Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text
QUOTIDIEN

LE PLUS ANCIEN D'HAITI

FONDE

EN 1806

Directeur et Rédacteur en Chef :
LUCIEN MONTAS

Administrateur : Mme MAX CHAUVET





Q

MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE





ADRESSE :

Se

RUE DU CENTRE
No. (212 “s



PORT-AU-PRINCE (HAITI)

PHONDS : 2282 — 2482 —
BOITE POSTAI E : 1816 ©





.






Vo 7 RK?

oe



Au compte gouttes

Par Kaponiond Philectéte
KL QUIESCAT

ce
Phoaytise Suere-Coew de Trer-
yeau, unc Messe porr le re-
ve dtas Chau:

in chante, verti, ot

Pos be Hee

eel

bmourvanute, « combren

De peltta souvenirs
fait sxucpace, et das
shots se ront morallea. .

Nutirellement,

lla laisae tant de regrets!

Vow la chronique,
doerdinaie, petite Chino,
de joyensetesr —- pota la pre-
miere fois, peut-étre, depuis
fa publication d'eau Compte
(routtess, pecria d'une plume
nu orexerrvou de larmex et de
chaque mof, que je
vendrats tellement gai, e-
rraxe dds win gorge, connne
ee mais anere.
co que dun
voriud peut fatre wee

ont
rate

— dont

sata @!

Vaopec-iots

hiaomoane

dosadante, une toudroyante
‘ uuvedlie ?
Mao Chanret cst mort.
Dire que, vaila dex mois
petais done ae fe erotre sort:
pret!

Je le recvons.

fi avar te senw de Famitic,
du pardon, une claire viston
de da re, une conception

provestienne de Ceprenve, ane
faculle Qendarmay, sous Pon
ne sect quellas passes imague-

frques, dex hares les plus
fOHACER,

de le revois.

Oh ! eeite fagon de cots ac

encillivt.. et de quel air bon
entant do uvapprenait, eu jril
let, qu'un intellectrwel, recem-
ment reni de Washington, et
fervent lectenr d’sAu Comp-
te-froultess, brilait de me
Conn aGtrEe,

J indiquai mon adresse,

Chose triste

Dis neimuter ne sétarent
ecoulees quune maudite ine
diaposdtiom, je me souriens de

quand, une samedi matin,
clovart notre Directeur sicr
deus buredisr anu +Nouvel-
liste»,

On ve se doutatt pas an:
cetall ubeucuis wiytie. a

Et comment, pour ma part,

ue ome fuseé-je pas trampe
sav ron efat de santé?
C'est que, tres pew de

tempa apres, maigre Cavis de
ron medecin qui tut prereri-
cit nu repos prolongé a UHo-
pukal Canape Vert, notre Con-
frere saifelait de plus belle
a la bexogue, recevait de fre.
quentex — pintter, courait dn
directorial a Pateher..
fl aimatt xe dépenser, ayant
com yuk, conte Goathe das
ale Chercheur de trenore, la
poor dex penibles journees.
Hfosaenrd feniy bon dank ce

care

mitre epuinanut oa, pour fat
front ans peliter gloaen
rongenuscen, a faudrait avoir,
comment divain-je 7 fe
falite dex lewmcocyten.
lie aed

nian

re
me

porrudtiaae pan
Avante extel tombe en pler-
fuiche, laimmeant dana le
mortier von ardente truelle,
Mace Chaneet v'ent plus.
Alain son journal le no-
fre Len cylin-
dren Temph, qui brovent
tout, Canrout aaauremoent 6.
pargnue.
Annuréntcent.
Vaitlourn,
nont bellen.
Cent, qui prend cowrayet-
nement fon réenen, notre dy-
namique Redacteur en Chef,
Mo Lucien Montaa
tin dont, Camitié pour les
jeuner vocations na pas de
porte enticbaillée !
ier qui wattache au «Nouw-
vellintes comine @ Row clgare
charchilien!

ne

— nerpiere
dit

fen promrenKen



A DAMIEN

Ibon ete inaaguré hier matin &
Damien on Cours d'Bté d'une du
ree d'un mei & Vintention Yun
proupe dtustiutcurs et d'Tnspec
teurs d’Eeutos Rurales.

Les Cours sont dispenses ae
siege de VEcole Normale Rurale
de Damien.

TY

Championnat de
Tennis double
COUPE sOVALYINE»

| ; vober urlatroen

Repréesentant. Robert Cur ¢
I’Equipe Baker Baker (Ger

cle Bellevue) bat VEquipe Bogat
Edouard (BE. Lb.) 6-4; 6-4;

FINALE L’ Equipe Baker
Baker (Cercle Bellevue) hat VE
quipe Etienne — Mathon — Ten
nix Club de Port-au-Prince : 6-1;
10-12; 6-3;

Nous rappelons aux ameteurs
du TENNIS que les, 4, 5 et 6
Septembre our les courte de Cer
ele Bellevue vous aurez ic plaisir
dassister Aux exhibitions suivan

tes

COMPTON RUSSEL. Cham
i de Ia Jamaique categorie
19 ans contre W. Phipps ~~ ain

athon -- J. Etienne jr. en 81D
es et doubles. Prix = Entrée Gé
nérale : $ 1.00 trois _Matches
% 2.00.— Enfants de 6 & 12 ans
entrée générale $ 60 cts. trois

1.00, .
matcher ENNE, PROMOTOR.

vouement, desprit

—| Ala Mémoire de

notre repretté
Max Chauvet

Ceo matin, a fo h 80, de nem -
breux parents et amis, dea colla-
Inborateurs du Nouvelliste, des
membres de la Direction,de Ad

ninistraionde Ia rédaction et des
ateliers au Nouvelliste, des con-
freres ont assist¢ a lu messe of-
ferte, en UEghise du Sacre-Cocur,
aia mémotre de notre trés
grette Mnx Chauvet.

_ Co fut une c¢mouvante ‘mani -
festation de sympathie a Ven -
droit de la famille Chauvet, un
eloquent téemoignage qui tra-
duit les regrets unanimes lais-
ses par celui qui dirigea notre
maison avec tant d’amour, de dé
de sacrifice.
A lissue de le cérémonie, nom-

re-

breux ont tg ceux qui allérent. |

en compagnie des parents eg al-
lies,

se recueillir sur in tombe
fraichement, fermee de notre inou,
bliable Directeur Max Chauvet.



La St Lowis
a Mirebalais

Hier, Aout, raiment lua
fete de St Louis, Roi de France,
patgon de diverses villes d'Haiti.
Mest en uffet, sous ce vocable
que sont places notamment Quar
tir Morin, dans te Département
duo Nard, St) Louts du Nord,
dans le Departement dy Nord -
Quest, Mirebalais, dans le -Dépar

any,
an



tement de l'Ouest, Pointe a
Raquettes, deuxieme agylo-
meration de lie de la Gonn-
ve, Jérémie, Chef- Heu de lAr-

trondissement de la Grand’Anse,
les Abricots, commune de la
Grand’Anse et St Louis du Sud,
dans f/Arrondissement d’Aquin.
Cette dernicre ville, fondée dans
la premiere moitie du XVIle sié
cle, serait la plus ancienne ville
d@Haiti eonsacrée aA St Louis
des Francais, bien que St Louis
du Nord disputerait cette pri
mauté,

Cette fete patronale, qui est
aussi, celle de la chapelle octogé-
naire de Sy Lovis de Tur sau, |
PSTt au Prince, a été célébrée a-
vec éclat en son jour d’incidence
dans ces diverses paroisses. A
Mirebalais, les festivités avaient
commence depuis le dimanche ect
le Député de la circonscription,
Mme Max Adolphe. née Rosalie

Bosquet. n‘avait rien négligé
pour le maximum de. solennité.



Cuba et Pexpulsion
de ses 2 Diplomates

LA HAVANE (AFP)

Cubaoa dementi aujourd'hui
que deux de ses fonelionnaires
aux Nations Unies fussent inter
venus dans les affaires intérien
res et la securite deg Etats U-
nis.

Granma, organe officiel da
Parti Communiste cuhain, cose

mentant da orécente expulsion des
Etats Unis de deux Diplomates
cubains avaux Nations Unies, qua
fifie Vinerdent de nouvelle et gros

siere provocation lancée contre
Cuba par le FBP et la CYA.
Granma precise que Cuba es’
partisan duo transfert de VONE
duns uno autee pays que les le.
tatu Unis ef ne porte aucun in-
térét au maintien de cette Tnsti-
tution n New York pour réalise -

des achisrfes

Ture

sippasees despion-

J4dome ANNHE

LUNDI 26, MARDI 26 AOUT 1969



Hier soir a PInstitut
Haitiano - Américain

Un public assez nombreux a
vail répondu hier soir d invita
tion duo Direeleur de Uinstitut
Haitiano - Américain et x godte
le spectacle cinématographique
sur le Jazz Américain qui fut of
fert.

Les principaux orchestres du
Sud des Etats Unis qui ont pur
licipé au dernier festival de Jazz
de Newport ont été montrés sur
Yécran et lauditoire a bien ap-
plaudi leurs exécutions.



Chez Mme Fortuné
.L: Bogat
Notre distingug collaborateur
Fortuné L. Bogat et sa fille Gln-
dys Bogat Monnier ont offert
sumedi soir en leur coquette ré-

sidence de Montana une trés
charmante réception.
Elle s’est déroulée dans une

atmosphere empreinte de cordia
lie,

les invites parmi lesquels on
y remarquait plusieurs diploma-
tes dont l'Ambassadeur*dea B. -

tats Unis et Madame Claude
Ross,’Ambassadeur du Libéria
Mr Charles Snetter, ?Ambas.-

sadeur et de Mme Hyppolite, des
comnergants et industriels, de
hauts fonctionnaires “du -gouver-
nement de la République et quel
ques journalistes.

Ce fut un Cocktail Buffet par
ticuliérement réussi qui réunis -
sait des gens extrémement sym
pahiques autour de Fortuné Bo
gat et sa gentille fille qui se
sont révélés de trés charmans
amphitryons.

Aussi, les invités restérent -
ils assez tard dans ce cadre ori
vinal o autour de la piscine
et au milieu des jardins fleuris
ils passérent des moment par-
culierement agréables.



A Vinstitut Haitiano-
Américain
C’est le samedi 30 Aott & 6:00

p.m. qu’aura heu a l'Institut Hai
tiano - Américain la Cérémome

de Remise de Diplémes aux lau.

réuts de la. Promotion: 1966-1969-
de l'Institut des Hautes Etude.
Commerciales et Economiques.
Il sera également procédé a la
remise de certificats aux profes
sionnels qui ont suivi les cours
intensifs de Statistique et de Ma

thématiques (Novembre 1968 —-
Mai 1969).
Certaines entreprises indus-

trielles et commerciales, des ser
viees culturels d’ambassades ac-
créeditées en Haiti et quelques
personnalites ont déja fait par-
venir des prix d’encouragement
a’ ces dignes échantillons de Vin
telligentzia haitienne. -

Autour de la démission de
on Kapwewe o

Sim
— 3

oN
4

LUSAKA AFP

(De Jacques Abelous)

La démission du Vice Prési -
dent zambien Simon Kapwewe,
condidéré dans toute Afrique
comme Vhomme fort du régime
de Lusaka, est le résultat d’un
profond malaise. a la fois politi
que ect tribal qui s’était manifes-
té au moment des derniéres élec
tions générales en \décembre
1968. /

Sur le plan politique Simon
Kapwewe, l’un des héros de l’in-
dépendance zambienne, a été accu
sé par ses ennemis dé briguer
la présidence et la place du Dr.
Kenneth Kaunda, son ami per-
sonnel depuis plus de 19 ans,
son compagnon d’armes contre
Yoceupant britannique de 1954



MARIAGE

Le sumedi 23 Aodt dernier,
eut lieu en VEglise St Yves, de
lu 2@me Cité de St Martin, la
cérémonie du ‘mariage de Mr Jn-
Claude C. Sanon et de la char -
mante “Hermine Hyppolite.

Le distingug couple a été con
duit a Vautel par Mile Alceste
Albert et Me. A. Champagiie.
Avant la cérémonie religieuse,
une gentille réception réunissait
les parents et amis des conjoints
dans les salons de Mr et Mme
Lue Blain 4 Delmas.

C’est dans les hauteurs de
Kenscoff que se rendirent en -
suite les nouveaux mariés pour
‘y couler luer Iune de miel.

Nous formuions nos meilleurs
voeux de bonheur et de parfai-
te union & Hermine et & Jean -
Claude.



Un grand succes
du Capitol

Signalant les productions ci-
nematographiques de qualité, il
nous plait de porter Vaccent sur
le film qui depuis dimanche pas-
sxe au Capitol. C’est le film rus-
se «Anna Karenines, d’aprés le
célébre roman de Tolstoi. Quali-
tés techniques, intéré, du dra -
me, tout contribue a assurer le
succes de ce film qui est réelle-
inent, un grand suecés de la sai-

son.



Nombreuses bourses accordées 2 PInstitut
Lope de Vega

Liexecellent Listitut — d’Etuces
Jlispaniques Lupe ce Vega
est si utile a notre communauté,
particulidrement =a la jeunesse
hnitienne, vicnt daceorder — plu-
sicurs bourses & quelques uns
de ses étudiants les plus méri-
tants. Le dirceteur de l'Institut,
notre excellent ami et collabora-
teur le Dr Louis Lamothe a ob-
tenu le congours notamment des
Gouvernements espagnol, — brési-
lien, guatémaltéque, péravien, he
livien, mexicain et portorictin.
Voici la liste des béenéfictaires de



Une nouvelle piece de Mona Guérin

Les trois mousquetaires étaient quatre

CINQ CHERIS sont six: Laila
Eddy Garnier, Fritz Carion,

Louis. Six que vous aurez occasion d’applaudir

tembre a l’Auditorium de [’Ina



... Sur cette photo LES
Berthold, Marie- Pia Wagner,
Rosette Lescot, Dany Pierre-
le 4 sep-
tutut Frangais, car les CINQ

CHERIS est une nouvelle comédie de Mona Guérin.





cette politique qui continue de con

qui tributions 4 ia formation de nos cu

dres que poursuil MInstitut

pe de Vega :

Lo

BOURSES ACCORDELES A
LINSTITUT LOPE DE
VEGA

Ces bourses comportent Vense:
enement -— fa nourriture -— le to
gement et les soing médicaux.

a) BRESIL : deux hourses ic
cordées & Jeanne Gonel et Made-
moiselle Vibert pour étudier te
Nursing & Rio de Janciro.

b) PEROU deux bourses a:
cordées & Marie Carmel Lacossa
de et Michele Denis. Ces deux
bourses ont été accordées par l'ac
tuel Président du Pérou le Géné
ral de Division Juan Velasco Al
varado pour le Nursing.

c) PORTO RICO : deux bour
ses pour étudier les Lettres, béné

ficiaire Maurice Tovar Junior
GUATEMALA Yoléne Ca-

bral et Gracitte Apollon, bourses
accordées par le Département de
la Santé Publique de Guatémata
pour étudier le Nursing.

ESPAGNE Une bourse pour
¢ludier les Sciences Economique.
benéficiaire Raymond Myrthil.

BOLIVIE
lV Agriculture
Paul Lameule.

MEXIQUE ieux bourses
pour PAcaceaic Miltaire, bour
ses accordées par Ventremise de
VAmbassade au Mexique.

{

Par ailleurs, ics
fin détudes hispaniques, — exe-
mens comprenant la langue cs-
pagnole — la littérature espagno
le — la Mctrique espagrnole -—
Littérature Hispano - 4 méricai-
ne, viennent W@avoir liew f VIns
titut Lope de Vega.

Une bourse
pence ficlaire

pour
Jv.

examens = de

Les étudiants n'ont pas élé in
terrogés sur ia matiére «Connais
sanee de Uhepagnes dispensée
par le Secrctaive de YAmbassa-
de d’Espagne, Monsieur Favier
Manso de Luniza. Cet examen
aura lieu Van prochain. M. Ja-
vier Manso de Luniga a pronon-
cé en tout Luv conférences sur Ics
divers aspeccs de l’Espagne il se
propose de poursuivre la série de
ses conférenccs a partir d’Octa
bre.

. Les ‘deux iauréats sont Ma
dame Claude Auguste et Jose M.
Perpignan. .

a ' 1064, date ot l'ancienne
colonie obtient son indépendance
de’ Londres. :

On «a reproché aussi a cet
homme maigre, de haute taille

de jouer la cearte chinoise»> et de
vouloir faire de lu Zambie un
bagtion africain de la Chine com
ministe.

Simon Kapwewe a ignoré ces
deux accusations “Avec une hau
teur qui n'a fait qu’accroitre
Vantipathie profonde que nourrit
a son égard Jatle modérée du
gouvernement dy Dr. Kaunda.
L'antagonisme tribal a des ra -
cines beaucoup plus profondes.

On compte en Zambie, entre
le ‘Congo au nord et le Zambie
dy sud, pres de quatre vingts
tribus qui coexistent tant bien
que mal malgré Vappel a lunité
du. slogan national une Zambie,

ung nation.
Ce slogan a étg lancé par le
Présdent Kaunda Jui - méme



Communiqué

Le Département de |’Intérieur
et de la Defense Nationale porte
4 la connaissance de tous ceux
que la question intéresse que le
lundi 25 Aodit 1969 entre 6 heures
du matin et 12 heures’ de
V'aprés-midi une batterie de la
Garde Présidentielle montée sur
une unité des: Garde-Cétes d’Haiti
effectuera un tir d‘entrainement
aux mitrailleuses 20 mm et anx
canons 40 mm 4 l’endroit situé
entre les 180 40’ - 180 42’ -
latitude Nord et 720 87’.- 720
40 longitude Ouest, soit les ré-
gions comprises entre Lamentin
et (a-Ira.. Des manoeuvres
semblables seront reprises le
Mardi-26 et le Mercredi*27 par
les batteries de la Garde Prési-
dentielle dans la zone comprise
entre St. Mare et Areahaie.

En conséquence l’accés & tous
les bateaux est interdit dans un
rayon de quinze kilométres au
large de la céte affectée a ces
manoeuvres, aux dates et heures
ci-dessus mentionnées.

Port-au-Prince le 22 Aotit 1969
DR. AURELE A. JOSEPH

Secrétaire d’Etat de l'Intérieur
et de la Défense Nationale.



Mariage Haitiamno -
Guyannais

In l'Eglise Baptiste, de la
Rue Simon Bolivar, ci-devant de
ln Réunion, a étg célébre solen-
nellement le mariage de Mlle
Mona Georges,fille de l’Ingénieur

Gaston Georges et de Mada-
me née Angéle Paultre avec
M. Mashud [HANIFF, indo-gu-

yanais, de Bartica, Guyana (ex-
Guyane Anglaise) fils de M. et
Mine Mohamed Haniff.

Les deux jeunes gens se sont
rencontrégs en Angleterre, y étu
diant tous les deux et y poursui-
vant leur spécialisation a )'Uni
versité: Vépouse parle d’ailleurs
trois lungus & In perfection, le
francais, Vespagnol ct anglais

Le sympathique couple a été
conduit a l’autel par le Colonel
Gaston Georges, pére de la ma-
riée et Mlle Evelyne (ieorges
socur de Pépouse.

Prés de dix pasteurs s’étaient
reunis, purmi lesquels Ie Pasteur
Hector Paultre, oncle de la ma-
rice, pour lever les mains sur les
conjoints ey appeler les bénédic
tions du Trés Haut, sur leurs te-
tes, sur leur nouvelle famille et

sur leur future progéniture. Le
choeur du temple débordait de
fleurs. De trés beaux chants ont

marqué les différentes phases de

Vedifiante cerémonie religieuse.
De nombreux amis et parents
y ont assisté et ont. présente
leurs voeux de bonheur, aux -
quels nous joignons volontiers

les nétres, nux jeunes époux qui
sont partis peur Ia Guyana. a -
vant d’aller terminer leurs étu -
des en Angleterre.



KN

COUPE DU MONDE

qui. a estimé, dés son accession
au pouvoir, que le seul moyen

de remédier &-ce morcellement tri’

bal’ était de créer & tout prix le

sentiment d’une/unitg nationale
au sein de’ la Hopulation zam -
bienne.

La politique’ du Dr Kaunda,
politique équilibrée d’un homme
qui croit profondément aux va-
leurs humanistes — a _ réussi
dans la mesure ow elle a suppri
mé les antagonistes de villages.

Mais elle n’a pas réussi a sup
primer les profondes divergen -
ces et jalousies- souvent vio-
lentes — qui subsistent entre
les grandes tribus traditionnelle-



ment rivales les Bemba au
nord la tribu de Simon
Kapwewe, — les Lozi et les
Tonga au sud.

xx x

LUSAKA (AFP)

Le Président Kenneth Kaunda

a annoncé lundi soir qu'il avail.’

décrété Vétat d’urgence en Zair-
bie. Cette décision ua
été prise 4 la suite de la dé.
mission du Vice - Président Si-
mon Kapwewe.

xxx

LUSAKA (AFP)
N
Le Président de la Zambie, M
Kenneth Kaunda, a annencé lun
di soir sa décision de dissoudre
le Comité Central du Parti Gou-
vernemental, ’UNIP (Parti de
V’'Indépendauce Nationale Um.
fié), et de emplacer par un
Comité Extcutif Provisvire..
xxx

LUSAKA (AFF) .

..&Un changement est absolu-
ment nécessairc, nous ~ voulons
Survivre, a déclaré lund: soir le
Président Kaunda, dans son ai.v
cution Radio - Telévisée. Depnis
Pélection (acux ans auparavani}
du Comité Ocntral que je viens
de dissoudre, a-t-il dit, la Nation
a assisté a un étrangl phénomé
ne sur la scene politique de no-
tre pays. L’eguisme et dans cer
tains cas un manque total de
seng des responsabilités et des
devoirs, a ln iois comme leaders
et militants, a paralysé nos ef-
forts pour renforeer Vunité dex
Zambienr.



Plam pour tum
atterrissage sar
Mars

TOKIO (AFP)

Un plan pour Vatterrissage eu
douceur a iat surface de la plane
te Mars a fait lundi lobjet d'un
expos¢ du Dr Wilson, de ta Nu
sa, au Symposium International
sur la Technologie et la science:
de Vespace qui se tient & Tokyc

Ce plan prevoit Vutilisation 1
multanée de parachutes et de ré
tro - fusécs, alors que les pro-
jets précéacnts nenvisageaien
que Vutilisauion de parachutes,
compte tenu de ce que Von sai
de Ja faible pesanteur — existuint
sur la plane rouge, ulors esti-
mée a environ 100 miliars ,soi!
le dixiéme de celle de Ja terre.

C’est & partir des information-
recueillies il y a quatre ans par
Mariner 1V, qui ont monlié que
ln pesantcur martienne n’est qu'
environ 8 millibars, soit moins
d'un centicme de la pesanteur
terretre, que le recours & des ré
tro - fusées pour freer une
chule trop rapide « été envisage.

Le Dr Wilson a en outre égn
lement annoncé que les Etats-U
nis enverront deux nouveaux Ma
riner autuur de Mars, dans le
courant de 1y/1. C’est en 1978,
que, en application-du progran-
me Viking, deux sondes — seront
envoyées vers Mars. L’une sera
mise en orbite autour de la pla-
nete, autre atterrira en dot-
ceur et proctdera par télécom-
mande & des mesures sur les m
néraux et sur d’éventuelles tre
ces de vie.



Brésil bat Vénézuéla : 6 - 6
Colembie bat Paragway 2 - ©

RIO DE JANEIRO AFP)

Tout le Brésil a fété, un peu
hativement, la suite I’a démon-
tré, la qualification de son équi-
pe pour la Coupe du Monde. Les
joueurs de la sélection brésilien
ne, les cent mille spectateurs du
Maracana comme ies habitants
des villages les plus éloignés ont
célébré comme Féte Nationale
Yannonce erronée sur toutes les
radios de la victoire de Ja Co-
lombie sur Ic Paraguay par. un
a zéro. Le résultat réel, — la
victoire, au contraire, du Para-
guay par deux 4 un —- ne fut
connue que trés tard dans la soi
rée aprés la fin des célébrations
at c'est ce matin que les brési-
liens ont da@ revinir a la réalité




L’optimisme naturellement de-
meure presqu’intact. Tous les bre
siliens sont daccord qu’on célébre
ra une deuxieme fois lorsque le
Brésil] aura battu Je Paraguay
Vannonce de la victoire de la Co
lombie qui aurait, si elle avait
été vraie assurée la qualification
du Brésil, ful diffusée officieuse
ment au ,Maracana alors que le
Brésil, fut diffusée officieusc-
ment au Maracana alors que le
cing buts A zéro. Il devait ga-
gner par six a zéro. La radio
confirma ensuite et fit partager
aA tout le Brésil l’enthousiasme
du Maracana, tandis que joueurs
et Ventraineur. commentaient
sans fin la qualification du Bré
sil.






AU FIL DES JOURS...

par. Aubelin Jolicoeur

RENCONTRE DU DIRECTEUR
GENERAL ADJOINT

DE L’ONTP

M. Ramah Thggdore avec

le Chargé d Affaires ai, .

du Canada, M. Roger Gilbert

..Le 7 Aodt dernier sont ar-
rivés 4 Port-au-Prince, le diplo-
mate canadien, M. Roger Gilbert.
su gracieuse femme Francoise et
ses enfants Francois, Stéphanic
et Marie Pascale.

M. Roger Gilbert est arrive ici
comme Chargé d‘Affaires ad in-
terim & l’Ambassade du Canada
& Port-au-Prince. Il a été accueil-
li par M. Carl Alcindor du Pro
tecole, des membres de 1|’Ambas-
sade du Canada et des amis du
Cunada.

M, Roger Gilbert a debuté dans
la carricre diplomatique comme
attaché & ’Ambassade du Cana.
da a Lima. [1 y est resté de
1959 a 1962.

Il a été ensuite tranefére a
Prague ot if a passé une année
1964-65, puis & Chypre de 1965-
67.

Revenu ‘au Canada, il a été
charge du secteur de l'Europe

méridionale 4 la Direction des Af
faires de l'Europe au Ministerc
des Affaires Etrangéres d'Otta-
Wa.
‘Clest de ce dernier poste qu’il
a été envoyé en Haiti.

Le Chargé d'Affaires par in-
terim de l’Ambassade du Canada
a& Port-au-Prince, M. Roger Gil
bert a été recu ce matin a l'Of
fice National du Tourisme et de
la Promotion, par le Directeur Ge
.néral Adjoint de cet Office, M.
Ramah Théodore, en présence du
«Public Relations: Officers.

M. Ramah Théodore a dit au
Diplomate Canadien aprés lui a-
v@ir souhaité la bienvenue et une
fructueuse ‘besogne en Haiti, le
plaisir que lui procurait cette vi-
site. .

«Nos relations avec le Canada
sont des plus cordiales et les ca-
nadiengs qui visitent Haiti sont
toujours repartis satisfaits pour
aller porter chez eux les échos
de Vaceueil chaleureux dont ils
sont Polieleen ce. pays. ot

Nous croyons dans les con -
tacts directs’ et c‘est ce qui se
fait ici avec les visiteurs cana-
diens dont le nombre va «crescen
do»,

M, Théodore a parlé des pro-
jets de voyage de Rombreux grou
pes de canadiens dont celui du
Syndicat National des Fonction
naires Municipaux de Montréal
qui aménera ici un contingent de
plus de 220 de ses membres.

MM. Gilbert et Théodore ont
jeté ensemble un coup d’oeil sur
les phénoménes sociolegiques du
Canada d’aprés le Centenaire de
la Confédération, du Canada du
Premier Pierre Elliott Trudeau.

MM. Théodore et Gilbert se se
puarérent enchantés de cette .ren-

contre qui fut trés intéressante.

xxx

LES BUTS DU VOYAGE DU
MAJOR ANITOINE COICOU
Président du Comité Olympique.
Haitien

Ce matin par le Vol d’Air
France est parti pour la Colom-
hie vffi Miami, le Major Antoine
Coicou, Président du Comite Olym
pique Haitien.

{1 est allé ussister a l'Assem-
blew Générale de I Organisation
dos Sports Panaméricains. Cette
Assemblée qui va se tenir a Ca-
li. Colomibie en vue de l’Organi-
sation des sixiemes Jeux Pana
inéricains qui se dérouleront dans
cette ville en 1971.

fl a été aussi Invite par l'ins
tut Colombien de ja Jeunesse
des sports pour visiter comme
Héte d’honneur les installations
sportives de Bogota. :

Hoa été salué & laéroport Fran
cois Duvalier par sa femme, név
Civil, ses enfants dont le Lieute-
nant Carlo Labossi¢re et Madame
née Coicou, par le Capitaine Jac-
ques Joachim, Président de la Fé
dération Haitienne de Volley -
Ball, et. membre du Comité Olym-
pique Haitien, par le Capitaine
Jean Verly, membre de la FHVB,

par le Dr. Buffon Mondestin,
do-Jo Beaulieu ete.
x NX

LANIMATION CREEE
AU CHATEAU PIERRE
por le «Showman,

Van Morgan

Hier soir, le CHATEAU

PIERRE a pris un nouveau
départ avec le _ talentueux
«Showman» Van Morgan’ de

New York, de Cape Kennedy, de
Puerto Rico, ete.

Van Morgan de son vrai non
Guillermo Moreno est arrivé ici
vendredi avec sa captivante fem
me Karen, une infirmiére d'ori-
gine norvégienne, née dans le
Wisconsin.

Van est le fils du fameux co-

meédien latino - américain Rodri
guez. ; . .
Ti a fait ses études et vécu

a’ New York. I} a passé tout ré-
cemment neuf ans & Puerto Rico
ou il s’est fait une grande renom
mée comme ¢Entertainer> Var
chante en s’accompagnant au pia-
no.

Il connait toutes les chansons
célébres et peut satisfaire les de-
mandes de tous les membres de
Vassistance.

Hier soir Van Morgan reaseni-
blait 4 un Roi réunissant sa Cou:
au Piano-Bar du CHATEKEAU
PIERRE.

Cette cour se composait de
Bob et d’Evelyn Golding, de Jn-
Jacques ef Mery Vand e, de







Al ct Sue Seitz, de Howie e!

Ktoz. Schneid. ,
Les autres membres de l'assis

tance claient Aubelin et Claire

Joticoeur, Abner Jean Louis et

Joella Hardeman Gipson; Miss
Blum, son pére et un couple d’a-
mis; M. et Mme Nessim Izmery,
M. ct Mme Michel Handal, Fils
et des amis; Michael Madsen et
un groupe de douze; Fred Pierre
Louis et son amie Chery; l’Ingé-
nieur américain John Finnerty,
ete.

“Ce spectacle a été trés gonaté
par une assistance enthousiaste
Al Seitz/s’est révélé un bon chan
leur en accompagnant Van Mor-
gan dans les fameux airs popu-
aires de sa jeunesse,

Van et Karen passent deux se-
maines en Haiti.

x x xX

LE BUT DE LA VISITE
EN HAITI
du Profesacur ct Jime
Richard Bond

Le Professeur Richard Bond
et sa femme Betty Bond,
docteur en médecine ont pris

logement au Grand Htéei Oloff-
son dimanche. Ils sont de Min-
neapolis, Minnesota. ~

Le Profesgeur Richard Bond
est Directeur de la Environmental Health» de 1'Eco-
Je de Santé ‘Publique de 1!'Uni-
versité de Minnesota. ~

Tl nous a été recommandé par
M. David Demberg, «Hospital
Consultant> de la «Hamilton
Associates> de Minneapolis,
Minn.

Dr. Betty Bond, une femme
pleine de charme' et d’esprit,
était Consultante de 1‘Organi-
sation Mondiale de la Santé aux
Indes, a Thailande, a Ceylan.
Elie est une experte en déve-
loppement communautaire.

Elle était avant de prendre
sa retraite tout récemment, Pré-
sidente de la «Society Public
Health Educators. .

Le Professeur Richard Bond

et le Dr. Betty Bond passeront
un peu plus d'une semaine en
Haiti.
» Le Profersur Bond rst.envoyé
Ri pal ta MAMILTOX AS-
SOCIATES pour étudier un pro-
gramme d’aide a Hopital
jAlbert Schwitzer de Deschapel-
es,

Dick et Betty sont partis ce
matin pour Deschapelles. Ils
seront de retuur au Grand Hotel
Oloffson, vendredi aprés midi.

Nous leur souhaitons la _bien-
venue et un agréable séjour en
Haiti.

x xX
VISITEURS DE MARQUE
Ce matin sont arrivés
a Port-au-Prince, M. Gérard
Walter et sa charmante femme
Henriette. Ils sont de Paris,
France.

Ils nous ont été recommandés
par le Marquis Jack de Vénot
de Noisy et sa femme Lilian
qui étaient’ de passage ici tour
récemment.

M. Gérard Walter, Agrég¢
des Sciences Physiques, —Li-
cencié ¢s-lettres, a quitté le pro-
fessorat pour devenir Directeur
Commercial de la fameuse nociété
HNEURTEY-CALIQUA.

Cette Seciété qui dépend de
la Banque de Paris et des Pays

Bas, est intéressée dang la re-
cherche du_pétrole.

Mme Henriette Walter est
wprofesseur de Lingustique Gé-
“nérale i l'Université de Paris

(Sorbonne).
M. et Mme Gerard Walter ont

oé poussés vers Haiti par le
Marquis et la Marquise de
Venot de Noisy qui étaient
venus le ‘ semaine derniére
rencontrer des membres de la
famille A Port-au-Prince.

Au cours de feur visite au
Bureau de Air France a San
Juan ob Mile Annette Acevedo
a ¢té admirable a leur endroit,

ils ong rencontré «la Senorita»
Nayda Minerva Galarza Garcia,

une jeune et jolie colombienne,
travaillant comme Secrétaire

a la Sectiqn culturelle de l’Am-
bassade de France a Bogota.

Nayda ‘qui- parle admira-
blement trois langues est a la
cinémathéque é¢{ au programme
de radiodiffusion du Service cul
turel de VAmbassade de France
a Bogota.

Ces truis sympathiques . visi-
teurs ont pris logemeng & )Hate!

Choucoune ot ils passent — trois
ou quatre jours.
. xxx

DIVERS

Dimanche matin, — la” belle
Genevieve Fatvre, a ete accom
pagnée a l'aéroport Frangois
Duvalier par son fiance, Alaster
Me Laughlin (Barherousse) et

par les parents de ce dernier,
M. Gerald Mc Laughlin, Vice
Consul des Etats (nis et
charmante femme,

Geneviéve vient
mois et demi iri
qui étudie les
ques a Paris. |

Le départ de Mile Genevieve
Faivre,: une universitaire fran-
caise, a été un arrachement

Ele en était d’ailleurs, a sa
seconde visite en Haiti.

xxx
Mile Alice Ed. Etienne,

Professeur d’anglais a l'Institut
Haitiano-Américain est revenue
dimacnhe de Tuscalosa Alabama.
ou il a été suivre pendant deux
mois les cours d'été du Teachers
College de cette ville.

._ (Suite..page .6 col,

sa

de passer un
avec Alaster
Sciences Politi-

















PROBLEME



HORTZONTALEMENT

No.









NTC
roe RBISES “
ita
aaa

No,



Blonde angtinine

oo. Prono abite en
Yorucoalavie
10 - Vdéale —- Lae
EER,

VERTICALEMENT
fie

lL 2) Avot oun. cectatw

cord aves quelqu'nn

Wo~ shale dune prande ¢é-
cole —. Qui participe seule

ut Persottnel S‘identi
tient aveo Junoon

IV BPrénom pour une here
neo de Breffort -—— Largement
vVULVEl’

Vo Personnage de Moliére

Vilo-- Eut a Ja main —- A
luudace (dans le désordre)

VIE — Vent du Nord
Mot marseillais

VIIL — Découvertes —- Con
duire .

1X — Se consomment en té
tes ou en branches — Conjonc-
tion

X — Preéposition —— Cham-
pron Commanda ay Sud

Solution du Probléme précédent

SOLVITLON
HOWTZGON TALEMENT --

327. F.
VERTICALEMENT —

I Pé + Unisson — IT. Otite
Qise — HI. Lys ; Butte — IV.
Imbécile -- V. Teasts ; Sa —
Vi. Hh, TR; Wo — VT. Col;
Erasme --- VITE. Iguane ; Ees
—, 1X. Einstein X. Née ; Espé
re,



Beaucoup d'autos deviennent des tas de .
ferraillc rapidement parce que les"
réparations du moteur sont tres coliteuses,

La saleté, l'eau et la chaleur se
marient pour former la boue, la rouille
e! ig charbon que tuent le moteur

rapidement.

neonvenlent les ingénieurs

fe scan et mateurs de Esso

ut orée une nouvelle hulle

wornforime aux pesains de moteurs

¢@‘aujourdhut







Sol
afwations amdéiten{nes — privdos
Wemployant A -promouyvdlr low re
lations raciales, Vineluslon, dan>
tu fol do 1068 sur len droit efvi
ques, da regtomonti Hite rdisdiit
la s@yrdyatica ding Je logemem
a étO In apremere mesure dipor
(ante visant °o ouveir aux habi -
tants des ghettos, de nouveais
dlebouchés dans le logement. Le
point de vate do ces deux insijtu
Hons etic d

ment fi






Ce docimen
situation qu

frit

existe

sur te plas

n paler, ot:
rque urbainos, douxX orga —

Via? un “docu - ;
es me: certains’ ont

@ bilan de la

oluba privén; 2

La lol fédérale nur intdgration
dea logements ne dovant: entrar
plainoment an viguur qu'on 1070,
it faudra oncore attendre vanoan
ou plug savant de voupolr en é6va
luer les “yépercusdona.Sa miso en
Viguour a toulefoin 6tg appluudic
por des partiaans do Vitttégra

tion dans le Jugement of par Jes
organisations qui s’emplofent a
promouyolr Pégaate des droity
et ce,’ on aépit: ¢

‘ lexmesures® videht dé promouvoir
Végalité dans le logement ne peu
vent aider en aucune fagen ics

des relations ractales depuis an persones qqui ne disposent pas des

publication, en mars 1968;.
rapport de ta Commission, pate:
nale sur jes désordres civite. :

La loi de 196B charge le Minis
tere du logement et de Vurbanis
me. d‘cadministrer-les program -
mes et les activites touchant aux
problemes du logement et de l’ur
banisme de maniere & promou -
voir de facon construc’ ive, la po
litique de déségrégation des lo -
yements.

1
A partir au ler Janvier 1969
Ia loi sur Végalité dans le lope -
ment devait sappliquer a tou
tes les maisonus abritant une set
le famille et situées dans de nou
velles communautes, ginsi qua
In plupart dea maisons d’apparte
ments; en 1970, cette loi s’appli-
quera & tous les lagements, A Vex
ception des habitations comptam.
moins de quatre appartements
vendus ow loués pur un propric-
taire, Tes habitations dans at
batiment de quatre appartemencs

ou moins, ou le propriétaire ov -

cupe lun ues iogements, et les
habilations utilisées par des or-
panisations reagieuses ou des

inoyena financitr's leur pertiet -*-
s: ghettos. Tou - B
tetois; bien qué Yes" famille’ wots <



tan tde® qquittér.

res i faibld revenu ne puissent
s'attendre a bénéficier directe -
ment ou immédlatement des me-
sures en faveur de légalité dans
le logement, les nouvelles lois at-
ténuent la politique de stricte #é-
grégation & un degré tel qu’un
ylus grand nombre de logements
urbains adéquats seront désor -
mais mis & la disposition des per

sonnes disposant d’un revenu li-
mite.

Bien entenuu, ce dont les fa-
milles pauvits one besuin —- leg

hlanches come les noires
c'est d'un plus grand nombre de
logements & loyer modéré et c'est
Yun des mesures prévucs par la
Joi de 1968 sur le logement. Cel-
le - ci prévoit en effet la cons -
truction et Ja .rénovation, mu
cours des trois prochaines an -
nee. de 1.7 millions de loge -
ments dont Ia majorité sont des-
tines aux familles A faible reve
nu, Lobjectif visé consiste a four
nir six millions de logements aux

u fait que, com-=
fait observer,




4 Von
dea 10 prochuines années,

Un obstacle majour a Vamélio.
ration dow conditions de logement
den Nuira eat co que certains
groupemonts ~~ qui s’emploient &
promonvor Pogalité dang ca do
maind — appellent le «cordon
Wancs qui culoure les villes, un

cordon de melsons de banlieue #- ~

chelées ‘pai des Blanes qui -chei-
chent i fuiv les
i’ préddniinane
tives Inftes pir,
nw? moysh- pdur p \
banlicue cl se procurer des lope
ments plus satisfaisants, ont été
découragéespar de nombreux -
eee iminodilicrs ou par - des








anes hostiles 4 Pinstalfation de -*

Nofra:, dans :lcur quartier, On a
en effct laiseé cutendre aux “pre-
miers Noirs ui ont essayé de se
procurer on iogement en. ban -
lieue qu’ils n‘étaient pas les bien
venus.

Afin de faire évoluer. les habi-
tants des wanlieues, des Blancs
ont organi.é, de concert avec les
quelques Nvirs qui ont réugsi 2.
s'y procurer un-Jlogement, des as-
sociations cn Saveur de V'intégra
tion des logements. Leur premie-
re tiche a consisté A apaiser Ir
crainte quavaient les propriétai
res blancs de voir leurs proprié-
tés perdre lour valeur et a ten-
ter d’éliminer les préjugés exja -
tant sur «ccs pens» avant de pou
voir amener leg habitants d’une
communauté & modifier leur atti-
tude ef & aecepter la présence de.
Noirs. Certes, lintépration dex
communautés blanches n’étar.



(1) Spécialiste
relatives & Ja main-oeuvre et
aux minorités. ee





C'est fa nouvelle huile détergente

ESSO EXTRA,

Utilisez-la et vous éviterez que

la corrosion, Ja boue et le charbon
abiment I’intérieur du moteur de

votre voiture. Le moteur restera plus :
propre. Et plus il sera propre plus

longtemps il vivra.

Si vous ne voulez pas que votre voiture
soit un tas de ferraille rapidement,
utilisez la nouvelle huile détergenta

ESSO EXTRA,



des. questions.








pas facile & réaltuet, surtout lox
qu'on nvalt affalre A dep Blancs
irréductibles ayant recours:& tou
ta une gimmé de mesures vexa -
tolres, Mais cen procédés étalon
trop flagranls pour. pouvoirs é-.
tre tolérés pur la majorité ef les
kxroupements cn faveur de Végal!
16 dans le logement ont contri
bué a changer I'utmosphére qui”
régnait dana de nombreuses com-
munautés, Dans des régions plu,
tolérantes, ils yéussirent méme_ A
porsuader les -légiglateurs locaux
ht mettre en vigueur des lois en
faveur de Méwalités duns le loge
ment,

Selon le-Conité national contre
Ja discrimination dans le loge
ment, en décembre 1967, plus d+
la moitié de la population- améri
caine vivait dans. des localités ap
‘eageent des iois en faveur de I’é-

alité dans le logement. Au cours
de cette méme année, lc nombre
‘des lois adoptées dans ce domai-
ne doubla, Ddng Ja région te
Washington, ). C., toutes les ju-
ridietions de “Lanlieug sont au -
jourd’Hui détecs de tois en faven
de Végalite dans le logerent.

L’un des aspects’ constructifa
de la loi fédérale suf le logerhent ~
est le fait qu'elle satisfait une
revendication souvent exprimée
par des dirigeants noirs, & savoir
qu’il est indisperisable que la clas
se moyenne blanche comprenre
que les problemes raciaux de 14
meérique ne ,sont pas causés par
jes Noirs mais en fait par les
Blancs. Dans le domaine du_ lo-
gement, par exemple, les familles
noires ont di pendant longtemps
dépendre de Blancs pour pouvoir
obtenir un logement plus confor-
table dagents immobilier
blancs, d'oxganirmes de prét,
d’entrepreneurs et de bureaux d>

location.- appartenant A = dé-
Blancs. La politique pratiquée

par ces dérniurs a été assouplic
price nux efforts de groupe -
ments en faveur de Végalité dans
le logement, a des lois adoptées a
cette fin, a des décrets présiden
tiels et A d'autres mesures pri -
ces par le gouvernement tédéra!
et s’appliquant aux logements
construits a l’aide de crédits fé-
déraux ou de garanties donnécs
par le gouvernement fédéral aux
investisseurs privés.

On dire aujourd’hui
qu'un cnangement s’est pro -
duit’ dans Vattitude des habi -
tants. blancs des banlieues. Un
grand nombre de communautés
hier encore composés exclusive-
ment de Blairs soni aujourd’hui
intégrées et stables en raison du
fait que ics nouveaux arrivants
noirs se seut montrés— sur les
plans du revenu, de ja personna
lité et du comportement — 4 la
hauteur des normes que les habi-
tanis volancs avuicnt fixées com
me condition, ide leur «aaccepta -
tions, La patience des Noirs a
cet égard frice Vhéroisme lors -
qu'on aonge, premiévement, au
fait que les Bianes qui aspiraient
& acheter uut inaison n’avaient
qu’une seule condition & remplir
— étre solvables — et, deuxiéme
nent, que cette cacceptations a
permis d'apaiser des inquiétudcs
fondées sur des idées toutes fai-

tes, des généralités et des crain
tes qui existaient dans lespril

des Blancs.

Mais yuclles que soient leurs
raisons, Ics Blancs des banjieuc:
ont peu aA peu rejeté les concepts
racistes qui prevaiatent en mate
re de togement cl us ont comm cn
ce ® prendre conscience des be -
soins humains fondamertaux qui
vont a lu bage des efforts déplo-
yes par eux qui désirent obtenir
un logemeat convenable. Is n'est
pas encore posetble, & Uheure ac-
tuelle, de faire le pilan des chan-
ements survenus a Véchelon na-
tional dans le domaine du loye-
ment. Toutefois, dans Ia ban -
lieve de Weshington, la présence
des Noirs dans Jes écoles, les é-
elises et lcs magasins est plus
évidente qu'il y a seulement cing
ans. Ceux - ci sont aujourd’hui
actifs au sein d’organisations
communautaires, dans des locali-

suite page 3)

(Voir

t

LIAAAIDIDAADAA LA SIAM I A Bee Ne),





LUNDI 21, MARDI 26~
DANS NOS

AU CAPITOL

Mardi 26: A 8h ot Bh 80
“Meroredl A.O h ot 8 h 80

ANNA KARENINE
Entrée Gdes 2.50° et 4.00



ETOILE CINE
(PRTIONVILLE)
Mardi A Gh. 30 et Bh. BT
L'ASSASSIN EST-IL
COUPABLE. ’?
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

30 et 8 hy 30
CONSTATE
2.00 et 3.00

Mercredi a orn
UN MEDE IN
Entrée Gdes.

MONTPARNASSE

Mardi 26: a 6h lh et Bh 15
FANTOMAS CONTRE
SCOTLAND YARD
Entrée G. 0.60

Mercredi 4 6 h 1 Set 8h 165
REPTILICUS
Entrée Gde 1.00



- Drive in Ciné Delmas

Mardi i 7 h. et 3h.
F COMME FLINT
Entrée 1. dollar Par Votture
Mercredi i 7 h. et Yh
EQUIPEE DE CHOC

Entrée 1. dovlar Par voiture



De Luxe Auto Cine

(DELMAS)

Mardi a 7 heet 9h,
PORT-AFRIQUE
Entrée 1. dollar far Voiture
Mercredi a 7 h. et % h.
JULES CESAR

Entrée 1. dollar’ Par Voiture



CINE ELDORADO

Mardi a6 h. 15 et & h. 15
LA FEMME DE PAILLE
Entrée Gdes. 1.20 Reéservee 2.00
Mercredi a 6h. et 8 ho 15
L'HOMME QUI TRAHIT
LA MAFIA
Entrée Gdes.

250 Réservee 4.00



CINE UNION

Mardi 26: 46h 15 et &h
BANDE. A CESAR

Entrée 0.60
Mercredi 27: 8 6 h 15 er B ATH
OPERATION DANS L'OMBRE

Entrée Gde 1.00





Fermentations
Intestinales

C’est parce que votre — foie
ne sectéte pas, journellement

un litre de bile indispensable a
la digestion des aliments et qui,
de plus stimule et désinfecte
lintstin que vous souffrez de
ces maluises ; fermentations in
testinales, ballonnement du ven
tre, digestions pénibles, bouche
umere, principalement au reé-
veil, Janmgue blanche sale mau-
vaise uhbleine, dégout | des ali-
ments migraines, lassitude, dou
leurs du coté droit. Prenez le
Livartil | 4 2 mesurettes aVant
les repas. Composé de feuilles

faiche d'artii Laut de Bolvo for
miaté de Calcium, formiaté de
magnésium etc. ete, pour acti-
ver le fonetionnemen, du foie,
le Livartil augmente la séeré-
tion de Ia hile et favorise son
écoulement dans Vinstestin.
Les fermentations tendant a fa-
voriser les digestions sont faci-
litées. Cue merveilleux produit

est en vente & la phamarcie 58.
Gaffrard et dans toutes les bon
nes Phamarcies.

LISEZ
«LE NOUVELLISTE >

AVIS

Lalae

Coles’ ’ Market

Boulangerie St-Mare

Ave Jn Jacques Dessalines

igaud



Maisen Ri
Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute: Delmas

Luce Chatelain

Ree Toussaint Louverture







Mardi &6.h; “16 ot 8 hh 16
SEXY HAUTE TENQON

Entrée Gdee, . 2.60 Réservée . 4.00

Mercere 6h, et 8h. 15 -
Me ROUGHS “POUR

LE FUHRER

Entrée Gdes, 2.50 Réservée 4:00



AUDITORIUM
CENTRE. CULTUREL

(lére Impasse Lavaud)

Mardi a 7-h:z
LE TYRAN
DE SYRACUSE
Kintrée Gde. 1.00

Mercredi a:7 h.
LEGYPTLEN

Entrée Gde, 1.00
,



PARAMOUNT

Mardi a 6 h. et 8 h. P.M.
FACE D’'ANGE
Entrée Gdes. 2.50 Réservée 4.00

Mercredi a 6 h. et 8 h. P.M.
MON NOM EST PECOS







Entrée Gdes. 2.00 Réservév 3.00

Mardi a 6 ho 1S et & ho o1S

(Seance Populaire de vacances

CHANTAGE

AU MEURTRE

Entree Gde. 060 et 1.00

Mercredi a th ho Wet a ho do

ADIEU IZAMIL

Btree Gdes. 150 et 200

Mardi (En Permanance}

SAMSON ET LE TRESGE

DES INCAS .

