Citation
Nouvelliste

Material Information

Title:
Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text











Aominsfrotevur ;

es
rE:





*

No 87,00N



LUCIEN MONTAS





ee ee ne an arnNY

L’Escalade sur le front

}

CHAUVET

Israelo-Eqyptien

LE CAIKE (AFT)

De Jean Fierre JOULIN

Le ratd seren effectudé ia nuit
sunlére pres se la losalite del
Arish, dans le Sinai, est évidem
ment considére par tes observa-
teurs comme une riposte egyp-
tienne & Vaitaquo par les para-
chutistes israéliens a l'lle de Che
douan. Il s'agit aussi due opérn

tion de représailles apres les
raids effectués ces derniers
temps par laviation israélienne
dans In grande banlieue du Cai-
re

Hier, Vaviation egyptenne a
offectué en fait trois sorties.

Dans ln nuit, les chasacurs ¢-
xyptiens se sont infiltrés dunn
espace atrien duo Sinai, pené-
trant & 160 k.lometies en profon
deur et bomberdant les abords
de la localité d'Elnarish. Malgré
une tentative d'interception de
Vaviation israélienne, les appa-
rele égypticns ont regaygne leur
hase. Mame at, comme te disent
les israéliens = 1¢ bombardement
na pas ¢té tres ef'ficace, ce raid
acrien est lopération Jn plus
xpectaculaixe réalisée pur les a
yyptiens depuis ia guerre des six
ours.

Les pilotes égyptiens ont fait
in démonstration qu'ils étaient
capables ceux aussi de pénetrer
eu profondeur a l’intérieur _ du
Jispositif de défense israélien-
lis ont franchy sans étre repérés
ct interceptées une distance égale
a celle parcouruc par les avions
israéliens pour bombarder la
wrande banlieu du Caire. De mé-
me, comme les chasseurs israé-
,iens, les bombardiers égyptiens
ont pu- ragagner leur base sans
étre inquiélés par la chasse et
la défense anti - aé@rienne israé-
sienne.

Ainsi, pour la premiere fois
depuis la guerre des six jours,
l'Etat Major égyptien a donné
vendredi soir & propos de |’atta-
que de I'Ile Rolchedouan un bi-
lan des pertes égyptiennes qui
correspond a peu de chose pres
au bilan donné par les israéliens.

{1 semble finulement qu’aprés
avoir manifcesté pendant quelque
temps une certaine passivilté, le
regime égyptien commence & réa
2ir tant sur le plan militaire que
pcliticue. [1 cherche & congolider

ic Front intérieur, reprend = en
. main information, mob.lise ta
population, renforee la défense

uu payr et lance son aviation
dans des opérations qu'il veut
spectaculaires sans pour cela étre
codteunes.

Cer derniers tempa tes israé-
liana @taient les seuls i frapper.

On oxt peut étre entré smninte-
nant dank la phase du coup pour
eaup,
xx

MATERIEL PRIS
A CHEDOUAN
THI, AVIV (AFP)

Avant que le dernier soldat is

radlion ne quitte Mlle de Che-
douan, les armes et les dquipe-
sacnts qui se trouvnient dang I'l
le avaient été transférés au Si-
nai, que tiennent les israéliens,
upprend-on dans ies milieux mi-
litaires de Tel - Aviv otf Von
précise que le Radar de I'Ile a-
viit dé eté démonte et trans-
porté en territoire israclien dés
joudi.

D’autre part dans les mémes
milievx on indique que sur une
des places de Chedouan, un petit
navire égyptien est échoudé el

(Suite Page 6 col 7)

Les colonnes serrées de nos com
patriotes se pressaient mercredi
en pélerinage ou a Delmas, dans
la banlieue nord-est de notre Cu
pitalo, ou 4 Marlianmant, sur lek,
les hauteura sud-orientales de
Pétion-Ville,ou a Ie ged.ion rura
le de eens arolsse de Thoma
zean, ou a la Sisetxtha, peroisss
de S:. Raphagl, nea: loin de Pi-
gnon, ou encore en“d’dutres cha-
pelles placées sous.un vocable de
la Vierge en vue dé rendre un
fervent culte d’HYPERDULIE
en ce Jour consacré & Notre Da-



DERNIERE HEURE

Un avion de la Compagnie «ALM» qui venait de

laisser Santo Domingo en route
été détourné sur Cuba. Le

te pour Curacao a
pilote avait avisé la

Tour de Contréle de 'Aéroport International de
Port-au-Prince qwil allait effectuer un atterrissage
a Port-au-Prince pour des raisons techniques. Vers
midi moins cing Vavion atterrissait effectivement
a VAéroport Francois DUVALIER ou des mesu
res de sécurité avaient été prises. Mais quinze mi-
nutes aprés avoir atterri Vavion reprénait son vol
a destination de Santiago de Cuba.

On ne sait pas si c’est sous la menace du ou des
ravisseurs que le pilote n’a pu rester @ Port au

Prince.

a



Le programme

we

alimentaire mondial -

Par le Dr Carl TIPPENHAUER

I— HISTORIQUE

Le PAM a été créé conjointe-
ment par les Nations Unies et
la FAO pour une périnde expeé-
rimentale de trois ans & parti-
du ler Janvier 1963.

_A la fin 1965, aprés Vévalua-
tion compléte des activités du
PAM, les Nations Unies et la
FAO décidérent que les résultats
obtenus pendant ces duax anncées
justifiaient un fonctionnement ré
gulier et continu du Programme.
_ Le PAM commenga ses opéra
tions a Vaide de contributions
volontaires venant de plusieurs
Etats Membres des Nations U-
nies et de la FAO et représentés
par des produits alimentaires,
des Hommes en espécs et des ser
vices, tela que Je frét, dont le to
tal s'élevait a 94 millions de dol
lars.

A la fin de lw période expé-
rimentale, les engdgements pris
par lex Etats donateurs pour une
durée de trois ang 1966 - 1968



FEU VERT, FEU ROUGE

Pur Anatole CYPRIEN

Feu vert ou feu ruage 7 A
quol bon le cachcr, le peuple n’y
voit que du feu ou du bleu. Ex
cepté les uutomabilislex et un
faible pourcentage de jsetons, les
gens s’embrouillent pitoyablement
duns les signaux fumineux.

Ne leg uvez-vous jumwis obser
vees, cen personnes a lair gau-
che el embarrassé ? Loin de ge
fier au feu vert de libre passage,
eles préférent se reposer aur
les chauffeurs. Leura regards im
ploranty et pleing de détressc sem
blent dire «Pour l'amour de
wicu, laissez-moji passer.» Mais
d’aucuns ne regardent ni feu, ni
chauffeur. [ls traversent la chaus
see & tout risque, et jettent l’a-
nathéme sur la race motorisée,
cthaque fois qu’ils man,uent de
sc faire écraser.

ll n’y a pas longtemps, i l'un
ple de ja rue des miractes et du
houlevard Jean - Jucquea Dessa
ines, j’ai cnfendu une dame en
remontrer doctement & ga fille :
« des que tu -vois les voitures atop
per, tu traverses .Mais ii faut
faire vite, parce que tu ne sais
jamais quand, elles vont redémar
rer.» Comme la langue me déman
yeait, je suis intervenu ave: dou
ceur pour expliquer & la petite
dame que leg autos s’ébranlent
ordinairement -auasitot que le feu
des piétona passe au ruuge. Le
retroussement de narines et |’oeil

Jade peu amene qui eanctionnérent
mon ingérence, me firent regret
ter d’avoir voulu jouer au boy-
scout.

Assez, souvent, quand je suts
an volant, attendant patiemment
que le feu passe au vert, je flot
te entre Venvie de sourire et
cele de m’apitoyer : ily a le pe-
tit monsieur craintif qui traver-

Dimanche 25 janvier



imperfect in originat ]

se Ja rue en trottinant, les yeux
prudemment attuchés sur les pa-
va - chocs qu'il rase. Le signal
lumineux, il Vignore compléte-
nent. I] y a la grosse dame aA
Yair timide et cpeurc, qur peut
attehdre plug de dix iminutcs a-
vent de se décider A traverser.
Quand elle finit par prendre son
courage A deux mains, cile juge
plus prudent de se glisser derrié
re les voitures. Tl y a Ja Jeune

(Suite page 6)

s’élevérent a $ 160 millions.

Pour la période suivante 1969-
1970, les ressources tises a. la_
disposition du PAM par. les E-
tats intéressés turent de 200 mii
Hions de dollars. :

Toutefois, wu cours de la der
niére réunion du Comité Inter -
Gouvernemental, le PAM recut
des offres de. contributions totali
sant 300 millions de dollars. I
convient de signuler Voffre des
pays du Marché Commun en pro
duits laitiers.

1I— Domaine d’Intervention.-

L’aide du PAM s’applique a
toutes les activités de développe-
ment écon2mique et social dans
jes pays ou régime en voie de dé
veloppement :

1) Infrastructure
el sociale :
routes, barrages, ponts,
uopitaux, etc...

économique

ceoles,

a

UN MEMBRE DU
COMITE CENTRAL DU
FNL TUE

HANOT; (AFP)

M. Huyu Thien, Thu, membre
du Comité Central du F.N.L., re-
présentant la Secte Bouddhiste
Hoa Hao, a trouvg la mort au
cours d’une mission au Sud-Viet
nam le 14 Janvier, annonce au-

‘jourd‘hui Agence d‘Information

Sud - Vietnamienne
tion.

M. Huyn Thien Thu, précise
l'Agence, a été tué par les bom
bes américaines dans la région
du Nambo Central..

Le Comité Central du F. N. L.
a décidg d’organiser un deuil gé-
néral & tous les échelone du mou
vement. .

de Libéra-



RUBRIQUE DU THEATRE

LA FACTURE -

Par Jacques LARGE

Le bonheur, c’est le theme que
Frangoise Dorin a choisi de trai
ler dans «La Facture». Ce bon
heur qui ne peut exister sans de
la chance, sans beaucoup de chan
ce.

Noelle est la femme heureuse
qui a toutes les chances. Une san
té de fer, la beauté, l’argent et
nombre d’aventures sentimenta-
les dont elle sort toujours sans
la moindre égratignure. Et, trés
important, la chance, une chan-
ce insolante qui ne la quitte ja-
mais et le fait réussir tout ce
qu'elle entreprend. .

La sympathie que nous éprou-
vons pour Noelle vient peut &tre
du fait qu’elle est le pcrsonnage
idéalisé qui a réussi 1A ot nous
avons tous plus ou moins échoué.

Ce bonheur parfait ne nous offus.

que pas dans la mesure oil nous
voulons croire & la chance, A cet
te chance qui. existe, et qui. vien
dra peut étre un jour fra

pent ereun ie

1970 AS hb, 7Thet oh

notre porte. Ce sera A notre tour
d’atre heureux, tréa_ Heureux...

Maia les. gens heureux, dit-on,
n'ont pas d@histoires. Et il serait
difficile de faire une piéce de
théAtre avec un bonheur ... sans
histotre. Aussi, faut-il bien giis
ser un ver dans le bonheur de
Noelle, un ver. qui va la ronger,
la ramener & la commune mesu-
re humaine, et permettre au spec
tateur de lui garder toute sa sym
pathie sans qu'il s’y méle une
pointe de ressentiment.

Ce ver, ce sera la peur. La
peur, installée en elle par son en
tourage, du jour od elle devra
payer tout ce bonheur, oi elle
devra rendre compte de cette
chance ingolente, du jour of le
destin changera de visage et lui
présentera sa facture.

Alors elle décide de ne pas
attendre, de devancer le destin,

(Suite page @ col. 8)

L’Apparition de N. D. d’Altagrace au.
Quartier - Morin le 21 Janvier 1961
. —He
par Gérard JOLIBOIS

me d’Altagrace.

Combien de ces
vent que celte fate marque ye
miraculeuse apparition mariale,
au-dessus des palmistes de l’habl
tation

le 21 Janvier 16917

UNE LUTTE SANS
Qui, sur notre terre i
pourrait rester ignorant dq l'ache®
Nement avec lequel, de 1625. a
1697 jusqu’au Traité de Ryswick
qui reconnut Louis XIV ¢i’uli-pos
sidotis» du tiers occidental de no
tre Tle), flibustiers et boucaniers
frangais luttérent contre les es-
pagnols en vue de s‘assurer 1a pos
session des parities du Nard (prin
cipalement) de l'Ouest et du Sud
du territoire actuel de noire Ré
publique.. .

(Voir suite page 2)



Diner d’adieu pour
Miss Welch

Depuis l’annonce de son dé-
f8tes les
uneg uussi brillantes que les au
tres, ont été organisées en hon
neur de Miss Mary Eilenne Wel-
ch, Vice-Consu] des Etats-Unis.
Aprés la splendide récefiiion des
Cummings, ce fut hie soir, le
tour de Miss Margaret Ann Eck-
weiler Secrétaire de Son ¥ixcel-
Jence M. Ambassadeur des E-
tats-Unis, de réunir en sa résiden

Part pour Rome, des

ce & Desprez les plus proches a-
mis et collaborateurs de Miss
Welch pour un diner vraiment
som.pueux. Des plts qui flattaient
fes palets les plus diffigiles, de
fines boissons, une conversation
od pétillait Veaprit, conversation
dont firent les frais et Napoléon
et sa grande armée, et Fouché et
Talleyrand Rpbespierre et les

longtemps le souvetiir.

Etaient présents outre M. le Minis
tre Conseiller & )’Ambassade Amé
ricainc, M. et Mme Everett Mel
by; la Secrétaire de Monsieur
Melby; Monsieur et Madame Au-
bert, Mlle Gardére, M. Pinkle a-
mi autrichien, |’Ambassadeur Par
Camp-
bell remplagante de Mile Welch,
Madame Gérard
Baussan et M. Laurore St. Jus-e
Le diner fut un suceés pour le-
quel nous félicitons vivement Ia
Margaret

do de lArgentine, Mile
Monsieur et

irés distinguée, Mlle
Ann Eckweiler.

MEMBRE DE L'ASSOOLATION, INTERAMERIOAINE.




















pelerins sa"

illaudeu, en la commune ||
du Quartier Morin, prés du Cap,..

‘{
x

"pe (centrale et

_ Allemagne









DB

ea '



oat

7





MARC BLANCPAIN '~-

| MARC BLANOPAIN, secré.
taire général de VAlliance fran-
ise 4 Paris, est né le 29 septem
ire 1909 au Nouvion-en-Thiéra
the, dans |’Aisne. Il fait ses-étu
‘des & Laon, Nancy et Paris, A-
prés avoir suivi les coure de la
Sorbonne et de l’Eeole normale
supérieure de Saint-Cloud, il ob-
tient sa licence és lettres.

De 1931 & 1989, il est nrofes-
‘our A Genédwe et au Caire. Il e-

yerit de nombreux articles et fait

des voyages en Afrique, en Euro
otcidentale) et

au Proche-Orient. Mobilisé en

, 1939 comme officier d’infanterie,
“ik est fait prisonnier le 24 Juin

1940 et restera dans un camp en
jusqu’en décembre
"1943; son expérience de la capti
vicé l'instruit tout ensemble de
la souffrance, de la faim et de
la fragitité des convictions mora
les. ~ \

’ Depuis 1944, il est secrétaire

général de l’Alliance francaise.
Il a parcouru, & plusieurs repri-
ses, la plupart des pays d'Europe,

: @ Afrique, d’Asie, et ceux d’Amé

Croisade
géants de la Révolution Frangai- |
se; Toussaint et Vancienne cathé
dvalo; Christophe et sa Citadalle;
Délicieuse soirée en vérité, dont
Marie Eilenta Welch gardera

Par Aubelin

Une exposition dart et d’arisa-
nat est organisée dans le «lobby>
de ’Hétel Craft. Elle montre les
peintures et collages de Monique
Alix, les peintures de Paul Eusta
che, de Gabriel Leroy et Carlo De
nis, de Fritz Hyppolite de Pau-
leus Vital, du regretté Hector
Ambroise, des sculptures d’Octa-
taius LUBLN, et des articles de
V'artisanat de Mme Ney Craan et
Aprés une visile de cette expo
sition, les membres de la déléga
tion chhudement entourés par A

deline Danies et tous con-
tents des espoirs que fait
naitre leur présence dans

les psprits des jacméliens si ex-





LE CHAMPIONNAT
INTBRSCOLAIRE BAT
SON PLEIN

jis étaient quelques dix mille
tcoliers A seconder les efforts de
ieurs 6quipiers dans un vacarme
cblouissunt qui atteste de la vi-
talité de cette jeunesse ot four-
millent tant de vedeites du bal-
lon roud. Elles ne se cumptent
pas, nos jeuner filies qui, & gor-
we déployée, incitent leurs cama-
rades a la victoire.

En catégorie cadets, hier aprés
midi le college Canada - Haitien
» eu le meilleur sur le collége
Fernand Prosper. En effet, le
score B-1 refléte sans fard le vi
sage de cette rencontre ol de
nombreux espoirs ont Lait la joie
de Tassy et de Hyacinthe. La li-
gne d’attaque bien menée par le
jeune frére de Philipye Vorbe ne
laissa aucune chance A l’adversai

re.

En catégorie «Open» (Juniors)
les hommes des professeurs Ro-
bert Jean et Guerrier (Collége
Classique d’Haiti) ne firgnt au-
cun cadeau & la puissante equipe
(sur le plan physique) du collége
Fernand Prosper et la balayérent.
par cing buts a deux. Nos amis
Robert et André exultaient de
joie A Vissue de la partie.

Ce matin “& 7 h 80 les éléves
du Lycée Louvertuge se sont
surés & ceux; du
Luther King. Le
rable aux éléves.
score 1-0, “oY













LE MATCH RACING, —



BAS ARTIBO!
APRES Rate See RA- |
DIODIFFUSE PAR LA

STATION’ DE LA_ NOU-
VELLE HAITI (HH2S)



En catégorie «Opens le collége
Senghor, fit une bouchée du col-
tege Grégoire Eugéne : Score 7-1

Comme bien on le voit, ja vie
sportive a reyris dans nos dif-
férents éteblissements. C’est tant
mivux. D’ailleurs pouvait-on Isis
ser en veilleuse tant de fraicheur,
tant de valeur. Nous avons assez
iis l'accent sur le réle prépon?
Gérant du sport dans la forma-
tion morale, physique ct intellec
tuelle de la jeunesse pour souhai-
ver aux membres de lu Commis-
sion Présidentielle tout le succés
possible dans cette noble croisa-
de en faveur de I’Elite de de-
main,

xxx

EN DIVISION NATIONALE
CAP - VICTORY 3-0

Ce scure reflete tres bien la
physionumie de ce match pti les
hommes du Nord dominérent le
jeu dans tous les compartiments
dcpuis la lére minute jusqu’a la
derniéro. Il est normal que le
sort ait récompensé tant de dé-
vouement et d’enthousiasme, -
En félicitant vivement nos~gars
de la province pour leurs belles
performances sur le Victory,
nous langons un appel & Lous les
capois de la Capitale afin de ve
nir en aide aux dirigeants de la
ingue qui confronte tant de dif-
Sicultés matérielles.

SPORTS FOOTBALL , -.

PELE SE RETIRERA , .
DU FOOTBALL ACTIF BD'ICI
QUATRE ANS

LIMA (AFP)

Parlant du prochain champion-
nat mondial, le joueur brésilien
Pélé racluellement au Pérou a don
n6_comme principaux’ favorig In
Yehécoslovaquie, }'Angleterre, 1’]
talie et le Brésil et comme _ sé-

(Suite page 6 col. 4)

PRRAGE

~. Biographies.de.’
Personnalitées Francaises





rique (Amérique du Nord, du
Sud, Centrale). _ .

Au moment de.la Libération de
Paris, il’ prévid part & la renais

sanee de lq radio et de la presse
.. frangaise, Depuig
“Ba carriére dé” journ:

; il a poursuivi
au
«Parisien libéré> et, 4 occasion,
dans diverses: publications de la
capitale et de la province : «Re-
vue deg deux-mondes>, «Nouvel-
lea litérairess, .etc.

Ein 1946, il public
‘ce: premior livre lui vaut: I¢
Grand Prix du roman de 1’Aca-
démic frangaise,«Le Prix Courte
line viendra codronner, en 1946,
gon deuxiéme a, ¢Lee con
tes de la lampe & graisse», Sous
son nom ou sous divers pseudo-
nymes, il donnera toute une série
de romans, de contes et d'essais
qui lui vaudront un public tou-
jours plus large, de nombreuges
traductiongs et différentes récom
penses, (Prix Scarron en 1956,
Prix Engelman en 1958, Grand
Prix du Rayonnement- francais
an 1961).

“Il prononcera, a l'occasion de
ses voyages, de nombreuses con-
férences litvéraires ou d’informa-
tion générale sur la France. et la
langue frangaise.

Ecrivain, auteur de nombreux
romans, de plusieurs recueila de
contes, d’essais, de plusieurs gran
des <études>, d’un choix de tex-
tes at de nombreuses préfaces
Marc Blancpain, a vu plusieurs
de ses ouvrages traduits en an-
glais, en allemand, en portugais,
en hébreu. Des extraits de son
oeuvre figurent dans des antholo
logies publiées en Grande-Breta-
gna, en Italie, en Allemagne et
au Danemarr.

Lioeuvre de Marc Blancpain
est marquée par un talent réalis-
te. Ses héros sont des hommes
vigoureux qui aiment la vig,

: (Suite page 6 col. 2)

en faveur de Jacmel

JOLICOEUR

pansifs, accompagnent le Préfet

Louis Lafoncant' & Pétage supé- “Paci que celui de

rieur.

Aprés un coup d’oeil con-
templatif sun ta ville non enco-
re remise des ravages d‘Inés ces
envoyés de IJl’Espérance écou-
tent un very de champagne 4 la
main le discours du Représen-
tant du Président a Vie de la Ré
publique dans la Vaillanta et Fie
re Cité. Le discours de Me. Louis
Lafontartt est une profession de
foi. Fol en DUVALIER, foi dans
le devenir prospére de Jacmel.

Lorateur est un homme hon
néte, un homme admirable. J'ai
gardé le plus attachant souve-
nin de cet honwne qui fut mon

profosseur en 19385, chez les
Fréres de I['Insrusiion Chré-
tienue. Quand je pessai au Ly-

PINCHINAT, il fut tout
spurpris de ne revoir que
quatre des soixante huit petits
qu'il avait laissés dans Ja classe
de 68 chez Les Fréres: Marcel Dé
pestre, Scynthe Dougé, Michel La
fortune et moi. Aux examens
d'entrée au Lyeée dont le char-
gea le Directeur M. Louls Ovide
Craan, je fus regu comme le pre

céy

mier des potaches ét Loulou m’a -..

dopta comme son protégé. Et Dieu
sait combien sa protection me fut
utile, salutaire. Je n’avais pas be
soin de ses faveurs. Mais j'avais
besoin de me sentir aimé, cay bien ©
ue comblé matérielleent ma vie
deait ‘trés difficile avec mon pe
re. Ovide Craan, Louis - Lafon-
tant, Roger Gousse, Morel La-
font Favidre étaient des dieux
pour moi. .
Quand eat-ce que les maftres’
vont essayer d’Atre sinon des dieux
mais . semblables 4 des. parents
pour leurs 4léves. [ls ont
souvent un vide a&-eom-
bier dans la vie de leurs” éléves
mais la plupart 2
s'en rendent méme gas. compte
Louis LAFONTANT n’a jamais,
6t6é ni sévére ni tolérant.
u portait l’éléve a faire un choix.
le mettait en face de ses de-
voirs- et responsabi L'éléve
prenait ainsi conscience de sa di
gnité. Louis Lafontant était ai-
‘mé de tous ses Gléves. Tl n’y a-
yait jamais de problame avec lui.
On le respedtait, on~l’aimait. On
Yaime encore comme on.l’a ai-

- m6 a toutes les fonctions politi

ques qu'il a occupées .4 Jacmel.
C'est le Député André Simon qui
dimanche encore faisait oon lo

: «Si, tous repnégen Ww
8 a Yosient ausdi coopé
ratifs que Louis, les problémes
de Jacmel seraient vite résolus»
nous confia-t-il, ~—

Le Ministre Leber’ oan
‘Pierre improvisa avec wa. fa
mie Mlle Pandréa ¢Wencey>: Er
Saich «Ticket Agent» de la Eas-
teyn Airlines & New York, arri-
de langage et ses connaissances
des affaires du gouvernemeni un

(Suite page 6 col. 8)

a’entre eux ne_

een) >

par AUBELIA

L’AMBASSADEUR °: — --

C. E. KNOX ‘

revenu de lintronisation

de I'E'véque épiscoopale dea”
lles Viergea Mgr Cedric “Milla

..Ce matin dst rentré 4. Port-

uu-Princa par la. Caravelle d’AIR
FRANCE, I'Ambassadeuy. dea E-
tats-Unia & Port-au-Prince, M.
Clinton Everett’Knox. Til vient
de passer deux jours & St. Tho
mas, Nes Vierges. li a été assis
ter & l'intronisation de son ami,
Monseigneur Cedric Mills, com-
me Evéque de |'Eglidse Episcopa
le de cette Ie, :
- Le nouvel Evéque de Saint -
Thomas est un homme de cou-
leur. Il est originaire de Baltimo
re, Maryland. -

L’Ambassadeur Knox a été ac
cueilli_ ce matin par le Ministre
Conseiller de l'Ambassade Amé-
ricaine M. Everett Melby et l’Ad
ministrateur de la méme Ambas
sade, M. Gérard Levesque.

xxxx
L'AGRONOME ABRAHAM
LEN - MON
sugoéde & U'Agronome
Joseph Eliab a la Mission
techni intégrée d'Tarael
en Hath _
-Au cours du dernier week-end
est arrivé a Port-au-Pince, l'a-
gronome israélien, Abraham Ben
Shimon, _
_ Oi eat venu succéder a |'Agro-
nome Jogeph Elfab arrivé ici il y
a deux ans comme membre de la
‘Mission technique intégrée d’Is-
rael en. Haiti. °
Cette mission est dirigée par
Vagnonome Moshe Kones.
Joe Eliab et sa famille quitte-
ront Haiti le mois prochain.
Nous les verrons partir avec
beaucoup: de regrets. Joe Eliab
et sa femme se sont intégrés
dans notre pays.

. zxz.z
LA VICTOIRE DE
ROBERT BOURASSA
élu Chef du Parti Liberal du
Québec est célébrée ici
+ -Depuis une semaine le nom
de Robert Bourassa} sonne en
Haiti presqu’avec le méme im-
Armstrong et
d’Aldrin, ces deux hommes qui
ont marché sur la lune.

Robert Bourassa est un jeu
ne et brillant politicien cana-
dien. Economiste hautement ap-
précié, il était Député de Mon-
tvéal-Laurier.

I} vient d‘étre élu le 17 Jan-
vier & la Chefferie ou Direction
du Parti ¥ibéral du Québéc, ey
remplacement de Jean Lessage,
un des plus grands hommes du
Québec. :

Robert Bourassa est l'un des
rares politiciens a recueillir I’ad-
miration de sea ennemis _ politi-
ques.

Son élection a été célébrée aus \

si bien par les canadiens libé-
raux que pur les congerveteurs.
L'urtiste Marcel Sirois de ten
dance libérale parlant de Robert

Bourtissa nous dit: «Bourassa est
Yun des plus grands’ économis-
tes de son pays. I] a le plus bel
avenir devant luf. IL est déja con
sidéré comme le futur Premier
Ministre du Québec. Sa_ victol-
re sur son adversaire aux élec-
‘tions de l’automane prochain est
assurée.

+ La réussite de Robert Bouras
sa aux derniéres élections a été
célébrée ici non seulement par
Marcel Sirois, M.° Francois Male
part et sa fémme‘Thérése et leur
nevéu, l’artiste “Yves Maisonneu
ve, en compagnia. de M. et Mme
-Aubelin Toll osiir,.de Mlle Ro-
berta Scimone de Boston A E}-
Rancho jeudi soir. mais encore
per les officiers. de police cana-
diens Marcel Coumartin, André
Favreau et Alain Donaghy de
tendance conservatrice, en \gpm-.
pagnie de M. Lucien Thébaud

-\Guy Cassagnol et de bien d’au-

tres haitiens.. ~
Parlant de Bourassa, André

Favreau nous dit : -Cet homme





- Son living.reom est_
s

écoré de .peintures
haitiennes;
Le Time Magazine dans son
édition du 26 Janvier sous la ru
brique <«Personnalités campe — le
brillant. intelléctuel noir améri-
cain Jérome Heartwel! Hollanid
qui vient d'étre’ désigné Ambas-
sadeur des Etats Unis cen Suéde.
Docteur en Sétiglogie, Holland
ait Président de !Institut. Hamp
ton de Virginie: Il vivait dans
une maison de.-style colonial,
dont le living = room est décoré
de peintures haitiennes, souligne
le Time. ety
Ce fait démontre une nouvelle
fois le remarquable succés de la
..peinture haitienne’ a 1’étranger.
~tant aux Etats;Unis qu'cn Euro





“pe. De nombregises personnalités

cu monde de la efiliure font I'ac
quisition des oetivres uc nos pein
tres qui occupent une place de
.choix dans de? nombreuses rési-










S JOURS...

JOLICOEUR

nest pas de-mon parti, mais je
dois reconnaitre sqUbil ‘est fort et
bien. Je le respdcte. Il a toutes
les chances de réugsir aux pro-
chaines élections., :

xxx

LOFFICE Db iOURISME

a chotsi ea Reine

et gee Suirantes

+-Hier vers midi, le haut per
sonnel de l’Office National du
Tourisme réuni sous la direc- .
tion du Directeur Général Ad--
joint M. Ramah Théodore a pro
cédg A I’élection de la Reine du
Tourisme pour le Carnaval 1970.

M. Ramah Théodore aii on-
touré du Directeur des Affaires
Administratives, Mc. Marc Hen-
ry, du «Public Relations Officer>
de Mmes Caridad Apollon Dor-
sainvil, Htldegard Moyse, do
Mme Garcon, de Mme Deniar
Carrié, Mme André Exantus,
Mme Ulysse, de M. Gérard Re-
ail, Félix Baptiste, etc... °

La ‘décision fut trés difficile
devant le nombre de jeunes fil-
les, 18, les unes plus ravissantes
que les autres. .

Mais l’attention en définitive
s‘arréta sur Mile Nicole Sterlin
comme Reine et Milles Gabrielle
Marie José Alvarez, ect Nadia
Schomberg comme Suivantes.

Le Carnaval 1970 sera gran-
diose. ,

L'ONTP marchera sur la gran
de ligne tracée par l'Edilité de
Port-au-Prince qui a confié le
soin d'organiser ce Carnaval au
Commerce et A l'Industrie de
Port-au-Prince.

xxx
NOS VIsiITECRS

+ Hier apres midi a pris l’avion:
a destination de San Juan M. Jo
seph CHORNEI Manager de
Easter Earlines 4 Puerto Rico.
Il était venu explorer avec la
C. (Ren Haiti les possi-y
bilités dune promodion conjointe
pour notre ‘tourisme. .

Monsieur CHORNEI nous a
parlé de sa grande satisfad.ion de
voir l’efficacité des services de

Douane et d’immigration a 1’aé-
DOUANE et d’Immigration a
Vaéroport Franpois DU VA
LIER. Le principal ust cetie im
pression de se sentir «Welcome»
et de oir le visage souriant de
ces fonctionnaires. Cela ne se
ces fonctiotinaires. Il voulait plus -
spécialement parler de 1’Inspec-
teur en Chef Edouard Pointdu-
jour. Cela ne se voit pas facile-
“ment dans ies autres Iles a-t-il
dit. I va cpousser a vente vers
Haiti.

_...Guy Lanthier repart ce soir
apres plus d'une semaine en Hai
ti.

Guy Lanthier, ancien cham-
pion olympique du Canada( Mé-
daille d’or do natation) est un
homme d‘affalrgs qui a réussi. 11
u déja effectué plusicurs visite.
ici. I] aime beaucoup notre pays

Il est parti avec l'inmtention ‘de
revonir pour des affaires.
..Nous avons rencontré hier
soir a l’Hétel Ibo-Lélé, le Dr. Ri
chard Rothbard, sa jolie femme
Terry, M. Charles Stentiford et
sa charmante épouse Ina. Ils
sont de New York. Le Dr. Ri-*
chard Rothbard est médecin psy-
chiatre. Sa femme Terry «Stun-
ning? est infirmiéry. Ls sont les
-heureux parents d’un garcon.

M. Charles «Chuck» Stentiford
fait de l’eAdvertising» pour Dale
Publising a New York.

Chuck et Ina ont deux jolies
filles:

Ces deux cguples arrivés mardi
sont descendis i l’Hétel [ho-Lélé
ot, ils passent cing jours.
.Liinduttriel, commandant En-
rique Fromer et su pétillante
femme Mireya sont arrivég hier
aprés midi venant de Miami. Le
Commandant Enrique Fromer
est intéress6 dans I'établisse-
»ment d’une Marina en Haiti.

xxx

. Johann Franz Tomosche, A-
gent dé voyage allemand travail
jant en Flioride est arrivé ci hier
aprée-midi.

xxx .

..M, Bernard Renard, Secrétaire
de FAmbassade de France a Was
hington passe quelques jours ici
Il est arrivé hier aprés midi.

xxx

..M. Johannes W. Wessels, diplo
mate hollandais 4 la Hawane a dé
barqué -ici du Vol d’Air France

,Venant-de Miami.

“xxx

...MIles- Susan Mary Charette
et Cheryl Lickona sont arrivées

iex Kprés midi venant de New-
York, Elles ont pris logement &
ba Pension Sendral.

Susan étudiante en Anthropo
logie est venue voir sa cousine,
Seur Lorraine Professeur au
Christ The King Secrétarial
School. aa
Cheryl étudie l'Art & New York.-

x x x oO

...Nous, avons revu avec plai-

sir notre chére et charmante a-

. (Snite. page: 6, col. 3)



Entrée Gdes 2.50. -
Réservée Gde 54.00 |








PROBLEME No. 451 F.



[| TUMmVyvuvver z'



HNORIZONTALEMENT

1 — Des passions qui ne du-
rent gutre

2? — Situé — Met les é&colfers
a& Vabri

8 — Etoiles de mer

4 — Possessif — En tas —~
Téte de gorille

5 — Faire un bruit cristallin
— Préposition

6 — Fut un port important
prés de Béziers — Gendre du

hate
ua — Proche parent — La do-
t ine t
ort Pee ins — Confonction
~ Prépara de menus morceaux
9. — Blonde. anglaise — Ab!-
mer
10 — Corps dur — Deaséché
— De

xxx
VERTICALEMENT

I — Vieux rot — Est beau-
coup moins raffiné que le rhum!

II — Nam d’un chat

III — Port belge — Champion

1V — Relief méditerranéen

Vv — Dun auxiliaire

VI — Lettre missive

VII — Précade et rend super-
latif ——. Machin

VIII — Réglkes — N’ont pas
peut de. sauter

TX — Un peu d’eau — Cou-
rir tras vite

XK — Telle une glande évacus-
trice.

SOLUTION No. 2201 E.

H@RMZONTALEMENT —

1. Glace; Ro — 2. Ténissei —
38. Tue; Tut — 4 Arriérées —
B. Rétre — 6. Sénateur — 7. Vi-
salt; Dé — 8. Io; Tétin — 9. E-
née — T.T.

HORIZOONTALEMENT

I. Gitan; Vie —- II. Leur; Sion
-—. INI. Aneries — IV. Ci; Na —
V. Esterait — VI. Surettes —
VI. Etéte — VIII. Ri; Erudit.

JX. Usérent



Cordonnerie
(Electric snop)

nm

- cordialement

avise
Mr. Antoine Richemond, Mana
ger de la Cordonnerie ELEC-

TRIC SHOP porte a la connais
annce des clients qu’un délai d'un
mois leur est accordé, A comp-
ter & partir de cette date, pour
venir prendre NHvraison dea chaus
sures en réparation en son ate-
lier, & la Rue du Centre, (bloc
St. Louis de Gonzague).

Pass6 ce délai ces chaussures
atront purement et «implement
vendues A la criée publique.

P-au-Pco, Io 8 Janvier 1970

Anto!ne RICHEMOND
MANAGER.

Convocation

Les fréres de cet Orient et,
sont ceux dela fraternité sont
invités aux cé&
rémonies qui marqueront le Jour
de la ¢F8te de l’Ordres le diman
che 25 courant

Elles auront lieu A partir de
neuf heures du matin au sidge
de la Respectable Loge La. Véri-
té No. 47 de la Rue du Magasin
de Etat.

Comptant sur l’aimable presen
ce des ung ot des autras,

Le Grand Secrétariat.



A vendre voiture FORD, Mo-
déle 1968, climatisée, pritre de
téléphoner ou No: 2-2033.





ET RESISTE EN TOUTES
CIRCONSTANCES

Montre de luxe? Montre
de sport? ©

Mido. est tous les deux 4 la

fols. Elle est faite pour les
mondanités, parfaite pars

solidité, Mido supporte les
coups. Voulez-vous savolr -

la date? Votre Mido Dato-
meter vous |’Indiquera.
Vous ne remontez jamais
votre Mido. Vous pouvez

méme nager avec elle — car

elle est 100% étanche.
Vente et service dans 111

a

Agents exaiuelfe
FOUAD A. MOURRA

Le CONTINENTAL
POF T-AU-PRINOK
sf

a

pays.

,





sis ae

Les ibériens gardaient

Suite do la ldre page)

une de trente pour cent le chiffre

sainte peur des avsoturiere fran (de la popufation blanche du Nord

cals, qu’ils considéraient comme
des démons. De. leur cété, les fli-
bustiers, tele Francois Nau, dit
VOlounais et Montbars, dit Ex
terminateur, entraient en fureur
rien, qu‘en apercevant des cas-
tillana,

Chaque année de cette époque,
de catte lutte sans merei — ot
les ospagnols étaient battus,
méme s’‘ils étaient a vingt con-
tre un — était marquée par une
tuerle dont les noms de certai-
nes régions du Nord comme les
Riviéres du Massacre, de la Ma-
trie (matar - tuer en espagnol)
rappellent encore le douloureux
souvenir,

Mais en arrosant le gol, ie
sang versé pai chaque flibus-
tier ou boucanier faisait surgir
une légion d'autres aventuriers
tout aussi ardents a courir sus
& J'ennémi et A développer les
établissements dans la Partie du
Nord.

Certains des premiers escla-
ves noirs, nos ancétres, étaien:
des sortes. d’engagés, des compa
gnons de combat & cette époque
de lutte sans merci

LA REVANCHE
DES ESPAGNOLS

Conduits par De Cussy et De
Franquesnay, les francais pillé-
rent, .incendiérent, détruisirent
Santiago de Los Caballeros
dans la Partie de l'Est, du 6 au
14 Juillet 1690, violant les fem-
mes, B.appropriant:. les esclayes,

ne respectant que les Eglises dont
_ le trésor et les ornements furent

emportés pour rehausser les nou
velles ~.Eglises paroissiales du
Nord et du Nord’Ouest.

La revanche des Espagnols al-
lait suivre six mois plus tard
avec des moyens imposants.

C'est dans ce contexte de vio-
lences et de haines que se situe
la Bataille de la Savane de Li-
monade, telle que l'ont contée
notamment les R. P. Charlevoix
(1) et Lepers (2), Moreau de
St. Méry (8) et Charles de Beau
repaire (4).

En outre, j’ai pu recueillir les
souvenirs légués par la tradition
orale au Cap; au Quartier Mo-
rin, 4 Limonade car nos ancétres
eacinves avaient déja été impor
tés d'Afrique par les premiers
colons francais, par la Compa-
gnie des Indes Occidentales ou

voléa aux anglais, portugais ct
espagnols. Ils devaient constituer
une proportion

lors dépassant

nee

& l’6poque ' (5).

LA BATAILLE DB LA
SAVANE DE LIMONADE.

Débtttqués de 7,. vVaisseaux
montés par-2600 hommes, ou
ayant traversé. lee frontiéres..ins
tables, ‘troig mille hommes, dont
plus de 2.000 soldats entraings
(fugiliers, } a ncie rs) conver-
geajent vers le Cap dans lo pe-
conde quinzaing de Janvier 1691
selon la narration fidéle du P.
Charlevoix. (volume II, p.p. 122
et suivantes).

Les francais réunirent motns
du tiers 800 hontmes, dont 200
flibustiers et 200 boucaniers a-
guerris et une force supplétive
d’esclaves pour charger les ar-
mes et d'autres taches.

Gouverneur depuls Avril 1684,
de Cussy voulait tendre des em-
buscades a Jacquezy et prés de
Bayaha (actuellement Fort Li-
berté). Mais Jacques de Pardieu,
sieur de Franquesnay (6), Lieu
tenant du Roi au Cap copina
pour la Savane de Limonade,
plaing d'une lieve en carré et
parfaitement unie par ot les espa
gnols devaient passers. Malgré

le refus de De Cussy de combat |

tre en plaing contre des foxes
supérieures en nombre, monde cria confusément A la
Savane et l’on se mit aussitot
en marches

LE SORT BALANCAIT

Le 21 Janvier 1691 au matin,
Varmée espagnole surgit du brouil
Jard en ‘bon ordre. Malgrg leur
supériorité numérique écrasante
la plupart des castillans étaient
ébranlés rien que par la yue de
ces redoutables flibustiers et bou
caniers francaiy dont le renom
de vaillance et Maspect farouche
les intimidaient fort. Bien que
les francais aient attaqué a 9 h.
am. avec précipitation et sans
ordre, nous indique le P, Charle
voix, la victoire balanca plus d’u-
ne heure trente.

N’oublions pas qu’A l’époque
les fusila ne portaient pas A
plus de deux cents métres et
qu'il fallait deux ou trois minu-
tes (trois temps et douze mouve
ments) pour les recharger.

Les fusiliera espagnola ne pou
vaient soutenir la cadence de
feu des flibustiers et commen-
cgaient a& rompre leurs lignes.
Pour empécher la déroute des
troupes de Sa Majesté Catholi-
que «un officier fit alors un si-

gne de sdn chapeau, afin de fai- _

re se lever 8C0 lanciers couches
sur le ventre jusqu’ici et qui fon
cérent, avec tant de furie sur
nos gens qu’ils forcérent le cen
tre aprés un trés rude combat.

Les deux ailes se trouvant sépa.

rées, la plupart des francais ori-
rent la fuite, mais les 500 hom-
mes les plus braves de la colonie
moururent en résistant jusqu’au
dernier, avec leurs 80 officiers,
leurs 2 chefs, mais en tuant au-
tant, si ce n’est plus d’espagnols»
(d‘aprés Charlevoix. 2¢ vol. pp.
228, 224).

Charles de Beaurepaire repro
duit une lettre écrite le 21 Mars
1691 de Port-de-Paix: « Franquesnay se mit a la téte
des habitants de-ce’ quartier pour
recevoir (lea Espagnols) en gens
d’honneur : ce qu’on fit d’abord

avec tant de vigueur que les en-












nemis pliérent et qu’il y eut du
désordre parmi eux, Malis «’é-
tant ralliés dans un moment et
venant & la charge, la chance
tourna, les nétres plitrent A leur
tour, puis se débandérent.. avec
tant de confusion et de lacheté
que ce fut. une fuite et. une dé
route générales: ce qui fit que
les. braves gena y périrent tous,
en combattant généreusement,
ne voulant point fuir devant
ceux qu’on a toujours battus
jusqu’A ce triste jour et qui 6-
tdient en possession de n’os*r
paraitre devant les francais».

L'APPARITION
DE N. D. D’'ALTAGRACE

Les historiens et chroniqueurs
francais n‘ont certainement pas
voulu donner crédit A la raison
évoquée par les espagnols pour
expliquer cette victoire. Des re-
lig-eux, commagles R. P. Labat,
Leperg et Charlevoix ont di en
atre fort vexés.

La tradition orale est encore
trés prolixe A ce sujet de nos
jours en République Dominicai-
ne. De mon cété, j'ai recueilli
ce qui suit dana le Nord:

Liofficier, qui fit.se lever les
lanciers espagnoles, leur montra
les fléches. des palmistes de I’ha-
bitation. Guillaudeu, alors Beau-
val, au septentrion immédiat du
hourg du Quartier - Morin (7),
en leur criant : «He ‘aqui la Vir
gen de Altagracias. Devant Ihé
sitation enoore marquée de ses
troupiers le commandant insis-
ta; «Voici la Vierge d‘Altagra-
ec ! Ne La voyez vous pas au
dessus de ces palmistes qui vous
sourit et vous annonce la victoi-
Te sur cea voleurs, ces dé&mons.>

Hi était 11 heures du matin.
Seul le merveilleux pouvait vain
cre la efuria franceses décuplée
davantage chez ces aventuriers
sans foi, ni loi.

Les soldats couchés étaient
des hattiers du Seybo, armés de
leurs <«miliacines> ou longues ma
chettes. Ils se frottérent les
yeux et dans la brume hivernale
qui finissait de se disperser au
dessus des bus-fonda a l’époque
marécageux du Quartier.- Morin,
ils distinguérent enfin l'image
miraculeuse flottant au dessus
des palmistes.

Avec moins de crainte qu’aupa
ravant des feux roulants des a-
venturiers bien entrainés, les

bouvierg se lancérent ‘sur leg
francais .a cris répétés de :
cViva la ‘Virgen de Altagracia. !

precio] ureérand oe tartilee
aus eurs “
sabres d‘abattis; si bien effilés
contre le cou, Jes bras, lea jam-
hes des flibustiers, dea bouca-
niers, des colons, des esclaves,
soldats auxiliaires.

A leur retour dans leur loln-
tain Seybo, a l’extrémité Sud -
Est de I’le, les hattiers construi-
sirent un sanctuaire A la Vierge
d’Altagrace, & Salvatierra (Sau
veterre) de Higuey, ancienne Ca

Convocation

Les Membres du Conseil Pa-
roisnial de St. Gérard sont con-
voqués en Assemblée Générale
le dimanche 25 Janvier en cours
& 8 hres 45 du matin.

! Pour le Conseil

Melle KERNIZAN
Seerétaire ad hoc.

si simple a manier... si simple 4 acquérir! Voyez - la,
Renseignez - vous: tout de oe

pitale du Caciquat. du méme nom
et coneervérent le souvenir de
cette Vierge miraculeuse dont je
renom s’est étendu a toute la po
pulation de la‘ partie de. l'Est.

Gérard JOLIBOIS.

Prochain article :
N. D. D'‘ALTAGRACE |
ET NOTRE REPUBLIQUE



— NOTES —

(1) R, P. P. Francois Xavier
de CHARLEVOIX — Histoire
de Isle Espagnole ou de Saint
Domingnue..

(2) R. P. LEPERS — La tra
gique histoire des flibuatiers, his .
toire. de St. Domingue. et. de 1’'Is. °
le de La Tortue, recueillie et a-
daptés. par P; B. Berthelot. .

(8) Moreau de St. MERY —
Description. de la partie frangai-
se de St. Domingue. — (Réédi-
tion de 1958) —- Ier tome, ar-
ticles sur Limonade et Quartler
Morin.

(4) Ch. de BEAUREPAIRE —
Combat entre les espagnols et
les frangais A Limonade en 1691.
-— Parent de De Franquesnay, il
reproduit les lettres des gsurvi-
vants du Combat ou de, ceux qui
vivaient, lors dans les environs
du Cap Francais.

(5) St. MERY cite les noms
d’anciens esclaves ayant été au
siége de Carthagéne en 1697, af-
franchis et pourvus de brevets
du Roi & catise de leur mérite:
leg Capitaines Etienne AUBA
(p. 186 vol. 1) — c'est Vancé-
tre des OBAS du Nord et m&me
d’une famille Etienne) —. et VIN
CENT OLLIVIER (p. 229, vol 1
— cest le géniteur des VIN-
CENT du Nord et des Olivier).

Charlevoix et de Beaurepaire
nous parlent des esclaves de la
région du Nord, amenés par les
espagnols aprés leur
des esclaves qui se cachérent
dans les bois et revinrent ensui-
te auprés de leurs maftres A
Vissue des onze jours de pillages
et de dévastations durant les-
quels la ville naissante du Cap
fut détruite et brulée.

(6) Franquesnay était origi-
naire d’Avrem?sni!, en Norman-
die, actuel Dépt. de \’Eure.

Bon nombre des flibustiers,

“poucaniers et colons tués le 21

FRUIT CHAMPAGNE
pAirrxmoussE

‘ORANGE.
CITRON
LIMETTE
. RAISIN
BANANA
CERISE
_GREME DE G&

Janvier 1691 étaient
mands.

deés nor-

(7) Le Quartier . Morin s’ap
peiait en ce temps le Trou de
Charles Morin, du nom d’un des
premiers propriétaires. Il y a-
vait alors des marécages, des mi
res non encore drainés,-provoqués
par des résurgences de la Cran
de Riviére du Nord = dans ces
terres alluvionnaires. .

