Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Language:
French

Subjects

Genre:
newspaper ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
LTUF ( ACN6482 )
OCLC ( 0012544054 )
AlephBibNum ( 000471641 )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text


No 87 087



| L’Ecrasement
des forces biafraises

LA RESISTANCE
WIAFRAISE ECRASER
NIGERIA (AFP)

Toute résistance blafraise or-
wuninédo s'est effondréo sous la
poussées de forces nigériannes.

{.a dernitre ville tenue par les
blafrais, Owerrl, a é&t& prise par
lon forces fédérales vondredi soir
et VAérodrome d'Ul, dernier
lieu du Biafra avec le monde ex-
térieur, serait tombé aux mains
des nigérians. Le Général Odu-
metwu Ojukwu ai quitté le Bia-
fra pour une destination encore
inconnue tandis que le Chef de
UVEcat Nigérian, le Général Yaku
bu Gawon a demandé aux bia-
frais de se rendre en les assu-
rant qu’ils seraiont bien traité.

Sans que l'on pulse encore sa
voir wil espére trouvér une nou-
vello uide pour soutenir sa cause,
ou sil a voulu échapper a oun
sort cruel, le Général Ojukwu a_
quitté lo Biafra. Dans un dernier
message il a fait part fi ses’ ¢om
pitriotes de som désir de retour-
ner bientot parmi eux et leur a
nononed qu'il allait chercher une
solution honorable ad cette lutte
et nux souffrances de notre peu-
ple. . .

Alarme par ln situation, le Pa
pe Paul Vi a fait part dimanche
matin de sa crainte d'éventuelles
représailles et de massacres des
populations désarmés.

xxx
LE GENERAL EFFLONG
VEUT CESSER LE COMBAT
LAGOS (AFP) — .

Le Général Effiong a déclaré:
«Je suis convaincu maintenant
que l'effusion de sang résultant
de la guerre doit prendre fin.»

«Je suis également convaincu,
a-t-il ajouté, que les souffrances
de notre peuple doivent cessez
imm édiatementy.

« ‘prendre contact avec les Com-
mandanis nigérians se trouvant
notamment & Onitsha, Owerri,
Awka, Enugu et Calabar, en vue
de conclure un armistice», a dé-
claré le Chef de I’Etat Major -
Général Biafrais, le Général Phi-
lip Effiong. .

“ tenant plus d‘illusions et ces élé
ments de l’ancien régime gouver
nemental qui ont rendu les né-
gociations et la ronciliation
possibles ont ‘volontairement

quitté notre sein,, a souligné le -

Général Effiong.
xxx
LE DEPART
DU GENERAL OJUKNWU
LAGOS (AFP) —

Le Général Ojukwu, a quit-
{6 lo Biafra dans la nuit du 10
nu 11 Janvier & bord d'un su-
por constellation fourni par un
gouvernement éGtranger pour des
vols de secours, affirme un com
muniqué publi aujourd’huj d
Lagon.

Loe - lender biafrais, ajoute le
communiqué citant dea informa-
tionn parveonues A Lagos, était
accompagng de [ autres person
nos, dont tous les membres de
sa famille. OjJulewu, affirme en-
core Je communiqué, a aunsl &m-
porté & bord du m&me appareil
trola tonnes de bagayes et une
vollure Mercédes Bonz.

xxx

RADIO - CONAKRY ET
L“EFFONDREMENT
DU BIAFRA

DAKAR (AFP)

Nous saluons Je retour & un Ni

xérin uni et fort comme un ap-
port easentiel A lédifieation d'u-
ne Afrique unte sur ta bare des
principes deo lUOrganisation de
Unité Africaine (OUA), a dé-
claré dimanche Radio - Conakry
— eaptée d Dakar.

Ceux qui, jusque LA, ont soute-
nu et aidé Ojukwu dans ga rébel
Hon sécessionnixte versent au
jourd’hul des larmes de crocodi-
Jes pour prévenir ce qu'il appel-
lent le massacré des populations
biafraises, a ajouté la Station de
Conakry, affirmant,aque — nulle
part, sur le territoire sécession
niste binfrais, il nexiste un signe
de tentative d'extermination des
populations. Pas plus les civils
que tes militaires du Biafra ne
sont menacés de pogrom, comme
ona youlu le faire entendre ici
et la. Evidemment a dit encore la
radio guinéenne, on ne saurait
sacrifior In vie de la Nation nigé
rianne uux apptuls de yueclques
fantoches, responsables de In sé-
cession.

xx x

LE GENERAL

ODUMEGWU OJUKWU
(D'Edouard PELISSIER, ancien
Envoyé Spécial au Biafra)
PARIS (AFP)

Né dans le Nigéria Nord d’une
famille IBO des plus riches et
des plus influentes du Nigéria O-
riental (le futur Biafra) le Gé-
néral Odumegwu Ojukwu reste &
36 ans l'une des personnalités les
plus fortes et les plus controver
sées de l'Afrique.

Rien ne prédisposait l’étudiant
sorti de l'Université d'Oxford a-
vee une Licence és-Lettres et un
Vipléme d’Etudcs Supérieures, a
faire carriére dans }’Armée, dont
le réle, durant les années 50 a-
vait été trés eftacé.

Ce n’est d’ailleurs qu'en 1968,
a l'age de 25 ans, qu’il s‘orienta
vers la carriére militaire aprés
avoir passé longtemps pour un
Playboy songeant davantage aux
plaisirs de la vie qu’A la gloire.

Son ascension est alors foudro
yante dans une artmée composée
dhommes disciplinés formés:a-
langlaise et peu portés aux
culations intellectnelles.

Chef de bataillon en 1961, il

sert dans les forces de 'ONU au
Congo, puis retourné en Angle-
terre, ot il parfait su formation
militaire supérieure.
A son retour au Nigéria, Ndagh
do promu Lieutenant - Colonel
ct ge voit confier le Commande
ment du 6éme bataillon, & Kano,
la ville la plus importante du
nord en raison de son Aérodrome
slratégique.

Lora du Coup d’Etat de Jan.
vier 1966, 1! joue un role capital
dans |'échec du coup d’Etat des
jeunes Officiers progressistes et
contribue A porter au pouvoir le
Général Ironsi..Cette attitude pé
sera lourd dans la balance, en Jui
aliénant le concours dea éléments
pro-soviétiques du Nigéria lors-
qu'tl choisira In sécession, le 80
Juin 1967.

Liéchee de la tentative centra-
Hxatrice d'Ironsi et le coup d’E-
tat sanglant du 20 Juillet 1966,
le aurprennent alors qu'il com-
mande, comme Gouverneur mili
taire, le Nigéria Oriental.

Tl refusera de se soumettre au




Gs

nouveau Chef d’Etat Fédéral, son .

compagnon d'armes, le Général

_Gowon ect sera désormais l’Ame

de la résistance des Ibos qui
fuient par centaines de milliers

(Suite page 4, Col. 1)



LE CAPITOL ORGANISE UN CONCOURS

Le CAPITOL organise un con
coura portant sur jea filma pré-
sentés au cours du #ESTIVAL.

Ce concours est. doté de 7 prix.

Quatre’ questions veug seront
posées. I s’agit .d’y répondre sur
Jn présente feui}lé insérée dans
une enveleppe fermée, Cette en-
veloppe sera déposée dana les bu-
reaux du CAPITOL le lundi 19
Janvier 1970, & midi, dernier dé-
lal.

Au moment de la remise de vo-
tre enveloppe, exigez que Von y
porte l’heure et la date de votre
dépat, ce qui permettra de dépar-
tager lea luuréats, s'il y 4 plu-
sieura gagnants ex sequo...

Le dépouillement aura lieu le j

mardi 20 Janvier, & midi, au CA
PITOL en présence d'un notaire
nasermenté, Les clients qui le dé
sirent pourront y aspiater égale-
ment.

Les quatre questions faigant
lobjet du concours peuvent étre
consultées au Cinéma Capitol.

Les 7 Premiers Lauréata ga-

neront :

t PERRVQUE offerte par Ben

BIGUNTILLATEUR KDK a 3
Vitesses offert par la Maison
Emmanuel AMBROISE .
1 MONTRE ORIS pour DAME

me Lois .
Maillou Jones

Noug avons BPP re ae plaisir
larrivée & Port-au-Prince, same
di apres - midi, de Melle Lois Jo,
nes Maillou Pierre-Nocl. Elle
compte passer une semaine ict
dans le but de compléter Be docu
mentation sur la peinture hai-
i e.
Hen ous lui souhaitons un fruc-

iueux séjour parmi nous,



offerte par VERSAILLES BI-
GIO FRERES ‘en

1 MONTRE ORIS pour HOM-
MES offerte par VERSAILLES
BIGIO FRERES

1 RADIO SHARP a 8 TRAN-
SISTORS offerte par la Maison
BOUCAR Co.

1 KORAK INSTAMATIC Mo-
ddle 134 offerte par la Maison
DON MOHR

1 BBROSSE A DENTS ELEC-
TRIQUE (BROXODENT) offer-
te par la Maison CARLSTROEM

[Instanta nds|

-BXPORTATION D'ESSENCES
AROMATIQUES '

Par Je steamer SANTA RO
SA de la Grace-Prudential Line,
ont 6té oh hier’ a destina-
tion de VEurope, via New
York trente (80) fute d’easen-
co de vétiver ot vingt-clnqg (25)
futs d'esser d’amérys.

Cette expédition a 6&6 effec
tuée par 1’Awsociation Haitian-
ne des Producteurs — Exporta-
tours d’essences Aromatiques.

Cette corporation procddera
encore dimanche par le steamer
SANTA PAULA A&A une nouvel-
le exportation de futs de diffé-
rentes espéces d‘huiles essontiel-
les, toujours & destination de I'Eu
rope, via New York,

FETES RDLIGIEUSES

La féte de Ste Geneviave de
Brabant a 6té célébrée dimanche
en Ja chapells des Orangers, au
delA de Ja chaine des-mornes du
Pensez-y-bien. Cette chapelle re-
lave de Saut d@’Bau}
de vue religieux, ‘dela Croix des.
Bouquets, au ‘point-de vue adminis:
tratif.



Les pélerins étaient venus de
la Coupe Mardi Gras, de la mon
tagne Terrible, de Monoville,
des Crochus, de Fond Blanc, de la
Plaine'du Cul de Sac.

Dimanche aussi, «La Chapel
lo» dans 1’Arrondissament de
Saint Mare entre ‘les Verrettea
et Mirebalais, célébruit sa fate
patuonale, St Guillaume. q

_EXKK
REFECTION DES RUES

Les travaux de réfection des
rues se poursuivant ont pu faire
disparaitre les crevasses de la
Rue Férou ou des Miracles, de la
Rue Laamarre, responsableg de
pas mal d’accidents.

L’on s'attend & ce que soient
aussi éamblées les fondriéres de
VAvenue Charles Sumner ou de
Turgeau, de la Ruelle Roy ou E-
loy Alfaro, deg Rues Marion ou
des Césars, Roux: ou.:Bonna-Roi,.
des Avenues Dr. ANNOUALD
ou de Saint Martin, Oswald Du-
rand et J. B. Dechoux.

xxx

LA RENTREE DES CLASSES

Ce matin, 4 7h. 30 et 8 h., a
eu lieu la rentrée des classes

(suite page 4 colonne 6)

‘LES COMP

t
Groupe

II (i Pueblar et Tolucd) + Uruguay — Israel — Italie — Suade

OMPETITIONS DE LA COUPE
DU MONDE DE FOOTBALL

Les résultats du Tirage au sort

Groupe I (& Mexico) : Mexique ra URSS ~— Belgique — Salvador

Pa

Groupe III (a Guadalajara) : Brésil — Angleterre — Tchégoslova quie’ . Roumanie

Groupe [V (A Leon) : Bulgarie — Maroc — Pérou — Allemagne

Le calendrier

MEXICO (AFP) ‘—

Les dates des diverses rencon
tres du Tour Eliminatoire, le
‘match URSS — MBXIQUBE, le
31° Mai, marquera le début des
opérations du championnat du
monde, I] se disputera au Stade

-Aztéque de Mexico. Deux jours.

plus’ tard) (24Juin);” Uruguay
se mesurera. gyec Israel & -Pue-:
bla, la Roumanié avec |’Angleter
ra & Guadalajara ot le Pérou a-
vec la Bulgarie A Léon. Le 3
Juin huit autres équipes descen-
dront sur le gazon; la ‘Belgique
et El Salvador dans la Capitale,
I'Ttalie et la Suéde’A Toluca, la
Tchécoslovaquie et le Brésil a
Guadalajarh et Je Maroc et AL.
lemagne &. Léon,

x gx
QUARTS DE FINALE
LE 14 JUIN
MEXICO (AFP) —

Premier quart & Mexico vain-
queur groupe IV de Mexico con-
tre 2éme groupe 2 de Puebla —
Tolo .— 2éme quart A Puebla;
vainqueur groupe 2 Puebla —-
Toluca contre 2éme de groupe 1

Troisigéme q u ar t vainqueur
groupe Trois de Guadalaja-
contre 2éme de groupe 4 —
4éme quart de finale & Léon;
vainqueur

groupe 4 : de Léon
contre 2éme d° groupe 3 de Gua
'dalajara, nes es,
xxx

LE CALENDRIER
DES RENCONTRES
TROIS DERNIERS
PARIS (AFP) —

Semi - finales le 17 Juin &
Mexico; vainqueurs quarta de fi-
nale de Mexico et Guadalajara,
2) & Guadalajara; vainqueurs
quarts de finale Puebla et Leon



Au Compte - Gouttes

Par Raymond PHILOCTETE

Le Vedou : une aliénation.

Mais il n’en reste pag moins
que, orjenté dans le sens des in-
t4réts populaires, il s’est révélé
un instrument de combat, une ar
me révolutionnaire,

_On sait, en effet, que nos an-
cétres Vavaient utilisé contre le
colonialisme frangais, da In mé-
me maniére que Jes Congolais ont
employé contre la domination bel
Go une religion noire, lo Kiban-
guisme, qui se pratique dans le
Bas Congo, et dont Ie fondateur
Simon Kibangu, hai et traqué
par les colonialistes, a fini ses
joura dans Venfer d'une prison
Katanguise...
xxx

On u beaucoup dit d’Etzer Vi-
laire,

Eloges, d’un cété :

«... Notre potte appartient a
une génération qui concilait fort
bien l'amour du gol natal, de ses
traditions, avee le culte du beau
littéruire sous -toutes'ses for-
mes...> (Dr Pradel Pompilus)...
. Blames, reproghes,.de l'autre :

«Un potte frangais, égaré sur

Ja terre d’Haiti» ...
., Mais quelque mauvais gré
qu'on lui sache, convenons, pour
atre juste, qu'il fait honneur a
notre Pays. .

A ce sujet, ne alérait-il pas de
reproduire les hominages, trop
ignorés chez nous, que lui a ren
dus la Société Régionale Guade
Joupéenne :

ff
«Le Comité ... adresse au poé-
te haitien Etzer Vilaire & qui

vient d’étre décerné le Prix de
Poésie par )’'Académie Frangaise,
ses compliments et l’expression
de sa sympathie confraternelle la
meilleures.

«Le Comité de la Société Régio
nale Guadeloupéenne Littéraire
et Artistique considére cette hau
te récompense accordée A un écri
vain eréole, de race noite, comme
une manifestation dont tous les
écrivains créoles doivent &étre
fiers».

A noter :

les doivent: étre fiers.>

REACTIONS EN URUGUAY
MONTEVIDEO (AFP)

Ya aélection
football affrontera tm _ terrible
rival aux jeux de Mexico, I'Ita-
lie, et deux inconnus, la Sudéde
et Israel of les commentateurs
du-tirage au sort affirment que
V'Italie seront classées dans ce
tivUruguay’ pourra6
sfinalefontze lar ahpnetite
ps. un dont jes favoris sont
T'uRSS et le Mexique et évitera
ainsi des rivaux considérég com
mq plus difficiles par exemple le
Brésil, l'Anglef€rre, 1'Allemagno
Occidentale . qui s‘affronteront
préalablement, D’une facon géné
rale on estime que de tous leg
pays latino,-- américains l’Uru-
guay est celui qui a le plus de
possibilités étant donné que le
Brésil devra affronter les équi-
pes les plus fortes. L’homme de
la; rue est presque certain que
I'Qruguay remportera pour la
troisiéme fois la Coupe Jules Ri-
met.



quékt de

xxx

REACTIONS EN BULGARIE
SOFIA (AFP) —

Le résultat du tirage au sort a cau
eé une satisfaction générale en Bul

garie. La sélection bulgare aura
a rencontrer le Pérou, le Maroc
et l’Allemagne Fédérale. Ainsi 1a
Bulgarie espére parvenir au
quart de finale car a part. l’Al-

te ni le Pérou, ni le Maroc,

KX X<.
REACTIONS EN URSS
MOSCOU (AFP) —

L’URSS ne se sent pas défa-
vorisée par le résultat du_tira-
ge au sort sauf en cela qu’elle
doit rencontrer le Mexique de-
vant un fervent public local dit

x

LES SPORTS

FOOTBALL

LA COUPE PRADEL
LIGUE DE PORT-AU-PCE -.

BACARDI (8-3)

La Ligue de Port-au-Prince,
handicapée par le retard de son
fardien titulaire en premidére mi-
temps, s’est vue mener par 3-U.
Prenant Ie mors aux dents A la
reprise, ses joueurs, A la suite
(un forcing, ont pu rétablir 1'é
quilibre et terminer i égalité de
buts.

Aprés une prentére défaite 0-6
devant le Racing, elle.a partagé
les points 1-1 avec le Victory et
vient de rééditer Vexploit face
nux Diables roupes.

Dimanche prochain, elle sera
opposée A I’Etoile Haitienne.

rencontre U R 3
uruguayenne de conatitue une énigme étant don-

grou

oStmagne “Fédérale, “elle ne redou-
* leur reneontre

*

la «Pravda» qui ajoute “que ‘Ya
8 — Salvador

né que jamais. l’URSS
eu A jouer contre ce pays.

La sélection soviétique fera
une tournée en Amérique Latine
avant les*Jeux de Mexico et, joue
ra surtout un match amical a-
vec le Mexique. .

xx XxX
QUELQUES PRONOSTICS
PARIS (AFP) — .

Selon les milieux sportifs eu-
ropéens, le Pérou est trés haut
au cété dans la compétition Ju-
les Rimet. Ces milfeux pensent
que le quart de finale se jouera
comme suit URSS champion-

n'a,

ne du groupe un contre Uru-
guay, second du groupe deux;
Italie, championne du groupe

deux contre Mexique, second du
groupe un, Brésil, leader du grou
pe trois contre Pérou, second du
groupe quatre, Allemagne, con-
tre l’Angleterre deuxiéme du
groupe trois.
_ Les semi - finalistes pourront
étre I'Uruguay contre je Brésil,
PAngleterre contre Italie. On
va Jusqu’a pronostiquer que la
«finale tre le Brésil et l'Angleterre.
xxx
MEXICO (AFP) —

Si le Pérou triomphe le 2 Juin
sur la Bulgarie ‘les «onze» de
Didi seront lancés sur une or-
bite de grande apogée et pour-
ront considérer tranquiilement .
avec le Maroc
dans l’attente du grand choc a-
vec lAllemagne le 10 Juin sans
oublier toutefois que I’humble
équipe du Maroc a tenu récem-
ment en €chec l'équipe de Bul-
garie quoique celle-ci n’ait pas
pris au sérieux cet échec en ter.
rain ‘marocain.

xk xX

ETOILE -- VICTORY (0-0) .

Malgré de nombreux tirs, les
attaquants n'ont pu tromper la
vigilance des défenseurs. Le sco
re traduit exactement la physio-
nomie de la partie, compte tenu
de la prestation des deux équi-
pes.

U'Etoile et le Victory se signa
lent par la stérilité de leurs a-
vants qui, au cours de trois mat
ches, n'ont marqué que deux buts.
EXCELSIOR -- RACING 1-2

Les deux leaders se sont affron-
tés dans une ambiance assez hou
leuse car la rencontre s’est surtout
jouée dans les tribunes et gra-
dins of les chauds supporters du
Vieux Lion ont eu un duel de
propos avec Tes partisans des au

(Suite page 4, col. 6)



Notre chronique de langage.-

Le Francais tel, qu’on le parle

par le Dr. Pradel Pompilus

Bonjour, Mesdames
Bonjour, Measieurs,

L’émission d’aujourd’hui va é-
tre consacrée en tout ou en par
tie a l'étude des structures ayant
pour soutien : IL Y A. Comme
pour l’étude de cvpila», nous com
mencerons par tn texte d’écri-
vain haitien cette fois.



Les compagnons du monde invisible ,

1

N’avoir jamais assisté a une
séance gpirite, n'est pas une rai
son suffisante pour ne pas croi-
re A la possibilité de certaina phé
noménes psychiques, parapsycho-
logiques et pneumatologiques, ab
solument.,. surprenants, ---'"i* -
£:De nos jours, il ¥ a encore trop
ile" monde .& confohdre ‘lesmani-
festations occultes: avec les. boni-
riierits' que débitent ‘des soi-disant
mystiques: En effet; la grande
‘majorité de ceux qui se disent
des mystiques, ne sont que des
pauvres d’esprit chez qui une foi
inintelligente est la base-de leurs
dangereuses hallucitations. C’eat
ainsi qu'il arrive assez souvent
que ces névroses certifient avoir

vu dans l’obscurité, de leurs cham
bres subitement iNuminées par la
grace de Dieu, la Sainte Famil-
le et d'autres @tres divins.
Liinitié semble écouter d’un
air distrait les contes de ces

faux mystiques, mais eu fond, il





i @

Par Fortuné L. BOGAT

est considérablement troublé, car
ce que le profane prend pour un
-«saint-hommes en vole de déve-
-loppement — n’est pour l’occultis
ite qu’un possédé, un, obsédé —
zen voie de devenir fou...

i} On reconnait facilement le rer. +1’e:
v«Faux - Mystique», par un “Nos commentaires sront
ssinvolture avec laquelle “if en- sur les résultats: des. récenté

“freint les lois religieuses,.gon in
,sistance A vouloir vivre “seul,
“J'indifférence, pour ne pas dire
le mépris avec lequel il traite ses
bons parents. Le faux-mystique
méne, en apparence seulement,
~une vie ascétique.. Cependant,
“quand.on le connait de prés, on
“ne-tarde pas & découvrir en Jui
pun égoiste dont l'appétit. désor-
;donné pour l’argent n’a pas” de:
limite.

Zp
ie
i




v

x Le petit laius que nous venons
“de vous faire sur le mysticisme..
gnlest que pour vous rassurer en
: ty O18, fai



ey. qoccultiome.



oa oe ee
sous sa forme:la plus pure, et,
aussi la plus © ‘

Ceci dit, nous p@ssons. 4 ‘vous

parler un peu de ¢é monde. invi-

sible- dont les métaphysiciens n

cherches. faites par. les membr
des Sociétés pour’ les~Recherchée
des Sciences Occultes, a Londres,
aux Etats. Unis “etun! peu par-
tout en Europe. Ndus n’avons
pas la prétention de rien vous
prouver dans ce court article,
maig d’essayer de vous donner
une vague idée de ce que les mé
_taphysiciens pensent du but final
de la vie, Tout autre attitudd de.
notre part serait absurde, car
Yexpérience nous a démontré que
dans le monde invisible toutes les
causes sont obscures,.. ~~

(Voir, suite page 2)



objective. — n'a.
rien A voir aves, ‘le .mysticisme. ~






- fonts

AS

Une réception réussie

Tl y avait un homme qui di-
sait des sottises, il y avait sa
femme qui les approuvait. -

Il y avait la wmaitresse de
maison qui offrait des tranches
de giateauxmicroscopiques, il y

avait son-mari qui:en-éteit géné,-°

Il y avait deux goinfres:* qui

. Sempiffraient quand méme, il y
encou- +

avait leurs femmes.qui. les





Tl y. avait dames. qui éva-
luaie! rié, ily: en avait
aa agiert i :

x

Tl y2avait@unecommercant qui

’ tout ce qu’il
Wi, il y avait sa fem
me“quifaisait la méme chose.
Ty. avait un intellectuel qui
digait des mots nouveaux, il y
vait tout le monde qui avait
Vair de éomprendre...

Il _y avait le black-out cher i
la Compagnie Electrique, il y a-
vait les propos que l’on tient ha-
bituellementya ce sujet.

Tl y avait quelques sandwiches
que l’on aurait bien mangés, i!
y avait la maitresse de maison
. qui ne les offrait pas, | .
_¢ Uy avaiteune ithble’ garnie. qui
Vétait chichenient; il yvabait moi

ui suis partie crevant de faim.

Cécile, Nouyelliste du 28 Jan-

” vier:.1966).< 3, aoyas

Dans ce

eh



plusieurs foig.un nouvel
rk beneath

ate











ASR A
texte, nous. avons ren-

-pris dés l’école élémentaire
“y a douxe mois dans une année...

elément‘essentiel de structire, un
nouveau soutien de phrase, un
nouveau sujet : c’est la locution
ei! y a» sous la forme de Vim-
parfait soutiens de. phrase que nous étu
dions pour commencer, ¢il y a»
est le plus-familier, peut-étre ce-
lui que.l’on*apprend le plus tét..
N’y a-t-il pas une ronde ot cette
lecution revient constamment

il y a dix commandements de
Dieu, il y a sept sacrements ...
il y a deux.testaments : l’ancien
“eb Ieempuveau, mais il n’y a
quiun séul Dieu qui régne dans
eg-cieux ? N’avons-nous pas ap

il y a sept jours dans la semai-
ne... il y a vingt - quatre heu-
res dang un jour ... il y a soi-
xante minutes dans une heure ?

(Voir suite page 3)



Portefeuille perdu

L'un des nétres a perdu ce
matin au Boulevard Jean.- Jace
ques Dessalines, dans le secteur
compris entre la Rue des Mira-
cles et Ja Rue Dantés Destou

ches, un portefeuille de couleur .-)

bleue contenant des papiera per-
sonnels qui lui sont indispensa-
bles. . 43. =
‘Bonne récompense est promisf
a celui qui, l’ayant retrouvé,
Vapporterait au «Nouvelliates. -.

Aucune question d’aucune sor-
te ne sera posée,

POA UE Ty gre arene go

°

“®t Carlo.

ide transformation -de

.. Bernard Halper - Bjologiste. da

EE TEEAIER CRT eh eee TERRA SES








par AUBELIN



*

M, GILBERT HOLLANDE
Président de la SECA

@ agsisté au succes éclatant
de MON HOMME.

-.-Dimanche matin par le Vol
d’Air France venant de Pointe-a
Pitre est arrivé 4 Port-au-Prince,
M. Gilbert HOLLANDE,; Prési

‘dent de la Société d’expansion Ci

néatographique aux Antilles (SE
CA) qui organise ici le festival
du. film. quit nous yaut de voir
au Rex Thédtre lea superproduc-
tions telles On ne vit que deux
fois avec Sean Connery dans la
série James Bond 007 et Mon
Homme avec Sidney Poitier.

M. Roger Tanous Directeur com
mercial de ia SECA, aprés avoir
passé 3 ou 4 jours ici vers la fin
de l’année pour montrer ces deux
films & la Presse haitienne était
reparti pour revenir le 3 Janvier
tn vue de leur représentation
dans le cadre du Festival dont
Ma presse haitienne avait fait 1'é
«no.

M. Gilb HOLLANDE arri-
ve dimanchd a été accueilli par
Vindustriel Jacques Malval.

Hier soir, a eu lieu la Pre-
miére de MON HOMME. Ce film,
une comédie dramatique des plus
délicieuses avec le meilleur ac-
teur de l’annéa-de Hollywood, Sid
ney Poitier, a connu au Rex Théa
tre un succés éclatant. Le Rex
était rempli aux séances de 5 et
de 9 h. Mais ce théatre a tra-
vaillé & guichets fermés 4 la séan
ces de 7 heures.

z« MON HOMME est une comé
die pleine de saveur, de fraicheur;
avec des acteurs mixtes, dans des
cadres simples et beaux, sans pré
tentions. Sidney Poitier que Je
monde admire, est aussi admiré
par les cinéphiles haitiens.

Au cours de la séance de 7 -h.
a laquelle, nous avons agsisté,
nos voisins étaient gi excités par
le jeu des acteurs, pat le dialo-



dre, un peu. Nous avdns cru en
tendre tin jeune cinép ile dir

la sortie :.Ca, m’ap ouel? dix fois,
ot ce film. ci-je-le ferai-dix-fois.._
* Mon Homme restera quelques
jours encore 4 Vaffiche. Ce film
poursuit sa brillante carriére en
Haiti, au Rex Théatre. . '

cee

M. EDWARD KING
Président de la DI MACO
recu par Uindustriel

C. J. Charles

...Parmi les nombreux touriates
arrivés en croisiére ici dimanche
& bord de la SANTA ROSA se
trouvaient le grand industriel a
méricain, M. Edward King, se
femmc née Alice Ambrette et sa
ruvissante fille Michelle.

STALE °

AU FIL DES JOURS...

eines a




LUND 12 JANVIER 19705

JOL

ICOE UR

‘

” New York et les industrielks Law
rence Uslander de Chicago,Rubin

Uslander de New Jersey. Is é -
taient en compagnie de notre ex-
cellent ami !industriel Hosnherre
Apollon, son fils Hosnherre Apol-
jon urst M. Pierre Guerrier,

r. Bernard * étadig
les possibilités d’ins ici un
laboratoire de transformation de
différents produita haltiens,

xxx

LOUR.MONTRER DANS
GLAMOUR ET SEVENTEEN
la mode américaine sur des
toiles de fond d’Haiti

.-Vendredi sont atrivés a Port-
au-Prince, M, Sheldon Gravitz, de
VAgence d’Annonces publicitaires
COLE, FISHER & ROGO de
New York, le photographe Phil
Pegler et les ravissantes ‘Manne
quins Renée Bergeren, Dannic
Howard, Connie Collet et Ka-
ren Bruun.
_ Renbe Bergoren était ici il y
a deux mofg pour un reportage
de la Me Call's Magazine.
ren Bruun ‘la benjamine du
groupe nous a &é recommandée
ee nos amis Justin et Barbara
err, grand pho hes de
New York. photograp

Karen nous dit que Justin ot
Barbara. l’ont orientée vers la car
riére de ‘mannequin.

Nous avons rencontré Sheldon
Gravitz, Phil Pegler et les manne
quins & Cabane Choucoune same
di soir. en compagnie de notre a
mi Victor © Chatelain, Directeur
Propriétaire de VOYAGES CHA
TELAIN. Sheldon Gravitz - nous
dit qu'il est venu monter sur des
fonds haitiens deux grandes pa-
ges d’*Advertising dams l'édition
d’Avril de GLAMOUR ect dans ce!
le de Mai de SEVENTEEN Ma
gazine. Phil a passé la journée
de samedi et une partie de la-
journée de“dimanche & photogra
phier les jeunes et gracieuses Re
née, Karen, Dennie, Connie sur
des fonds de scénes de la vie hai
tienne et des paysages haitiens.

Dimanche, le groupe a passé
une bonne partie de la journée
dans le cadre splendide de la Vil
la de Victor et de-Thérése Chate
lain a Peggy-Ville. Dans ja soi-
rée, ils ont été, 4 l'exception de
Phil, assister a une cérémonie
vaudou, dans la réyion de la Croix
des Bouquets. Ils y ont &té con-
duits par Issa, Propriétaire de
ia fameuse Galerie ISSA.I) y a- |
vait aussi dans le groupe, Mlle
Sylvie Horrach Hétesse de bord

"Ai et M. Durand de la
Maison Nadal. Shel Gravitz et
son groupe Trepartiront demain. Co
soir, ils dineront au Grand Hétel
Oloffson pour voir le spectacle
folklorique de cct hotel.

zx,

Edward King est Ie Président —

de la DI MACO, grande fabrique
de machines pour la fabrication
des produits alimentaires. La DL
MACO cst située a rookl}n.
Mais la famille King ‘habite a
Wostbury, L. I. New York.
Nous avons rencontré la fa-
mille King & E) Rancho. Avant
de venir & cet hdtel, olle avait ren
du visite au grand industriel hai
tlen, M. Clémard Joseph CHAR
LES qui vient d’installer 4 Diki-
ni un formidable complexe indts
triel pour la fabrication de pro-
duits alimentaires. L‘équipement
et le service ont été fournis au
complexe industriel de M. CHAR
LES par la DI MACO.
M. Kihg et sa femme Alicy
Ambrette ont été vivement impres
slonnés par l'accueil qui leur é-
Lait fait chez M. et Mme Clémard
Joseph Charles.Le grand indus-
triel haitien a offert A Mme Ali- .
ce Ambrette King dont le pére
inventa les machines A pates: ali’,
mentaires ‘ deux © sple ef ca
deaux.- -.- . beso tet
- Ainsi 4 El Raneho,--tandis ‘qu
Edward King louait le génial sens:
des afaires ‘de M. CHARLES ‘ss
femme Alice ne tarismit pas ‘d’
logesisur la générosité de ce-pres
tigieux industriel haitien.--"

xxx -
wo,

LUNDUSTRIEL ©
CARLO JUSTE
parmi nous

...Nous avons revu avec plaisir
ce matin, notre excellent ami
Vindustriel Carlo Dorléan Jus-
te, arrivé.de Montréal vendredi.

Carlo qui réside 4 Montréal
est le Propriétaire de la fameuse
Boite de nuit BRAZILIA qui est
Ye lieu de rendez-vous d’une par-
tie de l’élite montréalaise, impres
sionnée par Haiti, et par toute
Ja colonic haitienne.

Carlo dont certains de ses en-
fants sont & Port-au-Prince avec
Jeur grand’mére, la distinguéo
Vve Dorléan Juste, passe une par
tie de Vhiver ici. Il était ce ma-
tin avec son ami canadien, M.
Jean Mathon, Administrateur de
la Commission scolaire régionale

- de PYamaska, prés de Montréal

en visite ici avec sa femme Y-
vette et sa gentille fille Johanne
Nous souhaitons la bienvenua

. zxx .
POUR _UN .LABORATOIRE

produite haitiens ”

...Hien aprés midi hous: avons
rencontr6 a El Rancho, le Dr.



,







ite

a BL RANCHO
a Uhoure de la Santa Rova ’

.Dimanehe matin, la Santa Ro
sa do la Grace a débarqué A Port
au-Prince pour lu journée pris
de cont cinquante tourisxtes qui ont
entrepris la croisiéra A ‘son bord.
Nous avons rencontré d’abord
au Grand Hétul Oloffson, lu
Ted Lawrie qui y était venu voir
son ami Al Seitz, Propriétaire de
vet hétel. Ted Lawrie sympathi-
que en plein d’humour etait en
compagnie de la jeune et char-
mante Mlle Thhérése Sandusky qui
vend des objets religieux 4 Dé-
troit, Michigan. Elle est de Dear-
born, Mi ang :
Aved la jolle Mile Sylvie Hor-
rach, Hiétesge de bord d’Air Fran
ce, sur ln route de I'Amérique du
- Sud, qui venait d’arriver de Poin
ote-d-Pitre et de San Juan pour
whe visite de trente six heures i-
“cj Ted Lawrie et Therese San-
dusky formaient un groupy jo-
eux wuquel se joignit plus tard
~ Jeune et: pétillante Mile Johan
4. Mathon, Tecthnicienne on radio
logie de Montréal arrivée ici ven
“dredi avée*.ses parents, M. Jean
-Mathon, Adiministreteur de la
Commission scolaire . régionale

' de ’Yamaska, P. Q. prés de Mon

tréalet ga charmante_femme Y-
vette. Johanne qui depuis trois
ans ne fréquerite que des jeunes
wens jhaiticns qui lui ont donné,
joie, espoir et décéption est trés
eflirts, Elle était ici) en Juillet
dernier avec ses parents. Com-
ine-la derni¢re fois, Tn famille
MATHON est descendue a l'HO
ici Choucoune.

