Citation
Le Nouvelliste

Material Information

Title:
Le Nouvelliste
Creator:
Nouvelliste (Port au Prince, Haiti)
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publisher:
[s.n.]
Publication Date:
Copyright Date:
1963
Frequency:
Daily (except Sunday)
daily
normalized irregular
Language:
French
Physical Description:
v. : ill. ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began publication in May 1896.
General Note:
"Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. This item may be protected by copyright but is made available here under a claim of fair use (17 U.S.C. §107) for non-profit research and educational purposes. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
ACN6482 ( NOTIS )
0012544054 ( OCLC )
000471641 ( AlephBibNum )
12544054 ( OCLC )

Downloads

This item has the following downloads:


Full Text



QUOTI
LE PLUS ANC





No 27.928

Jj



t

est:

FONDE EN 1896



_ Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET

DIEN
IEN D’HAITI



L'Infarctus du Myocarde
il fréquent chez nous?

Par les Drs Ary BORDES & Gérard PIERRE

Certaines questions — scientiti-
ques n’intéressent que les méde-
eins; mais quand il s‘agit d’étre
renseigné sur la fréquence de ]'in
farctus (28 myocarde dans notre
milieu, tous ceux la qui ont plus
de quarante ans voudraient par-
tager Ids informations recueillies.

Liinfaretus du myocarde est,
un sujet sur Iequel tout le mon-
de aim@rait avoir des éclaircisse
ments. .

Crest une maladie qui, depuis
quelque temps, commence a étre
mieux connue de notre - public.
Beaucoup de gens savent. déja
que le cpeur est irrigué par deux
arteres |: les artéres coronaire:
droite t frauche et que c'est loc
clusion jd’une de ces artéres ou
de ses dunitications ‘qui entrai-
ne su tjivean du muscle eardin-
que de processus de nécrose que -
You appelle infaretus du myocar
de Js mignorent pas non plus
que Fest Vartériosclérose qui, en
dureissaht les artéres et en ré-
duisant leur calibre, est respon-

sable d@ cette occlusion. Mais,
tout conime nous autres méde-
cins, ils! n’en connaissent point

les causes exactes, et font inter-
venir des facteurs divers tels que
Shorédite, la constitution physi-
que ,la présence d'hypertension
urtérielle, de goutte, de -diabéte,
le genre de vie, Vhabitude de la
cigarette, le manque d’exercices
physiques et le Stress.

Les indidividus qui, en général,
sont les plus susceptibles de pré-
senter un infarctus du myocarde,
de faire une crise cardiaque,
sont les hommes qui ont dépassé
la quarantaine, et les femmes a-
prés la menopause.

Lorsque survient un infarctus,
Vocelusion de l’artére coronaire
provoque une diminution: de Ja
quantité_de sang nécessaire a l'o-
xygénation du muscle cardiaque,

et cest ce phénoméne qui. occa-
sionne, chez l’individu atteint.

des douleurs au niveau de la poi
trine, de l’épaule et du bras gau
che avec une sensation de pres
sion de constriction du thorax.
Le malade se sent littéralement
mourir d’autant plus que la dou-
leur peut durer de 1 & 2 heures.
Dans la plupart des cas, la
douleur fait suite & un effort vio.
lent; mais ily a aussi des infare
tus silencieux, indolores et qu’
ae produisent au repos et méme
autres qui simulent une indi-
gestion. :
Une fois Vinfarctus installe,
des complications extrémement
sérieuses peuvent survenir et em
porter le malade de fagon drama
tique. La tension peut baisser «
zero, le rythme cardiaque deve-



t

nir anormal, donnant Vimpres-
sion de palpitations jirréguliéres,
Les contractions du ventricule
sont faibles, inefficientes et il
peut méme se produire une rup-
ture du muscle cardiaque. Ces
ditférentes complications sont la
cause de la mort subite qui, dius
certains cas, termine rapidement
lattaque cardiaque.

Puisque Vintarctus est une ma-
ladie grave susceptible détre as-
ssociée 2 des complications sérieu
ses qui mettent en danger la vie
du malade, il importe de pou-
voir en poser le diagnostic 4 bref
délai. C’est Phisteire de la mala
die et Vexamen électrocardiogra-
phique qui permettront d’y arn
ver, Ce dernier doit etre repe-
té en série. D'un autre coté des
examens spéciaux de sang peu-
vent aussi étre utiles.

Dés que lon parle de crise car
diaque il vient aussitét & Vesprit

de tout un chacun Ie nom de per

‘sonnes connues pour en avoir éte
victimes, du encore sen étre heu
reusement tirées. C'est & se de
mander si lVinfaretus est ou pas
une maladie tréquente chez nous.
Des informations cardiologiques
ont été recueillies dans les Hopi
taux suivants : Hopital de ?Uni
versite d’Etat d’Haiti, le Cana-
pé Vert, lHépital Frangais, St
Rrancois de Sales et Hopital Al
bert Schweitzer de Deschapelles.

Sur un total de 19172 malades
admis de 1963 & 1968 au Canapé
Vert, & St Frangois et 2 VAsile

Frangais ,il a été trouvé un nom

bre total de 30 cas, prouvés din-
faretus du myocarde ce qui re-
présente un pourcentage de 0.16
pour cent, soit environ un 1 cas
par 637 malades, avec une lege-
re prédominance pour Ie sexe
masculin et la majorité des cas
se situant chez les individus 4gés
de 50 a 70 ans et appartenant a
la classe aisée.

A PHopital de )’Université ve
tat d’Haiti et 4 Hopital Albert
Schweitzer le diagnostic dinfare
tus n’est pas non plus courant,
Tl semble done que Vinfarctus du
myocarde représente une maladie
trés peu fréquente chez nous. Le
rapport annuel de bio - statisti-
gue du Département de la Santé
avait déja signalé en 1949 la ra
reté de la maladie coronarienne
en Haiti. De plus, dans une étu-
de publiée au courant de cette

éme année, les Drs D. -Groom,

Péan et E. Hudicourt avaient
eux aussi démontré que Vartérios
clérose coronurienne survenait
deux fois plus ‘souvent chez Je
Noir américain de la Caroline du

(Suite page 4 Col. 4)



‘ Francis Huster et lonesco

A ln veille de Ja représenta-
tion de la piece «LE ROI SE
MEURT» le jeune comédien

Francis Huster a bien voulu pré
genter au public haitien Yauteur.
Il a parlé dabondance de «1Q-

NESCO ET DE SON THEA-
TRE». ae

1] eommenga — comme i} était
naturel — par nous camper cet
homme qui ne vil que pour le
Théatre.

Eugene JONESCO est né en
Roumanic le 26 Novembre 1912,

dune mere frangaise el dun pee
re. roumain, Trés jeune, il vint
wn France. Il fit des études qui
n’eurent. pas, 4 son avig, pas d’in
fluence sur lui ou mieux sur sa
warriere. A la maniére d’un Molié |
ve qui devint a Ja longue et par
ln pratique un grand comédien,
i} débula, encore enfant, par §0¢
wuper de thédtre guignol. Un gui
‘enol est wn thédtre puisqu il est
dialogue. Peu apres, il entre en
Roumanie pour son service mili-
taire. Ses cxpériences, il leg a
sconsignées dans NOTES ET
CON T'RE-NOTES.

‘Faut_il souligner que IONES
Ch fit au début de se vie litte
raire de ja critique. Tou, comme
le francais inculque & scs compa
riote, un idéal et des qualités
qui Je rendent incomparable dans
le monde, IONESCO découvre
qu’on préche le méme idéal _@t
la méme doctrine aux Roumains,

Tl s’enthousiasme pour la poé
-sie dadaiste et gurréaliste de la
période de 1922.

En 1939, peu avang la guerre,
lonesco retourne en France, dé-

ja marié et pére d’une fille. Tl °

est banéficiaire d’une bourse d’é
tudeg de la part de son gouver-
nemen,t pou, une thése sur Bau
dalaire qui n’a jamais vu le jour.
‘Chose curieuse, Vétude de Van-
plais a laquelle il se livre lui fit
découvrir sa voie. Dans le ma-
fuel de conversation franco _ an
glaise, i} découvre avec une cer

(SSSALASASSSSSAL SA SAAS Geld

“ Produits



Produits

Wy





Cosmétiques

perspicacité des vérités

tuine , \
Wavaient Ja-

surprenantes qui
mais frappé 3 esprit d’observa
dion émoussé comme chez tout
le monde, A travers de_ simples
phrases! qwéchangent Mr. eb
Mme Smith, leurs trois enfants,
Jeur domestique Mary, il upprend
des vérités essentielles qu'il a
ambition de communiqer! & ses
contemporains.

JONESCO. pratique en ourre
un certain nihilisme littéraire et.
la eritique a découvert Vanti-gra
vité de ce dramaturge. ;

De 1950 & ce jour, le répertoire
des oeuvres @IONESCO est con
sidérable, car chaque année vit
naitre une piece. Ce sont : LA
CANTATRICE CHAUVE, LES

(Suite page 4 Col. B)

Le prochain Congres

18éme ANNEE

~~ du Travail et lesprit

de Vatican II

La Pyesse s'est déja fait 1’¢-
cho de frganisation du 21 au
30 avril prochain du second Con
grés National du Travail. A cet
te occasion, des questions vitales
seront portées & Vordre du Jour
de ces importantes -assises.

Nous sommes en mesure d’in-
former que, suivant les instruc-
tions du Président & Vie de ta
République, le Congres consacre
ra une Journée & la commémora
tion du 60éme anniversaire de la
création du Bureau International
du Travail. De méme des commu
nications seront présentées sur
les récents développements de la
question sociale a Ja lumitre de
la doctrine chrétienne, dans l'es-

prit des Bneycliques «MATER
ET MAGISTRA», «POPULO-

RUM PROGRESSIO» et «HU-

MANAE VITAE» ‘de Leurs Sain.

tetés Jean XXIII et Paul Vi.
Comme on s’en rend compte, !¢

.

Président Duvalier est attentif
aux moindreg détails de lorgani-
sation du prochain Congre Na-
tional du Travail placé seu: le
théme ¢La Promotion de |’Hom-
me Haitien par le Travai: Hu-
manisé et lV’augmentation de la
productivité considérée sous se:
deux aspects Social et Mcono-

mique.
Le Président Duvalier qui est
actuellement Ie leader le plus

éminent du Tiers Monde, a *doté
la Révolution de monuments ju-
ridiques, littéraires d’une valeur
inestimable. Il a nettement optc,
et eeci depuis les banes du views
Lyeée Pétion, en faveur des mas
ses haitienes chez qui les gou-
vernements passés ont voulu dé.
velopper un complexe d@intériom-
té et qu’ll réve de conduire per
fas et nefas vers le plus haut
destin de prandeur et- de gloirs.*



- Projet de Marche |

aux Poissons

Administration Conmituale de Part-au-Prince

JUSTIFICATION DU
PROJET

«Passent les siécles, les civili-
sations se renouvellent, et — les

.phénoménes sociaux denieurent in

changés».

(Dr F. DUVALIER
MEDAILLONS)

La ville est un phénoméne s:-
cial. Avee toutes ses composan-
tes. Urbaniser c’est prévoir les
solutions pour atteindve le déye-
loppement harmonieux, rationne:
et humain des agglomération>.
«Les civilisations se renouy
lent» Boucaniers d’avant l'ar
rivée de Colomb...Esclaves avant
Dessalines Chevaux «Boo-
gies» Voitures ... Air Cond-
tionné ... «Les civilisations se re







nouvellents Super Mar! ¢ts
Télévision ... Et les faits sociaux
demeurent ! Jl faut les ramener

au niveau de la civilisation.

Une aggiomeération Slovie & Vin
tersection du Boulevard Harrs
Truman et de la route de Carre-
four. A-cette intersection au voi-
sinage de laquelle fourmillent
quotidiennemént les friands des
fruits de mer (écrevisses, pois-
sons, lambis etc.) se fait sentir
depuis’ plus de deux ans I'érev-
tion d’un Marché Moderne aux
Poissons. Car la voie Wena y
trouve un port naturel. ‘

Du point de vue Urbain, pen-
ser A déplaccr ‘2 marché seraic
une grave erresr, Cur alors que



(Suile page 4 Col. 8)



APRES 2

SUICIDES PAR LE FEU

_ La crise Tchécoslovaque
au ler. rang de l’actualite

PARIS (AFP)

Le suicide par le feu de l'étu-
diant Palach+* et de l’ouvrier
Hlavaty remet ta crise tchécos-'
lovaque «au premier rang de
\‘actualité, non seulement en
raison de ses répercussions loca-
les, mais par la réapparition, au
scin du mouvement communistc
international, de divergences qui
avaient été tant bien que mai
apianies. Prague attend dans
une atmosphére de tension extré
me les‘obs¢ques. de Jan Palach
qui seront “célébrées samedi el
qui auront le caractére d'une
manifestation nationale. Devant
l'émotion qui s’est emparée d’un
pays traumatisé, les dirigeants
multiplient les appels. Aprés le
président Svoboda, M. Cernik.
chet du gouvernement fédéral,
a souligné la gravite de la situa-
tion et exhorté Ila population a
soutenir le parti et le gouver-
nement. Le dilemme est clair :
ou l’équipe actuelle © bénéficiant
‘de la confiance populaire sera en
mesure de poursuivre une oeu-
vre difficile vers un avenir in-
certain, ou, ne parvenant plus 2
se faire untendre, elle sera rean-
placée par une autre et alors sera
ouverte Ia voie de la tragédic.



XXX

Tout en condamnant lvceu-
pation soviétique de la Tcheécos-
lovaauie, les américains estiment
que la négociation sur le “désar-
mement avec Moscou est d’un
autre ordre. et qu'elle doit étre
engagée sans tarder. Le porte-
parole du- Département d’Etat
vient d’annoncer que la nouvelle
administration allait examiner
en priorité la’ proposition’ formu-
Jée tundi 2 Moseou sur la limi-
tation des armements nucléaires
offensifs et défensifs.

Au premier jour de son
mandat, M. Nixon a réuni le
Conseil National de Sécurité et
fait savoir que cet organisme
serait convoqué deux fois par
semaine au cours des 15 pro-

chains jours. Ainsi met-il en ¢-
vidence Vintérét qu'il porte aus



Le Pdt. Johnson prend congé
du Président Duvalier

et du Peuple Haitien

La lettre d’adieu du Président
Johnson a été tranSmise au Pre-
sident & Vie de la République
sous le couvert d’une note de
V’Ambassade américaine dont le
texte suit (et qu’aimablement
nous a fait parvenir le Départe
ment des Affaires Etrangéres).

Son Excellence,
Dr Francois DUVALIER,
Port-au-Prince, Haiti.

Cher M. le Président,

J’ai Vhonneur et le plaisir d'in
former Votre Excellence que je
viens de recevoir par cable, le
texte de la lettre suivante du
Président Johnson, que j’ai requ
instruction: de transmettre i Vo-
tre Excellenec

Cher M. le Président,

Comme je me prépare a laisser
mon poste, je veux vous dire a-
dieu ‘ainsi, qu’au peuple Haitien.
Je sais que l’esprit d’amitié et
de respect mutuel entre Haiti et
les Etats Unis d’Amérique sc
poursuivra tout aussi bien que la,
coopération de nos deux pays 2
la cause de Ja paix mondiale.

Comme le suggére la photogra

L’absence de Kossyguine au
triomphe des Cosmonautes

MOSCOU (AFP)

M. Alexis Kossyguine, _pré-
sident du Conseil de VORSS,
était inexplicablement absent ce
matin a& Vaérodrome de Noukovo-
Moscou lors de l’arrivée Lriom-
phale des quatre derniers cosmo-~
nautes soviétiques.

C’était la premiére fois de-

puis l’entrée en fonction, en Oc-
tobre 1964, a la direction col-
lective, qu’un membre de la
Troika était: absent a la récep-
tion de cosmonautes.
Aux catés de M. Leonide Brej-
nev, (chef du parti) et Nicolas
Podgorny (chef de 1’état) seul
M, Dmitri ‘Poliansky, premier
adjoint de M. Kossyguine, — rc-
présentait le gouvernement.

