Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( sobekcm )
newspaper ( marcgt )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text







Qu OTIDIEN ©

LE PLUS ANCIEN D'HAITI —
FONDE EN 1896 ©

"Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET |

No 27.806



‘A OCCASION DU 1ER MAI



Le Message du President

‘Francois

» Ouvriéres, Ouvriers,
Vaime les occasions comme cel
le de ce matin, qui font visage .
de rencontre et de renouvelle-
ment et évoquent, 4 vingt années
d'intervalle, le ‘:premier Congrés
Haitien du Travail. C’était laf-
firmation sans biais de la person
nalité syndicale, du jeune. mouve
ment professionnel né de l’explo-
sion socio - politique de 1946, de
In conscience ouvriére haitienne.
La société haitienne sortait de
‘son féodalisme et épousait pro-
wressivement les structures qui
reflétaient les prémisses des con-
quétec sociales, secouaient les rap
parts archaiques du salariat et
.du patronat et introduisaient I’c-
lément humain dans les rapports
de production. Je suis et reste
fier de cette bataille 4 laquelle
j'ai participé, en qualité de Se-
crétaire d’Etat au Département
du Travail et de la Santé Publi-
que. J'y ai donné Vélan et Vinten
sité de mes convictions doctrina-
les. Et j'ai appuyé et fait abou-
tir, pendant cette période — mili-
tante, les revendications* fonda-
qnentales du syndicalisme — hai-
tien; le Gouvernement du Prési-
dent Estimé s’efforeait d’éliminer
Jes causes des injustices et des
inégalités et poursuivait l’appli-
cation d’une politique sociale har
die, regardant au dela du pré.
sent ct engagéant plus 4 fond le
combat de homme pour la libé |
ration économique -totale. La re-
distribution des revenus par une
politique dynamique préoccupait,
le Gouvernement. Cet objectif ne
pouvait étre dissocié de la réha-
hilitation de la classe . ouvriére
urhaine ct rurale. Tl conditionnait
le processus révolutionnaire et il
inserivait le destin de Vhaitien
moyen dans une dignité et une
décence combinées du logement.
de Whabillement’ et de Valimenta-’
dion. :

Ouvriers et Ouvriéres,

\umis avez gayné Je droit a kay

_ques révolutionnaires.

Duvalier

vie, & Ja Santé et aux loisirs
quand la Révolution, de 1946 est



entrée dans le droit’ social hai-
tien.
Je ne. dirai pas en ce matin

tout gonflé d’espoir; ce que ca
chait la rupture: provequée par
Vambition des impatients. Pen-
dant six ans, le syndicalisme hai
vien allait &tre démantelé, déper

sonnalisé et se perdre dans un
vague corporatisme au _— service

des compromissions youvernemeti
tales, L’édifice législatif rédigt
patiemment et dont la présence a
vait suffi & corriger certains cor
trastes, a défier. certaines préte::
tions était miné en sous-main; et,
en lew et place de Vaffranchisse
ment social’ et économique qui sc
développait s’était installé un a«
servissement dun genre nouveau,
niant .la nécessité des change-
ments. D'un syndicalisme jeune
et vigoureux qui avait répudis
les excés et recherchait, a travers
les lois sociales, un équilibre de
justice, il ne restait plus -que
quelques slogans vides, la désar-
iiculation de la procédure des con
ventions collectives, la minimisa-
tion des risques en matiére de sé
eurité sociale et la sépara-
tion des problémes du_ tra-
vail, du, probleme économi-
que général, du probleme fonda’
mental des réformes éconon:*
La collabn
ration effagait le résultat de nom’
bre d’années de persévérance ¢.
de Juttes syndicales, et la dén:v-
cratie haitienne dont la base po
pulaire, sétait élurgie A cause de
ces gains sociaux, s’éloignait ram.
dement de sa substance et de ses
pratiques éprouvées pour ne plus:
représenter qu’une imitation ser-
vile dun morléle sans avenir et
Vasnect national du hien - étre
était ignoré an profit de Venri-
chigsement des nouvelles ninori-
tés.




Ouvriéres et ouvriers,
Tia révolution nationale de 1956

(Suite page 6 col 6)



A propos de l’Enquéte
Socio - Economique

L’Enquéte Socio - Economi-
que annoncée par l'Institut Hai-
tien de Statistiques débute bien
16t. Comme ‘nous Vécrivions an-
térieurement, il s’agit d’une opé
ration scientifique dépouillée de
tout but fiscal. C’est 4 dire que
‘Institut Haitien de Statistiques
s'attend & ce que toutes les per-

sonnes qui seront interrogées
pa; ses énumérateurs manifes-

tent lesprit de collaboration le
plus large en répondant honnéte
ment et franchement aux ques-
tions qui auront été posées.

Lienquéte ne touchera pas
tous les points du territoire du
pays. Certains endroits bien pré
cis ont été choisis pay le procé
dé de Véchantillonage pour étre
sujets a Venquéte. Cependant

que toutes les dispositions ont
eté prises pour que les résultats
obtenus par ce procédé refléetent

l'expression raie de Vunivers
considérée.

Depuis le recensement de
1950, e’est la premitre opération

slatistique de grande envergure
i étre entreprise dans nos mi-
Yieux. Certes le mouvement sera
moins vaste mais toutes les ré-
glementations scientifiques con-
cernant la matiére seront respec
tées,

!

ll sagit en Voccurence de do-
ter le pays des données statisti-
ques . de_ base, renseignements
sans lesquels aucune démarche
dans le sens d'un développement

(Suite page 6 cal. 1)

“OPERATIONS |.
MILITAIRES
A SAVANE SALEE

Aprés les Opérations. Militai-
res dheir aprés-midi, le Commer

dant des Casernes Dessalines u
udressé le rapport suivant @ SE.
le Président a Vie de la Répie -~
blique .:



DU: Commandant des

Cusernes Dessalines
AU: Chef Supréme et Effectit
‘des Forces Armées d’Haiti

1. Le soussigné informe le Chef
Supvéme et Effectif des Forces
Armées d@/Haiti qu’au cours des
_opérations militaires qui se sont
deroulées cet aprés-midi dans les
environs de Savane Salée, Trente
Cinq (85) terroristes communistes

qui s’étaient réfugiés dans une
maison ont été écrasés. La

maison a été entiérement démolie

par les batteries des forces de
Yordre. Les individus ci-aprés
désignés ont été blessés. et faits

prisonniers :

Joseph Roney,
parti sous
André, :

Arnold Dévilmé, connu dans le
parti sous Je pseudonyme de
Harry.

Maryse et Anna
dans le parti.

2. L’attention du Chef Supré-
me et Effectif des Forces Armées
d'Haiti est sollicitée sur le fait
que les nommés Joseph Roney’ et
Arnold Dévilmé étaient depuis
bien longtemps activement recher
chég par Ia Police.

(8) CLAUDE
PROPOSITION SOVIEBTIQU Is
A LA CHINE
MOSGOU (AFP)

L’URSS a proposé a la Chine
de réunir, dans le courant = du
mois de Mai, la Commission mix-
te Sine - Soviétique pour la na-
vigation sur les fleuves fronta-
lievs, annonce Agence Tass. é

Cette commission, créée cn
1951, ne s'¢tait pas réunie depuis
1967.
MORT DU
DE L'INDE
PARIS (AFP)

On annonce ce matin a la Non
velle Delhi la mort de M. Zakir
Hussain, Président de la Républi
que Indienne qui a suecombé A

-une crise acrdiaque 4 l’age de 72
ans.

connu dans le
le pseudonyme de

ainsi connues



PRESIDENT

‘| 14EME ANNEE

Des Etats généraux dela:



Ouvriére a PApothéose du ler. Mai ,

Lse échos des assises du Deu-
xitme Congrés National du Tra-
vail que le Président Duvalier a
si justément appelé les Etats Gé-
néraux de la Classe Ouvriére, se
prolongeaient encore, . formant
une conjonction harmonieuse par
la ferveur et la force de la’ foi
avec les imposantes manifesta-
tions commémoratives de la Féte
Nationale du Travail et de l'A-
griculture.

Face aux minorités réaction-
naires et contestataires, les for-
ces vives du travail ont réaffir-
mé de maniére spectaculaize et
chaleureuse, 1 ¢ ur adhésion
i» Vhumanisme que le Lea-,
der de la Majorité Natio-
nale inscrit dans la chair de no-
tre structure sociale avec la ro-
hustesse de sa foi en l’avenir de
cette communauté négre qu’)!
veut chaque jour plus grande,
plus prospére, plus fiére.

lly a plus de quarante ans
que le Doctrinaire Docteur Fran-
cois Duvalier a choisi de mener
ce combat difficile de faire des
citoyens’a& part entiére d’une sous
humanité que des séquelles d’une
mentalité coloniale —persistaient
© tenir dans les zones margine-
les, écrasée au plus bas d'une py
ramide sociale édiftiée sur les in-
justices les plus ignobles.

Le Docteur Duvalier a eu Je
‘courage de proclamer 4 un mo-
ment ou trénait une minorité
accrochée a des privileges injus-
tifiables, la vérité sociale, econo
mique et politique que les commo
tions de 1946 ct de 1947 devaient
faire luire d'une clarté aveuglan
te.

A celte époque déja Jontaine,
ceux qui p’avaient pas d’avenir
dans Vesprit, ne pensajient pas
que le Pesseur langait avec Sa
serénité coutumiere, les semences
des grandes mutations des tenips
que nous vivons et que Je Prési-
dent & Vie de la République a

a
A WOCCASION DE NOTRE ANNIVERSAIRE

, APPRECIATION DE L’AMBASSADE
DE FRANCE

le ler Mai 1969
Cher Ami,

Port-au-Prince,
Monsieur le Directeur,

Monsieur JV Ambassadeur me
prie de vous transmettre ainsi
qu’ vos distingués Collabora-

teurs, ses plus vives félicitations
a Voccasion du 74eme Anniversai-
ye de votre quotidien que vous
dirigez avee un souci de la
tradition et de l’Information ob-

jective qui vous fait honneur.

Je yous adresse mes voeux les
plus amicaux pour le succés
toujours croissant du quotidien
«Le Nouvellistes, doyen de la
Presse Haitienne, qui compte
tant d’amis. ,

. Mme C. Kernisan
Attachée de Presse

x KX

CELLE DE NOTRE CONFRERE «LE JOUR,

LES TROIS QUARTS DE

Un age magnifique marque
par trois sénérations successives
se passant le flambeau Henri.
Vaieul, Ernest G., le fils et Max,
le petit-fils.

En effet, en 1971 «LE NOU-
VELLISTE>, doyen de la Presse
Haitienne, bouclera ses trois
quarts de sgiécle. Hier, ce quo-
tidien a célébré dignement ses
soixante-treize ans (73) dans



ARBITRES DESIGNES

La Bermuda Football Associa-
tion a notifié & la United Soccer
Football Association et a la Fé-

- dération Haitienne de Football
Jes noms des Arbitres quelle a
chotsis pour la direction de la
rencontre U. S. A. — Haiti a
San Diego, Californie le Dirmai-
che 11 Mai a 2 h p.m. Ce sont
M. Keith Dunstan, Arbitre cen
tral et David Parsons, Roy Br.
cewell, Juges de ligne, De ce trio,
les deux premiers seulement fi,
rent sur la liste officielle de ta
FIFA pour la saison 1969. A ce
sujet, le réglement du Champion-
nat du Monde stipule‘en son Cha
pitre XIV, Article 20, Paragra--
phe 3: «Pour les matches de la
compétition préliminaire, si les
cireonstances Vexigert et en ac-
cord avec les deux Associations
nationales intéressées, un Arbitre
ou un Juge de ligne ne figurant
pas sur la liste des Arbiires in-
ternationaux, peuvent Etre anpo-
lés a fonctionner.>

LISTE DES 22 DE LA USSFA

ga

La iste des Joteurs
doivent se communiquer les Fé
dérations des Pays opposés et
qui doit étre acheminée égale-
ment A la FIFA dans un délai
-de 10 jours avant les rencontres
du Championnat Mondial est
parvenue A tous les intéres rses
De celle des Américains, trois mo
diifeations ont été apportées

que

DANS LE FOOTBALL ,

Laurence Haussman et Idouard
Clear qui ont joué ici en Ucto-
bre 1968, Herman Kreiger qui y
figure pour la premiére fois, rem
placent Robert Gansler, Carl Gen
tile et Alfred Kikel. La nétre
n’a pas changé. I] est plus que
probable, si nos renseignements

sont exacts, que des nouveaux
promus seront du voyage, ces ju
niors Vauront bien mérité. |
LE CHAMPIONNAT DES
CHAMPIONS DE
LA CONCACAF

Le Violette Athletic | Club,
Champion de la Coupe i'radel
1969, devra rencontrer le Si mer

set des Bermudes dans cette com
pétion, Notre club a proposé, via
le Bureau Fédéral, ala Besmu-
da Footbali de jouer ies ceux
matches chez elle, moyennant que
son adversaire prenne les frais
de transport et de logement & sa
charge. Le VAC avait choisi le
25 et 28 Mai comme dates possi-
bles.

La BFA, de son coté, suggerc,

les 18 et 22 Mai. Au cours d’une
réunion des dirigeants du Club
Doyen et de ceux du Bureau Fé-
déral, certains détails seront pla
nifiés. .

Voici le calendrier complet de
ee Championnat dont les phases
ant été ainsi réparties:

Premier tour éliminatoire = du
ler Avril au 31 Mai
Groupe A Somerset — Vio-

lette, Arbitre L. King des USA,

‘

Délégué de ia Concacal, J+ Barris
kill des Etats Unis. . Deuxieme
match : A. Chaplin de ta Jamai
que, Délégué G. Abrahams de la
Jamaique.

Groupe B : Toluca du Mexique,
tenant du titre — Cruz Azul du

Mexique, Arbitre
A. Robles du Guatemala, Neélc-

(Suite page 6, col. 2)

SIECLE DU «NOUVELLISTE>s

Vallégresse qu'oh devine.
Trois générations se sont suc-
cédé a la direction de ce journal

(Henri, Ernest et Max) et
we quotidien reste’ de plus en
plus vivant par ses éditoriaux
bien fouillés, ses chroniques a-
lertes, ses faits du jour bien
vivants.

Tout le monde se rend compte
de la place de choix qu’occupe
«LE NOUVELLISTE» comme
Natiestent la confiance marquce

par des milliers de lecteurs et
dabonnés et Pintérét que lon
porte A tout ce que publie cet
orpane. .

En cette date faste pour ce
digne contrére, nous adressons

au NOUVELLISTE nos vocux
d’Ad mutos et félicissimos annos
et nos compliments 4 MM. Max
CHAUVET, le directeur-adminis-
trateur, Lucien’ MONTAS, ré
dacteur en chef aux principaux
rédacteurs, comme Aubelin JO-
LICOEUR, Antoine L. JEAN,
Gerson ALEXIS.



«Une Ombre au Tableau»

TRIOMPHE DE

GREGOIRE EUGENE

(Par Laurore ST-JUSTE.)

La pitee «UNE OMBRE AU
TABLEAU)> écrite par un Educa-
teur autorisait toutes sortes de
spéculations. Serait-ce une histoi-
re d‘écolier ? ou l’éternel drame
de la misére et de Ja faim d'un
professeur réduit 4 n’étre que
Vombre de lui-méme au tableau ?

Certes non. I] s‘agit’de tout
autre chose, il s'agit d’un autre
drame et qui pose un probléme:
Celui de la classe moyenne
pourvue d’une forte instruction,
ce qui n’exclue pas pour autant
un manque de culture. Ainsi
sexpliquent sa suceptibilité, ses
attaches a des préjugés ridicules.

RAOUL GRANCHAMP est un
Avocat de la classe moyenne qui
a réussi. Avec sa femme Margot,
son fils Maurice, terminant sa

médecine, leur adoption Eugenie,
(Some. année de Ecole Normale
d'Institutrice), il forme un ména-
ve heureux. Famille qui vivait
dans la paix . jusqu’au jour ot
une Madame Jeanty, amie de
couvent de Margot, désirant caser
sa fille Judith, Ja marier a
Maurice pour sceller une amitié
de quuarante ans, utilisera toutes
lus ressources de son imagination
pour jeter dans le coeur de Mme.
Granchamp le venin du doute
et de la suspicion. Odette, c'est
Je prénom de Mme. Jeanty, essaie
ra tour & tour de faire compren-
dre & Margot qu'Eugénie, I’A-
doptée, est le fruit d'une’ relation
de Raoul.

(Suite page 6, col. 8)

Et quand cette possi-

‘par Max A. ANTOINE

marqués du sceau Ue Sa_person-
nalité d’envergure exceptionnelle.

Au terme de judivieuses ‘«Ré-
flexions sur le Problime: Social»,
Monsieur . Pierre Laraque | con:
clut : ¢L’oplion n’est pas entre
Vaccomplissement ow le refus: de
Velfort de justice sociale, mais
entre la réalisation de cet effort
par la transformation ou: pur le

renversement de l’ordre social
existants,
Cette alternative classique, tv

‘Chef Jucide a su-en exorciser les
strayuenards en opérant Lui-nidi-

me la Révolution nécessaire dans
un climat d'ordre et de stabilit:
institutionnelle parce qu’Il a cou
pris que notre communauté sorti:
a peine d’une crise, ne pouvait xé
payer le luxe de ces sauts pévil-
leux qui débouchent trop souvent
dans le chads ou l’inconnu.
Ainsi, le Chef Unique de la Ré
volution a rvenoncé délibérément i
cette tactique, usée d’ailleurs,

. quwutilisaient maints Chefs a’
“tat de jameienn

Ecole, qui pen-
saient que lart; supréme du pe
litique responsable était de se mu!
tiplier en finasgeries plus’ subti-
Jes les unes que: les autres ‘et, ea
définitive, de ne point choisir en
tre les forees sociales en pré-
sence.

Le Président quant a Lui, a
choisi de poursuivre le comba,
historique et toujours recommen-
cé du plus grand bien au plu:
grand nombre.-Et cela, 1 l’a réa-
lisé en, conviant la bourgevisic
traditionnehe 4 une reconversion
mentale, en Ini indiquant la voie
payante du dialogue, de la colls-
boration féconde par un Léte-a-

téte product éntrgles chefs d'eit
treprjse. et ‘les. salariés.

.C’est. pourquoi,, une fois “de
plus, Je Président Duvalier a dé-
samoreé la bombe de la violence
marxiste. Léniniste brandie, com
me i] Pa+dit dans sa magistrale
adresse ‘au. Deuxieme Congrés Na
tional du Travail, «par les des-
vendants des antinationaux, de l'é
re salomonicnne qui penscnt,
dans leurs chiméres, qu’il est pos<
sible, en fonction du matéritlis-
me historique de transmuer = Irs
systemes politiques .de l'Amériqve
Latine et Caraibéenne en Etuts -
Socialistes & I'eneontre des don-
nées de la Sociologie et de 1'His-
toire, bases essentielles de tou!.
doctrine nationale’ et fondem:- nt
du Duvaliérisme intégral ou Tr.
siéme Forces.

La concentration populaire an
Jour du Travail et de! l’Agricu!-
ture a été un chaleureux homme-
ge’ des Quvriers et Travailleurs
de toutes catégonies, des entrepre -

(Suite page 6, col. 4)



LE°1ER WILSON
DIFFICULTES
LONDRES (AFP)
Le Premier Britannique va de.
voir se concentrer sur les imu
yens de purer 4 Voffensive qui ‘a

ET SES

la droite et a la gauche de sen
Parti se prépare contre lui. Le

mécontentement dse syndicats a
la suite des mesures envisagée:
pour faire obstacles aux préves
sauvages, lu faiblesse de la livre
et le découragement des militants
du Labour favorisent les entrepri
ses de ses adversaires.



DANS L'ENSEIGNEMENT PRESCOLAIRE.—

Cléture du ler. Séminaire
Pédagogique de POMEP

Nar Marie-Carmel

Hier suiz, a VAuditerium du
Centre’ Culturel de l’Eeole Nor-
male d’Instituteurs, sise & l’Im-
passe Lavaud, s’est déroulée cn
présence d’une nombreuse assis-
-tance . composée _ d’éducateurs,
dartistes et autres spécialistes,
la cérémonie de cléture du pre
mier Séminaire Pédagogique de
VOMEP.

Placé sous les auspices dy Dé
partement de l'Education Natio-
nale et ode Institut Frangais
WHaiti, et sous la présidence
d'honneur de Madame Suzanne
Herbiniere - Lebert, fondatrice
de POrganisation Mondiale pour
VEducation Préscolaire, ect’ Ins-
pectrice des Maternelles de Fran
ce, ce Séntinaire qui avait pour
theme «LYENFPANTY ET L'ART»
a donné licu & d'intéressants 6-
changes de vues su; les proble
mes de la petite enfance, et par
ticuliérement sur le réle de lart
dans les classes maternelles,

Conférences, démonstvations,
interviews, cinéma et table-ronde
avaient fo u ron i aux ‘mem -
bres de VOMEP, Voccasion de
mettre T’accent su; la valeur de
Vart dans la formation des en-
fants et de discute: des meilleu-
res techniques susceptibles de
faire de Vart, un auxiliaire den
seignement de grande valeur,

Apres de tra-

une semaine

—__—_§_—__—.—_4

LAFONTANT

Vaux fructueux, i] revennsit
V'héte d’honneur Mme Herbinié-
re-Lebert, de faire bénéficier les
Jardiniéres -haitiennes de sa vas
te expérience dans
de éducation des tout petits; ce
qu'elle fit dans une alloeution
des plus intéressantes et des plus
enrichissantes.



«

Joignant a sa profunde con
naissance du petit enfant dont
Vame ne recéle pour elle aucun
secret, son langage clair et com
bien captivant, “notre conféren-
ciére tint, assistance sous le
charme, au cours ce dia-
lovue qui a ¢té a& notre avis da-
vantage un entretien familial.
En un.clin d’oeil tous les as-
pects du développement du jeu-
ne enfant furent analysés avec
vette maitrise qui caractérise
cette «grande dames de Vensci-
enement francais, pour répéter
Mme Gladys Wagner, Premitre
Vice-Piésidente de VOMEP jen
Haiti.

Mine Lebert devait conclure
en mettant les eéducatrices hai-
tiennes en garde contre certaits
procédés et attitude susceptibles
de dérouter le jeune enfant et
de compromettre le développe
ment harmonieux de ses ‘facul-
tés manuelles et intellectuelles.

(Suite page 6 col. 5)

Ce qu’est l’Education en
Haiti, ce qu’elle pourrait étre

RICHESSES DE LYON

Le Seerctaire géneral - adjoin
de PUnion nationale, M. RENAR
DET, exposa les résullats de len
quéte scientifique qui précéda ces
assises, IL ressort qu'une immen
se disponibilité anime les équipes
de base, permettant d’affirme:
que trop souvent, de numbreuses
possibiltés restent inemployées.
Il s’agit de prendre conscience de
ee que nous pouvons faire, tou»
ensemble. C’est un sentiment dop |
timisme réel qui se développe d'u
ne vue précise, réaliste, de la si
{uation.

C’est un immense désir de dia
logue, de participation, qui s'éie
ve du pays, des parents éleves:
les Cereles de Famille sont ute
richesse. Et dans les quatre ans
qui viennent, ils ont du pain sur
la planche.

Des lignes de force
chent de ces rencontres,
les carvefours, aux sujets divers
ont ‘abouti aux mémes — conclu-
sions : nécessité d’écouter les jeu
nes, nécessité de répondre aux
exigences de vie chrétienne postu
lées par les parents chrétieny





se déta-
et tous

18 -- ld -- 168 MAT 1967

leurs enfants, nécessite de
s'ouvrir aux autres, & tous les
autres, pour former une équipe
cucatrice efficace.

Et dabord, il est nécessaire
Wécouter les jeunes. Le C. F. DI-
DIER donna la parole a deux
xterminales», gwargon et fille. Is
le reconnaissent, l’école chrétien-
né leur a upportégefne formation
compléte, intellecthelle, spirituel-
le, les a uidés & développer leur
personnalité. totale.

pour

Ils attendent beaucoup de la
communauté éducative: une gran
de vérité, un témoignage vécu;
que les auméniers soient d'abord
eprétress | Que les maitres soient

«adultes»! Qu’ils ne démission-
nent pas, qu’ils aient fait leur
«unites; quwils permettent aux

jeunes de s‘affirmer ! :
Les jeunes demandent a parti-
ciper 4 la communauté éducative,
dialoguant avee leurs maitres
pour l’enseignement, donnant leur
point de vue dans les Cercles de

(Suite page 4)

le domaine *





| PHONES:



x



Classe AU FIL DES JOURS...

| par Aubelin On eocHL

LE GALA DU PRINTEMPS
au profit des enfants hanilicapes
de UE cole St Vineet : ’

.. Mereredi. soir,’ le Gala du
Printemps -organisé au Sans Souci
au profit des enfants handicapés
de l’Eecole St Vincent ..adonné
aux cent cinquante membres de
Vassistance l'occasion de s‘amtser
comme rarement ils Vont.. fait.
La féte commencée sur la terras-
se intérieure fut transportée a
Vintérieure & cause de la pluie:

fatmosphére animée = pur
le Super Ensemble Nemours
Jean-Baptiste qui n'a jamais
aussi bien joué, était’ des

ae a
plus délicieuses. Nemours avail
un programme pour l'heure du
diner et un autre pour porter les
assistants &@ libérer les rythmes
de leurs pieds. :

Les tables de Gerty Héraux
sont célébres. L’asgistance — s’en
délecta.

Le tirage de la rafle du billet
de voyage Paris aller-retour pour
deux personnes avec 500 dollars
Wargent de poche * fit un grand.

heureux’ dans le Dr. Benjamin
Laroche.

Tl y avait trois prix sur les
entrées.

Le premier, une splendide
_ peinture offerte par la Galerie
Nader, fut gagné par le Dé,
Julian Strauss, Coordonateur de
la BID. /

‘Le 2e, un appareil de radio
Transistor de «Pavillon, fut
‘empérté par Mme Jacqueline

Turian Cardozo, promotrice du
Séminaire National de Pédagogie
dont les assises furent cléturées
hier 2 Décembre.

Le 3e Prix, un vase Lalique
offert par Versailles Bigio Fréres,
fut remis i l'Amiral Wilkie
Brereton,

/ xxx
NOS AMIS PARHI] - '

LES INVITES DE
M. DIONISIO TRIGO
. Il y avait plusieurs de
amis parmi‘les invités du
sident de la” CARIBATR,
Dionisfo Trigo Gonzalez.
C'était méme une surprise,
une surprise. agréable de rencon-
trer dans ce groupe Mile Mary
Helen Pryor, assistante de sa
captivante Soeur, Mme Barbara
Pryor de Jong, Direttrice —fon-

Nos
Pre-
M.

datrice de WEST INDIES TRA- ,

VEL INC dé St Thomas. Barbara
qui avait fait sa premiere visite
ici avee son Inari le grand avocat
‘tohn de Jong, lors d’un voyape

arrangé par Air France avait
dans la suite conduit un impor-

lant groupe ici.

Nous avons fait la conuaissan-
ce de Mary Helen, une jeune
congénere, . originnire de Pitts:
burgh, Pennsylvanie, a l’époque
de Ja Convention de VASTA a
Porto Rico. C’était en Septembre
dernier, le Directeur Général de
VOffice National du Tourisme et:
de la Promotion, tAgronome
Lue-Albert Foucard nous avait,
alors délégué a St Thomas pour
préparer avec’ Mme Barbara de
Jong le programme de la visite
du groupe qu'elle réunissait: pour
Haiti.

Mary Helen, jeune et charmante,

était accomparnée — de Mile
Shirley Monsanto une autre

congénére qui travaille aussi pour

une agence de voyage de St-
Thomas,

Mary Helen que nous avons
aecompagnée, avec son amic
Shirley, dans plusietrs coins
charmants de Pétionville et de

Port-au-Prince, aprés leur tournée
dans la montagne et le 4léjeuner
i Tbo-Lélé, a reneontré des
versonnalités aussi importantes
que le Secrétaire d'Etat du

Lebert Jean-Pierre,
deur des Etats-Unis
Claude G. Ross,

V'Ambassa-
et Mme
Ie Premier Se-

-PORT-AU PRINCE (HAITI)
: 2282-2492

Commerce ct de V’Industrie, Dr. .





1 ME
erétaire de VAtabassade ameéricale
one, Mao bees Me Carthy, eles -

Mary Helen’ se propose de®:
s‘arréter ici au cours du prochain. |
week-end a occasion © dune,
visite “qu'elle compte faire a si
mére “2 Pittsburgh; Pennsylvanic.

~ Un © autre’ ami se trouvant®*
parnii des “invitéss des Me Triga
etait. “Al Ditthofer,. < Editor. -

Publisher: 9 ode = CARIBBEAN
BEACHCOMBER; dé “San Juan,
un’ .journal = ‘louristique .quic a
adopté -Haita, vet .

. XXX
ULLE CHERL- CAMPBELL
«Kditers dy. Magazine
des employés de .
MARSHALL FIELD & CO.
en transit q@ Portau-Prisce

.: Ce matin, Mile ~Cheri
Campbell est passée -en transit it

Port-au-Prince _ revenant de In
Guadeloupe par le Vol d'Ain
Fyrance;>

Son élégance avait retenu notre |
attention sur elle.

Mignonne, elle a un joli. minois
relevé d'un nez semblable ‘a celui
de Cléopatre quirta ferait, ‘distin-
guer entre ent “autres” jolies
filles. - , -

Cheri Campbell est 1l’Editrice
ede l'¢Employee, Publication» de
«Marshall Field & Co.» le pls

grand - «Department Stores de
Chicago.
Elle nous a promis ‘dé visiter
Haiti “a ses plus prochaines
vacances.

Devant les vitrines du Shop de
Madame Max Chauvet a-Jaéro-
port Francois Duvalier, elle avait
Vembarras du choix. Elle-a aussi
constaté la grande différence qui

existe en fait d’artisanat ‘entre.
Haiti. et tes autres iles ‘qu/elle
venait de visiter. a. .

XXX
NOS VISITEURK '

.. Hier sont arrives’ 4 , Port-
au-Prince, H. Herbett Feuerstein,
et M. Hans Nikel. IIs passent
quatre jours au “Grand Hétel
Oloffison. . .

M. Herbert Feuerstein, Charge
des Relations Pubiques au Con-
sulat. Général d'Autriche & New-
York était ici’en février dernier
avec sa jolie femme. |

Il fait visiter notre pays qu’il

aime bancoup 9 par son ami, M.
Hans Nikel, propriétaire . de
BARMEIER & NIKEL, une
grande Maison d'édition de
Frankfort, Allemagne.

Cette maison qui, édite des
livres publie trois Magazines.

Herbert en deviendra le Directeur
en Juin prochain,

M. Nikel est intéressé aussi
dans ,’industrie di voyage. Tl a
fait le projet de conduire des
eroupes de visiteurs. allemands
‘on Haiti. C'est l'une des raisons
pour lesquelles Herbert Feuerstein.
Va amené ici.

Hier soir, Herbert Feuerstein,
Hans Nikel ct Mlles Rosmarie
Ruekstuh! et. Ursula Christen,
de Suisse qnt été nos invités a
VHotel Tho-Lélé oft Hans a pu
faire part au Président du Con-
seil de Direction d’Ibo-Lélé, lar-
chitecte Robert Baussan de son
projet d’amener des groupes de
visiteurs allemands en Haiti.

A notre table avaient pris place
de nombreux officiels haitiens.

Herbert et Hans se rendront
au Cap-Haitien’ par la routé
demain. matin,

Nous leur souhaitons un
agréeable séjour en Haiti.

x,X xX
MM. Frank O'neill et Wylie
Davis arrivés. hier aprés midi de
Miami par le: Vok d‘Air France
ont. pris logement au Grand
Hétel Oloffson ot ils passent
deux semaines.

Frank qui en est i sa seconde

vtsite en Haiti était tout

trés

(Suite page 6 col. 3)



Le Sermon de la Semaine

he Sermon hebdomudaire que nous demande de publier

le Pasteur Neérée est le asst

dans diverses Stations de Radio |

de la Capitale ef de la Pravinee.

Pur le Pasteur Lies R. NEREE,

LCOATHEISME MEN.
. *
vLe monde entier est soumis a
fa peissanee duo matiny (1 Jens
Hs79), ,
xXx xx
fl est evident que CAthcisme
s'efend camme une liche Uhuile 4
travers notre Nation, infectant
esprit de la Jewnesse du pays.
fl soffit pour s'en vendre conple
de parler religion avec la plupart
des Htudiants de VUniversité dk
tat et des Hléves des classes hu-
nuanitaires de nos Lycées et -Col-
iéyges, Ces jeunes-gens ne se geé-
vent uudlement pour affirmer a-
tec auduce que Dieu n'existe pus.
Une telle attitude est fort dange
reuse pour Caventr de notre Na-
tion, Copendant, elle v'dtoune nil
lement cere gutt savent Campleur
du conflit eréé par la dualité de
notre Univers,

Lhumanite, Pune maniére _g%-

( boliqites: exercent

ACE NOTRE NATION - |
. i

verale, vit entre deans mandes : Te
monde des ténebres ef le monde

de la lemiere, Lé moude des téné
hres est le champ activité dex
Ayents de Cempire de la mort.
Sur ce monde, des puissances ditt
de mystérieua
pouroirs, Le monde de la lumiéFe
est le Royaume de Jéses. - Christ,
au lou sve dirige quand on arri-
ve a fe connatssance salvatrice:

-de Diew pur [Evangile de grace.

Dans le monde des ténébres vé-
gnent la haine, 'égoisme, le ma-
térialisme, les connoitises des
yee, les convottises de la chair
et Vorgueil de la vie; tandis que
dans Te monde de la lumiére bril-
lent Ia Wertié, la Justice et A
‘mour’ .Ces deur mondes, — quoi-
quinvisibles & nos. yeux charnvels,
sont des tealites. ‘

(Suite page 2)



Dimanche 4 Mai 1969. aSh7het9h

REX-THEATRE PRESENTE :



Entrée Gdes 2.50





ite





vetous (a cutrasse de la foi ot da
la chavité, et prenons pour cas -
que Pospérance de salut, puisque
ce west paa d la coldre que Dien
nous a destinés, mais ala posaey-
sion du salut par notre Seigneur
Jésus Christus (1) Thess, 638-
n—

Ninsi, le conbat entre le monde
des ténebres et Ie monde de la
hamiére dupose ‘a tout étre hi -
main ine prise de position dun ci
té ow dit autre, car nul ne peut

Bt pares. qiila sont diauctra-
lemant opposis Pun a Uautre, al
ued vaturellement ontre eax wi
combat dont Vhonine eat Uenjet,
La Bible nous parle de ce com -
bat: «Ce wert pas contre la chair
e! le xany que vous avous & com
battre, — dit TApoetre Paul ior
Npheésiens — mais contre les do-
wninations, contre les puissances,
contre les princes de ce monde (de
téndbvas, contre les esprite mai.
vais qui sont dans les régions é

thérées, C'est pourquoi prenes rester neutre, Ceus qui se réveil-

toutes les armes de Dieu, afin lent @ la leniére, aceeptent la Sei
_ gue rous puissiez resister daus gneurie de Jésus Christ et mete ;

los shauvais jowrs..» (Eph. 6:12- tent leur fot en Dien. Mais ceux

Ane Thessaloniciens, CA pa -

de ce combat dit:
sonunes des Enfauts
soyons sabres, re

oe 7d),
tre parlant
se Nous git,
de ta lhaniére;

qui se montrent indifférenta a la
tumiére, tombertt inconsciemment
viefimes des sournoises attaques
des nrinees dit omonde des ene |

LES MOTS CROISES -

‘ PROBLEME No. 89







eo — Pousse dans les décom

6 —_— ~ Ville du Brésil

7 — Roule en Dauphiné —

Venus = .

8 — Attaché — Bout de bois
9 — Dans l’Orne — Qui a be

soin d’étre nettoyé,



xx x
VERTICALEMENT ‘—
{ — Monnaie chinoise — Ne
reconnus pas
I — Prend souvent Vair
iI] —- Presque rien — Ecime
IV — Qv’on n’attendait vrai-

’ ment pas
HORIZONTALEMENT ~ . — Massif méridional
1 — Epuisé — qu’il en soit ainsi VI — Enléve (inversé) -~
2 — Pronom féminin — Un Préposition
peu de graisse VIi-— Semé & tous vents
3 —- Armes blanches —- Sym VUI -- Puits naturel — A
hole de Van nouveau Venvers .; au fond du tonneau
4 — Jalon — Mesures IX — Mélancolie.

Solution du Probleme preceden:,
HORIZONTALEMENT VERTICALEMENT

1. Ligotés — 2. Camargue — 1. Acis; Mare — ll. Aramis”
3. IR; Gare 4, Salomé; Ci — 5. — HI. LM; Lattes IV. ago;
Ma; Aar — 6. Mitvaille | —-7. RR — V. Grammaire — VI, O-

_gre; Ides — VII. Tue; Al; IT —
“VIL Ee; Céline — AX. Sirenes.

Recettes Simples
- . de Cuisine Haitienne
par NINICHB

GRAISSES DE CACAO.--— Le
beurre de cacao est populaire -
ment appelé chez le paysan
«egraisse de cacao». La graisse
de cacao s’obtient en faisant gril
ler lis graines de caczo comme
pour faire du chocolat V. chaco-
Jat) avee la différenee qu‘on fait
houillir la masse grillée et pie

Astrid; In — 8. Reine — 9. Sies

tes.

Y



dans une quantité d’eau suffisan
te. La praisse nronte A la surface
On la rétire a la cuillére, la met
dans un moule carré. Laisser re
froidir, Jeter la houe noire qui se
dépose au fond du récipient,
Puis couner le beurre en carrés
@épales dimensions. :

Le livre de cuisine de Niniche se vend dans loutes les Hbrairies.

CESSEE-SOOE RIO ISTE BILE SOLE SOLE SOLE OCESOCE SOLE EE SEE BSEESS LE-SOLEIIOE IIOE TOOL SIOE SOLE SIE IDE ILE OE SOLE SIE IIE ETI OR ILE IIE

Avez-vous rencentré Miss OVALTINE ? A-t-elle frappé a votre porte ? Vous a-t-elle remis Gdes 15.00 ?- !
7



montrez lui une boite.

id’ OVALTINE si elle

‘Visite votre maison et
elle vous remettera

«Dien,

+ de Eliapie;



Le Sermon de la. ‘Semaine

» (Suite “de Ia tare page)

bres, perdent confiance “en Diet,

ot finalement verasedt dane VA =:

théieme, Voila comment a'expli -
que le fait que tant dé peis —
junnes et views — dinent que Disa
wesiate pas.’ . :
KxXX

" |L’Athéiame ont devent we at-
‘itude waniverselle, Ceuu qui soul
iuformés de ce qui se passe & tra

. vers le monde et qui sont cau +:
‘bles de.comprendre, de penser e

de juger, n'ont ducune peiny @ ¢-
ire d’accord avec UApétre Jean
que; «Le ‘monde entier eat. Rows ~
nis a la prissance du malin»
En effet, est «la puissance
du malin» qwi dresse le Commu-
nisme en ennemt de Diew, et de
toutes choses qui’ concéernent
Crest «la puissance du ma-
line qui propage 'Athéisme @ tra
vers le monde civilisé, pour faire
obstacle ala vulgarisation bien-
faisante de 'Bvangile de gréce.
C'est «la puissance du maliny
qui suscite ces infidélités honteu
ses du sein de la Religion ehré -

' tlenne an point qu'elle semble deé-.

sarconuée devant les fanfaronne
des de ses opposants qui aie’.
Peaistence de Dieu.

La Bible et UHisloire, toutes
deux enseignent, que Id ot Dieu
est méprisé et. rejeté, les bases
de la Moralité et des libertés ciin
pyennes ne peuvent ve pas etre ¢-
branlées, Ce west done pas éton-
nant que lu brutalité, la violence,
Vanarchie, Pimmoralité et UCimpié
té sinstallent partout dans le mon
de. L’oeuvre de désintégration et
de dissolution sociules de lAthéis
me s'énand; et ne se limite ni a

tel peuple, ni a telle race, ni a tel,

pays. Ll importe que nous ayons
les yeux ouverts sur les dangers
de VAthéiame, veninu du Comna-
vinme, avant qwil soit trop tard.
Les Croyants partieuliéy ement ne
doivent pas vester indificrents a
la menate conmmuniate, car ily
ea de notre liberté d'adorer Diou,
de proclamer [RBvangile du Sale
ef de vaquer a@ uos aetivics de
Temoins de désus Christ,
XXX ,

Lu Parole de Diew nous ins -
truit suffisamment de 'TAthéisme,
afin que tout le monde soit sur
ses gurdes. ll y a deux sortes d’A
théisme: L’Atitéisme iutellectuel
ec. PAthéisme pratique. Les deiwx
cependaunt produisent les mémes

effets, L’Athéisme intellectuel nie,

carrément Pevistence de Dieu, Le
Psaume 53 déerivant ce genre
CAthéisme déclare;: «L’Insensé a
dit en son coeur: «ll wy a point
de Diew... [ly se sont tous égareés,
ils se sont pervertis tous enfem-
ble... ces ouvriers Ciniquitéa; ils
n “in voquent point Diews ,Ps, 59:
2.4, 5)—-
L’Athéiane®

pratique ignore

lexistence de Dien et inspire Pham
me tnupie a vivre et @ se

com-

porter conme si Diew n'existatt

nas. Cel atheisme est décrit dans

le Psaume 36 en ces termes: «Un
esprit de révalte anime le coeur
toute erainte de Dieu

Ceci est arrive a des centaines de consommateurs ad’



MISS OVALTINE VA VISITER VOTRE QUARTIER









The
Stipreme Food
Beverage

A scientifically prepared

roncentration made from

Matt Extract, Full Cream
ci






Done, soyez préts a recevoir Miss
_oopstoeszoe-gce-s op-snot sce tok nor not ance dace socesoce doce ance sec OCCUR e

eat bannte de au vie. Aiusi eutt
flatté aon désir — de vonsomnier
gon crime, Uassowvle aa hain.

Les purdler ve sa bouche ae sont

que malice et que Jraude; il re-
nonee ad étre sage, a faire'le bien.
Sur sa corsche, il. médite liniqui-
té; il stengaye dang une voie qui
nest. pas bonne; il n'a pas le mal
en. aversion.» (Pa. a6: 2-5 Ver
sion Synvdaie).

De telles descriptions de PA:
thélame sont’ faites pour wider
coun qui sont intelligents et prit
dents a& ne pitndre aucune chan-
ce avec-ceux qui cisent-que Diciii
Wéxiste pas. Lon peikt facileméiit
comprendre tes dangers .qui mies
nacent la Nation et. sede. Inatitic-
tions, nos fanilles et lewis tradi
tions, UVEglise chrétietine et 868
enseignentenis quand vios jeunea- ”
yens font parade de leur Athéis -
me, dans leur aveugle engoue -
ment pour ia doctrine commaunis-
te.

La Religion. chr étienne est le
fondement de la moralité, de Ia
décence, de VAmour de la Vérité
at de la Justice. Personne ne peut .
vivre dans la paiw et en sécuriic
dans wie Société of est combat-

tue la. foi on Dieu. C'est powrquoi_

la Bible jette ce haut cri devant
Poeuvre de destruction sournoise,
lente et progressive dea militants
de PAthéisme: Quand lea forde-
ments sont renverréa, le jrete que
fera-t-il ? (Ps. 11:8).

La Bible nous révéle que toute
crainte de Diew est bannie de lt
vie de celui qui pratique PAthéis-

AVIS

En vue de procéder au recru
tement d’un Ingénieur Hydrauli
cien pour diriger lo Succursale
de Pétionville, la -Division Techni
que de. la CAMEP invite les can
didats intévessés A présenter au
Bureau Central & Port au Prin-
ce, Rue des Cusernes No, 104.
pay devant :le Comité de Sélee-
tion formé & eette fin, les pid.
ces suivantes :.

a) Tures qualifications

b) -Expérience dans Je domai-
ne de Vhydraulique

c) Liste des travaux hydran
liques, & Vexécution desauels ils
ont participé.

Une considération particullid-

-re sera accordée i la candidature

de
de

l'Ingénieu, qualifié, résidant
préférenee 2 Pétionville.
Un délgi de quinze jours est
aceordé pour le dépét des docu
ments sus-mentionnés. :
COMITE DE SELECTION,—

Ingénieur Gustave CONEJO
Ooms

Ingénieur H. SHRIMPTON .
cIc

Ingénieur R. OLLIVIER C A

EP tol

Monsieur Roger PERODIN
BNRH

Melle Edith Germain du CIC
est chargée de recevoir ies sou-
missions’ du Bureau Central de la
CAMEP. 104, Rue des Cascrnes,
Port-au-Prince.