Les palmistes de Guillaudeu
sont bien moins fournis qu'il y a
279 ans.

La famille Guillaudeu s'est
fixée au Canada depuis plus de
deux sidcles, semble-t-il. Il y a
30 ou 40 ans, un descendant de
cette famille visita le Cap-Hai-
tlen et le Quartier-Morin, d‘n-
prés Jes informations que j’ai re-
cueillies dans In Métropole du
Nord. |

J










¢
. ae
aE




victoire,







EXKSEHNGNA NINA

REX - THEATRE

Samedi & 6 h. ot 8 h. 15
En tlére partie

LES AMBIAASSADEURS’
En 2ame partie|

LE RETOUR DE DJANGO
Entrée Gde 1.50

Lundi a 6 bh. et 8 h. 30
L'ASTRAGALE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

PARAMOUNT

Samedi a 6h et 8 h.
En lére partie
TABOU COMBO

En 2ame partis

Dimanche A 5 bh. 7 h. et 9 h.
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

Lundi & 8 h. 30 P.M.

La Cie. Jean Gosselin Présento
LA FACTURE

‘ Parterre 1 dollar

Rés. $ 2.00

Balcon $ 0,60

‘DANS N OS CINEMAS

CAPITGL

Samedi & 6 h. et & b. 30
LA LEGON PARTICULIERE
Entrée Gdes 2,50 et 4.00



FACE D’ANCE

Samedi} & h, ot 8 h. 15
‘LES DETROUSSBURS
Entrée Gde 1.00

Dimanche a 4 b. 6 h. et 8 h.-
MAYERLING
Entrée Gde 1.50

Entrée Gdes 1.50 at 2.00

Dimanche a 3 h. P.M.
--ET POUR QUELQUES
DOLLARS DE PLUS
Entrée Gde 1.00.
Dimanche a 6 h. 7 h. et 9 h.
PASSEPORT DIPLOMATIQUE
AGENT K - 8

Entrée Gdes 2.56 et 4.00

Lundi a 6 h. et 8 h.

Lundi 4 6 h. et 8 h. 18
LES NUITS.

DE L'EPOUVANTE
Entrée Gde 1.00

=e ’

AUDITORIUM
CENTRE CULTUREL

Samedi A 7h P.M.
LE CIRQUE FANTASTIQUE
* Entrée Gde 3.50:

Dimanche & & 5 h.vet 7 h.
MA COUSINE RACHEL
Entrée Gdes 2.00

Lundi 7h. P.M.
LA PLANETE DES SINGES
Entrée Gde 1.20



De Luxe Auto Ciné

Samedi & 7h. et 9h.
BONNIE ET CLYDE
Entrée 1 dollar par voiture

Dimanche a 7 h.
MON HOMME
Entrée Gdes 3.00 par personne’

et 9 h.

Lundi & 7 h. eat 9 h.
(Derniére représentation)
MAYERLING

Entrée 1 dollar par voiture



MONTPARNASSE



Drive in Ciné

Samedi & 7 h. et 9 h.
PHAEDRA .
Entrée 1 dollar par voiture

Dimanche a 7 h. et 9 h.
5.000 DOLLARS SUR L*
Entrée Gdes 3.00 par personne

Lundi & 7 bh. et 9 hb,
LA RUMEUR
Entrée 1 dollar par voiture



ETOILE CINE

(PETIONVILLE)

Samedi & 6 bh. 80-et B h. 30
COPLAN SAUVE 8A PEAU
Entrée Gdes 1.50 et 2.50



LES LOUPS NOIRS

Samedi 4 6 h. 15 et 8 h.
PROPRIETE INTERDITE
Entrég Gde 1.00 :

Dimanche & 5 h. 7 h.
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARD
Entrée Gdg 1.00 -

A MAGIC CINE

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
En tlére partie

LES LEGENDAIRES
DE DELMAS

En 2éme partie
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARND
Entrée Gdeg 1.20 et 2.50

et Oh.

Dimanche a 6 h,
CINQ CARTES A ABATTRE
Entrée Gdew 1.50 et 2.50



Lundi a 6 h,
CHEF DE PATROUILLE
Entrée Gde 0.60 et 1,00

E n2eme partic
FANNY
Entrée Gdes 1.20 et 4.00

Dimanche & 3 h. P.M.
L'OR DU SHERIF
Entrég Gde 0.60 et 1.00

Th.



L'HOMME, L‘ORGUEIL

Dimanche & 3 h. P.M.

UN HOMME TRAQUE
Entrée Gdes 1.50 et 2.50
Dimanche A 5 h. 7 h. et 9 h.
UN HOMME TRAQUE
Entrée Gdes 2.00 et 3.00 ,

ET LA VENGEANCE
Avec Franco NERO.
Entrée Gde 1.60

Entrée Gde 1.50

Lundi a 6 h. (Séance unique)
ALEXANDRE LE GRAND
Avec Richard Burton.

Entrée Gdes 1.50 et 2.60



ELDORADO

Samedi a 6h et 8 h. 18 -
RASPOUTINE

LE MOINE FOU

Entrée Gdes 1.50 et 3.60

Dimane eabBh7h. et 9h
HOMBRE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

CINE STADIUM
Dimanche (En permanence)

COPLAN SAUVE SA PEAU
Entrée Gde 1.00

x



Entrée



be

i

Gallery Monnin
382 Blvd. J. J; Dessalin
aeote de Té é-Haiti.”



CINs UNION

Samedi a 6 h. 15 et 8 bh,
L’OR DU SHERIF
Entrée Gde 1.00

AIR-PORT CIN

KRIMINAL ’
Entrée Gde 0.60 et 1.00!

—eee

80 et 8h

Mardi & 64h. . ¥9.
ATTAQUP A L'AUBE

e 0.60 et 1.00



VISITEZ LA GRANDE EXPOSITION

_ CALIXTE: HENRI

Ouverte insqv'an 28 Janvier

aie”

Wey SIENINRININKI INK IIENIIEKINIEKNIRN NI
5 Toe

15 et Bh.



CINE SENEGAL

Samedi A 6 h. 16 et & h. 15
En 2¢me partie

168

CINE OLYMPIA

Sa'medi (En permanence)

»

Dimanche & 6 h. 30 et 8 h. 80
TERRE SANS PARDON
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

et 9 h.

Dithanche & 6 h. 30 et 8 h. 80
GRINGO JOUE ET GAGNE

Dimanche A 5 h. 7 h. et 9 h.
LES EPERONS NOIRS
Entrée Gde 1.00





Dimanche A 5 h. 7 h. et 9 h.

001 DESTINATION JAMAIQUE
Entrée Gdes.1.20 et 2.00

Lundi A 8 h. 30 (Séance unique)
CLINT, L'HOMME
DE LA VALLEE SAUVAGE
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

4

















2) Agr iewlture
ment dea



a) Développement lea reaanur:

coe Aumiaines

a) Nutrition apple ude récu

ration Wenfanta d'Agu pré-ace

hire alteinto par ton maladies de
carence,

bv) Alimentation avolalre aux
niveavax primares, secondalres,
techniques vt profeadonnela,

4) Developpement dea rexaour
ces sndustrieilen of minidred

Turquir Industries duo cle
ment, dengrais, de pale A papler
de charbon, do ter ct d'acer

Inde © Industrie [attire

Colombie Industrie de con-
contrée pour nlimentation du he
_ tall.

&) Secoura d'uryence
Cataclyame

Catastrophes nuturelles ; innon
dalion, tremblement de terre.
D’aprds ies informutions reeueil-
lies le PAM fournit actucllement

“une alde alimentatre ~ a Haiti,
pour unc vateur de’ 44g. 000 dol-
lars.

Los atiiehts du PAM sont dis
tribués gratuitement sous forme
Ja provisions = pour leu travail:
laure et icurs familles, comme ati
mulant ou remunéralion partijel-
le de travavx réalinés, oy , BOUB
forme de snacks dans les établis
wements d’enseignement.

Yl — Conditions Generales de
Inide du PAM.

Les conditions de [aide alimen
taire do PAM sont purement
Wordre technqiue et operntionnel,
Le Gouvernement intéressé doit:

1) préparer oun avant-projet
justifiant UVintervention du PA
dans un progranime de développe
ment économique et social d'inté
i@t national et le soumettre au
dége du PAM par i’.nterméd{ai
re du Représentant Réstdent du
TNUD.

Le fonclionnitre. iesident des
projets du PAM (ss! y en a un)
peut aider les autorités interes-
oes dans ['élaboralion de la de
mande d'aide.

2) assurer Ie financen.cnt du
projet et des opérations de I’a:-
de alimentaire du PAM qui sont
a la charge du gouvernement bé
nélicialre.

a) Nationrlisation deg
uults

pro-

b) Transport




_ SAMEDI 84 ET DIMANOHE/O5. JANVIER
apt dévelappe-
» Wabuvelina



MHlione

tribietton

6) Frala de fonctlonnement
pour te con Jen fonctlounalres ré-
oidanta du PAM.



A) oussurer Ja continuation du
profet an question A In cessation
de Vatde Mlimentalre thie PAM.

IV Aetividés du PAM dana
le monde.

Depuis le commencemens
sen activites, le PAM oa apprau
ve S8U projets dans ‘78 pays re-
prenentunt un coat total de 702.
052.8765 dollars eo seu la ropar
Ution suivante ;

Amérique Latine ot Antilles
b@ projets dans 18 pays.

Afrique du Nord ot Proche O-
vient : 99 projels dans Il pays.

Afrique Occidentale : 70 pro-
jets dans 21 pays.

Europe M iérangonne et A-
frique Orien bos projcta

dans 13 pays
Aale.
101 projets dans 1D pays.
(Catte répartition
que ‘correspond & lorgenisation
de Mndministration des projets
ou sege du Programme, En ef
tet, i y a une division de pro-
yvt management pour chacune de
Lon regions).
- Vous constaterez nussi que la
région qui a le plus bénéficié de
Inide du PAM eat celle de Afri
que du Nord et du Proche - O-

EEE

LONDRES (AFP)

Los Représentations faites par
V'Espagne au sujet des prochai-
nes manceuvres navales britanni-
ques en Méditerranée Occidenta

le et dans lAtlantique ont été:

accueillies avec calme & White-
hall of lfon s’inquiéte toutefois
de ce contretemps dans la nor-
malisation des relations entre les

deux pays sur la question de Gi- *

braltar.

Dans les milieux anglais auto ~

risés, on souligne lundi soir que

le gouvernement espagnol a été -

informé a Vavance de ces monceu
vres — qui doivent durer pen-
dant deux mois — et qui n’ont
aucun rapport avec la défense
de Gibraltar contre une éventuel
le attaque espagnole. Les instal
lations de la colonie ne seront

utilisées que pour le ravitaille-

ment et J’entretien des navires
britanniques.

Les manceuvres, affirme-t-on,
ont pour objet d’accroitre la con
tribution de la Grande-Bretagne
& la sécurité occidentale en Mé-
diterranée et dans 1l’Atlantique.

“tance, du PAM (Turquir,

da-

et Extrdme - Ortent :

géographi- “



d'ur-
dann

a pays currespondant A un codt
Ite our le PAM do 72 milHons
de dollars,
lo conatater, cortains pays d'Ru-

Ka outre
ince ont

00 operations
“Ing antroprinen

Comme yous PoUVver
Vaants-
Greece).
Le PAM: vat un progranine tron
geune mals Urde dynam.que, dont
Jon rensuyrees nugmentent:s d'an-
live ‘on année, Los
volontatres offertes au Program
me pour la période UMA - 172
solevent A SO0 iniitona de dol-
lars, dont ly tlors doit étre ap-
porté en espice ou sous forme de
services, Les EUS apportent tou-
jours 60 pour cent-du total des
ressources que l'ensemble
pays donateurs mettent b la dis
position du Programme. &

ropo béndficle atisal de

contributions ¢

der |

Le: Ganada $ 5 maliions *.

Les Pays - Tan: tt millions

Le Danomark : 0 millllons

La Budde : 8 millions. 2)

La République Pédérale Att.
mande : 6 milflona

Tae Norvége 2 4:5 millions’
(Royaume Un.) Le RU. e283 |
onitions ve

La France : 2 miliens..

Cependant les pays do fa. CER
ont contribud pour 60 milton:
dollars au cours de la nériode® tis
mentionnée. :

Aprés le départ du Dr A. Boe-
ma en 1968, (qui a été élu Di

. ‘

AVIS

fin




‘de in. FAO), :

ot ‘ap mlioratton do



rr 7
Dooteur ay Aguing du jana lea quartiors popu
ddor qui 6té>cholalecomme lateed Alles: ‘da ays. 10,
Dirvotar Govtlt: du PAM*pour 000 béndficiaires ravaillours ,

~

‘elnass ane, ‘



une période: nde:

Détininsunt vatd
du PAM: aux pay





rensource ‘nupplémentalre d'inves
tlanoment «dana lo processus: © de
flnancoment des’ programmes de
dévoloppement-priontairc des Na
tions dconomiquement “pauvres.

En effet.
Vi— le PAM on. Colombie.--
Wassistanee fi n PAM au déve-

foppement Gcononiique ct social
de la Cotombte n débuté en 1985

Le PAM compte
dans co pays 3 -

(A ‘développer).

s.x projets



Les Produits H A M P C (py renvent ete achetés”

aux adresses suivantes

A PETION VILLE










“Sx 2
fuete Rica

8. Hondturcis
“Honduras ° enn
Nicarogua BE rosoo

La Trinilé
Venezuela

La Colombie

lo Republique de "Eqvateur
Le Pérod'



tage















Lo Bolivie

Le Brésil

A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

Lalue

Coles’ Market

Lalue

Boulangerie caat

Maison Rigaud -

Rue Panaméricate

‘Delmas Market

Autereute Delmas

Ws?
: ae Ree





Luce Chatelain

, ?













BONNE raison de’ plus
une



allmetitalre oe
on Vole (Was
quipement, fa: te "Aquino" a décla * a teotettin
ré que. catte uide représinte ‘une. do Formation. Professionnelle. du- » Comtintaaien ‘seond

/ curence y “découlant. .

te dans 7

-4as ‘sur une période de 6

_volotitatres ot & }mnemibres de toura!
nfamm ‘



ry) Un Scatet do. complomente-
don-elimentalre dann les: Centres

“Service, Nationnl d'Apprentisnn-
we (BENA)-— 82.000 hénéficial

/rad,comprenant ‘fea -approntin ct.

seven recevant: une formation
_brofesstonnetle dans: los; domat-
“nea! indnatriots, Tagricoles ‘et com
mercinux, oe o! ie

Le programme a aus étendd
nux éléves den Centres Technico-
‘Agricoles ct aux petits agricul-
teura-des zones rurales du payr
sous Ye nom dg PPP —- Promo.
tion - Professigh nelle Populaire.
Il- wagit de programme tournant .
de 15 jours... i

B) Un projet de reforestratton
de 7500 hectares dans le Dépar-
‘“fement de Cordoba, oi le sous-

‘emplof et Ig .chomage sont trés .

‘@evés: et les revenus de lu popu.
lation trés bars.

4) Un: projet” ‘de developpement
multivle dans. 1a ° région.semi ~ dé
sertique de la Haute - Gunira ~
habitée par des indiens Guairos.

5) Un projet d’atimentatlon
de “méres nourrices et ;d’enfants
dfige pré-scolaire dans le Dépar
tement de. Caldas. ‘

4) Un projet de petits: tndus-
tries:-pour. la fabrication d°gli-
ments concentrés pour bétail, ven.
dus aux prix de production sux
petites agriculteurs sans ressour-
ces, lésquels peuvent se livrer i
des activités d’élevage et de cil-
ture. .

7) Enfin- un énorme — projet
=ntitulé Programme National d'E
. ducation Nutritionnelle ef: de:

‘+ Complémentation Alimentaire —

mil-
les

“PRONENGCA, couvrant un
Tion de bénéfictaires parini

* méres- nourrices .de.trois,.enfants,

_atteinta de malnutr. tion du Yer”
“au 8e degré_ at.des maladies

jet antensents géogra-
phiques--de-1a Coélombic et: veepre
_sente uné contribution du PAM
de Yordre de 42 millions de dol-

(104.000 tonnes de produits ali
mentalres)

"La durée de tous les projets de
VAM eh Colombie varie entre 2

: et 5 ans et.l’aide globale du PAM

a ce pays s'leve & 49 millions de
* dollars. 7" "



ogee Bigs ‘ge eae

be
news

de .



Lia c6ltbat ihjolsdhine ré
Tideton. “vlan
fon

ne 'le gone rien






“itale diy ‘Centre | - des
édediiin franidala “a's consi.
‘tré-au_ théme <«Céibat -ct sexun-

iité> (Les. 17 et 38". Sanvier,: 6

Sue | iAlbertade-Lapparent)

il nya paw de: “patholog ey eps
. cifique’ du eshibiit, ont: vonelis ley
“médecins, Gértaiis. troubles “den
‘célibataires’son souvent Ja cause
“plus, que la conséquence du ‘céli-
bat.” la se .tévéleraient sutre-
ment ‘dang les “mariage. | .

Dans ‘Tes civilisations archai-
ues, i n’y.:a pas de,statut du
célibat.. Les “célibatairés sont des
marginaax, ont conclu, tnire’ au
tres “choses, ‘Tes ‘anthopologaes,

‘Le dernier ‘carrefour avait
-pour ‘thémre~’: ‘<«Comment assu-
mer le célibat. > On’ y entendit
trois témoignages, un pratre ;:
Mare Oraison ; une religicuse:
_Frangolse Vandermeersh ; et
un moine : Je Pére Jean dein
Croix Robert, bénedictin ae la
Pierre qui Vire. Marc Qraison
évoqua son expérience : celle
Wune solitude mais aussi c‘unc
liberté et d’une relation de type
non possessif,

- «Le motne est celui qui rélise,
avec tune certaine exclusive, le
silence et la solitude, une solitude
sans diveksion ni compensations.
declara le Pare Jean de In Croix

‘C'est dovloureux maie c'est
aussi une école de plén{iude, mé
me au plan de fa céatisation hu-
maine.~Te) était Vobjet de la
dern’’re conférence de ‘Thomas
‘Merton, une heure avaul FA
mort.

Plusieurs interventions évoqué
rent la situation souvent oublic:
du “eelfbat: rion’ ‘choist qui -e+( le

P



§ pour conduire,

- ~ adr

Fints les maux de téte!-

ala “AU COLLOQUE: (DES. -MEDECINS CATHOLIQU Ba®

bb eménie

edlloque: | tie” fn 4)
eb fami.

TAU

. que les modes de réalisation

fot de hansnambre de* femmes
(hommes, :
T'abbé de Locht, profeaneur a
Lotvatnu; -conclut: par ure tivida-
tion A “réfléchir-davantage au
céHbat consgeré. Eat-j) le moyen
Wane orelation apeaifiqae usc
Didi 7 Cette questiun appelle-
rait un camplément de refl-sion.

CONCILE HOLLANDAIS
Sur deo méme thee, Je ray:
tort discuté au cconeles holhon-
duis “du-toaa 7 juuser 1970 4
ela intéyralement publie dans
INOC, noi, p. Gow ¢ Editions
du Seuil). Cette tecture oa de
(udh surprendre j-ceux qui ne
voient en c@econdie oiune re.
vendication duo emariage dew pre
tress.

Les soixante-huit premiéres pa
ges du rapport n’en traitent pas
{A une allusion prés).

Le probléme n'est abordé qu’a
la fin, & une place modeste et Ii
mitée, pages 76 a& 81.

La. valeur du célibat y est ma_
nifestée : «Il eat tout A fait gra
tuit d’affirmar que je célibat
est un état de vie antinaturel
et dangereux pour Véquilibre spi
rituel. Mais fl est évident que |
célibat nécessite une = maturite
spirituelle, un choix bre, des
exemples nuthentiquer.» ~~"

motivations — charismiat
manifestés, ana

Les
ques en font
RO
jitaire of en communaute.

Le débat n'est pas pour
contre le célibat dex prétres 1)
concerne In liberte de Vengace
ment dans cette vote. it c'est
un fait qu'il yon sud ce point
un cconsensus> croissant pour de
volldariser Mongagement au sae
cerdoce et Tengrgement au cél
bat, au colloque m lies td cli der-
nier week-end commie air coat,

recente

ou

le» hollandais. ‘Toute la
prise de position des even
Hollande be mentre

Vien

Abbe René LAURPNTIN



'
.
’ —

Que] soulagement de savoir que votre Toyota peut compter ‘en toutes circonstances sur
des services d'entretien rapides et sirs... tout en sachant blen qu'elle n’exige normalement

Pour assurer G

des ressqurces sures et

que des frals d'entretien minimes.
@ tous nos véhicules longévité et constance, nous avons construit sur Vile

ensoleillée de Curacgo' un entrepot géant pour nos piéces de rechange. De cette locatlon
centrale nous poyrrons Uesservir toute Amérique Latine . .
Caci abrége considérablement la durée des réparations: ot assure un emploi judicieux
de piéces de rechange Toyota de provenance gdrantie.
Appartenant au groupe des dix grands de I"industrie automobile du monde, nous ne
croyons pas qu'il: sufflse de construire des véhicules qui solent uniquement solides ef surs,
faciles & candulre at accessibles 4 tous a des prix raisonnables, ou encore de créer des
points de vente et de service dans plus de cent pays. Noni Nous voulons en faire des
véhiculas qui vous Ilbérent de toutes tracdsserles.
Avec I'Installation-du nouvel entrepo! “Toyota Parts Depot
nous vous servirens encore misyx qu auparavant. Non seulement parce que nous sommes |'un
des meilleurs constructeurs d’automobiles du monde, mais parce que nous mettons ala ’
disposition de nos concessionnaires ef a lavdtre? heureux propriétotres de nos Toyota,
inépuisables pour l'entretien‘de nos véhicules. .

on quelques jours selon nécassité.

3 ‘

°

4

hy,
of Curacao," en mars 1969, “Ve

rt {4
ot. yg!

Ck

. ‘
yt

' be

Vales

yi

ye

5. i.
GA t ? z
+ 3

° "3

tat







AMBRTUME et fayuiioude,
-elbon sirpries, on “Ntuendene
admonasta Yona, fave au vote “
Veplacopat holiandals ; cee eenti
Men. Ne sont pas oxprimds enco
re par Je Velican mam on 4s’on
pouvient, tla ont daja nettement
4046 evoques par le rape dans la
lettre -qu'il avalt adreseéo au car
dinal Alfrink en dacambre, ct qui
a 6t6 publics dans l'c Onsserva-
tory Homano > do lund{. dermer.

Aujourdnu, Vorgane au Vati
Can so tait. Il ne fait mame pas
mention du vote du «pastoral con
aille >» Le Sain-Siege otait dau
leurs d4jA informé de la nouvel-
le tl y @ quaiques jours par son
nonce apoatohque Mgr Angelo
ll feudna attendre la prochaine
venue A Rome du cardinal frink, qui est annoncédes comme
imminen.e, pour connaitre lee dé
veloppements de cette affaire
douloureuse pour lo Saint-Pére.
Calui-ci s'etait d&jé déclaré, dans
sa le.tre de decombre, «perple-
xe» devant certainos affirmations
doctrinales contenues dans les
prcjes-rapports acs assemblees
plénidres des évéques hollandats
(la description du but et des ta-
ohes de l'Kglise. présentées com-
mo si la mission de celle-ci ¢-ait
purement terrestre ; la proposi-
tion parfos impérativo de disso-
cla.ion du cdlibat ot du sacermdo-
co étuient on toutes let.res repro
chées aux padres hollandais). «On
nae parle du Papa, s'écriai. triste
ment Paul VI, que pour mintmi-
ser sf charge ot les pouvoirs qui
lui ont 6té confénés par le Christ
lui-méme...>

cionces doctrinales risquent de
conmdiuite A des conséquences dé-
plorables>, ajoutait.le Saint-Pé-
ro. Son attitude ne peut étre
changée aujourd’hui, «dictbe.
comme if l’écrivait, par le haut
sens de eA respo! lité dans
l'application des décrets du Con
cile ». Il avait demandé au con-

AYRES L'ANNONON DE LA

eile pastoral ellen ee
cord: total et sans
I'Higilee untyoreelle sur lee points
contested.» 2) avait insa@ en
termes émouvanta, sinon suppll-
ants, pour que l'on a’en = Llenne
au céllbet des prétres ot avertl
que dans lo cas con.raire, le cler
gS hollandals e’écarterait da 1'E
alive. J Ii avait dit A celui-ci sa
méfl . Avjourd’hal, la répon
métiance oes 4évéques con#itue une
nouvelle décoption.

Certains membres de l’entou-
rage du Pape ne cachent pas
leur désarrol. Ainsi Mgr Faus.o
Vallainc, chef du bureau do pres
sc du Vatican, intervenant « A

com

titre personnel, comme _ simple
-pretre », a déclaré : « Si les ec
Cléacastiques fidéles au — célibat

venaient manifester sur la place
Saint-Picrre, ils ne seraient pas
cent ou mille, mais des centaines
de milliors. Le choix du célibat
demande un sacrifice considéra-
ble chez un jeune homme. Nous
devons maintenir la qualité de
nos prétres. Si j'étais évaque,
jo préférerais ravailler avec
deux nrétres célibataires, plutét
qu'avec dix mariés.>

Maia il est évident que Rome
va devoir dépasser de siinples
réactions ¢«épidermiques>.

La demande l’ép.scopat —hol-
landais n’$mane pas d’un quel-
conque concile pastoral plus ou
moins cousultetif, ofais de l'au-
torté légitime de I’Eglire de Hol
lande. (iu d

Dans un premier temps, _ le
Pape et sea collaborateurs étu-
dieront longuemeas le d¢cument

e leur remettra i: cardinal Al
rink. Il importe en effet de sa-
voir ce que veuiett exactement
les évéques hollananais LH semble
que ceux-ci souhaiteraient pou-
voir s’orienter vers un clergé
qui pourrait étre selon son choix
tantét marié, tantot célibntaire,
les: prétres mariés ayant hien en
tendu recu le sacrem-n: do ma-

: - BS . . = *
DEQIBION DE L’RRISCOPAT HOLLANDAIS HN FAVEUR D'UN CLERGH MARIB

, tage avant velul dg lordry. Dau

avea\' ire part, if apparelt que les évé

ques voudralent conarvor dana
lo macerdoce, sous certulnod von~
ditions, certains oritres qui re
sont mariéa ou qul veulont ae
marier, on les mattant nu servi-
co do Communautés prites A len
accualllir,

Apron cot examon tle In situa-
tion, 11 n’ost pas exclu que, dans
un second tomps, Paal VI, ces-
time opportun de consulter >
acs fréves dans = l’épiscopat. I

peut le faire soit sous forme
denquéte par lettre — Jean
KXIL avait consulté jen évéques

de cette manfdre A tc voille du
concile Vatican “I --- xolt cn con
yoquant un synode. Tuite morli-
fivation de ta discipiina actuelle
entrainerait en effet dc si noni-
breuses répercusst,is qu ‘elle ne
peut @tre entreprise qu’avec le
consentement le plus large de 16
piscopat catholique.

U est probable que Rome va
rocevoir trés vite d’abondantes
réactions pour ou contre la re-
quéte néerlandaise. Certainas
sont déjA parvenues, telle cette-
lettre de prétres des Pays-Bas
qui regrettent rément tolérante ues ¢véques »
a Végard d'un econcile» dont ils
contestent. la reprdsentativité

L'événement est que pour fu
prem.éra fois une Eglia- locale
remet en cause publiquement un
point important de '4 discipline
universelle, ce qui a déja amené
certains & prononcer le mot de
«schisme>.

Nous n’en sommes pa Ia et, en
venant a Rome ,le cardinul Al-
frink entend bien montrer qu'il
reste fiddle & Pierre. Mais Vati-
can If a rappelé que Il’Eguse o-
rientale catholique admel le sa-
cerdose marié. Ne peut-on imuyi
ner que telle ou telle autre Halli
se puisse l’admette & son tour?

«Tout en. conservar’. lunité de

eo occccccccccoccocococccccccoccccoes

LOTERIE DE L’ETAT HAITIEN

Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets
A Gdes 20.00 00 le Billet











ler Gros Lotsa 100.000.00
2é Gros Lot: oe 15.000.00
3@ Gros Lote 10.00.00

3 Lots de G. 3,000, 0Q+seesresecaen a 9.000.00
20 Lots de G. 5.00.00 5,000.00
200 Lots de G. 100.00--- 20.000.00
350 Lots de G. 80.00--- ae eee coe ereceeesecen eee vee 28,000.00
2 Approximatifs du 1 ler + Lot a G. 500.00---+++-++0-++ vee 1.000.00

2 Approximatifs du 26 Lot & G. 250.00: erect ree , 500.00

2 Approximatifs du 3é Lot a G. 200.000 server setenens 400.00
297 Centaines des 3 Gros Lots a 60.00-- brasene seenenees carne nentes 17.820.00
897 Terminaisons des 3 Gros Lots a 50.00--: “ “ 44,850.00
2.100 Terminaisons par Tirage de 7 Boules ‘A 50.00 Fee sennee 105.000.00
1 BOULE DOC DUVALIER:: peveeee sues eeeteeseeaeeeeson 1.000.00

N. .— A partir du tirage du 15 Novembre, votre chance augmente a la Lote-
ric avec cette nouvelle table de lots :

350 lots de G. 80 au lieu de G. 250 de G

30.

297 centaines a G. 60 au Keu de G. 297 A G. 40.

2100 terrainaisons par tirage de 7 boules a G. 50 au lieu de [100 par tirage de

5 boules a G. 40

S.A. FLL C. O.

Un nom dans PEconemie du Pays

S.A. F.C. 0.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant a la
revalorisation de la vie paysanne

S.A FEC. 0.

Des milliers de bras haitiens gagnent chaque jour
la bataille de la production

S.A. FLL C. 0.

Un milliséde sacs de Sisal au service de la Nation Haitienne

S.A. FL €. 0.

Une Industrie Nationale au service de la Nation Haitienne

4c. 0.

4

S.




A hase de



AF.

€ ‘ODE! NE TOL et

: 200 lots de G.. 100 au jeu de G 60

i Ai * via
Toux, Rhumes, Brenchites, Enrevements, Influenza |















Ja fol ot do In atructure. diving.
mont (riatituée de I'Hgllde uiiver
aolla, dit Lumen Gentium (no.
24), con Kgliaes Joulasent d'une
discipiing propre, dune coutume’
Hturgique partleulidre, d’un pa
trimoine théologique et aplrituel
qul leur ost propre... Gctle va-
riété d’Hglisos ocales, conver
geant dans lunité, démontre a-
vec plus évidonce Jn enthclielts
do VEglise {ndivisible..

Jean Bourdarias,
Bernard Nol

UN COMMUNIQUE
DE PRETRES MARIES

Un- groupe de prélres mac's
habitant Ja région paérisonne a

Qpublié un communiqué au terme

de sa dernitre conférence, Ces
praétres « déclarent solidaires
des votes émis par la majorité
des prétres et laics. hollandals...
pour l’abolition de Vobligatiun au
célibat ecclésiastique et la recher
che d’authentiques d’ot doit sur
gir un ministére d'un nouyert
type.

> Ils a’engagent
comme hiér & vivre
de Jésus-Christ,

ails tiennent & préciser que
leur désir unanime n'est pas de
réintégrer purament et simple-
ment le ministére dans sa forme
actuelle... mais de ccatvibuer a
Voeuvre d’évangélisation en fai-
sant naitre de nouvelles commu-
nautés de croyants, la of ils
sont intégrés. »

aujourd'hui
l’Evangile



RENE COLES

LALUE



Le Champion du beau v&te-
ment annonce A ceux qui par-
tent pour Y’Kurope, les USA, ou
le Canada, qu'il est revenn du
Canada et des Etats Unis avec
une technique moderne et sfire,
qu'il est en outre le Seul capable
de confectionner un manteau
d’Hiver qui eoit A la mode dans
les différentes Capitales du mon

a.

Us trouveront également dee
costumes et des pantalons et un
choix judicieux de tissus pour
les élégants préférent la coupé
sur mesure,

Une visite de votre part s’im
pose de toute nécessité, Mes-
efours les Elégants.

Lalue en face de ia Nonclatu
re Apostolique.

é



Nourrissez-vous !
' Nourrissez-vous !

POURQUOI LA GERMALYNE_

DONNE-T-ELLE

DE SI BONS RESULTATS ?
Parce qu'elle est par-sa puis-

_bance alimentaire, un super-ali-

nutrition.

POUR VOS ENFANTS, .
Craignez-yous uelques, faibles

ses ? quelque ’ ‘fatigue anormale ?
Nourrigsez-les_ |...
Donnez-lewr “le, Fégulatenr hes

turel de la nutrition. : .

GERMALYNE. Gr

Pour. jes futures’ mamans,

Nowrrissez-les |...
’ Donnez-leur- Je: ‘igulate
ture}: de- la nutrition +

GERMALYNE

Combatter Tour dépression par
une parfsite nutrition |
Nourrlsses-les. |

“ment régulateur naturel’ de la.

Pour Hallattement, craignes -
“vous ‘une fatigue ? a



mcicales retiré d du marc]

EN ANGLETERRE, IL Est “ACCUSE DE ‘DECLENCHER L'APPANITION DE |.
TUMBEURS CHEZ CERTAINS ANIMAUX |

VENDU BN FRANCE

Aprés plusieurs mois dacen}-
mic, la controverse ongagce dans
te monde enter par les défen-
sours et détracteurs des contra-
ceptifs oraux vient de - trouver
un second souffle. Ii ne se passe
pus un jour suns que des méde-
eins et des hommes pol.tiques
stigmatisent lea, dangers potien-
tiels de Ia cpilules.

Ces déclarations ne semblent
pas avoir (encore?) cu un véri-

table impact dans notre pays.
Des comités d’expert3 se sont
longtemps affrontés +f. au vu

de leurs conclusions, la
u 6t6 mise en vente dans les
pharmacies, sops contré's médi-
cal. Les médecins, bon gré mul
gré, ont df satisfaire leurs clien
les tous en les mettant en gar-
de contre certains incidents pos
sibles (troubles digestifs mi-
neure, surcharge pondérale, mis-
nifestations cutanées, etc.)

Restent les accidents, Parm
ceux-cl deux sont généialement
retenus, par, les spécialistes tracteurs> le risque thrombo-
embolique et le risque cancéri-
gene. C’est en 1961 qu’apparu-
rent les premiers articles spécia-
liaég = relatant des accidents
thrombo-emboliques pendant la
prise de contraceptifs. Depuis.
de numb:eux cas ont été relatés
tant en France qu’i I'é'ranger
1 faut dire g tules mises ‘sur le marché _n’é-
iaient que des produits ¢eforts>.
contenant une quantité impor-
tante d’oestrogénes.

Or le mode d’action des oestro
vestatifs sur les divers facteurs
de la coagulation préte et a pré
te & de nombreuses controver-
«es. En deux mots les hormones
contenues dans la -cpilule> sont
accusées de favoriser les acci-
‘Ients thrombo-emboliques.

Cette accusation devait condui
re les lnboratoires pharmaceuti-



E T

ee

qaes & mettre des produits moins


pus d’oestrogénes & la disposition,
des utilisatrices. La. ¢vogue> de
la «minipilules était lancée, Cha
eun sen félicitait, car ce nou-
veau contraceptif était moins
dangereux et tout aussi effica-
ec. Ainsi en Grande- Bretagne
un comité réputé ppour son sé-
rleux, le comité;Dunlop, publait
derniérement une liste de onze
variétés de pilules «sires» ne ris
quant pas de provoquer des acci
dents thrombo-emboliques, Dix-
neuf autres étaient
condamnées, — | a
SUR DES «BEAGLE>

Mais un fait novveau tout ré
cent risque de rallumer l’Inquié-
tude outre-Manche, ~ En effet,
sur la liste. des conze>- -apparait -
une «min!-pilules ne cortenant
pas d’oestrogines, mais acctiséc,
lle, de favoriser l’apparition de

.umeurs chez une. chienne. cbea- :

yles. Ce produit contenant de
Vacétate de chlormadinone-: est fa
briqué par les laboratoires amé-
ricaina Syntex Inc. Or cette so-
ciété a annoncé lundi que sa pi
Jule a provoqué des cactidents>
chez des animaux (Figaro du 20
Janvier) et que eaprés consulta

tions avec l’Administration fédé _

rale des produits alimentaires
dé de suspendre toute étude cli-
aque sur des volontaires.

cl pharmaceutiques» elle a aéci

Reppelons A ce sujet que cette
amini-pilule> est en vente
pufs un certain temps déja en
France, en Grande-Bretague et
au Mexique. Nous avons deman-
dé aux responsables du labora-
tote francais, chargé de la dif-
fusion de la pilule a Tacétate
de chlormadinone, ce quwils pen-
salient de la décision américaine.

Ils nous ont tout d’abord rap
pelé que le produit a satisfait,
en France, aux différentes étu-

Banque Nationale
de la République d’Hai
Banque de |’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant

un compte de Chéques







4 la Banque Nationale

de--

“A

a
des toxicologiques exigées par
le ministére de la santé et qu’it

‘a obtenu son visa. Les responsa
bles nout ont, d’autre part, assu

ré qu’ils sont ‘convaincus de esa
parfaite inocuité chez la fem-
me.

«Les travaux en cours, nous
ont-jly déclaré d’autre part, ont
révélé une tolérance parfaite du
produit incriminé aprés vingt et

les

Exige
Hae Royale

stabilisée

| Crames de jour et de nut:

Créme masque.
Ba hydratante.
Toniques et Lotions.

‘Creme démagiiillante.

‘Tait de Béauté.
Savon. ’ Ae
Dentagl 2.
Briltantines.

Creme 37 pour te beauté des mains.

sous licence



spécialités
cosmétiques:

un mols d'administration conti-
nue chez fa guenon. >» En revan
che, les expérimentations meénées
sur des chiennes «beagles . ont
montré une- “apparition : de tamé-
factions mainmaires.

Les responsables du laboratoi
re estiment cependdnt, & juste ti
tre, quill faut se garder de tou-
te extrapolation h&tive.

Patrick MAGD.

r







ih

RY!



Produits mis au point
par le biologists B.-de Balivefer

‘Un produit licence va ence APISERUM B. de Belvefer 4 base

de G

se Royale stabilisée offre” les

garanties de qualité

et d’fficacité qui depuis dix ans font la réputation mondiale

de fa

narque.

Latiorotoiret SANTA - 2, evene du 11 Novembre, COURBEVOIE



Joseph: C.
+» Distributeurs.





Valmé et Co.



Auto et Mécanique S. A.
Rue du Peuple 178

Distributeurs exclusifs pour Haiti des Camions,
Camionnettes et Voitures Bellett de la célébre firme























Japonaise :
































CINE ELDORADO

Dimanche 25 Janvier
& 6 hres, 7 heen, et BV heures
La Direction de catta. Salle .
présunte
HOMERE

Paul Newman s'est nsaocld au
Vieux rouller de lécran quest
Urédérla March pour vouw pro -
sonler oa chef-l'oouvre.

‘allleura avec Martin Ritt
comme réalisateur nous noe pour-
rion noua attendre A mieux.

John Ruasel dit HOMBRE, est
un blanc qui a tout d'un Indien-
Apacha: Ruse, audace, cournge.

Elové chez ces derniers, {I re-
colt on héritage un peti hdte!
qu'il vend pour partir.

Mépriaé par sos fréres blanca
qui le classe: Peau Rouge, i] eau
ra grfico A léducation recue chez
ces Indiena, gagnor non seule -
ment leuc respect, mals auasi
leur admiration.

HOMBRE

Un film anti - ractste qui nous
montre Paul Newman dans un
de ses meilleurs réles.

HOMBRE

Un fracassant western

vomme les autres.
HOMBRE

La Superproduction que Eldo
rado propose A sea aimablies
Clients le Dimanche 25 Janvier
1970.

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

pag

* xxx

De Luxe Auto Ciné

Dimanche 25 Janvier

4 7 heures et 9 heures
MON HUMME

Avec Sydney POITIER.

L’ange pur et radieux de 1’n-
tégration, Sydney POITIER,
jJouera le Noir et gagnera les
cours au DE LUXE AUTO CI-
NE en gravissant les cimes du
suceés dans:

MON HOMME
qui marque le dernier degré de
JYescalade vers sa double aureole
a'acteur et de symbole.

Aprés l’upothéose des «Oscars>
de l'année 1968, Sydney POI-
TIWR édifie sa prodimeuse car-
riére sur un choix : Interpréter
des réles de Noirs qui s’ mposent
par leur supériorité morale; «te
suis venu au cinéma faire ou -
vlier 60 ang de roles humiliants
ou jes Noirs avaient di se conten
ter d’incarner des chauffeurs en
ivrée, des servantes effarées, des
tres serviles et laches. Tant que
je représentera, a l’écran, la col
lectivité nofre, je ne jouerai ja-
mais rien qui puisse faire honte
a un Notr ou encourager les pré
jJugés odieux des Blancs. Je sou-
halte que les Ncirg prennent plai
sir & savourer la revanche d’un
destin supérieur dont la vie ne
leur Inissnit que des frustra -
tlons,»

Cette énergique déclaration de
Sydney POITIER A la presse
Francalse se cristallisera au DE
LUXE AUTO CINE le dimanche
2b Janvier 1970 & 7 et 9 heures
pyee In chaleureuse production:

«MON HOMME»
Fnirée $ 0.60 unr persenne

“K XK

CAPITOL

Diinanche 26 Janvier

a 6 hres, 7 hres et 9 hres
Pierre Braunberger,

Buchholz, Marléne Jobert

Horst

L'ASTRAGALE
Un film de Guy GASARIL
On se demande souvent ce que
xienifia ce mot: L’ASTRAGALE
eat un petit os du pled.
La fracture de ce petit o« }m-



mobilisera Albertine SARRAZIN
au pied du! mur qu’elle vient de
Jianchir pour s'évader de prison.

Un passant v-endra la ramas-
ger et Vaider A B’enfuir.

Ce passant sera l’homme de sa
Vie.

L'ASTRAGALE c'est te titre
du grand succés de librairie d’Al
bertine SARRAZIN

L'ASTRAGALE, c’est un
grand film interprété par Marlé-
ne JOBERT et mis en scene par
Tierre BRAUNBERGER

L'ASTRAGALE, c’est le plus
bel hymne d’amour qu/ait jamais



SAMEDI 84 ET DIMANCHE 25 FANVIER 1970

x

AU REX THEATRE

Lo Rex-Théatro présente
Dimancha 26 Janvier 1070
46 HW. 7 H. at 0 HL .
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
(Technicolor
Avoc David BAYLEY — Geor
ges RIGAUD — Agatha FLORI.
Un cocktall ennivrant de ba-
garres ot de violence... Uno for-
co do frappo explosive en face
Wuno. éprouve de forces convul-
alves... Un WESTERN d'un ton
nus nouveau...
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
L'histoire irrésistible de sept
hommes aux volontés — tenaces,
aux poings serrés, composant
une mosalqu* fascinante dg sept
bras forts... Sept barres d’airain
dressées contre des bandits de
haute stature, des voleurs d’en-
vorgure..,
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
Les sept dccossais preaseront
les détonnateurs de 1’explosion
en falsant vivre aux spectateurs
les minutes les plus déchirantes
d‘émotion fortes et douce.
Entrée Gdos 2.50 et 4.00
xxx

Drive in Ciné

Robert WOODS nous revienc
cette fois dans CINQ MILLE
VOLLARS SUR L’AS, Un wes-
tern .talien ayant droit de citer.

L'empereur européen de la mi-
te en scene des bons western BALCAZAR nous présente un
Robert WOODS vagabond, mais
maniant avec dextérité son revol-
ver

Nous verrons cet acteur, heu -
,eux au jeu et ayssi en amour,
tantét généreux, tantét traqué,
mals ayant toujours plus d'un
teur dans son sac pour triompher
des embfiches que lui tendent ses

ennemis.

La ravissante Maria SABALT
lui ‘apporte le concours de sa
beauté
CINQ MILLE DOLLARS SUR
L’AS: Le western aux 3.000 mé.-
gatonnes.

CINQ MILLE DOLLARS S5UR
L'AS: Le western ot le pistolet
délivre avec plaisir ics tickets
pour lerfer.

CINQ MILLE DOLLARS SUR
L'AS: L’explosif western que le
DRIVE IN propose & ses aima-
bles clients les Dimanche 25 et
Mercredi 28 Janvier 1970.

uxxX
A MAGIC CINE
Dimanche & 3 h. 6 h. 7 h. et 9 h.
UN HOMME TRAQUE
4 MAN ALONE
Technicolor

avec: Ray MILLAND, Mary
MURPHY, Ward BOND, Ray -
mond BLURR. Arthur SPACE.
ee Van CLEEF, Alan HALE,
Donglas SPENCER. Thomas H.
HENRY, Grandon RHODES etc.

Ce film qu{ s’ouvre var la vi-
sion dea restes d’une diligence at
taquée et risque de se termincr
par une scéne de Iynchage se dé-
ranle dans le cadre d'une netite
ville américaing a 1’époque héroi-
que est un weatern qui suit Ja tra

chanté une femme déchirée dans
son Cocur et embrasée dang ga
Chair.

' LIASTRAGALE — eat In plus-
passionnée e¢ la plus passionnan
Le des Histoires d’amour.

Vous y verrez Marltne JO -
BERT Vinterpréte du Film, dé -
vorée par une passion fulgurante
qui lui fault perdre la ra‘son et

uui transperce ses entrailles d’u-
ne ardeur dévorante, inépuisable,
snextinguible.

Elie continue & boitiller, &
kuutiller, & béqu-ller, mais qu’im
porte, elle aime.

Albertine SARRAZIN est mor
te & 80 ang, tréa jeune, maia elle
a vécu assez pour terminer 8a
.carriére de détenue dans une apo
théose de prix littéroires.

“LASTRAGALE est un
Sommeta du Festival 1970
Film Frangafa.

Entrée Gdea 2:50 et 4.00

des
du



’ DANS NOS SALLES DESPECTACLES-

ana d'un grand drame, Low porson
nagea gont étudida on profon -
deur, La’ séquence do la premiere
purtle ost hallucinante el nous
montre dea cadavrea dont celul
duno onfan. do Ja diligence, Loa
aries tucnt: et stuent des ; igna,
cents. Pourquol ce crime atroce?
aiay Milland, campe avec beau -
coup d’autorité un homme en ful
t aula tué, pour ne pas otre
tué. I) lutte contre une bande de
hors Ia loi aul Vaccuse d'un mour
tre qu'il n’a pas commis. [1 méne-
ra uno lutte sang mere! jusqu'aA
démasquer~ Jes vra.a coupables.
Le jou de Ray MILLAND est sur
prenant dans Je 1éle dun homme
désabuadé, mais fuciloment con -
cuis par la pureté et la sincérité
d'uno jeune fille.
C'est un film a volr.
3 hres : Gdos 1.60 et 2.60
§& hres, 7 hres tt #-houres

Gdes 2.00 et 3.00 â„¢~








xx

AU PARAMOUNT

PARAMOUNT présente
Dimanche 25 Janvier
4 5 hres, 7 hres et 9 hres P. M.
Une grande production enré-
bee d’une pathetiquc histoire d’a

x

Rue Bonne Foi No. 104
P.O. Box 902
Port-au-Prince, Haiti
Phone 20088

Art Lover’s Studie

And Gallery

Rue des Miracles No. 76

P.O. Box 962
Port-au-Prince, Halti
Phone 20040

voir de Desprez, eneaigne indi-
quant la routa complétement a-
mén.

Vue panoramique
Halti dominant le
Prince — Bar & Ja disposition

. oo. _ des
Sont et demeurent les 3
minations of Jl’art haiti

dans toute sa beauté, dans toute son originalité
et dans toute son objectivité dans des peintu-
res d’artistes de chez nous.

Tout visiteur qu’il soit

La Banque

AV

GRAND LUXE MODELE 1970
Etablissement,

Sur demande de nombreux clien
tion sont reportées comme suit:

vier 1970.
2.- Ou bien un Solde Minimum

&- Ou un

sans bourse délier.
Continuez done, Chers Clients

offerte gracleusement en prime.

