l’Ecole Hotelire de de regagner Pointe-a-Pitre,
la Martinique, Mofsieur Ser ce touriste s’arrétera au Me-
ta, qui, lors de sa premiére xique pour assister & la fina
visite en Haiti, avait pu ap- le de la Couve du Monde de
(Suite page 6) foot-ball 1970. Monsieur Co-
hen est forme! dans ses pro-

VISITEURS

Bes ons nostics : le Brésil sera vain-
ulaires queur.
pop ndioses manifesta- xxXXX

Madame Marcel Sicard est
rentrée nict muotin d’un vo-
yage d’agrément 4& Porto Ri-
co. Ee v.a passé trois tours
Trois jours de pluie. Optimis
te, la voyageuse nous dit. ene
son séjour a 6té quand méme

Par ailleurs dés ce soir des agréable. De toute facon. il
boulllons populaires seront ne falt, pas de doute oui) Jul
organisés dans les principaux eft plus plu qu'il ett moins

pou plu.
leux ét populaires de Port- REXE
au-Prince offrant, de cette Tl est jeune, elle est trés
maniére, l'apportunité & tous jeune. Il est Cubain, elle est
re Porte Ricaine. If est frais é-
ne part active & ces-manifes moulu de la Faculté d'Art
tations qui promettent de-dé Dentaire, elle vient de pré-
passer en ampleur toutes cel ter serment comme avocate.
les organisées jusqu’icl €n Luis Rodriguez Valle, et sa
Yhonneur du Président Du- femme Lolita sont arrivés au
valier. s pays hier matin, .vt sont des-

tions se préparent en vue de
commémorer solennellement
le 22 Juin date anniversaire
de la Prestation de serment
de Son &xcellence le Docteur
Francois Duvalier Président
& Vie de la République.



Se,

vives de‘la production, ‘a le’

entreprises industrielles, com -

*
dis

par Claude Dambreville.
le Révolution, la nétre et cel , Madame Wilbert Chancy,-

de
son cété, se croit autorisé A

U-PRINCE (HAITI)

on

TE POSTALE :

7 Ss
‘ PARIS (AFP) —

- Installée- depuis. hier soir
4 Downing Street, M. Heata

. Va s’attaquer sans taraer a,

la tache de constituer son
cabinet. Son premer soin a
. ete, dans une déclaration,
d’exclure tout: secfd¥isme et
de préciser que son Gouver
nement serait celui de tous
is anglais. Il.n’a pas caché
Vampleur des difficuités qu
il. tut faudra surmonter. “Gu
ne se hasarde guére jusqu’a
présent 4 des pronostics: sur

- le choix des ministres.. On

sait seulement que les pre-
‘miéres personnes 4 étre re-
cues par lui ont été M. Mau
-ciing, son adjoint, et Lord
Carnbaeton, porte - parole
des conservateurs a la Canam
bre Haute. Un nom est pro-
noncé avec insistance. C'est
celui de M, Christopher Soa
mes, actuellement Ambassa
deur & Paris et dont la ru.
meur fait le futur «Mor -
sieur Europe> qui succéde-
rait & M..Thompson .dans
Ja charge de négocier len-

trée. de l’Angleterre dans le .

marché commun. Mais si
YEurope est une des préoc
-cupations prioritaires de M
Heath, celui-ci aura & pren-
dre rapidement position sur
les grands problémes inter-
nationaux de lVheure et no-
tamment sur celui des rap-
ports. Est-Ouest encore que
dans les milieux de }OTAN
on ne s’attende guére 4 des
initiatives significatives de
Ja nouvelle équipe dirigean-
te dans ce domaine. Dans
ces mémes milieux, ‘si l’on
exclut un retour aux rela-
tions spéciales qu’eurent ja
la Grande-Bretagne et



cendus a l’'Hotel Choucoune.

Leur séjour ici durera cing

jours. Luis, qui parle un fran

cais des plus corrects, a ébu-

dié a l'Alliarice Francaise.
xXXxXX

Madame Max Roniain, née
Marie - Cécile Lilavois, a pris
Vavion hier matin, pour se
rendre & New York. Elle y sé-
journera durant une quinzai
ne, dans la compagnie de ses
freres.

Est également partie pour
New York Madame Léonce
Limousin. Le petit Didier La
fontant, qui Taccompagne,
est allé rejoindre sa mére aux
Etats Unis.

XXKX

Madame Argand. l’épouse
du Dentiste, s'est rendue a
Montréal hier matin. C’est 14
que réside sa fille Monique.
A )’aérogare, elle a été saluée
par son époux, par ses filles

(Suite page 6 col. 5 )
















2

e “
1316





. La Vie Internationale -

les Etats-Unis, on pense’ que
le retour au pouvoir des Con
servateurs sera de nature a
favoriser une meilleyre coor
dination des politiques. des
deux pays a l’égard de )’Est.

Au .Proche-Orient, la si-
tuation est dominée par la
tension larvée qui ge main-
tient en Jordanie aprés les
événements ’sanglants d’Am
man, entre “Yarmée royale
et les commandos palesti-.*
niens, Selon la presse. égyp--
tienne, des incidents pour-
Talent éclater 4 tout mo-
ment. .

En Indochine, c’est sur-
tout la situation de Pnom
Penh qui retient ’attention.
Elle est sérieuse mais-~non
désesnérée, déclarent les au
torités Eméres, tandis que
le Général Ky,- vice-Prési-
dent du Sud-Vietnam, pro-
clame sa résolution de dé -
fendre la Capitale cambod-
gienne. On envisage de reti
rer du Sud-Vietnam la divi
sion thailandaise qui y “é6m
bat pour l’acheminer vers
fe Cambodge.

ME\ (AFP)
Des militaires. brésiliens
ont l'intention d’enlever le
fameux footballeur Pelé et
de faire croire que cet enlé-
-vement a été commis par
des guerilleros, afin de: dis-
créditer la -gauche brésilien
ne auprés de l’opinion publi
que du pays, affirme Te
Front brésilien dinforma-
tions dans un communiqué
daté d’Alger et publié 4 Ro-.

me.

Les militaires, précise le F.
Brésilien dad Informations
chercheraient a obtenir la

(suite page6 colonneé)

La Curie Remaine —-
£ -DU VATICAN (AFP).
at ne des organisations
suprationales, ‘la’ Curie Ro-
maine fait actuellement - fn’

. effort énorme pour se «dési

talianiser> et devenir plus
internationale. Mais elle ac
corde encore une part trop
importante a l’Europe et in
suffisante au Tiers-Monde,
qui compte actuellement
‘prés de la moitié des 614 mil
Hens de catholiques recen-
sés.

Telles sont les conclu-
sions que peuvent tirer les
observateurs d'un drticle pu
biié par le jésuite Fiorello
Vavalli dans Civilta Cattoli-
ca présenté aujourd’hui par
son auteur 4 la presse inter“
nationale.

Tl en ressort tout d’abord,
que le nombre des italiens,
dans la Curie, est passé de
56,7% du total a 37,8% au
cours des dernitres années.
Aujourd’hui, la Curie est do
minée - au moins niméri-
quement - par les étrangers,
dont le nombre a plus que
triplé. de 1961 & 1970. Le
nombre global des postes re
censés est passé de 1.322 a
2.260. .



Le Sermon de la Semaine.

‘ .
Par le Pasteur Luc R. NEREE

Le Sermon hebdomadaire que

nous demande de pubifer

le Pasteur Nérée est lu aussi dans diverses Stations de
Radio de la Capitale et de la Province.
RESPECTONS NOTRE PAROLE DONNEE AU NOM

SOYONS CONFIANTS ET PATIENTS

«Les Serviteurs du Maitre
de la maison vinrent lui di-
re: Seigneur n’as-tu. pas se
mé une bonne semence
dans ton champ? D'ot vient
Gone qu'il y-a de livraie. Tl
leur répondit: c’est un enne
mi quia fait cela.Et les servi
teurs lui dirent : Veux-tu
que nous allions l’arracher?
Non dit-il, de peur qu’en ar
rachant l’'ivraie, vous ne dé
raciniez en méme_ temps le
blé»>. (Math, 13:27-28).

xxXxXX ,

Nous n’apprenions rien 4
personne en affirmant que
dans ce monde le mal va cé
te x cote avec le bien. C’est
un fait déroutant qui don-
ne journellement eu au
blasphéme: et a linjustice.
Car souvent. d'une part, l’in
croyant saute a la conclu-
sion que Diey, Créateur de
notre monde, ‘h’est’ pas ‘aus-
si bon qu’on le pense, et
d’autre part, le Chrétien

se poser en Justicler pour
Dieu contre son prochain.
Un tel état de fait constitue
un véritable dilemme. La Pa
rabole du blé et de 1’ivraie
que le Seigneur a racontée
& la foule fait voir que Die
ne reste pas indifférent a
ce dilemme. Cette parabole
comporte diverses lecons
dont un Croyant peut tirer
profit. : Nous n’allons pas
considérer - toutes ces le-
cons. Cependant il y en a
une que nous voulons soull-
gner 4 votre attention, c’est-
que : Dieu Se réserve un
jour, pour faire disparuitre
Je mal sur la terre. Nous
pouvons donc faire montre
de patience et de confian-
ce & Pégard de Dieu, en fa
ce des méchancetés, des in-
justices et de la confusion
qui régnent = actuellement
sur la terre.

Cette parabole nous ensei-

(Voir suite en page 3)










MAGIC CINE 3) 2 baeryfen

Dimanche & Magic Ciné
3h. - $:h. - 7h. et 9 heures

AND Liles (DOU
Qu (CORTB

SSH BGUTOUES Ha
QUAND LES COLTS SON
NENT «LE GLAS..e8b.....DIUS,
qu’un western, c’est un des
beaux chefs d’oeuvre. C'est
une boweversahte histoire
dans ‘laquelle l’amour ‘et i’a-
venture vont, de paire. C’est

un film ot, 1
sont mises en enc

mours passionnées, haine im
pitoyabie, marquent et ani -
ment les multiples épisodes.

Au milieu de cette nistoire
tumultueuse, la haine est par
fois plus forte que lu raison;
ce qui nous améne a des sce
nes sanglantes et poignantes
dans lesquelles bagarres, vio



lences, poursuites gagnent en —

intensité et nous fournit une
action fertile en rebondisse -
ments. .

De amour ou de 1a haine,
quel sera le vainqueur de cet
te lutte inexorable.

Vous serez enthousiasmés,

_ angoissés, bouleversés en sui
vant ce western puissant, vio
lent et dramatique.

Di est incontestable que
QUAND LES COLTS SON -
NENT LE GLAS riche d’ac -
tion, de bagarres, daventu -
res sentimentales menés' 4

—_———

. A LOUER

Espaces pour Bureaux &
jouer; Etage Building Sedren
Rue Américaine. S’adresser
au Journal.



AU JOUR

LUNDI 22 JUIN,
INAUGILAT ON DU
SEMINAIRE DE LA
CROLX ROUGE

La cérémonie d'ov.verture
du 2éme Séminaire interia-
tional de la Groix-Keouge, qui
réunira a Port-au-Priuece 1es
Deiégués des Sociélés Natio-
nales et Branches de la Croix
Rouge des Antilles, de l’Amé
rique Centrale, des Etats U-
nis, du Canada, de la France
et de l’Angleterre, se tiendra
a Vauditorium de ia Croix -
Rouge haitienne, le lundi 22
juin, 4 10 heures A.M.

Cette réunion se déroulera
sous la Présidence diicsuieur
du Dr Francois DUVALIER,
Président & Vie de la Répu-
blique.

Dans Vaprés - midi débute
ront les travaux du Séminai-
re dont les objectifs sont les
suivants :

1. évaluation des suites don
nées par les Sociétés Natio-
nales de la Croix - Rouge aux
recommandations du Sémuii-
naire de 1968., :

2. échange d’experiences
pratiques dans le domuine
spécifique des secours, 4 la
jumiére des catastrophes na-
turelles survenues @uU vollrs
de ces deux derniéres années
dans la région.

3. examen des rmodifica-
tions apportées au +Manuel
pour les actions internatio-
nales de secours.>

Environ 20 Communica-
tions et Rapports préparés
par un certain nombre de So
eiétés participantes et pai la
‘Ligue seront présentés ct dis
entés au cours des Séarces
Pléniéres. La Séance de clétu
re aura: lieu le vendredi 26 a
5 henres p.m. aprés Je vote
des Conclusions et Recom-
mandations .

La Vie Internationale

LES OBSEQUES D’ELSA
TRIOLET
PARIS (AFP) —

Les obséques de la roman
ciére Elsa Triolet, se sont dé
roulés, dans \la plus grande
simplicité, vendredi aprés-
midi, & Paris, en présence
de nombreuses personnali-
tés des Arts et des Lettres.

Autour de Louis Aragon,
on notait la présence du
comédien Jean houis Bar-
rault, de l’écrivain commu-
niste chilien Pablo Neruda,
de Madeleine Renaud et de
Pierre Emmanuel de 1’Aca-
démie Frangaise. L’Ambas-
sadeur d’Union Soviétique 4
Paris, M. Valerian Zorine,

es passions, .
es AA bt



ry {hie .alente, dépasse de

coup de nombreux wes-
terns de production courante
déja vus. :

eo BS ee Beara
“lg Vous" voulez Yor
Okame "et Be grant western,
allez & MAGIC CINE Diman -
che a 3 hres, 5 hres, 7 bres



“et S’helirés voir QUAND LES

COLTS SONNENT LE GLAS.
3 hres: Gdes 2.00 et 3.00

5 hres, 7 -hres.et .9 hres.
Gdes 2.50 et 4.00

bog h ood oe
an BREE Ok

AU CAPITOL

Dimanche 21 Juin

& 5 hres; 7 hres, ef 9 hres
LUCRECE BORGIA

C’est un véritable sujet de
tragédie ot s’allient, émotion,
saveur romanesque, « senti -
ments passionnés et cruauté.
Martine CAROL, qui porte
tout le film avec aisance, est
LUCRECE BORGIA une fem
me qui fut célébre par sa
beauté. Cette biographie ro-
mancée s'inspire des réussi -
tes les plus audacieuses du
Tame ART. L'amour, ou plu-
tat les aventures secrétes de
LUCRECE BORGIA, forment
ja base de cette imposante
superproduction en cculeurs.
Ce film est comme un déber
dement pasionnel illustré
sans fioritures ni conces -
sions. Ouvrage remarquable-
ment élaboré qui retrace Jes
divers aspects de la vie amou
reuse d’une belle dame de la
Haute société italienne qui
ne reculait devant rien pour
le triomphe des ralsons de
son coeur ou des appels de
ses sens.





LE JOUR

PENSION SPECIALE

Article ler. — Une alloca-
tion mensuelle de MILLE
GOURDES (1.00000) par
mois est accordée a titre de
pension spéciale 4 Monsieur
le Docteur Horace DESIR.

XEXE
TIAITI, 20EME PAYS
WEMBRE A RATIFIER LA
CHARTE DE L’OEA

WASHINGTON (IPS)

En ratifiant, vendredi, la
Charté, amiendée de 1’Organi
sation Yes Etats Americains,
Haiti devient le vingtitme
pays membre de VOEA 4
prendre une telle mcsure.

Les quatre autres nations
membres de cette organisa-
tion gui n’ont pas encore ra
tifié le «Protocole de Bue-
nos Aires» sont le Chili, PE-
quateur, PUruguay et cuba.
L’on s’attend & ce que tous
ces pays, & l'eaception de Cu
ba, déposent éventuellement
feurs instruments de ratifica
tion, Quoique techniquement
membre de POEA, Cuba, en
raison de son gouvernement
communiste, n’est pas admis
B participer aux affaires de
cette organisation interamé-
ricaine.

En_signant les documents
en présence de |’Assistant -
Secrétaire Général Rafael Ur
quia, du Salvador, et du Pre-
sident du Conseil Rual A. Qui
iano, d'Argentine, l'Ambassa
deur d@’Haiti a 'OEA, M. Fern
D. Baguidy a déclaré que
«son pays espére que VOEA
entre dans une ére nouvelle
et prend de plus en plus cons
cience de ses respcnsabilités
de devenir plus active et plus
humanisée face aux phéno-
méneés de la faim, de Ja mi-
sere.et de l’analphabétisme
qui'entrave T’évelution spiri-—
tryeile et morale de mas pet-
pies.»

les membres du Bureau Po-
litique du parti communiste
te trancais, dont M. Jac-
ques Duclos, des représen -
tants de la République Dé-
mocratique du Vietnam et
l’ancien Ministre Edgar Fau
re, étaient également pré-
sents. '
“Avant la cérémoriie, plus
de 2000 personnes, avaient
tenu & se recueillir auprés
de la dépouilie de la fem-
me de Louis Aragon, devant
le siége de l’Humanité, quo-
tidien du Parti Communis-
te Francais. Elsa Triolet a
été inhumée & Saint Ar-
noult des Yvelines, localité
de la région parislenne ott
elle demeurait.



Banque Nationale

/ : de la Répub
| Banque de |

un campte de hag



te

lique d’Haiti |
"Etat ‘Haitien }

-Comptable en ouvrant §
la Banque Nattotele







“peauté du diable ne pourra

se détacher de l’écran.
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

KEXXxX

ELDORADO.

Dimanche..21 Juin
a 5 hres, Tihres, et 9: hr

eS...
Steve MAG: U] :
i :



La Presse Francaise,
nanimité, l’a consacré le meil
Jeur policier de ces derniers
i quelques ex.-






traits:

Le meilleur polici
ricain depuis vingt: ans.

Robert CHAZAL: France -
soir

«BEN - HUR> est célébre
pour avoir donné au cinéma
sa plus belle course de chars.
eBULLIT» restera dans Vhis
toire du cinéma pvur iui a -
voir donné sa pius belle pour
suite en automunile.

Pierre BILLARD:
press :

Jamais, je crois, un tel de-
gré de perfection n’avait été
atteint dans cé doniaine de -
puis qu’il existe des flims po-
liciers.

Jeanine MERLIN: Paris -
Soir

Voila un exxcellent «poli -
ciers>. «BULLIT> est pas -
siunnant: Un film a voir. Pa-
ris Match

Steve MAC QUEEN, plus
fascinant, plus naturel et
plus brillant que jamais.
«BULLITs apporte une des
pierres les pius solides a lé-
difice cinematographique du
cinéma d’action.

Eric LEGUEBE;
Libéré

Pour les amateurs de films
policiers, pour ceux qui appre
cient le travail bien fait,
pour les admirateurs de Ste-
ve MAC QUEEN, «BULLIT>
est le film & voir. -

Claude CARSON: L'Aurore

Il va une ou deux scéres
absolument époustouTlantes.
D’abord, une poursuite en voi
ture dans les rues de San
Francisco, comme vous n’en
avez encore jamais vue.

A vous couper te souffle. a
yous cramponner a4 vutre fau
tell.

Michel DURAN: Le Canard
Enchainé.

Donec ELDORADO vous at-
tend dimanche au rendez -
yous de «BULLITs, un évéene
ment cinématographi-
que sans précédent dans
Vhistoire du 7éme Art en Hai

L"EXx -

Parisien

ti.
Entrée Gdes 2.50 et 4.00
XXXX

De Luxe Auto Ciné

Dimanche 21 Juin
a 6 hrs. 45 et 9 heures
LES SOULIERS
DE SAINT PIERRE

en Panavision - technicolor

Une saisissante super ~ pro
duction d’une étonnante ri -
chesse humaine interpretée
avec une rare performance
par d’extraordinaires ac
teurs:

Anthony QUINN-— Sir Lau
rence OL -- Sir John

Gielgud — Leo MAC KERN—

Oskar Werner—David JANS-

SEN — Barbara JEFFORD
Une oeuvre d’une surpre -





policier Amé-

pl
fable. tae
Un film d'un poids écra -

sant, qui ne craint pas-d’abor.

der avec hardiesse les plus:

graves problémes qui se po-

sent & la conscience mod fe

ne, dans le domaine dela’ foi

et la justice sociale. La faim
de;

du monde‘en, face:de. I'l!
es)








plaisits;“la «these ©
dun Christ cosmique,
laquelle. Die’
du péché. .



Au‘moment od Je sort a
moride™se ‘Joue sur’un trigo
ne de capitales angoissées,
Rome appurait comme une lu
miére sur la succession des
heures sombres de l'histoire,
les hommes de bonne! volonté









tre les peuph
t

sa tiare d’o,
pour présery a paix. L
ra s’élever jusqu’a une ‘sorte
de sainteté impartiale par.Je
truchement @un humanisme
chaleureux 4 i’endrolt des:ml
séres qui étielynent Je mon-
de, en engageant: toute
richesses du: Vatican. -f
soulager la faim d‘un unive)
démuni. os
LES SOULIERS
DE SAINT PIBRRE
Un monument impérissa -

ple de l'écran. Une interpré-
tation atteignant ie sublime. « *'

Anthony QUINN incarne le
Pape Russe avec une simpli-

cité exemplaire et un don
d'intuitions infinies.
Une pléiade de vedettes

chevronnées jouent avec .la
méme perfection des réles é-
crasants. :
‘Le sommet Ces soummets.
Le sommet de la grandeur.
Le sommet de ’humanisme.
Le sommet du grandiose.
Entrée $ 0.60 par personne

XXExX
REX THEATRE

Dimanche 21 Juin
a % hires, 7 hres, et 9 hres.
TRIPLE CROSS
ou ie TRIPLE JEU
a’'Eddie Chapman
(Eastmarncolor)

avec Cnristopner PLUM -
MER — Romy Schneider —
Gert Frobe — Trevor Haward
— ClaudineAuger— Yul Bryn
ner.

Eddie CHAPMAN, un nom
ceélébre qui laisse aprés lui le
souvenir opaque d’un espion
subtil dont ... !

LE TRIPLE JEU
..a étonné le monde!...

Qui est donc cet Eddie
CHAPMAN sur lidentité du-
quel plane encore un doute
cerrible

Est-ce un Voileur, un es -
croc, un aventurier, un séduc
teur?

Travaille-t-il pour l’Intel-
ligence Service? La Gesta -
po? La Résistance Frangaise

Travaille-t-il pour lui. pour
le plaisir ou pour les fem -
mes? :



‘POUR VOTRE SECURITE’

‘La séourlté a, pour sine! dire, été
Incorporée au pneu G8 Goodyear.
Grace & eee épaulements arrondie,

virages

eon. plus sare, la con-

dutte plus précise. L'entollage 3T,
plus réeletant que I'eoier, se moque .
des choos et de |’échauffement pro-

conduits’ eportive.:








‘Sera-t-il fus
Taube? ~~

.”,. Ploits.f



selon.
serait lauteur...







ful, les Sr: 2
ques, les Nazis, les Frang
le martyrisent! 1&-torturen

Dans... ‘TRIPLE CROSSE ou
LE TRIPLE JEU.

Vous suivrez’ “avec, “autant

d’émoi_ que d’effro tae ya -

ts Tantestiques, n

Sto Hite



monde!
Entrée Gdes:

AIRPORT OINE suivant sa
tradition de ne presenter a





































DJANGO

t Whiston




Karate, etc.
LE PROSCRIT
gnole que tous verront et ap-
précieront.

Done le rendez-vous est
4 ATRPORT CINE. le Diman
che 21 juin 4 6 hres 30 et 8
hres 30.

xXx xXx

PARAMOUNT

PARAMOUNT présente
Dimanche 21
a 5 hres, 7 hres et 9 hres p.m.

Une oeuvre tragique dans
son déroulement, sublime par
sun essence, puignante dans
son sujet, violente dans son
action, prodigiease par sa réa
sation!

LES HEROS

NE MEURENT JAMAIS

(Cinémascope - couleurs)

avec Henri SLVA

La plus audacieuse des opé
rations de guerre!

La mission la plus périlleu-
se cueillant la plus fiévreuse
des victuires! .

LES HEROS |
NE MEURENT JAMAIS

Dans le tumulte des mi -
trailles, une poignée d’hom ~
mes vont vivre sous vos yeux
effarés, le drame le plus sau
vage du dernier conflit mon-
dial!

Dans une charge halluci -
nante, ils se lancent imné -
tueusement 4 Vassaut d'une
citadelle perchée dans le si-
jence d'une falaise vertigi -
nense et verticale...

Pourront-ils récupérer le
radar wue Jes nazis détien -

nent dans cette forteresse
plindée???
LES HEROS

NE MEUSRENT TAMAIS

Une oeuvre lourde de fu -
reur et de brutalité !

Le ien puissant articulé de
ces «HEROS» impavides con-
fere plus de savage eran-
deur a cette Fresaue Inferna
Je traversée de bourrasanes
Ge feu. noireie nar la vondre
et. emnoudrée de sang et de
cruauté!

XXKX

DRIVE IN CINE

“LA GANONNIERE
“Pu YANG TSE
‘Robert WISE nons nermet
dans son film CANONNIERE
DU ‘YANG TGE» c’apprécier

le jeu combien nuaincé d’une-

des plus‘populaires vedettes
américaines Steve MAC
QUEEN. , .

