Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text







“QUOTI

LE PLUS ANCIEN D’HAITI
FONDE EN 1896

Directeur - Adfninistrateur :
MAX' CHAUVET

DIEN

dle

7 MEMBRE DE L’ASSOCIATION










0



INTERAMERICAINE DE PRESSE



ADRESSE ° 1



‘ -B0. BOX

RUE DUCENTRE
No. 212



PORT-AU-PRINCE (HAITI)
: PHONES : 2282-2432 _
: 1916 ,




+



No 27.756

* EME ANNEE



— Les Entretiens

PARIS (AFP) — .
Pour la premiére fois depuis

de nombreuses années un vérita
ble djalogue Franco - Américein
sengagera demain soir avec In
rencontre du Président. Nixon et
du Général De Gaulle. Si les re-
lations entre Paris et Washing
ton connurent dans un passé ré-
cent des passages difficiles,
c'est dans un climat apaisé que
le nouveau Chet de lAdministra
tion des Etats Unis arrive ven-
dredi en France. Il y est atten
duo avee oun préjuge favorable.
On n'a jamai, caché a Paris que
son ouverture d’esprit eb son
plap’matisme étaient d’autant
pus appréciés qu’on avait regret
té le voté dogmatique de la poli-
tique démocrate. Il est done trés
probable que les contacts entre
le Président des Etats Unis et
les dirigeants frangais se dérou
feront dans une atmosphére ou
de part et d’autre, on remarque
ra un maximum de bonne volon
te, .

Les conversations
prendront toute leu;
sur le plan psychologique, car
elles consisteront esscntiellement
en des échanges de vues sur les
grand, problemes internationaux.
Pas plus que dans les autres Ca
pitales visitées par M. Nixon, il
ne sera question de néyocier ni
de s‘entendre sur des décisions
communes. Le Président améri-
cain entend écouter et recueillir
de, avis, Nul doute qu’a Paris
sa curiosité ne soit particuliére-
ment éveillée, en raison ‘méme
de la yolonté d’indépendance ma-

de Paris
importance

nifest¢e par la politique fran-
caise. an

Aucun ordre du jour nest fi-
x pour le déroulement de ces

entretiens qui dureront vendredi
et samedi huit heures an total.
Il va de soi que Jes themes prin
cipaux seront le Meyen - Orijent,
VEurope, les relations Est
Ouest, le Vietnam, sans négliger
ie Systeme monétaire inernatio-
nal,

Sur Ie Moyen Orient, M. Ni-
xon a déja dit quwil attachajt
une grande importance & connai
tre les avis de Ia Grande - Bre
tagne et de la France, toutes
deux ayant des responsabilités
particuliéres comme membres
permanents du Conscil de Sécu-

‘Nixon--De Gaulle

dans le Marché Commun, volon
té que le Premier Ministre Bri.
tannique. M. Harold Wilson

vient. de confirmer au Président
Nixon. Celui-ci entendra évidem
ment par la bouche de ses inter

locuteurs frangais un — certain
nombre d’arguments opposés. Le

controverse Franco - Anglaise
sur l’entretien que le Général
De Gaulle a eu avec lAmbassa-
deur Britannique M. Christoper
Soames, scra probablement évo-
quée. On tiendra sans doute du
eété farncais a renouveler [es
mises au point déja faites.

L’analyse des relations Est -
Quest soulévera la question de
la discussion que Washington
souhaite ouvrir avec Moscou.
Ia France a toujours marqué a
cet ‘gard qu’elle entendait me-
ner sa propre politique de déten
te et Wenvisage done pas de don
ner un blane-seing aux Etats -
Unis. Quant au rdle futur de
VO.T.A.N., si la France n’a pas
Vintention de quitter 1l’Alliance,
elle ne souhaite apparemment
pas que celle - ci soit resserrée,
comme senrble te déstter Mo Nie
xon,

Sur le Vietnam, un rapproche
ment des vues frangaises et amé
ricaines est déji& Intervenu. La

France a salué la décision de
Washington Warréter les bom-
bardements. Du cété a'méricain.

on a été sensible aux efforts du
gouvernement de Paris pour fa-
ciliter Pouverture de la négocia
tion.

La réforme du syst¢me moné

taire international sera aussi au
centre deg conversations de
Trianon. Les droits de tirage

spéciaux sur le Fond Monétaire
International ont tenu une lar-
ge place dans les entretjens de
M. Nixun avee les dirigeants
britanniques. I! est apparu par
ailleurs que Ie gouvernement A-
méricain comme nombre de -
gouvernements européens
west pas cn faveur de la réu-
nion d’une eonférence monctaire
internationale. A Paris, ot Von
avait souhaité cette réunion, on
est depuis quelque temp, averti
de la position américainc.

Tl n’en reste pas ‘moins que la
conjoncture jnternationale exi-
ge une entente des Grandes
Puissance, dans le domaine mo-



rite, [1 est vraisemblable que du nétaire, Les conditions envisa-
cote francais, on insistera sur pées par Jes uns ct les autres
Vurgence de la concertation a pour la recherche d'un aceord
quatre, demandée par Paris, sur ee terrain seront un des élé-
, : ments les plus importants. Et
Les problemes curopéens res- peut étre les plus délicats —
tent dominés par la volonté de des échanges de vues Franco -

tn Grande - Bretagne d’entrer Américains.

e e e

1xon — Kiest

‘ /
BONN : ‘ crétaire au trésor, M. David
: ; Kennedy. M. Kiesinger a expri-
Les entretiens americano- al- yyé gon’ accord.

lemunds menés depuis mercredi Sur le plan commercial, — al-
matin i un rythme accéléré, 8€ lemands et -uméricains * ont sou-
sont achevés par un diner de jigné que plusieurs questions
travail qui a réuni le Président ¢pineuses nécessitaient des con-
Nixon, le Chancelier Kiesinger, yuttations plus suivies entre Was-
leurs Ministres des Affaires E- hinpton et Bonn. Elles seront
trangéres et leurs conseillers gpordées dans un mois lorsque le
dans les salons du palais Schaum = Gucrétaire du M.

burg. .

{ue probléme de Berlin, la réu-
nification de lAllemagne, le
Moyen Orient, les questions mo-
nétaires et commerciales et, de
nouveau, les relations Est-Ouest

ont figuré a Vordre du jour
des entretiens, de l’aprés-midi
qui se sont déroulés pendant

deux heures en petit comité.

Faisant une entorse a son
horaire pourtant si serre, — M.
Nixon a eu a faire une visite

surprise au Bundestag, comme il
Yravuit fait la veille & la Chambre
des Communes et comme il le
fera, peut-étre, 4 Rome et a
Paris. . ;

M. Nixon aura consacre pres

de dix heures a tater le pouls
de ses alliés allemands. Si les
négociateurs ont taillé dans le

vif de tous les grands sujets qui
intéressent ]’'Allemagne, il ne
semble pas quiils soient allés au
dela du stade exploratoire..
En ce qui concerne la crise
du Moyen - Orient, M. Nixon a
informé son interlocuteur des
préliminaires a, une concertation
h quatre, I} a exposé en détail
jes vues de son gouvernement
et soul'gné que les grandes puis-
sances ne doivent pas chercher
a imposer une solution ‘dans
l'espoir de désamorcer la poudrié
re. Snr Jes questions monétaires,
M. Nixon a été plus explicite :
ll s'est déclaré opposé a un
@%ommet monétaire en soulignant
que le moment ne lui paraissait
pas propice. En revanche, il a
préconisé des canversations pbila-
térales et invité les représentants
de la R.F.A,, comme ceux
d'autres pays européens direc-
tement intéressés-& Ja question,
venir rendre visite a son Se-







Commerce,
Maurice Stans, visitera la capi-
dale de la R.F,A. a Voceasion
‘d'une importante mission euro-
peenne.

Rien n’a été décidé en ce qui
concerne les compensations en
devises, sinon de réunir un
groupe d’experts qui vont s’atta
quer aux problémes.

La conversation en est alors
venue au traité de non proliféra-
tion nucléaire. La délégation de
la R.F.A. a souligné qu’avant

(Suite en derniére page)



Arrivée du Nouvel
Ambassadeur
d@’Argentine

Aujourd’hui sont arrives a f'oic-
au-Prince Monsieur Juan Anto-
nio Pardo Argerich, nouvel Am-
bassadeur Extraordinaiye et Pleé-
nipotentiaire de l’Argentine cu
Haiti et son épouse née Elena Ro
sa Amalia Carranza Fert.

Le prestigieux Ambassadeur
Pardo Argerich compte’ 30 0 ans
de carriére diplomatique. Fn
1943 il. fut Chancelier au Consu
lat Argentin & San Francisco do
Sul (Brésil); de 1947 & 1950 Con
sul Adjoint & Lisbonne et titulai
re du Consulat a Porto (Portu
gal); Conseiller d’Ambassade au
Nicaragua de 1952 4 1953, trans-
féré a ce méme titre & La Hava-
ne ou il demeure jusqu’en 1905 cv
en Equateur de 1957 a 1958. 2Mi-
nistre Conseiller d’Ambhassade su
Puraguay de décembre ty62 i
septembre 1963 et en Bolivic jus
qu’a mai 1966. En qualité de Mi
nistre Plénipotentiaire il tut
Sous - Directeur et ensuite Direc
teur du Département Asie et O-
ceéanie de la Chancellerie de juil-
let 1966 jusqu’éa sa récente nomi-
nation.

Il a rempli d’impértantces Mis-
sions Officielles dans divers pays
de l'Amerique Latine, méritant
ainsi plugieprs décorations.

M. le Doeteur S. Armando Zi-
to, Chargé d'Affaires de l’Argen
tine, aprés 3 ans en Haiti, a é“
transféré A VAmbassade de soi.
pays & La Haye (Pays-Bas). It
compte laisser Port au-Prince le
18 Mars prochain. ,

LtAmbassadeur d'‘Argenitve a
été accueilli a son ariivee par 1c
Chef du Protocole, PIntroducteur
des Ambassadeurs, V’Ambassa-
deur de Colombie et sa femme,
le Chargé d@Affaires d'Argenti-
ne et sa femme ct le persennel
de l'Ambassade.

Nous présentons nos: souhairs
de bienvenue au distingué Diple-
mate ainsi que nos voeux de fruc
tueuse mission en Haiti.





Pour préparer
le 2eme Congres
du Travail

Le Comité Chargé de coordor-
ner les préparatifs du deuxiei+
Congrés National du Travail a-
vait réuni avant hier en sou lo-
cal de ’Avenue Marie Jeanne it
la Cité Dumarsais Estimé les Ins

pecteurs des Affaires Sociales
des différentes juridtevions du
pays. .

La réunion qui avait pris ‘¢

caractere d’une table runuy était
présidée par Monsieu» Max Vou
chard, Secrétaire Générai au Dr
partement des Affaires Sociales
quassistaient MM. Carl Hérard.
Emile Legros et Nerva Antonin.

Au cours des entreliens = qui
ont été particuliérement = frne-
tueux, les inspecteurs »ec sont en
vagés & présenter chacun ex
une communication objcetive ivi



prochain Congrés Nationsi = du
Travail qui, comme on le gait,

tiendra ses assises & Port-au-
Prince au cours du mois d’Avri!

“de eette année.

Avertissement
du Front National

de Libération
HONG KONG (AFP) —

Toute reprise des bombardc-
ments sur le Nord-Vietnam par
les Etats Unis ott leg forces Sud
Vietnamiennes — sera intmédjate-
ment suivie de représailles cing
ou dix fois plus violentes contre
le peuple Sud-Victnumien, a dé
claré aujourd’hui la radio du
Front National de Libération cap
tée kh Hong Kong.

Dan, cet avertissement adres:
sé aux Etats Unis et au gouver
nement Sud - Vietnamien, la ra
dio du Front a poursuivi: Rap
pelez-vous que plus de 3.000 a-
vions ont été abattus au cours
des bombardement, sur le Nord-
Vietnam sans que les Etats Unis
aient pu enregistrer le moindre
suecés, Cela c’est une legon dont
vou, devez vous souvenir.

JEUDI 27° FEVRIER 1969



‘Notre Chronique de Langage

Le Francais, tel qu'on le parle

par le Dr: Pradel POMPILUS

Mesdames, Messicurs, bonjour

Je m'excuse Wavance du carac-
tére un peu haché que prendra
mon émission d’aujourd’hui. Ce
décousu. viendra de ce que j’ai
Voulu répondre au voeu de te!
ou tel de mes auditeurs en ré-
solvant rapidement — certaines
questions qui m’ont été posées :
& trop les taire attendre, je ris-
que de décourager leur intérét:
jai done décidé, une fois en pas
sant, de sacrifier ma mtéhode &
la” curiosité d'une partie de mon
auditoire.

D'abord, & ceux qui voudraient

voir cette émission se transfor-
mer en cours de frangais élémen
taire, je dirai que tel n’en_ es!
pas le but. Elle n’est pas. desti-
née & des débutants ni 4 la for-
mation des maitres de francais
fondamental, pour l'instant du
moins. L’Institut Frangais dixpo
se de beaucoup de cours de ce
dernier genre avec disques ou ru
bans magnétiques, mais il estime
que la place en est plutét & l’éco
le primaire : les maitres qui s’y
intéressent devraient contacte:
le directeur de VInstitut.
* Y-- Voici "d’abord quelques pe-
lits problémes . de redressement
de prononciation que jai da ré-
soudre pour mes éleves, mes ¢!v
diants et pour moi-méme :

Jo) Le nom de ce magistra!
francais qui a défendu Louis
XVJ devant Ja Convention et fut
puilldtiné sous la terreur, — est
Malzerb, bien qu'il s‘écrive Ma-
lesherbes.

99) Les Condé étaient ducs
WVEnghien Cisez : Enguin) et ce
aon se trouve en particulier dans
lex derniers vers de !Fpitre VI
de Boileau a Racine :

Pourvu qu’Enghien en soit tou
ché, que Colbert et Vivonne,

Ia Rochefoucauld, Marcillac
et Pomponne

A leurs iraits délicats se lais-
se pénétrer.

30) Dianres Pierre Fouch¢,
Traité de prononciation franga!
(Klincksieck, 1956) le nom du
célébre cardinal qui, a attaché
son souvenir a la fondation — de
yAcadémie francaise et a Whis-
toire de la monarchie absolue es
lichelieu, bien qu'on entente
parfois Richlieu.

4o) Le mot franeais qui s’écrit
v-a-r-s et qui désigne familiérc-
ment un gargon, un jeune hom.
me, se prononce ga. Dans les pie
ces de Courteline, il s‘écrit p-a-s
Cependant Vr, qui disparait au
masculin, est rétabli dans le fé-
minin «garees, qui aurail dt s’¢-
crire parse. Notons en passant
que «garce> a un sens péjoratif
qui n’a pas atteint le masculin
vpars» (fa) : il désigne dans la
langue populaire une fille de
mauvaise vie ou une femme me:
chante ,désagréable.

5o) Le finale de Vadjectif’ in-
défini quelque s'¢cril toujours.
mais ne se prononce pas devant
voyelle ou h muet :-quelqu (¢e.
accident, quelqu(e) objet, quel-
qu(e) histoire, quelqu(c) illusion,
de quelyu(e) utilité, quelqu(e)
étourdi qu'il soli; il en ext de
méme de Ve final de «presques,,
qui s’élide seulement dans pres-
qu’ile : presqu(e’ invisible, pres
qu(e) illisible, presequ(e) escla-
ve, presqu(e) obscurci, presque)
unique, presqu(c) abattu. *

su,










Vol d’Apoilon 9
renvoyé a lundi
CAP KENNEDY (AFP)



La Nusa a décidé de remettr
de trois jours le lancement dA
pollo 9 en raison de Pétat de
santé des troi, cosmonautes, Us
décolleront lundi a 11. heures Jo
‘ale (16.00 gmt) duo Cap Kenne
dy.



Hommage au grand missionnaire Spiritain
LE. REVEREND PERE HENRI GORE

TEMOIGNAGE DE

UNI

Discipulus est priori posterior
dies, (Le lendemain est Véleve
de la veille) Publius Syrus
«Sententiaer.

x x xX

L’Heure du choix était arrivée.
Fallait-il envoyer Henri au
centre d'apprentissage agricole
du chef-lien du canton ou a la
maison familiale d’apprentissage
rural, a Granville, ou bien,
obtenir, par Vintermédiaire, soit
du député, soit du représentant
conseil général, une

du ¢Anton au ;
pourse pour Ie petit collége de
St-James, l’école primaire su-




ieure d’Avranches ou le lycée

‘Dimanche 2 Mars a5h, 7het9h

Mw

Vor

par Gérard JOLIBOIS
ae
DIFFICILEMENT

ATION

de Coutances,
manifestait une
lante ?

Mais, vu les ressources pre-
caires de la famille, serait-il pré-
férable de le conserver comme
aide, a la ferme, puisqu’il ste
révélait un excellent berger, qui
savait comprendre: les boeufs et.
se faire comprendre deux ?

Le garconnet devait lui-méme
décider car les parents, sans” le
savoir, avaient déja influé sur la
résolution de leur progéniture.

VOX DEI

Matin et soir, Ja priere en

commun était récitée fidélement

puisque l'enfant
intelligence hril-



GRATITUDE DE LA FAMILLE JOSEPH JOLIBOIS fils

ACCOMPLIE

sous le manteau de Ja cheminev.
La maman n’abandqnnait jamais
son livre de priéres, trouvant
toujours un instant pour y lire
une courte oraisbn. Quant au
pere, n‘avait-il pas, & Vorée du
verger, sous Ja tonnelle couverte
de plantes grimpantes, aménage
un oratoire, surmonté d'un cru-
cifix et consacré a la Vierge,
St- Joseph, St- Benoit, St- Roch,
devant lequel i] venait se mettre
& genoux, chaque soir, sur un
agenouilloir de bois, lustré par
Vusure ?

(Voir suite page 2)

Go) Le mot frangais qui s’écrit
poéle se prenonce poil (phonéti-
quement pwal), qu'il s’agisse du
poéle, drap funcbre sorti du la-
tin pallium, du poile a chauffer,
sorti du latin pensile ou de la
poéle a frive, issu du latin pa-
tella, I] en est de méme des mots
de la méme famille poélée (pwa-

16), poélon’ (pwalon), poélier
(pwalyé).

7o) Si le p ne se prononce pas
dans (se(p)t, se(p)tieme et se(p)
tiémement, il se prononce

tennat, septante, septembre, sep-
tembriseur, septemoir, septennal,
septentrion, septain, ete.

80) Le p initial se prononce
dans pneu, ainsi que dans les
mots de méme hase : pneumati-
que, pneumonie, etc... Dans pneu,

le p a une valeur distinctive : il
permet de différencier, dans la
langue parlée, le pneu et le
noeud, un pneu et un noeud.
90) Lé p initial se prononce
également dans psaume et Jes

mots de méme base": psautier,
psalmodie, psalmodier—

400) On pourrait se risquer 4
avaneer qu’en créole haitien Vo
fermé sous Vaccent n’existe par.
De plus, en frangais il n’y a
quan tout petit nombre de pai
res de mots qui se distinguent
par Vopposition d’tn o fermé i
un o ouvert noté'o ou au: Pau-
Ie — Paul; méle — molle; elle
saute — elle est sotte; la cote —
la cotte; la cdété — la cote; le
votre —- votre; le nétre — notre.
Le substrait créole, le peu de ren
dement de Voppositiones o qui dé



Arrivée de Nixon a Rome

ROME (AFP)

Richard Nixon est arrive a Ro
me, avant derniére étape de son
voyage eu Europe avec une heu
re de retard environ. fl a été ac
cueilli par M. Giuseppe Saragat,
Chef de l’Etat Italien, qui lui 2
jonguement serré la main avant
de lui présenter les membies cu
Gouvernement et notamment 41M
Mariano Rumor, Président du
Conseil et Pietro Nenni, Miristre
des Affaires Etrangéres.

Le Président des Etats «nis
aprés avoir écoaité les hymnes a
méricain et italien a passé en re
vue un détachement de l’Armce
de V’Air.

M. Saragat a ensuite prononcé
une allocution de bienvenue.

Répondant au Président itelien,
M. Nixon a notamment déclaré

Nous aurons des entretiens a-
vee Union Soviétique, mais a-
‘ant nods aurons des conversa-
lions avec nos alliés.

La Force de VAlliance est pluy
importante que jamais, a ajoute
le Président des Etats Unis, ct
VItalie comme membre de la Cou:
munauté euxopéenne peut jouer
un réle vital et constructif dans
les affaires du monde.

Aprés avoir serré @innombra-
bles mains des invités qui se trou
yaient dans les Tribunes puis sa
lué le public, M. Nixon a quite
VAéroport en compagnie de M.
Saragat pour se rendre au Pa-
lais du Quirinal.

La foule est peu nombreuss *
long du parcours qui conduit a
la demeure présidentielle, quel-

Yo

ques spectateurs erient vive Ni-

xon tandis que sur les murs @’un
certain nombre de maison; = on
peut voir des affiches condam-
nant Vintervention — americatne
au Vietnam,

xxx

Allocution de
M. Saragat a
PAéroport

de Ciampino

ROME (AFP)

L'ltalie est consciente de len-
wagement de la Nation américai
ne dans la reeherehe des condi
tions propres a garantir une
paix juste et durable entre tuus
les peuples de la terre, C'est ne-
tamment en ces termes que 4.
Giuseppe Saragat, Président de
la République italienne, a aceuell
li eet aprés midi le Président Ni
xon a VAG oport de Ciampino.

Votre voyage, monsieur le DPré
sident, a poursuivi M. Saragst,
revél done une grande importan
ce pour l'avenir des rapports e9-
tre les peuples qui adherent 4
YAlliunee Atlantique el comme
prémices des négociations — que
yous engagerez avee l’Union So
viétique, Mais, & ce grand dialo-
ue de paix entre |'Est et !’Oues!
Europe pourra apporter une con
tribution décisive si elle trouve,
en réalisant son unité la dimen
sion nécessaire pour dominer sor
propre destin. . :

Te Président italien w ensuite
rappelé que la cordialité des rip

REX-THEATRE PRESENTE :

dans:
les mots de méme famille : sep-

courage leffort explique peut-é-
tre la négligence que nous appor
tons & artieuler convenablement
les o fermés méme dans les mots
ot la fermeture de la voyelle est
notée par un accent circontiexe:
le péle nord, le Méle St Nicolas,
le véle qu'il a joué dans Vaffai-
re, un monéme, un polynéme, le
‘royaume de Dieu, Guillaume sont
souvent articulés 6 chez nous et
par les parleurs les plus cultivés.
L’o accentué reste aussi fermé
dans tous les mots ot il est suivi
des sons % ov v : une rose, une
pause, la pose, une dose, une cau
se, mauve et dans quelques au-
tres mots comme cyclone, zone,
‘faune, atome, idiome, axiome,
brome, chrome, fibrome, les fos-

il s’adosse ete...

-

Cependant on prononce uv dans
un tome, un astronome, un agro-
nonie, économe, carbone, matro-
“ne, madone, polygone, ozone, Pe-
tvone, bosse, brosse, colosse, il
écosse ete... .

11) A propos de quarante-deux,
rinquante-deux, ete...

Des ctudiants m’ont’ demandeé
i moi aussi, ‘ce que je pense des
prononciations telles que quaran-
n-deux, cinquan-n-deux. — Eh
bien, je les’ référe a ce qu’a ré-
pondu Piment Doux et je les ex-
horte a articuler soigneusement ;
quarante-deux; cinquante - deux,
trente - deux etc... Cependant j’a
jouterai que cette articulation
soigneuse n’est possible que dans
un débit lent et un style soutenu,

(Suite page 4 Col. 8)

ports Italo - Américains trouvait
son origine dans Vhistoire, la ci-
vilisation commune et les liens
qui se sont noués entre les deux
peuples par Vafflux de mullions
de fils de la terre italienne dans
la grande Patrie américainc.
xxx

Manifestation
anti - Nixon a Rome
ROME (AFP)

Au moment ot le Président Ki
chard Wixon arrivait au Palais
du Quirinal, prés de trois mille
manifestants, convoqués par la
Fédération des Jeunesses Commu
nistes, se sont rassemblés pré<

(Suite en derniére page)

ses nasales, il endosse ,il désosse,

AU FIL DES JOURS...

par Aubelin Jolicoeur

LE VOL D'AVPOLLO &
sera projeté demain a 14 h
a la Salle des Bustes

du Palais National

..Demain ‘soir a 7 heures sera
projeté & la Salle des Bustes du
Palais National le film sur le cé
lébre ¢Vol d’Apollo 8». ~

Cette séance cinématographique
sera patronnée par le Président
a Vie de la Républiqque et Mme
Frangois Duvalier. . :

«Le Nouvelliste, remercie bien
ssincérement le ‘Président et Mme
Francois Duvalier de leur aima-
ble invftation.

. “xx x

DR FRANCISCO F.
NOGUERA
urand Juge a la Cour Supreme
du Vénézuélu regu par

b.

le Président Duvalier .

.. Ce matin, & 10 heures, le
Président 4 Vie de la République,
Dr. Frangois Duvalier a regu en
audience privée le Dr. Francisco
Fernando Villasmil Noguera,
Grand Juge a la Cour Supréme
de Cassation du Venezuela,

Ce distingué visiteur vénézue-
lien arrivé dimanche par le
Vol de la Compania Dominicana
de, Aviacion et accueilli a l’aeéro-
port Francois Duvalier par MM.
Yves Massillon et Carl Alcindo!
du Protocole, a cu un entretien
(Pune vingtaine de minutes avec
le Chef d’Etat haitien.

Il a repris immédiatement
apres cette entrevue le Vol de la
Neminicana pour rentver a Ca-
racas vig Santo Domingo. :
Tl_a été salué a Vaéroport par
Carl Alcindor du Protacole.

x x xX
LE GROUPE DE 160
JOURNALISTES ET
AGENTS DE VOYAGE
imuités par la TCA arrivera
le 15 Mars .

.. Ce matin, s‘est tenue a
VOffice National du Tourisme ef
de la Propagande une trés im-
portante réunion sous la Direction
du Directeur Général Adjoint dc
VONTP, M. Ramah Théodore.

Cette réunion avait pour but
de mettre Iles membres de lAs-
sociation hoteliére au courant du
projet de la TRANS CARIB-
BEAN AIRWAYS d‘amener ici
le 15 Mars un proupe de Cent
Soixante Agents de voyave — et
journalistes pour une visite de
familiarisalion qui durera deux
jours.

M.

Tous les’ hoteliers de — Part-
au-Prince cet de Peétionville se
trouvaient ieunis ce matin a

VTOQONTP. pour preparer avee Mr.
Théodore et les autres membres
de cet Office “la visite de ces
Journalistes et Agents de voyage

Fred Pierre-Louis Manager de
VHotel Plaza et Wolfgang Wa-
ener, otelni de lHotel Splendid
ont 4t6 désipnés par PONTP ef
VAssocialion Hételiére pour arran

Le Maire Figaro s’adresse
a [Equipe Nationale

Messieurs les Equipiers de las Fédération Haitienne de Football

Nouvelle Haiti,

Depuis quelques temps, ici cl 2
létranger, la gloire sportive nous
accompagne. Curagaolais, ‘Trini-
dadiens, Jamaicains, Nord - Amé
ricains, Guatémalteques, Bresi-
liens, sont venus défendre au Ste
de Sylvio Cator leurs couleurs
sportives et équipt nationale a
su défendre les siennes en don:
nant la victoire au foot-ball hai-
tien. Lous ceux qui s‘intéressent
a Vavenir du football haitien en
ont congu une Iégitime satisfac
tion et en sont encouragés. Et le
premier parmi nous quia relan-
cé la compétition sportive entr:
les Gquipes nationales el a don-
ne son nom au tournei intercarai
be, je veux parler de Son Excel-
lence Ie Président & Vie de Ja Re
publique, le Docteur Francois DU
VALIER; Mécéne penéreux du
sport, se penche sur la condition

de nos équipes avec autimt — uc
soin et de persévérance que sal

s'awissait d'un problome prieritai
re. Qu’Elle en soit remerci¢e, au
nom de Ja Nation Haitienne, et
en votre nom, chers — ¢quipiers.
qui venez de vous rendre Cligibles
pour une nouvelle fétape du tour-
noi international de football.
Messieurs Ics équipiers de |]:
Nouvelle Haiti, ;
Apres une victoire classique
sur VPéquipe guatémalteque, vou:
@tes allés au Stade Mateo Flores,
a Guatéemula City, défendre vos
couleurs -purtives et vous quaii-
fier pour le championnat inter-
national. Avec vos seules cou-
leurs, avee votre victoire et avec
votre décision de vaincre, devan:
60.000 spectateurs, yous vez
joué avec élégance et vous nave
pas perdu lavance. Vous | voici
aujourd’hui dans une nouvel
phase de la compétition sportive.
“Nous lavez franchie de haute
lutte. Vous ne nous avez pas dé-
cus. Nous nous attendions & cet
exploit. Je veux, au nom de la



vous en féliciter chaleureuse-
ment. Je veux également, au now
de lAdniinistration Communal.
de Port-au-Prince vous dire de
quelle fierté vous avez comblé Iv
public port-au-princien, et j:
veux, entin, au nom du Gouvern:
ment et du Chef de la Nation.
proclamer que vous vez bien me
rité du sport haitien. a

N’est-ce pas que lout le poca-
ye ? De l’Aéroport International
Francois DUVALILE au Valaié
National, les foules onthousins-
tes, agen enthousias:ne = presque
parcM@au délire vous escorterant.
Elles exprimeront leur joic, lew

(Suite en derniére page)

~

ger avec la TCA la distribution
de ces visiteurs dans les diffé-
rents Hotels de Port-au-Prince et
de Petionville.

. x XX
LA SALLE D'EXPOSITION ...

METIERS DHAITI
du VINEGO .
a la Cité Dumarsais Estime .
Nous avons eu mardi soir le
grand plaisir de visiter la splendi
de salle dexposition METIERS

DHAITI. DU VINECO.

En mettant du temps pour ef-
fectuer cette visite, nous n'‘avions |
fait que reculer un plaisir qui al-.
lait étre plas “complet avee la
mise en place de toutes les pié-
ces préparées pour cette exposl
tions-vente par le grand. e¢ramis
te, notre excellent ami Ilé Député
Victor Nevers Constant.

VINECO a réuni dans cétte ex-
position Vutile et l'agréable pour
les visiteurs haitiens et étrangers

Les objets en céramique expo-
sés sont pour la plupart des trou
vailles qui seront conservées com
me des piéces rares ou offertes iv
des amis comme tes cadeaux ‘pre ,
cieux. —

VINECO a exploité dans “ces
travaux de céramlique toute la

game des sujets de notre fol-
klore & conunencer. par le ‘Palmis
te dela Liberté avec notre Devi-
se L'Union Fait LA Foree dans
de magnifiques cendriers. .

ll y a beaucoup de plaisir 4 vi-
siterr la Salle d’exposition Mé-
tiers d'Haiti du: VINECO. D’‘afl-
leurs on y perd toute notion .du
temps tant les’ objets exposés
sont captivants. :

x x x -
LA SOIREE DU MARDI
AU SANS SOUCI .

..Le beau publie qui sort a men
tré mardi soir a loceasion du Bar
hecue dansant du Sans Souci
quil a repris son soufle aprés les
jours de la joie esquintante du
Carnaval. .

La fuule des Diplomates et ¢
des grands commergants et in-
dustriéis et des visiteurs distin-
gués était au Sens Souci pour
prendre lour part a la joie entre
tenue par |'Ensemble d’Alfred
Dorlette, - .

Le Barbecue était agrémenté
d'un intéressant spectacle présen
t¢ par le brillant -danseur-choré
graphe Frantz Wainwright avec
des artistes remarquables —tels
que ‘Ella Apollon et la pétulante

danseusc, Mile Fleurimon, dan-
sant T'Africa-Vaudou avec les

seins nus comme en Afrique.

Ce spectacle comportait des nu
méros aussi intéressants que l’A
friea-Vaudou la danse des arrai
gnées, une conversation de tam-.
bours conduite par d’excellents
tambourineurs, la danse Congo
et Pétro.

C'est dans cette atmosphére de
joie que Mime Hope Richle, char.
mante femme de lIngénieur Ted
Niehle Jp. ancien Député du. Ver
nont a célébré son heureux an-
niversaire de naissance, en com-
pagnie de son mari, de M. Chu-
ma Azikiwe de Biafra et de bien
(autres amis,

XX

COMME LES GENS PEUVENT
Sh TROMPER ?

.. Oui, les pens se trompent
neécessairement quand ils se
hatent de conclure avant Vexpé-
Mence. Et ainsi ils induisent en
erreur, . .

On nous avait fait croire que
_le fibn Le Monde Tremble était

x

une speculation sur fa seience
fiction. -

Eh bien, il nous a fallu le
voit pour nous rendre compte

que ce n’est ni un film de sefen-
ce fiction ni un film de monstres,
C'est un espionnage bien monté,
ment brillamment par Craig
Hill, Teresa Gimpera et Luis
Marin pour ne citer que ceux-la.

Le fam est hon. Tl est excel-
Tent. ,

(Suite page 4 Col. 1)



Lettre du Professeur
Dutailly a Mesmin Gabriel

Port-au-Prince, le 23) Fevrier

1960

Au

Professeur
Mesmin GABRIETL
En Ville.

