Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text











‘Aami

. QUOTIDIEN ~
LE Pues ANCIEN D' HAITI
ronDe EN 1896

Py sasmmnennnenem
Oirecteur et Rédacteur en Chef .
LUTIEN MONTAS

strateur.. M2! MAX CHAUVET






@ oh



MBEMBRD DB L'ASSOOIATION INTHRAMERIOCAIND DH PRESAR





























Adresse

¢



_. PORT-AU-







"RUE pU CENTRE

; gana!”

weenie

\
ORT PRINCE (HA/T/)
PHONES : 2232 — 2432
BOITE POSTALE :





1316







No 27.066

T4eme ANN

RE

MERCREDI 10 DECEMBRE 1969



Arreté fixantles modalités
d’application du Décret

ARRETE

Dr. FRANCOIS DUVALIER
Président “A Vie de la République

Vu le Décret du 17 Novembre
1969 réglementant les voyages
di l'étranger des techniciens du
corps médical et paramédical;

Considérant que le Déeret du
17 Novembre 1969 vise différen
tes catégories de techniciens du
corps médical et paramédical
dont il y a Heu de coencilier les
intéréts avec ceux de la Nation
et qu'en conséquence il convient
do fixer les ‘modalités d‘appli-
cation du sus-dit Décret.

Arréte

Article ler. Ne sont pas as-
troints aux restrictions du Dé-
eret du 17 Novembre 1969:

li y a quelques mois, Bonn.
Bad Godesberg et quelques peti-
tes agglomérations environnan-
tes ont été regroupées. Ainsi est
née une grande ville de quelque
300.000 habitants. Entre Bad Go
desberg et Bonn, et a Ia limite
de cette derniére, un imposant
oduilding se dresse maintenant.
Ha été baptisé «Bonn - Center».
Les architectes ont voulu en fai-
re un building qui soit autre cho
se qu’un conglomérat de maga-
sins, de restaurants et de bu-
reaux, Liimmeuble, situé face @
la Chancellerie, devait étre un
modéle d’urbanisme moderne et
compléter avec beaucoup de stan
ding Vinstallation du nouveau
quartier gouvernemenati qui nait
i la périphérie sud de ta capita
le fédérale. C’est ainsi qu‘ils ont
également incorporé dans le com
plexe un théatre, un auditorium,
une salle de réceptions et de pro
ection de films.

Lors de la pose de la premie-
re pierre de Vimmeuble, le profes
seur Schiller, ministre fédéral de
I'Eeonomie, avait déjA donné u-
ne jidée ‘du but poursuivi en af-
firmant que la nouvelle construc-
tion devait apporter sur les ri-

1) Les Médecins et Chirur-

giens dentistes etc ne professant

plus ni dans les Hépitaux ou Ser
vices de Ja Santé Publique, -ni
en privé, sans préjudice du droit
de I'Etat de réquisitionner leurs
services 4 n’importe quel mo-
ment;

2) Les Médecins et Chirur-
giens dentistes etc. déja établis
dans les différentes villes de la
République et dont les activités
professionnelles constituent un
apport A l'économie du pays;

3) Ceux qui auront achevé
leur résidence rurale ou hospita
liére, quand il -se sera écoulé
un certain temps dont la durée
sera appréciée par la Secrétaire
rie d’Etat de la Santé Publique
et de la Population, en fonction

des exigences du .moment.

L’AHemagne Moderne

BONN POSSEDE MAINTENANT SON BUILDING
ULTRA - MODERNE

-penfeld abritant déja



ves du Rhin un peu du caracte-
re de Manhattan, une atmospheé-
re‘urbaine, un style de vie de
grande ville, de capitale. «Ceci
sera de hon aloi pour la_politi-
que, pour laquelle Bonn est notre
centre actuel>, avait ajouié le mi
nistre. Et ainsi l"idée maitresse
de la construction du Bonn-Cen
ter était d'en faire un lieu de
rencontre de la yolitique et de
la culture, de Ja diplometie et de
Véconomie.

Il y a bien icngtemps que l’ab
sence d’un tel centre de commu-
nication s’était fait sentir 4 Bonn
Un centre qui ferait du quartier
fLouvernemental situé entre le mi
tistére des Affaires étrangéres,
le Parlement fédéral, }’immeuble
avec les bureaux des députés et
le complexe de b&Liments du Tul-
certains
ministéres ef notamiment les bu-
reaux des journalistes étrangers
cecrédités auprées du gouverne-
ment fédéral, un centre de gravi
té qui ne nuirait en rien au coeur
traditionnel de la ville, ia Place
du Marché, ot tréne 1|'Hétel de
Ville, et la Place de la Cathe-
drale, pour ainsi dire attennnte.

xx

LE NAVIRE EXPERIMENTAL
SERIE

Le premier navire commercial
«a propulsion nucléaire construit
«n Europe I'tOtto Huohno, a été
déclaré apte a la navigation en
haute mer & l'issue d'unc période
dexsnin de quatre semaines qui
s'exl. terminée réccmment dans
rOcénn atlantique. Ce périple
Wun mois, le traiaiéme voyage ef
fectué par le navire en haute
mer, a casentiellement servi a vé
rifier le fonctionnement des réac
teura dans des conditions météo-
rologiques défavorables.

DESSAIS DANS

«OTTO HAHN: A SUBI
iJATLANTIQUE

UNE

L'exploitation des donnees re-

cuelllies principalement par les
appareils de mesuruge installés
au nivenu du réacteur doit ser-

vir & la construction de nouveaux
réncteurs a Vusage de la naviga
tion.

Les essnis qui viennent de se
terminer concernaient surtout Ic
flux de neutrons au sein du réac
teur en fonction de mouvements
du navire. Lorsque le navire quil

(Suite page 6 col. 7)

4) Ceux qui, établis A 1’étran
ger, reviennent au pays pour un
séjour temporaire;

5) Lesinfir mieres,
les auxiliaires, les techni-
ciens paramédicaux etc. qui au-
ront exercé, en Haiti, leura pro-
fessiona respectives, pendant un
certain nombre d’années dont la
durée sera également appréciée
par la Secrétairerie d’Etat de la
Santg Publique et de la Popula
tion en fonction des exigences
du moment.

Article 2— Le présent Arré
té sera publié et exécuté a ja di-
ligence du Secrétaire d’Etat de
la Santé Publique et de la Popu
lation,

Donné au Palais National a
Port-au-Prince le 3 Décembre
1969, An 1668me_ de 1’Indépen-

. dance.

Dr. Frangois DUVALIER
Par le Président :

Le'Secrétaire d'Etat de la Santé
Publique et de la Population:
; Dr. Max ADOLPHE.





Pteau-Erince, Io 9 Dérombre
Laan, . .

COMMUNIQUE

Le Secrotariat Privé de
Son Lecellence Monsieur lo
Président @ Vie de la Réme
bligue informe Ya “Direction
du Cinéma «ELDORADO»
ainsi gue les propriétaires
de Sallea de apectacles Ciné-
matographiquea ey de «DRI-
VE IN» que par ordre du
Chef de U'Etat, la projection
du film «THERESE ET
ISABELLE» est et demeure
interdite.

Les fils & caractére por-
nographique on érotique tom
bekt sous ie coup du présent
communiqué,

Ce Secréturiat croit néces
saire d'adresser un appel ape
cial aux Direcieure de ces
salies an vue daider le Gou
vernement dans la tiche de
souslraire la jeunesse Hai-
tienne a@ toute influence sieb-
versive, dans le cadre des
mesures de préservation pri-
ses par le Chof de la Nation
pour assurer son équiltbre
apirituel et moral. :

PIERRE BIAMBY

Seerctaine Exéeutif Privé.—





The Black Experience

Par Maurice A, LUBIN

Le réle important joué depuis
quelques années par’ les Noirs
des Etats-Unis d’Amérique pose
le probléme des BLACK STU.
DIES. Durant longtemps, le Né-
gre a vécu et évolué paralléle
ment aux Blancs qui ne pré-
taient pas beaucoup d’attention
aux manifestations de la culture
noire, Faut-il dire que les bar-
riéres raciales — féroces dans la
partie du sud des Etats nis limi
taient la Noir aux rudes besognes
manuelles et ne Jui laissaient nul
loisir de cultiver son intelligence.
Cynigue, la discrimination et in
humaine la ségrégation.

Depuis quelque temps, le Noir
s'est taillé sur le plan national
une .personnalité et il s’impose en
de nombreux domaines de la con
naissance. La Bibliographie que
nous avons publiée cn plusieurs é-
ditions du journal «LE NOU
VELLISTE> en constitue le plus
vibrant témoignage.

Hors des Etats-Unis, il y a
un vaste courant qui s’intéresse a
la Culture et & la Littérature dos
PEUPLES DE COULEUR. L’A
frique est en ce moment un vas-
te chantier culturel. Les pays, ré
cumment indépendants, organi-
sent intcllectuellement Jeur vic.
Nous aurons & revenir sur la lit
térature qui s‘épanouit en divers
pays du Continent noir.

En Allemagne, Dr. Janheinz
JAHN, suivant les traces d'un
Leo Frobénius, se dévoue, outre
les ouvrages qu'il a consacréa aux
Nors, A la vulgarisation des ri-
chesses intellectuelles du monde
noir. Grice & lui. La Kraus RE-
PRINT, de Liechtentein a pris
Vinitiative de rééditer des OU
VRAGES DE LA LITTERATU-
RE NOIRE DE L’AFRIQUE ET



Le Directeur de l’OIT, Prix Nobel dela Paix

OSL (AFP)
M. David A. Morse, Directeur
Géneral de VOrganisalion Inter

nationale du Travail, a regu au-
jourd’hui, su noi de cette der-
niere, ie Prix Nobel de la Paix
pour 1069 uttribué a TOIT au
cours d’une cérémonie solennelle
qui s’est déroulée a l’auditorium
de Université d’Ouslo.

Le prix comprend une médail
fle en Or d’Alfred Nobel, fonda-
teur du prix, un diplome et un
chéque de 375.000 couronnes sué
doises.

Dans l’allocution qu’il a pro-
noneée A cette occasion, M. Da-
vid Morse, # déclaré notamment
que Fattribution du prix Nobel
de la Paix & ’OJT sera pour cet
organisme une source constante
@inapiration dans tous les ef-
forts qu’il déploiera au cours des
années & venir pour sider & cons
truire une société plus juste dans
un monde oi régne la paix. Il a
indiqué ensuite que les problémes
les plus aigus qui se sont posés
aux. Etats membres de VOIT les
plus industrialiaés au début du
XXKéme siecle, tele que l’exploita
tion flagrante des travailleurs et
l'insécurité économique ont ete
maintenant compris et ont com-
mencé & recevoir une solution con
crete.

Traitant des taches nouvelles
qui sont apparues avec Vacces
sion ‘& Vindépendance de nom-
breux ,anciens territoires coi-
viaux, M. Morse 4 déclaré; au
remier rang g
trouve la nécessité de découvrir
le moyen de conjuguer la crois-
sance éconumique rapide et le dé
veloppement social avec un BYB-
Lame de réparlition des fruits du
développement susceptible d’aseu
rer Jaraélioralion acs conditions
dexistence de tous les habitants
de ees pays, et en particulier des
plus désavantagés d’entre eux.

A la cérémonie de remise du
prix Nobel de la paix étaient
présenta le roi de Norvége, des

{



de ces taches se!

membreb du parlement et du
gouvernement Norveégiens, de
nombreux membres du corps di
ploimatique et des perronnalités
du monde de Péducation et de
la culture.

xxx

Beckett absent de la
cérémonie

solennelle
STOCKHOLM (AFP)

Modestie et raisons de santé
ont empéché Vécrivain Samuel
Beckett, lirlandais de Paris, lau
réat du prix littérature, d’assis-
ter cet aprés-midi, A la cérémo-
nie solennelle dé remise des prix
Nobel & Stockholm

Beckett, qui se trouve actuel-
lemnt, en Tunisie, était représen
té par V’Ambassadeur d'Irlande,
M. Tadhg Seosamh O. Hodh-
rain, mais c’est son éditeur fran
cias, M. 7éréme Lindon, qui a
recu des maing du Roi Gustave
VI Adolf, Jes insignes du prix

de Littérature, un dipléme et
une médaille d'or a leffigie du
fondateur du prix. M. Lindon
touchera demain le chéque de
375.000 couronnes (environ 400.
000 francs frangais) montant
du prix de Littérature. On préte
Samuel Beckett i’intention de le
consacrer & des donations sans
aucun doute anonymes.

Selon les statutes de la fonda
tion Nobel, Beckett devrait, dans
les six mois, venir prononcer a
Stockholm une conférence. Mais,
dit-on dans la Capitale Suédoise,
la fondation et 1’Académie ont
lesprit large et elles ne se mon

treraient pas intraitables si 1 lau

réat ne pouvait venir en Suéade,
par exemple, pour des rajsons de
santé.

C'est & 16 h. 30, avec une
exactitude royale, que le Souve-
rain suédoig Gustav VI Adolf a
fait son entrée dans la grande

(Suite page 6 cal. 1)



Révelations
sur l’affaire

LOS ANGELES (AFT)

Au lendemain de l’inculpation,
lundi, de Charles Manson et de
cing de ses disciples pour le meur
tre de l’Actrice Sharon Tate et
de quatre autres personnes le 9
Aoftt dernier A la villa Polanski,
le Capitaine Hugh Brown, che
de la division vols et homicides
de la police de Ios Angeles, a
révélé la chronologie de l’enquéte
qui a abouti & Varrestation des
suspects le ler Décembre. .

Pendant de nombreuses semai-
nes, ’enquéte avait piétiné, a tel
point que l’affaire avait totale-
ment disparu dea journaux. Ce

de la Police
Sharon Tate

ne fut qu’a la mi-Octobre que
les responsables de l’enquéte cons
tatérent des simililudes entre les
crimes de la Villa Polanski et

les meurtres du ménage Labian

ca et du musicien Gary Hinman.
A la Villa du metteur en scéne
polonais comme A celle du Prési-
dent des épiceries Gateway, les
auteurs des multiples. meurtres
avaient en effet écrit cv lettres
de sang le mot Pig (cochon). La
méme injure aurait été relevée
sur les mura de l’appartement de
M. Hinman aprés Je meurtre du
musicien.

(Suite page 6 Col 2)

*
a






DES AMERIQUES” QI SE
CHELONNENT SUR 400 ANS.
Cette collection s’intitule «EX-
PERIENCE NOIRE».

La compréhension de la cultu
re des noirs exige la consultation
des oeuvres qu’ils ont élaborées et
publiées. Mais malheureusement,
les ouvrages sont ou bien diffici
les A trouver oy bien l’on ignore
leur existence.

La KRAUZ REPRINT réédi-

. que.
te des ouvrages d’auteurs négres all avait

qui sont depuis oubliés ow sont
devenus rares

(Voir suite page 2)



Caraibair augmente
ses vols

Au moment de mettre sous
presse nous avons appris que
CARIBAIR en fonction de la de
mande du trafic des passagers a
changé son vol hebdomadaire du
samedi en un vol quotidien dans
les deux sens via Kingston cha-
que vendredi, samedi et diman-
che départ de Port-au-Prince A
8 h. 80 pour Miami et départ
Vaprés-midi a,4 bh 50 pour San-
Juan,

Nouveau coup d’Etat
au Dahomey

LE COUP DETAT
AU DAHOMEY
LOME (AFP)

La situation semble confuse au
Dahomey a la suite du coup a’
tat militaire.

La Capitale dahomésane
coupée des contacts extérieurs;
Ie téléphone at le télex sont
muets depuis peu de temps. La
radio nationale est muette, éga-
lement. Toutefois, on sait que
des coups de feu ont Glé tirés ce
matin A Cotonou.

eat

xxx

COTONOU EST CALME
DAHOMEY (AFP)

_Cotonou, ott Yarmée vient de
s‘installer au pouvoir, est calme.

Les bruits contradictoires y cir
culent sur la personne du Prési
dent Fmile Zingou dont on n’a
aucune nouvelle depuis ce matin.
Ccrtains affirment qu’il aurait
été tué, dautre qu'il a été em-
mené dans le nord du pays; le
mysiéere est total. La frontidre
wec le Togo a été fermée du
cété dahoméen. En revanche, le
téléphone qui a été muet quelque
temps fonctionne & nouveau en-
tre les deux Capitales voisines.

xxKx xX
LE LIEUTENANT-
COLONEL MAURICE
KOUANDETE
PARIS (AFP)

Le Lieutenant - Colonel Mau-
rice Kouandete, en faveur de qui
un coup d'Etat se serait produit
au Dahomey, est considéré com-

me,-tin des plus brillants Offi-
cieks de Armée dahoméenne. A-
wé une trentaine d’années t
ovigiviaire du Nord du Pays, il

est-breveté de l’Ecole de guerre
de Paris.

Le Colonel Kouandete était di-
‘recteur du Cabinet du Chef d’E-
tat - Major des Forces Armées
dahoméennes, lors du Coup d’E
tat qui, le 17 Décembre 1967, a
renversé le Général Christophe
Soglo, Président de la Républi-

lors assumé les fonc
“tions de tier de V’Etat et de
Chef du Gouvernement provisoi
re du Dahomey. Quatie jours
plus tard, cependant, il abandon
‘ait ses fonclions en faveur du
Lieutenant - Colonel Alphonse Al
ity, Chef d'Etat Major. Promu
Lieutenant - Colonel, le Comman
dant Kouandete avail. été nom-
mé a la téte de Armée daho-
‘néenne aprés la démission du Co
lonel Alley de la présidence de
la République et l’accession &
ces fonctions du Dr Emile Der-
lin Zinsou.

xXxXEx
LE DR ZINSOU EMMENE
DANS LE NORD DU
NDAHOMEY

LOME (AFP)
Le Dr Emile Zinsou
Président de la République

ancien
du



A propos
et Louis

M. Gérard JOLIBOUIS

En ville,

Mon cher Jolibois,

J'eusse youlu completer les in-
iormations concernaut votre der-
niére chronique historique au su
jet du Roi Louls XVII mort & la
Gonfve, mais je n’ai pu malheu
reusement retrouver les notes
que je crois posséder sur lu ques
tjon.

J’ai eu l'occasion de visiter en
deux fois I'Ile adjacente de la
Gonave mais je n’ai jamais pu
faire de prospections pour veri-
fier ce que je savais.

Octave Aubry — si je ne me
trompe — assure dang un de ses
ouvrages que le dauphin, agé de
10 ans, fut transporté & Saint Do
mingue, vers 1795, d’ordre _ de
Barras, et qu’il écoula sa prime
enfance, selon certains, a Port-
nu-Prince, dans le voisinage de
Vactuelle Usine électrique de cet
te ville; selon d’autres, sur une
propriété qui appartenait a Flon
Commune de Léogane, a Joséphi

de «Picml»
XVII (1)

ne, ’épouse de Bonaparte et qu'il
périt lors de la révolle des escla
ves.

Une autre version prétend que
le Roi Louis XVII mort i Saint-
Domingue ait élé inhumé dans
une grotte de la Gonifve ct que
se trouve sur sa tombe cette sim
ple épitaphe «CI-GIT LE ROL».

Nul en Haili n’a jamais pu
contirmer la réalité de cette allé
gation ni localiser cette tombe ro
yale; ce qui explique la multipti-
cité de tant de faux duuphins.

Tl est certain que les adversai
res de la monarchie ont fait de
leur mieux pour accréditer cette
version intéressée aux fins d’éli
miner leg prétentions des Bour-
hons & la couronne de France

Je me permets de reveniy sur
Ju question avec d’autres préci-
sions.

Veuillez agréer, mon cher Joli-
bois, Passurance de me vive sym
spathie.

Maurice A. LUSIN.
(1) Voir notre numévo d’hier.

Duhomey, qui vient d’étre renver

sé par un Coup d'Etat militaire, |
“8 &{6 envoyé ‘dana le :Nord.du

pays. * :

Les militaires ont, semble-t-il,

pris le pouvoir.sans trop de ré-
sistance et sans effusion de sang
Quelques coups de teu ont été
schangés avec les policiers de gar
e.

Le chef de l'Etat deatitué au
rait éte erainené en avion dans
la région de Nahi Tingou.

_ xxx _
CHRONOLOGIE DES ;COUPS
DETAT AU DAHOMBY

10 Déc. (AFP) . .

Depuis son accession a I'Indé-
pendance le ler Aofit 1960, le Da
homey a connu plusieurs coups
d’Etat militaire :

27 Octobre 1963 :

Le Colonel Soglo, Chef d’Etat-
Major de l’Armée forme un Gou
vernement provisoire d’Union Na
tionale et fait arréter le Prési-
dent de la République M. Hube
Maga le 3 Décembre. . ‘

22 Décembre 1964 : .

Nouveau coup d’Etat du Gé-
néral Soglo qui écarte le Prési-
dent de la République M. Sou-
rou Migan Apity et constitue un
Gouvernement militaire.

17 Décembre 1967 :

Le Général Christophe Soglo
est renversé par le Major Kouan
dete, Directeur de Cabinet du Lt
Colonel Alley, Chef d’Etat Mu-
jor de 1 Armée. Le Major Mauri

ce Kouandete devient Chef du
Gouvernement.
22 Décembre 1967 : .
Le Lt-Colonel Alphonse Alley

est nommé Président de la Répu
plique.
17 Juillet 1968
Désigné par le Comité Militai
re Révolutionnaire, M. Emile Zin
sou est investi Chef de l’Etat.
Jer Aott 1968 :
A la suite d’un. referendum po
pulaire du 28 Juillet, ie Dr Zin-
sou dissout le Comité Militaire

Révolutionnaire et constitue un

nouveau Gouvernement.
14 Juillet 1969 :

Arrestation du Lt-Colunel Al-
ley pour complot.

4 Octobre 1669 :

Condamnation du Colonel Al-

ley & dix ans de détention crimi
nelle.

21 Ociobre 1969 :

Attentat manqué contre le chef
d’Etat Major de l’Armée Mauri
ce Kouandete. Une denxiéme ten
tative d’assassinat est effectue:
le ler Novembre.

xxx
LES PUTSCHISTES
SIEGENT TOUJOURS
COTONOU (AFP)

Les Officiers dahoméens, qui
sont réunis & Cotonou depuis 1’é
vietion du pouvoir, inlervenue ce
‘natin, du Président Emile Der-
lin Zinsou, siégent toujours sans
désemparer. Aucune nouvelle ne
filtre de la réunion. Aucun com-
muniqué n’a toujours été publi¢
Aucune proclamation n'a été fai
te.

Personne ne gait & Cotonou
quel est le nouveau nuinéro un
et quels seront ses colleborateurs
Radio - Cotonou a terminé ses
émissions de la mi-journée sans
donner aucune information & ce
sujet. La ville de Cotonou eat
toujours parfaitement calme et
rien n’y indique, plus que ce ma
tin, que le Dahomey a vécu un
changement de régime. Seules
deux jeeps de militaires patrouil
lent dans la ville de temps a au-
tre. Les avions atterrissent ner-
malement sur l’Aéroport.

ane
I/ALLEMAGNE ET L’UEO
PARIS (AFP)

Le nouveau gouvernement fé-
déral Allemand perpétuera la po
litique pratiquée jusqu’é ce jou:
au sein de l’Alliance Atlantique,
a déclaré devant VAssemblée de
I'U E O le ministre de la défen
se Ouest Allemand, M. Helmut
Schmidt. Nous n’avons nulle-
ment intention, a-t-il ajouté, de
réduire les efforts de défense Al-
lemands.

FUSEES MIGHTY MOUSE
POUR ISRAEL. PAS DE COM
MENTAIRE A WASHINGTON

La rééducation du délinquant
par le Corps Social

est-elle une noble ambition ?

Tar le

1

La rééducation du délinquant
est partout 4 l’ordre du jour des
programmes pénitenciaires et 80
ciaux. L’on voit chaque pays 8’eS
Bayer & cette tiche avec ses con
ceptions, ses possibilités, son gé
nie propre. Noble ambition sans
doute, mais nous n’en © sommes
qu’aux premiers balbutiements.

Depuis hier seulement on scrute .

la pensée criminelle, on l’étale et
on la disséque Or, l'on ne peut
s'efforcer de guérir que les mala

dies préalablement diagnosti-
quées. ,
Seuls, dans le plus lointain

passé, MM. les auméniers, vous
avez connu la vérité criminelle.
Sous le secret des confessions, 4u
pied des gibets et des échaffauds,
les premiers, vous ayez rencon-



Licencié Widner
tré le visage réel du crime, si
déformé par l’opinion publique,
et je suis certain qu’ayant ainsi
in extrémig décelé le mal, entre
vu les -guérisons possibles, vous
avez depuis des siécles déja par
couru par la pensée le chemin
que nous essayons maintenant de
gravir.

Les premiéres étapes de cette
ascension ont eu pour but le re-
dressement de I'enfhnce délin-
quante,-tache extrémement diffi-
cile semée de déceptions, main
tout de méme tfche souriante, é-
clairée par la jeunesse du délin-
quant. C’est la montée encore
dans Ja zone des arbres et des
jardins ! Maintenant, l’on pré-
tend aborder le redressement de
Yadulte et Pon hésite devant I’as



‘rant auprés de tous ceux

Gérard VITAL HERNE

pect désolé du paysage.

Que peut-il demeurer de terre
meuble sur le roc ? Je ne sais
pas si j’aurai Voccasion au cours
de cet exposé d’avancer d’autres
affirmations, mais il est une cho
se dont je puis me porter ga-
qui
sont sur cette route et qui déses
pérent en regardant autour d’eux
C’est qu'il demeure plus encore
de force vive et de possibilités
réelles d’amendement chez ces
hommes et ces femmes. Ces hom
mes surtout — chez ces adultes
apprremment si peu sympathi-
ques, que chez les adolescents ou
mincis séduinent ‘des institutions.
des mingurs. ° eT.

(Voir dutté page 3). -

. des Etats Unis a







Pee ae

a la conférence dea
Ambassadeurs américains
de Mexico

..Ce matin par le
France se rendant a Miami sont
partis le distingué Ambassadeur

Vol d’Air

ort au. Prince
M. Clinton Everett Knox et sa

charmante femme Clémentine.
L‘Ambassadeur Knox est allé
prendre part 4 la conférence des
Ambassadeurs des Etats Unis ac
crédités en Amérique Latine et
dans les Caraibes.
_ Cette conférence se tiendra
de jeudi 4 samedi a Mexico.
L’Ambassadeur et Mmu Knox
seront de retour ici dimanche.
Ils ont été salués ce matin A
Vaéroport Frangois DUVALIER
par le Ministre Conseiller et Mme
Everett Melby, par le Chef de lu
Section Politique, M. John Simus
et sa femme, et son Assistant
M. Richard Cleveland, les diri
geants de la: section économi-
que et commerciale,, M. David
, et M. Andrew Tanga
los et ga femme, le Directeur de
V'USIS et Mme Hugh, B. Suther
land, ’Attaeché Militaire, le Colo
nel Roy et sa femme, le Consul
et Mme Cumming, !'Administra

teur de ’Ambagsade.et Mme Gé-f

rard Lévéque, ete.

4
Nous lui souhaitons un agres '

ble séjour 4 Mexico a l'Ambas:.
deur et Mme Clinton E. Knox.

xxx

OPINION SUR HAITI DU
JOURNALISTE IRLANDAIS
PATRICK O'HIGGINS
EDITEUR DE MC CALLS
MAGAZINE .

..Le¢ vendredi 28 Novembre
étaient drrivés a Port-au-Prince,
MM. Patrick O'Higgins, Tom Yee
et Paul de Georges, de MC
CALL’S Magazine.

M. Patrick O'Higgins est E
diteur des sections de voyage, de
fournitures dé maison,’ de mode
cet de gastronomie:de ce presti
gieux Magazine néricain. °

M. Tom Yee est photographe
et M. Paul -de Georges, son assis
tant. to

Cette équipe de trois membres
de McCall’s Magazine était venue
faire un reportage qui couvrira
lu tourisme, les fournitures de mai
sons, la mode et la gastronomie en
Haiti.

C’est un reportage qui paraitra
sur dix pages en couleurs dans
l'édition de Mars de ce Magazine’:
C'est le succas de la formidable
cullection de meubles dessinés par
le grand artiste Larry Peabody
qui a porté McCall’s a venir fai
re ee reportage sur Haiti.

Cette équipe de McCall’s était
descenduc au Grand Hétel Oolof

fron ot clle tait reste quatre
jours.

Au moment de son dépurt Jn
murdi 2) Décembre, M. Patrick

O'Higgins a eu un entreticw tres
intéregsant avec nous. La conver
sation commenga aver l'impres-
sion faite sur lui par Mme Maric
José Décatrel dont la répartie v1
ve et intelligente Je désarma a
la suite d‘un jeu d’esprit qu’il fit
en francais vt auquel lu betle hai
tzenne ne Jnissa pus le temps de
faire étineelle. On en uw ri.

Cela porta le journaliste
PAT RIC K O'HIGGINS
A parler de la culture qui en Hai
ti est belle et que nous devons con
server, avons ri. Nous avons le sens de
humour, Un espagnol n’en rirait
pas. Il n’a pas le sens de l’‘humour
Nous montrant le dernier arti-



LE PRESIDENT
PARLE LUNDI
PARIS (AFP)

M. Georges Pompidou pronon-
cera lundi prechain 15 Décem-
bre, & 20 heures, une allocution
télévisée qui sera In premitre de
son septennat.

POMPIDOU

a RO ee

Haiti, ets intitulé ;

JOLICCE UR



cle publié par Holiday Magazine
_dans svn édition de Novembre sux
Haiti, Afri-
que eéquatoriafe dans les Carai-
bes Cerit par Caskie Stinnett avec
des ,photographies superbes de
Hans Namuth, Patrick nous dit:
Regardez par exemple, cet arti-
cle, il aurait di @tre beaucou;:
mieux pour un pays si beau. Jc
photos sont bonnes, Namuth cs!
Vun des meilleurs photographes
du monde, Quant 4 Caskie Stin
net, auteur de l'article, c'eat ur
vieux Monsieur qui n’a pas itn
pris le coup,

Moi, je me fais pas de polit
que, car je suis ‘d'un pays qu a
souffert comme Haiti de la poli-
tique, lIrlande. Ces deux = pay-

ont beaucoup de ressemblaius,
ceat pourquoi, le reportage de
Mars embrassera ces deux pays

et aura pour titre : Irlande and
Haiti where mystical still occu:
Dans ces deux pays, on
prend, on a du charme.
Je vous dis quwici la vultur- est
belle et qu‘il faut la conserver.
. Vous avez. besoin de direction
dans votre artisanat. Il faut aussi
essayer de constrver le vieux sty
le qui donne tant de charme a ve
tre pays. Il faut essayer de cons:
ver l’'atmdsphére de vieilles miai-
‘ sons qui se perd. ~

coms

Tei ce qui Mimpressivnne
plus ce sont: les écolier. dans
leurs uniformes si propres allant
a Vécole. Dans quinze ou vingt
ans, vous allez avoir une merveil
leuse jeunesse Comme j‘admire
ces uniformes, cette propreté. ve
charme! Ca c'est une grande vic
toire pour Je pays pour le gouver
nement quand ils peuvent édu-
quer les enfants. (“ust une fore
a venir. ,

ie

Avec la culture, humcur, le
frangais, que l’on trouve ici est
merveilleux. Avec humour et |
désir de s‘éduquer, c’est l'avenir.
_ Ce dent vous avez le plus b.
soin c'est un hotel prés d'une

plage. C'est la premiére chose
a faire dans vos prochaines dis-
positions pour la ‘promotion: du
tourisme. J'ai voyagé a traver-
le monde, j'ai tout vu. Vous pou-
vez tant faire ici avec Je climat
que vous avez.

La Jamaique s maintenant

se

vroblémes tandis que vous av 7
déja surmonté les vores. Von

n’avez pas ici d’atmosphere je
police. Votre seul probleme
meure la pauvreté. Le tourisme
peut vous aider a |e surmonte:

xxx
GERDA DE LALEI

ortiate peintre

. Le mois dermer now aveny
reneontra oa la Galerie Nader,
MileGerda de Laleu, jeune arte
te peintrs. Elle y était accompa

gnée par le brillant peintre Paul
Beauvoir qui y était | venue lt
présenter au propri¢taire de orttr
raleric, M. Georges Nicer

Gerda, Juhie, Lyp> Inarabou
cen formey commne Voy dit chez
nous, est l'une de ces eréoles qui
suscitent des commentaires ga-
‘lants. Elle s’exprime bien avee |r
pinceau. Elle a commence la pein

tury avee Tun des plus yrands
‘peintres haiticns, Enguer rand

Gourgue avant daller passer quit
tre ans a VAcadémie dts Beaux
Arts dirigée par le Professeur

Montagutelli, Elle «te ensui
te au Studio d: Nehmy te Ab
pour = enrichir ssn experience

dang le dessin, Ia peinture et te
portrait.

Nou- avons admire a ja Gulerie
Nader une scéne de maternit®
dans laquelle Gerda de Laleu a

mis beaucoup d’expression. Gerd,
a du talent. I! ne lui manque que
le temps pour le des clopper.

(Suite page 6. Col. 6)



‘Sur la tombe d’André
F. Bistoury

Discours du Substitut Rodrigue
i D. Macajoux

Mesdamies,
Mesdemoisellés,
Messigurs,

Que ce soit devant une tombe ou
dans la solitude de son cabinet de
travail, ‘homme, notamment Vin-

- tellectuel le penseur, dans tous les
temps, a médité sur le phénonic-
ne de Ja mort... Nous en voulons
pour preuve les mille et une ph-a
ses que nous pourrions rappeler,
et qui, A travers maints écrits ou
de bouche & oreille, sont parve-
nites jusqu’é nous.

Voici, par exemple, celle que
Sénaque le Philosophe a consignée
dans V’un de ses ouvrages ¢

«Nous commengons 4 mourtr
dés que nous commencgons & vi-
vre.

Voici
celle-la,

“une autre, attribuéc, °
NOUs.<18. SAVODB....D





qui: ‘

«Nous summes sur la terre des
palerins toujours en route pour Jr
grand voyage...»

Mesdames, Mesaieurs,

Pélerins, toujours en routc..
Vous et nous, tous, nous Ie som-
mes. Toujours en route vers la
mort.

Des milliers et des milliers d’¢tres
humains, avant nous, ont vécu sur
Ja terre. Nombreux les parents,
les amis chers, que nos propres
yeux en pleurs ont vus partir
pour ce grand voyage, emportant
avec eux des lambeaux de nos
coeurs meurtris... :
Peu a peu, cependant, avocle
temps et, peut-étre, sous l’effet
du viatique que sont les pensées
des plus éminents stoiciens d‘autre
_ fols, nos larmes s’étant séchées,
nous avons repris gout 4 la vie.














PAGE 2

eer t a eh nn

DU PAYS IMAGINAIR
VOIT AVEC TRISTE







‘3 3 P Ee
ry Sf

E, LE PE EL
SE LE DEGAS TRE
QUI FRA PPE _|LE POLE NOR

AR LA RONTE BRUTALE DE








MON A

{VAHEPAR

0

f ux th ay
QUIS,

( OH, QUEL )
MALHEUR Y ¢
yp

EAN...








D1

(ER, COMPLET EMENT:

«TOUT MON TR
PEROY

The Black Experience

(Suite do lére page’

Un tel progranime permet aux
intellectucis d’clargir le cadre de
leur recherche et d’apprécier les
travaux qui ont été uccomplis
par des ecrivains de ree ou de
descendance ‘noire. 11 est ainst
possible de salsir ou de suivre a
travers des documents ‘hnuthenti-

ques des mouvemcnta” comme
PAN AFRICANISME, NE -

GRISME, NEGRITUDE, RE-
TOUR VERS L'AFRIQUE, L'A
Â¥RIQUE AUX AFRICAINS qui
ont secouc a différentes époques
le Monde Noir.

Ce progrananc s'efferee de bow
cher Jes trous en rendant disponi
bles les ouvrages qui constituent
Pueritage Ltteraire du Noir
dang le Monde.

Nous indiquons ies oeuvres qui
ont eté déja rééditées:

1) JOURNAUX ET REVUES—-

Africa South (Vols 1 - 4) Ca-
ne - Town 1956 - 1960
‘Afriea South in exile (Vols 4 No
4. 8) Tandon 1960 - 1961

African Times and Orient Review
(Vols 1 - 6), London 1912 - 1918
Vols 2 - 3 1915 - 1916 (non pu -
bhés)



‘

LES GRANDES ENQUETES

Tl y a leu de reconanitre que
le développement économique est
fonction du développement cul-
turel, dune Réforme de la Men-
tahite.

La cuiture qui est une MANIE
RE DE TENSER. DE SENTIR
ET D’AGIR explique le compor-.
tenient Jez Reflexes cendition
nés, Jes Rapports de l'Homme a-
sec ie Temps, ia Nature, le Tra

Association for African Litera
ture in English — Nos 1 - 4 Free
town 13964 u

Black Orpheus (Nos 1 - 22)"

Ybabane 1957 - ‘1967

Le Cameroun ‘Littéraire (Nos
1 - 2) Yaoundé 1964

Caribbean Quarterly Vols 1-11
Kingston 1949 - 1965
Fire (Vol 1 Nol) New York 1926

Jeune Afrique (Nos 1-38) EH-
sabethville 1947 - 1960

Légitime Défense No 1 Paris
1932 .

Pepperpot Vols 1 - 11 No 8)
Kingston 1951 - 1968

La Relave (Vola 1-- 6) Port-
au- Prince 1982 - 1938

C'est la revue fondée par Jac-
ques Antoine qui a joui d’un pres
tige sans conteste 4 son épogue.
1} est siennté en note que LA RE
VUE INDIGENE fera partie du
second programme de réédition.

Revue du Monde, Noir (Nos 1-6
1931 - 1982 w

Transition (Vols 1 - 7 Kam -
pala 1961 - 1968)

Voices (Vos 1 Nos 1 - 6 Port of

Spain 1964 - 1966
2) Bivres (162 au 182 siécle)

Juan Latino (Joannes La-
tinus): Ad catholicum pariter
et invictigsamum Philippum
di gratia Ingpatiintum regem,
de foclicissitia,,,'
Fernandi principis nativitate,
epigrammatum liber. ©
Granada ‘1578
Anthony William Amo( Anto -
nius Guilielmus Amo): Tracta
tus de arte sobrie et accurate
philosophandi, academicis suis
praclectionibur accomodatus;
Halle 1738
J. E. UL. Capitein: Disgertation
politico - theologica, de servi-
tute, libertati, christianae non
contraria
Leiden 1742
Ces premiers auteurs africains
ont écrit leurs textes en latin.
Britton "Hammon: Anarrative of
the adcommon sufferings and
surprising deliverance of Brit-
ton Hammon, a Negro man
“Boston 1760
James Albert Gronniosaw Ukaw-
saw: A narrative of the most
remarkahle particulars in th2
life of Jamea Albert U. Gron-
niosaw, an africay, prince, as

et du développement culture!

(Suite — Voir notre’ No, da

vail.
C'est pourquel jes Grandés En
quétes pour

gous - dévcloppés, se font d’abord
du niveau de la FAMILLE qu’il
faut mieux structarcr. Etant LA
MATRICE DE L'OPINION, il
est urgent que LINFORMAâ„¢-
TION SCIENTIFIQUE soit par
ticuliérement’ dirigée vers elle
afin qu'elle participe activement



Vente — Achat — Location

A VENDRE
PROPRIETE & Turgeau, en



fuce de ju grotte, 50 sur 80
pieds 144
GRANDE HALLE & la

Grand’Rue, Rez - de - chaussée
pour magasin et plusieurs pie
ces pour bureaux ou dépédts A
Metage. 188



PROPRIETE A LABOULE,
sur In route de Kenacoff, vue
magnifique sur la plaine.
Peut é@tre aisément morcelée.
136.

MAISON a Turgeau, com-
pronant 3 ch. & coucher, 2
cub. de toilette, office modar-
ne, jardins, 112

PLANO, marque Knight Lon
don, en parfait état. $ 500.00
130

ACCORDEON, marque Ae-
rolite, 120 basses, $125.00 131

ENSEMBLE HI-FI STE-
REO, Professional Serie. Aus
si Discothéque, Tape recort-
de deck. 105



GRANDE MAISON a Carre
four-Fcuille, sar propriété
100x200 pieds, convenant &
organisation religieuse 106

CRANDE MAISON A FER
MATHE, sur la route princi
pale . 107

Propriété & Laboule, prée de
VEglise St. Vincent 1¢8

ON DEMANDE

A LOVER

HALLE POUR DEPOT,
quartier commercial, préféra-
blement blocs compris entre
rue Macajoux, rue du Peuple,
rue des Fronts Forts, et
Grand-Rue. 182

a

GRANDE MAISON d’au
moins 4 chambres A coucher,
quartier résidentiel. 103

ee

APPARTEMENT avec dé- |
pendances, quartier résidentiel
— $ 80a $ 35 104

in en

MAISON de 27ou 3 ch. &
coucher, salle de bain, office
moderne. 139

INTERMEDIA trouve’ prenetiy pour ce que’
vous avez, découvre Voccaston que vous cherchez:

’ zones industriellea — Delmas,

ON DEMANDE
A LOVER

Maison partiellement ou com

‘platement meublée, 2 ch. a
coucher.

Zone accessible aux taxis.
Bois-Verna, Turgeat, etc. ou
Delmas, sur la grande route.
$ 60/80 187



ON DEMANDE
A AFFERMER

APPARTEMENT de 2 pié-
ces, avec dépendances. Prix
variant entre $ 90 et $ 120.
pour 6 mois. 186

MAISON BASSE de 8 ch.
& coucher, toilette, aux envi-
rons du Bola-Verng, valeur lo-
cative $ 60/60 108



A LOUER

PIECES POUR BUREAU,
dont 2 climatisées, étage buil-
ding Grand’Rue. 184



ON DEMANDE
A ACHETER

COMPRESSEDR pour ré&
frigérateur 1/4 de cheval 138



GRANDE MAISON d’au
moins 4 ch. A coucher ow pe-
tite maison avec propriété per
mettant d’agrandir. 118



TERRAIN des

dans une

Mais Gaté, Carrefour 140

A

MACHINE A ECRIRE A
Vétat neuf, marque Reming-
ton ou Olivetti 141

Si ce que vous cherchez ‘ne
se trouve pas ici, soumettez -
nous votre offre ou demande’
détaillée, personnellement, ou
par poste.




es leanes s71bL

a Relance de I'Eco
‘nomie dans les modéles culturéls

Dimanche 7 Decembre 1968)

an changement,

Alors les «Médiats>, qui intro
duisent dans les Foyers le Messa
ge, pour l’adoption aux nouvelles
conditions de vie accélerent In
transformaticn en réduisant les
distances afin de créer la Loi de
PUnanimité en faveur de laquelle
s'inaugure l’effort du Développe'
ment économique. Tuutefols pour
consolider action des «Médiats»
‘il se construit, maintenant au
sein des Modéles culturels & éco
nomie retardé, une IN¥RAS -

' TRUCTURE de la COMMUNI -
CATION visant la GENERALI-
SATION de l’Electrification, des
voies de communication sérien-
nea, et maritimes, des réseaux
routiers, des services postaux et
télégraphiques, Aes Industries
nouvelles, et Vexpansion de l’A-
griculture, etc, ete.

Condidérés comme une OPI -
NION INSTRUMENTALE les
Médiats produisent «LIM -
PACT~s, la CHARGE EMOTIVE
pour que le développement culiu
re) soit plus peychologique gue
CHRONOLOGIQUE.

Vers un nouveau départ,
Monde semble s’engager. Les
umélicrat ons a apporter visent
non seulement la Famille, mais
encore >
I Keole
lEglise
ie Travail
V’Entreprise
Jen activités citoyennes de parti
cipation.

La participation globale A )’Eco-
nomie

La Justice

La Sécurité
Le Bien - Etre Collectif
_ En Amérique Latine, le Terei-
té de Mondevidéo du 18 Kévrier
1960, créant ¢]’Association Lati-
to Américaine de Libre Kchun-
ge,» dans ta constructién en for-

“me graduelle et progressive d'un
‘MARCHE COMMUN, mentre dé
ja les nouvelles tendances adop -
tées pour réduire les Ecarts de-
venus trop grands, par ecnsé -
quent trop dangereux.

_ Dene, effort de rapproche -
ment est bilatéral; puisque lea
enquates ont révélé la profon-
“deur du. MALAISE. le PERIL
du Déséquilibre, le DANGER.