En effet durant.3 heures
ahorloge, Stve Mc QUEEN ai
dé‘de John STURVENANT,
William KIERMAN nous fe -
ront vivre une épopée des
plus grands héros que nous
connaissons.

Novs sommes en 1926 en
Chine ‘oft la révolution est en
marche. | Deux miouvements
s’affrontent, l'un communis-
te, Yaitre nationuliste. Ces
deux mdéuvements sont d’ac -
cord pour expulser les étran
gers et les grandes puissan-
ces occidentales qui se sont

- wnies pour éxpioiter la Chine

d’alors divisée, ~’

Les Etats Unis ont la ca -
nonniére du Yang Tse qui pa
trouille dans les eaux chinol-

BE.G8! film combien sé -



5 GACHETTES” DOR" P°"
“Entrée .Gde, 1.00: ° viet

&6h. - 7h, et
LES HEROS”
NE MEURENT®
Entrée s

sae Ge



on ttald -é8pa

x que le DRIVE IN CINE |

b fumills entioral
eeE Ge











imanche a 8-h,







iA

Oe





CINE STADIUM

Samedi (En Permanence)
LUANA FILLE

DE LA JUNGLE

Entrée Gde. 0.60 «

5
ay

Dimanche (En. Permanence)
LE. DETECTIVE

' Eintrée Ge. 1.00



CINE OLYMPIA

Samedi (En Permane:ice)
CQUPE DU MONDE 1962
Entrée Gde, 1.50

Dimanche 4 6 h. 30 et 8 h. 30
CHAMPIONNAT MONDIAL
DE FOOT-BALL 1966

Entrée Gde. 1.50

MONTPARNASSE

Samedi & 6 h. 15 et 8 h.
(Séance unique)
LE CID

Entrée Gde, 1.00
Dimanche a 5 h. et 8 h.

LE CID
Entrée Ge. 1.00



Machines a coudre
«LA MADONA:

Parmi les toutes meilleures
sur place.

En stock avec toutes les pié-
ces détachées aussi pour votre
garantie. .

En vente 4 la TIPCO, Place
Geffrard, .



‘LA CREME
STILLMAN’S’ |

POUR LES TACHES



- bien plus claire

on seulement 4 semaines ¥
MOUTHODE SURB ET. MANS DANGER
Plus de.75 millions de Pots
ont ele-vendus
dans le monde. entier

JAB: BEORET DE BEAUTS dee milltond*
de fomimea dans toutes lea parties du monde
qui.dsajrent une peau plus claire et plug
seldutée reside en la. Creme Stillman’s,
Toraqu'elle ost appliqués. chaque solr, lm
Crame Stillndn's colaircit le teint 6t Youm
donne une compléxion belle et radieune dane
aculement .4 nines, ‘Vous seres 6xoere
yoillée de-la trankformetion opérée ef Yous
gnomes quand Jom parties sombres dispars
aitront peu & peu pour Taire place & une
peau tellement plua olaire ot plus limpides

Yexcellent Savon Stillman’s —
Jeasnyes aussi le Savon Btillman'al Co savom,
Aoux et, delicatoment parfumé nettole et
assouplit In poau. Il est-ideal pour enlever
In Creme Stillman's . . . et est aussi un
Fayon' de Beayt p atrmlchisandy pour a

ep noni -




~Lundi. & 6°H.- et 8 |
anime LOORECH*BORGIA””













légue par Ja Maison HELENA
& votre disposition :

& 100.000 ARTICLES
& QUALITEX.

a Maison YVES MOR.
& FOOD STORE

& CASA POMPADOUR

e «Belle ce soir! Ridée Demain>

eau se joue 4 trente ans...
‘A RUBINSTEIN

Yai POOL YOO IS ES OLY ED OEY 2 LD

2

nediia.6 h..et-8 ‘
SSION. 633 + ks
Mpirée Gdes
‘30
Entrée Gdes. 2.50 et 4.00

\
N



CULT



1

AILLE

CINE UNION
Samedi.a 6 h. 16 et 8 h.
DJANGO PREPARE :
TON CERCUEIL
Entrée Gde. 1.50

Dimanche & 5, - 7 h. et 9 h.
DJANGO PREPARE “
TON CERCUEIL

Entrée: Gde. 1.60



De Luxe Auto Ciné
Samedi 4:7 h, et 9 h.
CHAMPIONNAT MONDIAL
DE FOOT-BALL 1966
Entrée $ 1.50 par voiture

Dimanche & 6 h. 45 et 9 h.
,LES SOULIERS

‘DE SAINT - PIERRE

“Entrée; $ 0.60 ‘par personne
Lundi' & 7 hy et 9 -h:

LA CHEVAUCHEE

VERS SANTA-CRUZ_
Entrée. 1 dollar par voiture



CINE ELDORADO
Samedi @ 6 h. et 8 bh, 15 :
-En lére Partie’: .
SHUPA'— SHUPA
En 2éme Partie :

LE DETECTIVE
Entrée Gdes. 1.56 et 3.00

Dimanche a 5, 7, et 9
BULLIT
Entrée Gdes. 2.50 et .4.00



ETOILE CINE
Samedi & 6 h. 30 et 8 h. 30
LA PRISONNIERE
DU DESERT :
Entrée Gdes. 1.50 ét 2,50

’ Dimanche & 6 h. 30 et 8 h. 30°

L‘ETRANGLEUR
DE BOSTON
Entrée Gdes. 2.06 et 3.00

aa

“HOh- 7b. et 9h,
L

AUDITORIUM














Samedi 67h. tt &his
En’ lére Parti ; 15

Entrée one
“Dimanche & 10 bh. AM:
GRINGO JOUE ET GAG

. Entrée. Gde. 0.50 we




El PRIPLE! JEU
*Tontf a 6'h. @
UN. HOMME: POUR



Samedi & 6 h. 30 et 8 h,
TARZAN ET LA
GHASSERESSE |:
‘Entrée Gde.- 0:60 et 1.00

po

Dimanche & 6 h. 80 et 8 h 30
. . 80

DJANGO LE PROSGCRIT

Entrée Gdes. 1.50 et 2.50

Lundi 22 Juin 1970 et i

guna 2 et Mardi
. ‘SALLE EN LOG

Entrée Libre ATION

a



CINE PALACE

Samedi a 6 h. et 8 h. 15°
LES REVOLTES

DE TOLEDE

Entrée Gde. 1.00

Dimanche A 6h. et 8h.
FILS DE L’AIGLE NOIR
-Entrée Gees. 1.50, 2.00 et 2.50

Lundi & 6 h. 15 et 8 h. 15
LE DIABOLIQUE Dr. Z
Entrée Gde. 1.00

\,
N

MAGIC CINE

Samedi a 6 h, 15 te 8 h. 15
En lére Partie :

. LES LEGENDAIRES
DE DELMAS -
En 2éme Partie :
QUAND LES COLTS
SONNENT LE GLAS
Entrée Gdes. 1.20 et 2.50

Dimanche & 3, 5, 7, ‘
QUAND Ls coLrs)
SONNENT LE GLAS

ntrée & Sh. — Gd
abh-7Theoh
Gdes. 2.50 et 4.00
Lundi & 6 h. 15

séance unique

5000 DOLLARS SUR L’AS
Entrée Gdes. 1.20 et 2.50

CINE SENEGAL ©

Samedi & 6 h. 1Bvet & h. 15
‘En lére Partie :
LES LOUPS NOIRS





’ En 2éme Partie :

LE CARNAVAL
DES. TRUANDS
Entrée Gdes. 1.20 et 2.00

Dimanche 4 8 h. ©

séance populaire pour enfants
PEYROLL LE BOUCANIER

Entrée Gde. 0.60 et 1.00

abdbh-7h et 9h. ‘
_ LE RENARD
Entrée Gdes. 2.00 et 2.50

Lundi @ 6 h. 15 te 8 h. 15
STEVE A TOI DE CREVER
Entrée Gde. 0.60 et 1.00

CHS ,
EMA IKAKNIN WMI IOIOIOIOI III IRENE HINTON IMIS IOI IICK

Les Productions

Artistiques

René Marini

PRESENTENT A

Cabane Choucoune

Samedi 20 Juin 1970

BERNARDA ESTEVES
La grande vedette de la chanson Espagnole
qui vient de remporter un énorme succés lors de
son passage @ San Juan de Porto-Rico, accom-
pagnée des dangeurs MILKA & HOBEL.
Un trés grand spectacle @ ne pas manquer a

a id

_CABANE CHOUCOUNE

Choe Publicité



>

AVEC

gates)

EN BOULETTES

- QUEL OVE SOIT




GIBBONS

“Se Rat



LA

Mort au Rats

AL PERIRA |










POLITIQUE

a

ETRANGERE,

Quand, au Kremlin, 1

a
moijié des membres du .Po-
litburo se portent malades,

on peut se demander: cette:

maladie est-elle réelle, ou
leur a-t-eue été «prescri-
te>? Quand, ill y a peu de
temps, !e secrétaire général
du PC sovietique,’ Leonid
Brejnev, se renait a Buda-
pest par ie train, le Presi-
dent du Conseil Kossyguine
‘et les membres du_Poupburo
Souslov, Cnelepine; Peicne,
Chelest et Polianski n’é-
talent pas venus iui souhai-
ter bon voyage. Mais on re-
Marqua qu’iis avaient été

rempiacés par un grand nom .

bre d’officiers et de fonction
nares de la police de sécu-
rité,

En méme temps, on an-
nonga que le chef de lEtat
soviétique, Nikolai Podgorny
ne se rendrait pas au Ja-
pon: il était malade. Le lea
der des syndicats, Chelepi-
ne, était alité; le président
du Conseil, Kossyguine, é-
tait obligé d’annuler ses ren
dez-vous. On murmure que
Souslov, Vidéologue, souffre
de tuberculose. Polianski, un
autre membre du Politburo, ,
est bien en peine de présen
ter une feuille de maladie: °
cela fait des semaines que
lon ne Va pas vu.-

Par contre, Leonid Brej-
nev resplendit de santé et
de bonne humeur. A Buda-
pest, a occasion du vingt-
cinquiéme anniversaire de
ja hibération de la Hongrie,
il a souligné une fois de plus
la validité de la doctrine
Brejnev, ajoutant qu'il n’y
avait pas de place pour des
intéréts nationaux, & cdté de
Vidée internationaliste du
socialisme. Quasi simultané
ment, le maréchal Jakou-
povski, haut - commandant
des troupes du Pacte de Var
sovie, a insisté sur le fait
qu’il ne pouvait y avoir dé
défense nationale, mais Dien
une défense internationale
commune du socialisme.

Les rapports de Brejnev
avec les généraux sont bien
connus. En ce moment, on
a Vimpression que le secré-
taire général du parti com-
muniste soviétique a exploi-
té la crise de l’économie so
viétique pour se débarras-
ser de ses adversaires et de
ses rivaux. Il y a quéiques
semaines, on annon¢ca sous
le manteau que dans une
lettre, les membres du Polit
puro Chelepine, Souslov, Ma
sourovy et Polianski avaient
violemment critiqué Véchec
de la politique économique.
Entre-temps, la co. ion.
de VEconomie de YONU a
confirmé que le taux d’ac -
croissement de économique
soviétique a regressé Van-
née derniére. A la réunion
pléniére du comité central
de Moscou, en décembre der
‘nier, on avait déja parlé de
grosses lacunes et de graves
erreurs commises dans le do
maine économique. A l’épo-
que, Brejnev avai accusé les
haut-fonctionnaires de l’éco
nomie d’étre responsables de
cet état de choses. Dans une
lettre adressée aux diri -
geants soviétiques par _le
physicien Sacharov et This-

‘Spi teeyatteeatteayttnyetttyyttneattnyettnertty

anstenttyyn tty ansguttaquttynttenttrentrynt tan ttgqnnte tage















































IRIGEANTS SOVIETIQUES, SON:

torien Medvedjev, on peut li -

re que Yaccroissement du re
venu public est compromis,
que l’on voit apparaitre les
symptémes d'une inflation
et que la productivité bais-
se.

Tandis que Sacharov et
Medvedjev considérent que
ja ‘démocratisation pourrait
régoudre les problemes sovié
tiques, Brejnev est un parti
san notoire de la durete. De
puis des années, allié aux
fonctionnaires du parti et
aux. généraux, Brejnev, mé-
ne une lutte impitoyable
contre les fonctionnaires de
Yéconomie et les technocra-
tes. La réforme économique
prévue n’a jamais pu étre
réalisée, parce qu'elle a été
sabotée par des fonctionnai
res néo-stalinistes. Hya
quelques jours, la «Pravda»
a confirmé qu'il n’était pas
question de réformes sur le
modéle yougoslave ou sur
Yancien modéle tchécoslova-
que. Lénine déja s’était pro-
moncé pour la centralisa -
tion a outrance et contre
Yautonomie des diverses en-
treprises, ajoute le journal
soviétique.

C’est visiblement lopinion
de Brejnev. En fin de comp
te, c'est lui le
de l’invasion de la Tchécos
lovaquie, de la publication
de la doctrine qui porte son
nom et de la vague de néo-
stalinisme qui s’étend. Mais
un néo - stalinisme_ n'est
rien sans un néo-Staline, et
tout porte & croire que Brej
nev brigue cet honneur dou
teux.

Si Brejnev veut atteindre
son objectif, il lui faut élimi
ner les rivaux gui pour-
raient lui faire concurren -.
ce. Il ne s’agit pas du prést-
dent du Conseil Kossyguine,
dont J’influence sur le dérou
lement des choses ne sem-
ple plus étre trés grande. Il





Chers clients,

pas™ des“ fo
naires de l’économie q

responsable -





ne: s’agl ;

ui met
tent en doute Ja priorité.de
la politique. Le seul concur-
rent valable de Brejnev est
actuellement Chelepine —

et il semble que le leader des



Le Roi Hussein (en haut)
de Jordanie et Nasser Ara
fat (en bas) leader des
guerrilleros Al-Fatah an-
noncent & la suite d'un
meeting au Palais de-Hus
sein Al Amman gu’ils sont
arrivés & un accord sur le
cessez le feu entre leurs
forces.

ANTILLEAN DUTCH AIRLINES

Nous avons Vavantage de vous annoncer le nouvel itinéraire dela ALM
ANTHLEAN DUTCH AIRLINES

MERCREDI — LM 978
Miami Dp: .5.55.pm
P-quw-Pce Ar: 640 pm
P-awPce Dp: 7.15 pm
‘Aruba Ar: 9.30 pm
‘Aruba Dp: 10.00 pm
Guragao ‘Ar: 10.25 pm
JEUDI — LM 977
Curacao Dp: 9.05 pm
Aruba Ar: 930 am
‘Aruba Dp: 10.00 am
PeawPce Ar: 1015 am
P-awPce Dp: 1050 am.
Miami ‘Ar: 12.35 am

‘Au 1377 Ruelle Carlstroem

Pour toutes autres informations voyez votre

2p







a tout réservé pour.
LUtile et PAgréable

jutter contre Brejnev.. .

Chelepine, déchu de son
poste de « me. de 1’Etat» en 1967 et nom
mé ‘chef des syndicats, un
poste peu important 4 pre-
miére vue, s'est allié’ avec
Souslov — paraijt - il, du
moins -—- pour protester con
tre intervention en Tche-
coslovaquie. Ancien chef de
la police secréte, il connait
les points faibles de l’empi-
ye soviétique. Dans les der~
niers temps, de nombreux
imprimés, lettres de protes-
tation contre le régime et
journaux oppositionnels sor-
tent en fraude d’Union so-~

. yiétique. Il faut se deman-

der si certains fonctionnal-
res de la police secréte s80~-
viétique n’utilisent pas ces
écrits pour influer sur les

dissensions internes.
.-

Dans le dernier numéro
de «Politik», ’'un des orga~
nes du PC soviétique, on dé
clare la guerre & tous ceux
qui tenteraient d’instaurer
la liberté de presse et de réu
nion. La liberté de presse,
écrit «Politik», n’était” dutre
que la propagande contre-révolu-
tionnaire».

Le sort qui a touché les ré
formateurs tchécoslovaques
n’épargnera. pas les. réforma
teurs soviétiques. Le nou-

veau Staline est «ad portas?. *

Comme lie veut. ]’épaque, il

porte un complet sur’mesu-.

re et une cravate: un mini-

Staline, en comparaison de_
cest un,

son modéle., Mais
homme qui veut revalori-
ser les idées professées sous
Staline. C’est le seul;moyen

de maintenir un régime qui.

n'est pas disposé a se livrer
a des réformes. /
Carl Gustaf Strohm

(Christ Und Welt, 10 avril
1970). ;






agence de voyage.

i





faire plasir 4 Papa
rere eng

‘Port-au-Prince, Haiti WI.

YACHT § PUIS
ONDE MAIN,



REFLEXIONS A PROPOS DE

On diggute beaucoup sur
Yorganisation des écoles,
sur ies écoles intégrées (en-
seignement court et long
sous un méme toit), sur les
‘ classes ou les cours. C’est u-
ne bonne chose certes que
ces problémes intéressent
Vopinion publique. Mais
y a aussi le revers de la mé-
daille: & force de parler des
formes que doivent prendre
les écoles, on en oublie de
réfiéchir sur leur fonction.

Nombre de parents trou-
veront qu'il n’y a pas lieu de
s'interroger longtemps 1a-
dessus car la réponse leur
parait évidente : les écoles
doivent préparer les enfants
& vivre dans notre société,
a résoudre les préblémes de
Vexisterice en général et a
entrer dans la vie profes-
sionnelle. Mais ces formules
restent vides de sens tant
qu’elles ne s’appuient pas
sur des conceptions réalisa-
bles.

Reste a savoir justement
si les conceptions actuel-
les sont valables. Les minis-
tres de l’Education ont ré-
pondu 4 cette question par
ja négative 4 leur conféren
ce, début octobre. Tis ont dé
cidé de faire plusieurs
quétes sur la teneur et les
objectifs de l’enseignement.

On se reportera utilement 4 .

ce propos &4-deux ouvrages
de Hartmut von Hentig qui
expose le résultat de. ses re
cherches.

Hartmut von Hentig prend
la société comme point de
départ de ses réflexions. Il
se distingue en cela de la
plupart des anciens pédago-
gues. Sil accorde une telle



\





Ine

[,. ELEES NOUS ONTS
‘ISECOUES... SORTIS::





FQUELLES ¥
MAINS 2?



importance 4 la _ société,
c’est parce qu’elle a été long
temps négligée dans la péda
gogie. Dans un monde _sta-
ble, écrit-il, le réle de l’éco-
le consistait 4 transmettre
les expériences acquises au
cours des époques précéderi-
tes. Dans un monde en perpé
tuel changement, la wans-
mission d’un savoir basé sur
les condifions qui régnaient
dans le passé n’a plus au~
tant de valeur.

Conséquence. [1 est tout
aussi important aujourd‘hul
d’enseigner les textes aux-'
quels se reféraient les géné-
rations précédentes que de
soumettre les jeunes .& un
entrainement spécial qui Ies
rende capables d’analyser
leur environnement de ma-
niére systématique, de soute
nir des discussions, de révi-
ser leurs propres : pinions et
@accepter Vavis d’autrui.

Le monde du travail est

en perpétuel devenir. Le mé ,

tier que l’on exerce toute sa
vie est de plus en plus rare
et le rapide développement
de Vindustrie réclame de
Yhomme moderne la faculté
de changer deux ou trois
fois d’activité professionnel-

ro

WATE-ON

Vous étes maigre ?
— Voici un nouveau moyen
facile pouvant contribuer
A mettre rapidement des LI
VRES et des POUCES de
chair ferme:

Le merveilleux
WATE-ON.

TIPCO, Distributeur

Place Geffrard.

yrttyntgn tuna ypttee

nouveau

ri biteoheliabasehtassAlasbiaiastais SDR SoaL

ll ree os

& AAVONNEMENT

FAIT MAIGRIR par éiminatjon de.
*, Sines. /-
NNE et7RAF.

‘te. Méme~les écoles profes-
sionHelles ne sont plus en
mesure de préparer les jeu-
nes 4 toutes les taches qui
les attendent. On compte
20.000° genres d’occupations
professionnelies dans l'in-
dustrie, le commerce. et les
transports, contre 350 seule
ment dans le secteur de l’en
seignement et 100 seulement
dans celui de l’enseigne-
ment professionnel. :

’ Conséquence. 1) faudrait
surtout développer les fa-
cultés d’adaptation ef de mo
bilité intellecuelle; les élé-
ves doivent non seulement
apprendre une matiére par-
ticuliére mais aussi les tech
niques de
-CÂ¥st, le sel en de sur-
monter plus tar les diffi-
cultés que pose. la reconver
sion et devant lesquelles
tant de travailleurs plus 4-
gés échouent.

Il faut non seulement que
les jeunes apprennent a
comprendre le monde dans
lequel ils vivent, 4 affron-
ter -les conflits, contraintes,
luttes pour le pouvoir qu’im

plique aujourd’hui lexisten- .

ce mais aussi a sauvegar-
-der au maximum leur liber-
té personnelle. L’école d’au-
jourd’hui ne répond absolu-
ment pas & toutes ces exi-
gences; elle met les enfants
a Vabri des réalités de l’e-
xistence et les fait vivre
dans un univers idéal, qu’
fis doivent quitter pour (la
formule est révélatrice) «fai
re leur entrée» dans la vie
professionnelle.

Conséquence: La salle doit
devenir un lieu d’apprentis-
sage de la vie réelle, ot: les
enfants font 1l’expérience
de l’autorité
exercée par une minorité,
ow ils assistent 4 la naissan
ce de personnalités qui ont
le don du commandement a
vec toutes les conséquen-
ces que cela implique; |’éco
Je doit &tre un lien ot l'on

lapprentissage. ~

lorsqu’elle est-



Iln’y a plus de métiers que l'on
xercer toute sa vie

DEUX OUVRAGES SUR LA PEDAGOGIE MODERNE

ne minimise pas l’importan-
ce des problémes qui se po-

. Sent 4 Vextérieur mais ow
on discute au contraire sur

ces\problémes.

Reste & savoir comment
concilier ces exigences ‘avec
la. nécessité de protéger d’u-
ne certaine maniére aussi
les enfangs (du moins lors-
qwils sont encore trés jeu-
nes). On ignore également
comment mettre certaines
d’entre elles en pratique. Ce
west du reste pas un repro
che. Notre société est si com
pliquée qu'il est impossible
a un individu de concevoir
un systéme pédagogique qui
soit parfait. L’ére des grands
pédagogues qui ont marqué
tout une époque est révolue.
Le travail d’équipe est deve
nu aussi indispensable dans
le domaine pédagogique qu’

-t1 Pest pour la science et la

technique. ;

Un mot encore 4 propos
des ouvrages de Hentig: les
lecteurs qui. s‘intéressent
surtout 4 Vauteur feraient
pien de lire «Spielraum und
_Ernstfall>, un recueil d’arti
cles sur des problémes péda
gogiques parus dans diver-
ses publications. Ceux qui
désirent plus spécialement
s’informer sur ila situation
de Vécole dans la civilisa-
tion industrielle pourront
lire « Systemzwang. und
Selbstbestimmung >.

Rainer Hagen
Deutsches Allgemeines -
Soontagsblatt, 29 mars
1970)



Messe de prise
de Deuil

Une Messe de Prise de
Deluil sera chautée le lundl
22 juin 4 6 heures 30 en l’E
glise Ste Anne a la memoire
de la regrettée Marcelle Dor-
lette.

Cette annonce tient leu
dinvitatiop aux parents et
amis. ,



8

a

POUR TRAITEMENTS MEDICAUX ET ESTHETIQUES :

CELLULITE, RHUMATISME, QBESITE, LUMB8AGO, AR
DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQUES, CONSTIPATION, f.
TROUBLES CIRCULATOIRES, ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, elc...

‘MASSOCHO ects igue

EST SUPERIEUR PARCE QU’A TRIPLE EFFET

tit

UINFRA-ROU

@ ACTION do MASSAGE
@ DEGAGEMENT de CHAL










superflues cles











2





MASSOCHO FAIT MAIGRIR

<—& =



ERMIT par

eles échanges nutritifs.
Een abaissant la tension

/ / over,
ssocho wiilise cisyinble 3 moyens thérgpeutiques
4 LE MASSAGE
LA CHALEUR
/VIRRADIATIO

ET ACTIVE KA CIRCULATION DU SANG

on obtient -;

/ Avec * MASSOCHOF”
AMAIGRISSEMENT RAPIDE
DESINTOXICATION TOTALE

-DE ENTE | MEDIATE

~~ . . “
L'APPAREIL COMPLET / 120-130 ‘Volt
SS GARANTI UN AN Vane) 3-600 *

320-230 Volts

: / « MASSOCHO " est une PRODUCTION :
MApICAL INSTRUMEIN

12, Chaussde d‘Antin, PARIS
mendé contre 2 timbres - ot































Une: vue partielle des. ruines d’Angkor. Vat le tempie caibodgie. nsitueé a environ

150 ‘rifles au Nord-Est de Phom Penh, menacé par la guerre.