VIENS, DAGOBERT. JE VOU-
DRAIS QUE-TU INSTALLES
LES'MOUSTIQUAI-
"RES AUX FENE-J&

RES... oP

Les 3 Gallery’s
Recommandes
Nader’s Art Gallery

Gallery Gng Hill Side

Desprez No. 4
P.O. Box 858
Port-au-Prince, Halti
Phone 65-2711 :
Situé dans les Parages du Réser.

ne peut que gagner & y passer quelques instants.

BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN.

mour! oo
PASEEPORT DIPLOMATIQUE
: ‘AGENT K .

é 8 i a
Avoo Roger Hanin ot Christla

no Minagoll.
Un f.lm d’osplonange éiminom-.

MonpiaMiculé sur unsiintrigge d
plomatique et. un. jouw
Ja syndicat du pétrolo, le service
qo renacignement des Républi -
ques démocratiques-. de. I’Hst ot
YOrganisation de. !'OTAN!]
PASSEPORT DIPLOMATIQUE
C'est histoire pathétiquo de

la fille dun ambassadeur prise.

fu. plago..par.le Service.des ren-
Bolgnemcnts ot Ices agents de

V'Est, qui, pourine pas briser le.
carriére de son. pére, est. contraln.

le de devenjr un ‘agent double an
risque de sa vie!

C'est auss| Vhistoire d’un a -
mour, celul de deux agents se -
crets!

PASSEPORT DIPLOMATIQUE

Une atmosphére bouillante d'in
quiétude, une mise en acéne ri -
che an surprise, une production
pesante, une oeuvre dépouiliée
magn‘fiquement interprétée par
Roger HANIN et Christiane MI-
AZOLL
Un film qui accroche l'intérét,
crée l'émotion et alimente le sus-
nse,

unique en
ut Port-au-

_admirateurs de PArt, ‘,

Centres. et les 3 déno-
en est mis en relief

étranger ou haitien

Populaire

Colombo - Haitienne

Id

La Banque Populaire Colombo Hajitienne, heyrense d’odfrir
comme de coutume, la Prime Annuelle tant attendue, & ses dé-
posants en Compte d’Epergne, invite ses clients, et, le public en
général, A venir admirer le Magnifique
exposée dang le hall de son

ts, les conditions de participa-

1.- Maintenir en Compte d’Epargne un Solde Minimum de
CENT DOLLARS ($100.00) du 15 Septembre 1969 au 81 an-

de-DEUXK CENTS DOLLARS

($200.00) du ler Octobre 1969 au 8h Janvier 1970.
Solde Minimum de
($300.00) du 15 Décembre 1969 au &1 Janvier 1970. '

Préparez, dés aujourd’hui votre Avenir - en devenant, vous
aussi posseaseur de ce Superbe Cadesu, ln 81 JANVIER 1970,

TROIS CENTS DOLLARS

‘
t

et, Amis, & faire fructifier vos

6conomiea A Votre Banque Pepulaing,, tout en ayant la chance’
de gagner cette Magnifique Voituze.,. gui vous eat

{ t















entra...































=




. ee ae eee Sia aed

a



=> FE 1 O- 1 O-D 1 EHD




ot ce th see ak eS

a




=







a

ba





'

wy

‘ag
es

até

SOC
TELEPHONE : 3294
17 BORON 11

~~



/

Le plus grand

Pour toutes

les circonstances:

anniversaires,
mes, mariages. |

ead that eae tee



N944othdade needa

DUCO |
a PAge de l’ Espace

Pour étre adaptée a
Pepoque des satellites et
des fusées, votre voiture

doit

étre resplendissante.

Elle le sera quand vous
Paurez passée au VRAI
DUGO, ie DUCO
authentique garanti

par la signature

Dupont de Nemours |
le seul VRAI DUCO ©





voitures est en vente
ala

i
“eB

UTOMOBILES.

a



oe woe DE eee SY ed oo 1406760 1 Cre

0. §




2)
















or

assortiement -d’argenterie 5
Christoflé |

Couverts, ménageres,

timbales, couverts,
pour bébé, etce.. $

4 B: yas la solution. Il y aura. des sec






TR RIT Ses

















* esf-il le meilleur pour: vous?



DIMANCHE 25

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Elatorez des plans qui
prendront lundi,Jeur touche fina-
Je, Résistez A Ja précipitation,

L, Exercez votre patience, votre ré-

lexion, quofque que votre pro-
21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Vénus.atigsule vos dons

thes touchg.. nets
et finale 1A 08, vqus, le Doo
Gardez vatre temps, peur Ie plai
ur et le rire, Montrez votre. ton
esprit.

22. MAI AU 21 JUIN (GE -
MIEAUX): Restez saul ne sera
leurs od l'association s’impeosera,

, des projets en collaboration, &
_ tous les niveaux.

22 JUIN AU 23 SUILLET
(CANCER): Les influences ac -
tuelles de la Lune indiquent cer-
- tains obs es, pas ingurmonta-

_bles, mals ugenx si vous man-
"quiaz da sens. de l’humour. Con-
{rolex votre capactére ef voz réac

ons.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Des devoirs pressants?
Reapirez un peu. Retroyver vos
forces perdues, réveitlez des idées
endormiés, insufflez de nonvelles
activités.en cette journée. Veil -
lez anx fausses interprétations.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE: (VIERGE): Vous devez é-
tre tréa optimiste .Amé).orez le
moral de- votre voisin et vous
vous donnerez en méme tempa 16
lan dont vous ayes besoin. .

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
*TOBRE. (BALANCE): Journée
sortant de l’ordinaire si vous ac-
ceptez certaines propositions. Ser
vez - vous bien de votre bon sens
et écartez toutes suggestions dé
raisonnables. :

24 OCTOBRE AU 22,NOVEM
BRE (SCORPION): écoutez
pas lea pess‘mistes ni n’ayez de
motifa de regret comme’ vous en

xx

5 . le aa Lo i . ,
ff Airgas elas, mpm our de sie anions
, Sonreduotion telals ov porticlic
,, Proprisig. Ang, Fedbunee Syn

«LE NOUVELLSTE,) :








108 que vos

\rédserve.

°

JANVIER 1970

Berez tenté. Vos forces résident
dans votre puissance intérieure
et dans votre comportement au
cours de circonstances difficiles.

:

23 NOVEMBRE AU 21 DE -’
CEMBRE (SAGITTAIRE): Mé-
riter des récompenses vaut beau-
coup mieux parfois que de sm -
plement les emporter. La récom :
pense sera dans Je travail, l'aven
ture .Elaborez avec s0-n yor pro
Jeta pour la prochaine semaine.

_22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Les In-
fluences de Saturne - sont parni
les rares favorables. Exnaminez
les efforts de Ia aematne parade
qaf vous aideront A concevoir voa
projets futurs. Evitez les conclu-
sions hatives, les bruits qui cou-
rent. we

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Votre
jJournee sera satisfajsante. Lan-
cez deg idéey nouvelles, réveillez
Tes enthousfasmed. Une activité
nouvelle et diverse est indiquée.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): La position de Vé
nus vous met en garde contre la
négligence dans les finances, I’ing
tabilté dans l’éparpillement de
vos forces. Regardez en vous -
méme: les réponses aux ques -
tfons que vous. avez posées aux
autres sont sang doute en vous.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI: Vous ates intelligent et
volontaire. Vous avez un sens
agréable de I’humour et la no-
tion plus précise encore de ce qui
doit &tre fait, la décision de cons
tater que le travail est véritable
ment executé, complétement et
parfa‘tement. Vous vous faites .
des amis dans tous les milieux
mais préférez ceux qui ont un
idéal élevé et de fortes conviec -
tions. Beaucoup d’auteurs drama-
tiques, de tragédiens, d'écrivains
classiques ont été des natits du
Verseau. :
Naisgance de Somerset Man -
gham, romancier britannique.

xx

LUNDI 96 JANVIER 1970

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): N'attendez pas la dernia
re minute pour remplir vos de--

voirs, vos c«impératifs». (Evitez’

les extrémes. Attention aussi aux
plans douteux présentes sous un
séduisant aspect.

21 AVRIL AU 21 MAL (TAU
REAU): Des situations excep -
tionnelles demanderont des per -
formances de premier ordre, Une
rapide évolution des circonstan-
cea ne doit pas vous empécher
@'aller droit vers vos buts. Evi-
tez Vimpulsivité.

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): N’attendez pas trop,
des autres ni de vous - méames.
Aiguisez votre bonne humeur ot
vous affronteruz toutes les s:tua-
Lions. Vous &tes rapide et ardent.
Servez - vous bien de ces dons.

22 IY Uo 23° JUILLET,
(CANCER) Quoi qu’attendent ge

de voua.cetx dont vous &tes obli
gé, voys-pouvez les satisfaire a-
vec honneur. Vous voys appro -
chez de certains de vas buts les
plus 3,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Tendance & l'émotion.
Veillegi- y. Vous et votre entou-

+ rage énvisagerez Ia situation en
dehorg, ce ta réalité. Prudence
dans Westimation des valeurs.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE ‘€VIERGE): 00 vous faudra.
votreipatience et votre maltrise
natunqlle pour dominer de désa-
gréables situations. Mais c’esl en

_ votre: pouvoir, incontestablement.

2
| 24,SERTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE; (BALANCE): — Evitez
un fac découxagemens: et:

& des object*fs méritant votre ef
foxt. Conservez vivant tout votre
enghousizsme.

24 UCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCURPION): Pesez ae vo
tra poids 14 of il peut-étre utile.
Reenerchez les solutions. simples
de, vos problémes. Prenez conseil
des sages; n'atetnder pas de ren

des barriéres sur votre

(SAGITTAIRE): Bel.
niioape Allez’ de Vavant.
ic rmes~"vous, disctitez intelli -.
+ gemmyent,. explotez

aul yous intérgasé. Ne yous arra-
veg pad en cliemin,
22 “DEOE:

B(CAPRICORNE) : . Evitez
Rig regrét des erreurs




“7





Faigsur’Tambianc’ ;
Journéé>” Avance’ avec décision
niafs aussi légérement et diploma
tiguement.

9t JANVIER. AU 19
VRIER (VERSEAU):
ate de votre route. Votre

FE- .
Soyez

Feat

-. yous. examiner. Js



airs yi
ai i

ad





attitude hésitante. Restez fidéle

tout projet -





les discussions, ne vous embal-

lez pas.

2¢ FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Vous rencontre -
rez peut - &tre une situation dif-
ficile mats, bien domines, — elle
peut vous condulre ullérieure -
ment A de bons résultata. Les a-
vantages viennent souvent d’ori-
gines inattendues.

SU VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI: Vous ates suuveut bril -
Jant, jamais terne ou lassé. Vous
voyez trop de sujets passionnants
Dour vous ennuyer. Vous comme.
eerez peut - &tre tardivement voa
réalisationa et néanmoins los mé-
nerez A bien dans Ie tempa cui
vous est Imparti. Cultivez sans
cesse: cherchez toujours un atyle,
des méthodes meilleures. Si vous
employez de bonnes techniques et
ates persévérant, vous atteindrez
tea sommets. Vous aimez voya -
fer. Vous &tes courageux, mame
contre l’adversité. Vous défendez.
vos principes. Ecartez le souci.



LA CREME
STILLMAN’S .

POUR LES TACHES



.- én seulement 4 semaines {
METHODE SURE ET SAN8 DANGER
Plus de 75 millions de Pots

_- . ontelevendue — :
_ dans.le monde entier

-23 SCART DE BRAUTE des millers \
‘dis fenteove dane toutes lea parties du Monde |

” snéméq, quand’ Jee’ parties sombres diapar.
aitront peu = peu pour faire, place upe -
peau tellement plus clire et plus limplde,::'

DOSES

*. "Texeellent Savon Stillman’s a

Essayes sysai le Savon Stillman’s! Ce savon,
doux et delicatement parfumé nettole et
aseouplit [a pea. Il eet ideal pour enlever
da\Creme Stillman'’s... e¢ est aussi un
* Bayon’ de Beauté rafraichissant pour Ia
famille entiere!

: Ea vente dang tous. les
don gasing et, pharmacies
















NULLETIN HAQDAD (AFP)

Troy nouvelles condamnatlona
A nort ont 44 prononoéca co ma

ain per je Tribunal Spécial,

Les Gla condamnes ont &é
execubés co matin ALO8 bh. 00) lo
cale (0200 GMT)

x
NOUVELLES
iN LRAOK
HAGDAD (AFP)

Un militaire o. deux civila,
ont até oxécutéen A Vaube ce
matin, annonce Radlo- Bagdad.

lan doux civils ont &é pendus
et le milf.atrea, passé par les ar
mes, a préviné ta Radio.

XM KR
BAGDAD.—

Les deux civils et le militaire
dont Vexécution a été annonoée
par Radto-Bagdad, avaient été
condamnés a mort par le Tribu-
nal Spécial constitué mercredi
pour juger lea au-eurs du com-
plot ddjoué

Ce sont Le Général de Bri
gade Mohamed Faraj Jassem,
Abdel Ghant Raoud Chendala,
Mahdi Hussein Abbas El Khafa-
i

Coa exécutions portent A 44 le
nombre desk personnes exécuses
depuls In découverte du récent
complot lo 20 Janvier.

rx
EXECUTIONS

Anniversaire

C’est avec un réel plaisir que
hous saluons aujourd’hui 24 Jan
vier I'nnniversaire de naissance
le M. Maxan MERAN; Proprié-
‘nire de la Cordonnerie «SOU-
VENIN SHOP» of.uce a la Rue
ju Champ de Mars. .

En cette heureuse occasion
nous prmsehtons nos sincéres
-ompliments & ce rude travail-
leur et nos voeux de robuste san-
Lc.

Avis Matrimonial

Je soussigné Jean Francois
Chéry, chauffeur mécanicien
propriétaire, demeurant et do-
micilié a Port-au-Prince, identi-
ié au No. 23258 - AA, déclare
1u Commerce et au public en
yarticulier, tant a la Capitale
Ue surtout A Pilate n’‘étre
“lus responsable des actes et ac
jons de mon épouse née: Thervé
ia Casimir, pour injure grave
t abandon du toit marital, la
wrésente publication est faite en
ittendant Divorce.

?-au-Pce, le 24 Janvier 1970.
jean Francois CHERY





Avis de Divorce

A la date du premier Juillet
969, le Tribunal Civil de Port-
u-Prince a rendu en ses attribu
iong civiles et de divorce un ju-
rement pronongant la dissolution
lu omaringe existant entre les
poux LIFPAITE JEAN - FRAN-
“OIS, Jn fomme née EDNA, LA-
“ORTUNE.

A la diligence de l'épouse de-
nanderesse, les formalitéa léga-
on préalablement remplies, 1'Of-
irier de VEtat Civil de ia Ca-
uitale Section Nord, Me. Augus

in Reng Salgado, a trenserit le _

i Janvier 1070, le dispositif du
ht) jugtment sur les registres
fe [tat Civil & ce destiné, pour

produire son plein et enter et
“Ffet

Afin que nul n’en prétexte
nuno d‘ipnorance, Ie présent a-
vig est publig aux fing de droit.
ouuaPee, je 24 Janvier 1970.
oneph Auguste ,avocat.
vt hanvier 1070.

Biographies de
rsonmalirés

par ruse ou
leurs paastons.
dans In plupart dow I-
vres da Mare Blancpain, Vinfluen
ee do.la guorre, torrain d’Hec
don pour [affron-cptent du mal
et du bien. L’auteur ost un con-
teur né, qui sait brosser de® hie-
lolles OO Be MATIANI avec art le
Pittoresque et le vrai.

Officior de la Légion d’Hon-
neur, commandcur des Palmes
Académiques, il est membre de
l'Académie Stantales, de l'Acadé
mie des Sciences d’Outro-mer,
mombre du Conseil supérieur des
Frangais a l'étranger, membre
du Conseil d’administration de
la «Mission laique francaise et
membre du Haut Comité pour la
défense ct l’expansion de la lan
gue francaise.

. xxx
BIBLIOGRAPHIE

«Le solitatres,, roman, Paris,
Flammarion, 1945. «Contes de Ia
lampo A graisse>, Paris, Fiam-
marion, 1945. «Catherines, ro-
man, Paris, 1946. «Les belles a-
‘mourss, Paris, Flammarion, 1948.
Paria 1948, «La maison du Bon
Diews, fables et récits. Paris
Mercure de France, 1949. «Les
fiancéa d’Olomouc», nouvelles, Pa
ris, Flammarion, 1950. «Le carre
four de Ia désolation», roman,
Paris, Flammarion, 1951. «Ces de
moiselles de Flanfolie», roman,
Paris, Denoel 1956, «La femme
d’Arnaud vient de mourir», ro
man, Paris, Denoel, 1958. (Livre
de Poche, 1963).

xxx

«France et Francais d’ailleurs>
(Coll. Voici la France 4), Paris,
Fayard, 1959. coeurs sensibles>, romans, Paris,
Denoel, 1960. «Les peupliers de
prétentaines, Paris, Denoel, 1961
«Vincennes-Neuilly» (Chroniques
de Ja peur), ‘Paris Denoel, 1963.
«Grandes heures d’un village de
la frontiéres, Paris, Perrin, 1964.
«Les truffes du voyage», roman,
Paris, Denoel, 1965. «Aujour-
@hui, PAmérique latines, Paris,
Berger-Levrault, 1966. :



FONCTIONNAIRES
PERUVIENS IMPLIQUES
LA PAZ (AFP)

Des Fonctionnaires du Min!s-
tere Bolivien de Vintérieur son:
impliqués dang un réseau de la
C. 1. A., découvert ces jours der
niers a fa ‘Paz, a annoncé vendre
di le Ministre Bolivien de l’inté
rieur, Ile Colonel Juan Ayoroa.

Le Ministre a: précisé que ces
complicités avaient éé établics
A la suite de la découverte d’un
Central d’Ecoutes Téléphoniques
des services secrels américains
dans le Centre de la Paz. Ce Cen
tral, a-t-i! précisé, avait été ins
talé parla C. 1, A. au temps de
la Guerrilla (1967), et il n’est
plus utilisé depuis un an, Le Mi
nistre Wa pas dévoilé lidenlité
deg fonctionnaires impliqués dans
cette affaire.



Messe de prise de
Deuil

Une messe sera chantée le
mardi 27 Janvier & 6 h. 30 a.m.
a St. Louis de Turgeau pour le
repos de l'ame d’Alphonse As-
tier,

Les parents et amis sont cor-
dialement invités.

GRAND HOTEL

OLOFFSON

Grand Hétel

Oloffson

Présente son spectacle d’hiver
avec une troupe des meilleurs
artistes haitiens :
chanteure et danaeurs

Su, chorégraphie

et direction

artistique de deax grands Maitres
Un spectacle & la maniére
du Grand Hate) Oloffaon.

Entrée $2 ou Diner et Show $5

Spectacle chaque

KKKKWKK WKN KKM:



lundi soir.



— AU CAPITOL

A partir du Dimanche 25 Janvier 1970
a5 Hres,7 Hres et 9 Hres

Le 3éme film

du Festival. oe

Avec : Pterre Braunberges et Marlene Jobert. -
Entrée Gdes 2.50 et 4.00









présente én éxolusivité





sete

Jes marques wiivantes, 4

réputees dans toutes.

Jes Capitales ‘ .q’Burope et d’Amérique _

~ Croisade en faveur de Jacme

(Suite)

.

discours pleiu d’& propos ct émall mialeon, to visage illuminé par un
16 dy toutes les grandes réalisa- souriro d’amour, do bonté et do

tions du Préwident A Vie do la Ré

publique, Dr. Francois DUVA-
LIER o de ses projets en ocourd
pour une Halt toujours plus pros
pare. Dans les projeta du gouver
nomont leg villes. da province ne
sont pas oubliées. EX le Minis-
. tre Jean-Pierre parle de la visite
hebdomadaire du M/S SUN
WARD ou CAP-HAITIEN pour
le relévement de Ja. métropo-
le du Nord. Jaomel fait au-
Jourd’hui Vobjet d'une croisade.
La volonté est 14, son relévement
es. assure,

Nous qui.tons I'Hétel Craft
a destination de Carrefour-Ray-.
mond ou Raymond Les Bains. En
travergant ta ville, Je penx a pw
“ne m'y reconnattre. La ville ou
s’écoulkh mon enfance A triste-
ment. changé, Les rues et les mai
sons ont perdu & mes veux de
leury propor-ions, La ville de mon
enfance porte maintonant un
‘manteau déchiré, rapiéed. Ici le
temps a fait son oeuvre, lA les
fléaux leurs ravages. Jacmel me
sours, tristement sous un soloil
tiede bien que haut mais clair et
beau.

O temps! tu os -Dieu.

Les chosent passent, nous pas-
sons,

Tu jestes l'image de ¢!’immo
bile éternité».

Tw es le plus fort.

Tes dents tout dévoren.!

Comme nous traversona la
Rue de |’Eglise. St, Jacques et
Saint Philippe mes yeux cher.
chent la maison ot vécut Simon
Bolivar quand il vint chercher
du secours en Haiti.

C'est 1A que celui qui devait
devenir Je Libertador nourrit le
projet de son retour offensif an
Venézuéla.

Il devait réussir grace a l’es-
prit généreux épris de liberté du
Président Alexandre Pétion, Pré
curseur- du Panaméricanisme.

Le Bus longe les rues 4.roites
qui furent larges A mes yeux d’en
fant. Les maisons qui durant
mon enfance étaient grandes, im
posantes, sont maintenant des bi
coques. Comme le bus-passe de-
vant la maison da Mme Bernard
Poux, ot il y avait toujours plus
d’amour, de bonté et de charié
qu’a l’Eglise, je eherche “ cette
Dame portant un deuil dernel,
assisa a lune des entrées de la

AU FIL DES JOURS
(Suite)
vée ce ‘matin pour le week-enl
avec son frére André.
xXx
..Notre charmante Consceur
Yvonne Hakime Rimpel est par-
tie ce matin par . la Caravelle
d’AIR FRANCE, Elle y est allée
assister sa sceur Marie Hakime
partie le jour suivant pour rai-
son de santé.
ee ow

DIVERS

Tl y aurait ui rectifier dans
Varticle intitulé Croisade en fa-
veur de Jacmel: C’est le vou de
nous tous de voir M. Herrera ve-

nir en Haiti pour se rendre
compte des grandes possibilités
de Jacmet. :

Le Photographe . Lionel Do-
mond rejoint la délégation sur
In route de Carrefour avec Jes
films qu'il a été acheter.

On traverse aussi des champs
de millet préts pour la récolte.

M. Raymond prend la direc-
tion de /’centertainments ou de
In distraction avec des histoires
dréles qui frélent la paillerdise.

Sa voix atteint toutes les
oreilles... Le Pére Ledu ne s’en
montre pas le moins du monde
scandalisé.

La voix de Lebert n’atteint
que cing ou six personnes... Les
chauffeurs qui reviennont de
Jaemel disént A Maurice Pierre
A quoi il doit s‘attendre.

xxx

...La Galerie Georges NADER,
née Pygmée & I‘époque ‘ot Geor-
ges étalt encore Gérant des
Grands Magasins La Belle Créo-
le, eat maintenany I‘une des plus
intéressarite¢ entreprises commer
ciales d’Haiti, ~

Cette entreprisa est aujour-
d’bui, une grande corporation com
prennant non seulement la Gale-
rie NADER, de -la Rue Bonne -
Fol mais encore The Art Lovers’
Gallery de Ia Rue des Miracles
dirigée par notre.ami Pierre Mo.
nosiet et Hillside Gallery dont te
Directeur est Geo Gonzales.

:€es trois Galleries réunissent
les oeuvres de 90% de nos artis
tes peintres. ‘

Aussi, sont-elles trés fréquen-
téas par jes touristes et les ‘mar
chands d‘Art en visite en Haiti

xxx
..Le Centre d'As:, Bergeau de
la peintyre. haitienne, “ organise
lundi sx’ 145e° Exposition. ave:
leg oeuvres récentes de Georges
Ligutaud et yne Vision” de la
Jungle de Jasmin Joseph

Le vernissage aura Heu lundi
26, Janvier de 5 heures A 7 heu-
res du pair... Lo

ro > ap ¢ x
.Lea industriels frangais Andyé
Lebay «. Danielle «Elizabeth>
Fenwick sont rentrés 4 Port-au
Prince ‘hier aprés midi venant
des Etats-Unis. Nia son. les nro

priétaires de ta FENWIOK INC, $

maiaon de confection de chemises
et! «Blue! Jeans» ‘pour J’exporta-

ion. re 2 z a

- zxz .

i... Dr Virginia Scovill, Profes
sévr de Psycholot
té. d’Indiana. & | "
iel_ au cours de la semaine.

‘Cette charmante dayne eat des

congue, pu, Grand, Hota, Oloffeon









@ VUniversi-. gm

charité. Eile semblai: s'intéres-
ser A sa belanco, mais ce. n’étalt
qu'une excuse pour faire la chari
té, Jo. mo demande sl olle n’avalt
pas pria tla balance avec won
fléau pour un symbole ; Vidée de
Justice vient avee l’injustica qui
sombe d’un fiéau_du sort ou dex
hommes.
Mme Sernani Pox, née, Gousse,
accablée de souffrances par la
perte de son mari, de son fils ai
né écrasé sous les roues d'une
voiture, et vrois autres de ses
Qnfants atteints des infirmi.és
qui viennent avec la thypoide,
montrafc le visage du courage,
de la résignation, Et mieux _enco
re de la, bonté et de la charité.
Je ne connaissais pas encore la va
leur de ces vervus, mais je subis
sais leur magie en la personne
da cette femme, Le sort s’est a-

charné contre cet.e Dame oR



semble y répondre avec la fési-. étudier les ceuvres de Mao avec

gnation de Job : Le Seigneur m’a
donné. Il veut me tout der. Que
sa volonté sojt faite.

Mme Bernard Poux, qui doit
main.enant prendre sa rotraite
du travail mais jamais’ de la
charité, ienait ane balance moins
pour acheter du_ café que pour
faire de la charité. En effet, on
voyait plus de gens A venir cher
cher de l’argent que de vendeu-
ses de café. Elle Sait tout aussi
bonne avec les enfants, Sa voix
ne s’élevait jamais. Son ton était
égal en toutes circons-ances. L'i
mage de cette grande Dame jac-
mélienne m’est restée- irés atta-
chée. Elle a && ma preqyére ima
ge de bonté et de charité discre
tes.

Devant l’Hétel Craft, je viens
de vom Hansy, un autre de ses
enfants vioiimes:de la thypoide.
Malgré son f&ge, il est comme
un petit ‘gargon, peu conscient.
Et j‘essuie une larme .otite chau

. de comme un grain de poussiére.

Le Carnaval
sannonce .
rapidement .
AU MONDE CHIC
‘Vous treuverez un
stock de tissus de -
couleurs trés vives,
aux nuances variées
sans oublier le lamé,
velours coton et
velours chiffon de
toutes les couleurs,
tissug pour
pantalons a femmes
Faites une visite -

AU MONDE CHIC

pour vos
déguisements.
Rue du Magasin
de VEtat — 89.
Cprnrnentytoonpoiamifeondpien

DANS LES SPORT
(Bulte)

rieux outsiders, le Perou et la
Helgique. La Sélection brésilien-
ne a-t-il ajouté sera lau plus for
le qui ail jamais été mise” sur
pied. Enfin Pélé a déclare qu'.l
se retirerait du football actif
dans quatre ons quand 3] aura
atteint 33 ans et que d'ici 1d i}
fera son possible -pour inscrire
ie plus de but possibies. Le tou
tes fagons a-t-.l conclu je ne me
retirerai pas totalement du foat
ball car je uéaire devenir un bon
Directeur technique qui apporte
yuelque chose & Mon pays.

| - Machines



Modéles Portatifs
Modéles Semi Portatifs

‘

Modéles de

Apportez-nous votre vieille machine.

OU: FREZ











| At Rend








ROYAL

Avec les derniers perfectionnements

_ AVEC LES SCHLEUX-SCHLEUX
- Point Night Club
Admission $ 3.00 |

: ‘
‘ : . . : ney

hae
thet,




sous



ARABES ISRABL
NOUVEAU RAID EGYPTIEN
ANNONCE PAR TEL AVIV
-TEL AVIV, (AFP)

Deux avions Kgyptiens ont |

jtenté de bombarder des posi-
tions Israéliennes situées- au
(Sud du Canal de Suez, a annoncé
cet: aprés-midi un porte-paro!e
militaire Israélien qui a précieé
qt’il s'ogissait du quatridme
raid lancg aujourd’hui par l'avia
tion Egyptienne. Il a ajouté que
les -bombes n‘avaient pas satteint
Jes objectifs ¢* qu‘aucnune. perte
navati ét¢ enregistréa da cété
Asraélien. :
* Tl a indiqué enfin que la DCA
Israélienne était entrée en ac-
tion et que le raid n'avait duré
jque quelques, minutes.
MARIAGE A LA MAO
HONG-KONG (AFP) —

Il passe sa nuit de noces a

‘ses camarades et & chanter des
citations du petit ‘livre rouge.
Tel est l’exemple que la radio
de Human incite les Chinois a
auivre. .

Ce Maoiste exemplaire, Wu
Sheng-Shih, a précisé la Radio
captée A Hongkong, a également
fait fi de toutes les traditions
dues -& une idéologie arriérée
i} a empéché sa mére de tuer un
dochon et de préparer un festin
A cette occasion, a refusé les ca
deaux a l’excepsion de copier
des ceuvres de Mao et a exigé
que la cérémbonie se déroule de-
vatit.le portrait du président au
quel son épouse et lui-méme ont
souhaité une longue vie.

Ce. mariage & la Mao, affirma
la radio, a déja fait des adeptes
et nombreux sont’ ceux qui ont
été séduits par le mariage.

xxx

DECLARATION

IRAKIENNE

SUR LE COMPLOT <

DE BAGDAD .
BAGDAD (AFP) —°-

Une étroite collaboration existait
entre les conspirateurs et les mi-
lieux~ impérialistes... L‘argent,
les armes, les postes récepteurs-
émetteurs destinés aux complo-
teure provendient de- l’étranger,
plus préciaément d’Iran dont jes
dirigeants. ne font qu’exécuter
les plans américains, a déclaré le
Capitaine Taha Jazraoud.

Dans une interview a Radio -
Bagdad diffusée cet aprés-midi
par la Radio Irakienne, le Pré-
sident du Tribunal Spécial cons-
titué mercredi pour juger les av

teurs du complot déjoué le 20
Janvier, a ajouté:
Les forces progressistes et

les masses populaires considérent
ce tribunal comme étant le pre-
mier tribunal révolutionnaire en
Irak qui ne peut étre comparé a
aucune autre jfuridiction révolu-
tionnaire. Le but du commande-
‘ment du Conseil de la Révolu-
tion d‘Irak, qui a. conatitué le
Tribunal spécial, était de couper
les t&tes des traitres A la Révo-
lution du 17 Juillet 1968 (date
de Varrivée au pouvoir du parti
Baas).

Tous les documents saisis sur
les ecomploteurs montraient clai-
rement que cea traitres, agents
de la réaction et de l'impérialis
me, voulaient torpiller les réali-
sations depuis la Révolution du
14 Juillet 1958 (renversement du
Roi Faycal) et restaurer le ré-
gime de la monarchie, a indiqué
Je Président du Tribunal.

Evoquant les exécutions som-
maires, le Capitaine Jazraoui a
précisé : Nous n‘avons eu aucu-
Ne difficulté A juger les conspi-
rateurs. Les preuves présentées
par la Commission d’Enquéte é-
taient flagrantes. Toutes les con

a Ecrire







Bureau

306O5000C5G000000000008
- VOUS
SAMEDI SOIR |

DINER ET DANSER

a

BOOQOQOOOQOOO OE









veseoreader tab eB or secede

CHGUVELLES DE ETRAN

- tive et les citations

‘ enfants eat 'petits-onfetits, Melle

-amis particuliérement.; ceux de

-mort de leur regretté époux, pé-
” ve; graiid’pére

les prient:de croire en leur pro-
: fonde . gratitude. ,






~

“

FER

versations des comploteurs (6-
talent enregistrées depuls pres
d'un an. Deyant ces preuves irré
futables, les accusés ne pou-
vaient que reconnaitre leur par-
ticipation au complot. Leur exé-
cution, immédiatement apras le
jugement,; était motivée par le
fait. que ce sont des éléments.”
dangereux qui ne pouvaient vi-
vre qu’en complotagt contre |’in-
térét de la natiog, Nous avons
aussi tenu par ces exécutions A
donner une legon. & tous ceux qui
pourraient éventuellement suivre
leur exemple.

En réponse & une question sur
les objectifs des: conjurés, le Ca-
pitaine Jazraoui a indiqué qu’ils
en voulaient surtout A notre poli-
tique pétroliére qui ¢tait contrai-
re aux intéréts dé. |’impérialis-
me et de la réaction, .

. xxxX :
LE DPT D'ETAT ET .
L'ARTICLE DE

’ NEW YORK TIMES

Un porte - parole du Départe

ment d’Etat s'est retusé & toute ,

déclaration au sujet de l'article
du «New ‘York Times? selon le-
quel des égyptiens, munis de pas
seports libyens, auraient fait par
tie de la délégation qui a mené
lcs négoviations @ Paris pour I’
chat de cent av.ons - militaires
frangais a Tripoli. . \

Le porte parle du Départe-
ment d’Etat s’est borné & répon-
dre par un simple no comment.
Le New York Times note quc la
révélation repose sur des sources

“jouissant d’une haute crédibilité
auprés des analyates du Gouver-
nement des Etats Unis mais que
les milieux officiels américains
n’en ont pas eu confirmation de
leur cété.

Le Journal New Yorkais consa
cre & cette affaire un article de
plus de 2.000 mots sur quatre
colonnes. Il affirme que c'est un
agent secret égyptien, Fathi El-
Dbi, d’ailleurs bien connu des
francais, auprés de qui il ne jouis
sait pas d’une grande popularité
lors de la zuerre a’Algérie — qui
a lancé discrétement la transac-
tion- il y a trois mois.

L’affaire, écrit le «New York
.Timess, aursit été amorcée avec
M. André Battencourt, Ministre
du plan et de l’aménagement du
territoire, au cours de sa visite
au Caire, aussitét apres le coup
d’Etat libyen. Les autorités fran
caises, d’abord sceptiques, au-
raient, décidé au mois d’Octobre
doublier Vaspect égyptien de
laffuire et de donner le feu vert
pour l’arrivée d'une délégetion
libyenne a Paris au sein de la-
quelle se trouvaient des égyp-
tiens munis spécialement de pas-
seport libyens, ajoute le Journal.

Selon le New York Times, tou
te Vopératioti n’aurait été que la
reprsie de l'initiative du Prési-
dent Nasser qui, en 187, aussi-
tét aprés la guerre des six jours,
s'était tourné vers la France
pour lui acheter une centaine de
Mirage et qui, &-l’époque, aurait
casuyé un refus.

Le Journal ajoute que la s:tua
tion nouvelle créée par le change
iient de régime cn Libye ct par
14 richesse Ue ce pays, aurait ins
piré au Président Nasser Vidée
de faire acheter les avions par
Libye - interposee. D’autre part,
le Pacte conclu entre l’'Egypte,
Ia Libye et le Soudan, prévoyant
un comrmandement unifié et la
mise en commun des forces ar-
mées des trois pays en cas de
gugrre contre Isreel, permettra
au Caire d’utiliser les 100 appa-
reils que la France a consentj
maintenant & vendre et a livres
céclure Je Journal. ~

xxxx .
LOI SUR LA URIMINALITE
AUX USA

WASHINGTON (AFP)

Le Sénat américain a nadopté
vendredi soir une des ivis contre
la criminalité pruposées par le
Président Nixon.

Il s’agit d’une série de mesu-
res renforcgant Ics moyenus iégaux
de lutte contre le crime organisé
et en particulier les gangs = qui
dominent aux Etats Unis les ac
tivités telles que le jeu, la dro-
gue, l'usure, et qui s'infiltrent
dans les nffaires et les syndi-
cats,

La -nouvelle lui considére com
me crime fédéral d’uctivités qui
ne tombaient jusqu’ici que sous
le coup des lois des Etats et dont
lq répression nécesa.tait de lubo
rieuses procédures d’extradition.

La veille, le Sénat avait repous
sé une série d’amendements pré-
sentés par le Sénateur Edward
Kennedy avec l’appui de l'Union
améticaine des tiberlés* civiques.
Le Sénateur Kennedy avait vai-
nement tenté de faire supprimer
du texte voté vendredi des dispu
sitions sur la détention, préven-
de témoins
qu'il estimait contreires “aux gn-
ranties constitutionnelles sur Ia
Hberté individuelle.

e



Remerciements —__
Mme Vve. Edmond TOYAR, ses

Alice TOVAR, Mr. et Mme Mau
rice TOVAR et leura enfants,
remercient bien aincérement les

Port-au-Prince. et de *Miragofne
qui‘leur ont témoigné “tant do
sympathie & Voccasion..:de la

_frére, “beau-frére

et oncle Mr. Edmond TOVAR. et

. P-av-Pce, le- 28 Janvier 1970.



~

DABAL DALI
GENO ALDROVANDI

Apres le | ids
seseact











N DIOR
JOURDAN,

(Suite)

que’ dg. sés sept hommes d’équipa
vo, trois ont ét tués, trois ont
disparu’ et un a été fait pr.son-
nier.

ux

UNE DECLARATION DU
GENERAL DAYAN

TEL AVIV (AFP)

Tous les objectifs militaires é-
wyptiens penvent étre nttaqués
par les forces israéliennes en rai
son de la-non — reconnaissance
par la RAU de Veccord sur le
cessez le feu, g notamment décla
ré le Général Moshe Dayan, Mi-
nistre Israélien de Ia Défense,
dans une deuxieme inierview dif
fusée en langue anglaise par le
radio: israélienne.

La premiere intervicw du Gé-
néral avait été diffueee ce mna-
«an en. Hébreu. ,

xxrr

APRES LE RAID ISRAELIEN
DEOLARATIONS DU
‘GENERAL BAR LEV

TEL AVIV (AFP)

Le Général Haim Bar Lev,

Chef d’Etat-Major des (Forces
Armées Israélfennes, a salué A
leur retour les parachutistes qui
avaient évacué l’Tle de Chedouan
vendredi aprés-midi.
Quelque part dans le Sinai, il a é
té..interviewé\par le délégué de
V'Association de la Presse Etran
gére en Israel qui lui a deman-
dé; Toute l’Egypfe est-elle deve-
nue un champ de bataille pour
leg Fotces Terrestres Israélien-
nes? En gros, je dirai oui, a ré
pondu le Général Bar Lev. Les
Egyptions disent qu'ils ne recon
naissent plus l'accord de Cessez-
le«Feu, c'est pourguci nous noup
sen.ons libres d’opérer partout
en Egypte. C’est un Grand Pays
qui nous donne de grandes occa-
stons d'action.

En ce qui concerne Ja réaction
égyptienne & l’évacuation, le Chef
d’EtatsMajor Israélien a -affir-
mé : Les Egyptiens diront pro-
*bablement que nous avons évacué
exercée, et qu'ils nous onl pas éx-
exerceé, et qu’ila nous ont jetés
-dehors... Mais ils n‘ont pas ex-
ereée la moindre pression et il a
conclu : Je ne pense pas que Nas
wer ait encore compris ‘la legon.

L’ efaation a &é& faite entre
18 h. et 14-h. 45 GMT.
nier hélipcotére a décollé aprés
une cérémonie au cours de la-
quelle les couleurs isreéliennes
qui fldttaien: sur le phare ont é-
té descendues. Salon le, délégué
de la Presse @:rangére les ieraé-
liens ont capturfé vendredi 22
nouveaux prisonniers égyp-iens
‘qui se dissimulaient dans dos a-
bris. Selon ‘VOfficier Israélien
qui a commandé l'opération : Tou

der-

te la garnison de I’'Ile a été tuée.

ou faite prisonnier. J’ai rendu
Vordre d'évacuer. Mais je scerai
content de revenir si les E ~
tiens reprennent pied sur |’Tle



Feu vert, feu rouge
(Suite)

fille résolue qui semble bien for
te en signal.sation routiéry. Mais
u suffit qu’une auto avance d'un
centimetre, pour qu'elle exécute
un sprint des plus remarquabler,
La plupart du temps, tous ces
eens ajinent mieux courir le ris-
aue de traverse: ad oeau milieu
d'une voie, plutét qu’endurer les
transes des signaux lum-neux,

Les signaux luminezx, me di-
rez-vous, c’ert l'enfance de l'art.
Je vous. l’accorde, mais il n’empd
che que je n’exagére pas en di-
sant que svjxante quinze pour:
cent des piétons n'y compren-
nent goutte.

Selon moi, si des agents nan-
tis de porte - vulx instrulsaient
te peuple aux heures de pointe,—
et en termes simples et clairs, le
probleme des feux serait résolu
aux trois quarts. Avant long-
temps, lps gens au courant se-
rojentG$i nombreux que les au-
(res n’auraient plus qu’éA se met
fre a leur diapason. Et traverser
la rue se ferait désormaiss ins-
t.nctivement. Peut étre me fais-
je illusion en m'imaginant que
des résultats appréciables pour-
raient &tre obtenus en moins de
quinze jours. 11 se peut aussi que
la solution que je propose ne soit
pas du tout la bonne. C'est pour-
quoi je m’en remets entiérement
a la compétence et a l'expér-en-
ce du service de la circulation.

ROGER HANIN.
_ CHRISTIANE MINAZZC

LA FACTUBE

de se rendre m
coup une bonne sole pour toute et
de payer le facture avant qu'elle
ne lui solt présentée. Elle décide
we liquider sa’ dette et en fixant
aile-méme le montant. Elle déri-
de, en ferime heureuse & qui tom
au toujours réussi, de rouler.° Ie
destin. ‘ :



AU PARAMOUNT

Dimanche 25 Janvier 1970, 4.5 H.7 H. et 9 H;

Une pathétique histoire d amour entre
deux Agents du service secret.






(Busre) ve
alheureuse un bon

Et ca sont ses tentatives pour

uc rendre malheureusg; (tentati-
ves constamment déjouées.
8a chance pérswtante) qui cons-

par

tituent la trame de fa pidce et
donnert prétexte a des situa-
tions qui nous font rire franche
ment. .

Francoise Dorin est certaine-
ment partie d’une idée génialc
en renversant la situation qui
existe dans la vie pour l‘immen.
se majorité des gens. Alors que
ceux-ci Aa la. poursuite du bon-
heur vojent le plug souvent leurs
efforts contrecarrés par une ine
luctable fatalité, Noelle & la pour
suite du malheur voit quani ses
efforts contrecarrés par cette mé
me fatalite, mais qui-pour elle,
porte tm masque souriant.

En nous préesentant lenvers ie
la réalité, en faisant nuroiter is
nos yeux une fiction qui eat d’nu
tant plus souhaitabie qu'elle eat
aimable, sinon posathle, Francoi
se Dorin a réussi une comedic
tres guile, trés spirituclle et qui
ne Insse i aucun moment.

On sent bien que Madelene
Ganne aime te role ae Noelle
(Quelle femme, peut-on re de-
inander, n'aimerait pas le rélc
d'une temme = cumbice, udulée?)
Elle joue le réle avec un enthou
siasme, une verve, un naturel qui
donnent une vie intcnse au per-
sonnage et le rendant, ma foi,
presque plausible. Madeleine Gan
ne s'est heureusement identiifée a
Noelle, nous donnant uinsi une
interprétation qui a été un des
prands plaisirs de la suirée.

Jacques - Francois Zeller inue
le réle d’André avee beaucoup de
présence et de justesse. Sun jeu
a été tres égal et sans bavure.

Serge Lannes, duns le rédle de
Bernard, s'est révélé un aetenr
auquel est probablement réserve
une brillante carritre. Servi par
une voix agréable, une bonne dic
tion, et un physique avantageux,
if a été merveillensement 4 !'a-
se dans la peau du personnage.
faisant un duo parfaitement
réussi avec Madeleine Gannes.
Un acteur qui nous réserve peut
étre d'agréables surprises avant
que cette saison ne soit terminée.
Michéle Mendelovici, dans le réle
d’Alie, r’a pas été tres convain-
cante. Son ton a suovent manqué
Ge justesse, ce qui peut étre est
di a Veffort qu’elle a été chii-
wée de demander a sa voix pour
couvrir la grande salle du Rex.

Claudine Delvaux qni joue Mi

nouche a tendance i parler un .

ton trop haut, Mais le personne
ne qu’elle nous présente est des
plus acceptable.

Son interprétation du réle de
Frenk prouve que Jean Cottre!
a trés certainemcnt le sens du
comique. Tres bon.

Et Roger Muni a bien joué le
réle (épisodiquey du frére de
Noelle. Nous laltendona dane un
réle plus insportant. j

JL.
Remerclements

M. ect Mme Maurice Meleschi,
Mr. et Mme Telephe Duviella,
Mr. et Mme Raymond Charles,

Mme Lucile Nolsette, et Mme
Amédée Claude remercient = la
Loterie de |’Etat Haitien,” les
Sours de St. Francois d’Assises,
la SHASA et tous les amis qui
leur’ ont témoigné leur sympa-
thie A. l'occasion de la mort du
regretté Alber: Meleschi at les
prient de croire A leur profonde
reconnaissance.

TARIF DE ’
LA CAMEP

_ La Camep avise les intéresséy
que conformément aux disposi-"
tions de l’Arrété Présidentiel du
3 Novembre 1969 (Moniteur No.
106) Vabonnement d‘eau sera ré
glé mensuellement pour fes ré-
sidences privées sans piscine non
powrvues de compteur, selon le
tarif de base ci-aprés établi se-
lon la valeur marchande de la



maison et de U utilisation qui
est faite de Il‘eau potable.
Construction de lére classe

G. 25 .
Construction de 2e classe G. 15.
Construction de 3e classe G. 10.
Construction de 4e classe G. 6.




















¢

tt



Full Text











Aominsfrotevur ;

es
rE:





*

No 87,00N



LUCIEN MONTAS





ee ee ne an arnNY

L’Escalade sur le front

}

CHAUVET

Israelo-Eqyptien

LE CAIKE (AFT)

De Jean Fierre JOULIN

Le ratd seren effectudé ia nuit
sunlére pres se la losalite del
Arish, dans le Sinai, est évidem
ment considére par tes observa-
teurs comme une riposte egyp-
tienne & Vaitaquo par les para-
chutistes israéliens a l'lle de Che
douan. Il s'agit aussi due opérn

tion de représailles apres les
raids effectués ces derniers
temps par laviation israélienne
dans In grande banlieue du Cai-
re

Hier, Vaviation egyptenne a
offectué en fait trois sorties.

Dans ln nuit, les chasacurs ¢-
xyptiens se sont infiltrés dunn
espace atrien duo Sinai, pené-
trant & 160 k.lometies en profon
deur et bomberdant les abords
de la localité d'Elnarish. Malgré
une tentative d'interception de
Vaviation israélienne, les appa-
rele égypticns ont regaygne leur
hase. Mame at, comme te disent
les israéliens = 1¢ bombardement
na pas ¢té tres ef'ficace, ce raid
acrien est lopération Jn plus
xpectaculaixe réalisée pur les a
yyptiens depuis ia guerre des six
ours.

Les pilotes égyptiens ont fait
in démonstration qu'ils étaient
capables ceux aussi de pénetrer
eu profondeur a l’intérieur _ du
Jispositif de défense israélien-
lis ont franchy sans étre repérés
ct interceptées une distance égale
a celle parcouruc par les avions
israéliens pour bombarder la
wrande banlieu du Caire. De mé-
me, comme les chasseurs israé-
,iens, les bombardiers égyptiens
ont pu- ragagner leur base sans
étre inquiélés par la chasse et
la défense anti - aé@rienne israé-
sienne.

Ainsi, pour la premiere fois
depuis la guerre des six jours,
l'Etat Major égyptien a donné
vendredi soir & propos de |’atta-
que de I'Ile Rolchedouan un bi-
lan des pertes égyptiennes qui
correspond a peu de chose pres
au bilan donné par les israéliens.

{1 semble finulement qu’aprés
avoir manifcesté pendant quelque
temps une certaine passivilté, le
regime égyptien commence & réa
2ir tant sur le plan militaire que
pcliticue. [1 cherche & congolider

ic Front intérieur, reprend = en
. main information, mob.lise ta
population, renforee la défense

uu payr et lance son aviation
dans des opérations qu'il veut
spectaculaires sans pour cela étre
codteunes.

Cer derniers tempa tes israé-
liana @taient les seuls i frapper.