Buteer Gde. O60

Mercredi (En) Permananess

ET POUR QUELQUES

DOLLARS DE Pus

Entree Gdes 2.00

Mardi 25 (En Permanence?

Sure demande . ~
NOTRE HOMME FLINT

Entrée Gde 0.60

Mrecredi 27 (En Permanence)
LES 12 SALOPARDS
Entrée Gde. 1.00



CINE PALACE
Mardi a 6 h. et & h lo

LE MAITRE DE FORGES
Entree Gae. 1A

Mercredi a 6 Bb. et 8 hoo 15
C1 AJ MENE LA DANSE
Eatree Gde. Yoo

CRIC-CRAC CINE

1



Mardi a 6 ho et 8h

LES PROPESSIONNEL*
Entrée Gdel Pa er 7 oe
Mereredy a 8 hooet Sob 1s
ESCLAVE DE SON DESIR
kntrée Gade 1.00 et 159
A VENDRE

Un Piano Pleyel oe parfar
état.

Sladresser a Monsieur Vnter
ne Duroscau deme Aventie He
losse apres le No. 44

Un Reméde
souverain

CONTRE LA CONSTIPATION
«LES GRAINS DE VAL&>.
Réyularisxteors de l’estomac et
de Vintestin — laxatifa et dépe-
ratifas.
En vente dans toures les Phar
Mmactes



Les Prodaits H A M PCE peuvent étre achetés

aux adresses suivantes

T-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

‘

eee SO CSS 8680 ScoossSese







Tite iedeerge Fistgerors tattobes

low
do
Hoy aw coux qui

Doe fe Ureat Vandiniie,
evenements collatéeraux wont

piuateuba cite:

intéerensent Paction dana ray Lote
lite Alers iin conntitueng oun
tiation dane ta Crame, un ehate

Jes étapesr
ct partant. Us devter
tre pensables a LT acconigelin
Toy ow ceux

eon Petit ocsecerder
Buber anes
nee

nemient oda dipanie

APD passe nt ceeds hor yeix cam
me oun oeclnip et qui s'évanouis-
sent sane minrgier Pevelution du
roel de deur purssagre ou de deur

yon ceux qui inter-
vaennent oa tear sur les chai
nuns coilaterags ef qui mintéres
sem en fait Vautonomie de
ces chainons. Certains événe-
ments sont pris dans un lebyrin
the & sens unique et s’y perdent.

Pression i

que

D'autres fent preuve d'une = cer-
tnine oo reversibilité qui assure
leur permanence pour une plus

ou moins Jangue durée sur ta sce
he, Mais teus, A des deyrés diffe
rents, participent dans l'ensem-
bh de Vaction comme des inci-
dlenhees revue od nen dans Ve.
ban meter tal

Velles Creve Coeure




biatis
VOeccehu \oneent, des actions
sueressven. ta Directeur duo Ly
cee Sex multiples démarches et

an constante présence sur Je che

min de Nudie (omar T1sarrive

~ , oe
hu Temetie rreme YA TTT RS
aA





Lx

Les Lettres Chez Nous

Li

consaire, Cétait: Phone a qu
i} fallatt confirr Peéduention
#amin quand les parents no te
pouvatont§ plus dane da Provinee
do Pax.
méme lene de cralasnnce
duig Noble-Coeur, sdopte

tant dautres Jey.

poure

Viprevg dane matheureuse si-
tuations faite tux provincinux,
eel qui devait user desi per:
sonnmalite pour tes cirer de ta Hl
fuut dire unser que cel Ovene-
meng etal laeaene Mprevu,

Un pere Rourresis de Prestniee,
rentre Ata Capiude aver
fils) U1 fuit daryement sex ocm-
plettes ef puis, seudain, il se
voit arrére, conduit a un poste
de police, écroué pour ‘malhon-
neteté; sa bourse fut déleatée
au bénéfice d’un sergent de poli
ce. Il n'y comprend goutte. Seu-
lement le Directeur du Lycée se
dévoue et il fut mis en liberté

Son

sans pouvoir récupérer son ar-
gent. En resumé, accuse de ne
Pas payer Sa note aut magasin,

appele insidieusement voleur, i
fut la vietime dune petite ma-
chination propre aux esctocs de
toutes eatégories qui ne perdent
jamais ces grandes vecasions. Ce
pendant, cela ne détoune en rien
la mission de ce pere. Cela ne

detourne pas Je plan de vie du
personnage principal, C'est une
execroissance qui ralentit: peut-e-

re de moment oi la vie de Na-

~~
2 we

TAKES
INTERNES
























Toute la gamme des m
cais —~ Italiens — Junior

POUR «KYONA BEACH» «iBO BEACH, ET LA PISCINE

aillots de Bain Américains — Anglais — Fran-
g — Girls —- Boys — Ladies — Men.

FAITES VOTRE CHOIX CHEZ

JOE ETIENNE 1377, Ri. Carlstroem.

du

Son role, tracé sur da
aye

Uo était, dans



devail
wévowlor it ln Ponslon d'un ly-
+ ote. Mais Hy aera, aprés co con
y teetemps, apréa un bref séjour
en prison, Lo Diregtour du Ly-
vée reprendra son pimque sussl,
It ont cell qui aceuellle ses 6ld-
ves, suit leur progrés, leur

se une discipling. fl anit le comp
te rendu périodique des netivités
deoson pensionnaire, deo ses pro-
yrds, se montre parfols bien plus
enthousinste que les pauvres pa
rents qui ne savent de leur fils
que Je conteny d'une correspon-
danee. Les jours passent ninsl,
les années passent, lombre du
Directeur suit lévolution du jeu
ne homme. On ne le dit pas, on
le suppose et Pévénement tinal
en fnit foi. Il est le premier a

i bhe- Coeur



VIENT DE PARAITRE

PAGES
_RETROUVEES.

de Mr. Alix PARET

In vente dang toutes les li
lreities de la capitale au prix
de 2. dollars Yexemplaire. ;

Encouragez les auteurs hai-
Liens en Hsant les publications
hattiennes.

«PAGES RETROUVEES>

Du bon travail, C’est un ou-
\rage qui a ga place dans les
bibliotheques.

Journal «LE NOUVEAU MON-
DE» du Samedi 2 Aott 1969.

«PAGES RETROUVEES»

Le sommaire annonce une ri-
chesse et une vérité de matiéres
traitant de questions qui éveille-
ront Vintéret du lecteur & des
titres divers.

Journal «LE COURRIER DU
SUD»
30 - 7 - 69


Un vrai régal pour les intel-
lectuels... Plume alerte, don

d’observation...
Journal «LE MATIN du 6 et 7
Aofit 1969

«PAGES RETROUVEES>
Style imagé dont la simplici-
té attire le lecteur le moins pas-
sionné.
Journal «LE NOUVELLISTE»
du 6 Aofit 1969

«PAGES RETROUVEES>
LE LIVRE DU JOUR.
(opinion recueillie)
Empressez-vous d’acheter vo-
tre exemplaire car le stock en li
brairie est restreint.

commoencer & apprendre le







(Suite)

nudhour des 1
chard A Pax, f1 tombo on synco-
po. Cola prouve pout-Atre que
les Henn étaient trds rapprochés,
trop rapprochés mame pour pro
voquer une dé&sharge Gmotionnelle
du ala worte, C'est lu qui: accom-
pagnera lo potit Richard en héli
cuptére sur tes décombres. Ils be
sont recucillis, Le Directeur sem
blnit alovs préposé i un autre rd
le. Ti) Vaeceptoe sussi, il devient
pour nous jusqwh [a fin du dra-
me le tuteur @un enfang mineur.

Ce personuage est d’ailleurs
le seul & 6tre admis sur la scé-
nes aussi longtemps, En fait il
est comme les Richard, au service

des aspirations d’un personnage
principal. I] remplace merveilleu:
s¢ment les parents, & lui seul,,
quand ils sont éloignés et qu'il
faut une résence auprés du ga-
min, Il se substitue méme,a& eux
quand ils ne sont plus et que cet
te présence devient plus néces-
saire que jamais. Aucun autre
comparse ne demeure donc. Ils
passent, fantomatiqument, quand
on a besoin d’eux pour la vraisem
blance ; la bonne pour nettoyer,
les clients pour acheter, la fem-
me-sage, le médecin pour accou-
cher une mére en danger, le pré
tre pour baptiser, le maitre d’éco
le pour enseigner, des camarades
pour jouer ou pour stimuler le
travail en classe, des médisants
qui _chuchotent; sur la route, des
vamionneurs, sur la mer, des ma
rins, & VH6pital, un docteur a
la gare, des dockers, dans le ma!
heur, le médecin, le Notaire, l’A
vocat. Ils sont si communs— et
leur role est si réduit qu'on a
méme Vimpression qu’ils ne vi-
vent pas, qu’ils ne le pourraient
jamais tant que cette situation
si schématiquement découpée par
mi les autres, demeure : la mas-
se qui vit & cété, les milliers de
situations concomitantes qu’on a
le droit de soupgonner mais san3
aucune coloration particuliaére.
Car le plan de vie de Noble -
Coeur ne les sous-entend pas, ou
y a été plongé une fois avant
son existence. [1 les ignore, il
les nie quand il n’en a pas be-
soin. Il se congoit parmi les au-
tres quand il faut le montrer
pour une pause : parmi les ca-
marades pour qu'il soit un fer-
de-lance, parmi des victimes
pour qu'il soit le plus a plain-
dre. Dy reste, son action demeu
re attachée 4 lui-méme et ne
s’ouvre peut-étre qu’aprés le dra
me parce que précisément nous
ne pourrons plus concevoir de
médecin sans matade. I! aura u
ne sphére d’action réduite mais
il sera malgré lui pris dans une
plus large découpure ; les Ri-
chard et le Directeur du Lycée
ne seront pas ses seuls contacts
avec le monde.

RECIT ET ACTION

Tout ce qui procéde de la fae
licité appelle une technique qui
ne détruit: pas souvent Je fond
sur lequel se repose Je dynamis
me méme de ta chose en ques-
tion, S’jl est une question — de

OTB TNR HN YI 1 NY YL YI I YI PSN RB TR BL EP

DUCO
i Age de Espace

Pour étre





EXETE TEES

Mtr

EVe le sera

ROTPeRw6u FRC POE MRO SAADEH ETE OR.

a



Par Gérald DORVAL

’époque des satellites et
des fusées, votre voiture

doit étre resplendissante.

laurez passée au VRAI
DUCO, le DUCO
authentique garanti

par Ja signature

Dupont de Nemours
le seul VRAI DUCO
i pour voitures est en vente

SOCIETE HAITIENNE
~ D’AUTOMOBILES.





»

technique dont le terme; la résul Vaction par da réflexjon de lau

\ grands expansion, La réfledon
tunte aexpriue globalement, lors teur sur cette action. Et il nous

rades qui attendaient Noble -
‘précdde le falt qui améine lui-mé

Coeur, Nous nentrong pas enco-

qu'on y talt attention, on un en oat possible de prévoir, de devi- me une explication en épilogue re dans leurs intentiona avant
nomble panfalt dod Be dégage nor le fait’ ou pne partic du fait comme s'il no pouvait trouver se qu'ila n'aient apostrophe te he-
une. action quelle qu elle soit, on tirant- Jes conclusions logiques consistance que dans ce cadre d'i ros

cost bien Vart du réctt. Sans pé des rvaisonnements. Pour la pro- dées générales ou généralisées i

nétror daps les détails, Vollure ~ gregsion du récit, Vauteur n'en- un ensemble d'actes de mime ty «Nous ne battrons ensemble,

générale du roman d'Occélus Vin
rent est la reésultante d’une sé.
rie de osehémas appliqués sclor
le besein a Petes, fe da chose, a,
lu situation it pros’énier. Dans
le fond, ces schémas ne different
pas trop de in conception quit u

si ne le peut, wucun dec nous».

Nous sommes rensetgnés et im
redintement, nous imprimon.s
sur fe visage ces trois guise,
une mine hosiife et mechante. 4
lJora, ou bien nous restons indif-
férents, OW wien Nous Pp eons ne

guge pay les personnages direc-
tement dans sa réflexion. Il ne
fait pas souvent «leur psychole
Kieo> en se plagnnt en cus, mais
«n vestant de Vexterieur, en sui
vant leur comportement qui, ain
si, peut se généraliser en lois se

pe et de méme teneur.

+

Pour rapporter une querelte de
Noble - Coeur avee trois de sex
camarades, jaloux de son succes,
V'nuteur commence ainsi

ale

présidé in leur mise” en action. don le ton des énoncés, Ainsi le «Un jour, trois condisciples’ gee parti, Lenuteur — lui-méme
Cest pourquoi quelle que sofl péejt_ dans son ensembleydevient postés au coin d'une rue, atten- prond decrement son part:
leur coloration particuli¢ve, lour un tissu d'axiomes exigés par daient Noble - Cocur> (P. 121). Gans la-réviexion, ib nous influcn
disposition, ils peuvent se YeS- + |aetion des protagoniste, pour C’est Vénoncé le plus anodin, |i ge meme parce qu'il caractérise.

mage le plus com
frapper notre es

n qui puisse
. Trois cama

sembler tous et se réduire = en
fait & un plan minimum sur le-
quel “perpétucllement, tant que
dure le récit, revient l’esprit. Le ©
plan minimum consiste,. dans le
cas de Crave - Coeur, d’abord en.,
une présentation. temporelle pure
ment symbolMque puisque l’histoi
re prend cadre dans les limites
d'une vie et qu’une vie a des €
tapes, des jours, des semaines,
des heures, des années. En suite,
tous les éléments’ sont rassemblés
avee leurs liens, les liens d’une
description sommaire. On entre
ainsi dans la présentation du

paree qu'il prononce des juge-
ments de valcur ’& propos de ces
Sdeux camps °°

' . +
- Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de l’Etat Haitien

Devenez votre. propre Comptable en ouvrant

ell faut reconnaitre que le sen
timent de la Justice constitue
une force et procure souvent des
avantages>.

Nous sommes donc eur la pen
te, la conclusion logique de cette
réflexion arrive toute seule :

eLes agregscura associés sont
hattus>. ,

Voila en fait la premiere pha

fait. C’est la qu’intervient. une se d'un récit. I] pouvait bien se
maniére d‘originalité attachée terminer 18, mais V’auteur veut

un compte de Chéques a la Ranque Nationale

aux énoncés mémes. Nous n’arri

vons pas au fait a travers les

seuls éléments, les seules formes

indispensables, done nécessaires, ,.
i sa compréhension ou & sa vi-
sion. Il y a une explication, une
définition des ressortigs qui amc-
nent le fait si bien que parfois,
c’est de ensemble de ces raison
nements qu'on arrive & la recons
titution matérielle du fait. Nous
pénétrons ainsi dans le coeur de

(Voir

suite page 4)











S.A. FL C. 0.

Un nom dans PEconomie du Pays

— § ART C. 0.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant a la
revalorisation de la vie paysanne

S. A. FLT. C. 0.

Des milliers de bras haitiens gagnent chaque jour
DP la bataille de la production

S. A. F. © C. 0.

Un million de sacs de Sisal au service de la Nation Haitienne

SA FL C. 0.

Une Industrie Nationale au service de la Nation Haitienne

S.A. FL. C. 0.



Peres et Meres
de famille

N’inscrivez pas vos enfants ao
hasard dans n’importe quelle E-
cole choisissez une Ecole diri-
gée par une Institutrice diplé-
mée dont la méthode d’Enseigne
ment a déja donné des preuves
‘de succés incontestables durant
plusieurs années.

Confiez vos enfants a l’Insti- |
tution Soeur Marie Lucienne
Florence No. 22 de la Rue Gef-
frard en face du Petit Séminai-
re Collége St. Martial.
L'Institution Sr. Marie-Lucienne
recommande

Florence, qui se 4
par sa méthode moderne et ra-
pide dans l’Enseignement du

Francais et du Calcul, est diri- -
gée par Mme Andrée William
Raymond qui compte 21 ans
dans l’Enseignement Primaire.
Institution Soeur Marie Iu
cienne Florence 13 ans de bons
services, 13 ans de succés.
Institution Soeur Marie Lu -
cienne Florence : Kindergarten
Classe Primaires en 6 ans. seu-
lement: de Ia 128me 4 la 7éme.
29 Rue Geffrard, En face du Sé-

minaire.

Inscriptions Tous Jes jours
de 8 heures a midi.






adapteée a



ET RESISTE EN TOUTES
CIRCONSTANCES

Montre de luxe? Montre
de spon?

quand vous



Mido est tous les deux a la
fois. Elle est faite pour les
mondanités, parfaite par sa
solidite. Mido supporte les
coups. Voulez-vous savoir
la date? Votre Mido Dato-
meter vous |‘indiquera.

Vous ne remontez jamais
votre Mido: Vous pouvez
meme nager avec elle — cal
elle est 100%, étanche.
Vente et service dans 111 paves,





EEPEYA SERA TES



Pere eV SHT MEY ESTE Te



agents exciusita

FOUAD A. MOURRA
et
LE CONTINENTAL

boaeoT. * O- PRINCE



1A MONTNE 100%), ETANCHE QUE VOUS NE REMONTEZ JAMAIS










la

SIROP PECTORAL SEJOURNE

Gott agréable — Conservation.
A base de CODEINE TOLU et EUCALYPTOL.
Toux, Rhames, Bronchites, Enrouements, Influenza
Affections des Poumons .








PAGE 4




Libres-Propos

(Suite de in deme page)

Qual pregeesce, quid alt

dat rebondipaetienta, Done le
malleus moyen aera potr dul une
réflexion aur te dénouenent, Puta
que done lea trote camatadea
sunt battaud, foae forme on eux
in eentinent Pinpuimsnnee al
Worguedl ati feiss ee qui les
porte a la vetgcatice, Paon'y pre
parerent en etiet, dtautant plus
farouehes quith: sont dectdéda 6
fulre tourner fa vietatre de leur
edte. Nous potrrians noun atte
dre nur de champ Aun déehnine -
trent de violenee ef le petit No-
ble-Coeur auteur aurnit pu éeoper
Cent PA seulemeht que Pautour .
rempt dno trame, prend en main

le réctt en micllant en seene un
autre personnage qui dit) beau-
coup parocon titre sun maitre
Weeole. Larssons Tui la parole

¢Les — lutteurs
tremblent, hésitent un tantinet.
‘Entin, Vacte d'obéissanco s'ao-
complit grése au pouvoir de la
crainte sur l’amour-propre>.

> oregrdent,

Et le schéma reprend son al- ,
- du fait a la ré

lure premiere
flexion, de Ja réflexion au fait
et ainsi,de suite, Le récit prend
corpa, e& progress'on se dessine
dans l'espace et dans le temps.
Aproa lépilogue, on — introduit
un acte qui appelle une ré
flexion, centrant ainsi action
vers) oun nouvel evénement qui

HU anise

My
sd

hura son épilogue ot winal de
atte, Lo fait remarquable ent ta
fonsur oméme de cea réflexdons.
Tola con dlven qui, a da vue
du maiten d’école, pont palela de
cralnte eb arrétent leur geste.
Liautewr présente d’abord | low
eleven dans lour hésitation, au
inoment mame de cette héni-
taion et au Hou da donner au
fail un autre fail pour conclu-

CEICCECE OEE LEE

DUBONNET |

4

sion, on tlre tn wxdome qui sous
entend evtte conclusion, «L/acte
dobdlanance a‘accompllt — grace
av pouvoly de la cralnte aur
Namour-proptes,. Or les, caldgo-

rlos Introdultes dang cet. énoncé.,

vont, d'abord oun élément on
yapportaved la présonca du
maitre, eoabd-dlre’ motivé par

colle, toutes. les fois que la con-
vention demaure pour les éldvers



CSOCE SES





LISHZ

«LE NOUVELLISTE>

LOTERIE DE VETAT HAITIEN
Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets

A Gdes 20.00 le Billet

ler Gros Lot: Live eee eee egeneecetans
26 Gros LOte rc cree eerie ee
3@ Gros Lote
3 Tots de Gi 3.000. 00: eeececeece cereeeceeeteeee nes eee eee en cee cee eeeeenaeea pe veee

20 Lots de G. 5.00.00
200 Lots de G. 100.00--

350 Lots de G. 80.00---:-
2 Approximatifs du ler Lot a
2 Approximatifs du 26 Lot a
2 Approximatifs du 3é Lot a

. . 400.00

297 Centaines des 3 Gros Lots A 60,001 teers eee e renters ee 17,820.00
897 Terminaisons des 3 Gros Lots &. 50.00--:--::s: rere tettrteee 44,850.00
2100 Terminaisons par Tirage de 7 Boules & 50.000-0- scene 105.000.00
1 BOULE DOC DUVALTER wr ccccccccccceectertee ceric ee neces 1,000.00
3.867 TOTA Levee cecctteeens fe beeee eee see aseeeeeeesaeenereees leeneeneses G. 367,570:00




5 boules a 1. 40






eee OS STeeeee Peter tir Serer ere

_—— : : ”; : Ss .
.N. B.— A partir du tirage’du 15 Novembre, votre chanceraugmente a la Lote-
“rie avec cette nouvelle table de lots

297 centaines 4 G. 60 au Hea de G. 297-4 G. 40. .
2100 terr.inaisons par tirage de 7 boules 4 G. 50 au liew de 1100 par tirage de



200 lots de G. 100 au lieu de G 60.
350 lots de G. 80 au lieu de G. 250 de G50. oe




100.000.00
15.000.00
10,000.00.
9:000.00
5.000,00
20.000.00
28.000.00.
1.000.00
500.00

‘POUR VOTRE SECURITE: AUCUN AUTRE PNEU AU MONDE
NEST CONSTRUIT COMME LE G8 GOODYEAR.

Lea file de Pontuilaga
@ant plus réslatants que Mackay
erice ou traitement 37.

ia

\ epentottage 37 combat vietortoneameng
23 prs canna $v pons Piehostoment, |

ae




Linntallage 2 oot combing sven
@ pennant igevenses wredlp

\ G08 Geotyee anne coatleney r
8 ma vote pan phan eee /
Om pas endian /

TR

La aécurhé a, pour ainel dire, 608 incorporée ae pned

sea épaulemente arrondis, tee virages sont plus a
> Ventollage:3 T, plus résictant que Iacier, ee: "
fement provoqué per une condulte sportive.
sana .cooter plus
Goodyeer sf voue eves |

( 00
: mie re. J

, wWlométres;sana.



G

e

SOCIBTE HAITI
., BUE










‘AUTOMOBILE:

â„¢y, fleus sess oinal cbean
@ pave moiionr, plus oft
Ten noms 08 Gece AN,

| ates om Upestenents coven
(92.88, tun virges cant ples ote)













Nouvelled d'Afrique

Wobélr au maitre ¢ Vobéinsance ;
onsulty, co sont dauleda éléments
motlvéa par la présence dew, éld-:. .,

vow ot parlour comportement. .

auocesa|f reprodulté plutét = dann :
wn ordra . so regrossif + la A Kinshasa so Uondra.du 5 nitiadonide?Guinge,. dea penden-
crainte comme fe sentiment: nu 16: Aodt prochain und: conf. tifs. d'or: travalilés du. Sénégal

lo plus fmmédiat ot lamotir-pro-
pro qui renvoio plus on arriére clpation: dela femme. noire,
dans lo temps. "L'ansociation ou * & Ia somptcuse: porte du palais
la Mnise on présence de cos UG- Cotte conférence qui sara pa- d’Abomey, Hart: africain ancien
ments dans un méme énoncé 6- tronnéo par l'association des fem revit-dans toyt son myatdro et an

quivaut donc en acto A la pré- mes de couleur des Etats-Unis spletidétir.:

rence Intetnationslo pur l'éman- an alége*de chef en bois sculpté

du Ghana, ‘des bronzes: Nigérians

sonca du maltre pour les éléves. d’Amérique, | réunirn, outre les ~ ~
Il nous est alors possible de noirea américainnés, les femmes. iNgnant dimportance du
comprendre le rythme - binaire noires d'Afrique. mo Soullgna POF

premier festival culturel africai
fait réflexion quand nous savons premier a n

i , Elle “aura pour théme princi-. Ur J conscience africaine, un
que 1a plupart des cas | Vauteur pal + cle réle de la femme noire quotidien algérien «El Moudja-
Piilisation d’intermédiatre, . do _2828 le développement de son hid » écrit : tables~de références explicites pays.» ‘ : sent. Pattente. Ber aiPin ime-
puisque ces rapports se trouvent ll ne fait pas. de doute que «ment sienne u ‘ somes _ dex.
conventionnellement en nous par de telle conférence, la seconde Pression de la culture africaine

dont les chantres de |’impérialis
me ned finissaient pas de
“brer .les funérailles.»

aprés celle qui s‘était tenue A
Accra, & Véchelle continentale,
contribuera dans une large me-
sure & donner 4 la femme noire
une conscience plus dynamique.
de son réle dans les affaires de

le langage. Les seules Haisosis
quil emploiera sont d’un autre
ordre, cesont desiiaisons purement
formelles .qui précipiteront en
certains endroits le raisonnément
on les faits : (Cependant,. toute

cblé

eEt cet engagement populaire
‘est une réponse péremptoire des

i . masses qui sé: reconnaissen; cha

fois, enfin, ensuite, or, ate... ) 50M PAYS. que jour gt se trouve t dans cet-
i t vie

A tr la formulation des é- FESTIVAL . te culture qu’elles affirmen
noneés, il n'y aura donc pas de D’ALGER-EXPOSITION vante et vivifiante. ) -
barriare ni de niveau entre les D'ART AFRICAIN 'ANCIEN COMMUNICA'TIONS ?
: ; ion dé UNt .
choses eas ratiexion aon Au moment of V'attention du FAITBS AU: COURS .DE LA

1ERE SEMAINE
DU FESTIVAL

monde, était concentrée sur lhis-~
toire exploit d’Appolo 11, le Prési
dent Houari Boumédienne _ pro-
cédait, au palais des Nations,
sur bords de la Méditerrannée, 4
l‘inauguration du premier festival
eulturel panafricain que le Se-
erétaire Général de ’OU'A, M. Dial
lo B. Telli qualifia ¢d’étape. his-

l'une & Vautre sang une opéra-
tion manifeste. De méme que la
construction du langage se trou
ve implicitement en nous, im-
plicitement aussi les rapports en
tre le fatt et ce qu'il appelle com
munément dang lordre de la ré
flexion comme définition ou com

La négritude, le tellectuel». et les perspectives ‘d’a
venir de la culture africaine ont
constitué les principaux thé-
mes des communications faites

a constauence te aero. i torique et décisive dans la renais de la conférence culturelle pana-
ous, . , + * gance turelle j ~ fricai , ,
dée, ou mieux le fait rejoint sance cul urelle du continent a- fricnine d’Alger

l'idée dans la formulation. Le
seul désavantage de ce systeme
est que nous sommes réduits é

Tlunga-Kabougo,
Lova-
avoir

Mr. André
professeur A |’Université
nim de Kinshasa, aprés

Cet événement important mar
que d’une pierre blanche I'his-

Husa ao 8 le conventionne! toire de P Afrique indépendante. souligné le réle que la “négritude
aura été dépassé ou remplacé En effet, ila ete Voceasion pour avait joué dans la prise de cons-
“par un autre, nous perdrons l'élite intellectue le et artistique cience, humaine et nationale des.
trop vite les rapports. Avec des du continent africain de se ren- africains alors “Colonisés, a esti-
sujets réealcitrants, il faudra contrer et détudier ensemble leg mé qu'il fallait néanmoins trans
aussi bouleverser les, motivations. différents aspects de la culture cender ce- concept, car, a-t-il dit,

. africaine afin d’établir sa réali- pans un ordre anne” amine té, son influence sur le dévelop- fondre dans l’universel, tani que

pement, son réle dans Ja lutte
de libération et enfin son impor-
tance comme facteur d’unité.

ses éléments ne sont pas encore

plus l’obéissance mais la crainte déterminés.>

ou que Je sentiment de la crainte
n‘inspire plus lobéissance mais

: . . sees Dans son intervention, Mr.
autre chose, il serait trés diffi- . ‘ sage se an
ole d’expliquer cette crainte et Plus de treize cents invités Peter Chamda, ministre ’Etat

venus qAfrique et d’autres con-
tinents ont assistg a l’ouverture
de ce premier festival

et membre de la délégation Zam

fe . ? la . ra
cette obéissance. C’est que bienne, notamment souligné la

logique d‘expression n’est pas la

logique tout court parce que pre , culturet . nécessité pouggles Africains de
netuient les conventions, ves panafricain, organisé sous l’égi- Téaliser Puni le conception et
formes pouvaient étre assumées de de POUA. d’actions en matiére culturelle.
différemment par Vesprit, les . : .

formes et non la_ structure Pendant les deux semaines Le Dr. Hussein Fawzi, de la

que dureront ces manifestations “élégation de la RAU a retracé
plus de quatre mile acteurs, dan- |’apport Egyptien & la civilisa-
seurs et musiciens se produiront. tion universelle, tandis que Man
Mais ce qui retient particuliére- 50Ur Khalid de la délégation
ment’ l’attention, c’est la trés be} soudanaise a mieux aimer invi-
le’ exposition “d'art africain an- ter l'OUA. a se pancher les acti-
—s a ~~ cien que le ministre Algérien de ‘vités . scientifiques, de fagon « a
Vinformation, Mr. Mohamed Ben promouvoir la recherche.en Afri
yahia vient d’inaugurer. que dans tous les domaines>.

formelle des énoncés.
(a suivre)

Gérald DORVAL



Mais un des clous de lVexposi- Le délégué Mauritanien, pour
tion, dans la section algérienne, S2 Parts a fait ressortir les insuf
est la reproduction des célabres fisances culturelles de VY Afrique
fresquesdu Tassili. L'Algérie a qu'il classe en cing catégories :
marqué en outre sa_participa- lo.) Le sous-développement é
tion par la représentation deg pia conomique et le manque de mo-
ces dart médiéval musulman : yens humains et matériels ;

chapitaux sculptés , portes, meu 4

hles et bijouterie. "

20.) L’absence de contact
de liaisons inter-pays



La Tunisie, elle, a choisi d'ex

° . , © 1 30.) Les legs du fait colonial.

La main dans poser les | Précieuses broderies ——4o.) Le. manque d’unité. poli-
d'or et d'argent dont elle s’est tj som

la main fait une réputation pratique- tique, économique et culturelle.

bo.) “Liabsence d’un outil ‘lin-

ment inégalée isti ifi
négalée, guistique unificateur.

Avec des millicrs d’autres, de
toutes races, de toutes nationalil-
{és et de toutes croyances, vous
qui aspirez A plus de paix et de
compréhension, & plus de mai-
trise et de bonheur, vous. pouvez
vous joindre & une immense or-
ganisation fraternelle, dont la
fierté est de perpétuer, 4 l’échel
le mondiale,
l'oceuvre ROSE-|-CROIX du pas-
Fe,

Voulez vous travailler sur
vous - méme, pour vous - méme

La Mauritanie, expose, dans
le pur style de l'art arabe, les
barres d’or, les monnaies almora
vides et les poteries.

Enfin, Mr, Mazissi Kuene, du
congrés. national. africain d’Afri
que du sud, a consacré son dis-
cours & la révolution qui <«seule>
a-t-i] dit peut permettro aux. peu
ples d’Afrique de promouvoir en
core davantage Vimmense hérita
ge culturel qui est le leur.>

Hart d’Afrique noir est lar-
rement représenté dang les vitri
nes de quinze autres pays : le
Mali, la Guinée, le Sénégal, In
Cote d'Ivoire, le Ghana, le Con-
go-Brazzaville, la Haute-Volta,
le Dahomey, le Nigéria, le Camé
roun, le Gabon, la République

«la culture africaine, a-t-il a
jouté, est indéfinissable —parce-
qu’elle est multiple et variée,
‘bien que les colonisateurs

«de . Démorratique du Co i par

ot poor les autres, vee pour 5 Afrique noire neo, Ne Libé leurs procédés aussi subtils que

ut Angola. néfastes, aient essayé de la dé-

TOLERANCE ; L ‘truire, elle est demeurée vivante
COMPREHENSION, importance de Exposition © riche.»’ .

provient dy fait que les objets
¢sposés’ sont parmi les plus pré-
cieux des collections nationales.
_ Le vis'teur est ainsi eonvié
a une synthése dart afreain d’u
ne trés haute qualité et d'une

exceptionnelle envergure. tion desPUnité. Afrieai

Uni ricaine se
Des masques eprotecteurs de » Hendra: Kinshasa, du 27 Juil-
Viimes du Mali aux masques d’i- et. aus ler Aotit le premier col-

AMOUR FRATERNEL 1?

Voulez-vous acquérir la force
gue donne la Connaissance, étu-
dier le monde qui vous entoure
et déterminer votre place exacte
dans Tunivers ?

Si votre aspiration est since-
re, VORDRE ROSICRUCIEN
AMORG vous conduiga vers les
hauts lieux of souffle Vesprit ct
vous montrera le chemin.
PROGUREZ - VOUS CE LIVRE

COLLOQUE DE L’OUA

SUR LES UTILISATIONS
PACIFIQUES DE L’ENERGIE
-ATOMIQUE A KINSHASA

NNANA BAAR TEKS



- que, conduits pa

uu cours de Ia premiére semaine —

Sur. l'initiative de l'organ'sa- ~

+a sy DE -correspéndant a.
NS Congo/Afrique

Gérard: Charles -Alerte =

delaSemaine

CONFERENCE: SUR: IVEMANCEPATION DIG LA FEMME NOIRE A KINSHASA

loque fur. Jen utilisations pacifi
ques de Vénergig atonmique en
frique.

Ces. assises ocientifiques, les
premiéres de que par leur importance, grou-
pern, sous la présidence du se-
erétaire - Général adjoint de
VOUA., Mr. M. Bulioro et au-
tour du professeur Félix Malu,
commissaire des sciences nucié-
aires congolais, 90 chercheurs
et savants venant de plusieurs.

pays membres de V’OUA.

Treize experts de agence in
ternationale de l'Energie Atomi
Dr. Selig-
man, directeur-adjoint, y partici
peront. .

Déja une forte délégation de
la RUA, composée de dix hom
mes de science et conduite par
le ministre de la recherche scien
tifique Egyptienne, est déja ar-
rivéa A Kinshasa,

La séance indugurale de ce
colloque aura lieu au palais de
In nation, maig les travaux se
dérouleront au centre nucléaire
“TRIEO» de luniversité Lova-
nium de Kinshasa.

CONFERENCE
AFRICAINE DES

' EVEQUES EN OUGANDA

Les cardinaux Laurian Ru-
fambwa, archevéque de Dar-
El-Saalam, Joseph’ Albert Malu
Ja, archevéque de Kinshasa’ ct
le 'Patriache coptée d’Alexandre
drie, le cardindl Stephanus Sida
rouss, sont arrivés depuis le 24
Juillet & Kampala pour partici-
per & la conférence africaine
des Evéques qui s’buvrira a Ga
- ba, dans la banlieve de la capita
Je Ougandaise.

Onze cardinaux, dont sept ve
nus d’Afrique, trente trois Arche
véques et Evéques, représentant
toutes les confétences nationales
et régionales de l’Eglise Catholi
que Romaine prendront part a
la réunion qui sera officielle-
ment cloturée par le Pape Paul
VI, dans la Cathédrale de Ruba-
ga & Kampala le 31 Juillet date
de son arrivée en QOuganda.

PAUL VI ET LE
CONFLIT NIGERIAN

Le Pape Pau! VI profitera de

son voyage en Ouganda pour
s’entremettre en vue du rétablis-

Kxement de

Etat des Pays fimitrophes d
VOuganda, ainsi que le chef d'E
tat Fédéral du Nigéria et le lea .
der Biafrais le Général
KU, a venir: rencontrer le Pape
a Kampala pour une entrevue a.







»

la paix, entre le Nigé-
rine Ue Biafra selon une gource

vaticnne.

Le Président de Ja Républi-

que Ougandaise, le Dre, Milton

bote, a mis tout en oeuvre pour
aciliter la tiche du Saint-Pore.
C'est ainsi qu’il a invite les chet

ODJIU-

vee lui.

IL ne fait pas V’ombre d'un
doute que la guerre civille au Ni _
géria, qui fait des milliers de vic

times innocentes chaque jour, s¢
ra au centre des conversations
que le-Pape Paul VI aura le jer
Aodt avec les chefs d’Etat Afri-
cains.-

Jusqu’a présent six Chefs dE
tat ont répondu favorablement
a Vinvitation,du Gouvernement
Ougandais. {Ce sont les Prési-
dents de la Tanzanie, de la Zam
bie, de la République Démocrali

que du Congo, du Ruanda, du
Burundi et de la République Cen
tre Africnine.

De notre Correspondant a
Kinshasa

Gerard Charles Alerte

Encore ce





fancinant?

Bi vous souffres de mal de

;
;

ta
i
bi

At
ii
Will

i

E



AVIS

La BANQUE POPULAIRE COLOMBO-HAITIENNE re-
mercie bien sincérement sa fidéle clientéle en COMPTFE D'E
PARGNE en particulier et le Public en Général et prend plai
air A leur annoncer que Ia- PRIME Traditionnelle qui leur

sera offerte ay Tirage de Décembre 1969 sera exposce tres
bientét au Local de la dite BANQUE.

Les conditions de participation & ce Tirage sent les sul

vantes :

I. Muintenir en COMPTE D'EPARGNE UN SOLDE M1]
NIMUM de CENT DOLLARS & 90/100 C$: 100.00): duo ta

“

AOUT su 29 Décembre 1969.

2.— ou bien: DEUX CENTS DOLLARS & 06/100 Cy lie








00):

3.--- ou

que PRIME.

BANQUE POPULAIRE

TROIS CENTS DOLLARS
du ler Novembre au 29 Décembre

Port-au-Prince Jes 24

LA BANQUE DU PRUPLE HAITIEN.

du ler Octobre au 29Décembre 1969.

& GOS 100 OX tug Hey

1969.

En attendant, continuez, chers clients, a faire vos Dépars
a LA BANQUE POPULAIRE
votre BANQUE, afin de de enir’ propriétaire de Ja

COLOMBO - TAITIENNE

Magnifi-
Juiller 1aao
COLOMBO-HAITIENNE



wu A ,
Départ de ML

GRATUIT...
Une brochure LA. MAITRISE
DE LA VIE sera pour vous le
- point de départ d’une vie nouve!-
le. Eerivez a:






ORDRE ROSICRUCIEN
AMORG
56, DOMAINE.DE LA ROSE -
CROIX

iG, Rue Gambetta, Villeneuve
St. GEORGES (8.-&-0.)

(France)
xX xX X
wiaeeahapgsrae de or ae ee ee
pay koge MATING: DE M/T LAYLA EXPRESS:
tyra aE OR Fy OEE oe RESS
( wt ee yilewenve St. Georges, M/ T LAYEA EXPRESS
informe ses membres que les M/ Vv WILLIAM. EXPRESS

réuniona ésotériques ont lieu ré-
guligrement chaque dimanche (le ;
2e,. excepts) A-9 hres. A.M. en:
son local habituel sis sur la route
de Delmas. Les travaux pratiques {
ct les réunions | administratives
se tiennent le 2e, Samedi-: de
chaque mois, . :

Pour toute information sur
heure. d‘ouverture de Ja Bibliotht-
ue, . date. , Initlations . au.

M/V JOHNNY EXPRESS.
M/V WILLIAM EXPRESS

G

















‘emple,.. éntrevne avec: les .
clera de la Loge, réunions soota~

les, programme de travail, etc...
Veuillez sdroaser roe dottres, as.
MAR Boat



LECCE CCST AAAAASA ALTE SSE VOIR



MI Pour POE
YTO DOMINGO

SNSISIOIS ISIC SIE ENE IEE ES
1





Voy. 63
Voy: 31
Voy. 72
Voy. 32
Voy. 64
Voy. 33
Voy. 65

ROGER SASSINE
Place.Geffrard No: 117
Etage Building! Frank MARTIN.

Tel, : 3132 -

WKCKAKKWK NOLAN NTA SSF

NE”
2T-AU-PRINCE

Aout ler, 1969
Aowt ler, 1969
Ao&t 7, 1969
Aogt 12,1969
Aotit 14, 1969
Aout 21, 1969:
Aout 28, 1969
Chambre Frigorifique disponible a chaque voyage
















LUNDI 21,

MARDI 28"

AOUT 1969

Cherehes la section correapondant au jour de potre anwiversatra

de navsance ef voted trowmveres
siynalent lea autran powr demain,

len perapoctives que vows

Droit dovreproduction totale ut partistte rdvervi,”
Dropricte Keay Poatiuren Syndicats ~- NRuoluaivitd
LE NOUVE LLSTE>

MERCREDI 27 AOUT 1969.,

2) MARS AU lo AVRIL (BE
LIER): Tendance a Pindolence
eta laixser les choses aller. Eve
doit refrénee si vous voulez avoi |
une journees satisfuisante. Ne
soyez pas ta victime de Vindéci-
sion.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): I) sera important de
voir comment vous vous présen
tez. Terminez les tiches inache-
vées. Les actes non falta peuvent
déranger le programme de de
main, Attention a ta crifique exn
iroérée,

2 MAL AL ai) JUIN (GE-
MEAUX i. Ne Laissez pas s’@ -
chapper voire chance en don
nant trop d'importance aux af -
(naires cournntes. I sera sage de
conserver les yeux bien ou
verts

ge JUIN AU 23. JUILLET
(CANCER): Bonne journée pour
plaire & celui qui uchétera vos
produits. Connaissez bien ses dé
strs et ses besoins afin de les sa
tisfaire nu mieux. Soyez pru_ -
dent en prenant vos décisions.

24 JUILLET AU 28 AOUT
(LION): Comparez les possibi
lités, Laquelle offre le plus de
chance de succes? Développez |r
maximum de vos dons afin d’a -
voir le pius possible de cordes a
votre arc.

24. AOUT Av 23 SEPTEM
BRE (VIEKGE): Essayez de sti.
muler des forces ‘défuillantes, de:
ressources e.ténuées. Ayez une
vue optimisic de Vavenir. Sou -
venez - vous que la nuit la plus
noire préctde exactement Yaube.

24 SEPTEMBRE A U23 OC
TQBRE (BALANCE): N’atten-
dez pas d’aide. De nombreux pa~
tenaires ou amis voudraient bien
vous aider mais n’en trouveront
jamais le temps. Concluez que
c'est & vous seul de mener votre
jeu.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Du temps
perdu? Vous étes votre maitre.
Bondidssez en ne faisant pas fi
de la sécurite. L’animation que
donne un travail bien fait et
une puissunle médication.

23 NOVEMBRE AU 21
CEMBRE (SAGITTAIRE) :
Quand monte la pression de !

DE

journée, ralentissez et mén+
changez de route. - Autremen',
vous irez i contre - courant. Ce

A

AVIS

ture Renault 4%, modele 63 au
profit de la Retraite Sainte An-
ne Foyer pour Vieillards, qui de:
vait uvoir lieu au 2e, tirage du
mols d@Aoft 1060 de la Loterie
de VEtat Haitien, — ext reporté
nu 2e, tirage do mois de Sep-
tembre,

Ne perdex pus vos billets a'il
vous plait.

Le numéro gagnant sera unon
cé par les journaux uprés con-
trdle, Ia Voiture sera remise au
propriétalre par le Pére Direc-
teur des Salésiens, a Port-au-
Prince :

Roulevard Jn. Jacques Dessa-
lines. Cet avis est donné & tou-
ten fins utiles de droit

Mary Arnoux Cy. WALKER



ETES-VOUS
MAL A L’AISE ?

Les nouveaux comprimés éliminent
la dépression.
Nous nous sentons tous mul a Valse
de temps & autre, mala en fin de
compte les scientifiques ont décou-
vert les comprimés PRO-PLUS qui
rompront le cycle de la dépression et
yous redonneront une humeur égale
et un regain de confiance.
Aujourd'hul méme achetez jes com-
primés PRO-PLUS



Un reméde nouveau
et souverain contre
les douleurs

Un médicament puissant et
jnoffensif faisant disparatire ra
pidement toutes sortes de dou-
leurs, c’est bien DOLOROSTAN.
Arthritisme goutte (ii élimine
Vacide urique), rhumatisme arti
culaire aigu, rhumatisme chroni
que, rhumatisme goutteux, aciati
que, hydrathrose, arthrite séche.
coliques hépatiques, grtavelle
Toutes les douleurs provoqnées
par ces affections disparaissent
devant DOLOROSTAN.

Les pilluka. DOLOROSTAN
cherchent non sealement & faire
disparaitre les manifestations de
ln maladie ‘mais aussi & en dé-
truire la cause.

Ne continuez plus & souffrir
jnutilement : il y a
les pillules DOLOROSTAN. po-
LOROSTAN - agit vite — est
sans danger — ne contient av-
cun produit nocif.

Demandez . DOLOROSTAN au
jourd’hui meme. En vente dane.
toutes les pharmacie



conseil prendra pour vous
trés grande unportance. :
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Sun
ex que les modifications doiven:.
étre faites pour améliorer et pas:
seulement par gofit du change
ment. Certains fuient les respon
sabilités mais ce ne sera pas vo-
tre cas.
méme.

21 JANVIER AU
VRIER (VERSLAU): La solu-
tion est d’établir un programme.
Et aussi le bon emploi de vos
dons dans un effort bien dirigé.
Soyez prét a tous jes change -
ments qui sont nécessaires.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Un ralentisse *
ment peut étre conseillé pour re-
yrouper vos idées, pour étudier.

hie

vos problémcs plus a fond. Ne .

soyez pas indépendant au ‘point
de vous trouver en unc situatiun
précaire. .
SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUIL: Vous étes intuitif, éner
gique et personnel. Votre Signe,
la Vierge, indique que vos efforts
ont un but élevé et que votre a¢c-
tivité est vaste. Vous vous sur-
prendrez vous - ‘méme— et au-
trui — par vos idées originales
et audacieuses. Elles n’en seront
pas moins praiqqus et sont celles
de personnes dont la progres -
sion est rapide. Prenez toutefois
la précaution de ne pas écraser
le timide et le modeste. Ces der-
niers ont, eux aussi, de brillan-
tes idées qui rivaliseraient avec
les vétres si vous consentiez A
les admettré et a les’ étudier.
Yous étes extrémement compé -
tent dans les cas difficiles. Vous
pouvez étre un fin eritique, un
journaliste ou un directeur d’af-
faires remarquable.



Avis dé Divorce

En vertu d’un jugement du

Tribunal Civil de Jaemel en ses °

attributions civiles. sous Ja date
du 30 Avril 1969 rendu entre le
sieur Marc Jn.- Baptiste, deman
deur en divorce, et son épouse.
née Francinique Henri, défen-
deresse, la dissolution de leur
mariage ai été prononcé aux
torts de cette derniére.

Le dispositif du gus-dit juge-
ment, aprés les formalités et dé-
lais légaux a été transcrit dans
les Régistres a ce destinés par
VOficier d‘'Etat civil Gabriel Le
pierre de la Commune de Jake
nel (Sect’on Sud), ce, a_telles
fins que de droit.

Jacmel le 22 Aodt 1969
Loubebt CORMIER yay.

JOLY GARDEN
Mme Yvan DESINOR

Eeole Maternelle, pour les En-
fants de 2 a 6 ans,

Le programme correspondant
A la classe de i3eme enseigné
méthodiquement.

La Directrice et le Personnel
sont toujours & la disposition des
parents ott les inscriptions sont
ouvertes tous les jours de 8 heu-
res du matin & midi,

JOLY GARDEN en face des
Soeurs du Sacré- Coeur de Tur-
wenu -— Avenue Boyer No. 18.























.Avant tout restez vous- |

10 FE -°


















AW NON.!
Urivisez LE BON. BeuaRe DE LA 'BEURRERIE. ‘DU Sup

POIS SOUCHE EN SAUCE.

Lew pois souches song ‘de: gros
pols larges, plats et blanca en -
fermés dans grosses gousses ver
tex ot plates. Les pois souches
violaerés sont amers,éviter de les
acheter, |

Cuire les pois souches largie-
nent couverts. d’gay . froide sur
feu moyen a: éasserole découver-

Le Livre de Cuisine de Niniche

POUR TRACTION,



RIE OU

VEEORRE.

DAVID BROWN |
" TRACTEUR 0D DIESEL

LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLOQUE
DISPOSITIF EXCLUSIF « BLOCAGE DE DIFFERENTIEI.
CHASSIS UNIFIE
RRDISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE,

R Charles Féquiére & Cie.

DISTRIBUTEURS

Assurez -

ae Cy - =
Norwich Union
La Meilleure Compagnie d’ Assurances
. Etablie en Haiti

JOSEPH NADAL & Cie. Représentants.

GON BEURRE DE TABLE
PASTEURISE

72 livre

BEURRERIE OV

‘

tq, Sid gnu sévapore savant que :
lea pots aolent: cultd “en njouter |
un orien peu ad peu, de temps en

temps jusqu’a ln cuisson, Ace

moment, écraser’ avec une cuillé

res aux parois de la casserole,
une quantité suffisante ‘de pois
pour 6paissir V’énu. Saler, épicer
au goiit. Ajouter beurre. Ser -
vir.

se vend dane tovtes les librairies










vous 4 la

PAP Oma

#* where

IDAI
Suo









CONTE HAITIEN

ll pleuvinait. ee soir-la.., ; La
terre exhalait une. ‘senteur qui
montait montait. -et enveloppait
les cogurs . d’un-.sentiment de
dégott:_ Fine, sensible, capri-

/ » clevse, la pluie hésitante Jangait

des soupirs que le vent orchestrait
en une plainte monotone et
déchirante, soutenue par le cri
strident des cigales... Elle
martelait le sol avec insistance
comme s'il y avait quelque plaie
a laver, a décrasser, quelque
erachat i dissoudre...” Il. faisait
fra's, un peu trop frais. Le bois
était’ désort. Rares étaient les
chiens qui, la queue sous le
ventre, longeaient l’ombre des
grands “beyahondes. Et ou-
guenio suivait leur have.

