Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text



No 3a.002

hoy

Sait Kaiti ate Galata td

Meena

cy

incidences de trois
nouvelles Legislations

En promulguant la nouvelle 1é
gislation sur le Notnriat, le Gou-
vernemont de la République ap-
porte ron coup de plocho d un
autre édifice vermoula : a In loi
de 1919 dont l’anachronisme no-
toire se révélait incompatible 1-
vee la re-structuration économi-
que ct sociale du pays,

Devant Ics indécentes déposses
sions, les aljénations inconsidé-
rées de biens fonciers dont &
talent victines les justiciables
relevant des sections rurales, je
Chef de Etat, exécutant les pro
ineases de sa campagne électora-
le, devait tendre ses bras sécu-
Siers i ces exploités de toujours.
Aussi, les différents ministres de
Jn justice qui se sont succédés,
des 1967 au Conseil du Gouver-
vement se sont-ils évertués & mal
tiplier, a cet effet, les. comniis-
niong d'enquéte et les lettres - cir
cutnires it. l'adresse des Commis-
safres du Gouvernement et Do-
yons des Tr.bunaux civils, Le Mi
matdre Desvaricux, se conformant
aux nouveaux désiderata du Chef
de la Nation, forma, i son tour,
plusieurs commissions spéciales
composées de juristes de la Cour
ct du Parquet en Cassation, de
ja Cour d'Appel de Port-au-Prin
sc et du Barreau, de notabilités
recrutées parmi les arpenteurs
et les Notaires, onfin de Juges
ue Paix de la Capitale.

Apres de lnborieusees delibéra
tions, les Commissaires s’exécute

La Célébration

rent en dépbsant sur ies bureaux
de cae Minigtero les tro.s nou-
veaux instruments juridiques ap
polés A conMitionngr l'exercice de
1a professidn d'Arpenteurs et de
Notaires ex Haiti, la tartfication

des actes jiidiciaires, .

La prombigation de le loi sur
l'Arpentagd et le tarif judiciaire
se signale (léja par ces inciden-
ces heureuges : les dépossessions
violentes s@ raréfient dans les
campagnes {et bourgs de la Répu
blique grade A l'action conjointe
des Chefs |de Parquet et de la
cumnissiot| agraire présidentiel-
le qui tienfent mainforte A Vexé
cution de ja nouvelle legislation,
les plainteg diminuenc prog~essi-
vément deyant les Parqucts et le
Ministére de la Justice, tendance
stricte \ Papplicution du tayif
judiciaire pbservee.

A la faveur de ces premiers
résultats, nouvelle loi sur le No
tariat conmait fe jour, & son tour
ae role. I est a espérer qu’A la
faveur de |ia création d’une véri-
table juridiction notomale ot Jes
droits tant des paysans que des
citadins sont garanlis par des
textes impératifs, les procés dis

pendieux kesseront sutomatique-
ment, la politique de réulariga-
tion des titres de propriété — se
poursuivrg dans un climat d’ar-

dre, l’établisgement du Grand Li-
vre Foncier pourra faciliter aug
mentation| du crédit rural et du
crédit urbain.

de PIndépendance

Nationale a Québec

1005, Chemin St Louis, Qué-
bec, Canada. L’adresse du Con-
sulat Général d’Haiti. Ge Vendre
dt 9 Janvier 1970 il est 18 heu-
res. Le week-end commence et la
réception aussi... Ii s’agit de la
réception qui était offerte pour
célébrer l’anniversaire de 1’Indé-
pendance d’Haiti. A cause de cir
constances dues aux habitudes du
milieu, le Consul Général d’Haiti

4 -Québes si son sporse, Aime -

Musset Pierre-Jéré6me avaient

choisi cetle dute au lieu de la

date officielle du ler Janvier.
Parmi les premiers arrivés,

YHonorable Francois Eugéne Ma-

thieu, Ministre d’Etat aux Finan
ces et a l’Immigration, accompa-
yné de son épouse et représen-
tant le Premier Miaistre du Qué
bec, en vacances a |’étranger.

Environ 206 peraonncs répondi
rent & Vinvitation des é&poux Pier
re-Jéréme, parmi leaquelles des
offictela du Gouvernement = du
Québec, le Corps Consulnire au
complet, des personnalités mili-
taires et religieuses, des représen
tants de la presse et de la télé-
vision, des Membres de ln haute
société de Québec ct des compna-
irlotes.

DD convient de sigaaler la pré-
senee des personnaiilés suivan-
ten: V’'Wonorable Jean Marie Mo-
iin, Ministre d'Etal a 1'Educa-
tion, M. Antonio Dubé, Sous Mi-



Excellente mesure
de lAmbassade
ameéricaine

Un Service Quotidien
d'information:
Avia de U'Ambassade Aiericaine
concernant lea Visas

o Section Consulaire de l’Ain
paaside Américaine établira, a
partir du 2 Février prochain, un
service quotidien d'informations
a intention de tous ceux qui
postulent un visa d’entrée aux
Etatw - Unis. Cette décision est
prise en vue d’accorder un meil-
leur service aux intéressés.

De 7h 30 om. a 11h 00 um.
M. Nesbitt Brown. Aasistant en
Chef’ pour les visas. fournira a
tous ceux qui en feront la deman
de des informations sur les di-
revs types de visas. Naturelle-
ment, les premiers arrivés seront
lon premiera servis et aucun frais
ne sero réclamé.

M. Brown fournira égalément
dex renseignements aux postu-
janis — ou A leurs représentants
— dont les demandes de visas
sont pendantes.

Le Consul américain, M. Tho-

mas Cummings, 4 en outre infor’

mé sur le cot des divers types
de visas :
Visa. temporsire (voyages d’af
faires ou de plaisance) $ 2.00
Visa d’étudiant 28 -dollara
Visa d'immigrant 26 dollars.
(De plus, une valeur de 10 dol
larg sera pergue par le médecin
dans tous les cas of un examen
médical est requia : les étudiants
ae rendant aux Etats Unis pour
la premiére fois et les candidats
& un visa. d’immigrant). ;
Le tarif ci-deseus eat établi
conformément Bux lois sméricai
‘nen et sur une base de-réciproci
té avec. le Gouvernement Haitien.
Aucun autre frais nest réclamé
par YAmbassade Américatne.




nistre de la Justice, M. Guy Fré
gault, Coniniissaire Général de
ian Coopénation avec 1|’Extérieur
au Ministére des Affaires Inter-
gouvérnementales, et’ son éponsc,
M. Maurice Héroux, Directeur
Général des Relations Internatio
nales au (Ministére des Affaires
Intergouvernementales, M. Rom-
“naid Miville - Deschénes, Chef
du Protogole, Mme Pierrette Gre
nierp Stick ay-Proteaole,: MF
Christian! Latortue, Chef de la di
vision des Finances au Ministe-
re de l’Industrie et du Commerce
du Québéc, M. René Dussauet,

Directeuy de Radio - Canada A
Québec, | le Brigadier Général,
Chef d’Etat Major °t -son épouse

Mme B. J. Guimond, le Brigadier
Général, |Commandant du district
Est du Québec et Mme W. A. At
kinson, {le Lieutenant - Colonel
Commanfant de l'Hépital des
Forces Armées du Canada i Qué
bec et Mme L. St Amand.

Avant|de passer au buffet, le
Consul Général d’Haiti trouva
deg ternjes heureux pour souhai-
ter la bienvenue a sas distingués
invités ¢t exalter Vamitié haitia
no - caradienne.

L’Honbrable Frangois Eugéne
Mathieu] en sa qualité de Repré
sentant |du Premier Ministre du
Québec porta un toast au bon-
heur du/ peuple haitien, a la pé-
rennilé |de la Nation Haitienne
et & lajsanté de Son Excellence
le Préstdent A Vie de la Républi
que d’Haiti, le Trés Honorable
Dr Francois Duvalier.

Des }oissons fines et des bou-
ehées dflicieuses contribuerent h
maintenir dans les salons du Con
sulat ufe ambiance de gaieté et
dentrain.

Vers [22 heures les invités com
mencéerdnt & se retirer, empor-
tant le] souvenir dane soirée de
charme| dune soirée trop bréve,
ln soirée de Vamitié haitfano
canadienne.

RUBHIQUE DU THEATRE

La/ Farce de Maistre
Pathelin

Par Jacques LARGE






Agrépble soirée avec les artis-
tes de la Compagnie Jean Goste-
lin qui| nous ont offert un billet
de retdur vers leg rives ensoleil-
Yes dd notre enfaice. :

Premier ‘contact ‘avec ce passé
4 la fdis si proche et si lointain:
La Fohtaine, le délicieux, le dé-
sabueé| le tendre, le cynique La
Fontaine qui est toujours si ter-
riblemdnt actuel que c’en est &
peine ¢royable. La Fontaine qu‘il
faut cpnnaftre, cémprendre .
‘surtout sentir, ce qu'il nous a
&té pogaible de faire “avec les in-
terprétations de Michéle Mende-

lovieci,| Serge Lannes, Jean’ Cot
trell, Claudine Delvwux, Roger
Muni jet surtout les. remarqua-
bles « Animaux Malades de_
la..Pegtes dit par acqnés-Fran-~
gois elier, et «Le Néron> par-’
Jean selin. ; “
Ce jsont aussi les souvenirs




7 classiqhes qui. reviennent a la.



oe

Téa ANNER mee so . o

La plus jewne des soeurs Leitnon, chanteuse, Janet 28 une

et son mari Lee B

di po sent a Los Anegles avec leur

fille Kristin Lee (7 livres 10 onces) leur troisiéme enfant.



a

UNE DATE A RETENIR
6 FEVRIER 1970



UN MATCH A VOIR

AIGLE NOIR - RACING

~ Le Championnat. de la Division
Nationale ‘suit son cours normal
et a déja-atieint. quatre tours.
Le cinquitme va é&tre abordé a
la finde cette semaine. L’affi-

_ che _qui retient surtout |’atten-

“Yon” celle du“6 Fé¥rier ot se
ront aux prises les leaders Al-
GLE NOIR — RACING, qui to
talisent le maximum de points :
8 et un goal - différence : plus
17, plus 16. Ce match est at-
tendu el constituera la minute
ce vérité pour les milliers de fa
natiques des deux camps qui pro
Nostiquent la victoire de leurs
couleurs.

D'un vété + Eaner Charies, Ed
dy Cockmar, Serge Ducoste, Re-
né Argélus, Jean Claude Désir,
Hugues Guillaume, de lautre
Clervil Antoine, Joseph Obas, les
freres Guy et Reger St Vil, Clau
de Barthelmy, Leinz Domingue.
Quasi la totalilé de no3 interna-
tionaux opposés dans unt — ren-
contre qui aura une grande in-
fluence sur le.déroulement de la
compétition 1076...

On peut prévoir ts mainte-
nant. que le Stade, sera littérale-

xX XX,
Violette -- Petit Goave (1-1)
Ye Par Yves JEAN-BART Se
Veu dus terrain, ‘se donnaient, 3 b.

Mi - Temps.'0-— I
Buia : Pet}t’ Godve
te (24 mitiates)
Violette : Dely (888me minutes)
Environ 2.000 spectateurs

La plupart des spectateurs
‘présents au stade Sylvio Cator
n'ont pas ménagé leurs applau-
dissements aux €&quiplera petits-
goaviens; ceux-ci, au coup de
sifflet final, rassemblés au mi-

: In Baptts

Pierre

pelle, ces vers qui sont comme
ces fréles cloches de cristal a la
‘muette présence tant qu’on n’y
touche pus, mais auxquelles ja
moindre vibration, le. moindre
rappel d’air arrachent leurs tin-
~tements pareila i» des chants de
joie ou A des sangiots.
«Heureux gui comme DUlysse>
‘gla Ballade des Fendus>; ¢la Bal
lade des dames du temps jadis>,
fet une omission présente a no-
tre mémoire: «Mignonne, allons
‘voir si la rose». Pourquoi pas 7?
: Aprés le récital de poésies ce
. fut la présentation de la célébre
’ farce de Maitre Pierre Patielin.
‘ VoilA cing cents ans qu'elle’ est
* jouée, voila ‘elng centé afis ‘qu’el-
le fait rire voilk cing cents ans,
cle nous en fournir ia preuve,
que les gardeurs de bétail trom-
pent leur maitre, que les dra-
piers voléent sur. l'aune de tissu,

(Suite page 4 col 8)




SPORTS

" prechidres ‘minutes, le

Ment assauté pour cet é¢vénement
que tous attendent.

XK XX
AIGLE NUIR — DON BOSCO
(8-1) uO

L’Aigle, en l’emportant sur le
Don Boseo, aprés un match d’un
niveau technique assez élevé quoi
aue heurté par moments, occupe
le premiére place aeve un goal
différence plus élevé que les au

_ res, compétiteurs. Nous avons vu:

un Tom Pouce, de plus en plus
fort, un Ducoste toujours.égal a
lui-méme, un Bendao aussi jeu-
ne quenthousiaste qui -maintiept
sa forme «Coupe du Mondes, un
Jacot qui sembie sc retrouver.
En face, un Sanon qui mfirit et
semble promis 4 un bel avenir
ainsi que Louis. Jeannot Paul,
Capitaine des noir et jaune, d'u
ne classe indiscutable, rejoindra
gous peu la Sélection nationale
permanente, il le mérite bien. .

Le Classement, 4 cette ‘date.
se lit comme suit : Aigle Notr --
Racing : huit pointe;

Excelsior, Violette six; Bas
Artibonite, Etoile : quatre; Nord
«ois; Don Bosco, Victory, Bacar
di, Port-au-Prince : deux, Petit-

Gofve : un :
Demain soir : Ligue de Port-
au-Prince -— Excelsior.





em

accolades. “On comprenait “teé
bien leur jole : ils venalent d’emn

pocher leur ler point..depuls le
début de la saison, point d’au-

tant plus précieux qu'il a été ac

suis au dépens d'un des ¢grands>

ut la division nationale.

Quand aux coéquipiers de
Phillipe Vorb*, ils n’ont pu ca-_
cher leur décaption: ; ee matoh::
nul concédé & la lanterne rouge
équivalait A une défaite ; on n’a
pas lg droit de dominer et fré-
Yer ainal la défaite.

Pour en ventr & ta rencontre
disons qu'elle fut d’un faible ni-
veau technique. Durant les 20
Violette
semblait devoir emporter trés
facilement témoin la . jcadence
rulentie avec laquelle il opérait,
unanimement, on avait l’impres
sion que les pbtits-goaviens. al-
latent encore connaitre un mau
vais quart-d’heure de 0 - mi-
nutes au cours de cette période,
en maintes occasions, les’ cbhleu et
blane, eurent le but au bout du
pied, mais leurs tentatives ou
bien échouaient par précipita~
tion, ou bien trouvaient & leur
conclusion excellent goal petit.
goavien — A lu 17éne minute
environ, une trés belle action de
Vorbe se termina par une passe
lumineuse & son-ailiier droit; le
céntre-tir de ce dernier échous
sur la tansversalie.

Le ‘tourtant du match ‘pe, ah

tha aux environs de Ja 248me mi
-ute: A ce moment, la pression
du Violette devenait de plus en
plus. forte, les montées de ses.

arritre plus fréquentés; Cepen-

dant le genre forcing ne met
SVSVSIQIG IE STII TORR



En reyenant
= mond, ;My Roy" paflé bealt

ee

MEMBRE DE VASHOCLATION INTERAMERICAIND DS: PRESB

h

eo ae aon

«

yy "

APREG LINCENDIE. DE. MAROL






di -était & prévoir que le ration
nément de ’électricité, & Port-au
tipce et ses environs, allait s’in
@naifier aprés la mise hors ser-
vipe::\de Vunité de~-1000 kws de
VWHsine Electrique, a la suite de
Vincendie de mardi matin, dont
i¢ méme jour vait fait la relation: :
* Dans ce méme compte - ‘rendu,
nioug- nous inquiétions d’un ren-
forcement des rigdeurs du ration
nement et des méfaits et consé-

~ guences du cblack - out». Le soir

théme,-on constatait que les heu
res de ce cblack-out> s'allon-
yeaient. La situation est dure.
Mais elle eyiste. La question qui
je pose est celle-ci : combien de
temps va-t-on prendre pour. répa
fer ou remplacer. V’unité mise
hors d’état par Vincendie 7%

Voulant renseigner l’opinion,
nous avons interviewé le Direc-
teur de la Compagnie d’Eclaira-
xe ElectriqueyMr Everett Shrew
sburry qui nous a aimublement
regu et bién volontiers nous a
fourni les explications nécessai-
res.

.Le rationnement renforcé me-
nace de durer car & notre ques-
tion :

Quand pensez-vous que le ser-
vice électrique sera rétabli régu
ligrerhent 7 M. Shrewsburry nous
a fait la réponse suivante : .

VI

.. Le Député André Simon nous
expose quelques wns de ses pro
blémes a Jacmel et il essaie forte
suent de nous les faire partager,
le Ministre Lebert Jean-Perre
et moi. De mon cdté j’apprécie

-les ‘efforts que fait ce rude tra-

r deyenu politicien ~ pour
le relévement de Jacmel et des
régions avoisinantes telles que
Gayes-Jacmel,«:Marigot. et: Belle-
Anse. I] s’efforce grice A un dy
namisme de leader ou A la for
ce qu’il puise dans son dévoue-
ment 4 la cause du duvaliérisme
d’améliorer les routes, d’organi-"




ser dei pépiniéres de café_pour
développer sur une plus grande
échelle la culture. :

ré6@de base! dans 1

réve d'un esprit d’éyuipe qui lui
permetiyait de réaliser dans cet-
te intéressante région de Jacmel
et dans l'union qui fait la for-
ce, ce que le Président A Vie de
la République et Mme Francois
DUVALIER attendent de tous
les bong duvaléristes. J] sait que
s'il pouvait travailler sans chi-

C , a-J adtieel:
gaand “Je 8, route.
sRaymohe Bic

SBC

Absorbé par ces pensées, je

ne vois pas le temps gasser ni
les difficultés de la route.

Au cours de ce m&me trajet

cer.ains des exangionnistes dont

résident de Ja Ctiayn

: ttent i-de nes:
voir rester pour jouir des char-
mes de la vie de nuit & Jac-
mel. Ef Lizou de parler de la
Dame Ersule et de ses ¢fritail-
les> de sa ¢bouillabaiser, Je me
rafpella.. que Serge Gaillard
m’en avait aussi parlé. I! me_di-
sait.que quand, Jpcmpl, sera A.
Luh! et demi: de Pott-au-Prince,.
cette ville sera comme ¢La pague
ra» & Puerto Rico oft Pon va pour
manger des fruits de mer, En ef-
fet, & Jucmel on trouve en quanti
1@ abondante lec sardes =roges,
les. . chégues».et surtout le bro-~
chet dont la chair est aj fine. Ain
si les amateurs de péche sous ma
rine y découvriront des récifs
chargés de poissons o& ils pour
ront exercer Iéur art.: 2: . %
‘La Dame Ersule- nous disait ©
Serge Gaillard préparait en son
temps une bouillabafse qui fai-
‘gait les délices de tous. Elle a-
vaiR son installation prés du
port, L’on se demande si elle vit
encore. C’était apparemment une
femme admirable. Moi je nivai
Pas.copnu -ces petits coins des.
-quartiars. populeuy ‘et’ pauvres :ot-+
Jes"délices 86 cultivent’ comme ie:
“‘miel dans les troncs pourris e: ob
la. vertu s'épanouit comme Ia ro-
so sur le fumier. -_
de: Cerrefou










Ray




rs

YUsine Elegtrique de”












“du plus grand A Vhet
ue la
Shellenberg,.ancion Directeur doy:




“ x : ‘

A°LIUSINE “ELECTRIQUE

we

«Seulement ‘loraque ja Compa-

gnie pourra étre en mesure d’u--

eheter les générateurg pour une
cupacité. dau moing 6000 kws, ce
‘qui nous mafique actucllement>. _
Tl a ajouté ,cn confirmtion de
nos appréhensions : -° +”
«Le probléme “du rationnement
de VPélectricité. “est aussi. crucial
pour les abonnés'que pour moi
uui dirige Ila Compagnie’ et qui
prévois que le rationnement- va
devenir chaque juur de plus en
lus sévére. Actnellement en de-~
hors de ce générateur qui a bra
lé, nous en‘ avons tn autre de
1000 kw qui est en réparation et
la Has®o, pour des raifong d’or-
dre technique, ye peut pas pour
le moment continuer A mous aider

comme de coutume durant la sai ”

son sucriér.e>

Au sujet de l’incendic, i) nous
a donné les précisions suivan-'
tes :

Le mardi 27 Janvier A 10:25
du matin, notre Centrale 4 Port-
au-Prince a enregistré la mise
hors de service de notre unilé de
1000'kw No 12. En effet, un in-
cendie a été causé par une piéce
cassée & l'igtérieur de la machi-
ne, ce qui a occasionné de trés
graves dommages. ~

Grfce au concours emipressé du
Service d’Incendie des Forces Ar-
inéés d’Haiti les dégats- ont pu 6-
tie limités 4 cette seule unité.

Croisade en faveur de Jacmel

Par Aubelin JOLICOEUR

la-premidre qui fut instaliée en
Haiti. Les pylones venus de Fran
ce et qui rappellent ceux de Pa
ris témoignent d’une certaine so-
phistication. Cette usine électri-
que était dirigée par les Fréres
Boucard.

De retour dans la ville d’Al-
cibiade de Pommayrac, le bus

s’arréte..au coin ‘des rues ot
se trouvent les maisons de ‘Paul.

Lemaitre et du regretlé Dupré-

Turnier. Et ses passagers se di:
rigent vers la demeure de Miz
douin Turnier. "
:

(suite page 4-colonne 1)



BUITE POSTALE :








2° IEUDI

LES ARTISTES DE -

LA TROUPE GOSSELIN h
assistent au gpeotacle du

Grand Hé6tel Oloffson :

Le spectacle du Grand Hotel
Oloffson avait attiré lundi soir
une foule considérable. Les artis
tes de la Troupe Jean Gosselin
suivant une tradition y ‘avaient 6
té infités par nous. C’était a-
prés- la reprise de’La Facture
oe ome de connaitre son se-
cond grand succés, Le spectacle
va & dédié A Jean et A Madelei
ne Gossélin et aux artistes de la
Compagnie. C‘était un spectacle
impressionnant méme pour Jean
Gosselin qui vient en Haiti de-
puis 18 ans,-et plua encore pour
Madeleine qui voyait la danse de
Varaignée pour la premidre fois.
Le Show du Grand Hétel Oloff-
son monté par Mme Lina Mathon
Blanchet assistée de Viviane
Gauthfer et d’André Germain
avec la plupart de. nos meilleurs
oe a »,Ganseura et chanteurs,
va e meilleur. . que. l'on
nuit.

‘Ce spectacle attire chaque lun
di au Grand Hétel Oloffson une
foule d’haftiens, officiels du gou
vernement et grands commer-
gants et industriels, des touristes
_Yenug de tous lea hotels.

- xxrxx ,
LES IMPRESSIONS DES
INDUSTRIELS$* 2 ,
orrivéa avec Mike Mo Laney; *
..Le Colonel Ellis P. Lupton «Con
sulting, Engineers de Denver Co
lorado et l'industriel V. H. Bucha
fan, ¢Executives d'une grande
compagnie & Miami, arrivés mar
di aprés midi en compagnie du
Président de la Resorts & Héte}
Seperation of Haiti, M. Micha
el-«Mikes Mc Lanay-et M. Philip |
Sheefer, un ¢Executiyes du Casi :
ng Internationat...d’Haiti: ne-ces-
sent de louer les _ beautés, les
charmes et les vastes possibiliiés
de notre pays. .

. Tis sont venus étudier les pro-
jets que développe ici Mike Mc
Laneyy car ‘ils veulent,participer
a ces investisserhente’ ) .

Ils sont descendus a l’Hétel
El Rancho. Nous les avons revus
hier soir au Casino Internatio-
nal avec M. Shaefer. et te Dr. En
rique Arango, Directeur du Casi
no.





e

: xxxx

CUSTER L'HOMME

DE LOUEST |.

aux Rex ».Thédtre “
*...Le Rex ne craint pas de prése
“ter l'un de ses meilleurs films

FIL DES JOURS...

par AUBELIN JOLICOEUR

alk dans. une ‘bette. de‘

20 JANVIER 1970



a celle Cpuque.de carnayal. Ce
Cin&-Théa-re comptp sur la puis
saiice de frappe de cctte grantle
roduction cinématographique pour
attirer ious Jes cinéphiles dignes
de ce nom. Il s'agit de CUSTER
WHOM ME DE L’OUEST.

ilm est une lorieuse
de Vhistoire des See ,
Geux qui aiment les actes de cou
rage, tes actions d’éclat ne man
queront pas d’aller voir diman-

xxxxXx :

QUAND GAIL HiGGINS
célabre son aniviversaire
en Hatti

. Kent Higgins, un «Bail Bonds
man> de Miami a accompagné ict
ga ravissante soeur Gail Higgins
pour xon aniversaire.
Kent Higgins et Barry Yanks
sont les agents de la JERRY
YANKS [jail Bonds dont les acti
vites consistent 4 libérer les
gens de prison. Ils opérent dans

toutes Jes cours de Justice de
Mian.
Gail une mignone petite

‘blonds -truvaille comme «Hostess?
Kent ce: Gail descendus au
Splendid Hotel ont passé une par
tie de leur soirée a lu Frégate
Canadienne of Gail a entendu le
sHappy Birthday> et au Casino
International of elle a eu son di
ner d’anniversaire arrosé de yin
fin.
Kenta gagné au Casino.
Kent et Gail sont repar.is ce

fMdatin avec l’intention de reve-

nir dans quelques semaines. Kent
veut aller chasser les sarcelles ve
nues du (‘anada et les pintades.
...Neil St John Raymond et sa
jolie femme Lysa continuent de
se faire bronzer au soleil d’Haiti
Ils sont arrivés ici la semaine
derniére. Ils sont au Grand Hd

, tel Oloffeon. Neil ost au_Gradua

“te. Sehoal of Design de Harvard
" University..

“x XxX

LES EFFETS ET
LES MEFAITS
de la publicité en Médecine
...Un Jeane médecin qui comme
nous cultive les relations publi- .
ques, nous a ému mardi comme
ik mgusta abordé pour nous‘ dire
dans un «combiné> de compli-
ments enthousiastes e: de repro-
che discret : ¢Vos articles sur
Jacmel sont épatants. Teut le
monde lit votre rubrique.>

Nous ayons tout de suite sen
ti que quelque chose de plus s+
rieux ajlait suivre. |

Et mon interlocuteur qui est

(Suite page 4 col. 4



Mort de V’Archiviste Américain.

T. R. Shellenberg

UNE



Le monde Archi atique a été

~, ‘rappé de stupeur;.méme pris dé

Ppanique, en spprenant: la mort’
de Vun des Granda;:si ce n’est
actuelle,.

profession. «Théodore Ri





Archives dea Etgta: Unis d’Amé-
rique meat" plys. Heaisaceurabé le
14 Janvier dernier A une crise
cardiaque — Perte cruelle s'il en
fat, pour peu qu’on :
oeuvre considérable de l'homme
et intérét qu’il portait a toutes
ies Archives du monde, a celled





yi dé l’Amérique Latine en particd, |

lier. En raison de la jeunesse de’
ja profession, en Eurupe comme
en Amérique, avant Shelenberg;.
en matiere archiv-stique, on n@
reconnaissait que Il'aulorité deg
maitres hollanda:s: Muiler, Fyith
et Fruin. Sur le monde Anglo $
Saxon, particuli¢rement eclui de
Commonwealth, a régné pendant
jungtemps, la haute persoisalité
de Sir Hilary Jenkenson. Of

deux guerres mondiales devaient |
rendre plus complexe Te probley °
me des Archives, La masse deg ;
_ papierg devenait chaque jour plug |
_ énorme, du fait de la: création dé”

services nouveaux, en foncti

de nouveaux besoins. D’oi la né 4

ccasité de nouvelles méthodes d’ap
proche. :

Les Muller, Faith et Frui
les Jenkenson et. méme: Jes cha
tistes de France, étaient: dépas;
sés. Il fallait d’auttes théorie

gh

d’autres Principes pour iies Ae |
chiyes Modernes. C'est alors gig

Théodore R. Shellenberg, a
cain d'origine allemande, est i
tervenu avec son maitre Livre
Modern Archives, Archives M
Gernes. Edité d’abord & Melbour.
ne; en:-Australie, pais A Chicago, .
ce livre est le résultat d’une s§ -
rie de conférences prononcées
1954 en Australie, dans le cadfeâ„¢
de «Fulbright - Programme #
Sans pour eutant négliger les gs.
traditionnels ‘en ‘Aadminig
ration-des Archives, le Dr Shél-

%.

je ae

“ments

PERTE POUR
Pur Laurore ST JUSTE

denberg est venn avec des dlé-.
nouveaux répondant — leo
‘mieux sux besoins des Etats re-
Jativement jeunes. D’ot son suc-
cés nuprés des Pays Lato - A-
méricainsg, of ce Hvre a été tra-
sduit a la fois.en espagnol et en
‘portugnlé. On: parlajt méme d’u-_
tne Version francaise de Modern

connaisse. ,

LE MONDE : '

a
Archives. — Mia ie (i retratte,
en raigon de sa mainaie, le Dr
Shellenberg qui fut Ja cheville ou
vriére du premier Seéninatre fn
teraméricain, réunissant a = Wa-
shington D. C., les larccteurs
dArchives de VAmérique, ne res

(Suite page 4 coi 3)

cote



































































fl eee
he ee | ts

vy pee
a SE

PRONLEMES No. 468 F

ed

7 — Bont toujours punts dans
la emillou >

8 — Conjonction — Aldont A
porter le pantor

9 — Tuyour souveraln

10 — Partisans d’uno doctrine
qui nidlt Voxlstence de Jéwun -
Christ |

xxX
VERTICALEMENT
I -— Eh bien — Aagsalsonnera
1] — Insecte piqueur — Pré-

Qn xe

11 -- Pyinom masculin — En
gite

IV — D'un auxiliaire — au -
clenne contrée de Asie Mineure



HORIZONTALEMENT

1 -—- Des petits riens v _. Ville d'Algérie — En
2 — Une femme — potte crin
3 —- Dane Ia Corréze VI — Pronom — Viens au
4 — Sur un cahier de scientifi mond

vil. — Article — Restitue

que — Mesures Vitt —-. Lettres de Nesse — ne

6 — Lettres de sagacité — ten
Moi latin pas. acoep
6 — Rol de Myodnes — Sigle weit — Préfixe — Note

sur un drapeaa francais X — Connu -~ Port de Tunisie

SOLASTION No. 454 F

OR ONT A

Hortons, El — IJ. Ulema;
ene II, Mémate; les —— IV.
Insap@S — VNie ; Scorie —
VI.-Ivte — VH.'Se; Maly Ses. —
VER. Titl; Avis6é — IX Etes;
Pie ~~ X. ‘Bates: Ernée

HORIZONTALEMENYT —

1. Humanistes — 2, O14; Uvéi-
{a — 8. Renier; Tat 4. Lawn;
Emise — 58. Ontos — 6, Bsetia
pe — 7. Se; Po; Vir 8. Lier; Sfdh
— 9. Emarites — 10. Lésée; So

mé

- .
ca

% QUEL QUE SOIT





Les 3 Gallery’s
Recommandes

Nader’s Art Gallery

Rue Bonne Foi No. 104
P.O. Bex Go2
Port-au-Prince,
Phone 20088

Art Lover’s Studio
And Galtery

Rue des Miracles No. 76
P.O. Box 962
Port-au-Prince, Haiti

Phone 20040
Gallery Gng Hill Side

Desprez No, 4

Halti













P.O, Box 368
Portia 2, Halti
Phdne



Sitae dann les Paveges da- és

ee

Pétiees — Bak 21a diapesition:
dew adintvateera: de Att;

Sont et demeurent les-8. Conttnen-ot- les 8-déno-
minations 0} art: hubehen ex‘miie en relief
dans toute sa 6; dats tetite not orl tealits
et dans toute sen 6 166: done dus: puinta--
res d’artistes de’ chez Tivaw.