Ce groupe a déjeuné diman-
che vers 2 heures 4 El Rancho
ou Je splendide Buffet organisé
pour Jes touristes de la Santa
Rosa, était agrémenté d’un spec
tacle folklorique. Toutes les fi-
gures sympathiques de la Santa
Rosa dont la captivante Georgean
ne étaient la. Roland Décatrel
‘et la diligente équipe de l’Agen
co Cithdelle aussi. Dans* ce ca-
dre of le tambour jetait la ma
gie de ses accords, Mme Alice
Ambrette King, charmante fem-
me du grand industriel améri-
eajp Edward King faisait sa pe
tite mise en scéne de femme ri
che, américaine qui se paie des
fantgisies. Elle dansait, elle dan-
sait. Elle élevait la voix. Elle

= ertait:cherchant un cavalier pour

une folle sarabande ‘sur les tra
cee de. Terpsichore. Sa ravissante
fille’ Michélle n’en pouvant plus

_. (Butte page 4 col 8)











ToL dol To
oo | Le
- ye




HORIZONTALEMENT —
1 — Plus utilisé que T.S.F.
2 — S'agitent en cadence —

En épelany conspua
3 -- Sdre — Pour Guillaume



on oer ear

ha Yh we na Sota
a baal “"

â„¢ oa
ae VL ae mie ar



RES

ats

7 — ‘Personne! — Hn panna

\

~- Précloux
Q —. Cent lul qui gouverna
9 — Devint vache —— Proches
paronten
10 .— Déchlruren —- Poseddé



L _, “aire” dos, ‘plana _ Obser

> -va-aledittlvement’

I — Pour les hors-d’ouvre —
Moddle do dureté

tl — Aigreur

IV — Etaient bonnes nageuses

Vv — Romancier —- Deux
voyelles __ Maritre

VI -- Vieille colare — Re-
présente un groupe de personnes

Vil — Abréviation — Armes

blanches

Tell . VILL Faire effet — En noce
4 -— Aatiqné — Le mime IX — Une limite entre 1'Eu-
&b — Général romain —- Pe rope.et .l'Asie —. Enlevée

tlt territofra XK — U enlave lee aspérités
0 — Bousculer — Connu.

saan
SOLUTION No. 253 F.

HORIZONTALEMBNT — VERTICALEMENT —

1. Gitrennade — 2. Inri; Bus I. Oiné; Votre — II. Inespé-

— J. Néophyie — 4. ESC (See); rée — mm, Trocart; Aa — IV.

ianina — 6. Par; LIM — 6. Vé Rip; Rois — ‘Hi; Néons — VI.

Lei — 7. Ortie; Se — 8.
Ut

Tone;
Té; Soliste — 9. Réa; Net;
—~ 10. Aysibmés.

La
r

Rue Bonne Foi No. 104
P.O. Box 902
Port-au-Prince, Haiti
Phone 20033

P.O. Box 962
Phone 20040

minations ou

Vue panoramique
Haiti dominant le tout Port-au-
Prince — Bar & Ia disposition

des admirateurs de VArt.
Sont et demeurent les 3 Centres et les 8 déno-
Vart haitien est mis en relief
dans toute sa beauté, dans toute son originalité
et dans toute son objectivité dans des peintu-

res d’artistes de chez nous.

Tout visiteur quil soit étranger ou haitien
ne peut que gagner & y passer quelques instants.

Noyade; Let — VII. TN; Site —
VIII: Abefiles — IX. Do; Nie;
\'ue — XK. Estaminets.

Les 3 Gallery’ S
Recommandes

‘Nader’s Art Gallery

Art Lover’s Studio —
And Gallery

Rue. des Miracles No. 76

Port-au-Prince, Haiti

Gallery Gng Hill Side

Desprez No. 4

P.O. Box 868

Port-au-Prince, Haiti

Phone 6-2711

Situé dans les Parages du Réser
voir de Desprez enseigne indi-
quant la route complétement a-
ménagée.

unique en






























MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLOQUE
EXCLUSIF «SELECTAMATIC®

J SISPOSITIF

BLOCAGE DE DIFFERENTIEL \




e DAVID BROWN

TRACTEUR DIESEL



z
POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE #
LABOURAGE x
-HERSAGE, SILLONNAGE _
SARCLAGE .
EXCLUSIVITES :

CHASSIS UNIFIE oe
3 DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE. hd







Charles Féquiére & Cie. ‘8
_SASTRIEUTES

BY te ee ST ae ret Party Srna. § yee a

L'action de la saychologle dana
la di lpmpine do vh gidne montale
a se encore plus fructuowse dana
lo milfou pendant con dix dernis-
res années. En oaxpliquant au pu-
blic, par in voix den journaux,
dea’ éminaiona radlophoniques ot
tdlévisées ou par dew causories
publiques A Port au Prince et on

-province le dynamisme de cer -
“tains comportements comme par
exemple le gégaiement

la gau-

cherie, lea tics, lea dya ‘axies, I'é-

. nuréslo, les retards et les défi-

cignoes: scolaires, lea. novroses et
jes. psychoses infantiles et adul
tes, la délinquance et d'autres -
qui sont Je plus fréquemment ren
contrés dans la population
pays, on prépare célul - cl -é.une
compréhension plus sympathique
de ces problémes et, partant, a
V'adoption d’attitudes appro -
priées de nature a prévenir leur
apparition ou cortréler leurs
cifets dans certaines circonstan-
ces de la vie dea Individus. Lea
parents et les éducateurs sont de-
venus aujourd'hui tras réceptlfs
vis A via de ces conseils, fréquem
ment donnés pay les paycholo
gues et les éducateurs sur Védu-
cation dea Enfants et les attitu-
des positives & adopter vis a vis
des, problames gue pose jeur con
duite dans le milieu.

Il reste..pourtant beaucoup a
faire pour constituer une psycho
jogie typiquement Haittenne,
c'est &.dire qui s’applique aux
problémes spécifiques du milieu.
Sur le. plan de la méthode, les
lcats tradftionnels doivent ‘étre
réadaptés A la structure méme
de notre mentalité et aux condi-
Uona socio - matérielles dans les-
quelles se développe Vhaitien.

Sur le plan des principes et
des concepts de base, les nermes
généralement admises du dévelop
pement humain et des écaris de
ja conduite doivent étre compa-
rées A.celle qut pourraient étre
déduites de V’observation de a
croissance physique et mentale
des Individus de notre milieu.

Certaines conditions de la
pré - natale et postanatale,, tel-
les. par exemple, les sécrétions
hormonales chez la mére encein-
te, Pactivité du foetus, le genre
@alimentation jes relations af -
Zectives, sociales et éducatives
précoces, qui passent, dans, cer -

-tains cas, pour avoir une action

queleonque sur le développement
psycho- moteur de YEnfant, doi-
vent étre également investiguées
en Haiti, toujours dans le but d’é
tablir des normes de croissance
qui seraient particuliéres & nos
populations. fl en serait de méme
des facteurs de malnutrition qui
ont été trouvés souvent associés
A certains cas de déficience men
tale chez nous.

Que des recherches: soient déja
en cours actuellement dans le mi
lieu pour étudier de plus prés ces
questions, cela ne- serait pour per
sonne wun sujet d'étonnement
quand on réalise que ces problé-
mes constituent précisément quel
ques uns des domaines ov se ren
eontrent et collaborent les Scien
ces Biologiques et les Sciences
Humaines en général.

Un examen attentif du domai
ne exploré jusque 1a par I’inves
tigation psychologique en Haiti
et des’ perspectives nouvelles de
recherche dans cette discipline,
permet déja de saisir Vintérét do
minant des psychologues et Vo -
rientation que prendront 4 lave-
nir les études ‘psychologiques
dans ce pays.

En dehors des problémes qui
concernent Ia capacité de l’hom
me en général, d'apprendre et de
s’adepter, les chercheurs se pont
surtout intéressés & comprendre
ct A expliquer ‘homme haitien—

enfant et adulte — dans ce qu'il

est réellement, plus particuliére-
ment les conditions socio - éduca
tives et culturelles- spécitiques
qui font de lui ce qu'il est, qui
vendent compte de son rythme- et
de son mode de développement,
des mécanismes et de la qualité
de sea réactions sur le plan du
normal et du pathologique.

C’est pourquoi d’ailleurs la plu
part des comportements indivi -
duelg inveatieués parmi les diffé
rents échantillons de: :population
considérés, sont ceux, qui, comme
l'Intelligence Vappréhension des
concepts et des formes géométri-



du -¢

ques, J& motricité, lon condulten’
aborrantes ot oriminollos, los ma
ladies nieritalés; | lew dftricultén
caractérioles, portent lo plua Ina
marquy du milieu: blologique — ot
wocio - culturel off sa développe
l'Individu, C'est ainsl quo i¢
Sous -développement économique,
Vanelphabétismo, las croyancesy,

tionsct les modes do vie,
qn, lg atructure du

varied Ve ineaes, ont -tonjours été
“Tes facteurs le plus souvent invo-
1 és pour expliquer.-la. proftl.de
éveloppe ment. «ychologique | et
inoteuy Pie \'Haitien, ses problé -
mea st aes modes particuliers d’a
ion,












ut se pa comme sj nos
chergheurs trop: attentifs a l'as-
t-socio ~.économique-et éduca-
tif dea problémes humains, atta-
chaient peu de prix & ce gui dé-
termine la atabilité et la. perma-
nonce de‘la peraonnalité indivi -
duelle ,c'ent dire les. potentia-
lités génétiques qui influencent
tellement Ia maturation organi
que et nervense, la structure du
caractére.
~En réalité cette orientation
particuliére des études psycho-
logiques en Haiti; tient d’abord
au fait que, par manque de labo
rutoires, et de facilités techni -
ques .d ‘investigation, les recher -
ches -purement expérimentales et
clinique, se révélent extréme-



Les:
. Af

Devant ies résultats positifs
des recherches. faites par les éso-
téristes, les-oceyitistes et les mé-
taphysiciens, les hommes de.gcien
ces les plus matérialistes, ge
voient. obligés dmetfre que les

mystéres @avjourd’hui seront les
vérités de demain. Il y a peine
20 ans que-les savants pensaient
qu’une vitesse dépassant 50 kilo
métres a lheure serait préjudi -
ciable au. corps. humain. Encore
tout récerment, Yhypnotisme é-
tait classé parmi les sciences oc-
cultes; mairttenant il fait officiel
lement partie de. la science médi
cale.

Zusqu'ici, nous ne sommes pas-
encore. arrivés & bien -compren -

dre le mécanisme qui fait craitre-

notre corps, ni’ J’influence.
Tesprit exexrce sur
Tout ceci mong porte: “& - croirey
qu'il y .a.eneore.un.deng beut de®.
chemin. a-parconrir, avant ~ qu'il”

que

(Bulla volr la” No.






ware)

mont ditficilos: -’ _ontepint

ot que, dans co ays; |

tlone vib A vias dan el aclorices hu
sont plutdt ~

unsjnos en général
{ntluencées par \'Keble Soclologi

que ot culturaliste Américaing

yul reconnuit-la priorité du Bo-~

cial ot du Culture! sur ja biologi
hologiqua da










ce






8: web: pay

dans les prochaines années,. nul
ne peut-encore.le dire avec précl
sion ‘en -dépit-de la nature ‘et. de
‘Yimportance des trauvaux ” en_
cours. Des changemerits profonds
Janérés dans la: strictyire mentale
deunotre: peuple par. mite des mo
difications appor dens les con
ditions. de Vexistence individuelle
~ par'les moyens acerus de produc-
tion et d’échange, pourraient
eréer des problames tout A fait
nouveaux pqur_ |’investigation
desquels des approches ‘out a
feat nouvelles pourrafent étre re-
quizes, L'inlérét actuel que les
Etudiants des sections de-psycho
jogie et de sciences humaines de
nos Facultés portent aux statis-
iiques et aux recherches expéri-
mentales de laboratoire, pourrait
tre un signe précurseur de nou-
vellea tendances dans la psycho-
logique de demain.

Déja le probléme de Vappren-

tigsage auvniveau pré - soolaire .



+ ost hb Vordre du Jour
dea méthodées” “-atidio” s° ViMsette

Anemont met accent su

.Entfin le dexnter congraés national








de manic
du perfoctlonnemen
6:
dans le, domaine “de Yéducation.
La nouvelle réforme VEnsel +
la for-
mation technique et spéclalisée.”

ue colul



‘du Travail a recommandé ta sé-
Jection:ctJ'orlentation professson_
nellet scomme ‘Stune) des! isanditions,
@ Vadaptation de Vouvrier, du
travallleur manue) et Intellegtuel,
La préparation et la conduite
de ces. nouveaux: programmes
vont certainement requérir laide
de. paychologues qualifiés | dans
les .domaines dela psycho-
gogle, dele. psychologie in ivi -
duelle et des techniques de me
sure des St. humaines.

Liavenir dé la psychologie
dans ce milien dépendra en der-
nier reassort de-la reconnaissance
officielle que — cette
trouvera au sein de l'Université
et des- Ecoles pupérieures spécia-
ligées;-du nombre de psychologues
disponibles dans Je pays, de la

qualité et de la diversité de leur -

préparation thdprique et techni-
que, des débouc
ront ouverts dans jes: différentes
organisation dé ‘iEtat. |
par le Professeur
‘Chavannes DOUYON
Paychologue



“

(Suite de la lére page)

vidu qui, n’a“ien de commun a -
vec un ‘médium ne sont pas ra -

res, Cet/individu devient ce qu'on lement Président de lo Parapsy-

appelle un ¢Possedé». Les victi- *
mes. de cette sorte d’incident oc -
culte passent inapercues. guend \
ce n'est pas un mauvais esprit
qui a pris possession de leur
corps physique.

Un vrai possédé court un ris-
que sérieux. D’aprés ja. métaphy
sique, l’esprit vit dans la «qua -
trieme dimension» — ef peut pé-
nétrer la maticre. Un esprit golos — peut .facilement jouer

un mauysis tour. au possédé, en le
volatilisant. Les publications qui
s‘oceupent d’occultisme, ont sou -
vent rapporté de tels cas en Eu-

rope.

La matérialisation partielle ow

Jar anatiere. entiére, d'un esprit est restée pen

_dant des siécies: un grand mys -
_tére, Ce n’est que tout récem -
"ment que. les métaphyéiciens Vat?

nous soit possible de-concilier-le¥* irjpne A un phénomene ctéléplas-

vérités occultes -avec celles que’

nous confrantons journellement et,
yue nous acceptons- volontiers.. Ii
-y a cependant,, une ligne de .dé-_
marquation, oii .les deux types de
vérités se:touchent.

La psychologie: et..la. prasycho-
Jogie ont: atteint une telle évolu-
tion qu’on ne peut plus
qu’un phénoméne quelconque est
contraire aux lois de la Nature.
En général, les lois de la Natu-
re sont des abstractions de cer-
taines vérités qui. ont toujpir
existées, quand olles ne sont” pas
des régles que nous avons éta -
blies sous empire de notre con-
ception de certaines choses. De-
puis l’existence du monde, il y a
un ‘nombre appréciable de lois
dites «de la Nature» — qui ont
été complétement. modifiées...

L’homme e toujours cru dans
un monde invisible, ob des étres
éthéniques hiérarchiquement or-
ganisés, sont goumis a une disci
piine rigide. On trouve de nom -
brevses ‘allusions relatives & ce
monde dans la Bible et dans d’nu-
tres livres sacrés. Cette croyan-
ce dans un monde invisible n’a
rien de commun avec le Dogme
Chrétien de l’immortalité de )’a-
me. Il s’agit plutét d'un monde
cosmique habitg par des esprits
dont I’existence est nettement an
térieure A # création de Yhom -
me.

Physiquement parlant, les es-
prit peuvent sé manifester A tra-
vers des ‘étres extra - sensibles
que nous appelons dés diuma». Dea cas de manifestation
d'un esprit a travers: d'un) indi-

dire’

tiques que Vesprit. provoque en
pénétrant lo -matiére vitale du
médium. Pendant ce procédé plu
tét complexe, il est-aidé par la
facilité avec laquelle il change
de ¢dimension>.
Les preblimes, phénoméines mé
diumistiques auxquels on assiste
d’ordinaire .dans une salle de
séance, sont: objets lancés mysté
rieusement en lair, apparition
spontanée de flours, de pots ou
d'autres objets*qui-ne ge trouvaient
pas dans la salle. Déplacement
et lévitation de meubles,— lévi-
tation dans !’assistance, instru -
ments de musique jouant tout
seuls, brusque changement de la
température de la salle, le mé -
dium entre et sort d’une cage
dont la porte d'entrée o &té ri -
goureusement cadenassée. Enfin,
de nombreuses expériences de té-
lépathie, de clairvoyance et d’o-
blongation couronnéeg de succds.
Dans la grande salle de séance
de la Société pour les Recherches
des sciences occultes, & Londres,
des savantes, des professeurs, dea
hommes de science, dee ingé -
nieurs et des. médecins tels que:
Le professeur Julian: Huxley, le



A VENDRE

1)-Une maigon situéa A Bour-
don: prés ‘de’ ‘PEgiise Okrint-Roi,
vue excallente, prix-$ 4.500
-B) Une: maggon £3 La Belle
‘ Btolle, *Biseton, ‘prix $ 2.600
N STadresser a la Rue du Quai
0.



Baron .Schrench - Nortzing, Har

ry Price, Eileen J. Garett, actuel


York, ont assisté & une séance
spirite ot toutes ces manifesta -

tions eurent liew. La aalle fut d’a
bord rigoureusement inspectée
par les hommes de science
leurs aides. Ensuite, on installa
partout des instruments électroni
ques
ultra - modernes, capables de dé-
tecter tout écart de la part du
médiunt.”

Dans le monde
dés qu’on -parle de ‘médiums, on
cite toujours les noms de : D?
D. Home, Stella C., Willi et Ru-
di Schneider, Eilleen Garret, Ja-
ne Dixon, et°Hieonore Zugun.

“(Voir muite page 3)



‘DEPARTEMENT. -
DE LEDUCATION
NATIONALE

SERVICE DE
SUPERVISION

DES ECOLES PRIVEES

AVIS

Tl est demandé A tous les Di-
recteurs et Directrices des Eco-
les Primaires Privées générale-
‘ment, quelcongques de 1a Capita-
Je:.ot. de ses enyrons : des Cités,
de -Carrefour, de ; Imes etc..
de faire parvenir partir du
Mercredi 7 Yanvier 1970 au Bu-
reau de la Supervision des Eco-
les Privées, sis au Département
de YEducation Nationale, Cité
de Exposition, les reuseigne-
ments suivants :

1— Nom de !’Ecole



discipline

68 qui leur se -

et

et .électro. -~ magnétiques

«spirites —





Lundi & O"h. ot 8h.

LE JUSTICIER

DE L'ARIZONNA
Entréa Gdes 1.60 et 2.60

Mardi A-6.h. et 8 h.
0 5B RO UC K
Entrée Gdes 2,60 et 4.00

Lundi A 7 h. et 9 h.
FURIE SUR

LE NOUVEAU MEXIQUE
Entrée 1° dollar par, voiture

Mardi & 7 h.
ALEXANDRE,
LE BIENHEUREUX

Entrée 1 dollar par voiture

ETQILE CINE

(PRTIONVILLE)

Lundi a 8 h. 30 (Séance unique
UN FUSIL POUR 2 COLTS 2
Avec Richard Wyler.

Entrée Gdes, 1.20 et 2.00

vec Aldney Po "
Bnteée -Gdor'-8.00 ef 8.00

Iundi a 6h. et 8 -b 25
ZORRAS LE REBDULE
Entrée Gde 100 .

Mardi a 6 b.-et.8 h. 1B
LE CORNIAUD -
Entrée Gde 1.00





A MAGIC CINE to he
Lundi a 6 h. (Séance unique)
ILS N’ONT QUE VINGT ANS
Entrée Gdes 1.20 et 2.50

Mardi & 6 h. 15 et 8 hi 15
DUEL AU COLORADO
Avec Audie Murphy.

Entrée Gdes 1.60 et 2.50

nd

AIR-PORT CINE

Lundi & 6 h. 86 et 8 h. 30
A L’OMBRE DE L’AIGLE
Entrée Gde 0.60 et 1.00

Mardi a 6 h. 30 et 8 h. 30
PAS DE ROSES POUR 0958117
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

De Luxe Auto Ciné

Lundi & 7 h. et 9 he

LE CABINET

DU. Dr. CALIGARI

Entrée 1 dollar par voiture

Mardi & 7 h. et 0 h.
LES TUEURS DE L‘OUEST
Entrée Gdes 3.00 par personne

L’Anémie est

dangereuse
En effet, ’'anémie engndre tou
tes les maladies: Ja nervosité, le
manque d'appétit, }'insomnie, la
perte de ‘mémoire, et de ‘che-
vehx, Ix marche difficile, la pel -
Pitation. du = conur etc. Or, pour
tonifier l'organisme déprimé, pre
nez ies vitamines B complex et
le Cerniplex qui contiennent les
- vitamines: C, B, Bl, B2, B6; C,
D3, Calcium, niacin e pan.
tothénique ete. En total 16
_ Vitamines. 200 comprimés pour
T Gdes 50 et eh détail 100 pour ©
8 Gdes 75. En venta a 1a Phar-
maeie Sosthane Geffrard.



Mardi A Gh. 30 et 8 h. 30
GARCGON EN CAGE
Entréé Gde 0.60 ot 1.00

nme i)

‘ ELDO DO

Lundt a 6h. et 8 h. 15
(Sur demande)

LES EPERONS NOIRS

Entrée Gdes 1.50 et 5.00

Mardi & 6h. et 8 h. 15
(Sur demande).

LA PETITE VERTU ‘
Entrée Gdes 1.50 et 3.00

CINE SENEGAL

Lundi 4 6 h. 16 et 8 hb. 15
JE VAIS... JE TIRE

ET ‘TE. REVIENS... :
nEtrée Gde €.60 et 1.00

Merdi &.6 bh. .16 et 8 b. 165 .
UN FUSIL POUR 2 COLTS
Entrée Gdes 1.00 et 2.00 —



La Démangeaison

de Ficema Vainue
en Sept Minufes

a, ~eontient preaque cin-
aynte jons.@e coutures et pores
uscalcs Gank leaquela les germes

ge ssi vient et causent de terribles
fendillements, ‘pe-

ures, acné, impé-

*pieds boutons déman-
tates dex Bis set taches. Lon
napportent
e parce

le germe,
cause de tous ces désordres de la peau.
La nouvelle découverte Nixoderm tus
les os em Bept minutes et yous
it ung peau douce, unte et
claire aa bout dune semaine, ainoa
retowpmes le. paquat vide et votre
argent. vous sera rendu. Procures-
vous Nixoderm ches votre pharmacien
atijeur@’hul-méme et déuulr 7 le

Nixoderm ©" "=
Peor les. maladies de la peas

dela Eee
JOSEPH C. VALME
Distributeur



“Lund a Th. P.M.
FRUITS .AMERS
Entrée Gde 1.20

Mardi a 7 h. P.M.
LVEGYPTIEN —
Entrée Gde 1.20



‘CINE STADIUM.

Lundi (En permanence)
L'OR DU SHERIF
Entrée Gde 1.00

Mercredi (En permanence)
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARD
Entrée Gde 1.00

CESOCE-SOTR SITE SOLE SICK FICE: SIOE ABLE GOCE OLE SOLES



2.— Nonr du Directeur ou de |

la Directrice
8.— Adresse exacte de 1'Ecole
Tl reste entendu que tout chan
gement apporté a Vun de ces 8
points, au cours de l'année sco-

laire, doit &tre immédiatement
signalé au Bureau.
Ces renseignements facilete-

ront. l'Inspection dans ses visites

et aussi les facteurs (postatx)

et lee Messugers du Départe-

ment de l’Education Nationale

dans la livraison de lettres ou

paquets destinés A ces Ecoles.

P-au-Pee. le 26 Décembre 1969
Georges BONNET

Inspecteur des Ecoles Privées

Approuyg par :

Ulrick JN. BART

Assistant Directeur

a4 Enseignement Primaire.

-~



‘Colgate: au gardol p rotege efficacement :
da. santé et la beauté de vos Dents. ©




DUBO
~ DUBON

DUBONNET

Coe



pee Pour votre. BEAUTE}
Exiger spécialités

| ‘cosmétiques::
ala

Gelée Royale,
stabilisce,
















Creme masque. '
Creme hydratante. -
It Topiques-et Lotions.
H Creme. démagillante,
Lait de Beauté.

~ 8

RL

yy ston. ape
‘he Ralatne,

Produits. mis au point
pat le bctoginte B. de Belvefer

Un produit ficence -. APISERUM -B..de Balvefor A base |

de Gelée Byala stabilisée offre tes garanties dé qualité -

ot d’ef icacité: qui depuis dix ans font la réputation mondiale
de la arque.”



~~ Jossph’C.” Vaimé et-Cor
- ° Distributeurs. =~ -








tVavalt. paa besoin d'une aalle de
séunce pour provoquer de surpre
taantes «mankiPatations prychiques
On Va Yu flottant — horleontalo-
ment on ‘lair, travereer on rin:
tag lea Lanotres dui trolajdme }-
tage d'un fmmouble. Home pou-

Noda tarmineroiia cor actdele. par.
uh court apergu aur D, D, Home
ot Eléonore Augun.

Eu 1086, oy avait’ eh Rouma
nie une jounne payeanny — nen-
méo KEléonore Zugun, dont ia
présence dane un Hen quolcon-

qe, provequalt (mmédiatement vale déplacer A distanca — toulen
un bombardement de cailloux, sorter d'ohjeta — posanta. Ila 6-
de moresaux de vitre, de brique taient nombreux ceux gui ont

et Weutres objeta dangerdux. ossayd en valn do trouver un mo
Malgré les efforte consldérables yon mécanique d’accomplir — les
des particulicrs et de la Pollet, prouerses de Homo.

ov arriva pas A découvrir la for .

co projectile, On ia surnomma Home (ur regu en audience
Ja fiNe du diable. par le Pape Pie IX qui, témoin

Lea autoritée du petit village
de Talpa of hnabitait Léonore,
décidérent de lenfermer dans le
Couvent de Goronel, od, olle fut
exorcisée plunieurs fol par le
Priour. L'action de VEgtise n’em
pécha pas les phénoménes ¢dia-
boliquea> de se produire, C'est
ainsi que In table & manger du
réfectoire qui pouvait accomoder

de quelques unes de ses travaux
médiumistiques, autorisa un pré
tre Jésuite a le baptiser, Il n’é-

34 personnes, fut Jévitée & un
matre do hauteur.
Tout a fait par hasard, la

Contesse Zoé Wassilko - Soreki
que les recherches occultes inté-
reasaient, entendit parler do Léo
nore ct l'adopta, La Contesse de
Wassilko s‘éverua i donner ‘unc
bonne éducation et de belles ma-
nidres A In petite paysanne,
pul, In présenta aux meilleurs
métaphysisicions de lépoque. En
trés peu de temps, Léonore de-
vint une des médiums Ja plus cé-
Wbre de son temps.

Danic! Dunglas Home, naquit -
on Angleterre en 1888. Qn Je sur
nonima médium des Rois. Home










































Les Compaguons a

(Sulte do ta



ome pase)

talt
catholique + romaln,
reit Je splritieme.

Napokton LIL fit chercher
Home par le Marquis de — Bel-
mont, le garda pondant des se-
maines dang son palais of i} fut
Vobjet dee sollicitudes de i'Em-
perour, En plustours fols, Home
fut ausal Vhéte du Grand Duc
Constantine de Russia ct de Ma
ximilion IL de Bavidre.

Nous possédons tous & des degré
différents —- des qualités médiy
nustiques, qui peuvent &tre déve
loppées par l'étude et la prati-
que des sciences de esprit. Dans
Vancien temps, les médiums ct

abanidonne-



Ne TE FACHE PAS,
CHERI. TUN'AS PAS K
LA PAYER TCuT DE
SUITE. J'AL DEMAN-
DE QU'ON ENVOIE

LA FACTURE,

me Une

as dit que Home devenu



voux qui, 20ee!

tea aul poab
ros, n’étafont pow ausel reared que
maintenant. La olvillsation a gra
duellement fait disparajtre- len
pouvoirs’ oocuttes , Ho:
décrottre ’actitd do non cing

sOna, ’






vie a

AU pansd. aim

pana componb, Hy i ate
Lan forme! Gentes eat:







n'y aura pas, I n’y aout pas, il
ny u pas ey on encore jl n'y a
guere, {n'y a que, i n’y a gudre
que, il n’y a personne, {il ny.a
rion, IL N'Y A PLUS, IL N'Y
AVAIT PLUS ; ces.deax dernid
res formes répondent aux for-
mea affirmatives il. y a encore,

Pour jermlner, nous voue di-
rons qu'on ‘ne -deVient pas mé-"'
dium) on est -cholsl par un: on-
prit qui devient votre le», Crest un~métler qui n'est
pas sans danger, car un. mau-
vais esprit ‘peut lefsser dans ©
tout votre étre des traces nul-
sibles indélébiles.

Fortuné L, BOGAT

dre encore, comme ‘le att oe
tre créole ou le res, clnaeta
1

Notez bien qu ‘article non

Les Bandes Dessinées du «N ouvelliste»
‘Blondie |

MAIS IL FAUDRA BIEN LA TU AS TRENTE JOURS...

PAYERALAFINOU. 7 VA pee
MOIS, YOYONS ! a oe F NT TOL POUR TE Me Be
- ¢ - veh y 2 e A % 1 he

c
2
E
a
e
o
a
O°

wy

NS

Sivous
ne voulez pas que
Beedle Le
untas ft Coe Ti













































Beaucoup d’autos deviennent.des tas de,
ferraille rapidement parce que les —
réparations du moteur-sont tres teuses,
La seleté, Feau et la chaleur se.
marient pour former la boue, ta rouille
- ot le charbon que tuent je moteur
rapidement.
i Pour evmer tel inconvenient les Ingénieurs
en lubrification et moteurs de Esso.
Résearchont crée une nouvelle huile

,

conforme aux besolns de moteurs -

¢



Crest la ‘nouvelle hulle détergota
.ESSO EXTRA. -

Utilisez-la et vous éviterez que

' faccorrosion; ta boue et le charbon’
abiment l'intérieur du moteur de \
-votre-voiture.:Le moteur restera plugs
propre. Et'plus ll sera propre'plus
longtemps ul vivra.

Si vous ne voulez pas que votre voiture
soit-un'tas de 'ferraiile rapidement,
utilisez la nouvelly. huile aetareente
Esso EXTRA.



b, at: n'y pase, fl n'y avait pas, fl "

il y avalt encore, sans. repren--

- dhui, il_y.a.danger A le faire,










: Po) dune “ proposition conjonc
ti¥e,, commengant: par. que et ré-
pordant A la. question : qu’y a-t-
il 7 ou : qu’eat-ca qu'il ya t
— .Quest-co-qu'll -y a 7°
Il-y a aque fa petite Fanny sc
il-y aides flenrs . . ‘trotivé. dans . une situation. peu
il n'y a pas’ de fleurs * int&ressante pour . une jeune. fil-
‘Dans ‘tous ces exémples entrant dans. ‘le

\ nbs”
ny pas de pain

il ya de Veau

il n'y a pas d'eau

il y a une voiture .

fl n'y a pas d@ voiture

_ma dit

et den, remplit lqsméme fonction que “Francois est a Brest (A, -

que ‘ces unités8t appartient a Maurois, Climats, p. 97)

la méme classe ‘grammaticale, la

classe de Vearticles,
— On’ peut dist:

une forme interrogative

10) d'une proposition commen
er aussi Cant par de quoi aveo l‘infinitif:
Est- ‘il y aurait de quoi pleurer, il y

-ce quil y a ? Y-a-t-il ? une for 4 de quoi faire.un livre, il y a

me négative et interrogative: n’y de quoi mourir, il y a de quoi
a-t-il pas 7? Est-ce quil ny a manger, il y'a de quoi bofre.

pas ? Cependant on one reldva pas
Qu’est-ce quill y a ? Qu’et-i] dans la parole ou le discours,
une forthe expressive: Ce gv'il comme on dit depuis Saussure:
y a de... Ce quiil y aura de.. il y a pourquoi, il y a comment,
il y a quand, .
’ LES PRINCIPAUX EMPLOIS
DE LA LOCUTION
, construction réservée & un petit
nombre de verbes quand cil y a»
est affirmatif et plus libre avec
cil n'y a pas», il n’y a guére, il

La locution il y a sert-& mar-
quer lV’existence, &-—'montrer, A
situer des @tres dans le temps

ou dans” }’espace, Elle péut atre n'y a que : il y aa boire, Uy a
Buivie. & ‘manger, mais : il n'y a pas A

lo) d’un nom propre-.sans dé s'y tromper — on ne peut pas
termination : il y a Cécile (Du- s'y tromper; il n’y a qu’a le di-
ham. Chron. Pas, I p.238), il ya re — il saffit de le dire; il n’y
Rome (Montherlant, Guerre civi a pas & paNer — on.ne doit pas

le, HT, 7);

20) dun nom propre détermi-
né ; il y a un Dieu, il y a la
talentueuse Cécile,

* 80) dwn nom commun sans
article : il y a moyen, il n’y a
pas moyen, il y a espoir, il ya
lieu d’espérer, il y a féte aujour

parler; il ny a guére qua se
taire — il ne ‘reste que la poasi-
bilité de se taire.

La locution cil y a2 sert ence
re 4 montrer, 4 situer des étres
ou des choses dans l’espace ou
duns le temps : il y a quarante

. éeves dans la classe, il y a sept
jours dans la semaine ou a in-
troduire une cinconstance ou un
fait : il y a abondance de fruits
cette années; il y a longtemps
que je no vous ai vu. Accompa-
gné d'une expression de temps,
cil y a» est léquivalent de voila:
il y a longtemps que je ne vous
ai vu peut devenir : voila long-
temps que je ne vous ai vu. Du-
hamel a bien exploité I’analogie
6 , . , de «il y a» et de «voila devant
0) dun verbe employé seul, une expresdion de temps dans le
construction plutét rare. Si Pom- passage suivant :.
pée est vaineu, je luni resterai Nous parlerons de ca plus
fidéle, et je finirai tué ou tard, Lucie. VOILA SEPT ANS,
proscrit, S'il_ est victorieux... il dis-tu, que Yon réclame les actes
ne sera pas long & me faire hor ay ‘Pérou. Il n’y,a vraiment pas
reur, et il faudra ou lé subir ou de raison... .
Vabattre. Tl y a supporter, il y _- To sais ce que tu pénses, Ray-
a tuer et il y a mourir et il n'y mond. IL Y A SEPT ANS que
a plus rien d’autre, Montherlant, —’on fait des démarches, mais IL
Guerre civile, 'Y A SIX ANS gue le notaire a
- commencé de se facher (Duhamel

il n’y a pas besoin d‘étre rensei-
-gné, il y avait foule, il y a pain
et pain,-il y a jagot et jagot.

4o) d'un nom commun déter-
miné, avec ou sans expansion: il
y a la rente, il y a la petite ren-
te (Duham Conf. de minuit, ch.
X p. 109),

60) La locution «il y a» peut
étre suivie d'un adjectif au com
paratif : il y a plus grand que
ca,’ mais non immédiatement
d'un adjectif au positif ou au
superlatif absolu («il y a grand»
ne se dit pas, ni cil y a trés
grand»). Liemploi d’un adjectif
au positif ou au superlatif abso
lu exige Yinsertion d’un «de» de
liaison: C’est ce quill y a DE
commode dans la question des
enfants (Marcel Aimé, Le. Ju-

Recettes
de Cuisine

ment verte, p. 5). Il n’y a DE
grand, D'excellent que ce qui
est juste, ‘: VOLAILLES ET

To) d'un adverbe de maniére
au comparatif : il y a mieux; —
on crojt qu'il n'y a que la mort,
il y a pis que la mort (Monther
lant, guerre civile, III, 8)

80) d'un | pronom ~ personnel
tonigue ; il y a vous aptres (Du-
ham. Chron, Paaq. t IY, p. 200),

COMMENT LE VIDER?