M. Poliansky n’a pas été mon-
tré en gros plan par les camé-
rags de la télévision, qui diffusait
larrivée en intervision, La
différence entre lui et les deux
atitres membres de la Troika a
été marquée ’ plusieurs reprises
par des effets de cadrage.:

SLISISS SA

de Beaute

de Toilettes

Aucune explication ne peut
étre donnée immédiatement a
Vabsence de M. Kossyguine
dune manifestation of sa pré-
sence semblait obligatoire.

Selon certaines rumeurs, |e
chef du gouvernement — serail
malade, et le froid trés vif, qui
régnait ce matin a l‘aéroport lui
aurait jnterdit de s’y rendre.
Cette hypothése sera ou non
confirmée_ prochainement, selon
que M. Kossyguine se trouvera
ou non & la tribune du _ palais
des Congrés, au Kremlin, . ot
souvrira a 22 heures (heure
francaise) un meeting triomphal.

On suit d’autre part que le
chef du gouvernement a quitté
Moscou le 21 décembre dernier
pour prendre du repos. Il
pourrait se trouver encore actuel-
lement en vacances. Mais la ré-

“ception des cosmonautes, — et
l'impact qu'a sur la population
la présentation officielle des

(Suite page 4 Col. 2)



LAJTOCONDE

35, RUE DES MIRACLES, 35.



phic ci-jointe de notre récent vol
autour de la Lune, le globe ter-
restre qui se rétrécit de ‘plus en
plus est en train de devenir ri-
pidement un seul monde de voi-
sins. Méme les nations les plus
éloignées vivent maintenant plus
rapprochées les unes des autres
que les villages d’une méme na-
tion il y a de cela quelques sié-
cles. Les pays sont en train d’ap
prendre quwils doivent travailler
ensemble, A des fins communes
sils doivent survivre et prospe-
rer dans le nouveau monde dir-
terdépendance que la science ct
ln technologie aident a créer.
Nous avons fait quelque pro-
gris vers ce but dans les années

qui viennent de s'écouler. De acu
velles. formes de coopération in-
ternationale existent dans — plu-
sieurs domaines. Je croix que ce
progres continuera et qu’un jour
une communauté internationale
émergera aussi solidement baséec
sur VPintérét commun et des ins-
\itutions communes que les com-
munautés nationales .d'aujour
d’hui.

Je sais que nos deux pays jouc
ront un réle dans cette grande
aventure. Malgré mon départ de
la Présidence, mon intérét dans
le réle d’Haiti et mon amitir
pour ‘son peuple demeuyeront

(Suite page 4 Col. 1)



* Oswald Durand,

problimes internationaux = ma-
jeurs, au nombre desquels figure
naturellement-la conférence de
Paris sur Je Vietnam. Les quatre
délégations ont décidé d'un
commun accord que lu prochaine
séance aurait lieu samedi, Quant
au dossier du Moyen-Orient, i!
vient de s’alourdir d’un nouvel

élément, apporté -par. le dernier
discours du président Nasser.

_Fait nouveau, le Chef d'état é-

gyptieon a tenu a distingucr
entre les questions résultant de
la guerre des six jours et te

pobleme palestinien.

On voit se profiler l'idée d'une
entite palestinienne dont il
faudrait. délimiter te territoire.

xX xX Xx

Une mission officielle québe-
coise,, dirigée par’ M. Jean, Car-
final, ministre de Véducation, et
M. Jean-Paul Beaudry, ministre
de Vindustrie et du commerce,
est arrivée ce matin & Paris pour
une visite de cinq jours.

Elle vient procéder & une re-
mise 4 jour des rapports entre
la ‘France et Je Québec dans Ie
domaine économique.

Au compte
. gouttes

par Raymond PHILOCTETE

REPONSE A JEAN-CLAUDE
CHARLES

Mon cher’ ami,



J'ai lu avec beaucoup d’intérét,
‘dans «Le Nouvelliste> du 20 dé-
cembre 1968, ton billet, ot, ju-
geant ma ¢sentence trop sommai-
re», tu dis- ’influence de Breton
sur Eluard. :

A la vérité, la question n’est
pas Va.
On n’a qu’a relire lq lettre de
Jn- Claude Fignolé... ,
défendre
ironique-

Celui-ci, pour mieux
traité
ment de «vieille barbe»..., a en-
trepris de montrer — pour répé-
ter Vautre — que ¢la littérature
s'accommode de Phéritage d'au-
teurs plus reculés», qu’il ne faut,
sous aucun prétexte, renier les
cerivains des générations précé-
dentes. 7
Dans la littérature frangai-
se, Breton doit & Rimbaud, com-
me Rimbaud & Baudelaire, Bau-
delaire & Hugo, ct ainsi de suite
jusqu’a Turold.
Vouili qui est bien dit.

Toute une échelle d’ancétre!
ou dfainés !
Mais... of je m/’écarte de

mon ami Jn-Claude Fignolé, c'est
quand il place, dans le contexte,
Breton (1896...) et Eluard (1895
...), qui, comme on le voit, sont
loin dappartenir & des géncra-
tions différentes.

Liillustration. semble mauvaise.

Ft vouloir souligner |’influen-
ce de Breton sur Elunard, c'est
déplacer la question.

Tout de méme, je le feélicite :

Senticher de choses littéraires,
a un fige of tant de futilités font
signe, est méritoire,

_ Amicalement

Raymond





Saal

ADRESSE ?

RUE DU CENTR

- No. 212

PORT-AU-PRINCE (HAITI)
PHONES : 2282-24928. :
P.O.BOX:1916 = si



MERCREDI 22 JANVIER 1960




















AU FIL- DES JOURS...

Par Aubelin JOLICOLUR

LA HAMILTON WRIGHT
PROOUCTION. MONTRERA
HAITI DANS UN FILM :
“DE VOYAGE

» Dimanche matin a bord de
la Santa Rosa de la Grace Line
sont passés # Port-au-Prince, M.
Irving Schecter, Producteur et
Editeur’ de films de la HAMIL-
TON WRIGHT Productions (60
Bast 42 nd St., New York City),
sa femme Muriel, agissant com-
me sa secrétaire et Icy cinéastes
colombiens Dagoberto «Dago, de
Castro et Miguel Taborda.

Irving et son“équipe faisant
un film sur Ja croisiére de Ja
Santa Rosa dans les Caraibes
ont tourné une intéressante

sey

quence -& Port-au-Prince.
M. Albert Silvera, Manager-
Propriétaire d’El Rancho © s‘est

souvenu avec beaucoup de recon-
‘naisance le congours intelligent,
généreux de Hamilton Wright qui
cngagé par le Président Mstime
avail pendant deux ans (195) et
1951) fait un travail extraor-
dinaire de propagande touristi-
que pour Haiti au Etats-Unis.

Cette compagnie est mainte-
nant divigée par jeune “Ha-
milton Wright qui a pris la
reléve apres la retraite de son
peére.

M. Irving Schecter nous dit
que Ja compagnie porte toujours
un erand intérét a Haiti.

Il a filmeé les sites les
intéressants de Port-au-Prince
el des environs; des seénes de
la vie haitienne, le déjeuner a-
vrémenté de spectacle folklo-
rique offeit & El Rancho 4 Vin-
tention des touristes de la Santa
Rosa. ,

Dans une scene speéciale, il a
inclus le Secrétairey d‘’Etat du
Commerce et de Ifndustrie, Dr.

le

plus

Lebert Jean-Pierre, en sompa-
gnie de M. et Mme Albert Sil-
vera, de Mlle Frangoise Théau
Attachée de Presse du Club
Francais. du Livre de Paris, du
Public Relations Officer de
VOtfice National du Tourisme

et de la Promotion, et des visi-
teurs dont les jeunes protesseurs
de Littérature anglaise a Co-
lumbia University, M, Paul De-

latiy et sa femme Sheila, les
_ravissantes argentines Cristina
et Carmen de la Puente de

Santa Fe.
C'est un
16 vt de 35

film en couleurs de
mm qui sera distri-

hue par la Warner Bros, et
montré par les plus prandes
chaines de la télévision — des

Etats-Unis et des pays environ-
nants dont le Canada et aussi de
VEurope. *
: x xX X
MOUVEMENTS
DIPLOMATIQUES

...Hier . matin est arrivé de
Santo Domingo, M. James Dal-
ton Murray, Haut Coniissaire
de Grande Bretapne a Kingston
ot Ambassadeur duo Royaume Uni
i Port-au-Prince.

Aceuoilli par de Consul bri
tannique, M. Jean - Pierre be
Grand et M. Carl Aleindor du.
Protocole, il est deseendu au
Sans Souci ou i} passe trois
trois jours. Nous Tui soubaitons

la bienvenue.

Hier soir, était attendue n
Port-au-Prince, Mme Cecilia de
Freemin, diplomate panameéenne.

Elle vient remplacer le
aympathique Charge At fai
res de Panama a Port-au-Prince.
notre ami Kdiarde Carrasquila

Dans le cadre de la Priéres pour PUnité du Monde Chrétien . :

L’Eglise en état de Mission

Par le Pére W. MILLIEN,

jusqu'aux confins de la terres.

«Vous serez mes témoins ...

A l’Eglise est contiée la mis-
sion de rendre témoignage du
Christ. En nombre restreint, les
premiéres communautés chretien-
nes avaient une mission bien dé-
finie, celle d’annoncer par toute
la terre un etre nouvelle, une ere
de grace. Son réle a été de pro-
clamer dais le monde un_messa-
ge positif différent des ‘disgpurs
tardés et illusoires. C’est un\mes
sage d’action «Allez rapporter
A Jean ce que vous entendez et
voyez les aveugles voient, les
boiteux marchent, les Jépreux
sont purifiés, les sourds enten-
dent, les muets parlent, les morts
ressuscitent et la Bonne Nouvelle

est annoncéc aux pauvres». (Mat.
Y1:4). :
Un témoignage d’action est

done l’élément principal dans Ja
vie de l’Eglise. Comment a-t-elle
propagé a toute. la terre 7? Dans
VEglise primitive, c’est un pion-
-nier comme St Paul qui toucha
toule Asie Mineure, établissant
.des communautés chrétiennes,
proclamant une nouvelle vie, in-
troduisant de nouvelles relations
entre les hommes, hasées sur I’a-
mour et la vérité, (Ephésiens)



de VEglise Episcopale.
Actes [:8

rétablissant des liens jadis rom-
pus par des querelles de trarli-
tion et de foi. (Romains) Il a
préché la réconciliation dans le
Christ (II Cor.) Tout cela expri-
me une certaine compréhension
du message et de la mission du
Christ, les raisons d’étre du how
leversement qu’il a opéré = dans
son monde. C’est dans cette opti

que que les communautés — chre-
tiennes jetaient les bases d'un

monde plus humain : «Comme tu
mas envoyé dans le monde, nuvi
aussi je les ai envoyés dans le

monde» (Jean 17:18).
Comparons la tactique = mis-
sionnaire primitive a celle des

pasteurs modernes ! C'est vra'-
ment déplorable. Ces «envayés>
de Dieu, dépourvus gont en quéte de nouveaux decors
et agissent au nom d'une puis-
sance soit disant chrétienne. ‘Ils
détruisent & rase motte toute Ja
beauté et toute Ia pureté d’une
créature singuliére. Ils sont des
conquérants partis a la recher-
che de nouvelles victoires sans
gloire. Sur leur passage ils sac-

(Suite page 4 Col. 6)

L’Evangile et la vie_
quotidienne en Haiti

nav

aSi quelqu’un est en Christ, 1
vst une nouvelle créature. Les
choses anciennes sont passées,
voici toutes choses sont devenues
nouvelles.» (II. Cor : 5: v.17-18)

L’Evangile, puissance de Dieu
pour sauver l’homme, possede cet
te indiscutable vertu de chanycr
la vie de Vindividi. L’Homme o1
la femme qui a fait Vexpérieres
de l’Evangile par la conversion
lui rend ce juste hommaye qu'il
est une réelle puissance capabl:
d'influencer ct changer la vie
quotidienne.

L’Apétre des yentils dans sa
deuxiéme Epitre aux fréres de
Corinthe affirme ceci : «Si quel
qu’un est en- Christ, il est ues
nouvelle créature. Les choses an-
eiennes sont passées, voici to-
tes choses sont devenues nouvel
Jes». L’expérience de l'Evangile
dans la Vie de Paul avait déter
miné cet homme de belle culture,
A qui souriaient les divers avan-
tages de son temps, a suivre fa
Voie sacrée de la puissance divi-
ne. Avant d’appartenir a la co
horte des chrétiens, Paul — pou-
vait, 4 bon droit, se complaire

le Rév. Guillaume ordi. Elise Afro Methodiste

\

orgueilleusement dans ses avan-)
tdges vharnels, etant Pun des
hommes les plus cultivés de ‘son
époque. .

A partir de cette expérience il
devient Gvident que tout ce qui
appartient au vieil homme dispa
gait pour faire place aux attri-
buts de Dieu. En effet, nos el.
forts, nos expériences et nos sen-
timents ont une cectaine «AP-
PARENCE de SAGESSE>» ct il
nous est dur de les compter pour
rien, et de dire, quand: ils nuus

semblent posséder tant de ben-
nes choses, que noux n’avons
rien. Mais, tout ce que l’Apotre

Paul nomme les rudiments du
monde, e’est\a dire tout ce qui

est A la chairs de quelque manie-
re que ce soit, doit étre yonsidére
comme rien aux yeux de Dieu.
Aussitét que hows apprenons a
voir ces choses comme le Sei-
fneur Lui-méme les voit, - elles
perdent toute leur valeur a nos
yeux en sorte que nous puissions
dire toujours avec Paul «N'a-
yant rien...2 .

Suite page 2)

ei haus,

qui, vient de passer. 21 mois ‘on
Maiti; avec’ sa charMante femme
Marcela et.son fils Eduardito.
La famille -Cartfasquiila -qu tt
Haiti vendredi pour se rendre a
Lima Pérou ot Eduardo a éte
transféré,
' Nos meilleurs voeux accom-
pagnent Ja famille Carrasquilla
partcut ot Vappellera la earrit-
re d’Eduardo qui sera certaine-
ment brillante. ~ 6
Bienvenue & Mme Cécilia de’

Freeman accueillie par Mme
Marcela .Carrasquilla ct le Con-
sul de Panama, M. Andre
Khawly.

XXX .
LA FAMILLE OSWALD
JOSEPH PARMI NOUS

..Nous. avons revu avec beau
coup dp plaisir notre excellent
ami, Me. Oswald Joseph, ‘arrive
hier aprés midi aveg sa ravissan
te femme, née Joséphine Kawas,
sa rivissante fille Cynthia ¢t son”
fils Gregory. .

_ La famille Oswald Juseph vit
a San Francisco. Elle est venut:
passer, deux semaines en Haiti
aui lui.manquait tant.

_ Oswald et Joséphine étaient
hier soir au Sans Souci avec
leur beau-frére et belln soeur,
Antoine Kawas ct sa beke fem-
me, née Gladys Handal. :

Nous leur souhaitons la bien-—
venue eb un agréable séjour pak-
xxx
UNE SOIREE DONT.
ON. SE SOUVIENDRA

.. Hier soir, Georges et
Gerty Héraux étaient’ presque
dépassés par le 3e et dernier
des événements qu'ils ont eux-
mémes provoqués. Ces . événe-
ments étaient ces spectacles tels
qu'on ne peut y assister qu’éa une
seule épogue de Vannee.: B, |
Toceasfon’ dé la visite de la Com-
pagnie Jean Gosselin. .

_ iy avait une foule tells que
Georges et Gerty pouvaient | &
peine la placer.’ Ils s'attendaicrit
a un grand succes de foule, mais
il y avait une avalanche.

Le Maire de Ja Capitale, M.
Georges J. Figaro était a& la
table de Jean et de Madeleine
Gosselin, un Ministre d’Etat s’y
trouvait avec sa femme en com-
pagnie de Mile Francoise Théau
Attachée de Presse du Club Fran
cais du Livre de Paris,, et de
Vexcellent acieur Pierre Lioté,
de la Compagnie Gosselin. Et
VAmbassadeur de France et Mme
‘Philippe Koenig y dinaient, avec
des amis;. UAmbassadeur de
Grande Bretagne, M. James
Dalton Mupray se trouvait a la
table du Consul britannique — et
AIme Jean-Pierre Le Grand.