Tout visiteur qu'il seis étvanger:ou leitien::
ne peut que gagner Ay passer quehyaus instants...






































trott@yy
eee 06
Merre Deagraupes au journal tb-
lévinds

M, Doagraupos ~- M. le Pre-
nior Ministre, Jo voun aval In-
torviewé {1 y a quelques jours
Jo vous aurais sans doute pond
d'outres quest.ons = qu pajour -
d'hul, Mals, aujourd’hul Vactua
Litésoommandeae et
je ne poux pas no pas vous paor-
ler des fumeux Mirage. a
question que: sé: ¥ (pose:
ze que, jo croig, (bo oem ie
se la posent — est colle’ - ci! —
Est-ce que, en livrant ces Mira-







ge & la Libye, la France n'est .
pine sortia: fa netrtralité d
e confiitidu Moyen jen OFient, :



sortle au détriment "alaruel?

Le Premier Ministre: Mais
pas du tout. En effet, ces, saiea:
dont vous parlez, ott :
de Mirage n'est pas dd
nourrir le conflit, Ce sunt des ap
pareile qui sont désirés par le
gouvernement Lbyen pour doter
fa Libye d’un szstéme de défen-
se garantissany sa sécurité.

A cet égurd, je voudraia vous
rappeler qug ia Libye est un
pays, uu point de vue de son ter
ritoire, une fois et demie la Fran
ce, A population faible (moins
de deux millions d’habitants) ct
que ce pays comprend des riches
ses fabuleuses en pétrole, 4 telle
enseigne qu'il est en train de de-
venir, sinon le premier, du mojns
l'an des tout premiers produc -
teurs du monde, et qu’une_ telle
situation une tellg _richesse
peut, dans l’avenir exciter bien
des convoitiss.



Lhistolre a enseigné & tous les
peuples — A commencer par la
France — ce que sont les convoi
tises extérieures, et le gouverne-
ment libyen a pensé qu’il lui é-
tait nécessaire de s’assurer les
moyens dune dérense.

Et comme cette défense, il ne
peut pas, A l’svance. la fonder
sur de gros bataillons. Il lui est
apparu qu’il fallait la fonder sur
une force aérienne décisive entre
les mains de pilotes libyens.

M. Desgraupes: Oui. C’est 1a
ia question, M. le Premier Minis
tre. Ou sont les pilotes libyens?
Tl perait qu’il y en a deux pour
Vinstant?

Le Premier--Mintstre: Non: “Il
yena heaucuiip piud~-d’un; meis -
il n’y en n’a pas uf grahd -noth
bre. Je vous avoue que Je ne con
nais pas le nombre exit; mais ‘le
nombre pag trés important.
Mais le contrat qui porte sur la
venta. des: appareils porte égale-
ment sur la formation des pilo-
ten.

M. Desgraupes: On peut se po
ser la question, M. le Premier Mi
nistre: Pourquoi cette politique
francaise & légard de la Libye?

Aprés tout, il y a deux ans,
personne .ne parlait de la Libye.



fae.






cédont avait déj& noud dos con.
versations,
M, Desgraupos: avoc la Fran-
ca?
L Premier Ministre; Avec la

France. Pourquol la Libyo? Par--

co que les Mbyens se sont adronsés
& nous récomment, le .nouveay-
gouvernement. Précisément, pour
nasurer sa sécurité, son indépen-
dance, lo gouvernement libyen a,

~ bine eiadyoaser: tor x Fance:
not: ‘ac rles offres
wie Seineaie tes per les E-

ote Unis, par in Grande Breta-

ane et par )’Union. Soviétique, et
iasenee kta: libyen p pré-

“Praricé, c’éat
érivfatedn hy -difbortque Ja
France est riversine de la Médi-
terranée et ensuite, en raison de
ig politique: franyaixe de décolo-



MC pplsntian a “qui: dénne 4 ce gouver-
aie

téuthgburance de ne pas
se trouyer un ‘four en face d'un
impérialisme :quelcunque. Et pour
la France, a l’6vidence, il sagit
la d’an atout politique tréa im -
portant puisque {oa Libye, je vous
le Fappelle, fait suite a )Afri-
uue du Nord: Maroe, Algérie, Tu
nisie, et que, de cette manidre,
pour ensemble de la. Méditerra~
née Occidentale, nous digpomg -
rons de via A vio avec lesquals
nous s0mmea en termes politi, +
ques positifs ce qui, de surcroit,
nous donne toute sécurité en ce
qui concerne l'Afrique profonde,
YAfrique Noire.

Il y a la un élément de politi
que Méditarranéoune et Africai-
ne dont vous mesurez l’importan-
ee. J’afoute que nous attendons
des développements économiques
importants, & telle onseigne qu’u-
ne mission économique et cultu -
relle est en voie de formation a
Paris et que les tétes de chapi-
tres déjA fixées concernent l’a -
griculture, les cadres techniques,
leur formation, le génie civil,
c'est & dire les travaux publics,
et maritimes, c’est a dire les ba
teaux et la pétrochimie.

M .Desgraupes — Tout cela
est trés bien mais l’on peut se
poser une question. Ces Mirage
dites - vous, sont destinés a dé -
fendré la Libye contre les convoi
tises' que pourrait lui attirer son
pétrole. Mais si ces Mirage chan
gemt d’affectation-et si on-les- re
tretive-soudain ‘sur le. front.is -
raélien, quélle “gararttie ‘en “avez -
vous?

— Le Premier Ministre — A
n'en pas douter nous sommes en
droit de compter qu'il n’en sera
rien. Je n’insiste pas sur le fait
que la distance entre la Libye et
le front actuel rend pratique -
iment inopérant Vusage de _ tels
appareils.

M, Desgraupes —~ En partant
de Libye?









: tneiit : alte dé co!
nous a été rayon — Lon gouver- inet Rate et a dQ so bor
nomenta changont M. lo Promfor~ Det sort A laissor dire bien des
Miniatro, “purtout dana cette ‘Par: choses at bien dea chiffres, solt
ilo du monde. | quelquefots ‘&démentir: te) ou: tel
qui étaient vraimwnt par trop fan
tatsiates. Et la ralson pour la -
quella te gouvernement n’a pas
pu parler plus t6t ‘est In suivan-
te: Nous sommes dang le domai-
ne diplopiiatique, un domaine tou

Le Premter | Ministre — Eh
bion, la réponse est simple: la
position de la France consiste A
ne pas nourrir cn armes le con-
rit. Cleat la, raison pour laquel-
ie la France Ne livre ni-a israel, jours complexe et dans lequel les
al aux’ pays: volgins, Et s'il appa- nouvelles, les. faite, le contenu
raisaait qué ces: appareile dont dun contrat, par exemple n'ap
nous parlong-charigealent de des- Partiennent pas A un seul gouver
Lination yet. nous le saurions vite, - vement..
alors les auivants | tomberaient Le Premier Ministre — A une
sous le coup: de l’embargo, Et per seule des parités, mais aux deux
mettez*- ‘mol de vous rappeler- ct ni lune ni autre des parités
de Voit s’excite. beaucoup sur cen ne, peut parler sans @tre an ac -
Mira Age pour laLibye, mais il s‘a stord-avec’ ere Et la ‘voie di-
git d’appareils’ qui_ne. sont pas plomatiqué, M.;Desgraupes, je
encore en'fabricatfon, a piloter ne vous. l'appré ida pas, est lente
par des ‘pilotes qui-me sont pas ¢ c'est Ia raison pour laquelle
encore..formés, que les premiéres nous avona da attendre jusqu’s
livraigons.n’interviendront pas la semaine derniére pour faire
avant-15.0u 16 miois, qu’elles se- vine ‘décharatien officielle qui a
ront échelonnées dans le temps , d'‘ailleurs étg faite de la maniére
et qu “elles ne dev-endront impor- la. plus nette devant ja commis -
tantes qu’en 1972 - 1973 pour s’a sion compétente da l'Assemblée
chever en 1974, que d'ici 14 on Nationale par le. Ministre compé
peut penser que la guerre sera tent, le Ministre de la Défense,
finie et qu’A Vheure actuelle, je ce qui fait qu’a* partir de cette
le répdte, il n’y a pas de raison déclaration nos compatriotes ‘sa-
valable de penser gu ‘un jour quel vent parfaitenient- et peuvent é-
conque ces appareils pourront é- ire sirs que tout autre chiffre,
tre utilisés contre Israel. toute autre dénonciation, en de -

M. -Desgraupes — Qu’est - ce hors et au - dela de cette décla+
que cela veut dire, M. le Pre - ration, sont faux. C'est” JA quel-
mier Ministre, qu’Israel peut étre gue chore d’une importance extré
rassuré quant t la politique de ie.
la France par rapport a son Pouryma part, je pense profon-
droit & Vexistence? dément qu'il ne saurait y avoir

Le Premier Ministre — Mais «ce gouvernement, de “confiance
da politique de la France & V6 - dens un gouvernement de la part
xard d'Israel n’a pas varié. La un peuple sil n’y a pas usage
France a affirmé et cela n’est de la vérité. C’eat une affaire
pas d’hier, qu'elle donnait sa ga fondamentale, c'est un pilier né-
rantie précisément au droit d'Is- cessaire de toute démocratie vé-
rael oe et c‘est 4 dire & son
indépendancef & sa sécurité, a
Yexercice veoh la plénitude de ses
¢roits souverains. Rien de tout
cela n’est changé. Rien.

M. Desgraupes —Je vous po-
se une satre question ,M. le Pre-
mier ‘Ministre .Si tout ce que
vous venez de dire avait été dit

C'est la raison pour laquelle, je
vous Vavoue, je ne suis pas fa-
ché, bien au contraire, que vous
ni'ayez posé ces questions.

i




plus.t6t, est- -.ce que les choses VIS
ae ? - a .
y ie i yr oS & . A vendre voiture FORD, Mo-
pis vous dire dele -1968;. .climatisée, prigre dé
| passée qui téléphorer.: Be No: : 2-2088.





Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de I’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvraiit
un compte de Chéques ala Banque. Nationaje_—





Il faut vow d’abord!

1





Cc



~ Avant de prendre une décision!..
Car L’ESCORT a quatre portes a toutes les

chances d’étre la petite voiture dont vous:

révez !

Passez la voir a la-saHe d’exposition du

Joudi a Gh



A 6 it ti
UNE re POUR ‘PRIER,
UNE SECONDB- POUR
MOURIR

Entrée Gdps. 2.00 et 8.00

Vendredi & 6 h, 80°
LA, Compagnie Jean.
présente :.. :
PEPSIE
Entrée
Balcon

Gosselin

: Parterre 1 dolla
: $ 0.60 Rés. 2 dollars

Jeudi 29 Janvier & 6 heures arg
8 heures 15
INGENUES



LES FAUSSES
Entrée : Gde 1.00

Vendredi 30 Janvier 4 6 heures
et 8 heureg 15
MAYERLING:
ry ‘

~”

"AUDITORIUM
CENTRE CULTURKL.

Jeudi & 7 h,

LE MASQUE
DU DEMON
Entrée Gde. 1.60

Entrée :

#t

rn &

Vendredi a 7h.
LE BRIGAND
BIEN-AIME
Entrée Gde. 1.50

, De Lawe Auto Ciwe

Jeudi a 7 h.-et-9 h.

. a



rilable, et, disons - te, de toute\| OSCAR
vociété huiuuine digne de ce nom. Entrée 1 dollar par Voiture

Vendredi 4 7 hb. e¢ 9 h.
LES ANNEES SAUVAGES
Entrée 1 dollar Pa> Voiture

A MAGIC CINE
Jeudi A 6 h. 15 et 8 h. 15
ANGELIQUE ET

LE SULTAN
Entrée Gdes 1:50 et 2.50

i
Z
z
&
m
Si

f
{
at
Vendredi a 6h. 16 et 8 h. 15
UN FUSIL POUR

DEUX COLTS

Entrée Gdes. 1.20 et 2.50
nina

CINE ELDORADO

Jeudi 29 Janvier 1970 & 6 heures
et Sheurea 15
BUEL AU: CO RADO
Entrée Gle. Gdes 15) — Réser
' vée Gdes. 3.00

Vendredi’'80 Janvier A 6 heures
8 heures 16

BECKET
Entrée Gle. Gdes 1.50 — Réser
vée Gdes. 3,00

CINE STADIUM

Jeudi 29 Janvier (En Permanen
ce
L'IDOLE D'ACAPULCO

Cordonnerie
(Electric Shop}
avise



Mr. Antoine Richemond, Mana
ger de la Cordonnérie BLEC-
TRIC SHOP porte & la connais
sance dea clients qu’un/ déta! d’an
mots leur est accordé, A comp-
ter A partir de cette date,
venir prendre livraison des chaus
sures en reparation en son ate-
Her A la ue -du Centre, (bloc
St. Louia de Gonsagtis).

Passé ce délai ceg chaussures
séront purement et simplement
vendues A la criée publique.

P-nu-Pce. le 8 Janvier 1070

Antoina RICHEMOND
MANAGER.

Avis Matrimonial

Je soussigné, Jean Souffrant
avise le public en général et le
Commerce en particulier que je
ne suis plus responsable des ac
tes et actions de mon épouse née

. Mirléne Jean, ce pour incompa-

département. de vente des = pecans BORD

tibjlité: de caractére, injures gra
veg et publiques en atteRdaht
qu'une action en divorce: lui soit

" intentée,

P-au-Pce. le 29 Janvier 1970

S — Jean Souffrant



HAYTIAN AMERICAN SUGAR
«COMPANY, 5. A.
USINE HASCO

Poa s SOCIERE-ANONYME HAITIENNE

PLANTEURS ET

: as
wast i

Bir Obs Geb



Sucre Mi-Raffiné — _ Port-au-Prince, Haiti

ere ire 5 6nr 8 10e Sits















Jeudi 29 Janvier A 6 heures et
8 heures Kae cone

paae TOR CER
Entrée Gdes. 1.60. Rés. 2.60
Vendveai 805 Janvier, a 8 heures
i 3 ,
DU RAPPORT QUILLER

Entrée Gle Gdes. 1.60 — Réser
vée 2,60 ‘

ie

r

Drive in Ciné

Jeudi 29 Janvier 1970

aThe 9h -

Sur demande générale oO
LES FRERES CORSES -

Entrée : ee dollar par voiture



Vendredi 80 Janvier 1970

a Th. et 9h.

JE VAIS, JE TIRE ET JE RE
VIENS

Entrée : 1 dollar par voiture.

KFOmE ene
Jeudi & 6 h 30 et & h. 30

LA RUMEUR
Entrée Gdes.

Vendredi A 6 h. 80 et 8 h. 30
LE JUSTICIER DE L’‘OUEST
Entrée Gdes. 1.60 et 2.50

1.20 et 2.00

CINE SENEGA:.
XN

Jeudi 29 Janvier 1970

Jeudi & 6 h. 15 et 8 h. 16
« IRMA LA DOUCE »

Entrée : Gdes. 1.00 et 2.00

Vendredi 30 Janvier 1970.

a 6h. 15 et 8 h. 15

VALLEE SAUVAGE>»

Entrée Gde. 0.60 et 1.06



CINE OLYMPIA
Jeudi 29 Janvier & 6 heures et

8 heures 15
UN DETECTIVE A LA DYNA

MITE
Entrée : Gde. 1.00

Vendredi 30 Janvier a @ heures
et 8 heures 15 :

LES ANGES SAUVAGES
Entrée : Gde. 0.60

AIR-PORT CINE

Jeudi 29 Janvier 1970.—
RIO BRAVO
Entrée : Gdes. 1.06 et 1.60

Vendredi 30 Janvier 1970.—
AL SON DEL MAMBO
Entrée : Gde 0.80 et 1,00

CH UNION
Jeudi 29 Janvier h 6 heures ct
° heures

‘

Technicolor
AS DE PIQUE
OPERATION
CONTRE ESPIONNAGE
Entrée : Gde. 0.60

Vendredi 840 Janvier 1970 A 6h.
Ibet 8 heures

Tectmicolor
MISSION A HONG KONG
Entrée : Gde. 0.60



MONTPARNASSE

Jeudi 29 Janvier A 6 heures et

8 heure; ~
LES ROBINSONS DE L‘AMA
ZONIE A
Entrée : Gde. 0.60

_ Entrée : Gde. 0.60

Â¥Vendredi 80 Janvier & 6 heures
et 8 heures 15

Technicolor
SANDA DESSE DE LA JUN
GLE

Entrée : Gde 0.60

"S
fi
Bs

oe

FABRICAN TS

ICES Ie









JEUDI 29 JANVIBR 1070

“RPSL ONL AL Moavou, les cris na
muldiptient. Ua Jeune balge, di
tanta manifestation do deux Ita
Vena dana un grand magaain
moacovite, la vulllo, seat ofichal
nd volontatremant au balean du
héalre do Vopéretio de Moacou,
allmaticha UR Janvier, langant das
tracta dana la salle, Cos trac.n
demandent In Hbération do din-
sidents sovig.iques, notamment
de Pyotr Grigerenke -enfermé
dang un arile paychiatrique.

Aloxandre Daniel, ie fils de Ju>

-f Daniel, ecrivain — soviétique
qui purge actvellenient une pei
ne de-b ans de travaux forcés

on URSS, oa attire Untten-
.fbon d'un) éervain anglais
cans une lettre ouverte. Le

Ails de Vecrivain qui est adgé de
clx huit ans, déclare que gon pé
re a été déplacé av cours de l’é
té passé dans ta prison de Viadi
morov a ln suite de prétundues
acteintes a l’ordre du camp. Le
prisonnicr ct un détenu qui a su
li le méme sort sont compldte-
ment isolés. La mere d'’Alexan-
dre Daniel se trouve également

dank un Atahlissement — péniten-
ciaire.
Ainsi i) se confirne une fow

uc plus gue la Russie soviétique
estime que le meilleur — cndroit
pour mettre les citoycensa qui ne
sont pas daccord avec le régime



ant asile Waldnés, Jungu'a 4
nent, cas procédé était consfdd
comme regrottablu, mala on y i
ait génétaloment un ?
Lh comparaigon xnux meéthodes do
torture ef dos cauipa de ln mort
aous Staline.
A Moacou, on a tenté de mottre

oe procédé eu relation avec la
tinctrine conmuntsta, On expli-
qae par exemple que le commu

nisnfe est une marche vers le pro
grés et que quiconque s’oppose i
vette marche doit furcément atre
niaboul. Si personne dautre ne
croit en cette doctrine bizarre,
lea chefs communistes ont été
parfois mis au bénétice du dou-
te en ce qui concerne ieurs pro
ples croyances.

Mais les informations qui nous
parviennent de Moscou nous di
scent A présent que méme cette
supposition est erronnée. Cotte
forme de punition n'est en aucu

ne facon un «progres,» mais, au -

contraire, se révele 6tre hien
yius cruelle que le camp de con-
centration ou méme la mort.

En ‘premier Neu, celul qui déci
de si ous ou non Celle ou telle
personne sera placée dans un asi
le de fous n’est pas un médecin.
Son nom eat D. R. Lunts. Au
cours des années 1960, il était
chef du département s’occupant
Jes «prisonniers politiquess au



ee

‘VOTRE HOROSCOPE

Par Franc es ‘Drake



Cherchez la section correspondan: au jour de votre anniversaire
de naissance et vows trouverez les- perspectives que vous

‘gnalent les autrea pour demain.

Droit de reproduction totale ow partielle réservs.
Propriété King Features Syndicate — Ewolustvité

«LE NOUVELCLSTE)

Vendredi 30

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): J] ne faut pas qu’on
vous reproche d'avoir oublie ou
négligé de faire le plein travail,
efficace, que vous devez. Mon -
trez partoul votre nabileté et vo
tre faculié créatriee naturelies.

4) AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Journée supérieure a
la Moyenlie midis Vous VaméHore
rcz si vous avez le comportement
qui convient et.savez éviter tou-
te perte de temps et ce qui n’est
pas indispensable.

22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEU): La position de Mercu-
re stimule votre esprit d’aventu-
re et votre imagination. Si vous

.failes vratinent un effort, votre
journée yous donnera satisfac -
tion,

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER): Prenez vos taches
& tour de réle; finissez celles qui
wont ancennes avant aen com -
mencer de nouvelles. Des révi -
sions seront nécesruires. Prenez.
warde & vos appréciations.

24 JUILLET AU 23s AOUT
(LION): Lessentiel d'abord.
Caonsaerez - lui votre effort nin-
xImum. Des avantayes supe

neurs sont parfaitement possi
tiles mata c'est & vous de les cher
her et de les trouver.

24 AOUT AU 24 SEPTEM -
BRE (VIERG}]): fl y a un cer
lain nombre de c¢pelitess choses
dont il faudra vous occuper en
méme tempa que des grandes.
Montrez un jJugement afr, Un
mauvata virage pourrait gicher
toute votre -progression.

24 SEPTEMBRE AU 238 OC -
TOBRE (KALANCE): Complé -
tez votre travail avaut de pas-
ner ®@ une autre tiche. Vous au-
rez tendance & éparpiller vos for
ces.. Des soucis? Travaillez dans
je calme et la confiance.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): La _ respou-

Janvier 1970

sabilité sera le mot-elef et vous

_vaurez la supporter. Ne vous oc-

cupez pas de trop de cujets a la
fois car vous ne traiteriez conve
nablement aucun d’entre cux.

- 283 NOVEMBRE AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITTAIRE): Ju-
piter, ‘bien orienté, stimulera vo-
tre effort. Evitez les pensées pes
siinistes. Vos instincts humanitai
1es seront puissants. Aidez par-
tuut of vous le pouvez.

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIEK (CAPRICORNE): Un
peu d’indolence? Réagisseaz en a-
doptant un rythme plus vif et eu
exécutant votre programme. Amé
liorez si vous en avez Voccasion.
Vous mettrez dans votre vie une
nute agrénable,

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Tl y a u-
ne voie réguljére et une irrégu-
liere. Surveillez vos «pourquoiz
et vos ¢comments. Montrez le
maximum de bonne volonté. Veil
lez & In rectitude de vos disposi-
tions.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Un peu de conten
tion cst possible. Intervenez
quand votre bon sens vous y pous
se. Les goins de ta journée se
rent proportionnés aux efforts.
Dans les cas importants, emplo-
yez len grands moyenr.

SI VOUS ETES NE AUJOUR-
D’HUI: Vuus avez des dons ex-
ceptionenllement variés. Quand
vous étes arrété par un obstacle,
yous trouvez instinctivement un
autre chemin pour parven{r & vo
tre but. C'est excellent, a la fois
pour le développement de votre
apilité, e: paree que vous décou
vrez souvent la meilleure route
qui est ignorée de votre pro -
chain. Vous vous entendez géné
ralement bien avee voa collabore.
tcurs. Vous avez des gofits intel-
lectuela mais vous savez aus!
vous distraire avec des amis.

Lroy “tamu institut Setbsky de
Moflcot.

Lorsque”Lutity snvole un hom
eb Vasile d'aliéné, co n'ont pas
pour lo traiter dd son’ «mal». Au
contrulre, on Nenferme avec une
personno récilement malnde — ot
\ le falro fldncher sur le plan
on tonto de Jé.brouiller au point
mental, Of oxsnale de le rendre
fou. Un rapport authentique rap
porté clandestinement = d’Union
sovlétique rapporte que les «pa-
tients regoivent de fortes doses
daminazine ot de suffasine qui
enusent dea chocs dépressifa et
rhysiques. De fortes doses de
narcotiques y sont parfois ajou-
tées de maniére a aff faiblir le pa
tient.»

Des prisonniers qui ont séjour
né tant dans des camps de con-

centration que dans des asiles d'a

liénés ont déclaré qu’ils étafent
ressortis dea asilés en condition
physique bien plus mauvaise qu’A
leurs sortie du camp de cancen-
tration.

En Russie ,il y a une régle for
melle selon laquelle tout prison-
nier doit pouvoir comparaitre de
vant un tribunal. Et cette régle
dit que le jugement doit avoir
lieu en public ou que ce public
doit au moins avoir ‘accts aux
principaux détails du procés. La
ou les accusés n’ont rien a se re
procher, de telles lois sont évi-
demment assez embarressantes
pour les autorités. Mais dans le
cas d'une aliénation mentale, les
«formalitéss. sont réduites A un
minimum. Des hommes ou des
femmes peuvent étre emprison-
nés sans que personne ne puisse
faire quelque chose pour eux, et
eeci pendant des années. [fl est
impossible de fuire faire une en-
yuéte iofficielle. C’est d’ailleurs
ce qui gemble avoir incité les So
viets & falre davantage usage de
ce procédé, I] faut’ se demander
A ce moment, si la période stali

TT



Nourrissez-vous !
Nourrissez-vous !

POURQUOI LA GERMALYNE
DONNE-T-ELLE
DE SI BONS RESULTATS 2

Parce qu'elle est par sa puis-
sance alimentaire, un super-ali-

‘ment régulateur naturel de la
nutrition,
POUR VOS ENFANTS,
Craignes-vous elques faibles
ses ? quelque fatigue anormale?
Nourrisser-lea_ |...
Donnéz-leur le régulateur na-
turel de la nutrition :
GERMALYNE !

Pour les futures mamans,
Pour Valliaitement, craignez -
vous une fatigue 7?
Nourrisses-leg |...
Donnez-leur le régulateur na-
turel de la nutrition :
GERMALYNE |
Pour les Etudiants,
les fatigués,
les convalescente,
Ceux qui ont besoin d'un sur-
croit d’énergie
Combattez leur dépression par
une parfalte nutrition |
Nourrisses-les hoe
onner-leur le tour na-
turel de la matte
GERMALYNE |!

AA EE td

nionio était plus terrible
fox tompa actuela.

Tout cecil n'est pap de In yale
théorlo, Los fommos at ok mM
nus qui souffrant sont tue 4
non courageux a! patriollqtten qui
ont
ne pas oe otra q'uccord avec ly ré-
gime et qui lg disent on public.
Tous ceux qui les connaissent té
moignent du fuit qu’ils ne sont ;
nullement fous et qu’fls ne Vent
jamais été.

Une poétesse russe bien con-_
nue, Mmé Natalie Gorbanyevaka
ya, va sang.doute subir le méme
rort pour avdlr protesté auprés
des Nations Unies 4 propcs de Ia.
suppression dea libertés en Union
soviétique.

L'un des buts que l’Union so
viétique ,poursuit en procédant
de la sdrte, c’est de cacher ces
eruautés aux yeux du monde. I
ne faut pas que cela soit pas pos
able. :



AVIS Be

TRAVAIL OFFERT EN
AMERIQUE DU NORD
Dames et Demoiselles
rian} COURAMMENT”
FRANCAIS.

POUR RENSEIGNE-
MENTS : Se présenter de
245 hres. P M tous les
jours.

Alverue Marie-Jeanne
No. 9 Cité de l’Exposition.



EN BREF

AID DE L'AVIATION
ISRAELIENNE SUR |
LA REGION DU CAIRE

LE CAIRE (AFP)

Quatre avions israeliens ont
altaqué, a 10 h locales ce matin,
la région de Meadi, a une ving-
laine de kilomeatres du Caire, et
ia région de Dahchour, A plus
a’une quarantaine de kilométres
de la Capitale, a annoncé un
porte parole égyptien.

Trois civils sont morts et dou
ze autres ont été blessés & la sui
te de ce raid. Trois habitations,
ont été touchées au cours, du bom
bardement, a-t-il ajouté,

Le porte parole a précisé que
la DCA égyptienne est entrée en

action mais n’a pas fait état de i

Pintervention de la chasse égyp-
dienne. Y

x XXX
LE CAIRE (AFP)

Les habitants cu Caire ont été
temoins ce matin des raids effec
tués par Vaviation isruélienne a
proxinité de la Capitale. Pen-
dant une dizaine de minu‘es sans
aucun signe de panique, ils ont
vécu la guerre Israélo - Arabe
transportée jusqau aux portes de
leur ville.

C'est A 10 h 10 (iocale) aprés
le roulement gourd des bombarde-
ments dans le lointain, que Ie ea
non ot les mitrailleases de la DCA
cgyptiennes entourant la Capita
le sont entrés en action contre les
avions israéliens qui survolaient,
semble-t-i} la Capitale égyptien-
ne. Lialerte n'avait pas été son-
née. Leg habitants du Caire é-
laient pour la plupart & leurs fe
nétres ou sur leurs balcons. Ts
ne voyaient, dans le ciel, que les
flocons de 12 DCA et dans le loin
vain wne trainée blanche, celle
d'un avion volant A haute altitu
de.

Les sirénes qui, i] y a a peine 4

quelques jours retentissaient pour
des exercices de défense passive,
n'ont pas fonctioané ce matin. La
radio égyptienne n’a pas inter-
rompu ses émissions. Le trafic
se poursuivait normalernent dans
les artéres de la Capitale. L’élec
tricité a cependant é&té coupée
pendant une demi-heure environ.

Dans certaines universités et éco —
ont g

les les étudiants et 6coliers
été conduits dans les abris.

que }

défait celui de ny i”

3 POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE

LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGB
EXCLUSIVITES :
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
FRANSMISION MONOBLOQUE
) BISPOSITIF EXCLUSIF «SELECTAMATIC»
BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE
HE DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE.

& Charles Fequiére & Cie.

DISTRIBUTEURS

La Banque Populaire
Colombo - Haitienne
AVIS

TIENNE a le plaisir d’inviter ses nombreux et

fidéles Clients en COMPTE D.EPARGNE au) Soupe Campbell Tomate 3 pour

Tirage de la Prime Traditionnelle de la voiture
«DATSUN DE LUXE 1600, Modéle 1970, expo-

Bée dans le Hall de son Etablissement,

La BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAI-

Le Tirage aura lieu & L’Auditorium du Petit

Séminaire Collége St - Martial, le Samedi 31
Janvier 1970 & 10 Hres A. M. soug la Supervi-

sion du Révérend Pere Joseph ATTIS, Supé
rieur du Séminaire, assisté du Notaire Maitre

Maurice AVIN, du Haut Personnel de la
BPCH et du Public qui voudra bien y assister.

BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN.

or oad

PPLE PIN

6-9 FLOP: SAAS ae a ee 9 ate.



'

_ VENTE SPECIALE -- TROIS COLES



Poulet. Desquiron Livre
Hot Dog Hampco _—_Livre
Salami Hampco Livre

Café Rébo 3 étoiles

Riz uncle Ben 10 livres

Soupe Maggie 3 pour
Waxtex papier ciré

Cut Rite. papier ciré 75 Ft
Ajax cleanser 3 pour
Pine Sol 15 0z

: Shelltox 32 oz

Port-au-Prince, le 26 JANVIER 1970% Baby food Gerber 13 pour

Lait White Lily 5 livres
Vermicelle Victory 8 0z
Macaroni Arlequin 16-62:
Spaghetti Artequin 16 oz

Mennen Skin Bracer 6 0z

café
Vin Bordeaux Rouge ‘Cruse
Vermouth:Noilly Pratt.

Kalov Vodka

Rix blanc 25 livres

‘etc —Vows;receurez, retre,

a

SUPER MARKET

BOISSONS

Sardines Portugaises Acil 3 pour

Soupe Campbell Vegetable 3 pour

Bhum Barbancourt 3 étoiles

chiffres: identiques 26it: oad - 222 _ - 333,



























, LALOE AVE, omutstorHe PETIONVILLE

‘

SAMEDI 31 JANVIER 1970

$ 0.45,
0.66
0.49
0.56
3.25
0.54
0.72
0.69
0.79
0.37
0.35
0.75,

0.72
0.56
1.75
2.52
0.16
0.34
0.34
0.99

Liqueur Marie Briza rd Apry Peche

2.49
1.95
[ 2.29

. 4.29
1.48 -

i sion gratis.






ta mer. Le pp est comme
whe peintire Valasques,
Un edlell évanajoent: ampour-”

pre la mer a. étend aon éclat sur
TY-Natteclea of enfant j’rllain &
Plus pro
che de mol, co sont les tolta an
anddise urnéa ef on (blo houlllde
furent imposan-
cea du vempa do ma Jounosao, tel
Vi-
ly
Friech, de Léon Baptiste, de. Bon
del, Couns cos grands commergants
ches qui j'accompaguais los don

Kole ches loa Frares,
do tmalsona qu

lea quo celles do Boucard, de
tal did. Hellande, da ‘nudes

rées achebées par mon pére.

De tous can commorgants celui
agréable
impreasion sur mol 6-ait M. Alex
était mince et
beau. I] aval. épousé Jeannine Mu
zac, une beautd. Ses enfants Ray
rappelient
bien. Tl n’étnit pas comme sonton
Louis so nfrére ainé toujours der

quy avalt fait la plus

andre Vital. Tl

mond ot Marcelle le

Le Carnaval
s annonce
rapidement

, AU MONDE CHIC:4

Vous trouveres un.

stock de tissus de : $:

couleurs trés vives,
aux nuances variées
sans oublier le lamé,
. velours coton et’

velours thiffon de
toutes les couleurs,
tigsus pour
pantalona a femmes
Faites une visite -'

AU MONDE CHIC
pour vos
déguisements.