On oxt peut étre entré smninte-
nant dank la phase du coup pour
eaup,
xx

MATERIEL PRIS
A CHEDOUAN
THI, AVIV (AFP)

Avant que le dernier soldat is

radlion ne quitte Mlle de Che-
douan, les armes et les dquipe-
sacnts qui se trouvnient dang I'l
le avaient été transférés au Si-
nai, que tiennent les israéliens,
upprend-on dans ies milieux mi-
litaires de Tel - Aviv otf Von
précise que le Radar de I'Ile a-
viit dé eté démonte et trans-
porté en territoire israclien dés
joudi.

D’autre part dans les mémes
milievx on indique que sur une
des places de Chedouan, un petit
navire égyptien est échoudé el

(Suite Page 6 col 7)

Les colonnes serrées de nos com
patriotes se pressaient mercredi
en pélerinage ou a Delmas, dans
la banlieue nord-est de notre Cu
pitalo, ou 4 Marlianmant, sur lek,
les hauteura sud-orientales de
Pétion-Ville,ou a Ie ged.ion rura
le de eens arolsse de Thoma
zean, ou a la Sisetxtha, peroisss
de S:. Raphagl, nea: loin de Pi-
gnon, ou encore en“d’dutres cha-
pelles placées sous.un vocable de
la Vierge en vue dé rendre un
fervent culte d’HYPERDULIE
en ce Jour consacré & Notre Da-



DERNIERE HEURE

Un avion de la Compagnie «ALM» qui venait de

laisser Santo Domingo en route
été détourné sur Cuba. Le

te pour Curacao a
pilote avait avisé la

Tour de Contréle de 'Aéroport International de
Port-au-Prince qwil allait effectuer un atterrissage
a Port-au-Prince pour des raisons techniques. Vers
midi moins cing Vavion atterrissait effectivement
a VAéroport Francois DUVALIER ou des mesu
res de sécurité avaient été prises. Mais quinze mi-
nutes aprés avoir atterri Vavion reprénait son vol
a destination de Santiago de Cuba.

On ne sait pas si c’est sous la menace du ou des
ravisseurs que le pilote n’a pu rester @ Port au

Prince.

a



Le programme

we

alimentaire mondial -

Par le Dr Carl TIPPENHAUER

I— HISTORIQUE

Le PAM a été créé conjointe-
ment par les Nations Unies et
la FAO pour une périnde expeé-
rimentale de trois ans & parti-
du ler Janvier 1963.

_A la fin 1965, aprés Vévalua-
tion compléte des activités du
PAM, les Nations Unies et la
FAO décidérent que les résultats
obtenus pendant ces duax anncées
justifiaient un fonctionnement ré
gulier et continu du Programme.
_ Le PAM commenga ses opéra
tions a Vaide de contributions
volontaires venant de plusieurs
Etats Membres des Nations U-
nies et de la FAO et représentés
par des produits alimentaires,
des Hommes en espécs et des ser
vices, tela que Je frét, dont le to
tal s'élevait a 94 millions de dol
lars.

A la fin de lw période expé-
rimentale, les engdgements pris
par lex Etats donateurs pour une
durée de trois ang 1966 - 1968



FEU VERT, FEU ROUGE

Pur Anatole CYPRIEN

Feu vert ou feu ruage 7 A
quol bon le cachcr, le peuple n’y
voit que du feu ou du bleu. Ex
cepté les uutomabilislex et un
faible pourcentage de jsetons, les
gens s’embrouillent pitoyablement
duns les signaux fumineux.

Ne leg uvez-vous jumwis obser
vees, cen personnes a lair gau-
che el embarrassé ? Loin de ge
fier au feu vert de libre passage,
eles préférent se reposer aur
les chauffeurs. Leura regards im
ploranty et pleing de détressc sem
blent dire «Pour l'amour de
wicu, laissez-moji passer.» Mais
d’aucuns ne regardent ni feu, ni
chauffeur. [ls traversent la chaus
see & tout risque, et jettent l’a-
nathéme sur la race motorisée,
cthaque fois qu’ils man,uent de
sc faire écraser.

ll n’y a pas longtemps, i l'un
ple de ja rue des miractes et du
houlevard Jean - Jucquea Dessa
ines, j’ai cnfendu une dame en
remontrer doctement & ga fille :
« des que tu -vois les voitures atop
per, tu traverses .Mais ii faut
faire vite, parce que tu ne sais
jamais quand, elles vont redémar
rer.» Comme la langue me déman
yeait, je suis intervenu ave: dou
ceur pour expliquer & la petite
dame que leg autos s’ébranlent
ordinairement -auasitot que le feu
des piétona passe au ruuge. Le
retroussement de narines et |’oeil

Jade peu amene qui eanctionnérent
mon ingérence, me firent regret
ter d’avoir voulu jouer au boy-
scout.

Assez, souvent, quand je suts
an volant, attendant patiemment
que le feu passe au vert, je flot
te entre Venvie de sourire et
cele de m’apitoyer : ily a le pe-
tit monsieur craintif qui traver-

Dimanche 25 janvier



imperfect in originat ]

se Ja rue en trottinant, les yeux
prudemment attuchés sur les pa-
va - chocs qu'il rase. Le signal
lumineux, il Vignore compléte-
nent. I] y a la grosse dame aA
Yair timide et cpeurc, qur peut
attehdre plug de dix iminutcs a-
vent de se décider A traverser.
Quand elle finit par prendre son
courage A deux mains, cile juge
plus prudent de se glisser derrié
re les voitures. Tl y a Ja Jeune

(Suite page 6)

s’élevérent a $ 160 millions.

Pour la période suivante 1969-
1970, les ressources tises a. la_
disposition du PAM par. les E-
tats intéressés turent de 200 mii
Hions de dollars. :

Toutefois, wu cours de la der
niére réunion du Comité Inter -
Gouvernemental, le PAM recut
des offres de. contributions totali
sant 300 millions de dollars. I
convient de signuler Voffre des
pays du Marché Commun en pro
duits laitiers.

1I— Domaine d’Intervention.-

L’aide du PAM s’applique a
toutes les activités de développe-
ment écon2mique et social dans
jes pays ou régime en voie de dé
veloppement :

1) Infrastructure
el sociale :
routes, barrages, ponts,
uopitaux, etc...

économique

ceoles,

a

UN MEMBRE DU
COMITE CENTRAL DU
FNL TUE

HANOT; (AFP)

M. Huyu Thien, Thu, membre
du Comité Central du F.N.L., re-
présentant la Secte Bouddhiste
Hoa Hao, a trouvg la mort au
cours d’une mission au Sud-Viet
nam le 14 Janvier, annonce au-

‘jourd‘hui Agence d‘Information

Sud - Vietnamienne
tion.

M. Huyn Thien Thu, précise
l'Agence, a été tué par les bom
bes américaines dans la région
du Nambo Central..

Le Comité Central du F. N. L.
a décidg d’organiser un deuil gé-
néral & tous les échelone du mou
vement. .

de Libéra-



RUBRIQUE DU THEATRE

LA FACTURE -

Par Jacques LARGE

Le bonheur, c’est le theme que
Frangoise Dorin a choisi de trai
ler dans «La Facture». Ce bon
heur qui ne peut exister sans de
la chance, sans beaucoup de chan
ce.

Noelle est la femme heureuse
qui a toutes les chances. Une san
té de fer, la beauté, l’argent et
nombre d’aventures sentimenta-
les dont elle sort toujours sans
la moindre égratignure. Et, trés
important, la chance, une chan-
ce insolante qui ne la quitte ja-
mais et le fait réussir tout ce
qu'elle entreprend. .

La sympathie que nous éprou-
vons pour Noelle vient peut &tre
du fait qu’elle est le pcrsonnage
idéalisé qui a réussi 1A ot nous
avons tous plus ou moins échoué.

Ce bonheur parfait ne nous offus.

que pas dans la mesure oil nous
voulons croire & la chance, A cet
te chance qui. existe, et qui. vien
dra peut étre un jour fra

pent ereun ie

1970 AS hb, 7Thet oh

notre porte. Ce sera A notre tour
d’atre heureux, tréa_ Heureux...

Maia les. gens heureux, dit-on,
n'ont pas d@histoires. Et il serait
difficile de faire une piéce de
théAtre avec un bonheur ... sans
histotre. Aussi, faut-il bien giis
ser un ver dans le bonheur de
Noelle, un ver. qui va la ronger,
la ramener & la commune mesu-
re humaine, et permettre au spec
tateur de lui garder toute sa sym
pathie sans qu'il s’y méle une
pointe de ressentiment.

Ce ver, ce sera la peur. La
peur, installée en elle par son en
tourage, du jour od elle devra
payer tout ce bonheur, oi elle
devra rendre compte de cette
chance ingolente, du jour of le
destin changera de visage et lui
présentera sa facture.

Alors elle décide de ne pas
attendre, de devancer le destin,

(Suite page @ col. 8)

L’Apparition de N. D. d’Altagrace au.
Quartier - Morin le 21 Janvier 1961
. —He
par Gérard JOLIBOIS

me d’Altagrace.

Combien de ces
vent que celte fate marque ye
miraculeuse apparition mariale,
au-dessus des palmistes de l’habl
tation

le 21 Janvier 16917

UNE LUTTE SANS
Qui, sur notre terre i
pourrait rester ignorant dq l'ache®
Nement avec lequel, de 1625. a
1697 jusqu’au Traité de Ryswick
qui reconnut Louis XIV ¢i’uli-pos
sidotis» du tiers occidental de no
tre Tle), flibustiers et boucaniers
frangais luttérent contre les es-
pagnols en vue de s‘assurer 1a pos
session des parities du Nard (prin
cipalement) de l'Ouest et du Sud
du territoire actuel de noire Ré
publique.. .

(Voir suite page 2)



Diner d’adieu pour
Miss Welch

Depuis l’annonce de son dé-
f8tes les
uneg uussi brillantes que les au
tres, ont été organisées en hon
neur de Miss Mary Eilenne Wel-
ch, Vice-Consu] des Etats-Unis.
Aprés la splendide récefiiion des
Cummings, ce fut hie soir, le
tour de Miss Margaret Ann Eck-
weiler Secrétaire de Son ¥ixcel-
Jence M. Ambassadeur des E-
tats-Unis, de réunir en sa résiden

Part pour Rome, des

ce & Desprez les plus proches a-
mis et collaborateurs de Miss
Welch pour un diner vraiment
som.pueux. Des plts qui flattaient
fes palets les plus diffigiles, de
fines boissons, une conversation
od pétillait Veaprit, conversation
dont firent les frais et Napoléon
et sa grande armée, et Fouché et
Talleyrand Rpbespierre et les

longtemps le souvetiir.

Etaient présents outre M. le Minis
tre Conseiller & )’Ambassade Amé
ricainc, M. et Mme Everett Mel
by; la Secrétaire de Monsieur
Melby; Monsieur et Madame Au-
bert, Mlle Gardére, M. Pinkle a-
mi autrichien, |’Ambassadeur Par
Camp-
bell remplagante de Mile Welch,
Madame Gérard
Baussan et M. Laurore St. Jus-e
Le diner fut un suceés pour le-
quel nous félicitons vivement Ia
Margaret

do de lArgentine, Mile
Monsieur et

irés distinguée, Mlle
Ann Eckweiler.

MEMBRE DE L'ASSOOLATION, INTERAMERIOAINE.




















pelerins sa"

illaudeu, en la commune ||
du Quartier Morin, prés du Cap,..

‘{
x

"pe (centrale et

_ Allemagne









DB

ea '



oat

7





MARC BLANCPAIN '~-

| MARC BLANOPAIN, secré.
taire général de VAlliance fran-
ise 4 Paris, est né le 29 septem
ire 1909 au Nouvion-en-Thiéra
the, dans |’Aisne. Il fait ses-étu
‘des & Laon, Nancy et Paris, A-
prés avoir suivi les coure de la
Sorbonne et de l’Eeole normale
supérieure de Saint-Cloud, il ob-
tient sa licence és lettres.

De 1931 & 1989, il est nrofes-
‘our A Genédwe et au Caire. Il e-

yerit de nombreux articles et fait

des voyages en Afrique, en Euro
otcidentale) et

au Proche-Orient. Mobilisé en

, 1939 comme officier d’infanterie,
“ik est fait prisonnier le 24 Juin

1940 et restera dans un camp en
jusqu’en décembre
"1943; son expérience de la capti
vicé l'instruit tout ensemble de
la souffrance, de la faim et de
la fragitité des convictions mora
les. ~ \

’ Depuis 1944, il est secrétaire

général de l’Alliance francaise.
Il a parcouru, & plusieurs repri-
ses, la plupart des pays d'Europe,

: @ Afrique, d’Asie, et ceux d’Amé

Croisade
géants de la Révolution Frangai- |
se; Toussaint et Vancienne cathé
dvalo; Christophe et sa Citadalle;
Délicieuse soirée en vérité, dont
Marie Eilenta Welch gardera

Par Aubelin

Une exposition dart et d’arisa-
nat est organisée dans le «lobby>
de ’Hétel Craft. Elle montre les
peintures et collages de Monique
Alix, les peintures de Paul Eusta
che, de Gabriel Leroy et Carlo De
nis, de Fritz Hyppolite de Pau-
leus Vital, du regretté Hector
Ambroise, des sculptures d’Octa-
taius LUBLN, et des articles de
V'artisanat de Mme Ney Craan et
Aprés une visile de cette expo
sition, les membres de la déléga
tion chhudement entourés par A

deline Danies et tous con-
tents des espoirs que fait
naitre leur présence dans

les psprits des jacméliens si ex-





LE CHAMPIONNAT
INTBRSCOLAIRE BAT
SON PLEIN

jis étaient quelques dix mille
tcoliers A seconder les efforts de
ieurs 6quipiers dans un vacarme
cblouissunt qui atteste de la vi-
talité de cette jeunesse ot four-
millent tant de vedeites du bal-
lon roud. Elles ne se cumptent
pas, nos jeuner filies qui, & gor-
we déployée, incitent leurs cama-
rades a la victoire.

En catégorie cadets, hier aprés
midi le college Canada - Haitien
» eu le meilleur sur le collége
Fernand Prosper. En effet, le
score B-1 refléte sans fard le vi
sage de cette rencontre ol de
nombreux espoirs ont Lait la joie
de Tassy et de Hyacinthe. La li-
gne d’attaque bien menée par le
jeune frére de Philipye Vorbe ne
laissa aucune chance A l’adversai

re.

En catégorie «Open» (Juniors)
les hommes des professeurs Ro-
bert Jean et Guerrier (Collége
Classique d’Haiti) ne firgnt au-
cun cadeau & la puissante equipe
(sur le plan physique) du collége
Fernand Prosper et la balayérent.
par cing buts a deux. Nos amis
Robert et André exultaient de
joie A Vissue de la partie.

Ce matin “& 7 h 80 les éléves
du Lycée Louvertuge se sont
surés & ceux; du
Luther King. Le
rable aux éléves.
score 1-0, “oY













LE MATCH RACING, —



BAS ARTIBO!
APRES Rate See RA- |
DIODIFFUSE PAR LA

STATION’ DE LA_ NOU-
VELLE HAITI (HH2S)



En catégorie «Opens le collége
Senghor, fit une bouchée du col-
tege Grégoire Eugéne : Score 7-1

Comme bien on le voit, ja vie
sportive a reyris dans nos dif-
férents éteblissements. C’est tant
mivux. D’ailleurs pouvait-on Isis
ser en veilleuse tant de fraicheur,
tant de valeur. Nous avons assez
iis l'accent sur le réle prépon?
Gérant du sport dans la forma-
tion morale, physique ct intellec
tuelle de la jeunesse pour souhai-
ver aux membres de lu Commis-
sion Présidentielle tout le succés
possible dans cette noble croisa-
de en faveur de I’Elite de de-
main,

xxx

EN DIVISION NATIONALE
CAP - VICTORY 3-0

Ce scure reflete tres bien la
physionumie de ce match pti les
hommes du Nord dominérent le
jeu dans tous les compartiments
dcpuis la lére minute jusqu’a la
derniéro. Il est normal que le
sort ait récompensé tant de dé-
vouement et d’enthousiasme, -
En félicitant vivement nos~gars
de la province pour leurs belles
performances sur le Victory,
nous langons un appel & Lous les
capois de la Capitale afin de ve
nir en aide aux dirigeants de la
ingue qui confronte tant de dif-
Sicultés matérielles.

SPORTS FOOTBALL , -.

PELE SE RETIRERA , .
DU FOOTBALL ACTIF BD'ICI
QUATRE ANS

LIMA (AFP)

Parlant du prochain champion-
nat mondial, le joueur brésilien
Pélé racluellement au Pérou a don
n6_comme principaux’ favorig In
Yehécoslovaquie, }'Angleterre, 1’]
talie et le Brésil et comme _ sé-

(Suite page 6 col. 4)

PRRAGE

~. Biographies.de.’
Personnalitées Francaises





rique (Amérique du Nord, du
Sud, Centrale). _ .

Au moment de.la Libération de
Paris, il’ prévid part & la renais

sanee de lq radio et de la presse
.. frangaise, Depuig
“Ba carriére dé” journ:

; il a poursuivi
au
«Parisien libéré> et, 4 occasion,
dans diverses: publications de la
capitale et de la province : «Re-
vue deg deux-mondes>, «Nouvel-
lea litérairess, .etc.

Ein 1946, il public
‘ce: premior livre lui vaut: I¢
Grand Prix du roman de 1’Aca-
démic frangaise,«Le Prix Courte
line viendra codronner, en 1946,
gon deuxiéme a, ¢Lee con
tes de la lampe & graisse», Sous
son nom ou sous divers pseudo-
nymes, il donnera toute une série
de romans, de contes et d'essais
qui lui vaudront un public tou-
jours plus large, de nombreuges
traductiongs et différentes récom
penses, (Prix Scarron en 1956,
Prix Engelman en 1958, Grand
Prix du Rayonnement- francais
an 1961).

“Il prononcera, a l'occasion de
ses voyages, de nombreuses con-
férences litvéraires ou d’informa-
tion générale sur la France. et la
langue frangaise.

Ecrivain, auteur de nombreux
romans, de plusieurs recueila de
contes, d’essais, de plusieurs gran
des <études>, d’un choix de tex-
tes at de nombreuses préfaces
Marc Blancpain, a vu plusieurs
de ses ouvrages traduits en an-
glais, en allemand, en portugais,
en hébreu. Des extraits de son
oeuvre figurent dans des antholo
logies publiées en Grande-Breta-
gna, en Italie, en Allemagne et
au Danemarr.

Lioeuvre de Marc Blancpain
est marquée par un talent réalis-
te. Ses héros sont des hommes
vigoureux qui aiment la vig,

: (Suite page 6 col. 2)

en faveur de Jacmel

JOLICOEUR

pansifs, accompagnent le Préfet

Louis Lafoncant' & Pétage supé- “Paci que celui de

rieur.

Aprés un coup d’oeil con-
templatif sun ta ville non enco-
re remise des ravages d‘Inés ces
envoyés de IJl’Espérance écou-
tent un very de champagne 4 la
main le discours du Représen-
tant du Président a Vie de la Ré
publique dans la Vaillanta et Fie
re Cité. Le discours de Me. Louis
Lafontartt est une profession de
foi. Fol en DUVALIER, foi dans
le devenir prospére de Jacmel.

Lorateur est un homme hon
néte, un homme admirable. J'ai
gardé le plus attachant souve-
nin de cet honwne qui fut mon

profosseur en 19385, chez les
Fréres de I['Insrusiion Chré-
tienue. Quand je pessai au Ly-

PINCHINAT, il fut tout
spurpris de ne revoir que
quatre des soixante huit petits
qu'il avait laissés dans Ja classe
de 68 chez Les Fréres: Marcel Dé
pestre, Scynthe Dougé, Michel La
fortune et moi. Aux examens
d'entrée au Lyeée dont le char-
gea le Directeur M. Louls Ovide
Craan, je fus regu comme le pre

céy

mier des potaches ét Loulou m’a -..

dopta comme son protégé. Et Dieu
sait combien sa protection me fut
utile, salutaire. Je n’avais pas be
soin de ses faveurs. Mais j'avais
besoin de me sentir aimé, cay bien ©
ue comblé matérielleent ma vie
deait ‘trés difficile avec mon pe
re. Ovide Craan, Louis - Lafon-
tant, Roger Gousse, Morel La-
font Favidre étaient des dieux
pour moi. .
Quand eat-ce que les maftres’
vont essayer d’Atre sinon des dieux
mais . semblables 4 des. parents
pour leurs 4léves. [ls ont
souvent un vide a&-eom-
bier dans la vie de leurs” éléves
mais la plupart 2
s'en rendent méme gas. compte
Louis LAFONTANT n’a jamais,
6t6é ni sévére ni tolérant.
u portait l’éléve a faire un choix.
le mettait en face de ses de-
voirs- et responsabi L'éléve
prenait ainsi conscience de sa di
gnité. Louis Lafontant était ai-
‘mé de tous ses Gléves. Tl n’y a-
yait jamais de problame avec lui.
On le respedtait, on~l’aimait. On
Yaime encore comme on.l’a ai-

- m6 a toutes les fonctions politi

ques qu'il a occupées .4 Jacmel.
C'est le Député André Simon qui
dimanche encore faisait oon lo

: «Si, tous repnégen Ww
8 a Yosient ausdi coopé
ratifs que Louis, les problémes
de Jacmel seraient vite résolus»
nous confia-t-il, ~—

Le Ministre Leber’ oan
‘Pierre improvisa avec wa. fa
mie Mlle Pandréa ¢Wencey>: Er
Saich «Ticket Agent» de la Eas-
teyn Airlines & New York, arri-
de langage et ses connaissances
des affaires du gouvernemeni un

(Suite page 6 col. 8)

a’entre eux ne_

een) >

par AUBELIA

L’AMBASSADEUR °: — --

C. E. KNOX ‘

revenu de lintronisation

de I'E'véque épiscoopale dea”
lles Viergea Mgr Cedric “Milla

..Ce matin dst rentré 4. Port-

uu-Princa par la. Caravelle d’AIR
FRANCE, I'Ambassadeuy. dea E-
tats-Unia & Port-au-Prince, M.
Clinton Everett’Knox. Til vient
de passer deux jours & St. Tho
mas, Nes Vierges. li a été assis
ter & l'intronisation de son ami,
Monseigneur Cedric Mills, com-
me Evéque de |'Eglidse Episcopa
le de cette Ie, :
- Le nouvel Evéque de Saint -
Thomas est un homme de cou-
leur. Il est originaire de Baltimo
re, Maryland. -

L’Ambassadeur Knox a été ac
cueilli_ ce matin par le Ministre
Conseiller de l'Ambassade Amé-
ricaine M. Everett Melby et l’Ad
ministrateur de la méme Ambas
sade, M. Gérard Levesque.

xxxx
L'AGRONOME ABRAHAM
LEN - MON
sugoéde & U'Agronome
Joseph Eliab a la Mission
techni intégrée d'Tarael
en Hath _
-Au cours du dernier week-end
est arrivé a Port-au-Pince, l'a-
gronome israélien, Abraham Ben
Shimon, _
_ Oi eat venu succéder a |'Agro-
nome Jogeph Elfab arrivé ici il y
a deux ans comme membre de la
‘Mission technique intégrée d’Is-
rael en. Haiti. °
Cette mission est dirigée par
Vagnonome Moshe Kones.
Joe Eliab et sa famille quitte-
ront Haiti le mois prochain.
Nous les verrons partir avec
beaucoup: de regrets. Joe Eliab
et sa femme se sont intégrés
dans notre pays.

. zxz.z
LA VICTOIRE DE
ROBERT BOURASSA
élu Chef du Parti Liberal du
Québec est célébrée ici
+ -Depuis une semaine le nom
de Robert Bourassa} sonne en
Haiti presqu’avec le méme im-
Armstrong et
d’Aldrin, ces deux hommes qui
ont marché sur la lune.

Robert Bourassa est un jeu
ne et brillant politicien cana-
dien. Economiste hautement ap-
précié, il était Député de Mon-
tvéal-Laurier.

I} vient d‘étre élu le 17 Jan-
vier & la Chefferie ou Direction
du Parti ¥ibéral du Québéc, ey
remplacement de Jean Lessage,
un des plus grands hommes du
Québec. :

Robert Bourassa est l'un des
rares politiciens a recueillir I’ad-
miration de sea ennemis _ politi-
ques.

Son élection a été célébrée aus \

si bien par les canadiens libé-
raux que pur les congerveteurs.
L'urtiste Marcel Sirois de ten
dance libérale parlant de Robert

Bourtissa nous dit: «Bourassa est
Yun des plus grands’ économis-
tes de son pays. I] a le plus bel
avenir devant luf. IL est déja con
sidéré comme le futur Premier
Ministre du Québec. Sa_ victol-
re sur son adversaire aux élec-
‘tions de l’automane prochain est
assurée.

+ La réussite de Robert Bouras
sa aux derniéres élections a été
célébrée ici non seulement par
Marcel Sirois, M.° Francois Male
part et sa fémme‘Thérése et leur
nevéu, l’artiste “Yves Maisonneu
ve, en compagnia. de M. et Mme
-Aubelin Toll osiir,.de Mlle Ro-
berta Scimone de Boston A E}-
Rancho jeudi soir. mais encore
per les officiers. de police cana-
diens Marcel Coumartin, André
Favreau et Alain Donaghy de
tendance conservatrice, en \gpm-.
pagnie de M. Lucien Thébaud

-\Guy Cassagnol et de bien d’au-

tres haitiens.. ~
Parlant de Bourassa, André

Favreau nous dit : -Cet homme





- Son living.reom est_
s

écoré de .peintures
haitiennes;
Le Time Magazine dans son
édition du 26 Janvier sous la ru
brique <«Personnalités campe — le
brillant. intelléctuel noir améri-
cain Jérome Heartwel! Hollanid
qui vient d'étre’ désigné Ambas-
sadeur des Etats Unis cen Suéde.
Docteur en Sétiglogie, Holland
ait Président de !Institut. Hamp
ton de Virginie: Il vivait dans
une maison de.-style colonial,
dont le living = room est décoré
de peintures haitiennes, souligne
le Time. ety
Ce fait démontre une nouvelle
fois le remarquable succés de la
..peinture haitienne’ a 1’étranger.
~tant aux Etats;Unis qu'cn Euro





“pe. De nombregises personnalités

cu monde de la efiliure font I'ac
quisition des oetivres uc nos pein
tres qui occupent une place de
.choix dans de? nombreuses rési-










S JOURS...

JOLICOEUR

nest pas de-mon parti, mais je
dois reconnaitre sqUbil ‘est fort et
bien. Je le respdcte. Il a toutes
les chances de réugsir aux pro-
chaines élections., :

xxx

LOFFICE Db iOURISME

a chotsi ea Reine

et gee Suirantes

+-Hier vers midi, le haut per
sonnel de l’Office National du
Tourisme réuni sous la direc- .
tion du Directeur Général Ad--
joint M. Ramah Théodore a pro
cédg A I’élection de la Reine du
Tourisme pour le Carnaval 1970.

M. Ramah Théodore aii on-
touré du Directeur des Affaires
Administratives, Mc. Marc Hen-
ry, du «Public Relations Officer>
de Mmes Caridad Apollon Dor-
sainvil, Htldegard Moyse, do
Mme Garcon, de Mme Deniar
Carrié, Mme André Exantus,
Mme Ulysse, de M. Gérard Re-
ail, Félix Baptiste, etc... °

La ‘décision fut trés difficile
devant le nombre de jeunes fil-
les, 18, les unes plus ravissantes
que les autres. .

Mais l’attention en définitive
s‘arréta sur Mile Nicole Sterlin
comme Reine et Milles Gabrielle
Marie José Alvarez, ect Nadia
Schomberg comme Suivantes.

Le Carnaval 1970 sera gran-
diose. ,

L'ONTP marchera sur la gran
de ligne tracée par l'Edilité de
Port-au-Prince qui a confié le
soin d'organiser ce Carnaval au
Commerce et A l'Industrie de
Port-au-Prince.

xxx
NOS VIsiITECRS

+ Hier apres midi a pris l’avion:
a destination de San Juan M. Jo
seph CHORNEI Manager de
Easter Earlines 4 Puerto Rico.
Il était venu explorer avec la
C. (Ren Haiti les possi-y
bilités dune promodion conjointe
pour notre ‘tourisme. .

Monsieur CHORNEI nous a
parlé de sa grande satisfad.ion de
voir l’efficacité des services de

Douane et d’immigration a 1’aé-
DOUANE et d’Immigration a
Vaéroport Franpois DU VA
LIER. Le principal ust cetie im
pression de se sentir «Welcome»
et de oir le visage souriant de
ces fonctionnaires. Cela ne se
ces fonctiotinaires. Il voulait plus -
spécialement parler de 1’Inspec-
teur en Chef Edouard Pointdu-
jour. Cela ne se voit pas facile-
“ment dans ies autres Iles a-t-il
dit. I va cpousser a vente vers
Haiti.

_...Guy Lanthier repart ce soir
apres plus d'une semaine en Hai
ti.

Guy Lanthier, ancien cham-
pion olympique du Canada( Mé-
daille d’or do natation) est un
homme d‘affalrgs qui a réussi. 11
u déja effectué plusicurs visite.
ici. I] aime beaucoup notre pays

Il est parti avec l'inmtention ‘de
revonir pour des affaires.
..Nous avons rencontré hier
soir a l’Hétel Ibo-Lélé, le Dr. Ri
chard Rothbard, sa jolie femme
Terry, M. Charles Stentiford et
sa charmante épouse Ina. Ils
sont de New York. Le Dr. Ri-*
chard Rothbard est médecin psy-
chiatre. Sa femme Terry «Stun-
ning? est infirmiéry. Ls sont les
-heureux parents d’un garcon.

M. Charles «Chuck» Stentiford
fait de l’eAdvertising» pour Dale
Publising a New York.

Chuck et Ina ont deux jolies
filles:

Ces deux cguples arrivés mardi
sont descendis i l’Hétel [ho-Lélé
ot, ils passent cing jours.
.Liinduttriel, commandant En-
rique Fromer et su pétillante
femme Mireya sont arrivég hier
aprés midi venant de Miami. Le
Commandant Enrique Fromer
est intéress6 dans I'établisse-
»ment d’une Marina en Haiti.

xxx

. Johann Franz Tomosche, A-
gent dé voyage allemand travail
jant en Flioride est arrivé ci hier
aprée-midi.

xxx .

..M, Bernard Renard, Secrétaire
de FAmbassade de France a Was
hington passe quelques jours ici
Il est arrivé hier aprés midi.

xxx

..M. Johannes W. Wessels, diplo
mate hollandais 4 la Hawane a dé
barqué -ici du Vol d’Air France

,Venant-de Miami.

“xxx

...MIles- Susan Mary Charette
et Cheryl Lickona sont arrivées

iex Kprés midi venant de New-
York, Elles ont pris logement &
ba Pension Sendral.

Susan étudiante en Anthropo
logie est venue voir sa cousine,
Seur Lorraine Professeur au
Christ The King Secrétarial
School. aa
Cheryl étudie l'Art & New York.-

x x x oO

...Nous, avons revu avec plai-

sir notre chére et charmante a-

. (Snite. page: 6, col. 3)



Entrée Gdes 2.50. -
Réservée Gde 54.00 |





PROBLEME No. 451 F.



[| TUMmVyvuvver z'



HNORIZONTALEMENT

1 — Des passions qui ne du-
rent gutre

2? — Situé — Met les é&colfers
a& Vabri

8 — Etoiles de mer

4 — Possessif — En tas —~
Téte de gorille

5 — Faire un bruit cristallin
— Préposition

6 — Fut un port important
prés de Béziers — Gendre du

hate
ua — Proche parent — La do-
t ine t
ort Pee ins — Confonction
~ Prépara de menus morceaux
9. — Blonde. anglaise — Ab!-
mer
10 — Corps dur — Deaséché
— De

xxx
VERTICALEMENT

I — Vieux rot — Est beau-
coup moins raffiné que le rhum!

II — Nam d’un chat

III — Port belge — Champion

1V — Relief méditerranéen

Vv — Dun auxiliaire

VI — Lettre missive

VII — Précade et rend super-
latif ——. Machin

VIII — Réglkes — N’ont pas
peut de. sauter

TX — Un peu d’eau — Cou-
rir tras vite

XK — Telle une glande évacus-
trice.

SOLUTION No. 2201 E.

H@RMZONTALEMENT —

1. Glace; Ro — 2. Ténissei —
38. Tue; Tut — 4 Arriérées —
B. Rétre — 6. Sénateur — 7. Vi-
salt; Dé — 8. Io; Tétin — 9. E-
née — T.T.

HORIZOONTALEMENT

I. Gitan; Vie —- II. Leur; Sion
-—. INI. Aneries — IV. Ci; Na —
V. Esterait — VI. Surettes —
VI. Etéte — VIII. Ri; Erudit.

JX. Usérent



Cordonnerie
(Electric snop)

nm

- cordialement

avise
Mr. Antoine Richemond, Mana
ger de la Cordonnerie ELEC-

TRIC SHOP porte a la connais
annce des clients qu’un délai d'un
mois leur est accordé, A comp-
ter & partir de cette date, pour
venir prendre NHvraison dea chaus
sures en réparation en son ate-
lier, & la Rue du Centre, (bloc
St. Louis de Gonzague).

Pass6 ce délai ces chaussures
atront purement et «implement
vendues A la criée publique.

P-au-Pco, Io 8 Janvier 1970

Anto!ne RICHEMOND
MANAGER.

Convocation

Les fréres de cet Orient et,
sont ceux dela fraternité sont
invités aux cé&
rémonies qui marqueront le Jour
de la ¢F8te de l’Ordres le diman
che 25 courant

Elles auront lieu A partir de
neuf heures du matin au sidge
de la Respectable Loge La. Véri-
té No. 47 de la Rue du Magasin
de Etat.

Comptant sur l’aimable presen
ce des ung ot des autras,

Le Grand Secrétariat.



A vendre voiture FORD, Mo-
déle 1968, climatisée, pritre de
téléphoner ou No: 2-2033.





ET RESISTE EN TOUTES
CIRCONSTANCES

Montre de luxe? Montre
de sport? ©

Mido. est tous les deux 4 la

fols. Elle est faite pour les
mondanités, parfaite pars

solidité, Mido supporte les
coups. Voulez-vous savolr -

la date? Votre Mido Dato-
meter vous |’Indiquera.
Vous ne remontez jamais
votre Mido. Vous pouvez

méme nager avec elle — car

elle est 100% étanche.
Vente et service dans 111

a

Agents exaiuelfe
FOUAD A. MOURRA

Le CONTINENTAL
POF T-AU-PRINOK
sf

a

pays.

,





sis ae

Les ibériens gardaient

Suite do la ldre page)

une de trente pour cent le chiffre

sainte peur des avsoturiere fran (de la popufation blanche du Nord

cals, qu’ils considéraient comme
des démons. De. leur cété, les fli-
bustiers, tele Francois Nau, dit
VOlounais et Montbars, dit Ex
terminateur, entraient en fureur
rien, qu‘en apercevant des cas-
tillana,

Chaque année de cette époque,
de catte lutte sans merei — ot
les ospagnols étaient battus,
méme s’‘ils étaient a vingt con-
tre un — était marquée par une
tuerle dont les noms de certai-
nes régions du Nord comme les
Riviéres du Massacre, de la Ma-
trie (matar - tuer en espagnol)
rappellent encore le douloureux
souvenir,

Mais en arrosant le gol, ie
sang versé pai chaque flibus-
tier ou boucanier faisait surgir
une légion d'autres aventuriers
tout aussi ardents a courir sus
& J'ennémi et A développer les
établissements dans la Partie du
Nord.

Certains des premiers escla-
ves noirs, nos ancétres, étaien:
des sortes. d’engagés, des compa
gnons de combat & cette époque
de lutte sans merci

LA REVANCHE
DES ESPAGNOLS

Conduits par De Cussy et De
Franquesnay, les francais pillé-
rent, .incendiérent, détruisirent
Santiago de Los Caballeros
dans la Partie de l'Est, du 6 au
14 Juillet 1690, violant les fem-
mes, B.appropriant:. les esclayes,

ne respectant que les Eglises dont
_ le trésor et les ornements furent

emportés pour rehausser les nou
velles ~.Eglises paroissiales du
Nord et du Nord’Ouest.

La revanche des Espagnols al-
lait suivre six mois plus tard
avec des moyens imposants.

C'est dans ce contexte de vio-
lences et de haines que se situe
la Bataille de la Savane de Li-
monade, telle que l'ont contée
notamment les R. P. Charlevoix
(1) et Lepers (2), Moreau de
St. Méry (8) et Charles de Beau
repaire (4).

En outre, j’ai pu recueillir les
souvenirs légués par la tradition
orale au Cap; au Quartier Mo-
rin, 4 Limonade car nos ancétres
eacinves avaient déja été impor
tés d'Afrique par les premiers
colons francais, par la Compa-
gnie des Indes Occidentales ou

voléa aux anglais, portugais ct
espagnols. Ils devaient constituer
une proportion

lors dépassant

nee

& l’6poque ' (5).

LA BATAILLE DB LA
SAVANE DE LIMONADE.

Débtttqués de 7,. vVaisseaux
montés par-2600 hommes, ou
ayant traversé. lee frontiéres..ins
tables, ‘troig mille hommes, dont
plus de 2.000 soldats entraings
(fugiliers, } a ncie rs) conver-
geajent vers le Cap dans lo pe-
conde quinzaing de Janvier 1691
selon la narration fidéle du P.
Charlevoix. (volume II, p.p. 122
et suivantes).

Les francais réunirent motns
du tiers 800 hontmes, dont 200
flibustiers et 200 boucaniers a-
guerris et une force supplétive
d’esclaves pour charger les ar-
mes et d'autres taches.

Gouverneur depuls Avril 1684,
de Cussy voulait tendre des em-
buscades a Jacquezy et prés de
Bayaha (actuellement Fort Li-
berté). Mais Jacques de Pardieu,
sieur de Franquesnay (6), Lieu
tenant du Roi au Cap copina
pour la Savane de Limonade,
plaing d'une lieve en carré et
parfaitement unie par ot les espa
gnols devaient passers. Malgré

le refus de De Cussy de combat |

tre en plaing contre des foxes
supérieures en nombre, monde cria confusément A la
Savane et l’on se mit aussitot
en marches

LE SORT BALANCAIT

Le 21 Janvier 1691 au matin,
Varmée espagnole surgit du brouil
Jard en ‘bon ordre. Malgrg leur
supériorité numérique écrasante
la plupart des castillans étaient
ébranlés rien que par la yue de
ces redoutables flibustiers et bou
caniers francaiy dont le renom
de vaillance et Maspect farouche
les intimidaient fort. Bien que
les francais aient attaqué a 9 h.
am. avec précipitation et sans
ordre, nous indique le P, Charle
voix, la victoire balanca plus d’u-
ne heure trente.

N’oublions pas qu’A l’époque
les fusila ne portaient pas A
plus de deux cents métres et
qu'il fallait deux ou trois minu-
tes (trois temps et douze mouve
ments) pour les recharger.

Les fusiliera espagnola ne pou
vaient soutenir la cadence de
feu des flibustiers et commen-
cgaient a& rompre leurs lignes.
Pour empécher la déroute des
troupes de Sa Majesté Catholi-
que «un officier fit alors un si-

gne de sdn chapeau, afin de fai- _

re se lever 8C0 lanciers couches
sur le ventre jusqu’ici et qui fon
cérent, avec tant de furie sur
nos gens qu’ils forcérent le cen
tre aprés un trés rude combat.

Les deux ailes se trouvant sépa.

rées, la plupart des francais ori-
rent la fuite, mais les 500 hom-
mes les plus braves de la colonie
moururent en résistant jusqu’au
dernier, avec leurs 80 officiers,
leurs 2 chefs, mais en tuant au-
tant, si ce n’est plus d’espagnols»
(d‘aprés Charlevoix. 2¢ vol. pp.
228, 224).

Charles de Beaurepaire repro
duit une lettre écrite le 21 Mars
1691 de Port-de-Paix: « Franquesnay se mit a la téte
des habitants de-ce’ quartier pour
recevoir (lea Espagnols) en gens
d’honneur : ce qu’on fit d’abord

avec tant de vigueur que les en-












nemis pliérent et qu’il y eut du
désordre parmi eux, Malis «’é-
tant ralliés dans un moment et
venant & la charge, la chance
tourna, les nétres plitrent A leur
tour, puis se débandérent.. avec
tant de confusion et de lacheté
que ce fut. une fuite et. une dé
route générales: ce qui fit que
les. braves gena y périrent tous,
en combattant généreusement,
ne voulant point fuir devant
ceux qu’on a toujours battus
jusqu’A ce triste jour et qui 6-
tdient en possession de n’os*r
paraitre devant les francais».

L'APPARITION
DE N. D. D’'ALTAGRACE

Les historiens et chroniqueurs
francais n‘ont certainement pas
voulu donner crédit A la raison
évoquée par les espagnols pour
expliquer cette victoire. Des re-
lig-eux, commagles R. P. Labat,
Leperg et Charlevoix ont di en
atre fort vexés.

La tradition orale est encore
trés prolixe A ce sujet de nos
jours en République Dominicai-
ne. De mon cété, j'ai recueilli
ce qui suit dana le Nord:

Liofficier, qui fit.se lever les
lanciers espagnoles, leur montra
les fléches. des palmistes de I’ha-
bitation. Guillaudeu, alors Beau-
val, au septentrion immédiat du
hourg du Quartier - Morin (7),
en leur criant : «He ‘aqui la Vir
gen de Altagracias. Devant Ihé
sitation enoore marquée de ses
troupiers le commandant insis-
ta; «Voici la Vierge d‘Altagra-
ec ! Ne La voyez vous pas au
dessus de ces palmistes qui vous
sourit et vous annonce la victoi-
Te sur cea voleurs, ces dé&mons.>

Hi était 11 heures du matin.
Seul le merveilleux pouvait vain
cre la efuria franceses décuplée
davantage chez ces aventuriers
sans foi, ni loi.

Les soldats couchés étaient
des hattiers du Seybo, armés de
leurs <«miliacines> ou longues ma
chettes. Ils se frottérent les
yeux et dans la brume hivernale
qui finissait de se disperser au
dessus des bus-fonda a l’époque
marécageux du Quartier.- Morin,
ils distinguérent enfin l'image
miraculeuse flottant au dessus
des palmistes.

Avec moins de crainte qu’aupa
ravant des feux roulants des a-
venturiers bien entrainés, les

bouvierg se lancérent ‘sur leg
francais .a cris répétés de :
cViva la ‘Virgen de Altagracia. !

precio] ureérand oe tartilee
aus eurs “
sabres d‘abattis; si bien effilés
contre le cou, Jes bras, lea jam-
hes des flibustiers, dea bouca-
niers, des colons, des esclaves,
soldats auxiliaires.

A leur retour dans leur loln-
tain Seybo, a l’extrémité Sud -
Est de I’le, les hattiers construi-
sirent un sanctuaire A la Vierge
d’Altagrace, & Salvatierra (Sau
veterre) de Higuey, ancienne Ca

Convocation

Les Membres du Conseil Pa-
roisnial de St. Gérard sont con-
voqués en Assemblée Générale
le dimanche 25 Janvier en cours
& 8 hres 45 du matin.

! Pour le Conseil

Melle KERNIZAN
Seerétaire ad hoc.

si simple a manier... si simple 4 acquérir! Voyez - la,
Renseignez - vous: tout de oe

pitale du Caciquat. du méme nom
et coneervérent le souvenir de
cette Vierge miraculeuse dont je
renom s’est étendu a toute la po
pulation de la‘ partie de. l'Est.

Gérard JOLIBOIS.

Prochain article :
N. D. D'‘ALTAGRACE |
ET NOTRE REPUBLIQUE



— NOTES —

(1) R, P. P. Francois Xavier
de CHARLEVOIX — Histoire
de Isle Espagnole ou de Saint
Domingnue..

(2) R. P. LEPERS — La tra
gique histoire des flibuatiers, his .
toire. de St. Domingue. et. de 1’'Is. °
le de La Tortue, recueillie et a-
daptés. par P; B. Berthelot. .

(8) Moreau de St. MERY —
Description. de la partie frangai-
se de St. Domingue. — (Réédi-
tion de 1958) —- Ier tome, ar-
ticles sur Limonade et Quartler
Morin.

(4) Ch. de BEAUREPAIRE —
Combat entre les espagnols et
les frangais A Limonade en 1691.
-— Parent de De Franquesnay, il
reproduit les lettres des gsurvi-
vants du Combat ou de, ceux qui
vivaient, lors dans les environs
du Cap Francais.

(5) St. MERY cite les noms
d’anciens esclaves ayant été au
siége de Carthagéne en 1697, af-
franchis et pourvus de brevets
du Roi & catise de leur mérite:
leg Capitaines Etienne AUBA
(p. 186 vol. 1) — c'est Vancé-
tre des OBAS du Nord et m&me
d’une famille Etienne) —. et VIN
CENT OLLIVIER (p. 229, vol 1
— cest le géniteur des VIN-
CENT du Nord et des Olivier).

Charlevoix et de Beaurepaire
nous parlent des esclaves de la
région du Nord, amenés par les
espagnols aprés leur
des esclaves qui se cachérent
dans les bois et revinrent ensui-
te auprés de leurs maftres A
Vissue des onze jours de pillages
et de dévastations durant les-
quels la ville naissante du Cap
fut détruite et brulée.

(6) Franquesnay était origi-
naire d’Avrem?sni!, en Norman-
die, actuel Dépt. de \’Eure.

Bon nombre des flibustiers,

“poucaniers et colons tués le 21

FRUIT CHAMPAGNE
pAirrxmoussE

‘ORANGE.
CITRON
LIMETTE
. RAISIN
BANANA
CERISE
_GREME DE G&

Janvier 1691 étaient
mands.

deés nor-

(7) Le Quartier . Morin s’ap
peiait en ce temps le Trou de
Charles Morin, du nom d’un des
premiers propriétaires. Il y a-
vait alors des marécages, des mi
res non encore drainés,-provoqués
par des résurgences de la Cran
de Riviére du Nord = dans ces
terres alluvionnaires. .

Les palmistes de Guillaudeu
sont bien moins fournis qu'il y a
279 ans.

La famille Guillaudeu s'est
fixée au Canada depuis plus de
deux sidcles, semble-t-il. Il y a
30 ou 40 ans, un descendant de
cette famille visita le Cap-Hai-
tlen et le Quartier-Morin, d‘n-
prés Jes informations que j’ai re-
cueillies dans In Métropole du
Nord. |

J










¢
. ae
aE




victoire,







EXKSEHNGNA NINA

REX - THEATRE

Samedi & 6 h. ot 8 h. 15
En tlére partie

LES AMBIAASSADEURS’
En 2ame partie|

LE RETOUR DE DJANGO
Entrée Gde 1.50

Lundi a 6 bh. et 8 h. 30
L'ASTRAGALE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

PARAMOUNT

Samedi a 6h et 8 h.
En lére partie
TABOU COMBO

En 2ame partis

Dimanche A 5 bh. 7 h. et 9 h.
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

Lundi & 8 h. 30 P.M.

La Cie. Jean Gosselin Présento
LA FACTURE

‘ Parterre 1 dollar

Rés. $ 2.00

Balcon $ 0,60

‘DANS N OS CINEMAS

CAPITGL

Samedi & 6 h. et & b. 30
LA LEGON PARTICULIERE
Entrée Gdes 2,50 et 4.00



FACE D’ANCE

Samedi} & h, ot 8 h. 15
‘LES DETROUSSBURS
Entrée Gde 1.00

Dimanche a 4 b. 6 h. et 8 h.-
MAYERLING
Entrée Gde 1.50

Entrée Gdes 1.50 at 2.00

Dimanche a 3 h. P.M.
--ET POUR QUELQUES
DOLLARS DE PLUS
Entrée Gde 1.00.
Dimanche a 6 h. 7 h. et 9 h.
PASSEPORT DIPLOMATIQUE
AGENT K - 8

Entrée Gdes 2.56 et 4.00

Lundi a 6 h. et 8 h.

Lundi 4 6 h. et 8 h. 18
LES NUITS.

DE L'EPOUVANTE
Entrée Gde 1.00

=e ’

AUDITORIUM
CENTRE CULTUREL

Samedi A 7h P.M.
LE CIRQUE FANTASTIQUE
* Entrée Gde 3.50:

Dimanche & & 5 h.vet 7 h.
MA COUSINE RACHEL
Entrée Gdes 2.00

Lundi 7h. P.M.
LA PLANETE DES SINGES
Entrée Gde 1.20



De Luxe Auto Ciné

Samedi & 7h. et 9h.
BONNIE ET CLYDE
Entrée 1 dollar par voiture

Dimanche a 7 h.
MON HOMME
Entrée Gdes 3.00 par personne’

et 9 h.