_ ment induit le public en -er-
_reur sur le résuitat qui serti

LONDRES (AFP) — ~-

La premiere 1egon a tirer
de ces erections est que ies
électeurs ont ta Memolre
plus songue qu’on ne 1€ pen
salt generalement, estume

aujouru nul le Financial ‘11--

mes. :

La longue période pen-
dant laqueie le labour a été
empourpe cans les aifficul-
tes economuques, dont au
moins certames par sa Pro-
pre laute na pas éte ella-
cee aes esprits par quelques
mois ae buan positit ue la
balance des paiements ou
de rapide hausse intiatio-
niste ues Saiaires, précise le
quowaen economique et fi
nancier.

Seconde legon, que, selon
le Financial ‘limes, les Gou-
vernements ne sont pas
prets d’oublier qu’un nom-
bre décisif d’électeurs a res
senti le besoin d'un pro-
gramme & long terme, et m
me s‘ils ne partagent pas
toutes les idées avancées par
les conservateurs, ils ont été

assez nombreux é reconnail ,

tre que le labour était ma-
nifestement pauvre en pro-
jets. Pour le journal, cette
réaction est réconfortante
pour l’avenir de la vie poli-
tique en Grande Bretagne.

Elie constitue en outre un
\ déementi,. un de plus, aux
sondages qui 4 certains mo-
ments de la campagne sem
biaient laisser apparaitre
qu’aucun sujet navait et ne
pouvait avoir @impact sur
Vopinion.

Aussi, pour ie Financial
Times, ia grande force de M.
Heath a été de croire que si
les probleémes en suspens cl
les politiques destinées 4 les
résouare étaient carrément
présentes 4 l’électorat, ce -
jui-ci répondrait favorable
ment. Au contraire, M. Wil-
son pensait a l’évidence que
tous ceux qui avaient déser-
té le labour en temps de cri
se économique tui revien-
draient automatiquement u-
ne fois la balance des paie
ments rééquilibrée, con -
fiants dans la nouvelle assu
rance que les chiffres du
commerce ' extérieur don-
naient & M. Wilson.

Troisiéme et derniére le-
con que tire le Financial Ti
mes: Les spécialistes électo
raux et autres
sondage n’ont pas

.

simple-

SLICE TICES FIOET EMOOR I IOL SIE HCE RIOR SIE SOLE SEE SIE OE BIG

\





Q
<
g
t

& A PETION VILLE

Cat

8
om

+

as
C2

Ete

ow





{)
ry
¢
A

a
"



r
*

*
wy}

p
b)

A
ry

instituts de |

; A PORT-AU-?RINCE Mme

rait des urnes. I est presque
certain qu’ils ont détermi-
né le choix de la date des é~
lections, et le style de la
campagne adopté par M.
Wilson.

Méme son ce cloche de la
part du Day Telegraph
(Conservateur) qui souligne
que dans la pius présidentiel
le des campagnes,i‘énergie de
tous les instants de M.
Heath, ses pressants appels
au changement, ses mises
en garge devant les dangers
futurs¥ont été préférés par
les électeurs A la complai-
sance sans grandeur et sans
horizon de M. Wilson.

Envisageant l'avenir du
Gouvernement Heath, le
Daily Telegraph estime que





le nouveau.Premier Minis-~
de réaliser les idées auxquel
les il croit fermement, mé-
me si sa majorité est fai-
ble. En particulier, il pour-
rait favoriser la croissance
économique, qu’on ne con-
nait pratiquement pas de-
puis des années.

Il soutiendra ses seconds
qui croient a l’esprit de con
currence et & une refonte ra
dicale des structures fisca-
es.

_ Entin, écrit le Daily Tele-
graph, sur le probléme su-
préme de l'Europe, il fera
tout son possible comme en
1962-1963 pour obtenir des
conditions justes & la Gran
de Bretagne qui reste ur
pays de premiére importan-
ce.



| ACHETEZ AUJOURD’HUI
- LA MONTRE DE DEMAIN

FORTIS



La premiére montre automatique
fabriquée dans le monde est en
vente a Vhorlogerie - bijouterie

E. BERTHOLD

33, Rue des Miracles,



AVIS

Lalue

Coles’ Market

Lalue

Boulangerie St-Mare 3

Ave Jn Jacques Dessalines

Maison. Rigaud

‘Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute Delmas: -

Luce Chatelain |

Rue Toussaint Lonvérture’ ea



ag

NE SNE SOOT Si aes 40°

t

hes Projas H AM P C O peuvent etre ach et é ib ~

aux adresses suivantes

. Robert Gaetjens



>

t

ee

oH
Â¥

ee




EON ON oe Oh se



is

‘per ectian. De membreuse

oe: 4 DUS~ -- @une minute 4
tre deyrait’.étre. en mesure’ chevelue: ie








. "q
plus,

ches Go! e mines
ACIS

’ yeux européens, son ‘prix.est ¥

~ panties enti@res & partir de J



présent, jai Vintention de:
: une pi que entie-:



re.Pour des femimes qui tra!

vaillent, qui doivent présen-'
ter, uhe‘telle-colffure de se-)

dispensable». La!





crn tte d 4
icine etre colftées a la:

“autres Altemandes; sont de:
son avis. ;
be -nem-
rivé a@une expression grec-
que signifiant «tromperie>.






aigveux se! nt
la téte quand ils entendent
parier de cette tromperie



Pautge;une belle» brune se
transtorme en ‘blendinette,
une garcgonne devient une
vamp. -Les armoires de ma-
dame récélent bien des sur
prises : perruques de vilie,
perruques de soirée, posti-
ches, fausses méches, accro
che-coeur chignons, tresses
et queues de cheval.

La coiffure de secours de
madame a dillustres ance-
tres. Il parait que Cléopa-
tre posseaait une centaine
de perruques. Parmi ia nau-
te volée de empire romain,
il était d’usage de se parer
des nattes blondes des es-
claves germains. A présent,
les Aflemands se ¢nt ae
poucles venant d’Hurope mé
ridionale — une revanche
chevelue et inoffensive. Ei
avec une franchise inconce-
vable il y a quelyues années
encore, nous avouons libre-
ment que nous portons les
cheveux d’une ou de plu-
sieurs autres.

En son temps, Louis XIV,
le Roi Soleil, dépensait un
bon millier d’écus pour une
perruque poudrée. De nos
jours, pour une perruque Ge
qualité supérieure, faite a la
main, ces dames paient en-
tre 900 et 1.700 marks. Faite
a la main: on fixe trois ou
quatre cheveux a la fois sur
un tissu. de gaze. La gaz
joue le réle de la peau du

erfne, les cheveux « bent> comme s'‘ils étaient
vrais

Une perruque faite 4 la
machine est bien moins ché
re. Les cheveux sont cou-
sus sur ruban. Une usine al-
lemande, a mis au point une
machine qui, 4 la vitesse de
3.000 points 4 la minute, per
met de confectionner des
perruques en un temps-re
cord. Une fois le ruban en-
roulé en escargot, on a Vim
pression qu'il s‘agit d’une
perruque cousue main. D’ail
Jers, les perruqnes faites &
la machine se portent aussi
bien que les autres. Mais il
existe des dames ‘;qui! préfé-.
rent un modéle. #1 Dior'qu:
de Balmain a une copie dix ©
fois moins chére. Ces posti-
ches en escargot cotitent en
viron 200 marks.

Est-ce trop demander,
pour une perruque oy,,pour
un postiche en dhevaat Seu: *!
rope? Pour les . — ce sont les ‘gens a a
briquent des weg a

Il devient de plus en plus
difficile de se procurer la
«marchandise» voulue. Les




feentés qu’i ‘5%
98%

n ‘Asie, aurtout dey
urd. Les cheveux asiati- ¢
ues” ‘sont, plus riches;. -de
il favitise ‘livrer a..diver ¢






ses opérations avant que la'¥
«marchandise» soit & méme %
de prendre la couleur blon- 4
de ou ch&tain des citoyen~ %
nes dela République fédéra #
i v4
VOR : t- i
teint pas la qualité de ¢dél- %
Jes pul sont faites .de che- %




“pien moindre: les grands J
magasins vendent des per-Â¥





70 marks.
4. aan

sae

- tesques. ‘Un exemple:..
» entreprise établié & Dussel- |
, dorf a venhdu en 1965 pour
* 81.000 marks de cheveux chi









ney
% au ¥
Festant pro-,.&



PERRUQ

Boa

' me*finance un ‘marché qui

prend des ‘proportions gigan
une

nois & dés usines alleman-:
des. En 1967, ce chiffre se
montait & plus de cing mil-
lions de marks. Une compa
raison: la méme maison a
vendu en 1969 pour quatre
milliards de marks de che-
veux aux USA. ‘Souvent, la
natte asiatique effectue un
trajet bien. compliqué avant
datterrir sur la téte de la
Gretchen allemande. Lés Co
réens, par exemple, impor-
tent des cheveux du Japon,
ces cheveux, les Japonais

. les ont fait venir de Chine,

et ont livré en contrepartie
des machines. En 1969, la
plus grande en-

porté . pour 20 millions de
marks de cheveux dans le

. Les Bandes Dessinées du « Nouvelliste »

Blondie |

| ‘BT POSTICHES. CO!

_bles. Les .chéveux

treprise coréenne a ex.



vf

galement a découvert cha-
que ‘année cette possibilité:

. @He-exporte par mois:30 a
40. tonnes. de cette précieu-
se marchandise,
‘Kong, on paie’

marks pour des‘:méches ‘ma-
pnifiques,. lorigues' de’ 50. cen

4. -Honv

‘timeétres,

Mais les prix vont tomber,
“parait-il: Tl vexiste déja des

perruques & bon marché ——
mais les cheveux sont‘arti-
ficiels. Les efforts de l'in-.
dustrie des fibres synthéti-
ques. se sontavérés renta-
h d’éprou-
vette se distinguent 4 pei-
ne des «vrais», et 4 la lon-
gue, ils les remplaceront cer
tainement. Pour un profa-
ne, il est difficile de distin
guer une perruque synthéti
que d’un postiche authentl-
que. Méme pour un spécialis
te, il est difficile de pronon
cer un jugement, affirment
les maisons dans leurs pros-.

monde entier. L’Indonésie € pectus. Dans-les grands me- bre n’est pas

NAISSENT UNE VOGUE. SANS PRECEDENT

jusqu’a 80



gasins, les perruques ‘synthé
tiques ne dépassent guérd
les 50 marks. oot

- A la Foire ‘de printemps:

e Francfort, les pertuques
& la shippie» ‘ont fait fu-
“yeur. Elles proviennent ‘sur-
‘tout de Hong Kong. leur
prix abordable et leur quali-

té en-ont fait l'article le .

-plus demandé’. parmi ceux
qu’exporte l’ancienne — colo-
nie anglaise. Tl existe un ma
gasin? & Hambourg, le «Pust
shop», qui livre des perru-
ques de ce genre, naturelles
ou artificielles, & des prix os
cillant entre 50 et 100 marks
“Ti existe des hommes dont
on dit poliment’ qu’ils ont le
«front dégagé» et chez les-
, quels ce «dégagement» ne
s‘arréte ‘pas trés loin de la
muque, Ceértes, les statisti-
ques prétendent qu’un- Alle-
mand sur cent, seulement
est chauve; un grand nom-
loin de létre,

4

REO Nan nay ae
Py

<4 OU, POUR LE MELANGER

cependant. Un postiche pa-
‘Taittout indiqué. Collé-sur

la partie che pudiquement les premié _-
res’ annonces de l’4ge. On -
«peut méme ie porter la nuit,
au lit.-Les postiches pour
hommes sont faits sur-mesu
re, ét ils coftent entre 200
et 700 marks. Leur couleur
est exactement celle’ de la
couronne de cheveux qui res
te vers larriére de la téte.
Ce marché est, relativement
jeune. 5% seulément de. tous
les postiches atterrissent sur
une téte d’homme. Mais, d’a
prés ce que prétendent les
représentants — de }la bran-
che, dans cing ans au plus
tard, ces messieurs auront
découvert que pauvreté de
cheveux est’ effectivement
vice, et me craindront plus
de se parer des plumes du
paon.. .

(Handelsblatt, ler avril 70)







wi . Robert F. Jordan

~

Nouvel Attaché culturel & vAmbassade des USA.



SORA WIMIIOW

RENE COLES

| LALUE No. 180



e Champien du beau vé
tement annonce & ceux qui
partent pour Europe, les
USA ou le Canada, qu'il est
revenu du Canada et des
Etats Unis avec une techni
que moderne et sdare, qu’il
est en outre le Seul capa-
bie de confectionner un
manteau d’Hiver qui soit a
ja mode dans les. différen-
tes Capitales du monde. _

Ils treuveront également





Avis de formation

DE SOCIETE

D’un acte de Société sous
seing privé, en date du 2 mai
1970, enregistré et déposé au
Département du Commerce
il est extrait ce qui. suit:

lo — Entre Monsieur Jean
L. Liautaud, propriétaire, de
meurant et domicilié & Port-
au-Prince, identifié au No.
9929-A, et Messieurs Harvey
Sonner, identifié au No. 724 -
-SS, Lou Sonner, identifié au
No. 725-SS et Martin Sonner,
identifié au No. 726-SS, tous
trois propriétaires demeu-
rant et domiciliés 4 Brooklyn

- New York, en transit 4 Port-

au-Prince, il est formé une
Société en nom Collectif sous
ia raison sociale LIAUTAUD,
SONNER & COMPAGNY et
la dénomination commercia
je HAYTIAN ELECTRONICS,
dont le siége social est & Port
au-Prince. ’
_ 2, — Liobjet de la Société
est la création et lVexploita-
tion d’ateliers de montage
et de finissage pour l’expor-
tation de piéces, circuits é-
lectroniques et électriques,
etc. etc.
- 80. — Le capital de la So-
ciété est de MILLE DOLLARS
{$ 1,000.00), constitué par
Yapport égal de chacun des
quatre associés. :

40. — Seuls Messieurs Jean
L. Liautaud et Harvey Son-
ner ont conjointement la si-
gnature sociale.

50. — La séciété a une du-
‘ée illimitée et a commencé
a fonctidnner 4 partir du 2

des costumes et des panta- mai 1970.

lons et un choix judicleux
de tissus pour les élégants
qui préférent la coupe sur
mesure.

S.A. FL ¢. 0.

Un nom dans ’Economie du pays ,
Plas de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant ala
revalorisation de la vie paysamne .

Des mittiers de bras haifiens gagnest chaque jour
la bataille ée la production

§ARLCO.

Un million de sacs de Sisal au service de la Nation Haitienne

ee . ca
Sad

*








Jue Industrie Nationale au service de la Nation Haitienne

F.1.C. 0.





a f
g
A RECO

ye








POUR EXTRAIT
CONFORME X
Jean L. LIAUTAUD
Harvey SONNER -
Lou SONNER
Martin SONNER

Joly Garden
AVIS

La Directrice de l’Ecole ly Garden» avise les narents
quelle ost t-ujuurs 4 leurs
dispositions pour ]’'inscription
de leurs enfants au local de
1 établissement sis 2 Avenue
Boyer’ No 13 en face des
seeurs du Sacré - €@ cr.

Tous Jes jours de 8h a.m. &
midi. ,

Enfants de 2 a 6 ans.

Mme. Yvan DESINOR



AVIS \
A, VENDRE POUR CAUSE
DE DEPART

Une collection de la Revue
Historia (No. 2 au No. 278)
S’adresser au Journal.



Antoine Théano
hospitalisé

Nous faisous des voeux de
plompt rétablissement & Mr.
Antoine Théano, qui de-
puis quelques jours se trouve
hospitalisé & l’Hépital de ’U

_ niversité d'Etat.

‘De dévoués ot compétenits
Médecins sont au chevet, de-.
p.fidele abonné.







_BRESIL-ITALIE

Une finale pas comme
Tes autres’

MEXICO, (AFP)
(Des envoyés spéciaux de
AFP),

C’est par une finale pas
comme les autres que pren-
dra fin, dimanche, le 9éme
Championnat du Monde de
foot-ball.

Pour la premiére fots, en
effet, elle mettra en présen-
ce deux équipes qui comptent
déja deux succés chacune
L'Italie (1934 et 1938) et le
Brésil (1958 et 1962). Les
deux adversaires prétendent
en outre s’adjuger 4 titre dé
finitif, grace a une troisié-
me victoire, la petite stutuet
te d’or quest la Coupe Jules
Rimet.

De plus, ce sera la troisié-
me fois qu’une Finale direc-~
te tranchera une question
de suprématie entre le Foot-
ball Sud-américain et Euro-
peen et ce sera également la
troisiéme fois quil appar-
tiendra au Brésil de repré-
senter le Foot-ball Latino-a

méricain aprés des succés de.

1958 sur la Suéde (5/2) et de
1962 sur la Tchécoslovaquie
(3/1).

Un homme aura participé 4
deux de (1958 et 1970) ces
trois finales, Edson Arantes
plus. connu sous
le nom de Pélé. Celui-ci n’a-
vait pu participer au succés
de 1962 4 Santiago, car il a-
vait été blessé en 8éme de fi
nale devant la Tchécoslova-
quie et ainst remplacé par
Amarildo. Un autre, Mario
Lobo Zagalo, aura pris part
comme joueur aux deux pre
mié@res et participera intensé
ment a la troisiéme puisqu’il
est maintenant Jentraineur
présilien.

Ces données ajoutent en-
core 4 l’attrait de cette fina
le 1970 qui, en raison de l’e-
clat particulier des équipes
brésilienne et italienne, pro
met, de toute facon d’étre
une des meilleures.

Mais l’issue de cette con-
frontation au sommet est in-
certaine. Tostao précisait a
ce sujet : dans un match 4
ce niveau-la, tout est possible.
Je croyais Véquipe d’Italie
surtout rédoutable par sa dé
fense, mais les derniers ré-
sultats prouvent le contrai-
re: quatre buts devant le Me
xique, puis autant devant
Allemagne, au cours d’une
prolongation épuisante, sont
le signe d’un réalisme avec
lequel il faudra compter.
“Les derniéres sorties de lI
talie en quart de finale, puis
en demi-finale témoignent
un nouvel esprit offensif Les
Azzurri sont en mesure d’ali
gner une formation complé-
te, alors que le Brésil, tou-
tours excellent en attaque, ap
parait plus friable en défense
C’est peut-étre 14 que se si-
tuera la clé de cette finale
1970.

Les points forts du Brésil
sont — d’une part, son trio
du. milieu de terrain avec
Clodoaldo, travailleur infati
gable, tant en défense qu’en
attaque, Gerson le stratége
et Vorganisateur, dont les
renversements de jeu surpren
nent souvent ladversaire, et
Rivelino, redoutable sur les
coups francs par la puissan
ce de son tir, mais qui est aus
si un quatriéme avant parti
culiérement incisif sur le
flane gauche.

D'autre part, le trio de
pointe : Jairzinho, Tostao et
Pélé.

Jairbinho, c’est la fléche d’or
qui, sur Vaile droite, déborde
avec une vitesse étonnante,
pour se rabattre toujours a-

Aujcurd hu

COIN NE VATIMOUR
UNE SOIREE GACHEE
ELLE et lui sont a VOpéra.
Tout & coup, elle le pousse du
coude: ,
—- Ma .voisine dort!
Furieux, il répond :



— Est-ce une raison pour me

réveiller, moi ?
OPTIMISME

UN fermier a acheté un che-
val. Le premier jour, l’animal
refuse toute mourriturg. Alors,
le fermier dit A sa femme:

— Quelle dréle de béte! En-
fin, wil travaille bien, j’aurai
fait une bonne affaire.

XXXX

Pharmacies assurant

le service cette nuit
SAMEDI 20 *SUIN 1970

«PATIMA>
Turgean
«SAGRE-COEUR»
Lalue
DIMANCHE 21 JUIN 1970
«SCIENCIA,
. R/DR/Audain
«REPUBLICAINE>
” R/Tiremasse
LUNDI 22 JUIN 1970
«8T. RAPHAEL,
4 Mo;
* ¢DU LION»
. R/Traversiére








vec efficacité (6 buts). Tos-
tao, &.la technique remar-
quable, a retrouvé sa condi-
tion la meilleure. Malgré son
petit gabarit, c’est, ’homme
de pointe par excellence que
Rosato devra tout particulié
_rement, surveiller. Enfin il y
a Pélé. Il reste un joueur
hors classe ‘dont la vista est
étohnnante et qui, sans négli
ger des exploits personnels,
joue maintenant, et avant
tout pour l’équipe.

Depuis des années, |’'Italie
pratique le catenaccio que
beaucoup d’adversaires n’ont
pas réussi & faire.sauter. Les
Burgnich, Rosato, Cera et
Facchetti forment, avec le
gardien Albertosi, un ensem-
ble qui, avec celui de l'Uru-
guay, est le plus hermétique
du Championnat du Monde
(4 buts) alors que les lignes
arriéres du Brésil ont concé-
dé 6 buts,

Cette défense bénéficie du
soutien d’un milieu de ter-
rain trés dense et trés habile
aussi & relancer les contre-
attaques et qui est comopsé
de Bertini, de Sisti, Mazzola
ou Rivera. A ces trois hom-
mes vient aussi. es joindre
Domenghini, qui partant de <
loin effectue d’excellents dé
bordements et a ainsi obtenu
deux buts. En pointe se trou
vent Riva, qui n’a pas jus-
quici donné toute sa mesure
mais qui depuis les 1/4 de
finale a retrouvé une partie
de son efficacité et Vailier
gauche Boninsegna qui fut
excellent contre lV’Allemagne

L’efficacité du Brésil a 6-
té supérieure, jusqu’ici 4 cel
le des Italiens (15 buts con-
tre 9), et c’est 1&4 ce qui pour
rait permettre aux Sud-amé
ricains de s’imposer de fort
peu.

Ce sera la cinquiéme con-
frontation entre les deux
pays dont trois 4 titre amical
qui ont vu Il’Italie l’emporter
par 3/0 en 1956 et 1963 a Mi
lan et le Brésil trompher &4&
Rio en 1956, par 2/0.Les deux
formations n’ont été oppo-
sées qu’une seule fois en
Championnat du Monde, en
1938, & Marseille ot, lors
d’une demi-finale, l’Itaile a-
vait triomphé par 2/0, accé-
dant ainsi 4 la finale ou el-
le devait, devant la Hongrie
(4/2), s’'adjuger son deuxié-
me titre mondial.

Toutefois, compte tenu de
la faible marge qui sépare
les deux finalistes, l’incerti-
tude est totale, au point que
ne doit pas étre écartée 1’é-
ventualité d’une prolonga-
tion sinon, au pire, d’une se
conde finale, le 23 Juin.

Les deux formations ne su
biront pas de modifications
pour l’apothéose du Stade
aztéque et, sous la direction
de M. Gloechner (Allemagne
de VEst) assisté de MM.
Scheurer (Suisse) Coerezza
(Argentine) — elles se pré-
senteront comme suit :

Brésil : Félix ~ Carlos Al-
berto (Capitaine), Brito, Pia
zza et Everaldo - Clodoaldo,
Gerson et Rivelino — Jairzin
ho; Tostao ét Pélé.

Italie : Albertosi — Bure-
nich, Rosato, Cera et Fac-
chetti (Capitaine) — Mazzo
la (puis Rivera), de Sisti et
Bertini — Domenghini, Riva
et Boninsegna.

XXXX

LE BRESIL EN FIEVRE
RIO DE JANEIRO, (AFP)

Le Président de la Répu-
blique du Brésil, M. Emilio
Garrastazu Medici viendra
en personne accueillir l’équi
pe du Brésil de Foot-ball
mardi & V’aérodrome de Rio
de Janeiro au retour du cham
pionnat du Monde de foot-
ball, quel que soit le résultat
de la finale Brésil-Italie,

Des mesures de police trés
strictes vont étre prises dans
toutes les grandes _ villes
pour éviter tous les excés de
fiévre.

Déja, aprés la victoire du
Brésil sur l’Uruguay, les ma

. nifestations de jole avaient
presque tourné 4 l’émeute a-

Porto Alegre et dans tous les
villages frontaliers, des per-
sonnes étaient mertes pen-
dant des dé@ésordres,
plusieurs autres
griévement blessées,' des
centaines arrétées et six bou
tiques avalent été enttére-
ment pillées.