Rue du Magasin «:¢ :

de (Etat — 89. 2

Remerciements

Les familles : Alexandre, Ja-
nini, Kersaint, Bazelais, E-
douard remercient jes amis tant
de la capitale que de la province
et de Pevranger qui leur ont té-
moigné leur sympathie & Vocca
sion de la mort de leur regretiée
mere, grand’mére Mme Sophie
Alexandre et les prien: de croire
A leur profonde gratitude.

Avis

Le livre de Fernand Alix Roy
«LE ROLE DE LA MONNAIE
DANS LA SOCIETE DE L’A-
BONDANCE> est en vente & 2
gourdes l'exemplaire dans les li
brairies ysuivantes
DE — LA CARAVELLE
LOUISDHON — Reng Max Au
gustes — AU SERVICE DE LA
CULTURE — AUK LIVRES
POUR TOUS.

Croisade en faveur deJacm

Cette demeure oat perchba:
aur la colline qui donna wie sat



: LA PLEIA,

toujours
ta le. he...
la

oud aved un

vragen de classe, (était

—Danies Jo comptable de la Mainon .
un autre homme remarquable par °
sa bonté, soa aménités, I vonait
chaque dimanche ches mon dro.
falnalt
pour lu Maison J. B. Vital & Co

Crest lui qui paret-il

jo démarchage al de ger.ains
apéculateura on denréos.

Leg ‘invités.de Midouin ge dé-
lectent_en co petli coin du para
dis o} monte une brise qui nous
arrive douce et parfumée apres
avoir caressé les fleurs du jardin.

C'est d'abord avec des frulis
qu'on nous recoit. Des oranges,
des mandarines, oranges et man
darines venues de la région des O
rangers qui porto bien son non)
avoc 8es oranges oO. Bes manda-
rines d’un goGi. délicleux,

Devant ces paniers de fruits

dépogés sur nos tablos per. My--

riam Turnier et Mari ncoise
Tumiet Delgado, par Ruffina 3}
mon. et Meby Bueno, fleura. ap
portant fruits, ceFtains airs de

lopéra comique MANON me
reviennent.
Connaig-tu mon pays ov fileurit

Vormiaate. ;
Le pays des fruits d’or et des ro
- ses vermeiilcs. *

C'est IA que jé voudrais vivre.
C'est 14 que je voudrais mourir.
Cast le pays o} Ja brise sourit
plus léger que labeille.

Le pays of rayonne et sourit
commo un bienfalt de Diew un
éternel. printemps sous un ciel
tonjours pur. .



Mert de ves

(Suite)

ta pour autant inactif. 11 ne ces
sait de dispenser des Conférences
dans les Universités, et a l’occa
sion de certains Séminaires, com
me celui de Mona, a la Jumai-

“ge e. H était en routc pour une
nce & Mexico, quand il a
+ et8 brusquement frappé par

la
camargue.

La derniére fois que nous vi-
mes le Dr Shellenberg, a été en
Mai 1966, & la Maison Blanche,
A la réception offerte aux Con-
gressistes, par Mme Johnson.
Nous évoquions cet aprés-midi,
fa le souvenir d’une autre rencon
tre cing ans plutét, dans les Jar
dins roses de cette méme Maison
Blanche. (White -House), ot le
Président John Kennedy vis:ble-
ment heureux/ exaltait dans une
aijlocution la noblesse de la pro-
feasion d’Archiviste, comme gar-
dien des trésors culturels de l’hu
manité. En vérité des Archivis-
tes de la culture et de Ja trempe
d'un Théodore R, Shellenberg
On en rencontre un que tous les
cent ans.

Sa mort est une perte non seu
jlement pour sa famille, non seu-
lement pour l’'Amérique, mas
pour le monde.

Laurore ST JUSTE M. A.
Directeur des Archives
Nationalen d’ Haiti

&% Aux Belles Choses

353, Avenue J. J. Dessalines

DEGUISEMENTS POUR ENFANTS
TOUS LES SUJETS
Clowns, — Pierrots, — Chinois, —
Trappeurs, — Indiens, — Cowboys, —
Bat-Man — Zorros — Princes
Turcs — Indiennes, -—— Danseurs —
Pierrettes, Fleurs, — Cowgirls,
Chinoises, — Marjorettes, — Gitanes,
Princesses, — Aifranchis ete. etc,
TOUS LES ACCESSOIRES POUR
DEGUISEMENTS TELS QUE :
Masques, — Chapeaux, — Loups etc.

AUX BELLES CHOSES

LES PLUS BEAUX TRAVESTIS
AUX PLUS BAS PRIX bs

CS AIOE SOE IOOE FMPAIOE SIE SII TOE TOE 4

AU CAPITOL

Du Jeudi 29 au Samedi 31
a 6Hres et 8 Hrea 30
Un Western de Classe

Toute la Ville est coupable

4s

_ Avec : Dana A

ding ht tt

réws et Jene.Russeu-:.





‘ @
t lal

ricy so bereau, un peu boyrru
WY tt scuvent svus la guiorie

8
“Durant'la guorre, de AGB A 4H
c'ead Tat qui arr, def hes. ou-




2 ~ dative du mineur Mor



i a

be)

“at que lew avecata “pladent lt
iiauvalses Causes,
lh ang contd and
hang 6 0










?








nl
la
temps aseos appréciable

pour me. ¢
aurer la permanengs ‘du oprecbh

re bumain, ¢ . ya
Cette farce est donc un clasg!-
que de la free al vous pri.
rog,, la farce class Class
on: cect qu'h. travéte les Ages, “él
déchaine chés''lée, hpacti tears.
.16mon ressorts:du-rire, classique.
on cect’ qu’¢llg. met. en sctne des
caractére. de: tous les temps at: dé
tous les Henx,” ‘olagdqne dono
parce qu'on la -jotle encore apres
cing cents ans,.fait qua lui seul,
conatituerait une): ive irréfu:
table. :
Jean Cottre!
vaux Michéle “Mende .
ger Muni-et Serge-Lannes jouent










cette farce avec tout l’entrain at’.

toute Ia vivacité désirab|
Vee eux, mous revenons,

Wers de tous-les Ages +...

Décees. de Roger

Roger S: Firestone, le cinquid
me f.ls du Fondateur de la Fi-
restone Tire and Rubber Compa-
ney est mort subitement, apres
une syncope, lundi soir, -dans
s0n manoir prés de Bryn Mawr,
en Pensylvanie.

Mr. Firestone était Président
ue la Firestone Plastics Compa-
ny de Pottadown, Pa., l'une des
branches de la grande compa-
mnie de caoutchouc d’Akrcn et,
durant ces vingt-cing dernéres
années, membre du «Board. of
Directors» de la Firestone Tire
é& Rubber Company.

Le service funébre a eu lieu
ce matin & onze heures en l’Egti
se Episcupale du Christ Rédemp
teur 4 Bryn Mawr et l’inhuma-
tion au cimetiére de Columbiana
Je petit village d’Ohio d’od par-
tit A la fin du siécle dernier un
feune industriel du nom de Har
vey §S. Firestone pour ouvrir sa
petite usine de pneus qui devait
devenir Wun des plus grands em
pires industricls du monde.
FIRESTONE er ,
INTERAMERICA
COMPANY

Mouvement —
aritime

Le M/V Jensalb est attenda
dans mos ports vers le 81 Jan-
vier en cours et aprés avoir dé-



barqué sa cargaison acceptera
du frét pour Halifax (Canada)

et Philadelphie, ou encore pour
d'autres ports, des Etats-Unis
pourvu que les offres soient, as-
sez suffisantes. Pour tous rensei-
gnements compléméntaires, . veuil
lez vous adresser A nos bureaux,
cité de L'Eposition.
Andrg T. THEZAN
AGENT
26 Janvier 1970

Pharmacies assurant

le Service cette nuit.
Jeudi 29 Janvier 1970
; DU .COIN
au-Prince, M. Terry ‘Winsbury,
Rue Mgr. Guilloux
MATHURIN
Rue Fronts Forts



‘Vente de bien
mineur

Il sera procédé, le lundi seize
février mil neuf cent soixante-
dix & dix heures du matin, en
l'étude ect par le ministére de Me
Maurice Avin, Notaire A la ré-
sidence de Port-au-Prince, a la
vente au plus offrant et dernier
enchérisseur d’une propriété
fonds et bitisses siae & Port-au-
Vrince, au portail de Léogiine fa
cade Est de PAvenue. Trujillo, ac
tuellement Boulevard Jn-Jacques
Jessalines, mesurant cing métres
quatre vingt cing de fagade (5 m
du) aux cdtcs Het et Ouest; sur
une profondeur df seize métres
cinquante (16 m 60) aux cétés
Nord et Sud et ayant une super-
iicie de quatre vingt seize métres
carrés cinquante deux (36 m 2
52); cette propriété cst bornée
nu Nord par Emmahuel Baille
au Sud par la ruelle Baille, &
VEst par Mme Angélina Jeani-
ton et a lOpest par le Boule-
vard Jn-Jacques Dessalines, com
ine il appert d’un procés verbal
arpentige de l'arpenteur Byron
Alphonse assisté de son conirére
Charles Dorfeuille, en dale du 18
Ustobre 1909, d’un acte de vente
passé uu rapport du Nolaire
Maurice Avin en date du 8 No
vembre 1963, le tout enregistré.

Ce, en vertu lo) d’une délibé-
ration de conseil de famille du
nineur Morvil Aurélen, tenue
sous la présidence du juge de
Paix de la section Sud de Port-

au-Prince en date du 12 Novem- %

hre 1969 20) d’un jugement ren-
du par le tribunal civil de Port-
au-Prince, en date du 20 Janvier
1970 homologuant la décision du
Conseil de famille du dit mineur.
Aux requéte, poursuite et dill-
gence de la dame In
dor, propriéta-re, demeurant et
Gomiclliée 4 Port-au-Prince, iden
tifiée au No. 2867-NN ayant pour
avoeat Me Aurélien C. Jeanty du
barreau de Port-au-Prince, id
fié, patenté et imposé aux.
. 68-H, 56069 et 44058 A C.
{ion de domicile en son cabl
gis A Port-au-Prince; aque
- me agit en sa quali de

Hen; . .
Lia dile vente se
mise a prix de

-fera sur la

* par Je conseil de famille.—
Pour plus” amples ~=re
ments s’adreaser &

"Avin, notaire dépositaire

hier dea charges

‘roussigné-

Tt-au-Pringe

u







Bn pgiume, we :

n on i oy i plan. std
oly, mala dilq ogntn cana, ge.
“fait quand Hes, tat 2















mander, ef. vivement, A nos ‘60













Innocente Alti- ;

enti : 27









: Deux mille huit:
8! cents dollars ($ 2,800,00) _ fixé

Mé Maurice’ J
du ca- Y
ou A Vavocat ¥











He”

“ons” nécobvatres
stone do la. Als




Ypiro Tubrique \ |

_ . ' acme latetie 5. 4 Ce
GORE: élle quo: jay-) a les uri ont certairio *
\prondé, pavfilh Vareivdg do: cartel! iment compris qu'll leur fallatt ‘li
‘nea ipertonhes Gul ‘Talatdtoment, x0 3 L'Bcole ne Ovide.-DU ©
Bt oela falt souvent lobjet do VALI une construction im
commentaires trés fiatleurs pour 'posante, bien tenue.,,,.Le Dopute -
ayous, Mals que. vons: Sten André on ‘veut ‘ols amenor
war y yaa ayes ih rerelg pour -volr Ja "Maison du
onealy jus’ out qu'il’ a! gménagée pour |

vous -.permettre \rappelar que’ le ‘Médocin’ de-cam





. . . que-vos

piofes ! te’ de tart, is
. wd

ny Ca. aati a fait, swede
aghtalmologiates" haitiens * cont
ie ; olph eGarheron,Jean-
‘Yves ‘Plarre, Reynold”. Mosanto
Frédécic' Von fait-sans bruit avec
Je‘peu de smo technique &ont
Als . dis: jjeear les instru-
phitalwmologiste sont jes

| médecine, et sans
médecing -dit-il eat 1a

_,-Seule profession: qui dott: s‘exes

cer sans "publicité; « pour -respec-
ter Véthique Professionnelle." ’



<~.. Noire: ami nous. faidalt “ane
pelne: soumine et tout... contrit
noug Vécoutions parler. Il parlait

bien, avec une maitrise dace
qu'il voulait dire et aussi du fr

¢ais, le véhicule de sa pensée. i
nous prit un cas et nous dit que
le Dr. Frédérique avait posé te
mame diagnostic que le Dr. Fitz
geral ot que I’fn.ervention du

Dr. Frédéric n’aurait pas cu on.

résultgf, moins éclatant.

No.re informateur conseiller
nous dit encore que les Drs Jean
not Cadet et. Reynold Monsanto
travaillent dans des conditions hé

roiques a l'Hépital de 1’/Universi.
; ob.enirâ„¢
des résultats ou aussi é.onnants, —

té d’Etat d’Haiti pour

Mais ils n’en parlent pas. Ils
sont allés jusqu’A la découverte
de procédés peu cofiteux pour
conserver des yeux en vue des
greffes de cornée irés courantes
CL

Et c’était sur des compliments
et des yoeux que notre ami nous
quiita.

XX XX

NOS VISITEURS .
..«Mardi soir est arrivé a Port-
au-Prince, M. Terry Winsbury,
«Sales Manager» de la BOAC a
Kingston. Nous l’avons vu mar
di soir 4 la table de M. et Mme
Jean-Claude Nadal au Barbecue
dansant du Sans Souci.

Hier aprés midi il a déjetiné
au Rond Point Restaurant avec
Jean-Claude Nadal, l’Architecte
et Mme Hubert Ethéart, eb Mme
Lysianne Helmcke de la Souther
land Tours et les Ingénieurs
Ernst et Alix Cinéas de IBO
TOURS. _

xxx
..Mme Ellen Hjorth arrivée ici
je 20 Janvier pour visiter ses a-
mis Je grand dessinateur améri-
cain’ Larry Peabody et sa char-
mante femme Bette continue d’é
puiser les charmes de notre pays.

Ellen Hjorth qui est du Dane
mark est la marraine de la ravis
sante Annette Peabody devenue
Mme Osborn. —

Nous avons rencontré Ellen
Hjorth hier soir au Grand Hé
tel Oloffson en compagnie de Lar
ry et de Bette Peabody. ,

xxxxX
..Jane Friedman, ins.itutrice de
Brooklyn a pris logement au
cours de la semaine & Iho-Léié.

‘ xxeux
...M. Loren Hardesty, «Contrac
tors A Ithaca, New York est arri
vé hier avec sa femme Virginia
et ses enfants Virginia Leigh, Ja
mes, Martha et John, et ses
beaux-parents, M. Erwin Mc
Guire e: sa femme Helen.
M. et Mme Loren Hardesty
-et M. ot Mme Erwin Mc Guire
font faire un voyage dans les
Caraibes A leur jolie fille et
pe.ite fille Mile Virginia Leigh
esty, 20 ans qui obtiendra
gon dipléme en littéra‘ure fran-
¢aise de Cornell College d'Itha
ca on Juin pour se marier le mé
me mois avec Ray Vandenberg
éludiant en sciences politiques.

Nous souhaitons la bien-
venue en Haiti aux familles Har
desty et Mc Guire.

xxx

..Le Dr. Andrew Mayer et sa
femme Estelle de Norfolk Virgine
on pris logement hier 4 El Ran

t

xx.xx :
...M. Stern Benedict, directeur
d'entrepriso et sa charman-e com
pagne Jeanne Marie . Andersen
Phillips sont arrivés ici ce matin
pour une viste de quelques jours

xxx
...M.Elgin Kingsbury, Ingénieur
de la ALL American Cables arri
vé ca matin de San Juan a 6:4 ao
cueilli ‘:par M. Mangonés Mana~+
ger de cette cumpagnie en Haiti.

s
4

‘
i.
a
m
















Renseignements















Il est venu faire des répara-"




pagne Dr, Frangois DUVALIER ,
y a soulagé des millers d'indi-
gents. dont-la . reconnaissance en
Mit ‘sea Glecteurs quarid {1 prit
part A la course au pouvolr.....,
Il a mis trois cents bommes aur
route Jacmel-Carrdfour-Ray

“mond pour Ja ‘rendre praticable

imais les dermiares pluies ont dé
Strait cet effort......Et-le bus re

‘;prend la route vers Jacmel.

xxxXx |
tb Ve R.P. Roger Désir, de I'E-
wise Episcopale a pris Vevion
pour New York. I est allé assis-
ter A la Conférence Théologique
‘ayant’ our théme L'Actualité du
Christ. Cette Conférence se tien-
dra aA Trinity Instttute de New
Work. r
..Les Drs. Leonard Feldman

et Yvette Gindine Tardieu Feld-
mand et Yvet.e.Gindine Tardieu
"Feldman ont ‘repris Vavion hier
-aprés midi pour New York aprés
environ un mois parmi nous.
_ [ls ont && accompagnés hier
‘aprés midi a Vaéroport Francois
Duvalier par M. of Mme Gindine
Tardieu et ie Conseiller ‘Lucien
Chaivet. . ae ae
xxx

..Mme Carmen Boivert a pris
l'avion hier aprés midi pour New
York via San Juan. Elle y est al-
lée passer quelques semaines. El-
lea été saluée a l’aéroport par
des" parents et amis.
..Mme Jeanine Roy Liautaud
est revenue de Puerto Rico co
matin. Ellé y a &é6 voir son fils
qui fait des é.udes en ‘@ectroni
que, & l’Université de Mayaguez.

xx XX

.iM. Holger O. Schmidt de 1'Usi
ne a glace Nationale est rentré
ce matin de San Juan.



Remerciements

Mme. Vve Alphonse Astier et
ses Enfants - Mr et. Mme Diogé
ne Caze et leurs Enfants — Mr
et Mme. Pierre E Tardieu et
leurs Enfants— remercient bien
sincérement tous les Amis de la
Capitale et des Provinces et-de
VEtranger qui leur on’ témoigné
de la sympathie a l’occasion de
la mort de leur regretté.
ALPHONSE ASTIER survenue
le 12 Janvier 1970. Ils les. prient
de croire & leur profonde ygrati
tude.

P-au-Prince, le 29 Janvier 1970



AVIS 4

ADMINISTRATION
GENERALE DES
CONTRIBUTIONS

L’Administration Générale des

Contributions rappelle aux Com-
mergants, Industriela, Direc curs
d’Ecoles Privées et & tous les
Chefs d’Entreprises, qu'un délai
expirant le 10 Février prochain
lour est accordé, pour verser le
roduit des valeurs retenues sur
leurs employés pour les contribu
tions de Solidarité et de Libera
tion Economique.

Passé co délai, les sanctions
prévues par la loi seront rigou
reusement appliquées contre tous
les retardalaires, sans préjudice
des valeurs initiales dues.
Port-au-Prince, le 27 Janvier 70
: Franck STERLIN

Directeur Général

Convocation

_ Association des Anciennes du
Fensionnat Notre Dame du Sa-
tré - Coeur.

Dimanche ler Février Réu-

rion mensuelle au Fensionnat.
Ges membres soni pris d'as-

sister numbreux A cette réunion.
Liordre du jour roulera sur les

dispositions & prendre pour Ta

kermesse annuelle.
Merci : LE COMITE

STIS

Offre d’emplois
La TRANS CARIBBEAN AIR-
WAYS recherche j¢unes gens
agés de 18 A 24 ans, ayant leur
résidence aux USA parlant
couramment le Francais et Pan
giais pour étre employés comme
steward ou STEWARDESSE sur
sea lignes aoe

Les intéressés sont priés . de
faire leur application dans le _
plus bref délai au bureau de Vaé.
roport ou peuvent au besoin a
léphoner aux numéro! aivante:
2.3085 .2-8086 pour’ toutea. “tn
formations ,supplémentaires.







‘Année de ce Cours se
re 1970 ou d’Octobre

le offre également. les Cours

toujours au-début de chaque mois. §
( et Inscription tous les "jours, sauf Samedi et
Jours Fériés, a UVECOLE DE COMMERCE JULIEN CRAAN, ;

‘Avenue Christophe et ‘Rue 6. 4

r







, Dimanche ler mars prochain un Cours
re Anée de Comptabilité Ameéricaine.

imerciale ( Applied Business Mathématics ), et
de Cost Accounting (Prix de

let 1970. .
Des Cours de Dactylographie

revient) de Mars a Juil



émiveion de note 2 mior tm:
bro pour-la poste adrienne, sera
qrandlosement cominémorg

os manifestations a proprides. “cha un thr; apparemment:.anodin

La Soof§té, Ad atéliqua
d'Halti, (BAH). prépare, comme:
on Je saft, une Bxposition Natlo-_
hale, Aérophitatélique d’Haiti





ADT(-Las membres ds cette So-

ciété. a6 montrent trda optimis-

“8 -eb certaing A lavance du plein

wuccds_ de cette Exposition,
grace au concours de tous les aé-
rophilatélistes haitiens, grace a
la collaboration de la Fédération
Internationale deg Sociétés Aéro
philatéliques (FISA), sous le pa
tronage- de laquelle seront fa.
cées ces ‘manifestations. M. Per-
ham CNAHL, Vactif . Président
de VeAmécican @ir mail Socie-
ty» a offert safparticipation lv
Plus large A ces manifestations.

En raison de l’ampleur prévue

de NALE AEROPHILATELIQUE
D'HAYII 1970,> l'Institut Fran
cais d’Haiti a jugé ~ nécessaire’
de mettre son auditorium A la
disposition dg cette société et
non le Hall d’eitre2. .
Ainsi, ne doute-on pons = que
toutes leg ‘collections connues,
internationalement ainsi que. cel
les, ‘moins connues, recueillfes
par nos jeunes, lespoir de lave,
nir participeront largement 2
cette Exposition leurs proprié-
taires témoigne ainsi de leur
appréciation de cette initiative.



Institut des Hautes

Etudes commerciales

et économiques

Lse étudiants de l'Institut des
Hautes Etudes Commerciales et
Economiques (IHECE) ont le
plaisir de vous inviter 4 une gran
de soirée dansante qu’ils organi-
sent au Casino International le
Vendredi 6 Février 1970 a par-
tir de 9 h P. M, avec le concours
du Super - ensemble Nemours
Jean - Baptiste.

La cotisation est fixée & $ 2.00
- Une cotisation:‘spéciale d’un dol
lar est prévue pour-Jes éléves des
ccoles secondaires et: les<étudiants
de YUniversité d’Etat d’Haiti et
des autres Instituts ~ Universitai
res, ne :

Au cours de cette soirée dan-
sante, il ‘sera proeédé au tirage
aa sort des deux lots suivants :

i —-un billet d’avion aller -
retour Port-au-Prince — Mexico
a Voeeasion du-tournoi internatio
nal de Football et-$ 200.00.d’ar-
gént de.poche. Re
2 — un-apparei! de radio Tran
sistor. Los en
Le prix du billet de cette rafle
est de 1 dollar. ane
'N.B.— Les cartes de bal-et les
billets de la rafle sont en vente
uu local de l’Institut.des Hautes
Etudes Commerciales et Econom
.jues, Champs de Mars No 31,
Tort-au-Prince, Haiti. —

Le profit de cette soiree dan-
sante et de la rafle sera affecté
A Vaequisilion de nouveaux ou-
zrages pour la bibliothéque de la
yondation de tIHEGE.

Pour le Comité d’étudiants

Seymour DAY Jr.
Trésorier.



Avis de Divorce

vort-au-Pce le 29 Janvier 1970.

Conformément au jugement ‘du
Tribunal Civil de Port-au-Prince
rendu le seize Décembre Mil Neut
Cent Soixante Neuf admettant

* ig divorce des époux Joseph Pier

re A. Bazile, la femme née Rose
Micheline Jean-Pierre et pronon
cant la dissolution du mariage
caistant entre eux, l’Offic‘er de
[Etat Civil de la Section Nord
de Port-au-Prince, les formalités
légales préalablement remplies, a
uranscrit dans lea registres A ce
affectés le dispositif du dit juge-
ment

«Par ces motifs et aprés délibé
vation, maintient le défaut octro
yé contre le défendeur. Admet
ie divorce de la dame Vierre Ba
vile née Rose Micheline Jn-Pier-
re d’avec son époux aux torts de
ce dernier : Prononce ta diseolu-
tion des liens existant. entre lea
parties; Ordonne la transéription
cu dispositif du yugement sur lea
vogistres de POfficier de l'Etat
Civili de la Section Nord de Port
au-Prince; Dit qu’un extrait gn

“jugement sera inser
etn dee quotid:ens s’éditant
Ala Capitale sous peine de dom
mages intéréts envers les tiers
5) thet.»

Sil en eenetholazd EDOUARD
Avocat.












rera au choix : d’Aoit §
1970 a Féorier 1971. 2
: Arithméthique

' Bilingue commencent %





J DOOOOOOOOO





‘Vaile gauche: ; ce?der
nts, le drible mais déclen
qui _trompe:le-gardien. Philogéne _
Dds ce.moment oe fot une vA

: es
gars du. mn presée
d@ combler. leur retard. a la -mar
qué;:les cannoniers do. Violette
crachaient de mille feux, mais
les -dieux étaient pas | avec.
Frangois et Vorbe;.et puis, ‘fla.
trouvaient en face d’sux,.on gar:

dien ‘au bon placement’.et. -suz—

reflexes Gtonnants qui fit quél-.
ques arréts sensationnels. La
défense visitense, sollicitée, plia maig ne craqua ja
mais jusqu’au -bout.

xxx oo
_A la reprise on assista. av
méme scénarid : domination du

Violetts entrecoupée de quelques
attaques - éclairs des petits-goa
viens bien lancés par ‘arriére
central Gérard Henry.

- Vers ia 75éme minute, | les
visiteurs, sentant la fin proche,
sonnérent Te rassemblement én
défense. ils étaient bin décidés



NOS AVIS

INSTITUT DE
DEVELOPPEMENT
AGRICOLE ET
INDUSTRIBL
- SOCIETE D'EQUIPEMENT
NATON (SEN)

PROJET jet d’Aménage-
ment du Pare Industriel de Poyt-
au-Prince, 4° proximité de l‘Aéro
Port Frangos DUVALIER Mar-
ché No 1-70. |

RE : Prét BID No 4 SF - HA.
Moniteur Officiel du 16 Oct 69.

. In, urs, Architectes,
Untrepreneurs et uous lea intéres
sés sont informés qu’en vue de
laménagement du Pare Indus-

‘Aéroport Frangois DU
VALIER, la Société d’Equipe-
ment National recevra en ses bu
reaux sis a l’étage de la BNRH
Rue de Magasin de I’Etat, les
soumissiuns sous pli vacheté, rela
tives & Vexécution des travaux
sus-mentionnés entre le 30 Jan-
vier et le 27 Février 1970, tous
leg jours ouvrables, de 8 heures
a, m a& 1 heure p. m; :

Les plans, dessing spétifica-
tions, renseignements pertinents
Qe ires aux Soumissionnaires
pour la préparation-.de leu of-
fre, ajnsi que les conditions du

peuvent’ étre” us de
la SEN dés la préeente publica-
tion, chaque jour de 8 : 00 a m.
& 4 : 00 p. m moyennant un dé
pi de garantie de Cinquante Gour
des en espéces ou par chéque &
Yordre de la SOCIETE D’EQUI
PEMENT NATIONAL (SEN).

Le montant intégral de ce dé
pét sera remboursé A chacun des
soumissionnaires lorsqu’il aura re
mis en bon état les plans e! docu
ments qui lui avaient é&é four-
nis.

(IDA)

Chaque soumission doit étre ac
compagnée d'une caution de ga-
rantie provisoire (Re.: «Rensei-
gnements pour les Soumission-
naires» 16 — Cautionnement),

Des diféren‘es soumissions re
gues seront décachetées le 27 Fé
vrier 1970 A 10 : 30 a. m. an lo
cal de la SENpar le Bureau
d'Adjudication, en présence des
tsoumisgionnairesc ul se seront
présentés, ‘L'Adjudication des
constructions sera prononcée ulté
rieurement et avia en sera don
né par le Comité A l’adjudica-
taire et aux autres soumissionnai

res.

La Socié.é d’Equipement Na-
tlonal se réserve le droit d’accep
ter ou de rejeter toute soumission.
SOCIETE D’EQUIPEMENT NA
TIONAL

Fait a
Janvier 1970

Pot-au-Prince, le 26

but:

bleme: technique de












i vie f
Joura ‘A: Vaffat nent! aneon mal
b. égallaer. Paradozale :

1 recta eeozatenent, Ca

, = PT .
prieentante de ln cltg de Boule.

que: qui -faillirent reprendre 1'a-



. Vantage A la 87ime minute
table .coukce-poutaulte.. gowr . nule Par
mardchal Mito

André: Guillaum

’ e.
En définitive, malgré la fai-
la
des-Joueurn, Ja rencontre fut pas
slonnante; Iss acteura firent mon
tre d’une — correction parfalte
qui. Texclue e la largesse ot
la combativi 3 il n’y aveit pas
de cadeau et fon lottait -pour cha
@ pouce de terrai -
tea les balles, rain ef sur tou

he, ry,
Liattague du violette so

dune’ stérilité chronique malgré
{a valeur de wes ind te
qui ratent des sccasin ny cualites

occasions trop fa
st ; tt ‘onne

clles 3 Vabsence de. Bay , fut
coup dans cette contre
rane des éléves de l’entraineur

Les petits goaviens, eux eont -

au-dessus de toute éloge, {ls ont’
bien retenu la Jecon de Aigie.
nolr, car tenir en 6chec, sur son
propre terrain, lea ex-champions

Port-au-Prince. n'est pas a
a portée du premier venu.

Enfin signalona 1a trés-~bon-
ne partie de l’avant-centre petit
goavien Roger Jn-Baptiste du
demi droit. Gérard Badichon, et
la tréa grande forme de l‘arriare
droit du v.olette Ernest Jn-Jo-
xeph qui progresse A chaque gor
ux. EQUIPES :

T-GOAVES
André

— Sol
Henry, Jn-Louis— Apolion, Ba.
dichon —. Semephen puis A.

Guillaume, J.R Guillaume

» de Jn-
Haptiste, Mervilien, Entraineur:
Gérard Henry” "*rainenr:

Violette :

Philogéne — Jn-Joseph. L

ya tiste; Germain mea Pane
orbe — Jn-Robe

gois* Del obert, Dumé, Fran

Entraineur : Lahens

Yves Jean - Bart

ee
ASSOCIATION DES __

“HAUFFEURS GU
D’HAITI IDES

AVIS.
En ‘vue de tacjliter la distribu-
tion équitable de nos visiteurs
Sdivant les normes de la Politi-
que de Justice Sociale du Prési-
dent & Vie-de la République les
propriétaires de Magasins et
Shops touristiques se trouvant
dans le circuit de nos tours régu
ilers pour les, bateaux de croiaié
re sont priés de Hién vouloir s’ins
erire au local de I'ACGH dans
le meilleur délai. ,
Pt-au-Prince le 28 Janvier 1970.
Jean R. BERNARD
Président de A. C. G. BH.
Joseph Lafontaine DOMINIQUE
Secrétaire Général de 'ACGH

xxxxX
ASSOCIATION DES
CHAUFFEURS GUIDES

HAITI
AVIS

Tl est porlé a: la cunnaissance
des Membres de I'ACGH = dee
Chauffeurs Publics, des Guides
Interprétes et de cous ceux-la qui
s’intéreascnt au transport touris
tique que cvonformément aux ins-
tructions formelles du FPrésidert
*« Vie de la République la distri-
vution des touristes dans les Mn-
gasins et Shops de Souvenir Tou
ristique sera atrictement controlé
par l'ACGH.

Tout contrevenant A la recom.
mandation faite pour le shop au
quel il aura été assigné sera ex-
clu du transport touristique.
Pt-au-Prince le 28 Janvier 1970.

Jean R. BERNARD
Président de l'ACGH
foseph Larontanie DOMINIQUE

Secrétaire,Général ae VACGH

DOOOOOOQOOQOOGOOOQOODOOEO's

OU IREZ

Au Rond.-





‘©



SAMEDI SOIR

DINER ET DANSER
AVEC LES: SCHLEUX-SCHLEUX
Point Night Club

- VOUS

=

DOOOQOOOOOOO

©

OOOOGOGE:Gier





GRAND BAL TRAVEST!