On peut vider la volaille ayant
ou aprdés avoir coupé aes mem -
bres, Hi s‘agit , tout siinplement
de lu vider avec intelligence et
adresse ‘Pour ne. pas crever le
fiel. \

Si l'on veut” cuire le poulet en-
tier, il faut le vider tout entier.



ce qui autorise par analogie : i] Pour cela faire une fente tout
y a ‘moi, il y a toi, il y a lui, le long de Je peau du cou par le
il y a nous, il y a eux. voté du dos. Détacher par cette
, fente, la poche de l'estomac, (ot
séjournent les grains de mals ou

de petit-mil avant d’étre digé -

Cordonnerie rés), en écartant avec les doigts
les membrane s qui la

(Electric Shop) maintiennent @ la carcasse et en
avise la refoulant vers le bas. Ensuite,

, vec un couteau bien effilé, cou-
Mr. Antoine Richemond, Mana per tout le. tour de
ger de la Cordonnerie BLEC- le dedans, refouler l’anus & ’inté
TRIC SHOP porte & la connais rieur et faire une incision de 2
sance des-clients qu’un délai d’un jpouces de long allant vers le ven
mois leur est accordé, A comp-
ter & partir de cette date, pour
venir prendre livraison des cheaus
sures en réparation en son ate-
lier A la Rue du Centre, (bloc,
St. Louis de Gonzague). .
Pass6 ce délai ces chaussures
seront purement et simplement
vendues & la criée publique.
* P-au-Pce. le 8 Janvier 1970
' Antoine RICHEMOND
MANAGER.

Les Glandes Rajeunisseat
Vigueur Renouvelloe
sans Opération af

Mi vous vieliiisses avant ~~.
sa asa are
men! ie “ we ysique,

cS, Banca eu



on. 0, FatTe. me olre of

vue saméliorent, dune. fa
nante. Ce restaurateur mervelileuz dee
ginndes et de la - Vigueur Appel vars
est garth 0 a eat ado
par dex milters Mohn ricgdna et eet om
Yeute dans toutes jes on.

Achetes ‘ Varke .
Mottes-le. A Vépren
teres un -






Chron. :
re cependant que ‘evoilAs avec u

+ fvee plug. de, vivaeité que :

ans certaing proverbes et dans

Y'anus vers ©

tre pour, élargir Vorifice provo-.
Le Livre de Cuisine de Ninichs.







Paxq. 1, p. 47) LL resee

expression de tempa rend l'idbe
ol, quil est’ possible seulement
quand le verbe est au présent ou.
au “passé composé. Bn .
Je style soutenu «Do y a
parfois la place .A «il est» 2:
; Tl n'est pire eau que ‘eau qui
dort

Heat des parfums frais-com-

cade

méma eystéme -Qu‘ést-ce quill y a‘ encore; ‘Dies, me dea chairs d’enfant ‘(Baude-
_de relations’ que du,.de 1’, we -kie:? — 1! y a qu'on ‘

laire)

li est des noms plaintifa com-
me le chant des vague... -(Geor-
ges Sylvain,

Th est des heures exquises oi
les choses ont une ame (A. Sat
main)

Il est de clairs matins, de ro-
ses to coiffant,

Od lime a des galtés d’eaux -

vives dans les roches... (A. Sa-—
main) ——
Il est des nuits de doute ot

Vangoisse vous tord (A. Samain)
. IT Nous interrompons ce déve-
loppement sur sacter une ou deux. minutes a
des questions de rectifleation de
vocabulaire ou de graphie. —

lo) CLINIQUE ET CARI-
NET DE CONSULTATION

Un medecin donne des: consul-
tations, généralement a@ son cabj
net de consultation, ou simple-
ment 4 son cabinet, comme |’a-
vocat. Peu. de médeeins, chez
nous surtout, recoivent leurs me
lades en clinigus : la clinique eat
un hépital privé ment privé dirigé par un méde~
cin ou chef de clinique, of les
malades sont opérés et soignéa>

(ROBERT)

20) Dites : un analphabete,
c'est un analphabete, il est anal-
phabéte, nous avons un pourcen
tage élevé d'’analphabétes (et
non: un analphabet). Cette der
niére forme n’existe pas en fran
cais. Le mot analphabéte' ost a
la fois nom ‘et adjectif et il n’a
qu'une forme pour le masculin. et °
le féminin.

80) Eerivez : le cabri, un cabri,
c'est un cabri, il-y a beaucoup de
eabris & Thomazeau, les cabris
sont nuisibles 4 |’agriculture. Ne
vous laissez pas influencer par
la forme créole du mot et n’in-
troduisez pas dans sa graphie un
francais contemporain.

Mesdames, Messieurs, je “vous
remercie de m'‘avoir écouté et je
vous dis : bonsoir, & la semaine
prochaine. —



Simples
Haitienne

par NINICHE

Vv

LEURS APPRETS |

qué par le déplacement de l'anuf,

Tenir la volaille de [a main
wauche, et par cette ouverture,
chercher A détacher en bloc avec
le doigt ou la main, tout le con-
venu Intéricur: intestins, yésier,
foie od est attaché le fiel, Ja po-
che de Vestomac déja détac hée
per le haut.

Une fouls sorti on bloc, enlever
la poche a fiel avec précaution
Ouvrir le gésier, vider son con-
tenu de grains non digérés, enle-
ver la peau qui tapisse son inte
rieur. Laver lintérieur du pou-
let et ses abatis sans exagération,
sans les presser avee la main. Ma
riner au piment et sel pilés en-
semble, le movfller d’un mélange
a perts égales de jus d‘orange
sQre et jus de citron, de 2 ou $3
cuillerées d’huile, d'une poussiére
de poivre et des rondelles d'oi -
gnons. Remuer en vannant et
lnisser macérer.

se vend dans toutes les brairies

Canc ey amr a ame oT nn ape . aera









=

LE CHAT BO’

v08 7





aces

(em bas

de

VV ev yy ee VN ee ey

La rebellion biafraise écrasée

(Suite) :

aurea de Septambre - Octobra kilometers,
puuer . . LiAnnée do VAlr — nigériane

Vero aa barhe rournte, qui est stewt dotee de quelquos bombar-
pour tea thea lo signe exterleur —diera Uyouchine 18 (bonvbardigrs
aune crise a denouer, it évoque Moyers A réaction) et surcout, de
lo poraonnage de Yidel . Castro. chasseurs soviétiques MIGS 15,
Son cou de taurcan ct sa silhuuet MIGS 17 et probablpment MIGS
le maadive font par contre pen- 21 equipes de musailes — Alr-Afr,
ner A Winston Churchill, Sa sen ainsi que d'un certain nombre
mbiNtg pxrreme et son cydrme je davions britanniques. :
Tapprochaw dun autre héros a. La f{lotte de combat — nigérin-

fricain dechu, Kwame Nkrumah
avec lequel i partage en outre je
yeut des tonues théatrales (te-
hues de pacachutistes eb panache
ain Soint Cyr, ou tunique bouton
wee i lu chinowe). Follament am
mieux, peut étre, mais passion
nement attaché a la cnuse de son
peuple, qui avail en lui une con-
tiance totale, bien qu’ii n’ait ja-
nial aimé Je contact des. foules,
OQdumegwu Ojukwu a montré
adevant de danger un courage in-
damptable, .
lJhistoire dirn plua tard sil
represtntiait une tendance conser
vatrice, dépassee par Vévolution
dc PAfrique, ou sil incarnalt com
me je heros Choka In volonté de
survivre de tout un peuple.

XxX

“LE NIGERIA
PREMIEKE PUISSANCE
MILETALIRE D'AFRIQUE

Deux fols grand comme
Franco }
ves), le Nigéria est situé dans la
Porte Ortentale du Golfe du
Rénin, entre le Dahomey, le Ni-
rer, le Tehad ot le Cameroun, |

Croix principHtux groupes eth-
niques. Haoussa-Peul 13,6 mil-
lions) au nord Yoruba (10 mil-
lions) & Vouest et Ibo (8 millions

au Vest, qui ne représentant 60
070 environ de la population tota
le exergaient jusqu’en Juillet 66
(date de la prise du pouvoir par
le Général Gowon), une action dé
ternminante sur la Vie Politique
du pays. :

Depuis Mai 1967, les quatre ré
gions Nigeérianes ont été divisées
en douze Etats, dont six dans la
region nord, tiois dans la région
Orientale (le Biafra), et deux
dans la région Occidentale, celle
du Centre-Ouest restant inchan-
gee. Cette distribution a eu pour
but de diminuer Vinfluence des
atrois grands» groupes ethniques
au profit des tribus minoritaires.

A la tete du gouvernement, ot
sont représentés les douze Etats,
est. placé le Général Yakubu Go
won, originaire d’une petite tri-
bu christianisée du Nigéria nord,

(te Général Gowon s’est engagé a
cenvoquer une Assemblée Const:
tunnte et a relablir un régime ci

vil A une date non encore préci
rie a fa faveur de la guerre civi
leo, VArmée nigériane est deve-
nue de loin Ja premiere puissan-
militnire d'Afrique.

Ses forces terrestres comptent
(100.000 hommes équipés de maté
riel ultia-moderne, notamment
de nombreux Chars Britanniques

6eg

Salatin ef Saracem, ainsi que de
8h eanons tourds de 120 mm (so
virliques), dune portée de 20



Oftre d@’Emploi

Jeune Fille ou Dime PARLANT
ANGLAIS, nynnt expérience com
merouie -- Salaire avantégeux
(Foxe plus) Comminnion).

Adrenses-vous 4

fntre Midi el 2 Heures A MAI
cON YVES MORAILLE, 7 Hue
des Miracles (fuce & da BNE)

LARA BARALREBABRERKARARA AKAD DEAD

Tah
(928.000 kilomdtres car- *

ne qui comprend plus d'un mil-
lier d’hommes se compose d'un
escorteur jourd; le Nigeria, do-
té dv canons de 102 mm, de six
batiments do surveillance cdtiire
britanniques et de quclques ve-
dettes rapides soviétiques.

Le Nigéria, bénéficio d’une éco
nomie on pleine expansion, i pei
ne touchée par la guerre.

Ce pays est le promier expor
tuteur mondial d'‘arachides, de
palmistos et d’huile de palme ain
wi que lo 3éme exportateur de ca
cao. Le Nigéria produit égale-
ment du charbon, de Vétain, et
surtout du pétrole dont lexploi
tation en pleine expansion, mal-
@arrat da

yréoun sérieux coup
iux bombardements — Biafrais,
pourralt atteindre en 1970 pres

de 60 millions de tonnes,

Son conmerce extérieur avail
atteint en 1968, avant Ie déclen
chement du conflit, prés de sept
milliands, de nouveaux francs.



Mort de Albert
Meleschi

Pax Villa annonce le décés
survenu \* 9 Canvier & Saint -
Francois de Sales de Monsieur
Albert Meleschi.

“En cette douloureuse circons-
tance, Pax Villa et «Le Nouvel
liste, présentent leurs sincéres
condoléances & ses enfants Mr.
et Mme Maurice Méleschi et fa-
mille, Mr. et Mme Téléphe Du-
viella Mme née Giséle Méleschi
et famille, Mr. et Mme Gérard
Méleschi et famille, Mr. et Mme
Raymond Charles, Mme Lucile
Noisette et famille, Mme Amé-
dée Claude, Mr. et Mme Hila-
rion Edouard et famille, aux fa-
milles Méleschi, Duviella, Char-
les, Noisette, -Claude, Edouard,
Rey, Victor, Munier, Deas, Ca-
lixte et A tous les autres pa-
rents et alliégs éprouvés par ce
deuil,

Les funérailles de Monsieur
AJbert Méleschi seront chantées
le mardi 13 Janvier a 4 heures
de Vaprés midi en ’Bglise du Sa
cré-Ceur de Turgeau. Le con-
voi partira de la Salle paroissia-
Je ot la dépouille mortelle sera
exposée dés 2 heures.



Pharmacies assurant
le service cette nuit.

Lundi 12 Janvier 1969
DU COIN
Roe Mgr. Guilloux
MATHURIN
Rue Fronts Forts
VIETNAM LES NORD



Centre Médical
27 Chemin des Dalles

Contérence duo Merercai 44
Janvier 1070: «L’OMS et lea Pro
hlémes de Santé en Haiti» par le
Ducteur Francois Dresse.



AU REX THEATRE

Ce soir 12 Janvier 1970
a6 Heures et 8 Heures 15

Le Succes

Sidney

_ dane Lo?
MON HOMME.

Un drame qui vous bouleversera.
a . aan X

Poitier

Continue

\





Radie- Haiti)





AU FI



DES JOURS...

be on exclusivité les marques suivadites,

réputées dans toutes
lea Capitales

(Suite)

s'élait dopuls longtamps rotirée arr{’é {cf samedi apran midt par

de la acéne of sa mére Salt uug
vodobte trop oxubéranto.

Allce proclamalt son origins.
Ello og tla fille du fameux indus
triel d'origine italionne, Am-
brotte qui inventa Jes machines
i pates alimentatres.

Son pauvre mari, si richo pour
tant avec de l’argent, ne pouvait
pas iepondre A do tela cuprices
de sa temme ayant un bras
droft inutile. Il a.6t6 victime d’un
accident. Et nous eimes la par
tie belle Pnuvre. «Fubhe Rela-
tions». Alice nous baptisa de
Chef du Protocole, de Chef de la
Ja Polic et nous couvrit de baisers
pour Haiti, pour la courtofsie et
la générosité du grand industriel
Clémard Joseph CHARLBS qu’el
je venait de rencontrer et qui a
fait une si vive impression sur
son mari et sur elle..

x x x

L'EXPERT ONUSIEN
JACQUES DEUSE
transférd au Sénégal

Arrivé ici le 18 Janvier 1969,
L’Expert Jacques DEUSE a pas
sé pres d'un an en Haiti dans lo
cadre du projet Haiti 8. [1 s’occu
fait de la protection des végetaux
et de ]'installation d'un laboratoi
re de Chimie Agricole aux Cayes.
il y remplaca le sympathique Ex-
pert Jacques Lambrecht et assis-
ta au démarrage d’une campagne
de dératisation de la Ville des Ca
yes. Cette campagne étant consi
déréa comme une opération pilo-
te. Il est parti dimanche avec 5a
femme pour aller occuper son
nouveau -poste & I]’Institut e
Technologie Alimentaire de Da-
kar qui est également un Projet
des Nations-Unies. .

ll a quitté Haiti avec beaucoup
de regrets car il y compte beau
coup d’amis. De plus étant ingé-
nieur agronome et phytopharma-
cien de Gembloux i] eu a rencon
tré plusieurs anciens condisciples
el confréres haitiens dunt J. Ro-
bert ESTIME, Georges Louis, E.
Pierre, C. Blanchet). Sa femme
assistante sociate donnait des
cours de Nutrition 4 Il’Ecole Nor-
male des Cayes. Jacques DEUSE
reviendra en Haiti du moins, il
Vespére.

DIVERS

x XX

...Dimanche matin sont rentrés
de.San Juan, M. Jean-Claude
Flambert, comptable et sa jolie
femme Mathilde. IIs viennent de
passer quelques jours A Puerto
Rico.

x XX
..M.Géraid PF. Lawrence, ¢Crui
se Directors de North German
Lloyd, & New York est arrivé au
cours du waek-end pour des va-
cances bien méritées dana son I-
le favorite. I) a pris logement 4
VHotel Choucoune.

x x xX

..Le jeune Roland Charles-
Pierre, fils de notre sympathi-
que ami, Gérard Charles-Pierre
et Mme part ce soir pour Puer
to Rico. Roland qui a fait sa pre
miére année a la Faculté des
Sciences de Port-au-Prince pour-
puivre ses études en architecture
i VUniversité de Mayaguez.

xxx

...Nous avons rencontré ce matin
Le ftévérend Ithiel Clemmons,
«Field Agents de Home Fo-
reign Board de Church of
God in Christ en compagnie de
Mme Dorothy Exumé. Le Révé
rend Jihiel CLEMMONS _ est

Iv Vol de la TCA. I repart mer
cred}.
xxx

... Ges groupes de visiteurs cana
diena arrivés ici par des avions
do la Nord Air créant avec les
Jeunes filles” quf les composent
une grande animation dans noa
boites de nuit.

C'est ainsi qu'on renvontre par
tout cea jeunes tilles si éprises
de la compagnie de nos jeunes
gens. Nous avons rencontré en
tra autres Carole Corbeille, Mi
mi Comtols, Mariette Lagas-
sé, Lucille Beaudry, Helene Bou
let, Cécile Dudemaine. Et Mare
Ferland jest le jeune = canadien

quj les accompagne.

UNE SOIREE CHEZ
LES PEINTRES

Monsieur Jack ‘N. HOLCOMB
s'intéresse beaucoup & la peintu-
re haitienne. Il est & son 4e voya
ge & Port-au-Prince et i! profite
toujours de son séjour en Haiti
pour faire I’acquisition de. ta-
bleaux. Il est propriétaire de Stu
dios qui sont situés A Miami et A
New York,

Comme il est un client du FO-
YER DES ARTS PLASTIQUES,
Jes peintres de cet important cen
tre de peintures ont pris l’initia-
tive d’organiser Samedi soir une
réception en I’honneur de M. J.
N. Holcomb, 4 leur centre de tra
vail sis au prolongement de Ir
Cité de Exposition.

Vers 9 heures 30 p.m. se présen
ta M. J. N. Holcomb accompa-
gné d’un remarquable congénére,
Melle Constance CLEMENTE
qui est Assistante Sociale 4 New
York et de Monsieur Pierre Hol-
lant. Il fut introduit a la socié-
té des peintres et aux invités par
Mr. Wilson Jolicoeur, président
de ce foyer qui lui adressa quel-
ques paroles de bienvenue, lui
souhaitant également un egréa-
ble séjour ici. Le Président de
«ART INTERNATIONAL INC.
remercia de Vattention dont il
est Vobjet, mit J'accent sur les
vastes potentialités de la peintu-
re haitienne et parla de son pro-
jet de faire des expositions itiné-









d’Burope et d’

DECLARATIONS
DE M. MERVIN LAIRD
WASHINGTON (AFP) —

«Si jes conversations avec Mos
cou sur fa Iimitlation des armes
stratégiques (SALT) ne réussis
sent pas, : les Htats Unis de-
vront réelloment examiner la pos
stbilité de mettre sur pied un
systéme d’armes offensives», -
déclaré dimanche M. Melvin
Laird, Secrétaire & la Défense,
au cours de Il’émission «Face
the Nation» de la chaine de Té-
lévision “CBS.

_M.: Laird a souligné la supério
rité des soviétiques en ce qui
concerne le nombre et Ja charge
de leurs missiles stratégiques
alnsi que l’accroissement de leurs
capacités en matiére d’armes stra
tégiques offensives, Pendant ce
temps, a-t-il dit, les Etats-Unis
se, bornent A faire un travail de
recherche et de développement
sur les missiles offensifs.

xx x

LES NORD - VIETNAMIENS
DECR 'AIENT CERTAINS
CODES ERICAINS
SAIGON (AFP)

Les unités vietcongs en opéra
tion étaient averties par avance
des bombardements américains,
des embuscades et des déplace-
ments par une station d’écoute
Nord Vietnamienne qui avait ré-
ussi & décryster certains codes
américains, afprend-on de sour-
ce militaite a Saigon.

La station, ses équipements ect
12 Nord-Vietnamiens anglopho-
nes ont été capturés il y a troia
semaines & environ 50 kilométres

au Nord de Saigon. HC c’était la

rantes de peintures haitiennes 4.

travers tout le vaste territoire
des Etats Unis et ensuite en Eu-
rope. Il a encore d’autres projets
pour asseoir la garantie des pein
tures haitiennes contre toute con
tre-facon,

Puis, il fut servi un remarqua-
ble repas a la eréole composé de
cabri délicieusement préparg as-
socié de bananes pesées, de toma-
tes & Voignon arrosés de la sauce
«P’'tls Malices. Le rhum Barban
court et diverses boissons rafrai
chissantes complétérent le repas.

Un orchestre vint jouer dg la
musique haitienne et ce fuf une
bonne occasion pour les couples
de se livrer a Ia danse.

A cette joyeuse soirée, )’on pou
valt distinguer le Dr Arthur Val
court et sa distinguée épouse, M.
Raoul Viard et Madame, Mr Gé
rard Séjour et Madame, M. Wil-
son Jolicoeur, M. Joseph D. Ray
mond, Mr Félix Prudent, M. Bus
tache Legrand, M. Fernand Jou-
bert, M. Paul Beauvoir, M. Eric
Girault, Mme Antoinelte Romain.
Melle Evelyne Louis, Mule Adeli-
ne Michel, M. Ren€é Exumé— et
beaucoup d'autres.

Ce fut une brillante manifesta
tion sociale pour aquelle nous fé
licitons M. Wilson Jolicoour et
tous ceux qui ont contribué au

auccés de cette réunion.
MALU



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)

Al Rue

INGENIEURS

Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours —
et de la Fontaine Mme Colo)

TECHNICIENS
HOBBYISTS
EXPERIMENTATEURS
POUR VOS PIECES VOYEZ LA MAISON
AUX ONDES SONORES ,
Un bon conseil peut éviter beaucoup

de dépenses et de temps

perdus

TECHNIQUE, EXPERIENCE, PROGRES :
NOTRE STOCK LE PLUS IMPORTANT.

BIEL L PPL LLLP LLLP LL

ttt







eet tttet titre titer tt

yl









OT





Rant ractcee tants ont tn epee Loe







iby
aly



Spinto



eet rer

L’Ecole de Commerce JULIEN CRAAN

Avene Christophe

_— Inaugure en Janvier

prochain, les Cours
Sténographie Francaise
REGG

Dactylographie. Bilingue
rue Comptabilité Américaine :
ro Un Cours Intensif de
Janvier 4 Aott 1970, et un Cours Semi-Intensif
de Janvier 4 Décembre. a
Renseignements et Inscriptions tous les Jours,
gauf le Samedi et les Jours Fériés.

retin relat al etl etl hl rl tee ele

(il

Rue 6









. suivants :

Be sapernreeel Datel ae et nel ne eel et De et

\

premiére fois qu’une telle captu
re -€tait effectuée depuis le dé-
but de la guerre du Vietnam. Im
médiatement le commandement
américain « donné ordre d’utili-
wer désormais les codes secrets
et non plus des codes plus ou
moins simplifiés entre unités. Par
ce que, dans le passé ou indisci-



Avis Important

-La direction de Ecole Techni-
que de Cosmétologie pour répon-
dre & la demande des intéressés
et afin d’épargner les retardatai
yes de la perte d’une année, avi-
se que les inscriptions aux cours
de Cosmétologie sont regues tous
les jours ouvrables en son local
sis au 93 de la rue pavée de 9
h am. & 4 h p.m. jusqu’au mardi
13 janvier prochain.



Remerciements

Mme Dor Thomas et famille
Mme Vve Maurice Colimon et
ses enfants, Mme Vve Pacifique
Dubuisson et ses enfanta ,Mr. et
Mme Antonin et, famille

Les familles Attis, Thomas,
Louis, Colimon remercient bien
sincérement Son Excellence Mgr.
Angénor, Evéque des Cayes, MM.
les Chanoines Dorélien, Alexan-
dre, Jn-Noel, Halaby, les RRPP.
Werva et Albert Goin, St-Hubert
et Verrier et tous Iés amis de
ia Capitale et de la Province qui
leur ont donné des marques de
sympathie & occasion de la mort
de leur regrettée mére, belle-mé-
re, grand’mére ct tante, Mme

AUGUSTE LAMERIQUE

Enlevée A leur affection le ler
Janvier écoulé.

Tis lea prient de trouver — ici
cxpression, de leur vive gratitu-
de.

Port au Prince ,le 12 Janvier
1970



Inscrivez-vous a :

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE la garan

’ tle de votre succés

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE une assu
rance pour votre avenir

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE le céntre
de formation professionnelle idéal

_ pour la jeunesse

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE Building
moderne, materiel adéquat, per-
sonnel compétent, a
Cours de Comptabilité de
3h. & 5h. p.m. (2 ang)

spécialement destinés aux Etu
diants des Facultés - :

— Cours de Comptahilité de
5h a7 bh. pm. (2 ans)

— Cours Intensifs de Comp-
tabilité de 6 h. A 7h. p.m. (1 an)

-— Cours d’Anglaia Usuel (en
6 mots)

— Cours de Dactylographie et
de Sténographie bilingue ’

Inscriptions tous les jours ov-
vrables de 8 h.-& 12 h. am,
et de 2.h.aA 6h. pm .-

au local de JVEcole de Com-
merce Maurice Laroche, Angle

_ Avenue’ Ducoste et Chemin des

=

Dalles — Téléphone : 56-4211



Demande d'emploi

English Mech. & Elect.
Ingineer. Degree ‘ROLLS ROY
CE Trained .
‘Experience Light & Heavy
Equipment a4
All Offers considered
GD.F. gambers
c/o R@fur Steffen
El Ral€no. .

Ainbrique








“ ’

. . A

pling de tels cados ont &é utili-
sé, le vietcong a pu: dégager &
temps, ses positions, avant qu’el-
les soignt attaquées, ajoutent cos
mémaes sources, qui précisent. que
Yon ne. peut affirmer que les vols
de B 52-n'alent pas ainsi été con
Ts par avance.

Dans le centre d’écoute. les
troupes de la premiére division
aérienne de cayalorie ont décou-
vert, transcritg mot 4 mot 1-400
messages radio et des cartes an-
notées prouvant que les codes im
provisés entre unités avaient été
découverts.

Selon ces sounces, enfin, il n’est
pas impossible que d‘autres sta
tions de ca centre existent ail-
leurs au Vietnam. Mais ce n'est
pas le seul usage que les Nord
Vietnamiens font de leur radio,
apprend-on encore, Il y a quelques
jours, on’ effet, une’ position d'ar
tillernia américaine recevait par
radio ordre en anglais.et avec
Taccent américain de diriger son
tir sur une cible. Identifiée celle
ci s’avGr'a &tre une position alliée.



Les "Compétitions -€e
la Coupe du Monde _.

(Sulte)

tres clubs qui souhaitaient la dé
faite des Bleu et Jaune ou fe pur
tage de points.

L'arbitrage de Villard Léger
a 6té plus que décevant et a eu,
sans aucun doute, une certaine
jnfluénce sur le déroulement de
ja rencontre. La victoire du te-
nant du titre est méritée car iJ
joug plus souvent offensive que
les hommes de Jules Faustin et
-Max Guerrier qui se confinérent
dans une défense prudente.
Domingue doit étre félicité de
son opportunisme. Il fut Vauteur
des ‘deux buts alors que l'on at-
tendait semblable fait de
thelmy ou de Guy St Vil.

Le Racing fait maintenant ca-
yalier seul avec ses six points, il
est probable qu'il sera rejoint
par PAigle Noir dont le prochain
adversaire est Petit Gofve, a 1a
fin de cette semaine.



Retour de
Pentraineur fédéral

Hier aprés midi est revenu_|’En
traineur Fédéral Antoine Tassy
qui vient de participer & un con
giés d’Entraineurs organisé par
la United States Soccer Football
Association & New. York. _

Tassy, au cours de discussions,
seat signalé par de judicieuses m
terventicns sur Jes aspects tech-
niques du jeu.

A,

INSTANTANES
(Suite)

pour le deuxidme trimestre de
Jrannée scolaire, dans tous nos éta
blissements publics et privés d’en
seignement pri.naire, professin:.
ne}, secondaire et supérieur.

x x xX

RARETE DE POJSSONS

Des forts vents de la semaine
derniére ont’ provoqué une rarc-
té de poissons frais sur le marché
de lu Capitale. Les bitoaux de
péche n’ont pu prendre la mer, en
raison do la force des vagues.

Aton s'attend A ce que, cette
semaine, les étals do nos harengé

_ res et les congélateurs de nos pois
nonneries soicnt mitux pourvus

du fait de changements notables
dans la condition des vents.

SKKKKAKKKAKKKAKNHKKKKK AIAN ION

AU CAPITOL

A partir-du Lundi 11 au Mercredi 14 Janvier
a 5 Hres, 7 Hres et 9 Hres

LA FEMME INFIDELE
~ Un film de Claude Chabrol.

~Avec : Stephane Audran’ et Michel Bouquet. 4

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

NB Ce_film ne passera quau Capitol
@ Vexeclusion de toute autre saile, ou.

Le ‘
«

_< Drive - in de

GINO ALDROVANDI a

Bar-



H

SACROMONTE
MONACO ws

TORINO

ELENA .
, OBBI




LA LIGUE FEMININE D’ACTION SOCIALE -
SEME LA JOE

- On dit souvent <1] n'y a pas
dé plus grand bonhaur que de
donner du bonheur». Cette affir-
mation s'est realisée lc Diman-
che 21 Décembre 19609 A l’Asile
Communal de Port-au-Prince
ou la Présidante de la Ligue. Fé
minine d’Action Sociale, Mile
Solanges Dominique, entourée
‘des Vice - Présidentes, Mme Cé-
lie Diaquoi Deslandes et-Mme Hé
léne Lauture, des Présidentes et
Conseilléres d’Honneur Mme Thé
rése Pierre-Louis, Mlle Lydia
Jeanty, Mme Maud Hudicourt,
Mme Daniella Domond Domini-
que, des Membres : Mife Pauline
Jeanty, Mme Judith Bijou, Mme
Jeon Dartigue, Mme Charles,
Mle C. Mayard, Mme Jean Scott,
Mme Pierre Jérome, Mme Olga
Lavelanet, Mlle Viclorine Lator-
tue et d’autres niembres, ont été
fété les vieillards de l'Asile Com
munal : Aidées des éleves du
“Cours Amédée Brun : Chantal
Carrié, Evelyne Larco, Addy Bris
son, Marcel Frank Simon, Judith
Churles, Nicole Blanchet et Jo-
celyne Bruno, les Membres ont
offert des patés, des sandwiches,
des giteaux, du kola — on leur
a distribué des chaussures,
mouchoirs, du savon,

Les employés et les Religieuses
de la ec\com qui dirigent V’A-

des

hile avec\compétence et dévoue-
ment ont Aussi été _gatés par les
Membres dé la Ligue. Allant de
salle en salle, le groupe chantait
des airs de Noel en Créole, en
Francais et méme en anglais et
en espagnol, a la grande satisfac
tion de ces 200 déshérités du sort
qui, comme ils Je racontent ont
connu. les splendeurs terrestres. A
une certaine époque de leur vie.

Nos compliments et nos remer
ciements A tous les généreux do-
nateurs, particuligement a la Fa
brique Fritz Mews, la Fabrique
Larco Fréres, \'Epicerie Rex, et
fla Compagnie de Tabac Comme
Nl Faut.

xxx

Poursuivant leurs, généreuses
activités les Membres de la Li-
gue Féminine d’Action Sociale se
sont réunies .chez la Présidente
Mule Solanges Dominique et sont
parties pour ]’Asile de Beudet a-
vee leur dévouée Trésoriére Mme
Vanina Dallemand, Mlle Victori-
ne Latortue,,Mme Olga Lavela-
net, Yme-Léonje Lemoine, Mme
Siméan Cadet. ‘Elles Opt apporté
un copieux repas de féte : dinde,
salade, macaroni au. gratin, riz
‘et pois & V’haitienne, kola et ga-
teaux. Les Membres de la Ligue
ont encore une fois distribwé des
chaussures, des vétements, du sa
von et des revues.

Certains de nos céshérilés men
taux parlaient encore de Mme
Bome Sannon, dévouée Membre,
qui quoique A l’étranger, ne les
a pas oubliés: Ils ont aussi appré
cié leur annuel ckola Séjourné.»

Il suffit de peu pour faire ré-
gner la joie autour de soi.

xX XX

SOIREE DE NOEL DU
DIMANCHE 28 DECEMBRE

Les Jeunes étaient préts au
rendez-vous dés 3 h de l’aprés-
midi & VInstitut Lope de Vega
gracieusement mis & la disposi-
tion des Membres de la Ligue Fé
minine d'Action Sociale, par \e
distingué Directeur le/Dr Louis
Lamothe. Des guirlandes multico
lores, des ballons, d’énormes
fleurs modernes ornajent les sa-
lons et les jardins.

A 4h 30 Vapparition du Pére
Noel les bras chargés de ca-
deaux, arracha lee petite et _ lea
grands, aux délices de l’orchestre
«Les Difficiles>.

La danse et les jeux reprirent
pour s'interrompre vers 6 heures
avec le défilé de Modes. Gracieux
et élégants les jeunes firent leur

a




la Capitale.



apparition, «Pascale Chatelain
ouvrait. le défilé-avec Sourtre du
Matin, Monica et Rachel Seott
Dortarent des Symphonies bleues
ct roses, Marie Helene Hijou, un
Abricot haitien, Bebé Dior etait
porté par ‘Laurie Sitvera, Paque
retta de Kenskoff. par Hanajie
Wolf. Pascale De et, son amie
avajent sur elles
Goneviéve Dorsainville portait
Bonbon Fondant, Christine Car-
rié était habilléé de Grelot Blanc
et Régine Pereira de Marguerite
Jaune — Guiléne’ Wolf portait
un Pansettiza de Noel — Brillant
Soleil était l’ensemble ‘moderne
d’ Elizabeth Delva - Blanchet; et
\VEnsemble Russe celui de Ginou
Dallemand. i

Simone Castera resscnblait a
un Modigliani et Jeanine Duper-
val évoquait un Picasso — Emu
raude habillait Monique Lélia Jo
seph ct Astre Royal Agnéa Wag
ner,

Judith Bijou portait | Nuage
Blanc et Bleu — Danielle Barjon
était habillée ¢Avec le Solcil> et
Chantal Carrié tit sensation avec
«Kyona Beach».

la note comique du dGfie é-
tuit les: pirates portéa pay Karim
et Tanguy Armand et Nehru par
Jo Baussan fils — car les jeunes
garcons ont aussi participé au dé
fié. ~.

Venaient ensuite Mitsay Lau-
dun dans Tourbillon et Sylvie De
niz avec Réve Perlé — Ginette
et Monique Baussan étaient
«Dans le Vent ect Sabrina’ Ar-
mand incarnait une «Sherheraza
de».

‘La danse reprit, plus animée .
encare ‘car sles, Musiciens s’étaient
bien reposés — On fit le tirage
de la Graridée Rafle. Voici les Ré
sultats.

Le Magnétophone offert par

‘la SHASA a été gagné par Mme

Camille Audant. Le billet a été
vendu par Mme Daniella Domond
Dominiqué, .

La Caigse de Vins et Liqueurs
variés qui a été offert par M.
Louis. GARDERE et Mme Ray-
monde MOLLENTHIEL a été ga
gnée par Mr Anthony Diaquoi. .
Le billet No 274 a été vendu par*
Mule Victorine Latortue.

La bouteillé de parfums offer
te par la Maison RUSSO Fréres
a été gagnée par Mr Louis La-
mothe. Le billet No 562 a été ven
du par Mme Solari de I’'Ambas-
sade du Pérou.

Les jeunes haitiens se sont a-
amusés & la Soirée de Noel. Le
profit de cette féte servira 4 ali-
menter les oeuvres sociales de la
Ligue Féminine d’Action Sociale.
Cette derniére qui fétera en 1970 -
son 36éme anniversaire a un pro
gramme d’année trés-vaste .

Avoir son propre local — Ache
ver la Construction du Foyer Ali
ce Garoute A Cazeau — le Meu-
bler pour accueillir les 100 Ani-
matrices Rurales qui y seront
préparées.

- Nous terminerons cette vue
d’ensemble en langant cet appel
au Public Haitien :

«La Mojsson est abondante>,
les ouvriers peu nombreux -— La
Ligue Féminine ri’a aucune bar-
riére pour accueillir de nouveayx
membres — quel que soit, le mi
Heu social, religieux et politique,
vous serez les bienvenua i Ia Li-
gue Féminine d'Action Sociale



Compagnie
Jean Gosselin
Théatre ate

CLASSIQUE ET MODERNE
AUX ANTILLES

A lintention des éléves des
grandes classes des Lycées ct
Colléges de Port-au-Prince, la
Compagnie JEAN GOSSELIN
offrira au Théatre REX, au prix
réduit de 2 gourdes, les cing re-
présentations suivantes :

Mercredi 21 Janvier & 16 hres:

LE MALADE IMAGINAIRE
de Moliére.

“ Jeudi 22 Janvier A 16 hres :

LE MALADE IMAGINAIRE.
de Moliére.

Pour la premiére' fois, cette
année, un spectacle sur le Mo-
yen-Age A lintention. des éléves
des classes seoondaires et pri-
maires:

Mercredi 28 Janvier A 16 hres
« THELIN»

Jeudi 29 Janvier & 16 hres :
«LA FARCE DE MAITRE PA
THELIN>
Et le Jeudi 5,Février & 16 hres:
d'Audiberti.