LA DIRECTION

“LE N OUVELLISTEs

ESSER oe



t



bn" aes et le ernie. Canument
done sér'a Notre Nation, si vious
ne nous redreszons pas povr ve-
fouler énergiquement la marée ‘de
UAthéisme qui déferle sur. elle a
présent? < Comment un Chrétien
peut - Ul faire cause connnune a-

- vee’ les Continiunistes dont lit due

trine de “base non seulement ‘Fait
table rdge de towte notion de
Pewistence de Dieu; mata: encore!

inapire et encourage Sympathi =.

stints ét Militante @ ridiculiser la
‘Religion Chrétienne:et a persécus
ater et -détruire les Croyunts Je
Jésus Christ? “Comment peut on
scroire- qué cbuk “qui diseit que
Dieu n’existe pas persvent appor-
ter la paix, la pré=périté, la -jus-

UA GRIFFE |

tice, sociale et la dignité . a unc
Nation, quand. ta Bible, “d'une
part, nous affirime que: «Si ’E-"

temnel ne batit lu Maison, ceux
qui la bativsent travaillent en
vain; si VEternel ne garde la vil
le, célui qui-la garde veille . en
dain (P3187 :1-; et @autre part,
“qtows doiine Passurance que: ¢Si
les mécharits croisséent conime
Uherbe, si tee ceux qui font le.
mal fleurissens c'est pour étre a.
néantis & jumais.» (Ps. 92:8)?
Diew aurait-il- parlé en vain? Non
certes; il n'y a rien de bon & al-
tendre dé ceux quwi disent que
Dieu nedistée pas. Les conséquen

ces de l’Athéiene sont trop fu w

nestes pour que nous minimisions
la gravité de ses. menaces contre
notae Nation.

Par ailleurs LAthéisme est wre
cause de- dévergondage dansiune
Société. L'homme n'est pas nui-
tre de lei-méme. Lorsqu’il nie ou
vejette le Diew vivant et vrai, il
ne peut- que tomber dana le por-
vissement moral. L'Apétre Paul
a démonti'é cetie vérité, aw début

de UEpitre un« Romains of il ex- extent. Deéuxigmement les Cro-

pose état. de péché et de condam
nation dea Paiens qui ayant con-
na Dieu, ne lont pas glorifié eom
me Diew. «Se disant sages, ils
sont devenus fous — dit Paul —
en sorte quwils déshonorent lenrs
propres cops, eux qui,ont chan-
gé la vérisé de Diew en menson-
ge» (Rom. 1522; 24 - 25).—

wes
x x x

L’Athéiame présente un danger

véel contre VEtat, contre les Ins |

titutions
familles
C'est la
menavée

nationales, contre les
et contre les Individus.
Nations entiére qui est
de désintégration, de dis



solution et de destruction, Person”

ve ne doit rester indifférent .

Les Croyunts particuliérement
étant le sel et la lumiére de-la Nu
tion, out trois choses a faire pour
endiguer les vagues de VAthéis-
me.

Premiervement les Croyants doi:

vent prendre leur vocation céleste
tu sérieur, en se consacrant totu-
lement au Seigneur sans se luis
ser aveunement effrayer par ceux

qui les vidiculisent ou les perac-









MAGIC CINE |
Samedi 4 6-h., 15 et 8 h. 15
En leére partie Ei
Le Jazz LES AMBASSADEURS U
En ‘Zeme partie. ©
LE COMTE. DE
MONTE-CRISTO
lére Epoque

Samedi i 6 h. at 8 h. 30

Entrée Gdes 2.00 et 3.00.
Dimanche & 5 h. Toh. ei 9 he
Hn lére partie. _ :
/ En exclisivité
‘APOLLO 8 OU. :)

AU : Entrée Gdes 1.20 et 250° Dimanche
VOyAGe One oo \ Dimatghe A 3h. 5h. 7h. et Oh. LACENT
En 2éime partie DU _SUIF POUR : “SE DECHAINE
L’EVRANGERE L'ORIENT. EXPRESS Entrée Gde 1.00

_ Dimanche a 5 h, 7h. et oh.
LE G.LA, MENE LA DANSE |
Entrée Gdés 2.50 as 400, |
Lundi a 6-h. et 8 h. :
LE SOLEIL DES vovous-
Entrée Gde O |

A 3h. Gdes 1.50 ct 2.50

A.5, 7, et 9 h. Gdes 2,00 et 3.00
Lundi a 6h. 15 (Séance ique)
ALERTE A SINGAP, oe

Un film despionnage Y la bom:
be: atomique, Des scenes mouve-_
mentées,

Entrée Gdes 1.20 ides 1.20 ot 2 2. 50

_ MONTPARNASSE:

Samedi & 6 h. 15 et 8 h. 13

Entrée Gdes 2.50: et 4.00° €

Driye in Ciné Delmas

Samedi, a7 h. et .9,h. |
AVENTURE AMOUREUSE

A MIAMI

Entrée 1. dollar Par vottive
Dimaenhe a 7. h. et 90h:

PARIS. BRULE-T-IL*?

Entrée 1 _ dollar par. personne







GAL

.
CAROLINE CHERIE |









Lundi-a 7. hy (seance unique) / DUEL’ AU’ COUTEAU Entrée Gdés :
LA BIBLE Entrée Gde 1.00 Dimariche
Entrée Gdes. 2.60 par. personne Dimanche A“ 4 ch, P.M: Batrés Gdée 150 et S00.”
LA: PORTEUSE: DE VPAIN ee t fee
AIRES ORT CINE Entrée Gde 0.60 te wenoiNiee oP
Samedi a @ h. 30 et. 8 ch. 30 Dimatiche “a6 ¢h.15 et LB hob bp RIO. GRANDE
OPERATION “GQLDMAN TILT “A BANGKO “eit ée Gde 0,60 on
Entrée Gde 0.60 et 1,00 hogy entree Gde 1.00 niree Gee _et 1.0
imanche #°6:h.°30-et 8 he-30 Pos os rae
CASSE TETE CHINOIS CINE UNION coud ELDORADO
POUR LE JUDOKA ‘Samedi 4:6 -h. 16 et 8h. 15 Sane aA HANGICD
Entrée .-Gdes °:2.00° et 2.50 ‘LA MULATRESSE Coes Eniee Ca 1.20 et 2.00 :
Lundi 2 6 h.30 et 8 h. 30 Entrée. Gde '.1.00 . Di che 8 Boe ke toh.
TUNNEL 28 Dimanche & 4 h: P.M. GOLDFINGER e
Entrée -Gde 0.60 et°1.00 . AGENT Z & Ent Gdee 250 et 4.00
MISSION DESESPEREE entrée Gdes Ce
Auditorium du Untrée Gde 0,60 gh
Centre Cult THONTIERE Goss” | -ETONLE CINE
FRO CH np x.
Dimanche 4 ‘Mai i 10 Heures Entrée Gde 100 Samedi AG 30 et eh. 30 ~
a isaces DAT Ane LE VOLEUR DE BAGDAD
pe Eogramme i 2 CINE PALACE Entrée Gdes 1.20: et 2.00.
(de Avenue Powplard): Samedi a.6 h. et 8 h. 15 Dimanche .A.6 h.-30 et 8 h. 30
Les «Gitansy (de I'Eeole Nor. FANTASIA MEXICAINE INDOMPTABLE ANGELIQUE
male). Entré Gde 1,00 .Entrée Gdes 2.00 ‘et 3.00
Un Film : Dmanche & 4 h. Gh, et 8 h. Lundi. & 8 h. 30 (séance unique)
Entrée Gdes 2.00 LE fe Gde 1.00 NOIR Entrée Gdes 1.20 6t 2.00
Entrée Gde 1.0 —_—_—_—
Lundi a 6 h. et 8 h. 15 ‘De Luxe Aut
INCONNU AU SERVICE | (DELMAS) Ciné
yants dotvent Baier avee fervenr SECRET fe 1.00 Sumedi A ah. el 9 |
pour un réveil évangelique natio- ,Fitrée Gde 1. . . Re h
nal et pour la pérennité de notre waves wuw urn NOTRE DAME DE PARIS
Nation, Dieu «source de la vier. CINE OLYMPIA eh imtvé 1 ‘dol Quinn. voiture >
(Ps. 36:10) répondra a nos prié Samedi (En permanence) Diman h 0 Th bere Qt ure :
res, cay. nous avons sa promeaze ‘ OBJECTIF LUNE LES 'OGRESSES an
She ce point: «Si mon peuple sur Entrée Gde 1,00 . ” Entrée Gd 2.50 pe .
qui eat invoqué mon Nom, s'haumni Dirhanche. & 6 h. 80 et 8 h. 30 es pat «personne
| fie, prie et cherche ma face, et” ILLA ,
el se détourne de ses manvaises © Entrée Gde 1.60 cu CRIC-CRAC CINE
. votes., je Vewaucerui des cienx, je x xX xX Ae et oT iS
tei pardonnerai son péché et ie DES OORT ATION _
guérivat Son. pays. (2 Chr, F214). REX «| TH ATRE Entrée Gde 1.00 et 1.50
~~ Troisiémement enya, lea Gro- Samedi i 6 h. et & h., Dimanche 4 3-h. P.M.
yants doivent vedoubler WVardeur En premiare partie LES DIEUX SAUVAGES
dans la. prédication de PEvangile L’Rusemble N. In-Bantiste Entrée Gde 0.50 ee :
cvottenient, car sta foi vient ile En 2@me partie ~ Dimanche 4 5 h.-7 h. ef % h,
ce que Vou entend>» (Rom. 10:17 ) LAVENTURIER MAGNIFIQUE LES ANGES , zo '
Et dans sa grande miséricorde, Bntrée.Gde 1.20 AUX POINGS SERRES” af

Dieu owvriva les yeux de Vintell -
gence des Jeunes comme des
vieur sir le Seigneur Jésus qui a
ditt, (Jn.8:12) «le suis la, luwrie-
ve du monde, celui qui me suit ne
marchera pas dans les ténébres,
mais il awra la lumtére de la vies
Que le St Esprit vienne a@ notre
Secours et sawve notre Nation.
slinen.—

Dimanche 4 10 h./A.M.
AGENT -Z 55 |
NISSION DESESHEREE:
Entrée Gde 0.50

Dimanche a 5 h. 7 het 9 hh.
UN IDIOT A: PARIS
Entrée Gdes 2.50 et 4.00
Lundi 4 6 hi et 8 h. 15
LES CHEVALIERS
TEUTONIQUES

Entrée Gdes 1.20 et 2.00



Entrée Gdes 200 et 3.00
Lundi a 6 h, et 8h. 150
OPERATION ‘ .
DANS L‘OMBRE —

Entrée Gde 0.50 et 1.00

CINE STADIUM
Dimanche (En permanence)
JERK .A ISTAMBUL
Entrée Gde 1.00



Rev, NEREE .

DPSSCE RICE SOUE SICE RICE SITE RICE SITE SHCERIOESICE RS pancesoresnescese

Lue R.

OVALTINE et tout ce qwils ont eu a faire a été de lui faire voir une boite @OVALTINE en service.

Les Gaqnants du 28 Avril -- 30 Avril et 2 Mai 1969 sont les suivants :

GAGNANTS
«OVALTINEy —
Du 38 Avril

1.- Mme Augustin Tous (
saint Delmas

2

a

- Mme Joseph Michel
Delmas

3.- Mme Antoine Joa-
chim Delmas

4.- Mme Mimose Despei
enes Delmas

5.- Mme Lue Nérée Vil

lage Willy Lamothe

6.- Mme Amne - Marie.

Nazon Village Willy La
» . mothe

- Mme Michel Chéma-
| ly Village Willy Lamo-
| the
8.- Mlle Anite Pierre -
Louis Village Willy La
mothe

9.- M. Michel Philippe
Delmas

10.- Mme Roselyne Paul
Delmas

11.- Mme Charles Capri
ce Ruelle Alerte No 107

‘12.- Mme Martial Céles

GAGNANTS
«OVALTINE» —
30 — 4 — 69

12 Mme Claire Thomas
Thor

_2- Mme Dumas Tous-
saint Thor

+

3.- Mme Harry Douyon
Carrefour

4.- Mlle Josette Théodo
re Carrefour :

5.- M. Edner

Moreau .
Carrefour
6.- Mlle Gladys Rose-
mond Carrefour
7- Mme André Paul
Carrefour
i
&- M. Perre Baguidy
Carrefour
9. Mile Ella Francois
sarrefour
10.- M. Georges Mourra
. Carrefour
11. M. JosepH’Jean Car
refour
12.-.M. Alix Fabien Car
refour

13.- Mme Maurice For-
restal Carrefour

tin Ruelle Alerte No 130 14.. M. Erie Cayo Car- 67:.
refour .
Ces heureux gagnants jouissent en ce moment de leur prixen argent ainsi que de la force, de la santé et de l'énergie que leur procure TOVALTINE.

-OVALTIN E... Ce sera | peut-etre votre tour demain.

GAGNANTS |
“OVALTINEy —
Du 2 Mai 1969 .

1-Mme Elsia Désir —
Rue des Miracles No.

117

2.- Mme
Rue des
133

3.- Melle Carole Sylves
tre Rue Montalais No.
19

4. Mme André Lahens
Rue Montalais No, 27

5.- Mme Guy Félix.Rue
Montalais No. 38

6.- Mme Samuel Diégue
Rue Montalais No. 69

7.- Mme Alice
Rue Pavée No. 166

8- Mme Ervié Frédéric’
Rue Pavée No. 164

Mme Léonie Dasfou

Alix Lolagne
Miracles No. .

Pérez

reau Rue de la Réunion ~
No. 22 ~
10.- Mr. Wellington E-

douard Rue de la Réu

nion No. 71

11.- Mme Hénee La.

veaud Rue de la Réu-

nion No. 100

12.. Mme Maxi Armand |
Rue de la Réunion No.












GOOOOEOSOOOOOOOOOGOOOOOOOOE

yOOQOOOQOOQOOOOOOOOOOOOOOGOGS





SAMEDI 3, DIMANCHE 4 MAI. 1969



' . 1 - a on . e ‘ . : — = .

: ‘ Vous aurez Pimpression d’étre en premiere classe au prix sentiment «d’appartenance» qui vous donne U'atmosphere ami-
touriste quand vous volez a berd de CARIBAIR. cale..

Jouissez du confort d’étre assis a 2 ou 3 par rangé dans notre Les 30 ans d’expérience de CARIBAIR sont @ votre service

vol classe unique. c'est la raison pour laquelle des milliers et des milliers de per-

. TN

sonnes voyagent @ bord de Caribair avec confiance.

Vous aurez le choix.
Prenez le «JET» avec nous. Seul Caribair vous méne a des-

Délicieux repas, de la place pour étendre.vos jambes, et ce tination tout en vous sentant chez vous.

San Juan, Ponce, Mayaguez, Miami, Kingston “, Montego Bay , St Thomas, Ste Croix, Santo Domingo, Saint Marteen, St Kitts,
Antigua, Guadeloupe, Martinique, St- Lucia, Barbados, St Vincent, Grenade, Trinidad, Curacao, Aruba, Caracas °.

CARIBAIR G ~

Reliant les Caraibes avec les Amériques

'
ft

Voyez votre agent de Voyage ou le bureau principal de la Pan American, .

pour vos achats de billets et réservations.





©)

$000009000ce0eeso000sese00ss00seesnonsesqnsnseoosnssosqnqscoooorsnqoqooossoqosOseoqonS 3



* Sos réserbe accord des Cauvernements,

ee

be




©

©




©000000000%

1OG990OSO0O00HS00HHOOOHHHHOHHHOHOHOOHOOSOHOHHSHCHHOHOHOHOHHSOOOHOHHOHHHHOHGHHOHHOONOHOOOOOHGHHO0OH0OO0OSH08











Famille. Des témoignages d’édu-
eateurs furent apportés, prou-
vant par cles traits que ces «exi-.
goncesy niétaient pas ucopiques,
‘Les parents, i) leur tour, deman
dent que Vécole chrétienne nour
-visse at développe la Foi de leurs
enfants. M.de In GALANDERIE
et Bocur Monique - Elizabeth don
nerent leur témuignage Weduea
teur direct de la Foi., Beaucoup
plus que de programmes reli-
gieux exhaustifs, le jeune a be-
soin que l’on parte de ses problé
“ mes pour déboucher sur la Foi.
Tl faut éveiller leur appétit spi-
gituel, a partir de la vie. Ce
nest pas chose facile, mais e’est
réalisuble cependant, avec la pa
tience et de l'amour, en utilisant
.la force du groupe, la richesse

dune équipe d’éducateurs, et en.

sortant des orniéres pédagogiques
ou l’Enseignentent Religieux sc
réduit, trop souvent, a un cours
magistral, un de plus.

Enfin, PEcole eatholique — doit

étre de plus en plus ouverte: 1’i-

solement c’est la condamnation et
ja stérilité, A la mort. Ce sont
tous les parents qui sont invités
&. collaborer avec tous les mai-
tres. Il s’agit de s’ouvrir aux ri
ches et aux pauvres : pas de'
ségrégation ! Les pauvres socio-
logiques, et plus encore: les pau-
vres intellectuels, doivent étre ai
més de l’Ecole catholique-: on re
.parlera dé classe de perfectior.
nement, de classes de transition
L'Ecole catholique doit étre ou-
‘verte aux activités para et pé-
riscolaires qui font. ocuvre authen
tique d’éducation. Le jumelage d'e
~eoles fut conseillé: le dialogue pe
.dagogique avec Enseignement
d’Etat recommande; — les ¢chan-

ges internationaux 4 développer | §

une dizaine de délégations étran-

géeres — Allemagne, Autrivhe,
Belgique, Canada, Espagne. U-
lie, Portugal, Toyo — ne parti-

cipaient ~ elles pas aux travaux
du Congrés ?

Et cette ultime et riche séance
de travail par une intervention

de M. Le PICHON qui précisa -

, aux parents le devoir d’étre
présents dans la vie publique de
la nation, dans un engage nent
total, éclairé, 4 toutes sortes de
niveaux : carte scolaire, a-
ménagement du territoire. etc. 0
ne faut pas «subirs, i] faut
prendre des in'tiatives.: le domai-
ne de l’orientation est le domaine
privilégié de cet engagement. Les
parents doivent entrer résolument
dans cette communauté éducati-
ve, théme majeur du Congrés.

soar
Une messe suivt, priante,
chantante, réunissant autour d2

Vautel les serviteurs de Dieu,
dans l‘ame des enfants. Et ce fut
un appel émouvant de Mer.
VEUILLOT, archevéque de
Paris, Président de la Commis-
sion épiscopale pour le monde

scolaire, en faveur de cette ou-
verture qui embrasse non seule-
ment les enfants de s Ecoles,

mais les quelques dix millions de
jeunes : |'Eeole catholique doit
étre au service de tous !

‘Il s’agit aussi bien de promou-
yvo'r tout Vhomme, mais quel
homme ? L'homme de demain



sera plus instruit; il s'yeit done
de développer sa capacite d'adap-
tation. intellectuelle. Il voyagera
davantage; il faut done — dés
maintepant Vouvrir aux autres.
Son niveau de vie sera plus
Cevé; il importe done de lui
dunner un sureroit dime, un
surcroit de liberté, de cultiver o.
lui Vesprit de partage, l'espr.t de
paix, au moment ott une vom-
munauté européenne, une commu
nauté internationale, se dévelop-
pent sous nos yeux. La mixité
s‘établit partout, et c’est une
éducation morate paralléle quil
faut donner aux ‘Jeunes. Dieu -

demeure vivant et il favit per-,

mettré I'¢panouissement de la foi
religieuse chez le jeune; d'une
foi librement assum¢ve, — pergon-
nellement vécue.

Ce sera la communauté qui se-
ra éducatrice de tout’ homme.
Notre liberté, restreinte par les
contrats, demeure réelle.. Elle est
un droit que nous devons exer-

cer comme un service. Elle nous,

donne des possibilités de recher-
ches, de progrés. Certes, tout
nest pas clair, mais c’est dans
‘une collaboration étroite entre

parents et maitres que nous assi’

rerons le progrés de l’institution
Dans la vie moderne que nous tra
versons, l’Etat, certes, a le de-
voir de veiller & Vorientation et
une conception trop libérale et
trop familiale de Vorientation dé
passée. Cependant, l’Etat a le de
voir de respecter la respongabili-,
té premiére des parents. «Toute
planification risque de se faire
‘aux dépens de Vvhommes. Or tou
te veaié éducation est respectucu
se des personnes. Et l'Reole chré
tienne est au service de la valeur
crée de Vhomme :; -c’est su mis
sion dans l’Eglise. Ne nous lais.
sons pas intimider par les con.
tempteurs de l’Institution; rappe-
lons-nous ecependant que I’Ecole
chrétienne n’est pas une fin en
soi. Elle est un moyen au servi-
ce de Phomme.
aeon

Dans la jséance de cléture, ]'a-
prés midi, M. LEPRINCE - RIN.
GUET, professeur au Collége de
France, membre de l’Académ-c
Frangaise, répondit a la ues.
tion que les organisateurs lui a-
vaient nosée : «Quelle est Phor
me de demain aue Pécole doit for
mer aujourd’ hui?»





Dans un préambule tres déte
du, l'éminent physicien felicita
tout d'abord le Congres de son
théme d’étude: «L'Ecole, commu-
nauté édueatives, Tl nous donna
l'exemple des progrés scientifl-:
ques. Dans les sciences, dit-il,
nous travaillons en équipe — ¢-
quipe nationale, équipe inter natio
nale-— En une époque de muta-
tion rapide, le travail du solitai-
re, de I*ndividu, est condamné.
Certes, V’équipe comporte des ris-
ques, mais sa bient'aisance res‘e
considérable. Voyez ve vieux nin
fesseur, trop vieux, qui se scléro-
se. Il a appr’s des choses, «pas
loujours vraies». Son enseigne-
ment est un «volant» qui comporte
une grande inertic. Qu’il trava‘l-
le en équipe et il pourra, grace
A Vamitié de jeunes collegues, ¢-

tre «maintenu en selles, reeyelé ;

‘lui-méme apportera p ses jeunes

amis la sagesst de age, du elas
ique. Leéquipe sera bienfaisarte -

‘por tous, Aujourd’hui, «on ne

conserve rien dans yn bocals. I,
faut évoluer avec le temps. «Si
con n'évolue pas, qn: est condamhe
‘ho mort. &

Refusint de définir l'honmne
de deniain, M, LE PRINCE-RIN
GUET, en bon physicien, atfirma’
‘ne s’oceuper que de Vaujourd’ hui,
de J’liic et nunc des thomistes. ne
essaiera cependant de distinguer
dans le vaste-champ de |’Heole,
les mauvaises herbes. et le bon
grain, afin que Véducation don-
‘née soit bonne.

Notre orateur, tres calme, plein
humour, condamne lout d’abord,
le TOUCHE-A-TOUT : on en
fabrique beaucoup», malheureuse
ment, et il en existe méme dans
les grandes écoles; ce sont <¢les
“plus dangereux»; ce sont des su-
perficiels. Ayec prudence, notre
conférencier hasarde : «Peut-élre
nos «bonnes huinanités —classt-
ques» sont-elles un peu & Voripi-
ne de cette espéce, Au XVIléme
siécle, il est vr ai, ¢Phonnéte horn-
me» pouvait avoir «des clartés de
tout». Au XXéeme _ sieécle,
cela ,: est impossible ; le
monde est _— différents. —_—‘Ii
ne s'agit pas pour autant de sup-
primer les ciassiques. ils appor-
tent chez nos ingénieurs, issus
de cette race, «une clarté d’es-
prit» qu’envient nos techniciens
purs, dont le sens communautai-
re s’avere, certes, plus développé,
mais dont la capacité de synthése
et @expression est plutdt réduite.
Une bonne solution au probléme
serait, nous confie te plaisan!
physicien, de donner des agrénés
de grammaire et de lettres 4 nos
Ecolés d'Arts et Meétiers.

La seconde mauvaise herbe a
urracher est le SCLEROSE PRE

MATURE le GAVE, ce jeune stu ~

dieux, appliqué, qui réussit, mais
qui s’avére, bien vite, un «robot
triste et disciplinés. Fatigué il a
ingurgité des sciences jusqu’A sa
turation. I] est aujourd’hui, ¢le
mandarin arrivé>, sans imagine.
tion, sans adaptation possible. I's
ont trop appris, trop jeunes. Ils
sont vite 1u.viusés. Leur vie est 4
un échec. C'est la méthode ‘péda-
rogique qui est & condamner : ne
avons pas nos enfants; ce ne
sont pas des oies, Oui, il serait
grand temps de COLE».

Si les deux premiéres plantes
arrachées condamnent des métho
des d’enseignénient, la troisieme
et derniére concerne les éduca-
teurs eux-mémes. M. LEPRINCF
RINGUET cloue alors au pilori
VESPRIT DOGMATIQUE, cet

ABOMINABLE esprit, si con-
traire & Vamour et malheureuse-

- ment extrémement répandu ;: il

est a Jorigine des guerres

’ fratricides. il a rava

vé l’Eglise : il est Vesprit méme
des Guerres de Religion. Il esr
une forme d’orgueil; de fermetu-
re, d’intransigeance. Cet esprit
dresse des TOURS dans le mon-
de: A Vintérieur, les Bons, la Vé
rité, le Droit; a& Vextérieur, «les

-
: METHODE SURB ET SANS DANGER

| Plus de 75 millions de Puis

7

autres», les ¢pauvres.: types, les
ssalauds>.; j] ne reste qu’a.s’en
débarrasser au:plus vite. Pas de
dialogue possible :./ on“excoinmin-
nie,;-on tue. Etesi Jenn XXI1a
&té -si aimé du’ monde © scientifi-
que et des incroyants, c'est: qu'il
‘y°fait. passer sur un-souffle des -tolérance,: de paix.

“Le dogmatisme. trop -statique cat

Vobstacle majeur ..& 1a=commu-
nion fraternelle entre =lesâ„¢hom-
mes,.et le Concile, dans ses’ tex-
tes, a donné aux hommes une. Ds
pérance.

Pour analyser le bon: grain, M.
LEPRINCGE-RINGUET - reprend
la comparaison du physicien an
travail : son attitude, en des mé
thodes, en un langage’ scientifi-
que, indépendant de Dieu et du
diable» comporte une ascése, fai
te desprit critique, eréateur, ims
ginatif, tenace, spécialisé, de tra
vail en équipe, dans une compré
hension humaine ‘profonde.

Tl ressort que le bon éducateur
aura, «omme le bon physicien
deux qualités : un esprit d’obser

LA CREME
STLLMAN Ss

POUR Lae TACHES








(it plus

' gartioulierement
- Mes tacher

Ge rousscur)

~ end la peal
bien. plus claire

a seulement 4 semaines

_ ont ele vendus
dans le monde enticr

"$@ BEORET DE BEAUTE des millions:
"de ferawes dana toutes les parties du nicnis
‘aval desirent une peau plus claire et plus
{Peleutte reside en Ia Creme Stillinan’s.
Tarow alte eat, appliqués chaque soir, Ia
Creme‘ GAlllman's eclaircit Ye teint et vous
(donne une complexion belle et radiouse dane
‘ seulement, 4 semaines. Vous: sates émer<
j waltlae’ ‘dels transformation opérée en vous~
james quand les parties soribres dispare
" Stzont peu @ peu pour faire place a une
pest tillement plus claire ot plus limpide,

| L/excellent Savon Stillman’s

esayes avsal le Savon Stiliman's! Ce savon,
ou 4 dellcatement parfumé nettoie et |
Ja peau. Ii.eat ideal pour enlever
“‘Orema Stillman's » » . et est aussi un

* de Beauté rafraichissant pour le
tle aatlerel

* Bin-venté dans tous les
faagaaine 6b pharmacies




ENXNSAAAK NALA AACA LEN LAN NANA NARHA VAAN EEN ALAN AL NN NEHA LAXKKMAN NAN

“ ANTILLEAN LINE”

M/¥ «WILLIAM EXPRESS,
M/V .JOHNNY EXPRESS;
M/T LAYLA EXPRESS:
M/V .WILLIAM EXPRESS;
M/V «JOHNNY EXPRESS,
. M/T LAYLA EXPRESS,
M/V «WILLIAM EXPRESS,

Chambre Frigorifique disponible a 1 chaque voyage

SOSH KNIA ARANDA NARI DAA AARNE Nea cutee gee ens caeas eases RAR RS RRR A TUNER EE





OCR OCALA G NATE CECE EGE GEG Goon to ae IO



OUVERT TOUS LES J

SANTO DOMINGO

Voy. 57
Voy. 66
Voy. 26
Voy. 58
Voy. 67.
Voy. 27
Voy. 69

‘Départ de MIAMI Pour PORT-AU-PRINCE

ROGER

Place Geffrard No: 117 '
Etage Building Erank MARTIN.



TRADITIONNELLEM ZNT, LE RESTAURANT GU IL EST CON DE

SE RETROUYER POUR BIEN MANGER..

JNE TRADITION CULINAIRE REMONTANT A PLUS DE 40 ANS.....

"-RS POUR LE LUNCH ET LE DINER..
FACILITES POUR BANQUETS ET RECEPTIONS

SIESEIIIININ NERS IN NN IRIN NDE IS SNSRIRE RtaaRaReSeGNSTINSEIETTS wave

May 1, 1969
May 8, 1969

May 13, 1969
May 15, 1969
May 22, 1969
‘Miay 28, 1969
May 29, 1969

SASSINE
Tel. : 3132

F KXLKKKKLKN KWAN AKBLA NASA AAS SA AAS EITEE NSS SCA NEE HV GD ANAS ERE NEK EES BARN KNIT III IIIT TONITE,

Z

~
od

*













SSSSEIEIEIOINNC NSE

(Suite de ja’ iare page)



vation = bienveillunte, un esprit
Waccteil jd’amour, une attention

aux s'jrnes, et paraléllement, une «

prandé. prudence | de Jugement.

Uae Jugement est: difficile icpor-

ter; jamais, une expérience n‘est
décisive;) un jugement suppose:

‘beaucoup. de travail:-¢Un yuge"

ment “prématuré: coules celui squi
la porte.

Les deux attitudes ne sont- elles
pas <¢elles, que® propose: le Chris-
tlanisme .:.étre-attentif © a tous
les -signes,étre~ accvieillant; en:
éducation, le jugement eat > plus

‘difficile encore:qu’en physique

pas dé.jugement hatit’ !

L’accueil bienveillant ‘est plus
nécessaire que jamais; il suppo-
se oun rajeunissement. constant,

une présence au monde ,une com~

préhension de son évolution.—- y a du bon en. tout»—, une adap
tarion a esprit -communautaire.
La valeur: d’une équipe sera for:
tion de la bienveillance active de
ses membres. ‘La -qualité’ fonda-
nientale de ’homme moderne. de-
meura Yaccueil. :

D'atitre part, l'un des besoins .

du monde moderne est celui
de spécialistes. Mais il
faut étre a la fois

spécialiste et adaptable, spécialis

te capable d’ouverture, d’évolu-
tion, et cela mest pas facile; il
faut pour cela une base large et
solide; il faut une ascese. Beau
coup plus’ qu’une SOMME de een
naissances, le jeune que nous: for



Contrélez Je cycle -
periodique avec
Cyclotest

Voici une découverte de la scier
ce allemande qui est trés utile
aux femmes, I] s’agit du THER
MOMETRE VAGINAL CYCLO-
TEST qui selon le degré de la
température indique. AVEC PRIN
CISION ET SANS ERREUR la
période de fécondité ou de Vovu
lation ou Ja période de stérilité.
Grice au THERMOMETRE
VAGINAL CYCLOTEST qui est
infaillible, Ja femme p2ut mainte
nant elle-méme contréler son cy-
sJe menstrtel ct ne plus laisser
ce coin & la fantaisie du hasard.
Le THERMOMETRE CYCLO-
TEST ne comporte pag Jes incon
vénients et Jes risques de dangers
des pilules anticonceptionnellles
et on s’en sert facilemen* De-
mandez gratuitement une docu-
mentation CYCLOTEST 4° votre
pharmacien, .
CYCLOTEST est en vente dans
toutes les bonnes Pharmacies.
JOSEPH C. VALME & CO
DISTRIBUTEURS. |

CO GOO ec ee

HIRONDELLE

AGENCE DE VOYAGES

‘eunes gens de la Capitale et de la Province, Mesdames,
Mesdemoiselles, Messieurs, !'Agence de Voyage ¢HIRONDEL
LE» vous salue et vous invite & monter sur ses ailes pour
tous voyages en terre étrangére

En effet. A Agence de soyage sHIRONDE!.LE», angle A-
venue PAUL VI et rue du Centre No. 207, vous aurez toutes
: Voyages d’études, d’agrément ou

‘les garanties nécessaires
de_résidence.- C’est’ laffaire

Vous, jeunes gens, Mesde moiselles,
qui comptez voyager sous peu
commandons une Agence sire et rapide: lAgence de voyage
«HIRONDELLE> angle Avenue PAUL VI et Rue du Cen-
tre No, 207, ott la compétence, le sérieux et le dévouemnt

vous attendent.

Boite postale 1043 -- Port-au-Prince. HAITI.
Tel. 3172

Lue O. Raney,








CE ROPRICE RTE NUE NOPE CE HO OESIE NE
Aliment Miracle
pour Bebes

-(Produit Hollandais)

rebe, nourrissez- le de



tine bonne dentition.

La boite d’une livre de la créme NUTRICIA
BS ost en vente dans les



pharmacies.
Agent dist.

mons a besoin d'une.
d'un DESIR d’apprendre et d'é-
voluer. Cest cette capacité, ce dé
“sir, qui le parderont jeune et lui
permettront de=se recycler '
vie moderne ne. fournit plus Je
meétier. que lon peut exercer, du
début’ a ‘la fil de son existence,
heute s’écoulait, rapide
etit voulu écouter. plus longtemps;
_inlassablement, ce maitre: a: pen-
é ut=: Apprenez i etre
“yésolument modernes, sans
gret du passé, ce qui ¢ est sterile

chevehes ce qui “est bon, sans em
ballement, sans mépris,’ avec cu

me, sagesse,. bienveillance. Sonck
Nourris des
everids exemples du passé,
grandes, richesses
forts ‘de-eette sagesse supplémen-
taire;soyez un FERMENT D’A
.odans jin’ monde
GEANT, MERVEILLEUX. C’est
VOTRE BELLE: TACHE, ‘

de "Vhistoire,

Vows “devinez ‘les applauisse-
ments-qui saluévent*: é i
*/son .du savant, du» chrétien;..il=
n’en -finissaient pas.
du Président Vittoritio
NESE,..ancien. Directeur générat
de ?TUNESCO,
prenre Ja teléve. Le’Président du
Congrés éleva le débat et tious in

Et la tacte

fut -délicate







ogivea

CROSS

AMERICA’S FINEST
a WRITING INSTRUMENT.









Ma #T eo mie



LUSTROUS GHRowe |





GEORGES SICARD
63 Rue des Fronts

7



x
%

oe

&

OS

a Pétranger, nous vous re-



ii

i

santé de votre
la creme NUTRICIA,

Vous maman soucieuse de la
nais et de multiple vitamines qui garantissent

markets, épiceries et

LAD TRADING
A coté du bureau postal P

Phone 3394

. O. Box 704



vila i embrasser. Je monde, ca

c'est. le monde entier gui a «be. -

soin d'un supplément d’a ame, dun
sureroit de libertés. Clest a une
communauté mondiale qui) nous
invita de participer. La tiberation |
de l'homme passe par, léducution,;

et c'est un signe des temps quc.

_VEILLEUSE qui apporte la
SOIF duo MONDE la PREP. SE
DU: CONCILE: * :

XOXSXx

cette CONVERGENCE oa



Enfin, le Président national © :

LAUNHES tira les conclusions’ :)a
ta voix du professeur simple, dis
tingué, plein d’humour et de nuan

7 eS, avait suecédé: celle dé ’1ta-

lien «expert en humanitées. Ca
fut’ alors le coup de Clairon tinal
qui soutint notre attention. jus-
-qu’au . dernier» moment: demain
la-vie continue. “IL fut constiui
rela communauté ‘scolaire séduca-
tive,.dans.une pédagogie réiover,
imargqués .d’esprit de dialogtie ct
de ‘formation personnalisante.:Ce
» West pas seulement un probleme
-de structure, mais le style méme
de la ‘participation qui est en‘ jeu.

L’Eeole. n’est pas tout, et nous .

deyons étre ouverts aux Loisirs,
'AC, & uné communauté édu

cative permanente. L’Ecole catho .

lique doit étre ouverte a toutes
les communautés humaines, au
service de tous les jeunes de Pret
ce. Vhorizon du pays doit: étre
dépassé et, hier soir méme, a
Lyon, a été créée l'Union interna
tionale des A.P.E.L. -Dans
le respect. de | VEtat et

@ Chicks— one of the best high-producihg strains

@ Purina Chick Siartena—the feed with more farmer
accap!anca than any other ration

e Purina disinfe:ta

When you wast gout rosa

CARIBBEAN POULTRY FARM

P.O. B. 488

POSTE CAZEAU

PORT-AU_PRINCE — HAITI WI.

Low co ST PRODUCTION... |
the reason more pouitrymen feed PURINA




de de 1
une qanelioration continua. nu
yapports avec les pouvoirs ‘quii}-

» transports, Fournitures scolai:



Come to ” 7 ;

Chick Headquarters
for all your starting needs

Our store is headquarters for everything you need
to atart chicks right. We can supply:

“s, water purifiers, thedications,

t

MVite a reconnailre, beaucoup
plus que le cbesoin scolaire>, lc.
-«besoin méme des familless, Ce __
ne: son: pas ules yevendications

qui. furent applaudies, Minin Gin
programme. d'action concern:








invitres, etc., dans ‘le cadre de con
trats améliorés. Gonfiance ! GC'e:’t
avune tache d'Eglise que nous
sommes invités a a availler. enseni |
ble, eo

SS

Sat ae
: 2 S

Au dehors, les averses redou-
blaient avec force mais les coeur:
étaient wontlés de = joie, d’espe-
‘Yanices Unie demi - hewre. plus. |
tard, deux trains -spéciaux” en- :
portalent plus @un miiliande Bre oo |
tons résolus. N’avais-je (pas rails)
son de titrer + Richesses do Lyon;
1B 1415 Mais l9679°2

Louis CHAUFFOUR. -

Enseignenient Catholique
Francais .

“RCOLE, RT LA FAMILLE.

No 17 —~ 1066 1967 ao Oem
année, . . oN

fuforniation et Dacitmentation !
Vatican i ves . ,

Oeuvres E'ssentiellés —- Ndaen-
“tion Nationale et Chrétienne, \

: |
|
|
|

|
Af

af

”












$s wilh chicks think of...





SSDOOOCOOOCOL COON OOOenoooee





{Avant Damien)




















i





peer

Saga

mee

a

~

ae

Chercher ta section correspondan
de naissance et, vous. trouverez
signalent les autres pour demain,
Droit de reproduction totale

Propriété. King Feateres Syndicate — Exclusivité
«LE NOUVELLISTE> — ,

. DIMANCHE

ior MARS AU 20 AVRIL (BE-
ITER) L’Atmosphere = chang-
‘mais vous pouvez empécher que
Vessentiel ne soit touché, L’inat
tention est kh craindre. Ayez des
idées supéricures pour bien orien
ter votre direction.

21:AVRIL AU 21 MAI (T'AU
REAU): : Vénus, favorable, dé-
veloppe vos meilleurs instinets
et vos sympathies afin que cet
te journée ait un brillant début
et une suite agréable. Parlez ou
taisez-vous, selon que la diseré-
tion le demande.

22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX) : Type actif de jour-
née. Elle vous plaira. Si vous
voulez vous reposer, faites - le
mais un peu d’exercice “ne vous
ferait pas de mal. Ayez de hons
contacts avec vos associés.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Vous trouverez

peut-étre monotone d’avoir a ré
viser, ah revoir, pour compenser
de petits hasards et pour que les
choses se déroulent 4 votre gré.

Demeurez sur vos fardes, obser
vateur‘et réservé,
24 7UILLET AU 23 AOUT:

(LION) : Que les taiches intellec

-tuelles dominent aux heures dif

‘heures fatigantes.

ficiles ou pénibles. Amalgamez
le flair, Vesprit de décision et
celui a’ aventure pour que la jour
née soit réussie.

24 AOUT AU 23 SEPT'EM -
BRE (VIERGE) : De favorables
influences de Mercure stimulent
la hardiesse et la volonté d'a-
gir. Vous gagnerez en étant plus
sociable et en accroissant = vos
connaissances.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC:
TOBRE (BALANCE) : Un peu
de dynamisme ‘mais ‘aussi d’ins
tabilité dans Vair, Beaucoup de
chance »pour ceux qui tendent
une main seecourable et disent le
mot qu’il faut. Employez les mé
thodes qui épargnent le temps

. (POISSONS)

tau jour de votre anniversaire
es perspectives que vous

u partielle réservé,

4 MAT 1969

et avcroissent votre compétence.
21-OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION) : Journée su
périeure & la moyenne, qui sti-
mule votre ef{ort. Développez vo
tre imagination mais
vaisonnables limites. Concentrez
vous sur des idées et des métho
des nouvelles.

23 NOVEMBRE AU 21 DE-.

CEMBRE (SAGITTAIRE) : Pro
pice pour tout ce qui serre da-
vantage les liens. entre gens de
bonne volonté et combat Vindis
vrétion, les excés du caractére et
les dangers de ta confianee aveu
ele. .

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE) : Vos
lauriers passés vous serviront si
vous ne perdez pas de temps ni
gaspillez vos dons. Une journée
de repos sera aussi la bienvenue
si vous savez Vemploye, 4 pro-
pos.

21 JANVIER AU 19 FEVRIER
(VERSEAU) Uranus, bien
orienté, ‘encourage votre savoir,
votre réreptivité aux situations
et au raisonnement. Si vous vous
servez de votre intuition et de
votre bon sens vous serez parmi
les gapnants. Soyez aussi calme
que . possible.

20 FEVRIER AU 20 MARS
: Quelques — situa-
tions ecompliquées. Assurez-vous-
Wavoir tous les faits en main
avant de prendre vos décisions.
Que la journée soit de loisir ou
de travail, ne vous énervez pas.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUL : De nombreux natifs du
Taureau sont éminents dans le
droit, la jurisprudence, l'art dra
matique, la poésie, la politique
et Tindustrie. Vous travaillerez
avec loyauté, méme dans les
questions: secondaires. Le Tau-
vreau représente l’impdrtialité, le

goat des arts et de lai beauté, la

sfireté du jugement. ;

wexru x

‘
LUNDI 5 MAI 1969

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER) : Si les opinions sont éga
lement partagées, veillez 4 ne
pas demander une réponse préci
pitée 4 l'une oud Pautre partie.
Une attitude objective est recom
mandée méme en dehots des
questions d’affaires.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU) : La conjonction stimu-
Je vos tendances intellectuelles et
artistiques. Imitez ceux qui réus
sissent et ajoutez-y les concep-
tions originales et la compréheri
sion dont votre Signe est dote.

22 MAI AU 21 JUIN )GE -
MEAUX) Travaux littéraires
succés dans les sciences et les
techniques; soins aux enfants et
auX personnes agées, questions
domestiques sont favorisés. Rem
plissez avec minutie vos obliga
tions,

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Remavquez !os_ sec
teurs «difficiles», allez vers une
efficacité accrue, étudiez les mé
thodes du voisin pour voir en
quoi elles peuvent vous convenir.
Journée moyenne, Eclairez - en
quelques coins sombres.

24 JUILLET AU 23 AOUT

(LION) Caleuls, estimations.
rapports exigeront une grande
attention. Ne prenez rien pour

acquis. En tout, la route droite
sera préférable au chemin détour
ne.

24 AOUT AU 23
BRE (VIERGE) : Le vieux bon
sens vous sera nécessaire pour
prendre dheureuses décisions.
De la confiance en soi, plus un
peu de souplesse vous donneront
des atouts supplémentaires. Tirez
prudemment vos conclusions.

24 SEPTEMBRE AU 28 OCTO
BRE (BALANCE) Commen-
cez la journée avec enthoustas-
me et maintenez - le méme aux
Votre grand
probleme sera d’obtenir la colla-
horation de ceux avec qui vous
étes en contact

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORUPION) : Belles in
fluences. Vous écjairerez des ‘mo
ments désagréablés
en de sages limites. Recherches
les renseignements; ralliez-vous
aux meilleures méthodes.