Cela faisait des jours qu'il
marchait comme une épave; cela
-faisait des jours qu'il tournait
en rond sous le ciel ?dmpassible.
I) était comme une -feuille séche
jetée au gré du vent. DO le
savait, il le sentait.. Il rampait
dans -une mare; la vie lui
passait sur le ventre et Hou-
guenio la laissait passer...

_ C'était un de ces soirs of
il avait l'impression que le
monde s‘arréte a son nez - et
qu’au dela, il. n'y a rien, ab-
solument rien. C’était un de
ces soirs- of il voudrait ceourir
pour combler le “néant du temps
perdu, ot il voudrait disparaitre,

acculé par un désespoir: qui
atrophie la pensée et _ pousse
vers ce chemin de lacheté au

terme duquel tout
et mystere.

_ Ce chemin s‘ouvre a tous et
jamais auparavant, Houguénio
ne le comprenait aussi bien que

est inconnu



ve soirela ” ‘ou i pleuvineit,
Ik s'étaitarrété ‘sous un grand

mapou. Il était .la,. 4 demi-nu,
la pensée annihilée, - les pieds
fatigués” de battre' le sol, -de
fendre les fatras, le “regard

fendant le noir qui se resserrait
& chaque instant: autour de lui.

Son coeur batait trés fort et
‘troublait- ce “macabre concert
nocturne qui - enveloppait le
bois. Il. croyait entendre. le
souffle d’un animal : était le
sien.

Il se raidit et s'appuya contre

le mapou. I) tira un couteau
quil ne vit pas. Il sentit.
seulement Ié froid de la~ lame

sur sa poitrine. Il avait mal au
coeur; il avait envie de frapper,
de transpetcer ce coeur qui ne
valait plus. rien et qui lui faisait

si mal. Mais il ne ‘peut. lever
son bras...
Le couteau s‘alourdissait de

plus. en’ plus et tendait le bras
de Hougnénio.

Non, non,
dents. ,

Le couteau: s‘alourdissait. 1)
lui sembla qu’il portait tout un
monde’ de péchés. Le couteau
Sslourdissrde plus en plus et,
aun cerfain moment, tomba de
Ses mains en feu. I] voulut se
plier pour le ramasser, mais: i!
ne put pas. Et tout a coup, la
pluie se mit & tomber rageus2
ment, escortée de tonnerre. Hou
guénio resta figé comme une
statue et le vieux mapou se fit
la cible des foudres.

— Houguénio, pourquoi m’as-
tu désobéi, pourquoi ?
ére, pére...
J] n’eut pas le temps d’achever;

dit-il” entre ses



COMMENT FAVORIS ER LE BON

(Suite de la 2Zeme page)

tés ou, réceminent encore, les protent & lutter contre les mauvaises

priétaires noirs étaient pratique
ment inexistante;

Larrivée d’un-Noir a la recher-
che d'une maison dans une com-
munauté de bantieue A prédomi-
nance blanche engendre des réuc
tions typiqués. On s’inquiéte des
répercussimis qu'une telle arrives
pourrait avoir sur la valeur des
propriétés et les propriétuires les
plus racisles exhortent les habi-
tants a s’organiser pour les em
pécher de s’y installer. Les libé-
raux se félicitent de l'arrivee de
Nors; celui qui n’a pas d'opinion
bien définie sur la question deéci-
de de fuir avec les racistes ou
consent, bon gré mal eré, ik res-
ter, Les Blancs ‘optimistes annon

cent qu’ils sont ¢en voie dintégra:

tion» alors que leurs voisins se ‘de
mandent, inguiects, jusqu’’ quel
point ils «naecepteronty les Noirs.
Les Noits ouvcllement ingtallés
observent adaptation des Blanca
a leur présence Avec une géne
mélée d’ironie — il faul avoir un
sens de ‘humour pour pouvvir
tolérer ce que les Noirs considé-
rent comme de lp estupidités.
Des que kk: membres d'une
communaulé intégrée se remet





— Be. oT

herbes qui envahissent leur pe -
louse, cela sigiufie que la commu
nduté est en train de se stabil’.
ser, Malheureusement, dans cer -
tains secteuré, les Blancs apeurés
prennent la fuite et les agents
immobiliers, anxieux de sauve -
garder leurs intéréts, vendent >
des achetetrs noirs, favorisant
ainsi l'établissement d’ung nou -
velle communauté a prédominun-
ce noire. 11 cn résulte que Vint?
gration est retardée dans une vas
te zone parce que ce sont les
Noirs et non pas les Blancs apeu
rés ou les agents immobiliers ir-
responsubles, qui sont accusés de
promouvoir Ir création d’un
«ghetto».

Les progits enregistrés dans
un domaine cngendrent Ia déter
mination de progresser dans un
autre. Lorsgue les Américains
comprennent qu’ils vivent aujour
d’hui au sein d’une société en évo
lution, cela constitue en soi un
grand pas en uvant. Des discus -
sions franches sont indispensa -
bles et elles ont lieu sous Jes au.
pices d’organisations religieuse;,
de groupements en faveur de I’'é
galité des droits, d’associations
semployant & promouvoir léga-
lité dans le logement et de comi-
tés traitant des relations humai-
nes a l’échelon des villes et des
comtés.

“L’un des aspects
geants.de liitégration. des com-

munautés cst que l'on, commence

& prendre conscience du, fait que,
lorsque des Américaing blanes et
noire: vivent céte & céte: sur un
pied...d’Egalité,. ils finietent par
comprendre ct apprécier les va -
leurs humaines auxquelles ils‘ con
tribuent tous.

\INVERETEâ„¢

.. soir-la,

encourna - -

Poeun: ous SERVIR. &
Sa UVEGARBERT vos

45 AVENUE MARIE JEANNE
CITE. OE L'EXPOSITION

pee

Le vieux mapou |

la foudre le secoua et il
se plier et s’agenouiller,..
— Houguénio, pourquoi m’as-
tu trompé, pourquoi 7
- Houguénio baisa la terre puis
leva les yeux vers le bouquet
du mapou comme © sil cherchait
quelque chose.

Son regard fou. se promena
dans Je noir, violé par des éclairs
et il éclata en sanglots:..

Et du mapou, montaeit ‘en
créscendo un concert de voix
qui tressaient le mythe du dieu
des _cimetiéres. Les — accords
magigques et — ensorcelleurs du
Houm, di Houmtor et du
Houmtogui qui e répercutaient
la-bas, au loin, soulevaient le
cocur de. Houguénio. A travers
cette musique “qui remplissait
tout le bois, le «PARLER
LANGAGED> se précisait.

Tout & coup, le mapou comme
mu par une force invisible, se

put

mit 4 parer les foudres'et A
jongler avec les cclairs. Il
pliait; son front mystérieux,

par moment, heurtait les «cimes
des autres -arbres, si petits ce
ou se frottait contre la
“terre battue par cette pluie qui.
elle aussi, chantait. Dans ses
révérerices, le manou millénaire
entrainait Houguénio et ‘ils, res-
@mblaient, ce, soir-la, a deux
enfants qui sfennivraient dans
une ronde interminable que
rythmatent ces voix aui se
mariaient pour tresser quelques
choses qui puisse subjuguer leur
ame :

Seen nee

LE VOILE SE LEVE
EN TCHECOSLOVAQUIE

“PRAGUE (AFP)

Le voile commence 4 se lever
sur ce qui s'est réellement passé
en Tehécoslovaquie le jour an-
niversaire de Tintervention des
forces du pacte de Varsovie.

Alors que, dés le lendemain
du 21 Aout, le présidium du P.C.
tchécoslovaque, tout comme les
vouvernement fédéral et tchéque,
sétait félicité du calme qui
avait régné dans tout le pays a
l'exception de Prague et Brno.
chaque jour apporte depuis lors
de nouvelles révélations sur les
inicdents qui se sont. déroulés
dans d'autres villes tcheques.



“wy




GEORGES SICARD
“63, Rue des Fronts
Forts -

V/SAS

a Pee at

* lui et brailla,

TICKET A vion/Ba: TEAV
"RESERVATION, O WQTEL
ASSURANCE Vora GE

=" BUREAU
Z, if CLIMATISE








Par Carlo A. DESINOR.-

«GUEDE L'ORAGE,
« «GUEPE LIORAGE,
GUEDE L'ORAGE,
ONAN, ONAN...2
Tout a coup, ja flamme du
souvenir de sa lointaine Afrique
qui couvait en lui, se réveilla...
son coeur battdit intensément
et il espuissa, dans ce décor féc-
rique, les premiers pas du pos-

NASIRE

NASIRE

NASIRE
ONAN,

La foudre se déchaina et brian
le couteau qui gisait par terre
en deux couleuvres qui allérent ~
s‘enrouler autour des oreilles de
Houguénio qui entonna avec la
fixité des fous perdus;
«COULEUVRE, FEMME
DAMBALLAH .
COULEUYRE HE, COULEU
VRE HE !
DI YO NOU LA, AGOE
COULEUVRE, FEMME
DAMBALLAH..»

Tl chanta pendant longtemps

et au fur et a mesure = qu'il
chantait le décor se métamor-
phosait. La pluie s‘apaisa brus-

quement et il se fit un silence

macabre. Une vieille femme,
lentement, s'approcha de ui.
Elle déposa sa main calleuse

sur la slenne et dit :
D’ot es-tu, mon négre ?
— Je suis du pays de guelé-

fré; je suis le fils de LOCO
ATISSOU KERSSOU...
— Que fais-tu donc ici ?

demanda a veille dame, ‘

D’une voix rauque, il répondit ~
sur un air qui faisait frémir
«A mon yan va, LOCO, anyé

M’pral cherché famille ‘mouins

— OU es-tu. ot es-tu, ma
vieille ?

La. vieille feryme avait disparu.

Houguénie regarda autour de
Ti semblait~ d’un
coup devenir un autre homme.
Il ne tremblait -plus. Ses yeux
n’avaient pas d’expression, mais
semblaient appartenir a quelque
chose d’humain.

Il se mit a marcher. ll lui
sembla que les arbres se
courbaient sur son passage, que
les fleurs souriaient dans le noir,
qu'il marchait sur des plames
doiseaux. I] n’avait plus envie
de pleurer... et il se surprit a
d're au plus profond de son
étre

-- Pourquoi pleurer alors “que
le temps s’en va ?

Carlo A. DESINOR
4 aottt 1969.



INSERTION DEMANDEER

Laboratoires
E: Muzac Basile

Ce 7 Aout fatidique

Oui, la connexion est suppri-
mite.

Atropus, I{nexorable a dans
une crise de cleptomanie coupé
Jn vie nu.charmant Directeur
du Nouvelliste Quotidien,
Doyen de lu Presse Haitienne.

Cette opération-éclair, exage
rément brutale a suscité dans
le coeur de ses admirateurs
pétrifiés, un séisme alarmant
avec son cortége de dégata
immensurables, dégats dont les
réparatious exigpront beaucoup
de temps.

Mais en face de lArrét
destin, sans appel, la dynamique
équipe du Doyen conserve
encore un atout consolant, celui
de croire que l'ombre radieux
de Max Ernest Chauvet sera
toujours li, aux aguets, pour
provoquer dans les moments
difficiles cette alacrité agissante
qui exhorte au courage et au
dépassement de soi.

Dr Emmanuel Muzac Basile

> 7 Aodt 1969

du

‘






















3989-359








PAGE 6

-En vente ¢





LUND! 25, MARDI 80 A



'



EN BREF

LES NOUVELLES DU MONDE

LES PARENTS S’OPPOSENT
A L'AUTOPSIE

Le Probléme de UAulopaie du
corpa de Mary Jo. Kopechne
Wilkesbarren (AFP)

Le Juge du Tribunal de Wilkes

barren, Mf. Ernard Brodinski,a te
nu une audience lund. Hy a
fait savoir qu'il étudiait Ja re-
quéte des parents de Mary Jo Ko
pechne, qui s’opposent A l'antop
sie du corps de leur fille deman
déc par Ie “~ocureur du Magsa
chussets, M. Edmund Dini.
xxx

BELFAS (AFP)

De l'envoyé spécial de )’AFP
Jean) Michel GOUDSTIKKER.

La crise de confiance qui af-
fecte le Gouvernement de )’Uls-
ter depuis le début des émeutes
eat entrée cette semaine dans sa
phase aigui, les différentes for-
ces politiques d’Trlande du nord
fnisant pression sur le Cubinet

Chichester - Clark A quelques
Jours de l'arriyée de M. James
Callaghan, Ministre = de l’Inte-

ricur Britannique.

Le Cabinet du Premier Miaio
tre n'a pas démenti — officicll.-
ment la rumeur de la démissicr
éventuelle du Gouvernement ce
l’Ulster au cas ot M, Callaghar.
voudrait lui imposer le désarme
ment des supplétifs de-la police
ou bien la présence d’un Minis-
tre de Londres au sein du Cabr-
net.

. x XX
DAMAS (AP)

Les dirigeants syriens poursu1
vent activemeut Ieurs démarches
auprés des pays membres des Na
tions Unies pour leur aemander
leur appui 4 .a candidature de la
Syrie au sicge non permaneni
du Conseil de Sécurité qu’occupe
actnellemca. ie Pakistan et qui

sera vacant & la fin de l’année
en tours.
xxx
BONN (AFP)
L'URSS souhaite le dialogu:

politique avee la RFA, a déclayé

lundi, «a Bonn, M. Helmut
Schmpt, Président du groupe pay
lementaire Umcia! - Démocrate

qui a rendu compte é la pressc
du voyage quwil vint de fairc &













Avis aux Abonnés
de ’Etranger

Eu raison dea frau éleven
necenniten par Cenvai de pa-
queta w Vertérieur, TAdani-
nintration du «Norvelliates
piie vex chonnes de UBtran-
ger quine sont paa en rdgls
avec elie de bien vorloin le
faire au plua tot.

Un déua expirant le 15 Sep-
tembro prochain lewr eat ac
cordd a cette fin.

20 Aonl 1069.

L'ADMINISTRATION.



Messe de prise
de Deuil

La famille du regretté Abdal-

lah Ackmed fera chanter une
Messe de Prise de Deuil en sa
mémoire le Vendredi 29 AoGt &
Th.l6 a.m. en VEgliise du Sacré
Coeur de Turgeau.

Le présent avis tient lieu d’in
vitation aux parents et amin du
regretté défunt.

Port-au-Prince Je 26 Aofit 1960

e





A 6 hres et 8 hres 30
9 suiecés dela Saison
ne occasion @ ne pas rater








é8
avec,





pana Ro as AYRE te



-votre guide de couture facile. et...
- Faites vous quelque chose de sensationnel !

WAALAR SEER



ATIANA SAMOILOVA
“Maia PLYSSETSKOIA

Moscou avec ses deux adjoins,
MM. Alex Moeller ot Egon Mraa
ke.

xxx

LONDRES (AFP)

A la demande au Gouverne-
ment ‘Tehécoslovaque, M. Goron-
wy Roberts, Ministre d’Etat: aux
Affaires Ktrangéres, a accepté
de reporter & plus tard la visite
of wi .




di soir le Foréign Office.
xxx

WASHINGTON (AFP)

La dégradstion de la situation
au Moyen Oricnt -suscite actuelle
ment une apprehension crolssan-
te dans les milievx officiels amé
ricains et notamment au Dépar-
tement d’Etat qui sinquiele des
événements 2 Bagdad et a Jéru
salen) ainsi que des activités na
vales sovidviques en Méditerra
née, .

M. Robert Mc Closkey, Ie por-
te - parole du Département d’E
tat, a condaniné lundi lcxécution
de quinze espions & Bagdad qui,
selon les aulurités irakiennes au-
raient été & la solde des services
de srenseignement américain et is
raێlien.

xxXX

Dix mile quatre cents resso-
tissants techécoslovaques ont ce
mandé, et obtenu, ]’Asile Pol:ti-
que en Suisse depuis le 21 Aoi:
1968, apprend-on 4 la direction
de Ila Police du Département Fé
déral de la Justice (Ministre
Suisse de la Justice.-

xxx

PRAGUE (AFP)

72 étrangers ont -été arrétés 4
Prague & la suite des événements
des 21 et 22 Aodt, a annoneé lun
di la télévision tchécoslovaque.

Il y a eu d’autre part 1005 arc
restations de citoyens tchécoslo-
vaques, a ajcuié la télévision,

xxx
LE CAIRE AFP)

Le President Nasser accueille
favorablement la proposition du
Roi Feyyal d’Arabie dSeoudite, de
tenir une contérence au sommet
des pays islamiques, annonce ce
matin je juurnal Al Ahram afin
dexanune: tc crime prémdédité et

l'incendie délibéré de la = mos-
quée Al Aksa.

zxXX

LE CAiIRE (AFP)

Le Président Nasser a proposé
au Roi Hussein de Jordanie un
plan en quatre points pour faire
face a Israel, annonce ce matin
le journal EL Ahram. Selon ic
Journal, le Chef de l'Etat égyp
tien suggére primo, la mobilisa-
toin de tous les pays arabes et
de tout ce que chaque pays peut
mobiliser dans 1a guerre ccntre
Isrnel, secundo, la coerdination
entre les pavs limitrophes d’Is-
rue] ou entre lea pays dont les
armées se truuvent sur le front
avec Israel, tertio, la tlnue d’un
sonnet Arabe, quarto, Ja tenue
d'un sommet Islamique. |



AVIS

Port-au-Prince, le 21 Aoft 1969.
Le Secrétariat Technique in-
forme lea commercantas, lea intel
lectuels, les industriels et’ le:.pu-
hlie en général que: le «Guide. de
préparation des projets de déve-
loppement> est en vente: dans. le
Librairies suivantes < .
Librairie.a la Caravelle
Librairie La Pléjade -
Aux Livres Pour Tous,
Au Service dé la Culture
Imprimerie Deschamps.

LA DIRECTION. _



a

Mesdames, Mesdemoiselles
Avez - vous vu les nouveaux catalogues
de Modes Mc Call’s 4 la Maison

Don Mohr Sales Corp.

Venez choisir vos patrons et pensez 4 réclamer

















| Pee
|
)
:

La Féte de St Louis

Cotte année, la f6to pa



été
un

de Mirebalais
lébrée avec

tout particulier..
tions’ populaires, religiouseg, et
mondaines ont eu lieu a Vocca-
sion du 220ame anniversaire de
la fondation de In’ cité, et 108me

4

année de la ‘création de la pa-
roisse.
Le samedi 28 a 4 hres p.m.°

les festivités ont débuté par une
large distribution

faite











J. Marcelin, chef du personnel ‘et
Moligre Narcisse agent de propa
gande, dans les quartiers populal
res, :

A 6 hres p.m. a ev liew sur la
place une grande manifestation
populaire en l’honneur du Pré-
dent Duvalier. Ont -pris la parole
le Magistrat Communal de Mire-
balais, Mr. William GASTON,
le préfet GEFFRARD, le député
de 1a circonscription, Mme Max
ADOLPHE, Gérard MAISON-
NEUVE, de “IDAI et Moliére
NARCISSE de la L.E.H..

Le dimanche & 8 hres 15 pro-_

cession traditionnelle aA travers
les rues de la cité suivie de la
grand’mesee concélébrée a I’Egli
se paroissigle par les péres Chris
tian NICOLAS, curé de Belladére
célébrant principal assisté des pé-
res LECEAUX, administrateur
de Savanette es BANEAT curé
de Thomazeau. Le préfet de
VArrondissement, Mr. Franck
GEFFRARD, le député, Mme
Max ADOLPHE, le major MOI-
SE, commandant du département
militaire du Centre, M. ACHIL-
LE, sous directeur de la L.E.H.
les lieutenants Charles ANTOI-
NE, commandant du District et
MONDE du Sous District, é-
taient présents dans le choeur.

Les chants ont été exécutés
avec brio par la chorale parois-
siale sous la direction du cher
frére JUDE de St-Louis de Gon-
zague.

A Vissue de la messe un vin
@honneur a lité & VH6tél de Ville en Vhon-
neur du Président de la Républi-
que.Des discours ont été pronon
cés par le Magistrat et le Préfet.

Vers 11 hres & a résidence
des époux Roland BOSQUET une’
belle réception a été offerte par
Mme Max ADOLPHE,

Le soir & 7 hres, VIDAI a of-
fert une séance cinémathograpi-
que A la population qui a connu
le plus grand succés. Des films a-
gricoles et sur APOLLO XI ont
été projetés,



La Prime de la
Banque Colombo

“Nous sommes \d’accord avec
la suggestion faite par un lec -
teur {de notre confrére LE

JOUR ap sujet du tirage de la =

prochaine prime de la Banque
Populaire Colombo Haitienne.
Cet établissement bancaire au -
rait tout & gagner, vu Ja con-
fiance qu’y placent les économi-
quement faibles, en retardant
jusqu’au 10 septembre ~ pro -
chahin le délai primitivement fi-
xé au 10 soft dernier pour la
premiére catégorie de clients en
compte d’épargne, (celle qui doit
maintenir un solde minimum: de
CENT DOLLARS), désireux de
participer au tirage de la pro -
chaine prime.










Des manifesta-_

le. produits ali”

+ par.
5 Archillé, sous
. directeur de la Lotevie et Joseph






Sur le chemin du retour, elle
a visité des membres de sa fa-
mille & St Thomas, Tlea Vierges.

Alice a été accuellie A l’aéro-
port Franco's Duvalier par son
frére, le Promoteur Joe Etienne
sa femme, sés charmantes filles
Evelyne, et Geneviéve, par ‘le
Dr. Raymond Ed. Etienne
(Pharmacien) sa femme, son
fils Richard, et sa jolies filles
Florence et Francoise et sa
ravissante niéce Blena Astrala-
ga, et par bien d’autres membres
de la famille “Etienne.

xXx :

.. Mme
Lasségue, charmante épouse de
notre ami Seymour Lasségue
est rentrée dimanche’ matin avec
sa racvissante fille’ Michaelle:

Adrienne et Mika viennent
de passer quelques semaines: aux
Etats-Unis et au Canada.

Elles ont été accueillies par
leur mari et pére, M. Seymour
Lasségue et par des parents
et amis,

KXE

.. Le Dr, René St Léger a
repris l'avion dimanche aprés
un séjour de trois jours ici avec
les membres de sa famille.
~Le Dr. René St Léger est un

~brillant interniste haitien vivant
depuis cing ans a St Louis,
Missouri.
. Tl a pris Ja route
Montréal- Miscsouri, nous dit
sa charmante belle-soeur, Dr.
Daniéle Rigot St Léger, femme
de M. Fritz St Léger. ‘~

René a été conduit a laéro-
port Frangois Duvalier par ses
enfantsRené St Léger, Jr., Jo-
celyne, Florence et Rachel, par

Miami-

son frére M. Fritz St Léger et
sa femme, née Daniéle Ricot,
par le Dr Serge Jean-Baptiste

et Mme, née Nicole Beaulieu. .
ete.

.. Le Député des Gonaives,

DECES DU JOUR

DECES DU MARDI 26
AOUT 69



Miracia Jean ..........:. 16 ans
Karol Martin 6 ‘mois
Léone Joseph ............ ? ans
Pierre Antoine Gérome ... 4 ans
Jn Claude Joseph, ....,. Enfant
Blanchard Dantes ..,... 48 ans

La Direction des Cours
Privés FRANCK ETIEN -
NE, tenant compte des de -
mandes réitérées de nom -
breux parents, a décidé d’é-
tendre son Enseignement de
la Sixiéme a Ja Philosophie.

En conséquence, il est
porté & Ia connaissance des
intéressés' que les Inscrip -
tions pour toutes les Clas -
ses Secondaires sont recues,
au local des Cours Privés
FRANCK ETIENNE, sis 4
la Rue Dr. Aubry No. 29,
du’lundi au vendredi de 8
hres. A. M. A 11 hres. P. M,

iv
Ss
a
ry
Sg
vy
Q
ns
7
~
Oy
.
Q
Y
y
a
yy
N
yy
Q
Cs

Messe - :
@’Anniversaire

A Voeeasion de Vanniversaire
du décés de la regrettée Erina
Mérisier la famille fera célébrer
le lundi ler Septembre prochain
& 6 h a.m. une messe de xvequiem
en sa mémoire A la Cathédrale.

Le présent avis tient liew’ d’in
vitation aux parents et amis de
Ia défunte.

Adrienne Beaufort

» {S0ITE)

M. ‘Pressoir Bayard et sa _dis-
tinguee épouse, uée Gaetjens “se
sont enbarqués dimanche matin
sur le Vol d’Air France pour un
voyage de -
qui les conduira aux Etats-Unis
et en-Hurope. :

=: Le, Député et “ Mute. Pressoir. .
Bayard ont 6t6 salués & aéro-

port Frangois Duvalier par de

nombreux membres-de leurs fa-->.

milles dont M. et Mme Henri
«Rico» Bayard. - .

"~Nous leur gouhaitons un trés.
agréable séjour: aux Etats-Unis
et en Europe, ,
. xXx.

te Mme Nicole Séjourné Ethé- - -
art, ~charmante épouse de I'In-:

gépieur Claude Ethart est partie.
dimariche matin par le Vol @’Air
France avec ses enfante . Jac-
ques, Florence et Pascalé.

Mme Claude... Ethéart ‘con-
duisant. Jacques a_]’Ecole ~ aux
‘Etats-Unis,
offrir des ‘vacances. & Florence
et a Pascale. . “ .

artiste Ernst Louizor hoapitalt.
sé au Canapé Vert .la semaine
derniére “se porte de mieux. ‘en

mieux. Ce brillant. peintre:‘dont....¢-
les oeuvres sont. louées= par tous = F
les connaisseurs avait besoin: de «
ce repos, ‘car il est l’un'-ded plis,: *:

prolixes -et des plus.:réprésen
tatifs de la -Galerie Nader,
Boex eX
.eNous. avons. -ré
plaisir -itos sympathiques ”:
Larry Segall . et
femme Joan. * ¢
Larry et Joan: sont de New-
York. Us étaient venus ici pour
la premiére fois, il y a sept ana,
‘et étaient restés ~trés attachés
aux merveilleux souvenirs de
leur visite en Haiti.
_ Ils passent une dizaine de
jours ici. Ils quitten{ le Grand
H6tel Oloffson demain matin
pour aller visiter le Cap-Haitien,
et'ses grandes attractions : les
ruines du Palais de Sans Souci
et la Huitiéme Merveille du
Monde qui est la Citadelle.
“Nous souhaitons un agréable

Relance de Ia

_ critique
-révolutionnaire

°
en Chine
PEKIN (AFP)

(De Pierre COMPARKT)

Toute la presse ae Pekin pu-
blie lundi VEditoz:al commun du
Quotidien du WPeuple, du )ra-
peau Rouge et du Quotidien de
l'Armée de Liberation, ditfusé
dimanche par la Radio chinoise,
et consacré aux. problémes dis
au Révisionnisme, & la désunion
au sein du Parti et aux difficul
tés sur le pian économique.

Aux yeux des ubservateurs
dans la Capitale chinoise, cet é-
ditorial maryuc une relance im-
portante du inouvement ce criti
que révolutivinaire de masse et
un rehforcesient de la campagne
menée cet Ete par le Pouvoir
Central, pour le réiuklissement
de Vordre dans Vensewble du
Pays.

NH annonce ae plus, estiment
Jes observateurs, une aguvelle 6-,
tape du mouvement lutte ~ criti-
que ~ transformation, une nouvel
le phase de ia lutte catre Ja’ econ
ception bourgeviae et In concep-
tion prolétarienne dv monde, et
i] traduit la volonté du régime
de poursuivre juscu’au bout Ja
révolutionarisation compléte de
Ja Société chinoise afin de ren-
dre imposraihic tout retour en ar-
riére, a4



amis





15éme ANNIVERSAIRE DE LA
BOULANGERIE . PATISSERIE

«AU BEURRE CHAUD»

— 1954 --

1969 —

A l'occasion de son 15éme Anniversaire, la Boulangerie
«AU PEURRE CHAUDs offrira a ges clients ane luxueuse petite
voiture au cour, d’un tirage spécial qui aur» lieu a la fin de l'année
1969,

~ GONDITIONS DE PARTICIPATION..



nd: Concours.

py

f— Pour participer au tirage extraordinaire A la fin de Décembre’1969' I fart détenir des fiches

: de Argent en Mangeants.

de participation’du 8 Jarivier 1969 au 15 Décembre 1069,

N.B— Gagnant ov Perdant ‘aux Tirages Ordjnaires, Conservez vos billets‘ qui seront valables

“> pour le Tirage Extraordinaire. ‘

“BONNE CHANCE A Tous,

L— Pour chaque achat d’une gourde il vous sera délivré un billet de participation

* 2— Pour participer aux tirages ordinaires qui -se font. touy joa 16 jours, il faut présenter
* “Yes billets correspondant aux 15 premiers jours de In période envisagéé,~

y

N

“par- Carlyn,

“4

ena profité “pour.













aveg =, dolphe «“ Abraham, par

sa pétillante .



*

séjour en Haiti a Larry et a

Joan Segall. °
. xxx .
Mlle Gertrude Saliba est -
ravissante

‘en compagnie sa

-sniéce Mile Tania Saliba et. son.

meveu; James Suliba, enfants de
.M, Joseph Saliba et Mme née

Yolaine Fong King.

hv oe KK

«. Le jeune; Joe. Elliott a-
repris V‘avion hier matin pour
Jacksonville, .Ploride aprés deux
semaines. ici avec. 3a, soeur, Mile
Carlyn’ Elliott, Secrétaire a
l'Ambassade Américaine. /
Joe*a. été conduit & l’aéroport.

“Mme Jocelyn Abraham
Chamandy a repris avion Jundi_
matinâ„¢ pour -Washington> D. C

“avec-see deux fils , Joa: et Mark

% portant_avec originalité chapéaux

typiques
haitiens



“Mile “Patricia“Abraham et son
Warvwitk -: - Butler, par
ime ‘Mireille ‘Abraham Boulos
‘epouse du. Dr. Antoine Boulos,,
notre: estimable’ ami, A--

Mme
Georges Deeb, atc.

Mme Jocelyn Chamandy est
allée “repre; -son travail au
John Hoflons Laboratory
Washington.

... Milles Joyee Samanick
Vicky Carlson arrivées ici

vendredi continuent de découvrir
les beautés et les charmes de
Tle Magique, \

Joyce et: Vicky sont deux
jeunes et jolies «Assistantes
Sociales». Joyce, brune est de
Hopatcong, New Jersey et
Vicky, blonde, est de Silver
Lake, New Jersey.

Joyce est fort éprise de art
haitien. Elle ne peut résister-
aux peintures' que ui offrent
les marchands ambulants.

Elles sont descendues au
Grand Hdtel Oloffson. © .
xxx

... Patrick Chopin est de retour
parmi nous. Il est arrivé la
semaine derniére. Il a pris
logement au Grand Hétel Oloff-
son. Patrick est Représentant
de la Cristallerie d’Arques de
Paris.

Il a ict pour Mentor, M. Louis
Gérard Vital.

EXX

. Hier matin parle Vol d'Air
France venant de San Juan’ est
arrivée. A Port-au-Prince, Mme
Joella Hardeman Gipson. C'est
une charmante congénére, :
Joella que nous avons rencon-
trée hier soir au CHATEAU
PIERRE en compagnie de notre
ami Abner Jean Louis de
l'Office National du Tourisme
et de la Propagande, est de Los
Angeles. C'est une édueatrice.
Fille de Joseph et de Martha
Hardeman qui s'établirent & Los
Angeles en 1919,- Joella a fait
‘ses études A IBeole Pardiasiale
de Ste Agnés, et au Moiint St

“Mary's College.
Elle a enseigné aux écoles de

Los Angeles de 1958 a 1964
quand elle est devint «De-
parment Chairman» en Ma-

thématiques. En 1965 elle devint
Consultante en Mathématiques
dans les écoles de la Ville de
Los Angeles. L’année suivante
elle obtint le titre de Spécialiste
et en 1967 elle devint Supervi-
seur des projets spéciaux du
gouvernement en mathématiques
Elle travailla . avec des archi-
tectes ainsi 4 la construction de

trois bitiments coutant un mil-
lion dg dollars pour la formation
en mathématiques de jeunes
fens et de jeunes filles.

Elle devint «Assistant Princi-
pale ou Direetrice Adjoint en
1969.

Elle prend ses vacances avant
de passer en Septembre au tra-
vail dans un projet spécial sur
les mathématiques et les scien.
ces de l'Université d’Illino's sous
la direction du Dr Max Beber-
man. - -

Elle vient de travailler com-
me «visiting Professor> dans les
mathématiques A l'Université de
Georgia,

Mariée, divoreéé, Joella est la
mére d’une fille de dix ans Te-
resa Gipson.

Elle collabore au journal Val-
ley News Green. Sheet. Elle rési-

- de 4 North Hollywood, Califor-
nia, Elle nous.dit que ses passe-
temps sont le voyage. la photo-
praphie, la enisine. :



2.0% 1,

Inscriptions

Le. Seerétariat de VInstitut
Haitiano - Allemand sera ou -
vert an Haut-.de Lalue, en face
du «Super -Market» Coles, a
partir’ du “ler Septembre pro-
chain, de 9 h am. a midi et de

Cours Normaux Intensifs a PONAAC

Il sera inauguré le lundi ler
Septembre prochain & VONAAC,
nn Cycle d’Etudes Normales in-
tensives pour..pne soixantaine
d’Animateurs Polyvalents recru-
tés dans les Départements du
Nord, du d-Ouvest et de Ar
tibonite. La™durée du cycle sera

plus de deux mois .rentrée hier matin de San Juan ge quatré semaines & la fin du

quel, les impétrants recevront un
Certiticat d’Aptitude- d’Anima-

teur Polyvalent. Les cours seront :

théoriques ct pratiques. Le’ Coor
donnateur de Stage est M. Edner
Latortue, ‘ .

Tl s’agit d'une autre initiative
de VOffice National d’Alphabét:
sation et d’Action Communautai
re dans je cadre de ja nouvells
formule inaugurée gsoux l’Admi
nistration du Directeur Général
Edouard €. Paul selon les ins
tructions expiesses du Grand E-
ducateur des Masses, le Dr Fran
gois Duvalicr, transmisen vin
Son’ Exc. te Seerétaire d'Ftat de
V’Education Nationale, le profes
seur Frédéric Kébreau.

Pes professeurs qualifiés nssu-

* reront ces cours

Jocelyn a été saluée a Vaéro- 1— Enseignement des Qeu-
ort’ Francois Duvalier. par. ses yres Essentielles (Edouard (€.
sogue mek fréve, Mme Aimée “Pauly.”
gaoranam | Soules, — digtin — i VAduite (Gé
€pouse du Directeur Général de rard Renyation de VAdulte

ACHO, a Carlo Tete - et 3.—~ Action " Communautaire

en: Marie-Thérese et (Charles Antoine).

‘rantz, Mme Jean Deeb, .

4.— Coopératives (Mécéne Flo
rent).

5.— Lutte contre l’Eresion (Ag
Lucien C. Paul).

6.— Nutrition (Dr Carlo Bou-
log). .

7.— Economie Domestique (3
vette S. Jonassaint).

8— Planning familial
Harry Bordes). :

9.— Méthodes d’Enseignement
(Marie C. Lafontant). —
A0O.— Service Social
Louis Salomon).

11.— Aides Audio - Visuelles
(Gérard Montés).

12.— Artisanat (Hugo Racine,
H. Léveillé).

(Dr

(Pierre -



Concours de
Natation

Le concours de natation, or-
ganisé, dimanche au SIMALO
CLUB PRIVE (situé a T'esser -
rot, prés de Diquini), par l’actif
Ingénieur Serge Weber Alexan-
dre, a eu beaucoup de succés.

Une nombreuse assistance,
trés fleurie, a suivi avec intérét
les diverses compétitions. Le Ju
ry était présidé par Me André
Dérose, Adniinistrateur du Dé -

partement de |’Education Natio-:
nale et Me Jacques Thomas, Di- .

recteur du Collége Classique,
sis i la Rue Pétion et Profes -
seur de Belles Lettres, au Tycée
Toussaint Louverture. .

Les nageurs les plus applau -
dis, qui ont fait les meilleurs
temps et méritg les prix attri’ -
bués sont les suivants: :

A) 62 m 30 lo) Wilner Sada
1m. 80 s.) /
20) Patrick Anglade (1 m 31 4.)

B) 62 m 30 Ilo) Vilvert Théo
dore (I m 30 8.)

20) Joseph Nérette (Lo m 31s.)

C) 69 m 60 lo) Patrick An -
glade (2m)

20) Vilvert | Théodore

D) Minimes 34 m 80

lo) Rivarol Pierre (1 'm)

20) Pierre Clémenceau

La journée fut ensuite trés a-

nimée au SIMALO CLUB PRI-
VE: nombre d’enfants s’exer -
cant dans la vaste piscine pour

les prochaines compétitions.



13.— Code du Travail (Gérard
Féeu). ‘

14. ‘Code Rural (Charles An
toiné).

15.— e¢Rherches, Statistiques
(Franck L. Gilles, Georges Bris
son). *y :

16,— Sociviogie Rurale, Cultu
re Populaire (Gerson Alexis)”

17.— Alpzabétisation, (H. Lé
veillé, E, Latortue, H. Racine,
Dieudonné Fardin).

Des Organisines internationaux
et haitiens sont invités A parti-
ciper a fes cours, comme les Nu
tions Unies, ie SOVIR, le Se.
cours Catholique, le Hacho, la-Ca
re, le Service Chrétien, le CONA
DEP, VIPCADE, te COALEP.

Le spéciaiste Wilner Pierre
Francois du Secours Chrétien fa
ra_une conférence sur le «Tra-
vail Communeutaire, les profes-
seurs Wesner Osins et Abel Mc
tellus feront des Exposes sur le
Génie Rurals.

Apres quoi, les étudiants cer-
tifiés iront préter leurs services
dans les nouvelles zones de tra-
vail que VONAAC va_ ouvri:
dans les trois Départenients Geo
graphiques du Nord. Ainsi la
Campagne d'Alphabétisation s'in
tensilie et gagne toutes les pro-
vinces du pays. La métyode d'Ac
tion de VONAAC est celle qui
tend & faire du nouvel Alphabéti
sé un élément intégré et fonction
nel de facon & garantir la péren
nité des conquétes révolutionnai
res des masses réalisées sous |’é
gide du Chef a Vie de la Nation.





Succes de
Manze Rosa

Vendredi soi1, Languichatte e-
se€S partenaires ont eu un tres
grand succes au Rex Théatre a-
vec la représentation de sa tres
helle coméaie, Manzé Rosa.

Méme ceux qui avaient deéja
assisté dans le temps & la-repreé
sentation de Manze Rosa, soit
sortis enchantés de ce spectacle
vraiment dé@soctlant et relaxar.t.

AU MONDE CHIC

est toujours disposé
& vous guider a ses beaux
rayons dans lesquels
vous trouverez : de julia
plastiques pour table,
rideaux pour salle de bain
aUX Huances variées avec
anncaux ussortis, pyjamas
pour fillettes et gargonnets
de 9 mois a 14 ons, chemises
de snuits, Kimonos
et pyjamas pour dames,
serviettes de bain de qualité
supericure sang oublier
le savon citron Valoy
et Je savon ag sue de Initue

Une visite s‘impose a
votre magasin qui vous trite
en privilépie

AU MONDE CHIC

Rue duo Magasn de UEtat

— 89 —



COIALASLASALASADSLALISS ISAS

AU PARAMOUNT

DIMANCHE 31 AOUT

1969

io Hres, 7 Hres et 0 Pres

SOUS LE SIGNE DE MONTE CHRISTG

Un film moderne sous la priffe

WANDRE HUNEBELULE

Une action explosive... sous le signe de l'amour

‘Une Histoire d’amour... sous
Une Aventure Passionnante...

le
sous le signe de-la Venyeance

syucne de Vaventure.

Une vengeance inexorable... sous le signe de VHistoire
ft le prestigieux roman de ‘Dumas devient a l'écran
Une. superproduction dramatique qui recowpe la

signification du

mot Chef-d'Oeouvre.

Aux Ondes Sonores

(Mine GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Maecajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de Ja Fontaine Mme Colo)
Performances Légendaires,

Reproductions
Interprétations
Toutes

Tous genres

4h p..m, &,6-h«p. m. en vue -de -



- recueillir: =4es inseriptions aux
cours: de.Jangue: allemarde, pour
la nouvelle année scolaire.



Mardi-26 Aofit 1969" ©
VITAL HERNE
Rue Pavée
_ SACRE. COEUR

le service cette nuit.



phénoménales,
taisant époque,
Oeuvres,

Classique,

Populaire,

Religieux,

Théatre

Disques Educatits,
Disques Scientitiques

Chez vous, sans dépenses exagetrces :
VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SONOR Ks;
LE DISQUAIRE DES MELOMANES AVIEERTIS, °

LE DISQUAIRE BIEN CONNU
DE LA RUE MACAJOUX

Le plus large choix de Port-au-Prince







Full Text
QUOTIDIEN

LE PLUS ANCIEN D'HAITI

FONDE

EN 1806

Directeur et Rédacteur en Chef :
LUCIEN MONTAS

Administrateur : Mme MAX CHAUVET





Q

MEMBRE DE L’ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PRESSE





ADRESSE :

Se

RUE DU CENTRE
No. (212 “s



PORT-AU-PRINCE (HAITI)

PHONDS : 2282 — 2482 —
BOITE POSTAI E : 1816 ©





.






Vo 7 RK?

oe



Au compte gouttes

Par Kaponiond Philectéte
KL QUIESCAT

ce
Phoaytise Suere-Coew de Trer-
yeau, unc Messe porr le re-
ve dtas Chau:

in chante, verti, ot

Pos be Hee

eel

bmourvanute, « combren

De peltta souvenirs
fait sxucpace, et das
shots se ront morallea. .

Nutirellement,

lla laisae tant de regrets!

Vow la chronique,
doerdinaie, petite Chino,
de joyensetesr —- pota la pre-
miere fois, peut-étre, depuis
fa publication d'eau Compte
(routtess, pecria d'une plume
nu orexerrvou de larmex et de
chaque mof, que je
vendrats tellement gai, e-
rraxe dds win gorge, connne
ee mais anere.
co que dun
voriud peut fatre wee

ont
rate

— dont

sata @!

Vaopec-iots

hiaomoane

dosadante, une toudroyante
‘ uuvedlie ?
Mao Chanret cst mort.
Dire que, vaila dex mois
petais done ae fe erotre sort:
pret!

Je le recvons.

fi avar te senw de Famitic,
du pardon, une claire viston
de da re, une conception

provestienne de Ceprenve, ane
faculle Qendarmay, sous Pon
ne sect quellas passes imague-

frques, dex hares les plus
fOHACER,

de le revois.

Oh ! eeite fagon de cots ac

encillivt.. et de quel air bon
entant do uvapprenait, eu jril
let, qu'un intellectrwel, recem-
ment reni de Washington, et
fervent lectenr d’sAu Comp-
te-froultess, brilait de me
Conn aGtrEe,

J indiquai mon adresse,

Chose triste

Dis neimuter ne sétarent
ecoulees quune maudite ine
diaposdtiom, je me souriens de

quand, une samedi matin,
clovart notre Directeur sicr
deus buredisr anu +Nouvel-
liste»,

On ve se doutatt pas an:
cetall ubeucuis wiytie. a

Et comment, pour ma part,

ue ome fuseé-je pas trampe
sav ron efat de santé?
C'est que, tres pew de

tempa apres, maigre Cavis de
ron medecin qui tut prereri-
cit nu repos prolongé a UHo-
pukal Canape Vert, notre Con-
frere saifelait de plus belle
a la bexogue, recevait de fre.
quentex — pintter, courait dn
directorial a Pateher..
fl aimatt xe dépenser, ayant
com yuk, conte Goathe das
ale Chercheur de trenore, la
poor dex penibles journees.
Hfosaenrd feniy bon dank ce

care

mitre epuinanut oa, pour fat
front ans peliter gloaen
rongenuscen, a faudrait avoir,
comment divain-je 7 fe
falite dex lewmcocyten.
lie aed

nian

re
me

porrudtiaae pan
Avante extel tombe en pler-
fuiche, laimmeant dana le
mortier von ardente truelle,
Mace Chaneet v'ent plus.
Alain son journal le no-
fre Len cylin-
dren Temph, qui brovent
tout, Canrout aaauremoent 6.
pargnue.
Annuréntcent.
Vaitlourn,
nont bellen.
Cent, qui prend cowrayet-
nement fon réenen, notre dy-
namique Redacteur en Chef,
Mo Lucien Montaa
tin dont, Camitié pour les
jeuner vocations na pas de
porte enticbaillée !
ier qui wattache au «Nouw-
vellintes comine @ Row clgare
charchilien!

ne

— nerpiere
dit

fen promrenKen



A DAMIEN

Ibon ete inaaguré hier matin &
Damien on Cours d'Bté d'une du
ree d'un mei & Vintention Yun
proupe dtustiutcurs et d'Tnspec
teurs d’Eeutos Rurales.

Les Cours sont dispenses ae
siege de VEcole Normale Rurale
de Damien.

TY

Championnat de
Tennis double
COUPE sOVALYINE»

| ; vober urlatroen

Repréesentant. Robert Cur ¢
I’Equipe Baker Baker (Ger

cle Bellevue) bat VEquipe Bogat
Edouard (BE. Lb.) 6-4; 6-4;

FINALE L’ Equipe Baker
Baker (Cercle Bellevue) hat VE
quipe Etienne — Mathon — Ten
nix Club de Port-au-Prince : 6-1;
10-12; 6-3;

Nous rappelons aux ameteurs
du TENNIS que les, 4, 5 et 6
Septembre our les courte de Cer
ele Bellevue vous aurez ic plaisir
dassister Aux exhibitions suivan

tes

COMPTON RUSSEL. Cham
i de Ia Jamaique categorie
19 ans contre W. Phipps ~~ ain

athon -- J. Etienne jr. en 81D
es et doubles. Prix = Entrée Gé
nérale : $ 1.00 trois _Matches
% 2.00.— Enfants de 6 & 12 ans
entrée générale $ 60 cts. trois

1.00, .
matcher ENNE, PROMOTOR.

vouement, desprit

—| Ala Mémoire de

notre repretté
Max Chauvet

Ceo matin, a fo h 80, de nem -
breux parents et amis, dea colla-
Inborateurs du Nouvelliste, des
membres de la Direction,de Ad

ninistraionde Ia rédaction et des
ateliers au Nouvelliste, des con-
freres ont assist¢ a lu messe of-
ferte, en UEghise du Sacre-Cocur,
aia mémotre de notre trés
grette Mnx Chauvet.

_ Co fut une c¢mouvante ‘mani -
festation de sympathie a Ven -
droit de la famille Chauvet, un
eloquent téemoignage qui tra-
duit les regrets unanimes lais-
ses par celui qui dirigea notre
maison avec tant d’amour, de dé
de sacrifice.
A lissue de le cérémonie, nom-

re-

breux ont tg ceux qui allérent. |

en compagnie des parents eg al-
lies,

se recueillir sur in tombe
fraichement, fermee de notre inou,
bliable Directeur Max Chauvet.



La St Lowis
a Mirebalais

Hier, Aout, raiment lua
fete de St Louis, Roi de France,
patgon de diverses villes d'Haiti.
Mest en uffet, sous ce vocable
que sont places notamment Quar
tir Morin, dans te Département
duo Nard, St) Louts du Nord,
dans le Departement dy Nord -
Quest, Mirebalais, dans le -Dépar

any,
an



tement de l'Ouest, Pointe a
Raquettes, deuxieme agylo-
meration de lie de la Gonn-
ve, Jérémie, Chef- Heu de lAr-

trondissement de la Grand’Anse,
les Abricots, commune de la
Grand’Anse et St Louis du Sud,
dans f/Arrondissement d’Aquin.
Cette dernicre ville, fondée dans
la premiere moitie du XVIle sié
cle, serait la plus ancienne ville
d@Haiti eonsacrée aA St Louis
des Francais, bien que St Louis
du Nord disputerait cette pri
mauté,

Cette fete patronale, qui est
aussi, celle de la chapelle octogé-
naire de Sy Lovis de Tur sau, |
PSTt au Prince, a été célébrée a-
vec éclat en son jour d’incidence
dans ces diverses paroisses. A
Mirebalais, les festivités avaient
commence depuis le dimanche ect
le Député de la circonscription,
Mme Max Adolphe. née Rosalie

Bosquet. n‘avait rien négligé
pour le maximum de. solennité.



Cuba et Pexpulsion
de ses 2 Diplomates

LA HAVANE (AFP)

Cubaoa dementi aujourd'hui
que deux de ses fonelionnaires
aux Nations Unies fussent inter
venus dans les affaires intérien
res et la securite deg Etats U-
nis.

Granma, organe officiel da
Parti Communiste cuhain, cose

mentant da orécente expulsion des
Etats Unis de deux Diplomates
cubains avaux Nations Unies, qua
fifie Vinerdent de nouvelle et gros

siere provocation lancée contre
Cuba par le FBP et la CYA.
Granma precise que Cuba es’
partisan duo transfert de VONE
duns uno autee pays que les le.
tatu Unis ef ne porte aucun in-
térét au maintien de cette Tnsti-
tution n New York pour réalise -

des achisrfes

Ture

sippasees despion-

J4dome ANNHE

LUNDI 26, MARDI 26 AOUT 1969



Hier soir a PInstitut
Haitiano - Américain

Un public assez nombreux a
vail répondu hier soir d invita
tion duo Direeleur de Uinstitut
Haitiano - Américain et x godte
le spectacle cinématographique
sur le Jazz Américain qui fut of
fert.

