Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text






rt —— FP HUOMANAY Us

fae











’

She Neuvelle Station”
Ee Ne epee

.+ Comme on ‘le verra:-danid' ridtct.
’ grande annohite'! ptiblicitilirg6i' ~
Page 3, ln statiop db radicdiffa-.. -

‘gion ¢Rad{d-Méteopoles* friaugure<

demain - dihanché’ 8 "Mars ses’!





Alfaire qui détraie

ronique











je

aehe >

- personnalités Framteaises'









all :
3 H an
an .
i -



Ye

L'Offensive justifiée de-
clenchée . par la polioe contre
le petit groupe d'adolescents

jeunes ont-olle tdté de la dro

.. gue de leur propre -
ment ?

manves”





émigsions, °

‘Nous saluons''}inavguration de |
' gette nouvelle ‘station moderte |

et félicitons son~ teur Mr.





Bla recherche



Gua

‘du diptemate











. as digs




par Jacques de:Lacretelle .




ty Fag o

Paris, Editigns Stendhal, 1927.’
cL’ame cachées. Nouvelles («La




atchement initién 4 - Herb: "wesc gradings ee te Hi .

vu ae ete a asuation Crest la ne interrogation nor- ; “s Herby Wider ° oe Len labo “GUATEMALA (ABP) _ .dons:-de la libération d’Holly. mort..d Hippolyten «La belle. jour -
dans toutes les lea haf-. & male. AT ‘en souhaitant du succes et fruc- Tad Even de ta poliee guatemal- eae réclament entre watres ‘i : «Le Ob psiat cache ” étroites :

i . 3 SP oka GA Sw .: euse oe , ee, cont aujourd'hui ‘Jes libération de-quatre guérileros a, Obrist aux. bras.

eee reli ch cmant seen curs 7 Des clients jounes, de préfé * pole besogne & Radio Métro- " vaghérctits pour retrouver Jean leur remise & l’Ambassade- du ria, Gallimard, '

trop de facilités accordées
cortaing jeunes: : quélqmed une

rence, et pourquoi des jeunes? «

Pour deux raisons : D'abord,






“ quw’on note dans maints’ domai-

progris’

‘Le mouvement de



a 7» Chargé des Affaires “Poli
t get Sotiales de l’Ambassade

xique;-48-h, & partir de la:date
kidnapping de Jean Holly. :Cel

_f Histoire de
Paria. Flamm:













oe . Sg hey ils se comptent sur les doigta ¢ \ ompl-, idf Btate' Unis d’Amérique, kid- ci sera fuaillé, au cas ot e
over ‘eure Ore eeemente les adolescents qui parvien- > nes we 1a vi nationale, se mani- upppe vendredi par les forces ar- ditions ne seralent pas remplias, :
que les parents n'arvivent pas nerigt d discerner le straas de - es od ans ‘ie to de la igen rebelles (FAR). Celles-ci Holly es, agé-de 41 ans, marié. -
rouvent a contréler; Uinfluen- léolat réel et précieux. Ce qui. presse et la radio,’ Le Me di t annoncé que st’ 414 hres. 30 ct a cing enfatts. Il est entgé
\nerrict importe pour eux, c'est qué ca ® hénéfidie .de cette ition. ditianche, on ne place sous la :

ce délétdve at pernicteise de

cartainas bander cinématogra-

hi _ a juatifie t ces, on a bien le temps dy: lité. Le service a public s’amélio. ¢a ~quatte dé gscs membres, ac. Colon (Panama) Mexico, . Rott PSE lene: vo ce
legitine action de “ron lacie ponser, Ensuite, la coterie des, re. Dans le dom do la presse et te Jement en prison, le diplomas dam et La Nouvelle Delhi. getty beat ; “8 coh 8) ©
du Gouvernement de la Répu- jeunes étant fermée aux adul-7 de Ia radio, Yon assiste:& un phé-; 16zf0rd-américain, sera fusillé, _ wy ae §* co! 5»)

brille, Quant

- tes, Ie mal a toute

aque conséquen- %

latitude ~





Lire de V'Ambassade mexi-

a Kidnapping a provoqué d’au

dana le service diplomatique , 4":
1957 et a occupé. ded tonctions.-& ;

xxx .
LE CONFLIT ENTRE LE

























BAT

191









ique-— ibilité d'ven og ye q LS...
pe ation pert wn “me pour oorroder sa proie, avant - Ricot Mazarin, ‘une voix aimée, qualités et la compétence du /pro- tant plus d’émotiom qu’il — sur- SALVADOR ET LE HONDU | te oath
- ter éléments ayant goité a que le secret ne transpire. . voit le triomphe se dessiner. C’est fessionnel sont He plus en plus Yignt une semaine apres celui du RAS a . ae .
ei vogue a Pétranger, autani Dion le terrible danger qu’en- 98 jeune talent qui représentera gollicitées. L’organisation s'impose VHancelier guatémaltaque Albér- WASHINGTON (AFP) . a. .
‘de facteurs qui sont analyaée court, cette jeunesse ot qui ex: Haiti ou foe dime Fenftval de Ja pour un meil] ment et to; Fusntes Mohr. ea u . . ts : —— . Ls La nta
millea, pliqué Vaction rapide du Gou-g C18 i re ico un plus grand rendement des .(*0NY 5e trouvait ‘dans sa voi =| Une commission de concifia- wen o.: a GL Sot done eee
dom a acenies 10 a vernement gui entend la proté’ le 10 Mars: prochain. diffecents rouaged, La nécessité de {¥te dans une rue’ centrale du tion de lorganisation des Btats-. Ble 14 Juillet 1888, rma- * Betas dures AES

prave affaire.

ger contre toutes. les plaies,
contre. tous.leg vices, PQUr sai

Ricot Mazarin, un artiste ori-
ginal o, attachant, vient de l’em

l'information, comme celle de la
publicité est de plus en plus re-

Guatémela City quand deux au-
tomobiles, un

BMW et une Dat-.

ins e’est réunte hier pour
étudier la sftuation entre le Shl




id (Sabne-et-Loire) d'une fami
B qui ptalt d&jA parmi les

Dada Jacanan, i aii
tmpresaiio de ia pope; Tote

Apeuglsé, durl'te QRER ce silnier Io'witalité ‘mornle de Porter sur. toug les autres. jgunes " "sof, transportant 8 hommes im vador et le Honduras, aprds' les deud membres de VAcadé- mation catte revelation of par la wire cette jeunense. On congoil dew aul righdient’ |Phonmeor daller conmue da grand public. Lee or sobilisérent Ia sienne.- incidents survenus entre les denx francaise, Charles du Lacre- chleu>,

émotion quielle nd pax iman-
qué de causer par aon caracté-
re inoping et subit, certains
sont tombés a@ bras raccourcin
sur la jeunesse en général,

; dressé Voreille et ouvert Voeil,

Certes, des jeunes de che2 - Jorequtun imperceptible frise- qua Prete - Inlagsubjoment ses dons faisons de Ventrée ie X divers organes d‘informa- de ta zone frontikre et Yunion de drie, Florence) §

uous, calquant téte baisséa lis a fait bouger les antennes i fee Mini Tae Car in anita d 4 me ran je es vvelle Hons un bulletin dans lequel el- beaucoup plus d’obeervateurs mi ‘Bait des postes”” diplome

ceux de Cétranger, sont deve- quielle avait habilement dissi- autr - p ans laréng de now tae oy prenaient la responsabilité du litaires de I’O E A, révdlent des, JHoqties de Lacretelle est entré, ~ xxx

nua d'une excentricité impen-
sable. Mais la vogue dea: yéta-
ments invraizemblables et le
port dé toisons absaloniennes,

lora que la police qui est Pun
naturel soupconnewx, et c'est
justement la Pune des qualités
qui fait aon effieacité, ait

mulées en des points stratégi-
ques. Nous voulons parler de
ses moyens d'information.

représenter le pays A ces joutes
musicales.

Cette nouvelle ne peut que ré
foutr les nombreux fans de Ricot

Te.

L’année ~ derniére, c’est notre
Grande Vedetta Hansy DESRO-
SES qui avait reprsenté Haiti 4

ganes répondent de Dius.en plus
A cette néceasité et enfin de
compte Ia qualité triomphe. La
compétition est facteur de pro-
erés, a re .
Ces considérations,



tion «Radio - Métropoles qui re-
joint des ainés qui vont aussi de
Vavant pour garder leur place
de choix qu’elles ont su ge tailler

ang
nous les _

“-Peu aprés, fa police trouvait
abandonnée lg voiture d’Holly, a-
vée ses document d’identité, Quel
.qpes heures plus tard, les forces
armées rebelles faisaient parve-

Yapt et soumettaient ies condi-



La commission, présidée par
Ambassadeur nicaraguayen, Guil
lermo Sevilla Sacasa, era *
voion

demand
aux 2 pays la dénijlitariseti

sources de 0 E A.



‘Au Compte - Gouttes.



telle et gon frére Pierre-Louis#
‘Le grand pére de Vauteur, lui-mé
tue écrivain, était l’ami de Lamar
‘tine. Aprés une eng (hasée

Vémanger - (8 f



‘Adix ans au lycée Janson de Sail
yy & Paris, pour y faire ses étu-

: _Engagé volontaire



commercant ‘plein d’allant, eq?
parti hier matin pour New 24
York.
nous a dit Dada.

sautmla-bas; dans r
a: nouvede








net

Célestina Pagani, secrétaite.
epne, originaire de Milan,,

“est “véhue s’approvisionner &:

toutes ces extravagances me Nous formong le voeu amv. 2 Festival Annuel de Mexico et pour répondre & l’attente du pendant la notre stand solaire. Dés sa>
i 5 i te- 30uUs PEL, NOB Gimiers arrivent : : * ublic. igverre 1914-1918, il bli Years 2 .
pourraient étre les uniques nu t é de cette importante Nos meilleura voeux de succés Public _ ier livre da publia gee descente d’avion, elle a décov-,

nants et aboutissanta de cette
tentative d’implantation de la

enquéte; une fois qu'ils auront
découvert et agséché radicale-

accompagnent Rieot Mazarin.

Salut a Radio-Métropole |

par Raymond Philoctéte









ran fe les rayons ar:
; position per:






drogue. . . eer , : x ; we ;

. sté sont ment la source de ce trafic [ ee coe , , . Prix du roman | i kai iee, _ ff

tea" ete: oen 4 Crest ° ia inavouabls, les jeunes de chez A la YT herche d: vieill p . ’ Dou vient le mot race? temps, un véritable braasage... ‘gpige (1928) allaient » we 1, :

question. quion se pore ef que nous seront soustraits a ce eC z l es y aN 1k vidermment, A ne nous C'est ainsi que l’Angleterre * hon Commoner son oeuvre roma xxxx F

lea services qui

danger toxique qui les guette.

Seed.

tient pas de donner, des

ét6 ovcupée par des «peuples»s du









De ye . : - t les ° aw Ont. | ‘ SCRA Baad t a hay
t ntré dang cette triste En attendant, “putssen . ° ae dans “tétymologie. type Cro-Magao rdiq’ . . ‘Mine Baddche a ‘pria:!'

aifaire “toute leur vigilance parents serrer la vis, s'ils ne met es e iec ure — jones perme Geant Sbsewe. Mals in, per les Rervégiens Nor. Il 2 accompli de nombreux voya vion hier matin. Il a ae eter
et leur efficacité cherchent voulent pas gue, dour Progen’ (a a nous pourrions faire remarquer vreids, les Damois et les Saxons. ‘Grace Vétranger ‘(Egypte, Italie, | blir & New York. Un grand
aaus nul doute & trouver. Ces ture leur 8 le ! LA METHOD DE PIERRE PY-POULAIN DELAUN ¥ (1719) dge_les anthropologues Vout pai- : : are < eye es fiombre de proches et d’amis.

Le «World-Trade Center»:

Le Port de New York, recon-
nu depuis longtempe comme la




conatitueront un vaste public cos-
mopolite dont les Jocataires pour-
ront .profiter en exposant leurs



par le frére Clair

_ Educdieuy, iittre de pensian
a Paris, Pierre Py-Poulam De-
launy inventa une méthode de

“

connais qui, ‘croyant éviter cét:e
muet, font faire a leurs éleves
des sifflements de gosier ou d’ef



dans le langage populaire qui.
‘g-gon tour, Vemprunta 4 la Zoo-
gechmie... |

“~~ D’aucnna: croyaient y_yvoir uv
dérivé du latin” radix’ (racine).

C’est ainsi: que la France, 2
Vépoque pakéelithique, a &é le
point of se sent. rencontrés des
groupementa humains différents:

wfe- Werthal, Cro-Magnon, Chan-
+ Ge "dernier, par za dole.

chocranie carénée, Gvoquerait, d’a





dapdcar, He Ma
fectiés & l'occasion.
de conférences?= **? ** &





“Tai ont souhaité ben voyage. ==

oy
xx

x . Fine

M. Tulio Ricardo Haylock,

Teekay

lecture gu’il expérimenta. pen- trayantes contorsions de bouche, P . / . _ : 3 ~ aujourd’huj des tg . Matin. Puissent’ les charme -
dant yuinze ans dana son établis pour leur apprendre -& épeler "on dros chovche i aPeiglie "de ee pre en tomiste Testut, Tee Es- Légion d'Hbgnous or Htulaliee x “pe PEt ae vr ws

sement scolaire & la satisfaction
générale des familles.

En 1713, avec plus ou moins la
velléité de publication, il la sou-
mit A la critique de l’abbé Bi-



a lire,sans faire attention qu’ils le
redoublent pour une consonne
jusqu’A sept ou huit fois.»

Au XIXe siécle, Tolstoi, pour
se moquer des tenants de la pho





vocable dans le mot syriaque ra
ca, qui découlo de I’hébreu_ rek:
mais ce serajg nous risquer, le
mot raca étant un terme inju-
rieux, et V’hébreu rek dont il dé





Il faudrait également citer, par
mi ceux qui ont oceupé la Fran
ce, le groupe Grimaldi, dont Jes
traita rappellent les types négroi



plusfeurs ordres étrangets. Pré.

sident directeur général de la So
«iété fermiére du journal «Le Fi
garo>, i] assure aussi la présiden
ce de plusieurs sociétés littérai-














Liéminent ingénéeur Franck
-Jeanton et Madame sont ren-

trés de St Thomas, ott réside




i ' ommerce inter- = s P . . . : L v i
ve gonal Ia ‘plus important 4 ite aux divers emplacements gon. Ce savant Pe ae Gow. mena tort oo vaste 3 aLinstite ibe signitie au propre : : * f o , ier as et 2 figu > VAmérique, va bientor mg i fs a cet iiettet. i jet — y trouya‘de forts grands teur_et ses. éléves se eassent la aw. - sinsenaé> ses oo oenne dart des sped mo aa _ Tre e fic. SePeys leur gracieuse petite - fil
on des he a 5 “7 bP 3 . , i .
Demnuntes, ia ligne dee | gts di Oe zieWarta 2/anthee ot Teutour, Otte mé Lérndit Omar Bloch, dutour valt le sens exthétlque t's pous er ie’ eyelg rents» :
cle] de Manhattan. : A‘ » Infos : tea a OE node eut ensuite d’attres appro “appellatior., Delauny ne ss In yotdonnals Taientor fe ave 6, ainsi-que daatteoueils ¢ avel- xxx
Tl s‘agit de in construction vira de bureau centra, d'in oatio. bateurs distingués par leurs ta- veut pas cependant renoncer A avancera 1a-dessus son opinion Pureté raciale :.un mythe, donc! les, ont 6tabli le talent du roman os
du ¢World Trade Conter>, un ton pour le ‘commerce aera enes lents et leurs lumiéres et Yexpe- Vépetlation, mais il la simplifie Bien qu'i ait des doutes sur ve. cler et du conteur. Une étude d’a Elysabeth Wimbetg, medecin

complexe composé do six biti-
ments comprenant des tours ju-
molles de 110 étages (mesurant
chacuna 412 métres), qui seront

nal. Il permettra aux
d'affaires américains et étran-
gers d’obtenir, beaucoup mieux
qu’ils ne le peuvent aujourd'hui,

rience a montré depuis que l'on
pouvait s’en servir avec benuceup
d’utilité.

Delauny, encourage

cur fl fait étudier «par coeur a
son éléve, un cerlain nombre des
song (on, in, ou, oj, an, par exem
ple), de congonnes ou de voyelles



tymologie de ce mot, i! le consi-
dare comme dérivé de Vitalien
Tazz.

~N

De beaux gestes
‘de solidarité

dolescents observés d’aprés leur
origine et leur milieu ( manns), des portraits de femmes
(vLes Hauts-Pontss) ont mérité

uméricain de Chisago, est ve-
nue godter, elle aussi, les déli
ces d'Haiti. Woug lu préspn-
tons nos hommages.

. éeis ot per par ees Goubl tripl WY faut pr . 4 Vauteur sa réputation d’analys :

jes buildl Jer lus hauts du des renstignements pr . aa : ai oubles ou triples qu aut pro D : e . ; . r y

monde. Lee travaux de conatruc- tinents concernant — les rogle een a a ea noncer d'une seule voix tant en vloie i la woe mot race. " Hier matin, sept Gtudiantes du te des coours. La pureté de Ia for rx KK

Hon svancent rapidement. Il a ments commerciaux, les marchés eee gon aaenuacrit a Pim a epelant. qu’en Hsant.> Le . Lycée Dr. Francois DUVALIER ™6, le choix minutieux des ter- Uranie Bont Po :

6té préva que les premiers Ioca- ¢t lea perspectives dams le mon- 1719 aay Démec, de plus en plus intéres C’est ainsi qu'un manifeste de Pétion-Ville ong une syn- ™es, constituent les qualités de ing jours a San Juan.

taires emménageront avant la de entier. ee eaatule ouyra “aah st : du 14 Juillet 1938 reve SPE. Biles ont été immédiate son style. Cos mames qualités ae que cing jours a Ban Juan.
- a p 2 ¢€ st :

fin de Vannée. Ce projet a été
mis en chantier en 1066. L'aché-
yoment de Vensemble du projet

Pour assurer su Centre diin-
formation une efficacité maxi-
‘mum, la régie autonome du Port
de New York a collaboré étroite-

thode du sieur Py-Poulain Delau
ny, ou l’art d’apprendre a lire
Je francais et le latin par oun

ficulté— Que fare
qui ne se pronoféent
C'est bien. simple,’répand “3
lin : «Jas argue stout’

aé, lui fait part Tungaa eid














ment transportées 4 la clinique
de consultations la plus proche
par les soins du Directeur, M.
Max Cantave, de Mme Léveille,

retrouvent dans ses relations de
voyages («Voyages on Gréce>),
ses recueils d'impressions («Dix
jours a Ermenonvilles), («Réve-

Elle s'y était rendue pour af.
faires. Son retour nous cause”
de la joie.

qui couvrira 6,5 ha et dont la ; nouveau syatéme si aisé ef si ni ay ye Ma . 1 ission Com- vies romantiques> ou ses étu- KX RS

construction est aseurée par la ment avec des compagnies qu! turel qu’on y fait plus de pro- ns lettres Tropes .ou itali SRE: ee ee membre de FE oie i on des criti ae mattees t les
régie autonome du Port de New sont parmi les chefs de file dans gras cn trois mois, qu’en trois lieu que les autreg sent ator alg; alle! ont! munale et de Mme Paul Véricain. ; q fe nalts : e Madame Robson Walton
York eat prévu pour 1978. le domaine des communication ans par la maniére ordinaire.> naira ee non seulement Jer ets” tant foyer de la Renaissance. wer 5 ice au Vill au de la Ca- ami): oe galerie aes 8 Hélen M. Wilks, -Amélio ‘La.
t + oc- pour étudier le systéme de com- ; t : we . es lettres rouges ou italiques ‘, on- Ville. . ! me
Les premiers loca aires is Prunications Ie plus avancé ja- Hélas * te livre Wweul aucun pour distinguer les lettres qu’tl On semble parfois oublier que Le Dr Louis Wallon, qui x Hato, Horst Buchdls, Driss Bel
cuperont les ‘bureaux du succés pres des pédegugues, au 1 } ait 6b retenu A Port-au-Prince xx ghiti, Eugéne MoDyn, et Al!-
Center, formeront |l'avant-garde mais congu pour une application ,r4nq déseapoir de Vuuteur, si faut passer en. épe ant sans lex Vhumanfté a connu, au cours du ae ais oh a vn arr va juste b fréd Johnson agnt arrives
des centaines de locabaires ve- commerciale. D’autre part. UN Gien que son fils, en 1741, pou- hommer mais jen mers ce tou &P 1h 90. >» BIBLIOGRAPHIE dans le pays hier matin. Nous

q temps 4 11 h 80 a. m. pour pr y

mentaux ou privés gui jouent un
monde qui ont réservés des lo-

Institut du commerce mondial
sera rattach6 au projet et sera
eonsacré a Véducation, & la re-



vait Gerire : «Le peu d’exemplai
res que mon pére en avait fait
imprimé ne fut pomt aébité et









dans la lecture pour marquer tou
tea les lettres qu'il ne faut pas
prononcer en lisant. Lorsque ve








Violette - Baccardi






diguer les soins nécessatres a
ces jeunes élaves frappées d’une












«La vie inquiéte de Jean Her
melin>. Roman, Paris, Grasset,













formons le voeu qu’Haiti Irs
conquiére tous.

caux dans cet ensemble. Déja, he it faitement lire d Le tech Vi cardi sorte d’intoxication et leur pel- :
. romotion dans r . oo ay wa con, eve salt partar ement lire dans | mate! iolette - Baccardi . :
des_ entreprises privers ou ss cherche ae promotion mon- la méthode demeurée imvon- je lyre of est cet arrangement, s'est terminé sur le score 1-1, mettre de regagner leurs dcmeu- 102 bermann» Roman. Paris xX
services de Yd erm dial jue du publics. je Vaccoutume ensuite dans des Buts de Elius (arriére) pour le ae en compagnie de ced deUX (.oiinard 1922 , ‘ Hier matin, M. Rodulphe Cas
pays sont repr : y ‘eet : accardi en lére mi-temps et .dames. — .,.., : 4 ’ weant: on
les futurs locatatres, et on sat A Vaventfy! ey GGAlix Ble, en ,feconde mLtempe: "De beatixgestes de solidarité «La Bon man, Parts, era commerganty _ est rentre
who, neo THE yor an rane Hine > segue GH Import oa bo + eae sai Shea
re’ mtés augmente encore dic ane ° 3 ria . . Custera
a MTachéveriont des travaux. er a hom qui voyage souvent, pour afta
Parmi les services uverne- n ew res, a persuadé le jeune Porto
menatux ou privés qui jouent un les tours J d Ricain Francisco, Holmo de vi-
réle indispensable dans le négo- ¢Trade am i siter Haiti. Noug * souhaitons
ce international et Vexécution \importance G par de vagtles indicatfons tahlement. an inoubliable séjogr a M. Hol
des formalités relatives au com- nations; pour tous les citéyans orales qui semblent un peu far- Il est regrettable que ce nova- L'Affot , . . . mo. gos
, de tows les pays. felues et par les considérations 4 s , ffoire Shakeapeare comporte- t-elle tous les éléments de =
merce ‘mondifl et qui aurent leurs Jes pay senteul thécolgiques ues edans reur ne fut pas compris de ses Tenquéte Policiére ? Anniversaire xx ee

bureaux au.«Trade Center», on
compte dés services @attachés

.-
rt

4

i
i

un ‘petit in douze>, composé par





contemporaing: car.
vorlt Je |




son; pystéme, .-
estpcertaine- |



ose, &tre

; tpar. Widner Gérard Vital-Herne

Lag
M. Toufie Airfat qui a déji

. ; " ligieux dominicai Delau- ; oad 4g. 4 5 ‘

commerciaux de missions d’achat 0 re ae See Sorababe " an ment Pune dea tentatives les plus . Un de nos confréres les plus ac passe quelque temps aux E-
et de représentations commercia- ions, il mit en remarquables et les plus scnsées Le chancelier Bac , her j Ms Whitin W. M. R lifs est entré dans un bel age tats-Unis, s'y est?xendu dere-
les de divers pays, d’agenta en GAOT, } qui aient é6 faites pour sinapli- er Bacon qu'on sup # er in a Ms itin W. M. R. cette aemaine, celui de la pleine chef, mani de soh-wisa de rési

Douane, de ‘syndicats profession












u










é



avoue de le:






dence. It est allé’rejoindre sa

, * ; AV Oe ee eS en a “ maturité : il s’agit de )’hebdoma
nels, d@exportateurs, ’importe- oe eek aii eigen était un Homme — Qui était co myatérieux W. M: Gatre OWDIPE. . femme et ses énfants. Nos
4, de tranditaires, de ban- jo! 7 ceo 86 2Dotlky 2 uiiite:: ‘ent; philoso ee? Le socré e de ‘Bacus “ae . meilleurs voeux l’accompa-
ee ‘internetionales, des compa- rel de chaque consonne> (par ex Agent ‘du Nouvelliste ph nthle, ei/xe la méthode expé William Rawson| 7 Que venait- En sa quarante-et unitine an gnent.- ,
ames ios ninai que les Ber be, le, de, me, fe.) Et quand la - rimentNe, efgardien des secrets il faire au tombenu de Shakes- née, ce journal est resté de plus , te
gniee marit oe tits de Ia Dous- oumammpine d@’Arnault dui tombe au Cap . Haitien _ de la couronne, Il possédait VI peare ? Les cherchedrs anglais et en plus vivant comme _ a-ses dé xxx.
ne 6 odm ing et de la régie du ‘ niet Aon faina sell fat confirm - Nés! nombreux at a | je du Cap’ talieh Te frahedis, ‘ete: naturelle américaing fouillérent Voeuvre bute, en 1939. L'anti-communis .
Port de New York. Hoan eee avait en quel Haftien et du Département aa » ‘le ‘grec et le ‘latin. - . de’ Bacon ‘ei celle de Shakespeare me, quil préconisait 4 sa fonda , | Le commergant:> Ignace Do-

Grace a ja centralisation de

aue sprte, 1edécouvert I»/ métho-



‘Nord.. apprendront. aveg plaisir,



Dés Inogtemps : Vinscription

ct tombérent enfin, dans
des. prémiéres ocuvies attribuées

tion, est resté le principe domi-

nant de cet hebdomadaire, tou-

minique est rentré hier matin.
aprés un court séjour 4 Porte

tous ces ments de base du com de dé Port-Royaly ums 5. . nomination, d'un ; iel-a ‘quion , , P aes. : r r J

y ‘ 1 Neng bodes? ‘: NOW on d'un. Bonvel: ages on pouvait lire ssur. la. pierre ; au comédien de,Stratford, sur un jours ferme dans la bataille des Rico. éjoui
merce étranger, les locataires da Demée yl Gemand® sifiveathent.! dauw ip e., jopais yh foie a Shakespeare: & Btrat- not quicnfavalt.aucun sens : Ho idées. 8 e R ‘ico. Nous nous réjouissons
‘World Trade Center» auront w eat a’muet est absolument néces- Reyngld Métellus Co-Directeur ford - sur - Avon, avait retenu norific Biliitudinitatibus. On s'ef Tl se signale par sse éditoriaux

occasion upigque de moderniser et
de coordonaér leurs activités, réa
lisant ainal des économies d’ar-



saire. Delauny lui répond qu’il
est impossible de faire sonner ov.
entendre une consonne sans vo-

de |’E&dle de Commerce D. César
et R.-Métellus. Nofre agent, jev-
ne et dynamique, est A Te dispost..

Vattention des eryptologues. On

y découvre ene ois formes
de lettres, assez différentes les

forga de tirer ’anagramme latin
de ce tern:e incompréhensible et
l'on obtint (Hi ludi F Bereas na.

pour la défense de la Révolution
Duvailériste.

XXX X

M. Hiram Péligsier est ren-

gent et de emps tout en augmen veo cs yelle et il se gousse des parti- tion: da; nos. abonnés au Cap, au unes des autres, En appliquant, ti tuiti orbi, ce qui peut signi- Nous formons nos meilleurs tré aw bercail. If ie as-
tant grandement leur efficacité. Lawrence F. O’Brien qui, an- cana de Purticulation pare aui No, de la rue 18 I. dit-on, & cette inscription le sys “er : (ces oeuvres de F Bacon voeux a la brillante équipe de ger ark pea eer ey wt Goya,
Les 50.000 personnes qui tra monce-ton, sera élu Président gxintalept dépa en ce stpmps-ld.” Nog voeux de fructuoux beeo-.:tdme:de decryptage et de Fréde sont conservées pour le monde). ~Jhebdomadaire OHDIPE, 4 son ne. Ses parents et amis l’ont
vailleront au «Trade Centers et de Torganiath h haplotype dul} Ce sefait pengager dans: b.ridi-< gne a ‘notre-nouvel hgeént Reyngldy ili obtint/enttin 1a phygpessui: 4. 06 0 fe O30). “gett 42H | SMotre confrére accueilli avec une joie déliran-
jes 80,000 visiteura quotidiens Parti Démocrate aux USA. cule de quelques personnes que je” METHLLUS. che SS Svante’: Fr Bacon Hazard ‘on'ci- = *— (Voir suite page 4)” Jehn A Magloire.” te








Entrée Gdes 2.50
Réservée Gdes 4.00









2 , “i =
~ UNB upthoos OPE

dealt asco8 alle
om tain, Le icoanre an, pol,

chon eee ene préléimont, W nerf 4
so



La.




@ ost soumle au procédé de lyophi-
“wavelles de la Teation, cost A dire A une con=

a ‘ brusque guivio d'une
re de . p60, cleo rane Dr. Wa: me atlon, os ol norfs déshydra
wo trouvalt fl y a rs tr fsbo tés peuvent ainsi &tre conservés
une soirée; on grat Oaitees, te ws nti Te des années dane un emballage
» 3 ura tthe |. porte .. “graffaun segment de -pertd0. sous. vide. . Lea..médecins de Mu-

et ne bleasa A I's

‘fit ut Se seatinattiee et demi envi- nich ayant conataté que les nerfs







es homme de 64 conservés peuvent partaltongert
He mom a . rempl ; "
accident a- vant 6 vide la sour F



reux de se 80!
















nower lea lacets da. mee en i alee ie att Ae: : Hi
et il semblait bien’ qu'il ne pour- a iq hicke remon' ans au
rait plus foosis a son mé- La transplantation se éroul moment ob Von pratiqua la_gref
ther. a8 apercer sans 1 ations ot oot * fo. Te. pense

t oe ene qu'il n'est cpas impossibles de

guérir. certaines Iéeions qui se
S sont. produitéesa il y. a.. plus .long-
temps .encore. On _ ignore. tonte-
fois encore si- l'on: peut ppéeer
Javec, succdy' des. vigtimes.de —

speut étre tentée lorsque | ‘Vinter-
ruption entre les -nerfs.-meeure
_iplus-de . cing . centimatres.

Pour la premiére foils dans
“1. Vhistoire de 1a médecine, on a
préussi a guériy une lésion impor
" -gtante des nerfs au moyen d'une
»greffe. Le greffon lui-m&me ne



a ~ « Femplace par le_nogmeant, fo nerf
manquan mais .en,, que
tendait depuis longtemps. Liacci- ¢ a ‘sorte d'attelle "pour 1’ seegulté



dent, Te remontalt Pe , tetleengnt te wits du nerf sain , gui -Tpppnsse. Cette

régénération des nérfs s’arrate
as Ore, 5 Bs rf 4 OOO ES SPOS See Dr oo hear 5 logaque Jes fonctions .. neryeuses
SETAE SRE CHAE CAE EAS ‘* _ + sont, xétahties, Le, traneplant sert
. ,, Pt peut
AVEC Ȥ& var. suite, Aire, de
re.A.co,gu'll n'y alt pas de
. on bats les rele
LA ‘ qui se trouvant,,. lea .extrémi-
tés, et. a la. rie “du carps

apqueent apps. ung. blessyre. jus
qu’é. ce. que le “circuit neryaux.
soit .xétgbli. Lorsque l'on guture
les ,extrémités . nerveuses. immé-
dirntement de. ‘maniére a ce. .qu’il

a

“ERRATA
Je naime pas trop les errata,
comptant . “tonjours. pur; la bonne.
volonté des jecteurs pour les cor
rections nécessaires, -

Cette fois-ci{ j’ai cru utile de’
faire les rectifications puvantes
i mon. derpier.article ; UN PRE
JUGE ORIGINAL A DESDE.

EXICE RIL SIC ERIE ER ER aoLe aL eae

lére colonne, Hire :
crira un demi-cereles.

' Pour Jes _butronipetites. fautes,
j'ai :pleine..conf ange dans, la.ceam
pétence, des. Jecteurs. .

=



SS DA odds eae OR OE Dn eee be Mae Se

rei




RESTRIC ERE SER oe aae Se Gétard JO
aye eee eR Gb OF ek SRROUE LITRE SRO Oe Soe O0 CREE CO, 50 TORN Ze

POC er aren ie ror Saal

~ yes cae
ee pe ieee be eae oe eee oe eae oe aes







4 VAM: 1290 Khz




mm pest pla fle dou
ts * -produit,alor |

i. grand nombre de Sci déai- |

«La voiture dé ‘



6na Yh
bites assex Seplaemene ‘Male le
stiocdan de la
compromise par ia . rapide al-
catrisation du ~tizeu ~ conjonctif.”
Et fl arrive fréquemment A ee
aulte d’un accident, ne lee e:
mités dy nerf pec sist
al éloignées Vune de van ‘@ que



on ‘g’affgrgait:”

de la peau, préleves sur. i
du. patient, (utes effe)..

reusement,; la Dcton a
su conjonctif, au C valellinge. ‘de es
greffe’ compromet souvent :
cis de Vopération eet pe





qu’a présent échous- ‘par a
mécanisme, do rejet. .

Le professeur Marguikt. et: le
Dr. Zacobi ultiisent ¥ szetton



NJ ae er
que de sel, “io nisi fe pert dé
fectuepx llentement ‘le
long Pee es
joe ips agate aur, awa co

sienx vexdntmite du, wert

sitives et. motrices du nerf sont
rétablies.

Le recours au ‘matériel conser
vé par lyophilisation est .un-pro
eédé6 connu depuis le début des
années soixante. La--méthode a
été mise au point presque simul
tanément aux: Etats Unis et en
Hongrie. Elle a 6&té adoptée a
Munich en 1964 aprés avoir été
transmise par lintermédiaire de
l'Universitg. Humboldt de Berlin
Est. Depuis .on utilise. couram-
», ent , aux ; ure-mére
“Top vee ur ‘oe des
aaa survenues dans vecorce of
rebbpaleiile;, u lyophilisé pe
toutes ses SE auc c'est
une sybstance conjonctive morte
qui ne. risque: pas de- ‘déclencher













ete ie “alte.

et
organes “ent tiers
ou le cour puisqu'il détrult aussi.

s asaas sae








nlnizes, ~
rit, on gest .cor-"

loeb ee re eS:

‘elt’: doevent “yd j tant:
eats, ces do succés Torwat! elle me pra.

“tigquée' sur“ ia”

a eee





ys antdler 5 : seats ;

frantplanent a un paquet de nerfs: ‘pe

ne. #8,

‘Spied 8. ot 8 15
a, HOMME, LIORGU:
AY VENGEAN

Aree

Dinranche &- 4h. 6 ho et 8 h.
LES PULERS PE L/OURST





jamnbe, duns le ‘oai”

nombre ‘do Jésions

“Franed~ ‘NERO.
Entrée‘ Gide! “£00

Ayec Richird--Wyler. .
Entrée ~ ‘Gde 200

Landi. 2 6. h, -et Bh, 15
LiHOMME.-AU MASQUE

DEcVBRRE
Entrée ' ade rho

AIRPORT CINE

Samedf @ 6 h. 30 et 8 h. 30

En~ are’

L'Ensemble-N.--Jn-Baptiste



partie

En Same partie
BRIGAND- ‘BIEN AIME
Enfrée ‘Gde 1.00 et 1.50

Dimaneche & 6 h. $0-et-8 h.30

LES MONSTRES ATTAQUENT
Entrée €des- 2.00. -et)'2.50 _

Lundi & 6 h. 80 et 8h: 80°
BORE. SAUVAGE
ge 4,60-,ct $50

LA,

BARBARELLA

Entrég Gdes 1.50 et

2,50.

dans, Je caside | LAI RNGEA
‘eat Entre co

x

a: Samedi a 6 h. 80 et 8 h. 80

Dimanche & 6 h. 80 ot’ 8°h. 30
Lundi a 6 h. 80 et 8 h. 30
SOEUR. ANGEEICA |

«Entrée Gdes 2.00 et 8.00

aad

on oe oe

Sena

Pin OOo

4 VFM: 100 Mhz

bah f

5

~

ne, Iésion du'nerf Ent~é0 Gdee 2.50 et 4.00 .



g%
a
4

Sera effectivement, dans L'AIR —

Vous aurez désormais un Saison Compagnon
auquel vous VOUS attacherez fidélement.