23: NOVEMBRE AU ‘21 DE-
CEMBRE (SAGIT'TAIRE): Des
influences favorables aideront
ceux qui garderont équilibre et
tranquillité. Débutez et poursui-
vrez avec la volonté de vous ré-
jouir de tout ce qui peut vous
servir, .

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE) : Des
qualités

mais restez

les ne vous feront aucun bien.
Ne niez pas un fait: regardez-le
en face.

21 JANVIER AU 19 FEVRIER
(VERSEAU) : Belles influences
d Uranus.
roulent bien. Ecrivains, travail-
Jeurs sur le plan intellectuel et
de ta création,:seront particulié-
rement favorisés.

20 FEVRIER AU 20 MARS |

" (POISSONS) Examinez tou-
tes les situations avee compréhen
sion et pénétration. Puis, asso-

cientvotre intelligence et votre §

remarquable intuition, agissez si
vous jugéz que le moment est

venu.
SI VOUS. ETES NE AUJOUR

SEPTEM-

judicieusement mises en’
valeur vous serviront 4 vous com }
me au voisin. Mal employées el-

Les événements se dé_

pour disposer de toutes ces «chan
ces> de succés mais c’est votre
finesse et votre don des affaires
qui vous apportent ces «incroya
bles» possibilités. Vous ¢tes une
de ces rares personnes qui com
binez Vidéalisme avec des con-
naissances réaliftes et votre suc
cés semble sans limitation. Beau
coup de natifs du Taureau sont
engagés concurremment dans
deux occupations. Certains au-
ront plusieurs carriéres: successi
ves et réussiront dans toutes.
Les natifs du Taureau sont d’ex
cellents musiciens, écrivains, ar-
tistes, scientifiques, botanistes.
professeurs et horticulteurs.

[Le

Girard-
| Perregaux
Haute

: Frequence
&

dans de,

I
2

chronométre

le plus précis

























du monde

En 1967, les chronometres
Girard-Perregaux Haute
Fréquence ont obtenu 73°'5
de tous les bulletins de
marche délivrés par!’Obser-
vatoire chronometrique de
Neuchatel dans la catégorie
des montres-bracelet clas-
siques. Une performance

\isée par des montres stric-
tement de série. ° .

HUE : On se demande souvent §

_ comment — vous vous arrangez






oP oA oP BD oP a A

. j
a ed |

sensationnelle puisque réa- °

baptémes,
Boe songaner Sore sock aneesoce see sooesacesoesoo

AU CAPITOL

Aujourd’ hui Samedi 3 Mai 1969





RUSSO & CO.

TELEPHONE : 3294 .

em Re EE

17, RUE ROUX, 17

1

_ Le plus grand
assortiement Wargenteri ie

Christofle
Couverts, ménagéres,
timbales, couverts .

pour bebe, etc...

Pour toutes

les circonstances :

anniversaires,.

pour la, derniére fois

a 6 Hres et 8 Hres 30 P.M.

LA GRIFFE

Avec Yul Brynner, Britt Ekland, Clive Revill.
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

Dimanche 4 Mai 1969

a4 Hres7 Hres et 9 Heures
En leére partie — En exclusivité

APOLLO 8 OU

‘VOYAGE AUTOUR DE LA LUNE

* En 2éme partie

LPETRANGERE

Avec : Marie France Boyer et Pierre Vaneck.
| Entrée Gdes-2.50 et 4.00

ll uh i
pl

f
|

i]

GineRo- PERRE GAUL
SOrorcgate ¢

rer | rl

ld



CELL LE LE LL ELL Lam
~~ SSS SSS SNES

&

Chrériometré Haute Fréquence a 36000 alt/h, auto-
matique, calendrier, boitier étanche & f'épreuve’
des bains de mer, 39 rubls, avec garantle de
précision au porter.

Modéjes classiques et d’avant-garde en or 18 of
plaqué et acier,



GIRARD-PERREGAUX

ns

MONTRES DE QUALITE DEPUIS 1701

mariages




|
:
:

Pelitldtieitciietiinttetitet Ute La





iL NOUVELLIStE,

Bion ie



JE TE PROMETS DE
LE GARDER POUR 7)
MOI; SUSIE,
~—

¢ Les Bandes Dessinées dul Nowell










DANS NOS SALLES DE SPECTACLES

De Luxe Auto Ciné

Dimanche 4 Mai

a 7 hres et 9 heures
LES OGRESSES
En Technicolor

avee Claudia Cardinale — Ca-
pucine — Raquel Welch — Mon
_ pucine — Raquel Welch — Mon.
ca Vitti — Jean Sorel

Une production ensoreelanie de
ja Columia.

Uen oeuvre ~ choc, audacieuse-
ment interprétée par 4 vedettes
de choc, 4 déesses de la volupté.

Vous adorerez les ‘ogresscs,

Vous serez scandalisés par ces
ogresses.

Vous serez mélés A la sauce de
ees opresses piquantes et dévo -
rantes.

LES OGRESSES

Ge bijou somptueux du Tee
Art est délicatement dédié a tou-
tes les femmes fatales, aux pas-
sionnées éperdues, aux enfants de
volupté, aux filles de Vamour..

LES OGRESSES

Cette oeuvre envoiitante est
consacrée aux tigresses de l’aled-
ve... Aux ogresses débordantes
de sensualite Aux = Fenmes
pour qui homme est un Uctit
Poucet — éternellement perdu.

LES OGRESSES

Une production osée el epicée
au sel raffiné de’ lesprit Lranguis.

Un film célineelant d'clégance
et de charme ...

Un chef d’oeuvre léger et nu,
consacré au don de séduction ms
tinctif de la femme,’ & la vague
de passions effrénées qui. domine
leur subconscient, au jeu intime
de amour que la femme condni*
avec une habileté innée menant
Vhomme, ce pantin articulé, com
me un jouect banal entre ses
doigts de velours.

LES OGRESSES

Des ovresses, ‘(les tigresses qui
exercent leurs talents d'envotile -
ment, de séduction, de poésie, de
rues, eréant des silualions ¢tran
ges qui donnent toutefois une xa-
veur plus capiteuse a ia vie
_ Vous adorerez ces ogresses da-
vantage aprsé les avoir vues met
tre la main a la pate.

Déja, vous briilez de vou. votr
mélés 4 la sauce CAPUCINE, ov
la créme fouettée Claudia C ARDI
NALE.

Entrée $ 0.50 par personne

xxx

PARAMOUNT

PARAMOUNT présente
Dimanche 4 Mai 1969
4 5 Hres 7 Hres et 9 Hres
LE C. 1. A. MENE LA DANSE
Avec : Philippe Lergy et Ro-
sana Podesta.
Un espionnage de ‘Ten qui dan
se sur un volean.

i

Une atmosphére éruptive sur .

chauffant des séquences d’enfer.

Un affrontement entre deux
puissances rivales,

Un grand = film d’action-choc,
interprété par des vedettes de
choc.

LE C. I. A. MENE LA DANSE

L’Enlévement scientifiquement
audacieux d’un coffre -~ fort pré-
cieux.

Un film = qui
attention dans

enclavera votre
an étau d’intérét

soutenu.
xXx XX
ELDORADO .
XXNXX

Dimanche 4 Mai
4 5 hres , 7 heures ct 9 heures

La Direction de cette Salle pré
sente

Sean Connery,
Honor Blackman
dans le plus fracassant film duc
tion de notre temps

GOLDFINGER
D’apres l’oeuvre de Jan FLEM
MING.

Gert Frobe, ct

Voici le film Se plus attendu,

Voici porté a Véeran le plus
grand «coup» jamais tenté: voler

le trésor américain qui est entre
posé dans une banque A Fore
Knox. Plus violent, plus ‘inquie-
tant que Dr. NO, plus irrésisti -
ble, plus «choe» que BONS BAl
SERS Dé RUSSIE, Goldfinger,
truffé de scénes absolument déli-
rantes, congues et mises en ima
ges avec un sens étonnant de ler
fet. cinématographique, est d’un
calibre qui déroute l’imagination
Cest une oeuvre egsentiellement
d’émotions: Vouverture du film

-da démence du projet de Goldfin-

ger, la poursuite en voiture, lat

_ taque de Ja banque Jaissent le
spectateur pantelant duns gon fau
' teuil.

Dans un réle “que personne ne
pourra lui reprendrc, Sean Con-
nery, se surpassant, est d’une pré
sence et d’un flegme absolumetit *
ahurissants. Rien n'est, négligé
pour faire de ce film un spectacle
@une exceptionnelle attraction,
ear «JAMES BOND» est de nou
veau en action. Il enquéte sur le
grand trafiquant d’or du- monde:
Auric GOLDFINGER, redoutable
dangereux, inquiétant.
GOLDFINGER::B



3 de Tan “FLEMMING qui, "Ue
film .én film, nous -entraine dans
des aventures de plus en plug ex-
traordinaires!.

GOLDFINGER: Une -émotion ,

4 bout de souffle! Une action
sur un. rythme infernal! Le som-
met des filmis d’aventures! Un
«JAMES BOND> qui n'a pas
fini de fatre .courir tous les -pu-
“blics des ‘grandes capitales | du
monde.,

Notre prochain spectacie!

Entrée Gdes 2.50 et 4,00

/ x xX
Drive in Ciné Delmas
Dimanehe 4 MAI a 6 heures .
Séance Unique

PARIS BRULE-T-IL?
En scope - couleurs

avec; Alain Delon, Simone Signo--

ret: Yves Montand, Kirk Dou -
glass, /George Chakivis, et unc
pléisde- d'ucteurs internationans.
PARIS BRULE-T-IL ?
Aott 1944, Les armées amérieai-
nes et francuises marchent ver:
Paris, ils ne sont plus qu’A quei-
ques kilométres de la ville. lumié
re. Le Général Von Choltitz re -
goit Vordre d’Hitler de dciruire
complétement la ville, ‘et la réaui
re en cendres avant lentrée des
armées allfées. A Paris la résis-
tance s’organise. Le Général Le -
cles fonce stir Paris, et grace aux
démarches du consul de Sudue et
aux hésitations du Choltitz, Pa
vis sera sauvé..

PARIS BRULE - T - IL
Un film grandiose, spectaculaire.
historique qui raconte un des plus
beaux moments de Vhistoire de
France .René Clément, le réalisa-
leur, fait preuve de son grand ‘ta
lent, de son expérience, et de sen
passé. Il a transfarmé une “ati?
re diverse et multiple, en unc his
tolre que le spectateur suit avec
intéraét,

PARIS RRULE-T-IL?
Une des plus grandes réahea -

tion sur Ta deuxtéme guerre nim .

diale qui interessera adultes et
adolescents. .
Entrée $ 1.00 par personno

x x xX

AIRPORT CINE

Dimanche 4 Mai |
a 6h. 380 ét 8 h. 30
La Direction d’AIRPORT' CINE
presentera encore une fois su1
ses écrans afin de satisfaire enco
re une tois ses aimubles clients.
_CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Un film en scope coulears
avec le Super bolide Marc Briand
et la ravissante Marilu Tolo.
De mémoire de cinéphile, djns
les annales du cinéma, dans le:
souvenir enflammeés des fervents
Spectateurs d’AIRPORT CINE,
Ja monumentale super production
CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Que la direction de votre salle da
prédilection vous offrira encore
une fois en grand gala, le Diman
che 4 Mai 1969 a 6h.80 et 8h.30
surclassera, de trés naut tous le-
films choc déja présentés sur ses
écrans,

CASSE TETE CiilNO?S
POUR LE JUDOKS
AIRPORT CINE: dont: ta tor
melle garantie @ ses chers clients
que ce chef d’oeuvre brulant com
me une torche, dépassera en sin-
tensité dramatique, en ébullitien
de furie, en convulsion de bagar
res nouvelles et plus fGroces, ious
les sommets enflammés du JSiln
despionnage déja connus.
CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Une cime d'action, de dynamis-
me jamais atteinte et qui ne sere
pas facilement dépassée.
CASSE TETE CIINOIS
POUR LE JUDOKA
Vous uvez vu Je ballet de kara
{é offert dans chasse & l'homme
ii CEYLAN, CASSE TETE Cul
NOIS vous convie itgpenie assis-
ter ericore une fois & Ure sympho
nie héroique de judo et a une dan
se. macabre de karatés qui vous
électriscront 4 haut voltage de
délire et de frénésie, tant la frap
pe casse téte est dure et formi-

dable, tant Ia bugarre
est féroce et spectaculaire,
_tant — Vaffrontement des ad-

versaires de taille est cruel ev
atroce, tint les rencontres entre
ennemis jurés sont implacables

CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Dans ce concert de violence Ga
chaque protagoniste joue un ins
trument d'un son particulier, cou
teau lame -nue, poignarc, poings
fermés, pieds allongés, plat de la
main, revers, uppercut, ruses, pie

ges, bagarres.

Jamais un film ne vous aura
autant impressionné, jamais un
suspense ne vous aura autant ha-
let¢é, vous viendrez alors revoir
en foule délirante ce‘ morument
dacier blindé érigé par le fer for
gé de action, du dynamisme et
de Vémofi os

ee.



CRIC CRAC CINE
Dimanche 4 Mat
A Schres , 7 hres et 9 hemes
LES ANGES :
AUX POINGS SERRE.
(Couleurs)
avec Sidney POITIER*
«Tant que je. sera seul a 16.
eran & représenter la collectivité
noire, je n'interpréterai Privertisic
rien qui puisse faire honta a un
Noir. Je suis venu effacer 66 ans
@humiliation ot le cinéma avait
présenté Ies Noirsscomie des 6.

tres serviles ut laches, des domex .

tiques effarés, des chauffeurs de
maitres en livrée, des danscurs
& claquettes. Je canicrai tou -
jours un héros qui inspire forte
lt la races.

Sidney POUTIER
LES ANGES
AUX POINGS SERRESâ„¢
Un drame exaltant, a4 Sicney
Poitier incarne wy Noir cuhiv.,
qui, par sa transeendaniy person
nalité et de sa seuie aucrité va
imyfoser le respect cb Suserter da
sympathie chez un groupe de lei
nes blanes:
/ LES ANGLES
AUX POINGS SERRES
Sidney Poitier prend Tes vis -
ques du méfier en Tncar fant, avec
virilité et pathélisme, un jeune
instituteur noir qui'va faire plo-
yer la-rvépulsion de jeunes blanc:
Sous une’ sorte de fascination par
son calme jsa sérénité, sow hadi

‘leté professionenlic...

Aprés:;«Un Home pours VEter
nités, «Casse Téte Chinois Pour
le Judokays, ‘CRIC CRAC vous in-
vite A venir voir et acclamier Sid
ney Poitier, fierté de ta race.
consacre la:vedette de 1258) dans:
LES ANGES ATX TOINGS
SERRES.

Entrée Gdes 2.90 et 3.00

MAGIC CINE

MAGIC - CINE présente
. Dimanche 4 fa
a3 H. 5 H. 7H. et 9 Heures

DU SUIF DANS
L'ORIENT EXPRESS

Avec Pierre Brice; Weinz
Drach, Charles Renier.

Un film ad’ espionnage
avee brio et humour. Une valise
disparait tandis qu'un , homme
est abattu a proximité du SA-
CRE-COEUR. DE MONTMAR -
TRE. C'est un fait divers appa
remiment jusignifiant mais qui
cache en réalité un vol dune ex-
tréme gravité pour la séeutite
nationale et la paix mondiale.
Que contenait cette valise ? Des
plans d’une invention dans le do-
maine du téléguidave des fusées.
Les meilleurs agents secrets sent
appelés par le chef du contre -
espionnage notamment — l'agent

mene

-vdernier “tres

fin tinier, diriy
vite ses “recherches s vers len)
dieu de spectacle de: Pigalle: D
interrogations .ont Jigu:.d’urgen
mais interrompues par ‘Jes’ nun
ros du spectacle, PHILIPPE T
SOT subit en, méme ‘temps ‘lat
que des voleurs eto tombe dans.
dangereuses embuscades: Il sy
chappe aidé dune vedette
spectacle. QUIL EST A L’ORT
NE DE L’AFFAIRE ?

Fouille de | souveraing : a’
vieux Chateau, Meurtres. Amou
Espionnage. ,

Des. seénes de Loges, de’ Musi



Nall; des meurtres, de, la viol
ce font de ce film unt. speetac
attachant, . «

Dimanche a 3h. Gdes 1.50
2.50 °

Dimanche a 5 h. 7h, et 9h.

Gdes 2.00 ef 3.00
xX X X

AU ‘REX - THEATRE

Dimanehe 4 Mat
4 hres, 7 hres et 9 hetres
UN IDLOT A PARIS
(Cinemascope = technicolor)
avec les comédiens les pl
ralfinés du cinéma franeais Je
LEFEVRE, Bernard BLIER
encadrés de Dany” CARREL, s
ve Korber. .
Un fim délicieusement tence
ct poétique qu4l serait idiot.
manquer,




- “ ’
UN IDIOT A PARIS

Une production des plus hi
rante qui fait exploser le rire
Ja detente en des séquences. div
Ussantes a souhait. .La> créati
Ja plus fine Servie admirable
ment pa; un dialogue étincela
esprit, pailleté d*humour. . Mi
chel Audiard a su une fois |
plus mettre dans la bouche 4
acteurs des mots qui déelenche
le rire. ka fplle waieté,

- UN IDIOT A PARIS
Un spectatle d’un envouteme
ineffable. © [’histoiré d'an — sa
parmi les fous. Un histoire in
tendue, attendrissante et: folle
ment ¢poustouflante.

Jean LEFEVRE, incarnant
veo brio cet idiot qui est peut
_¢tre un imbécile, vous entraine
dans le tourbillon — vertiginer
de Paris et ses plaisirs, .
Entrée Gdes 2.50 et 4.00 .

‘Messe de Requiem
LAS NIVERSATRE

Une? messe de requiem ann
Versiive sera cchantée en Eg!
se du Sacré -. Coeur! de Turges
le Lundi 5 Mai a 6 h. 45 AN
pouy le repos de VPame de fe
Dr. Felix Colimon.

Cet’ avis tient lier d’invit:
tio aux parents et amis du di
fant.

x

. CAPITOL

secret, PHILIPPE TISOT. Ce
x xX
CAPETOL presente
Dimanche 1° Mai
a5 H. 7H. Heures P.M,

Marie France BOYER dans

Une oeuvre maitresse de Ser
gio GOBRI .

WETRANGERE

Elle s’appelle Barbara, mais
aUssi Sylvie. Qu’importe — son
hom, elle est belle, ravissante, dé
Elle veut
dehors de
libre. Pour-

bordante de Sensualite.

pleinement, en

convention,
.

vivre,
toute

tant elle est poursuivie pay deux ..

hommes décidés de s’emparer
Welle. Trompant — leur vigilance
elle s’embarque dans un _ train
qui la eache dans un village au
paysage pitturesque. C'est 1a
qwelle rencontre son homme. un
intellectuel, humain, sensible. Et
c'est le coup de foudre., L'homme
est divoreé. Il veut en faire son
profit. T].Vaimer a





thins te colembier.
velle vie, te
qui serait: le

Clest une ne
bonheur. Ou plut
bonheur s'il n'y |

vail pas un mystére, le secr
de Sylvie.
LETRANGERE Une oeuv

audacicuse, sincere, véridique
Un frame brulant, plein de fi
reur, la fureur de vivre !
I“ETRANGERE > Un sui
prenant, absalument . passie
nant, interprété par’ deux. gra
des vedettes MARIE FRANC

BOYER ct PIERRE VANECK
dont ics qualités dramatique
sont incontestables !
L'ETRANGERE’ : Un speet:
cle hors:cadre . rehaussé pa
Eastmancolor ! Le film dont. o1
parlera longtemps parece — qu
s‘inscrivant dans la ligne del:
nouvelle -axpression ‘au cinéma
INTERDIT AU M
18














PAGE 6











Â¥



CONFIEZ VOS PIEDS.



A propos de

AEnquete se

(SUITE)
industriel, commercial “ou au-
tres ne peut partir d'un bon
pied. C'est en quelques — sortes
tous les secteurs de la vie natio
hate qui sont coneernes; exploi-
teurs agricoles, industiiels, éco-
nomistes, commergants,
tuels, chercheurs, missionnaires,
et nutres ont mtérét YX pouvoir
disposer a tout moment d’infor
mations stires pour la conduite
leu.s entreprises.

TJenquéte ‘sera supervisée a
echelon supéricur par Je Direc
teu Genéral de Uinstitut Hai-
tien de Statistique, - Pingénieur
Jacques Vilgrain, assisté de ses
plus proches collaborateurs, au
niveau des zones, clle Je sera par
des spécialistes de divers servi
ves: publics comme le Départe-
ment de VAgriculture, des Res-
sources Naturelles et du Dévelop
pement Rural, VOffice National
d'Alphahbeétisation er — d'Action

dey

Communautaire, Les énuméra-
teurs sont choisis parmi les em-
ployés qualifiés de ‘ces mémes

services notamment les institu.
teurs ruraux et urbains, les mo
nitettrs polyvalents de PONAAC.

Le jour de Vinauguration de
‘Venquete socio - économique sera
annonce vlterieurement,



Messe de Requiem

Une misse de Requiem Anni-
versaire sera chantée le Mercre-
di 7 Mai a 6 H. £0 du matin a
la Basilique Not:e Dame pour
le repos de Vame du repretté
ELIE JOSEPH.

Â¥ Cet avis tient
tion auy parents et

lidu invita:
amis.

cry
uf Saal

Ss
e

— 100% étanche jusqu’a 200m
Cel onielarel-atlg

— automatique, avec calendrier

ems CcTe- Tah LM Mccicircle metab ees Cf210)
dans le.monde entier

OF SWITZE

ser Em N et ele mew
Eile e-1ei Mh Tete ta



R. H. CARLSTROEM
Agent Officiel



Messe de Requiem
aithiversaire

Mne Vve. André
enfants prierit
du regrette André Morts-
(assister a une Messe de
Anniversiive qui sera
Mirdi G Mai a 6@ heu
en Veils: duo Sacré-

Morisset et
ses les alliés et
amis
sel,
Requiem
chantée de
res A.M.

Coeur de

Turgeau.

intellec--

, dignement

Dans le Football

(SUITE)
gué C. Carrera du Guatémala; 2e
match : Arbitre-

R. Marmal du Salvador, Délé-
gué Ramon Coll de Costa’ Rica.

Groupe C’; Jong Columbia des
Antilles Néerlandaises ‘Aguila
du Salvador, Arbitre , ‘

L. Jardine de T.midad, Ly leé-
ecu Mordy Maduro des Antilles
weéeriandaises; deuxiemis mateh:
Arbitre A. Gomez au ILonduras,
Délégué F. Fortin du Honduras

Groupe D : Saprissa dc Costa
Riea — Motagua du ioncuras,
Arbitre V. Gazo «du Nicaragua,
Délégué C. Serovie du Guatéma-
ja; deuxiéme match, Arbitre C.
Ruggiero du Salvador, DVelcgué
A. Carbajal. du Salvado..

Groupe IF : Communicaciones
‘du Guatémala — Universidad du
Nicaragua, Arbitre A. Aguilar
du Mexique, Délégué G. Perez du
Mexique; deuxiéme match, Arbi-
tre, J. Soto de Costa Kiea, Dele
yué L. F. Morda de Cosin Rica.

Le second tour aura lieu du
Jer au 30 Juin entre ies quali-
fiés des groupes C contre &, A
contre TD,

Le troisiéme tour opposera le
vainqueur B au Gagnant A ou D
entre le ler et 31 juille.,

La finale mettra aux pcises ies

deux survivants entre w ler et
31 Aodt.

Cette compétition se joue sur
Ia base de visite réciproque a
moins darrangement oulze ics
deux intéressés.

En cas d’égalité de points, te
goal average sera utilisé -pou-

départager deux concurrents.

Sil y a égalité de points et de
buts, un match d’appui sera joué.
Il est également prévu unc prolon
gation en deux mi-temps ue 15

minutes et lirage au sort si le
cas échet. .
Le Violette Athletic Cluy qui

compte dans ses rangs deux In-
ternalionaux Seniors, Vaorke et
Francois. et deux Juniors : Bap-

“tiste et Bayonne devra se préna

rer séhicusement pour défendre
ses couleurs. Nous
souhaitons qu’a Vimage du ha-
eing Club ‘Haitien, il Lasse bril-
lante figure dans le Champion-
nat des Champions pour le bon
renom du football et lui disons ;
Bonne chance !

‘Pharmacies assurani
le Service cette nuit.

Samedi 3 Mai 1969
MONT CARMEL
Boulevard J.-J, Dessalines
MATHURIN
Rue des Fronts Forts
Dimanche 4 Mai 1969
VALLIERES
Poulevard J.-J. Dessalines
ST AMAND
Rue des Miracles

Communiqué de .
Presse

L’Eecrivain Max Guillaume
Malhet Bourvie; Prix du Cente-

naire Radio Canada Montréal —
inv te tous les jeunes auteurs

Haitiens (de provinces et de la
Capitale) a participer & une Ex-
position Nationale d'oeuvres lit-
téraires

Pour ce, il leur est reeomman
dé d’envoyey du ler au 30 Mai
1989 un exemplaire de leurs pu-
VNications via Vadresss suivante:
Mr. Max Gaillaume M. Bourvier

12 Ave. Nicolas 12 °
Prau-Pee. Haiti.

Messe de Requient

{I sera chanté le Mardi 6 Mai
en cours, 4 6 Heures A.M. en PE
vlise de Saint Joseph une Messe
de Requiem pour le repos de l’A
‘me de la regrettée Madame
Christian DESGROTTES née
Missida Renuvais.

Cet avis tient lieu d’invita-
tins Aux parents ct amis.






i ASEGURAMOS

ESTUDIE EN SU CASA POR

llevarlas a 18 vez con solo saber
tiempo y de escasas recursos
DIPLOMAS de Estados Unidos de

res de nacimientos dianios, y sélo



BENFEL



Sirrase caviarme tal comprenae de wi



WOoMenE



GIRECCIGN:





cruaa.

SENCILLAS POR EL PRECIO DE UNA. Facilmente comprensibles puede
ENFERMERIA Y OBSTETRICIA con OOS

Primera y mas acreditada Escuela de Enfermeria y Obstetricia del Conts
Mente. le gatantiza una vida de comodidades y satisfacciones

8.000 enfermos PARA AMBOS SEXOS

Calle Padre Billini No. 75, SANTO DOMINGO, R.D.



ENVIE HOY MISMO ESTE CUPON Y OBTENDRA calls SU CATALSGO





SU PORVENIR !





















CORRESPONDENCIA DOS CARRERAS










leer y escribir, disponiendo de poco








Norteamérica. BENFEL SCHOOLS, Ia

Hay milla
una Enfermera o Enfermero por cada

SCHOOLS

parte so uteresoate Cutaloge 60 Catermaca













AU FIL DES JOURS...

- . (Suite)

de
en

‘ récemment encore Rédacteur
‘Atlanta Magazine. I écrit
ce moment un roman.

Wylie Davis photographe in-
dépendant et écrivain est aussi
de Atlanta,

xxx

.. Hier matin est arvivé a
‘Port-au-Prince, notre sympathique
ami Jean-Paul « Belmondo »
Villain, Attaché de Direction
dune grande société frangaise,
‘représentée en Haiti par notre
compatriote et ami Adolphe A-
hrahan,

Il a eté accuilli hier a Paéro-

‘port Francois Duvalier par ce >
‘dernier. .
XXX
. Miles Carmen M. Robles,
etudiante .et Mari Rosa Jorge
secrétaire, de Bayamon, Puerto
Rico, arrivécs ce matin venant

de San Juan, ont été accueillies
par leurs amis haitiens.
xx
Le William Robert Funcek,
de fa USAL a Ramey Air Force
Base et sa femme Barbara Ann
passent le week-end 4 Port-au-
Prince,
XXX
. Samuel F. Arauz, Manager
@une compagnie 4 New York est
arrivé ici ce matin pour une
visite de quélques jours.
x xx
. Mme Glenna = Feldman
Brodeth, infirmiére amévicaine de
Jamaica, Long Island, New York

a pris logement ce matin au
Grand Hotel Oloffson. .
. x xX X
DIVERS

.. Hier matin, le Dr. Bryan
Miller, de Cleveland, Ohio a

repris Vavion pour les Etats-Unis
apres trois semaines au Dispen-
‘saire de Ouanaminthe. Le Dr.
Miller qui pratique la médecine
générale a été enchanté de sou
séjour en Haiti. Il se propose de
revenir ici bientét.

Il aw été salué ‘A l’aéroport par

-les R. P. Omer Duplessis et
Maur | Lancourt:
x xXx

. M. Jérome Michel Carbonel.
Avent contractuel du Ministére
des Affaires Etrangéres et sa
fracieuse femme née Jacqueline



Fédération haitienne
de Voliey-Ball © -

Coupes : Ricot et Biamby

Résultats des 1/4 de finale

Coupe RICOT : Lycée a élimi
né Sacré-Coeur par 2-1

Bird wélimine St Pierre par
2-1

Cli Moa Giiminé St- Francois
par 2-1

Lalue oa eliminé les Abeilles
par 2-0,

Coupe BIAMBY +: St Pierre a
cCliminé Eclair par 8-1

St Louis a climiné
par 3-1

Séminaire a éliminé Eteigno'r
per 3-0

Anglade a éliminé Bird par 3-2

F.S. C.

Aujourd’‘hui Samedi 1% finale

A) A St Pierre

Coupe Ricot % finale : Lalue-
Lyeée

Coupe Biamby 1% finale :
Séminaire-Anglade

B) Au Stadium :”

Goupe Reot : ‘finale
C.1.M. - Bird

Coupe Biamby 14 finale
St Louis - St Pierre. ,



Remerciements

Dans l’imppssibilité de répondre

indviduellement A tant de | mar-
ques de sympathie qui Jeur ont
été données & l'occasion de , la

mort de leur reprettée
Mme Félix Pailliére
Née Résia Malebranche +

Enlevée A leur affection. le
mercredi 2 Avril, & l‘Anse-a-Veau
Mr Félix Pailliére, Mr et Mme
Raymond Malebranche et famil-
le, Mr ef Mme Fritz Pailliére et
famille, Mr et Mme Edner
Paillitre et famille, Mme Gilberte

Pailliere, ’ ainsi que tous les
“autres parents remercient tous
Jes amis, tunt’ de la vapitale, de

l’Anse-ii-Veau, des autres provin-
ces et de Vétranger. Et les prient
de trouver ici, Vexpress'on de
leur profonde gratitude.

Port-au-Prince le 2 Mai 1969

Liautaud sont revenus hier d’une—
visite & Puerto Rico.
x xX .

uw. M. Pierre L. Koy est arrivé
hier venant de San Juan oi ° il
a son «business».

Il passe le week-end ici avec
ses enfants.

: XXX

.. Mike Roesslein, District
Manager de la Trans Caribbean
‘Airways est rentré hier matin
venant de San Juan, Il vient
ainsi de bénéficier d’une promo-
tion.

Tl nous dit qu‘il va maintenant
faire beaucoup de choses
le nouveau pouvoir dont il
pose,

Franky Farmer
ce matin de San Juan
femme Diane.

is-

est rentré
vee sa

,

La lutte contre
la Pornographie
aux USA .

Le Président Nixon a demandé
au Congres américain de rendre
plus sévére la législation fédérale
contre les publications et les an.
nonces de caractére pornographi
que. ll a proposé ladoption de
deux lois interdisant, V’une Ven-
voi par da poste de toute publica
tion indécente aux moins de 18
ans, Vautre, la distribution, par
courier, aux adultes ou aux mi-
neurs, de toute publicité faisant
appel &.des penchants sexuels
malsains.

Le Président demande au Con
gres de qualifier les infracticns
a ces projets de délits fédéraux
et de les punir par des peines peu
vant atteindre cing ans de pri-
son et 60.000 dollars d'amende.

Un flot de littérature et de pu

blicité obscénes jamais épulé
dans Vhistoire inonde journelle-

ment les foyers américains par
Vintermédiaire de la Poste déela-
re le Président Nixon dans son
message au Congrés. Il précise
que 'e Gouvernement américain a
recu l'an dernier 870.000 lettres
de protestation émanant de ps-
rents indignés.

Le Chet de la:-Maison Blanche
indique que son objectif, qui con-
siste i-protéger les enfants ct les
adolescents des outrages de la lit
térature érotique est difficile a
atteindre, le premier amende-
ment a la Constitution plagant
ces publications et tout le com-
merce de la pornographie sous
Vombrelle protectrice et généret
se de la lot, qui interdit toute at
teinte.a ja liherté de parole et de
presse,

Co message du Président Ni-
san constitue le deuxiéme volet
du programme Tlépislatif de VAd
ministration américaine dans sa
lutte contre la délinquance et la
eriminalité, le premier message,
rendu public la semaine derniér
constituant une déclaration de
fucrre contre la mafia. .



Des Etats Généraux

de la Classe.

°> ~
Ouvriere a...

(SUITE)
Neurs et patrons a leur Président
qui incarne les aspirations — le:
plus progressistes de la Révolu-
tion en marche. C’est aussi un
hommape & Ja Premiere Dame de
Ja République, Madame Simone
Ovide Duvalier, qui, en dépit de
Sa position éminente, ne s’est ja-
mais départie de cette simplicité
qui La rend ouverie aux , nppels
de la souffrance.

Des Etats Généraux de la Clas
se Ouvri¢re aux manifestations
imposantes du ler Mai, c’est la
méme apothéose. Ouvriers, Tra-
vailleurs intellectuels cf munuels,
Patrons, Paysans forment
chaine autour de leur Leader qui
Jes conduit vers de prochaines
vicloives. #
Car, le combat de la Dignité sve
poursuit. Er ie Frésitlent Duva-
lier est sur les barricades, avee
les forees vives de la Nation, que
ont foi en Son Etoile qui con.’-
nuera d'éclairer la nuit des mul-
titudes en maxche vers les r’rol
tes fulures ...

Max A. ANTOINE

3 Mai 1969.



une ,

QOOOQGOOOOOOGOGOOOOGOOOOOE

cLe Rond Point Night Clubs

Samedi 3 Mai

DINER DANSANT

Dés 9 Heures P. M.
Tenue de ville de rigueur

Admission $ 2.00 Dollars

SOOO

$000000006

3000000009990000000000000

SPELLS ILA REITER IIA RI .

Grand Hotel Gioffson

Chaque Lundi
Formidable Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarborough

Danse avec Ensemble de MURAT PIERRE
ADMISSION 2 DOLLARS.



















_ lAssociation

‘les pays en voie

Cloture du ler
Séminaire ...
(SUITE) Toe

Elle: ne ‘manque point d’exhor-
=ter Vécole .et ja: famille “haitien
ne a conjuguer leurs efforts « a-
fin de..meney -& ‘bien’ cette .oeu-
vre .commune que - doit: étre Vedu
cation des enfants...
Impressionnante fut- la miny-.
te ohn Mlle Marie Tihérése . Coli-
mon, Déléguée de’ lOMEP.: cita
les membres d’honneur de. l’As-
sociation, choisis soit’ en raison

‘de leur longue carriére au. ser-

vice de la. jeunesse scolaire hai-
tienne ou encore en témoignage
de gratitude pour les services
insignes‘ rendus a 1’Association.

Gest ainsi que Vinsigne de
VOMEP fut épinglée 4 tour de

avec tréle sur la poitrine des personna

lités suivantes ;
Mme Suzanne Herbiniére Le-
bert: Hite @honneu; de POMEP,

Fondatrice de Organisation
Mondiale pour l’Education Pré-

scolaire, Inspectrice des Mater-
nelles de France et Conseillére
de VOMEP MSuitien.

Melle Victorine Latoitue —
June des Premiéres Normalien-
nes Haiti — Ancienne Assis-
tante de la Directrice de l’Eco-
le Normale d’Institutrices — An
cienne Directrice d’Ecole privée.

Mme Maud Hudicourt: Edu-
eatrice de carriére — Ancienne
Directrice: d’Ecole privée et pion
niére des Jardins d’Enfants en
Haiti.

Dr, Pradel Pompilus Bril-
lant Linguiste, Educateur de car

rigre — Conseiller Spécial de
VOMEP. .
Mr. Serge Braudo — Attaché

Culturel prés de ’Ambassade de
France en Haiti et Directeur de
VInstitut Francais d’Haiti.

Lion eut également au cours
de cette brillante cérémonie, Voc
casion Wentendre, exécuté™ par
un groupe d’éléves du Centre
pour VEducation Préscolaire, le
magnifique «Hymne de la Jardi-
nieres -- oeuvre “conjointe de
Melle Marie - Thérése Colimon
et. de Mme Micheline Laudun
Denis; ainsi que !HYMNE ‘DE
VOMEP HAITIEN» dai au ta-
lent de Mme Jacqueline Turian
Cardozo Présidente de l’OMEP.

Avant de déclarer «fermés
les travaux du Premier Séminai-
ve Pédagopique de VOMEP»s Ma
dame Gladys Wagner remercia
avec effusion tous ceux qui a-
vaient concouru au succés du Sé
minaive et fit part A Vassistance
des plus prochaines activités de
& savoir: Vinaugu-
ration d’une BibHothéque Péda-
gogique — Vexposition d’un lot
de matériel éducatif de fabrica-
tion locale etc.

gn présentant nos plus cha-
leuwleuses {Glicitations au Comité
Haitien de }OMEP pour ce bril
lat Séminaire, nous renouvelons
nos sincéres hommazes a Pémi-
nente pédagoguc francaise Ma-
dame Suzanne Werbiniére - Let
bert et lui souhaitons ufe agréa
hle fin de séjour dans notre fle
magique.

Marie - Carmel LAFONTANT.

Coursde

Comptabilite

industrielle a
PIHECE

LInstitut des Hautes Etudes
Commerciales et Economiques
annonce Vinauguration d’un
Cours Intensif de Comptabilité
Industrielle qui commencera le
Mardi 13 Mai prochain et p-en
dra fin le jeudi 18 Septembre
1969, ey
L’objectif de ce Cours est de
permettre aux Comptables, éco-
nomistes, chefs d’entreprises et
& tous éeux
postes de

responsabilité de se

familiariser avec les techniques
modernes de détermination, d’en

registrement, d’analyse et de rap
port de cofits de production.

Le plan du coure est le sui-
vant :

A) NOTIONS GENERALES

1. Concept de cofit — Diffe-
rence entre coit et frais.

2, Fonetions de Comptabilité
industrielle, Son importance dans
de développe
ment,

3%. Plan comptable --- Comp-
tes de contréle de cotits — Pré
paration de budgets — Techni-
ue et procédure générale.

B) DETERMINATION
ET ENREGIST'REMENT
VES COURS
DFE PRODUCTION

1. Fabrication sur commandeys

2, Fabrication uniforme et con
tinue,

3. Produits conjoints et sous-
produits.

4, Coits estintatifs,
5. Cofits standards.
6. Comptabilité par
vesvonsabilité,

Méthode des coiits varia-
Dies ou Direct Costing.

C) ANALYSE ET RAPPORT
DE COUTS

1. Analyse de cofits.
mes de gestion exigeant
se de coits.

2. Rapport de cofits: Rapports
comptables — Analyse et era-
phique du seuil de rentabilité.

Les cours seront dispensés de

cent es
de

Proble-
Vanaly

4:30 & 5:0 P.M. les mard’s et
jeudis,
Les inscriptions sont reques

tous les jours ouvrables au local

de VPIHECE, Champ de Mars
“Mo 81, de 8:00 A. M. a 2:00

P.M: et de 5:00 & 7:00 P.M,
Pour tous rense'gpnements

“ complémentaires, adressez - vous

au Secrétariat de VIHECE ou
téléphonez au 65458. Les candi-
dats des villes de province qui
voudraient suivre le méme cours
par correspondance peuvent 6é-
crire & Vadresse suivante :

Institut des Hautes Etudes
Commerciales et Economiques
Box




qui oceupent des”



















LE MESSAGE DU PRESIDENT DUVALIER —



: (SUITE);

et de 1957 bouscula le fragile: pou

voir exécutif qui. treposait< sur Iw”

frivolité et la: futilité.La cons-
cience ouvriére et paysanne se ré
forma. autour’ des luttes qui --a-

- vaient été “abandonnéeés “et elle ‘se :

durcissait, “se “raidissait -en “face
des ‘manoeuvres: et des subtilités

doffres dont le conteriu-réel re-..

Ppoussait ‘les: conquétes sociales et
économiques’ en deca de-1946.. Un
syndicalismeé plus--viril. émergeait
des conditions :de ‘vie- que-posai:
la réadaptation des. fonctions .de
‘VEtat aux -exigences historiques

et Vaccroissement :de ‘la. producti-

vité, en plus .-de“l’augmentatio2
du volume de la production, amé-
nant une amélioration du salaire
et de la. consommation, un reléve
ment du-standard-de vie Que
traduit dans le domaine de l’acti
vité économique -si.ce n’est le
meilleures conditions: de vie par-
une production améliorée, ratio-
nalisée ?. Vivre ‘mieux en’ produi-
sant mieux signifie utiliser le pro
grés technique..en en soudant
tous les aspects afin de retrouver
Punité de lactivité
Cette orientation est l’un des faits
Jes plus marquants de notre civi
lisation industrielle elle favo-
rise l’évolution «dans un sens con
forme au bien’- étre matériel et

4 Péquilibre intellectuel de Hom

me», Elle ne la fovorise pas sev-

lement, elle.permet de la prévoir, -

de la contréler, de la régulariser,
de laystabiliser en diminuant la
durée hebdomadaire du travah,
en éliminant les crises économi-
ques et les crises de chémage, eu
remédiant 4 Vinstabilité et aux
disparités deg prix, en un mot,
Vaccroissement de la productivité
du travail tend @ provoquer la si
turation des besoins humains. Cet
accroissement est la pierre angu-
laire de l'économie haitienne d’au
jourd’hui et de demain.

Que nous considérions la’ pro-
ductivité comme le rapport de la
production 4 la quantité de tra-
vail fournie par cette production
ou que nous la définissions ‘com-
me le rapport entre la production
et un des facteurs de la produc-
tion, la définition essaie de lier
Vefticience du travailleur et la
qualité du travail et cette liaison
est fondamentale pour le dévelop
pement économique de In commu
nauté -haitienne. La fixation de
la notion de productivité pour un
produit ou pour une entreprise ai
de 4 mesurer les changements ap
portés & Vutilisation des forces
productives. Dans ce domaine, V’é
economie haitienne souffre de re-
tards et pour que la productign
de Vhomme haitien, but primor-
dial de ma politique économique
et sociale, avance avee régulari-
té, ne faut-il pas que, dans Vin-
dustrie comme dans Pagriculture,
nous produisions mieux, avee plus
defficience, avee plus de rations
lité ? En proposant 4 mes conci-
toyens l’année dernitre le théme
de la productivité, parmi d’autres
tout aussi importants par leurs
effets sur Vévolution de notre éceo
nomie, j’essayais de sérier les as.
pects du probléme de notre dé-
veloppement économique et j’indi
quais au sceteur public autanc
qu’au secteur privé la voie a sui-
Vren ,

Des facteurs, tels que le climat,
la répartition géographique des,
matiéres premiéres, la politique
fiscale, organisation du marché
du travail, les conditions du trans
port; des facteurs techniques et
dorganisativi, tels que, le degré
d'intégration, l’équipement, le per
sonnel, le volume et la stabilité
de la production; des facteurs hu
mains, tels que, la composition
de la main - d’oeuvre, les salaires
de base et salaires de stimulation,
les loisirs. les relations entre te
travaj] et la direction, influent
sur la productivité, et ils-la re-
tardent ou l’accélérent, Les nom-
breuses enquétes et études rassem
plées sur les économies sous-
développées fournisent des indi-
cations précieuses sur les possibi
Jités de progrés et, en régle géné-
rale, i] est admis que, par la seu



Convocation

Les Membres du Comit. . du
k. C. H. sont convoqués 4 une
séance Spéciale qui se tiendra e1
la résidence de Mr. Gérard: RE-
SIL sise au No. 38 de la Rue
GBEFRARD le Lundi 5 Mai a
f heures 30 P

Pour le Comité ates. H.

Re:é VERTUS
Secrétaire Gé iérat

P-au-Pee. le 2 Mai 1969

Allez & la plage. Allez a






économique. *

‘
‘
8
|

la campagne, car voici lés. vacances.