Mon cher Mesmin,

Jo viens d'achever la premiere
lecture de votre fameux ouvrage
sLA CULTURE, REFUS DE
LA DIMENSION
qui in’a apperté, avec une séréni-
té parfaite, le plus intense plaisir
intelleetuel. Je me suis pris la
téte entre les deux mains et,
dans une scrte d’euphorie, je me
suis écrié, paraphrasant Pline :
‘eQui liber illes. Oeuvre monu-
mentale, s'il en fut jamais, d’une
prodigieuse érudition et qui don-
ne droit de cité dans notre Lit-
térature A la Science, A la Théo-
sophie et 4 la Haute Métaphy-

le Président Directeur Général

HUMAINE> -

siqus. Vous indiquez aux pauvres
humains la voie de la Tradition,
qui est celle de la Savesse, celle
de Ja Vraie Connaissance; la
Culture, qui permet de maitriser
le monde matéricl, ne permet
pas datteindre a: la Vraie Con-
Naissince, qui est une visien de
Yesprit par Vesprit. Me viennent
Nola mémoire ces lignes de
Vhistorien With DURANT, citées
par H, De Campigny. dans son
livre «LA TRADITION HIN-
DOUE ET LE BRAHMANISME
ESOTERIQU E> «Lesprit hu-
main est un instrument trop fréle
et trop imparfait pour résoudre .
les problemes métaphysiques — et
théologiques; la raison est une
courtisane qui se préte a tqus les
désirs; elle nous fournit won la
«Sciences ov la «Verités, mais
simplement «des motifs de systé-
matiser notre sensualité et notre

(Suite page 4. Col. 8).

Entrée Gdes 2.50
Réservée Gdes 4.00







PROBLEMIE No, 48

6 — Ville belge — Port prds

de Rome

7 _ Fété au début do lannée
— Métal

8 — Lentilles — Magicierme

0 — Cause de joie — Coordine

xx.
VERTICALEMENT —
I — Une maniére de recouvrir
TI — Peintre — Passionne

certains joueurs
Hil — Nuit parfoig sj elle est
trop grande .
JV -—— Personnage romantique
Vv — Singe — Tissu
VI —— En mode — Un peu, la
téte de ture



HORIZONTALEMENT

. 1 — Mettre Ie feu

2 _. Jolics nageuses VIT .— S’accompagnait a la

8,-— Royal —- Venue guitare

4.— Géne'la cariole VIIL — Direction — Voyelles

5 — Donner sa part 1X. — Inaugure. +

Solution du Probleme précedent.

HORIZONTALEMENT _ VERTICALEMENT —

1; Dimension — 2 Opus; Oise I. Dormeu, — IL. Iphigénie
— g. Rhésus; El 4. Mi; AR; — JIT. Mue; Ru IV. Essaimer
Dés — 5. Egrisée — Uv; MS; —- Y. URSS; E.O — VI. S05;
Bon — 7. RN; Cil — 8. lIrréelle Cet —, VIL. I; Débile — VIII
— 9. Leu; Otées Osée; Ollé — IX. Nelson; Es.



AU CAPITOL

Du Jeudi 27 au Samedi Ier Mars
a6 Hres et a 8 Hres 30

L’Espion du Caire

Un grand film d’espionnage.
Avec : Peter Van Eyck, Adrien Howen
, et Elisabeth Muller.
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

A partir du Dimanche 2 Mars |
Un Suspense extraordinaire auquel
tout le monde participe !

_ 30 Minutes de Sursis

Avec : Sidney Poitier, la Vedetfe inaugurale
du Capitol et Anne Bancroft
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

OPPPOOLOCOL TOES POOPED THOS



rer.



PPLE IO CEL LOOT

Banque Populaire
Colombo - Haitienne
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN

AVIS

uA BANQUE POPULALRE COLOMBO - HAITIENNE 2s
ueu.cuse de porter a la connaissance de sa clientele qu’au Lau
ge ue ja brrme Annuclle du 80 Décembre écoulé, la Magnitique
List USINIE PHUGEHEOT DE LUXE, Modéle 404. a eé gagne
pur le Carne, d’Epargne No, 17689, détenu par Monsietir Jean-
vapitstee LOUVINSKY, Soldat des Forces A:rmées. d Haid.
-Idlg ont été solennellemen, remises au gagnant, eh pre-ence du
cuale, le 13 Janvier dernier.

Lea

tte en profite pour rappeler a sa clientele qu'elle trouvers
suy diérents services, -les ‘facilités suivantes :

iy ‘egociation de Chéques sur |’Ktranger,
2) Negociation de Traites Documentaires en verwu de Lee.
le Crédit a ’Exportation, ou tirées sur Acheteurs,

uo) Préw aux Exportateurs et Importateurs,

4) Ouverture et tenue de Compteg d’Epargne et de Cony te
Courants,

}d) Prets a ses déposants en Compte d’Epargne.

6) Préts aux particuliers, en général,

7) Préts Hypothécaires,

8) Ouverture de Lettres de Crédit a l’Importation ou d'aceré-
ditifa payables & V’Extérieur,

9)“Avances gagnées par deg marchandises imporiées on & ex
porter,

luy Recouvrement d’Effets de commerce ou de documents a
’Tiiport et a VPExport,

11) Eseompte d’Effets Commerciaux.

‘Lat BANQUE POPULAIRE COLOMBQ - HAITIENNE donne,
enfin, Passurance & tous ses clients, de trouver A lew service
un: personnel empressé et expérimenté, toujours prét a leur four
nit lea renseignements qui pourraient leur faire besoin.

PORT-AU-PRINCE LE 27 JANVIER 1969
BANQUE POPULAIRE COLOMBO - HAITIENNE

WDPOPIPIDIPPOPREPP PPL PGP PL OPP POD OPPOSED O LP OOO LE -
PPL PIPE LL OPP OEE DS Pett aT re OOF



ae. POP LLE EE LPL ODES IPD DE PPDE PILL DDO DIO PLD DD.







Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de l’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compte de Chéques 4 la Banque Nationale

et LLLL LLL LILA SLPS DLA SAPD

*
r

LISEZ _
«LE NOUVELLISTE>

















Honri. n'étaiteil pas*devenu, a+ ‘aitionde I’.
vec la permission de ace’parenth ‘dattint du.
Venfant de choeur pieux, 246,
qui se hiitait vers l’glise psrois
siale, au style baroque, avec clo-
cher jen bulbe, non par la route
commudale trop longue, avec ses
trois kilométres, maig par Ie che
min de traverse cau milieu des

baye «Blanche (1)
Ile sidcle et soigneu
sement restaurée, Les vocarions
étaient si nombreuses dans ce dio
cése que l’Abbaye - Blanche ne
recevait que celles de ]'’Ar-
rondissement d’Avranches.

Le jeune séminariste se’ pas-
sionna pour le latin, le grec, la





chénes et des hétres de la Ruelle’ &tylistique, les genres littéraires

aux Venins» pour &tre l’un des
servants de ‘la premiére messe

Apres ja quatcléme, aux vacan-
‘ces de 1905, & la stirprise de ses

dominicale de 6.h., a laquelle sa ,-Parents, des fréres- et soeurs, il

mére resta constamment fiddle,
jusqu’A ce que la. maladie l’en em-

déclamait ses premiers’ vers, dé-
ja de belle allure, dédiés aux plai

pécha, - - girs de son enfance.

~ Son. podme débutait: ainsi :
Cette «tradition de’ réligion,:e* ‘ «oli ruigseau qui- courais:: la

d@honneur» selon lexpressicr, prairie

d’Henry Bordeaux devait néces - Petits moulins, qu’étes - vous

sairement provoquer Jl’appel de devents? '

Dieu. L’admiasion au Petit Sémi «C’est donc ainsi que m’échappe

naire de l’Evééché de Soutances la vie . :

(’Evéché d’Avranches” avait été
supprimé en 1790) ne posa pas
de difficultés, grace a l’interven
tion du Guré de Carnet, appuyé

par le Doyen de St - James.
A MORTAIN,—

La France venait de faire 1]’éco
nomie des deux guerres: civiles
qu’auraient pu provoquer le-
langismes et l’affaire Dreyfuss
QUAND, coups de canon dans
un ciel devenu serein, éclatérenv
successivement Ia question: des
Congrégations, (1901) 1’expul
sion des religieux (1903) provo -
quant le quasi-soulévement des
villes et campagnes dans le Nord,
en Bretagne et en Normandie, la
démission de nombre 4’officiers
de l’armée refusant de lever leur
épée contre Jeurs anciens profes
seurs,

Le Petit Séminaire était. placé
aux marches orientales de l’ar -
rondissement d’Avranches a
MORTAIN, che f- lieu de canton,
ville de 1700 habitants. L’évéché
de Coutances y avait fait l’acqui



COMMUNIQUE

Le Département du ‘Commerce

et de )’Industrie perte 4 la con-
naissance du Public en Général

et des Importateurs de. lard
(Mantéque) en Particulier, qu’a
partir de cette date, et en confor
mité des prescriptions du Con-
trat intervenu entre la Société
«HUILERIES CARAIBES 5.
A.> et PEtat Haitien, limporta-
tion du lard est contingentée au
profit de ]'Industrie locale.

«Petits moulins, que ne tournez
vous plus? :
A partir de la troisiéme, il se
jeta & corps perdu dans J’étude,
beaucoup plus poussée Tors, du
latin et du grec. Il dévorait dang
le texte Sophocle, Eschyle, Euri-
pide, les auteurs latins, puis Bos
suet, Corneille, Racine, Moliére;
étudiait lu métrique, le rythme,
excellait dans le discours Jatin,
dans l’art oratoire, sans négliger
pour autant les exercices physi -
ques.

“Dans son ouvrage «Sur un
grand évéque missionnaire,» le R.
P, BRIAULT, qui fut secrétaire
du Supérieur Général de la Con-
grégation du St Esprit, notait en
1939, au sujet de l’Abbaye-Blan
che: «a l’&poque, les études litté
raires y étaient fortes: on jouait
dans le texte grec les piéces de
Sophocle et d’Euripide!... (Ce)
Petit Séminaire était un lieu de
saine éducation. La piété ne se
surajoutait pas a la vie, elle s’y
intégrait profondément. Elle exi
geait de la vaillance et portait
au devoir......... ...Les éléves re-
gardaient les professeurs, pres -
que tous Prétres ,comme des amis

’ et des fréres ainés, majs ceux-ci

savaient qu’ils devaient mériter
la confiance et ’amitié, L’esprit
était excellent, les punitions ra-
res, peu de vocations se per -
daient en route.»

Aussi, les deux parties du bac
calauréat furent elles conquises
par Henri GORE, comme en_ sc
jouant, eg Juillet 1908 et 1909 a
SAINT LO, chef lien du Dpt.
de la Manche, siége de la prcice
ture et de !’Inspection d’Acadé -

En conséquence, il est deman-, mie dépendant de CAEN.

dé aux Agents et Importateurs
de cet article de faire parvenir
dans le plus bref délai possible
& ce Département ja liste des
commandes en cours ainsi que le
stock existant @ cette date.

Aucune importation ne sera
permise sats l’approbation prés-
lable de ce Département seul ha
ble a délivrer ]’autorisation de dé
douaner,

Toute importation de lard qui
arrivera en douane sans autori-
sation sera réexporté a Vexpédi-
diteur aux frais de |’Importateur
fautif.

Port-au-Pce, Je 21 Fevrier 1969,
Dr Lebert JN PIERRE
Secrétaire d’Etat





FUTUR MISSIONNAIRE.— La
situation de fortune de la famil-
le GORE ne lui avait pas permis
de contribuer & Ventrée d’Henri
a l’Abbaye - Blanche ! le jeune
homme avait obtenu l’aide com-
pléte de l'Evéque de Coutances.
Et les succés scolaires n’avaien.
pas décu le prélat, ni les protec
teurs religieux.

Aprés le baccalauréat, Henri
se décida hk entrer dans la Con-
grégation des Péres du St Es-

rit.

Un Grand Spiritain avait in -
flué sur Ja vocation Missionnaire
de notre jeune Cornétain: Mer

Alexandre LE ROY, (2) Supérieur

(Guite do 19/18r0 |

: Général de cette: Congtégation:de
1896 & 1926 et originaire, lui ‘aus
ai, de l’Avranchin, d’une comme.
ne de ce méme canton de St - Ja-
mes, St. Sénie; de Beuvron. situé
a douze’ kms. & Vest de Cornet
Anthropologue, il a écrit le sa-
vant ouvrage LA RELIGION

DES PRIMITIFS, ouvrage de
chevet des -écoles sociologigues.
haitiennes.

o

L’Evéque de Coutances ne fit
pas de: difficultés: pour-transfé -
rer le bachelier au Noviciat des
Spiritains. Mais la situation re
ligieuse s’était- encore aggravée
en: Frafice -durant’ lea années
passées par Henri au Petit Sémi
naire.

LA REPYBLIQUE D’HAITI
INTERVIENT.—

L’Anticlérical COMBES avait
fait voter en Mars iyvu4 ia loi in
terdisant aux Congrégauons d’en
seigner en France. Le 10 Novem
bre 1904, était promulguée la toi,
sur la Separation de 1’kiglise et
de Vitvat, apphquee avec un sur
croit de rigueur par le succes -
seur de Combes’ @ la Présidence
du Conseil, *KUUVIER (Janve.
1905 —Mars 1906) ce dernier
faigait entamer linventaire des
biens du ciergé, en fonction de la
Joi du 9 Déc. 1905.

Les Péres du St Esprit, qui re

’ cevaient de notables subsides de

TEtat, en étaient soudainement
privés et devaient termer, la
mort dans l’ime, la plupart des
maisons spiritaimes
sauf cing.

L’intervention de la Républi -
que d’Haiti aida puissamment
Mer. Le Roy. Les Gouvernements
de nos Presidents NOKD ALE-
XIS (1902-1yu8) (3) et Antoine
SIMON (1908-1911)
valoir’ aux dirigeants trangcasi
limportance des congrégation:
religieuses enseignant en Haiti
pour le développement de la cul-
ture intellectuelle en notre pays.
Or, les Freres de Instruction
Chrétienne avaient di transférer
en vitesse leur maison - mére de
Ploermel a. Vila anglo-normande
de JERSEY. En 1907, sur les ins
tances de notre Ministre des Re-
lations extérieures, H. P. SAN-
NON, le Gouvernement Haitien

avait fait voyager @urgence Mgr

Morice, Evéqué des Cayes, afin
d'aider le Ministre d’Haiti en
France, & ésauvegarder l’exjstence
de notre Grand Séminaire & St-
Jacques» ainsi que l’oeuvre des
spiritaing et des institutions reli
gieuses franco - haitiennes.

Une interprétation de la loi
Falloux, datant de 1850 sur ja li-
berté de Venseignement permit a
cing congrégations masculines
(5) de conserver leurs noviciats
de France en tant qu’ordre, reli
gieux entretenant des écoles ou-
tre - mer. ‘

Déja Haiti, marquait la desti-
née d’Henri GORE par cette in-
tervention, qui: permettait a ce-
lui - ci d’étre admis en un novi-
ciat spiritain autorisé A fonction
ner sur le territoire francais.
NOVICE ET SOLDAT.— En té-
te des étabHssements spiritains

NNNANNNS AS ANNARNANNNNNKKKCRNNNKNEN SANA NAS S ASSN NN NNN IIIT

N’ACHETEZ PAS L’AVENTURE

ACHETEZ UNE VALEUR SURE



LA FORD 15M!
LA FORD 17M!
LA FORD 20M!!!

Vous trouverez une voiture
qui vous convient

de la petite voiture économique |

. ala grande voiture de LUXE

CHEZ

4 Luciani Berhmann & Co

LKKKKKKKNKASNE EELS SEE ASANSANSASSSONSSSAN ANUS ACEC EH






en France, |

(4) firen.:

fermés, figurait lw célébre’ Abba
ye de Langonnet, en Bretagne,
qui, depuis 1858 recevait les voca
tions de l'Ouest de la France.

Le jeune clerc fut dirigé sur
le Noviciat d’ORLY (6) au Sud
de Paris, Il n’y passa qu’un an,
recut la tonsure, puia fut convo-
qué comme soldat: les lois de
WALDECK - ROUSSEAY et de
COMBES contraignaient. désor
maig les prétres A des périodes
militaires, . : ‘
Henri‘ sé ‘rerdit’ &. Granville (7)
en Basse - Normandie:-et..troqua-
& la Caserne du- Roc ‘sa soutane
toute neuve contre~l# ‘capote: bleu”
horizon ct le pantalon rouge ga-
rance du soldat francais de l’épo
que. La Normandie était restée
‘profondément chrétienne. Aussi
officiers, adjudants grincheux, ser
gents et anciens respectérent-ils
Vabbé chez la recrue et lui firent
grace des stupides brimades habi
tuelles.

Durant ces vingt-quatre longs
mois, quand les exe~cices, les ma
noeuvres, le service intérieur, les
tours de garde, lui laissaient des
joisirs, le clerc-soldat allait prier
x Pune des trois Eglises parois
sialés, Notre-Dame, St-Nicolas et
St. Paul, s’entretenir avec les. Cu
rés, visiter cette ville prestigieu
se, les Monuments, le Jardin des
Plantes, le Musée de Normandie,
ou bien jl poursuivait, solitaire,
ses études de Théologie, d’histoi-
re-ou de langues anciennes.

En 1912, il retournait & O:ly
et recevait en 1913 et 1914 les
quatre ordres mineurs.

SOLDAT ET PRISONNIER DE
GUERRE.— Appartenant aux
plug jeunes classes, le clerc. ~ sol
dat devait gagner, le Jer jour
de la mobijlisation,-le 28me Régi-
“ment d’infanterie en garnison
a Granville. ,

Il en partit avéc son unité le 7
Aofit pout se joindre 4 la Véme
Armée Francaise, commandée
par le Général Lanrezac et aller
combattre en Belgique sur la Meu
se, puis sur la Sambre. Apres
Véchec de la bataille de Charleroi
(21-23 Aoft 1914) la Véme Ar-
mée battit en retraite sur 200
kms. en 15. jours. «On marchait
jour et nuit, conte le RP. GO
RE dans une de ses « MER», on matchait sans manger,
on avait soif, pas d’eau, on a-
vait faim, pas de pain. pas de

_ravitaillement,., les pieds des

soldats étaient ensanglantés».
Le 3 Septembre, Franchet

d@Espérey remplagait Lanrezac

X\ la téte de la Véme Armée qui
participait A -la Bataille de la
Marne, déclenchée par le demi-
tour offensif ordonné par Jof-
fre Le 17 Septembre, HENRI
GORE arborait son premier ga
Jou. En 1915, son unité était ‘pla
cée au centre des dur, combats
en Champagne. HENRI GORE
était. successivement promu Ca-
poral, puis Sergent, «toujours
aux avant-postes du devoir et
du courage» (8) °

Un incident frappa beaucoup
ce jeune sous-officier. Condui-
sant son peloton 4 l’assaut dans

(Voir suite page 3)



AVIS

Le, cours organisés & YEcole
Normale d’Instituteurs dans le
cadre de l'Institut «Occide JEAN
TY» ont repris. le lundi 24 Fé-
vrier aux heures habituelles sous
la direction du Centre Culturel.

Il est de plug rappelé qu'un
cours de Bible, ouvert. au public,
est dispensé chaque mardi & 5 h.
pm. a PAuditorium du Centre.

LA DIRECTION



TRACTEUR DIESEL



~

A

“



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE

EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN .

ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISSION MONOBLOQUE
AMOVIBLE
" DISPOSITIF EXCLUSIF «IMPLEMATICe
BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
_ CHASSIS UNIFIB
POUR TOUS DETAILS §’ADRESSER

AU CAPITOL
Joudi “&.6.h. et 8 he 80
L’ESPION DU CAIRE
Entrée: Gdes 2.00 et 3.00 i

LA partir du Dimanche 2: Mars

TRENTE -MINUTE:DE“SURSIS:
Entrée Gdes 2.50 et 4.00 ‘

REX - THEATRE
Jendi & 6 h, et 8 h, 15
PRETE-MOl TON MARI
Avet Romy Schneider —
Entrée Gde,g 2.00 et 3,00 f
Vendredi & 6 h. et 8 h°-800 \
UN HOMME POUR :
V'ETERNITE
Avec Orsori” Wells.-

Entrée Gdes 2.50 ect 4 00

De: Luxe: Auto: Ciné:

(DELMAS)

Jeudi a 7h. et 9h
A CORPS PERDU /
Entrée 1 dollar par vojture

Vendredi 4 7 h. et 9 h.
LES NOUVELLES :
AVENTURES D’ALI BABA
Entrée 1 dollar par voiture

AIRPORT CINE

Jeudi & 6 h. 30 et 8 h 30
CHOC +
Entrée Gde’ 0.60 et 1.00

Vendredi & 6 h. 30 et 8 h. 30
COMMANDO .
SUR LE YANG-TSE

Entrée .Gde 1.00 et 1.50

ETOILE CINE
(PETIONVILLE)}
Jeudi a 6 h. 30 et 8 h .30
DANGER A TANGER
Entrée Gdes 1.50 et 250.



Vendredi & 6 h. 80 et 8 h. 30
ESPIONNAGE A CAPETOWN
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

CINE STADIUM

feudi (En permanence)



JUDEX
Entrée Gde 0.60
Vendredi (En permanence)

LAISSEZ TIRER

LES TITREURS

Avec Eddie Constantine.
Entrée Gde 0.60



7
Position offered
Position offered young lady

Bilmgual secretary with
knowledge of bookkeeping —.
Minimum five yeurs experience.
Applicants are :equested to ap
ply in person between 9:00 -~
12:00 Monday thru Friday.

Catholic Relief Services
U.S.C.C.

Rue Pavée

La rafle pour
la restauration de
la Cathédrale

Le Comité d’Organisation ac
la vafle pour la restauration de
Ja Cathédvale est heureux d’an-
noncer au public que le tirage
de cette rafle aura lieu le ven-
qredi .28 de’ ce mois, toujours
asé sur le 2éme tirage de Fé-
vrier de la Loterie de |’Etat. Hai-
tien.

Il est entendu que les carnets
qui ne sont pas retournés avent
cette ‘date demeurent nuls et ne
participent pas A cette rafle.

Pour le Comité,
Pére JEAN-NOEL,
Curé de la Cathédrale.
P-nu-Pee. 22 Février 1969

t

Charles Féquiére & Cie.
DEPOSITAIRES






PARAMOUNT.
Jendi A 6 het Bh.

CET HOMME EST. UN ESPION
Entrée Gdes . 1.20- et. 2.00

Vendredi AG h. et) 8 he
A CORPS PERDU :
Entrée Gdes 1.60 .et.:2 60.

CRIC-CRAC CINE

Teudi &-G h. et Bh. 15
LES. TUNIQUES ECARLATES:
Entrée -Gde 1 00-06. 1.60.

Vendredi: A 6.h. et 8h 16
LE BRIGAND DE LA S1'£PPE
EntréeGde 0.50 et 1.00



MONTPARNASSE
Jeudi A 6 hy 15 et 8 h. 15

LA FLEUR DE L’AGE
Entrée Gde 0.60

Vendredi A 6 h. 15 et 8h 15s:
MACISTE CONTRE ZORRO
Entrée Gde_ 0.60 . .

CINE SENEGAL

Jeudi A 6 h. 30 ct Bh. 15
SAM L'INTREPIDE,
Entrée Gde. 0.80 et 1.00

Vendredi 4 6 h. 15 et Bh. 15
SAMSON CONTRE HERCULE
(Séance populaire) ;

Entrée Gde v.ou ec 1 00



CINE PALACE

Joudi A 6-h. et 8 h. 16
MEURTRE PAR ACCIDENT
Entrée Gde 1.00. .0

Vendredi A Gh. et 8 h. 15«
087 MISSION APOCALYPSB
Entrée Gde 1.00

Drive in Cine Delmas
Mercredi A 7 h. et 9h, |
Jeudi A 7 h. et 9h.

LE CARNAVAL

DES BARBOUZES

Entrée Gde,g 2.50 par personne
Vendredi & 7 h. et 9 h. .
LE GENTLEMAN -
DE LONDRES

Entrée 1 dollar par vojture -

s

+

CINE UNIGH

$

Jeudi & G h. 15 et 8 h. 15"
LE SERMENT D’UNE MERE =:
Entrée Gde 0.60 °

Vendredj @ 6 h. 15 ot 8 h 15

TROIS EPEES DE ZORRO
Entrée Gde 0.60

CINE OLYMPIA

Jeudj (En permanence)

ATARAGON
Entrée Gde 1.09
Vendredi (En ‘permanence)

(Jour populaire)
LE JUDOKA,'AGENT SECRET
Entrée Gde 0.60

MAGIC CINE

Jeudi & 6 h. 15 et 8h. 15
ESPIONNAGE A CAPETUWN
Un grand film di contre-cspion
nage —

Entrée Gdes 1.20 et

2.50

Vendredi & 6 h. 15 et 8h. 15
LA PORTEUSE DE PAIN
Un grand drame populuire.
Entrée Gdeg 120 et 2.50

ee
Le Scotch

-le plus’ vendu
aux Etats-Unis

Distribuér par la

BRASSERIE DE
LA COURONNE 8.A.







JEUDI 27 FEVRIER

Se

Lodo









VOTRE H

Par






21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Vous rencontrerez des si
tuationg complexes, quelques per
sonnes’ hostiles. Prévoyez - les
et affrontez- les courageusement
D'intéressantes possibilités s’of -
frent & ceux qui cherchent

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU) S’oppose-t-on — inuti-
lefhent & vos idées? Revoyez vous
projets. Quelques changement.
pourraient les rendre compati -
bles avec vos points de vue. Des
gains en résulteraient.

22 MAI AU £1 JUIN (GE -
MEAUX): Avant de passer a la
réalisation, voyez si vous n’avez
rien oublié, un détail secondaire
mais important. Ecartez de vous
la maladresse ct la négligence.

22 JUIN AU: 23 JUILLET
(CANCER): Pcenez le temps d’a
nalyzer les situations, les proba

pilités, les possibilités. Vous vous

épargnerez du temps. pour l’ave-
nir. Excellente journée pour des
révisions et des améljorations.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Des affaires progresse-
ront, d’autres rétrog:aderont,
sans avert.ssement, Pas de son
ci mais étudiez avec soin la situa
tion. Une fois que vous étes sur

la bonne route, restez-y men
bougez plus.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): De la diploma
tie. Votre intelligence vous dira
quand il faut vous iaire, quand
vous incliner devant leg désirs de
la majorité. Aceélérez l’obten -
tion de vos avantages par Votre
activité,

24 SEFTEMBRE AU 23 UC-
TOBRE (BALANCE): Eviiez u
ne tendance a J’exagération ef a
Vextravagance. Dans ce cas, la
journée sera excellente. En tout
cas, les perspectives sont favera
bles.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION) Meine des

Avis matrimonial

Je soussigné, Emmanuel — Isi-
dore, porte a la connaissance du
Public en Général et le commerce
en particulier, qu’a partir de
cette date, je ne sus plus respon-

sable des avtes et actions de
mon ¢pouse, Mme Emmanuel
Isidore, née, Elmancita Louis-

saint pour abandon du toit mari-
tal; en attendant qu’une action
en divorce soit intentée contre
elle, sous peu.

27

Port-au-Prince, Février oy

Emmanuel Lisidore



$e

Ref. 2208 P
Ret. 852 RG

NADER & CO.

DISTRIBUTEUR
POUR HAITI

Li LnsiiDhs

a

Bex,



Mass

“y
I ranc
Oe
‘harchoz la section oorrenpondant
» de naissance. ot vove trouveres
stgnalont les autres pour demain.

Droit de reproduction totals

Propricté King Features
«LE NOUVELLISTE>

VENDREDI 28 FEVRIER 1969

EORGES

VOUS FAIT CONFIANCE !!!

PRENEZ IMMEDIATEMENT UNE
DES FAMEUSES MONTRES CAMY
POUR HOMMES ET POUR FEMMES

EN PAYANT LA MOITIE CASH
ET LA BALANCI EN
DOUZE MENSUALITES.





De Bonnes Affaires
pour |

i

tes perspectives que vous . .
ou partielle réservé. . OF FRE No. 2—68:- . .
Syndicate — Heaclusivité

KOENIG INTERNATIONAL LTD
DINER SET.. |

possibilités mineures peuvent
vous mener & un notable succes.
Le moment est venu de tirer patr-
ti de votre diversité. Exploitez -
la au maximum.

Les plus chics ou ex métal,.fabriqués aux U.S.A.
par ANTARENNI de New York.

Plus de 30 Modéles A votre choix.

23 NOVEMBRE AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITAIRE): Les
conséquences de ves paroles sc -
ront grandes, choisissez-les bien.
Vous connaitrez un conflit entre
facteurs traditinunnels et radi-
eaux, Soyez celui qui améne la
paix.

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Meilleu
re journée que vous le pensez
tout d'abord. Mias les cailles ne
vous tomberont pas toutes roties:
jl faudra les che.cher avec ar-
deur .Bonne ambiance d’ensem -
ble, .

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Un bon
plan, tenant ~ompte des détails
nouveaux et de la facon d’amélio
rer la situation, rendra agréable
cette journée et vous placera
dans le peloton des gagnants.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Exercez vos dons
pour que tout aille réguhere
ment, pour préserver l’ordre et
assurer le succés. Votre brillant
esprit vous vaudra des amis nou
veaux .

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI: Vous avez des qualités
notables et étes fier de vos succts
qui sont trés réels . Vous vous
servez de votre intelligence povi
prendre d’importantes décisivus
et de votre coeur quand il s’agit
de la charité ou de l’enfance.
Les natifs des Poissons qui res- ¢
tent fidéles a leur nature obtien-
nent de la reconnaissance d’au-
trui par leur finesse ,leur préci- -
sion. Vous pouvez devenir un re
marquable artiste, homme politi
que d'envergure, professeur, phi-
losophe ou écrivain.

Naissance de Michel de Mon-
taigne, essayiste.

Le revétement du Métal en Email

cuit et non peint.

Siége et dossier en Mousse recouvert de tissu
d’ameublement uni ou imprimé
dans tous les tons.

Chaque table et chaise peut-étre acheté
séparément et dans n’importe quelle
quantité désirée.

Pour Catalogues de commandes,
Prix et tous autres détails ..

Visitez LA MAISON YVES MORAILLE
7, Rue des Miracles en face de ta B.N.R.H.
Phone 3777



Gardez un long souvenir.



, Des bons scuvenirs
UN IMPORTANT .

-RENDEZ-VOUS
AUJOURD'HU!

Un Deux Trois...Clac
AVEC KODAK

SUR LES
Amis
Bebés

Cerémonies -

Je suls sorti ce soir en compagnie
le la plus intéressante fille de la

ville. Et dire que J'ai falJll manquer
a ce rendez-vous ! Hier, je me sen-
tals mal en polnt, en proie a des
daueurs rhumatismales. Sur ce, j'ai .
pris Ies capsules de Sels KRUSCHEN
et ma santé s'est rétablie. Donec, je
pourrai m‘amuser ce soir grace aux
SELS KRUSCHEN. Essayer Jes cap-
\
Q

sules de SELS KRUSCHEN et vous
vous sentire7z Ices plus heureux des
humains.

, Diners
: Excursions
fo, Foules
Groupes
‘Habitations
Impreévus -
Jardins
‘ avec votre KODAK

pour toujours.
DON MOHR SALES CORP

=





La Metlienre Compagnie @ Asonrances
JOSEPH NADAL & Cie Représentante



su jor de vore eanerure | L@ Commerce et l’Industrie §



LE NOUVBELLISTE ~~~



.

la zone de MESNIL - LES -
HURLUS il vit un soldat, avoir
la té&te emportée par un «SHRAP
NELL» & cing métres de la tran

chée allemande: avant de tom
ber inanjmé, le co.ps sans téte
eut Vénergie nécessaire pour em
brocher un militaire‘ ennemi, qui
se trouvait tout prés.



Remerciements

_Mesdemoisclles Yolande et Mo
nique Salomon, Monsieur 1’Am-
bassadeur et Madame Georges
3. Salomon ct leu.s enfants,

_ Mr. le Docteur Gabriel Jn-Gil
les et Madame née Janine Salo
mon et leurs enfant,

Mr. le Dr. Hubert Salomon,
Madame et leurs enfants,

Mr le Dr. Claudel Pothel et
Madame née Claudette Salomon
et leurs enfants.

Mr. l'Ingénieuy Jacques Salo-
mon, Madame et leurs enfants.

Mr. et Mme Odilon Sobiesky

Casimir, Mme née Jacob et leurs .

enfants.

Mesdenioiselles Lisette et Li-
lia Casimir, Mr.
Jean-Charles.

Mesdemoiselles Lucille, Simo-
ne et Geneviéve Morin,

Mr et Mme André Maguet,
Mme née Jeanne Morin et. leurs
enfants, .

Mr. l'Ingénieur Edmond Feré
re, Mme née Suzanne Morin et
leur, enfants.

Mr. le Dr. Roger Kernizan,
Mme née Marie Thérése Morin
et leurs enfants.

Mme Giséle Morin et ses en-
fants, Mr. et Mme Attilus Plai-
simond et leurs enfants

Mr. et Mime Victor Coicou et
leur, enfants,

Les familles. Salomon, Casi-
mir, Georges, Dépestre, ‘n-Gilles,
Val,‘ Pothel, Moreau, Morin,
Plaisimond, Coicou

Remercicnt profondément
Monsieur le Président A Vie de
la République Dr. Francois DU-
VALIER, Leurs Excellenceg les
Mijnistres René Charlmers, Max

Antoine, Clovis Désinor, Paul
Blanchet et André Dubé.
Le Secrétaire Exécutif ct le

Personnel du Seerétariat Privé,
Le Directeur et les Chers Fre
res de l'Institution St. Louig de
Gonzague, La Directrice et. les
Soeurs de l’Ecole Elie Dubois.