HOTEL SANS SOUCT

sommes certains, pour beau





Lote



Full Text

PAGE 1

No llll,002 '1'.A.NNIII 1 ~?'MES : : L'I NCENiE Dlll :Minot. A L ;: USlNE ~LKCTRIQUE : : '. te ltimllent :' : ~1 .: , ., ( , . : .; i _ ' .. J . .. ". ;. , _. . , ' , :. , ," , AU FIL DES JOR:S ... par AUBE LIN JOLICOEUR Incidences d" trois nouvelles Lg. lions 1<:n pnmml,tuanl \11 mn,vdlt1 l 11ulatio11 •ur le Nolkrlal, le Gou1ernenwnt d, . , 111 HoJ1Ul>!lqu11 np portc •on collJl lie pluche un 11ulre dl(1cc vermoul.i : i, ln loi de J(JltJ dont l'anach.-oliism11 no• to.iro Bl' rvlnll incompaUble li \'l'e \,. rc-elructuralion ~conomi qu• el oodl\lc du puy•. r,,nt en dp sunt sur 1t!s hurenu,~ de cc Mini Lre les tro.s nou ••uaux lnst monts Jurldlqucn 1111 i,d• li con . ltionrtJ:r l'cxerdre dP i., profcssl n d' Arpenteurs et de Not.aires e Hait!, ln t.inficntlnn de actes j dlcinires. d! : Eliriit i:• : detint plus-~ , L$S ART1sr'i!:s DB I...A TROUPE GOSSELIN a,sBi.,tent _ .Jl,U fpeotacle dit Gra,,zd !Ut,[ Olc/,fBo-n il , Ll~ ipque .de car-nuyal. Cc J Cin~Th,ro comvi, sur 1a puis ;} =1!~ attirer tous los cinphiles Ol&'lles ... Le ape(:taclc du Grand Htel de ce nr,m. 11 s'agit de CU STER. Oloff90n avait attir hmdi 110ir L'HO?,JME DE L'OUEST. une foule coh.sldrable. Les artla Le film est une page eJorleusc La prom lgatton de ln loi sur l ' Arpcnt:a et le larlf jud,cialn ao sl~ale f.R r ces inciden ces hcureu ea : les dpossession" dolente• rarfient dRns le" ,•amp!li1JU et bo..ir.:-• de la Rpu bliq~i &'ri e l 'act1011 conjointe tl<'s Che!n de Parquet et de la cumntissio11 n.graire prsirientiel 4 le qui lie 1ent llininforlo il l'ex eution ,le n nouvelle legislt:.tion. 1re plainte diminuenc pro,cessi vclniont d e azit Jc,s Parquets et le Ministre c la Justic,•, tendauce stricte 'eppli• : 1itic,i1 ilu ln.il jut(iciafrc liserv<'. ,li tait prvoir que (e riltion ll&elin de l'histoire rie• Etata.-Unia. nzmmt de l~leetrleit, Port-au gnie pou:ra i.re ~n mesure . d'11suivant une tradition y ravaient Cera~. ~! aaicmt 1 .e 0 nDBt l•d,,~t nedemc 8 ou 11 De,Rnl Ir• indcentes . ifopoa•o~ nlono, les j\lj~nntionn in consid~ tOt!s ch, bicnn !onc:;ers dont l' l.lllont ,ictinie• les Justiciublcff rolev1rn l dea section• rurales, h l'.ho! do l'Etnl, excutant les pro 1111tl\8ea d~ ftR cnmpngne leclorn h, chn-n~t lC'ndrC" BPS hraB ::~rs h rcs cxp\oil6H de toujours. Aus•i. Ica diff<•renls mini5tre~ rfr ln justice qui "" BOllt 8UCCC, ,li•• 1 l)t, / 11u Conseil d..i Gouver nement 110nt-Oa 6\"ortU~& ii. mul llpli<'r, i& cet effet, les comml~ ,1on• d'enf)U<'I,• ._.t le• ll'ttrcs , ctr \ . u\niTN\ i\ l'ndTCAI\O deR (.;ommis •nlre• du Gouverm•mont et Do ion• de• Tr,1,unnux civils. Le Mi ;,, 8 trl' Dltwnrieu>,,:, se ronfo1 nu1nt i \lce et ees envb:ons, allait s'ln cheter Jea ginra.teunr polll' uue t invits pai;: noua. C;tait a.~ Ie, acia stfler aprs la mise hors ser,hpaclt .moiri 51:00 kws, cc pr&la reprise de L Facture queront pas d'a[Jer voir diman:e a -de 1'unitll de l-000 kws de o;ul nori malique act11llemenb. . qui •. venait . de connaitre an ..,_ x x x x 1sine Electrique, i1 la suite de n a ajot ,en _conflrmtlo11 de co%~di~ Jcs, Le lpectaoie QUAND G,lJL I-JIGGINS li-:!ejo~~ d.a:io::'v~\lf;te! 0 :~ no:r!pti\r~~~u: r:tlon~et~ent ~e Galllin t aS:: ~ste!t." 1 1 uilbie son m;;i veronire vait fait la relation; de l'ledrlclM -~t auosi a\lcial Compagnie. C'tait un spectacle en H.U .• Dans ce mme compte rendu, pour les bonns.quc pour moi Impressionnant mme pour Jea.11 .ma .. Kenn> tdc~lamina, 11 m_.,'":!!?..!~.n'. 1 l,s 1 fl\>U~ nous inquitaoni! d'un renl.{Ui dirige la Comvagn\e et qui Goaaelin qui vient en Haiti de, ......... f11rcement des rigeurs du ration pr~voie gue _ le rationnement' va (luis 18 ans,et plua . ens9re pour sa ravissant.. 11<>9Ur .Gail Hig~•~s nment et des mfait& et conldevenir thaque jour do plus en Madeleine qui voyait la dnso de pour snn anlverBBlre. q'uencea du : dsiderata du Chef do ln N11tion, forma," ii son ~our, lu1neur11 commisgl.on!i spr1ah!R composoe,, de juristes de la. Cour c t du Parquet l'n .(}assation, ~r ln Cour d'Appcl dl' Port-au:f'.r~n .,, ct du Barreau, de notabilttes ~ecrutcs pnrmi les arpenteurs Pl )es Notnire.s, enfin de Jnges A la !a cur de cos premierri rault.nt..~,1 nouvolle loi eur le No tariat con ait le jour, son tour o rle. U est l!SJ)t3rer qu' Ja fe.veu-r de la cration d'une ~able juri iction not.vrial, o les droits tan des paysans que dea citadins s nt garunlis J•ar d!'a textes im ratifs, les procs dis pendfeux esJ;Crc,nt uutomutique ment, la io lltique de rrularisa l1on des ilr~• de proprit Sl' poursufvr dans un climat d'nr re, l'ta is~menl du Graud Li vre f'onci r pourra faciliter l'u,ug mentatlon du crPdit rural et du crodit ur in. ;.cr ou remplacer l'unit miMe Lomm . e de coutume Jurant la se.i cat..juaqu'.lcl. . 1.me~ur . , 11u.e '. Ion Gail une m1gnonc p~lilo Piors d'tat par l'incendie ? son 11ucrir.e> d' . 1 P~ ~ daru ,me , bolt .de : c 1,1~?nt::aig: 11 md:sc?n~~: Voulant renseigner l'opinion, a 1!n~~j1~/~;;~~~io~t• nue{~ spectuple attire chaque \un Splcn,lid Htel ont pus une par nous avons interview le Directes : . di au GTand Htel Oloffson une tic de li,ur soir~e lH. Fr&ntc tcur de la. Compagnie d'EclnirnLe mardi 27 Janvier 10:25 fo,ule d'haltlens, officiels du gou Cnnadicnnc o Gail .1 entondu J., J,:e Electrique,.Mr Everett Shrew du matin, notre Centrale Port ve!'.{lement et grands commerf'vS DES Kent •a gagn au Casino . Le rationnement renfirc mecasse l'i!j.trieur de la. machi[NDUSTRIELSJ '\ , . : ; 7 .. '; Kent et Gail sont rcpar . is ce A prs de la boricus~es deltber~ 1 ions, Je& Commissaires s\•,cute naee de durer car notre quesr.e, ce qui a occa~ionn de trs a,riva vBC M~( ' lefo } /;e11 , , , , matin avec l'intention d'w1c grande ... Neil St ,John Raymond et . sa .:. fit la rP!)lll! Mc ~~et li{. :Philip . tel• Olefbon. Neil ,•st au GradWl be C ada L'e.drel!Se du Con ~ault Go •nitssauc Glnrn.l de AIGLE NUIR _ DON BOSCO Par Aubelin JOLICOEUR Shaefar, un du Gai :' te Scl(!01 iif Design dP Harvard suf;,,t ~r~l d'Hati. Ge Vendr; ia C~op 'tion avec !'Extrieur UN MATCH A VOIR : \\l-1) VI :enq ' :n . tr"'t~:::fit~~t~. ~ Un.li~b.r .. :x :t :c r dets.9LJeanwvie eekr-eln9d70coiml mestenclc8 ehteula. aguou!!irrun erne'_dleess, Aeftfasirones!~ont_esrc-, AIGLE N‘IR RACING rception aussi. .. Il s'agit de la M. Maur ce Hroux, Dir~ur . Le ChampionmA cfe la Division Do1;,'A~~~~~ e~P;:~n~~r~~~~c~u~.J: ~x~~.~~~f!u! nd !!s 11 ;:: 1 ia~J! 8 tJY1~~~~d:~: ~::e e~~;!. va5ts possibili ,s f%J Z~f1f:s ET rcepLon 4ui tait offerte pour Gnral es RelaLiuns Internatio Nationale 'suit ,ori cours normal niveau technique llBllllZ lev qt1oi . ~ltnes Jacmel et il essaie forte ce et qui rappellent ceux _de Pa na sont venus tudier les prorie la. pu.blii,i/ Mdecine clbrPr l'anniversaire de l'Indnales a,u inistre des A!faires et a llj-atelnt quatre tours. one hnrt pa,r moment&, occupe ;uent de nous les faire partager, ris Umoignent d'une certame BO jets que dveloppe ici. Mike ~k ... Un jeune m~ecin qui comme pendance d'Haiti. A cause de cir Intergou mementales, M. RomLe cinquitne va tre abord le . premire place aevc un go;,l le :Ministre Lebert Jean-Perre phistlcatl~n. Cette u slne lectriLime}'lf car ils veulent perticip 0 r nous culth•e les relations publiconRtancPs dues aux habitudes du ' -r,nid Mi Ile Deschnes, Chef la fin : . . de ctte semaine. L'affj. diffrence plus lev que les au et mo.i. De mon j'apprcie ijUe ta.\t dirige par 1es Frres ,:-es investissements~ . ques , nous a mu m .1 rdi l'Oinme ~~ii:"iJ~. ~n:!,~fl~-~~. d~~ . !fer~r~to G~ ~~ ~~~r~~nJ/:ri?~~iet!~e~; ~r:;s;i: 1 pt~!:~.rt/ 1 p1':s ~; 0 !18pl;1! ' ~~l'~J!1:l~!11:~ ;:; Boucar, un Anse. 11 s'efforce grce un dy se trouvent les m~n,i:,. de~PauJ no. x x x x mo;~~\~~e t~~~r~~u~ite sen J'Hc,norabl~ Fran,ois Eugne. Me..• Directeu de R;&dio_ . Can_nl;a. 17, plus 16. Ce match es_t n-t.Jacot qui sembie ;c retro~vPr. namisme de leader ou la for Lematre et du re,..~ upr . lhleu, Mini s tr e d Et~t au" .Fman Qubec, le Brigadier Genere.l, tendu eL constituera la mmute En face, un Sanon qui mfirtt 7 t ce qu'il pnlse dans son dvoueTurnier. Et ses passagers se di '. ('USTER L'HOMJfE li que quelque chose de plus ,es et !'Immigration, accompaChet d' at Major 0 .t son pousE ~e vrit pour les milliers de fa semble promis un bel a-vemr ment la cause du duvsllrlsme. rig1tnt vers la drmure de Mi f Du,E, ~ IfziUF:'S.l,.tre rie~ i:~'.J~tNir ~ni est )!n de ROil _pos~ _et ri,prse 11 ; Mme B. . Gufmond, le Brifad~er aatiques des deux camps qui pro ainsi que LouiH. _Jeann.ot Pa1;l• d'amliorer les routes, d'organidouin Turnier. : . hant le l'rem1er M1'- d~ . ( Sutta page -4 col. 4 rent it. l'in,,tal1on des poux P,er Comman ant de I Hopital des dy Cockntnr Serge Dncoste, .Repermanente, iJ (e m~rtte hi~. rkde bad l ~ aa mton. n' .. , ,,,; ,..,.Jrm,•, rornu leaqucllcs des ~'orces rmos du Ca,nnda 11 Qu n Arglus,' Jean Claude Dsir, Le Classement, I cette d11-te. .Andri Simon etit;;ltour~~-.cli . ' , ufflclols du (,ouvcrneme~ du her et me L. St Amand. Hugues Guillaume, de l'nutre . se lit comme suit: A.igle Noir .. l'iive d'un esprit d'uipc qui lui Mort de _ l",A_ . . rch1v1st . " e : Ame ca1n. l.>,uh,,r•, 1 ., Corps GonRUl)ure . 11 ~ Avant c;le passe; a~ _ buffet, IP Clcrv,I Anloine, Joseph Obn 3 , les Racing : huil poin,P; 1 ,erme~ait de raliser dans cet!J , omplct, d"" per110nnal,lcK mihCc.nsul ,'.nllral d H1ut1 trouv_n frres Guy et Hc.ger S 1 , Vil, Clau te (nt6rel!lant,, rgion de Jacmel '; 1.nlrcs cl rl!lil{icuscs, des repr~e~ ,lt,s ter es heure~x pou~ R_ouhnttic Bnrlhchny, Leinz DominguP. Excelsior, Violdte : si>:; Bn• et dans l'union qui fait la forT . 'R Sh }} b . l.11nlff de lu preRRC cl d~ 111 tO,: lt•r )11 h nvenue li ~OB ~1slin1r~6R Quasi lt, lolnlil c\c 1103 ir,l.,rnuArtibonite. oile : 4ualre; Nol' d "" ce que le Prsident Vie de ., e en erg v1Hlon, dcR Membr911 de ln haut invilK t exaltn l am1t1 hn1t111 lionuux opposs daus um, n:11 .iois; Don Bosco, VlctJry, Bnc~t ln Rpublique et Mme Franois "ocl(,t(, ,i., Quh,,,. ,,t deR rompuno. en adlenne. cc,ntre qui nura une grnndc 111di , Port-nu-Prin,, : deux, PetitDUVALIER attendent de tou• UNI:: l'Elll'l•: l'O\JH LE l\lONDE r. rfotcA. . 1 1 L'Hon r,..b\o I-'n,nois Eugmflucncc sur le ,d6roulcmer,.t de la f,ovc : un : de J'o!'lles bons duvallrJet.s. Il sait que Il convient .i,, algl\'~tr 11 . pr ' lathieu en 8 ,. quulit de Repr rom ptition 1970. .. ,,,?rcrm,na!~ . ~i'i,;xcr~!~,~~ s'il pouvait traV11.lllcr sana chil'ur Lauron• ST J lJ ,:;TE H< """ de• pcr110nnn1 R Hu1vnnl.a L d p emlor Ministre du On Jll'Ut Pt . volr "i'R muintt•canes, tolIII.II les pop . de ' . I' ' " . ~' l•H: l'Honorahl~ ,Joan '."'a 1 ;Edle. Mo~~n(ib: :rta r un toe.et au bonnnnt ~u ... \e etade,; sera. littrale.-Jac~ '. ih \ $1w it Cayet1 Le monde Archi'ri1'•.q. ue II . , 1,, . 11 1,,,r 1 , ,•st ,e11n ""'.'" d,.s 1 in Mln'•lri, d ElnL Il ucn.,u c h . . . 1 {, . M '. Bell "' . . . 110~. M . Antonio Duh(,, Sou• Mi~:~~it!u J:t1~leN::it~~n•Huit~otn~ . x x X dr:1eni " ' ,y, . a .,, .:: , .. ~:~~~/ee~tu~;~8:1e1~ri!o~ ,;:f:i: ,.'~:u~:•~~~rn r~~ . el 1i la sant de Son Excollenc: & , . . lette .. Petit Geive (-1-..1) du .. Rpubll . --::, . . Q . . ee 1 " du plus 1,rrand l'heure actuelle,_ ,.~ 8 11 u 11 8 des Puys Lntmo .-\Excellente mesure que d ' 'l ait!, le, TrH llnornblr• ' , Pur Yves Jl<:AN-BA;RT . ;, : ,, me r . . .. put Qa;p .J . Je la profession. Thodore R. rncrir.1111", o Cl' livre li i•tl' Il Il de !'Ambassade ilr Frll ois Duvalier. Mi TomJ)I '0 1 lieu du, i ~'19'in, _. . ,i donn-1ent.;;:'. ~~t i : J!:;~~~JI! '~ , # 1~:~f!'~S;~~~r,J}!~~tcd~~I::~~ _ 'lip~!t/g'h\:. ~~rl_:lt;:~!td•~'. ~~~,~~rlie11 1 h~:sJ~:~r:::e!'i~~~t;itb~ 1 ::e:t;; tu'<\~ : Jn Buptls ;;::~1lt:'-/~~1-:fe\it d~ :e1 : ~JU'r~aymot'i~ : 'l ;~ l'~a ~t;n~:~/.,J:~i!~ ' -~:~tt~ti!t tJ,t• \'Prsinn (ran~RIH1 ri,• "o,lt ru .t'lnfor11w . t . imtH : 11111inle 'r dans lea ,;nions du Con t J he leur 1er point depula 1e p 11 sulnl u ic umhlun,t• de gaiet et Violelto : D'e]y (88 nte mmu es poc r . . d'au Absorb 1 iui; ces penses, j~ curd111que erte crue c s t eq ~'~'~""~~ . ,:;A 1 ;~b~::c A,,,,;.,.,,.,,,,., . d'entrui . Environ 1/,000 spectateurs ,li , but de la~ ~atson, r.rmt t. . ne vola pas le temps 'lllSSeT ft, pour peu qu'on connaisse Au cours de ce ml!me trajet et l'intrt qu'il portait ". touteii i>11aulc Aml , ricaini, tablira, Il t,;~l le souvenir d!one soire de n'ont pas mnag Jeurs applau"' lu d1v1s1on national~. ce1 de sa cbouillabalse> . . Je me el Fruin. S~r 1,: monde A,ni,:lo !5 M. Nt,Hhitt Hrown. AHsi s lnnt "' . ' Pour en venir Il ln rencontre rapnelle. . , que Serge G _ aillard ~:a . xon, 1111rhcuhcren~cnl_ cuu, di <:111,f pour Ica viaus. lourn,ra II p t.h 1• ,lisons qu'elle fut d'un faible nim'eirr-avait aussi parl. )1 me diCommonweulth, 11 r,•gne pe:.da _ nl t,,','.u",1,~ . : . ' ufnli:mc:li~~:n:u~II ,!: _ m:r a e Ill "eau technlql)e. Durant \e, _ 20 , sait . que ql!Agd , J~ni, . .. l. ser }. bngte"'!ps, . 111 Jrnull' J,USOill,nhtf _ . . , preahlrea '!lllnuteo, . lo Violette 1 '. , b' i" et !l,eai de -i•~!1-"Prine,. d~ : sir H11ury , J~nkenson . . Or, _ •ers typcR de visas. . Naturcllct Par .Tecques LARGE Rembla1t devoir l'emporter tris cett ville sera comnie cLa pague deux i,:uerres mondiales deval<'~ 11,enl, leH premiers arr,v •e sero~ facilement tmoin la •. x:n-dencc ra> Puerto Rico o fon va pour renr1J plus ':'om,,Jcxe le probl et surtout le bro. , l!llrvicea nouveau~, et~ :onct10~ innls nu leurs repraentants de ret ur vers ]e1 _rives ense1lel] _ . d vais quart.d'heure de L'O michet dont la chair est sj fine. A.ln mal• leur, tentativea ou i-ont . ~ercer l!ur ~' i; -, . , . I~~ . Jekenson et m3~1~_dcs .. ch11i:: m sur le coL . des divers types bU'll le tendre, la cynique La cHaUN'llx qui comme . J]lye,e> bien choualeht par prcipita, . .t;a. Dame ErsulenOUII; disait . t,~tes . de Fr~nc~, taient h~p.n~ ., . dcVv,.iss.nste ' mpora,r,• . (voyagea d'af ;, tal qui eat totJ~ours si ter,la Ballade des Fendus>; •)a Bal tion, ou bien trouvaient leur Serge Gaillard prparait e~ wm ae, Il !alla_1t autres . t eor1e•~ .. \ tuel ue c'en est le.de dea dames du tempa ladin, conclusion l'excellent goal petit temps une bouillabale.l! QUI fald'autres Prmcipes ,P 0 Ut des . _ A!~ foires c iu de plaisance) $ 2.00 rt lem =~le. r1 Fontaine (!U'll l et une o~lseion ~raante nog.Javien A Il! . 17n,e minute sait les dllcos de tous. Elle ed1iyos Modernes . C est alors qijj! . Vlea d'tudiant 28-dollara r ~e roy tt e cdmprendre . et tre 'mmoire: cM1gnonne_, allons en"iron, une t-rri belle action . d• vail eon installation prs ~u Th~dore R. ~hel\enbedrg, a~J; Visa d'immigrant 211 dollan. au c nna '! , qu'il . nowi a . volr si la rose>. Pourquoi pas 1 V orbe se te . rmina par une passe nnrt . ; L'on se demande si elle vtt caln d'orJgf.ne . allem•!' e, e~t '\ . (De plus, une valeur de 10 d?I slll'ton senudr! fC:lre.,.vee les " in ; Aprs le rcital de posies ce d •t 1 .-,. lt t e ve son maitre Livre , ]Urs sera perue par le mdecm po atl.lble d -uich .. 'le ... ende. , fut la prsen~tion de ln clb_re lumineuse son allller ro, . ; P encore. C'atn appareffl!PE:?1 , u." . tervenu a c., A h' M~ . n xa,men terpr on, e m " .m. M t l" p tl I cntre-tir de .ce dernier ltoua femme . admira . ble., iM01 ?e na~ . ~odern A:chn,esb.ordr~ 1 Mveelsbou.;~ tians toua \es cas o n e . ta . . . i S . Ltine:{ J . ean . Cot . force de al rt1 . terre a !~ m. sur la . . taruversaUe.• . . . pas .. . CllP . . . nu ; ~e• . ~ ~u ... ~" . . ~)na . , a .. e, -~ oe . r . ~es. Edi . . t d a " .. Ch' ::. , .. mdlcAl est TeQuis : les t!1dlan lov et, erg4: D l' '. Rog,,r . Voil cinq cent& ans quelle est tch , al la:,,t. of!-; :A tralic pUts 1cago rendant aux Etats Unis pour ~el\ ~::iudt~ut !~!tt-u'!.'em&rqua. joue, voit~ ' cfoq cents Mi& 'qu'el_ t\JaL:~~u~:nsd~e: 2~ Jrii ' ?1d61foes poJ,U cuitWcin,:.. , 1e f :?,~~ 1;:t_ le ;sultat d'11ne : premire fois et les candidats un e s~im . M hldes de . le fait rire voil cinq cents ans, u . e A ece moment la pression mie\ dans 1011 troncs pourris el; o rie de conferenc~s prononces IJJJ . un vir.a . d'im1igrant~st ta'l>li ble, c . "'' , aux ,t '!', , P'ran ' die nous . en fournir la preuvt•, dut Violette davcnait de plus en la vertu . s'panouit comme ln ro1064 en Austrahe,pdans le ca~ LJ tarifm e nctl"'4a8"1111ux \ois u,mricai . . . ~!J ' dit: par,L :a:l"pa; .: que les ll:11rdeurs d" •btall tromlus for•le, montes de sesse sur le fumiE'r, . . . . de .:Fulbright rog;"amme Acch~v: "7" ~ Min it la n•lrait,, <1n rnfson de sn m1d11<111, h I •r Shcllcnb~rg qui fut la duvi\11• 1lll \-T~~rc du premict Sl,ina1r, 1 n teramricnin, runisennl " Wu ~hlngton D. C., les 111.,, ,r, d'Ard"\\vf'K df' 11Aml'r1q\1t•, -'"' ( Suite pRire 4 roi 3) ,, m ol, eller, et < ron> . , pent leur maitre, que les draP arrl . re "' . p'lus . . . ,.,_ue.nteia; Cepan' . . l!ln r . evenant .. il . . e}<; . arr~-9 . f:t ~ . ay . . . Sans pqurd.o.ti,ut . an_:,11n.egn!1g eArdmle1~nr . .. to~ BUT une base de - •rclproci Je . an aelin. piers volent sur . l'aune de tissu, , ., 1 ,.de.,..fcireinr ne met :'loud ~ Mt Roy, p-.tli be;d focts tra 1 0 nn.,_. i; :e avec.. le Goufvernl em~~t 1::11t!'::i Ce sont a~s•i les ,.,~! . z:•e _ . ..,, _ r... . Hl'.J'MHi .. l'UsJi~ El~~lie d" il 1ml ' ; : tration ~e11 A~hlves, le Dr Sh..1.• Aucun aubtre dra 8 Amn ~ricaine ,. cJa-.fabes qui . reviennent la . . (Snlte page 4 col 3) ., .., 1 ,,.,,.,/J?ili, ,. .,,. Le Dr. T. R . i::iHELhlll~BERG par l' Am asse. e " ,