Alors pour mieux sérier le Pro
Lime et le résoudre efficace -
ment, Ramir> Samaniego expose
la nouvelle théorie et Pratique
d'Investigation par enquétes 4
partir de laquelle il cst facile
d’arréter des CRITERES DE
DEVELOPPEMENT CULTU
REL ET ECONOMIQUE.

Je

xxx

LA SOCIOLOGIF
D’INVESTIGATION
PAR ENQUETES

Lfinvestigation par ‘Enqubétes
est un Acte de communication, un
Processus social BASIQUE, une
Interéchange d‘Informations, une
Gnteraction provogquée entre des
‘Individus, en dernier Heu,
Formation d’Hypotheses...

Elle se fait :

lo Au niveau de la Réalité—

20 Au niveau de la Théorie—
En étudiant les caractéristi-
-ques du public, au point de vue
de In forme, du niveav. d’educa-
tion, de ’Age. L’investigation eat
Empinque,..et demeure dans la
REALITE... Clest L-INVESTIGA
“TION D'EXPLORATION

Mais ‘en partant’ d’Hypothdses
et en élaborant des CONCEPTS
Vinvestigaticn ‘DEVIENT IN. -
2DUCTIVE et situe en dehora dé
‘Ia Réalité Elle ost théoriqua-

VQue ce soit dans sa forme réelle
“ou théorique; lInvestigation vise





une ©



related by himself

Bath 177u
Phillis Wheatley: Povums on yva-
rous subjects, religious and

moral.
loudon 1778
John Marrant: A narrative otf
the Lord's wonderful dealings
with John Merrant, a black
2a édition London 1785
Jupiter Hammon: A winter pie-
ce: being a serious cxhortaticn
Hartford 1782
: An address to the Negroes
in the State of New York
New York 1787
: An Evening’s imprcvement.
Shewing the necessity of be-
holding the Lamb of God, to
which is added. a dialogue en-
titled The Kind master and
dutiful servant
Nlarlford 1790.
Absadom Jones: A narrative of
the proceedings of the black
people during the late awful
calamity in Philadelphia, in
the year 179".
Philadelphia 1794

(Voir suite page 3)



Sociologie de la communication collective

& l’établissement des CATEGO
RIES DE CAPACITES ran-
gées en

lo Capacités Moyennes

20 Capacités «Amphatiques>

Le passage du processus Induc
tif au processus Déductif se si-
tue exactement apres con/ronta-
tion de la Théorie et de la Réa
lité. Etant donnée que la Réali-
té a tendance A s’evader, pour
mieux la suisir ,il a été conve-
nable de formuler une Théoria
qui est:

lo Conceptuelle

20 Opérationnelle.

Toutefois les Moyens a'Investi
galion vament suivant les Pays.
Ils se définissent suivant les at-
litudes ect le Condit onnement.

Alors la Sociologie d’Investi -
gation par enqué'es s’allient A la
Science de la communication Iu-
maine: une série de phénomé -
nes sur Ics rappurts hranins.

ll y a trente ans déja des étu-
aes faites sur in Co ciunieation
Impergonnelle et Collective ont
donné Jieu io oune strie de Theo-
ries qui se vérifient dans les
Faits.

Des investigations’ fuites aux
Fiats Unis et dans qrelques pays
d'Europe i un nveau ht utement
quantitatif, ont élevé lee expé-
riences jusqu’aux discernements
analytiques pérnietuiin! ‘U’établir
des Statistiques’ avancées.

Or le développement économi-
que qui est en fait le développe-
ment de Homme d’ahord ne peut
Vetre récllement, et se fixer dans
la DUREE si ies tendanecs con-
traires ne disparnizsent.





















La Sociologie vt la Psychologioe
étudiant le comportement; les E-
voles de Sciences @'Information
rassemblent les connvissance
qui permettent déja d’interpréter
ies statistiques comme les valeurs
les coefficents de corrélation com
me les variantes, les analyzes de
facteurs pour situer bien en pla-
ce une Mé'hofoloyie d’Investicn
tion Quantitative, appréciable a’
tours les Modeles culturels,

Ainsi la participation est géné
rale, Efe erée ur vaste Champ
Commun de Travail.

(A suivre)






“POR IFFY
GIVING 4





Chee

FF a waver

â„¢,

aad

GEORGES ‘SICARD
63; Rue des: Fronts
Forts |

~.















ORIZONDALEMEND

1 — Réprimée quand elle est
publique

2 — Ne reconnals pas — Hon
néte |

8 — Un ordre religieux trés
sévére'—- S’amuse

4 — Dieu dea vents — Aussi
important que la conduite

6 En réle — Fin d'infinitit
— Pieuse abréviation

6 — En fin de soirée — C'é-.

u

SOLUTION No.

HORIZONBALEMENT

1. Astragala — 2. RAR; Léré
— 8. Itératives 4. Oenone; It —
5. Nattes; Thé — 6. ROI: Mai
— 7. RO; N.D.; T.S.F. — 8. E-
tage; ‘Aime —- 9, Phrase; OEB
— 10. Ues; Ton.

talt une colonies frangaise — Pro
nom Oh owe tha
7 — Tumeurs
8 — Note — Motif décoratif
9 — Plaidée — Aime barboter
10 ~~ Signal d’alarme — De
vant un prénom — En épelant :
boire le lait ~

tay!

. rxrx,

VERTICALEMENT —
1'— Qui ne dispensent guare «

leurs largesses

M — Sert A la frappe des

‘momnaies — Préfixe égalitaire

Il — Royal — En tas
IV — C'est ‘souvent iine ign-
gue attente ~
— Ont un trés gros appétit
VI — Exprime clairemene, :

VIE — Bout de papier’ — Pré .

cieuk —- Petit poids’ -

VII — Repoussetit — Dans
une‘ confession * :

IX — Trés convenable

X — Sans bavures — D'un
autre age .

&

284 F.

VERTICALEsA) NT.

1. Avion; Repu — II. Tea;
Othe — JI. Trente; Ars IV. Ra
rotonga —- V. Araneides — VL
Tes; Et — VII. Al; VII. Lé-
vitation — IX. Eréthisme — X.
Es; Fend.

I] ~esccesccgsoceazcs 12 ceszcesecesoceseee’ |

¢
\

REGLEZ










Mercredi’ & 6 h. of 8 h
LIE TRANGER

DANS LA MAISON
Entrée Gdog 1:60: e¢: 2:60 ©

‘Joudt & 67h, et Bh.”
GRINGO JOUER ET GAGNE
Entrée Gdea 2.60 et 4.00

‘

REX - THEATERS
Mercred! a U.h, et 8 bh. lp
LE RETOUR DE DJANGO
Aves’ Guy Madison” »
Entrée ‘Gdes 8.00 et 5,00

Jeudi a 6 h. et 8 bh. 15
LES RELIGIEUSES
‘Entrée'Gdos 1,50’ et’ 250°"

ClN& SENEGAL
‘Mercredi & 6 b. 16 et 8 b. 1b
JE VAIS... JE TIRE

ET JE REVIENS
Entrée Gdes 1.00 e¢ 2.00

Jeudi a 6 h. 15 ot 8 h. 15
VIVA GRINGO
Entrée Gdes 1.00 et 2.00

CiNS PALACE

Mercredi A-6 h. ot 8 bh. 18
FACE D'ANGE
Entrée Gde 1.60

Jeudi a 6 h. et 8 h. 15
LA CHANSON DU SOUVENIR
Entrée Gde 100

MONTPARNASSE
Mereredi & 6 h. 165 et 8 hb. 15
UN CERCUELL
POUR Lr SHERIFF
kntrée Gde 1



Se



-_ ste

Jeudi a 6 bh. 15 et’8 hi i6
CAVALIER SANS PEUR

CAPITOL
Marepedt &@ bat Boh, 80
RABPOUTING, - :

LE MOINE FOU
Eintr0e ‘Gites 2:50" eb 4.00

Joudt “WO h. et Oo he ®
80US LA LOI DE DJANGO
Un weatern de feu,

Entrée Gdes 2.50 et 4.00






AIR-PORT CINE

Mercredi 46° hs 30 et, 8 bh. 30
LE BRIGAND’ BIEN® AIM
Entrée Gdes 1.00 et 2.00

Joudi & 6 h. 30 & 8 hi 30
QUAND’ LA TERRE BRULE
Entrée Gde 1.00 -et 1.50



CINE OLY MPia
Mereredi (En permanence)

ADIOS HOMBRE
Entrée Gdd" 1.5¢

Jeudi (En permanenca)
TOUS LES HEROS
SONT MORTS

Avec Robert Taylor.
Entrée Gde 1.00



CINE UNiGN
Mercredi & 6 hb. 16 et 8 h. 16
AS DE PIQUE OPERATION

8
CONTRE ESPIONNAGE
Entrée Gde 1.00

Jeudi A 6 bh. 15 et 8 h. 16
UN MEDECIN CONSTATE
Entrée Gde 0.60



ETOILE CINE

(PETIONVILi.#:

“VOTRE TEMPS.
SUR
WESTCLOX

Le Réveil qui sonne 4 l’heure
4 la minute fixée
I] y a un modéle 1970

&

Pour le Bureau
Pour la Chambre
Pour le’Salon
Pour la Guisine
AGENT DON MOHRR SALES CORP
1 XERCEREEROERE § selHHeSHHeOeEO

ESC OO ORE OO ERI SS PIERS

DAVID BROWN
TRACTEUR DIESEL

POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE $
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLO@UE
BISPOSITIF EXCLUSIF «
BLOCAGE DFE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE
$DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE.

Charles Fequiére & Cie.
DISTRIBUTEURS

LISBZ
«LE NOUVEELISTH>

“Entrée Gde 0.60

ldorado -

Mercredi & 6 h. et 8 bh, 15
RAPHAEL

_Entrée Gdes 2.50 et 4.00
ce a6 bh et 8°h. 15

Mercredi & 6 h. 80 et 8 h. 30
UN FUSIL

- POUR DEUX COLTS
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

Jeudi a 6 h. 30 et & h. 30
PROPRIETE INTERDITE
Entrée Gdeg 1.60 et 2.50



CRIC CRAC CINE

Mercredi A 6 bh. et 8 h. 15
LE GENERAL INVINCIBLE
Entrée -Gde 1.00 et 1.69

QUE VIENNE.LA NUIT
- Entrée Gdes 2.50 et 4,00

s oonenmmaiantiiement’

CINE STADIUM

Mercredi (En permanence)
JOHNNY COLT

, Entrée Gde 1.60
“LZeudi (En permanence)
DUEL SUE LE CIRCUIT

3
Jeudi A 6h, et 8 h. 15
Entrée Gde 0.60
4

ESCLAVES POUR RIO
Entrée Gde 1.00 et 1.60

A MAGIC CINE

Mercredi & 6 bh. 15 et & h. 18
LUTRING, REVEILLE - TOI ~
ET MEURS
Entrée Gdes 1.20 et 2.50



_, Drive in Ciné

Mercredi & 7 h. et 9 h.

UN MERCENAIRE

RESTE A TUER . .
Entrée Gdes 3.00 par personne

Jeudi & 6 h. 15 et 8 bh.
L'HOMME QUI VENAIT
POUR TUER

Entrée Gdea 1.50 et 2.60

16

Jeudi & 7 h. et @ bh.

CHUBASCO, LE REBELLE

Entrée 1 dollar par voiture oe

De Luxe Auto Cine
(DELMAS)

Mercredi a 7 h. et 9 h.
LES LONGS JOURS

DE LA VENGBANCE

OU : FACE D'ANGH
Avec Montgomery Wodd.
Entrée 1 dollar par voiture



Mesdemoiselles Germaine, Jean
ne et Odette Doublette, Mr. ‘et
-Mme Reng Tassy née Euphémie
Doublette et enfants, Mr. et
: Mme Roger Camille et enfant,
. Melle. Claudette Frangois, les
familles Doublette, Pierre-Paul,
Tassy, Camille, Francois, Joce-
lyn, Alfred, Collinet, Lissade et .
-tous les autres parents et alliés
.-Yemercient bien sincdrement les
» .Révérend Pere Ulrick Delva, Je
(Monastére Saint - Gérard), le
-Révérnd Pére Ulrick Delva, le
Personnel des Affaires Etranga-
“yes et des Cultes, l’Admtntistra-
fteur des Pompes Fundbrés Paret
, Plerre Louis, ‘les amis da 1a Ca-
pitale, de la Province et de l'E-
tranger de leu~ marque de sym
i pathie A Joceasion du décts de
la regrettée;

. sOSEPH

“ DOUBLETTE
mée : Marie-Rose Pierre - Paul
enlevée A leur affeciton le jeudi
_,6 Novembre 1969; et, les prient
-- de croire & leur profonde gratitu

deudi 4 7h. at 9 lL

LE JOURNAL D’UNF
FEMME EN BLANC
Entrée 1 dollar par voiture

LE BONHEUR
DANS LE
MARIAGE

Le ‘benheur au foyer est souvent
détruit par VPirrltabilité. Ltes-voums +
beut de forces, fatigiré et tendu ? Sv
en est alnsl, prenuz hasmediatement
les oomprimés PRO-PLUS Ils stimu-
terent le systame nerveux ct norma-
Hseront tes organes mus@wiatres c!
respiratotres Is unt la vertu de pre
dutre un flot de pensées plus rapides
et plus clatres tout en combattant Ja
sonmolence, la paresse d’esprit et Its
attention Prenez aujourd’tul méme
les eomprimés PRO-PLUS et vous
vous sertirez revivre



de.
-au-Pce, le 9 Décembre 1969

4



PROP EE ALTE PLL ALE SPOOL EDO IT

} Galerie Georges S. Nader
104; Rue Bonne Foi 104
Phone : 3479
B. O. Box 962 Port-au-Prince Haiti.

Les peintres qui ont rendu la peinture |
haitienne fameuse avec leurs murales
a ’Eglise Episcopale d’Haiti :
Wilson BIGAUD, Préféte DUFFAUT
Gabriel LEVEQUE, Philomé OBIN,
Fernand PIERRE saisisent )’attention

ala Galerie NADER

Leurs oeuvres occupent cette semaine

la meilleure place & cette Galerie.







28 ET
102 SIECLE

LIVR ECRIVAINS DU

Jamon Xtricanus Boalo — Hor-

ton > Wont African countries and

pooplen, Nritiah and native
pondon 1868
lecra Faubort,
prajene de coulgur;

et de notes,
Paris 1850

Oswald = Durand Hires et
Plours (2 vol).

Corbeil 1806

Wiliam Wells Brown The

anti-slavery harp;
of eongs for anti
tings

2e éd. Boston 1849

Clotel or the President's daugh
ter : q@ narrative of Slave life in
the United States with a sketch
of tho author's life

London 1865,

The tscape or a leap for free-
dom. A drama in five acts.

Boston 1859

Samuel Ringgold Ward : The
nutobiography of a furgitive Ne
gro : his anti-slavery labours in
the U. S., Canada and England.

London 18556
Robert Benjamin Lewis : Light
and truth collected from the Bi
hle and ancient and modern his
lory.

Boston 1844.

George Moses Horton The
hope of liberty containing » num
hor of poetical pieces

Raleigh, North Carolina

John Boys : The vision
other poems in blank verse

London 1834

Tames Williams
of events since the
ust 1834.

8éeme éd. London

- slavery mee-

1829
and

: A narrative
first of Au-

1837





VOUS SOUTENEZ
CHAQUE JOUR UN DUR
«COMBAT»



La terrible dépression nerveu
se vous guette et surgira, un
jour ou l'autre, sang préavis !
.- Ne ecourez pas un tel risque, |

Faites sans tarder une cure”
de ¢GERMALYNED», _ reconsti=
tuant naturel. 100% Germes “de

Blé, Régénérateur des Celiules
Nerveuses, qui vous soutiendra
dang votre effort et vous rendra:
VITALITH, ENERGIS, DYNA-.
\ISMB, JOLIE DE VIVRE.
< GERMALYNE> contient .:.-de
précleuses VITAMINES, *:.. du
ITOSPHORE, de SELS MINE:

RAUX, de DIASTASES, dea
VROTEINES.
«GERMALYNE>» convient a

tous les membres de votre fa-
utille, petita et grands, dans tous
‘os cas de fatigue, surménage,
dépression. Cest un SUPER-ALI
MENT NATUREL et’ HFFICA-
CITE, préparé par lea P. P.
\rnppistes de Vabbaye de Sept
fons.

Ce merveilleux prodult eat en
vente dans les Pharmacies
MONT-CARMEL. et GEFFRARD

‘ 'WMERORED! ‘10 DRGHMBRE 1969

Oxd ou lo
dramo histo-
rique, auivi de podalen fugitives

a collection

BLACK EXPERIENCE

(Buite de la 2éme page)



Honry Watson : Narrative of New York 1817 Frances Dilon Watking

\ ‘qub:. £ t
Honr nt f Daniol Coker : Journal of Da por : Pooms on miscellaneous sub:,,, 29 nver ‘
my ow tg48. u fugitivo slave nial Coker, a descendant of Afri- foots ‘Nit ' de. dé { ot
Jamos Willan The life ¢# 2dmo 6d. Borton 1854 de, camarados ® “di tent oa ot
and adventures of James WH Baltimore 1820, Honri Grégoire : Do la littéra de Vatmosphére © de 1a prison.

i Mais il s'agit Jd d'un but géné-
ns ral, Or, pour entroprendre une
osuvre si complexe, il faut assi-
gner it lu tache rééducative. des
objets plus précis. C’eat en fonc-
tion .de ces objectifs que, nous
pourrony essayer de fixer | une
méthode. Je. vais donc an’efforcer
en premier Heu de définlr ce qu’h
Nancy Prince : A narrative Touisiana au XIXe siecle mon avis jl convient d’entendro
of the life and travels of Mrs Evreux 1982 par amendement déHnquant aqui
Naney Prince. to,
Some éd. Boston 186€ ¢ (A suivre)

ture des Ndagror

Daniel HL. Potorson : Tho loo- Paris 1808

king - ginss : being a true re-
port: and narrative of the life,
travela and labours of the Rav.
Daniel H. Peterson, a coloured
Clorgyman,.

New York 186.1

San Francisco 1875

Paul Cuffoo : A brief account
of the settlement and present si
{uation of the colony of Sierra
Jwono in Africa

New York 1812

Armand Lanuasse Les Cenel
les, choix da podsles indigdnes
Now Orléans 1845

: Les
cn

Edward Larocquo Tinker
cerita de langue — frangaise

Peters Williams : A
delivered on the death
Paul Caffee

discourse
of Capt,

Dans son sens le meilleur, l'a







nal



PORT-AU-PRINCE
La Compagnie ayant 24 années de Service dans les Caraibes

| NOUVEL HORAIRE
MARDI — VENDREDI — SAMEDI

Vol 601 Départ Port-au-Pce 1.15 p.m



Arrivée New York 4.15 p.m.
Vol 602 Départ Port-au-Pce 5.00 p.m.
Arrivée New York 8.30 p.m. To



Pour toutes informations supplémentaires adres sez-vous @ votre agent de voyage ou aux bureaux

de la Trans Caribbéan, Cité de VEXposition.

Tel, 3283 — 3974.
Airport et Service Cargo 3085.



Les vols entre : P-au-P — Aruba — P-au-P et : P-au-P — Curagao — P-au-P

sont temporairement suspéndus.



gocesceceooossssssesssonqsq on; popnanossssaassssossooNNesOsONS

/PRENEZ LA ROUTE EN 1970 EN TOUTE CONFI ANCES

9

GOGGOOOOOHOOOOOOOGOOOS

@@O







Vous traverserez les fétes de fin d’année 1969 en douceur et vous prendrez le virage 1970 en
toute confiance et en toute sécurité dans une de ces fameuses voitures FORD que .vous pouvez admirer
ala Salle d’Exposition du Département de Ventes des produits FORD a la rue des
du Rond Point de ’Exposition. Vous n’aurez que la difficulté de choisir entre la splendide SPORT
CAPRI de luxe: dotée d'un moteur de 1600 cc, ou la déja fameuse FORD 15 M, XL, a quatre
portes, moteur de 1500 cc
@ 4 portes, moteur de 1700 cc, sans mentionner toute une gamme de véhicules, des plus
économiques wux plus luxueux. N’oubliez pas qu’en achetant FORD, vous vous assurez
les services de mécaniciens compétents et les avantages d’un stock de piéces de rechange toujours

ORD est Synonyme d’Exp

NS UNE FORD !!!





Casernes, tout prés

a@ traction avant, ou encore la confortable et solide FORD 17 M,

renouvelé.

érience et de Performance !







us telier,















; dovrait Otre le repen

pI F dans le délit, Co ae-
ralt alors l'amendemont de por-
t6o morale, comparable & la con
trition, On trouvera peut 8tre
des dispositions. de cet.ordra choz
_quelauies sujota; moais si l’ameon-
ament’ na devait Gtre. que cela,

il serait lapanage de peu de dé
tenus, :

En fait, la-société ne peut exi:
wer autant ni demande un tel
suntinent vertueux a des dtres
qui, wils aavalent générulement
distinguer je bien du mal, uc com
prenaient pas toujours la raison
de cette distinction et le motif
des prohibitions légales, Le re-
pentir suppose le Bentiment d’u-
ne culpabilité et la plupart ne
Vont . pas, car ils,,ont. été. dlevés.
dans un milieu ot ce sentiment:
n’existait.pas. Ils ont vu autour,
d'eux; Jés' parentsiet non pas seu
lemént’ des auteuts, les camara-
des de la rue, de l’école, de l’a-
puis les co- -détenus dés la
premiére arrestation, vivre péril
leusement dans les marges de la
loi, et cela leur parait étre une
norme: de la condition des hom-
mes. La fréquentation du _ délit,
Je vache - cache avec la Police,
font partie pour eux*de la lutte
pour la vie. °



. L’amendement repentir ne peut
done étre qu’exceptionnel.

il ne saurait étre question non
plus de cutéchiser l'individu mal
eré lui. Toute lecon’ forcée
trop apparente n’inspircra au su
jet que méfiance. Si le pain quo
lidien et une tranquilnlité relati-
ve sont la coridition dé son atten
tion, le sujet s'apppliquera, don
nera Villugion du redressement.
Tl n’en sera pas meilleur pour ce
la, le jour que devant lui s’ou-
vriront les portes de la prison.

Nous ne croyons pas non plus
4 Vamendement mécanique, par
la vertu des hubitudes contrac-
téus : habitudes de travailler, de
ne plus boire etc... cle but de la
peine n'est pas de fornier des pri
sonniers modétles, mais bien dés
hommes capables d’étre honnéte:
dang la vie nurmales écrivait le
Lr Répond. Si l’expérience était
faite hors de la prison, on pour
rait fonder aur elle des espoirs,
le sujet faisant en quelque sorte
roue libre & partir d’un sommet
atteint par un effort progressif.
Mulheureusement ici, entre l’ha-
bitude acquise et l'application
dans la vie libre, il y a l’énorme
choc de la libération du jour
au lendemain plus de survelllan-
ce, plus de discipline ct toutes
choses a portée de la main a la «
condition de s’en saisir. Comment
les habitudes priscs en prison ré
sisteront-elles si elles ne sont
pas accompagnées d’une certai- .
ne disposition d’esprit ? «Géné-
ralement un homme vaut en pri
son plus qu’il ne vaudra dehorsy
constatait le Pasteur Berggrar.

Crest pourquoi |’amendement
nous parait devoir se définir
comme quelgue chose d'intermé-

diaive entre le sentiment dont
nous parliqus tout & Vheure, ce
repentir si rarement vérifié, et

\ simple réflexc né d'habitudes
contractées.

Pour Lucas, qui cu parle dans
gon remarquable ouvrage « Théo-
rie de VEmprisonnemcnt-, i) fau
drait distinguer entre une vertu
ubsolue, positive en quelque sor
te, qu'il n’est pas dans tex mo-

yens péniienciaires datteindre,
et une vertu relative, negative
par opposition a l'autre, qui con

sisterrit A ne pas porter attein-
te par lu violence a la personne
ou aux biens d'avtrui. Appren-
dre A rvcupecter la ivi, et cela
seul; lie devrait se limiter lef-
fort de 1rééducation penitenciaire

Nous ic sommes pas Ce cet a-
vis. Gn ne peut écurter un étre
du délit simplement en lui men-
trant ce quest le délit comme on
Gloigne un enfant du feu en lui
montrant que cela braile. On doit
toucher chez lui d'autres corder.
agir sur 3a compréhension et sur
la volonts. Le délit n'est pas une -
porte par laquelle on entre déli-
hérément dan» la sociéte des mel
faiteurs, mais une porte de sor-
lie. On sort par le deélit d'une si
tuation antérieure antisociale, -a-
boutissement d‘une maniere ds
vivre défectueuse. Le célif en soi
n'est intcressant dans un cas d’es



la résolution de no lul-méme tristement banal,

pdces, il est toujours semblable &
L'in-
l6rét soclal du fait [Hichte résul
le du comportement — antéricur.
Par conséquent, si on vout évitor
la récidive, il ne suffira pas de
piéciser wu sujet ot est tn limi
to logale & ne paa dépassor, ni
do lui oxpliquer seulement leg rai
sons Vinterventoni légale. Cette
limite, fl la connaissait, Ces ral-
sons, il les devinait. Il convien-
dra de Ventrainer & réfléchir sur
ea maniére de vivre et de lui
prouver que li -- et pas nilleure
—est Ja svorce de ses acboires.Cet
le tiche est malaisce. On vase
heurter & tout un pass erreurs
et de préjugés. Elle n'est: pas
non plus tout a fait impossible
dans une atmosphére de’ détente,
de sympathie pour ‘homme qui
souffre, Il est des heures‘ ou les
pius fiexs ont deg abdndons’ et
leg plus obscurs, des éclairs de
lucidité, o& le bon sens raméne,
eomme la bille de plon.b du (cul
buts), la poupée humaine & la
verticale.

Pour faire naitre ‘vhez le délin
quant Vidée'd'une vie différente.
on saccrochera & tout ce qu'il
peut rester de sain en lui. Tout
est loin d’étre gangrene, une bon
ne moitié des détenus ont une mé
re, une femme, des enfants dont
le portrait. orne leur cellule. Ie
meilleur: signe de survie morale
que peut donner un détenu, et la
manifestation de son inquiétude
pour les giens. Certaing aiment
un milieu,.ou les champs, ou la
mer, car rare est l’atre que plus
rien n‘attache et qui noffre plus
Bien entendu, gurdons-nous d’é
teindre ces ‘restes de flamme par
ce tacite et collectif’ mépris dont
on a trop souvent tendance A rn
tourer le détena.



A.VENDRE

L'Ambassade Américaine avis

quielle’ tient & la dispasition du

pubic dés articles divers: .
Machine a écrire,

Photocopier, mobiliers etc.

Les offres sous pli cacheté s:-
ront reques au dépét de l’'Ambass..
de (Dépét Gérard Théard — Ts
te-Boeuf) le jeudi 11 Décemh”
1969 de 8h. A. Mi ath P.M

Les acheteurs devront étre pre
sents pour l’ouverture des offres

L’Ambassade se réserve le droit
de rejeter un ou plusieurs «-
res.

’



Colombo

La Banque Populaire

général,

Ktablissement.
Sur demande de

tien

CENT
vier LUTO,

(S200,00)

3.- Ou oun

Préparcz,
aussi possesseur de ce Superbe

sans bourse délier.

Achetez aujourd’hui
la Montre de demain

LA lére MONTRE AUTOMATIQUE FABRIQUEE

DANS LE MONDE.

EN VENTE A L/HORLOGERIE BLIOUTERIE E. BERTHOLD
_ RUE DES MIRACLES Na. 38. FRE Ee

machine i

Colombo Haitienne,

nombreux chents,
sont reportées comme suit: /
1.. Maintenir en Compte d'Epargne un Solde
DOLLARS ($100.00) du:

2.- Ou bien un Soelde Minimum de
du ter Octobre 1960 au
Solde Minimum de
($300.00) dy 16 Décembre 1969 au
des aujourd’iui volre Avenir.

Cadeau, le 8)

Continuez done, Chers Chents et Amis,
économies & Votre Banque Pepulaire,
de gagner cette Magnifique Voiture «DATSUN» qui vous ext





Ainsi Vamendement cest ly
nalasance chez le délinquant
dun désir, meme tres léger, de
changer de vio. Quel que soit: le
wnobile qui le fait nastre, que’ ce
lut-cl releye de ln conscience, de
Vinteligence, de Vinstinet oi me
me de Vinteret. C’est une dispe
sition d’esprit’ suggeérée, Nous
voulons que le délinquant ne ré
cidive pas. Or de révidive ern
fatal s'il reprond pe sortant de
prison le mode de vie qui Va con
duit devant fe tribunal. Vo faut,

cu eftet, bien comprendre — que,
hors Je ag de qeulques — detita
secasionnels en quelque torte

spontanés, la transgres$ion de ha
Joi est Paboutisspment quasi-fit-
tal dun cheminement vieieux. Le
délinquant n’en zervit pas venu
d’emblée @ Vacte criminel, con-
tre lequel se serait cabrée la cons
cience, Il a fallu une longue et
imsensible pente peur le conduire
au niveau de son crime. Dena la
majorité des cas, Vhomme seat
progressivement engagé dang u-
ne unpasse. Le cur de sac atteint,
11 n’a pas eu la force de caracté
re d’accepter un retour sur ses
pas et, pregsé d’en sortir, traqué
par ja vie, il a tenté l’évasion
laterale par les voies interdites.
Songez & tows ‘ces meurtricrs
dits passionnés, maja auasi a ces
débiteurs aux ab a ces en-
cuintes qui votent joindre le jour
de leur honte, & tous ceux qui vi-
vent au-dessus de leurs moyen:
& tant d'autres { Ob donc est |e
genése de leur infraction — sinun
dans cette déviation qui ies a ple
cée oun jour face au crime 7

Pour éviter le réeidive, i) vaus
les alder & retrouver a leur libs
ration les voies ouvertes dun.
vie Nurmale. Or, ce nest possil!:
ue s’as y consentent. Cela nou
chete les Limites d'un programa:
de rééducation : .

tr Cunduire le detenu a recon
naitre quelle fut la cause profor

de deosa faute, c'est moins faci
Ie qu'on ne croit. la plupart con
fondant ta cause immédiate avec
ta cause mediate eb aecusant au
tui of Tes efreanstances aut ont
eatamre: Paete

2) Lui fare 9 swuhaiter ce
nangeiment ue inode de vie qui
iceartera de la -récidive

3) Lu: fournir leg iovens de
realiser cffectivement - ull
soulaite

CA suivre)
iar je Licencie.

Widner G. VITAL HERNE

La Banque Populaire
- Haitienne-

AVIS

heureuse d’offrir

comme de coutume, la Prime Annuelle tant attendue, a ses de
posants en Compte d’Epargne, invite ses clients et le public en
a venir admirer la Magnifique GRAND LUXE MODELE 1970> exposée dang le hall de son

les condition. de participa
Minimum de
14 Septembre 1969 an 31 Can-
DEUX CENTS DOLLARS
31 Janvier 1970.

TROIS CENTS POLLARS
31 Janvier 1970.
vous
1970,

devenant,

JANVIER

en

a faire fructifier vos

tout en ayant la chance

offerte gracieusement en prime. .
BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE-
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN.

Se









pea tar
a

f at



PAGE 4 :






DONNEES ECONOMIQUBS

Les Restrict

®

Havayer de Girer lo plus d'avan
faxes pugs bles ade Danvedtisne:
rent peive etedper Foul em dees
Rant aber barrieres contre nes et
Sets uersiue cue defavernhles, est
tne tache cotipliquee,

A donpuce ceheiiee, font remar
quer ocertiitis usperts, des puys
Peuvebo overt at supparter Wn

prix cleve dersqu als daposent des
Postrichions Aun assechiltols entre
ebdrepre ws etranperes eb entrepri
aes dociies, iossqutls empéchont
Jes socletes ccrangeren de piarlics
per A certiqnes entreprises, ou de
vouragent les investiss. urs etran
gers en posnit des conditions ex
cessivement restrictives.

L'investissement privé étranger
peut aider les pays, en particu-
lier les pays en voie de dévelop-
pement, de diverses fagons. Paul
Streeten, Directeur de l'Institut
deg Etudes du Commonwealth A
Oxford, Angleterre, a souligne
cet aspect dans le numéro de
mars + avril 1989.dea Cares, la re
vue publice par VOrganisation
des Nations Unies pour l’Alimen
tation ot VAgriculture (FAQ)
«Ce qu'apporte — l’investisse-
ment privé & un pays, ce n'est
pas tellement le transrert de de-
viaes réal sa que le fnit qu'il ai-

de a jeter Jes fondements dune
croissance aeedt-ree de léconu-
nie ef aovenfercer In Dace a par
tir de daquelle se développeront
Tepargne intéricure et les recet

tes on devises.
sPremicrement, il permet — le
transfers de nouvelles techniques;
«Deuxicmement, il fournit — le
personne! de direction et forme
les directcurs locauy ;

« Troisibmement, jl peut contr
tuier A la formation prefession-
nelle des travailleurs et creer des
comp’ Nes Pasdminis:
diem, Lic
tres ness








dans
assorti
es, ib peut
veloppement = de











newemement, ib aide A Gta
hiv des enntacts uvee Tes ban-
aes Coreneeres, Jes niarchés de
conitgucs les ma commer:
ciouax | urniemrs do vente et
ire set i] ouvre v
sr feonux influences
rads: ;
sSistémement, if peut égale-
nent oporattrs tatreetement,
de fi: + ~ ponuries d’énar
rie et de oSovn Gitrainant
accrcissement dez recettes fis





Avis Professionnel

Itr. Gévard Frédérique
Clini aa Centre Médieal de
Opttalmblugie — Oto-Ryno
Port-ouPrivce 27, Chemin des

Dales.
Heures de viete > TA Dhan
8A 6h p.m.

MOLD OL JQ Jee z
a AEE IESE

pras Mees
See ee ON

wee

SALE TOT ASA
wee ose

PFT OCT POLE EL OED ATER DES ELS ER

> De



CESSES

RAYTIAN AMERICAN SU
COMPANY, S. A.
USINE HASCO

YoOcIETE ANONYME HAITIENNE

«Seplidmoment, il pout contri-
beur A eréer. directement et in-
directement, de nouveaux emplois.

view que tous ces Avan tagtes
poient des possibilités plutét que
des certitudes, dtant donné que
pour chacun d’eux, le résultat
peut dtre négatif aussi bien que
pusitif, os indiquent la manitre
de réaliser le maximunr de gains
hets.e

hn essaysant d'ubtenir le «maxi
nna de pains netss do linvestis
coment elranger, certuing pays
in voie de devcloppemunt décou-



Liéconomiate amériealn. Char-
len P. Kindleberger, dana-la sé-
rie de conférences qu'il a publiées
sur «Les: entreprisen amérieuines
i’ I'étringers, met en doute - le
bien - fondé de ces restrictions.
«La notion selon Inquelle l’indus
trio manufacturiére contribue da
vantage A la croissance économi-
que que lagricutture: ou les servi
cos est Ala fois généraliséc ...
et contraire au processus de dé-
veloppement», dit-il. Il soutient
que lindustrle manufactriare et



Par.


Vagrioulture ne sont pus les suuls
secteurs liés étroltement au dé.

veloppement

économique

mais

que le commerce de détail, laeom

morcialisation, la commerce

de

gros et les entrepéts jouent éga

Jement un réle important.

Les gouvernoments de certains
pays acceptent

que des entreprises

avec réticence
totalemen!

@trangéres exercent leurs activi-

tés dans leur pays. Le
Raymond Verno!
de

arvard,et

professeur
de )université
time que ‘gotte r6



ragent l'investissement ¢tranger JNSX

dang certains secteurs de l’écono
mie et sefforcent de la uiriger ex
clusivement vers l'industrie ma-
nufacturiére.

RENE COLES

LALUE



Le Champion du beau véte-
ment annonce a ceux qui par-
tent pour l'Europe, les USA, ou
le Canada, qu'il est revenu du
Caaada et des Etats Unis avec
une technique moderne et sfire,
qu'il est en outre le Seul capable
de confectionner un manteau
d’Hiver qui. soit A la mode dans
les différentes Capitales du mon
de.

Ils trouveront également des
costumes et des pantalons et un
choix judicieux de tissus pour
les élégants préférent la coupe
sur mesure.

Une visite de votre part s'im
pose de toute nécessité, Mes-
siturs Jes Elégants.

Lalue en face de ca Nonciatu
re Apostolique.

VLANTEURS ET FABRICANTS
“nere Raffiné — «HASCO CRYSTAL»
“tere Mi-Raffiné -- «POPULATRE»
Port-au-Prince, Haiti



ora mae
OMMEFE

PROPRIETAIRE





EUISSE NE
MONDIALE

: GEORGES JAAR: °.

GAR

Lé Petit Théatre

Prégente’

deux comédies en un
souper intime
d’Yves Chatelain

et

aete

Léonie est en avance
de Georges Feydau
4 Auditorium de I’Ecole
Normale d’Instituteurs
Impasse. Lavaud
Les 11, 12 et 14 Décembre 1969 a 8 Hres

ENTREE : $ 1.00 et $ 1.50

ca

iQue ‘vous-d
ou Papeete, New





» M@,par_les dnvestisseurs:"locaux
‘souapar’ le {gouvernement.-hdte;. et
lebrentxées capitaux:étrangers’



= =
tissements pri
couteuses

Hugéne. BRAKE



Spéoldtate des questions dconomiquos -

tivence provient du désir de nom
breux gouvernements dd conser-
ver un -contréle étroit' sur -toulds.
Jes entreprises du leur économi¢.’

Do nombreux oxperts pensont *
que la manitre dont réugiasent
les filiales Qtrangércs aux, désirs
des pays hotes a. été trés sous-cs
timée. En outre,. le pays héote
paie cher cette assurance de con ~
server le controle, fait remar-.
quer le professeur Vernon.

Ordinairement, la société - mé
re fournit tous les capitaux neé-
cessaires pour établir une filiale
dans un pays en voie de dévelop
pement. S’il s’agit d’une entre-
prise commune, tegpendant, une
partie du capital devra étre four






pemenfA’en trouveront réduites

d'autant.
Certaines des conditions impo
séeeg aux entrées .d'investisse-

ments directs étrangers dans les
pays en voie de développement
ne sont pas toutes destinées a ré
duire Je volume des -investisse-
ments; ‘elles signifient = suuvent
que le pays en voie de dévelopne
ment s’efforce de tirer tous I|cs
avantages possibles de |’implan-
tation d’une entreprise ou d’ins
tallalion,s étrangéres.

Les investisseurs étrangers ne
se risqueront a investir dans un
-pays en voie de développement

C'est facile. || vous suffit de téléphoner a votre
agentide, voyages Pan Am. Et de lui dire ce que
vous voulez.

emandiez Miami ou Munich, Paris -
York ou New Dethi, Hilo ou Rio,

Londres.ou-Rome, nous-ferons tout pour vous don-
ner satisfaction. on
‘Parce,que Pan-Am peut vous établir un billet
4 destination de n'importe quel pays. Du Nord au
Sud de l’Est a l'Ouest ou autour du monde. —

Avec la compagnie aérienne la plus expérimen-
tée du monde. ; \
Nous nous occuperons de tous les détails de

: Votre yaya

retiend

ge, du commencement a Ja fin. .Nous.
tendrons*vos ‘chambres d'hétel, confirmerons



ys*envole de dévelon™=:

que sfjls sont convaincus que Vin
vestisgzement. sera. rentable —_ si-
non immédiatémant, tout © au
moins A longueéchéance. Le pro
fesseur- Kindleberger ’ affirme
qu'il est également nécessaire
que, Vinvestisseur étranger possd
de certains moyen’ ou certaines

. ressources dont ne disposent pas

les. entrepreneurs locaux avant
que le projet d’inveatissement ne
devienne rentable pour |l’entrepri

se ¢trangere. Autrement, l’entre’

prise locale, possédant une meil-
leure connaissance de la situa-
tion du pays, se trouvera avanta
gée sur le plan de la concutren-
ce par rapport 4 Ventreprise 6-

trangére. Les investisseura étran-
gers apportent avec eux des mo-










ae: ‘ n' | a
Norwich Union
La Meilleure Compagnie d’ Assurances

, Etablie en Hatti
JOSEPH NADAL & Cie. Représehtants.

yens et des ressources qui n’exis

tent pas duns I'éconone. Iccale,
ct le pays héte est presque. cer
tain de recevoir sa part d’avan-
tages. .

La société ‘qui investi¢ peut @-
tre tentée d’exiger que certaines
concessions .lui soient faites par
le pays héte afin de tirer le ma

ximum de bénéfices des avantages.

qu'elle offre. De méme, ‘le pays
en yoie de développement pour-
rait @tre tenté d’exiger certaines
concessions de la part des inves
Ajgseurs étrangers afin de tirer
lekmeaximum ‘d'avantages possi-

“bles.

- Dans ce genre de négociations,
ics économistes nous disent qu’il














. %
vos locations de voiture, et nous vous: donnerons.
toutes sortes de “tyyaux"” pour réussir votre vo-

yage; Ow aller, Que voir,
le faire.
Et ce n’est pas tout.

Que faire, Et comment

’ Nous vous proposeraons de partir pour les pays
de réves. De participer 4 des voyages organisés a
des prix eux-mémes irréels. {| vous suffit pour cela
de téléphoner.a votre agent de voyages Pan Am?

ou de passer nous voir:.

Cité de Exposition, Port-au-Prince, Haiti. Tel:
3200, 3451. Vous verrez, si jamais vous entrez
dans notre bureau, indécis, vous en sortirez avec

_ ,fermonde en tate.
7 Pan Am,vo

. ~~
La compdgnie‘aérienné ia plus expérimenté® duimonde..



n’y a pas de régles naturelles
pouvant: -déterminer la maniére
dont les avantages doivent étre
idpartis, tant que jes deux par-
ties en retirent, en fin de comp-
te, certaing avantages. La -ques-
tion de la répartition des avantu
es constitue probabiement = la
source la plus commune de fric-
tions entre lcs investisseura é-
trangers ct lea youvernements
“des pays en voie de ‘développe-
ment. A longue échéance, ne pous
sant leur position a l'extréme,
les deux parties peuvent y per-
re,

La société qui investit pour-
rait créer une certaine malveil-
lance & gon égard, ce qui, éven
tueHement, aurait pour effet de
rendre peu rentable sa filiale
dans le pays en voie de dévelop
pement.

L’attitude ct les mesures qu'n
doptent legs gouvernements hdtes
peuvent effrayer les investisecurs
éventuels, dont les investisse-
wients. auraient pu apporter de
grands avantages a l'économie.

_ Par vonséquent, il est de J'inte
rét a la fois des investisseurs ¢-
trangers ct des pays hotes, de gu
rantir que les investissements in
ternationaux s'effectuent = dans
des conditions susceptibles de



permettre aux deux parties de
lirer des avuntages de Vopéra-
tion.
a

. é .





MERCREDI ‘19 DAORMBRE 1968-

«
>

.

VOTRE





IOROSCOPE.










&

. droit de reproduction totals ox partiglla réservé.
roprioté King Peaturea Syndicate — Bvoltisivitd

JEUDI 11 DECEMBRE 1969

21 MARS AU so AVRIL (BE
LIER): Intiuences superieures a
In moyenne mais il faudra tenir
serrovs tes réneseet contrdler de
pres. Servez - vous dy votre pers

N'neceptez pas trop facilement
mais ne tergivelsez pas au point
de perdre vos chances.

22 DECEMBKE AU 20 JAN
VIER (CAFRICORNE): Con -



ee eee

ee oe

eG

RUSSO.& CO.