Mais allez avec un tube de WASPEZE...... C'est un produit
remarquable et étonnant qui fait oublier les piqires de guépes,
de moustiques, et punaises. WASPEZE est efficace méme contre
la grattelle de la mer, Les effets sont instantanés. Les douleurs
des morsures et des pigires disparaissent aussit6ét qu’on applique
WASPEZE.

Vive la campagne. Vive la plage. Allez y, allez y en passant
d’abord prendre votre WASPEZE a

Don Mohr Sales Corp.

le amélioration: des _méthoues de
travail; Vacéroissement dé pro-
Auction réaligable }dans Vagricul-
ture traditionnélle petit @tre doa
blé* ou “triplé:

Les résultats du Iléme Congrés
National du: Travail: préciseronz

la-nature dé'l’effort a réaliser pour

utiliser la‘vechérche ‘agronomique:
pour former ‘les -paysans étlés*6u
vriers, pour choisir le “investisse-
ments matériels,: pour --générali-
ser l’usage des engrais ou pour
perfectionner l’outillage, et pour
améliorer les structures - foncie-
res. La transformation du niveau
de notre production exige la for-

mulation d’une politique de produ:

tivité ok domineront che’ et l'économie des moyens les
plus rares», Et cette politique in-
téresse au plus haut point’ un
pays csurpeuplé comme le nétrés.
La productivité de eau, de la
terre, c’est-a-dire, une meilleure
utilisation de la quantité d’eau et
de térre doit économiser eau et
la.terre et elle crée les moyens
de sortir du sous - développement.
En étendant cette Politique '
productivité 4 tous les domaines
de l’'activité économique, la com.
munauté haitienne franchira les
obstacles techniques, natureis. et
humains, et elle dégagera les pos-
sibiiltés de provoquer. le dévelop-
pement économique par la créa-
tion de surplus. et d’accumuia-
tions qui rompront les barriéres
‘de la routine. A ce niveau, ]'1n-
vestissement intellectuel et la pro-
ductivité degissent’ comme une cau
se dynamique et la politique de
croissance devient un centre d’in
novatfons constantes. Les -techni-
ques de la. productivité porte-
ront chaque professionnel ou cha
que manuel 4 repenser constam-
ment json métier, son activité, 4
le réadapter aux. conditions ¢han
geantes d’une économie qui se 10
dernise. Le progres technique au-
quel nous visons s’obtiendra gra
ce & la productivité, et le grand
espoir de la Nouvelle Haiti rési-
de dans ce progrés lié de. lhom-
me et de la machine, le rapport

en!re l'investissement intellectuel _

et la productivité qui distinguent
essentiellement la société humai-
ne et déplacent sans cesse les
Merspectives finies pour ouvrir
Vhomme & un monde qui commer
ce et recommence indéfiniment.

Dr Francvis DUVALIER ,
Président & Vie de la République

(oe GSISLSALSLSSIS SSSA Sy

Le plus beau jour arrive
‘pour votre enfant
LA PREMIERE
COMMUNION

AU MONDE CHIC

a tout prévu pour
la circonstance
broderie, organdi, dentelle,
popeline, batiste de coton
minicare, tous de la Suisse.
Batiste de fil,‘ linon,
toile de fil erépe georgette
brodée et unie, tergal.
Les mamans qui doivent
ussister A cette grande
cérémonie trouveront
un .grand choix de tissus
et celles qui attendent
un BEBE trouveront
_des robes brodées en batiste,
opal, dacron et simili,
de petites chemises ainsi que
des draps brodés, couchettes
et moustiquaires
aux nuances variées.

AU MONDE CHIC

_convie le public élégant
a venir visiter ses rayons
Rue du Magasin de Etat

— 89 — :

eg SSL LLS SPS ASA A

8 AVIS

Pour répondre au veeu de la
Loi, Je soussigné informe

Suite & un jugement rendu.
par le Tribunal Civil.en audien’
ce publique du treize Mars Mil
Neuf Cent Soixante Neuf admet
tant le divorce des époux Anel Jo
seph la femme née Marie Nati-
vita Gertha Sainterlin, les for-
malités légales préalablement rem
plies, Maitre Anel Pierre Offi-
cier WEtat Civil de Pétianville a
prononcé le vendredi 2 Mai en








cours en présence des témoins
‘Adrien Lavache et Albert Des-
cartes amenés par Vlépoux de-
mandéur, la dissolution du ma-
vinge et en a transcrit l’acte
dans ses registres.

le 3 Mai 1969

P-au-Pee.

ARNOLD BLAIN.
Avocat.



Feu Vert — Allez-y

‘

-ececsonnoossssecaccessccsszec!




LArtiste H. Charles
etlebustede —s.
Carl Brouard

Crest au talentueux -sculpteur
et artiste notre distingué compi-
patriote Hubermann CHarles que



(Administration Communale ‘de

- Port-au- -~Prince avait confié le

soin. de préparer le busté du __

grand poete Carl Brouard. | :
Hubermann qui s’est mig au.

travail avec ce goat du inétier ét
une véritable conscience profes- :
sionnelle a pu; semble-t-il; réali- ~
ser ce. que lés:connaisseuys Appel
lent “an= Chef: d’Oeuvie ad’ Art.
C’est ainsi qué Je“nouveau Mai
re de’Portau-Prinee maitre Freda
ric -Desvarieux qu’ accompagnait
lun .-de -ses: ¢ollaboratenrs:immé:
diats, VEdile Marcel Allgustin “a
tout récemment “réndu Visite -anx.«
‘ateliers -d’Hubermann °Charles-en
vue de sé fendre conipte, de visu,
de la qualité de Voeuvre:
Rappelons que lé-buste de {Carl
Brouard doit, selon les recomman
dations de Son Excellence le Pré
sident 4 Vie de. la République,
étre érigé sur la place qui, & la
Croix des-martyrs & Port-au-Prin
ce, porte le nom de Villustre ‘pod. |

essence
«Une. ombre au...
(SUITE) a
biité aura. étéVécartée, elf laisse
va gous-entendre entre Raoul et:
Eugénié des relations _coupables.
eDevant -la brutale réaction de
Mme. Granchamp qui a_pleine
confiance en son mari, Margot
osera prétendre faire ~plutét
allusion. aux relations* entre .
Mauricé et Eugénie qui n‘avaient
plus rien de fraternel, ‘depuis
qwils . avaient déceuvert’: qu’ils
nétaient point frére et soeor. La
rumeur publique soutenait
toujours Mme. Jeanty, patlait de
secrétes fiancailles entre ses:deux
Jjeunes-Gens. Et toutes “ ces
manigances,. rien que pour .caser
sa fille Judith, superticielfe * et
sophist quée, jouant =a LA
JEUNE FILLE TRES COMME.
IL FAUT. in f raison de sa
. grande Amitié Pour la .mére
de Judith, Mme.. ‘ Granchamp
s‘accomoderait malgré tout dune
telle Brue, Mais Raoul qui-a les
deux pieds sur terre, lecteur.
assidu de Rousseau, espr-t Tucide
et libéré souhaitait de tout coeur

ce qui finit + par arriver
MAURICE ET EUGENIE sont
amoureux lun. de Vautre et

désirent s‘épouser.

Et Mme. Granchamp de réagir !
Elle parle du Quand dira-t-on, -et
patati et patata; elle se demande
ce que penserait la Société en la
voyant unir son fils 4 une enfant
trouvée, une enfant dont on
ignore’ méme les origines. Or, un
soir, Ie soir des vingt-et-un ans
WEugénie, hoist pour étré” celui

des fidngailles officielles, “Raoul
se charge de d ssipér’? qui voilait le tableau. HH parle

de Vamitié gui le diait A la mere
Wkeupéenie, Explique comment en
meurant, celle-ci lui deimanda de
veiller sur sa fille. O Tronie des
choses, véritable coup de thédtre,
il révéle le role décisif joué par
‘la mere d'Eugénie dans son
mariage avec Margot. Mme.
Granchamp énue jusqu’aux
“lurmes, se rappelle effectivement
les hésitations de Raoul é se dé-
cider, bien qu'elle fait = déja
enceinte de trois mois. Elle se
laisse convaincre, donne — enfin
son assentiment. *
Piece écrite dans une
chatiée. Inturprétée
lément par Max Kenol,
Granchamp ); Ginette Thony
(Mime. Jeanty), amie de Mme.
Granchamp), Celle-ei’ domina lit-
téralement la scene. (Lyne TLe-

langue
mapristra-
(Raoul

moine dans le réle de Judith),
Harold Andrieux dans celui” de
Maurice Granchamp)_ Eveline

Moreau (Eugénie)> Entin Dénise
Lallemand dans ‘le réle de

Margot, (Mme. Raoul Gran-

champ), qui gagnerait 4 montrer

plus de natuvel surtout dans la

premre Scéne. Enfin Maurice

au moment de faire son aveu.

Devént Vémotion de la fille

fondant en larmes.' [1 eut été

tellement plus naturel, * plus

logique que Maurice prit ‘Eugénie

dans ses bras, au lieu de patler a

nen plus finir. | Remarques’ qui

v'enlévent rien a da valeur de la

piece, Vérité, Réalité, Vie, tel est -
le trait dominant, de: | «UNE

OMBRE AU TABLEAU, drame

de Grégoire EUGENE qu'il faut

avoir Vu. ,

Laurore ST-JUSTE.-

LES E'PATS-UNIS ET

L'EVOLUTION DE ©
LA SITUATION MONETAIRE
WASHINGTON (AFP) 7
‘Le Président Rithard Nixon
s‘est entretenu vendredi matin ‘de
Pévolution de la’ situation * moné-
taire internationale avee son Se-
crétaire au trésor, M. David
Kennedy.
La réunion de travail i la tré-

sorerie était principalement con-
sacrée i lu ‘réforme fiscale enn
préparation aux Etats-Unis.

Mais le porte-parole.de la Maison
Blanche .a indiqué qu’il avait
également été question du systé-
me monétaire international] et
peut-étve aussi d’une éventuelle
modification des, parités des
monnaies curopéennes.

Dans les milieux de la tréso-
rerie,'on continue a penser que
les remous Provoqués sur le plan.
monétaire européen piir la démis
sion du général Dé Gaulle ne
“provoqueront . pas une nouvelle’
crise monétaire, et surtout pas
une crise monétaire affectant: le
dollar, On:.-se rejouit de la bonne
tenue du marché de lor,

De Son cété, le fonds monétaire *
international gardait vendredi son
ealme habituel, A la suite “des
rumeurs persistantes _sur....une®
Jiimente revaluatio du: ia










i
t





Full Text

PAGE 1

QUOTIDIEN LE PLUS ANCIEN D'HAITI FONDE BN 1886 Dtreetllll' . Adminiitrateur : MAXCHAUVET \ No 27.806 .---;. L'OCCASlON DU lER _ MAI # OPERATIOMS MILITAIRES A SAVAME SALEE 74EiwlE ANNEE Des Etats generarix de '. la Glasse I , Le Message_ du Presiden~ Francois Duvalier _ Avras le, Opr!ratimrn J11il-itrti ,.e8 d'heh uincs-mi"nex Dessalines u llfi'l'eSBe fo '/"{1/J/JO ' /"/ , Sfl.il.'ll'll/ U s.r . le P, csi denl ,i Fie de la . Rr'1m bliqnc .; Ouvriere ,a I' .;\potheose du Ier. Mai :.'_: .. .-..:>:-:::,-::::::,..,.': : .:,::,_:_:,. .. : [}((J,tl,A vu1-,JtlivTEMPS . , J }'i: ti1i( { / ) H h" 1;.-\/i . par Max A. AN1'0IN E an Jfroj'-it d _ cH enfa _ uts Jw ,,.Lilicn1it : ~ clc !'Ecol~ St Fi : nce1es de ! ' Ecole St Vin.c ent a donne aux cent cinquante nuimbfes dt: ! 1assistance !'occasion de s'amuser .u n . autre ami ~~ Y/: t _ roUvanl : ' P.armi lcs invites de ~L Trii,,;u etait_ ' Al Dihhofor, )< Editor , Publisher de CARIBHEAN BEACHCOMBER, de Sim .Juan ; '. un journal touristique qui , a d ' e rencontle ct de 1enouvelleJe nc . dirai pas en ce mati :? n,ent et evoquent, i1 vingt annees tout gonfle d 'es poir ; ce qut• c a d'intervnlle, le ' premier Congres l'hait la rupture 1>rovoquee par Hnjtien du Trlivnil. C'etait l'afi'ambition des impatients. Pe11 firmulion sans binis de lu. person tlant six nns, le . syndica lisme hai nulill' ,yndicule, du jeune. mouy,, 1ien nl la it etn; dcmuntele, dc•p,•t ment prol'essionnel ne de l_'explosonnalis,• ct se pcrdre dans u sion socio politique de 19,lli, d, vague corporatisme au servie,• In c-on~L'len.c~ ouvriet•e haitiennc; de~ rompromh =s ions g:ouverne 1ne1 1. . L:i ~ociete haitienne sortait dP tales . L'cdificc le1!,'islutif redig-, son f e odalisme et epousait propat iemment et dont In presence a g-re~sivement les sb:uCtures qui vail s uffi it rori ip:cr l 'ertains cm : refletnient Jes premisses des contrastes, a defier . certaines pret,• : , tJUiitec socinles 1 seco unient Jes rap tion s etuit rpine en sous•n 1ain : et, port s urchaiques du snlariat d , li e u et plal'e de l'affrnuchfrse . du putronnt el introduisnient l '<111e11l soc inl' et economique qui sr, lement hunmin dnn s les rapports developpait s'etait insLulle un " ' de p1orluction . Je ::;uis el rest• _ ~~ rvis~l•n1ent tl'un genre nouveau, fi <' I' de l't'tte batnille i, laquelle niunt . In 11ece . ssite Jes chang-, j'ai par tic ipe, en qualite de Sements . D'un syndicalisme jeum cretaire d'Etnt au Depnrtement t>t Yip;oureux qui avait repurli .'• du Travail et d'e la Sante Publil es exces , ,t rechenhait, a travercs quc. J'r ai donne l'elan et l'intcn Jes J ois sociales, un equili bre dP site de 11w 3 convit-tions doctrinajustiee, il n~ rcstnit plus que les . Et .i'ai appuye et fait abouqu~lque s slog-ans vi,les, la desnl' tir, pendant cette periode mil''l ieu lat ion de lu pro,edure des co;i tnnte, Je s revendications fondaventions collectives, la minimisa \llentul es du syndicnlisme hai tion ,s l'isques e n -matiere de s6 tien; l e Gouvernement du Presi c e urit{sde.le et la separa dent E sti m e s'effor.~ait d'eli~iner tion des pr ob li , mes du trn. -comme rnrement ils l'ont fait . Jos ep h Roney , connu duns le purti s ous le pseud0nyme de .r \nouvait ,c payer le luxe de ces sauts perils leux qui debouchent trop snuvent i, c~lu i ~~e~l&o;,nt~:c '\~:,1\~~~~;~d\~t~~ J'illes . . (Suite page 6, col. •> II y avait trois prix sur s en trees. Le premier, une sp!endid u Cheri Cam1ibell est l'Edi'tril'e LE 11m wu,soN ET sEs UIFJ•JCULTES I..ONDRES (AFP) . j1cinturc offcrlc par la Galerie Nader, fut gugn ,, par le DI' . Julian Strauss , C<1ordonateur d, ~ de l'iiEr11ployee Publication" en, Marsh a ll . Field"& Co. le plu~ g-rand . , , Department StorP '11 C hicago . . . Elle nous a prumis ae .' visitl:'r H.uiti a ses plus proi : baine:; le ~ cnu ~es des iniustices et de::: va il, clu I problf}me econonti . ..:. .. inegalitfs et po:u 7 suivait. l'applique gen<'.•ral , •!u probli•n~e fonda ,ation d ' une pohtique . soc,ale hnr mental des l'eformPs econon die, 1t•l,!al'rlant au dela dn prt ques , Cvo lutionnnire ::.. La to 1lahn s ent <•l cni::aitean,t plus a fond le ration e ffa<;ait le r e s ultat tie m,m combat de l'homm e pour la lib( hre d'annees de ppr s procr!=-sus rt'volutionnaire et ;I le d'un morlt~Je> ~an~ aveniJ 11l1 in ~l rivnit le tlestin del'haitiP. 1 1 l'asoe c t nati0nn1 z ~n)!IH~ Jt> tlr o it it l .t (Suite page G col 6) A propos de l'Enquete Socio Economiq _ ue I,"Enqtiete Socio Econom 0 iI'" ' :u 1 11011ce~ par l'Institut Hai tien d e Stalistiques debute bien uit. Comme nous l'ecrivions un terieurement, ii s'ogit d'une ope ration scientifique d e pouillee de tout but fiscal. C'est a dire que l'Institut Haitien de Statistiques s'attend , , ce que toutes les p e rsonnes qui sel'Ont interrogee s Jlllr SeS enumerateurs manifeslent l' e.s pri1 de co llaboration le plus lol'g e e n t epondant honnete ment ct frnnchement aux ques tions qui auront ete posees. L'enquel e ne touchera pas lous l< •s point s du territoire du pays . Certa'ins endroir!!parc conlre Jui. Le 111cconlentement dse syudica _ ts , , h1 suite des 111csu1 es enYisugCc : pour faire ob s tacles aux grieves sa uvuges, la flliblcsse de la livre <'t l e clecourngement des militants du Labour fuvorisent ll's eutrPt : ri :--t 1 :-de !5CS a~versairc~. flANS L'ENSEIGNEMENT f'RESCOLAIRE.Cloture du ler~ Seminaire Pedagogique de 1'01\IEP Hil"r svii , i , l ' A11Jitorium tl11 Centre Culturcl de !'Ecole Nor male d'Instituteurs, sis" i1 l'Irn JlUSse L avaud, s'est cleroulee ('II presence d'Wle nombreusc assis . tanre composee cl'educateurs, d'a1-tistes et autres specialiRtes, la ce t'emonie de clotu,e du pn• mier Se1wina ire Pt~dagogiqu e e tite enl'ance, et par ticulicrc'me, ,t sn, J,, role de l'ar t clans Jes classes muternelles. Conferences, demonstrations, intetview s, cinema et table-ranch ~ ava ient f o u r n i nux mem bres de l'OMEP, l'ucrnsion de 111ettrc ! 'accent sur la valeur 11' l'art clans la formation des fants <'l Pitts t-n Haili. C'est l'une Lies raisons hurgh, Pennsylvanie, il l"i-poqu._ , pour )esqut~Hes Herbert Feuerstein "" la Co1lve ntio11 d" ! 'ASTA i , l'a nmene i ci . Porto R ' l' O . C'ctail en Septemh1 p Hil!l ' soil . (!erbeit Feuerstein, dernier. le Dil'eetcur General ,I,• Hans Nil w l cl Miles Rosmarie )'Office National du Tourismc ,t Ruckstuhl c l . l i rsul.a Christen, clc la Promotion , }'Agronomr• de Suissl! 1,mt l!tC no~ invit Cs l, l..uc Allwrt Foucard nous avail J' Hull'i lho-l . , t'1.: ni1 Han s a pu alors delegu~ ii St Thomas pour foin• purl uu President du Con preparer avcl' Mme Barbara 1l e st•il ,IL, DirL' avon !'nj.: T l•ah l f' s 1 ur ('fl Hniti. n..:compa~--:nCt>. ~n ~ ec suu an1i, Shirley, duns plusieurs coin, . drnrmnnts de P,•tionvillr et d e Port~au•Prince, aprCs leur tournuvis nrri,l's hier aprCs n1idi de ) ' fiemi pctr le Vold'Air F'ran('l" ont pris logemPnt au Granrl Hotel Ol o fr so n oi, il s passent d e ux semainPs. A RBITRES DESIGNES La Bermuda Football Associa tion a notifie a la United Socce1 Football Association et a la Fe deration Ha1lienne t qui doit etre acheminee eg~le mcnt 1, la FIFA dans un del111 de 10 jours avant Jes rer,coutre s du Chnmpionnnt Mo~di:11 e.~t pnT VC' HlH ' it lous les 1nt Pre~f W~ D e re lit di'~ Amfricnins, trois mo diifrations ont rte np portce s : LE CHAMPJONNAT DES C HAMPIONS DF. LA C ONCACAF Le Violette Athlet i , Club, C hampion de la Co upe ,'l'adel l!IG9 , devra rcnconlrcr le ; 0 ., mer set d es Bermud es dans cette <''Jill pelion. Notre club " propose, t'i:i le Bureau Fedfral, ,, la n,,.,.,.,u da Foothnll de joue, lee ,\eux mat c h es chez elle, m oy e nnant qu, , ;o n adve r saire prenne Jes frais de transport et de logement i1 >:'.l chnrg-e. L e VAC avail c hoisi le 25 et 28 Mai c-nmme clntes po,si hles. Lu BF A, > TRIOMPHE DE GREGOIRE EUGENE /Par LHUt"Ol" C' ST-,JUSTV. . J La piece UN 1': OMBRE At : TA BLEAU cc rite par un Educa Leul' autorisait to ute s sortes d., s p t\C' ulation s. Sernit-ce une histoi re d'ecolie1 ? OU l'eternel cir ' anw ,le lo mis~re et de In faim d'un t•rofesseur rl!duit a n 1 Ctre qut• l'ombre de lui-meme au tableau ? Cer tes non . II s'agit de tout u utrl! ehose, il s'agit tl 1 un aulr c dranw et qui pose un problem e: Ce lui de la classe moycnne pourvue c.l'unc forte instruction, l'e qui n'exclue pus pour autant un manque de ,culture. Ainsi s'expliquent sa suceptibilitk, ses attaches i i des prejuges ridicul es. RAOUL GRANCHAMP est u11 Avocat de la clusse moyenne qui a reussi. A vec Sa femme Margot. son fils . M11ur, ~e, termin11nt so ml!deLl11c, ll!UI' a du1JLiun EugCni~ , r ~(•mt•. annee de I' Ecole Nol'lilllk d'Jnstitutrice), ii forme un , meno J.!'l ~ heun ux. Fumille qui v ivn il don s la pai~ . Jusqu'au jour oi1 unp Matlu111c , Jcnnty 1 umie ch ; (ouvent tie .M.nrgot, d i!si r unt easer sa fillc Judith , la marii.'r i1 :Vlauri c e pour sceller une amitie lie . quurnntt! nns, utili~eru toUl<' s Je s ressources de son imaginati on pour jct er don s le coeur de Mme. 1;rnnchamp : l e venin du doute cL de Ju suspicio1t. Odette, c'est l e prenom de Mme. Jeanty, ~ssaic, ra tour l\ tuur tic faire .cotnpren dre ~'t Margot qu'EugenJe, I'A ~ doptee, est. le fruit rJ'unei ' relntion d e Raoul. E:l quanrl l'ette pnssi(Suite page 6, col. 8) Haiti, ce qu'elle pburrait etre Jl]('JH :S SES J>J,; LYON ; l;J l I I ii MAI 1!11;, de 1 i ~u7 ,~~:~c~~~!~;!u~~l 1 ~~ 1 1 1 . H:~t:!':t ~,.~~~r 1 i :u•;u~ 111 ~~~~~~~s, 11 \~cst~~~ 1~ : DE1\ l•xpo s a Je s n-.~ullats d e lL'H autres, pour f ot ' llll'r u1w l'quipt! , 1 uet, sd,•nlifiqm ,1 u i prc , ccdn n < , ~1 ucatric e efficacc. u~si::;c~. ll n •:;:--o rt qu'une irnmen Et d'aborur timisme r ed qui Sl' dl'veJoppP d'11 1wr :; nnnnli tC tot . ale . ne vue pr( ~ , dP la ,( i Luuti'o11 . ll" s al.l,•oulc nl beauconp ,le la C'cHl un immensl' thhdr de di.1 , mmunnulC Cd u cntive: uu e gTn ll )ogue . d e 1u1rtil'ipaliu11, qui t ~ Jt' d e vt;J"ilci, un LCmoignnge vCcu; ve tlu l)lLys , ; '. dt.• ~ parent:-. s eondu dinlo1,;11nnt 11v,• 1 leurs maitrcs sions : nece•site d 'e eouler ks jeu pour 1 •enscigncment, donnant leur 11es, n6t• N~~ itU de rt!pondrc aux point d e vue dans les Ce r .c. l es rlc •xigences de vie chretienne postu li i rs pnr !cs pnrPnts chretien , (Suite page 4) REX-THEATRE PRESENT: (Stitte peg~ 6 col. 3) Le . Sermon de la Semaine r .c Scrmun lwl,do uwduire ,,u.~ u.ott:{ clem,uule de 1n.ibl-ier ,, . Prude n, i \ 't:rc o e st l u 0-Ut rni dum , rnuiu, ~P. l 'ur hi / . 'mdcu-r I . AM R . .VERb'f.'. , ; -/ , , ; mond,: t:11fil'r r.,;f s1J11111i.-; , , 1,, JJ1•i.,;1,m 11,( 1 ,/11 mrtl-in)> ( I ./(•rr1 .'i :.1!1). . XX X 11,!ndc, vif e11frc rlt'1u ,;:1111de.-; : le 1111, Jld(' tlt !::; 1,;11/•bn'". el le -mo-ud, i tic tu l,imii•,c. Le ,,,.11,,/e des t et u : li'ri,s e.,t le_,: /r.a mp ,l'r,cl.i-it,• de ., AtJCILl 8 de l'cmpir~ rlc In 11torJ . ii t !, o,;/ , i L'icleu.t tJlW l'Athcismc Sur r.<' 1111,,1 . ,.l.c, dlJ8 pu iss ances di~ s', ; lc nd ('UlllJII O ll1l.C l1nde ,1,, lu lnmi,~,e bl"il rcu . .sc 1>"011r l'(l.Jeni de n.otre Na/c-11( In Vfri,,i. ,,, .Tcrntice ct T'A lio u, Cccnrlant, clle n'r'to,mc nu/ wm-.Cos de11 , , 1 . 11ondes, 1111ai le111c1it t-.J1e., g11-i . suvun l l'ampleur qn'invilliblc . s ,l, 1108 . .11eu o clwrneln, tin con.flit , -r6 6 par l.rr . dnalitc a , 8nn t des . ,, , : ,,1;1 ,,:8. -"' uotro Uu foc rs. ' L'hn111'1ui1, : , tl ' u.ne mn . ,i.ier e .n ? \Suite page ' 2)

PAGE 2

PAGE 2 I U m N V VI VlIVBl IX 1 t-lt--i"-1--11• 21-il---f---f.-4-3 t-t-t.at-1--i 4 ... '-f'..,..-f--f--15 1'"""11-t--+-f-4-4-6 Hl-t-+-f--'7 rt-,H--f--f• Bi-+-+-4--'--9.._...__.......L._._..L....L...LJ HORIZONTALEMENT 1 Epuisl.' qu'il en soi.t ain si 2 Pronom feminin lln p en de graisse 3 Armes blanches -•S)'IU lwl e de !'an nouveau 4 Jalon Mesures JIO!(JZONTALBMENT \ ' C:RTICALEMENT 1. Ligotes ~. Canu1rgup L Ad:;; Mare 11. Arumi:s . 3. IR; Gare 4. Salome; Ci !i. lll. LM; Latt es IV. Iago; Ma; Aar G. _ Mitraille 7. RR \'. Gra,m'nurtrc VI. 0Astrid; In 8. Reine 9. Sies , gre; Ides ~II. Tue; Al;_l'.l' t~sVIII. Ee; Calme . lX. S1rene s. Recettes Simple.s de Cuisine Haitienne pnr NIN/CHM G GRAISSES DE CACAO .-I\e betuTe tie cacao est popula"ire m en t appele chez l e paysan raisse de cacao >. La graisse de c2o '. ao s'obtienl en faisant gril li•r Ls giainr~ de cncr. o l'on1nw pour fai 1 p du d1o c olaL \-'. , e hoco lalJ nv,,c la dirferen,'e qu ' o11 fait bouillir la mas s, , J.{l'ilL :' t• t>l p'l .:': I --_• Entree Gd ti i1 ; 00 Dimanche n : 4 h . . P.M. LA P O R . T . . EUSE D . . . E . . . P .. .. .. .... < Entree Gde 0 . 60 Dimanche a 6 h. 15 et 8 h . .15 TILT A BANGKOK .. . .. Entree Gde 1 . 00 CINE uidoii Samedi ii 6 ]!; 15 . et 8 h. 15 LA MULATRESS,E Entree Gde 1.00 .. . Dimanche a 4 h ; P.M. AGENT Z 55 ~!!~!O~d.::'~.i~SPEREE Dimariche a G h. 1 5 et 8 h. 16 FRONTIERE CHINOISE Entree Gde . 1.00 Samedi i1 6 h. et .. h. 15 En premiere pnrtie L'Ensen. ible N. ,Tn1tis1e " En 2eme partie / L'AVEN'l'URIER M 'GNIFIQUE Entree Gde 1.20 Dimanche a 10 h. A.M c E R'AD Samedi it G " h . et 8 h. TII,T. _ A BANGKOK Entree Gdes _1.20 et 2.00 Dimanche a 6 h. 7 h. et . 9 -h. GOLD FINGER Entree Gdes 2 : 50 et 4.00 ETOILECINE . I t'.l!l".1'101'1 VILLE 1 f~ 111 v'bl~ttf'n3~ B~~JiJ 0 Entriie Gdes 1 . 20 et 2.00 . Dirnanch e ,a 6 h . . 30 et 8 h . :JO INDOMPTABLE ANGELIQUF. . ~~ntree Gdes 2.00 et 3.00 Lund.i. a 8 h. lJ O (seance uniqu't , ) LA :PORTEUSE DE PAIN Entree G~ 2.00 De Luxe Auto Cine (DELMAS). . . . Sumedi i, '! '11. et !I h. ,. NO'.fRE DAME DE PARIS Avec Anthony Quinn. , 0• I•:ntree . 1 .dol1ar par vo'ituru Dimnnehe ii 7 h. et fl h LES OGRESSE:S ' Ent1ee (Mes 2.50 pa'!: .personnu CRit:caAc CIME Samedi a 6 h. et 8 h. f5 LA . CONJURA'l'ION DES. BORGIA . Entree Gde 1.0 . 0 et 1.50 Dimanche ,1 3 h. P,11-C LES . DIEUX SA UV AGES Entree Gde 0 . 50 f~~a1~teG~S~ h . _7 h. ,'( !I h, AUX POINGS SERRES. REX TH~ATRE AGENT Z 55 . Entree Gdes 21.00 et 3.00 Lundi it 6 h. et 8 h. 15 OPERAT-ION ' NISSION DESES EREE Entree Gde 0 ,5 0 Dimanche a 5 h. 7 h. et D h. UN IDIOT A PARIS Entree Gdes 2.50 et 4.00 Lundi a 6 h : et 8 h. 15 LES , CHEVALIERS TEUTONIQUES -:;::ntree G~e,~ 1.20 rt 2.00 DANS L'-OMBRE E _ ntr{•e Gde 0 .5 0 et 1.00 CINE STADIUM Dimanche (En permanence l .JERK A IST:AMBUL Entr/ie Gde 1.00 i Avez-vous rencontre Miss OY ALTINE ? A-t-elle frappe a votte porte ? Vons a-t-elle remis Gd~ 15.00 '? I i 'er i est an i 1,f, ,i des 1,11taines ,1,, c011mmaterirs d'O VA LT IN E et tout c, q11'i Is m,t ell ,i fa ire a ;ie de l11/ fa ire ,,.;, une baite d'O VAL TINE e11 ••rvi re. M I ,(E'F'-Jfiii' ~OJI/NB/ ! Les Gaqnants da za A1>ril --10 Ar,ril et 2 Mai 1969 son!' les :illllldnts : I d~OVALTINE i MISS OVAUINE VA VISHER , vo,n 1 QUARTIER montrez lui une boite. td' O . VALTI N E si elle visite votr~ maison ' et e-Ue vous remettera G 1-5'.oo GAGNANTS -OV'.A ' LTINE Du f'8 AvJ"il 1.Mme Augustin Tous ( saint Delmas 2.. Mme Joseph Michel Delmas :3.Mme AntoineJoa chim DelmaR .4.Mme Mimose Despei g11es Delmas 5.Mme Luc Neree Vil lage Willy Lamothe 6> Mme Amne Mal'ie N azon Village \:\'illy La mothe 7.Mme Michel Chema ly Village Willy Lamo the 8 . Mlle Anite Picne Louis Village Willy La mothe 9.M. Michel P,hilippe DelmaR 10.Mme Roselyne Paul Delmas 11.Mine Charles Capri ce Ruelle Alerte No 107 12 . Mme Martial Celes tin Ruelle Alerte No 130 GAGNANTS OVALTINE ,W-4-69 L-' Mme Claire Thomas Thor 2.Mme Dumas Toussaint Thor ) 3.Mme Ha:ny Douyon Carrefour 4.Mlle Josette Theodo re Carrefour 5.M. Edner Carrefour Moreau. 6.Mlle Gladys i11ond Canefom Rose7.Mme Andre Pirnl Carrefour f 8.M. Perre Baguich Cafrefoti1~ '9. Mile Ella Fran<;ois Garrefour 10.M. Georges Mourra . Carrefour Ii',M. ,Jm;eptf'Jean Car refour 12.-.M. Alix Fabien Cal' refour 13.Mme Maurice For restal Carrefour 14.M. Eric Cayo Car refour GAGNAJ.VTS OVALTINE ..:__ nu 2 Mai 1969 . 1.Mme Eisia Desir Rue des Miracles No. 117 2.Mme Rue des 133 Alix , Lolagne Miracles No. 3.Melle Car~le Sylves tre Rue Mon'talais No. 19 4 . Mme Andre .Lahens Rue Montalais No. 27 5.Mme Guy Felix.Rue IVIontalais No. 38 6.MmeSamuel Diegue Rue Montalais No. 6!1 7.Mme Alice Pen,z Rue Pavee No . 166 8.Mme Eric F1e
PAGE 3

SAMEDI 3, DIMANCHE 4 MAI 1969 0 reun & V-ous azirez l'impression d'etre en premiere classe au p>ix touri.-;te qzumd vow; volez a bord de CAR/BAIR. .Touissez du confort d'etre assis a 2 ou 3 par range da11s noire z•ol classe unique. Vous aurez le choix. Delicieux repas, de la place pour etendre, l'OS jambes, et ce sentiment d'~ppartena11ce qui i,ous do1111e l'atmosphe_re ami cale .. ;Les 30 ans d'experie11ce de CA1UBAIR so11l it uotr~ service c'est la raison pour laquelle .des milliers et des milliers de per sonnes voyagent a bord de Caribair avec confiance. Prenez le .TET avec nous. Seul Caribair vous mene a des tination tout en 1nus sentcint chez imus. San Juan, Ponce, Maya2uez, Miami, Kin2ston ', Monte20 Bay , St Thomas, Ste Croix, Santo. Doinin20, Saint Marteen, St Kitts, Anti2ua, Guadeloupe, Martinique, St-Lucia, Barbados, St Vincent, Grenade, Trinid'ad, Curac;ao, Aruba, Caracas . CAR/BAIR Reliant Jes Caraibes avec Jes Ameriques Voyez votre agent de Voyage ou le bureau principal de la Pan .L\ffierican, pour vos achats de billets et reservations.

PAGE 4

PAGE 4 (Suite de I~ T~:~ pai;) Fnmillc, De~ tumoignugcs d'eduscru plus inslruit; ii s'1'.git done tre muintenu en scllo, recycle; u ifrl,, Jes piluv1es types, Jes cntcurs fm•cnl upportcs, 1uoudi, dev . cloppet su cupacitc d'ndaplui-meme 11pportcru ;'t scs jcunc els . : ii no reste qu'u .s'en vnnt ))Ill' !cs 1'11ils quo cos exitalion . intclle ct ucllc. II voyogern umis l11 sugss~ de l'i1ge, du cln~ debnrrasser 011 plus vite. Pus tic vutioil 1iiJWvJiifh11t~, llll esprit d'nrcuci _ l / •?'n1n~~E, une uttention aux s 'gne s, ~t p~~~lellement, une . tot~~H~n:'.~~1 tt't!i''tc l:::~o~:;.~1:i~:~~; d:11:nntngu; /I fn ,ut tlOll,e t des 111uc. L onui11e ser\;ll(cnfuis1111lc ::\:~ot~tJ l:ss~t l\i ' ,J~~/~~1;rt~; dent que l'l!colu thrCticnne nouJ: d~vr i ~ieuu:era uu ~i1~ ti1~~t~cu s;.iCiu jdo:i:~ 11 b~~t~l:t>. 1 }t etc . si' nimC du :':. intfride ~dentifiv,r11ndc . pruilcnc ,e: :, _ de jugcment. C ' g 1\1 ilC f 'IJ1i us ,, l'he, le jeuuc; tl'unP Notre oruteur, t1(•s culme, plei11 travail : son attitude, en des mt' , la force dn groupr, la ridwss, foi libren wnt ussum,,,,; persond'humour, . cond'umne Lout d'ubord, thodes, en un languge' scientifj. d'une equipe d'cdu!'nl,•urs, ,,t ,•u n,•lll'ment ,•,•euc. I,• TOUCHE-A-TOUT : on en que, independ a nt de Dieu el du sortant de_s ornierPs if~~a_irogiqu!'s Ce sera 1a communaute qui sei~e~~r~:1:1e 1;::~;~,~u1;f;~: _ t1~u~i::p1~i~n~;.f~~eue~~~-.,~~~~~~• i~~'.: 01\ , l'_Ens e1 [!n cmenl t c_1~1eux SC ru educutrke 'de tout' l'homme. ies grendes eco les; cc sont des ginatif, tenace, specialise, de trn r u_iti. t;op i-:o ~vcr\, n un C'Ouis Not re libert C, re stre inte par k 1 s pills dangcreux:,; l'e so nt des h U vail en i:quipe, dans une comJH't.! mag1s rn _ , un 'e pus. ,ontruts, demeurc reelle . . Elle e,t perficicls. A.i;cc prud e nc e, notrc hension humaine proionde. Enfin, l'Et oic cutholiquc doit un droit que nous pouvait avoir des clartes df' tres . . I1 s!agit tie s'ouvrir aux ri parents et mnitres que nous assn tout. Au XXeme siecle, ches et nux pnuvres : pas de' rerons le progr es de !'institution relu ' , est impossible; le segregation ! Les pnuvres sodoDans la vie T!1octcrne que nous trn mantl e est different. 11 logique s, et plus e1l('ore les J>lll• versons , l'Etut, certes, a le dl' nc s'ai:dt pas pour autunl de sup vres intell ecluc l s. doivent etrc a; voir de veiller it !'orientation L't ;,rimer Jes . L"iassiques. ils appo1• mes d e !'Ecol e ratholique: on re uue conception trop liberate el t t•nt ehe, no s ingcnieur~, issus . parlera de clnsse de perfectw,trop familiule d'e !'orientation d,• ,le cette rare, une clnrte d'esnen1ent, de cln~=--ci~ lie transition pm : sC:•e. Cepe n rlunt 1 l'Etnt n led• ' pi-it qu'cnvien t no s techniclen!-' . L'Ecole cetholique <;{oit etre u.iva n d~ respect er la responsabili. purs, dont le se n s communautaiverte aux ndi,itt's pnrn e t p c t ,• premihe des pnrenls. •Toute re s'avere, certe s, plus clevelopp1 \ riscolnires qui font . o<•uvre n u\he!I planifi c-n lion risque de se :faire mais dont la cnpncite de synthes<• t . ique d'educat:on. L e jum, lag-e d'< nux u(•pens dl• l 'ho mme . . Or tou <'t d'exiwe ss ion est plutu _ t redui1l•. roles fut cons<'ille: !(, ,linln.:uc !' '" 1 '' vrni •; Pducn l ion eS t uen Une llonnc sol ution nu probli•nw . , dago~;ique :,,N l"l •:n!'-leig-H L t :.r 1 gc• des pcrsonnes. Et. l'EcolP chrC sernit, nous coilfic le laisnn 1 . llll olaln el limp i de, sion episcopale pour le monde Ccrtes, l'equipe comporte des rismcnt _extrell!e!'1ent repandu : ii l.t'aaellent Savon Stillman' .sc ol aire, en faveur de cette ou ~ que s, mais sa bient'aisance res'_,_, est a l 'o r 1gme des guerres ' . , 8 verture qu i embrasse non seuleconsidCrable. Voyez l.'e vieUx 111 -1 tra~rici~cs . . 11 , 11 . . r~va : c:•=t!t!'::1:~:;::i,~~~t~:~':! ment Jes enfants de ~s eeoles fesseur trop vieux qui se sclero'e I Eg-hsc : ii est _ I ".spnt meme ~ JI.•\ Ideal pour enlever mais . Jes QUAlqnes d~x Jillillions d~ se. Il a' appr's d~s• choses, pas 'u"n'se Gfourenr11 e esd 'odreguRe~1ll1, g,1.,'.len . .,elrl111eetus,_ I •o-;.,.• h•t',,aeantt •_:u•ir Wll• jeunes : !'Ecole cntholique 0 doit toujoui s vraies ~ . Son enseign<'" -~,. ..,.... r• etre au service de to u~ ! ment est un ,v olant qui eomporte re, d'intransigeance. Cet esprlt 1' U. au..i II s'agit n ussi bien de promounne grnnde inertir. Qu'il travn"',!,.,1:~.•~ 1 e 1 ~ 1 enst, :, 1 : 1 .oe 1 U 11 __ R 1 SesdaB1o1s 11 sl,e 11 1t,10Vn~ '_ Jen . yen~ d!!-nS toust.es vo'r l o ut l'h om me, mais quel ]p en equip e et ii pourra, gr,u•e . , •. ...,. , ... homme ? L'homme de demain !i l'amili e de jeunes rollegnes, f,. rit,•. I, Droit; a l'exterieur, le.s ~ - •~ P~~nnao1el ~ n.~~,_~, . ,,,,,~n~'''''~''-"-'-~'~~,,~u~~"'-u-~ "ANTILJ.EAN LINE" . j Denart de MIAMI Pour PORT-AU--PRINCE I SANTO DOMINGO I MlV WILLIAM EXPR~S.S M/V JOHNNY E:XPREis:, M/T LAYLA EXP8lSS M/V WILLIAM EXP . RESS M/V <~JOHNNY EXPRESS M/T LAYLA EXPRESS M/V WILLIAM EXPRESS Voy. Voy. 66 Voy. 26 Voy. 58 Voy. 67. Voy. 27 Voy. 69 May 1, 1969 May 8, 1969 May 13, 1969 May 15, 1969 May 22, 1969 . May 28, 1969 Mav 29, 1969 Ch11.mbre Friqorific;ue di:;ponible a chaque voyage ROGER SASS/NE Place Geffrard No: 117 Etage Building l?rank MA ' RTJN. Tel_ : 3132 I ~,o;'"'"'''''"-'-''''''''''''''u;.,..''''''""'~'''"''''~''~~,,,'-,ss~ ........... "' .... u,;;us.~u:,. ,,,,,~,,,,~.~,,,,,,,,,,,,~,,,,~,,~~~•~ TRADITIONNELLEMEMT, LE tlESTAURANT OU lL EST CON DE SE R~TROUVtR' POUR BIEM MANGER .. JNE . TRADiT!Oli CULIN,AIRE REMOMTANT A PLUS DE 40 ANS .... OUVER'l' TOUS LES JO";RS POUR LE LUNCH ET LE DINER .. FACILITES POUR BANQUETS ET RECBPTIONI ';f" decisive; '.' Ull jugement ~llpJ>'oie. niti,fr que Jon p lfoiiucotip de , truvuil, t1Jll ;.fur,;l' 0 di/but iJ. 'la fin de ment . p1ema~ure , coulc y elui . qui L'hcure s'ccoulait ; , f :ipid : l, r~~ 1 i~~ ~ : uttit 4de~;;i i !i@J,Li1lis f,~1~1:.:nu~kn~:~1~~e~e 1 ):rit1liH'ff~~ 1 peE t ' pas celles que pr!Jpose]e / Ch \•Is~ ser . ll condut : APJl)IllCZ ,,~tic tinnisme . : etn, . 11ttentif 11 ldUH ' 1 : es olument ' 1noder1111~1 f s,1nr ' re , , les sig'nes, e _ tre acclieillilril'; en gr~t d u passe, r ce ;; qu hes t c sterilc . education, le jugement ~st, plus Au-de la d.es chocs .. . inevitables, Enfih, . i,e President difficile encore qu'ert physique : eher~h~z ~l! f cjlli ; ,est hon; suns em LAUNES tira 1es conclusions pas de jugement hatii' ! bn}l~~11e11~ 1 s~ns , p1epris, avec ca! . Ia ??ix i ?u i ~ , rofesseur simple, ,dis L'accueil . biertveillnnt, est plus •me, . ~age ss e;bie nveillance. Soyez tingueo , plei11 ; d'~umour et de nuan nece5 _ snirc que jum _ uis; ii SU]l\JO actifs, ) ltccuemants. Noupis c1~s ices, av~i~ s ~~c~dli celle de l'lbi se un rnje _ unisse _ ment constant, gi'ands < e,;emple~ du' passe, d, .. ., lien expert ~ll humanite. Ci! une presence nu mantle ,une com . g-r::mdes . / richesse~ .. de )'histoire, fut' . alors)e ' ~oup de c\airon final prehension ue son evolution __ di forts de , cette . sagesse supplemenqui soutint notre attbntion jus Y a d ' u 1.)011 en tout>--, une adap ta ire, ~oyez u . n FERME . NT D'A . qu'au . de _ rnier , nrnment : denrnin tadbn il !'esprit .c ommunautairc . MOUR, dan _ s . un mond'e . EXIla vie con tin~e. 11 . f) . rnt , co nstrui . La -valeur d'une equipc sera fop : : ~~iri'. ~1i.ff~,}!lc1jil C'i,~ ~ ti~e'."d!~::'1:~.:'~uctia~~~rir;i;7,~~~~ : tion
PAGE 5