A Sao Paulo,.on signale
quatre morts, dont 3 sur at-
taque cardiaque pendant la
retransmission du match.
Une personne a été tuée
d’un coup de fusil tiré acci-
dentellement par un ami
pour célébrer .un des
marqués par le Brésil, le mé
me incident était surveynu

& Victoria ot un fonctionnai «

re avait recu une décharge
de chévrotine 4 bout portant
dans la téte

Dans les cafés, les dégats
matériel ont été si impor-

buts -

sions ou tout simplement. a
fermer.

_A Recife, les écoles de sam
bas étaient sorties en gran-
de pompe dans la rue. Elles
ne cessent de répéter pour
célébrer la victoire des dieux

Les compositeurs sont 4 pied —

d’oeuvre, plusieurs chansons
doivent ’sortir pour féter le
retour des héros.

Le Président de la Fédéra-

tion brésilienne de fooct-~ball .



M. Joao Havidfz a déja lan-
cé un appel. a la population
pour qu’elle réserve un ac-
cueil des plus chaleureux 4
la sélection. méme si celle-ci

‘ne parvient pas & battre les

Italiens.

‘Chaque brésilien prépare
son plus béau costume pour
faire honneur & leur favori.

Tout le Brésil est en Hesse,
et Dimanche, en cas de vic-
toire, ce sera de nouveau un
carnaval,

1

Optique de Port-au-Prince
RUSSO & CO.

L’Eté arrive, pourquoi ne pas se

procurer des verres

PHOTOGRAY

sensibles a la lumiere du soleil

satisfaction de nos clients depuis plus

de deux ans.

Pour tous renseignements

Visitez notre magasin.

RUSSO & CO.

Rue Bonne Foi no. 17
P.O. Box 38

Tel: 2-1336
SUE SOUL ROE SIOE-EEIOUE RICE OE SHORE ITE

eo
‘$ En plein soleil les verres brunissent,
a Pombre ils s’éclaircissent.
Une nouveauté que nous vendons a la

chaises, ‘verres et bou ¥:

fenies asses)que les gérante.
hésitent a: faire des provis-

DUCQ
PAge de Espace
Pour é@tre adaptée a
lépoque des satellites ef
des fusées, votre voiture
doit étre resplendissante.
Elle Je sera quand vous
VYaurez passee au VRAT
DUGO, ie DUCO
authentique garahti
par’ la signature

“Dupont de N emours

le seul VRAT DUCO |
pour voitures est en vente;
a Ja

“‘SOCIETE HAITIENNE
‘D’AUTOMOBIL. Ms.












































‘il ne nous .revient. pas

‘tendre a Dieu.






gné que le monde n’est ni
on ni mauvais., Cependant,
de:
prendre initiative de détrut
re ce qui: est: meauvais’ pour
sauvegarder ce. qui‘est bonNo
tre devoir c’est de nous at -
2 Car ‘notre
Dieu qui a créé:le ciel et la
terre, est un Dieu de sagesse
qui a fixé un terme <4 tout
et qui sait comment bien fai
re ce qu’ll a & faire. Il est
aussi un Dicu -de patience,

“qui toujours. crée et: attend le

Moment convenable pour ac
complir ses actions. II est en
fin un Dieu de justice qui ne
veut pas que les bons périssent
inutilement, ni avec les mé -
chants, ni & cause des mé -
chants, C’est cette consolan-
te legon que le Seigneur a -
vait voulu enseigner 4 la fou
le d’une maniére’ analogique,
en racontant la Parabole du
blé et de Vivraie. Cette para

bole a frappé Vesprit des dis .

ciples a tel pvint, au'ils se
sont approchés de Jésus, a-
prés que la foule avait été
renvoyée, pour lui demander
de la leur expliquer-lui mé-
me en particuller.

XEXEX

b
Le probléme de la présence
et ue ta peroinwauce uu Lidl
qans ie munde, est aussl
vieuX que 1e munde. Toutes
les Benerabions a Lomles se
Sont toujours piaimt aes im
Moraltes €f Ges 1INjJUustices,
qui, & travers tes si€cres, on
prevalu dar le monde. Et
qgune maniere géneruie, il y
a toujours eu des individus a
€étre conscients qu’un te: état
de fait est mntolerabie, el que
d’une maniére ou d’une au-
tre, l’on devrait en finir.

c’était la l'attituue des -
prit du frophete tue, quand
il affronta 1e Roi Achab qui
e€nvvuuragea le Nidl Cit sscuel,
plus que tous ceux qui a-
Vanent ecé avant iui Sur ie tro
ne diisrael. C’était ia auss!
lVattitude du Prophéte Amos
qui aftronta le Grand Prétre
Otficiei Amats parce que
celui - ci, par pe complal -
sunce servue, @ncouragea Jé-
roboam dans le mal pour la
ruine d'Isracl. C’était, par al
leurs, méme au début au Mi-
nistére du Seigneur dans Ja
Galilée, l’attitude de Jean
Baptiste 4 Vendroit de Héru-
Ge, qui par sa condulte abo-
muinable, légalisait i'immora-
ilté sous toutes ses formes.

La présence et la persistan
ce du mal dans un monde
creé par un Dieu pon, pur et
saint, constitue un probleéine.
La génération d’hommes au
temps du Seigneur n‘était

pas infférenté & ce probleé-:

me. Et particuli¢érement ies
disciples étaient intéressés 4
la solution de ce problée-
me, surtout quand le Sei -
gneur avait réprimandé Jac
ques et Jean qui sollicitaient
Ja permission de conimander
que le feu du ciel descendit
et consumat un bourg Sama
ritain qui ne voulait pas don
ner gite au Seigneur «Luc 9:
52-55). Les disciples naturel-:
lement attendaient de la part
Gu Seigneur, ce
sur le probléme du mal dans
Je monde et sur l'attitude du
Croyant & légard de ce pro-
bléme. C’est: ainsi que le Sei
gneur enseignant au peuple,
a propos du Reyaunie, .vint
sur la question d'une manié-
re analogique, selon sa métho
de courante d'enseignement.
Ii combla l’attente des disci-

ples en piquant leur curiosité .

par la Parabole du bié et de_

. Livraie, laquelle Parabole ré-

véle que Dieu se réserve un
jour pour faire disparaitre
toutes‘les méchanceteés, tou -
tes leS injustices, toutes les
laideurs de cette terre, afin
gue ceux aui scnt en Jésus -
Christ, ceux qui ont accueil
‘l’Evangile de grace, ‘puissent
resniendir comme - le soleil.’
(Math. 13.43). .

XXxXX

Par cette paraboie du blé
et de l’ivraie, le Seigneur a
projeté pour nous de ia lumié
re sur le proliéme que cons

_ titue le mal dans le monde,
\. afin que nous sachions que
: notre condutte dans cette vic

‘doit: étre faite de vigilance,
de prudence, de réserve,, de
confiance en Dieu et de fer-
meté dans la fui. Le Seigneur
nous a ausst révélé la natu-
re dangereuse de ve monde
dans lequei nous vivons,. en

“nous enseignant qu'une ppis-

sance hostile est a l’oeuvre
constamment contre -nous,
pour neus entrainer- au mal.

'-Oette puissance cherche a dé
. figurer.la vérité, & renverser ,

notre foi, 4 nous décourager
dans notre travail et. ‘a détrui
re le blen que nous nous é-
vertuons a faire.

Personne ne doit se faire.
illusion sur Vinfluence du mina

-lin .et sur les possibilités de

‘cette influence qui .s'opére

“ Souvent de 1a maniére:la‘ plus
inattendue ct la plus. xenyer .

gente. L'A Pletre,.
exemple, était-bien imbu de
Minfluence Subtile.: 2dty mall



ig lumiere:

dans la vie du Croyant. Il en
a fait Vexperience quand un.
jour, ‘s’entretenant. avec” Te
Seigneur, il fut inspiré du'
malin, sans quil s’en zendit :
--compte. Il eut pu-en tomber
victime. si le Seignetw ne J’a-
_vait repris ‘sur Pheuie,.seidn
Mathie-16:22- 23: Aussi,.c’est:
_dexpérience:: qu'il exorte. les
chrétiens: en -ces termes:

«Vetllez, votre adversaire. le

diablé. rode comnye un lion ~

rugissant cherchait
dévoreta>, (1 Pi. 5:8) -

' Liinfluence dy *malin dans

le monde est whe chose iné-

vilable L’Apotre Jean nous

fait savoic que: cle’ monde -
entier est sous la puissance

du malins. (1 Jean 5:19).

C'est 1a le résultat du péché
dans liequei les fiis de la ré-"
bellion marchent encore jeté
dehors. Ainsi, il nuit a tout
homme. C’est ce qui fait que
le bien et le mal sont tous
-deux présents dans la vie in-
time de tout homme vivant
sur cette terre .L’Apdtre Paul
sen est rendu compte au
point de s’écrier: «Je trouve
donc en moi cette loi: quand
je veux faire ie bien, le mal
est attaché a mois. (Rom. 7:
21). Stile malin s’attache &
nous, au point de contrarier
notre volonté de bien faire,
ce n’est Gonc pas étonnant
qu’ll s’attttaque a ce que nous
faisons de bien. Et c'est ainsi
gue souvapt du dien nous
nous évertuons 2 faire, sort
du mal pour notre peine et
notre misére. C’est 1a un en-
selenement utiie aue nous
donne le. Seigneur en racon
tant la Parabole du blé et de.
livraie.

qui, il

XEXXX

Le Seigneur, non seule -
ment nous a révélé guwune
puissance hostile s'acharne
& nous nuire et 4 nos en.-
trainer au mal, mais il: nous
enseigne aw ‘il est cafficile de
ne pas tomber victimie de ses
ruses, tant cette Puissance
est hobile dans la contrefa-+
con du bien. C’est pourquoi



(Suite ae la. ‘tere 2 page)

“dans la Parabole, le Seigneur

fait remarquer que quand ‘les. ;
‘serviteurs ‘sollicitzrent du°

. Maitre de la. maison la, per-
“mission d’arracher Vivraie du”

blé, il leur dit. «Non», parce

que, le maitre sait qu'il n'est
“pas: facile de faire lo distinc-'

tion eiitre les deux. Ii exhor

‘te au contraire Jes servileurs
« &la patience jusqu’a Y époque

de la moisson.—

Souvent, le’ malin se sert
‘de nous. pour fairé du mal
& autrui en nous poussant a
nous. pfésenter devant les
hommes en redresseurs de
torts, en justiciers, tandis que
nous avons des limitations
dans notre sagesse et dans
notre cdnnaissance dela véri
té. Tl nous inspire aussi des
jugements hatifs, téméraires,
contre. notre prochain, alors
guile nous sommes dans ligno
rance presaue totale des faits
véritables.. L'adversaire est si
rusé et malin au’il est impos-

_ sible A un étre humain de vi

vre daus cé monde sans ser-
vir @ ses fins, méme s’il ne
devient pas sa victime entié-
rement. Le seul homme A fai
re exception, c’est: <«Jésus-
Christ»: Il a été tenté comme
nous en toutes choses sans
commettre de péché» affir -
ment les Eeritures, dans l’E-
pitre aux Hébreux 4:15).
’ XEXXX

Si nous voulons vainere ce

mgd

|
| Assurez -

‘monde de cuoniusions






et de
meéchancetés,si nous voulons

*.éviter les piéges que l’Adver-

salre | seme & piaisir-sous nos
pas: si: nous: voulons sortir
indemncs des entraves inévi
tables Ce“nowe actucile gé - -
nération perverse et corrom-

“pue, notre Serle possibilité de

succes,*c’est de faire conflan
ce a Dicu, en acctptant Jé -
sus Christ comme notre Ré -
‘dempteur personnel. Avec le
Seigneur Jésus, nous avons
Yassurance de la victoire,. si
nous sommes obéissants, con
filants et patients. cur ila
dit: «vous aurez des tribula-
tions dans le monde, mais
prenez courage, j'a! vdincu le.
monde». (Jean 16.33).

Livrez-vous en ce moment
méme au Scigiueur Jésus. D .
n‘y a aucune raison de vous .
laisser tromper et écraser da
vantage. par 1’Adversaire
dont le plan macabre est: de
vous détruze totalement. Ac
ceptez Jésus-Christ. Vous con
naitrez la vérité au sulet de
tout dans ce monde et vous
serez libre enfin, pour vivre
dans la confiance et dans la
patience. selon la volonté de
Dieu oui a déja& flxé l’époaue
de la, Mvissun. Que Dieu vien
ne au secours de vetre fol.
AMEN

Réy. Luc .R. NERBE



vous a la

{Norwich Union

La Meilleure Compagnie d’ Assurances

Etablie

en Haiti

JOSEPH NADAL & Cie. Représentants









Firestone vient de remporter sa 47éme victoire, le 30 mai dernier, a India-
‘napolis, quand AL UNSER est sorti victorieux de la grande course de 500 mi
les, aprés avoir bouclé les 200 tours de piste et couvert les 500 miles, & une vi-
tesse moyenne de 155.749 MPH, sans changement de pneu.

Félicité ala ligne d’arrivée par M. R. D. Thomas, Président de‘la Firestone
Tire & Rubber Company, Al Unser déclara, a Vadresse de plus' de 300 mil-
le spectateurs qui Vacclamaient et aussi pour leg millions de télespectateurs

et d’auditeurs de radio du monde entier, qwil devait sa victoire a la puissance
de son moteur, @ la technique de son équipe et a la grande performance.de ses
pneus Firestone. Sur 191 des 200 tours de piste, Firestone mena. la course et
donna une brillante démonstration de la performance de ses pneus sur le ter-

rain de course.

La Compagnie: Firestone, continue d'’étre «leader» non seulement en lancant
des pneus pour voititres de course qui ont fait leur preuye sur les pistes et éta-'
bli des records sensationnels, mais encore en construisant des pneus pour voi-
tures ordinaires qui offrent le maximum de garantie, de shreté et @enduran-

ce aux usagers de la: route.

















SIROP PECTORAL .

Gott agréable — ~ : Conser'

A base de CODEINE(T









a,

SEJ OURN E

. ii +

vation’

OLR set. FBUCAL YPTOL.

Toux, Rhumes, Bronchites, Earouements, Influenza
Affections des. Poumons




PAGE 6. |



~



précier nos efforts a leur jus
te valeur. Qu’il solt ici remer
cié bien vivement de sa bien,
velllante attention; nous es
pérons qu’i) n’aura pas a re
gretter son insistance.

- Nous avons déja de bonnes
raisons d’espérer, car notre
satisfaction a été grande d’ob
server que, dés les premiers
contacts, nos jeunes fréres
martiniquais ,toute timidité
vaincue, ont spontanément
fraternisé avec leurs homolo
gues haitiens. Nous avons
fait de notre mieux pour ren
dre notre accueil agréable
et cordial, marqué au coin
de la fraternité et agrémenté
de cette chaleur humaine
qui caractérise Jlhospitalité
haitienne. I] faut reconnai-
tre aussi que, dans notre cas,
chers visiteurs, tout laissait

Messe de prise
de deuil
_Le Mardi 23 Juin, 4 7 heu-
res 15 du matin, sera chan-
tée en I’Eglise du Sacré-
Coeur de Turgeau Ja messe
de prise de deuil pour le re-
pos de l’Ame de Mme Vve Em
manuel Saint Victor, décédée
le 11 Juin dernier.

Cet avis tient lieu d’invita
tion aux parents et amis de
la regrettée défunte.

































































Performance’.













In the fastest race ever run at Indianapolis
with an average speed of more than 161,
miles per hour, before an accident caused -
a temporary slow down, Al Unser driving
on Firestone racing tires led the race for
191 laps of the total 200. Unser stopped
three times for fuel but never changed a
tire. Firestone tires have now won the
_ Indianapolis 500-Mile Race in 47 of the
34 races held since 1911.

High speed racing is one of Firestone’s
most grueling tests for tires and Firestone
tires have WON More BiG RACES, WHERE
TIRES MAKE TUE DIFFERENCE, than any
other make. This is truly ‘Proof By

Fit Firestone car tires to your car. They
give you the mileage, safety, and dependa- .
bility you want at low cost. See us today.

CONFIEZ VOS PIEDS aon

?

(Suite)

présager cet élan réciproque:
nos affinités ethniques, cultu
-relles, ‘linguistiques de mé-
me que les traditions fonda-
mentales de nos deux peu-
ples.

Je me permettrai d’expri-
mer un souhait, c’est que ce
mouvement ne s’arréte pas
en si bon chemin; notre satis
faction serait totale si cette
visite amicale et fraternelle
devait étre le point de départ
non seulement d’une solidari
té professionnelle accrue en
tre hételiers, mais encore
Toccasion d’éechanges multi-
ples et fructueux et d’une
interpénétration profonde en
tre nos deux peuples.

Et dans Vimmédiat, mon
trés vif désir est que vous em
portiez le plus agréable sou
venir de Il’Ecole Hédtelliére
@’Haiti, de notre Pays et du
Peuple Haitien tout. entier,
de’ce Peuple trop «mal aimé»
parce que mial compris, de ce
Peuple dont le péché impar
donnable est de vouloir gar-
der sa fiéreté et sa personna
lité propre, et qui pourtant
ne demande qu’é vivre en
paix et en parfaite harmonie

avec tous les peuples fréres

de la planéte,
Avec un profond regret de
vous voir repartir si vite, je

Firestone
TIRES |
WIN AGAIN |

1970 INDIANAPOLIS 500 MILE RACE:

FIRESTONE WINS THE BIG RACES
’ WHERE TIRES MAKE THE DIFFERENCE











SSS
SSSR

>

oP

EA CESS










Firestone Interamerica Company —
Port-au-Prince -

L’Allocution de Mme Lebert Jn-Pierre

oe

OL hy,




vous souhaite, en mon nom
propre et au nom de_ toute
VYEcole Hotelére d’Haiti,” u-
ne agrésble fin de séjour par
mi nous et un heureux voya
ge de retour. Merci.

Communiqué
. (Suite)
Le Département des Affai-

res Sociales compte sur |’es-'

prit de collaboration des
chefs d'entreprise pour que
les prochaines manifesta-
tions en hommage a Son Ex-
cellence le Docteur Francois
DUVALIRR, Président 4 Vie
de la République, scient une
véritable apothéose.

Max A. ANTOINE

Secrétaire a Etat
des Affaires Sociales

Mort de Veuve
Isaac Léger

Les funérailles de Vve I-
saac Léger, née Lucia Na-
drau, fixées 4 cet aprés-mi-
di 4 heures en l’Eglise du Sa
cré-Coeur de Turgeau, sont
renvoyées au Lundi 22 Juin
en cours.

La dépouille mortelle de
Vve Isaac Léger sera exposée
lundi dés 2 heures p.m. a la
Salle Paroissilale du Sacré-
Coeur de Turgeau.















POLICIERS ET ETUDIANTS |
ALA PAZ
LA PAZ, (AFP)

Plusieurs personnes
été blessées hier soir a
Paz, et notamment un. offi-
cier de police atteint par une.
balle, au cours des affronte-
ments qui ont suivi de nou-
velles manifestations étu-
diantes pringipalement diri-'
gées contre le Gouvernement
et les Etats-Unis.

Dans la.soirée encadrées
et protégées par une double
file de jeunes gens, quelque
800 étu ts ont parcouru
les rues/de la Capitale - en
erlant Jenny Koeller nous te
vengerons et la gloire au
commandant Che Guevara.
En passant devant le palais
présidentiel elles ont déposé
un cercueil devant la porte
ahonneur et lancé sur te fa
gade de, ’édifice un seau de
peinture rouge sang, sous le

ont
‘La

regard impassible de la gar
le. ‘

Devant l’Ambassade des E
tats-Unis, les étudiants ont
bralé un drapeau américain
et crié «mort a la CIAs. puis
elles ont entonné. lhymne
national plutét mourir que
vivre en esclavage.

Plus tard des groupes d’é-
tudiants ont incendié une
moto de la police ce qui a dé
clenché la risposte des For-
ces de Vordre et les heurts
qui ont fait des blessés.

(Jenny Koeller est la jeu-
ne dirigeante étudiante dont
Je corps a été découvert sa-
medi dernier aux cétés de ce
lui de son mari prés de Co-
chabamba.



Demain le Jour
le plus long

Demain, 21 Juin, sera le
jour le plus long de l’année.
En effet, sur les Grandes An
‘tilles, ’aube commencera A
5 h. duo matin (exactement
& 4h. 59 a.m.) et les dernié-
res lueurs du crépuscule ne
‘s’éteindront qu’éA 7h 04 du
soir. Dans les pays tempérés
de l'Europe comme la France
YAllemagne, la Hollande, le
Danemark par exemple, le
soleil ne se couchera que
vers 9 h. p.m. Au Nord du
Cercle Polaire, il n’y aura
pas de nuit et le jour dure-
ra vingt quatre heures.

Le 21 Juin — qui est la da
te réguliére du solstice d’été,
époque oi le soleil passe A
lécliptique perpendiculaire
a la ligne des équinoxes —
Marque aussi le début de
YETE. Selon Tlobservatoire
météorologique de Miami,cet
te saison estivale débutera
exactement demain a 8 h. 55
a.m,

OFFRE D’EMPLOI }

Aux Doigts Magiques
Salon de beauté
38, lére Ruelle Jérémie

RECHERCHE

Une coiffeuse .
- expérimentée

Heures de réception
8h. — 12h. AM.
2h.— 5h. P.M.



Ginette Chérubin
Sur la liste des lauréats:du
Concours littéraire sur la
Mére Haitienne, c’est Mule.
Ginette Chérubin et non
Gladys, qui obtint le .7e:
. Elie est en 3e. au Sa-

° cré - Coeur de Turgeau.

a

L’ETE ARRIVE
AU MONDE CHIC

» Toujours soucieux ac
N vous.plaire vous présen: §
Rte wun assortiment de §
® beaux tissus pour la cir- §
x constance. Tels que : toi ;
x ie de fil, piqué et popeli-

ne imprimés, de jous cr §
# pon de coton, dacron, cré §
R pe, tergal, toile de fil &
2 drap, pyjamas pdur en- §
& fants de 9 mois 4 14 ans,
4 chemises.de nuit et Ki-
2 monos pour dames, draps §

de toutes dimensions, J
2 tales d’oreillers, mousti- §
® quaires, orelilers, sans ou §
R biier le savon citron va+ §



? laitue. . . »
5 Les mamans_ trouye- §

% ront aussi pour leurs BE €
2 BES, robes, ‘chemises, §
& brassiéres et draps bro- §
w dés, couchettes, serviet- §
y tes, moustiquaires etc...

vous attends :
AU MONDE CHIC
g. Rue “du: magasin:de VE
stat. — — van . &§

VIOLENTS HEURTS ENTRE |








R loy et le savon au suc de @




>. (Suite)

Michéle et Giliane, et ~ par
son fils Jean ~- Robert, Tra-
fic Agent de le Transcarib-
bean. : :

xxx
Madame Jeanine Ménos et
sa mignonne niéce de deux
ans, Dominique Fabius, sont
parties hier matin. pour ...
New York. J'ai failli écrire
«pour Laboule». Vous pardon
nerez ma distraction, lorsque
vous apprendrez que Mada-
me Ménos, pour lie pas con-
trarier Dominique, !ui avait
laissé croire qu'elle allait ef-
fectivemeat & Laboulc, ainsi
quelle l’escomptait. Domini-
que est la fille de Madame
Jean Fabius. Madanie Jeani-
ne Ménos néus_ reviendra
dans: trois mois.
RxXEX

Clémence Milot, sympathi-
que et attrayante Canaaien-
ne, est enchantée ues don-
gues vacances queue vient
ade prendre en Haiti. bien le pays, ies geus sont
charmants, et en deux mois
et demi, je me suis fait pas
mal d’amis. C’est certain que
je vais m’ennuyer d’eux. Mais
je reveindrai apres l'étés A
Vaéropcrt, Clémence a été sa
luée par-Caw#ele Laurin, Pau-
lette Lessard, Pierrette Mar-
cotte, et par de nombreux
amis haitiens.

xxxx

‘C’est hier malin yu’est par
tie pour le Canada Mademui
selle Evelyne Lamothe. Elle y
étudiera le Secrétariat médi
cal. La piquante Ginette
Beauvais était au nombre des
amis qui lui ont souhaité bon
voyage a l’aérogare.

xx x

«Ici, je me sens un peu
chez moi. Non seulement 4
cause de la langue frangaise,
mais aussi & cause de l'ama-
bilité des gens, de leur hos-
pitalité. Je suis presque un
viell Haitien. Celia fait trois
fois que je viens en Haiti. Ce
qui m‘a aussi frappé chez les
“Haitiens, c'est la finesse de
leurs gotits, leur sens artisti-
que.s C’est ce que mia dit
Monsieur Jean Clément, un
voyageur francais. Monsieur
Clément, représentant de fir
mes francaises spécialisées
en articles de cadeaux et en
bijouterie, est repartie hier
matin. 0 vient de passer dix
jours ici, avec sa sccrétaire
suédoise Ebba Wachitheister.