Les principaux orchestres du
Sud des Etats Unis qui ont pur
licipé au dernier festival de Jazz
de Newport ont été montrés sur
Yécran et lauditoire a bien ap-
plaudi leurs exécutions.



Chez Mme Fortuné
.L: Bogat
Notre distingug collaborateur
Fortuné L. Bogat et sa fille Gln-
dys Bogat Monnier ont offert
sumedi soir en leur coquette ré-

sidence de Montana une trés
charmante réception.
Elle s’est déroulée dans une

atmosphere empreinte de cordia
lie,

les invites parmi lesquels on
y remarquait plusieurs diploma-
tes dont l'Ambassadeur*dea B. -

tats Unis et Madame Claude
Ross,’Ambassadeur du Libéria
Mr Charles Snetter, ?Ambas.-

sadeur et de Mme Hyppolite, des
comnergants et industriels, de
hauts fonctionnaires “du -gouver-
nement de la République et quel
ques journalistes.

Ce fut un Cocktail Buffet par
ticuliérement réussi qui réunis -
sait des gens extrémement sym
pahiques autour de Fortuné Bo
gat et sa gentille fille qui se
sont révélés de trés charmans
amphitryons.

Aussi, les invités restérent -
ils assez tard dans ce cadre ori
vinal o autour de la piscine
et au milieu des jardins fleuris
ils passérent des moment par-
culierement agréables.



A Vinstitut Haitiano-
Américain
C’est le samedi 30 Aott & 6:00

p.m. qu’aura heu a l'Institut Hai
tiano - Américain la Cérémome

de Remise de Diplémes aux lau.

réuts de la. Promotion: 1966-1969-
de l'Institut des Hautes Etude.
Commerciales et Economiques.
Il sera également procédé a la
remise de certificats aux profes
sionnels qui ont suivi les cours
intensifs de Statistique et de Ma

thématiques (Novembre 1968 —-
Mai 1969).
Certaines entreprises indus-

trielles et commerciales, des ser
viees culturels d’ambassades ac-
créeditées en Haiti et quelques
personnalites ont déja fait par-
venir des prix d’encouragement
a’ ces dignes échantillons de Vin
telligentzia haitienne. -

Autour de la démission de
on Kapwewe o

Sim
— 3

oN
4

LUSAKA AFP

(De Jacques Abelous)

La démission du Vice Prési -
dent zambien Simon Kapwewe,
condidéré dans toute Afrique
comme Vhomme fort du régime
de Lusaka, est le résultat d’un
profond malaise. a la fois politi
que ect tribal qui s’était manifes-
té au moment des derniéres élec
tions générales en \décembre
1968. /

Sur le plan politique Simon
Kapwewe, l’un des héros de l’in-
dépendance zambienne, a été accu
sé par ses ennemis dé briguer
la présidence et la place du Dr.
Kenneth Kaunda, son ami per-
sonnel depuis plus de 19 ans,
son compagnon d’armes contre
Yoceupant britannique de 1954



MARIAGE

Le sumedi 23 Aodt dernier,
eut lieu en VEglise St Yves, de
lu 2@me Cité de St Martin, la
cérémonie du ‘mariage de Mr Jn-
Claude C. Sanon et de la char -
mante “Hermine Hyppolite.

Le distingug couple a été con
duit a Vautel par Mile Alceste
Albert et Me. A. Champagiie.
Avant la cérémonie religieuse,
une gentille réception réunissait
les parents et amis des conjoints
dans les salons de Mr et Mme
Lue Blain 4 Delmas.

C’est dans les hauteurs de
Kenscoff que se rendirent en -
suite les nouveaux mariés pour
‘y couler luer Iune de miel.

Nous formuions nos meilleurs
voeux de bonheur et de parfai-
te union & Hermine et & Jean -
Claude.



Un grand succes
du Capitol

Signalant les productions ci-
nematographiques de qualité, il
nous plait de porter Vaccent sur
le film qui depuis dimanche pas-
sxe au Capitol. C’est le film rus-
se «Anna Karenines, d’aprés le
célébre roman de Tolstoi. Quali-
tés techniques, intéré, du dra -
me, tout contribue a assurer le
succes de ce film qui est réelle-
inent, un grand suecés de la sai-

son.



Nombreuses bourses accordées 2 PInstitut
Lope de Vega

Liexecellent Listitut — d’Etuces
Jlispaniques Lupe ce Vega
est si utile a notre communauté,
particulidrement =a la jeunesse
hnitienne, vicnt daceorder — plu-
sicurs bourses & quelques uns
de ses étudiants les plus méri-
tants. Le dirceteur de l'Institut,
notre excellent ami et collabora-
teur le Dr Louis Lamothe a ob-
tenu le congours notamment des
Gouvernements espagnol, — brési-
lien, guatémaltéque, péravien, he
livien, mexicain et portorictin.
Voici la liste des béenéfictaires de



Une nouvelle piece de Mona Guérin

Les trois mousquetaires étaient quatre

CINQ CHERIS sont six: Laila
Eddy Garnier, Fritz Carion,

Louis. Six que vous aurez occasion d’applaudir

tembre a l’Auditorium de [’Ina



... Sur cette photo LES
Berthold, Marie- Pia Wagner,
Rosette Lescot, Dany Pierre-
le 4 sep-
tutut Frangais, car les CINQ

CHERIS est une nouvelle comédie de Mona Guérin.





cette politique qui continue de con

qui tributions 4 ia formation de nos cu

dres que poursuil MInstitut

pe de Vega :

Lo

BOURSES ACCORDELES A
LINSTITUT LOPE DE
VEGA

Ces bourses comportent Vense:
enement -— fa nourriture -— le to
gement et les soing médicaux.

a) BRESIL : deux hourses ic
cordées & Jeanne Gonel et Made-
moiselle Vibert pour étudier te
Nursing & Rio de Janciro.

b) PEROU deux bourses a:
cordées & Marie Carmel Lacossa
de et Michele Denis. Ces deux
bourses ont été accordées par l'ac
tuel Président du Pérou le Géné
ral de Division Juan Velasco Al
varado pour le Nursing.

c) PORTO RICO : deux bour
ses pour étudier les Lettres, béné

ficiaire Maurice Tovar Junior
GUATEMALA Yoléne Ca-

bral et Gracitte Apollon, bourses
accordées par le Département de
la Santé Publique de Guatémata
pour étudier le Nursing.

ESPAGNE Une bourse pour
¢ludier les Sciences Economique.
benéficiaire Raymond Myrthil.

BOLIVIE
lV Agriculture
Paul Lameule.

MEXIQUE ieux bourses
pour PAcaceaic Miltaire, bour
ses accordées par Ventremise de
VAmbassade au Mexique.

{

Par ailleurs, ics
fin détudes hispaniques, — exe-
mens comprenant la langue cs-
pagnole — la littérature espagno
le — la Mctrique espagrnole -—
Littérature Hispano - 4 méricai-
ne, viennent W@avoir liew f VIns
titut Lope de Vega.

Une bourse
pence ficlaire

pour
Jv.

examens = de

Les étudiants n'ont pas élé in
terrogés sur ia matiére «Connais
sanee de Uhepagnes dispensée
par le Secrctaive de YAmbassa-
de d’Espagne, Monsieur Favier
Manso de Luniza. Cet examen
aura lieu Van prochain. M. Ja-
vier Manso de Luniga a pronon-
cé en tout Luv conférences sur Ics
divers aspeccs de l’Espagne il se
propose de poursuivre la série de
ses conférenccs a partir d’Octa
bre.

. Les ‘deux iauréats sont Ma
dame Claude Auguste et Jose M.
Perpignan. .

a ' 1064, date ot l'ancienne
colonie obtient son indépendance
de’ Londres. :

On «a reproché aussi a cet
homme maigre, de haute taille

de jouer la cearte chinoise»> et de
vouloir faire de lu Zambie un
bagtion africain de la Chine com
ministe.

Simon Kapwewe a ignoré ces
deux accusations “Avec une hau
teur qui n'a fait qu’accroitre
Vantipathie profonde que nourrit
a son égard Jatle modérée du
gouvernement dy Dr. Kaunda.
L'antagonisme tribal a des ra -
cines beaucoup plus profondes.

On compte en Zambie, entre
le ‘Congo au nord et le Zambie
dy sud, pres de quatre vingts
tribus qui coexistent tant bien
que mal malgré Vappel a lunité
du. slogan national une Zambie,

ung nation.
Ce slogan a étg lancé par le
Présdent Kaunda Jui - méme



Communiqué

Le Département de |’Intérieur
et de la Defense Nationale porte
4 la connaissance de tous ceux
que la question intéresse que le
lundi 25 Aodit 1969 entre 6 heures
du matin et 12 heures’ de
V'aprés-midi une batterie de la
Garde Présidentielle montée sur
une unité des: Garde-Cétes d’Haiti
effectuera un tir d‘entrainement
aux mitrailleuses 20 mm et anx
canons 40 mm 4 l’endroit situé
entre les 180 40’ - 180 42’ -
latitude Nord et 720 87’.- 720
40 longitude Ouest, soit les ré-
gions comprises entre Lamentin
et (a-Ira.. Des manoeuvres
semblables seront reprises le
Mardi-26 et le Mercredi*27 par
les batteries de la Garde Prési-
dentielle dans la zone comprise
entre St. Mare et Areahaie.

En conséquence l’accés & tous
les bateaux est interdit dans un
rayon de quinze kilométres au
large de la céte affectée a ces
manoeuvres, aux dates et heures
ci-dessus mentionnées.

Port-au-Prince le 22 Aotit 1969
DR. AURELE A. JOSEPH

Secrétaire d’Etat de l'Intérieur
et de la Défense Nationale.



Mariage Haitiamno -
Guyannais

In l'Eglise Baptiste, de la
Rue Simon Bolivar, ci-devant de
ln Réunion, a étg célébre solen-
nellement le mariage de Mlle
Mona Georges,fille de l’Ingénieur

Gaston Georges et de Mada-
me née Angéle Paultre avec
M. Mashud [HANIFF, indo-gu-

yanais, de Bartica, Guyana (ex-
Guyane Anglaise) fils de M. et
Mine Mohamed Haniff.

Les deux jeunes gens se sont
rencontrégs en Angleterre, y étu
diant tous les deux et y poursui-
vant leur spécialisation a )'Uni
versité: Vépouse parle d’ailleurs
trois lungus & In perfection, le
francais, Vespagnol ct anglais

Le sympathique couple a été
conduit a l’autel par le Colonel
Gaston Georges, pére de la ma-
riée et Mlle Evelyne (ieorges
socur de Pépouse.

Prés de dix pasteurs s’étaient
reunis, purmi lesquels Ie Pasteur
Hector Paultre, oncle de la ma-
rice, pour lever les mains sur les
conjoints ey appeler les bénédic
tions du Trés Haut, sur leurs te-
tes, sur leur nouvelle famille et

sur leur future progéniture. Le
choeur du temple débordait de
fleurs. De trés beaux chants ont

marqué les différentes phases de

Vedifiante cerémonie religieuse.
De nombreux amis et parents
y ont assisté et ont. présente
leurs voeux de bonheur, aux -
quels nous joignons volontiers

les nétres, nux jeunes époux qui
sont partis peur Ia Guyana. a -
vant d’aller terminer leurs étu -
des en Angleterre.



KN

COUPE DU MONDE

qui. a estimé, dés son accession
au pouvoir, que le seul moyen

de remédier &-ce morcellement tri’

bal’ était de créer & tout prix le

sentiment d’une/unitg nationale
au sein de’ la Hopulation zam -
bienne.

La politique’ du Dr Kaunda,
politique équilibrée d’un homme
qui croit profondément aux va-
leurs humanistes — a _ réussi
dans la mesure ow elle a suppri
mé les antagonistes de villages.

Mais elle n’a pas réussi a sup
primer les profondes divergen -
ces et jalousies- souvent vio-
lentes — qui subsistent entre
les grandes tribus traditionnelle-



ment rivales les Bemba au
nord la tribu de Simon
Kapwewe, — les Lozi et les
Tonga au sud.

xx x

LUSAKA (AFP)

Le Président Kenneth Kaunda

a annoncé lundi soir qu'il avail.’

décrété Vétat d’urgence en Zair-
bie. Cette décision ua
été prise 4 la suite de la dé.
mission du Vice - Président Si-
mon Kapwewe.

xxx

LUSAKA (AFP)
N
Le Président de la Zambie, M
Kenneth Kaunda, a annencé lun
di soir sa décision de dissoudre
le Comité Central du Parti Gou-
vernemental, ’UNIP (Parti de
V’'Indépendauce Nationale Um.
fié), et de emplacer par un
Comité Extcutif Provisvire..
xxx

LUSAKA (AFF) .

..&Un changement est absolu-
ment nécessairc, nous ~ voulons
Survivre, a déclaré lund: soir le
Président Kaunda, dans son ai.v
cution Radio - Telévisée. Depnis
Pélection (acux ans auparavani}
du Comité Ocntral que je viens
de dissoudre, a-t-il dit, la Nation
a assisté a un étrangl phénomé
ne sur la scene politique de no-
tre pays. L’eguisme et dans cer
tains cas un manque total de
seng des responsabilités et des
devoirs, a ln iois comme leaders
et militants, a paralysé nos ef-
forts pour renforeer Vunité dex
Zambienr.



Plam pour tum
atterrissage sar
Mars

TOKIO (AFP)

Un plan pour Vatterrissage eu
douceur a iat surface de la plane
te Mars a fait lundi lobjet d'un
expos¢ du Dr Wilson, de ta Nu
sa, au Symposium International
sur la Technologie et la science:
de Vespace qui se tient & Tokyc

Ce plan prevoit Vutilisation 1
multanée de parachutes et de ré
tro - fusécs, alors que les pro-
jets précéacnts nenvisageaien
que Vutilisauion de parachutes,
compte tenu de ce que Von sai
de Ja faible pesanteur — existuint
sur la plane rouge, ulors esti-
mée a environ 100 miliars ,soi!
le dixiéme de celle de Ja terre.

C’est & partir des information-
recueillies il y a quatre ans par
Mariner 1V, qui ont monlié que
ln pesantcur martienne n’est qu'
environ 8 millibars, soit moins
d'un centicme de la pesanteur
terretre, que le recours & des ré
tro - fusées pour freer une
chule trop rapide « été envisage.

Le Dr Wilson a en outre égn
lement annoncé que les Etats-U
nis enverront deux nouveaux Ma
riner autuur de Mars, dans le
courant de 1y/1. C’est en 1978,
que, en application-du progran-
me Viking, deux sondes — seront
envoyées vers Mars. L’une sera
mise en orbite autour de la pla-
nete, autre atterrira en dot-
ceur et proctdera par télécom-
mande & des mesures sur les m
néraux et sur d’éventuelles tre
ces de vie.



Brésil bat Vénézuéla : 6 - 6
Colembie bat Paragway 2 - ©

RIO DE JANEIRO AFP)

Tout le Brésil a fété, un peu
hativement, la suite I’a démon-
tré, la qualification de son équi-
pe pour la Coupe du Monde. Les
joueurs de la sélection brésilien
ne, les cent mille spectateurs du
Maracana comme ies habitants
des villages les plus éloignés ont
célébré comme Féte Nationale
Yannonce erronée sur toutes les
radios de la victoire de Ja Co-
lombie sur Ic Paraguay par. un
a zéro. Le résultat réel, — la
victoire, au contraire, du Para-
guay par deux 4 un —- ne fut
connue que trés tard dans la soi
rée aprés la fin des célébrations
at c'est ce matin que les brési-
liens ont da@ revinir a la réalité




L’optimisme naturellement de-
meure presqu’intact. Tous les bre
siliens sont daccord qu’on célébre
ra une deuxieme fois lorsque le
Brésil] aura battu Je Paraguay
Vannonce de la victoire de la Co
lombie qui aurait, si elle avait
été vraie assurée la qualification
du Brésil, ful diffusée officieuse
ment au ,Maracana alors que le
Brésil, fut diffusée officieusc-
ment au Maracana alors que le
cing buts A zéro. Il devait ga-
gner par six a zéro. La radio
confirma ensuite et fit partager
aA tout le Brésil l’enthousiasme
du Maracana, tandis que joueurs
et Ventraineur. commentaient
sans fin la qualification du Bré
sil.






AU FIL DES JOURS...

par. Aubelin Jolicoeur

RENCONTRE DU DIRECTEUR
GENERAL ADJOINT

DE L’ONTP

M. Ramah Thggdore avec

le Chargé d Affaires ai, .

du Canada, M. Roger Gilbert

..Le 7 Aodt dernier sont ar-
rivés 4 Port-au-Prince, le diplo-
mate canadien, M. Roger Gilbert.
su gracieuse femme Francoise et
ses enfants Francois, Stéphanic
et Marie Pascale.

M. Roger Gilbert est arrive ici
comme Chargé d‘Affaires ad in-
terim & l’Ambassade du Canada
& Port-au-Prince. Il a été accueil-
li par M. Carl Alcindor du Pro
tecole, des membres de 1|’Ambas-
sade du Canada et des amis du
Cunada.

M, Roger Gilbert a debuté dans
la carricre diplomatique comme
attaché & ’Ambassade du Cana.
da a Lima. [1 y est resté de
1959 a 1962.

Il a été ensuite tranefére a
Prague ot if a passé une année
1964-65, puis & Chypre de 1965-
67.

Revenu ‘au Canada, il a été
charge du secteur de l'Europe

méridionale 4 la Direction des Af
faires de l'Europe au Ministerc
des Affaires Etrangéres d'Otta-
Wa.
‘Clest de ce dernier poste qu’il
a été envoyé en Haiti.

Le Chargé d'Affaires par in-
terim de l’Ambassade du Canada
a& Port-au-Prince, M. Roger Gil
bert a été recu ce matin a l'Of
fice National du Tourisme et de
la Promotion, par le Directeur Ge
.néral Adjoint de cet Office, M.
Ramah Théodore, en présence du
«Public Relations: Officers.

M. Ramah Théodore a dit au
Diplomate Canadien aprés lui a-
v@ir souhaité la bienvenue et une
fructueuse ‘besogne en Haiti, le
plaisir que lui procurait cette vi-
site. .

«Nos relations avec le Canada
sont des plus cordiales et les ca-
nadiengs qui visitent Haiti sont
toujours repartis satisfaits pour
aller porter chez eux les échos
de Vaceueil chaleureux dont ils
sont Polieleen ce. pays. ot

Nous croyons dans les con -
tacts directs’ et c‘est ce qui se
fait ici avec les visiteurs cana-
diens dont le nombre va «crescen
do»,

M, Théodore a parlé des pro-
jets de voyage de Rombreux grou
pes de canadiens dont celui du
Syndicat National des Fonction
naires Municipaux de Montréal
qui aménera ici un contingent de
plus de 220 de ses membres.

MM. Gilbert et Théodore ont
jeté ensemble un coup d’oeil sur
les phénoménes sociolegiques du
Canada d’aprés le Centenaire de
la Confédération, du Canada du
Premier Pierre Elliott Trudeau.

MM. Théodore et Gilbert se se
puarérent enchantés de cette .ren-

contre qui fut trés intéressante.

xxx

LES BUTS DU VOYAGE DU
MAJOR ANITOINE COICOU
Président du Comité Olympique.
Haitien

Ce matin par le Vol d’Air
France est parti pour la Colom-
hie vffi Miami, le Major Antoine
Coicou, Président du Comite Olym
pique Haitien.

{1 est allé ussister a l'Assem-
blew Générale de I Organisation
dos Sports Panaméricains. Cette
Assemblée qui va se tenir a Ca-
li. Colomibie en vue de l’Organi-
sation des sixiemes Jeux Pana
inéricains qui se dérouleront dans
cette ville en 1971.

fl a été aussi Invite par l'ins
tut Colombien de ja Jeunesse
des sports pour visiter comme
Héte d’honneur les installations
sportives de Bogota. :

Hoa été salué & laéroport Fran
cois Duvalier par sa femme, név
Civil, ses enfants dont le Lieute-
nant Carlo Labossi¢re et Madame
née Coicou, par le Capitaine Jac-
ques Joachim, Président de la Fé
dération Haitienne de Volley -
Ball, et. membre du Comité Olym-
pique Haitien, par le Capitaine
Jean Verly, membre de la FHVB,

par le Dr. Buffon Mondestin,
do-Jo Beaulieu ete.
x NX

LANIMATION CREEE
AU CHATEAU PIERRE
por le «Showman,

Van Morgan

Hier soir, le CHATEAU

PIERRE a pris un nouveau
départ avec le _ talentueux
«Showman» Van Morgan’ de

New York, de Cape Kennedy, de
Puerto Rico, ete.

Van Morgan de son vrai non
Guillermo Moreno est arrivé ici
vendredi avec sa captivante fem
me Karen, une infirmiére d'ori-
gine norvégienne, née dans le
Wisconsin.

Van est le fils du fameux co-

meédien latino - américain Rodri
guez. ; . .
Ti a fait ses études et vécu

a’ New York. I} a passé tout ré-
cemment neuf ans & Puerto Rico
ou il s’est fait une grande renom
mée comme ¢Entertainer> Var
chante en s’accompagnant au pia-
no.

Il connait toutes les chansons
célébres et peut satisfaire les de-
mandes de tous les membres de
Vassistance.

Hier soir Van Morgan reaseni-
blait 4 un Roi réunissant sa Cou:
au Piano-Bar du CHATEKEAU
PIERRE.

Cette cour se composait de
Bob et d’Evelyn Golding, de Jn-
Jacques ef Mery Vand e, de







Al ct Sue Seitz, de Howie e!

Ktoz. Schneid. ,
Les autres membres de l'assis

tance claient Aubelin et Claire

Joticoeur, Abner Jean Louis et

Joella Hardeman Gipson; Miss
Blum, son pére et un couple d’a-
mis; M. et Mme Nessim Izmery,
M. ct Mme Michel Handal, Fils
et des amis; Michael Madsen et
un groupe de douze; Fred Pierre
Louis et son amie Chery; l’Ingé-
nieur américain John Finnerty,
ete.

“Ce spectacle a été trés gonaté
par une assistance enthousiaste
Al Seitz/s’est révélé un bon chan
leur en accompagnant Van Mor-
gan dans les fameux airs popu-
aires de sa jeunesse,

Van et Karen passent deux se-
maines en Haiti.

x x xX

LE BUT DE LA VISITE
EN HAITI
du Profesacur ct Jime
Richard Bond

Le Professeur Richard Bond
et sa femme Betty Bond,
docteur en médecine ont pris

logement au Grand Htéei Oloff-
son dimanche. Ils sont de Min-
neapolis, Minnesota. ~

Le Profesgeur Richard Bond
est Directeur de la Environmental Health» de 1'Eco-
Je de Santé ‘Publique de 1!'Uni-
versité de Minnesota. ~

Tl nous a été recommandé par
M. David Demberg, «Hospital
Consultant> de la «Hamilton
Associates> de Minneapolis,
Minn.

Dr. Betty Bond, une femme
pleine de charme' et d’esprit,
était Consultante de 1‘Organi-
sation Mondiale de la Santé aux
Indes, a Thailande, a Ceylan.
Elie est une experte en déve-
loppement communautaire.

Elle était avant de prendre
sa retraite tout récemment, Pré-
sidente de la «Society Public
Health Educators. .

Le Professeur Richard Bond

et le Dr. Betty Bond passeront
un peu plus d'une semaine en
Haiti.
» Le Profersur Bond rst.envoyé
Ri pal ta MAMILTOX AS-
SOCIATES pour étudier un pro-
gramme d’aide a Hopital
jAlbert Schwitzer de Deschapel-
es,

Dick et Betty sont partis ce
matin pour Deschapelles. Ils
seront de retuur au Grand Hotel
Oloffson, vendredi aprés midi.

Nous leur souhaitons la _bien-
venue et un agréable séjour en
Haiti.

x xX
VISITEURS DE MARQUE
Ce matin sont arrivés
a Port-au-Prince, M. Gérard
Walter et sa charmante femme
Henriette. Ils sont de Paris,
France.

Ils nous ont été recommandés
par le Marquis Jack de Vénot
de Noisy et sa femme Lilian
qui étaient’ de passage ici tour
récemment.

M. Gérard Walter, Agrég¢
des Sciences Physiques, —Li-
cencié ¢s-lettres, a quitté le pro-
fessorat pour devenir Directeur
Commercial de la fameuse nociété
HNEURTEY-CALIQUA.

Cette Seciété qui dépend de
la Banque de Paris et des Pays

Bas, est intéressée dang la re-
cherche du_pétrole.

Mme Henriette Walter est
wprofesseur de Lingustique Gé-
“nérale i l'Université de Paris

(Sorbonne).
M. et Mme Gerard Walter ont

oé poussés vers Haiti par le
Marquis et la Marquise de
Venot de Noisy qui étaient
venus le ‘ semaine derniére
rencontrer des membres de la
famille A Port-au-Prince.

Au cours de feur visite au
Bureau de Air France a San
Juan ob Mile Annette Acevedo
a ¢té admirable a leur endroit,

ils ong rencontré «la Senorita»
Nayda Minerva Galarza Garcia,

une jeune et jolie colombienne,
travaillant comme Secrétaire

a la Sectiqn culturelle de l’Am-
bassade de France a Bogota.

Nayda ‘qui- parle admira-
blement trois langues est a la
cinémathéque é¢{ au programme
de radiodiffusion du Service cul
turel de VAmbassade de France
a Bogota.

Ces truis sympathiques . visi-
teurs ont pris logemeng & )Hate!

Choucoune ot ils passent — trois
ou quatre jours.
. xxx

DIVERS

Dimanche matin, — la” belle
Genevieve Fatvre, a ete accom
pagnée a l'aéroport Frangois
Duvalier par son fiance, Alaster
Me Laughlin (Barherousse) et

par les parents de ce dernier,
M. Gerald Mc Laughlin, Vice
Consul des Etats (nis et
charmante femme,

Geneviéve vient
mois et demi iri
qui étudie les
ques a Paris. |

Le départ de Mile Genevieve
Faivre,: une universitaire fran-
caise, a été un arrachement

Ele en était d’ailleurs, a sa
seconde visite en Haiti.

xxx
Mile Alice Ed. Etienne,

Professeur d’anglais a l'Institut
Haitiano-Américain est revenue
dimacnhe de Tuscalosa Alabama.
ou il a été suivre pendant deux
mois les cours d'été du Teachers
College de cette ville.

._ (Suite..page .6 col,

sa

de passer un
avec Alaster
Sciences Politi-














PROBLEME



HORTZONTALEMENT

No.









NTC
roe RBISES “
ita
aaa

No,



Blonde angtinine

oo. Prono abite en
Yorucoalavie
10 - Vdéale —- Lae
EER,

VERTICALEMENT
fie

lL 2) Avot oun. cectatw

cord aves quelqu'nn

Wo~ shale dune prande ¢é-
cole —. Qui participe seule

ut Persottnel S‘identi
tient aveo Junoon

IV BPrénom pour une here
neo de Breffort -—— Largement
vVULVEl’

Vo Personnage de Moliére

Vilo-- Eut a Ja main —- A
luudace (dans le désordre)

VIE — Vent du Nord
Mot marseillais

VIIL — Découvertes —- Con
duire .

1X — Se consomment en té
tes ou en branches — Conjonc-
tion

X — Preéposition —— Cham-
pron Commanda ay Sud

Solution du Probléme précédent

SOLVITLON
HOWTZGON TALEMENT --

327. F.
VERTICALEMENT —

I Pé + Unisson — IT. Otite
Qise — HI. Lys ; Butte — IV.
Imbécile -- V. Teasts ; Sa —
Vi. Hh, TR; Wo — VT. Col;
Erasme --- VITE. Iguane ; Ees
—, 1X. Einstein X. Née ; Espé
re,



Beaucoup d'autos deviennent des tas de .
ferraillc rapidement parce que les"
réparations du moteur sont tres coliteuses,

La saleté, l'eau et la chaleur se
marient pour former la boue, la rouille
e! ig charbon que tuent le moteur

rapidement.

neonvenlent les ingénieurs

fe scan et mateurs de Esso

ut orée une nouvelle hulle

wornforime aux pesains de moteurs

¢@‘aujourdhut







Sol
afwations amdéiten{nes — privdos
Wemployant A -promouyvdlr low re
lations raciales, Vineluslon, dan>
tu fol do 1068 sur len droit efvi
ques, da regtomonti Hite rdisdiit
la s@yrdyatica ding Je logemem
a étO In apremere mesure dipor
(ante visant °o ouveir aux habi -
tants des ghettos, de nouveais
dlebouchés dans le logement. Le
point de vate do ces deux insijtu
Hons etic d

ment fi






Ce docimen
situation qu

frit

existe

sur te plas

n paler, ot:
rque urbainos, douxX orga —

Via? un “docu - ;
es me: certains’ ont

@ bilan de la

oluba privén; 2

La lol fédérale nur intdgration
dea logements ne dovant: entrar
plainoment an viguur qu'on 1070,
it faudra oncore attendre vanoan
ou plug savant de voupolr en é6va
luer les “yépercusdona.Sa miso en
Viguour a toulefoin 6tg appluudic
por des partiaans do Vitttégra

tion dans le Jugement of par Jes
organisations qui s’emplofent a
promouyolr Pégaate des droity
et ce,’ on aépit: ¢

‘ lexmesures® videht dé promouvoir
Végalité dans le logement ne peu
vent aider en aucune fagen ics

des relations ractales depuis an persones qqui ne disposent pas des

publication, en mars 1968;.
rapport de ta Commission, pate:
nale sur jes désordres civite. :

La loi de 196B charge le Minis
tere du logement et de Vurbanis
me. d‘cadministrer-les program -
mes et les activites touchant aux
problemes du logement et de l’ur
banisme de maniere & promou -
voir de facon construc’ ive, la po
litique de déségrégation des lo -
yements.

1
A partir au ler Janvier 1969
Ia loi sur Végalité dans le lope -
ment devait sappliquer a tou
tes les maisonus abritant une set
le famille et situées dans de nou
velles communautes, ginsi qua
In plupart dea maisons d’apparte
ments; en 1970, cette loi s’appli-
quera & tous les lagements, A Vex
ception des habitations comptam.
moins de quatre appartements
vendus ow loués pur un propric-
taire, Tes habitations dans at
batiment de quatre appartemencs

ou moins, ou le propriétaire ov -

cupe lun ues iogements, et les
habilations utilisées par des or-
panisations reagieuses ou des

inoyena financitr's leur pertiet -*-
s: ghettos. Tou - B
tetois; bien qué Yes" famille’ wots <



tan tde® qquittér.

res i faibld revenu ne puissent
s'attendre a bénéficier directe -
ment ou immédlatement des me-
sures en faveur de légalité dans
le logement, les nouvelles lois at-
ténuent la politique de stricte #é-
grégation & un degré tel qu’un
ylus grand nombre de logements
urbains adéquats seront désor -
mais mis & la disposition des per

sonnes disposant d’un revenu li-
mite.

Bien entenuu, ce dont les fa-
milles pauvits one besuin —- leg

hlanches come les noires
c'est d'un plus grand nombre de
logements & loyer modéré et c'est
Yun des mesures prévucs par la
Joi de 1968 sur le logement. Cel-
le - ci prévoit en effet la cons -
truction et Ja .rénovation, mu
cours des trois prochaines an -
nee. de 1.7 millions de loge -
ments dont Ia majorité sont des-
tines aux familles A faible reve
nu, Lobjectif visé consiste a four
nir six millions de logements aux

u fait que, com-=
fait observer,




4 Von
dea 10 prochuines années,

Un obstacle majour a Vamélio.
ration dow conditions de logement
den Nuira eat co que certains
groupemonts ~~ qui s’emploient &
promonvor Pogalité dang ca do
maind — appellent le «cordon
Wancs qui culoure les villes, un

cordon de melsons de banlieue #- ~

chelées ‘pai des Blanes qui -chei-
chent i fuiv les
i’ préddniinane
tives Inftes pir,
nw? moysh- pdur p \
banlicue cl se procurer des lope
ments plus satisfaisants, ont été
découragéespar de nombreux -
eee iminodilicrs ou par - des








anes hostiles 4 Pinstalfation de -*

Nofra:, dans :lcur quartier, On a
en effct laiseé cutendre aux “pre-
miers Noirs ui ont essayé de se
procurer on iogement en. ban -
lieue qu’ils n‘étaient pas les bien
venus.

Afin de faire évoluer. les habi-
tants des wanlieues, des Blancs
ont organi.é, de concert avec les
quelques Nvirs qui ont réugsi 2.
s'y procurer un-Jlogement, des as-
sociations cn Saveur de V'intégra
tion des logements. Leur premie-
re tiche a consisté A apaiser Ir
crainte quavaient les propriétai
res blancs de voir leurs proprié-
tés perdre lour valeur et a ten-
ter d’éliminer les préjugés exja -
tant sur «ccs pens» avant de pou
voir amener leg habitants d’une
communauté & modifier leur atti-
tude ef & aecepter la présence de.
Noirs. Certes, lintépration dex
communautés blanches n’étar.



(1) Spécialiste
relatives & Ja main-oeuvre et
aux minorités. ee





C'est fa nouvelle huile détergente

ESSO EXTRA,

Utilisez-la et vous éviterez que

la corrosion, Ja boue et le charbon
abiment I’intérieur du moteur de

votre voiture. Le moteur restera plus :
propre. Et plus il sera propre plus

longtemps il vivra.

Si vous ne voulez pas que votre voiture
soit un tas de ferraille rapidement,
utilisez la nouvelle huile détergenta

ESSO EXTRA,



des. questions.








pas facile & réaltuet, surtout lox
qu'on nvalt affalre A dep Blancs
irréductibles ayant recours:& tou
ta une gimmé de mesures vexa -
tolres, Mais cen procédés étalon
trop flagranls pour. pouvoirs é-.
tre tolérés pur la majorité ef les
kxroupements cn faveur de Végal!
16 dans le logement ont contri
bué a changer I'utmosphére qui”
régnait dana de nombreuses com-
munautés, Dans des régions plu,
tolérantes, ils yéussirent méme_ A
porsuader les -légiglateurs locaux
ht mettre en vigueur des lois en
faveur de Méwalités duns le loge
ment,

Selon le-Conité national contre
Ja discrimination dans le loge
ment, en décembre 1967, plus d+
la moitié de la population- améri
caine vivait dans. des localités ap
‘eageent des iois en faveur de I’é-

alité dans le logement. Au cours
de cette méme année, lc nombre
‘des lois adoptées dans ce domai-
ne doubla, Ddng Ja région te
Washington, ). C., toutes les ju-
ridietions de “Lanlieug sont au -
jourd’Hui détecs de tois en faven
de Végalite dans le logerent.

L’un des aspects’ constructifa
de la loi fédérale suf le logerhent ~
est le fait qu'elle satisfait une
revendication souvent exprimée
par des dirigeants noirs, & savoir
qu’il est indisperisable que la clas
se moyenne blanche comprenre
que les problemes raciaux de 14
meérique ne ,sont pas causés par
jes Noirs mais en fait par les
Blancs. Dans le domaine du_ lo-
gement, par exemple, les familles
noires ont di pendant longtemps
dépendre de Blancs pour pouvoir
obtenir un logement plus confor-
table dagents immobilier
blancs, d'oxganirmes de prét,
d’entrepreneurs et de bureaux d>

location.- appartenant A = dé-
Blancs. La politique pratiquée

par ces dérniurs a été assouplic
price nux efforts de groupe -
ments en faveur de Végalité dans
le logement, a des lois adoptées a
cette fin, a des décrets présiden
tiels et A d'autres mesures pri -
ces par le gouvernement tédéra!
et s’appliquant aux logements
construits a l’aide de crédits fé-
déraux ou de garanties donnécs
par le gouvernement fédéral aux
investisseurs privés.

On dire aujourd’hui
qu'un cnangement s’est pro -
duit’ dans Vattitude des habi -
tants. blancs des banlieues. Un
grand nombre de communautés
hier encore composés exclusive-
ment de Blairs soni aujourd’hui
intégrées et stables en raison du
fait que ics nouveaux arrivants
noirs se seut montrés— sur les
plans du revenu, de ja personna
lité et du comportement — 4 la
hauteur des normes que les habi-
tanis volancs avuicnt fixées com
me condition, ide leur «aaccepta -
tions, La patience des Noirs a
cet égard frice Vhéroisme lors -
qu'on aonge, premiévement, au
fait que les Bianes qui aspiraient
& acheter uut inaison n’avaient
qu’une seule condition & remplir
— étre solvables — et, deuxiéme
nent, que cette cacceptations a
permis d'apaiser des inquiétudcs
fondées sur des idées toutes fai-

tes, des généralités et des crain
tes qui existaient dans lespril

des Blancs.

Mais yuclles que soient leurs
raisons, Ics Blancs des banjieuc:
ont peu aA peu rejeté les concepts
racistes qui prevaiatent en mate
re de togement cl us ont comm cn
ce ® prendre conscience des be -
soins humains fondamertaux qui
vont a lu bage des efforts déplo-
yes par eux qui désirent obtenir
un logemeat convenable. Is n'est
pas encore posetble, & Uheure ac-
tuelle, de faire le pilan des chan-
ements survenus a Véchelon na-
tional dans le domaine du loye-
ment. Toutefois, dans Ia ban -
lieve de Weshington, la présence
des Noirs dans Jes écoles, les é-
elises et lcs magasins est plus
évidente qu'il y a seulement cing
ans. Ceux - ci sont aujourd’hui
actifs au sein d’organisations
communautaires, dans des locali-

suite page 3)

(Voir

t

LIAAAIDIDAADAA LA SIAM I A Bee Ne),





LUNDI 21, MARDI 26~
DANS NOS

AU CAPITOL

Mardi 26: A 8h ot Bh 80
“Meroredl A.O h ot 8 h 80

ANNA KARENINE
Entrée Gdes 2.50° et 4.00



ETOILE CINE
(PRTIONVILLE)
Mardi A Gh. 30 et Bh. BT
L'ASSASSIN EST-IL
COUPABLE. ’?
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

30 et 8 hy 30
CONSTATE
2.00 et 3.00

Mercredi a orn
UN MEDE IN
Entrée Gdes.

MONTPARNASSE

Mardi 26: a 6h lh et Bh 15
FANTOMAS CONTRE
SCOTLAND YARD
Entrée G. 0.60

Mercredi 4 6 h 1 Set 8h 165
REPTILICUS
Entrée Gde 1.00



- Drive in Ciné Delmas

Mardi i 7 h. et 3h.
F COMME FLINT
Entrée 1. dollar Par Votture
Mercredi i 7 h. et Yh
EQUIPEE DE CHOC

Entrée 1. dovlar Par voiture



De Luxe Auto Cine

(DELMAS)

Mardi a 7 heet 9h,
PORT-AFRIQUE
Entrée 1. dollar far Voiture
Mercredi a 7 h. et % h.
JULES CESAR

Entrée 1. dollar’ Par Voiture



CINE ELDORADO

Mardi a6 h. 15 et & h. 15
LA FEMME DE PAILLE
Entrée Gdes. 1.20 Reéservee 2.00
Mercredi a 6h. et 8 ho 15
L'HOMME QUI TRAHIT
LA MAFIA
Entrée Gdes.

250 Réservee 4.00



CINE UNION

Mardi 26: 46h 15 et &h
BANDE. A CESAR

Entrée 0.60
Mercredi 27: 8 6 h 15 er B ATH
OPERATION DANS L'OMBRE

Entrée Gde 1.00





Fermentations
Intestinales

C’est parce que votre — foie
ne sectéte pas, journellement

un litre de bile indispensable a
la digestion des aliments et qui,
de plus stimule et désinfecte
lintstin que vous souffrez de
ces maluises ; fermentations in
testinales, ballonnement du ven
tre, digestions pénibles, bouche
umere, principalement au reé-
veil, Janmgue blanche sale mau-
vaise uhbleine, dégout | des ali-
ments migraines, lassitude, dou
leurs du coté droit. Prenez le
Livartil | 4 2 mesurettes aVant
les repas. Composé de feuilles

faiche d'artii Laut de Bolvo for
miaté de Calcium, formiaté de
magnésium etc. ete, pour acti-
ver le fonetionnemen, du foie,
le Livartil augmente la séeré-
tion de Ia hile et favorise son
écoulement dans Vinstestin.
Les fermentations tendant a fa-
voriser les digestions sont faci-
litées. Cue merveilleux produit

est en vente & la phamarcie 58.
Gaffrard et dans toutes les bon
nes Phamarcies.

LISEZ
«LE NOUVELLISTE >

AVIS

Lalae

Coles’ ’ Market

Boulangerie St-Mare

Ave Jn Jacques Dessalines

igaud



Maisen Ri
Rue Panaméricaine

Delmas Market

Autoroute: Delmas

Luce Chatelain

Ree Toussaint Louverture







Mardi &6.h; “16 ot 8 hh 16
SEXY HAUTE TENQON

Entrée Gdee, . 2.60 Réservée . 4.00

Mercere 6h, et 8h. 15 -
Me ROUGHS “POUR

LE FUHRER

Entrée Gdes, 2.50 Réservée 4:00



AUDITORIUM
CENTRE. CULTUREL

(lére Impasse Lavaud)

Mardi a 7-h:z
LE TYRAN
DE SYRACUSE
Kintrée Gde. 1.00

Mercredi a:7 h.
LEGYPTLEN

Entrée Gde, 1.00
,



PARAMOUNT

Mardi a 6 h. et 8 h. P.M.
FACE D’'ANGE
Entrée Gdes. 2.50 Réservée 4.00

Mercredi a 6 h. et 8 h. P.M.
MON NOM EST PECOS







Entrée Gdes. 2.00 Réservév 3.00

Mardi a 6 ho 1S et & ho o1S

(Seance Populaire de vacances

CHANTAGE

AU MEURTRE

Entree Gde. 060 et 1.00

Mercredi a th ho Wet a ho do

ADIEU IZAMIL

Btree Gdes. 150 et 200

Mardi (En Permanance}

SAMSON ET LE TRESGE

DES INCAS .

Buteer Gde. O60

Mercredi (En) Permananess

ET POUR QUELQUES

DOLLARS DE Pus

Entree Gdes 2.00

Mardi 25 (En Permanence?

Sure demande . ~
NOTRE HOMME FLINT

Entrée Gde 0.60

Mrecredi 27 (En Permanence)
LES 12 SALOPARDS
Entrée Gde. 1.00



CINE PALACE
Mardi a 6 h. et & h lo

LE MAITRE DE FORGES
Entree Gae. 1A

Mercredi a 6 Bb. et 8 hoo 15
C1 AJ MENE LA DANSE
Eatree Gde. Yoo

CRIC-CRAC CINE

1



Mardi a 6 ho et 8h

LES PROPESSIONNEL*
Entrée Gdel Pa er 7 oe
Mereredy a 8 hooet Sob 1s
ESCLAVE DE SON DESIR
kntrée Gade 1.00 et 159
A VENDRE

Un Piano Pleyel oe parfar
état.

Sladresser a Monsieur Vnter
ne Duroscau deme Aventie He
losse apres le No. 44

Un Reméde
souverain

CONTRE LA CONSTIPATION
«LES GRAINS DE VAL&>.
Réyularisxteors de l’estomac et
de Vintestin — laxatifa et dépe-
ratifas.
En vente dans toures les Phar
Mmactes



Les Prodaits H A M PCE peuvent étre achetés

aux adresses suivantes

T-AU-PRINCE Mime, Robert Gaetjens

‘

eee SO CSS 8680 ScoossSese




Tite iedeerge Fistgerors tattobes

low
do
Hoy aw coux qui

Doe fe Ureat Vandiniie,
evenements collatéeraux wont

piuateuba cite:

intéerensent Paction dana ray Lote
lite Alers iin conntitueng oun
tiation dane ta Crame, un ehate

Jes étapesr
ct partant. Us devter
tre pensables a LT acconigelin
Toy ow ceux

eon Petit ocsecerder
Buber anes
nee

nemient oda dipanie

APD passe nt ceeds hor yeix cam
me oun oeclnip et qui s'évanouis-
sent sane minrgier Pevelution du
roel de deur purssagre ou de deur

yon ceux qui inter-
vaennent oa tear sur les chai
nuns coilaterags ef qui mintéres
sem en fait Vautonomie de
ces chainons. Certains événe-
ments sont pris dans un lebyrin
the & sens unique et s’y perdent.

Pression i

que

D'autres fent preuve d'une = cer-
tnine oo reversibilité qui assure
leur permanence pour une plus

ou moins Jangue durée sur ta sce
he, Mais teus, A des deyrés diffe
rents, participent dans l'ensem-
bh de Vaction comme des inci-
dlenhees revue od nen dans Ve.
ban meter tal

Velles Creve Coeure




biatis
VOeccehu \oneent, des actions
sueressven. ta Directeur duo Ly
cee Sex multiples démarches et

an constante présence sur Je che

min de Nudie (omar T1sarrive

~ , oe
hu Temetie rreme YA TTT RS
aA





Lx

Les Lettres Chez Nous

Li

consaire, Cétait: Phone a qu
i} fallatt confirr Peéduention
#amin quand les parents no te
pouvatont§ plus dane da Provinee
do Pax.
méme lene de cralasnnce
duig Noble-Coeur, sdopte

tant dautres Jey.

poure

Viprevg dane matheureuse si-
tuations faite tux provincinux,
eel qui devait user desi per:
sonnmalite pour tes cirer de ta Hl
fuut dire unser que cel Ovene-
meng etal laeaene Mprevu,

Un pere Rourresis de Prestniee,
rentre Ata Capiude aver
fils) U1 fuit daryement sex ocm-
plettes ef puis, seudain, il se
voit arrére, conduit a un poste
de police, écroué pour ‘malhon-
neteté; sa bourse fut déleatée
au bénéfice d’un sergent de poli
ce. Il n'y comprend goutte. Seu-
lement le Directeur du Lycée se
dévoue et il fut mis en liberté

Son

sans pouvoir récupérer son ar-
gent. En resumé, accuse de ne
Pas payer Sa note aut magasin,

appele insidieusement voleur, i
fut la vietime dune petite ma-
chination propre aux esctocs de
toutes eatégories qui ne perdent
jamais ces grandes vecasions. Ce
pendant, cela ne détoune en rien
la mission de ce pere. Cela ne

detourne pas Je plan de vie du
personnage principal, C'est une
execroissance qui ralentit: peut-e-

re de moment oi la vie de Na-

~~
2 we

TAKES
INTERNES
























Toute la gamme des m
cais —~ Italiens — Junior

POUR «KYONA BEACH» «iBO BEACH, ET LA PISCINE

aillots de Bain Américains — Anglais — Fran-
g — Girls —- Boys — Ladies — Men.

FAITES VOTRE CHOIX CHEZ

JOE ETIENNE 1377, Ri. Carlstroem.

du

Son role, tracé sur da
aye

Uo était, dans



devail
wévowlor it ln Ponslon d'un ly-
+ ote. Mais Hy aera, aprés co con
y teetemps, apréa un bref séjour
en prison, Lo Diregtour du Ly-
vée reprendra son pimque sussl,
It ont cell qui aceuellle ses 6ld-
ves, suit leur progrés, leur

se une discipling. fl anit le comp
te rendu périodique des netivités
deoson pensionnaire, deo ses pro-
yrds, se montre parfols bien plus
enthousinste que les pauvres pa
rents qui ne savent de leur fils
que Je conteny d'une correspon-
danee. Les jours passent ninsl,
les années passent, lombre du
Directeur suit lévolution du jeu
ne homme. On ne le dit pas, on
le suppose et Pévénement tinal
en fnit foi. Il est le premier a

i bhe- Coeur



VIENT DE PARAITRE

PAGES
_RETROUVEES.

de Mr. Alix PARET

In vente dang toutes les li
lreities de la capitale au prix
de 2. dollars Yexemplaire. ;

Encouragez les auteurs hai-
Liens en Hsant les publications
hattiennes.

«PAGES RETROUVEES>

Du bon travail, C’est un ou-
\rage qui a ga place dans les
bibliotheques.

Journal «LE NOUVEAU MON-
DE» du Samedi 2 Aott 1969.

«PAGES RETROUVEES»

Le sommaire annonce une ri-
chesse et une vérité de matiéres
traitant de questions qui éveille-
ront Vintéret du lecteur & des
titres divers.

Journal «LE COURRIER DU
SUD»
30 - 7 - 69


Un vrai régal pour les intel-
lectuels... Plume alerte, don

d’observation...
Journal «LE MATIN du 6 et 7
Aofit 1969

«PAGES RETROUVEES>
Style imagé dont la simplici-
té attire le lecteur le moins pas-
sionné.
Journal «LE NOUVELLISTE»
du 6 Aofit 1969

«PAGES RETROUVEES>
LE LIVRE DU JOUR.
(opinion recueillie)
Empressez-vous d’acheter vo-
tre exemplaire car le stock en li
brairie est restreint.

commoencer & apprendre le







(Suite)

nudhour des 1
chard A Pax, f1 tombo on synco-
po. Cola prouve pout-Atre que
les Henn étaient trds rapprochés,
trop rapprochés mame pour pro
voquer une dé&sharge Gmotionnelle
du ala worte, C'est lu qui: accom-
pagnera lo potit Richard en héli
cuptére sur tes décombres. Ils be
sont recucillis, Le Directeur sem
blnit alovs préposé i un autre rd
le. Ti) Vaeceptoe sussi, il devient
pour nous jusqwh [a fin du dra-
me le tuteur @un enfang mineur.