. .
_ L ar t J ance s Dy ak e g . TELBPHONE®: 3294 - ‘
tt = Rf 17, RUBROUX:'17
Aerghes is acotion covresyondun! au jour de votre annjrersaire 5
natseance at vows trouveres — | ti Pd ‘
typnalena las autres pour demain. of Perepeonves que vous ot

Le-plus
assortiement

Chris

grand
dargenterie

tofle



‘Blendie





Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste»

PaGr ’






picacité. Expression et style nets jonciion contrastée mais si vous TR reir mena pram te At RR OC OC OI eS . -
s‘imposent. prenez le taureau par les cornea’ , . , . . .
21 AVRIL AU 21 MAI (TAU et que vous agissez au moment § - :
REAU): Certaines affaires se - voulu, les résultats seront trés sa . uv ‘ 3... menageres, ae ae his :
ront facilement dominées mais tisfaisants. » @ : qe , ‘ Rae
dautres non. La position actucl- ' rau 19 FE re ; :
. . ’ Is ° ES - a ‘
le do Venus surrire Vabsence de tte (VERSEAU): Soyex §@ timbales, couverts (Suite de la are page)
misme, vous - méme, développez vos mel! Be : ¥ ‘ Nous avons ¢ ae da , a
a ; . vp leurs instincts et tout ira bien. . Ms cru que Hous: Nous...:. conserver ns nos archives. tive Coopérative, page 125 ; — les Daphnis, tu hurl
22 MAI AU 21 JUIN (GE - Naturellement, il faudra déplo- i étions munis — comme l'a écrit C'est 1A que nous les avons relus, Faisant suite, au frontispice leur. Et fus incapable, de on.

MEAUX): Pas de faugses ma -
novuvres et ne vous lancez pus

yer Veffort maximum car sinon
vous gateriez l'engemble de votre

pour bébé, ete...



ce concitoyen, brillant —_intellec-
tuel, ancien Préfet du Nord-Est

Vautre soir —— ce soir inoublia-
hle — ot nous avons appris la

de ta brochure, cher collégue, ap
-parait la liste de tes publications

main, de nous accompagner dans
V'accomplissement de notre mis-

dang des entreprises que vous Te {abloau — que nous nous étions munia nouvelle... la trite nouvelle de antérieurs. i ve
pretteries ensuile. Les résultats, ab ; ; d’un bouclier contre Vimplacable ta mor ° vragen vevatent que desent ta sion, ener Jes Sections sei.
a plupart du temps, sont prévi- 20 FEVRIER AU 20 MARS Po r. t t iQ _ douleur., wens la suite — c’est-A-dire courte existence tu as toujours tés, al: d Snseigner le Chet
s'bles si l'on veut bien y réili - (POISSUNS): Ce que vous ferez ul uo Ou es th «(Mais. voici que de nouveau, -—aprés 1943. tes fonctions de été animé du désir d’étre utile s, alors, de renseigner le Chef
chir. , . aujourd’hui aura une grande in- ry ce matin) V’angoisse nous serre. Chef de Bureau et de Contré- & tes concitoyens, qufls soient sur ton état de santé furent
22 JUIN AU 23 JUILLET - ¢inence sur l’avenir. Si vous &tes 64 ja gorgo toujours plua cruelle- leur des Offices d’Etat Civil, de la ville ou quiila facient des Promptement contrecarrés par
(CANCER): Exploitez un don grjeux et constructif, vous accé e was 4%, ment. Le mal est done sans re- nous permirent de te connaitre centres ruraux. des raisonnements dignes d'un
ou tm passe - temps. Ils feront Jerez vos affaires courrntes et es circons ances e i made. Il faut souffrir dans sa physiquement, A la faveur de Mais étant donné le caracté- wet ee vée dévoue-
s ent sang régerve.

diminuer la tension et convien-
dront aux activités de Ja jour -

trouverez vos taches plua sim -
ples.



Seen






chair et dans sa pensée
_La méme loi préside aux os-
ciliations de lime entrainée tour

quelques visites au Département
de la Justice. Ce, jusqu’a ce que

re agricole du pays, tu n’as pas
manqué de comprendre que son

Quand, aprés un séjour d’une
semaine pres, nous regagnimes

née, Souvenez - vous qu’en tout } ° e le Destin ofit décid6é de nous réu- développement, d 1 do- ;

la qualité est supérieure dla si vous ETES NE AUJOUR anniversairres my A tour vers le plaisir ou la dou- nir sous Végide d'un "Homme, maine que ce Jolt, n’ect pas possi la Capitale, tu parus prendre

quantité, D’HUI: Vous aimez la beauté et i s fe leur. Et, malgré son orgueil de d’un grand Homme-d’Etat, nous ble sans l’évolution et le pro ton cag au sérieux. Or, tu ne
24 JUILLET AU 23 AOUT yong avez un sens aigu des res- f® s‘insurger contre j’un pour gar- nommons Son Excellence I'Hono grés de ce qui constitue la gran- voulus pas, pour autant, te repo

(LION): Si quelgu’un vous dé
coit. sovez nart culidrement gen-
til a son égard. De cette fagon,
yous vons fort fierez le caracté-
re et éviterez A la rupture.

ponsabililés. Vous travaillerez a- 3

vee patience, 6tes décidé & attein
dre votre but. Vous réussirez
dans les sciences, la mécanique,
la philosophie. L’enseignement et

— baptémes,



BEDE OPI ID,





ae

Bay

arlages.

DES EHD ES,

der l'autre, comme un fatu de
paille, elle tromble entre les ri-
rea et les pleurs, sans pouvoir
pénétrer le sens profond toujours
insaisissable de ca ballotement

rable Docteur Frangois Duvalier
-- en Vue de l’aider dans l’accom
plissement de sa haute mission,
savoir, l’affranchissement défini
tif des mass:s rurales de leur é&

de majorité de ses habitants :
les masses de l‘arriére pays.
Cela, tu ne voulais pas mou-«
rir, André, sans [avoir dit a-
vec insistance, et d’une maniére

ser.

Ton Grand Ami le aut, un
jour... Mais, il était donc trop
tard, ! Et ton départ rapidement
ordonné par Lui vers les Etata-

: le journalisme vous conviendront des pauvres humains A traver tat séenlaire de misére et d’ex- et dans wu le conf A ton Unie et une intervention des
24 AOUT AU 23 SEPTEM aussi. Un peu d’entétetement et ® cette vallée de larmes que os ploitation honteuse. tempéramment, * be revolution. ‘meilleurs chirurgiens de 1’Tlli-
BRE (VIERGE}: Si tout ne v8 j'inquiétude sont dans votre ca- -e . ip. es espére chaque jour transformer En effet, dans Ja premiére naire duvaliériste intégral C’est nois, auront été vains,

pas aussi bien que vous le vou- yactére et une tendance & Vinsta en un séjour de dienboureux...2 quinzaine du mois de février pourquoi, ta as écrit et tu nous Sans doute, tu auras: connu

dricz, cachez souftier, le temps
de remettre en plac? le: pions de
votre jeu et de récupérer vos for
ces. Sérénité ef calme intérieur.



hilité que vous ne reconnaitrez
peut étre pas pour telle. Votre
sympathique va loin et est sans
calcul.

de Cuisine

Haitienne

xxx

Devant cet objet qu'il nous
faut pourtant désigner par son
nom, malgré la cuisante doulcur

1968, nous fiimes instruit de no-
tre nomination comme membre
de la Commission Présidentielle
Agraire Permanente.

a laissé, comme le chant du cy-
gne,

«LA REVOLUTION DU-

un répit. Ce ne fut qu'un rénit
de: moins de six mois, aprés le-
quel, ta nous a réunis ce matin,
ici, pour le dernier adieu...

24 SEPTEMRRE AU 3 oc Vous combattrez fermement par NINICHE que ea seule vue produit en nous Pourrons-nous jamais oublier YALIERISTE, » Oh ! il’ nous coute, tout de
TORRE. (ile et Votre fa pour votre prochain s'il est dans et que ce nom provoquera sur cette période de notre vie 7 ... FACE A LA CONJONCG méme, de remplir jusqu'au bout
culté ce rasennen culmement ennui. ‘ nos J&vres tremblantes ; devant Oublierong - nous jamais cea fa- TURE AGRAIRE HAITIEN- nvtre devoir de porte - parole.
doit &re yn rempr rt contre hos Naissance d’Hector Berlioz, ton cercuell, enfin, cher André. ons adroites que tu employais NF . - Nous te. dirons aussi, malgré.
unite Oo , 4 a nent eee nt compositeur de musique - ‘ nous sentons dans notre esprit pour nous entrainer et nous en- > ‘ nous, adieu... Adieu, 'frere, pré
na rea! sation de mrojers SU 808 les souvenirs se bousculer... thousiasmer dans la besogne ? Tu as écrit —- pouvone-nous maturément enlevé & Vaffection
len earn s. —- RIZ AU LAIT.— Laver soi - cannetle. Luisser cuire a feu Personnellement, nous ne te xr dire — sous nos yeux, car au des tiens. Que la terre te soit



PE aOcTORES AU L2 NOVEM
BRE (SGORPION?. Msrs tres
favoralie. Que chagde minute ait

«Le Ciment d’Haiti
S.A. vend

gneusement un quart livre de riz,

les jeter dans trois quarts

litre

de lait bouillarit et parfumé a la

doux aux 8/4, Sucrer. Continuer
la cuisson. Se sert chaud ou fro‘d
avec une créme f son gofit.




ronnatssions pas encore, a l’épo
que ot, sous le titre :

DROIT PENAL, POLICE

Tu n’ag pas manyué de souli-
gner l’existence de notre Commis
sion at d’cm dermir le réle, a la
fin Ju livre qu’au début d‘octo-

cours des déplacements que nous
faisions vers la province, plus
d‘une fois, dans Ja voiture, tu
avais sur les genoux des pages

légére ! Que ta Veuve éplorée,
que tes enfants affolés, tes pa-
rents et alliés inconsolables, veuil
lent: recevoir, par notre organe,

sa valour. Servez - vous de vor . ‘ saad : feds . vO
tre almuble ner-onnelits pur Hi Autobus Ford et Le Livra de Cussine de Nintche xe vend dans towtes les libratrie SCLENTIFIQUE ET RECIDI bre dernier tu as Dubué et qu’a du manuscrit dont tu occupais, les salutations des Membres de
rendre plus heureux votre pre - 1 Bulld D4 préfacé Vami qui, comme nous, crayon en main. : la Commission Présidentielle A-
chain. Votre intuition era for- Ca; ton b Ford 300 jeune avocat du Barreau de ne finira pas de sitdt de te pleu Et pourtant, le mal qui de- graire Permanente; que la cou-’
ue — 7am fr enne i cachet a: Port-au-Prince, tu publiaia dans rer, Me Jacques Oriol, notaire vait t’emporter avait déjA com- ronne de fleurs que nous allons

23 NOVEM§RE “0 e1 DE - IMENT HAITI SA ‘ LA GAZETTE DU PALAIS des de profession, actuellement Offi mencé son oeuvre... Peu de. placr sur tin cercueil soit V’ex-
CEMBRE (SAGITTAIRE): Un 1 3 otae pages combien intéressantes sur cier d’Etat Civil de la Section jours, en effet, avant ce Mardi pression des profonds regrets
effort eoncentes vous fern abat- Box 132! ce qui, alors, faisait l'objet de Est da Ja Capitale. 11 Février 1969, o% Vavion de tes anciens collégues |!



Port-au-Prince, Haiti.




Grand-

tre font ohetecle, Esucie: ins pra fal ent visible a 1'U. tes études. C'était en l'année Certes, i n'est point recomman noug conduisit dans la . .
positions ui sais serent faltoe Le matérie Mo ip . 1943 ; et, nous-méme, nous 4 dable en cetto’ circonstance dou- Anse encore chez toi, ayant per Rodrigue D. MACAJOUX.
if lew personnes equi sont derricre. sine de Fond-Mompin tions, six ans au-paravant, déji leureuse qui nous vaut de pren- du connaissance, tu chancelas
wk ya P-au Pee 9 — 12 -— 69.
vetourné dans notre patelin, a la dre la parvle, i] n’cst pas recom et tombas en te heurtant dure-
SPORE POROP OOD TE RLOI ERE RLD fin de nos études universitaires. mandable de faire une analyse ment, sans doute, A la hanche. _
: Sans doute, déji, la Pen a- méme_ breve de ton ouvrage. Malgré les conseils de ton méde-
Aliez a New York, Los Angeles, yalt commencé de créer ses liens D‘ailleurs, la préface, elle-méme, cin, tu fis avec nous le voyage LISEZ

-

San Francisco, Madrid, Mexico
ou ailleurs

LA DOMINICANA Di AVIACION vous offre ces facilités.
ENe vous transportera les JEUDIS ET DIMANOHES & Santo

Domingo ou
PANAM et la IBERIA.
LA DUMINICANA DE

Vous ame, Une

bonne

AVIACION vous

correspondance avec la

offre également

d'autres possililtag, ley Mercredis et Vendredis avec la
NORTHEAST ALRLINES & Miami.

Pour tous

renseignements supplémerttaires, veuillez vous a-

dresser it PANAM, & votre Agent de Voyages ou aux Bureaux
de In DOMINICANA DE AVIACION, Cité de I'Exposition, en

face de

ne +

















A
a



sensei

Impasse Lavaud

PRESENTE

lea 17 et 18 Décembre 69
& 8oo heures p.m,

VOffice National du Tourleme. Téléphone 3277.-











sisteterezeseter=








Sores reereers es

Le

chronométre

Girard-
Ferregaux
Haute. ,
Frequence
le plus préci
du monde —

m, a, Sy mn
=> >>> Zs

‘





oe

pa

nll

mystérfenx entre nous-deux, car,
nous goutions fort tes écrits, au
point d‘avoir voulu, au fur et a
mesure de leur publication, les



ORI

G(RAND-PERREGAUX
Citantmeter HE

Ss






, te Pr nce = ate
Q ear A ATAU



i

aa



i

ra



EEL VEE TAT AINT ATA LL APE SETA TANITA A ee

PERT ELEN






n'est - elle pas déja une étude
magistrale qui, sans exagération
aucune et sans la moindre com-
plaisance, a présent6é Jouvre
sous le jour vrai ot tout lecteur
doit la voir et la comprendre ?
Mais,s que nous permettrons
malgré notre souci d’¢courter no
tre discours, nous nous permet-
trons d’'en rappeler au moins par
leure titres, quelques chapitres
qui ne se se laissent pas lire
sans que l’on ne se Bente, non
stulement vibrer du patriotisme
farouche dont falt montre l’au-
teur, mais encore, briler de la
flamme révolutionnaire qui l’ani
mait et continuellement entrete-
nait sa foi en des lendemains
meilleurs pour le paysan = hai-
tien... _

Ce sont : Alerte Duvaliériste
au Service de la Paysannevic,
page 15 ; — La Révolution Du
valiériste, face au mécanisme cau
sal de la Conjonciure Agraire
_Haitienne, page 19 ; — Sécurité
Paysanne et Paix Sociale, page
25; — Paix Duvaliériste et Sec

R teur Rural, page 29; — Juristique

et Conjoncture Agraire, page
55 ; — Technique Juridique, ps
ge 61, dernier paragraphe .
— Légialation Fonciére Duvalié
riste pour la sécurité de la pos-
session du paysan vers une haute
productivité, page 71 ; — Révo
lution Duvaliériste et Perspec-

UNE

de Port-au-Prince & Jérémie.
A “érémie, toute la nuit, chez



«LE NOUVELLISTE>

NE eee aa ai ee

BRASSERIE DE LA COURONNE, 5. A.








FRUIT CHAMPAGNE


















' ‘ PAMPLEMOUSSE
En 1987, les chronometres IN Chronomatra Haute Fréquence.a $6009 alt/h, auto- és B O I S S oO N ORANGE
HM Girard-Perregaux Hgyte matique, caléndrler, boifier étanche 4 lépreuve o ,
I. Fréquence ont obt Mo des Bains ‘de met, 39 rubis, avec garantie de
: de teug lea bullétina de précféfén-au porter. 5 CITRON
marche délivré spar Oneér- - 4 ' 5
plus de 20 ¢hants de Noel a 4 voix mixtes:: vaiolre chronométrique. de. *' Modéles: classiques et d'avant-garde en of 18 ct, e S A I N E . LIMETTE
— VEcole Normale d’Instituteurs Hauchale} dans ta até jbrle ~y plaqaé et acler. : 5 4
— YEcole Normale de Martiasant puchalel dans la catep 5
— les Frares du Sacré-Coeur des inohtras-bracelet olas- pe EUR = RAISIN
; (direction : F. Raymond Barbe-s.c.) ~ siques. Une performance er 7 i
jeu scénique et danse, : sénsationnelle pulaque réa- E RREGA t ‘aa: .
: — le Colldge:. 8t. Frangoia d’Assise lisée par des tontre stric- iu Pe a a i : E T BANANA
(direction: Mlle ‘Viviane Gauthier) tement de série. \ a oe
musique de Noel: les . "BE QUALITE DEPUIS 1791 i CERISE -





décora et costumes préparés avec soin
PRIX D’'HNTREE : — 10 gourdes-
—~ 6 gourdes
les billets sont en vente: su Secrétariat du
Centre Culturel et de l’Ecole Normale d’Inst.
les places sont LIMITHES !

JOYEUX NOEL !

AI

CREME DE CACAO:

En vente 2: VERSAILLES -- BIGIO FRERES
LITTLE EUROPE -- MAISON ORIENTALE







nH é






PAGE 6



Révélations

(sulte

absent de la
(Suite)

ealle duo Palais des Concerts de
Stockholm, abondamment décorée
de fleure ot de ‘vordure.

Lo pro(pmcur Ul Von Euler.
Président do la fondation Nobel,
prenant le pagmier la parole, a
canetada une tendance A longa
peamont de plus en plus fréquont
rn favenr dex problomes oxcessl-
vement: vasta ue Pon pout déce-

Beckett ie la

do contérer ly dd Octobre

VAffuire: Hinman, Hs ‘apprirent
ainal qyuno Joune femme qui a-
valt 64 interrogd pair le Shérif
du Comté possédalt: pout-dlre des
{nformations sur les mourtres de
tan Villa Polanski.

ler chex de nombreyx Inuréits: Toujoura selon le Capitaine
cot engagement wocial, n-tell alt, Brown, los détectives do Los An-
West pas nouveau pour les lau kolen interrogarant In souno fem
reats des prix do littérature et mo ie 31 Octobre et apprirent ain
de In paix, mais il est do plus “ extauance du Chat de bande
en plus marqué chet les lauréats Chartes Manson,

Le lendemajn, Is oxumineren'
le cnslor judi¢iairo do Manson et
upprirent quo cet étrange Indivi

scientifiques,
Le professour Ivar Waller, de

) i Academie (les Seiences, M fit Gu avait passé en prison et dans
Gel M nn a) a du in de des étnablissements pénitentiaires
vel Arann, Taureat du prix Ge wiriés plus de la moitid des 36
Vhysique, pour ses contributions ,

années de gon existence.

La 6 Novembre, neuf membres
de la famille de Manson étaient
interrogés A Indépendance, a quel
que 200 kms i l'Est de Los Ange
les, of ils sont sous les verrous,
accusés, ainsi que leur chel’, de
vols d’automobiles. Ces interroga
tuires ne donnent aucum résultat.

Mais le 12 Novembre, un indi
vidu arrété pour vol a. Nécice,
une petite ville située sur la cé-
te du Pacifique a une Vingtaine
de kilométres a l'Ouest de Los
Angeles, donnait a la police des
informations nouvelles sur Char
les Manson et sur le culte de son

et decouvertes relatives A la clas
taires ot a leur interaction.

En présentant les lauréats de
Chimie, le professour Arne Fred
ga, de VAendémie de Sciences, a
aftfirme que le professeur Odd
Hussel (d'Oslo) avait, en étu-
diant le Cyelohexane et ses dé-
vives, pose solidement le fonde-
ment d'une chimie dynamique a
trois dimensions et que le pro-
fessour Derek Barton (de Lon-
dres) avait tiré des conséquen-
hs pertinentes pour un grand
nombre de systémes annulaires

complexes qui jouent un si groupe. ; .

grand role dans la nature vi- Le Iendemain, 15 Novembre,

vante. un homme dont le prisonnier in
ll revenait au professeur, Sven terroge la veille avait donné le

Gard, de l'Institut Karlingka 70™, déclare aux detectives de

Vhonnoeur de célébrer les méri- Los Angeles qu'il avait entendu

tex des trois Jauréats de Méde- 28 Spahn Movie Ranch des mem

bres du gioupe de Charles Man-
son parler des meurtres de Sha-
ron Tate et des époux Labianen.

Le 18 Novembre, la police de
Reverly Hills, dans la baniieue
de Los Angeles, avise.la_ police
métropolitaine qu’une femme.
sous Jes verrous pour une affai-
re qui n’avait aucun rapport u-
vee celle de In villa Polanski, 2-
vait rapporté des détails sur Ie
‘eurtre de Miss Tate que lui a-
yait confié une camarade de cel-
lule.

Le 26 Novembre, les policiers
Je Los Angeles se rendent & Be-
yerly Hills et obtiennent de la
prisonniére des détails précis sur
les meurtres du 9 Aofit. Les ar-
restations de trois suspects — sui-
virent le ler Décembre.

Bien que le Cupitaine Brown
wait pas précisé les noms des in
formateurs ni ceux des autres
personnes dont, les révélations
ont permis de conclure Hennquéte,
cn sait que c’est Shelley Nadeil
qui a alerté la police & Ja suite de
la conversation avee Susan At-
kins dans la prison de Beverley
Hills.

ne A SS STEIN,

Lautepsie refusée

par le Juge
PENSYLVANIE (AFP) —

cine; les professurse américains
Max Deltbrack, Alfred Hershey
et Salvador Duria qui, a-t-il ar-
{irmé, doivent étre considérés
comme les fondateurs de la Bio
lorie Moléculaire moderne.

Parlant de |’uvre du grand
nubsent, Samuel Beckett, le Doc-
teur Karl Gierow, Secrétaire
perpétuel de VAcadémie Suédoi-
se, a déclaré; «Si l’on mélange
inspiration vive et logique strie
te, ont obtint un paradoxe ou
iien un irlandais. Si c’est un ir-
landais on a le paradoxe par -
dessus le marché. I] est méme
arrivg que le prix Nobel de Lit
térature soit partagé. D’une cer
taine fagen ec’est ce qui s’est pas
sé cette année, quand un seul et
meme prix a été attribué & wm
seul homme, a deux langues et
& une troisieme nation, elle-ma-
‘me divisée.

Le point crucial de la concep
tun du monde de Beckett, a en-
core dit l’orateur, réside dans la
différence entre le pessimisme
facile, qui a pour limite l’insen-
sibilité du scepticisme, et celui
que Von acquiert chérement et
qui cherche & s‘’approcher de
homme dans sa misere la plus
nue.

Le professeur Eric, Lunderg,
de V'Académie des Sciencés, s’est -Le Président du Tribunal de
enfin. adressé aux lauréats du Wilkes Barre a refusg d‘autori-

+ nouveau prix des Sciences Eco-, ser |‘exhumation et V’autopsie du
nomiques, les professeurs J. Tin corps de Mary-Jo Kopechne, mor
hergen (de La Haye) et Ragnar te dans Vgecident de voiture sur-
Frise: (d’Oslo, absent pour rai- yenu le 8 Juillet au sénateur Kd-
son de santé). Vous avez fait, a- ward Kennedy.

1-il dit, @uvre de pionniers dans
Vévolution’ de I’'Eeonomie Natio
nate en une Science précise ma-





thematiquement et déterminés Semaine de
quantitativement .
La cérémonie o pris fin par L’ Alliance
@® = Vexécution de Vhymne national .
sntdois, Ia plupart des convives Francaise
ont ensuite pris part a un grand . a [na
Lanquet de 00) couverts. . i Decembre @ 8 h 30 an
Capitol :

hOY BLAS de Jean Coe-
teau d'apres le chef-d'oeuvre
de Victor Huyo avec Jean
Marais et Danielle Darrieur,
sous lo patronage de S. b.
Monsieur Frédéric Kébreau,
Ministre de Pieducation Na-
tionale et de S. EB. Monsieur
Philippe Koenig, Ambasaa-
dewr de France.

Places a G : 2.50 ef 4.00
ponder aw Capitol le tt dé-
rembre a@ partir de 5 hi pam.

1a Féte des
etudiants en
ethnolopie

fin dete Craditionnedle des Rhu
canal! = va Faculte d'yUinolo-
pre nu profit de la Bibliotheque
de PU itabbesement sera donnce
cotte au Hestaurant «Aux
Cergeiies? vendredi 1 duo cou
nl, cnirninante de
bas shows, at-
booties

ae

sLTE Sere



he
Pate re
Arnbas adeurs»
GIVCT BOR.









ae

La Boite a Musique
| RAOUL DENIS
VIENT DE RECEVOIR

LE DISQUE
QUE VOUS AIMEZ!

parmi un choix extraordinaire de disques
gui formeni la collection la plus complete

























el la plus remarquable jamais réunie
pour vous par la Boite a Musique.

NOEL!

Souhailez un joyeux Noel @ ceux














que vous aimez en leur offrant
le Disque quwils uiment
el qui se trouve a

La Boite a Musique

RAOUL DENIS

Ausal, Jes detectives de Ja poli
ce do Los Angeles décldérent-ils
avec
Jes pollejars, qui onquetatent sur













INSTANTANES |

ET: LE COTON

Los camlonnourg et Yow abon-

_nés des’ différentes Communas:du
' Plateau Contral nous prient d’at
_tirer Vattontion du Département
des Travaux Publics ot du
Fonds Routior Pormanent sur
I état do ln ‘route Péligre - Hin-
ohea.

A quolques semaines de Vou. ”*

verture de “ln récolte de coton,
quis promet d‘étre magnifique,
cette année, dans cette région,
. nous. ont-lls' signalé, fl {mporte-
‘ rait que sdlent remia eon état cor .
tuning trongons, complatemnt dé-
tériorés par Jes plujes automne-
les: et estimales, '

Les trongons los plus redou-
tés sont ceux de Cangne, de Sa-
vanette, avant de pretdre Tho-
monde et de Marmort; entre Tho
monde et Hinche, :

L’état de.ces troncons est tel
dN certainés époques de année
qu'il faut une demi-journée pris
pour parcourir les trente et quel
ques kilométres entre le Barrage
de Péligre (ot est en train de
s'ériger la Centrale Hydro-Elec-
trique Dr. Francois DUVALIER)
et le Chef-lieu du Plateau Cen-
tral,

Pour traverser le torrent d#
‘Cangne, se revéle de toute urgen
ce la construction d'un petit
pont, qui ne coiterait que quel-
ques centaines de dollars si on
Je constituait avec des drains
triples de 36 pouces de diamé-
tre, des murs en aile en ‘amont
et en aval sur une dizaine de
métres de longueur, deux seuils
en béton a l'entrée et & la sor-
tie de l‘ouvrage, le curage doa
la ravine sur trois cents métres
en amont et un tablier en béton
sur les drains. En effet, les vé-
hicules sont obligés de descen-
dre ‘dans la ravine aux parois dé
granit qui liment les pneus et
les usent complétement en trois
ou duatre mois de service (un
pnefi pour camion cofite plus da
cent cinquante dollars).

Les camionneurs ont tenu &
nous donner ces précisions en
fonction de V’importance croissan
te du coton dans l’économie hai.
tienne puisque les vrécoltes da
cette Fibre font fonctionner trois
Filatures, plusieurs Huileries et:
Savonneries; leurs propriétaires
ainsi que les camionneurs ne ro-
fuseront évidemment pas _ leur
concours & Ja construction du
pont de Cangne, si YIDAI veut
prendre les choses en mains, en
collaboration avec le Départe-
ment des Travaux Publies et le
Fonds Routier,



Pharmacies assurant
le Service cette nuit.

Mercredi 10 Décembre 1969
MONT CARMEL
B J J Dessalines
ST. GEORGES
Champ de Mars



Avis

A vendre une voiture Volkswa
wen modéle 1966, en parfait état

S'adresser & Mlle St. Louis
au Bureau du Journal.

LA ROUTH PELIGRE-HINCHE

Le major de Marines Char-
les Robb, gendre de Uancien

Président Lyndon Johnaon
apparait @ une Conférence
de prosse a Las Vegas, Ne-
vada, ot il refute Uaccusa-
tion @ savoir que dea hom-
mes placés sous son comman
dement. au. Vietnum auruient
conunis des atrocités pareil-
les & celles enrogistrées dans
’ la région de Song My. Cette
accusation a été -porlée par
le jowrnaliate Anthony Mar-
tin - Trigona- du journal de
Universite a’ linois.

TROUPES SENEGALAISES
ENVOYEES EN CASAMANCE

DAKAR (AFP)

.Le Gouvernement sénégalais a
décidé denvoyer des troupes en
Casamance, dans le Sud du pays,
ot plisieurs villages ont été ré-
cemment bombardés par 1l’armée
portugaise busée en Guinée Bis
sao, apprend-on de sources bien
informées .

Les premiers contingents ont
quitté Dakar par la route ce ma
tin. ’

xxxx

CES MESSIEURS AU SALON
HAMBOURG (AFP)

LS SA

Avis Professionnel

Clinique No. 152 Lalue
En face du Pensionnat
Ste. Rose de Lima
Le Docteur - Marcel Hérard
Oto-rhino - laryngologiste - Oph
talmologiste (Nez - Gorge - oreil
les - Yeux) annonce qu'il se re-
met au service de sa _Dbienveil-
lante clientéle Il est également
i la disposition de tous ceux qui
souffrent de céphalalgie (maux
de téte) rebelle non symptomati-
que.

NSA KAN SNEAKS NSN RA NENN NEN HNN RMN NINN HW ENN

PIONEER



CONS

CS-63DX

Un Speaker de grand style SAISON SUCRIERE

de Waute Qualité...
20 HZ - 22.000 HZ

Qualité PIONEER

Spécifications techniques et csthétiques inégales

Enclosure ;: Infinite Baffle
Woofer 1B”

2 Mid-range de 5”

Horn tweeter

2 Super Horn
Imput 80 Watts

Tweeter

Agent exclusif ; CONTINENTAL TRADING

Phone :

2 — 0148

LXSKKKKKKNKNKKKKKKKAL NNN KHAN IHN MIN HK HNN WN



de Janvier 2 Décembre.

Inaugure en Janvier
prochain, les Cours

Sténographie Francaise
Dactylographie Bilingue
Comptabilit¢ Américaine
Un Cours Intensif de
Janvier A Aofit 1970, et un Cours Semi-Intensif§§

Renseignements et Inscriptions tous les Jours, 3

oe aveotttaettaprttapatnyatngnrtynttnynrtegntegantqattgnntgnttyatta atte pttertagnteyrtagnnnyn rts tg

L’Ecole de Commerce JULIEN CRAAN

Avanie Christophe

& Rue 6

suivants

IRE!

























Uno maison de tolérance occu- dique Ie communiqué. -

pédo par des poustonnalres masey
lina ut réservée oxclusivement. &
la cHentdle féminine, sera pro-
chainemont ouverte & Hambourg.

Selon le grand, quotidien ulle-
saand Bild Zeitung cet étublisse
mont, unique en son genre en Al
femagne, soralt constrult | par

‘deux hommes d'affaires du Port





Hangeatique on bordure du célé-
bre (uartier de St Pauli, ic Pi-
alle Hambourgeois.

Ung/eour intérieure permct-

iynitCine prise de contact dMiscrd
te entre les clientes ct les péripa
téticiens. Commentaires des deux
promoteurs, les femmes doivent
également avoir Ic droit _d’ache-
ter le plaisir. Selon la Bild les
autorilés locales n’auraient pas
dobjection a formuler contre ce
projet. .
MxXX

Hanovre 96. licencie
Sans préavis son
entraineur
yougosiave

HANOVRE (AFP)

L’entraineur yougoslave de l’é-
quipe allemande de Foctball Ha
novre 96, Tschik Cajkovski, a été
liceneié rans préevis mercredi
par son Club. M. Alfred Strothe
Président du Hanovre 96 qui a.
vait fait engager Cajkovaski i} y
a deux ans, a donné sa démis-
sion, Le contrat de Ventraincur
yougoslave venait seulement A
expiration Ie 30 juin 1970, Caj-
hovski cessera dég + maintenant
de recevoir son salaire qui s’éle-
vait & 10.000 DM yar mois.

Les pourparlers que Tschik au
rait amorcé avec le Club TSV
1860 Munich qui cherche actuelle
‘nent un entraimeur seraient A l’o
rigine de cette affaire qui trouve
ra sans doute son épilogue .de-
vant un. Tribunal. En effet, l'on
traineur yougoslave 4 l'intention
de confier ees intéréts & un Avo
cat de Munich.

x xXX
WASHINGTON (AFP) ~
Le Département d'Etat s’est

1efusé mardi a/tout commentaire
concernant la /possibilité de yen-
te des Etats-Ynis 4 Israel de la
fusée Air-Sol MIGHTY MOUSE.
Le quotidien Egyptien AL
Ahram avait publié au début de la
semaine des photographies de
eette fusée qui aurait été utilisée
par des avions Isréaliens contre
des troupes LEgyptiennes et le
journal cairote avait accusé les
Etats-Unis d’un crime internatio
nal en fournissant un tel arme-
ment A l'armée de l'air Israélien
ne. Le journal avait ajouté que
le Gouvernement EGYPTIEN
protesterait auprés de la commis
sion des droits de "homme de
L’O. N. U. et de la croix rouge.
M. Carl Bartch, porte-parole
du Département d’Etat, a répnodu
nar un ¢no comments lorsqu‘on
lui a demandé si ces fusées avaient
été livrées A Israel. J] a toutefois
déclaré: nous estlmons gue luti
lisation de cette arme, étant don-
né ses caractéristiques, n’est pas
contraire 4 la loi internationale.
La fusée Air-Sol Mighty Mouse
d’un diamétre de 2,75 6 em 985 a
été utilisée durant la guerre de
Corée. Au Vietnam, elle équipe
des hélicoptéres ct la plupart des
avions de l’Air Force ct de la na

vy. Elle peut étre dotée d’ogives,

pour tirs de phosphore blanc ou

bien comme arme anti-personnel

je capable d‘arroser un SV1.
wx

VIOLENT DUEL

D’ARTILLERIE

ISRAELO - SYRIEN

DAMAS (AFP)

Radio - Damas, interrompani
son programme habituel, a an-
noneé qu'un violent duel de ca-
nons Golchars oppose les forces
syriennes et israéliennes, sur
une grande partie du secteur
Nord du Front, depuis 14 h. 15
(12 bh. 15 gmt.) ;

Ce duel d’artillerie fait suite
nu tir des soldats syriens de pre
miare ligne sur des éléments du
génie israéliens qui avaient ten-
té de reprendre des travaux de

‘fortifications dans le secteur.

Selon un porte-parole militai-
re syrien, cité par Radio-Damas,
les tirs de canons de chars de
poursuivaient au moment de la
diffusion de la nouvelle.

xxx
LES NEGOCIATIONS
ENTRE MOSCOU ET BONN
MOSCOU (AFP) —

Lientretien que ‘MM. Nicolas
Podgorny, Leonid Brejnev et A-
lexis Kossyguine ont mercredi
matin avee la délégation de la
R. A. U., conduite par M. A-
nouar Sadate, s'est déroulé dans
une ambiance d’amitié et d’en-
tigre compression mutuelle, décla
re un communique diffusé par.
l’Agence Tass.

Ti a &té constaté avec satis-
faction que les relations entre
les deux pays 4voluent favora-
blement et qu'ils ont décidé de
poursuivre une étroite collabora
tion dang tous les domaines, in-

Avec Christopher Dee
Entrée Gdes

le jewdi 4 Décembre et |
7, sa fille Mme ‘Colette ‘Bistou-






L’Allemagne
OE

lo fa ‘Verticnle”— dea éearts do *
20 degrés d’arc ont 6tG mesurés

Pe vs FRAs

TL af 6t6*proebdé également &
un ‘examen:.dé la situation dnter-
nationale, plus spéclalement de
Ja. situation dans le Proche -O-
rient, compte tenu de Vagres-
sion) poursuivie par Israel contre
la R, A. U. et les autres Etats

Arabes, conclut le communiqué.
eee

AU FIL DES JOURS
, » (Suite) |

ELLE S’'APPELLE
MICHAELLE DIMANCHE
De dimanche 7 Décembro. une
xrande joie est entrée dans la’ mai
son en deuil des Bistoury. En ef-
fet, Me. André Bistoury, Inspec-
teur Général‘ des Tribunaux et
Fdt dela Commission 'Prési-
lentielle agraire. permanente, 4
1 le gouvernement du Présj
DUVALIER_ vient de faire es
funérailles. nationales, ést décédé

e dimanche

ry Dimanche, © jolie femme
jeune et brillant sculpteur René
Dimanche a mis au monde: 5 n
dp Vaprés midi 4 l’Asile. Brangaiu
son second enfant, une ravissan-
te fille. Le bébé qui a recu le
prénom de Michaelle

du

enom esait
huit livres et un quart. en
naissant, L’ainé, un garcon s’ap

pelle René Dimanche Jr.

Nous adressons nos plus vifs
compliments aux heureux parent :
ora et Mme René Dimanche aux

nds parents, le grand gseulp-
teur et Mime André V. Drmenche,
Vve. André Bistoury et nos
verux 4 Michaelle.
... 4a saison est © 2
tivite. ' aux scenes de na

Cleat ainsi que les vitrines ex-
téricures de la Galerie Nader mon
trent des scénes de nativit6 des
plus grands peintres: Lévéque,
réféte Duffatit, Gourgue, Cédor,
Rose Marie Desruisseaux, Ernst
Louizor, Hector Jérome; Savain;
Valein, Félix Jean et Bien Aimé
Sylvain. ye
os xxx:

POUR LE BAL BLANC
DE LA LIGUE CONTRE
LE CANCER

Le Tout Port-au-Prince se pré
pare a aller au Bal Blanc de La
Ligue contrele Cancer qui se dé
roulera au Sans Souci lesamedi
27 . Décembre. Ce «great event»
social de la saison sera animé par
les formidables jeunes Ensembles
SHUPA-SHUPA et Les Diffici-
les. Les cartes se vendent bien.
Les gens ne s‘arrétent pas de
passer au Sans Souci pour faire
leurs réservations de tables. Les
cadeaux continuent d’affluer pour
enrichir le bazar de la chance. La
rafle de la voiture DATSUN a
suscité beaucoup d’intérét.

Tl en reste trés peu de billets.

Les dames du Comité d’or-
ganisation se dépassent cette an-
née Leurs contacts avec les gran
des maisons decommercesont des
plus fructueux.

xxx

NOS VISITEURS

Hier soir, nous avons rencontré
au Barbecue dansant du Sans Sou
cdi, le Dr. John I. Wilson, émi-
nent dermatologue de Philadel-
phia et sa charmante femme Ma
ric. Ils étaient en compagnie de
leurs hétes, M. Hugh B. Suther
land, Direteur de la U. S. Infor
mation Service & Port-au-Prince
et sa captivante femme Mary.

Le Dr. John F. Wilson qui
vient d'assister & la convention an
nuelle de l’'American Academy of
Dermatology a Miami, et sa fom
me Marie sont venus passer quel
ques jours ici avec leurs amis
M. et Mme Hugh Sutherland, qui
sont comme eux de Philadelphie.

Vis en sont & leur premiére visi
te on Haiti. Ils avaiont au long
d'un précédent voyage dans les
Caraibes visite Cuba, les HesVier
ves, le Mexique. Ils ont déclaré
au Sutherland qu’Haiti est Indu
bitablement l'une des plus belles

Les. de la région.

Ms repartent samedi. Nous leur
suuhaitons la bienvenue et un a-
gréable séjour parmi nous.

xxx

. Le Dr. Julius Russell, dermato
jogue de New York et sa com-
pagne Ttppyy ont pris logement
au Sans Souci Hétel. Le Dr. Ju
fius Russell vient de Miami oi il
a été assister 4 la convention an-
nuelle de VAcadémie américai-
ne de dermatologie.

..Nous avons revu avec plaisir
hier soir, au Barbecue dansant
du Sans’ Souci, Mme Cécile Des
autels et sa socur, Mile Annette
Viau, de Sainte Rosalie, P. Q.

Mme Cécile Desautels est la
mére de Mme Francoise Desau-
tels Latortue, jolie femme de no-
tre compatriote et ami, M. Paul
Latortue. .
Cécile et Annette sont venues voir
leur ravissante petite fille et peti
te niéec Johanne Latortue, née
lv 2 Mai 1969 & Sainte Hyacinthe.
Elles sont arrivées dimanche
aprés midi par le Vol d’Air Fran
ce venant de Miami.

Noug leur souhaitons Ia bien-
venue.

AU CAPITOL

Aujourd’hui Mercredi 10 Décembre 1969
a6 Hres et 8 Hres 30

-Raspoutine
Le Moine Fou

En technicolor.

et Barbara Shelley.
2.50 et. 4.00

‘de part ot d’autre -— lo volume
‘dos, bulles de vapour émines dang

lo-rénéteur est sujet & ded modi
fications, ce qui pourrait Influen
cer le flux des neutrona et Ia
pulasance instantanée du réac-
tour.

Avant que des batiments do
commerce i propulsion nucléaire
puissent étre fabriqués en séri
jl s'agit de. mettre & essai un
réacteur assez grand pour assu-
rer la rentabilité d'un tel navi-
re, Sa jauge devrait dépasser ‘les
200.000 tonneaux.

A remarquer que l’«Otto Hahn»
n’a toujours pas le droit de jeter
Vancre dans des ports étrangers.
Etant donné qu’il n’existe pas en
seore: de convention internationa
‘evsur la circulation de batcaux
A propulsion nucléaire, le gouver
nement fédéral doit conclure des
accords bilatéraux. La procédure
prend beaucoup de temps vu que
leg ratifications de tela accords
sont soumises & des délais. Un
porte - parole du ministére fédé
ral de l'Education et des Scien-
ces a cependant fait connaitre
que, de télg accords pourraient
étre passég. dans tes prochains
mois, les négociations préliminai
res ayant déja abouti dans une
large mesure.

C’est done avec un retard de
- quelques mois que i'cOtto Hahns
pourra. entreprendre les trans-
ports prévus de minerais de fer.

DLutilisation du navire en tant
que minéraliser cntre des ports
du nord de la Scandinavie et des
ports allemands, la prochaine éta

NH

pe du prograinme exnérimental,
doit permettre af réduire de moi
tié environ les ‘reis Ge trans-

port de ces minerais. Ils se mon-
tent actucllement a quelque
millions de DM par an.

instantanés
LA SOLIDARITE
CHRETIENNE DANS SA
Xe ANNEE
Qui n’a entendu parler de VAs

-
AA

sociation LA SOLIDARITE
CHRETIENNE, ceite grand¢
oeuvre -humanitaire «qui fait

vant de bien dans la parvisse
de St. Gerard et mérite l’'aid»
ct la compréhensimn de tous.

Elle entre cette semaine dans
sa Ke année et marquera cet
anniversaire, dimanche pro-
chain, par une grandivse mani-
festation a la salle paroissiale
St. Gérard. ‘

Animée comme on le sait par
Mile Gabrielle PARET, La Soli-
darité,Chrétienne fait notam-
ment fonctiunuer, avec le con-
cours bénévole d'amis de méde-
cins, d’infirmiéres;

lo) un centre socio-médical de
consultations gratuites et de
soins medicaux au bénéfice des
petits déshérités du sort des ré
gions du Carrefour Feuille, Bail
lergeau, Sanatorium, Morne de
V'Hopital, Piémont;

20) un centre de nutrition qui
alimente chaque jour une cin-
quantaine d'enfants des deux
sexes; ‘

80) un centre de forration pro
fossionneile pour les adolescents.

Nos, meilleurs voewx de lone
vité et- de succés & J'oeuvre de
la Solidarité Chrétienne.


















et de la Fonta

LA MAISON AUX
Service rapide,
Les meilleurs prix.

iUSTANG—
une nouvel



indication de la date,



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY ).
41 Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)

; ia création Roamer de bon alot,
mouvement automatique de précision avet

en anlur Inoxydable satinée et polle -
4

R. H. CARLSTROEM.
AGENT OFFICIEL -



AVIS

EN VUE ‘DE_ DIVORCE, :

A la date du 11 Novembre
1069,..le ‘Tribunal Civil. de Port-
au-Prince a rendu le: jugement
sulvant {entre Jo) Je aleur Jan
Malette, . propriétaire, ‘demeurant

ot . domiciié A Port-au-Prince |

idontifié au No, 2667-B, ayant .
pour avocat constitué Me. Auréd-
en C. Jeanty du Barreau de Port.
nu-Prince identif{é, atent& et
imposé aux Nos. 68-H — 65069
et 44058-A avec élection de do-

e, Micile en son cabinet als A Port

au-Prince, demandeur. d’une part
et 20) la dame Jan Malette née
Norma Bien Aimé, propriétaire,
demcurant et domiciliée & Port-
au-Prince, s@ trouvant actuelle-
ment aux Etats Unig d’Améri-
que 1648 — Président Street —
Brooklyn N. Y¥. Apt, D, défen-
derease défaillante é’autre part.