-La Compagnie JEAN GOSSE
‘LIN prie instamment les Direc-
teurs des Lycées, Colléges et E-
coles de bien vouloir faire accom
pagner leurs éléves, qui ne pour
ront d'ailleurs avoir accés a la
sale gue s‘ils se présentent en
groupe sous la direction d’un de
leurs professeurs.

Elle compte également sur leur
aimable collaboration pour que
des billets d’entrée aux représen
tations des 21, 22 JANVIER ‘et .
5 FEVRIER ne soient délivrés
qu’auk éléves des grandes clas-
ses, le succés de ces spectacles
peut étre compromis par Is pré
sence d’éléves trop jeunes pour
garder: un silence et une tran-

quillité absolus pendant toute leur

durée, comme i] le sera exigé.
Les Directeurs et Directrices ~-
des. Lycées, Collages et Ecoles
voudront bien retirer les billets
dentrée A ces _représeritations,
chaque matin, de 9 heures A ‘mi-
di, au THEATRE REX, dés le
Lundi 19 Janvier 1970, -





Full Text

PAGE 1

La NIDI ... Oil...J'!J : * ,-ttl 'LtJClEN MON,.AS •MAX CHA V, t Nu II ' / IIH 1 L'Ecrasement des forces biafraises I.A 11~ : SISTANO; hlAl''l!i,lSE ECllAS I; ~; NtGt:lllA \A'Fl') 'fouto r6ol1tnnro h(afrn(s., or irnnla~r "~"I offondrec IIOUI I• l><•U••~o ,I, foroo I.a drrnlhc , -I lla tenuc 11ar le• Owrrrl, 11 ~16 J>&I' Conca t6d•rnlr" vondredl •olr <'t I ' Ahodromc d'Ull, dernler I iru du Ufafrn n ''N' 1 .. mondo l'X t,lrlcur, •cralt tombli aux mah1• ""• nlirhlann. Le G~ . noral Odu nwtwu OJulcwu a qultle le Bia frn pour unr dentlnatu>n enc-or<• in r onnur \l\ndln quc le Chef di! l'Elnl Niirhlan, le General Y11ku hu (;uwon n dcmande aux bla t'rnls M ~• rrn vec un e Licence es-Le t tres et un . vait ete tres effac e. citunt ln!orm11 pro-sov16tiqucs du Nigcrln lo _ ni 1 lon n p:-trvonuo" II Lngos, 6tal\ qu'll cholalra ln Riico11Kio!1 , le SO 11c u111pu1tn(, do l!J uulrcH person .ruin 1067. ncH, don!. toun lc,H mombrea de L' /, chcc de la Lenlullvo centru1,a fnmllle. OJukwu, ufflr'mo onJIHntrice cl'lronel ct le coup d'E ,.,m, l u , ommunlqu6, n nun,! l"m tnl an,nglant" du 20 Julllet 1061i, port.(, I,. hord du memo nppnrcU le RUrprcnnent alorK qu'il cornt.onnon do I, 11 g 11 g c 11 .,1, unc mnndo, commc Gouv e rneur mlli v ollur" M c r~iidcn llonz . lui~ 0 ~}fu!;!!e~~n .~:~~n!•:~tre nu -,. x X nou v cmu Chef d ' Etnl Federal, son ltAl>IO CONAKHY J,;T 1,J~l• ' Ji'ONDltEMENT Ill .I IIIAFRA llAh'.Alt (AJ?f'J NouN NnluonH le retour It un Ni compngnon d'arm e K, lo G/in/irnl Gowon et sorn dcHormnia l'l\mc rlc In. rcolstuncc d e s lbos qui fuienl pnr ecnluine• de mlllicrH (Suite paire 4 , Col. ,i) LE CAPITOL ORGANISE UN CONCOURS V 1,., C A 1'11'0!. orgu:•ise un con of forte pnr Vl~RSAILLES BI' our• pol'Lunt aur lea !llme preGIO FR.ERES ,.,.ntcH uu cour• du ,'ESTIVAL. 1 MONTRE ORIS pour HOM Cc c on c c;,uu eat dole de 7 prix. MES offerte pu.r VERSAILLES Quutre ~ueatlona v, , us acront lHGIO I<'RER.ES JIOKOC h . II I alrit !1'1 rcpondrc aur 1 RADIO SHARP h 8 TRAN In preaentc feulllii _ lnacrcc d11n• SISTO RS offerte par la Maison unc cnv e lyppc t'errnie, _ CctLe enBOUCAR~ ~~~ 0 .J'x"''c1~crtAu:r~~t i:nt~J1 bfu 1 KORAK INSTAMATIC Mo.Janvier IIJ70, a midi, dornicr dei1i 6 ~ 1!4oHJii'erlc pnr In Malson Jal.Au moment de la rernlse de vo1 UBROSHE A DENTS ELEC 1.r e envcloppe, cxigcz quo !'on Y TRIQUE (BROXODENT) offer rortc l'heurc et la date de votre te par In Malson CARLSTROEM d e pot cc qui permettra de depn.r1.aitor' lee l11urenls, M'il y a plu.AU FlL DES JOURS ... ~~~~~;, 1 ~ho:S D'ESSENc~s LES C(>MP . TIONS : DE LA COUPE, pai AIJBEl//o! JOLICOl/R Pn lo at.,amer SANTA RO 1 ,.. .M, GILBERT ' HOLLANDE New York ~l l e K indu•lr-iehl Law r1:nce Uslander de ctiira,r;o,Rubin lielander de New Jcrscr. ll• e talent en compagnie de notre ex cdlent ami l'fodaatriel Hoanherre Apollon, son flls Ho11nherre Apol lon Jr .r et M . Pierre -Guerrier, SA d J G p d nu ' MONPE , . PriBide11t de la SECA ont 6tll ~ h';'!, .. ~tl'im.1:: .u, _ : . . . . _ ., DE Foo TBAL 'I, a1 aniat6 a" IIICC~I ciclatant vion de l'l:urope, via Now . ,. n) Bulgaric ..:.:. . Ma1(• Peron Allemagne fois aVec Boan Clori.not-y dana la GLAMOUit E1' SEVENTEEN 1 08 , toujours a da.tlnatlon du !'Eu serie James Bond 007" et Mon let mod. a.11MlricaiM ,ur CNt rope, via Ne'Y York. . J,e caleadrler .RE.ACTIONS EN . URUGUAY la qui ajoute que la ~~~~;v;can!~sneb1r!~:~;com toile• tu ftntd. d'Hnili FE'l'ES .RELIGIEUSES . ,, MiNTEVIDEO (AFP) rencontre U R S S Salv11dor merciu.l de ia SECA, npres avoir ..• Vendrcdi eont a1riva a PorlM~!ICd~te~A!;.> d~erees rencon f . i5electlon uru1111ayenne de une linJgme etant donpnssc 3 ou 4 jours ici vers la fin au-Prinee, M. Sheldon Gravi!;. de ui filte de Ste Gen6vleve d T Ellmi to' I i~t I a I ayrontera .J111 terrible ne q~e jamale l'URSS n'a ' de l'annee pour ri1ontrer ces deux l'Air"no,• d'Annoncca pabllcttal r o,, B1•abant " etk celebree dlmanche ~_re•t h Uu R . SoSur MEXlnaQU1ra, e f1 v,,t au.xd oux do ex co, l'lta eu A Jouor contre ce pays . fllm, it. la Preeae haitienne 6talt COLE, PJSHER & ROGO ,lo 1 h II d O ' ma c E, le 0 . 1 c eux inconnus, la SoMe La selection 1ovl61Squo fer . , rci,arti pour revenlr le 3 J anvler New York , le photographo Phil en a c ape O 811 ran.iier,;, au 31 Mal, marquera lo . debut des ot ; , I~racl ot lee commentateurs une tournlie en Amerlque _ Latlne d I re.n Peeler ct le,, ravlr111ante -14 t~sc!~y~bl~~~al~e11 ~~!:u': :; operations du "champlonnat du du .. ttrnge au sort efflrment quc avant le,~Jeux de MoJtico ot Joue :i: 11 ;"i 0 :ub-t 1 J'u 7eattval~ quilll!' Renee Bargeren, ' !,Ive d,, Saut d'Ea!4 '. f.'llu I t rnonde. II ae dl11put.era au Stade !'Italic seront clasaoos dan_s cc ra surtout un match nla pr.ilse haltienne avalt fa!t l'e Howard, Connie Collet et KAdo vue religle11X de la' erorf i ,. Az~ue de M\lxi~o : , peu.x . jou'rs .. , ~upe. . : . . _ _, ,~; ?' vec le Mexique. ,-ho. ren Bruun. n ts 1' t ' d -~..:.-, .. plu1 ' tard (lt;J!dn); . l~g'~y . ' . ~ .1Jl'llguat : pO~J,; { ~ :, q.~ de X X X . Ren.lie , _ Bercercn iitait ici ii y li~~/}~ 0 ,.JlU po n, e vue ""-' 0 """ 11e mesurera ,, ~ llrael a Pue. ftiia)e cf •ntre , Jes gli~ ~ ': irrou QUELQU.1!:S PRONOSTICS M. Gllhllrt HOLLANDE ar~ia deux mol11 paur un reportago bla, la Roumanle avec J'Angletcr pe : un dont locr fevoris sont PARIS (AFP) vc d . lmanch~ a etc aocucilll pet tie la Mc Call'a Magazine. L, , pcll)l'ins ctalent VCJJUs de rn ii. Gu;,.dalaj~ra &\ le Perou al ' ~R;SS et le Mexique. et {!Vitera Selon !es mllleux aportifs eul'lnd~trlel Jacques Malva\. Karen Broun la benJamlne du l a Coupe Mardi Gras, de la mon vec Ia Bulgar1e a Leon. Le 3 a1ns1 des rlvaux cons1dere, com ropeane, le Perou est tres liaut ffier eolr, a eu lieu la Pregroupc noua a lrte rccommande " tagM Terrible, de MQnoville, Juln huit autres equlpes descenmQ J?IUB ,difficil~s par exemple le au cilte dans la competition Jurniere de;~ON H~ME. Co film, par nos amis Justin et Barb:Q~~~fl~ ~~~~s:sad~ite~y e~t~~si ~~~t \ ~ 1 ~ensda d~~:~isi! 8 :Xd!::nf.Mitkri To!o 2eme quart . a Puebla ; REACTIONS EN BULGARIE I An/!'letei;re contre_ IItalfe. On pRr!es cintlphiles haitiens. d'Avril de GLAMOUR et da.na ce: vamqueur . grouPe 2 Puebla _ SOFIA (AFP) _ va _ Jusqu a pro;11o 5 tlquer que la Au coors de la seance de 7 h. le de Mai de SEVENTEEN Ma Toluc~ .~ontril 2eme de groupe 1 Le reoultat du tirage au sort a cau <.fmale de drc, un peu . No11"6 av rui cru en d~s fonds de scenes de la vie hai loy Alfaro des Rues Marion ou contre 2em d" 3 d G .,.., D_idi seront ltmces sur une ortendre 'tin Jenne cinep te ciire a ll~e et des pay-sages haitfen s. des Ci!an,' Roux : Oll ,J.> B9JP111i-i:oi, .' . dalajara-. e gronpe e 1111 .. (j~art d~ fin~le car i\ part l'AI_ bite de ~rule apogee et pourla sortie : <;a, m'iui ouel?dix fois, Drmanche, l e groupe a passe dee Avanues Dr. ANNOUALD. x i x , ~ -Federale, elle ne redouront eonsiderer tranquillament . ou ce f.ibn ci-ja. . l resultat du tirament . en ~hec J'equii>e de Bui o: o: o: :c vaudou-, dans la reirion de l a Croix Ce m.atin, A 7 h. 80 et 8 h., n Mexico; vainqueurs quarts de fi ge au sort sauf an cela qu'elle ga_rie quoi~e celle-ci n'ait paR . ll. EDWARD KING (Dr Pradel Pompilus) ... . Blimes, rep,:_qphes, , . clll l'a.utre : < Un poMe franiaie ; egare sur : la terre d'Haiti> ... , Mais ... quelque mauvais gre qu'on Jui sache, convenons, pour i)tre juste, qu'il fait honneur n , notre Pays. . A cc sujet, ne slcrait-il pus de reproduire lea hom1nageH, trop Ignores ch c z nous, que Jui a ren dus la Soeiete. Regronale Guadr loupeenne : . Le Comlt6 de Ju Socicte Rugio nalc Gundoloupccnno Litt6ra.irc et ArtiRtfquc considcrc cctto hau Le recompense accordee n un e c ri vain creole, de rnco noli e, commP une mnnifestutlon dont tous ccrivnfna er/ioleH cloivcnt iltrc fiers> . A noter : < Donl tous !c s ccrivnins Jes doivent iitre !\ere.> rr6oBACARDI (:1-:1 J La Ligue d e Port-nu-Prlncl•, hnndicnpee par le retnrrl de eon irnrdlen titulnirc en premiere mi lempe, s'esl vue mener pur a.u . Prenant lo mors aux dent• II lu reprise, ses joueurs, h la suite d'un forcing, ont pu retablir l'c qullibre et termincr n 6gnlile ,le hula. L ' Etoll,• el Victory . se slgna 1,mt par ln aterlllto do leurs vanls qui, au cours de trols mat chcs, n'ont marque que doux buts . EXCELSIOR RACING 1-2 L es deux lundcre sc sont affro11Ap1 cs unc 11ro111ii!re dcfnile 0-G te s duns unc ambiance usscz hou d t •vnnt lo Racing, cllo . a, pnrtnge lcuso cRr In renconlrc s ' est surloul l~e points 1-1. uvec, le Vi_ctory ct jouce dnn• l e s tribunes ct gr11v1ent de reed1ter l cxplo1l fn .. , . rllns oil le.! chnucls supporters du nux Diables rouges . Vieux Lion ont cu un duel d e . propos nvec les partisans des nu Dimunche prochnin, clle acrn oppoeee it. l'Etollc Haitlennc. (Suite pap ,, col. 11) Notre chronique de langage.Le Fran~ais tel, qu'on If parle par le Dr. Pradel Pompilus Bonjour, Mesdames Bonjour, Messieur s , L'E!\nission d'aujourd'hui vn 0lre consacree en tout ou en par lie a l'etude dee structures aynnt pour soutien : IL Y A. Comme ~::c~:!~sde i:r ~to.;~x~e 011 ~•{c:~ vain ha itien cette fois. e lement ' eesentiel de structure, tin nouveau soutien de phrase, un II y avail un hornrne qui dinouveau sujet : c'est la locution n ail des sottises, il y avail au sous la forme de l'im!emmc qui !es upprouvait. p11rfait <.ii . y a va il>. Des trois II y nvnit In maitreese de soutiens de . phrase que nous etu n111ison qui offrait des trn-nche• dione pour commencer, ~!ai1 8 =;.~ 1 :i1 8 , c:t,~~• ;nl ; ~"u.;. 1 ~~n~t~~!!~d l>feut;t~~e t~~ : .. II y avait deux goinfres <' qui N'y a-t-11 pas . une ronde oil cette s'empiffra!ent qua nd m8me~ ii y locutlc;,n revient constamment : nvait leurs fe)ll~~s,..qul Jes encou-, ii y a dix commandements de :ragealent •. ,:< ;: . :_-. :r; ;. . . . Dieu, ii y a sept sacrements .. . U~e recepti o n reussie .. . Parmi les nombreux tou1islttl a, :-ives en c r oisicre ici dimancbe a bord de la SANTA ROSA 11e i.i'ouvalent le grand industriel 11 mericaln, M. Edward .Klng, sa fommc nee Alice Ambrette et ~" d'Ai,France , , t M. Duran d do I• Malson Nadal. Shel Gra.vl\z ct son gTOUpe 'ropartironl demain . ( ., solr, ils dlncront nu Grnnd H,;1, I Oioffson pour voir le ,p c ct, r l• folklorlque de rct hotel ruviseantc fillc Michelle. x x i. Edward King esl lo Prealdent .I J...'L U i l.\'CHU j~ 1 :.a~ti!.A~~ r iri;:rulr:i!:i~:w~: c i !'heure ti• lu Sa11t11 U""" des prorluit s allrnonlaircs. Lo Dl MACO s t situee a ijrooklyn .. Di.111,rnchu 111nti11, h1 S..ut.. Ito Mui: lu l'furnillo King ' )1ablte i Ha de la Graeo a dlibarqu6 fl h1rl Wo.tlJury, L. I. New Yol"k. nu-Prince pour la jourru\o 1m-,, Nous avon~ rcitcontro 111 ra de cont cinquunle luuri•tea qui 11111 millo King i, El Rancho. Avant <•ntre11rie la croislore A 11011 bord . d,, ven i r i\ cct hot.el, olle avait rnn Nou11 avons ronco1tt,r6 Li'abord du visil c nu lfl'and indu,trlol hui au Grand Holul Olofl',son, lo tlen, M. Cle111a1\I Joaeph CHAR Le grand induaco, BUr la toute de l'Arneriq,ue du tricl haitien a offert a Mme All. , sud, qaj venait d'arriver de Po111 ce Ambrette King dont le p~re .tw-Pltre et de San Juan pour invcnta Jes machinee i\ pates : all uile de tnmte s ix heure,i i mentaires deUX: splendldall ." ca cl, '" Ted La,,j,ie et Therese San deauL. . . •. , formalent un grou1, u joE= ~!, f:~::t:i ; ~ i,{ /tJ!u:!q~el ~11/:~~i~h~usJo~~ de1safalres ' do M. c~ i!a !:, ••n~-Mathon. Tei:hnicienn~ on radio femme Alice ne t _ a.I1l!Jlia4 f o'6 ' } loci~ de Hontrea,l arrivee ici Von loges tsur la gen&-osite Ae _. ~ _ # fllrodi a'V'l!c s;s . pa_rents; M . J . Ell(• el,ait 1ci •, en Juillt't dernier avec sc s partnl's . Com mc, . In dern ie re fois, l't. t'amille !II A TRON c~t ,lescendue i t "i'H6 le, Choucoun e . Ce group, .dejeune dinian che vers 2 hcures a El Rancho oil le splendidc Buffet org a nise pour Jes touriatcs de la Santa Rosa, etait agremente d'un spec tacle folklorlque . Toutes Jes fi . gures syo1r,<1thiques de la Santa Hosa dont Ju captivante Georgean ne etaient la . Roland Decatrel et la dlligente equipe de I' Agen r" Cit'!ldelle aussi. Dans ' ceca rlre oil le tambour jetait la m11 gie de B<'< accords. Mme Alice Ambrette King, chartnante fem , rne du grand indUIStriel ameri Les 7 Premiers Laureate 1?"11 fn;~~RUQUE offert c par Hen f 1 ik 0 NTiLLATEUR KDK a a VlteeRes offcrt par la Maieon Emmanuel AMBROlSE 1 MONTRE ORIS pour DAME Mme f.ois Mallloa Jones Nous avona appi;~ a.yec pialair l'arrivee e. Port-au-Pnnce, ~ame di apres midi, de Melle Lois Jo, nes Maillou Pierre-Nod. E!le compte. passer une sernatne tel dana le but de compl,ter 11a docu mentation aur In pelnture haltleN:~11 lul souhaltona un fruc iueux 16jour . papni nous. son suffisante pour ne pae croi; ,en vole ~e dev~rlen a voir ' ' : )] :f ~ _ ava ' coiiune~~nnt qui res dans_ un jour ii y a soire II In possibilite d'! certail)a phe _ Joppe~ent nest pour I occult1s Cecl dlt, nous p~sona . a vous , donnait. ? ie ' Hx ' dti"" tout ce qu ' il xnnte mmutes rians une h_eure ? nomenca peychlques; pa,rapsycho._ te qu un po . seed~ un . obsede p_arier ull peu de " !!e . monde , invlpo~it :' ,u f' fili i' i Y avait ea fem loglques et pneumato\ogiques, ab :,. en vole de devemr fou. . . . s1ble dont _ les mtlt!!pllylJ!i;i~ns I\'! : ;(. ,ne qul '/ taiaait' In meme chose . (Voir suite page 3 ) ~olu~e11t ; !R.IJ'J)ni~nta. •.-., , ; _ ! FOanux ~ccMonnsat 1 itue>fac11 11 e,.meu~le _ ue aoup~onner l'exlste~ _ ~ , , _ ,, ; i 11 _ y _. ' avait 1111 intellectu e l qui ' .. pe DOJI jqura, 11 l a encore trop . Y q , p . n . Noa commentalrl!,I! .. ~ront ,c b,~ , :. ,,, duialt des mots ouveu.ux i1 , :lie ' mon,Je . ll con{oti~e :Jes '. ~ mani.. afnvolture 11vec Jnquelle : ensur lea rtl1ultats des , r6cente• ,i re ,: avii't t t l 1l d ' -~ p t f Ille , erdu fell!~~?iis occult(!a _ ; l!'f~)!l". ' boni.< freint Jes lois religleuses, .:son in cherches .faltes ~r : lai memb~ './ i• . I d 0 6 e 111 : 11 e QUI aVRI or e ea met'it'lt 1 que debitent cles sot..:dlsant ';:. s,letance 8 voulolr vivre . 'seul, des Societtls jlo~f: ' les"Recherclies . 8 ~1 \v~r?fee\fa~k:.Out rher i 1 mys _ tlques. En efi'et, la grande : 1 l Indifference, pour ne pa~ dire des . Sciences Of:C~ . ~, ;-_ .aLondres, la c!mpagnie Electrique ii y ama~;~n aieao~1~!~d Ie!rt~u;!"•a~~ m11j0Hte . de c.eux qui se dlsent ;1 le mepris avec Jequel ii . tra _ 1t.e. aes 'IUX Etats . Ums -. et J un _ . peu parvait les ro 08 ue !'on tient ha des myst1q, ues, ne sont 9-ue de~ i; ;, bollll pa.rents. L _ e f11ux~~yet1que _ -tout e . n Euro _ p~ . Ndus . n'n.vons _ hituelleiien~it. c~ suJet. ques Dessalines, dans le ee.c_teur pauvres d oaprlt chez qui uno fo1 ,J dne, en apparence seulement, pas la prlitent1on de r1en vous -' . compris entre la Rue Mira '. inlntelligente est la baao de lenrs 'line vie ascetique .. Cependant, l)rouver dana ce court nrticle, II y ava.it quelques sandwiches cles et la Rue DanUa Deato~ da.ngereuees hallcltations. C'eat ' f quand on le connalt de pree, on mlils d'eesayer de vous donner que l'on aurait bien manges, !l ches, un port,efeuillo de couleqr ainsl qu'II arrive assez aouvent :, . netarde pas ii. decouvrir en Jui une vague idee de ce que lea me y avait la inaitresse de maison bleue contenant des papier1 pef~ que ces nevroaes certifient avoir ( Un liirolste dont l'tippetl,t ~esor, taphyalc!ena pensent du but final qui , ne l~s offra . lt P!IB'. . _ . . . Ronnela qui lui sont indiapens'i• vu dane l'Q)>scnrit~ . de, leurs cham \, d'onne pour !'argent n'a pas ' de . de )11 vie, Tout atitre' _ ii.ttf!;ude ~e ' ,; ,' Il : y ayait ,; ue 'tit.hie ' 11:arpie . q,ut ~1B 8 0 l,) ?_.,_ ; 0 _ mpense est promi, _ bree aubltetitent par la r Jtmlte. notre part eeralt abaurde, ca,r l'etn.lt chlchen'ient ;-' il Y : : n:trait mol ..., •= , ltl'ace de l1ieu, la Sainte F11,mf\" ;, ) ' experience nous a demontre iue qui suis _partie crevant de faim . a celui qui, l'ayant retrouv6, le et d'eutree etre• divine. #' Le petit laius que nous vem,ns dana1e monde lnvleible toutes e s (Cecile, ll[ou:velliete du 28 Janl'amiorterait au . Nouvelliitto>• -: L'lnitlll semble llcouter d'un ;; d~ voue f'airo sur le m)"lltlcjama '. . causes sont ob1eures , , vier , . J966) , :;. 1 , :: _,-, ;. : ' ) ; . . Aucune d'aucune sor• air dletralt lea contea de . :;J n eat que J>OUr voue ra11urer en Dans ce texte, nous . avonil rente ne ' lilra posEa. faux my1tlques, -.u fond, II J; ~l!fR : ,; l~~,}!>11 ' -~~~, < xoc~u_,ltlsn1e ..
PAGE 2

)'l\08LllMJll N~ , f," , F. '*J ; ~iai : : , , l ", En~ : Ocloa a.li(et. I'.~ , . . . " Mardi j, a::~ h ) " ~ ~ h. ; 111 ICn~ \ q . 1'! . ~ .. AA ,. U0 ' L'1rnlfo11 do IA t•ydwlol{IO dAlll q111 1 •, li molrloltll, Ion oondulu,1' mont dltflello• ontrepMd,.: i .. , n1L ll l'ordro du )1>Ur tlo m'Pi11 M O li~ J ; & .; Ji ,,,,; , x,. . -,1:aw1v,,..... . 7 Peroomtol Jiln panna ~a 6 t1f~:l~~dJiu~ r.,~~;~"ou';t~~,.~: j.~ 1 :~•~i~t~\.:t,lm1 1 ~:11~ 1 •,.J 1 ~•ulmt,~ ul quo, dana co P.!J11, 1111 ~onc~pque calul. llu perfoctlol\1\l)mant Awe Sfcfiwiy "" ' Pii!tfe.r; . 'l ' ~---~ ' 1 n 11 19 V ",m vi tr~ i -Prich,ux lo ml/fou -n~lant co• tllx tlornlJI"' , , "" . tlonN viii 6. vi• dOa acfonci11 bu--. du m6thodt1 ' ' :4i.lldlo".t " \ifliiQT!illi' " ' Bnfirie " -6tle. >&W et . fl.00 ... . . . . , II t,'111l lul qui 1touvarno , ,.... mvnar:;ut6 11 rl, 0 1 ull 08 m, 1 J10 10 urtobnl,t 110 1: 1 !ulau• 11 1~ .uialpo, 1111 8'6n6ra!i IIOpt ' plul6t tlan1 le .. domalno do 1'6dueatlon . , ' ,) Lundi l (f h. el 8 h. II JJ,,vlnt vacho Proohi,• r"• 11 n116oa. Kn "x)illqu,ml 11 u ,,u--. 11 1 , influenooea par . \'11.col•. Bochilocf. A nouvollo r6formli d.\ l'Enae\ , . , , l,E JUBTJCIER pni,nt.11 ~;, J:,i~,\~ 11 t'~ad/i;h 0 )~~~:;u:; M?cio cultur• 1 ou "" d6velop110 , quo cit c4)turall1to Am6r1c;11fno .11r1omont mot.J'ac~nt au1la tor.DE L'ARl , ZONNA \O ~hlruTOa Pos.&16 tt\lb,•l•t\" 6 ou pnr """ cnuaario• 1 1nd1 V~l _ u. 1 C eat 01 ~•~ quo lo 11ul recounu/t '-' la prlorlW ,lu So , ma~lon t,?chnlqto ut apc!clill•~" .-CIII& II.ALACK El\tr6o Gd~, 1,00 el . 2.60 l \ ; , '" : ~ 1 ~ .. ::i,.~: 1 ~ 1 i ~ ~r'~ oua ovo 0 , :;~~:: { ~!i.~l:~ ., . ; , ;,jt , du Cultural aur 111.b\o\~gl 'J itk1;~:l;::~:~f!;d 6 n~~o1~ 6 '. 4 undJ a a . h. et 8 h. J.6 . ~~~~~'6()h.Jtcs~. VJ:RTI~'l' t,1ma comportomcnl• comma pnr In 'n, \a . •~u~uro du' ( ~ v\d11•\le ; h ,el\o !.. ~ \\lie , , qe1l,. j :;~:i:l : :~.;;!!iAi~~El.~BJDI)LE P:ntr~e oaea %,IJQ et 4 . 00 ' ., . , .; '' :; , '' , 101'11mplo lo ~plomenll In .in~mlll , •~..lee reL.~ona In \ ;, i, '.) i •.. . , ,, . 8 l'adaptatlon de l'ouvrlcr, du' ---i . 'Tira dos . p\ana Obe•r . <:horle, Jes lea dya oxfcn, lt tcrln 1•, ont 6tA ::': Co ie.i'a ;.;;,,,.z lai . ' P'1 travsllleur manuel et Jntelle~tuel , Mardi a 6 h. , et , .. 8 h. 'l/i QriJe,Ja ' CIM 0 f,• ri , ilWdtf"lment ,nur61l0 1 le, rotard, et los d I7ea Jacteur~ le plua aouvcnt lnvodana lea prochalnea anneeil, nu L 11 pr6p 11 ratlon et \a conduite LE CORNIAUD ' ,. ' : .. ,-,-,1111111-,--f-+-+-+-flllllllll II Pour Jo, hors-d'oouvre .:11:noea , ..:olaln 11 , ' lea novrtl8es et qu4' ~r e•pJifl9er . . l11 : prof\! de . no pet ,, encore , ; ~lre avec prict de cos nouveaux programmes .. Entr6e Gde 1.00 Lundi a 7 h . et f/ h. ModM• do durotli lea , p1ycbo181 adnl d6~Pr.ment llfChologique 'et afon en , ~ft c cli, Iii naflln:II 1 ( de, . YODt certatnement reqn6rfr !'aide FURIE SUJl , HORIZONTALEMENT l Plu1 utlllell que T.S.F. 2 S'&Jllt~nt en cadence En l>palan1 con1pua :J -S!lro Pour Cuillaume Tall 4 -Mti,q1.1.! Le mbme r, Genhal remain p.,. lit lerritolra fl _ Bouacul~r IU _ Al~ur tea, la dlllnquanco et d autros , rnoteur de l'JI1!1;1en, 10s probll! r1mportanoe des trauvaux ' en_ de paychologuea qnallfl6a dana LE NOUVEAU MEXIQUE CV _ Etalent bonne, nnireuses QUI aont le plu1 friquemmen . t . ren mea . ~ mode& .. part\cuUera d'11 . ..cou . " . .. Doa cha~Qlll. _ en . . . . . ta J1rofond1 \ea doma\nea de. la payc . ho-1)6d . aEntNe 1 ' dollar par,.vol~re y _ Romanoler _. Doux cuntrh nnu. vis 1\ via de cee conscfle, fr~uem quo et mrrvense, la etructurc du btudlants des sections de'.psycho disponlbles dauil ., le pa.ya, de la Mardi a '1 h. et 9 . h . ALEXANDRE, LE BIENHEUREUX Entrll. , dollar par voiture ITCIIU CDO: (1'l'l<>lfJlLU) .... 111ent donnea pDI' lee peycholo caracterc. loi\e et 1\e scie'l\ces humaines de qun\\te •et. da la d!vemte de leur 6 ues et !cs educi\teura aur l'eduEn . rt\alitk cette orientation 1\1>8 F.aclWa portent aux eta.tispreparation thtjorique et techni........_ Lundi a 8 h. 30 .(Seance unique) UN FUSIL POUR 2 COLTS Avec Richard Wyler. Entr~e Gd .. , 1.20 et 2.00 SOLlITION No. 268 F. HORit;ON'l'ALKMBNT VE'RTICALPJMENT I. Gitronnacfo 2. lnri; . Bllll :J. Nl-ophn,o 4. ESC (Sec); lnnlnn r,. p,.r; LIM 6. Ve rotw; Lei 7 . Orllc; S. . ~ 8. To; Soliat.,, 9. Roa; Net; Ut _ JO. Atsl/lJrfle . ' l. Oinll; Votre H . fnespe ree m. Trocart; Aa IV. Rip; Rois -:- •Hi; Neons Vl. Noya.de; Lei VII. TN; Site VIIL Abtlllloe IX. Du; Nie; 1'ue X. Est.aminetR. Les 3 Gallery's Recommandes Nader's Art Gallery Rue Bonne .. Foi No. 104 P . O . Box 9o2 I Port-au-Prince, Halli Phone 20033 rnllon des Enfants ct los attltt) partlculMre des etudes psycho Uques et aux recherches experique; des debouoMa qui leur ee AIJl•POIIT CINE des positivoa a a.ilopter vis A vis loglques . ,en Haiti; tttnt d'.abord mentalee de laborntoire, pourr11lt ront ouvert11 d~n• , lea dlfi'~rente~ dosp~emes quo pose \eur con au fa\t ,que, ' par , manque de labo etre un siK'J1'0 precuneur de nouorganisation dti < l'!:tat. duitc d11na . le tu\lieu. rn.1.olres, et . do .!llcilltes f.er.hnl vcllee tendances dans la psychoII reate pourt~nt beaucoup A ques d:lnvesUgatlon, Jes recber . logique de demain. faire pour constituer une _psycho chcs . .. purement ex:i,l!rlmentales et D6ja le pt'Obl~me de l'appttn \ogie typiquement H111t\cnne, c\\nique. se r6vMent extrmnotiiisage au-nlvoau pre 800laire c'est ii . dlre qui a'appl/que au,r problcmea IIJ)ilclflquos dn milieu. Sur le plan de la -m6thode, \es ltoaLI tnd!tionnels doivent -atre readapt.!s a la structure meme de notre mentnlite et aux condi tions socio materlelles de,ns lea quelles se developpc J' , haitien. Sur le plan des prineipes et dee concepts de base, les normea gen'1-alement admiaes du develop ( Suite de In Ure page) par le Profe11seur Chavannea DOUYON PsycholoKDe Lundi a 6 b. BC et 8 h. BO A L'OMBRE DE L'AIGLE Entree Gde 0.60 et 1.00 Mardl a 6 h. 30 et 8 h. 30 GARQON EN CAGE Ent.re.; G,\., 0.60 et 1.00 ~LDO~DO Lundi a 6 h. et B It. 16 ( Sur demand11) LES EPERONS NOIRS En tree Gdes . 1.50 et S".00 pement numain et des ecarts de Dev.ant !es rkault.n,ts positifs vidu .qui, . n'a iicn de cornmun u Baron . Schrench Nortzing, Har la conduite .doivent etre compades recherches fsites par Jes eaot•ec un , m~lum ne aont pas rs l'Y PrJce, Eileen J . Garett, actuel roos a . eelle ,qui pourrnient etre tedates, les,occttistes et Jes merea . Cot 1 individu dewt Ce qn'on \ement Prellide11t de lo, Par11psyMardi a 6 . h . : et 8 h. 16 deduites .de J'ohservatii,n de la taphysiciens, lea hommes de.-ljcicn appeUe un cPossedb. Les Yicti, chology F.ondation Inc, . de New (Sur demande) croiaunoe physique et mentale ces !es plus , ~terialistes se mes de cette aorte d'incident oc York, ont -. asaiste ii. une bcance LA PETITE VERTU des .Individue de notre milieu. voient ol:ili~s d'admeltre qe Jes ciilte pas~ent inaper,ues . quetid\ spirite : oll toutea ces manifest• Entree Gd,es 1.50 et 3.00 CertlwleB conditions de la vie mysteres d'Aujourd'.hui seront lea ce n'est pas un mauvais esprit1.uma eurent . lieU. La aaUe fut d'a pre natale et postanat.ale., telver:it.es de et peut pe-ultra modemes, cape,.b\es de deJE VAIS En efiet, l'an&nie . eugndre tou tes le, mabdia: la nervoaite le manque d'appetit; J'lnsomnle' la perta de, 'memoire, et de 'cbe v!nx, ht Ill~ diUfcile, la pal p1tatlon , dn canui , etc. Or pour tonifier l'orpniame d6prm:e pn, nez lea vl~minea B tlOml)l~x et le Clllllip~x qui contiennent Jes vi~: C , Bi Bl, B2, B6; C, D3, CalciUlD, n 1 a c i n e pan totbaslique etc.. En total 16 vita,minee. 200 comprimes pour 7 Gdea 60 et eh detail 100 pour , S Gdes 75 . En vente a la Phar muie Soathene Geffrard, I I Rue des Mirtlcles No. 76 P.O. Box 962 Port-au-Prince, Ka'iti Phone 20040 Galler.y Gaa Rlll Ihle , De,prez No. 4 P.O. Box 868 Port-au-Prince, Haiti Phone 6sf711 , Situll dana les Pal'&ges dn lt6aer voir de DeS'(lT1?Z enaelgne indi quant la route compMte'ment a miinagee. Vue panoramique unique en Haiti domin11nt le toot Port-au Prince Bill" a la disposition des admiratenra de l'Art. Sont et demeurent les 3 Centres et Ies 3 deno minations ou I'art hai:tien est mis en relief dans toute sa beaute, dans toute son originalite et dans toute son objectivite dans des peintu" res d'artistes de chez nous. Tout visiteur qu'il soit etran~r ou haitien ne peut que gagner a y passer quelques instants. 1, ., BROWN R DIESEL LABOURAGE . B ERSAGE, SILLONNAGE SARCLAGE EXCLUSMTEi MOTEUR DIESEL BROWN ROBUSTE ECQN(~MIQUE TRANSMISlON MONOBLOQUE . t.:)\;,l'OSITI F E.XCLUSIF BLOCAGE DE DIFFERENTJEL CHASSIS UNIFIE DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE. C~arles : Feguiere & ; Cie. ;; ' Dll'F .. BUR~ ' . . ; . , _ . ' precoces, qui passent, da,ns , cer tait cla11~ parmi lea acienees ocuelrer la mnfi.,re. Un• esprit criteeter toot ~art de la part du E , E' TIRE .. . tains cas, pour avoir une action cultes; maiI!tenant ii fait ot'ficiel golo> pcut . facilement jauer medinitr:nitr~e , Gde c.:s~t LOO quelconque sur le developpement Jemenf partie .de la science medi un . mauvais tour . au possede, en le Dans le monde cspirite> psychomoteur de l'Enrant, doicale. volatillsant. Les publications qui d~ qu'on ..pa.rle , de mediums, on Merdi 1 . fi li. , 16 et 8 h, 15 vent etre egalement investignees 1 . . . s'occupent. d'occultisme, ont sou cite toujoura lea noms de : D: UN FUSIL OU en H!liti, toujours dans le but d'e 118qUJCI( :ou: :!3 sommes i,a 8 vent rapporte de tels cos en EuD. Home, Stella C., Willi et RuEn~ Gdes ;,OO R,.. 2 2 .~~L'l'.S tablir des normes de croissance encore 11,mv . 8 ie:n , ~pre_n rope. di Schneider, Eilleen Garret, Ja'" qui seraient particulieres ll nos dre \e mec&JUS~ ,9,u, fait craitre •,; ne Di:xon, et ' EleonoTe Zugun. populations. II en aerait de 11'.\eme ~otre. corps, DI 1 mlluenee . _ 9ue . La materialisation partielle ou des facteurs de me,lnutrition qui 1 esprit ,:x.l!l'ce aur la,•;matie~. ; entlere. d'un el!J)rit est re.tee pen ont ete trouves aouvent associes To~t cec, _ -nouo ~ {I. croire dant d.:s siecles un grand mys a eertains cas de deficience men qu ii .Y a , ,iinaore . un Jong be.ut d~ . tere. Co n'est que tout recem tale chez nous. ehemm . 8 p~, qu•~111nt que . ' Jes metaphysiciens l'at• Que des recherches ooient deja n?u.s aoit iJIOlllllb\e de , conc,lier les''> uibue ll un phenomene cte\ep1as~ en cours actuellement dans le mi verites occultes ; avec celles que , tique> que l'esprik provoque en lieu pour etudier de 'Plus pres ces nous confronto.n . s Journellem _ ent et, penetrant Jn, matiere vitale du questions, cela ne . eerait pour per . yue nous 8CC!l.PtoA3 v?lonmers. U medium. Pendant co pro~de p\u sonne un sujet d'etonnement Y a ce~a.nt, _ une ligne . : :de, tot comp\exe, U est ~de par la quand on ,-ealise que ces 'Preblemar_quation ' DU .lea deu:ic: .typ.es de facilite avec Jaquelle ii change mes constituent precisement quel v{mtes se , tou~ent. . . de cdimenaion>. ques una .des domnines ou se ren . L~ p~ychologie ' et , la praaycho, Les iProb~mes plh(n1omenes me contrenl ct collaboront Jes Scien •?ll•e o~t atteint une telle evo!u, dium\stiq\leS l\u~els on assiste ces Biologiques et \es Sciences tw:i qu on ne . peut p1us dire ct 'ordina1Pe , dane ,une salle de Humnincs en gen6rnl. qu un phenomen~ quclconque est .;ennce, sont: objets Jn,nces myste Un exn,mcn nltentif du domni ne explore iusque IA par l'inves liiraLion psychologique en Haiti ct dcH erspeclives nuuvel\es de rccherchc dnns cettc discipline, pormel deja de aaisir !'inter.et do minnnl iles psychologucs et \'o t1ent11tion que prendront 1\ l'nvc nir les eludes psychologiquea duns c e PllY• lDntr~lre e,ux l01s. de la Nc.ture. rleusement en \'air, apparition En general, !es lo1s de la Natuspontanee de Jleurs, <1e pots ou re ,ont des abstraction, de oer• d'autres objet11-'qui ne lie trouvaient lnj11ea v6ritks qui ont louj,ptfrs pas dan 8 Jn snlle . Deplacement .tste;s, quand olles ne sonr' pas et \'evitstlon de meubles,levi des regles quo nous avons etn, tntion dans J'assistn.nce instru lili68 sous !'empire du nolrc conments do mueique jou~nt tout ception de certnines choses. Deseu\s brusque changement de la puis, !'existence du monde, ll Y _ a temp~rnture de la sallc, le me u_n :nombre appreciable de lo1s dinm entre et sort d ' une cage d1tas c:dc la Nature> qui ont dont 1 11 portc d'entrec n 6te ri 6le comr,letement modffiees ... 11 oureuaement cadenassee . Enfin L ' homme. a . toujours cru ~ans do 11 ombreuses oxporlonces do tc'. un monde mv1slble, ou des etrCll Jepathie, de clairvoyance et d'o et.hblques hlerarc_hlquement _orblongatlon eouronn6es de aucci\s. p:anlscs, sont eoum1s A une d1scf Dans In l{rande snllo de seance piine rigidc. On trouve de nom de Ja Societe pour Jes Rocherchcs breu11ea allusions rel11tlvos a cc des sclcncee occu\toa !l Londrcs monde dans la Bible et dnns d'u.uJca savants, des professoura, de; tres llvres sacre,. Cette croyanhommes de science dee Inge cc dane un monde Invisible , n'11 nieurs ct des . mcd~lns tels quc : DEP"A1tTIIJDDNT DlF L'llD'UCATlON NATIONALE SERVICE DE SUPERVISION . DES ECOLES PR~EES , AYIS 11 est demande l toua' les D1rectenra et Directrices ..dee Eco lee Prlmalres Prlv6pnmale 'lnent. qnelconquee de 1a Capita le et de , -M!l , •~~ : ~ea Clt.sa, : Canoefour, , de ; .Dehn• etc ... de faire parvenlr lpartlr du Merered.\ 7 1-..nvier 1970 au Bu reau de la Sn'(lffVielon d111 Eco lea Prfv6e1, ala an !Mpamment de !'Education Natlonale, C\M de l'Expoaltion, lea renaelpements IR1h'ant. : 1.Nom de )'Ecole 2.Nom du Dhecteur ou de 111 Dlrectrlce 8.Adreue exacte de !'Ecole ~tn~t':;:: nd : ~= ~:\:~~ points, au coura de l'ADD~ aco lalre, dolt '1tn Jmmedlatement signal6 au Bunau. . , ., , . . .. . . . ~ Lundf . j!.' 7 . h. P.M. . FRmTS , AMERS Entree Gde . 1.20 Mardi a . 7 h . P.M. L'EGYPTIEN ' Enh-ee _Gde 1.20 CINI ITADIUN . Lundi ( En permanence) L'OR DU SHERIF Entr6e Gde 1.00 Mercredi (En permanence) QUINZE POTENCES POUR UN SALOPARD Entr6e Gdc 1.00 DUB() DUBON JOSEPH C. VALMF: Di!!tTlbuteur En dehors dcR probl~mca qui conccmcnt In capaclte de l'hom mo en general, d'npprendre ct de s'nda,pter, lee chcrcheurs se sont aurtout lntercsa6s a comprendre ct it expliqucr l'homme halticn enfanl et adulte dans ce qu'il est reellcmcnl, plus parl\cullcre ment le• conditions socio educn live• ct eulturelles apeclt'iques qui font c\e Jui cc qu'il (!St, qui l'end . ent compte de son rytJtme , et de son mode de d6veloppemenL, des mecnniRmea et de la qunlite d e se reactions sm le plnn du nurmnl et du pnthologiqu~ . 3h;et1: 11 cd:;'',.;~~m~:~~II~~ ~:'f.'ae Le profcsseur Julian Huxley, l e me. II s'ngit plntot d'un monde cosmlque habit. 8 par de11 eeprita dent l'cxistenco est nett.ment an terfeure ii 111 crcntion de l'hom Ce, nnaelgnementa faeilate ront . l'l1111pectfon dana vialtea , et auasl lea fact.urs (p,1111taux) et le, Mes.,.l{erll . De11 cps . de manifestati9n S'adro1ser a la Rne du Quai dlun i1Bprit a tJ,avers, d'un , ' indiNo. 25. ua DCIUIIDQ aa a George, BONNET Inapect,lur des lC'colell Prlv6ee tr:i:u~~~ART A1sl1tant Directeur a l'Enseipeient Prbnalre. {kilp~au j~ardol p-rotege efficacement -~ la""sanl;e . et . la hea.~te d.e vos Den•~ ,:

PAGE 3

Nouvelle buile d~pje USV nm . . . :: ." -• : , . -~:' -'"i. " . . . . . :: . : . .. . ... ucoup crautoi d~ : c1es tas de: _ ferrallle raplden,ent parce queJ .. "parations du mot.llr ~ tr~~ ..... La •letl, 1'11u et la chaleur se nrlent pour fc>nner , la boue, la fOllllk et le cllilrbon . q11e tu.nt le.moteur . ,apldei:nent. rou, evtter tel Inconvenient 1es 1ng,n1eurs _ en lubr\fition et motMll'I de Esso . , _ . Research ont er,• une nouvelle h , ull• ........ N101n1 de , motiurs . ' . 41•aujDlrihUL &~~{ra : nouvefte h.uDe d4te~en~ ? ~ , , : . ESSO EXTRA. . 'Utjllsu ~ laYOUS'•fvlterez que la ~ corroslon; : la houe et le charbon ' 1bfrri~t111nt4rieur.du mot~yf. de votrt . YOiiure, , L.en,oteur restera . plu1 propre. ~, : pJ~ : U serapropre , plu1 , longtemps U VM'L 5' vous n,voui~ pas qe votre vottur, . soltur F tii"s-de " femllle rapldem~t. ut1llsez la nouvemt huUe d6t.freenia ESSO EXTRA. ' 4o) d'un nom com'mun deter mine, avec ou sans expansion: ii Y a la rente, il y a la petite ren te (Duham Conf. de minuit, ch. X p. 109). 60) d'un verbe employe seul, construction plutot rar!', Si Pom pee est vaincu, je lui restera i fidele, et je finirai tue ou prolCrit. S'il ..t vfotorieux ... ii ne sera pas _ longa me faire hor reur, et ii faudra pu le aubir ou l'abattre. Il y a supporter, U y a tuer et U y a mourir et il n'y a plus rien d'autre, Montherlant, Guerre civile, 7o) d'un adverba de manier" au comparatif : il y a mleux; on crolt qu'il n'y a quo la mort, ii y a pis quo la mort (Monthcr l11nt, gucrre clvile, II~, 8) So) d'un pronom personnel tonigue : II y a vous IU}tres (Du ham. Chron. Pasq. t III, p. 300), co qui autorlse par analo,ll'le : II y n ' mol, 11 y a toi, U y a Jui , ii y a nous, ii y a eux. Cordoaaerle (Electl'lc Shop) avlse Mr. Antoine Ricbemond, Mana ger de \a Cordonnerie ELEC TRIC SHOP porte a la connais sance des c!lenta qu'un delai d'un mole leur est a~orde, a comp ter a partir de cette date, pour venir prendre livrafson dea •ores en r6paration en son ate lier a Ia Rue du Centre, (bloc , St . Louis de Goru:ague). Pass6 ce d6lai ce, chaussures seront punment et 1imple'rnent vendues a Ia cri6e publique. P-au-Pce. le 8 Janvier 1970 . Antoine RICHEMOND MANAGER. Un mcdecln do1111e dr,o cor~ul tatlons, gcncralement i , , on obj net de c onaultatlon, ou slm11l,,. ment ;\ lion c.lbinet, comm. voc:it . Peu de medccln., che,r; nous ,urtout, r~ivont laura ma lades en cllnlquo : la diniquo e,it un hopital privc (ROBERT) 201 Dites : un analphabete, c ' est un analphabi>t.•, ii OUrcen tagc e(eV~ d'analphabetes ( et non : un analphabet}. Ce~ der n i ere r orme n. existe pa!'> en fr.an c;ais . Le mot analphabete e st a b. fois noru et adjectif et il n ' a qu'une forme pour I, ma,culin . e t le feminin . 3o) Ecrivez : le cabri, un cabri, c'est un cabri, ii y a beaucoup d e cabris a Thomazeau, !es cabris ~ sont nuisibles :i ! 'agricuJture. Ne ,ou 5 !Jiss ,, z pas influencer par la. forme creole du mot et n'in troduisez pas dans sa gt'aphie un qu ' !I ne comporte pas P n fran~ais contemporairi. Mesdames, Me,s _ ieurs , j P vou ~ r emerc i e d o m':ivnir ecoute et je vou~ dis : hon soi r. a la ,emain e proch a in e. Recettes Simples de Cuisine Haitienne lltlT NINICBB V VOLAJLLES ET LEURS AJ>PRETS l ' OMMENT Lis VIIJ!sll? quu pule dile, e In rcfouiant vers le uas. Ensuitc, semble, le mo~ler d'un nuilun,i:o, ,w e e un t•outeau bien effile, coua parts cples de jus d'orang e per tout le . tour de !'anus vers afire et jll'B . de citron, ,1,. 2 au a le dedans, refouler !'anus ii. l'inte cu1llerees d'huile, d'une poussi~re rieuiet faire une incision de 2 de poivre et des rondclle8 d'oi nou c es de long allant ve _ rs le vim gnons. Remuer en vannant e t tre pour ; clprgir. l'o1ifke pro\'. _ 0• lo,1 , sser maccrer. Le Lim u Cuisine de lV~! ' ie . , 11~ctdans toutes lea larairiu

PAGE 4

l'AOII 4 LA MODE A.' "\T(ls p LE, Cll~T B(lll?I .. YOTb ... Ill& . ...,.. ;'%:"'-i t ' ' 6•ii III uclua1Ylt6 w 1"'put. dd &natea . . DAN ........... Bald) l• Oaplta:111 A'BUl'()r et ~•~trlque .G .N.0. . _ :Y ,ANDI B•OllO)IONJE IION'A.00 'l'OBINO BBl.JDlfA OBBI La rebellloa blatralse 6craa6e (Sul\41), , : •fl<•'. ,I., Ho11lo111hru Oclqhrt1 ktlti:V.i~ do !'Air nlg$rJane \,., hnrht1 1\111r11II', 11111 nl •'Pon 111 "'""" •>.lorlour 1llt>t'a \lyouchlt\~ HI \1bombardl~r. ;:, u~:: : ,-~::,i.~:~;., :;::wlt}::.~~,1 ' . ' ~::\~~ 1 rihl:Ur1~ -~ii~~~u: ~~L~st. f;, ~"" .-.,u '"' 1011ruH\ ,t "" ~llhuu~\ MlOS 17 el probab\pmtut MlG8 ll' 11\U/\fit\',, tunt pttr eonlrl 1 11cn• 21 NtUlp('I\ tlo tnu.•Utli Air-Air, ,,,,,. i, ll'1nnlo11 Cllurchlll. SnHOii a.111,I ,1uo d'un cc,rtaln nombrt• u1hil1tL,J~):.\rcnw l'l hon l~~llrn'lt' \t, ,,,n,_111 hrltannlquc!R, Lq1prod\.l\l (fun 1\ulr~ h6ro• n~ La f\otto dl' c01nbal n\gV'rinfr1rn111 ,fochu, K1rn1110 Nkrum11h no qui rom1m•nd pluw d'un mtl11,, le111ll'I 1I pnrtn,ro en outrc l~ lier d'homnw11 a,• d'un h~,nt Lt,•,.. l, nul•s lh~atra..h~!I (leoscorleur lourd; \e N\g'Cria, dolllll. 1' d, , 1,arnd1uUstrs ct. pnnachu tO do canons de lO'i mm, do silt 11 In Sn1111 t'yr, ou tuniquc bouton bittlmenb& do 111Jrveillance cotii,n, t1\'l' i\ lu l h,notb~,. Fo\lhmcnt nnl bd.Urn1:iqum et de quclques vo111l 1t.1UX, flt't•t i 1 trl', m,ds passion dcltcs i-apldc!I MJViOUq_ucs. IHllll'III llllnrhe 11 In rnuse de AOII Le Nlgorla,beneficlo d'uno eco \'l'Uph.•, c;u1 avail en \ui une con• nonUe en }llc\ne l\ pei t i1111n, tut ale, hlcn qu'ii n'alt junc touch&, pat' la guerrc. 11111/s 111111/• le rontnct .des foull's, Ce paya est le IJ)rumler (!/XpC>r ll1lunrn1rwu Ojukwu a monlril t:itcur mondinl d'arochlde5, dr ,1,,\ I, <111111,er un cuura1te inpalm\slos et d'hui\o de j>a\mo a\n do111pl11hl,•. csi que le, :l,'me cxportateur de ca J,'h101111r,• dim plua lard H'il cno. Le Nii::o1tja prodult egall'n prr-.,t ntnil u1w h,t\nnC'e l'On~P, nw!llt du charbon, do l1Cla\n, ct \'nlrirP, d1.\opnJtRl~t' 11nr l'Cvolution Surlout du petr11lr dnnt l'exiploi dl J',\ friqup, 011 tt'd incnJ"null com tatlon en plefno ,_q,"wdo11, m.aJuu• h, hl•rnf\ Chnka ln vo\onti• 1h~ grO u 11 OOrleux C'oUJ> d 1 arrCt dll rn1rvl\Tl' nt du ronflit, :pr/>s de sopt Fro nro f ll:lll.000 kllomiiLres rnr, milliar>nlalc, du G-Olfo du Jl(,11111, 1( rr le Dahomey., le NiI!•'•, h• Td1arl <>t l, Cameroun. . I'roi~ princip1lux groupes elh11111u1-s. H 11ou.ss11-Peul 1:J.,li mil lw11,) ;iu noixl Yoruba ( 10 mil \i,,ns) ,, \'ouesl ,:,t lho u, millions a I'esl, qui nP n•pl"esentant 60 il tl 1n,iro11 de la population tota lt t~xer1;luent jusqu'tn Jn.illet 66 ( date dl la i,riise du pouvoir p:n le G{•niaral (;owon) I unt• action ue lt'rnminante sur \a Vie Politiqu1• du pnys. . D,puis Mai 1967, le, quatre ,e g-1011., igerianes ont ete divisees "" douze Etat~. dont six dllns Ill r,',gion nord, t, ois dans la region I Jrientale ! le Biafra), et deux ,\an., \a rel(ion Ckcidentale, celle du ( '<•ntre-Ou",t restant inchan g-ee. Cet!e distribution R eu pour hut d,diminuer \'influence des rois g:and•s, groupes ethniques nu profit des tribus minoritaire~. A lo t...te du g-ouv,,rnemC'l\t, ou sonl rep :&sente.5 les douze Etats, est place !,General Yakubu Go won, orig-in::iire d'unr petite tri l111 l'hri<-tinnisi>.f' 1\u Nig'eria nord. ( LrG('•nc'•;;, ! (;owon s'est tng-age :~ ,r,nvoqurr llIH' A ase-mb1PP Const: 1111111\tl't a 1i•\:1h\ir un rCgime C'1 "'il i, 1.1ru., dnte non t!lloC'Ore pr0Ci: ,./," .l;i lnveur de Je guerre dvi l1•, I' A rn1i nig-irianr est deve ll\lrti,• 111\n \a TJl'etn\C're \1u\<,•ganMort de Albert Meleschi Pax Villn annonce le dece• survenu \P 9 .' anvier a Saint Fran~.ois de Sales de Monsieur Albert Meleschi. En cette douloureuse circons lnnce, Pax Villa et 1.m1• l'AllLANT ,.\N<:l.AI:--;, nyn11t c•xpi'•ril!nrc cum 11!f'r1 1J1l1• ,'-i,iluir,• 11v11ntdg-,•ux 1 V1x1 pl1111 ('om11111111ion). i\ d l"l'!\l\l':/.-\'!J\11\ : l<111r, M1d1 ,., l11•ur1 1\ MAI 11N Y\'J,;,': MIJHJ\JLLJ•:, 7 Hu" d, Mirn,\, ,, lfu,,, ii \11 l\NHII.) lluc I 1 "'ront.a Forl~ V//<;TNAM LES NORD Centre Medical 21 Chemin des Dalles Contl'r,•twt• du Ml'rl'ruh 14 Jnnvi,,r lll70: 1/,mi,a de Santti ,n Jlnili> pnr le !Juttour Frnn~oiR Dresee. AU REX THEATRE Ce soir 12 .Janvier 1970 r, fj Jleures el 8 Heures 1,lji Le Succes Continue MON Vn dram.e qui vow/bouleverse~;; ' ' \ AU FIL DES JOURS ... (Sutba) •'"l•ll ,h,1mla lonl[tNnpa rot.lr6a arrlv6 !cl aamodl aprll• midi par hrant,,. cr. Alice nous baptlaa de Chef du Protocolo, de Chef de la la Po\ic et nous couvrlt de bai11era 11our Haiti, pour la oourtoisie et In l('i>norosito du gnirul lndllBtriel una ,rrand~ 'J11matlon dens nos bol tea de nult. C'eat alnal qu'on reneontre pnr t?ut cea jeunoa lUJes sl eprlses de la compa"1\le do noa Jeunea gens. Nous nvons Nncont'l'e en tro autres Cnrole Corbellle, Ml ~~'. L~~'11eto~~a~~~~t:e\en~a'f:,,a~ let, Cecile Dudetno,ine. El Marc Ferland ,est le Jeune ranadicn qui le. accOD)IJ>agne. :~1::e d:,ar::.ttre 0 ;;!~af:~, u~ d6clar6 dlmanche M. Melvin Secr6taire I, la. Defense, au coura de l'clmiwslon cFaee the Nation> de la crurlne de Te \6vl.11lon 'CBS. Clem11rd Jose,ph OHARLEIS qu'ol ---------M. Laird a aouligne la auperlo rite des wovicStlques en ce qui concerne lo nombre et la cha'l'ge de leurs miasilea strateglquea alnsl q11e l'aeeroiasement de leurw cnpacltes en mailere d'al'nles ,tra tegl,quea offenslvee. Pendant. ce temps, a-t-il dlt, !es Etats-Unis se, bornent A faire un travail de rechercho et de d6veloppement aur lea missiles offenalfs. lo vonalt de rencontrer ot qui a fait une .1 vivo lmpre<3Slon SW' son muri Pt sur PIie .. X X X L'EXPERT ONUS/EN JACQUES DEUSE trntt8/tlre nu Sthrfgal Arrive \cl le 18 Ja.nvler 1969, L'Expert. Jacques DE'USE a paw Hf, pri d'un an i,n Haiti dans lo cadre du projet Haiti S. II s'occu fntt de la protection deH vegetaux ct de ]'installation d'un lnboratol n do Chimle A,grico\e aux Caye,,, ll y. rempl.a<;a le sympathique Ex pert Jacques L~mbrecht et assls...ta au demarrage d'une campagne de deratisation de la Ville des Ca yes. Cette campagnc etant consi deree oomme une operation pilo te. 11 est parti dinumche avec sa ~~!/p~ll'f" !'I== Toohnologie Alimentaire de ~a kar qui est egalement un ProJet des N atioruiU'nies. DU IOIUI CHIZ LES PEINTRES Monsieur Jack N. HOLCOMB s'intkresse beaucoup a la peintu rc haitienne. I\ est I, son 4e voya ge /I Port-nu-Prince et JI proflto toujours de son sejour en H11,ili pout" faire !'acquisition de. bleaux. II est proprletalrc de Stu dios qui aont Ritues a Miami ct ll New Yot"k. XX X LES NORD VIETNAMIENS g~g:r:w11:JAiz$::RTAINS SAIGON (AFP) Les unites viekongs en opera tlon cltalent avertles par avance dew bombardementa americalns, Comme il eat un client. du FOdes embuscados et des deplace YER DES ARTS PLASTIQUE~, ments par une station d'ecoute Jes pelntreB de cet lmpprtant cen Nord Vietnamlenne qui avait re tre de peintu'l'es ont pria l'initiaussi a d6cryster certains codes tive d'organiaer Samedi soir un~ americaina, at,prend-on de aour rcceptlon en l'honneur de M. J. ce mllitaite a Saigon. N. Holcomb, A leur centre de tra La station, ses equi:pements ct vail sis au prolongement de \n 12 Nord-Vietnamiens ang\opho Cite de !'Exposition. nes ont cite captures ii y a tl'Ot~ Vers 9 heures 30 p.m. se presen semainers a E:nviron 50 kilometres ta M. J. N. Holcomb accompaau Nord de Saigon. HC e'etait la gne d'un remarquable congenere, pn,miere foia qu'une telle ea.ptu Melle Constance CLEMENTE re -etait ntent. ont connu. les splendeurs te.rrestres o. une certaine epoque de leur vie. Nos compliments et nos remer ciements a .taus les genereux do nateurs, particulieement a Ja, Fa brique Fritz Mews, la Fabrique Larco Fret"es, l'Epiceric Rex, et la Compagnie de Tabac Comme Il Faut. :S X :S Poursuivant leurs. genereuses activites lea Membres de la Li~:t ~t!::~. ~~!~ttn ::ec1~:n: Mlle Sol11nges Dominique et sont pa.rties pour l'Asile de Beudet a11ppqrJtlon. cP1111cale Chaulaln ouvnit le. d6f\\6 a.Vee Sourlre du Matin, Monka et Rachel Scott portaiont d1111 , Symphonies bleues et roaes, Marie H'lllene HIJou, un Abrlcot haltlen, Beb4i lhl1r ttait porte p.ar Laurie Silveu, Pa'que r.ette de Kenalco!f. par Hansie !:!~/::~fle~~t ;l• ~;t"~! Genevieve Dorsalnvllle portait Bonbon Fondant, Christine Car rie eta\t habill~ de Gre\o( Blanc et Rc!gine Pereira de Marguerite Jaune Gulllme Wolf port11it un Pansetti'a: de Noel Brillant Soleil etait I'enaemble -moderne d'Ellzabeth Delva Blanchet et \'Ensemble Russe ce\ui rle G\nou Dallemand. Simone Castera reA&cn,l,lnH ,, un Modil[liani et Jeanine Duper val evoqusit un Plcas110 Em" rnude habllfalt Monique Ullo ,Jo scph ct Aatrc Royal Asrni•• Wug ner. ,Judith Bijou portait Nu"K'' Blanc et Bleu Dnnlelle' lllirJon elalt habl\lee ~Avec le Soll'll> rt Chanll\l Carrie fil senal\llon nver Kyona Beach>. La note comique du ,!Hili, lait les pirates porles 11nr Kl\rlm et T11nlftly Armand et Nehru pllr ,lo Baussnn fila car los Jeune• gar,;ons Ont llURRi participc l\U cl/: mo. :•M Vennient ensuite Mit•Y Laurlun dans Tourbl\lon cl Sylvie D,• niJ avec Rt'ive Perle Ginett,, ct Monique Baussen i,taient Dans le Vent et Sabrina Ar mand incarnait une cSherhera,.1, de>. .La ~anse rcprit, plus animi,c , encQl'e._~ar .les~Musiciens s'!!taient bien reposes On fit le tira11:e de la Grande Rafle. Voici !es Rt\ sultats. Le Msgnetophone offert par la SHASA a ete gagne par Mme Camille Audant. Le billet a ete vendu par Mme Daniella Domond Dominique. . La Caill,'!C de Vina et Liqueurs varies qui a ete offert par M. Louis GARDERE et me Ray monde MOLLENTHIEL a ete g-a gnee par Mr Anthony DiaguoL Le billet No 274 a ete vendu par" Mlle Victorine La.tortue. II a quitte H_aiti avec beaucoup de regrets car ii y compte beau cou'P d'amis. De p\uis etant il,ge nieur agr. Le rhum Barban court et d1verses bolssons rafrai rhissantes comp\eterent le repas. Mme Vve Maurice Co\imon et __________ _ &es enfanta, Mme Vve Pacifique DubulsBon et sea enfants ,Mr, et Mme Antonin '-et. fami\\c ~l~!u~u~~~~~t:k~I! m~~r~::" Ii suffit de peu pour faire re gn!'r la joiP autour dr soi. XX X ... Le jcunc Ro\und Char\es:i~:r:c,;,t~ur~~d noghnr~!:-'ifct;;; ct Mme purl cc soir pour Puer ln Rico. Rolnnd qui a fult 'Sa 'fll'C mierc annoe /I la Facult6 dcB /3eiPncca de Port-nu-Prince pour sulvrc sea Hudes en arch\lecturo i, l'Univorail(, de Maynp:U1'7.. .. ~ouH ,lvon:-; rc11co11lrL cc n1utin Le lteverend llhit,\ Ciemmnns, cl,• Home Fo rolgn Boord de Church of God in Christ en compagnie de Mm,, Dorothy Exume. Le Rev6 r1•nd Jthii,J CLF:M,MONS est Un orchestre vint jouer cjg, In musique he.itienne et cc fur" une bonne occasion pour \es couples de se li vrer o. la danse. A cetto joyeuse solree, ]'on pou valt distinguei le Dr Arlhu'l' Val COU'l't et sn distlngul-e epouse, M. Raoul Y!urd et Madame, Mr Gel rnrd Sl,jour et Madame, M. Wil son ,Tol\.coeur, M. Joseph D. Rny mond, Mr Felix Prudent, M. }pua t11chc Leg"rand, M. Fernn.ncl Jou bert M. Paul Beauvoir, M. Eric Gir;ult, Mme Antoinette Romain. Meile Evelyne Louis, Mlle Adeli ne Michel, M. Rene Exume et beaueoup d'autt"es . Ce fut une brill11nte manifesto tion aociale pour lnciue\le nous fe \icitons M. Wilson Jolicoeur et lous eeux qui ont rontribue on oucr<'R de cette r(•unlon. MALU Aux Ondes Sonores (Mme GEORGETTE DUPLESSY) 41 Rue Macajoux, (Rue du Perpetuel Secours et de la Fontaine Mme Colo) lNGENIEURS TECHNICIENS HOBBYISTS EXPERIMENTATEURS POUR VOS PIECES VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SON ORES., Un bon conseil peut eviter beaucoup de depenses et de te01ps perdus TEc;;HNIQUlt, EXPERIENCE, PROGRES NOTRE STOCK LE PLUS IMPORTANT. A vent? Christophe & Rue 6 naugure en Janvier prochain, les Cours 1 suivants : Stenographie Fran!;ais GREGG Dactylographie Bilingu Comptabilite Americain Un Cours Intensif de 70, et un Cours Semi-Inten mbre. t I,nscriptions tous Jes Jo Les famillea Attia, Thomas, Louis, Gallmon remerclent bien eincerement Son Excellence Mgr. Ang(mor, Evi\que des Cayes, MM. Jes Chanoinee Dorelien, Alexan dre, Jn-Noel, Halaby, Jes RRPP. Nerva et Alqert Goin.J St-Hubert et Verrier et tous lcs amis de in. Capltalo et do la Provine!' qui !cur ont donne des marques do sympathic o. \'occasion de la morl de !cur rcgrottcle m~re, bellc-n11• re, g"rand'mcrc ct tante, Mmr AUGUSTE LAMERIQUE Enlevee o. leur affectlon le ler Jan vier licoule. I\s \11s p'l'ient de t\•ouver \cl 1'cxJll"e&sion. de leur vive grntitu de. Port Ill! Prince ,le 12 Janvirr 1970 lnscrlvez-vous a : ECOLE DE COMMERCE MAURICE LAROCHE In garan tie de votre succi\11 ECOLE DE OOMMERCE MAURICE LAROCHE une assu ranee pour votre aveniJ: ECOLE DE COMMERCE MAURICE LAROCHE le centre de formation profesBionneJle ideal pour la jeunesae ECOLE DE COMMERCE MAURICE LAROCHE Building modeme, materiel adequat, _pe:rsonnel comp~tent, . '" CoUJ'B de (JJ>mpta1iilitcl de 3 h. A 6 h. p.m. (2 anp> specialement de11tines aux Etu dillnta das FaculU. Cours de Comp~Ji~ de 6 h. A 7 h. p.m. (2 ana) Coura lntenslf11 de Comp tabilite da 6 h, A 7 h. p.m. pan) Cours d'AnglalB Usuel. (on 8 mob,) Coura de Dactylo~aphle _et de Stenographie bilfn&'IJ• ' Inscriptions tou, lea jourw ou Vt"ab\es de 8 h.-a 12 h. a,~. et de 2 . . h. A 6 h. p.m. au local de !'Ecole de Com merce Maurice Laroche, Angle Avenue.-Ducoate et Chemin des Dalles '.NMphone : ,6-,4211 Dem•de d~emplol. Ena-lis'h Mech. & Elect. Inglneer. Degree •ROLLS ROY CE Trained Experience Light & Heavy Equipment ' .. I All Offer& eonaideNd . Ln danse et \es jeux repr\rent pour s'intcrrompre vers 6 he~res avcc le defile de Modes. Grac1eux et elegants \es jeunes firent \eur AU CAPITOL A partir-du Lundi 11 au M erctedi 14 Jan vier a Hres, '1 Hres et 9 Hres LA. FEM~E INFIDELE Un film de Claude Chabrof. ~A1vec Stephane Audran et Jf ichel Bouquet. . Entree -~d,es 2.50 et 1.00 N.B.Ce film ne JK18Bera quau Capi,tol a l'e~cliuion de toute autre salle, ou vuP d'ensemble en lan~ant eel 11ppPI nu Public Haitlcn : cLa Moisson eBt abonrlnnle>, les ouvriers peu nombrcux I.11 Llgue Feminine rl'o aucune hnr rii\re pour 11ccuollllr do nouven~x membrcn quel quc aoil, It nu lieu social, rellg!eu,c et politlqu1•, vous Hcrez les hienvenuR II ln Li lfUC Feminine d' Action Sorin I, Compapie Jean Gosselin Tlleit,ae . ..,,_ CLASSIQUE ET MODERNE AUX ANTILLES A \'intention de. eleves des grandes clallses dea Lycee, ct Colleges de Port-au-Prince, la Co'mpagnie J~AN GOSSELIN offrira au Theil.tn REX, au prix reduit de 2 gourdes, lea cinq re presentation, suivante. : Mercredi 21 Janvier a 16 hres: LE MALADE lMAGINAlRE de Mollere. Jeudi 22 Janvier 11 16 hres : I.$ MALADE IMAGINAIRE. de 'Molien. Pour la premiere fois, cette annee, un spectacle wur le Ma yen-Age o. \'intention des eleves des classes seoondaires ct pri maires; Me'l'credi 28 Zanvier a 16 hre• cLA FARCE DE MAITRE PA THELIN> Jeudi 29 Janvier a 16 hres : cLA FARCE DE MAITRE PA THELIN> Et le Jeudi 6 ,Fevrier a 16 hres: d'Audiberti. -La Compagnie JEAN GOSSE 'LIN prie instamment Jes Direc teurs .des Lycees, Colleges et cqles de hien vouloir faire acc



No 87 087



| L’Ecrasement
des forces biafraises

LA RESISTANCE
WIAFRAISE ECRASER
NIGERIA (AFP)

Toute résistance blafraise or-
wuninédo s'est effondréo sous la
poussées de forces nigériannes.

{.a dernitre ville tenue par les
blafrais, Owerrl, a é&t& prise par
lon forces fédérales vondredi soir
et VAérodrome d'Ul, dernier
lieu du Biafra avec le monde ex-
térieur, serait tombé aux mains
des nigérians. Le Général Odu-
metwu Ojukwu ai quitté le Bia-
fra pour une destination encore
inconnue tandis que le Chef de
UVEcat Nigérian, le Général Yaku
bu Gawon a demandé aux bia-
frais de se rendre en les assu-
rant qu’ils seraiont bien traité.