I] y avait la foule des diploma-
tus, des commergants et indus-
triels, le fameux danseur haitien
Jean Léon Destiné et sa jolie
amie, Mile Jacqueline Rosay, les
officiels de (Office du Tourisme
dle Curagay ct de ALM de cette
meme He, MM. Edsel «Papi, A.
Vo Jesurun, - Robert -Volgers,
Celso Cathalina, Ronny Winkel,
ete. en compagnie de Me. Andre

~ Supplice et M. Jacques Bastien

de la Maison Martjin; M. Er-
nesto Martijn en compagnic des
industriels Gordon Allan et W.
Stickland; Me. Oswald Joseph,
sa femme Joséphine et ses hbeau-
frere vet hbelle-socur Antoine | ct
Gladys Kawas; Miles Eva Mein-
bery ch.Bette R. Gepfrich,é notre
table. avec l'industrie] Raoult Ha-
ve, ete. La joie de vivre fleurissait
aves les vythines — entrainants
de Ensemble Alfred Dorlette.
I} était perté au programme
de la soirée : La fleur a bouche
de Pirandello, Histuires et tour
de chants de Pierre Lioté, mais
ce programme fut enrichi d’un
.our de chant la méme aisance
Ganne qui avait connu- oun. si
grand succés mardi derniey en
chantant pour la premicre fois
devant un public, que des ad.
mizateurs de lartiste ont télé
phoné a Georges et a Gerty pou
demand¢ avec insistance qu’ell
revienne, 0
Robert. Kimmich, un acteut
au talent puissant fit .une créa.
tion admirable dans La Fleur

la bouche de Pirandello.
Ho oregut Ie réplique de Jear
Gogselin.

La Fleur a la bouche, c’es
Vagonie en toute conscience — de
Vhomme qui sé promeéne avee
mort, sous. la forme d’une — epi.
thelioma ou tumeur cancereug
wu coi des levres, comme une
fleur a la bouche. -

Georges Heraux qui avait pré
senté ces deux artistes présent:
vussi Madeleine Ganne. Ses pro

pos étaient touchants de: recon.
naissance. :
Madeleine. Ganne” revenant

dans son tour de chants
préta pour les délices de toute
la nombreuse assistance «Je ne
peux pas» de Christiné et Frag-
son, et Jacques Datin, Julies. d
Paul Matinier et «La Biaiseuse:
de Maurice Vidalin et Jacques
Datin.. Elle était accompagnée at
piano par Paul Fougy. .

Co programme eut une longue

inter.

(Suite page 4 Col. 2)

SLSSSSISPLLILL PALL AA LLLLLLSLS LLL LSS LY SAL LB ALSSLLSLLLYSLALEVLLSLLSLLSLLSLSSSSS IS,

Parfums a
Cadeaux en tous genres
et pour toutes occasions








PAGE @





PROBLEME No, 17

featur BUN +

us

HORILZONTALEMENT
1) —/ Esprit fort Démons-
. tratif
2 — Roue a ‘gorge — Petit
cours a Corps dur
3 — Céréale — En Catalogne
4 — Grande vertu
5 — Piege — Bolte
6G — Demande un partenaire

\







Peu de chose

7 .. En tonna — Pronom —

Voyellos
respirer apres In synoope

vy — Entouré
ble.

zr

VERTICALEMENT —

] — Prénom masculin —- Ro-

mang

I] — Prénom féminin — Ony

céldbre la_messe

HI — Set au
munitions . .
IV — Tamig — Devant un pre
nom

Vo— Précieux — Divinité
VI — Dans la Haute-Saéne —

Pronom oo,
VII -—— Alla en justice — En

AU
. VIII — Proche parente

IX — Capital.

AU CAPITOL

Ce Soir Mercredi pour la derniére fois

a6 Hres et a 8 Hres 30

Le Vieil Homme et l’Enfant

Prix de la critique au Festival de Cannes 1966.
Entrée Gdes 2.50 et 2.00



Du Jeudi 23 au Samedi 25 Janvier 1969
Tonnerre sur ’Océan Jndier

Une aventure exaltante de Surcouf.

Entrée Gdes 2.00 et 3.00



DUBO
)UBON
DUBONNET



SOOOOO POCO COREE CEE OEE AOE E EE OPED I IDOE LEI DE RLOLDL IL EDD PLEDE OLLIE,

> | .

’

Carnaval 1969

Ca chauffe, Ca promet
Qu’il est bon de Voir

projetes

SUR L’ECRAN FAMILIAL
} LES SOUVENIRS : DES MASQUES
| ORIGINAUX
} - DU DEFILE DES LUXUEUX CHARS
DES GENS QUI DANSENRT,
QUI S’AMUSENT

woree
GP COCPCOOO PL OTL FO 8 OTF LIE LOS

armez- vous de votre
appareil a filmer
et de votre projecteur

. KODAK

En vente a DON MOHR SALES CO.

POLE EEE LOE TOE OODLE PEL LIOL OOD HG EPAE EVD OLDE OLOEDOCPDLOPDDOLID He

Qucue de pie — A frire

deau — Sembla

'
transport des

part

ao

ewe rns



POPP EPE LL E DOOD S

LE NOUVBELLISTR



L’ACTUALITE INTERNATION ALE

NOUVELLE CRISE
EN PCHECOSLOVAQUIE

VIENNE (AFP) -—

'

Diupres les derfives infornine
ona rogues dy Prague ot de
Rratislava, la Tehecoslovaquio |
toute enticre, prgfondement 6-
brantce par les deux tentatives
de suicide -par Je feu, se trouve
sous impression du pathétique
appel laneé lundi soir par le Pré
sident Svoboda et suna cesse ré-
peté par la radio.

Le Président de la République
nu placé In nation devant un choix
dramatique garder sa confian
ce en lui-méme et en M, Dubeek
et maitriser ses nerfs ou bien
poursu.vre une agitation dont
les consequences seruient, d’apres
M. Svoboda, la tragédie générale
de In nation, Vanarchie, la des-
truction économique.

Sans parler ouvertement de la
possibilité d'une nouvelle interven
tion sovietique et de la vague de
répression a laquelle elle pour-
rait donner lieu, le Président de
la République y a fait allusion
en declarant que une étincelle suf
fit pour déclencher un immense
incendie.

M. Svoboda a également laissé
entendre que aussi bien lui-méme
que M. Dubcek ne souhaitent res
ter au pouvoir tant qu’ils peu-
vent ¢tre stirs de l'appui du pays
C’est avee vous que nous voulons
créer un socialisme démocratique.
Nous ne voulons pas gouverner
sans vous.

En effet, MM. Svoboda, Dub
cek et leurs compagnons MM.
Smrkovsky* et Cern k avaient ac-
cepté le compromis de Moscou
du 26 Aoit en espérant qu’ils
pourraient sauver, quelques élé-
ments du printemps politique et
éviter A la nation ce qui leur sem
blait le pire | Une adm nistration
militaire directe par les soviéti-
ques, cela avee l'aide d’un cer- .
tain nombre d’incond tionnels
tehéédsfovaques du Kremlin. Mais
une parties importante de opinion
a considéré et considére toujours
ce compromis comme un d.ktat
et l’effervescence qui ne cesse de
-croitre depuis la tentative d’évic
tion de M. Smrkovsky, a remis
en question tous les progrés d’u-
ne normalisation précaire,

A tort ou A rason. beaucoup
de tchécoslovaques estiment que
Punanimite quils ont conservee
depuis les jours tragiques d’Aott,
devrait leur rapporter des pains
politiques plus importants que
ceux obtenus par MM. Svoloda
et Dubcek qui ont d’ailleurs cédé
beaucoup de terrain, depuis
Avctt, aux réalités, notamment
au proupe de M, Husak, chef du
Slovaque. C’est pourquoi ¢tu
dinnts, journalistes et synd'calis-
tes, passant outre aux décisions
des récentes sessions du comité

entral, ont remis sur le tapis les

réevendications du printemps der-
nr: élections démocratiques A
VAssemblée, convocation du 14
eme Congrés du Parti, ainsi que
du Congres constitutif duo parti
Tchéque, abolition de la censure.
Toutes revendicntions auxquelles
la direetion du parti, s’en tenant
rus aecords de Moscou du 26
Avil, dey@it) opposer une ot
de non - recevoir categurique,

atriotes sincéres, profondé
ment solidaires de leur peuple,
MM. Duheek et Svoboda se laisse
ront-ils entrainer par le mouve-
ment actuel a demander aux 60-
vietiques de revenir sur certains
points de lacvord ide Mosecou ?,
Les observateurs de Vienne n‘é-
cartent ‘pas cette hypethese, Cer
tes, & propos duo suicide de Jan
Vilach la presse de Moscou parle
de

rag

provocation anti soc‘aliste.
Mais Vhonimage au parti et au
gouvernement tehecoslavaque qui
essiient de cousolider la situation

semble indiques

que Ja perspeeti-

£.
SCOTCH pour

m



le plus vendu
aux Etate-Unis

Distribuér par la

BRASSERIE DE
LA GOURONNE 3A.





(Bulle de

te Ldre pagel



vo d‘une nouvelle intervention en
plolnw préparatifs de la conféran
ce communists Internationale, ne
sourit gudre au Kremlin,

1) para.t capendant pou pro-
buble que la direction actuelle
‘du Parti Tehécoslovaque parvien-
neon apuiser len UHPIaes Sibadt
quelques concessions importantes
au Vopinion publique.

RAK
DECLARATION"

“DU DEPARTEMENT D'ETAT

WASHINGTON (AFP) —

Le porte parole du Départe-
ment d’Etat a annoneé mards qt
la nouvelle administration améri-
caine examinera en priorité 1’of-
fre formulée lundi par l'Union
Sovictique. d’engager le pius ra-
pidement possible un dialogue
americano-soviélique sur i. une
tation des armements nucléaires
olfensifs et défensifs qui font
partie des arsenaux des deux
Grandes Puissances.

M. Robert McCloskey, le por-
te-parole a précisé que la déclara
tion fnite lundi & Moscou a ce
sujet sera étudiée avee l’atten-
ton quelle mérite bien que le
gouvernement américain n’ait pas
regu de communication officielle
des autorités soviétiques. Dans
Vattente de cet examen M. Mc
Closkey s’est refusé & tout autre
commentaire.

xX XX
LES «IZVESTIA». ET
DISCOURS DE NIXON

MOSCOU (AFP) —

Les «Izvest’as regrettent ce
soir que Ie Président Nixon n‘ait
pas parlé explicitement dans son
discours du Vietnam ét du Mo-

LE



L°EVANGILE ET LA

yen-Orlont ot qu'il n’ait paw a-
bordé le probléme du désarme-
ment,

Dang une brdve analyse du dis
cours, Yorgane du gouvernemént
écrit, + Richard Nixon n’a pas a-
Lordé directement certaing problé
mes aigus, comme celui de la
uerre américnine d’ngrossion au
Voetnam, ou da situaeun wu a
yen Orient. 11 n'a pratiquement
pas soulevé ee probleme giav.
et eoneret qu'est le désarmement

‘Le journal se borne & citer
snes commentaire le voeu du nou
vau Président que Vére qui vient
soit celle de la négociation.

Ces bréves remarques des ¢Iz-
vestia, sont pour le moment les
seules réactions officicles sovié-
tiques & I’entrée en fonctions du
Président Nixon, et 4 son dis-
cours,

Cette réserve donne aux obser
vateurs Vimpression d’étre & dou
ble effet :

-—— Garder les mains libres
face & la nouvelle équipe améri-
caine, ne pas s‘engager trop vite
ni donner l'impression que le
Kremlin pourrait étre demandeur,

— Ne. pas diminuer les poss:-
bilités de dialogue normal avec
l'équipe Nixon et garder intactes
Jes chances d’accord entre Mos-
cou et Washington en vue du ré
glenent d’une série de problémes
internat’ onaux, en premier lieu
le désarmmeent.
. xXM
UN DES TROIS MILITAIRES
ASSASSINE SELON

“HANOI (AFP) —
L’un des trois militaives améri
cains que les forces armées popu



VIE QUOTIDIENNE .

EN HAITI

(Suite de la ler page)

il y a done lieu d’obse: ver, de
transi -

constater célte sensible
tion chez le pécheur qui abandon

ne le vieil homme et ses rudi -

nents et qui accepte a se depouil
tur de lous ses apparats pour re-
velir «CHRIST». ll n’est plus
le méme-ear dans toutes ses ac-
tivités linfluence divine se mani
feste en sorte que ce qui est mor
tel soit englouti par la vie
«CHRIST». UH n'est plus le me-
me, mais vainqueur de toutes les
luttes quotidiennes qu‘il affronic
et qui sont en oppusition & son

bonheur il a soif de témo:gner,

Dieu. Ce Dicu qui est désormais:
créels dans sa vie et dont il ne
veut plus perdre le bon contact
tera lobjet de ses conversations,
‘e fond de sa pensée. Quel éton-
nement n’est-il pas pour ses a-
mnis, pour ses anciens camarades!

Yout a change pour luil C'est
pour lui la vie nouvelle «Lit Voi-
ei. toutes choses sont devenues
nouvelles.» ~

«Car nous n’avons rien appo-
té duns ce Monde, il est évident
que nous ne pouvons rien empor
er (1) Trmothe 6:7) Li Rvanedite
dans notre vies quotidienne peu



nous porter a caller plus loins ct
dire asst avee PApétre: «N'a-
yant rien et cependant possé -

dant toutes choses.» Cela depend
de notre fot aux déclarations de
PEeriture qui alfieme oue tout
ext # nous en Christe.
Cependant Ta Foi est souvent:
enveloppée tellement de mystére
qu'un homme pratique et de sens
sommun ne sail comment s’en ser
vir dane la vie de chaque jour.
ha foi n’esxt autre chose que da
confiansce. Nous avons Foi en
nous - Mé@me quand nous nous
confions en nous - méme, Nous
nvons fol en un ami quand nou:
nous confions en cet ami. Au.

a.

ene

RBiblique, la Foi est: simplement



Nouveau! :

ee




fa confiance en Dieu. La Foi en
i'Homme et la foi en Dieu sont
exuccement de meme nature. La
ditiérence nexiste que dans les
personnes auxquelles cette toi
“apphque. «La Foi en l'homme
nous unit 2 Phumanité . Et ds
Foi en Dieu nous unit ala Divi-
nité.» .

C'est dans cette attitude d’es-
prit et du coeur, cest a dive, a-

ve ecite foi en I’Homme et en
Dieu quwil nous faut considerer
YOecuménisme gui n'est pas Vovu
vye de Vhomme mais celle de
Dieu.

Nul ne peut savoir ou va 1’Oe-
‘umenisme. Certains prélats con-
simplement une fusion ou uy re
cour deg «fseres séparése a YE
wiise Romaine. D’aut-es s’a.ta-
chent aux dogmes dépassées et
pour celia, certains prelestants
hésitent & apporter leur collabo
ration & ce mouvement quand ils
ue Je ecombattent pas ouverte -
ment; mais, je vous apprends,
Chers Frores Chrétiens, que les
tiesseing de Dieu sont impenstral
bles ot Ses voies ne sunt pas nos
voles. .

En attendant que VOecumeni:-
me fusse son chemin it travers la
dure realiteé contemporaine, ‘sou
les regards de Dieu, Freres hai-
tiens, je vous exhorte fa consaerer
votre vie de chaque jour a une
“Ache qui vous rapproche du Cree
sour!

Sar, cconsultez le Livre de VE
Sornel et lisez:

Aucan deux ne fera détaut:
ai PUN, ni PAUTRE ne man
areront.

tar sa bouche V’a ordonné, c’est
son Esprit qui les rassemblers
(Esaie 84: 16).

Rev, GUILLAUME FORD
«Eglise Afra - Méthodiste»

e rapide
e propre

e doux





e rien @ couper

alise et faconne les cuticules

loirew du Sud-Vietnam ont libérés
le ler Janvier 1969 — le noir
Jumas.W. Brigham a été oseos-
sing dans un hdpital prés de
Washington, affirme lagence d'in
formation du FP. N. L. Sud-Viet-
namien, dans une déclaration ci-
tée par agence de presse de la
hk. D. Vv. N. .
Il s’ngit-ld, ajoute agence,
d'une mesure de représailes que
les autorités américaines cxercent
& Venéontre,de ceux des anciens

(Suite page 3)



AS
AVIS.