PAGE 2

PROlll,ICIIICK No . 41111 ,7 SmH toujuura dan• ln unlllau li Con.foncllon Alclont t><>rlctr let panlnr 9 T11our 11-0Uvora.ln 10 l'!art.l .. na d'uno doclrlno qui nlci.lt de Jhua Chrlat ][][li VERTICALJDMENT :~-:: .. 1 : : ::~ ~•lm.a 01 c 011 av111l 1hiJ1' 11ou1 a 6t4 dit, . 'a PAi coruu J au Journal t-'nnatlon.. 111 . . ,.Q-.r••Jie• _ Loi . lfdunrmcatlon oftlol1llc. ot a dQ 10 bor ldvla6i , M .' D11.11iruupe1 1 avuc la Fr1111• nemontil olahlrant M: lo Premlor• , ne~ la1uor dlro bl,n d111 M. o,11rau11c,1 . . -M. la l rocca? •urlout daiu att.\l parat bien de1.. ch1ft'r411, mlor M111l1trc,. Jo vou1 llvill1 1111, uPru111lor Mlnl1Lr11' Avoc la Llo du monde. . qlltqu41fohl d•nientlr tel ou tel tarvlowl\ Il y " qu,1t1ue1 Jour., 1rr11nco. Pourquoi 111 LlbyoT Par. . . qui talent vralmunt pnr'trop fa,11 Ja aiin• doulu ce qo loa llbyana 18 Lo Promlor Mln:atru _,_ Eh lnl1l1tc1. Et ln ruhsc;m pour 111 d;nuLN1 queat,ona 1 qu'auJrur noua Nklemmant, la nouvoaia lnon, la riponau oat almple: la quello lo 1ounrnomont n'a pas cl hui, Mala, auJourd hui } actiia irouv~rnomcmt . Pr6cl16ment, pour de la France con1l1te 11. ' 'Ill!, parler plue t6t tat la aulvan1 1 t ,6 o m m II n d e, et uauni• 811 a6cunt4, eon ind6ponno pa 1 nourrir un ntme 1 le contll: Noull sommes dans le tlomn! Ju no poux no pna voua pnrdance, lo l{l!UVornemont libyen II tilt. C'oet J, , ralliOn pour laque!ne dllo11aL1que, un dr,inalno \ou Ier fameux Mlrag.. Et _ la pr.1f6H ftiu-,r a ia Frnnco ' ; 0 la Franc!II ne .llVTe n1tarael,vJOUl"II ~omplexe a~ dans \eqq_el lee ,1uoatlon 11uel' J• , v~~ t JIO~ l ~I' ,,_ jl,cilt 1 1 ~cctier _ Joe offroa ni aux paya Et appa1~ouvllea, lee r ,fait., le cunte 1 nu 4u qu,o, Jo crot" ,' ~oia~p. 'i!i ~• ql ; l ul ( faUit -, 11ar le• Ernlaealt qoll ' cea , appareils dont d un co~trat, _ par exemple n •P "" la poaont Ollt celle cl : tata Unt., par la Grande Br.tanoua parlo.!I ; changeaient de deep.irt_lennent pas un seul gouvcr Eat.-ce qu,., on livrant cee .M\raJne et par l'Union &vltl uo et Li nation ,et Jlbus le saurions vite, u.imcent... . .. _ . , , . . __ . .. Vendredi , ao Jamer .. .. & h~a .ce le, Libye, la France n e!t I l()UV41 1111 t lib " q alors lea 11ulv11o1Jta ton1beraient Le Premier Mmlstre A une ,, : . . .. , , , . < . et 8 w; ... . 1 ., , I Eh blt"n Ae•lllaonnern l'n• aorto : diJ J l.1 neaalft+ dan, : ~~J:,~flt,. ,;.4:;f :,~t so\18 le i>up de l'embargo. Et per seule ~n ,.Q~l•nt, , . \!t '.~ ~ ,Mortt ' Jn mottezmol de vous rappeler• et ni l'u,ne ni l'autre des parits DU RAP . PORT Qf1ILLER 1.x,• ~ortie au d~tr,monl d lsruelt ~ranc t vr . d I que ,1 qllb l'on s'excite beaucoup sur ces ne , peut 11,,rlar aans tre"'" ac Jeudi 29 Janvier 6 heures HORIZONTALEMENT l o..,. petltB riens 111 p._,\nom mnecul!n En Le Promlcr Minletre: Mal• lerran 6 e\ 111 t" 1 e e M~Mlrge IIOur la Libye, maie n s'a , Lord avec ' ' l)ui Et ia voie di8 heures 16 Entrie Gle Gdea. 1.60 Rlller i;:ltu pa! du tout. En ef!ct, ~es, Mlra1rii 14 oht~ , ;Rui e,. en ra son c git d'appareils qui ne sont pns plomatique, M. esgraupee, je LES FAUSSES INGENUES ve 2.60 IV l)'un ,rnxillaire an donl von• parh!.t, cettli~iitllht'!. J•'~!ttllf \: 1 J_:,1~ 111 N.o de tlcoloencore en fabrlcotfon, n piloter ne voua l'appr da pas, est lente Entre : Gde 1.00 clenne co"tt"M do l ' Asie Mineure de Mlrlllfe n'est paa~~ ~11 M,ue!W filw~ne u. ,.d gouverpnr des pllotea qui •ne Ront pas e~ c'est ln raieon pour laquelle ----• 2 Une femme polit.ci 3 la Corrze V Ville d'Algrie En uourrlr Je conflit. Cc aonl .. d~s ap se troux\lr un _ 'fburance f e neins encore : . form, que lee premires nuua avons d attendre jusqu'h Ven_dredi 30 Janvier 6 heure, n-lye la ..a-.&. rrln parella qui aont dsirs par lp imprlaltlsme uel~~n e~e ln livra,lsons , n'interviendront pas la sema.lne d(:rnire pour faire et 8 heures 16 1 Ull"II ...,..,., VI :Pronom au gouvernQment l.byen pcar doter la France ql'6vide:ce P ;~ avnt . u; . ou 16 mois, qu'elles se. une dcltnatl411 officielle qui a MAYJj:RLING 4 Sur un cahier do &clentifi que Mmmreir mon . dl! . . . !a Libye d'un r.,atme de d!enli\ d'on a~ut oUti ue 't;s si~ _ ront !lhelon~ _ es dans le temps , d'ailleun ~ .Wte de la ma~re Entre : Gdea 1M _.... VJ1 Article Reatitue ,e ,r,uant1a,nm ~a s~cur!U . portant ui : lo b e j us et qu'elles ne dev:endront imporla . plue nette devant la commis a .. Jeudi 29 Janvier 1970 7 h. et 9 b. 6 Ul:tn!II rl t' MJrRcil Mol latin vnt . do lleMe ne A cet g1.rd, je vous le i-ap~eaci;ait iruiti i,I;rl tantes qu'en 1972 1973 peur s'a eic,n comptente , de l'Assemble . .. ~appeler que :a Libye est un we du Nor'd: Maroet Algrie T; d1ever en 1974, . que d'ici l on Nationale rar le .... Minletre comp AIJDJTOIIIUII Sur demande gnrale LES FRERES CORSES En~e : 1 dollar par voltuno 6 Roi d• My~n.,. Si&'le sur un drapeau C, PNl'lxe Note . . ,>_aya, uu point de vue de aon ter msie et e de cette manln! pe"!t penser que ln guerre se~a tent, le Mmlet~ de 1.n Dfense, X Cqnnu -Port cfe Tun\aie ntolre, un• fols et demie la Fr sn ;,our' l'en:'mble de ln, Mdlterr:i.'. finie et qu' l'heure actuelle, Je ee qui fo.1t qu'a : partir de cette c:uns . . , C1JLT1JUL SOI.IU1'ION No: 464 F HORIZONT.AUIIII~ nomzOONTA:1.111ffH'ff 1. Hun1Rniatee 2, 01~; _ l" 8 . Renl'1"; Tt 4. hll'IT; Emlae !S. 011:M 6. EllM 1,0 7 . S•; Po; Vir 8 . Lier; Sfh 9. F.morltes 10. L'86e; So m . I:l~. El II. Ulema; El.-. tr. Ma111te; les IV. JneeV .Ne ; Scorie Vl. l"fN VK . •S..1 .Mal? See VHJ . Till; . A11lllk IX, Etee; ~-_._ X. Ste1 : Eme AVEC LA Blf ll9l1l&'dV 818110& , Ont OHSOIT LIRAT Les 3 Gallery' s Recommandes Nader's Art Gallery Rue Bonne Fol No . 10, P . . Dn 9o2 Por1-au Prlnco, Halti Phono 20088 Art Lover's Studio And Gallery Rue Mlruclea No. 76 P.O. Box 962 Port-nu-Prince, Hatti Ph o ne 20040 Galkl'Y G• Hill llde ce, :nDPl!-l~tlon fa.Ibie (moins n/ic Occidentale nous dl~PCIIC! _ le rpte, il n'y n pas ~c raison dclaration, nos compatriotes sa Vendredi 80 Janvier 1970 it 7 h. et 9 h . ,Je deux militons d'hablt11ntA) et rona de via v'o avec lesqubla \nl11ble de penser ,!)U'Un Jour qu~l vent _rarfa1t!'ment. et peuvent Jeudi 7 h . q.ie ce pays comprend des rlchCil nous sommes 1'11 ter.mes pol;tj ' , , conque ces nppare1la pourront etre surs que _tout. au_tre _ chiffre, LE M,\.SQUE Bl'S fabulcqi;es en Jl(itrole, il telle ques positifs ce qui d surcroi( tre utlllss contre lsr&el. loute autre denonc1at1on, en de DU DEMON JE VAIS, JE TIRE ET JE RE ' 1 VIENS . enseigne qu'il est en train de denoue donne toute Jcurit en M. Desgrnupea Qu'est re hors et nu del de, cette dcla, Entre Gde. 1 _ 60 venir, sinon le premier, du moins ui concerne l'Afrl ue refonde que cela veut dire, M. le Pi;,e ration, sont, fa~. C est l quel: l'un des tout premiers produc ~Afrique Noire . q p :,' mler Ministre, \u'Israel p~ut etre 11ue chuRe cl une importance extre teura du monde, et qu'une telle rasRur quant la politique de iae. r~n~JiG~7D h. situation . une telle rich11t1t1p II y a l un lment de politi la Fi:ance par rapport son Pour,,n,a p&rt, je pem;e profonpeut, l'avenir exciter bien que Mdltarrnr,onne et Afrlcnidroit l'oxletence? dment qu'il ne saurait Ynf~voir l.50 dos convoltle<>s. n~ dont voua mesurez l'importnLe Premier M,inistre Mein clP. gouvernement, de ' co tBnce ce. J'ajoute que nous attendons la politique de ln France l' Jens un gouvernemtnt de la Pa.rt L'h!stolre a enseie;n tons les ,,ce dveloppements conomiques ~ard d'Isrnel n'a pas vari . Ln "un peuple s'il n'y a pas usage n peuples commencer par la importants, telle onaeigne qu'u , France n affirm et cela n'est de la. vrit. C'est une nffnire_ 1 .., , e Lm C ... P.'j Entre : 1 dollar par voltiil' Jfflldl 6 h 80 et 8. h . 30 LA RUMEUR Entre Gdes . 1.20 et 2.00 France ce que BU S po111'ayez pos ces uestiona. Entre 1 dollar Pa:Voiture .l apparu IJU'il fallait la fonder sur teaux et la ~trochimie. sP une ualre question ,M. le Pre:,___une . forc arienne dcisive entre M .Desgraupea _ Tout cela mier Ministre .St tout ce que lee malna de pilotes libyens. est trs bien mais l'on peut ee vous venez de dire avait dit M. D,.sgraupes: Oui. C ' est l poser une qUl!Btion. Ces Mirage 1,iua , J,t, estce que les choses in question, M. le Premier 1\Iin i s dites _ vous, sont destine d _ ne -' , : ~~)4itit pas .plui! , .claires1 tre. O sont les pilotes libyens? lendre la Libye contre les convoi )'.;e '. i Prilier , , :&linistre Oui, A MAmc cm AYJI Jeudi 6 h. 15 et 8 h . 15 . A vendre voiture FORD, . MoANGELIQUE ET . dele~1'l438; . cl _ lml!-tMe, prj~r de LE SULTAN t6lJ1hcmiit . _ ~W ci ~~f 2-2083. Entre Gdes 1:50 et 2.50 Jeudi 29 Janvier 1970 i Jeudi 6 b. 16 et 8 b. 16 IRMA LA DOUCE> Ji Entre : Gde;,. 1.00 et 2.00 ~, .. i Vendredi 30 Janvier 1970 fm1:~~:? qu'il Y en a dame pour :~~~l:.M~t:ia~~ukr~~\i:~ ~~ ;\i r,J~fJ,J: ,~ J~F P!~:C d!~~ Lo Pre111ler ~ ldin!stre: Non : ~I gent d'afffflation etsi on lee xe Y oo a ~aucu~p pi~ d'llfl, ~ mt11t3~e~IOOdam 'e1U' le . f-ront , ls Vendredi 6 h . 15 et 8 b. 15 UN FUSIL POUR . !ctfN/ 5 L~'H 8 o:nl~ DE VALLEE SAUVAGE> Entre Gde. 0.60 et 1.06 LA _ ~r:.'~ee~o1:i': !'vao~::ue~:'h!~ncoo~ qulle ' gatrltl ' en avez Ba~ que Nati on-1.-. nais pae le nombre exltfl, mais , Je . -.1.'I. i:l nombre Pllfl trs i'mportant. i,.. Premier Ministre _ A d ) R bli d'H ' Maie le contrat qui porte sur la n'en pss douter nous sommes en a pu . que al venta des e,ppareUs porte galedroit de compter qu'il n'en sera . . . ment sur ln forn)ntion des pilo-rien . Je n'insiste pas sur le fait te8. que la distance entre ln, Libye et Banq d l'Eta t ffw4-:M. Desgraupes : On peut ee po le front _ ctu~I rend pratique 1 . ue e . a& 1 1i.lt::II s<'r la question, M , le Premier Mi men11 in&prant l'usage de tels ni,tre: Pourquoi cette t>Olitique appareils. Devenez votre propre Comptaltle an ouwint DEUX COLTS Entre Gdes. 1.20 et 2.50 CDIB~BADO CID OLYMPIA Jeudi 29 Janvier 197 . 0 6 heures Jeudi 29 .'anvler 6 heures et et 8heu:res 16 8 houres 16 l'WEL AU• COURAOO UN DETECTIVE A LA DYNA Entre Gle . Gdes ll Rkr Ml'l'E ve Gdes. 8 . 00 Entre : Gde . 1.CAl fr~;:l:C t~S~rrt 11,.e !:u~i?:.~ M. Deagraupes En partant un compte de Chques la Banqm;-Nat~~r;erson!le ,ne perlait de la Libye, de Libye? ;..•-•-•-•-•-•-•-•~•-•-•-•-•-•M1o•--•-•--•---..,.~-----~ Vendredi 30 Jnvie'r " 6 h~res 8 he11ree 16 VendN
  • Pqr.t=!&u-Prin, B,aiti .

    PAGE 3

    ' JEUDI tt MffnU 1t'10 ltl'tl. N. ~M1>111•u11, 1.,. cri• •a 111ulll . 11ll""t. !ln Jnun11 l>Oltro, hui l•n~ .IA nwnl,•l•llcm da d11u.11 ll• Ilona ,lnnn un iiruul ma,-.ln n,o .. ' cnform(, un AAll~ p•ychl•Lrlquo. AloxHlt'\• D,u,ld, ic fila ile ,lu .l Danl,•I, l'o'l'rlvain •ovl~llq1w 11ul JlUl'k"'l' nrltwllnmrnl une 1wi ,,., ,I~ F, """ ilr travaux fol'('k t,n UR~:'\, 1\ ut lin~ t'nttt-nl J o n d'un rr~\'ain unglniH ,:.1.nR unt• lullre ouvt•rt.r. Lt• t \la ,te t't,cr\'1\111 11ui c•l il.11,f dr ,: 1 x huit RIIS, ddnro que •on pi• rc a H dplaci• nu cours de l'i, ,., paos dan• IR prison do Vladi 1norov i, ln :-tuit, cfo 1 ~ rte11dUl..'f' H;tcintr& n l'ordre rncnt isol{,s. La moro d'Aloxnn (ln• D11nicl so trouve.gRlement dnnt. un Atlh\i~sctn~nt 1 ln\trn dnirt• A1np; il RP ronf1r11it unl' fo;N "" 11lu~ 4110 ln Ru&sie sovitique estime que lt• mdilt•Lr endroit pour mollrc les ritoyt•IIR qui nr ~ont pR6 cl'ncronl n\'oc le r~l('imc •-:~~" 11~~;,1~,1,~t.-:~~~:~llals4~ '/:t~fr~~~:;~ ~r:j•c 0 ~: u, cu11111aM.\11DII nux 111~tfodet1 de l.orturo ul detd cnui1•• da .ln mort 1uu1 St.uhnu . A M041<-"0U. 011 Il wnl6 de 111otlre , ,, prol'-,d6 t 1 11 n.>lntfon uvoc 111 llod rira 1 011111111nlNtu. Un .-xpll t,Jl' 1,11r 1.nrnmplu qUl' le lonunu 11i101t• ,,HL une mnrrlw vers !o pro h n\" t•L qun qulronquu s'oppo11c i1 "tl~ nuurhu doit {urc6111cnt iltre rduboul. S1 pcr;"llnnuc .:l'c1utn• UP , mit 1,n crllc doetrine bizane, 1.,. chefa rommunlste• onl t6 p:1rfoi• mis uu lintltice du dou lt• t'/1 Cf. 1 QUI COlh'L'r'IW iPUrfl JJffl Jd (18 croyunrei:,. Mnis les informRtions qui nous p.i . rvicnncnl d, ! Mosrot, nous cli .-rnt Il protient qu<' mme cotte suppo~itlon e s t erronnfe. Cotte f,lrmc de punition n'e3l en nucu ne fROll un mnis, ou rnn\ rn~re, M' rvl"ll, tre hieii 1;ius cruelle que l1 camp de ron ,, ntrallon ou mnre la morl. En ' premier lieu, relui qui clci etc si oui ,,u non telle ou telle pcrRonn~ scrn plnre dans un nsi le do fous n'est pas un mdecin. ~on nom e•t U. R. Lunts. Au l'Our~ des annes 19W, . il ltdt .-Jwf du rlpnrtrment s'occupnnt •fc-!-1 'l~,tw•• voua -i~n.t Lea outr•• pour demain. Droit d• r6fWoductml totau 014 partlu ,..;..,.,,4, l'ropnil.-4 King FMitMrea Si,ndicott E•~lllft11it4 ,LE NOUVE&LSTE, Vendredi 30 Janvier 1970 21 J\1AH :S AU 20 AVRIL (BE LIER): JI ne faut pas qu'on Youa reproche d'avoir oubli ou nglig de !'aire le plein trava,il, efficace, que vous devez. Mon trez part.out votre nabilet et vo tre facul, cratr1cL natureli,~s. ll A\'J:{iL AU 21 MAI (TAU lEAU) : Journe ,sup~eu;~ ::i. moyenue :u.i. : s \'ous l nmeHore rez si vous a v e -i le comportement qui convient et ,savez v.iter tou te perte de temps et ce qu.i n'est pas indisp e nsable . 22 MA! AU 21 JUIN (GE MF:UXJ: La psition do. Mercu re Rtinrnle ,utre eBJJrit d'aventu re ~t vc,lro imllfl:inntion. Si vous , fail cfi \'raimcnt un effort, votre jc,urn, ,,, \'~~,(~ 8 ; nll'nrur c]., nouvellen. U~s rfvi ttiontt MHronl nceRP.uireff. Prcnt~7 . J.!,1.rdl• lt vnK npprcialionK. 2,l ,11 ; 1].Llr.T All :!;J AO\JT 1 LION) L'ieKKenliel d'nborcl f'onRnr~r e1 lui votre (!!fort n1t1>.:lmum . Vt>H uvunlagcH Hup(• ruurH Rnnl purfailcm1•nL \JOl-\t,i,l ldt•H mflht c:'eHI. /~ vouH df• leK dwr hi•r l'i .J,, lf•H trouver. l•l A cho~c'. ~ tl11nt il fuudru. vo1JH octurwr en mme lcrnpH qu~ deH ;:ru,ntlcH . Muni.rez un Ju1renwnl ar . Un mnuvniB \'irn~e pourruit ~ c h1•r lnt r. volrt• r1r o l{re1m. i4 SEPTEMBIU: All 2a OC 'OBllE /BALANCE): Compl f.1 , z votre tr,1vuiJ avaut de pas~ :,or iL unt ~ uulro t.che. Vous nu ri,z tcndnn t li ~pnrr,illcr vos for , . .,, . . Dea aoucis? Travuille? dn,ns je cnlmti t't ln confiuncr. 24 OCTOBRE AU 22 NOVEM HI ( SCOHPJONl : Lu respousabilit sera le mot-clef et vpus Jaurez la supporter. Ne vous oc . cupez ps de trup e sujets la fols car vous ne traiteriez conve nablement n.ucun d'entre eux. 23 NOVEMBRE AU 21 DE CMBRE (SAGITTAIRE): Ju. piter, bien orient, stimulera vo tre effort. Evitez les penses pes di , nistes. Vos instincts humanitni 1 ~s seront puissi.nts. Aidez par tout o vous le pouvez. 22 DJ<:CEMBRE AU 20 JAN VIE.H. (CAPRICORNE): Un r,eu d'indolence7 RagisseL en doptant un rythme plus vif et eu excutant votre programme. Am llOrez. si vous en av\:!Z l'occasion. Voue mettrez dans votre \'ie une 11.,te al!'r•bl,•. 21 .TANVIEit AU l!J FE 1 mER (VERSEAUZ, Il y a ne voh• r&g-ulire el une irrgu licre . Surveillez vos ~pourquoi> et vos ommenh. Montrer. le maximum de bonne volont. ve;I ;e1, 111 n•clitudc ,1,, voR ,tispo~i linnR. 20 FEVRIER AU 20 MAf:l (POISSONS) : Un peu d,• conten lion csl possible. Intervenez quand votre bon sens vous y poua . Les gnin& de ln Journe se ront proportionns aux efforts. Duns leH cnA importnnl.s, cmplo y t ~z ltR l,!ron DeA 11rlsonnierR qui ont sjou~ n tant dons des camps de con• ccmtratlon que dnns des asiles d'K lins ont dclar qtt'll11 talent ressortis des aslls en condition physique bien 11lue mnuvalt1e qu'n leurs sortie du rnmp de concen tration . En Ru8SC ,il y a une rgle for mello selon laquelle tout prison• nier doit pouvoir compl!,raitre de vant un tribunal. Et ceCte rgle dit que le jugement doit avoir hou en puul:c ou que ce pub1\c doit au moins avoir 'accs aux princ!puux di tnils clu procs. L ou les nccuJs n'ont rien 8e re procher . d<> telles lois smbt.ttes lem dpnuion par une parfait.. nutrition 1 NourrbMs-1• 1 ... DoDD•r.-lalU' le :ri'llm,ttlllr na turel 4• la : G.IIZDLU,YNE 1 ,1. (j(j{}t;]S Sl[,.A:RKETS nlonrio 6talt pl111 terdb\ ' 101 ~mp• . . .. . T9ut cool n'ost p,y do)n ~oJJ~ th~orlu. Lo• hommoil ot J" J.qm ; 111~1 qui aouftrcint aollt CD '.lt ' 11 _' LAtn Aft; ~ l.ClftoPHI PETIONVILLE ft:t c,:u~~\ ':i"m~~~~ nn pl\ft citro d'11ocorfl .vec lu r6 ~ ,rlmo vt c1ul le rilaent , on . pul.rlJ. Tou• ceux qui lo& connala•onl t6 mohtnont du f11ll qu'ils ne aont , nulloi11ent fous el qu'flB ne l'nnt jnmols U no potesse t'UK&c bien con n uc, Mmd Nntalio Gorbanyt•v.skl\ . ya, vn . snns.diiu~ subir le meme ~ort pour av'
    PAGE 4

    Le Carnaval 11'annonce rapidement AU MOMDE CBIC;: l'ou, trouoerea un stock de ilMu. tle , couleurs trls uivu, aux nuancu varU. sans oublier le lam, velours coton et velours t:hif fon ,le toute8 w ' couleurs, tlau pour pantalona. femmes FaUes une uisUe AU MONDE CHIC pour vos dgUJ8ments. Mort de ... (Suite) ta pour autant inocLf. li ne ce~ rait de dispenaer des Confremcs dans les Universits, et l'or.ru sion de certains Sminaire&, corn me celui de Mona, la JumuiRue du MIJll(JWI de fEtat 89: , ~!i:-tl i:::,~ q::~:; ;t: > "~ bl'll8qtlement frapp pat la c:,..,.._,....,.__,._.._,.,,._.,...__.wl camargue, La dernire fois que nous mes le Dr Shellenberg, a, en Mai 1966, la Maison Blanche , la rception offerte aux Con l(ressistes, par Mme Johnson . Nous voquiona cet aprs-midi, l le souvenir d'une autre rencon tre cinq ana plutt, dans les Jar dins roses de cette mme Maison Blanche. (White-Bouse), o le Prsi _ dent John Kenned'y vis:hl ment heureux; exalta it dans une a ilocution la nt>bles3~ de la pro fr.saion d' Archiv;.;te, coi:iune gar dien des trsors culturels de l'hu manit. En vrit des Archivis t.es de la culture et de la trempe d'un Thodore R. Shellenberg : Remerciements Le s famill"s : Alexandre , Ja nin,, Kersaint, Bazelals, douard r e m e rcient les amis tant de ln c apitale que de la province . t de l',rang er 4ui leur ont moign leur sympathie l'occa aion de la mort de leur regrette m>re , grand'mre Mme Sophl" Alexandre et les prien'~ de croire l e u r profonde g,atitude. Avis Le livre de Fernand Allie Roy •LE ROLE DE L.A. MONNAIE DANS LA SOCIETE DE L'A BONDANCE> est en vente _ . 2 gourdes l '"x emplaire dans les li hrniri e e ,u iv antes : LA PLEJA DE LA CA RAVELLE LOUISDHON Ren M ax Au guste, t\ U SERVICE DE LA G UL TURE AUX LIVRES PO UR TOUS . ~~: On en rncontre un que tous k s ,ent ana. Sa mrt est une perte non seu i e ment pour sa famille, non seu 1 e ment pour l'Am rique, ma '.s 1,our le monde. Laurore ST JUS'fE M. /\. Directeur des Archives Nationnlch tl'Hr,iti fi Aux Belles Choses 353, Avenae J. J. Dessalines DEGUISEMENTS POUR ENFANTS TOUS LES SUJETS Clowns, Pierrots, ChinoiB, Trappeurs, Indiens, Cowboys, Bat-Man Zorros PrinceB Turcs looienne8, Danseurs Pierrettes, Fkurs, Cow-gi.rls, Chinoisea, Mar}orettes, Gitanes, Princesses, Aifranchis etc. etc, TOUS LES ACCESSOIRES POUR IYEGUISEMENTS TELS QUE : Masques, Chapeaux, Loups etc. AUX BELLES CHOSES LES PL.VS BEAUX TRAVESTIS AUX PLUS BAS PRIX ~~~~~~-3::!-:s AU CAPITOL Du Jeudi 29 au Samedi 31 6Hres et 8 Bres 30 Un Western de Classe Toute la Ville est coupable Mouvement Marltblle Le M/V Jenaalb est attendu dana ,noa porta vers le Sl Jan vier en cours et aprs avoir barqu sa cargaison aceptera du frt pour Halifax (Canada) et Philadelphie, ou encore pour d'autres !P‘rtll ,,cl~ Eta-Unis pourvu que Jes offres aoient, as sez suffisantes. Pour tou, renBei gnements co:mplmenta~ _ veil lez vous adresser nos bureaux, cit de L'Epo,ition. An~'hiNTTHEZAN 26 Janvier 1970 Pharmacies .. assaraat le cette nait. Jeudi 29 .'Tanviet 1970 . D . U COIN au-Prince, M ; Terry Win11bury, Rue 'Mgr . Guilloux MA'l1HU'RIN Rue Fronts Forts Infi.gre k : p_tmtJ1teii/1~r mars prochain un Cours IntiBif : 1,J.t i )irlArte de Comptabilit AmriC(line. ;: ; . : ': 'L(, : ti~ i ~~e de ce Cours se rera au choi~ : d' Aot i!: :; i , ~ , , ~re 1970 ou d'Octobre 1910 Fvrier 1971. 7 ~i( :' ;,: . of Ire galement . les Cours : 'A'rithmthlque a . ,,, ' inerciale ( AppUed Bu.iness Math.J1U1.tks ), et '";)', : _ Cost Accounting (Prix de revient) de Mars Juil let 1970. Des Cours de Dactylographie Bilingue commeneent . , toujours u-dbut th chaque m,ois. i ,~nae_,g~me__nt, et /nll(!ription toWJ les . jourBi sauf S~di et iours Firlb; : CECOUI COMMBBB : JVU~N CRAAN, ) . . ~oenJUJ Cf,mtophe , et : Rue ~. . ~ , ,:: .: ~.~ ~1; -~ : / :{ l .? :: t ; ,:'.: _;~-~ >--_~-} : 4. :?. ~t : hr , f?} Chaque sownisalon doit ac corn~ d'une caution de ga rantie provisoire (Re.: ciR.ensei gnementa pour les Soumilllrlon nalres.> 16 Cautionnement), Des dlfreu!es BOUIDis81ons re ues S&'Ont dcachetes la 'l:T F vrler 1970 10 : 30 a . m. au lo cal de la SENpar le Bureau d'Adjudication, en prsence ..des ~ri:~s::nn~i~iJi~1.uS:n aero~! conshu.ctlona sera prononce, ult rieurement et avia en sera don n par le Comit l'adjuclica t.alre et aux autre~ aoumi.Mlonnal nMI. La SoclK d'Equlpement Na tional se rserve le droit d'aop ter ou de rejeter toul!:e 111oumhudon. SOCIETE D'EQUIPEMENT NA TIONAL Fait Pot-au-Prince, le 26 Janvier 1970 AVIS En . vu~ de i'acjliter la distribu tio_n equrtable de nos visiteurs " smvant les _normes ,j~ la Politi que d! J~st,ceSociale du Prsi dent ~V: 1 e -de la Rpublique les -'!ropne~ . de Magasins tt Shops tolmst1ques se trouvant ~ana le circuit de nos tours .rgu ners pour les, bateaux de ~rolal re. sont Pris de llln voulo i r s'ina cnre _nu local d J'ACGH dans l;, meilleur dlai. Pt-au Prince le 28 Je,nvier 1970 _ Jean R. BER1'AIW Prsident de l'A. C . G. B. ,Tn:;eph Lafonl.sinP. DOMINIQUE Secrtaire ~nral de l'ACGH X X X X ASSOCIATION lJES rHAUFFRURS GUfDES li'HAITI Il cal porl la cu1,nalssnnr" des Membres ,Je l'ACGH d, ,. , Chsuffottrs Publics, des Guide.< I~torprtes et de coui; ceux li& qu, d ,ntrcssent au transport t o uri s tique que conformment auic lnN tructlons formelles du l'reiderlt ;1 Vic de la Rpublique la cliotr i uution des touristes dan• le• Ill n "ulns et Shops de Souvenir Tou rlstique sera str:ctement rontrol~ par l'ACGH. Tout contrevenant i\ la n•, msndat!on !aile pour le Rhop uu (iucl li aur11 uaelgn s~ra ~x clu du transport touriatlqu c. Pt-nu-Prince le 28 Jo.r.vi c r 1fl711 Jen n R. BEHNAIW Pr~irlcnt do l'ACGH 2oseph Lniu,1Lai.w DOMINIQUE Sl'{"r~nirc , Gr. rnl n,• l ' A('(;ll G8AJtD , .AL 'taAYES'rl , A , HOTEL SANS . .SOUCI MAilD1 rrn ... :. A :" , . id , .< ,_ ~ ., . ",) ~ •; }t _ p.etif_ . b~ures du ~fr aV,~Jj ,{ i,arliipati()~ <-'~~-~gendaif!'S -,-c; J ,.( . ~ : . . . . l $ 3-~ l





    No 3a.002

    hoy

    Sait Kaiti ate Galata td

    Meena

    cy

    incidences de trois
    nouvelles Legislations

    En promulguant la nouvelle 1é
    gislation sur le Notnriat, le Gou-
    vernemont de la République ap-
    porte ron coup de plocho d un
    autre édifice vermoula : a In loi
    de 1919 dont l’anachronisme no-
    toire se révélait incompatible 1-
    vee la re-structuration économi-
    que ct sociale du pays,

    Devant Ics indécentes déposses
    sions, les aljénations inconsidé-
    rées de biens fonciers dont &
    talent victines les justiciables
    relevant des sections rurales, je
    Chef de Etat, exécutant les pro
    ineases de sa campagne électora-
    le, devait tendre ses bras sécu-
    Siers i ces exploités de toujours.
    Aussi, les différents ministres de
    Jn justice qui se sont succédés,
    des 1967 au Conseil du Gouver-
    vement se sont-ils évertués & mal
    tiplier, a cet effet, les. comniis-
    niong d'enquéte et les lettres - cir
    cutnires it. l'adresse des Commis-
    safres du Gouvernement et Do-
    yons des Tr.bunaux civils, Le Mi
    matdre Desvaricux, se conformant
    aux nouveaux désiderata du Chef
    de la Nation, forma, i son tour,
    plusieurs commissions spéciales
    composées de juristes de la Cour
    ct du Parquet en Cassation, de
    ja Cour d'Appel de Port-au-Prin
    sc et du Barreau, de notabilités
    recrutées parmi les arpenteurs
    et les Notaires, onfin de Juges
    ue Paix de la Capitale.

    Apres de lnborieusees delibéra
    tions, les Commissaires s’exécute

    La Célébration

    rent en dépbsant sur ies bureaux
    de cae Minigtero les tro.s nou-
    veaux instruments juridiques ap
    polés A conMitionngr l'exercice de
    1a professidn d'Arpenteurs et de
    Notaires ex Haiti, la tartfication

    des actes jiidiciaires, .

    La prombigation de le loi sur
    l'Arpentagd et le tarif judiciaire
    se signale (léja par ces inciden-
    ces heureuges : les dépossessions
    violentes s@ raréfient dans les
    campagnes {et bourgs de la Répu
    blique grade A l'action conjointe
    des Chefs |de Parquet et de la
    cumnissiot| agraire présidentiel-
    le qui tienfent mainforte A Vexé
    cution de ja nouvelle legislation,
    les plainteg diminuenc prog~essi-
    vément deyant les Parqucts et le
    Ministére de la Justice, tendance
    stricte \ Papplicution du tayif
    judiciaire pbservee.

    A la faveur de ces premiers
    résultats, nouvelle loi sur le No
    tariat conmait fe jour, & son tour
    ae role. I est a espérer qu’A la
    faveur de |ia création d’une véri-
    table juridiction notomale ot Jes
    droits tant des paysans que des
    citadins sont garanlis par des
    textes impératifs, les procés dis

    pendieux kesseront sutomatique-
    ment, la politique de réulariga-
    tion des titres de propriété — se
    poursuivrg dans un climat d’ar-

    dre, l’établisgement du Grand Li-
    vre Foncier pourra faciliter aug
    mentation| du crédit rural et du
    crédit urbain.

    de PIndépendance

    Nationale a Québec

    1005, Chemin St Louis, Qué-
    bec, Canada. L’adresse du Con-
    sulat Général d’Haiti. Ge Vendre
    dt 9 Janvier 1970 il est 18 heu-
    res. Le week-end commence et la
    réception aussi... Ii s’agit de la
    réception qui était offerte pour
    célébrer l’anniversaire de 1’Indé-
    pendance d’Haiti. A cause de cir
    constances dues aux habitudes du
    milieu, le Consul Général d’Haiti

    4 -Québes si son sporse, Aime -

    Musset Pierre-Jéré6me avaient

    choisi cetle dute au lieu de la

    date officielle du ler Janvier.
    Parmi les premiers arrivés,

    YHonorable Francois Eugéne Ma-

    thieu, Ministre d’Etat aux Finan
    ces et a l’Immigration, accompa-
    yné de son épouse et représen-
    tant le Premier Miaistre du Qué
    bec, en vacances a |’étranger.

    Environ 206 peraonncs répondi
    rent & Vinvitation des é&poux Pier
    re-Jéréme, parmi leaquelles des
    offictela du Gouvernement = du
    Québec, le Corps Consulnire au
    complet, des personnalités mili-
    taires et religieuses, des représen
    tants de la presse et de la télé-
    vision, des Membres de ln haute
    société de Québec ct des compna-
    irlotes.

    DD convient de sigaaler la pré-
    senee des personnaiilés suivan-
    ten: V’'Wonorable Jean Marie Mo-
    iin, Ministre d'Etal a 1'Educa-
    tion, M. Antonio Dubé, Sous Mi-



    Excellente mesure
    de lAmbassade
    ameéricaine

    Un Service Quotidien
    d'information:
    Avia de U'Ambassade Aiericaine
    concernant lea Visas

    o Section Consulaire de l’Ain
    paaside Américaine établira, a
    partir du 2 Février prochain, un
    service quotidien d'informations
    a intention de tous ceux qui
    postulent un visa d’entrée aux
    Etatw - Unis. Cette décision est
    prise en vue d’accorder un meil-
    leur service aux intéressés.

    De 7h 30 om. a 11h 00 um.
    M. Nesbitt Brown. Aasistant en
    Chef’ pour les visas. fournira a
    tous ceux qui en feront la deman
    de des informations sur les di-
    revs types de visas. Naturelle-
    ment, les premiers arrivés seront
    lon premiera servis et aucun frais
    ne sero réclamé.

    M. Brown fournira égalément
    dex renseignements aux postu-
    janis — ou A leurs représentants
    — dont les demandes de visas
    sont pendantes.

    Le Consul américain, M. Tho-

    mas Cummings, 4 en outre infor’

    mé sur le cot des divers types
    de visas :
    Visa. temporsire (voyages d’af
    faires ou de plaisance) $ 2.00
    Visa d’étudiant 28 -dollara
    Visa d'immigrant 26 dollars.
    (De plus, une valeur de 10 dol
    larg sera pergue par le médecin
    dans tous les cas of un examen
    médical est requia : les étudiants
    ae rendant aux Etats Unis pour
    la premiére fois et les candidats
    & un visa. d’immigrant). ;
    Le tarif ci-deseus eat établi
    conformément Bux lois sméricai
    ‘nen et sur une base de-réciproci
    té avec. le Gouvernement Haitien.
    Aucun autre frais nest réclamé
    par YAmbassade Américatne.




    nistre de la Justice, M. Guy Fré
    gault, Coniniissaire Général de
    ian Coopénation avec 1|’Extérieur
    au Ministére des Affaires Inter-
    gouvérnementales, et’ son éponsc,
    M. Maurice Héroux, Directeur
    Général des Relations Internatio
    nales au (Ministére des Affaires
    Intergouvernementales, M. Rom-
    “naid Miville - Deschénes, Chef
    du Protogole, Mme Pierrette Gre
    nierp Stick ay-Proteaole,: MF
    Christian! Latortue, Chef de la di
    vision des Finances au Ministe-
    re de l’Industrie et du Commerce
    du Québéc, M. René Dussauet,

    Directeuy de Radio - Canada A
    Québec, | le Brigadier Général,
    Chef d’Etat Major °t -son épouse

    Mme B. J. Guimond, le Brigadier
    Général, |Commandant du district
    Est du Québec et Mme W. A. At
    kinson, {le Lieutenant - Colonel
    Commanfant de l'Hépital des
    Forces Armées du Canada i Qué
    bec et Mme L. St Amand.