Lundi & 7 h. eat 9 h.
(Derniére représentation)
MAYERLING

Entrée 1 dollar par voiture



MONTPARNASSE



Drive in Ciné

Samedi & 7 h. et 9 h.
PHAEDRA .
Entrée 1 dollar par voiture

Dimanche a 7 h. et 9 h.
5.000 DOLLARS SUR L*
Entrée Gdes 3.00 par personne

Lundi & 7 bh. et 9 hb,
LA RUMEUR
Entrée 1 dollar par voiture



ETOILE CINE

(PETIONVILLE)

Samedi & 6 bh. 80-et B h. 30
COPLAN SAUVE 8A PEAU
Entrée Gdes 1.50 et 2.50



LES LOUPS NOIRS

Samedi 4 6 h. 15 et 8 h.
PROPRIETE INTERDITE
Entrég Gde 1.00 :

Dimanche & 5 h. 7 h.
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARD
Entrée Gdg 1.00 -

A MAGIC CINE

Samedi & 6 h. et 8 h. 15
En tlére partie

LES LEGENDAIRES
DE DELMAS

En 2éme partie
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARND
Entrée Gdeg 1.20 et 2.50

et Oh.

Dimanche a 6 h,
CINQ CARTES A ABATTRE
Entrée Gdew 1.50 et 2.50



Lundi a 6 h,
CHEF DE PATROUILLE
Entrée Gde 0.60 et 1,00

E n2eme partic
FANNY
Entrée Gdes 1.20 et 4.00

Dimanche & 3 h. P.M.
L'OR DU SHERIF
Entrég Gde 0.60 et 1.00

Th.



L'HOMME, L‘ORGUEIL

Dimanche & 3 h. P.M.

UN HOMME TRAQUE
Entrée Gdes 1.50 et 2.50
Dimanche A 5 h. 7 h. et 9 h.
UN HOMME TRAQUE
Entrée Gdes 2.00 et 3.00 ,

ET LA VENGEANCE
Avec Franco NERO.
Entrée Gde 1.60

Entrée Gde 1.50

Lundi a 6 h. (Séance unique)
ALEXANDRE LE GRAND
Avec Richard Burton.

Entrée Gdes 1.50 et 2.60



ELDORADO

Samedi a 6h et 8 h. 18 -
RASPOUTINE

LE MOINE FOU

Entrée Gdes 1.50 et 3.60

Dimane eabBh7h. et 9h
HOMBRE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

CINE STADIUM
Dimanche (En permanence)

COPLAN SAUVE SA PEAU
Entrée Gde 1.00

x



Entrée



be

i

Gallery Monnin
382 Blvd. J. J; Dessalin
aeote de Té é-Haiti.”



CINs UNION

Samedi a 6 h. 15 et 8 bh,
L’OR DU SHERIF
Entrée Gde 1.00

AIR-PORT CIN

KRIMINAL ’
Entrée Gde 0.60 et 1.00!

—eee

80 et 8h

Mardi & 64h. . ¥9.
ATTAQUP A L'AUBE

e 0.60 et 1.00



VISITEZ LA GRANDE EXPOSITION

_ CALIXTE: HENRI

Ouverte insqv'an 28 Janvier

aie”

Wey SIENINRININKI INK IIENIIEKINIEKNIRN NI
5 Toe

15 et Bh.



CINE SENEGAL

Samedi A 6 h. 16 et & h. 15
En 2¢me partie

168

CINE OLYMPIA

Sa'medi (En permanence)

»

Dimanche & 6 h. 30 et 8 h. 80
TERRE SANS PARDON
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

et 9 h.

Dithanche & 6 h. 30 et 8 h. 80
GRINGO JOUE ET GAGNE

Dimanche A 5 h. 7 h. et 9 h.
LES EPERONS NOIRS
Entrée Gde 1.00





Dimanche A 5 h. 7 h. et 9 h.

001 DESTINATION JAMAIQUE
Entrée Gdes.1.20 et 2.00

Lundi A 8 h. 30 (Séance unique)
CLINT, L'HOMME
DE LA VALLEE SAUVAGE
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

4














2) Agr iewlture
ment dea



a) Développement lea reaanur:

coe Aumiaines

a) Nutrition apple ude récu

ration Wenfanta d'Agu pré-ace

hire alteinto par ton maladies de
carence,

bv) Alimentation avolalre aux
niveavax primares, secondalres,
techniques vt profeadonnela,

4) Developpement dea rexaour
ces sndustrieilen of minidred

Turquir Industries duo cle
ment, dengrais, de pale A papler
de charbon, do ter ct d'acer

Inde © Industrie [attire

Colombie Industrie de con-
contrée pour nlimentation du he
_ tall.

&) Secoura d'uryence
Cataclyame

Catastrophes nuturelles ; innon
dalion, tremblement de terre.
D’aprds ies informutions reeueil-
lies le PAM fournit actucllement

“une alde alimentatre ~ a Haiti,
pour unc vateur de’ 44g. 000 dol-
lars.

Los atiiehts du PAM sont dis
tribués gratuitement sous forme
Ja provisions = pour leu travail:
laure et icurs familles, comme ati
mulant ou remunéralion partijel-
le de travavx réalinés, oy , BOUB
forme de snacks dans les établis
wements d’enseignement.

Yl — Conditions Generales de
Inide du PAM.

Les conditions de [aide alimen
taire do PAM sont purement
Wordre technqiue et operntionnel,
Le Gouvernement intéressé doit:

1) préparer oun avant-projet
justifiant UVintervention du PA
dans un progranime de développe
ment économique et social d'inté
i@t national et le soumettre au
dége du PAM par i’.nterméd{ai
re du Représentant Réstdent du
TNUD.

Le fonclionnitre. iesident des
projets du PAM (ss! y en a un)
peut aider les autorités interes-
oes dans ['élaboralion de la de
mande d'aide.

2) assurer Ie financen.cnt du
projet et des opérations de I’a:-
de alimentaire du PAM qui sont
a la charge du gouvernement bé
nélicialre.

a) Nationrlisation deg
uults

pro-

b) Transport




_ SAMEDI 84 ET DIMANOHE/O5. JANVIER
apt dévelappe-
» Wabuvelina



MHlione

tribietton

6) Frala de fonctlonnement
pour te con Jen fonctlounalres ré-
oidanta du PAM.



A) oussurer Ja continuation du
profet an question A In cessation
de Vatde Mlimentalre thie PAM.

IV Aetividés du PAM dana
le monde.

Depuis le commencemens
sen activites, le PAM oa apprau
ve S8U projets dans ‘78 pays re-
prenentunt un coat total de 702.
052.8765 dollars eo seu la ropar
Ution suivante ;

Amérique Latine ot Antilles
b@ projets dans 18 pays.

Afrique du Nord ot Proche O-
vient : 99 projels dans Il pays.

Afrique Occidentale : 70 pro-
jets dans 21 pays.

Europe M iérangonne et A-
frique Orien bos projcta

dans 13 pays
Aale.
101 projets dans 1D pays.
(Catte répartition
que ‘correspond & lorgenisation
de Mndministration des projets
ou sege du Programme, En ef
tet, i y a une division de pro-
yvt management pour chacune de
Lon regions).
- Vous constaterez nussi que la
région qui a le plus bénéficié de
Inide du PAM eat celle de Afri
que du Nord et du Proche - O-

EEE

LONDRES (AFP)

Los Représentations faites par
V'Espagne au sujet des prochai-
nes manceuvres navales britanni-
ques en Méditerranée Occidenta

le et dans lAtlantique ont été:

accueillies avec calme & White-
hall of lfon s’inquiéte toutefois
de ce contretemps dans la nor-
malisation des relations entre les

deux pays sur la question de Gi- *

braltar.

Dans les milieux anglais auto ~

risés, on souligne lundi soir que

le gouvernement espagnol a été -

informé a Vavance de ces monceu
vres — qui doivent durer pen-
dant deux mois — et qui n’ont
aucun rapport avec la défense
de Gibraltar contre une éventuel
le attaque espagnole. Les instal
lations de la colonie ne seront

utilisées que pour le ravitaille-

ment et J’entretien des navires
britanniques.

Les manceuvres, affirme-t-on,
ont pour objet d’accroitre la con
tribution de la Grande-Bretagne
& la sécurité occidentale en Mé-
diterranée et dans 1l’Atlantique.

“tance, du PAM (Turquir,

da-

et Extrdme - Ortent :

géographi- “



d'ur-
dann

a pays currespondant A un codt
Ite our le PAM do 72 milHons
de dollars,
lo conatater, cortains pays d'Ru-

Ka outre
ince ont

00 operations
“Ing antroprinen

Comme yous PoUVver
Vaants-
Greece).
Le PAM: vat un progranine tron
geune mals Urde dynam.que, dont
Jon rensuyrees nugmentent:s d'an-
live ‘on année, Los
volontatres offertes au Program
me pour la période UMA - 172
solevent A SO0 iniitona de dol-
lars, dont ly tlors doit étre ap-
porté en espice ou sous forme de
services, Les EUS apportent tou-
jours 60 pour cent-du total des
ressources que l'ensemble
pays donateurs mettent b la dis
position du Programme. &

ropo béndficle atisal de

contributions ¢

der |

Le: Ganada $ 5 maliions *.

Les Pays - Tan: tt millions

Le Danomark : 0 millllons

La Budde : 8 millions. 2)

La République Pédérale Att.
mande : 6 milflona

Tae Norvége 2 4:5 millions’
(Royaume Un.) Le RU. e283 |
onitions ve

La France : 2 miliens..

Cependant les pays do fa. CER
ont contribud pour 60 milton:
dollars au cours de la nériode® tis
mentionnée. :

Aprés le départ du Dr A. Boe-
ma en 1968, (qui a été élu Di

. ‘

AVIS

fin




‘de in. FAO), :

ot ‘ap mlioratton do



rr 7
Dooteur ay Aguing du jana lea quartiors popu
ddor qui 6té>cholalecomme lateed Alles: ‘da ays. 10,
Dirvotar Govtlt: du PAM*pour 000 béndficiaires ravaillours ,

~

‘elnass ane, ‘



une période: nde:

Détininsunt vatd
du PAM: aux pay





rensource ‘nupplémentalre d'inves
tlanoment «dana lo processus: © de
flnancoment des’ programmes de
dévoloppement-priontairc des Na
tions dconomiquement “pauvres.

En effet.
Vi— le PAM on. Colombie.--
Wassistanee fi n PAM au déve-

foppement Gcononiique ct social
de la Cotombte n débuté en 1985

Le PAM compte
dans co pays 3 -

(A ‘développer).

s.x projets



Les Produits H A M P C (py renvent ete achetés”

aux adresses suivantes

A PETION VILLE










“Sx 2
fuete Rica

8. Hondturcis
“Honduras ° enn
Nicarogua BE rosoo

La Trinilé
Venezuela

La Colombie

lo Republique de "Eqvateur
Le Pérod'



tage















Lo Bolivie

Le Brésil

A PORT-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

Lalue

Coles’ Market

Lalue

Boulangerie caat

Maison Rigaud -

Rue Panaméricate

‘Delmas Market

Autereute Delmas

Ws?
: ae Ree





Luce Chatelain

, ?













BONNE raison de’ plus
une



allmetitalre oe
on Vole (Was
quipement, fa: te "Aquino" a décla * a teotettin
ré que. catte uide représinte ‘une. do Formation. Professionnelle. du- » Comtintaaien ‘seond

/ curence y “découlant. .

te dans 7

-4as ‘sur une période de 6

_volotitatres ot & }mnemibres de toura!
nfamm ‘



ry) Un Scatet do. complomente-
don-elimentalre dann les: Centres

“Service, Nationnl d'Apprentisnn-
we (BENA)-— 82.000 hénéficial

/rad,comprenant ‘fea -approntin ct.

seven recevant: une formation
_brofesstonnetle dans: los; domat-
“nea! indnatriots, Tagricoles ‘et com
mercinux, oe o! ie

Le programme a aus étendd
nux éléves den Centres Technico-
‘Agricoles ct aux petits agricul-
teura-des zones rurales du payr
sous Ye nom dg PPP —- Promo.
tion - Professigh nelle Populaire.
Il- wagit de programme tournant .
de 15 jours... i

B) Un projet de reforestratton
de 7500 hectares dans le Dépar-
‘“fement de Cordoba, oi le sous-

‘emplof et Ig .chomage sont trés .

‘@evés: et les revenus de lu popu.
lation trés bars.

4) Un: projet” ‘de developpement
multivle dans. 1a ° région.semi ~ dé
sertique de la Haute - Gunira ~
habitée par des indiens Guairos.

5) Un projet d’atimentatlon
de “méres nourrices et ;d’enfants
dfige pré-scolaire dans le Dépar
tement de. Caldas. ‘

4) Un projet de petits: tndus-
tries:-pour. la fabrication d°gli-
ments concentrés pour bétail, ven.
dus aux prix de production sux
petites agriculteurs sans ressour-
ces, lésquels peuvent se livrer i
des activités d’élevage et de cil-
ture. .

7) Enfin- un énorme — projet
=ntitulé Programme National d'E
. ducation Nutritionnelle ef: de:

‘+ Complémentation Alimentaire —

mil-
les

“PRONENGCA, couvrant un
Tion de bénéfictaires parini

* méres- nourrices .de.trois,.enfants,

_atteinta de malnutr. tion du Yer”
“au 8e degré_ at.des maladies

jet antensents géogra-
phiques--de-1a Coélombic et: veepre
_sente uné contribution du PAM
de Yordre de 42 millions de dol-

(104.000 tonnes de produits ali
mentalres)

"La durée de tous les projets de
VAM eh Colombie varie entre 2

: et 5 ans et.l’aide globale du PAM

a ce pays s'leve & 49 millions de
* dollars. 7" "



ogee Bigs ‘ge eae

be
news

de .



Lia c6ltbat ihjolsdhine ré
Tideton. “vlan
fon

ne 'le gone rien






“itale diy ‘Centre | - des
édediiin franidala “a's consi.
‘tré-au_ théme <«Céibat -ct sexun-

iité> (Les. 17 et 38". Sanvier,: 6

Sue | iAlbertade-Lapparent)

il nya paw de: “patholog ey eps
. cifique’ du eshibiit, ont: vonelis ley
“médecins, Gértaiis. troubles “den
‘célibataires’son souvent Ja cause
“plus, que la conséquence du ‘céli-
bat.” la se .tévéleraient sutre-
ment ‘dang les “mariage. | .

Dans ‘Tes civilisations archai-
ues, i n’y.:a pas de,statut du
célibat.. Les “célibatairés sont des
marginaax, ont conclu, tnire’ au
tres “choses, ‘Tes ‘anthopologaes,

‘Le dernier ‘carrefour avait
-pour ‘thémre~’: ‘<«Comment assu-
mer le célibat. > On’ y entendit
trois témoignages, un pratre ;:
Mare Oraison ; une religicuse:
_Frangolse Vandermeersh ; et
un moine : Je Pére Jean dein
Croix Robert, bénedictin ae la
Pierre qui Vire. Marc Qraison
évoqua son expérience : celle
Wune solitude mais aussi c‘unc
liberté et d’une relation de type
non possessif,

- «Le motne est celui qui rélise,
avec tune certaine exclusive, le
silence et la solitude, une solitude
sans diveksion ni compensations.
declara le Pare Jean de In Croix

‘C'est dovloureux maie c'est
aussi une école de plén{iude, mé
me au plan de fa céatisation hu-
maine.~Te) était Vobjet de la
dern’’re conférence de ‘Thomas
‘Merton, une heure avaul FA
mort.

Plusieurs interventions évoqué
rent la situation souvent oublic:
du “eelfbat: rion’ ‘choist qui -e+( le

P



§ pour conduire,

- ~ adr

Fints les maux de téte!-

ala “AU COLLOQUE: (DES. -MEDECINS CATHOLIQU Ba®

bb eménie

edlloque: | tie” fn 4)
eb fami.

TAU

. que les modes de réalisation

fot de hansnambre de* femmes
(hommes, :
T'abbé de Locht, profeaneur a
Lotvatnu; -conclut: par ure tivida-
tion A “réfléchir-davantage au
céHbat consgeré. Eat-j) le moyen
Wane orelation apeaifiqae usc
Didi 7 Cette questiun appelle-
rait un camplément de refl-sion.

CONCILE HOLLANDAIS
Sur deo méme thee, Je ray:
tort discuté au cconeles holhon-
duis “du-toaa 7 juuser 1970 4
ela intéyralement publie dans
INOC, noi, p. Gow ¢ Editions
du Seuil). Cette tecture oa de
(udh surprendre j-ceux qui ne
voient en c@econdie oiune re.
vendication duo emariage dew pre
tress.

Les soixante-huit premiéres pa
ges du rapport n’en traitent pas
{A une allusion prés).

Le probléme n'est abordé qu’a
la fin, & une place modeste et Ii
mitée, pages 76 a& 81.

La. valeur du célibat y est ma_
nifestée : «Il eat tout A fait gra
tuit d’affirmar que je célibat
est un état de vie antinaturel
et dangereux pour Véquilibre spi
rituel. Mais fl est évident que |
célibat nécessite une = maturite
spirituelle, un choix bre, des
exemples nuthentiquer.» ~~"

motivations — charismiat
manifestés, ana

Les
ques en font
RO
jitaire of en communaute.

Le débat n'est pas pour
contre le célibat dex prétres 1)
concerne In liberte de Vengace
ment dans cette vote. it c'est
un fait qu'il yon sud ce point
un cconsensus> croissant pour de
volldariser Mongagement au sae
cerdoce et Tengrgement au cél
bat, au colloque m lies td cli der-
nier week-end commie air coat,

recente

ou

le» hollandais. ‘Toute la
prise de position des even
Hollande be mentre

Vien

Abbe René LAURPNTIN



'
.
’ —

Que] soulagement de savoir que votre Toyota peut compter ‘en toutes circonstances sur
des services d'entretien rapides et sirs... tout en sachant blen qu'elle n’exige normalement

Pour assurer G

des ressqurces sures et

que des frals d'entretien minimes.
@ tous nos véhicules longévité et constance, nous avons construit sur Vile

ensoleillée de Curacgo' un entrepot géant pour nos piéces de rechange. De cette locatlon
centrale nous poyrrons Uesservir toute Amérique Latine . .
Caci abrége considérablement la durée des réparations: ot assure un emploi judicieux
de piéces de rechange Toyota de provenance gdrantie.
Appartenant au groupe des dix grands de I"industrie automobile du monde, nous ne
croyons pas qu'il: sufflse de construire des véhicules qui solent uniquement solides ef surs,
faciles & candulre at accessibles 4 tous a des prix raisonnables, ou encore de créer des
points de vente et de service dans plus de cent pays. Noni Nous voulons en faire des
véhiculas qui vous Ilbérent de toutes tracdsserles.
Avec I'Installation-du nouvel entrepo! “Toyota Parts Depot
nous vous servirens encore misyx qu auparavant. Non seulement parce que nous sommes |'un
des meilleurs constructeurs d’automobiles du monde, mais parce que nous mettons ala ’
disposition de nos concessionnaires ef a lavdtre? heureux propriétotres de nos Toyota,
inépuisables pour l'entretien‘de nos véhicules. .

on quelques jours selon nécassité.

3 ‘

°

4

hy,
of Curacao," en mars 1969, “Ve

rt {4
ot. yg!

Ck

. ‘
yt

' be

Vales

yi

ye

5. i.
GA t ? z
+ 3

° "3

tat




AMBRTUME et fayuiioude,
-elbon sirpries, on “Ntuendene
admonasta Yona, fave au vote “
Veplacopat holiandals ; cee eenti
Men. Ne sont pas oxprimds enco
re par Je Velican mam on 4s’on
pouvient, tla ont daja nettement
4046 evoques par le rape dans la
lettre -qu'il avalt adreseéo au car
dinal Alfrink en dacambre, ct qui
a 6t6 publics dans l'c Onsserva-
tory Homano > do lund{. dermer.

Aujourdnu, Vorgane au Vati
Can so tait. Il ne fait mame pas
mention du vote du «pastoral con
aille >» Le Sain-Siege otait dau
leurs d4jA informé de la nouvel-
le tl y @ quaiques jours par son
nonce apoatohque Mgr Angelo
ll feudna attendre la prochaine
venue A Rome du cardinal frink, qui est annoncédes comme
imminen.e, pour connaitre lee dé
veloppements de cette affaire
douloureuse pour lo Saint-Pére.
Calui-ci s'etait d&jé déclaré, dans
sa le.tre de decombre, «perple-
xe» devant certainos affirmations
doctrinales contenues dans les
prcjes-rapports acs assemblees
plénidres des évéques hollandats
(la description du but et des ta-
ohes de l'Kglise. présentées com-
mo si la mission de celle-ci ¢-ait
purement terrestre ; la proposi-
tion parfos impérativo de disso-
cla.ion du cdlibat ot du sacermdo-
co étuient on toutes let.res repro
chées aux padres hollandais). «On
nae parle du Papa, s'écriai. triste
ment Paul VI, que pour mintmi-
ser sf charge ot les pouvoirs qui
lui ont 6té confénés par le Christ
lui-méme...>

cionces doctrinales risquent de
conmdiuite A des conséquences dé-
plorables>, ajoutait.le Saint-Pé-
ro. Son attitude ne peut étre
changée aujourd’hui, «dictbe.
comme if l’écrivait, par le haut
sens de eA respo! lité dans
l'application des décrets du Con
cile ». Il avait demandé au con-

AYRES L'ANNONON DE LA

eile pastoral ellen ee
cord: total et sans
I'Higilee untyoreelle sur lee points
contested.» 2) avait insa@ en
termes émouvanta, sinon suppll-
ants, pour que l'on a’en = Llenne
au céllbet des prétres ot avertl
que dans lo cas con.raire, le cler
gS hollandals e’écarterait da 1'E
alive. J Ii avait dit A celui-ci sa
méfl . Avjourd’hal, la répon
métiance oes 4évéques con#itue une
nouvelle décoption.

Certains membres de l’entou-
rage du Pape ne cachent pas
leur désarrol. Ainsi Mgr Faus.o
Vallainc, chef du bureau do pres
sc du Vatican, intervenant « A

com

titre personnel, comme _ simple
-pretre », a déclaré : « Si les ec
Cléacastiques fidéles au — célibat

venaient manifester sur la place
Saint-Picrre, ils ne seraient pas
cent ou mille, mais des centaines
de milliors. Le choix du célibat
demande un sacrifice considéra-
ble chez un jeune homme. Nous
devons maintenir la qualité de
nos prétres. Si j'étais évaque,
jo préférerais ravailler avec
deux nrétres célibataires, plutét
qu'avec dix mariés.>

Maia il est évident que Rome
va devoir dépasser de siinples
réactions ¢«épidermiques>.

La demande l’ép.scopat —hol-
landais n’$mane pas d’un quel-
conque concile pastoral plus ou
moins cousultetif, ofais de l'au-
torté légitime de I’Eglire de Hol
lande. (iu d

Dans un premier temps, _ le
Pape et sea collaborateurs étu-
dieront longuemeas le d¢cument

e leur remettra i: cardinal Al
rink. Il importe en effet de sa-
voir ce que veuiett exactement
les évéques hollananais LH semble
que ceux-ci souhaiteraient pou-
voir s’orienter vers un clergé
qui pourrait étre selon son choix
tantét marié, tantot célibntaire,
les: prétres mariés ayant hien en
tendu recu le sacrem-n: do ma-

: - BS . . = *
DEQIBION DE L’RRISCOPAT HOLLANDAIS HN FAVEUR D'UN CLERGH MARIB

, tage avant velul dg lordry. Dau

avea\' ire part, if apparelt que les évé

ques voudralent conarvor dana
lo macerdoce, sous certulnod von~
ditions, certains oritres qui re
sont mariéa ou qul veulont ae
marier, on les mattant nu servi-
co do Communautés prites A len
accualllir,

Apron cot examon tle In situa-
tion, 11 n’ost pas exclu que, dans
un second tomps, Paal VI, ces-
time opportun de consulter >
acs fréves dans = l’épiscopat. I

peut le faire soit sous forme
denquéte par lettre — Jean
KXIL avait consulté jen évéques

de cette manfdre A tc voille du
concile Vatican “I --- xolt cn con
yoquant un synode. Tuite morli-
fivation de ta discipiina actuelle
entrainerait en effet dc si noni-
breuses répercusst,is qu ‘elle ne
peut @tre entreprise qu’avec le
consentement le plus large de 16
piscopat catholique.

U est probable que Rome va
rocevoir trés vite d’abondantes
réactions pour ou contre la re-
quéte néerlandaise. Certainas
sont déjA parvenues, telle cette-
lettre de prétres des Pays-Bas
qui regrettent rément tolérante ues ¢véques »
a Végard d'un econcile» dont ils
contestent. la reprdsentativité

L'événement est que pour fu
prem.éra fois une Eglia- locale
remet en cause publiquement un
point important de '4 discipline
universelle, ce qui a déja amené
certains & prononcer le mot de
«schisme>.

Nous n’en sommes pa Ia et, en
venant a Rome ,le cardinul Al-
frink entend bien montrer qu'il
reste fiddle & Pierre. Mais Vati-
can If a rappelé que Il’Eguse o-
rientale catholique admel le sa-
cerdose marié. Ne peut-on imuyi
ner que telle ou telle autre Halli
se puisse l’admette & son tour?

«Tout en. conservar’. lunité de

eo occccccccccoccocococccccccoccccoes

LOTERIE DE L’ETAT HAITIEN

Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets
A Gdes 20.00 00 le Billet











ler Gros Lotsa 100.000.00
2é Gros Lot: oe 15.000.00
3@ Gros Lote 10.00.00

3 Lots de G. 3,000, 0Q+seesresecaen a 9.000.00
20 Lots de G. 5.00.00 5,000.00
200 Lots de G. 100.00--- 20.000.00
350 Lots de G. 80.00--- ae eee coe ereceeesecen eee vee 28,000.00
2 Approximatifs du 1 ler + Lot a G. 500.00---+++-++0-++ vee 1.000.00

2 Approximatifs du 26 Lot & G. 250.00: erect ree , 500.00

2 Approximatifs du 3é Lot a G. 200.000 server setenens 400.00
297 Centaines des 3 Gros Lots a 60.00-- brasene seenenees carne nentes 17.820.00
897 Terminaisons des 3 Gros Lots a 50.00--: “ “ 44,850.00
2.100 Terminaisons par Tirage de 7 Boules ‘A 50.00 Fee sennee 105.000.00
1 BOULE DOC DUVALIER:: peveeee sues eeeteeseeaeeeeson 1.000.00

N. .— A partir du tirage du 15 Novembre, votre chance augmente a la Lote-
ric avec cette nouvelle table de lots :

350 lots de G. 80 au lieu de G. 250 de G

30.

297 centaines a G. 60 au Keu de G. 297 A G. 40.

2100 terrainaisons par tirage de 7 boules a G. 50 au lieu de [100 par tirage de

5 boules a G. 40

S.A. FLL C. O.

Un nom dans PEconemie du Pays

S.A. F.C. 0.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant a la
revalorisation de la vie paysanne

S.A FEC. 0.

Des milliers de bras haitiens gagnent chaque jour
la bataille de la production

S.A. FLL C. 0.

Un milliséde sacs de Sisal au service de la Nation Haitienne

S.A. FL €. 0.

Une Industrie Nationale au service de la Nation Haitienne

4c. 0.

4

S.




A hase de



AF.

€ ‘ODE! NE TOL et

: 200 lots de G.. 100 au jeu de G 60

i Ai * via
Toux, Rhumes, Brenchites, Enrevements, Influenza |















Ja fol ot do In atructure. diving.
mont (riatituée de I'Hgllde uiiver
aolla, dit Lumen Gentium (no.
24), con Kgliaes Joulasent d'une
discipiing propre, dune coutume’
Hturgique partleulidre, d’un pa
trimoine théologique et aplrituel
qul leur ost propre... Gctle va-
riété d’Hglisos ocales, conver
geant dans lunité, démontre a-
vec plus évidonce Jn enthclielts
do VEglise {ndivisible..

Jean Bourdarias,
Bernard Nol

UN COMMUNIQUE
DE PRETRES MARIES

Un- groupe de prélres mac's
habitant Ja région paérisonne a

Qpublié un communiqué au terme

de sa dernitre conférence, Ces
praétres « déclarent solidaires
des votes émis par la majorité
des prétres et laics. hollandals...
pour l’abolition de Vobligatiun au
célibat ecclésiastique et la recher
che d’authentiques d’ot doit sur
gir un ministére d'un nouyert
type.

> Ils a’engagent
comme hiér & vivre
de Jésus-Christ,

ails tiennent & préciser que
leur désir unanime n'est pas de
réintégrer purament et simple-
ment le ministére dans sa forme
actuelle... mais de ccatvibuer a
Voeuvre d’évangélisation en fai-
sant naitre de nouvelles commu-
nautés de croyants, la of ils
sont intégrés. »

aujourd'hui
l’Evangile



RENE COLES

LALUE



Le Champion du beau v&te-
ment annonce A ceux qui par-
tent pour Y’Kurope, les USA, ou
le Canada, qu'il est revenn du
Canada et des Etats Unis avec
une technique moderne et sfire,
qu'il est en outre le Seul capable
de confectionner un manteau
d’Hiver qui eoit A la mode dans
les différentes Capitales du mon

a.

Us trouveront également dee
costumes et des pantalons et un
choix judicieux de tissus pour
les élégants préférent la coupé
sur mesure,

Une visite de votre part s’im
pose de toute nécessité, Mes-
efours les Elégants.

Lalue en face de ia Nonclatu
re Apostolique.

é



Nourrissez-vous !
' Nourrissez-vous !

POURQUOI LA GERMALYNE_

DONNE-T-ELLE

DE SI BONS RESULTATS ?
Parce qu'elle est par-sa puis-

_bance alimentaire, un super-ali-

nutrition.

POUR VOS ENFANTS, .
Craignez-yous uelques, faibles

ses ? quelque ’ ‘fatigue anormale ?
Nourrigsez-les_ |...
Donnez-lewr “le, Fégulatenr hes

turel de la nutrition. : .

GERMALYNE. Gr

Pour. jes futures’ mamans,

Nowrrissez-les |...
’ Donnez-leur- Je: ‘igulate
ture}: de- la nutrition +

GERMALYNE

Combatter Tour dépression par
une parfsite nutrition |
Nourrlsses-les. |

“ment régulateur naturel’ de la.

Pour Hallattement, craignes -
“vous ‘une fatigue ? a



mcicales retiré d du marc]

EN ANGLETERRE, IL Est “ACCUSE DE ‘DECLENCHER L'APPANITION DE |.
TUMBEURS CHEZ CERTAINS ANIMAUX |

VENDU BN FRANCE

Aprés plusieurs mois dacen}-
mic, la controverse ongagce dans
te monde enter par les défen-
sours et détracteurs des contra-
ceptifs oraux vient de - trouver
un second souffle. Ii ne se passe
pus un jour suns que des méde-
eins et des hommes pol.tiques
stigmatisent lea, dangers potien-
tiels de Ia cpilules.

Ces déclarations ne semblent
pas avoir (encore?) cu un véri-

table impact dans notre pays.
Des comités d’expert3 se sont
longtemps affrontés +f. au vu

de leurs conclusions, la
u 6t6 mise en vente dans les
pharmacies, sops contré's médi-
cal. Les médecins, bon gré mul
gré, ont df satisfaire leurs clien
les tous en les mettant en gar-
de contre certains incidents pos
sibles (troubles digestifs mi-
neure, surcharge pondérale, mis-
nifestations cutanées, etc.)

Restent les accidents, Parm
ceux-cl deux sont généialement
retenus, par, les spécialistes tracteurs> le risque thrombo-
embolique et le risque cancéri-
gene. C’est en 1961 qu’apparu-
rent les premiers articles spécia-
liaég = relatant des accidents
thrombo-emboliques pendant la
prise de contraceptifs. Depuis.
de numb:eux cas ont été relatés
tant en France qu’i I'é'ranger
1 faut dire g tules mises ‘sur le marché _n’é-
iaient que des produits ¢eforts>.
contenant une quantité impor-
tante d’oestrogénes.

Or le mode d’action des oestro
vestatifs sur les divers facteurs
de la coagulation préte et a pré
te & de nombreuses controver-
«es. En deux mots les hormones
contenues dans la -cpilule> sont
accusées de favoriser les acci-
‘Ients thrombo-emboliques.

Cette accusation devait condui
re les lnboratoires pharmaceuti-



E T

ee

qaes & mettre des produits moins


pus d’oestrogénes & la disposition,
des utilisatrices. La. ¢vogue> de
la «minipilules était lancée, Cha
eun sen félicitait, car ce nou-
veau contraceptif était moins
dangereux et tout aussi effica-
ec. Ainsi en Grande- Bretagne
un comité réputé ppour son sé-
rleux, le comité;Dunlop, publait
derniérement une liste de onze
variétés de pilules «sires» ne ris
quant pas de provoquer des acci
dents thrombo-emboliques, Dix-
neuf autres étaient
condamnées, — | a
SUR DES «BEAGLE>

Mais un fait novveau tout ré
cent risque de rallumer l’Inquié-
tude outre-Manche, ~ En effet,
sur la liste. des conze>- -apparait -
une «min!-pilules ne cortenant
pas d’oestrogines, mais acctiséc,
lle, de favoriser l’apparition de

.umeurs chez une. chienne. cbea- :

yles. Ce produit contenant de
Vacétate de chlormadinone-: est fa
briqué par les laboratoires amé-
ricaina Syntex Inc. Or cette so-
ciété a annoncé lundi que sa pi
Jule a provoqué des cactidents>
chez des animaux (Figaro du 20
Janvier) et que eaprés consulta

tions avec l’Administration fédé _

rale des produits alimentaires
dé de suspendre toute étude cli-
aque sur des volontaires.

cl pharmaceutiques» elle a aéci

Reppelons A ce sujet que cette
amini-pilule> est en vente
pufs un certain temps déja en
France, en Grande-Bretague et
au Mexique. Nous avons deman-
dé aux responsables du labora-
tote francais, chargé de la dif-
fusion de la pilule a Tacétate
de chlormadinone, ce quwils pen-
salient de la décision américaine.

Ils nous ont tout d’abord rap
pelé que le produit a satisfait,
en France, aux différentes étu-

Banque Nationale
de la République d’Hai
Banque de |’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant

un compte de Chéques







4 la Banque Nationale

de--

“A

a
des toxicologiques exigées par
le ministére de la santé et qu’it

‘a obtenu son visa. Les responsa
bles nout ont, d’autre part, assu

ré qu’ils sont ‘convaincus de esa
parfaite inocuité chez la fem-
me.

«Les travaux en cours, nous
ont-jly déclaré d’autre part, ont
révélé une tolérance parfaite du
produit incriminé aprés vingt et

les

Exige
Hae Royale

stabilisée

| Crames de jour et de nut:

Créme masque.
Ba hydratante.
Toniques et Lotions.

‘Creme démagiiillante.

‘Tait de Béauté.
Savon. ’ Ae
Dentagl 2.
Briltantines.

Creme 37 pour te beauté des mains.

sous licence



spécialités
cosmétiques:

un mols d'administration conti-
nue chez fa guenon. >» En revan
che, les expérimentations meénées
sur des chiennes «beagles . ont
montré une- “apparition : de tamé-
factions mainmaires.

Les responsables du laboratoi
re estiment cependdnt, & juste ti
tre, quill faut se garder de tou-
te extrapolation h&tive.

Patrick MAGD.

r







ih

RY!



Produits mis au point
par le biologists B.-de Balivefer

‘Un produit licence va ence APISERUM B. de Belvefer 4 base

de G

se Royale stabilisée offre” les

garanties de qualité

et d’fficacité qui depuis dix ans font la réputation mondiale

de fa

narque.

Latiorotoiret SANTA - 2, evene du 11 Novembre, COURBEVOIE



Joseph: C.
+» Distributeurs.





Valmé et Co.



Auto et Mécanique S. A.
Rue du Peuple 178

Distributeurs exclusifs pour Haiti des Camions,
Camionnettes et Voitures Bellett de la célébre firme























Japonaise :





























CINE ELDORADO

Dimanche 25 Janvier
& 6 hres, 7 heen, et BV heures
La Direction de catta. Salle .
présunte
HOMERE

Paul Newman s'est nsaocld au
Vieux rouller de lécran quest
Urédérla March pour vouw pro -
sonler oa chef-l'oouvre.

‘allleura avec Martin Ritt
comme réalisateur nous noe pour-
rion noua attendre A mieux.

John Ruasel dit HOMBRE, est
un blanc qui a tout d'un Indien-
Apacha: Ruse, audace, cournge.

Elové chez ces derniers, {I re-
colt on héritage un peti hdte!
qu'il vend pour partir.

Mépriaé par sos fréres blanca
qui le classe: Peau Rouge, i] eau
ra grfico A léducation recue chez
ces Indiena, gagnor non seule -
ment leuc respect, mals auasi
leur admiration.

HOMBRE

Un film anti - ractste qui nous
montre Paul Newman dans un
de ses meilleurs réles.

HOMBRE

Un fracassant western

vomme les autres.
HOMBRE

La Superproduction que Eldo
rado propose A sea aimablies
Clients le Dimanche 25 Janvier
1970.

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

pag

* xxx

De Luxe Auto Ciné

Dimanche 25 Janvier

4 7 heures et 9 heures
MON HUMME

Avec Sydney POITIER.

L’ange pur et radieux de 1’n-
tégration, Sydney POITIER,
jJouera le Noir et gagnera les
cours au DE LUXE AUTO CI-
NE en gravissant les cimes du
suceés dans:

MON HOMME
qui marque le dernier degré de
JYescalade vers sa double aureole
a'acteur et de symbole.

Aprés l’upothéose des «Oscars>
de l'année 1968, Sydney POI-
TIWR édifie sa prodimeuse car-
riére sur un choix : Interpréter
des réles de Noirs qui s’ mposent
par leur supériorité morale; «te
suis venu au cinéma faire ou -
vlier 60 ang de roles humiliants
ou jes Noirs avaient di se conten
ter d’incarner des chauffeurs en
ivrée, des servantes effarées, des
tres serviles et laches. Tant que
je représentera, a l’écran, la col
lectivité nofre, je ne jouerai ja-
mais rien qui puisse faire honte
a un Notr ou encourager les pré
jJugés odieux des Blancs. Je sou-
halte que les Ncirg prennent plai
sir & savourer la revanche d’un
destin supérieur dont la vie ne
leur Inissnit que des frustra -
tlons,»

Cette énergique déclaration de
Sydney POITIER A la presse
Francalse se cristallisera au DE
LUXE AUTO CINE le dimanche
2b Janvier 1970 & 7 et 9 heures
pyee In chaleureuse production:

«MON HOMME»
Fnirée $ 0.60 unr persenne

“K XK

CAPITOL

Diinanche 26 Janvier

a 6 hres, 7 hres et 9 hres
Pierre Braunberger,

Buchholz, Marléne Jobert

Horst

L'ASTRAGALE
Un film de Guy GASARIL
On se demande souvent ce que
xienifia ce mot: L’ASTRAGALE
eat un petit os du pled.
La fracture de ce petit o« }m-



mobilisera Albertine SARRAZIN
au pied du! mur qu’elle vient de
Jianchir pour s'évader de prison.

Un passant v-endra la ramas-
ger et Vaider A B’enfuir.

Ce passant sera l’homme de sa
Vie.

L'ASTRAGALE c'est te titre
du grand succés de librairie d’Al
bertine SARRAZIN

L'ASTRAGALE, c’est un
grand film interprété par Marlé-
ne JOBERT et mis en scene par
Tierre BRAUNBERGER

L'ASTRAGALE, c’est le plus
bel hymne d’amour qu/ait jamais



SAMEDI 84 ET DIMANCHE 25 FANVIER 1970

x

AU REX THEATRE

Lo Rex-Théatro présente
Dimancha 26 Janvier 1070
46 HW. 7 H. at 0 HL .
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
(Technicolor
Avoc David BAYLEY — Geor
ges RIGAUD — Agatha FLORI.
Un cocktall ennivrant de ba-
garres ot de violence... Uno for-
co do frappo explosive en face
Wuno. éprouve de forces convul-
alves... Un WESTERN d'un ton
nus nouveau...
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
L'histoire irrésistible de sept
hommes aux volontés — tenaces,
aux poings serrés, composant
une mosalqu* fascinante dg sept
bras forts... Sept barres d’airain
dressées contre des bandits de
haute stature, des voleurs d’en-
vorgure..,
SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT
Les sept dccossais preaseront
les détonnateurs de 1’explosion
en falsant vivre aux spectateurs
les minutes les plus déchirantes
d‘émotion fortes et douce.
Entrée Gdos 2.50 et 4.00
xxx

Drive in Ciné

Robert WOODS nous revienc
cette fois dans CINQ MILLE
VOLLARS SUR L’AS, Un wes-
tern .talien ayant droit de citer.

L'empereur européen de la mi-
te en scene des bons western BALCAZAR nous présente un
Robert WOODS vagabond, mais
maniant avec dextérité son revol-
ver

Nous verrons cet acteur, heu -
,eux au jeu et ayssi en amour,
tantét généreux, tantét traqué,
mals ayant toujours plus d'un
teur dans son sac pour triompher
des embfiches que lui tendent ses

ennemis.

La ravissante Maria SABALT
lui ‘apporte le concours de sa
beauté
CINQ MILLE DOLLARS SUR
L’AS: Le western aux 3.000 mé.-
gatonnes.

CINQ MILLE DOLLARS S5UR
L'AS: Le western ot le pistolet
délivre avec plaisir ics tickets
pour lerfer.

CINQ MILLE DOLLARS SUR
L'AS: L’explosif western que le
DRIVE IN propose & ses aima-
bles clients les Dimanche 25 et
Mercredi 28 Janvier 1970.

uxxX
A MAGIC CINE
Dimanche & 3 h. 6 h. 7 h. et 9 h.
UN HOMME TRAQUE
4 MAN ALONE
Technicolor

avec: Ray MILLAND, Mary
MURPHY, Ward BOND, Ray -
mond BLURR. Arthur SPACE.
ee Van CLEEF, Alan HALE,
Donglas SPENCER. Thomas H.
HENRY, Grandon RHODES etc.

Ce film qu{ s’ouvre var la vi-
sion dea restes d’une diligence at
taquée et risque de se termincr
par une scéne de Iynchage se dé-
ranle dans le cadre d'une netite
ville américaing a 1’époque héroi-
que est un weatern qui suit Ja tra

chanté une femme déchirée dans
son Cocur et embrasée dang ga
Chair.

' LIASTRAGALE — eat In plus-
passionnée e¢ la plus passionnan
Le des Histoires d’amour.

Vous y verrez Marltne JO -
BERT Vinterpréte du Film, dé -
vorée par une passion fulgurante
qui lui fault perdre la ra‘son et

uui transperce ses entrailles d’u-
ne ardeur dévorante, inépuisable,
snextinguible.

Elie continue & boitiller, &
kuutiller, & béqu-ller, mais qu’im
porte, elle aime.

Albertine SARRAZIN est mor
te & 80 ang, tréa jeune, maia elle
a vécu assez pour terminer 8a
.carriére de détenue dans une apo
théose de prix littéroires.

“LASTRAGALE est un
Sommeta du Festival 1970
Film Frangafa.

Entrée Gdea 2:50 et 4.00

des
du



’ DANS NOS SALLES DESPECTACLES-

ana d'un grand drame, Low porson
nagea gont étudida on profon -
deur, La’ séquence do la premiere
purtle ost hallucinante el nous
montre dea cadavrea dont celul
duno onfan. do Ja diligence, Loa
aries tucnt: et stuent des ; igna,
cents. Pourquol ce crime atroce?
aiay Milland, campe avec beau -
coup d’autorité un homme en ful
t aula tué, pour ne pas otre
tué. I) lutte contre une bande de
hors Ia loi aul Vaccuse d'un mour
tre qu'il n’a pas commis. [1 méne-
ra uno lutte sang mere! jusqu'aA
démasquer~ Jes vra.a coupables.
Le jou de Ray MILLAND est sur
prenant dans Je 1éle dun homme
désabuadé, mais fuciloment con -
cuis par la pureté et la sincérité
d'uno jeune fille.
C'est un film a volr.
3 hres : Gdos 1.60 et 2.60
§& hres, 7 hres tt #-houres

Gdes 2.00 et 3.00 â„¢~








xx

AU PARAMOUNT

PARAMOUNT présente
Dimanche 25 Janvier
4 5 hres, 7 hres et 9 hres P. M.
Une grande production enré-
bee d’une pathetiquc histoire d’a

x

Rue Bonne Foi No. 104
P.O. Box 902
Port-au-Prince, Haiti
Phone 20088

Art Lover’s Studie

And Gallery

Rue des Miracles No. 76

P.O. Box 962
Port-au-Prince, Halti
Phone 20040

voir de Desprez, eneaigne indi-
quant la routa complétement a-
mén.

Vue panoramique
Halti dominant le
Prince — Bar & Ja disposition

. oo. _ des
Sont et demeurent les 3
minations of Jl’art haiti

dans toute sa beauté, dans toute son originalité
et dans toute son objectivité dans des peintu-
res d’artistes de chez nous.

Tout visiteur qu’il soit

La Banque

AV

GRAND LUXE MODELE 1970
Etablissement,

Sur demande de nombreux clien
tion sont reportées comme suit:

vier 1970.
2.- Ou bien un Solde Minimum

&- Ou un

sans bourse délier.
Continuez done, Chers Clients

offerte gracleusement en prime.

VIENS, DAGOBERT. JE VOU-
DRAIS QUE-TU INSTALLES
LES'MOUSTIQUAI-
"RES AUX FENE-J&

RES... oP

Les 3 Gallery’s
Recommandes
Nader’s Art Gallery

Gallery Gng Hill Side

Desprez No. 4
P.O. Box 858
Port-au-Prince, Halti
Phone 65-2711 :
Situé dans les Parages du Réser.

ne peut que gagner & y passer quelques instants.

BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN.

mour! oo
PASEEPORT DIPLOMATIQUE
: ‘AGENT K .

é 8 i a
Avoo Roger Hanin ot Christla

no Minagoll.
Un f.lm d’osplonange éiminom-.

MonpiaMiculé sur unsiintrigge d
plomatique et. un. jouw
Ja syndicat du pétrolo, le service
qo renacignement des Républi -
ques démocratiques-. de. I’Hst ot
YOrganisation de. !'OTAN!]
PASSEPORT DIPLOMATIQUE
C'est histoire pathétiquo de

la fille dun ambassadeur prise.

fu. plago..par.le Service.des ren-
Bolgnemcnts ot Ices agents de

V'Est, qui, pourine pas briser le.
carriére de son. pére, est. contraln.

le de devenjr un ‘agent double an
risque de sa vie!

C'est auss| Vhistoire d’un a -
mour, celul de deux agents se -
crets!

PASSEPORT DIPLOMATIQUE

Une atmosphére bouillante d'in
quiétude, une mise en acéne ri -
che an surprise, une production
pesante, une oeuvre dépouiliée
magn‘fiquement interprétée par
Roger HANIN et Christiane MI-
AZOLL
Un film qui accroche l'intérét,
crée l'émotion et alimente le sus-
nse,

unique en
ut Port-au-

_admirateurs de PArt, ‘,

Centres. et les 3 déno-
en est mis en relief

étranger ou haitien

Populaire

Colombo - Haitienne

Id

La Banque Populaire Colombo Hajitienne, heyrense d’odfrir
comme de coutume, la Prime Annuelle tant attendue, & ses dé-
posants en Compte d’Epergne, invite ses clients, et, le public en
général, A venir admirer le Magnifique
exposée dang le hall de son

ts, les conditions de participa-

1.- Maintenir en Compte d’Epargne un Solde Minimum de
CENT DOLLARS ($100.00) du 15 Septembre 1969 au 81 an-

de-DEUXK CENTS DOLLARS

($200.00) du ler Octobre 1969 au 8h Janvier 1970.
Solde Minimum de
($300.00) du 15 Décembre 1969 au &1 Janvier 1970. '

Préparez, dés aujourd’hui votre Avenir - en devenant, vous
aussi posseaseur de ce Superbe Cadesu, ln 81 JANVIER 1970,

TROIS CENTS DOLLARS

‘
t

et, Amis, & faire fructifier vos

6conomiea A Votre Banque Pepulaing,, tout en ayant la chance’
de gagner cette Magnifique Voituze.,. gui vous eat

{ t















entra...