J RHUM , BARB.INCO ' UJ.?: ,, , .. --;CO,:.' .. -I =, '~ ~heichor la aedion correapo11d~11I at< jou, de votre annive : saire de 11aissar.ca el, . vous. . troii.v.erez cs po1s1Jccti-ves que vous ti11 1111./e11t les autr.es _ _ pour demain, J),•oit de reproau~tion totals II partiel/e reserve. J'rnprit! _ lt!. Ki11u Fcat . wc.s .Sy11rliculc E:vclusivit,i . eu d'exercice ne vous ferait pus de mal. Ayez de hons l'ontnC"ts avec vos associe!. 22 DECE:l!BHE AU 20 JAN pour be"be' e tc VIER (CAPRICORNE) : Vos , , l auriers pass~s vous serviront si vous ne perdez pas de temp _ s ni Jtaspillez VOS dons. Une journee Pour t ' outes de repos sern eussi la bienvenue i;tii~:i:~:;~~];iii lesa ncnir 1 cv,oenrssta a 1 rnecs.es I 22 ,TUIN AU 2'3 JUILl,ET t CANCER) : Vous trouverez peut-etre monotone d'avoir a re visC'I'. lt rc_,,voir, pour compens ~ r J.."1.'esses. Vous serez meles a la sn uc e cle 1 : cS 0J:resses piquantc ~ ot d C\o rant e s. a de fan FLEMMING ,jUi r tfo film en film, nous entra,ne ;lans des aventmes de plu ~ en iii us ex lraordinaires !. GOLDFINGETI: line . ; emotion u bout d'e souffle ! U JIC uclion ~ur un rythme infernal! Le wm met des films d'aventurcs: L'n /~MES BON q, qui . n'a pas fm1 de ra,re ., l!<>U~:ir tous Ies pu. blics des grancles ca11itnk, , n, Simom• Signo Art est delicatemcn t tl~dic i, LourctJ Yves Montand, Kirk Dou _ tes !es fenmies fatales, aux pu sglas s , ,George Chakiris ct unc sionnecs eperdues, aux enfants de vlri :. dod'tictcurs inter1iationnul< . volupt( aux Iilles de l'a111ou, ... PARIS BRULE-T-IL ? LES OGRESSE!:i Aout l!l44. Les armees americui Cettc oeuvre euvoiitanlc csl nes et fran~aises marchent vN , consacree .aux tig,;esses de l'aldi Pal'i.i;, iJ~ ne sont plus qu•, 1 quct ve . . . Aux oi.:;rcsses reuve de son g-rnnd ' ta me un jouct banal cnlrc srs lent, ,le son experience, el ,l , ,; en ux POUR LE JUDOKA Un grand fiLm d'action-choc , Que la d-irection de votre salle d1., inta1:p1'ete par de s vez un 1-!"tnu 1 lr• !) ; , nes blanca. LES Al':GLS AUX POING :, !it:1:1:F > Sldne~• Po1lier pJ>nll en de s sl'qtwnccs . Un imhecilt•, \'Olis t•nt r a ine rlans Jc, tnurbillon , ci-tig-inet de P aris et ses plaisirs . En t rl•e r;i1 .. :! . 5fl C" t . 1 . 011 avec briu t.>l humour. l: nt1 vali !-. r d isparait tan.dis qu ' ull homnw est a b uttu it 111 o x imiti• 1 du ::-;A . --.,----~--~CRE-COEUR . DE JIO:--;T}IAlt ;rer~~i'1e~ti'.,s\1~ 1 11i~t:11 div:;~ ~i/ ':1 1 :;: Messe de Requiem ('ach,• t,ll 1 a!He llll ,-,,1 ,!'u11,• ('X "\ : ,'ii\ EHSAIHI: lrCmc gravitr'.• pour la :-; urn, , U111• 111t•F;st• dl n•quil'lll ann nationall~ l:'t la pa!ix lllunls :,; 11111 I I r. F, ! Jix Co1imon. appclcs paiI t• c-lwf du ,uni 1 ,, I'd >1vis tient lieu d'invi1 , <•spionnnge notamnwnt l ' aJ..!. ' t 1 i11n aux parP1if s r~t amis du d 1 S ('( ' l ' <'I. PHll.lPrF: T!SnT . f ', , J: 1111t X XX CAPITOL L \l'IT<.JI. pre s e111.: D"itnunclw 1 Jilli i, i', H. 7 H. et !I Hcun s l'.)I . Maril' Franc<' BOYElt dans Une oeuvn• 1nait.n•:.:-:1• rl1• ~"r ~i" GOBHI L'ET!lA :-,;l; 1rn1; .Ell e s'uppC'II<• Barhnni. mai, ~ ~ si Sylvil•. lJu'importt :-: r,11 110111 1 c llt• est be llt. l, ravh ; sanh•. rk horclanle ,Ir sensu,ilit,• . Ell, . , •ut vi\'r e . ple i,wment , t'll dphor :-d t> t. r nll<' ronvention, libl'e . Pourdalh l e n,ilurnbit. r. C ' e s l unc 1w , ,II< vi<'. I< bonheur. Ou plut, qtti :-prait le brinheur s 'il n'y 1 \ ' ;lit pas Lill 1ny stie. ll ~ sel'l't d,• 8ylvir. 1.::T-HA:-.:,;ERE : Une OCUVJ :1uda_c-il , 'l.l~P. si1wt•r e, vel"id iqu e 1 : 11 ,!ni m,• hrtilant, plein de ft r,•u 1 ., la fureur de vivre ! l. ' ETHANGERI~ : Un suj , 111 ' l'llclt 11 , ahso l11meJ1 t 1rns ::,;. i111 nant, i11l<•rp1Pt<:; 1>ar deux , J.!ra, des Hdettcs MARIE FRANt ' taut elit> ,•st pout'suivie pa,d,•ux . _. BOYEH , t l'IEIHtl ~ \-ANF. C t hon1nies di~l'idl•s 1lt: 1 s' e mpan r dont h::-: l!l lHlit, - •:-,. clrnmntique 1l'ellc . Trompnnt lt•m vig-ilanl'e ~ont i1wontestablP s I elle s ' embu ' rq ul' duns m, train L'ETRANGEJ{E : lln s p<'cl : qui In cnehe ,lans tlll villag, au "'" hor s> ra, lrr. 1ehau s s c pa pny;suge pittu n 1 sql1t•. C'est I i , l'Ea s l111nncolor !. Le fHm dont 01 qu'elle re ncontn• :--on ho ' nunt.•. nn parlr.r:1 long-lr.inp s pa1 cl' qu , intell~ctu~i. humain, sensible. Et s' inscrivn11.t' tlnns la lignc de I , c'cst le coup de foudrc. L'h on1 n1c nouvcll u c:i.X"pre:-;sion au cint11-i1a est di'Vorce. II veut en folre son INTERDIT AU MOlNS , D J , .. l'airnera 1 ,. ,i

PAGE 6

PAGE II -----------------------' ' ' CONFIE~ VOS PIE ns A p~opos d~ . f i;nquete ... (SUITE) \ ' Dans le Football !SUITE) gue C. Carrera du Guatemala; 2e mulch : Arbitre• i11dust1 iPI. eommercinl ou auR. Marmnl du Salvador, Deletws Ill' pl1lll pnrtir d'un bon gue Ramon Cull de c~sln' R;ra. pi Pd. ( :\,st l'li quelquL•s sortl 1 s Groupe c ' .! onp: Colt,mh}a des Lolls Jp:,; !--l ll 'ICt1ts de la vip natin Antilles Kl?etli'!.ntiui::;e:-, 'A;!uila nnlP qui :,:.11nt l'tll1L'ernl's: expluidu SulvndorJ Arbirr 1 ~ ; 1 ~t,\~-~t: : ~Tic:~t\~~; 11 ~'.:~i~:~\.iflil~,tP}t:~~: . L. ,Tnrdillt;! de 1\ miclali, 1:• 1~ tup\s, dwrdwurs, missionnaires, ;,~: 1 :/~~~~'.~s!\"''.~';;','.,i/:~~ ~:'.;:~\~~ ~ 1 1~~~ust;t l 01 ; . ~ 1 uf 1 \~ 1 1 ~:~w;~-t P,.},f 1 ~f~~: Arbitre A . liomc~ uu llu11Ju~.'as, mnt'ion ... sill<'s pour la contluitn Deliigue F. Fortin du I-I-111duras t!,• h , s , .i utJ'l'J>ris~s. Groupe D : Saprissa dL Cosht l .'<•IHJU~ll' s Pl'a supervisiie u Rica Motagua du llo111 1 uras, l't'•,lwlon ~ uplit pm• pnr le D-irec Arbitre V . Gnzo du Nwarngun, It'll! I ;1 11l•ral d , l 'J n s1itut HniDelegu e c . Rcrovir du Gunt,~tiHl 1 il'II i1 1 , ~l:ll i1-;t iqut•, I ' J ngl ! niPul• tu; cl'euxil ) me q1ntch, Arhitre C. .T .u• qu es \''il ~ p in, , a:-:.s ist C de se~ Ruggiero d u Salvador, Ile!c gul:. plus p 1 oe h es collaborateurs, au A. Carbajal, du Sal,ado. ni,enu dP ; i zo n es , cIIP Jc sent paiGroupe E : Comn1unicnc:r,ne~ dP~ sp1 \~ i : tli5t ~s dt ~ 1l i\~e-rPservi du Gunten1nln :_ Unhtir~.idnd du ,l's pu~lics cumm,, Jc •. Depart<'Nicaragu a, Arl!itre A, Aguilar nwnt di' l'Agriculture, des Resdu .Mexiqt1~, De1>gu& G . .l'erez du ,.,ur, ' b :,.:n t urelles et ,Ju Develop Mexiqta : dcuxieme maid•, ,\rhi1ie111enl Rural. l'(Hfi, , p N'ntional tt'l', .J. Soto de Costa hiin, D,•lcd'Alphali, , li s ntion ,., d'Action g-ue L . F. Mordn de Co,la !1i,a . Commrnu ! utuir<'. L0s t"numl•rnLe se cond tour nura ilr~1 du teurs s n11l C' hoisi s pni-mi IPs emler au 30 ,Tuin entre ll'.; quaii ployl!r; 1rt1tdifi,~s dt• 'e tl s mPmP ~ fie~ d e:-:; group<1s C t•ontrc 1,;, A serv in ~ ~ nnl ; H11H1t nt, lf 1 S in s titU nmlre n. tflUt s ruraux Pl urli:dn ~. I,• ::. mo Le troi s i e me loul' opJlOS{ll'n lr nil P tll 's polrvalc•i;ts d P l'O NAAI'. l'ainqu eui B :JU Gngn1111l A c,u D I 1 i! J~~ ~1t:; 1 ~ 1 ~~ 1 ~.l'; ; ' _ : ' t j~~~ ~: ~ 1~\i;~:,/' 1 \1~~~;: Pl)}~: f\~ ~ ~ ! \n!\ t ;~! 1~! 11 ~, : hH~ S ir~ rn111 r ,11 1 u ir 1 : rii ~ ,n Pmr nt. drux su1\ i vnnt s rntre 1t l"r l'l :n Aout. Messe de Requiem L 1 1w m : ~se d, . . ltequiem Anni versa ire R ( ~ ra chn n tl•L le l\ferere di 7 Mei i, ,; H. ; ; o du matin ii la Basiliqu e Nut,(' fla'me pour le rcipo s de l'Um P du J'P}!.'re1U• ELIE , TOSEPH. ' C'et nvi~ lien-t li~u tl'invit..i1 i 1111 : HI X pUl"('llt ~ Pt n mi~. R. H. CARLSTROEM Agent Officiel (:ettC ron1pl)tition ge joUl' ~u r la base de visite reripro11ue ;1 moins d'arrangemcnt i. 1 i1L.::u !L ; deux interesses. En .cas c! ' cgulite de points, le ,:oal average sera utilise pou• deparla;cr deux concurrents. , S'il y a e galite de point , et s Fronts Forts Dinianclw 4 Mai 1969 VALLIERES p,,11] .. vard . T..T. Dessal'm's STAMA ND Rue des Miracles Communique de Presse L'Errivain Max Guillaume Mulh e t Bourvier Prix du Cent.e11aire R a dio Canada Montreal inv te tous l es jeunes auteurs Ha'iti e ns ( de provinces et de la Capital e) h parti c iper U une Ex position National e d'oeuvre:-. lit. tl•raire~ Pour ce, ii \ e ur est recomman de d'envoy e .du let au ~O Mai Jf)(i!I un exemp laire de leurs pu l l'i ' '(Suit.) Elle j~ 'manqud . point d'exhor• et till 1!)5 '/ i b,rn~yula le fragile pou 1 ~ i; ~~ J 1io 1 ' atid1 L des methoues . Liautaud sont revenus nier d'un•,. ltleer . a_l'eccoon\eJ.u g . eute . r la •. lefurams ile\effohrntsitieanvo~r J ~x~utir(!U!• . ~ep~sait. sur ht . tr~ y !li~; . l':icc~~issem~nt de p1'0 recemment encoL'e Redncteur .de 'Atlanta Magazine. ll e.crit en re moment un ron1an. Wylie Davis photog;rnphe in dependant et ecr ivain est aiissi de Atlanta. XX X .... Hier matin est nrrive :i port-au-Prince, notrll sympathique ami Jean.Paul l:lelmond . o V\llnin, Atta.che de . Direction d~une grande societe fran~aise, representee en Haiti par notre 1•ompatriot e el' ami Adolphe lirab111i1. JI u Pt.e oecuilli hier u l'aero port Francois Duvalier pur c(, , f~v<>i1te et _ Ja x 1t1hte. La cons• ,d11ct1<>itrenl1sablt! 'dans l'agricul visite a Puert~ :i~o. . ifo de mener a bien cette oeu~1epce ?llyr1ere . et pn~:sanne se re tur~ tradi~io~~elle peut etre doLl gAdmi M p.I{ .. vc . raetiocn . om dme sun . eenfqaun ets,doit etre l'edu oria ; autour ). ~ea luttes qui -alJle <>t1; / triple. >. / P ., o o 1 _r n t .. .. .•. n ... d hi~~: ve~a~r:i~ tan fu!:1t ~~r . 1 vi1 vaie~t , e~• j Les . res . ulbt s du Heme Congres 0 a so n usiness>. Impres 1 slionnnn~e !!1t. !n min1,1.. ddurc1ssn1t, se raididssait en face Nationn.l du . Travail .. preciserom g.r . artd i poete :.• .. . cii. te oil M e Mane iherese Coli• , mnnoeuVl'es _ etes. su~tihtes 1a . 11.n _ ture de l'eff.ort a iealiser pom , s eslleJ:~st~. le week•end ici a vec mon, Deleguee de l'OMEP cita d offres do . nt le contenu reel res . ut1hser Ja recherche agronorifique ti:t1~ 1 e~~=;~: Jes membres d 'hon neur de !'As.poussai~ les cop.queJes sociales et ,, pour former Jes paysans etles ou une " :veritable ,c c .. . Mike 1d:sslein, n,str, t . sdoecialetuiot~'1ocnhgouiesiscas1Toi1 ter eena . ufn . isseorn_ . econom1ques en de~n . de 1946. Un . vriers, pour choisir Je i nvestis se. II ..... Manager de la Trans Caribbean vice de la jeunesse . scolaire hni• :\:i~ qt: 1 e;~::~ ~:~n\~u:~~~er~~:; e!:~s ~~ne;~~';. !~:~~= :u: l~:; :t n ha i s seifrs 1t~!i . Airways eS t rentre hier matin t.ienne ou encore en temoignage Ja readaptntion .. de s 1 . .. onctions . d ... e perfectionner l'outilla . ge, .. et . ptiu, l ent un Chef d'Oeuvre i ~'Art. < ' venant de San Juan. Il vient de gmtitude pour les services J'Etat aux . exigences / hist.orique! ameliorer Jes st1uctures . fonciec ~ st ain si qite l1.1 nouveau Mai ainsi d(! benefLe ier ,l'une promoillS'ignes . rend us a ]'Association, et l'nccroissement de la producti. res. La transformation d ' u riiveau re de Portau.Pri~fe matre F . recti> twn. . . . C'est ninsi que l'insigne de 1 d 1 , ric . Desvarieux qu'accompagnil . _II nous role sur lu poitrine des persnnria du volume de_l_a pr?duction, aml!• mulaure d es Affaire s Etrangi , es <'t so gradeu se femm e nee J acq ueline ' , "' u~ rise !'evolution dans un sens con obstacles . techniques, natureis et biite a~a ete, ccartee, .e]Jt, laissL' contre le s public~tions et Jes an _ Dirertrice d'Eco\e privee et pion forme au bien :." c etre materiel et humains, et e\le degagera les piiltes de provoquer le developEugenie des relations coupables . que. JI u p1opose ! ' adoption de Haiti. me. Elle ne la i'ovorise pas seu• peinent economique par la ,;rca• ( Devant : la brtale reaction d,, deux lo\s interdisant, l'une 1'<'11Dr , Prad e l Pompilus : Brillement, elle .•. permet de la prevoir, tion de surplus et d'uccumuinMme. Granchamp 11ui a pleine voi par ,fa paste de toute publicu l,rnt Linguiste, Educateur de car de la controler, de la regularisel', tions qui rompront les barrier"" COJ\ J 'iu11,1;(l ~n son m~1:i, :fylargot tion indecente aux mains de 18 !'icre Con~eiller SpfC'iul de de la, stabiliser en diminunnt la de In routine. A ce niveau, l'u,osera pretend re faire . plutot ans, l'autr e , la distribution, pnr l'OMEP. duree heb . domadaire du truvai., vestissement intellcctuel et la 1 JN allusion aux relatimis entre courier, aux adultes ou aux 111iMr. Serge Braudo Attache en elilinant les crises cccinomiductivite dgissentr comme une cau Muurictl~tEq~~LLE''!f~';is C;~Mfa~ , ..,• blicite obscenes jamais eguli• l\ie\t M;?te -~rTl1e{;~~e i 0111 f 0 n Que nous considerions la pro• quel nou;; visons s'obtiendrn gr,i IL FA UT_. En I raison d,e s,i' dam l'histoir e inon~e. J_ournel\et~~i~: !1i~ 1 ~\' q,ii Hl'HYMN~ll:oE ductivite comn1e le rapport ~e la ce il In p1 ;od uctivite, et le grand . grande Amitie pour la .mi•re 1~'. e nt l e~ ~o;rers nmencams _p,tr L'OMEP HAITIEN du nu ta. production a la quantite de trn• espoir de la Nouvelle Haiti 1;c :, 1 de Judith, Mme. , Granchan)!, J mterme\h~rre de _la Poste decJa. lent de Mme Jacqueline Turinn vail fournie par cette produ , ction de clnn s ce progres lie de l'homs'acrnmoderait malgre tout d'un, re l e Prestdent Ni~on dans _ ~ol' Cardoz o PresidPnte de !'OMEP . ou que nous la definissions comme et de . la machine, .le rapport tell e Brne. Mais Raoul qui a !es mes s age au Congres. I( pr~cise Avant de declarer fermes LJ1e le rapport entre la production en! re \'invbtissement intellectucl deux pieds s m terre, leeteur. que 1 e ,Gouvern~ment mnenrnm a \es trnvaux du Premier Seminni• et l'un des fncteurs de la produc-et la productivitc qui distinguent assidu de [{ousscau . espr:t iud\1, re~u I an d~rn,e: 870.000 letlrP s re Pedag;ogique de l'OMEP I\Iu t ion 1 la definition essnie de lier essenti e llemen't la rneiete humai et libere sou haitait ,le tout coeur de pr~tes _ tat'.on emananl d,, JI' '-" dam<' Glady s Wagner remercia l'efficience du travailleur et la ne et d eplacent sans ,esse le;; ce qui finit , par arri\'er: rPnt s mdt~nes. . n v ec effusion tous ceux qui aqualite du travail et rette liaison , per s pectives finies pour ouvrit MAURICE ET EUGENIE sont L 1. Chef dP la Mmson Blam l1r. va'ient conrouru au succes du Se est foudnmentale pour le dcvelpp l 'homme i t ut1 monde qui commenamotireux l'un . ,le l ' antre l'I Federation haitienne ~ ;' :~~'l l;l e ll~~ !c;~ :~ 1:~j:~;)•~n~i(';~: ,: ;;~~ia;;;~.s"\}~~h~fi~;/'a~:.i!~i~~n,~~ :::~~~nth:f t~~ ,i::i:.(Jra dfix 1 :ti~~mtd~ cc et recommence i nde finiment. deEit~~\ : :t~~~l~~;am11 de re ~ir ! de Volley-Ball :;.i,~:~~~.: 11 \ f 1-~ 1 t~~1u 0 t::r~itf~cl~ Ii,; . ::.~f~~ci,d~:~~e 'kiti\:~~~ (\J~ini~~~ = ~~-ond~ff~ud~,;;~?~~~Ji:~\~.tr,~~!~ u;: Pre3:; e :t~.'1~'.!t! feUl~-~~~;~!n,iue ~~~~s:1;\: 1 t~t~t:S1~ ~'.:a,i!;~~,;~: . Coupes : Ricot .et Biamby atleindre, le pi' e mi e r amendegog ique \'exposition d'un lot de a mesu1er !es cbangements ,,p ce qu e pe11se1'ait la Sotiete en la f ;l~~~taii !o"-r 1 :ti~e:i~al:limi ~'.~: 11 ~1~h1liaS:i:~ st ~t~~~t tai~~: ~i~,n'1 1 1~~! 1 i~el et~~uemif de fablita~~i~1t 8 ctfvft~~~:i~~ do~~~1it~:c1~! ti~:;Jc;!' 1 i~1~Z"e!/l!1;~ ur:Fo:;ra~,; S C 2 1 d I h" !an presentant nos plus ha conomie hnitienne souffre de S Le plus Leau jour arrive 8 l o "\ii,':r~. ,:: f~.~rnt~t I'iPl'l'l' par ;::~:;f,~• e ll ! p~ori(\:~t:a~ ;c;ne:-~~'." kU1Teus,s t'~licitations au Co~1it~ tards et pour que la production , Ptxr p~t~h~1~nt 8 ~~ri~r e rt:~1~ d:ss 0 :: 1 ;~.~.~'t-ut:\::~ :!-I s1• dc• I n Joi. qui intPrdil tou'te at Hnitien de l'OMEP pour re bril d ' e l'homm c huitien, but primo\•. 8 CCJMMUNION rl'Eugi'n i, •, ,i.J10isi pour i-tr(' celui ('. I. M . :i , ti111i111 Str1:111~nis tl'in•e , i, In lihci(• 1\P pnrnle Pt d,• lath Scminnilc, nous renouvclonR din\ de ma polilique ernnomiqm• 0 I de , li;Jn ~aill,•s ofl'idelll's, l'laoul p :i.~-1 111 .,, s~ e. nos ,1uc•i•r,is hommageR ,\ l'enliet sol'ial,,, nvnnc,• avce reguluri• 1 AU MONDE CHIC se l'irntge d, d ssip1 , l'omb,~ l.alu,• ,, , : 1i111i11.., 1.,, Alieilles ( ', , m rssag <' du P,i,sidenl Ni . 11tle pudag-ng-1w frnrirnisc Mu. te, n e faul-il pas que, duns !'in";I 1,1, , fin r m essage. Marie Connel LAFONTANT . lo ye n s l'unnee derni~re le theme minicar e, tous de la Suisse. choses, ,•c ritabl e . <-<1up de thef1tre. r~~~r1 inuire a e limio c Eteigno ' r r endn public la 8t'llln in e derni&r• Cours de de la prod ' uctivite, parmi d'autrr.s 1 BaJisth de fil, ' linon, tt \l re\'t• . le le i':~e c!eeisi f t>Ue par 1 ;/~~~/htlitt;:1e~lr~r1~n~;1! ~~:~-~'.!u:on:tr/i:e n~!~l~'.-~tion rie f::~::r:n:ea ~!!~l{~~!:!~;~! 1 ~1~~:b1~~:tE'. I to~~~ 0 ii~:1:i11I';~ 1 i: tji~t: e i::~ 1 EE,/'"~~:~~~~: : go};:~}t~:' rJl~;e 1L~~er1/~ finale : Lalue~:~:~~s::.neraux l'I~~~! des Hautes Etudes ~~~ipfl~C!~:E~;~e~~1~t~~:1-:~1~ u:~~)l~{~nt~l:Jl:~J:~~rst:s !;~:~?~ ; \;~i;~~:l~{~~('}~~rr~~:~~r si111~~~:;: . ~-A~;l:~~• '" fina]p ouvriere 8 Ho ~,~i~~1:;cialet,ina~gm!~i~~omia_}~~ qu'nu secteur prive la voie it s1.1il'~tllee~~Bftuit1'~~~\~~~e;tt . 1::'.~:~:•tiot~~a;,:i:.~ .. m~;:;1111/:ll~:nff,~ B) Au Stadium ' (SUITE) Cours IntensiJ de Comptubilite vre. , de R robes brodees en batiste, '"" assentiment. ' C:o,rp<' R co t : , ;, final" . nPu1 s ct patrons it leur Pre~iden•: lndustri e lle qui commencera le Des fucteurs, tels que le cJimnt, opal, dacron et simili, Pit•ee. ecrite duns u11e langm C. 1. l\-f. Rirc\ qui in <'al'IIP !e s aspimtions !,, ., ~ford;. 13 1 Mn _ i ~1:oetti et pi;e'1 Ii, repartition geographique des, ~:,/~;.~\~! ~;.~,~i'J.::\!~~t.-~~: d1ati ee . lnle1 preth, ma~istruSt ['.:'.:l~ '' . \ 2 finale f/,~,~ i'.:u~:~~:ti\~'.esC'~~l la a:~~ 1 :!,; ~~g 9 1 11 e Jeu , eptem matieres pi:emieres, la po\itique et mou st iq!!aires ~:'.:'::-irni!:;'.' ;';"\ /~'.~~~~ !/~~;;~ . I Messe de Requiem anniversaire II scta < hnnte le Mardi n Mai ----------humm age i, Iii Premii•n' Damed , ' L;objectif de ce CoUla est rl.e ~~c~=~};rr~~n~~~~\~:~ndtd~ 1 ~;:;~: aux ll\lfll1CPS vnriees. ('.I-Im( ' . . ] ea ni y l, amil' tll Mml' . la H epub lique, Madame Simone perme . .'\ll(lr{• Morisset et , ~ l' s nfant s p1 i,•rn l e~ alli{~s et a111is du n •j.!.T<•tli' A11dn' ! !\-forisS('l., d' ;h :; i :-t.t• r : 1 11111 '. VI L'HH e d,, Htquitrn A111iiv1• r ~ : ii 1 l q 1 . li S ! ra c:hn11 1 fl li ~ : \L . rdi ,; : \lai ;\ fi lip11 rPs A.l\I. ,,n J'l• : !.! l !~ du Snrr/• C'rn•ui tit\ Turgeau. e11 t ours, il ,; Hcure s A.M . Pn J 'R : . .di~< 11" Saint .ln:-.ep h unL' Messl' ,fr , H eq uit•m pout IP l'C"pm; dP l'fr nw rl e la regrettiie :vlnrlame l 'hri ,L ian DESGROTTF.S neP i\Ti~sida RPnuvois. Cet nvis tient lieu d'invitn \ i 1 ~ n.ux pnl'Qnl~ rt an1lc;. ASEGURAMOS SU PORVENIR ! ~-, I ES1UDIE EN SU CASA POR i:ORRESPONDENCIA DOS CARRERAS SENCILLAS POR EL PRECIO OE UNA Fic i lmenle compronslbles PtlliM llevarlu 1 11 vu con SOio saber leer ., estribtt. dispon1endo de POCO litmpo y de escasos recursos ENFERMERIA. Y OBSlETRICIA a,n DOS DIPLOMAS de Eslados Unidos de Norteameric, BENfEL SCHOOLS, 1, p11mer1 y mas 1md1\ada Escutia de Ente1mt1ia y Obsletm1a del Conh nrnle , le 1aranhza una v1d1 de comodidades y utisfacc10nes H~y m1lla ,es de n1c1mientos dra110s, y solo una Enlt1mera a [nlermero por cada 8.000 entumos PARA AMBOS SEXOS BENFEL SCHOOLS Calle Padre B!lllnl No. 75, SANTO DOMINGO, R,D, Smu 1it 11 ,art, 11 wl11n11t1 Clt1U . 11 fl 11111111111 111111 -----------lll[CCIH--------------Remerciements .pans l' i mpJJssibilite t.le repondl'e in'clvidu e llement it tant de mar ques de 1>y 111p a thie qui leur ont ete donnfes a l'oc.casion de .. la mort ti e l e u I ' regrettee . Mme Felix Pailliere N ee Hesia Malebrnnche , Enlevc e it leur affection. le 111errr e di 2 Avril, a!' Anse.,,.Veau M, Feli , Pnillicre, Mr et Mme Raymond Mulebranche et fnmil• le, 0 1\11' , , t Mme Fritz Pai\liere Pt J':nnill P , Mi e t: Mme Edner l'aillii n• l'l fAmille, Mme Gilberte JJai lli t , oirn:;i que tous le ~ "' aulrt' : , pat e nls t emerdent tous Je s amis , f.l.;,11t' d e la ,:•eJjitalP,.. d t• l'An ~e tl -Ve n u, 1.J cs nutre~ provin c' t' R E'L d e l't ~t ranger. J~t Jes priPnt de trouvPr iti, l'expreR~:on de leu r profonde gratitude. Port'-nu-Prinre le 2 Mai' lfl69 ~'~i~o~i:~:~-tt11;;t:~~t~t\;~;~;fich'ii po stes d e 1esponsabilite de se cl mtegrat,an, 1 eguipcm~nt, le .~e~ C<.111\'ie le public e.(egnnt H~: ~t1 t~~ i e~x "t 111 ~\~1~:ilill'./,; qui La r,. :1 . Plan ccimptuble C.:omplites de J>rogres et , en regle gene• re puhltquc d~ tl'elze Mars \l hl n'en pins finir. . Ri,nu11qu,• s 11ui li e r C'Sl sur Jes bnrriendeR, n , e, t ,•s de c or , trole de couts Pl'i• rale ii e~t admis que, par la seu Neu f Ce nt So1xant~ Neuf adnwl n'enl ~v <'ftl , :e n it la va leul' de l o J es forc1•s v iv es de la Nulion, q '. t paration de budgets _ Te<•hni ' tnnt i, divorce des epoux Anel , To pii> :' e. Vel'ite, Realit,' , Vi<•. lei est . on t fni eu So n Etojle qui <:o n : _: . ' i ll e ct p1 oc C dure gene1nlP. sep h ln fernme ne e Marie Natil e t r uit dominant, de : ~~ UNT!: ; 1 i~~:;: s '';~~ 1 ~;i';~;'. ;. 1:~ ~ii~ i 1 :.~s ;')~~i F.l kJ~ErlJi~:J~~w: Convocation .;; :~ 'i';t,~"i'J::1e:';};et::~t 1~n;~~t J,~ 1 g,~~o;';,1/ it J3iJt ~l~:-,t;::::~ 1,• , futures ... :JES COUHS plies. Mnitr e Ane\ Pierre Offimnii v u. . 3 M,;t;~(it ANTOTNE J!El.P;~b~~~tf,;~~ur comm,tntJ"'&~tP:: Lauro ST-JUSTE.. 2. Fabrication unifor111e Pt ,, 011 seance Sp ecia le qui se tien,J,a e~ cou,s en presence des te111oins LES ETATS-UNIS ET tinue. In residence de Mr. Gemrd RE ' Adrirn Lnvtiche et Albert Des• l.'EVOLUTION DE , , @)@)@)@)@)@)@)@)@)@)@)@)@)@)@@)@)@)-.J@)-.-.@)@)@ 3. Produlto conjoints et sous SIL sise nu No. 38 de la l!ue rnrtPs nmenes par )'epoux de• LA SITUATION MONETAIRE r0' . @) prorluits . W!!FFRARD le Lu'ltli 5 Mai a mnn~~~1:~t . sam ed1 3 Ma1 . ~G. Comptnbi\ite pat crnt l'R Pour l\! Cnll A RN OLD BLAIN. Kennedy . ~0: DI DANSAN hlcciA~tt'is~o~~gRAPPOHT PBU•Pce. le 2 Mai 190'1 Avoca!. La r6union de travail i, la tn ;'&J D' '&I DE COUTS s orerie Hait priocipulement ,on@) es 9 Heures P. M. @) . 1. Anal yse de coiit•. Prohli "; sacree i t lu reforme fis c ale ell '0' Tenue de v. ille de rigueur @) me, de gest ion exigennt l'nnnly preparation aux Etats-Unis . '&J "' de routs . V All Mais le po1 ' te-parole. tie la Maison , Admission $ 2.00 Dollars ~2. Rapport








Qu OTIDIEN ©

LE PLUS ANCIEN D'HAITI —
FONDE EN 1896 ©

"Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET |

No 27.806



‘A OCCASION DU 1ER MAI



Le Message du President

‘Francois

» Ouvriéres, Ouvriers,
Vaime les occasions comme cel
le de ce matin, qui font visage .
de rencontre et de renouvelle-
ment et évoquent, 4 vingt années
d'intervalle, le ‘:premier Congrés
Haitien du Travail. C’était laf-
firmation sans biais de la person
nalité syndicale, du jeune. mouve
ment professionnel né de l’explo-
sion socio - politique de 1946, de
In conscience ouvriére haitienne.
La société haitienne sortait de
‘son féodalisme et épousait pro-
wressivement les structures qui
reflétaient les prémisses des con-
quétec sociales, secouaient les rap
parts archaiques du salariat et
.du patronat et introduisaient I’c-
lément humain dans les rapports
de production. Je suis et reste
fier de cette bataille 4 laquelle
j'ai participé, en qualité de Se-
crétaire d’Etat au Département
du Travail et de la Santé Publi-
que. J'y ai donné Vélan et Vinten
sité de mes convictions doctrina-
les. Et j'ai appuyé et fait abou-
tir, pendant cette période — mili-
tante, les revendications* fonda-
qnentales du syndicalisme — hai-
tien; le Gouvernement du Prési-
dent Estimé s’efforeait d’éliminer
Jes causes des injustices et des
inégalités et poursuivait l’appli-
cation d’une politique sociale har
die, regardant au dela du pré.
sent ct engagéant plus 4 fond le
combat de homme pour la libé |
ration économique -totale. La re-
distribution des revenus par une
politique dynamique préoccupait,
le Gouvernement. Cet objectif ne
pouvait étre dissocié de la réha-
hilitation de la classe . ouvriére
urhaine ct rurale. Tl conditionnait
le processus révolutionnaire et il
inserivait le destin de Vhaitien
moyen dans une dignité et une
décence combinées du logement.
de Whabillement’ et de Valimenta-’
dion. :

Ouvriers et Ouvriéres,

\umis avez gayné Je droit a kay

_ques révolutionnaires.

Duvalier

vie, & Ja Santé et aux loisirs
quand la Révolution, de 1946 est



entrée dans le droit’ social hai-
tien.
Je ne. dirai pas en ce matin

tout gonflé d’espoir; ce que ca
chait la rupture: provequée par
Vambition des impatients. Pen-
dant six ans, le syndicalisme hai
vien allait &tre démantelé, déper

sonnalisé et se perdre dans un
vague corporatisme au _— service

des compromissions youvernemeti
tales, L’édifice législatif rédigt
patiemment et dont la présence a
vait suffi & corriger certains cor
trastes, a défier. certaines préte::
tions était miné en sous-main; et,
en lew et place de Vaffranchisse
ment social’ et économique qui sc
développait s’était installé un a«
servissement dun genre nouveau,
niant .la nécessité des change-
ments. D'un syndicalisme jeune
et vigoureux qui avait répudis
les excés et recherchait, a travers
les lois sociales, un équilibre de
justice, il ne restait plus -que
quelques slogans vides, la désar-
iiculation de la procédure des con
ventions collectives, la minimisa-
tion des risques en matiére de sé
eurité sociale et la sépara-
tion des problémes du_ tra-
vail, du, probleme économi-
que général, du probleme fonda’
mental des réformes éconon:*
La collabn
ration effagait le résultat de nom’
bre d’années de persévérance ¢.
de Juttes syndicales, et la dén:v-
cratie haitienne dont la base po
pulaire, sétait élurgie A cause de
ces gains sociaux, s’éloignait ram.
dement de sa substance et de ses
pratiques éprouvées pour ne plus:
représenter qu’une imitation ser-
vile dun morléle sans avenir et
Vasnect national du hien - étre
était ignoré an profit de Venri-
chigsement des nouvelles ninori-
tés.




Ouvriéres et ouvriers,
Tia révolution nationale de 1956

(Suite page 6 col 6)



A propos de l’Enquéte
Socio - Economique

L’Enquéte Socio - Economi-
que annoncée par l'Institut Hai-
tien de Statistiques débute bien
16t. Comme ‘nous Vécrivions an-
térieurement, il s’agit d’une opé
ration scientifique dépouillée de
tout but fiscal. C’est 4 dire que
‘Institut Haitien de Statistiques
s'attend & ce que toutes les per-

sonnes qui seront interrogées
pa; ses énumérateurs manifes-

tent lesprit de collaboration le
plus large en répondant honnéte
ment et franchement aux ques-
tions qui auront été posées.

Lienquéte ne touchera pas
tous les points du territoire du
pays. Certains endroits bien pré
cis ont été choisis pay le procé
dé de Véchantillonage pour étre
sujets a Venquéte. Cependant

que toutes les dispositions ont
eté prises pour que les résultats
obtenus par ce procédé refléetent

l'expression raie de Vunivers
considérée.

Depuis le recensement de
1950, e’est la premitre opération

slatistique de grande envergure
i étre entreprise dans nos mi-
Yieux. Certes le mouvement sera
moins vaste mais toutes les ré-
glementations scientifiques con-
cernant la matiére seront respec
tées,

!

ll sagit en Voccurence de do-
ter le pays des données statisti-
ques . de_ base, renseignements
sans lesquels aucune démarche
dans le sens d'un développement

(Suite page 6 cal. 1)

“OPERATIONS |.
MILITAIRES
A SAVANE SALEE

Aprés les Opérations. Militai-
res dheir aprés-midi, le Commer

dant des Casernes Dessalines u
udressé le rapport suivant @ SE.
le Président a Vie de la Répie -~
blique .:



DU: Commandant des

Cusernes Dessalines
AU: Chef Supréme et Effectit
‘des Forces Armées d’Haiti

1. Le soussigné informe le Chef
Supvéme et Effectif des Forces
Armées d@/Haiti qu’au cours des
_opérations militaires qui se sont
deroulées cet aprés-midi dans les
environs de Savane Salée, Trente
Cinq (85) terroristes communistes

qui s’étaient réfugiés dans une
maison ont été écrasés. La

maison a été entiérement démolie

par les batteries des forces de
Yordre. Les individus ci-aprés
désignés ont été blessés. et faits

prisonniers :

Joseph Roney,
parti sous
André, :

Arnold Dévilmé, connu dans le
parti sous Je pseudonyme de
Harry.

Maryse et Anna
dans le parti.

2. L’attention du Chef Supré-
me et Effectif des Forces Armées
d'Haiti est sollicitée sur le fait
que les nommés Joseph Roney’ et
Arnold Dévilmé étaient depuis
bien longtemps activement recher
chég par Ia Police.

(8) CLAUDE
PROPOSITION SOVIEBTIQU Is
A LA CHINE
MOSGOU (AFP)

L’URSS a proposé a la Chine
de réunir, dans le courant = du
mois de Mai, la Commission mix-
te Sine - Soviétique pour la na-
vigation sur les fleuves fronta-
lievs, annonce Agence Tass. é

Cette commission, créée cn
1951, ne s'¢tait pas réunie depuis
1967.
MORT DU
DE L'INDE
PARIS (AFP)

On annonce ce matin a la Non
velle Delhi la mort de M. Zakir
Hussain, Président de la Républi
que Indienne qui a suecombé A

-une crise acrdiaque 4 l’age de 72
ans.

connu dans le
le pseudonyme de

ainsi connues



PRESIDENT

‘| 14EME ANNEE

Des Etats généraux dela:



Ouvriére a PApothéose du ler. Mai ,

Lse échos des assises du Deu-
xitme Congrés National du Tra-
vail que le Président Duvalier a
si justément appelé les Etats Gé-
néraux de la Classe Ouvriére, se
prolongeaient encore, . formant
une conjonction harmonieuse par
la ferveur et la force de la’ foi
avec les imposantes manifesta-
tions commémoratives de la Féte
Nationale du Travail et de l'A-
griculture.

Face aux minorités réaction-
naires et contestataires, les for-
ces vives du travail ont réaffir-
mé de maniére spectaculaize et
chaleureuse, 1 ¢ ur adhésion
i» Vhumanisme que le Lea-,
der de la Majorité Natio-
nale inscrit dans la chair de no-
tre structure sociale avec la ro-
hustesse de sa foi en l’avenir de
cette communauté négre qu’)!
veut chaque jour plus grande,
plus prospére, plus fiére.

lly a plus de quarante ans
que le Doctrinaire Docteur Fran-
cois Duvalier a choisi de mener
ce combat difficile de faire des
citoyens’a& part entiére d’une sous
humanité que des séquelles d’une
mentalité coloniale —persistaient
© tenir dans les zones margine-
les, écrasée au plus bas d'une py
ramide sociale édiftiée sur les in-
justices les plus ignobles.

Le Docteur Duvalier a eu Je
‘courage de proclamer 4 un mo-
ment ou trénait une minorité
accrochée a des privileges injus-
tifiables, la vérité sociale, econo
mique et politique que les commo
tions de 1946 ct de 1947 devaient
faire luire d'une clarté aveuglan
te.

A celte époque déja Jontaine,
ceux qui p’avaient pas d’avenir
dans Vesprit, ne pensajient pas
que le Pesseur langait avec Sa
serénité coutumiere, les semences
des grandes mutations des tenips
que nous vivons et que Je Prési-
dent & Vie de la République a

a
A WOCCASION DE NOTRE ANNIVERSAIRE

, APPRECIATION DE L’AMBASSADE
DE FRANCE

le ler Mai 1969
Cher Ami,

Port-au-Prince,
Monsieur le Directeur,

Monsieur JV Ambassadeur me
prie de vous transmettre ainsi
qu’ vos distingués Collabora-

teurs, ses plus vives félicitations
a Voccasion du 74eme Anniversai-
ye de votre quotidien que vous
dirigez avee un souci de la
tradition et de l’Information ob-

jective qui vous fait honneur.

Je yous adresse mes voeux les
plus amicaux pour le succés
toujours croissant du quotidien
«Le Nouvellistes, doyen de la
Presse Haitienne, qui compte
tant d’amis. ,

. Mme C. Kernisan
Attachée de Presse

x KX

CELLE DE NOTRE CONFRERE «LE JOUR,

LES TROIS QUARTS DE

Un age magnifique marque
par trois sénérations successives
se passant le flambeau Henri.
Vaieul, Ernest G., le fils et Max,
le petit-fils.