XXXX

Odette Rémy a pris l’avion
hier matin, a destination du
Canada. Elle pasera vingt -
deux jours de vacances a
Montréal.

XXXX

Hier matin, est partie pour
Chicago, Mademoiselle Fer-
nande Desravins. Elégante
dans son bei ensemble vert,
souriante, Fernande a. pris
Yavion sous les yeux dun
beau cortége de proches et
d’amis.

xxXxX
Le Directeur de la Banque

Royale du Canada, Monsieur

DU JEUDI 18 AU












CONSULTEZ



AU CAPITOL

MISSION 633

Avec : Clift ROBERTSON,
Georges CHAKIRIS

Entrée : Gdes. 2.50 et 4.00



Qtti sont plus repides, la cabine est plus spacteuse, les siéges plus confortables.
Vous aurez Vimpression d’étre en preméére classe au prix touriste.

. Dela place pour étendre vos jambes, et ce sentiment «@appartenances qui

| vous rend Vatmosphére completement amicale. Ce

VOTRE AGENT DE VOYAGE. OU NOTRE AGENT GENERAL

OUR



Raymond Stanley Reyes, ‘sa
- femme, et leurs fils Billy et
Raymond jr, sont partis en-
vavences hier soir. is séjour
neront & Porto Rico et aux ‘

Etats Unis. - . oF

Monsieur Oswald Hyppolite
s‘est rendu au Canada hier
matin. Il y est allé pour vingt
deux jours de:Vacances.

xXXxx

Ce mu‘in, est parti pour
Washington le Dr’ Edouard
Francisque, Doyen de l’Ecole
des Hautes Etudes Interna-.
iionale et Chef de la Division
des études et plariifications
au CONADEP. _ -

Le Dr Francisque va repré
-Senter Haiti devant le Comi-
té Interaméricain de ]’Allian -
ce pour le progres. Lundi pro
chain, ce comité inaugurera
une réunion a caractére éco-
nomique sur Haiti. :

Le Dr Edouard Francisque
a été salué & 1’Aéroport par
M Car] Alcindor, de la Direc
tion du Protocoie. ,

xXXxXxX

Messieurs Julien Lauture
et Louis Jadotte, Membres du
Comité Central de la Croix-
Rouge Haitienne. M. Carl Al

“cindor, du Protocole, et d’au
tres personnalités ont accueil
li ce matin de nouveaux délé
gués su deuxieéme Séminaire
de Ja Croix Rouge. Le Dr Jac
aues Tarrin et Madame, de
France. et Madame Amy
Drummond, de Tobago, Tri-
nidad,

Rapnelons mue ces assises
de) la Croix Rouge se tien-
dront A Port-an-Prince du 22
au 27 Juin 1970. :

1a vie internationale
(Suite)
libération d’un certain no

bre de prisonniers politi
ques en échange du cham- |

A 5 Hres-7 Hres et 9 Hres -
Uu sujet fascinant :
Une Histoire passionnante

LUCRECE BORGIA.















pion, pour mieux accréditer
la thése que les organisa-
tions révolutionnaires brési
liennes sont & l’origine
l’enlévement.

* Le Front brésilien d’Infor
mations dit tenir ces infor-

de

ONDA! ENCHA!

eux noms,.. Une association qui va faire du bruit. —
_ENCHA est heureuse) d’annoncer JTarrivée des génératrices et

pompes portatives HONDA dont elle assume la distribution.
mations des milieux de l’a-

viati milital éct Mort au «Black-out, ! Finis les problémes d‘eau 1
ation italre, précise s :
que les militaires qui prépa- Un Saut 4 la Place Geffrard pour cholsir 8 ENOHA le modtle
rent cet enlévement font I} qui vous convient; & gazoline ou au diesel :
partie d’un groupe de l’Ar :
mée de l’air ou agissent des GENERATRICE +¢PIQUE-NIQUE, 80 Watts
neo-nazis. Ce groupe, affir~ GENERATRICE ¢LUMINEX, 300 Watts
me-t-il encore, avait congu . : .
en 1968 l’opération PARA- GENERATRICE «BUNGALOW, 800 Watts
SAR qui prévoyait d’enle- GENERATRICE «MAISON DE CAMPAGNE?> 1500. Watts
ver ies principaux ‘ leaders GENERATRICE «GRANDE VILLA» 2500 Watts

e la auche brésilienne ff
puis de les laisser tomber GENERATRICE « @avions au-dessus de la »
mer, sans parachute, afin POMPE 2” W120 2,8HP.
qu'ils disparaissent sans 105 gal./min..— total head 52
laisser de traces. POMPE 2” W-20 4,5Hp.

xxXxXxX 1 * 7

MORT DE JACQUES 170 gal/min. — total head 92" —
HEBERTOT ACHETER une HONDA e'est Savoir choisir —

Jacques Hebertot, de son ACHETER & ENCHA c’est Savoir acheter
vrai nom André Daviel, }
homme de lettres, direc-



teur du théAtre qui porte
son nom, metteur en scéne,
poéte dramaturge et journa
liste, est mort hier & l&ge
de 84 ans.

LETTRE OUVERTE...

Chére Madame,

Nous connaissons vos petits. problémes 4 la maison avec
les enfants qui touchent 4 tout. Sauvent ils se brilent.
..Nous avons trouvé un merveilleux produit pour soulager
de la douleur des brdlures: c’est BURNEZE"L est trés ef.
ficace. Les effets sont immeédiats: I arréte la douleur et
neutralise l’enflure. ~

St un jour il vous arrivait d’en avoir besoin, sachez que
nous avons a votre disposition des tubes de ce fameux

BURNEZE ce serait mieux, cependant, d’avoir un
tube toujours & la portée de la main.On ne sait jamais...
Toujours 4 votre service. ‘

Don Mohr Sales Corp.

SAMEDI 20 JUIN









EXCELLENTES CORRESPONDANCES ‘

- POUR LE CANADA, L’EUROPE ET L’INTERIEUR DES ETATS UNIS

Départs pour Miami et Montego Bay
Lundi -- Vendredi -- Samedi — a 11 h A.M.

Départs pour San Juan sans escale Mardi — Jeudi -- Vendredi. a 5 h 55 P.M.

Toujours avec nos «FJESTA JETS»










tale

DES VENTES



2-3094



LA PANAMERIOAN -- Cité-del'Exposition:— Tél :














PAGE 1

----------.,._,. ---IJirwdw, ,t ~-o., .lUCIEN MONTAS . ,; Adminis,,.,,,_,, : __ ,,;,. MAX ' CHAUVE 7 No 29.004 LE.SENS DU 22 JUIN f:a Natton se prpare marquer de faon toute par ticulire la grande date du 22 Jutn qui ramnera l'an niversaire de l'lection de S.E. le Dr. Franots DUVALIER comme Prstdent d Vte de la Rpublique. 1 l . '!I a sx ans; le Souveratr. d.ecrtait la permanence rie la Rvolution et accordatt Son Leadi!r le Dr. Fran ois DU V ALI EH. la prsidence d Vie p()Ur pounutvre, ap profrm~ir l_es taches qu'il anait assume.y avec nergie, d . .termmation , en vue de raliser l'unit natfcm.ale et la constl'uctton d'une ,mctt plus . juste. Le Prsident DUVALJEk, toujours . la hauteur des circonstances, assume le destin ,d.e la Patrie et poursuit mthodiquement la ralt~ation des obJect1/s de la Rvolu tion . L'accent est dsQrmais port sur le dveloppement conomique .. Le Prsident DUVALIER. entend doter le pays de l'infrastructure nces11aire : Travau:i rouUers tmpor tants sont en cours d'excution, l'aggrandtssement et la modernisation du wharf de Port-au-Prince, tmpulskm au mouvement touristique, dveloppement de l'dcatton tous les niveaux, dveloppement de l'agriculture et mes facilits accordes pour l'tmplantatkm d'indu.stries di verses et par-dessus tout, l'e/fort gtgantesque de fournir l'nergie, effort qut se matrialise dans la constructkm de la Centrale hydro-lectrique Franots Duvalier de PUgre. C'est un plan d'ensemble, visant au dveloppement cono mique gnral, l'lvation du niveau de vie , qui s'excute. ~' / f! : ~,!~'!f !t~f!~ c 7A,rtJ JO-,U'fE s:Q.~l4~.E j~16 SA:H~I _ 20 ET DIMANOII& ' 21 JUIN 19'70 La Vie .Internationale / PARIS (AF'f) .les Etats-trnis,rin pense ' que ,. Install' deputs hier soir le retour au pouvoir des Oon Do;wnmg Street, M. Hea~o servateurs sera de nature ' va s attaquer sans taraer a favoriser une mellle\ll'e coor la tclle de cdnstlter son dinatton des pol\ttques . des cabinet . . Bon premier soin a deux pays l'gard de l'Est. te~ qui succdeslon tha1Jandatse qui y cirn .xtme anniversaire de . Sa rait . M \ Thompson dan.s bat pour l'acheminer vers prestation de seraient comme la chargt; . p.e ngocier l'enle . Cambodge. Pr&,ident Vie de la Rpubli tre de 1 Angleterre dans le :s que. ~l'Ch com:nun. Mais . sl DES !~TAIRES Pour . la ple1ne ,russite de 1 Europe eS t . 1 une des prOr BRBBllJENS AURAIENT r-ette xnanifestatlon q-ql aura cupatlons prioritaires de M L'INTENTION D'ENLEVER lieu devant le Palais NatloHea th ' celU1-ci aura prenPELE nal le lundi 22 Juin 9 li du dre rapidement position sur RO~(AFP) .matin, In Secrt.irerlc d'Eles gra nds pro?lmes InterDes militaires . brslllens tat des Affalrii Sociales con nationaux de 1 heure et noont l'intention d'enlever le tamrnent sur celU1 des rapf meux f tb 11 p l t Le Peuple Haltien a pris consctbice de ses posstbtltts et sous le l e a d e r s h i p du P r s i d e n t Vl.e de la Rpublique, tl est dci.d se lt1'rer conomique ment, aprs s'Ure libr politiquement et culturellement. v~e les o~vriers, ~es , travallports Est-ouest . encore _que a oo a eur e e ~rs, les . chefs d entreprise, dans les milieux de l'OTAN de faire croire que cet enJs E Je Preslde t D Ji i Ats ' 1 . emnloys et fonctionnaion ne . s'attende gure des X!!:1egunteJll;::S,~e dispa~ C'es ld le sens et le symbole du 22 Juin. Et c'est pour quoi . le Pe1,,ple Hattten se prpare marquer l'vnement de faon grandiose, en renoui•elant sa fllltt, son attaq ~e dli I t 11 udva cr qiu a, tasetes cu , la Premire Dame de Ja Rpublires publics, le personnel des Initiatives signlf1catives d crditer la gauche brsilien j ul~ 1964 v ad~ ~tane t e 1 ses mpor n s adresses ~u peuple hatien qui -le 22 entrenrlses lndustl;'ielles, corn la nouveJfe quipe dirigeanne auprs de l'opinion publi ~~~1irii: ::~a ~1u:Zt!~1.e Dr. Franots Duvalier, Prsil'Etat la, Pr~~~:cn~e :;:_manence de la rvolutlon, a-cordnlt au Che( de merclales et altrlcoles se ru te dans ce domaine. Dans que du pays, affirme le . .,. . . "' nlr devant le Palais National ces mmes milieux . si l'on Front brsU1en d'informa:ui:z x , le lundi 22 Jnin 1970, ds 9 exclut un retour aux relaheures du matin. tions spciales qu'eurent Ja ttons dans un comm\lll\qu une date faste : 22 Juin Or~anisa~ons ~yndicales exal~nt un (sU1te page 6 col. 4) dis la Grande-Bretagne et ~t=i::;,t ;:::/\;a; Anni •H•sto , Brsilien d'Informat1on:s par Max A , . Antoine versan-e I r1que chercheraient obtenir Ja . . t (suite page6 colonne6) Toutes les fois que revient soit riche d'espoirs. Que SW'• N.D.LR. Nous publions a cellence d; , a.ssurer la permnlllen't, dfectible la per. 1 , , _ . . : :. r, . . . t,. . ~ w . ,.__._ R . cette date du 22 Juin, on se t.out, on ne perde pas de vue _ vdec platstr la . b 1 . e lle lettre anence de la ~volution . . A s~ e e \l'otre• Excellence n, 4 10 . 4 li s .,a .,,..-n; enudae -remmore avec une certaine que la Rvolution .Nationale . rc.'tse par .. . 88 . . repr.taen-AJ.!"\ID ""'"'-'-an'f . ,M;~ -le .. , . . . . . _ , .. . . . ., .. . . . . .• _ .. . .Cfrlt:,DU VATIC4N (AFP). pointe d'motiQp , . les tapes . dont le .Prsideat,..; ~ -allei' , -iama~-nos cc -diflre,l.ter"f!' -Ff"slde-m;i~"9i""d la~.;; __ : ;%u,'..qu :=;~rif~ c.: ' ' ~.~ . , ; , "' ., . . . . , . . . . "Doyenne des o~tio~' dune des , batailles les plus esa_!,nlet ~~u ta1uanne'm:.t:v11r 01 , 0 .~ 00 t gantsatkms svndtcales Son blique, vous n'avez dmr1"te lucld~; -aoit aller de vit. , _ , . . . '' ' . supratfonales, Ia Crte ~ . imporlantes de noke BistolhuY•main..,e et de r.l.para ' ......, tlonw."a E:tceUence le Prstdent t de la confiance 4u Boufoires en vtctolres , . . c ia--J D . b .,,_ maine tait actuellement . UJJ re contmporalm1, animes "' '"' . Vfe de la Reyubltque, Docverain et des T:ravailleijl"S . Les ennemill de votre bel. par . uue am 1'.fro&11,e;, effort norme pour se cdsl dans l'ordre pratique et docclale. teur Franois Duvalter, qui sont l'avant-garde de le Rvolution la ntre et cel . t.aUaniaer> et devenir plus trinal par le visionnaire et Interview par un Journal'occaston du 6me anntver Votre Rvolution. e du Peuple 'Haitten ne sur' Madame WUbert Chancy, cendus l'Htel Choucoune. Internationale. Mais elle ac Homme d'action cie stature liste, le Prsident vie de la satre de sa. pre:ita.tton de. ser 1 ne Adelyne Lamour, vtent Leur sjour ici durera cinq corde encore une part trop (.\xcepiionnelle qu'est le DocRpubliqne, dfinissait de fament comme Prbfdent d Votre dernire victo1re sur prendront . famals la vi~ de pas15er &1x mois dans son jours. Lui,s, qui parl uu fran importante l'Europe et ln teur Franois Duvalier. on magistrale, l'O<.Casion VIe de la IUpupltque: les mutins des Gardes-CO ce de la classe ouvrll"e l ia pays. Adelyue, qui vit actuel ais des plus corrects, a tusuf.fisante au Tiers-Monde, du U avril, l'objectif de la tes prouve une fois de pi.us quelle Vous avez donn~ corn lement Lvy, Canada, a ha di l'Alliance Franaise . qui compte actuellement Le Chef Con st itutionnel de Rvolution : Sons tous lt-s x x X x que rien ne peut Vous emme brviaire )a lgisiafion bit la France pendant neuf x x x x prs de Ja moiti des 614 mll la Nation s'engageait en efcieux do globe s'oprent dr.-; SON EXCELLENCE pcher de cont.lnuer Votre prf 1 gre5fiste ~u ~e d~U~ ans. Elle y a tudi la Techni Madame Max Romain, ne liens de catholiques recen~=t::ii~r!h: !~ etai:!u~~ rvolutions: Certaines d'enMONSIEUR LE DR. mission salvatrice au bnf1 va qu par O e us que financire et Cmptabie, Marie Ccile l,ilavoL;, a pris ss. manence de la RvoJtion, tre elles sont profondes, c'est FRANOIS DUVALIER ce de la classe ouvrire et trl~~~t de la Classe Ouvrffl et l'Administration des Entre l'avion hler -matin, pow: se Telles sont les concluobissant ainsi la volont il, dire qu'elles transforment PRESIDENT A VIE du Peuple Haitien tout enV M 1 1 Pr prises en gnral. Son mari, rendre New York. Elle y ssions que peuvent tirer les de fond en comble t~ stn1c \ DE LA REPUBLIQUE , tier. re en ous, ons e~ e f>1 le talentueux artiste Wilbert journera duran~ une qulnzai obse,;vateurs d'un rtlcle pu du Souverain qui, le dimantu.res d'une socit donne, PALAIS NATION.AL.Monsieur le Prsident sident t i:::.-r: l,1;: pu Chanr.y, est galement Prone, dans la compagnle de ses bli par le jsuite Fioreno ~~~;t 4 :~:: ravait lu Pr~::v::~~~oul;:;:g~~ Monsteur le Prsident Vie lf:s ~: i~~~~b~iu~us qu~l~ez arar, :Mo:siiur ~:= fr;::-galement pai:tie pour :v:~s~:~ !;~~d'~~toi!; Depuis, le Leader de la Rd'une redfinition d'un st1>t Toutes les organisatio~ tre impulsion dynamique et le bPlir sldenl,t e e d .partie pour le Canada hier New York Madame Lonce son auteur la presse Inter .. volution a tenu tte aux nme ou d'un mode de vie colgnreuse, s'oprent les rpu que, assurance e nomatin. Li . L tit Didl L nationale. ga tenrs du progrs conomilectif. La plupart enfin, sans syndica~ d se ~pe~ent at parations ncessaires. tre entier dvouement Vo x x x x f m~us;n . . e_ ~. . er . a Il en ressort tout d'abord que et .,ocial dont les c.onspicaractre propre, tout bonne ~ec d~ Aussi toutes les Organisa tre personne et Vo~e Gou L'architecte et peintre Raoul e~f a1f 'rej~fnctr/s';~1:~~~ que le nombre des itallns' rai.ions n'ont jamais eu q_u'un ment exportes ou importes tatlon de serment comme tions Syndicales tiennent vern.ement de promo on so Jacques est rentr de SalntEtats Unis. dans la CUrte est pass d objectif : freiner Je processus pour tre imposes. CepeuPrsident Vie de la Rpuraffirmer leur attache clale. Thomas hier matin. Raoul, x x x x 56,7% du total 37,8% au d'bnmanisation progressive dant, elles s'accomplissent bllque. votre Excellence a ------------------:--:=:----qui est un peu globe trotter cours des dernires a.nnes. des classes moyennes et des toutes, ces r'folutions, au pris l'engagement solennel L'AIi ' ocatlon ft -Lebert Jn-l!lerre sur les bords, repart sous peu Madame Argand. l'pouse Amlnujouerd_ . 'haulu, lamoeulnsrjen umest~omasses, en contestant les con nom et en fonction de l'hom de multiplier les conqutes pour Miami. Sans doute esu Dentiste, s'est rendue "'"' qutes les plils favoiables au me; au nom et en fonc.tion en faveur des deshrits de DIRECTRICE DE L'ECOLE HOTELIERE D'HAITI, saie-t-ll sans cesse de dcou Montral hier matin. C'est l quemnt par les trangers, plus gra nd nombre. de l'immense dlp.t de son toujours et de la classe ouA. L'OCCASION DU BUFFET OFFERT AUX VISITEURS vrir de nouveaux sites pittoque rside sa fille Monique. dont le . nombre a plus qu Si, l'occasion de cet anni tre. vrlre victime de l'exploitaMARTINIQUAIS.. 1esques, car il est paysagiste, A l'arogare, elle a salue tripl . de 1961 1970. Le versaire glorieux du 2 2 Juin, En cette date faste du 22 tton la plus cynique. . Monsieur le ~--teur de l'E ses mauvais jours, mais qul Ses toiles sont ralises au par son pou."<, par ses filles nombre global des postes re on jette un ega rd rtrospecJuin, il est 1 ble d'afflrDep--•-, en dpit des obsta uu= od couteau, et ne comportent ja censs est pass de 1.322 t sur le chemin parcouru, il mer que, ~'impulsion du cles d;" toutes sortes, Vous -cole Htelire de la Martlque r~~::~u~r-::• :a,.,~ :u~ mals de personnages. (Suite page 8 col. 6 ) 2.260. . est impossible de ne pas trel Chef au coura(<., indom-ptan'avez pas dvi de la ligne Mesdames et Messieurs les nir la comparaison avec les x x x x stupfait en constatant e ble qu'e.st le i'ru.ident Davadoctrinale qui est celle de Moniteurs, Institutions sinlaires des . Hier matin, Monsieur Datemps pe rd u colmater les 11er, les entrep rlse5 tnbreutoute Votre vie, assurer la Chers Etudlants, u1 lui t niel Cohen, un distin _ gu vlsi b h d l'lmpuis M dam M ss1 pays voisins, ce q va~ r c es, fr tmre ln rita" ses des Cayard et de leurs promotion . humaine des caes es, e eurs, le grand honneur d'avoir teur rranQal.;;, a repris rasance les ac wns m J ;comulices seront touioon. r. tgories sociales ,traditionSeulement quelques mots t choLsle parmi tant d'auvion, aprs seuleruer.t une res ef antinationales. es a duites . nant. la Rvoiotion nellement mprises, les oupour vous exprimer notre tres pour accuellllr les tujourne let. Monsieur Coheri, froutements sans gra nd eur devant polll'Suivre sa courbe vrters et les travailleurs Joie de vous avoir parmi d1ants marttntquais . . D'Un •~ qui est dans la mtallurgie, sont responsables de la sta dialectique. plus particulirement. nous ce soir l'occasion de tre ct, ce choix n•a~t a touch Ha,iti pour affaires, gnation patente dans t::a -----------Il y a six ans, les vaillancette petite . fte de famille et peut-tre pali ' entrln et aussi pour bavarder un tains domaines, du re l D la p tes populations de nos neuf pour vous remercier d'avoir . n'talent l'oplniatret et la brin ovnc son excellent ami mis solutionner des prob US rene Dpartements gographi almabJement rpondu no,;, force de persUasion .du D1rec Mario Pierre Louis. Avant me!t portaut priorttaires. De Les milieux Juuma.lhltlques ques imposaient Votre Ex tre)inv1tatlon. teur de l'Ecole BOtellre ' de de regagner Pointe--Pitre, ce l, les groupuscules ont accueilli avec plaisir la Qu'll me soit permis de sou la Martinique, Mofialeur Ber ce touriste' s'arrtera au Meractionnaires n'ont eu rainomination de notre excel..----------xique pour assister la fina son que la moiti du temps. lent ami le Capltaiuc Walter ligner que la vtalte en Hatti ra, qui, lorsde sa preml re Je de Ja Couoe du Monde de ~:us d::~~ tae J::::ale ~!::let DJ~~~: ;:.t:,~ C~:'O=S :aAt~~!e r!~~u:~os d;e~ visite (~u::i:ag:v:r pu apf1~~-:~llf;:~i ::~i:~r P~~= ..,__ 1s D aller D'BAITl un aractre ipcial, et mar Des bOallloas Electrique rn,.no uv les, comme Rdacteur en que une tape Importante nostics : le Brsll sera vainde Pligre sera une ralit. Chef du Nouveau Monde10. Le 20 iufn 1970 dans l'histoire de l'F.cole HO OOllulaireS .r queur. Comute tenu ~es instit~Nous 1U1 adre11so1IB, avec Son Excellence telire d'Haitl. Elle nt,rsen . De grandioses manifestations miies ;n ~-ace ptr d e . nos flicitations, nos voeux , L'Honorable Docteur te la fols l'aboutissement tlons se prparent en vue de !~::::!ses ~~q~e:tese d"o~ c\e fructueuse besogJ)e. Franois DUVALIER. . d'efforts opinitres dploys commmorer solennellement dre matriel. 011 peut :irri,Prlndent A Vie de la R des deux cts et le dbut le 22 Juln date anniversaire mer que le Chef est rest{, fiA-'fll , publique d,'Haitt. d'un courant d'changes qui de la Prestation de serment dle l'engagement qu'il a La Dl.r.ection Gnrale des L'Association des chaut peut tre fructueux pour nos de Son Ex;;ellez:ice l'i:, ~:eu~ nrls l'occ:otsion de Sa presContributions invite .les chefs feurs-Guidu d l'avantde~~ lns~;l1tlfi18. f 11 to t 1 uv; er bli:ue _ en t.:ition de serment comn1e de service et Employs de gartl.e du DuvaHrl!me Ct u8ic'it d . a' ute e p e i~ a drau olr des Prsident vie de la Rpu. cette Administration se i"u vtlateur renouvelle son , la so . 1 e a ssan . e ar a eurs lalr ce s t bllnue Je 22 Jnin 1984 _ nlr au Burea.u Central 8 h attachement 4 son LEA, Son Exdcel 1 enR . c~ le Prside'Hnt bouUnllons dpopu 1 esri se 1 rQnu Toutefois, mir.nx oue les r a.m., le lundi 22 Juin . 11170, DER BIEN-AIME l'ocV1e, e pubUque, l o orga s s ans es p ne P& x sultats d'une politique .,mgen vue d prendre part &.WC rixUme t noratile Dootinir Franois DU .Faubourgs et quartiers popu •-te t manifestations . q . ui auront C48ion du ann VALIER t i,a pe~vrance leux t populaires de Portmattqo.e et nrog-ress... ces i d versatre de sa prestatkm obstine, condition e 0 •entlel au-Prince offrant, de . cet . te la reconversion de l'Baltie'n lieu l'occas on u Jour ande serment comme PRE"" oui constitue une des ta-oes ni\Tetsa.ire de la Prestation SIDENT 4 VIE de la Rle toute oeuvre de longue manire, l'oppor_tunl~ tos les nlus exaltantes de la Rde serment de Bon Excdlenpub~e d'llaltt pour le hale:f1e, ~qr. nous p:i1l::et. de fes~yertiet ie pre:ruvolutton Duvaliriste en mar ce !'Honorable Docteur Fran bonheur de la classe outrr,, de s~~onJ:; les cul netlpa a~ ve ;': t d :: che. Il-lmnorte ,ue cette reo1s DUVALIER, comm.1 Prv~re. ts e ;<>tl . us or , . s afuxqtuelles ta ons qu pi-ore ton tee 1 c-.onversion s'an~r.,toncllsse c1a aident !\' Vie de la RpubllJean R. BERNARD nous ., Olll! , con ron s et pa&Ber en amp eur u s ce vanta,te. que chacun soit caque. . Prritfent de l'A.C.G.H. d'impr11m~r unte EorlentaHtiO(!n lle: organis:es J....u:icrici na.blP. d'auto _ critique cOtlll• Max ME&l.:NT. nouve e "' ~, . te cole .. te' onneur u . u,;,, . en _ truc . tive pour que l'avenir Directeur Gnral. 1 lire q~ a 119nnu elle ' aussi valler. ' Dimanche 21 Jllill 5 Il, 7 Il ef t Il ,r:,t,i:,i: Madame M,ircel Sica.rd est nmtr~P. hict matin d'un vo ynge d'agrment Porto Rl ~o. Elle v . a nas.,; trofi: l nnr •rrols .Jours de pluie. Optirnis te, la voyageuse mm:; dit. ,..,,p son siour a au1111d mme agrP-able. De toute facon. il ne fait oas de doute c,11 lui plus plu qu'il eClt moins plu. Il est jeune, elle est trs ,ieune. Il est Cubain, elle est Porto Ricaine. If est frais moulu de la F:1.cult d'Art Dentaire, elle vient de tP.r serment comme avocate . Luis Rodriguez Vane, et sa femme Lollta sont arrivs :1u pays hier matlM, ~t sc , nt desLe Sermon de la Semaine t Par le Pasteur 'Luc R.. NEREE ,,_ Le Sermon hebdomadatre que nous demande de pablier le Pasteur Nre est lu ausst dan& dtJ]erses Statkm.8 etc Radio de la Ca~tale et de la Province. RESPECTONS NOO'RE PAROLE DONNEE AU NOM SOYONS CQNFIANTB ET PATIENTS Les Serviteurs du Maitre de la maison vinrent lul di re: Seigneur n'as-tu pas se m une bonne semence dans ton chamt,? D'oO. vient onc qu'il y a de l'ivraie. n leur rpondit: c'est un enne mi qui a fait cela.Et les servi teurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l'arracher? Non dit-il, de peur qu'en ar rachant l'ivraie, vous ne d racini~z en mme temps 1e bl. (Math. 13:27-29). xxxx Nos n'apprenions rien per11onne en affirmant qu dans ce monde le mal va c0 te ir cte avec le blen. C'est un fait droutant qui don ne journellement lieu au blasphme1 et . l'injustice. Car souvent d'une part, l'l.n croyant saute la conclu sion que Dleu Crateur de notre monde,"'n'est aua si bon qu'on le peJlae, et d'autre part, te Chrtien de son ct, se crolt autorl.s se poser en Justicier pour Dieu contre son prochain . Un tel tat de flt constttue un vritable dilemme. La Pa rabole du bl et de l'ivraie que ie Seigneur a 111con~ la roule fait voir que ne re11te pas indiffrent ce dile . mme . .cette parabole comporte diverses leons dont un Croyant peut tirer profit. 1 Nous n'allons pas considrer toutes ces le ons. Cependant il y en a une que noua volons souJl gner votre attention, c•est qu~ : Dieu se rserve un Joui, poqr ta/ire d1sparn.1tre le mal sur la terre. Nous pouvons donc faire montre de pattence et de confian ce 1'6trard de Dieu, en ra ce des mchancets, des in justices et de la confusion qui rgnent actilellemen.1 lnll' la terre. Cette parabole nous ensei(Voir suite en page 3)