Le Directeur ct Je Personnel
de la Direction du Trésor,

Le Personnel du Département
des Finances, le Personnel du
Département des Affaires Socia
les, .

Les Médecine et Infirmiéres
de l'Hépital du Canapé Vert.
Les Stations de Radio M. B

C. ct Radio Haiti,

Les innombrable, amis. de la
Capitale, de la Province et de
VEtranger qui leur ont donné
des marques de sympathie A loc
casion du décés de leu; trés re-
grettéc Vve. Joseph Siméon Sa-
lomon, née Francine Sobiesky
Casimir, leur mére, Soeur, Be'lre
Soeur, Niéce, Tante et alliée o7-
levée A leur affection le 31 Jan
vier Dernier en sa Soixante Neu
vieme année et, leg prient de
croire en leur vive gratitude.

P-au-Pec. ce 21 Kévrier 1969



et Mme René.

(MONSIEUR POUPET. J'AI
“APPRIS QUE VOUS ME

Quelques jours aprés, le ler
Mars 1915, & la batadle de. ‘L'a
hure, le Sergent Henri GORE
était porté disparu. Blessé d’une

balle & une épaule, d’un coup de’

baionnecte A !'autre, il commen
gait un long séjour de 44 mois
comme prisonnjer de guerre en
Allemagne. .

Voici ce que dit, & ce propos,
mon pére Joseph JOLIBOIS
fils, dans les. co.onnes de -son
journal «LE COURRIER HAI-
TIuN (No. 1076, beme annee):

«Le Pére GORE a connn tou-
tes les miséres de la Guerre, tou
tes les sourtranceg d'une jongue
captivité, “le cachot souterrain,
les jours de, jeune forcé, ies ‘mau
vais traitements Patrjote éprou
vé, quoique prisonnier, i] trouva
encore moyen d’éure utile a la
patrie en danger.‘ Ec c’est au
péril de sa vie, qu’il réussit

. endormir la vigilance de-seg gar

diens, pour renseigner le G. Q.
G, trangais sur ce qui se passait
dans la zone of il etait caput.
Fafgué de fresteyx idans V’inac-
tion, alorg que sa patrie avait
besoin de tous ses fils, il tenta
méme de se sauver Repris, il
passa 20 jours sous terre, sans
lumiére, ne recevant pour toute
nouvriture qu’un pied de laitue».

Durant sa longue détention,
le Sergent HENRi- GORE avait
appris la \angue allemande et
des éléments du russe. Dans la
baraque en bois ott il avait été
affecté, ge mélangea.ent russes,
beiges, francais. Des colis lui
parvenaient de temps en temps
de sa famille. Les dix-huit der
niers mois le virent prisonnier
de guerre a la forteresse de REN
NBAHN, prés de Bad-Oldesloe,
dans la region de Neumunster,

District de Kiel, au Nord de Hani:

bourg (land de Schleswig - Hols
tein).

Libéré le 12 Novembre’ 1918
(9) titulaire d'une décoration,
il ne put passer que quelques

jours aupré, de ses parents. II’

retournait durant un an a la
Caserne de Granville avant d)i-
tre démobilisé. En
1919, il gagnait le Noviciat spi-
ritain de CHEVILLY - LARUE
(10) prés “de Paris,, reprenait
ses ¢tudes suspendues Lui ¢é-
taient successivement — confér’s
les deux ordres majeurs, pujs la
prétrise, le 26° Mars 1921, par
Mgr. Li ROY, a Ja Chapelle de
la Maison Mére des Spuiritains.
Rue Lhomond, 4 Parix.

Enfin, HENRI GORE était
prétre, dans sa 32@me année, a-
prés avoir perdu 7 ans.

Gérard JOLIBOIS ,

PROCHAIN ARTICLE .:
«LE PREMIER SEJOUR !
EN HAITI»

— NOTES —

(1) En 1923. l’'Abbaye Blan
che, fut transférée aux Péres du
Saint-Esprit ct. affectée a leur
seolasijeat de Philosophie.

(2) Mgr. Le Roy avait été Evéque
du Gabon, pays baigné par le

est devenu celui d’une divinit

es du “Nonvelliste» :

Blondie’. |

age au Gra

(Suite de la 2ame page) os

Novembre °

DAGOBERT, JE \]]]
REGRETTE QUE



Vaudouesque. Le
de la «Religion de, Primitifs>
peur nos sociologues p-ovient du
fait. que la documentation métho
dique et Venquéte objective de
Mer. LE ROY portent principa
lement sur les régions de PAfri
que Equatoriale et Occidentale
dott nos ancétres ont été arra-
chés par la traite des Neégres

‘aux XVIIé et XVIlléme siécle.

(3) Les ministres de NORD
ALEXIS, intéressés & cette ques
tion, ont été les suivants: U

‘ST. AMAND, Instruction Publi-

que (Déc. 1902 — Avril 1903)
JEREMIE, Relationg : Lxtérieu-
res et Cultes (Déc. 1902 — A-
vril 1903) BONAMY, R. E. et
IP. (A v 03 — Juin 03) MUR
VIL FERERE, R. E. et I. P.
Juillet 08 — 06) H. Pauléus:
Sannon, R E. (06 — 07) Vhrasy
bule LALEAU, IP. (06 — A 08)
Louis BORNO, R.E_ (08).

Dalbémar Jean-Joseph fut Mi
nistre d’Haiti a Paris de 1902 a
1908.-

(4) Les Ministres d’Antoiny SI
MON pour ces deux portefeuil
leg ont été Murat Claude, R. E.
et I. P (1909) Pétion PIERRE
ANDRE, R. E. et I. P. (1910)
Georges SYLVAIN a été le Mi-

nistre d’Haiti en France de ce
Gouvernement
(5) ‘Les quatres autres Con

{grégations étaient les Lazaris-
tes, le, Missions Etrangéres, les

A VENDRE

Un Appareil de Cinéma (Com

mercial) marque &OHM» 25
mm. avee ampoule. .
S‘adresser au No

nd =

grand intérét

~ Nor'mund.e.

178, Lalue.

: PAGE i

AAAS a eee aaa

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862. _

Les Bandes Dessiné

Y REFLEYAIRA:

- recy tat
$ GLONGT LAPS.



Sulpiciens et. les Chartreurs.
(6): ORLY, commune au Sud
de Paris, of a été aménagé l’Aé
roportk International de la Capi-
tale Francaise. Le. Noviciat qui
sétend sur un are, au 126 de
la Rue Vaillant Couturier, A la
limite de la Commiune de Thais.
est) devenu UVAO.phelindit des
Soeurs Mfssionnaires du Saint -
Esprit : :

(7) GRANVILLE, a 24 kins.
au N.O. d’Avranches, est l'un des
ports ‘d’exportation de la Basse-
Station Balnéajre
dont la population de 10.000 ha
bitants double en Evé, ville in-
dustrielle. .*

(8) Expression employée par
Robert d’MWa.court dang sa_bio-
graphie dy. célébre © Cardinal
FAULHABER’ (1869-1952) Ar-
ehevéque de Munjch, qui se dres
sa contre Je nazisme.. Robert
d’Harcourt, professeur’ a V'Insti
tut Cutholique de Fvarice, s’est
spécialisé dan, Vhistoire*de |’Al
lemagne .

(9) A la premiére Guerre Mon
diale, les Spjritains, dont le nom
bre ne dépassait. pas lors 825
prétres, ont compté 141 morts,
dans les deux camps, 296 bles’
sés et prisonniers de gtierre (R.
P. Briault ¢.s sp. lococ.tatos..-

(10) CHEVILLY - LARUE,
loealité A 12 kAns. au Sud de Pa
ris par la Porte d’Italie.. Le, No
vicjat Spiritain comporte um vas
te parc de 2 hectares © et demi,
12. rue Pére Mazurie, en face
de la Place de l’Eglise et de VE
glise Ste. Colombe. Le Noviciat
coniprend un grand Scolasticat
de Théologie et le -Triennat des
Freres. .

¢

Gérard JOLIBOIS



Recettes Simples

de Cuisine Haitienne

a Cc

REGLES D'OR POUR «GRIL .-
LER» ET «COULER: LE CA4-
FE.— D’abord, éviter de le trai-
ner dans des récipients de tahle
et de cuisine pour le lavage et le
nettoyage des grains. (1 change
littéralement de got quand il!
n'est pas traité suivant ces exi -
gences. Avoir des ustensiles réser
vés strictement a la p-éparation
du café n’est par une precaution
inutile depuis le récipient qui le
nettoie et le lave, la chaudiére
ou la poéle ot la cuillére de bois
destinée A griller les graines, jus
qu’a la petite casserole et son con
vercle qui n’auront d’autres ues-
ges que de-bouillir Veau A f lire
le café.

Sans pa ler de Is hoite a café,
de la cafétiére filtre, de la tis
se et de la petite cuillére qui doi-
vent étre d’une propeeté mint
se et échandées quot'diennement.

Pour griller le café, 9 faire
chauffer la chaudiére sur bon

et lavé d'une seule eau dans une

Fleuve OGOUE: Ce dernier mit | jeter dedans le café nettoyé

de la mer, dans notre Panthéon

oe

passoire véservie A cet Usage per

Par Niniche .

petites quantités a la fois * afin
que toug les grajns touchent le
fond brulant; les remuer vive
ment a la cuillére de bois et pres
que tout le temps de la cu.sson en
un mouvement circulatoire pour
que ces grains présentent leurs
vaces & la chaleur. Ils sont gril-
lés & point quand ils sont nuirs
a’ l'extérieur et non ¢noir-noir>
et jaune -- brun a lintérieur et
que les graing s’fcrasent comme
l'écorce de la nistache grillée
sous. la pression du pouce et de
l'index, sans s’effriter en poudre
Descend-e du feu, continuer &
«brassery pour le refroidir, ‘e
mettre dans Ia boite a café het
métiguement termée ct dans ur
endroit see.
N. B. — Pour avoir une livre de
café «séché il faut: 2 tasses-me
sure 1/2. Aprég lavoir to rf é.
ces 2 tasses 1/2 donnent 4 tasse-
1/2 en augmentant de volume
Faire soi - méme_ ce contréle,
pour apprécier & sa juste valeur
le.N. B. depuis le nettoyage iu«
qu’A la mise en boi‘e. :

‘

GISALSSLSSLSSLS GH hae SCI ALL es PLAS AIMS LIL SLIDE IILIAP LIA :







PAGH 6



SRS TER ERI
a

LA

VOTRE BOTTIER PREFERE
(en bas de Radio- Haiti) ,

FN NNN NNN NSN NN NNN NNN NN NNN NNN NN NN NN NNN SN NSN NNN NS NN NN NN SC AC CNC E CNR IO a aE aa I i i ae ne I i. SAN NNN NNN NN IRN NNN

Le Francais, tel qu’on...

Le Maire Figaro
s’adresse a

(Suite)

orgueil, et ce long défile spontang
qui parcourra tn Capipale ne por
tera-t-il pas en lui davantage
quwune adhesion, lauiniration de
{ous pour ceux: qui vienneat dur
racher leur parttcipatiaa au tour
noi international ? Aux fenetres,
sous les galerivs, da rues,
est une meme ame et des mé-
mes pesies qui vous acclanerant,

Par cette manifestation, In é
iération Haitienne de Football
retrouve les grandes heures du
spurt haitien. Yous nous les fui-
es revivre et nous vous eh sa-
vons gré.;, Et puisque vette jour-
ree nest pas compl-tes, vous al-
loz reprendre vos enlrcmements;
stre fidéles au nouvent rendez-
vous, en ne tvahissant pas notre
pspoir. Désormais, vous avez la
responsabilité de la participation
haitienne A la Coupe du Monde
i970. Je sais que vous y ferez fa
ce et je vous demande, au nom,
de tous les fervents du sport na
(ional, au nom du Président DU-
VALIER qui sait que vous ré-
pondrez a l’épreuve, au nom de
la Nation Haitienne qui vous ac
compagne de tous ses voeux, de
he pas yous laisser déserter par
la prochuine victoire sportive.

Honneur a vous, Equipiers de
la Nouvelle Haiti.

Vive le Sport National ! Vive
DUVALIER !

Aéroport International Fran-
coils DUVALIER, Port-au-Pris-
eo, ce 25 Février 1969, :

Georges J. FIGARO
Président de Ja FHF cz
Maire de Port-au-Prince.



les





Perspectives de
Développement
Apricoie

Des perspectives de développe-
ment agricole ou de reprise d’im
portantes activités apricoles sea
blent se dessiner cans plusieurs
régions du pays. C’est ainsi qne
dans le Département du Nord,
précisément au Trou, la Societe
Agricole denommce Codaisa now
vellement instuligGe dans la re-
rion vient de commencer ses ac
Livités sur une assez prande <-
thelle .La Societé a a sa disposi
tion plus de 4.000 hectarcs de
ferre ou des préparatifs sont en
train en vue des optrations de
mise en terre de plantes oléagi-
neuses, .

Déejh de nombreux owrvsicis a-
rricoles ont été embauches par
lan Société et trouvent a s’execcer
dans un domaine’ ot i} prétent
le meilleur deyux-mémes.

Les activités de la Codaisa s'¢
tendront sur deux Communes
Trou et Caracol. Les dirigeants
de la Sociélé qui se sont montre-
actifs cf intéressés deésirent que
lour Entreprise soit bien organi-
see de facon a étre i la fois sta
ble et rentable.





Arrivée de Nixon

a nome
' {Buite)

des [hermes de Dioclétien, a pro
ximité de ia gare Termini.
Brandissant de nombreuses pat-
enartes sur lesauelics on pouval®
lire, Libérez le Vietnam, ef por-
tant des portraits dv Che Guesa
ra, de Lénine, et des drapeaus
Rouges, les manifestants particu
fierement bruyants et excites, ont
formé un cortege qui, par la Vis
Nazionale, se dirige vers [a Place
de Venise. :
Un tics fort detwehement de
carabiniers (environ trois cents
hommes qui portent le casque e+
des musettes bourrées de greta
des lacrynwuyenes ) yiécede le d
filé. ;
Toutefois, le Cortege a rebrous
sé chemin, pour se rendre semble-
t-il, vers l’Ainbassade des Stats
inis. :
Cependant des bagarres écla
taient entre les forces de Vorare
et les ¢tudiants ani voulaien.
quitter lcs locaux . wils oecd-
pent depuis plusieurs . semaines _
es chudiants, bloqués 4 Vinee
yieur de VUniversite, onl lanvé
des. projectiles sur tes policiers.
Il y aurait une vingtaine de bies
sés.

i

Autour du Récital
Maud Boisette

Nous avons pu remarquer Yen
thousiasme qu’a suscite dannon
: u prochain récital, que Mme
Stare-Maad BOISETTE - THO
MAS offre le jeudj 6 Mars a
Rex Théatre, sous le patronna
ge du ROTARY CLUB. | —

Crest. que Ja distingua’e niants
te haitienne qui s’est produite a-
vee suecés a Berlin, a Stuttgart,
a Munich, a He'delberg, a Ho
henhcim, a Bruxelles ains; qua




Port-an-Prince, en 1964, a béné
'
ficié durant dix ans de Vensci-

ynement des plus grands mat-
w tres de la musique allemande.
Admise comme professeur de
mus que aA Heidelberg, elle a été
félicitée par la presse _alleman
de pour ses Mnterprétations des
geands musiciens romantiques et
pour ses efforts de faire connal
tre en Allemagne les composi-
tions haitiennes pour piano €crl-
pir Mauléard Monton, Mani

tng 1
Ludovic Lamothe, Justin

‘gat,
Elie. a
Ceci nous donne déja une idée
de ses riches possihilités et du
magnifique programme — que la
semaine prochaine la eélcbre ar-
tiste haitienne offrira an REX
THEATRE, sous les auspices d!
ROTARY CLUB D’HAITI.

ME PEYE YT YT YS YSTE VE META NL TA TATA hE LI

LePeVoselaysdesese:




DE A



MO

AU FIL DES JOURS

(Suite)
OFFICLELS DE LA TCA A
PORT-AU-PRINCE
Ce matin par le Vol d‘Air
Trance venant de San Juan sont
arrives a& Port-au-Prince, M.}ran
cisco «f’acos Sanchez, «Sales Ma





nayers de la TransCaribbean Air -

ways dans la region avec si¢ge a
San Juan et M, Mario Ramirez
Arellano, Interior Designer ‘de
la ‘TCA,

{ls ont été accueillis par M. Ru
ben Rodriguez, «Accounting Ma
nager, de la TCA 4 San Juan, et
M. Maurice Duchatelier «District
Sales Manager» de cette méme
compagn.e aérienne. *

‘Paco Sanchez est venu pour la
journée avec Mario Ramirez Arel
lano pour lui montrer Ile Bureau
de la TCA qu’il doit déeorer.
LILITH :

i'n drame puissant.

.. Tl nous a eté donne de vorr
yisionner au Rex mardi apres
midi le prochain film de ce
theatre : LILITH interprété par
deux monstres sacrés, Jean Sea-
berg et Warren Beatty.

Un est dans une maison de
santé ott chaque malade_ trouve
une occupation.

Warren Beatty dans son réle
est un jeune héros revenu de Ja
wuerre pour se faire Assistant
Therapeute dans cette Institu-
tion ou il rencontre Jean
berg, une belle traumatisée.

I! se donne pour tache de la
gucrir, mais l'amour, l’inévitable
zmour prend ces deux jeunes
dans ses filets.

Lilith parlant des choses mer-
veilleuses que l'on peut accom-
plir dit & peu prés : Si j’étais
César je l’aurais fait avec une
épée, si j’étais un potte, avec
des mocs mais je suis Lilith, je
le fais avee mon corps.

xX Xx
NOS VISITEURS

..Mercredi est atrrivé 4 Port-au
Prinee, M. James Byers, «Sales
Manager» de AERODEX,grande
compagnie spéc:alisée dans T’avia
tion A Miami. Ii était ici il y a
quelques: semaines,

James Byers est enchanté du
pays. Il a été accueilli a laéro-
port Frangois Duvalier par le Co
lonel Georges Danache, Comman
dant du Corps d’Avistion, par les
Majors Gabriel Brunet et” Lévy
Jeanty.

11 sera rejoint ici par sa féimme
et ses deux enfants.

Xx xXx

..Nous avons rencontré — hier
soir au Montana, les Drs Robert
Below et Mayer Liebman, dentis
tes a Ramey Air Force Base,
Puerto Rico. Ils sont ici avec
leurs femmes. Ils sont guidés par
Bob Coles,

xX XX
w Le Dr. Roger Mareel Sam-
sven, médecin Frangiis a T'Ho6-

pital Général de Point-i-Pitre est
arvivé iei hier matin par le Vol
d’Air France.
XXX

wePaur de méme Vol sont arrives
M. Frederick Naton dans I'indus
trie Hételitre a Ste Croix et sa
femme Ethel.

John Chrétien comptable ameé
ricain né en Haiti est arrivé hier
avec sa belle femme allemande

Hanna.
AVIS

Rafle renvoyée.

Le propriétaire de la voiture
«VOLKSWAGEN, au No. 7107

avise les intéressés que Ja ratle
de la dite voiture baste sur les
deux derniers chiffres du pre-

la. loterie de
2eme tirage du

mier pros lot de
Etat Hailien,



Va APNG

eer a aD,

Sea-

‘ différences

Au Rond Point Night-Club
Samedi ler. Mars
Un nouvel Orchestre
LE TABOU COMBO
Un show formidable
Avec la
TROUPE DE GUY JN-LOUIS

SEIS

LE NOUVELLISTE .

BS SWIM ISM IOI IOI ISIE ISIS IHS IS MHS No Tae OTOP ele DOO TODO Nee TOI, Omle

VOS PIEDS
LE CHAT BOTTE

«

LRARAMS

présente en exclusivité les marques suivantes
: réputées dans toutes
les Capitales d’Europe et d’Amérique

“L’Actualité Internationale ~

EISENHOWER VA BIEN
WASHINGTON (AFP)

’ancien Président #isenhower
opéré dimanche soir d'une octlu-
s10n intestinable, poursuit sa cou
valescence, annonce ‘un bulictin
de santé publié mereredi svir a
VHopital Walter Keed de Wa-
shington. Ses fonctions vitales
sont normales, les*tonctions car-
diaques sont stables, le malacde
se repose, ajoute le bulletin.

xX XX
PHYSIONOMIE DU JOURNAL
«LE MONDE»

PARIS (AFP) ‘

Sous le Titre: .

Les Etats Unis devant leurs
engagements en Europe et en A-

sie, le Journal «LE MONDE»
consacre lu majeure partie de sa



premiére page au voyage de M.
Nixon et a divers aspects du pro
bléme vietninnien. Au sujet dep
entretiens que le Président Nixon
a eus 4 Bonn avec les dirigeants
allemands, le correspondant du
Journal dans la Capitale Fédeé-
rale Roland Delcour écrit

Le Président Nixon s’est isi-
blement efforcé dés son arrivée
en Allemagne de plaire 4 ses visi
teurs. Mercredi malin sur l’Ae
roport de Cologne Bahn il avait
yarlé. du dévouement des Etals
Unis a la cause de l|’Unité de
TANemagne et de la tidélité com-
mune de la grande Alliance A-
tlantique. Il a repris ces themes
merecredi devant un Bundestag
réuni a Limproviste et cependan
presque au complet. .

Est-ce a dire, potrsuit le cor-
respondant, que sur l'essentic!
MM. Nixon et kiesinger se soient
trouvés vraiment et complétc-

-ment d’accord ? A en croire le
porte parole allemand M. Diehl

ct son homologue américain M.
Ziegler, le Président des Etats-
Unis a souligné en séance élargie
mercredi matin son desir d’éla-
blir avee les européens la fameu-
se ligne de communications, de
les consulter, de coopérer = avec
eux. auratt ajouté qu'aprés ses
premiéres conversations avec le
Chancelier, en aparté il pou-
vait voix qu'il n’existait pas de
essentielles dans
jeurs appréciations perspectives,
de la situation mondiale.

Sous le titre «Succession Dif-
ficile en Isracl, LE MONDFE an:.
lyse dans un .Editorial les pers-
pectives politiques aprés le déccs
de M. Levi Eshkol. Il écrit no-
tamment Pour Vinstant il va
falloir constituer un Gouverne-
ment et lui choisir un Chef. L’hy
pothése d’une transition prolou-
wée n'est a retenir que si Israel
était pas soumis a de trop for
tes pressions diplomatiques et si
la situation aux frontieres ne
s'ageravait pas davantage,

Au cas contraire il y a fort &
parier que le Général Dayan se
verrait promptement confier 1:
direction du Gouvernement.

x x Xx
LURSS PROPOSE
UNE DEFINITION
DE L’AGRESSION
NATIONS-UNIES N.Y. (AFP)

L’Union Soviétique a proposé
mereredj au Comité Spécial des
Nations Unies un projet de dé-
finition de Vagression. Ce pro-
jet sera soumis a Vapprobation
de Assemblée Générale de 10.
NU.

Hoyos agression directe ou in-
djrect). indique le projet, lors
quan Etat est le premier a fai-
re usage de Ja force armée con
tre un autre Etat. I s’agit alors



mois de ‘février 1960 ost rene d’un acte incompatible avec la
voyce au deuxtéme tirage? duo Charte des Nations Unies. .Mais
mois ce mars 1969. Vueage de la force armée, quels
'
' fread £3 LE GLRAGS COGS BE

7

b
mo
.
Â¥6}
yy
o
.
ey
.
mo
:
3
Hy
es
nN
oe
*
30}
oi
nS
nN
5

admission $ 2.00

Px LATE LI LILA TASS RIA AI I TO ETE NOTTS AEST TLE CEO OO SEC



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
fi Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de la Fontaine Mme Colu)

Un seul Instrument ne crée pas Orchestre,
Une Chaine Médiocre ne peut Je reproduire,
Hoveus fant un équipement extraordinaire

en conception,

en exécution,

en performance
aun prix abordable,

Des années d'étndes, de spécialisation,
Pesperience ont mis le MELLLEUR SON
Steréaps mique — Haute Hiddlité
it votre disposition.
Consultez toujours
Jat SON AUX ONDES SONORES,
2 Maison récliement spécialisée en Electronique.



que goient les- motifs, cst tou-
jours legitime s'il est le fait
dun peuple dépendant, exercant
son droit & Vauto - détermina
tion, tonformément & la deéclara
tion de Assemblée Générale sur
octroi de l’indépendance, préci;
se le projet.

Le texte stipule quwil y a a-
gression armée en cas d’jnter-
vention ou d’attaque d'un terri-
toire d'un Etat par — les forces
armées d’un autre Etat avec
occupation militaire.

Sera également réputé acte
d’agression armé¢ indirecte Vem

- ploj par un Etat, de la force ar-

mée consistant & envoyer sur le
territoire d’un autre Etat des
bandeg armées, des mercenaires,
des terroristes ou des saboteurs,
ainsi que. le recours a d’autres
formes d’activité, subversives
impliquant Vemploi de la foree
armée en vue de provoquer un
soulevement. intérieur dang .un
autre Etat, on wun revirement
de sa politique au profit de Ia
gresseur.

Le texte mentionn-e = enfin
comme actes Wagression: le fait,
pour un Etat, de «déclarer la
guerre le premjer a& un autre
tat, Pemploi, en prémicr méme
sang déclaration de guerre, dar
mes nucléaires, bacteriologiques!
ou chimiques ainsi que de toute
autre arme de destruction mas
sive, le bombardement ou le mi-*

traillage du territoire et de la
population d’un autre Etat ou

Pattaque contre les forces terres
tres, navales ou aériennes d'un
autre tat, le bloeus des cotes
ou des “ports dun autre Etat.
xxx
LA VISITE DE M.
A BERLIN-OUEST
BONN (AFP)
M. Richard Nixon est arrivé au
jourd’huj a Berlin - Quest dans
une atmosphere tendue. Les pre
Miers contacts entre le Sénat de
Berlin - Quest et Ieg autorités
Est-Allemandes sur Je probleme
des laisser - passer entre — les
deux partie, de Vancienne Capi
tale due Reich se sont soldés mer
credi par oun échee. TH ne reste
que trois ou quatre jours pour

NIXON

trouver un compromis. Le gou-
vernement de Bonn ne peut. re-
commander Vélection du = Prési-

dent de la R. F. A., Ie 5 Mars
& Berlin-Ouest cen perdant la
face. Il lui faut obtenir en é-
change une amélioration des re-
lations humaines entre Ies deux
parties de Berlin.

Lors des entretjens du dernier
week-end entre le Chancelier
Kiesinger ct VAmbassadeur de
VURSS, Semion Tswrapkine,
impression avait prévalu que
Moscou s’efforgait de trouver
une solution, Mais M. Walter,
Ulbricht, le numéro un d’Allema
gne Orientale, se refuse, d’envi-
sager davantage que Voctroi_ li-
mité aux fétes de Paques de lais
sez-passer aux herlinois de
VOuest pour visiter leurs famil
les dans Vautre partie de la vil
le coupée depuis 1961 par le fa-
meux «Mur». Surtout, il deman
de Vannulation de Vélection pré
sidentielle.

Le Président des Etats Unis a
répété mercredi A Bonn, devant
le Bundestag qu’une négociation
avee Est n’a de chances de suc
cés que ‘sj elle est menée a par
tir d’une position de force. I] n’a
laissé aucun doute sur sa deter

mination a occidentale a Berlin, Une crise
de Berlin, leg Rugses le savent

pourrait, Gtouffer dans Voeuf les
germes de la grande négociation
recherehée par VPURSS et aecep
tée tatitement. et en principe :par

les Etats Unis, jusqu’A preuve
du contraire, on continue a pen
ser dang Ventourage de M. Ni-

xon que VURSS s'efforcera d’é
viter une épreuve de force dans
Yancienne Capitale du Reich.
C’est la raison pour laquelle le
Président des Etats Unis a don
né carte blanche aux dirigeants
de Bonn, C’est & eux de juger

ce dans la perspective des con-
‘versations de Paris, et peut-
étre du voyage du Président
Richard Nixon en Europe, Elle
est conforme & la constante ligne
doctrinale vietnamienne concer-
nant le recours a la violence
révolutionnaire, unissant la
lutte armée et le combat politi
que, et dénoncant, comme le
faisait niéguere M. Truong
Chinh, troisieme personnalite du
régime, lillusion réformiste
d'une voile pacifique vers Ja
victoire. .

Enfin, on peut se demander
si, instruits par Vexpérience des
negociations antéricures, les res-
ponsables nord-vietnamiens n’en-
tendent’ pas affirmer qu'ils sont
seuls maiftres d’une partie qu'ils
veulent gapner détinitivement,
et qu'ils ue veulent pas sacrifier
Yobjectif de leur lutte nationale
a Vétablissement d'un elimat pe-
néral d‘euphorie dont ils — pour-
raient fa:re finalement les frais.

Quoi qwil en soit, cos menaces
Ne pamussent pas avoir impres-
sionne outre mesure Ia population
de la capitale. Hanoi, depuis la
détente qu’elle s’est accordée
pour la féte du Tet, a repris,
‘le mauvais temps aidant, son
visage de métropole d’un pays
engayé dans Ics combats. La
quasi totalird des enfants qui,
la semaine dernitre, uvaient
envahi chaussées et trottoirs, sont
repartis, apres leurs breves — va-
cances, pour leur villages, ol ils
sont. dispersés depuis te debut
des bombardements.

Aux heures ou eommenve et
finit le travail, le flot des biey-
wlettes s'écoule lentement, silen-
cieusement. Hanoi redevient une
ville dadultes, Inboricuse, disci-
plinge, mats dont Ja discipline
s‘éclaire aujourd'hui de lt convie
tion d'étre en vue du terme — de
ses épreuves.

A Hanoi, il semble que Vhom-
me de la ruc, au dela dune
réaction immediate @impatience,
mesure [ct distanee qui sépare les
menaces de leur realisation, I]t
connait Velficacité du d spositif
de défense quia fait ses preuves
devant des attaques lancées uvec
d'autres moyens que ceux dont
~disposent les sud-vietnamicns. A
cela s'ajoute le sentiment qu’il
6tait, pour ladversaire, bien dif-
ficile, dans les conditions presen-
tes, dassumer la’ responsabilité
de renverscr le mouvement, et
de reprendre Vesvalade.

Il ust toutefvis possible que
les menaces, sud-vietnamiennes
soient mises 4 profit par les auto
rités pour conférer une nouvelle
actualité aux impératifs de vigi-
lance et de mobilisation morale
qu’elles ne cessent de repéter, ct
pour mettre en warde la popula-
tion trop encline A leurs yeux 2
céder epx impressions prématu-
rées de détente.





Déeces de Mme Vve
Lamarre Salomon

Nous enregistrons avee infini-
ment de peine la triste nuavele
du déces de Madame Vve Lari
re Salomon née Lupéna Garnier
survenu hicr matin en sa résidea
ce du Bois Verna & la suifie d’n-
ne longue maladic, La défunte
qui Giait agée de 90 ans laisse
des regrets unanimes. Les fur’-
railles seront célebrées cet apres
midi A 4d heures en VEglise Ste
Anne.

Nous présentons — expression
de nos plus vives condoléances 4
sa fille Mme Vve Emmanuel Se-
nozier, A son petits fils Yves Sé-
nozier, a2 M. eb Mme Andrée Mom
plaisir; au Dr et Mme Michel An
ge Momplaisir aectucllement ag
Canada; aux familles Salomon,
Senozier, Momplaisir, dean Jac-
ques, Jeune, Toussaint et a tous
les autres parents et alliés qu’af
flige cette perte cruelle.





“tie du courant

|

Quand nous parlons couramment
et un peu vite, nous disons tous,
plus ou moins, qurand(e)-deux et
méme quaran-n-deux,
comment

Les sons que nous articulons
pour communiquer avec nos sem-
blables viennent des modifiea-
tions que font subir les organes
de la parole au courant d’air
venu des poumons: au moment de
Vexpiration. Ainsi pour produire’
la voyelle an de quarante qui est
essentiellement une sonore, nos
cordes vocales, qui sont des car-

tilages plutét que des cordes a

proprement parler, doivent se
rapprocher; pour proruire le t,
qui est une sourde, elles doivent
s‘écarter et, pour produire le d
dv deux, qui est une sonore, elles
doivent encore se rapprocher. De
la sorte, l’écart, placé entre deux
rapprochements, n’est pas suffi
sant, dans un débit rapide, pour
que ‘le t soit une sourde pure et
il a tendance a s’assimiler. aux
deux sonores an et d qui learou-
rent, & se sonoriser en d qui lui
correspond sur. le méme_ point
d@articulation. +

Il y a plus, la preduction de
la nasale can» exige gu’une par-
@air venu = des
poumohs passe par les fosses na
sales et s’écoule par les narines.
Or, quand le flux sonore passe
du son ¢an» au son t, i] reste en
core un peu d’air dans les nari-
nes, d’oi une curtairte nasalisa-
tion du t qui tend a passer A n,
nasake du méme point darticula-
tion.

p -f t s

b veda... "
-m n we :
11 — Pour réponare A la ques-

tino d’un professeur, je dirai d’a
bord que UNIJAMBISTE est no
té dans le petit Larousse 1469,
le petit Robert et le grand Ro-

NT SL

LES ENTRETIENS
NIXON - KIESINGER

(Suite)

d'apposer une signature a ce do-
-cument, que le Sénat americain
n'a d’aiilcurs pas encore ratilie,

le gouvernement de Bonn dé
sirait obten.r certains éclaircis-
sements susceplibles d’apatser

ses prévecupations. a été con-

venu en vonséquence que de
nouveaux entretiens i un éche-
lon relativement élevé seraent

utiles avant que Bonn ne prenne
ses décisions. ,

Mais ce fut évidemment a la
perspective d'une négociation a-
mericaine avee les russes que
cette deuxieéme séance a eté en
grande partie consacrée, «omme
ce fut deja de eas durant da
matinee.