    Avant|de passer au buffet, le
    Consul Général d’Haiti trouva
    deg ternjes heureux pour souhai-
    ter la bienvenue a sas distingués
    invités ¢t exalter Vamitié haitia
    no - caradienne.

    L’Honbrable Frangois Eugéne
    Mathieu] en sa qualité de Repré
    sentant |du Premier Ministre du
    Québec porta un toast au bon-
    heur du/ peuple haitien, a la pé-
    rennilé |de la Nation Haitienne
    et & lajsanté de Son Excellence
    le Préstdent A Vie de la Républi
    que d’Haiti, le Trés Honorable
    Dr Francois Duvalier.

    Des }oissons fines et des bou-
    ehées dflicieuses contribuerent h
    maintenir dans les salons du Con
    sulat ufe ambiance de gaieté et
    dentrain.

    Vers [22 heures les invités com
    mencéerdnt & se retirer, empor-
    tant le] souvenir dane soirée de
    charme| dune soirée trop bréve,
    ln soirée de Vamitié haitfano
    canadienne.

    RUBHIQUE DU THEATRE

    La/ Farce de Maistre
    Pathelin

    Par Jacques LARGE






    Agrépble soirée avec les artis-
    tes de la Compagnie Jean Goste-
    lin qui| nous ont offert un billet
    de retdur vers leg rives ensoleil-
    Yes dd notre enfaice. :

    Premier ‘contact ‘avec ce passé
    4 la fdis si proche et si lointain:
    La Fohtaine, le délicieux, le dé-
    sabueé| le tendre, le cynique La
    Fontaine qui est toujours si ter-
    riblemdnt actuel que c’en est &
    peine ¢royable. La Fontaine qu‘il
    faut cpnnaftre, cémprendre .
    ‘surtout sentir, ce qu'il nous a
    &té pogaible de faire “avec les in-
    terprétations de Michéle Mende-

    lovieci,| Serge Lannes, Jean’ Cot
    trell, Claudine Delvwux, Roger
    Muni jet surtout les. remarqua-
    bles « Animaux Malades de_
    la..Pegtes dit par acqnés-Fran-~
    gois elier, et «Le Néron> par-’
    Jean selin. ; “
    Ce jsont aussi les souvenirs




    7 classiqhes qui. reviennent a la.



    oe

    Téa ANNER mee so . o

    La plus jewne des soeurs Leitnon, chanteuse, Janet 28 une

    et son mari Lee B

    di po sent a Los Anegles avec leur

    fille Kristin Lee (7 livres 10 onces) leur troisiéme enfant.



    a

    UNE DATE A RETENIR
    6 FEVRIER 1970



    UN MATCH A VOIR

    AIGLE NOIR - RACING

    ~ Le Championnat. de la Division
    Nationale ‘suit son cours normal
    et a déja-atieint. quatre tours.
    Le cinquitme va é&tre abordé a
    la finde cette semaine. L’affi-

    _ che _qui retient surtout |’atten-

    “Yon” celle du“6 Fé¥rier ot se
    ront aux prises les leaders Al-
    GLE NOIR — RACING, qui to
    talisent le maximum de points :
    8 et un goal - différence : plus
    17, plus 16. Ce match est at-
    tendu el constituera la minute
    ce vérité pour les milliers de fa
    natiques des deux camps qui pro
    Nostiquent la victoire de leurs
    couleurs.

    D'un vété + Eaner Charies, Ed
    dy Cockmar, Serge Ducoste, Re-
    né Argélus, Jean Claude Désir,
    Hugues Guillaume, de lautre
    Clervil Antoine, Joseph Obas, les
    freres Guy et Reger St Vil, Clau
    de Barthelmy, Leinz Domingue.
    Quasi la totalilé de no3 interna-
    tionaux opposés dans unt — ren-
    contre qui aura une grande in-
    fluence sur le.déroulement de la
    compétition 1076...

    On peut prévoir ts mainte-
    nant. que le Stade, sera littérale-

    xX XX,
    Violette -- Petit Goave (1-1)
    Ye Par Yves JEAN-BART Se
    Veu dus terrain, ‘se donnaient, 3 b.

    Mi - Temps.'0-— I
    Buia : Pet}t’ Godve
    te (24 mitiates)
    Violette : Dely (888me minutes)
    Environ 2.000 spectateurs

    La plupart des spectateurs
    ‘présents au stade Sylvio Cator
    n'ont pas ménagé leurs applau-
    dissements aux €&quiplera petits-
    goaviens; ceux-ci, au coup de
    sifflet final, rassemblés au mi-

    : In Baptts

    Pierre

    pelle, ces vers qui sont comme
    ces fréles cloches de cristal a la
    ‘muette présence tant qu’on n’y
    touche pus, mais auxquelles ja
    moindre vibration, le. moindre
    rappel d’air arrachent leurs tin-
    ~tements pareila i» des chants de
    joie ou A des sangiots.
    «Heureux gui comme DUlysse>
    ‘gla Ballade des Fendus>; ¢la Bal
    lade des dames du temps jadis>,
    fet une omission présente a no-
    tre mémoire: «Mignonne, allons
    ‘voir si la rose». Pourquoi pas 7?
    : Aprés le récital de poésies ce
    . fut la présentation de la célébre
    ’ farce de Maitre Pierre Patielin.
    ‘ VoilA cing cents ans qu'elle’ est
    * jouée, voila ‘elng centé afis ‘qu’el-
    le fait rire voilk cing cents ans,
    cle nous en fournir ia preuve,
    que les gardeurs de bétail trom-
    pent leur maitre, que les dra-
    piers voléent sur. l'aune de tissu,

    (Suite page 4 col 8)




    SPORTS

    " prechidres ‘minutes, le

    Ment assauté pour cet é¢vénement
    que tous attendent.

    XK XX
    AIGLE NUIR — DON BOSCO
    (8-1) uO

    L’Aigle, en l’emportant sur le
    Don Boseo, aprés un match d’un
    niveau technique assez élevé quoi
    aue heurté par moments, occupe
    le premiére place aeve un goal
    différence plus élevé que les au

    _ res, compétiteurs. Nous avons vu:

    un Tom Pouce, de plus en plus
    fort, un Ducoste toujours.égal a
    lui-méme, un Bendao aussi jeu-
    ne quenthousiaste qui -maintiept
    sa forme «Coupe du Mondes, un
    Jacot qui sembie sc retrouver.
    En face, un Sanon qui mfirit et
    semble promis 4 un bel avenir
    ainsi que Louis. Jeannot Paul,
    Capitaine des noir et jaune, d'u
    ne classe indiscutable, rejoindra
    gous peu la Sélection nationale
    permanente, il le mérite bien. .

    Le Classement, 4 cette ‘date.
    se lit comme suit : Aigle Notr --
    Racing : huit pointe;

    Excelsior, Violette six; Bas
    Artibonite, Etoile : quatre; Nord
    «ois; Don Bosco, Victory, Bacar
    di, Port-au-Prince : deux, Petit-

    Gofve : un :
    Demain soir : Ligue de Port-
    au-Prince -— Excelsior.





    em

    accolades. “On comprenait “teé
    bien leur jole : ils venalent d’emn

    pocher leur ler point..depuls le
    début de la saison, point d’au-

    tant plus précieux qu'il a été ac

    suis au dépens d'un des ¢grands>

    ut la division nationale.

    Quand aux coéquipiers de
    Phillipe Vorb*, ils n’ont pu ca-_
    cher leur décaption: ; ee matoh::
    nul concédé & la lanterne rouge
    équivalait A une défaite ; on n’a
    pas lg droit de dominer et fré-
    Yer ainal la défaite.

    Pour en ventr & ta rencontre
    disons qu'elle fut d’un faible ni-
    veau technique. Durant les 20
    Violette
    semblait devoir emporter trés
    facilement témoin la . jcadence
    rulentie avec laquelle il opérait,
    unanimement, on avait l’impres
    sion que les pbtits-goaviens. al-
    latent encore connaitre un mau
    vais quart-d’heure de 0 - mi-
    nutes au cours de cette période,
    en maintes occasions, les’ cbhleu et
    blane, eurent le but au bout du
    pied, mais leurs tentatives ou
    bien échouaient par précipita~
    tion, ou bien trouvaient & leur
    conclusion excellent goal petit.
    goavien — A lu 17éne minute
    environ, une trés belle action de
    Vorbe se termina par une passe
    lumineuse & son-ailiier droit; le
    céntre-tir de ce dernier échous
    sur la tansversalie.

    Le ‘tourtant du match ‘pe, ah

    tha aux environs de Ja 248me mi
    -ute: A ce moment, la pression
    du Violette devenait de plus en
    plus. forte, les montées de ses.

    arritre plus fréquentés; Cepen-

    dant le genre forcing ne met
    SVSVSIQIG IE STII TORR



    En reyenant
    = mond, ;My Roy" paflé bealt

    ee

    MEMBRE DE VASHOCLATION INTERAMERICAIND DS: PRESB

    h

    eo ae aon

    «

    yy "

    APREG LINCENDIE. DE. MAROL






    di -était & prévoir que le ration
    nément de ’électricité, & Port-au
    tipce et ses environs, allait s’in
    @naifier aprés la mise hors ser-
    vipe::\de Vunité de~-1000 kws de
    VWHsine Electrique, a la suite de
    Vincendie de mardi matin, dont
    i¢ méme jour vait fait la relation: :
    * Dans ce méme compte - ‘rendu,
    nioug- nous inquiétions d’un ren-
    forcement des rigdeurs du ration
    nement et des méfaits et consé-

    ~ guences du cblack - out». Le soir

    théme,-on constatait que les heu
    res de ce cblack-out> s'allon-
    yeaient. La situation est dure.
    Mais elle eyiste. La question qui
    je pose est celle-ci : combien de
    temps va-t-on prendre pour. répa
    fer ou remplacer. V’unité mise
    hors d’état par Vincendie 7%

    Voulant renseigner l’opinion,
    nous avons interviewé le Direc-
    teur de la Compagnie d’Eclaira-
    xe ElectriqueyMr Everett Shrew
    sburry qui nous a aimublement
    regu et bién volontiers nous a
    fourni les explications nécessai-
    res.

    .Le rationnement renforcé me-
    nace de durer car & notre ques-
    tion :

    Quand pensez-vous que le ser-
    vice électrique sera rétabli régu
    ligrerhent 7 M. Shrewsburry nous
    a fait la réponse suivante : .

    VI

    .. Le Député André Simon nous
    expose quelques wns de ses pro
    blémes a Jacmel et il essaie forte
    suent de nous les faire partager,
    le Ministre Lebert Jean-Perre
    et moi. De mon cdté j’apprécie

    -les ‘efforts que fait ce rude tra-

    r deyenu politicien ~ pour
    le relévement de Jacmel et des
    régions avoisinantes telles que
    Gayes-Jacmel,«:Marigot. et: Belle-
    Anse. I] s’efforce grice A un dy
    namisme de leader ou A la for
    ce qu’il puise dans son dévoue-
    ment 4 la cause du duvaliérisme
    d’améliorer les routes, d’organi-"




    ser dei pépiniéres de café_pour
    développer sur une plus grande
    échelle la culture. :

    ré6@de base! dans 1

    réve d'un esprit d’éyuipe qui lui
    permetiyait de réaliser dans cet-
    te intéressante région de Jacmel
    et dans l'union qui fait la for-
    ce, ce que le Président A Vie de
    la République et Mme Francois
    DUVALIER attendent de tous
    les bong duvaléristes. J] sait que
    s'il pouvait travailler sans chi-

    C , a-J adtieel:
    gaand “Je 8, route.
    sRaymohe Bic

    SBC

    Absorbé par ces pensées, je

    ne vois pas le temps gasser ni
    les difficultés de la route.

    Au cours de ce m&me trajet

    cer.ains des exangionnistes dont

    résident de Ja Ctiayn

    : ttent i-de nes:
    voir rester pour jouir des char-
    mes de la vie de nuit & Jac-
    mel. Ef Lizou de parler de la
    Dame Ersule et de ses ¢fritail-
    les> de sa ¢bouillabaiser, Je me
    rafpella.. que Serge Gaillard
    m’en avait aussi parlé. I! me_di-
    sait.que quand, Jpcmpl, sera A.
    Luh! et demi: de Pott-au-Prince,.
    cette ville sera comme ¢La pague
    ra» & Puerto Rico oft Pon va pour
    manger des fruits de mer, En ef-
    fet, & Jucmel on trouve en quanti
    1@ abondante lec sardes =roges,
    les. . chégues».et surtout le bro-~
    chet dont la chair est aj fine. Ain
    si les amateurs de péche sous ma
    rine y découvriront des récifs
    chargés de poissons o& ils pour
    ront exercer Iéur art.: 2: . %
    ‘La Dame Ersule- nous disait ©
    Serge Gaillard préparait en son
    temps une bouillabafse qui fai-
    ‘gait les délices de tous. Elle a-
    vaiR son installation prés du
    port, L’on se demande si elle vit
    encore. C’était apparemment une
    femme admirable. Moi je nivai
    Pas.copnu -ces petits coins des.
    -quartiars. populeuy ‘et’ pauvres :ot-+
    Jes"délices 86 cultivent’ comme ie:
    “‘miel dans les troncs pourris e: ob
    la. vertu s'épanouit comme Ia ro-
    so sur le fumier. -_
    de: Cerrefou










    Ray




    rs

    YUsine Elegtrique de”












    “du plus grand A Vhet
    ue la
    Shellenberg,.ancion Directeur doy:




    “ x : ‘

    A°LIUSINE “ELECTRIQUE

    we

    «Seulement ‘loraque ja Compa-

    gnie pourra étre en mesure d’u--

    eheter les générateurg pour une
    cupacité. dau moing 6000 kws, ce
    ‘qui nous mafique actucllement>. _
    Tl a ajouté ,cn confirmtion de
    nos appréhensions : -° +”
    «Le probléme “du rationnement
    de VPélectricité. “est aussi. crucial
    pour les abonnés'que pour moi
    uui dirige Ila Compagnie’ et qui
    prévois que le rationnement- va
    devenir chaque juur de plus en
    lus sévére. Actnellement en de-~
    hors de ce générateur qui a bra
    lé, nous en‘ avons tn autre de
    1000 kw qui est en réparation et
    la Has®o, pour des raifong d’or-
    dre technique, ye peut pas pour
    le moment continuer A mous aider

    comme de coutume durant la sai ”

    son sucriér.e>

    Au sujet de l’incendic, i) nous
    a donné les précisions suivan-'
    tes :

    Le mardi 27 Janvier A 10:25
    du matin, notre Centrale 4 Port-
    au-Prince a enregistré la mise
    hors de service de notre unilé de
    1000'kw No 12. En effet, un in-
    cendie a été causé par une piéce
    cassée & l'igtérieur de la machi-
    ne, ce qui a occasionné de trés
    graves dommages. ~

    Grfce au concours emipressé du
    Service d’Incendie des Forces Ar-
    inéés d’Haiti les dégats- ont pu 6-
    tie limités 4 cette seule unité.

    Croisade en faveur de Jacmel

    Par Aubelin JOLICOEUR

    la-premidre qui fut instaliée en
    Haiti. Les pylones venus de Fran
    ce et qui rappellent ceux de Pa
    ris témoignent d’une certaine so-
    phistication. Cette usine électri-
    que était dirigée par les Fréres
    Boucard.

    De retour dans la ville d’Al-
    cibiade de Pommayrac, le bus

    s’arréte..au coin ‘des rues ot
    se trouvent les maisons de ‘Paul.

    Lemaitre et du regretlé Dupré-

    Turnier. Et ses passagers se di:
    rigent vers la demeure de Miz
    douin Turnier. "
    :

    (suite page 4-colonne 1)



    BUITE POSTALE :








    2° IEUDI

    LES ARTISTES DE -

    LA TROUPE GOSSELIN h
    assistent au gpeotacle du

    Grand Hé6tel Oloffson :

    Le spectacle du Grand Hotel
    Oloffson avait attiré lundi soir
    une foule considérable. Les artis
    tes de la Troupe Jean Gosselin
    suivant une tradition y ‘avaient 6
    té infités par nous. C’était a-
    prés- la reprise de’La Facture
    oe ome de connaitre son se-
    cond grand succés, Le spectacle
    va & dédié A Jean et A Madelei
    ne Gossélin et aux artistes de la
    Compagnie. C‘était un spectacle
    impressionnant méme pour Jean
    Gosselin qui vient en Haiti de-
    puis 18 ans,-et plua encore pour
    Madeleine qui voyait la danse de
    Varaignée pour la premidre fois.
    Le Show du Grand Hétel Oloff-
    son monté par Mme Lina Mathon
    Blanchet assistée de Viviane
    Gauthfer et d’André Germain
    avec la plupart de. nos meilleurs
    oe a »,Ganseura et chanteurs,
    va e meilleur. . que. l'on
    nuit.

    ‘Ce spectacle attire chaque lun
    di au Grand Hétel Oloffson une
    foule d’haftiens, officiels du gou
    vernement et grands commer-
    gants et industriels, des touristes
    _Yenug de tous lea hotels.

    - xxrxx ,
    LES IMPRESSIONS DES
    INDUSTRIELS$* 2 ,
    orrivéa avec Mike Mo Laney; *
    ..Le Colonel Ellis P. Lupton «Con
    sulting, Engineers de Denver Co
    lorado et l'industriel V. H. Bucha
    fan, ¢Executives d'une grande
    compagnie & Miami, arrivés mar
    di aprés midi en compagnie du
    Président de la Resorts & Héte}
    Seperation of Haiti, M. Micha
    el-«Mikes Mc Lanay-et M. Philip |
    Sheefer, un ¢Executiyes du Casi :
    ng Internationat...d’Haiti: ne-ces-
    sent de louer les _ beautés, les
    charmes et les vastes possibiliiés
    de notre pays. .

    . Tis sont venus étudier les pro-
    jets que développe ici Mike Mc
    Laneyy car ‘ils veulent,participer
    a ces investisserhente’ ) .

    Ils sont descendus a l’Hétel
    El Rancho. Nous les avons revus
    hier soir au Casino Internatio-
    nal avec M. Shaefer. et te Dr. En
    rique Arango, Directeur du Casi
    no.





    e

    : xxxx

    CUSTER L'HOMME

    DE LOUEST |.

    aux Rex ».Thédtre “
    *...Le Rex ne craint pas de prése
    “ter l'un de ses meilleurs films

    FIL DES JOURS...

    par AUBELIN JOLICOEUR

    alk dans. une ‘bette. de‘

    20 JANVIER 1970



    a celle Cpuque.de carnayal. Ce
    Cin&-Théa-re comptp sur la puis
    saiice de frappe de cctte grantle
    roduction cinématographique pour
    attirer ious Jes cinéphiles dignes
    de ce nom. Il s'agit de CUSTER
    WHOM ME DE L’OUEST.

    ilm est une lorieuse
    de Vhistoire des See ,
    Geux qui aiment les actes de cou
    rage, tes actions d’éclat ne man
    queront pas d’aller voir diman-

    xxxxXx :

    QUAND GAIL HiGGINS
    célabre son aniviversaire
    en Hatti

    . Kent Higgins, un «Bail Bonds
    man> de Miami a accompagné ict
    ga ravissante soeur Gail Higgins
    pour xon aniversaire.
    Kent Higgins et Barry Yanks
    sont les agents de la JERRY
    YANKS [jail Bonds dont les acti
    vites consistent 4 libérer les
    gens de prison. Ils opérent dans

    toutes Jes cours de Justice de
    Mian.
    Gail une mignone petite

    ‘blonds -truvaille comme «Hostess?
    Kent ce: Gail descendus au
    Splendid Hotel ont passé une par
    tie de leur soirée a lu Frégate
    Canadienne of Gail a entendu le
    sHappy Birthday> et au Casino
    International of elle a eu son di
    ner d’anniversaire arrosé de yin
    fin.
    Kenta gagné au Casino.
    Kent et Gail sont repar.is ce

    fMdatin avec l’intention de reve-

    nir dans quelques semaines. Kent
    veut aller chasser les sarcelles ve
    nues du (‘anada et les pintades.
    ...Neil St John Raymond et sa
    jolie femme Lysa continuent de
    se faire bronzer au soleil d’Haiti
    Ils sont arrivés ici la semaine
    derniére. Ils sont au Grand Hd

    , tel Oloffeon. Neil ost au_Gradua

    “te. Sehoal of Design de Harvard
    " University..

    “x XxX

    LES EFFETS ET
    LES MEFAITS
    de la publicité en Médecine
    ...Un Jeane médecin qui comme
    nous cultive les relations publi- .
    ques, nous a ému mardi comme
    ik mgusta abordé pour nous‘ dire
    dans un «combiné> de compli-
    ments enthousiastes e: de repro-
    che discret : ¢Vos articles sur
    Jacmel sont épatants. Teut le
    monde lit votre rubrique.>

    Nous ayons tout de suite sen
    ti que quelque chose de plus s+
    rieux ajlait suivre. |

    Et mon interlocuteur qui est

    (Suite page 4 col. 4



    Mort de V’Archiviste Américain.

    T. R. Shellenberg

    UNE



    Le monde Archi atique a été

    ~, ‘rappé de stupeur;.méme pris dé

    Ppanique, en spprenant: la mort’
    de Vun des Granda;:si ce n’est
    actuelle,.

    profession. «Théodore Ri





    Archives dea Etgta: Unis d’Amé-
    rique meat" plys. Heaisaceurabé le
    14 Janvier dernier A une crise
    cardiaque — Perte cruelle s'il en
    fat, pour peu qu’on :
    oeuvre considérable de l'homme
    et intérét qu’il portait a toutes
    ies Archives du monde, a celled





    yi dé l’Amérique Latine en particd, |

    lier. En raison de la jeunesse de’
    ja profession, en Eurupe comme
    en Amérique, avant Shelenberg;.
    en matiere archiv-stique, on n@
    reconnaissait que Il'aulorité deg
    maitres hollanda:s: Muiler, Fyith
    et Fruin. Sur le monde Anglo $
    Saxon, particuli¢rement eclui de
    Commonwealth, a régné pendant
    jungtemps, la haute persoisalité
    de Sir Hilary Jenkenson. Of

    deux guerres mondiales devaient |
    rendre plus complexe Te probley °
    me des Archives, La masse deg ;
    _ papierg devenait chaque jour plug |
    _ énorme, du fait de la: création dé”

    services nouveaux, en foncti

    de nouveaux besoins. D’oi la né 4

    ccasité de nouvelles méthodes d’ap
    proche. :

    Les Muller, Faith et Frui
    les Jenkenson et. méme: Jes cha
    tistes de France, étaient: dépas;
    sés. Il fallait d’auttes théorie

    gh

    d’autres Principes pour iies Ae |
    chiyes Modernes. C'est alors gig

    Théodore R. Shellenberg, a
    cain d'origine allemande, est i
    tervenu avec son maitre Livre
    Modern Archives, Archives M
    Gernes. Edité d’abord & Melbour.
    ne; en:-Australie, pais A Chicago, .
    ce livre est le résultat d’une s§ -
    rie de conférences prononcées
    1954 en Australie, dans le cadfeâ„¢
    de «Fulbright - Programme #
    Sans pour eutant négliger les gs.
    traditionnels ‘en ‘Aadminig
    ration-des Archives, le Dr Shél-

    %.

    je ae

    “ments

    PERTE POUR
    Pur Laurore ST JUSTE

    denberg est venn avec des dlé-.
    nouveaux répondant — leo
    ‘mieux sux besoins des Etats re-
    Jativement jeunes. D’ot son suc-
    cés nuprés des Pays Lato - A-
    méricainsg, of ce Hvre a été tra-
    sduit a la fois.en espagnol et en
    ‘portugnlé. On: parlajt méme d’u-_
    tne Version francaise de Modern

    connaisse. ,

    LE MONDE : '

    a
    Archives. — Mia ie (i retratte,
    en raigon de sa mainaie, le Dr
    Shellenberg qui fut Ja cheville ou
    vriére du premier Seéninatre fn
    teraméricain, réunissant a = Wa-
    shington D. C., les larccteurs
    dArchives de VAmérique, ne res

    (Suite page 4 coi 3)

    cote
































































    fl eee
    he ee | ts

    vy pee
    a SE

    PRONLEMES No. 468 F

    ed

    7 — Bont toujours punts dans
    la emillou >

    8 — Conjonction — Aldont A
    porter le pantor

    9 — Tuyour souveraln

    10 — Partisans d’uno doctrine
    qui nidlt Voxlstence de Jéwun -
    Christ |

    xxX
    VERTICALEMENT
    I -— Eh bien — Aagsalsonnera
    1] — Insecte piqueur — Pré-

    Qn xe

    11 -- Pyinom masculin — En
    gite

    IV — D'un auxiliaire — au -
    clenne contrée de Asie Mineure



    HORIZONTALEMENT

    1 -—- Des petits riens v _. Ville d'Algérie — En
    2 — Une femme — potte crin
    3 —- Dane Ia Corréze VI — Pronom — Viens au
    4 — Sur un cahier de scientifi mond

    vil. — Article — Restitue

    que — Mesures Vitt —-. Lettres de Nesse — ne

    6 — Lettres de sagacité — ten
    Moi latin pas. acoep
    6 — Rol de Myodnes — Sigle weit — Préfixe — Note

    sur un drapeaa francais X — Connu -~ Port de Tunisie

    SOLASTION No. 454 F

    OR ONT A

    Hortons, El — IJ. Ulema;
    ene II, Mémate; les —— IV.
    Insap@S — VNie ; Scorie —
    VI.-Ivte — VH.'Se; Maly Ses. —
    VER. Titl; Avis6é — IX Etes;
    Pie ~~ X. ‘Bates: Ernée

    HORIZONTALEMENYT —

    1. Humanistes — 2, O14; Uvéi-
    {a — 8. Renier; Tat 4. Lawn;
    Emise — 58. Ontos — 6, Bsetia
    pe — 7. Se; Po; Vir 8. Lier; Sfdh
    — 9. Emarites — 10. Lésée; So

    mé

    - .
    ca

    % QUEL QUE SOIT





    Les 3 Gallery’s
    Recommandes

    Nader’s Art Gallery

    Rue Bonne Foi No. 104
    P.O. Bex Go2
    Port-au-Prince,
    Phone 20088

    Art Lover’s Studio
    And Galtery

    Rue des Miracles No. 76
    P.O. Box 962
    Port-au-Prince, Haiti

    Phone 20040
    Gallery Gng Hill Side

    Desprez No, 4

    Halti













    P.O, Box 368
    Portia 2, Halti
    Phdne



    Sitae dann les Paveges da- és

    ee

    Pétiees — Bak 21a diapesition:
    dew adintvateera: de Att;

    Sont et demeurent les-8. Conttnen-ot- les 8-déno-
    minations 0} art: hubehen ex‘miie en relief
    dans toute sa 6; dats tetite not orl tealits
    et dans toute sen 6 166: done dus: puinta--
    res d’artistes de’ chez Tivaw.

    Tout visiteur qu'il seis étvanger:ou leitien::
    ne peut que gagner Ay passer quehyaus instants...






































    trott@yy
    eee 06
    Merre Deagraupes au journal tb-
    lévinds

    M, Doagraupos ~- M. le Pre-
    nior Ministre, Jo voun aval In-
    torviewé {1 y a quelques jours
    Jo vous aurais sans doute pond
    d'outres quest.ons = qu pajour -
    d'hul, Mals, aujourd’hul Vactua
    Litésoommandeae et
    je ne poux pas no pas vous paor-
    ler des fumeux Mirage. a
    question que: sé: ¥ (pose:
    ze que, jo croig, (bo oem ie
    se la posent — est colle’ - ci! —
    Est-ce que, en livrant ces Mira-







    ge & la Libye, la France n'est .
    pine sortia: fa netrtralité d
    e confiitidu Moyen jen OFient, :



    sortle au détriment "alaruel?

    Le Premier Ministre: Mais
    pas du tout. En effet, ces, saiea:
    dont vous parlez, ott :
    de Mirage n'est pas dd
    nourrir le conflit, Ce sunt des ap
    pareile qui sont désirés par le
    gouvernement Lbyen pour doter
    fa Libye d’un szstéme de défen-
    se garantissany sa sécurité.

    A cet égurd, je voudraia vous
    rappeler qug ia Libye est un
    pays, uu point de vue de son ter
    ritoire, une fois et demie la Fran
    ce, A population faible (moins
    de deux millions d’habitants) ct
    que ce pays comprend des riches
    ses fabuleuses en pétrole, 4 telle
    enseigne qu'il est en train de de-
    venir, sinon le premier, du mojns
    l'an des tout premiers produc -
    teurs du monde, et qu’une_ telle
    situation une tellg _richesse
    peut, dans l’avenir exciter bien
    des convoitiss.



    Lhistolre a enseigné & tous les
    peuples — A commencer par la
    France — ce que sont les convoi
    tises extérieures, et le gouverne-
    ment libyen a pensé qu’il lui é-
    tait nécessaire de s’assurer les
    moyens dune dérense.

    Et comme cette défense, il ne
    peut pas, A l’svance. la fonder
    sur de gros bataillons. Il lui est
    apparu qu’il fallait la fonder sur
    une force aérienne décisive entre
    les mains de pilotes libyens.

    M. Desgraupes: Oui. C’est 1a
    ia question, M. le Premier Minis
    tre. Ou sont les pilotes libyens?
    Tl perait qu’il y en a deux pour
    Vinstant?

    Le Premier--Mintstre: Non: “Il
    yena heaucuiip piud~-d’un; meis -
    il n’y en n’a pas uf grahd -noth
    bre. Je vous avoue que Je ne con
    nais pas le nombre exit; mais ‘le
    nombre pag trés important.
    Mais le contrat qui porte sur la
    venta. des: appareils porte égale-
    ment sur la formation des pilo-
    ten.

    M. Desgraupes: On peut se po
    ser la question, M. le Premier Mi
    nistre: Pourquoi cette politique
    francaise & légard de la Libye?

    Aprés tout, il y a deux ans,
    personne .ne parlait de la Libye.



    fae.






    cédont avait déj& noud dos con.
    versations,
    M, Desgraupos: avoc la Fran-
    ca?
    L Premier Ministre; Avec la

    France. Pourquol la Libyo? Par--

    co que les Mbyens se sont adronsés
    & nous récomment, le .nouveay-
    gouvernement. Précisément, pour
    nasurer sa sécurité, son indépen-
    dance, lo gouvernement libyen a,

    ~ bine eiadyoaser: tor x Fance:
    not: ‘ac rles offres
    wie Seineaie tes per les E-

    ote Unis, par in Grande Breta-

    ane et par )’Union. Soviétique, et
    iasenee kta: libyen p pré-

    “Praricé, c’éat
    érivfatedn hy -difbortque Ja
    France est riversine de la Médi-
    terranée et ensuite, en raison de
    ig politique: franyaixe de décolo-



    MC pplsntian a “qui: dénne 4 ce gouver-
    aie

    téuthgburance de ne pas
    se trouyer un ‘four en face d'un
    impérialisme :quelcunque. Et pour
    la France, a l’6vidence, il sagit
    la d’an atout politique tréa im -
    portant puisque {oa Libye, je vous
    le Fappelle, fait suite a )Afri-
    uue du Nord: Maroe, Algérie, Tu
    nisie, et que, de cette manidre,
    pour ensemble de la. Méditerra~
    née Occidentale, nous digpomg -
    rons de via A vio avec lesquals
    nous s0mmea en termes politi, +
    ques positifs ce qui, de surcroit,
    nous donne toute sécurité en ce
    qui concerne l'Afrique profonde,
    YAfrique Noire.

    Il y a la un élément de politi
    que Méditarranéoune et Africai-
    ne dont vous mesurez l’importan-
    ee. J’afoute que nous attendons
    des développements économiques
    importants, & telle onseigne qu’u-
    ne mission économique et cultu -
    relle est en voie de formation a
    Paris et que les tétes de chapi-
    tres déjA fixées concernent l’a -
    griculture, les cadres techniques,
    leur formation, le génie civil,
    c'est & dire les travaux publics,
    et maritimes, c’est a dire les ba
    teaux et la pétrochimie.

    M .Desgraupes — Tout cela
    est trés bien mais l’on peut se
    poser une question. Ces Mirage
    dites - vous, sont destinés a dé -
    fendré la Libye contre les convoi
    tises' que pourrait lui attirer son
    pétrole. Mais si ces Mirage chan
    gemt d’affectation-et si on-les- re
    tretive-soudain ‘sur le. front.is -
    raélien, quélle “gararttie ‘en “avez -
    vous?