Dimanche & 8 hh. 1h. ot 9 he.
Lundi A-6 h. et 8h; 80 |:
RINGO. NE PARDONNE PAS. ‘
‘Avec Guillano GEMMA:



oeDanemehe ety

L'ADORABLE CORPS
* DE DEBORAH’ :
Entrée Gdes 3.00 pat personne’

_ Lundi 2 7b, ot 9 hb. .
oo représentation)
_ KRAKATOA
trée



Of.
Bhtrée” Gdes 1.50 et 2.00



Dimanche h. PM.
. maumienn... ADIOS. HOMBRE :










| Hebe Kehenstiin

“Programme Au Tegndl 9au Samedi 14 Mars 1970

Consultez Votre ) t
Sh.ath,

LUNDI...0 oe csees a MAISON YVES MORAILLE.
- MARDI............, 9RALh & 100.000 ARTICLES
MEROREDI........ Sh.alh. a QUALITEX

-a

cooeee 9H AL. a FOOD STORE

2h aGh.p.m.4 EXPRESS MARKET

Et tous Les Jours de 8h.a5h.p.m.& CASA POMPADOUR
y° : ,

—_

h.
_MAMA DOLORES
A &h. QGdes 150 et 2.00
A 6, T gk 9h. Gder 200: et 3.00

Apsisez la soif de votre Visage... “Avec Skin Dew
de HELENA RUBINSTEIN

Lundi 4 6 h. 15 et..8 h. 15

CLINT, L‘'ROMME

DE LA VALLES SAUVAGE .

Entrée Gde 0.60. et 100 —
TTL

so . \o . .
- CIE UKBON GINE-KLDORADO =—- REX THEATRE
Samedi a 6 hb. et 8 h. 15 Samedi a 6 b. et 8 h. 16
Samedi & 6 h. 16-et 8 h. En ave peatie ” En lere partle
SUGAR COLT SHUPA . SHUPA L’Orchestre SEPTENTRIONAL
Entrée Gde 1.00 En 2tmo. partie gE
n -26me partie
Dimanche & 5b. 7h. ef 9 h. STEVE, Gao 150 CREVER ADIOS HOMBRE
SUGAR COLT Entrée Gde 1.50_.
En’ le 1.00 Dimanche -
re piABiEsss | to Dimanebe &.5.h. 7 h. et 9 bh.
- AE Entrée Gdes 2.50 et 4.00 TRAFIC DANS LA TERREUR
. . ' : . : Avec Jack Palance.
AD6AGIC. CINE Lundi' a.6 hi et 8 h. 15 _ Entrée Gdes 2.50 et 4.00
Samedi &6 bh. 16-et 8 h, 15 LE JUSTICHER DE L'OUEST
En -Mre--pastie Entrée Gdse 120 et 2.00 Landi & 6 b. et 8 h. 15
LES UEGENDAIRES me SCOTLAND YARD
DE DELMAS or AU PARFUM
fa 2eme ie : Entrée Gdes 1.50 et 2.50

' . Awive ia Ciné

oO

ne ees
‘Entrées Glos 120 ef a 50 Samedi a 7h. et 9 h.
LE -FILS DE-TARASS BULBA CINE OLYMPIA
Porte Ee. Sis 7 h. ot 9h. Entrée 1 dollar..par. voiture
: Samedi. (En permanence)
EST COUPABLE Dimanshe 4-7 h. ot 9 SHALACO
A 8 h. Gdes 1.50 et 2:60: REQUIEM POUR Gattao . Entrée Gde 1.00

A 5, Tat.9 h. Gdes 2.00 et 3.00

Landi a 6h. 15 (Séance unique)
OMEO. ET.. JULIELTE
Entrée Gdes 1.20. et 2.50

Efitrée 1 dollar par voiture
/Rianche & 0 $0 ot 8h 30

PEAR Oh. us Banoo

Entrée 1 dollar. par: ‘voiture . 7Rntrée


Ther Sach Sare-sone sere ager soceaoee: 92.409. 6 aS the e5308-800 ;

che 12h 29

vad

. . ad on
9 EB ODED 9 2 HDS SED POHe me

we &

yoo

4,

oy

*
sew ey
ue

mee yg
on eee ted

H



eo

= A .
eA IRA DS PE OS Oe DB

4 VSW 60 M.

w& : Ce oe
Ones ose oa

Q~ at

c

Rt oe oe ee ao












LS IININIDISIOSSIISOOS

Sar






SAMEDI 7 ET DIMANOHE] @ MASS 2970




. Mag a . ‘ a ey
7 ’
1967 27éme ANNIVERSAIRE CO ee LE BLOC REPUTS

DES BTABLISSEMEN TS RAYMOND FLAMBERT





Plus: solide parce que vibré a 100% & Vaide
d'une machine européenne dea plus modernes. , .
La. plus grande et la_plus perfectionnée en Haiti.



Mr CHARLES DEJEAN
Fondateur de.la MAISON

La voiture offerte par la MAISON CHARLES DEJEAN & CO. Charles DEJEAN & Co.

maintenant LES ETABLISSEMENTS Raymond FLAMBERT _. _ maintenant LES -
C'est Mademoiselle Sajous, aprés le tirage au sort ETABLISSEMENTS ° ot SOLIDER Ee MOINS CH RES
quia eu lieu & TELEHAITI, la gagnante de ce cadeau. RAYMOND FLAMBERT .



1968 28éme ANNIVERSAIRE . ~

1970 30éme ANNIVERSAIRE



Des ETABLISSEMENTS
RAYMOND FLAMBERT
' Véritablesg ossatures de votre futur
batiment.

*

° LES CLQUS
DES ETABLISSEMENTS Raymond FLAMBERT



BES ETABLISSEMENTS RAYMOND FLAMBERT

Monsieur Pierre Saget, représentant delaS AF ICO ANCIENNE MAISON CHARLES DEJEAN & CO
recoit de Monsieur Raymond Flambert, la voiture La FORD CAPRI qui sera offerte aux clients cette année
offerte en 1968 par LES ETABLISSEMEN: TS RAYMOND UN CADEAU EXCEPTIONNEL
FLAMBERT. POUR CETTE OCCASION EXCEPTIONNELLFE

@ INGENIEURS, ARCHITECTES, INDUSTRIELS ©

EN ETUDIANT VOQS
PROJETS, PENSEZ
A UTILISER

LES FENETRES



1969 29¢me ANNIVERSAIRE






Quinze années d’efforts dans l'industrie locale.
Quelle que soit la quantité, on peut étre bien servi.

e



Les Lits «CHOUCOUNE»



Monsieur Huberman Charles gagne Vappareil

Stéréo, une des trois primes offertes en 1969 par 6



LES ETABLISSEMENTS RAYMOND QUE PEUVENT VOUS FABRIQUER EN TOUTES DIMENSIONS .

FLAMBERT. La prime No. 1,. la voiture au hemes C’est une tradition: : depuis quinze ans on
fond de la photo a été. gagnée par Monsieur R AYMO N D FL AM BE RT dort sur les lits «Choucoune». Ils sont réputés
Claude Forbin dea Gonaives. .

a travers le pays pour leur solidité, leur confort

ANCIENNE MAISON — et leur déplacement facile.

CHARLES DEJEAN: co

| ets Tru naaee

FLAMBERT












Dr Orvillo Mo Shine eat orig!

i marquable par aa oclarté, an pré
naire do Trinfdad, 11 weat tou.

Montesquieu qu'ile ont upprin dos
cialon at aon rieha vooabulalre 7 f

Romainn Vesprit d'aanthadlauion.

Joura intéreaad A la langue ot A Lea succés Japonals dana le do Lanyago, admialatravion, rell-
va Culture frangalses. 1) a obtenu inaine tec logique resaumblent gion ont été aasuntlés on Gaule
son doctoral oa-Lettres A la Sor yux réallsatlons francainca en aul oat la matrice de la Franco.
bonne en présentant ola thése matidre d'idstitution dana leur Cutte nation At do'méme an 160
«Maurice Harros, Journalisto>. habileté a finiter, a amélloror et aldcle on absorbant les tralta do
Cotto (héae a été, sous Nolrs mug A intégrer. Los Francels ont =ominants de la Renaissance Ita-
restion, publiée tel par low soins prouvé, selon” Mobsorvation de llenne pour los falre servir A ses
de Vimprimerie do [Ktat. Dr Or

villy est nasex been connu de nos

avilioux Lttératres pour avoir-pro
aoned des conférences ici ets Prd
sentée «Trinidad, Nation en Mar-
cher,

Dans les derniera Jours de Jan

“De Mieux en Mieux

vier, Dr Mc Shine qui appar-
tient au Département do Fran-
cain comme professour assoc:é do KODAK Instamatic

UUniversite Seplcutrionall de Mi
chigan eut le privilége de pro-
Loneer une magistrale conférence
sous le patronage du Consul de
france, de Chicago ec uvec la
présence du Maire de Marquette
et le Président de l'Université.

Nous nous faisons le plaisir de
rapportcr les grandes lignes de
cette conference qui fut publiée
dans «le Mining Journals de
Marauetie, Michigan.

«J.'nfluence de ix culture fran
cnise ct dv sa civilisalion est tm
pertante A travers Je monde et
plus particul’érement a la Mar
tintaue. A In Guedeloupe dans les
territotrers francnia des Crra'bes
depuis 1685, et actuellement dans
ies départements de la France
u’Outre - Mer.



Avec Pei Electri



Haiti, la plus prospere coioniv
francaise au 18e siecle offre un
excellent exemple avec Quebec et
cos 20 Etats frangophones recon
nus de nos jours par les Nations

Unies.

Gardez les souvenirs du Carnaval 1970.
Pierrots, Pierrettes, Monstres, Boeufs, Cava-$
liers a n’importe quel moment. Temps clair ou %

Avec KODAK

A L’ORIL ELECTRIQUE

C’est un miracle de |'influence
culturelle frangaise qui fait que
“og Etats administres par la
France, apres s’en étre séparés,
restent attachés A la métropole.
si fort a été impact de linfluen
ce des valeurs culturelles fran-
cases que le Président de la Ré g
publique du Centre - Afrique di q
cait au second Referendum de
1958 «Nos pays désirent conti- Q
nuer a utiliser le lengage fran-
cais, ct par iui nous semmes liés
A la civilisation francaise.» En
effet, les territoires francais
VOutre - Mer, ayant Vopportuni
+é de décider de leur acstinée,
ont préféré a l'exception de la
Guine. rester au bercail. L’émi
nent pote noir et président du
Sén‘gal a publiquement procla-
mé sa dette profonde en confes
sant sa capacité a penser plus |
cffectivement en francais que
dans sa propre langue africaine.

L'Fcpr't d’Assimilation— Con
fronté avec un monde devenu cha
eue jour plus repproché et pour
Jeauel i] est impérat'f que les in
dividus se comprennent entre ceux
quel meilleur moyen de communi
cation que la langue frangaise re

sombre.

TICKET AVION /BATEAY
RESERVATION D'HOTEL
ASSORANCE VOYAGE
WISA s.7

oe

POUR VOUS SERV/R &

SAUVEGARDER VOS8
IN TERETE

VOYEZ

yg
Zyl

45 AVENVE MARIE JEANNE
C/TE OE L°EXPOS/ITION

BUREAU -
LIMATISE.

3989-359!



AVIS
Les Produits H A M P Cc O peuvent ent re achetts

aux adresses suivantes
















Boulangerie St-Marc
Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autereute Delmas

Luce Chatelain

‘Rue Toussaint Louvertire





A PETION VILLE











_une symbiose .
a Trinidad.










*GEAMALYNE, UN PRODUIT














propros besoins on produlmant 4-
no antité originale typiquement
francaise. Grico A son esprit ''s
trulste, I'Impérlaliame
n'ent qu'une
contralre do la politique d'explyi
tation de Espagne aux 16¢ et
170 aldcles.

‘TROIS TYPES NATIONAUX

En considérant la tone des Ca
raibus, nous constatots, Vigtiuen
ce de la culture et ‘de la civisa-
tion francaise. L’on est frappé
par l’heureuse diversité des ty-
pos ethniques dérivant de l'union

des caucasions et des nagres, Ain -

ul sont variés lea traits basiques
des habitants ‘et Im aynthdse des
mentalités frangaise et africaine
qui a donné naissance & un. type
qui n’est ni francais, ni africain,
ni américain mais qui emprurite
ses caractéristiques aux ‘trois ty-
pes nationaux.

LA PLUS GRANDE CONTRI
BUTION

La nécessité d’assurer les com
munications a créé una langue,
le Créole. Il fut difficile A des
esclaves de dominer le francais,
ainsi ila ont élaboré une langue
dont la structure est africaine
avec des mots francais, espagnols
et anglats.

UNE SYMBIOSE.—

Le contact de la religion catho
lique avec des pratiques impor-
vées d’Afrique a engendré dans
en
Haiti et <«

hénoméne. de syncrétisme a
résulté du Code Noir»
lea Noirs A adopter le catholicis
me. “

A retenir que la politique libé
rale de la France permettait aux
Noirs et Affranchis de recevoir
une éducation de premiére classe

MUSIQUE, CUISINE.—

Liinfluence politique, les insti
tations administratives et judi-
claires ont marqué la zone des

.Antilles avec de légéres modifica
ry. tions en tenant. compte des condi
. tions locales.



Sous le rapport de la musique,

“lex influences francaises et afri
- ewines: ont eré6en Haiti une dan
* BO: -indigdne «La Méringue» qui se
yapproche de la valse, & la Marti
“niques, La Biguine> et a Trini-

dad «Calypso».

La cuisine antillaise dérive des
célicieux plats trancais assaison
nég A la sauce africaine.

ka outre pour leur plaisir, les
Antilles possédent

qui appelle tout le monde 4 la
gaiete datis jes pays pratiquant
la religion catholique.

Le Foot-ball qui eat le sport le
plus populaire, malgré son origi
ne anola‘se, n’est-il le résultat
de Vinfluence francaise.

Ainsi la France est présente
Gans bien des manifestations de
la vie dans les Antilles: aussi les
moeurs, les habitudes, l'éducation
sont-elles l'expression de la Cul
ture francaise.

Ce fut une magnifique confé
tence pour laquelle nous adres-
sons nos vlus vives félicitations

. au Dr J. Orville Me Shine.



#




NATUREL 100% GERME DE
BLE, FORTIFIANT
A NUL AUTRE PAREIL

En analysanc la composition
des Germes de blé on reste émer
veillé dea trésors de vie que la
Providenca: y a placés: citons :
Lee vitamines: A — aide A la
croissance; vitamine Bi fortifie
Jes nerfs — Vitumine B2 — per

meet Fassinillation des sucres (no

ip: pour ‘lea diabétiques —
Vt E, vitatnine de force
par excellence pour la plénitude
de la vie sexuelle — Vitamine D,
toniqne du systéme ceseux — Vie
tamine PP, favorise |'équilibre
alimentaire, Les compoees phos-
phores organiques et nucléiques,
leur réle ew. capital dans |‘orga
nismé auquel il faut fréquem-
, ment les assurer. Les eela miné-
“ raux, les sels de magnésium, de
calcium, de potassium, de fer, de
manganése, de éuivre ete—— Les
Diastases ces ferments sont né-
cessaires pour une bonne- assimi-
ror Hee Pro!





Hommes, femmes et enfan:s
fatigués, surmenés prenex la
sGERMALYNE», fortifiant natu
i, nul. entre ‘parell.



ade TY att ‘de
ND. de Septtons est en vente
tr nec. 1 at dane

ont-Carme! toutes lee
~ ba Pharmac]

Pngalg .
rep clvilisatrice au”

obligeait .

le Carnaval.



bien plus claire
on sesilement 4: semaines 4
3OHHODE BUR ET SANS DANGER
Plug de 75 millions de Pots
ont ete vendus
dans le monde entier

LE SECRET DE BEAUTE des millions *
de feromes dans toutes les parties du monde
qui desirent une peau plus claire pt plas
veloutée reside on la Creme Btiliman's.
Lorequ'sila est appliqués chaque soir, In
Creme Stillman’s eolalrolt le teint et vous
donne une complexion belle at radiguse dans
seulement 4 semaines, Vous sores éiner~
volllée de Ja transformation opérée en Youss
memes quand jes parties sombres dispars
aitront peu a peu pour faire place s une
peau tellement plus claire ot plus limpide,

L’excellent Savon Stillman’s
Fsaayes sussi le Savon Stillman'al'Ce aavon,
doux et delicatement parfumé nattole ot
gsaguplit ln peau. Il est ideal pour enlover
la Creme Gtiliman's . . . ot est aussi un
Bavon de Beauté rafraichissant pour la
famille enticrol -

En vente dans tous les
magasins et pharmacies

’



RENE COLES
LAI UE



vite-

Le Champion du beau
ment annonce & cenx gui par-
tent pour l'Europe, les USA, ou
le Canada, qu'il est revenu du

anada et des Etats Unis avec

cae technique moderne et sfre,
qu'il est en 2 outre le Seul capable
de confectionner un mantaan
d’Hiver qui soit A la mode dans
les différentes Capitales du mon
de.

is trouveront également des
costumes et des pantalons et un
chotx judicieux de tissue pour
les élégauts préférent la coupe
sur measure,

Une visite de votre part s’im
pose de toute nécessité, Mes:
sieurs les Biégants. .

Lalue en face de la Nonclatu
re Apostolique.



La retraite annuelle
a Ste Rose de Lima

Le Comité de l’Association des
Anciennes Eléves de Ste Rose de
Lima a le plaisi d’inv.ter les
Anciennes Elaves et Jeurs amies
A la Retraite annuelie qui com-
mencera le mardi 10 mars A 5 h
20 p.m. en la chapelle du Pen-
sionnat,

Le prédicateur sera le P Pére
Goulet du St V ateur, Professeur
av Grand Séminaira

La cléture aurc lieu le samedi
14 Mars, A 7 h a.m.

Le Comité compte sur une nom
breuse assistance.

La Secrétaire -
Jehanne DUROCHER

ic

SEZ
«LE NOUVELLISTE>




Une extraordinaire sélection de cadeaux pour
_ hommes et pour femmes «. @ des prix qui provoqueront






en. vous la plus agréable des surprises ! f



La Great affair

(Suite de la lére page)

_ De 18 & conclure que le chance
aler était l’auteur des drames sha
kespeariens il n'y avait qu'un
pas. On le franchit sans hésiter.
TIne érudite, Mme Gallup dont
le decryptage a ‘été part.ellement
vérifié par le Général Cartier
qui fut durant toute la premiére
guerre mondiule le chef du ser
vice francais du chiffre, a cxtrait
des oeuvres de Bacon, de Shakes
peare et de divers auteurs élisabe
lains un éfonnant roman aqui
pourrait bien étre la vie de Ba-
con par lui méme.

eon est l’inventeur d’un chiffre
© n ets Vinventeur d'un chiffré
uti porte son nom et qui est. par
fois encore utilisé, Il cons.ste, &
employer deux typcs de caracta-’
res d'imprimerie. On a ainsi,
pour chaque lettre de | alphabet,
deux formes possibles. Appelons,
si vous le voulez bien. lettre B.
toutes Jes lettres sLévialcs, et. let
qres A toutes les sutres.

/ Le sombre d’arrangermenta :que
l'on peut faire avec ces deux for
mes en les groupant par (5) ont
de 32 & puissance 6). Bacon, uti
iise seulement 24 de ces combinai
sons pour représenter les 24 let
tres de Alphabet anglais !es T
ct J, les U et V Gétant utiliser
indifféremment, Avec ce systéme,
il est faciie sinun rapide de dis-
s'mulcr un texte seerct dans un
document imprimé. Mais, de la
a attribuer & Francois Bacon Ics
oeuvres de Shakespeare. Il y a
un abime ! certes le décryptace
de M. Gallup et du Général Car
lier sont ingénieux, mais ila ne
tiennent pas compte du fait qu’d
cette &noque, beaucoup de carac
teres d'imprimeric étaicne encore
taillées, au ciseau dans du_ bois
vt présentaient de ce fait des
differences sensibles entre oux.

Déqryptages jingtnieux > mais
peut etre trop ingénieux, et no-
tre éminent maitre lo Dr Locard
ne nous démentira pas lorsque
nous prétendons qu'on peul oble
nr d'un texte chiffré, non pas
exactement, tout ice que l’on
veut, comme d’une prophétie de
nostradamus,
avec un peu M@imagination, beau-
coup plus de choses que le serip
teur n'en mises ! Il est d’au-
tres indices qui plaident en fa-
veur de Bacon.

De ces indices mineurs qui, au
dire des pohciers, ont beuucoup
plus d’importance que les grands
C’est ainsi que Ben Jonson —
veut étre, iun des associés de la
Siréne ? emploie les mémes ter
mes, lui. qui fut certainement
cans le seergt, pour louer le style
de Bacon et celui de Shaxespea-,
re, une copiste essaye sa plume
et il écrit «By Francis Bacon>...
By Will'am Shakespeare>. Les
part’sans du Coinie de Derly ne
s‘avouérent pas battus pour au-
tant. Ils avaient trouvé d'ailleurs
un champion remarquable en A-
bel Lefranc qui, depuis 25 ans
fournit avec une patience de bé-
nédietin et une é6radition A pulle
autre nareille, Shakespeare & tra
vers Shakespeare. «Je su‘s char-
tiste, dit-fl. Qui dit chartiste dit
homme A scrunulcs. Je n’en ai ja
mais eu dans l’affaire Shokespea
re. Shnkeanesre, c'est Derby !>
Et sea arguments soni\ de poids.
Outre ceux cue nous avons expo
sx briévement, en voici quelques
nutrea.



Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste»

Blondie

mais certainement * }

Pour M. Abel Lefranc par exem
ple Hamlet est une oeuvre de pro
pagande contre le prétendant au
troéne d’Angleterre,-qui était a-
lors Jacques VI, le fils de Marie
Stuart. L'at gument de la _piéce
est emprunté au francais Fran-
cis de Belleforet qui publia 4 Pa
ris, en 1670, les histo res tragi-
ques dont. certains comme Ham-
jert trouvait déja leur origine,
dans les rccits du Chroniqueur
Danois du XlIIle Siécle, Saxo
Srammaticus. Mais pourquoi al-
ler déterrer cette sombre histoi
re ?.Belleforét dans une sorte de
or4face, nous laisse aeviner Vex
plication : La’ssons les -Turcs..:
écrit-il, pour considérer quelles
tfagédies ont éts jouées pour ce
cméme cas... En Ecorce et en An
gleterre, si un roi ‘n’était mort
hors de saison ... si les enfants
ne conspiraient la mort de leur
pére, les femmes celle de leur &
poux j’en ferais un long discours

De nelle femme 8% beit-il- +8
demande Abel Lefranc. an la ré
ponse lal vient tout de sutie. fl
ne peut &tre question que de Ma
tie Stuart conspirant la mort de
son époux. Darnley. Et il ajoute.
aRappelez-vous Darniey a été tué
par un pofson versé dans l’oreille
comme le sens d’Ilamlet. Tout est
pareil. la visite de l’époux. ses
tendres assurances aux heures
qui précédent le crime, le som-
meil, la solitude du. jardin, l’érup



tion cutanée che zle mort, les
pustulés. La robe de chambre, !a
méme heure de la nuit. Celui qui
éerivit Hamlet mettait en scéne
une famille d’Atrides. Cette fa-
mille c’était celle de Jacques V1
le pretendant qui avait interét A
faire jouer en Angleterre un: tel
le -piése, A un tcl miorment. L’eu
tre prétendant au Tréne d’Angle
terre. Stanley, Comte de Derby !

Crest exact et i: ne faut pas l’ou
blier. Derby fut un mement, pré
tendant au tréne, et Frantis Ba
eon ne le fut jamais lui. Or, de
tous .ces pretendants, Sianley,
Comte de Derly, était le seul a
posséder une culture suffisante
nour ‘Wrire une oeuvre compara
ble a Hamlet. Lea meieurs, ar-
vuments de M. Abel Lefranc
sont d’ordre politique.. Les piéces
touristiques anglaises, les piéces
romaimes, toutes portent la mar-
gue de présecupalions guuverne
mentale dont le pauvre historien ~
qui vidaigt dse pots d’ale a la ca
serne de la Siréne était bien loin
Ge soupconner la gravité. Rien,
dans ce misérable personnage ne
laisse suppuser la moindre analo
gie avec un sentiment, une pen-
sée, une situation dramaticue de
l'oeuvre qui porte son nom. a-
lors que Derby y est présent com
me en transparence dans toutes
les pages |

(A suivre)

LES MOTS CROISES

PROBLEME

No 3857 F.



HORIZONTALEMENT —

1 — Instrument a bec» — A-
bris douillets

2 — On en fait des cloches —
Célébre pour sa baie

8 — Généralement accompa-
gné d'une noue — Parfait

4 — Ne régne. plus

5 — Grand continent —- Moyen
de communiquer assez loin

6 — Pont de Paris — Légére
parure

7 — Pris par le sauteur —



Fin de participe

8 —. Faire comprendre avec
subtilitg
9 — Célébres pour ses sucre-

ries — Venu
10 —- En fin de soirée — Un
peu abimés

. xxx
VERTICALEMENT

I — Ampsent lordinaire

II — Un paquet — En noir

WI ~— Vit partir un patriar-
che — Un droit qui ne joue plus
gutre ¢

IV — Poesessif — Est souvent
bien terre-&terre

V — Voyelles — N’est pas 81

‘got qu’on le dit

VI — Diminatif d’un prénom
— Temps sombre

VII — Sujette 4 la carie —
Sigle d’une grande école

VOI — Vieille colére — Sup-
primer

IX — Oblige A un sévére ré-
gime — Négation

-—— Nom d’une
rouge.

clef — Voient

SOLUTION No. 866 F.

HORIZONALEMENT

1. Luminairés — 2. Oraison;
Ci — 8 Vin: Utile — 4, Enten

te — 56. EM; Ar ~ 6. Lutteurs .

— 7. Gréles EA — 8. Attelés;
Us — 9. Lueura — 10, Esthétes.

*






VERTICALEMENT

I. Love; Egale — II. Urine;
RT. III. Mantelet — IV. II; E-
mule — V.N.S.; Telle — VI.
Aoutét; Eut — VII. Intéressée
_— VILL. Usa IX. Eclaireur — X.
Sien; Basse.

























21. MARS Al 20 AVARLL, (BE
LIER): Bane ebandonner Joa on-
treprincs préscntes, étudlox ce
qu'effrent lea. DiNtée. nouvel
les. Pranes yardo atx. (lclalans a
preadre prochainement, Les. con
niquenrne riaquont d’étro. impor. -

“Ur AVRIL AU, 21 MAL (TAU
REAU): Pérlode de réflexion,
surtout en co qui -saucerho Vave
nr. Vous sures une yue plus. ela
ra.de.ce qui.woms. attend. at yous
drosseres. migux..vog plans de réus
nite at de bonheur.

22 MAL AU 21 .JUIN.(GE-
MEAUX):. Dafarouches infjyen
ces de Mercure vous incitent aA
prendre les vines quand d'autres
‘les abandonnent, de renover, de
restaurer ov vous je pouves. Pré
tes généreusement vos dons cons
cructifa

ag JUIN AU £3 JUILLET
(CANCER): Orlentex votre en -
‘aousiasme vers “e nobles causes.
Une révision de vos prujews peut
Btre nécessaire. Voyage e. acti
vité xoctale aont. particulidre -
ment favorisés.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): La discrétion sera vo-
tre mot clef. Gardez votre sang-
froid pour affronter les turbu -
lents (et il y en.gura). fl y a di-
vers moyens de. gagner un point
ou deux. Essayex toujours.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Lisezx ks con-
sells A ceux du Lion. Votre am-
siance est semblable. Prenez la
position du médiawur, du pacifi-.
cuteur et vous remporterez de
nouveaux lauriers. Votre intui -
tion doit atre A son maximum.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC -

TOBRE (BALANCE): Ne pre -
nex rien pour acquis, assurez-
vous. Ne soyez .ni miste ni

aveuglémen. opti.aiste. Prenez le
temps pour préparer le program
me de la semaine qui vient. Vous
faciliterez les choses.

“DEMANORE 8 MARS 1070



8¢ OCTOBRE AU 28 NOVEM
BRE (SCORHION):: Voun seré
surprie-du peu M@oppusitian qur
yous remcoutrerex dans: den sec +
leurs: 00-vous on -attendias, Ber -*
ves --veus de cet: evantage
réuesir dune ‘fagon qui fortt °.
ra- votre situation.

Â¥8 NOVSMBRE AU 21 DE -
CEMBRE 4(8AQGITTAIRE): -Bel
len Influences: planétaires. Créa -
aon, originalté, toute. acthelté
qui antraine . des -contacts. avec
le public sont. fav:

4% DECHMBRE AU: 20. JAN-
VIER (CARRICORNE):.Si quel
yofun.sugmére une. idée. newvelle
donnez - lui sa chance, mais..pas
au prix de votre réputation ou
d'un temps précieux. Téte haute!

Zl JANNIER .AU 19. FE -
VRIER (VERSEAU): La con
jonction .déveléppera votre per -
sonnalité, vos activités grace A
on rythme assez vif. La journée
est .propice au succds. Un con -
seil; valllez A ce qui vous feres
vos confidences.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Vous rendrez heu
reuse cette journée par un effort
sérieux ou médiocre par votre in-
différence. Tout vous est possi-
ble mais il ‘dépendra de vous de
tenter Vexpértence.

SI VOUS BIES.NE AUJOUR

D'HU]: Vous étes fin, intelli -
gent ct sympathique. “arfois té-
tu comme un Ane, quand vous le
voulez. Sf vous vous cultivez et
employez vos dons nombreux,
vous otteincrez des buts extraor
dinaires, seul ou en collaboration.
Vous almez Ia vie agréable, pai-
xible, ordonnée, réfi¥ehie . Vous
détestes les taquinerfes, les vulga
rités, la bassesse. Mais i; vous
arrivera-de réver trop longtemps
au Jieu:de croire asscz ferme -
ment en vos buts pour les réali-
ser contre vents et marées. Evi-
tez linquiétade, méprisez la cri-
tique, ofrez vos dons avec tout
votre coeur.

xxxx

LUNDI 9-MARS 1970

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Si vous voulez zéussir au
jourd’hui, il faudra étre plus avi
sé que d’ordinaire. De bonnes in-
fluences planétaires. mais votre
collaboration s’imposera.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
R)AU): Une lumiére nouvelle
aur certaines situations: yous don
nera des avantages certains:: Met
tez - vous au travail pour un
succés exigeant davantage dé -
nergie que par le passé. Du eoti
lage.

22 MAI AU 21 JUIN (GE
*“MEAUX): De bonnes influences
de Mercure continuent A dominer
len projets nouveaux comme la
routine quotidienne. Collaborez
uvec ceux qui ont A la fois scien-
ce et honnateté. Excellente jaur-
née pour bien faire.

22 JUIN AU) 24 JUILLET
(CANCER;: Ll y a beaucoup a
faire. Vous rémssige: x1 Vous rem
plisscz comme il faut les négessi
tés de cette et
de la discipline. Evitez len pertes
do temps el les tutilités.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Réservez votre effort
nux heures fatigantes (mame si
elles sont meu nombBreuses) et
vous respirerez une partie de la
journée.. Appuyez - vops a ,de
rolidea entreprises.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Influences pla
uétalires contrastées. Tout ne tour

nera pan comme vous ie voudriex en gervez intel

mais l’essai diligent et parsévé
rant produlra éventuellement ses
résultats.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC - vas difficiles vous

TOBRE (BALANCE): Nom -
breuses posnibilités offertes 4
ceux qui travailleront davantage
en profondeur et chercheront 86
rieusement les faits et les rensel
gnements. Intelligence at
humeur.

24 OCTUBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Influences
planétaires contrastécs ‘mais, si
vous regardez 14 od i} faut, vons
trouverez d’heureuses possibilités

PARF UMS



Adoptez et conservez un rythme
raisonanble qui vous sera profi- -
table.

23 NOVEMBRE,AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITTAIRE): Ser
vez - vous des méthodes .qui se
sont. révélés utiles dans Je passé
mais soyez prét & envigager
points de vue et méthodes nou --
veaux. Attention a }‘évolution des
choses!

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): De bon
nes influences deSaturne. etimu-
tent votre -promptitude d’esprit
et votre pradence §Végard de
méthodes inadéquates ou.démo -
Abes. Ne.-redoutez pas. de donner
ane note nouvelle.

21 JANVIER.AU
VRIER (VERSEAU): Un ef -
fort -redoublé affermira vos
gains. Une action habile doit s’as
socier A de grands espoirs. L’op-
pesition ne. doit pas obscurcir vo-
tre point de vue.

20 FEVKIER AU 20 MARS
(POISSONS): Diagréables in -
fluences oncouragent vos plus gé
wéreusea ambitions et stimulent
rotre volonté de lea réaliser. Ne
perder donc pas de temps a des
travaux improductifs ou a des
Iriyplités.

SI VOU5'‘HTES-NE AUJOUR
D'HUI: Vous @tes ardent et ob-
rexyatour. Vous amagsez des con-
nafssances précises et vous vous
ent,..Vous 1’
lea pas le;fuide brutal et vocifé
rant mais: le persuasifet le con
vaineant. Votre tenacité dans les
0
gains exceptionnels, vous louvrira
des portes fermées & ded exprits
moins déliés. Vous mcttea en pra
lique le viell adage gu’un «tout
petit peu de sagesse est dange -

19 FE -



bonne reuxs. Vous cherchez téut ce qu'il

ya 2d apprendre et les découver-
tes vous enchantent toujours. Dé
-fauts & refréner: Vinstabilité,
court, excesalve prudence
Naissance d’Améric: ‘Vespuee,
navigateur italien. hp



fre

FRANCAIS s

CHASBE GARDEE DE CARVEN '
YVES DE 8T. LAURENT s
GUERLAIN GIVENCHY
ROCHAS FIDGI
DIOR CARON
CALECHE LANVIN |
CORDAY NINA RIOCL .
LE GALION CABOCHARD .
: me
EN EXCLUSIVITE
- MISS DH RAUCH LUBIN
- VACARME : NUITS DE LONGCHAMPS
BELLE DE RAUCH IDOLE
Mr. DE RAUOH “GIN FIZZ de LUBIN

LES PRODUITS DE BEAUTE DE FRANCE

STENDHAL | °

EN VENTE A LITTLE: BUROPE
ORMENT ALE a

& MAISON

a + ORLANE eo





oe DS IPE TREE TS

Ln , SAMEDI q MARS

a Direction du’ DRIVE IN .«
on DE DBLMASB v’ oon
prés de ees almables

Sager oe 7 ? ie:

Elle leur en effet te
A DE ARABS BO 0. f
en Hou ef, ‘de Se

DHS TRUANDB».

LE FILS DE TARARS BOUL
BA, tiré du yoman, de Nicolas
GOGOL est interpréts ‘avec’ brio
par le gran acter. JEAN FRAN

COIs Pi iN.
Tehistols. se situce dans 1'U-
kraine du XVI viele of ln

QUES sous I! de |Ta-
rass BOULBA

tribut au Rol, .de Sogn."
la guerre eves tows ae,

ments. Le fils de ‘Tare rere.

BA est fait prisonmier ay cours
dune nt .et. emmené a
DOUBNO oi il reneontre Nadia.

LE FILS DE TARASS.:BOUL



“ormaivacs

SAMEDI 7, MARS, 1970
SAINT THOMAS DYAQUIN |
xRrX:

COIN DE'X' HUMOUR
UN EXPLOIT

.

— Moi, une fois, j’ai arrété un
train d’une seule main.

-— D’une seule main? Ce n'est
pas possible!

~ Si. J’ai tiré le signal d’alar
me.

xxxx

NI FEU NI FLAMME

Un gendarme vient d’arréter
un automobiliste.

-- Et votre feu Touge?, deman
de -t-il aprés avoir fait le tour
de la voiture.

— J’en ai un, mais il est é -
teint.

— Hl vaudrait mieux que vous
wen ayez pas, et qu’il soit allu-

PAS COUPABLE

La directrice” "de ihdtel fait
une remontrance & une femme .de
chambre:

--. Yous,@tes vraiment trop né-
gligente! Regardez cette poussié
re: elle est IA au moins depuis
six moia!

— Mais alors, madame: Ce
n'est pas moi la fautive. Je ne
trayrille ici que depuis trois mois.

xxxXxX
TROP POLL

Dans une classe, apres la ré-
cente .réforme -des..jméthodes d’en
selgnement. Le prefesseur, qui
vient d’entrer, interpelle un. des
éleves, avec une pointe de repro-
cne;

Eh bien, mon.ami! Quand j’ai
pénétré dans la aalle, tous vos
camarades . se .sont .levés et ont
dit bonjour. Pa oi . étes-vous
le. seul & ne pas. saluer votre .pro
fesseur?