Le dispositif da dit jugement
est ainsi congu : Le Tribunal,
maintient le défaut octroyé con-
tre la défenderessa admet le di-
vorce du sieur Jan Malette d'a-
vec son épouse née Norma Bien
Aimé, aux torts de cette dernié-
re; proponce la dissolution des
liens conjugaux existant entre
les parties, ordonne Ja transcrip-
tion du dispositif du jugement
sur les registres de l’Officier de
VEtat Civil de la section Eat de
Port-au-Prince; dit qu’un ex-
trait du présent jugement sera
inséré dans l'un des quotidiens
s’éditant a la Capitale sous pei-
ne de dommage?s intéréts envers
les tiers s'il y échet; commet
pour ga_ signification l'huissier
Albert Hall du Tribunal, com-
pense les dépens en raison de ln
qualité des parties.

Cet avis est donné en confor-

mité de Varticle 296, 28me altnéa
du Code de procédure civile et de
lordonnance du Doyen du Tribu

nal Civil de Port-au-Prince, : en
date du 4 Décembre 1969.
P-au-Pee. le 10 Décembre 1969
Aurélien C. JEANTY
Avocat,



Messe de requiem
pour A, Casimir

Les families Casimir, Jonquil-
le et Mathieu font chanter le ven
dredi 19 Décembre courant a 6
heures 30 du matin, en VPEglise
Ste Anne, une messe pour le re-
pos de l’ame de leur regretté A-
drien Casimir.

Cet avis tient lieu d’invitation
aux parents et amis du défunt.



Fermeure des
bureaux et des cours
de PInstitut
Francais

Les usagers du bureau de prét
des moyens audio-visuels et de
a Blibliothéque de l'Institut Fran
gais sont avisés que les services
de l'Institut Francais seront fer-
més au public du 17 Décembre
au 5 Janvier exclus. .

Les cours cesseront dans les
mémes conditions que celles qui
seront fixées par le Ministére
de l'Education Nationale pour
Venseignement supérieur.

Serge BRAUDO
Directeur de 1’Institut Francais
: d’Haiti.



a

ine Mme Colo)

Vous pensez «AUX ONDES SONORES»
la Maison Hautement spécialisée du Son;
Pensez son,

PRODUCTION,
REPRODUCTION .
Tout : équipements,
Instruments,
Composants,

Piéces.

Pour vos Achats,.voyez

ONDES SONORES,










100% étanohie, bofte








Full Text











‘Aami

. QUOTIDIEN ~
LE Pues ANCIEN D' HAITI
ronDe EN 1896

Py sasmmnennnenem
Oirecteur et Rédacteur en Chef .
LUTIEN MONTAS

strateur.. M2! MAX CHAUVET






@ oh



MBEMBRD DB L'ASSOOIATION INTHRAMERIOCAIND DH PRESAR





























Adresse

¢



_. PORT-AU-







"RUE pU CENTRE

; gana!”

weenie

\
ORT PRINCE (HA/T/)
PHONES : 2232 — 2432
BOITE POSTALE :





1316







No 27.066

T4eme ANN

RE

MERCREDI 10 DECEMBRE 1969



Arreté fixantles modalités
d’application du Décret

ARRETE

Dr. FRANCOIS DUVALIER
Président “A Vie de la République

Vu le Décret du 17 Novembre
1969 réglementant les voyages
di l'étranger des techniciens du
corps médical et paramédical;

Considérant que le Déeret du
17 Novembre 1969 vise différen
tes catégories de techniciens du
corps médical et paramédical
dont il y a Heu de coencilier les
intéréts avec ceux de la Nation
et qu'en conséquence il convient
do fixer les ‘modalités d‘appli-
cation du sus-dit Décret.

Arréte

Article ler. Ne sont pas as-
troints aux restrictions du Dé-
eret du 17 Novembre 1969:

li y a quelques mois, Bonn.
Bad Godesberg et quelques peti-
tes agglomérations environnan-
tes ont été regroupées. Ainsi est
née une grande ville de quelque
300.000 habitants. Entre Bad Go
desberg et Bonn, et a Ia limite
de cette derniére, un imposant
oduilding se dresse maintenant.
Ha été baptisé «Bonn - Center».
Les architectes ont voulu en fai-
re un building qui soit autre cho
se qu’un conglomérat de maga-
sins, de restaurants et de bu-
reaux, Liimmeuble, situé face @
la Chancellerie, devait étre un
modéle d’urbanisme moderne et
compléter avec beaucoup de stan
ding Vinstallation du nouveau
quartier gouvernemenati qui nait
i la périphérie sud de ta capita
le fédérale. C’est ainsi qu‘ils ont
également incorporé dans le com
plexe un théatre, un auditorium,
une salle de réceptions et de pro
ection de films.

Lors de la pose de la premie-
re pierre de Vimmeuble, le profes
seur Schiller, ministre fédéral de
I'Eeonomie, avait déjA donné u-
ne jidée ‘du but poursuivi en af-
firmant que la nouvelle construc-
tion devait apporter sur les ri-

1) Les Médecins et Chirur-

giens dentistes etc ne professant

plus ni dans les Hépitaux ou Ser
vices de Ja Santé Publique, -ni
en privé, sans préjudice du droit
de I'Etat de réquisitionner leurs
services 4 n’importe quel mo-
ment;

2) Les Médecins et Chirur-
giens dentistes etc. déja établis
dans les différentes villes de la
République et dont les activités
professionnelles constituent un
apport A l'économie du pays;

3) Ceux qui auront achevé
leur résidence rurale ou hospita
liére, quand il -se sera écoulé
un certain temps dont la durée
sera appréciée par la Secrétaire
rie d’Etat de la Santé Publique
et de la Population, en fonction

des exigences du .moment.

L’AHemagne Moderne

BONN POSSEDE MAINTENANT SON BUILDING
ULTRA - MODERNE

-penfeld abritant déja



ves du Rhin un peu du caracte-
re de Manhattan, une atmospheé-
re‘urbaine, un style de vie de
grande ville, de capitale. «Ceci
sera de hon aloi pour la_politi-
que, pour laquelle Bonn est notre
centre actuel>, avait ajouié le mi
nistre. Et ainsi l"idée maitresse
de la construction du Bonn-Cen
ter était d'en faire un lieu de
rencontre de la yolitique et de
la culture, de Ja diplometie et de
Véconomie.

Il y a bien icngtemps que l’ab
sence d’un tel centre de commu-
nication s’était fait sentir 4 Bonn
Un centre qui ferait du quartier
fLouvernemental situé entre le mi
tistére des Affaires étrangéres,
le Parlement fédéral, }’immeuble
avec les bureaux des députés et
le complexe de b&Liments du Tul-
certains
ministéres ef notamiment les bu-
reaux des journalistes étrangers
cecrédités auprées du gouverne-
ment fédéral, un centre de gravi
té qui ne nuirait en rien au coeur
traditionnel de la ville, ia Place
du Marché, ot tréne 1|'Hétel de
Ville, et la Place de la Cathe-
drale, pour ainsi dire attennnte.

xx

LE NAVIRE EXPERIMENTAL
SERIE

Le premier navire commercial
«a propulsion nucléaire construit
«n Europe I'tOtto Huohno, a été
déclaré apte a la navigation en
haute mer & l'issue d'unc période
dexsnin de quatre semaines qui
s'exl. terminée réccmment dans
rOcénn atlantique. Ce périple
Wun mois, le traiaiéme voyage ef
fectué par le navire en haute
mer, a casentiellement servi a vé
rifier le fonctionnement des réac
teura dans des conditions météo-
rologiques défavorables.

DESSAIS DANS

«OTTO HAHN: A SUBI
iJATLANTIQUE

UNE

L'exploitation des donnees re-

cuelllies principalement par les
appareils de mesuruge installés
au nivenu du réacteur doit ser-

vir & la construction de nouveaux
réncteurs a Vusage de la naviga
tion.

Les essnis qui viennent de se
terminer concernaient surtout Ic
flux de neutrons au sein du réac
teur en fonction de mouvements
du navire. Lorsque le navire quil

(Suite page 6 col. 7)

4) Ceux qui, établis A 1’étran
ger, reviennent au pays pour un
séjour temporaire;

5) Lesinfir mieres,
les auxiliaires, les techni-
ciens paramédicaux etc. qui au-
ront exercé, en Haiti, leura pro-
fessiona respectives, pendant un
certain nombre d’années dont la
durée sera également appréciée
par la Secrétairerie d’Etat de la
Santg Publique et de la Popula
tion en fonction des exigences
du moment.

Article 2— Le présent Arré
té sera publié et exécuté a ja di-
ligence du Secrétaire d’Etat de
la Santé Publique et de la Popu
lation,

Donné au Palais National a
Port-au-Prince le 3 Décembre
1969, An 1668me_ de 1’Indépen-

. dance.

Dr. Frangois DUVALIER
Par le Président :

Le'Secrétaire d'Etat de la Santé
Publique et de la Population:
; Dr. Max ADOLPHE.





Pteau-Erince, Io 9 Dérombre
Laan, . .

COMMUNIQUE

Le Secrotariat Privé de
Son Lecellence Monsieur lo
Président @ Vie de la Réme
bligue informe Ya “Direction
du Cinéma «ELDORADO»
ainsi gue les propriétaires
de Sallea de apectacles Ciné-
matographiquea ey de «DRI-
VE IN» que par ordre du
Chef de U'Etat, la projection
du film «THERESE ET
ISABELLE» est et demeure
interdite.

Les fils & caractére por-
nographique on érotique tom
bekt sous ie coup du présent
communiqué,

Ce Secréturiat croit néces
saire d'adresser un appel ape
cial aux Direcieure de ces
salies an vue daider le Gou
vernement dans la tiche de
souslraire la jeunesse Hai-
tienne a@ toute influence sieb-
versive, dans le cadre des
mesures de préservation pri-
ses par le Chof de la Nation
pour assurer son équiltbre
apirituel et moral. :

PIERRE BIAMBY

Seerctaine Exéeutif Privé.—





The Black Experience

Par Maurice A, LUBIN

Le réle important joué depuis
quelques années par’ les Noirs
des Etats-Unis d’Amérique pose
le probléme des BLACK STU.
DIES. Durant longtemps, le Né-
gre a vécu et évolué paralléle
ment aux Blancs qui ne pré-
taient pas beaucoup d’attention
aux manifestations de la culture
noire, Faut-il dire que les bar-
riéres raciales — féroces dans la
partie du sud des Etats nis limi
taient la Noir aux rudes besognes
manuelles et ne Jui laissaient nul
loisir de cultiver son intelligence.
Cynigue, la discrimination et in
humaine la ségrégation.

Depuis quelque temps, le Noir
s'est taillé sur le plan national
une .personnalité et il s’impose en
de nombreux domaines de la con
naissance. La Bibliographie que
nous avons publiée cn plusieurs é-
ditions du journal «LE NOU
VELLISTE> en constitue le plus
vibrant témoignage.

Hors des Etats-Unis, il y a
un vaste courant qui s’intéresse a
la Culture et & la Littérature dos
PEUPLES DE COULEUR. L’A
frique est en ce moment un vas-
te chantier culturel. Les pays, ré
cumment indépendants, organi-
sent intcllectuellement Jeur vic.
Nous aurons & revenir sur la lit
térature qui s‘épanouit en divers
pays du Continent noir.

En Allemagne, Dr. Janheinz
JAHN, suivant les traces d'un
Leo Frobénius, se dévoue, outre
les ouvrages qu'il a consacréa aux
Nors, A la vulgarisation des ri-
chesses intellectuelles du monde
noir. Grice & lui. La Kraus RE-
PRINT, de Liechtentein a pris
Vinitiative de rééditer des OU
VRAGES DE LA LITTERATU-
RE NOIRE DE L’AFRIQUE ET



Le Directeur de l’OIT, Prix Nobel dela Paix

OSL (AFP)
M. David A. Morse, Directeur
Géneral de VOrganisalion Inter

nationale du Travail, a regu au-
jourd’hui, su noi de cette der-
niere, ie Prix Nobel de la Paix
pour 1069 uttribué a TOIT au
cours d’une cérémonie solennelle
qui s’est déroulée a l’auditorium
de Université d’Ouslo.

Le prix comprend une médail
fle en Or d’Alfred Nobel, fonda-
teur du prix, un diplome et un
chéque de 375.000 couronnes sué
doises.

Dans l’allocution qu’il a pro-
noneée A cette occasion, M. Da-
vid Morse, # déclaré notamment
que Fattribution du prix Nobel
de la Paix & ’OJT sera pour cet
organisme une source constante
@inapiration dans tous les ef-
forts qu’il déploiera au cours des
années & venir pour sider & cons
truire une société plus juste dans
un monde oi régne la paix. Il a
indiqué ensuite que les problémes
les plus aigus qui se sont posés
aux. Etats membres de VOIT les
plus industrialiaés au début du
XXKéme siecle, tele que l’exploita
tion flagrante des travailleurs et
l'insécurité économique ont ete
maintenant compris et ont com-
mencé & recevoir une solution con
crete.

Traitant des taches nouvelles
qui sont apparues avec Vacces
sion ‘& Vindépendance de nom-
breux ,anciens territoires coi-
viaux, M. Morse 4 déclaré; au
remier rang g
trouve la nécessité de découvrir
le moyen de conjuguer la crois-
sance éconumique rapide et le dé
veloppement social avec un BYB-
Lame de réparlition des fruits du
développement susceptible d’aseu
rer Jaraélioralion acs conditions
dexistence de tous les habitants
de ees pays, et en particulier des
plus désavantagés d’entre eux.

A la cérémonie de remise du
prix Nobel de la paix étaient
présenta le roi de Norvége, des

{



de ces taches se!

membreb du parlement et du
gouvernement Norveégiens, de
nombreux membres du corps di
ploimatique et des perronnalités
du monde de Péducation et de
la culture.

xxx

Beckett absent de la
cérémonie

solennelle
STOCKHOLM (AFP)

Modestie et raisons de santé
ont empéché Vécrivain Samuel
Beckett, lirlandais de Paris, lau
réat du prix littérature, d’assis-
ter cet aprés-midi, A la cérémo-
nie solennelle dé remise des prix
Nobel & Stockholm

Beckett, qui se trouve actuel-
lemnt, en Tunisie, était représen
té par V’Ambassadeur d'Irlande,
M. Tadhg Seosamh O. Hodh-
rain, mais c’est son éditeur fran
cias, M. 7éréme Lindon, qui a
recu des maing du Roi Gustave
VI Adolf, Jes insignes du prix

de Littérature, un dipléme et
une médaille d'or a leffigie du
fondateur du prix. M. Lindon
touchera demain le chéque de
375.000 couronnes (environ 400.
000 francs frangais) montant
du prix de Littérature. On préte
Samuel Beckett i’intention de le
consacrer & des donations sans
aucun doute anonymes.

Selon les statutes de la fonda
tion Nobel, Beckett devrait, dans
les six mois, venir prononcer a
Stockholm une conférence. Mais,
dit-on dans la Capitale Suédoise,
la fondation et 1’Académie ont
lesprit large et elles ne se mon

treraient pas intraitables si 1 lau

réat ne pouvait venir en Suéade,
par exemple, pour des rajsons de
santé.

C'est & 16 h. 30, avec une
exactitude royale, que le Souve-
rain suédoig Gustav VI Adolf a
fait son entrée dans la grande

(Suite page 6 cal. 1)



Révelations
sur l’affaire

LOS ANGELES (AFT)

Au lendemain de l’inculpation,
lundi, de Charles Manson et de
cing de ses disciples pour le meur
tre de l’Actrice Sharon Tate et
de quatre autres personnes le 9
Aoftt dernier A la villa Polanski,
le Capitaine Hugh Brown, che
de la division vols et homicides
de la police de Ios Angeles, a
révélé la chronologie de l’enquéte
qui a abouti & Varrestation des
suspects le ler Décembre. .

Pendant de nombreuses semai-
nes, ’enquéte avait piétiné, a tel
point que l’affaire avait totale-
ment disparu dea journaux. Ce

de la Police
Sharon Tate

ne fut qu’a la mi-Octobre que
les responsables de l’enquéte cons
tatérent des simililudes entre les
crimes de la Villa Polanski et

les meurtres du ménage Labian

ca et du musicien Gary Hinman.
A la Villa du metteur en scéne
polonais comme A celle du Prési-
dent des épiceries Gateway, les
auteurs des multiples. meurtres
avaient en effet écrit cv lettres
de sang le mot Pig (cochon). La
méme injure aurait été relevée
sur les mura de l’appartement de
M. Hinman aprés Je meurtre du
musicien.

(Suite page 6 Col 2)

*
a






DES AMERIQUES” QI SE
CHELONNENT SUR 400 ANS.
Cette collection s’intitule «EX-
PERIENCE NOIRE».

La compréhension de la cultu
re des noirs exige la consultation
des oeuvres qu’ils ont élaborées et
publiées. Mais malheureusement,
les ouvrages sont ou bien diffici
les A trouver oy bien l’on ignore
leur existence.

La KRAUZ REPRINT réédi-

. que.
te des ouvrages d’auteurs négres all avait

qui sont depuis oubliés ow sont
devenus rares

(Voir suite page 2)



Caraibair augmente
ses vols

Au moment de mettre sous
presse nous avons appris que
CARIBAIR en fonction de la de
mande du trafic des passagers a
changé son vol hebdomadaire du
samedi en un vol quotidien dans
les deux sens via Kingston cha-
que vendredi, samedi et diman-
che départ de Port-au-Prince A
8 h. 80 pour Miami et départ
Vaprés-midi a,4 bh 50 pour San-
Juan,

Nouveau coup d’Etat
au Dahomey

LE COUP DETAT
AU DAHOMEY
LOME (AFP)

La situation semble confuse au
Dahomey a la suite du coup a’
tat militaire.

La Capitale dahomésane
coupée des contacts extérieurs;
Ie téléphone at le télex sont
muets depuis peu de temps. La
radio nationale est muette, éga-
lement. Toutefois, on sait que
des coups de feu ont Glé tirés ce
matin A Cotonou.

eat

xxx

COTONOU EST CALME
DAHOMEY (AFP)

_Cotonou, ott Yarmée vient de
s‘installer au pouvoir, est calme.

Les bruits contradictoires y cir
culent sur la personne du Prési
dent Fmile Zingou dont on n’a
aucune nouvelle depuis ce matin.
Ccrtains affirment qu’il aurait
été tué, dautre qu'il a été em-
mené dans le nord du pays; le
mysiéere est total. La frontidre
wec le Togo a été fermée du
cété dahoméen. En revanche, le
téléphone qui a été muet quelque
temps fonctionne & nouveau en-
tre les deux Capitales voisines.

xxKx xX
LE LIEUTENANT-
COLONEL MAURICE
KOUANDETE
PARIS (AFP)

Le Lieutenant - Colonel Mau-
rice Kouandete, en faveur de qui
un coup d'Etat se serait produit
au Dahomey, est considéré com-

me,-tin des plus brillants Offi-
cieks de Armée dahoméenne. A-
wé une trentaine d’années t
ovigiviaire du Nord du Pays, il

est-breveté de l’Ecole de guerre
de Paris.

Le Colonel Kouandete était di-
‘recteur du Cabinet du Chef d’E-
tat - Major des Forces Armées
dahoméennes, lors du Coup d’E
tat qui, le 17 Décembre 1967, a
renversé le Général Christophe
Soglo, Président de la Républi-

lors assumé les fonc
“tions de tier de V’Etat et de
Chef du Gouvernement provisoi
re du Dahomey. Quatie jours
plus tard, cependant, il abandon
‘ait ses fonclions en faveur du
Lieutenant - Colonel Alphonse Al
ity, Chef d'Etat Major. Promu
Lieutenant - Colonel, le Comman
dant Kouandete avail. été nom-
mé a la téte de Armée daho-
‘néenne aprés la démission du Co
lonel Alley de la présidence de
la République et l’accession &
ces fonctions du Dr Emile Der-
lin Zinsou.

xXxXEx
LE DR ZINSOU EMMENE
DANS LE NORD DU
NDAHOMEY

LOME (AFP)
Le Dr Emile Zinsou
Président de la République

ancien
du



A propos
et Louis

M. Gérard JOLIBOUIS

En ville,

Mon cher Jolibois,

J'eusse youlu completer les in-
iormations concernaut votre der-
niére chronique historique au su
jet du Roi Louls XVII mort & la
Gonfve, mais je n’ai pu malheu
reusement retrouver les notes
que je crois posséder sur lu ques
tjon.

J’ai eu l'occasion de visiter en
deux fois I'Ile adjacente de la
Gonave mais je n’ai jamais pu
faire de prospections pour veri-
fier ce que je savais.

Octave Aubry — si je ne me
trompe — assure dang un de ses
ouvrages que le dauphin, agé de
10 ans, fut transporté & Saint Do
mingue, vers 1795, d’ordre _ de
Barras, et qu’il écoula sa prime
enfance, selon certains, a Port-
nu-Prince, dans le voisinage de
Vactuelle Usine électrique de cet
te ville; selon d’autres, sur une
propriété qui appartenait a Flon
Commune de Léogane, a Joséphi

de «Picml»
XVII (1)

ne, ’épouse de Bonaparte et qu'il
périt lors de la révolle des escla
ves.

Une autre version prétend que
le Roi Louis XVII mort i Saint-
Domingue ait élé inhumé dans
une grotte de la Gonifve ct que
se trouve sur sa tombe cette sim
ple épitaphe «CI-GIT LE ROL».

Nul en Haili n’a jamais pu
contirmer la réalité de cette allé
gation ni localiser cette tombe ro
yale; ce qui explique la multipti-
cité de tant de faux duuphins.

Tl est certain que les adversai
res de la monarchie ont fait de
leur mieux pour accréditer cette
version intéressée aux fins d’éli
miner leg prétentions des Bour-
hons & la couronne de France

Je me permets de reveniy sur
Ju question avec d’autres préci-
sions.

Veuillez agréer, mon cher Joli-
bois, Passurance de me vive sym
spathie.

Maurice A. LUSIN.
(1) Voir notre numévo d’hier.

Duhomey, qui vient d’étre renver

sé par un Coup d'Etat militaire, |
“8 &{6 envoyé ‘dana le :Nord.du

pays. * :

Les militaires ont, semble-t-il,

pris le pouvoir.sans trop de ré-
sistance et sans effusion de sang
Quelques coups de teu ont été
schangés avec les policiers de gar
e.

Le chef de l'Etat deatitué au
rait éte erainené en avion dans
la région de Nahi Tingou.

_ xxx _
CHRONOLOGIE DES ;COUPS
DETAT AU DAHOMBY

10 Déc. (AFP) . .

Depuis son accession a I'Indé-
pendance le ler Aofit 1960, le Da
homey a connu plusieurs coups
d’Etat militaire :

27 Octobre 1963 :

Le Colonel Soglo, Chef d’Etat-
Major de l’Armée forme un Gou
vernement provisoire d’Union Na
tionale et fait arréter le Prési-
dent de la République M. Hube
Maga le 3 Décembre. . ‘

22 Décembre 1964 : .

Nouveau coup d’Etat du Gé-
néral Soglo qui écarte le Prési-
dent de la République M. Sou-
rou Migan Apity et constitue un
Gouvernement militaire.

17 Décembre 1967 :

Le Général Christophe Soglo
est renversé par le Major Kouan
dete, Directeur de Cabinet du Lt
Colonel Alley, Chef d’Etat Mu-
jor de 1 Armée. Le Major Mauri

ce Kouandete devient Chef du
Gouvernement.
22 Décembre 1967 : .
Le Lt-Colonel Alphonse Alley

est nommé Président de la Répu
plique.
17 Juillet 1968
Désigné par le Comité Militai
re Révolutionnaire, M. Emile Zin
sou est investi Chef de l’Etat.
Jer Aott 1968 :
A la suite d’un. referendum po
pulaire du 28 Juillet, ie Dr Zin-
sou dissout le Comité Militaire

Révolutionnaire et constitue un

nouveau Gouvernement.
14 Juillet 1969 :

Arrestation du Lt-Colunel Al-
ley pour complot.

4 Octobre 1669 :

Condamnation du Colonel Al-

ley & dix ans de détention crimi
nelle.

21 Ociobre 1969 :

Attentat manqué contre le chef
d’Etat Major de l’Armée Mauri
ce Kouandete. Une denxiéme ten
tative d’assassinat est effectue:
le ler Novembre.

xxx
LES PUTSCHISTES
SIEGENT TOUJOURS
COTONOU (AFP)

Les Officiers dahoméens, qui
sont réunis & Cotonou depuis 1’é
vietion du pouvoir, inlervenue ce
‘natin, du Président Emile Der-
lin Zinsou, siégent toujours sans
désemparer. Aucune nouvelle ne
filtre de la réunion. Aucun com-
muniqué n’a toujours été publi¢
Aucune proclamation n'a été fai
te.

Personne ne gait & Cotonou
quel est le nouveau nuinéro un
et quels seront ses colleborateurs
Radio - Cotonou a terminé ses
émissions de la mi-journée sans
donner aucune information & ce
sujet. La ville de Cotonou eat
toujours parfaitement calme et
rien n’y indique, plus que ce ma
tin, que le Dahomey a vécu un
changement de régime. Seules
deux jeeps de militaires patrouil
lent dans la ville de temps a au-
tre. Les avions atterrissent ner-
malement sur l’Aéroport.

ane
I/ALLEMAGNE ET L’UEO
PARIS (AFP)

Le nouveau gouvernement fé-
déral Allemand perpétuera la po
litique pratiquée jusqu’é ce jou:
au sein de l’Alliance Atlantique,
a déclaré devant VAssemblée de
I'U E O le ministre de la défen
se Ouest Allemand, M. Helmut
Schmidt. Nous n’avons nulle-
ment intention, a-t-il ajouté, de
réduire les efforts de défense Al-
lemands.

FUSEES MIGHTY MOUSE
POUR ISRAEL. PAS DE COM
MENTAIRE A WASHINGTON

La rééducation du délinquant
par le Corps Social

est-elle une noble ambition ?

Tar le

1

La rééducation du délinquant
est partout 4 l’ordre du jour des
programmes pénitenciaires et 80
ciaux. L’on voit chaque pays 8’eS
Bayer & cette tiche avec ses con
ceptions, ses possibilités, son gé
nie propre. Noble ambition sans
doute, mais nous n’en © sommes
qu’aux premiers balbutiements.

Depuis hier seulement on scrute .

la pensée criminelle, on l’étale et
on la disséque Or, l'on ne peut
s'efforcer de guérir que les mala

dies préalablement diagnosti-
quées. ,
Seuls, dans le plus lointain

passé, MM. les auméniers, vous
avez connu la vérité criminelle.
Sous le secret des confessions, 4u
pied des gibets et des échaffauds,
les premiers, vous ayez rencon-



Licencié Widner
tré le visage réel du crime, si
déformé par l’opinion publique,
et je suis certain qu’ayant ainsi
in extrémig décelé le mal, entre
vu les -guérisons possibles, vous
avez depuis des siécles déja par
couru par la pensée le chemin
que nous essayons maintenant de
gravir.

Les premiéres étapes de cette
ascension ont eu pour but le re-
dressement de I'enfhnce délin-
quante,-tache extrémement diffi-
cile semée de déceptions, main
tout de méme tfche souriante, é-
clairée par la jeunesse du délin-
quant. C’est la montée encore
dans Ja zone des arbres et des
jardins ! Maintenant, l’on pré-
tend aborder le redressement de
Yadulte et Pon hésite devant I’as



‘rant auprés de tous ceux

Gérard VITAL HERNE

pect désolé du paysage.

Que peut-il demeurer de terre
meuble sur le roc ? Je ne sais
pas si j’aurai Voccasion au cours
de cet exposé d’avancer d’autres
affirmations, mais il est une cho
se dont je puis me porter ga-
qui
sont sur cette route et qui déses
pérent en regardant autour d’eux
C’est qu'il demeure plus encore
de force vive et de possibilités
réelles d’amendement chez ces
hommes et ces femmes. Ces hom
mes surtout — chez ces adultes
apprremment si peu sympathi-
ques, que chez les adolescents ou
mincis séduinent ‘des institutions.
des mingurs. ° eT.

(Voir dutté page 3). -

. des Etats Unis a







Pee ae

a la conférence dea
Ambassadeurs américains
de Mexico

..Ce matin par le
France se rendant a Miami sont
partis le distingué Ambassadeur

Vol d’Air

ort au. Prince
M. Clinton Everett Knox et sa

charmante femme Clémentine.
L‘Ambassadeur Knox est allé
prendre part 4 la conférence des
Ambassadeurs des Etats Unis ac
crédités en Amérique Latine et
dans les Caraibes.
_ Cette conférence se tiendra
de jeudi 4 samedi a Mexico.
L’Ambassadeur et Mmu Knox
seront de retour ici dimanche.
Ils ont été salués ce matin A
Vaéroport Frangois DUVALIER
par le Ministre Conseiller et Mme
Everett Melby, par le Chef de lu
Section Politique, M. John Simus
et sa femme, et son Assistant
M. Richard Cleveland, les diri
geants de la: section économi-
que et commerciale,, M. David
, et M. Andrew Tanga
los et ga femme, le Directeur de
V'USIS et Mme Hugh, B. Suther
land, ’Attaeché Militaire, le Colo
nel Roy et sa femme, le Consul
et Mme Cumming, !'Administra

teur de ’Ambagsade.et Mme Gé-f

rard Lévéque, ete.

4
Nous lui souhaitons un agres '

ble séjour 4 Mexico a l'Ambas:.
deur et Mme Clinton E. Knox.

xxx

OPINION SUR HAITI DU
JOURNALISTE IRLANDAIS
PATRICK O'HIGGINS
EDITEUR DE MC CALLS
MAGAZINE .

..Le¢ vendredi 28 Novembre
étaient drrivés a Port-au-Prince,
MM. Patrick O'Higgins, Tom Yee
et Paul de Georges, de MC
CALL’S Magazine.

M. Patrick O'Higgins est E
diteur des sections de voyage, de
fournitures dé maison,’ de mode
cet de gastronomie:de ce presti
gieux Magazine néricain. °

M. Tom Yee est photographe
et M. Paul -de Georges, son assis
tant. to

Cette équipe de trois membres
de McCall’s Magazine était venue
faire un reportage qui couvrira
lu tourisme, les fournitures de mai
sons, la mode et la gastronomie en
Haiti.

C’est un reportage qui paraitra
sur dix pages en couleurs dans
l'édition de Mars de ce Magazine’:
C'est le succas de la formidable
cullection de meubles dessinés par
le grand artiste Larry Peabody
qui a porté McCall’s a venir fai
re ee reportage sur Haiti.

Cette équipe de McCall’s était
descenduc au Grand Hétel Oolof

fron ot clle tait reste quatre
jours.

Au moment de son dépurt Jn
murdi 2) Décembre, M. Patrick

O'Higgins a eu un entreticw tres
intéregsant avec nous. La conver
sation commenga aver l'impres-
sion faite sur lui par Mme Maric
José Décatrel dont la répartie v1
ve et intelligente Je désarma a
la suite d‘un jeu d’esprit qu’il fit
en francais vt auquel lu betle hai
tzenne ne Jnissa pus le temps de
faire étineelle. On en uw ri.

Cela porta le journaliste
PAT RIC K O'HIGGINS
A parler de la culture qui en Hai
ti est belle et que nous devons con
server, avons ri. Nous avons le sens de
humour, Un espagnol n’en rirait
pas. Il n’a pas le sens de l’‘humour
Nous montrant le dernier arti-



LE PRESIDENT
PARLE LUNDI
PARIS (AFP)

M. Georges Pompidou pronon-
cera lundi prechain 15 Décem-
bre, & 20 heures, une allocution
télévisée qui sera In premitre de
son septennat.

POMPIDOU

a RO ee

Haiti, ets intitulé ;

JOLICCE UR



cle publié par Holiday Magazine
_dans svn édition de Novembre sux
Haiti, Afri-
que eéquatoriafe dans les Carai-
bes Cerit par Caskie Stinnett avec
des ,photographies superbes de
Hans Namuth, Patrick nous dit:
Regardez par exemple, cet arti-
cle, il aurait di @tre beaucou;:
mieux pour un pays si beau. Jc
photos sont bonnes, Namuth cs!
Vun des meilleurs photographes
du monde, Quant 4 Caskie Stin
net, auteur de l'article, c'eat ur
vieux Monsieur qui n’a pas itn
pris le coup,

Moi, je me fais pas de polit
que, car je suis ‘d'un pays qu a
souffert comme Haiti de la poli-
tique, lIrlande. Ces deux = pay-

ont beaucoup de ressemblaius,
ceat pourquoi, le reportage de
Mars embrassera ces deux pays

et aura pour titre : Irlande and
Haiti where mystical still occu:
Dans ces deux pays, on
prend, on a du charme.
Je vous dis quwici la vultur- est
belle et qu‘il faut la conserver.
. Vous avez. besoin de direction
dans votre artisanat. Il faut aussi
essayer de constrver le vieux sty
le qui donne tant de charme a ve
tre pays. Il faut essayer de cons:
ver l’'atmdsphére de vieilles miai-
‘ sons qui se perd. ~

coms

Tei ce qui Mimpressivnne
plus ce sont: les écolier. dans
leurs uniformes si propres allant
a Vécole. Dans quinze ou vingt
ans, vous allez avoir une merveil
leuse jeunesse Comme j‘admire
ces uniformes, cette propreté. ve
charme! Ca c'est une grande vic
toire pour Je pays pour le gouver
nement quand ils peuvent édu-
quer les enfants. (“ust une fore
a venir. ,

ie

Avec la culture, humcur, le
frangais, que l’on trouve ici est
merveilleux. Avec humour et |
désir de s‘éduquer, c’est l'avenir.
_ Ce dent vous avez le plus b.
soin c'est un hotel prés d'une

plage. C'est la premiére chose
a faire dans vos prochaines dis-
positions pour la ‘promotion: du
tourisme. J'ai voyagé a traver-
le monde, j'ai tout vu. Vous pou-
vez tant faire ici avec Je climat
que vous avez.

La Jamaique s maintenant

se

vroblémes tandis que vous av 7
déja surmonté les vores. Von

n’avez pas ici d’atmosphere je
police. Votre seul probleme
meure la pauvreté. Le tourisme
peut vous aider a |e surmonte:

xxx
GERDA DE LALEI

ortiate peintre

. Le mois dermer now aveny
reneontra oa la Galerie Nader,
MileGerda de Laleu, jeune arte
te peintrs. Elle y était accompa

gnée par le brillant peintre Paul
Beauvoir qui y était | venue lt
présenter au propri¢taire de orttr
raleric, M. Georges Nicer

Gerda, Juhie, Lyp> Inarabou
cen formey commne Voy dit chez
nous, est l'une de ces eréoles qui
suscitent des commentaires ga-
‘lants. Elle s’exprime bien avee |r
pinceau. Elle a commence la pein

tury avee Tun des plus yrands
‘peintres haiticns, Enguer rand

Gourgue avant daller passer quit
tre ans a VAcadémie dts Beaux
Arts dirigée par le Professeur

Montagutelli, Elle «te ensui
te au Studio d: Nehmy te Ab
pour = enrichir ssn experience

dang le dessin, Ia peinture et te
portrait.

Nou- avons admire a ja Gulerie
Nader une scéne de maternit®
dans laquelle Gerda de Laleu a

mis beaucoup d’expression. Gerd,
a du talent. I! ne lui manque que
le temps pour le des clopper.

(Suite page 6. Col. 6)



‘Sur la tombe d’André
F. Bistoury

Discours du Substitut Rodrigue
i D. Macajoux

Mesdamies,
Mesdemoisellés,
Messigurs,

Que ce soit devant une tombe ou
dans la solitude de son cabinet de
travail, ‘homme, notamment Vin-

- tellectuel le penseur, dans tous les
temps, a médité sur le phénonic-
ne de Ja mort... Nous en voulons
pour preuve les mille et une ph-a
ses que nous pourrions rappeler,
et qui, A travers maints écrits ou
de bouche & oreille, sont parve-
nites jusqu’é nous.

Voici, par exemple, celle que
Sénaque le Philosophe a consignée
dans V’un de ses ouvrages ¢

«Nous commengons 4 mourtr
dés que nous commencgons & vi-
vre.

Voici
celle-la,

“une autre, attribuéc, °
NOUs.<18. SAVODB....D





qui: ‘

«Nous summes sur la terre des
palerins toujours en route pour Jr
grand voyage...»

Mesdames, Mesaieurs,

Pélerins, toujours en routc..
Vous et nous, tous, nous Ie som-
mes. Toujours en route vers la
mort.

Des milliers et des milliers d’¢tres
humains, avant nous, ont vécu sur
Ja terre. Nombreux les parents,
les amis chers, que nos propres
yeux en pleurs ont vus partir
pour ce grand voyage, emportant
avec eux des lambeaux de nos
coeurs meurtris... :
Peu a peu, cependant, avocle
temps et, peut-étre, sous l’effet
du viatique que sont les pensées
des plus éminents stoiciens d‘autre
_ fols, nos larmes s’étant séchées,
nous avons repris gout 4 la vie.











PAGE 2

eer t a eh nn

DU PAYS IMAGINAIR
VOIT AVEC TRISTE







‘3 3 P Ee
ry Sf

E, LE PE EL
SE LE DEGAS TRE
QUI FRA PPE _|LE POLE NOR

AR LA RONTE BRUTALE DE








MON A

{VAHEPAR

0

f ux th ay
QUIS,

( OH, QUEL )
MALHEUR Y ¢
yp

EAN...








D1

(ER, COMPLET EMENT:

«TOUT MON TR
PEROY

The Black Experience

(Suite do lére page’

Un tel progranime permet aux
intellectucis d’clargir le cadre de
leur recherche et d’apprécier les
travaux qui ont été uccomplis
par des ecrivains de ree ou de
descendance ‘noire. 11 est ainst
possible de salsir ou de suivre a
travers des documents ‘hnuthenti-

ques des mouvemcnta” comme
PAN AFRICANISME, NE -

GRISME, NEGRITUDE, RE-
TOUR VERS L'AFRIQUE, L'A
Â¥RIQUE AUX AFRICAINS qui
ont secouc a différentes époques
le Monde Noir.

Ce progrananc s'efferee de bow
cher Jes trous en rendant disponi
bles les ouvrages qui constituent
Pueritage Ltteraire du Noir
dang le Monde.

Nous indiquons ies oeuvres qui
ont eté déja rééditées:

1) JOURNAUX ET REVUES—-

Africa South (Vols 1 - 4) Ca-
ne - Town 1956 - 1960
‘Afriea South in exile (Vols 4 No
4. 8) Tandon 1960 - 1961

African Times and Orient Review
(Vols 1 - 6), London 1912 - 1918
Vols 2 - 3 1915 - 1916 (non pu -
bhés)



‘

LES GRANDES ENQUETES

Tl y a leu de reconanitre que
le développement économique est
fonction du développement cul-
turel, dune Réforme de la Men-
tahite.

La cuiture qui est une MANIE
RE DE TENSER. DE SENTIR
ET D’AGIR explique le compor-.
tenient Jez Reflexes cendition
nés, Jes Rapports de l'Homme a-
sec ie Temps, ia Nature, le Tra

Association for African Litera
ture in English — Nos 1 - 4 Free
town 13964 u

Black Orpheus (Nos 1 - 22)"

Ybabane 1957 - ‘1967

Le Cameroun ‘Littéraire (Nos
1 - 2) Yaoundé 1964

Caribbean Quarterly Vols 1-11
Kingston 1949 - 1965
Fire (Vol 1 Nol) New York 1926

Jeune Afrique (Nos 1-38) EH-
sabethville 1947 - 1960

Légitime Défense No 1 Paris
1932 .

Pepperpot Vols 1 - 11 No 8)
Kingston 1951 - 1968

La Relave (Vola 1-- 6) Port-
au- Prince 1982 - 1938

C'est la revue fondée par Jac-
ques Antoine qui a joui d’un pres
tige sans conteste 4 son épogue.
1} est siennté en note que LA RE
VUE INDIGENE fera partie du
second programme de réédition.

Revue du Monde, Noir (Nos 1-6
1931 - 1982 w

Transition (Vols 1 - 7 Kam -
pala 1961 - 1968)

Voices (Vos 1 Nos 1 - 6 Port of

Spain 1964 - 1966
2) Bivres (162 au 182 siécle)

Juan Latino (Joannes La-
tinus): Ad catholicum pariter
et invictigsamum Philippum
di gratia Ingpatiintum regem,
de foclicissitia,,,'
Fernandi principis nativitate,
epigrammatum liber. ©
Granada ‘1578
Anthony William Amo( Anto -
nius Guilielmus Amo): Tracta
tus de arte sobrie et accurate
philosophandi, academicis suis
praclectionibur accomodatus;
Halle 1738
J. E. UL. Capitein: Disgertation
politico - theologica, de servi-
tute, libertati, christianae non
contraria
Leiden 1742
Ces premiers auteurs africains
ont écrit leurs textes en latin.
Britton "Hammon: Anarrative of
the adcommon sufferings and
surprising deliverance of Brit-
ton Hammon, a Negro man
“Boston 1760
James Albert Gronniosaw Ukaw-
saw: A narrative of the most
remarkahle particulars in th2
life of Jamea Albert U. Gron-
niosaw, an africay, prince, as

et du développement culture!

(Suite — Voir notre’ No, da

vail.
C'est pourquel jes Grandés En
quétes pour

gous - dévcloppés, se font d’abord
du niveau de la FAMILLE qu’il
faut mieux structarcr. Etant LA
MATRICE DE L'OPINION, il
est urgent que LINFORMAâ„¢-
TION SCIENTIFIQUE soit par
ticuliérement’ dirigée vers elle
afin qu'elle participe activement



Vente — Achat — Location

A VENDRE
PROPRIETE & Turgeau, en



fuce de ju grotte, 50 sur 80
pieds 144
GRANDE HALLE & la

Grand’Rue, Rez - de - chaussée
pour magasin et plusieurs pie
ces pour bureaux ou dépédts A
Metage. 188



PROPRIETE A LABOULE,
sur In route de Kenacoff, vue
magnifique sur la plaine.
Peut é@tre aisément morcelée.
136.

MAISON a Turgeau, com-
pronant 3 ch. & coucher, 2
cub. de toilette, office modar-
ne, jardins, 112

PLANO, marque Knight Lon
don, en parfait état. $ 500.00
130

ACCORDEON, marque Ae-
rolite, 120 basses, $125.00 131

ENSEMBLE HI-FI STE-
REO, Professional Serie. Aus
si Discothéque, Tape recort-
de deck. 105



GRANDE MAISON a Carre
four-Fcuille, sar propriété
100x200 pieds, convenant &
organisation religieuse 106

CRANDE MAISON A FER
MATHE, sur la route princi
pale . 107

Propriété & Laboule, prée de
VEglise St. Vincent 1¢8

ON DEMANDE

A LOVER

HALLE POUR DEPOT,
quartier commercial, préféra-
blement blocs compris entre
rue Macajoux, rue du Peuple,
rue des Fronts Forts, et
Grand-Rue. 182

a

GRANDE MAISON d’au
moins 4 chambres A coucher,
quartier résidentiel. 103

ee

APPARTEMENT avec dé- |
pendances, quartier résidentiel
— $ 80a $ 35 104

in en

MAISON de 27ou 3 ch. &
coucher, salle de bain, office
moderne. 139

INTERMEDIA trouve’ prenetiy pour ce que’
vous avez, découvre Voccaston que vous cherchez:

’ zones industriellea — Delmas,

ON DEMANDE
A LOVER

Maison partiellement ou com

‘platement meublée, 2 ch. a
coucher.