Dun jugenient rendu par te
Tribunal Civil de Port-au-Prince
le 22 Octobre 1968 il appert que
le divorce a été prononcé entre
jes époux Joseph DARBOUZE
la fen‘me née Giséle MORIN, ce

“au profit exclusit de. cette dernié

re et d'un acte de Etat Civil en
date du 10 Janvier 1969 il appert
que le dispositif du dit jugement
au 6tG@ transe.it dans les regis res
ai.ce destinés de Eta Civil par
le sieur René SALGADO Offi_
cier de Etat Civil de Ja Section
Nord ce pour produire les effets-

yo oattachés par Je décret -duo 6
Juin 1968,
P-au-Pee. Je 21 Janvie, 1969

Constantin Mayard PAUL Av.

ey

RIDES — DISPARITION
RAPIDE EN 15 JOURS,
VISAGE TRANSFORME
DEMAIN VOUS AUREZ UN
VISAGE NOUVEAU
DEBARRASSE DE SES

RIDES, UN TEINT JEUNE
QUI ATTIRE ET SEDUIT.





Ce visage, fascinant dont vous
avez toujours révé sera le votre;
grace 4 la Cleasing Cream» et
face lotion a hase de pollen de
«Laboratoire Cernelle. Ces deux
produits donnent un résultat é-
tonnant que seul un traitement
en Institut peut donner. Cette
créme et. lotjon embelliront vo-
tre visage ct voug paraitrez dix
ans de moins plus, jeune, Votr?
visage sera transformé er vos
amies vous envieront Je seeret
de votre beauté, .

I.a lotion et Ia créme cotitent
$ 6.00 ,

‘ En vente a la Pharmacie Gef-
frad et les Institutes de beauté.





Le Plat défendu
N'EXISTE PLUS
GRACE A LA MAGNESIE
BISMURER

Une pastille apres les repas -'
vous arrétez leg troubles intesti-
naux, les intoxjeations olimentai-
res et les ennuis de la digestion
difficile.

Mettez-vous toujours a lusage

de la MAGNESIE BISMUREE

* et vous ne connaitrez plus ni trou

bles de Vestomac ni troubles des
intestins.

Des chauffe-bains, fers a repos
ser, réchauds, radios, ventilateurs
dernier cri, apparejl A air condi-
tionné se liquident A la TIPCO.
Precsez-vous.



en une seule étape facile

Malntenant, vous pouvez égallser et faconner
vos cuticules sans effort. Le nouveau. Cutipen,
nécessaire complet en lui-méme, donne une scula
goutte de créme A Ja fois; cette crémo 4 la

laoline, A action douce, ramollit

cuticules disgracicuses. Cutipen, élégant et incas-
sable, est spécialement congu pour le soin des
euticules, La pointe du Cutipen, unique en son
genro, égalise et faconne les cuticules pour
révéler la beauté des Junyles de vos ongles. Vqus
{erez, vos ongles en moiti¢ moins deg temps. Pas
bespin de batonnéts de bois d’granger ni de
‘tampons de coton, Ayez touigurs wh Cutipen
dang votre sac, pour pouvoir I'uitiliser'n’ imports

a



et enltve les

eras ey

nouveau



| | Joseph. C. Valmé et Co. 7

DISTRIBUTEURS

MERORBDI ‘88°

DANS NOS CINE}

AU CAPITOL

Moerercdi ab Janvier &-6 oh. ot
8 hres 30 ‘
LE VIEIL HOMME

ET 'LENFANT

Entrée Gdes 2.50 et 4,00

REX - THEATRE

Merecedi & 8 h, 30 P.M.

La Cie, Jean Gosselin présent
LE ROI SE MEURT i
Entrée Gdeg 5.00, 5.00 ot, 10.00

Jeudi acG h. et 8 h. 15
UN HOMME

POUR L'ETERNITE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

_ PARAMOUNT

Mereredi i Gh. et 8 hh,
MON -AMOUR, MON AMOUR
Entrée Gdes 1.60 et 2.60

Jeudi & 6 h. et 8 h.
LA CUREE
Entrée Gdes 1.60 et 2.60

ELDORADO

(PLACE JE&REMIE)

Mercredi A Gh. et & h. 15
JEUNES GENS EN COLERE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

Jeudi i 6 h. et 8h. 15
MISSION SPECIALE
LADY CHAPLIN .
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

‘MAGIC CINE

“(SALLE CLIMATISEE) .*

* Meveredi it Go h. 15 eo) 8 oh. 15

BONNIE AND CLYDE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

Jeudi a 6 h, 15 et 8 h. 15
LIINCONNU DE MONACO
Avec Richard Todd.

Entrée Gdes 1.20 et 2.50

Drive in Ciné Delmas

Me-ciedi & 7 h. et 9 h.
TIL? A BANGKOK
Entrée $ 0.60 par personne

Jeudi a 7 h. et 9 kh.
TILT A BANGKOK
Entrée $ 0.50 par personne

, = 2
De Luxe Auto Ciné
{DELMAS)

Mercredi 2h 7h. et 9 h.
LES RELIGIEUSES
Entrée $ 1.00 par voiture

Jeudi 4 7 h. et 9 h.

LE SCANDALE

Avec Anthony Perkins.
Entrée 1 dollar par voiture

Utilisez les jolis Miroirs et Fs,
ces A Mains, métailisés, Ce sont
d@utiles cudeaux et a dea prix a-
bordables.

En vente a la Boulangerie’ Li
Poste, Grend’Rue.



Here’s something

\ the girl who has
“everything”
doesn’t havel





a truly
feminine
ball pen...

by sp PARKER



ANVIER 1069
S
AIRPORT CINE
Mercredi A 6h, 80 et 8 h. 80
SEMIRAMIS, DEESSE -

DE L'ORIENT
Entrée Gde 9.60 et 1,00



Joudi & 6h, 30 et. 8h. 30
CHOC |. :
Entrée Gde 0.60 ‘et 1:00

CINE UNION

Mereredi & 6 h. et-8 h,
SAM: L‘INTREPIDE.
Entrée .Gde 0.60

Jeudi A’6 h. et-8 h. .
LE COLOSSE DE ROME ~
Entrée ‘Gde 0.60 :

MONTPARNASSE

Mercredi A 6 h. et 8h.

SEXY GANG
Ent:ée Gde 0.60 fo

Jeudi & 6 h. et 8 h,
TROIS: EPEES DE ZORRO
Entrée Gde 0.60

-ETOILE CINE

(PETHONVILLE)

co.
Mercredi & 6 h. 30 et 8 he 30
COPLAN OUVRE ‘
LE FEU A MEXICO

Entiée Gdes 2.00 et 3.00

Jeudi & 6 h..30 et 8 h. 30

UNE FOIS AVANT

DE MOURIR

Entré Gdes 1.20 et 2.00 ‘

‘CINE OLYMPIA

Mercredi (En permanence} ;
LES PROFESSONNELS

Avec Jack Palance.

Ent.ée Gdes 2.00 ~ 4

Jeudi (En permanence)
LA CHAMBRE:

DES TORTURES *
Entrée Gde 1.00 .

a

CINE STADIUM

Mercredi ¢En permanencey -
LA PROIE NUE
Avec Corne] Wide
Entrée Gde 0.60

on.

Jeudi (En permanence)
CHERCHEZ L'IPOLE
Avec Charles Aznavour.
Entrée Gde 0.60

CINE PALACE

Mercredi a 6 h. et 8 h. 15
CHOC
Entréé Gde 1.00

Jeudi a Gh. et.8 h, 15
TROIS ENFANTS
DANS LE DESORDRE
Entrée Gde 1.00

CRIC-CRAC CINE

Mereéedi A 6 h. et 8h. 15
LENFANT DU CIRQUE
_Entrée .Gde 1.00 et ° 1.50

Jeudi a 6 h. et 8 h. 15
COMMISSAIRE X TRAQUE
LES CHIENS VERTS
Entrée Gde 1.00 et 1.50





Remerciements

Leg familles Edouard, Pierre-
Antoine, Chumpagne, Coicou ain-
si que tous les uutres purenta et
alhes remercient intimiment le
Département des Travaux Pu-
bhes, les amis de la Capitale et
ceux de |’Etranger qui leur ont
donné des témo.gnages de sympa
thie A Voceasion de la mort de
leur regretté :

Léon Edouard
enlevé a leur affection le 19 Jun
vier 1969.
Port-au-Pce le 21 Janvier 1969.



Remerciements

La famille Georges Oswald Du
rand ainsi que tous les autres
parents et alliés protiondémen‘

. touchés des’ marques de sympa-
thie qui leur ont été données A
Poccasion de la mort de leur re-
grettée :¢

Odette G. Durand
remercient bien sincérement les
amis de Port-au-Prince, de Pé-
tion Ville, de la Province et de
Vétranger et leur renouvellert

Vassurance de leur vive recon-
naissance, .
Port-au-Pce je 18 Janvier 1989.

Sahota 4
- FAKES
|) INTERNES||-







MERCRED] 22 JANVIER loop

ee



«LB NOUVSLLISTR>

RHUM BARBANCOURT REPUTE D





ae!

Babee ee



PUIS 1862





OA,

VOTRE HOROSCOPE

Par Frances Drake




was

‘ thorchez la acotion correspondant au jour de votre anniversaire
de natsaance of vous trowveres tos perspectives que vous

signalent ies autres pour demain,

Drott de reproduction fucide on partielle rdéservé,

Propriete Wing Features

Nynudicate — Execlustvitd


JEUBT 23 JANVIER 1969

21 MARS AU 20 AVRIL (HE
LIER): Si vous avez commis re
eemment une veérituble erreur,
c'est le moment de Ja rectifier.
Remettez les choses au point.
Bonne jJouente pour aller de la-

vant,

2V AVRIL AU 21 MAL TAU

* REAU): Ni la foree ni lindit-
férence ne vous permettront dat
teindre votre but, mais un effort
persévérant réussira, N'atten -
dez pas des résultats trop rapi-
des mais cont.nuez patiemment

autant que vous Je pourrez.

22 MAT AU) 21 JUIN (GE-

MEAUX): Il peut étre stimu

lant de songer & l'avenir: mais
n'oubliez pas ce qu'il reste A ite-
complir dans lea taches et -tra-

vaux présents. Développez votre

sens aigu de rosponsabilités

22 JUIN AU 28 JUILLET
(CANCER): Qu'un filatteur ne
yous masque pas une pe sonne
moins démonstrative ni d’une ap
parence briilante ne vous cavhe
pas un élément plus solide et
réel. Gardez en mémoire les
vraias valeurs.

24 JUILLET AU 23 AQUT
(LION): Etant un chef né, on
vous cherchera comme guide ou
comme stimulant. Soyez - le, et
généreusement. On vous en sera
reconnaissan, et vous récolterez
de notables satisfactions.

24 AOUT AU 28 SEPTEM-
BRE (VIERGE): Si vous ne
réussissez pas d'une facon, esse-
vez dune autre. Souvenezivous
_de vos actions d’hier, les records
que vous avez atte’nts que vous
jugiez impossible dans le passé,

24 SEPTEMBRE AU 25 OC
TOBRE (BALANCE): Le sens
des responsabilités et un bon ju-
gement seront importants, Sa -
chez ce qu'on attend de vous mais
ne -vous lancez pas dans tout ce
qui vous sera proposé, maix -sim
plement dans ce que vou devez et
pouvez réaliser dans fe cemps

convenu.





2E OCTOBRE AU 22 NOVEM
RR (SCORPION): Un efrort
volontiire dais tous les secteurs
utdes seru tres app.éeip mais ue
faites que des promesses que
vous puissiez tenir. Evitez les ae
livités et les diseussions deésor -
donndes

23 NOVEMBRE AG Ll UE -
CEMBRE (SAGITTAIRED: Les
regrets ne changeront rien a ce
qui s'est pusse mais si vous creu

‘sez uvec une mitiutive accrue et

un zele nouvean vous garde. ez
votre esprit clair et rendez plus
facile votre route.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE): Prenez
varde i ce que vous écrivez et a
ce que vous direz et soyez pru-
dent les question, financi¢res.
rrandes ou petites, avec metho-
de, et en tenant compte de l'ave-
nir.

21 JANVIER AU 19 FE-
VRLER (VERSEAU): Vos de -
voirs ‘s‘imposeront & vous, plus
que les affaires simplement cou-
rantes . J] y aura des cas parti-
culiers a traiter, des personnes
différentes qui y serunt mélées,
Conservez votre intelligence clai
re.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Lisez les conseil.
A ceux du Verseau: Vot-e am-
biance est semblable. Occupez -
yous volontiers des activités e¢
des projets nouveaux mais ne né-
gligez pas celui, plus ancien, qui
demanderait votre attention cons
tante .

SI VOUS ETES Ni AUJOUR
D’HUI: Vous aveg une tres
p.ompte intelligence, ¢tes méti -
euleux et précis et possedez de
forty atouts de sucees et de bon
heur, Vous aurez tendance a
Ja volublite, Essayez de la re-
frenez. Les secteurs, de Véduca-
tion, de la diplomatic, de la socio
logic, de la finance vt de la Htte-
ratne couviennent do vos qualicds
varievs et Vous pouveg connaifre
In réuasite sur un de ces plans.



+o; POPPE O LEED



HAYTIAN AMERICAN SUGAR
COMPANY, S. A.

USINE HASCO

SOCIETE ANONYME HAITIENN E

PLANTEURS ET PABRICANTS
Sucre Raffiné — «HAS

Sucre Mi-Raffiné — «POPULAIRE>»

Port-au-Prince, Haiti.



PPS.



CO CRYSTAL»

PPLE.





Georges Nader

a procédé a un nouvel aménagement

de sa fameuse

GALERIE D’ART

104 Rue Bonne Foi, P.O. Box 962



ow se trouvent rassemblées

les meilleures oeuvres des phis






wi rands peintres haitie ens

Un choix extraordinaire de Tableaux



vous attend a la Galerie VArt Georges Nader

i

a . wo. ,
que ce dernier vous invite expressement

a visiter

APSPLSSLSLALAS AL 0 SPSS SSALSDSSSIAAPSDAS tos

AIAN RA A BRN TA LN NA RAN BBA AIA NOL BE BA VL OL



Pour. vos Lunettes
— Voyez —
RUSSO & CO.

25, RUE BONNE Fol, 25
TEL : 3294

Les meilleurs verres

eivlesereteleleteletese

Setetetete

‘Les plus belles montures”
Pour vos enfants la Maison

peut vous fournir sur place

LEALEL ELA LAVAL AVE EE LEP EN ETE TE

des verres inéclatables.

on

.Passez nous voir
pour admirer les derniéres

nouveautes.

FOIE EELS OTOL OOO OD. CO OTE RENTO AO Oo) OE,

SENSATIONNEL!!

PPLPPP PLO OF:



Un nouveau Insecticide revu et corrige
de la Hollande :
LEXECT X ROUGE

Le seul. insecticide déodorant et desinfectunt

qui détruit tous les moustiques ct insectes.
Je pour votre chambre A coucher,

Toilette et placards.
kn vente dans tous les Markets et Epiceries.

Agent distribulteur : Lad Trading Agencies.

Cité de Exposition a cdté de J
P. O. Box 704



——

Distributeuy

hk Hlectricité

LSI IID LISSA LL EADS es LILI IINILA SSSA AL ASAD AA AS LS LLSLSAANAAIALAL Ad



Tipco - Distributeur Place Geffrard

Les Bandes Des ssinées du «Nouvellistes -

Blondie



~ PACTUALITE INTERNATIONALE — -

soldats du corps expéditionnaire
amér.cain au Vietnam qui con-
diamnen, séverement ia puer.e da
gression livrée par les Etats Unis.
Affirmant encore qu’au moment
de sa libération — quelque part
au Nord ue la omgwn ae
Nam Bo du. Sud - Vietnam — M.
James W. Brigham était comple
tement remis de blessures con-
tractécs précédemment, l’agence
du F. N. L. conlut en déclarant:
il ese claiy que tes autorites umé
ricuines- ont décidé d’assassiner
Brigham par crainte que son at-

“
Yopin ap anericaing et plus parti-
culiérement Jopinion des noirs
américains qui s‘opposent aA la
guerre injuste livrée au Sud-Viet
‘nam par je gouvernement amé-
rcain,

xxx ,

LA PREMIERB JOURNEE
DU PRESIDENT NIXON

A LA MAISON BLANCHE

WASHINGTON — AFP —

Apres les festivités de son in-
vestituce, M. Nixon s’est conga-
eré dés mardi & prendre en main
les rénes du pouvoir et les desti
nées du peuple américain pour
les quatre années a venir.