—C’est par palitessc, m’sieur!
On’ m’a toujours dit gu’ll ne faut

an parler avec une cigarette au

ac

~-KEF
MAUVAISE FEMME

Un monsleur, .atupéfait, inter-
nelle son fils, qui est penché a
la grille de ta maison voisine:

— Maia ... Qu’est—ce que tu
fale avec ce ritelier & la main ?

— C’est pour ce sale cabot des
voisins! Il me montre toujours
leg dents ... Alors moi, pour 1'é-
pater, je lui fais voir celles de
grand-mérel

xxx
UN BON CHAUFFARD

Un automobiliste vient d’étre
convgqué chez le commissaire de
police

—Je vais atre obligé de vous
retirer votre permis. Ca fait qua_
tre personnes que vous renversex”
en un mois!

— Pardon, monsieur le Com -
migsaire: trois seulement. T! y en

& une que j'ai renversée deux
fola {
arxrr
BONNE METHODE
La Préfet de police de Paris

recoit celui de Tel-Aviv...
—~ Je trouve que vos policiers
sont trop brutaux! djt l’'Tsraélien.
— Quand i! faut disperser un
attroupement, il cat souvent né-

vessaize de faire usage dela for- * °

ce.

— Male non! Chez nous, mes
hommes se contentent d’enlever
leurs cagques, et SIs ge mettent: a
faire la. quatel

ALA LETTRE

Le juge dinstruction interroge
un’ prévenu:

—-On.wous a-surpris en trgin . >!
de voler . des billets de banque dans .:

* les lettres que regolt votre pa-
“tron, :Aves - vous chee
a. dire, pour votre,

‘aié, m’sieur le

se?
juge







* atine dela. volupts,. avleg du*

‘one BO! erlme,.ot da Ja vengeanca, (Un.
skype, apectacle soxaltant! “Un ceantique
s ries a a ane: wove. Gomope oo ie convoltise ‘pollue
un film 00° pétrlotione rotis oq a jpureld.et ob. lo passion rend:

au ‘ des. Agoeuts.unconous!

IN’
le BAMEDI 4 oo 1970 & 7: hen

res. et, & 9
Entrée $ 1,0 par -Voiture ~~

‘xxx

Dimanche §.Mars,& 7 bh, at -9. bh.

Juey dex -chasapions.des:.wes -

tern italiens Foegpando SANGHO

et b Lang JEP JBPFRIES nous ..aont
dans :

REQUIEM eM POUR GRINGO

Ce. fim brutal : Bi ection bien
mehéo, nous montre un Gringo
super sharp shooter, ‘tdrant pro-
fit de toutes les aitaations.; Est-ce
yourquo!’on Ya surnommé le Ma-

giclen.

Le frére de Gringo est. mart —
dans des circonstances. mal- défi- -
ules, Tl _deyait se battre en..duel.
vrour se .défeudre,. il trouve: son

revolver sans alles. D'od le:ser-

ment de. Gringo..d’éliininer seul
la. bande ayant: commis ce. crime.
Car, son-frare a été assassiné.

Le réalisatour de, cet .excellant
western Rous motre. un:Fernan-
do SANCHO. .tour a.tour:amou -
1eux, temdre et: bafoudé, cruel et
lighe. .

Le ténébreux .vengeur nous. ap
parait, apus.jes traits dunt Lang
GBFFERLES n’ayant .qu’une.chose

en téte: Tenir. serment,
Femi B BI, cette -ravis-
sante aventuriére .nous apporte

sa touche réminine a ce film vi-
ril,
REQUIEM POUR GRINGO
passera sur.les écrana du DRI
VE IN CINE DE. DELMAS le
Dimanche 8 Mars 1970. & 7 heu-
res et 9 heures.
Entrée : $-1.00 par voiture

i
,EXEX

Dimanche 8.-:Mars
a 6 hres, 7hres, et 9 hres,
La Direction de cette Salie
présente avec fierté
En: Premiére vision
LA DIABLESSE
Voici le: drume: Je’ plus puis -
sant le plus cruel porté @ l’écran,
et qui-a recueilli les suffrages
de coutes les’ grandes capitales
du monde! Brillammenft interpré
1é par une grande vedette, ce
film -attachant, “passionnant méle
‘drame, émotion et




° ADEA, 88)

Un grand ‘chef - d'oeuvre, Vhis
teire d’une mére qui tue, trahit
sans pitié’ pour que son enfant
ne cogneigse dans la vie les dé-
voixes.de existence qu’ellc a me-

néel
LA DIABLESSE
Un film a une histoire bou
leveysante, pleine de fureur, un
sujet d'une profusion éclatante
ot Je bonheur est une illusion 1a
che qui essule vainement de ru-
ser avec lea lois de la vie!
LA DIABLESSE-
Une oeuvre diabolique, un dre
me ecrscl qui souléve dee émo -

tions!
LA DIABLESSE

Le apectacle de Vannée! Une
superproduction incomparable de
puissance et d’intensité drama-
tiquel!

Votre Rendez -voua est & EL-
DORADO», le dimanche 8 Mars
A 5 hres. 7 heures et 9 heures.
Wntrée Gdes 2.60 et 4.00

De Luxe -Aute-Ciné
Wimanche 43 Mars

a 7 heures et 9 heures
Un -drame d’amour d’une essen

ce énivrante. "

L'ADORABLE CORPS
DE DEBORAH
En cinémascope couleurs '
avec : Carole Baker —- Jean SO
REL — Georges HILION

Une cantate & ‘la volupté en--|

-tonnée par le crime et la cupi-
dité...

reintantes et sordides

Une superproduction. impres -
sionnante tissée de remous pas-
slonnels | Bo. a déroulant douloureu-
Bement, sutour de }’aderable | GOEDE
de Cardio: BAKER, un podmeide ‘
chair dont la beauté et l'immense
fortune exicitent .les convoitises
Jes plus diahpliques.

Un drame bouleversant oi. Jes

intéréts les plus sordides, pies

nent un vigage d’enfer, engen.--
drent les crimes les plus horrible. ©
Une oeuvre opaque et ‘amére

qui laissera sur votre fime com-
me une odeur’ sulfureuse.
Une production tragi
lante de sensualité,
poésie impure, orfévrée. sur ‘le_





yaa, 40s


















t Crest tui. qui m’avait dit ae dé. ‘NINE

i i pouiller son couxrier!








Samm q MARS 1970
CHEN
Rue Dr...





















heiiee ayn aepere tk de Hong - K

ceed

Une exp.osion de passions 6 ~ *

, ruti- ©
de

4, gl

i pan ip dange

ett, ‘qsarait dire non Av: apec-
gusal onvouiant ot rier un
gala “d'une essence ausai, akoep
tonnelle, - “
Entrfe % 0.00) par pernuane

NXXK Poa af

| SMAGIC-CINE “

Dimanche i MAGIC CINE
~ Balle Climatisee
3 hres, 6 hres, 7 hres et 9 hres.
2‘ PROUTE- LA VILLE
* EST: COUPABLE
+ (Johnny RENO)
‘Ginémascope - Technicolor
avec: Dana ANDREWS, Jane

RUSSEL, Lon CHANEY... John -

AGAR ‘etc.
Toute fa ville est coupable. est
un western 4 la Lechaigue solide

_ ot bken-charpentée,

C'est une histoire mouvementée
qui,amet en présence le chef de
ja police de la ville de Stone Junc
tion deux personnages recherchés
pour eriine et toute {a populace

- de ja ville y compris le maire. Is

tentent. de lyncher les deux hom-
mes. Le sheriff dans sn sajesse,
refuse de livrer les ‘prisonnters et
exige, lui, qu’ils soient menég. a
KANSAS CITY procés en regle. lis protestent “de
leur. Innocence.

Devant la ‘popilake. ar en furie
que fera le Shériff,’ La. véxitable
coupable sera-t-il découvert.’ “Au -
tant de questions, qui donnent i
ce film un cnsemble spectaculai-
re, et. prenant. Les bagarres trés
fréquentes; 4ont violentes...Ellos
sont menées avec un bon sens du
mouvement. Les poursuites ajou-
lent A l’émotion du spectateur. A
noter Ie retour A l’écran, dans
cette production, de plusieurs an-
ciennes vedettes du western; Ri -
chard ARLEN et Janice RUSSEL,
qu'il est curieux et vlaisant de
revoir.
3.heurcs Gdes. 1.50 et 2.50
5 hres, 7 neures, et 9 teures
Udes 2.00 et 3.00

x xxx

CAPITOL

CAPITOL prend plaisir 4 pré
senter

Liimanche 8 Marg
a 5 hres, 7 hres, et ¥ hres P..M.
Liineomparable Guiliano GEMMA
qu’entourent Jacques SERNAS
et 5. DAUMIER . ‘dans
RINGO NE PARDONNE PAS
Un super western *qui, ne fait
pas de cadeau comme le Te Art
n’en avait fpas prpduit depuis
longtemps. Oeuvre puissante, mé-
lant violence, sensibilité émotlon
avec toute la maitrise du grand
metteur en scéne Calvin J. PA -
GET,
RINGO NE PARDONNE PAS
Ringo, c’est Guiliano GEMMA,
solide, audacicux, convaincant,
menant en diable J’action de ce
western hors-série!
RINGO NE PARDONNE PAS
Un film impitoyable, un véri-
table volean en ¢ruption! Le style
volontairement réaliste ajoute a
la puissauce de Voeuvre qui se
classe d’emblée parmi les meilleu
res de CALVI

RINGO NE PARDONNE PAS

Un western baigné de violence
ott le colt dicte la loi et Guiliano
GEMMA donne toute la mesure
dc son talent dans Vincarngtion
_d’un personnage qui unit violen-

ce, héroisme et volonté.

“Ce sera votre prochain rendez-
vous avec le western le plus fort
‘de la saison!
Entrée Gdrs

t

2.00,et 4.00

x



it anche 8 mara
-&-B hres reset 9 hres
TRAFIC DANS LA TERREUR
- En technicolor
“avec Jagk PALANCE — Fernan
do -LAMAS aie, RAY et un
. Ai dy. JULO *

Is



















Surety métta aux prises
choc fracassant des tra
ante de charges explosives et
zimpltoyable organisation de
uigsants et redouta-

lutte d'un ‘archarnement
My oes “combats d’une
rhiscible!.2 Des bagarres
saisissantes. entre des forces “en

afal.. Un., suspense oppres : -

sintaine ‘DANS LA TERREUR

*xafic. d'explosifa qui vous

Ong -

a une ayenture pession
ot 1a rr





Dimanche. 8
a6, bres hes. at 8 bees Pp. x,
La sélection ¢ des; chefs - d’au-
yre, i le Axt it. avec
suceta: au ine” PARAMOUNT
yee. yne superproduction rude; et.
trangcendanie;. ©
. LAsBRIGADE: DU. DIABLE :
-(Bn.cinémascope couleurs)

: yavec: William: Holden, ClifteRo- —~
berson;: Vince: Edwards! Dana’ An .
Rennid, ep.

drews,.. Mik:

Une fresque: -gublime out: des ‘hi
ros ‘indomptables ‘écrivent «avec _
leur sang, 'l'Héroisme en. majuscu
te de: feu, au cours de la: ‘fameu-
se -cam; ditalie! .

LA-BRIGADIDU DIABLE.
Une épopée- pat étique, : ‘d'une sau
vage grandeur, 0a Vhéroisme s'il
lumine de courage, d'audace, -de
témérité et de. bravoure! .

Une brigade composée-de:-sol-
dats Américains et Canadiens,
les uns des ‘tétes chaudes, - des
enragés de la violence, et les au-
tres des soldats disciplinés, for-
més par le rigorisme des métho-
dey anglaives W#affrontent entre
eux- dans des chocs Viclenta din-
compréhension }

Cette mame brigade, lancée fa-

rouchement contre l’ennemi. com-
mun, mais “animée du désir de
vaincre, se montrera au fort de
la bataille, unie par les liens
ides de la camaradeite at de
mitié!

LA BRIGADE DU DIABLE |! -
Une nature. hostile. deg. éléments
déchainés, des ennemis ‘implaca-
bles, composent In toile’“de fond
de ce décor d'enfre, of, deux ba-
talons d’hommes d@airain dé. =
ploient une énergie surhumaine
pour forger Jn victoire!

La plus belle page de Vhiatoire
de-la témérite humaine. vécue
pur des héros impuavides:

xxx

AIRPORT CINE

Le: Meilleur «Plein Air» des An-
tilles
présente en preniiéme vision — et
en méme temps que toutes les ca
pitales de l'Europe et de )’Asie
Dimanche 8 Mars .
a 6 hres 80 et 8 hres.30
La toute derniére production
et la plus passionuante réalisa -
tion du cinéma Japonais.
LES MONSTRES ATTAQUENT
Cette prestigieuse production
en Scope-couleurs présentée par
sa «Compagnie Parisienne de
Filmga dont le réalisme dépasse
l'imagination est la plus haute
expression de la technique de la
mise en scéne ct remplira d’sise
les fanatiques du Cinéma - Fic-
tion et les publics de tous ages!
LES MONSTRES ATTAQUENT
Formidable! Irrésistible | In-
croyable, voici incomparable ac-
teur japonais Kojiro Honge dans
un rdle éérasant et la ravigssante
Kioko Enami qui emporte le spec
tacle dans un torrent d’exploits!
LES MONSTRES ATTAQUENT
Une oeuvre d’une intensité dra
matiqne bouleversante! Vous beu
glerez d'émotion & «LES MONS
TRES ATTAQUENT> une oeu-
vre maitresse du cinéma japo -
nais, Ia meilieure du genre de
toute Vhistoire du Te Art.
LES MONSTRES ATTAQUENT
De l'émotion, du suspense, de
Vangoisse, de faventure, du dra
mo; Le rendez - vous de Shigeo
Tanaka, le metteur en scdne hors
ligne du cinéma japonais { Le
film que vous n'uublierez jamais!
Ce film ne peut &tre comparé
A aucun du méme genre déja pro
weté en Haiti.
Venez, vous jugerez et
émerveillé!
Entrée Gdes 2.00 et 2.50
N. B-~— —Ce film ne sera pro
jeté dans aucun Drive In de la
capitale.

serez

x

x

AU REX THEATRE



éeux qui veulent se mettre au fra

yers de l’opération
TRAFIC DANS LA TERREUR
# Un trafic dangegreux au cottrs
Ququel les titans du risque font
Mordre la poussiére 4 leurs ad-
versaires...
. Un espionnage envofitant qui
impose eux spectateurs angois-
sés Gn suspense suffocant.
TRAFIC DANS LA TERREUR
Une intrigue houleuse- qui vous
ynénera des mystéres de Hong -
Kong aux secrets de Macao. «
2 Des héros inébranlables, des
fechniciens de Ja clandestinité,
ie experts en karaté et en judo

eentuent Tintensité de. cet es- &

onnage aggant.
Faaric os DANS LA TERREUR

done spectacle - tempéte défer- OQ.

fant la violence autour d’un cRar

Ya











Craignat de nouveau edbotagcs d@avions partant a deatina -

tion @isracl, les fonotionnaires de. PAéroport
fowillent les bagages qui vont étre
_vion ae rendant a Tel Aviv.

-de Londrea-
charges a bord d'un a-
‘(Spécial au Nouvelliate)



*

Les. observateurs cnyiais ‘pont frappés de la resemblance du
Prince Charles avec son grand frére, feu le roi Georges VI.




Horaires de la Caravelle
AIR FRANCE

DESTINATIONS













AF 242 —
QUOTIDIEN




AF 243 _
QUOTIDIEN

MIAMI

_—-—_--

PORT-AU-PRINCE

SAN-JUAN




ANTIGUA d 09.05
| a 08.50,
BaINTE d 08.25



FORT!DE-FRANCE

P Petit déjedner - D Diner ou déjeuner - C Collation
Pas de trafic local entre les deux triangles








































_ Pour toutes
les circonstances :

ment de. Nitro - Glycérine, dé- $2
thainant Iq terreur entre des for g® |

es agressives, dans une atmos - B
ta de-bratalité et un décor’ de %

eu et d’exzlosion.
1 Un fi





A Ecole
Sainte Trinité

La emaing dernidre a nes
vons aselsté “® une Delle’ ma
rooréative ofganisde “A aoote
Salute Trinlté: professeurs ot. atd
von e'étalent groupéds autour do
leur Directrice Alster AnneMa-

rlo pour souhalter la blenvenue .

A ln Révérende Marg Marjorie,
Supérieure Générale “de la Con-
tion dea Smure de Ste, Mar
suerlte en vielte on Haiti, Au
cours de cette féte, des plus réus
nivs, des numéros ont 6t4 dxocu-
té. avec brio par les enfants do
Ecole danses = folkloriquos
(djouba, nago, congo) et danses
clussiques (parade dos joucte
danses dea sylphides). . Deux
beaux chants de bienvenue et
d‘au ss revair ont été compowds
pour la atreonstance par l'artiste
bien connu Ti Ga. Cette ma-
nifestation a’est cléturée par le
speech bien tourné de Melle Ja-
ne Elie qui en termes choisis,
mit 'acosnt sur l’@uvre eccom-
plie par la Sm@ur Anne-Marie, la
Directrice. 5
Nous ‘reproduisons un des
passages de eon discours.
<«Malheureusement le séjour do
Mare Marjorie sera de courte
durée mais nous sommes persua-
dés que as visite en Haiti ‘sera
d'un pulesant réconfort pour Bis-
ter Anne-Maria qui oq dépense
tellenteng pour )’épanoulssement
do lcauyre, S! jamais l'histoire
de l’Eeolg Sainte Trinité ost éeri-
te on retiendra que Sour Anne
Marie a beaucoup lutté dans sa
sphére pour que dans un cadre:
attrayane et confortable, le pe-
tit écolier haitien trouve a la fois
une bonne éducation physique,
morale et une bonne prépara-
tion olassique, tout cela pour le
plus grand bien de notre pays ei
pour la gloire de Dieu. Sister
Anne-Marie n’a pas enfoul dans
ln terre le talent qui lui a été -
confié...>

â„¢s Un Assbstant.



23 Mal Mars, Récital du
énor Pierre Blain»

a PiInstitut Haitiane-

Américain RE

L'Institut Haitiano‘Ainéricain,
s‘excuse auprés de ses invités du
changement de la date du con-
cert de notre grande vedette In-
ternationale Mr. Pierre Blain.

L'Institut est fier de leur an-
noncer que le talentueux Péerre
Blain offrira son récital de
chants, le lundi 28 Mars A 7 heu-
res 80 P.M., dans son Audito-
rium.

Les cartes d’invitation
Mars demeurent valables.

Cordiale Bienvenue.

SL

DIFFICULTES DANS LES
PREPARATIFS
DU SOMMET
MAND

BONN (AFP)

M. Conrad Ahlers a indiqué
vendredi que la principale diff.eul
ts dans les conversations techni
‘ques entre la R. F. A eta ROA
sur la préparation de la rencon
tre Brandt/Stoph es; la question
de l'itinératre que suivra le Chan
celier a )'aller et au retour.

Le Secrétalre d‘'Etat a l'infor-
mation a précisé qu'il ex:ste en
core d’autres points: Htigieux,
mais quo L'itinérsire constitue le
principal. ‘




du 13

INTERALLE



STENDHAL

PRODUITS DE BEAUTE FRANCAIS

LITTLE EUROPE

PORT-AU-PRINCE
VOTRE DEMONSTRATRICE EST LA

POUR TOUS
JEUDI 12
MERCRED! 11
LUNDI 9





«Laem tonnes d'eau, gui, A chas
que averse, ruent sur la chaussbe
‘ pétonnée de “VAvadue Hallé 36-
inst ont @étériard lo au,
uf, do Prédailler menaient lee =-
at vera lo Oée-fonds Robert
oy bas-foud | Drouillard, sur Ja
wr route nationale No. 1.
Nowa avons ou A algualer I‘abeon-
ee de drain tte long de l'Ave
anus Hallé janalé of on travers
do cetee. volo, A l'Est de laquella
lea catx pluviates sdjournaiont
on soinaines apris |'avorec.

Lo Département des Travaux
Publica a dQ ouverir = d’urgence
cette semaine un chantier d‘1m-
portance & Prédailler pour cons-
truire tm pont: de pris de troix
métres d'ouverture afin d’nssu-
rer le passage des asux, La ravi
ne de Prdaitfer ost aussi dlar
gte en cet ondroit, mais les tria-
‘VAUX @approfondissement de-
vron, &tre poursuivis Jusqu’éA la

mee.

Trols ou quatre autres pon-
COBUX w#erony, oncore nécessaires
pour assurer I’évacwation de tou
tes les emux de ruissellement qui

dévalent de Delmas, de Prédail-
ler afin de les her de cou
vrir la chauseéé be de lA

venue Hallé Sélasaié, au moment
des fortes averses.

sera complété le magni
fique travail d’urbanisme réalisé,
il y a trois ans , par la volonté
de 8. E. le Préedent a Vie de la
R&publique, le Dr. Frangols DU
VALIER. .

Luci Johnson Nugent, accom-

pagnée de Patrick Lyndon Nu-
gent, au moment rer @
UHoépital «General Broke» de

San Antonio, Texas pour visi-
ter son péere l'ex-Président
Lyndon B. Johnson,
hospitalisé.

qui y est

CARNET SOCIAL

Demain dimanche 8 Mars ra-
méne J’anniversaire de naissance
de M. André B. Alfred fidéle lec
leur de notre Journal

Nous en prenons occasion pour
lui souhaiter du succes, une san-
t6 toujours robuste et une lenguc
vie.

Heureux anniversaire | André!



CONSEILS.
VENDREDI
SAMEDT 14

13 Son



Nixon juatitle le f
politics que | des uot

USA\ Ha Bios (AFP)
(DE KRANOIS LARA)

Lo Président Nixon, inquilet
do In déclaration de Is situation
militnire au: Laos, des sucols rem
portéa dana: ta Piathe dos Jarrea
par les forcen communistes ot de
V’6motion considérable suscitbe au
U:-&.A notamment au: congrds,
par le secret dont est entours I'en
goment militalre des Etats

nia au Laos, a décidé de faire
une mise au point aur la position
da son administration.

De sa Villa de Key Biscayne
en Flovide od f passe un Jong
week-end en compagnio du princi
pal artisan de sa politique Stran
gére, le Dr. Henry Wissenger, le

Chet de l’Exécutif Américain a
fait remettre A la-Presse un do-
cument, trés volumineux dant le
quel il j Ba politique lao-
tienne et répéte qu'il n'y a pas de
les opérations militaires.

Toutefois aviation américal
ne est intervenue & de trés nom
breuses reprises pour tenter d’ar
réter, par bombardemen; infil-
tration sans cesse croissante de
troupes et de matériel militaire
Nord - Vietnamiens empruntant
la fameuse piste Ho Chi. Minh,
Aucun élémen; nouveau, de ce cb
té, puisque tout leo monde savait
depuis fort longtemps que YAir
Force pilonnait les artéres ‘vita-
les au Laos avee l'accord du Gou
vernement Royal.

Cos bombardements de satu-

ration sont-ils affectués par les
Octo-Réacteurs B-52, basés A
Guam et en Thailande? M Nixon
ne le précise pas, mais la dispari
tion da ces strato-fortoresses du
ciel du SudVietnamien semble
bien indiquer que ia mission diffi

cile de couper la piste Ho Chi Minh

een
Pour une «Journée

des malades»

Une petite indiscrétion nous a
permis de savoir que lea dames
du Mouvement Haitien des Mé-
res inaugurent cette année : LA
IOURNEE DES MALADES.

Cette journée nous a-t-on dit
a ls Direction du M. H. M. ot
nous a poussé notre curiosité pro
met d’étre un succés.

Nous voulons, a dit la gentille
dame qui noue a regus nous a-
dresser au coeur de la jeunesse...
Nous avons trop longtemps par-
1é seulement a son esprit.

Comprendre les malades mé-
me un seul jour, les aimer un
tout petit peu, les gfter méme,
niest-ce pas exaltant?... Tl faut
que notre jeunesse sache s’arré-
ter pour, méditer sur Ja douleur..
le malheur..

Voila pourquoi
rons cette féte..

Nous demanderons A ceux qui
sont chargés des jenues, ‘de les
pousser & exalter ce deuxiéme
dimanche du mois d’Avril, le cul-
te df aux. malades.

Combien les pauvres déshéri-
tés seront he uretu x de
recevoir et jour - la, une
visite, un présent, une humble
fleur, symbole d'une pensée vi-
vante... Nous pensons que toute
Ja famille haitienne se joindra A
nous & cette occasion.

Nous avons été heurux de. cet-
te visite au Mouvement Haitien
des Mares.

Le dernier Visiteur.

nous inaugu-

Apprenez
Panglais
ou Pespagnol

en utilisant le systéme audio
visuel.

Institut de langues vivan
tes 179, Lalue, en face de la
Ruelle Dufort, local dy Collé
ge Classique d’Haiti.

Inscriptions :
Lundi et Mereredi
de 6 ha 7h. pm,



=

College international
Ges hirurgiens . —

La Section Haitienneidn > Colla :
ge avise les confrdtes que Ba réa
nion annuelle aurd leu
eredi 13, jeudi 14.et ven
Mai 1970 au -Centre Medica). 27,

Chemin des Dalles,” “dés 8 heures 1

a.m.
Les confrares,. membree ou non








du Collage International sont in-
vités~ & “presenta ‘leurs travaux
et .A igus “faire:-connaitre leurs
sujeta entre le 20 et.le.80 Avril
Ceux’ aul ne pourront pas &tre
_, Snvoyer leurs
un

fravanx 9 a ear choix.
Constant PIERRE-LOUIS
Secrétaire.

MAIS - OUI

SALON DE COIFFURE -
MIXTE
& la Rue du ‘Dr. Aubry

No. 149
















Repassage
‘Lissage
Mise en plis

Coupe

«Tiagse,

Coiffure

Lavage des cheveux

) Manictire

Pédicure

Préparation des Perruques
} Coupe des Perruques _
-Nettoyage. des soullers



‘kit VER @a magasia

ae Fouad a. huivurra
et au «Continenta.»



























moindre déclaration «

violente, Par contre, {i
rappeler aux deux Co-
de la Conférence de. Ger
"0 RSS on a
lea Trexpons: ut deur
bent. MM. Kossy, a

M. Nixon. a”
vernement d’Hant
mont res}
taire au Laos,

Pour le Gouvernement’ dé:
hington, qui pendant trés long-
temps a &t trop discret sur ses
activités { militaires au Laos of
au a 6té sévérement blanié par
la Presse, par le Congrés etpir
une bonne parole de l’opinion pu
blique américalne, les Etate-Lnis
ont toujours eu Vintention de’ res

pecter les accords de a.
Male dans les milieux comets
on ne manque pas de dire qié ver
taines décisions doivent atre
prises lorsqu’eliles intéressenf de
la Défense do Sud-Vietnam. /?

Ie te

x xXx: sy
»

Le 11 Avril,
lancement de
la Mission -
Apello-XIII

Par Charles Kk. SCROTH’
Rédacteur Scientifique A VIPS
WASHINGTON (IPS)

A bord des vaisseaux spatiaux
«Aquarius» et «Auriga? qui, tous
deux, portent le nom d’une cohs-
tellation, les astronautes dela
mission américaine Apollo/13
iront, le mois prochain, sur ‘‘la
lune en vue d’explorer un _— site
mystérieux et anfrretueux situé
dans lesvallonnements des monta
gnes. lunaires.

Tandis qu’a bord du module
lunaire «Aquarius» ies astronau
tes James Lovell ei Fred Haise
descendront sur la lune afin d’ex
plorer le Hew situé dans la for-
mation du Fra Mauro, leur col-
légue Thomas Mattingly, resté
seul dans le module de comman-
de «Auriga», sera en orbite ail-
tour de la lune.

Le Fra Mauro est si diftérent
jes liewx antérieurs d’alunissaze
qu’un conse’! des plus grands
scientistes américains a demandé
qu'une stricte quarantaine soit
imposée aux astronautes ainsi
qu’aux échantillons lunaires qu “ils
repporteront de leur mission.

En dépit da la trés infinie
possibilité de trouver aucune for
me de. vie sur la lune, ces scien-,
listes ont déclaré que cette ré-
gion est pour eux de |’cinconnu»
et que la vie sur terre ne de-
vrait @tre soumise A aucun ris-
que de contamination, si petit
puisse-t-it étre.

Le lancement de la mission A-
pollo-13, la troisiéme mission tn-
naire du genre humain, est pré-
vu pour le 11 avril prochain A 2
2h 13 p.m.— heure d’Haiti. Les
deux explorateurs lunaires, Lo-
vell et Haise alunirom le 15 a-
vril et sjourneront 38,5 heures
sur le sol lumairc. Au cours de
deux marches durant chacune
cing heures, ils y installoront une
station scientifique A puissance
atomiqne.

Selon M. Lee, le Fra Mauro
‘at une montaene avant nrob4-
Wiement cent kilométres de pro-
fondeur. Toujours d’anréa Ice
scientistes, elle est Auée d’envi-

von 5.000 inillions d’années corn-
varé aux 4500 millions de la
Mor de la Tranquillité et aus

75 milous de POrcan dea Tem-
citer nrécédemment exnlorés par
deg ostronautes

amérienins.

> et avee la.

nsable cencela ili

AU CAPITOL

A partir du Dimanche 8 Mars\1970
oo as Hres, 7 Hres et 9 Hres

Cee _UN WESTERN EXPLOSIF

1 bee : - GUILTANO GEMMA
participation de




il oars A ety ee a Haire.
x6 la méme pergonnalité qui a é-
galoment affirmé que le Gouver-,
nement ne formait: aucun. projet’
d’augmenter le nombre dei améri
‘cains,. militaires ou: civils,: au

xex

En faveur des pays

en Vole

Développement

WASHINGTON (IPS) --

Le délégué des Etats-Unis au
Conseil Economique. et Social des
Nations. Unies, 1/Ambassadeur
Glenn A. Olds, a‘recommandé au
Congréa de prendre plusieurs me
sures pour combler le fossé ex.s-
tant dans le domaine du dévelop
poment entre lea pays industriali
és ais et ceux en voie de développe

a lds a affirmé gue. cette ac
tion .contribueradt & ccréer les
conditions favorables A la. paix>.
«En outres, a-t-il ajouté, viendrait appuyer le dernier rap
port sur la politique re du
Président Nixon qui préconise
une plas grande assistance multi
latérale et la promotion du déve
loppement économique et social.»

L’Ampbassadeur ‘Olds a exposé
seg vues. Ya semaine derniéra, de
vant une Sous-Commission des

Affaires Etrafgéres de la Cham
bre des Représentants qui pour-
Bwit ses débats en liaison avec le

25@me anniversaire des Nations
Unies. .
Les mesures suivantes, a-t-il

souligné, devraien; figurer par-
mi celles que le Congrés doit
prendre et qui s’averent , Gre
d’une importance: 5, pour
combler ie fossé existant ‘dans le
domaine du développement entre
les pays industrialisés et ceux en
voie de développement.

—réaffirmer la nécessité d’af-
fecter un pour cent du produit
national brut 4 Vassistance au
Tiers«Monde. A l’heure actuelle,
la proportion allouée représente
le tiers de ee pourcentage;

—Assurer la disponibilité de
la main d’oeuvre pour le. dévelop
pement en appuyan, le program-
me du service civil. ional
et la créaton d’universités dés Na
tions Unies don; les possibilités
de réalisaton sont actuellement a
Yétude;

—Renforcer le Département
d’Etat et la mission des Etats-U
nis auprés de l’O N U afin de
coordonner la participation améri
caine au programme de dévelop-
pement de l’Organisation Interna
tionale;

— Augmenter les ecrédits af-
fectes au programme d’aide mul
tilatérale ;

BRecommander de nouvelles
formes d’association des secteurs
public et privé pour |’investisse-
ment et Passistance technique 4
Vétrange”; r

— Appuyer une politique com
merciale favorisant l’accélératon
du développement des pays du
Tiers-Monde;

— Encourager l’exploration de
nouvelles sources de financement
du. développement dans le cadre
des: -Nations > Unies?) :

— Assurer uns représentation
américaine mieux qualiffée au
sein des organismes spécialisés
de l'ON U.















































Ton», (1879). ; :donne. du, -mot.
ae mation h svallee repos dan.
nelle;

ae

ae ac oe
Maire

. Millay, * et. «Lou J



















ranco A lay i eae

dolide, calme hae raison’
“eal” du eens at Pe AY
. wae)

bah ore ae "9 ;
sens de csommet, plat . diune'h

que explige que “ «Le. Pomp!
soit, devenu un no} Meu, -quée
ion ‘rencontre dans le ‘sud - © ovest,
du Massif Central,
lier dans leg” départeme ents’ du
Lol, de ‘la Corréze, “de. Lidabre
et de V’Aveyron : «Le Pompidou»
est ‘ure ferme dela commune ‘de
Ponpiddu>'” “est
un mas ‘const ‘sur un replat
aitné sur ‘une. croupe , qui sabais
se peu & pew du haut “de ‘Larzac
pour’ s’enfoncer ensuite brusque-
ment dang: jes gorges de La’ Dour

“Mais li exidte titie autre. éty-
mologie, et c'est celle que le Pré
sident- préfére. - langue d’oe,
«pompidou> signifie: va comme Je verte ... Ce serait
hie-alors un nom , prédeatiné
pour "homme aul a connu une Bi
f ulgyrante earriére, politioves”

(France - Amériqu

Grande. date
a retenir :
Dimanche 29: mars.

1970

Tirage a Télé-Haiti & 2 h. P. M.
de la Ratle organisée par les étu
ciants de YIHECE au profit de
0 bibliothéque de la Fondation
ae l'Institut des Hautes Etudes
Commerciales et Evonomiques.

Jer lot: un billet d’avion aller-
retour Port-au-Prince Mexico, et
$ 200.00 d’argent de poche, tour-
noi intrenational de football).

2e lot: un appareil de radio
Transistor.

Prix du billet $ 1.00

N.B.—Les billets sont en vente
au local de l'Institut des Hautes
Etudes Commerciales et Econo-
miques, Champ de Mars No. 81.
Port-au-Prince.



Déces de Mme '
Euneope Altémany

Les Pomipes Funabres Paret
Pierre Lowls vous annoncent le
décés de Mme EUNOPE ALTE-
MANY survenu vendredi & midi

a VAvenue du Travail. -

A ses enfants :,Mme Léone Da
bady Mme Kernélie Dabady —
Mr, Emilio Dabady — & ses pe-
tits enfants : Mr. et Mme Geor-
ges Dabady — Mme Denise Beau
liexw — Mme Luce Beaulieu —
Mile Raymondg Beaulieu — Mlle
Danialle Dabady — Mr. et Mme
Fritz Beaulieu — MM. Gérard
et Yrvel Beaulieu — Mr. et Mme
Eddy Dabady — Mme Vve Pier-
rot Gourdet.

A tous ses arriéres-petits en-
fants MM. Pierre - Louis et Le
Nouvelliste présentent leurs res-
pectueuses condoléances. Les obsé
ques de la regrettée défunte au-
ront lieu lundi aprés- midi a 4
4 hres en |’Eglige du Sacré-Coeur
de Turgeau. Le convoi partira
du Salon Funéraire de !‘Entre-
prise.

xxX

Mort de Félix
Philantrope

De Jérémie, nous avons = recu
ia nouvelle de la mort de Maitre
Felix Philantrope.

Nous adzessons er cctte triste
circonstance nos sinceres condo-
léances A sa fille Mme Vve Jo-
seph Laroche, née Roselyne Philan

trope, ses fils Gérard et Mme
née Vulére Mare Antoine, Julie
Nephtaly, Yanick, 4 ses petits

enfants : Reginald, Yvane, Bri-
gitte, Camille, & son frére Marc
Philantropc, & sun oncle Jules,
Mare et Mme Vve RENE
Hhilantrope, & ses neveux et nié
ces : Soeur Anne de la Sagesse
née Léonide Joseph, soeur Ludo
vic de la Sagesse née Ludovic
Marc, Sr Marie Martine née Pau
ja Millet, au Dr et Mme Julien
Joseph et enfants, A Mme Frédé
rique Joseph, Vve Enigtne Marc
et familly. M. et Mme ‘Parnel

Marc et faiaitle, Me Maurice Jo |

seph et famille, aux famfiles La
roche, Philentro Mare, Josevh,
Millct, Ganthier, Laurent, Médor
et a tous les parems affectés par

deuil, Les. funérailles ont été

chantées @ l’'Eglise St Louis de

Jérémie.



at adna mapa eODPOY
AU MONDE CHIC

Saisit toujours l'heureuse
occasion, celle ‘d’‘annoncer a
sa prestigieuse clientéle |’ar-
rivée des articles suivants:
tissus francais pour robes,
broderie, batiste, linon, opal, .
‘tolle de fl 'unie et imprimée,
tergal; toile de-fil & drap ste.
sans oublier des pyjamas
pour enfants, oreillers, et
draps de toutes les dimen-
sions.