Zone accessible aux taxis.
Bois-Verna, Turgeat, etc. ou
Delmas, sur la grande route.
$ 60/80 187



ON DEMANDE
A AFFERMER

APPARTEMENT de 2 pié-
ces, avec dépendances. Prix
variant entre $ 90 et $ 120.
pour 6 mois. 186

MAISON BASSE de 8 ch.
& coucher, toilette, aux envi-
rons du Bola-Verng, valeur lo-
cative $ 60/60 108



A LOUER

PIECES POUR BUREAU,
dont 2 climatisées, étage buil-
ding Grand’Rue. 184



ON DEMANDE
A ACHETER

COMPRESSEDR pour ré&
frigérateur 1/4 de cheval 138



GRANDE MAISON d’au
moins 4 ch. A coucher ow pe-
tite maison avec propriété per
mettant d’agrandir. 118



TERRAIN des

dans une

Mais Gaté, Carrefour 140

A

MACHINE A ECRIRE A
Vétat neuf, marque Reming-
ton ou Olivetti 141

Si ce que vous cherchez ‘ne
se trouve pas ici, soumettez -
nous votre offre ou demande’
détaillée, personnellement, ou
par poste.




es leanes s71bL

a Relance de I'Eco
‘nomie dans les modéles culturéls

Dimanche 7 Decembre 1968)

an changement,

Alors les «Médiats>, qui intro
duisent dans les Foyers le Messa
ge, pour l’adoption aux nouvelles
conditions de vie accélerent In
transformaticn en réduisant les
distances afin de créer la Loi de
PUnanimité en faveur de laquelle
s'inaugure l’effort du Développe'
ment économique. Tuutefols pour
consolider action des «Médiats»
‘il se construit, maintenant au
sein des Modéles culturels & éco
nomie retardé, une IN¥RAS -

' TRUCTURE de la COMMUNI -
CATION visant la GENERALI-
SATION de l’Electrification, des
voies de communication sérien-
nea, et maritimes, des réseaux
routiers, des services postaux et
télégraphiques, Aes Industries
nouvelles, et Vexpansion de l’A-
griculture, etc, ete.

Condidérés comme une OPI -
NION INSTRUMENTALE les
Médiats produisent «LIM -
PACT~s, la CHARGE EMOTIVE
pour que le développement culiu
re) soit plus peychologique gue
CHRONOLOGIQUE.

Vers un nouveau départ,
Monde semble s’engager. Les
umélicrat ons a apporter visent
non seulement la Famille, mais
encore >
I Keole
lEglise
ie Travail
V’Entreprise
Jen activités citoyennes de parti
cipation.

La participation globale A )’Eco-
nomie

La Justice

La Sécurité
Le Bien - Etre Collectif
_ En Amérique Latine, le Terei-
té de Mondevidéo du 18 Kévrier
1960, créant ¢]’Association Lati-
to Américaine de Libre Kchun-
ge,» dans ta constructién en for-

“me graduelle et progressive d'un
‘MARCHE COMMUN, mentre dé
ja les nouvelles tendances adop -
tées pour réduire les Ecarts de-
venus trop grands, par ecnsé -
quent trop dangereux.

_ Dene, effort de rapproche -
ment est bilatéral; puisque lea
enquates ont révélé la profon-
“deur du. MALAISE. le PERIL
du Déséquilibre, le DANGER.

Alors pour mieux sérier le Pro
Lime et le résoudre efficace -
ment, Ramir> Samaniego expose
la nouvelle théorie et Pratique
d'Investigation par enquétes 4
partir de laquelle il cst facile
d’arréter des CRITERES DE
DEVELOPPEMENT CULTU
REL ET ECONOMIQUE.

Je

xxx

LA SOCIOLOGIF
D’INVESTIGATION
PAR ENQUETES

Lfinvestigation par ‘Enqubétes
est un Acte de communication, un
Processus social BASIQUE, une
Interéchange d‘Informations, une
Gnteraction provogquée entre des
‘Individus, en dernier Heu,
Formation d’Hypotheses...

Elle se fait :

lo Au niveau de la Réalité—

20 Au niveau de la Théorie—
En étudiant les caractéristi-
-ques du public, au point de vue
de In forme, du niveav. d’educa-
tion, de ’Age. L’investigation eat
Empinque,..et demeure dans la
REALITE... Clest L-INVESTIGA
“TION D'EXPLORATION

Mais ‘en partant’ d’Hypothdses
et en élaborant des CONCEPTS
Vinvestigaticn ‘DEVIENT IN. -
2DUCTIVE et situe en dehora dé
‘Ia Réalité Elle ost théoriqua-

VQue ce soit dans sa forme réelle
“ou théorique; lInvestigation vise





une ©



related by himself

Bath 177u
Phillis Wheatley: Povums on yva-
rous subjects, religious and

moral.
loudon 1778
John Marrant: A narrative otf
the Lord's wonderful dealings
with John Merrant, a black
2a édition London 1785
Jupiter Hammon: A winter pie-
ce: being a serious cxhortaticn
Hartford 1782
: An address to the Negroes
in the State of New York
New York 1787
: An Evening’s imprcvement.
Shewing the necessity of be-
holding the Lamb of God, to
which is added. a dialogue en-
titled The Kind master and
dutiful servant
Nlarlford 1790.
Absadom Jones: A narrative of
the proceedings of the black
people during the late awful
calamity in Philadelphia, in
the year 179".
Philadelphia 1794

(Voir suite page 3)



Sociologie de la communication collective

& l’établissement des CATEGO
RIES DE CAPACITES ran-
gées en

lo Capacités Moyennes

20 Capacités «Amphatiques>

Le passage du processus Induc
tif au processus Déductif se si-
tue exactement apres con/ronta-
tion de la Théorie et de la Réa
lité. Etant donnée que la Réali-
té a tendance A s’evader, pour
mieux la suisir ,il a été conve-
nable de formuler une Théoria
qui est:

lo Conceptuelle

20 Opérationnelle.

Toutefois les Moyens a'Investi
galion vament suivant les Pays.
Ils se définissent suivant les at-
litudes ect le Condit onnement.

Alors la Sociologie d’Investi -
gation par enqué'es s’allient A la
Science de la communication Iu-
maine: une série de phénomé -
nes sur Ics rappurts hranins.

ll y a trente ans déja des étu-
aes faites sur in Co ciunieation
Impergonnelle et Collective ont
donné Jieu io oune strie de Theo-
ries qui se vérifient dans les
Faits.

Des investigations’ fuites aux
Fiats Unis et dans qrelques pays
d'Europe i un nveau ht utement
quantitatif, ont élevé lee expé-
riences jusqu’aux discernements
analytiques pérnietuiin! ‘U’établir
des Statistiques’ avancées.

Or le développement économi-
que qui est en fait le développe-
ment de Homme d’ahord ne peut
Vetre récllement, et se fixer dans
la DUREE si ies tendanecs con-
traires ne disparnizsent.





















La Sociologie vt la Psychologioe
étudiant le comportement; les E-
voles de Sciences @'Information
rassemblent les connvissance
qui permettent déja d’interpréter
ies statistiques comme les valeurs
les coefficents de corrélation com
me les variantes, les analyzes de
facteurs pour situer bien en pla-
ce une Mé'hofoloyie d’Investicn
tion Quantitative, appréciable a’
tours les Modeles culturels,

Ainsi la participation est géné
rale, Efe erée ur vaste Champ
Commun de Travail.

(A suivre)






“POR IFFY
GIVING 4





Chee

FF a waver

â„¢,

aad

GEORGES ‘SICARD
63; Rue des: Fronts
Forts |

~.















ORIZONDALEMEND

1 — Réprimée quand elle est
publique

2 — Ne reconnals pas — Hon
néte |

8 — Un ordre religieux trés
sévére'—- S’amuse

4 — Dieu dea vents — Aussi
important que la conduite

6 En réle — Fin d'infinitit
— Pieuse abréviation

6 — En fin de soirée — C'é-.

u

SOLUTION No.

HORIZONBALEMENT

1. Astragala — 2. RAR; Léré
— 8. Itératives 4. Oenone; It —
5. Nattes; Thé — 6. ROI: Mai
— 7. RO; N.D.; T.S.F. — 8. E-
tage; ‘Aime —- 9, Phrase; OEB
— 10. Ues; Ton.

talt une colonies frangaise — Pro
nom Oh owe tha
7 — Tumeurs
8 — Note — Motif décoratif
9 — Plaidée — Aime barboter
10 ~~ Signal d’alarme — De
vant un prénom — En épelant :
boire le lait ~

tay!

. rxrx,

VERTICALEMENT —
1'— Qui ne dispensent guare «

leurs largesses

M — Sert A la frappe des

‘momnaies — Préfixe égalitaire

Il — Royal — En tas
IV — C'est ‘souvent iine ign-
gue attente ~
— Ont un trés gros appétit
VI — Exprime clairemene, :

VIE — Bout de papier’ — Pré .

cieuk —- Petit poids’ -

VII — Repoussetit — Dans
une‘ confession * :

IX — Trés convenable

X — Sans bavures — D'un
autre age .

&

284 F.

VERTICALEsA) NT.

1. Avion; Repu — II. Tea;
Othe — JI. Trente; Ars IV. Ra
rotonga —- V. Araneides — VL
Tes; Et — VII. Al; VII. Lé-
vitation — IX. Eréthisme — X.
Es; Fend.

I] ~esccesccgsoceazcs 12 ceszcesecesoceseee’ |

¢
\

REGLEZ










Mercredi’ & 6 h. of 8 h
LIE TRANGER

DANS LA MAISON
Entrée Gdog 1:60: e¢: 2:60 ©

‘Joudt & 67h, et Bh.”
GRINGO JOUER ET GAGNE
Entrée Gdea 2.60 et 4.00

‘

REX - THEATERS
Mercred! a U.h, et 8 bh. lp
LE RETOUR DE DJANGO
Aves’ Guy Madison” »
Entrée ‘Gdes 8.00 et 5,00

Jeudi a 6 h. et 8 bh. 15
LES RELIGIEUSES
‘Entrée'Gdos 1,50’ et’ 250°"

ClN& SENEGAL
‘Mercredi & 6 b. 16 et 8 b. 1b
JE VAIS... JE TIRE

ET JE REVIENS
Entrée Gdes 1.00 e¢ 2.00

Jeudi a 6 h. 15 ot 8 h. 15
VIVA GRINGO
Entrée Gdes 1.00 et 2.00

CiNS PALACE

Mercredi A-6 h. ot 8 bh. 18
FACE D'ANGE
Entrée Gde 1.60

Jeudi a 6 h. et 8 h. 15
LA CHANSON DU SOUVENIR
Entrée Gde 100

MONTPARNASSE
Mereredi & 6 h. 165 et 8 hb. 15
UN CERCUELL
POUR Lr SHERIFF
kntrée Gde 1



Se



-_ ste

Jeudi a 6 bh. 15 et’8 hi i6
CAVALIER SANS PEUR

CAPITOL
Marepedt &@ bat Boh, 80
RABPOUTING, - :

LE MOINE FOU
Eintr0e ‘Gites 2:50" eb 4.00

Joudt “WO h. et Oo he ®
80US LA LOI DE DJANGO
Un weatern de feu,

Entrée Gdes 2.50 et 4.00






AIR-PORT CINE

Mercredi 46° hs 30 et, 8 bh. 30
LE BRIGAND’ BIEN® AIM
Entrée Gdes 1.00 et 2.00

Joudi & 6 h. 30 & 8 hi 30
QUAND’ LA TERRE BRULE
Entrée Gde 1.00 -et 1.50



CINE OLY MPia
Mereredi (En permanence)

ADIOS HOMBRE
Entrée Gdd" 1.5¢

Jeudi (En permanenca)
TOUS LES HEROS
SONT MORTS

Avec Robert Taylor.
Entrée Gde 1.00



CINE UNiGN
Mercredi & 6 hb. 16 et 8 h. 16
AS DE PIQUE OPERATION

8
CONTRE ESPIONNAGE
Entrée Gde 1.00

Jeudi A 6 bh. 15 et 8 h. 16
UN MEDECIN CONSTATE
Entrée Gde 0.60



ETOILE CINE

(PETIONVILi.#:

“VOTRE TEMPS.
SUR
WESTCLOX

Le Réveil qui sonne 4 l’heure
4 la minute fixée
I] y a un modéle 1970

&

Pour le Bureau
Pour la Chambre
Pour le’Salon
Pour la Guisine
AGENT DON MOHRR SALES CORP
1 XERCEREEROERE § selHHeSHHeOeEO

ESC OO ORE OO ERI SS PIERS

DAVID BROWN
TRACTEUR DIESEL

POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE $
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLO@UE
BISPOSITIF EXCLUSIF «
BLOCAGE DFE DIFFERENTIEL
CHASSIS UNIFIE
$DISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE.

Charles Fequiére & Cie.
DISTRIBUTEURS

LISBZ
«LE NOUVEELISTH>

“Entrée Gde 0.60

ldorado -

Mercredi & 6 h. et 8 bh, 15
RAPHAEL

_Entrée Gdes 2.50 et 4.00
ce a6 bh et 8°h. 15

Mercredi & 6 h. 80 et 8 h. 30
UN FUSIL

- POUR DEUX COLTS
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

Jeudi a 6 h. 30 et & h. 30
PROPRIETE INTERDITE
Entrée Gdeg 1.60 et 2.50



CRIC CRAC CINE

Mercredi A 6 bh. et 8 h. 15
LE GENERAL INVINCIBLE
Entrée -Gde 1.00 et 1.69

QUE VIENNE.LA NUIT
- Entrée Gdes 2.50 et 4,00

s oonenmmaiantiiement’

CINE STADIUM

Mercredi (En permanence)
JOHNNY COLT

, Entrée Gde 1.60
“LZeudi (En permanence)
DUEL SUE LE CIRCUIT

3
Jeudi A 6h, et 8 h. 15
Entrée Gde 0.60
4

ESCLAVES POUR RIO
Entrée Gde 1.00 et 1.60

A MAGIC CINE

Mercredi & 6 bh. 15 et & h. 18
LUTRING, REVEILLE - TOI ~
ET MEURS
Entrée Gdes 1.20 et 2.50



_, Drive in Ciné

Mercredi & 7 h. et 9 h.

UN MERCENAIRE

RESTE A TUER . .
Entrée Gdes 3.00 par personne

Jeudi & 6 h. 15 et 8 bh.
L'HOMME QUI VENAIT
POUR TUER

Entrée Gdea 1.50 et 2.60

16

Jeudi & 7 h. et @ bh.

CHUBASCO, LE REBELLE

Entrée 1 dollar par voiture oe

De Luxe Auto Cine
(DELMAS)

Mercredi a 7 h. et 9 h.
LES LONGS JOURS

DE LA VENGBANCE

OU : FACE D'ANGH
Avec Montgomery Wodd.
Entrée 1 dollar par voiture



Mesdemoiselles Germaine, Jean
ne et Odette Doublette, Mr. ‘et
-Mme Reng Tassy née Euphémie
Doublette et enfants, Mr. et
: Mme Roger Camille et enfant,
. Melle. Claudette Frangois, les
familles Doublette, Pierre-Paul,
Tassy, Camille, Francois, Joce-
lyn, Alfred, Collinet, Lissade et .
-tous les autres parents et alliés
.-Yemercient bien sincdrement les
» .Révérend Pere Ulrick Delva, Je
(Monastére Saint - Gérard), le
-Révérnd Pére Ulrick Delva, le
Personnel des Affaires Etranga-
“yes et des Cultes, l’Admtntistra-
fteur des Pompes Fundbrés Paret
, Plerre Louis, ‘les amis da 1a Ca-
pitale, de la Province et de l'E-
tranger de leu~ marque de sym
i pathie A Joceasion du décts de
la regrettée;

. sOSEPH

“ DOUBLETTE
mée : Marie-Rose Pierre - Paul
enlevée A leur affeciton le jeudi
_,6 Novembre 1969; et, les prient
-- de croire & leur profonde gratitu

deudi 4 7h. at 9 lL

LE JOURNAL D’UNF
FEMME EN BLANC
Entrée 1 dollar par voiture

LE BONHEUR
DANS LE
MARIAGE

Le ‘benheur au foyer est souvent
détruit par VPirrltabilité. Ltes-voums +
beut de forces, fatigiré et tendu ? Sv
en est alnsl, prenuz hasmediatement
les oomprimés PRO-PLUS Ils stimu-
terent le systame nerveux ct norma-
Hseront tes organes mus@wiatres c!
respiratotres Is unt la vertu de pre
dutre un flot de pensées plus rapides
et plus clatres tout en combattant Ja
sonmolence, la paresse d’esprit et Its
attention Prenez aujourd’tul méme
les eomprimés PRO-PLUS et vous
vous sertirez revivre



de.
-au-Pce, le 9 Décembre 1969

4



PROP EE ALTE PLL ALE SPOOL EDO IT

} Galerie Georges S. Nader
104; Rue Bonne Foi 104
Phone : 3479
B. O. Box 962 Port-au-Prince Haiti.

Les peintres qui ont rendu la peinture |
haitienne fameuse avec leurs murales
a ’Eglise Episcopale d’Haiti :
Wilson BIGAUD, Préféte DUFFAUT
Gabriel LEVEQUE, Philomé OBIN,
Fernand PIERRE saisisent )’attention

ala Galerie NADER

Leurs oeuvres occupent cette semaine

la meilleure place & cette Galerie.




28 ET
102 SIECLE

LIVR ECRIVAINS DU

Jamon Xtricanus Boalo — Hor-

ton > Wont African countries and

pooplen, Nritiah and native
pondon 1868
lecra Faubort,
prajene de coulgur;

et de notes,
Paris 1850

Oswald = Durand Hires et
Plours (2 vol).

Corbeil 1806

Wiliam Wells Brown The

anti-slavery harp;
of eongs for anti
tings

2e éd. Boston 1849

Clotel or the President's daugh
ter : q@ narrative of Slave life in
the United States with a sketch
of tho author's life

London 1865,

The tscape or a leap for free-
dom. A drama in five acts.

Boston 1859

Samuel Ringgold Ward : The
nutobiography of a furgitive Ne
gro : his anti-slavery labours in
the U. S., Canada and England.

London 18556
Robert Benjamin Lewis : Light
and truth collected from the Bi
hle and ancient and modern his
lory.

Boston 1844.

George Moses Horton The
hope of liberty containing » num
hor of poetical pieces

Raleigh, North Carolina

John Boys : The vision
other poems in blank verse

London 1834

Tames Williams
of events since the
ust 1834.

8éeme éd. London

- slavery mee-

1829
and

: A narrative
first of Au-

1837





VOUS SOUTENEZ
CHAQUE JOUR UN DUR
«COMBAT»



La terrible dépression nerveu
se vous guette et surgira, un
jour ou l'autre, sang préavis !
.- Ne ecourez pas un tel risque, |

Faites sans tarder une cure”
de ¢GERMALYNED», _ reconsti=
tuant naturel. 100% Germes “de

Blé, Régénérateur des Celiules
Nerveuses, qui vous soutiendra
dang votre effort et vous rendra:
VITALITH, ENERGIS, DYNA-.
\ISMB, JOLIE DE VIVRE.
< GERMALYNE> contient .:.-de
précleuses VITAMINES, *:.. du
ITOSPHORE, de SELS MINE:

RAUX, de DIASTASES, dea
VROTEINES.
«GERMALYNE>» convient a

tous les membres de votre fa-
utille, petita et grands, dans tous
‘os cas de fatigue, surménage,
dépression. Cest un SUPER-ALI
MENT NATUREL et’ HFFICA-
CITE, préparé par lea P. P.
\rnppistes de Vabbaye de Sept
fons.

Ce merveilleux prodult eat en
vente dans les Pharmacies
MONT-CARMEL. et GEFFRARD

‘ 'WMERORED! ‘10 DRGHMBRE 1969

Oxd ou lo
dramo histo-
rique, auivi de podalen fugitives

a collection

BLACK EXPERIENCE

(Buite de la 2éme page)



Honry Watson : Narrative of New York 1817 Frances Dilon Watking

\ ‘qub:. £ t
Honr nt f Daniol Coker : Journal of Da por : Pooms on miscellaneous sub:,,, 29 nver ‘
my ow tg48. u fugitivo slave nial Coker, a descendant of Afri- foots ‘Nit ' de. dé { ot
Jamos Willan The life ¢# 2dmo 6d. Borton 1854 de, camarados ® “di tent oa ot
and adventures of James WH Baltimore 1820, Honri Grégoire : Do la littéra de Vatmosphére © de 1a prison.

i Mais il s'agit Jd d'un but géné-
ns ral, Or, pour entroprendre une
osuvre si complexe, il faut assi-
gner it lu tache rééducative. des
objets plus précis. C’eat en fonc-
tion .de ces objectifs que, nous
pourrony essayer de fixer | une
méthode. Je. vais donc an’efforcer
en premier Heu de définlr ce qu’h
Nancy Prince : A narrative Touisiana au XIXe siecle mon avis jl convient d’entendro
of the life and travels of Mrs Evreux 1982 par amendement déHnquant aqui
Naney Prince. to,
Some éd. Boston 186€ ¢ (A suivre)

ture des Ndagror

Daniel HL. Potorson : Tho loo- Paris 1808

king - ginss : being a true re-
port: and narrative of the life,
travela and labours of the Rav.
Daniel H. Peterson, a coloured
Clorgyman,.

New York 186.1

San Francisco 1875

Paul Cuffoo : A brief account
of the settlement and present si
{uation of the colony of Sierra
Jwono in Africa

New York 1812

Armand Lanuasse Les Cenel
les, choix da podsles indigdnes
Now Orléans 1845

: Les
cn

Edward Larocquo Tinker
cerita de langue — frangaise

Peters Williams : A
delivered on the death
Paul Caffee

discourse
of Capt,

Dans son sens le meilleur, l'a







nal



PORT-AU-PRINCE
La Compagnie ayant 24 années de Service dans les Caraibes

| NOUVEL HORAIRE
MARDI — VENDREDI — SAMEDI

Vol 601 Départ Port-au-Pce 1.15 p.m



Arrivée New York 4.15 p.m.
Vol 602 Départ Port-au-Pce 5.00 p.m.
Arrivée New York 8.30 p.m. To



Pour toutes informations supplémentaires adres sez-vous @ votre agent de voyage ou aux bureaux

de la Trans Caribbéan, Cité de VEXposition.

Tel, 3283 — 3974.
Airport et Service Cargo 3085.



Les vols entre : P-au-P — Aruba — P-au-P et : P-au-P — Curagao — P-au-P

sont temporairement suspéndus.



gocesceceooossssssesssonqsq on; popnanossssaassssossooNNesOsONS

/PRENEZ LA ROUTE EN 1970 EN TOUTE CONFI ANCES

9

GOGGOOOOOHOOOOOOOGOOOS

@@O







Vous traverserez les fétes de fin d’année 1969 en douceur et vous prendrez le virage 1970 en
toute confiance et en toute sécurité dans une de ces fameuses voitures FORD que .vous pouvez admirer
ala Salle d’Exposition du Département de Ventes des produits FORD a la rue des
du Rond Point de ’Exposition. Vous n’aurez que la difficulté de choisir entre la splendide SPORT
CAPRI de luxe: dotée d'un moteur de 1600 cc, ou la déja fameuse FORD 15 M, XL, a quatre
portes, moteur de 1500 cc
@ 4 portes, moteur de 1700 cc, sans mentionner toute une gamme de véhicules, des plus
économiques wux plus luxueux. N’oubliez pas qu’en achetant FORD, vous vous assurez
les services de mécaniciens compétents et les avantages d’un stock de piéces de rechange toujours

ORD est Synonyme d’Exp

NS UNE FORD !!!





Casernes, tout prés

a@ traction avant, ou encore la confortable et solide FORD 17 M,

renouvelé.

érience et de Performance !







us telier,















; dovrait Otre le repen

pI F dans le délit, Co ae-
ralt alors l'amendemont de por-
t6o morale, comparable & la con
trition, On trouvera peut 8tre
des dispositions. de cet.ordra choz
_quelauies sujota; moais si l’ameon-
ament’ na devait Gtre. que cela,

il serait lapanage de peu de dé
tenus, :

En fait, la-société ne peut exi:
wer autant ni demande un tel
suntinent vertueux a des dtres
qui, wils aavalent générulement
distinguer je bien du mal, uc com
prenaient pas toujours la raison
de cette distinction et le motif
des prohibitions légales, Le re-
pentir suppose le Bentiment d’u-
ne culpabilité et la plupart ne
Vont . pas, car ils,,ont. été. dlevés.
dans un milieu ot ce sentiment:
n’existait.pas. Ils ont vu autour,
d'eux; Jés' parentsiet non pas seu
lemént’ des auteuts, les camara-
des de la rue, de l’école, de l’a-
puis les co- -détenus dés la
premiére arrestation, vivre péril
leusement dans les marges de la
loi, et cela leur parait étre une
norme: de la condition des hom-
mes. La fréquentation du _ délit,
Je vache - cache avec la Police,
font partie pour eux*de la lutte
pour la vie. °



. L’amendement repentir ne peut
done étre qu’exceptionnel.

il ne saurait étre question non
plus de cutéchiser l'individu mal
eré lui. Toute lecon’ forcée
trop apparente n’inspircra au su
jet que méfiance. Si le pain quo
lidien et une tranquilnlité relati-
ve sont la coridition dé son atten
tion, le sujet s'apppliquera, don
nera Villugion du redressement.
Tl n’en sera pas meilleur pour ce
la, le jour que devant lui s’ou-
vriront les portes de la prison.

Nous ne croyons pas non plus
4 Vamendement mécanique, par
la vertu des hubitudes contrac-
téus : habitudes de travailler, de
ne plus boire etc... cle but de la
peine n'est pas de fornier des pri
sonniers modétles, mais bien dés
hommes capables d’étre honnéte:
dang la vie nurmales écrivait le
Lr Répond. Si l’expérience était
faite hors de la prison, on pour
rait fonder aur elle des espoirs,
le sujet faisant en quelque sorte
roue libre & partir d’un sommet
atteint par un effort progressif.
Mulheureusement ici, entre l’ha-
bitude acquise et l'application
dans la vie libre, il y a l’énorme
choc de la libération du jour
au lendemain plus de survelllan-
ce, plus de discipline ct toutes
choses a portée de la main a la «
condition de s’en saisir. Comment
les habitudes priscs en prison ré
sisteront-elles si elles ne sont
pas accompagnées d’une certai- .
ne disposition d’esprit ? «Géné-
ralement un homme vaut en pri
son plus qu’il ne vaudra dehorsy
constatait le Pasteur Berggrar.

Crest pourquoi |’amendement
nous parait devoir se définir
comme quelgue chose d'intermé-

diaive entre le sentiment dont
nous parliqus tout & Vheure, ce
repentir si rarement vérifié, et

\ simple réflexc né d'habitudes
contractées.

Pour Lucas, qui cu parle dans
gon remarquable ouvrage « Théo-
rie de VEmprisonnemcnt-, i) fau
drait distinguer entre une vertu
ubsolue, positive en quelque sor
te, qu'il n’est pas dans tex mo-

yens péniienciaires datteindre,
et une vertu relative, negative
par opposition a l'autre, qui con

sisterrit A ne pas porter attein-
te par lu violence a la personne
ou aux biens d'avtrui. Appren-
dre A rvcupecter la ivi, et cela
seul; lie devrait se limiter lef-
fort de 1rééducation penitenciaire

Nous ic sommes pas Ce cet a-
vis. Gn ne peut écurter un étre
du délit simplement en lui men-
trant ce quest le délit comme on
Gloigne un enfant du feu en lui
montrant que cela braile. On doit
toucher chez lui d'autres corder.
agir sur 3a compréhension et sur
la volonts. Le délit n'est pas une -
porte par laquelle on entre déli-
hérément dan» la sociéte des mel
faiteurs, mais une porte de sor-
lie. On sort par le deélit d'une si
tuation antérieure antisociale, -a-
boutissement d‘une maniere ds
vivre défectueuse. Le célif en soi
n'est intcressant dans un cas d’es



la résolution de no lul-méme tristement banal,

pdces, il est toujours semblable &
L'in-
l6rét soclal du fait [Hichte résul
le du comportement — antéricur.
Par conséquent, si on vout évitor
la récidive, il ne suffira pas de
piéciser wu sujet ot est tn limi
to logale & ne paa dépassor, ni
do lui oxpliquer seulement leg rai
sons Vinterventoni légale. Cette
limite, fl la connaissait, Ces ral-
sons, il les devinait. Il convien-
dra de Ventrainer & réfléchir sur
ea maniére de vivre et de lui
prouver que li -- et pas nilleure
—est Ja svorce de ses acboires.Cet
le tiche est malaisce. On vase
heurter & tout un pass erreurs
et de préjugés. Elle n'est: pas
non plus tout a fait impossible
dans une atmosphére de’ détente,
de sympathie pour ‘homme qui
souffre, Il est des heures‘ ou les
pius fiexs ont deg abdndons’ et
leg plus obscurs, des éclairs de
lucidité, o& le bon sens raméne,
eomme la bille de plon.b du (cul
buts), la poupée humaine & la
verticale.

Pour faire naitre ‘vhez le délin
quant Vidée'd'une vie différente.
on saccrochera & tout ce qu'il
peut rester de sain en lui. Tout
est loin d’étre gangrene, une bon
ne moitié des détenus ont une mé
re, une femme, des enfants dont
le portrait. orne leur cellule. Ie
meilleur: signe de survie morale
que peut donner un détenu, et la
manifestation de son inquiétude
pour les giens. Certaing aiment
un milieu,.ou les champs, ou la
mer, car rare est l’atre que plus
rien n‘attache et qui noffre plus
Bien entendu, gurdons-nous d’é
teindre ces ‘restes de flamme par
ce tacite et collectif’ mépris dont
on a trop souvent tendance A rn
tourer le détena.



A.VENDRE

L'Ambassade Américaine avis

quielle’ tient & la dispasition du

pubic dés articles divers: .
Machine a écrire,

Photocopier, mobiliers etc.

Les offres sous pli cacheté s:-
ront reques au dépét de l’'Ambass..
de (Dépét Gérard Théard — Ts
te-Boeuf) le jeudi 11 Décemh”
1969 de 8h. A. Mi ath P.M

Les acheteurs devront étre pre
sents pour l’ouverture des offres

L’Ambassade se réserve le droit
de rejeter un ou plusieurs «-
res.

’



Colombo

La Banque Populaire

général,

Ktablissement.
Sur demande de

tien

CENT
vier LUTO,

(S200,00)

3.- Ou oun

Préparcz,
aussi possesseur de ce Superbe

sans bourse délier.

Achetez aujourd’hui
la Montre de demain

LA lére MONTRE AUTOMATIQUE FABRIQUEE

DANS LE MONDE.

EN VENTE A L/HORLOGERIE BLIOUTERIE E. BERTHOLD
_ RUE DES MIRACLES Na. 38. FRE Ee

machine i

Colombo Haitienne,

nombreux chents,
sont reportées comme suit: /
1.. Maintenir en Compte d'Epargne un Solde
DOLLARS ($100.00) du:

2.- Ou bien un Soelde Minimum de
du ter Octobre 1960 au
Solde Minimum de
($300.00) dy 16 Décembre 1969 au
des aujourd’iui volre Avenir.

Cadeau, le 8)

Continuez done, Chers Chents et Amis,
économies & Votre Banque Pepulaire,
de gagner cette Magnifique Voiture «DATSUN» qui vous ext





Ainsi Vamendement cest ly
nalasance chez le délinquant
dun désir, meme tres léger, de
changer de vio. Quel que soit: le
wnobile qui le fait nastre, que’ ce
lut-cl releye de ln conscience, de
Vinteligence, de Vinstinet oi me
me de Vinteret. C’est une dispe
sition d’esprit’ suggeérée, Nous
voulons que le délinquant ne ré
cidive pas. Or de révidive ern
fatal s'il reprond pe sortant de
prison le mode de vie qui Va con
duit devant fe tribunal. Vo faut,

cu eftet, bien comprendre — que,
hors Je ag de qeulques — detita
secasionnels en quelque torte

spontanés, la transgres$ion de ha
Joi est Paboutisspment quasi-fit-
tal dun cheminement vieieux. Le
délinquant n’en zervit pas venu
d’emblée @ Vacte criminel, con-
tre lequel se serait cabrée la cons
cience, Il a fallu une longue et
imsensible pente peur le conduire
au niveau de son crime. Dena la
majorité des cas, Vhomme seat
progressivement engagé dang u-
ne unpasse. Le cur de sac atteint,
11 n’a pas eu la force de caracté
re d’accepter un retour sur ses
pas et, pregsé d’en sortir, traqué
par ja vie, il a tenté l’évasion
laterale par les voies interdites.
Songez & tows ‘ces meurtricrs
dits passionnés, maja auasi a ces
débiteurs aux ab a ces en-
cuintes qui votent joindre le jour
de leur honte, & tous ceux qui vi-
vent au-dessus de leurs moyen:
& tant d'autres { Ob donc est |e
genése de leur infraction — sinun
dans cette déviation qui ies a ple
cée oun jour face au crime 7

Pour éviter le réeidive, i) vaus
les alder & retrouver a leur libs
ration les voies ouvertes dun.
vie Nurmale. Or, ce nest possil!:
ue s’as y consentent. Cela nou
chete les Limites d'un programa:
de rééducation : .

tr Cunduire le detenu a recon
naitre quelle fut la cause profor

de deosa faute, c'est moins faci
Ie qu'on ne croit. la plupart con
fondant ta cause immédiate avec
ta cause mediate eb aecusant au
tui of Tes efreanstances aut ont
eatamre: Paete

2) Lui fare 9 swuhaiter ce
nangeiment ue inode de vie qui
iceartera de la -récidive

3) Lu: fournir leg iovens de
realiser cffectivement - ull
soulaite

CA suivre)
iar je Licencie.

Widner G. VITAL HERNE

La Banque Populaire
- Haitienne-

AVIS

heureuse d’offrir

comme de coutume, la Prime Annuelle tant attendue, a ses de
posants en Compte d’Epargne, invite ses clients et le public en
a venir admirer la Magnifique GRAND LUXE MODELE 1970> exposée dang le hall de son

les condition. de participa
Minimum de
14 Septembre 1969 an 31 Can-
DEUX CENTS DOLLARS
31 Janvier 1970.

TROIS CENTS POLLARS
31 Janvier 1970.
vous
1970,

devenant,

JANVIER

en

a faire fructifier vos

tout en ayant la chance

offerte gracieusement en prime. .
BANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIENNE-
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN.

Se









pea tar
a

f at
PAGE 4 :






DONNEES ECONOMIQUBS

Les Restrict

®

Havayer de Girer lo plus d'avan
faxes pugs bles ade Danvedtisne:
rent peive etedper Foul em dees
Rant aber barrieres contre nes et
Sets uersiue cue defavernhles, est
tne tache cotipliquee,

A donpuce ceheiiee, font remar
quer ocertiitis usperts, des puys
Peuvebo overt at supparter Wn

prix cleve dersqu als daposent des
Postrichions Aun assechiltols entre
ebdrepre ws etranperes eb entrepri
aes dociies, iossqutls empéchont
Jes socletes ccrangeren de piarlics
per A certiqnes entreprises, ou de
vouragent les investiss. urs etran
gers en posnit des conditions ex
cessivement restrictives.

L'investissement privé étranger
peut aider les pays, en particu-
lier les pays en voie de dévelop-
pement, de diverses fagons. Paul
Streeten, Directeur de l'Institut
deg Etudes du Commonwealth A
Oxford, Angleterre, a souligne
cet aspect dans le numéro de
mars + avril 1989.dea Cares, la re
vue publice par VOrganisation
des Nations Unies pour l’Alimen
tation ot VAgriculture (FAQ)
«Ce qu'apporte — l’investisse-
ment privé & un pays, ce n'est
pas tellement le transrert de de-
viaes réal sa que le fnit qu'il ai-

de a jeter Jes fondements dune
croissance aeedt-ree de léconu-
nie ef aovenfercer In Dace a par
tir de daquelle se développeront
Tepargne intéricure et les recet

tes on devises.
sPremicrement, il permet — le
transfers de nouvelles techniques;
«Deuxicmement, il fournit — le
personne! de direction et forme
les directcurs locauy ;

« Troisibmement, jl peut contr
tuier A la formation prefession-
nelle des travailleurs et creer des
comp’ Nes Pasdminis:
diem, Lic
tres ness








dans
assorti
es, ib peut
veloppement = de











newemement, ib aide A Gta
hiv des enntacts uvee Tes ban-
aes Coreneeres, Jes niarchés de
conitgucs les ma commer:
ciouax | urniemrs do vente et
ire set i] ouvre v
sr feonux influences
rads: ;
sSistémement, if peut égale-
nent oporattrs tatreetement,
de fi: + ~ ponuries d’énar
rie et de oSovn Gitrainant
accrcissement dez recettes fis





Avis Professionnel

Itr. Gévard Frédérique
Clini aa Centre Médieal de
Opttalmblugie — Oto-Ryno
Port-ouPrivce 27, Chemin des

Dales.
Heures de viete > TA Dhan
8A 6h p.m.

MOLD OL JQ Jee z
a AEE IESE

pras Mees
See ee ON

wee

SALE TOT ASA
wee ose

PFT OCT POLE EL OED ATER DES ELS ER

> De



CESSES

RAYTIAN AMERICAN SU
COMPANY, S. A.
USINE HASCO

YoOcIETE ANONYME HAITIENNE

«Seplidmoment, il pout contri-
beur A eréer. directement et in-
directement, de nouveaux emplois.

view que tous ces Avan tagtes
poient des possibilités plutét que
des certitudes, dtant donné que
pour chacun d’eux, le résultat
peut dtre négatif aussi bien que
pusitif, os indiquent la manitre
de réaliser le maximunr de gains
hets.e

hn essaysant d'ubtenir le «maxi
nna de pains netss do linvestis
coment elranger, certuing pays
in voie de devcloppemunt décou-



Liéconomiate amériealn. Char-
len P. Kindleberger, dana-la sé-
rie de conférences qu'il a publiées
sur «Les: entreprisen amérieuines
i’ I'étringers, met en doute - le
bien - fondé de ces restrictions.
«La notion selon Inquelle l’indus
trio manufacturiére contribue da
vantage A la croissance économi-
que que lagricutture: ou les servi
cos est Ala fois généraliséc ...
et contraire au processus de dé-
veloppement», dit-il. Il soutient
que lindustrle manufactriare et



Par.


Vagrioulture ne sont pus les suuls
secteurs liés étroltement au dé.

veloppement

économique

mais

que le commerce de détail, laeom

morcialisation, la commerce

de

gros et les entrepéts jouent éga

Jement un réle important.

Les gouvernoments de certains
pays acceptent

que des entreprises

avec réticence
totalemen!

@trangéres exercent leurs activi-

tés dans leur pays. Le
Raymond Verno!
de

arvard,et

professeur
de )université
time que ‘gotte r6



ragent l'investissement ¢tranger JNSX

dang certains secteurs de l’écono
mie et sefforcent de la uiriger ex
clusivement vers l'industrie ma-
nufacturiére.

RENE COLES

LALUE



Le Champion du beau véte-
ment annonce a ceux qui par-
tent pour l'Europe, les USA, ou
le Canada, qu'il est revenu du
Caaada et des Etats Unis avec
une technique moderne et sfire,
qu'il est en outre le Seul capable
de confectionner un manteau
d’Hiver qui. soit A la mode dans
les différentes Capitales du mon
de.

Ils trouveront également des
costumes et des pantalons et un
choix judicieux de tissus pour
les élégants préférent la coupe
sur mesure.

Une visite de votre part s'im
pose de toute nécessité, Mes-
siturs Jes Elégants.

Lalue en face de ca Nonciatu
re Apostolique.

VLANTEURS ET FABRICANTS
“nere Raffiné — «HASCO CRYSTAL»
“tere Mi-Raffiné -- «POPULATRE»
Port-au-Prince, Haiti



ora mae
OMMEFE

PROPRIETAIRE





EUISSE NE
MONDIALE

: GEORGES JAAR: °.

GAR

Lé Petit Théatre

Prégente’

deux comédies en un
souper intime
d’Yves Chatelain

et

aete

Léonie est en avance
de Georges Feydau
4 Auditorium de I’Ecole
Normale d’Instituteurs
Impasse. Lavaud
Les 11, 12 et 14 Décembre 1969 a 8 Hres

ENTREE : $ 1.00 et $ 1.50

ca

iQue ‘vous-d
ou Papeete, New





» M@,par_les dnvestisseurs:"locaux
‘souapar’ le {gouvernement.-hdte;. et
lebrentxées capitaux:étrangers’



= =
tissements pri
couteuses

Hugéne. BRAKE



Spéoldtate des questions dconomiquos -

tivence provient du désir de nom
breux gouvernements dd conser-
ver un -contréle étroit' sur -toulds.
Jes entreprises du leur économi¢.’

Do nombreux oxperts pensont *
que la manitre dont réugiasent
les filiales Qtrangércs aux, désirs
des pays hotes a. été trés sous-cs
timée. En outre,. le pays héote
paie cher cette assurance de con ~
server le controle, fait remar-.
quer le professeur Vernon.

Ordinairement, la société - mé
re fournit tous les capitaux neé-
cessaires pour établir une filiale
dans un pays en voie de dévelop
pement. S’il s’agit d’une entre-
prise commune, tegpendant, une
partie du capital devra étre four






pemenfA’en trouveront réduites

d'autant.
Certaines des conditions impo
séeeg aux entrées .d'investisse-

ments directs étrangers dans les
pays en voie de développement
ne sont pas toutes destinées a ré
duire Je volume des -investisse-
ments; ‘elles signifient = suuvent
que le pays en voie de dévelopne
ment s’efforce de tirer tous I|cs
avantages possibles de |’implan-
tation d’une entreprise ou d’ins
tallalion,s étrangéres.

Les investisseurs étrangers ne
se risqueront a investir dans un
-pays en voie de développement

C'est facile. || vous suffit de téléphoner a votre
agentide, voyages Pan Am. Et de lui dire ce que
vous voulez.

emandiez Miami ou Munich, Paris -
York ou New Dethi, Hilo ou Rio,

Londres.ou-Rome, nous-ferons tout pour vous don-
ner satisfaction. on
‘Parce,que Pan-Am peut vous établir un billet
4 destination de n'importe quel pays. Du Nord au
Sud de l’Est a l'Ouest ou autour du monde. —

Avec la compagnie aérienne la plus expérimen-
tée du monde. ; \
Nous nous occuperons de tous les détails de

: Votre yaya

retiend

ge, du commencement a Ja fin. .Nous.
tendrons*vos ‘chambres d'hétel, confirmerons



ys*envole de dévelon™=:

que sfjls sont convaincus que Vin
vestisgzement. sera. rentable —_ si-
non immédiatémant, tout © au
moins A longueéchéance. Le pro
fesseur- Kindleberger ’ affirme
qu'il est également nécessaire
que, Vinvestisseur étranger possd
de certains moyen’ ou certaines

. ressources dont ne disposent pas

les. entrepreneurs locaux avant
que le projet d’inveatissement ne
devienne rentable pour |l’entrepri

se ¢trangere. Autrement, l’entre’

prise locale, possédant une meil-
leure connaissance de la situa-
tion du pays, se trouvera avanta
gée sur le plan de la concutren-
ce par rapport 4 Ventreprise 6-

trangére. Les investisseura étran-
gers apportent avec eux des mo-










ae: ‘ n' | a
Norwich Union
La Meilleure Compagnie d’ Assurances

, Etablie en Hatti
JOSEPH NADAL & Cie. Représehtants.

yens et des ressources qui n’exis

tent pas duns I'éconone. Iccale,
ct le pays héte est presque. cer
tain de recevoir sa part d’avan-
tages. .

La société ‘qui investi¢ peut @-
tre tentée d’exiger que certaines
concessions .lui soient faites par
le pays héte afin de tirer le ma

ximum de bénéfices des avantages.

qu'elle offre. De méme, ‘le pays
en yoie de développement pour-
rait @tre tenté d’exiger certaines
concessions de la part des inves
Ajgseurs étrangers afin de tirer
lekmeaximum ‘d'avantages possi-

“bles.

- Dans ce genre de négociations,
ics économistes nous disent qu’il














. %
vos locations de voiture, et nous vous: donnerons.
toutes sortes de “tyyaux"” pour réussir votre vo-

yage; Ow aller, Que voir,
le faire.
Et ce n’est pas tout.

Que faire, Et comment

’ Nous vous proposeraons de partir pour les pays
de réves. De participer 4 des voyages organisés a
des prix eux-mémes irréels. {| vous suffit pour cela
de téléphoner.a votre agent de voyages Pan Am?

ou de passer nous voir:.