PAGE 2

•.::r, !.'.J c . '."' T , ~ ~} •o"'f , , . ; . .. . ;., , . . > ~ 1 ~ . , . , . .. , \ , .. ,11., fl!'~,: 1 .. , , :: ,r, . , \lq ~ "'. _ ' .: :,}' N '•, .. . ctt\ ' \ , ; S!!(ALL , . "DO , M~b \10 . ....,,. ~r-,' ~ ~ .)~~ / MAGIC Cltf& \ l t\ . \,,.\ '( 1 :! 'r1 1 ~~ ~~ '" 11:.Pa.@tq1~ ui '. ~" , 1 , . , ' beucoup de nombreux wesUne ~ . e Dimanche Magic Cin terns de production courante un sujet ! 3 h. c. i ; . h. 7 h. et . 9 heure.s . vus. . .) re;s : pre Qu . AN . D Ll!i . ~~ ,. ~ . . c))~'}.~ . . . . ; L. 1 . !1 . . . .t . ' '. ". .. 1 . .. . " . . J . ~ . . . , : ,,.. ,; . , .;: {; , . prts A~ ..lfl .. ~, , ~ .,,_ .. ~ :; ~ . 1 ~, ~~)1:! 4 :V~~ez _ voft ' ~ grand ma tique ~'ff~ A ;w; ; :,e111Mll,' lS' " 1"'; ~e . . 1; J #t' ": t;Jt!.1'' : we11tern,, . beaut du diable ne pourra QUAND LES COLTS SON allee; MGIC ‘INE ' Diman . se dtacher de l'cran . NENT .i.&.GI.AS... ~ est . , .. pl:wi . . Sht _ e 9 . .. . . . t . ~ . f::~• 1.r5 . Qhre~i._.,!._ . hrL.;Ss :Entr . e Gd~~ _ 2.p~ et 4.og . qu'un western, c'est un des e ueures vo ,:uu., ,..,. beaux che.fs d'oeuvre. O'est COLTS SONNENT LE GLAS . une boU1eversahte histoire 3 hres: Gdes 2.00 et 3.00 dans 111.que.e l'mour , et l'a5 hres, 7 hres . et . 9 . hres . venture vont, de pal.J.~. C'est Gdes 2 . ~0 et 4.00 . . un mm , ~~•lep ff~~ l ' ,r i '~ ,. , .... ,4 '3ont mises ~i l viilenoe . : . t A . .. , : , il..~ ~-, _ x,moU:rs passionnes, haine ~m AU CAPITOL pitoyable, marquent et ,aru ment les multiples pisodes . Au mllleu de cette 1stoire tumultueuse, la haine est par fois plus forte que lu. raison; ce qui nous amne des sce nes sanglantes et polgnautes dans lesquelles bagarres, vio lences, poursuites gagnent en intensit et nous fournit une action fertile en rebondisse ment.B. De l'amour ou de la haine. quel sera le vainqucr.t.r de cet te lutte inexorable. Vous serez enthousiasms, angoisss, bouleverss en sui vant ce western puissant, vio lent et dramatique. Il est incontestable que QUAND LES COLTS SON NENT LE GLAS riche d'ac t!on, de bagarres, d'aventu rei sentimentales mens A LOUER .Espac815 pour Bureaux louer, Etage Bulldlng Sedren Rue Amrtcsine . S'adresser au Journal . AU JOUR LUNDI 22 JUIN, INAUG : Tl:.A'L:J:; DU SEMINAIRE DE LA CROIX ROUGE La crmonie d'o.. v~rture du 2me t:;mmal.re inter.:1tiona1 de la Croix-lWug;e, qui runira Port-au-Pri1;cc ies Velgus des SociLs Natio nales et Branches de la Croix Rouge des Antilles, de l' Am rique Centrale, des Et.;,t,s n i s, du canaqa, de la Prance et de l'Angleterre, se tiendra a l'auditorium de la Croix Rouge haitienne, le lundi 22 j u1n, 10 heures A.M . Cette runion se droulera SrJUS la Prsidence tl'ii ~ ;u:.eur du Dr Franois DUV ALlEil, Prsident Vie de la bque. Dans l'aprs midi dbute ront les travaux du Sminai re dont les objectifs sont les suivants : 1. valuation des suites don nes par les Socits Natio nales de la Croix Rouge aux recommandations du naire de 1968 . . 2. change d'exptrlences pratiques dans le domt,,ine spcifique des secours, li . la lumire des cat a strophes na turelles survenues au ..:unrs de ces deux dernires annes dans la rgion. 3 . examen es modifica tions apporte .; au , Manael nour les actions i11 t crnatio nales de secours.:o Environ 20 Communica tions et Rapports pnipars pts participantes et pal la Ligue seront prsents e;t dis r:nts au cours f:S S,mces Plnires . La Sance de cltu re aura . lieu le vendrdi 26 : 5 henres o . m. aprs 1e vote des Conclusions et Recom mandation s . Dimanche 21 Juin 5 hres; 7 hres, et 9 hres LUCRECE BO:ROIA C'est un vritable sujet de tragdie o s'allient, motion, saveur romanesque, senti ment.s p~onns et cruaut. Martine CAROL, qui porte tout le film avec aisance, est LUCRECEBORGIA une fem me qui fut clbre par sa beaut. Cette .tJiographie ro mance s'inspire des russi tes les plus audacieuses du 7me ART. L'amour, ou plu tllt les aventures secrtes de LUCRECE BORGIA, forment la base de cette imposante superproduction en ct.uleurs. Ce mm est comme un db•r dement pasionnel lllusir sarv, fioritures ni conces sions. Ouvrage remarquable ment labor qui retrace les divers aspects de la vie amou reuse d'une belle d!.me de la Ilaute i;ocit italienne qui ne reculait devant rien pour le triomphe des raisons de son coeur ou des appels de ses sens . LE JOUR PENSION SPECIALE Article 1er. Une alloca tion mensuelle de MILLE GOURDES (1.000.00) par mois est accorde titre de penslon spciale Monsieur le Docteur Horace DESffi. xxxx RAITI, 20EME PA YS ivlEMBRE A RATIFIER LA CHARTE DE L'OEA WASHINGTON (IPS) En ratifiant, vencil'edi, la Chart' ~ am~nde de l'Organi saL1c,u <1es Etats Amlicy.10$, Hati devient le vingtime pays membre de l'OEA prendre une telle mesure . Les 4uatre auLre.s naLions membres de cette organisa 'tion qui n'ont pas encore ra tifi le ~Protocole de Bue nos Aires> sont le CWli, l ' quateur, l'Urugay et Cuba . L'on s'attend ce ue tous ces pays , l'exception cie Cu ba, dposent ventuellement leurs instrumi::nt: de r:itifica tion . Quoique techniquement m e mbre de l'OEA, Cuba, en raison de son gouven1ement communiste, n'est pas admis a. participer aux affaires de cette organisation interam ricaine. En sig-nant les documents en prsence de !'Assistant Secrtaire Gnral Rafael Ur quia, du Salvador, et du sident du Conseil Rual A. Qui ,i-.110, d ' Argentine, l'Ambassa deur d'Haiti l'OEA , M. Fern D . Baguidy a dcl a r que qs on pa y s espre que l'OEA entre dans une re nouvelle et prend de plus en plus cons ci e . nce de ses resp r m,abilits de devenir plus active et plus humanise face aux phno mtnes de la faim. de la mi s~f '. , et de l'analphabt i sme qul 1 entrave l'velution sp1r1, , ~:, ~ e .,., mor a le de , , a ~ ll P ples.:o La Vie Internationale LES OBSEQUES D'ELSA TRIOLET PARIS (AFP) .Les obsques de la roman cire Elsa Triolet, se sont d rouls, dans\Ia plus grande simplicit, vendredi apris midi ,Pa.ris, en prsence de nombreuses personnali ts des Arts et des Lettres. Autour de Louis Aragon, on FJ.otait la prsence du comdien Jean I,,ouls Bar:. rault, de l'crivain commu niste chilien Pablo Neruda , de Madeleine Renaud et de Pierre Emmanuel de l'Aca dmie Franaise. L'Ambas sadeur d'Unlon Sovitique Prts, M . Valerian Zorlne, les membres du Bureau Po litique du parti communiste te frana1S, dont M. Jac ques Duclos, des reprsen tants de la RpubUque mocratique du Vietnam et l'ancien Ministre Edgar Fau ;re, taient galement sents. .. " Avant la crmonie, plus de 2000 personnes, avaient tenu se recuellllr auprs de la lpouilie de la fem me de Louis Aragon, devant le sige de l'Humanit, quo tidien du Parti Co~unls te Franais. Elsa Triolet a inhume Blilnt Ar noult des Yvelines, localit de la rgion parisienne o elle demeurait . B~nque Nationale de la Rpublique d'Hati Banque de l'Etat Hatien DeV;S~~ y9 , tr,~ R.J . ~ omptable en ouvrant un cofnpt de fl'q l la 1Janqu1 _ Nattone.l• ~ : _b, .. _,.. ;/_:C,,..; ~ .'" : .• ,,, , . .. -., :. ..:. :: . _ ;, ,>; ~•--. -, h "_<, ,,. f? .:.- Q ' ' ci,,. . ,.,c~ ' , ,. . ...... '<---d :: .. .___. tend la peau bien plus claira ,.i,1.,..,,, ,1 _ai,.,. 1 ! JllmIODB 8URll J:'1' . &lNI D~ Plus dB 75 ,niUions tPoti ont ets . ,tmu, dan3 ls monds.entier J,'B BEORET Dtll '8&.\tJTll a,lllta'II' d• ! ~ mm• da111 Ioule~ 1partl11 du monde 4lUl'.d .. fren\ w,o pl\10 ,lai.,. •' plue. T 10:ulfl rei.ido ' en i. Cnma BUllman'~ 1 , 6 n, ou ,ua •' •Jtpllabaque oolr, la CNIDIII Stilbnaa'• o&h-bl\ le t.alDI .. 'Toua .dqnu uue oomplhion belle et radleUN dalla : ~ :,:~:~ 41 t:l' r !i:ti::P6::_~:; JlH'liru11 quand l• partlM 90mbrw ,-. i t.rout peu a peu . poui la\rti p\aoe puu loll m onL a1a!re o\ plua llmpld• L'excellent Sa.von Stillman'a Eu11ye1 aua,t le BaTon Btlllman 1 1I Ce 11TO:.. d o ux ,~ : d e liatcnnenl parfum, nettoie 11 au 0u pli 1• n oau. Il M\ ldci•I i,our 1nle. Jt\ Creme Stlllman'1 •t Nl 1W11J ua foYon do B . . , ralralchl11~t po\ll !t j, , m111t entie r 1 : .: r PRESENTENT A Cabane Chouroune . . . Samedi 20 J.uin 1970 oERNARDA. ESTEVES -La grande vedette de la chanson Espagnole qui vient de remporter un norme suc~s lors de son PllSS,(Jfl . fr , _ 4 , Sa,_ J11:an de Porto-Rieo, accom pagnee ' des danseurs Ml.LKA & HOBEL. Un trs grand spctacle M pa.s manquer _ .. . _ _ CABANE CHOUCOUNE Choc Publicit .~,.~~~"~~~"""~~~,.~~~~~~"""~"~,.~~"s"""s"~ ~~;~a::t.,~ AVEC LA Mort au ; Rats EM l,IOULETTES ;ii ... GIBBONS OIJlt .. OtJE SOIT . .l ' ' ' ) 3 ' tERAT

PAGE 3

,__AM.BDI ao '1T, DIMANOQ ' 11 JUIN 1wzo POLITIQUE ETRANGERE . 8 1 e : < se 1,1 : •._ , 1 :. ~ 1 '. ,i; ~ 1 11. v ~~li:. 4 ~ , ~:'t~ nrc; 1 11n 1 Quand, DE NOM~REU IRIGEAN;' ~OVIE':\',IQ _ 1;ES.t SO~~ 1~ ,RT~ -M~ES . : ', 1 ~ , 1 , : 1 ~ : --~. ',("; " ' , ., ,. ._!,\i mo 1 1 e Cles au Kremlln, la torien 1:fedvedjev, on peut li nit s ' agit pis des .. , fonctfonsyndicats , est 1 en trai1" , ~;l 4i 1s HtlJJro se membres du Pore que ]!accroissement du re naires de l'conomie qui met runir une coalition . pour on eu portent malades, venu public est compromis, tent en doute la. prtortt. de lutter contre Br!'jnev , m P t se demander: cette que l'on voit apparaitre les la. politique. Le seul concurChelepine, dchu de son 1 aJacue e st -eUe relle, ou symptmes d'une . inflation rertt valable de Brejnev est . poste de . ccontrleur supr t!~~ Q""t-eue \ prescrtet que la productlVit b _ aisactuellement C~elep!ne me _ de l'Etat> en l967 et nom, t ~a nd , 11 Y a peu de se . et il semble que le leader des m chef des syndicats, . . un emps, e secrtaire gnral poste peu important ' pre ::du .P crits pour influer sur les a confirm qu'il n'tait pas dissensions internes . question de rformes sur le , En mme temps, on an nona que le chef de l'Etat sovitique, Nikola Podgorny ne se rendrait pas au Ja pon: il tait malade. Le lea cter des syndicats, Chelepl ne, tait alit; le prsident du Conseil, Kossyguine, tait oblig d'a.nnwer ses ren dez-vous. On murmure que souslov, l'idologue, souffre de tubercu!ose. Pollansk1, Wl autre membre du Polltbro, , est bien en peine de prsen ter une feuille de maladie: cela fait des semaines que l'on ne l'a pas vu . . modle yougoslave ou sur l'ancien modle tchcoslova que. Lnine s'tait prci a:ionc pour la centra,llsa tion outrance et contre l'autonomie des diverses en treprises, ajoute le journal Dans le dernier numro de cPolitik>, l'un des orga nes lu PC soVitique, ori d clare la guerre tous ceux qui tenteraient d ' instaurer la libert de presse et de ru soVitlque. C'est Visiblement l'opinion de Brejnev. En fin de comp te , c'est lut le responsable de l'invasion de la Tchcos lovaquie, de la publication de la doctrine qui porte son nom et de la vague de stalln1sme qui s'tend. Mals un no stalinisme n'est ri~n sans un no-Staline , et tout porte croire que Brej nev brigue cet honneur dou teux . Si Brejnev veut atteindre son objectif, 11 lui faut limi ner les rivaux qui pour raient lut faire concurren ce . Il ne s'agit pas du prsi dent du Conseil Kossyguine, dont l'influence sur le drou lement des choses n sem ble plus tre trs grande . Il Le Rui Husstin (en naut) dP. Jordanie et Nas.ser Ara fat (eu bas) leader des guerrilleros 1U-Fatah an noncent . la suitti d'un meeUug au Palais de-.Hus sein Al Amman i_iu'ils sont arrivs un acoord i.ur le cessez le [eu entre leurs forces . nipn. La libert de presse, crit cPolltlk>, n'ta.1t 11;utre que la libert de fa.ire de la propagande contre-rvolutionnaire>. Le sort qui a touch les r formateurs tchcOBlovaques : n'pargnera . pas les ~forma teurs soVitiques. Le nou:' veau Staline est cad portas>. . comme le veut . l'~ue, il porte w1 complet sur .. mesu. re et une cravate ; un minl Staline, en comparaison de son modle. , Mais c ; est un ( homme qui veut revalori ser les . ides professs sous , Staline. C'est le seul\moyen de maintenir un rgime qui . n'est pas dispos se livrer des rformes. Carl Gustaf Strohm (Chrtst Und Welt, IO avril 1970) . . Par contre, Leonid Brej nev resplendit de sant et de bonne humeur . A Buda pest, . . l'occasion du ving.t cinqllime ann1versa1re de la llbration de la Hongrie, il a soulign une fois de plus la validit de la doctrine Brejnev: ajoutant qu'il n'y avait pas de place pour des intrts nationaux, e 1 'ide internationaliste du socialisme. Quasi simultan ment, le marchal Jakou bovskl, hut commandant des troupes . du Pacte de Var soVie, a insist sur le fait qu'il Ii.e pouvait y avoir cfe dfense nationale, mais b1en une dfense internatloriale commune du socialisme. .. ................. .,._ ...... ..._._.._.._.._..,....,....., ................................. ANTILLEAN DUTCH AIRLli"\TES Chera cliente, NoUB avons l'a.vontaoe de VQU3 annoncer le nouvel itinraire de la ALM ANTILLBAN DUTCB IRblNES MBRC.BJJDJ LM 978 Miami P-alrP P~mrPee ' Aruba :1'1W41 eur~ D11: Ar: Dp: Ar: D11: ' AJ" : . .5.55 .. 11m 6~ pm 7J5 pm 9.30 pm 10JJO pm 10.25 pm JEUDI LM 9'/1 Our~ A.rba Dp: Ar: Dp: Aruba P-mrPt.e Ar : P-au-P.ce 1).11 : Miami :Ar: 9.()5 . pm 9.JO am 1.0JJO am 101).5 am 10:60 am . 13.115 am Pour toutu autrea tnformati..o.JJa V!>M.ez "9.f . re GllfflC.:e de r,pgpge. Les rapports de Brejnev avec les gnraux sont bien connus. En ce moment, on a l'impression que le secr taire gnral du parti com muniste soVitique a exploi t . la crise de l'conomie so vitique pour se dbarras ser de ses adversaires et de s es rivaux . Il y a qulques semaines, on annona sous le manteau que dans une l e ttre, les membres du Polit buro Chelepine, Souslov, Ma sourov et Polianskl avalent v iolemment critiqu l'chec de la politique conomique . Entre-temps, la commlssion de l'Economie de l'ONU a confirm que le taux d'ac croissement de l'conomique s ovitique a regress l'an ne dernire. A la runion plnire du comit central de Moscou, en dcembre der nier on avait parl de o-ro~es 1a cunes et de graves :rreurs commises dans le do maine conomique. A l'po que , Brejnev aval a_!:cus, les haut-fonctionnaires de 1 co nomie d ' tre responsables de cet tat de choses. Dans une l e ttre adresse aux diri -: g e ants sovitiques par_ le physicien Sacharov et I'bls.................................................. ..,. ........ . i, Dl 1 M:ANCIIE , 28 .: ~JflJIM ~(. . . . . . . D a'y a •lien 1 1ae l'oa peat . exercer toa•e sa vie . REFLEXIONS A PROPOS DE DEUX OUVRAGES SpR LA. PEDAGOGIE MODERNE On ~ute beaucoup sur importance la socit, l'organisation des coles, c'est parce qu'elle a. long sur ies coles intgres (entemps nglige dans li.\, pda seignement court et long gogie. Dans un monde sta sous un mme toit), sur les ble, crit-il, le rle de classes ou les cours. C'est ule consistait transmettre ne bonne chose certes que les expriences acquises au ces problmes intressent cours des poques prcden l ' opinlon publique. Ma.is '--H--.. tes. Dans un monde en perp Y a aussi le revers de lam-:) tuel changement, la trans da1lle: force de parler des mission d'un savoir bas sur formes que doivent prendre les conditions qui rgna.lent les coles, on en oublie de dans le pass n'a plus au rflchir sur leur fonction . tant de valeur. Nombre de parent.s trou veront qu'il n'y a pas lleu de s'interroger . longtemps dessus car la rponse leur parait Vidente : les coles doivent prparer les enfants Vivre dans notre socit, rsoudre les prblmes de l'existerice en gnral et entrer dans la vie profes sionnelle . Mais ces formules restent Vides de sens tant qu'elles ne s'appuient pas sur des conceptions ralisa bles . Reste sa.voir justement si les conceptions actuel les sont valables. Les minis tres de l'Education ont pondu cette question par la ngative leur confren ce, dbut octobre. Ils ont d cid de fa.ire plusieurs en qutes sur la teneur et les objectifs de l'enseignement. On se reportera utilement ce propos deux ouvrages de Ha.rtmut von Hentlg qui expose le rsultat de . ses re cherches . Hartmut von Hentig prend la socit comme point de dpart de ses rfieXions. Il se distingue en cela de la plupart des anciens pdago gues . S'U accorde une telle Consquence. Il est tout aUSBi important aujourd'flui d'enseigner les textes auxquels se refraient les rations prcdentes que de soumettre les jeunes un entrainement spcial qui res rende capables d'analyser leur environnement de ma.-: nire systmatique , de soute nir des discussions . de ser leurs propres , o~inions et d ' accepter l'avis d'autrui. Le monde du travail est en perptuel devenir. Le m tier que l'on exerce toute sa vie est de plus en plus rare et Je rapide dveloppement de l'industrie rclame de l'homme moderne la facu!t de changer deux ou trois fois d'activit professionnelWATE•ON Vous tes maigre Voici un nouveau moyen :facile pouvant contribuer mettre rapidement des LI VRES et des POUCES de chair ferme: Le mervellleux nouveau WATE-ON. TIPC‘, Distributeur Place Geffrard. ,!!Il!!!!' le . . ll4me -1es coles protesne minimise pas l'lmportan sionn,elles ne sont plus en ce des problmes qUl se po mesure de prparer les leu, sent l'extrieur mais o. nes toutes les tches qui , on, discute au contraire su.r les attendent. On compte ces 'problmes. 20.000 genres d'occupations Reste savoir comment professionnelles dans l'lnconciller ces eXigences avec dustrie; le commerce . et les la . ncessit de protger d'u transport.s, contre 350 seule ne certaine manire aussi ment dans le secteur de l'en les enfant;, (du . moins lors seignement et 100 seulement qu'ils sont encore trs jeu dans celui de l ' enseignenes). Oa ignore galement ment professionnel. comment mettre certaines d ' entre elles en pratique. Ce Consquence. Il faudrait n'est du reste pas un repro surtout dvelopper les fache. Notre socit est si com cuits d'adaptation et de mo plique qu'il est impossible bilit intellecuelle; les un individu de concevoh ves doivent non seulement un systme pdagogique qu1 apprendr~ Ul'le matire parsoit parfait . L're des grands tlculi re mais aussi les tech pdagogues qui ont marqu niques de l'apprentissage. tout une poque est rvolue. C'st . le sen! II1.0Yen de s1,1rLe travail d'quipe est deve m,onter plus tarll les diffinu aussi indi/lpensable dans cults que pose. la reconver le domaine pdagogique qu ' sion et devant lesquelles il l'est pour la science et la tant de travailleurs l)lus technique. gs chouent. Un mot encore 'propos n faut non s~lement que des ouvrages de Hentig: les les jeunes apprennent lecteurs qui s'intressent comprendre le monde dans surtout l'auteur feraient lequeJ us Vivent, affronbien de lire Spielraum und ter les conflits, contr _ aintes, . Ernstrall>, un recueil d'arti luttes pour Je pouvoir qu'lm cles sur des problmes pda plique aujourd'hui l'existengogiques parus dans diver ce mais aussi sauvegarses publications . Ceux qui . der au maximum leur liberdsirent plus spcialement t personnelle. L'cole d'au~~nf 1 !a jourd'hui ne rpond absolution industrielle pourront ment pas toutes ces exigences ; elle met les enfants lire Systemzwang und l'abri des ralits de l'eSelbstbestimmung >. xistence et les fait vivre Rainer Hagen dans un univers idal, qu' Deutsches Allgemetnes ils do i vent qultter po.ur (la Soontagsblatt, 29 mars formule est rvlatrice) cfai 1970) re leur entre~ dans la vie -------'--professionnelle. Consquence: La salle doit Messe de prise devenir un_ lieu d ' apprentisde Deuil !~l!n~ lafo~r r 7 ~~~~~; Urie Messe de Prise de de l'autorit lorsqu'elle est . Deuil sera chante le lundi exerce par une minorit , :!2 juin 6 heures 30 en l'E o ils assistent la naissan glise Ste Anne . la memolre ce de personnalits qui ont de la regrette Marcelle Dor le don du commandement a lette . vec toutes les consquenCette annon.!e tien t lieu ces que cela implique; l'co d'invitatiol,J. aux par tr, 1 , ;; et le doit tre un lieu o l'on amis . 1 1-E'tE DES PEBES t(.. ~<. ~(., ~(., t<. ~\ UR TRAITEMENTS MlDICAUJC n' ESTHETIQUES , CELLULITE, RHUMATISME, OBSJr, LUMBAGO, ARTHRITISME DOULEURS GASTRIQUES ET HEPATIQUES CONSTIPATION , . TROUBLES CfRCUlATOIRES , ENVAHISSEMENT GRAISSEUX, el~ . .. MAS$0CHO i.~t'Liu.e T SUP(RIWR PARCE OU'A RIPlf EF _ ACTION . . de MASSAGE_ \ l~ i ? '5 i T p a r 'cha11_q e'.s nutritifs . ' I / 1 aba,~sanlla le sio11 / , 3 moy~s thr eutlqu•• LE,MASS GE LA CH~ EUR L'IR RAJ>IA TIO SSOCHO FAIT ~AIGRIR ETjACTIVE ~A CIRCULATION DU WICi ;:i~ii _ ll::~~ 0 ~i;:L~ Dl,ENTE I MIDIATE ':f~11 Ti~M:~Er ( 'imo3;r•~~ll=u) 3.600 p /" ,l#ASSOCl(O " ,{, ,.,,, PRODUCTION .CAL 1N IN . , 1 2, Chau11•• d',11,nlfn , PAIJS . t