En effet, en 1971 «LE NOU-
VELLISTE>, doyen de la Presse
Haitienne, bouclera ses trois
quarts de sgiécle. Hier, ce quo-
tidien a célébré dignement ses
soixante-treize ans (73) dans



ARBITRES DESIGNES

La Bermuda Football Associa-
tion a notifié & la United Soccer
Football Association et a la Fé-

- dération Haitienne de Football
Jes noms des Arbitres quelle a
chotsis pour la direction de la
rencontre U. S. A. — Haiti a
San Diego, Californie le Dirmai-
che 11 Mai a 2 h p.m. Ce sont
M. Keith Dunstan, Arbitre cen
tral et David Parsons, Roy Br.
cewell, Juges de ligne, De ce trio,
les deux premiers seulement fi,
rent sur la liste officielle de ta
FIFA pour la saison 1969. A ce
sujet, le réglement du Champion-
nat du Monde stipule‘en son Cha
pitre XIV, Article 20, Paragra--
phe 3: «Pour les matches de la
compétition préliminaire, si les
cireonstances Vexigert et en ac-
cord avec les deux Associations
nationales intéressées, un Arbitre
ou un Juge de ligne ne figurant
pas sur la liste des Arbiires in-
ternationaux, peuvent Etre anpo-
lés a fonctionner.>

LISTE DES 22 DE LA USSFA

ga

La iste des Joteurs
doivent se communiquer les Fé
dérations des Pays opposés et
qui doit étre acheminée égale-
ment A la FIFA dans un délai
-de 10 jours avant les rencontres
du Championnat Mondial est
parvenue A tous les intéres rses
De celle des Américains, trois mo
diifeations ont été apportées

que

DANS LE FOOTBALL ,

Laurence Haussman et Idouard
Clear qui ont joué ici en Ucto-
bre 1968, Herman Kreiger qui y
figure pour la premiére fois, rem
placent Robert Gansler, Carl Gen
tile et Alfred Kikel. La nétre
n’a pas changé. I] est plus que
probable, si nos renseignements

sont exacts, que des nouveaux
promus seront du voyage, ces ju
niors Vauront bien mérité. |
LE CHAMPIONNAT DES
CHAMPIONS DE
LA CONCACAF

Le Violette Athletic | Club,
Champion de la Coupe i'radel
1969, devra rencontrer le Si mer

set des Bermudes dans cette com
pétion, Notre club a proposé, via
le Bureau Fédéral, ala Besmu-
da Footbali de jouer ies ceux
matches chez elle, moyennant que
son adversaire prenne les frais
de transport et de logement & sa
charge. Le VAC avait choisi le
25 et 28 Mai comme dates possi-
bles.

La BFA, de son coté, suggerc,

les 18 et 22 Mai. Au cours d’une
réunion des dirigeants du Club
Doyen et de ceux du Bureau Fé-
déral, certains détails seront pla
nifiés. .

Voici le calendrier complet de
ee Championnat dont les phases
ant été ainsi réparties:

Premier tour éliminatoire = du
ler Avril au 31 Mai
Groupe A Somerset — Vio-

lette, Arbitre L. King des USA,

‘

Délégué de ia Concacal, J+ Barris
kill des Etats Unis. . Deuxieme
match : A. Chaplin de ta Jamai
que, Délégué G. Abrahams de la
Jamaique.

Groupe B : Toluca du Mexique,
tenant du titre — Cruz Azul du

Mexique, Arbitre
A. Robles du Guatemala, Neélc-

(Suite page 6, col. 2)

SIECLE DU «NOUVELLISTE>s

Vallégresse qu'oh devine.
Trois générations se sont suc-
cédé a la direction de ce journal

(Henri, Ernest et Max) et
we quotidien reste’ de plus en
plus vivant par ses éditoriaux
bien fouillés, ses chroniques a-
lertes, ses faits du jour bien
vivants.

Tout le monde se rend compte
de la place de choix qu’occupe
«LE NOUVELLISTE» comme
Natiestent la confiance marquce

par des milliers de lecteurs et
dabonnés et Pintérét que lon
porte A tout ce que publie cet
orpane. .

En cette date faste pour ce
digne contrére, nous adressons

au NOUVELLISTE nos vocux
d’Ad mutos et félicissimos annos
et nos compliments 4 MM. Max
CHAUVET, le directeur-adminis-
trateur, Lucien’ MONTAS, ré
dacteur en chef aux principaux
rédacteurs, comme Aubelin JO-
LICOEUR, Antoine L. JEAN,
Gerson ALEXIS.



«Une Ombre au Tableau»

TRIOMPHE DE

GREGOIRE EUGENE

(Par Laurore ST-JUSTE.)

La pitee «UNE OMBRE AU
TABLEAU)> écrite par un Educa-
teur autorisait toutes sortes de
spéculations. Serait-ce une histoi-
re d‘écolier ? ou l’éternel drame
de la misére et de Ja faim d'un
professeur réduit 4 n’étre que
Vombre de lui-méme au tableau ?

Certes non. I] s‘agit’de tout
autre chose, il s'agit d’un autre
drame et qui pose un probléme:
Celui de la classe moyenne
pourvue d’une forte instruction,
ce qui n’exclue pas pour autant
un manque de culture. Ainsi
sexpliquent sa suceptibilité, ses
attaches a des préjugés ridicules.

RAOUL GRANCHAMP est un
Avocat de la classe moyenne qui
a réussi. Avec sa femme Margot,
son fils Maurice, terminant sa

médecine, leur adoption Eugenie,
(Some. année de Ecole Normale
d'Institutrice), il forme un ména-
ve heureux. Famille qui vivait
dans la paix . jusqu’au jour ot
une Madame Jeanty, amie de
couvent de Margot, désirant caser
sa fille Judith, Ja marier a
Maurice pour sceller une amitié
de quuarante ans, utilisera toutes
lus ressources de son imagination
pour jeter dans le coeur de Mme.
Granchamp le venin du doute
et de la suspicion. Odette, c'est
Je prénom de Mme. Jeanty, essaie
ra tour & tour de faire compren-
dre & Margot qu'Eugénie, I’A-
doptée, est le fruit d'une’ relation
de Raoul.

(Suite page 6, col. 8)

Et quand cette possi-

‘par Max A. ANTOINE

marqués du sceau Ue Sa_person-
nalité d’envergure exceptionnelle.

Au terme de judivieuses ‘«Ré-
flexions sur le Problime: Social»,
Monsieur . Pierre Laraque | con:
clut : ¢L’oplion n’est pas entre
Vaccomplissement ow le refus: de
Velfort de justice sociale, mais
entre la réalisation de cet effort
par la transformation ou: pur le

renversement de l’ordre social
existants,
Cette alternative classique, tv

‘Chef Jucide a su-en exorciser les
strayuenards en opérant Lui-nidi-

me la Révolution nécessaire dans
un climat d'ordre et de stabilit:
institutionnelle parce qu’Il a cou
pris que notre communauté sorti:
a peine d’une crise, ne pouvait xé
payer le luxe de ces sauts pévil-
leux qui débouchent trop souvent
dans le chads ou l’inconnu.
Ainsi, le Chef Unique de la Ré
volution a rvenoncé délibérément i
cette tactique, usée d’ailleurs,

. quwutilisaient maints Chefs a’
“tat de jameienn

Ecole, qui pen-
saient que lart; supréme du pe
litique responsable était de se mu!
tiplier en finasgeries plus’ subti-
Jes les unes que: les autres ‘et, ea
définitive, de ne point choisir en
tre les forees sociales en pré-
sence.

Le Président quant a Lui, a
choisi de poursuivre le comba,
historique et toujours recommen-
cé du plus grand bien au plu:
grand nombre.-Et cela, 1 l’a réa-
lisé en, conviant la bourgevisic
traditionnehe 4 une reconversion
mentale, en Ini indiquant la voie
payante du dialogue, de la colls-
boration féconde par un Léte-a-

téte product éntrgles chefs d'eit
treprjse. et ‘les. salariés.

.C’est. pourquoi,, une fois “de
plus, Je Président Duvalier a dé-
samoreé la bombe de la violence
marxiste. Léniniste brandie, com
me i] Pa+dit dans sa magistrale
adresse ‘au. Deuxieme Congrés Na
tional du Travail, «par les des-
vendants des antinationaux, de l'é
re salomonicnne qui penscnt,
dans leurs chiméres, qu’il est pos<
sible, en fonction du matéritlis-
me historique de transmuer = Irs
systemes politiques .de l'Amériqve
Latine et Caraibéenne en Etuts -
Socialistes & I'eneontre des don-
nées de la Sociologie et de 1'His-
toire, bases essentielles de tou!.
doctrine nationale’ et fondem:- nt
du Duvaliérisme intégral ou Tr.
siéme Forces.

La concentration populaire an
Jour du Travail et de! l’Agricu!-
ture a été un chaleureux homme-
ge’ des Quvriers et Travailleurs
de toutes catégonies, des entrepre -

(Suite page 6, col. 4)



LE°1ER WILSON
DIFFICULTES
LONDRES (AFP)
Le Premier Britannique va de.
voir se concentrer sur les imu
yens de purer 4 Voffensive qui ‘a

ET SES

la droite et a la gauche de sen
Parti se prépare contre lui. Le

mécontentement dse syndicats a
la suite des mesures envisagée:
pour faire obstacles aux préves
sauvages, lu faiblesse de la livre
et le découragement des militants
du Labour favorisent les entrepri
ses de ses adversaires.



DANS L'ENSEIGNEMENT PRESCOLAIRE.—

Cléture du ler. Séminaire
Pédagogique de POMEP

Nar Marie-Carmel

Hier suiz, a VAuditerium du
Centre’ Culturel de l’Eeole Nor-
male d’Instituteurs, sise & l’Im-
passe Lavaud, s’est déroulée cn
présence d’une nombreuse assis-
-tance . composée _ d’éducateurs,
dartistes et autres spécialistes,
la cérémonie de cléture du pre
mier Séminaire Pédagogique de
VOMEP.

Placé sous les auspices dy Dé
partement de l'Education Natio-
nale et ode Institut Frangais
WHaiti, et sous la présidence
d'honneur de Madame Suzanne
Herbiniere - Lebert, fondatrice
de POrganisation Mondiale pour
VEducation Préscolaire, ect’ Ins-
pectrice des Maternelles de Fran
ce, ce Séntinaire qui avait pour
theme «LYENFPANTY ET L'ART»
a donné licu & d'intéressants 6-
changes de vues su; les proble
mes de la petite enfance, et par
ticuliérement sur le réle de lart
dans les classes maternelles,

Conférences, démonstvations,
interviews, cinéma et table-ronde
avaient fo u ron i aux ‘mem -
bres de VOMEP, Voccasion de
mettre T’accent su; la valeur de
Vart dans la formation des en-
fants et de discute: des meilleu-
res techniques susceptibles de
faire de Vart, un auxiliaire den
seignement de grande valeur,

Apres de tra-

une semaine

—__—_§_—__—.—_4

LAFONTANT

Vaux fructueux, i] revennsit
V'héte d’honneur Mme Herbinié-
re-Lebert, de faire bénéficier les
Jardiniéres -haitiennes de sa vas
te expérience dans
de éducation des tout petits; ce
qu'elle fit dans une alloeution
des plus intéressantes et des plus
enrichissantes.



«

Joignant a sa profunde con
naissance du petit enfant dont
Vame ne recéle pour elle aucun
secret, son langage clair et com
bien captivant, “notre conféren-
ciére tint, assistance sous le
charme, au cours ce dia-
lovue qui a ¢té a& notre avis da-
vantage un entretien familial.
En un.clin d’oeil tous les as-
pects du développement du jeu-
ne enfant furent analysés avec
vette maitrise qui caractérise
cette «grande dames de Vensci-
enement francais, pour répéter
Mme Gladys Wagner, Premitre
Vice-Piésidente de VOMEP jen
Haiti.

Mine Lebert devait conclure
en mettant les eéducatrices hai-
tiennes en garde contre certaits
procédés et attitude susceptibles
de dérouter le jeune enfant et
de compromettre le développe
ment harmonieux de ses ‘facul-
tés manuelles et intellectuelles.

(Suite page 6 col. 5)

Ce qu’est l’Education en
Haiti, ce qu’elle pourrait étre

RICHESSES DE LYON

Le Seerctaire géneral - adjoin
de PUnion nationale, M. RENAR
DET, exposa les résullats de len
quéte scientifique qui précéda ces
assises, IL ressort qu'une immen
se disponibilité anime les équipes
de base, permettant d’affirme:
que trop souvent, de numbreuses
possibiltés restent inemployées.
Il s’agit de prendre conscience de
ee que nous pouvons faire, tou»
ensemble. C’est un sentiment dop |
timisme réel qui se développe d'u
ne vue précise, réaliste, de la si
{uation.

C’est un immense désir de dia
logue, de participation, qui s'éie
ve du pays, des parents éleves:
les Cereles de Famille sont ute
richesse. Et dans les quatre ans
qui viennent, ils ont du pain sur
la planche.

Des lignes de force
chent de ces rencontres,
les carvefours, aux sujets divers
ont ‘abouti aux mémes — conclu-
sions : nécessité d’écouter les jeu
nes, nécessité de répondre aux
exigences de vie chrétienne postu
lées par les parents chrétieny





se déta-
et tous

18 -- ld -- 168 MAT 1967

leurs enfants, nécessite de
s'ouvrir aux autres, & tous les
autres, pour former une équipe
cucatrice efficace.

Et dabord, il est nécessaire
Wécouter les jeunes. Le C. F. DI-
DIER donna la parole a deux
xterminales», gwargon et fille. Is
le reconnaissent, l’école chrétien-
né leur a upportégefne formation
compléte, intellecthelle, spirituel-
le, les a uidés & développer leur
personnalité. totale.

pour

Ils attendent beaucoup de la
communauté éducative: une gran
de vérité, un témoignage vécu;
que les auméniers soient d'abord
eprétress | Que les maitres soient

«adultes»! Qu’ils ne démission-
nent pas, qu’ils aient fait leur
«unites; quwils permettent aux

jeunes de s‘affirmer ! :
Les jeunes demandent a parti-
ciper 4 la communauté éducative,
dialoguant avee leurs maitres
pour l’enseignement, donnant leur
point de vue dans les Cercles de

(Suite page 4)

le domaine *





| PHONES:



x



Classe AU FIL DES JOURS...

| par Aubelin On eocHL

LE GALA DU PRINTEMPS
au profit des enfants hanilicapes
de UE cole St Vineet : ’

.. Mereredi. soir,’ le Gala du
Printemps -organisé au Sans Souci
au profit des enfants handicapés
de l’Eecole St Vincent ..adonné
aux cent cinquante membres de
Vassistance l'occasion de s‘amtser
comme rarement ils Vont.. fait.
La féte commencée sur la terras-
se intérieure fut transportée a
Vintérieure & cause de la pluie:

fatmosphére animée = pur
le Super Ensemble Nemours
Jean-Baptiste qui n'a jamais
aussi bien joué, était’ des

ae a
plus délicieuses. Nemours avail
un programme pour l'heure du
diner et un autre pour porter les
assistants &@ libérer les rythmes
de leurs pieds. :

Les tables de Gerty Héraux
sont célébres. L’asgistance — s’en
délecta.

Le tirage de la rafle du billet
de voyage Paris aller-retour pour
deux personnes avec 500 dollars
Wargent de poche * fit un grand.

heureux’ dans le Dr. Benjamin
Laroche.

Tl y avait trois prix sur les
entrées.

Le premier, une splendide
_ peinture offerte par la Galerie
Nader, fut gagné par le Dé,
Julian Strauss, Coordonateur de
la BID. /

‘Le 2e, un appareil de radio
Transistor de «Pavillon, fut
‘empérté par Mme Jacqueline

Turian Cardozo, promotrice du
Séminaire National de Pédagogie
dont les assises furent cléturées
hier 2 Décembre.

Le 3e Prix, un vase Lalique
offert par Versailles Bigio Fréres,
fut remis i l'Amiral Wilkie
Brereton,

/ xxx
NOS AMIS PARHI] - '

LES INVITES DE
M. DIONISIO TRIGO
. Il y avait plusieurs de
amis parmi‘les invités du
sident de la” CARIBATR,
Dionisfo Trigo Gonzalez.
C'était méme une surprise,
une surprise. agréable de rencon-
trer dans ce groupe Mile Mary
Helen Pryor, assistante de sa
captivante Soeur, Mme Barbara
Pryor de Jong, Direttrice —fon-

Nos
Pre-
M.

datrice de WEST INDIES TRA- ,

VEL INC dé St Thomas. Barbara
qui avait fait sa premiere visite
ici avee son Inari le grand avocat
‘tohn de Jong, lors d’un voyape

arrangé par Air France avait
dans la suite conduit un impor-

lant groupe ici.

Nous avons fait la conuaissan-
ce de Mary Helen, une jeune
congénere, . originnire de Pitts:
burgh, Pennsylvanie, a l’époque
de Ja Convention de VASTA a
Porto Rico. C’était en Septembre
dernier, le Directeur Général de
VOffice National du Tourisme et:
de la Promotion, tAgronome
Lue-Albert Foucard nous avait,
alors délégué a St Thomas pour
préparer avec’ Mme Barbara de
Jong le programme de la visite
du groupe qu'elle réunissait: pour
Haiti.

Mary Helen, jeune et charmante,

était accomparnée — de Mile
Shirley Monsanto une autre

congénére qui travaille aussi pour

une agence de voyage de St-
Thomas,

Mary Helen que nous avons
aecompagnée, avec son amic
Shirley, dans plusietrs coins
charmants de Pétionville et de

Port-au-Prince, aprés leur tournée
dans la montagne et le 4léjeuner
i Tbo-Lélé, a reneontré des
versonnalités aussi importantes
que le Secrétaire d'Etat du

Lebert Jean-Pierre,
deur des Etats-Unis
Claude G. Ross,

V'Ambassa-
et Mme
Ie Premier Se-

-PORT-AU PRINCE (HAITI)
: 2282-2492

Commerce ct de V’Industrie, Dr. .





1 ME
erétaire de VAtabassade ameéricale
one, Mao bees Me Carthy, eles -

Mary Helen’ se propose de®:
s‘arréter ici au cours du prochain. |
week-end a occasion © dune,
visite “qu'elle compte faire a si
mére “2 Pittsburgh; Pennsylvanic.

~ Un © autre’ ami se trouvant®*
parnii des “invitéss des Me Triga
etait. “Al Ditthofer,. < Editor. -

Publisher: 9 ode = CARIBBEAN
BEACHCOMBER; dé “San Juan,
un’ .journal = ‘louristique .quic a
adopté -Haita, vet .

. XXX
ULLE CHERL- CAMPBELL
«Kditers dy. Magazine
des employés de .
MARSHALL FIELD & CO.
en transit q@ Portau-Prisce

.: Ce matin, Mile ~Cheri
Campbell est passée -en transit it

Port-au-Prince _ revenant de In
Guadeloupe par le Vol d'Ain
Fyrance;>

Son élégance avait retenu notre |
attention sur elle.

Mignonne, elle a un joli. minois
relevé d'un nez semblable ‘a celui
de Cléopatre quirta ferait, ‘distin-
guer entre ent “autres” jolies
filles. - , -

Cheri Campbell est 1l’Editrice
ede l'¢Employee, Publication» de
«Marshall Field & Co.» le pls

grand - «Department Stores de
Chicago.
Elle nous a promis ‘dé visiter
Haiti “a ses plus prochaines
vacances.

Devant les vitrines du Shop de
Madame Max Chauvet a-Jaéro-
port Francois Duvalier, elle avait
Vembarras du choix. Elle-a aussi
constaté la grande différence qui

existe en fait d’artisanat ‘entre.
Haiti. et tes autres iles ‘qu/elle
venait de visiter. a. .

XXX
NOS VISITEURK '

.. Hier sont arrives’ 4 , Port-
au-Prince, H. Herbett Feuerstein,
et M. Hans Nikel. IIs passent
quatre jours au “Grand Hétel
Oloffison. . .

M. Herbert Feuerstein, Charge
des Relations Pubiques au Con-
sulat. Général d'Autriche & New-
York était ici’en février dernier
avec sa jolie femme. |

Il fait visiter notre pays qu’il

aime bancoup 9 par son ami, M.
Hans Nikel, propriétaire . de
BARMEIER & NIKEL, une
grande Maison d'édition de
Frankfort, Allemagne.

Cette maison qui, édite des
livres publie trois Magazines.

Herbert en deviendra le Directeur
en Juin prochain,

M. Nikel est intéressé aussi
dans ,’industrie di voyage. Tl a
fait le projet de conduire des
eroupes de visiteurs. allemands
‘on Haiti. C'est l'une des raisons
pour lesquelles Herbert Feuerstein.
Va amené ici.

Hier soir, Herbert Feuerstein,
Hans Nikel ct Mlles Rosmarie
Ruekstuh! et. Ursula Christen,
de Suisse qnt été nos invités a
VHotel Tho-Lélé oft Hans a pu
faire part au Président du Con-
seil de Direction d’Ibo-Lélé, lar-
chitecte Robert Baussan de son
projet d’amener des groupes de
visiteurs allemands en Haiti.

A notre table avaient pris place
de nombreux officiels haitiens.

Herbert et Hans se rendront
au Cap-Haitien’ par la routé
demain. matin,

Nous leur souhaitons un
agréeable séjour en Haiti.

x,X xX
MM. Frank O'neill et Wylie
Davis arrivés. hier aprés midi de
Miami par le: Vok d‘Air France
ont. pris logement au Grand
Hétel Oloffson ot ils passent
deux semaines.

Frank qui en est i sa seconde

vtsite en Haiti était tout

trés

(Suite page 6 col. 3)



Le Sermon de la Semaine

he Sermon hebdomudaire que nous demande de publier

le Pasteur Neérée est le asst

dans diverses Stations de Radio |

de la Capitale ef de la Pravinee.

Pur le Pasteur Lies R. NEREE,

LCOATHEISME MEN.
. *
vLe monde entier est soumis a
fa peissanee duo matiny (1 Jens
Hs79), ,
xXx xx
fl est evident que CAthcisme
s'efend camme une liche Uhuile 4
travers notre Nation, infectant
esprit de la Jewnesse du pays.
fl soffit pour s'en vendre conple
de parler religion avec la plupart
des Htudiants de VUniversité dk
tat et des Hléves des classes hu-
nuanitaires de nos Lycées et -Col-
iéyges, Ces jeunes-gens ne se geé-
vent uudlement pour affirmer a-
tec auduce que Dieu n'existe pus.
Une telle attitude est fort dange
reuse pour Caventr de notre Na-
tion, Copendant, elle v'dtoune nil
lement cere gutt savent Campleur
du conflit eréé par la dualité de
notre Univers,

Lhumanite, Pune maniére _g%-

( boliqites: exercent

ACE NOTRE NATION - |
. i

verale, vit entre deans mandes : Te
monde des ténebres ef le monde

de la lemiere, Lé moude des téné
hres est le champ activité dex
Ayents de Cempire de la mort.
Sur ce monde, des puissances ditt
de mystérieua
pouroirs, Le monde de la lumiéFe
est le Royaume de Jéses. - Christ,
au lou sve dirige quand on arri-
ve a fe connatssance salvatrice:

-de Diew pur [Evangile de grace.

Dans le monde des ténébres vé-
gnent la haine, 'égoisme, le ma-
térialisme, les connoitises des
yee, les convottises de la chair
et Vorgueil de la vie; tandis que
dans Te monde de la lumiére bril-
lent Ia Wertié, la Justice et A
‘mour’ .Ces deur mondes, — quoi-
quinvisibles & nos. yeux charnvels,
sont des tealites. ‘

(Suite page 2)



Dimanche 4 Mai 1969. aSh7het9h

REX-THEATRE PRESENTE :



Entrée Gdes 2.50





ite


vetous (a cutrasse de la foi ot da
la chavité, et prenons pour cas -
que Pospérance de salut, puisque
ce west paa d la coldre que Dien
nous a destinés, mais ala posaey-
sion du salut par notre Seigneur
Jésus Christus (1) Thess, 638-
n—

Ninsi, le conbat entre le monde
des ténebres et Ie monde de la
hamiére dupose ‘a tout étre hi -
main ine prise de position dun ci
té ow dit autre, car nul ne peut

Bt pares. qiila sont diauctra-
lemant opposis Pun a Uautre, al
ued vaturellement ontre eax wi
combat dont Vhonine eat Uenjet,
La Bible nous parle de ce com -
bat: «Ce wert pas contre la chair
e! le xany que vous avous & com
battre, — dit TApoetre Paul ior
Npheésiens — mais contre les do-
wninations, contre les puissances,
contre les princes de ce monde (de
téndbvas, contre les esprite mai.
vais qui sont dans les régions é

thérées, C'est pourquoi prenes rester neutre, Ceus qui se réveil-

toutes les armes de Dieu, afin lent @ la leniére, aceeptent la Sei
_ gue rous puissiez resister daus gneurie de Jésus Christ et mete ;

los shauvais jowrs..» (Eph. 6:12- tent leur fot en Dien. Mais ceux

Ane Thessaloniciens, CA pa -

de ce combat dit:
sonunes des Enfauts
soyons sabres, re

oe 7d),
tre parlant
se Nous git,
de ta lhaniére;

qui se montrent indifférenta a la
tumiére, tombertt inconsciemment
viefimes des sournoises attaques
des nrinees dit omonde des ene |

LES MOTS CROISES -

‘ PROBLEME No. 89







eo — Pousse dans les décom

6 —_— ~ Ville du Brésil

7 — Roule en Dauphiné —

Venus = .

8 — Attaché — Bout de bois
9 — Dans l’Orne — Qui a be

soin d’étre nettoyé,



xx x
VERTICALEMENT ‘—
{ — Monnaie chinoise — Ne
reconnus pas
I — Prend souvent Vair
iI] —- Presque rien — Ecime
IV — Qv’on n’attendait vrai-

’ ment pas
HORIZONTALEMENT ~ . — Massif méridional
1 — Epuisé — qu’il en soit ainsi VI — Enléve (inversé) -~
2 — Pronom féminin — Un Préposition
peu de graisse VIi-— Semé & tous vents
3 —- Armes blanches —- Sym VUI -- Puits naturel — A
hole de Van nouveau Venvers .; au fond du tonneau
4 — Jalon — Mesures IX — Mélancolie.

Solution du Probleme preceden:,
HORIZONTALEMENT VERTICALEMENT

1. Ligotés — 2. Camargue — 1. Acis; Mare — ll. Aramis”
3. IR; Gare 4, Salomé; Ci — 5. — HI. LM; Lattes IV. ago;
Ma; Aar — 6. Mitvaille | —-7. RR — V. Grammaire — VI, O-

_gre; Ides — VII. Tue; Al; IT —
“VIL Ee; Céline — AX. Sirenes.

Recettes Simples
- . de Cuisine Haitienne
par NINICHB

GRAISSES DE CACAO.--— Le
beurre de cacao est populaire -
ment appelé chez le paysan
«egraisse de cacao». La graisse
de cacao s’obtient en faisant gril
ler lis graines de caczo comme
pour faire du chocolat V. chaco-
Jat) avee la différenee qu‘on fait
houillir la masse grillée et pie

Astrid; In — 8. Reine — 9. Sies

tes.

Y



dans une quantité d’eau suffisan
te. La praisse nronte A la surface
On la rétire a la cuillére, la met
dans un moule carré. Laisser re
froidir, Jeter la houe noire qui se
dépose au fond du récipient,
Puis couner le beurre en carrés
@épales dimensions. :

Le livre de cuisine de Niniche se vend dans loutes les Hbrairies.

CESSEE-SOOE RIO ISTE BILE SOLE SOLE SOLE OCESOCE SOLE EE SEE BSEESS LE-SOLEIIOE IIOE TOOL SIOE SOLE SIE IDE ILE OE SOLE SIE IIE ETI OR ILE IIE

Avez-vous rencentré Miss OVALTINE ? A-t-elle frappé a votre porte ? Vous a-t-elle remis Gdes 15.00 ?- !
7



montrez lui une boite.

id’ OVALTINE si elle

‘Visite votre maison et
elle vous remettera

«Dien,

+ de Eliapie;



Le Sermon de la. ‘Semaine

» (Suite “de Ia tare page)

bres, perdent confiance “en Diet,

ot finalement verasedt dane VA =:

théieme, Voila comment a'expli -
que le fait que tant dé peis —
junnes et views — dinent que Disa
wesiate pas.’ . :
KxXX

" |L’Athéiame ont devent we at-
‘itude waniverselle, Ceuu qui soul
iuformés de ce qui se passe & tra

. vers le monde et qui sont cau +:
‘bles de.comprendre, de penser e

de juger, n'ont ducune peiny @ ¢-
ire d’accord avec UApétre Jean
que; «Le ‘monde entier eat. Rows ~
nis a la prissance du malin»
En effet, est «la puissance
du malin» qwi dresse le Commu-
nisme en ennemt de Diew, et de
toutes choses qui’ concéernent
Crest «la puissance du ma-
line qui propage 'Athéisme @ tra
vers le monde civilisé, pour faire
obstacle ala vulgarisation bien-
faisante de 'Bvangile de gréce.
C'est «la puissance du maliny
qui suscite ces infidélités honteu
ses du sein de la Religion ehré -

' tlenne an point qu'elle semble deé-.

sarconuée devant les fanfaronne
des de ses opposants qui aie’.
Peaistence de Dieu.

La Bible et UHisloire, toutes
deux enseignent, que Id ot Dieu
est méprisé et. rejeté, les bases
de la Moralité et des libertés ciin
pyennes ne peuvent ve pas etre ¢-
branlées, Ce west done pas éton-
nant que lu brutalité, la violence,
Vanarchie, Pimmoralité et UCimpié
té sinstallent partout dans le mon
de. L’oeuvre de désintégration et
de dissolution sociules de lAthéis
me s'énand; et ne se limite ni a

tel peuple, ni a telle race, ni a tel,

pays. Ll importe que nous ayons
les yeux ouverts sur les dangers
de VAthéiame, veninu du Comna-
vinme, avant qwil soit trop tard.
Les Croyants partieuliéy ement ne
doivent pas vester indificrents a
la menate conmmuniate, car ily
ea de notre liberté d'adorer Diou,
de proclamer [RBvangile du Sale
ef de vaquer a@ uos aetivics de
Temoins de désus Christ,
XXX ,

Lu Parole de Diew nous ins -
truit suffisamment de 'TAthéisme,
afin que tout le monde soit sur
ses gurdes. ll y a deux sortes d’A
théisme: L’Atitéisme iutellectuel
ec. PAthéisme pratique. Les deiwx
cependaunt produisent les mémes

effets, L’Athéisme intellectuel nie,

carrément Pevistence de Dieu, Le
Psaume 53 déerivant ce genre
CAthéisme déclare;: «L’Insensé a
dit en son coeur: «ll wy a point
de Diew... [ly se sont tous égareés,
ils se sont pervertis tous enfem-
ble... ces ouvriers Ciniquitéa; ils
n “in voquent point Diews ,Ps, 59:
2.4, 5)—-
L’Athéiane®

pratique ignore

lexistence de Dien et inspire Pham
me tnupie a vivre et @ se

com-

porter conme si Diew n'existatt

nas. Cel atheisme est décrit dans

le Psaume 36 en ces termes: «Un
esprit de révalte anime le coeur
toute erainte de Dieu

Ceci est arrive a des centaines de consommateurs ad’



MISS OVALTINE VA VISITER VOTRE QUARTIER









The
Stipreme Food
Beverage

A scientifically prepared

roncentration made from

Matt Extract, Full Cream
ci






Done, soyez préts a recevoir Miss
_oopstoeszoe-gce-s op-snot sce tok nor not ance dace socesoce doce ance sec OCCUR e

eat bannte de au vie. Aiusi eutt
flatté aon désir — de vonsomnier
gon crime, Uassowvle aa hain.

Les purdler ve sa bouche ae sont

que malice et que Jraude; il re-
nonee ad étre sage, a faire'le bien.
Sur sa corsche, il. médite liniqui-
té; il stengaye dang une voie qui
nest. pas bonne; il n'a pas le mal
en. aversion.» (Pa. a6: 2-5 Ver
sion Synvdaie).

De telles descriptions de PA:
thélame sont’ faites pour wider
coun qui sont intelligents et prit
dents a& ne pitndre aucune chan-
ce avec-ceux qui cisent-que Diciii
Wéxiste pas. Lon peikt facileméiit
comprendre tes dangers .qui mies
nacent la Nation et. sede. Inatitic-
tions, nos fanilles et lewis tradi
tions, UVEglise chrétietine et 868
enseignentenis quand vios jeunea- ”
yens font parade de leur Athéis -
me, dans leur aveugle engoue -
ment pour ia doctrine commaunis-
te.

La Religion. chr étienne est le
fondement de la moralité, de Ia
décence, de VAmour de la Vérité
at de la Justice. Personne ne peut .
vivre dans la paiw et en sécuriic
dans wie Société of est combat-

tue la. foi on Dieu. C'est powrquoi_

la Bible jette ce haut cri devant
Poeuvre de destruction sournoise,
lente et progressive dea militants
de PAthéisme: Quand lea forde-
ments sont renverréa, le jrete que
fera-t-il ? (Ps. 11:8).

La Bible nous révéle que toute
crainte de Diew est bannie de lt
vie de celui qui pratique PAthéis-

AVIS

En vue de procéder au recru
tement d’un Ingénieur Hydrauli
cien pour diriger lo Succursale
de Pétionville, la -Division Techni
que de. la CAMEP invite les can
didats intévessés A présenter au
Bureau Central & Port au Prin-
ce, Rue des Cusernes No, 104.
pay devant :le Comité de Sélee-
tion formé & eette fin, les pid.
ces suivantes :.

a) Tures qualifications

b) -Expérience dans Je domai-
ne de Vhydraulique

c) Liste des travaux hydran
liques, & Vexécution desauels ils
ont participé.

Une considération particullid-

-re sera accordée i la candidature

de
de

l'Ingénieu, qualifié, résidant
préférenee 2 Pétionville.
Un délgi de quinze jours est
aceordé pour le dépét des docu
ments sus-mentionnés. :
COMITE DE SELECTION,—

Ingénieur Gustave CONEJO
Ooms

Ingénieur H. SHRIMPTON .
cIc

Ingénieur R. OLLIVIER C A

EP tol

Monsieur Roger PERODIN
BNRH

Melle Edith Germain du CIC
est chargée de recevoir ies sou-
missions’ du Bureau Central de la
CAMEP. 104, Rue des Cascrnes,
Port-au-Prince.

LA DIRECTION

“LE N OUVELLISTEs

ESSER oe



t



bn" aes et le ernie. Canument
done sér'a Notre Nation, si vious
ne nous redreszons pas povr ve-
fouler énergiquement la marée ‘de
UAthéisme qui déferle sur. elle a
présent? < Comment un Chrétien
peut - Ul faire cause connnune a-

- vee’ les Continiunistes dont lit due

trine de “base non seulement ‘Fait
table rdge de towte notion de
Pewistence de Dieu; mata: encore!

inapire et encourage Sympathi =.

stints ét Militante @ ridiculiser la
‘Religion Chrétienne:et a persécus
ater et -détruire les Croyunts Je
Jésus Christ? “Comment peut on
scroire- qué cbuk “qui diseit que
Dieu n’existe pas persvent appor-
ter la paix, la pré=périté, la -jus-

UA GRIFFE |

tice, sociale et la dignité . a unc
Nation, quand. ta Bible, “d'une
part, nous affirime que: «Si ’E-"

temnel ne batit lu Maison, ceux
qui la bativsent travaillent en
vain; si VEternel ne garde la vil
le, célui qui-la garde veille . en
dain (P3187 :1-; et @autre part,
“qtows doiine Passurance que: ¢Si
les mécharits croisséent conime
Uherbe, si tee ceux qui font le.
mal fleurissens c'est pour étre a.
néantis & jumais.» (Ps. 92:8)?
Diew aurait-il- parlé en vain? Non
certes; il n'y a rien de bon & al-
tendre dé ceux quwi disent que
Dieu nedistée pas. Les conséquen

ces de l’Athéiene sont trop fu w

nestes pour que nous minimisions
la gravité de ses. menaces contre
notae Nation.

Par ailleurs LAthéisme est wre
cause de- dévergondage dansiune
Société. L'homme n'est pas nui-
tre de lei-méme. Lorsqu’il nie ou
vejette le Diew vivant et vrai, il
ne peut- que tomber dana le por-
vissement moral. L'Apétre Paul
a démonti'é cetie vérité, aw début

de UEpitre un« Romains of il ex- extent. Deéuxigmement les Cro-

pose état. de péché et de condam
nation dea Paiens qui ayant con-
na Dieu, ne lont pas glorifié eom
me Diew. «Se disant sages, ils
sont devenus fous — dit Paul —
en sorte quwils déshonorent lenrs
propres cops, eux qui,ont chan-
gé la vérisé de Diew en menson-
ge» (Rom. 1522; 24 - 25).—

wes
x x x

L’Athéiame présente un danger

véel contre VEtat, contre les Ins |

titutions
familles
C'est la
menavée

nationales, contre les
et contre les Individus.
Nations entiére qui est
de désintégration, de dis



solution et de destruction, Person”

ve ne doit rester indifférent .

Les Croyunts particuliérement
étant le sel et la lumiére de-la Nu
tion, out trois choses a faire pour
endiguer les vagues de VAthéis-
me.

Premiervement les Croyants doi:

vent prendre leur vocation céleste
tu sérieur, en se consacrant totu-
lement au Seigneur sans se luis
ser aveunement effrayer par ceux

qui les vidiculisent ou les perac-









MAGIC CINE |
Samedi 4 6-h., 15 et 8 h. 15
En leére partie Ei
Le Jazz LES AMBASSADEURS U
En ‘Zeme partie. ©
LE COMTE. DE
MONTE-CRISTO
lére Epoque

Samedi i 6 h. at 8 h. 30

Entrée Gdes 2.00 et 3.00.
Dimanche & 5 h. Toh. ei 9 he
Hn lére partie. _ :
/ En exclisivité
‘APOLLO 8 OU. :)

AU : Entrée Gdes 1.20 et 250° Dimanche
VOyAGe One oo \ Dimatghe A 3h. 5h. 7h. et Oh. LACENT
En 2éime partie DU _SUIF POUR : “SE DECHAINE
L’EVRANGERE L'ORIENT. EXPRESS Entrée Gde 1.00

_ Dimanche a 5 h, 7h. et oh.
LE G.LA, MENE LA DANSE |
Entrée Gdés 2.50 as 400, |
Lundi a 6-h. et 8 h. :
LE SOLEIL DES vovous-
Entrée Gde O |

A 3h. Gdes 1.50 ct 2.50

A.5, 7, et 9 h. Gdes 2,00 et 3.00
Lundi a 6h. 15 (Séance ique)
ALERTE A SINGAP, oe

Un film despionnage Y la bom:
be: atomique, Des scenes mouve-_
mentées,

Entrée Gdes 1.20 ides 1.20 ot 2 2. 50

_ MONTPARNASSE:

Samedi & 6 h. 15 et 8 h. 13

Entrée Gdes 2.50: et 4.00° €

Driye in Ciné Delmas

Samedi, a7 h. et .9,h. |
AVENTURE AMOUREUSE

A MIAMI

Entrée 1. dollar Par vottive
Dimaenhe a 7. h. et 90h:

PARIS. BRULE-T-IL*?

Entrée 1 _ dollar par. personne







GAL

.
CAROLINE CHERIE |









Lundi-a 7. hy (seance unique) / DUEL’ AU’ COUTEAU Entrée Gdés :
LA BIBLE Entrée Gde 1.00 Dimariche
Entrée Gdes. 2.60 par. personne Dimanche A“ 4 ch, P.M: Batrés Gdée 150 et S00.”
LA: PORTEUSE: DE VPAIN ee t fee
AIRES ORT CINE Entrée Gde 0.60 te wenoiNiee oP
Samedi a @ h. 30 et. 8 ch. 30 Dimatiche “a6 ¢h.15 et LB hob bp RIO. GRANDE
OPERATION “GQLDMAN TILT “A BANGKO “eit ée Gde 0,60 on
Entrée Gde 0.60 et 1,00 hogy entree Gde 1.00 niree Gee _et 1.0
imanche #°6:h.°30-et 8 he-30 Pos os rae
CASSE TETE CHINOIS CINE UNION coud ELDORADO
POUR LE JUDOKA ‘Samedi 4:6 -h. 16 et 8h. 15 Sane aA HANGICD
Entrée .-Gdes °:2.00° et 2.50 ‘LA MULATRESSE Coes Eniee Ca 1.20 et 2.00 :
Lundi 2 6 h.30 et 8 h. 30 Entrée. Gde '.1.00 . Di che 8 Boe ke toh.
TUNNEL 28 Dimanche & 4 h: P.M. GOLDFINGER e
Entrée -Gde 0.60 et°1.00 . AGENT Z & Ent Gdee 250 et 4.00
MISSION DESESPEREE entrée Gdes Ce
Auditorium du Untrée Gde 0,60 gh
Centre Cult THONTIERE Goss” | -ETONLE CINE
FRO CH np x.
Dimanche 4 ‘Mai i 10 Heures Entrée Gde 100 Samedi AG 30 et eh. 30 ~
a isaces DAT Ane LE VOLEUR DE BAGDAD
pe Eogramme i 2 CINE PALACE Entrée Gdes 1.20: et 2.00.
(de Avenue Powplard): Samedi a.6 h. et 8 h. 15 Dimanche .A.6 h.-30 et 8 h. 30
Les «Gitansy (de I'Eeole Nor. FANTASIA MEXICAINE INDOMPTABLE ANGELIQUE
male). Entré Gde 1,00 .Entrée Gdes 2.00 ‘et 3.00
Un Film : Dmanche & 4 h. Gh, et 8 h. Lundi. & 8 h. 30 (séance unique)
Entrée Gdes 2.00 LE fe Gde 1.00 NOIR Entrée Gdes 1.20 6t 2.00
Entrée Gde 1.0 —_—_—_—
Lundi a 6 h. et 8 h. 15 ‘De Luxe Aut
INCONNU AU SERVICE | (DELMAS) Ciné
yants dotvent Baier avee fervenr SECRET fe 1.00 Sumedi A ah. el 9 |
pour un réveil évangelique natio- ,Fitrée Gde 1. . . Re h
nal et pour la pérennité de notre waves wuw urn NOTRE DAME DE PARIS
Nation, Dieu «source de la vier. CINE OLYMPIA eh imtvé 1 ‘dol Quinn. voiture >
(Ps. 36:10) répondra a nos prié Samedi (En permanence) Diman h 0 Th bere Qt ure :
res, cay. nous avons sa promeaze ‘ OBJECTIF LUNE LES 'OGRESSES an
She ce point: «Si mon peuple sur Entrée Gde 1,00 . ” Entrée Gd 2.50 pe .
qui eat invoqué mon Nom, s'haumni Dirhanche. & 6 h. 80 et 8 h. 30 es pat «personne
| fie, prie et cherche ma face, et” ILLA ,
el se détourne de ses manvaises © Entrée Gde 1.60 cu CRIC-CRAC CINE
. votes., je Vewaucerui des cienx, je x xX xX Ae et oT iS
tei pardonnerai son péché et ie DES OORT ATION _
guérivat Son. pays. (2 Chr, F214). REX «| TH ATRE Entrée Gde 1.00 et 1.50
~~ Troisiémement enya, lea Gro- Samedi i 6 h. et & h., Dimanche 4 3-h. P.M.
yants doivent vedoubler WVardeur En premiare partie LES DIEUX SAUVAGES
dans la. prédication de PEvangile L’Rusemble N. In-Bantiste Entrée Gde 0.50 ee :
cvottenient, car sta foi vient ile En 2@me partie ~ Dimanche 4 5 h.-7 h. ef % h,
ce que Vou entend>» (Rom. 10:17 ) LAVENTURIER MAGNIFIQUE LES ANGES , zo '
Et dans sa grande miséricorde, Bntrée.Gde 1.20 AUX POINGS SERRES” af

Dieu owvriva les yeux de Vintell -
gence des Jeunes comme des
vieur sir le Seigneur Jésus qui a
ditt, (Jn.8:12) «le suis la, luwrie-
ve du monde, celui qui me suit ne
marchera pas dans les ténébres,
mais il awra la lumtére de la vies
Que le St Esprit vienne a@ notre
Secours et sawve notre Nation.
slinen.—

Dimanche 4 10 h./A.M.
AGENT -Z 55 |
NISSION DESESHEREE:
Entrée Gde 0.50

Dimanche a 5 h. 7 het 9 hh.
UN IDIOT A: PARIS
Entrée Gdes 2.50 et 4.00
Lundi 4 6 hi et 8 h. 15
LES CHEVALIERS
TEUTONIQUES

Entrée Gdes 1.20 et 2.00



Entrée Gdes 200 et 3.00
Lundi a 6 h, et 8h. 150
OPERATION ‘ .
DANS L‘OMBRE —

Entrée Gde 0.50 et 1.00

CINE STADIUM
Dimanche (En permanence)
JERK .A ISTAMBUL
Entrée Gde 1.00



Rev, NEREE .