Ce personuage est d’ailleurs
le seul & 6tre admis sur la scé-
nes aussi longtemps, En fait il
est comme les Richard, au service

des aspirations d’un personnage
principal. I] remplace merveilleu:
s¢ment les parents, & lui seul,,
quand ils sont éloignés et qu'il
faut une résence auprés du ga-
min, Il se substitue méme,a& eux
quand ils ne sont plus et que cet
te présence devient plus néces-
saire que jamais. Aucun autre
comparse ne demeure donc. Ils
passent, fantomatiqument, quand
on a besoin d’eux pour la vraisem
blance ; la bonne pour nettoyer,
les clients pour acheter, la fem-
me-sage, le médecin pour accou-
cher une mére en danger, le pré
tre pour baptiser, le maitre d’éco
le pour enseigner, des camarades
pour jouer ou pour stimuler le
travail en classe, des médisants
qui _chuchotent; sur la route, des
vamionneurs, sur la mer, des ma
rins, & VH6pital, un docteur a
la gare, des dockers, dans le ma!
heur, le médecin, le Notaire, l’A
vocat. Ils sont si communs— et
leur role est si réduit qu'on a
méme Vimpression qu’ils ne vi-
vent pas, qu’ils ne le pourraient
jamais tant que cette situation
si schématiquement découpée par
mi les autres, demeure : la mas-
se qui vit & cété, les milliers de
situations concomitantes qu’on a
le droit de soupgonner mais san3
aucune coloration particuliaére.
Car le plan de vie de Noble -
Coeur ne les sous-entend pas, ou
y a été plongé une fois avant
son existence. [1 les ignore, il
les nie quand il n’en a pas be-
soin. Il se congoit parmi les au-
tres quand il faut le montrer
pour une pause : parmi les ca-
marades pour qu'il soit un fer-
de-lance, parmi des victimes
pour qu'il soit le plus a plain-
dre. Dy reste, son action demeu
re attachée 4 lui-méme et ne
s’ouvre peut-étre qu’aprés le dra
me parce que précisément nous
ne pourrons plus concevoir de
médecin sans matade. I! aura u
ne sphére d’action réduite mais
il sera malgré lui pris dans une
plus large découpure ; les Ri-
chard et le Directeur du Lycée
ne seront pas ses seuls contacts
avec le monde.

RECIT ET ACTION

Tout ce qui procéde de la fae
licité appelle une technique qui
ne détruit: pas souvent Je fond
sur lequel se repose Je dynamis
me méme de ta chose en ques-
tion, S’jl est une question — de

OTB TNR HN YI 1 NY YL YI I YI PSN RB TR BL EP

DUCO
i Age de Espace

Pour étre





EXETE TEES

Mtr

EVe le sera

ROTPeRw6u FRC POE MRO SAADEH ETE OR.

a



Par Gérald DORVAL

’époque des satellites et
des fusées, votre voiture

doit étre resplendissante.

laurez passée au VRAI
DUCO, le DUCO
authentique garanti

par Ja signature

Dupont de Nemours
le seul VRAI DUCO
i pour voitures est en vente

SOCIETE HAITIENNE
~ D’AUTOMOBILES.





»

technique dont le terme; la résul Vaction par da réflexjon de lau

\ grands expansion, La réfledon
tunte aexpriue globalement, lors teur sur cette action. Et il nous

rades qui attendaient Noble -
‘précdde le falt qui améine lui-mé

Coeur, Nous nentrong pas enco-

qu'on y talt attention, on un en oat possible de prévoir, de devi- me une explication en épilogue re dans leurs intentiona avant
nomble panfalt dod Be dégage nor le fait’ ou pne partic du fait comme s'il no pouvait trouver se qu'ila n'aient apostrophe te he-
une. action quelle qu elle soit, on tirant- Jes conclusions logiques consistance que dans ce cadre d'i ros

cost bien Vart du réctt. Sans pé des rvaisonnements. Pour la pro- dées générales ou généralisées i

nétror daps les détails, Vollure ~ gregsion du récit, Vauteur n'en- un ensemble d'actes de mime ty «Nous ne battrons ensemble,

générale du roman d'Occélus Vin
rent est la reésultante d’une sé.
rie de osehémas appliqués sclor
le besein a Petes, fe da chose, a,
lu situation it pros’énier. Dans
le fond, ces schémas ne different
pas trop de in conception quit u

si ne le peut, wucun dec nous».

Nous sommes rensetgnés et im
redintement, nous imprimon.s
sur fe visage ces trois guise,
une mine hosiife et mechante. 4
lJora, ou bien nous restons indif-
férents, OW wien Nous Pp eons ne

guge pay les personnages direc-
tement dans sa réflexion. Il ne
fait pas souvent «leur psychole
Kieo> en se plagnnt en cus, mais
«n vestant de Vexterieur, en sui
vant leur comportement qui, ain
si, peut se généraliser en lois se

pe et de méme teneur.

+

Pour rapporter une querelte de
Noble - Coeur avee trois de sex
camarades, jaloux de son succes,
V'nuteur commence ainsi

ale

présidé in leur mise” en action. don le ton des énoncés, Ainsi le «Un jour, trois condisciples’ gee parti, Lenuteur — lui-méme
Cest pourquoi quelle que sofl péejt_ dans son ensembleydevient postés au coin d'une rue, atten- prond decrement son part:
leur coloration particuli¢ve, lour un tissu d'axiomes exigés par daient Noble - Cocur> (P. 121). Gans la-réviexion, ib nous influcn
disposition, ils peuvent se YeS- + |aetion des protagoniste, pour C’est Vénoncé le plus anodin, |i ge meme parce qu'il caractérise.

mage le plus com
frapper notre es

n qui puisse
. Trois cama

sembler tous et se réduire = en
fait & un plan minimum sur le-
quel “perpétucllement, tant que
dure le récit, revient l’esprit. Le ©
plan minimum consiste,. dans le
cas de Crave - Coeur, d’abord en.,
une présentation. temporelle pure
ment symbolMque puisque l’histoi
re prend cadre dans les limites
d'une vie et qu’une vie a des €
tapes, des jours, des semaines,
des heures, des années. En suite,
tous les éléments’ sont rassemblés
avee leurs liens, les liens d’une
description sommaire. On entre
ainsi dans la présentation du

paree qu'il prononce des juge-
ments de valcur ’& propos de ces
Sdeux camps °°

' . +
- Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de l’Etat Haitien

Devenez votre. propre Comptable en ouvrant

ell faut reconnaitre que le sen
timent de la Justice constitue
une force et procure souvent des
avantages>.

Nous sommes donc eur la pen
te, la conclusion logique de cette
réflexion arrive toute seule :

eLes agregscura associés sont
hattus>. ,

Voila en fait la premiere pha

fait. C’est la qu’intervient. une se d'un récit. I] pouvait bien se
maniére d‘originalité attachée terminer 18, mais V’auteur veut

un compte de Chéques a la Ranque Nationale

aux énoncés mémes. Nous n’arri

vons pas au fait a travers les

seuls éléments, les seules formes

indispensables, done nécessaires, ,.
i sa compréhension ou & sa vi-
sion. Il y a une explication, une
définition des ressortigs qui amc-
nent le fait si bien que parfois,
c’est de ensemble de ces raison
nements qu'on arrive & la recons
titution matérielle du fait. Nous
pénétrons ainsi dans le coeur de

(Voir

suite page 4)











S.A. FL C. 0.

Un nom dans PEconomie du Pays

— § ART C. 0.

Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens aidant a la
revalorisation de la vie paysanne

S. A. FLT. C. 0.

Des milliers de bras haitiens gagnent chaque jour
DP la bataille de la production

S. A. F. © C. 0.

Un million de sacs de Sisal au service de la Nation Haitienne

SA FL C. 0.

Une Industrie Nationale au service de la Nation Haitienne

S.A. FL. C. 0.



Peres et Meres
de famille

N’inscrivez pas vos enfants ao
hasard dans n’importe quelle E-
cole choisissez une Ecole diri-
gée par une Institutrice diplé-
mée dont la méthode d’Enseigne
ment a déja donné des preuves
‘de succés incontestables durant
plusieurs années.

Confiez vos enfants a l’Insti- |
tution Soeur Marie Lucienne
Florence No. 22 de la Rue Gef-
frard en face du Petit Séminai-
re Collége St. Martial.
L'Institution Sr. Marie-Lucienne
recommande

Florence, qui se 4
par sa méthode moderne et ra-
pide dans l’Enseignement du

Francais et du Calcul, est diri- -
gée par Mme Andrée William
Raymond qui compte 21 ans
dans l’Enseignement Primaire.
Institution Soeur Marie Iu
cienne Florence 13 ans de bons
services, 13 ans de succés.
Institution Soeur Marie Lu -
cienne Florence : Kindergarten
Classe Primaires en 6 ans. seu-
lement: de Ia 128me 4 la 7éme.
29 Rue Geffrard, En face du Sé-

minaire.

Inscriptions Tous Jes jours
de 8 heures a midi.






adapteée a



ET RESISTE EN TOUTES
CIRCONSTANCES

Montre de luxe? Montre
de spon?

quand vous



Mido est tous les deux a la
fois. Elle est faite pour les
mondanités, parfaite par sa
solidite. Mido supporte les
coups. Voulez-vous savoir
la date? Votre Mido Dato-
meter vous |‘indiquera.

Vous ne remontez jamais
votre Mido: Vous pouvez
meme nager avec elle — cal
elle est 100%, étanche.
Vente et service dans 111 paves,





EEPEYA SERA TES



Pere eV SHT MEY ESTE Te



agents exciusita

FOUAD A. MOURRA
et
LE CONTINENTAL

boaeoT. * O- PRINCE



1A MONTNE 100%), ETANCHE QUE VOUS NE REMONTEZ JAMAIS










la

SIROP PECTORAL SEJOURNE

Gott agréable — Conservation.
A base de CODEINE TOLU et EUCALYPTOL.
Toux, Rhames, Bronchites, Enrouements, Influenza
Affections des Poumons .





PAGE 4




Libres-Propos

(Suite de in deme page)

Qual pregeesce, quid alt

dat rebondipaetienta, Done le
malleus moyen aera potr dul une
réflexion aur te dénouenent, Puta
que done lea trote camatadea
sunt battaud, foae forme on eux
in eentinent Pinpuimsnnee al
Worguedl ati feiss ee qui les
porte a la vetgcatice, Paon'y pre
parerent en etiet, dtautant plus
farouehes quith: sont dectdéda 6
fulre tourner fa vietatre de leur
edte. Nous potrrians noun atte
dre nur de champ Aun déehnine -
trent de violenee ef le petit No-
ble-Coeur auteur aurnit pu éeoper
Cent PA seulemeht que Pautour .
rempt dno trame, prend en main

le réctt en micllant en seene un
autre personnage qui dit) beau-
coup parocon titre sun maitre
Weeole. Larssons Tui la parole

¢Les — lutteurs
tremblent, hésitent un tantinet.
‘Entin, Vacte d'obéissanco s'ao-
complit grése au pouvoir de la
crainte sur l’amour-propre>.

> oregrdent,

Et le schéma reprend son al- ,
- du fait a la ré

lure premiere
flexion, de Ja réflexion au fait
et ainsi,de suite, Le récit prend
corpa, e& progress'on se dessine
dans l'espace et dans le temps.
Aproa lépilogue, on — introduit
un acte qui appelle une ré
flexion, centrant ainsi action
vers) oun nouvel evénement qui

HU anise

My
sd

hura son épilogue ot winal de
atte, Lo fait remarquable ent ta
fonsur oméme de cea réflexdons.
Tola con dlven qui, a da vue
du maiten d’école, pont palela de
cralnte eb arrétent leur geste.
Liautewr présente d’abord | low
eleven dans lour hésitation, au
inoment mame de cette héni-
taion et au Hou da donner au
fail un autre fail pour conclu-

CEICCECE OEE LEE

DUBONNET |

4

sion, on tlre tn wxdome qui sous
entend evtte conclusion, «L/acte
dobdlanance a‘accompllt — grace
av pouvoly de la cralnte aur
Namour-proptes,. Or les, caldgo-

rlos Introdultes dang cet. énoncé.,

vont, d'abord oun élément on
yapportaved la présonca du
maitre, eoabd-dlre’ motivé par

colle, toutes. les fois que la con-
vention demaure pour les éldvers



CSOCE SES





LISHZ

«LE NOUVELLISTE>

LOTERIE DE VETAT HAITIEN
Nouvelle Table de Lots de 30.000 Billets

A Gdes 20.00 le Billet

ler Gros Lot: Live eee eee egeneecetans
26 Gros LOte rc cree eerie ee
3@ Gros Lote
3 Tots de Gi 3.000. 00: eeececeece cereeeceeeteeee nes eee eee en cee cee eeeeenaeea pe veee

20 Lots de G. 5.00.00
200 Lots de G. 100.00--

350 Lots de G. 80.00---:-
2 Approximatifs du ler Lot a
2 Approximatifs du 26 Lot a
2 Approximatifs du 3é Lot a

. . 400.00

297 Centaines des 3 Gros Lots A 60,001 teers eee e renters ee 17,820.00
897 Terminaisons des 3 Gros Lots &. 50.00--:--::s: rere tettrteee 44,850.00
2100 Terminaisons par Tirage de 7 Boules & 50.000-0- scene 105.000.00
1 BOULE DOC DUVALTER wr ccccccccccceectertee ceric ee neces 1,000.00
3.867 TOTA Levee cecctteeens fe beeee eee see aseeeeeeesaeenereees leeneeneses G. 367,570:00




5 boules a 1. 40






eee OS STeeeee Peter tir Serer ere

_—— : : ”; : Ss .
.N. B.— A partir du tirage’du 15 Novembre, votre chanceraugmente a la Lote-
“rie avec cette nouvelle table de lots

297 centaines 4 G. 60 au Hea de G. 297-4 G. 40. .
2100 terr.inaisons par tirage de 7 boules 4 G. 50 au liew de 1100 par tirage de



200 lots de G. 100 au lieu de G 60.
350 lots de G. 80 au lieu de G. 250 de G50. oe




100.000.00
15.000.00
10,000.00.
9:000.00
5.000,00
20.000.00
28.000.00.
1.000.00
500.00

‘POUR VOTRE SECURITE: AUCUN AUTRE PNEU AU MONDE
NEST CONSTRUIT COMME LE G8 GOODYEAR.

Lea file de Pontuilaga
@ant plus réslatants que Mackay
erice ou traitement 37.

ia

\ epentottage 37 combat vietortoneameng
23 prs canna $v pons Piehostoment, |

ae




Linntallage 2 oot combing sven
@ pennant igevenses wredlp

\ G08 Geotyee anne coatleney r
8 ma vote pan phan eee /
Om pas endian /

TR

La aécurhé a, pour ainel dire, 608 incorporée ae pned

sea épaulemente arrondis, tee virages sont plus a
> Ventollage:3 T, plus résictant que Iacier, ee: "
fement provoqué per une condulte sportive.
sana .cooter plus
Goodyeer sf voue eves |

( 00
: mie re. J

, wWlométres;sana.



G

e

SOCIBTE HAITI
., BUE










‘AUTOMOBILE:

â„¢y, fleus sess oinal cbean
@ pave moiionr, plus oft
Ten noms 08 Gece AN,

| ates om Upestenents coven
(92.88, tun virges cant ples ote)













Nouvelled d'Afrique

Wobélr au maitre ¢ Vobéinsance ;
onsulty, co sont dauleda éléments
motlvéa par la présence dew, éld-:. .,

vow ot parlour comportement. .

auocesa|f reprodulté plutét = dann :
wn ordra . so regrossif + la A Kinshasa so Uondra.du 5 nitiadonide?Guinge,. dea penden-
crainte comme fe sentiment: nu 16: Aodt prochain und: conf. tifs. d'or: travalilés du. Sénégal

lo plus fmmédiat ot lamotir-pro-
pro qui renvoio plus on arriére clpation: dela femme. noire,
dans lo temps. "L'ansociation ou * & Ia somptcuse: porte du palais
la Mnise on présence de cos UG- Cotte conférence qui sara pa- d’Abomey, Hart: africain ancien
ments dans un méme énoncé 6- tronnéo par l'association des fem revit-dans toyt son myatdro et an

quivaut donc en acto A la pré- mes de couleur des Etats-Unis spletidétir.:

rence Intetnationslo pur l'éman- an alége*de chef en bois sculpté

du Ghana, ‘des bronzes: Nigérians

sonca du maltre pour les éléves. d’Amérique, | réunirn, outre les ~ ~
Il nous est alors possible de noirea américainnés, les femmes. iNgnant dimportance du
comprendre le rythme - binaire noires d'Afrique. mo Soullgna POF

premier festival culturel africai
fait réflexion quand nous savons premier a n

i , Elle “aura pour théme princi-. Ur J conscience africaine, un
que 1a plupart des cas | Vauteur pal + cle réle de la femme noire quotidien algérien «El Moudja-
Piilisation d’intermédiatre, . do _2828 le développement de son hid » écrit : tables~de références explicites pays.» ‘ : sent. Pattente. Ber aiPin ime-
puisque ces rapports se trouvent ll ne fait pas. de doute que «ment sienne u ‘ somes _ dex.
conventionnellement en nous par de telle conférence, la seconde Pression de la culture africaine

dont les chantres de |’impérialis
me ned finissaient pas de
“brer .les funérailles.»

aprés celle qui s‘était tenue A
Accra, & Véchelle continentale,
contribuera dans une large me-
sure & donner 4 la femme noire
une conscience plus dynamique.
de son réle dans les affaires de

le langage. Les seules Haisosis
quil emploiera sont d’un autre
ordre, cesont desiiaisons purement
formelles .qui précipiteront en
certains endroits le raisonnément
on les faits : (Cependant,. toute

cblé

eEt cet engagement populaire
‘est une réponse péremptoire des

i . masses qui sé: reconnaissen; cha

fois, enfin, ensuite, or, ate... ) 50M PAYS. que jour gt se trouve t dans cet-
i t vie

A tr la formulation des é- FESTIVAL . te culture qu’elles affirmen
noneés, il n'y aura donc pas de D’ALGER-EXPOSITION vante et vivifiante. ) -
barriare ni de niveau entre les D'ART AFRICAIN 'ANCIEN COMMUNICA'TIONS ?
: ; ion dé UNt .
choses eas ratiexion aon Au moment of V'attention du FAITBS AU: COURS .DE LA

1ERE SEMAINE
DU FESTIVAL

monde, était concentrée sur lhis-~
toire exploit d’Appolo 11, le Prési
dent Houari Boumédienne _ pro-
cédait, au palais des Nations,
sur bords de la Méditerrannée, 4
l‘inauguration du premier festival
eulturel panafricain que le Se-
erétaire Général de ’OU'A, M. Dial
lo B. Telli qualifia ¢d’étape. his-

l'une & Vautre sang une opéra-
tion manifeste. De méme que la
construction du langage se trou
ve implicitement en nous, im-
plicitement aussi les rapports en
tre le fatt et ce qu'il appelle com
munément dang lordre de la ré
flexion comme définition ou com

La négritude, le tellectuel». et les perspectives ‘d’a
venir de la culture africaine ont
constitué les principaux thé-
mes des communications faites

a constauence te aero. i torique et décisive dans la renais de la conférence culturelle pana-
ous, . , + * gance turelle j ~ fricai , ,
dée, ou mieux le fait rejoint sance cul urelle du continent a- fricnine d’Alger

l'idée dans la formulation. Le
seul désavantage de ce systeme
est que nous sommes réduits é

Tlunga-Kabougo,
Lova-
avoir

Mr. André
professeur A |’Université
nim de Kinshasa, aprés

Cet événement important mar
que d’une pierre blanche I'his-

Husa ao 8 le conventionne! toire de P Afrique indépendante. souligné le réle que la “négritude
aura été dépassé ou remplacé En effet, ila ete Voceasion pour avait joué dans la prise de cons-
“par un autre, nous perdrons l'élite intellectue le et artistique cience, humaine et nationale des.
trop vite les rapports. Avec des du continent africain de se ren- africains alors “Colonisés, a esti-
sujets réealcitrants, il faudra contrer et détudier ensemble leg mé qu'il fallait néanmoins trans
aussi bouleverser les, motivations. différents aspects de la culture cender ce- concept, car, a-t-il dit,

. africaine afin d’établir sa réali- pans un ordre anne” amine té, son influence sur le dévelop- fondre dans l’universel, tani que

pement, son réle dans Ja lutte
de libération et enfin son impor-
tance comme facteur d’unité.

ses éléments ne sont pas encore

plus l’obéissance mais la crainte déterminés.>

ou que Je sentiment de la crainte
n‘inspire plus lobéissance mais

: . . sees Dans son intervention, Mr.
autre chose, il serait trés diffi- . ‘ sage se an
ole d’expliquer cette crainte et Plus de treize cents invités Peter Chamda, ministre ’Etat

venus qAfrique et d’autres con-
tinents ont assistg a l’ouverture
de ce premier festival

et membre de la délégation Zam

fe . ? la . ra
cette obéissance. C’est que bienne, notamment souligné la

logique d‘expression n’est pas la

logique tout court parce que pre , culturet . nécessité pouggles Africains de
netuient les conventions, ves panafricain, organisé sous l’égi- Téaliser Puni le conception et
formes pouvaient étre assumées de de POUA. d’actions en matiére culturelle.
différemment par Vesprit, les . : .

formes et non la_ structure Pendant les deux semaines Le Dr. Hussein Fawzi, de la

que dureront ces manifestations “élégation de la RAU a retracé
plus de quatre mile acteurs, dan- |’apport Egyptien & la civilisa-
seurs et musiciens se produiront. tion universelle, tandis que Man
Mais ce qui retient particuliére- 50Ur Khalid de la délégation
ment’ l’attention, c’est la trés be} soudanaise a mieux aimer invi-
le’ exposition “d'art africain an- ter l'OUA. a se pancher les acti-
—s a ~~ cien que le ministre Algérien de ‘vités . scientifiques, de fagon « a
Vinformation, Mr. Mohamed Ben promouvoir la recherche.en Afri
yahia vient d’inaugurer. que dans tous les domaines>.

formelle des énoncés.
(a suivre)

Gérald DORVAL



Mais un des clous de lVexposi- Le délégué Mauritanien, pour
tion, dans la section algérienne, S2 Parts a fait ressortir les insuf
est la reproduction des célabres fisances culturelles de VY Afrique
fresquesdu Tassili. L'Algérie a qu'il classe en cing catégories :
marqué en outre sa_participa- lo.) Le sous-développement é
tion par la représentation deg pia conomique et le manque de mo-
ces dart médiéval musulman : yens humains et matériels ;

chapitaux sculptés , portes, meu 4

hles et bijouterie. "

20.) L’absence de contact
de liaisons inter-pays



La Tunisie, elle, a choisi d'ex

° . , © 1 30.) Les legs du fait colonial.

La main dans poser les | Précieuses broderies ——4o.) Le. manque d’unité. poli-
d'or et d'argent dont elle s’est tj som

la main fait une réputation pratique- tique, économique et culturelle.

bo.) “Liabsence d’un outil ‘lin-

ment inégalée isti ifi
négalée, guistique unificateur.

Avec des millicrs d’autres, de
toutes races, de toutes nationalil-
{és et de toutes croyances, vous
qui aspirez A plus de paix et de
compréhension, & plus de mai-
trise et de bonheur, vous. pouvez
vous joindre & une immense or-
ganisation fraternelle, dont la
fierté est de perpétuer, 4 l’échel
le mondiale,
l'oceuvre ROSE-|-CROIX du pas-
Fe,

Voulez vous travailler sur
vous - méme, pour vous - méme

La Mauritanie, expose, dans
le pur style de l'art arabe, les
barres d’or, les monnaies almora
vides et les poteries.

Enfin, Mr, Mazissi Kuene, du
congrés. national. africain d’Afri
que du sud, a consacré son dis-
cours & la révolution qui <«seule>
a-t-i] dit peut permettro aux. peu
ples d’Afrique de promouvoir en
core davantage Vimmense hérita
ge culturel qui est le leur.>

Hart d’Afrique noir est lar-
rement représenté dang les vitri
nes de quinze autres pays : le
Mali, la Guinée, le Sénégal, In
Cote d'Ivoire, le Ghana, le Con-
go-Brazzaville, la Haute-Volta,
le Dahomey, le Nigéria, le Camé
roun, le Gabon, la République

«la culture africaine, a-t-il a
jouté, est indéfinissable —parce-
qu’elle est multiple et variée,
‘bien que les colonisateurs

«de . Démorratique du Co i par

ot poor les autres, vee pour 5 Afrique noire neo, Ne Libé leurs procédés aussi subtils que

ut Angola. néfastes, aient essayé de la dé-

TOLERANCE ; L ‘truire, elle est demeurée vivante
COMPREHENSION, importance de Exposition © riche.»’ .

provient dy fait que les objets
¢sposés’ sont parmi les plus pré-
cieux des collections nationales.
_ Le vis'teur est ainsi eonvié
a une synthése dart afreain d’u
ne trés haute qualité et d'une

exceptionnelle envergure. tion desPUnité. Afrieai

Uni ricaine se
Des masques eprotecteurs de » Hendra: Kinshasa, du 27 Juil-
Viimes du Mali aux masques d’i- et. aus ler Aotit le premier col-

AMOUR FRATERNEL 1?

Voulez-vous acquérir la force
gue donne la Connaissance, étu-
dier le monde qui vous entoure
et déterminer votre place exacte
dans Tunivers ?

Si votre aspiration est since-
re, VORDRE ROSICRUCIEN
AMORG vous conduiga vers les
hauts lieux of souffle Vesprit ct
vous montrera le chemin.
PROGUREZ - VOUS CE LIVRE

COLLOQUE DE L’OUA

SUR LES UTILISATIONS
PACIFIQUES DE L’ENERGIE
-ATOMIQUE A KINSHASA

NNANA BAAR TEKS



- que, conduits pa

uu cours de Ia premiére semaine —

Sur. l'initiative de l'organ'sa- ~

+a sy DE -correspéndant a.
NS Congo/Afrique

Gérard: Charles -Alerte =

delaSemaine

CONFERENCE: SUR: IVEMANCEPATION DIG LA FEMME NOIRE A KINSHASA

loque fur. Jen utilisations pacifi
ques de Vénergig atonmique en
frique.

Ces. assises ocientifiques, les
premiéres de que par leur importance, grou-
pern, sous la présidence du se-
erétaire - Général adjoint de
VOUA., Mr. M. Bulioro et au-
tour du professeur Félix Malu,
commissaire des sciences nucié-
aires congolais, 90 chercheurs
et savants venant de plusieurs.

pays membres de V’OUA.

Treize experts de agence in
ternationale de l'Energie Atomi
Dr. Selig-
man, directeur-adjoint, y partici
peront. .

Déja une forte délégation de
la RUA, composée de dix hom
mes de science et conduite par
le ministre de la recherche scien
tifique Egyptienne, est déja ar-
rivéa A Kinshasa,

La séance indugurale de ce
colloque aura lieu au palais de
In nation, maig les travaux se
dérouleront au centre nucléaire
“TRIEO» de luniversité Lova-
nium de Kinshasa.

CONFERENCE
AFRICAINE DES

' EVEQUES EN OUGANDA

Les cardinaux Laurian Ru-
fambwa, archevéque de Dar-
El-Saalam, Joseph’ Albert Malu
Ja, archevéque de Kinshasa’ ct
le 'Patriache coptée d’Alexandre
drie, le cardindl Stephanus Sida
rouss, sont arrivés depuis le 24
Juillet & Kampala pour partici-
per & la conférence africaine
des Evéques qui s’buvrira a Ga
- ba, dans la banlieve de la capita
Je Ougandaise.

Onze cardinaux, dont sept ve
nus d’Afrique, trente trois Arche
véques et Evéques, représentant
toutes les confétences nationales
et régionales de l’Eglise Catholi
que Romaine prendront part a
la réunion qui sera officielle-
ment cloturée par le Pape Paul
VI, dans la Cathédrale de Ruba-
ga & Kampala le 31 Juillet date
de son arrivée en QOuganda.

PAUL VI ET LE
CONFLIT NIGERIAN

Le Pape Pau! VI profitera de

son voyage en Ouganda pour
s’entremettre en vue du rétablis-

Kxement de

Etat des Pays fimitrophes d
VOuganda, ainsi que le chef d'E
tat Fédéral du Nigéria et le lea .
der Biafrais le Général
KU, a venir: rencontrer le Pape
a Kampala pour une entrevue a.







»

la paix, entre le Nigé-
rine Ue Biafra selon une gource

vaticnne.

Le Président de Ja Républi-

que Ougandaise, le Dre, Milton

bote, a mis tout en oeuvre pour
aciliter la tiche du Saint-Pore.
C'est ainsi qu’il a invite les chet

ODJIU-

vee lui.

IL ne fait pas V’ombre d'un
doute que la guerre civille au Ni _
géria, qui fait des milliers de vic

times innocentes chaque jour, s¢
ra au centre des conversations
que le-Pape Paul VI aura le jer
Aodt avec les chefs d’Etat Afri-
cains.-

Jusqu’a présent six Chefs dE
tat ont répondu favorablement
a Vinvitation,du Gouvernement
Ougandais. {Ce sont les Prési-
dents de la Tanzanie, de la Zam
bie, de la République Démocrali

que du Congo, du Ruanda, du
Burundi et de la République Cen
tre Africnine.

De notre Correspondant a
Kinshasa

Gerard Charles Alerte

Encore ce





fancinant?

Bi vous souffres de mal de

;
;

ta
i
bi

At
ii
Will

i

E



AVIS

La BANQUE POPULAIRE COLOMBO-HAITIENNE re-
mercie bien sincérement sa fidéle clientéle en COMPTFE D'E
PARGNE en particulier et le Public en Général et prend plai
air A leur annoncer que Ia- PRIME Traditionnelle qui leur

sera offerte ay Tirage de Décembre 1969 sera exposce tres
bientét au Local de la dite BANQUE.

Les conditions de participation & ce Tirage sent les sul

vantes :

I. Muintenir en COMPTE D'EPARGNE UN SOLDE M1]
NIMUM de CENT DOLLARS & 90/100 C$: 100.00): duo ta

“

AOUT su 29 Décembre 1969.

2.— ou bien: DEUX CENTS DOLLARS & 06/100 Cy lie








00):

3.--- ou

que PRIME.

BANQUE POPULAIRE

TROIS CENTS DOLLARS
du ler Novembre au 29 Décembre

Port-au-Prince Jes 24

LA BANQUE DU PRUPLE HAITIEN.

du ler Octobre au 29Décembre 1969.

& GOS 100 OX tug Hey

1969.

En attendant, continuez, chers clients, a faire vos Dépars
a LA BANQUE POPULAIRE
votre BANQUE, afin de de enir’ propriétaire de Ja

COLOMBO - TAITIENNE

Magnifi-
Juiller 1aao
COLOMBO-HAITIENNE



wu A ,
Départ de ML

GRATUIT...
Une brochure LA. MAITRISE
DE LA VIE sera pour vous le
- point de départ d’une vie nouve!-
le. Eerivez a:






ORDRE ROSICRUCIEN
AMORG
56, DOMAINE.DE LA ROSE -
CROIX

iG, Rue Gambetta, Villeneuve
St. GEORGES (8.-&-0.)

(France)
xX xX X
wiaeeahapgsrae de or ae ee ee
pay koge MATING: DE M/T LAYLA EXPRESS:
tyra aE OR Fy OEE oe RESS
( wt ee yilewenve St. Georges, M/ T LAYEA EXPRESS
informe ses membres que les M/ Vv WILLIAM. EXPRESS

réuniona ésotériques ont lieu ré-
guligrement chaque dimanche (le ;
2e,. excepts) A-9 hres. A.M. en:
son local habituel sis sur la route
de Delmas. Les travaux pratiques {
ct les réunions | administratives
se tiennent le 2e, Samedi-: de
chaque mois, . :

Pour toute information sur
heure. d‘ouverture de Ja Bibliotht-
ue, . date. , Initlations . au.

M/V JOHNNY EXPRESS.
M/V WILLIAM EXPRESS

G

















‘emple,.. éntrevne avec: les .
clera de la Loge, réunions soota~

les, programme de travail, etc...
Veuillez sdroaser roe dottres, as.
MAR Boat



LECCE CCST AAAAASA ALTE SSE VOIR



MI Pour POE
YTO DOMINGO

SNSISIOIS ISIC SIE ENE IEE ES
1





Voy. 63
Voy: 31
Voy. 72
Voy. 32
Voy. 64
Voy. 33
Voy. 65

ROGER SASSINE
Place.Geffrard No: 117
Etage Building! Frank MARTIN.

Tel, : 3132 -

WKCKAKKWK NOLAN NTA SSF

NE”
2T-AU-PRINCE

Aout ler, 1969
Aowt ler, 1969
Ao&t 7, 1969
Aogt 12,1969
Aotit 14, 1969
Aout 21, 1969:
Aout 28, 1969
Chambre Frigorifique disponible a chaque voyage













LUNDI 21,

MARDI 28"

AOUT 1969

Cherehes la section correapondant au jour de potre anwiversatra

de navsance ef voted trowmveres
siynalent lea autran powr demain,

len perapoctives que vows

Droit dovreproduction totale ut partistte rdvervi,”
Dropricte Keay Poatiuren Syndicats ~- NRuoluaivitd
LE NOUVE LLSTE>

MERCREDI 27 AOUT 1969.,

2) MARS AU lo AVRIL (BE
LIER): Tendance a Pindolence
eta laixser les choses aller. Eve
doit refrénee si vous voulez avoi |
une journees satisfuisante. Ne
soyez pas ta victime de Vindéci-
sion.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU): I) sera important de
voir comment vous vous présen
tez. Terminez les tiches inache-
vées. Les actes non falta peuvent
déranger le programme de de
main, Attention a ta crifique exn
iroérée,

2 MAL AL ai) JUIN (GE-
MEAUX i. Ne Laissez pas s’@ -
chapper voire chance en don
nant trop d'importance aux af -
(naires cournntes. I sera sage de
conserver les yeux bien ou
verts

ge JUIN AU 23. JUILLET
(CANCER): Bonne journée pour
plaire & celui qui uchétera vos
produits. Connaissez bien ses dé
strs et ses besoins afin de les sa
tisfaire nu mieux. Soyez pru_ -
dent en prenant vos décisions.

24 JUILLET AU 28 AOUT
(LION): Comparez les possibi
lités, Laquelle offre le plus de
chance de succes? Développez |r
maximum de vos dons afin d’a -
voir le pius possible de cordes a
votre arc.

24. AOUT Av 23 SEPTEM
BRE (VIEKGE): Essayez de sti.
muler des forces ‘défuillantes, de:
ressources e.ténuées. Ayez une
vue optimisic de Vavenir. Sou -
venez - vous que la nuit la plus
noire préctde exactement Yaube.

24 SEPTEMBRE A U23 OC
TQBRE (BALANCE): N’atten-
dez pas d’aide. De nombreux pa~
tenaires ou amis voudraient bien
vous aider mais n’en trouveront
jamais le temps. Concluez que
c'est & vous seul de mener votre
jeu.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION): Du temps
perdu? Vous étes votre maitre.
Bondidssez en ne faisant pas fi
de la sécurite. L’animation que
donne un travail bien fait et
une puissunle médication.

23 NOVEMBRE AU 21
CEMBRE (SAGITTAIRE) :
Quand monte la pression de !

DE

journée, ralentissez et mén+
changez de route. - Autremen',
vous irez i contre - courant. Ce

A

AVIS

ture Renault 4%, modele 63 au
profit de la Retraite Sainte An-
ne Foyer pour Vieillards, qui de:
vait uvoir lieu au 2e, tirage du
mols d@Aoft 1060 de la Loterie
de VEtat Haitien, — ext reporté
nu 2e, tirage do mois de Sep-
tembre,

Ne perdex pus vos billets a'il
vous plait.

Le numéro gagnant sera unon
cé par les journaux uprés con-
trdle, Ia Voiture sera remise au
propriétalre par le Pére Direc-
teur des Salésiens, a Port-au-
Prince :

Roulevard Jn. Jacques Dessa-
lines. Cet avis est donné & tou-
ten fins utiles de droit

Mary Arnoux Cy. WALKER



ETES-VOUS
MAL A L’AISE ?

Les nouveaux comprimés éliminent
la dépression.
Nous nous sentons tous mul a Valse
de temps & autre, mala en fin de
compte les scientifiques ont décou-
vert les comprimés PRO-PLUS qui
rompront le cycle de la dépression et
yous redonneront une humeur égale
et un regain de confiance.
Aujourd'hul méme achetez jes com-
primés PRO-PLUS



Un reméde nouveau
et souverain contre
les douleurs

Un médicament puissant et
jnoffensif faisant disparatire ra
pidement toutes sortes de dou-
leurs, c’est bien DOLOROSTAN.
Arthritisme goutte (ii élimine
Vacide urique), rhumatisme arti
culaire aigu, rhumatisme chroni
que, rhumatisme goutteux, aciati
que, hydrathrose, arthrite séche.
coliques hépatiques, grtavelle
Toutes les douleurs provoqnées
par ces affections disparaissent
devant DOLOROSTAN.

Les pilluka. DOLOROSTAN
cherchent non sealement & faire
disparaitre les manifestations de
ln maladie ‘mais aussi & en dé-
truire la cause.

Ne continuez plus & souffrir
jnutilement : il y a
les pillules DOLOROSTAN. po-
LOROSTAN - agit vite — est
sans danger — ne contient av-
cun produit nocif.

Demandez . DOLOROSTAN au
jourd’hui meme. En vente dane.
toutes les pharmacie



conseil prendra pour vous
trés grande unportance. :
22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Sun
ex que les modifications doiven:.
étre faites pour améliorer et pas:
seulement par gofit du change
ment. Certains fuient les respon
sabilités mais ce ne sera pas vo-
tre cas.
méme.

21 JANVIER AU
VRIER (VERSLAU): La solu-
tion est d’établir un programme.
Et aussi le bon emploi de vos
dons dans un effort bien dirigé.
Soyez prét a tous jes change -
ments qui sont nécessaires.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Un ralentisse *
ment peut étre conseillé pour re-
yrouper vos idées, pour étudier.

hie

vos problémcs plus a fond. Ne .

soyez pas indépendant au ‘point
de vous trouver en unc situatiun
précaire. .
SI VOUS ETES NE AUJOUR
D'HUIL: Vous étes intuitif, éner
gique et personnel. Votre Signe,
la Vierge, indique que vos efforts
ont un but élevé et que votre a¢c-
tivité est vaste. Vous vous sur-
prendrez vous - ‘méme— et au-
trui — par vos idées originales
et audacieuses. Elles n’en seront
pas moins praiqqus et sont celles
de personnes dont la progres -
sion est rapide. Prenez toutefois
la précaution de ne pas écraser
le timide et le modeste. Ces der-
niers ont, eux aussi, de brillan-
tes idées qui rivaliseraient avec
les vétres si vous consentiez A
les admettré et a les’ étudier.
Yous étes extrémement compé -
tent dans les cas difficiles. Vous
pouvez étre un fin eritique, un
journaliste ou un directeur d’af-
faires remarquable.



Avis dé Divorce

En vertu d’un jugement du

Tribunal Civil de Jaemel en ses °

attributions civiles. sous Ja date
du 30 Avril 1969 rendu entre le
sieur Marc Jn.- Baptiste, deman
deur en divorce, et son épouse.
née Francinique Henri, défen-
deresse, la dissolution de leur
mariage ai été prononcé aux
torts de cette derniére.

Le dispositif du gus-dit juge-
ment, aprés les formalités et dé-
lais légaux a été transcrit dans
les Régistres a ce destinés par
VOficier d‘'Etat civil Gabriel Le
pierre de la Commune de Jake
nel (Sect’on Sud), ce, a_telles
fins que de droit.

Jacmel le 22 Aodt 1969
Loubebt CORMIER yay.

JOLY GARDEN
Mme Yvan DESINOR

Eeole Maternelle, pour les En-
fants de 2 a 6 ans,

Le programme correspondant
A la classe de i3eme enseigné
méthodiquement.

La Directrice et le Personnel
sont toujours & la disposition des
parents ott les inscriptions sont
ouvertes tous les jours de 8 heu-
res du matin & midi,

JOLY GARDEN en face des
Soeurs du Sacré- Coeur de Tur-
wenu -— Avenue Boyer No. 18.























.Avant tout restez vous- |

10 FE -°


















AW NON.!
Urivisez LE BON. BeuaRe DE LA 'BEURRERIE. ‘DU Sup

POIS SOUCHE EN SAUCE.

Lew pois souches song ‘de: gros
pols larges, plats et blanca en -
fermés dans grosses gousses ver
tex ot plates. Les pois souches
violaerés sont amers,éviter de les
acheter, |

Cuire les pois souches largie-
nent couverts. d’gay . froide sur
feu moyen a: éasserole découver-

Le Livre de Cuisine de Niniche

POUR TRACTION,



RIE OU

VEEORRE.

DAVID BROWN |
" TRACTEUR 0D DIESEL

LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE
EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN
ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISION MONOBLOQUE
DISPOSITIF EXCLUSIF « BLOCAGE DE DIFFERENTIEI.
CHASSIS UNIFIE
RRDISPONIBLE EN VERSION INDUSTRIELLE,

R Charles Féquiére & Cie.

DISTRIBUTEURS

Assurez -

ae Cy - =
Norwich Union
La Meilleure Compagnie d’ Assurances
. Etablie en Haiti

JOSEPH NADAL & Cie. Représentants.

GON BEURRE DE TABLE
PASTEURISE

72 livre

BEURRERIE OV

‘

tq, Sid gnu sévapore savant que :
lea pots aolent: cultd “en njouter |
un orien peu ad peu, de temps en

temps jusqu’a ln cuisson, Ace

moment, écraser’ avec une cuillé

res aux parois de la casserole,
une quantité suffisante ‘de pois
pour 6paissir V’énu. Saler, épicer
au goiit. Ajouter beurre. Ser -
vir.

se vend dane tovtes les librairies










vous 4 la

PAP Oma

#* where

IDAI
Suo









CONTE HAITIEN

ll pleuvinait. ee soir-la.., ; La
terre exhalait une. ‘senteur qui
montait montait. -et enveloppait
les cogurs . d’un-.sentiment de
dégott:_ Fine, sensible, capri-

/ » clevse, la pluie hésitante Jangait

des soupirs que le vent orchestrait
en une plainte monotone et
déchirante, soutenue par le cri
strident des cigales... Elle
martelait le sol avec insistance
comme s'il y avait quelque plaie
a laver, a décrasser, quelque
erachat i dissoudre...” Il. faisait
fra's, un peu trop frais. Le bois
était’ désort. Rares étaient les
chiens qui, la queue sous le
ventre, longeaient l’ombre des
grands “beyahondes. Et ou-
guenio suivait leur have.

Cela faisait des jours qu'il
marchait comme une épave; cela
-faisait des jours qu'il tournait
en rond sous le ciel ?dmpassible.
I) était comme une -feuille séche
jetée au gré du vent. DO le
savait, il le sentait.. Il rampait
dans -une mare; la vie lui
passait sur le ventre et Hou-
guenio la laissait passer...

_ C'était un de ces soirs of
il avait l'impression que le
monde s‘arréte a son nez - et
qu’au dela, il. n'y a rien, ab-
solument rien. C’était un de
ces soirs- of il voudrait ceourir
pour combler le “néant du temps
perdu, ot il voudrait disparaitre,

acculé par un désespoir: qui
atrophie la pensée et _ pousse
vers ce chemin de lacheté au

terme duquel tout
et mystere.

_ Ce chemin s‘ouvre a tous et
jamais auparavant, Houguénio
ne le comprenait aussi bien que

est inconnu



ve soirela ” ‘ou i pleuvineit,
Ik s'étaitarrété ‘sous un grand

mapou. Il était .la,. 4 demi-nu,
la pensée annihilée, - les pieds
fatigués” de battre' le sol, -de
fendre les fatras, le “regard

fendant le noir qui se resserrait
& chaque instant: autour de lui.

Son coeur batait trés fort et
‘troublait- ce “macabre concert
nocturne qui - enveloppait le
bois. Il. croyait entendre. le
souffle d’un animal : était le
sien.

Il se raidit et s'appuya contre

le mapou. I) tira un couteau
quil ne vit pas. Il sentit.
seulement Ié froid de la~ lame

sur sa poitrine. Il avait mal au
coeur; il avait envie de frapper,
de transpetcer ce coeur qui ne
valait plus. rien et qui lui faisait

si mal. Mais il ne ‘peut. lever
son bras...
Le couteau s‘alourdissait de

plus. en’ plus et tendait le bras
de Hougnénio.

Non, non,
dents. ,

Le couteau: s‘alourdissait. 1)
lui sembla qu’il portait tout un
monde’ de péchés. Le couteau
Sslourdissrde plus en plus et,
aun cerfain moment, tomba de
Ses mains en feu. I] voulut se
plier pour le ramasser, mais: i!
ne put pas. Et tout a coup, la
pluie se mit & tomber rageus2
ment, escortée de tonnerre. Hou
guénio resta figé comme une
statue et le vieux mapou se fit
la cible des foudres.

— Houguénio, pourquoi m’as-
tu désobéi, pourquoi ?
ére, pére...
J] n’eut pas le temps d’achever;

dit-il” entre ses



COMMENT FAVORIS ER LE BON

(Suite de la 2Zeme page)

tés ou, réceminent encore, les protent & lutter contre les mauvaises

priétaires noirs étaient pratique
ment inexistante;

Larrivée d’un-Noir a la recher-
che d'une maison dans une com-
munauté de bantieue A prédomi-
nance blanche engendre des réuc
tions typiqués. On s’inquiéte des
répercussimis qu'une telle arrives
pourrait avoir sur la valeur des
propriétés et les propriétuires les
plus racisles exhortent les habi-
tants a s’organiser pour les em
pécher de s’y installer. Les libé-
raux se félicitent de l'arrivee de
Nors; celui qui n’a pas d'opinion
bien définie sur la question deéci-
de de fuir avec les racistes ou
consent, bon gré mal eré, ik res-
ter, Les Blancs ‘optimistes annon

cent qu’ils sont ¢en voie dintégra:

tion» alors que leurs voisins se ‘de
mandent, inguiects, jusqu’’ quel
point ils «naecepteronty les Noirs.
Les Noits ouvcllement ingtallés
observent adaptation des Blanca
a leur présence Avec une géne
mélée d’ironie — il faul avoir un
sens de ‘humour pour pouvvir
tolérer ce que les Noirs considé-
rent comme de lp estupidités.
Des que kk: membres d'une
communaulé intégrée se remet





— Be. oT

herbes qui envahissent leur pe -
louse, cela sigiufie que la commu
nduté est en train de se stabil’.
ser, Malheureusement, dans cer -
tains secteuré, les Blancs apeurés
prennent la fuite et les agents
immobiliers, anxieux de sauve -
garder leurs intéréts, vendent >
des achetetrs noirs, favorisant
ainsi l'établissement d’ung nou -
velle communauté a prédominun-
ce noire. 11 cn résulte que Vint?
gration est retardée dans une vas
te zone parce que ce sont les
Noirs et non pas les Blancs apeu
rés ou les agents immobiliers ir-
responsubles, qui sont accusés de
promouvoir Ir création d’un
«ghetto».

Les progits enregistrés dans
un domaine cngendrent Ia déter
mination de progresser dans un
autre. Lorsgue les Américains
comprennent qu’ils vivent aujour
d’hui au sein d’une société en évo
lution, cela constitue en soi un
grand pas en uvant. Des discus -
sions franches sont indispensa -
bles et elles ont lieu sous Jes au.
pices d’organisations religieuse;,
de groupements en faveur de I’'é
galité des droits, d’associations
semployant & promouvoir léga-
lité dans le logement et de comi-
tés traitant des relations humai-
nes a l’échelon des villes et des
comtés.

“L’un des aspects
geants.de liitégration. des com-

munautés cst que l'on, commence

& prendre conscience du, fait que,
lorsque des Américaing blanes et
noire: vivent céte & céte: sur un
pied...d’Egalité,. ils finietent par
comprendre ct apprécier les va -
leurs humaines auxquelles ils‘ con
tribuent tous.

\INVERETEâ„¢

.. soir-la,

encourna - -

Poeun: ous SERVIR. &
Sa UVEGARBERT vos

45 AVENUE MARIE JEANNE
CITE. OE L'EXPOSITION

pee

Le vieux mapou |

la foudre le secoua et il
se plier et s’agenouiller,..
— Houguénio, pourquoi m’as-
tu trompé, pourquoi 7
- Houguénio baisa la terre puis
leva les yeux vers le bouquet
du mapou comme © sil cherchait
quelque chose.

Son regard fou. se promena
dans Je noir, violé par des éclairs
et il éclata en sanglots:..

Et du mapou, montaeit ‘en
créscendo un concert de voix
qui tressaient le mythe du dieu
des _cimetiéres. Les — accords
magigques et — ensorcelleurs du
Houm, di Houmtor et du
Houmtogui qui e répercutaient
la-bas, au loin, soulevaient le
cocur de. Houguénio. A travers
cette musique “qui remplissait
tout le bois, le «PARLER
LANGAGED> se précisait.

Tout & coup, le mapou comme
mu par une force invisible, se

put

mit 4 parer les foudres'et A
jongler avec les cclairs. Il
pliait; son front mystérieux,

par moment, heurtait les «cimes
des autres -arbres, si petits ce
ou se frottait contre la
“terre battue par cette pluie qui.
elle aussi, chantait. Dans ses
révérerices, le manou millénaire
entrainait Houguénio et ‘ils, res-
@mblaient, ce, soir-la, a deux
enfants qui sfennivraient dans
une ronde interminable que
rythmatent ces voix aui se
mariaient pour tresser quelques
choses qui puisse subjuguer leur
ame :

Seen nee

LE VOILE SE LEVE
EN TCHECOSLOVAQUIE

“PRAGUE (AFP)

Le voile commence 4 se lever
sur ce qui s'est réellement passé
en Tehécoslovaquie le jour an-
niversaire de Tintervention des
forces du pacte de Varsovie.

Alors que, dés le lendemain
du 21 Aout, le présidium du P.C.
tchécoslovaque, tout comme les
vouvernement fédéral et tchéque,
sétait félicité du calme qui
avait régné dans tout le pays a
l'exception de Prague et Brno.
chaque jour apporte depuis lors
de nouvelles révélations sur les
inicdents qui se sont. déroulés
dans d'autres villes tcheques.