Levé de bonne heure bien qu’il
se soit couché’a 2 h 30 du matin
-- le nouveau Chef de 1'Exécutif
a pris possession du célébre bu-
reau ovale 4 7 h 30 apres un pe
ti déjeuner substantiel, mais ra-

SOCIETE D’'EQUIPEMENT
NATIONAL

AVIS

ft est porté a In connaissance
des intéressés que la Société aE
quipeinent National (S.E.N.) or-
Ean're un concours, le vendredi
24 Janvies courant, a 4h. 30
pan i son Siege Social sis a Ve
rave de la Banqttg Nationale de
av Republigue @Haiti Crue du
Mawusin ale Pittaty en vue du

roooutement dun Comptable a-
fant odes comiiuissitives dans tas
Soondtabifite industrielle,
Portionercet ot CR COT Es
les adex ClOy premiers eandidats
baose Secon préatablement iss
ets juyqu'au 25 anvier 1a a
moliotrente, date a daquetle se-

rent Termes leg inseriptions qui

He oserant recues que si Je postu



Pont peta bh de une SUP Sr



tes ot seumet fo POopapisnie pes
deectnmenis affere cts:

Ty toe de nationalin® Wetien
neeet dpe de 2A a ft ans:

Qo Avotrepa cours te esate te
tudes secondaires classique jus
quan bacenlaureat Clere pat e)3

Sy Etre derentede Han i.e ame
Vane beole ate Comyue é recon
rue ot Justitie, d' une es rhoee
Cans En Coviptahd tn distaste,

dy Etre de bent ic et
moeurs,
les inscriptions serom recues

heomatin de S ho fa 4 P22 bo au
et Papras-nidi de Soho 4a
SOCIETE WREOQUIPEMEN i?
NATIONAL.

AVI5

On désire affermer ure oui
son dune valeur lecalive de 60
ow 60 dollars par mois, de pré-
(erence dans les hauly qute vers
iésidentiels de Port-au-Prines.

Svadresser A Mile St. Tours an
Rureau du Journal.

‘our la sante et
Ta beaute de
vos dents



St > > aD


(Suite de la

pidement avalé: cette .premiére
collation de la journée Vinditfe-
re, en effet, & inverse de la plu
part de ses concitoyens.

Son premier souci, dit-on, a
été de réclamer ses proches col-”
laborateurs, dont pas un, bien
entendu, ne se trouvait encore ih
la Maison Blanche. M .Nixon a
passé lea premiéres heures de se
présidence & se pencher sur des
dossiers en attendant de s’entre-
tenir avec son conseiller de poli-
tique étrangére, M. Henry Kissin
ger, en prévis‘on de la réunion du



Conseil National de Sécurité qu’il .

a convoqué pour le début de l’a-
pres midi. .

Le Chet de ’Exécutif s'est en-
suite. rendu dans le grand salon
est de la Maison Blanche pour
serrer la main‘:de quelque 1.500
fidéles du parti avant d’assister
a la prestation de serment des
membres de son entourage immé
diat, Celle des membres du Cabi-
net aura lieu mérecredi.

Un entreiien avec le Général
Earle Wheeler, Chef de ]'Etat -
Majo- Inter - armes, figurait é-
galement au programme de cette
premiére journée déji loqurde -
ment chargée.

Recevant un petit groupe de
photoeravhes et de journalistes
dans le bureau présidentiel, pour
le cliché treditionnel. M. Nixon
a livré quelques nouveaux as -
pects de sa personnalité..

Controlez le cycle
périodique avec
Cyclotest

Voici une découverte de la scien
ce allemande qui est tres utile
avy femmes. ID s’awit du- THER
MOMETRE VAGINAL CYCLO-
TiS qui selon’le degré de la
température indigoue AVEC PRE
CISION ET SANS ERREUR la
période de fécondité ou de .l’ovu

_ tation ou la période de stérilité.

Grice au THERMOMETRE
VAGINAL CYCLOTEST qui est
infailtible, la femme peut mainte
nant elle-méme contréler son cy-
cle menst uel et ne plus laisser
ce voin a la fantaisie du hasard.
le THERMOMETRE CYCLO-
TEST ne comporte pas les incon
vénients et les risques de dangers
des pilules anticonceptionnellles
et on s’en sert facilement. De-
mandez pratuvtement une docu-
mentation CYCLOTEST A votre
pharmacien.

CYCLOTEST est en vente dans
toutes les bonnes Pharmacies.

JOSEPH C. VALME & CO

. DISTRIBUTEURS.

Remerciements

Mime Vve. J. W. Breedlove -et
ses enfants remefcient bien since
rement tous les amis d’Haiti et
de VEtranger pour les temoigna
gea de sympathie dont ils avaient
bien voulu les entourer a l'’occa-
sion du déces de leur trés regret
té

JOHN WILLIAM
BREEDLOVE

survenu le 13 Janvier’ 1969, et
leur adressent l’assurance de leur
profonde gratitude.

P-au-Pee. 20 Janvier 1969

2eme page)

A Vinverse de ses prédéees -
seurs 1mmeatats, le nouveau Pré
sident n’utilisera le bureau ovale
que pour des occasions ofricielles
et s’est réservé une salle de tra-
vail isolée dans l’Executive Offi-
ce Building — Vaile de la Maison
Blanche qui fut autrefois Je sié-
ge du Département d’Etat — ou
il compte se réfugier toutes les
fois qu'il. voudra, selon sa- propre
exp.ession, ecopite: sérieuse-
mentx.

Complet gris foncé et cravate
grise ,M. Nixon tient sa cour~ Au
milieu de la piéce froide et nue,
dépourvue de tout vestige du pas
sage de Lyndon Johnson.

Contrairement 4 ce dernier, il
affectionne particuliérement les
habitudes réguliéres: couché vers
minuit, levé vers 7 h, il compte
s’organiser de facon a entamer
ses conférences auotidiennes avec
son entourage dés 9 h. ou 10 h.
au plus tard.

M. Nixon a déja fait retire:
les télétypes d’agences et les
trois postes de télévision qui ¢ -
taient la passion de M. Johnsen.
Il compte, pour se tenir av cou-
rant de l’actualité et de l’opinion
publiqye, sur les revues de’ pres-
ge concises, rédigées par les soins
de ses adjoints. f

Le portrait, de Franklin Raose-
velt qui trénait au - dessus de
la cheminée a disparu au profit
d'un portrai; de George Was_
hingtou. La volumineuse table de
travail rectangulaire et le fau-
teuil a bascule de M. Johnson ont
pris le méme chemin que le ta -
bleau.

Cette table de travail a été
remplaceé par un bureau style
fin de siécle, de bois foncé lour-
dement travaillé, qui avait ap
partenu 4 Woodrow Wilson —

pour lequel M. Nixon professe-

une adm'ration sans Lornes, au
point qu'il se comnlait 4 souli -
wner qu’une des citations de son
discours dinvestiture, lundi,



(Peace that comes with healing
in ss wings —la paix qui vient
porteuse de guérison sur ses ai-
les) est extraite d'un discours
prononcé par le Président au lea
demain de la premiére ‘© guer-e
mondiale.

“XX X
EXPLOSION D'UNE FUSEE
POSEIDON

CAP KENNEDY (Floride) AFP

Une fusée Poseidon et d'un vy-
pe nouveau a ogives mu tip es &
explosé presqu’inmédiarement
aprés son lancement a Cap Ken-
nedy. ‘

i s'agivsnit du_ troisiéme essai
de ce projeciile de la ma ine, a
partir d'une installation au ral,
Les deux premiers s'étaient ef :
fectués normalement.

xx x
‘ .

LE PROCES DE CLAY SHAW,

LA. NOUVELE ‘ORLEANS —
(Louisiane —AFP —

Le procts de M. Clay Shaw, 56
ans, Vhomme d’affaires - accusé
par M. Jim Garrison, procureur
de la Nouvelle Orléans, -d’s'voir
participé & un complot contre la
vie du Président John Kentiedy.
s’est ouvert, mardi matin, @ la
Criminal District. Court, sotis: la
présidence du juge Edward Hag-
gerty.

Avant de’ passer a linterrage-
toice des témoins, la Cour “doit.
procéder & la constitution du Ju
ry. Cette phase dg la procédure y
pourrait occuper quatre ou ‘cing
audiences, 169 pe-sonnes ont été
convonuées par le Juge a certe
fin. Par une étrange coincidence,
le premier candidat juré appelé,
ma di matin, par M. Haggerty ré -
pondait a unom de John Kenne-
dy.

M. Jim Garrisson n’a. pas assi<
té A la ptremiére ‘audience. L'aecu
sation sera représentée au pro-
cés Shaw par M. James Alcock.
adioint uy Prosureur de la Nou
velle Orléans.

ry

-Recettes Simples

de Cuisine Haitienne

Par Niniche

A

AUBERGINES EN PEAU,
FARCIES.— Fendre les auberg:-
nes en deux dans Je sens de la
longueus, sans les @plucher. ‘Les
mettre hk cuire au 3/4 dans de
Veau bouillante salée, Les égout-
ter, retirer une partie de linte-
rieur et méler cette chair a une
faree frite de resteg de viande,

: xx

AUBERGINES EN PEAU,
FARCIES AU FROMAGE.—

Prendre une belle aubergine
pour 2 convives. Nt pas les pe_
ler, Les couper dans le sens de
la longueus de la pointe a fa

" queue, Les jeter quelques minutes

dans l'eau bouillante. Les cuire
aux 3/4 pour ne pas abimer la
peau. Une fois cuite & point, les
retirer et les égoutter avec ‘Vécu

moire. Enlever les chairs a a.

cuillére. Faire revenir ces chairs
dans du beurre chaud avec oj -

ey de Ia mie de pain trempée

Ge jambon, de perstl hachés Rem

plir les moités avee cette p épe
ration, Saupoudrer de chapelu-
re, parsemer de morceauxx de
beurre et faire gratiner au four
pendant une 1/2 heure. Cette mé
me préparation peut aller dans
un pyrex creux en enlevant les
peaux.

dans du la{t. Ajouter 2 cuillerées
i soupe de Béchamel. Sale-, poi-
vrer, laisser cuire. Retirer la cas
serole du feu; ajouter en tour -
nant un ocuf entier battu en +-
melette et 3 cuiller-es de gruyére
rapé. Bien mélanger. En ga-mr
les aubergines creusées, Saupou-
drer de fromage rapé, de chap.
lure, de quelques noisettes, de
beurre, mettre & four chaud 10 &
15 minutes dans un pyrex beu -
ré,

(A suivre)












PAGE 4



Le Coin de
la Femme

yo} -ANDE MONTAS

MODELISTIE
De PARIS iT

DIPLOMUMTS
DES

RAVISSANTES CREATIONS

© de vous shyeere quelques idées, qui
choi-
de vcurnaval.
Vai puis larwemen, dang le fol

Pourent) vous servir pour
sitovetre coscume
Klore international si
idevs, 7 |

riche

Voici No. 1. Ipspiré du boubou
servirn
est,
un’
plutét
sombres ici, ct la dessin est gvo-

conolais, cette
de robe cocktail comme
et de costume, porié¢e
pantalon, les coloris sont

robe qui
cHe
sur

métrique.



No. 2. Un

coscume

ue.

Meh Oo



Nasu.
Latine ees, une peruvienne, tres
fanlaisic, robe a pois geants, mul
tigolercs, mianches en dentelle, et
hanche en mousseline cerise, j’ai
supprimé la Jaine a cause de la
chaleur,

Tnspice de



Le Président

Johnson prend congé

(Suite)
forts inentamés tout
mon
HUNS Que
ecut fixes,

-Sincerement,
Lyndon 8. JOHNSON»

et

nas eux

L/orivinal de cette lettre, revé-
tu de la signature du Président
Johnson avec Jes annexes annon-
cées sera envoyé a l’Ambassade
par la vote diplomatique et je ie
transmettral a Votre Excellence

des réeeption.
de prends occasion

:idération la plus
“plus distinguée,,
Claude G. ROSS
Ambassadeur Américain
FOOTBALL
AU STADE

LA COUPE PRADEL

Le vendred) 24 Janvier & 7 h
tour de
chammionnat de la Coupe Pradel

pm. débute Je premier

avee Je match

Racard) —— Txcelsior

Samed) 25 Janvier : Vielory—
Recing

Mardi 28 Janvier : Violette —
Poaile

Vendredi” 31 Janvier +: Aigle-
Noir --~ Don Boseo.

Cette série permettra d’appré-
. des huit
clubs de la Division Nationale.

cies da prénaration

Tés Sandales «APOT TOs

Y Wen commu Maxan

; Adresse Rue
Mars No. 82,

DE
WrATS-
UNIS VOUS PRESENTE TROIS

t



persan,
tres Jumineux en lameé or et oran
ge, le pancalon est en gaze oran

Amérique

comme
allachement aux buts com-
peuples se

de. l’envoi
de ce message & son haut desti-
nataire pour renouveler & Votre
Excellence assurance de ma con
haute et la

SYLVIO CATOR

son
lévent rapidement; le Cordonnier
MERAN tra-

vaille jour et nuit dans Je but de
| satisfaire son enviable clientéle.
du Champ de

AU FIL DES JOURS...

(suite)

fin aves do petite podmon du 160
Io ot 170 Sidsele ot lo tour de
chant de Plorre Liotdé, Cos potnius
Stalont de humour, nussl
fort que le Whisky, des mots
Wesprit: aussi pétillants que le
champagne dans lesquelsy ta fem-
me était le plus seuvent — atta-
queéo,

Pierre Lioté montra dans son
tour de chonts de Madeleine
que sur ln seéne dans Les oeufs
de VAutruche de Roussin dans
lequel il supporta tout le poids
ecrasant du réle du Pére Barjus.

Présenté brillamment par Ma-
deleine Ganne, il interpréta
sRevenirs comme message, com-
me une promesse, avec de l'af-
fection dans une voix mélodieu-
se. 2] continau avev Sur
Yous Jes Chemins du Monde
et Lorsque Je Soleil descend.

Le jeune pianiste Paul Fougy -

était remarquable dans son = ac-
compagnement, .
La soirée qui se déroula en

des adieux émouvants fut si deé-

licieuse que le Consul et Mme
Jean-Picrre Le Grand et leur
fils, et Mme Mary He-
wins, se joignant a Pierre

Lioté et & Francoise Théau, — a
Jacgaeline Rosay et & Jean Léon
Destiné ne voulurent pas la voir
se turminer.
‘Jacqueline, Pierre et Jean-
Pierre jouaient aux bons mots,
apres avoir fait la ronde sur la
piste dans les derniers morccaux
d’Alfred Dorlette et Jacqueline

fit son tour de chants pour le

petit groupe.

NOS VISITEURS .
Dimanche soir) ont repris

Vavion pour Santo Domingo

Vingénicur chimiste Nemesio de
la» Puente, sa charmante femme
Yolanda Maria, ses ravissantes
filles Yolanda Crist'na et Car-
men Beatriz. .

Liingénteur chimiste Nemesio
de la Puente est de Santa Fe,
Argentine. * .

Tl est depuis année derniére
engagé dans le programme de
Agence Interaméricaine de Dé-

veloppement (AID) a Santo
Domingo.

Son contrat prendra fin en
mars prochain.

Cristina est professeur dans

une école secondaire A Santa Fe
et Carmen enseigne dans une
école maternelle, Elles sont ar-
rivées A Santo Domingo le 19
Décembre pour pasger deux mois
avec leurs parents. ;

La fam lle de la Puente qui
était descerndue au Grand Hétel
Oloffson a été charmée par notre
pays. .

Cristina, Carmen aussi bien
que jeur mere Yolanda se sont
rcvelées samedi soir & I'Uloffson
d’exvellentes danscuses.