M. Nixon a exprimé le désir
Waller de Vavant sur ce quail
appelle un seul front. fe Chan-
celivy a explique ses vues, en
particulier sur le probleme de la
réunitication de l’Allemagne — et
il en a profité, avec Ie concours
de M. Willy Brandt, pour glisser
dans la conversation une suggees-
tion qui lui parait importante.
ll s'agivail pour M. Nixon de ne
pes oublier, dans ses négociations
avee les dirigeants du Kremlin,
de faire tal des aspirations de
Boan au rétablissement de luni-
to allemande. M. Kies'nger esti-
me le moment venu de — prendre
de nouvelles initiatives A propos
de la réunification, M. Nixon a
écouté atlentivement, ma's pour
te chef de 'Exécutif américain,
jh ne s'awit pas de discuter_avec

PURSS d'un package. Le _Prési- -

dent des Etals-Unis n'a pas Vin-
tention, semble-t-il, de compro-
mettre 2 T'avance des négocia-
tions avee Ie Kremlin en se sou-
mettant a des préalables.

si les contre parties offertes pat EXKKKKARKEENR AKAN EAS SREB AARAN SS SESS ERNE NNN

DEMANCHE 2 MARS
adh, Thet9h
Le Ciné Paramount

presentera

Le plus fermidable match jamais vu en Haiti
entre une Ceinture Pourpre du Judo 6eme Dan
et une Ceinture Noire du Karaté §éme Dan.

erlin-Est sont suffjsantes pour

justilier un transfert. de l’élec-
tion présidentielle & un autre
endroit. Dans !a négative, Bonn

est autorisé & majntenir 4 Ber
lin - Quest la convocation de
VAssemblée Fédérale chargéc
Wélire le Successeur de M. Hein
rich Luebke. .

x XxX
LE NORD VIETNAM ET
L/AVERTISSEMENT DU
GENERAL KY
HANOI (AFP)

Hanoi a répliqué = mercredi
dans un commentaire publié a
Vhan Dan & la menace du gé-
néral Ky de bombarder la capi-
tale nord vietnam‘enne, et ['é-
ventualité d’une réaction américai

ne évoquée par ie Président
Nixon.

La position du nord Vietnanr
est claire,. souligne Vorgane du
parti des travailleurs Parrét
des bombardements est — incon-
ditionnel. Il n’existe, pas d’accord
tacite
Le peuple wetnam'en _ persiste
dans sa résistance contre les
troupes qui, si elles veulent se
metire a Vabri des attaques,
n’ont qu'une issue: leur ‘retrait
inconditionnel, ajoute Nhan Dan.

L’offens've -déclenchée au sud-
Vietnam n’a pas surpris la majo-
rilé des observateurs i Hanoi.
File one parait pas seulement
(rouver une explication dans des
conditions de politique ‘mmedina-
te, dans la mesure qu'on la repla-



Pharmacies assurant
le service cette niit

Février 1969
CHEVALIER
Lalue
LAROSE
Rue Mer. Guilloux

Joudi 27



prévoyant | la réciprocité, %

f .



MARILWTOLO |,
MARIA MINH
tu :

- JEUDI 27 FEVRIER 1980.

SII IOI EE OY EXMICICSEMIEIC MMMM MOMMIES COS SESCSESOSCSE IESE SEES ~

LA MODE A VOS PRIX =

DABAL DE LIS
GINO ALDROVANDI

(Suite)

bert au sens de : celui qui n'a
; : : et
qu'une jJambe, Question de tait,

Quand méme ce mot ne senait

et voici pas dans les derniers dictionnaires,

il faudrait Vacceprer, car les élé
ves-qui Vont employé montre-
raient, en l'inventant, un senti-
ment de ja morphologie frangai-

se digne de récompense il est
forme sux deux bases — disons
frangaises — et le sens en est

absolument transparent, .
III. Pour ceux de mes auat-
teurs qui ne detestent pas le
francais poli et nuancé, voici
deux ou trois cas intéressants,
lo( J’ai honte de Vavouer -—
lo) J’ai honte de Vavouer —-

Zei Vopposition de — 4 cxprime
une différence de sens tres ca-
ractérisée : j'ai honte de Vavouer
signifie aue je ne l’avoue pas par
honte; j’ai honte A Vayouer veut
dire que je lavoue, mais 2 ina
honte.

Dans un eas comme — celui-ci,
l'emploi de lune des prépositions
pour l'autre est & la fois un man
quement 4 la logique et un man-
quement aux formes de la poliies
se.

20) Je m’offre de voyager —
je m’offre 4 voyager

Dans le premier de ce groupe
d@énoncés : je moffre de voya-
ger, «me» est un complément a’oh
jet indirect et «de voyager> un
complément d’objet direct admet-
tant comme substitut un groupe
nominal sans préposition. La
phrase équivaut a : je m’offre
un voyage. Dans le second je
m’offre A voyager, «me» est cum
plément d’objet direct et «a vo-
vager» un complement de but. La
phrage équivaut A : je me prope
se pour le voyage (en question).

Tei Vopposition formelle de — i
entraine encore une opposition +i
gniifcative.

30) C’est & moi a donner
c'est & moi de donner

Entre ces deux tours, ’Acadé-
mie établit la différence suivan-
te: c’est 4 moi a donner ::: c'est
mon tour de donner; c’est &-moi
de donner c‘est mon devoir
de donner, c’est & moi qu’il con-
vient de donner. Mais dés_ le
XVile et le XVIile siecle, les au
teurs ont considéré les deux tour
nures comme équivalentes. A la
lére seéne de la piece de Mari-
vaux, le Jeu de ’amour et du ha-
sard, Sylvia’ dit a sa suivante
Taisez-vous; allez répondre vos
impertinences ailleurs, et sachez
que ce n’est pas & vous 4 juger
de mon coeur par le votre (vile
veut dire ce mest pas a vous
qu'il convient de...) A la seéne
VIE de Pacte IH, le méme person
nage dit a Lisette : c'est 4 vous
a me tirer tout doucement d'uf-
faire, i. ec’est a vous qu’il con-
vient... A yous de jouer, capitai-
ne (A. Vaudat, Contes du Lun-
di, pr 15)

T/opposition = formelle c'est a
moi & — c’est & moi de nentrai-
ne plus une opposition de sens.
D’ailleurs, le contexte et la situa
tion ont pour effet d'éearter tou
te possibilté de contresens si
quatre joucurs de bésigue — sont
réunis autour d'une table et que
Yun d’eux, dise : c'est & moi de
brasser les cartes, tout le monde
comprend qu'il enterd dire : c’est
mon’ tour Mesdames, Mes-
sieurs, je vous remercie de im’a-
voir écouié, bonsoir ! a la
maine prochaine.

see



A PiInstitut des
Hauces Erudes
Commerciaies 颢
Kconomiques

Lundi prochain, 3 Mars, debu-
terunt au local de VIHECE les

examens éerits du ler Semestre

de l'année académique 19638-1969.
duree de ces examens est de
dures (5:30 — 9.30 p.m.) Voi
ci le calendrier de ces examens :
MARS 1969 --- lére Année
Lundi 3 — Comptabilité Finan
ciere ‘

Mardi 4 — Economie Politiqic
Mercredi 5 — Statistiques et
Mathématiques

Jeudi 6 — Arithmétique Com-
merciale

Vendredi 7 — Droit Conimer-
cial ou Géographie Economique

Samedi 8 — Anglais Commer-
cial ou Espagnol Commercial.

x xXx

Mars 1969 — 2eme Annéc,

Lundi 3 — Comptabilité Finan
citre

Mardi 4 — Economie Politique

Mercredi 5 — Statistique
Mathéinatiques

Jeudi G6 — Organisation et Ces
tion des Entreprises

Vendredi 7 Adpninistration

Bancaire ou LDémograplie
Samedi 8 —- Anglais Coninier-
cial ow Espagnol Commercial
XXX
Mars 1969 -- 8éme Année
Lundi 3 — Expertise Compta
ble
Mardi 4 — Economie Politique
Mercredi 5 — Sous-Développs

~ nent et ses Problemes

Jeudi 6 — Organisation et Ges
tion des Entreprise:

Vendredi 7 — Marketing
Comptabiliteé Nationale

Nous renouvelons nos sincéres

ou

félicitations a la Directisa de
VIHECE ainsi qu’au personnel

enseignant et formulons tous nox
voeux de succés a ce Centre
denseignement supéricur qui sc
ronsacre principalement A la for
mation de spécialistes en micio-
économie, objectif prioritaire de
tous les pays en voie de dévewy-
pement,

) SACROMONTE
MONACO:
TORINO
HELENA Coe
ORBI






Lettre du Professeur
Marc Dutailly a... -

" (Suite)
orgueil. Le chemin de la sagesse

et de la paix he passe pas. a
travers le vain labyrinthe de la
logique; il serpente par-l’humble
acquiescement @ la tradition et
par l'accomplissement, en’ toute.
modestie,” des rites preserits par
les Kerituress. .
Incapable de vous suivre sur

je terrain heutement métaphysi-
que ol vous mouvez avee tant
daisance, j’ai délaissé ld voie de
la Culture pour m‘engager dans
les allées fleuries, reposantes de
la Tradition Une et Primordiale
et tout particuligrement de la
Tradition hindoue, beaucoup ‘plus
consolante que les autres, car
pour la Sainte Sagesse Brahma-
nique, il n’y a pas de damnation
éternelle. A votre Lyre, qui. a
_raffermi “mes wvonvictions et
augment¢ mes espérances, je
souhnite un grand succes de
librairie, car il est désirable que
les idévs qul véhicule — con-
naissent te plus de rayonnement
pour le plus grand bien des
collectivités désemparées devant
les problemes fondamentaux. |
Aprés. avoir lu: «LA CULTU-
RE, “REFUS DE LA DIMEN-
SION ~ HUMAINE>, tout un
éhacun se trouvera en mesure de
répondre, comme le disciple a la

N

question posGe par le’ maitre,
eque le Poigt autour duquel
gravite notre Systeme Solaire”
est le Dieu dans le sein. duquel

repose notre Dieus.
‘ ’ Bien Votre :
Mare DUTAILLY

ee

Dans le Volley-Ball
CHAMPIONNAT D&S —
MLNIMES - oo
SECTION FEMININE ET
SECTION MASCULINE,

Comme il a été déja annonee,
les inscriptions sont attendues
au Secrétariat (Frere Euphrem
St Louis de Gonzagué) ou,encore
-chez Mme Arnoux, Trésori¢re des
la FLH.V.B. La fleur du Chénew
No. 34. Liste ‘des joueurs et
Joueuses, acte de Naissance et
Vhoto d'identité année “de
naissance «a partir de Janvier
154.

Premitre prise de contact
avec les dirigeants ou personnes
responsables des Equipes mini-
mes Jeudi 27 Février 5 Hres p.m’
au College St- -Pierre,

F. H. V. B.
EVENEMENT -IMPORTANT

Samedi ler Mars au College
St Pierre, affrontement des
invaineus :

SEMINAIRE — St. LOUIS

Coupe Clovis Bonhamme.

Cette rencontre sera au profit





des Sélectins Nationales de
Volley-Ball.

Entrée Prix special

Enfant G, 0.50

Adulte G, 1.00 ~
: ICTATION ST. LOWES
Ye GONZAGUE

Le Comite de l’Association

des Anwens Eleves des Freres
_de Vinstruction Chreétienne invi-
te les membres 4 se réunir a
VAuditorium .de [Institution St.
Louis de Gonzague le dimanche
2 Mars a2 10 hres du matin en
vue du vote des statuts de l’As-
sociation.

LE COMITE



. Messe de prise
de Deufl -

Une messe de Prise de Deuil
sera céléorée en l’Eglise Sainte
Anne le Vendredi 28 Février a& 6
heurse 30 du matin & la mémoire
du reyretté Louis Emile Geor-
ges décédé le dimanche 16 Fé-
vrier en cours.

Le present avis tient Ken din-
vitation aux paren’s et amis de
la famille,



Messe de Requiem

Anniversaire

Les parents, alliés et amis de
la regrettée Mme Vve Joanny
RICCARDI sont, priés de bien
vouloir assister A une Messe de
Requiem Anniversaire qui sera
chantée en la Basilique Notre-
Dame le Samedi ler Mars & 6 h
30 A.M. ,



Pour la restauration

de la Basilique

Notre Dame

Cette Eglise, la Basilique No-
tre Dame est devenue un. monu-
ment historique. Consacrée a la
Mere du Christ, elle demeurera
dans le temps un témoignagpe élo
quent de la foi vive des Haitiens:
Contribuer & sa Restauration
constitue un acte a la fois patrio
tique et chrétien.

Combien de graces le simple
geste d’achcter un billet de la ra
fle «Pour la restauration de 1a
Cathédraled peut attirer sur
nous et notre pays. En avant
tous, ne soyez pas parmi les re-
tardataires. Demandez’ votre bii-
Iet de rafle !-

_ Des bets de la Rafle pour
la vestauration de *la sCathédrale
de Port-au-Prince ‘sont en. vente:

Au Presbytére du Sacré-Cocur

Au Presbytére de Ste-Anne ©

A la Bibliothéque des Jeunes

Librairie de l'Action Sociale

Au Presbytére de la Cathédrale

Au «Nouvelliste>

‘Le tirage de cette rafle qui.a
été renvoyé se fera le 28 Février
au 2e tirage du mois de Février
‘de la Loterie de ‘Etat .Haitien,



Full Text







“QUOTI

LE PLUS ANCIEN D’HAITI
FONDE EN 1896

Directeur - Adfninistrateur :
MAX' CHAUVET

DIEN

dle

7 MEMBRE DE L’ASSOCIATION










0



INTERAMERICAINE DE PRESSE



ADRESSE ° 1



‘ -B0. BOX

RUE DUCENTRE
No. 212



PORT-AU-PRINCE (HAITI)
: PHONES : 2282-2432 _
: 1916 ,




+



No 27.756

* EME ANNEE



— Les Entretiens

PARIS (AFP) — .
Pour la premiére fois depuis

de nombreuses années un vérita
ble djalogue Franco - Américein
sengagera demain soir avec In
rencontre du Président. Nixon et
du Général De Gaulle. Si les re-
lations entre Paris et Washing
ton connurent dans un passé ré-
cent des passages difficiles,
c'est dans un climat apaisé que
le nouveau Chet de lAdministra
tion des Etats Unis arrive ven-
dredi en France. Il y est atten
duo avee oun préjuge favorable.
On n'a jamai, caché a Paris que
son ouverture d’esprit eb son
plap’matisme étaient d’autant
pus appréciés qu’on avait regret
té le voté dogmatique de la poli-
tique démocrate. Il est done trés
probable que les contacts entre
le Président des Etats Unis et
les dirigeants frangais se dérou
feront dans une atmosphére ou
de part et d’autre, on remarque
ra un maximum de bonne volon
te, .

Les conversations
prendront toute leu;
sur le plan psychologique, car
elles consisteront esscntiellement
en des échanges de vues sur les
grand, problemes internationaux.
Pas plus que dans les autres Ca
pitales visitées par M. Nixon, il
ne sera question de néyocier ni
de s‘entendre sur des décisions
communes. Le Président améri-
cain entend écouter et recueillir
de, avis, Nul doute qu’a Paris
sa curiosité ne soit particuliére-
ment éveillée, en raison ‘méme
de la yolonté d’indépendance ma-

de Paris
importance

nifest¢e par la politique fran-
caise. an

Aucun ordre du jour nest fi-
x pour le déroulement de ces

entretiens qui dureront vendredi
et samedi huit heures an total.
Il va de soi que Jes themes prin
cipaux seront le Meyen - Orijent,
VEurope, les relations Est
Ouest, le Vietnam, sans négliger
ie Systeme monétaire inernatio-
nal,

Sur Ie Moyen Orient, M. Ni-
xon a déja dit quwil attachajt
une grande importance & connai
tre les avis de Ia Grande - Bre
tagne et de la France, toutes
deux ayant des responsabilités
particuliéres comme membres
permanents du Conscil de Sécu-

‘Nixon--De Gaulle

dans le Marché Commun, volon
té que le Premier Ministre Bri.
tannique. M. Harold Wilson

vient. de confirmer au Président
Nixon. Celui-ci entendra évidem
ment par la bouche de ses inter

locuteurs frangais un — certain
nombre d’arguments opposés. Le

controverse Franco - Anglaise
sur l’entretien que le Général
De Gaulle a eu avec lAmbassa-
deur Britannique M. Christoper
Soames, scra probablement évo-
quée. On tiendra sans doute du
eété farncais a renouveler [es
mises au point déja faites.

L’analyse des relations Est -
Quest soulévera la question de
la discussion que Washington
souhaite ouvrir avec Moscou.
Ia France a toujours marqué a
cet ‘gard qu’elle entendait me-
ner sa propre politique de déten
te et Wenvisage done pas de don
ner un blane-seing aux Etats -
Unis. Quant au rdle futur de
VO.T.A.N., si la France n’a pas
Vintention de quitter 1l’Alliance,
elle ne souhaite apparemment
pas que celle - ci soit resserrée,
comme senrble te déstter Mo Nie
xon,

Sur le Vietnam, un rapproche
ment des vues frangaises et amé
ricaines est déji& Intervenu. La

France a salué la décision de
Washington Warréter les bom-
bardements. Du cété a'méricain.

on a été sensible aux efforts du
gouvernement de Paris pour fa-
ciliter Pouverture de la négocia
tion.

La réforme du syst¢me moné

taire international sera aussi au
centre deg conversations de
Trianon. Les droits de tirage

spéciaux sur le Fond Monétaire
International ont tenu une lar-
ge place dans les entretjens de
M. Nixun avee les dirigeants
britanniques. I! est apparu par
ailleurs que Ie gouvernement A-
méricain comme nombre de -
gouvernements européens
west pas cn faveur de la réu-
nion d’une eonférence monctaire
internationale. A Paris, ot Von
avait souhaité cette réunion, on
est depuis quelque temp, averti
de la position américainc.

Tl n’en reste pas ‘moins que la
conjoncture jnternationale exi-
ge une entente des Grandes
Puissance, dans le domaine mo-



rite, [1 est vraisemblable que du nétaire, Les conditions envisa-
cote francais, on insistera sur pées par Jes uns ct les autres
Vurgence de la concertation a pour la recherche d'un aceord
quatre, demandée par Paris, sur ee terrain seront un des élé-
, : ments les plus importants. Et
Les problemes curopéens res- peut étre les plus délicats —
tent dominés par la volonté de des échanges de vues Franco -

tn Grande - Bretagne d’entrer Américains.

e e e

1xon — Kiest

‘ /
BONN : ‘ crétaire au trésor, M. David
: ; Kennedy. M. Kiesinger a expri-
Les entretiens americano- al- yyé gon’ accord.

lemunds menés depuis mercredi Sur le plan commercial, — al-
matin i un rythme accéléré, 8€ lemands et -uméricains * ont sou-
sont achevés par un diner de jigné que plusieurs questions
travail qui a réuni le Président ¢pineuses nécessitaient des con-
Nixon, le Chancelier Kiesinger, yuttations plus suivies entre Was-
leurs Ministres des Affaires E- hinpton et Bonn. Elles seront
trangéres et leurs conseillers gpordées dans un mois lorsque le
dans les salons du palais Schaum = Gucrétaire du M.

burg. .

{ue probléme de Berlin, la réu-
nification de lAllemagne, le
Moyen Orient, les questions mo-
nétaires et commerciales et, de
nouveau, les relations Est-Ouest

ont figuré a Vordre du jour
des entretiens, de l’aprés-midi
qui se sont déroulés pendant

deux heures en petit comité.

Faisant une entorse a son
horaire pourtant si serre, — M.
Nixon a eu a faire une visite

surprise au Bundestag, comme il
Yravuit fait la veille & la Chambre
des Communes et comme il le
fera, peut-étre, 4 Rome et a
Paris. . ;

M. Nixon aura consacre pres

de dix heures a tater le pouls
de ses alliés allemands. Si les
négociateurs ont taillé dans le

vif de tous les grands sujets qui
intéressent ]’'Allemagne, il ne
semble pas quiils soient allés au
dela du stade exploratoire..
En ce qui concerne la crise
du Moyen - Orient, M. Nixon a
informé son interlocuteur des
préliminaires a, une concertation
h quatre, I} a exposé en détail
jes vues de son gouvernement
et soul'gné que les grandes puis-
sances ne doivent pas chercher
a imposer une solution ‘dans
l'espoir de désamorcer la poudrié
re. Snr Jes questions monétaires,
M. Nixon a été plus explicite :
ll s'est déclaré opposé a un
@%ommet monétaire en soulignant
que le moment ne lui paraissait
pas propice. En revanche, il a
préconisé des canversations pbila-
térales et invité les représentants
de la R.F.A,, comme ceux
d'autres pays européens direc-
tement intéressés-& Ja question,
venir rendre visite a son Se-







Commerce,
Maurice Stans, visitera la capi-
dale de la R.F,A. a Voceasion
‘d'une importante mission euro-
peenne.

Rien n’a été décidé en ce qui
concerne les compensations en
devises, sinon de réunir un
groupe d’experts qui vont s’atta
quer aux problémes.

La conversation en est alors
venue au traité de non proliféra-
tion nucléaire. La délégation de
la R.F.A. a souligné qu’avant

(Suite en derniére page)



Arrivée du Nouvel
Ambassadeur
d@’Argentine

Aujourd’hui sont arrives a f'oic-
au-Prince Monsieur Juan Anto-
nio Pardo Argerich, nouvel Am-
bassadeur Extraordinaiye et Pleé-
nipotentiaire de l’Argentine cu
Haiti et son épouse née Elena Ro
sa Amalia Carranza Fert.

Le prestigieux Ambassadeur
Pardo Argerich compte’ 30 0 ans
de carriére diplomatique. Fn
1943 il. fut Chancelier au Consu
lat Argentin & San Francisco do
Sul (Brésil); de 1947 & 1950 Con
sul Adjoint & Lisbonne et titulai
re du Consulat a Porto (Portu
gal); Conseiller d’Ambassade au
Nicaragua de 1952 4 1953, trans-
féré a ce méme titre & La Hava-
ne ou il demeure jusqu’en 1905 cv
en Equateur de 1957 a 1958. 2Mi-
nistre Conseiller d’Ambhassade su
Puraguay de décembre ty62 i
septembre 1963 et en Bolivic jus
qu’a mai 1966. En qualité de Mi
nistre Plénipotentiaire il tut
Sous - Directeur et ensuite Direc
teur du Département Asie et O-
ceéanie de la Chancellerie de juil-
let 1966 jusqu’éa sa récente nomi-
nation.

Il a rempli d’impértantces Mis-
sions Officielles dans divers pays
de l'Amerique Latine, méritant
ainsi plugieprs décorations.

M. le Doeteur S. Armando Zi-
to, Chargé d'Affaires de l’Argen
tine, aprés 3 ans en Haiti, a é“
transféré A VAmbassade de soi.
pays & La Haye (Pays-Bas). It
compte laisser Port au-Prince le
18 Mars prochain. ,

LtAmbassadeur d'‘Argenitve a
été accueilli a son ariivee par 1c
Chef du Protocole, PIntroducteur
des Ambassadeurs, V’Ambassa-
deur de Colombie et sa femme,
le Chargé d@Affaires d'Argenti-
ne et sa femme ct le persennel
de l'Ambassade.

Nous présentons nos: souhairs
de bienvenue au distingué Diple-
mate ainsi que nos voeux de fruc
tueuse mission en Haiti.





Pour préparer
le 2eme Congres
du Travail

Le Comité Chargé de coordor-
ner les préparatifs du deuxiei+
Congrés National du Travail a-
vait réuni avant hier en sou lo-
cal de ’Avenue Marie Jeanne it
la Cité Dumarsais Estimé les Ins

pecteurs des Affaires Sociales
des différentes juridtevions du
pays. .

La réunion qui avait pris ‘¢

caractere d’une table runuy était
présidée par Monsieu» Max Vou
chard, Secrétaire Générai au Dr
partement des Affaires Sociales
quassistaient MM. Carl Hérard.
Emile Legros et Nerva Antonin.

Au cours des entreliens = qui
ont été particuliérement = frne-
tueux, les inspecteurs »ec sont en
vagés & présenter chacun ex
une communication objcetive ivi



prochain Congrés Nationsi = du
Travail qui, comme on le gait,

tiendra ses assises & Port-au-
Prince au cours du mois d’Avri!

“de eette année.

Avertissement
du Front National

de Libération
HONG KONG (AFP) —

Toute reprise des bombardc-
ments sur le Nord-Vietnam par
les Etats Unis ott leg forces Sud
Vietnamiennes — sera intmédjate-
ment suivie de représailles cing
ou dix fois plus violentes contre
le peuple Sud-Victnumien, a dé
claré aujourd’hui la radio du
Front National de Libération cap
tée kh Hong Kong.

Dan, cet avertissement adres:
sé aux Etats Unis et au gouver
nement Sud - Vietnamien, la ra
dio du Front a poursuivi: Rap
pelez-vous que plus de 3.000 a-
vions ont été abattus au cours
des bombardement, sur le Nord-
Vietnam sans que les Etats Unis
aient pu enregistrer le moindre
suecés, Cela c’est une legon dont
vou, devez vous souvenir.

JEUDI 27° FEVRIER 1969



‘Notre Chronique de Langage

Le Francais, tel qu'on le parle

par le Dr: Pradel POMPILUS

Mesdames, Messicurs, bonjour

Je m'excuse Wavance du carac-
tére un peu haché que prendra
mon émission d’aujourd’hui. Ce
décousu. viendra de ce que j’ai
Voulu répondre au voeu de te!
ou tel de mes auditeurs en ré-
solvant rapidement — certaines
questions qui m’ont été posées :
& trop les taire attendre, je ris-
que de décourager leur intérét:
jai done décidé, une fois en pas
sant, de sacrifier ma mtéhode &
la” curiosité d'une partie de mon
auditoire.

D'abord, & ceux qui voudraient

voir cette émission se transfor-
mer en cours de frangais élémen
taire, je dirai que tel n’en_ es!
pas le but. Elle n’est pas. desti-
née & des débutants ni 4 la for-
mation des maitres de francais
fondamental, pour l'instant du
moins. L’Institut Frangais dixpo
se de beaucoup de cours de ce
dernier genre avec disques ou ru
bans magnétiques, mais il estime
que la place en est plutét & l’éco
le primaire : les maitres qui s’y
intéressent devraient contacte:
le directeur de VInstitut.
* Y-- Voici "d’abord quelques pe-
lits problémes . de redressement
de prononciation que jai da ré-
soudre pour mes éleves, mes ¢!v
diants et pour moi-méme :

Jo) Le nom de ce magistra!
francais qui a défendu Louis
XVJ devant Ja Convention et fut
puilldtiné sous la terreur, — est
Malzerb, bien qu'il s‘écrive Ma-
lesherbes.

99) Les Condé étaient ducs
WVEnghien Cisez : Enguin) et ce
aon se trouve en particulier dans
lex derniers vers de !Fpitre VI
de Boileau a Racine :

Pourvu qu’Enghien en soit tou
ché, que Colbert et Vivonne,

Ia Rochefoucauld, Marcillac
et Pomponne

A leurs iraits délicats se lais-
se pénétrer.

30) Dianres Pierre Fouch¢,
Traité de prononciation franga!
(Klincksieck, 1956) le nom du
célébre cardinal qui, a attaché
son souvenir a la fondation — de
yAcadémie francaise et a Whis-
toire de la monarchie absolue es
lichelieu, bien qu'on entente
parfois Richlieu.

4o) Le mot franeais qui s’écrit
v-a-r-s et qui désigne familiérc-
ment un gargon, un jeune hom.
me, se prononce ga. Dans les pie
ces de Courteline, il s‘écrit p-a-s
Cependant Vr, qui disparait au
masculin, est rétabli dans le fé-
minin «garees, qui aurail dt s’¢-
crire parse. Notons en passant
que «garce> a un sens péjoratif
qui n’a pas atteint le masculin
vpars» (fa) : il désigne dans la
langue populaire une fille de
mauvaise vie ou une femme me:
chante ,désagréable.

5o) Le finale de Vadjectif’ in-
défini quelque s'¢cril toujours.
mais ne se prononce pas devant
voyelle ou h muet :-quelqu (¢e.
accident, quelqu(e) objet, quel-
qu(e) histoire, quelqu(c) illusion,
de quelyu(e) utilité, quelqu(e)
étourdi qu'il soli; il en ext de
méme de Ve final de «presques,,
qui s’élide seulement dans pres-
qu’ile : presqu(e’ invisible, pres
qu(e) illisible, presequ(e) escla-
ve, presqu(e) obscurci, presque)
unique, presqu(c) abattu. *

su,










Vol d’Apoilon 9
renvoyé a lundi
CAP KENNEDY (AFP)



La Nusa a décidé de remettr
de trois jours le lancement dA
pollo 9 en raison de Pétat de
santé des troi, cosmonautes, Us
décolleront lundi a 11. heures Jo
‘ale (16.00 gmt) duo Cap Kenne
dy.



Hommage au grand missionnaire Spiritain
LE. REVEREND PERE HENRI GORE

TEMOIGNAGE DE

UNI

Discipulus est priori posterior
dies, (Le lendemain est Véleve
de la veille) Publius Syrus
«Sententiaer.

x x xX

L’Heure du choix était arrivée.
Fallait-il envoyer Henri au
centre d'apprentissage agricole
du chef-lien du canton ou a la
maison familiale d’apprentissage
rural, a Granville, ou bien,
obtenir, par Vintermédiaire, soit
du député, soit du représentant
conseil général, une

du ¢Anton au ;
pourse pour Ie petit collége de
St-James, l’école primaire su-




ieure d’Avranches ou le lycée

‘Dimanche 2 Mars a5h, 7het9h

Mw

Vor

par Gérard JOLIBOIS
ae
DIFFICILEMENT

ATION

de Coutances,
manifestait une
lante ?

Mais, vu les ressources pre-
caires de la famille, serait-il pré-
férable de le conserver comme
aide, a la ferme, puisqu’il ste
révélait un excellent berger, qui
savait comprendre: les boeufs et.
se faire comprendre deux ?

Le garconnet devait lui-méme
décider car les parents, sans” le
savoir, avaient déja influé sur la
résolution de leur progéniture.

VOX DEI

Matin et soir, Ja priere en

commun était récitée fidélement

puisque l'enfant
intelligence hril-



GRATITUDE DE LA FAMILLE JOSEPH JOLIBOIS fils

ACCOMPLIE

sous le manteau de Ja cheminev.
La maman n’abandqnnait jamais
son livre de priéres, trouvant
toujours un instant pour y lire
une courte oraisbn. Quant au
pere, n‘avait-il pas, & Vorée du
verger, sous Ja tonnelle couverte
de plantes grimpantes, aménage
un oratoire, surmonté d'un cru-
cifix et consacré a la Vierge,
St- Joseph, St- Benoit, St- Roch,
devant lequel i] venait se mettre
& genoux, chaque soir, sur un
agenouilloir de bois, lustré par
Vusure ?

(Voir suite page 2)

Go) Le mot frangais qui s’écrit
poéle se prenonce poil (phonéti-
quement pwal), qu'il s’agisse du
poéle, drap funcbre sorti du la-
tin pallium, du poile a chauffer,
sorti du latin pensile ou de la
poéle a frive, issu du latin pa-
tella, I] en est de méme des mots
de la méme famille poélée (pwa-

16), poélon’ (pwalon), poélier
(pwalyé).

7o) Si le p ne se prononce pas
dans (se(p)t, se(p)tieme et se(p)
tiémement, il se prononce

tennat, septante, septembre, sep-
tembriseur, septemoir, septennal,
septentrion, septain, ete.

80) Le p initial se prononce
dans pneu, ainsi que dans les
mots de méme hase : pneumati-
que, pneumonie, etc... Dans pneu,

le p a une valeur distinctive : il
permet de différencier, dans la
langue parlée, le pneu et le
noeud, un pneu et un noeud.
90) Lé p initial se prononce
également dans psaume et Jes

mots de méme base": psautier,
psalmodie, psalmodier—

400) On pourrait se risquer 4
avaneer qu’en créole haitien Vo
fermé sous Vaccent n’existe par.
De plus, en frangais il n’y a
quan tout petit nombre de pai
res de mots qui se distinguent
par Vopposition d’tn o fermé i
un o ouvert noté'o ou au: Pau-
Ie — Paul; méle — molle; elle
saute — elle est sotte; la cote —
la cotte; la cdété — la cote; le
votre —- votre; le nétre — notre.
Le substrait créole, le peu de ren
dement de Voppositiones o qui dé



Arrivée de Nixon a Rome

ROME (AFP)

Richard Nixon est arrive a Ro
me, avant derniére étape de son
voyage eu Europe avec une heu
re de retard environ. fl a été ac
cueilli par M. Giuseppe Saragat,
Chef de l’Etat Italien, qui lui 2
jonguement serré la main avant
de lui présenter les membies cu
Gouvernement et notamment 41M
Mariano Rumor, Président du
Conseil et Pietro Nenni, Miristre
des Affaires Etrangéres.