Cité de Exposition, Port-au-Prince, Haiti. Tel:
3200, 3451. Vous verrez, si jamais vous entrez
dans notre bureau, indécis, vous en sortirez avec

_ ,fermonde en tate.
7 Pan Am,vo

. ~~
La compdgnie‘aérienné ia plus expérimenté® duimonde..



n’y a pas de régles naturelles
pouvant: -déterminer la maniére
dont les avantages doivent étre
idpartis, tant que jes deux par-
ties en retirent, en fin de comp-
te, certaing avantages. La -ques-
tion de la répartition des avantu
es constitue probabiement = la
source la plus commune de fric-
tions entre lcs investisseura é-
trangers ct lea youvernements
“des pays en voie de ‘développe-
ment. A longue échéance, ne pous
sant leur position a l'extréme,
les deux parties peuvent y per-
re,

La société qui investit pour-
rait créer une certaine malveil-
lance & gon égard, ce qui, éven
tueHement, aurait pour effet de
rendre peu rentable sa filiale
dans le pays en voie de dévelop
pement.

L’attitude ct les mesures qu'n
doptent legs gouvernements hdtes
peuvent effrayer les investisecurs
éventuels, dont les investisse-
wients. auraient pu apporter de
grands avantages a l'économie.

_ Par vonséquent, il est de J'inte
rét a la fois des investisseurs ¢-
trangers ct des pays hotes, de gu
rantir que les investissements in
ternationaux s'effectuent = dans
des conditions susceptibles de



permettre aux deux parties de
lirer des avuntages de Vopéra-
tion.
a

. é .


MERCREDI ‘19 DAORMBRE 1968-

«
>

.

VOTRE





IOROSCOPE.










&

. droit de reproduction totals ox partiglla réservé.
roprioté King Peaturea Syndicate — Bvoltisivitd

JEUDI 11 DECEMBRE 1969

21 MARS AU so AVRIL (BE
LIER): Intiuences superieures a
In moyenne mais il faudra tenir
serrovs tes réneseet contrdler de
pres. Servez - vous dy votre pers

N'neceptez pas trop facilement
mais ne tergivelsez pas au point
de perdre vos chances.

22 DECEMBKE AU 20 JAN
VIER (CAFRICORNE): Con -



ee eee

ee oe

eG

RUSSO.& CO.

. .
_ L ar t J ance s Dy ak e g . TELBPHONE®: 3294 - ‘
tt = Rf 17, RUBROUX:'17
Aerghes is acotion covresyondun! au jour de votre annjrersaire 5
natseance at vows trouveres — | ti Pd ‘
typnalena las autres pour demain. of Perepeonves que vous ot

Le-plus
assortiement

Chris

grand
dargenterie

tofle



‘Blendie





Les Bandes Dessinées du «Nouvelliste»

PaGr ’






picacité. Expression et style nets jonciion contrastée mais si vous TR reir mena pram te At RR OC OC OI eS . -
s‘imposent. prenez le taureau par les cornea’ , . , . . .
21 AVRIL AU 21 MAI (TAU et que vous agissez au moment § - :
REAU): Certaines affaires se - voulu, les résultats seront trés sa . uv ‘ 3... menageres, ae ae his :
ront facilement dominées mais tisfaisants. » @ : qe , ‘ Rae
dautres non. La position actucl- ' rau 19 FE re ; :
. . ’ Is ° ES - a ‘
le do Venus surrire Vabsence de tte (VERSEAU): Soyex §@ timbales, couverts (Suite de la are page)
misme, vous - méme, développez vos mel! Be : ¥ ‘ Nous avons ¢ ae da , a
a ; . vp leurs instincts et tout ira bien. . Ms cru que Hous: Nous...:. conserver ns nos archives. tive Coopérative, page 125 ; — les Daphnis, tu hurl
22 MAI AU 21 JUIN (GE - Naturellement, il faudra déplo- i étions munis — comme l'a écrit C'est 1A que nous les avons relus, Faisant suite, au frontispice leur. Et fus incapable, de on.

MEAUX): Pas de faugses ma -
novuvres et ne vous lancez pus

yer Veffort maximum car sinon
vous gateriez l'engemble de votre

pour bébé, ete...



ce concitoyen, brillant —_intellec-
tuel, ancien Préfet du Nord-Est

Vautre soir —— ce soir inoublia-
hle — ot nous avons appris la

de ta brochure, cher collégue, ap
-parait la liste de tes publications

main, de nous accompagner dans
V'accomplissement de notre mis-

dang des entreprises que vous Te {abloau — que nous nous étions munia nouvelle... la trite nouvelle de antérieurs. i ve
pretteries ensuile. Les résultats, ab ; ; d’un bouclier contre Vimplacable ta mor ° vragen vevatent que desent ta sion, ener Jes Sections sei.
a plupart du temps, sont prévi- 20 FEVRIER AU 20 MARS Po r. t t iQ _ douleur., wens la suite — c’est-A-dire courte existence tu as toujours tés, al: d Snseigner le Chet
s'bles si l'on veut bien y réili - (POISSUNS): Ce que vous ferez ul uo Ou es th «(Mais. voici que de nouveau, -—aprés 1943. tes fonctions de été animé du désir d’étre utile s, alors, de renseigner le Chef
chir. , . aujourd’hui aura une grande in- ry ce matin) V’angoisse nous serre. Chef de Bureau et de Contré- & tes concitoyens, qufls soient sur ton état de santé furent
22 JUIN AU 23 JUILLET - ¢inence sur l’avenir. Si vous &tes 64 ja gorgo toujours plua cruelle- leur des Offices d’Etat Civil, de la ville ou quiila facient des Promptement contrecarrés par
(CANCER): Exploitez un don grjeux et constructif, vous accé e was 4%, ment. Le mal est done sans re- nous permirent de te connaitre centres ruraux. des raisonnements dignes d'un
ou tm passe - temps. Ils feront Jerez vos affaires courrntes et es circons ances e i made. Il faut souffrir dans sa physiquement, A la faveur de Mais étant donné le caracté- wet ee vée dévoue-
s ent sang régerve.

diminuer la tension et convien-
dront aux activités de Ja jour -

trouverez vos taches plua sim -
ples.



Seen






chair et dans sa pensée
_La méme loi préside aux os-
ciliations de lime entrainée tour

quelques visites au Département
de la Justice. Ce, jusqu’a ce que

re agricole du pays, tu n’as pas
manqué de comprendre que son

Quand, aprés un séjour d’une
semaine pres, nous regagnimes

née, Souvenez - vous qu’en tout } ° e le Destin ofit décid6é de nous réu- développement, d 1 do- ;

la qualité est supérieure dla si vous ETES NE AUJOUR anniversairres my A tour vers le plaisir ou la dou- nir sous Végide d'un "Homme, maine que ce Jolt, n’ect pas possi la Capitale, tu parus prendre

quantité, D’HUI: Vous aimez la beauté et i s fe leur. Et, malgré son orgueil de d’un grand Homme-d’Etat, nous ble sans l’évolution et le pro ton cag au sérieux. Or, tu ne
24 JUILLET AU 23 AOUT yong avez un sens aigu des res- f® s‘insurger contre j’un pour gar- nommons Son Excellence I'Hono grés de ce qui constitue la gran- voulus pas, pour autant, te repo

(LION): Si quelgu’un vous dé
coit. sovez nart culidrement gen-
til a son égard. De cette fagon,
yous vons fort fierez le caracté-
re et éviterez A la rupture.

ponsabililés. Vous travaillerez a- 3

vee patience, 6tes décidé & attein
dre votre but. Vous réussirez
dans les sciences, la mécanique,
la philosophie. L’enseignement et

— baptémes,



BEDE OPI ID,





ae

Bay

arlages.

DES EHD ES,

der l'autre, comme un fatu de
paille, elle tromble entre les ri-
rea et les pleurs, sans pouvoir
pénétrer le sens profond toujours
insaisissable de ca ballotement

rable Docteur Frangois Duvalier
-- en Vue de l’aider dans l’accom
plissement de sa haute mission,
savoir, l’affranchissement défini
tif des mass:s rurales de leur é&

de majorité de ses habitants :
les masses de l‘arriére pays.
Cela, tu ne voulais pas mou-«
rir, André, sans [avoir dit a-
vec insistance, et d’une maniére

ser.

Ton Grand Ami le aut, un
jour... Mais, il était donc trop
tard, ! Et ton départ rapidement
ordonné par Lui vers les Etata-

: le journalisme vous conviendront des pauvres humains A traver tat séenlaire de misére et d’ex- et dans wu le conf A ton Unie et une intervention des
24 AOUT AU 23 SEPTEM aussi. Un peu d’entétetement et ® cette vallée de larmes que os ploitation honteuse. tempéramment, * be revolution. ‘meilleurs chirurgiens de 1’Tlli-
BRE (VIERGE}: Si tout ne v8 j'inquiétude sont dans votre ca- -e . ip. es espére chaque jour transformer En effet, dans Ja premiére naire duvaliériste intégral C’est nois, auront été vains,

pas aussi bien que vous le vou- yactére et une tendance & Vinsta en un séjour de dienboureux...2 quinzaine du mois de février pourquoi, ta as écrit et tu nous Sans doute, tu auras: connu

dricz, cachez souftier, le temps
de remettre en plac? le: pions de
votre jeu et de récupérer vos for
ces. Sérénité ef calme intérieur.



hilité que vous ne reconnaitrez
peut étre pas pour telle. Votre
sympathique va loin et est sans
calcul.

de Cuisine

Haitienne

xxx

Devant cet objet qu'il nous
faut pourtant désigner par son
nom, malgré la cuisante doulcur

1968, nous fiimes instruit de no-
tre nomination comme membre
de la Commission Présidentielle
Agraire Permanente.

a laissé, comme le chant du cy-
gne,

«LA REVOLUTION DU-

un répit. Ce ne fut qu'un rénit
de: moins de six mois, aprés le-
quel, ta nous a réunis ce matin,
ici, pour le dernier adieu...

24 SEPTEMRRE AU 3 oc Vous combattrez fermement par NINICHE que ea seule vue produit en nous Pourrons-nous jamais oublier YALIERISTE, » Oh ! il’ nous coute, tout de
TORRE. (ile et Votre fa pour votre prochain s'il est dans et que ce nom provoquera sur cette période de notre vie 7 ... FACE A LA CONJONCG méme, de remplir jusqu'au bout
culté ce rasennen culmement ennui. ‘ nos J&vres tremblantes ; devant Oublierong - nous jamais cea fa- TURE AGRAIRE HAITIEN- nvtre devoir de porte - parole.
doit &re yn rempr rt contre hos Naissance d’Hector Berlioz, ton cercuell, enfin, cher André. ons adroites que tu employais NF . - Nous te. dirons aussi, malgré.
unite Oo , 4 a nent eee nt compositeur de musique - ‘ nous sentons dans notre esprit pour nous entrainer et nous en- > ‘ nous, adieu... Adieu, 'frere, pré
na rea! sation de mrojers SU 808 les souvenirs se bousculer... thousiasmer dans la besogne ? Tu as écrit —- pouvone-nous maturément enlevé & Vaffection
len earn s. —- RIZ AU LAIT.— Laver soi - cannetle. Luisser cuire a feu Personnellement, nous ne te xr dire — sous nos yeux, car au des tiens. Que la terre te soit



PE aOcTORES AU L2 NOVEM
BRE (SGORPION?. Msrs tres
favoralie. Que chagde minute ait

«Le Ciment d’Haiti
S.A. vend

gneusement un quart livre de riz,

les jeter dans trois quarts

litre

de lait bouillarit et parfumé a la

doux aux 8/4, Sucrer. Continuer
la cuisson. Se sert chaud ou fro‘d
avec une créme f son gofit.




ronnatssions pas encore, a l’épo
que ot, sous le titre :

DROIT PENAL, POLICE

Tu n’ag pas manyué de souli-
gner l’existence de notre Commis
sion at d’cm dermir le réle, a la
fin Ju livre qu’au début d‘octo-

cours des déplacements que nous
faisions vers la province, plus
d‘une fois, dans Ja voiture, tu
avais sur les genoux des pages

légére ! Que ta Veuve éplorée,
que tes enfants affolés, tes pa-
rents et alliés inconsolables, veuil
lent: recevoir, par notre organe,

sa valour. Servez - vous de vor . ‘ saad : feds . vO
tre almuble ner-onnelits pur Hi Autobus Ford et Le Livra de Cussine de Nintche xe vend dans towtes les libratrie SCLENTIFIQUE ET RECIDI bre dernier tu as Dubué et qu’a du manuscrit dont tu occupais, les salutations des Membres de
rendre plus heureux votre pre - 1 Bulld D4 préfacé Vami qui, comme nous, crayon en main. : la Commission Présidentielle A-
chain. Votre intuition era for- Ca; ton b Ford 300 jeune avocat du Barreau de ne finira pas de sitdt de te pleu Et pourtant, le mal qui de- graire Permanente; que la cou-’
ue — 7am fr enne i cachet a: Port-au-Prince, tu publiaia dans rer, Me Jacques Oriol, notaire vait t’emporter avait déjA com- ronne de fleurs que nous allons

23 NOVEM§RE “0 e1 DE - IMENT HAITI SA ‘ LA GAZETTE DU PALAIS des de profession, actuellement Offi mencé son oeuvre... Peu de. placr sur tin cercueil soit V’ex-
CEMBRE (SAGITTAIRE): Un 1 3 otae pages combien intéressantes sur cier d’Etat Civil de la Section jours, en effet, avant ce Mardi pression des profonds regrets
effort eoncentes vous fern abat- Box 132! ce qui, alors, faisait l'objet de Est da Ja Capitale. 11 Février 1969, o% Vavion de tes anciens collégues |!



Port-au-Prince, Haiti.




Grand-

tre font ohetecle, Esucie: ins pra fal ent visible a 1'U. tes études. C'était en l'année Certes, i n'est point recomman noug conduisit dans la . .
positions ui sais serent faltoe Le matérie Mo ip . 1943 ; et, nous-méme, nous 4 dable en cetto’ circonstance dou- Anse encore chez toi, ayant per Rodrigue D. MACAJOUX.
if lew personnes equi sont derricre. sine de Fond-Mompin tions, six ans au-paravant, déji leureuse qui nous vaut de pren- du connaissance, tu chancelas
wk ya P-au Pee 9 — 12 -— 69.
vetourné dans notre patelin, a la dre la parvle, i] n’cst pas recom et tombas en te heurtant dure-
SPORE POROP OOD TE RLOI ERE RLD fin de nos études universitaires. mandable de faire une analyse ment, sans doute, A la hanche. _
: Sans doute, déji, la Pen a- méme_ breve de ton ouvrage. Malgré les conseils de ton méde-
Aliez a New York, Los Angeles, yalt commencé de créer ses liens D‘ailleurs, la préface, elle-méme, cin, tu fis avec nous le voyage LISEZ

-

San Francisco, Madrid, Mexico
ou ailleurs

LA DOMINICANA Di AVIACION vous offre ces facilités.
ENe vous transportera les JEUDIS ET DIMANOHES & Santo

Domingo ou
PANAM et la IBERIA.
LA DUMINICANA DE

Vous ame, Une

bonne

AVIACION vous

correspondance avec la

offre également

d'autres possililtag, ley Mercredis et Vendredis avec la
NORTHEAST ALRLINES & Miami.

Pour tous

renseignements supplémerttaires, veuillez vous a-

dresser it PANAM, & votre Agent de Voyages ou aux Bureaux
de In DOMINICANA DE AVIACION, Cité de I'Exposition, en

face de

ne +

















A
a



sensei

Impasse Lavaud

PRESENTE

lea 17 et 18 Décembre 69
& 8oo heures p.m,

VOffice National du Tourleme. Téléphone 3277.-











sisteterezeseter=








Sores reereers es

Le

chronométre

Girard-
Ferregaux
Haute. ,
Frequence
le plus préci
du monde —

m, a, Sy mn
=> >>> Zs

‘





oe

pa

nll

mystérfenx entre nous-deux, car,
nous goutions fort tes écrits, au
point d‘avoir voulu, au fur et a
mesure de leur publication, les



ORI

G(RAND-PERREGAUX
Citantmeter HE

Ss






, te Pr nce = ate
Q ear A ATAU



i

aa



i

ra



EEL VEE TAT AINT ATA LL APE SETA TANITA A ee

PERT ELEN






n'est - elle pas déja une étude
magistrale qui, sans exagération
aucune et sans la moindre com-
plaisance, a présent6é Jouvre
sous le jour vrai ot tout lecteur
doit la voir et la comprendre ?
Mais,s que nous permettrons
malgré notre souci d’¢courter no
tre discours, nous nous permet-
trons d’'en rappeler au moins par
leure titres, quelques chapitres
qui ne se se laissent pas lire
sans que l’on ne se Bente, non
stulement vibrer du patriotisme
farouche dont falt montre l’au-
teur, mais encore, briler de la
flamme révolutionnaire qui l’ani
mait et continuellement entrete-
nait sa foi en des lendemains
meilleurs pour le paysan = hai-
tien... _

Ce sont : Alerte Duvaliériste
au Service de la Paysannevic,
page 15 ; — La Révolution Du
valiériste, face au mécanisme cau
sal de la Conjonciure Agraire
_Haitienne, page 19 ; — Sécurité
Paysanne et Paix Sociale, page
25; — Paix Duvaliériste et Sec

R teur Rural, page 29; — Juristique

et Conjoncture Agraire, page
55 ; — Technique Juridique, ps
ge 61, dernier paragraphe .
— Légialation Fonciére Duvalié
riste pour la sécurité de la pos-
session du paysan vers une haute
productivité, page 71 ; — Révo
lution Duvaliériste et Perspec-

UNE

de Port-au-Prince & Jérémie.
A “érémie, toute la nuit, chez



«LE NOUVELLISTE>

NE eee aa ai ee

BRASSERIE DE LA COURONNE, 5. A.








FRUIT CHAMPAGNE


















' ‘ PAMPLEMOUSSE
En 1987, les chronometres IN Chronomatra Haute Fréquence.a $6009 alt/h, auto- és B O I S S oO N ORANGE
HM Girard-Perregaux Hgyte matique, caléndrler, boifier étanche 4 lépreuve o ,
I. Fréquence ont obt Mo des Bains ‘de met, 39 rubis, avec garantie de
: de teug lea bullétina de précféfén-au porter. 5 CITRON
marche délivré spar Oneér- - 4 ' 5
plus de 20 ¢hants de Noel a 4 voix mixtes:: vaiolre chronométrique. de. *' Modéles: classiques et d'avant-garde en of 18 ct, e S A I N E . LIMETTE
— VEcole Normale d’Instituteurs Hauchale} dans ta até jbrle ~y plaqaé et acler. : 5 4
— YEcole Normale de Martiasant puchalel dans la catep 5
— les Frares du Sacré-Coeur des inohtras-bracelet olas- pe EUR = RAISIN
; (direction : F. Raymond Barbe-s.c.) ~ siques. Une performance er 7 i
jeu scénique et danse, : sénsationnelle pulaque réa- E RREGA t ‘aa: .
: — le Colldge:. 8t. Frangoia d’Assise lisée par des tontre stric- iu Pe a a i : E T BANANA
(direction: Mlle ‘Viviane Gauthier) tement de série. \ a oe
musique de Noel: les . "BE QUALITE DEPUIS 1791 i CERISE -





décora et costumes préparés avec soin
PRIX D’'HNTREE : — 10 gourdes-
—~ 6 gourdes
les billets sont en vente: su Secrétariat du
Centre Culturel et de l’Ecole Normale d’Inst.
les places sont LIMITHES !

JOYEUX NOEL !

AI

CREME DE CACAO:

En vente 2: VERSAILLES -- BIGIO FRERES
LITTLE EUROPE -- MAISON ORIENTALE







nH é



PAGE 6



Révélations

(sulte

absent de la
(Suite)

ealle duo Palais des Concerts de
Stockholm, abondamment décorée
de fleure ot de ‘vordure.

Lo pro(pmcur Ul Von Euler.
Président do la fondation Nobel,
prenant le pagmier la parole, a
canetada une tendance A longa
peamont de plus en plus fréquont
rn favenr dex problomes oxcessl-
vement: vasta ue Pon pout déce-

Beckett ie la

do contérer ly dd Octobre

VAffuire: Hinman, Hs ‘apprirent
ainal qyuno Joune femme qui a-
valt 64 interrogd pair le Shérif
du Comté possédalt: pout-dlre des
{nformations sur les mourtres de
tan Villa Polanski.

ler chex de nombreyx Inuréits: Toujoura selon le Capitaine
cot engagement wocial, n-tell alt, Brown, los détectives do Los An-
West pas nouveau pour les lau kolen interrogarant In souno fem
reats des prix do littérature et mo ie 31 Octobre et apprirent ain
de In paix, mais il est do plus “ extauance du Chat de bande
en plus marqué chet les lauréats Chartes Manson,

Le lendemajn, Is oxumineren'
le cnslor judi¢iairo do Manson et
upprirent quo cet étrange Indivi

scientifiques,
Le professour Ivar Waller, de

) i Academie (les Seiences, M fit Gu avait passé en prison et dans
Gel M nn a) a du in de des étnablissements pénitentiaires
vel Arann, Taureat du prix Ge wiriés plus de la moitid des 36
Vhysique, pour ses contributions ,

années de gon existence.

La 6 Novembre, neuf membres
de la famille de Manson étaient
interrogés A Indépendance, a quel
que 200 kms i l'Est de Los Ange
les, of ils sont sous les verrous,
accusés, ainsi que leur chel’, de
vols d’automobiles. Ces interroga
tuires ne donnent aucum résultat.

Mais le 12 Novembre, un indi
vidu arrété pour vol a. Nécice,
une petite ville située sur la cé-
te du Pacifique a une Vingtaine
de kilométres a l'Ouest de Los
Angeles, donnait a la police des
informations nouvelles sur Char
les Manson et sur le culte de son

et decouvertes relatives A la clas
taires ot a leur interaction.

En présentant les lauréats de
Chimie, le professour Arne Fred
ga, de VAendémie de Sciences, a
aftfirme que le professeur Odd
Hussel (d'Oslo) avait, en étu-
diant le Cyelohexane et ses dé-
vives, pose solidement le fonde-
ment d'une chimie dynamique a
trois dimensions et que le pro-
fessour Derek Barton (de Lon-
dres) avait tiré des conséquen-
hs pertinentes pour un grand
nombre de systémes annulaires

complexes qui jouent un si groupe. ; .

grand role dans la nature vi- Le Iendemain, 15 Novembre,

vante. un homme dont le prisonnier in
ll revenait au professeur, Sven terroge la veille avait donné le

Gard, de l'Institut Karlingka 70™, déclare aux detectives de

Vhonnoeur de célébrer les méri- Los Angeles qu'il avait entendu

tex des trois Jauréats de Méde- 28 Spahn Movie Ranch des mem

bres du gioupe de Charles Man-
son parler des meurtres de Sha-
ron Tate et des époux Labianen.

Le 18 Novembre, la police de
Reverly Hills, dans la baniieue
de Los Angeles, avise.la_ police
métropolitaine qu’une femme.
sous Jes verrous pour une affai-
re qui n’avait aucun rapport u-
vee celle de In villa Polanski, 2-
vait rapporté des détails sur Ie
‘eurtre de Miss Tate que lui a-
yait confié une camarade de cel-
lule.

Le 26 Novembre, les policiers
Je Los Angeles se rendent & Be-
yerly Hills et obtiennent de la
prisonniére des détails précis sur
les meurtres du 9 Aofit. Les ar-
restations de trois suspects — sui-
virent le ler Décembre.

Bien que le Cupitaine Brown
wait pas précisé les noms des in
formateurs ni ceux des autres
personnes dont, les révélations
ont permis de conclure Hennquéte,
cn sait que c’est Shelley Nadeil
qui a alerté la police & Ja suite de
la conversation avee Susan At-
kins dans la prison de Beverley
Hills.

ne A SS STEIN,

Lautepsie refusée

par le Juge
PENSYLVANIE (AFP) —

cine; les professurse américains
Max Deltbrack, Alfred Hershey
et Salvador Duria qui, a-t-il ar-
{irmé, doivent étre considérés
comme les fondateurs de la Bio
lorie Moléculaire moderne.

Parlant de |’uvre du grand
nubsent, Samuel Beckett, le Doc-
teur Karl Gierow, Secrétaire
perpétuel de VAcadémie Suédoi-
se, a déclaré; «Si l’on mélange
inspiration vive et logique strie
te, ont obtint un paradoxe ou
iien un irlandais. Si c’est un ir-
landais on a le paradoxe par -
dessus le marché. I] est méme
arrivg que le prix Nobel de Lit
térature soit partagé. D’une cer
taine fagen ec’est ce qui s’est pas
sé cette année, quand un seul et
meme prix a été attribué & wm
seul homme, a deux langues et
& une troisieme nation, elle-ma-
‘me divisée.

Le point crucial de la concep
tun du monde de Beckett, a en-
core dit l’orateur, réside dans la
différence entre le pessimisme
facile, qui a pour limite l’insen-
sibilité du scepticisme, et celui
que Von acquiert chérement et
qui cherche & s‘’approcher de
homme dans sa misere la plus
nue.

Le professeur Eric, Lunderg,
de V'Académie des Sciencés, s’est -Le Président du Tribunal de
enfin. adressé aux lauréats du Wilkes Barre a refusg d‘autori-

+ nouveau prix des Sciences Eco-, ser |‘exhumation et V’autopsie du
nomiques, les professeurs J. Tin corps de Mary-Jo Kopechne, mor
hergen (de La Haye) et Ragnar te dans Vgecident de voiture sur-
Frise: (d’Oslo, absent pour rai- yenu le 8 Juillet au sénateur Kd-
son de santé). Vous avez fait, a- ward Kennedy.

1-il dit, @uvre de pionniers dans
Vévolution’ de I’'Eeonomie Natio
nate en une Science précise ma-





thematiquement et déterminés Semaine de
quantitativement .
La cérémonie o pris fin par L’ Alliance
@® = Vexécution de Vhymne national .
sntdois, Ia plupart des convives Francaise
ont ensuite pris part a un grand . a [na
Lanquet de 00) couverts. . i Decembre @ 8 h 30 an
Capitol :

hOY BLAS de Jean Coe-
teau d'apres le chef-d'oeuvre
de Victor Huyo avec Jean
Marais et Danielle Darrieur,
sous lo patronage de S. b.
Monsieur Frédéric Kébreau,
Ministre de Pieducation Na-
tionale et de S. EB. Monsieur
Philippe Koenig, Ambasaa-
dewr de France.

Places a G : 2.50 ef 4.00
ponder aw Capitol le tt dé-
rembre a@ partir de 5 hi pam.

1a Féte des
etudiants en
ethnolopie

fin dete Craditionnedle des Rhu
canal! = va Faculte d'yUinolo-
pre nu profit de la Bibliotheque
de PU itabbesement sera donnce
cotte au Hestaurant «Aux
Cergeiies? vendredi 1 duo cou
nl, cnirninante de
bas shows, at-
booties

ae

sLTE Sere



he
Pate re
Arnbas adeurs»
GIVCT BOR.









ae

La Boite a Musique
| RAOUL DENIS
VIENT DE RECEVOIR

LE DISQUE
QUE VOUS AIMEZ!

parmi un choix extraordinaire de disques
gui formeni la collection la plus complete

























el la plus remarquable jamais réunie
pour vous par la Boite a Musique.

NOEL!

Souhailez un joyeux Noel @ ceux














que vous aimez en leur offrant
le Disque quwils uiment
el qui se trouve a

La Boite a Musique

RAOUL DENIS

Ausal, Jes detectives de Ja poli
ce do Los Angeles décldérent-ils
avec
Jes pollejars, qui onquetatent sur













INSTANTANES |

ET: LE COTON

Los camlonnourg et Yow abon-

_nés des’ différentes Communas:du
' Plateau Contral nous prient d’at
_tirer Vattontion du Département
des Travaux Publics ot du
Fonds Routior Pormanent sur
I état do ln ‘route Péligre - Hin-
ohea.

A quolques semaines de Vou. ”*

verture de “ln récolte de coton,
quis promet d‘étre magnifique,
cette année, dans cette région,
. nous. ont-lls' signalé, fl {mporte-
‘ rait que sdlent remia eon état cor .
tuning trongons, complatemnt dé-
tériorés par Jes plujes automne-
les: et estimales, '

Les trongons los plus redou-
tés sont ceux de Cangne, de Sa-
vanette, avant de pretdre Tho-
monde et de Marmort; entre Tho
monde et Hinche, :

L’état de.ces troncons est tel
dN certainés époques de année
qu'il faut une demi-journée pris
pour parcourir les trente et quel
ques kilométres entre le Barrage
de Péligre (ot est en train de
s'ériger la Centrale Hydro-Elec-
trique Dr. Francois DUVALIER)
et le Chef-lieu du Plateau Cen-
tral,

Pour traverser le torrent d#
‘Cangne, se revéle de toute urgen
ce la construction d'un petit
pont, qui ne coiterait que quel-
ques centaines de dollars si on
Je constituait avec des drains
triples de 36 pouces de diamé-
tre, des murs en aile en ‘amont
et en aval sur une dizaine de
métres de longueur, deux seuils
en béton a l'entrée et & la sor-
tie de l‘ouvrage, le curage doa
la ravine sur trois cents métres
en amont et un tablier en béton
sur les drains. En effet, les vé-
hicules sont obligés de descen-
dre ‘dans la ravine aux parois dé
granit qui liment les pneus et
les usent complétement en trois
ou duatre mois de service (un
pnefi pour camion cofite plus da
cent cinquante dollars).

Les camionneurs ont tenu &
nous donner ces précisions en
fonction de V’importance croissan
te du coton dans l’économie hai.
tienne puisque les vrécoltes da
cette Fibre font fonctionner trois
Filatures, plusieurs Huileries et:
Savonneries; leurs propriétaires
ainsi que les camionneurs ne ro-
fuseront évidemment pas _ leur
concours & Ja construction du
pont de Cangne, si YIDAI veut
prendre les choses en mains, en
collaboration avec le Départe-
ment des Travaux Publies et le
Fonds Routier,



Pharmacies assurant
le Service cette nuit.

Mercredi 10 Décembre 1969
MONT CARMEL
B J J Dessalines
ST. GEORGES
Champ de Mars



Avis

A vendre une voiture Volkswa
wen modéle 1966, en parfait état

S'adresser & Mlle St. Louis
au Bureau du Journal.

LA ROUTH PELIGRE-HINCHE

Le major de Marines Char-
les Robb, gendre de Uancien

Président Lyndon Johnaon
apparait @ une Conférence
de prosse a Las Vegas, Ne-
vada, ot il refute Uaccusa-
tion @ savoir que dea hom-
mes placés sous son comman
dement. au. Vietnum auruient
conunis des atrocités pareil-
les & celles enrogistrées dans
’ la région de Song My. Cette
accusation a été -porlée par
le jowrnaliate Anthony Mar-
tin - Trigona- du journal de
Universite a’ linois.

TROUPES SENEGALAISES
ENVOYEES EN CASAMANCE

DAKAR (AFP)

.Le Gouvernement sénégalais a
décidé denvoyer des troupes en
Casamance, dans le Sud du pays,
ot plisieurs villages ont été ré-
cemment bombardés par 1l’armée
portugaise busée en Guinée Bis
sao, apprend-on de sources bien
informées .

Les premiers contingents ont
quitté Dakar par la route ce ma
tin. ’

xxxx

CES MESSIEURS AU SALON
HAMBOURG (AFP)

LS SA

Avis Professionnel

Clinique No. 152 Lalue
En face du Pensionnat
Ste. Rose de Lima
Le Docteur - Marcel Hérard
Oto-rhino - laryngologiste - Oph
talmologiste (Nez - Gorge - oreil
les - Yeux) annonce qu'il se re-
met au service de sa _Dbienveil-
lante clientéle Il est également
i la disposition de tous ceux qui
souffrent de céphalalgie (maux
de téte) rebelle non symptomati-
que.

NSA KAN SNEAKS NSN RA NENN NEN HNN RMN NINN HW ENN

PIONEER



CONS

CS-63DX

Un Speaker de grand style SAISON SUCRIERE

de Waute Qualité...
20 HZ - 22.000 HZ

Qualité PIONEER

Spécifications techniques et csthétiques inégales

Enclosure ;: Infinite Baffle
Woofer 1B”

2 Mid-range de 5”

Horn tweeter

2 Super Horn
Imput 80 Watts

Tweeter

Agent exclusif ; CONTINENTAL TRADING

Phone :

2 — 0148

LXSKKKKKKNKNKKKKKKKAL NNN KHAN IHN MIN HK HNN WN



de Janvier 2 Décembre.

Inaugure en Janvier
prochain, les Cours

Sténographie Francaise
Dactylographie Bilingue
Comptabilit¢ Américaine
Un Cours Intensif de
Janvier A Aofit 1970, et un Cours Semi-Intensif§§

Renseignements et Inscriptions tous les Jours, 3

oe aveotttaettaprttapatnyatngnrtynttnynrtegntegantqattgnntgnttyatta atte pttertagnteyrtagnnnyn rts tg

L’Ecole de Commerce JULIEN CRAAN

Avanie Christophe

& Rue 6

suivants

IRE!

























Uno maison de tolérance occu- dique Ie communiqué. -

pédo par des poustonnalres masey
lina ut réservée oxclusivement. &
la cHentdle féminine, sera pro-
chainemont ouverte & Hambourg.

Selon le grand, quotidien ulle-
saand Bild Zeitung cet étublisse
mont, unique en son genre en Al
femagne, soralt constrult | par

‘deux hommes d'affaires du Port





Hangeatique on bordure du célé-
bre (uartier de St Pauli, ic Pi-
alle Hambourgeois.

Ung/eour intérieure permct-

iynitCine prise de contact dMiscrd
te entre les clientes ct les péripa
téticiens. Commentaires des deux
promoteurs, les femmes doivent
également avoir Ic droit _d’ache-
ter le plaisir. Selon la Bild les
autorilés locales n’auraient pas
dobjection a formuler contre ce
projet. .
MxXX

Hanovre 96. licencie
Sans préavis son
entraineur
yougosiave

HANOVRE (AFP)

L’entraineur yougoslave de l’é-
quipe allemande de Foctball Ha
novre 96, Tschik Cajkovski, a été
liceneié rans préevis mercredi
par son Club. M. Alfred Strothe
Président du Hanovre 96 qui a.
vait fait engager Cajkovaski i} y
a deux ans, a donné sa démis-
sion, Le contrat de Ventraincur
yougoslave venait seulement A
expiration Ie 30 juin 1970, Caj-
hovski cessera dég + maintenant
de recevoir son salaire qui s’éle-
vait & 10.000 DM yar mois.

Les pourparlers que Tschik au
rait amorcé avec le Club TSV
1860 Munich qui cherche actuelle
‘nent un entraimeur seraient A l’o
rigine de cette affaire qui trouve
ra sans doute son épilogue .de-
vant un. Tribunal. En effet, l'on
traineur yougoslave 4 l'intention
de confier ees intéréts & un Avo
cat de Munich.

x xXX
WASHINGTON (AFP) ~
Le Département d'Etat s’est

1efusé mardi a/tout commentaire
concernant la /possibilité de yen-
te des Etats-Ynis 4 Israel de la
fusée Air-Sol MIGHTY MOUSE.
Le quotidien Egyptien AL
Ahram avait publié au début de la
semaine des photographies de
eette fusée qui aurait été utilisée
par des avions Isréaliens contre
des troupes LEgyptiennes et le
journal cairote avait accusé les
Etats-Unis d’un crime internatio
nal en fournissant un tel arme-
ment A l'armée de l'air Israélien
ne. Le journal avait ajouté que
le Gouvernement EGYPTIEN
protesterait auprés de la commis
sion des droits de "homme de
L’O. N. U. et de la croix rouge.
M. Carl Bartch, porte-parole
du Département d’Etat, a répnodu
nar un ¢no comments lorsqu‘on
lui a demandé si ces fusées avaient
été livrées A Israel. J] a toutefois
déclaré: nous estlmons gue luti
lisation de cette arme, étant don-
né ses caractéristiques, n’est pas
contraire 4 la loi internationale.
La fusée Air-Sol Mighty Mouse
d’un diamétre de 2,75 6 em 985 a
été utilisée durant la guerre de
Corée. Au Vietnam, elle équipe
des hélicoptéres ct la plupart des
avions de l’Air Force ct de la na

vy. Elle peut étre dotée d’ogives,

pour tirs de phosphore blanc ou

bien comme arme anti-personnel

je capable d‘arroser un SV1.
wx

VIOLENT DUEL

D’ARTILLERIE

ISRAELO - SYRIEN

DAMAS (AFP)

Radio - Damas, interrompani
son programme habituel, a an-
noneé qu'un violent duel de ca-
nons Golchars oppose les forces
syriennes et israéliennes, sur
une grande partie du secteur
Nord du Front, depuis 14 h. 15
(12 bh. 15 gmt.) ;

Ce duel d’artillerie fait suite
nu tir des soldats syriens de pre
miare ligne sur des éléments du
génie israéliens qui avaient ten-
té de reprendre des travaux de

‘fortifications dans le secteur.

Selon un porte-parole militai-
re syrien, cité par Radio-Damas,
les tirs de canons de chars de
poursuivaient au moment de la
diffusion de la nouvelle.

xxx
LES NEGOCIATIONS
ENTRE MOSCOU ET BONN
MOSCOU (AFP) —

Lientretien que ‘MM. Nicolas
Podgorny, Leonid Brejnev et A-
lexis Kossyguine ont mercredi
matin avee la délégation de la
R. A. U., conduite par M. A-
nouar Sadate, s'est déroulé dans
une ambiance d’amitié et d’en-
tigre compression mutuelle, décla
re un communique diffusé par.
l’Agence Tass.

Ti a &té constaté avec satis-
faction que les relations entre
les deux pays 4voluent favora-
blement et qu'ils ont décidé de
poursuivre une étroite collabora
tion dang tous les domaines, in-

Avec Christopher Dee
Entrée Gdes

le jewdi 4 Décembre et |
7, sa fille Mme ‘Colette ‘Bistou-






L’Allemagne
OE

lo fa ‘Verticnle”— dea éearts do *
20 degrés d’arc ont 6tG mesurés

Pe vs FRAs

TL af 6t6*proebdé également &
un ‘examen:.dé la situation dnter-
nationale, plus spéclalement de
Ja. situation dans le Proche -O-
rient, compte tenu de Vagres-
sion) poursuivie par Israel contre
la R, A. U. et les autres Etats

Arabes, conclut le communiqué.
eee

AU FIL DES JOURS
, » (Suite) |

ELLE S’'APPELLE
MICHAELLE DIMANCHE
De dimanche 7 Décembro. une
xrande joie est entrée dans la’ mai
son en deuil des Bistoury. En ef-
fet, Me. André Bistoury, Inspec-
teur Général‘ des Tribunaux et
Fdt dela Commission 'Prési-
lentielle agraire. permanente, 4
1 le gouvernement du Présj
DUVALIER_ vient de faire es
funérailles. nationales, ést décédé

e dimanche

ry Dimanche, © jolie femme
jeune et brillant sculpteur René
Dimanche a mis au monde: 5 n
dp Vaprés midi 4 l’Asile. Brangaiu
son second enfant, une ravissan-
te fille. Le bébé qui a recu le
prénom de Michaelle

du

enom esait
huit livres et un quart. en
naissant, L’ainé, un garcon s’ap

pelle René Dimanche Jr.

Nous adressons nos plus vifs
compliments aux heureux parent :
ora et Mme René Dimanche aux

nds parents, le grand gseulp-
teur et Mime André V. Drmenche,
Vve. André Bistoury et nos
verux 4 Michaelle.
... 4a saison est © 2
tivite. ' aux scenes de na

Cleat ainsi que les vitrines ex-
téricures de la Galerie Nader mon
trent des scénes de nativit6 des
plus grands peintres: Lévéque,
réféte Duffatit, Gourgue, Cédor,
Rose Marie Desruisseaux, Ernst
Louizor, Hector Jérome; Savain;
Valein, Félix Jean et Bien Aimé
Sylvain. ye
os xxx:

POUR LE BAL BLANC
DE LA LIGUE CONTRE
LE CANCER

Le Tout Port-au-Prince se pré
pare a aller au Bal Blanc de La
Ligue contrele Cancer qui se dé
roulera au Sans Souci lesamedi
27 . Décembre. Ce «great event»
social de la saison sera animé par
les formidables jeunes Ensembles
SHUPA-SHUPA et Les Diffici-
les. Les cartes se vendent bien.
Les gens ne s‘arrétent pas de
passer au Sans Souci pour faire
leurs réservations de tables. Les
cadeaux continuent d’affluer pour
enrichir le bazar de la chance. La
rafle de la voiture DATSUN a
suscité beaucoup d’intérét.

Tl en reste trés peu de billets.

Les dames du Comité d’or-
ganisation se dépassent cette an-
née Leurs contacts avec les gran
des maisons decommercesont des
plus fructueux.

xxx

NOS VISITEURS

Hier soir, nous avons rencontré
au Barbecue dansant du Sans Sou
cdi, le Dr. John I. Wilson, émi-
nent dermatologue de Philadel-
phia et sa charmante femme Ma
ric. Ils étaient en compagnie de
leurs hétes, M. Hugh B. Suther
land, Direteur de la U. S. Infor
mation Service & Port-au-Prince
et sa captivante femme Mary.

Le Dr. John F. Wilson qui
vient d'assister & la convention an
nuelle de l’'American Academy of
Dermatology a Miami, et sa fom
me Marie sont venus passer quel
ques jours ici avec leurs amis
M. et Mme Hugh Sutherland, qui
sont comme eux de Philadelphie.

Vis en sont & leur premiére visi
te on Haiti. Ils avaiont au long
d'un précédent voyage dans les
Caraibes visite Cuba, les HesVier
ves, le Mexique. Ils ont déclaré
au Sutherland qu’Haiti est Indu
bitablement l'une des plus belles

Les. de la région.

Ms repartent samedi. Nous leur
suuhaitons la bienvenue et un a-
gréable séjour parmi nous.

xxx

. Le Dr. Julius Russell, dermato
jogue de New York et sa com-
pagne Ttppyy ont pris logement
au Sans Souci Hétel. Le Dr. Ju
fius Russell vient de Miami oi il
a été assister 4 la convention an-
nuelle de VAcadémie américai-
ne de dermatologie.

..Nous avons revu avec plaisir
hier soir, au Barbecue dansant
du Sans’ Souci, Mme Cécile Des
autels et sa socur, Mile Annette
Viau, de Sainte Rosalie, P. Q.

Mme Cécile Desautels est la
mére de Mme Francoise Desau-
tels Latortue, jolie femme de no-
tre compatriote et ami, M. Paul
Latortue. .
Cécile et Annette sont venues voir
leur ravissante petite fille et peti
te niéec Johanne Latortue, née
lv 2 Mai 1969 & Sainte Hyacinthe.
Elles sont arrivées dimanche
aprés midi par le Vol d’Air Fran
ce venant de Miami.

Noug leur souhaitons Ia bien-
venue.

AU CAPITOL

Aujourd’hui Mercredi 10 Décembre 1969
a6 Hres et 8 Hres 30

-Raspoutine
Le Moine Fou

En technicolor.

et Barbara Shelley.
2.50 et. 4.00

‘de part ot d’autre -— lo volume
‘dos, bulles de vapour émines dang

lo-rénéteur est sujet & ded modi
fications, ce qui pourrait Influen
cer le flux des neutrona et Ia
pulasance instantanée du réac-
tour.

Avant que des batiments do
commerce i propulsion nucléaire
puissent étre fabriqués en séri
jl s'agit de. mettre & essai un
réacteur assez grand pour assu-
rer la rentabilité d'un tel navi-
re, Sa jauge devrait dépasser ‘les
200.000 tonneaux.

A remarquer que l’«Otto Hahn»
n’a toujours pas le droit de jeter
Vancre dans des ports étrangers.
Etant donné qu’il n’existe pas en
seore: de convention internationa
‘evsur la circulation de batcaux
A propulsion nucléaire, le gouver
nement fédéral doit conclure des
accords bilatéraux. La procédure
prend beaucoup de temps vu que
leg ratifications de tela accords
sont soumises & des délais. Un
porte - parole du ministére fédé
ral de l'Education et des Scien-
ces a cependant fait connaitre
que, de télg accords pourraient
étre passég. dans tes prochains
mois, les négociations préliminai
res ayant déja abouti dans une
large mesure.

C’est done avec un retard de
- quelques mois que i'cOtto Hahns
pourra. entreprendre les trans-
ports prévus de minerais de fer.