Sans que l'on pulse encore sa
voir wil espére trouvér une nou-
vello uide pour soutenir sa cause,
ou sil a voulu échapper a oun
sort cruel, le Général Ojukwu a_
quitté lo Biafra. Dans un dernier
message il a fait part fi ses’ ¢om
pitriotes de som désir de retour-
ner bientot parmi eux et leur a
nononed qu'il allait chercher une
solution honorable ad cette lutte
et nux souffrances de notre peu-
ple. . .

Alarme par ln situation, le Pa
pe Paul Vi a fait part dimanche
matin de sa crainte d'éventuelles
représailles et de massacres des
populations désarmés.

xxx
LE GENERAL EFFLONG
VEUT CESSER LE COMBAT
LAGOS (AFP) — .

Le Général Effiong a déclaré:
«Je suis convaincu maintenant
que l'effusion de sang résultant
de la guerre doit prendre fin.»

«Je suis également convaincu,
a-t-il ajouté, que les souffrances
de notre peuple doivent cessez
imm édiatementy.

« ‘prendre contact avec les Com-
mandanis nigérians se trouvant
notamment & Onitsha, Owerri,
Awka, Enugu et Calabar, en vue
de conclure un armistice», a dé-
claré le Chef de I’Etat Major -
Général Biafrais, le Général Phi-
lip Effiong. .

“ tenant plus d‘illusions et ces élé
ments de l’ancien régime gouver
nemental qui ont rendu les né-
gociations et la ronciliation
possibles ont ‘volontairement

quitté notre sein,, a souligné le -

Général Effiong.
xxx
LE DEPART
DU GENERAL OJUKNWU
LAGOS (AFP) —

Le Général Ojukwu, a quit-
{6 lo Biafra dans la nuit du 10
nu 11 Janvier & bord d'un su-
por constellation fourni par un
gouvernement éGtranger pour des
vols de secours, affirme un com
muniqué publi aujourd’huj d
Lagon.

Loe - lender biafrais, ajoute le
communiqué citant dea informa-
tionn parveonues A Lagos, était
accompagng de [ autres person
nos, dont tous les membres de
sa famille. OjJulewu, affirme en-
core Je communiqué, a aunsl &m-
porté & bord du m&me appareil
trola tonnes de bagayes et une
vollure Mercédes Bonz.

xxx

RADIO - CONAKRY ET
L“EFFONDREMENT
DU BIAFRA

DAKAR (AFP)

Nous saluons Je retour & un Ni

xérin uni et fort comme un ap-
port easentiel A lédifieation d'u-
ne Afrique unte sur ta bare des
principes deo lUOrganisation de
Unité Africaine (OUA), a dé-
claré dimanche Radio - Conakry
— eaptée d Dakar.

Ceux qui, jusque LA, ont soute-
nu et aidé Ojukwu dans ga rébel
Hon sécessionnixte versent au
jourd’hul des larmes de crocodi-
Jes pour prévenir ce qu'il appel-
lent le massacré des populations
biafraises, a ajouté la Station de
Conakry, affirmant,aque — nulle
part, sur le territoire sécession
niste binfrais, il nexiste un signe
de tentative d'extermination des
populations. Pas plus les civils
que tes militaires du Biafra ne
sont menacés de pogrom, comme
ona youlu le faire entendre ici
et la. Evidemment a dit encore la
radio guinéenne, on ne saurait
sacrifior In vie de la Nation nigé
rianne uux apptuls de yueclques
fantoches, responsables de In sé-
cession.

xx x

LE GENERAL

ODUMEGWU OJUKWU
(D'Edouard PELISSIER, ancien
Envoyé Spécial au Biafra)
PARIS (AFP)

Né dans le Nigéria Nord d’une
famille IBO des plus riches et
des plus influentes du Nigéria O-
riental (le futur Biafra) le Gé-
néral Odumegwu Ojukwu reste &
36 ans l'une des personnalités les
plus fortes et les plus controver
sées de l'Afrique.

Rien ne prédisposait l’étudiant
sorti de l'Université d'Oxford a-
vee une Licence és-Lettres et un
Vipléme d’Etudcs Supérieures, a
faire carriére dans }’Armée, dont
le réle, durant les années 50 a-
vait été trés eftacé.

Ce n’est d’ailleurs qu'en 1968,
a l'age de 25 ans, qu’il s‘orienta
vers la carriére militaire aprés
avoir passé longtemps pour un
Playboy songeant davantage aux
plaisirs de la vie qu’A la gloire.

Son ascension est alors foudro
yante dans une artmée composée
dhommes disciplinés formés:a-
langlaise et peu portés aux
culations intellectnelles.

Chef de bataillon en 1961, il

sert dans les forces de 'ONU au
Congo, puis retourné en Angle-
terre, ot il parfait su formation
militaire supérieure.
A son retour au Nigéria, Ndagh
do promu Lieutenant - Colonel
ct ge voit confier le Commande
ment du 6éme bataillon, & Kano,
la ville la plus importante du
nord en raison de son Aérodrome
slratégique.

Lora du Coup d’Etat de Jan.
vier 1966, 1! joue un role capital
dans |'échec du coup d’Etat des
jeunes Officiers progressistes et
contribue A porter au pouvoir le
Général Ironsi..Cette attitude pé
sera lourd dans la balance, en Jui
aliénant le concours dea éléments
pro-soviétiques du Nigéria lors-
qu'tl choisira In sécession, le 80
Juin 1967.

Liéchee de la tentative centra-
Hxatrice d'Ironsi et le coup d’E-
tat sanglant du 20 Juillet 1966,
le aurprennent alors qu'il com-
mande, comme Gouverneur mili
taire, le Nigéria Oriental.

Tl refusera de se soumettre au




Gs

nouveau Chef d’Etat Fédéral, son .

compagnon d'armes, le Général

_Gowon ect sera désormais l’Ame

de la résistance des Ibos qui
fuient par centaines de milliers

(Suite page 4, Col. 1)



LE CAPITOL ORGANISE UN CONCOURS

Le CAPITOL organise un con
coura portant sur jea filma pré-
sentés au cours du #ESTIVAL.

Ce concours est. doté de 7 prix.

Quatre’ questions veug seront
posées. I s’agit .d’y répondre sur
Jn présente feui}lé insérée dans
une enveleppe fermée, Cette en-
veloppe sera déposée dana les bu-
reaux du CAPITOL le lundi 19
Janvier 1970, & midi, dernier dé-
lal.

Au moment de la remise de vo-
tre enveloppe, exigez que Von y
porte l’heure et la date de votre
dépat, ce qui permettra de dépar-
tager lea luuréats, s'il y 4 plu-
sieura gagnants ex sequo...

Le dépouillement aura lieu le j

mardi 20 Janvier, & midi, au CA
PITOL en présence d'un notaire
nasermenté, Les clients qui le dé
sirent pourront y aspiater égale-
ment.

Les quatre questions faigant
lobjet du concours peuvent étre
consultées au Cinéma Capitol.

Les 7 Premiers Lauréata ga-

neront :

t PERRVQUE offerte par Ben

BIGUNTILLATEUR KDK a 3
Vitesses offert par la Maison
Emmanuel AMBROISE .
1 MONTRE ORIS pour DAME

me Lois .
Maillou Jones

Noug avons BPP re ae plaisir
larrivée & Port-au-Prince, same
di apres - midi, de Melle Lois Jo,
nes Maillou Pierre-Nocl. Elle
compte passer une semaine ict
dans le but de compléter Be docu
mentation sur la peinture hai-
i e.
Hen ous lui souhaitons un fruc-

iueux séjour parmi nous,



offerte par VERSAILLES BI-
GIO FRERES ‘en

1 MONTRE ORIS pour HOM-
MES offerte par VERSAILLES
BIGIO FRERES

1 RADIO SHARP a 8 TRAN-
SISTORS offerte par la Maison
BOUCAR Co.

1 KORAK INSTAMATIC Mo-
ddle 134 offerte par la Maison
DON MOHR

1 BBROSSE A DENTS ELEC-
TRIQUE (BROXODENT) offer-
te par la Maison CARLSTROEM

[Instanta nds|

-BXPORTATION D'ESSENCES
AROMATIQUES '

Par Je steamer SANTA RO
SA de la Grace-Prudential Line,
ont 6té oh hier’ a destina-
tion de VEurope, via New
York trente (80) fute d’easen-
co de vétiver ot vingt-clnqg (25)
futs d'esser d’amérys.

Cette expédition a 6&6 effec
tuée par 1’Awsociation Haitian-
ne des Producteurs — Exporta-
tours d’essences Aromatiques.

Cette corporation procddera
encore dimanche par le steamer
SANTA PAULA A&A une nouvel-
le exportation de futs de diffé-
rentes espéces d‘huiles essontiel-
les, toujours & destination de I'Eu
rope, via New York,

FETES RDLIGIEUSES

La féte de Ste Geneviave de
Brabant a 6té célébrée dimanche
en Ja chapells des Orangers, au
delA de Ja chaine des-mornes du
Pensez-y-bien. Cette chapelle re-
lave de Saut d@’Bau}
de vue religieux, ‘dela Croix des.
Bouquets, au ‘point-de vue adminis:
tratif.



Les pélerins étaient venus de
la Coupe Mardi Gras, de la mon
tagne Terrible, de Monoville,
des Crochus, de Fond Blanc, de la
Plaine'du Cul de Sac.

Dimanche aussi, «La Chapel
lo» dans 1’Arrondissament de
Saint Mare entre ‘les Verrettea
et Mirebalais, célébruit sa fate
patuonale, St Guillaume. q

_EXKK
REFECTION DES RUES

Les travaux de réfection des
rues se poursuivant ont pu faire
disparaitre les crevasses de la
Rue Férou ou des Miracles, de la
Rue Laamarre, responsableg de
pas mal d’accidents.

L’on s'attend & ce que soient
aussi éamblées les fondriéres de
VAvenue Charles Sumner ou de
Turgeau, de la Ruelle Roy ou E-
loy Alfaro, deg Rues Marion ou
des Césars, Roux: ou.:Bonna-Roi,.
des Avenues Dr. ANNOUALD
ou de Saint Martin, Oswald Du-
rand et J. B. Dechoux.

xxx

LA RENTREE DES CLASSES

Ce matin, 4 7h. 30 et 8 h., a
eu lieu la rentrée des classes

(suite page 4 colonne 6)

‘LES COMP

t
Groupe

II (i Pueblar et Tolucd) + Uruguay — Israel — Italie — Suade

OMPETITIONS DE LA COUPE
DU MONDE DE FOOTBALL

Les résultats du Tirage au sort

Groupe I (& Mexico) : Mexique ra URSS ~— Belgique — Salvador

Pa

Groupe III (a Guadalajara) : Brésil — Angleterre — Tchégoslova quie’ . Roumanie

Groupe [V (A Leon) : Bulgarie — Maroc — Pérou — Allemagne

Le calendrier

MEXICO (AFP) ‘—

Les dates des diverses rencon
tres du Tour Eliminatoire, le
‘match URSS — MBXIQUBE, le
31° Mai, marquera le début des
opérations du championnat du
monde, I] se disputera au Stade

-Aztéque de Mexico. Deux jours.

plus’ tard) (24Juin);” Uruguay
se mesurera. gyec Israel & -Pue-:
bla, la Roumanié avec |’Angleter
ra & Guadalajara ot le Pérou a-
vec la Bulgarie A Léon. Le 3
Juin huit autres équipes descen-
dront sur le gazon; la ‘Belgique
et El Salvador dans la Capitale,
I'Ttalie et la Suéde’A Toluca, la
Tchécoslovaquie et le Brésil a
Guadalajarh et Je Maroc et AL.
lemagne &. Léon,

x gx
QUARTS DE FINALE
LE 14 JUIN
MEXICO (AFP) —

Premier quart & Mexico vain-
queur groupe IV de Mexico con-
tre 2éme groupe 2 de Puebla —
Tolo .— 2éme quart A Puebla;
vainqueur groupe 2 Puebla —-
Toluca contre 2éme de groupe 1

Troisigéme q u ar t vainqueur
groupe Trois de Guadalaja-
contre 2éme de groupe 4 —
4éme quart de finale & Léon;
vainqueur

groupe 4 : de Léon
contre 2éme d° groupe 3 de Gua
'dalajara, nes es,
xxx

LE CALENDRIER
DES RENCONTRES
TROIS DERNIERS
PARIS (AFP) —

Semi - finales le 17 Juin &
Mexico; vainqueurs quarta de fi-
nale de Mexico et Guadalajara,
2) & Guadalajara; vainqueurs
quarts de finale Puebla et Leon



Au Compte - Gouttes

Par Raymond PHILOCTETE

Le Vedou : une aliénation.

Mais il n’en reste pag moins
que, orjenté dans le sens des in-
t4réts populaires, il s’est révélé
un instrument de combat, une ar
me révolutionnaire,

_On sait, en effet, que nos an-
cétres Vavaient utilisé contre le
colonialisme frangais, da In mé-
me maniére que Jes Congolais ont
employé contre la domination bel
Go une religion noire, lo Kiban-
guisme, qui se pratique dans le
Bas Congo, et dont Ie fondateur
Simon Kibangu, hai et traqué
par les colonialistes, a fini ses
joura dans Venfer d'une prison
Katanguise...
xxx

On u beaucoup dit d’Etzer Vi-
laire,

Eloges, d’un cété :

«... Notre potte appartient a
une génération qui concilait fort
bien l'amour du gol natal, de ses
traditions, avee le culte du beau
littéruire sous -toutes'ses for-
mes...> (Dr Pradel Pompilus)...
. Blames, reproghes,.de l'autre :

«Un potte frangais, égaré sur

Ja terre d’Haiti» ...
., Mais quelque mauvais gré
qu'on lui sache, convenons, pour
atre juste, qu'il fait honneur a
notre Pays. .

A ce sujet, ne alérait-il pas de
reproduire les hominages, trop
ignorés chez nous, que lui a ren
dus la Société Régionale Guade
Joupéenne :

ff
«Le Comité ... adresse au poé-
te haitien Etzer Vilaire & qui

vient d’étre décerné le Prix de
Poésie par )’'Académie Frangaise,
ses compliments et l’expression
de sa sympathie confraternelle la
meilleures.

«Le Comité de la Société Régio
nale Guadeloupéenne Littéraire
et Artistique considére cette hau
te récompense accordée A un écri
vain eréole, de race noite, comme
une manifestation dont tous les
écrivains créoles doivent &étre
fiers».

A noter :

les doivent: étre fiers.>

REACTIONS EN URUGUAY
MONTEVIDEO (AFP)

Ya aélection
football affrontera tm _ terrible
rival aux jeux de Mexico, I'Ita-
lie, et deux inconnus, la Sudéde
et Israel of les commentateurs
du-tirage au sort affirment que
V'Italie seront classées dans ce
tivUruguay’ pourra6
sfinalefontze lar ahpnetite
ps. un dont jes favoris sont
T'uRSS et le Mexique et évitera
ainsi des rivaux considérég com
mq plus difficiles par exemple le
Brésil, l'Anglef€rre, 1'Allemagno
Occidentale . qui s‘affronteront
préalablement, D’une facon géné
rale on estime que de tous leg
pays latino,-- américains l’Uru-
guay est celui qui a le plus de
possibilités étant donné que le
Brésil devra affronter les équi-
pes les plus fortes. L’homme de
la; rue est presque certain que
I'Qruguay remportera pour la
troisiéme fois la Coupe Jules Ri-
met.



quékt de

xxx

REACTIONS EN BULGARIE
SOFIA (AFP) —

Le résultat du tirage au sort a cau
eé une satisfaction générale en Bul

garie. La sélection bulgare aura
a rencontrer le Pérou, le Maroc
et l’Allemagne Fédérale. Ainsi 1a
Bulgarie espére parvenir au
quart de finale car a part. l’Al-

te ni le Pérou, ni le Maroc,

KX X<.
REACTIONS EN URSS
MOSCOU (AFP) —

L’URSS ne se sent pas défa-
vorisée par le résultat du_tira-
ge au sort sauf en cela qu’elle
doit rencontrer le Mexique de-
vant un fervent public local dit

x

LES SPORTS

FOOTBALL

LA COUPE PRADEL
LIGUE DE PORT-AU-PCE -.

BACARDI (8-3)

La Ligue de Port-au-Prince,
handicapée par le retard de son
fardien titulaire en premidére mi-
temps, s’est vue mener par 3-U.
Prenant Ie mors aux dents A la
reprise, ses joueurs, A la suite
(un forcing, ont pu rétablir 1'é
quilibre et terminer i égalité de
buts.

Aprés une prentére défaite 0-6
devant le Racing, elle.a partagé
les points 1-1 avec le Victory et
vient de rééditer Vexploit face
nux Diables roupes.

Dimanche prochain, elle sera
opposée A I’Etoile Haitienne.

rencontre U R 3
uruguayenne de conatitue une énigme étant don-

grou

oStmagne “Fédérale, “elle ne redou-
* leur reneontre

*

la «Pravda» qui ajoute “que ‘Ya
8 — Salvador

né que jamais. l’URSS
eu A jouer contre ce pays.

La sélection soviétique fera
une tournée en Amérique Latine
avant les*Jeux de Mexico et, joue
ra surtout un match amical a-
vec le Mexique. .

xx XxX
QUELQUES PRONOSTICS
PARIS (AFP) — .

Selon les milieux sportifs eu-
ropéens, le Pérou est trés haut
au cété dans la compétition Ju-
les Rimet. Ces milfeux pensent
que le quart de finale se jouera
comme suit URSS champion-

n'a,

ne du groupe un contre Uru-
guay, second du groupe deux;
Italie, championne du groupe

deux contre Mexique, second du
groupe un, Brésil, leader du grou
pe trois contre Pérou, second du
groupe quatre, Allemagne, con-
tre l’Angleterre deuxiéme du
groupe trois.
_ Les semi - finalistes pourront
étre I'Uruguay contre je Brésil,
PAngleterre contre Italie. On
va Jusqu’a pronostiquer que la
«finale tre le Brésil et l'Angleterre.
xxx
MEXICO (AFP) —

Si le Pérou triomphe le 2 Juin
sur la Bulgarie ‘les «onze» de
Didi seront lancés sur une or-
bite de grande apogée et pour-
ront considérer tranquiilement .
avec le Maroc
dans l’attente du grand choc a-
vec lAllemagne le 10 Juin sans
oublier toutefois que I’humble
équipe du Maroc a tenu récem-
ment en €chec l'équipe de Bul-
garie quoique celle-ci n’ait pas
pris au sérieux cet échec en ter.
rain ‘marocain.

xk xX

ETOILE -- VICTORY (0-0) .

Malgré de nombreux tirs, les
attaquants n'ont pu tromper la
vigilance des défenseurs. Le sco
re traduit exactement la physio-
nomie de la partie, compte tenu
de la prestation des deux équi-
pes.

U'Etoile et le Victory se signa
lent par la stérilité de leurs a-
vants qui, au cours de trois mat
ches, n'ont marqué que deux buts.
EXCELSIOR -- RACING 1-2

Les deux leaders se sont affron-
tés dans une ambiance assez hou
leuse car la rencontre s’est surtout
jouée dans les tribunes et gra-
dins of les chauds supporters du
Vieux Lion ont eu un duel de
propos avec Tes partisans des au

(Suite page 4, col. 6)



Notre chronique de langage.-

Le Francais tel, qu’on le parle

par le Dr. Pradel Pompilus

Bonjour, Mesdames
Bonjour, Measieurs,

L’émission d’aujourd’hui va é-
tre consacrée en tout ou en par
tie a l'étude des structures ayant
pour soutien : IL Y A. Comme
pour l’étude de cvpila», nous com
mencerons par tn texte d’écri-
vain haitien cette fois.



Les compagnons du monde invisible ,

1

N’avoir jamais assisté a une
séance gpirite, n'est pas une rai
son suffisante pour ne pas croi-
re A la possibilité de certaina phé
noménes psychiques, parapsycho-
logiques et pneumatologiques, ab
solument.,. surprenants, ---'"i* -
£:De nos jours, il ¥ a encore trop
ile" monde .& confohdre ‘lesmani-
festations occultes: avec les. boni-
riierits' que débitent ‘des soi-disant
mystiques: En effet; la grande
‘majorité de ceux qui se disent
des mystiques, ne sont que des
pauvres d’esprit chez qui une foi
inintelligente est la base-de leurs
dangereuses hallucitations. C’eat
ainsi qu'il arrive assez souvent
que ces névroses certifient avoir

vu dans l’obscurité, de leurs cham
bres subitement iNuminées par la
grace de Dieu, la Sainte Famil-
le et d'autres @tres divins.
Liinitié semble écouter d’un
air distrait les contes de ces

faux mystiques, mais eu fond, il





i @

Par Fortuné L. BOGAT

est considérablement troublé, car
ce que le profane prend pour un
-«saint-hommes en vole de déve-
-loppement — n’est pour l’occultis
ite qu’un possédé, un, obsédé —
zen voie de devenir fou...

i} On reconnait facilement le rer. +1’e:
v«Faux - Mystique», par un “Nos commentaires sront
ssinvolture avec laquelle “if en- sur les résultats: des. récenté

“freint les lois religieuses,.gon in
,sistance A vouloir vivre “seul,
“J'indifférence, pour ne pas dire
le mépris avec lequel il traite ses
bons parents. Le faux-mystique
méne, en apparence seulement,
~une vie ascétique.. Cependant,
“quand.on le connait de prés, on
“ne-tarde pas & découvrir en Jui
pun égoiste dont l'appétit. désor-
;donné pour l’argent n’a pas” de:
limite.

Zp
ie
i




v

x Le petit laius que nous venons
“de vous faire sur le mysticisme..
gnlest que pour vous rassurer en
: ty O18, fai



ey. qoccultiome.



oa oe ee
sous sa forme:la plus pure, et,
aussi la plus © ‘

Ceci dit, nous p@ssons. 4 ‘vous

parler un peu de ¢é monde. invi-

sible- dont les métaphysiciens n

cherches. faites par. les membr
des Sociétés pour’ les~Recherchée
des Sciences Occultes, a Londres,
aux Etats. Unis “etun! peu par-
tout en Europe. Ndus n’avons
pas la prétention de rien vous
prouver dans ce court article,
maig d’essayer de vous donner
une vague idée de ce que les mé
_taphysiciens pensent du but final
de la vie, Tout autre attitudd de.
notre part serait absurde, car
Yexpérience nous a démontré que
dans le monde invisible toutes les
causes sont obscures,.. ~~

(Voir, suite page 2)



objective. — n'a.
rien A voir aves, ‘le .mysticisme. ~






- fonts

AS

Une réception réussie

Tl y avait un homme qui di-
sait des sottises, il y avait sa
femme qui les approuvait. -

Il y avait la wmaitresse de
maison qui offrait des tranches
de giateauxmicroscopiques, il y

avait son-mari qui:en-éteit géné,-°

Il y avait deux goinfres:* qui

. Sempiffraient quand méme, il y
encou- +

avait leurs femmes.qui. les





Tl y. avait dames. qui éva-
luaie! rié, ily: en avait
aa agiert i :

x

Tl y2avait@unecommercant qui

’ tout ce qu’il
Wi, il y avait sa fem
me“quifaisait la méme chose.
Ty. avait un intellectuel qui
digait des mots nouveaux, il y
vait tout le monde qui avait
Vair de éomprendre...

Il _y avait le black-out cher i
la Compagnie Electrique, il y a-
vait les propos que l’on tient ha-
bituellementya ce sujet.

Tl y avait quelques sandwiches
que l’on aurait bien mangés, i!
y avait la maitresse de maison
. qui ne les offrait pas, | .
_¢ Uy avaiteune ithble’ garnie. qui
Vétait chichenient; il yvabait moi

ui suis partie crevant de faim.

Cécile, Nouyelliste du 28 Jan-

” vier:.1966).< 3, aoyas

Dans ce

eh



plusieurs foig.un nouvel
rk beneath

ate











ASR A
texte, nous. avons ren-

-pris dés l’école élémentaire
“y a douxe mois dans une année...

elément‘essentiel de structire, un
nouveau soutien de phrase, un
nouveau sujet : c’est la locution
ei! y a» sous la forme de Vim-
parfait soutiens de. phrase que nous étu
dions pour commencer, ¢il y a»
est le plus-familier, peut-étre ce-
lui que.l’on*apprend le plus tét..
N’y a-t-il pas une ronde ot cette
lecution revient constamment

il y a dix commandements de
Dieu, il y a sept sacrements ...
il y a deux.testaments : l’ancien
“eb Ieempuveau, mais il n’y a
quiun séul Dieu qui régne dans
eg-cieux ? N’avons-nous pas ap

il y a sept jours dans la semai-
ne... il y a vingt - quatre heu-
res dang un jour ... il y a soi-
xante minutes dans une heure ?

(Voir suite page 3)



Portefeuille perdu

L'un des nétres a perdu ce
matin au Boulevard Jean.- Jace
ques Dessalines, dans le secteur
compris entre la Rue des Mira-
cles et Ja Rue Dantés Destou

ches, un portefeuille de couleur .-)

bleue contenant des papiera per-
sonnels qui lui sont indispensa-
bles. . 43. =
‘Bonne récompense est promisf
a celui qui, l’ayant retrouvé,
Vapporterait au «Nouvelliates. -.

Aucune question d’aucune sor-
te ne sera posée,

POA UE Ty gre arene go

°

“®t Carlo.

ide transformation -de

.. Bernard Halper - Bjologiste. da

EE TEEAIER CRT eh eee TERRA SES








par AUBELIN



*

M, GILBERT HOLLANDE
Président de la SECA

@ agsisté au succes éclatant
de MON HOMME.

-.-Dimanche matin par le Vol
d’Air France venant de Pointe-a
Pitre est arrivé 4 Port-au-Prince,
M. Gilbert HOLLANDE,; Prési

‘dent de la Société d’expansion Ci

néatographique aux Antilles (SE
CA) qui organise ici le festival
du. film. quit nous yaut de voir
au Rex Thédtre lea superproduc-
tions telles On ne vit que deux
fois avec Sean Connery dans la
série James Bond 007 et Mon
Homme avec Sidney Poitier.

M. Roger Tanous Directeur com
mercial de ia SECA, aprés avoir
passé 3 ou 4 jours ici vers la fin
de l’année pour montrer ces deux
films & la Presse haitienne était
reparti pour revenir le 3 Janvier
tn vue de leur représentation
dans le cadre du Festival dont
Ma presse haitienne avait fait 1'é
«no.

M. Gilb HOLLANDE arri-
ve dimanchd a été accueilli par
Vindustriel Jacques Malval.

Hier soir, a eu lieu la Pre-
miére de MON HOMME. Ce film,
une comédie dramatique des plus
délicieuses avec le meilleur ac-
teur de l’annéa-de Hollywood, Sid
ney Poitier, a connu au Rex Théa
tre un succés éclatant. Le Rex
était rempli aux séances de 5 et
de 9 h. Mais ce théatre a tra-
vaillé & guichets fermés 4 la séan
ces de 7 heures.

z« MON HOMME est une comé
die pleine de saveur, de fraicheur;
avec des acteurs mixtes, dans des
cadres simples et beaux, sans pré
tentions. Sidney Poitier que Je
monde admire, est aussi admiré
par les cinéphiles haitiens.

Au cours de la séance de 7 -h.
a laquelle, nous avons agsisté,
nos voisins étaient gi excités par
le jeu des acteurs, pat le dialo-



dre, un peu. Nous avdns cru en
tendre tin jeune cinép ile dir

la sortie :.Ca, m’ap ouel? dix fois,
ot ce film. ci-je-le ferai-dix-fois.._
* Mon Homme restera quelques
jours encore 4 Vaffiche. Ce film
poursuit sa brillante carriére en
Haiti, au Rex Théatre. . '

cee

M. EDWARD KING
Président de la DI MACO
recu par Uindustriel

C. J. Charles

...Parmi les nombreux touriates
arrivés en croisiére ici dimanche
& bord de la SANTA ROSA se
trouvaient le grand industriel a
méricain, M. Edward King, se
femmc née Alice Ambrette et sa
ruvissante fille Michelle.

STALE °

AU FIL DES JOURS...

eines a




LUND 12 JANVIER 19705

JOL

ICOE UR

‘

” New York et les industrielks Law
rence Uslander de Chicago,Rubin

Uslander de New Jersey. Is é -
taient en compagnie de notre ex-
cellent ami !industriel Hosnherre
Apollon, son fils Hosnherre Apol-
jon urst M. Pierre Guerrier,

r. Bernard * étadig
les possibilités d’ins ici un
laboratoire de transformation de
différents produita haltiens,

xxx

LOUR.MONTRER DANS
GLAMOUR ET SEVENTEEN
la mode américaine sur des
toiles de fond d’Haiti

.-Vendredi sont atrivés a Port-
au-Prince, M, Sheldon Gravitz, de
VAgence d’Annonces publicitaires
COLE, FISHER & ROGO de
New York, le photographe Phil
Pegler et les ravissantes ‘Manne
quins Renée Bergeren, Dannic
Howard, Connie Collet et Ka-
ren Bruun.
_ Renbe Bergoren était ici il y
a deux mofg pour un reportage
de la Me Call's Magazine.
ren Bruun ‘la benjamine du
groupe nous a &é recommandée
ee nos amis Justin et Barbara
err, grand pho hes de
New York. photograp

Karen nous dit que Justin ot
Barbara. l’ont orientée vers la car
riére de ‘mannequin.

Nous avons rencontré Sheldon
Gravitz, Phil Pegler et les manne
quins & Cabane Choucoune same
di soir. en compagnie de notre a
mi Victor © Chatelain, Directeur
Propriétaire de VOYAGES CHA
TELAIN. Sheldon Gravitz - nous
dit qu'il est venu monter sur des
fonds haitiens deux grandes pa-
ges d’*Advertising dams l'édition
d’Avril de GLAMOUR ect dans ce!
le de Mai de SEVENTEEN Ma
gazine. Phil a passé la journée
de samedi et une partie de la-
journée de“dimanche & photogra
phier les jeunes et gracieuses Re
née, Karen, Dennie, Connie sur
des fonds de scénes de la vie hai
tienne et des paysages haitiens.

Dimanche, le groupe a passé
une bonne partie de la journée
dans le cadre splendide de la Vil
la de Victor et de-Thérése Chate
lain a Peggy-Ville. Dans ja soi-
rée, ils ont été, 4 l'exception de
Phil, assister a une cérémonie
vaudou, dans la réyion de la Croix
des Bouquets. Ils y ont &té con-
duits par Issa, Propriétaire de
ia fameuse Galerie ISSA.I) y a- |
vait aussi dans le groupe, Mlle
Sylvie Horrach Hétesse de bord

"Ai et M. Durand de la
Maison Nadal. Shel Gravitz et
son groupe Trepartiront demain. Co
soir, ils dineront au Grand Hétel
Oloffson pour voir le spectacle
folklorique de cct hotel.

zx,

Edward King est Ie Président —

de la DI MACO, grande fabrique
de machines pour la fabrication
des produits alimentaires. La DL
MACO cst située a rookl}n.
Mais la famille King ‘habite a
Wostbury, L. I. New York.
Nous avons rencontré la fa-
mille King & E) Rancho. Avant
de venir & cet hdtel, olle avait ren
du visite au grand industriel hai
tlen, M. Clémard Joseph CHAR
LES qui vient d’installer 4 Diki-
ni un formidable complexe indts
triel pour la fabrication de pro-
duits alimentaires. L‘équipement
et le service ont été fournis au
complexe industriel de M. CHAR
LES par la DI MACO.
M. Kihg et sa femme Alicy
Ambrette ont été vivement impres
slonnés par l'accueil qui leur é-
Lait fait chez M. et Mme Clémard
Joseph Charles.Le grand indus-
triel haitien a offert A Mme Ali- .
ce Ambrette King dont le pére
inventa les machines A pates: ali’,
mentaires ‘ deux © sple ef ca
deaux.- -.- . beso tet
- Ainsi 4 El Raneho,--tandis ‘qu
Edward King louait le génial sens:
des afaires ‘de M. CHARLES ‘ss
femme Alice ne tarismit pas ‘d’
logesisur la générosité de ce-pres
tigieux industriel haitien.--"

xxx -
wo,

LUNDUSTRIEL ©
CARLO JUSTE
parmi nous

...Nous avons revu avec plaisir
ce matin, notre excellent ami
Vindustriel Carlo Dorléan Jus-
te, arrivé.de Montréal vendredi.

Carlo qui réside 4 Montréal
est le Propriétaire de la fameuse
Boite de nuit BRAZILIA qui est
Ye lieu de rendez-vous d’une par-
tie de l’élite montréalaise, impres
sionnée par Haiti, et par toute
Ja colonic haitienne.

Carlo dont certains de ses en-
fants sont & Port-au-Prince avec
Jeur grand’mére, la distinguéo
Vve Dorléan Juste, passe une par
tie de Vhiver ici. Il était ce ma-
tin avec son ami canadien, M.
Jean Mathon, Administrateur de
la Commission scolaire régionale

- de PYamaska, prés de Montréal

en visite ici avec sa femme Y-
vette et sa gentille fille Johanne
Nous souhaitons la bienvenua

. zxx .
POUR _UN .LABORATOIRE

produite haitiens ”

...Hien aprés midi hous: avons
rencontr6 a El Rancho, le Dr.



,







ite

a BL RANCHO
a Uhoure de la Santa Rova ’

.Dimanehe matin, la Santa Ro
sa do la Grace a débarqué A Port
au-Prince pour lu journée pris
de cont cinquante tourisxtes qui ont
entrepris la croisiéra A ‘son bord.
Nous avons rencontré d’abord
au Grand Hétul Oloffson, lu
Ted Lawrie qui y était venu voir
son ami Al Seitz, Propriétaire de
vet hétel. Ted Lawrie sympathi-
que en plein d’humour etait en
compagnie de la jeune et char-
mante Mlle Thhérése Sandusky qui
vend des objets religieux 4 Dé-
troit, Michigan. Elle est de Dear-
born, Mi ang :
Aved la jolle Mile Sylvie Hor-
rach, Hiétesge de bord d’Air Fran
ce, sur ln route de I'Amérique du
- Sud, qui venait d’arriver de Poin
ote-d-Pitre et de San Juan pour
whe visite de trente six heures i-
“cj Ted Lawrie et Therese San-
dusky formaient un groupy jo-
eux wuquel se joignit plus tard
~ Jeune et: pétillante Mile Johan
4. Mathon, Tecthnicienne on radio
logie de Montréal arrivée ici ven
“dredi avée*.ses parents, M. Jean
-Mathon, Adiministreteur de la
Commission scolaire . régionale

' de ’Yamaska, P. Q. prés de Mon

tréalet ga charmante_femme Y-
vette. Johanne qui depuis trois
ans ne fréquerite que des jeunes
wens jhaiticns qui lui ont donné,
joie, espoir et décéption est trés
eflirts, Elle était ici) en Juillet
dernier avec ses parents. Com-
ine-la derni¢re fois, Tn famille
MATHON est descendue a l'HO
ici Choucoune.

Ce groupe a déjeuné diman-
che vers 2 heures 4 El Rancho
ou Je splendide Buffet organisé
pour Jes touristes de la Santa
Rosa, était agrémenté d’un spec
tacle folklorique. Toutes les fi-
gures sympathiques de la Santa
Rosa dont la captivante Georgean
ne étaient la. Roland Décatrel
‘et la diligente équipe de l’Agen
co Cithdelle aussi. Dans* ce ca-
dre of le tambour jetait la ma
gie de ses accords, Mme Alice
Ambrette King, charmante fem-
me du grand industriel améri-
eajp Edward King faisait sa pe
tite mise en scéne de femme ri
che, américaine qui se paie des
fantgisies. Elle dansait, elle dan-
sait. Elle élevait la voix. Elle

= ertait:cherchant un cavalier pour

une folle sarabande ‘sur les tra
cee de. Terpsichore. Sa ravissante
fille’ Michélle n’en pouvant plus

_. (Butte page 4 col 8)








ToL dol To
oo | Le
- ye




HORIZONTALEMENT —
1 — Plus utilisé que T.S.F.
2 — S'agitent en cadence —

En épelany conspua
3 -- Sdre — Pour Guillaume



on oer ear

ha Yh we na Sota
a baal “"

â„¢ oa
ae VL ae mie ar



RES

ats

7 — ‘Personne! — Hn panna

\

~- Précloux
Q —. Cent lul qui gouverna
9 — Devint vache —— Proches
paronten
10 .— Déchlruren —- Poseddé



L _, “aire” dos, ‘plana _ Obser

> -va-aledittlvement’

I — Pour les hors-d’ouvre —
Moddle do dureté

tl — Aigreur

IV — Etaient bonnes nageuses

Vv — Romancier —- Deux
voyelles __ Maritre

VI -- Vieille colare — Re-
présente un groupe de personnes

Vil — Abréviation — Armes

blanches

Tell . VILL Faire effet — En noce
4 -— Aatiqné — Le mime IX — Une limite entre 1'Eu-
&b — Général romain —- Pe rope.et .l'Asie —. Enlevée

tlt territofra XK — U enlave lee aspérités
0 — Bousculer — Connu.

saan
SOLUTION No. 253 F.