Bo Be cleat auphttin: da ‘vous
‘Diparler ‘de: teat. sorifettions et
arvicles, pour BBEBES.

Pas de- jolt: bébé
a‘habtite Bas: AT .
AU MONDE ‘CHIC

da”

Mogasin de 1’Etat

s'il ne



2 “ewe et Cultarelle . «ALAC,
' dée le

VO
blanche
; co da la Premiare :



“en particu- .

Ur Awsoetattens” “Lite



80 Nor
Simone ‘Open
nt. mardier id't

Vanniversairg ‘det

: Of




& -le Révolution Sie
'Ovide DUVALEEE LC. cfoit

nte et Distinguée Epouse

at Ghat Supréme & Vie de la

ue A occasion de cg nou

eau. printempe, qu’Elle comptera
prochain.

is Ag Mars
“daxrathe .- pied
vrande f8te de Reconnaissance

Nationale,

ALAC en prend occasion pour
inviter d'une fagon toute sapécia-

Te les amis du Gouvernement aux

manifestations propriées = vi-
sant & donner un lat’ sans pré-
eédent & la Commémoration. de
cette’ date faste qu'il veut inscri-
re en lettres d’or dans les anna-
les de la Nouvelle Haiti du Doc-
teur Frangois DUVALIER, le
Rénovateur. Pupulations des neufs
Départements Géographiques du
pays, captez LA VOIX DE LA
REVOLUTION DUVALIERIS-
TE> le jeadi 19 Mars dés 7 hres.
A.M. En vue d’entendre notre é-
migsino du jour,

Pour le Comité Exécutif
Lyney JN-CHARLES

Pierre - Paul PHILIPPEAUX
‘ Secrétaire Général
Michel BRUTUS

Administrateur
Véronique ANTOINE
riare

Jean-Claude SANON
-Directeur - Technique.



9eme Journée
Mondiale du Théadtre

Le Centre Haitien du Théftre
(Centre Associé de l'Institut In-
ternational du Théatre) prend
plaisir & annoncer que le 27
Mars 1970 sera célébrée dang le
monde la 9éme Journée Mondia-
le du Théatre.

L’auteur du message interna-
tional est Me. CHOSTAKO-
VITCH, le célébre compositeur.

Ce message, déja parvenu a
notre Ventre, sera publé et diffu
sé dans la s@maine du 16 au 20
Mara.

Nous nous permettons de rap-
peler le théme de travail de cet-

te journée.

«Des rapporte étroits doiven!
étre créés entre le Théatre et les
établissements scolaires, depuis
l'enfance jasqu’A 1’Université.
Le Thé&tre doit s’enseigner, non
seulement comme une littératu-
re mais avant tout comme une
matiare vivante>.

Tout un chacun doit aussi a-
voir pour le THEATRE, une pen
s6e toute spéciale... le THEA-
TRE considéré comme _ instru-
ment de compréhension mutuelle
et de paix.

GERARD RESIL
Président du Centre Haitien
u THEATRE
Aasocié de 1’(UNESCO)>



ELDORADO

Présente













= Ol a fF
mand

ae Ponta. Ih. .
* cdaporanes, Paria, 1 Aan
“ ¢Les Hauts-Ponts. IV, La mo ~
nale de plomb», Paris, Gallimard,


limard, 1
Qui oat la Rocque?», Paris,
Flammarion, 1936,

Jacques de “Lacretelle A l’'Acadé-
mie francaise et réponse de M.
Avel Hermants, Panis, Gallimard, -
1
eMorcesux -‘ choists»;. Priface
d’Andr6é Maurois. Paris, | Galli-
mard, 1638. —~

«Croisidres en eaux troubles»,
Carneta de voyage. Paris, Galli
mard, 1989.

«Le Canada entre en guerres,
Choses -vues. (Coll. Ici France).
Paris, Flammarion, 1940.

«U’heure qui changes, Gere-
ve, Editions du Milieu du monde,
1941.

tano’s. 1945. .

cIdées dans un chapcaur, Mo-
naco, Editions du Rocher, 1946. -

«Le pour et le contre».
man, Gendtve, Editions du Milieu
du monde, 1946.

«Deux coours simples».
man, Paris, GaMtimard, 19653.


Ro

quatre actes. Paris, Galliriard,
1958.
. Présentation de Jac-

ques do Lacretelle, Photos de
Jacques Boulas.: Notices histori-
ques et archéoclogiques de Geor
ges Monnarché (Albume des Gail
des bleus), Paris, Hachette, 1958.

«Les maitres et les amis». E-
tudes et souvenirs littéraires. Na
mur-Paris, Wesmael Charlier
1969.

cLe tiroir secret», (Coll. les E
crivains juges de leurs oeuvres).
Namur — Paris, Wesmaed —
Charlier, 1961.

‘cDiscours de réception de M.
René Clair et réponse de M. Jac .
ques det Lacretelle>, Paris, Galli
mard, 196:

ok cthologie de iettres d’a-
mours: 38
I, cLa galerie des amants>, Pa
ris, Libraire académique Perrip
1963.

TL. eL’amour sur ta placer, Pa-
ris, Librairie académique Perrin |
1964.

«Face 4 Véevénement (Le Figa
ro de 1826 & 1866)», Paris. Ha-
chette, 1966.
ee amen

Messe de Requiem

@anniversaire

Mme Robert L. Denis, M. et
Mme Robert Denis Junior,
Mile Guylen Denis, M. Philipp
Denis, Mile Fabienne Denis in-
vitent les parents et amis 4 #e
joindre ou & s’unir & eux par
leur priére & la messe d'anniver-
waire qui sera dite & 6 hres du
matin en l’Egljse du Sacré-Coeur
lg Samedi 14 Mars pour la mé- -
moire de’ Robert DENIS leur re-
gretté Epoux et Pére:



Offre d’emploi

La maison 7ACQUES A. DU-
FORT & CIE cherche un démar-
cheur de produits pharmaceuti-
ques, de préférence ayant de Vex
périence, des connaipsances de
Vanglais et pharmacien.

Les intéressés voudront bien
se présenter A son sidge social
sis A \'Avenue Somoza, entre 3

h. am. et 6 he p.m. (le samedi
entre 8 et 1 hre.)

UNKANY,

¢

6

4.

f

Dimanche « 5 Hres,7 Hres et 9 Hres

LA DIABLESSE

Une cuvre - maitresse du Cinéma Mexicain.
Admission : Gdes 2.50 et 4.00

N.B.— Ce film ne passera dans aucun Drive-In

de la Capitale.

LTS AIT THIS HTT













_GRAND

























_ artistique de de

OU. TREZ.-





















FSON

Grand Hatel Oloffeon
Présente son spectacle d’hiver
avec une troupe des meilleurs
artistes haitiens :
_chanteurs- et danseurs
Sur chorégraphie et direction














SAMEDI SOIR

_ DINER ET DANSER -
AVEC LES SCHLEUX-SCHLEUX. (

AG Read. Polat Night Club —
AWB. ‘Adatission's' hap -








HOTEL






nds Maitres




















Full Text

PAGE 1

No l!R.lllll L'Off1nu,i,,,. juslific!o tlticltrneMo . pQr la po/.1,M -U-• lit pt'tit 171•><' rf'ndolo•rrnt• /rnfrli•met1I 111ili•• ri lu dro11111', dtifrai~ ln c,0111 1 ~1,rnlion ~li:;::,,,~~utr.N /:B~~~~e: f~ L, 1 elrirhr111-611t momir&; trop ri• fncili/.jtt acoordM• ti Ntrln iu jtu,.e ' : o•m• t ci /ml1" gr do voil11• ,.,.. 7,0111 ltur• dplnum1011t• q11c IH J>~ sont dePC1Ut8 d.'tl"JU!I e~oentricit 1111.pmt •nbl-11. Mai.a la 11ogu6 dti,r:~ me11 . t• i11-vraisemblables fit le 7>ort d~ /.oison• aosalo11ien11c•, toutes ces extrava.gnces ne pourra . ie11t tre !& uniqU-llB te na-11 t• et a.bmdinamts de eette le11 . tati1 e d'fmplantatfon . de la drogue . Au iuBte de q?lel BO?lt /es ,:c•po•~ab/.8B ? C'est ln question qu.'011 se pose et que_ les stl'MJ"WIIB . t7tn-~ qu, ont mo11tr da . nt c.-ttfl triste nffa,i.re t-01,te leur -vigilance P-f lell'T efficacit oh . flrr.h-t111f ufr-,1,q 11u.l do,de trou ver. Ces Le Wor&Fi'nde. Ceater>> :_ Les Nations Unies du ._ bmlfierce . Dlmaalle a .... 1971, 'S 117 Il et 9 h A la recherche d~ vieilles m@todes de lecture LA METHODFiPE PIERRE PY"POULAIN DELAUNY (1719) par le frre Clair ,,. Au Compte Gouttes par Ral!""'nd Philoctte D'o vient le mot race ? ;. , _ ,_ E _ videnunei _. ' . t, H ne . nos ,pp~r .. pu . donner , des pr6cil: :~ .. ~lDl>B, u,,n vsitahle brassage . .. C'est l!illll que l'Angleterre 'a par des cpev.plei> du type Cro-Ma,tillon, nordtq, al P1'1. ]JIil" I• Nwv~em, les Nor mands, les Daois et les Saxoru;. nous pourrions fa.ire r,;irquer 1i,1e les anthropologues l'ont pui~ :clans le langage PoPulat.re qui. _ C'est &iDIW• ' qu~ la France, l!f. : IIOn tour, l'imip,unta la Zool'epoque pal,6alith1que, a le ~hnie.;, ' ; point o~ Ml Nnti nmcoutra dea .,~., . . . groupement. hlllllw diffrall: .,_ D'aueum croyajl!'nt Y-Y.oir .uv+ l:l!.P!les4hal, Cro-Magnon, Chandriv du latin radbc'fraci11e) . / celale:"(e -d.rirl.er, par 11a do!i ' ehocnnie carne, ~ne~t, d'a 17our . no~ : , .,noa vonpriil l'&oat.>m,iste Teabu.t. fee E1drlons chercber ; l'orlglrie . de ce quimamr). ' vocehle dans le mot syriaque ra ca, qui dcon4o de l'hbreu rek; mais ce semft nous risquer, le mot raca tant un terme inju rieux, et l'hbreu rek dont il d riive, signifie au (Propre : , et au _figur : dnsens> du 1,:6::c~~ t ,~;~ de la langne frianise> (19S2) avancera l-des811.B son opinion . Bien qu'il ait des doutes sur tymologie de ce mnt . il le ool19 dllre comme driv d~ l'i1allen .,._ rnzz:a. Il faudrait galement citer, par mi ceux qui ont occup la Fran r e , le groupe Grimaldi, dont les traits rawellent les types ngro! de6 ectuele, ol qui, , en juger por ses oeuvres d'art .dea poques au rlgnacitenne et _ Jlladalenne, vait Il' si,ns ~htlque tr/>s pou3 116. -Pureti• racia le : . un mylhe , d<'nr ! De beaux aestes de solidarit X X X X ( ; i.~ '.f,&iJJ.e ~ ,i. prtt 1 ;L.~ vion hier matin . n a e'ta..' blir New York. Un grand 3 ~re " iie proches et d'a~ . Tul ont souhaH bon voyage. '.!:1 Il 2 . accompli de nombreux voya ges l'tranger (Egy;pte, Italie, Grce, . J ' apoll, Eta~-Unis, terre, l'rou, Mexique, Cuba;" Ira isgsca_i , Ile Ma~ Kenya, ef ::c:~~::,iffl•;~~ll1?rs X X X E _ l~ _ ._l::A~ .; eie ,_ ~e e'l, . . . li! . . _Tu _ __ li_o R _ ic _ a __ rdo . . _ J!"Y . . loc~ -.J.a&c:aii fliAt.dJ '. ~~ ,-; ----~ ,-::H1>.nd~ ..., gnier, Jacques de acntile esf,, ,.,., .... ~~ ef"otTC.,,...,,. ~ifll' .iujourd'hui co~deur dl!' )a matin. Pt11:.sent ' l es channl's Laioil d]l~ t t~ ,' H-~ti~~z,Ju.sfeu~ , onties 'tningt,,. ipJ" •' Grce>). ses reeueiils d'impressions (), (), ou sce des critiques ( cLes matres et les , ( . Roman, Paria, Grasset, 1920. . Roman. Paris, l.allimard, 192.2.
PAGE 2

1 I A.JBPORT C:D Bamedf 6 h. 80 et 8 h. 30 Enc1#e partie IiEl}Sefflbl~•N. Jn~Baptiate En ~e'Pdtie Mtl'BIEN AIME E~ '(j . Entre Gdea 1.20 et 2.50 ~:u7 h. et 9 h. EST COUP.ABLE A 8 h; Qles 1.50 et B.'50 A 6, 't~: 9 h. Gd.a 2.00 et 8.00 -V,undi 6 li. __ . 1_5 (Sance unique) 'ROIIO ET JULlE'f'J'E ,,; Entre Gdes 1.20. et .2.60 Samedi 6 h. et 8 h. 15 ED 1re )IUde SlWPA SBP A En 2me,-rtte , 8BVE, A•"l'OI DE CREVER Entre Gd 1.50 et 8.00 Dimanche . 6 h. 7 h. et 9 h. L , DIABIIE8SE ;Entrie _'Gdes. 2.50 et 4.00 Loclf 6. h.. et 8 h. 16 LE . JUSTICIER DE L'OUEST Entre Gdse1.20 . et 2.00 :,lh'tft C!iM Samedi 7 h. et 9 h. LE i'ILS DE TAJL\SS BDLBA Jilnte 1 dollar,,par . voitura 4 V AM: 1290 Khz .4 YFM: 100 MM -4 ,VSW 60 M . ... ,e8acfl--•~,dans ;L#A. ~ous ~aimez :dsormai~ un .ri.ob.teau Compagnon auqu11l ;vous -~ous . .a-tfacheeidlement. . . -~-:" r. N 01t~ves d.~ mis$iuns .s.ollt : 1de 5 .!lf':. ,aoo. , 11 h 30 :p.m. en &maine . ..JI' d'8 l\i~,m~r:~ ".3Jt:l&it~ Le Dimanche. Samedi 6 h. et 8 h. li En 1ere partie L'l'che8tTe SEPTENTRIONAL En me partie ADIOS HOMBRE Entrie Gde 1.50~. Dhianehe 5 h. 7 h. et 9 h. DAllB LA TEBU:UR Ai'ec Jaek •Palanee. Entre Gties 21iOet 4.00 Lundi 6 h. et 8 h. 15 SOOTLAND :YARD AU.PAU'UM Entre Gdes 1.60 et 2.50 J:IIIB._..YIIPIA ~i. (En permanence\ SBALACO Entr~ Gde 1.00 ,l.l

PAGE 3

Cl 1 1 S.UCEDI 'I ft !)ll.lJIIII et KAa . _.. 1967 rl~tn11 ANNIVERSAIRE La voiture offerte par la M..AISON CHARLES DEJEAN & CO. maintenantLES ETABLISSEMENTS Ragnwnd FLAMBERT C'est M~iselle Sajous, apra u tirage au 110rt qui a eu Ueu a TELEBAJT!, la gagnarrte de ce catkau. 1968 28me ANNIVERSAIRE Mon.sieur Pierre Saget, reprsentant de la S A F I C 0 reoit de Monsieur Raymond Flambert, l,a voiture offerte en 1968 par LES ETABLISSEMENTS RAYMOND FLAMBERT. ~ ;:, . . /JE BLOC REPU'Pfl / DES ETA/ILISSMENTS RAYMOND FLAMiiE~T l'lusi solk parc qa 'fJibr 1(J()% raide d'une nurelllne ew;openne d~ ,i. modernes. La. pl,us grase et la-plus perfedinne en Hati. Mr CHARLES DEJEAN Fondateur de la MAISON Charles DEJ1iAN Co. maintenant LES ETABLISSEMENTS , RAYMOND FLAMBERT 1970 30me ANNIVERSAIRE D'ES ETABLISSEMENTS RAYMOND FLAMBERT ANCIENNE MAISON CHARLES DEJEAN & CO La FORD CAP RI qui sera offerte aux clients cette anne UN CADEAU EXCEPTIONNEL POUR CETTE OCCASION EXCEPTIONNEIJLF STRUCTURE METALDIQUES PLUS SOUDES ET MOINS CHERES Des ETABLISSEMENTS RAYMOND FLAMBERT ' Vritables ossatures de votre futur batiment. lt4,ff'-!~~' EN' ETUDIANT VQS PROJETS, PENSEZ A UTILISER LES FENETRES ET mi. ifflffll?SSe solide ,'1\oi~Jchep f QUE PEUVENT VOUS fABRIQUf1~ EN 'fOU:fES DJM6'NSIONS RA Y MO N . : D F , L A M '. : E;R _/ ANCH . NNE M4TSO"N . Quinze annes d'efforts dans l'industrie locale. Quelle que soit la quantit, on peut tre bien servi. Les Lits <
PAGE 4

,lr Off11ifll'"Slllii'"' 4 :,: . llr lln-llln M11 Shlna Hl orlirl 1uu1u tlu 'l'rinldeul. li •'uat lou• Jnurn lntd""'"" la la111r1u, al l ;. l 'ultura Cn11l\'Ahm1. a nhlc,nu 1.on dndoral "" l~ullt'Uft l• Hnr hu11111• ,,n 1•r6ar,ntA1tl la thc'i,rn ,. l\t u11r11n H-..rr,,a, Journall1t11>. t'.,,tt,1 th.-aa 11 6l,\ 1 aoun nolrn ,rt1:it 1,1n, public',,, id JUU' lna nolnn d,, 1 1 mprlmorio do i:1,~tat. lJr Or v Ill\, c•n\ 1u,t.n1. h ,un ,onnu du llllN .illlh,tu. Ltl,''.ntin•.1 pour nvoir Jlro 1,u111c\ d1 1 n ronft\ro11ct Ici ot ,., l)r6 .. ,.11ti• cTri11id111I, NKllon ~n Mnr dw>. 111111• 1,, Je Jan , ir•r, llr M, Sh!llo qui 11ppar11t,nl nu l)t,pnrtl'nll'nl do Fran '.'nin r,1mnw prof,•nHour RNBOc:6 do 1t~nin•niitO SC'pllnltlonalL do Ml , hl~nn t•ut lu privilc-L do pro1,,Hwc,r u1w mn~strnlc ronfl'rcnrc ~•)lJN h• pntronnJ{O du Consul de i•'rnntP, de Chir,1go et hVf!C' la pr(;~l•ncr rlu Mnlrr do Marquette ..t 1, l'ri•sidrnl de l'Univ~rsit. Nnu~ nouR fnilmne le plaitdr de rn-rport rr lo• grRnd,:s lignes de C"dl<' C"nnf~rpnc•p qui fut 1,ublit• dnns Le ~, :nini;r Journal> 11 Fr1rnotl1 ont prouv~, aolon l'ob•crvallon Jg ~,~:,~~1~~ 11 '!)!~~~;tl• d~~~~f.ri~l~o~'i~• Lllnirairo, admlnl1trn~1011, roll irlon ont 6t6 aul!l1116a an 011ulo uul la matrlco do. la l'runcll. C.ultc, nation t"lt tla ' mm11 11u 160 •l~do on ah•orbnnt loa do rnlmrnl• do la RonutKnnnco ltn llonno p en Hait! et cShango> Trinldad. Alj~-Mf;~~~ . . \ STILLMAN'S' ,, . . ' ' '1~1" La•;;TAOt\Jl_e .. . ,,.. , . . {,t;{_N . ' , , . , ; :L.l.' 'l. ; , _ _ ._, •c;i •, ~\ ......... , .. __, ';J end la peau . uie_n•plus claire .......,,_on. ,j JOiTBOD• IJtJ1U ET lL\NI DANOU .P~ cle 75 ,nillions de Pot, ont etevenu, dana l, monde entier l,E SECRET DII BEAUT!t del mlDlo,,_' daf-danatouleat.-U.dumonde ."1'11 dollm,& peau plm elaln, ot plu 'nlout6e re1lde lia la Cremo SU!lmau'._ l,oraqu'ei1e_oot~ chaque 10lr, la Cnime Blillm&n'• eolalrol& i. telnl ., Alonno wao oomplnloa belle et i.d1omo dna •ulomonl , Voua oorea TeilUo de Ir, t.ranalonnaon opM Jnom• quand 1eo partla &liron\ pou pou pour lalro plaoo ,..,. s,oa.. lellement plua claire el plue llmpld .. L'excellent Savon Stillman's J!Aaa.)'u auael la BaTon StWman'alee a&TOI. doux ol dollcalomenl pufum6 netlolo ol ~pllt. la pe&\L Il •t. ldaal pour enle•u la Cro,no 8tlllman'1 , oi. .. 1 auaal Wl BaTon de Beaut..6 nJralchiuanl pour la famfllo enUorol En vente dans tos les Jn~i'\9n8 e( pharmacies Une extraordilHlil'e slection de cGdeax pour. hommes et poar femmes "" d~i prix qai pro11oqaeront en-VOU$ la plu agrable des SIU'r,rfses !, La Great affair Hniti, ln plus J1TH~rc ro:onie franais,, nu !Be sicle offre un ,xcrlh•nt t•xcmplc nvcc Qucbec et n'K ~O ttnls frn.n-ophones rcron 1111s dl' noa jours pur les Nations links. Gardez les souvenirs du Carnaval 1970. ~:Suf~~~mti::i~ d~:i~cr!~r1:01~ ___________ _ ::. Noire ~dopter le cathollcls . (Sui~e ln 1re page) C'est un rnirncle de l'mfluence rullurdlc frnna.se qui fail que Etats ndm1nistrcs par Ill Frnnel', apres s'en tre spa..rs, r.-stent utlhchs Il. lu mtrc;,,ole. c,i fort u l'impact c l'inluen ,... d,•s valeurs rullurelles frnn \"" ses que le Prsident de_ ln R~ ~1:~i~li~~e S~~o;;nr:i~-rt~;!~:U g~ 1!l58 En ,,, fet. les territoires franais ,\'Outre Mer, ayant l'opportuni ,, de drider de leur ucslme, ont l'exception de ln Guin'e. rester au bercail. L'mi nent pote noir et pr-3ident du Si•nr,:al a publiquement prC'dR sa dette profonde en confes sent s~ capacit penser plus ' (_ ff Prt ivrn1ent en franais que dan~ ~a pr..re l~u~ue &frica-ine. L'F.,pr't d'Assimilation.Con frnnt a,vpr un mc.,nrle devenu ch:1 , u,.. iuur p1us r1.:.pproch et pour Jcnn•l ;J est impratf que les in clivir1us !'-r romprennent cnlrc C'UX ~url m,illr•ur moyen de con1muni -.ation •rue la langue franaise re Pierrots, Pierrettes, Monstres, Bufs, Cava liers n'importe quel moment. Temps clair ou Avec KODAK A L'OEIL ELECTRIQUE r'Ol/R VOV.55&'/lVIR& 5AVVEGARDEA V.:15 /NT.i"R~r. TICKGT AVIOh'/BA T.:A V 1?6S4/l~Tk)/'fD #07'/il. ASSVHANCB _ Vc,y..q GE VOYEZ J VISAS,-~ 45 AVENVE MARIE JEANN~ CITE OE L 'EXPO~/TION TEL: 8989-3591 AVIS Les Produits HAM p C"O oeuv~~{!tre ach~!t• au adre11e1. A ,onT-Ao-PRJNCE,Mme .,Robert Gaetjens "J<• /;,~Lallle ts~ Market li.,., ...... . ;~Boulingerie St-Marc Ave Jae9au De11allae1 A PETION VILLI Maison Rigaud Pua1D~rlcalae Delmas Market Delaas Luee Chatelajb .... .. rc Tealld tenel'filH , \ A retenir que ln politique lib mie de la France permettait aux Noirs et Affranchis de recevoir une duca.tion de premire classe MUSIQUE, cmSINE. L'influence politique, les insti cubons admin:stratives et judi ciaires ont marqu la zone des Antilles avec de lgres modifica .•Jio~ en ~nt. compte des condi _ locales; Souel11 rapport de la musique, '. lea Influences ,franaises et e.fricaines ont eri en Hait! une dan l!e':indigp.e cLa Mringue> qui se , .. rapproche de la valse, la Marti nique>, La Biguine> et Trinidnd cCalyps1. . La cuisine antillaise drive des tllicieux plats trnnais assnlson ns ln sauce africaine. hn outre pour leur plaisir, les Antille& po119cfont le <.:arnaval qui appelle tout le monde la 1;aiet, dal,\11 ies pays pratiquant ln religion catholique. Le Foot-1;,all qui est le sport le plus 1)0pula.ire, malgr son origi ne an.,.Jalse, n'est-il le rsultat de l'influence iranalse. Ainsi la France est prsente liane bien des manifestations de la vie dans les Antilles: aussi les moeurs, les habitudes, l'ducation wnt-elles l'expression de la Cul ture frnnnise. Ce fut une magnifique conf , ence pour laquelle nous adres sons nos nlus vives flicitations nu Dr J. Orville Mc Shine. RENE COLES f.I UE Le Champion du beau Yltie ment annona ceux qui par tent pour l'Europe, 1M USA, ou le Canada, qu'il est revenu du Canada ot des Etata Unis avec une ~que moderne et .ore, qu'il Mt en outre le Seul capable de confectionner un manblau d'Hlver qui la mode diffrentea Capltala du mon da. Ill trouveront galement dea coatumea et dM pant.lone et un choix judicieux de pour les lgants prfrent la coupe mr meaure. Une visite de votre part poso de toute ncessit, .M ... sleura lei Eliranta. Laine en foce de la }l!'onclatu re ta retraite annuelle Ste Rose de Lima Le Comit de l'Assodat:on des Anciennes Elves de Ste Rose du Um11 a le plniell d'inv,ter les Anciennes Elves et leurs amies la Retraile annuelle qui com rr.encera le mardi 10 m.i.rs 5 h 30 p.m. en le chnpelle du Pen sionnat. Le prdics.teur eara le F PrP. Goulet du St V a.teur, Proi'esseur ... 11 Grand Sm!nairR La clture aurc. lieu le samedi 14 Mnrs, 7 h n.m. Le Comit eompte eur une norn breuse assistance. Ln Secrta lrP Jeha.nne UURQCHER De l conclure que le ch1mce ~Ier tait l'auteur des drames shn kespe.eriens il n'y avait qu'un pas. On le frnuchit eans hruiiter. TJn,, il.rud,te, Mm~ Gallup cfont le decryptnge a part.ellement vrifi par le Gural Cartier uui fut durant toute la premire g-uerre mondi!ile le chef du ser 1ire francais du chiffre, a extrait des oeuvres de Ba.con, de Shakes i,enre et de divers auteurs lisnbe rnins un tonnant roman oui pourrait bfon tre la :vie de Ba con par lui mme. con est l'inventeur d'un chifire r n .,ts l'faventeu1 . cf'un chiffre' c,Ui porte son nom et qui est par fois encore utilis. Il cons ste, employe1 deux tyi,cs e cs.ract-• 1es d'imprin,erie. On n ainsi, pour chnquE lettre de l alphabet, Jeux forme.. po!;l;ibles. Appelons, ~i vous Je voulez bien. lettre . B. i,Jutes les lettreb 21,cucs, _ et let X~e ~10~~~!s J;;:rr"~~:;,entii ,que ! 'on peul f,tire avr::c c1:s deux for mes en les groupant par (5) ont clP. 32 puissance 6). Ba.con. uti ;ise seulement 24 de ce:, combinai sons puur reprsenter les 24 let tres e I' Alphabet anglais les I et .T, les U et V innt utiliser indiffremrnent. Avec c.i systme, il eRl fnrile sinon r;,p1de cfe dis srnu!cr un texte secret dans uri document imprim. Mnis, ut, eornnH' d'une rn1phlie de, nostrndnmus, mnis cerlnin<1ment ovec un peu cf'ima-ginution, benu ' oup plus de Phosea que le scrip teur n'rn mlBB ! Il e:;L d'au tres ind•res qui plaident en fa veur de Bacon. De ces indices mineurs qui, nu dire des policiers, ont bcuucoup plus d'lmportnn~c que les grands C'est nlnsl qne Ben Jonson neut tre, i un cfes nssuc:s de la Sirne emploie les mmes ter mes, lui qui fut certa-inement C:nns le secr.llt, pour louer le style Je Bncon et celui ..• By Will'am Shnkespenre>. Les part'snns du Co1JJ.e de Derly ne 3'n,vourent pns bntlus pour au tant. fls avaient truun, d'ailleurs un champion reniarqunble en bel Lefranc qui, cfpuis 26 ans fonrnit ,wec une patience de adictin et une rudition nulle autre nareille, Shakespeare tra v-~rs Shakespeare. bris douillets 2 On en fait du cloches Clbre pour baie 8 11omme Rci-unuJ-.a. tn'en ai ja mais eu dnns l'nffni Sh 0 ki>spPR• rc. 8hnL:e•ne ,re, c'e.s Derhy !> lt RPR ar1ruments sont de poids. Oufrp r-eux eue noua avonc; rxpo i:;,.ll hrivemenl, en voki quelques nutres. 1. Luminair!!ii 2. Oraison; I. Love; Egale II. Urine; Cl _ 3. Vin Utile 4. Enten R.'l'. III. Mante.let IV. II; te 6. EM; Ar 6. Lutteurs . m~e V.N.S.; Telle VI. 7. Grle; EA 8. Attels; Aoutt; Eut VII. Int-resse Us 9. Lueura 10. E•thte... .:... VIII. Ue IX. Eclaireur X. Sien; 8-. Les--Bandes Dessines du ~{Nouvelliste>> ~u1ondie