“wy




GEORGES SICARD
“63, Rue des Fronts
Forts -

V/SAS

a Pee at

* lui et brailla,

TICKET A vion/Ba: TEAV
"RESERVATION, O WQTEL
ASSURANCE Vora GE

=" BUREAU
Z, if CLIMATISE








Par Carlo A. DESINOR.-

«GUEDE L'ORAGE,
« «GUEPE LIORAGE,
GUEDE L'ORAGE,
ONAN, ONAN...2
Tout a coup, ja flamme du
souvenir de sa lointaine Afrique
qui couvait en lui, se réveilla...
son coeur battdit intensément
et il espuissa, dans ce décor féc-
rique, les premiers pas du pos-

NASIRE

NASIRE

NASIRE
ONAN,

La foudre se déchaina et brian
le couteau qui gisait par terre
en deux couleuvres qui allérent ~
s‘enrouler autour des oreilles de
Houguénio qui entonna avec la
fixité des fous perdus;
«COULEUVRE, FEMME
DAMBALLAH .
COULEUYRE HE, COULEU
VRE HE !
DI YO NOU LA, AGOE
COULEUVRE, FEMME
DAMBALLAH..»

Tl chanta pendant longtemps

et au fur et a mesure = qu'il
chantait le décor se métamor-
phosait. La pluie s‘apaisa brus-

quement et il se fit un silence

macabre. Une vieille femme,
lentement, s'approcha de ui.
Elle déposa sa main calleuse

sur la slenne et dit :
D’ot es-tu, mon négre ?
— Je suis du pays de guelé-

fré; je suis le fils de LOCO
ATISSOU KERSSOU...
— Que fais-tu donc ici ?

demanda a veille dame, ‘

D’une voix rauque, il répondit ~
sur un air qui faisait frémir
«A mon yan va, LOCO, anyé

M’pral cherché famille ‘mouins

— OU es-tu. ot es-tu, ma
vieille ?

La. vieille feryme avait disparu.

Houguénie regarda autour de
Ti semblait~ d’un
coup devenir un autre homme.
Il ne tremblait -plus. Ses yeux
n’avaient pas d’expression, mais
semblaient appartenir a quelque
chose d’humain.

Il se mit a marcher. ll lui
sembla que les arbres se
courbaient sur son passage, que
les fleurs souriaient dans le noir,
qu'il marchait sur des plames
doiseaux. I] n’avait plus envie
de pleurer... et il se surprit a
d're au plus profond de son
étre

-- Pourquoi pleurer alors “que
le temps s’en va ?

Carlo A. DESINOR
4 aottt 1969.



INSERTION DEMANDEER

Laboratoires
E: Muzac Basile

Ce 7 Aout fatidique

Oui, la connexion est suppri-
mite.

Atropus, I{nexorable a dans
une crise de cleptomanie coupé
Jn vie nu.charmant Directeur
du Nouvelliste Quotidien,
Doyen de lu Presse Haitienne.

Cette opération-éclair, exage
rément brutale a suscité dans
le coeur de ses admirateurs
pétrifiés, un séisme alarmant
avec son cortége de dégata
immensurables, dégats dont les
réparatious exigpront beaucoup
de temps.

Mais en face de lArrét
destin, sans appel, la dynamique
équipe du Doyen conserve
encore un atout consolant, celui
de croire que l'ombre radieux
de Max Ernest Chauvet sera
toujours li, aux aguets, pour
provoquer dans les moments
difficiles cette alacrité agissante
qui exhorte au courage et au
dépassement de soi.

Dr Emmanuel Muzac Basile

> 7 Aodt 1969

du

‘






















3989-359





PAGE 6

-En vente ¢





LUND! 25, MARDI 80 A



'



EN BREF

LES NOUVELLES DU MONDE

LES PARENTS S’OPPOSENT
A L'AUTOPSIE

Le Probléme de UAulopaie du
corpa de Mary Jo. Kopechne
Wilkesbarren (AFP)

Le Juge du Tribunal de Wilkes

barren, Mf. Ernard Brodinski,a te
nu une audience lund. Hy a
fait savoir qu'il étudiait Ja re-
quéte des parents de Mary Jo Ko
pechne, qui s’opposent A l'antop
sie du corps de leur fille deman
déc par Ie “~ocureur du Magsa
chussets, M. Edmund Dini.
xxx

BELFAS (AFP)

De l'envoyé spécial de )’AFP
Jean) Michel GOUDSTIKKER.

La crise de confiance qui af-
fecte le Gouvernement de )’Uls-
ter depuis le début des émeutes
eat entrée cette semaine dans sa
phase aigui, les différentes for-
ces politiques d’Trlande du nord
fnisant pression sur le Cubinet

Chichester - Clark A quelques
Jours de l'arriyée de M. James
Callaghan, Ministre = de l’Inte-

ricur Britannique.

Le Cabinet du Premier Miaio
tre n'a pas démenti — officicll.-
ment la rumeur de la démissicr
éventuelle du Gouvernement ce
l’Ulster au cas ot M, Callaghar.
voudrait lui imposer le désarme
ment des supplétifs de-la police
ou bien la présence d’un Minis-
tre de Londres au sein du Cabr-
net.

. x XX
DAMAS (AP)

Les dirigeants syriens poursu1
vent activemeut Ieurs démarches
auprés des pays membres des Na
tions Unies pour leur aemander
leur appui 4 .a candidature de la
Syrie au sicge non permaneni
du Conseil de Sécurité qu’occupe
actnellemca. ie Pakistan et qui

sera vacant & la fin de l’année
en tours.
xxx
BONN (AFP)
L'URSS souhaite le dialogu:

politique avee la RFA, a déclayé

lundi, «a Bonn, M. Helmut
Schmpt, Président du groupe pay
lementaire Umcia! - Démocrate

qui a rendu compte é la pressc
du voyage quwil vint de fairc &













Avis aux Abonnés
de ’Etranger

Eu raison dea frau éleven
necenniten par Cenvai de pa-
queta w Vertérieur, TAdani-
nintration du «Norvelliates
piie vex chonnes de UBtran-
ger quine sont paa en rdgls
avec elie de bien vorloin le
faire au plua tot.

Un déua expirant le 15 Sep-
tembro prochain lewr eat ac
cordd a cette fin.

20 Aonl 1069.

L'ADMINISTRATION.



Messe de prise
de Deuil

La famille du regretté Abdal-

lah Ackmed fera chanter une
Messe de Prise de Deuil en sa
mémoire le Vendredi 29 AoGt &
Th.l6 a.m. en VEgliise du Sacré
Coeur de Turgeau.

Le présent avis tient lieu d’in
vitation aux parents et amin du
regretté défunt.

Port-au-Prince Je 26 Aofit 1960

e





A 6 hres et 8 hres 30
9 suiecés dela Saison
ne occasion @ ne pas rater








é8
avec,





pana Ro as AYRE te



-votre guide de couture facile. et...
- Faites vous quelque chose de sensationnel !

WAALAR SEER



ATIANA SAMOILOVA
“Maia PLYSSETSKOIA

Moscou avec ses deux adjoins,
MM. Alex Moeller ot Egon Mraa
ke.

xxx

LONDRES (AFP)

A la demande au Gouverne-
ment ‘Tehécoslovaque, M. Goron-
wy Roberts, Ministre d’Etat: aux
Affaires Ktrangéres, a accepté
de reporter & plus tard la visite
of wi .




di soir le Foréign Office.
xxx

WASHINGTON (AFP)

La dégradstion de la situation
au Moyen Oricnt -suscite actuelle
ment une apprehension crolssan-
te dans les milievx officiels amé
ricains et notamment au Dépar-
tement d’Etat qui sinquiele des
événements 2 Bagdad et a Jéru
salen) ainsi que des activités na
vales sovidviques en Méditerra
née, .

M. Robert Mc Closkey, Ie por-
te - parole du Département d’E
tat, a condaniné lundi lcxécution
de quinze espions & Bagdad qui,
selon les aulurités irakiennes au-
raient été & la solde des services
de srenseignement américain et is
raێlien.

xxXX

Dix mile quatre cents resso-
tissants techécoslovaques ont ce
mandé, et obtenu, ]’Asile Pol:ti-
que en Suisse depuis le 21 Aoi:
1968, apprend-on 4 la direction
de Ila Police du Département Fé
déral de la Justice (Ministre
Suisse de la Justice.-

xxx

PRAGUE (AFP)

72 étrangers ont -été arrétés 4
Prague & la suite des événements
des 21 et 22 Aodt, a annoneé lun
di la télévision tchécoslovaque.

Il y a eu d’autre part 1005 arc
restations de citoyens tchécoslo-
vaques, a ajcuié la télévision,

xxx
LE CAIRE AFP)

Le President Nasser accueille
favorablement la proposition du
Roi Feyyal d’Arabie dSeoudite, de
tenir une contérence au sommet
des pays islamiques, annonce ce
matin je juurnal Al Ahram afin
dexanune: tc crime prémdédité et

l'incendie délibéré de la = mos-
quée Al Aksa.

zxXX

LE CAiIRE (AFP)

Le Président Nasser a proposé
au Roi Hussein de Jordanie un
plan en quatre points pour faire
face a Israel, annonce ce matin
le journal EL Ahram. Selon ic
Journal, le Chef de l'Etat égyp
tien suggére primo, la mobilisa-
toin de tous les pays arabes et
de tout ce que chaque pays peut
mobiliser dans 1a guerre ccntre
Isrnel, secundo, la coerdination
entre les pavs limitrophes d’Is-
rue] ou entre lea pays dont les
armées se truuvent sur le front
avec Israel, tertio, la tlnue d’un
sonnet Arabe, quarto, Ja tenue
d'un sommet Islamique. |



AVIS

Port-au-Prince, le 21 Aoft 1969.
Le Secrétariat Technique in-
forme lea commercantas, lea intel
lectuels, les industriels et’ le:.pu-
hlie en général que: le «Guide. de
préparation des projets de déve-
loppement> est en vente: dans. le
Librairies suivantes < .
Librairie.a la Caravelle
Librairie La Pléjade -
Aux Livres Pour Tous,
Au Service dé la Culture
Imprimerie Deschamps.

LA DIRECTION. _



a

Mesdames, Mesdemoiselles
Avez - vous vu les nouveaux catalogues
de Modes Mc Call’s 4 la Maison

Don Mohr Sales Corp.

Venez choisir vos patrons et pensez 4 réclamer

















| Pee
|
)
:

La Féte de St Louis

Cotte année, la f6to pa



été
un

de Mirebalais
lébrée avec

tout particulier..
tions’ populaires, religiouseg, et
mondaines ont eu lieu a Vocca-
sion du 220ame anniversaire de
la fondation de In’ cité, et 108me

4

année de la ‘création de la pa-
roisse.
Le samedi 28 a 4 hres p.m.°

les festivités ont débuté par une
large distribution

faite











J. Marcelin, chef du personnel ‘et
Moligre Narcisse agent de propa
gande, dans les quartiers populal
res, :

A 6 hres p.m. a ev liew sur la
place une grande manifestation
populaire en l’honneur du Pré-
dent Duvalier. Ont -pris la parole
le Magistrat Communal de Mire-
balais, Mr. William GASTON,
le préfet GEFFRARD, le député
de 1a circonscription, Mme Max
ADOLPHE, Gérard MAISON-
NEUVE, de “IDAI et Moliére
NARCISSE de la L.E.H..

Le dimanche & 8 hres 15 pro-_

cession traditionnelle aA travers
les rues de la cité suivie de la
grand’mesee concélébrée a I’Egli
se paroissigle par les péres Chris
tian NICOLAS, curé de Belladére
célébrant principal assisté des pé-
res LECEAUX, administrateur
de Savanette es BANEAT curé
de Thomazeau. Le préfet de
VArrondissement, Mr. Franck
GEFFRARD, le député, Mme
Max ADOLPHE, le major MOI-
SE, commandant du département
militaire du Centre, M. ACHIL-
LE, sous directeur de la L.E.H.
les lieutenants Charles ANTOI-
NE, commandant du District et
MONDE du Sous District, é-
taient présents dans le choeur.

Les chants ont été exécutés
avec brio par la chorale parois-
siale sous la direction du cher
frére JUDE de St-Louis de Gon-
zague.

A Vissue de la messe un vin
@honneur a lité & VH6tél de Ville en Vhon-
neur du Président de la Républi-
que.Des discours ont été pronon
cés par le Magistrat et le Préfet.

Vers 11 hres & a résidence
des époux Roland BOSQUET une’
belle réception a été offerte par
Mme Max ADOLPHE,

Le soir & 7 hres, VIDAI a of-
fert une séance cinémathograpi-
que A la population qui a connu
le plus grand succés. Des films a-
gricoles et sur APOLLO XI ont
été projetés,



La Prime de la
Banque Colombo

“Nous sommes \d’accord avec
la suggestion faite par un lec -
teur {de notre confrére LE

JOUR ap sujet du tirage de la =

prochaine prime de la Banque
Populaire Colombo Haitienne.
Cet établissement bancaire au -
rait tout & gagner, vu Ja con-
fiance qu’y placent les économi-
quement faibles, en retardant
jusqu’au 10 septembre ~ pro -
chahin le délai primitivement fi-
xé au 10 soft dernier pour la
premiére catégorie de clients en
compte d’épargne, (celle qui doit
maintenir un solde minimum: de
CENT DOLLARS), désireux de
participer au tirage de la pro -
chaine prime.










Des manifesta-_

le. produits ali”

+ par.
5 Archillé, sous
. directeur de la Lotevie et Joseph






Sur le chemin du retour, elle
a visité des membres de sa fa-
mille & St Thomas, Tlea Vierges.

Alice a été accuellie A l’aéro-
port Franco's Duvalier par son
frére, le Promoteur Joe Etienne
sa femme, sés charmantes filles
Evelyne, et Geneviéve, par ‘le
Dr. Raymond Ed. Etienne
(Pharmacien) sa femme, son
fils Richard, et sa jolies filles
Florence et Francoise et sa
ravissante niéce Blena Astrala-
ga, et par bien d’autres membres
de la famille “Etienne.

xXx :

.. Mme
Lasségue, charmante épouse de
notre ami Seymour Lasségue
est rentrée dimanche’ matin avec
sa racvissante fille’ Michaelle:

Adrienne et Mika viennent
de passer quelques semaines: aux
Etats-Unis et au Canada.

Elles ont été accueillies par
leur mari et pére, M. Seymour
Lasségue et par des parents
et amis,

KXE

.. Le Dr, René St Léger a
repris l'avion dimanche aprés
un séjour de trois jours ici avec
les membres de sa famille.
~Le Dr. René St Léger est un

~brillant interniste haitien vivant
depuis cing ans a St Louis,
Missouri.
. Tl a pris Ja route
Montréal- Miscsouri, nous dit
sa charmante belle-soeur, Dr.
Daniéle Rigot St Léger, femme
de M. Fritz St Léger. ‘~

René a été conduit a laéro-
port Frangois Duvalier par ses
enfantsRené St Léger, Jr., Jo-
celyne, Florence et Rachel, par

Miami-

son frére M. Fritz St Léger et
sa femme, née Daniéle Ricot,
par le Dr Serge Jean-Baptiste

et Mme, née Nicole Beaulieu. .
ete.

.. Le Député des Gonaives,

DECES DU JOUR

DECES DU MARDI 26
AOUT 69



Miracia Jean ..........:. 16 ans
Karol Martin 6 ‘mois
Léone Joseph ............ ? ans
Pierre Antoine Gérome ... 4 ans
Jn Claude Joseph, ....,. Enfant
Blanchard Dantes ..,... 48 ans

La Direction des Cours
Privés FRANCK ETIEN -
NE, tenant compte des de -
mandes réitérées de nom -
breux parents, a décidé d’é-
tendre son Enseignement de
la Sixiéme a Ja Philosophie.

En conséquence, il est
porté & Ia connaissance des
intéressés' que les Inscrip -
tions pour toutes les Clas -
ses Secondaires sont recues,
au local des Cours Privés
FRANCK ETIENNE, sis 4
la Rue Dr. Aubry No. 29,
du’lundi au vendredi de 8
hres. A. M. A 11 hres. P. M,

iv
Ss
a
ry
Sg
vy
Q
ns
7
~
Oy
.
Q
Y
y
a
yy
N
yy
Q
Cs

Messe - :
@’Anniversaire

A Voeeasion de Vanniversaire
du décés de la regrettée Erina
Mérisier la famille fera célébrer
le lundi ler Septembre prochain
& 6 h a.m. une messe de xvequiem
en sa mémoire A la Cathédrale.

Le présent avis tient liew’ d’in
vitation aux parents et amis de
Ia défunte.

Adrienne Beaufort

» {S0ITE)

M. ‘Pressoir Bayard et sa _dis-
tinguee épouse, uée Gaetjens “se
sont enbarqués dimanche matin
sur le Vol d’Air France pour un
voyage de -
qui les conduira aux Etats-Unis
et en-Hurope. :

=: Le, Député et “ Mute. Pressoir. .
Bayard ont 6t6 salués & aéro-

port Frangois Duvalier par de

nombreux membres-de leurs fa-->.

milles dont M. et Mme Henri
«Rico» Bayard. - .

"~Nous leur gouhaitons un trés.
agréable séjour: aux Etats-Unis
et en Europe, ,
. xXx.

te Mme Nicole Séjourné Ethé- - -
art, ~charmante épouse de I'In-:

gépieur Claude Ethart est partie.
dimariche matin par le Vol @’Air
France avec ses enfante . Jac-
ques, Florence et Pascalé.

Mme Claude... Ethéart ‘con-
duisant. Jacques a_]’Ecole ~ aux
‘Etats-Unis,
offrir des ‘vacances. & Florence
et a Pascale. . “ .

artiste Ernst Louizor hoapitalt.
sé au Canapé Vert .la semaine
derniére “se porte de mieux. ‘en

mieux. Ce brillant. peintre:‘dont....¢-
les oeuvres sont. louées= par tous = F
les connaisseurs avait besoin: de «
ce repos, ‘car il est l’un'-ded plis,: *:

prolixes -et des plus.:réprésen
tatifs de la -Galerie Nader,
Boex eX
.eNous. avons. -ré
plaisir -itos sympathiques ”:
Larry Segall . et
femme Joan. * ¢
Larry et Joan: sont de New-
York. Us étaient venus ici pour
la premiére fois, il y a sept ana,
‘et étaient restés ~trés attachés
aux merveilleux souvenirs de
leur visite en Haiti.
_ Ils passent une dizaine de
jours ici. Ils quitten{ le Grand
H6tel Oloffson demain matin
pour aller visiter le Cap-Haitien,
et'ses grandes attractions : les
ruines du Palais de Sans Souci
et la Huitiéme Merveille du
Monde qui est la Citadelle.
“Nous souhaitons un agréable

Relance de Ia

_ critique
-révolutionnaire

°
en Chine
PEKIN (AFP)

(De Pierre COMPARKT)

Toute la presse ae Pekin pu-
blie lundi VEditoz:al commun du
Quotidien du WPeuple, du )ra-
peau Rouge et du Quotidien de
l'Armée de Liberation, ditfusé
dimanche par la Radio chinoise,
et consacré aux. problémes dis
au Révisionnisme, & la désunion
au sein du Parti et aux difficul
tés sur le pian économique.

Aux yeux des ubservateurs
dans la Capitale chinoise, cet é-
ditorial maryuc une relance im-
portante du inouvement ce criti
que révolutivinaire de masse et
un rehforcesient de la campagne
menée cet Ete par le Pouvoir
Central, pour le réiuklissement
de Vordre dans Vensewble du
Pays.

NH annonce ae plus, estiment
Jes observateurs, une aguvelle 6-,
tape du mouvement lutte ~ criti-
que ~ transformation, une nouvel
le phase de ia lutte catre Ja’ econ
ception bourgeviae et In concep-
tion prolétarienne dv monde, et
i] traduit la volonté du régime
de poursuivre juscu’au bout Ja
révolutionarisation compléte de
Ja Société chinoise afin de ren-
dre imposraihic tout retour en ar-
riére, a4



amis





15éme ANNIVERSAIRE DE LA
BOULANGERIE . PATISSERIE

«AU BEURRE CHAUD»

— 1954 --

1969 —

A l'occasion de son 15éme Anniversaire, la Boulangerie
«AU PEURRE CHAUDs offrira a ges clients ane luxueuse petite
voiture au cour, d’un tirage spécial qui aur» lieu a la fin de l'année
1969,

~ GONDITIONS DE PARTICIPATION..



nd: Concours.

py

f— Pour participer au tirage extraordinaire A la fin de Décembre’1969' I fart détenir des fiches

: de Argent en Mangeants.

de participation’du 8 Jarivier 1969 au 15 Décembre 1069,

N.B— Gagnant ov Perdant ‘aux Tirages Ordjnaires, Conservez vos billets‘ qui seront valables

“> pour le Tirage Extraordinaire. ‘

“BONNE CHANCE A Tous,

L— Pour chaque achat d’une gourde il vous sera délivré un billet de participation

* 2— Pour participer aux tirages ordinaires qui -se font. touy joa 16 jours, il faut présenter
* “Yes billets correspondant aux 15 premiers jours de In période envisagéé,~

y

N

“par- Carlyn,

“4

ena profité “pour.













aveg =, dolphe «“ Abraham, par

sa pétillante .



*

séjour en Haiti a Larry et a

Joan Segall. °
. xxx .
Mlle Gertrude Saliba est -
ravissante

‘en compagnie sa

-sniéce Mile Tania Saliba et. son.

meveu; James Suliba, enfants de
.M, Joseph Saliba et Mme née

Yolaine Fong King.

hv oe KK

«. Le jeune; Joe. Elliott a-
repris V‘avion hier matin pour
Jacksonville, .Ploride aprés deux
semaines. ici avec. 3a, soeur, Mile
Carlyn’ Elliott, Secrétaire a
l'Ambassade Américaine. /
Joe*a. été conduit & l’aéroport.

“Mme Jocelyn Abraham
Chamandy a repris avion Jundi_
matinâ„¢ pour -Washington> D. C

“avec-see deux fils , Joa: et Mark

% portant_avec originalité chapéaux

typiques
haitiens



“Mile “Patricia“Abraham et son
Warvwitk -: - Butler, par
ime ‘Mireille ‘Abraham Boulos
‘epouse du. Dr. Antoine Boulos,,
notre: estimable’ ami, A--

Mme
Georges Deeb, atc.

Mme Jocelyn Chamandy est
allée “repre; -son travail au
John Hoflons Laboratory
Washington.

... Milles Joyee Samanick
Vicky Carlson arrivées ici

vendredi continuent de découvrir
les beautés et les charmes de
Tle Magique, \

Joyce et: Vicky sont deux
jeunes et jolies «Assistantes
Sociales». Joyce, brune est de
Hopatcong, New Jersey et
Vicky, blonde, est de Silver
Lake, New Jersey.

Joyce est fort éprise de art
haitien. Elle ne peut résister-
aux peintures' que ui offrent
les marchands ambulants.

Elles sont descendues au
Grand Hdtel Oloffson. © .
xxx

... Patrick Chopin est de retour
parmi nous. Il est arrivé la
semaine derniére. Il a pris
logement au Grand Hétel Oloff-
son. Patrick est Représentant
de la Cristallerie d’Arques de
Paris.

Il a ict pour Mentor, M. Louis
Gérard Vital.

EXX

. Hier matin parle Vol d'Air
France venant de San Juan’ est
arrivée. A Port-au-Prince, Mme
Joella Hardeman Gipson. C'est
une charmante congénére, :
Joella que nous avons rencon-
trée hier soir au CHATEAU
PIERRE en compagnie de notre
ami Abner Jean Louis de
l'Office National du Tourisme
et de la Propagande, est de Los
Angeles. C'est une édueatrice.
Fille de Joseph et de Martha
Hardeman qui s'établirent & Los
Angeles en 1919,- Joella a fait
‘ses études A IBeole Pardiasiale
de Ste Agnés, et au Moiint St

“Mary's College.
Elle a enseigné aux écoles de

Los Angeles de 1958 a 1964
quand elle est devint «De-
parment Chairman» en Ma-

thématiques. En 1965 elle devint
Consultante en Mathématiques
dans les écoles de la Ville de
Los Angeles. L’année suivante
elle obtint le titre de Spécialiste
et en 1967 elle devint Supervi-
seur des projets spéciaux du
gouvernement en mathématiques
Elle travailla . avec des archi-
tectes ainsi 4 la construction de

trois bitiments coutant un mil-
lion dg dollars pour la formation
en mathématiques de jeunes
fens et de jeunes filles.

Elle devint «Assistant Princi-
pale ou Direetrice Adjoint en
1969.

Elle prend ses vacances avant
de passer en Septembre au tra-
vail dans un projet spécial sur
les mathématiques et les scien.
ces de l'Université d’Illino's sous
la direction du Dr Max Beber-
man. - -

Elle vient de travailler com-
me «visiting Professor> dans les
mathématiques A l'Université de
Georgia,

Mariée, divoreéé, Joella est la
mére d’une fille de dix ans Te-
resa Gipson.

Elle collabore au journal Val-
ley News Green. Sheet. Elle rési-

- de 4 North Hollywood, Califor-
nia, Elle nous.dit que ses passe-
temps sont le voyage. la photo-
praphie, la enisine. :



2.0% 1,

Inscriptions

Le. Seerétariat de VInstitut
Haitiano - Allemand sera ou -
vert an Haut-.de Lalue, en face
du «Super -Market» Coles, a
partir’ du “ler Septembre pro-
chain, de 9 h am. a midi et de

Cours Normaux Intensifs a PONAAC

Il sera inauguré le lundi ler
Septembre prochain & VONAAC,
nn Cycle d’Etudes Normales in-
tensives pour..pne soixantaine
d’Animateurs Polyvalents recru-
tés dans les Départements du
Nord, du d-Ouvest et de Ar
tibonite. La™durée du cycle sera

plus de deux mois .rentrée hier matin de San Juan ge quatré semaines & la fin du

quel, les impétrants recevront un
Certiticat d’Aptitude- d’Anima-

teur Polyvalent. Les cours seront :

théoriques ct pratiques. Le’ Coor
donnateur de Stage est M. Edner
Latortue, ‘ .

Tl s’agit d'une autre initiative
de VOffice National d’Alphabét:
sation et d’Action Communautai
re dans je cadre de ja nouvells
formule inaugurée gsoux l’Admi
nistration du Directeur Général
Edouard €. Paul selon les ins
tructions expiesses du Grand E-
ducateur des Masses, le Dr Fran
gois Duvalicr, transmisen vin
Son’ Exc. te Seerétaire d'Ftat de
V’Education Nationale, le profes
seur Frédéric Kébreau.

Pes professeurs qualifiés nssu-

* reront ces cours

Jocelyn a été saluée a Vaéro- 1— Enseignement des Qeu-
ort’ Francois Duvalier. par. ses yres Essentielles (Edouard (€.
sogue mek fréve, Mme Aimée “Pauly.”
gaoranam | Soules, — digtin — i VAduite (Gé
€pouse du Directeur Général de rard Renyation de VAdulte

ACHO, a Carlo Tete - et 3.—~ Action " Communautaire

en: Marie-Thérese et (Charles Antoine).

‘rantz, Mme Jean Deeb, .

4.— Coopératives (Mécéne Flo
rent).

5.— Lutte contre l’Eresion (Ag
Lucien C. Paul).

6.— Nutrition (Dr Carlo Bou-
log). .

7.— Economie Domestique (3
vette S. Jonassaint).

8— Planning familial
Harry Bordes). :

9.— Méthodes d’Enseignement
(Marie C. Lafontant). —
A0O.— Service Social
Louis Salomon).

11.— Aides Audio - Visuelles
(Gérard Montés).

12.— Artisanat (Hugo Racine,
H. Léveillé).

(Dr

(Pierre -



Concours de
Natation

Le concours de natation, or-
ganisé, dimanche au SIMALO
CLUB PRIVE (situé a T'esser -
rot, prés de Diquini), par l’actif
Ingénieur Serge Weber Alexan-
dre, a eu beaucoup de succés.

Une nombreuse assistance,
trés fleurie, a suivi avec intérét
les diverses compétitions. Le Ju
ry était présidé par Me André
Dérose, Adniinistrateur du Dé -

partement de |’Education Natio-:
nale et Me Jacques Thomas, Di- .

recteur du Collége Classique,
sis i la Rue Pétion et Profes -
seur de Belles Lettres, au Tycée
Toussaint Louverture. .

Les nageurs les plus applau -
dis, qui ont fait les meilleurs
temps et méritg les prix attri’ -
bués sont les suivants: :

A) 62 m 30 lo) Wilner Sada
1m. 80 s.) /
20) Patrick Anglade (1 m 31 4.)

B) 62 m 30 Ilo) Vilvert Théo
dore (I m 30 8.)

20) Joseph Nérette (Lo m 31s.)

C) 69 m 60 lo) Patrick An -
glade (2m)

20) Vilvert | Théodore

D) Minimes 34 m 80

lo) Rivarol Pierre (1 'm)

20) Pierre Clémenceau

La journée fut ensuite trés a-

nimée au SIMALO CLUB PRI-
VE: nombre d’enfants s’exer -
cant dans la vaste piscine pour

les prochaines compétitions.



13.— Code du Travail (Gérard
Féeu). ‘

14. ‘Code Rural (Charles An
toiné).

15.— e¢Rherches, Statistiques
(Franck L. Gilles, Georges Bris
son). *y :

16,— Sociviogie Rurale, Cultu
re Populaire (Gerson Alexis)”

17.— Alpzabétisation, (H. Lé
veillé, E, Latortue, H. Racine,
Dieudonné Fardin).

Des Organisines internationaux
et haitiens sont invités A parti-
ciper a fes cours, comme les Nu
tions Unies, ie SOVIR, le Se.
cours Catholique, le Hacho, la-Ca
re, le Service Chrétien, le CONA
DEP, VIPCADE, te COALEP.

Le spéciaiste Wilner Pierre
Francois du Secours Chrétien fa
ra_une conférence sur le «Tra-
vail Communeutaire, les profes-
seurs Wesner Osins et Abel Mc
tellus feront des Exposes sur le
Génie Rurals.

Apres quoi, les étudiants cer-
tifiés iront préter leurs services
dans les nouvelles zones de tra-
vail que VONAAC va_ ouvri:
dans les trois Départenients Geo
graphiques du Nord. Ainsi la
Campagne d'Alphabétisation s'in
tensilie et gagne toutes les pro-
vinces du pays. La métyode d'Ac
tion de VONAAC est celle qui
tend & faire du nouvel Alphabéti
sé un élément intégré et fonction
nel de facon & garantir la péren
nité des conquétes révolutionnai
res des masses réalisées sous |’é
gide du Chef a Vie de la Nation.





Succes de
Manze Rosa

Vendredi soi1, Languichatte e-
se€S partenaires ont eu un tres
grand succes au Rex Théatre a-
vec la représentation de sa tres
helle coméaie, Manzé Rosa.

Méme ceux qui avaient deéja
assisté dans le temps & la-repreé
sentation de Manze Rosa, soit
sortis enchantés de ce spectacle
vraiment dé@soctlant et relaxar.t.

AU MONDE CHIC

est toujours disposé
& vous guider a ses beaux
rayons dans lesquels
vous trouverez : de julia
plastiques pour table,
rideaux pour salle de bain
aUX Huances variées avec
anncaux ussortis, pyjamas
pour fillettes et gargonnets
de 9 mois a 14 ons, chemises
de snuits, Kimonos
et pyjamas pour dames,
serviettes de bain de qualité
supericure sang oublier
le savon citron Valoy
et Je savon ag sue de Initue

Une visite s‘impose a
votre magasin qui vous trite
en privilépie

AU MONDE CHIC

Rue duo Magasn de UEtat

— 89 —



COIALASLASALASADSLALISS ISAS

AU PARAMOUNT

DIMANCHE 31 AOUT

1969

io Hres, 7 Hres et 0 Pres

SOUS LE SIGNE DE MONTE CHRISTG

Un film moderne sous la priffe

WANDRE HUNEBELULE

Une action explosive... sous le signe de l'amour

‘Une Histoire d’amour... sous
Une Aventure Passionnante...

le
sous le signe de-la Venyeance

syucne de Vaventure.

Une vengeance inexorable... sous le signe de VHistoire
ft le prestigieux roman de ‘Dumas devient a l'écran
Une. superproduction dramatique qui recowpe la

signification du

mot Chef-d'Oeouvre.

Aux Ondes Sonores

(Mine GEORGETTE DUPLESSY)
41 Rue Maecajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de Ja Fontaine Mme Colo)
Performances Légendaires,

Reproductions
Interprétations
Toutes

Tous genres

4h p..m, &,6-h«p. m. en vue -de -



- recueillir: =4es inseriptions aux
cours: de.Jangue: allemarde, pour
la nouvelle année scolaire.



Mardi-26 Aofit 1969" ©
VITAL HERNE
Rue Pavée
_ SACRE. COEUR

le service cette nuit.



phénoménales,
taisant époque,
Oeuvres,

Classique,

Populaire,

Religieux,

Théatre

Disques Educatits,
Disques Scientitiques

Chez vous, sans dépenses exagetrces :
VOYEZ LA MAISON AUX ONDES SONOR Ks;
LE DISQUAIRE DES MELOMANES AVIEERTIS, °

LE DISQUAIRE BIEN CONNU
DE LA RUE MACAJOUX

Le plus large choix de Port-au-Prince








PAGE 1

QUOTIDIEN LE PLUS ANCIEN D'HAITI F'ONDF; EN IROn Directour ot Rodactour en Chef : LUCIEN MONTAS Adminlatrateur : Mme MAX CHAUVET Au compte gouttes t 1,, .i , l 1 ,111t, , rr 111uf111, ., /'/•.qf1.-q :~,1crc. i L',,f'111 dt• v()a.u, fl 11( , H t'.lfli(' Jl()II I" Ir ,.,._ /JIi ir/f ' / ,.J11r. .I(' . 1111.• I 'Ji1111d . 111n11 , u,d, . ,, c11n1h1r11 ' /It J1( .' ,J/.14 ,tJ()lfl't'lllrH 011( 10,t .~111"_/0l"ll, rt dcT.~ A la Memolre de notre rearette Max Chauvet t t• rnnti11, a r , h :w, dl! 11nm hn•ux 1uan•ri1 . -. t t umil'i, dt.•H colla lnhu1 ntt.•Ur~ du :"Jou.vl'llist~, de~ t11,hr,•s d~ 111 Din,ction,d" I' Ad m1nistruion,dt . ' 111 r t1 dnd.iun pt duH :.:~~it~~~o1: 1 i'1 n~\':'.~t\~\iRlt~, ll~,(~~:p('(:lr} fprtP, Pll l'E1,.dis,• rlu Sncrl•-C1wur, i1 111 ml;mnin d, notn~ t n's g-rt'ttl• Mnx l ' lutu,•pt. ; .a.-. . -~ t}.} ,?... -.::'.'< , 1:: ~, . , •;;i; : ~ .. _;,,:;: / " .". :,. '" ' . ' ,. :~ ;;~-~\ , ;; --~ . -' . . .. " A.,, l , , , . , t\ 1 MEMBRE DE L' ASSOCIATION INTERAMERICAINE DE PR;ESSE Hier solr a l'lnstltut Haltlano Amerlcaln l J II JtUblic Jl l'i HC7. nomhrcux ., \"l iil r<'• 1w11du hiur Hoir O t'invltu 1 i1111 du 11irccluu ' r dl' l'lnHlit.u•. 11 nil iuno A111{1ri<'ni11 _ l'l 11 goO!.l• I, sp1•d ad,, dnomntogrnphiqu,. """ le• Juzz Amcricnln qui i'ut of f,.rl L<'8 pri11c1pnux orchoatres du ;;ud dM Etnl8 Unis qui ont pur 1 icipi• nu dcrnicr t'cstivnl de Jnzz d, N,•wport ont oto montres sur l'ecrnn et ) auditoirc n hien np plnudi leur& ,xccutions. 74ome ANNl!ll!l Antoar de .Ia demission de ( De J ncq ues A bclous) '\ . Simon Kapwewe I.URAKA A~0 i, : 1!1(;4, date ot1 l'ancie~ne ~ui. a estime, des son accession l'ulonie ublic11l SOIi independaf!Ce au pouvoir, que le seul moyen l1,,11N ~, 1 ttnHf 11101ol/,•,. , ,,11. n 1 llr-mr11t. // ,. lt111i11t'! taut tic rrgrrtH ! \/11 i -,i, .. ,l In C'hro11i1fHO. Ct.• fut une t'mouvnntc 'mnni ---------La demi8'3ion du Vice Presi clent zumbicn Simon Kapwewe, ,on~idere danai totitc l'Afiilque ,omme l ' homlne fort du regime de Lu8aka, est le resultat d'un profond innlili~e a la fois politi que ct ttibal qui ti'etait manifc• te au moment des dernicrcs elec til.ons ~en(>rnlc~ en ldc~mbrc 1!168. de Londrc8. de remedier ll. ce morcellement tri On u rcprochl! iJ.ussi a cet bal' etait de creer 9tout prix le ,,' ,, nl111a o ( ' , , ,, t,/1(' ,/'hu111,,11r, dr _io11ttt1J.c1f.,,1t -pmo fo pr<'ui ii i , t , foiJ;, JJC'Hl•(;t r~, d~JJ11i. 1 In p11bl1n1tioH ,1'1.t\u C01nJJi(I t,",11tlft'ti1, j'trr1" cl'ttlltJ pltrnw ,; ,-n:r, , ,, 1 , df"' ian11c1t flt. de -,,,,_1,: ( ' i choqu~ mu(, q1u, jo 1,,11.fuit:l('/!1 111('11( JJCli, ,,.•q' ,iu,, ... 11111 r1orpr. ronnnr , , , , /,d, 011,i-rr . f,;stnt io1, (IP ~y ntpnthiH i\ l'<•n ilroit de 111 l'an1ille Chnuv,•t , un , loquent 1t wi gnug~ qui tra rluit le!i r,•gn ts unnni111es lnis s1•s pur celui qui dirigen notre 111nison avP,: tnnt d'un1our, de di> ,oul•nwnt . d\•spril de sucrifire. A l'i!\.~Ue d1 . 11 . l'l;n '. •monie, no1n hr1ux ont t"tl ; cc ux qui u11l11•pnt. pn compngnie dl 1 s pnrenb et nl li(:--. s<' n ~c ut ~i llir :--ur ln ton1be Cbez Mme Fortune .L~llopt Notre distingu 0 collaborateur Fortune L. Bognt et sa fillc Gln clys Roget Monnier unt offert .sunwdi soir en leur coquette rc sid1"11 Montana une tres , hurmanlc reception. Sur le plun ' politique Simon Kapwcwc, l'un des heros de l'inhom(nc maigre, de haute taille sentime.nt d'un_i " unit(, nationale de Jouer la car te chinoise> et de au soin de ' la .If PUlation za'm , ouloir fair e de lu Znmbie un hienne. . ha~tion ufricnin de la Chine com La 11olitique d~ .Oi Kaunda, munlsti-. politique cquilibree d'un homme qui croit profondement aux valeurs humanistes a reus:;i dans ln mesure oil elle a su}\pri mo !es a'ntagoniste,i de villages. \ 0 1•/ll' : 1 O ll1' C'(' 1/tlC ti 0 IUI J , 011111u , 11 , ,./ 1ir11f fairf' tr"• ,I, ._,,/1111fr """ f ,, 11d1 011n11ft , . ' ' II tTI fr ~ fraichp1111•nt f Prrnl~1 . de notre inoll.. hli11hl, D1J"1'l1 ,rax ('hnuvet. Elle s'est deroulec dons une 11 I 1110.sphi•n i lilllpreinte rle cord in l111:•. I . ,., inv i t&s pnrmi lesquels on )' rc,inurquait plusieurs diploma '"" dont l'Ambuss11deur des E tals Unb c•t Madnmi, Claude llu ss, l'Amh,rnsndeur du Liberia \Jr Churles Sn,:tter, l'Amba,:t dependnnce zambienne, p. cte accu se par BES cnnemis de briguer In presldcncc et la place du Dr. Kenneth Kaunda, son 11mi per sonnel depui• plus de 1!l ans, ,un compagnon d'armes contre !'occupant britannique de 1964 Simon Kupwewc a ignore <:es deux acru'!lntions "livec une hau tcur qui n'a fnit qn'nccroitre l'untipnthie profonde que nourrit i1 son cgnrd l'aile modcree du gouvernement du Dr. Kaunda. L'nntagonil1111e tribnl a des ra <"incs beaucoup plu.s profondes. Mais ellc n'a ,pas rcussi a &up primer !es prof'ondes divergen ees ct jalousies souvent vio lentcs qui subsistent entrc !cs grandcs tribus traditionnel!P mcnt rivales : Les Bemba uu nord -la tribu de Simon \/ ,, ., < i,11 111 , t o -:f morl. / 1 , ,, ' } " ' ' , ,,iJu rlr~ 1110/.-. : 1 111 ; , ._ / ,1111 , , , I, r1n1rr ffnt1f 1 n 1 11 f .Ir/ , Jt nnri I I 1 11 i Ir H('l/fj dt• /'11miti,:, , ; ,, pardu11, 1111c ('/011"(' 1iRiu11 iit ,,, n,1; HH(' C/IIIC"fJJfio11 1 nu . •:1 i 1l ' d1 r, : ,,,.('111 r: Ill/(' ,111i/f, (~:f!llf/U tie /"llf,• ,l1d11 ' 1il/, ;r, , 1 1~r , 1 11i .1;'utf . ud1c ,,11 -tl\'11111/li,dt!•• l"olllllll! fr H(11t f'lf/flrl' rl, 11rrl111/irn '. A DAMIEN II II i11o1JJ,!Url: hlt-J mutiu :. (Ja rn i1 11 111 1 < oun ; d'Eli d ' u111• du , , -, . .J'11 11 n,,,1. . i, l"illtt'nlion , l'u11 f,'.;;~~ •;I' r.i: : ,: ~ ; ,t : f ~ii•';';:~ ,l:~o~ , \,~ , ,;~:'.II I~ ,:~~~::\J/,H\~ Un:\:•. tl, I )arnhu. Championnat de Tennis double C,Olll'l•: ,OVA L'1JNE j(, : in-, ;,..r,-,, lool ft ,, l, crt ( ,1rlHl n1~u 1 _ J ,' ISquipe• Bak e r --Eaker (Ce, ,-1 , Hellc•vucl hat 1'~:,1uipe Bognl Ecl o uard (F. . L .i 0 -4 ; H-4; FINALE : L'Equi1ie Buker; . (C: e rd c, Bellevue) hnt I h quipe Etienne Ma;h.on .-: 'Fe~ ni~ Cluh d e Port-nu•f nnrc h-1, 10-12; 6-3; NouR r11pp e lu11s uux anwleur: rlu TENN r s quc Jes, 4, fi et " SPpll'mhn ur lcH rourt,e ele Cer cl<' Bellevue vn us aurez ,, . pl~1s1 r ,l'ussi~lPr nux exhihitionH amvan tPS ; COMPTON RUSSEL Chan_i pion de In Jumaique . cntegon•> 19 ans conlre W . Phipps _B Mathon -.I. Etienne jr. en s1m ples et doubles. Prix : Entr~ Gli nerale : $ 1.00 trois Matches $ 2.00.Eniante de 6 a 12 entree glincrale $ 50 cts. tro!H matches , 1.00, Joe ETIENNE, PRO:MOTOR. La St Louis a Mirebalais lli 1 , :.! :" , .-\Pitt . .-n nwnai t In flt,, 11(• :--;t l.oui:--. H o i d, France, palt;im rli . di\'l•Js, s villes d'Hniti. t "p~t 1 l'fft'l, ~ou:,; re vocahll• (llll' sont. plan : s Ill.ii anunent Quar tir Morin. d u ns r e Departement du Nord, ~I l.oui .-:; du ?'luni, dun,-; I, ll, •p,ir t i •mrnl riu Norri Ouesl, }lirehul uis, dans le Depar tem1•nt d, l'Ou est. Point, " Ha quP t tt•s. deu xil•mt> ag-glci!llt.~ration d1 1t ~ rfp la (i on iln.• , Jl•r&1nie. t 'l wf . liPu d ._. I' Ar "J•o1 1lles ct e omm e rciales, des ser viees culturcl s d'amlmssndes ll<' neditees en Hniti et quelques pPrsonnalites onl deja fait par vPnir des pr ix d'encourag-ement i, ces dignes e chan tillons d<> l 'in ll'lligentzin haitienne. MARIAGE Le sumcdi 2a Aout dernier, c , ut lieu en l'Eg!ise St Yves, de Ju 2eme Cite . de St Martint Iii eeremonie du mariagc de Mr Jn Cl11udc C. Sanon et de la char nurnte Hermine HYro>Olite. Le distingue couple a ete con duit ii l'aut.el par Mlle Alceate Albert et Me . A. Champ"gfie. Avant la ceremonic religiense, une gentille reception reunissait !es , parents et amis des conjoint, dans Jes salons de Mr et Mme Luc Blain a Delmas . C'est dans le, hauteurs de Kenscoff que se rendirent en suite Jes nouveaux maries pour r couler luer lune de miel. Nous formulons nos meilleurs vueux de bonheur et de parfai te union n Hermine et a Jean Claude. . ...... _. Un araad sacces du Capitol Signa!ant !es productions ci ncmatogn!phiques de qualite, ii nous plait de porter l'accent sur le film qui depuis dimanche pas s(• au Capitol. C'est le film rus se ,Anna Karenine>, d'apres le l't•li•bre roman de Tol"Stoi. Quali t(•s techniques, interet du dra me, Lout contribue a assurer le sU!'ri•s rle ce film qui est reelle men I , 11 n grn nil s~cces de la sni son. Hombreuses bourses accordees a l'lnstitut Lope de Veaa L'uxccllunt l., :;Li lul d'Ettll,''" cell<" pulitique qui continue de con J iispnniquc:'-1 Lupe <:t: Vt.:gn qui trilrntioru~ it in !'ormntion cfc nos cu P~l Hi utile a notre n,mmur.nu!i•, dr(':; quP pourHuil t'lnKtitut Lt1 pnrliculii.~n ~ tnLnl 11 ln jl'UTICHHl' pe de V cgu : h11ili<:llnc, vicul cl nc:,orde1 1ilusie•urn huurnes il quelqu,•s llllR BOUWrns Al:CO!{J)El~i; .\ de• seH etud i unts l1•s plus nii•ri L'INSTJTIJT LOPE DE lanlH. Le di1cclcur de l'Jnslilul, \'EGA nolrl' l'Xtl'll c nt nrni ct col111ho1li,ur lu Dr LouiH Lumothe a ol,Ce, . hourn,•:; 1,inpo1tcnl l'l ust 1.<•nu le c onc:oUrH noLullimenl d\.s g-11e1rn . •nl la nourriturc -le lo Guuvt•rnemcnlK <'8 JH1g11(JI , L.arl' Miu e m e nt Pt l e ~ soinK mCdi<~nux. lien, guutCmult, \ que , pi~ruviPn, I,, u) lil{ESIL dc.ux Qourses 1 . c \ir~ 1 \~ ~'i 1 ' luml~:;: :u ii': .:-1,';.' 11 (, 1 ;;:~~:~r 1 ~ ~~~ 1 i,: 1 1 1 , ( 'o rt.Ji-es it Jeur. ue (.;onel el l\f rnl,111uiaell e Vibert pour cludil"r ! , Nursing a ' Rio t,i-fi(•i:,in.. .Jr. MEXIQUE ileux l,uur."'' pour l'A, n, ; c,:1 ic :\lilrtain, hour ~ ~ atco1 dl• c~ pnr l't ~ ntrnnis(• (•sp"gnole Litteraturc II iapano A m6ricni ne viennenl d'uvoir litt, il l'Jn.; lit 0 ut Lope de \'ev:11. Les <'.•Ludia1~i.:-n'unl pus i~Le in t.errog~s ~ur ia 111utii 1 n .. -1Connnfo sn11r e de l ' l~.:,pu ' irne:i> c.Jispensee pur l e Serrct.:.,1r rle l'AmbnssR 11!, d'Espa,;n ~ , :llonsieur Favicr Mnnso de Luniza. Cet examen nura lieu l'un prochnin. M . Jn vier Manso de Lunign n pronon ,.,, en tout lit eonfercncc,; sur ks divers uspet.;; de l'Espagne ii s< ~;:P~~~f ;,i~:"t v~: /~ r "",~)~c~ 1 ~ hre. Lea ' deux 1aureats sont : Me dame Claude Auguste et ,lose M. Perplpau, On compl" en Zu'mbie, entre le Congo uu nord et le Zambic t~iiu:Uil,({~re;Oi:iste~~ll\~~/ 1 :t: qua 111111 111alg1 c l'uppel i, !'unite du ,_ slogan nntionnl unr Znmbie, une nation . Cc slogun _ a ct.; lance par le Pr6,d~nt Kaunda lui m&nu Communique Le 'Departement de l'Interieur et d& la Defense Nationale porte a la ' eonnaissance de tous ceux que la question interesse que le lundi 25 Aout 1969 entre 6 beures du matin et 12 beures de l'epres-midi une batterie de le Garde PresidentieJle montee sur une unite des, Garde-Cotes d'Haiti effectuera un tfr d'entrainement nux mitrailleuses 20 mm et aux canons 40 mm a l'endroit situe entre l es 180 40' 180 42' latitude Nord et 720 37' 720 40' longitude Ouest, soit !es re gions comprises e1,1tre Lamentin et (;a-Ira. Des manoeuvres sem!>lables seront reprises le Mardi 26 et le Mercredi 0 27 par lcs batteries de la Garde Presi dentielle dans la zone comprise Pntre St . Marc et Arcahaie. En consequence l'acces a tous l e s ha teaux est intcrdit dans un !'Byon de quinze kilometres au large de la cote affectee a ces 111anoeuvres, aux dates et heures l'i-rlessus mentionnees. Port-au-Prince le 22 Ao11t 1fl6fl DR.AURELEA. JOSEPH Secretaire d'Etat de l'Interieur ct rle In Defense Nationale. Mariaie Haltiano Guyannais En l'E~lis(! Bu.pti~lt•, dt• lu llue Simon Bolivar, ci-devnnt de 111 Reunion, a etc .. clebri, so!en m , llcment le 11111riagc de Mlle Mona Geo,gcs,fil11• de l'Ingenicur (inslon GeorgeH et de Mndn ""' nee Angele Paultre nv1 ~'I. Mntthud IHANlf<'F, iJ~o-gu vu11aiH, du Bnrtica, Guyana (ex i;uynn" Anglaise) fils de M. et .\J,u, Mohamed Hnniff. Le8 dcux jeunes gtino se wnt n,ncuntre, en Angletcrre, y etu diu11t toU 8 !es deux ct y poursui , vnnt INU ' speciuli s ation il !'Uni v"raitc: l'epouSc purle d'ailleurs 1rois lunguo il In perfection, l e frnn(ui!-1, l'e~pugnol l'l l'engluis Le sympathiquc couple !I Hi• ,onduit 1\ l'nutel par le Colonel <;u,iton Georges, pcre de la mo rii ,c, l't Mllo Evelyne (ieorgcs s11P\lr ti e l'(~pouse. l'ri•s rt" clix pasteurs s'etnienl n 1111is, purmi le>iquels Jc• Pasteur 11,dor l'11uJtrp oncle de la 111n rilP, pour ll"Vl'I' 'res nu1ins sur les e,mjoinis l'l appeler lcs beni•rli c l ions du Tri •s H nut, sur leurn ti 1 es, sur leur nouvelle famille el ~ur lpur future prog6niture. Le ,hoeur du t e mpi<• riebordait ri,. fleur s . D~ tr Cs beaux rhunls ont 111ar q ui~ \('s dil'fCn ! ntcs phusl'S iit l '( ,dil'iu11l 1,.\ ,('l ~ rCnwnie relig-ieusc . De 110 ' ,nbrcux allliH (•t parents y a nt assiste el ont., present,, lcU:rs voeu x de bonheur, u.ux qtwls nous joignons volontier~ J,., ncitres . 11ux jcunes epoux qui sont . parlis peur In Guyana n vunt d'all e r termincr ]em-,; etu d!'s ,,n A ngleterre. 1 •:N C'O\JPE DU MONDE Knpwew e, Jes Luzi rt l<>s TonJ? a au sud . X X X LUSAKA (AFPi Le Presidfnt Kenneth Kuund,, a unnonce 1undi soir qu'il avai, de~rete l'etat d'urgence en Za1r. bie. Cctte d e c i s i o n ;,. ete prise a In suite de la de mission du \ Ile President Si inon Kapwewe. JC XX LUSAKA (AFPI ' Le President de la Zumbie , M Kenneth Kau,1da, a annence lun di soir sa decision de dissoudre le C-Omite Central du Parti Gou vernemental, l'U NIP ( Parti di" l'Independante Nationalc Uru fie), et de J,remplacer par un Comite E~tif Provisuire .. XX X LUSAKA !AFFJ .. c.Un char,gement e,;t absolu ment . ne cegsail'c, nous voulon~ survivre, a ricdare lund, soir le ~;t~:\~e~~d1:u_n''J1l~;:e . so;e;:;~ l'elecLion 1c;~ux ans nuparavam 1 du Comite Gcntral que je vien. ; de dissoud,t , a-t-il dit, ln N atiun a assiste ii un etrangl phenome n e sur la acene politique de no tre pays. L'eic(oisme et d'anR ,Qr tnins ca., un manque total d~ sens des r.:. , ponsabilites et dr>, devoirs, i• h ilns eomme leuden; el 111ililt1lltb, a parnlyse nos ef. forts pour r1forrer J'uJJite ri•'s ZnmbienE7. Itevenu 'uu Ca1uda, ii u c u: charge du secteur de l'Europ, mt"ridionalc a lu Direction des Af faire, de -\'Euro,1>e uu Minister,• ,ks Affairl's El.rangcre, d'Otta wa . C'est de ce dernier ~ste qu'il u ete envoyc en Haiti. Le Charge d'Affaires par in terim de l' Arnbassede du Canada a Port-au-Prince, M. Roger Gil bert a ete r~u ce matin a !'Of fice National du Tourisme ct de la Promotion-, par le Directeur Ge . neral Adjoint ru, cet Office, M Ramah Theodore, en presence du ~Publi.c Relations Officen . M. Ramah Theodore a dit nu Diplomnte Cenadien a pres Jui vllir souhaite la bienvf;lue et une fructueuse ' besogne en Haiti, It plaisir que 1ui proeurait cettc vi site. Nos ~elations avec le Canada sont des plus cordiales et !es ca nadiens. qui visitent Haiti sont toujours reparth satisfeits pour aller porter dtez eux !es echos de l'accueil chaleureux dont ils s ont ' l'c>'.(,8,,,,,,11 c~. PAY".• Nous croyons dans les con tacts directs et c'est ce qui st: fail ici avec Jes visiteurs cena diens dont le nombre va ccrescen do• . M. Theodore a parlc des pro jets de voyage de 11ombreux grou pes de canediens dont celui du Svndicat National des Fonction n~ire8 Mtinicipaux de Moutrenl l!Ui amenera ici un contingent rl, plus de 220 de ses membres. MM. Gilbert et Theodore ont jete ensemble un (:OUp d'oeil ,ur !es phenomenes sociolegiqu_es du Canuda d'apres le Centen111rc u c lu Confederation, du Canada du Premier I'ierre Elliott Trudenu. MM. Theodore et Gilbert se si pnr<'rent ~nchantt!s de cette . , ,int r.q11i fut tri•!-interl'~snnl1• . XX X !.l;'S JJ /1 1' S IJU l'Ul ,•\UL,; lJli . l/AJOU . \,\' I OJ.VB curcui: JJ 1c;tti1fo11 t. cl" , omifr Olum1>iatilieu etc. l .'A.V IMATIUS CREEL,; A (' CHAU,:AU PIERRE por le Sho1nnan. 1 ,11, }[organ ... Hier ,oir, le CHATEAU PIERRE n pri-s un nouveau deynrt avec le talentueux ,S howman> Vnn Morgan de :-;cw York, de Cape Kennedy, rte Pueliu Rico, etc. V un Morgen de\ son vrni noni t :nillermo Moreno est arrive ici Yenc.lredi avec sa cnptivante fem me Karen, une infirmil•re d ' ori• g-ine norvegienne, nee dans ll ,vis co nsin. Van est le fils du fumeux co111l!dil'" latino amCricain Rodri ~ucz. II n fait ses etudcs et vecu ~~e~~:nr~t:i;f 1 ~ri~ ~ 8 ~e;~:tR~ oil ii s'est fait une grende renom mee comme Entertainer:, Var, chante en s'uccompagnant nu pia no . II connnit toutcs Jes chansons celebres et peut satisfaire les de mundea de tous le, membres de !'assistance. Hier soir Van Morgan ressem blait a un Roi rcunissant sa Cou, au Piano-Bar du CHATRAU PIERRE. Cette cour se composait de Bob et d'Evelyn Golding, !le Jn Jacque11 f;;:;t,:;'.,. 1x~~;;: 11 et n11,; 1l. et Mme Nesslm Izmery, ~!. " ' Mme Michel , Handal,' Fils ct cles ami,; Michael ,Madsen et un groupe de douu; Fred Pierre Louia et 110n umic Chery; l'lngc nieur nmericain John Finnerty ; e tc. Ce spectacle a eta tree goute par une aasistance enthousiaatc Al Seitz(,i'est revelc tin hon chan tt,ur en accompegnant Van Morfai~e5dadnes ,:sj!~:::. airs popuVun et Karen passent deux ,,, ,_ lllaine~ en Hniti. XX X LE l.iUl' JJc: L,1 \'IS/Tl, l,,'N lJAlTI di• l'rofcsscw ct Mme Ui c /1ard Bond LP Prl>fl':ist ur llic.hnrd Bond c, t ou femme Betty Bond, doctcur en 111edccino ont priR lugemcnt au Grond Htoel Oloff sun dimanchc. lls sont de 111inll1'apolis, Minnesota. Le Profes<\!,!Ur Richard Bond est Dircctcur de la Division of Environmental Health> de !'Eco le de Sante Publique de l'UTil versite de Minn<:,50ta. Tl nous a ete recommande par M. David Demberg, ,Hospital Consultant> de la Hamilton Associates> de Minneapoli,, '.\!inn. Dr. Betty Bond, une femme pleine de charme et d'esprit , et:ait Cousultante de ]'Organi sation Mondiale de la Santi, aux lndes, a Theilande, a Ceylan. Elle est une ex:perte en deve loppement commnnaut..ire. Elle etait avant de prendn, sa retraite tout recennnent, Pre-, sidente de la . Le Professeur Richard Bond ct le Dr. Betty Bond passeront un peu plus d'une semaine en Haiti. t~_. :~of""tllri~\it!L ~tf"1r SOClATES pour etudier un pro •gramme d'aide a l'Hopital Albert .. hwitzer rle Deschapel l e s , Dick et Betty sont partis ,, , matin pour Deschapelles . Jls seront de retuur au Grand Hot e l Oloffson, vendredi apres midi . Nous leur ,ouhaitons la bien venue l~t un a,:n-Pable sf"jour en Haiti . X X X l ' IS!TECHS lJE MARQf!E Ce matin ,ont arriveR i1 Port-uu-Prinn•, M. Gerard Walter et sa ~harnuint1• femme ! Henriette. 11 .s . sont d,, Pnris, France . lls nous ont elk recommande11 Jlllr )p M111 1ui, .Jnck dr• Vcnol tlo Noisy ct sn fomme 1.illan qtl'i etni'!nt d1• pU5SJl~P, ili tou, n!cenuncnt. ,1. Gerurd Walter, Agrcg, ,Ii,• Sderncs Physiques, Li 'i ~~: !~a~" 1\~ti~c•;ic~eJ~.ittti;~c~u0; Conunorciul de la fameuse societ{, 11 EUR.TEY-CA LIQU A. C~ttc Sucift<; qui depend de In Hunquu de Paris et dc,i Pny• Ru,, est inu;ress&i clnnH ln ,herchc ,lu petrolc. Mme Henriette Walter cat _ profesaeur de Lingustique Gi• . ni,rale i1 \'Universitc\ de Pnri:i t Sorbonn e ). ,1. ct Mme G, ; rurd Wulter onl 1 '.• tC poUMti
PAGE 2