...Nous avons rencontré sa-
medi soir & la Bamboche Créo-
le du Grand Hétel Oloffson, Mlle
Jacqueline Rosay, jol.e frangai-
ge dc New York, Elle était avec
notre céleébre compatriote, le
grand danseur Jean: Léon Desti-
né arrivé la semaine derniére.

Jacqueline est pétillants com
me toute francaise ben culti-
vee, .

Elle enseigne frangais it
Rutgers University. C'est aussi
une grande danseuse. Eile passe
f jours a’ Ja Villa Creole,

~ Hier soir, netre capt vante
woe, Mie Eva Meinherp a ae.
cueili a Vaeroport sa ravirsante
amie, Mile Bette Ro Gepfrich,
hotesse de bord de National Aor.
Vines 2 Fort Lauderdale, lor
de. Elle étudie Panthropologie a

le

Florida Atlantic University de
Boca -- Raton ot elle prepare
son Master.

Bette est une danseuse épa-
tante. Elle passe trois jours i ta
Villa Quisqueya. :

...Mardi sont arrivés a Poit-
nu-Prince, M. George Rennie
Bryant ,«Travel Editors de To-

ronto Star cl My Boris Spremo,
photographe du cméeme — journal
Chnarken. Ils ont éte accuelllis
par M. Brun Gandy de VOffice
Natunal duo Tourisme. Descen-
dus a MN) Rancho ils passent trois
jours en Haiti,

Cette equipe du Toronto ‘Star
Venue pour un reportage sur
Haiti v ¢té regue hier matin par
M. Ramah Théodore, Directeur
Général Adjoint de l’Office Na-
tional du Tourisme et de Ja Pro-



Arrivée de
Jean Gousse

- Ditmanche est arvivé au pay.
apres trois ans et demi d’absen_
ce notre compairiote Jean Gous
se résidant a New York. A sa
descente davion if était yétuo en
Clergy-man et porcait des décora
tions magonniques.

Jean Gousse a voyagé expressé
ment pour représente, au Convent
Macgonique 1960 Ja Loge Haitien
nea New York dont il est un
dignitaire. Uo a été regu a VAéro
port par le Grand Myitre Carnot
Adrien, pa; des parents e, de
nombreux amis. Gousse qui est
Vice-Président du Comité d’Ac
tion Sociale du Grand-Orient &

N-York est l’objet de l'attention la

plus sbutenue de ses amis ici.
Il passe quinze jours au pays,
apres quai i! retourne & New -
York. Nos voeux de hon séjour
Vaccompagnent.



L’absence de
(Suite)
tro's dirigeants soviétiques scm-
blaient devoir imposer son re-
tour & Moscou.
xxx

Aleenw ee matin io Varcivee
des quatre eosmonaul’, sur un
aéreport de Moscou, M. Alexis
Kasey pn €hef du Gouverne
ment Soe cue, Pétait également
eet apres nid: a Vouverture au
Krenvin d'un meeting triomphal
auquel participent tous les au-
tres dirigeants soviétiques, et
6.000 spectateurs.

Le sentiment es, que M. Kas
syguine est malade, et assez seé-
rieusement pour ne pag pouvoir
se a*placer, importance de Vé,
vénement Vaurait. en effet con.
trait d’interrompre d’éventuel
Jes vacances et on exclut géné-
ralement une: absence de carac
tére politique.

motion,

1M. Gunter Honrich Horne,
Représontant de Western Export

A Now York ost arrvivé en com-
pagnie de la JoWe Mule Patri-
cin) Posta, Seerétatre dang la
Grande Ville +

Gunther a été aceueilli par M..

Edouard Gaetjeen, Agent do la
Western Export en Haiti, :

..Nos sympathiques amis ca-
nadiens Paul Normandin et Jean
Paul Patenaude sont de retour
dans leur pays d‘adeption, Hai-
ti.

Ils ont débarqué hier soir du
Vol 7435 de la Pan Am venant
de Montréal via Miami et Kings-
ton.

Par le méme Vol est arrivée
Mme Jeanne Levesque ¢yale-
ment du Canada,

..Mmes Juanita Troy, Lucille

Elsbernd et Rolanda Whiting
dont les maris sont des officiels
de l'Ambassade América'ne it
Santo Domingo sont venues pas-
ser deux jours en Haiti avant le
changement d’horaire de la lan
Am.
...Hier soir sont arrivées & Port-
au-Prince, Mme Rose Marilyn
Irank et Mme LaRue Henry, de
Dallas Texas. Elles ont pris lo-
gement a El Rancho ot elles pas
sent trois ou quatre jours.

Mme Rose Marilyn Frank, ¢i-
mable, charmante, est chargé«
de -Public Relations pour la Fui-
re annuelle du Texas & Dallas.

Mme LaRue Henry, jeune ct
Helle, travaille au burenu de la
Pan American 4 Dalles.

«LB ROUVELLISTEy

L’Infarctus du...

‘(Suite)

Sud que chez VHaltien.

Si Vinfaretus duo myocarde est
rare dei, il n’un garde pas moins
son caractore de gravité excep-
tionnelle, ot il est nécesanire dec
stvoly co qu'il faut faire en cas
de evise cardiaque. Tout individu
de plus de quarante ans qui pré
sente une douleur thoracique ai-
gue aprés un ¢éffort, et qui se
sent défaillir doit étre immédia-
fement mis au repos complet en
attendant que le médecin, appelé
de suite & son chevet, puisse pren
-dre soin de lui,:La possibilite
d'un infarctus ‘doit @tre présente
& Vesprit, surtout s'il s’agit d'un
hypertendu, d’un diabétique, d'un
grand fumeur.

Si cette hypothése se trouve
confirmée, le drame se joue par-
ticuliérement dans les premieres
heures et les premiers jours qui
suivent l’accident. C'est. pourquoi
actuellement, dans les hépitaux
qui le peuvent, une salle de soins
intensifs est aménagée et équi-
pée a cet effet pour recevoir en
urgence les malades de ce genre.
Les complications sont alors dé-
tectées rapidement, et combat-
tues immédiatement par des .me-
sures adéquates.

En labsence d’une perreille or-
ganisation, il est bon de retenir
que le repos absolu au lit, sans
bouger, est obligatoire durant les
premiéres semaines de la maia-
die. Ensuite le malade peut, a-
prés trois mois de grand repos
reprendre progressivement sa vie

Nous les avons rencontrées cet - normale vt ses activités profes-

aprés midi au Sans Souci com-
me elles faisaient. un tour dans
la villa +

Nous leur souhaitons un agrés

ble séjour en Haiti.
xX xX
DIVERS

..dean Léon Destiné, le prand
artiste haitien a été si vivement
impressionve par le cours de # .
ses. de Lav.nia Williams Yar-
borough et des progres de
ses Cleves qu'il s’est spontand-
ment offert pour présenter jin
«Master Class» cet apres-midi,
aux ¢leves de Lavinia el de Mme
Lina Mathon Blanchet qui a été
‘son professeur de danse.

Jean Léon Destiné lour tera
un cours sur la techn’que de la
danse folklorique ect leur ensei-
gnera quelques mouvements cho-
régraphiques,

sionnelles, S’il se dessine une ten
dance muderne pour: raccourcir
Ia période de repos, elle ne con-
eerne point les premiers temps ot
le malade -doit @tre ‘réellement
clué & son lit pour avoir -toutes
les chances d’en sortir vivant.
Apres une crise cardiaque, Vin
dividu n’a pas besoin de garder
une mentalité de diminué. Des
branches collatérales de ses arté
res coronaires se forment pour
permettre Virrigation ect Voxygé-
nation du muscle cardiaque, dont
le fonetionneément redevient qua-
si - normal. L’attitude psychelo-
gique doit refléter a nouveau la
contiance dans l'état du coeur
et Ventourage peut beaucoup ai-
der le convalescent a reprendre
gott a la vie. Liidee d'une re-
chute possible ne doit pas han-
ter toute la famille. et wacher imu





L’ Actualité Internationale

LA POPULATION MONDIA-
LE A PRATIQUEMENT
DOUBLE

GENEVE (AFP).

1.860 millions
1920, 3.555 mitlions
la population mondiale a prati-
quement doublé au cours des
cmquante derniéres anrices et
VAs.e ot vit 565 pour cent de
Vhumanité, a contribué pour
pius de la moitié a cet accrois-
sement,

Lene est la principale consta-
tation soulignée dans lannuaire
des stat stiques du travail putlic
par le Bureau International du
Travail CBET), qui estime d’au-
tre part que cette expansion
prendra allure Wuae explosion
démographique au cours des pro-
chaines déecenn.es et, qu’au ryth-
me d'acero ssement actuel, il y
aura plus de six milliards d’étres
humains en lan 2.000,

Dressant le bilan de l'évolu-
lion de lu situation des travail-
leurs dans le monde depuis 1919,
le BLT. soul gne — netaniment
que : — plus de la moitic¢ de la
population active mondiale —
travaille encore dans Vapricultu-
re, bien que importance nume-
rique de cette branche d'act.vite
ait’ considéerablement = diminué
dans les pays indutrialisés, L’ex-
pansion ceconomique pvencrale des
pays industrialisés depuis la fin
de la seconde guerre mondiale
s'est. traduile par une croissance
continue ct souvent importante
du niveau de vie.

Pour le BA.T., le
social des travailleurs
pays industr.alists,
cipalement en Europe et en A-
mérique du Nord, est surtout
certain si Jon tient compte — de
Vameloration générale de la
sécurité sociale et des cond.tions
de travail. En revanche, dans les
pays en voie de développement
en Afrique, en Amérique Latine
et en Asie, il est clair que Pa-
mélioration des conditions de vie
des travailleurs, comparée a celle
des pays industrialisés, est fai-
ble. Dang bien des cas, ajoute le
B.A.T. on constate méme, au
cours des vingt derniéres ances,
une ageravatian du chémage, un
sous emploi ¢tendu, une inflation
considerable et une baisse des
salaires reels,

x XX
LA GREVE DES DOCKERS
AUX USA
WASHINGTON (AFP)

La greve des dockers améri-
eains de Ja cole Atlantique et du

Whabitants en
en 1966:

progres
dans les
situés prin-

golfe ‘du Mexique entre mardi
dans son deuxiéme mois. Elle

risque d’étra la plus longue de
Vhistoire des Efats-Unis et elle
a déjA causé une perte seche de
500 millions de dollars au com-
merce extérieur du pays.

375 bateaux sont bloqués dans
Jes ports, dont 125 & New-York.
Les chances d’un réglement ra-
pide du conflit apparaissent
mineces aux observateeurs et
Von ne voit guére comment la
nouvelle administration pourrait
le résoudre. :

Le seul élément positif inter-
venu depuis le début de la ereve,
Je 20 décembre dernier, est Vac-
cord réals¢, il y a une dizaine
de jours entre le syndicat des
dockers et la shipping new-
yorkais sur les termes 9 d’un
nouveru contrat de travail, Cet
accord, valuable pour trois ans,
prévoit une augmentation horai-

re de 1,60 dotlar en salaire et
indemnités diverses. Mais cela
n’a pas entrainé la reprise du
travail & New-York. Le méme

contrat doit, en effet, @tre néro-
cié séparément dans chacun des
ports avant d’étre soumis A |‘ap-
probation des dockers. Et on

prevoit de grandes difficultés.

La seule chose que pu sse
faire la nouvelle administration
est de proposer au congres une
législation imposant un arbitrage
obligatoire pour mettre fin au
vontlit. Mais ce processus |égis-
latif risque d‘étre encore plus
long que la négociation engagée.
il est douteux que le gouver-
nement y aura recours.

La plus longue préeve des
dockers, début 1965, avait duré
de 34 a 70 jours, selon les ports,

et avait cotté environ un mil-
liard de dollars A Véconomic a-
méricaine,

Nouvelles
religieuses

Le Révérend Jacques Block a
repris les travaux d’achevement
de Véglise Paro ssiale St- Gabriel
de Luscahobas. Le brave Curé a
commencé en méme temps le
transport des matériaux pour la

coustruction d’une école — de
Socur. Nous le félticitons.
xX X
Cette annece, la retraite — an-

nuclie des Prétres du Cap-llaitien
a c¢té prechée pour la premiére

fos par oun Carme, Je reverend
Pers Klysé Roubenne, O.C.D.
x xX xX
Le diocese du Cap-Haitien

vient ‘de publier un bulletin qui
a pour titre «Notre Dioceses. Le
humero 1 comporte un sommaire
assez riche ,
«Mettons-nous en
Jiceques Mitchell, C. S.C. «Le
Chiro» par le Pere Raphael
Brung «Quanaminthe, un pano-
rema par le Réy. Pere Jean
Morin, O,M.I. «Le réle de Vin-
firmiére dans I’Eylises par’ Mile
Janneite Moise, une infirmiére,
sInondation au Cap et dévoue
‘ment des Jeunes» par Testi, ete.
Nous félicitons actif Archevé-
que KEvéque du Cap pour ce
magnifique travail et la par-
ticipation du laicat dans lEgiise.
x x x

A partir du jeudi, commence:
ra la neuvaine préparato're a la
féte de St- Jean Bosco i a
Cuapelle des Peres Salésiens. Le

route» = par

>

Riv. Pere Mésidor prend toutes
les dispositions pour la réussite
de cette féte.

xX xX xX ‘

Le dimanche 12 janvier a eu
lieu A ta Cathédrale du Cap-
Hla tien Vinstallation du nouveau
Curé de la Paroisse, le Chanoine
Klima Eugene par son Exeellen-
«ce Monseigneur Archevéque du
Cap. Un grand nombre de
prétres, religicux et religieuses,
de fideles ont assisté.A la cé--
rémonic religieuse.

i

Communiqué du
Grand Orient @’Haiti

Le Grand Orient d’Haiti a le
plaisir d’annoncer aux fréres ma
cons répandus sur toute l’étenduc
de l’Obédience que le différend
qui existait entre lui et la Res-
pectable Loge L’Amitié des Fre-
res Réunis No 1 & propos du lo-
cal logeant son Temple cl ses
Bureaux u cessé d’exisler
suite dun -acte dfiment notarié
passé entre son Grand Maitre,
son Grand Secrétnire et le Véné
rable de L’Amitié réguliarement
mandaté par son Atelier.

En cons¢quence les fréres qui
veulent, enfrer en rapport avec le
Grand Sedrétariat du Grand O-
rient d’HaXti le feront au local
sis A la Rue du Magasin de l'h
tat,

Orient de Port-au-Prince le 22
Janvier 1969,

Carnot ADRIEN
Grand Maitre.



par.

tiloment Vexjstence de chacun du
Bes membres,

Cependant, certaines régles de
conduite seront plutot béneriques
aprds une atlaque = cardiaque 7
surveiller son poids, éviter une
alimentation trop riche en sucre,
en graisse, la consommation des
oeuts, coquillages, . des organes
d’animaux pour éviter une mon-
tée de cholestérol, ne pas abuser
de Valeool et supprimer les ciga-
rettes.

‘A vrai dire, ces conseils en

grande partie s’adressent aussi
aux autres, & ceux la dont je
coeur continue de faire montre

de régularité, et de vigueur; car
la machine humaine pour sonc-
tionner normulement doit étre
bien entreteriue, soignée et trai-
tée avec modération. Le fait de
savoir que l’infarctus du myocar
de n’est pas. fréquent chez nous,
ne nous autorise point & surest:-
mer les performances
coeur. Aprés quarante ans l’orga
nisme doit étre ménagé. Les chi-
rurgiens remplacent les coeurs
ou autres organes malade, il est
vrai, mais il faudra beaucoup de
temps avant qu’ils arrivent a Je
faire en. toute sécurité et de fa-
gon courante. D’ici la les cher-
cheurs, de leur cété, auronl peut

étre découvert la cause de l’arté-
riosclérose et par ainsi éliminé

les risques majeurs d’infarctus.
Drs Arry BORDES
et Gérard PIERRE



-.Francis Huster et
lonesco

(Suite)
CHAISES, VICTIME DU DE-
VOIR, LA TASSK DE CAFE,
“JACQUES OU LA SOUMIS.

SION, L'IMPROMPTU DE L’AL
MA, LE NOUVEAU LOCATAI-
RE, LE TUEUR SANS GAGES,
LE RHINOCEROS Li ROI SE
MEURT.