HORIZONTALEMBNT — VERTICALEMENT —

1. Gitrennade — 2. Inri; Bus I. Oiné; Votre — II. Inespé-

— J. Néophyie — 4. ESC (See); rée — mm, Trocart; Aa — IV.

ianina — 6. Par; LIM — 6. Vé Rip; Rois — ‘Hi; Néons — VI.

Lei — 7. Ortie; Se — 8.
Ut

Tone;
Té; Soliste — 9. Réa; Net;
—~ 10. Aysibmés.

La
r

Rue Bonne Foi No. 104
P.O. Box 902
Port-au-Prince, Haiti
Phone 20033

P.O. Box 962
Phone 20040

minations ou

Vue panoramique
Haiti dominant le tout Port-au-
Prince — Bar & Ia disposition

des admirateurs de VArt.
Sont et demeurent les 3 Centres et les 8 déno-
Vart haitien est mis en relief
dans toute sa beauté, dans toute son originalité
et dans toute son objectivité dans des peintu-

res d’artistes de chez nous.

Tout visiteur quil soit étranger ou haitien
ne peut que gagner & y passer quelques instants.

Noyade; Let — VII. TN; Site —
VIII: Abefiles — IX. Do; Nie;
\'ue — XK. Estaminets.

Les 3 Gallery’ S
Recommandes

‘Nader’s Art Gallery

Art Lover’s Studio —
And Gallery

Rue. des Miracles No. 76

Port-au-Prince, Haiti

Gallery Gng Hill Side

Desprez No. 4

P.O. Box 868

Port-au-Prince, Haiti

Phone 6-2711

Situé dans les Parages du Réser
voir de Desprez enseigne indi-
quant la route complétement a-
ménagée.

unique en






























MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLOQUE
EXCLUSIF «SELECTAMATIC®

J SISPOSITIF

BLOCAGE DE DIFFERENTIEL \




e DAVID BROWN

TRACTEUR DIESEL



z
POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE #
LABOURAGE x
-HERSAGE, SILLONNAGE _
SARCLAGE .
EXCLUSIVITES :

CHASSIS UNIFIE oe
3 DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE. hd







Charles Féquiére & Cie. ‘8
_SASTRIEUTES

BY te ee ST ae ret Party Srna. § yee a

L'action de la saychologle dana
la di lpmpine do vh gidne montale
a se encore plus fructuowse dana
lo milfou pendant con dix dernis-
res années. En oaxpliquant au pu-
blic, par in voix den journaux,
dea’ éminaiona radlophoniques ot
tdlévisées ou par dew causories
publiques A Port au Prince et on

-province le dynamisme de cer -
“tains comportements comme par
exemple le gégaiement

la gau-

cherie, lea tics, lea dya ‘axies, I'é-

. nuréslo, les retards et les défi-

cignoes: scolaires, lea. novroses et
jes. psychoses infantiles et adul
tes, la délinquance et d'autres -
qui sont Je plus fréquemment ren
contrés dans la population
pays, on prépare célul - cl -é.une
compréhension plus sympathique
de ces problémes et, partant, a
V'adoption d’attitudes appro -
priées de nature a prévenir leur
apparition ou cortréler leurs
cifets dans certaines circonstan-
ces de la vie dea Individus. Lea
parents et les éducateurs sont de-
venus aujourd'hui tras réceptlfs
vis A via de ces conseils, fréquem
ment donnés pay les paycholo
gues et les éducateurs sur Védu-
cation dea Enfants et les attitu-
des positives & adopter vis a vis
des, problames gue pose jeur con
duite dans le milieu.

Il reste..pourtant beaucoup a
faire pour constituer une psycho
jogie typiquement Haittenne,
c'est &.dire qui s’applique aux
problémes spécifiques du milieu.
Sur le. plan de la méthode, les
lcats tradftionnels doivent ‘étre
réadaptés A la structure méme
de notre mentalité et aux condi-
Uona socio - matérielles dans les-
quelles se développe Vhaitien.

Sur le plan des principes et
des concepts de base, les nermes
généralement admises du dévelop
pement humain et des écaris de
ja conduite doivent étre compa-
rées A.celle qut pourraient étre
déduites de V’observation de a
croissance physique et mentale
des Individus de notre milieu.

Certaines conditions de la
pré - natale et postanatale,, tel-
les. par exemple, les sécrétions
hormonales chez la mére encein-
te, Pactivité du foetus, le genre
@alimentation jes relations af -
Zectives, sociales et éducatives
précoces, qui passent, dans, cer -

-tains cas, pour avoir une action

queleonque sur le développement
psycho- moteur de YEnfant, doi-
vent étre également investiguées
en Haiti, toujours dans le but d’é
tablir des normes de croissance
qui seraient particuliéres & nos
populations. fl en serait de méme
des facteurs de malnutrition qui
ont été trouvés souvent associés
A certains cas de déficience men
tale chez nous.

Que des recherches: soient déja
en cours actuellement dans le mi
lieu pour étudier de plus prés ces
questions, cela ne- serait pour per
sonne wun sujet d'étonnement
quand on réalise que ces problé-
mes constituent précisément quel
ques uns des domaines ov se ren
eontrent et collaborent les Scien
ces Biologiques et les Sciences
Humaines en général.

Un examen attentif du domai
ne exploré jusque 1a par I’inves
tigation psychologique en Haiti
et des’ perspectives nouvelles de
recherche dans cette discipline,
permet déja de saisir Vintérét do
minant des psychologues et Vo -
rientation que prendront 4 lave-
nir les études ‘psychologiques
dans ce pays.

En dehors des problémes qui
concernent Ia capacité de l’hom
me en général, d'apprendre et de
s’adepter, les chercheurs se pont
surtout intéressés & comprendre
ct A expliquer ‘homme haitien—

enfant et adulte — dans ce qu'il

est réellement, plus particuliére-
ment les conditions socio - éduca
tives et culturelles- spécitiques
qui font de lui ce qu'il est, qui
vendent compte de son rythme- et
de son mode de développement,
des mécanismes et de la qualité
de sea réactions sur le plan du
normal et du pathologique.

C’est pourquoi d’ailleurs la plu
part des comportements indivi -
duelg inveatieués parmi les diffé
rents échantillons de: :population
considérés, sont ceux, qui, comme
l'Intelligence Vappréhension des
concepts et des formes géométri-



du -¢

ques, J& motricité, lon condulten’
aborrantes ot oriminollos, los ma
ladies nieritalés; | lew dftricultén
caractérioles, portent lo plua Ina
marquy du milieu: blologique — ot
wocio - culturel off sa développe
l'Individu, C'est ainsl quo i¢
Sous -développement économique,
Vanelphabétismo, las croyancesy,

tionsct les modes do vie,
qn, lg atructure du

varied Ve ineaes, ont -tonjours été
“Tes facteurs le plus souvent invo-
1 és pour expliquer.-la. proftl.de
éveloppe ment. «ychologique | et
inoteuy Pie \'Haitien, ses problé -
mea st aes modes particuliers d’a
ion,












ut se pa comme sj nos
chergheurs trop: attentifs a l'as-
t-socio ~.économique-et éduca-
tif dea problémes humains, atta-
chaient peu de prix & ce gui dé-
termine la atabilité et la. perma-
nonce de‘la peraonnalité indivi -
duelle ,c'ent dire les. potentia-
lités génétiques qui influencent
tellement Ia maturation organi
que et nervense, la structure du
caractére.
~En réalité cette orientation
particuliére des études psycho-
logiques en Haiti; tient d’abord
au fait que, par manque de labo
rutoires, et de facilités techni -
ques .d ‘investigation, les recher -
ches -purement expérimentales et
clinique, se révélent extréme-



Les:
. Af

Devant ies résultats positifs
des recherches. faites par les éso-
téristes, les-oceyitistes et les mé-
taphysiciens, les hommes de.gcien
ces les plus matérialistes, ge
voient. obligés dmetfre que les

mystéres @avjourd’hui seront les
vérités de demain. Il y a peine
20 ans que-les savants pensaient
qu’une vitesse dépassant 50 kilo
métres a lheure serait préjudi -
ciable au. corps. humain. Encore
tout récerment, Yhypnotisme é-
tait classé parmi les sciences oc-
cultes; mairttenant il fait officiel
lement partie de. la science médi
cale.

Zusqu'ici, nous ne sommes pas-
encore. arrivés & bien -compren -

dre le mécanisme qui fait craitre-

notre corps, ni’ J’influence.
Tesprit exexrce sur
Tout ceci mong porte: “& - croirey
qu'il y .a.eneore.un.deng beut de®.
chemin. a-parconrir, avant ~ qu'il”

que

(Bulla volr la” No.






ware)

mont ditficilos: -’ _ontepint

ot que, dans co ays; |

tlone vib A vias dan el aclorices hu
sont plutdt ~

unsjnos en général
{ntluencées par \'Keble Soclologi

que ot culturaliste Américaing

yul reconnuit-la priorité du Bo-~

cial ot du Culture! sur ja biologi
hologiqua da










ce






8: web: pay

dans les prochaines années,. nul
ne peut-encore.le dire avec précl
sion ‘en -dépit-de la nature ‘et. de
‘Yimportance des trauvaux ” en_
cours. Des changemerits profonds
Janérés dans la: strictyire mentale
deunotre: peuple par. mite des mo
difications appor dens les con
ditions. de Vexistence individuelle
~ par'les moyens acerus de produc-
tion et d’échange, pourraient
eréer des problames tout A fait
nouveaux pqur_ |’investigation
desquels des approches ‘out a
feat nouvelles pourrafent étre re-
quizes, L'inlérét actuel que les
Etudiants des sections de-psycho
jogie et de sciences humaines de
nos Facultés portent aux statis-
iiques et aux recherches expéri-
mentales de laboratoire, pourrait
tre un signe précurseur de nou-
vellea tendances dans la psycho-
logique de demain.

Déja le probléme de Vappren-

tigsage auvniveau pré - soolaire .



+ ost hb Vordre du Jour
dea méthodées” “-atidio” s° ViMsette

Anemont met accent su

.Entfin le dexnter congraés national








de manic
du perfoctlonnemen
6:
dans le, domaine “de Yéducation.
La nouvelle réforme VEnsel +
la for-
mation technique et spéclalisée.”

ue colul



‘du Travail a recommandé ta sé-
Jection:ctJ'orlentation professson_
nellet scomme ‘Stune) des! isanditions,
@ Vadaptation de Vouvrier, du
travallleur manue) et Intellegtuel,
La préparation et la conduite
de ces. nouveaux: programmes
vont certainement requérir laide
de. paychologues qualifiés | dans
les .domaines dela psycho-
gogle, dele. psychologie in ivi -
duelle et des techniques de me
sure des St. humaines.

Liavenir dé la psychologie
dans ce milien dépendra en der-
nier reassort de-la reconnaissance
officielle que — cette
trouvera au sein de l'Université
et des- Ecoles pupérieures spécia-
ligées;-du nombre de psychologues
disponibles dans Je pays, de la

qualité et de la diversité de leur -

préparation thdprique et techni-
que, des débouc
ront ouverts dans jes: différentes
organisation dé ‘iEtat. |
par le Professeur
‘Chavannes DOUYON
Paychologue



“

(Suite de la lére page)

vidu qui, n’a“ien de commun a -
vec un ‘médium ne sont pas ra -

res, Cet/individu devient ce qu'on lement Président de lo Parapsy-

appelle un ¢Possedé». Les victi- *
mes. de cette sorte d’incident oc -
culte passent inapercues. guend \
ce n'est pas un mauvais esprit
qui a pris possession de leur
corps physique.

Un vrai possédé court un ris-
que sérieux. D’aprés ja. métaphy
sique, l’esprit vit dans la «qua -
trieme dimension» — ef peut pé-
nétrer la maticre. Un esprit golos — peut .facilement jouer

un mauysis tour. au possédé, en le
volatilisant. Les publications qui
s‘oceupent d’occultisme, ont sou -
vent rapporté de tels cas en Eu-

rope.

La matérialisation partielle ow

Jar anatiere. entiére, d'un esprit est restée pen

_dant des siécies: un grand mys -
_tére, Ce n’est que tout récem -
"ment que. les métaphyéiciens Vat?

nous soit possible de-concilier-le¥* irjpne A un phénomene ctéléplas-

vérités occultes -avec celles que’

nous confrantons journellement et,
yue nous acceptons- volontiers.. Ii
-y a cependant,, une ligne de .dé-_
marquation, oii .les deux types de
vérités se:touchent.

La psychologie: et..la. prasycho-
Jogie ont: atteint une telle évolu-
tion qu’on ne peut plus
qu’un phénoméne quelconque est
contraire aux lois de la Nature.
En général, les lois de la Natu-
re sont des abstractions de cer-
taines vérités qui. ont toujpir
existées, quand olles ne sont” pas
des régles que nous avons éta -
blies sous empire de notre con-
ception de certaines choses. De-
puis l’existence du monde, il y a
un ‘nombre appréciable de lois
dites «de la Nature» — qui ont
été complétement. modifiées...

L’homme e toujours cru dans
un monde invisible, ob des étres
éthéniques hiérarchiquement or-
ganisés, sont goumis a une disci
piine rigide. On trouve de nom -
brevses ‘allusions relatives & ce
monde dans la Bible et dans d’nu-
tres livres sacrés. Cette croyan-
ce dans un monde invisible n’a
rien de commun avec le Dogme
Chrétien de l’immortalité de )’a-
me. Il s’agit plutét d'un monde
cosmique habitg par des esprits
dont I’existence est nettement an
térieure A # création de Yhom -
me.

Physiquement parlant, les es-
prit peuvent sé manifester A tra-
vers des ‘étres extra - sensibles
que nous appelons dés diuma». Dea cas de manifestation
d'un esprit a travers: d'un) indi-

dire’

tiques que Vesprit. provoque en
pénétrant lo -matiére vitale du
médium. Pendant ce procédé plu
tét complexe, il est-aidé par la
facilité avec laquelle il change
de ¢dimension>.
Les preblimes, phénoméines mé
diumistiques auxquels on assiste
d’ordinaire .dans une salle de
séance, sont: objets lancés mysté
rieusement en lair, apparition
spontanée de flours, de pots ou
d'autres objets*qui-ne ge trouvaient
pas dans la salle. Déplacement
et lévitation de meubles,— lévi-
tation dans !’assistance, instru -
ments de musique jouant tout
seuls, brusque changement de la
température de la salle, le mé -
dium entre et sort d’une cage
dont la porte d'entrée o &té ri -
goureusement cadenassée. Enfin,
de nombreuses expériences de té-
lépathie, de clairvoyance et d’o-
blongation couronnéeg de succds.
Dans la grande salle de séance
de la Société pour les Recherches
des sciences occultes, & Londres,
des savantes, des professeurs, dea
hommes de science, dee ingé -
nieurs et des. médecins tels que:
Le professeur Julian: Huxley, le



A VENDRE

1)-Une maigon situéa A Bour-
don: prés ‘de’ ‘PEgiise Okrint-Roi,
vue excallente, prix-$ 4.500
-B) Une: maggon £3 La Belle
‘ Btolle, *Biseton, ‘prix $ 2.600
N STadresser a la Rue du Quai
0.



Baron .Schrench - Nortzing, Har

ry Price, Eileen J. Garett, actuel


York, ont assisté & une séance
spirite ot toutes ces manifesta -

tions eurent liew. La aalle fut d’a
bord rigoureusement inspectée
par les hommes de science
leurs aides. Ensuite, on installa
partout des instruments électroni
ques
ultra - modernes, capables de dé-
tecter tout écart de la part du
médiunt.”

Dans le monde
dés qu’on -parle de ‘médiums, on
cite toujours les noms de : D?
D. Home, Stella C., Willi et Ru-
di Schneider, Eilleen Garret, Ja-
ne Dixon, et°Hieonore Zugun.

“(Voir muite page 3)



‘DEPARTEMENT. -
DE LEDUCATION
NATIONALE

SERVICE DE
SUPERVISION

DES ECOLES PRIVEES

AVIS

Tl est demandé A tous les Di-
recteurs et Directrices des Eco-
les Primaires Privées générale-
‘ment, quelcongques de 1a Capita-
Je:.ot. de ses enyrons : des Cités,
de -Carrefour, de ; Imes etc..
de faire parvenir partir du
Mercredi 7 Yanvier 1970 au Bu-
reau de la Supervision des Eco-
les Privées, sis au Département
de YEducation Nationale, Cité
de Exposition, les reuseigne-
ments suivants :

1— Nom de !’Ecole



discipline

68 qui leur se -

et

et .électro. -~ magnétiques

«spirites —





Lundi & O"h. ot 8h.

LE JUSTICIER

DE L'ARIZONNA
Entréa Gdes 1.60 et 2.60

Mardi A-6.h. et 8 h.
0 5B RO UC K
Entrée Gdes 2,60 et 4.00

Lundi A 7 h. et 9 h.
FURIE SUR

LE NOUVEAU MEXIQUE
Entrée 1° dollar par, voiture

Mardi & 7 h.
ALEXANDRE,
LE BIENHEUREUX

Entrée 1 dollar par voiture

ETQILE CINE

(PRTIONVILLE)

Lundi a 8 h. 30 (Séance unique
UN FUSIL POUR 2 COLTS 2
Avec Richard Wyler.

Entrée Gdes, 1.20 et 2.00

vec Aldney Po "
Bnteée -Gdor'-8.00 ef 8.00

Iundi a 6h. et 8 -b 25
ZORRAS LE REBDULE
Entrée Gde 100 .

Mardi a 6 b.-et.8 h. 1B
LE CORNIAUD -
Entrée Gde 1.00





A MAGIC CINE to he
Lundi a 6 h. (Séance unique)
ILS N’ONT QUE VINGT ANS
Entrée Gdes 1.20 et 2.50

Mardi & 6 h. 15 et 8 hi 15
DUEL AU COLORADO
Avec Audie Murphy.

Entrée Gdes 1.60 et 2.50

nd

AIR-PORT CINE

Lundi & 6 h. 86 et 8 h. 30
A L’OMBRE DE L’AIGLE
Entrée Gde 0.60 et 1.00

Mardi a 6 h. 30 et 8 h. 30
PAS DE ROSES POUR 0958117
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

De Luxe Auto Ciné

Lundi & 7 h. et 9 he

LE CABINET

DU. Dr. CALIGARI

Entrée 1 dollar par voiture

Mardi & 7 h. et 0 h.
LES TUEURS DE L‘OUEST
Entrée Gdes 3.00 par personne

L’Anémie est

dangereuse
En effet, ’'anémie engndre tou
tes les maladies: Ja nervosité, le
manque d'appétit, }'insomnie, la
perte de ‘mémoire, et de ‘che-
vehx, Ix marche difficile, la pel -
Pitation. du = conur etc. Or, pour
tonifier l'organisme déprimé, pre
nez ies vitamines B complex et
le Cerniplex qui contiennent les
- vitamines: C, B, Bl, B2, B6; C,
D3, Calcium, niacin e pan.
tothénique ete. En total 16
_ Vitamines. 200 comprimés pour
T Gdes 50 et eh détail 100 pour ©
8 Gdes 75. En venta a 1a Phar-
maeie Sosthane Geffrard.



Mardi A Gh. 30 et 8 h. 30
GARCGON EN CAGE
Entréé Gde 0.60 ot 1.00

nme i)

‘ ELDO DO

Lundt a 6h. et 8 h. 15
(Sur demande)

LES EPERONS NOIRS

Entrée Gdes 1.50 et 5.00

Mardi & 6h. et 8 h. 15
(Sur demande).

LA PETITE VERTU ‘
Entrée Gdes 1.50 et 3.00

CINE SENEGAL

Lundi 4 6 h. 16 et 8 hb. 15
JE VAIS... JE TIRE

ET ‘TE. REVIENS... :
nEtrée Gde €.60 et 1.00

Merdi &.6 bh. .16 et 8 b. 165 .
UN FUSIL POUR 2 COLTS
Entrée Gdes 1.00 et 2.00 —



La Démangeaison

de Ficema Vainue
en Sept Minufes

a, ~eontient preaque cin-
aynte jons.@e coutures et pores
uscalcs Gank leaquela les germes

ge ssi vient et causent de terribles
fendillements, ‘pe-

ures, acné, impé-

*pieds boutons déman-
tates dex Bis set taches. Lon
napportent
e parce

le germe,
cause de tous ces désordres de la peau.
La nouvelle découverte Nixoderm tus
les os em Bept minutes et yous
it ung peau douce, unte et
claire aa bout dune semaine, ainoa
retowpmes le. paquat vide et votre
argent. vous sera rendu. Procures-
vous Nixoderm ches votre pharmacien
atijeur@’hul-méme et déuulr 7 le

Nixoderm ©" "=
Peor les. maladies de la peas

dela Eee
JOSEPH C. VALME
Distributeur



“Lund a Th. P.M.
FRUITS .AMERS
Entrée Gde 1.20

Mardi a 7 h. P.M.
LVEGYPTIEN —
Entrée Gde 1.20



‘CINE STADIUM.

Lundi (En permanence)
L'OR DU SHERIF
Entrée Gde 1.00

Mercredi (En permanence)
QUINZE POTENCES
POUR UN SALOPARD
Entrée Gde 1.00

CESOCE-SOTR SITE SOLE SICK FICE: SIOE ABLE GOCE OLE SOLES



2.— Nonr du Directeur ou de |

la Directrice
8.— Adresse exacte de 1'Ecole
Tl reste entendu que tout chan
gement apporté a Vun de ces 8
points, au cours de l'année sco-

laire, doit &tre immédiatement
signalé au Bureau.
Ces renseignements facilete-

ront. l'Inspection dans ses visites

et aussi les facteurs (postatx)

et lee Messugers du Départe-

ment de l’Education Nationale

dans la livraison de lettres ou

paquets destinés A ces Ecoles.

P-au-Pee. le 26 Décembre 1969
Georges BONNET

Inspecteur des Ecoles Privées

Approuyg par :

Ulrick JN. BART

Assistant Directeur

a4 Enseignement Primaire.

-~



‘Colgate: au gardol p rotege efficacement :
da. santé et la beauté de vos Dents. ©




DUBO
~ DUBON

DUBONNET

Coe



pee Pour votre. BEAUTE}
Exiger spécialités

| ‘cosmétiques::
ala

Gelée Royale,
stabilisce,
















Creme masque. '
Creme hydratante. -
It Topiques-et Lotions.
H Creme. démagillante,
Lait de Beauté.

~ 8

RL

yy ston. ape
‘he Ralatne,

Produits. mis au point
pat le bctoginte B. de Belvefer

Un produit ficence -. APISERUM -B..de Balvefor A base |

de Gelée Byala stabilisée offre tes garanties dé qualité -

ot d’ef icacité: qui depuis dix ans font la réputation mondiale
de la arque.”



~~ Jossph’C.” Vaimé et-Cor
- ° Distributeurs. =~ -





tVavalt. paa besoin d'une aalle de
séunce pour provoquer de surpre
taantes «mankiPatations prychiques
On Va Yu flottant — horleontalo-
ment on ‘lair, travereer on rin:
tag lea Lanotres dui trolajdme }-
tage d'un fmmouble. Home pou-

Noda tarmineroiia cor actdele. par.
uh court apergu aur D, D, Home
ot Eléonore Augun.

Eu 1086, oy avait’ eh Rouma
nie une jounne payeanny — nen-
méo KEléonore Zugun, dont ia
présence dane un Hen quolcon-

qe, provequalt (mmédiatement vale déplacer A distanca — toulen
un bombardement de cailloux, sorter d'ohjeta — posanta. Ila 6-
de moresaux de vitre, de brique taient nombreux ceux gui ont

et Weutres objeta dangerdux. ossayd en valn do trouver un mo
Malgré les efforte consldérables yon mécanique d’accomplir — les
des particulicrs et de la Pollet, prouerses de Homo.

ov arriva pas A découvrir la for .

co projectile, On ia surnomma Home (ur regu en audience
Ja fiNe du diable. par le Pape Pie IX qui, témoin

Lea autoritée du petit village
de Talpa of hnabitait Léonore,
décidérent de lenfermer dans le
Couvent de Goronel, od, olle fut
exorcisée plunieurs fol par le
Priour. L'action de VEgtise n’em
pécha pas les phénoménes ¢dia-
boliquea> de se produire, C'est
ainsi que In table & manger du
réfectoire qui pouvait accomoder

de quelques unes de ses travaux
médiumistiques, autorisa un pré
tre Jésuite a le baptiser, Il n’é-

34 personnes, fut Jévitée & un
matre do hauteur.
Tout a fait par hasard, la

Contesse Zoé Wassilko - Soreki
que les recherches occultes inté-
reasaient, entendit parler do Léo
nore ct l'adopta, La Contesse de
Wassilko s‘éverua i donner ‘unc
bonne éducation et de belles ma-
nidres A In petite paysanne,
pul, In présenta aux meilleurs
métaphysisicions de lépoque. En
trés peu de temps, Léonore de-
vint une des médiums Ja plus cé-
Wbre de son temps.

Danic! Dunglas Home, naquit -
on Angleterre en 1888. Qn Je sur
nonima médium des Rois. Home










































Les Compaguons a

(Sulte do ta



ome pase)

talt
catholique + romaln,
reit Je splritieme.

Napokton LIL fit chercher
Home par le Marquis de — Bel-
mont, le garda pondant des se-
maines dang son palais of i} fut
Vobjet dee sollicitudes de i'Em-
perour, En plustours fols, Home
fut ausal Vhéte du Grand Duc
Constantine de Russia ct de Ma
ximilion IL de Bavidre.

Nous possédons tous & des degré
différents —- des qualités médiy
nustiques, qui peuvent &tre déve
loppées par l'étude et la prati-
que des sciences de esprit. Dans
Vancien temps, les médiums ct

abanidonne-



Ne TE FACHE PAS,
CHERI. TUN'AS PAS K
LA PAYER TCuT DE
SUITE. J'AL DEMAN-
DE QU'ON ENVOIE

LA FACTURE,

me Une

as dit que Home devenu



voux qui, 20ee!

tea aul poab
ros, n’étafont pow ausel reared que
maintenant. La olvillsation a gra
duellement fait disparajtre- len
pouvoirs’ oocuttes , Ho:
décrottre ’actitd do non cing

sOna, ’






vie a

AU pansd. aim

pana componb, Hy i ate
Lan forme! Gentes eat:







n'y aura pas, I n’y aout pas, il
ny u pas ey on encore jl n'y a
guere, {n'y a que, i n’y a gudre
que, il n’y a personne, {il ny.a
rion, IL N'Y A PLUS, IL N'Y
AVAIT PLUS ; ces.deax dernid
res formes répondent aux for-
mea affirmatives il. y a encore,

Pour jermlner, nous voue di-
rons qu'on ‘ne -deVient pas mé-"'
dium) on est -cholsl par un: on-
prit qui devient votre le», Crest un~métler qui n'est
pas sans danger, car un. mau-
vais esprit ‘peut lefsser dans ©
tout votre étre des traces nul-
sibles indélébiles.

Fortuné L, BOGAT

dre encore, comme ‘le att oe
tre créole ou le res, clnaeta
1

Notez bien qu ‘article non

Les Bandes Dessinées du «N ouvelliste»
‘Blondie |

MAIS IL FAUDRA BIEN LA TU AS TRENTE JOURS...

PAYERALAFINOU. 7 VA pee
MOIS, YOYONS ! a oe F NT TOL POUR TE Me Be
- ¢ - veh y 2 e A % 1 he

c
2
E
a
e
o
a
O°

wy

NS

Sivous
ne voulez pas que
Beedle Le
untas ft Coe Ti













































Beaucoup d’autos deviennent.des tas de,
ferraille rapidement parce que les —
réparations du moteur-sont tres teuses,
La seleté, Feau et la chaleur se.
marient pour former la boue, ta rouille
- ot le charbon que tuent je moteur
rapidement.
i Pour evmer tel inconvenient les Ingénieurs
en lubrification et moteurs de Esso.
Résearchont crée une nouvelle huile

,

conforme aux besolns de moteurs -

¢



Crest la ‘nouvelle hulle détergota
.ESSO EXTRA. -

Utilisez-la et vous éviterez que

' faccorrosion; ta boue et le charbon’
abiment l'intérieur du moteur de \
-votre-voiture.:Le moteur restera plugs
propre. Et'plus ll sera propre'plus
longtemps ul vivra.

Si vous ne voulez pas que votre voiture
soit-un'tas de 'ferraiile rapidement,
utilisez la nouvelly. huile aetareente
Esso EXTRA.



b, at: n'y pase, fl n'y avait pas, fl "

il y avalt encore, sans. repren--

- dhui, il_y.a.danger A le faire,










: Po) dune “ proposition conjonc
ti¥e,, commengant: par. que et ré-
pordant A la. question : qu’y a-t-
il 7 ou : qu’eat-ca qu'il ya t
— .Quest-co-qu'll -y a 7°
Il-y a aque fa petite Fanny sc
il-y aides flenrs . . ‘trotivé. dans . une situation. peu
il n'y a pas’ de fleurs * int&ressante pour . une jeune. fil-
‘Dans ‘tous ces exémples entrant dans. ‘le

\ nbs”
ny pas de pain

il ya de Veau

il n'y a pas d'eau

il y a une voiture .

fl n'y a pas d@ voiture

_ma dit

et den, remplit lqsméme fonction que “Francois est a Brest (A, -

que ‘ces unités8t appartient a Maurois, Climats, p. 97)

la méme classe ‘grammaticale, la

classe de Vearticles,
— On’ peut dist:

une forme interrogative

10) d'une proposition commen
er aussi Cant par de quoi aveo l‘infinitif:
Est- ‘il y aurait de quoi pleurer, il y

-ce quil y a ? Y-a-t-il ? une for 4 de quoi faire.un livre, il y a

me négative et interrogative: n’y de quoi mourir, il y a de quoi
a-t-il pas 7? Est-ce quil ny a manger, il y'a de quoi bofre.

pas ? Cependant on one reldva pas
Qu’est-ce quill y a ? Qu’et-i] dans la parole ou le discours,
une forthe expressive: Ce gv'il comme on dit depuis Saussure:
y a de... Ce quiil y aura de.. il y a pourquoi, il y a comment,
il y a quand, .
’ LES PRINCIPAUX EMPLOIS
DE LA LOCUTION
, construction réservée & un petit
nombre de verbes quand cil y a»
est affirmatif et plus libre avec
cil n'y a pas», il n’y a guére, il

La locution il y a sert-& mar-
quer lV’existence, &-—'montrer, A
situer des @tres dans le temps

ou dans” }’espace, Elle péut atre n'y a que : il y aa boire, Uy a
Buivie. & ‘manger, mais : il n'y a pas A

lo) d’un nom propre-.sans dé s'y tromper — on ne peut pas
termination : il y a Cécile (Du- s'y tromper; il n’y a qu’a le di-
ham. Chron. Pas, I p.238), il ya re — il saffit de le dire; il n’y
Rome (Montherlant, Guerre civi a pas & paNer — on.ne doit pas

le, HT, 7);

20) dun nom propre détermi-
né ; il y a un Dieu, il y a la
talentueuse Cécile,

* 80) dwn nom commun sans
article : il y a moyen, il n’y a
pas moyen, il y a espoir, il ya
lieu d’espérer, il y a féte aujour

parler; il ny a guére qua se
taire — il ne ‘reste que la poasi-
bilité de se taire.

La locution cil y a2 sert ence
re 4 montrer, 4 situer des étres
ou des choses dans l’espace ou
duns le temps : il y a quarante

. éeves dans la classe, il y a sept
jours dans la semaine ou a in-
troduire une cinconstance ou un
fait : il y a abondance de fruits
cette années; il y a longtemps
que je no vous ai vu. Accompa-
gné d'une expression de temps,
cil y a» est léquivalent de voila:
il y a longtemps que je ne vous
ai vu peut devenir : voila long-
temps que je ne vous ai vu. Du-
hamel a bien exploité I’analogie
6 , . , de «il y a» et de «voila devant
0) dun verbe employé seul, une expresdion de temps dans le
construction plutét rare. Si Pom- passage suivant :.
pée est vaineu, je luni resterai Nous parlerons de ca plus
fidéle, et je finirai tué ou tard, Lucie. VOILA SEPT ANS,
proscrit, S'il_ est victorieux... il dis-tu, que Yon réclame les actes
ne sera pas long & me faire hor ay ‘Pérou. Il n’y,a vraiment pas
reur, et il faudra ou lé subir ou de raison... .
Vabattre. Tl y a supporter, il y _- To sais ce que tu pénses, Ray-
a tuer et il y a mourir et il n'y mond. IL Y A SEPT ANS que
a plus rien d’autre, Montherlant, —’on fait des démarches, mais IL
Guerre civile, 'Y A SIX ANS gue le notaire a
- commencé de se facher (Duhamel

il n’y a pas besoin d‘étre rensei-
-gné, il y avait foule, il y a pain
et pain,-il y a jagot et jagot.

4o) d'un nom commun déter-
miné, avec ou sans expansion: il
y a la rente, il y a la petite ren-
te (Duham Conf. de minuit, ch.
X p. 109),

60) La locution «il y a» peut
étre suivie d'un adjectif au com
paratif : il y a plus grand que
ca,’ mais non immédiatement
d'un adjectif au positif ou au
superlatif absolu («il y a grand»
ne se dit pas, ni cil y a trés
grand»). Liemploi d’un adjectif
au positif ou au superlatif abso
lu exige Yinsertion d’un «de» de
liaison: C’est ce quill y a DE
commode dans la question des
enfants (Marcel Aimé, Le. Ju-

Recettes
de Cuisine

ment verte, p. 5). Il n’y a DE
grand, D'excellent que ce qui
est juste, ‘: VOLAILLES ET

To) d'un adverbe de maniére
au comparatif : il y a mieux; —
on crojt qu'il n'y a que la mort,
il y a pis que la mort (Monther
lant, guerre civile, III, 8)

80) d'un | pronom ~ personnel
tonigue ; il y a vous aptres (Du-
ham. Chron, Paaq. t IY, p. 200),

COMMENT LE VIDER?

On peut vider la volaille ayant
ou aprdés avoir coupé aes mem -
bres, Hi s‘agit , tout siinplement
de lu vider avec intelligence et
adresse ‘Pour ne. pas crever le
fiel. \

Si l'on veut” cuire le poulet en-
tier, il faut le vider tout entier.



ce qui autorise par analogie : i] Pour cela faire une fente tout
y a ‘moi, il y a toi, il y a lui, le long de Je peau du cou par le
il y a nous, il y a eux. voté du dos. Détacher par cette
, fente, la poche de l'estomac, (ot
séjournent les grains de mals ou

de petit-mil avant d’étre digé -

Cordonnerie rés), en écartant avec les doigts
les membrane s qui la

(Electric Shop) maintiennent @ la carcasse et en
avise la refoulant vers le bas. Ensuite,

, vec un couteau bien effilé, cou-
Mr. Antoine Richemond, Mana per tout le. tour de
ger de la Cordonnerie BLEC- le dedans, refouler l’anus & ’inté
TRIC SHOP porte & la connais rieur et faire une incision de 2
sance des-clients qu’un délai d’un jpouces de long allant vers le ven
mois leur est accordé, A comp-
ter & partir de cette date, pour
venir prendre livraison des cheaus
sures en réparation en son ate-
lier A la Rue du Centre, (bloc,
St. Louis de Gonzague). .
Pass6 ce délai ces chaussures
seront purement et simplement
vendues & la criée publique.
* P-au-Pce. le 8 Janvier 1970
' Antoine RICHEMOND
MANAGER.