=




. ee ae eee Sia aed

a



=> FE 1 O- 1 O-D 1 EHD




ot ce th see ak eS

a




=







a

ba





'

wy

‘ag
es

até

SOC
TELEPHONE : 3294
17 BORON 11

~~



/

Le plus grand

Pour toutes

les circonstances:

anniversaires,
mes, mariages. |

ead that eae tee



N944othdade needa

DUCO |
a PAge de l’ Espace

Pour étre adaptée a
Pepoque des satellites et
des fusées, votre voiture

doit

étre resplendissante.

Elle le sera quand vous
Paurez passée au VRAI
DUGO, ie DUCO
authentique garanti

par la signature

Dupont de Nemours |
le seul VRAI DUCO ©





voitures est en vente
ala

i
“eB

UTOMOBILES.

a



oe woe DE eee SY ed oo 1406760 1 Cre

0. §




2)
















or

assortiement -d’argenterie 5
Christoflé |

Couverts, ménageres,

timbales, couverts,
pour bébé, etce.. $

4 B: yas la solution. Il y aura. des sec






TR RIT Ses

















* esf-il le meilleur pour: vous?



DIMANCHE 25

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Elatorez des plans qui
prendront lundi,Jeur touche fina-
Je, Résistez A Ja précipitation,

L, Exercez votre patience, votre ré-

lexion, quofque que votre pro-
21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): Vénus.atigsule vos dons

thes touchg.. nets
et finale 1A 08, vqus, le Doo
Gardez vatre temps, peur Ie plai
ur et le rire, Montrez votre. ton
esprit.

22. MAI AU 21 JUIN (GE -
MIEAUX): Restez saul ne sera
leurs od l'association s’impeosera,

, des projets en collaboration, &
_ tous les niveaux.

22 JUIN AU 23 SUILLET
(CANCER): Les influences ac -
tuelles de la Lune indiquent cer-
- tains obs es, pas ingurmonta-

_bles, mals ugenx si vous man-
"quiaz da sens. de l’humour. Con-
{rolex votre capactére ef voz réac

ons.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Des devoirs pressants?
Reapirez un peu. Retroyver vos
forces perdues, réveitlez des idées
endormiés, insufflez de nonvelles
activités.en cette journée. Veil -
lez anx fausses interprétations.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE: (VIERGE): Vous devez é-
tre tréa optimiste .Amé).orez le
moral de- votre voisin et vous
vous donnerez en méme tempa 16
lan dont vous ayes besoin. .

24 SEPTEMBRE AU 23 OC-
*TOBRE. (BALANCE): Journée
sortant de l’ordinaire si vous ac-
ceptez certaines propositions. Ser
vez - vous bien de votre bon sens
et écartez toutes suggestions dé
raisonnables. :

24 OCTOBRE AU 22,NOVEM
BRE (SCORPION): écoutez
pas lea pess‘mistes ni n’ayez de
motifa de regret comme’ vous en

xx

5 . le aa Lo i . ,
ff Airgas elas, mpm our de sie anions
, Sonreduotion telals ov porticlic
,, Proprisig. Ang, Fedbunee Syn

«LE NOUVELLSTE,) :








108 que vos

\rédserve.

°

JANVIER 1970

Berez tenté. Vos forces résident
dans votre puissance intérieure
et dans votre comportement au
cours de circonstances difficiles.

:

23 NOVEMBRE AU 21 DE -’
CEMBRE (SAGITTAIRE): Mé-
riter des récompenses vaut beau-
coup mieux parfois que de sm -
plement les emporter. La récom :
pense sera dans Je travail, l'aven
ture .Elaborez avec s0-n yor pro
Jeta pour la prochaine semaine.

_22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Les In-
fluences de Saturne - sont parni
les rares favorables. Exnaminez
les efforts de Ia aematne parade
qaf vous aideront A concevoir voa
projets futurs. Evitez les conclu-
sions hatives, les bruits qui cou-
rent. we

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Votre
jJournee sera satisfajsante. Lan-
cez deg idéey nouvelles, réveillez
Tes enthousfasmed. Une activité
nouvelle et diverse est indiquée.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): La position de Vé
nus vous met en garde contre la
négligence dans les finances, I’ing
tabilté dans l’éparpillement de
vos forces. Regardez en vous -
méme: les réponses aux ques -
tfons que vous. avez posées aux
autres sont sang doute en vous.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI: Vous ates intelligent et
volontaire. Vous avez un sens
agréable de I’humour et la no-
tion plus précise encore de ce qui
doit &tre fait, la décision de cons
tater que le travail est véritable
ment executé, complétement et
parfa‘tement. Vous vous faites .
des amis dans tous les milieux
mais préférez ceux qui ont un
idéal élevé et de fortes conviec -
tions. Beaucoup d’auteurs drama-
tiques, de tragédiens, d'écrivains
classiques ont été des natits du
Verseau. :
Naisgance de Somerset Man -
gham, romancier britannique.

xx

LUNDI 96 JANVIER 1970

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): N'attendez pas la dernia
re minute pour remplir vos de--

voirs, vos c«impératifs». (Evitez’

les extrémes. Attention aussi aux
plans douteux présentes sous un
séduisant aspect.

21 AVRIL AU 21 MAL (TAU
REAU): Des situations excep -
tionnelles demanderont des per -
formances de premier ordre, Une
rapide évolution des circonstan-
cea ne doit pas vous empécher
@'aller droit vers vos buts. Evi-
tez Vimpulsivité.

22 MAI AU 21 JUIN (GE -
MEAUX): N’attendez pas trop,
des autres ni de vous - méames.
Aiguisez votre bonne humeur ot
vous affronteruz toutes les s:tua-
Lions. Vous &tes rapide et ardent.
Servez - vous bien de ces dons.

22 IY Uo 23° JUILLET,
(CANCER) Quoi qu’attendent ge

de voua.cetx dont vous &tes obli
gé, voys-pouvez les satisfaire a-
vec honneur. Vous voys appro -
chez de certains de vas buts les
plus 3,

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Tendance & l'émotion.
Veillegi- y. Vous et votre entou-

+ rage énvisagerez Ia situation en
dehorg, ce ta réalité. Prudence
dans Westimation des valeurs.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE ‘€VIERGE): 00 vous faudra.
votreipatience et votre maltrise
natunqlle pour dominer de désa-
gréables situations. Mais c’esl en

_ votre: pouvoir, incontestablement.

2
| 24,SERTEMBRE AU 23 OC-
TOBRE; (BALANCE): — Evitez
un fac découxagemens: et:

& des object*fs méritant votre ef
foxt. Conservez vivant tout votre
enghousizsme.

24 UCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCURPION): Pesez ae vo
tra poids 14 of il peut-étre utile.
Reenerchez les solutions. simples
de, vos problémes. Prenez conseil
des sages; n'atetnder pas de ren

des barriéres sur votre

(SAGITTAIRE): Bel.
niioape Allez’ de Vavant.
ic rmes~"vous, disctitez intelli -.
+ gemmyent,. explotez

aul yous intérgasé. Ne yous arra-
veg pad en cliemin,
22 “DEOE:

B(CAPRICORNE) : . Evitez
Rig regrét des erreurs




“7





Faigsur’Tambianc’ ;
Journéé>” Avance’ avec décision
niafs aussi légérement et diploma
tiguement.

9t JANVIER. AU 19
VRIER (VERSEAU):
ate de votre route. Votre

FE- .
Soyez

Feat

-. yous. examiner. Js



airs yi
ai i

ad





attitude hésitante. Restez fidéle

tout projet -





les discussions, ne vous embal-

lez pas.

2¢ FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Vous rencontre -
rez peut - &tre une situation dif-
ficile mats, bien domines, — elle
peut vous condulre ullérieure -
ment A de bons résultata. Les a-
vantages viennent souvent d’ori-
gines inattendues.

SU VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUI: Vous ates suuveut bril -
Jant, jamais terne ou lassé. Vous
voyez trop de sujets passionnants
Dour vous ennuyer. Vous comme.
eerez peut - &tre tardivement voa
réalisationa et néanmoins los mé-
nerez A bien dans Ie tempa cui
vous est Imparti. Cultivez sans
cesse: cherchez toujours un atyle,
des méthodes meilleures. Si vous
employez de bonnes techniques et
ates persévérant, vous atteindrez
tea sommets. Vous aimez voya -
fer. Vous &tes courageux, mame
contre l’adversité. Vous défendez.
vos principes. Ecartez le souci.



LA CREME
STILLMAN’S .

POUR LES TACHES



.- én seulement 4 semaines {
METHODE SURE ET SAN8 DANGER
Plus de 75 millions de Pots

_- . ontelevendue — :
_ dans.le monde entier

-23 SCART DE BRAUTE des millers \
‘dis fenteove dane toutes lea parties du Monde |

” snéméq, quand’ Jee’ parties sombres diapar.
aitront peu = peu pour faire, place upe -
peau tellement plus clire et plus limplde,::'

DOSES

*. "Texeellent Savon Stillman’s a

Essayes sysai le Savon Stillman’s! Ce savon,
doux et delicatement parfumé nettole et
aseouplit [a pea. Il eet ideal pour enlever
da\Creme Stillman'’s... e¢ est aussi un
* Bayon’ de Beauté rafraichissant pour Ia
famille entiere!

: Ea vente dang tous. les
don gasing et, pharmacies













NULLETIN HAQDAD (AFP)

Troy nouvelles condamnatlona
A nort ont 44 prononoéca co ma

ain per je Tribunal Spécial,

Les Gla condamnes ont &é
execubés co matin ALO8 bh. 00) lo
cale (0200 GMT)

x
NOUVELLES
iN LRAOK
HAGDAD (AFP)

Un militaire o. deux civila,
ont até oxécutéen A Vaube ce
matin, annonce Radlo- Bagdad.

lan doux civils ont &é pendus
et le milf.atrea, passé par les ar
mes, a préviné ta Radio.

XM KR
BAGDAD.—

Les deux civils et le militaire
dont Vexécution a été annonoée
par Radto-Bagdad, avaient été
condamnés a mort par le Tribu-
nal Spécial constitué mercredi
pour juger lea au-eurs du com-
plot ddjoué

Ce sont Le Général de Bri
gade Mohamed Faraj Jassem,
Abdel Ghant Raoud Chendala,
Mahdi Hussein Abbas El Khafa-
i

Coa exécutions portent A 44 le
nombre desk personnes exécuses
depuls In découverte du récent
complot lo 20 Janvier.

rx
EXECUTIONS

Anniversaire

C’est avec un réel plaisir que
hous saluons aujourd’hui 24 Jan
vier I'nnniversaire de naissance
le M. Maxan MERAN; Proprié-
‘nire de la Cordonnerie «SOU-
VENIN SHOP» of.uce a la Rue
ju Champ de Mars. .

En cette heureuse occasion
nous prmsehtons nos sincéres
-ompliments & ce rude travail-
leur et nos voeux de robuste san-
Lc.

Avis Matrimonial

Je soussigné Jean Francois
Chéry, chauffeur mécanicien
propriétaire, demeurant et do-
micilié a Port-au-Prince, identi-
ié au No. 23258 - AA, déclare
1u Commerce et au public en
yarticulier, tant a la Capitale
Ue surtout A Pilate n’‘étre
“lus responsable des actes et ac
jons de mon épouse née: Thervé
ia Casimir, pour injure grave
t abandon du toit marital, la
wrésente publication est faite en
ittendant Divorce.

?-au-Pce, le 24 Janvier 1970.
jean Francois CHERY





Avis de Divorce

A la date du premier Juillet
969, le Tribunal Civil de Port-
u-Prince a rendu en ses attribu
iong civiles et de divorce un ju-
rement pronongant la dissolution
lu omaringe existant entre les
poux LIFPAITE JEAN - FRAN-
“OIS, Jn fomme née EDNA, LA-
“ORTUNE.

A la diligence de l'épouse de-
nanderesse, les formalitéa léga-
on préalablement remplies, 1'Of-
irier de VEtat Civil de ia Ca-
uitale Section Nord, Me. Augus

in Reng Salgado, a trenserit le _

i Janvier 1070, le dispositif du
ht) jugtment sur les registres
fe [tat Civil & ce destiné, pour

produire son plein et enter et
“Ffet

Afin que nul n’en prétexte
nuno d‘ipnorance, Ie présent a-
vig est publig aux fing de droit.
ouuaPee, je 24 Janvier 1970.
oneph Auguste ,avocat.
vt hanvier 1070.

Biographies de
rsonmalirés

par ruse ou
leurs paastons.
dans In plupart dow I-
vres da Mare Blancpain, Vinfluen
ee do.la guorre, torrain d’Hec
don pour [affron-cptent du mal
et du bien. L’auteur ost un con-
teur né, qui sait brosser de® hie-
lolles OO Be MATIANI avec art le
Pittoresque et le vrai.

Officior de la Légion d’Hon-
neur, commandcur des Palmes
Académiques, il est membre de
l'Académie Stantales, de l'Acadé
mie des Sciences d’Outro-mer,
mombre du Conseil supérieur des
Frangais a l'étranger, membre
du Conseil d’administration de
la «Mission laique francaise et
membre du Haut Comité pour la
défense ct l’expansion de la lan
gue francaise.

. xxx
BIBLIOGRAPHIE

«Le solitatres,, roman, Paris,
Flammarion, 1945. «Contes de Ia
lampo A graisse>, Paris, Fiam-
marion, 1945. «Catherines, ro-
man, Paris, 1946. «Les belles a-
‘mourss, Paris, Flammarion, 1948.
Paria 1948, «La maison du Bon
Diews, fables et récits. Paris
Mercure de France, 1949. «Les
fiancéa d’Olomouc», nouvelles, Pa
ris, Flammarion, 1950. «Le carre
four de Ia désolation», roman,
Paris, Flammarion, 1951. «Ces de
moiselles de Flanfolie», roman,
Paris, Denoel 1956, «La femme
d’Arnaud vient de mourir», ro
man, Paris, Denoel, 1958. (Livre
de Poche, 1963).

xxx

«France et Francais d’ailleurs>
(Coll. Voici la France 4), Paris,
Fayard, 1959. coeurs sensibles>, romans, Paris,
Denoel, 1960. «Les peupliers de
prétentaines, Paris, Denoel, 1961
«Vincennes-Neuilly» (Chroniques
de Ja peur), ‘Paris Denoel, 1963.
«Grandes heures d’un village de
la frontiéres, Paris, Perrin, 1964.
«Les truffes du voyage», roman,
Paris, Denoel, 1965. «Aujour-
@hui, PAmérique latines, Paris,
Berger-Levrault, 1966. :



FONCTIONNAIRES
PERUVIENS IMPLIQUES
LA PAZ (AFP)

Des Fonctionnaires du Min!s-
tere Bolivien de Vintérieur son:
impliqués dang un réseau de la
C. 1. A., découvert ces jours der
niers a fa ‘Paz, a annoncé vendre
di le Ministre Bolivien de l’inté
rieur, Ile Colonel Juan Ayoroa.

Le Ministre a: précisé que ces
complicités avaient éé établics
A la suite de la découverte d’un
Central d’Ecoutes Téléphoniques
des services secrels américains
dans le Centre de la Paz. Ce Cen
tral, a-t-i! précisé, avait été ins
talé parla C. 1, A. au temps de
la Guerrilla (1967), et il n’est
plus utilisé depuis un an, Le Mi
nistre Wa pas dévoilé lidenlité
deg fonctionnaires impliqués dans
cette affaire.



Messe de prise de
Deuil

Une messe sera chantée le
mardi 27 Janvier & 6 h. 30 a.m.
a St. Louis de Turgeau pour le
repos de l'ame d’Alphonse As-
tier,

Les parents et amis sont cor-
dialement invités.

GRAND HOTEL

OLOFFSON

Grand Hétel

Oloffson

Présente son spectacle d’hiver
avec une troupe des meilleurs
artistes haitiens :
chanteure et danaeurs

Su, chorégraphie

et direction

artistique de deax grands Maitres
Un spectacle & la maniére
du Grand Hate) Oloffaon.

Entrée $2 ou Diner et Show $5

Spectacle chaque

KKKKWKK WKN KKM:



lundi soir.



— AU CAPITOL

A partir du Dimanche 25 Janvier 1970
a5 Hres,7 Hres et 9 Hres

Le 3éme film

du Festival. oe

Avec : Pterre Braunberges et Marlene Jobert. -
Entrée Gdes 2.50 et 4.00









présente én éxolusivité





sete

Jes marques wiivantes, 4

réputees dans toutes.

Jes Capitales ‘ .q’Burope et d’Amérique _

~ Croisade en faveur de Jacme

(Suite)

.

discours pleiu d’& propos ct émall mialeon, to visage illuminé par un
16 dy toutes les grandes réalisa- souriro d’amour, do bonté et do

tions du Préwident A Vie do la Ré

publique, Dr. Francois DUVA-
LIER o de ses projets en ocourd
pour une Halt toujours plus pros
pare. Dans les projeta du gouver
nomont leg villes. da province ne
sont pas oubliées. EX le Minis-
. tre Jean-Pierre parle de la visite
hebdomadaire du M/S SUN
WARD ou CAP-HAITIEN pour
le relévement de Ja. métropo-
le du Nord. Jaomel fait au-
Jourd’hui Vobjet d'une croisade.
La volonté est 14, son relévement
es. assure,

Nous qui.tons I'Hétel Craft
a destination de Carrefour-Ray-.
mond ou Raymond Les Bains. En
travergant ta ville, Je penx a pw
“ne m'y reconnattre. La ville ou
s’écoulkh mon enfance A triste-
ment. changé, Les rues et les mai
sons ont perdu & mes veux de
leury propor-ions, La ville de mon
enfance porte maintonant un
‘manteau déchiré, rapiéed. Ici le
temps a fait son oeuvre, lA les
fléaux leurs ravages. Jacmel me
sours, tristement sous un soloil
tiede bien que haut mais clair et
beau.

O temps! tu os -Dieu.

Les chosent passent, nous pas-
sons,

Tu jestes l'image de ¢!’immo
bile éternité».

Tw es le plus fort.

Tes dents tout dévoren.!

Comme nous traversona la
Rue de |’Eglise. St, Jacques et
Saint Philippe mes yeux cher.
chent la maison ot vécut Simon
Bolivar quand il vint chercher
du secours en Haiti.

C'est 1A que celui qui devait
devenir Je Libertador nourrit le
projet de son retour offensif an
Venézuéla.

Il devait réussir grace a l’es-
prit généreux épris de liberté du
Président Alexandre Pétion, Pré
curseur- du Panaméricanisme.

Le Bus longe les rues 4.roites
qui furent larges A mes yeux d’en
fant. Les maisons qui durant
mon enfance étaient grandes, im
posantes, sont maintenant des bi
coques. Comme le bus-passe de-
vant la maison da Mme Bernard
Poux, ot il y avait toujours plus
d’amour, de bonté et de charié
qu’a l’Eglise, je eherche “ cette
Dame portant un deuil dernel,
assisa a lune des entrées de la

AU FIL DES JOURS
(Suite)
vée ce ‘matin pour le week-enl
avec son frére André.
xXx
..Notre charmante Consceur
Yvonne Hakime Rimpel est par-
tie ce matin par . la Caravelle
d’AIR FRANCE, Elle y est allée
assister sa sceur Marie Hakime
partie le jour suivant pour rai-
son de santé.
ee ow

DIVERS

Tl y aurait ui rectifier dans
Varticle intitulé Croisade en fa-
veur de Jacmel: C’est le vou de
nous tous de voir M. Herrera ve-

nir en Haiti pour se rendre
compte des grandes possibilités
de Jacmet. :

Le Photographe . Lionel Do-
mond rejoint la délégation sur
In route de Carrefour avec Jes
films qu'il a été acheter.

On traverse aussi des champs
de millet préts pour la récolte.

M. Raymond prend la direc-
tion de /’centertainments ou de
In distraction avec des histoires
dréles qui frélent la paillerdise.

Sa voix atteint toutes les
oreilles... Le Pére Ledu ne s’en
montre pas le moins du monde
scandalisé.

La voix de Lebert n’atteint
que cing ou six personnes... Les
chauffeurs qui reviennont de
Jaemel disént A Maurice Pierre
A quoi il doit s‘attendre.

xxx

...La Galerie Georges NADER,
née Pygmée & I‘époque ‘ot Geor-
ges étalt encore Gérant des
Grands Magasins La Belle Créo-
le, eat maintenany I‘une des plus
intéressarite¢ entreprises commer
ciales d’Haiti, ~

Cette entreprisa est aujour-
d’bui, une grande corporation com
prennant non seulement la Gale-
rie NADER, de -la Rue Bonne -
Fol mais encore The Art Lovers’
Gallery de Ia Rue des Miracles
dirigée par notre.ami Pierre Mo.
nosiet et Hillside Gallery dont te
Directeur est Geo Gonzales.

:€es trois Galleries réunissent
les oeuvres de 90% de nos artis
tes peintres. ‘

Aussi, sont-elles trés fréquen-
téas par jes touristes et les ‘mar
chands d‘Art en visite en Haiti

xxx
..Le Centre d'As:, Bergeau de
la peintyre. haitienne, “ organise
lundi sx’ 145e° Exposition. ave:
leg oeuvres récentes de Georges
Ligutaud et yne Vision” de la
Jungle de Jasmin Joseph

Le vernissage aura Heu lundi
26, Janvier de 5 heures A 7 heu-
res du pair... Lo

ro > ap ¢ x
.Lea industriels frangais Andyé
Lebay «. Danielle «Elizabeth>
Fenwick sont rentrés 4 Port-au
Prince ‘hier aprés midi venant
des Etats-Unis. Nia son. les nro

priétaires de ta FENWIOK INC, $

maiaon de confection de chemises
et! «Blue! Jeans» ‘pour J’exporta-

ion. re 2 z a

- zxz .

i... Dr Virginia Scovill, Profes
sévr de Psycholot
té. d’Indiana. & | "
iel_ au cours de la semaine.

‘Cette charmante dayne eat des

congue, pu, Grand, Hota, Oloffeon









@ VUniversi-. gm

charité. Eile semblai: s'intéres-
ser A sa belanco, mais ce. n’étalt
qu'une excuse pour faire la chari
té, Jo. mo demande sl olle n’avalt
pas pria tla balance avec won
fléau pour un symbole ; Vidée de
Justice vient avee l’injustica qui
sombe d’un fiéau_du sort ou dex
hommes.
Mme Sernani Pox, née, Gousse,
accablée de souffrances par la
perte de son mari, de son fils ai
né écrasé sous les roues d'une
voiture, et vrois autres de ses
Qnfants atteints des infirmi.és
qui viennent avec la thypoide,
montrafc le visage du courage,
de la résignation, Et mieux _enco
re de la, bonté et de la charité.
Je ne connaissais pas encore la va
leur de ces vervus, mais je subis
sais leur magie en la personne
da cette femme, Le sort s’est a-

charné contre cet.e Dame oR



semble y répondre avec la fési-. étudier les ceuvres de Mao avec

gnation de Job : Le Seigneur m’a
donné. Il veut me tout der. Que
sa volonté sojt faite.

Mme Bernard Poux, qui doit
main.enant prendre sa rotraite
du travail mais jamais’ de la
charité, ienait ane balance moins
pour acheter du_ café que pour
faire de la charité. En effet, on
voyait plus de gens A venir cher
cher de l’argent que de vendeu-
ses de café. Elle Sait tout aussi
bonne avec les enfants, Sa voix
ne s’élevait jamais. Son ton était
égal en toutes circons-ances. L'i
mage de cette grande Dame jac-
mélienne m’est restée- irés atta-
chée. Elle a && ma preqyére ima
ge de bonté et de charité discre
tes.

Devant l’Hétel Craft, je viens
de vom Hansy, un autre de ses
enfants vioiimes:de la thypoide.
Malgré son f&ge, il est comme
un petit ‘gargon, peu conscient.
Et j‘essuie une larme .otite chau

. de comme un grain de poussiére.

Le Carnaval
sannonce .
rapidement .
AU MONDE CHIC
‘Vous treuverez un
stock de tissus de -
couleurs trés vives,
aux nuances variées
sans oublier le lamé,
velours coton et
velours chiffon de
toutes les couleurs,
tissug pour
pantalons a femmes
Faites une visite -

AU MONDE CHIC

pour vos
déguisements.
Rue du Magasin
de VEtat — 89.
Cprnrnentytoonpoiamifeondpien

DANS LES SPORT
(Bulte)

rieux outsiders, le Perou et la
Helgique. La Sélection brésilien-
ne a-t-il ajouté sera lau plus for
le qui ail jamais été mise” sur
pied. Enfin Pélé a déclare qu'.l
se retirerait du football actif
dans quatre ons quand 3] aura
atteint 33 ans et que d'ici 1d i}
fera son possible -pour inscrire
ie plus de but possibies. Le tou
tes fagons a-t-.l conclu je ne me
retirerai pas totalement du foat
ball car je uéaire devenir un bon
Directeur technique qui apporte
yuelque chose & Mon pays.

| - Machines



Modéles Portatifs
Modéles Semi Portatifs

‘

Modéles de

Apportez-nous votre vieille machine.

OU: FREZ











| At Rend








ROYAL

Avec les derniers perfectionnements

_ AVEC LES SCHLEUX-SCHLEUX
- Point Night Club
Admission $ 3.00 |

: ‘
‘ : . . : ney

hae
thet,




sous



ARABES ISRABL
NOUVEAU RAID EGYPTIEN
ANNONCE PAR TEL AVIV
-TEL AVIV, (AFP)

Deux avions Kgyptiens ont |

jtenté de bombarder des posi-
tions Israéliennes situées- au
(Sud du Canal de Suez, a annoncé
cet: aprés-midi un porte-paro!e
militaire Israélien qui a précieé
qt’il s'ogissait du quatridme
raid lancg aujourd’hui par l'avia
tion Egyptienne. Il a ajouté que
les -bombes n‘avaient pas satteint
Jes objectifs ¢* qu‘aucnune. perte
navati ét¢ enregistréa da cété
Asraélien. :
* Tl a indiqué enfin que la DCA
Israélienne était entrée en ac-
tion et que le raid n'avait duré
jque quelques, minutes.
MARIAGE A LA MAO
HONG-KONG (AFP) —

Il passe sa nuit de noces a

‘ses camarades et & chanter des
citations du petit ‘livre rouge.
Tel est l’exemple que la radio
de Human incite les Chinois a
auivre. .

Ce Maoiste exemplaire, Wu
Sheng-Shih, a précisé la Radio
captée A Hongkong, a également
fait fi de toutes les traditions
dues -& une idéologie arriérée
i} a empéché sa mére de tuer un
dochon et de préparer un festin
A cette occasion, a refusé les ca
deaux a l’excepsion de copier
des ceuvres de Mao et a exigé
que la cérémbonie se déroule de-
vatit.le portrait du président au
quel son épouse et lui-méme ont
souhaité une longue vie.

Ce. mariage & la Mao, affirma
la radio, a déja fait des adeptes
et nombreux sont’ ceux qui ont
été séduits par le mariage.

xxx

DECLARATION

IRAKIENNE

SUR LE COMPLOT <

DE BAGDAD .
BAGDAD (AFP) —°-

Une étroite collaboration existait
entre les conspirateurs et les mi-
lieux~ impérialistes... L‘argent,
les armes, les postes récepteurs-
émetteurs destinés aux complo-
teure provendient de- l’étranger,
plus préciaément d’Iran dont jes
dirigeants. ne font qu’exécuter
les plans américains, a déclaré le
Capitaine Taha Jazraoud.

Dans une interview a Radio -
Bagdad diffusée cet aprés-midi
par la Radio Irakienne, le Pré-
sident du Tribunal Spécial cons-
titué mercredi pour juger les av

teurs du complot déjoué le 20
Janvier, a ajouté:
Les forces progressistes et

les masses populaires considérent
ce tribunal comme étant le pre-
mier tribunal révolutionnaire en
Irak qui ne peut étre comparé a
aucune autre jfuridiction révolu-
tionnaire. Le but du commande-
‘ment du Conseil de la Révolu-
tion d‘Irak, qui a. conatitué le
Tribunal spécial, était de couper
les t&tes des traitres A la Révo-
lution du 17 Juillet 1968 (date
de Varrivée au pouvoir du parti
Baas).

Tous les documents saisis sur
les ecomploteurs montraient clai-
rement que cea traitres, agents
de la réaction et de l'impérialis
me, voulaient torpiller les réali-
sations depuis la Révolution du
14 Juillet 1958 (renversement du
Roi Faycal) et restaurer le ré-
gime de la monarchie, a indiqué
Je Président du Tribunal.

Evoquant les exécutions som-
maires, le Capitaine Jazraoui a
précisé : Nous n‘avons eu aucu-
Ne difficulté A juger les conspi-
rateurs. Les preuves présentées
par la Commission d’Enquéte é-
taient flagrantes. Toutes les con

a Ecrire







Bureau

306O5000C5G000000000008
- VOUS
SAMEDI SOIR |

DINER ET DANSER

a

BOOQOQOOOQOOO OE









veseoreader tab eB or secede

CHGUVELLES DE ETRAN

- tive et les citations

‘ enfants eat 'petits-onfetits, Melle

-amis particuliérement.; ceux de

-mort de leur regretté époux, pé-
” ve; graiid’pére

les prient:de croire en leur pro-
: fonde . gratitude. ,






~

“

FER

versations des comploteurs (6-
talent enregistrées depuls pres
d'un an. Deyant ces preuves irré
futables, les accusés ne pou-
vaient que reconnaitre leur par-
ticipation au complot. Leur exé-
cution, immédiatement apras le
jugement,; était motivée par le
fait. que ce sont des éléments.”
dangereux qui ne pouvaient vi-
vre qu’en complotagt contre |’in-
térét de la natiog, Nous avons
aussi tenu par ces exécutions A
donner une legon. & tous ceux qui
pourraient éventuellement suivre
leur exemple.

En réponse & une question sur
les objectifs des: conjurés, le Ca-
pitaine Jazraoui a indiqué qu’ils
en voulaient surtout A notre poli-
tique pétroliére qui ¢tait contrai-
re aux intéréts dé. |’impérialis-
me et de la réaction, .

. xxxX :
LE DPT D'ETAT ET .
L'ARTICLE DE

’ NEW YORK TIMES

Un porte - parole du Départe

ment d’Etat s'est retusé & toute ,

déclaration au sujet de l'article
du «New ‘York Times? selon le-
quel des égyptiens, munis de pas
seports libyens, auraient fait par
tie de la délégation qui a mené
lcs négoviations @ Paris pour I’
chat de cent av.ons - militaires
frangais a Tripoli. . \

Le porte parle du Départe-
ment d’Etat s’est borné & répon-
dre par un simple no comment.
Le New York Times note quc la
révélation repose sur des sources

“jouissant d’une haute crédibilité
auprés des analyates du Gouver-
nement des Etats Unis mais que
les milieux officiels américains
n’en ont pas eu confirmation de
leur cété.

Le Journal New Yorkais consa
cre & cette affaire un article de
plus de 2.000 mots sur quatre
colonnes. Il affirme que c'est un
agent secret égyptien, Fathi El-
Dbi, d’ailleurs bien connu des
francais, auprés de qui il ne jouis
sait pas d’une grande popularité
lors de la zuerre a’Algérie — qui
a lancé discrétement la transac-
tion- il y a trois mois.

L’affaire, écrit le «New York
.Timess, aursit été amorcée avec
M. André Battencourt, Ministre
du plan et de l’aménagement du
territoire, au cours de sa visite
au Caire, aussitét apres le coup
d’Etat libyen. Les autorités fran
caises, d’abord sceptiques, au-
raient, décidé au mois d’Octobre
doublier Vaspect égyptien de
laffuire et de donner le feu vert
pour l’arrivée d'une délégetion
libyenne a Paris au sein de la-
quelle se trouvaient des égyp-
tiens munis spécialement de pas-
seport libyens, ajoute le Journal.

Selon le New York Times, tou
te Vopératioti n’aurait été que la
reprsie de l'initiative du Prési-
dent Nasser qui, en 187, aussi-
tét aprés la guerre des six jours,
s'était tourné vers la France
pour lui acheter une centaine de
Mirage et qui, &-l’époque, aurait
casuyé un refus.

Le Journal ajoute que la s:tua
tion nouvelle créée par le change
iient de régime cn Libye ct par
14 richesse Ue ce pays, aurait ins
piré au Président Nasser Vidée
de faire acheter les avions par
Libye - interposee. D’autre part,
le Pacte conclu entre l’'Egypte,
Ia Libye et le Soudan, prévoyant
un comrmandement unifié et la
mise en commun des forces ar-
mées des trois pays en cas de
gugrre contre Isreel, permettra
au Caire d’utiliser les 100 appa-
reils que la France a consentj
maintenant & vendre et a livres
céclure Je Journal. ~

xxxx .
LOI SUR LA URIMINALITE
AUX USA

WASHINGTON (AFP)

Le Sénat américain a nadopté
vendredi soir une des ivis contre
la criminalité pruposées par le
Président Nixon.

Il s’agit d’une série de mesu-
res renforcgant Ics moyenus iégaux
de lutte contre le crime organisé
et en particulier les gangs = qui
dominent aux Etats Unis les ac
tivités telles que le jeu, la dro-
gue, l'usure, et qui s'infiltrent
dans les nffaires et les syndi-
cats,

La -nouvelle lui considére com
me crime fédéral d’uctivités qui
ne tombaient jusqu’ici que sous
le coup des lois des Etats et dont
lq répression nécesa.tait de lubo
rieuses procédures d’extradition.

La veille, le Sénat avait repous
sé une série d’amendements pré-
sentés par le Sénateur Edward
Kennedy avec l’appui de l'Union
améticaine des tiberlés* civiques.
Le Sénateur Kennedy avait vai-
nement tenté de faire supprimer
du texte voté vendredi des dispu
sitions sur la détention, préven-
de témoins
qu'il estimait contreires “aux gn-
ranties constitutionnelles sur Ia
Hberté individuelle.

e



Remerciements —__
Mme Vve. Edmond TOYAR, ses

Alice TOVAR, Mr. et Mme Mau
rice TOVAR et leura enfants,
remercient bien aincérement les

Port-au-Prince. et de *Miragofne
qui‘leur ont témoigné “tant do
sympathie & Voccasion..:de la

_frére, “beau-frére

et oncle Mr. Edmond TOVAR. et

. P-av-Pce, le- 28 Janvier 1970.



~

DABAL DALI
GENO ALDROVANDI

Apres le | ids
seseact











N DIOR
JOURDAN,

(Suite)

que’ dg. sés sept hommes d’équipa
vo, trois ont ét tués, trois ont
disparu’ et un a été fait pr.son-
nier.

ux

UNE DECLARATION DU
GENERAL DAYAN

TEL AVIV (AFP)

Tous les objectifs militaires é-
wyptiens penvent étre nttaqués
par les forces israéliennes en rai
son de la-non — reconnaissance
par la RAU de Veccord sur le
cessez le feu, g notamment décla
ré le Général Moshe Dayan, Mi-
nistre Israélien de Ia Défense,
dans une deuxieme inierview dif
fusée en langue anglaise par le
radio: israélienne.

La premiere intervicw du Gé-
néral avait été diffueee ce mna-
«an en. Hébreu. ,

xxrr

APRES LE RAID ISRAELIEN
DEOLARATIONS DU
‘GENERAL BAR LEV

TEL AVIV (AFP)

Le Général Haim Bar Lev,

Chef d’Etat-Major des (Forces
Armées Israélfennes, a salué A
leur retour les parachutistes qui
avaient évacué l’Tle de Chedouan
vendredi aprés-midi.
Quelque part dans le Sinai, il a é
té..interviewé\par le délégué de
V'Association de la Presse Etran
gére en Israel qui lui a deman-
dé; Toute l’Egypfe est-elle deve-
nue un champ de bataille pour
leg Fotces Terrestres Israélien-
nes? En gros, je dirai oui, a ré
pondu le Général Bar Lev. Les
Egyptions disent qu'ils ne recon
naissent plus l'accord de Cessez-
le«Feu, c'est pourguci nous noup
sen.ons libres d’opérer partout
en Egypte. C’est un Grand Pays
qui nous donne de grandes occa-
stons d'action.

En ce qui concerne Ja réaction
égyptienne & l’évacuation, le Chef
d’EtatsMajor Israélien a -affir-
mé : Les Egyptiens diront pro-
*bablement que nous avons évacué
exercée, et qu'ils nous onl pas éx-
exerceé, et qu’ila nous ont jetés
-dehors... Mais ils n‘ont pas ex-
ereée la moindre pression et il a
conclu : Je ne pense pas que Nas
wer ait encore compris ‘la legon.

L’ efaation a &é& faite entre
18 h. et 14-h. 45 GMT.
nier hélipcotére a décollé aprés
une cérémonie au cours de la-
quelle les couleurs isreéliennes
qui fldttaien: sur le phare ont é-
té descendues. Salon le, délégué
de la Presse @:rangére les ieraé-
liens ont capturfé vendredi 22
nouveaux prisonniers égyp-iens
‘qui se dissimulaient dans dos a-
bris. Selon ‘VOfficier Israélien
qui a commandé l'opération : Tou

der-

te la garnison de I’'Ile a été tuée.

ou faite prisonnier. J’ai rendu
Vordre d'évacuer. Mais je scerai
content de revenir si les E ~
tiens reprennent pied sur |’Tle



Feu vert, feu rouge
(Suite)

fille résolue qui semble bien for
te en signal.sation routiéry. Mais
u suffit qu’une auto avance d'un
centimetre, pour qu'elle exécute
un sprint des plus remarquabler,
La plupart du temps, tous ces
eens ajinent mieux courir le ris-
aue de traverse: ad oeau milieu
d'une voie, plutét qu’endurer les
transes des signaux lum-neux,

Les signaux luminezx, me di-
rez-vous, c’ert l'enfance de l'art.
Je vous. l’accorde, mais il n’empd
che que je n’exagére pas en di-
sant que svjxante quinze pour:
cent des piétons n'y compren-
nent goutte.

Selon moi, si des agents nan-
tis de porte - vulx instrulsaient
te peuple aux heures de pointe,—
et en termes simples et clairs, le
probleme des feux serait résolu
aux trois quarts. Avant long-
temps, lps gens au courant se-
rojentG$i nombreux que les au-
(res n’auraient plus qu’éA se met
fre a leur diapason. Et traverser
la rue se ferait désormaiss ins-
t.nctivement. Peut étre me fais-
je illusion en m'imaginant que
des résultats appréciables pour-
raient &tre obtenus en moins de
quinze jours. 11 se peut aussi que
la solution que je propose ne soit
pas du tout la bonne. C'est pour-
quoi je m’en remets entiérement
a la compétence et a l'expér-en-
ce du service de la circulation.

ROGER HANIN.
_ CHRISTIANE MINAZZC

LA FACTUBE

de se rendre m
coup une bonne sole pour toute et
de payer le facture avant qu'elle
ne lui solt présentée. Elle décide
we liquider sa’ dette et en fixant
aile-méme le montant. Elle déri-
de, en ferime heureuse & qui tom
au toujours réussi, de rouler.° Ie
destin. ‘ :



AU PARAMOUNT

Dimanche 25 Janvier 1970, 4.5 H.7 H. et 9 H;

Une pathétique histoire d amour entre
deux Agents du service secret.






(Busre) ve
alheureuse un bon

Et ca sont ses tentatives pour

uc rendre malheureusg; (tentati-
ves constamment déjouées.
8a chance pérswtante) qui cons-

par

tituent la trame de fa pidce et
donnert prétexte a des situa-
tions qui nous font rire franche
ment. .

Francoise Dorin est certaine-
ment partie d’une idée génialc
en renversant la situation qui
existe dans la vie pour l‘immen.
se majorité des gens. Alors que
ceux-ci Aa la. poursuite du bon-
heur vojent le plug souvent leurs
efforts contrecarrés par une ine
luctable fatalité, Noelle & la pour
suite du malheur voit quani ses
efforts contrecarrés par cette mé
me fatalite, mais qui-pour elle,
porte tm masque souriant.

En nous préesentant lenvers ie
la réalité, en faisant nuroiter is
nos yeux une fiction qui eat d’nu
tant plus souhaitabie qu'elle eat
aimable, sinon posathle, Francoi
se Dorin a réussi une comedic
tres guile, trés spirituclle et qui
ne Insse i aucun moment.

On sent bien que Madelene
Ganne aime te role ae Noelle
(Quelle femme, peut-on re de-
inander, n'aimerait pas le rélc
d'une temme = cumbice, udulée?)
Elle joue le réle avec un enthou
siasme, une verve, un naturel qui
donnent une vie intcnse au per-
sonnage et le rendant, ma foi,
presque plausible. Madeleine Gan
ne s'est heureusement identiifée a
Noelle, nous donnant uinsi une
interprétation qui a été un des
prands plaisirs de la suirée.

Jacques - Francois Zeller inue
le réle d’André avee beaucoup de
présence et de justesse. Sun jeu
a été tres égal et sans bavure.

Serge Lannes, duns le rédle de
Bernard, s'est révélé un aetenr
auquel est probablement réserve
une brillante carritre. Servi par
une voix agréable, une bonne dic
tion, et un physique avantageux,
if a été merveillensement 4 !'a-
se dans la peau du personnage.
faisant un duo parfaitement
réussi avec Madeleine Gannes.
Un acteur qui nous réserve peut
étre d'agréables surprises avant
que cette saison ne soit terminée.
Michéle Mendelovici, dans le réle
d’Alie, r’a pas été tres convain-
cante. Son ton a suovent manqué
Ge justesse, ce qui peut étre est
di a Veffort qu’elle a été chii-
wée de demander a sa voix pour
couvrir la grande salle du Rex.

Claudine Delvaux qni joue Mi

nouche a tendance i parler un .

ton trop haut, Mais le personne
ne qu’elle nous présente est des
plus acceptable.

Son interprétation du réle de
Frenk prouve que Jean Cottre!
a trés certainemcnt le sens du
comique. Tres bon.

Et Roger Muni a bien joué le
réle (épisodiquey du frére de
Noelle. Nous laltendona dane un
réle plus insportant. j

JL.
Remerclements

M. ect Mme Maurice Meleschi,
Mr. et Mme Telephe Duviella,
Mr. et Mme Raymond Charles,

Mme Lucile Nolsette, et Mme
Amédée Claude remercient = la
Loterie de |’Etat Haitien,” les
Sours de St. Francois d’Assises,
la SHASA et tous les amis qui
leur’ ont témoigné leur sympa-
thie A. l'occasion de la mort du
regretté Alber: Meleschi at les
prient de croire A leur profonde
reconnaissance.