1\loHtl,, nnH"\n\iw , f 1 U Ill IV V VI Vil VUI 11 .\ , \I 1~1'111\011\ Y1,11u-,1alnvft• 1111!.i( .. :, I 10 I •c: : ""'h• soun1ission d1• (drCP 111 l1h'tnlt• l,n, VEH'1'1CAL1'}l\\EN'r l ' A\l'Oir un lHolii•n• Vl Eut i1 ln 1nnin A l'nudac,• 1,hrns le desordrn) YI! Vent du Nord I', I ',.'"-If r ai t n In ~I ot murscilla is .~,.]1 i1 tn,v,•rs 11h1i-.. ll' !',.",;rd l',1r, ,\1r11 df'~ .\"t•LJX VIII _ Dccouvertcs ~Con duire IX Se consomment en te IPs ou en branches Conjonc tion X Preposition -Champion I :ommnndn 1111 Sud Solution du Probleme precedent c'IIL\' 1 rl1lN No. 327. F. llOlllUlll.tt -C]Ui tt'OIIIJ)lolcnt /1 tro tol(ir(iH jllll' In mnjorll(i oj; '"" TOIL CINI; In t1l"g-r1\1{nlllt11 dunu lo log-onw11\l l11t h 1 H ~-d,purcutmlonfi.Hu 1nino en p .. onwuvoir l'~gulilC dnno co do groupo1nonls en fnvoui do 1'6gnJI 11 t'•tt, In l!.e _:i!roil\ncR to)6rantes, Us _i.:O ct 2.00 nwnl lfl Un;f.K'n ' plti11'.tutll•. nic ;ccl\tainsi'<>nt fa1t ob3ervcl', tlvcs .f,\l,:~s-111'r.,J~11 ~OU:!I! cu mettre en vlgueur des loiH c, 11 . ,tin' .:'t, . ,' ,, : hit<•'.mesur'es';viMit 1\c.p1nouvoir . rtu' moyefi potlr po~tti!f';' u faveur de l'cgnllt~dnns le log> Mercrcdi ), tj h. ao el 8 h, ao UN MEDECIN CONST{ATE Entrfo Gdes. 2.00 et 3.00 1 ,, dn~W,i,en fnlt lo h1lnn dl' 111 J'eirulilo duns Ju )ogem,cnl Ill' Jll'U bnnllcuo cL so procure, des loge ment. 'I" siluut ion qui ,•x1st<' sur le, pin , venL nidur c.,11 uucuno fn~o11 ks . men ts 'plus sntis!nisunts, ont eti, d"" n•lnlions rudnles ,h'\1UiH 1 11 pcrsom, 8 qqui no diB11011ent pus des -dccour~gcc5._I?Ur de nombrc:lux publicntlon, en mnrs. 11108; , d.l1 , j 110 yens , flna11cil•s hiur pern'let '. g'J!!1t,_. 1.nur,()iJJh~1 s ,. ou par. des rn ppor1 etc 111 Commrns1oi} .,iatio tan tde qquitU!l' ,loti', ghettoa. Tou Bla'll~ ho,litlles n I mstalfnt10n uc 11111,, sur h•,; Msorrlres dvilt ., tct'ois, l'Mn:que . Tes idmillcs noiNolrs".dan~.:.l1;ur qunrlier .. On u_ Ln Ioi de 1%8 chnrge le Minis 1,._•rP du logmnl'nl Pt cte l'urbaniH me d'~udmimstrer-les progrnm rrn•s et IPs uctiviles touchunt uux problemes du logement ct de l'ur bnnisme de muniere ii promou voir de fucou construe:.' ive> In po lilique de dCsl!gregntion dPA lo 1!PlllC'l1t~. A purtir <1u lcr Ju;1vil'r l\Hi\1 In loi sur l'e~nlitf duns le lug;L' 11ll•nt ,h-niil ,< nppliqu,•r 1i tou Ip:, Jes mni!iOllS Hhritunt UIIP Sl'L I, fin11ilh• l'l ,,1\u(•PR 0 dans d,• nou \"Plll'~ tnnllnUHlHltt•s, -.,\i1rni qu'il !11 plupurl dea ,nnisons d'uppnrll• men ts; ,•n l!liO, ,eile loi s'uppli 4ucra U t.ous lcs h,gernenl~, il l'l'x ceptlon des hahitutions compt111< moins de qUal1"e Hppartl'menl.-..: v0ndu:4 ou lout•:; pu r, un propril t nii(•, lt.'s h,d,ital ion:-\ dun'; tll li{1tin1Pnt d<' ~ 1 uutrP uppnrtc.•ml•Jl~:-1 ou moins, ou le 1.n-opril:luin nl t upP l'un lWS ~oge11ttn!.!'",, (•t ll's hahilalio11b u1..;Jis(lr::; 1,u1 dp:--; or J.!Hlli::\ntions l'l'il,t..:it>USl s ou ,il•.-; res ii fniblo revenu ne puissent en_ effct I_a13c~ ;-lllPndre aux pres'ntlt>rHln• u benefiricr directe mrers No1rs ,,u1 ont essaye de se ment ou immcdlatcment des nwproruret iin ,og~1ncnt en. -ban sures en favcur de l'egnlile dam lieue qu'ils n'etaient pas !es bien le logement, !es nouvelles Jois atvcnu:;. tcnuent In politiqne de sl ricte ee gregation a un degre tel qu'un ulus grand nombre de logemenls urbnins ndequnts seront dcsor mnis mis n ln disposition des per sonnrs dispo:;:,nl; cl'un rc\enu li mit,-, Bil•n Pllll'Ht;u, ('L' donl 1P~ fd milh•.-; paU\'i'l.:', '"-al he~l,jn lt•::i lilnnches ro!ll.lll' les noires c'pst d'un plus grnnd nomhre cl!' logements n loyer modere et r'cst l'un nvnnt de poo voir umener les hnbitimls d'.une 1•m\1111unnulc i, modifier leur atti tude Pl ;, lll'CPpter In presence de. Nnir". Cerl,•s, l'integralion de,, ('Oinlll\11\ll\llCH blanches n'el f\1 ( l) Sp{,,cialisle des. questions rPlntives i1 la main-d'oeuvre ct aux n1inorltes. ' -• . Scion le-eomite national oontre In discrimination dans le loge ment, en decembre 1067, plus d la moitie de la population amfri caine vivait dans_des localites n;i Mardi 2G: a 6 h 1;; et 8 h 15 l~fa~a;!n~efet~e~e~~~~~ ~~u 1 ;: FANTOMAS CON1'RE: ,de cette me.me annee, le. nombre Entree sg?~ND YARD des lois adopt.een dans ce domaine dou~la. I}anij la region 1 ~ Mercredi a 6 h 1 5et 8h 15 W'ash'lngt;on, Jl. C., toules lea juREPTILICUS d~1ls'J~j~fs 8 e~ 1 \ 8 ~~ 0 Entree Gde 1.00 de I'egalit.e duns le logen,ent. L'nn des aspects constructifs . . Im de In loi fedcrillc sor le logemem r Dl'lve la CIH De as est le !Kit quene satisfnit unc revendicntion 3ouvcnt exprimcc Mardi ii 7 h. et J h par des dirigcants noire, ll. savoir F COMME FLINT qu'il est ind1dpe!lsable que la cla~ Entree I. dollur Par ,.,,1ur, se rnoyenne blanchc comprenr.e que Jes problemes rac'iaux clc \' \ Merrrecli it 'i h. cl :1 h merique ne .sont pns causes par EQUIPEE DE CHO< [es Noirs male en fait par Jes En tree I. s lois ndoptees ii cette fin, ii des dee,.els presiden liels et ii u'dutrcs mcsures pri ,es par le gouvernemenl t'eder11! CINE ELDORADO pt s'nppli4uanl uux logemenls l\fardi a ti h. J;"i et -' Ii. I:, ronstruits a l'aide de credits feLA FE~ll\lE DE !'Aft.LE dernux OU s. 1 _;')I) tt ~_1111 CINE OLYMnA .\-1 ard i ( En 1 )1rman.a11t..'t 1 SA'.\!SON ET' U: THV.Sql( IJE;; INCAS 1..;11t111 Cdt~. fl.Ii(! :\1:errredl ( En l't'nnanan,-, ET POCH llL'l•:u,n> DOI.I.A RS n E J•t. L~ Entri~r:Crlt•.-.: ~.t'Hl CINE ITADIUM Mardi L5 1 En I'1rman1ncp f ~un demundl, :-.:OTRE HOM'.\H: 1-'i.l~T Entree <~rle O.liO .YI reeredl :t7 1 En Permanl:11l'l' 1 LES 12 SALOPARDS Entr,'e Gde. 1.00 CINE PALACE :'llarJi ., ti h. et b h !,, LE ~IAITHE UE FOR(;f:,-.: Entr~ (i<.i1•. l.tHI ~r,~r('ff'{ii it 1) b. et K h. 1.-) < . 1. A. \11-: r 11 p<'rmis d'n 1 ,;1:~er des inquietud<. t'un,l/,1s au, ,Jes icleea loules fui trs, des genlralitea et des cridn t(•H ciui exi~tnient dans l'e.'ifpnl d1•s Hlnn< s. l\lais 4\1clk~s ~ 1 ut• :;oil'nl leu rnisons, lea Blnncs des bnnlicue,, ont peu n pen rejelc les conerptt1 rucistcs l{UJ p;c\ajnient u1 ni,:l 1 rt' tll' :u&uncnt LL ils onl ( 0111r, < n 1t1\ prcndr<.. to1rncieneo de~ bi.: ,oms hnmuins fondumn.tnux qui ces mnluhws ; fl'nnentat1ons 111 tP~tinnles, ballonnl'Illl'nl du ven tn, dig-P:-;lions pl~niblPs, huueht• aml•rc, pr;ncipulenu•nt au rc~ veil, IallJ:Lil' hln11ehe snlP n1uu vnise uhlcine. tl&g-oul de,H ali nients 111i~rui1w~, lns~itudc, dou '.\1nrd1 il 1i h. 1•t ,..:. h. l~1 1.1-:S l'IWl•'I•:ssl<>~NI-:I l -di \ltTr~•d1. 1 1; h 1\ "' i: I-• I•:s1LA \'J•; Ill•: .' No -1 l Ua Remede souverain C(1NTRE I.A CONSTIPATION . H~iralar1a1
PAGE 3

11.,,. ,. \ , . 11~ : 111 d ' u11d1 n1111•, h rn , . , , \ 1w111, 111 ~ 1,,llnlc rn11x. r11111l dti 1 ,11'-'-.111 , 111 1 '1 II r n 1,x qui 11i1 , n 10 1 11I 1 11.-1 inn dnlln r1n loin 111, :\ \ ,,r ~ ilri , ,11,nl.1l11t11\\ 11 111 i1l1111 ,ln1h In ln11111', 1111 cl11li111 r 11, , 11rd, 1 lc•iJ t \ lnp1H11 , ! purl 11111 , d~ 1lt•vi1 11 111 11 1 . / 1 1, ~u l dc• 11 i1 I u c , 0111pla 1, 1 111, d 1 1 dn11111 ll y ll c'l'II\ i)llL pl\'.i :,1 !11 :i,HJ'\ lll 1 '.' )'IH\X l'lltll nti 1111 , ln 1 r , t ,p1i u'(\vnnoui11 1 , , 111 s u n , 11 1 11 r , p11 1 1'1 ' \'nh11iun du rli, 11 ,I, 11 pn ~ " IIJ!'"t' t1l1 dt• l1 1 \II 1•r,-.til1 1 1 ,11 r ,,u, qui inter , 11•nnc-111 i1 ! 1 11 1 1 .. ur f"Ul' ll•tt dud Left LctlreR Ghez Nouft 1 1 nnuir,, t '\,lull ltlwm'rno ,) ,1111 ii (ullnll ronfli,r l'1\ilu1nlio11 1lu ttn111l11 ,,1111nd h pnn , nl" 110 I,, po11vnl1,11t pl11n dun,, 111 l'r11\'111rc, d,, Pnx . Hon ri)J11, t.rnrl, linr Jn n,l\mt , ltg-n,, tin 1n.,l11:-1ntuo qu,, rrni 1 Nohl, i( " 1wt11", ,.dopCc, pu11r l11nt d ' nl11rt•H J1x. 11 (•l11il, d1111N l'1111pri'\'11 tl't1111 111nlh1 ,•H•it' HI ' 11111 i111 1 l111lc 1111:-.: p1ovi111n1u.:, , dni qu, , l1 , 11i1 r d, : , u jll'f' : ,, ,111wl it , p11u r 11• :,; : in, ,hli, . 11 fn11t diro u~1s-.1 q\lL' 1 , t ,,,,(•\\t' 1111 1 1 1'11111 l tl l l)J1 •,111 111 \ J)l'l'\'ll l ' 11 111 H~,un " ~ , ! , l'r, , , 1 1 ; , t rt•lll n ,\ la Capita le :.l\'tH fil~ . II fui! !11ri;Plllt• 1 1t 11111'1,•I It• !'d p11i:-i, so11d11in, ii vn i t n1T( 1 1, . c1)Jhluit il un poato d,• polire, i•rrnut• pour 'mulhon11ctetc; sn bourse fol dclestec (Bullo) 1'111 Oor11ld D'ORVAf, 1,1,..1 : 11u111 duvuil co~1111wnc1•r ii IIJ)Jll'ttlldrn lu 11111lho11r dua lll,,i•,n11h•r i, In l'mrnlun <1 1 1111 ly ohnrd II Pllx, II tombo 011 Kynco ,. , . ,,. ~(nl11 II y .; , r", 11\ll'OK ru coll 1111 . Col• prouvo 11011t-6tro 11110 1 ll'•l.<1mp11, 11pr1\o 1111 ,rof ~Jout lutt llunH olalont ti•il, r11p111och6H, "" prlHun. Lu Dlrotrlbur du Ly_t1> rnpprochllH m0m 11 J>OUr pn• n ' ,, rupro1uh Ll l"Kll\ 11\lll.k\llO I\UMSi. Vl)(tUOl' Uno d&,hurf(n 6motlonnollc 11 0111 , .,hil 11111 111 : , uclllu •CB 61<'!1•l'H, Iltt l:W t, 11'11 pl-riodiquo dl'H nctlvllON l'IOlll recucilli'l't , Le Ll11cTtcur HCJH d, Hon 1wn .. iou111iln•. dci Ht ' !i 1n o• hJ11i1 14)01 ' H 1ul>'ut1C i un uutrc rO g-rlii-i, M' 1111111l.re pnrfo\H hi\•I\ l~lu~ lr. 11 l'n~ ..: l~JJlo UlHh-d, ii tlovlonl 1nlhnnKln:1l1 qu,~ ll•K pnuvrcn 1.w pou1 nou:. .htHqu'i\ In fin du drnlTll(ti qui _ ru• tmvcnl de luur ftltt nn II'' t:ult•llr d'u11 l'llfu11t n1itw111_. qt11• J, , <'Ofllenu ti'unc corrmtJ_lOt\ dnnn~. Lt>~ juuni pns:icnt n1n1i, h•s nnn{~os pn~scnl, 1'omhro _du llin•rl1 RUit l'uvolution du JCU "" honrnw . On nc lo dlt pas, on ,,. suppns<• c,t \'cvenement tinnl en fnit foi. II cHt le premier II C:1• 1wrno111u1J('l' est tl'uilleurs lo Heu! i1 iitrc ndmiH Hur In sc•' neH oussi longtem~. En fuit ii est commc lcs Rkhurd, nu service luchnli1t111 1l011\ I" \.,,. . ,l\11, 111 l'i,ttul l'uctlon 11111• hl r6fluxlon de l'nu L1111lo •'oxprlmu icloblllcmel)t , 10111 Lour "ur cot\o acllon, Et ii noUl\ 11u'o11 y t'nlt utl.011Uo11, on 1111 uu oAt poftK!ble de prtlvolr, de devl "'1111lil,, pui , fnlL ll'oil Htl d(,11.'"ltl' nul' lo !nit ou une partlo du !alt u111• .. . 11l'llon 11uollc qu'cllc Holt, en tlrunt les conclue!ons loglqucK ,:;;r~;,,.1' 1 ,,::,,~"';~ :" "~ 1 1c~~1l~: ~~;:rl}~,l~ -: i?:~~u:'. 1 :.:~: l(~llcl'llle 1\u l'Ulllllll 1\'OccclUH Vin l,:lll{ll l>ll" lcu )lCr;Olllllll{OH rl'CllOHlCM au coin d'une rue, nllen clalent Noble Coeur> (P. 1211. C'est l'enonce le plus nnodin, 1 'i mage le plu.s com111m qui puiss~ frnpper notre es ~ . Trois CB'TllR fercnt s , OU 1,ll '. l l l\tJU:-. p : 1uth; 1\11 lre purfi. J. ::uLeur lui-menw prend 1lr . u r i, pro po~ de ces f deux cnmps 1 : 11011 ,,,. , 11 il11t !'r 1H ; ', t qui n'i11ti-n i;4 t ' II fn1 ! q111 ' !'nulonomio dt• r<'• rhninon•. l'ertnins 6v6ne nwntK thl1l.t pr \!' f,,nt prcuvt~ rl 1 unc rer1n\1w r 1.. , 1 , r~ihilitC qui anure nu benHin• d'un sergent do poli ----------dt•s uspirations d'un pcrsonnage principal. II remplnce merveilleu se'ment lea parents, a Jui seul,. qunnd !Is sont eloignes et qu'il taut une rescnco nup _ ccs du gaplan minimum conslste, . dans le ens de Creve Coeur, d'nbord en .. . 11 r p1 m n ne11tC' p o ur u n o plus 011 moi n ~ !,, ni,:11P duri . •c ~ Ur In ~ci• 111 . '.\101 ... l11u~. :, tlt•s d,•~rl•~ diffr• rl'lllo1, 1111rticipPnl dans l'rnsom1-11 di ! 0 11 ( ! : .. n , 111 1 n1P cl, •s 1nc1il, 1 1 ; 1 ,. 1 11) Jl Inn~ 1, . _ l : 111 "" II n 'y comprend goutte. Seu lement le Directcu r rlu Li•ree ae dt~VOlll' Pl il fut mis 0n libertO snns pouvoi r r{>.1;up(•rC'r :-011 ).!t•nt. En n ~unu.", nnus t• dt• 111 pas p11_\'1 r .-;n 11111 1 1111 111ng-nsin. nppl'll insidieuspnwnt voh ~ llr, ii fut In vidim t• 1l't1nt• 1wtill• 1nn1 hinnt l on propr1 1 uu, t•~c rn<'s rh• loute.~ 1nt1 1 1-!'0ri1•s qui 11t' 1wrdPnt , 1 r1v1 , .. l _' 111•urJ .inmni~ l't's g-rnndPs orrll~ in ns. C,• il't l. l w \ 1 n n 1ll' I,• -.: 1u : linn~ 1wndunt . l' la IH,• t1etou111• l'll l'il'n , , f ) : n•dt"'llr du Lr h i mi ssi1 111 cit• cc pen 1 (\•In n e 1 , 1 .~, . ,,; ilit :Ji!" ' dt'•mnrches et rl, 'tnurni, . pn~ ll' plan d1• \'if' cl11 1 , ,1 n -; 1.1nt 1 11r~~t'nre sur lo cbo p1 •r:-;nnn1q.!'1 pri1wipnl. C'r":,t \11\ f' m i 11 ,i., \' 1 , '' t .. ,--u, II 1trriv1 1 --.; 1n1i!-~ lll\t ' (' qui ralt•nti1 Jl-t. " \ll i . " " ,,,,.,,,,. ,, 1 " " '" " : );s!.,;mn-"'\ I , . ,. I,• 111<'111<'111 H i l J:i , i,,I,, '.\'nVIF.NT DE PARAITRE : PAGES . RETROUVEES. de Mr. Alix PAR.ET En ,,•nitdnns toutes les l! l,11,i, i, •, de In capitnle nu pnx "" 2. dollars l'exe'mplaire. . J•:nrourngez lea uuteurs hn1t i , n s <'II 1i,11n1 lrs publications l,:1 t H•l ~ TH'S. RETROUVEES> Du h1111 \ruvail. C 1 C'st un ou, rul,!e q:.U. n so plHl'C dens leH l1ibliothi 1 ques. .lournul reflexion arc\vc \.oute seule : ha;t~tJ,. ngrrcurs a~~OC' . i~s !--nnt Voila en fnit la premii,re phn se d'un recit. II pouvait birn 11 ll'mtiner la, maiR l' _ aut'!Ur vrut t Voir suite pnge 4 I tre pour baptiser, le maitre d'cco le pour enseigncr, des camnrndes pour Jouer ou pour stimuler le lruvail en classe, des medi1nnts qui chuchotcntJ; sur lu . routl/ 1 des cnmionncurs, sur lu mer, des 1na rins, II l'Hopital, un docteur a la gnrc, des dockers, dans le mal heur , le medecin, le Notaire , I' A vocat. Ils sont si communs et indisJJensablcs, don e necesanires, ~-.-a:ICIJICIDICICCICrC:llll:O'IO:SCC0%0000:)0:)0:)000tOC.• :101~:,o,!7.ll!::O:--,OC.OCICXIIQCIDGIDCIOCIOCIOGODOD ... 9Gl. ___ _,.illi! i, s11 comprehension ou ii s u vileur role est si reduit qu'on . a meme l'impre,sion qu'ils ne vi vent pas, qu 'ils ne le pourrnfont ja'mais tant que cette situation si schemntiguement deeoupee par mi !es autres, demcure : la mas se qui vit ii cote, les milliers de situations concomitantes qu ' on a le droit de soupconner mais sans nucune coloration particuliere. Car le plan de vie de Noble Coeur ne !es sous-entend pas, 011 y a etc plonge une fois ayant son existence. II lcs ignore, ii les nie qunnd ii n 'e n a pas be soin . II se concoit parmi lea au tres quand ii faut le montrer pour une p11use parmi les ca marndes pour qu'il soit un ferde-lance, parmi des victimes pour qu'il soit le plus a ;p]ain rl re. Du reste . son action demeu re attachee a Iui-meme et ne s'ouvre peut-etre qu'aprcs le dra me parce qye precisement nous ne pourrons plus concevoir de medecin sans malade. II aura 11 ne sphere d'action reduite mais ii s e ra malgre lui pris dans une plus large decoupure ; Jes Ri c-hard et l e Directeur du Lycc~ ne se ront pas ses s eu ls contHcls uvec IP n1onde. RE C JT ET ACTH> " sion. 11 y II une expllcntion, une definition des ressortis qui amc ncnt le fnit s.i bien que parfois, ,'est de !'ensemble de ces raison nc1nents qu'on arrive i1. la reconA tit.ution mnlerielle du fnit . Nous pl ~ nl'trons ninsi dons le (.'oeur d<• Peres et Meres de famllle N'in11Crivez pas Vos e.nfants au hnsnrd duns n'importe quelle cole choisissez une Ecole diri gcc par une Institutrice diplo mec dont la methode d'Enscig'le mcnt a deja donne des preuves \le succys inccntestables durant plusieur~ annees. Confiez vos enfants a !'Insti tution Soeur Marie Lucienne Florence No. 22 de la Rue 6ef f rnrd en face du Petit Seminai re College St . Martial. L'Institution Sr. Marie-Lu1rienne Florence qui se reeommande pnr sa ~uethode moderne et ra ide cl.ans l'Enseignement _d~ FrnDQais et du CaleuJ, est dmgee par Mme Andree William Raymond qui compte ~1 . ans clans l'Enseignement Prm11u.re, Institution Soeur Marie I u , cicnne Florence 13 ans de bone s e rvices, 13 ans de succes . Institution Soeur Marie Lu cicnnc Florence : Kindergarten Classe Primaires en 6 ans seuS. A. F . . l C. 0. Un nom dans l'Economie du Pays S. A. F. I. C. 0. Plus de $ 350.000 essentiellement haitiens 'aicfant a 1a revalorisation de la vie paysanne S. A. F. 1. C. 0. Des milliers de bras haitiens . 2a2nent chaque jour la bataille de la production S. A. F. I. C. 0. Un million de sacs de Sisal au service de la Nation Haltlenne S. A. F. I. C. 0. Une lndustrie Nationale au ser~ce de la Nation Haitlenne S. A. F. I. C. 0. Tout ce qui p1occ.i ~ s ouv e nl le fo1,d ~ur le~ucl s e rPpose 1P dynun1i s l c ment: de fa 12eme a la 7e'lne. ~.41IDCIIOGieG_.aaaa••aa•aalllllllCll:SOIIOIIIOl•~Xlll'11:11:0C:iac:ICIC:iac1GC;cc10C1GC1~~:::lllllrl:IQj:OCNI!•• 22 Rue Geffrard, En face du Se11 lllC menw d,, la rho :-l• pn qu,, .... _ lin11 . ~'ii flRl une ftl11•stion d, minafre. Inscriptions : Tous Jes jour, ,I r 8 hrnres a midi. g~nnnn1n1npnnnnnnnnnn~nnnnnnimnnnnnmnm:nrmnn~~nnn i D UC() a l'Age de l'Espace Pour etre adaptee a l'epoque des satellites et des fusees~ votre voiture doit etre resplendissante. Elk le ~era quand vous ,. l':u1rez pHssee au VRA I OlJCO, le DUCO authentique garanti p:1r la signature Dupont de Nemours le seul VRAI DUCO pour voitures est en vente a la SOCIETE HAITIENNE D'A UTOMOBILF13. ... MtD J rLAI r PAR soN ELEGANCE ET RESISTE EN TOUTES CIRCONSTANCES Monlre de luxe? Montre de sport? MirJo est tous les deux a la fois. Elle est faite pour les mondanites. parfaite par sa solidite. Mido supporte les coups. Voulez-vous savoir la date? Votre Mido Dato meter vous l'indiquera. Vous ne remontez jamais votre Mido. Vous pouvez meme nager avec elle car elle est 100% etanche. Vente et i:;ervice dans 111 p,111e, 4..ganta e>c.oluelta FOUAD A. ly'IOURRA el LF: CONTINENTAL , .... ......... u . Pn1NGE ' I A MONTnE 100 ' . 1 , ETANCHE OUE VOUS NE REMONTEZ JAMAi! SIROP PECTORAL SEJOURNE Gout agreable _ Comervation. . , , ..--.. . . -, A beu11ftl~
PAGE 4

PAO'f.l 4 Llbres-Propos :t~}' .-! : ,\::: ~ : ~1 ,;; ,: hu:!:~ ~ "\', .. ,11't ~ 11 t: : 1110ll m1 1 f11 0)' Pl1 1wrn JU1\lr lut lllll' r, 1 (10 ~ 11111 Il l . II' h 1 dc i 111n11 1 numl. 1'11lr1 q\11 1 dn1w ln -1 I rnln ,rnmnrnd,,ri ~,111t , l1nll111l , ll rt1 1 f"n11, , 011 1111x 1111 ,u , 111 l1111 1 1tt d'1nqml11"1,1H c , '" d'nq r u 1 1 I I 1, lu 1n1 r1 , 1 qlli h •J"i pt1rl1 1 1, l a , . , , ,; J p 1 111t . ll" :1 , pr, ; 1 . ,11 .. 1 1 1 1111( , 1 ll .. 1 1 ,,1. 1l ' u11f nut plu ,, I urntH ' ht 'A ,111 ' 1 h ~ nu( 1l i', l'i11! '1 t1 1'1 f1dn1 l1u,r1 u ~ 1 111 vlt'lolro 1!11 11 1 111• n11rn 11011 , ) pUou111 ~ ol. nlt11tl tlu 011lt1•. Lu f•ll 1om1ll 1111n hlo unl In (0111 1 111 lll~llln ,In . <' I'" r~nnxlonn. Tt 1 l11 ,:c,n ,)h~von qui, 1\ I" \'lltl d11 mln, 11',muln, 11011t 1J11l11la ,I., nnlnlo 11rrl\t..111 , t 1' 1{11•w. 1.>111 pr<1 .. ,11t ,1 1l'abortl . '"" nlon 011 llru 1111 ""'"""' 11111 ,,01JR 1l ' uhilir •U 111allru : l'ubllt tl'nulr•I• 6161110111" d'11h/ , l•co : 11111plll, icrll"o motlvtln pilr l11 11r6ae11c11 1h1, , 61•11'~1111~1:11:.~;:~•, ' ,111•:)~'. , ~;\. 0 1:~ 11 ~'!tt6;~~~ :~~-.::!d'":1111r~~r:;L ~~i1;~r•":::::~ ~ ; f @i l de I~ Semaine .. 1:1cMM.. ~bi'. rA1'10N n1c LA , ~~~ MMI~ NOIRE A KtNSHAHA rl, . ,,. l11! . ru11l, d'ahord 1111 416111.nL un. crnlnto collllllll 1.. 11C1lltlmo11L A Kl11nl111 "" Ll11r111l'• du , . 11 1111 ti\ ' Aolk proohaln unci, ~-011(6n111u11 lnletnaUonalo 1mr J'l,ma11 cl1111Llo11 de I• fo1111110 nolro. nlvhulon:;da 1 f 011lnt\o, , dea J)C1ndcm t.lh . d'or, . du Siiij,;ral 1111 1I~• , do chef on bola oculpl6 du Ohin11, des bronua ,, Nlglirlitnw ,\ lo porto du palo.11 rl'Abomey, !'art 11frlc11h1 11nclc11 rovlt d1111s . tot,rt 9011 my"t-Oru et Mn splc\l\l~, : _ , loquu Rur . 1011 utlll111llo11M ,,ucifl a1,i1111nl ,1., la 11aix "nlrll / lb ' !'l 1 ~f 11uu1< du Hunorghi nlonmlquo un r1 11 8 Un Bl11fr11 ,..,Ion 11110 . oourM :~~:~:•.~:: 11 ;tn::.~n!::ur ,l,~bel l(~;~~,:', b(,~t~ lnflon ot nu Ihm do do11uu1 ou foil 1111 nul ro (uil pour cond1111nt 11vo<1 la, . pr6 94 mcu tlu , In plua l'11111161lh1t et l'.-mour-pro111nllr,•, c'm,t.,,\,.dlrit' n10Uv6 p11r p1 qui ronvolo plun un arrlbn, u ll o , 1111110• Jun ro111 IJUU 111 . COIi 1lu1t• , lu . l6tllJlA . ' J/a••ocl•tlon OU \'1111! Ion 1 lumouni pour , ... 6loVllH ti, lnlllO Ult prlieoncc, dn cue olo lllCltlft dana un m6mo 6nonc,6 6 qulvuuL done en ncto ii lu , pro aunco du multro pour le11. olovc•. IL nous oet olora po•lblu do Cotte conferonco qui 11er11 JlM• , tronn6o pa1 dllll rein mca tlo couleur des Etrtt.-Unla d'A111101'lquo, ro11nlr11, outre lo• noires omerl~uinnc", le• femmes. A fr'.qm.,. , vnllc111w. pr~,~~e,:':." 1 : .::':: 10 ~'J~f:~u~~ Ai;~ l,c l'roaidQnt 1h, h• l~ ~ bllquu 11' lour hnp0rtonce, . grou quu Ougandalsc, le _ Dr, , 11,{,ll~o~ :•,t~-~,' \ N\~ ' o;:;' , 't:\\\\'::~ 1 •:~\Nlll~ll:~: , ::.1t:l\~--::I\ 1111nl d, vinl1nc,1 1•! J,, 1wtlt No~::t \ih, C.,., ur 1111t,H . 1r 11u1 11it p11 i•,•op,•r DUBO , l ' l't tl Ii\ n" nknwhl qt11• l'n11llHU' . , 11 l~••l: . 'J: ~ \, 1 : ~11 11 , : 1 , :~:~ ;, n 1 t :::; 1 N::: , :n::"::1.,' , 1111tro JHir,111111111.:-, q11i dil h,:nu. DUBON :t,~:.\~h!~H .; ~ ;~;',:\):, 1 ~ r~•u i i':'t pn 1 ;.:~i~,t ,,.' ' , . t~.'1~;j;j',,nt,l."\::;;;,,t ;11;• ~~•,:~\;i'~i'. I DUBONNET . 111111, I nfte d c •b6lssanco ,'ao.I.. <"Ompht , "!"ru. , nu JH)ll\ 'O lr dt• Ju crn1nt,c sur l ' umour-prop.-c> . ' .., ' ltir~t I'~: 1: , 1 :~mn d~~Pfl~~d .i l~t G~~ncr ~ JJ~~~ f1, ,xh11 1. de In n ; floxion nu fnit ' ~ < t'I 11i11si . ell• suill'. Le r l\ci t prcnd f'llrJJR, 11.!l progress : on Sl,~ : "I, ..,.,,.......,.. .,. Ct; 4QS .. _, .. , of) LOTERIE DE . L'ETAT HAITIEN Nouvelle Table de Lots. de 30..000 Billets A Gdes 20J)0 le Billft !er l,rus L u t ........... .. ... ............... G 2e Gros Lot.. ............. .. .............................. .......... .... . 3e Gros Lot ... , ................................................................ . . . ............. . 3 Lots cie G. 3.000.0Q ...... ..... .. ... . .. ............... : ........ ... . .. 2 0 Lots de G. 5.00.()() ............ .............. ......... ............. . ...................... . 200 L ots de G . 100.00 ........ .. .. ..... ........................... .... ... ..... . .......... . 350 Lots d e G. 80.oo ......... _ ............................. ; .............................. .. 2 i\pproximatifs du ler Lot a G. 500.00 ...................................... . 2 :\pproximatifs du Ze Lot a G. 250.00 ..................... .......... ....... . 2 : \pproximatifs du 3e Lot a G. 200.00 ....................... .. .. ......... .. 297 Centaines des 3 Gros Lots a 60.00 :: .. .. . ......................... ...... .. 897 Terminaisons des 3 Gros Lots a 50.00 ............ .. . ........... ... ..... .. 2'100 Term;na is ons par Tirag-e de 7 Bnules :'i 50.00 .. I BOULE DOC DUVALIER .... ....... ................. ...... ...... .. 3 .867 TOTAL .... .. ....... .. ... .. ......... .. . .. ... . : . ., ....... ' .. .. ........ G. 100.000.00 15.000.00 10 .. 000.00 . ' 9;000.00 5.000.00 20.000.00 28.000.00 . 1.000.00 500.00 400.00 17.820.00 44.850.00 105.000.00 1.000.00 357.570;00 1 1'! B.A 1 ,art i r du tirage"du 15 Novembre, votre chance : a'ugmente a la Lote ne a,ec cet Ir: nouvelle tabk ecrit : cLee !a1ta_.A . d6poepoys.> sent. l'attcnte. Alger fai~ntimcpays 1111embi-cs de l'OUA . J(U ii vcnir renconti:'er le Pape i, K11mpnla 'JIOUr unc cnfrevuc a vcc iui. conventlonnellement _ennou, par lo !engage. Les seulea liaisons qull emplolera .ont d'un outre ordre, cesontdedialaons purement 11 nc fo!t pas _ de doute quc , mcnt sicnnc toutc formo• . d'.ex dc telle confermi'cc, lo aeconde p_rcsslon \le la culture, afr1~mc 11pre1 eelle qui s'eta!t tenue 8 dont Jes . chantres de I !mper1al!s Accra, _ A l'echelle continentolc, me ned fini9Sll!ent pns de celecontrlbuero dans unc Jorge me. l!rer ,Jes funera,llca.> Trcizo experts de l'agcnce in tcrnntionale de l'E;nergic Aton1i . quc, conduits pn• Dr. Selig man, directeur-adjoint, y partlci peront. II nc fnit , pns l'omhre . d'un ~outc que 111 guerre civille au 1':i geria, qui fait des millier.i de vie limes innocentes cheque jour, se ra au centre des conversatioM que le . Pape Pnul VI ouro le ler , :tomellea .qui preclpit:4lront en cert.ins endrolte le rai,onrutment on le'B foits : (Cependont, . toute fois, enfin, ensulte, or, etc... ) A trnvers la formulation de& ,ure a donner a la femme noire . . une conscience plu. dYl)amique Et cet engagement populo1re de son role dons Jes af.faires de ' est une re.ponso peremptolre de, son pays.. masses ,qui .se reconna1ssent cha que jour ljt se ... tr0 . u~e t dens cetFESII'IYAL tc culture qu'clles a 1rment viD'ALGER-EXPOSITION -vante et vivif\ante. . Dlija une forte deleitntion de la RUA, composee de dix horn mes de ocience et conduite paT le . miniatre de la r:echerche sclen tifique Egyptienne, est deja ar rivee a Kinshasa. AOl1t nvec le, chefs d'Etat A(ri c-ains. J usqu'il. pres'ent six Chefs d'E lat ont repondu fovornblemcnl La seance intlugurale de _ re nonccs, ii n'y ourn done p11,s de hnrrlerc ni de nivcau . entro !es choses ct lo rliflexion dl-coulont de ccs choses la. On pa,se de l'unc ii l'autre son~ unc opera tion manil'este, . et !es perspectives d'a venir de lo culture africainc ont constitue le, principaux th~ mes des communications foitcs uu cours de la premiere soinoinc de la conference culturelle pnna fricnine d' Alger. ,olloque oura lieu au pu\ais cl, la nation, . mai9 !cs trnvoux se ,leroulcront ou centre nuc-1{ , airc TJUeO> de l'univernite Lovn nium de Kinshasa. h l'invitation du Gouvernenll~nt Ougundais . /"cc sont lc9' Presi d1 nt, de lu Tanznnic, de In Zorn hie. de In Mpuhlique Dcinocrnt i que du Congo, ,lu Runnda, du Burundi ct de ln Ri,puhlique Cen tr, Africnine. CONFE:RENCE AFRICAINE DES nous. Le mot rcjoint l'i dce, ou mieux le foit rejo!nt l'idee dans la formulation. Le s~ul desavantoge de ce systeme est que nous sommes reduits u pore.Ber dons le convcntionnel culture! panofricoin quc le Se crlitnire General de l ' OUA, M. Dini lo B. Telli qu.alifia cd'etape . hig torique ct decisive dans la renais eance cu.lturell & du continent fricnin~. Mr. Andre Ilunga-Kabougo, professeur a l'Universite Lovn nim de Kinshasa, apres avoir souligne le role que lo negritude avait jou6 d.ans le prise de conset oussl que cc conventionncl aura etc depasse OU remph1ce ' par un autre, nous perdrons trop vite Jes rapports. Avec des sujets recalcitrant., ii fa.udra aussi boulcvarser Jes , motivations. Dans un ordre ou la J:)Tesence d'un maitre d'ecole n'inspire plus l'obeissance mois la crainte ou que le sentiment de _ la crainte n'inspire plus l'obeissance mais autre chose, i1 serait tres diffi cile d'.expliquer cette crainte et cette obeissance. C'est que la logique d'e:x;pression n'est pas la logique tout court parce que n'etaient les conventions, !es formes pouvaient etre assumees differemment per !'esprit, les formes et non la stru.cture formelle des enonces. Cet evene'ment important mar que d'une pierre blanchc I'his toire de I' Afriquc independante . En cffct, ii o et 0 !'occasion pour !'elite intcllcctuclle ct nrtistiqu e du continent africain de sc rcn .zontrer ct detudier ensemble le.:; different'S aspects de la culture af~caine. ffin d'etablir sa realite, son influence sur le develop pement, son role dans lo Jutte de liberation et enfin son impor tance comine facteur d'unite . cience humaine et nationalc des . africoins alors ' l~oJoniaes, a esti me qu'il fallait nean'moins tron~ ccnder ceconcept, car, a-t-il dit, •la cultu:re africoine ne . pout sc fondre dans l'universeJ, tant que ses elements ne sont pas encore determines . > (a suivre) Gerald DORVAL La main dans la main vcc des III ill ie1 s d'uutres, . d~ l1,1t1tl's race~, de toutcs notionell et de toules rroyunces, vous qui uspirez ll. plus do paix et de comprchenKion, u plus de mai l rise et de bonhcur, vou, . pouvez vous joindre il unc immense or gonisntion frntcrnellc, dont lo ficrte est de pcrpctuer, a l'echel le mondiale, J'oi,uvrl' ROSF--i CROIX; du pns• :i~ . \oula vouH trnvuil~cr Mm ,ou!-i mCmc , pour vous mi\me et pou, 1Pa nutres, nvec pour rlevise TOLERANCE, COMPREHENSION, AMOUR FR.ATERNEL T Dans son intervention, Mr. Plus de treize cents invite, Peter Chomdo, ministre d'Etat venus . Le delegue Mauritanien, pour sa part, o . fait ressortir !es insuf fisonces cu I turelles de I' Afrique qu'il classe en cinq categories : lo.) Le ,ous-developpement e conomique et le llllanque de mo yens humains et mutcriels ; 2o.) L'a 1 Jsence de contnct de liaisons inter-pays et Lo Tunisi c, elle, a choisi d'cx :Jo.) Les legs du foit colonioL poser lea precieuscs broderies 4 Le , te r d'.or et d'nrgent dont elle s'est o . ) _.. 1111111gue d uru . po 1fntL une rc-putution prntiqu,•tique, ec!)nofnlque et culturelle. rnent inegolct•. gui~~;~u!''":i.1:ti~:te~:.n outil 'Ji nLa Mauritnnil', expose, dnns le pur style de l'urt nrnhe, 11,s barres d'ur, lcs rilonnuieR nlmorn vidcs et lcs potcrics. L'art d'Afriquc noir eHt lnrgemeot rcpresent6 dnn~ les vitri nes de quinze nutn's pnyg : lo Mali, lo Guince, le Senegul 111 Cole d'Ivoi.re, le Ghan11, le 'Con go-Brnzzuvtlle, lo H11ute-Voltn, le Dnhomey, le Nlgfrio, le Came rotm. 1, , Gnbon, In Rcpublique !Ji s, 110 . rnliquc du Congo le Libc riu, l'Afriquc noire rlu 0 Surl ot l'Angoln. r,:impor1nnc.e de t•'fuxposition En fin, ' Mr. ' Mazissi Kuono, du congres .. national . africain d' Afri que rlu sud, R conaocrc 8011 dis ,ours ii lo revolution qui u-l-il dit pout permettro aux pen pies d'Afriquo . de promouvoir en core davontngc !'immense h6rit11 g,• eultur.el qui est lo !cur.> , l.11 culture ufricainc, 11-1-il u joule, est indefinissablo parce , qu'l'lle est multiple ct v11riee, bicn ql,!e !es colonisuteurs put leurs proddce aussi subtils quc nefuste~, .oicnl cssay6 de la dc truirc, . ello est demeuree vivnnte et riche.> ' , COLLOQUE DE L'OUA SUR LES UTILISATIONS PACI FIQUES DE L'ENERGIE ATOMIQUE A KINSHASA EVEQUES EN OUGANDA Les cora,inoux Laurion Ru gombwa, orchevcque de Dnr El-Saelnm, Joseph Albert Mnlu lo, orchcvequc de Kinshasit i,t le 'Potriachc copte cl' Al exnnd r, dtie, lu cardinal Stcphnnus Sida rouss, oont arrives dcpuis l e :u Juillef 1l. Kampala pour purlil'i per ,, lo conference nfrirnim des Evequc, qui s'buvrirn a Ga bn, dons le banlieue de la c npita J,; Ougnodaise. I le not1 C1 Corrt>~pondunl il Kin:-ihuHu Onzc cardinaux, dont sept ve nus d'Afrique, trente trois Arche Encore ce mal de dos \'eques et Eveques, represemont toutes les conferences nationales et regionoles de l'Eglise Catholi que _ Romaine ;prenclront part a lo .reunion qui ,era officielle ment cloturee par le Pape Paul VI, dans lo Cathedrale de Rlibn ga. 1l. Kampala le 31 Juillet date de son arrivee en Quganna .. lancinant? PAUL VI ET . LE CONFLIT NIGERIA :--: Le Pape Paul VI profitera de son voyage en Ouganda pour s'entremettre en 'VIie du retablis------"'!11111•• , -~-::-. .~ , ... !,_~ -, •-1111 _ ,,., _ _ ~'!"'• . . # ..... .. , "'"' "'t; . .. -: "" ""' -".1' 11'!1 .~ llt}l! _ !tfo.!1! _ . ~ ~ ,., _ c. ... , 'l La ~ Banqul. Popo.laire Colombo -Haitienne A ,, VIS La BANQUE POPULA.IRE COLOMBO-HAITiENNE re mercie bien sincer:ement sa fidelc clientele en COMPTE D'F: PARGNE en perticuUer et le Public en General et prcnd plni air a leur annonce.r que In PRIME 1'rnditio11nelle qui l1r sero offerte au Tirage de Deccmbru 1909 sern expo~,~ t r, : •s hientot nu Local de la di , lc BANQUE. Lc.e conditions tie vnntes. : I.Mnimcnir en COMPTE D'EPARGNE u:-,.; SOL IJI •; ~II NJMUM de CENT DOLLAR~ & 00/100 ($ 11)().0lll du 111 AOUT Ull 29 Decembre moo. 2.o u bien: DEUX CEN1'S DOLLAH ~ & 110;11111 1$ ~ ''" 00): du l1•r Oclobrc nu ZOD(•cemhre 1%!1 . :J .-OU TROIS CENTS IJOLLAHS du lcr Novembre nu :?9 Decembre I ~(lg En nttondnnt, conlinucz, cher~ clienL'i, ii faire VOt1 lJ <'• pc ir.~ ii LA BANQUE POP U LAI RE COI.O~llli.l !L\ITIEN~I : rnt1 BANQtm. nfin ,i., de enir propriet.nire d1• que PHl~IK Purl-nu-Prince )<:' 2-1 In :.Jngnif, . .I uillcl Voulez-vouA nequerir la force que clonnc In Connoissance, etu tiirr le rnontle qui vous entourc et dctcrmincl' votre place exact" clans l'univcrs ? prov,e_nl du fnit que Jes obj e t,3 :, post •s sont pnr'!1i lcs plus pre1r11x des coll,•rllons notionolca . . L e v is leur Pst oinRi conviC n une. synthi>se d'art 11frrnin d'u ne tr•s hnute qunlite et d'unc r-x(•Pptinnnellr PllVPrgure. Sur , J'init!ative de l'org.in ' sa, tion de , , ;l'Unite Africain e sc BANt.lUI•: POl'Ul. 1 \iRE COLOMtlO-H.-\!T!F:NNF. DPs mosque-, protecteurs lfe tiendra -' ~ Khisha,a du 27 JuliLA HANQUF, DU l'f':UPLF. HAITIEN. J'.limc• du Mali nux mosques d'i' (pt. nu , ler Aot1t I~ premier rolc.,._....__.._....,,,_...,,__ .... _,.,_,i,,_.._..,_~.....,,.,.,-,eJ ___ Si votre nRpi ralion est 11lnrc ,.,.. l'ORDRE ROSICRUCIEN AMORC vous c•onduip vera lcs hnul~ lieux 0(1 eoufflc !'esprit l't vouH monlrer11 le che'min . . :;~ii~\~~~~:; l''D"":~--~d-~~~--no, ROSF euart . e : MfAMI : lour PORT-AU-PR.INCE r.r\:iut1?;;J~~~a,(S:-~~~~)uve i S~'r.~ . lJ()MINGO . . (France) ,! X X X Loge . Rosicruc .. ienne de Port. I -Prince, A.M.O.R.<". La LOGE MARTINEZ DE PASQUALLY, organisme local ' de l'Ordre Roslcrucien, AMORC, Uornaine de la Rose Croix. ( /r~nc~~illeneuve St . George,, informe sea membree qile 1811 I, . reunions esoteriques ont lieu regulierement cbaqe diman,;he (le 2e. exceptb) a 9 hres. A,M; en '1 son local habltuel sis aur la route ii! Pe~ 1 ";.:~nfo~ 8 s tra:ci!tJ.~tfv,C se tiennent le 2e. Samed.1 \: de cheque mole, Pour toute lnfOt1111atlon sar heu~e d'o11:vertur~ de . Bibllot~~ , 1:AJ.~~~eI=t:~1 clera de _ la Loge, r6unfons 1110ta,. programme de travail; . etc. Veumez ~r : ~ .. .. Jettrea . , l : _ .. ~rs~~p~l:' ' ,, ,. P, 0, B~ 1088 PorWu~~ Haiti M/V WILLIAM i\: BURESI M/T LAYLA ED&SS, , M/V JOHNNY EXPRESS M/T LAYiA EXPRESS M/V WILi.JAM EXPRESS M/V . .r . oepy EXfRESS M/V w1Lt.lAM EXPRESS Yoy. 63 Vo,-~ 31 Voy. 72 Voy. 32 Voy. 64 Voy. 33 Voy.6S A~ut ier, 1969 Aoid ler, 196t Aout 7, 1969 Aout 12, . 1969 Aoid 14;, 1969 Aout 21, . 1969 , Aout 21, 1969 C'"mbre Frigol'ifique dis11onible it d1a11ae r,oyage ROGER'.SASSJN E Place . Geflr_ard No: 117 Etage Building!_ Frank MARTIN. . Tel.: 1111 I