Les Glandes Rajeunisseat
Vigueur Renouvelloe
sans Opération af

Mi vous vieliiisses avant ~~.
sa asa are
men! ie “ we ysique,

cS, Banca eu



on. 0, FatTe. me olre of

vue saméliorent, dune. fa
nante. Ce restaurateur mervelileuz dee
ginndes et de la - Vigueur Appel vars
est garth 0 a eat ado
par dex milters Mohn ricgdna et eet om
Yeute dans toutes jes on.

Achetes ‘ Varke .
Mottes-le. A Vépren
teres un -






Chron. :
re cependant que ‘evoilAs avec u

+ fvee plug. de, vivaeité que :

ans certaing proverbes et dans

Y'anus vers ©

tre pour, élargir Vorifice provo-.
Le Livre de Cuisine de Ninichs.







Paxq. 1, p. 47) LL resee

expression de tempa rend l'idbe
ol, quil est’ possible seulement
quand le verbe est au présent ou.
au “passé composé. Bn .
Je style soutenu «Do y a
parfois la place .A «il est» 2:
; Tl n'est pire eau que ‘eau qui
dort

Heat des parfums frais-com-

cade

méma eystéme -Qu‘ést-ce quill y a‘ encore; ‘Dies, me dea chairs d’enfant ‘(Baude-
_de relations’ que du,.de 1’, we -kie:? — 1! y a qu'on ‘

laire)

li est des noms plaintifa com-
me le chant des vague... -(Geor-
ges Sylvain,

Th est des heures exquises oi
les choses ont une ame (A. Sat
main)

Il est de clairs matins, de ro-
ses to coiffant,

Od lime a des galtés d’eaux -

vives dans les roches... (A. Sa-—
main) ——
Il est des nuits de doute ot

Vangoisse vous tord (A. Samain)
. IT Nous interrompons ce déve-
loppement sur sacter une ou deux. minutes a
des questions de rectifleation de
vocabulaire ou de graphie. —

lo) CLINIQUE ET CARI-
NET DE CONSULTATION

Un medecin donne des: consul-
tations, généralement a@ son cabj
net de consultation, ou simple-
ment 4 son cabinet, comme |’a-
vocat. Peu. de médeeins, chez
nous surtout, recoivent leurs me
lades en clinigus : la clinique eat
un hépital privé ment privé dirigé par un méde~
cin ou chef de clinique, of les
malades sont opérés et soignéa>

(ROBERT)

20) Dites : un analphabete,
c'est un analphabete, il est anal-
phabéte, nous avons un pourcen
tage élevé d'’analphabétes (et
non: un analphabet). Cette der
niére forme n’existe pas en fran
cais. Le mot analphabéte' ost a
la fois nom ‘et adjectif et il n’a
qu'une forme pour le masculin. et °
le féminin.

80) Eerivez : le cabri, un cabri,
c'est un cabri, il-y a beaucoup de
eabris & Thomazeau, les cabris
sont nuisibles 4 |’agriculture. Ne
vous laissez pas influencer par
la forme créole du mot et n’in-
troduisez pas dans sa graphie un
francais contemporain.

Mesdames, Messieurs, je “vous
remercie de m'‘avoir écouté et je
vous dis : bonsoir, & la semaine
prochaine. —



Simples
Haitienne

par NINICHE

Vv

LEURS APPRETS |

qué par le déplacement de l'anuf,

Tenir la volaille de [a main
wauche, et par cette ouverture,
chercher A détacher en bloc avec
le doigt ou la main, tout le con-
venu Intéricur: intestins, yésier,
foie od est attaché le fiel, Ja po-
che de Vestomac déja détac hée
per le haut.

Une fouls sorti on bloc, enlever
la poche a fiel avec précaution
Ouvrir le gésier, vider son con-
tenu de grains non digérés, enle-
ver la peau qui tapisse son inte
rieur. Laver lintérieur du pou-
let et ses abatis sans exagération,
sans les presser avee la main. Ma
riner au piment et sel pilés en-
semble, le movfller d’un mélange
a perts égales de jus d‘orange
sQre et jus de citron, de 2 ou $3
cuillerées d’huile, d'une poussiére
de poivre et des rondelles d'oi -
gnons. Remuer en vannant et
lnisser macérer.

se vend dans toutes les brairies

Canc ey amr a ame oT nn ape . aera






=

LE CHAT BO’

v08 7





aces

(em bas

de

VV ev yy ee VN ee ey

La rebellion biafraise écrasée

(Suite) :

aurea de Septambre - Octobra kilometers,
puuer . . LiAnnée do VAlr — nigériane

Vero aa barhe rournte, qui est stewt dotee de quelquos bombar-
pour tea thea lo signe exterleur —diera Uyouchine 18 (bonvbardigrs
aune crise a denouer, it évoque Moyers A réaction) et surcout, de
lo poraonnage de Yidel . Castro. chasseurs soviétiques MIGS 15,
Son cou de taurcan ct sa silhuuet MIGS 17 et probablpment MIGS
le maadive font par contre pen- 21 equipes de musailes — Alr-Afr,
ner A Winston Churchill, Sa sen ainsi que d'un certain nombre
mbiNtg pxrreme et son cydrme je davions britanniques. :
Tapprochaw dun autre héros a. La f{lotte de combat — nigérin-

fricain dechu, Kwame Nkrumah
avec lequel i partage en outre je
yeut des tonues théatrales (te-
hues de pacachutistes eb panache
ain Soint Cyr, ou tunique bouton
wee i lu chinowe). Follament am
mieux, peut étre, mais passion
nement attaché a la cnuse de son
peuple, qui avail en lui une con-
tiance totale, bien qu’ii n’ait ja-
nial aimé Je contact des. foules,
OQdumegwu Ojukwu a montré
adevant de danger un courage in-
damptable, .
lJhistoire dirn plua tard sil
represtntiait une tendance conser
vatrice, dépassee par Vévolution
dc PAfrique, ou sil incarnalt com
me je heros Choka In volonté de
survivre de tout un peuple.

XxX

“LE NIGERIA
PREMIEKE PUISSANCE
MILETALIRE D'AFRIQUE

Deux fols grand comme
Franco }
ves), le Nigéria est situé dans la
Porte Ortentale du Golfe du
Rénin, entre le Dahomey, le Ni-
rer, le Tehad ot le Cameroun, |

Croix principHtux groupes eth-
niques. Haoussa-Peul 13,6 mil-
lions) au nord Yoruba (10 mil-
lions) & Vouest et Ibo (8 millions

au Vest, qui ne représentant 60
070 environ de la population tota
le exergaient jusqu’en Juillet 66
(date de la prise du pouvoir par
le Général Gowon), une action dé
ternminante sur la Vie Politique
du pays. :

Depuis Mai 1967, les quatre ré
gions Nigeérianes ont été divisées
en douze Etats, dont six dans la
region nord, tiois dans la région
Orientale (le Biafra), et deux
dans la région Occidentale, celle
du Centre-Ouest restant inchan-
gee. Cette distribution a eu pour
but de diminuer Vinfluence des
atrois grands» groupes ethniques
au profit des tribus minoritaires.

A la tete du gouvernement, ot
sont représentés les douze Etats,
est. placé le Général Yakubu Go
won, originaire d’une petite tri-
bu christianisée du Nigéria nord,

(te Général Gowon s’est engagé a
cenvoquer une Assemblée Const:
tunnte et a relablir un régime ci

vil A une date non encore préci
rie a fa faveur de la guerre civi
leo, VArmée nigériane est deve-
nue de loin Ja premiere puissan-
militnire d'Afrique.

Ses forces terrestres comptent
(100.000 hommes équipés de maté
riel ultia-moderne, notamment
de nombreux Chars Britanniques

6eg

Salatin ef Saracem, ainsi que de
8h eanons tourds de 120 mm (so
virliques), dune portée de 20



Oftre d@’Emploi

Jeune Fille ou Dime PARLANT
ANGLAIS, nynnt expérience com
merouie -- Salaire avantégeux
(Foxe plus) Comminnion).

Adrenses-vous 4

fntre Midi el 2 Heures A MAI
cON YVES MORAILLE, 7 Hue
des Miracles (fuce & da BNE)

LARA BARALREBABRERKARARA AKAD DEAD

Tah
(928.000 kilomdtres car- *

ne qui comprend plus d'un mil-
lier d’hommes se compose d'un
escorteur jourd; le Nigeria, do-
té dv canons de 102 mm, de six
batiments do surveillance cdtiire
britanniques et de quclques ve-
dettes rapides soviétiques.

Le Nigéria, bénéficio d’une éco
nomie on pleine expansion, i pei
ne touchée par la guerre.

Ce pays est le promier expor
tuteur mondial d'‘arachides, de
palmistos et d’huile de palme ain
wi que lo 3éme exportateur de ca
cao. Le Nigéria produit égale-
ment du charbon, de Vétain, et
surtout du pétrole dont lexploi
tation en pleine expansion, mal-
@arrat da

yréoun sérieux coup
iux bombardements — Biafrais,
pourralt atteindre en 1970 pres

de 60 millions de tonnes,

Son conmerce extérieur avail
atteint en 1968, avant Ie déclen
chement du conflit, prés de sept
milliands, de nouveaux francs.



Mort de Albert
Meleschi

Pax Villa annonce le décés
survenu \* 9 Canvier & Saint -
Francois de Sales de Monsieur
Albert Meleschi.

“En cette douloureuse circons-
tance, Pax Villa et «Le Nouvel
liste, présentent leurs sincéres
condoléances & ses enfants Mr.
et Mme Maurice Méleschi et fa-
mille, Mr. et Mme Téléphe Du-
viella Mme née Giséle Méleschi
et famille, Mr. et Mme Gérard
Méleschi et famille, Mr. et Mme
Raymond Charles, Mme Lucile
Noisette et famille, Mme Amé-
dée Claude, Mr. et Mme Hila-
rion Edouard et famille, aux fa-
milles Méleschi, Duviella, Char-
les, Noisette, -Claude, Edouard,
Rey, Victor, Munier, Deas, Ca-
lixte et A tous les autres pa-
rents et alliégs éprouvés par ce
deuil,

Les funérailles de Monsieur
AJbert Méleschi seront chantées
le mardi 13 Janvier a 4 heures
de Vaprés midi en ’Bglise du Sa
cré-Ceur de Turgeau. Le con-
voi partira de la Salle paroissia-
Je ot la dépouille mortelle sera
exposée dés 2 heures.



Pharmacies assurant
le service cette nuit.

Lundi 12 Janvier 1969
DU COIN
Roe Mgr. Guilloux
MATHURIN
Rue Fronts Forts
VIETNAM LES NORD



Centre Médical
27 Chemin des Dalles

Contérence duo Merercai 44
Janvier 1070: «L’OMS et lea Pro
hlémes de Santé en Haiti» par le
Ducteur Francois Dresse.



AU REX THEATRE

Ce soir 12 Janvier 1970
a6 Heures et 8 Heures 15

Le Succes

Sidney

_ dane Lo?
MON HOMME.

Un drame qui vous bouleversera.
a . aan X

Poitier

Continue

\





Radie- Haiti)





AU FI



DES JOURS...

be on exclusivité les marques suivadites,

réputées dans toutes
lea Capitales

(Suite)

s'élait dopuls longtamps rotirée arr{’é {cf samedi apran midt par

de la acéne of sa mére Salt uug
vodobte trop oxubéranto.

Allce proclamalt son origins.
Ello og tla fille du fameux indus
triel d'origine italionne, Am-
brotte qui inventa Jes machines
i pates alimentatres.

Son pauvre mari, si richo pour
tant avec de l’argent, ne pouvait
pas iepondre A do tela cuprices
de sa temme ayant un bras
droft inutile. Il a.6t6 victime d’un
accident. Et nous eimes la par
tie belle Pnuvre. «Fubhe Rela-
tions». Alice nous baptisa de
Chef du Protocole, de Chef de la
Ja Polic et nous couvrit de baisers
pour Haiti, pour la courtofsie et
la générosité du grand industriel
Clémard Joseph CHARLBS qu’el
je venait de rencontrer et qui a
fait une si vive impression sur
son mari et sur elle..

x x x

L'EXPERT ONUSIEN
JACQUES DEUSE
transférd au Sénégal

Arrivé ici le 18 Janvier 1969,
L’Expert Jacques DEUSE a pas
sé pres d'un an en Haiti dans lo
cadre du projet Haiti 8. [1 s’occu
fait de la protection des végetaux
et de ]'installation d'un laboratoi
re de Chimie Agricole aux Cayes.
il y remplaca le sympathique Ex-
pert Jacques Lambrecht et assis-
ta au démarrage d’une campagne
de dératisation de la Ville des Ca
yes. Cette campagne étant consi
déréa comme une opération pilo-
te. Il est parti dimanche avec 5a
femme pour aller occuper son
nouveau -poste & I]’Institut e
Technologie Alimentaire de Da-
kar qui est également un Projet
des Nations-Unies. .

ll a quitté Haiti avec beaucoup
de regrets car il y compte beau
coup d’amis. De plus étant ingé-
nieur agronome et phytopharma-
cien de Gembloux i] eu a rencon
tré plusieurs anciens condisciples
el confréres haitiens dunt J. Ro-
bert ESTIME, Georges Louis, E.
Pierre, C. Blanchet). Sa femme
assistante sociate donnait des
cours de Nutrition 4 Il’Ecole Nor-
male des Cayes. Jacques DEUSE
reviendra en Haiti du moins, il
Vespére.

DIVERS

x XX

...Dimanche matin sont rentrés
de.San Juan, M. Jean-Claude
Flambert, comptable et sa jolie
femme Mathilde. IIs viennent de
passer quelques jours A Puerto
Rico.

x XX
..M.Géraid PF. Lawrence, ¢Crui
se Directors de North German
Lloyd, & New York est arrivé au
cours du waek-end pour des va-
cances bien méritées dana son I-
le favorite. I) a pris logement 4
VHotel Choucoune.

x x xX

..Le jeune Roland Charles-
Pierre, fils de notre sympathi-
que ami, Gérard Charles-Pierre
et Mme part ce soir pour Puer
to Rico. Roland qui a fait sa pre
miére année a la Faculté des
Sciences de Port-au-Prince pour-
puivre ses études en architecture
i VUniversité de Mayaguez.

xxx

...Nous avons rencontré ce matin
Le ftévérend Ithiel Clemmons,
«Field Agents de Home Fo-
reign Board de Church of
God in Christ en compagnie de
Mme Dorothy Exumé. Le Révé
rend Jihiel CLEMMONS _ est

Iv Vol de la TCA. I repart mer
cred}.
xxx

... Ges groupes de visiteurs cana
diena arrivés ici par des avions
do la Nord Air créant avec les
Jeunes filles” quf les composent
une grande animation dans noa
boites de nuit.

C'est ainsi qu'on renvontre par
tout cea jeunes tilles si éprises
de la compagnie de nos jeunes
gens. Nous avons rencontré en
tra autres Carole Corbeille, Mi
mi Comtols, Mariette Lagas-
sé, Lucille Beaudry, Helene Bou
let, Cécile Dudemaine. Et Mare
Ferland jest le jeune = canadien

quj les accompagne.

UNE SOIREE CHEZ
LES PEINTRES

Monsieur Jack ‘N. HOLCOMB
s'intéresse beaucoup & la peintu-
re haitienne. Il est & son 4e voya
ge & Port-au-Prince et i! profite
toujours de son séjour en Haiti
pour faire I’acquisition de. ta-
bleaux. Il est propriétaire de Stu
dios qui sont situés A Miami et A
New York,

Comme il est un client du FO-
YER DES ARTS PLASTIQUES,
Jes peintres de cet important cen
tre de peintures ont pris l’initia-
tive d’organiser Samedi soir une
réception en I’honneur de M. J.
N. Holcomb, 4 leur centre de tra
vail sis au prolongement de Ir
Cité de Exposition.

Vers 9 heures 30 p.m. se présen
ta M. J. N. Holcomb accompa-
gné d’un remarquable congénére,
Melle Constance CLEMENTE
qui est Assistante Sociale 4 New
York et de Monsieur Pierre Hol-
lant. Il fut introduit a la socié-
té des peintres et aux invités par
Mr. Wilson Jolicoeur, président
de ce foyer qui lui adressa quel-
ques paroles de bienvenue, lui
souhaitant également un egréa-
ble séjour ici. Le Président de
«ART INTERNATIONAL INC.
remercia de Vattention dont il
est Vobjet, mit J'accent sur les
vastes potentialités de la peintu-
re haitienne et parla de son pro-
jet de faire des expositions itiné-









d’Burope et d’

DECLARATIONS
DE M. MERVIN LAIRD
WASHINGTON (AFP) —

«Si jes conversations avec Mos
cou sur fa Iimitlation des armes
stratégiques (SALT) ne réussis
sent pas, : les Htats Unis de-
vront réelloment examiner la pos
stbilité de mettre sur pied un
systéme d’armes offensives», -
déclaré dimanche M. Melvin
Laird, Secrétaire & la Défense,
au cours de Il’émission «Face
the Nation» de la chaine de Té-
lévision “CBS.

_M.: Laird a souligné la supério
rité des soviétiques en ce qui
concerne le nombre et Ja charge
de leurs missiles stratégiques
alnsi que l’accroissement de leurs
capacités en matiére d’armes stra
tégiques offensives, Pendant ce
temps, a-t-il dit, les Etats-Unis
se, bornent A faire un travail de
recherche et de développement
sur les missiles offensifs.

xx x

LES NORD - VIETNAMIENS
DECR 'AIENT CERTAINS
CODES ERICAINS
SAIGON (AFP)

Les unités vietcongs en opéra
tion étaient averties par avance
des bombardements américains,
des embuscades et des déplace-
ments par une station d’écoute
Nord Vietnamienne qui avait ré-
ussi & décryster certains codes
américains, afprend-on de sour-
ce militaite a Saigon.

La station, ses équipements ect
12 Nord-Vietnamiens anglopho-
nes ont été capturés il y a troia
semaines & environ 50 kilométres

au Nord de Saigon. HC c’était la

rantes de peintures haitiennes 4.

travers tout le vaste territoire
des Etats Unis et ensuite en Eu-
rope. Il a encore d’autres projets
pour asseoir la garantie des pein
tures haitiennes contre toute con
tre-facon,

Puis, il fut servi un remarqua-
ble repas a la eréole composé de
cabri délicieusement préparg as-
socié de bananes pesées, de toma-
tes & Voignon arrosés de la sauce
«P’'tls Malices. Le rhum Barban
court et diverses boissons rafrai
chissantes complétérent le repas.

Un orchestre vint jouer dg la
musique haitienne et ce fuf une
bonne occasion pour les couples
de se livrer a Ia danse.

A cette joyeuse soirée, )’on pou
valt distinguer le Dr Arthur Val
court et sa distinguée épouse, M.
Raoul Viard et Madame, Mr Gé
rard Séjour et Madame, M. Wil-
son Jolicoeur, M. Joseph D. Ray
mond, Mr Félix Prudent, M. Bus
tache Legrand, M. Fernand Jou-
bert, M. Paul Beauvoir, M. Eric
Girault, Mme Antoinelte Romain.
Melle Evelyne Louis, Mule Adeli-
ne Michel, M. Ren€é Exumé— et
beaucoup d'autres.

Ce fut une brillante manifesta
tion sociale pour aquelle nous fé
licitons M. Wilson Jolicoour et
tous ceux qui ont contribué au

auccés de cette réunion.
MALU



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)

Al Rue

INGENIEURS

Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours —
et de la Fontaine Mme Colo)

TECHNICIENS
HOBBYISTS
EXPERIMENTATEURS
POUR VOS PIECES VOYEZ LA MAISON
AUX ONDES SONORES ,
Un bon conseil peut éviter beaucoup

de dépenses et de temps

perdus

TECHNIQUE, EXPERIENCE, PROGRES :
NOTRE STOCK LE PLUS IMPORTANT.

BIEL L PPL LLLP LLLP LL

ttt







eet tttet titre titer tt

yl









OT





Rant ractcee tants ont tn epee Loe







iby
aly



Spinto



eet rer

L’Ecole de Commerce JULIEN CRAAN

Avene Christophe

_— Inaugure en Janvier

prochain, les Cours
Sténographie Francaise
REGG

Dactylographie. Bilingue
rue Comptabilité Américaine :
ro Un Cours Intensif de
Janvier 4 Aott 1970, et un Cours Semi-Intensif
de Janvier 4 Décembre. a
Renseignements et Inscriptions tous les Jours,
gauf le Samedi et les Jours Fériés.

retin relat al etl etl hl rl tee ele

(il

Rue 6









. suivants :

Be sapernreeel Datel ae et nel ne eel et De et

\

premiére fois qu’une telle captu
re -€tait effectuée depuis le dé-
but de la guerre du Vietnam. Im
médiatement le commandement
américain « donné ordre d’utili-
wer désormais les codes secrets
et non plus des codes plus ou
moins simplifiés entre unités. Par
ce que, dans le passé ou indisci-



Avis Important

-La direction de Ecole Techni-
que de Cosmétologie pour répon-
dre & la demande des intéressés
et afin d’épargner les retardatai
yes de la perte d’une année, avi-
se que les inscriptions aux cours
de Cosmétologie sont regues tous
les jours ouvrables en son local
sis au 93 de la rue pavée de 9
h am. & 4 h p.m. jusqu’au mardi
13 janvier prochain.



Remerciements

Mme Dor Thomas et famille
Mme Vve Maurice Colimon et
ses enfants, Mme Vve Pacifique
Dubuisson et ses enfanta ,Mr. et
Mme Antonin et, famille

Les familles Attis, Thomas,
Louis, Colimon remercient bien
sincérement Son Excellence Mgr.
Angénor, Evéque des Cayes, MM.
les Chanoines Dorélien, Alexan-
dre, Jn-Noel, Halaby, les RRPP.
Werva et Albert Goin, St-Hubert
et Verrier et tous Iés amis de
ia Capitale et de la Province qui
leur ont donné des marques de
sympathie & occasion de la mort
de leur regrettée mére, belle-mé-
re, grand’mére ct tante, Mme

AUGUSTE LAMERIQUE

Enlevée A leur affection le ler
Janvier écoulé.

Tis lea prient de trouver — ici
cxpression, de leur vive gratitu-
de.

Port au Prince ,le 12 Janvier
1970



Inscrivez-vous a :

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE la garan

’ tle de votre succés

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE une assu
rance pour votre avenir

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE le céntre
de formation professionnelle idéal

_ pour la jeunesse

— ECOLE DE COMMERCE
MAURICE LAROCHE Building
moderne, materiel adéquat, per-
sonnel compétent, a
Cours de Comptabilité de
3h. & 5h. p.m. (2 ang)

spécialement destinés aux Etu
diants des Facultés - :

— Cours de Comptahilité de
5h a7 bh. pm. (2 ans)

— Cours Intensifs de Comp-
tabilité de 6 h. A 7h. p.m. (1 an)

-— Cours d’Anglaia Usuel (en
6 mots)

— Cours de Dactylographie et
de Sténographie bilingue ’

Inscriptions tous les jours ov-
vrables de 8 h.-& 12 h. am,
et de 2.h.aA 6h. pm .-

au local de JVEcole de Com-
merce Maurice Laroche, Angle

_ Avenue’ Ducoste et Chemin des

=

Dalles — Téléphone : 56-4211



Demande d'emploi

English Mech. & Elect.
Ingineer. Degree ‘ROLLS ROY
CE Trained .
‘Experience Light & Heavy
Equipment a4
All Offers considered
GD.F. gambers
c/o R@fur Steffen
El Ral€no. .

Ainbrique








“ ’

. . A

pling de tels cados ont &é utili-
sé, le vietcong a pu: dégager &
temps, ses positions, avant qu’el-
les soignt attaquées, ajoutent cos
mémaes sources, qui précisent. que
Yon ne. peut affirmer que les vols
de B 52-n'alent pas ainsi été con
Ts par avance.

Dans le centre d’écoute. les
troupes de la premiére division
aérienne de cayalorie ont décou-
vert, transcritg mot 4 mot 1-400
messages radio et des cartes an-
notées prouvant que les codes im
provisés entre unités avaient été
découverts.

Selon ces sounces, enfin, il n’est
pas impossible que d‘autres sta
tions de ca centre existent ail-
leurs au Vietnam. Mais ce n'est
pas le seul usage que les Nord
Vietnamiens font de leur radio,
apprend-on encore, Il y a quelques
jours, on’ effet, une’ position d'ar
tillernia américaine recevait par
radio ordre en anglais.et avec
Taccent américain de diriger son
tir sur une cible. Identifiée celle
ci s’avGr'a &tre une position alliée.



Les "Compétitions -€e
la Coupe du Monde _.

(Sulte)

tres clubs qui souhaitaient la dé
faite des Bleu et Jaune ou fe pur
tage de points.

L'arbitrage de Villard Léger
a 6té plus que décevant et a eu,
sans aucun doute, une certaine
jnfluénce sur le déroulement de
ja rencontre. La victoire du te-
nant du titre est méritée car iJ
joug plus souvent offensive que
les hommes de Jules Faustin et
-Max Guerrier qui se confinérent
dans une défense prudente.
Domingue doit étre félicité de
son opportunisme. Il fut Vauteur
des ‘deux buts alors que l'on at-
tendait semblable fait de
thelmy ou de Guy St Vil.

Le Racing fait maintenant ca-
yalier seul avec ses six points, il
est probable qu'il sera rejoint
par PAigle Noir dont le prochain
adversaire est Petit Gofve, a 1a
fin de cette semaine.



Retour de
Pentraineur fédéral

Hier aprés midi est revenu_|’En
traineur Fédéral Antoine Tassy
qui vient de participer & un con
giés d’Entraineurs organisé par
la United States Soccer Football
Association & New. York. _

Tassy, au cours de discussions,
seat signalé par de judicieuses m
terventicns sur Jes aspects tech-
niques du jeu.

A,

INSTANTANES
(Suite)

pour le deuxidme trimestre de
Jrannée scolaire, dans tous nos éta
blissements publics et privés d’en
seignement pri.naire, professin:.
ne}, secondaire et supérieur.

x x xX

RARETE DE POJSSONS

Des forts vents de la semaine
derniére ont’ provoqué une rarc-
té de poissons frais sur le marché
de lu Capitale. Les bitoaux de
péche n’ont pu prendre la mer, en
raison do la force des vagues.

Aton s'attend A ce que, cette
semaine, les étals do nos harengé

_ res et les congélateurs de nos pois
nonneries soicnt mitux pourvus

du fait de changements notables
dans la condition des vents.

SKKKKAKKKAKKKAKNHKKKKK AIAN ION

AU CAPITOL

A partir-du Lundi 11 au Mercredi 14 Janvier
a 5 Hres, 7 Hres et 9 Hres

LA FEMME INFIDELE
~ Un film de Claude Chabrol.

~Avec : Stephane Audran’ et Michel Bouquet. 4

Entrée Gdes 2.50 et 4.00

NB Ce_film ne passera quau Capitol
@ Vexeclusion de toute autre saile, ou.

Le ‘
«

_< Drive - in de

GINO ALDROVANDI a

Bar-



H

SACROMONTE
MONACO ws

TORINO

ELENA .
, OBBI




LA LIGUE FEMININE D’ACTION SOCIALE -
SEME LA JOE

- On dit souvent <1] n'y a pas
dé plus grand bonhaur que de
donner du bonheur». Cette affir-
mation s'est realisée lc Diman-
che 21 Décembre 19609 A l’Asile
Communal de Port-au-Prince
ou la Présidante de la Ligue. Fé
minine d’Action Sociale, Mile
Solanges Dominique, entourée
‘des Vice - Présidentes, Mme Cé-
lie Diaquoi Deslandes et-Mme Hé
léne Lauture, des Présidentes et
Conseilléres d’Honneur Mme Thé
rése Pierre-Louis, Mlle Lydia
Jeanty, Mme Maud Hudicourt,
Mme Daniella Domond Domini-
que, des Membres : Mife Pauline
Jeanty, Mme Judith Bijou, Mme
Jeon Dartigue, Mme Charles,
Mle C. Mayard, Mme Jean Scott,
Mme Pierre Jérome, Mme Olga
Lavelanet, Mlle Viclorine Lator-
tue et d’autres niembres, ont été
fété les vieillards de l'Asile Com
munal : Aidées des éleves du
“Cours Amédée Brun : Chantal
Carrié, Evelyne Larco, Addy Bris
son, Marcel Frank Simon, Judith
Churles, Nicole Blanchet et Jo-
celyne Bruno, les Membres ont
offert des patés, des sandwiches,
des giteaux, du kola — on leur
a distribué des chaussures,
mouchoirs, du savon,

Les employés et les Religieuses
de la ec\com qui dirigent V’A-

des

hile avec\compétence et dévoue-
ment ont Aussi été _gatés par les
Membres dé la Ligue. Allant de
salle en salle, le groupe chantait
des airs de Noel en Créole, en
Francais et méme en anglais et
en espagnol, a la grande satisfac
tion de ces 200 déshérités du sort
qui, comme ils Je racontent ont
connu. les splendeurs terrestres. A
une certaine époque de leur vie.

Nos compliments et nos remer
ciements A tous les généreux do-
nateurs, particuligement a la Fa
brique Fritz Mews, la Fabrique
Larco Fréres, \'Epicerie Rex, et
fla Compagnie de Tabac Comme
Nl Faut.

xxx

Poursuivant leurs, généreuses
activités les Membres de la Li-
gue Féminine d’Action Sociale se
sont réunies .chez la Présidente
Mule Solanges Dominique et sont
parties pour ]’Asile de Beudet a-
vee leur dévouée Trésoriére Mme
Vanina Dallemand, Mlle Victori-
ne Latortue,,Mme Olga Lavela-
net, Yme-Léonje Lemoine, Mme
Siméan Cadet. ‘Elles Opt apporté
un copieux repas de féte : dinde,
salade, macaroni au. gratin, riz
‘et pois & V’haitienne, kola et ga-
teaux. Les Membres de la Ligue
ont encore une fois distribwé des
chaussures, des vétements, du sa
von et des revues.

Certains de nos céshérilés men
taux parlaient encore de Mme
Bome Sannon, dévouée Membre,
qui quoique A l’étranger, ne les
a pas oubliés: Ils ont aussi appré
cié leur annuel ckola Séjourné.»

Il suffit de peu pour faire ré-
gner la joie autour de soi.

xX XX

SOIREE DE NOEL DU
DIMANCHE 28 DECEMBRE

Les Jeunes étaient préts au
rendez-vous dés 3 h de l’aprés-
midi & VInstitut Lope de Vega
gracieusement mis & la disposi-
tion des Membres de la Ligue Fé
minine d'Action Sociale, par \e
distingué Directeur le/Dr Louis
Lamothe. Des guirlandes multico
lores, des ballons, d’énormes
fleurs modernes ornajent les sa-
lons et les jardins.

A 4h 30 Vapparition du Pére
Noel les bras chargés de ca-
deaux, arracha lee petite et _ lea
grands, aux délices de l’orchestre
«Les Difficiles>.

La danse et les jeux reprirent
pour s'interrompre vers 6 heures
avec le défilé de Modes. Gracieux
et élégants les jeunes firent leur

a




la Capitale.



apparition, «Pascale Chatelain
ouvrait. le défilé-avec Sourtre du
Matin, Monica et Rachel Seott
Dortarent des Symphonies bleues
ct roses, Marie Helene Hijou, un
Abricot haitien, Bebé Dior etait
porté par ‘Laurie Sitvera, Paque
retta de Kenskoff. par Hanajie
Wolf. Pascale De et, son amie
avajent sur elles
Goneviéve Dorsainville portait
Bonbon Fondant, Christine Car-
rié était habilléé de Grelot Blanc
et Régine Pereira de Marguerite
Jaune — Guiléne’ Wolf portait
un Pansettiza de Noel — Brillant
Soleil était l’ensemble ‘moderne
d’ Elizabeth Delva - Blanchet; et
\VEnsemble Russe celui de Ginou
Dallemand. i

Simone Castera resscnblait a
un Modigliani et Jeanine Duper-
val évoquait un Picasso — Emu
raude habillait Monique Lélia Jo
seph ct Astre Royal Agnéa Wag
ner,

Judith Bijou portait | Nuage
Blanc et Bleu — Danielle Barjon
était habillée ¢Avec le Solcil> et
Chantal Carrié tit sensation avec
«Kyona Beach».

la note comique du dGfie é-
tuit les: pirates portéa pay Karim
et Tanguy Armand et Nehru par
Jo Baussan fils — car les jeunes
garcons ont aussi participé au dé
fié. ~.

Venaient ensuite Mitsay Lau-
dun dans Tourbillon et Sylvie De
niz avec Réve Perlé — Ginette
et Monique Baussan étaient
«Dans le Vent ect Sabrina’ Ar-
mand incarnait une «Sherheraza
de».

‘La danse reprit, plus animée .
encare ‘car sles, Musiciens s’étaient
bien reposés — On fit le tirage
de la Graridée Rafle. Voici les Ré
sultats.

Le Magnétophone offert par

‘la SHASA a été gagné par Mme

Camille Audant. Le billet a été
vendu par Mme Daniella Domond
Dominiqué, .

La Caigse de Vins et Liqueurs
variés qui a été offert par M.
Louis. GARDERE et Mme Ray-
monde MOLLENTHIEL a été ga
gnée par Mr Anthony Diaquoi. .
Le billet No 274 a été vendu par*
Mule Victorine Latortue.

La bouteillé de parfums offer
te par la Maison RUSSO Fréres
a été gagnée par Mr Louis La-
mothe. Le billet No 562 a été ven
du par Mme Solari de I’'Ambas-
sade du Pérou.

Les jeunes haitiens se sont a-
amusés & la Soirée de Noel. Le
profit de cette féte servira 4 ali-
menter les oeuvres sociales de la
Ligue Féminine d’Action Sociale.
Cette derniére qui fétera en 1970 -
son 36éme anniversaire a un pro
gramme d’année trés-vaste .

Avoir son propre local — Ache
ver la Construction du Foyer Ali
ce Garoute A Cazeau — le Meu-
bler pour accueillir les 100 Ani-
matrices Rurales qui y seront
préparées.

- Nous terminerons cette vue
d’ensemble en langant cet appel
au Public Haitien :

«La Mojsson est abondante>,
les ouvriers peu nombreux -— La
Ligue Féminine ri’a aucune bar-
riére pour accueillir de nouveayx
membres — quel que soit, le mi
Heu social, religieux et politique,
vous serez les bienvenua i Ia Li-
gue Féminine d'Action Sociale



Compagnie
Jean Gosselin
Théatre ate

CLASSIQUE ET MODERNE
AUX ANTILLES

A lintention des éléves des
grandes classes des Lycées ct
Colléges de Port-au-Prince, la
Compagnie JEAN GOSSELIN
offrira au Théatre REX, au prix
réduit de 2 gourdes, les cing re-
présentations suivantes :

Mercredi 21 Janvier & 16 hres:

LE MALADE IMAGINAIRE
de Moliére.

“ Jeudi 22 Janvier A 16 hres :

LE MALADE IMAGINAIRE.
de Moliére.

Pour la premiére' fois, cette
année, un spectacle sur le Mo-
yen-Age A lintention. des éléves
des classes seoondaires et pri-
maires:

Mercredi 28 Janvier A 16 hres
« THELIN»

Jeudi 29 Janvier & 16 hres :
«LA FARCE DE MAITRE PA
THELIN>
Et le Jeudi 5,Février & 16 hres:
d'Audiberti.

-La Compagnie JEAN GOSSE
‘LIN prie instamment les Direc-
teurs des Lycées, Colléges et E-
coles de bien vouloir faire accom
pagner leurs éléves, qui ne pour
ront d'ailleurs avoir accés a la
sale gue s‘ils se présentent en
groupe sous la direction d’un de
leurs professeurs.

Elle compte également sur leur
aimable collaboration pour que
des billets d’entrée aux représen
tations des 21, 22 JANVIER ‘et .
5 FEVRIER ne soient délivrés
qu’auk éléves des grandes clas-
ses, le succés de ces spectacles
peut étre compromis par Is pré
sence d’éléves trop jeunes pour
garder: un silence et une tran-

quillité absolus pendant toute leur

durée, comme i] le sera exigé.
Les Directeurs et Directrices ~-
des. Lycées, Collages et Ecoles
voudront bien retirer les billets
dentrée A ces _représeritations,
chaque matin, de 9 heures A ‘mi-
di, au THEATRE REX, dés le
Lundi 19 Janvier 1970, -