    — Le Premier Ministre — A
    n'en pas douter nous sommes en
    droit de compter qu'il n’en sera
    rien. Je n’insiste pas sur le fait
    que la distance entre la Libye et
    le front actuel rend pratique -
    iment inopérant Vusage de _ tels
    appareils.

    M, Desgraupes —~ En partant
    de Libye?









    : tneiit : alte dé co!
    nous a été rayon — Lon gouver- inet Rate et a dQ so bor
    nomenta changont M. lo Promfor~ Det sort A laissor dire bien des
    Miniatro, “purtout dana cette ‘Par: choses at bien dea chiffres, solt
    ilo du monde. | quelquefots ‘&démentir: te) ou: tel
    qui étaient vraimwnt par trop fan
    tatsiates. Et la ralson pour la -
    quella te gouvernement n’a pas
    pu parler plus t6t ‘est In suivan-
    te: Nous sommes dang le domai-
    ne diplopiiatique, un domaine tou

    Le Premter | Ministre — Eh
    bion, la réponse est simple: la
    position de la France consiste A
    ne pas nourrir cn armes le con-
    rit. Cleat la, raison pour laquel-
    ie la France Ne livre ni-a israel, jours complexe et dans lequel les
    al aux’ pays: volgins, Et s'il appa- nouvelles, les. faite, le contenu
    raisaait qué ces: appareile dont dun contrat, par exemple n'ap
    nous parlong-charigealent de des- Partiennent pas A un seul gouver
    Lination yet. nous le saurions vite, - vement..
    alors les auivants | tomberaient Le Premier Ministre — A une
    sous le coup: de l’embargo, Et per seule des parités, mais aux deux
    mettez*- ‘mol de vous rappeler- ct ni lune ni autre des parités
    de Voit s’excite. beaucoup sur cen ne, peut parler sans @tre an ac -
    Mira Age pour laLibye, mais il s‘a stord-avec’ ere Et la ‘voie di-
    git d’appareils’ qui_ne. sont pas plomatiqué, M.;Desgraupes, je
    encore en'fabricatfon, a piloter ne vous. l'appré ida pas, est lente
    par des ‘pilotes qui-me sont pas ¢ c'est Ia raison pour laquelle
    encore..formés, que les premiéres nous avona da attendre jusqu’s
    livraigons.n’interviendront pas la semaine derniére pour faire
    avant-15.0u 16 miois, qu’elles se- vine ‘décharatien officielle qui a
    ront échelonnées dans le temps , d'‘ailleurs étg faite de la maniére
    et qu “elles ne dev-endront impor- la. plus nette devant ja commis -
    tantes qu’en 1972 - 1973 pour s’a sion compétente da l'Assemblée
    chever en 1974, que d'ici 14 on Nationale par le. Ministre compé
    peut penser que la guerre sera tent, le Ministre de la Défense,
    finie et qu’A Vheure actuelle, je ce qui fait qu’a* partir de cette
    le répdte, il n’y a pas de raison déclaration nos compatriotes ‘sa-
    valable de penser gu ‘un jour quel vent parfaitenient- et peuvent é-
    conque ces appareils pourront é- ire sirs que tout autre chiffre,
    tre utilisés contre Israel. toute autre dénonciation, en de -

    M. -Desgraupes — Qu’est - ce hors et au - dela de cette décla+
    que cela veut dire, M. le Pre - ration, sont faux. C'est” JA quel-
    mier Ministre, qu’Israel peut étre gue chore d’une importance extré
    rassuré quant t la politique de ie.
    la France par rapport a son Pouryma part, je pense profon-
    droit & Vexistence? dément qu'il ne saurait y avoir

    Le Premier Ministre — Mais «ce gouvernement, de “confiance
    da politique de la France & V6 - dens un gouvernement de la part
    xard d'Israel n’a pas varié. La un peuple sil n’y a pas usage
    France a affirmé et cela n’est de la vérité. C’eat une affaire
    pas d’hier, qu'elle donnait sa ga fondamentale, c'est un pilier né-
    rantie précisément au droit d'Is- cessaire de toute démocratie vé-
    rael oe et c‘est 4 dire & son
    indépendancef & sa sécurité, a
    Yexercice veoh la plénitude de ses
    ¢roits souverains. Rien de tout
    cela n’est changé. Rien.

    M. Desgraupes —Je vous po-
    se une satre question ,M. le Pre-
    mier ‘Ministre .Si tout ce que
    vous venez de dire avait été dit

    C'est la raison pour laquelle, je
    vous Vavoue, je ne suis pas fa-
    ché, bien au contraire, que vous
    ni'ayez posé ces questions.

    i




    plus.t6t, est- -.ce que les choses VIS
    ae ? - a .
    y ie i yr oS & . A vendre voiture FORD, Mo-
    pis vous dire dele -1968;. .climatisée, prigre dé
    | passée qui téléphorer.: Be No: : 2-2088.





    Banque Nationale
    de la République d’Haiti
    Banque de I’Etat Haitien

    Devenez votre propre Comptable en ouvraiit
    un compte de Chéques ala Banque. Nationaje_—





    Il faut vow d’abord!

    1





    Cc



    ~ Avant de prendre une décision!..
    Car L’ESCORT a quatre portes a toutes les

    chances d’étre la petite voiture dont vous:

    révez !

    Passez la voir a la-saHe d’exposition du

    Joudi a Gh



    A 6 it ti
    UNE re POUR ‘PRIER,
    UNE SECONDB- POUR
    MOURIR

    Entrée Gdps. 2.00 et 8.00

    Vendredi & 6 h, 80°
    LA, Compagnie Jean.
    présente :.. :
    PEPSIE
    Entrée
    Balcon

    Gosselin

    : Parterre 1 dolla
    : $ 0.60 Rés. 2 dollars

    Jeudi 29 Janvier & 6 heures arg
    8 heures 15
    INGENUES



    LES FAUSSES
    Entrée : Gde 1.00

    Vendredi 30 Janvier 4 6 heures
    et 8 heureg 15
    MAYERLING:
    ry ‘

    ~”

    "AUDITORIUM
    CENTRE CULTURKL.

    Jeudi & 7 h,

    LE MASQUE
    DU DEMON
    Entrée Gde. 1.60

    Entrée :

    #t

    rn &

    Vendredi a 7h.
    LE BRIGAND
    BIEN-AIME
    Entrée Gde. 1.50

    , De Lawe Auto Ciwe

    Jeudi a 7 h.-et-9 h.

    . a



    rilable, et, disons - te, de toute\| OSCAR
    vociété huiuuine digne de ce nom. Entrée 1 dollar par Voiture

    Vendredi 4 7 hb. e¢ 9 h.
    LES ANNEES SAUVAGES
    Entrée 1 dollar Pa> Voiture

    A MAGIC CINE
    Jeudi A 6 h. 15 et 8 h. 15
    ANGELIQUE ET

    LE SULTAN
    Entrée Gdes 1:50 et 2.50

    i
    Z
    z
    &
    m
    Si

    f
    {
    at
    Vendredi a 6h. 16 et 8 h. 15
    UN FUSIL POUR

    DEUX COLTS

    Entrée Gdes. 1.20 et 2.50
    nina

    CINE ELDORADO

    Jeudi 29 Janvier 1970 & 6 heures
    et Sheurea 15
    BUEL AU: CO RADO
    Entrée Gle. Gdes 15) — Réser
    ' vée Gdes. 3.00

    Vendredi’'80 Janvier A 6 heures
    8 heures 16

    BECKET
    Entrée Gle. Gdes 1.50 — Réser
    vée Gdes. 3,00

    CINE STADIUM

    Jeudi 29 Janvier (En Permanen
    ce
    L'IDOLE D'ACAPULCO

    Cordonnerie
    (Electric Shop}
    avise



    Mr. Antoine Richemond, Mana
    ger de la Cordonnérie BLEC-
    TRIC SHOP porte & la connais
    sance dea clients qu’un/ déta! d’an
    mots leur est accordé, A comp-
    ter A partir de cette date,
    venir prendre livraison des chaus
    sures en reparation en son ate-
    Her A la ue -du Centre, (bloc
    St. Louia de Gonsagtis).

    Passé ce délai ceg chaussures
    séront purement et simplement
    vendues A la criée publique.

    P-nu-Pce. le 8 Janvier 1070

    Antoina RICHEMOND
    MANAGER.

    Avis Matrimonial

    Je soussigné, Jean Souffrant
    avise le public en général et le
    Commerce en particulier que je
    ne suis plus responsable des ac
    tes et actions de mon épouse née

    . Mirléne Jean, ce pour incompa-

    département. de vente des = pecans BORD

    tibjlité: de caractére, injures gra
    veg et publiques en atteRdaht
    qu'une action en divorce: lui soit

    " intentée,

    P-au-Pce. le 29 Janvier 1970

    S — Jean Souffrant



    HAYTIAN AMERICAN SUGAR
    «COMPANY, 5. A.
    USINE HASCO

    Poa s SOCIERE-ANONYME HAITIENNE

    PLANTEURS ET

    : as
    wast i

    Bir Obs Geb



    Sucre Mi-Raffiné — _ Port-au-Prince, Haiti

    ere ire 5 6nr 8 10e Sits















    Jeudi 29 Janvier A 6 heures et
    8 heures Kae cone

    paae TOR CER
    Entrée Gdes. 1.60. Rés. 2.60
    Vendveai 805 Janvier, a 8 heures
    i 3 ,
    DU RAPPORT QUILLER

    Entrée Gle Gdes. 1.60 — Réser
    vée 2,60 ‘

    ie

    r

    Drive in Ciné

    Jeudi 29 Janvier 1970

    aThe 9h -

    Sur demande générale oO
    LES FRERES CORSES -

    Entrée : ee dollar par voiture



    Vendredi 80 Janvier 1970

    a Th. et 9h.

    JE VAIS, JE TIRE ET JE RE
    VIENS

    Entrée : 1 dollar par voiture.

    KFOmE ene
    Jeudi & 6 h 30 et & h. 30

    LA RUMEUR
    Entrée Gdes.

    Vendredi A 6 h. 80 et 8 h. 30
    LE JUSTICIER DE L’‘OUEST
    Entrée Gdes. 1.60 et 2.50

    1.20 et 2.00

    CINE SENEGA:.
    XN

    Jeudi 29 Janvier 1970

    Jeudi & 6 h. 15 et 8 h. 16
    « IRMA LA DOUCE »

    Entrée : Gdes. 1.00 et 2.00

    Vendredi 30 Janvier 1970.

    a 6h. 15 et 8 h. 15

    VALLEE SAUVAGE>»

    Entrée Gde. 0.60 et 1.06



    CINE OLYMPIA
    Jeudi 29 Janvier & 6 heures et

    8 heures 15
    UN DETECTIVE A LA DYNA

    MITE
    Entrée : Gde. 1.00

    Vendredi 30 Janvier a @ heures
    et 8 heures 15 :

    LES ANGES SAUVAGES
    Entrée : Gde. 0.60

    AIR-PORT CINE

    Jeudi 29 Janvier 1970.—
    RIO BRAVO
    Entrée : Gdes. 1.06 et 1.60

    Vendredi 30 Janvier 1970.—
    AL SON DEL MAMBO
    Entrée : Gde 0.80 et 1,00

    CH UNION
    Jeudi 29 Janvier h 6 heures ct
    ° heures

    ‘

    Technicolor
    AS DE PIQUE
    OPERATION
    CONTRE ESPIONNAGE
    Entrée : Gde. 0.60

    Vendredi 840 Janvier 1970 A 6h.
    Ibet 8 heures

    Tectmicolor
    MISSION A HONG KONG
    Entrée : Gde. 0.60



    MONTPARNASSE

    Jeudi 29 Janvier A 6 heures et

    8 heure; ~
    LES ROBINSONS DE L‘AMA
    ZONIE A
    Entrée : Gde. 0.60

    _ Entrée : Gde. 0.60

    ¥Vendredi 80 Janvier & 6 heures
    et 8 heures 15

    Technicolor
    SANDA DESSE DE LA JUN
    GLE

    Entrée : Gde 0.60

    "S
    fi
    Bs

    oe

    FABRICAN TS

    ICES Ie






    JEUDI 29 JANVIBR 1070

    “RPSL ONL AL Moavou, les cris na
    muldiptient. Ua Jeune balge, di
    tanta manifestation do deux Ita
    Vena dana un grand magaain
    moacovite, la vulllo, seat ofichal
    nd volontatremant au balean du
    héalre do Vopéretio de Moacou,
    allmaticha UR Janvier, langant das
    tracta dana la salle, Cos trac.n
    demandent In Hbération do din-
    sidents sovig.iques, notamment
    de Pyotr Grigerenke -enfermé
    dang un arile paychiatrique.

    Aloxandre Daniel, ie fils de Ju>

    -f Daniel, ecrivain — soviétique
    qui purge actvellenient une pei
    ne de-b ans de travaux forcés

    on URSS, oa attire Untten-
    .fbon d'un) éervain anglais
    cans une lettre ouverte. Le

    Ails de Vecrivain qui est adgé de
    clx huit ans, déclare que gon pé
    re a été déplacé av cours de l’é
    té passé dans ta prison de Viadi
    morov a ln suite de prétundues
    acteintes a l’ordre du camp. Le
    prisonnicr ct un détenu qui a su
    li le méme sort sont compldte-
    ment isolés. La mere d'’Alexan-
    dre Daniel se trouve également

    dank un Atahlissement — péniten-
    ciaire.
    Ainsi i) se confirne une fow

    uc plus gue la Russie soviétique
    estime que le meilleur — cndroit
    pour mettre les citoycensa qui ne
    sont pas daccord avec le régime



    ant asile Waldnés, Jungu'a 4
    nent, cas procédé était consfdd
    comme regrottablu, mala on y i
    ait génétaloment un ?
    Lh comparaigon xnux meéthodes do
    torture ef dos cauipa de ln mort
    aous Staline.
    A Moacou, on a tenté de mottre

    oe procédé eu relation avec la
    tinctrine conmuntsta, On expli-
    qae par exemple que le commu

    nisnfe est une marche vers le pro
    grés et que quiconque s’oppose i
    vette marche doit furcément atre
    niaboul. Si personne dautre ne
    croit en cette doctrine bizarre,
    lea chefs communistes ont été
    parfois mis au bénétice du dou-
    te en ce qui concerne ieurs pro
    ples croyances.

    Mais les informations qui nous
    parviennent de Moscou nous di
    scent A présent que méme cette
    supposition est erronnée. Cotte
    forme de punition n'est en aucu

    ne facon un «progres,» mais, au -

    contraire, se révele 6tre hien
    yius cruelle que le camp de con-
    centration ou méme la mort.

    En ‘premier Neu, celul qui déci
    de si ous ou non Celle ou telle
    personne sera placée dans un asi
    le de fous n’est pas un médecin.
    Son nom eat D. R. Lunts. Au
    cours des années 1960, il était
    chef du département s’occupant
    Jes «prisonniers politiquess au



    ee

    ‘VOTRE HOROSCOPE

    Par Franc es ‘Drake



    Cherchez la section correspondan: au jour de votre anniversaire
    de naissance et vows trouverez les- perspectives que vous

    ‘gnalent les autrea pour demain.

    Droit de reproduction totale ow partielle réservs.
    Propriété King Features Syndicate — Ewolustvité

    «LE NOUVELCLSTE)

    Vendredi 30

    21 MARS AU 20 AVRIL (BE
    LIER): J] ne faut pas qu’on
    vous reproche d'avoir oublie ou
    négligé de faire le plein travail,
    efficace, que vous devez. Mon -
    trez partoul votre nabileté et vo
    tre faculié créatriee naturelies.

    4) AVRIL AU 21 MAI (TAU
    REAU): Journée supérieure a
    la Moyenlie midis Vous VaméHore
    rcz si vous avez le comportement
    qui convient et.savez éviter tou-
    te perte de temps et ce qui n’est
    pas indispensable.

    22 MAI AU 21 JUIN (GE-
    MEU): La position de Mercu-
    re stimule votre esprit d’aventu-
    re et votre imagination. Si vous

    .failes vratinent un effort, votre
    journée yous donnera satisfac -
    tion,

    22 JUIN AU 23 JUILLET
    (CANCER): Prenez vos taches
    & tour de réle; finissez celles qui
    wont ancennes avant aen com -
    mencer de nouvelles. Des révi -
    sions seront nécesruires. Prenez.
    warde & vos appréciations.

    24 JUILLET AU 23s AOUT
    (LION): Lessentiel d'abord.
    Caonsaerez - lui votre effort nin-
    xImum. Des avantayes supe

    neurs sont parfaitement possi
    tiles mata c'est & vous de les cher
    her et de les trouver.

    24 AOUT AU 24 SEPTEM -
    BRE (VIERG}]): fl y a un cer
    lain nombre de c¢pelitess choses
    dont il faudra vous occuper en
    méme tempa que des grandes.
    Montrez un jJugement afr, Un
    mauvata virage pourrait gicher
    toute votre -progression.

    24 SEPTEMBRE AU 238 OC -
    TOBRE (KALANCE): Complé -
    tez votre travail avaut de pas-
    ner ®@ une autre tiche. Vous au-
    rez tendance & éparpiller vos for
    ces.. Des soucis? Travaillez dans
    je calme et la confiance.

    24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
    BRE (SCORPION): La _ respou-

    Janvier 1970

    sabilité sera le mot-elef et vous

    _vaurez la supporter. Ne vous oc-

    cupez pas de trop de cujets a la
    fois car vous ne traiteriez conve
    nablement aucun d’entre cux.

    - 283 NOVEMBRE AU 21 DE -
    CEMBRE (SAGITTAIRE): Ju-
    piter, ‘bien orienté, stimulera vo-
    tre effort. Evitez les pensées pes
    siinistes. Vos instincts humanitai
    1es seront puissants. Aidez par-
    tuut of vous le pouvez.

    22 DECEMBRE AU 20 JAN
    VIEK (CAPRICORNE): Un
    peu d’indolence? Réagisseaz en a-
    doptant un rythme plus vif et eu
    exécutant votre programme. Amé
    liorez si vous en avez Voccasion.
    Vous mettrez dans votre vie une
    nute agrénable,

    21 JANVIER AU 19 FE -
    VRIER (VERSEAU): Tl y a u-
    ne voie réguljére et une irrégu-
    liere. Surveillez vos «pourquoiz
    et vos ¢comments. Montrez le
    maximum de bonne volonté. Veil
    lez & In rectitude de vos disposi-
    tions.

    20 FEVRIER AU 20 MARS
    (POISSONS): Un peu de conten
    tion cst possible. Intervenez
    quand votre bon sens vous y pous
    se. Les goins de ta journée se
    rent proportionnés aux efforts.
    Dans les cas importants, emplo-
    yez len grands moyenr.

    SI VOUS ETES NE AUJOUR-
    D’HUI: Vuus avez des dons ex-
    ceptionenllement variés. Quand
    vous étes arrété par un obstacle,
    yous trouvez instinctivement un
    autre chemin pour parven{r & vo
    tre but. C'est excellent, a la fois
    pour le développement de votre
    apilité, e: paree que vous décou
    vrez souvent la meilleure route
    qui est ignorée de votre pro -
    chain. Vous vous entendez géné
    ralement bien avee voa collabore.
    tcurs. Vous avez des gofits intel-
    lectuela mais vous savez aus!
    vous distraire avec des amis.

    Lroy “tamu institut Setbsky de
    Moflcot.

    Lorsque”Lutity snvole un hom
    eb Vasile d'aliéné, co n'ont pas
    pour lo traiter dd son’ «mal». Au
    contrulre, on Nenferme avec une
    personno récilement malnde — ot
    \ le falro fldncher sur le plan
    on tonto de Jé.brouiller au point
    mental, Of oxsnale de le rendre
    fou. Un rapport authentique rap
    porté clandestinement = d’Union
    sovlétique rapporte que les «pa-
    tients regoivent de fortes doses
    daminazine ot de suffasine qui
    enusent dea chocs dépressifa et
    rhysiques. De fortes doses de
    narcotiques y sont parfois ajou-
    tées de maniére a aff faiblir le pa
    tient.»

    Des prisonniers qui ont séjour
    né tant dans des camps de con-

    centration que dans des asiles d'a

    liénés ont déclaré qu’ils étafent
    ressortis dea asilés en condition
    physique bien plus mauvaise qu’A
    leurs sortie du camp de cancen-
    tration.

    En Russie ,il y a une régle for
    melle selon laquelle tout prison-
    nier doit pouvoir comparaitre de
    vant un tribunal. Et cette régle
    dit que le jugement doit avoir
    lieu en public ou que ce public
    doit au moins avoir ‘accts aux
    principaux détails du procés. La
    ou les accusés n’ont rien a se re
    procher, de telles lois sont évi-
    demment assez embarressantes
    pour les autorités. Mais dans le
    cas d'une aliénation mentale, les
    «formalitéss. sont réduites A un
    minimum. Des hommes ou des
    femmes peuvent étre emprison-
    nés sans que personne ne puisse
    faire quelque chose pour eux, et
    eeci pendant des années. [fl est
    impossible de fuire faire une en-
    yuéte iofficielle. C’est d’ailleurs
    ce qui gemble avoir incité les So
    viets & falre davantage usage de
    ce procédé, I] faut’ se demander
    A ce moment, si la période stali

    TT



    Nourrissez-vous !
    Nourrissez-vous !

    POURQUOI LA GERMALYNE
    DONNE-T-ELLE
    DE SI BONS RESULTATS 2

    Parce qu'elle est par sa puis-
    sance alimentaire, un super-ali-

    ‘ment régulateur naturel de la
    nutrition,
    POUR VOS ENFANTS,
    Craignes-vous elques faibles
    ses ? quelque fatigue anormale?
    Nourrisser-lea_ |...
    Donnéz-leur le régulateur na-
    turel de la nutrition :
    GERMALYNE !

    Pour les futures mamans,
    Pour Valliaitement, craignez -
    vous une fatigue 7?
    Nourrisses-leg |...
    Donnez-leur le régulateur na-
    turel de la nutrition :
    GERMALYNE |
    Pour les Etudiants,
    les fatigués,
    les convalescente,
    Ceux qui ont besoin d'un sur-
    croit d’énergie
    Combattez leur dépression par
    une parfalte nutrition |
    Nourrisses-les hoe
    onner-leur le tour na-
    turel de la matte
    GERMALYNE |!

    AA EE td

    nionio était plus terrible
    fox tompa actuela.

    Tout cecil n'est pap de In yale
    théorlo, Los fommos at ok mM
    nus qui souffrant sont tue 4
    non courageux a! patriollqtten qui
    ont
    ne pas oe otra q'uccord avec ly ré-
    gime et qui lg disent on public.
    Tous ceux qui les connaissent té
    moignent du fuit qu’ils ne sont ;
    nullement fous et qu’fls ne Vent
    jamais été.

    Une poétesse russe bien con-_
    nue, Mmé Natalie Gorbanyevaka
    ya, va sang.doute subir le méme
    rort pour avdlr protesté auprés
    des Nations Unies 4 propcs de Ia.
    suppression dea libertés en Union
    soviétique.

    L'un des buts que l’Union so
    viétique ,poursuit en procédant
    de la sdrte, c’est de cacher ces
    eruautés aux yeux du monde. I
    ne faut pas que cela soit pas pos
    able. :



    AVIS Be

    TRAVAIL OFFERT EN
    AMERIQUE DU NORD
    Dames et Demoiselles
    rian} COURAMMENT”
    FRANCAIS.

    POUR RENSEIGNE-
    MENTS : Se présenter de
    245 hres. P M tous les
    jours.

    Alverue Marie-Jeanne
    No. 9 Cité de l’Exposition.



    EN BREF

    AID DE L'AVIATION
    ISRAELIENNE SUR |
    LA REGION DU CAIRE

    LE CAIRE (AFP)

    Quatre avions israeliens ont
    altaqué, a 10 h locales ce matin,
    la région de Meadi, a une ving-
    laine de kilomeatres du Caire, et
    ia région de Dahchour, A plus
    a’une quarantaine de kilométres
    de la Capitale, a annoncé un
    porte parole égyptien.

    Trois civils sont morts et dou
    ze autres ont été blessés & la sui
    te de ce raid. Trois habitations,
    ont été touchées au cours, du bom
    bardement, a-t-il ajouté,

    Le porte parole a précisé que
    la DCA égyptienne est entrée en

    action mais n’a pas fait état de i

    Pintervention de la chasse égyp-
    dienne. Y

    x XXX
    LE CAIRE (AFP)

    Les habitants cu Caire ont été
    temoins ce matin des raids effec
    tués par Vaviation isruélienne a
    proxinité de la Capitale. Pen-
    dant une dizaine de minu‘es sans
    aucun signe de panique, ils ont
    vécu la guerre Israélo - Arabe
    transportée jusqau aux portes de
    leur ville.

    C'est A 10 h 10 (iocale) aprés
    le roulement gourd des bombarde-
    ments dans le lointain, que Ie ea
    non ot les mitrailleases de la DCA
    cgyptiennes entourant la Capita
    le sont entrés en action contre les
    avions israéliens qui survolaient,
    semble-t-i} la Capitale égyptien-
    ne. Lialerte n'avait pas été son-
    née. Leg habitants du Caire é-
    laient pour la plupart & leurs fe
    nétres ou sur leurs balcons. Ts
    ne voyaient, dans le ciel, que les
    flocons de 12 DCA et dans le loin
    vain wne trainée blanche, celle
    d'un avion volant A haute altitu
    de.

    Les sirénes qui, i] y a a peine 4

    quelques jours retentissaient pour
    des exercices de défense passive,
    n'ont pas fonctioané ce matin. La
    radio égyptienne n’a pas inter-
    rompu ses émissions. Le trafic
    se poursuivait normalernent dans
    les artéres de la Capitale. L’élec
    tricité a cependant é&té coupée
    pendant une demi-heure environ.

    Dans certaines universités et éco —
    ont g

    les les étudiants et 6coliers
    été conduits dans les abris.

    que }

    défait celui de ny i”

    3 POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE

    LABOURAGE
    HERSAGE, SILLONNAGE
    SARCLAGB
    EXCLUSIVITES :
    MOTEUR DIESEL BROWN
    ROBUSTE — ECONOMIQUE
    FRANSMISION MONOBLOQUE
    ) BISPOSITIF EXCLUSIF «SELECTAMATIC»
    BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
    CHASSIS UNIFIE
    HE DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE.

    & Charles Fequiére & Cie.

    DISTRIBUTEURS

    La Banque Populaire
    Colombo - Haitienne
    AVIS

    TIENNE a le plaisir d’inviter ses nombreux et

    fidéles Clients en COMPTE D.EPARGNE au) Soupe Campbell Tomate 3 pour

    Tirage de la Prime Traditionnelle de la voiture
    «DATSUN DE LUXE 1600, Modéle 1970, expo-

    Bée dans le Hall de son Etablissement,

    La BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAI-

    Le Tirage aura lieu & L’Auditorium du Petit

    Séminaire Collége St - Martial, le Samedi 31
    Janvier 1970 & 10 Hres A. M. soug la Supervi-

    sion du Révérend Pere Joseph ATTIS, Supé
    rieur du Séminaire, assisté du Notaire Maitre

    Maurice AVIN, du Haut Personnel de la
    BPCH et du Public qui voudra bien y assister.

    BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE
    LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN.

    or oad

    PPLE PIN

    6-9 FLOP: SAAS ae a ee 9 ate.



    '

    _ VENTE SPECIALE -- TROIS COLES



    Poulet. Desquiron Livre
    Hot Dog Hampco _—_Livre
    Salami Hampco Livre

    Café Rébo 3 étoiles

    Riz uncle Ben 10 livres

    Soupe Maggie 3 pour
    Waxtex papier ciré

    Cut Rite. papier ciré 75 Ft
    Ajax cleanser 3 pour
    Pine Sol 15 0z

    : Shelltox 32 oz

    Port-au-Prince, le 26 JANVIER 1970% Baby food Gerber 13 pour

    Lait White Lily 5 livres
    Vermicelle Victory 8 0z
    Macaroni Arlequin 16-62:
    Spaghetti Artequin 16 oz

    Mennen Skin Bracer 6 0z

    café
    Vin Bordeaux Rouge ‘Cruse
    Vermouth:Noilly Pratt.

    Kalov Vodka

    Rix blanc 25 livres

    ‘etc —Vows;receurez, retre,

    a

    SUPER MARKET

    BOISSONS

    Sardines Portugaises Acil 3 pour

    Soupe Campbell Vegetable 3 pour

    Bhum Barbancourt 3 étoiles

    chiffres: identiques 26it: oad - 222 _ - 333,



























    , LALOE AVE, omutstorHe PETIONVILLE

    ‘

    SAMEDI 31 JANVIER 1970

    $ 0.45,
    0.66
    0.49
    0.56
    3.25
    0.54
    0.72
    0.69
    0.79
    0.37
    0.35
    0.75,

    0.72
    0.56
    1.75
    2.52
    0.16
    0.34
    0.34
    0.99

    Liqueur Marie Briza rd Apry Peche

    2.49
    1.95
    [ 2.29

    . 4.29
    1.48 -

    i sion gratis.



    ta mer. Le pp est comme
    whe peintire Valasques,
    Un edlell évanajoent: ampour-”

    pre la mer a. étend aon éclat sur
    TY-Natteclea of enfant j’rllain &
    Plus pro
    che de mol, co sont les tolta an
    anddise urnéa ef on (blo houlllde
    furent imposan-
    cea du vempa do ma Jounosao, tel
    Vi-
    ly
    Friech, de Léon Baptiste, de. Bon
    del, Couns cos grands commergants
    ches qui j'accompaguais los don

    Kole ches loa Frares,
    do tmalsona qu

    lea quo celles do Boucard, de
    tal did. Hellande, da ‘nudes

    rées achebées par mon pére.

    De tous can commorgants celui
    agréable
    impreasion sur mol 6-ait M. Alex
    était mince et
    beau. I] aval. épousé Jeannine Mu
    zac, une beautd. Ses enfants Ray
    rappelient
    bien. Tl n’étnit pas comme sonton
    Louis so nfrére ainé toujours der

    quy avalt fait la plus

    andre Vital. Tl

    mond ot Marcelle le

    Le Carnaval
    s annonce
    rapidement

    , AU MONDE CHIC:4

    Vous trouveres un.

    stock de tissus de : $:

    couleurs trés vives,
    aux nuances variées
    sans oublier le lamé,
    . velours coton et’

    velours thiffon de
    toutes les couleurs,
    tigsus pour
    pantalona a femmes
    Faites une visite -'

    AU MONDE CHIC
    pour vos
    déguisements.

    Rue du Magasin «:¢ :

    de (Etat — 89. 2

    Remerciements

    Les familles : Alexandre, Ja-
    nini, Kersaint, Bazelais, E-
    douard remercient jes amis tant
    de la capitale que de la province
    et de Pevranger qui leur ont té-
    moigné leur sympathie & Vocca
    sion de la mort de leur regretiée
    mere, grand’mére Mme Sophie
    Alexandre et les prien: de croire
    A leur profonde gratitude.

    Avis

    Le livre de Fernand Alix Roy
    «LE ROLE DE LA MONNAIE
    DANS LA SOCIETE DE L’A-
    BONDANCE> est en vente & 2
    gourdes l'exemplaire dans les li
    brairies ysuivantes
    DE — LA CARAVELLE
    LOUISDHON — Reng Max Au
    gustes — AU SERVICE DE LA
    CULTURE — AUK LIVRES
    POUR TOUS.

    Croisade en faveur deJacm

    Cette demeure oat perchba:
    aur la colline qui donna wie sat



    : LA PLEIA,

    toujours
    ta le. he...
    la

    oud aved un

    vragen de classe, (était

    —Danies Jo comptable de la Mainon .
    un autre homme remarquable par °
    sa bonté, soa aménités, I vonait
    chaque dimanche ches mon dro.
    falnalt
    pour lu Maison J. B. Vital & Co

    Crest lui qui paret-il

    jo démarchage al de ger.ains
    apéculateura on denréos.

    Leg ‘invités.de Midouin ge dé-
    lectent_en co petli coin du para
    dis o} monte une brise qui nous
    arrive douce et parfumée apres
    avoir caressé les fleurs du jardin.

    C'est d'abord avec des frulis
    qu'on nous recoit. Des oranges,
    des mandarines, oranges et man
    darines venues de la région des O
    rangers qui porto bien son non)
    avoc 8es oranges oO. Bes manda-
    rines d’un goGi. délicleux,

    Devant ces paniers de fruits

    dépogés sur nos tablos per. My--

    riam Turnier et Mari ncoise
    Tumiet Delgado, par Ruffina 3}
    mon. et Meby Bueno, fleura. ap
    portant fruits, ceFtains airs de

    lopéra comique MANON me
    reviennent.
    Connaig-tu mon pays ov fileurit

    Vormiaate. ;
    Le pays des fruits d’or et des ro
    - ses vermeiilcs. *

    C'est IA que jé voudrais vivre.
    C'est 14 que je voudrais mourir.
    Cast le pays o} Ja brise sourit
    plus léger que labeille.