DPSSCE RICE SOUE SICE RICE SITE RICE SITE SHCERIOESICE RS pancesoresnescese

Lue R.

OVALTINE et tout ce qwils ont eu a faire a été de lui faire voir une boite @OVALTINE en service.

Les Gaqnants du 28 Avril -- 30 Avril et 2 Mai 1969 sont les suivants :

GAGNANTS
«OVALTINEy —
Du 38 Avril

1.- Mme Augustin Tous (
saint Delmas

2

a

- Mme Joseph Michel
Delmas

3.- Mme Antoine Joa-
chim Delmas

4.- Mme Mimose Despei
enes Delmas

5.- Mme Lue Nérée Vil

lage Willy Lamothe

6.- Mme Amne - Marie.

Nazon Village Willy La
» . mothe

- Mme Michel Chéma-
| ly Village Willy Lamo-
| the
8.- Mlle Anite Pierre -
Louis Village Willy La
mothe

9.- M. Michel Philippe
Delmas

10.- Mme Roselyne Paul
Delmas

11.- Mme Charles Capri
ce Ruelle Alerte No 107

‘12.- Mme Martial Céles

GAGNANTS
«OVALTINE» —
30 — 4 — 69

12 Mme Claire Thomas
Thor

_2- Mme Dumas Tous-
saint Thor

+

3.- Mme Harry Douyon
Carrefour

4.- Mlle Josette Théodo
re Carrefour :

5.- M. Edner

Moreau .
Carrefour
6.- Mlle Gladys Rose-
mond Carrefour
7- Mme André Paul
Carrefour
i
&- M. Perre Baguidy
Carrefour
9. Mile Ella Francois
sarrefour
10.- M. Georges Mourra
. Carrefour
11. M. JosepH’Jean Car
refour
12.-.M. Alix Fabien Car
refour

13.- Mme Maurice For-
restal Carrefour

tin Ruelle Alerte No 130 14.. M. Erie Cayo Car- 67:.
refour .
Ces heureux gagnants jouissent en ce moment de leur prixen argent ainsi que de la force, de la santé et de l'énergie que leur procure TOVALTINE.

-OVALTIN E... Ce sera | peut-etre votre tour demain.

GAGNANTS |
“OVALTINEy —
Du 2 Mai 1969 .

1-Mme Elsia Désir —
Rue des Miracles No.

117

2.- Mme
Rue des
133

3.- Melle Carole Sylves
tre Rue Montalais No.
19

4. Mme André Lahens
Rue Montalais No, 27

5.- Mme Guy Félix.Rue
Montalais No. 38

6.- Mme Samuel Diégue
Rue Montalais No. 69

7.- Mme Alice
Rue Pavée No. 166

8- Mme Ervié Frédéric’
Rue Pavée No. 164

Mme Léonie Dasfou

Alix Lolagne
Miracles No. .

Pérez

reau Rue de la Réunion ~
No. 22 ~
10.- Mr. Wellington E-

douard Rue de la Réu

nion No. 71

11.- Mme Hénee La.

veaud Rue de la Réu-

nion No. 100

12.. Mme Maxi Armand |
Rue de la Réunion No.









GOOOOEOSOOOOOOOOOGOOOOOOOOE

yOOQOOOQOOQOOOOOOOOOOOOOOGOGS





SAMEDI 3, DIMANCHE 4 MAI. 1969



' . 1 - a on . e ‘ . : — = .

: ‘ Vous aurez Pimpression d’étre en premiere classe au prix sentiment «d’appartenance» qui vous donne U'atmosphere ami-
touriste quand vous volez a berd de CARIBAIR. cale..

Jouissez du confort d’étre assis a 2 ou 3 par rangé dans notre Les 30 ans d’expérience de CARIBAIR sont @ votre service

vol classe unique. c'est la raison pour laquelle des milliers et des milliers de per-

. TN

sonnes voyagent @ bord de Caribair avec confiance.

Vous aurez le choix.
Prenez le «JET» avec nous. Seul Caribair vous méne a des-

Délicieux repas, de la place pour étendre.vos jambes, et ce tination tout en vous sentant chez vous.

San Juan, Ponce, Mayaguez, Miami, Kingston “, Montego Bay , St Thomas, Ste Croix, Santo Domingo, Saint Marteen, St Kitts,
Antigua, Guadeloupe, Martinique, St- Lucia, Barbados, St Vincent, Grenade, Trinidad, Curacao, Aruba, Caracas °.

CARIBAIR G ~

Reliant les Caraibes avec les Amériques

'
ft

Voyez votre agent de Voyage ou le bureau principal de la Pan American, .

pour vos achats de billets et réservations.





©)

$000009000ce0eeso000sese00ss00seesnonsesqnsnseoosnssosqnqscoooorsnqoqooossoqosOseoqonS 3



* Sos réserbe accord des Cauvernements,

ee

be




©

©




©000000000%

1OG990OSO0O00HS00HHOOOHHHHOHHHOHOHOOHOOSOHOHHSHCHHOHOHOHOHHSOOOHOHHOHHHHOHGHHOHHOONOHOOOOOHGHHO0OH0OO0OSH08








Famille. Des témoignages d’édu-
eateurs furent apportés, prou-
vant par cles traits que ces «exi-.
goncesy niétaient pas ucopiques,
‘Les parents, i) leur tour, deman
dent que Vécole chrétienne nour
-visse at développe la Foi de leurs
enfants. M.de In GALANDERIE
et Bocur Monique - Elizabeth don
nerent leur témuignage Weduea
teur direct de la Foi., Beaucoup
plus que de programmes reli-
gieux exhaustifs, le jeune a be-
soin que l’on parte de ses problé
“ mes pour déboucher sur la Foi.
Tl faut éveiller leur appétit spi-
gituel, a partir de la vie. Ce
nest pas chose facile, mais e’est
réalisuble cependant, avec la pa
tience et de l'amour, en utilisant
.la force du groupe, la richesse

dune équipe d’éducateurs, et en.

sortant des orniéres pédagogiques
ou l’Enseignentent Religieux sc
réduit, trop souvent, a un cours
magistral, un de plus.

Enfin, PEcole eatholique — doit

étre de plus en plus ouverte: 1’i-

solement c’est la condamnation et
ja stérilité, A la mort. Ce sont
tous les parents qui sont invités
&. collaborer avec tous les mai-
tres. Il s’agit de s’ouvrir aux ri
ches et aux pauvres : pas de'
ségrégation ! Les pauvres socio-
logiques, et plus encore: les pau-
vres intellectuels, doivent étre ai
més de l’Ecole catholique-: on re
.parlera dé classe de perfectior.
nement, de classes de transition
L'Ecole catholique doit étre ou-
‘verte aux activités para et pé-
riscolaires qui font. ocuvre authen
tique d’éducation. Le jumelage d'e
~eoles fut conseillé: le dialogue pe
.dagogique avec Enseignement
d’Etat recommande; — les ¢chan-

ges internationaux 4 développer | §

une dizaine de délégations étran-

géeres — Allemagne, Autrivhe,
Belgique, Canada, Espagne. U-
lie, Portugal, Toyo — ne parti-

cipaient ~ elles pas aux travaux
du Congrés ?

Et cette ultime et riche séance
de travail par une intervention

de M. Le PICHON qui précisa -

, aux parents le devoir d’étre
présents dans la vie publique de
la nation, dans un engage nent
total, éclairé, 4 toutes sortes de
niveaux : carte scolaire, a-
ménagement du territoire. etc. 0
ne faut pas «subirs, i] faut
prendre des in'tiatives.: le domai-
ne de l’orientation est le domaine
privilégié de cet engagement. Les
parents doivent entrer résolument
dans cette communauté éducati-
ve, théme majeur du Congrés.

soar
Une messe suivt, priante,
chantante, réunissant autour d2

Vautel les serviteurs de Dieu,
dans l‘ame des enfants. Et ce fut
un appel émouvant de Mer.
VEUILLOT, archevéque de
Paris, Président de la Commis-
sion épiscopale pour le monde

scolaire, en faveur de cette ou-
verture qui embrasse non seule-
ment les enfants de s Ecoles,

mais les quelques dix millions de
jeunes : |'Eeole catholique doit
étre au service de tous !

‘Il s’agit aussi bien de promou-
yvo'r tout Vhomme, mais quel
homme ? L'homme de demain



sera plus instruit; il s'yeit done
de développer sa capacite d'adap-
tation. intellectuelle. Il voyagera
davantage; il faut done — dés
maintepant Vouvrir aux autres.
Son niveau de vie sera plus
Cevé; il importe done de lui
dunner un sureroit dime, un
surcroit de liberté, de cultiver o.
lui Vesprit de partage, l'espr.t de
paix, au moment ott une vom-
munauté européenne, une commu
nauté internationale, se dévelop-
pent sous nos yeux. La mixité
s‘établit partout, et c’est une
éducation morate paralléle quil
faut donner aux ‘Jeunes. Dieu -

demeure vivant et il favit per-,

mettré I'¢panouissement de la foi
religieuse chez le jeune; d'une
foi librement assum¢ve, — pergon-
nellement vécue.

Ce sera la communauté qui se-
ra éducatrice de tout’ homme.
Notre liberté, restreinte par les
contrats, demeure réelle.. Elle est
un droit que nous devons exer-

cer comme un service. Elle nous,

donne des possibilités de recher-
ches, de progrés. Certes, tout
nest pas clair, mais c’est dans
‘une collaboration étroite entre

parents et maitres que nous assi’

rerons le progrés de l’institution
Dans la vie moderne que nous tra
versons, l’Etat, certes, a le de-
voir de veiller & Vorientation et
une conception trop libérale et
trop familiale de Vorientation dé
passée. Cependant, l’Etat a le de
voir de respecter la respongabili-,
té premiére des parents. «Toute
planification risque de se faire
‘aux dépens de Vvhommes. Or tou
te veaié éducation est respectucu
se des personnes. Et l'Reole chré
tienne est au service de la valeur
crée de Vhomme :; -c’est su mis
sion dans l’Eglise. Ne nous lais.
sons pas intimider par les con.
tempteurs de l’Institution; rappe-
lons-nous ecependant que I’Ecole
chrétienne n’est pas une fin en
soi. Elle est un moyen au servi-
ce de Phomme.
aeon

Dans la jséance de cléture, ]'a-
prés midi, M. LEPRINCE - RIN.
GUET, professeur au Collége de
France, membre de l’Académ-c
Frangaise, répondit a la ues.
tion que les organisateurs lui a-
vaient nosée : «Quelle est Phor
me de demain aue Pécole doit for
mer aujourd’ hui?»





Dans un préambule tres déte
du, l'éminent physicien felicita
tout d'abord le Congres de son
théme d’étude: «L'Ecole, commu-
nauté édueatives, Tl nous donna
l'exemple des progrés scientifl-:
ques. Dans les sciences, dit-il,
nous travaillons en équipe — ¢-
quipe nationale, équipe inter natio
nale-— En une époque de muta-
tion rapide, le travail du solitai-
re, de I*ndividu, est condamné.
Certes, V’équipe comporte des ris-
ques, mais sa bient'aisance res‘e
considérable. Voyez ve vieux nin
fesseur, trop vieux, qui se scléro-
se. Il a appr’s des choses, «pas
loujours vraies». Son enseigne-
ment est un «volant» qui comporte
une grande inertic. Qu’il trava‘l-
le en équipe et il pourra, grace
A Vamitié de jeunes collegues, ¢-

tre «maintenu en selles, reeyelé ;

‘lui-méme apportera p ses jeunes

amis la sagesst de age, du elas
ique. Leéquipe sera bienfaisarte -

‘por tous, Aujourd’hui, «on ne

conserve rien dans yn bocals. I,
faut évoluer avec le temps. «Si
con n'évolue pas, qn: est condamhe
‘ho mort. &

Refusint de définir l'honmne
de deniain, M, LE PRINCE-RIN
GUET, en bon physicien, atfirma’
‘ne s’oceuper que de Vaujourd’ hui,
de J’liic et nunc des thomistes. ne
essaiera cependant de distinguer
dans le vaste-champ de |’Heole,
les mauvaises herbes. et le bon
grain, afin que Véducation don-
‘née soit bonne.

Notre orateur, tres calme, plein
humour, condamne lout d’abord,
le TOUCHE-A-TOUT : on en
fabrique beaucoup», malheureuse
ment, et il en existe méme dans
les grandes écoles; ce sont <¢les
“plus dangereux»; ce sont des su-
perficiels. Ayec prudence, notre
conférencier hasarde : «Peut-élre
nos «bonnes huinanités —classt-
ques» sont-elles un peu & Voripi-
ne de cette espéce, Au XVIléme
siécle, il est vr ai, ¢Phonnéte horn-
me» pouvait avoir «des clartés de
tout». Au XXéeme _ sieécle,
cela ,: est impossible ; le
monde est _— différents. —_—‘Ii
ne s'agit pas pour autant de sup-
primer les ciassiques. ils appor-
tent chez nos ingénieurs, issus
de cette race, «une clarté d’es-
prit» qu’envient nos techniciens
purs, dont le sens communautai-
re s’avere, certes, plus développé,
mais dont la capacité de synthése
et @expression est plutdt réduite.
Une bonne solution au probléme
serait, nous confie te plaisan!
physicien, de donner des agrénés
de grammaire et de lettres 4 nos
Ecolés d'Arts et Meétiers.

La seconde mauvaise herbe a
urracher est le SCLEROSE PRE

MATURE le GAVE, ce jeune stu ~

dieux, appliqué, qui réussit, mais
qui s’avére, bien vite, un «robot
triste et disciplinés. Fatigué il a
ingurgité des sciences jusqu’A sa
turation. I] est aujourd’hui, ¢le
mandarin arrivé>, sans imagine.
tion, sans adaptation possible. I's
ont trop appris, trop jeunes. Ils
sont vite 1u.viusés. Leur vie est 4
un échec. C'est la méthode ‘péda-
rogique qui est & condamner : ne
avons pas nos enfants; ce ne
sont pas des oies, Oui, il serait
grand temps de COLE».

Si les deux premiéres plantes
arrachées condamnent des métho
des d’enseignénient, la troisieme
et derniére concerne les éduca-
teurs eux-mémes. M. LEPRINCF
RINGUET cloue alors au pilori
VESPRIT DOGMATIQUE, cet

ABOMINABLE esprit, si con-
traire & Vamour et malheureuse-

- ment extrémement répandu ;: il

est a Jorigine des guerres

’ fratricides. il a rava

vé l’Eglise : il est Vesprit méme
des Guerres de Religion. Il esr
une forme d’orgueil; de fermetu-
re, d’intransigeance. Cet esprit
dresse des TOURS dans le mon-
de: A Vintérieur, les Bons, la Vé
rité, le Droit; a& Vextérieur, «les

-
: METHODE SURB ET SANS DANGER

| Plus de 75 millions de Puis

7

autres», les ¢pauvres.: types, les
ssalauds>.; j] ne reste qu’a.s’en
débarrasser au:plus vite. Pas de
dialogue possible :./ on“excoinmin-
nie,;-on tue. Etesi Jenn XXI1a
&té -si aimé du’ monde © scientifi-
que et des incroyants, c'est: qu'il
‘y°fait. passer sur un-souffle des -tolérance,: de paix.

“Le dogmatisme. trop -statique cat

Vobstacle majeur ..& 1a=commu-
nion fraternelle entre =lesâ„¢hom-
mes,.et le Concile, dans ses’ tex-
tes, a donné aux hommes une. Ds
pérance.

Pour analyser le bon: grain, M.
LEPRINCGE-RINGUET - reprend
la comparaison du physicien an
travail : son attitude, en des mé
thodes, en un langage’ scientifi-
que, indépendant de Dieu et du
diable» comporte une ascése, fai
te desprit critique, eréateur, ims
ginatif, tenace, spécialisé, de tra
vail en équipe, dans une compré
hension humaine ‘profonde.

Tl ressort que le bon éducateur
aura, «omme le bon physicien
deux qualités : un esprit d’obser

LA CREME
STLLMAN Ss

POUR Lae TACHES








(it plus

' gartioulierement
- Mes tacher

Ge rousscur)

~ end la peal
bien. plus claire

a seulement 4 semaines

_ ont ele vendus
dans le monde enticr

"$@ BEORET DE BEAUTE des millions:
"de ferawes dana toutes les parties du nicnis
‘aval desirent une peau plus claire et plus
{Peleutte reside en Ia Creme Stillinan’s.
Tarow alte eat, appliqués chaque soir, Ia
Creme‘ GAlllman's eclaircit Ye teint et vous
(donne une complexion belle et radiouse dane
‘ seulement, 4 semaines. Vous: sates émer<
j waltlae’ ‘dels transformation opérée en vous~
james quand les parties soribres dispare
" Stzont peu @ peu pour faire place a une
pest tillement plus claire ot plus limpide,

| L/excellent Savon Stillman’s

esayes avsal le Savon Stiliman's! Ce savon,
ou 4 dellcatement parfumé nettoie et |
Ja peau. Ii.eat ideal pour enlever
“‘Orema Stillman's » » . et est aussi un

* de Beauté rafraichissant pour le
tle aatlerel

* Bin-venté dans tous les
faagaaine 6b pharmacies




ENXNSAAAK NALA AACA LEN LAN NANA NARHA VAAN EEN ALAN AL NN NEHA LAXKKMAN NAN

“ ANTILLEAN LINE”

M/¥ «WILLIAM EXPRESS,
M/V .JOHNNY EXPRESS;
M/T LAYLA EXPRESS:
M/V .WILLIAM EXPRESS;
M/V «JOHNNY EXPRESS,
. M/T LAYLA EXPRESS,
M/V «WILLIAM EXPRESS,

Chambre Frigorifique disponible a 1 chaque voyage

SOSH KNIA ARANDA NARI DAA AARNE Nea cutee gee ens caeas eases RAR RS RRR A TUNER EE





OCR OCALA G NATE CECE EGE GEG Goon to ae IO



OUVERT TOUS LES J

SANTO DOMINGO

Voy. 57
Voy. 66
Voy. 26
Voy. 58
Voy. 67.
Voy. 27
Voy. 69

‘Départ de MIAMI Pour PORT-AU-PRINCE

ROGER

Place Geffrard No: 117 '
Etage Building Erank MARTIN.



TRADITIONNELLEM ZNT, LE RESTAURANT GU IL EST CON DE

SE RETROUYER POUR BIEN MANGER..

JNE TRADITION CULINAIRE REMONTANT A PLUS DE 40 ANS.....

"-RS POUR LE LUNCH ET LE DINER..
FACILITES POUR BANQUETS ET RECEPTIONS

SIESEIIIININ NERS IN NN IRIN NDE IS SNSRIRE RtaaRaReSeGNSTINSEIETTS wave

May 1, 1969
May 8, 1969

May 13, 1969
May 15, 1969
May 22, 1969
‘Miay 28, 1969
May 29, 1969

SASSINE
Tel. : 3132

F KXLKKKKLKN KWAN AKBLA NASA AAS SA AAS EITEE NSS SCA NEE HV GD ANAS ERE NEK EES BARN KNIT III IIIT TONITE,

Z

~
od

*













SSSSEIEIEIOINNC NSE

(Suite de ja’ iare page)



vation = bienveillunte, un esprit
Waccteil jd’amour, une attention

aux s'jrnes, et paraléllement, une «

prandé. prudence | de Jugement.

Uae Jugement est: difficile icpor-

ter; jamais, une expérience n‘est
décisive;) un jugement suppose:

‘beaucoup. de travail:-¢Un yuge"

ment “prématuré: coules celui squi
la porte.

Les deux attitudes ne sont- elles
pas <¢elles, que® propose: le Chris-
tlanisme .:.étre-attentif © a tous
les -signes,étre~ accvieillant; en:
éducation, le jugement eat > plus

‘difficile encore:qu’en physique

pas dé.jugement hatit’ !

L’accueil bienveillant ‘est plus
nécessaire que jamais; il suppo-
se oun rajeunissement. constant,

une présence au monde ,une com~

préhension de son évolution.—- y a du bon en. tout»—, une adap
tarion a esprit -communautaire.
La valeur: d’une équipe sera for:
tion de la bienveillance active de
ses membres. ‘La -qualité’ fonda-
nientale de ’homme moderne. de-
meura Yaccueil. :

D'atitre part, l'un des besoins .

du monde moderne est celui
de spécialistes. Mais il
faut étre a la fois

spécialiste et adaptable, spécialis

te capable d’ouverture, d’évolu-
tion, et cela mest pas facile; il
faut pour cela une base large et
solide; il faut une ascese. Beau
coup plus’ qu’une SOMME de een
naissances, le jeune que nous: for



Contrélez Je cycle -
periodique avec
Cyclotest

Voici une découverte de la scier
ce allemande qui est trés utile
aux femmes, I] s’agit du THER
MOMETRE VAGINAL CYCLO-
TEST qui selon le degré de la
température indique. AVEC PRIN
CISION ET SANS ERREUR la
période de fécondité ou de Vovu
lation ou Ja période de stérilité.
Grice au THERMOMETRE
VAGINAL CYCLOTEST qui est
infaillible, Ja femme p2ut mainte
nant elle-méme contréler son cy-
sJe menstrtel ct ne plus laisser
ce coin & la fantaisie du hasard.
Le THERMOMETRE CYCLO-
TEST ne comporte pag Jes incon
vénients et Jes risques de dangers
des pilules anticonceptionnellles
et on s’en sert facilemen* De-
mandez gratuitement une docu-
mentation CYCLOTEST 4° votre
pharmacien, .
CYCLOTEST est en vente dans
toutes les bonnes Pharmacies.
JOSEPH C. VALME & CO
DISTRIBUTEURS. |

CO GOO ec ee

HIRONDELLE

AGENCE DE VOYAGES

‘eunes gens de la Capitale et de la Province, Mesdames,
Mesdemoiselles, Messieurs, !'Agence de Voyage ¢HIRONDEL
LE» vous salue et vous invite & monter sur ses ailes pour
tous voyages en terre étrangére

En effet. A Agence de soyage sHIRONDE!.LE», angle A-
venue PAUL VI et rue du Centre No. 207, vous aurez toutes
: Voyages d’études, d’agrément ou

‘les garanties nécessaires
de_résidence.- C’est’ laffaire

Vous, jeunes gens, Mesde moiselles,
qui comptez voyager sous peu
commandons une Agence sire et rapide: lAgence de voyage
«HIRONDELLE> angle Avenue PAUL VI et Rue du Cen-
tre No, 207, ott la compétence, le sérieux et le dévouemnt

vous attendent.

Boite postale 1043 -- Port-au-Prince. HAITI.
Tel. 3172

Lue O. Raney,








CE ROPRICE RTE NUE NOPE CE HO OESIE NE
Aliment Miracle
pour Bebes

-(Produit Hollandais)

rebe, nourrissez- le de



tine bonne dentition.

La boite d’une livre de la créme NUTRICIA
BS ost en vente dans les



pharmacies.
Agent dist.

mons a besoin d'une.
d'un DESIR d’apprendre et d'é-
voluer. Cest cette capacité, ce dé
“sir, qui le parderont jeune et lui
permettront de=se recycler '
vie moderne ne. fournit plus Je
meétier. que lon peut exercer, du
début’ a ‘la fil de son existence,
heute s’écoulait, rapide
etit voulu écouter. plus longtemps;
_inlassablement, ce maitre: a: pen-
é ut=: Apprenez i etre
“yésolument modernes, sans
gret du passé, ce qui ¢ est sterile

chevehes ce qui “est bon, sans em
ballement, sans mépris,’ avec cu

me, sagesse,. bienveillance. Sonck
Nourris des
everids exemples du passé,
grandes, richesses
forts ‘de-eette sagesse supplémen-
taire;soyez un FERMENT D’A
.odans jin’ monde
GEANT, MERVEILLEUX. C’est
VOTRE BELLE: TACHE, ‘

de "Vhistoire,

Vows “devinez ‘les applauisse-
ments-qui saluévent*: é i
*/son .du savant, du» chrétien;..il=
n’en -finissaient pas.
du Président Vittoritio
NESE,..ancien. Directeur générat
de ?TUNESCO,
prenre Ja teléve. Le’Président du
Congrés éleva le débat et tious in

Et la tacte

fut -délicate







ogivea

CROSS

AMERICA’S FINEST
a WRITING INSTRUMENT.









Ma #T eo mie



LUSTROUS GHRowe |





GEORGES SICARD
63 Rue des Fronts

7



x
%

oe

&

OS

a Pétranger, nous vous re-



ii

i

santé de votre
la creme NUTRICIA,

Vous maman soucieuse de la
nais et de multiple vitamines qui garantissent

markets, épiceries et

LAD TRADING
A coté du bureau postal P

Phone 3394

. O. Box 704



vila i embrasser. Je monde, ca

c'est. le monde entier gui a «be. -

soin d'un supplément d’a ame, dun
sureroit de libertés. Clest a une
communauté mondiale qui) nous
invita de participer. La tiberation |
de l'homme passe par, léducution,;

et c'est un signe des temps quc.

_VEILLEUSE qui apporte la
SOIF duo MONDE la PREP. SE
DU: CONCILE: * :

XOXSXx

cette CONVERGENCE oa



Enfin, le Président national © :

LAUNHES tira les conclusions’ :)a
ta voix du professeur simple, dis
tingué, plein d’humour et de nuan

7 eS, avait suecédé: celle dé ’1ta-

lien «expert en humanitées. Ca
fut’ alors le coup de Clairon tinal
qui soutint notre attention. jus-
-qu’au . dernier» moment: demain
la-vie continue. “IL fut constiui
rela communauté ‘scolaire séduca-
tive,.dans.une pédagogie réiover,
imargqués .d’esprit de dialogtie ct
de ‘formation personnalisante.:Ce
» West pas seulement un probleme
-de structure, mais le style méme
de la ‘participation qui est en‘ jeu.

L’Eeole. n’est pas tout, et nous .

deyons étre ouverts aux Loisirs,
'AC, & uné communauté édu

cative permanente. L’Ecole catho .

lique doit étre ouverte a toutes
les communautés humaines, au
service de tous les jeunes de Pret
ce. Vhorizon du pays doit: étre
dépassé et, hier soir méme, a
Lyon, a été créée l'Union interna
tionale des A.P.E.L. -Dans
le respect. de | VEtat et

@ Chicks— one of the best high-producihg strains

@ Purina Chick Siartena—the feed with more farmer
accap!anca than any other ration

e Purina disinfe:ta

When you wast gout rosa

CARIBBEAN POULTRY FARM

P.O. B. 488

POSTE CAZEAU

PORT-AU_PRINCE — HAITI WI.

Low co ST PRODUCTION... |
the reason more pouitrymen feed PURINA




de de 1
une qanelioration continua. nu
yapports avec les pouvoirs ‘quii}-

» transports, Fournitures scolai:



Come to ” 7 ;

Chick Headquarters
for all your starting needs

Our store is headquarters for everything you need
to atart chicks right. We can supply:

“s, water purifiers, thedications,

t

MVite a reconnailre, beaucoup
plus que le cbesoin scolaire>, lc.
-«besoin méme des familless, Ce __
ne: son: pas ules yevendications

qui. furent applaudies, Minin Gin
programme. d'action concern:








invitres, etc., dans ‘le cadre de con
trats améliorés. Gonfiance ! GC'e:’t
avune tache d'Eglise que nous
sommes invités a a availler. enseni |
ble, eo

SS

Sat ae
: 2 S

Au dehors, les averses redou-
blaient avec force mais les coeur:
étaient wontlés de = joie, d’espe-
‘Yanices Unie demi - hewre. plus. |
tard, deux trains -spéciaux” en- :
portalent plus @un miiliande Bre oo |
tons résolus. N’avais-je (pas rails)
son de titrer + Richesses do Lyon;
1B 1415 Mais l9679°2

Louis CHAUFFOUR. -

Enseignenient Catholique
Francais .

“RCOLE, RT LA FAMILLE.

No 17 —~ 1066 1967 ao Oem
année, . . oN

fuforniation et Dacitmentation !
Vatican i ves . ,

Oeuvres E'ssentiellés —- Ndaen-
“tion Nationale et Chrétienne, \

: |
|
|
|

|
Af

af

”












$s wilh chicks think of...





SSDOOOCOOOCOL COON OOOenoooee





{Avant Damien)

















i





peer

Saga

mee

a

~

ae

Chercher ta section correspondan
de naissance et, vous. trouverez
signalent les autres pour demain,
Droit de reproduction totale

Propriété. King Feateres Syndicate — Exclusivité
«LE NOUVELLISTE> — ,

. DIMANCHE

ior MARS AU 20 AVRIL (BE-
ITER) L’Atmosphere = chang-
‘mais vous pouvez empécher que
Vessentiel ne soit touché, L’inat
tention est kh craindre. Ayez des
idées supéricures pour bien orien
ter votre direction.

21:AVRIL AU 21 MAI (T'AU
REAU): : Vénus, favorable, dé-
veloppe vos meilleurs instinets
et vos sympathies afin que cet
te journée ait un brillant début
et une suite agréable. Parlez ou
taisez-vous, selon que la diseré-
tion le demande.

22 MAI AU 21 JUIN (GE-
MEAUX) : Type actif de jour-
née. Elle vous plaira. Si vous
voulez vous reposer, faites - le
mais un peu d’exercice “ne vous
ferait pas de mal. Ayez de hons
contacts avec vos associés.

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Vous trouverez

peut-étre monotone d’avoir a ré
viser, ah revoir, pour compenser
de petits hasards et pour que les
choses se déroulent 4 votre gré.

Demeurez sur vos fardes, obser
vateur‘et réservé,
24 7UILLET AU 23 AOUT:

(LION) : Que les taiches intellec

-tuelles dominent aux heures dif

‘heures fatigantes.

ficiles ou pénibles. Amalgamez
le flair, Vesprit de décision et
celui a’ aventure pour que la jour
née soit réussie.

24 AOUT AU 23 SEPT'EM -
BRE (VIERGE) : De favorables
influences de Mercure stimulent
la hardiesse et la volonté d'a-
gir. Vous gagnerez en étant plus
sociable et en accroissant = vos
connaissances.

24 SEPTEMBRE AU 23 OC:
TOBRE (BALANCE) : Un peu
de dynamisme ‘mais ‘aussi d’ins
tabilité dans Vair, Beaucoup de
chance »pour ceux qui tendent
une main seecourable et disent le
mot qu’il faut. Employez les mé
thodes qui épargnent le temps

. (POISSONS)

tau jour de votre anniversaire
es perspectives que vous

u partielle réservé,

4 MAT 1969

et avcroissent votre compétence.
21-OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION) : Journée su
périeure & la moyenne, qui sti-
mule votre ef{ort. Développez vo
tre imagination mais
vaisonnables limites. Concentrez
vous sur des idées et des métho
des nouvelles.

23 NOVEMBRE AU 21 DE-.

CEMBRE (SAGITTAIRE) : Pro
pice pour tout ce qui serre da-
vantage les liens. entre gens de
bonne volonté et combat Vindis
vrétion, les excés du caractére et
les dangers de ta confianee aveu
ele. .

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE) : Vos
lauriers passés vous serviront si
vous ne perdez pas de temps ni
gaspillez vos dons. Une journée
de repos sera aussi la bienvenue
si vous savez Vemploye, 4 pro-
pos.

21 JANVIER AU 19 FEVRIER
(VERSEAU) Uranus, bien
orienté, ‘encourage votre savoir,
votre réreptivité aux situations
et au raisonnement. Si vous vous
servez de votre intuition et de
votre bon sens vous serez parmi
les gapnants. Soyez aussi calme
que . possible.

20 FEVRIER AU 20 MARS
: Quelques — situa-
tions ecompliquées. Assurez-vous-
Wavoir tous les faits en main
avant de prendre vos décisions.
Que la journée soit de loisir ou
de travail, ne vous énervez pas.

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUL : De nombreux natifs du
Taureau sont éminents dans le
droit, la jurisprudence, l'art dra
matique, la poésie, la politique
et Tindustrie. Vous travaillerez
avec loyauté, méme dans les
questions: secondaires. Le Tau-
vreau représente l’impdrtialité, le

goat des arts et de lai beauté, la

sfireté du jugement. ;

wexru x

‘
LUNDI 5 MAI 1969

21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER) : Si les opinions sont éga
lement partagées, veillez 4 ne
pas demander une réponse préci
pitée 4 l'une oud Pautre partie.
Une attitude objective est recom
mandée méme en dehots des
questions d’affaires.

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU) : La conjonction stimu-
Je vos tendances intellectuelles et
artistiques. Imitez ceux qui réus
sissent et ajoutez-y les concep-
tions originales et la compréheri
sion dont votre Signe est dote.

22 MAI AU 21 JUIN )GE -
MEAUX) Travaux littéraires
succés dans les sciences et les
techniques; soins aux enfants et
auX personnes agées, questions
domestiques sont favorisés. Rem
plissez avec minutie vos obliga
tions,

22 JUIN AU 23 JUILLET
(CANCER) : Remavquez !os_ sec
teurs «difficiles», allez vers une
efficacité accrue, étudiez les mé
thodes du voisin pour voir en
quoi elles peuvent vous convenir.
Journée moyenne, Eclairez - en
quelques coins sombres.

24 JUILLET AU 23 AOUT

(LION) Caleuls, estimations.
rapports exigeront une grande
attention. Ne prenez rien pour

acquis. En tout, la route droite
sera préférable au chemin détour
ne.

24 AOUT AU 23
BRE (VIERGE) : Le vieux bon
sens vous sera nécessaire pour
prendre dheureuses décisions.
De la confiance en soi, plus un
peu de souplesse vous donneront
des atouts supplémentaires. Tirez
prudemment vos conclusions.

24 SEPTEMBRE AU 28 OCTO
BRE (BALANCE) Commen-
cez la journée avec enthoustas-
me et maintenez - le méme aux
Votre grand
probleme sera d’obtenir la colla-
horation de ceux avec qui vous
étes en contact

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORUPION) : Belles in
fluences. Vous écjairerez des ‘mo
ments désagréablés
en de sages limites. Recherches
les renseignements; ralliez-vous
aux meilleures méthodes.

23: NOVEMBRE AU ‘21 DE-
CEMBRE (SAGIT'TAIRE): Des
influences favorables aideront
ceux qui garderont équilibre et
tranquillité. Débutez et poursui-
vrez avec la volonté de vous ré-
jouir de tout ce qui peut vous
servir, .

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE) : Des
qualités

mais restez

les ne vous feront aucun bien.
Ne niez pas un fait: regardez-le
en face.

21 JANVIER AU 19 FEVRIER
(VERSEAU) : Belles influences
d Uranus.
roulent bien. Ecrivains, travail-
Jeurs sur le plan intellectuel et
de ta création,:seront particulié-
rement favorisés.

20 FEVRIER AU 20 MARS |

" (POISSONS) Examinez tou-
tes les situations avee compréhen
sion et pénétration. Puis, asso-

cientvotre intelligence et votre §

remarquable intuition, agissez si
vous jugéz que le moment est

venu.
SI VOUS. ETES NE AUJOUR

SEPTEM-

judicieusement mises en’
valeur vous serviront 4 vous com }
me au voisin. Mal employées el-

Les événements se dé_

pour disposer de toutes ces «chan
ces> de succés mais c’est votre
finesse et votre don des affaires
qui vous apportent ces «incroya
bles» possibilités. Vous ¢tes une
de ces rares personnes qui com
binez Vidéalisme avec des con-
naissances réaliftes et votre suc
cés semble sans limitation. Beau
coup de natifs du Taureau sont
engagés concurremment dans
deux occupations. Certains au-
ront plusieurs carriéres: successi
ves et réussiront dans toutes.
Les natifs du Taureau sont d’ex
cellents musiciens, écrivains, ar-
tistes, scientifiques, botanistes.
professeurs et horticulteurs.

[Le

Girard-
| Perregaux
Haute

: Frequence
&

dans de,

I
2

chronométre

le plus précis

























du monde

En 1967, les chronometres
Girard-Perregaux Haute
Fréquence ont obtenu 73°'5
de tous les bulletins de
marche délivrés par!’Obser-
vatoire chronometrique de
Neuchatel dans la catégorie
des montres-bracelet clas-
siques. Une performance

\isée par des montres stric-
tement de série. ° .

HUE : On se demande souvent §

_ comment — vous vous arrangez






oP oA oP BD oP a A

. j
a ed |

sensationnelle puisque réa- °

baptémes,
Boe songaner Sore sock aneesoce see sooesacesoesoo

AU CAPITOL

Aujourd’ hui Samedi 3 Mai 1969





RUSSO & CO.

TELEPHONE : 3294 .

em Re EE

17, RUE ROUX, 17

1

_ Le plus grand
assortiement Wargenteri ie

Christofle
Couverts, ménagéres,
timbales, couverts .

pour bebe, etc...

Pour toutes

les circonstances :

anniversaires,.

pour la, derniére fois

a 6 Hres et 8 Hres 30 P.M.

LA GRIFFE

Avec Yul Brynner, Britt Ekland, Clive Revill.
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

Dimanche 4 Mai 1969

a4 Hres7 Hres et 9 Heures
En leére partie — En exclusivité

APOLLO 8 OU

‘VOYAGE AUTOUR DE LA LUNE

* En 2éme partie

LPETRANGERE

Avec : Marie France Boyer et Pierre Vaneck.
| Entrée Gdes-2.50 et 4.00

ll uh i
pl

f
|

i]

GineRo- PERRE GAUL
SOrorcgate ¢

rer | rl

ld



CELL LE LE LL ELL Lam
~~ SSS SSS SNES

&

Chrériometré Haute Fréquence a 36000 alt/h, auto-
matique, calendrier, boitier étanche & f'épreuve’
des bains de mer, 39 rubls, avec garantle de
précision au porter.

Modéjes classiques et d’avant-garde en or 18 of
plaqué et acier,



GIRARD-PERREGAUX

ns

MONTRES DE QUALITE DEPUIS 1701

mariages




|
:
:

Pelitldtieitciietiinttetitet Ute La





iL NOUVELLIStE,

Bion ie



JE TE PROMETS DE
LE GARDER POUR 7)
MOI; SUSIE,
~—

¢ Les Bandes Dessinées dul Nowell










DANS NOS SALLES DE SPECTACLES

De Luxe Auto Ciné

Dimanche 4 Mai

a 7 hres et 9 heures
LES OGRESSES
En Technicolor

avee Claudia Cardinale — Ca-
pucine — Raquel Welch — Mon
_ pucine — Raquel Welch — Mon.
ca Vitti — Jean Sorel

Une production ensoreelanie de
ja Columia.

Uen oeuvre ~ choc, audacieuse-
ment interprétée par 4 vedettes
de choc, 4 déesses de la volupté.

Vous adorerez les ‘ogresscs,

Vous serez scandalisés par ces
ogresses.

Vous serez mélés A la sauce de
ees opresses piquantes et dévo -
rantes.

LES OGRESSES

Ge bijou somptueux du Tee
Art est délicatement dédié a tou-
tes les femmes fatales, aux pas-
sionnées éperdues, aux enfants de
volupté, aux filles de Vamour..

LES OGRESSES

Cette oeuvre envoiitante est
consacrée aux tigresses de l’aled-
ve... Aux ogresses débordantes
de sensualite Aux = Fenmes
pour qui homme est un Uctit
Poucet — éternellement perdu.

LES OGRESSES

Une production osée el epicée
au sel raffiné de’ lesprit Lranguis.

Un film célineelant d'clégance
et de charme ...

Un chef d’oeuvre léger et nu,
consacré au don de séduction ms
tinctif de la femme,’ & la vague
de passions effrénées qui. domine
leur subconscient, au jeu intime
de amour que la femme condni*
avec une habileté innée menant
Vhomme, ce pantin articulé, com
me un jouect banal entre ses
doigts de velours.

LES OGRESSES

Des ovresses, ‘(les tigresses qui
exercent leurs talents d'envotile -
ment, de séduction, de poésie, de
rues, eréant des silualions ¢tran
ges qui donnent toutefois une xa-
veur plus capiteuse a ia vie
_ Vous adorerez ces ogresses da-
vantage aprsé les avoir vues met
tre la main a la pate.

Déja, vous briilez de vou. votr
mélés 4 la sauce CAPUCINE, ov
la créme fouettée Claudia C ARDI
NALE.

Entrée $ 0.50 par personne

xxx

PARAMOUNT

PARAMOUNT présente
Dimanche 4 Mai 1969
4 5 Hres 7 Hres et 9 Hres
LE C. 1. A. MENE LA DANSE
Avec : Philippe Lergy et Ro-
sana Podesta.
Un espionnage de ‘Ten qui dan
se sur un volean.

i

Une atmosphére éruptive sur .

chauffant des séquences d’enfer.

Un affrontement entre deux
puissances rivales,

Un grand = film d’action-choc,
interprété par des vedettes de
choc.

LE C. I. A. MENE LA DANSE

L’Enlévement scientifiquement
audacieux d’un coffre -~ fort pré-
cieux.

Un film = qui
attention dans

enclavera votre
an étau d’intérét

soutenu.
xXx XX
ELDORADO .
XXNXX

Dimanche 4 Mai
4 5 hres , 7 heures ct 9 heures

La Direction de cette Salle pré
sente

Sean Connery,
Honor Blackman
dans le plus fracassant film duc
tion de notre temps

GOLDFINGER
D’apres l’oeuvre de Jan FLEM
MING.

Gert Frobe, ct

Voici le film Se plus attendu,

Voici porté a Véeran le plus
grand «coup» jamais tenté: voler

le trésor américain qui est entre
posé dans une banque A Fore
Knox. Plus violent, plus ‘inquie-
tant que Dr. NO, plus irrésisti -
ble, plus «choe» que BONS BAl
SERS Dé RUSSIE, Goldfinger,
truffé de scénes absolument déli-
rantes, congues et mises en ima
ges avec un sens étonnant de ler
fet. cinématographique, est d’un
calibre qui déroute l’imagination
Cest une oeuvre egsentiellement
d’émotions: Vouverture du film

-da démence du projet de Goldfin-

ger, la poursuite en voiture, lat

_ taque de Ja banque Jaissent le
spectateur pantelant duns gon fau
' teuil.

Dans un réle “que personne ne
pourra lui reprendrc, Sean Con-
nery, se surpassant, est d’une pré
sence et d’un flegme absolumetit *
ahurissants. Rien n'est, négligé
pour faire de ce film un spectacle
@une exceptionnelle attraction,
ear «JAMES BOND» est de nou
veau en action. Il enquéte sur le
grand trafiquant d’or du- monde:
Auric GOLDFINGER, redoutable
dangereux, inquiétant.
GOLDFINGER::B



3 de Tan “FLEMMING qui, "Ue
film .én film, nous -entraine dans
des aventures de plus en plug ex-
traordinaires!.

GOLDFINGER: Une -émotion ,

4 bout de souffle! Une action
sur un. rythme infernal! Le som-
met des filmis d’aventures! Un
«JAMES BOND> qui n'a pas
fini de fatre .courir tous les -pu-
“blics des ‘grandes capitales | du
monde.,

Notre prochain spectacie!

Entrée Gdes 2.50 et 4,00

/ x xX
Drive in Ciné Delmas
Dimanehe 4 MAI a 6 heures .
Séance Unique

PARIS BRULE-T-IL?
En scope - couleurs

avec; Alain Delon, Simone Signo--

ret: Yves Montand, Kirk Dou -
glass, /George Chakivis, et unc
pléisde- d'ucteurs internationans.
PARIS BRULE-T-IL ?
Aott 1944, Les armées amérieai-
nes et francuises marchent ver:
Paris, ils ne sont plus qu’A quei-
ques kilométres de la ville. lumié
re. Le Général Von Choltitz re -
goit Vordre d’Hitler de dciruire
complétement la ville, ‘et la réaui
re en cendres avant lentrée des
armées allfées. A Paris la résis-
tance s’organise. Le Général Le -
cles fonce stir Paris, et grace aux
démarches du consul de Sudue et
aux hésitations du Choltitz, Pa
vis sera sauvé..