Le Président des Etats «nis
aprés avoir écoaité les hymnes a
méricain et italien a passé en re
vue un détachement de l’Armce
de V’Air.

M. Saragat a ensuite prononcé
une allocution de bienvenue.

Répondant au Président itelien,
M. Nixon a notamment déclaré

Nous aurons des entretiens a-
vee Union Soviétique, mais a-
‘ant nods aurons des conversa-
lions avec nos alliés.

La Force de VAlliance est pluy
importante que jamais, a ajoute
le Président des Etats Unis, ct
VItalie comme membre de la Cou:
munauté euxopéenne peut jouer
un réle vital et constructif dans
les affaires du monde.

Aprés avoir serré @innombra-
bles mains des invités qui se trou
yaient dans les Tribunes puis sa
lué le public, M. Nixon a quite
VAéroport en compagnie de M.
Saragat pour se rendre au Pa-
lais du Quirinal.

La foule est peu nombreuss *
long du parcours qui conduit a
la demeure présidentielle, quel-

Yo

ques spectateurs erient vive Ni-

xon tandis que sur les murs @’un
certain nombre de maison; = on
peut voir des affiches condam-
nant Vintervention — americatne
au Vietnam,

xxx

Allocution de
M. Saragat a
PAéroport

de Ciampino

ROME (AFP)

L'ltalie est consciente de len-
wagement de la Nation américai
ne dans la reeherehe des condi
tions propres a garantir une
paix juste et durable entre tuus
les peuples de la terre, C'est ne-
tamment en ces termes que 4.
Giuseppe Saragat, Président de
la République italienne, a aceuell
li eet aprés midi le Président Ni
xon a VAG oport de Ciampino.

Votre voyage, monsieur le DPré
sident, a poursuivi M. Saragst,
revél done une grande importan
ce pour l'avenir des rapports e9-
tre les peuples qui adherent 4
YAlliunee Atlantique el comme
prémices des négociations — que
yous engagerez avee l’Union So
viétique, Mais, & ce grand dialo-
ue de paix entre |'Est et !’Oues!
Europe pourra apporter une con
tribution décisive si elle trouve,
en réalisant son unité la dimen
sion nécessaire pour dominer sor
propre destin. . :

Te Président italien w ensuite
rappelé que la cordialité des rip

REX-THEATRE PRESENTE :

dans:
les mots de méme famille : sep-

courage leffort explique peut-é-
tre la négligence que nous appor
tons & artieuler convenablement
les o fermés méme dans les mots
ot la fermeture de la voyelle est
notée par un accent circontiexe:
le péle nord, le Méle St Nicolas,
le véle qu'il a joué dans Vaffai-
re, un monéme, un polynéme, le
‘royaume de Dieu, Guillaume sont
souvent articulés 6 chez nous et
par les parleurs les plus cultivés.
L’o accentué reste aussi fermé
dans tous les mots ot il est suivi
des sons % ov v : une rose, une
pause, la pose, une dose, une cau
se, mauve et dans quelques au-
tres mots comme cyclone, zone,
‘faune, atome, idiome, axiome,
brome, chrome, fibrome, les fos-

il s’adosse ete...

-

Cependant on prononce uv dans
un tome, un astronome, un agro-
nonie, économe, carbone, matro-
“ne, madone, polygone, ozone, Pe-
tvone, bosse, brosse, colosse, il
écosse ete... .

11) A propos de quarante-deux,
rinquante-deux, ete...

Des ctudiants m’ont’ demandeé
i moi aussi, ‘ce que je pense des
prononciations telles que quaran-
n-deux, cinquan-n-deux. — Eh
bien, je les’ référe a ce qu’a ré-
pondu Piment Doux et je les ex-
horte a articuler soigneusement ;
quarante-deux; cinquante - deux,
trente - deux etc... Cependant j’a
jouterai que cette articulation
soigneuse n’est possible que dans
un débit lent et un style soutenu,

(Suite page 4 Col. 8)

ports Italo - Américains trouvait
son origine dans Vhistoire, la ci-
vilisation commune et les liens
qui se sont noués entre les deux
peuples par Vafflux de mullions
de fils de la terre italienne dans
la grande Patrie américainc.
xxx

Manifestation
anti - Nixon a Rome
ROME (AFP)

Au moment ot le Président Ki
chard Wixon arrivait au Palais
du Quirinal, prés de trois mille
manifestants, convoqués par la
Fédération des Jeunesses Commu
nistes, se sont rassemblés pré<

(Suite en derniére page)

ses nasales, il endosse ,il désosse,

AU FIL DES JOURS...

par Aubelin Jolicoeur

LE VOL D'AVPOLLO &
sera projeté demain a 14 h
a la Salle des Bustes

du Palais National

..Demain ‘soir a 7 heures sera
projeté & la Salle des Bustes du
Palais National le film sur le cé
lébre ¢Vol d’Apollo 8». ~

Cette séance cinématographique
sera patronnée par le Président
a Vie de la Républiqque et Mme
Frangois Duvalier. . :

«Le Nouvelliste, remercie bien
ssincérement le ‘Président et Mme
Francois Duvalier de leur aima-
ble invftation.

. “xx x

DR FRANCISCO F.
NOGUERA
urand Juge a la Cour Supreme
du Vénézuélu regu par

b.

le Président Duvalier .

.. Ce matin, & 10 heures, le
Président 4 Vie de la République,
Dr. Frangois Duvalier a regu en
audience privée le Dr. Francisco
Fernando Villasmil Noguera,
Grand Juge a la Cour Supréme
de Cassation du Venezuela,

Ce distingué visiteur vénézue-
lien arrivé dimanche par le
Vol de la Compania Dominicana
de, Aviacion et accueilli a l’aeéro-
port Francois Duvalier par MM.
Yves Massillon et Carl Alcindo!
du Protocole, a cu un entretien
(Pune vingtaine de minutes avec
le Chef d’Etat haitien.

Il a repris immédiatement
apres cette entrevue le Vol de la
Neminicana pour rentver a Ca-
racas vig Santo Domingo. :
Tl_a été salué a Vaéroport par
Carl Alcindor du Protacole.

x x xX
LE GROUPE DE 160
JOURNALISTES ET
AGENTS DE VOYAGE
imuités par la TCA arrivera
le 15 Mars .

.. Ce matin, s‘est tenue a
VOffice National du Tourisme ef
de la Propagande une trés im-
portante réunion sous la Direction
du Directeur Général Adjoint dc
VONTP, M. Ramah Théodore.

Cette réunion avait pour but
de mettre Iles membres de lAs-
sociation hoteliére au courant du
projet de la TRANS CARIB-
BEAN AIRWAYS d‘amener ici
le 15 Mars un proupe de Cent
Soixante Agents de voyave — et
journalistes pour une visite de
familiarisalion qui durera deux
jours.

M.

Tous les’ hoteliers de — Part-
au-Prince cet de Peétionville se
trouvaient ieunis ce matin a

VTOQONTP. pour preparer avee Mr.
Théodore et les autres membres
de cet Office “la visite de ces
Journalistes et Agents de voyage

Fred Pierre-Louis Manager de
VHotel Plaza et Wolfgang Wa-
ener, otelni de lHotel Splendid
ont 4t6 désipnés par PONTP ef
VAssocialion Hételiére pour arran

Le Maire Figaro s’adresse
a [Equipe Nationale

Messieurs les Equipiers de las Fédération Haitienne de Football

Nouvelle Haiti,

Depuis quelques temps, ici cl 2
létranger, la gloire sportive nous
accompagne. Curagaolais, ‘Trini-
dadiens, Jamaicains, Nord - Amé
ricains, Guatémalteques, Bresi-
liens, sont venus défendre au Ste
de Sylvio Cator leurs couleurs
sportives et équipt nationale a
su défendre les siennes en don:
nant la victoire au foot-ball hai-
tien. Lous ceux qui s‘intéressent
a Vavenir du football haitien en
ont congu une Iégitime satisfac
tion et en sont encouragés. Et le
premier parmi nous quia relan-
cé la compétition sportive entr:
les Gquipes nationales el a don-
ne son nom au tournei intercarai
be, je veux parler de Son Excel-
lence Ie Président & Vie de Ja Re
publique, le Docteur Francois DU
VALIER; Mécéne penéreux du
sport, se penche sur la condition

de nos équipes avec autimt — uc
soin et de persévérance que sal

s'awissait d'un problome prieritai
re. Qu’Elle en soit remerci¢e, au
nom de Ja Nation Haitienne, et
en votre nom, chers — ¢quipiers.
qui venez de vous rendre Cligibles
pour une nouvelle fétape du tour-
noi international de football.
Messieurs Ics équipiers de |]:
Nouvelle Haiti, ;
Apres une victoire classique
sur VPéquipe guatémalteque, vou:
@tes allés au Stade Mateo Flores,
a Guatéemula City, défendre vos
couleurs -purtives et vous quaii-
fier pour le championnat inter-
national. Avec vos seules cou-
leurs, avee votre victoire et avec
votre décision de vaincre, devan:
60.000 spectateurs, yous vez
joué avec élégance et vous nave
pas perdu lavance. Vous | voici
aujourd’hui dans une nouvel
phase de la compétition sportive.
“Nous lavez franchie de haute
lutte. Vous ne nous avez pas dé-
cus. Nous nous attendions & cet
exploit. Je veux, au nom de la



vous en féliciter chaleureuse-
ment. Je veux également, au now
de lAdniinistration Communal.
de Port-au-Prince vous dire de
quelle fierté vous avez comblé Iv
public port-au-princien, et j:
veux, entin, au nom du Gouvern:
ment et du Chef de la Nation.
proclamer que vous vez bien me
rité du sport haitien. a

N’est-ce pas que lout le poca-
ye ? De l’Aéroport International
Francois DUVALILE au Valaié
National, les foules onthousins-
tes, agen enthousias:ne = presque
parcM@au délire vous escorterant.
Elles exprimeront leur joic, lew

(Suite en derniére page)

~

ger avec la TCA la distribution
de ces visiteurs dans les diffé-
rents Hotels de Port-au-Prince et
de Petionville.

. x XX
LA SALLE D'EXPOSITION ...

METIERS DHAITI
du VINEGO .
a la Cité Dumarsais Estime .
Nous avons eu mardi soir le
grand plaisir de visiter la splendi
de salle dexposition METIERS

DHAITI. DU VINECO.

En mettant du temps pour ef-
fectuer cette visite, nous n'‘avions |
fait que reculer un plaisir qui al-.
lait étre plas “complet avee la
mise en place de toutes les pié-
ces préparées pour cette exposl
tions-vente par le grand. e¢ramis
te, notre excellent ami Ilé Député
Victor Nevers Constant.

VINECO a réuni dans cétte ex-
position Vutile et l'agréable pour
les visiteurs haitiens et étrangers

Les objets en céramique expo-
sés sont pour la plupart des trou
vailles qui seront conservées com
me des piéces rares ou offertes iv
des amis comme tes cadeaux ‘pre ,
cieux. —

VINECO a exploité dans “ces
travaux de céramlique toute la

game des sujets de notre fol-
klore & conunencer. par le ‘Palmis
te dela Liberté avec notre Devi-
se L'Union Fait LA Foree dans
de magnifiques cendriers. .

ll y a beaucoup de plaisir 4 vi-
siterr la Salle d’exposition Mé-
tiers d'Haiti du: VINECO. D’‘afl-
leurs on y perd toute notion .du
temps tant les’ objets exposés
sont captivants. :

x x x -
LA SOIREE DU MARDI
AU SANS SOUCI .

..Le beau publie qui sort a men
tré mardi soir a loceasion du Bar
hecue dansant du Sans Souci
quil a repris son soufle aprés les
jours de la joie esquintante du
Carnaval. .

La fuule des Diplomates et ¢
des grands commergants et in-
dustriéis et des visiteurs distin-
gués était au Sens Souci pour
prendre lour part a la joie entre
tenue par |'Ensemble d’Alfred
Dorlette, - .

Le Barbecue était agrémenté
d'un intéressant spectacle présen
t¢ par le brillant -danseur-choré
graphe Frantz Wainwright avec
des artistes remarquables —tels
que ‘Ella Apollon et la pétulante

danseusc, Mile Fleurimon, dan-
sant T'Africa-Vaudou avec les

seins nus comme en Afrique.

Ce spectacle comportait des nu
méros aussi intéressants que l’A
friea-Vaudou la danse des arrai
gnées, une conversation de tam-.
bours conduite par d’excellents
tambourineurs, la danse Congo
et Pétro.

C'est dans cette atmosphére de
joie que Mime Hope Richle, char.
mante femme de lIngénieur Ted
Niehle Jp. ancien Député du. Ver
nont a célébré son heureux an-
niversaire de naissance, en com-
pagnie de son mari, de M. Chu-
ma Azikiwe de Biafra et de bien
(autres amis,

XX

COMME LES GENS PEUVENT
Sh TROMPER ?

.. Oui, les pens se trompent
neécessairement quand ils se
hatent de conclure avant Vexpé-
Mence. Et ainsi ils induisent en
erreur, . .

On nous avait fait croire que
_le fibn Le Monde Tremble était

x

une speculation sur fa seience
fiction. -

Eh bien, il nous a fallu le
voit pour nous rendre compte

que ce n’est ni un film de sefen-
ce fiction ni un film de monstres,
C'est un espionnage bien monté,
ment brillamment par Craig
Hill, Teresa Gimpera et Luis
Marin pour ne citer que ceux-la.

Le fam est hon. Tl est excel-
Tent. ,

(Suite page 4 Col. 1)



Lettre du Professeur
Dutailly a Mesmin Gabriel

Port-au-Prince, le 23) Fevrier

1960

Au

Professeur
Mesmin GABRIETL
En Ville.

Mon cher Mesmin,

Jo viens d'achever la premiere
lecture de votre fameux ouvrage
sLA CULTURE, REFUS DE
LA DIMENSION
qui in’a apperté, avec une séréni-
té parfaite, le plus intense plaisir
intelleetuel. Je me suis pris la
téte entre les deux mains et,
dans une scrte d’euphorie, je me
suis écrié, paraphrasant Pline :
‘eQui liber illes. Oeuvre monu-
mentale, s'il en fut jamais, d’une
prodigieuse érudition et qui don-
ne droit de cité dans notre Lit-
térature A la Science, A la Théo-
sophie et 4 la Haute Métaphy-

le Président Directeur Général

HUMAINE> -

siqus. Vous indiquez aux pauvres
humains la voie de la Tradition,
qui est celle de la Savesse, celle
de Ja Vraie Connaissance; la
Culture, qui permet de maitriser
le monde matéricl, ne permet
pas datteindre a: la Vraie Con-
Naissince, qui est une visien de
Yesprit par Vesprit. Me viennent
Nola mémoire ces lignes de
Vhistorien With DURANT, citées
par H, De Campigny. dans son
livre «LA TRADITION HIN-
DOUE ET LE BRAHMANISME
ESOTERIQU E> «Lesprit hu-
main est un instrument trop fréle
et trop imparfait pour résoudre .
les problemes métaphysiques — et
théologiques; la raison est une
courtisane qui se préte a tqus les
désirs; elle nous fournit won la
«Sciences ov la «Verités, mais
simplement «des motifs de systé-
matiser notre sensualité et notre

(Suite page 4. Col. 8).

Entrée Gdes 2.50
Réservée Gdes 4.00




PROBLEMIE No, 48

6 — Ville belge — Port prds

de Rome

7 _ Fété au début do lannée
— Métal

8 — Lentilles — Magicierme

0 — Cause de joie — Coordine

xx.
VERTICALEMENT —
I — Une maniére de recouvrir
TI — Peintre — Passionne

certains joueurs
Hil — Nuit parfoig sj elle est
trop grande .
JV -—— Personnage romantique
Vv — Singe — Tissu
VI —— En mode — Un peu, la
téte de ture



HORIZONTALEMENT

. 1 — Mettre Ie feu

2 _. Jolics nageuses VIT .— S’accompagnait a la

8,-— Royal —- Venue guitare

4.— Géne'la cariole VIIL — Direction — Voyelles

5 — Donner sa part 1X. — Inaugure. +

Solution du Probleme précedent.

HORIZONTALEMENT _ VERTICALEMENT —

1; Dimension — 2 Opus; Oise I. Dormeu, — IL. Iphigénie
— g. Rhésus; El 4. Mi; AR; — JIT. Mue; Ru IV. Essaimer
Dés — 5. Egrisée — Uv; MS; —- Y. URSS; E.O — VI. S05;
Bon — 7. RN; Cil — 8. lIrréelle Cet —, VIL. I; Débile — VIII
— 9. Leu; Otées Osée; Ollé — IX. Nelson; Es.



AU CAPITOL

Du Jeudi 27 au Samedi Ier Mars
a6 Hres et a 8 Hres 30

L’Espion du Caire

Un grand film d’espionnage.
Avec : Peter Van Eyck, Adrien Howen
, et Elisabeth Muller.
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

A partir du Dimanche 2 Mars |
Un Suspense extraordinaire auquel
tout le monde participe !

_ 30 Minutes de Sursis

Avec : Sidney Poitier, la Vedetfe inaugurale
du Capitol et Anne Bancroft
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

OPPPOOLOCOL TOES POOPED THOS



rer.



PPLE IO CEL LOOT

Banque Populaire
Colombo - Haitienne
LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN

AVIS

uA BANQUE POPULALRE COLOMBO - HAITIENNE 2s
ueu.cuse de porter a la connaissance de sa clientele qu’au Lau
ge ue ja brrme Annuclle du 80 Décembre écoulé, la Magnitique
List USINIE PHUGEHEOT DE LUXE, Modéle 404. a eé gagne
pur le Carne, d’Epargne No, 17689, détenu par Monsietir Jean-
vapitstee LOUVINSKY, Soldat des Forces A:rmées. d Haid.
-Idlg ont été solennellemen, remises au gagnant, eh pre-ence du
cuale, le 13 Janvier dernier.

Lea

tte en profite pour rappeler a sa clientele qu'elle trouvers
suy diérents services, -les ‘facilités suivantes :

iy ‘egociation de Chéques sur |’Ktranger,
2) Negociation de Traites Documentaires en verwu de Lee.
le Crédit a ’Exportation, ou tirées sur Acheteurs,

uo) Préw aux Exportateurs et Importateurs,

4) Ouverture et tenue de Compteg d’Epargne et de Cony te
Courants,

}d) Prets a ses déposants en Compte d’Epargne.

6) Préts aux particuliers, en général,

7) Préts Hypothécaires,

8) Ouverture de Lettres de Crédit a l’Importation ou d'aceré-
ditifa payables & V’Extérieur,

9)“Avances gagnées par deg marchandises imporiées on & ex
porter,

luy Recouvrement d’Effets de commerce ou de documents a
’Tiiport et a VPExport,

11) Eseompte d’Effets Commerciaux.

‘Lat BANQUE POPULAIRE COLOMBQ - HAITIENNE donne,
enfin, Passurance & tous ses clients, de trouver A lew service
un: personnel empressé et expérimenté, toujours prét a leur four
nit lea renseignements qui pourraient leur faire besoin.

PORT-AU-PRINCE LE 27 JANVIER 1969
BANQUE POPULAIRE COLOMBO - HAITIENNE

WDPOPIPIDIPPOPREPP PPL PGP PL OPP POD OPPOSED O LP OOO LE -
PPL PIPE LL OPP OEE DS Pett aT re OOF



ae. POP LLE EE LPL ODES IPD DE PPDE PILL DDO DIO PLD DD.







Banque Nationale
de la République d’Haiti
Banque de l’Etat Haitien

Devenez votre propre Comptable en ouvrant
un compte de Chéques 4 la Banque Nationale

et LLLL LLL LILA SLPS DLA SAPD

*
r

LISEZ _
«LE NOUVELLISTE>

















Honri. n'étaiteil pas*devenu, a+ ‘aitionde I’.
vec la permission de ace’parenth ‘dattint du.
Venfant de choeur pieux, 246,
qui se hiitait vers l’glise psrois
siale, au style baroque, avec clo-
cher jen bulbe, non par la route
commudale trop longue, avec ses
trois kilométres, maig par Ie che
min de traverse cau milieu des

baye «Blanche (1)
Ile sidcle et soigneu
sement restaurée, Les vocarions
étaient si nombreuses dans ce dio
cése que l’Abbaye - Blanche ne
recevait que celles de ]'’Ar-
rondissement d’Avranches.

Le jeune séminariste se’ pas-
sionna pour le latin, le grec, la





chénes et des hétres de la Ruelle’ &tylistique, les genres littéraires

aux Venins» pour &tre l’un des
servants de ‘la premiére messe

Apres ja quatcléme, aux vacan-
‘ces de 1905, & la stirprise de ses

dominicale de 6.h., a laquelle sa ,-Parents, des fréres- et soeurs, il

mére resta constamment fiddle,
jusqu’A ce que la. maladie l’en em-

déclamait ses premiers’ vers, dé-
ja de belle allure, dédiés aux plai

pécha, - - girs de son enfance.

~ Son. podme débutait: ainsi :
Cette «tradition de’ réligion,:e* ‘ «oli ruigseau qui- courais:: la

d@honneur» selon lexpressicr, prairie

d’Henry Bordeaux devait néces - Petits moulins, qu’étes - vous

sairement provoquer Jl’appel de devents? '

Dieu. L’admiasion au Petit Sémi «C’est donc ainsi que m’échappe

naire de l’Evééché de Soutances la vie . :

(’Evéché d’Avranches” avait été
supprimé en 1790) ne posa pas
de difficultés, grace a l’interven
tion du Guré de Carnet, appuyé

par le Doyen de St - James.
A MORTAIN,—

La France venait de faire 1]’éco
nomie des deux guerres: civiles
qu’auraient pu provoquer le-
langismes et l’affaire Dreyfuss
QUAND, coups de canon dans
un ciel devenu serein, éclatérenv
successivement Ia question: des
Congrégations, (1901) 1’expul
sion des religieux (1903) provo -
quant le quasi-soulévement des
villes et campagnes dans le Nord,
en Bretagne et en Normandie, la
démission de nombre 4’officiers
de l’armée refusant de lever leur
épée contre Jeurs anciens profes
seurs,

Le Petit Séminaire était. placé
aux marches orientales de l’ar -
rondissement d’Avranches a
MORTAIN, che f- lieu de canton,
ville de 1700 habitants. L’évéché
de Coutances y avait fait l’acqui



COMMUNIQUE

Le Département du ‘Commerce

et de )’Industrie perte 4 la con-
naissance du Public en Général

et des Importateurs de. lard
(Mantéque) en Particulier, qu’a
partir de cette date, et en confor
mité des prescriptions du Con-
trat intervenu entre la Société
«HUILERIES CARAIBES 5.
A.> et PEtat Haitien, limporta-
tion du lard est contingentée au
profit de ]'Industrie locale.

«Petits moulins, que ne tournez
vous plus? :
A partir de la troisiéme, il se
jeta & corps perdu dans J’étude,
beaucoup plus poussée Tors, du
latin et du grec. Il dévorait dang
le texte Sophocle, Eschyle, Euri-
pide, les auteurs latins, puis Bos
suet, Corneille, Racine, Moliére;
étudiait lu métrique, le rythme,
excellait dans le discours Jatin,
dans l’art oratoire, sans négliger
pour autant les exercices physi -
ques.

“Dans son ouvrage «Sur un
grand évéque missionnaire,» le R.
P, BRIAULT, qui fut secrétaire
du Supérieur Général de la Con-
grégation du St Esprit, notait en
1939, au sujet de l’Abbaye-Blan
che: «a l’&poque, les études litté
raires y étaient fortes: on jouait
dans le texte grec les piéces de
Sophocle et d’Euripide!... (Ce)
Petit Séminaire était un lieu de
saine éducation. La piété ne se
surajoutait pas a la vie, elle s’y
intégrait profondément. Elle exi
geait de la vaillance et portait
au devoir......... ...Les éléves re-
gardaient les professeurs, pres -
que tous Prétres ,comme des amis

’ et des fréres ainés, majs ceux-ci

savaient qu’ils devaient mériter
la confiance et ’amitié, L’esprit
était excellent, les punitions ra-
res, peu de vocations se per -
daient en route.»

Aussi, les deux parties du bac
calauréat furent elles conquises
par Henri GORE, comme en_ sc
jouant, eg Juillet 1908 et 1909 a
SAINT LO, chef lien du Dpt.
de la Manche, siége de la prcice
ture et de !’Inspection d’Acadé -

En conséquence, il est deman-, mie dépendant de CAEN.

dé aux Agents et Importateurs
de cet article de faire parvenir
dans le plus bref délai possible
& ce Département ja liste des
commandes en cours ainsi que le
stock existant @ cette date.

Aucune importation ne sera
permise sats l’approbation prés-
lable de ce Département seul ha
ble a délivrer ]’autorisation de dé
douaner,

Toute importation de lard qui
arrivera en douane sans autori-
sation sera réexporté a Vexpédi-
diteur aux frais de |’Importateur
fautif.

Port-au-Pce, Je 21 Fevrier 1969,
Dr Lebert JN PIERRE
Secrétaire d’Etat





FUTUR MISSIONNAIRE.— La
situation de fortune de la famil-
le GORE ne lui avait pas permis
de contribuer & Ventrée d’Henri
a l’Abbaye - Blanche ! le jeune
homme avait obtenu l’aide com-
pléte de l'Evéque de Coutances.
Et les succés scolaires n’avaien.
pas décu le prélat, ni les protec
teurs religieux.

Aprés le baccalauréat, Henri
se décida hk entrer dans la Con-
grégation des Péres du St Es-

rit.

Un Grand Spiritain avait in -
flué sur Ja vocation Missionnaire
de notre jeune Cornétain: Mer

Alexandre LE ROY, (2) Supérieur

(Guite do 19/18r0 |

: Général de cette: Congtégation:de
1896 & 1926 et originaire, lui ‘aus
ai, de l’Avranchin, d’une comme.
ne de ce méme canton de St - Ja-
mes, St. Sénie; de Beuvron. situé
a douze’ kms. & Vest de Cornet
Anthropologue, il a écrit le sa-
vant ouvrage LA RELIGION

DES PRIMITIFS, ouvrage de
chevet des -écoles sociologigues.
haitiennes.

o

L’Evéque de Coutances ne fit
pas de: difficultés: pour-transfé -
rer le bachelier au Noviciat des
Spiritains. Mais la situation re
ligieuse s’était- encore aggravée
en: Frafice -durant’ lea années
passées par Henri au Petit Sémi
naire.

LA REPYBLIQUE D’HAITI
INTERVIENT.—

L’Anticlérical COMBES avait
fait voter en Mars iyvu4 ia loi in
terdisant aux Congrégauons d’en
seigner en France. Le 10 Novem
bre 1904, était promulguée la toi,
sur la Separation de 1’kiglise et
de Vitvat, apphquee avec un sur
croit de rigueur par le succes -
seur de Combes’ @ la Présidence
du Conseil, *KUUVIER (Janve.
1905 —Mars 1906) ce dernier
faigait entamer linventaire des
biens du ciergé, en fonction de la
Joi du 9 Déc. 1905.

Les Péres du St Esprit, qui re

’ cevaient de notables subsides de

TEtat, en étaient soudainement
privés et devaient termer, la
mort dans l’ime, la plupart des
maisons spiritaimes
sauf cing.

L’intervention de la Républi -
que d’Haiti aida puissamment
Mer. Le Roy. Les Gouvernements
de nos Presidents NOKD ALE-
XIS (1902-1yu8) (3) et Antoine
SIMON (1908-1911)
valoir’ aux dirigeants trangcasi
limportance des congrégation:
religieuses enseignant en Haiti
pour le développement de la cul-
ture intellectuelle en notre pays.
Or, les Freres de Instruction
Chrétienne avaient di transférer
en vitesse leur maison - mére de
Ploermel a. Vila anglo-normande
de JERSEY. En 1907, sur les ins
tances de notre Ministre des Re-
lations extérieures, H. P. SAN-
NON, le Gouvernement Haitien

avait fait voyager @urgence Mgr

Morice, Evéqué des Cayes, afin
d'aider le Ministre d’Haiti en
France, & ésauvegarder l’exjstence
de notre Grand Séminaire & St-
Jacques» ainsi que l’oeuvre des
spiritaing et des institutions reli
gieuses franco - haitiennes.

Une interprétation de la loi
Falloux, datant de 1850 sur ja li-
berté de Venseignement permit a
cing congrégations masculines
(5) de conserver leurs noviciats
de France en tant qu’ordre, reli
gieux entretenant des écoles ou-
tre - mer. ‘

Déja Haiti, marquait la desti-
née d’Henri GORE par cette in-
tervention, qui: permettait a ce-
lui - ci d’étre admis en un novi-
ciat spiritain autorisé A fonction
ner sur le territoire francais.
NOVICE ET SOLDAT.— En té-
te des étabHssements spiritains

NNNANNNS AS ANNARNANNNNNKKKCRNNNKNEN SANA NAS S ASSN NN NNN IIIT

N’ACHETEZ PAS L’AVENTURE

ACHETEZ UNE VALEUR SURE



LA FORD 15M!
LA FORD 17M!
LA FORD 20M!!!

Vous trouverez une voiture
qui vous convient

de la petite voiture économique |

. ala grande voiture de LUXE

CHEZ

4 Luciani Berhmann & Co

LKKKKKKKNKASNE EELS SEE ASANSANSASSSONSSSAN ANUS ACEC EH






en France, |

(4) firen.:

fermés, figurait lw célébre’ Abba
ye de Langonnet, en Bretagne,
qui, depuis 1858 recevait les voca
tions de l'Ouest de la France.

Le jeune clerc fut dirigé sur
le Noviciat d’ORLY (6) au Sud
de Paris, Il n’y passa qu’un an,
recut la tonsure, puia fut convo-
qué comme soldat: les lois de
WALDECK - ROUSSEAY et de
COMBES contraignaient. désor
maig les prétres A des périodes
militaires, . : ‘
Henri‘ sé ‘rerdit’ &. Granville (7)
en Basse - Normandie:-et..troqua-
& la Caserne du- Roc ‘sa soutane
toute neuve contre~l# ‘capote: bleu”
horizon ct le pantalon rouge ga-
rance du soldat francais de l’épo
que. La Normandie était restée
‘profondément chrétienne. Aussi
officiers, adjudants grincheux, ser
gents et anciens respectérent-ils
Vabbé chez la recrue et lui firent
grace des stupides brimades habi
tuelles.

Durant ces vingt-quatre longs
mois, quand les exe~cices, les ma
noeuvres, le service intérieur, les
tours de garde, lui laissaient des
joisirs, le clerc-soldat allait prier
x Pune des trois Eglises parois
sialés, Notre-Dame, St-Nicolas et
St. Paul, s’entretenir avec les. Cu
rés, visiter cette ville prestigieu
se, les Monuments, le Jardin des
Plantes, le Musée de Normandie,
ou bien jl poursuivait, solitaire,
ses études de Théologie, d’histoi-
re-ou de langues anciennes.

En 1912, il retournait & O:ly
et recevait en 1913 et 1914 les
quatre ordres mineurs.

SOLDAT ET PRISONNIER DE
GUERRE.— Appartenant aux
plug jeunes classes, le clerc. ~ sol
dat devait gagner, le Jer jour
de la mobijlisation,-le 28me Régi-
“ment d’infanterie en garnison
a Granville. ,

Il en partit avéc son unité le 7
Aofit pout se joindre 4 la Véme
Armée Francaise, commandée
par le Général Lanrezac et aller
combattre en Belgique sur la Meu
se, puis sur la Sambre. Apres
Véchec de la bataille de Charleroi
(21-23 Aoft 1914) la Véme Ar-
mée battit en retraite sur 200
kms. en 15. jours. «On marchait
jour et nuit, conte le RP. GO
RE dans une de ses « MER», on matchait sans manger,
on avait soif, pas d’eau, on a-
vait faim, pas de pain. pas de

_ravitaillement,., les pieds des

soldats étaient ensanglantés».
Le 3 Septembre, Franchet

d@Espérey remplagait Lanrezac

X\ la téte de la Véme Armée qui
participait A -la Bataille de la
Marne, déclenchée par le demi-
tour offensif ordonné par Jof-
fre Le 17 Septembre, HENRI
GORE arborait son premier ga
Jou. En 1915, son unité était ‘pla
cée au centre des dur, combats
en Champagne. HENRI GORE
était. successivement promu Ca-
poral, puis Sergent, «toujours
aux avant-postes du devoir et
du courage» (8) °

Un incident frappa beaucoup
ce jeune sous-officier. Condui-
sant son peloton 4 l’assaut dans

(Voir suite page 3)



AVIS

Le, cours organisés & YEcole
Normale d’Instituteurs dans le
cadre de l'Institut «Occide JEAN
TY» ont repris. le lundi 24 Fé-
vrier aux heures habituelles sous
la direction du Centre Culturel.

Il est de plug rappelé qu'un
cours de Bible, ouvert. au public,
est dispensé chaque mardi & 5 h.
pm. a PAuditorium du Centre.