PAGE 5

. : ... iweqe: ,, o• NfiF:S,~~WicrD ':r "''C• , ()~ . }NORE 8 MABS,lr/0 lllfbre, la ;' .... BA, un tlba l ~ ~ . lllaUne ;, da la volu11l4,• l'au1M& , du' 111 MAJlN AU ilO AV,JtlL , (Ult 1.11;:R) 1 liana . , l!lllalldQJilMDr ,. I"" <111ll'~...~yL ••rhne .,. ot , fi~ la venpa111111. , : . Un. 14 OC1'0JtltE AU llll l'f()Vt1111C1 LIIIL SAMDI~!?! 7 _.AUD lllVII Bt!~~~ . . . .. '' '. ' ~ ~ . t ~ ... .. . 1\l90ijl . ' ~il . .1111ll.am! .: .Ulll . , ,calitllt . ue Dlm~ .. & , M..-1 .. . , . hRBI (SOOIWION) Nrft a n,vwon . . IN "' . J\, .. ,n,., gJI'.~ . ~~!-' -, .. . ,~JI~ , o . 111 oonvo tlM ,, PO}lu~ : & hrea 't hNa M llllrprla . du peu d'ol'\l(ilUQJI qu, OIN Ed D11 D-~b~ _.,_... aufllmu ; . ,~i 8'~ . ~ . 1 ,D~~ . tl';~t ,, , ln . P•, Qlon il'nnd , . ,.t.;~ . GA :t:! , ~.Pd' . .. ~ ...,_ 0 ._• dana '-" .;_ . , . pr6a o ...., pour a , .. , , wM,nQoeu.,.,mc11nou1 , •: ' d ,.,. ,.... ,-.. -~ .... 1 h t~ -La• 'ADAAR aftL Qn• ' n•ar•'t dlr Il " v ,. l'e' ,, 11, , ... . . , .. ,. , . -Mil, t ., . .-..c ,' .. n atitGl\dlu; Ber.• . 11 c a..-.m•n_ . •u 'Pf1> . ~ . .,. "' .. . . ~ . ~ .. .. . ' 0 1,'I""" ~• ' 6 no .. , un , ap . oc OIH;III P..AJLAllO'IJ!4'l' YU veu• . cle cet M'llna~ ~r re;:DI• ,lu . . . DI 1 .llfin! ~ . . . .'..!.,11L. . '' ~1~ ' . . dv. t.c 0 ,., 11 ,••l.~nvow.aut et dU.or , UJI •voc ~ , auperprodaction rude , et ND11lr d,._ ,fl!IOII qui flortlfto1 970. ' IN ~.JD n,m.1(48 Pl la , ldl u11e euence :u.111al. , ;e~ tra11Ct!Jlda11til: . , : . : . , , . ra . ....,,te -.ttwatlon llllo leur _•Il et(9t cLE le BA:l(JJ,l)I JJ ~ ' 117,0 l' '7; bea t onno e, \ . LA ,BJWl,U)II llB NOVWMBU; AU Ill DIC. Jl'IL8 DIJ T~ 80t1J,BA:. ree et , l 1> , . ~ . , .... E1't!]Sef . O.tl0 , 11n.r 1>m10,m1• (Eti cla6naaaco~U ; :J-e~~ : UKMB~le -{8.\0ITTAl'Rf.l): Bel •n lieu et.~ de c'OA~AVAL . l!:ntrM ' 1 . ,,", par Vol~n . ' . : r ,a•ec: Will)iim Holden., ; Cllft ~ lBol~~v,uL Au . ai r,c~1 ('.l'AU llEA U); Prlodo d" rt,loxlon, ~urLon\ . on ce .11 , 911\l~rho l'llve nlr . Voua aurt1a U"19 vuo plu•. dal re1.d1 oa Cl'li ., •ttfl)il.~l . v.ouH drtlaU!rc& ml,ux _ de rua r , ll<' Al de l>onheur . l•ft lnfluomeM pl11Milalr•• Ga D!IS TR!f!-NOB>. _ ' x x . , " x x x ben'9n ,', Vl11a , Edwarda\ Dana '. An Laon, arllcin1>Hli, teattt ,aotlw~ LE' FI.a..o DE T~ . llPUL '' : ' :,11.&.,JI' ltlNE . , ., , lhewa, .Mlka.i Boni. . ;,• . . , r " 1101 .anblalne de.11 .cont.aebl, anl Il f en . aura). n y a di ~111'11 lno,..-r,11 de. IP'Cller un point ou deux. EaaaJ't'X toL\.lours. 24 AOUT AU 23 . SEPT~M BRE (VJER<.E): Lisez ltfi .. clla A ceux du Lion. Votre am ;,lano esl aernblable . Prenez ln p011ltion du mdlaumr, du pariri ruteur et vous N'mJ,orlercz de 11oun11ux lauriers. Votre intui lion doit tre sou mnximum. 24 RF.PT !!:MBHE AU 23 OC rOBRE (BAl4-"CE) ; Ne pre nez mu. p11ur !l<'quie , aseurez vous. Ne soyez .n.i . ~izste ni .. vcuglmen. optl...iiete. Pr~nez le temps pour pr~parer le prpgram me de la semaine qui vient. Vous faciliterez les choseg. 20 FEVRIER AU 20 MARS (POISSONS): Vo . us rendrez heu reaae ,ett.e journ.\e 1,ar un effort ~rlcux ou mdi0<'ro pa r votre ln rliffrt'nce . Tout VOOB csl l>ORS hie mnie il 'd,endra ne vouR de lent~r l'exprience . SI VOUS E;I'~S NE AUJOUR D'lll: Voue j!tl!& fm, lntelll ~nt ci ~8Uiiqne.' ..,,l',rfo!s tu comme un Ane . qiand voua le voulez. ~I vouR voua utlUvez cl employez vos dons nombreux, vo1111 ntt~inr;rez ,les bule extrnor t::!"!~~:u1iaovt!n .c;!~~t~!~t!~7'. Mible, or!l.oJJJJ6e, n!fl~hie . Vous dteste• ,._ taqul~, tes vulga rits, la 'b~. Mais i1 voue a.rrivera de ~ver troj> longtemps au lieu , ile croire ae~cz , "f4'rme ment en -vos buts pour les rali ser contre vents et ma.res. Evi tez l'inquitude, mtprise:i. la cri tique , ofrez vos dons avec tout votre coeur. X X X X LUNDI 9-MA:RS 19'/0 21 MARS AU 20 AVRIL (BE LIER) : Si vous voulez 1~u~ir au jourd'hui, il faudra tre plue avi s que d'ordinaire. De bonnes in fluencee plantaires . maie votre collaboration s'imposera . 21 AVHIL AU 21 M.AI (TAU R)AU): Une lumire nouvelle ,mr certa.ines situations , voue don nera des arontaires cerl;rine> Met lez VDllS au trava\l pour un auccs exigeant Llavantap d' nereie que par le pus. Du co lai:C, 22 MAI AU 21 JUIN (GE MEAUX): O. bonnes i~ Je Mercur~ continuent dominer projeta nouveaux comme la routine quotidienne . Collaborez 1 el honntet . Excellent~ iour 'lf! pour bien faire . 22 JUIN AU 2d JU!j..LET (CANCER1: li y a b<.11u.coup !.n:iro . Voua rua/l4c~ e: vou6 rem pliaacz comme il . Jaut le• nj:01111 t6a de cette JouroM et IDQDtrez da la dlacl.11lino. Evitez lefl pertca ,1., t.empn cl les i utllltn. 24 JUILLET AU 23 AOUT A.doptez et conservez un rythme raiBC>nanble qni . vous bi:ra pl'Ofi ta ble. 23 NOVBJUIRE . AU 21 DE CEMBRE (SAGITTAJJtE): Ser ~ez .. voua des mtlto4es .. qui , 11e ... ont . rT..la . utUe~ . J1P1s .le pass mals aoyez i\ , enviip.ger points de vue et mthodes nou veaux. Attention l'volution •hOl!es! 22 DECEMBRE AU 20 JAN VIER (CAPRICORNE): De bon flet! iftflu1ee d8' Satut-ne . &timu lent votre ,promptitude d'esprit 11t , votre prudence , .J'gard . de mthodes lnad6quates ou , dAmo ~s. Ne, . l'e!ioutu . pas . de donner 11ne note nouvelJe . 21 JANVIER, AU 19 FE .VRIER (VERSEAU): Un cf Cort redouU affermira vos 1r&ina. Une action habile doit a'IUI :11"o! ~=:i~n:ie e:r.:~~~i~•:~~ 11 c point de VUB, !0 FEVlU.Eli AU 20 MARS (POISSONS): D '. 11.&'rablcs ln t'lllnc•e enruuragcnt vos plue g .,Arcuscs ambitlona et stimulent ,otre volont de les raliser. Ne pet'dez donc pas de tem]>II l Me travaux improductifs ou a ,tes lriyplJ~• (LION): llaorvez volrc efforL nux houron fnlil{lllllH (m6mo ellce nont JllcU et vou• rcftpirere:r: une partie de la journe. Appuye7. vopft ,,da , oliIIIIIN.T ALE Aujourd~ltui COIN DB:':L'IIUJIOUR 1 1 N EXPLOIT Moi, une foie, j'ai arrt un train d'une seule main. D'une seule main? Ce n'est pas posaible ! Si. J'ai tir le sil!'nal d'alar zne . xxxx NI FEU NI FLAMME Un gend11J.e yient d'a,rrt~r un automobiliste. Et votre feu rouge?, deman de -t-il aprs avoir fait le tour ue la voiture. .. .:_ J',.n ai 1111, mais il est teint . Il vaudrait mieux que vous u'en a~ez pas, et qu'il soit a,llu m ! X X X li PAS COUPABL La directri~e l htel fait Ulle ~9Jd;ril.r,ce une femme . de chambre: . . . vous,jl~ , vrain.ient t,rop gligente! R.egardez cette poussi re: elle est l . au mob.s de11ai si:z: mo.! . Mais &\ors, madame: Ce n'est l'.1811 1110! Ja fautive . Je ne traV11Ule Jci que ~~puis trois niois . xxxx TROP POLI Dana une el111.1se, aprs la cente , rMOl'llle . .alles, D'o le ,1erla police de ln, ville de Stone J . unc euxdarie ; , des chocs vi.t.lenle d'inm.eot de Gringo , d'lhnlner .11eul lion . deux personnages recherchs comprhension 1 , la. band .ayant cmnml1 ce.crime; pour crime et toute la populace Cette m&me b~d, lanc6e fa. Car , son . frre a ~ all8Jl8sin . de Ja , 'VIIIe y . compri• le maire. Ils rouchement contre l'ennemi com tmitent de lyncher lee deux hommun, mais 11nime du dsir d.e Le ~tour , de . cat .. e.xcellimt western , nous n:umtre . un ,Fernan rlo SANliHO , lour , tour , amou 1.ux, ialdre et , bafou, lll'Uel ~t lilche, Le tDMll'elu: ., ftllPllr ll!Jllla,p par•it . ,11>118 , les . Q;JtB dunl Lang OJDFFJlalS ll'aJllllt , q11._,choae en . tte: , TJnr " ~ .-raent. Feml . BEN\.TBSI, cette . , ravis111nte av•nlu:rlre , , nou!I appot-te ,ia touche xmlnine cc film vi ril. REQUIEM POUR GRINGO pueera sur . Jes orans du J}RI VE IN CINE DE DELMAS le IJimanche 8 Mllrll 1970 7 hen rre et 9 heure&. Entre : $1.00 par ,voiture ' 'li: li: X EltD81WNt Dimanche S .Mara a 6 hns, 7 , hrea, et 9 hre3. L.i Direction de cetw Salle prsente avec fiert En Premire vision LA I>IABLESSE Voici le dn.mo le pluH puis . sant le plu& cruel port l'ctan, et qui a . recueilli lee suffrages de ,out.es 1~ ' grandes capltllles du .monde! BrillaI!unent interpr 1, 11.ar '1111~ .. ~aude vedette, ce !ilm .. ~.ttacht:nt, -pae1lonna11t mllle ~ 01 ~~ . r JJt~me, motion et ' { ---~~L'ESSE , _ . c Un i:l'llDd : 'cnef " d'oeuvre, l'hie Loire d'une mre qui tue, trahit alUUI piti . pour que son enfant ne COllll~ dans la vie les d1Joires ,de l'existence qu'elle a me At1 I LA DIABLESSE leJJe:.;~ ~:{n!n~eh}~~~~. b!~ sujet d'une profusion clatante o le bonheur eat une illusion l che QUI eB1111.le VAl!llllent de ru ser avec lea lois de, la vie! LA DIABLESSE Une oeuvre diabolique, un ilrn, me cncl qui soulve dee n10 tinnal LA DIABLESSE Le •pectacle , . de t'a~me! Une Muperproductlon incomparable de pu(B.11ance et d ' intensit drn~ ! I tique! Votre .Rendez voue est EL DORA.l>O>, le dlmanoba 8 Mars 5 hrea. 7 et .9 henree. :~ntree ‘des 2 . 60 et 4 . 00 dimanche 1:1 .Mare 7 heure, et D heuea Un drame d'amour d'un" essen , e nivrante, L'ADORABLE CORPS ea Le eh ' ff d vaincre, se montrera au . Cort tont violentes ... Ellos La, plue belle JlBge de l'histoire so nt menes avec un bon sens du Je la tm~ritc bu aaine. vcue m1iuvement. Les poursuites ajounar des hros jmnu.vicles: lt1it l'motion du spectateur . A n-iter le retour l'cran, dans cette production, de plusieurs an ciennes vedettes du western; Ri rhard ARLEN et Jalle HUSSEL. <.JU'il est curieux Pt niaisant rlP revoir. 3 .. heures Goes. 1.50 et 2.50 ii hre11, 7 heures, e t 9 t.eure11 \Mes 2 . 00 et 8 . 00 ' X X X X CAPITOt AIRNRT CINE Le Meilleur cPleiu Ain des An tille11 prsente eu pren;ime vision et en mme tempe que toutes les ca pit.es de l'Europll el dr;: l'As ie llilll8nche 8 lllare . 6 hr1!8 80 ~ . t 8 hre~ . ao La toute dcnire production Je f In n'en ,avait !pas p:rpdult depuis crojable, voici l'incomparable ac l11Jl&'temps. Oeuvre puiBl!ante, miiteur japonais Kojiro Hongc dans lant violence, sensibilit motion un rle &rasent et Ja, raviesunte avec toute la maitrise du grand Kioko Enami qui emporte le spc r metteur en ecne Ca,lvin J. PA tacle dans un torrent d'exploit s! GET. . LES MONSTRES A'l'l'AQUENT RINGO NE 'PABdJONNE PAS Une oeuvre d'une intensit dra Ringo, o'eat Guillano GEMMA, maliqne bouleverRRnte! Voue heu @ollde, 11udaci1:;ax, convaincant, glerez d'-motloo cLES MONS m~nanl en diable l'action de ce TRER ATTAQUF.NT• une o u• ,, estern hors-sriel v1e maitreHee du cinma jnpo RINGO NE PARDONNE PAS nois, la nrnilleure du genre d'c Un film impitoyable, un vri t,mte l'histoire du 7~ Art. 'able volcan en eruption! Le style LES MONSTRES ATTAQUENT ;: 1 ;n~:::1~:ntd/~~~~:j~~~e a! l'a~;.,}~::.otJ:nh~~nt~~r?.e::', rl~~ ~ ~:se:e d~1t~Jarmf les meill e u ;~~a~. ~:n!eeztt~u;o~~ fc~n~h::;, ~~ , RINGO NE PPJWO?liNE PAS ligne du cinma japonais I Le Un western baign ile violenco filh1 que voue n'ur.bller~z Jamni ~ 1 oil le colt dicte la loi et Guiliano Co film ne peut l!tre eompurtl GEMMA donne toute le mesure 11 aucun du mime genre djl'I pro ,!, son talent dune l'incar_n~on .. et en Hait!. , d'un personnage qui unit vt0lrnVenez, vous jugerez el s1•rrz ce, hrolame et volont. timervell1! Ce sera votre prochain rende z Entre Gdce 2. et 2.60 voue avec le western Je plus fort N. B.--Ce film ne sera pro 'd e la saison l j et dRn" 11,ucun Drive In de l11 EntTe Gdr~ 2 . 0,et 4.00 rapita!A. l[ l[ l[ AU REX THEATIIE En c?n,ni~~c~~lean , : 1 avec : Carole Baker J~n SO 1tEL Georitl~ JIILI()N Une cantate i '1a volupt en tonne par le crime el la cupi Jlt... , Une exp.oHlon . de p4.1,8ton~ ' rdn.tantes et sordldee .. . Une superp~liuetlon. impres : aionuante ti.sae ' de N,Jn.oiis pae ~ionnels 118 drou~ant . d'ouloureu:.~!:~~~~~ ; chair dont la . beaut et l'immeDBe r . 0 !9 1 .t cPrifetelu i de . dT•e~Alivicev .. d.e Parla fortune exlcltent . les convoitis es 1 .,1 les plus 4l111lRllque1o ' s~ ~P t~:iird~ 0 'I:a~~ in~~t~rf:e . ::r::&:e:.~~ 11 ) , . Quand il faut diepereer un nu.nt un visage d'enfer, en~ / .: )} , a,ttroupement, Il c.sl souvent ndrent les crime& lei plua ho~ ' < i:eA!lhe . de . faire .. u9 , de Ja for, Une oeuvre opaque et anirc ____ ; ce::_ llala Chez noas, mes ~:~s::i!u:u:u11:~~!~" .:om: se contentent d'enlewr Une productlou tragi~ , . . 1ru . ti leurs casquee, et ne se mettent !ante de senaualitf, pa1llet6e , de taire la , qulte~ x x poiale Impure, orfvre . . sur . 1e ., } i >iii~nche 8 ltlll~. 8 A LA LETTRE . . 6 ,hnli ,7 h~ree ,' / ;J;ltA '. rlc O'KNS LA TERREUR U ..-...: ~-" : ,_: •, En technieolor --~;ir ; ~ . . ll:V IC . .. , l . . ~ . PALANGE . Ferna,n , ._. " / ~AS -A)do , _ _ !tA Y et un , ii beurl .. . d'une indiclt J, J"iaux prises 11sant des tr!I explosives et urllnisation de et redouta4eux qui veulent se mettre au tra vers de l'opration... I TRAFIC DANS LA TERREUR :, Un trafic dangegrcux ao l'Ors 4uquel les titans du risque font 10ordre. la 11011eaire Jeure adversalrea... Un espionnage envotant qui "11P
PAGE 6

A ~I• lalattfHattt , tonn0t --••au, qlll, ch ... Le --••na dea-n._ 00'9 qua anree, ruent aur la chau.6. aauat.l 'Ua hlla •M"'' Mtil~ .. t 1 AYI , ~• llafl,6 IU:!::~lnl::--~! ~'t::: , ::1~• ~~~•:: Y'CII •'&&.ait STO~ autour d• nh, ... Nra le fi-fi>hda 11.ob.rl le11r DINdtric!la 8lat!ilr . Annc>-M•oq lwu-loud . Droulllard, aur I• rie, s-,r -laalter l blanNIIU• . irrand. route 11&1ional• No. 1 . la ll'v6"11d• 1161 llarjorlo, Nou• avona eu l ala,1aler l'a1-n=~:':nr. daa04:::; de• 8~ <;;:;A:.~.~~.!. i:.,,•Ol\d•tr~:--;: r,:uorlte eh vlelt. 0 n Hait!. Au de .. \'Olo, l de la.qu•ll• rour. a, naa-o, conao) et danoatt. ...._ . un chantier d',n, . du11lquoa (p&rlld1 dea Jouebo l pour ooua del 1:,lphJd•). , Deu:a: trulNI dJI ,,,,_._ de pr rl•, trot~ 1-ux cbant. da bMnnnu• et m,trea d ouwrtur. afin d n,;1u: il'au NTUfr ont 614 compa.s rer le ..-se d" oau:a:. Ln rav, pour la cdrconatance par l'artiate ne de Prd&iner est aual. 6lnr blan ronnu, Ti Ga. Cette ma:9.ixen ~! 0 ~~~":!:.,~':' t~•~: nlfeatatJon J,uratilon de ln ro~n l.ro Brnnd t/ 8toph os1 la question de l'Jtlnorafn> qu~ Ruivra le Chan cclier l'nHer , ~ L :iU retour . L<> 3e l' ralri, d'Elnt l'infor mulfon n 11r( d!-t6 qu'il ex :. 1-.tA en ron cJ'~utrCf-i 1,o '. 11ts litigieux, rnnia QUci l';.tinl ! r:iire conslit,ie ll' principal. ---Lllci Johnson Nugcnt, accom7!UU7le de Patrick L1J!l5!.on Nu~ g,ml, au moment i191,trcr a l'Hpita . l Gm11>ra/ B roko de San A1?t011io, Te-ras pour i1isi ter son pie l'u-Pr sident L11ndon B . Johnson, qui 11 e•t /u,spita/isi . CARNET SOCIAL Demain dimunrhe 8 Mors ra mne l'anniversaire de naissance de M. Andr B . Alfred t'idle let leur ile notre J ourno 1 Noua en prC?nons oc ngion JJ(l\11' lui souhaiter du succs, une san t toujonrR robuste et Ull<' lo11g-u,, vie. Heur~ux nnnivrnmire ! Andri ~ ! STENDHAL l'R0DUTTS DE BEAUTE FRANAIS LITTLE EUROPE PORT-AU-PRINCE \'OTHE DEMONSTRATRICE EST LA POUR TOU8 CONSEILS. .TElJDI 12 MERCREDI li LUNDI 0 VENDREDI l:J SAMEDI 14 $Zodiac < , , l , 1r, t, c, h : Mt vem.e . au i't,iasm . oe touata A. t-."'W""a et au -~oatilleauu ' ' If'-•• i J~itlfl; . fj pelltlt1• UIA l ' .--. 1 j,., r, W A.SHJNOTN (iAiF'P) (DIC 1,inAN0IB LARA) I.e, Nbcon, Inquiet ..to la cUcla,~tia c1a la •ltuaMon ;,~r;.:; ~.t= ~a= ,,ar .IH forcea c:ommunlatee ot do l'bmotJon conald6rabla •~ au l1; S. . A not.tnmeat au , oongra, par le aocret dont eat lllltour6 l'en ~n!u i!~ta~dci~i• dei: une mlao &u ,oint sur la poeltlon de aon adrnlnlatratlton. De aa VAla de Key Billcayne en , Flol'ide o puae uu long week-end en eompa,rnio du prind pal artiaan de polltlq11e6tran gl'tl, le Dr. Henry WhNDger, le Chef de l'Ercutif Amrlc;,aln a fail nmettre la PN.11&e un do cument.. trs volumineux dant le quel JI JUlll:itle ea polltique lao tienne ..t rpte qu'il n'y a pas de cGI'S> directement engags les oprations militalrea. Toutefois l'aviation anirica.! ne est intervenue de trs nom ,breuaes reprisee pour tenter d'ar rter, par bombardement l'lnfil1 rnt,ion sans cesse croi-nte de troupeR et de mat~el militaire Nord Vietnamiens empruntant Ja fam:!ste Ho Chi Minh Pour une Journe des malades• Une petite indiocrtion nous a pel'lnis de savoir que les dames du Mouvement Hatien des M1""' inaugurent cette ann~e : LA JOURNEE DES MALADES. Cette journe nous a-t-on di,t l Direction du M. H. M. ou nous a pouas notre curiosit pro met d'tre un succs. Nous voulons, a dit la gentille dame qui nou a reus nous dresser au cur de la jeunesse ... Nous avons trop longtemps par l seulement son esprit. Comprendre les malaaes me un seul jour, les aimer un tout petit peu, les gllter mme, n'est-ce pas exaltant! . .. Il :faut que notre jeuoosse sache s'arr ter pour , mditer sur la douleur . .. le malheur . .. Voil pourquoi nous inaugu rons cette fte ... Nous demanderons ceux qui sont chargs des je nues, de les poWtaer exalter ce deuxime dimanche du mois d'Avril, le cul• te d aux. malades. Combien les pauvres dshri ts seront h ,, u r c u x d~ r e c P v o i r l'l jour l, 11ne visite, un prsent, uru, humbl~ fleur symbole d'une pense v1vnnt ... Nona pensons que toute la famille haitienne "e joindra n nou:s cette occasion. Noua avon s to heurux de . cet• te vi,ite au Mouvement Haltien des MrE!B. Le dernier Visiteur. App~ne1, l'an1lais oa Pespapol en utilisant le systbme audio viauel. Institut de langu1,11 vivan tee 170, Lalue, en face d" la Ruelle Dufort, locnl du Coll~ ge Classique d'Haiti . Inscriptlona : Lundi et Mercredi de 6 h. 7 h. p.m. Colll!e laterliatlo . aal ' des Clil'lll'l!ieas . . .1.a Section Halti.,11pe ' ~u =<:;oll : ge avise les confrte, que ta : ,6,11 ; nion annuelle aura lieu ~i--_ credf 13, jeudi 14.et vend~fi.& , Mni l!)O au C11ntre MdiiiaJ, . 27, :" Cl>emin Da.lllia,. ds : ~ heurOB a.nt. . . .. . .. . . _. ., \ Les confrrea, ; ~brea o non du Collis Interiialional 1cint in vits l :, p~.int.r 'leuns trTallX et J U(IS :-' f•ir. .:• -connaltre entre le 20 at , l _ e 80 Ani!. -, qili .:ne pourront pas aaii pr~t,j ' ; _p,~ ... tra-vax ~ crcif ammt la. par un corifttre'. de leur cnolx. Constant PIERRE-LOUIS Secrtaire. MAIS OUI SALON DE COIFFURE MIXTE la Rue du 'Dr. Aubry No . 140 Repassage Lissage Mise en plis 0oUPe cT~e. Cottture Prparation dea Perruque, Coupe dei . Perruques . , Nettoy~ge . des s?ullon Etc ... -:: ,, ~~ .. . :,; X lt . Le Il Ami, laaceaeat de la Mission A"llo•XDI Par Char1es Il. SCR0TH ' Rdacteur Sc;entifique . \'IPS WASHINGTON (IPS) A bord des vaisseaiux spatiaux Aquarius> et cAuriga> qui, _ cfeux, portent le nom d'une co hi1tellation, les astronautes de ' la mission amrlcail),e Apo\loJ13 iront, le mols prochain, su1 ' •la June en vue d'explorer un slte mystrieux et anfrrr.tueux situ dans leav.allonnements des monta gnes . lunaires. Tandis qu' bord du module lunaire cA411arius> les astronau les James Lovell el Fred Haise descendront sur la lune afin d'ex plorer le lieu situ dans la for mation du Fra. Mauro, leur col lgue Thomas Mattingly, rest seul dans le module de commah 0 c.le Auriga>, sera en orbite autour de la lune. Le Fra Mero est si dift'rent les lieux antrieurs d'alunissage qu'un conseil des plus gra-nds scientistes amricains a demand qu'une stricte quarantaine soit impose aux astronautes ainsi qu'aux chantillons lunaires qu'ils rn-pporteront de leur mission. En dpit la trs infinie possibilit de trou,er aucune for me de vie sur la lune, ces scien-, listes ont dclar que cette gion est pour eux d'e !'•inconnu• et que la vie sur terre ne vralt tre soumise aucun ris que dt• contamination, si petit pulsse-t-lt tre. Le lancement de la mission pollo-l!l, la troisime mission ln nnire du genre humain, est prl' vu pour le li n-vril pro1•h11in il 2 :1 h 13 p.m.heure d'Hniti, Les ,!eux explorateurs lunaires, Lo voll et Halse aluniront le 15 vril l't ,,\journeront 38,f, hcur,•s sur 1~ 11.>l lunaire. Au c,.urK d<' ,l,•ux march<'R durnnt chncum• r-inq heures, Ils y inslnlloront. nl' station scientifique puissnnr<' atomiqe. Seln M. Lee, le Fru Mauro , si: unP mont~P1le PVanl: riroh• t,lr,r,,rnt cenl kllomtr, , s de pro r . mdour . Toulours d'nnri-s 1~• s.-ientl,tes, rllc est llt!r d'o,nv;1~ r,.oo"O inilllons d'Rnnes com nnr( , l\ll'C 4 ,;oo millions de ln \fnr cl• la 1'rnnouill1L rt nnx l 'i m1lro1,~ ,je J'O, l! ali ,tp11 TC'l'rt .. :,+. r p. "l""C'PdPmrnpnt . "Xnlo,-{u~ pllt' ,1rR r . . ;f:ronn~te& :t,11i:rlrnin~. -Assurer la dlsponibili,t, de la main d'oeuvre pour le dmlop pement on appU'YIU\t le program me du service civil '1ttemational et la craton d'univrsits ds Na tions Uaies dont les. ~ts de ralisaton sont actuellement l'tude; -Renforce'!" le Dpartement d ' Etat et la misaion des Etats-U nis auprs de l'O N U af,ln de coordonner la participation amri caine au programme de dvn du dveloppement dee pays du Tienr-?M~de; Encourager l'explorotion de noUJVelles 80'UJ'CeS de financement du dl!v_llloppwment dan _ s le cadn• c1 .. 11---Natian1 : Uni1ea : ~, . .. ' _ Assurer une repraenlation amricaine mieux qual.!"~ . au sein des organismes socdnlts• de l'ONU. AU CAPITOL A. partit du Dim,dnche 8 Marl191o . , 5 Hrea, 7 Rres et 9 Hres UN WSTIV EXPL'OSIF . ~ \ !!Pardonne . Pas Lee Polllp8!< Funbrea Paret Pierre Lo111a vous annoncent le dca de Mme . EUNOPE ALTE MANY survenu Vfndredl midi !'Avenue du Tra~il. , , A . ees enfant. : , Mme Loone Da bady Mme KernUe Dabady Mr, '.l!:milio Dabady aea pe tits enfants : Mr. et Mme Geor ges Daliady Mme Beau lieu Mme Luce Beaulieu Mlle Raymond. Beaulieu Mlle Danielle Dabadr Mr. et M~e Fritz: Beaulieu , _ MM. Grard et Yrvel Beaulieu Mr. et Mme Eddy Dabady M'me Vve Pier rot Gourdet. A toua ses arriNe-petlh en fants MM. Pionoe . Louie et Le Nouvel!J,ote prsentent leur, res pectueuses oondolancea. Le. obs quee de la regrett6e dfunte au ront lieu lundi aprs midi 4 4 hreB en l'Egline du Sacr-Cur de TurgMu. Le convoi partira du Salon Funraire de !'Entre prise. XXX Mort de Flix PldlaatN,e De Jrmie, nous avons reu ia nouvelle de la mort de Mnitre F'dix Pbilantrope. Nous ad1esaone t,; rdtc trist•• circonstance noR sinceres c ondo lances sa fille l\'Imo Vve Jo seph Laroche, no Roselyne Philan trope, ses fils Grard et Mme ne Valre Marc Antoine, Julie Nephtaly, Yaniok, ses pet.its ,enfants : Ueginald, l'vane , Bri ~itte, Camille, dOn frre Marc Philantropc, svn onde Jules, Marc et Mme Vve RENE l'hilantrope, seis nevo:ux et ni ce~ : Soeur Anne de lu Sagesse a~ Lonide Joseph, soeur L . udo vie de ln Sagsse n(..: Ludovic Marc, Sr Ma-rie _Martine ne Pau la Millet, au Dr el Mnw Ju.Jien Joeeph et enfants, Mme Fr~d riq . ue Joseph, Vve Er1.(ne Marc .-t . famille. M. d Mme rarnel Marc et famille, Mil Maurice Jo seph el !amile, aux famfiles Ln roche. PhiJ,,,ntro~. Mare, Josenh, Mtllet, Ganthler, Laurent, Mdor et :1 tous les pare. s affoct 5 pa~ deuil. Les funrai les ont te <'hantes l'E!gllse St Louis de Jrmie. AU MONDI CRIC Saisit toujours l'heureu.e celle d'annoncer ,a prestigieuse clientle l'ar rive dea article, .uivanta: thsu11 franaill pour roba, broderie, batiste, linon, opal, 0 tolle !~ ' . ruuni~ et Imprime, t~ra,.i; toe da fil drap etc. des pyjamas pour . enf•uta, oreilllJ'S, et draps de toute,, les dimen slom ' Ji Et' c(tiM apbll\l' :Y & :' YO!li ' ; j#ler ) cle ' ' eiViicAit~ tt ar~lcl . ea pou1; ~EBES Pas d~ c Jo)l 1'6b s'il ne ,if~; n , ._ . . 41' IRNIN ' CltJC lte ~ma t ~~ilJ de l'Etat :, , .:, .. : ri,, . , . (iSfil~ :i fc llata, ' ~ . : _ l , ~ Qallburd 19U, 0 t: ~ \ ~ _.._.,._ta: IIL 1:r"-• Pacta. , ,; >)!T L'auteur du message Interna tional e,t Me. CHOSTAKO VITCH, le clbre compositeur. Ce mesage, parvenu uotre 't:entre, sera puW et diffu . dans la se'maine iiul 16 u 20 Mara . . . Nous nous permettona de _ rap peler le thme de travail de cette journe. cDe11 troit. doiven~ tre crs entre le Thtre et les tabU-ments aeolaires, depuis l'enfance jusqu' l'Universit . Le Thtre doit 1'ell88igner, non seulement cQmme une litt6ratu re mais avant tout comme un e mtlre vivante>. Tout un chacun doit a11111I voir pour le THEATRE, une pen ~e toute •pciale... le THEA TRE eoneidr comme instru ment de eo'mprhcnsion mutuelle et de paix. GERARD RESlL Prsident du Contre Hatien du 'rHEA TRE AIBoci de !'(UNESCO) cl.4111 Hauta-~t.. 1v ' . ,no ' . = de plomb•, Paria, ~!Jl:'!!'1ard , cI/6ematn. , public>, -1--~ ? > 0ll llmarcl, 191Ml, ... - •Qui Nt la Roequeh,' 'Pal'la. Flammaricm, 1988 ; d>lscoura de rcepUon de Il. Jacquea da 'Lacret.U. l'Acad6nilei frana!R et rponaa ,M. Abel Bermant>, Pai;a, Galllmard, 1988. . dilorceaux ' cholai,; ,. Pnit..c. d' Andr6 .M&uroia. Parie, . G.,lli• mard, W38. . cCrol.tr.a en e&UJ: ~. Carneta de vo:,a..,. Parla,, O.lli mard, 1939. . cLe Canada l'!Dtre en iruerre•. Choses , YUea. (Co11. Io\ France). Pa?, Flammarion, .1940. L'heure qui change>, Ge,,i,, ve, Editions du ~ilieu du mnnile, 1941. ' cLibradPna,, New-York, Bren tano's. 1946. cldett dans un chapoau,, Mo a:&co, f,dltioru , du Rocher, 1946. cLe pocir et le contre•. Ro man, G.ve,. Edltion11 du Milt.u du monde, 194.6. cDeux ooeun aimplee, . Ro man, Paru, Gallimard, 1958. cVne visite en bt•, piee en quatre actes. Parla, Galllmtd, 1969 . -cl.':Liu >. "Prieentat'n de J ac qu~ do Lacretelle. Pbotoa de Jaoqu. Boulas . Notioee hiatori quea . et &reholopquea de Geor gcs Monnarcb6 ( AJbuma des Gull d blewi), Part., Hachette, 1968. cLes mai~ et lea amla,. tudes et souvenlnl lht&-alres. Na m~r-P.tis, W'c'lmlael ChaTller 19 ~i., tiroir secret>, ( Coll. les E mvalus juges de leura oeuvres} . Namur Paris, WesmB..4 Chf lt!• 0 !!' 1 .ie rcel)tion de M Clair et rponse de M. Ja.c ques ditLeretelle•, Paris .. Galli mar~~~e de lettres d'a mour>: 11 L cLa ~rie des amants>, ~n ris, Libraire acadmi, Pn ris, Librairie acadmiqu e Pernn . 1 g~ace l'vnement (' Fia'l' ro de 1826 1866)•. Pans, H 3 chette. l!IM. Messe de Requiem 4'anniversaire Mme Robert L. Denis, M. et Mme Robert Denis J~or , Mlle Guylen Denis, M. ~y.-i Denis, Mlle Fabienne D~n•s. 1n vitent lei! parents et amlB a se joindre ou . s'unir eux par leur prire la mC11Se d'anniver saire qui sera dite 6 h;e,i du matin 1111 l'Egljae du Sacre-Cur le Samedi 14 Man pour la IIImoire de' Robert DENIS leur re grett Epoux et Pre: -----. -Offre d'emploi Ln maison .!ACQUES A. nu. FORT & CIE cherche un dmar cheur de produits phnrmaceuti ques, de prfrence ayant de l'ex prience, des connal-ncea di l'anglais et phannaclen. L... lnt







rt —— FP HUOMANAY Us

fae











’

She Neuvelle Station”
Ee Ne epee

.+ Comme on ‘le verra:-danid' ridtct.
’ grande annohite'! ptiblicitilirg6i' ~
Page 3, ln statiop db radicdiffa-.. -

‘gion ¢Rad{d-Méteopoles* friaugure<

demain - dihanché’ 8 "Mars ses’!





Alfaire qui détraie

ronique











je

aehe >

- personnalités Framteaises'









all :
3 H an
an .
i -



Ye

L'Offensive justifiée de-
clenchée . par la polioe contre
le petit groupe d'adolescents

jeunes ont-olle tdté de la dro

.. gue de leur propre -
ment ?

manves”





émigsions, °

‘Nous saluons''}inavguration de |
' gette nouvelle ‘station moderte |

et félicitons son~ teur Mr.





Bla recherche



Gua

‘du diptemate











. as digs




par Jacques de:Lacretelle .




ty Fag o

Paris, Editigns Stendhal, 1927.’
cL’ame cachées. Nouvelles («La




atchement initién 4 - Herb: "wesc gradings ee te Hi .

vu ae ete a asuation Crest la ne interrogation nor- ; “s Herby Wider ° oe Len labo “GUATEMALA (ABP) _ .dons:-de la libération d’Holly. mort..d Hippolyten «La belle. jour -
dans toutes les lea haf-. & male. AT ‘en souhaitant du succes et fruc- Tad Even de ta poliee guatemal- eae réclament entre watres ‘i : «Le Ob psiat cache ” étroites :

i . 3 SP oka GA Sw .: euse oe , ee, cont aujourd'hui ‘Jes libération de-quatre guérileros a, Obrist aux. bras.

eee reli ch cmant seen curs 7 Des clients jounes, de préfé * pole besogne & Radio Métro- " vaghérctits pour retrouver Jean leur remise & l’Ambassade- du ria, Gallimard, '

trop de facilités accordées
cortaing jeunes: : quélqmed une

rence, et pourquoi des jeunes? «

Pour deux raisons : D'abord,






“ quw’on note dans maints’ domai-

progris’

‘Le mouvement de



a 7» Chargé des Affaires “Poli
t get Sotiales de l’Ambassade

xique;-48-h, & partir de la:date
kidnapping de Jean Holly. :Cel

_f Histoire de
Paria. Flamm:













oe . Sg hey ils se comptent sur les doigta ¢ \ ompl-, idf Btate' Unis d’Amérique, kid- ci sera fuaillé, au cas ot e
over ‘eure Ore eeemente les adolescents qui parvien- > nes we 1a vi nationale, se mani- upppe vendredi par les forces ar- ditions ne seralent pas remplias, :
que les parents n'arvivent pas nerigt d discerner le straas de - es od ans ‘ie to de la igen rebelles (FAR). Celles-ci Holly es, agé-de 41 ans, marié. -
rouvent a contréler; Uinfluen- léolat réel et précieux. Ce qui. presse et la radio,’ Le Me di t annoncé que st’ 414 hres. 30 ct a cing enfatts. Il est entgé
\nerrict importe pour eux, c'est qué ca ® hénéfidie .de cette ition. ditianche, on ne place sous la :

ce délétdve at pernicteise de

cartainas bander cinématogra-

hi _ a juatifie t ces, on a bien le temps dy: lité. Le service a public s’amélio. ¢a ~quatte dé gscs membres, ac. Colon (Panama) Mexico, . Rott PSE lene: vo ce
legitine action de “ron lacie ponser, Ensuite, la coterie des, re. Dans le dom do la presse et te Jement en prison, le diplomas dam et La Nouvelle Delhi. getty beat ; “8 coh 8) ©
du Gouvernement de la Répu- jeunes étant fermée aux adul-7 de Ia radio, Yon assiste:& un phé-; 16zf0rd-américain, sera fusillé, _ wy ae §* co! 5»)

brille, Quant

- tes, Ie mal a toute

aque conséquen- %

latitude ~





Lire de V'Ambassade mexi-

a Kidnapping a provoqué d’au

dana le service diplomatique , 4":
1957 et a occupé. ded tonctions.-& ;

xxx .
LE CONFLIT ENTRE LE

























BAT

191









ique-— ibilité d'ven og ye q LS...
pe ation pert wn “me pour oorroder sa proie, avant - Ricot Mazarin, ‘une voix aimée, qualités et la compétence du /pro- tant plus d’émotiom qu’il — sur- SALVADOR ET LE HONDU | te oath
- ter éléments ayant goité a que le secret ne transpire. . voit le triomphe se dessiner. C’est fessionnel sont He plus en plus Yignt une semaine apres celui du RAS a . ae .
ei vogue a Pétranger, autani Dion le terrible danger qu’en- 98 jeune talent qui représentera gollicitées. L’organisation s'impose VHancelier guatémaltaque Albér- WASHINGTON (AFP) . a. .
‘de facteurs qui sont analyaée court, cette jeunesse ot qui ex: Haiti ou foe dime Fenftval de Ja pour un meil] ment et to; Fusntes Mohr. ea u . . ts : —— . Ls La nta
millea, pliqué Vaction rapide du Gou-g C18 i re ico un plus grand rendement des .(*0NY 5e trouvait ‘dans sa voi =| Une commission de concifia- wen o.: a GL Sot done eee
dom a acenies 10 a vernement gui entend la proté’ le 10 Mars: prochain. diffecents rouaged, La nécessité de {¥te dans une rue’ centrale du tion de lorganisation des Btats-. Ble 14 Juillet 1888, rma- * Betas dures AES

prave affaire.

ger contre toutes. les plaies,
contre. tous.leg vices, PQUr sai

Ricot Mazarin, un artiste ori-
ginal o, attachant, vient de l’em

l'information, comme celle de la
publicité est de plus en plus re-

Guatémela City quand deux au-
tomobiles, un

BMW et une Dat-.

ins e’est réunte hier pour
étudier la sftuation entre le Shl




id (Sabne-et-Loire) d'une fami
B qui ptalt d&jA parmi les

Dada Jacanan, i aii
tmpresaiio de ia pope; Tote

Apeuglsé, durl'te QRER ce silnier Io'witalité ‘mornle de Porter sur. toug les autres. jgunes " "sof, transportant 8 hommes im vador et le Honduras, aprds' les deud membres de VAcadé- mation catte revelation of par la wire cette jeunense. On congoil dew aul righdient’ |Phonmeor daller conmue da grand public. Lee or sobilisérent Ia sienne.- incidents survenus entre les denx francaise, Charles du Lacre- chleu>,

émotion quielle nd pax iman-
qué de causer par aon caracté-
re inoping et subit, certains
sont tombés a@ bras raccourcin
sur la jeunesse en général,

; dressé Voreille et ouvert Voeil,

Certes, des jeunes de che2 - Jorequtun imperceptible frise- qua Prete - Inlagsubjoment ses dons faisons de Ventrée ie X divers organes d‘informa- de ta zone frontikre et Yunion de drie, Florence) §

uous, calquant téte baisséa lis a fait bouger les antennes i fee Mini Tae Car in anita d 4 me ran je es vvelle Hons un bulletin dans lequel el- beaucoup plus d’obeervateurs mi ‘Bait des postes”” diplome

ceux de Cétranger, sont deve- quielle avait habilement dissi- autr - p ans laréng de now tae oy prenaient la responsabilité du litaires de I’O E A, révdlent des, JHoqties de Lacretelle est entré, ~ xxx

nua d'une excentricité impen-
sable. Mais la vogue dea: yéta-
ments invraizemblables et le
port dé toisons absaloniennes,

lora que la police qui est Pun
naturel soupconnewx, et c'est
justement la Pune des qualités
qui fait aon effieacité, ait

mulées en des points stratégi-
ques. Nous voulons parler de
ses moyens d'information.

représenter le pays A ces joutes
musicales.