    Le pays of rayonne et sourit
    commo un bienfalt de Diew un
    éternel. printemps sous un ciel
    tonjours pur. .



    Mert de ves

    (Suite)

    ta pour autant inactif. 11 ne ces
    sait de dispenser des Conférences
    dans les Universités, et a l’occa
    sion de certains Séminaires, com
    me celui de Mona, a la Jumai-

    “ge e. H était en routc pour une
    nce & Mexico, quand il a
    + et8 brusquement frappé par

    la
    camargue.

    La derniére fois que nous vi-
    mes le Dr Shellenberg, a été en
    Mai 1966, & la Maison Blanche,
    A la réception offerte aux Con-
    gressistes, par Mme Johnson.
    Nous évoquions cet aprés-midi,
    fa le souvenir d’une autre rencon
    tre cing ans plutét, dans les Jar
    dins roses de cette méme Maison
    Blanche. (White -House), ot le
    Président John Kennedy vis:ble-
    ment heureux/ exaltait dans une
    aijlocution la noblesse de la pro-
    feasion d’Archiviste, comme gar-
    dien des trésors culturels de l’hu
    manité. En vérité des Archivis-
    tes de la culture et de Ja trempe
    d'un Théodore R, Shellenberg
    On en rencontre un que tous les
    cent ans.

    Sa mort est une perte non seu
    jlement pour sa famille, non seu-
    lement pour l’'Amérique, mas
    pour le monde.

    Laurore ST JUSTE M. A.
    Directeur des Archives
    Nationalen d’ Haiti

    &% Aux Belles Choses

    353, Avenue J. J. Dessalines

    DEGUISEMENTS POUR ENFANTS
    TOUS LES SUJETS
    Clowns, — Pierrots, — Chinois, —
    Trappeurs, — Indiens, — Cowboys, —
    Bat-Man — Zorros — Princes
    Turcs — Indiennes, -—— Danseurs —
    Pierrettes, Fleurs, — Cowgirls,
    Chinoises, — Marjorettes, — Gitanes,
    Princesses, — Aifranchis ete. etc,
    TOUS LES ACCESSOIRES POUR
    DEGUISEMENTS TELS QUE :
    Masques, — Chapeaux, — Loups etc.

    AUX BELLES CHOSES

    LES PLUS BEAUX TRAVESTIS
    AUX PLUS BAS PRIX bs

    CS AIOE SOE IOOE FMPAIOE SIE SII TOE TOE 4

    AU CAPITOL

    Du Jeudi 29 au Samedi 31
    a 6Hres et 8 Hrea 30
    Un Western de Classe

    Toute la Ville est coupable

    4s

    _ Avec : Dana A

    ding ht tt

    réws et Jene.Russeu-:.





    ‘ @
    t lal

    ricy so bereau, un peu boyrru
    WY tt scuvent svus la guiorie

    8
    “Durant'la guorre, de AGB A 4H
    c'ead Tat qui arr, def hes. ou-




    2 ~ dative du mineur Mor



    i a

    be)

    “at que lew avecata “pladent lt
    iiauvalses Causes,
    lh ang contd and
    hang 6 0










    ?








    nl
    la
    temps aseos appréciable

    pour me. ¢
    aurer la permanengs ‘du oprecbh

    re bumain, ¢ . ya
    Cette farce est donc un clasg!-
    que de la free al vous pri.
    rog,, la farce class Class
    on: cect qu'h. travéte les Ages, “él
    déchaine chés''lée, hpacti tears.
    .16mon ressorts:du-rire, classique.
    on cect’ qu’¢llg. met. en sctne des
    caractére. de: tous les temps at: dé
    tous les Henx,” ‘olagdqne dono
    parce qu'on la -jotle encore apres
    cing cents ans,.fait qua lui seul,
    conatituerait une): ive irréfu:
    table. :
    Jean Cottre!
    vaux Michéle “Mende .
    ger Muni-et Serge-Lannes jouent










    cette farce avec tout l’entrain at’.

    toute Ia vivacité désirab|
    Vee eux, mous revenons,

    Wers de tous-les Ages +...

    Décees. de Roger

    Roger S: Firestone, le cinquid
    me f.ls du Fondateur de la Fi-
    restone Tire and Rubber Compa-
    ney est mort subitement, apres
    une syncope, lundi soir, -dans
    s0n manoir prés de Bryn Mawr,
    en Pensylvanie.

    Mr. Firestone était Président
    ue la Firestone Plastics Compa-
    ny de Pottadown, Pa., l'une des
    branches de la grande compa-
    mnie de caoutchouc d’Akrcn et,
    durant ces vingt-cing dernéres
    années, membre du «Board. of
    Directors» de la Firestone Tire
    é& Rubber Company.

    Le service funébre a eu lieu
    ce matin & onze heures en l’Egti
    se Episcupale du Christ Rédemp
    teur 4 Bryn Mawr et l’inhuma-
    tion au cimetiére de Columbiana
    Je petit village d’Ohio d’od par-
    tit A la fin du siécle dernier un
    feune industriel du nom de Har
    vey §S. Firestone pour ouvrir sa
    petite usine de pneus qui devait
    devenir Wun des plus grands em
    pires industricls du monde.
    FIRESTONE er ,
    INTERAMERICA
    COMPANY

    Mouvement —
    aritime

    Le M/V Jensalb est attenda
    dans mos ports vers le 81 Jan-
    vier en cours et aprés avoir dé-



    barqué sa cargaison acceptera
    du frét pour Halifax (Canada)

    et Philadelphie, ou encore pour
    d'autres ports, des Etats-Unis
    pourvu que les offres soient, as-
    sez suffisantes. Pour tous rensei-
    gnements compléméntaires, . veuil
    lez vous adresser A nos bureaux,
    cité de L'Eposition.
    Andrg T. THEZAN
    AGENT
    26 Janvier 1970

    Pharmacies assurant

    le Service cette nuit.
    Jeudi 29 Janvier 1970
    ; DU .COIN
    au-Prince, M. Terry ‘Winsbury,
    Rue Mgr. Guilloux
    MATHURIN
    Rue Fronts Forts



    ‘Vente de bien
    mineur

    Il sera procédé, le lundi seize
    février mil neuf cent soixante-
    dix & dix heures du matin, en
    l'étude ect par le ministére de Me
    Maurice Avin, Notaire A la ré-
    sidence de Port-au-Prince, a la
    vente au plus offrant et dernier
    enchérisseur d’une propriété
    fonds et bitisses siae & Port-au-
    Vrince, au portail de Léogiine fa
    cade Est de PAvenue. Trujillo, ac
    tuellement Boulevard Jn-Jacques
    Jessalines, mesurant cing métres
    quatre vingt cing de fagade (5 m
    du) aux cdtcs Het et Ouest; sur
    une profondeur df seize métres
    cinquante (16 m 60) aux cétés
    Nord et Sud et ayant une super-
    iicie de quatre vingt seize métres
    carrés cinquante deux (36 m 2
    52); cette propriété cst bornée
    nu Nord par Emmahuel Baille
    au Sud par la ruelle Baille, &
    VEst par Mme Angélina Jeani-
    ton et a lOpest par le Boule-
    vard Jn-Jacques Dessalines, com
    ine il appert d’un procés verbal
    arpentige de l'arpenteur Byron
    Alphonse assisté de son conirére
    Charles Dorfeuille, en dale du 18
    Ustobre 1909, d’un acte de vente
    passé uu rapport du Nolaire
    Maurice Avin en date du 8 No
    vembre 1963, le tout enregistré.

    Ce, en vertu lo) d’une délibé-
    ration de conseil de famille du
    nineur Morvil Aurélen, tenue
    sous la présidence du juge de
    Paix de la section Sud de Port-

    au-Prince en date du 12 Novem- %

    hre 1969 20) d’un jugement ren-
    du par le tribunal civil de Port-
    au-Prince, en date du 20 Janvier
    1970 homologuant la décision du
    Conseil de famille du dit mineur.
    Aux requéte, poursuite et dill-
    gence de la dame In
    dor, propriéta-re, demeurant et
    Gomiclliée 4 Port-au-Prince, iden
    tifiée au No. 2867-NN ayant pour
    avoeat Me Aurélien C. Jeanty du
    barreau de Port-au-Prince, id
    fié, patenté et imposé aux.
    . 68-H, 56069 et 44058 A C.
    {ion de domicile en son cabl
    gis A Port-au-Prince; aque
    - me agit en sa quali de

    Hen; . .
    Lia dile vente se
    mise a prix de

    -fera sur la

    * par Je conseil de famille.—
    Pour plus” amples ~=re
    ments s’adreaser &

    "Avin, notaire dépositaire

    hier dea charges

    ‘roussigné-

    Tt-au-Pringe

    u







    Bn pgiume, we :

    n on i oy i plan. std
    oly, mala dilq ogntn cana, ge.
    “fait quand Hes, tat 2















    mander, ef. vivement, A nos ‘60













    Innocente Alti- ;

    enti : 27









    : Deux mille huit:
    8! cents dollars ($ 2,800,00) _ fixé

    Mé Maurice’ J
    du ca- Y
    ou A Vavocat ¥











    He”

    “ons” nécobvatres
    stone do la. Als




    Ypiro Tubrique \ |

    _ . ' acme latetie 5. 4 Ce
    GORE: élle quo: jay-) a les uri ont certairio *
    \prondé, pavfilh Vareivdg do: cartel! iment compris qu'll leur fallatt ‘li
    ‘nea ipertonhes Gul ‘Talatdtoment, x0 3 L'Bcole ne Ovide.-DU ©
    Bt oela falt souvent lobjet do VALI une construction im
    commentaires trés fiatleurs pour 'posante, bien tenue.,,,.Le Dopute -
    ayous, Mals que. vons: Sten André on ‘veut ‘ols amenor
    war y yaa ayes ih rerelg pour -volr Ja "Maison du
    onealy jus’ out qu'il’ a! gménagée pour |

    vous -.permettre \rappelar que’ le ‘Médocin’ de-cam





    . . . que-vos

    piofes ! te’ de tart, is
    . wd

    ny Ca. aati a fait, swede
    aghtalmologiates" haitiens * cont
    ie ; olph eGarheron,Jean-
    ‘Yves ‘Plarre, Reynold”. Mosanto
    Frédécic' Von fait-sans bruit avec
    Je‘peu de smo technique &ont
    Als . dis: jjeear les instru-
    phitalwmologiste sont jes

    | médecine, et sans
    médecing -dit-il eat 1a

    _,-Seule profession: qui dott: s‘exes

    cer sans "publicité; « pour -respec-
    ter Véthique Professionnelle." ’



    <~.. Noire: ami nous. faidalt “ane
    pelne: soumine et tout... contrit
    noug Vécoutions parler. Il parlait

    bien, avec une maitrise dace
    qu'il voulait dire et aussi du fr

    ¢ais, le véhicule de sa pensée. i
    nous prit un cas et nous dit que
    le Dr. Frédérique avait posé te
    mame diagnostic que le Dr. Fitz
    geral ot que I’fn.ervention du

    Dr. Frédéric n’aurait pas cu on.

    résultgf, moins éclatant.

    No.re informateur conseiller
    nous dit encore que les Drs Jean
    not Cadet et. Reynold Monsanto
    travaillent dans des conditions hé

    roiques a l'Hépital de 1’/Universi.
    ; ob.enirâ„¢
    des résultats ou aussi é.onnants, —

    té d’Etat d’Haiti pour

    Mais ils n’en parlent pas. Ils
    sont allés jusqu’A la découverte
    de procédés peu cofiteux pour
    conserver des yeux en vue des
    greffes de cornée irés courantes
    CL

    Et c’était sur des compliments
    et des yoeux que notre ami nous
    quiita.

    XX XX

    NOS VISITEURS .
    ..«Mardi soir est arrivé a Port-
    au-Prince, M. Terry Winsbury,
    «Sales Manager» de la BOAC a
    Kingston. Nous l’avons vu mar
    di soir 4 la table de M. et Mme
    Jean-Claude Nadal au Barbecue
    dansant du Sans Souci.

    Hier aprés midi il a déjetiné
    au Rond Point Restaurant avec
    Jean-Claude Nadal, l’Architecte
    et Mme Hubert Ethéart, eb Mme
    Lysianne Helmcke de la Souther
    land Tours et les Ingénieurs
    Ernst et Alix Cinéas de IBO
    TOURS. _

    xxx
    ..Mme Ellen Hjorth arrivée ici
    je 20 Janvier pour visiter ses a-
    mis Je grand dessinateur améri-
    cain’ Larry Peabody et sa char-
    mante femme Bette continue d’é
    puiser les charmes de notre pays.

    Ellen Hjorth qui est du Dane
    mark est la marraine de la ravis
    sante Annette Peabody devenue
    Mme Osborn. —

    Nous avons rencontré Ellen
    Hjorth hier soir au Grand Hé
    tel Oloffson en compagnie de Lar
    ry et de Bette Peabody. ,

    xxxxX
    ..Jane Friedman, ins.itutrice de
    Brooklyn a pris logement au
    cours de la semaine & Iho-Léié.

    ‘ xxeux
    ...M. Loren Hardesty, «Contrac
    tors A Ithaca, New York est arri
    vé hier avec sa femme Virginia
    et ses enfants Virginia Leigh, Ja
    mes, Martha et John, et ses
    beaux-parents, M. Erwin Mc
    Guire e: sa femme Helen.
    M. et Mme Loren Hardesty
    -et M. ot Mme Erwin Mc Guire
    font faire un voyage dans les
    Caraibes A leur jolie fille et
    pe.ite fille Mile Virginia Leigh
    esty, 20 ans qui obtiendra
    gon dipléme en littéra‘ure fran-
    ¢aise de Cornell College d'Itha
    ca on Juin pour se marier le mé
    me mois avec Ray Vandenberg
    éludiant en sciences politiques.

    Nous souhaitons la bien-
    venue en Haiti aux familles Har
    desty et Mc Guire.

    xxx

    ..Le Dr. Andrew Mayer et sa
    femme Estelle de Norfolk Virgine
    on pris logement hier 4 El Ran

    t

    xx.xx :
    ...M. Stern Benedict, directeur
    d'entrepriso et sa charman-e com
    pagne Jeanne Marie . Andersen
    Phillips sont arrivés ici ce matin
    pour une viste de quelques jours

    xxx
    ...M.Elgin Kingsbury, Ingénieur
    de la ALL American Cables arri
    vé ca matin de San Juan a 6:4 ao
    cueilli ‘:par M. Mangonés Mana~+
    ger de cette cumpagnie en Haiti.

    s
    4

    ‘
    i.
    a
    m
















    Renseignements















    Il est venu faire des répara-"




    pagne Dr, Frangois DUVALIER ,
    y a soulagé des millers d'indi-
    gents. dont-la . reconnaissance en
    Mit ‘sea Glecteurs quarid {1 prit
    part A la course au pouvolr.....,
    Il a mis trois cents bommes aur
    route Jacmel-Carrdfour-Ray

    “mond pour Ja ‘rendre praticable

    imais les dermiares pluies ont dé
    Strait cet effort......Et-le bus re

    ‘;prend la route vers Jacmel.

    xxxXx |
    tb Ve R.P. Roger Désir, de I'E-
    wise Episcopale a pris Vevion
    pour New York. I est allé assis-
    ter A la Conférence Théologique
    ‘ayant’ our théme L'Actualité du
    Christ. Cette Conférence se tien-
    dra aA Trinity Instttute de New
    Work. r
    ..Les Drs. Leonard Feldman

    et Yvette Gindine Tardieu Feld-
    mand et Yvet.e.Gindine Tardieu
    "Feldman ont ‘repris Vavion hier
    -aprés midi pour New York aprés
    environ un mois parmi nous.
    _ [ls ont && accompagnés hier
    ‘aprés midi a Vaéroport Francois
    Duvalier par M. of Mme Gindine
    Tardieu et ie Conseiller ‘Lucien
    Chaivet. . ae ae
    xxx

    ..Mme Carmen Boivert a pris
    l'avion hier aprés midi pour New
    York via San Juan. Elle y est al-
    lée passer quelques semaines. El-
    lea été saluée a l’aéroport par
    des" parents et amis.
    ..Mme Jeanine Roy Liautaud
    est revenue de Puerto Rico co
    matin. Ellé y a &é6 voir son fils
    qui fait des é.udes en ‘@ectroni
    que, & l’Université de Mayaguez.

    xx XX

    .iM. Holger O. Schmidt de 1'Usi
    ne a glace Nationale est rentré
    ce matin de San Juan.



    Remerciements

    Mme. Vve Alphonse Astier et
    ses Enfants - Mr et. Mme Diogé
    ne Caze et leurs Enfants — Mr
    et Mme. Pierre E Tardieu et
    leurs Enfants— remercient bien
    sincérement tous les Amis de la
    Capitale et des Provinces et-de
    VEtranger qui leur on’ témoigné
    de la sympathie a l’occasion de
    la mort de leur regretté.
    ALPHONSE ASTIER survenue
    le 12 Janvier 1970. Ils les. prient
    de croire & leur profonde ygrati
    tude.

    P-au-Prince, le 29 Janvier 1970



    AVIS 4

    ADMINISTRATION
    GENERALE DES
    CONTRIBUTIONS

    L’Administration Générale des

    Contributions rappelle aux Com-
    mergants, Industriela, Direc curs
    d’Ecoles Privées et & tous les
    Chefs d’Entreprises, qu'un délai
    expirant le 10 Février prochain
    lour est accordé, pour verser le
    roduit des valeurs retenues sur
    leurs employés pour les contribu
    tions de Solidarité et de Libera
    tion Economique.

    Passé co délai, les sanctions
    prévues par la loi seront rigou
    reusement appliquées contre tous
    les retardalaires, sans préjudice
    des valeurs initiales dues.
    Port-au-Prince, le 27 Janvier 70
    : Franck STERLIN

    Directeur Général

    Convocation

    _ Association des Anciennes du
    Fensionnat Notre Dame du Sa-
    tré - Coeur.

    Dimanche ler Février Réu-

    rion mensuelle au Fensionnat.
    Ges membres soni pris d'as-

    sister numbreux A cette réunion.
    Liordre du jour roulera sur les

    dispositions & prendre pour Ta

    kermesse annuelle.
    Merci : LE COMITE

    STIS

    Offre d’emplois
    La TRANS CARIBBEAN AIR-
    WAYS recherche j¢unes gens
    agés de 18 A 24 ans, ayant leur
    résidence aux USA parlant
    couramment le Francais et Pan
    giais pour étre employés comme
    steward ou STEWARDESSE sur
    sea lignes aoe

    Les intéressés sont priés . de
    faire leur application dans le _
    plus bref délai au bureau de Vaé.
    roport ou peuvent au besoin a
    léphoner aux numéro! aivante:
    2.3085 .2-8086 pour’ toutea. “tn
    formations ,supplémentaires.







    ‘Année de ce Cours se
    re 1970 ou d’Octobre

    le offre également. les Cours

    toujours au-début de chaque mois. §
    ( et Inscription tous les "jours, sauf Samedi et
    Jours Fériés, a UVECOLE DE COMMERCE JULIEN CRAAN, ;

    ‘Avenue Christophe et ‘Rue 6. 4

    r







    , Dimanche ler mars prochain un Cours
    re Anée de Comptabilité Ameéricaine.

    imerciale ( Applied Business Mathématics ), et
    de Cost Accounting (Prix de

    let 1970. .
    Des Cours de Dactylographie

    revient) de Mars a Juil



    émiveion de note 2 mior tm:
    bro pour-la poste adrienne, sera
    qrandlosement cominémorg

    os manifestations a proprides. “cha un thr; apparemment:.anodin

    La Soof§té, Ad atéliqua
    d'Halti, (BAH). prépare, comme:
    on Je saft, une Bxposition Natlo-_
    hale, Aérophitatélique d’Haiti





    ADT(-Las membres ds cette So-

    ciété. a6 montrent trda optimis-

    “8 -eb certaing A lavance du plein

    wuccds_ de cette Exposition,
    grace au concours de tous les aé-
    rophilatélistes haitiens, grace a
    la collaboration de la Fédération
    Internationale deg Sociétés Aéro
    philatéliques (FISA), sous le pa
    tronage- de laquelle seront fa.
    cées ces ‘manifestations. M. Per-
    ham CNAHL, Vactif . Président
    de VeAmécican @ir mail Socie-
    ty» a offert safparticipation lv
    Plus large A ces manifestations.

    En raison de l’ampleur prévue

    de NALE AEROPHILATELIQUE
    D'HAYII 1970,> l'Institut Fran
    cais d’Haiti a jugé ~ nécessaire’
    de mettre son auditorium A la
    disposition dg cette société et
    non le Hall d’eitre2. .
    Ainsi, ne doute-on pons = que
    toutes leg ‘collections connues,
    internationalement ainsi que. cel
    les, ‘moins connues, recueillfes
    par nos jeunes, lespoir de lave,
    nir participeront largement 2
    cette Exposition leurs proprié-
    taires témoigne ainsi de leur
    appréciation de cette initiative.



    Institut des Hautes

    Etudes commerciales

    et économiques

    Lse étudiants de l'Institut des
    Hautes Etudes Commerciales et
    Economiques (IHECE) ont le
    plaisir de vous inviter 4 une gran
    de soirée dansante qu’ils organi-
    sent au Casino International le
    Vendredi 6 Février 1970 a par-
    tir de 9 h P. M, avec le concours
    du Super - ensemble Nemours
    Jean - Baptiste.

    La cotisation est fixée & $ 2.00
    - Une cotisation:‘spéciale d’un dol
    lar est prévue pour-Jes éléves des
    ccoles secondaires et: les<étudiants
    de YUniversité d’Etat d’Haiti et
    des autres Instituts ~ Universitai
    res, ne :

    Au cours de cette soirée dan-
    sante, il ‘sera proeédé au tirage
    aa sort des deux lots suivants :

    i —-un billet d’avion aller -
    retour Port-au-Prince — Mexico
    a Voeeasion du-tournoi internatio
    nal de Football et-$ 200.00.d’ar-
    gént de.poche. Re
    2 — un-apparei! de radio Tran
    sistor. Los en
    Le prix du billet de cette rafle
    est de 1 dollar. ane
    'N.B.— Les cartes de bal-et les
    billets de la rafle sont en vente
    uu local de l’Institut.des Hautes
    Etudes Commerciales et Econom
    .jues, Champs de Mars No 31,
    Tort-au-Prince, Haiti. —

    Le profit de cette soiree dan-
    sante et de la rafle sera affecté
    A Vaequisilion de nouveaux ou-
    zrages pour la bibliothéque de la
    yondation de tIHEGE.

    Pour le Comité d’étudiants

    Seymour DAY Jr.
    Trésorier.



    Avis de Divorce

    vort-au-Pce le 29 Janvier 1970.

    Conformément au jugement ‘du
    Tribunal Civil de Port-au-Prince
    rendu le seize Décembre Mil Neut
    Cent Soixante Neuf admettant

    * ig divorce des époux Joseph Pier

    re A. Bazile, la femme née Rose
    Micheline Jean-Pierre et pronon
    cant la dissolution du mariage
    caistant entre eux, l’Offic‘er de
    [Etat Civil de la Section Nord
    de Port-au-Prince, les formalités
    légales préalablement remplies, a
    uranscrit dans lea registres A ce
    affectés le dispositif du dit juge-
    ment

    «Par ces motifs et aprés délibé
    vation, maintient le défaut octro
    yé contre le défendeur. Admet
    ie divorce de la dame Vierre Ba
    vile née Rose Micheline Jn-Pier-
    re d’avec son époux aux torts de
    ce dernier : Prononce ta diseolu-
    tion des liens existant. entre lea
    parties; Ordonne la transéription
    cu dispositif du yugement sur lea
    vogistres de POfficier de l'Etat
    Civili de la Section Nord de Port
    au-Prince; Dit qu’un extrait gn

    “jugement sera inser
    etn dee quotid:ens s’éditant
    Ala Capitale sous peine de dom
    mages intéréts envers les tiers
    5) thet.»

    Sil en eenetholazd EDOUARD
    Avocat.












    rera au choix : d’Aoit §
    1970 a Féorier 1971. 2
    : Arithméthique

    ' Bilingue commencent %





    J DOOOOOOOOO





    ‘Vaile gauche: ; ce?der
    nts, le drible mais déclen
    qui _trompe:le-gardien. Philogéne _
    Dds ce.moment oe fot une vA

    : es
    gars du. mn presée
    d@ combler. leur retard. a la -mar
    qué;:les cannoniers do. Violette
    crachaient de mille feux, mais
    les -dieux étaient pas | avec.
    Frangois et Vorbe;.et puis, ‘fla.
    trouvaient en face d’sux,.on gar:

    dien ‘au bon placement’.et. -suz—

    reflexes Gtonnants qui fit quél-.
    ques arréts sensationnels. La
    défense visitense, sollicitée, plia maig ne craqua ja
    mais jusqu’au -bout.

    xxx oo
    _A la reprise on assista. av
    méme scénarid : domination du

    Violetts entrecoupée de quelques
    attaques - éclairs des petits-goa
    viens bien lancés par ‘arriére
    central Gérard Henry.

    - Vers ia 75éme minute, | les
    visiteurs, sentant la fin proche,
    sonnérent Te rassemblement én
    défense. ils étaient bin décidés



    NOS AVIS

    INSTITUT DE
    DEVELOPPEMENT
    AGRICOLE ET
    INDUSTRIBL
    - SOCIETE D'EQUIPEMENT
    NATON (SEN)

    PROJET jet d’Aménage-
    ment du Pare Industriel de Poyt-
    au-Prince, 4° proximité de l‘Aéro
    Port Frangos DUVALIER Mar-
    ché No 1-70. |

    RE : Prét BID No 4 SF - HA.
    Moniteur Officiel du 16 Oct 69.

    . In, urs, Architectes,
    Untrepreneurs et uous lea intéres
    sés sont informés qu’en vue de
    laménagement du Pare Indus-

    ‘Aéroport Frangois DU
    VALIER, la Société d’Equipe-
    ment National recevra en ses bu
    reaux sis a l’étage de la BNRH
    Rue de Magasin de I’Etat, les
    soumissiuns sous pli vacheté, rela
    tives & Vexécution des travaux
    sus-mentionnés entre le 30 Jan-
    vier et le 27 Février 1970, tous
    leg jours ouvrables, de 8 heures
    a, m a& 1 heure p. m; :

    Les plans, dessing spétifica-
    tions, renseignements pertinents
    Qe ires aux Soumissionnaires
    pour la préparation-.de leu of-
    fre, ajnsi que les conditions du

    peuvent’ étre” us de
    la SEN dés la préeente publica-
    tion, chaque jour de 8 : 00 a m.
    & 4 : 00 p. m moyennant un dé
    pi de garantie de Cinquante Gour
    des en espéces ou par chéque &
    Yordre de la SOCIETE D’EQUI
    PEMENT NATIONAL (SEN).

    Le montant intégral de ce dé
    pét sera remboursé A chacun des
    soumissionnaires lorsqu’il aura re
    mis en bon état les plans e! docu
    ments qui lui avaient é&é four-
    nis.

    (IDA)

    Chaque soumission doit étre ac
    compagnée d'une caution de ga-
    rantie provisoire (Re.: «Rensei-
    gnements pour les Soumission-
    naires» 16 — Cautionnement),

    Des diféren‘es soumissions re
    gues seront décachetées le 27 Fé
    vrier 1970 A 10 : 30 a. m. an lo
    cal de la SENpar le Bureau
    d'Adjudication, en présence des
    tsoumisgionnairesc ul se seront
    présentés, ‘L'Adjudication des
    constructions sera prononcée ulté
    rieurement et avia en sera don
    né par le Comité A l’adjudica-
    taire et aux autres soumissionnai

    res.

    La Socié.é d’Equipement Na-
    tlonal se réserve le droit d’accep
    ter ou de rejeter toute soumission.
    SOCIETE D’EQUIPEMENT NA
    TIONAL

    Fait a
    Janvier 1970

    Pot-au-Prince, le 26

    but:

    bleme: technique de












    i vie f
    Joura ‘A: Vaffat nent! aneon mal
    b. égallaer. Paradozale :

    1 recta eeozatenent, Ca

    , = PT .
    prieentante de ln cltg de Boule.

    que: qui -faillirent reprendre 1'a-



    . Vantage A la 87ime minute
    table .coukce-poutaulte.. gowr . nule Par
    mardchal Mito

    André: Guillaum

    ’ e.
    En définitive, malgré la fai-
    la
    des-Joueurn, Ja rencontre fut pas
    slonnante; Iss acteura firent mon
    tre d’une — correction parfalte
    qui. Texclue e la largesse ot
    la combativi 3 il n’y aveit pas
    de cadeau et fon lottait -pour cha
    @ pouce de terrai -
    tea les balles, rain ef sur tou

    he, ry,
    Liattague du violette so

    dune’ stérilité chronique malgré
    {a valeur de wes ind te
    qui ratent des sccasin ny cualites

    occasions trop fa
    st ; tt ‘onne

    clles 3 Vabsence de. Bay , fut
    coup dans cette contre
    rane des éléves de l’entraineur

    Les petits goaviens, eux eont -

    au-dessus de toute éloge, {ls ont’
    bien retenu la Jecon de Aigie.
    nolr, car tenir en 6chec, sur son
    propre terrain, lea ex-champions

    Port-au-Prince. n'est pas a
    a portée du premier venu.

    Enfin signalona 1a trés-~bon-
    ne partie de l’avant-centre petit
    goavien Roger Jn-Baptiste du
    demi droit. Gérard Badichon, et
    la tréa grande forme de l‘arriare
    droit du v.olette Ernest Jn-Jo-
    xeph qui progresse A chaque gor
    ux. EQUIPES :

    T-GOAVES
    André

    — Sol
    Henry, Jn-Louis— Apolion, Ba.
    dichon —. Semephen puis A.

    Guillaume, J.R Guillaume

    » de Jn-
    Haptiste, Mervilien, Entraineur:
    Gérard Henry” "*rainenr:

    Violette :

    Philogéne — Jn-Joseph. L

    ya tiste; Germain mea Pane
    orbe — Jn-Robe

    gois* Del obert, Dumé, Fran

    Entraineur : Lahens

    Yves Jean - Bart

    ee
    ASSOCIATION DES __

    “HAUFFEURS GU
    D’HAITI IDES

    AVIS.
    En ‘vue de tacjliter la distribu-
    tion équitable de nos visiteurs
    Sdivant les normes de la Politi-
    que de Justice Sociale du Prési-
    dent & Vie-de la République les
    propriétaires de Magasins et
    Shops touristiques se trouvant
    dans le circuit de nos tours régu
    ilers pour les, bateaux de croiaié
    re sont priés de Hién vouloir s’ins
    erire au local de I'ACGH dans
    le meilleur délai. ,
    Pt-au-Prince le 28 Janvier 1970.
    Jean R. BERNARD
    Président de A. C. G. BH.
    Joseph Lafontaine DOMINIQUE
    Secrétaire Général de 'ACGH

    xxxxX
    ASSOCIATION DES
    CHAUFFEURS GUIDES

    HAITI
    AVIS

    Tl est porlé a: la cunnaissance
    des Membres de I'ACGH = dee
    Chauffeurs Publics, des Guides
    Interprétes et de cous ceux-la qui
    s’intéreascnt au transport touris
    tique que cvonformément aux ins-
    tructions formelles du FPrésidert
    *« Vie de la République la distri-
    vution des touristes dans les Mn-
    gasins et Shops de Souvenir Tou
    ristique sera atrictement controlé
    par l'ACGH.

    Tout contrevenant A la recom.
    mandation faite pour le shop au
    quel il aura été assigné sera ex-
    clu du transport touristique.
    Pt-au-Prince le 28 Janvier 1970.

    Jean R. BERNARD
    Président de l'ACGH
    foseph Larontanie DOMINIQUE

    Secrétaire,Général ae VACGH

    DOOOOOOQOOQOOGOOOQOODOOEO's

    OU IREZ

    Au Rond.-





    ‘©



    SAMEDI SOIR

    DINER ET DANSER
    AVEC LES: SCHLEUX-SCHLEUX
    Point Night Club

    - VOUS

    =

    DOOOQOOOOOOO

    ©

    OOOOGOGE:Gier





    GRAND BAL TRAVEST!

    HOTEL SANS SOUCT

    sommes certains, pour beau





    Lote