LA DIRECTION



TRACTEUR DIESEL



~

A

“



POUR TRACTION, LIVRAISON DE CANNE
LABOURAGE
HERSAGE, SILLONNAGE
SARCLAGE

EXCLUSIVITES
MOTEUR DIESEL BROWN .

ROBUSTE — ECONOMIQUE
TRANSMISSION MONOBLOQUE
AMOVIBLE
" DISPOSITIF EXCLUSIF «IMPLEMATICe
BLOCAGE DE DIFFERENTIEL
_ CHASSIS UNIFIB
POUR TOUS DETAILS §’ADRESSER

AU CAPITOL
Joudi “&.6.h. et 8 he 80
L’ESPION DU CAIRE
Entrée: Gdes 2.00 et 3.00 i

LA partir du Dimanche 2: Mars

TRENTE -MINUTE:DE“SURSIS:
Entrée Gdes 2.50 et 4.00 ‘

REX - THEATRE
Jendi & 6 h, et 8 h, 15
PRETE-MOl TON MARI
Avet Romy Schneider —
Entrée Gde,g 2.00 et 3,00 f
Vendredi & 6 h. et 8 h°-800 \
UN HOMME POUR :
V'ETERNITE
Avec Orsori” Wells.-

Entrée Gdes 2.50 ect 4 00

De: Luxe: Auto: Ciné:

(DELMAS)

Jeudi a 7h. et 9h
A CORPS PERDU /
Entrée 1 dollar par vojture

Vendredi 4 7 h. et 9 h.
LES NOUVELLES :
AVENTURES D’ALI BABA
Entrée 1 dollar par voiture

AIRPORT CINE

Jeudi & 6 h. 30 et 8 h 30
CHOC +
Entrée Gde’ 0.60 et 1.00

Vendredi & 6 h. 30 et 8 h. 30
COMMANDO .
SUR LE YANG-TSE

Entrée .Gde 1.00 et 1.50

ETOILE CINE
(PETIONVILLE)}
Jeudi a 6 h. 30 et 8 h .30
DANGER A TANGER
Entrée Gdes 1.50 et 250.



Vendredi & 6 h. 80 et 8 h. 30
ESPIONNAGE A CAPETOWN
Entrée Gdes 1.20 et 2.00

CINE STADIUM

feudi (En permanence)



JUDEX
Entrée Gde 0.60
Vendredi (En permanence)

LAISSEZ TIRER

LES TITREURS

Avec Eddie Constantine.
Entrée Gde 0.60



7
Position offered
Position offered young lady

Bilmgual secretary with
knowledge of bookkeeping —.
Minimum five yeurs experience.
Applicants are :equested to ap
ply in person between 9:00 -~
12:00 Monday thru Friday.

Catholic Relief Services
U.S.C.C.

Rue Pavée

La rafle pour
la restauration de
la Cathédrale

Le Comité d’Organisation ac
la vafle pour la restauration de
Ja Cathédvale est heureux d’an-
noncer au public que le tirage
de cette rafle aura lieu le ven-
qredi .28 de’ ce mois, toujours
asé sur le 2éme tirage de Fé-
vrier de la Loterie de |’Etat. Hai-
tien.

Il est entendu que les carnets
qui ne sont pas retournés avent
cette ‘date demeurent nuls et ne
participent pas A cette rafle.

Pour le Comité,
Pére JEAN-NOEL,
Curé de la Cathédrale.
P-nu-Pee. 22 Février 1969

t

Charles Féquiére & Cie.
DEPOSITAIRES






PARAMOUNT.
Jendi A 6 het Bh.

CET HOMME EST. UN ESPION
Entrée Gdes . 1.20- et. 2.00

Vendredi AG h. et) 8 he
A CORPS PERDU :
Entrée Gdes 1.60 .et.:2 60.

CRIC-CRAC CINE

Teudi &-G h. et Bh. 15
LES. TUNIQUES ECARLATES:
Entrée -Gde 1 00-06. 1.60.

Vendredi: A 6.h. et 8h 16
LE BRIGAND DE LA S1'£PPE
EntréeGde 0.50 et 1.00



MONTPARNASSE
Jeudi A 6 hy 15 et 8 h. 15

LA FLEUR DE L’AGE
Entrée Gde 0.60

Vendredi A 6 h. 15 et 8h 15s:
MACISTE CONTRE ZORRO
Entrée Gde_ 0.60 . .

CINE SENEGAL

Jeudi A 6 h. 30 ct Bh. 15
SAM L'INTREPIDE,
Entrée Gde. 0.80 et 1.00

Vendredi 4 6 h. 15 et Bh. 15
SAMSON CONTRE HERCULE
(Séance populaire) ;

Entrée Gde v.ou ec 1 00



CINE PALACE

Joudi A 6-h. et 8 h. 16
MEURTRE PAR ACCIDENT
Entrée Gde 1.00. .0

Vendredi A Gh. et 8 h. 15«
087 MISSION APOCALYPSB
Entrée Gde 1.00

Drive in Cine Delmas
Mercredi A 7 h. et 9h, |
Jeudi A 7 h. et 9h.

LE CARNAVAL

DES BARBOUZES

Entrée Gde,g 2.50 par personne
Vendredi & 7 h. et 9 h. .
LE GENTLEMAN -
DE LONDRES

Entrée 1 dollar par vojture -

s

+

CINE UNIGH

$

Jeudi & G h. 15 et 8 h. 15"
LE SERMENT D’UNE MERE =:
Entrée Gde 0.60 °

Vendredj @ 6 h. 15 ot 8 h 15

TROIS EPEES DE ZORRO
Entrée Gde 0.60

CINE OLYMPIA

Jeudj (En permanence)

ATARAGON
Entrée Gde 1.09
Vendredi (En ‘permanence)

(Jour populaire)
LE JUDOKA,'AGENT SECRET
Entrée Gde 0.60

MAGIC CINE

Jeudi & 6 h. 15 et 8h. 15
ESPIONNAGE A CAPETUWN
Un grand film di contre-cspion
nage —

Entrée Gdes 1.20 et

2.50

Vendredi & 6 h. 15 et 8h. 15
LA PORTEUSE DE PAIN
Un grand drame populuire.
Entrée Gdeg 120 et 2.50

ee
Le Scotch

-le plus’ vendu
aux Etats-Unis

Distribuér par la

BRASSERIE DE
LA COURONNE 8.A.




JEUDI 27 FEVRIER

Se

Lodo









VOTRE H

Par






21 MARS AU 20 AVRIL (BE
LIER): Vous rencontrerez des si
tuationg complexes, quelques per
sonnes’ hostiles. Prévoyez - les
et affrontez- les courageusement
D'intéressantes possibilités s’of -
frent & ceux qui cherchent

21 AVRIL AU 21 MAI (TAU
REAU) S’oppose-t-on — inuti-
lefhent & vos idées? Revoyez vous
projets. Quelques changement.
pourraient les rendre compati -
bles avec vos points de vue. Des
gains en résulteraient.

22 MAI AU £1 JUIN (GE -
MEAUX): Avant de passer a la
réalisation, voyez si vous n’avez
rien oublié, un détail secondaire
mais important. Ecartez de vous
la maladresse ct la négligence.

22 JUIN AU: 23 JUILLET
(CANCER): Pcenez le temps d’a
nalyzer les situations, les proba

pilités, les possibilités. Vous vous

épargnerez du temps. pour l’ave-
nir. Excellente journée pour des
révisions et des améljorations.

24 JUILLET AU 23 AOUT
(LION): Des affaires progresse-
ront, d’autres rétrog:aderont,
sans avert.ssement, Pas de son
ci mais étudiez avec soin la situa
tion. Une fois que vous étes sur

la bonne route, restez-y men
bougez plus.

24 AOUT AU 23 SEPTEM -
BRE (VIERGE): De la diploma
tie. Votre intelligence vous dira
quand il faut vous iaire, quand
vous incliner devant leg désirs de
la majorité. Aceélérez l’obten -
tion de vos avantages par Votre
activité,

24 SEFTEMBRE AU 23 UC-
TOBRE (BALANCE): Eviiez u
ne tendance a J’exagération ef a
Vextravagance. Dans ce cas, la
journée sera excellente. En tout
cas, les perspectives sont favera
bles.

24 OCTOBRE AU 22 NOVEM
BRE (SCORPION) Meine des

Avis matrimonial

Je soussigné, Emmanuel — Isi-
dore, porte a la connaissance du
Public en Général et le commerce
en particulier, qu’a partir de
cette date, je ne sus plus respon-

sable des avtes et actions de
mon ¢pouse, Mme Emmanuel
Isidore, née, Elmancita Louis-

saint pour abandon du toit mari-
tal; en attendant qu’une action
en divorce soit intentée contre
elle, sous peu.

27

Port-au-Prince, Février oy

Emmanuel Lisidore



$e

Ref. 2208 P
Ret. 852 RG

NADER & CO.

DISTRIBUTEUR
POUR HAITI

Li LnsiiDhs

a

Bex,



Mass

“y
I ranc
Oe
‘harchoz la section oorrenpondant
» de naissance. ot vove trouveres
stgnalont les autres pour demain.

Droit de reproduction totals

Propricté King Features
«LE NOUVELLISTE>

VENDREDI 28 FEVRIER 1969

EORGES

VOUS FAIT CONFIANCE !!!

PRENEZ IMMEDIATEMENT UNE
DES FAMEUSES MONTRES CAMY
POUR HOMMES ET POUR FEMMES

EN PAYANT LA MOITIE CASH
ET LA BALANCI EN
DOUZE MENSUALITES.





De Bonnes Affaires
pour |

i

tes perspectives que vous . .
ou partielle réservé. . OF FRE No. 2—68:- . .
Syndicate — Heaclusivité

KOENIG INTERNATIONAL LTD
DINER SET.. |

possibilités mineures peuvent
vous mener & un notable succes.
Le moment est venu de tirer patr-
ti de votre diversité. Exploitez -
la au maximum.

Les plus chics ou ex métal,.fabriqués aux U.S.A.
par ANTARENNI de New York.

Plus de 30 Modéles A votre choix.

23 NOVEMBRE AU 21 DE -
CEMBRE (SAGITAIRE): Les
conséquences de ves paroles sc -
ront grandes, choisissez-les bien.
Vous connaitrez un conflit entre
facteurs traditinunnels et radi-
eaux, Soyez celui qui améne la
paix.

22 DECEMBRE AU 20 JAN
VIER (CAPRICORNE): Meilleu
re journée que vous le pensez
tout d'abord. Mias les cailles ne
vous tomberont pas toutes roties:
jl faudra les che.cher avec ar-
deur .Bonne ambiance d’ensem -
ble, .

21 JANVIER AU 19 FE -
VRIER (VERSEAU): Un bon
plan, tenant ~ompte des détails
nouveaux et de la facon d’amélio
rer la situation, rendra agréable
cette journée et vous placera
dans le peloton des gagnants.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Exercez vos dons
pour que tout aille réguhere
ment, pour préserver l’ordre et
assurer le succés. Votre brillant
esprit vous vaudra des amis nou
veaux .

SI VOUS ETES NE AUJOUR
D’HUI: Vous avez des qualités
notables et étes fier de vos succts
qui sont trés réels . Vous vous
servez de votre intelligence povi
prendre d’importantes décisivus
et de votre coeur quand il s’agit
de la charité ou de l’enfance.
Les natifs des Poissons qui res- ¢
tent fidéles a leur nature obtien-
nent de la reconnaissance d’au-
trui par leur finesse ,leur préci- -
sion. Vous pouvez devenir un re
marquable artiste, homme politi
que d'envergure, professeur, phi-
losophe ou écrivain.

Naissance de Michel de Mon-
taigne, essayiste.

Le revétement du Métal en Email

cuit et non peint.

Siége et dossier en Mousse recouvert de tissu
d’ameublement uni ou imprimé
dans tous les tons.

Chaque table et chaise peut-étre acheté
séparément et dans n’importe quelle
quantité désirée.

Pour Catalogues de commandes,
Prix et tous autres détails ..

Visitez LA MAISON YVES MORAILLE
7, Rue des Miracles en face de ta B.N.R.H.
Phone 3777



Gardez un long souvenir.



, Des bons scuvenirs
UN IMPORTANT .

-RENDEZ-VOUS
AUJOURD'HU!

Un Deux Trois...Clac
AVEC KODAK

SUR LES
Amis
Bebés

Cerémonies -

Je suls sorti ce soir en compagnie
le la plus intéressante fille de la

ville. Et dire que J'ai falJll manquer
a ce rendez-vous ! Hier, je me sen-
tals mal en polnt, en proie a des
daueurs rhumatismales. Sur ce, j'ai .
pris Ies capsules de Sels KRUSCHEN
et ma santé s'est rétablie. Donec, je
pourrai m‘amuser ce soir grace aux
SELS KRUSCHEN. Essayer Jes cap-
\
Q

sules de SELS KRUSCHEN et vous
vous sentire7z Ices plus heureux des
humains.

, Diners
: Excursions
fo, Foules
Groupes
‘Habitations
Impreévus -
Jardins
‘ avec votre KODAK

pour toujours.
DON MOHR SALES CORP

=





La Metlienre Compagnie @ Asonrances
JOSEPH NADAL & Cie Représentante



su jor de vore eanerure | L@ Commerce et l’Industrie §



LE NOUVBELLISTE ~~~



.

la zone de MESNIL - LES -
HURLUS il vit un soldat, avoir
la té&te emportée par un «SHRAP
NELL» & cing métres de la tran

chée allemande: avant de tom
ber inanjmé, le co.ps sans téte
eut Vénergie nécessaire pour em
brocher un militaire‘ ennemi, qui
se trouvait tout prés.



Remerciements

_Mesdemoisclles Yolande et Mo
nique Salomon, Monsieur 1’Am-
bassadeur et Madame Georges
3. Salomon ct leu.s enfants,

_ Mr. le Docteur Gabriel Jn-Gil
les et Madame née Janine Salo
mon et leurs enfant,

Mr. le Dr. Hubert Salomon,
Madame et leurs enfants,

Mr le Dr. Claudel Pothel et
Madame née Claudette Salomon
et leurs enfants.

Mr. l'Ingénieuy Jacques Salo-
mon, Madame et leurs enfants.

Mr. et Mme Odilon Sobiesky

Casimir, Mme née Jacob et leurs .

enfants.

Mesdenioiselles Lisette et Li-
lia Casimir, Mr.
Jean-Charles.

Mesdemoiselles Lucille, Simo-
ne et Geneviéve Morin,

Mr et Mme André Maguet,
Mme née Jeanne Morin et. leurs
enfants, .

Mr. l'Ingénieur Edmond Feré
re, Mme née Suzanne Morin et
leur, enfants.

Mr. le Dr. Roger Kernizan,
Mme née Marie Thérése Morin
et leurs enfants.

Mme Giséle Morin et ses en-
fants, Mr. et Mme Attilus Plai-
simond et leurs enfants

Mr. et Mime Victor Coicou et
leur, enfants,

Les familles. Salomon, Casi-
mir, Georges, Dépestre, ‘n-Gilles,
Val,‘ Pothel, Moreau, Morin,
Plaisimond, Coicou

Remercicnt profondément
Monsieur le Président A Vie de
la République Dr. Francois DU-
VALIER, Leurs Excellenceg les
Mijnistres René Charlmers, Max

Antoine, Clovis Désinor, Paul
Blanchet et André Dubé.
Le Secrétaire Exécutif ct le

Personnel du Seerétariat Privé,
Le Directeur et les Chers Fre
res de l'Institution St. Louig de
Gonzague, La Directrice et. les
Soeurs de l’Ecole Elie Dubois.

Le Directeur ct Je Personnel
de la Direction du Trésor,

Le Personnel du Département
des Finances, le Personnel du
Département des Affaires Socia
les, .

Les Médecine et Infirmiéres
de l'Hépital du Canapé Vert.
Les Stations de Radio M. B

C. ct Radio Haiti,

Les innombrable, amis. de la
Capitale, de la Province et de
VEtranger qui leur ont donné
des marques de sympathie A loc
casion du décés de leu; trés re-
grettéc Vve. Joseph Siméon Sa-
lomon, née Francine Sobiesky
Casimir, leur mére, Soeur, Be'lre
Soeur, Niéce, Tante et alliée o7-
levée A leur affection le 31 Jan
vier Dernier en sa Soixante Neu
vieme année et, leg prient de
croire en leur vive gratitude.

P-au-Pec. ce 21 Kévrier 1969



et Mme René.

(MONSIEUR POUPET. J'AI
“APPRIS QUE VOUS ME

Quelques jours aprés, le ler
Mars 1915, & la batadle de. ‘L'a
hure, le Sergent Henri GORE
était porté disparu. Blessé d’une

balle & une épaule, d’un coup de’

baionnecte A !'autre, il commen
gait un long séjour de 44 mois
comme prisonnjer de guerre en
Allemagne. .

Voici ce que dit, & ce propos,
mon pére Joseph JOLIBOIS
fils, dans les. co.onnes de -son
journal «LE COURRIER HAI-
TIuN (No. 1076, beme annee):

«Le Pére GORE a connn tou-
tes les miséres de la Guerre, tou
tes les sourtranceg d'une jongue
captivité, “le cachot souterrain,
les jours de, jeune forcé, ies ‘mau
vais traitements Patrjote éprou
vé, quoique prisonnier, i] trouva
encore moyen d’éure utile a la
patrie en danger.‘ Ec c’est au
péril de sa vie, qu’il réussit

. endormir la vigilance de-seg gar

diens, pour renseigner le G. Q.
G, trangais sur ce qui se passait
dans la zone of il etait caput.
Fafgué de fresteyx idans V’inac-
tion, alorg que sa patrie avait
besoin de tous ses fils, il tenta
méme de se sauver Repris, il
passa 20 jours sous terre, sans
lumiére, ne recevant pour toute
nouvriture qu’un pied de laitue».

Durant sa longue détention,
le Sergent HENRi- GORE avait
appris la \angue allemande et
des éléments du russe. Dans la
baraque en bois ott il avait été
affecté, ge mélangea.ent russes,
beiges, francais. Des colis lui
parvenaient de temps en temps
de sa famille. Les dix-huit der
niers mois le virent prisonnier
de guerre a la forteresse de REN
NBAHN, prés de Bad-Oldesloe,
dans la region de Neumunster,

District de Kiel, au Nord de Hani:

bourg (land de Schleswig - Hols
tein).

Libéré le 12 Novembre’ 1918
(9) titulaire d'une décoration,
il ne put passer que quelques

jours aupré, de ses parents. II’

retournait durant un an a la
Caserne de Granville avant d)i-
tre démobilisé. En
1919, il gagnait le Noviciat spi-
ritain de CHEVILLY - LARUE
(10) prés “de Paris,, reprenait
ses ¢tudes suspendues Lui ¢é-
taient successivement — confér’s
les deux ordres majeurs, pujs la
prétrise, le 26° Mars 1921, par
Mgr. Li ROY, a Ja Chapelle de
la Maison Mére des Spuiritains.
Rue Lhomond, 4 Parix.

Enfin, HENRI GORE était
prétre, dans sa 32@me année, a-
prés avoir perdu 7 ans.

Gérard JOLIBOIS ,

PROCHAIN ARTICLE .:
«LE PREMIER SEJOUR !
EN HAITI»

— NOTES —

(1) En 1923. l’'Abbaye Blan
che, fut transférée aux Péres du
Saint-Esprit ct. affectée a leur
seolasijeat de Philosophie.

(2) Mgr. Le Roy avait été Evéque
du Gabon, pays baigné par le

est devenu celui d’une divinit

es du “Nonvelliste» :

Blondie’. |

age au Gra

(Suite de la 2ame page) os

Novembre °

DAGOBERT, JE \]]]
REGRETTE QUE



Vaudouesque. Le
de la «Religion de, Primitifs>
peur nos sociologues p-ovient du
fait. que la documentation métho
dique et Venquéte objective de
Mer. LE ROY portent principa
lement sur les régions de PAfri
que Equatoriale et Occidentale
dott nos ancétres ont été arra-
chés par la traite des Neégres

‘aux XVIIé et XVIlléme siécle.

(3) Les ministres de NORD
ALEXIS, intéressés & cette ques
tion, ont été les suivants: U

‘ST. AMAND, Instruction Publi-

que (Déc. 1902 — Avril 1903)
JEREMIE, Relationg : Lxtérieu-
res et Cultes (Déc. 1902 — A-
vril 1903) BONAMY, R. E. et
IP. (A v 03 — Juin 03) MUR
VIL FERERE, R. E. et I. P.
Juillet 08 — 06) H. Pauléus:
Sannon, R E. (06 — 07) Vhrasy
bule LALEAU, IP. (06 — A 08)
Louis BORNO, R.E_ (08).

Dalbémar Jean-Joseph fut Mi
nistre d’Haiti a Paris de 1902 a
1908.-

(4) Les Ministres d’Antoiny SI
MON pour ces deux portefeuil
leg ont été Murat Claude, R. E.
et I. P (1909) Pétion PIERRE
ANDRE, R. E. et I. P. (1910)
Georges SYLVAIN a été le Mi-

nistre d’Haiti en France de ce
Gouvernement
(5) ‘Les quatres autres Con

{grégations étaient les Lazaris-
tes, le, Missions Etrangéres, les

A VENDRE

Un Appareil de Cinéma (Com

mercial) marque &OHM» 25
mm. avee ampoule. .
S‘adresser au No

nd =

grand intérét

~ Nor'mund.e.

178, Lalue.

: PAGE i

AAAS a eee aaa

RHUM BARBANCOURT REPUTE DEPUIS 1862. _

Les Bandes Dessiné

Y REFLEYAIRA:

- recy tat
$ GLONGT LAPS.



Sulpiciens et. les Chartreurs.
(6): ORLY, commune au Sud
de Paris, of a été aménagé l’Aé
roportk International de la Capi-
tale Francaise. Le. Noviciat qui
sétend sur un are, au 126 de
la Rue Vaillant Couturier, A la
limite de la Commiune de Thais.
est) devenu UVAO.phelindit des
Soeurs Mfssionnaires du Saint -
Esprit : :

(7) GRANVILLE, a 24 kins.
au N.O. d’Avranches, est l'un des
ports ‘d’exportation de la Basse-
Station Balnéajre
dont la population de 10.000 ha
bitants double en Evé, ville in-
dustrielle. .*

(8) Expression employée par
Robert d’MWa.court dang sa_bio-
graphie dy. célébre © Cardinal
FAULHABER’ (1869-1952) Ar-
ehevéque de Munjch, qui se dres
sa contre Je nazisme.. Robert
d’Harcourt, professeur’ a V'Insti
tut Cutholique de Fvarice, s’est
spécialisé dan, Vhistoire*de |’Al
lemagne .

(9) A la premiére Guerre Mon
diale, les Spjritains, dont le nom
bre ne dépassait. pas lors 825
prétres, ont compté 141 morts,
dans les deux camps, 296 bles’
sés et prisonniers de gtierre (R.
P. Briault ¢.s sp. lococ.tatos..-

(10) CHEVILLY - LARUE,
loealité A 12 kAns. au Sud de Pa
ris par la Porte d’Italie.. Le, No
vicjat Spiritain comporte um vas
te parc de 2 hectares © et demi,
12. rue Pére Mazurie, en face
de la Place de l’Eglise et de VE
glise Ste. Colombe. Le Noviciat
coniprend un grand Scolasticat
de Théologie et le -Triennat des
Freres. .

¢

Gérard JOLIBOIS



Recettes Simples

de Cuisine Haitienne

a Cc

REGLES D'OR POUR «GRIL .-
LER» ET «COULER: LE CA4-
FE.— D’abord, éviter de le trai-
ner dans des récipients de tahle
et de cuisine pour le lavage et le
nettoyage des grains. (1 change
littéralement de got quand il!
n'est pas traité suivant ces exi -
gences. Avoir des ustensiles réser
vés strictement a la p-éparation
du café n’est par une precaution
inutile depuis le récipient qui le
nettoie et le lave, la chaudiére
ou la poéle ot la cuillére de bois
destinée A griller les graines, jus
qu’a la petite casserole et son con
vercle qui n’auront d’autres ues-
ges que de-bouillir Veau A f lire
le café.

Sans pa ler de Is hoite a café,
de la cafétiére filtre, de la tis
se et de la petite cuillére qui doi-
vent étre d’une propeeté mint
se et échandées quot'diennement.

Pour griller le café, 9 faire
chauffer la chaudiére sur bon

et lavé d'une seule eau dans une

Fleuve OGOUE: Ce dernier mit | jeter dedans le café nettoyé

de la mer, dans notre Panthéon

oe

passoire véservie A cet Usage per

Par Niniche .

petites quantités a la fois * afin
que toug les grajns touchent le
fond brulant; les remuer vive
ment a la cuillére de bois et pres
que tout le temps de la cu.sson en
un mouvement circulatoire pour
que ces grains présentent leurs
vaces & la chaleur. Ils sont gril-
lés & point quand ils sont nuirs
a’ l'extérieur et non ¢noir-noir>
et jaune -- brun a lintérieur et
que les graing s’fcrasent comme
l'écorce de la nistache grillée
sous. la pression du pouce et de
l'index, sans s’effriter en poudre
Descend-e du feu, continuer &
«brassery pour le refroidir, ‘e
mettre dans Ia boite a café het
métiguement termée ct dans ur
endroit see.
N. B. — Pour avoir une livre de
café «séché il faut: 2 tasses-me
sure 1/2. Aprég lavoir to rf é.
ces 2 tasses 1/2 donnent 4 tasse-
1/2 en augmentant de volume
Faire soi - méme_ ce contréle,
pour apprécier & sa juste valeur
le.N. B. depuis le nettoyage iu«
qu’A la mise en boi‘e. :

‘

GISALSSLSSLSSLS GH hae SCI ALL es PLAS AIMS LIL SLIDE IILIAP LIA :




PAGH 6



SRS TER ERI
a

LA

VOTRE BOTTIER PREFERE
(en bas de Radio- Haiti) ,

FN NNN NNN NSN NN NNN NNN NN NNN NNN NN NN NN NNN SN NSN NNN NS NN NN NN SC AC CNC E CNR IO a aE aa I i i ae ne I i. SAN NNN NNN NN IRN NNN

Le Francais, tel qu’on...

Le Maire Figaro
s’adresse a

(Suite)

orgueil, et ce long défile spontang
qui parcourra tn Capipale ne por
tera-t-il pas en lui davantage
quwune adhesion, lauiniration de
{ous pour ceux: qui vienneat dur
racher leur parttcipatiaa au tour
noi international ? Aux fenetres,
sous les galerivs, da rues,
est une meme ame et des mé-
mes pesies qui vous acclanerant,

Par cette manifestation, In é
iération Haitienne de Football
retrouve les grandes heures du
spurt haitien. Yous nous les fui-
es revivre et nous vous eh sa-
vons gré.;, Et puisque vette jour-
ree nest pas compl-tes, vous al-
loz reprendre vos enlrcmements;
stre fidéles au nouvent rendez-
vous, en ne tvahissant pas notre
pspoir. Désormais, vous avez la
responsabilité de la participation
haitienne A la Coupe du Monde
i970. Je sais que vous y ferez fa
ce et je vous demande, au nom,
de tous les fervents du sport na
(ional, au nom du Président DU-
VALIER qui sait que vous ré-
pondrez a l’épreuve, au nom de
la Nation Haitienne qui vous ac
compagne de tous ses voeux, de
he pas yous laisser déserter par
la prochuine victoire sportive.

Honneur a vous, Equipiers de
la Nouvelle Haiti.

Vive le Sport National ! Vive
DUVALIER !

Aéroport International Fran-
coils DUVALIER, Port-au-Pris-
eo, ce 25 Février 1969, :

Georges J. FIGARO
Président de Ja FHF cz
Maire de Port-au-Prince.



les





Perspectives de
Développement
Apricoie

Des perspectives de développe-
ment agricole ou de reprise d’im
portantes activités apricoles sea
blent se dessiner cans plusieurs
régions du pays. C’est ainsi qne
dans le Département du Nord,
précisément au Trou, la Societe
Agricole denommce Codaisa now
vellement instuligGe dans la re-
rion vient de commencer ses ac
Livités sur une assez prande <-
thelle .La Societé a a sa disposi
tion plus de 4.000 hectarcs de
ferre ou des préparatifs sont en
train en vue des optrations de
mise en terre de plantes oléagi-
neuses, .

Déejh de nombreux owrvsicis a-
rricoles ont été embauches par
lan Société et trouvent a s’execcer
dans un domaine’ ot i} prétent
le meilleur deyux-mémes.

Les activités de la Codaisa s'¢
tendront sur deux Communes
Trou et Caracol. Les dirigeants
de la Sociélé qui se sont montre-
actifs cf intéressés deésirent que
lour Entreprise soit bien organi-
see de facon a étre i la fois sta
ble et rentable.





Arrivée de Nixon

a nome
' {Buite)

des [hermes de Dioclétien, a pro
ximité de ia gare Termini.
Brandissant de nombreuses pat-
enartes sur lesauelics on pouval®
lire, Libérez le Vietnam, ef por-
tant des portraits dv Che Guesa
ra, de Lénine, et des drapeaus
Rouges, les manifestants particu
fierement bruyants et excites, ont
formé un cortege qui, par la Vis
Nazionale, se dirige vers [a Place
de Venise. :
Un tics fort detwehement de
carabiniers (environ trois cents
hommes qui portent le casque e+
des musettes bourrées de greta
des lacrynwuyenes ) yiécede le d
filé. ;
Toutefois, le Cortege a rebrous
sé chemin, pour se rendre semble-
t-il, vers l’Ainbassade des Stats
inis. :
Cependant des bagarres écla
taient entre les forces de Vorare
et les ¢tudiants ani voulaien.
quitter lcs locaux . wils oecd-
pent depuis plusieurs . semaines _
es chudiants, bloqués 4 Vinee
yieur de VUniversite, onl lanvé
des. projectiles sur tes policiers.
Il y aurait une vingtaine de bies
sés.

i

Autour du Récital
Maud Boisette

Nous avons pu remarquer Yen
thousiasme qu’a suscite dannon
: u prochain récital, que Mme
Stare-Maad BOISETTE - THO
MAS offre le jeudj 6 Mars a
Rex Théatre, sous le patronna
ge du ROTARY CLUB. | —

Crest. que Ja distingua’e niants
te haitienne qui s’est produite a-
vee suecés a Berlin, a Stuttgart,
a Munich, a He'delberg, a Ho
henhcim, a Bruxelles ains; qua




Port-an-Prince, en 1964, a béné
'
ficié durant dix ans de Vensci-

ynement des plus grands mat-
w tres de la musique allemande.
Admise comme professeur de
mus que aA Heidelberg, elle a été
félicitée par la presse _alleman
de pour ses Mnterprétations des
geands musiciens romantiques et
pour ses efforts de faire connal
tre en Allemagne les composi-
tions haitiennes pour piano €crl-
pir Mauléard Monton, Mani

tng 1
Ludovic Lamothe, Justin

‘gat,
Elie. a
Ceci nous donne déja une idée
de ses riches possihilités et du
magnifique programme — que la
semaine prochaine la eélcbre ar-
tiste haitienne offrira an REX
THEATRE, sous les auspices d!
ROTARY CLUB D’HAITI.

ME PEYE YT YT YS YSTE VE META NL TA TATA hE LI

LePeVoselaysdesese:




DE A



MO

AU FIL DES JOURS

(Suite)
OFFICLELS DE LA TCA A
PORT-AU-PRINCE
Ce matin par le Vol d‘Air
Trance venant de San Juan sont
arrives a& Port-au-Prince, M.}ran
cisco «f’acos Sanchez, «Sales Ma





nayers de la TransCaribbean Air -

ways dans la region avec si¢ge a
San Juan et M, Mario Ramirez
Arellano, Interior Designer ‘de
la ‘TCA,

{ls ont été accueillis par M. Ru
ben Rodriguez, «Accounting Ma
nager, de la TCA 4 San Juan, et
M. Maurice Duchatelier «District
Sales Manager» de cette méme
compagn.e aérienne. *

‘Paco Sanchez est venu pour la
journée avec Mario Ramirez Arel
lano pour lui montrer Ile Bureau
de la TCA qu’il doit déeorer.
LILITH :

i'n drame puissant.

.. Tl nous a eté donne de vorr
yisionner au Rex mardi apres
midi le prochain film de ce
theatre : LILITH interprété par
deux monstres sacrés, Jean Sea-
berg et Warren Beatty.

Un est dans une maison de
santé ott chaque malade_ trouve
une occupation.

Warren Beatty dans son réle
est un jeune héros revenu de Ja
wuerre pour se faire Assistant
Therapeute dans cette Institu-
tion ou il rencontre Jean
berg, une belle traumatisée.

I! se donne pour tache de la
gucrir, mais l'amour, l’inévitable
zmour prend ces deux jeunes
dans ses filets.

Lilith parlant des choses mer-
veilleuses que l'on peut accom-
plir dit & peu prés : Si j’étais
César je l’aurais fait avec une
épée, si j’étais un potte, avec
des mocs mais je suis Lilith, je
le fais avee mon corps.

xX Xx
NOS VISITEURS

..Mercredi est atrrivé 4 Port-au
Prinee, M. James Byers, «Sales
Manager» de AERODEX,grande
compagnie spéc:alisée dans T’avia
tion A Miami. Ii était ici il y a
quelques: semaines,

James Byers est enchanté du
pays. Il a été accueilli a laéro-
port Frangois Duvalier par le Co
lonel Georges Danache, Comman
dant du Corps d’Avistion, par les
Majors Gabriel Brunet et” Lévy
Jeanty.