Cette nouvelle ne peut que ré
foutr les nombreux fans de Ricot

Te.

L’année ~ derniére, c’est notre
Grande Vedetta Hansy DESRO-
SES qui avait reprsenté Haiti 4

ganes répondent de Dius.en plus
A cette néceasité et enfin de
compte Ia qualité triomphe. La
compétition est facteur de pro-
erés, a re .
Ces considérations,



tion «Radio - Métropoles qui re-
joint des ainés qui vont aussi de
Vavant pour garder leur place
de choix qu’elles ont su ge tailler

ang
nous les _

“-Peu aprés, fa police trouvait
abandonnée lg voiture d’Holly, a-
vée ses document d’identité, Quel
.qpes heures plus tard, les forces
armées rebelles faisaient parve-

Yapt et soumettaient ies condi-



La commission, présidée par
Ambassadeur nicaraguayen, Guil
lermo Sevilla Sacasa, era *
voion

demand
aux 2 pays la dénijlitariseti

sources de 0 E A.



‘Au Compte - Gouttes.



telle et gon frére Pierre-Louis#
‘Le grand pére de Vauteur, lui-mé
tue écrivain, était l’ami de Lamar
‘tine. Aprés une eng (hasée

Vémanger - (8 f



‘Adix ans au lycée Janson de Sail
yy & Paris, pour y faire ses étu-

: _Engagé volontaire



commercant ‘plein d’allant, eq?
parti hier matin pour New 24
York.
nous a dit Dada.

sautmla-bas; dans r
a: nouvede








net

Célestina Pagani, secrétaite.
epne, originaire de Milan,,

“est “véhue s’approvisionner &:

toutes ces extravagances me Nous formong le voeu amv. 2 Festival Annuel de Mexico et pour répondre & l’attente du pendant la notre stand solaire. Dés sa>
i 5 i te- 30uUs PEL, NOB Gimiers arrivent : : * ublic. igverre 1914-1918, il bli Years 2 .
pourraient étre les uniques nu t é de cette importante Nos meilleura voeux de succés Public _ ier livre da publia gee descente d’avion, elle a décov-,

nants et aboutissanta de cette
tentative d’implantation de la

enquéte; une fois qu'ils auront
découvert et agséché radicale-

accompagnent Rieot Mazarin.

Salut a Radio-Métropole |

par Raymond Philoctéte









ran fe les rayons ar:
; position per:






drogue. . . eer , : x ; we ;

. sté sont ment la source de ce trafic [ ee coe , , . Prix du roman | i kai iee, _ ff

tea" ete: oen 4 Crest ° ia inavouabls, les jeunes de chez A la YT herche d: vieill p . ’ Dou vient le mot race? temps, un véritable braasage... ‘gpige (1928) allaient » we 1, :

question. quion se pore ef que nous seront soustraits a ce eC z l es y aN 1k vidermment, A ne nous C'est ainsi que l’Angleterre * hon Commoner son oeuvre roma xxxx F

lea services qui

danger toxique qui les guette.

Seed.

tient pas de donner, des

ét6 ovcupée par des «peuples»s du









De ye . : - t les ° aw Ont. | ‘ SCRA Baad t a hay
t ntré dang cette triste En attendant, “putssen . ° ae dans “tétymologie. type Cro-Magao rdiq’ . . ‘Mine Baddche a ‘pria:!'

aifaire “toute leur vigilance parents serrer la vis, s'ils ne met es e iec ure — jones perme Geant Sbsewe. Mals in, per les Rervégiens Nor. Il 2 accompli de nombreux voya vion hier matin. Il a ae eter
et leur efficacité cherchent voulent pas gue, dour Progen’ (a a nous pourrions faire remarquer vreids, les Damois et les Saxons. ‘Grace Vétranger ‘(Egypte, Italie, | blir & New York. Un grand
aaus nul doute & trouver. Ces ture leur 8 le ! LA METHOD DE PIERRE PY-POULAIN DELAUN ¥ (1719) dge_les anthropologues Vout pai- : : are < eye es fiombre de proches et d’amis.

Le «World-Trade Center»:

Le Port de New York, recon-
nu depuis longtempe comme la




conatitueront un vaste public cos-
mopolite dont les Jocataires pour-
ront .profiter en exposant leurs



par le frére Clair

_ Educdieuy, iittre de pensian
a Paris, Pierre Py-Poulam De-
launy inventa une méthode de

“

connais qui, ‘croyant éviter cét:e
muet, font faire a leurs éleves
des sifflements de gosier ou d’ef



dans le langage populaire qui.
‘g-gon tour, Vemprunta 4 la Zoo-
gechmie... |

“~~ D’aucnna: croyaient y_yvoir uv
dérivé du latin” radix’ (racine).

C’est ainsi: que la France, 2
Vépoque pakéelithique, a &é le
point of se sent. rencontrés des
groupementa humains différents:

wfe- Werthal, Cro-Magnon, Chan-
+ Ge "dernier, par za dole.

chocranie carénée, Gvoquerait, d’a





dapdcar, He Ma
fectiés & l'occasion.
de conférences?= **? ** &





“Tai ont souhaité ben voyage. ==

oy
xx

x . Fine

M. Tulio Ricardo Haylock,

Teekay

lecture gu’il expérimenta. pen- trayantes contorsions de bouche, P . / . _ : 3 ~ aujourd’huj des tg . Matin. Puissent’ les charme -
dant yuinze ans dana son établis pour leur apprendre -& épeler "on dros chovche i aPeiglie "de ee pre en tomiste Testut, Tee Es- Légion d'Hbgnous or Htulaliee x “pe PEt ae vr ws

sement scolaire & la satisfaction
générale des familles.

En 1713, avec plus ou moins la
velléité de publication, il la sou-
mit A la critique de l’abbé Bi-



a lire,sans faire attention qu’ils le
redoublent pour une consonne
jusqu’A sept ou huit fois.»

Au XIXe siécle, Tolstoi, pour
se moquer des tenants de la pho





vocable dans le mot syriaque ra
ca, qui découlo de I’hébreu_ rek:
mais ce serajg nous risquer, le
mot raca étant un terme inju-
rieux, et V’hébreu rek dont il dé





Il faudrait également citer, par
mi ceux qui ont oceupé la Fran
ce, le groupe Grimaldi, dont Jes
traita rappellent les types négroi



plusfeurs ordres étrangets. Pré.

sident directeur général de la So
«iété fermiére du journal «Le Fi
garo>, i] assure aussi la présiden
ce de plusieurs sociétés littérai-














Liéminent ingénéeur Franck
-Jeanton et Madame sont ren-

trés de St Thomas, ott réside




i ' ommerce inter- = s P . . . : L v i
ve gonal Ia ‘plus important 4 ite aux divers emplacements gon. Ce savant Pe ae Gow. mena tort oo vaste 3 aLinstite ibe signitie au propre : : * f o , ier as et 2 figu > VAmérique, va bientor mg i fs a cet iiettet. i jet — y trouya‘de forts grands teur_et ses. éléves se eassent la aw. - sinsenaé> ses oo oenne dart des sped mo aa _ Tre e fic. SePeys leur gracieuse petite - fil
on des he a 5 “7 bP 3 . , i .
Demnuntes, ia ligne dee | gts di Oe zieWarta 2/anthee ot Teutour, Otte mé Lérndit Omar Bloch, dutour valt le sens exthétlque t's pous er ie’ eyelg rents» :
cle] de Manhattan. : A‘ » Infos : tea a OE node eut ensuite d’attres appro “appellatior., Delauny ne ss In yotdonnals Taientor fe ave 6, ainsi-que daatteoueils ¢ avel- xxx
Tl s‘agit de in construction vira de bureau centra, d'in oatio. bateurs distingués par leurs ta- veut pas cependant renoncer A avancera 1a-dessus son opinion Pureté raciale :.un mythe, donc! les, ont 6tabli le talent du roman os
du ¢World Trade Conter>, un ton pour le ‘commerce aera enes lents et leurs lumiéres et Yexpe- Vépetlation, mais il la simplifie Bien qu'i ait des doutes sur ve. cler et du conteur. Une étude d’a Elysabeth Wimbetg, medecin

complexe composé do six biti-
ments comprenant des tours ju-
molles de 110 étages (mesurant
chacuna 412 métres), qui seront

nal. Il permettra aux
d'affaires américains et étran-
gers d’obtenir, beaucoup mieux
qu’ils ne le peuvent aujourd'hui,

rience a montré depuis que l'on
pouvait s’en servir avec benuceup
d’utilité.

Delauny, encourage

cur fl fait étudier «par coeur a
son éléve, un cerlain nombre des
song (on, in, ou, oj, an, par exem
ple), de congonnes ou de voyelles



tymologie de ce mot, i! le consi-
dare comme dérivé de Vitalien
Tazz.

~N

De beaux gestes
‘de solidarité

dolescents observés d’aprés leur
origine et leur milieu ( manns), des portraits de femmes
(vLes Hauts-Pontss) ont mérité

uméricain de Chisago, est ve-
nue godter, elle aussi, les déli
ces d'Haiti. Woug lu préspn-
tons nos hommages.

. éeis ot per par ees Goubl tripl WY faut pr . 4 Vauteur sa réputation d’analys :

jes buildl Jer lus hauts du des renstignements pr . aa : ai oubles ou triples qu aut pro D : e . ; . r y

monde. Lee travaux de conatruc- tinents concernant — les rogle een a a ea noncer d'une seule voix tant en vloie i la woe mot race. " Hier matin, sept Gtudiantes du te des coours. La pureté de Ia for rx KK

Hon svancent rapidement. Il a ments commerciaux, les marchés eee gon aaenuacrit a Pim a epelant. qu’en Hsant.> Le . Lycée Dr. Francois DUVALIER ™6, le choix minutieux des ter- Uranie Bont Po :

6té préva que les premiers Ioca- ¢t lea perspectives dams le mon- 1719 aay Démec, de plus en plus intéres C’est ainsi qu'un manifeste de Pétion-Ville ong une syn- ™es, constituent les qualités de ing jours a San Juan.

taires emménageront avant la de entier. ee eaatule ouyra “aah st : du 14 Juillet 1938 reve SPE. Biles ont été immédiate son style. Cos mames qualités ae que cing jours a Ban Juan.
- a p 2 ¢€ st :

fin de Vannée. Ce projet a été
mis en chantier en 1066. L'aché-
yoment de Vensemble du projet

Pour assurer su Centre diin-
formation une efficacité maxi-
‘mum, la régie autonome du Port
de New York a collaboré étroite-

thode du sieur Py-Poulain Delau
ny, ou l’art d’apprendre a lire
Je francais et le latin par oun

ficulté— Que fare
qui ne se pronoféent
C'est bien. simple,’répand “3
lin : «Jas argue stout’

aé, lui fait part Tungaa eid














ment transportées 4 la clinique
de consultations la plus proche
par les soins du Directeur, M.
Max Cantave, de Mme Léveille,

retrouvent dans ses relations de
voyages («Voyages on Gréce>),
ses recueils d'impressions («Dix
jours a Ermenonvilles), («Réve-

Elle s'y était rendue pour af.
faires. Son retour nous cause”
de la joie.

qui couvrira 6,5 ha et dont la ; nouveau syatéme si aisé ef si ni ay ye Ma . 1 ission Com- vies romantiques> ou ses étu- KX RS

construction est aseurée par la ment avec des compagnies qu! turel qu’on y fait plus de pro- ns lettres Tropes .ou itali SRE: ee ee membre de FE oie i on des criti ae mattees t les
régie autonome du Port de New sont parmi les chefs de file dans gras cn trois mois, qu’en trois lieu que les autreg sent ator alg; alle! ont! munale et de Mme Paul Véricain. ; q fe nalts : e Madame Robson Walton
York eat prévu pour 1978. le domaine des communication ans par la maniére ordinaire.> naira ee non seulement Jer ets” tant foyer de la Renaissance. wer 5 ice au Vill au de la Ca- ami): oe galerie aes 8 Hélen M. Wilks, -Amélio ‘La.
t + oc- pour étudier le systéme de com- ; t : we . es lettres rouges ou italiques ‘, on- Ville. . ! me
Les premiers loca aires is Prunications Ie plus avancé ja- Hélas * te livre Wweul aucun pour distinguer les lettres qu’tl On semble parfois oublier que Le Dr Louis Wallon, qui x Hato, Horst Buchdls, Driss Bel
cuperont les ‘bureaux du succés pres des pédegugues, au 1 } ait 6b retenu A Port-au-Prince xx ghiti, Eugéne MoDyn, et Al!-
Center, formeront |l'avant-garde mais congu pour une application ,r4nq déseapoir de Vuuteur, si faut passer en. épe ant sans lex Vhumanfté a connu, au cours du ae ais oh a vn arr va juste b fréd Johnson agnt arrives
des centaines de locabaires ve- commerciale. D’autre part. UN Gien que son fils, en 1741, pou- hommer mais jen mers ce tou &P 1h 90. >» BIBLIOGRAPHIE dans le pays hier matin. Nous

q temps 4 11 h 80 a. m. pour pr y

mentaux ou privés gui jouent un
monde qui ont réservés des lo-

Institut du commerce mondial
sera rattach6 au projet et sera
eonsacré a Véducation, & la re-



vait Gerire : «Le peu d’exemplai
res que mon pére en avait fait
imprimé ne fut pomt aébité et









dans la lecture pour marquer tou
tea les lettres qu'il ne faut pas
prononcer en lisant. Lorsque ve








Violette - Baccardi






diguer les soins nécessatres a
ces jeunes élaves frappées d’une












«La vie inquiéte de Jean Her
melin>. Roman, Paris, Grasset,













formons le voeu qu’Haiti Irs
conquiére tous.

caux dans cet ensemble. Déja, he it faitement lire d Le tech Vi cardi sorte d’intoxication et leur pel- :
. romotion dans r . oo ay wa con, eve salt partar ement lire dans | mate! iolette - Baccardi . :
des_ entreprises privers ou ss cherche ae promotion mon- la méthode demeurée imvon- je lyre of est cet arrangement, s'est terminé sur le score 1-1, mettre de regagner leurs dcmeu- 102 bermann» Roman. Paris xX
services de Yd erm dial jue du publics. je Vaccoutume ensuite dans des Buts de Elius (arriére) pour le ae en compagnie de ced deUX (.oiinard 1922 , ‘ Hier matin, M. Rodulphe Cas
pays sont repr : y ‘eet : accardi en lére mi-temps et .dames. — .,.., : 4 ’ weant: on
les futurs locatatres, et on sat A Vaventfy! ey GGAlix Ble, en ,feconde mLtempe: "De beatixgestes de solidarité «La Bon man, Parts, era commerganty _ est rentre
who, neo THE yor an rane Hine > segue GH Import oa bo + eae sai Shea
re’ mtés augmente encore dic ane ° 3 ria . . Custera
a MTachéveriont des travaux. er a hom qui voyage souvent, pour afta
Parmi les services uverne- n ew res, a persuadé le jeune Porto
menatux ou privés qui jouent un les tours J d Ricain Francisco, Holmo de vi-
réle indispensable dans le négo- ¢Trade am i siter Haiti. Noug * souhaitons
ce international et Vexécution \importance G par de vagtles indicatfons tahlement. an inoubliable séjogr a M. Hol
des formalités relatives au com- nations; pour tous les citéyans orales qui semblent un peu far- Il est regrettable que ce nova- L'Affot , . . . mo. gos
, de tows les pays. felues et par les considérations 4 s , ffoire Shakeapeare comporte- t-elle tous les éléments de =
merce ‘mondifl et qui aurent leurs Jes pay senteul thécolgiques ues edans reur ne fut pas compris de ses Tenquéte Policiére ? Anniversaire xx ee

bureaux au.«Trade Center», on
compte dés services @attachés

.-
rt

4

i
i

un ‘petit in douze>, composé par





contemporaing: car.
vorlt Je |




son; pystéme, .-
estpcertaine- |



ose, &tre

; tpar. Widner Gérard Vital-Herne

Lag
M. Toufie Airfat qui a déji

. ; " ligieux dominicai Delau- ; oad 4g. 4 5 ‘

commerciaux de missions d’achat 0 re ae See Sorababe " an ment Pune dea tentatives les plus . Un de nos confréres les plus ac passe quelque temps aux E-
et de représentations commercia- ions, il mit en remarquables et les plus scnsées Le chancelier Bac , her j Ms Whitin W. M. R lifs est entré dans un bel age tats-Unis, s'y est?xendu dere-
les de divers pays, d’agenta en GAOT, } qui aient é6 faites pour sinapli- er Bacon qu'on sup # er in a Ms itin W. M. R. cette aemaine, celui de la pleine chef, mani de soh-wisa de rési

Douane, de ‘syndicats profession












u










é



avoue de le:






dence. It est allé’rejoindre sa

, * ; AV Oe ee eS en a “ maturité : il s’agit de )’hebdoma
nels, d@exportateurs, ’importe- oe eek aii eigen était un Homme — Qui était co myatérieux W. M: Gatre OWDIPE. . femme et ses énfants. Nos
4, de tranditaires, de ban- jo! 7 ceo 86 2Dotlky 2 uiiite:: ‘ent; philoso ee? Le socré e de ‘Bacus “ae . meilleurs voeux l’accompa-
ee ‘internetionales, des compa- rel de chaque consonne> (par ex Agent ‘du Nouvelliste ph nthle, ei/xe la méthode expé William Rawson| 7 Que venait- En sa quarante-et unitine an gnent.- ,
ames ios ninai que les Ber be, le, de, me, fe.) Et quand la - rimentNe, efgardien des secrets il faire au tombenu de Shakes- née, ce journal est resté de plus , te
gniee marit oe tits de Ia Dous- oumammpine d@’Arnault dui tombe au Cap . Haitien _ de la couronne, Il possédait VI peare ? Les cherchedrs anglais et en plus vivant comme _ a-ses dé xxx.
ne 6 odm ing et de la régie du ‘ niet Aon faina sell fat confirm - Nés! nombreux at a | je du Cap’ talieh Te frahedis, ‘ete: naturelle américaing fouillérent Voeuvre bute, en 1939. L'anti-communis .
Port de New York. Hoan eee avait en quel Haftien et du Département aa » ‘le ‘grec et le ‘latin. - . de’ Bacon ‘ei celle de Shakespeare me, quil préconisait 4 sa fonda , | Le commergant:> Ignace Do-

Grace a ja centralisation de

aue sprte, 1edécouvert I»/ métho-



‘Nord.. apprendront. aveg plaisir,



Dés Inogtemps : Vinscription

ct tombérent enfin, dans
des. prémiéres ocuvies attribuées

tion, est resté le principe domi-

nant de cet hebdomadaire, tou-

minique est rentré hier matin.
aprés un court séjour 4 Porte

tous ces ments de base du com de dé Port-Royaly ums 5. . nomination, d'un ; iel-a ‘quion , , P aes. : r r J

y ‘ 1 Neng bodes? ‘: NOW on d'un. Bonvel: ages on pouvait lire ssur. la. pierre ; au comédien de,Stratford, sur un jours ferme dans la bataille des Rico. éjoui
merce étranger, les locataires da Demée yl Gemand® sifiveathent.! dauw ip e., jopais yh foie a Shakespeare: & Btrat- not quicnfavalt.aucun sens : Ho idées. 8 e R ‘ico. Nous nous réjouissons
‘World Trade Center» auront w eat a’muet est absolument néces- Reyngld Métellus Co-Directeur ford - sur - Avon, avait retenu norific Biliitudinitatibus. On s'ef Tl se signale par sse éditoriaux

occasion upigque de moderniser et
de coordonaér leurs activités, réa
lisant ainal des économies d’ar-



saire. Delauny lui répond qu’il
est impossible de faire sonner ov.
entendre une consonne sans vo-

de |’E&dle de Commerce D. César
et R.-Métellus. Nofre agent, jev-
ne et dynamique, est A Te dispost..

Vattention des eryptologues. On

y découvre ene ois formes
de lettres, assez différentes les

forga de tirer ’anagramme latin
de ce tern:e incompréhensible et
l'on obtint (Hi ludi F Bereas na.

pour la défense de la Révolution
Duvailériste.

XXX X

M. Hiram Péligsier est ren-

gent et de emps tout en augmen veo cs yelle et il se gousse des parti- tion: da; nos. abonnés au Cap, au unes des autres, En appliquant, ti tuiti orbi, ce qui peut signi- Nous formons nos meilleurs tré aw bercail. If ie as-
tant grandement leur efficacité. Lawrence F. O’Brien qui, an- cana de Purticulation pare aui No, de la rue 18 I. dit-on, & cette inscription le sys “er : (ces oeuvres de F Bacon voeux a la brillante équipe de ger ark pea eer ey wt Goya,
Les 50.000 personnes qui tra monce-ton, sera élu Président gxintalept dépa en ce stpmps-ld.” Nog voeux de fructuoux beeo-.:tdme:de decryptage et de Fréde sont conservées pour le monde). ~Jhebdomadaire OHDIPE, 4 son ne. Ses parents et amis l’ont
vailleront au «Trade Centers et de Torganiath h haplotype dul} Ce sefait pengager dans: b.ridi-< gne a ‘notre-nouvel hgeént Reyngldy ili obtint/enttin 1a phygpessui: 4. 06 0 fe O30). “gett 42H | SMotre confrére accueilli avec une joie déliran-
jes 80,000 visiteura quotidiens Parti Démocrate aux USA. cule de quelques personnes que je” METHLLUS. che SS Svante’: Fr Bacon Hazard ‘on'ci- = *— (Voir suite page 4)” Jehn A Magloire.” te








Entrée Gdes 2.50
Réservée Gdes 4.00






2 , “i =
~ UNB upthoos OPE

dealt asco8 alle
om tain, Le icoanre an, pol,

chon eee ene préléimont, W nerf 4
so



La.




@ ost soumle au procédé de lyophi-
“wavelles de la Teation, cost A dire A une con=

a ‘ brusque guivio d'une
re de . p60, cleo rane Dr. Wa: me atlon, os ol norfs déshydra
wo trouvalt fl y a rs tr fsbo tés peuvent ainsi &tre conservés
une soirée; on grat Oaitees, te ws nti Te des années dane un emballage
» 3 ura tthe |. porte .. “graffaun segment de -pertd0. sous. vide. . Lea..médecins de Mu-

et ne bleasa A I's

‘fit ut Se seatinattiee et demi envi- nich ayant conataté que les nerfs







es homme de 64 conservés peuvent partaltongert
He mom a . rempl ; "
accident a- vant 6 vide la sour F



reux de se 80!
















nower lea lacets da. mee en i alee ie att Ae: : Hi
et il semblait bien’ qu'il ne pour- a iq hicke remon' ans au
rait plus foosis a son mé- La transplantation se éroul moment ob Von pratiqua la_gref
ther. a8 apercer sans 1 ations ot oot * fo. Te. pense

t oe ene qu'il n'est cpas impossibles de

guérir. certaines Iéeions qui se
S sont. produitéesa il y. a.. plus .long-
temps .encore. On _ ignore. tonte-
fois encore si- l'on: peut ppéeer
Javec, succdy' des. vigtimes.de —

speut étre tentée lorsque | ‘Vinter-
ruption entre les -nerfs.-meeure
_iplus-de . cing . centimatres.

Pour la premiére foils dans
“1. Vhistoire de 1a médecine, on a
préussi a guériy une lésion impor
" -gtante des nerfs au moyen d'une
»greffe. Le greffon lui-m&me ne



a ~ « Femplace par le_nogmeant, fo nerf
manquan mais .en,, que
tendait depuis longtemps. Liacci- ¢ a ‘sorte d'attelle "pour 1’ seegulté



dent, Te remontalt Pe , tetleengnt te wits du nerf sain , gui -Tpppnsse. Cette

régénération des nérfs s’arrate
as Ore, 5 Bs rf 4 OOO ES SPOS See Dr oo hear 5 logaque Jes fonctions .. neryeuses
SETAE SRE CHAE CAE EAS ‘* _ + sont, xétahties, Le, traneplant sert
. ,, Pt peut
AVEC Ȥ& var. suite, Aire, de
re.A.co,gu'll n'y alt pas de
. on bats les rele
LA ‘ qui se trouvant,,. lea .extrémi-
tés, et. a la. rie “du carps

apqueent apps. ung. blessyre. jus
qu’é. ce. que le “circuit neryaux.
soit .xétgbli. Lorsque l'on guture
les ,extrémités . nerveuses. immé-
dirntement de. ‘maniére a ce. .qu’il

a

“ERRATA
Je naime pas trop les errata,
comptant . “tonjours. pur; la bonne.
volonté des jecteurs pour les cor
rections nécessaires, -

Cette fois-ci{ j’ai cru utile de’
faire les rectifications puvantes
i mon. derpier.article ; UN PRE
JUGE ORIGINAL A DESDE.

EXICE RIL SIC ERIE ER ER aoLe aL eae

lére colonne, Hire :
crira un demi-cereles.

' Pour Jes _butronipetites. fautes,
j'ai :pleine..conf ange dans, la.ceam
pétence, des. Jecteurs. .

=



SS DA odds eae OR OE Dn eee be Mae Se

rei




RESTRIC ERE SER oe aae Se Gétard JO
aye eee eR Gb OF ek SRROUE LITRE SRO Oe Soe O0 CREE CO, 50 TORN Ze

POC er aren ie ror Saal

~ yes cae
ee pe ieee be eae oe eee oe eae oe aes







4 VAM: 1290 Khz




mm pest pla fle dou
ts * -produit,alor |

i. grand nombre de Sci déai- |

«La voiture dé ‘



6na Yh
bites assex Seplaemene ‘Male le
stiocdan de la
compromise par ia . rapide al-
catrisation du ~tizeu ~ conjonctif.”
Et fl arrive fréquemment A ee
aulte d’un accident, ne lee e:
mités dy nerf pec sist
al éloignées Vune de van ‘@ que



on ‘g’affgrgait:”

de la peau, préleves sur. i
du. patient, (utes effe)..

reusement,; la Dcton a
su conjonctif, au C valellinge. ‘de es
greffe’ compromet souvent :
cis de Vopération eet pe





qu’a présent échous- ‘par a
mécanisme, do rejet. .

Le professeur Marguikt. et: le
Dr. Zacobi ultiisent ¥ szetton



NJ ae er
que de sel, “io nisi fe pert dé
fectuepx llentement ‘le
long Pee es
joe ips agate aur, awa co

sienx vexdntmite du, wert

sitives et. motrices du nerf sont
rétablies.

Le recours au ‘matériel conser
vé par lyophilisation est .un-pro
eédé6 connu depuis le début des
années soixante. La--méthode a
été mise au point presque simul
tanément aux: Etats Unis et en
Hongrie. Elle a 6&té adoptée a
Munich en 1964 aprés avoir été
transmise par lintermédiaire de
l'Universitg. Humboldt de Berlin
Est. Depuis .on utilise. couram-
», ent , aux ; ure-mére
“Top vee ur ‘oe des
aaa survenues dans vecorce of
rebbpaleiile;, u lyophilisé pe
toutes ses SE auc c'est
une sybstance conjonctive morte
qui ne. risque: pas de- ‘déclencher













ete ie “alte.

et
organes “ent tiers
ou le cour puisqu'il détrult aussi.

s asaas sae








nlnizes, ~
rit, on gest .cor-"

loeb ee re eS:

‘elt’: doevent “yd j tant:
eats, ces do succés Torwat! elle me pra.

“tigquée' sur“ ia”

a eee





ys antdler 5 : seats ;

frantplanent a un paquet de nerfs: ‘pe

ne. #8,

‘Spied 8. ot 8 15
a, HOMME, LIORGU:
AY VENGEAN

Aree

Dinranche &- 4h. 6 ho et 8 h.
LES PULERS PE L/OURST





jamnbe, duns le ‘oai”

nombre ‘do Jésions

“Franed~ ‘NERO.
Entrée‘ Gide! “£00

Ayec Richird--Wyler. .
Entrée ~ ‘Gde 200

Landi. 2 6. h, -et Bh, 15
LiHOMME.-AU MASQUE

DEcVBRRE
Entrée ' ade rho

AIRPORT CINE

Samedf @ 6 h. 30 et 8 h. 30

En~ are’

L'Ensemble-N.--Jn-Baptiste



partie

En Same partie
BRIGAND- ‘BIEN AIME
Enfrée ‘Gde 1.00 et 1.50

Dimaneche & 6 h. $0-et-8 h.30

LES MONSTRES ATTAQUENT
Entrée €des- 2.00. -et)'2.50 _

Lundi & 6 h. 80 et 8h: 80°
BORE. SAUVAGE
ge 4,60-,ct $50

LA,

BARBARELLA

Entrég Gdes 1.50 et

2,50.

dans, Je caside | LAI RNGEA
‘eat Entre co

x

a: Samedi a 6 h. 80 et 8 h. 80

Dimanche & 6 h. 80 ot’ 8°h. 30
Lundi a 6 h. 80 et 8 h. 30
SOEUR. ANGEEICA |

«Entrée Gdes 2.00 et 8.00

aad

on oe oe

Sena

Pin OOo

4 VFM: 100 Mhz

bah f

5

~

ne, Iésion du'nerf Ent~é0 Gdee 2.50 et 4.00 .



g%
a
4

Sera effectivement, dans L'AIR —

Vous aurez désormais un Saison Compagnon
auquel vous VOUS attacherez fidélement.



Dimanche & 8 hh. 1h. ot 9 he.
Lundi A-6 h. et 8h; 80 |:
RINGO. NE PARDONNE PAS. ‘
‘Avec Guillano GEMMA:



oeDanemehe ety

L'ADORABLE CORPS
* DE DEBORAH’ :
Entrée Gdes 3.00 pat personne’

_ Lundi 2 7b, ot 9 hb. .
oo représentation)
_ KRAKATOA
trée



Of.
Bhtrée” Gdes 1.50 et 2.00



Dimanche h. PM.
. maumienn... ADIOS. HOMBRE :










| Hebe Kehenstiin

“Programme Au Tegndl 9au Samedi 14 Mars 1970

Consultez Votre ) t
Sh.ath,

LUNDI...0 oe csees a MAISON YVES MORAILLE.
- MARDI............, 9RALh & 100.000 ARTICLES
MEROREDI........ Sh.alh. a QUALITEX

-a

cooeee 9H AL. a FOOD STORE

2h aGh.p.m.4 EXPRESS MARKET

Et tous Les Jours de 8h.a5h.p.m.& CASA POMPADOUR
y° : ,

—_

h.
_MAMA DOLORES
A &h. QGdes 150 et 2.00
A 6, T gk 9h. Gder 200: et 3.00

Apsisez la soif de votre Visage... “Avec Skin Dew
de HELENA RUBINSTEIN

Lundi 4 6 h. 15 et..8 h. 15

CLINT, L‘'ROMME

DE LA VALLES SAUVAGE .

Entrée Gde 0.60. et 100 —
TTL

so . \o . .
- CIE UKBON GINE-KLDORADO =—- REX THEATRE
Samedi a 6 hb. et 8 h. 15 Samedi a 6 b. et 8 h. 16
Samedi & 6 h. 16-et 8 h. En ave peatie ” En lere partle
SUGAR COLT SHUPA . SHUPA L’Orchestre SEPTENTRIONAL
Entrée Gde 1.00 En 2tmo. partie gE
n -26me partie
Dimanche & 5b. 7h. ef 9 h. STEVE, Gao 150 CREVER ADIOS HOMBRE
SUGAR COLT Entrée Gde 1.50_.
En’ le 1.00 Dimanche -
re piABiEsss | to Dimanebe &.5.h. 7 h. et 9 bh.
- AE Entrée Gdes 2.50 et 4.00 TRAFIC DANS LA TERREUR
. . ' : . : Avec Jack Palance.
AD6AGIC. CINE Lundi' a.6 hi et 8 h. 15 _ Entrée Gdes 2.50 et 4.00
Samedi &6 bh. 16-et 8 h, 15 LE JUSTICHER DE L'OUEST
En -Mre--pastie Entrée Gdse 120 et 2.00 Landi & 6 b. et 8 h. 15
LES UEGENDAIRES me SCOTLAND YARD
DE DELMAS or AU PARFUM
fa 2eme ie : Entrée Gdes 1.50 et 2.50

' . Awive ia Ciné

oO

ne ees
‘Entrées Glos 120 ef a 50 Samedi a 7h. et 9 h.
LE -FILS DE-TARASS BULBA CINE OLYMPIA
Porte Ee. Sis 7 h. ot 9h. Entrée 1 dollar..par. voiture
: Samedi. (En permanence)
EST COUPABLE Dimanshe 4-7 h. ot 9 SHALACO
A 8 h. Gdes 1.50 et 2:60: REQUIEM POUR Gattao . Entrée Gde 1.00

A 5, Tat.9 h. Gdes 2.00 et 3.00

Landi a 6h. 15 (Séance unique)
OMEO. ET.. JULIELTE
Entrée Gdes 1.20. et 2.50

Efitrée 1 dollar par voiture
/Rianche & 0 $0 ot 8h 30

PEAR Oh. us Banoo

Entrée 1 dollar. par: ‘voiture . 7Rntrée


Ther Sach Sare-sone sere ager soceaoee: 92.409. 6 aS the e5308-800 ;

che 12h 29

vad

. . ad on
9 EB ODED 9 2 HDS SED POHe me

we &

yoo

4,

oy

*
sew ey
ue

mee yg
on eee ted

H



eo

= A .
eA IRA DS PE OS Oe DB

4 VSW 60 M.

w& : Ce oe
Ones ose oa

Q~ at

c

Rt oe oe ee ao









LS IININIDISIOSSIISOOS

Sar






SAMEDI 7 ET DIMANOHE] @ MASS 2970




. Mag a . ‘ a ey
7 ’
1967 27éme ANNIVERSAIRE CO ee LE BLOC REPUTS

DES BTABLISSEMEN TS RAYMOND FLAMBERT





Plus: solide parce que vibré a 100% & Vaide
d'une machine européenne dea plus modernes. , .
La. plus grande et la_plus perfectionnée en Haiti.



Mr CHARLES DEJEAN
Fondateur de.la MAISON

La voiture offerte par la MAISON CHARLES DEJEAN & CO. Charles DEJEAN & Co.

maintenant LES ETABLISSEMENTS Raymond FLAMBERT _. _ maintenant LES -
C'est Mademoiselle Sajous, aprés le tirage au sort ETABLISSEMENTS ° ot SOLIDER Ee MOINS CH RES
quia eu lieu & TELEHAITI, la gagnante de ce cadeau. RAYMOND FLAMBERT .



1968 28éme ANNIVERSAIRE . ~

1970 30éme ANNIVERSAIRE



Des ETABLISSEMENTS
RAYMOND FLAMBERT
' Véritablesg ossatures de votre futur
batiment.

*

° LES CLQUS
DES ETABLISSEMENTS Raymond FLAMBERT



BES ETABLISSEMENTS RAYMOND FLAMBERT

Monsieur Pierre Saget, représentant delaS AF ICO ANCIENNE MAISON CHARLES DEJEAN & CO
recoit de Monsieur Raymond Flambert, la voiture La FORD CAPRI qui sera offerte aux clients cette année
offerte en 1968 par LES ETABLISSEMEN: TS RAYMOND UN CADEAU EXCEPTIONNEL
FLAMBERT. POUR CETTE OCCASION EXCEPTIONNELLFE

@ INGENIEURS, ARCHITECTES, INDUSTRIELS ©

EN ETUDIANT VOQS
PROJETS, PENSEZ
A UTILISER

LES FENETRES



1969 29¢me ANNIVERSAIRE






Quinze années d’efforts dans l'industrie locale.
Quelle que soit la quantité, on peut étre bien servi.

e



Les Lits «CHOUCOUNE»



Monsieur Huberman Charles gagne Vappareil

Stéréo, une des trois primes offertes en 1969 par 6



LES ETABLISSEMENTS RAYMOND QUE PEUVENT VOUS FABRIQUER EN TOUTES DIMENSIONS .

FLAMBERT. La prime No. 1,. la voiture au hemes C’est une tradition: : depuis quinze ans on
fond de la photo a été. gagnée par Monsieur R AYMO N D FL AM BE RT dort sur les lits «Choucoune». Ils sont réputés
Claude Forbin dea Gonaives. .

a travers le pays pour leur solidité, leur confort

ANCIENNE MAISON — et leur déplacement facile.