DLutilisation du navire en tant
que minéraliser cntre des ports
du nord de la Scandinavie et des
ports allemands, la prochaine éta

NH

pe du prograinme exnérimental,
doit permettre af réduire de moi
tié environ les ‘reis Ge trans-

port de ces minerais. Ils se mon-
tent actucllement a quelque
millions de DM par an.

instantanés
LA SOLIDARITE
CHRETIENNE DANS SA
Xe ANNEE
Qui n’a entendu parler de VAs

-
AA

sociation LA SOLIDARITE
CHRETIENNE, ceite grand¢
oeuvre -humanitaire «qui fait

vant de bien dans la parvisse
de St. Gerard et mérite l’'aid»
ct la compréhensimn de tous.

Elle entre cette semaine dans
sa Ke année et marquera cet
anniversaire, dimanche pro-
chain, par une grandivse mani-
festation a la salle paroissiale
St. Gérard. ‘

Animée comme on le sait par
Mile Gabrielle PARET, La Soli-
darité,Chrétienne fait notam-
ment fonctiunuer, avec le con-
cours bénévole d'amis de méde-
cins, d’infirmiéres;

lo) un centre socio-médical de
consultations gratuites et de
soins medicaux au bénéfice des
petits déshérités du sort des ré
gions du Carrefour Feuille, Bail
lergeau, Sanatorium, Morne de
V'Hopital, Piémont;

20) un centre de nutrition qui
alimente chaque jour une cin-
quantaine d'enfants des deux
sexes; ‘

80) un centre de forration pro
fossionneile pour les adolescents.

Nos, meilleurs voewx de lone
vité et- de succés & J'oeuvre de
la Solidarité Chrétienne.


















et de la Fonta

LA MAISON AUX
Service rapide,
Les meilleurs prix.

iUSTANG—
une nouvel



indication de la date,



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY ).
41 Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)

; ia création Roamer de bon alot,
mouvement automatique de précision avet

en anlur Inoxydable satinée et polle -
4

R. H. CARLSTROEM.
AGENT OFFICIEL -



AVIS

EN VUE ‘DE_ DIVORCE, :

A la date du 11 Novembre
1069,..le ‘Tribunal Civil. de Port-
au-Prince a rendu le: jugement
sulvant {entre Jo) Je aleur Jan
Malette, . propriétaire, ‘demeurant

ot . domiciié A Port-au-Prince |

idontifié au No, 2667-B, ayant .
pour avocat constitué Me. Auréd-
en C. Jeanty du Barreau de Port.
nu-Prince identif{é, atent& et
imposé aux Nos. 68-H — 65069
et 44058-A avec élection de do-

e, Micile en son cabinet als A Port

au-Prince, demandeur. d’une part
et 20) la dame Jan Malette née
Norma Bien Aimé, propriétaire,
demcurant et domiciliée & Port-
au-Prince, s@ trouvant actuelle-
ment aux Etats Unig d’Améri-
que 1648 — Président Street —
Brooklyn N. Y¥. Apt, D, défen-
derease défaillante é’autre part.

Le dispositif da dit jugement
est ainsi congu : Le Tribunal,
maintient le défaut octroyé con-
tre la défenderessa admet le di-
vorce du sieur Jan Malette d'a-
vec son épouse née Norma Bien
Aimé, aux torts de cette dernié-
re; proponce la dissolution des
liens conjugaux existant entre
les parties, ordonne Ja transcrip-
tion du dispositif du jugement
sur les registres de l’Officier de
VEtat Civil de la section Eat de
Port-au-Prince; dit qu’un ex-
trait du présent jugement sera
inséré dans l'un des quotidiens
s’éditant a la Capitale sous pei-
ne de dommage?s intéréts envers
les tiers s'il y échet; commet
pour ga_ signification l'huissier
Albert Hall du Tribunal, com-
pense les dépens en raison de ln
qualité des parties.

Cet avis est donné en confor-

mité de Varticle 296, 28me altnéa
du Code de procédure civile et de
lordonnance du Doyen du Tribu

nal Civil de Port-au-Prince, : en
date du 4 Décembre 1969.
P-au-Pee. le 10 Décembre 1969
Aurélien C. JEANTY
Avocat,



Messe de requiem
pour A, Casimir

Les families Casimir, Jonquil-
le et Mathieu font chanter le ven
dredi 19 Décembre courant a 6
heures 30 du matin, en VPEglise
Ste Anne, une messe pour le re-
pos de l’ame de leur regretté A-
drien Casimir.

Cet avis tient lieu d’invitation
aux parents et amis du défunt.



Fermeure des
bureaux et des cours
de PInstitut
Francais

Les usagers du bureau de prét
des moyens audio-visuels et de
a Blibliothéque de l'Institut Fran
gais sont avisés que les services
de l'Institut Francais seront fer-
més au public du 17 Décembre
au 5 Janvier exclus. .

Les cours cesseront dans les
mémes conditions que celles qui
seront fixées par le Ministére
de l'Education Nationale pour
Venseignement supérieur.

Serge BRAUDO
Directeur de 1’Institut Francais
: d’Haiti.



a

ine Mme Colo)

Vous pensez «AUX ONDES SONORES»
la Maison Hautement spécialisée du Son;
Pensez son,

PRODUCTION,
REPRODUCTION .
Tout : équipements,
Instruments,
Composants,

Piéces.

Pour vos Achats,.voyez

ONDES SONORES,










100% étanohie, bofte









PAGE 1

.., ft_trOTIDIE'N LE PLVS ANc:i'EN D'IIAITI ,ottlh IN 1i 1 f6 , ~ .. .. : , ( i j'l ~, et 'Mdotmur en C/,ef . ' 'LUC)GN '' XilONTAS . Atlmi . frufriur . . lt,l!D.! MAX CHAU VE T KllKBRJII nm L'ABSOOLlT[ON lNTJIIB.AK~~OA[NII 74em• ANNJIIE MERCR!Wl . 10 OECEMBRE !MU Arrete fixant les modalites d' application du De:ret f't.,t111-l '1i11, : o, lo :1 nrtnwl,rr. 1!111/1 . ' COMMUN~QUE Nouveau : ~oup , d'Etat au Dahomey .AU FIL DES JOU"RS ... J>Nr Al/BELIN JOLICOEUR AHRETE Dr . FllAN<;OIS DUVALIER Pr6sident -ii Vie cle la R6publlque Vu le Dccrcl du 17 Novembre !OCHl reglemont ant Jes voyages 1\ l'clrangar des techniclens du corps m&llcol ct paramMical; Consldcrnnt que le D~rct du 17 Novembre 1960 vise differcn tee categories de technicians du c,orp, ml'dical et pnramedicnl dont ii y a lieu de concilier Jes int6rl\ts nvec ccux de !a Nation et qu'cn consequence il convient publique et dont Jes activite, profesoionnelles constituent un npport 1\ l'economie du pnys; 4! Ceux qui, etablis A l'etran ger, reviannant au pay, pour un s6jour temporalre; 6) Lo, i n ;f i r m i e r e s, lea auxlllaires, lea toohni ciens pnramlidicaux etc. qui au ront exercc, on Haiti, _ .Jeura pro fessions respectivea, pendant un certain nombre d'annees dont la duree sera 6galement apprecice par In Secrlitairerie d'Etet de la Snnte Publique et de la Populo tion en fonction des exigences du moment. Article 2.Le present Arre le sere publili et execute a ~a di3) Ceux qui auront achevc ligcnce du Secretaire d'Etat de l1Ju1 residence ruralo ou hoopita la Snnte Pnblique et de la Popu liere, quand ii se sera ecoule Iation. un certain temps dont la duree Donne nu Palaia Nation&) a s~ra nppreciee par la Secretaire Port-nu-Prince le 3 Decembre rie d'Etat de la Santc Publique 1960, An lfi6eme de I'Indlipen el de lo Population, en fonctlon _ dnnco. des exigences du . mo ment. Ur. l~rnncois DUVALIER Par le President : L' Allemagne Moderne Le Secrctaire d'Etat de le Sante Publiquc et de In Population: Dr. Max ADOLPHE. l,o /:iocroturia I f'rit, , tic S011 l!,'a , collonc~ Monsieur le PrCBide11t d Vie de)a Riipu blique in/01e '1a ' '!f)irectio11 du Cinema •ELDORADO> rd11si loH proprictairos de ::lullos do specta.clcs Ci1Le111atoorapMquos et do cDRI V E IN que var ordre du Chef do l'Etat, la 'J)'l'ojection du film •THERESE ET IHAb'ELI,E ,~! rt dcmc11re interdite. Les films ri ,,,11ac/ere po1 11oyraphiq1to Oil frol-ique tom be,..i 1101tB io coup r/11 vrese11t communique, Cc SccrCturiat c1 oif nt', ~ c s Bairo d'11drosse1 1111 a.ppcl svc cial aux Diroclours de 068 Balles en vuo ,raider le Gou v mnomeut clan /a . l' a'e,t taille sur la plan national une . personnalite et ii s'impose en DES AMERIQUES 111 S'E au Dahomey, est considere com"' mei des plus brillants OffiCHELONNENT SUR 400 ANS . de s d'e I' Armee . Nous aurons il. revenlr sur In lit LCTatur , : qui ~'CJ}anou.it en di v , , rs vays du Continent n oil . IY NAViitE EXPEIUMENTAL , u el6 ,J(,c.-lnrl! apte il In nuvhintion en hnule mi,r I, l'isaue d'unc p(,riod e d t!mmiR de quntrc scmalncH qui Ht termini ~ , : ri~c< mmcnl dnna !'Orf.an ntluntique. c., pcripl" ,!'un motH, le troL1ii,mc voyuge <•f fectul, pnr le nuviri t!II hnute 1ni r, n eHHenliellemenl Bcrvi h vf\ ri fi.,r J., fonctlonnemenl dcH r6nc t, ura rnfance selon certains, a Port nu-Prin~e, duns l e yoisinagc d, J'nduclle Usine &lectriqu'e de eel tc ville; scion d'autres, sur une proprictc qui nppartenait i, J.:'lm'. Commune de Leogiinc, i , .J o ~<•plu Ill', l ' cJJOUHC "" Bonupude cl qu'il perit !ors de Ju l'evolle des esclu vee. Uno uulrc vcr;.,iuu J,r\!tcnu qu, _• le Roi Louis XVII morl u Sainl ::>ominguc nit t •t X X X GERli.-1 /J b ' L \ u:1 Lo rnoi, dcr1twr 11<1 11 l" l! tn:ontri 1 : 1 la lr;__dpr ~111!,-, !\1lleGL•nla d u Laku, jcu11, .1rt1 .. t c pui11tr, . ! ; :Ile y .1 1r, ,1np :1 MnCe pur Ithrill:tnt p 1 lnln• P11 u i Iieauvoir qu i y , tnil v, ntt,: l. 1 prCSentcr uu pro1,ri{•t;1i1t" dti , ,1: , 1-'.' < 1h'rk. :\1 C,•org-,-s a,l1 ' 1 1 ;enb, j 11lie 1 t.yp , 111,,r;d 11, 11 H'l1 furJl\e !, \ '11 11\lfH r , 1 : J dil di n nou:;. est l'UtH dt ct ~~ 1:r i~ l,-s 1 tu l su5Citont dos eommeutuinh g-:1 . Ltnt 8 Ello R 1 r>xprrnrn l,il•n avPl" l pinrenn . Ellu u 1:ummc11i.: ~: Ill 111.~i11 turo ev('t.: run i1 ..... plu .::; h'"r . ,n ,1-. p C \n t rcs h ; ,i t i , ns , E 1 q; u, rnnd f;ourguo avant d'ull, . •r p11:-1 .. 1r 11u;1 trC am; R 1'Aca ,oit d e vnnt unr tombe ou dans la solitude de son cabinet "" traV'!III, l ' hcmme, notnmment ! ' In tollectuel Jc penseur, dens tous !cs temps, a medit<\ sur le phenonw ne de la mart .. . Nous en vouJons pour ' preuve !es mille ct une ph .. " Seti que nous pourrions rappder . ct qui, a travers meints c crits ou de liouche a orcille, ,nnt parve nites jusqu'A nous. Volci, !)Br exemplo, celle que Seneque le Philosopho a consignee dans l'un de ses ouvrnge,, : cNous . commen~ns a mourlr des que nou ' s cammeneons ii. vi• v.-e ... > . . ~ Vold une autre, attribuec, ceUMl, c a , no1111 . ae ,' aavOliii . ~ Nous su 1 n1n<'s sur la terre d ~ s Jliil e rins Loujours en rout e pour I, l;'l'and voyage ... > Mesdames, Mesiliell1'11, P&1erin.;, toujours en roUtl Vous et nous, tous, nous l e soni tnl'S. Toujonrs en rout, : vers Jn mort. Des millier s et des milliers d'dres humains, avant nous, ont vecu sur la lerre . Nombreux Jes paren L s, Ies amis ch~rs, que nos propr e s yeux en pleurs ont vus pa1tir poor ce grand voyag,., e mportant avec eux des lambeaux de nos coeurs meurtris ... Peu A peu, cependant . , avocle temps et, peut-etre, sous l'effet du vfatique que sont !es pensees des plus eminents stoiciens d'autre . fot., nos larmcs s'etant slichee-s, nou9 avons repris_ gout a Ia vie.

PAGE 2

l'AC.E I Le Pere ~ N OOf'au Pai :) I , ,..,__ _..,.. . , , cl.Ill N9UVIILLISTE,t /~' I n m~..;; Vl.Wvm tr'%' I: HHl-f-f-t-11-,.-t--t--fl \ a , . .. H.... t-119-1 ..... /'HH-....,fllllt--4111111 1 6 Hat11 ..... +-H• inlt una oolonie traJ198IH -:-:Pro nom , "_,iii .. 7 Tumeun 8 Note .Motil d6coratif ll Plalde. Aim• bubotar 10 Signal d'alarme De yant un prenom ~n epelant , : bolre l• lalt J: l[ J: . ABMIOUKT. l{ercredl. 1 l O h, et 8 h L'.li:'rMNoli:1< DA.Nti llA MAISON liln~ Gdu• l i 60 ; et 1.60 ' jeadt A ll' "'' h : '' el 8 Ji, GRINGO JOU!il Jil'l' OAOJ:'fE Entr .. OdM 2.60 •t 4.00 .Meroredl II ll .h, ct 8 b, _ 11> Llil RE'l:OUl~ DE DJANGO Aveo Guy Madlaon. ~nti'N " 8,00 ' et 6 : 00 / 7 t-P-..r'l'l~-1--t-t-+-t ,VKRTICAf.EIUl:NT Jeudi a 6 h. ct S h. 16 ~~d ~ OL ~ .. , 1\ a b. IIO lbUIPO UTCN' ; LE MOINE FOU llhl'1'1e '' Ode!i l;IIO•• 4.00 .Teudf ' l '" '' !F ' h. 6t ' 8 ' Ii: IO SOUS LA LOI Dli: DJANQQ Un wear..rn cl" feu. E11trfti Gd" 11.60 ;lNS qui onl oerou c n d1ffJrcnles opoques J,, l\londe Noir . l'"'-, pr \ ) i.:1 nn.~nt s'effor~ de bou 1 1 1 h •~ t routi en renJunt cfisponi I.J es lt.s ou v ragts qui eon:-;lituPnt lllt'rit ;i,:c L ll~rirc Ju Noir \\ ! Ill:-\ It• ~101hh ! . N'uu~ indiquons ic~ oeuvres qui Olli ,,1,, t!cjll rccditces: I l JOld:NAl.:X ET REVUES.--Af,irn South (Vols I 4) Cn "'' Town l ~;iG l l!ll0 \ fri,n South in ex;Jc (Vols 4 No J . ,;\ T n,!nn 1%0 1961 Afrirnn Times and Orient Review 1\'nls l G). London 1912 191S \'n1s 2 :J 19lfi 191(1 (non pu iil16~) (Suite, do l~re '!>llU:el Assodlltion for African Litorn turo In Eng-lish Noa 1 4 Fr.ee town 1:1114 llphandi, academic!• suis pruclectionibuF . nU'<'n,odaws; llullo 1738 J. E. b CRpit.ein : Di~ertation politico theologies, de sorvitute, Ilbertatl, chrlatianae non contrarla Leiden 1742 Cea premlen1 autourn africalns ont ecrlt leure textee en Jotin. Britton }lam111on: Anarrative of thP nt\f'ommon sufferini,rs and sun>rlsln~ dellverancf! of Britton ,:::~\ 70 ~ Negro man James Albert Groimiosaw Uknw aaw: A narratlve of the most rer.1arkahle particulnrs In thl life of Jamee Albert U. Gron nioSR:w, an africa•. prince, as related by himself Buth 1771, Phillis Whcall<'Y: Po,•ms c,n vn . r . ous subjcct.s, rllligious and moral I.ouuon 1773 John Mnrranl : A narrative of the Lord's wonderful dealings with John MerrnnL, a black 2 ...!.. Ne reconnal, pas Hoi, nAte 3 ....!. Un ordre relijlieux trb ,evhe : B'amu11e 4 Dieu dea vent& Aussi important que la condulte 6 .....J En role Fin d'in!initif Pieuse abrllviation 6 _: En fin de so!Ne C'liV Ont un trea , 6tit JE VAIS ... JE TlRE VI-=Exprime ET JE l~EVIEN8 VII Bout de papler Pft . Entrl,e Gdee 1.CO . et 2,00 cie~ 1 _: 8 ~~~ " :..... Dana Jeudi a B h. 16 et 8 h. 11, , une l confeeilfon ' \'.lYJ\. GRINGO IX _ Tria .. conveiiabfe Entroo Gdee 1.00 et 2.00 X Sans bavurei D'UJJ autre lrSOLUTION No. 284 F. Mtircredi II. 6 h. et 8 h. lli FACE D'ANGB: Mercredi ( En permanence) ADIOS HOUBRE Entree Gdtf' l,5C Jeudl (Eu permanence) TOUS LES HEROS SONT MORTS Avec Robert Taylor. Entree Gde 1.00 2n edition London l 7Rli Jupitrr Hummon: A winter plo~e: being n serious c~lwrlntirn RORIZON'liALEMENT Hartford 1782 Entree Gde 1.60 VERTICALE.ml)NT. : An nddrcAH ln th, Nerrrocs in the State of New York N0w Yorio 1787 : An Eveninir's im~1 c. Vf ment. Shewinl!" the necebsity nf l,t, holcfing the Lamh of God, lo which jg added. u dw!oguc rn1. Astragale 2. RAR; Ure 3. ltcratives 4. Oenone; It 6. Nattes; The 6. ROI: Mai 7. RO: N.D.; T.S.F. 8. tage; I Aimo 9. Phrue; OEB 10. Ues; Ton. l. A vion; Repu II. Tea; Othe III. Trente; An IV. Ra . rotonga V. Aruneides VI. Tes; Et VII. All; VIII. Le vitation IX. Erethisme X. , Es: Fend. ~~!fful ~!•:va!tbd muster and 11 lZi~ ' l JiarLford 1790. Ab . snd"om Jon . es A 1 , nrrut.ive of I the procee Le passage du processus Induc tif au procee•us Deductif se situe exnctement apres com"rontn'l lion de la Th60rie et de Ia Hea l~!I\ E;:;Ja~~:n:e 5 ~uveaJ!., R::~; 8 m ~ eux la sui s ir ,il n t:te conve~1~1~l:5te formuler une Theori, ;H-.~ lo Conceptuellc ~o Opernlionne!le. T,rnt efo is ! e s Moyens u'lnvesli irnlion ,,ne11t ,;u1vant !es Pays. ui R~veil qui sonne a l'heure a la minute :fix& II y a un modele 1970 Pour le Rursan Pour la Cha.mbre Pour le •Salon Pour la Cuisine AGENT DON MOHR SALES. CORP 3 CINE STADIUM_ I Mercredl {En p(lrmanence) JOHNNY COLT . Entree Gde 1.00 ..'eudi (En permanence) DUEL SUR LE CIRCUIT ~ntre. Gde 0.60 Drive In Cine Mercredi II 7 b. et 9 b. UN MERCENAIRE RESTE A TUER Entree Gdes 3.oo par persoru:ie CRIC CRAC CINI Mercredi A !I b. et 8 h. lb LE GENERAL INVINCIBLE ~~e, _i.oo et 1.60 J eudi A 6 h. et 8 h. 15 ESCLAVES POUR RIO Entree Gde 1.00 et 1.60 A MAGIC CINE Mercr.;.i; a 6 h . 16 et R h. lll LUTRING, ,REVEILLE TOI ET MEURS Entree Gdes 1.20 et 2.60 ..'eudi A 6 h . .15 et 8 b, 16 L'HOMME QUI VEN AfT POUR TUER Emr6e Gdee UIO •t 2.60 A " GENCE t/4-Bois Verna -'4 CATION visant la GENERALI SATION de !'Electrification, dro. Yoies dtJ communication ::,erien nes, et nrnr i times, d'cs reseaux routiers , des services poRtaux l't telegraphiques, ,des Industries nouvdles, et !'expansion de I' griculture, etc, etc, !Is ~e d(>finisscnt suiv1:nt Jes at titud es ct le Condit 0111>,,ment. Alors lo. Sociologie d'lnvesti gntion pnr ,nque'es s'allient ,\ lu Science ue Jn rommunkulion Ilu1ncd11 e: une F>C!ria e"J,reneiir pout ce que , voua avtz, decouvre l'occa.ton ~ ~~,~~~~!_&e:r,, Condideres comme une OP! NlON INSTRUMENTALE Jes Mcdints produiscnt , L'!M PACT, ln CUARGi<; 1'::vtOTIVf : pour l(Ull le dcveloppemcnl cul tu rel eoit plu• pFycholog-iqu c ,,uc CHHONOLOGH/UE. v~re un nouveau tJCpurL. JL. Mond"e 1ehlble s'.,ngager. Les umcilic.iral'uns 0. npJHll . LlT , hwn t. non sculement In Famille, m.uia encore~ l'E<'ole l'Eglls" ;e Travail l'Entrcpriso IPR uctivitl•s dl.ny,,,m, s de pnrL• cipnt!on. La participation l!"lobale n l'&o nomie Ln JUBtl~ Ln St!curit6 Le Dien Elrc Colit-C'li f En Amerlnue Lali m , l e Tn.i t~ do Monucvidco du IK llevrie1 1060, creant l'As,ociation Lati r.o Amcr\cnine de Libre Echun go,> dens to: construction en fnr g-rnrluellc et pro1,.!'ressive d'ull \iAHCHE COMMUN, nwntre d,, ji\. le8 nuuvelles tenunnl'.es udup teea pour redulre !es F,curtR d,,_ VOii.JS trop grands, par CCJl3e quent trop dnngereu'x. Done, l'eft'ort de rapproche ' mcnt est bllnt (m,l: puisque !es enquilteo ont revele Ja profon deur du MALAISE . le PF.RlL du Deeequillbre, le DANGER. Alors pour micux sfrier le Pro llcmo et le resoudre efficuce m<'nt, RnmirJ :-inmaniego exporn 1:1 nouvelle thcorie ct Pratique d'lnvestig11tlon par enquetes purlir de lnqu~lle ii est facile d'urreter deH CRJTERES DE DEVELOPPEMF,NT CULTU REL ET ECONOMlQUE. l[ J; l[ LA SOCIOLOGfF. D'JNVESTIG . -\ TION PAR ENQUEtES II y 11 trente anu . dcjll des et c~c:i fa : tt!'-1 'llr Ill Cn -~ , ,;1,11i,alion lmpcrsonnollo ct Collective on t d 1 1 nne liPU i1 Ullf ' ~ r' •ri p dr Th ' rics qui sc verifient duns k, F, ,its. Jlt,s invcstigutlona f11ilcs uux F:tnls 1.'nis et cfnns qao]queli •,pny~ :l'Europ,• i1 un n v,•nu 111 ulci11ent quuntilatif, ont. /,lcvc Ice expe rir,ntcK ju1;qu'tlux tliHl"l 1 rnCn1enta 11n11lvl iques p~rn1PlLlln 1 'U'etnblir dos Stnliotiquee ' nvnncees: Or le dCvdop]H . nwnL l'cnno1ni q1h. qui t•~t ~11 fu it le d<' .v elc1ppe : 11 e 111 ,J,, \"llonlllll' d'nliord n e JJC'UI } 1 , ~ trt ~ ) Cl'llt•menl, cl s e fixer d nn~ In DUREE d ir : , tcndn1;t.•cR con t.rnireH ne dispurni.;aent . I.a Snciolo;!ie et 1.i Psycholori:io ctud1anl le comporkna:nt; Jes eoleR di, Sdences d'I11form11tion ruseembl r nt ll's ~onn-iif'-~nnrr qui pennettent deja d'interpreter Jes Al.a.tisliqUeti c,,n:nic Jes VOIPUI'$ ks ,or,ffi re n's d,, rorrelalion c01n rue lea vnr;nntcs. !es nnnlyers rlr fncteuro pour situer bien en pla1p unn Jl,ll.,o-folo!-!ie d'lnv 0 st,i,, tion Quantitative, appreciable n. t UU R !rs Moucl, •s culturPIS. A in•i In pnrticipnt;on est rrl•nf. rn1•. El!1? r.. r , . ,.. ur va , sle Chmnn Commun de Travail. (A rlUivn•) ., r I L,'invesUgntion par '.Enquetles ~ ; . 0s1 un Actc de communication, un ' . Pr oce ssus social BA:c'IQUE, une Interechanga d'lnformations, une ' Interaction provoqu _ ~ entre des 1.ndivldus, en dernlor . l!ou, une Formatlon d'Hypothese~ ... ' Elle so falt : lo Au n!veau de la Realite2o Au nlveau de In TheorieEn etudiant !es earacthistl .ques du public, au point de vue cfe In forme, du niveat . d'cducritlon, rle l'Agc. L'invcstigatlon est Empiriqu,, ... .et demeure , cluns la REALITE . , C'eet L'INVESTIGA TJON V'EXPLORATION M aie en partant d'Hypo~h~s , et en ,1abonmt dea GON . CEPTS . 1,nveatt,rt,tl.cn DEVIENT IN ,DUCTIVE et altue en debqn1 " de la Raltt6. Elle Mt tb4ofiqua ,Que ce eolt dana ee. forma r61ll• "ou thliorlqae/ ]'Investigation v1Be v. "' ~ ~ ,:~ .~ ,/' ,..,, GEOR'GES '" SIC~RD . 6~ , aue des 1 Fl'Onts Forts ' ' Remerciements M ercradi a 7 h. et 9 h_ LES LONGS JOURS DE LA VENGEANCE: . ~1 DAVID BROWN TRACTEUR DIESEL POUR TRACTION, UVRAISON OE CANNE LABOURAGE HERSAGE, SILLONNAGE SARCLAGE EXCLUSIVITRS \10TEUR DIESEL BROWN RO~U5TE ECONOMreuE TRANSMISION MONOBLO@UE ~T6POSITIF EXCLUS,lF SELCTAMATIC BLOCAG E DE Dl FFERENTIEL CHASSIS UNIFIE DISPONJBLE EN VERSION INDUSTRIELLE. Charles Fequiere & Ciee DISTRmUTBURI ' IiII.IIZ cI:.il NO'U'V1!1M,!S'l'lll> .'rlcsdemoisoUea Germaine , Jean ne et Odette Doub!ette, Mr. et Mme Rcll(l Tassy nee EupMmle Doubletto et enfants, Mr. et OU : FACE D'ANGE Avoc Montgomery Wodd. Entrcc l doUar IJUr vo11ura . .Mme Ro1ror Camilla et enfunt, Jeuui 3 7 h. et o h. . . Melle. Claudott<, Fran~cris, le. LE JOUltNAL U'UNF. familles Doubletto, Pierre-Pnul. FEMME 1,;N BLANC 1~~11f~:z 11 be~lli!::,n~~t=~aleoc:~ 1::ntr6c 1 dolh1r par voituro . lOUS lo, autrc. parents et allle11 __ remcrclent blon s!ncerement !es ,. Reverend p,1rc Ulrick Delve, Je (Mon11stcro Saint Gerard), lo Rcvcmd Pere Ulrick Delva, le Personnel des Affalree Etransrli, r., et dee Cultea, J'Ad:mtnlltra f fi:r!ei.o!~;:'Pi:'! !'i:f.'1:'5j~ pl tale; de la Province at de )'JI:. tranger do leumarque de 1yn1 1 pathie a !'occasion du dllcu de la rearett"8, Mme Vve, .:'OSEPH DOUBLETI'E nee : Marie-Rose Pierre Paul enlevce fl lenr afferiton lo jeudi , . 6 Novembre 1969; ct, Jes prient . , #e croit~ . a lPur profonde gratitu de. : .,)'nu-Pee. le 9 Decembre 1969 LE BONHEUR DANS LE MARI AGE Le i,.,uwur IN to v cr erst liOUVtmt dflruit i,ar Jll.rdtnbllitd _ 1-;t.C!S-vou.lf .'.! beut clc !on : rs, !at~r~ t•t 1, ndtJ ? s en Nl ol.ruil. preauz luu.m!t.U:itcnw1 it Jos oomprtna. Cs PftO-PLUS Ila 1t1mulrront le sywt~mc ncn-cux l'l narm.i;i Hsaroui l~ ori:nne!i muUtalfflros <" t'esplrntottes ns unl la vertu die rn-r <.luJre un not de p<"n~rs plus rnp1d~
PAGE 3

LlVJt~!l l~T ~JCIUVAIN!l DI! 1 IIIU l:IIECUJ .Jamu tri-h-"nu• llonlo Horton : Wo•I At'rlmu, rounlrloa 111ul P<' 0 J>lo•, llrllt~h 1111<.I 1111tlv1• lfi'111loolt!Ufl , _ l lor~u l•'"uoort. : Oic6 ou 1 ~ 1 rc\Julllt do co11luu1; drnmo hi.to. :.: 1 1~:• n~~~:'. do JHMalu" tugltlvoa l'arla Jliotl l'lo~::~~ vo~~lr1<111I l!in •s , •I Corh, 11l110 Willh1111 WollN Brown ; Th,• lunp: 11 colloclion ul for Rnli . slnvi•ry 111 ,,,, llllg6 lie 6d. Roston 111-1.U Clotcl or t.he Proaidont.'s dnugh t,•r : II nnrrnlivc of Slnl'e lifo in I l(" United St.ales with n skrtrh ol tho author's life London 1866. The t'scapc or n leap for fr,,,,. ~h.,n1. A dr&n la in fivl• act.s. Boston 185!) Sa'!1ucl Ringgold Ward : The 1111tob1ography of u furgitive Ne ,-rro : ht ~ nnti -H IBY< ry lahours i n tho U. S., Canada nnd Eni;:-hrnd. London 18tifi Robert Benjamin Lowis : Light nnd truth collected from thr Bi hlo and Ancient nnd morlern his tory. Boston I 8-14. G>rgc Moses Horton : The hope of liberty containing u num bcr of poeti ca l pieces Raleigh, North C11roli1111 1829 .John Boy s : The vision nntl 11t hor pooms in hlu.nk Yl'r~c London 183~ .lnm<'B Williams A narrnti,• ,,f P\'CnlR s inr e th , fir st of Au . 11st 1RJ4 . :Jeme ed. London 18)17 VOUS SOUTENEZ CHAQUE JOUR UN DUR <.COMBAT> La terrible depression nerveu s e vons g-uette et surgira, un .,nu r ou l'autre, sans pr6av.is 1 Ne courez pas un tel riaque. F'aites aans tarder una care ''. , recoDltl~ t uant nature!. 100% Germea 'de ll le, Reg~nerateur des Cellules \'erveW10s, qui vous soutlcmdra rl ans votre effort et voua l'8iulr.: ~ 1 r~~~~1]16rl~~~iJ.mA-. , GERMALYNE> contient , : . de 1rec lenses VITAMINES, ";' '. du l'llOSPHO RE, de BELS M~ ltAUX, de DlASTASES , cliia l'HOTE:INES. . , ,GERMALYNE, convient a t .. us las rn.cmbrcs do votre fa11 iillc, petite et grands, djlnll tous caa de fatigue, surmlmage, di,pression. C'cst un SUPER,..ALI ,rENT NATUREL ct ' EFFIGA ' '!TE, prcpnr6 par Jes P. P. 1 rnppistcu de l'abbnye de Sept fons. Cc mcrvcillouit: prodult eat en v,•nt" dnna lea Pharmacies : \!ON T-CARMEi. et GEFFRARD (t,. (Suite de 1,. 2c\mo paa-e) ll11nry W11t~on N11rrntlvo or llonry Wnt . aon, 11 fui,ltlvo Hlnvo 1848 .11111111• Wllllnmn Tlw i1r,, 1111tl n1ll'onlt11,•tt of ,lnnt<'H Wll ll111111 SM Francl11co 16'7:I l'nul Curroo : A hr!e( nccounl of 1:ho HolUom~nl nnd ' proso11t •I I nntlon of lho rol<'nV or ~1,,,..-11 j ,Nln o in Alrh. n N,•w Yu rk JIU:! Poton1. \\ ' illiumt; A dia,cuunw J,•liVl'rcd on th, d"nlh or C'npl l'aul ruff, . ,. Now York 1817 Daulol Oolr.er I Juurnlll of 011 nlul Coker, 11 doacendnnt o! Afrlc•u. llulll111oro 1620 . Dunlcl 11. PoLorN011 : Tho loo ltl11ir irluaa : bolnir " true ro~,,~: 01:n::rnl1111:bJ~:: ~i t~: N!!: Dl\nlol H . Potorson, 11 rolonrcd Clorgymnn. 111, •w York JHr, . J Nanl'Y Prim,:I! : A nnrruliv <. ' of lho lit'c uncl tru \'t•I• ul M1s Nnncy Prine" :11\nw M. BnsLon 18[,t' r:ct~~~~"~~:nm~~~~r::~ ; .• :: fl . r llc)mo ~d. Donton 181>4 HOK camar11do11 de 6tent on, et llonrl Gr6golro : Do \11 JIU6rn do l'atmoeph6ro . ' de la prison. lnro tll'IB Nc)grcH M1•IH II R'nglt. lb d'un but g6n6ParlK 1808 tnl, Or, pour . unLrt11>1t1ndro . uno oouvru al complexo, 11 !aut aHal Annnnd LnnueHe : Loa c,,nrl gner i1 )11 Ulcho rccih1caUvo dca left, cholx do po6alon tndtgbnuH nbjqt,s plus J>rilclrr. C '. oat on toneNow Orl6nns 18 lion de cos objcct1t'11 quo . nou• nourron~ cHenyo1 de !lxcr . uiw Jo:dwnrd Lurocquo 'l'tnko1 : l.o• ml,thode. Jc . v1d11 d011c , 111'cfforl'cr i"rlt.H do ln nguo fr1111~11IM" mi 11rcmlcr lieu de ,IMlnlr Cl! u'i1 J,ouislono nu XIX~ ei~du mon nvla ii e jlsi/ont ete . \ileves . dnns un milieu ou cc sentiment n~:19et , aj _ t 1 ,PaB. lls ,. ont ,vu autour , d , ~u;c, } et1 _: perep , ts t ct non pas seu lement dee auti!ute, !cs camnra dea do h1 rue, de l'ecole, de !'a telier, puis Jes co-dctenus .des la ' promii:1e urroslntion, vi~rP. peril lcuscnient da.ns !cs rnorgea de la Joi, et cula !cur para . it ctrc une norme de la condition des hom n,eii. La frequentation du dclit, l e ~nd1e cache avec la Police, font )>artie pour eux de la Jutte pour la vie. . L'amcmlemcnt rupeutir ne peut u o n c i!tre qu'cxcept101.11cl. ll nc aauruiL etrc quesLioi1 uuu plus de cwtcchiaer l'individu mal gre lui. _ Toute le,;qn ; forcec trop apparente n'inapirora au au Jet_ que meflance . Si le pain quo t1cfien et unc tr1mqui1111itc relnti l'C sont la condition ae son attcn lion, le sujet s'apppliquern, don ncru l'illusion du redressement. II n'en _ aera pas meil!eur pour cc l a, le Jour quo devnnt Jui s'ou vriront lea porLcs de la prison. Nous nc crayons p11s non plus i, l'amendement mecanique, p,11 la ,crtu des habitudes contrac lr e s : hubitudes de trava11lcr, de ne plus boire etc ... de bul de la pcinc n'est pas de forlllrr des pri tlonnier :J modcles, mab h _ ien rl~s homrm,s capables d'eLrc honnell', ria na IR vie 111;r111alc~ ecrhait J c ur Repond . Si l'experi~ncc ctait faite hors de la prison, 011 pour rnit fonder sur elle des espoir,;, pile.ea, II loujourn acmblnulo ii lul-mOmo trl11t.emenl hunnl, L'ln t6r0t aoclal du !ult lllicltu r6Nul tu du comporLmncnt un terJcnr Par cona6quont, al 011 vout 6vllc; la r6cld'lvo, II nc nu!flr II I"'" ,,., ,n6clsor I'll HUJel oil OHL Jn li111i le loirale I\ "" pa., <16pauor nl do Jul oxpllqun Hculcmcnl lua' ml ~ onu l 'l ntorvcnlont liignlo Cl'tlu :imlto, II In connalsn11lt, Cea , rnl nons, II lcN dovlnnlt . . II convlcn drn tie l'cntrnlncr h rlfMch ir •nr en mnnl~ru de vivrc et ,le \ui J>rouvciquc lil (•t f1tH, uille11r !'I -est Ju suorr1• dt: ~l'!'i o,l,oir1H.( le tf\chc cot mnl11i ~ lT. (In ,.,, ~' ' hcurt cr ll tout un pas :.• 11l'rrtt11 s et de prcjugi•s. Ell,, u't•st pu s non plna tout ii iait impo,.siblo llans une ntmolll)Mre de dctente, de sympnthie pour l'homme qui soutfre. II eat d811 heures ou J es 1,i11s fle1s ont dee a-brintluns et Jes plus obscurs , des eclairs de luddlte, oil k hon sc• . ns ramene eomme lR hil\ e dc p\on,h ,In (eui buts), In ponp,•e hmnnine In verticale. l'our fait-e nuilrc 'Chez le delin q uanL l'idee d'nnu vie dtfferentr. on ti 11ccrochcrn a tout re qu'il peut n,~ter de sain en Jui. To ut est loin d'etre gangrene, one hon no moitle des detenua ont une mb re, 11ne femme, des enfants don t !e portrn.it orne leur cellule. I." 111oilleur si(:'ne de survie morr J,, que peut donner un detenu, et la manifestation de son inquietud e ponr I"~ siens. Certains aiment un milieu , ou les champs, ou la mer, cur rare eat l'~tre qua plu s rlen nattnc~ et qui n o!!rc plua Bien cnten10, gardons-nous rl'i> teindre cee rat.es de i'lammc p ar ce tacite et collectit' meprie don' on a trop soovent tcndance n , . ,. tourer le d~nn. A.VINDRE L'Ambassade Americaine avis• qu'elle' tl,ent I, la diapqsition d11 pubic dda artlcla. divers: . Machine a ecrire, machin , ; , Ph ofocopier, mobiliers et c. Les offres eons pli ca ch ete s , ro nt re,;ues au depot de l'Amha s~ . de (Depot Gerard Th~nrd -r;, tcBoeuf) le jeudi 11 Decemh , 196!) cl~ 8 h. A . M. a 1 h. P . 111 Le, achcteurs devro nt etre r1 , . Fe nt, pour l'onverture des offrc, L'.-\mbassade se reserve k ,lroi l tle r ,•jcler un ou plusi eur~ frp. . I . Alnai l'11111cntlc111c11t cct In nul1H1111t u dwz Ju <1, i llr1t111n11t cl'un cl4air, 111c111, , tn., lull'''"• "" c:hanicor ,h, vlo. Qncl 11uc Molt : 1 ., 111oulfu <\Ill I, , Lllt 1111tln•, ,,uc .. ., Jui-cl rcl<'\'P do In <.'illl~flt!Jll'.1 , d1: l'i11t1'.lllr.c11te, de l'i11~1 i11t'I ou' n w n_w tl1 ! l 'in llr Cl. l''l':-tl u1w di:,p11 . -tlt1on d'l'Hprit tt ug gc'r{c . Nou : , ,ouloni-. •}U c 11 : d ili11q11 1,11 1 . 11 e ri: cicfivc pas . Or h ~ rl:d1HvC t.Cl' h fatul s'II r cprc 11d 1ic,urlan'. d" pr~~H>ll l u moc . !c_ du qui l'n ron •hllt Jcvnnt Ir. tdhunni. 1l fuut l'II t'f t 'c t , Lit•l1 1 u111pn:11dre qut :; hor ~ l e u:i < Jti tlunt1 h ntu Yt'Jh i pl•m~cmiu1n 1 ~ ,r.,tt ei1 u.lre 1 l'l unc vcrt u rl.'lutivt, nO~utiv, -! 1, ar opposition ii l'autn, qui cun ai,lcrn it i\ ne pus porter uttein lc par ll\ violence ,1 ln 11ersonnc uu aux bions d'nt:I rui. App1,dre i, napcclt•r l.1 ;vi, l'l l'l'l1t s,•ul; Ii, rlevruiL '<' limiter l'el" fort lh, , eemmc., pllH <:l' l't'l nvia. Gn ne pcut ecurt<-r 1111 ctn• du di-lit simplcment ell lui tlll•II u,rnt cc qu'esl k dclil l" expo,ee dnns le hllll de son 1 :tah li sseme nt. ~ur JcmunI 1.AR S (~~11(1.1.01 du lcr Odobrc l!/li:1 nu ."11 Janvi.r 1070. :1.. Uu u11 SolI.I .A HS ( $:!Ut 1 .00 1 du IG DeL-.,inbre !!Hi!/ au :11 Janvier IU7U PrOpurt . , dCtt uujounl'l!u1 v1Jlre Avcnir_ l'fl dovonunt, \'OU~ . u~:; i po,se,scur de t"l' S o. qwrliu CndcitU . I,: I . / ANV!I•:H I [170, sans bourse d6licr. Con linuoz Jone, Cher '> C l ie nt .._ cl Aml~. i t fu i rc fr u c tifier vos ccouomics u Vot.re Brmquo Pepulaire, \'Jul en ayant lu dwncc do gnirner cette Magniflque Voiturc DATSUN, qui vou, .,,t offcrtc brracieuse'ment en prime, . HANQUE POPULAIRE COLOMBO HAITIEN NI•: LA BANQUE DU PEUPLE HAl'l'IEN. .., .. , -c1 . .. 4 $S Achetez aujourd!hui la Montre de demain i Yous traverserez les fetes de fin d'annee 1969 en doacear et vom pre-4!rez le virage 1'70 en i toa(e confiance et en toute secarite dans ane de ces famemes voitares FO'.W qae . vom poa11ez admirer I a fa S,ille d'Exposition du Departernent de Ventes des prodrdts FORD a la rue des casernes, tout pres i du Bond Point de r.xposition. Yo . as . n'aarez 4ae la dillicalte de choisir entre la splendide SPORT I CAPRI de luxe, dotee d'un motelU' de 1600 cc, 011 la deja fameuse FORD JJ M, XL, a qaatre . LA lere MONT~E A.UT,.O.MATIQUE FWBRIQUEE D~ft LE ;M()NDE. l @) portes, moteal' de ISOO cc a traction ciuant, oa encore la confortable et solide FORD 17 M, I . a 4 portes, motear de 1700 cc, sans mentionner toate ane, (lamme de vehicules, des plus I 0 economiqaes ~uax plus ruaeax. lf'oabfiez pas qa'en achetant FORD, voas voas a.ssarez 0 res ser11ices de meetlniciea compefenta et le• ~• tl'an stoc• de p;eces de rec!Jaage toajours ,enoa11ele. I , . ORD est Synonyme d'Experience et de Performance ! J~ , _ .. EN VENTE A : uaoitLQGRBIP BIJOl/TBBIB E. BERTHOLD -~~~-~~@M~U--~!M i:BU~E~D~E$~ _ If.~ . 'l~~A~C~l;,i,~!~'S:~No~. ~!!!!!! . '8.~ ~; ~; !!!!!::~ ::: ~;~~ '. -~• ,~ ~~ ._ -: ""'