PAGE 5

LUNDI 21, MARDl 'M AOUT 1Nt F~r,uu:,• . '~, . t hM"'Jt,_,. l-,1 .,..,,,fott c.o-r,••~>tJ,u,,,t tt;M JIHW ,f4 tKJ'4-il unitt-i11•r•ai,a "-" ,rn1001111,1C'I "' t'OtM ft'otH'tH'ff .: !tu, l'"''"l'<'ri(Vf'• que 11ou11 '"ll•tc1l,nt /Ml ,114f1''-tt JHJtfir' dtttnnfft. 11,.,,t ,l,,.;,-,pro1f1,otinit to1nl• ,, .. 1 pn,H<1' ,dilffr\•if. l' 1 opnrlr 1\ 1 1 l'rnlurt"u Su11clic<1I, -K.i~c/1urit10d "TI•:> MERCREDI !.7 AOUT 1%9 :.!I MAH!> AU 2.ll AVl:IL 1LH I.IElll T, 11,h11w,• 1\ l'intlolene•• c•I ,, lnl'""r li s rhoNt•.~ 11ll,. Elk tlnll n ~ fr,'>nl'1• ttl vou:-i vou\uz nvoh lllrn Journ,t :s.alit1fnhmnll 1 N1• tmyt•t JHtt4 lu ndinll' dt• J'indl•ci tdon. 21 AVRIL AU 21 MAI (TAU nEA U). 11 Bera imporlllnt de cordes i1 \'Ot n• arc. ron1-1~il lH'l~lHlrn llO\ll" \'O\\h \11\l' i.rmLS plus i, fond. Ne soycz pus indcpendunt nu point de vous trouver en unc situutlun 111{•c-uirc. SI VOUS ETES NE AU,JOUR D'HUI: Vous etes intuitif, cncr gique et personnel. Votre Sign~. In Vierge, ind1que que vos efforl, ont un but eleve et que votre a~ tivite est vuste. Voui: vous sur prendrez vous 'memeet nu trui par VOS idees orig-inaler et audacieuses. Elles n'en seront pas moins praiqqus et sont celles de personnes dont In progres . aion est rnpide. Prenez toutefms 24 AOl'T AU 23 SEPTEM la precnution de ne pas ecraser BRE (V!EhliEJ: Essayez des::• le timide et le modeste. Ct's der muler des fu1ces dHuillantes, de, niers ont, cux 8USsi, de hrillan n."8sourc:-es e: .. tenuees. Ayez Uh~ tes idees qui rivaliseraient RVt'C vue optimis• c de l'aven:1rSou les votres si vous _consen~iez . a ,enez . vous :iue la nmt la plus les admettre et 8 Jes' etud1er. noire prE'<.l•de exactement l'aube. Yous etes extrE'mement con1pE' 24 SEPTEMBRE A U23 OC TQBRE (BALANCE): N'atten rlez pas d'8ide. De nomb!eux ten8ires ou amis voudrn1ent b1en vous aider mnis n 'en trouveront j8mnis le temps. Concluez que c•e~t 8 vous seul de mener votre tent d8ns Jes ras difficiles. Vous pouvez etre un fin critique. un ; journaliste ou un direrteur d'af ifaires n>m8rquahle. jeu .. .,,., 24 OCTOJ3RE AU 22 NOVEM RRF. (SCORPION): Du temps perdu? Vous etes votre maitre: Bondidssez en ne fnisant pa~ f, de la securile. L'animation qur donne 1111 l1avail bien fnit P.,t 11TH' puisHC.1i1le medication. ~:! NOVEMBRE AU 21 DJ•: CEMBnE (SAGITTAIRE): Qunnd monte lu pression de_ I inurn&,, rulPnliHs<'Z Pt mei,• <'hungez de l'oute. A utremt'n 1 , \'Olll-l irP7. i1 C'ont n ('ournnt. CP AVIS t ure Reno ult 4L modcle H:I nu profit de Ju Relruitc 8uinte _Ann<• J,'oycr pour Vielllurds, qu1 de vnit uvoir lieu IIU 2c, tlrage d_u molo d'Ao0t lUfl!J de In Loterie ,1 0 I' ~~tnt Huitien, t•Ht report/• nu 2e. tirngt 1 du moiH dP Repl<'mhrf~, Ne pcrd,•z pus vos hillut• H'il vouH plait. Lo numero' gagnant aeru anon d.1 par Joa journaux upres con trille lu Voiture seru rcmlse uu prop;l6talrc par le Pi\re Diroc tcur des Sul/,-ir,na, 11 Port-au Prlnt'l\ Honlevord ,/ n. .! ucqucs Dessn llnca. Cet uvi" eat donn6 n tou te.B fins ulilcR de droit Mary Arnoux Cy. WALKER ETES-VO\JS MAL A LAISE? Les nouvenux comprirnts f'!Hminent ln depreufon Nous notw aenlons taus mul b. l'u\se de temps U outre; rnnls en fin de compte les scJcntlflqucs ont decou verl Jes compr,Jmes PRO-PLUS qui rompront le cycle de la dt~z leR com prlml•s PRO-PLUS ua remede nouveau et souveralll-contre les douleurs Un medicament puissant et inoffensif faiaant disparti.lb'e ra pidement toutea sorte, de dou lenrs c'est bien DOLOROSTAN. Arthritisme goutte (i1 elim!ne J'ac\de urique), rhumatisme arti culaire aigu, rhumatisme chroni que rhumatisme goutteux, aciatl que: hydrathroae, arthrite seche. coliques hepatiques, . gravt!lle Toutes !es provoqu6ea par ces affections disparaillaent tlevant DOLOROSTAN. A vis deOivorte En vertu d'un jugement du Tribunal •Civil de J acme! en ses attributions civiles. sous la date du 30 Avril 1969 rendu entre le sieur Marc Jn.Baptiste, deman deur en divorce, et son epou~ .. nee Francinique Henri, defen' deresse, la dissolution de leur mariage a ete pronome uux torts de "ettc derniere. Le tlispositif du sus-dit juge ment, apres les formalitks et de luis legaux a ete transcrit dans Jes Regiatres a ce destines par ~~~~erded'i;;"~;:~u~:b~~el .J~h .,:,,J ( Sect' on Sud I, l'P, ;, telles fint-1 qtH• ch• droit. ,Jocmel le 22 Aout Hl69 l.nulwt l"OHMIER ,ov. JOLY GARDEN Jlme Yvan DES/NOR l~cole Materncllc, pour lea En fants tie i\ r, nns. Lo progrnrn'me corrospondnnt a lu clnssc de 13eme enscigne ,nHhodlquemorlt. La Directrice ct le Peraonnel son t toujoura h In disposition des pnrenlR ou Jes inscriptions sont ouvertes toua !cs joura de 8 heu rn, du matin a midi. JOLY GARDEN en face des Soeuro du Sacre Coeur de 'l'ur i.,;ea u -Avenue Royer No. 13, &cetu!&Sini d~ Cuisine lbibi.~ "' " {.:\ ' ,, __ ,# .. pd/ NlfffCHE ' p POIH HOUClrn Jc:N S,~~E. L,,. pol• soucl11,. aunt' du lfl"dl< pol" l11rv.1rn, pl11ls of. bh111t• "n furm~a clnnK grnatte1 gousHOH ver te,t1l J)l11lett. Lea poi• Kouches \loloea•es 1mnt ,uiwr~ 1 6vit(_lr de lt.~K 11l'lwter. Cuit(' le. poitt llOUches larl(c JllCTit couverts. d'enu . frolde sur reu moycn A eu1111erole dccouvertq., Si ;I'~'" s'ev11J,or,c .11vhnl quf• I~ ' olR aolunt cult~\ " en , 11Joute1 1111 rlen J>cu 1) pcu, crnKer nvec une ,;ullli 1,•s aux puroi~ du In cns,erolc. unc quantile Rt1ffis1111te •de polH pour cpa!sslr l'eau. Saler, cplcer au 1,,milt. Ajouter beurre. Ser vir. l,e ui1•re de CuiBine de Niniche \ se v11nd darts f-Oules lee /ibrairie, -----...... -..-..a..---------------POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE J,ABOURAGE HERSAGE, SILLONNA(;E SARCLAGE EXCLUSIVITES MOTEUR :DIESEL BROWN ROBUSTE ECONOMIQUE TRANSMISION MONOBLOQUE DllSPOSITIF EXCLUSI F SELECTAMATIC RLOCAGE DE DIFFERENTIEL CHASSIS UNIFIE DISPONIBI.E EN VERSION TNDUSTRIELLE. Charles Fequiere & Cie~ DISTRIBUTEURS Assurez vous a la Norwich Union La Meilleure Compagnie d' A!tsurances Etablie en Haiti JOSEPH NADAL & Cie, Representants. ._,,..,..,__....,_..,..~,. :'i:,..;) ...... 'q,,."'i:, .._,,..,_ ...,~~"~u....:,'=1"ln ou il plcuvinait, . lu foudrc le aecoua et ii put terre exhalait une. senteur qui ll 11'etait• 'al'l'Me &OUlf un grand se plier ct s'agenouiller.,;. montait montait et enveloppait mapou. II etait .Ja, a .demi-nu, _Houguenio, pourquoi m'nsle;i c.o!!.urs , d'un. senti>ment de la peneee annihilee, les p1eds tu trompe, p()Ur Tout a coup, la fiamme . tlu souvenir de sa lointalne Afriqu<> qui couvait en lul, se revoill~ .. aon coeur intenlM!fl1ent et ii cspuissa, ce deco.. fe,,. rique, les premiers du pos iide. La foudrc se dochalna et brcu, le couteau qui gisait piir terro en deux couleuvres qui allerent s'enrouler autour des orcill"" de Houguenio qui cnlonna avec la fixitc des foWI perdu,; cCOULEUVRE, FEMME DAMBALLAH . COULEUYRE HE, COULF.IJ \"RE HE ! DI YO NOU LA, AGOE COU'LEUVRE, FEMME DAI\IBALLAH ... > TI chanta pendant longtemps <'l au fur et a mesure qu'il ehantait le d&:or s'e metamor )lhosait. La pluie s'apaisa brus quement et ii se fit un silen,c macabre. Une vieille femme, lentement, s'appr6cha de lui. Elle deposa sa main callt'US,, sur la sienne et dit : n:ou es-tu, mon negre 7 -'Jc suis du pays de guelefre; je suis le fils de LOCO ATISSOU KERSSOU .. Que f8is-tu done iri ~, demanda a veille dame. D'une ,ob, rauque, ii .repondit sur un air qui faisait fremir Ce chemin s'ouvre a tous et tu desobei, pourquoi 1 .iamais auparavant, Houguenio Pere, pere ... •A nion yan va, LOCO, anye M'pral cherche famille monin> LE VOILE SE LEVE Ou es-tu. oil es-tu, ma EN TCHF.COSLOVAQlHE vieille ? ne le comprenait aussi bien que JI n'eut pas le temps d'achever; . , La vieille femme avait disparu. ,(PRAGUE ! AFP) H,ouguenio regarda autour de COMMENT F AYORIS Elf LE BON ( Suite de la 2eme pnge J !es ou, rectmi,,enl eneore, Jes p,.,1ent ii !utter contre Jes mauvaises prietaire's noirs etalent pratiqu,, herbes qui cnvahissent leur pe ment inexistants. l.ouse, celu :;igmfie que la commu L'nrrivee d'un Nair i1 In rechernliute est en train de se stabi!= che dune maison clnns une eon,ser. Malheureusement, dans cer munaute de bnulieue ii predomitains secteun, les Blnncs apeurf., nance blanche engendre des rew prennent In fuite et !es agents lions typiques. On s'inqui&te des immobiliers, amdeux de sauve repercuss1011s ,,u'une lPlle nrrhic gnrder leurs interets, vendent _i• pourrait nYoir sur la valeur tl, des acheteiirs noirs, :favorisun\ ~iir~~,t~!L:~ 1 i!1i~~~;.,;;,tn•~n:~~ !~~t~~~1it11i'.Gn~ !:i~t'iiiiitn~ tants i\ s ' or~ .. i.n1scr pour le:-. 1'111 ce noire. 11 Ln r6t3ulte que l'int:, pecher de s'y instnlll'r. Les liliegrulion esl returdee dons unc vn,i ruux se f'clidteut de l'arrivi•c de te zone puree que cc sont Jes Nora; celui qui n'n pas d'opinion Noirs et non pus Jes Bluncs apeu bien definie sur la question dceires ou Jes agents immobiliers ir de de fuir nvec Jes ruciates ou responsablcs, qui sont accuses de consent, hon grc mu! gre, i1 rcopromouvoir ln croution d'un tor, Le11 Bluncs optlmisles 111111011 ghetto>. l't>nt qu'ils ~ont ell voic d'inl6gr11 Les pr0!l"J cs cnrogistres duns tlon ulors que leur~ voisins se de un domnino c,ngendrcnt la dett•r mnndent, inqu!clij, jusqu'r 1 .!Juel mination de Jll'O!,rtcsser dons u11 point ils cncccpleronl~ les NoirJ, uutre. Lorsque Jes Amcricains Les Noils r,u;.vcl!cmcnt instnllcs compronnent qu'ils vivent uujonr obscrvonl l'ntlupl11lion des Blnnc~ d'hui au sein d'une societo en ev, it leur PH~liu1c;t. avee u1w gCne )ution, cela constitue en soi un melee d'iromc ii faul uvoir un grand pas lln uvant. Des discus Hens de l'hu111ou1 pour pouvuir sions fran~h~s nmt indispensu tolcrer cc que lea Noirs considi\bles et clles ont lieu sous !cs 811, rl'nt con,i,h_ tie In ,stupidite~. pices d'orgunisations religieuse,, Des quc I,.~ niembres cl'un~ de groupements en faveur de l'e cnmmunnu le integ re<' sc rPnwt gulite des droits, d'nssocintion, s'employant ii. promouvoir l'ega lite duns le logement et de comi . tlis traitant dts relations humni nes a l'ecllelon dee ville& et dt•S comtes. L'tin des aspects encourn geants de l'n,big,ration des com munautes est que !'on, commene fo~;11ed~eetA~lri:l::~!~c~u=t noirs viverit ~ote a cote sur un pied .. d'Egalitli, . ils . finissent par compre11dre d npprlieier les Vil leurs humaines nuxqtlelles ils con t rihuent tons. Le voile. cc,1mme1_1ce a se levc~ ~~~pet d~~=:;;1,U ~n ~i:;t1:itr!:; su r ce ~llll 5 est ~e~llem~nt passe II ne tremblait plus. Ses yeux ei:i Tch.eeoslova~~ue le J~ur ann'avaient as d'ex ression m.ais llllversa:lre de ti 11d1ter~nt1on_ des semblaien/ appart"i:iir a quelque 0 rces ' u par e . e arsoVIe. . chose d'humain. du AJrAoi~~le ; 1 r~:itu~e~!ep~~ II se mit a mar<:her. II lui tchecoslovaque, t-Out comme les sembla. que lea erbres se ~ouvernement federal et tcheque. courba,ent su~ ~n passage, q~e s'et~it _feli;itk du . calme quf ~~le~~~-choa~~ 13 •:~; dad! 1 ; 1 ;; 1 ;~ ava1t r~gne dans t-Out le pays 3 d'oiseaux. II n'nvoit plus envie l'except1?n de Prngued et, Brn 1 o. de pleurer et il s,, surprit i, chaque Jour af!p~rte. epu1s ors d•TP au ,!us irofond de dp nouvelles revelations sur fos 1 l I d nt ui e sont doruuH•s e re : d~:~s e d'~utr~s villes tchcques. 1 ,, ~,~m~~u~~~oivt"/J'<'r alors i1u" GBOBGU SICARD ; .. 63, Rue des Froats Forts CRrlo A. DESINOH ,I uoi1t !!Ill!) . ~NSEHTION Dl~MANOF.J•: ,aboratoires E. Muzacilastle Ct> 7 Ao(1t falidiqu,• Oui, la <'0nlll'Xlon e,t ,rtippri• Jl\Cl•, Atropos, l'lncxoruble darui une erise de deptonumie coupi, )n vie nu chur111unt Directeur du NouvclliHtc Quotldlen, Doyen de Ju Pre,11e Haitienne. Cette operotion-l"Clair, exag, rl'ment hrutalc " su.cite dons le .coeur \le ses admirateurs petrifies, un seisme alannant avec son coitege de deget• immensurables, dcgats dont les rre radienx de Mux Ernest Chauvet sera toujours Iii, aux eguets, pour provoqu.er dans les moments difficiles cetle alacrite agissante qui exhorte au rouruge et au tlepassement de soi. Dr Emmanuel Muzac Basile q A011t 1969 P"/Ji/R"Jf~ ~KliWR & -"A q-.,eG1111111A 1 ., ',/N-,.IR~'J'JI-, VOYEZ ;: , BUREAU Les pillukL.. DOLOROSTAN cherchent non sealement A faire clisperaitre les manlfestat!ona de In maladle 'maia ausai a en de truire la cause. Ne continuez plus a llOUffrir inulilement : i1 Y a mai~ !es piUules DOLOROBTA.N': DO LOROSTAN agit vit.e est .ans danger ne contient au• cun produit noclf, . . .. AH~ NON ,: l,.PAs: DE MAR
PAGE 6

l'AOE ll i EN llHll:F LES NOUYBLLES DU MONDE LES PAHENTS S'OPPOSENT :\ L':\UTOl'SIE Lt1 Probli11110 riff l'Auto1n,t'i ,tu r.,,-,,,, d~ .llar11 Jo . . Ko111ch11~ \\'ilk,•sh111n•n (AFPJ L" .lu~,du Trihunnl d,, Wilked hnrr, n, M. Ernnrd Brodi11aki,a te nu utrn u.udicnco lundi. II y frtit sn,olr qu'il etudialt la re qui•l<' des parents de Mary Jo Kc prchnc, qui s'opposent 11 l'antop sie du ~orpa de leur fillo deman d(,<' pnr le ..,_ocureur du 111nasn chusseta, 111. Edmund Dini. XX. X BELFAS (AFP) De l'onvoye special de l'A1' l' .f,,1111 Michel GOUDSTIKKER, Lu crise do confiance qui nf frctc h• Gouvornement du l'Uls trr depuis le debut des cmculea eat entr/>e cette aemaine dana sn phns" nigui, leR difterentes for rPs politlques d'Trlande du uord fnisnnt pression sur le L'nbinc,t Chfcheater Clark ii quelque~ Jnurs de l'nrriv/>e de J\1. ,JamrJ t '111lnghn1!, Minislre ,h• l'Jnfp. rit•ur Britannique. Le Cnblnct du Premier M,nia lro n'n pas dementi offkiclL menl In rumeur de la dcrniss1~1 ,,v,•ntuelle du Gouvernoment :.i,• !'Ulster nu caR ou M, Callaghar. voudruit lui imposer le desarm•' ment des suppletifs de la po!i~e ou bien la presence d'un Minis tre de LonrlrCIS au sein dt. Cuh, n<>t. X X lt DAMAS (A<"f) Les d1ug~.1!lts syri~ns pour1:u1 \"<. nt activeme11t leurs demarches aupres des pays membres des Nu lions \lni"s pour leur oemander IPur appui a .a candidature de Ju Syrie nu sj/,g9 non permanent du Con3eil de ~ecurite qn'occupc• actuellemc.L !c rakistan et qui sern vacant a la fin de l'nnncP rn t-ours. XX X BONN (AFP) L'U HSS souhnite le dialogue' politique BVPC la RFA, a deeln,< luncli, a Bonn, M. Helmut Schmpt, President du groupe PIJ)' lementnire Umcin! Democrnte qui a rendu compte a la pressc du voyagt' qu'il \~int cle faire it Avis aux Abonnes de I' Etranger /i,.'11 ruuw,1 d,rn /nu_, det,,;11 111ir1!t1uit.,:u 7mr 1',u1 1 m de 7,t1qrtf'f11 n l'r~r!,,:rieur, /'Arfoni11'iulndiou <111 "Nu11vclliHlllJ;o 11-n,, u,:n of1<1111u;n de l'E't.raH• {lnr (flli 11c Hepar temeut d'Et.,t tiui s inquiele des evenements il. llagdnd et iL J~ru salen1 ninhi quo des llctivites nR vales sov1hiques en Merllterru net!. Jlf. Hobc1•t .'l!c Clo&kcy, le pur te parole ,;u Depnrtement d'E tat, n condanmli lundi h.xecutim, de qurnze c~,.nons a Bagdnd qui, scion Jes auturitcs irnkiennes au rnient etc a la soltlc des services de ,renseignement nmericnin et is raclien. XX lt Dix mile quntre cents resso: tissnnts techecoslovnques ont cl" mande, et obtenu, l'Asile PoJ1ti que en Suisse depuis le ~l Aor.-, 1968, npprend-on a la directiou de In Police du Departement I<'e deral de la Justice ( Ministro Suisse de la Justice.x XX PRAGUE (AFP) 72 etrangers ont ete arrel~s '1 Prague a la suite des evenement, des 21 et 22 }, out, a nnnoncl Jui, di la television tcheroslo•,nque. II y a eu d'nntre part 1005 ar restntions de citovens tcht'.:coslo vaques, n .:ijci.ie la televb:nn. X X X LE CAIRE \AFP) Le President Nasser accueille fnvo:i;n_bltment la propo~1cion du Roi Fey~al d'Arnb1e ;:,codlte. de tenir tme conterence all sommet <.Jes pays. 13la1i11ques, anno11ce ce matin J<' jvUJ•i:al Al Ahr&m nfin d'exan11ne1 !c l.I iilh~ rrem~Jite et l'incendie delibere de la mos lJUee Al Aha ... xxx LE CAiRE (AJ<'P) Le Presideut Nasser a propose au Ho, Hussein de Jordnnie un plun en quatre point3 pour faire Jace a Israel, unnonce ce mat'n IP Journal El Ahrnm. Selun Jc .Journal, le Chef de l'E.tut ogyp tiPn suggere prin10, ln mobUis.l tnin de luus lea payJS urnheR et rle !011t ce qUl' chnqur, pays peut mobiliser est. en vente, rlnna._)ell LibrnirieR aulvantes ; Llhra!rie . u la CnrnveUe Librairie La Pleiade Aux Livres Pour TouH .• Au Service d ln _ Culturi, lmprimerie Deschamps. LA DIRECTION. .4ujourd'hui mardi et Demain Mercredi A 6 hres et 8 hreB 30 'flefc.ces de la Saison;, ~~a11ion U ne pas rater im:N:A',,JK_ARENINE /J'apres l~ ce./eb_r;e roman de Leon TOLSTOI avee,: 'BA.{J'/ANA SAMOILQVA , ;,, Mairi'PLYSSETSKOIA ::, ~,,:ifi) ' alhs :-UO et 4.00 La Fite de St Louis A 6 hres p.m. n cu lieu sur la place unii grnnde manifestation populnire en l'honneur du Pre dent D_uvalicr. Ont pris la parole le Magistrat Communal de Mire bnlnis, Mr. William GASTON, le prefet GEFFRARD, le depute de la circonscription, Mme Max ADOLPHE, Gernrd MAISON NEUVE, de ''IDAI et Moliere NARCISSE de la L.E.H .. Le dimnnche a 8 hres 16 pro cession traditionne!Ie a travers !es rues de lu cite auivie de la grnnd'meSGe concelebree ii. l'Egli se pnroissiale par !es peres Chris tian NICOLAS, curli de Belladere celebrant principal assiste des~e res LECEAUX, ndministrateur de Savnnette et BANEAT cure de Thomazeau. Le prefet de l'Arrondissement, Mr. Franck GEFFRARD, le depute, Mme Max ADOLPHE, le major MOI SE, commandant du departement :militnire du Centre, M. ACHIL LE, sous directeur de la L.E.H. !es lieutenants Charles ANTOI NE, commandant du District et MONDE du Sous District, tnient presents dnns le choeur. .Les chants ont ete executes avee brio par la chorale pnrois siale sous la direetion du cher fo~re JUDE de St-Louis de Gon zngue. A !'issue d,., la messe un vin d'honneur a ~te offert parl'Edi lite a l'HoMI de Ville en l'hon neur du PreJident de la Republi que.Des discours ont ete pronon ces par le Magistrat et le Prefet. Vera 11 hres a la residence ,. . . pales S . .E~I\CO Sur lo chemln du retour ellc a visite des membres da aa fa mllle JL St Thoma,, Ileir Vicrges. Alice a ete accuellie :\ l'nero port Franco:s .Duvalier par son frcre, I!' Promoteur Joe Etienne sn foame, slis charmnntes filles Evelyne, et Genevieve, par 'le Dr. Raymond _ Ed, Etienne (Pharmacien) sa femme son fils. Richard, et 1111 jolies' fll!es F1orence et Francoise et an ravi1S11nte niece Elena Astrala ga, et par bien d'autres llnembres de In Jamillo ' 'Etienne. XXX .. ; Mme Adrienne Beaufort Lasscgue, chnrmante epouse ae notre nmi Seymour Las.segue eat rentree difuanche mntrn avel!' sa __ rncvissnnte fille Micheelle. Adrienne ct Mika viennent de passer quelquee semaines nux Etats-Un:e et au Canada. Elles ont etli nceueillies par leur 1mari et pere, M. Seymour Lnsaegue Pt par des parents et nmis, lC X Jt ... Le Dr. Rene St Leger u repris 1'nvion dimnnche apres un sejour de trois jours ici avec !es membres de sn fnmille. Le Dr. Rene St Leger est un brillant internlste haitien vivnnt depu:s cinq ans a St Louis Missouri. ' Il a prls ~a route Miami Montreal Miscsouri, nous dit sa charmante belle-soeur, Dr. Daniele Rkot St Leger, femme de M. .Fritz ~St Leger. Rene a lite conduit a l'aero port Fran~ois Duvalier par ses enfantslRene _St Leger, Jr., Jo celyne, F1orence et Rachel par son frere M. Fritz St Lege~ et :r f!~; Se~: Dj:!:i3a:J~;.; et Mme, nee Nicole Beaulieu. etc. . .. Le Depute des Gonnives, DECESDU JOUR DEGE3 DU MARDI 26 A.OUT 69 Miracin. Jenn 16 ans Karol Martin 6 mois Leone Joseph ............ ? ans Pierre Antoine Gerome .. . 4 ans Jn _Claude Joseph, ... .. . Enfant Blanchard Dantes 48 ans Cours Norman lntenslls a l'OIIAAC 1Sll'ITE) 11 aera inaugure le lun!li ler Septembre prochain a l'ONAAC, 1m Cycle d'Etudes Nqrmnles In tensives pour . , v,ne soixnntaine M. Preasoir Bayard et 811. disaejour en Haiti ii L.arry et i1 d'Animateurs Polyvalents recrutingueo epouse, .. ee Gaetjens~se Joan Segall. . tes dans Jes Departements du aont enbarques dlman.che metin . x x x , Nord, du Nard-Ouest et de !'Ar sur lo Vol d'Atr France pour un ... Mlle Gertrude S_aliba est tibonite. L~uree du cycle sera voyage de plus de deux mols . rentree hier a_natin de Sa~ Juan de quatre semaines u In fin du qui lea conduira aux Etnt&-Urtis 'e1; compagme. sn . rav1ssante quel, !es jrripetrants recevront un et en-Europe. 'nrece Mlle Tania Saliba •et. sonCertit'icat d'Aptitude d'Animn ~. LQ.' Depute et ; Mnte Pre.aoi~ . . ne:veu, James ~Rliba,. enfants ~e teur Polyvalent, Les cours seront Bayard ont lite salues a !'aero-' .M, ~oseph Sahb!1 et Mme nee theoriques et prntiques. Le' Coor port Fran,;;ois Duvalier par _ d_e Yola,~e _ Fo11g Jng. donnateur de Stage est M. Edner nombreux membres-. de Jeura fa-, , ' , xt JC Latortue milles dont M. et Mm'e Henri •--. Li; J~unti . Joe ~Hiott a II s'n~it dune nutre initintivi, Rico> Bayard. . repns I !'V! 0 n . •e!" mn~m pou1; de !'Office National d'Alphnbel1 Nous leur f!OUhaitona un tres Jac~nvil~e! .Floride _apres deux sation et d'Action Commuhautni agrcable aejour aux Etnts-U'nls seman~es,ic,_!lvec; 88 , soeu~, Ml!e re dans \e cadre de In nouvelh et en Europe, Snrlyn Elhott, ~ec,retan•e a formule inauguree sous l'Admi x x x 1 AJmoeb_1la9811. ~1z ~"mdew:t1can.1nl~n'rr.no"rt.-. n,istration du Directeur Gene_rnl ,.. Mme .Nicole Sojourne Ethe.,..., ~= " -, Ed d C p I l I art, . cha~nte epouse de l'ln-, :rr Cllrlyn,: I . tru~~t::ns e~j'ne~~es sduo"c;r:~dlllt ~t~:::h~ 1 l:i~~in tlcrfi~ . .-.: -Mme. j!efy~ ' A~;a~m ~ii: 111 ;~rv1~~:t 0 t~':~s~i~: F~i;~ Frnnce -avec ses enfimte Jae~an.dy a reprie tavion lu nd i _ Son' Exe. 1-e Secretnire d'Etut d" ques,. Florence et Pascale. matin pour -Washington/ D. C. !'Education Nntionnle, Je prof.,, Mme ClaudeEtheart conevec .lie• deux fila ,, .Too et Mark seur Frederic Kcbreau. duisent Jacques a !'Ecol ux -; portent_avec originellte chape'nux ,Etats-Unis, e~-a ptofite e p~ur ~lques ctraleforts;> de pay&aJ!P. J)es proi'csseurs qunlifi<•s nssu-offrir des vacences a Florence .ha1tietts reront CCR cours : et u Pa.cale.. _ Jocelyn a. etc saluee a::1:~roc 1.Enseignement de1, O,•ux x x , port Frani;o1s. Duvelli,r. P!lr--. se,, vres Essenlfolles ( Edoun rd t _ . .. Le jeune et tnlentuewc ~11?! et frere, Mm1; Aimee Paul) artiste Ernst iLouizo,, hospita.lt-' A~am Boulos, di\rth):guee 2.Education de I' Adu Ile ( G, se a~ q,mape Vert la. aemairie ,.. -epollSe du ~cteur General de rard Fecu), de_rmere se ~orte <\e ~eux, en J:I~GH~ .PrCar!o Boulos et 3.Action 'Commu11nuta11e m1eux .. Ce brillantipemtre dont. sea enl'B~_)\{ane-Therese et (Charles Antoine). Jes oeuvres sont l(?uees-par,.j:ous Frantz,. .;P,11~-iSiMme _.Tean Deeb, .. Jes connaisseurs _ -avait_ ~l) de ,Mil~ Patni:i~. :Abraham et son ce repos, car_ ii est l'un::deJ . plu~ ,';am1. W11~k_:. Butler, par prolixes et des phu.,repreeen 7 ., ,t.~me •~re11Ie •Af>ra~111 Boulos tatifs de la G-alerie N,ader;:_ 1 . epouse du,. p;r. _Antome B~oulos, . . '7~. -. x x x ~~-J'./-.'-,•-, -'. .par110!1'e e~me,ble amt, i\_:-/Nous. avon~; ave~.,.dolphe'• Abrali~m, par Mme pla1S1r nos symJ)i11ruis Laboratory de York. lls etaient venus ici pour Washmgton. ~~::~t 0 r!~~; ~fre:s:r:a::;~ Vi~ky Mllc!ris;;e ~:rTv~ck ,:.t aux merveilleux souvenirs de vendredi continuent de docouvrir leur visite en Haiti. !es be?,utes et !es chnrmes de Ils .l)assent une diznine de l'lle Magique, 4.Cooperatives (Mecrnc Flo rent). 5.Lutte contrc l'Eresion t Ag Lucien C. Paul). 6.Nutrition ( Dr Carlo 8011los). 7.Economic Domestiqu" < r .vette S. Jonassnint). 8.Planning familial 1 Dr Harry Bordes). 9 .• Methodes d'Enseignement (Marie C: Lafontant). '-0.Service Social ( Pierre Louis Snlouion)11.Aide~ Audio Visuelles (Gerard Montes). 12.Artisan at ( Hugo Racine, H. Leveille). jours ici. lls quittenj; le Grand Joyce et Vicky sont deux Hotel Oloffson demain matin jeunes et jolies cAssistantes pour aller visiter le Cap-Haitian Sociales>. Joyce, brune est de et ' ses grnndes attractions : 1~ Hop11tcong, New Jersey et ___________ _ ruines du Pa!ais de Sans Souci Vicky, blonde, est de Silver et la Huitieme Merveille du Lake, New Jersey. Concours Ce Mond.e qui est la Citadelle. Joyce est fort eprise de l'art ' Noug souhaitons Un ngrenblr, haitien. Elle ne peut resisterHatation Reiance d ... la aux peintures que 1ui offrent .. , .,_ . Jes mnrchnnds ambulants. Cl'itique Elles sont descendues nu . revolutionnaire Grand Hotel ~l;f~n. Le concollrs de nutation, organise, dimanche au SIMALO 13.Code du Travail ( Gerard Fecu). 14.Code Rural ( Charles .An toinc). 15.c~Hhrirches, Slntistiqucs (Franck L. Gilles, Georges Bris son). , 1 16,Soc.ulogie Rurale, Cultu re Populnire (Gerson Alexis)' 17 AJ 1 1::abetisntwn, (H. Le v~11le, E. Latortue, 1-i. Ra,;ine, Dieudonne F.J.rdinJ, Des Org~n1.J-mes internntionnux et haitiens sonl invites 1, partiVnf~:,c~~r~OCV7~,1C ]!es cours Cntholiquc, _le Hnrho, Ja. Cu re, IP Service Chretien, le CON A DEP, l'IPCADE, !" COALE!' . Le HJ}Ctaiiste \\'iliwr Pierru Frnn~oiH du Secours ('hrt',tien fo rn une ronfcnnce sur J., ,Tra vail C01n1nunr.utuire, kx profcs seurs Wesnu Osins I'\ Ahel Mc lpJ)u~ fe,oql dt•s I•:xpo-.,. :,-; ~ur It ;i•nie Hurnl 1-. Apr{•s 4uoi, !es c~tudianl:i tifi(~n iront JJrCtPr !t'.Ur:.i :-.t~rvice.; dan~ le:., nouvelles 1.ont•!i dP tra vui! qu,~ l'ONAAC va ouvri1 duns Jes troisDepart,~nH•nt~ <;,_•o graphiquPs du Nord. Ainsi la Campagnu d'Alphnbelisnlion s'in lensii'ie et gngne toutes les pro vinc,•s du pays. Ln met',ode d'A, lion en Ma thematiques. En 1966 elle devint Consultante en Mnthemntiques duns !es ecoles de lu Ville de Los Angeles. L'annee suivante elle obtint le titre de Spt\eialiste ct en 1967 elle devint Supervi sem des projets speciaux du gouvernement en :mathemetiques Elle truvnilln . avec des nrcbi tectes ninsi it lo ,•onstruction de trois biitiments cout.nnt un mil lion cl~ dollars pour lo formation PH mathemntiques de jeunes gens l'l de jcunes filles. Elle devint •Assistnn1 Princi pal, ou Directrice Adjoint c>n JUG(). 15emt ANNIVERSAIRE DE LA BOULANGERIE _ PATISSERIE EIIP prend ses vueances avant de passer en Septembre au tra. vuil d.nns un projet special sur leH mathcmntiques et !es scien ces de l'Universite d'Illino's sous In direction du Dr Max Beber man. Une nombreuse nilsistnnce, tres fleurie, a suivj avec interet !es diverses competitions. Le Ju ry etait preside par Me Andre Derose, Administrnteur du De pnr1ement rle !'Education Nntio nale et Me .Incques Thomas, Di recleur du College Clnssique, sis i, In Rue Potion et Profes seur de Belles Lettre,, 1111 Lyc{,e Toussaint Louverture. , Les nageurs le, plus applnu dis, qui unt fnit !es meilleurs temps et merit.; Jes prix llttri bu(>~ sont les suivnnbs: A) 52 m :w lo) Wilner Sndn Im. 30 s.) 2o) Pntril"k Anglade (1 m :11 s'.) B) fi2 m :w lo I Vi Iver, Theo clorc ( I 111 .~() s.) 2n) .I D•Pph N i•rctte ( l m :l) s.) C) t\\J 111 t\0 lo) Pntrkk An gl11de (2m) 2o) Vilvert Theodore DJ Minimes 34 m 80 lo) Riv11rol Pierre (l '111) 2o) Pierre Clen1cncenu Ln journee fut ensuite tres 11nimi•, nu SIMALO CLUB PRI VE: nomhre d'enfants s'exer AU MONDE CHIC est toujours dispose i1 _'.'OUS guider i1 SPs beaux rayons dan, les4uels \'OUS trouv,•rez de ju! i~ plnsliquc, pour table, rideuux pour snlle dt, lmin Hll\ 1ll1Hllt'C8 Vnri(;l'S avec n11m•aux u:-1sortis, pyjarnua pour fillet lA.•H PL gurconnoL'i de '.I mois i1. 1-1 unH, chcmisrH de ,nuits, KimonoH el pyjamns pour domes, servietlPS di' buin de quulilt! sup,~rieure 8llOii oublier le .o.;n von citron Va Joy et J,, snvo11 nu s11r dP lairue CnP \'i-;it1• _-;'i111pnsc i1 votrf' nrng-a~in qui vo11~ t1';1itu 1 privil/•g-i, AU MONDE CHIC Hu .. d11 .'\lag-asn dt• l'Jo:tnt 89 ~11111 dnns lu voste pisdne pour }ei:; prochninPs competition-,. ~..r..r..r..r.r.r.r_,...r..r....::,,-..r.r.....oc <=r..O--' -----------------------AU PARAMOUNT ll!MANC!-IE :l] AOUT 19Ii!I SOUS LE SIGNE DE MONTE CHRISTO Un film morl,,rne sous la griH" d'ANIJl:J,: Hl:NEIH:1.1.F l)ne action explo~ive ... sous l(• sign(• de J'amour Une Histoire d'amour sous k~ !",lg'fll• ch~ l'aYc-.11tu1T ll'ne Aventure Passionnanl-t• sout--: IP sign<' cl<> -la Veng,~iini, line vengeance inexorehJp .. ROU:s Jp si,znP dP 1'1-I i,toir, Et le prestigic>ux ron1nn d(' 'Du:na!-> de\i1l :1 J',:{.rnn Une ; su})erprodu,etion dratnutique> qui rPcnup" la iignifirat.ion du mot Clwf-d•O .. u w, <> Elle vient de travniller eom~----------------------~ Ill(' visiting Professor~ dans )e11 1954 -1969 A !'occasion de son 16eme Anniversaire, In Boulanger1e offrira a ses clien~s one luxueuse pPtiie voiture au cour 8 d'un tlrage 1'pecial qui aur" lieu ll In fin de l'annee lfft. cdNi)ITIONS D~ PARTICIPATION.L:-;_ Pour ch~que achat d'une gourde H vous ser~ delivre un Ltitlet de part',•ipntion ;t~G~d ,Coneour,. {ihiini~' de l'Argent en Mangeanb, 1 :2.Pour partlciper aux tirageft ordin11ire~ ')UI -,1, ron.l 1nu 8 li•s Iii JorE, ii faut prl•srntcr lea billeh corre,pondant aux 15 premiers Jou~s de 111 pi•dode pr,visagee,. _ ' s'rPour partlciper au tlra~e extraordlnalre A In fin de Decembi, i960; ii funt deteriir \I~~ fi~h'e~' de participation ~u 8 ,Janvier 19 . 69 au 15 _ Dece~hre utt, N,B.Gagnant . ou Ferd.ant •_1111x Tirages Ordj naires, ConsPr,vez v-o 1 billet.' qui seror!l valnble• pour' re Tl rage E:rtratirdi naln,. mathematiques a l'Universitr rlr <:eorgin. Mnriee, divorce~, Joella est In mi•re d'une fille de dix ans Te resa Gipson. Elle collabore au journal Val ley News Green Sheet. Elle resirle il North Ho)1ywood, Califor nia. Elle nous . dit que ses passe temps sont le voyng-e. In phnto graphi_e, la -~!sine. Inscriptions Le Secretariat de l'lnstitu1 Huitinno Allemand sera ou vert au Haut , de Lalue, en face du rutaine ivlme C()l11 1 1 'erft>rmanccs Legenclaire,-, l,epr,,r!uctions phenomenale,, l ntl'rprctatio11s iaisant eptH/lll': Tnutes ( )ct1\Tc.,, Classi11m, Populaire, Religieux, Theatre Disqucs Ed11cal it,, Disque,; .'-icil'ntifiq11r, l 'hrz \'OHS, sans depensc, exagt:rce, : VOYEZ LA l\,I!\ISON AUX 0-'(DES .'-iCl,\;l )f{E.'-i: LE DTSQUAIRE DES MELO.MANES.'\ \'ERTIS, LE, iDISQUAIRE BIEN CON?'\'C DE LA RUE MA:CA JOLTX Le plus. large choix de " :-;.,~~~'i