Quelles sont les caractéristi-
ques du theatre de IONESCO ?

Leg personnages que LONES-
CO fait évoluer sont multiples.
C'est une psychologic de tous les
hommes quil étale sur la scene.
L’homme s‘ali¢ne, Il revient- une
fonction, un automate, un robot.

Liéducation luvin de mettre en
valeur les qualité, inhérentes &
chdcun cst un appareil de dressa
ge, de conditionhement.

La sotiété est une usine qui
fabrique des robotgy et Ia famille
ne pond que des ocufs. LIONES
CO arrive A une compétition de
Vabsurde manifesté extérieure_
ment. Des personnages comme
Schubert se présente comme un
symbole, symbole du remords en
vers Dieu, comme BERANGER
qui treprésente l’Homme avec
grand tl, cui est le Roi de Vhu
manité,

Selon [ONESCO, la crise ac-
tuelle est dans Homme, Nulle
idéoloyie n’est capable de décrui-
te les miséres de l’'Homme. C’est
la condition humaine qui gouver
ne la condition sociale.

Seule la Religiow et la Scien
ce peuvent, atténuer le poids de
cette lourde condition de Vhom-
me, j

Si IONESCO fut enthousiaste
dans la préparation d’un théatre
conforme & son génie, au point
de lTaneey chaque année une pie.
ce. Tl pawea longtempg a essayer



des éenecs retentissants et a con.

naitre les feux d’une critique im
pitoyable .Ce fut VAngleterre
qui fit justice au talent de LONES
CO et il connut le succes en
France & partir de VTIMPROMP
TU DE L'’ALMA. Ey son ami
Jacgues Muuclair lui fut d’une
aide précieuse dang la mise en
scene des perseonnages — qu’il
a créés, .

Audiberti fut le premier a ren
d-c hommage au talent, au pe-
nie @IONESCO ez depuis de nom’
b.cuses années, ses piéces ren
contrent Vadmiration des foules
non seulenmnt en France mais
aussi a letranger.

Grace a Francis Huster; le pu
blic a été satisfait de connaitre
par le detail Eugene IONESCO,
de’ saisir les caractéristiques de
son théatre et de comprendre les
pe:sonnages quil a deja immor

talisés,
Loin de nous ¢«conditionners,
eetle vontérence instructive a

bien des égards nous permettra
Wappreécier ce soir ce chef-d’oeu

de notre’

MERORED! 22 JANVIBR 1969



LEglise en état de mission
| (Butte)

cagent tout, au nom de la croix
du Christ, et s¢ment un évangile
de chaine ot d’épéc, d’expropria-
tion et d’esclayage, de deuil et
de désolation, Ce sont dea chré-
tena, qui, assoitfés, de richesases
et de fortune adoptent l'étiquet-
te de missionnaires,

Ils réduisent pourtant 1'Eglise
& leur dimension individualiste
et inhumaine. Ces faits consti-
tuent un éGloquent démenti au
vrai visage que devrait présenter
Eglise en état de mission. Au
moyen-Age, ’h cété du luxe des
barons, transformés en prélats,
il y avait la pauvreté abjecte
des serfs. Tout était permis com
me si ela fin justifiait les mo-
yens». Cependant la fraternité
chrétienne était trés poussée et
la vie tournait autour de lautel:
vrai témoignage chrétien. A cdté
du faste des sanctuaires il y a-
vait la masse ignorante des laics
qui se contentait des miettes tom
bées parfois de la table de feur
maitre. A cété du faste des pres-
bytéres pullulaient ca et 1A des
taudis infestes et surpeuplés ou
vivaient des nus et des sous-all-
mentés. Autant de contrastes a
la véracité de la Commission Di-
vine. Autour de cet édifice con-
sacré au Dieu d’Amour s’étalent
des taudis en filigrane habités
par les fréres du Christ des hum
bles, pour le simple plaisir d’é-
tre révérencieux 4 l’endroit de
ce Christ qui a dit : toutes les
fois que vous avez fait ces chv-
ses a l'un de ces plus petits de
mes fréres, c’est A moi que vous
les avez faites». (Mat. 25:40).

Avouons que la communauté
chrétienne a fait’fausge route.
Avouons que l’Felise a oublié que
sau mission est de vivre plutét
que didéaliser. De vivre avec le
Christ dans la réalité des temps,
de répondre aux impératifs de



Vheure au lieu de s’associer au
conformisme, Nous vivons dans
Vaujourd’hui de Dieu avec un
Remerciements
a
M. et Mme Faidberbe MM.

CHARLES et leurs enfants; M.
cet-Mme Métellus M. CHARLES
et leur, enfants; M. et Mme
Francois M. CHARLES et leurs
enfants; M. et Mme Gaspard
GARGON et leurs enfan's; M.
et Mme Raymond CHARLES et
leurs enfants; M. et Mme Miche
lee JOSEPH e¢ iears enfants; M.
et Mme Marcel BORGELLA et
leurs enfants; Mme Régina JU-
LES et Mme Yve. Bertrand
PIERRE - LOUIS; M. Jacques
JEAN _ GILLES; Miles Nicole et
Roselene CHARLES; M. et .Mine
Tertulien JOSEPH et leurs en-
fants; M. et Mme Price JOSEPH
et leurs enfants; M. et Mme Dor
vilus OSIAS et leurs enfants; M.
et Mme René MATHIEU et leurs
enfants; M. et Mnié Jean Bapts
te PIERRE - LOUIS et leurs en-
fants; M. et Mme Berthus PIEK
RE-LOUIS et leurg enfants; -MM
Alphonse et XERCE CHARLES;
Mmes Florina et Rosella CHAR
“LES; M. et Mme Francois JU-
LES et leurs enfants.

Les familleg Charles, Jules,
Mathieu, Gargon, St. Pierre, Jo.
seph, Dagobert Jean-Gilles, Jas
min, Borgella, Osias, Pierre -
Louis remercient bien — sinctre-
ment S. E. le Président & Vie de
“at République et Madame Franw
gois DUVALIBR, S. EL le Seere.
taire dEtat des Financeg et des
affaires Economiques Me. Clovis
M, Deésinor; 8S. kb. le Secrétaire
d’Etat des Affaires Sociales Me.
Max A. Antoine; Le Président
de ola Chambre Leéyislative et
Mme Ulrick Saint - Louis; Les
Députés Lue Séna‘us, Keresus
Conze et Félix, Baillergeau; le
Leader Zucharie Delva et les
menipres de su familles Le Pre
fet du Qap-Haitien ey Mme Emi-
le Auguste; Le Préfet du Limbé
Ale. Armand Ubas; Le Président
et feg Juges a la Cour d’Appe!
du Cap — Haitien; Le Comman-
dant et les Membres de la Fan
fare duo Département Militaire
du Nord; Le Comité Directeur
er le Corps des V. 8S. N.
Haitien; Le Commissaire du Gou
vernement pres le Tribunal Civil
du Cap.Haitien; YAdminstrateur
ct le Personnel de-la Morgue de
Vilopital JUSTINIEN du Cap -
Haitien; les Présidents? des Con
sells Communaux du Cap_Hai-
tien, de Plaisance, du Limbé et

vre de IONESCO «LE ROI SE de la Plaine du Nord; les R. R,
MEURT». ah PP, Poulhazan, Crespel, Pérard et
MALU. ~ Fresnay; La Congréyation des

Filtes de la Sagesse; Les Mem-

bres de la Contrérie du Rosaire

2 i PAcul du Nord; les Stations
Kemerciements . de Radiodiffusion: La Voix de la
Maitre Denevers © Dumervé, Révolution Duvaliériste, Radio -

Mr. le Vocteur et -Mme Vertot
Yumerve et famille, Melle. Junia
Dumerve, Mr. le Député, et Mme
Ernsyp Dumervé et. famille, Mr.
Max Touya ct Mme née Marie_
Yherese Dumervé et famille, Mr.
Je Doeteur cl Mme René V. Du-
mervé et famille, Mr. Bugéne
Dumervé, Mr. Louis Francis et
Mine née Claudette Dumervé et
famille, Mr. Edoua:d Dumerveé,
Mine Vee. Franek Thomas, née
Edeline Dumervé, Mlle Emma
Lebrun, les familles Dumervé,
“Dauphin, Thévenot, Touya, Ro-
bert, Francis et. Lebrun remer-
cient bien sincerement le Docteur
Constant Pierre Louis, Mr. Mau
tice Lubin, la Maison Henry M.
Arty ep Co, les quotidiens «Le
Nouvelliste» et «Le Jours, les
nombreux amis tant de la Capi-
tale. de la Provinee et de l’Etran
ger qui jeur ont témoigné leur
sympathie a loeeasion de la mort
de leur regretté

CONSTANTIN DUMERVE
ficre, onele, beau-frére et allié
enlevé a leur affection le Jeudi
2 Janvier &@ 8 bh. 30 p.m. et Jes
pricnt de trouver ici expression
de leur profonde gratitude.

F-auPee. le 18 Janvier 1969



Pharmacies assurant

le service cette nuit.
Mereredi 22 Janvier 1969
DU PEUPLE
Marché Salomon
ST JUDE
Rue Pavée

Haiti et la 4V. E. H.; Les Jour-
naux «Le SLPTENTRION»; et
«LE MATIN» ainsi que tots les
amis de la Capitale, des Provin,
ees et de l’Etravger qui leur ont
apporté le réconfort de leur sym’
pathie & T’oceasion du décés sur-
venu & VAcul du Noid, le ler
Janvier 1969, de leur trés regret
tée mére, belle - mére, soeur,
grand-mcre, tante, belle-soeur et
cousine
Mme Vve. MONDELUS

: CHARLES ,

née LUCE JULES
et les prient de croire en leurs
profonds sentiments de pracitude,

Acul-du-Nord,
ce 20 Janvier 1969



Mouvement du Port

La Shaw Steamship Co. LTD.
présente ses compliments A ses
aimables et fidéles clients et

prend plaisiy & leg informer que ¥

le M/V Koralle jaugeant. 1350
tonnes dans notre rade attendu
le 23 Janvier en cours, venant
de l'Honduras Britannique et le
M/V_ Jensable jaugeant 1150 to,
nes, attendu entre le 26 et le
30 du méme mois, venant de San
Juan, Puerto - Rico, prendront
tous deux du frét directement a
destination de New York. .

Pour tous renseignements,
veuillez vous adresser A l’Agent
local, André T. Tézan — Mai-
son du Canada — Appartement
No. 7 — Rond Point — Cité Du.

.marsais ESTIME.

du Cap .

Christ dynamique — qui invite a
Vaction positive. Pendant que
nous pensons A l’oecuménisme ou
blfong une minute les utoples et
faizong face A lu rénlité quoti-
dienne: Les orateurs de la deuxid
me assemblée générale du con-
seil des Eglises ont souligné avec
raison : qu'il n'y a pas d’oecu-
ménisme sans dimension mission
naire, Le but principal de l’assem
blée d’Evanston était de cher.
cher une parole commung d’dspé-
rance chrétienne en face des
grands«problémes de l’humanité.
Le théme de cette assemblée :
LE CHRIST, SEUL ESPOIR
DU MONDE. Un dernier exem--
ple est celui de Ia Conférence de
Stockholm qui se donnait pour
tache l'étude du réle de l’Eglise,
du point de vue des questions éen
nomiques et industrielles, des pro
blémes moraux et raciaux, des
relations internationales, de 1’é-
ducation -... etc.

Le theme adopté par le GOR;
oecuménisme et le Sous - Déve-
loppement «correspond a cette
conception missionnaire de l’oecu
ménisme. Autrement dit, notre
Eglise se doit de faire face ob-
jectivement. et comerétement aux
problémes soeio - économiques qui
se posent dans le monde actuel.
Elle a besoin d’individus respon-
sables, disposés & faire mentir
toutes les appréhensions pour tra
vailler & la concrétisation de tov
tes les espérances. Elle doit met-
tre en question la rigidité de sa
structure et écouter Papétre saint
Paul lui dire : «Elle doit &tre
Juif avee les Juit's, circonciv a-
vee les circonscis.C’est le moment

pour elle d’étendre ses bras d'a-

mour-aux humbles ¢t aux igno-
rants par une action caritative
de bon aloi. C'est aussi Je mo
ment of tous les chrétiens d’IHai-
ti doivent réaliser qu'ils se par-
tagent entre eux les vétements
du Christ et en conservent jalou-
sement les morceaux tandis que
d'autres fréres sont dans la nu-
dité. Le moment n’est plus aux

querelles et encore moins aux ré—

conciliations chimériques et déce
vantes. Ce qu’il nous faut c'est
une église*neuve et dynamique.
Ce renouvellement doit s’opérer
chez chaque baptisé, dans chaque
grouptment de chrétiens. Le Cen
tre oecuménique de Bossey, par
exemple, n’a point Panis com
me acquis le fait de réunir plu-
sieurs’ rameaux de l’Eglise © en
conférence. Il va plus loin, il va
dans la réalité des choses. Ils
passent a l’action. Des camps de
travail sont organisés a l’inten-
tion des jeunes un peu partout
dans le monde : Des_ dispenisai-
res & construire ou a restaurer.
Des écoles 4 réparer et A faire
fonctionner, L’équipe du Collége
Bird, par exemple, a entrepris
un travail de ce genre dans no-
tre milieu. Des masses A éduquer,
des paysans a émanciper : Voila
en partie la: mission de notre E-
glise.
Pére W. MILLIEN |
‘Egilise Eiseopale



Carnet Social

_Hier mardi 21 Janvier rame-

nait l’anniversaire de naissance

de la gentille Laurette Fortunat.
| Nous nous associons i ses pa-

rents et amis pour lui formuler

des voeux de santé et de bonheur.

Ad multos annos Laurette !



Avis Matrimonial

de soussign¢e Mme JUANIS
DISSINTYL nec Mériane Baliha
aur avise Je public en général et
Je Commerce en particulier que
J¢ Te suis responsable des actes
et actions de moh mari Mr. JUA
NIS DISSINATYL ce pour incom
patibility de caraetére. En atten
dant qu'une demande en divorcee
lui sore intentée.

(Grand - Bois)
Portuau-Prince 22—1—6y
Mme MERIANE BALTHAZAR
DISSINTYL

. Ce marché est concu

Projet de Marché |
aux Poissons

) : :
la réaultante’ gic exangue, fea.
composantes sont 1A, Bel et Bien
Vivanted: “L'intursection des deux
srandea voies de ciyculatior. avec
le port -primiti€ Done il faut ré

“habiliter Je: marché, CHANGER

LE PHENOMENSB SOCIAL,. ué
velopper - hatmonieugement, -ra-
Uonnellement. et. chumainément>
ce commerce. :
n suivant
Jes principes modernes de struc-
ture ; légéreté, préfsabrization;
standardisation, mudwation ct
rapidité d’exécution, .
Du _ point de vue: architectoni-
que, le-térrain a été déconges-

tionné et ine portion du plan
deau récupérée.
1) Un débareadére circulaire

ot les petits voiliers viennent dé-
barquer de la marchandise frai-
che, permettant ainsi une premi2
ve distribution aux petits ven-
deurs ambulants de s'approvision
ner.—

2) Le marché proprement dity
Circulations 4 double sens, orga-
nisées littéralement autour de
stands centralisés.— | .

3) Le hall principal d'entrée
avec chambres itroides, dépot,
freezers, permettant un approvi-
sionnement sir 4 n’importe quel-
le époque.— .

4) Des parkings pour (30) tren
te voitures et des jardins font du
complexe’ un ensemble harmo-
nieux rationnel et humain, Car
les potimons de verdure permet-
tent & Vagglomération de respi-
rer,

Pourventage de surface de ter-
rain construite : 41 pour eent.-

_H6tel de Ville, Port-au-Pee, oe
22 Janvier 1969. ‘
Gérard NAZAIRE
Ingénieur Municipal.
-Nu et approuvé ;
Georges J. FIGARO
Maire de Port-au-Prince: *



Jacqueline Chabrier, de la Cie J.

Gosselin; le public haitier est

unanime a saluer sou remarqua- -
ble talent.