11 sera rejoint ici par sa féimme
et ses deux enfants.

Xx xXx

..Nous avons rencontré — hier
soir au Montana, les Drs Robert
Below et Mayer Liebman, dentis
tes a Ramey Air Force Base,
Puerto Rico. Ils sont ici avec
leurs femmes. Ils sont guidés par
Bob Coles,

xX XX
w Le Dr. Roger Mareel Sam-
sven, médecin Frangiis a T'Ho6-

pital Général de Point-i-Pitre est
arvivé iei hier matin par le Vol
d’Air France.
XXX

wePaur de méme Vol sont arrives
M. Frederick Naton dans I'indus
trie Hételitre a Ste Croix et sa
femme Ethel.

John Chrétien comptable ameé
ricain né en Haiti est arrivé hier
avec sa belle femme allemande

Hanna.
AVIS

Rafle renvoyée.

Le propriétaire de la voiture
«VOLKSWAGEN, au No. 7107

avise les intéressés que Ja ratle
de la dite voiture baste sur les
deux derniers chiffres du pre-

la. loterie de
2eme tirage du

mier pros lot de
Etat Hailien,



Va APNG

eer a aD,

Sea-

‘ différences

Au Rond Point Night-Club
Samedi ler. Mars
Un nouvel Orchestre
LE TABOU COMBO
Un show formidable
Avec la
TROUPE DE GUY JN-LOUIS

SEIS

LE NOUVELLISTE .

BS SWIM ISM IOI IOI ISIE ISIS IHS IS MHS No Tae OTOP ele DOO TODO Nee TOI, Omle

VOS PIEDS
LE CHAT BOTTE

«

LRARAMS

présente en exclusivité les marques suivantes
: réputées dans toutes
les Capitales d’Europe et d’Amérique

“L’Actualité Internationale ~

EISENHOWER VA BIEN
WASHINGTON (AFP)

’ancien Président #isenhower
opéré dimanche soir d'une octlu-
s10n intestinable, poursuit sa cou
valescence, annonce ‘un bulictin
de santé publié mereredi svir a
VHopital Walter Keed de Wa-
shington. Ses fonctions vitales
sont normales, les*tonctions car-
diaques sont stables, le malacde
se repose, ajoute le bulletin.

xX XX
PHYSIONOMIE DU JOURNAL
«LE MONDE»

PARIS (AFP) ‘

Sous le Titre: .

Les Etats Unis devant leurs
engagements en Europe et en A-

sie, le Journal «LE MONDE»
consacre lu majeure partie de sa



premiére page au voyage de M.
Nixon et a divers aspects du pro
bléme vietninnien. Au sujet dep
entretiens que le Président Nixon
a eus 4 Bonn avec les dirigeants
allemands, le correspondant du
Journal dans la Capitale Fédeé-
rale Roland Delcour écrit

Le Président Nixon s’est isi-
blement efforcé dés son arrivée
en Allemagne de plaire 4 ses visi
teurs. Mercredi malin sur l’Ae
roport de Cologne Bahn il avait
yarlé. du dévouement des Etals
Unis a la cause de l|’Unité de
TANemagne et de la tidélité com-
mune de la grande Alliance A-
tlantique. Il a repris ces themes
merecredi devant un Bundestag
réuni a Limproviste et cependan
presque au complet. .

Est-ce a dire, potrsuit le cor-
respondant, que sur l'essentic!
MM. Nixon et kiesinger se soient
trouvés vraiment et complétc-

-ment d’accord ? A en croire le
porte parole allemand M. Diehl

ct son homologue américain M.
Ziegler, le Président des Etats-
Unis a souligné en séance élargie
mercredi matin son desir d’éla-
blir avee les européens la fameu-
se ligne de communications, de
les consulter, de coopérer = avec
eux. auratt ajouté qu'aprés ses
premiéres conversations avec le
Chancelier, en aparté il pou-
vait voix qu'il n’existait pas de
essentielles dans
jeurs appréciations perspectives,
de la situation mondiale.

Sous le titre «Succession Dif-
ficile en Isracl, LE MONDFE an:.
lyse dans un .Editorial les pers-
pectives politiques aprés le déccs
de M. Levi Eshkol. Il écrit no-
tamment Pour Vinstant il va
falloir constituer un Gouverne-
ment et lui choisir un Chef. L’hy
pothése d’une transition prolou-
wée n'est a retenir que si Israel
était pas soumis a de trop for
tes pressions diplomatiques et si
la situation aux frontieres ne
s'ageravait pas davantage,

Au cas contraire il y a fort &
parier que le Général Dayan se
verrait promptement confier 1:
direction du Gouvernement.

x x Xx
LURSS PROPOSE
UNE DEFINITION
DE L’AGRESSION
NATIONS-UNIES N.Y. (AFP)

L’Union Soviétique a proposé
mereredj au Comité Spécial des
Nations Unies un projet de dé-
finition de Vagression. Ce pro-
jet sera soumis a Vapprobation
de Assemblée Générale de 10.
NU.

Hoyos agression directe ou in-
djrect). indique le projet, lors
quan Etat est le premier a fai-
re usage de Ja force armée con
tre un autre Etat. I s’agit alors



mois de ‘février 1960 ost rene d’un acte incompatible avec la
voyce au deuxtéme tirage? duo Charte des Nations Unies. .Mais
mois ce mars 1969. Vueage de la force armée, quels
'
' fread £3 LE GLRAGS COGS BE

7

b
mo
.
Â¥6}
yy
o
.
ey
.
mo
:
3
Hy
es
nN
oe
*
30}
oi
nS
nN
5

admission $ 2.00

Px LATE LI LILA TASS RIA AI I TO ETE NOTTS AEST TLE CEO OO SEC



Aux Ondes Sonores

(Mme GEORGETTE DUPLESSY)
fi Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de la Fontaine Mme Colu)

Un seul Instrument ne crée pas Orchestre,
Une Chaine Médiocre ne peut Je reproduire,
Hoveus fant un équipement extraordinaire

en conception,

en exécution,

en performance
aun prix abordable,

Des années d'étndes, de spécialisation,
Pesperience ont mis le MELLLEUR SON
Steréaps mique — Haute Hiddlité
it votre disposition.
Consultez toujours
Jat SON AUX ONDES SONORES,
2 Maison récliement spécialisée en Electronique.



que goient les- motifs, cst tou-
jours legitime s'il est le fait
dun peuple dépendant, exercant
son droit & Vauto - détermina
tion, tonformément & la deéclara
tion de Assemblée Générale sur
octroi de l’indépendance, préci;
se le projet.

Le texte stipule quwil y a a-
gression armée en cas d’jnter-
vention ou d’attaque d'un terri-
toire d'un Etat par — les forces
armées d’un autre Etat avec
occupation militaire.

Sera également réputé acte
d’agression armé¢ indirecte Vem

- ploj par un Etat, de la force ar-

mée consistant & envoyer sur le
territoire d’un autre Etat des
bandeg armées, des mercenaires,
des terroristes ou des saboteurs,
ainsi que. le recours a d’autres
formes d’activité, subversives
impliquant Vemploi de la foree
armée en vue de provoquer un
soulevement. intérieur dang .un
autre Etat, on wun revirement
de sa politique au profit de Ia
gresseur.

Le texte mentionn-e = enfin
comme actes Wagression: le fait,
pour un Etat, de «déclarer la
guerre le premjer a& un autre
tat, Pemploi, en prémicr méme
sang déclaration de guerre, dar
mes nucléaires, bacteriologiques!
ou chimiques ainsi que de toute
autre arme de destruction mas
sive, le bombardement ou le mi-*

traillage du territoire et de la
population d’un autre Etat ou

Pattaque contre les forces terres
tres, navales ou aériennes d'un
autre tat, le bloeus des cotes
ou des “ports dun autre Etat.
xxx
LA VISITE DE M.
A BERLIN-OUEST
BONN (AFP)
M. Richard Nixon est arrivé au
jourd’huj a Berlin - Quest dans
une atmosphere tendue. Les pre
Miers contacts entre le Sénat de
Berlin - Quest et Ieg autorités
Est-Allemandes sur Je probleme
des laisser - passer entre — les
deux partie, de Vancienne Capi
tale due Reich se sont soldés mer
credi par oun échee. TH ne reste
que trois ou quatre jours pour

NIXON

trouver un compromis. Le gou-
vernement de Bonn ne peut. re-
commander Vélection du = Prési-

dent de la R. F. A., Ie 5 Mars
& Berlin-Ouest cen perdant la
face. Il lui faut obtenir en é-
change une amélioration des re-
lations humaines entre Ies deux
parties de Berlin.

Lors des entretjens du dernier
week-end entre le Chancelier
Kiesinger ct VAmbassadeur de
VURSS, Semion Tswrapkine,
impression avait prévalu que
Moscou s’efforgait de trouver
une solution, Mais M. Walter,
Ulbricht, le numéro un d’Allema
gne Orientale, se refuse, d’envi-
sager davantage que Voctroi_ li-
mité aux fétes de Paques de lais
sez-passer aux herlinois de
VOuest pour visiter leurs famil
les dans Vautre partie de la vil
le coupée depuis 1961 par le fa-
meux «Mur». Surtout, il deman
de Vannulation de Vélection pré
sidentielle.

Le Président des Etats Unis a
répété mercredi A Bonn, devant
le Bundestag qu’une négociation
avee Est n’a de chances de suc
cés que ‘sj elle est menée a par
tir d’une position de force. I] n’a
laissé aucun doute sur sa deter

mination a occidentale a Berlin, Une crise
de Berlin, leg Rugses le savent

pourrait, Gtouffer dans Voeuf les
germes de la grande négociation
recherehée par VPURSS et aecep
tée tatitement. et en principe :par

les Etats Unis, jusqu’A preuve
du contraire, on continue a pen
ser dang Ventourage de M. Ni-

xon que VURSS s'efforcera d’é
viter une épreuve de force dans
Yancienne Capitale du Reich.
C’est la raison pour laquelle le
Président des Etats Unis a don
né carte blanche aux dirigeants
de Bonn, C’est & eux de juger

ce dans la perspective des con-
‘versations de Paris, et peut-
étre du voyage du Président
Richard Nixon en Europe, Elle
est conforme & la constante ligne
doctrinale vietnamienne concer-
nant le recours a la violence
révolutionnaire, unissant la
lutte armée et le combat politi
que, et dénoncant, comme le
faisait niéguere M. Truong
Chinh, troisieme personnalite du
régime, lillusion réformiste
d'une voile pacifique vers Ja
victoire. .

Enfin, on peut se demander
si, instruits par Vexpérience des
negociations antéricures, les res-
ponsables nord-vietnamiens n’en-
tendent’ pas affirmer qu'ils sont
seuls maiftres d’une partie qu'ils
veulent gapner détinitivement,
et qu'ils ue veulent pas sacrifier
Yobjectif de leur lutte nationale
a Vétablissement d'un elimat pe-
néral d‘euphorie dont ils — pour-
raient fa:re finalement les frais.

Quoi qwil en soit, cos menaces
Ne pamussent pas avoir impres-
sionne outre mesure Ia population
de la capitale. Hanoi, depuis la
détente qu’elle s’est accordée
pour la féte du Tet, a repris,
‘le mauvais temps aidant, son
visage de métropole d’un pays
engayé dans Ics combats. La
quasi totalird des enfants qui,
la semaine dernitre, uvaient
envahi chaussées et trottoirs, sont
repartis, apres leurs breves — va-
cances, pour leur villages, ol ils
sont. dispersés depuis te debut
des bombardements.

Aux heures ou eommenve et
finit le travail, le flot des biey-
wlettes s'écoule lentement, silen-
cieusement. Hanoi redevient une
ville dadultes, Inboricuse, disci-
plinge, mats dont Ja discipline
s‘éclaire aujourd'hui de lt convie
tion d'étre en vue du terme — de
ses épreuves.

A Hanoi, il semble que Vhom-
me de la ruc, au dela dune
réaction immediate @impatience,
mesure [ct distanee qui sépare les
menaces de leur realisation, I]t
connait Velficacité du d spositif
de défense quia fait ses preuves
devant des attaques lancées uvec
d'autres moyens que ceux dont
~disposent les sud-vietnamicns. A
cela s'ajoute le sentiment qu’il
6tait, pour ladversaire, bien dif-
ficile, dans les conditions presen-
tes, dassumer la’ responsabilité
de renverscr le mouvement, et
de reprendre Vesvalade.

Il ust toutefvis possible que
les menaces, sud-vietnamiennes
soient mises 4 profit par les auto
rités pour conférer une nouvelle
actualité aux impératifs de vigi-
lance et de mobilisation morale
qu’elles ne cessent de repéter, ct
pour mettre en warde la popula-
tion trop encline A leurs yeux 2
céder epx impressions prématu-
rées de détente.





Déeces de Mme Vve
Lamarre Salomon

Nous enregistrons avee infini-
ment de peine la triste nuavele
du déces de Madame Vve Lari
re Salomon née Lupéna Garnier
survenu hicr matin en sa résidea
ce du Bois Verna & la suifie d’n-
ne longue maladic, La défunte
qui Giait agée de 90 ans laisse
des regrets unanimes. Les fur’-
railles seront célebrées cet apres
midi A 4d heures en VEglise Ste
Anne.

Nous présentons — expression
de nos plus vives condoléances 4
sa fille Mme Vve Emmanuel Se-
nozier, A son petits fils Yves Sé-
nozier, a2 M. eb Mme Andrée Mom
plaisir; au Dr et Mme Michel An
ge Momplaisir aectucllement ag
Canada; aux familles Salomon,
Senozier, Momplaisir, dean Jac-
ques, Jeune, Toussaint et a tous
les autres parents et alliés qu’af
flige cette perte cruelle.





“tie du courant

|

Quand nous parlons couramment
et un peu vite, nous disons tous,
plus ou moins, qurand(e)-deux et
méme quaran-n-deux,
comment

Les sons que nous articulons
pour communiquer avec nos sem-
blables viennent des modifiea-
tions que font subir les organes
de la parole au courant d’air
venu des poumons: au moment de
Vexpiration. Ainsi pour produire’
la voyelle an de quarante qui est
essentiellement une sonore, nos
cordes vocales, qui sont des car-

tilages plutét que des cordes a

proprement parler, doivent se
rapprocher; pour proruire le t,
qui est une sourde, elles doivent
s‘écarter et, pour produire le d
dv deux, qui est une sonore, elles
doivent encore se rapprocher. De
la sorte, l’écart, placé entre deux
rapprochements, n’est pas suffi
sant, dans un débit rapide, pour
que ‘le t soit une sourde pure et
il a tendance a s’assimiler. aux
deux sonores an et d qui learou-
rent, & se sonoriser en d qui lui
correspond sur. le méme_ point
d@articulation. +

Il y a plus, la preduction de
la nasale can» exige gu’une par-
@air venu = des
poumohs passe par les fosses na
sales et s’écoule par les narines.
Or, quand le flux sonore passe
du son ¢an» au son t, i] reste en
core un peu d’air dans les nari-
nes, d’oi une curtairte nasalisa-
tion du t qui tend a passer A n,
nasake du méme point darticula-
tion.

p -f t s

b veda... "
-m n we :
11 — Pour réponare A la ques-

tino d’un professeur, je dirai d’a
bord que UNIJAMBISTE est no
té dans le petit Larousse 1469,
le petit Robert et le grand Ro-

NT SL

LES ENTRETIENS
NIXON - KIESINGER

(Suite)

d'apposer une signature a ce do-
-cument, que le Sénat americain
n'a d’aiilcurs pas encore ratilie,

le gouvernement de Bonn dé
sirait obten.r certains éclaircis-
sements susceplibles d’apatser

ses prévecupations. a été con-

venu en vonséquence que de
nouveaux entretiens i un éche-
lon relativement élevé seraent

utiles avant que Bonn ne prenne
ses décisions. ,

Mais ce fut évidemment a la
perspective d'une négociation a-
mericaine avee les russes que
cette deuxieéme séance a eté en
grande partie consacrée, «omme
ce fut deja de eas durant da
matinee.

M. Nixon a exprimé le désir
Waller de Vavant sur ce quail
appelle un seul front. fe Chan-
celivy a explique ses vues, en
particulier sur le probleme de la
réunitication de l’Allemagne — et
il en a profité, avec Ie concours
de M. Willy Brandt, pour glisser
dans la conversation une suggees-
tion qui lui parait importante.
ll s'agivail pour M. Nixon de ne
pes oublier, dans ses négociations
avee les dirigeants du Kremlin,
de faire tal des aspirations de
Boan au rétablissement de luni-
to allemande. M. Kies'nger esti-
me le moment venu de — prendre
de nouvelles initiatives A propos
de la réunification, M. Nixon a
écouté atlentivement, ma's pour
te chef de 'Exécutif américain,
jh ne s'awit pas de discuter_avec

PURSS d'un package. Le _Prési- -

dent des Etals-Unis n'a pas Vin-
tention, semble-t-il, de compro-
mettre 2 T'avance des négocia-
tions avee Ie Kremlin en se sou-
mettant a des préalables.

si les contre parties offertes pat EXKKKKARKEENR AKAN EAS SREB AARAN SS SESS ERNE NNN

DEMANCHE 2 MARS
adh, Thet9h
Le Ciné Paramount

presentera

Le plus fermidable match jamais vu en Haiti
entre une Ceinture Pourpre du Judo 6eme Dan
et une Ceinture Noire du Karaté §éme Dan.

erlin-Est sont suffjsantes pour

justilier un transfert. de l’élec-
tion présidentielle & un autre
endroit. Dans !a négative, Bonn

est autorisé & majntenir 4 Ber
lin - Quest la convocation de
VAssemblée Fédérale chargéc
Wélire le Successeur de M. Hein
rich Luebke. .

x XxX
LE NORD VIETNAM ET
L/AVERTISSEMENT DU
GENERAL KY
HANOI (AFP)

Hanoi a répliqué = mercredi
dans un commentaire publié a
Vhan Dan & la menace du gé-
néral Ky de bombarder la capi-
tale nord vietnam‘enne, et ['é-
ventualité d’une réaction américai

ne évoquée par ie Président
Nixon.

La position du nord Vietnanr
est claire,. souligne Vorgane du
parti des travailleurs Parrét
des bombardements est — incon-
ditionnel. Il n’existe, pas d’accord
tacite
Le peuple wetnam'en _ persiste
dans sa résistance contre les
troupes qui, si elles veulent se
metire a Vabri des attaques,
n’ont qu'une issue: leur ‘retrait
inconditionnel, ajoute Nhan Dan.

L’offens've -déclenchée au sud-
Vietnam n’a pas surpris la majo-
rilé des observateurs i Hanoi.
File one parait pas seulement
(rouver une explication dans des
conditions de politique ‘mmedina-
te, dans la mesure qu'on la repla-



Pharmacies assurant
le service cette niit

Février 1969
CHEVALIER
Lalue
LAROSE
Rue Mer. Guilloux

Joudi 27



prévoyant | la réciprocité, %

f .



MARILWTOLO |,
MARIA MINH
tu :

- JEUDI 27 FEVRIER 1980.

SII IOI EE OY EXMICICSEMIEIC MMMM MOMMIES COS SESCSESOSCSE IESE SEES ~

LA MODE A VOS PRIX =

DABAL DE LIS
GINO ALDROVANDI

(Suite)

bert au sens de : celui qui n'a
; : : et
qu'une jJambe, Question de tait,

Quand méme ce mot ne senait

et voici pas dans les derniers dictionnaires,

il faudrait Vacceprer, car les élé
ves-qui Vont employé montre-
raient, en l'inventant, un senti-
ment de ja morphologie frangai-

se digne de récompense il est
forme sux deux bases — disons
frangaises — et le sens en est

absolument transparent, .
III. Pour ceux de mes auat-
teurs qui ne detestent pas le
francais poli et nuancé, voici
deux ou trois cas intéressants,
lo( J’ai honte de Vavouer -—
lo) J’ai honte de Vavouer —-

Zei Vopposition de — 4 cxprime
une différence de sens tres ca-
ractérisée : j'ai honte de Vavouer
signifie aue je ne l’avoue pas par
honte; j’ai honte A Vayouer veut
dire que je lavoue, mais 2 ina
honte.

Dans un eas comme — celui-ci,
l'emploi de lune des prépositions
pour l'autre est & la fois un man
quement 4 la logique et un man-
quement aux formes de la poliies
se.

20) Je m’offre de voyager —
je m’offre 4 voyager

Dans le premier de ce groupe
d@énoncés : je moffre de voya-
ger, «me» est un complément a’oh
jet indirect et «de voyager> un
complément d’objet direct admet-
tant comme substitut un groupe
nominal sans préposition. La
phrase équivaut a : je m’offre
un voyage. Dans le second je
m’offre A voyager, «me» est cum
plément d’objet direct et «a vo-
vager» un complement de but. La
phrage équivaut A : je me prope
se pour le voyage (en question).

Tei Vopposition formelle de — i
entraine encore une opposition +i
gniifcative.

30) C’est & moi a donner
c'est & moi de donner

Entre ces deux tours, ’Acadé-
mie établit la différence suivan-
te: c’est 4 moi a donner ::: c'est
mon tour de donner; c’est &-moi
de donner c‘est mon devoir
de donner, c’est & moi qu’il con-
vient de donner. Mais dés_ le
XVile et le XVIile siecle, les au
teurs ont considéré les deux tour
nures comme équivalentes. A la
lére seéne de la piece de Mari-
vaux, le Jeu de ’amour et du ha-
sard, Sylvia’ dit a sa suivante
Taisez-vous; allez répondre vos
impertinences ailleurs, et sachez
que ce n’est pas & vous 4 juger
de mon coeur par le votre (vile
veut dire ce mest pas a vous
qu'il convient de...) A la seéne
VIE de Pacte IH, le méme person
nage dit a Lisette : c'est 4 vous
a me tirer tout doucement d'uf-
faire, i. ec’est a vous qu’il con-
vient... A yous de jouer, capitai-
ne (A. Vaudat, Contes du Lun-
di, pr 15)

T/opposition = formelle c'est a
moi & — c’est & moi de nentrai-
ne plus une opposition de sens.
D’ailleurs, le contexte et la situa
tion ont pour effet d'éearter tou
te possibilté de contresens si
quatre joucurs de bésigue — sont
réunis autour d'une table et que
Yun d’eux, dise : c'est & moi de
brasser les cartes, tout le monde
comprend qu'il enterd dire : c’est
mon’ tour Mesdames, Mes-
sieurs, je vous remercie de im’a-
voir écouié, bonsoir ! a la
maine prochaine.

see



A PiInstitut des
Hauces Erudes
Commerciaies 颢
Kconomiques

Lundi prochain, 3 Mars, debu-
terunt au local de VIHECE les

examens éerits du ler Semestre

de l'année académique 19638-1969.
duree de ces examens est de
dures (5:30 — 9.30 p.m.) Voi
ci le calendrier de ces examens :
MARS 1969 --- lére Année
Lundi 3 — Comptabilité Finan
ciere ‘

Mardi 4 — Economie Politiqic
Mercredi 5 — Statistiques et
Mathématiques

Jeudi 6 — Arithmétique Com-
merciale

Vendredi 7 — Droit Conimer-
cial ou Géographie Economique

Samedi 8 — Anglais Commer-
cial ou Espagnol Commercial.

x xXx

Mars 1969 — 2eme Annéc,

Lundi 3 — Comptabilité Finan
citre

Mardi 4 — Economie Politique

Mercredi 5 — Statistique
Mathéinatiques

Jeudi G6 — Organisation et Ces
tion des Entreprises

Vendredi 7 Adpninistration

Bancaire ou LDémograplie
Samedi 8 —- Anglais Coninier-
cial ow Espagnol Commercial
XXX
Mars 1969 -- 8éme Année
Lundi 3 — Expertise Compta
ble
Mardi 4 — Economie Politique
Mercredi 5 — Sous-Développs

~ nent et ses Problemes

Jeudi 6 — Organisation et Ges
tion des Entreprise:

Vendredi 7 — Marketing
Comptabiliteé Nationale

Nous renouvelons nos sincéres

ou

félicitations a la Directisa de
VIHECE ainsi qu’au personnel

enseignant et formulons tous nox
voeux de succés a ce Centre
denseignement supéricur qui sc
ronsacre principalement A la for
mation de spécialistes en micio-
économie, objectif prioritaire de
tous les pays en voie de dévewy-
pement,

) SACROMONTE
MONACO:
TORINO
HELENA Coe
ORBI






Lettre du Professeur
Marc Dutailly a... -

" (Suite)
orgueil. Le chemin de la sagesse

et de la paix he passe pas. a
travers le vain labyrinthe de la
logique; il serpente par-l’humble
acquiescement @ la tradition et
par l'accomplissement, en’ toute.
modestie,” des rites preserits par
les Kerituress. .
Incapable de vous suivre sur

je terrain heutement métaphysi-
que ol vous mouvez avee tant
daisance, j’ai délaissé ld voie de
la Culture pour m‘engager dans
les allées fleuries, reposantes de
la Tradition Une et Primordiale
et tout particuligrement de la
Tradition hindoue, beaucoup ‘plus
consolante que les autres, car
pour la Sainte Sagesse Brahma-
nique, il n’y a pas de damnation
éternelle. A votre Lyre, qui. a
_raffermi “mes wvonvictions et
augment¢ mes espérances, je
souhnite un grand succes de
librairie, car il est désirable que
les idévs qul véhicule — con-
naissent te plus de rayonnement
pour le plus grand bien des
collectivités désemparées devant
les problemes fondamentaux. |
Aprés. avoir lu: «LA CULTU-
RE, “REFUS DE LA DIMEN-
SION ~ HUMAINE>, tout un
éhacun se trouvera en mesure de
répondre, comme le disciple a la

N

question posGe par le’ maitre,
eque le Poigt autour duquel
gravite notre Systeme Solaire”
est le Dieu dans le sein. duquel

repose notre Dieus.
‘ ’ Bien Votre :
Mare DUTAILLY

ee

Dans le Volley-Ball
CHAMPIONNAT D&S —
MLNIMES - oo
SECTION FEMININE ET
SECTION MASCULINE,

Comme il a été déja annonee,
les inscriptions sont attendues
au Secrétariat (Frere Euphrem
St Louis de Gonzagué) ou,encore
-chez Mme Arnoux, Trésori¢re des
la FLH.V.B. La fleur du Chénew
No. 34. Liste ‘des joueurs et
Joueuses, acte de Naissance et
Vhoto d'identité année “de
naissance «a partir de Janvier
154.

Premitre prise de contact
avec les dirigeants ou personnes
responsables des Equipes mini-
mes Jeudi 27 Février 5 Hres p.m’
au College St- -Pierre,

F. H. V. B.
EVENEMENT -IMPORTANT

Samedi ler Mars au College
St Pierre, affrontement des
invaineus :

SEMINAIRE — St. LOUIS

Coupe Clovis Bonhamme.

Cette rencontre sera au profit





des Sélectins Nationales de
Volley-Ball.

Entrée Prix special

Enfant G, 0.50

Adulte G, 1.00 ~
: ICTATION ST. LOWES
Ye GONZAGUE

Le Comite de l’Association

des Anwens Eleves des Freres
_de Vinstruction Chreétienne invi-
te les membres 4 se réunir a
VAuditorium .de [Institution St.
Louis de Gonzague le dimanche
2 Mars a2 10 hres du matin en
vue du vote des statuts de l’As-
sociation.

LE COMITE



. Messe de prise
de Deufl -

Une messe de Prise de Deuil
sera céléorée en l’Eglise Sainte
Anne le Vendredi 28 Février a& 6
heurse 30 du matin & la mémoire
du reyretté Louis Emile Geor-
ges décédé le dimanche 16 Fé-
vrier en cours.

Le present avis tient Ken din-
vitation aux paren’s et amis de
la famille,



Messe de Requiem

Anniversaire

Les parents, alliés et amis de
la regrettée Mme Vve Joanny
RICCARDI sont, priés de bien
vouloir assister A une Messe de
Requiem Anniversaire qui sera
chantée en la Basilique Notre-
Dame le Samedi ler Mars & 6 h
30 A.M. ,



Pour la restauration

de la Basilique

Notre Dame

Cette Eglise, la Basilique No-
tre Dame est devenue un. monu-
ment historique. Consacrée a la
Mere du Christ, elle demeurera
dans le temps un témoignagpe élo
quent de la foi vive des Haitiens:
Contribuer & sa Restauration
constitue un acte a la fois patrio
tique et chrétien.

Combien de graces le simple
geste d’achcter un billet de la ra
fle «Pour la restauration de 1a
Cathédraled peut attirer sur
nous et notre pays. En avant
tous, ne soyez pas parmi les re-
tardataires. Demandez’ votre bii-
Iet de rafle !-

_ Des bets de la Rafle pour
la vestauration de *la sCathédrale
de Port-au-Prince ‘sont en. vente:

Au Presbytére du Sacré-Cocur

Au Presbytére de Ste-Anne ©

A la Bibliothéque des Jeunes

Librairie de l'Action Sociale

Au Presbytére de la Cathédrale

Au «Nouvelliste>

‘Le tirage de cette rafle qui.a
été renvoyé se fera le 28 Février
au 2e tirage du mois de Février
‘de la Loterie de ‘Etat .Haitien,