PAGE 4

.P.AOB.A _: . .,_,--. , i : \il~ oi11:;~:: ' W ., ,, ;: :, :c, .w ~ :. -_ :: . t ; ',i;,,:i .. _:;-,( .\ : , . ,~< ._:./ :,-,' : ' '. _ _ ;~\;_..\.'•:{ \ ,. '.; >(:\ ',;-.:/ , '. _ : . _ '_' 1,;:_ .. \ -:1 ,-~._;,>/ ' , ' -. '; . . . . 1.-, , , rEru _ rgQUES ,S E , 'I' ' POS'I'ICHE~ C‘NNAIBSENT V~ NO0UE SANS PR~ED?it de bou~ J me " f!nanc'e ri m~h qui glenien't a dcouvert cligasins, les perruques ' ynth cependant. Un postiche ' ~' les sien prend des ' proportions glgan 9-ue . : iinne cette po~sibill~: tiques ne dpassent gur&. ; rti,tt tout indiqu. Coll sur e la ~res . tesques. ' Un exemple:, , une elle . exporte par mois ' 30 / les 50 marks . l: partie dboise>, U al!IIM~!4 : uier, j'a.q entreprise tablie . Dus~el. . 40 tonnes de _ cette pr~cieuclie pudiquement les prem1 : Je me : , dorf a vendu en 1965 pou,r _ se marchandise, A . , Honv A la Foire de printemps res annonces de l'ge. _ On le ... Tou / 81.000 ms.r . ks de cheveux hi : ~ong; on paie Jusqu' 80 qe Francfort, les , pertques peut mme le porter la nliit. qu'u : nois ds usihes alleinail, marks pollr des : , mchs ~:. a la hippie> ont fait fuau ui .. Les postiches pour ~~' ~i!t.tlille n'est } des. En 1967, ce chiffre se imiti . tout de Hong . Kong. Leur re, t ils cotent entl'.e 200 prsent, j'ai l'intention de i lions de marks. Une , compa ,v 1,-lais les prix vont , tomber. prix abordable et leur quallet 700 marks. 'Leur couleur ~ une ~e entiJ raison: la mme ' maison a pralt-U li Il ; ."existe dJi1 ( dits t en ont tait l'article le est exactement celle de la re. ' Pmudes fe-s qu1 tra ~ vendu en 1969 pour quatre perruques bon march ' -".',. plus demand _ parmi ceux couronne de cheveux qui res valll'elit, qui dol~nt prsen1 '. milliards de marks de chemais les cheveux sont' ' '.l'ti.: qu ' exporte l'ancienne colote vers l'arrire de la tte. tecorur, _ . uns eest . ~ -1 t~~usa _ rbeled>e. sLeat _ . veux aux USA. : Souvent, la ficils. Les efforts de " l'!nnie . anglaise. Il existe un ma ce march est relativement ;]li..._ i natte .. siatlque effec , tue un dustrte ds fibres synthtlgasi~ Hambourg, le Post jeune. 5% seuldment de . tous '' --' 'noua : f.Mti ces . conn , tr.Je _ t ble _ n . compliqu ava __ nt _ ques . se son jj\ avrs rentashop>, qui_livre des perrules postiches atterrissent sur .:/:'.; 't dnc oe _ ~ .•eue dit. ; d'atterrir sur la tte de :la bles. Les .c~veux. d'prouques de ce genre, naturelles une tte d'homme. Mais, d'a " son . ,. th~a Focke, ;. Grfltchen allemande. Ls Co vette se distinguent peiou artificielles, des P~ os prs ce que prtendent les seet1 . , 1 cl , la Chani rens, , par exerple, impol'ne des vrais>,et la loncillant entre 50 et 100 marks reprsentants de jla b:r:a?,-~1~~; ; ; -estn'ne des re r, tent des cheveux du Japon; gue, ils les remplaceront cer ' . Il existe des hOillllUlS d _ ont che , dans cinq ans au plus ,.-:.'. P.r~se~1~ _ : du ske dit fai ' -. ces cheveux, les Japonais tainement. Pour un pi,-ofaon dit , pollme1_1t ' qu'ils ont le tard, ces messieurs auront .'i:); , i)ie ~ : ;:#,':1)eU'i'etit pas se; les cint f.it venir de Chine, ne . il est difficile , de ' distin -front et chez lesdcouvert que pauvret de .. pniiettq:del p,Dlll$[e en pu1 et ont livr en contrepartie guer urie perruque synthti, quels ce dgagement>. ne cheveux est effectivement Une vue partille des r.uiuv; .d'Angkor . Vat Je temple ca1nbodgie _ nsitu environ llff ' mlles au Nont Est de Pbom Penh, menac par la guerre. (Handelsblatt, 1er avril 70) . _ 'oll '"nif!' _ _ _ __ e1re , ;,e _ ou _ _ , _ _ la ,_: _•_ des machines, En 1969, la que d'un postiche authentis'arrte pas trs loin de la vice, et ne craindront plus j;ie,r~ectifin. Iifmbreuses ;• .p 1 u s g a n d e en que. Mme ppur '!111 spcialls nuque. rtes / les statistide _ se parer des plumes du au'bie.6 ,$\'eml.ncl&s'I sont de tr e p r 1 se cotenne a ex _ te. il est difticile de , pronon ques prtendent qu'un Allepaon . . son avis . po~t . pour 20 millions de cer un jugement, affirment mand sur cent, _ seulement ' marks de cheveux dans le les maisons dans leurs prosest chauve; un grand nom Lenct111. ,. cperr.yqWl>, ei.t . monde entier. L'Indonsie pectus. Dans . les grands mabre n'est pas loin de l'tre, Les 1 Bntanniqnes rlv d'une expression grecque signifl~ trompe~>. r------------------------------•----------------!!11111-I E1 ; er~ _ _ . : ~t~s cl'.+eux s~ i ~ss~';,, !!,lr la tte q d ils entndent parler de cette tromperie LONDRES (AFP} .La reIIUere ieon ttrer de ces e1ect1ons est que !es lecteurs ont la memoire plus wngue qu on ne 1e en .:;ait geuera1ement, estune auJouru nui 1e .l:' ' mancial nmes. La . longue priode pen dant laqueue le labour a e moouroe .aans les mfncul tes econorruques, dont au m01ns certaines par sa pro pre rnute !l'a pas te ena cee aes esprits par quelques mois ae ouan pos1t1t e la baiance ctes paiements ou de rapide nausse inr1at10mste ues sa1aires, prclse le quotmien er:onom1que et t1 . ment induit le public en er . reur sur ae rsUttat -qui sGrti rait des urnes. n est presque certain qu'ils ont dtermi n le ehotx de la date des lections , et le style de la campagne adopt par M . Wilson. le nouveiLu. ~remier Minische~ue , : , , . . d, \ ~e }Ilinute tre devrit , tre en m:esw; , l'aulll !:. ~e " ~• . ;/ brune sP de Tallser les ' id~s auxql transfdnrie n ": blpndinette, les il croit fermement, mune garonne devient u~e me si sa majorit est faivamp. ,Les armoires de m~-: ble . En particulier, il pourdame rclent bien des sur rait favoriser la croissance prises : perruques de ville, conomique, qu'on ne conperruques de soire, posti na1t pratiquement pas decbeS, fausses mches. accro puis l!.es annes. che-coeur chignons, tresses Il soutienctra ses seconds et queues de cheval. t ~~6f~r:itec~~ La coiffure de secours de d!cale des structures fiscame.dame . a d'illustres les. tres. Il paralt que ClopaLes Bandes Dessines du Nouvelliste Blondie leon, que, selon le J:, mancial 'l'imes, les Gou vernements ne sont pas prts ct'oublier qu'un nom bre dc1s1f d'lecteurs a res senti le besoin d'un pro-,t gramme long terme, et m me s'ils ne partagent pas toutes les ides avances par les conservateurs, ils ont assez nombreux ~ ' reconnai tre que le labour tait ma nifestement pauvre en pro jets . Pour le journal, cette raction est rconfortante pour l'avenir de la vie poh1Ji.que ,en Grande Bretagne . Elle constitue en outre un Mme son c;e cloche de la part du Dau.y Telegraph (Conservatleur) qui souligne que dans la plJlS prs1dent1el le des campa.gnes,l'nergie de tous les instants de M . Heath, ses pressants appels au changement, ses nuses en garde devant les dangers futurs-l'ont prfrs par les lecteurs la complai sance sans grandeur et sans horizon de M . Wilson . Envisageant l'avenir du Gouvernement Heath. le Daily Telegraph estime que Entin , crit le Daily Tele graph, sur le problme su prme de l'Europe, il fera tout son possible comme en 1962-1963 pour obtenir des conditions justes la Gran de Bretagne qui reste un pays de premire importan , ce. tre posseruut une centame de perruques . Parmi 1a nau te vole de' l'empire romain, il tait d'usage de se parer des nattes blondes des es claves ge.rmalns. A prsen_t, les Allemands se pa.r~nt ae , ___________ ,._ _______ ..;.. _____________________________ ,. boucles venant d ' li:urope me ,, ridlonale une revanche chevelue et inoUensive. El avec une franc.hiBe inconce vable il y a quelques annes encore, nous avouons libre ment que nous portons les cnevex d'une ou de p1u, dmenti, un de plus, aux sondages qui certains mo. ments de la campagne sem blaient laisser apparaitre qu'aucun sujet n'avait et ne pouvait avoir d'impac-t sur l'opinion. Au ss i, pour ie Financlal Times, la grande force de M_. Heath a de croire que s1 les problmes en suspens tL les politiques destines les rsouare taient carrment prsentes l'lectorat. ce lui-ci rpondrait favorable ment. Au contraire, M. Wil son pensait l'vidence que tau,, ceux qui avaient dser t le labour en temps de cri se conomique lui revien draient automatiquement ne fois la balance des paie ments rquilibre, con fiants dans la nouvelle assu rance que les chiffres du cbmmerce extrieur don naient M . Wilson. Troisime et dernire le on que tire le Financial Ti mes: Les spcialistes lecto , 'l ACHETEZ AUJOURD'HUI LA MONTRE DE DEMAllf FORTIS La prem1.ere montre automati(JUe fabrique dans le monde est en vente l'horlogerie bijouterie E. BERTHOLD 33, Rue ded'liracles. P~sti;f~pl~~ (..,----.1-.---•w>_,___...,.,_ _ __,...,._,,.,_....,_.,. ._.p""""....,_ Les P_rodnits AVIS HAMPCO aux adresses suivantes A PORl'-AUrflRINC~ Mme. Robert Gaetjns A PETION VILLE Lalue Coles' Market Lalue Boulangerie St-Maire Ave Jn Jacques Deasalines l\'laison c . Riga. Rue Panamricaine :: Delmas Market Autofou~e Delma~ ' . Lue Ch:atelam . Rue '.toussalnt Loaviftm ,; t ,/. sieurs autres. Eri son temps, Louis XIV, le Roi Soleil, dpensait un bon millier d'cus pour une perruque poudre. De nos jours, pour une perruque Ge qualit suprieure, faite la main, ces dames paient en tre 900 et 1.790 marks. Faite la main: on fixe trois ou quatre cheveux la fois sur un tissu de gaze. La gl;l,:Z joue le rle de la peau du crane , les cheveux bent~ comme s'ils taient vrais . Une perruque faite la machine est bien moins ch re. Les cheveux sont cou sus sur ruban. Une usine al lemande, a mis au point une mac~e qui, la vitesse de 3 . 000 points la minute, per met de confectionner des perruques en un temps~re cord. Une fois .le ruban en roul -en escargot, on a l'im pression qu'il s'agit d'une perruque cousue main. D ' ail leUrs, les _ perru(l1:Jes ~ites la machine se portent aussi bien que les autres. Mais .il existe des dames 1 1 qi, pr6f! ... , rent un modle . ~ ]plim 'i ml de Balmain une copie dix fois moins chre. Ces posti ches en escargot cotent en viron 200 marks. REIIBCOI.ES LALUE No. iBO Avis de formation DE SOCIETE D'un acte de Socit sous seing priv , en date du 2 mai 1970, enregistr et dpos au Dpartement du Commerce il est extrait ce qui sutt : lo Entre Monsieur Jean L. Liautaud, propritaire, de meurant et domicili Port au-Prince, identifi au No. 9929-A, et Messieurs Hrvey Sonner identifi au No . 724 . -SS, Lo'u Sonner, i~entifi au No. 725-SS et Martm Sonner, identifi au No. 726-S13, tous trois propritaires demeu rant et domicilis Brooklyn New York, en transit Port a-Prince, il est form une Socit en nom Collectif sous la raison sociale LIAUTAUD, SONNER & COMPAGNY et la dnomination commercia le HA YTIAN ELECTRONICS, dont le sige social est Port au-Prince . , 2 . L'objet de la Socit est la cration et l'exploita tion _ d'ateliers de montage et de finissage pour l'expor tation de pices, circuits lectroniques et lectriques . Le Champi8I,I. du beau v etc . etc . tement annonce ceux qui 3o. Le capital de la So4' partent pour l'Europe, les cit est de MILLE DOLLARS US/\ ou le Canada, qu'il -est ($ 1,000.00), constitu par revenu du Canada et des l'apport gal de chacun des Etats TJms ; avec une technl quatre associs. que moderne et sre, qu'il 4o. Seuls Messieurs Jean es t en outre le Seul capaL . Liautaud et Harvey Son ble de confectionner un ner ont conjointement la si manteau d'Htver Ql soit gnature sociale. la mode dans les . diffren5o . La s6cit a une dutes Capitales du monde. "re illimite et a commenc Est-ce trop demander, pour une perrui1)ft . g,,,,J)Pur un postiche en , ~•-'>Eu t' R~brt F. \Jordan rope? Pour les ., ~t _ f~s> _ \ ; . ns trouveront galement fonctionner partir du 2 des caumes et des panta-, mai 1970. ce sont les , ;tl!J,111, j .,.i r ii ~ ,: . Nouvl . Attach culturl l'Ambassade des USA. briquent des perniqM ' "', J lon.s et un choix judicieux POUR EXTRAIT de tissus pour les lgants CONFORME Il devient de plUs en plus difficile de se procurer la marchandise> voulue. Les cheveux dolv~t tre ~ <"' ~ , \\ -, ~ a~~,W,~'. , ano6'tr~ 8'.nt ; pr!)-:,;: ; , surtwtt . de : hvux ,: , its,ttl i: ques i T , sQri~.,~wi ; l'i)#~e&; t , -de plus, ib!a'tit,se .lw,rr . , d,~r ses oprations avant qu . la marchandise> soit mme de prendre la couleur blonde ou chtain des citoyennes dl} . la, R _~ _ pub~ . ue r _ dra , lf:1f~e ~e , _ i :e~ clievM , t-, teint pas la qualit de s pu1 sont faites .de che ux eW:'Ol)ens, son prix . es en moindre: les gran a asins vendent des per s entires artlr qui prfrent la coupe sur Jean L. LIAUTAUD mesure. Harvey SONNER sssss•sss S. A. F. 1. C. O. U• nom dus l'Ec:OMmle da oays S. A. F. L C. O. Pl• M $: DOMD , esseat1elle&llellt baltl•s aidall! ; la revalortsatioa de la we ••ys-e '-1 ... -" ;:: . F .'-.. :1 -= C ' O ''. ~ . .taie . . e \.\:.,. .: ' . l• _ Da ilii--.de , , ._.: ,, : ,, ': . , . . . _ _ ___ chaqu~ ltatallle li '.: ._ :;; ~.-. ,, ' S. A. F: l. C. O. Ua de sacs de Sisal au servie~ de la Nation Haltlenne Uae lalhlstrle Natloaale 1erY1 de la Nation . ' . ,, I , . . , . . ,,,. l; .:: ; :; ~ s: i. : F. 1. c. o. Lou SONNER Martin SONNER Joly fJrden AVIS iA Directrice de l'Ecole ~J'u ly Garden> avise le,,; 1 )at ents qu't>lle ,,,t t UJuurs leurs dispositions pour l'inscription de leurs enfants au local de 1 tablisseme):lt sis il l'Avenue Boyer No 13 en face des S(•eurs du S
PAGE 5