PAGE 4

PAGE 4 !JOtJYIILLISTlb DONNKKS KCONOMIQUES Les Resttld8,8'il'!" lissemenls pri 0 111:e ; ,GD111911181': d" t1r,T IP plu11 d'11v11n l fl)\t 1 11 l'U[H,.ldt•;j "-'l' l'11l\'l'lll.i:1tH' 111, 1111\'I' ,I 111111:,'1 tout t•n drl':; 1 ; .,111 ,l,•: 1 L i 111, r,'..; ,,111lrli 111:,; l'l Jt>tu dl~(uv11ralilt~. l'HI \llll' d1t11 1 d1quP1. A l,'11)'.lll' 1 1h1 r,111: r,'11\Hr q111r , , 1 l,1111;, k:• 11uyH Jll'll_\'t'I, , 111 n ~11ppurt,•r lll\ prix l'lnt l,1r:,q11i1!'i 1111pu:;1•nt dt~ r,i1tnct1\8 :\ll'.\ jl!'i!-Ol'l.1tio11:l'llll't' ulllr c pri, "' " 1.:1 t't1tn•pn :"l 1 ~i lu1:ilui. ,tpt~,-li, nt In, ~11dtl\t 1 , :1'11ni;< 1 nH d,_1 purl 1,, Jll'I' J\ t'l\l l"P)ll';'-'t''-1, l'll l'Olll"Hg"Vlll. lll\'t•t:,ll.-i~lJ 1;,,, t,lrHll g1 1 rs t•n posn-1~ dt•s cunJ1tionn ex {'l'SSi\'l'llll'lll rPslrictives. L'invcstisscmL•nt privC Ctranger puu t aider Jes pnys, en particu lier Jes pays en rnie de dcvelop pement, dP diverses fa,;ons. Pnul Stn 1 PtL•n. Dirocteur Lie l'lnstitut 1IP~_1 Et udcs du CL1111muu,,~:;.:dth i-1 Oxford. Ang-lcterro, n soulignl! l'Pt tHIJ'l'l' t dun'"' lo numCro de r11nrR uvril 1~ 1 ,;H.do Cores: la J'P v1111 puhl i, , e pn r l'Org-anisation ,\.>.-. Nations U.Jlic>s pour l'AlitnPn t11l1"n ,,t l'Aericullur~ (I<'AO) : d ,. qu'11pporll' l'investisseIJr~1~t!~li~:~~:\~~o\\\'1u~ltc~~'~1~t cl~tt:;!: d1re~lll11\l'nt, llu IWUVl'UUX t11H}lloiH. ..t !Hen q\lu tuu::1 cet:1 avnnln1r,•H : , 01 .. 11l d,•tt posHilillitea plutC>t qu,: dt'H n1rlitud,H, Ulnnl uli~Pr h• mnximum dl• irilins 111'1;-l.t!-:n l'ssnv:.11l d\1blt:nir lti ~ma,xi 1Hl1d1 d1• )!;:in.:, net:-;:i:, dl' l'investiH 1 rnt•ut t'lra11nL 1 r, r.cittains pnyr, i..H \'oil' dlt-11. 11 soutlent que I 'industrle manufnctrlerc et Par lllua,\ne 'BRA KJ.J l'agrleulture , no sont 1111s foR sou ltt aocteurs llt'iR Mroltement . nu d(,_ velqppetnent cconomlque mnls que le commerce de detail, la•'COm mcrcinlieatlon, lo commerce de irros et lee entrep6ts jouent t'iga lement un r6le Important. Lea gouvernomcnls do ccrtufoe pays acceptant avec reticence que des cntreprises totulemcn'. t\traniceres exerccnt lours .activi tes dnns lour pays. Le r.rofesseur Raymond Vernon,_ de l univ_, erslte de Harvard,et flltlma (!Ue'~ttJe r6 Le, Petit Theatre Preaente' deux co.medies en un a-cte souper intime d'Yves Qh.atelain et Leonie est en avance de Georges Feydau a l' Audito,rium de l'Ecole N ormale d'lnstituteurs Impasse Lavaud Les 11, 12 et 14 Decembre 1969 a 8 Hres Sp'tlolalint~ d~• 1Jtteatio11• cJ0011omif/'l!oH tlconco provlont du iicsir. ~l;~R~~er~r~~c U \j""_....., .. .,.,.,.,. .. ..,,,,_ __ ...,.,._.._.,pa.,..,.-'l,jft,l"!.-4-,.-rt,_,,,____ _,,.,. n011vellP~ lPlhniriul•R; s1 Ihxiln1Pt11t'l1.!, -il fnurnit ll' JH'r~,inrwl de din•(•t ior1 Pl fnrnw l,~ din~ctn,in d," sieurs !es Elegant,. DnlJ,,e. ll •j,1:1 1 1 P v:<;•, '7 fl h n n Lnluo en fllca d& in Nondntu re A postolique. R n fl h p.m ~:::r:~1 <)>~~i.x:~-~-=~cr~.g~::w3re-..J:!~~ ~t H.t Y'i'IAN AM~mCAN SUGhU ' ' rt COMPANY, S. A. L USiNE HA"O ; ' -'"' IETF. ANONYME TIAITIENNI' ; , ' . , f ', <..> f ~ 1,. l'Li\NTEURS ET FABIUCANJS .''IICJ'e Haffine <, :1, ,. l\1i .. Raffinr -POPTJ,LAIRE Port-au Prince, Halli }~ rt~1::ti.r.::r:~::x ~:x---t:~!::fi:?::t--,n~~~~~ SE TJWUVE AU' MAG.A.SIN PROPJ:ilE'J\t\J.R~ GEORCtES JAAR 1 Escaladez lemonde! C'est facile. II vous suffit de telephoner a votre agent,,de,voyages Pan Am. Et de lui dire ce que \101'.!S voulez. ,~e ,vous-:,demandiez Miami ou Munich, Paris OU Papeete, New York OU New oelhi, Hilo OU Rio, Lonclres.ouRome, nous-ferons tout pour vous donner satisfaction. Harc~,que Pan Am peut vous etablir un billet a destination de n'importe quel pays. Du Nord au Sud de l'Est a l'Ouest ou autour du monde. Avec la compagnie aerienne la plus experimentee du monde. . , Nous nous oc::cuperons, de tous les details de . vf)t~ r~ge, , dul-cpmme~cem,ent a la fln.<~pu~ rett&Mronsh\ioS 1 chambres d 1 hOtel, conflrmeroM . vos locations de voiture, et nous vcius donnerons, toutes sortes de "twaux" pour reussir 'votre vo yage; Ou aller, Que voir, Que faire, Et comment le faire. Et ce n'est pas tout: Nous vous proposercins de partir pour les pays de reves. De partlciper a des.voyages organises a des prix eux-m~mes irreels. ~I vous suffit pour cela de telephoner a votre agent de voyages Pan Am~ ou de passer nous voi_r:. Cite de !'Exposition, Port-au-Prince, Haiti. Tel: 3200, 3451. Yous verrez, si jamais vous entrez dans notre bureau, indecis, vous en sortirez avec le•monde en t&te i.t lt llanl\m,myages.~. La compagnle,a6rlenmUa pl~& exp6rlm_antft dL1)11ond\l, u y u Pa• do regloo naturellt," JlOUVant ,determiner la ma11ier,, ltlments in ternationaux s'effectuent dRn,, cleli conditions suoceptlbles d, P_ermcttre nux deux partic~ dt• ltrer dt-1-H avnnta)Zf's di' l'opf•ra t1on. \ )

PAGE 5

llilBROPl>l 1g D,IIOlU(8RJI 19..., il~r qA,a /n '"''" au1ro)'Ot1rlurt! aw Jowr iI. ,rotn qn ..... .l . CNr• i;niHnt1t1<1 ~, vow troui,,.,.,.., /u JHr•JIWltiVH qw• tlOtU lqwol.ttla /11, awtree """~ clamain. 1/r,,/t nt. '.!I AVHIL : \U 21 MAI (TAU REAU): t. --~ rt J1 i1Hs affairc!-1 st• rant f&cilemcnt dominees mais d nutn,s non. l.n po,ition nctul'i lu do VC'nu~ sug-gl•re l'n bsenre do t, , nsion. ,!"in ver i"cffu1t nwximum 01-r ~inon ~-ous J!Uleriez l'enijemble du votre tabJt,au. In plupnrt du 1, , mps, Mnt prcvi20 FEVllH:R. AU 20 MAR.S abl,• si !'on q , ut biP11 Y r e i"I,; ( POISSUN::iJ: Ce que vous ferez chir . aujourd'hui nurn une g:rande in22 .JUJN AU 23 JUJLLET fluence sur l'nveuir. Si rnus i!tes (C:\NCF.H): E , ploi t cz un rton sirieux el constructif, V!JUB acce 011 1111 ,rns ~t t, mp -; . lls f~ront Jerez v'ls n!t's:liree coura-ntes ct diminuer In tcn,ion et convientrouverez vos tilches plue aim dront uux nctil' ; tes de In jour ;,ks. n~ c. Somenez . vous qu'en tout ln qunJiti• ",t ,upericuro i'l la qunnlile . 2-t .TUJLT . F.T All 23 AOUT (LJON): Si (JUPlqu'un \'OUS dn .;nit . ~nvrz 11~rt c111i('rr:n('nt. C!'Pll til ,\ son egard. De cette fe~on, \'OU . q \'"'111:l: f o, l1 f lPre1. j .. r. 1racte re ct l,viterez ii la ropl ure . 2-l AOUT AU ~a SEPTEM ERE (VIEilGFl: Si lout ne vs pns nu!;si bicn qu t ' o n s le vou dri t z.. r P.chtz ::;ou ft ' : er. It:. L emrc; de r e melt re en ph l' , le :• ;:,i on s s fnvnr1d1~1._•. (Ju• . ' rniuutf' nit sn Ytt l. . ur. ~z :-L it: ,otr fl n 1niahk fil: :u r. ,:-li t ~ !l o 'J~ ,. ,.. 11 , lrl ' nlu:-. l wu, p u ,: , , ) t r( J ) r r, hn i n . Votre : 1: tul ti 1 , n 1-, n 1 LV ;!.l NOVE:MI:i : E :.; ?I DF CE-r.ItrnE ( ~ \ 1;1TT,\ 1r:F.) : l'n "i'(nrl ("flf) l' f'!l l \' O 'I S f<'n l 11ht tr1• 10111 _ 1Jh , . , 1 '1 . . F: 11( 1 : 1 •: J. prn poc.l 1 i, , n ~ --:: r , ui \ .~:. 'f' r ,, n l f .,: rt )1 ,~ 1 ,1,,,11,nn ,:: q ui ~n :it d r. ri i•>rr. Le Ciment d'Baiti S.A. vend 1 Autobus Ford 1 Autobus Obevrolet 1 Bulldozer D4 l Camion benne Ford 800 Faire offr• sous pll cachete ll: CIMENT D'HAITI S.A . Box 1328 Port-au-Prince, Haiti. Le . mntllriel est visible sine de Fond-Mompln AHu a New York, Los Angeles, San Francisco, Madrid, Mexico ou ailleurs LA Dumini;o oil voun aUil' Z u1w bonne con-espondnnce avec la l'i\NAM cl 111 lBEitlA . I.A llUMJ N ICANA IJL AVIACION voue offre 61talement rl"11utn•, J".1 , sil,il't"' lo:', Mcrcrndia ut V c n d r c d I s avec la N()ftTJIEA:-1T All:Ll.'llcf::I Ii Mlnmi. p, , ur 1011 , . rcnu~igncnwnt• euppll,metrtnlrea, venlll,,z vaua drcHePr i, I'A N AM I, volrg A1,...,nt de Voy11.ae1 ou aax Bureaux d., In LHIMINJ<:ANA UE AVIACION, C11:e de l'Expo.ltton, ll1I fnc, d, .l ' Olfi c e NoLionnl du TonrlB1na Tel~hone 8277.lea 17 et 18 Dkembre 69 a 8.oo hen.res p.m. plus de 20 chants de Noel A 4 volx mb:tea : !'Ecole Normal• d'lnatitnteura l'Ecole Normale de Martie.ant Fr~ree du Sacr6-Coeur (direction : F. Raymond Barbe 1.c.) jeu sc6nique at danae 1 : le Coll,ge St. FranQOla . d' Auiae (direction: Mlle Vivlane Gauthier) mu1ique do Noel: •;, cGitanu decoro et costume. pr6par6e avec soin PRIX. D•ENTREE : 10 gourde,, 6 gourdes Jes billets sont en vante: au Secretariat du . Centre Cultural et da l'Eco le Normal• d'lnst. l•s place, sont L_WITlillllS I JOYEUX . NOBL I TllillPBO,Ci ~ 12,-t 17,, RIJ8' ' 1 80UX! 11 17 Le-:11Jus grand assortiement d'argcntcrie . . . . . . t' h r is t o f l e Couverts, menage:res, timbal:es, : converts pour be:he~ etc .... Pour. , toute~ les circonstances anniversaire8. bapteme&-, . . mariages. Rec.ettes Simp.JeB de Cuisine Haitienne par, NJNIOBE RIZ AU LAIT.Laver soi , ,;; nne'.le . Luisscr cuir~ /J. fen gneusement un quart llvre de riz, doux a11x s;,. Sucrer. Continuer Jes jeter dans trois quarts litre la ruis"on. Se s , i-t chaud ou fro : d de tait bou'1lalit et pari'Ume ii le avec une creme /J. son -.oiit. IA Lfor• d• C11i11• "• Nini.I&~ u v,rnrl dnr~ I011to lea /il,rairi•' DUBO DUBON DUBONNET (Suite .de la .Ure pace) \ . Noua avo_ns crn que , 1 , noaa , no,ua .. , ., conaerver dins no11 archlv~a. etlona mums comme l'a ecrit C'est la Que nous Jes av . ona relus, cc concitoycn, hrtllant intellec• l'autrc soir ce soir inoublia• tuel, ancien Pr6fet du Nord-Est hie ou nous avons appria la Que no4s nous etiona munia nouvelle... la trita nouvelle tl• d'un bouclier contrc !'lllljl!acable ta mort. . rlouli,ur , .. u .. ns la suile c'esl-:\.-dire c(Mais. voici que de nouveau. -aprcs 1943. tes fonctions de ce matin) l'anl:"olsse nous aerre C"!hef de Bureau et do Contro la gorge toujouts plus leur de., Offices d'Etat Civil ment. Le mal ~st done sans renous permirent de tc conna.11.1~ mode . 11 faut oouffrir dans ea J>ilsl<1uement, n la faveur de chair et dnns sa penaee.. quelquea visiteB au Departemcnt La meme lo! preelde aux "" d" la Juatice. Ce, jusqu'a , ce que clliationa de l'iime entrainee tour le Destin o0t d6cide de nous reu1,. tour von le plalslr ou la dounlr sons l'egide d'un Homme, leur. Et, malgre !l()n orgueil de d'un grand Homme d'Etat, nous -s'lnsurger contre l'un pour prnommons Son E:x;cellence l'Hono der l'autre. comme un fAtu de rable Doctcur Frs~is DuvaliE r l)aillc, elle tromble entre Jes rien VU& de !'aider dans l'accom reo et lea pleurs, sans l)ouvolr plisse-menl de sa baute mission, 'l)enetrer le sl'11s profond toujours savolr, l'nffrnnchiasement defini inaaisisseble de ce hallotemant tif dea mass:a rurales de lenr l~ des pauYre11 hnmaina a traver1 tat aeculaire de misere et d'ex oette vallee de Jannell que l'0n ploitatlon honususe. espero chaque jo 1 1r transformer En effet, dans la premiere en un sejour de .:ilenhaureux . .. > qulnzaine du mois de fevrier x x x 1968, nous fumes lnstrult de noDevant cet objet qu'II nous tre nomination comme membre faut pourtnnt designer par SOfl de la Commission Presldentielle noon. mal~re la cuisante doukur Agraire Permanente. qne sa seulc vue produit en nous Pou,;rons-nous jamala oublier et aue ce nom prnvoqnera sur cette periode de notre vie ? . .. nos levree tremblantes ; devant Oublieron, nous jamaia cea fa ton cercueU, cnfin, cher Andre. ~ons :id~oites que tu employa1s no111 sentons dnns notre esprit pour nous entrainer et nous enles souvenirs se bousculer,. tbousiasmer dans la buo~ne ? Personnellement, nous ne te x 11 11 ronnnlssions , pas encore, a l'epo Tu n'as pas ma.nyu6 de souliqur. oo, sous IE. titre : goer l'exi,tence de notre Commie DROIT PENAL, POLICE SCIENTIFIQUE ET RECIDI VISME !eune avocat rlu Barreau de Port-au-Prince, tu publials dans LA GAZETTE nu PA.LAIS des 1,airea combien lnter<"ssantes sur ce aui, alors, falsait l'objet do t.as etud(\. . C'etait en l'nnnee 104.'l : cl, nous-meme, nous ~1.lona, six ans eu paravnnt, de.iii ,etourn(J dans nolre patelin, ii la fin de nos etudcs unive.rsitaires. Sans doute, deja, la Penaee volt commenoo rc pays. Cels, tu ne vou\ais pu m.ou-• rir, Andre, suns l'nvoir dit vec insistnnce, . et d'une maniere et dans un style conforme A ton tempera'mment de r6volutlon naire duvalieriste integral C'est pourquol, tn a• ecrlt et tu nous a laisse, comme le chant du eygne, cLA REVOLUTION DU V ALIERISTE, . FACE A LA CONJONC TURE AGRA.IRE HAITIEN NE~ Tu J'aa ecrit _:_ pouvona-nous dire sous nos yeux, car au conrs des deplacements que nous faisions vers la province, pine d'une fois, dans Ia voitare, tu nvais sur Jes genoux de• pages du manuscrit dont tu t'occupale, crayon en main. Et pourtant, le ma! _qui de vait t ' emporter avait dejil com mence son oeuvre . .. Peu de jours, en effet, avnnt ce Mardi 11 Fevrier 1969, ou l'.nvion nous conduislt dans la Grand Anse encore chaz toi, nyant per du connaiosance, tu chancelns et tombas en tc heurtant durt• ment, snna doute, Ii la hnnche. Malgre !es conseils de ton m~e cin, tu fis avec nous le voyage de Port-nu-Prlnrc ii Jeremie. A .!'oremie, tonte 1.-i nult, chez 186 Daphnia, tu hurlas de dou lour. Et !us incapable, le lende main, de nous accompagner dans l'accomplissement de notrc mls nlon, n traven le, sections rum le, de la Pre,qu'lle. Noa vellei tcs, alors, de renseigller la Chof sur ton etat de Hnte furent promptement contrecarrea p:1r des raisonnements d!gnea d'un ooldnt nourri pnr un ment vrniment aans reserve. Qusnd, aprcs un oejour d'une semaine pres, nous regagrulmea la Cnpitule, tu pariu prendre ton caa nu slirleux. Or, tu ne voulus pas, pour autant, te rol)o ser. Ton Grand Ami le ,ut, un jour . . . Maia, ii etalt done trop ta.rd. I Et ton d~pilrt rap,dement ordonne par Lui veni lea Etnt1Unia et une intervention <1,e, 'meilleurs chirurgiens de ]'Illi nois, auront e~ vains, Sans doute, tu auras comm un repit. Ce ne fut qu'un renlt de• moina de six mois, apre,, ie quel, tu none a r6ww ce m,tin, lei, pour le dernler adieu ... Ob I II nou1 conte, tout de meme, de rempl!r juaqn'au bout notre devoir de porte parole. Nous te dirona ansai, malgre . nous, adieu... Adieu, frere, pre mnturement enleve ii !'affection des tieneQue la terre te 110it legere I Que ta Veuve eploree, que te, enfants affoles, tee pa et allies incon1olables, veuil Jent , recevoir, par notre organ•, Jes salutations des Membres de la . Com'Jnlssion Presidentlelle gra ire Permanente; que la couronne de fleura que nous allona placr sur tm cercueil ,oit l'ex pre ,. sion des profonde reveti de tea anciens collegul!II I Rodrigue D . MACAJOUX . P-nu Pee 9 12 69. LIBEZ cLE NOUVELLIS'rE, Le chronometre Girard Perregaux Haute . . Frequence , le plus precis . dumonde BRASSERIE DE LA COURONNE, S. A . En 1007, les chronometrea Gira~d-P . erregau~ Ji~te Frequence ont ohttJl.11 7J~/o de t.::i,a 1~:i bull6tffui marche d~lilm'. ~p~rl'.ObG6rvatolra chron-Jl\'i6trl~ll~ (ljt r ll'.l1,chl.\a, d.ans la catfi~brle ct.,o ;n.:,i,l1~s-~1aceJef etas• stques. Urie petfor.mance sem,.:iti,nnelle pulsque re ll see par des monfrf;; slr1c tement de a6rle. Chronom6tre Haute Freque.nce: . a 3600'.) alt .' h. auto ma$J~.e, caldndrlar. boitlar etanche i1 1"'~,retNe de_s pa.tn,a de mer, 39 rubis, avec g~rar.tli: de prect&fcfo au porter. '" 1 claealques et d'avant-garde en or 18 ct, '. , . plaqo6 et acler. * \ BIIYeatei: . . S .. . ,,.,•,t,,, . , , , ,. ',; ' J / { ~ J .. it t (J);i.)',i;/; UNE BOISSON ' SAINE AGREABLE FRUIT CHAMPAGNE . P A:MPLEMOU9.3E ORANGE CITRON LIMETTE RAISIN BANANA CERISE CREME DE CACAO

PAGE 6

PAGE 0 Beckett absent de la Revelations de la (!:l11llv) (::lulte) INSTANT•NBS ; LA nou'l ' ID ~ 1~L1ah J : ~ u1NcuE Jr.T LJIJ " OOTON ' ' ' ' .. , ; , ' Tu ~ i ' J b ' '' ' ,• ' ' _,. , Jt Jr ,, , g : n ' ; : L' Alleatline .{"": .. . : ,, ""'N~ . -'.-11,---VE.:..:......;..1~ , ~ ' .. , 1 n= _ = , E~:.-; .. , r---:L=-~.~tm:l~ia~ ~ _"l'.' ,. 1! ~NJ~ . ".'.", ~ , :1~ :!"" -~~ ,' .,.. _ .iii; ' ~i;~.~:~~ '.~': .. ''"''' do . :~~.,::..1:1'::rJ!"'~ t ,,1111• 1!11 1'11)Rln dua Conce1i. do :,1.,,•kh11l111, nhun,lommonl d6cor6o ,t,, ri.,ur, ,I. L,, pruf,n,011r Ult Von J~ulor. 1•n •,ld11111 au In tomlRtlon Nobel, 111'''"""1 I• JlWllll•r In p•rnl11, " 1t~lnlc'i lllll• h 1 11dnncu 1\ l'onJea .. v. do plun 1 1 11 plu, fl'-OtJIICHtl r11 f 11\''l111 do~ pr,,blOmon uxct'nl '"••IUl'Ht \ ' H :ln uo l'on 1wut dtt\'UA m i, J, ., foll duluctl V~• clu J11 poll ,,, !lu LOH Angt'l~K tU•dtlilrun~ 1111 du ,'6rur lu , lJjl OctolJl'o n,vuc Loa c111nlonn!'ur, •t' 1'101 ilJ0111:i11 J>o_llcjo1 ff , 1111I 01111110\nlun~ .B111: . 11 4 1 des'tll~Ni'n~•~ Commun11.~ 1 !du : ; l Aft111r~ . Hln!!inn. IIH 111,pt h l'llt J>Jateau Central nou 1 prlent ' d'•t nlnnl 'l\l 11110 Ju11nu fm11111u <\Ill n: tiror l'nttontl(,n du D6pnrtomenl vnlt (11/, lnlorrv11 1111r lo :;h6rl I daa 'l'ruvnux Public, ut du <111 Cu111t~ 111.,uHi11l11IL poul-fll.r1.• dott Fonds Routlor Pormunont HIil' lnfurntnllnns HUI' h, s muurl re" )u s , 11 pht H mnr,1ut \ ch~:r. lc11 tuur(!nh ~1"11 11t i( 1quus. I ouJuut H ~olc , >Jt Ju . C11Jilt11hw A II lqu.. sonuilrle do Tou11 rown, 1.,. d6t<,cl1 \'CH du Lo6 II• vorl;u~ ~o la rooolto \10 coton ~~~t•h• \!to~~:~~~t~,~ ~; 11 tt~l~-~~l 1 ,~;:: o1t,.. Solon lu grnnJ. 11uolldlci1 111\0rlent, coinpte ' tonu d• l'agrca' , A~ant que cloH hiitlmunln . ,lo impo16 aux , 68,;H 66069 ;,111ncl Dlhl Zcltung C?t iltnbllsee 110,1\' , po1m111lvlo pur eonLrc cunimerco n proiJUIH . ion nucl(,nlru •t 44068-A avec aleetlon de do mont, unique on Hon genre en Al In R, A. U. ot 101 uutrcs Etats pullllcnt litre J.'nbrtq 11 6i 011 s6ric, miclle , en son cabinet A Port , 'dlo 0 m 11 . xa,1 . ii oot,titn"~.r 11 111 ,~,uf~i:'i~tCT:ul~u r/' 0 ,nrrl Arabos, conclut le communlqul,, il a'aglt de mottro u l'ulisai un nu-Prince, demandeur . d'une part ' r611cteur 11t1suz grand pour 11ssuct 2o) la demo Jan Malett.e_nee L r..: p r 11ft1,ttollr l\'nl' Wnller, dl' 1 A, udumi1, clo:-1 Scit'nct,s, 11 fnit Le lundont1\i . n, Ila oxhminc'. r<'n' rnlt quc solont r~ml, on, 6tilt co,' . l,•. ,n:ilor jqdlciulro do Munson ul tnlns !f~n~ons, comJ?lc'ltomnt dc11pprlrCJ11t , 1 u 0 cct otrungo lndlvi torloNs pur plu,1es automnollnn~ ~i11uo 011 . bo , r cl 11 l'e . clu . cclt•AU FJL DES. JOURS ,fr In t cntnbilltc r{'un tel nnvlNorma :tlien Alme~ proprlet.lre, bre uartler de St Pauli, I~ Pil'e , , Sa jnugt, dcvrnH Mpaescr , lcs demourant et ddnilclllee 11. Port. ,:nlle nrubourge _ ois. zoo ; ooo tonnenux. au-Prince, ae trouvant actuelle' rJif ::u;ri!~~:e:~~tnl~tl~c:;: ' . (Suite) A remarqucr que !'Otto Hahn> ment aux Etata Unla d'Ameril'i•lo~• tlu pro[csHcur Murrny ~;, , J-Mnnu , lnur6nt du J)rli do I 'h,ni,111 .. , pour st•, contrlbtition, , d,•,, rtc• rclut.lves i'I Ci,M 1flcnt1un doR pnrticn\cs olcimen lnin•s 01 1\ luur interaction. En pr~sentnnt lcs laureata de Chnn i c, J c profcssour Arne Fred g-n, Li<' l'At"l.ufl!miC' do Sciences, a alfmn, qu,• le pro f esscur Odd l111,-, I td'\lslu) 1wait, en etu dia.nt It• C yclohcxnno ct scs dU nn ' s . po , e solidemunt lo . fonde11wn1 d'une chimic dynnmique i1 t roiH dim e nsions ct quc le pro f,ss,,ur Derek Bnrton (d" Lon .Jn•-l 11,nit lire de s conscquon ,.,. , 1wrti11rntcs pour un grnnd 1wmhrc Jc sy,~mes annuloire, ,,,mplexoa qui jouent un si g-ranrl r,,lc dnn~ la neturc.,i vn.llll' . JI rev1 unit nu profcsseur , Sven ( :11rd, de J'ln,titut Knrlinska l'honnour dt• ccl~brer lcs mcri tri-de ~ trois lnur t!'l de M6d<1\ 111P; I, ~ proft$:-;ur s o nml-ricnin.s .\lax Jl, l lrruck, Alrred J-lcrslwy , ~ t Snl \ 1uJ o r Durin qui, a-t-il nr l'irm~ . d oiv ont l'!J 'c consideres rn111'mc l e, fondntcurs de In Rio '."i:i~ M o lCruloire modorne. l'nrl an t do \'amvre du grnnd :olos,•nb, Sa muel Beckett, Je Doc 1, ur hurl Gieto\\ ' , Socretaire JIHJ)OIUtl de l'Aeodemic Suedoi se, n declare; ,Si \'on melange i11spirnt,011 \'ive Al Jogique stri~ : " onl o btint un paradoxe ou 1 ,, •n un irlandai s. Si c'est un ir land ai, c, n a le paradoxe par dC'sSlls l e marche. Il est merne a.-r;Y 0 que le prix Nobel de Lit Urature s oit partaJ:e. D'une cer ta i ne f ar;o n c'est ce qui s'est pas ~ C:• _ r-rtte annee, quend un seul et mcme prix a etc attribue 1l 1hi •eul h c ,mme, a deux Iangues et it unc troisiC'me n a tion, eJle-n1A 'me OivisCe. L e po i nt nucial de la concep 1 ' un du mo nae de Beckett, B .in ' or<' dit l'orat,iur, reside dan• la diffi•r e nce entre le pessimisma facile , q ui a pour limite l'in se sibilit~ d1t scepticisme, et celui que !'on acquiert cherement et qui cherd1e ii s'ap;pror'heide l'hommc• . dans sa misi,re la plus nue. Le profe,,eur Eric . Lunderg, de l 'A~a d t m i e de s Sci ences, s' est ,,nfin adr c sse aux Jaureats du nouveau prix de s Sciences E co , nomi(!U C'~. li::-s profes , eurs J. Tin ' 1,crgl'n I de La Haye) ct Rag-nar Frisrli (d'Oslo, nhsem pour rni '"' "n de ssllllf:-L Vou ~ . uvez fait 1 01. il d ,l, u , u v rc d e pionnierR dnn~ l'ernlutinn ' de l'E ro nomie Natio nnlr f•fl uno Scit'n C'e pr~ci~e 1nn~ I hi' mnl l 1 . 1u,-'n1onl l•t ,lfterminew q1Jnnl1I QU v , ! men1 Lu , . , n:moni(_• u pris fin p,~r 1'1 _", ~ cut i(,n di J'hymne nalionnl -.. 1ii'•d11i ~. I.:, p1upart des convivcs ,,111 ,~11!-illit, _. pri .... p or t fi un grund L ; 1 11qlJ' 't d e !JOO couvorb. :-,a Fet.e des dudiants en =Umolo2ie \.11 1, , lradiLi1iJ1!l1ll, d eg Ftu VanJll L ~ d'hlllflolo ,1,. 111 l!il,1,uthi , qui, 11 rn l 1onn ~ l' , t i . 111111 1 :, u H , ti lnurttnl. -rAux ;, , ; 1 'lw '-1 /1• \ ' 1 r11ln ~ di 1:, du tou ,I , I 111, i111i '.• 1111w tl. ruin11nle ck• l : ~ f\ 11d,a:1 ad,u l' l-1 1, Hhowu, al ciu uv11lt p1,ssli on pn&un ol duns los et . des 6tnbllss~ments penlt~ntlnll'e s . !.os tron~?ne los roaou ,.,i , rirs pl11 6 de In mollhi ,ICJ u 3r, tas son~ coux do Cltnlf!!$1; do Sa nnruies de 8011 existence. vnnottc, nvant de p~dro T~oLe O Novembre, ' neuf mcmbr<'H mondo et de,M~rmoitt, , entre 'lho de la fnmlllo de Munson ctnit,n\ mondo et Hmche, interl'ogos i\,Indcpendanc~, 11 qucl L'6tat de . ce~ troncons . est 1el que 200 kms 1\ ! 1 Est do Los Anr.-e ll ,.certalnce epoque_s do l'ann~e les, ou ils sont s ou~ Jes vcrruus, qu ti :fuut ur,.e dem1-journee pre, uccusce, uinsi quc lc111 cite!', de pour p~rcourtr les tronte et qucl vols d'uutof11obilcs. Ces interrogu ques kilometres entre le Barrage l<>ires ne donnent aucuu ri,sultat. de Piilib'Te (ou est en train qe Mais le 12 Novetnbre, _ un irid'I s'eriger la Centrale HydrosEtec, vidu arriite tlOUr vol a . Nl.circ , trique Dr. Francoie DUVALIER) unc petite ville s i tuee sur la di et le Chef-lieu du Plnteau Cen tc du Pacifiquc ii ,me \-inbrtaine trul. tie kilometres i\ l ' Ouest de Los Pour traverser Jo torrent d~ Angel e~ , donnnit ll lu police deg Cangne, se revele de toute urgen informntions nnuvellc s ~ur Chnr co la . construction d'un petit ll' s M nnson el su r Jp cu lte de s on pont, qui ne cot1terait que queJ/!'roupc . ques centaines de dollars si on Le lendcmain, 1~ Nov e mbr e , le constitunit avec des drains un homme dont le prisonnic1 in triples de 36 pouces de diame turro,s, , In vellle 11vnit donnuse nee Norma Bien x x x d~ntielle agraire . perman c ntc, ii lea r . attf1ca _ hons. de tels _ _nccords Aime, aux torts de cett.e derniequt le gouvemement du President t d d 1 U Ranovre 96 llcencie sans preavis son entraineur youaoslave DUV~LIER , ".ioi:i . t de faire des s on soum1ses a cs. ; a.is, n re; proponce la dissolution des ~ ~~ra1!les ' nat1onal!!B est deced. porte parole ~u mnustere J'.ede liens conjugaux exhitant entre le Jeu'di Decembre et'1e dimench: ral de I Educ.itwn et des flc(enles parties, ordonne la trallllCrip7 , ,sa _ftlle Mme Colette . B1 ' atouccs n, ccpi,nrln _ nl f~tt colll18Jtre tion du disp01itlf du jugemont D ~ue. de l~ls cco rd ~ pourrru <; nt sur lea registres do l'Officior de :Y imanche, jolie femme du etr~ pnss~s , _ llu~s . lcs r , r_o~h'.'m~ l'Etat Civil de I a t E t d HANOVRE (AFPJ L'entraineur yougoslave de l'e < ,uipe elleniande de Foe tl•ull Ha t~ovre . 96, Tschik Cnjko vs kt, n ete hcPn~,e rnns pree-\1:s mcrcredi par son Club. M. Alfred Strothe l'r~side!1t du Hnnovre 96 qui n'. ve1t fa1t cngnger Cajkovski ii y n _ deux ana, a cfonnc r-o demis Hon . Le contrnt cle l ' entrnincur you!tosl:ive venait seukment a cxptr~t10n le 30 juin l!l70. Caj J,ovsk1 ces~ero dis ' mi.intenant de . recevoir son sulnire qui s'elc \'mt a 10 . 000 DM 1 : ar mois . I.cs pourpnrl,•rs que Tsrhik au rait amorce avec le Club TSV 1860 Munich qui cherrhe artuelle '.nent un entrarr.cur seraicnt II \'o l'igine cle cettc ut'fnire qui trouvc ra ean:, doutc son e11ilo~n~ . de va~t unTribunal. En ~rrct, \'en trameur yougo~lave l !'intention d e confier ecH interets 11 nn A \'o ( l de Munich. xxx WASHINGTl (AFP) .. Le Depart cnt d'Etat s'est 1efuse mardi a tout commentairc conc e rnant la ossibilite cle vcn te des Etatsnis a Israel de In fusee Air-Sol IGHTY MOUSE. Le quotidien Egyp t ien AL Ahram aYait publie au debut de la semaine des photographies de cette fusee qui aurait He utilisee par des avions Isrealiens. contre des troupes Egyptiennes et le j ourna! cairote avait accuse Jes Etats-Ullis d'un crime internntio I1J1! en fournissant un tel arme ment a l'armee de l'air Israelien n c. Le jo11rn a l avait ajoute que Jc Gouvernement EGYPTIEN protesterait aupres de Ia comnus s ion des droi t s de l'hommc de L'O. N. U , et de In croix rouge . 1\1. Carl Bnrtch, p o rtr-parol e lre de 2,7 5 6 cm 985 n el~ utiliset durant In l!'llerrc d~ Carce. Au Vletn"m, ello l--quip, dcs helicopteres ct la plupart des ovions de I' Air Force et de la nn vy . Ell _ e peu t etre dotee d'ogiVl'S, pour tirs de phosphorc blanc ou bi cn coinmc nrme anti-'I) C'r sound le capable d'arroscr un SVI. IC XX VlOLENT DUEL D'ARTILLERIE ISRAELO SYRIEN DAMAS (AFP) Radio DamRs, interrompalll son progrnmme habituel, a nn• nonce qu'un violent duel de cn non, Go\ch11rs oppose , Jes forces syriennes et lsralillennes, sur uno grande portio du sectcur Nord du Front, depuis 14 h. 16 ( 12 h. 15 gmt . ) Ce duel d'artlllerie fait suite nu . tir de, soldats syriens de pre miilre ligne sur de, elements du genie israe!iens qui nveient ten te de reprendre des trevau.x de fortification• dans le secteur. Selon un port.e parole milltai re syrien, c',te . pnr Radio-Damns, los tirs de canons de chara de poursuivaient au moment de In diffusion de la nouvelle. J<;une et bri).lant aeu!p~i.tr Rene mms, leR n!!g-oc,u\.tons )lrehmmn1 p tp . a d~ ton, 8 e Dimanche a mis au monde , u .5 n re's nynnl d~i,, abouti dnns uni, t 0 : ~uri~; t . 1 qu un ox •!ll l'epres midi i, J'Asil e . i~antni~ lar11:e mesurc: _ rat,t. u pr . Jugement_ ~era son second cnfant, une ravissanC'est done ovec 1111 retard de l~~e!e dans I un des . quot1d1el'_s to fille. Le bebe qui a r~u 1 _ quelques mois quc !' s ed1tant a la Cap_lta!e. sou, pe,. pr~non_i de Michaella pesei~ pourra . entreprendre !es trnnA• ne d~ dom~agts mtercts cnvcrs hut_t •hvrea , et un quart en ports prrvus de minernis de fer. les uera s !1 . echet; comn_ie1 na1ssant. Laine, un gar~on s'~Jl L'utilisation 011 nnvir c r>n tant pour sa stgntftcation l'hu[5111er Pelle Rene Dimanche Jr. ' 111ic mil',~rnlis r r cnlrn ,lcH ports Albert Hall du Tribunal, co'm Nous adreaaons noe plu s vifs d'u r.orcl de la ScnncliMvie et rlcR pensc !es depens en rabon rlo In compliments aux houreux pare'Il~ , ports allem n nds, 111 prochainc cw qunli~ des parties. M. ct Mme Rene Dimanche nux pe . du pro1na1,1~y exn( , cinwntnl, Cct avis eat donne on confor grnnds pare.ts, le grand sculpcloit perm c ttre 'J,:,.ri,rlu : rc de moi mite de !'article 296, 2cme alln6a 1n!~~ t~~fu;; ~i!rt~:ii;~; n~"s/~~~';: f•~rJo'::a~~P~~ei~~:nci~~., {;1i~ VO!ux u Miehael]e, tent qctucll e mi,nt i1 qudq11e Tr. 1101 Civil de Port-au-Prince, , en i;~~t~.saison esl aux sci•uc, de nn millions de DM n111 d~t:u~~c!. ?.,oc;;ui;:c.,~::~ 1969 pest a,insi que Jes vitrines exInstantanes Aurclien C. JEANTY tencures d <' Ju Galerie Nader mo11 1:A SOWDA!.UTE Avocat. trent des scenes de nativit6 de R CHRETIENNE DAI\::, !-,\ ~!~:~gri~t;wr,ng:ti:utec:;1~;: XcQ:~~llE~nlendu 1rnrlcr de \'As ~esse de requiem Ros~ Marie Desruisseaux, Ernst A II fmi J.,ou1zor, Hector Jerome; Savnin; socintion LA ~O L JDA'RJTE pOUr ~aS r Valcin, FEiix Jean e t Bi e n Aim e CHRETIENNE, c ell e grand c! 1:!ylvain. <>euvre humanitail'e qui fail , x x x ,ant de bien dans la paruis se POUR LE BAL BLANC de St, Gerard et merit e !'aid , DE LA LIGUE CONT RE t la comJ)rehenshn de taus. LE CANCER Elle entre cettc s em.i ine dans ... Le Tout Port-au-Princc S<' pri, sa . Xe annee et m a rquera r et pare a aller au Bal Blanc St. Gerard .. i:1~!r~~i~~tj~u~e:sa ~~~i::1ti: ; MlteniG:~ri~~t~ARF ' ~ " . i."~t s~fi~ Fermeure des SHUfA-81'iUPA ct Les Diffici!\ ~~ : l~ct:o~: bureaux et des cours Jes. Les cartes SC vendent bien. cours benevole d'arr.i s oc m~dcde l'lnstitut Les gens ne s'arretcnt pas de , pnsser au Sans Souci pour faire dns, d'infirmieres; Fran~ais leurs reservations de tables. Les co~~lt~~io~es"tr\;i~1;~!eo;~al ~= Les usagers du. b"!"au de pret cadeaux continucnt "d'effluer pour soins m, _ ,,J;~_n,_1x_ nu Hnefire des . ladeBsl.,bml1'ooythe~ s n anddetol , ';'11 su11ts eFrat dne enrichir le bazar de la chonce. La petits de~herites clu sort . des re, _ e q. e. ru,., ut . rafle de la voiture ,DATSUN a gions du Carrefour Feuille, Bail ~a1s, son~ aVISes qu~ les services suscite beaucoup d'interet. lergeau, Sanatorium , :Vic,rne ,\ e de. I Inst1tut }!'ran~ats ~sero_nt .ferII en reste tres peu de billets . I 'Hopitnl, Piemont; mes eu Pl:1-bhc du l I Decem br~ Les dames du Comite d'or20 i un centre cle nutrition qui au 5 Janvier exclus. ~:~t:~~: ~~nt~~•~e;etc c 1 :~egia;~ aliment e rhacjue jour une cin_ Les cour~ _ cesaeront dans !e s des maisons decommen-.,sont ,1,. , ~~:;,,\11,in e d'enfant s rfes deux :':,~~~e: {~~~ti;n:r qufe c:~\~~sli~~ plus fru.-lueux . 3o) un centre de for , ration pro de !'Education Nntionale pour NOS Vl'''JTExURXS x fossionr .. , ile pour le s a , ! nlcsc~nt s l'en ,e ignement superieur . .:, Nos. mcille111s voeux de lohi: gnles Enclosure : Infinite Baffle Woofer : 16" 2 Mid-range de 5" Horn twee1cr 2 Super Horn Twe e ter Jmput 80 Watts A,sP-nt excluslf : CONTINEN'l'AL TRADING Phone : 2 ()148 ''I I I I II II II II Ill II I II II llt1tllt1tllt1tlllt1"1tlllltllllt1111tlllllllh'1 ULIENCRAAN .\ 'T~n 1,~ ,Christophl~ & Rue 6 Inaugure en Janvier proch::tin, les Cours suivants : Stenographie Fran\'.ais GREGG Dactylographie Bilingu Comptabili:e Americ~ine Un Coms Intensif de 0, et un Oours Semi-Inten bre. Inscriptions .. ~ous les L'entretien que 'MM. N;colns Podgorny, Leonid Brejnev et lexis Kossyguine ont mercredi matin ovee la delegation de la R. A. U., conduite par M. nouar Sedate, s'est deroule dana une ambiance d'amitie et d'en tiere compression mutuelle, dccle re un communiqu 0 diffu,e par l'Agence Tass , I] a ete constate avec satis faction que !es relations entre Jes deux PRY-• 6vo!uent favora blement et qu'ils ont decide de poursuivre une eiroite collabora tion dens tou~ Jes domalnes, inMme Cecile Desautel s est lu mere •I~ Mme Francaise Desau tels Latortu e , jo\ie femme de no tre compatriote et ami, M. Paul Lutortue. Cecile ct Annette sont venu, •s voir l e ur ravissnnte. petite fille ct pcti le nie('c Johanne Latortue, nee i., 2 Mai 1969 ii. Sainte . Hyacinthe. Elles sont nrrivees dimanche upres midi p a r le Vol d'Air Fran ce venant de . Miami. Nous \ c ur souhaitons ln bienVenue. AU CAPITOL Aujourd'hui Mercredi 10 Decembre 1969 -a 6 Hres et 8 Hres 30 Raspoutine Le Moine Fou En 'technicolor. Avec Christopher IJiee et Barbara Shelley. Entrte Gdes 2.50 et ; ~-00 '!J. ~CLASSE I ATIONALE 144() lJs1ANGune nouvelle crclstlon Rl)llmer de bon alof, mouvement autometlque de preclal90 avec Indication de le date, 100'!6 cltenohe, botte an a'illll' lnoxydable satift,48 at polle ' R.R. CARLSTilOEM AGENT OFFICIEL