PAGE 1

"QUO.TJI>fEN LE PLUS Atq'ttEN D'HAITI FaRl>E IN 18'96 t.,...__., Dtrcteut Adftdnistrateur : MA'J( CltAUVE'l' t MEMBRE DE L' A _ SSOCIA TIO . N INTER , AMERlCAlNE DE PRESS : E . Les Entretiens Arrive du Nouvel Ambassadeur cl" Areentine ' Nixon -De Gaulle Aujourd'hui !-iOlll ur r iv~ 'a P11J . ; au-Prince Monsieur Juan Anto nio Pnr eon~roverse Franco Anglaise ~m l'entreti e n oue l e Gnral D e (;aulle a ru avl' c l'Ambassn eur Hrjlan11iqu1 ~'I. C lu istopH Sotlmes, slla prohablemenc que. 011 ti1•ndra sans doute dn farncais renouveler k~ lllisv!', au point dt•j:'1 fait .es . L'unaly sl' des rel a tions Est lll'St soulvcra la question <' l a dis'-'ussion que Washington souhaitl' ouvrir avec 1\'ioseou. I .n France a toujours marqu<~ 1-c-t ,,gard qu'c>lle entendait nw11er sa proprl' politiqu, de dten te• t'l n'en v i s : e clone pa s de don 'lf'I' uu h1ant•-.s( 1 ing aux F.ta1s lin is. t)uant au rk futur 1k l'O.T.A.:\' .. s i la Fra ne , n'a pas l'intention dl' quitter l'Alliance, 1•lil' ne so uhaite appanmment pas l)ll l' . i ~oit l"l'~serre . (. 'O rtlllll' :-:{ 1 ll::)li• Il' (1t~i1,-r M. ~iSu r Je tnam, un ruppru('hl' u a •nt d es , t 11s frarn;ais l'S et aml rkaines est n t 111 Pari s pour .fa dliter 1' n 1 1' :l'rl11r p d e> la ngora lion. ~a i-t'.•\"ornH., du systi•nw moJH 0 ' t.;:1r1.: in~ ernat innal sera aussi au C'Plltre de,._ eonver~atiuns de Le prestigieux Amh1ss l eu 1 Pardo A1 gerieh c om11t ,: ;JO ana tlc carrire diplomatique. F11 1943 il. fut Chancelier au Consu lat Argentin San Franei&co tiragl' spciaux sur J., Fond Montaire Int,ernut.ional i111t l1nu une la1 g-e plai-e dans les l'lltretic-llS de Pour prpar ' er !YI. Nixon a\'P( ' le s dirigeants hritanniqu, s. I l est apparu par le 2me Congrs ~~~;:;.1~sin qt~ 1 ~.();~ ~~Pr~~~;~~! 1 ~ du Travail g-ouvcrnenH'll1s euro 11 t,l ns _ Le Comit Cha~gde coors changPs cl,, \'H• s A1n{,.ricains. des diff renlts juri:i d ;; pays .. La r union _ qui a\c1it pn ~ ~ ( C'aractl're d'une table n,, 1t1 :._• lta i 1 prside par Monsieu : }fax F<.c: chan\, Secrtnire G rai au 1 :, parlement des Afai: es Sociak s qu'assistaient MM. Carl H ~r,,n 1 Emile L egr os et Nerva . \ nt.nPin . Au eoul~ des entrLlt_ ' . l~;"' qui . -----------\ 78EME ANNEE Notre Chronique de Lan2a2e Le Francais, tel qu'on le parle J}ar le Dr: Pradel POMPIL US Jp m'exl'use d'avance du can n Lre un pl!u huch lpe prendr a mon mission d'aujouTd'hui. Ce dcousu viendra de ~e que j'ai voulu r pondre au voeu de te! ou tel de mes auditeurs en r0solvant rapidement certnim s CJUCstion s qui m'ont pose s : trop les i'aire attendre, je ris que dt> d!'ourager leur intrt: j'ai donc dcid, une fois en pa; sant, e saerifier ma nithode . la euriosil d'une partie cle mon auditoire. D'abord, ceux qui voudraient voir cette n1ission s e trunsfor mer en cours de frannis lnwn taire, je .dirai que tel n'en e s ' ~ pas l e but. Elle n'est pa s desti ne de s dbut a nts ni la for mation des matres de i'ran n is fondamental, pour l'instant , 1 u moins . L'Institut Franuis dispo se de beaucoup de cours de "' ' dL mier genre ave c disque s ou ru bans magntiques, mais il estim,, que la place en est plutt it l't•(•a le primain : les maitre~ qui s'y intresse11t devraient eonta.-t e: J,. directeur de l'ln s tilut. 1.Vuil'i -d ' abord quclqu,,s JJ< ' lits probll•me:-; . de redresscn1elli. de pronouciatiou que i'ai d rl' .~:o u -\Jl'l'S cett<• l' lllrt:vuc le Vol de la lkminicana pour renlt ' er i,, C:i ra eas vitr Santo Don1ingo . . Il a salu l'aropqrt par , J. Carl Akindor du Prot•woh•. X X X l,E GRQ/ j PE DE 160 JOURNAUSTES ET ltGENTS fJE l'O.YAGE i11 ! . iits JW Ir, TC!l arrirrro le /;, Mars CrJ n1ati11. s'est tenue ;\ l'Office National du Tourisme ('( dL. 1 la Pr o pagand e Ulll ' tr s im11 or tnnle l' nion sous l a Direl'lOll du Din•cteur Gnral Adjoint d, l'O!\'TP, M. Ramah Thodore. Cct: t c runion avait pour bu1 d , , mettr<' les membre s de l'A s soeiat inn hot. e e mi ,ourant du projc-l e la. TP..ANS CARIB BEAN AIR\VAYS d'amener ici k l:i Mars un g-roupe rent ~o ixante ...\.g : Pnts rit.' y al,!e Pl .1o urnal is lcs p,,ur une visitt' dt• !"amiliaris. :. d in11 ()lli rlul"Pra dl'UX , inur:;. Tous J,,, hutelier, ,le Port au-Prin!'!' vl de• Ptionviltl' SI' t rouvHic11l t; unis r e 1natin n !;_~~;i,~e 11 :t1e~r~t:~:::~ '\~,:~ n;;~~ dl' C<'t Offin la visite rie ,es .1 ournnlistes et Agents rie voyage Fred Pien,•-Louis Manager d,, ) ' Ht e l P)aza ,,t Wolfg-nngWa J.!"llc,r, ,el11i de J'Ili,tel Splenrlid l,nt 1 d~iJ,..'11L's par l'UNTP t•I l'A~:--:or•i;:-dion Hllh•lii'•n• pour arl':lll g-cr U\'(•c 1.', TCA la distributin d< es , ,s i te ui s ,!ans l es diff rvnls Hold ~ de Port-au-Prince cl dt ! Ptionvillc . X X X l.A SALLE D'EX.POSITIO.\' 1 1/FJTJERS D'HAITI dn VINEGO . fi lu Git Dumarsais Estim Nous vons eu marli soir h• ~~rn~~1f!a1~x~si{t~r lEti~~ D'HAITI . DU VINECO . En Ji1ettant du temp s pot,tr ef fectuer cette visite, nous n'avins fail que reculer un plaisir qui al lait tre plo8 complet avec i.. 111is< . , en plan ile toutes les e, prpart•s pour cette <'xpos\ ons-venk par 11 grann1w:-; Qlh .\i. Giu sep pe Saragat , . Prsitk11l . rh. la llpubliquc ita!i,."nne, a ac, , u .. ,I li cet nprt•s midi h Pr s ident Ni xon ;, l'A oport de. Cian1pino. Votn• voyage, monsieur h. 1 l'n' :-: ident:, a pou1suivi M. Snrng-1, t, revt dune une grane importun cc pour l"a v enir des rappor ts t' ! "l Lre le~ peuple s qui adhi rent h l' Alliuncl' A Uarique et tommc prmit'es dt1~ ngo<'intions qtH' vous engagerez avec l'Union So vitioue. Mais, ce grnnd dialo g-ue de paix entre l'Est el l'Oue s < l'Europe pouna nppoi'ter un, ro11 tribution dcisiv l' si elle trou,e, PTT r~alisant son unit la dinwn ~ion ncessaire pour rcarai be, je veux pnrkr de Su11 Exeel lence le Prsid,,nl ii Vic d" la R, publique. le Dorll'ur Franoi s [)\' VALl Elt; l\.I n1 ! ~l nr c> tix du sport. s 1• p e 1wh c :-ur la c-o nditio: j de nos l•quipcs av1 1 aulanL w ~;nin el de per:1 ranrl' que s t-.'al-!:i ss aiL d'un prolill• prioritai rc. Qu'.F.11< 1 t'l1 :-:nit l'<'llH'l Til •e, HU 110111 ,k la Nation Hait i1 11nP, <' l tn vot r~ non1, clwr ~ l quipil'r; ,. qui ,(wz rle ,nu:-: rcndn r ' •ligihlr• ~ ; pour un~ 11ouv e ll c ['tap,• du tour noi int,•rnational ,le football. Lettre du Professeur Dutailly Mesmin Gabriel Messieurs 11 .s i'quipiern d!' I : Nouvelll' Haili , A prl•f; u1H' viduirc d a:-;:-: i11u t ~ur l ' quive guat~maltl•qu c , vou ,,1 "" nlls au Stad,, Mateo Fior .. ,, ;, Guat,;,\.1 C ity, dfendre v,,,, l'Ouleurs :-purlives et vou~ qua.ii fi1•r pour 11 r hampionnnl inte, 1wtinnal. A\'Cl' yo:-: ~Ptil(•s 1 . leurs, nVC'l' vol.rl' ,idoirr. el HVCl' VO'l ' d(•cisioll Lie Vlllli"l'l', dl• la \'"rai :..• Connaissance; la Culture, ::il _ une Visian de 1'Psprit pa r l'cspril. ;\ fl' v iennent ;\ la 111inoir e el'S lignes de l'historien Will DURANT, cites J1Hr H, D v Campignr. dans son li\'r e : , . LA TRADITIO N' HIN DOUE ET u ; BHAl J~lANISME ESOTERIQl1E , d,'L•sJ Jl'it hu mait1 est un instru111t•nl trop frle e l trop imp,irfait pour rsoudre. ks prnbli•JlH' S n1l'taph ~si ques et thologiques': l:1 rai so n ci;t une courtisane riui se prte tqus les dsirs; ell1• nous lurnit 110n la , t. Sciena•~ n '. 1 la ,. \'('>t it, n1ais simplenv,nt des motifs de syst mntii::er nut n• sPn~1rnlitt> et notre (Suit e page 4 Col .' 8) 'llr le Prsident Directeur. Gnral Entre Gdes 2.so Rserve Gdes 4,00

PAGE 2

l'Bnlll.E,lli: ~" 1 :1 1 l 1I ID . IV V VI YIIVIll IX HORIZONTALEMENT . 1 l\h ltr c le f<,11 !! , J ulie -. 1wgl 'l.18:eS 3 . Ro:rnl V<>nuc -1 " ' la cur i ole 5 Donner se part li Ville b<.,lgo Port prR tll• Hmno 7 _ nu dbut do l'anne Ml•llll 8 Lentilk s .Mnglcioll'l1c !) Cnus<' de ,iole Coorcljnc :a ::a :r VERTIC.A LE.MENT J Une manire de recouvrir TI _ Peintre Passionne ccrt.ains joueurs III Nuit parfoiR si elle est trop grunde IV _ Personnage romantique V Singe Tissu VI En mode Un peu. ln t~te d<> turc VII S'accompngnalt ln guitare VIII Direclion Voyelles lX Inaugure . Solution du Problme prcdent. H01nZON.'l'f.LEMENT VERTICALEMENT 1, Dim,nsion 2 Opus; Oi se I. Dormeur lL Iphignie 9. Rhsus; El 4 . Mi; AR: -' III. Mue; Ru IV. Essai'm er Ds 5. Egrisfo Ue; , , 1s: V. URSS; E.O VI. SOS; Bon 7. RN; Cil 8. ln<'ell e Cet , VII. II; Dbile VIII 9 , Lu; Otes Ose; Oll IX. Nelson; Es. Du Jeudi 27 au Samedi Ier Mars 6 Hres et 8 Hres 30 L'Espion du Caire Avec Un grand film d'espionnage. Peter Van Eyck, Adrien Howe11 et Elisabeth Muller. Entre Gdes 2.00 et 3.00 ------A partir du Dimanche 2 Mars Un Suspense e.xtraordinaire auquel tout le monde pmticipe ! 30 Minutes de Sursis Sidney Poitier, fo l' edette inaugurale du C'apitol et Arme Ba11croff Entre Gdes 2.50 et 4.00 . ., ., . . . Banque Populaire Colombo Hatienne LA BANQUE DU PEUPLE HAITIEN AVIS 1 , ,1, J;A;~l.lut l'Ul ' UWUlill CULUMllO HAJl'lJ,;NNl ,, 11eu , eusu !le puner la connaiSllance de sa clientele qu ' a, , t. , , , ~u u~ lu l ' rfme Annuelle du :10 Dcembre coul, la !11ag; 111 fhJ LE NOUVJIILLIBTE ----~ ~ ,~ Op-~ : ... . . ,\, ,' ult: ,1 do 1~ ~ 1ro , t ) : )' ' . AU CAPITOL P~4MOUNT, Honrl n'talUI PIII ' dovonu, n i Y 11ltlon Y de 1'~18>ayo . , J:Jlanthe (l) ;;i Go !,(.i ,1 dti , c:etie ~ o1 : uft•~gatlon . de femlia, fla-urtt l1& j jjlbre ,U J\bba i~~t'Pto'l-r\)~t ~A~n~ 0 Judi i O h .' e t' B . h. ' vcc la permfHfon o s•"P~ntf / . dntiit ' du i:{ ~IIil slclil et sollf!eu ' 1896 1\ 19~6 et orlglitlre, lui nus ye ae Langonnet ; > en Bretagne, Entre G : les 2.00 et 3 . 00 ; CE'l' , HOM 1 ME ' EST UN ESPION !'1.m.f11nt do dhocu1 , pieux, zl~,' semeilt restaure. Les vocnilons 11, de !'Avranchin, d'une comme . qui, depuis 1 _ 868 recevait les vocn , A partir du Dimanche 2 Mara _ E,nti ; c Gdes l. 2 0 t . . 2.0Q qui sa hllt11lt ~ers l'Eglise paroi~ taient si nombreuses dans cc io no do ce milme canton de St• ,Tationa do l'Ouest de la Frnnce. TRENTE MINUTE ? DESURBlS lr< virdtc ' dfn :~~;,c~u ;~r~:. bn~iq;:~ ~:ecro~~~ =:v!We ~~!bb~~ii~ B~:chf,A: -~ ,:'eSousz; , st1~=~ ~"l'!!~u:oi:;~!t Je ~o~ecfat 3!~L4u\o~l~'fi J~:i Entro Gdes 2.60 ot 4.00 . A CORPS communale trop lonlfuo, avoc ees rondiaaemont d'Avranchcs. Anthropologue, il . a crit Je sa~ de Parla. li n'y paaaa qu'un an, Entre Gdcs trois kllomotrca, mals pur lo cho Le joun a'mlnariato se ' pns vant ouv1 age LA RELIGION reut ln tonsure, puis fut convoREX THEATRE min de traverae eau milieu dcs alonnn pou1 le latin, le grec, lt1 DES PRIMITIFS, ouvrage de qu comme soldat: les lois de J d ' 11 h 8 h 15 chiines et de~ hlltres de la Ruelle tylis~iqu e , les l:')n~s llttrnire-oi chovet des , coles sociologigues . WALDECK ROUSSEAU et do:? P~E~E-MOI ~ON MARI a11x Venins> pour tre. l'un dee _ Apres ln qu11tr1m~, aux vncanhaitlennea. COMBES contraignaient dsor Avec Romy Schneider_ CRJC .. CRAC CINE servants de , ln premire messe ces de 1006, ln eurpr,se de se_s , . . mais les prtrea 11 de s priodes Entro GdeR 2 . 00 et 3.00 dominicale de 6 . h. laquelle sa ,• parents, des frres et soeurs, 11 L Evoque de Coutances ne fit mllltalrea, . mr e resta cmist~mment 'idi:le dclamait ses premiers : vera,dpas de dlfflcultlle pour---transf Hiill'i" lf rendit ." Gr nvllle (7) Vendredi 6 h. et 8 11 . 3 oi, jusqu' ce que ln mnladie l'en cm~ j de belle allure, ddis aux plai rer . )e ~achelier_ au N?viei~t de~ en Basse Nomia'ndieet troqua UN HO.MM POUR Jeud; ~ 6 h. et 8 h . ' 15 ( ~ ffr~~1b~JQ1uoi~etEf.tifATES pjchn. , sirs de son enfance. ~pir1tama., Maie la situation re la Caserne du Roc soutane L'ETERNITE Son pome dbutait ainsi hgieuee s tait encore aggrave toute neuve contrs Ili ' c apote bleo Avec Orsm \Wells.Cette ctr11dltlorl de rligiri; eL c,1' oJI .. rul!lie1tu qui courais laen Fr ance dura~t les anne~ horizon et le pantalon rouge gaEntre Gdes 2 _ 50 et 4 00 d'honneur> selon l'xpressi, . r, prairio passes par Henri au Petit Sm1 rance du soldat franais de l'p'l d ' Henry Bordeaux devait ' nces . Petits moulins, qu'tes VOU\\ nnlre. que ; Ln Normandie . tait reste ~~~-mei:,~!~fs:~;~e~u t:ltfJ!r C'es1e~o~:s'fainsi ~ue m'chnppe LA REPUBLIQUE D'HAITI ~nl~~:s~n:ii:i11~da~tar~~f:c;c;ux~Uss:t, naire de l'Evch de JJoutan la vie INTERVIENT.gents et anciens respectrent '-i ls (}'Evch d'Avranches avait Petits mo!i~s, que ne tournez L'Anticlrical COMBES avait l'abb " chez la recrue et lui firent d~p~i}fi:ul~s. 1 :~ce n r,~~rt:: A v;::ti~ 1 ~!tia troisime, il se fmt vote 1 en l~are J.l/114 Ill loi in g:11:/es stu pldes brimades hab! tlon du Cur de Carnet; appuy jeta ' corps perdu dans l'tude'.; . te rd isnt aux lJoniirgao,ons d 'e n Durant ces vingt-quatre longs par Je Doyen de St James. beaucoup plus pousse ll>rs, du seigner en }!'rance. Le lO .Novem mois , quand les exe~cices, les ma A MORTAIN , . . ,, ::u:~! i~:;:i~.IIE~~1c:i::\f::i~ ~! 0 t ! ;~;!tI:i1:":i~ 1 ~i~1!!/~t ~:~.vrJ: j:rJ:~~: !~~;::\:~ J:: La . Frar,cc venait de faire. 1 . eco pide, les auteurs latins, puis Bos de l ' .ti,at, app11qu~e 11vec un sur loi•irs, k clerc-soldat allait prier no:n1e des deux guerres civiles _ suet, Corneille, Racine, Molire; croit de rigueur par le succe!l l'une des trois Eglises pai ois qu a1;1raient pu ,P~~uer le cbou tudiait lu mtrique, le rythme, seur de Corolles la Prsidence sials, Notre-Dame, St-N ic ol as et langi_sme, et I affaire DreyfuRs excellait dans le discours latin, u Conseil, , .HUUVIER (Janv,e. St. P a ul , s'entret e nir avec leR . Cu QUA_ND, coups d~ _ca non _ dans dans l'art oratoire . , sans ngliger 190 6 -M-ars 19 0ti)': ce dernier rs, visit~r cette ville prestigieu un ciel devenu serein, ~clateren. pour aut,mt les exercices phyei _ fais . ait emame1 l'mventaire des sP ., ks Monuments, le Jardin des auccestdvement la questwn des ues biens du cierg, en fonci1on de la Plantes, le Muse de Normandie , Congrgations, (1901) l'expul q loi du 9 Uc. 1906. ou bien il poursuivait , solitaire, sion des religieux (190S) provo Dans son ouvrage (Sur un Les Pres du ::lt Esprit, qui re ses tudes de Thologie, d'his t-Oi quant le qunsi-~ulvement des gr,ind vilque missionnaire,> le R . ceva1ent de notables subsides de re . ou de langues anciennes. villes et campagnes dans le Nord, P. BRIAULT, qui fut secrtaire l 'E tat, en taient soudainement E'n 1912 , il retournait 0 : !y en Bretagne et en Normandie, la du Suprieur Gnral de Ja Conprivs et devaient termer, la et rcc evuit e n 1913 et 1914 J~s dmi s sion de nombre .-!'officiers grgation du St Esprit, notait en mort dans l'me, la plup11rt d e a quatre cirores m;neurs. de f'arme refusant de lever leur l939, nu sujet de !'Abbaye-Blan maisons spiritames en } ' rance. SOLDAT ET PRISONNIER DE =~!~/ontre Jeur s anciens profes ~~f;esartcnant aux Le Petit Sminaire tait plac dans Je texte . grec les pices de L'intervention d la Rpubli J:~;ft ~1:::i~;, 1 ~ 0 cl~:~ \:i 1 ~ aux marches orlentales de l'ar Sophocle et d'EuripideL. . (Ce\ que d'Hati aida puissamment. de ln mobilisntion,,le 2me R.gir1mdissem e nt d'Avranches Petit Sminaire tait un lieu d e Mgr. Le Roy. Lee Gouvernements men t d'infunt ~ rie en garnison MORTAIN, cheflieu de canton, saine ducation. La pit ne ac de nos Presidents NO!t.U ALI!> Granville . ville de 1700 habitants. L'vch Sl!rajoutait pas la vie, elle s'y XIS ( 19.Q2-HI08) (3) et Antoine Il en partit avc son unit J e 7 de Coutances y avait fait l'acqui intgrait profondment. Elle exi SIMON (1908-1911) (4) firen. Aot pout se joindre la Vme geait de la vaillance et poi:tait rf~pi~~t~~~e dird~:ai~~ngr:~:~r:;i Arme Franaise, commande au devoir... .. .... . .. Les lves repar le Gnral Llrnrezac et a ll er gardaient les professeurs, preli religieuses enseignant en Hati combattre en Belgique sur la M eu que tous Prtres ,comme des amis pour le dveloppement de la culse , pui sur la Samb , . Aprs et des frres ains, mais ceuir-ci ture intellectuelle en notre pay s. )'chec de Jn bataille de Charl.,roi COMMURIQUE Le Dpartement du Commerce savaient qu'ils de v a i ent mriter Or, les Frres de l'Instruct1on (21--23 Aofit 1914) Ja Vme Ar et de !'Industrie perte la conla confiance t l'amiti. L'esprit Chrtienne avaient d transfrer me battit en retraite sur 200 naissance du Public en Gnral tait excellent, les punitions raen vitesse leur maison mre de km s. en 15 . jours. On marcnait et des Importateurs de . lard res, peu de vocations se per _ Ploermel l 'l e anglo-norm11nd e jour et , nuit, conte le R P. GO (Mantque) en Particulier, qu' daient en route.> de JERSEY. En 1907. sur lee ins RE dan s une de ses BRISES DE ~~~;ird!e ~~!~rt;~~n:t co~!~~ ca~:::~t le:u:::: ~r::ieioi:ui~:~ f:~~~ss d:x~:~~~r::ni;rep~e;/J: !E!~~i~ 11 ;1•t~~~t ~~~:/! ~~g e l: ~ trnt intervenu entre la Socit par Henri GORE, comme en so N et l'Etat Hatien., l'importaSAINT LO, chef lieu du Dpt . ~o:1ce, Eveq~e. ~es ~ay~s! afin so ldat s taient ensanglantsl>. bon du lard eet contmgente uu de la Manche sige de Ja pri'.icr d mder le M1mstre d Ha1tJ en Le 3 Sept,mbre, Franchet profit de !'Industrie locale. ture et de l'I~spe cti on d'Acad . France, sauvegarder l'exi'3tenc ." d'Esprey remplaait LanrezHl : E:n consquence, il est d em,rn -, mie dpendant de CAEN. de notre Grand Sminaire Rt)a tte de Ja Vme Arme qui d aux Agents et Importateurs Jacques> ainsi que ! 'oe uvre e~ participait -la Bat a ill e de la de cet article de faire parvenir FUTUR MISSIONNAIRE . L a spiritains et des in•titutions r c l i Mnm e, clclenche par le d em idans lo _ plus bref dlai possible sit uat;on de fortune de la familbrieuses franco hatienne s. tour offensi f ordonn pa1 Jofce Dpartement la liste des J e GORE n e Jui avait pa s permis Une interprtation de la l oi fre Le 17 Sevkmbre, HENRY commandes en cors ainsi que le de eontrib u e r l'en t re d'Henri F~lloux, datant de 1850 sur la ]i. GORE u r bo r ait son premier g-a stock existant cette date. ! 'Abbay e _ Blan c he ! le jem1 e hert de l'enseignement p er mit n Jou. En 1915, son uni t tait ' ' pin Aucune importation ne sera h omme a vait obtenu l'aide comcinq congrgations mnsculinP., ce nu centre de .s dur ~ combat,s permise sa~s l'approbation prupite de !'Evque de Coutances. (5) d e c onserver leur s noviciats e n Champagne. HE NRI GORE !abl e de ce Dpartement seu l ha Et l es s ucc s scolai,es n'avaien. de Fr11nce en tant qu'o rdres reli tait s uccessivement promu Ca bl e dlivrer l'utorisation de d pas J e prlat , ni le s protec gieux entretenant des coles ouporal, puis Sergent, t-Oujour s do unner. teurs religieux. tre mer. aux nvnntcpostes du devo ir et . Toute importation de lard qui Aprs J e baccnlaurat, Henri Hati, marquait la d esti du courage (8) arr.h era en douane sans autoriS<' drida j\ entrer dans la Conne d'H enri GORE par cette inUn inrid l' nt frappa beaucoup sation sera rexport l~explgr gntion des Pres du Rt Es tervention, qui 1iei;111eltait cece jeune s0us-offici e r. C ondui diteur aux frnis de !'Importateur prit. lui ci d'tre admis en un novisnnt son peloton l'e,a. ,aut dnns fautif. Un Grrmrl Spiritain nvail in cint spiritnin autoris fonrtion Port-nu-Pce le 21 Fvrier 196!1 . flu sur la voration 1\-Iissiomrniw ner s ur l e territo ire frnnain. D, L~bert JN PIERRF, de notre jeune Corntnin: l\fg 1 NOVICE ' ET SOLDAT.En Secrtaire d'Elnt Alexandre LE ROY, (2) Supl'ieur te des tab lissements spiritains ~"'-~~~~S'l-'S~~~,~~~'-~•'''''''''''~.,.~~~ N'ACHETEZ PAS L'A VENTURE ACHETEZ UNE VALEUR SURE (Voir suite pag e 3\ AVIS L es eours orga111ses l'E t ule Normale d'Instituteurs dans l e cadre dt l'ln st-itllt Occid,• .JEA:-: TY> 011l n pris. le lundi :!4 V l'i er aux heures hubitu c llt:s sous la direction du Centre Culturel. Il , st de plu 8 rappel qu'un <'O ur s c Bible, ouve _ rt . au public , e st dispens d1uque mardi i\ li h . p .111 . i1 !'Auditorium du Centre. LA DIRECTI0 :-1 J e udi 7 h. et 9 h A CORPS PERDU Entr e 1 do,llar par voiture Vendredi 7 h. t 9 h. LES NO.UVELLES A \."ENTURES D'ALI BABA Entre 1 do!lar par voiture AIRPORT CiNE :1 eudi 11. 6 h . 30 et 8 h 30 CHOC,, Entr e Gdc 0.G0 et 1.00 Vendr edi 6 h. 30 et 8 h . 30 COMMANDO . SUR LE YANG-TSE Entre ,Gde 1.00 et 1.60 ETOILE CINE (PETW.NVILLE) Jeudi 6 h. 30 et 8 h .3 0 DANGER A TANGER. Entre Gdes 1.50 et 2 60 , Vendredi 6 h. 30 et 8 h . 30 ESPIONNAGE A CAPE'l'OWN Entre Gdes 1.20 et 2 .0 0 CINE STADIUM Zeudi (En permanence) ,JUDEX Entre Gdc 0.00 Vendredi (En permanence) LAISSEZ TIRER LJ.,,;S Tl'REURS Avec Eddie Constantine . . Ent re Gde 0.60 Position oHered Position offcred young lad} : Bil.ngual s ceretar y with knowledge of bookkeeping .Minimum fjve years ex peri ence . Appcant 5 are , equested to p ply in person between 9 : 00 12 :00 :Uonduy th ru Frid ay . Cat.holic Relief Services u.s.c.c. Rue Pave La rafle pour la restauration de la Cathdrale L e Comit d'Organisation ac ln rafle pour 111 resrnuraU on do la Cuth d,-al c est h l'ure ux. d'an nonc,•r au public que le ti rugo tle <' e ( . 1 e rafle aurn lieu l e ven i~~t ;u~8 1:e 2~•~1ee ni e r J,, la Lo"t<>rie de l 'E1nt , Hni tit:111 . Il e st t•J1 Ll' t1du que le::; carnet~ qui n e sonL pns retourns av,,nt cett, ' date d,•meurent . nuls e t ne paitic-ip,nt p a s ce t te rufie. Pour le Comit, Pi•re JEAN-NOE'L, Cur de lu Cathdrale . l' nu-P,e. 22 FvriPr 1 96() TRACTEUR DIESEL LA FORD 15M! Vous trouverez une voiture qui vous convient de la petite voiture conomique la grande voiture . de LUXE CHEZ > Lac:lani & Co ~OUR 'rRACTION, LIVRAISON DE CANNE LJABOURAGE HERSAl h. J 5 ESPIONNAGE A C APE1\1WN l:n grand film ri . , ontre-t• s pio11 n age Entre Gdcs 1.20 , . , 2.50 Vendredi . 6 h. lS et 8 h. 1 5 LA POR'I'EUSE DE PAi:'; Un grnnd drmnc populuire . Entre, Gdes 1 20 et 2.50 CUTTY SARK Le Scotch . le plus vendl! aux Etat.a-U nia Distrib~r par la BRASSERIE DE LA COURONNE S.A.

PAGE 3

.JEUDI 27 FEVRIF.R IOHU LE NOUVl!lLLISTE . . VOTR De Bonnes Affaires 'r1rs, est l'un des ST. AMAND, Irstruction Publi ports d'export.nt.ion de la Basse que (Dc. 1902 _ Avril 1903) Nor'mancl . e . Station Bulnnjre JEREMIE, _ Rl'lntions Extr,eudont lu populatio,n de 10 . 000 ha res et Cultes (Dc. 1902 _ A uitant . , duubk en Eu\ ville invril 1003) BONAMY, R. E. et clusirielle. \ , ,. I. P. (A v 03 _ Juin 03) MUil (81 Expr es sion employe pa . r VIL FERERE, R. E. et I. P. Robert cl'Ha . court dans ,-;a bio Juillet 03 06) H. Paulus graphie du. clbre Cnrdi-nul r,lannon, RE. (06 07) 1'hri;,.sy FAULHA-BER' (1869-1952) Ar bulc LALEAU , I.P. (O(j _ o . ,; rhevque de :\iunich, qui se drcs Louis BORNO, R . E (08). rn contl e le nazisme . . Robert l>alb ma1 .' ean~Joseph fut :l,li . !10) CHEVILLY LARllE,,' localit 12 kfos. au Sud d t Pa ris par ln Porte d'Italie .. Le Nu viciat Sp i ritain co ' mporte un,.-vas te parc de 2 he~IRres et demi. 12. rue P ~ re Mazurie, en face de la Place de l'Eglise et de l'E glise Stc. Colo'mbe. Le Noviciat comprend un grand S c olasticat de. Thologie et le -Triennat de, Frre~ . l;rard JOLIBOHi Recettes Siinples de Cuisine Hatienne Remercit-nt profondment Monsieur le Prsident Vie ri, In Rkpublique Dr. Franois DU VALIER, Leurs Excellence~ l e:1 Mitifatres Ren Charlmers, Max Antoine, Clovis Dsinor, Pnul Blanchet et Andr Dubl•. tre dmobili s . En Nov mbre Par Nlnlc:Ji. Le Secrtaire Excutif <'t le P,•rsunnel du Secrturiut Priv, Le Directeur et ks Chers Fr res de l'In s titution St. Loui 8 do GonZUb'1lC, La Directrice et, hs Soeurs de l'Ecol e Elie Dubois. Le Directeur , t il' Pers1111,1 e l d la Direction du Tr{,sor, Le Personnel d,1 Dpartem, : nt des Finances, le Personnel ,tu Dpart.-ment deR Affaires ~1 c ia les, 1919, il gagnait le Noviciat s pi ritain dl' CHEVILLY LARUE ( 10) pri,s de Paris,. reprenait ses tud e s suspendues Lui , taient succes c; h•enwnt confrs les cieux ordres majeurs, puj; ln prtrise, h , 26 M11rs 1921, pnr Mgr. LI<~ ROY, la Chapelle de ln Maison Mre des Sptrit a ,ns . Rue 1.homond, Pari,. C i{EGLES IJ'Olt POCI( , . GIUL petitc s quantho il la fois afin LER ~ ET , . COUL~;R, LE C "que tou~ les grains touchent l.o FE.D'ubu.-cl, viter de le truifout! brlnnt; les rcm,•r vive ner c.Jnn s s ustensile s rser ls point quand ils sont nuir, prs avoir perdu 7 ans. vs strictement 111 p ; pnrntion l'extrieur et non •noir ~ noir:i du caf n'est par une pr ~ caution el jaune -brun i\ l'int~rieur et 1 1 Crmonies Dners Excursions Lc>s :\ldedn~ et lnfirmi /on' s G 6 rnid JOLIBOIS inutile clnpuis le rcipient qui J , , qll<' l<•s grn : ns s'fa rnsent comm" de 111p!tnl du Canap Vert. nettoie et le lave, la chnud : ~re l'cort'e de la . uistnche grille Les Stntioll!I de Radio ~!. H PROCHAJN ARTICLE .: ou ln pole ot ln ruill~rc d e hois sous la pression du pouce et de C. rt Radio Haitj, •LE PREMIER SEJOUR destine n griller les grain es , fus l'index, sans s'effriter en poudre L&.< innombrable• amis , de la EN HAITI. qu' ln petit<' casserole et ,;n11 .,,,u Descre filtre, J., h t es N. Il. P o ur avoir une l'vre J~ lomon. ne Francine Sobiesky che, fut t ansfrc aux Pres du se et de la pl'tite cuill/orr qui ,\., , t'Hf ' ."<' <•hi• il faut: 2 t a sses-nw Casimir, leur mre, Soeur, BelJ~ Saint-Esp1it et. affecte . l e ur vent t.re d'une prp .. ,t{• riti ll : ' ' surr J / 2 . Apr, l'avoir t,, r .' f ' . . Soeur, Nice, Tante et allie r ,. seolas,icut de Philos,ophie. se et chaudes quot'dii•ri1wme11t. c,•s 2 111s s l's 1/2 donnent 4 Lass, leve leur affection le 31 ,Jan (2) Mgr. Le Roy avac Ev , Ju e Pour gl'ill e r le" eaf, :, \1'n 112 en uug-mentant de volunw vier Dernier en sa Soiimnt c Nen du Gabon, pays baign~ par le . chauffer ln chaut!ii•re sur hou Faire soi 1 me ce ('Ontrl,. vi&me anne et. le 0 p--ient de ~'leuve OGOUE: Ce der,tiier no~ feu , jetrr rledan s le c a f nettoy•: pour apprcier sa just e valeur croire en leur vive gratitude. e'.-st ckvenu C'elui d'une divinit'.11 et lav d'un e s euil' enu dans une le .N . B . d e pui~ le nettoyage _iuPm1-Prr . re 21 evrier l!lfi9 de ln mer, dans notre Panth o:i pa,-,soin• i v : l' c C'I. sac:<' p::r qu'~ la mis<> en boi ' e. fJ••--------------:COC:IOl.-:A00'-"'1 Colgate au gardol protge efficacement la sant et la beaut de vos. Dents., 1

PAGE 4

Otttlt QUOTIDIEN FONDE EN 1896 Page 4 tait absente du microfilm de cette date Page 4 missing from source microfilm of this date

PAGE 5

Otttlt QUOTIDIEN FONDE EN 1896 Page 5 tait absente du microfilm de cette date Page 5 missing from source microfilm of this date

PAGE 6

VOTRE BOTTIER PREFERE ( •n bas de Radio• Halti) L,11 NP.IJ.V.11LLIBU Le Maire Figaro s~adresse (Suite) Perspectives de Dveloppement A2rico1e D es pe spcclivcs de dvelopr,l ment al!:r i cu lc ou de r eprise d'im porlnntc ;; Urtivit•s .:gricol e , ><'t"Cl blcnt se dessiner dJns plu s ieur:-; rgion s du pays. C'e,;t ainsi q1,,, dans l e JX ,p:frtemn l du Nod. prci s i•nwnt au Tl'Ou , la _ Sof' ii>l<" Agricole dnomme-, ( , oda i :-a nu , 1 ve ll~n1 ent jn ~ tafie ieu" ... ' Bie;1 Vtre Marc DUTAILLY Dans le . Volley-Ball CHAMPIONNAT DES . l\1t1'1MES ' . SECT!U N FEMlNlNE ET SECTlUN MASCULINE. c : omm _ il a anilonee, les ms. e rtpti ons sont attendues au s~cr t-ariat ( F'rre Euphrem St L n ui ;; cle Gunzag-ueJ ou~encor-e . l'hez Mm e .-', rnoux, TrsoriL re de , la F.l:l.\ '.l l. La fleur