SA.ME.DI 20 ET DIMANliJ 2.1. JUJ:N -.i,tO C BRESIL:-ITALIE Une >finale pas comme Jes autres 1 gne que le monde n'est ni 1 bon ni mauvais. Cependant, il ne. nous .revient pas de prendre l'initia~lve de d~trui re ce qui est mauvis i,our sauvegarer-cequi•est bon.No tre devoir c'est de nous at tendre Dieu. Car 11otre Dieu qui a le ciel et la terre, est un Dieu de sagesse qui a fix un terme tout et qui sait comment bien fa.1 re ce qu'il a fail;e. Il es~ aussi un Dieu ,de patience, qni toujours cre et attend le (SUite de 1a: 1re Patte} dans la vl du Croyant. Il en dans la Parabol~, le Seign\ur monde de Cllflons et de a fait l'e1tperie~1ce quand n flj,it reIXlarque!-" _que ttuanci les mcha,ncets~i nous voulons jour; 'S'entretna11t avec le "&erviteurs sollicitrent du -viterles pige:; que l'Adver~ Seigneur, 1l fut inspir _ dl,1' ~itre ije la_.n1ais Turgeau cSACRE-COEUR> Lalue DIMANCHE 21 JUIN 1970 cSCIENCIA~ R/DR/ Audain REPUBLICAINE> R/Tiremasoe LUNDI 22 JUIN 1970 ST. RAPHAEL>> amn•.tI .moJaUWO DU LION, R('l;'raversire Porto Alegre et dans tous les villages frontaliers, des per sonnes talent mortes pen dant des d s o r d r e s, p 1 u s i e u r s autres grivement blesses, des centaines arrtes et six bau tiques avaient entire ment pilles. A Sao Paulo,. on signe.le quatre morts, dont 3 sur at taque cardiaque pendant la retransmission du match. Une personne a tue d'un coup de fusil tir acci dentellement par un ami pour clbrer .un des buts marqus par le Brsil, le m me incident tait survevnu Victoria o un fonctionnai re avait reu une dchrge de chvrotine bout portant dans la it;te Dans fos cafs, les dgau: mairtels ont si impor tants (oha.1se1, -verre, et bo:U telllu 'b.se11)que les granta hsltil.t faire des provlsDupont de N,em_our~ le seul VRAI) .,DUCO. pour voitur~s e~d l'TI vente la ~SOCIETE HAITIENNE D'AUTOMOBUJES. compte: Il eut pu en tomber bl, il leur dit. ~Nom, parce indemn1;s des cnteayc.; invl victime. si le 8elgneut l'.e l'aqu~ le maitrn sait 4.u'll n'est tables. de ,1o'rt: acmcJle g _Y1:tit repris .sur l'lle.ure,. , selcin -'pasfa.ciLe de f!re la l.stint• nration perverse et corrom Mathie.16;22 23.::Aus:.i,,c'est tian entre les eux. li exhor pue, notre seule possibilit de . d'exp~rience qu'il exorte les .te au contraire les servHeurs succes,'c'est de faire conflan ch~(llens :en ces terme~: la patience jw;qit' l'poqne ce Dieu, en acc~ptn.ut, .T Villez, votre .adversaire, le de la moisson.su.s Christ cumme notre R diable rde comme. un 1.icin , Souvent, 1e mali_n se sert dempteur personnel. Avec le rugissant cherchant qui, il de nous pour fair du mal Seigneur Jsu.s, nous avons d;vorera>. (~ Pi. 5:) autrui en nous poussant l'assurance de la victoire, si :toment convenable pour ac complir ses actions. Il est en fin un Dieu de ji.wt.ice qui ne veut pas que les bons prissent inuttiement, ni avec les m chants, ni cause des m chants. C'est cette consolan te leon que le Seigneur a vait voulu enseigner la fou le d'une manire analogique, en racontant la Parabole du bl et de l'ivraie. Cette para bole a frapp l'esprit des dis ciples tel puint, au'ils se sont approchs de Jsus, prs que la foule avait renvoye, pour lui demander de la leur expliquer-lui me en particulier. xxxx Le problme de la pi:sence et ue la .1,Jt:J.<>L">~a1u:e uu :Uicl.1 aans 1e muuue, est. au:;;,1 vieux que 1e muncte. IouLes 1e.s gne .. auoru. a i.or1m:; :;e sont touJours p1amt ue:. 1m mora111e.:; ei; ue.s 1nJus11ce.;, qw, a travers 1es sieuos, om, prevalu dal'!t le mouae. Et aune maruere gnera1e, 11 y a touJours eu des mcv1dus a tre conscients qu'un te1 etat de fait est 1nt01er1:1.b1e, eL que ctune ma.ru.re ou o:uue au tre, l'on tlevrait en fi.niJ:. ~e viLable .L'Apfre Jean nous fait savoir que: de monde entier est sous l puissance du malln>. (1 Jean 5:19). C'est l le rsulta~ du pch dans kquel les iils de la bellion marchent encore jet dehors. Ainsi, il nit tout homme. C'est e qui fait que le bien et le :rnal :;ont tous d_eux prsents cl,ans la vie in time de 'tout homme vivant 11ur cette terre .L'ApOtre Paul s'en es.t rendu compte au point de s'crier: ~Je trouve donc en mol. cette loi: quand je. veuxfaire le bien, le mal ei;t attach mob. (Rom. 7: 21). SIle malin s'attache fi, nous, au point ,de contr~rier notre volont e bien faire, ce n'est cionc _ pas tonnant qu'il s'attttaque ce que nous faisons d~ bien. Et c'est ainsi que souvll,l.t du bien nous nous vertuons faire, sort du mal pour notre peine et notre mh,re. V'est l un en .selgnement utl1e oue nons donne le _ Seigneur en racon tant la Parabole du bl et de 11vraie. xxxx C'tait l l'a_ tutu_ ue d'es _ '------!,e Seigneur, non i;eule_ m~nt nous a qu'une prit au J:'ropllete J:,.ue, quand puissance hm,tile s'acharne nous pi'senter •devant les nous sommes obfssz.Hts, con hommes en redresseurs de flants et p::LtienLs, car il a torts, en justiciers, tandis qua dit: wous aurez des tribula nousavons des limitations tians clO:nt; le monde, mals dans notre sagesse et dans prenez coUrage, i'st vq.lncu le_ notr:e cdnnaissance de la vri monde,. (Jean 16.33!). t. Il nous inspire aussi des jugements htifs, tmraires, cont1'e notre prochain, alors qi.le nous sommes dans l'igno rance presaue totale des faits vritables. L'adversaire est si rus et mo.Iin au'il est imnos sible n tre humain de vi vre da11s ce monde sans ser vir ses tins. mme s'il ne devient uas sa vicLime enti rement. Le se1,l homme il. re exception, c'est: cJsus Christ~; Il a tent comme nous en toutes choses sans commettre de pch~ affir m1mt les Er.ritures, dans l'Epitre aux libreux 4: 15). . xxxx Si ;nous voloii.s valncre ce Livrez-vous en ce moment mme au Seigneur Jsus. Il ffY a aucune raison de vous laisse.r trom-per et craser da vantage. par !'Adversaire dont le plan macabre est de vous cluuhe totalement. Ac ceptez Jsus-Christ. Vous con naitrez la vrit au su1et de Lout dans ce monde et vous serez libre enfin, pour vivre dans la confiance et dans la patience, selon la: volont de Vieu oi;,i a fix l'pooue de la MJ!:;sun. Que Dieu vien ne au secou:;; dE vctre foi. AMEN Rv. Luc ,R. NEREIE Assurez-vo~~ 1~ Norwich Union La Meilleure ComJJ(lgnie d' A88urances Etablie en Hati il affronta 1e Roi Achab qui nous nuire et no~ en. em;uuragea le llid.l e..1 u;ruel, trainer au mal, mn.is n, ilous plus que tous ceux qui aehseigne au'il est C:ifficile de va1em, et avlint 1w sur 1e tr e pas tomber vir.time de ses i~e d'lsraeL C'tait la aus~~ ~ses, tant cette Puissance JOSEPH N ADAL & Cie. Reprsentanti:l l aft1tf~ae du /rgpl1et.e P~•~ est hqbile dans la contrefa-• .,_..._.. ___ ._,,.,,, _ __,__..11,,----..u qu a ronta e ra11u r tre con du blen. C'est ruurquoi v-4' .-Utfic1e1 Amat.:.:a parce que c.elui cl, par e compla1 -------------,.-------,---sunce serv11e, icouragea. Jroboam dans le mal pour la ruine ctrsrael. C'tait, par a leurs, mme au dbut uu Mi nistre du Seigneur dans la ' Galile, l'attitude de Jean Baptiste reuctru1t de de, qui par sa Cl)ndulte abo mmable, lgalisai( immora !lL sous toutes ses formes. La prsence et la persistan ce du mal 'ctar,s un monde cre par un Dieu on, pur et saint, constitue un problme. La gnration d'homm,es au temps du Seigneur n'tait pas inffrent . c.e probl me. Et particulirement les disciples taient intresss la solution de ce probl me, surtout quand le Sei gneur avait rpriman\i Jac ques et Jean qui solllcitaient la permist.ion cte commander que le feu du ciel descendit et consumt u:.1 bo1,1g Sam1 ritain qui ne voulait pas don ner gite au Seign-,lil' .(Luc. 9: 52-55). Les disciples naturel lement attendaient de la part du Seigrn;;ur, cte io. lumire sur le problme du mal dans le monde et sur l'attitude dtt Croyant l'gard de ce pro blme. C'estalnsi que le Sei gneur enseignant au peuple, a prop0s du Royaume, vint sur la question d'une mani re analogique, selon sa mtho de courante d'enseignement. Il combla l'attente des disci ples en piquant leur curiosit . Firestone vient de remporter sa 47me victoire, le 30 mai dernier, lndia par la Parabole du bl et de ,. l'ivraie, laquelle Parabole rnapolis, quand AL UNSSR est sorti victorieux de la' grande course de 500 mi vle que Dieu se rserve un 1\, jour P()ur faire disparaitre les, aprs a_ voir boucl les 200 tours de piste et couvert les 500 mil~s, une vi toutes'!es mchancets, tou tes les injustices, toutes les tesse 11U>yenne de 155.749 MPH, sans changement de J!lleU. laideurs de cette terre, afin •. , , . _._ oue ceux oui scn_t en Jsus Flicit la ligne d'arrive par M. R. D. Tlwma.s, Pr~sident de ;la Firesione Christ, ceux qui ont accueilli _ , , _ 1 l'Evangile de grce, 'puissent_ Tire & Rubber Company, Al Unser dclara, a l adresse de plus de 300 mdr~i;:nlendir comme le soleil. l . l l ' , l "ll" d tl t t (Math. 13.43). e spectateur8 qur. 'ace amaient et aussi pour e8 mi ions e espec a eur~ xxxx et d'auditeurs de radio du monde entier, qliil devait sa victoire la puissance Par cette paraboie du bl et de l'ivraie, le Seigneur a de son moteur, la technique de son quipe et la grande performance de ses ,11rojet pour nous de la luml~ re sur le prolume que cons pnell8 Fire.stone. Sur 191 des 200 tours de piste, Firestone mena la course et :t\1:t ~~~a:cAt.,: 01 ~~~ donna 'une brillante dmonstration dfl la performance de ..i, pn~WJ sur le ter:. notre .conduite dans cc~tc vie d doit tre faite de v1g1lance, rdin e course. ge~!ir~!• te~: ,Ea Compagnie Firestone_continue d'tre l.eaden non seulement en lanant met dans la foi. Le Seigneur _ i . , nous a aussi• 1a natu""es pneus pour voilU,-flll de course qui ont fait leur preupe sur les pl8te, et etare dangereuse de ce monde bl' d d .' , ,_ t t d dans 1equl nous vivons,. en i es recor s sens wnnew,, mais encore en cons rur.san es pneus pour voi-~i:e et8:;ar:n:st:Ul~~fJ~~; tures ordinaires qui offrent le maximum de garantie, de sO.reM et d'enduranconstamment contre nous, pout nf<)us entrainerau mal. ce aux usagers de la, route. Oette puissance cherche d figurer. la vrit, renverser tr~~~t re le bien que nous nous vertuons ., !aire. Personne ne dolt se faire illusion sur l'intluencv du ma Un et sur les ))O,SSibllits de cette influence qul"s'opre , souvent de la manire-la: plS ' lnat_tendue et la plus l'.e11yer aan_tie. L'ApOtre P1eri'e,, par exel!lple, ta~t
PAGE 6

PAGI: Il ONFlEZ vos ~IEDS A' --;'._.,_,, .. ,: .. ,, it . . , d _ . VOUS LES AftlRE'Z. TOUJ _ 'OURS .SUR TERR'E , ... ... --......... -.• ............ .... ... ~~---;.~+~+ .... ... -.;..~~'.-~~.... ___ ,.-.; .. ,r:;., t ' ~E.• w T L'Aiiocation de M~u 1 ~bert Jn-P-lerre !itl~ZsHfl~~itr~i~ INST.ANTA.i~ES ,: , . prier nos efforts leur jus prsager cet lan rciproque: vous souhaite, en mon nom LA PAZ, (AFP) .• (Suite) te valeur. Qu'il soit ici remer nos affinits ethniques, cultu propre et au nom de toute Plusieurs personnes ont ci bien vivement de sa bien relles, 1 llngu1st1ques de ml'Ecole HOtelire d'Ha1tt,. ublesses. hier soir La Michle et Giliane, et par Raymond Stanley Reyes, ~a veillante attention; nous es me que. les traditions fondane agrable fin de sjour par Paz, et notamment un. otfison fils Jean Robert, Tra. tem!Jle, et leurs fils Billy et prons qu'il n'aura pas re mentales de nos deux peumi nous et un heureux voya cler de police atteint par unefic Agent de la TranscaribRaymond jr, soht partis n gretter son insistance. ples. ge de retour. Merci. balle, au cours des affrontebean. vau'd.nces hier s_oir. Ils sjour Nous avons de bonnes Je me permettrai d'exprt--------------ments qui ont suivi de noux x ne_rortt Porto Rico et aux raisons d'esprer, car notre mer un souhait, c'est que ce Commani•a velles manifestations tuMadame Jeanine Mnos et Etats Unis. . satisfaction a grande d'ob mouvement ne s'arrte pas -. dlantes prln!iE!'1ement dir1sa mignonne nice de deux Monsieur Oswald Hyppqlite server que, ds les premiers en si bon chemin; notre satis Le Dpart~~~( des Affaiges contre l Gouvernement ans, Dominique Fabius, sont sest rendu u canada hier contacts, nos Jeunes frres faction serait totale si. cette res Sociales compte sur l'es-• et les Etats-Unis. parties hier matin pour ... matin. n y est l!-l pour vingt martiniquais ,toute timidit visite amicale et fraternelle prit de collaboration des Dans la -soire encadres New York. J"ai failli crire deux jours deivacanccs. vaincue, ont spontanment devait tre le point de dpart chefs d'entrepr.se pour que et protges par une double <-pour Laboule>. Vous pardon x x x.x fraternis avec leurs homolo non seulement d'une solldari 1 h . file de jeunes gens, quelque nerez _ ma distraction, lorsque Ce mu'-iu, est parti pout gues haltlens. Nous avons t professionnelle accrue en es proc ames manifeS t a800 tudiants ont parcouru vous apprendrez que MadaWashington le Dr Edouard fait de notre mieux pour ren tre hOte11e rs, mais encore tions en hommage a Son Exles ruestde la Capitale en me Mnos, pour ne pas .conFrancisque, Doyen assant devaht le palais qu'elle l'escomptait. Domiuiau. CONADEP. . . . . qui caractrise l'hospitalit Secrtaire li Etat prsidentiel elles ont dpos que est la fille de Madame Le Dr F;ranc;que va repr ~!~~\u~, :i:i! tr: vi~isi~~::~ 0 ::: des Affaires Sociales ~o'i:~:~tdf:! s1:r ~11;, ~~an J:;:~':3 !,;:iil~~vf i~J~; i:ni~~e!~!r?ceci~{ 1 ~!el'~~~ . chers visiteurs, tout laissait portiez le plus agrable sou a.de de. l'difice un seau de dans trois mois. ce pour le progrs. Lundi pro vnir de l'Ecole Htelire Mort de Veuve peinture rouge sang, sous le X l[ chain, ce comit inaugurera Messe de prise de deuil Le Mardi 23 Juin, 7 heu res 15 du matin, sera chan te en l'Eglise du Sacr Coeur de Turgeau la messe de prise de deuil pour le re pos de l'a.me de Mme Vve Em manuel Saint Victor, le 11 Juin dernier. Cet avis tient lieu d'invita tian aux parents et amis de la regrette dfunte. l'Haiti, de notre Pays et du Isaac Leer redegard impassible de la gar ' Clmence Milot, sympathiune rmon caractre coPeuple Haitien tout entier, . t t 11omique sur Haiti. de'ce Peuple trop cmal aim> Les funrailles de Vve IDevant l'Ambassade des E !;t a;~~t.ra_~~~ ~ae~aa!~~= Le Dr Edouard Francisque parce que mal compris, de ce saac Lger, ne Lucia Natats-Unis, les tudiants ont gu~s vacances qu'eHe vient a salu ii. l.'Aroport par Peuple dont le pch impar drau, fixes cet aprs-mibnll un drapeau l:!,mricain ile p _ rendre en Haiti. J'aime M .CarJ. Alcindor, de la Direc donnable est de vouloir gardi 4 ~ures en l'Eglise du Ba et cri mort la CIA. puis . tion du Protocoie. der sa flret et sa personna cr-Cur de Turgeau, sont elles ont entonn l'hymne lmm le pays, les iseus sunt x x x x charmants, et en aeux m01s lit propre, et qui pourtant renvoyes au Lundi 22 Juin national plutt mourir que et demi, je me .suis .rait pa.s Messieurs Julien Lauture ne demande qu' vivr~ en en cours. vivre en_ esclavage. . , mal d'amis. C'est certain que et L~u;s Jadotte, Membres _du paix et en parfaite harmonie La dpouille mortelle de Plus ta:rd des groupes dje vais m'ennuyer d'eux. MalS Com1te C~n_tral de la C~01xavec tous les peuples frres Vve Isaac Lger sera expose tudiants ont incendi une je reveindrai apres l"t.> A , Rou~e, Ha.It1enne. M. Ca1l, Al de la plante. lundi ds 2 heures p.m. la moto de la police ce qui a d l'aroport Clmence a sa c:ind01, du Protqcole, et d au Avec un profond regret de Salle Paroissiale du Sacrclench ,la risposte des Forlue par Califl>le Lauril1, Pautres pers~nnalits o1!t accueil vous voir repartir si vite, je Coeur de Turgeau. ces de 1 ordre et les heurts lette Le:;.sard Pierrette Marli ce matm de ,1ouve>1.ux qui ont fait des blesss. cotte ~t p~r de nombreux gm'!s RU deuxime Smlm1.ire (Jenny Koeller est la jeuamis' haitiens de la Croix Rouge. Le Dr Jac ne dirlgea.nte tudiante dont 1 _ 1 x x nues Tarrin et M<>dame. de ""~) .. le corps a dcouvert saC'est hier matin 4 u\,;;t pai Ftanr.e. et M,:irl,:ime Amv medi dernier aux cts de ce t.ie pour le canada Mademui D_rnmmond, de Tobago, Tri lui de son mari prs de Coselle Evelyne Lamothe. Elle y mn"d. chabamba. tudiera le Secrtariat mdi "--------Raon~ 1 ons nue ces as~ises Demain le Jour le plus Jona cal. La piquante Ginette de) ln Crolx Romrn se tien Beauvais tait au nombre des dront c ~art-Rn-Prince du 22 amis qui lui ont souhalt bon au 27 Jmn 1970. voyage l'arogare. X X X ia vie intel'llationale (Sulte) libration d'un certain nom. A Partir du D'JMANCH~ 21 JUIN A. 5 Hres 7 Bres et 9 Bres Uu sujet f~inant :. ' Une Histoire passionnante LUCRECE BORGIA. TIRES\ Demain, 21 Juin, sera le jour le plus long de l'anne. En effet, sur les Grandes An tilles, l'aube commencera 5 h. du matin (exactement 4 h. 59 a.m.) et les derni res lueurs du . crpuscle ne s'teindront qu' 7 h. 04 du soir. Dans les pays temprs de l'Europe comme la France l'Allemagne, la Hollande, le Danemark par exemple, le soleil ne se .couhera que vers 9 h. p.m. Au Nord du Cercle Polaire, il n'y aura pas de nuit et le jour dure ra vingt quatre heures. .Ici, je me :;,cns_ un peu chez moi. Non seulement cause cie la lr.11.:ue franaise, mais aussi cause de l'aIY,a blllt des gens, de leur hos pitalit. Je suis pre:;,que un vieil Haitien. Ceia fait trois Iois que je viens en Hati. Ce qui ma aussi frapp cnez les Haitlens, c'est la fine::;se dl" leurs gots, leur seni:; artisti que., C'est ce que ma dlt Monsieur Jean Clment, un voyageur franais. Monsieur Clment, reprsentant de fir mes franaise:.; spciallses en articles de cadeaux et en bijouterie, est rpartie hier matin. Il vient de passer dix jours ici, avec sa secrtaire sudoise Ebba Wachitheister. bre de prisonniers politil 1;-========================:-t ques en change du cham pion, pour mieux accrditer la thse gue les organisa tions rvolutionnaires brsi liennes sont l'origine e l'enlvement. WI-N AGAIN. .,,,, l 1970 INDIANAP0LIS 500 MILE RACE ~-•.•: Winner Al Unser 155.749 M.P.H.(250.600 K.P.H.) FIRESTDNE WINS THE BIG RACES WHER TIRES MAKE THE DIFFERENCE ,;' 1 In the fastest race ever run at Indianapolis with an average speed of more than 16t miles per hour, before an accident caused a tenip'orary slow down, Al Unser driving on Firestone racing tires led the race for 191 laps of the total 200. Unser stopped three times for fuel but never changed a tire. Firestone tires have now won the Indianapolis 500-Mile Race in 4 7 of the 54 rces held since 1911. High speed racing is one .of Firestone's most grueling tests for tires and Firestone tires have WoN MoRE BIG RACES, WHERE TIRES MAKE Tl!E DIFiERENCE, than any other make. This is truly 'Proof By Performance. Fit Firestone car tires ta your car. They give you the mileage, safety, and dependa. bility you want at low cost. See us today. flfHNat, Fitestone Interamerica Company Port-au-Prince Le 21 Juin qui est la da te rgulire du solstice d't, poque o le soleil passe l'cliptique perpendiculaire la ligne des quinoxes marque aussi le dbut de l'ETE. Selon l'observatoire mtorologique de Miami,cet te saison estivale dbutera exactement demain 8 h. 55 a.m. OFFRE D'EMPLOI Aux Doigts Magiques Salon de beaut 38, 1re Ruelle Jrmie RECHERCHE Une coiffeuse -e:xp~ente Heures de rception 8 h. 12 h. A.M. 2 h. 5 h. P.M. Ginette Chrubin Sur la liste des laurats-du Concours littraire sr la Mre Haitienne, c'est Mlle. Ginette Chrubin et non Gladys, qui obtint le -7e: Prjx. Elle est en 3e. au Sa . c~ Coeur de Turgeau. L'ETE ABBIVE AU MONDE CHIC Toujours soucieux at. vous ,.plaire vous prsenr te un assortiment de beaw tissus pour la clr" constance. Tels que : toi le de fil, piqu et popeli ne imprims, de Jowi cr, pan de coton, dacron, cl' pe, rgal, toile de fil drap,_ pyj.maa pour en fants de 9 m,ls 14 e.ru, che~esde nuit et Ki monos pour dames, draps de toutes dimensions, taies d'oreillers, mousU,• . quaires, orelllers, sans 011 blier le savon citron va:~ loy et le savon au suc de laitue. Les mamans trouve . ront aussi paur leurs Bl!l BElS, robes,. chemises, brassires et draps bro ds, couchettes, . serviet tes, moustiqua.lres etc ... vou attemla : AU MONDE. CHIC xxxx Odette Rmy a pris l'avion hi.er matin, destination du Canada. Elle pasera vingt deux jours de vacances Montral. xxxx Hier matin, est partie pour Chicago, Mademoiselle Fer nande Desravins. Elgante dans son bei ensemble vert, souriante, Fernande a pris l'aVion sous les yeux d'un beau cortge de proches et d'amis. ' Le Front brsilien d'Infor mations dit tenir ces infor mations des milieux de l'a viation militaire, prcise que les militaires qui prpa rent cet enlvement font partie d'un groupe de l'Ar me de l'air o agissent des neo-nazis. Ce groupe, affir, me-t-il encore, avait conu en 1968 l'opration PARA SAR qui prvoyait d'enle ver les principaux leaders de la Gauche brsilienne puis de les laisser tomber d'avions au-dessus de la mer. sans parachute, afin qu'ils disparaissent sans laisser de traces. xxxx MORT DE JACQUES HEBERTOT Jacques Hebertot, de son vrai nom Andr Daviel, homme de lettres, direc teur du thtre qui porte BONDA ! ENCIIA ! ~eux nome, .. Une_ association qui va faire du bruit. ENCRA est heureus1 d'annoneler l'arrive de11 gnratricea et pompes portatives RONDA dont elle B1Ssume la dilltrfbution. Mort au Black•out> 1 Finis 169 problme• d'•u Un Saut la Place Geffrllrd pour ehoiair ENOHA le modiile qui vous convient; gazoline ou au diesel : GENERATRICE cPIQtJE..NIQUE> GENERATRICE cLUMIN~ GENERA~ICE cBUNGALOW> GENERATRIOE MAISON DE CAMPAGNE> GENERATRICE cGRANDE VILLA> GENERATRICE INDEPENDANCE> POMPE 2" WL-20 2,SHP. 106 gal.fmin. total head 52' POMPE 2" W-20 4,5Hp. 80 Watt. 300 Watts 800 Watta 1500 Watts 2500 Wat 4000 Watts .170 gal/min. total heaq 92' ACHETER une HONPA c'est Savoir choi5ir ACHETER, 1 EN:IA c'est Savoir acheter son nom, metteur en _scne, x x x x pote dramaturge et Journa ,.. ............ __ ..,...,...,. ............ _______ .. >#, Le Directeur de la Banque liste, est mort hier l'.ge Royale du Canada, Monsieur de 84 ans. OCIOOCIOOCIOXIO!:OOC:IOOCIIXCq AUCAPITOL DU JEUDI 18 AU SAMEDI 20 JUIN A 6 Heures et 8 Heures 30 Georges CHAKIRIS Entre : Gdes. 2.50 et 4.00 LE'ITRE OUVERTEm Chre Madame, Nous connaissoni vos petits. problmes la maison avec les enfants qui touchent tout. Souvent ils se brlent. ..Nous avons trouv un merveilleux produit pour soulager de la douleur des brfilures: c'est BURNEZE.~ est trs ef ficace. Les effets sont immdiats: II arrte la douleur et neutralise l'enflure. _ Si un jour 11 vous arrivait d'en avoir besoin, sachez que nous avons votre disposition des tubes de ce fameux. BURNEZE ce serait mieux, cependant, d'avoir un tube toujours la porte de la main.On ne sait jamais ... Toujours votre service. Don Mohr Sales Corp. A~~!~~E!!!N, 1 ::;aacu:1 = Cl CC C aoe=c:oc O CICIOCCIHC:OCiOCCC '"' ................................................................................................. . C:/IIRIBRIR EXCELLENTES CORRESl!ONDANCES POUR LE CANADA, L'EUROPE ET L'INTERIEUR DES ETATS UNIS DpaPts poal' Miami et Montego Bay L-undi Vendt.edi Samedi JJ h A.M. Dpa"!s pour San Juan scuu escale Matdi Je•i •Vendredi.a 5 h 55 P.M. Toujours avec nos FJE.S'tA JETS Qui sont plus rapides, la cabine est plus ai,aoteuse, les siges plus confortables. Vous aurez Z'fmpreasfon d'~tre en pr~• classe au prix touriste. De la place pour ~endre, vos jambes, et ce sentiment 'appartennce-. qui vous .r.end l'atmosph.~re complttement amicale. ~ r.;\;, J ' CONSULTEZ VOT!t.E AGJllN'l' DE VOYAGE OU NOTH& AGENT GEN&AL DES VENTES . . . LA PANAMBROAN Cftd cle,I'~:TIR,: t--!OI_C ' . . ... > . . ,, . , cc ' J , ~'