TARIF DE ’
LA CAMEP

_ La Camep avise les intéresséy
que conformément aux disposi-"
tions de l’Arrété Présidentiel du
3 Novembre 1969 (Moniteur No.
106) Vabonnement d‘eau sera ré
glé mensuellement pour fes ré-
sidences privées sans piscine non
powrvues de compteur, selon le
tarif de base ci-aprés établi se-
lon la valeur marchande de la



maison et de U utilisation qui
est faite de Il‘eau potable.
Construction de lére classe

G. 25 .
Construction de 2e classe G. 15.
Construction de 3e classe G. 10.
Construction de 4e classe G. 6.




















¢

tt




PAGE 1

. ------------KIIKBRII D11 L'illOu,• dn f'ai re. Hier, l'aviation gypl,c•nn,• u ,,f(0<:tu en fnit trois svrti,•s. Dans 111 nuit, Ir, chaea,urs ~yptlrn• se wnt infiltri•s tluns i'~spnrc nl~rit-n du Stnui, t rant \HO k,lo,11i•t1<•s en profon J,•ur l'i bomhordnnt les nbords nltion ln plu~ :-ipccta.culailll! r(•nlib-e phl' lt•s "ypti<'n~--depuis ln g"U<'rre dl's six .,ours. Les pilolt•s <'l:'YPti,•ns ont fuit ,n dmonstrntion qu';]s tnienl {'apables l'UX uussi d,• pntrer ,•n profondeur il l'intrieur du ,:ispos:tif de Jfense isrulien J i::-: ont frHnrh1 !-anF. tre repris t t intorc-eptf<. unt• di.stance Pg-uh a ceUtpurcourutpar les avions israliens pour b-ombarder ln ;:ra-nde banheu du Caire. De me, comme les chas::s,eurs isru ,ia, les l>ombHrr~ I; ran_ois DCJ,V AUER o des mesu ,:es de sec'!rite avaient pri$es. Maa quinze mi, '!utes R 11ffnP li,urn i•taii,nt l1H Reuls ,, frapper. On PHI fH'Ul i,ln• (•ntrt• mninlP nnnt clnnt1 la phuRP rh1 roup pour ,up y X '.I: MATt•:1trn1, PRIS A CHE:DOUAN n,;1, AV!\' (AF'PJ ,\ vnnl qui le> dernier Koldut itt Le PAM a tt conjointe ment par les Nt1tions Unies et la. FAO pour une priode rimentale de trtS ar.s parti~ du Ier Janvier 1963. . A la fin 1965, aprs l'valua tion complte des activits du PAM, les Nations Unies el la FAO dcidrent que les rsultats '?bte!11;rn, pendant ces d\..CJA 3.llnles ma!1f1ll!ent un fonctionnement r guher el continu du l"rogro,mme . Le !'A~commena ses opr~ ltons 8 , l atde de contributionH v,nlonta1res venant de plusieur~ h_tats Membres deH Nat:ons nws c'. de lu FAO el reprsents p,.r deA produitH alimentaires, des Hommes en eapra et des 8 er vices, tels que le frt, dont le to tnl H'{,levuit ic IM million" ci,• dol l:1rH. A la J 111 de• 1;, priod,• ri m4~ntulc, lcH cngllgen1cnlH priH pur IPH Etats donateurs pour une dur/•c• de• lroiH uns l!HH; l[)(l8 FEU VERT, FEU ROUGE: l'ur Anulol, CYl'lllEN F,•u vert uu fou ruu"e ? A •J110i bon le cuchLr, le peuple n'y vu1l que du feu uu du bleu. Ex .-,ll, uutomohilielcH el un C.1111,1< ,1wurccnt.agc de !,1clorrn lcH i,:t•nH H 1 cmUrouillcnl pitoyable~,,_ 11 t dnnH hH HiJ(nuux lumineux. Ne lct:1 uvcz-vou8 Jumu..i obHcr v,•cs, coH pcnmnneH il l'air "uu ciu~ cl cmbnrruas(! '! Loin de se f.,r uu fc,u vert de Hbre passage, eilea pr61crcnl :,e , epacr sur les ch11uffeurs. Leurs re"ur Ma.is be Jn rul' en lrolLinunl, leH yeux prudemm,•nt ulturhH sur les pn , . ., l'hocs qu'il rnsc. Le ai1,rnnl lumineux, il l'i(L'T1ore compli'tc nce~t. Il y n la gr..,a:,c Comme la langue me dl,man gea,lt, je suis intervem. ave.c dou ceur pour expliquer la petite Jarne que les autos s'bra.nlent ordinairement 01..esitt que le feu es pitons pusse au rouge. Le retroussement de narines et !'oeil lade peu amene qui sanctionnrent mon ingrence, me firent rep;ret l, Ce bon heur qui ne peut exister sans de ln chance, sa-ne beaucoup de chnn ce. NoeUe est la femme heureuee qui a toutes les chances. Une san t de fer, la beaut, l'o,rgent et nombre d'aventures sentimenta les dont elle sort toujours eans la moindre gratignure. Et, trs Important, la chance, une chan ce lnsolante qui ne la quitte j mai"s et le. fait russir tout ce qu'elle entreprend. La sympathie que nous prou vons pour Noelle vient peut tre du fait qu'elle ent le personnage idalis qui a russi l o noua avons tous plus ou moins chou. Ce bonheur parfait ne nous offus que ps dans la mesure o nous voulons croire la chance, cet te chance qui. existe, et quJ. vlen dra peut tte un jour t'ra~ . notre porte. Ce sera notre tour d'tre heureux, trs !iliureux ... Mais les gens heureux, dit-on, n'ont pas d'histoires. Et il serait difficile de faire une pice de lhlltre avec un bonheur . .. sons histoire. Aussi, faut-il bien glis ser un ver dans le bonheur de Noelle, un ver, qui va la ronger, la ramener le. commune mesu re humaine, et permettre au spec tate~r de lui garder toute ~a ayrn pnth1e sans qu'il s'y mle une pointe de ressentiment. Ce ver, ce sera la peur. La peur, installe eri elle par son en tourage, du jour o eUe devra. payer tout ce bonheu-r. o elle devra rendre compte de cette cha,nce in.solente, du jour o le destin changer!' de visage et lui prsentera sa facture. Alors elle dcide de ne pas attendre, de dev;;neer le de1,tin, ( Suite P•lrll 6 col. 8) me d'AJtagrce. ~• Combien de ces fa' \'ent que c1.>tte fte marque un• m1raculeuee apparition mariale, au•dC811Us des palmiste,, de l'habl tatlon Gillaudeu, en la commune du Quartier ,Morin, prs du Cap. le 21 Janvier 1691? U~E LUTTE SANS .HE.RGL Qui, sur notre terre iuauJalra.. -J>0Utr,1it rester ignorant d11 l'aaha~ ' nom.en:!; avec lequel, de 1626 1697 Juaqu'au Trait de .Ryswlak qui reconnut Louis XIV cl'uli po11 sldotln du tiare occidental de no tre Ile), flibustiers et boucaniers franais luttrent contre les ea t>aenoln enYu.e de s'assurer lapon session des parllies du NDrd (prlr, l'ipalement) de l'Ouest et du Sud du territoire actuel de Ild.re R4l publique .. (Voir suite P&'e 2) Diner d"adiea poar sllnce. de 111 et de la presse re1'e1.u de l'intronj.ation bien. Je le re.p~ete. Il a touu.•s franaise. Il a poursuivi de l'SvqtUJ put1opal, ~ 68 lea chances -de rus,ir aux pro-" 11& carrire de' journ~ au Iles ViM'gn ' Algr 'CJrio MjUa . chaines lection.1.> Parieleo libr> et, :l. l'occasion ... Ce matin eat rentr c Portdana publications de 1~ au-Prince par 1a: Caravelle d'IR L'OFFk'E vt f oj_:ws.\JE capitale et de la. province : cReFRAN qE, . l' A'lnbauadeur dea E~ a choi•i sa Ri "" vue d.e.11 de:ux-mof!cle5>, cNouveltots-Uma 11 Port-au-Prin~M M su Su.il'(J11tc• ; , ~ln litt~, .etc. Cli -• Hi ,J/_e:.• _i ;En 1946, il publie cLe Bolitalre> nton Everett 'KnoL lil vient ... •r vers midi, le haut per c,-:, Ef:.' ce premier Jivn, lui vautI~ de P.Rseer deux jours St. Tho IIOIIIlel de l'Office National du ,_ 'Giiand 'Prix du . rnan de 1 , Acamas, Iles Viergen. li a aeaia Tocarlame runi iow la direc cl'1:nie fra~s,;,, , Le Pnx Courte ter l'intronisation de son ami, tlon du Di.recteur Gn6raJ. Ad Une. viendra co~onner, en 1946 Monseigneur Cedric .Mille, comjoint _M. Rall)ah Thodora a pro de me Evque d l'E li E cc4 !'_lection de la Reina du = de :~ n:isi!.1:.'6 S:: le de cette Il~ g e ptscopa Tou.ri,me pour leCarnaval 1970. 110n nom ou BOUI! dlveit"II l)B01ldoLe nouvel Evque do Saint _ M. Bamah 'l:h6odore 6tait ,n nymes, iJ dotmera toute une srie Thomas est un homme de coutour du Dlrecwar dea A!!alrt, MARC BLANCPAIN de romans, de onte. et d'essais leur. Il e.t originaire de Baltlmo Administratlve1, Mc. llarc Hen\; c;iul lui vaudront un p~lic toure, Maryland. ry, du \i MARC BLANOPAIN, secr, jQUre plue la de b L'Ambassadeur Knox a ac de Mmes Caridad Apollon Dor t,liro gn~ral de l'Alliance frantI'aductlons et1-fren~::1 =: cueilli ce matin par Je Ministre sainvll, Hildegard Moyse, do ?,ise Pn,1s, est n le 29 sepwm 1 ,onsee_ (Prix _ Scarron en 1056 , ~o~eillcr de l'Ambauede AmMme Guron, de Mme D<'nia, P._re 1909 a.u Nou~n-Tbira Prix ~n en 1968, Grand r1~a~e M. Everett Melh)' et l'Ad Ce.rrl, Mme Andr Exantu, iibe, dans l'Aisne. Il' fait SJlfl-,.,tu Prix du RayonnementfrllI1cals m1n1etrateur de la mme A.robas Mme Ul)'sae, de M. Grard !(,.: des Laon, Nancy et Paris. A"11 1961). sade, M. Grard Lev4lllque. Flix Baptiste, rtc .. prs avoir suivi les coum de la -11 prononcera, l'occasion .de x x x x La rlclalon ft tr, diffidl, Sorbonne et de _l'Ecole normale ,;es voya,gea, de nombreuses conL'AGRONOME ABRAHAM devant le nombre de jeU11es htmprieure de Saint-Cloud, li abfreDl.-ell lltroaires ou ffici~r d'infanterie, tes li'. de nombreuses prfaces w:wv ch, Vi.ce-Consul des Etate--U 1 t~ est fait pnsonruer le 24 Jwn Marc Blancpein, a vu plusieurs _ Il eet venu succder !'AgroL'e Eliab et sa famille quittei'iOS ifal1'ECRS w:i: ~n:odi~ a:n~i!t~/~i;~t, :=!~~~ ..t ~:;l. ~ar~::\at!1t~s~ ronto!:itl~sle V:Jr~~-11-vec .. d"et; J'~ l~v•t~ sorrl.pueux. Des plts qui fla.ttaient Il a pirrcouru, a plusien~ repnte. See hros sont des hommes beaucoup de regrets. Joe Eliab seph CHORNEI Manager de J1;s palets les plus diffiiles, de s~s, I": plupa~ ~es pays d Eu;ope, v1i;:-oureux qui abnent la vif, et sa femme se sont intgrs Easte: Earlines Puerto Rico. f!nes. boissons, une conversation ;. d Afrique, d Aste, et ceux d Am (Suite page 6 col. 2) ,dans notre pays. Il tait venu e." Louis Lafoo'umt P~e eup: •~C', ~e celui de Armstrong e~ l'aroport Franois D U \' A longbemps le souveir. ~e l'Htel Craft. Elle montre les rieur. d Aidrm; ces deux hommef! ':J.UI LIER. Le principal cn chudement entour., par A foi. Foi en DUVALIER, foi dans 1 un des plus grands hommes du _ ... Guy Lanthier repll!"t ce soir Le dner fut un succs pour ledeline Daniee et tous conle devenir prospre de Ja.cmel. Qubec. aprs plus d'une semaine en liai quel noua flicitons vivement la tents cles espoirs que fait L'orateur eet un homme bon Robert Bourasaa ef9t l'un des ti. 1 rs dilBtingue, Mlle MRI'g'Rl'et natre lem' prsence dans nte, un homme admira.ble. J'ai rares politiciens rocuelllir l'adGuy Lanthier, ancien dumAnn Eckweilwr, les jl!Bprits des jacmliens si exgard le plus attachant •ouve',~~:~~ion de ,•irnemi_s politipiuu olympique du Canadn( MJ,_ ~~-:fi:a:i !:n~'kl~ 1 Ji~~ Son lection " clbre nus dallle d'or do natation) i,al un Frres de l'Insrt.14:ion Ohmsi bien par !en canadien, lib' 1 ~ 0 ';m~ ~-!r~:" p[~i:u:auu:~it!'. t1en11e. Quand je peesal au Lyrnux que par J..,. corurervaleura. Il lm b co PINCHINAT, il fut tout L'urtiste Marcel Sirols de kn "'\1 cs~ p:,tf8a".,c,;:,U~,;';~~ 1 .,1'~'t:. s u r p r i s de ru, revoir que dune,• librale parlant de Robert rcvunir pour d.,, affaires. quatre des soixante huit petits Bourn,sn noue dit: cBonrasaa est .. NouH <>Vans rcnconLr hio, qu'il avait laisss dans la closac l'un •lc•H plua gran'ds: conomlasoir l'llu.,I Jbo-Ll, le Dr. ltI LES SPORTS LE GHAMl:'IONNAT JNTERSCOLAII HAT SON PLEIN lis tni~nt quelques Jix mille coliers seconder les efforts de leurs quipiers dans un vacarme d,louissunt qui atteste de la vi talit cfc cette jeunesse o four millent tu-nt de ve.;,ten \lu bal lon rond. ~:Iles ne se cuJnptl'nl pns, nos jeunes fil,eA qui, gor ,re dplo)e, incitent leurs camH rades lu victoire. En catgorie co !na. li• Senghor, fit um• bouche Hl mdecin JJSY Comme bien 011 Je voit lu vie Craan, jo fua reU comme le pre 'tians de l',iut~ne prochain est d1iatrc. Su fenunc Terry Stentiford ser en veilleuse tant de fraicheur uLtle, salutrure. Je n evaia r.u be clbre ici non oeulement par fait do l'cAdvertising> J>OUr Dulo tant de voleur. Nous avons asse~ soin do ses faveurs. Male j avais Marcel Sirois, M, Franois Mal<• Publlaing New Yol'k. 1,1is l'accent sur Je rl~ prpon? besoin de me sentir alm, ca. bbm part et sa fe'mmeTh6rse et leur Chuck et In ont d r t:ront du bport dar,s la formalue combl matrialleent ma vie neveu, l'u,rtiste ,:Yves MaiBonneu filles: a eux Jo "'" ~~ 0 :i,en:i:r~:1~'jet~~:~~u;O~I~ ::.it~~: ~!~c::.e ~ill ~-A~i:,l\nc 0 To1dc~tdeMMi!e M:,,~ ,o~:sd::t!d1:p~er.~~~-~h:~r,~1! ,cr aux membres de lu Commint&nt, Roger Gouue, Morel Laberta Scimone de Boston E1o ils passent cinq jours. sion PrFidenticlle tout Je succs :font Favire taleut dea dieux Rancho jeudi soir mais encore ... L'indulitriel, commend>111t En possible dnns cette nolJle eroisapou.i.: moi. par les officiera c\• police canarique Fromei Pl sa p6tillante do en faveur de !'Elite de deQuand eske que les mallres diens Marcel Caumartin, Andr femme Mireya sonl arriv~ hier 1 , 111 in. vont essaycv d'Atre sinon des dieux Favreau et Alain Donaglie aprs mirli venant J,. Miami. Le x x x mais . semblables dell _ parents tendance conservatrice, en . Commanant Enrique Fromer EN DIVISION NATlNALE pour leurs lv'!II, Ile ont p11gnie de M. Lucien Thbaud ,•st intress dnns l't.icblisseCAP VICTORY 3-0 s o u v e n t un vide CIQllll--Guy Caeeagnol et de bien d'au,ment d'une Marina en Hati. Ce sevre reflcL<. tr~s IJien Ja hier dans la vie da 1~ _ lven trea h11itieQs. x x x physiom,mie de te match _pii les ~i11 la plupart d'entre eux_,ne_ . Parlant ,de Bouraa, Andi"' ... Johann Franz Tomosche, Ahommes du Nord dominrent le e en rendent mm,, pas COlll(lte Fau.eau noua dit : -Cet homme gent de voyage allemand travoil jeu dans tous les compartiments ,1:_~uis ru1:-AFsOvN'l'reANTru' n'atolj~ts.Uv .... __ .. -.-, m est lant en Flori,le (•St :crrivl' ,; hier de.puis lu 1re minute jusqu' la ..., .,._. a •-Yv aprs-midi. dernlro; li est normal ll!le' le po,talt l'lve faire un choix. dcor dt.:;ttlntares " X X ::~~~!~/;;m.r,::::o!:~tsJ~ ~vo~ i:::~:~O:a.fu~~e r.'lt:; llaltlennjW ;i/'h~~~::a~eR~~a;~~n~:"t~:: En flicitant vivement nos-'--iarli prenait ainsi consciltn de 1a di l,e' Time Mapzlne dans son hington passe quelques jours ici c ln province pour leurs belles itnftk. Louis .Lafontant tait aidition d.u 26 J'anvler sous la ru Il 7 st arriv_ hier apr<"s midi. ,,erformnncee Ur le Victory, m de tous ses lvee. Jl n'y B briaue .r,•raonnllt• ~ampe le• " X l( noue lanons un appel tous les )'nt're une nouvelle logie est venue voir 88 couefne Le Mlnl"tre Le1-.I; Jean fols le remurq~l>le succs de ln Sur Lorraine Professeur .~ ~:rw:~PC::aa -~:c!li~~t-: r:~~t~:\ h;l~its~j.r\isi, q~~(t~ailfie:~ ~;h~'::i. The, King Seertarlal . Saieh cTiclt Agent> de li Eas.. elle, De nombre.~s personnalits Cheryl ~tudie !'Art New York. ' tern Alrllnes New York, arriC:u. l!''?nde de 111: fillUre font l'ne x x x de langage et ses connaissances qll19tbon des oelf\lres e nos pein .. Nous_ avons revu avec Jjlaides affah'es du gouverneinent un q~~n~rc~:C~!n1::u!'~:c:j~ sir notre chreet charmante (Sulte pep eoL 8) (S~ltll pa .. il. col. 3) DbllallClle 25 -. )aimer 1'71 5 Il, 7 Il et 9 Il ' imperf ect in original . DX TIIIATU fDllnl: : lpt . I'.' .. . . '~i ~ ,"' ' , ' ... ~:'~'.','-f~ latre a.les 2.51 R61ene Gde 14-o,e 'r~

PAGE 2

PAO& 1 si. si.mple . manier... si si.mpl ac.qurir !. Voyez Renseignez vo~s tout de ~uite. ,. ... ' l , , , -,;. ~-\ ~ JI ?; R. H t t r cRtsao•u Re Bo~~ . Fpj 1 t ~l ~ 1 ( ' 0 . C ., ,{ J ,, ~ -,;( ~::. ' ! ltA ...... de DANS NOS CINMAS Su/te do la 1re page) DX•TllliTU CAPIHL PROBLEME No. 461 1/'. Lea lbriena irardalent une de trente pour cent. le chiffre sainte peur des avonturier. fran \de ln poputatioa blanche du Nord a!,, conaidralent comme l'poque (11), .' =t!~ 0 1:1.D~::o~~~:: LA BATA.ILLE DE LA plirent et qu'il y eut du dordre JJarIDI eux. M11!1 tant ralll6s dans un moment et venant la charge, la chance tourna, les ntres plirent A leur tour, pula se dbandrent, avec tant de . confuaion et do lchet que ce fut . une fuite et une .U. routo a,nrales: ce qui fit que lea . braves gens y prirent toua, en combattant gnreu'!8111ent, ne vnulant point fuir devant ux qu'on a toujours battus ju1<1u' ce triste jour et qui talent en possession de n'os"T paraitre dev.ant les franais,. pitalo du C~clquat du ml!'me nom et conNrvrent le souvenir de cette Vierge miraculmse dont le renom tendu toute la po pulntion de la partie de l'Est. Samedi , 6 h. et 8 h. 15 f l~~l~iAJJEURS' En 2me part111 Samedi , 6 h. et 8 h. so LA LEON P.ARTICULIERE l':ntre Gdea 2.M> et 4.00 Dimanche 6 h. _ 7 h. et 9 h. l'Olonn.ala et Montbara, dit l'Ex SA V ,+NE DE LIMONADE entraient en fureur rien, qu'en apercevant du cas• LE RETOUR DE DJANGO Entre Gde 1.60 Lundi 6 h. et 8 h . 30 .. ~~~-f-t61-'-~H....ilr; •H~-+-fl• ~H~---+ ll~~~-+-41•-t--t-+-t 1:---L.-.---.1.....L-J-~ HORIZONTALEMENT 1 Dos pasalona qui n• du rent gun, 1 Situ.\ Met les 6col!en l l'abri 8 Etoile, de mer , _ Possessif En tas Tte de gorille 6 Fairp un bruit cristallin Prpo.ttlon 6 Fut un port Important pre. de Bziers Gendre du projh~ Proche pa.rent La do 8 ".:_ ~!!i_ _ Conjonction _ Prepara de menus morceux D Blonde anirl,Jae Abt10 Corps . d\lZ De111chO Ile. VERTICALEMENT I _ \'1eux roi Est beau• eoup moins rafnn6 que le rhum! II No'ln d'un chat Ill Port belge Champlon IV Relie! mdlterwn~ V D'un auxiliaire VI mla&!ve vn Prcde et rend super• lat!! Machin VIII Rgles N'ont pas pe& d~ ~:--peu d'•au Cou rir trs v1 t. X Telle. une glande vacua trice. SOLUTION No. 2201 E. H8ftlZ6NTALEMENT HORlZOONTALJilMENT tillana. Chaque .ann~e de cette poque, do r,,tto lutte sans merci o I.e& espagnols talent battwl, mme s'ils talent vingt con• tre un tait marque par une tuerie dont les noms de Cffl'tal• nea r6irions du Nord comme les Rivires du Massacre, d• la Ma trie (matar tuer en e-pali;nol) rappellent encore le douloureull Mais en arrosant le ,o!, ie sang vers p111 chaque flibu11• tier ou boucanier faisait snrgir une lliirion d'autre, aventuriers tout aussi ardent& courir aua )'ennltmi et dvelopper las dana la Partie du Nord. Certains des premiers eacla• noirs, DOi anctres, taieu. dea sorte. , d'engags, des compa ~ons de combat cette poque de lutte aans mercL LA REVANCHE DES ESPAGNOLS Conduits pa~ De Cuosy et De Franquesnay, les franais pill rent, . incendirent, dtruisirent 1. Glace; Ro 2. Inissei S. Tue; Tut 4. Arrir~ -:5 Rtre 6. Snateur 7 . v,. ~lt; D 8. Io; Ttin 9. ne T.T. I. Gitan; Vie _ II. Leur; Sion Santiago de Los III . Aneries _ IV. Ci; Na dans le Partie de l'Est, du 6 au v Esterait _ VI. Surette, 14 J~let 1690, violant les fem• vir. Ette _ VIII. RI; Erudit. mes, a:&pproprlant lea e,cliwe,, , IX. Usrent ne r;ro:ta!t l~~eo~~!e~t:ef~~~ Cordouerh .: Convocation ( Electrac :,oop) avise Mr. Antoine Richemond, Mana ger de la Cordonnerie ELEC TRIC SHOP porte la connale 111nce de,, cliente qu'un dlai d'un mois leur ost acc.>rd6, l comp ter partir de catie date, pour vanlr prendre 11vralaon ch11u1 en r6paratlon en sou ate lier . Il. la Rue du Contre, (bloc St. Louis do Gon~agne). ro.,6 ce dlai ce, chauasurea Le. frres de cet Orient et, sont c~'llX de la fraternit sont cordialement inv1Us aux r<1monles qui marqueront le Jour de la cFte de l'O.rd.-e> le dl.man ".he 26 courant. Ellu anront lieu partir de n.,uf haOT1a da matin au aill:IS de la. Respectable Loee La . Vrl t No. 47 da la Rue du Mae:asin tle l'Etat. Comptant r.ur l'nimnble prsen ce de. una ot dea autr11s. Le Grand Socrta ria t. n•ronl puramont ot almphrment ----------Vl'tuluc, n la crlo publique. P-nu-Pco . lo 8 Janvier 1070 AYIS Anto!no RICHEMOND MAJI.AGER. A vendn• voiture FORD , Mo cl~ie 1968, climntio6e, prire de lHi,phoner nu No: 2-2033 . MIOO PLAT PAR 80N f!Ll!OANC9 ET Rt:SISTE EN TOUTES CIRCONSTANCES Montre de luxe? Ma,ntre de sport? Mido est tous les deux la fols. elle est faite pour les mondanits, parfaite par sa solidit. Mldo supporte 188 coups. Voulez-vous savoir la date? Votre Mldo Dato meter vous l'indiquera Voue ne remontez Jamais votre Mldo. Vous pouvez mme nager avec elle car elle est 100% tanche. Vente et service dans 111 paya. AaentaUIGIIMNII FOUAD A, MOURRA .. emports pour rehausser les nou velles . Eglises paroissiales du Nord et du Ni,rd'Ouest. La revanche des Espagnols 111• lait suivre six mois plus tard avec de• moyeos imposants. C'est dans ce contexte de vio lence11 et de haine, que s• situe la Bataille de 111 Savane de Li monade, telle que l'ont conte not.ammont les R. P. Charlevoix (1) et Lepers (2), Moreau de St. Mry (~) et Charles de Beau repaire (4). En oulN, j'ni pu recueillir les ,ouvonlrs lgus par la tradition orale au Cap; au Quartier Mo rin, Limonade car nos anctres avaient impor ~. d'Afrique 11ar pd. Malgr le refua de De Cu..y de combat tre en plaine contre de, f~s suprieures en nombre, ctout le monde cria confusment A 111 Savane et l'on ee mit aussitt en marche.> LE SORT BALANAIT Le 21 Janvier 1691 au matin, l'arme espagnole sui-gitdu brouil lard en bon ordre. Malgr leur supriorit numrique crasant e la plupart des castillans taient branls rien que par la vue de ces redoutables flibuatiers et hou caniers franai, dont le renom de vaillance et l'aspect farouche les intimidaient fort. Bion que les franais aient attaqu 9 h. a:m. avec prcipitatio . n et ordre, nous indique Je P. Charle voix, la victoire balana plu, d'u ne heure trente. N'oublions pas qu' l'poque les fusil11 ne portaient pas plus de deux cents ~tre! et qu'il fallait deux ou trou nunu tes (trois temps et douze mouve ments) pour les recharger. L'APPARITION DEN. D. D'ALTAGRACE Les historiens et chroniqueur• franais n'.ont certainement paa voulu donner crdit la rabon voqu6& par les pour expliquer cette victoire . Des r& liit;eux, commQA,lea R. P. Labat, Lepera et Charlevoix ont d!l tre fort vexs. La tradition orale est encore trs prolixe ce sujet de nos jouro en Rpublique Dominicai• ne. De mon ct, j'ai recueilli ce qui suit dans le Nord: L'officier, qui fit . ee lever les lanciers espagnoles, leur 'montra les flche& des palmistes de l'ha bitation Guillaudeu, alors Beau~~~r:ud;e~~:~rn _imr,to~~at cl)~ P.11 leur criant : cHe aqui la Vir gen de Altagracia>. Devant J'h sitatfon enoore marque de &es troupiers le commandant insis• ta: Voici la Vierge d'Altagra ec ! Ne La voyez vous pas au dessus da c11s palmistea qui vous sourit et vous annonce la victoi re sur cea voleurs, ces d'mona.> Il tait 11 heures du matin. Seul Je merveilleux pouvait vain cre la furia francese> dcuple davantage chez c~ aven'turiera sans fol, ni Je,!. Les soldats couchs taient des hattiers du Seybo, anns de leurs cmiliaclnes> ou longues ma chattes. Ili se frottrent les yeux et dans la brume hivernale qui finissait de se disperser nu de s su• des blls-fonds l'poque m1ERS La tra glqua hbtoira des flibustiers, hie S1J11di 1 h. et 8 h. 16 toire . de St. Dominirue et de !'la , LES DETR USSE URS le de Le Tortue, recueillie et aEntre Gde 1.Q0 dapta par . P, B. Berthelot . . (8) Moreau de St. MERY Descriptfon de la partie franal H de St, Domingue . . (R~i tion de 1958) Ier tome, ar ticles sur Limonade et Qu.arttar Morin. . . (4) Ch . de BEAUREPAIRE Combat entre les espagnols •t Dim1,nc,llil 4 b . 6 h . et 8 h. , MAYERLING Entre . Gde 1,1)0 Lundi , 6 h . et 8 h. H, LES N'UITS DE L'EPOUVANTE En~re Grl. 1.00 :::r=isd: J1m;:11 11 !;u::n!:. 9 !i AUDITORIUM reproduit les lettres des survl. Cl:JI , TQ CUL T1JREI. vants du Combat ou de. ceux qui vivaient, lors dans les ' envlron,; Samedi ;,: 7 ; h. P.M . du . Cap Francai& LE CIRQUE FAN . TASTIQUE Entre Gcde l.60 . 1 (5) St. MERY cite les noms d'anciens esclaves ayant au Dimali.d1e 5 h ., et 7 h . sige de Carthagne en 1697, af. MA COUSINE RACHEL franchis et pourvus de brevets Entre Gdes 2.00 du Roi cause de l eur mrite : le• Capitaines Etienne AUBA Lundi , 7 h. P.M . (p, 186 vol . 1) c'est l'ancLA PL:NETE DES Sl}!GES tre des OBAS du Nord et mme Entre Gd 1.20 d'une famille Etienne) -t VIN CENT OLLIVIER (p. 229. vol l c~i 8 ~;e Noran~\eu:e/~Ji~~: De Lue A•to Cla Charlevoix et da Beaurepaire nous par l ent des esclaves de ln Samedi 7 h. et 9 h. rgion du Nord, amens par les BONNIE ET CLYDE espagnols aprs leur victoire, Entre t dollar par voiture des esclaves qui se cachrent les bois ot revinrent ensulD i manch e 7 h. e t 9 h. te auprs de leurs matres MON HOMME l'issue des onze jours de pillae:e . En t re Gdes 3.00 par personne et de rlv11st11tions durant les• qu e ls le ville naisaante du Cap Lundi 7 h . et 9 h . fut dtruite et brule. (Dernire reprsentation) Les fusiliers espagnols no pou Avec moins de crainte qu'aupn 10) Franquesnay tait orlglvai e nt soutenir la cadence de ra v ant . des fc~x roulan _ ts des aT\lllre d'Avrem•onil, en NormanMAYERLING Entro l d ollar par voitur e feu d e s flibustirs et commen• vcnt~ners bien entrnms, les dio, actuel Dpt. de l'.Eurc. aient rompre leurs li"nes. bouvie_ra se lnn~rent 'sur ele~ Bon nombre des flibustiers, Pour e'nl~cher Ill drout.e f~fa 1 i Wi cd r.t:.ts 1.r. . 1 ~oucnnier s et i,olons tus Je 21 ~::p::n a:m~!r ,1~":i~rsc:1: 0 ~= Viv:a N~.t:!' 0 s~g~t. : r--tt.a~ .Tnnvler lCi!H tuicnt tlt's nor 2"110 de sbn chapeau, afin da fa!. g1"1!d.,.I ~,t~ leurs .• tem!>let ( m" nd s. rc so lover BC0 lanciers couches aabres d'battlo; si bien ef!ll (7) Le Qua r tier Morin s'np sur lo ventre jusqu'ici et qui fan contre le cou , le~ br a s. Jee Jnmpemlt en c e temps le Trou de crent, nvec tant de furie lies des fl!bu, t icre, des boucsCharle11 Mor i n, du nom d'un dos nos gens qu'ils forcrent le Cl'n nier,, des . ~olone, des esclaves, orem!,ers propritair e s. Il y 11 tre aprs un trs rude combat. soldats oux1Jialre,,. 1 1 vait al\lrs de s marcages, des m LeB deux ailes ac trouvent rtpa . A leur r e tour, dans _ leur O n• res non encore drains, provoqul>s res, ln plupnrt des franais orilnln Seybo, I oxtr _ mit Sud pnr des rsurgenc e s de ln Grnn rent ln fuite, mnis les 600 hom• Est de !'Ile, les h~tliers cons_truldo Rivire du Nord dnns ce, mes les plus braves do ln colonlP •lrent un s11nctun1re ln Vterite terres alluvionnaires . moururent en roistnnt jusqu'au d'Altagracc. Salvntier_ra (Sau Les palmist e s do Guillauden dernier, nvec lc~s 30 officiera, vet e rre) de Higuey, ancienne Ca sont bien moins fournis qu'il y 11 i::~s •~ ::e:~~s:n;;~s e~•e!;:~~oj~; ----------279 ana. (d'aprs Chnrlevoh:. 2 vol. pp. La famille Guillaudeu s'est 223, 224). Convocation ~i::: :i;,.,1~: . nas~';,,b~::t~tt. ~~usy d: Lea Membres du Coaseil Pa30 ou 40 an,, un descendant de da St. G6rard oont concette .famille vieitn le Cap-Hai voqus en AsaembJe Gnrale tien et Je Quarti e r-Morin, d'o. Je dimanche 26 Janvier en coun prs Jes informations que j'ai reCharles de Beaurepaire repro duit une Je.tre crite Je 21 Mars 1691 de Port-de-Paix: cM . de Frnnqueaney se mit la tte de.~ habitants do ~quartier pour recevoir (les E,pagnola) en gens d'honneur : ce qu'on fit d'abord avec tant de \-igueur que les en8 hres 46 du matin. cueillies dans 1.11 Mtropole du Pour li! ConHll Nord. 1 MeUe KEltNIZAN Seortairo ad hoc. 1 G. J. BRASSERIE DE LA COIORIE, ' S. A UNE BOISSON ~; ' 1 FR~IT' yHAMPAGNE ~~_$MOUSSE . ORANGE CITRON LIMETTE MONTPARNASSE Samedi 6 h. 16 ot 8 b. PROPRIETE INTERDITE Entre Gde 1.00 Vlmanch c 5 h. 7 h . et O h . QUINZE POTENCES POUR UN SALOPARD En t re Gdc 1.00 A MA(i,JC CINE Snmedi li G h, et 8 h . 16 En 1re partie LES LEGENDAIRES DE DELMAS En 2me partie QUINZE POTENCES POUR UN SALOPARD Entr~ Gdea 1.20 et 2 . 60 Dimanche 3 h. P.M. UN HOMME TRAQUE Bntre Gdes 1 . 50 et 2 . 50 Dimanche 6 h. 7 h. et 9 h. UN HOMME TRAQUE Entre Gdes 2.00 et 3.00 , Lundi 6 h . (Sance unique) ALEXANDRE LE GRAND Avec Richard Burton. Entre Gdes 1.60 et 2.60 ELDORADO Samedi 6 h et 8 h. lli. RASPOUTINE LE MOINE FOU Entr. Gd81 1.50 et 8 . 00 Dimancl)e 6 h. 7 h. et 9 h. HOMBRE Entre Gdes 2 . 50 et 4 . 00 CINE ITADIUM Dimanche (En permanence) COPLAN SAUVE SA PEAU Entre Gde 1.00 "' PAIL\NOUMT Samedi 6 h et 8 h. En lr. partie 'l'ABOU COM.BO En !me partie FACE D'ANGE Enhle Gd.. 1.50 et 2 . 00 Dimanche 3 h . P . M. . .. ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PL US Entre Gdo 1.00 Dimar.che 6 h . . 7 h. et 9 h. PASSEPORT DIPLOMATIQUE. AGENT K 8 Entre Gdes 2 . 60 et 4.00 Lundi 6 h. et 8 h. 001 DESTINATION JAMAIQUE "Entre Gdes . 1.20 et 2 .00 Drive la Clai Samedi 7 h. et 9 h. PHAEDRA . Entre 1 dollar par voiture Dimanche 7 h. et 9 h. 5 . 000 DOLLARS SUR L'cAS> Entre Gde, 3.00 par personne Lundi 7 h. et 9 h. LA RU.MEUR Entre 1 dollar par voiture l':TOILI CIMI (PftJO~) Samedi 6 h. 30 et 8 h. 30 COPLAN SAUVE SA PEAU Entr6e 1.60 et 2 . 60 Dimanche il 6 h. 30 et 8 b. 110 TERRE SANS PARDON E n tre Gd es 2 . 00 et 3.pc, L u ndi 8 h. 30 ( S ance unique) CLINT, L'HOMME DE LA VALLEE SAUVAGE Ell.tre G de s l.20 et 2.00 CINE SENEGAL Sllmcdi Il 6 h. 15 et 8 h. 16 En 2,'rne pnrtie LES LOUPS NOIRS E n2me partie FAN N Y Entr6c Gd•s 1.20 el ~ . 00 rnmanch o i\ 3 h. l' . !\!. L ' OR DU SilERlF Entre Gdo 0.60 t 1.00 Dimoncho lt fi h . 7 h . c l O h. C INQ C AR1'E!:' A AIJA TTRE Entre G d , ,,, l .5 C d 2.50 Lundi li h . 1 5 wt 8 h . 16 CHEF DE PATROUILLE Entre Gde 0.60 < 't 1.00 CINE OL'yMPIA S n' medi (En permanence) L'HOMME, L'ORGUEIL ET LA VENGEANCE Avec Franco NERO . Entre Gde 1.(;0 Dhhanche 6 h. 30 et 8 h . 30 GRINGO JOUE ET GAGNE ~ntre Gdo 1.50 C~UMJON Samedi 6 h. 16 et 8 h. L'OR DU SHERIF Entre Gde 1.00 Dimanche 5 h. 7 h. et 9 Il. LES EPERONS ' NOIRS En~ Gde 1.00 AIR-PORT CIN~ J Lunl!l 6 h. 30 et 8 h, 6 KRIMINAL Entre Gde , 0.60 et 1.00 \ _ .' Mari!i gf. 30 et 8 h, wq t ATTAQU A L'AUBE' 7 Entre e . 0.60 et 1.00 -RAISIN BANANA CERISE VISITEZ . LA GRANDE EX~OSITJON CALIXT& , BE-NRl AO Ouverte Jas,~'~• 2& Janvier Gallery Monnin ;; ' '. ,, !f~fl'te fi/#a'tli-ll

PAGE 3

b) Alln,~ntall,;n n, , olAII"" hllX i ,bl'Y'OaU.a p.-\m• """"'• 11c,.c.on1\"h•t1., l111Chn6q,u,a "t prof-.•••ltH11tt.,lft. .... , -4) l>J• •lnpfNml'ttl 1h~ rtt1t•nu, ..,._tri•ll•• d 111i11ilr•i Turqulr : lnduNlrln• du l'l m•nt. d'11111rr•I•, d,• pA,.., li pnph•r d• charhnn, 11• for ol 1\'111.t•r Inde ln , lu•lrn• lnfll~rr Colon1hic ludu•lrh• d,• rnn ; oontr-6,, pour 111i1111llnn du 111• &.ail. 6) ,/'11, ur,1rfl Cat.acl,-ml' Calaati-oph, s n11turrll1•• : innnn ;tLJon, tr,.,ubl,•nwnl . ,lu lcrre. , D'apr le• informullOII• .-ue1l11~ le PAM Cournil . adu.,llemen_t . una ald" al~N Rnltt, )>0Ur Unt• \ ~t df 4~ . 0{lll ,\nl lnri~. al,tri~I• . du 11AM ~11111 dis Lribu~s icrntuitrm,,nL aouR !orm~ Jri pro,.,nit,ru1 ,our hw t-ra\',u\ ~ \,1ura et ,rurs fum1llr11, comme Hl• muhmt 011 ,-,; 111 unh11l1un pnrtld lc d~ travaux r6aliR~H. 011 . 110~• .forme dr snllrks ,Inn I"" HRhl, , . .. ~m~nts d't•n:,1cil,[1tf'tt1t"llt , 111 Conition ~ , (~t'.•nl r.,hH dt l'nln ,n \ilnitc ou l."1\ (' 01'1lll\UnllUlt Le ,lJ,n . f n '< •l pns pi, u , contr e lu , i•lih111 d,•tt riri•tn , I l concerne \a lib1. rll• 1h l't n~ . nwnt rl11ns ccll<' vo1,• l '. ;t t' 0 P~I un fait u'il , \: n :;u,f , " pn : nl un r"onst•nsu s> l rol1umn1 p o ur d, . : olldarHf'T l 'cn ~ ng, ~ m nt au . t'l'rdor~ et l't•ng-n;.:-t•nwnt a u n ' l 1 hnt, nu ro\loqut.• m li l i\11 d , nier week-end t. ' l)n1n1" :, . : l e > hollandni s. Tout., lu r,'n nl< ' prlR c ri(, 11ositio11 d,• s , , . ., . , , ,; , . H o l\ nfiP k m11n1 r ; ~ . !i n Aub Heu 1,A [.' Il f \' T J 1\ DUBON DUBONNET Une ,SONNE ra1son 0 de ....;;,i<, , .,_ ; .-<: ~ t t. , L ., ( A Finis les maux de tte! alll . 110 ~ ' o~ Glue) soulagement de savoir que votre Toyota peut compter . en toutes circonstances sur , ra ~r . ~ Ri c o U . . ne . " : , : . . . . ' , . . . . \ ' . . '. ::: ~e::11~:~/~~;~;~;~~;nr:~~;:set srs . .. tout en sachant bien qu'elle n'oxi~e ~orm~'o[mont o Pour assurer tous nos vhicules longvit et constance, nous avons cons ru, sur 1 0 la Tr1n11, ,.. .,. .. .. _ 1 ~ . ... ensolellle de Curacq!) : ~n entrept gant pour nos pices do rechange .. De c olle loc.ollon , la GvvaS: t nom centrale nous ps~rronit'tle~servir toute l'Amrlque Latine ... en quelques i?Urs ,.,Ion necorn t o. ' ..... .,-:Le 11<6111 . -1 La lotlvle ;!;, ,}•{ \ . "< ~ : . ~ Ceci abrge consldrobl~menl la . dure des rpa ~ alions ol assure un omplo, 1udicieux de pices de rechange Toyola do provenance gdrarit i e. Appartenant ou group-~ des dix grands de l'industrie automobile du monde. _ no~s ne . croyons pas qu'il : suffise de conslruiro de _ s vhicules qui soient uniquoment sol1dos _ et surs, faciles conduire et accessibles p tous des prix roisonnoble s . ou oncor o de creor des points de vente et . ~e .. service dons plus de cenl pays. Nonl Nous voulons tin foire dos ,, vhicules qui ' s . ' 'ltb,rnl de toutes trocdsserles. ' . .. Avec l'lnst11llotlon du nouvel enlrep61 .: Toyolo Ports Depot of Curocao. en mors 1969, , nous vous se r vlr0ns encore mieu x qu'ouparovonl . Non seulemonl parce que nous so 111 mes I un des meliteurs constructeurs d ' oulomob i tes d~ mondl), mois parce que nous maltons la disposition de nos conce5sionnaires el lo f ;vtre,• . h~ureux propritaires do nos Toyota , des ressQtlrc s t inpuisables pour l'.~nlreJlen ' de nos vhicules. , . , . -;. : . : Il, ,r~ \ ~ _. ,

PAGE 4

NOUVILGU ;: lllq..l~f --~ ? ~ ;'. Al:n IJANNONOIJ 011) l,A .• . . .. 1 . .., DIOWON DJD L'ilPJBOOl'AT HOLLANl>AJ.8 11JN A~llllt'\U(l(lll lnqu~ oll• . peetioral . rl•n 11vtant oalul d.t l'or,lru 11u liiholl "1•\lt..., 91\ ell..ndaM. &.. c-d toll&l .._ a'f'tlll, lNI p..n, Il . a111,1uah 1111n ka 6v6 adlllOt ... blU.One, ,_ au do l'lllcN ~hfNlle lllli' &.. l)l>lnl.a QUU voudraient eo111ln'or tl•n• l'~""Of>lll hollandilia 1 eenU con--:• .Il lll'llll en la •-.-dooe, aoua c ,, ,1111110• 1 : 011• ll\1111 . 1 1• ltOl\l ~""611 ta,~._ al:-' •Ul!Pll• oartaln• 111 (11 rua qui l'il ,&Hir l• Vellc•n "'-" on 11nta, pour l'on eu LiNUle aont ou qui voulunt oc Il• ont dl\l n,,u.-n.m au "'1lbat d• .J)l'f~ ol, a?Wtl marier, on IH mollarn 11u aorv,. oll4 uu,1u•• 1,ar lo la qua dam lo ou C!On.nire, i. cl!'!" co do Cnmmunaut6• prlltu '"" leUro •QU'Ii ad~ •U car p bollaDdaia ,6carteratt de l'Jll accoollllr. dl1>al Alrrinlc .., dooembno. d; QUI •llto ... 11 naJt dU A clliul~ u " 6b6 pubilc,o dan, 0-rn. m6[1~. AvJaard'hlll, la ripoc1 Aprft cot examen ,lo ln •llua tor.i komat>o da lundi der.ruer. .., ,la 6v~eons.Jbue uno lion, li n'oet pu oxclu que, AUJCM1r,r11u,. t orl(Mnu . Lo &ln..-Sl"lf'I ot.att cl au r._,. du Pape n• pu t'i!rei.,~n:C,lt J•~~:cop!~~n:; h, 1111 at tin 111 ~truutur11 . dlvlnn• ment h11llt116e cta l'!ll1lliio 111ilvar aolla, dit l,uman ror:~j;,.~cl~n;~•; ,coant dana l'unlt6, d6montre vec plua 6vldo11co ln cnlh1;1lrll~ du PEgllse lndlvlalblc .. , Jc1m Bourdarl&1. Bermml ~•od d6J lruonn6 da la nounl• leur d6-n-ol. Alnal Fau•.o d' A I tt J l11 Il y a qu ... quoa Jou ra pu aon Vallalnc, i:hd du bureau do pro• .xXu at:alt p::naul~ ';:ft "'ivq::: \ . nono,, -.,o,atoliquo M Ana-,,lo al! du Vatican, Intervenant il de cette manfre 1 , 1 volllc du UN COMMUN\QUlil li faudra ana,dre la prooh,uno titre penmnnel, commo simple rondie Vatican Holt en con DE PRETRES MARI.ES v.nue Rome du cardinal Al• pr+tre , a d6clar6 : -< SI Ica N: t od T l li frink, qul eat annoncoe mme c.161.utlquH fldlee au clibat v!~~~~:n ': j~ dl;~ipilu~~ \;~~~Ic Un . groupe de prlrcR m111 ,; . ~ J.inminen.-, po11r oonnaltre Iee d6 venaient manlf011t,,r HUr la place eutralnj!ralt en eftct clc si nolll hnhltant ln rir!on pllrls. n c no; a v.lopc,emat.a da cotto a.ffaire Saint-Pic.mi, lla n11 ~crnient pan brouaea r6percueaL , u., qu'elle ne (,,publi un communiqu n,u terme doulOtlroUH pour Io Salnt-.Pre. cent ou mille, mala des . centaines peut litre f'.ntreprlae qu'avec le de 11n dernire confrence. ,Ces Celu.i-d •'et.ait d,ij dclari, dam cl11 million. Lo ,::holx du clibat con1141ntement le plue large de l' prltre11 crie dclarent soll1ia1~es ::. •~~~ni:e~r:rc~: iit:~!: :: j::;~f•~m::.ait';:; piacopat catholique. ~= . ;:e~11~~11;:! ~~n:'n1~{/~ doctrhaJoe OOlltonuea da.m lea devona malntenJr la quallt6 de il eat probable quo Rome vn pour l'abolition de l'obligation llu J•rc.Jea-r 11 pporL8 ace . 101 prtre•. 81 J'ta.le vque, rocevoir trl!s vite d'abondantes cl!bal; ecclsletique et la recher p\4nl,d• 6-ftqu .. bolla.nda.ta Je pr4f•rerals travailler anc rilactions pour ou contrn ln rc• c~e d'authentlquea ro doit eut {la deacrlption du but et dd ta deux "lritres cltbat.dree, plutt qute nerlandaise. Certolnoe g,T un mlnlstre d un nouvc1 t. d• 1Ji!~._ priHn~ .comqu•V'9C di:tt marl.> sont parvenues, telle cettetype. mo al la mioalon de cell&-cl •.att Mala Il eat vident que R.ome lettre de pr&tres des p 11 y 5 -Ran Ils s'engag~nt nu 1 i,iiur.d'hul J,lurement terr.llt.ro ; la proposi• va devulr d6pauer . de simples qui regrettent cl'nLt(Lacle exn(I.'~comme hlr . vivre I Evangile Uon parfoill ltn,p<\rativo de diNoractions ~pidermiques>, rment tolrante es tvr;uea ) c Jsus-.,Chrlst. , c1 . 1on du colibat ot du unioLa demande l'p:aco;at hol• .1 l'gard d'un ,concile> d ont ils Ils . ~iennent a pr~1ser que ce olalout on t.ooteii Jet.n,a repro Jandala pae d'un quel. r1Jl . it.catenl . la ui,rt,sc 11 tatlvit leur de1r unanime n est pas de c.hna":-aralwt• dup<\reap.,,,.tv:,al)'~~~~a)~~ cmoonlqnu11e cocoun11ucll~~ pfa, ato,~.i. ! dpolusl'nou~ L'vnement est que 111Jur ln rl;!ntgrer purement et simple• .. ... . .., ..... uu. ..,,..,.., ...,tif "" ;,rem.ro fols uno Egl111,• locale ment le tnlnls~re dans BI! form~ n~nt Paul YI. que powmlnhni tor:t lgitime de l''F.gli,e de 111,1 1 emct en cause publiquement un a,cLuclle,.. , mms de ,r ,1t1,huer ?' au .._ cha.ra,, et loa poavolrs qui land'e. lfolo J point important dc: h discipline I oeuvr11. d vanglisation en fn,. lui ont 6t6 oonfr,l,s par lo Christ imlverselle, ce qui a nrnenl! sant naitre do nouvelles commu• lul•mllme ... > Dans un preml>'r temps, le tcrtalns prononcer le mot de nauts de croyants. l ob Ils Pape et ses collaborateurs otu• t.schlame•. ~ont Intgrs. > , ajoutait . lo Salnt-P ro. Son 11Lt,tude ne peut tre rha.nJ,re aujourd'hui, dl~ rammo il l'crivait. par lo ha.ut sons de .a re&J>Onsabillt dans J'applltion des dbcN.tJ du Con die Il avait demand au condieront longuome11: le dccument iri':.~~UI~ ~':~\~' ;;~:~i~:\ :a~ v01r ce que veuii, 11 exactement les vques hollana~is li semble que ceux-ci souhaitcrni~nl poQ v01r a'orienter ver~ un cleri qui pourrait tre selon son choix t{lntt mari, tantt tlihnlaire, les prtres maris B}'BT:l hi~n en tendu reu le sacrern ., n: du ma• Nous n'en sommes pa l et, c,,n venant Rome ,le cardm11l Al frink entend bien montrer qu'il 1este falle Pierre. Mai~ Vati• can II a rappel que l'Eguse O rlcntale catholique ad111cL le sa cerdose mari. Ne peut.on i:na~i ner que telle ou telle . <1to . •! E~ . 11 se puisse l'atlmette son tour , Tout en . conserv:ir,• . l'unit tl --------------------------------LOTERIE DE L'ETAT HAITIEN Nouvelle Table de Lots de 30 .. 000 Billets A Gd 20.00 le Billet 1er Gros l.,ot ............................................................... . ............... G. 100.000.00 2 Gros Lot ......................... ;.......................................................... 15.000.00 3 Gros Lot .. ........................... . ................................... 10.~.oo 3 Lots de G. 3.000.00 ............................................. .................. 9.000.00 20 Lots de G. ... . .............. .......... . .................................. '.5.000.00 200 Lots de G. 100.00; : ........ . ......... _................................................ 20.000.00 3'.50 Lots de G. .. . . .. .. .......... ............................................. 28.000.00 2 Approximatifs du Ier Lot G. .. ...................... 1.000.00 2 App:-oximatifs du 2 Lot G. 2'.50.00 ... .. ............... . ............ '.500.00 2 Approximatifs du 3 Lot G. 200 . 00.... . ................................. 400.00 297 Ce11 laines des 3 Gros Lots 60.00.. ....... ....... .. ......... ........ ... 17.820.00 897 Terminaisons des 3 Gros Lots '.50.00.............. ..... . ....... ...... ... 44.8,0.00 2 . LOO Terminaisons par Tirage de 7 noules '.50.00..................... 10,.000.00 1 BOULE DOC 0 l11ts de G. 80 au lieu de G. 2'50 de G '50. 297 ,cntaines G. 60 au Heu de G. 297 ;\ G. 40. 210n tcrr.iin.isons par tirage de 7 boules G. '50 au lieu de noo par tirage de '5 houles G. 40. ------------RENE COI.ES LALUE Le Champlon du "9au Ylte ment annonce ceux qnl par tent pour l'Europa, 1UBA, ou 111 Canada, qu'il eet revuua dn Canada et dea Etau Uttla &180 une technique mod.rne et 1ftn, qu•n est eu out.Te le Seul capabla de confectionner un mant.eau d'Hiver qui 1111lt la mode daDI lea dlffrentl!I Capitales du mon de. Da trouveront ira.lement de. ~~~i~mj!cU~e:5 r.n:::,= les lpnta prtrent la coupe llllr me,nre. Une vtalt.e de Totre part. a'hn posa de toute MC..ft6, l(1feure les El6pnte. .. Lalue en face de la Nonclatu re Apo,tolique. ~"llll .. 110100::lOl~..C:X>!'2:CC:CC::;.cOOOOC'l',OC:IQO,XXKJCIOCIOICICIIClt0CIOilll_,..,. ________ IO'! _____________ Des S. A. F. 1. C. O. Ua nom dans l'Ecoumle Cu Pays S. A. F. I. C. O. Plus de$ 350.000 essentlellemeat haltle•s aidant la de la vie paysanne S. A. F. 1. C. 0. milliers de bras haltleas aaaaea• chaque .ioar la bataille tfe la orodactloa S. A. F. 1. C. O. or milliol ;' .de sacs de Si~al aa se"lce •e la Nation RaJtle11ne S. A. Fa I. C. O. Une Industrie . Mauon;11t aa service de la Nation HaltlftM , . ~,;•' . Nourrissez-vous ? Nourrissez-vous ? POURQUOI LA GERMAL'lNE . DONNE•TELLE DE SI BONS . RESULTATS ? Prce qu'elle elt p11r : U pula ,, eance Qlimentalre, un 'ment rg.ilateur naturel de la ~ nutrition. . . , : POUR VOS . ENFANTS, Cralirnes-Toua . ~•lq'\iaa, . falbl• S. A. F: ~. ' (\ O. :~~!fJ~;=~ ~ ) . , { ~ . ' . ; . if GERltYNE r _ , , Pour lee . future( marnant, J,. ___________ __,,..-.adDDai!Mlt,.___,-:. ~•~ ~ .. 1 . ,, 1t111 . ~ ~iirl > ~~cn00eirc:r.:.ic~~~!'1"" ... . ~ vo!':u:~~!~=•,~ cral1n ,•f , ' . . No~ _ l1iWJ~ . I .• ; .. . J:>(l~nz4eur . Je ; , .r&'la , t,uf r ', t~r•J : de nutrltlo11 : , : ,;. .. une ' P8l'f11lte nutrition r Nourr1-..1ea . 1 ... --i~Jt i . .. SIROP PECTOR.A 1 SEJOURNFJ ~ ~ "./:: -A bn;, ,7~;;;:ZiiLii!~fi~ +Pii " 1 J f f~~t ~I Tou, RhlllllU. Bnadlltes, BIIJ'e••ents, lall•. . ~ ... \ ., ! ,~ . " ''' '" " "'"''~ 'Cd :s, M, :.i!J,, p . {~,): , :ei: , f{ t ,, t( , ,1/!i,, . ;,, f ajltlca . , . ellr t"' 11 m .. . " ' ' . . ';' ( '' ' "" , . ' . ~ " " VENDL' PlN 11'1(/\Nm~ f~T EN ANGLETE;RRE, IL .ES'l' ACCUSE DE ' 1:)ECLF.:Nc ' 1rn1t L'APPAIUTION Dl-.: •ruMEURS qHEZ CERTAl.NR ANIMAUX . Apr 11luale11r• mole c1•n~c11J111l0, ln controvers11 onga~le dann le monde entier {)Br Ire dfcn. •cura et dtracteurs des contra• cept,fa oraux vient d ~rouver un Mcond souffle. Il ne se passe p11s un jour 1111ns que dea . mde• clna ,et des hommes pol.tlques loa. dlm!:er~ potlen• licle de la cpllule>. Cw dclaratio.n~ ne Rcmblcnt pes avoir (encorc?)-cn un v•r!. table impact dans nolre paye . Des comits d'expert~ se sont longtemps a,ffront~ ,,. au vu de leurs conclueio'lle, 111 cpilule u mise en vente dans lei vharmaciee, 11011s contrl, mdi• cal. Les mdecins, bon u:rl nu,\ gr, ont d(l 11&tl11flre !eura clfon LeR tous en Ie metta,nt en gar• de contre certains lnciJc•nb pas s1bles (troubles digestifs n•f . neurR, surcharge pond~rale. mr. 'llil'cAtations cutanes, etc.) Restent les accidents. Prmi r.eux-cl dew: sont g,wlc111en: retenus. par, Jee spcialistes tracteurs> : le risque thrombo embollquo et le risque cnucri goc, C'est en 1961 qu'nppnru• ren t lea premler!i articles spcia• IIAA relatant des accldentic thrombo-emboliquea pendant ln prise de contracot1tlfs . Depui~ . rie numb r•ux cna onL rclntd tant en France qu' ranger Il aut dire q-. l'poque le8 11i t,lles tnises '-sur le march n'. •.aient que des produits cforts•. rontnant une quantit impor• r . ante d'oestrognes. Or le mode d'action des oestro l(estatifs sur les d : vers facteurs de la coagulation prte et a pr t de nombreuses controver• ~es . En deux mots les hormones contenues dans la , ,pilule> sont nccuses de favoriser les ace i ,lents thrommH!mboliques. Cette accusation devait condui re Jes laboratoires pha.rmaceuti• ;. ,1bea mettre ea produita moll)B dOII toxlcolol&'quos cxig6es par , L‘rta• et contenant trila pt!U ou . le ministre 'de la aant. et qu pas d'oestrognea la disposition , i,. obtenu aon vlan. Lea responsa des utilisatrices. La . cvogue de hies nout ont, d'8utrc part, aaRu "~.~n~p~ll:rta~ti~a~an;;i . ;~r/~;te ,s::c~ :nva~~~;R ,:e 1:;~ veau contraceptlf ta,lt moins me>. ~:ng:r~~t e~ to~;a:::~~r::!~; cLea travaux 8{1 cou,:a, noua un comit rpu tif' pour son ont-flij dclar d'autre part, ont rleux, le ' cnmit ,fb unlop, publait une tolrance parfaite du dernirement une liste de onze 11roduit incrimin aprs vingt et varits do pilules csres ne ris quant pas de pr9voquer des acci dents thrombo-embollquee. Dix• neuf autres cpllulen taient un mols d'ii.dmlnlatr!ltion conli• I\Ull che& la auenon: ' ,. 'En he, lee er~rlment.ationa mffls ~ur du chiennes cbeagle> . ont montr une &pffritlc>u .de tum~. faction11 mau11nalre11. Les responaablea lu laboratoi re estiment eependdnt, Il juate ti tre. qu'il faut se garder de lou• le extrapolatron hltlve. Patrick MAGD. condamn6ea. suii DES BEAGLE• Mn,is un !nit nouveau tout r cent risque de rallumer l'inqui tude outre.Manch . En effet, kUr la liste. des conze_ . apparait une cmlnl-pilulc> ne contenant pas d'oestrognce, mais accuse, die, de favoriser l'apparition de ,umcurs chez une . chienne . cbea• l(lc> . Ce produit contenant de l'actate cle chlormadinone est fo briqu par les laboratoires ricains ~ntex Inc. Or cette so cit n annonc lundi que sa pi . Iule n provoqu des ca chez des animaux (F!itaro du 20 .fnnvler) et que cnprs consult, donR avec l'Admlnfstrntlon fd. raie cles produits alimentaires d cle suependre toute tude rli ,1:quc sur cles volontaires. a Pourvotre BEAUTE ~l pharmaceutiques> elle n arl Reppelons ce sujcl que cette ,mini.pilule est en vente d~ puis un certain temps en France, en Grnnde•Bretng11e el ,i,u Mexique. Nous avons deman aux responsables du labora lol,e franais, charg de la djf. fusion de la pilule l'actate !le chlormadinone, ce qu'ils pen sa:ent de la dcision amrica . lne . lis nous ont tout d'abord rap pel que le produit a satisfait, en France, aux diffrentes tuf(fb' lc;s sp~cialit.s ml T" cosm~~.1:q1:1.e~::: lllla G ' ele Royale ::::: > :::_:::_:stabilise \} /:/ Crmes de jour et de nu\t.:: :::::: Crme masque. CrltJe hydratante. Toniques et lotions. treme d~maqIUante. 0 lait de Baut. Savon. : J~ntagel rilhjptines. '.Crme 37 pour be.ut~ dea ma!na. Banque Nationale Un ptc;,duit licence APJStlRJM B. de Belvefer i base d.e ~oyJ~ stab}'i~ o!frJes ~n~e:' de, q~it eJ d 'l ,caol q, depuis dlX ans font la reputalion mondiale de 1~ arque.' . . de la Rpublique d'Hati Banque de l'Etat Hatien Devenez votre propre Comptable en ouvrant un compte de Chques la Banque Nationale ----------------Joseph C. Valm et Co . Distributeurs. Auto el Mcanique S. A. Rue du Peuple 178 Distributeurs exclusifs pour Hati des Camions, Camionnettes et Voitures Bellett de la clbre firme japonaise -~ -: 2:; .. :/ : r } \ :> i. FI.Olll4!1: : J600 .. cc, mo':jte Ce l~e _f o* ;: "';oc1•re, , c:~ionjett' ? . fl;.ffl,_ ,..,. -' ,~• . : records ' de . ,, , d'eJJ~•i•nce et t •t ~,nm, . . ,~~ : ; : j~fi-e, ~ ' r . ,:,: : ; , :., : . ,~ . ; ' .. '. .,.,.. .,. ' ifirffleqal!l-~!,'• ' ~1Jf!~ J ~~i~(~lit$if• . : , . .. ,6,.. •. .. '' '',t e : . :: .. ! . : . . , . ~ . ~ . : .. : . : . . .._ .•.•.: . . . J~r ... ~ e{ , < ,, s~ceta~!; ,:: . ,, :: ,t1 ,r, :i an~ ,,,., ,ir,i-,e t, . ,s ,nm,,., f ,~•f::~~::z: . Fum,Ji;~ua .; sA~ii!F5l,os E:=:~