CHARLES DEJEAN: co

| ets Tru naaee

FLAMBERT









Dr Orvillo Mo Shine eat orig!

i marquable par aa oclarté, an pré
naire do Trinfdad, 11 weat tou.

Montesquieu qu'ile ont upprin dos
cialon at aon rieha vooabulalre 7 f

Romainn Vesprit d'aanthadlauion.

Joura intéreaad A la langue ot A Lea succés Japonals dana le do Lanyago, admialatravion, rell-
va Culture frangalses. 1) a obtenu inaine tec logique resaumblent gion ont été aasuntlés on Gaule
son doctoral oa-Lettres A la Sor yux réallsatlons francainca en aul oat la matrice de la Franco.
bonne en présentant ola thése matidre d'idstitution dana leur Cutte nation At do'méme an 160
«Maurice Harros, Journalisto>. habileté a finiter, a amélloror et aldcle on absorbant les tralta do
Cotto (héae a été, sous Nolrs mug A intégrer. Los Francels ont =ominants de la Renaissance Ita-
restion, publiée tel par low soins prouvé, selon” Mobsorvation de llenne pour los falre servir A ses
de Vimprimerie do [Ktat. Dr Or

villy est nasex been connu de nos

avilioux Lttératres pour avoir-pro
aoned des conférences ici ets Prd
sentée «Trinidad, Nation en Mar-
cher,

Dans les derniera Jours de Jan

“De Mieux en Mieux

vier, Dr Mc Shine qui appar-
tient au Département do Fran-
cain comme professour assoc:é do KODAK Instamatic

UUniversite Seplcutrionall de Mi
chigan eut le privilége de pro-
Loneer une magistrale conférence
sous le patronage du Consul de
france, de Chicago ec uvec la
présence du Maire de Marquette
et le Président de l'Université.

Nous nous faisons le plaisir de
rapportcr les grandes lignes de
cette conference qui fut publiée
dans «le Mining Journals de
Marauetie, Michigan.

«J.'nfluence de ix culture fran
cnise ct dv sa civilisalion est tm
pertante A travers Je monde et
plus particul’érement a la Mar
tintaue. A In Guedeloupe dans les
territotrers francnia des Crra'bes
depuis 1685, et actuellement dans
ies départements de la France
u’Outre - Mer.



Avec Pei Electri



Haiti, la plus prospere coioniv
francaise au 18e siecle offre un
excellent exemple avec Quebec et
cos 20 Etats frangophones recon
nus de nos jours par les Nations

Unies.

Gardez les souvenirs du Carnaval 1970.
Pierrots, Pierrettes, Monstres, Boeufs, Cava-$
liers a n’importe quel moment. Temps clair ou %

Avec KODAK

A L’ORIL ELECTRIQUE

C’est un miracle de |'influence
culturelle frangaise qui fait que
“og Etats administres par la
France, apres s’en étre séparés,
restent attachés A la métropole.
si fort a été impact de linfluen
ce des valeurs culturelles fran-
cases que le Président de la Ré g
publique du Centre - Afrique di q
cait au second Referendum de
1958 «Nos pays désirent conti- Q
nuer a utiliser le lengage fran-
cais, ct par iui nous semmes liés
A la civilisation francaise.» En
effet, les territoires francais
VOutre - Mer, ayant Vopportuni
+é de décider de leur acstinée,
ont préféré a l'exception de la
Guine. rester au bercail. L’émi
nent pote noir et président du
Sén‘gal a publiquement procla-
mé sa dette profonde en confes
sant sa capacité a penser plus |
cffectivement en francais que
dans sa propre langue africaine.

L'Fcpr't d’Assimilation— Con
fronté avec un monde devenu cha
eue jour plus repproché et pour
Jeauel i] est impérat'f que les in
dividus se comprennent entre ceux
quel meilleur moyen de communi
cation que la langue frangaise re

sombre.

TICKET AVION /BATEAY
RESERVATION D'HOTEL
ASSORANCE VOYAGE
WISA s.7

oe

POUR VOUS SERV/R &

SAUVEGARDER VOS8
IN TERETE

VOYEZ

yg
Zyl

45 AVENVE MARIE JEANNE
C/TE OE L°EXPOS/ITION

BUREAU -
LIMATISE.

3989-359!



AVIS
Les Produits H A M P Cc O peuvent ent re achetts

aux adresses suivantes
















Boulangerie St-Marc
Ave Jn Jacques Dessalines

Maison Rigaud

Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autereute Delmas

Luce Chatelain

‘Rue Toussaint Louvertire





A PETION VILLE











_une symbiose .
a Trinidad.










*GEAMALYNE, UN PRODUIT














propros besoins on produlmant 4-
no antité originale typiquement
francaise. Grico A son esprit ''s
trulste, I'Impérlaliame
n'ent qu'une
contralre do la politique d'explyi
tation de Espagne aux 16¢ et
170 aldcles.

‘TROIS TYPES NATIONAUX

En considérant la tone des Ca
raibus, nous constatots, Vigtiuen
ce de la culture et ‘de la civisa-
tion francaise. L’on est frappé
par l’heureuse diversité des ty-
pos ethniques dérivant de l'union

des caucasions et des nagres, Ain -

ul sont variés lea traits basiques
des habitants ‘et Im aynthdse des
mentalités frangaise et africaine
qui a donné naissance & un. type
qui n’est ni francais, ni africain,
ni américain mais qui emprurite
ses caractéristiques aux ‘trois ty-
pes nationaux.

LA PLUS GRANDE CONTRI
BUTION

La nécessité d’assurer les com
munications a créé una langue,
le Créole. Il fut difficile A des
esclaves de dominer le francais,
ainsi ila ont élaboré une langue
dont la structure est africaine
avec des mots francais, espagnols
et anglats.

UNE SYMBIOSE.—

Le contact de la religion catho
lique avec des pratiques impor-
vées d’Afrique a engendré dans
en
Haiti et <«

hénoméne. de syncrétisme a
résulté du Code Noir»
lea Noirs A adopter le catholicis
me. “

A retenir que la politique libé
rale de la France permettait aux
Noirs et Affranchis de recevoir
une éducation de premiére classe

MUSIQUE, CUISINE.—

Liinfluence politique, les insti
tations administratives et judi-
claires ont marqué la zone des

.Antilles avec de légéres modifica
ry. tions en tenant. compte des condi
. tions locales.



Sous le rapport de la musique,

“lex influences francaises et afri
- ewines: ont eré6en Haiti une dan
* BO: -indigdne «La Méringue» qui se
yapproche de la valse, & la Marti
“niques, La Biguine> et a Trini-

dad «Calypso».

La cuisine antillaise dérive des
célicieux plats trancais assaison
nég A la sauce africaine.

ka outre pour leur plaisir, les
Antilles possédent

qui appelle tout le monde 4 la
gaiete datis jes pays pratiquant
la religion catholique.

Le Foot-ball qui eat le sport le
plus populaire, malgré son origi
ne anola‘se, n’est-il le résultat
de Vinfluence francaise.

Ainsi la France est présente
Gans bien des manifestations de
la vie dans les Antilles: aussi les
moeurs, les habitudes, l'éducation
sont-elles l'expression de la Cul
ture francaise.

Ce fut une magnifique confé
tence pour laquelle nous adres-
sons nos vlus vives félicitations

. au Dr J. Orville Me Shine.



#




NATUREL 100% GERME DE
BLE, FORTIFIANT
A NUL AUTRE PAREIL

En analysanc la composition
des Germes de blé on reste émer
veillé dea trésors de vie que la
Providenca: y a placés: citons :
Lee vitamines: A — aide A la
croissance; vitamine Bi fortifie
Jes nerfs — Vitumine B2 — per

meet Fassinillation des sucres (no

ip: pour ‘lea diabétiques —
Vt E, vitatnine de force
par excellence pour la plénitude
de la vie sexuelle — Vitamine D,
toniqne du systéme ceseux — Vie
tamine PP, favorise |'équilibre
alimentaire, Les compoees phos-
phores organiques et nucléiques,
leur réle ew. capital dans |‘orga
nismé auquel il faut fréquem-
, ment les assurer. Les eela miné-
“ raux, les sels de magnésium, de
calcium, de potassium, de fer, de
manganése, de éuivre ete—— Les
Diastases ces ferments sont né-
cessaires pour une bonne- assimi-
ror Hee Pro!





Hommes, femmes et enfan:s
fatigués, surmenés prenex la
sGERMALYNE», fortifiant natu
i, nul. entre ‘parell.



ade TY att ‘de
ND. de Septtons est en vente
tr nec. 1 at dane

ont-Carme! toutes lee
~ ba Pharmac]

Pngalg .
rep clvilisatrice au”

obligeait .

le Carnaval.



bien plus claire
on sesilement 4: semaines 4
3OHHODE BUR ET SANS DANGER
Plug de 75 millions de Pots
ont ete vendus
dans le monde entier

LE SECRET DE BEAUTE des millions *
de feromes dans toutes les parties du monde
qui desirent une peau plus claire pt plas
veloutée reside on la Creme Btiliman's.
Lorequ'sila est appliqués chaque soir, In
Creme Stillman’s eolalrolt le teint et vous
donne une complexion belle at radiguse dans
seulement 4 semaines, Vous sores éiner~
volllée de Ja transformation opérée en Youss
memes quand jes parties sombres dispars
aitront peu a peu pour faire place s une
peau tellement plus claire ot plus limpide,

L’excellent Savon Stillman’s
Fsaayes sussi le Savon Stillman'al'Ce aavon,
doux et delicatement parfumé nattole ot
gsaguplit ln peau. Il est ideal pour enlover
la Creme Gtiliman's . . . ot est aussi un
Bavon de Beauté rafraichissant pour la
famille enticrol -

En vente dans tous les
magasins et pharmacies

’



RENE COLES
LAI UE



vite-

Le Champion du beau
ment annonce & cenx gui par-
tent pour l'Europe, les USA, ou
le Canada, qu'il est revenu du

anada et des Etats Unis avec

cae technique moderne et sfre,
qu'il est en 2 outre le Seul capable
de confectionner un mantaan
d’Hiver qui soit A la mode dans
les différentes Capitales du mon
de.

is trouveront également des
costumes et des pantalons et un
chotx judicieux de tissue pour
les élégauts préférent la coupe
sur measure,

Une visite de votre part s’im
pose de toute nécessité, Mes:
sieurs les Biégants. .

Lalue en face de la Nonclatu
re Apostolique.



La retraite annuelle
a Ste Rose de Lima

Le Comité de l’Association des
Anciennes Eléves de Ste Rose de
Lima a le plaisi d’inv.ter les
Anciennes Elaves et Jeurs amies
A la Retraite annuelie qui com-
mencera le mardi 10 mars A 5 h
20 p.m. en la chapelle du Pen-
sionnat,

Le prédicateur sera le P Pére
Goulet du St V ateur, Professeur
av Grand Séminaira

La cléture aurc lieu le samedi
14 Mars, A 7 h a.m.

Le Comité compte sur une nom
breuse assistance.

La Secrétaire -
Jehanne DUROCHER

ic

SEZ
«LE NOUVELLISTE>




Une extraordinaire sélection de cadeaux pour
_ hommes et pour femmes «. @ des prix qui provoqueront






en. vous la plus agréable des surprises ! f



La Great affair

(Suite de la lére page)

_ De 18 & conclure que le chance
aler était l’auteur des drames sha
kespeariens il n'y avait qu'un
pas. On le franchit sans hésiter.
TIne érudite, Mme Gallup dont
le decryptage a ‘été part.ellement
vérifié par le Général Cartier
qui fut durant toute la premiére
guerre mondiule le chef du ser
vice francais du chiffre, a cxtrait
des oeuvres de Bacon, de Shakes
peare et de divers auteurs élisabe
lains un éfonnant roman aqui
pourrait bien étre la vie de Ba-
con par lui méme.

eon est l’inventeur d’un chiffre
© n ets Vinventeur d'un chiffré
uti porte son nom et qui est. par
fois encore utilisé, Il cons.ste, &
employer deux typcs de caracta-’
res d'imprimerie. On a ainsi,
pour chaque lettre de | alphabet,
deux formes possibles. Appelons,
si vous le voulez bien. lettre B.
toutes Jes lettres sLévialcs, et. let
qres A toutes les sutres.

/ Le sombre d’arrangermenta :que
l'on peut faire avec ces deux for
mes en les groupant par (5) ont
de 32 & puissance 6). Bacon, uti
iise seulement 24 de ces combinai
sons pour représenter les 24 let
tres de Alphabet anglais !es T
ct J, les U et V Gétant utiliser
indifféremment, Avec ce systéme,
il est faciie sinun rapide de dis-
s'mulcr un texte seerct dans un
document imprimé. Mais, de la
a attribuer & Francois Bacon Ics
oeuvres de Shakespeare. Il y a
un abime ! certes le décryptace
de M. Gallup et du Général Car
lier sont ingénieux, mais ila ne
tiennent pas compte du fait qu’d
cette &noque, beaucoup de carac
teres d'imprimeric étaicne encore
taillées, au ciseau dans du_ bois
vt présentaient de ce fait des
differences sensibles entre oux.

Déqryptages jingtnieux > mais
peut etre trop ingénieux, et no-
tre éminent maitre lo Dr Locard
ne nous démentira pas lorsque
nous prétendons qu'on peul oble
nr d'un texte chiffré, non pas
exactement, tout ice que l’on
veut, comme d’une prophétie de
nostradamus,
avec un peu M@imagination, beau-
coup plus de choses que le serip
teur n'en mises ! Il est d’au-
tres indices qui plaident en fa-
veur de Bacon.

De ces indices mineurs qui, au
dire des pohciers, ont beuucoup
plus d’importance que les grands
C’est ainsi que Ben Jonson —
veut étre, iun des associés de la
Siréne ? emploie les mémes ter
mes, lui. qui fut certainement
cans le seergt, pour louer le style
de Bacon et celui de Shaxespea-,
re, une copiste essaye sa plume
et il écrit «By Francis Bacon>...
By Will'am Shakespeare>. Les
part’sans du Coinie de Derly ne
s‘avouérent pas battus pour au-
tant. Ils avaient trouvé d'ailleurs
un champion remarquable en A-
bel Lefranc qui, depuis 25 ans
fournit avec une patience de bé-
nédietin et une é6radition A pulle
autre nareille, Shakespeare & tra
vers Shakespeare. «Je su‘s char-
tiste, dit-fl. Qui dit chartiste dit
homme A scrunulcs. Je n’en ai ja
mais eu dans l’affaire Shokespea
re. Shnkeanesre, c'est Derby !>
Et sea arguments soni\ de poids.
Outre ceux cue nous avons expo
sx briévement, en voici quelques
nutrea.



Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste»

Blondie

mais certainement * }

Pour M. Abel Lefranc par exem
ple Hamlet est une oeuvre de pro
pagande contre le prétendant au
troéne d’Angleterre,-qui était a-
lors Jacques VI, le fils de Marie
Stuart. L'at gument de la _piéce
est emprunté au francais Fran-
cis de Belleforet qui publia 4 Pa
ris, en 1670, les histo res tragi-
ques dont. certains comme Ham-
jert trouvait déja leur origine,
dans les rccits du Chroniqueur
Danois du XlIIle Siécle, Saxo
Srammaticus. Mais pourquoi al-
ler déterrer cette sombre histoi
re ?.Belleforét dans une sorte de
or4face, nous laisse aeviner Vex
plication : La’ssons les -Turcs..:
écrit-il, pour considérer quelles
tfagédies ont éts jouées pour ce
cméme cas... En Ecorce et en An
gleterre, si un roi ‘n’était mort
hors de saison ... si les enfants
ne conspiraient la mort de leur
pére, les femmes celle de leur &
poux j’en ferais un long discours

De nelle femme 8% beit-il- +8
demande Abel Lefranc. an la ré
ponse lal vient tout de sutie. fl
ne peut &tre question que de Ma
tie Stuart conspirant la mort de
son époux. Darnley. Et il ajoute.
aRappelez-vous Darniey a été tué
par un pofson versé dans l’oreille
comme le sens d’Ilamlet. Tout est
pareil. la visite de l’époux. ses
tendres assurances aux heures
qui précédent le crime, le som-
meil, la solitude du. jardin, l’érup



tion cutanée che zle mort, les
pustulés. La robe de chambre, !a
méme heure de la nuit. Celui qui
éerivit Hamlet mettait en scéne
une famille d’Atrides. Cette fa-
mille c’était celle de Jacques V1
le pretendant qui avait interét A
faire jouer en Angleterre un: tel
le -piése, A un tcl miorment. L’eu
tre prétendant au Tréne d’Angle
terre. Stanley, Comte de Derby !

Crest exact et i: ne faut pas l’ou
blier. Derby fut un mement, pré
tendant au tréne, et Frantis Ba
eon ne le fut jamais lui. Or, de
tous .ces pretendants, Sianley,
Comte de Derly, était le seul a
posséder une culture suffisante
nour ‘Wrire une oeuvre compara
ble a Hamlet. Lea meieurs, ar-
vuments de M. Abel Lefranc
sont d’ordre politique.. Les piéces
touristiques anglaises, les piéces
romaimes, toutes portent la mar-
gue de présecupalions guuverne
mentale dont le pauvre historien ~
qui vidaigt dse pots d’ale a la ca
serne de la Siréne était bien loin
Ge soupconner la gravité. Rien,
dans ce misérable personnage ne
laisse suppuser la moindre analo
gie avec un sentiment, une pen-
sée, une situation dramaticue de
l'oeuvre qui porte son nom. a-
lors que Derby y est présent com
me en transparence dans toutes
les pages |

(A suivre)

LES MOTS CROISES

PROBLEME

No 3857 F.



HORIZONTALEMENT —

1 — Instrument a bec» — A-
bris douillets

2 — On en fait des cloches —
Célébre pour sa baie

8 — Généralement accompa-
gné d'une noue — Parfait

4 — Ne régne. plus

5 — Grand continent —- Moyen
de communiquer assez loin

6 — Pont de Paris — Légére
parure

7 — Pris par le sauteur —



Fin de participe

8 —. Faire comprendre avec
subtilitg
9 — Célébres pour ses sucre-

ries — Venu
10 —- En fin de soirée — Un
peu abimés

. xxx
VERTICALEMENT

I — Ampsent lordinaire

II — Un paquet — En noir

WI ~— Vit partir un patriar-
che — Un droit qui ne joue plus
gutre ¢

IV — Poesessif — Est souvent
bien terre-&terre

V — Voyelles — N’est pas 81

‘got qu’on le dit

VI — Diminatif d’un prénom
— Temps sombre

VII — Sujette 4 la carie —
Sigle d’une grande école

VOI — Vieille colére — Sup-
primer

IX — Oblige A un sévére ré-
gime — Négation

-—— Nom d’une
rouge.

clef — Voient

SOLUTION No. 866 F.

HORIZONALEMENT

1. Luminairés — 2. Oraison;
Ci — 8 Vin: Utile — 4, Enten

te — 56. EM; Ar ~ 6. Lutteurs .

— 7. Gréles EA — 8. Attelés;
Us — 9. Lueura — 10, Esthétes.

*






VERTICALEMENT

I. Love; Egale — II. Urine;
RT. III. Mantelet — IV. II; E-
mule — V.N.S.; Telle — VI.
Aoutét; Eut — VII. Intéressée
_— VILL. Usa IX. Eclaireur — X.
Sien; Basse.






















21. MARS Al 20 AVARLL, (BE
LIER): Bane ebandonner Joa on-
treprincs préscntes, étudlox ce
qu'effrent lea. DiNtée. nouvel
les. Pranes yardo atx. (lclalans a
preadre prochainement, Les. con
niquenrne riaquont d’étro. impor. -

“Ur AVRIL AU, 21 MAL (TAU
REAU): Pérlode de réflexion,
surtout en co qui -saucerho Vave
nr. Vous sures une yue plus. ela
ra.de.ce qui.woms. attend. at yous
drosseres. migux..vog plans de réus
nite at de bonheur.

22 MAL AU 21 .JUIN.(GE-
MEAUX):. Dafarouches infjyen
ces de Mercure vous incitent aA
prendre les vines quand d'autres
‘les abandonnent, de renover, de
restaurer ov vous je pouves. Pré
tes généreusement vos dons cons
cructifa

ag JUIN AU £3 JUILLET
(CANCER): Orlentex votre en -
‘aousiasme vers “e nobles causes.
Une révision de vos prujews peut
Btre nécessaire. Voyage e. acti
vité xoctale aont. particulidre -
ment favorisés.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): La discrétion sera vo-
tre mot clef. Gardez votre sang-
froid pour affronter les turbu -
lents (et il y en.gura). fl y a di-
vers moyens de. gagner un point
ou deux. Essayex toujours.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Lisezx ks con-
sells A ceux du Lion. Votre am-
siance est semblable. Prenez la
position du médiawur, du pacifi-.
cuteur et vous remporterez de
nouveaux lauriers. Votre intui -
tion doit atre A son maximum.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC -

TOBRE (BALANCE): Ne pre -
nex rien pour acquis, assurez-
vous. Ne soyez .ni miste ni

aveuglémen. opti.aiste. Prenez le
temps pour préparer le program
me de la semaine qui vient. Vous
faciliterez les choses.

“DEMANORE 8 MARS 1070



8¢ OCTOBRE AU 28 NOVEM
BRE (SCORHION):: Voun seré
surprie-du peu M@oppusitian qur
yous remcoutrerex dans: den sec +
leurs: 00-vous on -attendias, Ber -*
ves --veus de cet: evantage
réuesir dune ‘fagon qui fortt °.
ra- votre situation.

Â¥8 NOVSMBRE AU 21 DE -
CEMBRE 4(8AQGITTAIRE): -Bel
len Influences: planétaires. Créa -
aon, originalté, toute. acthelté
qui antraine . des -contacts. avec
le public sont. fav:

4% DECHMBRE AU: 20. JAN-
VIER (CARRICORNE):.Si quel
yofun.sugmére une. idée. newvelle
donnez - lui sa chance, mais..pas
au prix de votre réputation ou
d'un temps précieux. Téte haute!

Zl JANNIER .AU 19. FE -
VRIER (VERSEAU): La con
jonction .déveléppera votre per -
sonnalité, vos activités grace A
on rythme assez vif. La journée
est .propice au succds. Un con -
seil; valllez A ce qui vous feres
vos confidences.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Vous rendrez heu
reuse cette journée par un effort
sérieux ou médiocre par votre in-
différence. Tout vous est possi-
ble mais il ‘dépendra de vous de
tenter Vexpértence.

SI VOUS BIES.NE AUJOUR

D'HU]: Vous étes fin, intelli -
gent ct sympathique. “arfois té-
tu comme un Ane, quand vous le
voulez. Sf vous vous cultivez et
employez vos dons nombreux,
vous otteincrez des buts extraor
dinaires, seul ou en collaboration.
Vous almez Ia vie agréable, pai-
xible, ordonnée, réfi¥ehie . Vous
détestes les taquinerfes, les vulga
rités, la bassesse. Mais i; vous
arrivera-de réver trop longtemps
au Jieu:de croire asscz ferme -
ment en vos buts pour les réali-
ser contre vents et marées. Evi-
tez linquiétade, méprisez la cri-
tique, ofrez vos dons avec tout
votre coeur.

xxxx

LUNDI 9-MARS 1970

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Si vous voulez zéussir au
jourd’hui, il faudra étre plus avi
sé que d’ordinaire. De bonnes in-
fluences planétaires. mais votre
collaboration s’imposera.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
R)AU): Une lumiére nouvelle
aur certaines situations: yous don
nera des avantages certains:: Met
tez - vous au travail pour un
succés exigeant davantage dé -
nergie que par le passé. Du eoti
lage.

22 MAI AU 21 JUIN (GE
*“MEAUX): De bonnes influences
de Mercure continuent A dominer
len projets nouveaux comme la
routine quotidienne. Collaborez
uvec ceux qui ont A la fois scien-
ce et honnateté. Excellente jaur-
née pour bien faire.

22 JUIN AU) 24 JUILLET
(CANCER;: Ll y a beaucoup a
faire. Vous rémssige: x1 Vous rem
plisscz comme il faut les négessi
tés de cette et
de la discipline. Evitez len pertes
do temps el les tutilités.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Réservez votre effort
nux heures fatigantes (mame si
elles sont meu nombBreuses) et
vous respirerez une partie de la
journée.. Appuyez - vops a ,de
rolidea entreprises.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): Influences pla
uétalires contrastées. Tout ne tour

nera pan comme vous ie voudriex en gervez intel

mais l’essai diligent et parsévé
rant produlra éventuellement ses
résultats.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC - vas difficiles vous

TOBRE (BALANCE): Nom -
breuses posnibilités offertes 4
ceux qui travailleront davantage
en profondeur et chercheront 86
rieusement les faits et les rensel
gnements. Intelligence at
humeur.

24 OCTUBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Influences
planétaires contrastécs ‘mais, si
vous regardez 14 od i} faut, vons
trouverez d’heureuses possibilités

PARF UMS



Adoptez et conservez un rythme
raisonanble qui vous sera profi- -
table.

23 NOVEMBRE,AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITTAIRE): Ser
vez - vous des méthodes .qui se
sont. révélés utiles dans Je passé
mais soyez prét & envigager
points de vue et méthodes nou --
veaux. Attention a }‘évolution des
choses!

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): De bon
nes influences deSaturne. etimu-
tent votre -promptitude d’esprit
et votre pradence §Végard de
méthodes inadéquates ou.démo -
Abes. Ne.-redoutez pas. de donner
ane note nouvelle.

21 JANVIER.AU
VRIER (VERSEAU): Un ef -
fort -redoublé affermira vos
gains. Une action habile doit s’as
socier A de grands espoirs. L’op-
pesition ne. doit pas obscurcir vo-
tre point de vue.

20 FEVKIER AU 20 MARS
(POISSONS): Diagréables in -
fluences oncouragent vos plus gé
wéreusea ambitions et stimulent
rotre volonté de lea réaliser. Ne
perder donc pas de temps a des
travaux improductifs ou a des
Iriyplités.

SI VOU5'‘HTES-NE AUJOUR
D'HUI: Vous @tes ardent et ob-
rexyatour. Vous amagsez des con-
nafssances précises et vous vous
ent,..Vous 1’
lea pas le;fuide brutal et vocifé
rant mais: le persuasifet le con
vaineant. Votre tenacité dans les
0
gains exceptionnels, vous louvrira
des portes fermées & ded exprits
moins déliés. Vous mcttea en pra
lique le viell adage gu’un «tout
petit peu de sagesse est dange -

19 FE -



bonne reuxs. Vous cherchez téut ce qu'il

ya 2d apprendre et les découver-
tes vous enchantent toujours. Dé
-fauts & refréner: Vinstabilité,
court, excesalve prudence
Naissance d’Améric: ‘Vespuee,
navigateur italien. hp



fre

FRANCAIS s

CHASBE GARDEE DE CARVEN '
YVES DE 8T. LAURENT s
GUERLAIN GIVENCHY
ROCHAS FIDGI
DIOR CARON
CALECHE LANVIN |
CORDAY NINA RIOCL .
LE GALION CABOCHARD .
: me
EN EXCLUSIVITE
- MISS DH RAUCH LUBIN
- VACARME : NUITS DE LONGCHAMPS
BELLE DE RAUCH IDOLE
Mr. DE RAUOH “GIN FIZZ de LUBIN

LES PRODUITS DE BEAUTE DE FRANCE

STENDHAL | °

EN VENTE A LITTLE: BUROPE
ORMENT ALE a

& MAISON

a + ORLANE eo





oe DS IPE TREE TS

Ln , SAMEDI q MARS

a Direction du’ DRIVE IN .«
on DE DBLMASB v’ oon
prés de ees almables

Sager oe 7 ? ie:

Elle leur en effet te
A DE ARABS BO 0. f
en Hou ef, ‘de Se

DHS TRUANDB».

LE FILS DE TARARS BOUL
BA, tiré du yoman, de Nicolas
GOGOL est interpréts ‘avec’ brio
par le gran acter. JEAN FRAN

COIs Pi iN.
Tehistols. se situce dans 1'U-
kraine du XVI viele of ln

QUES sous I! de |Ta-
rass BOULBA

tribut au Rol, .de Sogn."
la guerre eves tows ae,

ments. Le fils de ‘Tare rere.

BA est fait prisonmier ay cours
dune nt .et. emmené a
DOUBNO oi il reneontre Nadia.

LE FILS DE TARASS.:BOUL



“ormaivacs

SAMEDI 7, MARS, 1970
SAINT THOMAS DYAQUIN |
xRrX:

COIN DE'X' HUMOUR
UN EXPLOIT

.

— Moi, une fois, j’ai arrété un
train d’une seule main.

-— D’une seule main? Ce n'est
pas possible!

~ Si. J’ai tiré le signal d’alar
me.

xxxx

NI FEU NI FLAMME

Un gendarme vient d’arréter
un automobiliste.

-- Et votre feu Touge?, deman
de -t-il aprés avoir fait le tour
de la voiture.

— J’en ai un, mais il est é -
teint.

— Hl vaudrait mieux que vous
wen ayez pas, et qu’il soit allu-

PAS COUPABLE

La directrice” "de ihdtel fait
une remontrance & une femme .de
chambre:

--. Yous,@tes vraiment trop né-
gligente! Regardez cette poussié
re: elle est IA au moins depuis
six moia!

— Mais alors, madame: Ce
n'est pas moi la fautive. Je ne
trayrille ici que depuis trois mois.

xxxXxX
TROP POLL

Dans une classe, apres la ré-
cente .réforme -des..jméthodes d’en
selgnement. Le prefesseur, qui
vient d’entrer, interpelle un. des
éleves, avec une pointe de repro-
cne;

Eh bien, mon.ami! Quand j’ai
pénétré dans la aalle, tous vos
camarades . se .sont .levés et ont
dit bonjour. Pa oi . étes-vous
le. seul & ne pas. saluer votre .pro
fesseur?

—C’est par palitessc, m’sieur!
On’ m’a toujours dit gu’ll ne faut

an parler avec une cigarette au

ac

~-KEF
MAUVAISE FEMME

Un monsleur, .atupéfait, inter-
nelle son fils, qui est penché a
la grille de ta maison voisine:

— Maia ... Qu’est—ce que tu
fale avec ce ritelier & la main ?

— C’est pour ce sale cabot des
voisins! Il me montre toujours
leg dents ... Alors moi, pour 1'é-
pater, je lui fais voir celles de
grand-mérel

xxx
UN BON CHAUFFARD

Un automobiliste vient d’étre
convgqué chez le commissaire de
police

—Je vais atre obligé de vous
retirer votre permis. Ca fait qua_
tre personnes que vous renversex”
en un mois!

— Pardon, monsieur le Com -
migsaire: trois seulement. T! y en

& une que j'ai renversée deux
fola {
arxrr
BONNE METHODE
La Préfet de police de Paris

recoit celui de Tel-Aviv...
—~ Je trouve que vos policiers
sont trop brutaux! djt l’'Tsraélien.
— Quand i! faut disperser un
attroupement, il cat souvent né-

vessaize de faire usage dela for- * °

ce.

— Male non! Chez nous, mes
hommes se contentent d’enlever
leurs cagques, et SIs ge mettent: a
faire la. quatel

ALA LETTRE

Le juge dinstruction interroge
un’ prévenu:

—-On.wous a-surpris en trgin . >!
de voler . des billets de banque dans .:

* les lettres que regolt votre pa-
“tron, :Aves - vous chee
a. dire, pour votre,

‘aié, m’sieur le

se?
juge







* atine dela. volupts,. avleg du*

‘one BO! erlme,.ot da Ja vengeanca, (Un.
skype, apectacle soxaltant! “Un ceantique
s ries a a ane: wove. Gomope oo ie convoltise ‘pollue
un film 00° pétrlotione rotis oq a jpureld.et ob. lo passion rend:

au ‘ des. Agoeuts.unconous!

IN’
le BAMEDI 4 oo 1970 & 7: hen

res. et, & 9
Entrée $ 1,0 par -Voiture ~~

‘xxx

Dimanche §.Mars,& 7 bh, at -9. bh.

Juey dex -chasapions.des:.wes -

tern italiens Foegpando SANGHO

et b Lang JEP JBPFRIES nous ..aont
dans :

REQUIEM eM POUR GRINGO

Ce. fim brutal : Bi ection bien
mehéo, nous montre un Gringo
super sharp shooter, ‘tdrant pro-
fit de toutes les aitaations.; Est-ce
yourquo!’on Ya surnommé le Ma-

giclen.

Le frére de Gringo est. mart —
dans des circonstances. mal- défi- -
ules, Tl _deyait se battre en..duel.
vrour se .défeudre,. il trouve: son

revolver sans alles. D'od le:ser-

ment de. Gringo..d’éliininer seul
la. bande ayant: commis ce. crime.
Car, son-frare a été assassiné.

Le réalisatour de, cet .excellant
western Rous motre. un:Fernan-
do SANCHO. .tour a.tour:amou -
1eux, temdre et: bafoudé, cruel et
lighe. .

Le ténébreux .vengeur nous. ap
parait, apus.jes traits dunt Lang
GBFFERLES n’ayant .qu’une.chose

en téte: Tenir. serment,
Femi B BI, cette -ravis-
sante aventuriére .nous apporte

sa touche réminine a ce film vi-
ril,
REQUIEM POUR GRINGO
passera sur.les écrana du DRI
VE IN CINE DE. DELMAS le
Dimanche 8 Mars 1970. & 7 heu-
res et 9 heures.
Entrée : $-1.00 par voiture

i
,EXEX

Dimanche 8.-:Mars
a 6 hres, 7hres, et 9 hres,
La Direction de cette Salie
présente avec fierté
En: Premiére vision
LA DIABLESSE
Voici le: drume: Je’ plus puis -
sant le plus cruel porté @ l’écran,
et qui-a recueilli les suffrages
de coutes les’ grandes capitales
du monde! Brillammenft interpré
1é par une grande vedette, ce
film -attachant, “passionnant méle
‘drame, émotion et




° ADEA, 88)

Un grand ‘chef - d'oeuvre, Vhis
teire d’une mére qui tue, trahit
sans pitié’ pour que son enfant
ne cogneigse dans la vie les dé-
voixes.de existence qu’ellc a me-

néel
LA DIABLESSE
Un film a une histoire bou
leveysante, pleine de fureur, un
sujet d'une profusion éclatante
ot Je bonheur est une illusion 1a
che qui essule vainement de ru-
ser avec lea lois de la vie!
LA DIABLESSE-
Une oeuvre diabolique, un dre
me ecrscl qui souléve dee émo -

tions!
LA DIABLESSE

Le apectacle de Vannée! Une
superproduction incomparable de
puissance et d’intensité drama-
tiquel!

Votre Rendez -voua est & EL-
DORADO», le dimanche 8 Mars
A 5 hres. 7 heures et 9 heures.
Wntrée Gdes 2.60 et 4.00

De Luxe -Aute-Ciné
Wimanche 43 Mars

a 7 heures et 9 heures
Un -drame d’amour d’une essen

ce énivrante. "

L'ADORABLE CORPS
DE DEBORAH
En cinémascope couleurs '
avec : Carole Baker —- Jean SO
REL — Georges HILION

Une cantate & ‘la volupté en--|

-tonnée par le crime et la cupi-
dité...

reintantes et sordides

Une superproduction. impres -
sionnante tissée de remous pas-
slonnels | Bo. a déroulant douloureu-
Bement, sutour de }’aderable | GOEDE
de Cardio: BAKER, un podmeide ‘
chair dont la beauté et l'immense
fortune exicitent .les convoitises
Jes plus diahpliques.

Un drame bouleversant oi. Jes

intéréts les plus sordides, pies

nent un vigage d’enfer, engen.--
drent les crimes les plus horrible. ©
Une oeuvre opaque et ‘amére

qui laissera sur votre fime com-
me une odeur’ sulfureuse.
Une production tragi
lante de sensualité,
poésie impure, orfévrée. sur ‘le_





yaa, 40s


















t Crest tui. qui m’avait dit ae dé. ‘NINE

i i pouiller son couxrier!








Samm q MARS 1970
CHEN
Rue Dr...





















heiiee ayn aepere tk de Hong - K

ceed

Une exp.osion de passions 6 ~ *

, ruti- ©
de

4, gl

i pan ip dange

ett, ‘qsarait dire non Av: apec-
gusal onvouiant ot rier un
gala “d'une essence ausai, akoep
tonnelle, - “
Entrfe % 0.00) par pernuane

NXXK Poa af

| SMAGIC-CINE “

Dimanche i MAGIC CINE
~ Balle Climatisee
3 hres, 6 hres, 7 hres et 9 hres.
2‘ PROUTE- LA VILLE
* EST: COUPABLE
+ (Johnny RENO)
‘Ginémascope - Technicolor
avec: Dana ANDREWS, Jane

RUSSEL, Lon CHANEY... John -

AGAR ‘etc.
Toute fa ville est coupable. est
un western 4 la Lechaigue solide

_ ot bken-charpentée,

C'est une histoire mouvementée
qui,amet en présence le chef de
ja police de la ville de Stone Junc
tion deux personnages recherchés
pour eriine et toute {a populace

- de ja ville y compris le maire. Is

tentent. de lyncher les deux hom-
mes. Le sheriff dans sn sajesse,
refuse de livrer les ‘prisonnters et
exige, lui, qu’ils soient menég. a
KANSAS CITY procés en regle. lis protestent “de
leur. Innocence.