PARIS BRULE - T - IL
Un film grandiose, spectaculaire.
historique qui raconte un des plus
beaux moments de Vhistoire de
France .René Clément, le réalisa-
leur, fait preuve de son grand ‘ta
lent, de son expérience, et de sen
passé. Il a transfarmé une “ati?
re diverse et multiple, en unc his
tolre que le spectateur suit avec
intéraét,

PARIS RRULE-T-IL?
Une des plus grandes réahea -

tion sur Ta deuxtéme guerre nim .

diale qui interessera adultes et
adolescents. .
Entrée $ 1.00 par personno

x x xX

AIRPORT CINE

Dimanche 4 Mai |
a 6h. 380 ét 8 h. 30
La Direction d’AIRPORT' CINE
presentera encore une fois su1
ses écrans afin de satisfaire enco
re une tois ses aimubles clients.
_CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Un film en scope coulears
avec le Super bolide Marc Briand
et la ravissante Marilu Tolo.
De mémoire de cinéphile, djns
les annales du cinéma, dans le:
souvenir enflammeés des fervents
Spectateurs d’AIRPORT CINE,
Ja monumentale super production
CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Que la direction de votre salle da
prédilection vous offrira encore
une fois en grand gala, le Diman
che 4 Mai 1969 a 6h.80 et 8h.30
surclassera, de trés naut tous le-
films choc déja présentés sur ses
écrans,

CASSE TETE CiilNO?S
POUR LE JUDOKS
AIRPORT CINE: dont: ta tor
melle garantie @ ses chers clients
que ce chef d’oeuvre brulant com
me une torche, dépassera en sin-
tensité dramatique, en ébullitien
de furie, en convulsion de bagar
res nouvelles et plus fGroces, ious
les sommets enflammés du JSiln
despionnage déja connus.
CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Une cime d'action, de dynamis-
me jamais atteinte et qui ne sere
pas facilement dépassée.
CASSE TETE CIINOIS
POUR LE JUDOKA
Vous uvez vu Je ballet de kara
{é offert dans chasse & l'homme
ii CEYLAN, CASSE TETE Cul
NOIS vous convie itgpenie assis-
ter ericore une fois & Ure sympho
nie héroique de judo et a une dan
se. macabre de karatés qui vous
électriscront 4 haut voltage de
délire et de frénésie, tant la frap
pe casse téte est dure et formi-

dable, tant Ia bugarre
est féroce et spectaculaire,
_tant — Vaffrontement des ad-

versaires de taille est cruel ev
atroce, tint les rencontres entre
ennemis jurés sont implacables

CASSE TETE CHINOIS
POUR LE JUDOKA
Dans ce concert de violence Ga
chaque protagoniste joue un ins
trument d'un son particulier, cou
teau lame -nue, poignarc, poings
fermés, pieds allongés, plat de la
main, revers, uppercut, ruses, pie

ges, bagarres.

Jamais un film ne vous aura
autant impressionné, jamais un
suspense ne vous aura autant ha-
let¢é, vous viendrez alors revoir
en foule délirante ce‘ morument
dacier blindé érigé par le fer for
gé de action, du dynamisme et
de Vémofi os

ee.



CRIC CRAC CINE
Dimanche 4 Mat
A Schres , 7 hres et 9 hemes
LES ANGES :
AUX POINGS SERRE.
(Couleurs)
avec Sidney POITIER*
«Tant que je. sera seul a 16.
eran & représenter la collectivité
noire, je n'interpréterai Privertisic
rien qui puisse faire honta a un
Noir. Je suis venu effacer 66 ans
@humiliation ot le cinéma avait
présenté Ies Noirsscomie des 6.

tres serviles ut laches, des domex .

tiques effarés, des chauffeurs de
maitres en livrée, des danscurs
& claquettes. Je canicrai tou -
jours un héros qui inspire forte
lt la races.

Sidney POUTIER
LES ANGES
AUX POINGS SERRESâ„¢
Un drame exaltant, a4 Sicney
Poitier incarne wy Noir cuhiv.,
qui, par sa transeendaniy person
nalité et de sa seuie aucrité va
imyfoser le respect cb Suserter da
sympathie chez un groupe de lei
nes blanes:
/ LES ANGLES
AUX POINGS SERRES
Sidney Poitier prend Tes vis -
ques du méfier en Tncar fant, avec
virilité et pathélisme, un jeune
instituteur noir qui'va faire plo-
yer la-rvépulsion de jeunes blanc:
Sous une’ sorte de fascination par
son calme jsa sérénité, sow hadi

‘leté professionenlic...

Aprés:;«Un Home pours VEter
nités, «Casse Téte Chinois Pour
le Judokays, ‘CRIC CRAC vous in-
vite A venir voir et acclamier Sid
ney Poitier, fierté de ta race.
consacre la:vedette de 1258) dans:
LES ANGES ATX TOINGS
SERRES.

Entrée Gdes 2.90 et 3.00

MAGIC CINE

MAGIC - CINE présente
. Dimanche 4 fa
a3 H. 5 H. 7H. et 9 Heures

DU SUIF DANS
L'ORIENT EXPRESS

Avec Pierre Brice; Weinz
Drach, Charles Renier.

Un film ad’ espionnage
avee brio et humour. Une valise
disparait tandis qu'un , homme
est abattu a proximité du SA-
CRE-COEUR. DE MONTMAR -
TRE. C'est un fait divers appa
remiment jusignifiant mais qui
cache en réalité un vol dune ex-
tréme gravité pour la séeutite
nationale et la paix mondiale.
Que contenait cette valise ? Des
plans d’une invention dans le do-
maine du téléguidave des fusées.
Les meilleurs agents secrets sent
appelés par le chef du contre -
espionnage notamment — l'agent

mene

-vdernier “tres

fin tinier, diriy
vite ses “recherches s vers len)
dieu de spectacle de: Pigalle: D
interrogations .ont Jigu:.d’urgen
mais interrompues par ‘Jes’ nun
ros du spectacle, PHILIPPE T
SOT subit en, méme ‘temps ‘lat
que des voleurs eto tombe dans.
dangereuses embuscades: Il sy
chappe aidé dune vedette
spectacle. QUIL EST A L’ORT
NE DE L’AFFAIRE ?

Fouille de | souveraing : a’
vieux Chateau, Meurtres. Amou
Espionnage. ,

Des. seénes de Loges, de’ Musi



Nall; des meurtres, de, la viol
ce font de ce film unt. speetac
attachant, . «

Dimanche a 3h. Gdes 1.50
2.50 °

Dimanche a 5 h. 7h, et 9h.

Gdes 2.00 ef 3.00
xX X X

AU ‘REX - THEATRE

Dimanehe 4 Mat
4 hres, 7 hres et 9 hetres
UN IDLOT A PARIS
(Cinemascope = technicolor)
avec les comédiens les pl
ralfinés du cinéma franeais Je
LEFEVRE, Bernard BLIER
encadrés de Dany” CARREL, s
ve Korber. .
Un fim délicieusement tence
ct poétique qu4l serait idiot.
manquer,




- “ ’
UN IDIOT A PARIS

Une production des plus hi
rante qui fait exploser le rire
Ja detente en des séquences. div
Ussantes a souhait. .La> créati
Ja plus fine Servie admirable
ment pa; un dialogue étincela
esprit, pailleté d*humour. . Mi
chel Audiard a su une fois |
plus mettre dans la bouche 4
acteurs des mots qui déelenche
le rire. ka fplle waieté,

- UN IDIOT A PARIS
Un spectatle d’un envouteme
ineffable. © [’histoiré d'an — sa
parmi les fous. Un histoire in
tendue, attendrissante et: folle
ment ¢poustouflante.

Jean LEFEVRE, incarnant
veo brio cet idiot qui est peut
_¢tre un imbécile, vous entraine
dans le tourbillon — vertiginer
de Paris et ses plaisirs, .
Entrée Gdes 2.50 et 4.00 .

‘Messe de Requiem
LAS NIVERSATRE

Une? messe de requiem ann
Versiive sera cchantée en Eg!
se du Sacré -. Coeur! de Turges
le Lundi 5 Mai a 6 h. 45 AN
pouy le repos de VPame de fe
Dr. Felix Colimon.

Cet’ avis tient lier d’invit:
tio aux parents et amis du di
fant.

x

. CAPITOL

secret, PHILIPPE TISOT. Ce
x xX
CAPETOL presente
Dimanche 1° Mai
a5 H. 7H. Heures P.M,

Marie France BOYER dans

Une oeuvre maitresse de Ser
gio GOBRI .

WETRANGERE

Elle s’appelle Barbara, mais
aUssi Sylvie. Qu’importe — son
hom, elle est belle, ravissante, dé
Elle veut
dehors de
libre. Pour-

bordante de Sensualite.

pleinement, en

convention,
.

vivre,
toute

tant elle est poursuivie pay deux ..

hommes décidés de s’emparer
Welle. Trompant — leur vigilance
elle s’embarque dans un _ train
qui la eache dans un village au
paysage pitturesque. C'est 1a
qwelle rencontre son homme. un
intellectuel, humain, sensible. Et
c'est le coup de foudre., L'homme
est divoreé. Il veut en faire son
profit. T].Vaimer a





thins te colembier.
velle vie, te
qui serait: le

Clest une ne
bonheur. Ou plut
bonheur s'il n'y |

vail pas un mystére, le secr
de Sylvie.
LETRANGERE Une oeuv

audacicuse, sincere, véridique
Un frame brulant, plein de fi
reur, la fureur de vivre !
I“ETRANGERE > Un sui
prenant, absalument . passie
nant, interprété par’ deux. gra
des vedettes MARIE FRANC

BOYER ct PIERRE VANECK
dont ics qualités dramatique
sont incontestables !
L'ETRANGERE’ : Un speet:
cle hors:cadre . rehaussé pa
Eastmancolor ! Le film dont. o1
parlera longtemps parece — qu
s‘inscrivant dans la ligne del:
nouvelle -axpression ‘au cinéma
INTERDIT AU M
18











PAGE 6











Â¥



CONFIEZ VOS PIEDS.



A propos de

AEnquete se

(SUITE)
industriel, commercial “ou au-
tres ne peut partir d'un bon
pied. C'est en quelques — sortes
tous les secteurs de la vie natio
hate qui sont coneernes; exploi-
teurs agricoles, industiiels, éco-
nomistes, commergants,
tuels, chercheurs, missionnaires,
et nutres ont mtérét YX pouvoir
disposer a tout moment d’infor
mations stires pour la conduite
leu.s entreprises.

TJenquéte ‘sera supervisée a
echelon supéricur par Je Direc
teu Genéral de Uinstitut Hai-
tien de Statistique, - Pingénieur
Jacques Vilgrain, assisté de ses
plus proches collaborateurs, au
niveau des zones, clle Je sera par
des spécialistes de divers servi
ves: publics comme le Départe-
ment de VAgriculture, des Res-
sources Naturelles et du Dévelop
pement Rural, VOffice National
d'Alphahbeétisation er — d'Action

dey

Communautaire, Les énuméra-
teurs sont choisis parmi les em-
ployés qualifiés de ‘ces mémes

services notamment les institu.
teurs ruraux et urbains, les mo
nitettrs polyvalents de PONAAC.

Le jour de Vinauguration de
‘Venquete socio - économique sera
annonce vlterieurement,



Messe de Requiem

Une misse de Requiem Anni-
versaire sera chantée le Mercre-
di 7 Mai a 6 H. £0 du matin a
la Basilique Not:e Dame pour
le repos de Vame du repretté
ELIE JOSEPH.

Â¥ Cet avis tient
tion auy parents et

lidu invita:
amis.

cry
uf Saal

Ss
e

— 100% étanche jusqu’a 200m
Cel onielarel-atlg

— automatique, avec calendrier

ems CcTe- Tah LM Mccicircle metab ees Cf210)
dans le.monde entier

OF SWITZE

ser Em N et ele mew
Eile e-1ei Mh Tete ta



R. H. CARLSTROEM
Agent Officiel



Messe de Requiem
aithiversaire

Mne Vve. André
enfants prierit
du regrette André Morts-
(assister a une Messe de
Anniversiive qui sera
Mirdi G Mai a 6@ heu
en Veils: duo Sacré-

Morisset et
ses les alliés et
amis
sel,
Requiem
chantée de
res A.M.

Coeur de

Turgeau.

intellec--

, dignement

Dans le Football

(SUITE)
gué C. Carrera du Guatémala; 2e
match : Arbitre-

R. Marmal du Salvador, Délé-
gué Ramon Coll de Costa’ Rica.

Groupe C’; Jong Columbia des
Antilles Néerlandaises ‘Aguila
du Salvador, Arbitre , ‘

L. Jardine de T.midad, Ly leé-
ecu Mordy Maduro des Antilles
weéeriandaises; deuxiemis mateh:
Arbitre A. Gomez au ILonduras,
Délégué F. Fortin du Honduras

Groupe D : Saprissa dc Costa
Riea — Motagua du ioncuras,
Arbitre V. Gazo «du Nicaragua,
Délégué C. Serovie du Guatéma-
ja; deuxiéme match, Arbitre C.
Ruggiero du Salvador, DVelcgué
A. Carbajal. du Salvado..

Groupe IF : Communicaciones
‘du Guatémala — Universidad du
Nicaragua, Arbitre A. Aguilar
du Mexique, Délégué G. Perez du
Mexique; deuxiéme match, Arbi-
tre, J. Soto de Costa Kiea, Dele
yué L. F. Morda de Cosin Rica.

Le second tour aura lieu du
Jer au 30 Juin entre ies quali-
fiés des groupes C contre &, A
contre TD,

Le troisiéme tour opposera le
vainqueur B au Gagnant A ou D
entre le ler et 31 juille.,

La finale mettra aux pcises ies

deux survivants entre w ler et
31 Aodt.

Cette compétition se joue sur
Ia base de visite réciproque a
moins darrangement oulze ics
deux intéressés.

En cas d’égalité de points, te
goal average sera utilisé -pou-

départager deux concurrents.

Sil y a égalité de points et de
buts, un match d’appui sera joué.
Il est également prévu unc prolon
gation en deux mi-temps ue 15

minutes et lirage au sort si le
cas échet. .
Le Violette Athletic Cluy qui

compte dans ses rangs deux In-
ternalionaux Seniors, Vaorke et
Francois. et deux Juniors : Bap-

“tiste et Bayonne devra se préna

rer séhicusement pour défendre
ses couleurs. Nous
souhaitons qu’a Vimage du ha-
eing Club ‘Haitien, il Lasse bril-
lante figure dans le Champion-
nat des Champions pour le bon
renom du football et lui disons ;
Bonne chance !

‘Pharmacies assurani
le Service cette nuit.

Samedi 3 Mai 1969
MONT CARMEL
Boulevard J.-J, Dessalines
MATHURIN
Rue des Fronts Forts
Dimanche 4 Mai 1969
VALLIERES
Poulevard J.-J. Dessalines
ST AMAND
Rue des Miracles

Communiqué de .
Presse

L’Eecrivain Max Guillaume
Malhet Bourvie; Prix du Cente-

naire Radio Canada Montréal —
inv te tous les jeunes auteurs

Haitiens (de provinces et de la
Capitale) a participer & une Ex-
position Nationale d'oeuvres lit-
téraires

Pour ce, il leur est reeomman
dé d’envoyey du ler au 30 Mai
1989 un exemplaire de leurs pu-
VNications via Vadresss suivante:
Mr. Max Gaillaume M. Bourvier

12 Ave. Nicolas 12 °
Prau-Pee. Haiti.

Messe de Requient

{I sera chanté le Mardi 6 Mai
en cours, 4 6 Heures A.M. en PE
vlise de Saint Joseph une Messe
de Requiem pour le repos de l’A
‘me de la regrettée Madame
Christian DESGROTTES née
Missida Renuvais.

Cet avis tient lieu d’invita-
tins Aux parents ct amis.






i ASEGURAMOS

ESTUDIE EN SU CASA POR

llevarlas a 18 vez con solo saber
tiempo y de escasas recursos
DIPLOMAS de Estados Unidos de

res de nacimientos dianios, y sélo



BENFEL



Sirrase caviarme tal comprenae de wi



WOoMenE



GIRECCIGN:





cruaa.

SENCILLAS POR EL PRECIO DE UNA. Facilmente comprensibles puede
ENFERMERIA Y OBSTETRICIA con OOS

Primera y mas acreditada Escuela de Enfermeria y Obstetricia del Conts
Mente. le gatantiza una vida de comodidades y satisfacciones

8.000 enfermos PARA AMBOS SEXOS

Calle Padre Billini No. 75, SANTO DOMINGO, R.D.



ENVIE HOY MISMO ESTE CUPON Y OBTENDRA calls SU CATALSGO





SU PORVENIR !





















CORRESPONDENCIA DOS CARRERAS










leer y escribir, disponiendo de poco








Norteamérica. BENFEL SCHOOLS, Ia

Hay milla
una Enfermera o Enfermero por cada

SCHOOLS

parte so uteresoate Cutaloge 60 Catermaca













AU FIL DES JOURS...

- . (Suite)

de
en

‘ récemment encore Rédacteur
‘Atlanta Magazine. I écrit
ce moment un roman.

Wylie Davis photographe in-
dépendant et écrivain est aussi
de Atlanta,

xxx

.. Hier matin est arvivé a
‘Port-au-Prince, notre sympathique
ami Jean-Paul « Belmondo »
Villain, Attaché de Direction
dune grande société frangaise,
‘représentée en Haiti par notre
compatriote et ami Adolphe A-
hrahan,

Il a eté accuilli hier a Paéro-

‘port Francois Duvalier par ce >
‘dernier. .
XXX
. Miles Carmen M. Robles,
etudiante .et Mari Rosa Jorge
secrétaire, de Bayamon, Puerto
Rico, arrivécs ce matin venant

de San Juan, ont été accueillies
par leurs amis haitiens.
xx
Le William Robert Funcek,
de fa USAL a Ramey Air Force
Base et sa femme Barbara Ann
passent le week-end 4 Port-au-
Prince,
XXX
. Samuel F. Arauz, Manager
@une compagnie 4 New York est
arrivé ici ce matin pour une
visite de quélques jours.
x xx
. Mme Glenna = Feldman
Brodeth, infirmiére amévicaine de
Jamaica, Long Island, New York

a pris logement ce matin au
Grand Hotel Oloffson. .
. x xX X
DIVERS

.. Hier matin, le Dr. Bryan
Miller, de Cleveland, Ohio a

repris Vavion pour les Etats-Unis
apres trois semaines au Dispen-
‘saire de Ouanaminthe. Le Dr.
Miller qui pratique la médecine
générale a été enchanté de sou
séjour en Haiti. Il se propose de
revenir ici bientét.

Il aw été salué ‘A l’aéroport par

-les R. P. Omer Duplessis et
Maur | Lancourt:
x xXx

. M. Jérome Michel Carbonel.
Avent contractuel du Ministére
des Affaires Etrangéres et sa
fracieuse femme née Jacqueline



Fédération haitienne
de Voliey-Ball © -

Coupes : Ricot et Biamby

Résultats des 1/4 de finale

Coupe RICOT : Lycée a élimi
né Sacré-Coeur par 2-1

Bird wélimine St Pierre par
2-1

Cli Moa Giiminé St- Francois
par 2-1

Lalue oa eliminé les Abeilles
par 2-0,

Coupe BIAMBY +: St Pierre a
cCliminé Eclair par 8-1

St Louis a climiné
par 3-1

Séminaire a éliminé Eteigno'r
per 3-0

Anglade a éliminé Bird par 3-2

F.S. C.

Aujourd’‘hui Samedi 1% finale

A) A St Pierre

Coupe Ricot % finale : Lalue-
Lyeée

Coupe Biamby 1% finale :
Séminaire-Anglade

B) Au Stadium :”

Goupe Reot : ‘finale
C.1.M. - Bird

Coupe Biamby 14 finale
St Louis - St Pierre. ,



Remerciements

Dans l’imppssibilité de répondre

indviduellement A tant de | mar-
ques de sympathie qui Jeur ont
été données & l'occasion de , la

mort de leur reprettée
Mme Félix Pailliére
Née Résia Malebranche +

Enlevée A leur affection. le
mercredi 2 Avril, & l‘Anse-a-Veau
Mr Félix Pailliére, Mr et Mme
Raymond Malebranche et famil-
le, Mr ef Mme Fritz Pailliére et
famille, Mr et Mme Edner
Paillitre et famille, Mme Gilberte

Pailliere, ’ ainsi que tous les
“autres parents remercient tous
Jes amis, tunt’ de la vapitale, de

l’Anse-ii-Veau, des autres provin-
ces et de Vétranger. Et les prient
de trouver ici, Vexpress'on de
leur profonde gratitude.

Port-au-Prince le 2 Mai 1969

Liautaud sont revenus hier d’une—
visite & Puerto Rico.
x xX .

uw. M. Pierre L. Koy est arrivé
hier venant de San Juan oi ° il
a son «business».

Il passe le week-end ici avec
ses enfants.

: XXX

.. Mike Roesslein, District
Manager de la Trans Caribbean
‘Airways est rentré hier matin
venant de San Juan, Il vient
ainsi de bénéficier d’une promo-
tion.

Tl nous dit qu‘il va maintenant
faire beaucoup de choses
le nouveau pouvoir dont il
pose,

Franky Farmer
ce matin de San Juan
femme Diane.

is-

est rentré
vee sa

,

La lutte contre
la Pornographie
aux USA .

Le Président Nixon a demandé
au Congres américain de rendre
plus sévére la législation fédérale
contre les publications et les an.
nonces de caractére pornographi
que. ll a proposé ladoption de
deux lois interdisant, V’une Ven-
voi par da poste de toute publica
tion indécente aux moins de 18
ans, Vautre, la distribution, par
courier, aux adultes ou aux mi-
neurs, de toute publicité faisant
appel &.des penchants sexuels
malsains.

Le Président demande au Con
gres de qualifier les infracticns
a ces projets de délits fédéraux
et de les punir par des peines peu
vant atteindre cing ans de pri-
son et 60.000 dollars d'amende.

Un flot de littérature et de pu

blicité obscénes jamais épulé
dans Vhistoire inonde journelle-

ment les foyers américains par
Vintermédiaire de la Poste déela-
re le Président Nixon dans son
message au Congrés. Il précise
que 'e Gouvernement américain a
recu l'an dernier 870.000 lettres
de protestation émanant de ps-
rents indignés.

Le Chet de la:-Maison Blanche
indique que son objectif, qui con-
siste i-protéger les enfants ct les
adolescents des outrages de la lit
térature érotique est difficile a
atteindre, le premier amende-
ment a la Constitution plagant
ces publications et tout le com-
merce de la pornographie sous
Vombrelle protectrice et généret
se de la lot, qui interdit toute at
teinte.a ja liherté de parole et de
presse,

Co message du Président Ni-
san constitue le deuxiéme volet
du programme Tlépislatif de VAd
ministration américaine dans sa
lutte contre la délinquance et la
eriminalité, le premier message,
rendu public la semaine derniér
constituant une déclaration de
fucrre contre la mafia. .



Des Etats Généraux

de la Classe.

°> ~
Ouvriere a...

(SUITE)
Neurs et patrons a leur Président
qui incarne les aspirations — le:
plus progressistes de la Révolu-
tion en marche. C’est aussi un
hommape & Ja Premiere Dame de
Ja République, Madame Simone
Ovide Duvalier, qui, en dépit de
Sa position éminente, ne s’est ja-
mais départie de cette simplicité
qui La rend ouverie aux , nppels
de la souffrance.

Des Etats Généraux de la Clas
se Ouvri¢re aux manifestations
imposantes du ler Mai, c’est la
méme apothéose. Ouvriers, Tra-
vailleurs intellectuels cf munuels,
Patrons, Paysans forment
chaine autour de leur Leader qui
Jes conduit vers de prochaines
vicloives. #
Car, le combat de la Dignité sve
poursuit. Er ie Frésitlent Duva-
lier est sur les barricades, avee
les forees vives de la Nation, que
ont foi en Son Etoile qui con.’-
nuera d'éclairer la nuit des mul-
titudes en maxche vers les r’rol
tes fulures ...

Max A. ANTOINE

3 Mai 1969.



une ,

QOOOQGOOOOOOGOGOOOOGOOOOOE

cLe Rond Point Night Clubs

Samedi 3 Mai

DINER DANSANT

Dés 9 Heures P. M.
Tenue de ville de rigueur

Admission $ 2.00 Dollars

SOOO

$000000006

3000000009990000000000000

SPELLS ILA REITER IIA RI .

Grand Hotel Gioffson

Chaque Lundi
Formidable Show Bamboche Créole
Dirigé par Lavinia Williams Yarborough

Danse avec Ensemble de MURAT PIERRE
ADMISSION 2 DOLLARS.



















_ lAssociation

‘les pays en voie

Cloture du ler
Séminaire ...
(SUITE) Toe

Elle: ne ‘manque point d’exhor-
=ter Vécole .et ja: famille “haitien
ne a conjuguer leurs efforts « a-
fin de..meney -& ‘bien’ cette .oeu-
vre .commune que - doit: étre Vedu
cation des enfants...
Impressionnante fut- la miny-.
te ohn Mlle Marie Tihérése . Coli-
mon, Déléguée de’ lOMEP.: cita
les membres d’honneur de. l’As-
sociation, choisis soit’ en raison

‘de leur longue carriére au. ser-

vice de la. jeunesse scolaire hai-
tienne ou encore en témoignage
de gratitude pour les services
insignes‘ rendus a 1’Association.

Gest ainsi que Vinsigne de
VOMEP fut épinglée 4 tour de

avec tréle sur la poitrine des personna

lités suivantes ;
Mme Suzanne Herbiniére Le-
bert: Hite @honneu; de POMEP,

Fondatrice de Organisation
Mondiale pour l’Education Pré-

scolaire, Inspectrice des Mater-
nelles de France et Conseillére
de VOMEP MSuitien.

Melle Victorine Latoitue —
June des Premiéres Normalien-
nes Haiti — Ancienne Assis-
tante de la Directrice de l’Eco-
le Normale d’Institutrices — An
cienne Directrice d’Ecole privée.

Mme Maud Hudicourt: Edu-
eatrice de carriére — Ancienne
Directrice: d’Ecole privée et pion
niére des Jardins d’Enfants en
Haiti.

Dr, Pradel Pompilus Bril-
lant Linguiste, Educateur de car

rigre — Conseiller Spécial de
VOMEP. .
Mr. Serge Braudo — Attaché

Culturel prés de ’Ambassade de
France en Haiti et Directeur de
VInstitut Francais d’Haiti.

Lion eut également au cours
de cette brillante cérémonie, Voc
casion Wentendre, exécuté™ par
un groupe d’éléves du Centre
pour VEducation Préscolaire, le
magnifique «Hymne de la Jardi-
nieres -- oeuvre “conjointe de
Melle Marie - Thérése Colimon
et. de Mme Micheline Laudun
Denis; ainsi que !HYMNE ‘DE
VOMEP HAITIEN» dai au ta-
lent de Mme Jacqueline Turian
Cardozo Présidente de l’OMEP.

Avant de déclarer «fermés
les travaux du Premier Séminai-
ve Pédagopique de VOMEP»s Ma
dame Gladys Wagner remercia
avec effusion tous ceux qui a-
vaient concouru au succés du Sé
minaive et fit part A Vassistance
des plus prochaines activités de
& savoir: Vinaugu-
ration d’une BibHothéque Péda-
gogique — Vexposition d’un lot
de matériel éducatif de fabrica-
tion locale etc.

gn présentant nos plus cha-
leuwleuses {Glicitations au Comité
Haitien de }OMEP pour ce bril
lat Séminaire, nous renouvelons
nos sincéres hommazes a Pémi-
nente pédagoguc francaise Ma-
dame Suzanne Werbiniére - Let
bert et lui souhaitons ufe agréa
hle fin de séjour dans notre fle
magique.

Marie - Carmel LAFONTANT.

Coursde

Comptabilite

industrielle a
PIHECE

LInstitut des Hautes Etudes
Commerciales et Economiques
annonce Vinauguration d’un
Cours Intensif de Comptabilité
Industrielle qui commencera le
Mardi 13 Mai prochain et p-en
dra fin le jeudi 18 Septembre
1969, ey
L’objectif de ce Cours est de
permettre aux Comptables, éco-
nomistes, chefs d’entreprises et
& tous éeux
postes de

responsabilité de se

familiariser avec les techniques
modernes de détermination, d’en

registrement, d’analyse et de rap
port de cofits de production.

Le plan du coure est le sui-
vant :

A) NOTIONS GENERALES

1. Concept de cofit — Diffe-
rence entre coit et frais.

2, Fonetions de Comptabilité
industrielle, Son importance dans
de développe
ment,

3%. Plan comptable --- Comp-
tes de contréle de cotits — Pré
paration de budgets — Techni-
ue et procédure générale.

B) DETERMINATION
ET ENREGIST'REMENT
VES COURS
DFE PRODUCTION

1. Fabrication sur commandeys

2, Fabrication uniforme et con
tinue,

3. Produits conjoints et sous-
produits.

4, Coits estintatifs,
5. Cofits standards.
6. Comptabilité par
vesvonsabilité,

Méthode des coiits varia-
Dies ou Direct Costing.

C) ANALYSE ET RAPPORT
DE COUTS

1. Analyse de cofits.
mes de gestion exigeant
se de coits.

2. Rapport de cofits: Rapports
comptables — Analyse et era-
phique du seuil de rentabilité.

Les cours seront dispensés de

cent es
de

Proble-
Vanaly

4:30 & 5:0 P.M. les mard’s et
jeudis,
Les inscriptions sont reques

tous les jours ouvrables au local

de VPIHECE, Champ de Mars
“Mo 81, de 8:00 A. M. a 2:00

P.M: et de 5:00 & 7:00 P.M,
Pour tous rense'gpnements

“ complémentaires, adressez - vous

au Secrétariat de VIHECE ou
téléphonez au 65458. Les candi-
dats des villes de province qui
voudraient suivre le méme cours
par correspondance peuvent 6é-
crire & Vadresse suivante :

Institut des Hautes Etudes
Commerciales et Economiques
Box




qui oceupent des”



















LE MESSAGE DU PRESIDENT DUVALIER —



: (SUITE);

et de 1957 bouscula le fragile: pou

voir exécutif qui. treposait< sur Iw”

frivolité et la: futilité.La cons-
cience ouvriére et paysanne se ré
forma. autour’ des luttes qui --a-

- vaient été “abandonnéeés “et elle ‘se :

durcissait, “se “raidissait -en “face
des ‘manoeuvres: et des subtilités

doffres dont le conteriu-réel re-..

Ppoussait ‘les: conquétes sociales et
économiques’ en deca de-1946.. Un
syndicalismeé plus--viril. émergeait
des conditions :de ‘vie- que-posai:
la réadaptation des. fonctions .de
‘VEtat aux -exigences historiques

et Vaccroissement :de ‘la. producti-

vité, en plus .-de“l’augmentatio2
du volume de la production, amé-
nant une amélioration du salaire
et de la. consommation, un reléve
ment du-standard-de vie Que
traduit dans le domaine de l’acti
vité économique -si.ce n’est le
meilleures conditions: de vie par-
une production améliorée, ratio-
nalisée ?. Vivre ‘mieux en’ produi-
sant mieux signifie utiliser le pro
grés technique..en en soudant
tous les aspects afin de retrouver
Punité de lactivité
Cette orientation est l’un des faits
Jes plus marquants de notre civi
lisation industrielle elle favo-
rise l’évolution «dans un sens con
forme au bien’- étre matériel et

4 Péquilibre intellectuel de Hom

me», Elle ne la fovorise pas sev-

lement, elle.permet de la prévoir, -

de la contréler, de la régulariser,
de laystabiliser en diminuant la
durée hebdomadaire du travah,
en éliminant les crises économi-
ques et les crises de chémage, eu
remédiant 4 Vinstabilité et aux
disparités deg prix, en un mot,
Vaccroissement de la productivité
du travail tend @ provoquer la si
turation des besoins humains. Cet
accroissement est la pierre angu-
laire de l'économie haitienne d’au
jourd’hui et de demain.

Que nous considérions la’ pro-
ductivité comme le rapport de la
production 4 la quantité de tra-
vail fournie par cette production
ou que nous la définissions ‘com-
me le rapport entre la production
et un des facteurs de la produc-
tion, la définition essaie de lier
Vefticience du travailleur et la
qualité du travail et cette liaison
est fondamentale pour le dévelop
pement économique de In commu
nauté -haitienne. La fixation de
la notion de productivité pour un
produit ou pour une entreprise ai
de 4 mesurer les changements ap
portés & Vutilisation des forces
productives. Dans ce domaine, V’é
economie haitienne souffre de re-
tards et pour que la productign
de Vhomme haitien, but primor-
dial de ma politique économique
et sociale, avance avee régulari-
té, ne faut-il pas que, dans Vin-
dustrie comme dans Pagriculture,
nous produisions mieux, avee plus
defficience, avee plus de rations
lité ? En proposant 4 mes conci-
toyens l’année dernitre le théme
de la productivité, parmi d’autres
tout aussi importants par leurs
effets sur Vévolution de notre éceo
nomie, j’essayais de sérier les as.
pects du probléme de notre dé-
veloppement économique et j’indi
quais au sceteur public autanc
qu’au secteur privé la voie a sui-
Vren ,

Des facteurs, tels que le climat,
la répartition géographique des,
matiéres premiéres, la politique
fiscale, organisation du marché
du travail, les conditions du trans
port; des facteurs techniques et
dorganisativi, tels que, le degré
d'intégration, l’équipement, le per
sonnel, le volume et la stabilité
de la production; des facteurs hu
mains, tels que, la composition
de la main - d’oeuvre, les salaires
de base et salaires de stimulation,
les loisirs. les relations entre te
travaj] et la direction, influent
sur la productivité, et ils-la re-
tardent ou l’accélérent, Les nom-
breuses enquétes et études rassem
plées sur les économies sous-
développées fournisent des indi-
cations précieuses sur les possibi
Jités de progrés et, en régle géné-
rale, i] est admis que, par la seu



Convocation

Les Membres du Comit. . du
k. C. H. sont convoqués 4 une
séance Spéciale qui se tiendra e1
la résidence de Mr. Gérard: RE-
SIL sise au No. 38 de la Rue
GBEFRARD le Lundi 5 Mai a
f heures 30 P

Pour le Comité ates. H.

Re:é VERTUS
Secrétaire Gé iérat

P-au-Pee. le 2 Mai 1969

Allez & la plage. Allez a






économique. *

‘
‘
8
|

la campagne, car voici lés. vacances.

Mais allez avec un tube de WASPEZE...... C'est un produit
remarquable et étonnant qui fait oublier les piqires de guépes,
de moustiques, et punaises. WASPEZE est efficace méme contre
la grattelle de la mer, Les effets sont instantanés. Les douleurs
des morsures et des pigires disparaissent aussit6ét qu’on applique
WASPEZE.

Vive la campagne. Vive la plage. Allez y, allez y en passant
d’abord prendre votre WASPEZE a

Don Mohr Sales Corp.

le amélioration: des _méthoues de
travail; Vacéroissement dé pro-
Auction réaligable }dans Vagricul-
ture traditionnélle petit @tre doa
blé* ou “triplé:

Les résultats du Iléme Congrés
National du: Travail: préciseronz

la-nature dé'l’effort a réaliser pour

utiliser la‘vechérche ‘agronomique:
pour former ‘les -paysans étlés*6u
vriers, pour choisir le “investisse-
ments matériels,: pour --générali-
ser l’usage des engrais ou pour
perfectionner l’outillage, et pour
améliorer les structures - foncie-
res. La transformation du niveau
de notre production exige la for-

mulation d’une politique de produ:

tivité ok domineront che’ et l'économie des moyens les
plus rares», Et cette politique in-
téresse au plus haut point’ un
pays csurpeuplé comme le nétrés.
La productivité de eau, de la
terre, c’est-a-dire, une meilleure
utilisation de la quantité d’eau et
de térre doit économiser eau et
la.terre et elle crée les moyens
de sortir du sous - développement.
En étendant cette Politique '
productivité 4 tous les domaines
de l’'activité économique, la com.
munauté haitienne franchira les
obstacles techniques, natureis. et
humains, et elle dégagera les pos-
sibiiltés de provoquer. le dévelop-
pement économique par la créa-
tion de surplus. et d’accumuia-
tions qui rompront les barriéres
‘de la routine. A ce niveau, ]'1n-
vestissement intellectuel et la pro-
ductivité degissent’ comme une cau
se dynamique et la politique de
croissance devient un centre d’in
novatfons constantes. Les -techni-
ques de la. productivité porte-
ront chaque professionnel ou cha
que manuel 4 repenser constam-
ment json métier, son activité, 4
le réadapter aux. conditions ¢han
geantes d’une économie qui se 10
dernise. Le progres technique au-
quel nous visons s’obtiendra gra
ce & la productivité, et le grand
espoir de la Nouvelle Haiti rési-
de dans ce progrés lié de. lhom-
me et de la machine, le rapport

en!re l'investissement intellectuel _

et la productivité qui distinguent
essentiellement la société humai-
ne et déplacent sans cesse les
Merspectives finies pour ouvrir
Vhomme & un monde qui commer
ce et recommence indéfiniment.

Dr Francvis DUVALIER ,
Président & Vie de la République

(oe GSISLSALSLSSIS SSSA Sy

Le plus beau jour arrive
‘pour votre enfant
LA PREMIERE
COMMUNION

AU MONDE CHIC

a tout prévu pour
la circonstance
broderie, organdi, dentelle,
popeline, batiste de coton
minicare, tous de la Suisse.
Batiste de fil,‘ linon,
toile de fil erépe georgette
brodée et unie, tergal.
Les mamans qui doivent
ussister A cette grande
cérémonie trouveront
un .grand choix de tissus
et celles qui attendent
un BEBE trouveront
_des robes brodées en batiste,
opal, dacron et simili,
de petites chemises ainsi que
des draps brodés, couchettes
et moustiquaires
aux nuances variées.

AU MONDE CHIC

_convie le public élégant
a venir visiter ses rayons
Rue du Magasin de Etat

— 89 — :

eg SSL LLS SPS ASA A

8 AVIS

Pour répondre au veeu de la
Loi, Je soussigné informe

Suite & un jugement rendu.
par le Tribunal Civil.en audien’
ce publique du treize Mars Mil
Neuf Cent Soixante Neuf admet
tant le divorce des époux Anel Jo
seph la femme née Marie Nati-
vita Gertha Sainterlin, les for-
malités légales préalablement rem
plies, Maitre Anel Pierre Offi-
cier WEtat Civil de Pétianville a
prononcé le vendredi 2 Mai en








cours en présence des témoins
‘Adrien Lavache et Albert Des-
cartes amenés par Vlépoux de-
mandéur, la dissolution du ma-
vinge et en a transcrit l’acte
dans ses registres.

le 3 Mai 1969

P-au-Pee.

ARNOLD BLAIN.
Avocat.



Feu Vert — Allez-y

‘

-ececsonnoossssecaccessccsszec!




LArtiste H. Charles
etlebustede —s.
Carl Brouard

Crest au talentueux -sculpteur
et artiste notre distingué compi-
patriote Hubermann CHarles que



(Administration Communale ‘de

- Port-au- -~Prince avait confié le

soin. de préparer le busté du __

grand poete Carl Brouard. | :
Hubermann qui s’est mig au.

travail avec ce goat du inétier ét
une véritable conscience profes- :
sionnelle a pu; semble-t-il; réali- ~
ser ce. que lés:connaisseuys Appel
lent “an= Chef: d’Oeuvie ad’ Art.
C’est ainsi qué Je“nouveau Mai
re de’Portau-Prinee maitre Freda
ric -Desvarieux qu’ accompagnait
lun .-de -ses: ¢ollaboratenrs:immé:
diats, VEdile Marcel Allgustin “a
tout récemment “réndu Visite -anx.«
‘ateliers -d’Hubermann °Charles-en
vue de sé fendre conipte, de visu,
de la qualité de Voeuvre:
Rappelons que lé-buste de {Carl
Brouard doit, selon les recomman
dations de Son Excellence le Pré
sident 4 Vie de. la République,
étre érigé sur la place qui, & la
Croix des-martyrs & Port-au-Prin
ce, porte le nom de Villustre ‘pod. |

essence
«Une. ombre au...
(SUITE) a
biité aura. étéVécartée, elf laisse
va gous-entendre entre Raoul et:
Eugénié des relations _coupables.
eDevant -la brutale réaction de
Mme. Granchamp qui a_pleine
confiance en son mari, Margot
osera prétendre faire ~plutét
allusion. aux relations* entre .
Mauricé et Eugénie qui n‘avaient
plus rien de fraternel, ‘depuis
qwils . avaient déceuvert’: qu’ils
nétaient point frére et soeor. La
rumeur publique soutenait
toujours Mme. Jeanty, patlait de
secrétes fiancailles entre ses:deux
Jjeunes-Gens. Et toutes “ ces
manigances,. rien que pour .caser
sa fille Judith, superticielfe * et
sophist quée, jouant =a LA
JEUNE FILLE TRES COMME.
IL FAUT. in f raison de sa
. grande Amitié Pour la .mére
de Judith, Mme.. ‘ Granchamp
s‘accomoderait malgré tout dune
telle Brue, Mais Raoul qui-a les
deux pieds sur terre, lecteur.
assidu de Rousseau, espr-t Tucide
et libéré souhaitait de tout coeur

ce qui finit + par arriver
MAURICE ET EUGENIE sont
amoureux lun. de Vautre et

désirent s‘épouser.

Et Mme. Granchamp de réagir !
Elle parle du Quand dira-t-on, -et
patati et patata; elle se demande
ce que penserait la Société en la
voyant unir son fils 4 une enfant
trouvée, une enfant dont on
ignore’ méme les origines. Or, un
soir, Ie soir des vingt-et-un ans
WEugénie, hoist pour étré” celui

des fidngailles officielles, “Raoul
se charge de d ssipér’? qui voilait le tableau. HH parle

de Vamitié gui le diait A la mere
Wkeupéenie, Explique comment en
meurant, celle-ci lui deimanda de
veiller sur sa fille. O Tronie des
choses, véritable coup de thédtre,
il révéle le role décisif joué par
‘la mere d'Eugénie dans son
mariage avec Margot. Mme.
Granchamp énue jusqu’aux
“lurmes, se rappelle effectivement
les hésitations de Raoul é se dé-
cider, bien qu'elle fait = déja
enceinte de trois mois. Elle se
laisse convaincre, donne — enfin
son assentiment. *
Piece écrite dans une
chatiée. Inturprétée
lément par Max Kenol,
Granchamp ); Ginette Thony
(Mime. Jeanty), amie de Mme.
Granchamp), Celle-ei’ domina lit-
téralement la scene. (Lyne TLe-

langue
mapristra-
(Raoul

moine dans le réle de Judith),
Harold Andrieux dans celui” de
Maurice Granchamp)_ Eveline

Moreau (Eugénie)> Entin Dénise
Lallemand dans ‘le réle de

Margot, (Mme. Raoul Gran-

champ), qui gagnerait 4 montrer

plus de natuvel surtout dans la

premre Scéne. Enfin Maurice

au moment de faire son aveu.

Devént Vémotion de la fille

fondant en larmes.' [1 eut été

tellement plus naturel, * plus

logique que Maurice prit ‘Eugénie

dans ses bras, au lieu de patler a

nen plus finir. | Remarques’ qui

v'enlévent rien a da valeur de la

piece, Vérité, Réalité, Vie, tel est -
le trait dominant, de: | «UNE

OMBRE AU TABLEAU, drame

de Grégoire EUGENE qu'il faut

avoir Vu. ,

Laurore ST-JUSTE.-

LES E'PATS-UNIS ET

L'EVOLUTION DE ©
LA SITUATION MONETAIRE
WASHINGTON (AFP) 7
‘Le Président Rithard Nixon
s‘est entretenu vendredi matin ‘de
Pévolution de la’ situation * moné-
taire internationale avee son Se-
crétaire au trésor, M. David
Kennedy.
La réunion de travail i la tré-

sorerie était principalement con-
sacrée i lu ‘réforme fiscale enn
préparation aux Etats-Unis.

Mais le porte-parole.de la Maison
Blanche .a indiqué qu’il avait
également été question du systé-
me monétaire international] et
peut-étve aussi d’une éventuelle
modification des, parités des
monnaies curopéennes.

Dans les milieux de la tréso-
rerie,'on continue a penser que
les remous Provoqués sur le plan.
monétaire européen piir la démis
sion du général Dé Gaulle ne
“provoqueront . pas une nouvelle’
crise monétaire, et surtout pas
une crise monétaire affectant: le
dollar, On:.-se rejouit de la bonne
tenue du marché de lor,

De Son cété, le fonds monétaire *
international gardait vendredi son
ealme habituel, A la suite “des
rumeurs persistantes _sur....une®
Jiimente revaluatio du: ia










i
t