PAGE 5

1 M ET DUllANCllil I& IANVlll 111Q PA.OIi Il "' ~ r r r -_,.. ____________ ;.,._ ___ ,_.,...~-------...... ----~----...... --..;..-,......_---~--,,...-,~....,~~ .... .,.,~~"""'-----DANS NOS SALLES DE iSPECTACLES " ctfllLDOllADO ., . '' hhnaneho Ill J~n•lor li Il hroa, 7 h1 oa, •l Il houru l.11 l>l.-...,t1011 do ..U. . Balla llOMllllE Paul N•"m1u1 •uocl6 au Viaux roullor J• l'•rran qu'u1t t 1 ' r6116nc March lHlUr vou• prb ••nl<'r c,a c:h•l-d'oouvra . 11,voc Martin !litt connno .. U.,,lciur no pour r~n1 noua attanmmc les autre,, . HOMBRE I.11 gur,t!rproductlon quo El de l'anne 1968, Syilney POI i:IlilR difie sa protliK1cuse car r i re sur un chobc : Int.erprt>ar JeM rles de Noirti qui s ' mposent par leur supriorit morale; <~ s:i\s vtnu au cin'5m&. fnir-e ou .. i,lier 60 ans de roles humiliants oil les Noirs avaient d se conten ter d'incarner de11 chauffeurs en livre, dee servant e s effares , des tres serviles et lche,. Tant que ju repdisentern ; a l cran, la, col Jectivit noire, je ne jouerai ja mn1s rien <1n i puisse faite honte un N otr ou encourag e r ll'a pr Jugs otlleux des Blanc~. Je son: halle que ks N e, irs prennent pla1 e ,r ll savourer la r ev anche d'un d e,lln ,uprleur dont la vie ne Jeur ln.lsanil. r 1 u e des fruslrn !ions.> Celte ~n e nnqu c dclaration de ~ y,!n e y POITIER . la prc,i..e Franaise se Cl'iRt.ltlllsera au DE LUXE AUTO C11'.E l e , limnnche ;: ~ , .ln 11v\1•r H\ 7 0 n 7 et \l h e ure~ 1 1v,,c lu rhnl1,iirri11R,) nr o d11rtfnn: , MON li C, M:.l E> Fnlrl f' $ o r ,o rin r pPTH l. llne AU RU TBBATRE "'• J'ul\ ,tram! drame. Lft pohon rn1.4e11• ion~ lludl•• 011 11roro11 Lo Rox-Th611.to pr6aenl• llaur. La dt barres d'alraln C'eHt un film il voir. dre1Sl-os contre des bondlls da 3 hrea : Gdoa 1.60 et 2.60 hnuto stature , d'en i; hrcs, 7 hreir l!t ~ C'est aussi l'hl11tolre d'un a <.,, ~~::j celui do deux agent.a ae vcrgura... {;dl's 2.00 rt 8.00 ..___ SEPT ECOSSAIS EXPLOSENT PASSEPORT DIPLOMATIQUE Les sept ooaaaia preueront les dtonnateurs de en !alsant vlvro aux spectateurs les mlnutea les d'motion fortes et douce. Entre Gdos 2 . 60 et 4.00 X X lt Drive in C~n AU P ARAMO . UXT PARAMOUNT prsente Dimnnhc 26 Janvier li 5 hres, 7 hres et 9 hrea P. M . Une grande production b J c d'une pathtique histoire d'a Une atmo,phre bouillante d'ln quitude, one mise en seime rl che en 1urprlae, une production pesaJ\t41, une oeUYrJ! dhpoull16e magn'.ftquement interpr6too par Roircr HAKIN et Chrl5linne MlAZOLI. Un fllm qui nroelie l'lntM;, C e l'tnotlon l!t alimente le g,a nse. t! 0 \~~ ":i~~eDtl~~t ~1t~ ~--........ .,. ... ~..,..,..l!llll.,...,_MP4.,.,._,..,..,.,.~ OLLARS SUR L ' AS. Un wes tern ; talil!ll ayant droit de citer. L'cmperellr europen de lu 1111- •a en scno des ons western A . BALCA....:AR nous pr sente un llobert WOODS \ 'll,rahond, mals nanlant avec dextrit aon rcvol ve~r)(loua verron~ cet acteur, heu ~.:~:atugJitre-:x,"'ra:~tot tr:~~t mols ayant toujours plus d'un tnur dans !!On soc r,uur Lr'ompher des embchea que lui tendent ses cnnemla. La ravissante Maria SABALT lui apporte le concours de sa, ouiut CINQ MILLE DOLLARS SUR L'AS : Le western aux S.000 l{atonnes. CINQ MILLE DOLLARS SUR L'AS: Le western o le pistolet dlivre avec plaisir ts tickets pour l'er,fer. CINQ MILLE DOLLARS SUR L'A R, L'explosif western que le DRIVE IN -propose ses ahnn blea clients les Dimanche 25 et Mercredi 28 Janvier 1970. """ A MAGIC CIME Dimanche . 3 h . 5 h. 7 h. et 9 h . UN HOMME TRAQUE o\. MAN ALONE 'r<1chnicolor 11,vec: Ray MILLAND , Mary 'MURPHY, Ward BOND, Ray >nond BLURR. Arthur ~,PACE. J,ee V,m C LEEF, Ala11 HALE, l>nnlllea SPENCER. Thomas FI' HENRY, Grandon RHODES etc. ".':<1 film qui s'ouvr e uar la vi ,loh de. restes d'une diligence 11l 1 noue et risque de se termin<'r nn r une s c ne o lvnchage se dLes 3 Gallery' s Recommandes Nader's Art Gallery Rue Bonne Fol No, 104 P.O. Box 9oZ Port-au-Prince, Haltl Phone 200SS Art Lever's &tlldl• And Gallery . Rue des .Mi,raoles No. 76 P.O, Box 982 Port-au-Prluoe, Ra'lti Phone 20040 Gallery Gna Bill Stde Deaprez No. 4 P.O. Box ll58 Port-au-Prince, Halti :Phone 6-.2711 S1tu6 dll.Jlll les Parapa do voir de D111pies. ~Il incli qlll1,nt la rou compl~ent mnaee, H~~e d!.~1:11:e t&u:~~.:..: Prince Bar la diaPQsftioD des edmira~• de F~ . . Sont et demeurent les a Centres , et les a minations o l'art hatien est mis en relief dans toute sa beaut, dans toute son originalit et dans toute son objectivit dans des peintu res d'artistes de chez nous. Tout visiteur qu'il soit tranger ou hatien ne peut que gagner y passer quelques instants. :?/;~" a:n:i c ~in;'1f %i~~~! hit~\~ .,.......,...., ______________ ..,,.,.,.,.,._ , 1 uc cat un western qui s uit la l Til t 4 z t t -, t i4. .. _ deo _ _ "J CAPITOL La Banque Populaire Colombo Hatienne Dlmnnclw 2fi .Jnnvl,•r u G hr P1'1, 7 hrea (.'l IJ hres l'i Pr re Brunnhcrgl ! T, llun i l llu,hhuh, Mnrll,no Jobert. L'A .S TltAGAf.l ~ Un film rlc Guy GA 8 AHIL On Kc 1W11 le lwl de aon /'!ur demande de nombreu.x client.a, le, coudidona J. participa• lion sont comme suit: 1.Mnlntenir en Compta d'Eparirne un Solde Minimum de CENT DOLLABS ($100,00) du 16 Septembre 19611 au 81 !an vier 1970. 2. Ou blen un Solde Minimum d• -DEUX CJl:NTS DOLLARS ($200.00) du Ier Octobre 1969 eu 8l Jan'riar 11170. 8.Ou nn Solde Minimum de TROIS CENTS DOLLARS ($300 . 00) du 16 Dooembre 1969 au 81 Janvlar 1970. Prp81'97 _ da ajoord'buJ votre A.~J on voua aussi pos-eur de ce Superbe Cadaau, la 81 JANVIER 1970, , , sana boune d6Uer. Continuez doue, Clients Amb, 1. faire fructifier voa konomlea 1. Votre Banque tout e:n Q..t ehance ' de gagner catte M:apiflqu. Vot~ i. qui VOU• eot offerte gracleull8'ment an prime. BANQUE POPULA.Ill.E co~o RAITIIINNE LA BANQUE DU PEUJ!'L]!l RAITIIIN. Jl u . s ; s o & c o~ . ,.,_ : : •--' '. TlteflrlW: '' f.&M . , , ; . i 11i-.llJI~ Ut ;, ' J . . DIMANCHE25 JANVIER 197~ Le plus grand : •rtiement d'argenterie t . . 21 MARS AU 20 AVRIL (BE LIER): Elabonz. dea plana qui prendront lundi . Jour touche fina, le. . 1 la priclplta~on, EJt!rduea, rve;!Jez des Ide~ endorm\a, inai;di'l de nouvelles M'tivt~ _ en ' cette journe. Ve\l lez aux !aussea interprtatiom. Z4 AOUT AU SJ:PTE?d .. BRF; lVIERGft): Vo~ devez tre tra optimiste .Amfore:r. le m.onl de ,rotre et voua vous doziner,ez en mime temps l' lan dont vous ayez beaoln. 24 SEPTEMBRE AU 23 OC •TOBRE .. (BALANE): Journe aortant de l'ordinaire ai vowi ac ee'DtM certaines proJ)08itiona. Ser vez .. vmis bien de votre bon sens et cartez tout.li suggestions d rall!onnableL 24 O!OBRE A,U 22,;WOVEM nRE (SCORPION): N'coot.2% pils les pess'.mietei: ni n'avez de motif• de 'repet comme vous en 22 DECEMBRE AU 20 JAN VIER (CAPRICORNE): Lee ln fluencea de Saturne 60nl parmi les rares !avorable8 . Exnml-ncz lu efforts de la ~malne 1,a .. tie qui vou• aideront conccvorr roJetn fotura. ' Evite:r. les conclu hlltivea, les bruita qui cou rent. 21 JANVlER AU 1ll F1': . VRIER (Vl!:RSEAU): Votr~ Journee sera aat:a!alaanto. Lan cez des ldt.'11 nou vellea, r4vellle1 enthoualume,t. Une actlvlu! nouvelle et diverse est lndlquh . 20 FEVRIER AU 20 MARS (POISSONS): La position de V nus voua mel eu garde contre la ngllgene dans les finances, !'me tabll:t dans l'parpillement de 'IIOtl forces. Regardez en voua ml!me: les rponses a.ux qnea . tfona que vous avez posea au.x aun-,,s sont aana doute en voua. SI VOUS ETES NE AUJOUR lJ'BUl: Voua tes int.elllgent et volontaire. Votis avez un sens agrable de l'humour et la no tlun plus prcise encore de ce qui doit t!tre fait, la dcision de cana tater que le travail est vritable ment e.xecnU!, compltement et -pa.rfa:temen~. Vous vous faites des 11m1s oans tous les milieux mals prfrez ceux qui ont un idal lev et de fortes co _ nvic lions. BeaucouJ} d'auteurs dnma tiques, de tragdiens, d'crinina dassiques ont des nntit's du Verseau . Na:t-sa.nce de Somcrset Mau zbarn, romancier britannique . LUNDI 26 JANVIER 1970 21 MARS AU 20 AVRIL (BE LIER): N'attendez pas la demi re minute pour remplir voa de vfol1'11, vos . ! Evitez les extrmes. Atti,ntion aussi aux plans douteux prscnt s sous un dduisant aspe<:t. 21 AVRIL AU 21 MAl lTAU REAU) : Des s[tuntiona exc,,p tlonnellcs
PAGE 6

l'AOI lllll.l,1'l1 " 1 . N IIAODAD (Al'T) 'l"roili rw>Uv•lloa _,,lamn.~i Il J nurl nt1l ,Mc\ j1ronon.,..,. re ma ,Ln J*I" ln 'l'rlbunal Sp6cial, 1..,. l . mla '''""'""""'ont 6t&AIWI par J..,, 11r mrs , " prto. 17 .,I• a Radio . IIA C l!All . 1 . .-. ,h , ux civil• el le m.llltalre tl " nl l ' rm-uU o n a l!to annonce l ' "r JiAdlo-13airtbd , avalent ,"tn1tlnmnl-11 mort o~r le Tri.bu na! S 1>klnl coru,Ulu6 mercredi 1 , our jul['l'r Ir• AU-<'Ur& du com pl o l t!Nooo t'r ,u ni L< ef . Ut'C 1., Rue Ju Churi1p de Mar•. En c elle hcureuac occasion noua prsehtons nos sincres omp li m c nls c e rud e travafl lour l'l n o, v o eux de robuste 11:1n . ‘-oisade n ~u~ de Jacm~l\: , '. , \ --•-,,..:...fj,=:,U,e-. ':11~,,=-:•=~1.i_--=-= ~iriY:r: ' =:=--: _ ::"".'l!lfi:::ti==•==•=-"-..J ==~= ~.. ... """ Jlal" -...(8ulte1 coup ~na bc,nne 1'019 pour tou~ e 1 -a'- •-nt 'a~~~.> pa~ 011 dl11e-0un 1•lol11 d ' 1>ropoa 1:t l,m'lll n11on, ln vlaAire Ulum.ln6 par un , 1110 . dr. 111.!II sept hommes d',iuipn 1 1 1 ee , P 1 u!lllf8 90 r 1 l.t P~~un~a . .,Ea 1 n 1 et qd~~•lldl•• ~, .. ,._ 16 du t.ouloa . los •nd<111 ~laaaourlro d'•mour, do , bont.6 . ol do AaABJ!;S lSRAmL veraatl.~ da ci>mplotoura lit1 t t 6 1 ..,_ _,, cc ca.lcul, damln.r leon paaafl>n1. Uona du rrt.ldonl VIe de la R6 charttA. Wo aemblat; NO , UVEAU RAID EGYPTIEN talent onre-'•• pz:,\s I'''• tl'{) 1 ont u tro 9 onl "o liquider n dette et en fixant 0 t,e.d•tt• 1 plu~d Il llqttD F ....... ,. DUVA .. n Liane mal ' "-1' dlaparu e t_ un a fait 11r . •on, 1 il•-m•-,e le montant. L'Iie d'l n:. 'l Ma-;;-B1:,.,,I' ~ in':'i~.; ,,..., -, r . no...,.. r "" o, ce . u.,_ ANNONCE PAR TEL AVIV d'un an. Dcivant cea prouvea .lm\ ni~r . icrre parle de la vialte .ombe d'un fl&.iu du sort ou det1 c Bud du Oanal de Su,a, a annonc jugement; _ ta t t mo v nar 8 '. TEL AVlY (A ) ves constamment djoilt!a , par i,,uon11111 u 11 pt le vr~l h6bdomatloln, du MIS SUN honunu. : ' cot : aprb-mldi un porte-paro!o f'alt que ce ton des lmonu .' Toua les ohjcdifs militaire ~ ~ Ra chance pj!nliatante) qui (on•Offklcr de la L6a'f011 d"HonWARD au CAP HAITIEN pour Mme llinard Pox, nie, Goutiao, m!?italN, Isra6llen qui a prcla dangereux . qui ne pouvaient viiyptlene penven _ t tT~ ttttaqu~ . tltuent la trame de la pice M n~, oonunnndour dea Panr.i le relvement do Ja . mtropoaccablw de aouffrimcea par la qq;ll agl,aalt du qua~me vro qu'en cornplota J 1, contre l'lnpar lea forces t . ~r11hennt>a en rai donner . t prtexte des situa. AcadmiqUt'I, Il est rnembl"6 do le du Nolld. JaOl1lAll fait aupe~ de son mari, de aon fila ai raid lanc aujourd'hui :\'ar lavia Urt de la natlo ~ Nous avons r ,,n de h1 non l'l!t mrnaissancc lion• qui nOa t'ont rire frnnrh r. l'A.cadlmle Btanllllas, de J'Acad4 jourd'hu.1 l'objet d'une crolaade. n6 cras 80118 le s roues d'w,e tlon Egyptienne. Il a aJout que auasl tenu par ci excutions ,iar la RAU de l ' n<:cord sur le ment. r mie du Scie110e11 d,Outro-mar, La Y'Olont6 est l, eon ntlvement voiture et ,rois autre. de aes les bombes n'avaient pas atteint donner une leon , tou, ceux qui cessez le feu, a notamment dcla Franoise Dor ; n e,it certain membre du Con-.U aup6rleur des .. s. &111JUr. ~anui a~ta 1pfirn. ;_ca objectife 1:• qu'aucune . perte pourraient ventuellement suivra r le Gnral Moahe Daynri Miment partie d'u ' nc ide gniale Franais l'tranger, membre Nous qul . to l'lltel Cr&ft qui viennent avec la thypolde, n'avatl. ~reglstrei d leur exemple . nS t re laralien de la en;~i en renveraiiht la situation qui du Coneell d'admlnllltnLUon de destination de Carrefour-Raymontraf, le visa.ce du courage, . Is~Uen . En rpone une question sur ans une {!euxieme t~rv,ew I existe dans la vie por J'immrn la Ki.ton laique franal1111 et mond ou Raymond Les Ba.llUI. Eu cle la ralgnatlon. Et ml~ . enco ~ ~l a Indiqu . enfin qe la DCA l• objectif a _ _ /iea eonjura, le Cafuse en I IIR'Ue ang aise par a. ae majorit des ,ren s . Alm-a qu e IDaldtre du Ha.ut Comit pour la ,niven;i.nt la vill", Je peux a p,u re de la. . boJilt , et de la charit . Isr,illenne tait entre en acpitalne Juraol a il;1diqu qu'ils u&dl . o llira /enne . , . du Geeux-(:i la pouniul~ du bon dMenae ot l'eXpanalon de la !an ne m'x reconnaitre La v.llle ou Je ne connalaaala paa encor. la va tlon et . que li! raid . n'avait dur 11n voulaient auttout notre polil,,a prem ere in..erv,c:w r, . mnheur voitmt le plus souvent leur• gue franals'oiil\ mon cnf~co tristelwr de ces ver'..ua mals je subis l ue quelque mhw.tea tique ptrolire qui : tait contrair.ra\ nvJ.it' 'C!t ~ ,. mman , Paris, leur. propor.lons. La vllle de mon t'ham contre cef.e Dame q~ IJ piuse 5 a nuit de noces x X X r.fforte contrecar,a par cette m i, Flammarion, 1946. , P.ari11, Flarnmanteau dchir, n.pl6. Ici le gnatlon de Job : Le Seigneur m'a l sea ca~ra.d.~ . ,, •~ !', , l;~ _ apter . . des . L'ARTICLE DE DEOLA.RATIONS DU porte nn masque aourint. marion, 11>415 . cCatherlnc,, rotffilP'I a fait aon oeuvre, l les donn . il veut me tout lleT . Que cltationa du petit livre rouge . NEW YORK TIMES ' GENERAL BAR LEV En noua ptaent&nt 1"{"11\'er• , f,. ~. Parie, 1946. c-Lce bclle11 nflaux leurs ravage . Jacmel me sa volont6 soit faite . Tel' est l'exemple que la radio Un porte parole du Dparti! T)j;L AVIV (AFP) ln r,\lit, en fai•ant nnrnitcr / , tn0un>, -Paris, Flammarion, 1948. souri; tristement aoua un aol~I Mme Berna.rd Poux., qul doit de Human incite les Chinois ment d'Etat e'eet rct'us toute Le Gnral Halm Bar Lev, nos yeux une f i ction qui '""t d'nu , ro1nan , selon leA.nntl laralf.,nnet1, a salu nlmnbl, sinon Ftnnco l DleU>, f.Wee et rcits . Paris O tcmps! tu os Dieu. charit, ..enalt 11ne balance mom'I! Shong-Shlh 8 prcis la Radio quoi des gypt i ens, munis de pa s leur retour les pornchutislee qui se Dorin n "'"' rorc .l,, li, Mercure de Frn, 1949. cLes Les rhOSL•nt pnss,mt, n ous paspour acheter du_ <:af6 que pour caple Hongkong, a 6gale'ment :reports libyellll, auraient fait par a.valent vacu l'ile de Ch.-douan tr R 1r11le, apirilu< lle 1•l qu, l'innce d'Olomouc>, nouvelles, J>a sons. faire de la charit . En effet, on !ait fi de toutes les traditions lie de lu , dlgation qui II men vendrodl ap.rs-midi. ne lrui Re i1 nurun 11101110111 rta, Flammarion, 19150. cLt, carre Tu i-es:es l'lmoge de cl'immo voyait plus de ge115 i, venir ch.,,. dues une idologle arrire le.., ngoc111ons Paris pour _ l'n Quoique pa~ans l e Sinai, il n .-, On Sl'nt hlcn qu , ~l111lcle . 11 ,• 1':2e~:1:1~n:nt~~~!f •E;~ hil~:::J~~i1~u~ 0 1~oren ; I :~:it:i!l;:1~l!~}2 ~oclt::~t•hje s;r~::/:;u1: sti ~ ~~~:!~In 4 ;i~fnsd~ n~::::~ r-=::J~ l''ra •~::guJ~~ t1~;1~~~~~d~;r~~~-;:~ : •tt Pa.ria, Denoel 1966, cLa fllJ1Ille Comme nous trs.versona lR ne s'levait jaTl111ia. Son ton tait cette _occ,aslc.n, . a refuse les _ca ment d'Etat s'est born rpon~~T:!t! 1 ~~ 1 .:1,/t.:U!e:~~: d'une t'emm,• rumhl<•, udJl &, d'Arnaud vient de mourir>, ro Rue de l'Eglise.. St. Jacques <>I a'al en touto11 clrcons..ance11. L'I deau:it a 1 exccl)llon de coi,>1er dre par un simple no comment . nue un champ de bataille pour Elle joue le rl e avec un Pnthou man, Paris, Deooel, 1958. (Livre Saint Philippe mes yeux . ch11r .. niage de ~tte grayde iDRna .J.acdea oeuvre s do Mao et a exig Le New York Times note qU(' la leili Fort:ee Terrestres Israliensiasme, une verve , un nntun•I qu i de Poche, 1963). chent la maison o vcut Simon m6llm'f'llt reatAio t.ri>a atta, que la crm~iedse ~ ~ul\ dervla t ion repose sur des sources nea? En gros, je dirai oll.l, a r donnent une vie intcns.• , Lu p <' r x x x Bolivar quand il vint chercher che. Elle a Ml .ma precr;wre ima vant .. le P?rtratt u l' 1 en 811 jouisea.nt d'ne haute crdibilit pQndu le Gnral Bar l'.A!v . Les s onnage el l e r c ndn.nl , m a foi , France et Franais d'ailleurs> du ,ecour, en Hait !. ge de bont et da charit discr quel ~ 0 !1 epouse et lul-!Dem'! ont auprs des analystes du Gouver Egyptiens disent qu'ils ne recon pre s qn(" plausible . Muildeinc G n n (Ooll. Voici la Franco 4), Paris, C'est l que celui qui w,vaU tes. souhaite ~ne longue vie. ff' nement des Etats Ums mais que nlaaent plus l'aocord de Cessez. ne s'est h e ureusem e nt idelltiifl 'l' il Fayard , 1959 . •L'estaminet des devenir le Libertador nourrit Je Devant l'H&tel Craft , je viens Ce ~arrnge_ . ~ la. Mao, 11 irme lts miliex officiels amricains l&sF'eu, c'est pourquoi nollS nou., Noel\e, nou 5 , romans, Fa,ris, projet de son retour offensif 1111 de 'VOl" Hansy, un autre de ses la radio, a deJa fait des a~epte• n ' en ont pas eu confirmation de sen.on.a libI'es d'oprer partout interpr atiun qui n un de s J e , ou , sign Jean Franois Denoel, 1960 . Les peuplil'B de Venzula . enfants vio:Jmes , de la thypo!.de . et nombreux sont ceux . qui ont leur ct. 811 Egypte. C'est un Grand Pays p,-rand s plaisirs ci e la , uir {> _ C h rv r hauff e ur mcanicien pr tentaine> , Paris , Denoel, 196.1 Il devait russir grce l'esMalgr son agi,, il ' ~t ~e sduits. par le manage. Le Journal New Yorkais ~on~a qui nous donne de grandes oc.caJacqu es . Fran o i s ' l.d l,• 1 j nu, p . rop; i ~iu ir e. d e meurant et doViocennes-Neuilly• (Chroniques prit gnreux pris de libert du un petit , garon, peu ~nacient . x x X cre c e tte aff i re un a rtic e e rn . ons d'I\Ction. le rle d'Andr av ec O<'au , ,,up _ d e mi c il i il Port-on-Prince , identide la peur), Paris Denoel, 19 63 Prsident Alexandre . tion, Pr Et j'essuie iUll8 larmP .ote ~au DECLARATION phis de 2 . 000 f _ mots sur ,quatre prsenc e et d~ just c sse . b S,m . J e u : i i ~ ~m% ~ rc:3 ! ~8 a~ At~bi:'1a;: 1:G;;;:t:,!~~ri~:u;e;;: , \~gi89Gt curr:~;: :n:a::r~;;ites de comme un grain de pouaner~ 11t'it'1~~~MPLOT ~\F~~:~;!t a!;rfe:! , u"p~t~~t 1~ ~1:n:~ f.t=:ti!~, :e;!:if L s ;:S~e~l:ifr:~~ ;~;li c ~~;~ ~ u;8n~ Pil1:te Ca~!t;: f&..t7E~5E~:::~';~ i:~r~t 1 !.1"~~ ::..1:'!fu:::: r-,--, -;iflle"'-c .. a .. r""nava .... d ...... l..... ~~G~1.i 0 t~FP) ' ~~~f:!:: ;~~ 8 g~::~~f 0 ~::.~~~!i :!::;j~:~~~r:.:u:65 ~~~u~~ni:~t~r~~~i•:;;~~~e:: r ;~; 1 / i : s l'~ ! P:;~b:po~! :c:S __ Be_rge __ r-_L_evra_u_l_t,_1_9_66_ . ____ ;:.:!r.:,,.,8:~!/;~te~t d~ ti s'annonee Une troite collaboqaon existait l,m de la , ~uerre ci'Alg.:ri~ qu i exerce, et qu'ils noua ont paa xv~~\~~t~~\~u~"!,.~~; . :: ~•: , , . . . e coques . . C o mme le bus passe ' de. rapide _ JMnt . _ ~ntre leims :~nrls!',i,ratesteurs etL,les m1t. a _ la~cl disctrt~ment , la transacexerce et qu'ils DOUi! on'c jets ,,. a e ' te merve1 ' Jleu s ement l'n , lio C as11111 r, p o 1I1' iniure grav FO:-.l'CTIONNAIRF.S vant la maison da . , J.lrne Barnal'li . Jteux "" ;utS . . . argen , t1on 1 y a rots m01s. dehors ... Maia ils n'0nt pas ex,t nb1rndon du toit marital, la PERUVIENS IMPLittUES 'Poux, o il Y avait toujours plus MOI CHIC le,, armes, les postes rcepteurs L'affaire, crit le cNe w York efeke la moindre pression et 11 a se dan ~ la peau . du pasonna g t •. i se nt e publication eat fa i te en LAD'PesA.ZFo(nAFPct , ,on)na, res du M ' inls d'amour, de bont et de chari;. AU : metteurs destins aux complo.Times>d, aurBui~ttet _ amorceM ~ _avtec conclu: Je ne pense pas que Na.,T t'aeuis 5 u 5 n 1 tavecun 11 fda~doele ' inpellrfog::~~t , tte n d an t Di v or c e . qu' l'Eglise, je cherche cette teun provenient de l'tranger, M . An ri: a ncourt, l mis r~ t r O 14 Ieoon: ~a uP ce, le 24 Jan v ier 1970 . tre Bolivien de l'intrieur son:.: Dama portant ;un du'U '.ernel, . Vous trouverez :•, un plus prcisment d'Iran dpnt les u plan el de l' a mnagement du !S er L~bv .. f~t:n Ca mknsfaf\e entre Un c.cteur qui nou s rsu,e peu t J e a n F rnn oi, C HERY impliqus dans un rs e au d e Ja a s sise l'une des _ntres de la stok de tiatU8 de . d i rigeant s ne font qu'excuter t erritoire , au curs de' ~a vi s ite 13 h . e t _ 14 . h ; 45 GMT. te dertre d'agrables surpri s es a,•a n t C I A dcouvert c es jours der COU_l , eUT8 tr ~.:1nna, les plans amricains, " dclar le a u Ca ,ie, aussitt aprs !e fcoup nEor hlipootre a deoll aprs qu e cette sa i sod ni n . e . solt terlmin~ . A vis de Divorce nier; la paz, a annonc vendn. AU FJL DES ' JOURS 11 •~ Capitaine Taha Jazraoud. d ' Etat libyen. Les autorites r,m une cl'ffllonie au cours de la,!ichle Jll e n e ov1c1, _ ans e ro c d _ i le ri~ ;~ e f~ 1 !~:nAt~;,'tt (Suitl aux n'"i!: ;:: Ba~~ ~t=~~ !p~~=id ra::~t :;~~J'ldnu~c.~:i:u;.sOctoh~ ~~f~o ~ 1:ie~:~e ;=~e,:t: ~:~t~ s " :~ l~~n~u:;~~t e~nn:n~:~ A lu dnl.e du premier Juill e t l !lr.! 1 , l e 'J'rih u nal Civil de Port n1 l' ri n " C? n rC" nd u e n ses attribu io n , ci vil r !t e t d e divorce un ju !( 'fl ll.'n t. pron o nYnt ln d,aeoltion lu mnr i 1q..c1• ~ x i ... tnnl entre les •po1 ,x !.!FAITE .JEAN FRAN ;ni s. l n r .. mm• n t\c EDNA , LA -' llRTl l NK r1er~ . Mirti~t,.;;e e , prci s qu e ~es : t e c:o~m;;!~e PX~!~ week-enJ sans ou r . . . ' par la Radio Irakienne , le Prd'oublier l ' aspect gyptien de t , desaendue11. Selon le . e ju s t e ss e , ce qui peut tre e st c o mplicits avaient ~ta bli e s X X X velours coton . et aident du Tribunal Spcial onsl'affaire e ~ ~e d ' o;,ner 1 ~ -1~u t•t de la Presse .tLrangre les mra&d/d~~~:~d~~e~\,. '\!f! i~~i; la suite de .la dcouverte d'un ... Notre charmante Conaur velours chiffon de titu mercredi pour juger les au rur 'ar~'IV / . un e _e e;;:e •;n Jiens ont captw1 vendredi 22 . I d Il d Re C e ntral d'Ecoutes Tlphoniqu~ Yvonne Hakime Rimpel est partoutes ' les couleurs, teurs du complot djou le 20 iby.!nn e n a!,s _ a~ s~n snouveaux prisonniers gyptien;i co~~;::-ui~e g~~fv:u:a q~i jo~ P ~i rl ~e: s ",fe\~l!!tp:~:i~~n: ti e ce mntin par la Caravelle JiuU8 pour Jan~7•fo~ce:jou~~gressi8tes et !~;c,s:t"~;;:n~~IJEe:ei:t;!{!~ = :~~88 s.,fo~m,l~fkferda";,;,,filie~ ~;:r~eo/ h~~nin~,r:is \/~;.~::,.,~: : ~::rJ.p:,~-\~ rtsA. a ;: i ~ e !~a isi ~ : ~i~!/~:~ ~ !; ~:ri~ H~ki~: pantalo118 femmes les mas s es populaires con,idrent S e lon l e N e w York Times, tou <;:\: =ir~':~ ~~:;J r.,~ _ J..P qu 'e ll e nous pr s(" nl(" PSI M s A ln ,Jilir.-<•nt de l'~p o u•" de1111nd (l r, ~. , 1 , If•,; (urnut!iU ! " '' " pr nl:rhl~mcnt rplwdiqu e i du fr l, n ,1 .. r r, , , MHse de prise lie Deuil U no m e Hoe s ern ch a nte le A fi u qnr nul n 'r n prf 1 exlc mnrui 27 ..'nnvier 6 h . ao 11.m . ,, 8 1.. Louis de Turgonu pour le r e p o H tl<' l'i,me d'AlphonRe As t itr . uu,111 d'i1:-11orurne, ln pr(~HtmL 1 1 1 ,. I p11hli1, nux finH d( i droit. I ' 1111 1 1 1 h i :..14 .J1lnv l 1 ! r 1U70 , , 1 u,i1h Au"u s t.. , , uvcwol. :•:: . l . ,11 v i, r 111 7 0 . Lo , pnrenl., e t RtniR s onl ror ~ ,!iol e mPnl invit• . GRAND HOTEL OLOFFSON Grand Htel Olo!fson J rl!Hen to aon speclaclo d'hiver nvec une troupe des mellleurR artlates haltlens : rhnnteura et da1.aeurs S ur chorgraphie et dlrectl?n arti s tique de d~ grand, Maitres U n spectacle la manire du Grand H&tel Oloffaon. I•:ntre . $ 2 ou ' Diner et Bho~ $ 6 Spe c tacle chaque lundi 101r . AU CAPITOL. A partir du Dimanche 25 Janvier 1970 li Hres, 7 Hres et 9 Hre, , Le 3me fm du Fe8tival. Avec : Pierre Braunber11e1 et Mlirl_ne Jobert. Entre Gde1J 2.50 et 4.00 n o us tou s d e voir M. Herrera ve Rue du Mann•in Tribunal spcial, tait de ouper c : ,suy UII refus . Feu vert, feu Noel\ e. ?\'oUb l ' 11lt1 ndo11a dal' > un nir e n Hoitl pour se rendr" .,leo ttes des traitres la RvoLe Journal ajoute que la s:tn u rl t' plus ill'porl ,111 1 c omple dca grandes pouibilita de fEtat 89. lution du 17 JnHlat 1968 (date tiun nouvelle ero par le chang e (Suite) i . L . d P. Jacmel. . de l'arriv e nu pouvoir du parti r,i,mt de rgime en Libye et 1111r Le Photoeraphe Llo11el DoBaas). 1 , richesse tic rc poya, uurnit in s m o nd rej o int la dlgation sur DANS LES SPORTS Tous l e s documenta saisis 11\lr pir nu PrRidenl Nnsser ride Ill route de Carrefour avec les ( 3 ulte) les complo1eurs montraient clat de fnire acheter l e s avions pur film s qu ' il ,. ocho1er . r i e ux outsiders, le l'crou el tu . rement qu e ces traitres, :g_e~. Libye i1itcrpoae e. D'nulre purt , On truverse aussi d e s champs l:lclgique. Lu Slection brsilien de la r action et de l'!mp :a i',8 le .l'ncle conclu entre l'~gypto, tle millol pr te pour la rcoltt. li e u-t-ll ojoul aei n l u plus for mo , voulaient torpiller les adl ln L:by e < t le Soudun . y~ voynt M . Hnym p nd pre . nd la dlrerLe qui a . it jumais mise " sur entions depuis la Rvolution du u ,mmr.,andemeu~ u~.•f1 et 11 lion de l ' ou de pied. Enfiu u dclar qu',l 14 Juillc1 1968 (renversement u m se en commun es orres ttr ln . distraction avec des hlatoirea ae retirerait du Iootbull adif Roi Faycal) et reataurer le rmes des trois pays en cas tei: ~~:~~~:ur c h~::htq~:/~l~Y::rort< , tsient flagrantes . Touteo les con Le Snat a.mricaln n ndopt quoi il doit ,•attendre . vendredi soir une acs iore contre x x x la criminalit proposes par l e ... La GalP.ria Georges NADER, Prsident Nl:,con. nt\e Pygmo !'~poque ' o GeorIl s'agit d ' une srie de meeu ~ c• tait oncore 06rant des M h. ' V.n 1re res renforant lc:s nioy(',IS iga.ux Grands Magasins La Belle Crlioac Ines a. ~r . de lutte contre le crime organis le, e st maintena.nt l'une de~ plus _ et en p11rticulier les gangs qui rntressant8i entreprises commer I R " -O Y ' L A_ 1 -' Juminent aux Etats l:nis les ne riales d'llaltl. t,vtll telles qu, ," le jeu, la dro Cette entrepri~ est I\Ujour gue, l'usure, et qui . e"infiltr,mt d'bui une 1,,rrande r.orpor~tion com daus l es 11Hnires et l~s synd preni'.ant non seulement la Galecats. rie NADER, de la Rue Bonne Avec les derniers perfectionnements La , nouvelle lui considre com Fol mais encore The Art Lovera' me ~ rime fdral d'11, tiv1ts qu i Gallery de la Rue dee Mlracl<>s ,.,, ne tombaient jusqu ' ici que sous dirige par notre ami Pierre Mo , !Y.LOdles Portatifs le eoup des lois es Et&t.s et dont noalet et Hffislde Gallery dont lo hi rpression nceaa : tait de luho Olrecteur e s t Geo Gonzales. Modles Sem_i Portatifs crieuses procdures d'extradition. Ce s troi s Galleriee rwilssen~ r . La veille, le Snat avait repous fille l' tio l ue qu i •omble bien fw Remerdements te en •ignn.l.sution roulire. M11i< 1i aui'fil qu'une aulo a\\nncu d'un M. et Mme Mnurico M SAMEDI . oo IR enfant s et I pe\i-!entafits, , Melle ~~ck Ro~tn::ntrsc , , Port-au . : : ., '0' AliceTTOOVVAARR, tMr . let. _ Jilmee,._M!~ Mnce hier aprs midi venant '&J rice e eura . n,an .. , d~ Etats-Unis . Ils so,. les nro @) re'tnercient hien sincrement les :i.:; : J)i\l6ta!m1 rie la FENWIOK INC, ftnlDD I"" DANSIC'D '' amis particulirement. ceux de ni&Jsori de ~.fetlon ,de chmnises : •ff,lfl!"s,a ~ :: DR _ \SI Po~t-au-Prince et de ; )il~oAne e) ; .• n~Bl , ~ . P J ~~:i . . _ p . o . ur J' . expo . r .. ta _. _ ,WIC 1 1.EI HBLIUX•ICBLIUX 1 :::i:;:~le on: ~: 1: <;:i ; . :' s ,. ,• y; I b mort de leur ra&T9tU ,~ p. .,_-:t. : _ \, ; Jt ,Per p~!~~t,if 0 :"l•~n1~~ , _ A~ , ,~ ,i Po~ _ ,Nlpt C :• of:1~~0:• Urre pathtiqe ldatoire d'amour er,tre ,:::} 14 ' q'Indlana , a: G'UT . Nt : lri'l'f6 \&-llla t J.11 , 1 .. prio f de erolre en leur .o1rodeux Ageiata d14 eeruiee 11ttret. ' . . '-.i~ , ; ici au cour11 de la aemalnt1. . ... . ..~ . . 'fonde ,ratltilde. t~~~ , '-~~ ' ~v~:ij::~~it.:~~ ))~'-'~~, " ! j , ~~-~ .. , P-a~"Pce, 1, 23 Janvier 1971> . : , ' ~. : ::: }{; . ' . ,. ' '. ,• . . ., :,: ~~ 1 ; .,~.:, , ="' :i:~ ~.--, . ; ' , ' = ;0-b :1: 1 :: '-. ' ' ' ;;'; '~ , : : ;;;, , , ,, :~ ' ,-,c .. ;,., , ,0~,-~~,-.,/;• L 1 2'::, ' ' . ' . , " . -t ,-fo,,, ,; .: , IJ, ',, . -. .. i? 1 "" /i '!:;r""' :';;.,"f:S'."'~ :'" '.., :t i ' -~ik \ ~id ~i ~~~~Y~i~Nr:~~:$i~t1.,.-,~i ; 4l~~~~44i~ ~l ~ i~ ~~t~11~~~~fu ~~ .. \ •~-~ : ~ !::= ~"" ~:;: ;::=:~: ==~ .. i :> !: :~== ==;:~ " := ; ;:: . -;; : .. ; ::: . ;; ~;