Devant la ‘popilake. ar en furie
que fera le Shériff,’ La. véxitable
coupable sera-t-il découvert.’ “Au -
tant de questions, qui donnent i
ce film un cnsemble spectaculai-
re, et. prenant. Les bagarres trés
fréquentes; 4ont violentes...Ellos
sont menées avec un bon sens du
mouvement. Les poursuites ajou-
lent A l’émotion du spectateur. A
noter Ie retour A l’écran, dans
cette production, de plusieurs an-
ciennes vedettes du western; Ri -
chard ARLEN et Janice RUSSEL,
qu'il est curieux et vlaisant de
revoir.
3.heurcs Gdes. 1.50 et 2.50
5 hres, 7 neures, et 9 teures
Udes 2.00 et 3.00

x xxx

CAPITOL

CAPITOL prend plaisir 4 pré
senter

Liimanche 8 Marg
a 5 hres, 7 hres, et ¥ hres P..M.
Liineomparable Guiliano GEMMA
qu’entourent Jacques SERNAS
et 5. DAUMIER . ‘dans
RINGO NE PARDONNE PAS
Un super western *qui, ne fait
pas de cadeau comme le Te Art
n’en avait fpas prpduit depuis
longtemps. Oeuvre puissante, mé-
lant violence, sensibilité émotlon
avec toute la maitrise du grand
metteur en scéne Calvin J. PA -
GET,
RINGO NE PARDONNE PAS
Ringo, c’est Guiliano GEMMA,
solide, audacicux, convaincant,
menant en diable J’action de ce
western hors-série!
RINGO NE PARDONNE PAS
Un film impitoyable, un véri-
table volean en ¢ruption! Le style
volontairement réaliste ajoute a
la puissauce de Voeuvre qui se
classe d’emblée parmi les meilleu
res de CALVI

RINGO NE PARDONNE PAS

Un western baigné de violence
ott le colt dicte la loi et Guiliano
GEMMA donne toute la mesure
dc son talent dans Vincarngtion
_d’un personnage qui unit violen-

ce, héroisme et volonté.

“Ce sera votre prochain rendez-
vous avec le western le plus fort
‘de la saison!
Entrée Gdrs

t

2.00,et 4.00

x



it anche 8 mara
-&-B hres reset 9 hres
TRAFIC DANS LA TERREUR
- En technicolor
“avec Jagk PALANCE — Fernan
do -LAMAS aie, RAY et un
. Ai dy. JULO *

Is



















Surety métta aux prises
choc fracassant des tra
ante de charges explosives et
zimpltoyable organisation de
uigsants et redouta-

lutte d'un ‘archarnement
My oes “combats d’une
rhiscible!.2 Des bagarres
saisissantes. entre des forces “en

afal.. Un., suspense oppres : -

sintaine ‘DANS LA TERREUR

*xafic. d'explosifa qui vous

Ong -

a une ayenture pession
ot 1a rr





Dimanche. 8
a6, bres hes. at 8 bees Pp. x,
La sélection ¢ des; chefs - d’au-
yre, i le Axt it. avec
suceta: au ine” PARAMOUNT
yee. yne superproduction rude; et.
trangcendanie;. ©
. LAsBRIGADE: DU. DIABLE :
-(Bn.cinémascope couleurs)

: yavec: William: Holden, ClifteRo- —~
berson;: Vince: Edwards! Dana’ An .
Rennid, ep.

drews,.. Mik:

Une fresque: -gublime out: des ‘hi
ros ‘indomptables ‘écrivent «avec _
leur sang, 'l'Héroisme en. majuscu
te de: feu, au cours de la: ‘fameu-
se -cam; ditalie! .

LA-BRIGADIDU DIABLE.
Une épopée- pat étique, : ‘d'une sau
vage grandeur, 0a Vhéroisme s'il
lumine de courage, d'audace, -de
témérité et de. bravoure! .

Une brigade composée-de:-sol-
dats Américains et Canadiens,
les uns des ‘tétes chaudes, - des
enragés de la violence, et les au-
tres des soldats disciplinés, for-
més par le rigorisme des métho-
dey anglaives W#affrontent entre
eux- dans des chocs Viclenta din-
compréhension }

Cette mame brigade, lancée fa-

rouchement contre l’ennemi. com-
mun, mais “animée du désir de
vaincre, se montrera au fort de
la bataille, unie par les liens
ides de la camaradeite at de
mitié!

LA BRIGADE DU DIABLE |! -
Une nature. hostile. deg. éléments
déchainés, des ennemis ‘implaca-
bles, composent In toile’“de fond
de ce décor d'enfre, of, deux ba-
talons d’hommes d@airain dé. =
ploient une énergie surhumaine
pour forger Jn victoire!

La plus belle page de Vhiatoire
de-la témérite humaine. vécue
pur des héros impuavides:

xxx

AIRPORT CINE

Le: Meilleur «Plein Air» des An-
tilles
présente en preniiéme vision — et
en méme temps que toutes les ca
pitales de l'Europe et de )’Asie
Dimanche 8 Mars .
a 6 hres 80 et 8 hres.30
La toute derniére production
et la plus passionuante réalisa -
tion du cinéma Japonais.
LES MONSTRES ATTAQUENT
Cette prestigieuse production
en Scope-couleurs présentée par
sa «Compagnie Parisienne de
Filmga dont le réalisme dépasse
l'imagination est la plus haute
expression de la technique de la
mise en scéne ct remplira d’sise
les fanatiques du Cinéma - Fic-
tion et les publics de tous ages!
LES MONSTRES ATTAQUENT
Formidable! Irrésistible | In-
croyable, voici incomparable ac-
teur japonais Kojiro Honge dans
un rdle éérasant et la ravigssante
Kioko Enami qui emporte le spec
tacle dans un torrent d’exploits!
LES MONSTRES ATTAQUENT
Une oeuvre d’une intensité dra
matiqne bouleversante! Vous beu
glerez d'émotion & «LES MONS
TRES ATTAQUENT> une oeu-
vre maitresse du cinéma japo -
nais, Ia meilieure du genre de
toute Vhistoire du Te Art.
LES MONSTRES ATTAQUENT
De l'émotion, du suspense, de
Vangoisse, de faventure, du dra
mo; Le rendez - vous de Shigeo
Tanaka, le metteur en scdne hors
ligne du cinéma japonais { Le
film que vous n'uublierez jamais!
Ce film ne peut &tre comparé
A aucun du méme genre déja pro
weté en Haiti.
Venez, vous jugerez et
émerveillé!
Entrée Gdes 2.00 et 2.50
N. B-~— —Ce film ne sera pro
jeté dans aucun Drive In de la
capitale.

serez

x

x

AU REX THEATRE



éeux qui veulent se mettre au fra

yers de l’opération
TRAFIC DANS LA TERREUR
# Un trafic dangegreux au cottrs
Ququel les titans du risque font
Mordre la poussiére 4 leurs ad-
versaires...
. Un espionnage envofitant qui
impose eux spectateurs angois-
sés Gn suspense suffocant.
TRAFIC DANS LA TERREUR
Une intrigue houleuse- qui vous
ynénera des mystéres de Hong -
Kong aux secrets de Macao. «
2 Des héros inébranlables, des
fechniciens de Ja clandestinité,
ie experts en karaté et en judo

eentuent Tintensité de. cet es- &

onnage aggant.
Faaric os DANS LA TERREUR

done spectacle - tempéte défer- OQ.

fant la violence autour d’un cRar

Ya











Craignat de nouveau edbotagcs d@avions partant a deatina -

tion @isracl, les fonotionnaires de. PAéroport
fowillent les bagages qui vont étre
_vion ae rendant a Tel Aviv.

-de Londrea-
charges a bord d'un a-
‘(Spécial au Nouvelliate)



*

Les. observateurs cnyiais ‘pont frappés de la resemblance du
Prince Charles avec son grand frére, feu le roi Georges VI.




Horaires de la Caravelle
AIR FRANCE

DESTINATIONS













AF 242 —
QUOTIDIEN




AF 243 _
QUOTIDIEN

MIAMI

_—-—_--

PORT-AU-PRINCE

SAN-JUAN




ANTIGUA d 09.05
| a 08.50,
BaINTE d 08.25



FORT!DE-FRANCE

P Petit déjedner - D Diner ou déjeuner - C Collation
Pas de trafic local entre les deux triangles








































_ Pour toutes
les circonstances :

ment de. Nitro - Glycérine, dé- $2
thainant Iq terreur entre des for g® |

es agressives, dans une atmos - B
ta de-bratalité et un décor’ de %

eu et d’exzlosion.
1 Un fi


A Ecole
Sainte Trinité

La emaing dernidre a nes
vons aselsté “® une Delle’ ma
rooréative ofganisde “A aoote
Salute Trinlté: professeurs ot. atd
von e'étalent groupéds autour do
leur Directrice Alster AnneMa-

rlo pour souhalter la blenvenue .

A ln Révérende Marg Marjorie,
Supérieure Générale “de la Con-
tion dea Smure de Ste, Mar
suerlte en vielte on Haiti, Au
cours de cette féte, des plus réus
nivs, des numéros ont 6t4 dxocu-
té. avec brio par les enfants do
Ecole danses = folkloriquos
(djouba, nago, congo) et danses
clussiques (parade dos joucte
danses dea sylphides). . Deux
beaux chants de bienvenue et
d‘au ss revair ont été compowds
pour la atreonstance par l'artiste
bien connu Ti Ga. Cette ma-
nifestation a’est cléturée par le
speech bien tourné de Melle Ja-
ne Elie qui en termes choisis,
mit 'acosnt sur l’@uvre eccom-
plie par la Sm@ur Anne-Marie, la
Directrice. 5
Nous ‘reproduisons un des
passages de eon discours.
<«Malheureusement le séjour do
Mare Marjorie sera de courte
durée mais nous sommes persua-
dés que as visite en Haiti ‘sera
d'un pulesant réconfort pour Bis-
ter Anne-Maria qui oq dépense
tellenteng pour )’épanoulssement
do lcauyre, S! jamais l'histoire
de l’Eeolg Sainte Trinité ost éeri-
te on retiendra que Sour Anne
Marie a beaucoup lutté dans sa
sphére pour que dans un cadre:
attrayane et confortable, le pe-
tit écolier haitien trouve a la fois
une bonne éducation physique,
morale et une bonne prépara-
tion olassique, tout cela pour le
plus grand bien de notre pays ei
pour la gloire de Dieu. Sister
Anne-Marie n’a pas enfoul dans
ln terre le talent qui lui a été -
confié...>

â„¢s Un Assbstant.



23 Mal Mars, Récital du
énor Pierre Blain»

a PiInstitut Haitiane-

Américain RE

L'Institut Haitiano‘Ainéricain,
s‘excuse auprés de ses invités du
changement de la date du con-
cert de notre grande vedette In-
ternationale Mr. Pierre Blain.

L'Institut est fier de leur an-
noncer que le talentueux Péerre
Blain offrira son récital de
chants, le lundi 28 Mars A 7 heu-
res 80 P.M., dans son Audito-
rium.

Les cartes d’invitation
Mars demeurent valables.

Cordiale Bienvenue.

SL

DIFFICULTES DANS LES
PREPARATIFS
DU SOMMET
MAND

BONN (AFP)

M. Conrad Ahlers a indiqué
vendredi que la principale diff.eul
ts dans les conversations techni
‘ques entre la R. F. A eta ROA
sur la préparation de la rencon
tre Brandt/Stoph es; la question
de l'itinératre que suivra le Chan
celier a )'aller et au retour.

Le Secrétalre d‘'Etat a l'infor-
mation a précisé qu'il ex:ste en
core d’autres points: Htigieux,
mais quo L'itinérsire constitue le
principal. ‘




du 13

INTERALLE



STENDHAL

PRODUITS DE BEAUTE FRANCAIS

LITTLE EUROPE

PORT-AU-PRINCE
VOTRE DEMONSTRATRICE EST LA

POUR TOUS
JEUDI 12
MERCRED! 11
LUNDI 9





«Laem tonnes d'eau, gui, A chas
que averse, ruent sur la chaussbe
‘ pétonnée de “VAvadue Hallé 36-
inst ont @étériard lo au,
uf, do Prédailler menaient lee =-
at vera lo Oée-fonds Robert
oy bas-foud | Drouillard, sur Ja
wr route nationale No. 1.
Nowa avons ou A algualer I‘abeon-
ee de drain tte long de l'Ave
anus Hallé janalé of on travers
do cetee. volo, A l'Est de laquella
lea catx pluviates sdjournaiont
on soinaines apris |'avorec.

Lo Département des Travaux
Publica a dQ ouverir = d’urgence
cette semaine un chantier d‘1m-
portance & Prédailler pour cons-
truire tm pont: de pris de troix
métres d'ouverture afin d’nssu-
rer le passage des asux, La ravi
ne de Prdaitfer ost aussi dlar
gte en cet ondroit, mais les tria-
‘VAUX @approfondissement de-
vron, &tre poursuivis Jusqu’éA la

mee.

Trols ou quatre autres pon-
COBUX w#erony, oncore nécessaires
pour assurer I’évacwation de tou
tes les emux de ruissellement qui

dévalent de Delmas, de Prédail-
ler afin de les her de cou
vrir la chauseéé be de lA

venue Hallé Sélasaié, au moment
des fortes averses.

sera complété le magni
fique travail d’urbanisme réalisé,
il y a trois ans , par la volonté
de 8. E. le Préedent a Vie de la
R&publique, le Dr. Frangols DU
VALIER. .

Luci Johnson Nugent, accom-

pagnée de Patrick Lyndon Nu-
gent, au moment rer @
UHoépital «General Broke» de

San Antonio, Texas pour visi-
ter son péere l'ex-Président
Lyndon B. Johnson,
hospitalisé.

qui y est

CARNET SOCIAL

Demain dimanche 8 Mars ra-
méne J’anniversaire de naissance
de M. André B. Alfred fidéle lec
leur de notre Journal

Nous en prenons occasion pour
lui souhaiter du succes, une san-
t6 toujours robuste et une lenguc
vie.

Heureux anniversaire | André!



CONSEILS.
VENDREDI
SAMEDT 14

13 Son



Nixon juatitle le f
politics que | des uot

USA\ Ha Bios (AFP)
(DE KRANOIS LARA)

Lo Président Nixon, inquilet
do In déclaration de Is situation
militnire au: Laos, des sucols rem
portéa dana: ta Piathe dos Jarrea
par les forcen communistes ot de
V’6motion considérable suscitbe au
U:-&.A notamment au: congrds,
par le secret dont est entours I'en
goment militalre des Etats

nia au Laos, a décidé de faire
une mise au point aur la position
da son administration.

De sa Villa de Key Biscayne
en Flovide od f passe un Jong
week-end en compagnio du princi
pal artisan de sa politique Stran
gére, le Dr. Henry Wissenger, le

Chet de l’Exécutif Américain a
fait remettre A la-Presse un do-
cument, trés volumineux dant le
quel il j Ba politique lao-
tienne et répéte qu'il n'y a pas de
les opérations militaires.

Toutefois aviation américal
ne est intervenue & de trés nom
breuses reprises pour tenter d’ar
réter, par bombardemen; infil-
tration sans cesse croissante de
troupes et de matériel militaire
Nord - Vietnamiens empruntant
la fameuse piste Ho Chi. Minh,
Aucun élémen; nouveau, de ce cb
té, puisque tout leo monde savait
depuis fort longtemps que YAir
Force pilonnait les artéres ‘vita-
les au Laos avee l'accord du Gou
vernement Royal.

Cos bombardements de satu-

ration sont-ils affectués par les
Octo-Réacteurs B-52, basés A
Guam et en Thailande? M Nixon
ne le précise pas, mais la dispari
tion da ces strato-fortoresses du
ciel du SudVietnamien semble
bien indiquer que ia mission diffi

cile de couper la piste Ho Chi Minh

een
Pour une «Journée

des malades»

Une petite indiscrétion nous a
permis de savoir que lea dames
du Mouvement Haitien des Mé-
res inaugurent cette année : LA
IOURNEE DES MALADES.

Cette journée nous a-t-on dit
a ls Direction du M. H. M. ot
nous a poussé notre curiosité pro
met d’étre un succés.

Nous voulons, a dit la gentille
dame qui noue a regus nous a-
dresser au coeur de la jeunesse...
Nous avons trop longtemps par-
1é seulement a son esprit.

Comprendre les malades mé-
me un seul jour, les aimer un
tout petit peu, les gfter méme,
niest-ce pas exaltant?... Tl faut
que notre jeunesse sache s’arré-
ter pour, méditer sur Ja douleur..
le malheur..

Voila pourquoi
rons cette féte..

Nous demanderons A ceux qui
sont chargés des jenues, ‘de les
pousser & exalter ce deuxiéme
dimanche du mois d’Avril, le cul-
te df aux. malades.

Combien les pauvres déshéri-
tés seront he uretu x de
recevoir et jour - la, une
visite, un présent, une humble
fleur, symbole d'une pensée vi-
vante... Nous pensons que toute
Ja famille haitienne se joindra A
nous & cette occasion.

Nous avons été heurux de. cet-
te visite au Mouvement Haitien
des Mares.

Le dernier Visiteur.

nous inaugu-

Apprenez
Panglais
ou Pespagnol

en utilisant le systéme audio
visuel.

Institut de langues vivan
tes 179, Lalue, en face de la
Ruelle Dufort, local dy Collé
ge Classique d’Haiti.

Inscriptions :
Lundi et Mereredi
de 6 ha 7h. pm,



=

College international
Ges hirurgiens . —

La Section Haitienneidn > Colla :
ge avise les confrdtes que Ba réa
nion annuelle aurd leu
eredi 13, jeudi 14.et ven
Mai 1970 au -Centre Medica). 27,

Chemin des Dalles,” “dés 8 heures 1

a.m.
Les confrares,. membree ou non








du Collage International sont in-
vités~ & “presenta ‘leurs travaux
et .A igus “faire:-connaitre leurs
sujeta entre le 20 et.le.80 Avril
Ceux’ aul ne pourront pas &tre
_, Snvoyer leurs
un

fravanx 9 a ear choix.
Constant PIERRE-LOUIS
Secrétaire.

MAIS - OUI

SALON DE COIFFURE -
MIXTE
& la Rue du ‘Dr. Aubry

No. 149
















Repassage
‘Lissage
Mise en plis

Coupe

«Tiagse,

Coiffure

Lavage des cheveux

) Manictire

Pédicure

Préparation des Perruques
} Coupe des Perruques _
-Nettoyage. des soullers



‘kit VER @a magasia

ae Fouad a. huivurra
et au «Continenta.»



























moindre déclaration «

violente, Par contre, {i
rappeler aux deux Co-
de la Conférence de. Ger
"0 RSS on a
lea Trexpons: ut deur
bent. MM. Kossy, a

M. Nixon. a”
vernement d’Hant
mont res}
taire au Laos,

Pour le Gouvernement’ dé:
hington, qui pendant trés long-
temps a &t trop discret sur ses
activités { militaires au Laos of
au a 6té sévérement blanié par
la Presse, par le Congrés etpir
une bonne parole de l’opinion pu
blique américalne, les Etate-Lnis
ont toujours eu Vintention de’ res

pecter les accords de a.
Male dans les milieux comets
on ne manque pas de dire qié ver
taines décisions doivent atre
prises lorsqu’eliles intéressenf de
la Défense do Sud-Vietnam. /?

Ie te

x xXx: sy
»

Le 11 Avril,
lancement de
la Mission -
Apello-XIII

Par Charles Kk. SCROTH’
Rédacteur Scientifique A VIPS
WASHINGTON (IPS)

A bord des vaisseaux spatiaux
«Aquarius» et «Auriga? qui, tous
deux, portent le nom d’une cohs-
tellation, les astronautes dela
mission américaine Apollo/13
iront, le mois prochain, sur ‘‘la
lune en vue d’explorer un _— site
mystérieux et anfrretueux situé
dans lesvallonnements des monta
gnes. lunaires.

Tandis qu’a bord du module
lunaire «Aquarius» ies astronau
tes James Lovell ei Fred Haise
descendront sur la lune afin d’ex
plorer le Hew situé dans la for-
mation du Fra Mauro, leur col-
légue Thomas Mattingly, resté
seul dans le module de comman-
de «Auriga», sera en orbite ail-
tour de la lune.

Le Fra Mauro est si diftérent
jes liewx antérieurs d’alunissaze
qu’un conse’! des plus grands
scientistes américains a demandé
qu'une stricte quarantaine soit
imposée aux astronautes ainsi
qu’aux échantillons lunaires qu “ils
repporteront de leur mission.

En dépit da la trés infinie
possibilité de trouver aucune for
me de. vie sur la lune, ces scien-,
listes ont déclaré que cette ré-
gion est pour eux de |’cinconnu»
et que la vie sur terre ne de-
vrait @tre soumise A aucun ris-
que de contamination, si petit
puisse-t-it étre.

Le lancement de la mission A-
pollo-13, la troisiéme mission tn-
naire du genre humain, est pré-
vu pour le 11 avril prochain A 2
2h 13 p.m.— heure d’Haiti. Les
deux explorateurs lunaires, Lo-
vell et Haise alunirom le 15 a-
vril et sjourneront 38,5 heures
sur le sol lumairc. Au cours de
deux marches durant chacune
cing heures, ils y installoront une
station scientifique A puissance
atomiqne.

Selon M. Lee, le Fra Mauro
‘at une montaene avant nrob4-
Wiement cent kilométres de pro-
fondeur. Toujours d’anréa Ice
scientistes, elle est Auée d’envi-

von 5.000 inillions d’années corn-
varé aux 4500 millions de la
Mor de la Tranquillité et aus

75 milous de POrcan dea Tem-
citer nrécédemment exnlorés par
deg ostronautes

amérienins.

> et avee la.

nsable cencela ili

AU CAPITOL

A partir du Dimanche 8 Mars\1970
oo as Hres, 7 Hres et 9 Hres

Cee _UN WESTERN EXPLOSIF

1 bee : - GUILTANO GEMMA
participation de




il oars A ety ee a Haire.
x6 la méme pergonnalité qui a é-
galoment affirmé que le Gouver-,
nement ne formait: aucun. projet’
d’augmenter le nombre dei améri
‘cains,. militaires ou: civils,: au

xex

En faveur des pays

en Vole

Développement

WASHINGTON (IPS) --

Le délégué des Etats-Unis au
Conseil Economique. et Social des
Nations. Unies, 1/Ambassadeur
Glenn A. Olds, a‘recommandé au
Congréa de prendre plusieurs me
sures pour combler le fossé ex.s-
tant dans le domaine du dévelop
poment entre lea pays industriali
és ais et ceux en voie de développe

a lds a affirmé gue. cette ac
tion .contribueradt & ccréer les
conditions favorables A la. paix>.
«En outres, a-t-il ajouté, viendrait appuyer le dernier rap
port sur la politique re du
Président Nixon qui préconise
une plas grande assistance multi
latérale et la promotion du déve
loppement économique et social.»

L’Ampbassadeur ‘Olds a exposé
seg vues. Ya semaine derniéra, de
vant une Sous-Commission des

Affaires Etrafgéres de la Cham
bre des Représentants qui pour-
Bwit ses débats en liaison avec le

25@me anniversaire des Nations
Unies. .
Les mesures suivantes, a-t-il

souligné, devraien; figurer par-
mi celles que le Congrés doit
prendre et qui s’averent , Gre
d’une importance: 5, pour
combler ie fossé existant ‘dans le
domaine du développement entre
les pays industrialisés et ceux en
voie de développement.

—réaffirmer la nécessité d’af-
fecter un pour cent du produit
national brut 4 Vassistance au
Tiers«Monde. A l’heure actuelle,
la proportion allouée représente
le tiers de ee pourcentage;

—Assurer la disponibilité de
la main d’oeuvre pour le. dévelop
pement en appuyan, le program-
me du service civil. ional
et la créaton d’universités dés Na
tions Unies don; les possibilités
de réalisaton sont actuellement a
Yétude;

—Renforcer le Département
d’Etat et la mission des Etats-U
nis auprés de l’O N U afin de
coordonner la participation améri
caine au programme de dévelop-
pement de l’Organisation Interna
tionale;

— Augmenter les ecrédits af-
fectes au programme d’aide mul
tilatérale ;

BRecommander de nouvelles
formes d’association des secteurs
public et privé pour |’investisse-
ment et Passistance technique 4
Vétrange”; r

— Appuyer une politique com
merciale favorisant l’accélératon
du développement des pays du
Tiers-Monde;

— Encourager l’exploration de
nouvelles sources de financement
du. développement dans le cadre
des: -Nations > Unies?) :

— Assurer uns représentation
américaine mieux qualiffée au
sein des organismes spécialisés
de l'ON U.















































Ton», (1879). ; :donne. du, -mot.
ae mation h svallee repos dan.
nelle;

ae

ae ac oe
Maire

. Millay, * et. «Lou J



















ranco A lay i eae

dolide, calme hae raison’
“eal” du eens at Pe AY
. wae)

bah ore ae "9 ;
sens de csommet, plat . diune'h

que explige que “ «Le. Pomp!
soit, devenu un no} Meu, -quée
ion ‘rencontre dans le ‘sud - © ovest,
du Massif Central,
lier dans leg” départeme ents’ du
Lol, de ‘la Corréze, “de. Lidabre
et de V’Aveyron : «Le Pompidou»
est ‘ure ferme dela commune ‘de
Ponpiddu>'” “est
un mas ‘const ‘sur un replat
aitné sur ‘une. croupe , qui sabais
se peu & pew du haut “de ‘Larzac
pour’ s’enfoncer ensuite brusque-
ment dang: jes gorges de La’ Dour

“Mais li exidte titie autre. éty-
mologie, et c'est celle que le Pré
sident- préfére. - langue d’oe,
«pompidou> signifie: va comme Je verte ... Ce serait
hie-alors un nom , prédeatiné
pour "homme aul a connu une Bi
f ulgyrante earriére, politioves”

(France - Amériqu

Grande. date
a retenir :
Dimanche 29: mars.

1970

Tirage a Télé-Haiti & 2 h. P. M.
de la Ratle organisée par les étu
ciants de YIHECE au profit de
0 bibliothéque de la Fondation
ae l'Institut des Hautes Etudes
Commerciales et Evonomiques.

Jer lot: un billet d’avion aller-
retour Port-au-Prince Mexico, et
$ 200.00 d’argent de poche, tour-
noi intrenational de football).

2e lot: un appareil de radio
Transistor.

Prix du billet $ 1.00

N.B.—Les billets sont en vente
au local de l'Institut des Hautes
Etudes Commerciales et Econo-
miques, Champ de Mars No. 81.
Port-au-Prince.



Déces de Mme '
Euneope Altémany

Les Pomipes Funabres Paret
Pierre Lowls vous annoncent le
décés de Mme EUNOPE ALTE-
MANY survenu vendredi & midi

a VAvenue du Travail. -

A ses enfants :,Mme Léone Da
bady Mme Kernélie Dabady —
Mr, Emilio Dabady — & ses pe-
tits enfants : Mr. et Mme Geor-
ges Dabady — Mme Denise Beau
liexw — Mme Luce Beaulieu —
Mile Raymondg Beaulieu — Mlle
Danialle Dabady — Mr. et Mme
Fritz Beaulieu — MM. Gérard
et Yrvel Beaulieu — Mr. et Mme
Eddy Dabady — Mme Vve Pier-
rot Gourdet.

A tous ses arriéres-petits en-
fants MM. Pierre - Louis et Le
Nouvelliste présentent leurs res-
pectueuses condoléances. Les obsé
ques de la regrettée défunte au-
ront lieu lundi aprés- midi a 4
4 hres en |’Eglige du Sacré-Coeur
de Turgeau. Le convoi partira
du Salon Funéraire de !‘Entre-
prise.

xxX

Mort de Félix
Philantrope

De Jérémie, nous avons = recu
ia nouvelle de la mort de Maitre
Felix Philantrope.

Nous adzessons er cctte triste
circonstance nos sinceres condo-
léances A sa fille Mme Vve Jo-
seph Laroche, née Roselyne Philan

trope, ses fils Gérard et Mme
née Vulére Mare Antoine, Julie
Nephtaly, Yanick, 4 ses petits

enfants : Reginald, Yvane, Bri-
gitte, Camille, & son frére Marc
Philantropc, & sun oncle Jules,
Mare et Mme Vve RENE
Hhilantrope, & ses neveux et nié
ces : Soeur Anne de la Sagesse
née Léonide Joseph, soeur Ludo
vic de la Sagesse née Ludovic
Marc, Sr Marie Martine née Pau
ja Millet, au Dr et Mme Julien
Joseph et enfants, A Mme Frédé
rique Joseph, Vve Enigtne Marc
et familly. M. et Mme ‘Parnel

Marc et faiaitle, Me Maurice Jo |

seph et famille, aux famfiles La
roche, Philentro Mare, Josevh,
Millct, Ganthier, Laurent, Médor
et a tous les parems affectés par

deuil, Les. funérailles ont été

chantées @ l’'Eglise St Louis de

Jérémie.



at adna mapa eODPOY
AU MONDE CHIC

Saisit toujours l'heureuse
occasion, celle ‘d’‘annoncer a
sa prestigieuse clientéle |’ar-
rivée des articles suivants:
tissus francais pour robes,
broderie, batiste, linon, opal, .
‘tolle de fl 'unie et imprimée,
tergal; toile de-fil & drap ste.
sans oublier des pyjamas
pour enfants, oreillers, et
draps de toutes les dimen-
sions.

Bo Be cleat auphttin: da ‘vous
‘Diparler ‘de: teat. sorifettions et
arvicles, pour BBEBES.

Pas de- jolt: bébé
a‘habtite Bas: AT .
AU MONDE ‘CHIC

da”

Mogasin de 1’Etat

s'il ne



2 “ewe et Cultarelle . «ALAC,
' dée le

VO
blanche
; co da la Premiare :



“en particu- .

Ur Awsoetattens” “Lite



80 Nor
Simone ‘Open
nt. mardier id't

Vanniversairg ‘det

: Of




& -le Révolution Sie
'Ovide DUVALEEE LC. cfoit

nte et Distinguée Epouse

at Ghat Supréme & Vie de la

ue A occasion de cg nou

eau. printempe, qu’Elle comptera
prochain.

is Ag Mars
“daxrathe .- pied
vrande f8te de Reconnaissance

Nationale,

ALAC en prend occasion pour
inviter d'une fagon toute sapécia-

Te les amis du Gouvernement aux

manifestations propriées = vi-
sant & donner un lat’ sans pré-
eédent & la Commémoration. de
cette’ date faste qu'il veut inscri-
re en lettres d’or dans les anna-
les de la Nouvelle Haiti du Doc-
teur Frangois DUVALIER, le
Rénovateur. Pupulations des neufs
Départements Géographiques du
pays, captez LA VOIX DE LA
REVOLUTION DUVALIERIS-
TE> le jeadi 19 Mars dés 7 hres.
A.M. En vue d’entendre notre é-
migsino du jour,

Pour le Comité Exécutif
Lyney JN-CHARLES

Pierre - Paul PHILIPPEAUX
‘ Secrétaire Général
Michel BRUTUS

Administrateur
Véronique ANTOINE
riare

Jean-Claude SANON
-Directeur - Technique.



9eme Journée
Mondiale du Théadtre

Le Centre Haitien du Théftre
(Centre Associé de l'Institut In-
ternational du Théatre) prend
plaisir & annoncer que le 27
Mars 1970 sera célébrée dang le
monde la 9éme Journée Mondia-
le du Théatre.

L’auteur du message interna-
tional est Me. CHOSTAKO-
VITCH, le célébre compositeur.

Ce message, déja parvenu a
notre Ventre, sera publé et diffu
sé dans la s@maine du 16 au 20
Mara.

Nous nous permettons de rap-
peler le théme de travail de cet-

te journée.

«Des rapporte étroits doiven!
étre créés entre le Théatre et les
établissements scolaires, depuis
l'enfance jasqu’A 1’Université.
Le Thé&tre doit s’enseigner, non
seulement comme une littératu-
re mais avant tout comme une
matiare vivante>.

Tout un chacun doit aussi a-
voir pour le THEATRE, une pen
s6e toute spéciale... le THEA-
TRE considéré comme _ instru-
ment de compréhension mutuelle
et de paix.

GERARD RESIL
Président du Centre Haitien
u THEATRE
Aasocié de 1’(UNESCO)>



ELDORADO

Présente













= Ol a fF
mand

ae Ponta. Ih. .
* cdaporanes, Paria, 1 Aan
“ ¢Les Hauts-Ponts. IV, La mo ~
nale de plomb», Paris, Gallimard,


limard, 1
Qui oat la Rocque?», Paris,
Flammarion, 1936,

Jacques de “Lacretelle A l’'Acadé-
mie francaise et réponse de M.
Avel Hermants, Panis, Gallimard, -
1
eMorcesux -‘ choists»;. Priface
d’Andr6é Maurois. Paris, | Galli-
mard, 1638. —~

«Croisidres en eaux troubles»,
Carneta de voyage. Paris, Galli
mard, 1989.

«Le Canada entre en guerres,
Choses -vues. (Coll. Ici France).
Paris, Flammarion, 1940.

«U’heure qui changes, Gere-
ve, Editions du Milieu du monde,
1941.

tano’s. 1945. .

cIdées dans un chapcaur, Mo-
naco, Editions du Rocher, 1946. -

«Le pour et le contre».
man, Gendtve, Editions du Milieu
du monde, 1946.

«Deux coours simples».
man, Paris, GaMtimard, 19653.


Ro

quatre actes. Paris, Galliriard,
1958.
. Présentation de Jac-

ques do Lacretelle, Photos de
Jacques Boulas.: Notices histori-
ques et archéoclogiques de Geor
ges Monnarché (Albume des Gail
des bleus), Paris, Hachette, 1958.

«Les maitres et les amis». E-
tudes et souvenirs littéraires. Na
mur-Paris, Wesmael Charlier
1969.

cLe tiroir secret», (Coll. les E
crivains juges de leurs oeuvres).
Namur — Paris, Wesmaed —
Charlier, 1961.

‘cDiscours de réception de M.
René Clair et réponse de M. Jac .
ques det Lacretelle>, Paris, Galli
mard, 196:

ok cthologie de iettres d’a-
mours: 38
I, cLa galerie des amants>, Pa
ris, Libraire académique Perrip
1963.

TL. eL’amour sur ta placer, Pa-
ris, Librairie académique Perrin |
1964.

«Face 4 Véevénement (Le Figa
ro de 1826 & 1866)», Paris. Ha-
chette, 1966.
ee amen

Messe de Requiem

@anniversaire

Mme Robert L. Denis, M. et
Mme Robert Denis Junior,
Mile Guylen Denis, M. Philipp
Denis, Mile Fabienne Denis in-
vitent les parents et amis 4 #e
joindre ou & s’unir & eux par
leur priére & la messe d'anniver-
waire qui sera dite & 6 hres du
matin en l’Egljse du Sacré-Coeur
lg Samedi 14 Mars pour la mé- -
moire de’ Robert DENIS leur re-
gretté Epoux et Pére:



Offre d’emploi

La maison 7ACQUES A. DU-
FORT & CIE cherche un démar-
cheur de produits pharmaceuti-
ques, de préférence ayant de Vex
périence, des connaipsances de
Vanglais et pharmacien.

Les intéressés voudront bien
se présenter A son sidge social
sis A \'Avenue Somoza, entre 3

h. am. et 6 he p.m. (le samedi
entre 8 et 1 hre.)

UNKANY,

¢

6

4.

f

Dimanche « 5 Hres,7 Hres et 9 Hres

LA DIABLESSE

Une cuvre - maitresse du Cinéma Mexicain.
Admission : Gdes 2.50 et 4.00

N.B.— Ce film ne passera dans aucun Drive-In

de la Capitale.

LTS AIT THIS HTT













_GRAND

























_ artistique de de

OU. TREZ.-





















FSON

Grand Hatel Oloffeon
Présente son spectacle d’hiver
avec une troupe des meilleurs
artistes haitiens :
_chanteurs- et danseurs
Sur chorégraphie et direction














SAMEDI SOIR

_ DINER ET DANSER -
AVEC LES SCHLEUX-SCHLEUX. (

AG Read. Polat Night Club —
AWB. ‘Adatission's' hap -








HOTEL






nds Maitres