Avis important
du Violette

Compte tenu du grand nombre
de billets in¥endus, le jancement
de la rafle ayant malheureusement
coincide avec les féte, de fin
dannée le Violette Athletic Club
se voit dans la penible obligation
de renvoyer definitivement lara
fle de da voiture DATSUN au
deuxieme tirayze de Fevrier de lu
Loterie de I'Etat Taitien,
P-au-Pee. ce 22 Janvier
Constant F. Auguste
Secrétaire J Tresorier.

ca



Convocation

Les Membres de lu Banque de
Sang Volontaire sunt convoqués
en Seance Exraordinaire le Jeudi
23 Janvier 1969 a G6 heures p.m.
au local de UEcole Saint Vincent
(Sister. Joan)

Des questions, tres importantes
yo seront disculées.

LE COMITE



Aux Ondes Sonores

(Mime GEORGETTE DUPLESSY)
ti Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de la Fontaine Mme Colo)

Performances
Reproductions
Interpretations

’

Légendaires,
phénoménales,
faisant epoqu,

Toutes Oeuvres,

‘Tous genres

Classique, +
Populaire,

Religieux,

Theatre,

Disques Educatiés,
Disques Scientifiques,

Chez vous, sans dépenses exagérées

VOYEZ LA MAISON AUN ONDES SONORES;'

LE DISOUAIRE DES M

a LR DISQUAIRE BIEN CONNU ° - \

IDE LA RUE

v
Le plus large choix

ELOMANIES



- AVERTIS,
MACAJOUX i

de Port-au-Prince.

WOQOSO MIO D III IIL IS LOIIILI II IIIS TIP MY,

Pour vos enfants, pour vous mémes et —

dans votre Foyer

Cultivez-vous, amusez-vous, renseignez-vous
LA DON MOHR SALES CO vous’ propose
des films court métrage de 8 mm. |
Sciences, Art, Histoire, Contes
Sur votre écran familial
Voyez DON MOHR SALES Co.





Full Text



QUOTI
LE PLUS ANC





No 27.928

Jj



t

est:

FONDE EN 1896



_ Directeur - Administrateur :
MAX CHAUVET

DIEN
IEN D’HAITI



L'Infarctus du Myocarde
il fréquent chez nous?

Par les Drs Ary BORDES & Gérard PIERRE

Certaines questions — scientiti-
ques n’intéressent que les méde-
eins; mais quand il s‘agit d’étre
renseigné sur la fréquence de ]'in
farctus (28 myocarde dans notre
milieu, tous ceux la qui ont plus
de quarante ans voudraient par-
tager Ids informations recueillies.

Liinfaretus du myocarde est,
un sujet sur Iequel tout le mon-
de aim@rait avoir des éclaircisse
ments. .

Crest une maladie qui, depuis
quelque temps, commence a étre
mieux connue de notre - public.
Beaucoup de gens savent. déja
que le cpeur est irrigué par deux
arteres |: les artéres coronaire:
droite t frauche et que c'est loc
clusion jd’une de ces artéres ou
de ses dunitications ‘qui entrai-
ne su tjivean du muscle eardin-
que de processus de nécrose que -
You appelle infaretus du myocar
de Js mignorent pas non plus
que Fest Vartériosclérose qui, en
dureissaht les artéres et en ré-
duisant leur calibre, est respon-

sable d@ cette occlusion. Mais,
tout conime nous autres méde-
cins, ils! n’en connaissent point

les causes exactes, et font inter-
venir des facteurs divers tels que
Shorédite, la constitution physi-
que ,la présence d'hypertension
urtérielle, de goutte, de -diabéte,
le genre de vie, Vhabitude de la
cigarette, le manque d’exercices
physiques et le Stress.

Les indidividus qui, en général,
sont les plus susceptibles de pré-
senter un infarctus du myocarde,
de faire une crise cardiaque,
sont les hommes qui ont dépassé
la quarantaine, et les femmes a-
prés la menopause.

Lorsque survient un infarctus,
Vocelusion de l’artére coronaire
provoque une diminution: de Ja
quantité_de sang nécessaire a l'o-
xygénation du muscle cardiaque,

et cest ce phénoméne qui. occa-
sionne, chez l’individu atteint.

des douleurs au niveau de la poi
trine, de l’épaule et du bras gau
che avec une sensation de pres
sion de constriction du thorax.
Le malade se sent littéralement
mourir d’autant plus que la dou-
leur peut durer de 1 & 2 heures.
Dans la plupart des cas, la
douleur fait suite & un effort vio.
lent; mais ily a aussi des infare
tus silencieux, indolores et qu’
ae produisent au repos et méme
autres qui simulent une indi-
gestion. :
Une fois Vinfarctus installe,
des complications extrémement
sérieuses peuvent survenir et em
porter le malade de fagon drama
tique. La tension peut baisser «
zero, le rythme cardiaque deve-



t

nir anormal, donnant Vimpres-
sion de palpitations jirréguliéres,
Les contractions du ventricule
sont faibles, inefficientes et il
peut méme se produire une rup-
ture du muscle cardiaque. Ces
ditférentes complications sont la
cause de la mort subite qui, dius
certains cas, termine rapidement
lattaque cardiaque.

Puisque Vintarctus est une ma-
ladie grave susceptible détre as-
ssociée 2 des complications sérieu
ses qui mettent en danger la vie
du malade, il importe de pou-
voir en poser le diagnostic 4 bref
délai. C’est Phisteire de la mala
die et Vexamen électrocardiogra-
phique qui permettront d’y arn
ver, Ce dernier doit etre repe-
té en série. D'un autre coté des
examens spéciaux de sang peu-
vent aussi étre utiles.

Dés que lon parle de crise car
diaque il vient aussitét & Vesprit

de tout un chacun Ie nom de per

‘sonnes connues pour en avoir éte
victimes, du encore sen étre heu
reusement tirées. C'est & se de
mander si lVinfaretus est ou pas
une maladie tréquente chez nous.
Des informations cardiologiques
ont été recueillies dans les Hopi
taux suivants : Hopital de ?Uni
versite d’Etat d’Haiti, le Cana-
pé Vert, lHépital Frangais, St
Rrancois de Sales et Hopital Al
bert Schweitzer de Deschapelles.

Sur un total de 19172 malades
admis de 1963 & 1968 au Canapé
Vert, & St Frangois et 2 VAsile

Frangais ,il a été trouvé un nom

bre total de 30 cas, prouvés din-
faretus du myocarde ce qui re-
présente un pourcentage de 0.16
pour cent, soit environ un 1 cas
par 637 malades, avec une lege-
re prédominance pour Ie sexe
masculin et la majorité des cas
se situant chez les individus 4gés
de 50 a 70 ans et appartenant a
la classe aisée.

A PHopital de )’Université ve
tat d’Haiti et 4 Hopital Albert
Schweitzer le diagnostic dinfare
tus n’est pas non plus courant,
Tl semble done que Vinfarctus du
myocarde représente une maladie
trés peu fréquente chez nous. Le
rapport annuel de bio - statisti-
gue du Département de la Santé
avait déja signalé en 1949 la ra
reté de la maladie coronarienne
en Haiti. De plus, dans une étu-
de publiée au courant de cette

éme année, les Drs D. -Groom,

Péan et E. Hudicourt avaient
eux aussi démontré que Vartérios
clérose coronurienne survenait
deux fois plus ‘souvent chez Je
Noir américain de la Caroline du

(Suite page 4 Col. 4)



‘ Francis Huster et lonesco

A ln veille de Ja représenta-
tion de la piece «LE ROI SE
MEURT» le jeune comédien

Francis Huster a bien voulu pré
genter au public haitien Yauteur.
Il a parlé dabondance de «1Q-

NESCO ET DE SON THEA-
TRE». ae

1] eommenga — comme i} était
naturel — par nous camper cet
homme qui ne vil que pour le
Théatre.

Eugene JONESCO est né en
Roumanic le 26 Novembre 1912,

dune mere frangaise el dun pee
re. roumain, Trés jeune, il vint
wn France. Il fit des études qui
n’eurent. pas, 4 son avig, pas d’in
fluence sur lui ou mieux sur sa
warriere. A la maniére d’un Molié |
ve qui devint a Ja longue et par
ln pratique un grand comédien,
i} débula, encore enfant, par §0¢
wuper de thédtre guignol. Un gui
‘enol est wn thédtre puisqu il est
dialogue. Peu apres, il entre en
Roumanie pour son service mili-
taire. Ses cxpériences, il leg a
sconsignées dans NOTES ET
CON T'RE-NOTES.

‘Faut_il souligner que IONES
Ch fit au début de se vie litte
raire de ja critique. Tou, comme
le francais inculque & scs compa
riote, un idéal et des qualités
qui Je rendent incomparable dans
le monde, IONESCO découvre
qu’on préche le méme idéal _@t
la méme doctrine aux Roumains,

Tl s’enthousiasme pour la poé
-sie dadaiste et gurréaliste de la
période de 1922.

En 1939, peu avang la guerre,
lonesco retourne en France, dé-

ja marié et pére d’une fille. Tl °

est banéficiaire d’une bourse d’é
tudeg de la part de son gouver-
nemen,t pou, une thése sur Bau
dalaire qui n’a jamais vu le jour.
‘Chose curieuse, Vétude de Van-
plais a laquelle il se livre lui fit
découvrir sa voie. Dans le ma-
fuel de conversation franco _ an
glaise, i} découvre avec une cer

(SSSALASASSSSSAL SA SAAS Geld

“ Produits



Produits

Wy





Cosmétiques

perspicacité des vérités

tuine , \
Wavaient Ja-

surprenantes qui
mais frappé 3 esprit d’observa
dion émoussé comme chez tout
le monde, A travers de_ simples
phrases! qwéchangent Mr. eb
Mme Smith, leurs trois enfants,
Jeur domestique Mary, il upprend
des vérités essentielles qu'il a
ambition de communiqer! & ses
contemporains.

JONESCO. pratique en ourre
un certain nihilisme littéraire et.
la eritique a découvert Vanti-gra
vité de ce dramaturge. ;

De 1950 & ce jour, le répertoire
des oeuvres @IONESCO est con
sidérable, car chaque année vit
naitre une piece. Ce sont : LA
CANTATRICE CHAUVE, LES

(Suite page 4 Col. B)

Le prochain Congres

18éme ANNEE

~~ du Travail et lesprit

de Vatican II

La Pyesse s'est déja fait 1’¢-
cho de frganisation du 21 au
30 avril prochain du second Con
grés National du Travail. A cet
te occasion, des questions vitales
seront portées & Vordre du Jour
de ces importantes -assises.

Nous sommes en mesure d’in-
former que, suivant les instruc-
tions du Président & Vie de ta
République, le Congres consacre
ra une Journée & la commémora
tion du 60éme anniversaire de la
création du Bureau International
du Travail. De méme des commu
nications seront présentées sur
les récents développements de la
question sociale a Ja lumitre de
la doctrine chrétienne, dans l'es-

prit des Bneycliques «MATER
ET MAGISTRA», «POPULO-

RUM PROGRESSIO» et «HU-

MANAE VITAE» ‘de Leurs Sain.

tetés Jean XXIII et Paul Vi.
Comme on s’en rend compte, !¢

.

Président Duvalier est attentif
aux moindreg détails de lorgani-
sation du prochain Congre Na-
tional du Travail placé seu: le
théme ¢La Promotion de |’Hom-
me Haitien par le Travai: Hu-
manisé et lV’augmentation de la
productivité considérée sous se:
deux aspects Social et Mcono-

mique.
Le Président Duvalier qui est
actuellement Ie leader le plus

éminent du Tiers Monde, a *doté
la Révolution de monuments ju-
ridiques, littéraires d’une valeur
inestimable. Il a nettement optc,
et eeci depuis les banes du views
Lyeée Pétion, en faveur des mas
ses haitienes chez qui les gou-
vernements passés ont voulu dé.
velopper un complexe d@intériom-
té et qu’ll réve de conduire per
fas et nefas vers le plus haut
destin de prandeur et- de gloirs.*



- Projet de Marche |

aux Poissons

Administration Conmituale de Part-au-Prince

JUSTIFICATION DU
PROJET

«Passent les siécles, les civili-
sations se renouvellent, et — les

.phénoménes sociaux denieurent in

changés».

(Dr F. DUVALIER
MEDAILLONS)

La ville est un phénoméne s:-
cial. Avee toutes ses composan-
tes. Urbaniser c’est prévoir les
solutions pour atteindve le déye-
loppement harmonieux, rationne:
et humain des agglomération>.
«Les civilisations se renouy
lent» Boucaniers d’avant l'ar
rivée de Colomb...Esclaves avant
Dessalines Chevaux «Boo-
gies» Voitures ... Air Cond-
tionné ... «Les civilisations se re







nouvellents Super Mar! ¢ts
Télévision ... Et les faits sociaux
demeurent ! Jl faut les ramener

au niveau de la civilisation.

Une aggiomeération Slovie & Vin
tersection du Boulevard Harrs
Truman et de la route de Carre-
four. A-cette intersection au voi-
sinage de laquelle fourmillent
quotidiennemént les friands des
fruits de mer (écrevisses, pois-
sons, lambis etc.) se fait sentir
depuis’ plus de deux ans I'érev-
tion d’un Marché Moderne aux
Poissons. Car la voie Wena y
trouve un port naturel. ‘

Du point de vue Urbain, pen-
ser A déplaccr ‘2 marché seraic
une grave erresr, Cur alors que



(Suile page 4 Col. 8)



APRES 2

SUICIDES PAR LE FEU

_ La crise Tchécoslovaque
au ler. rang de l’actualite

PARIS (AFP)

Le suicide par le feu de l'étu-
diant Palach+* et de l’ouvrier
Hlavaty remet ta crise tchécos-'
lovaque «au premier rang de
\‘actualité, non seulement en
raison de ses répercussions loca-
les, mais par la réapparition, au
scin du mouvement communistc
international, de divergences qui
avaient été tant bien que mai
apianies. Prague attend dans
une atmosphére de tension extré
me les‘obs¢ques. de Jan Palach
qui seront “célébrées samedi el
qui auront le caractére d'une
manifestation nationale. Devant
l'émotion qui s’est emparée d’un
pays traumatisé, les dirigeants
multiplient les appels. Aprés le
président Svoboda, M. Cernik.
chet du gouvernement fédéral,
a souligné la gravite de la situa-
tion et exhorté Ila population a
soutenir le parti et le gouver-
nement. Le dilemme est clair :
ou l’équipe actuelle © bénéficiant
‘de la confiance populaire sera en
mesure de poursuivre une oeu-
vre difficile vers un avenir in-
certain, ou, ne parvenant plus 2
se faire untendre, elle sera rean-
placée par une autre et alors sera
ouverte Ia voie de la tragédic.



XXX

Tout en condamnant lvceu-
pation soviétique de la Tcheécos-
lovaauie, les américains estiment
que la négociation sur le “désar-
mement avec Moscou est d’un
autre ordre. et qu'elle doit étre
engagée sans tarder. Le porte-
parole du- Département d’Etat
vient d’annoncer que la nouvelle
administration allait examiner
en priorité la’ proposition’ formu-
Jée tundi 2 Moseou sur la limi-
tation des armements nucléaires
offensifs et défensifs.

Au premier jour de son
mandat, M. Nixon a réuni le
Conseil National de Sécurité et
fait savoir que cet organisme
serait convoqué deux fois par
semaine au cours des 15 pro-

chains jours. Ainsi met-il en ¢-
vidence Vintérét qu'il porte aus



Le Pdt. Johnson prend congé
du Président Duvalier

et du Peuple Haitien

La lettre d’adieu du Président
Johnson a été tranSmise au Pre-
sident & Vie de la République
sous le couvert d’une note de
V’Ambassade américaine dont le
texte suit (et qu’aimablement
nous a fait parvenir le Départe
ment des Affaires Etrangéres).

Son Excellence,
Dr Francois DUVALIER,
Port-au-Prince, Haiti.

Cher M. le Président,

J’ai Vhonneur et le plaisir d'in
former Votre Excellence que je
viens de recevoir par cable, le
texte de la lettre suivante du
Président Johnson, que j’ai requ
instruction: de transmettre i Vo-
tre Excellenec

Cher M. le Président,

Comme je me prépare a laisser
mon poste, je veux vous dire a-
dieu ‘ainsi, qu’au peuple Haitien.
Je sais que l’esprit d’amitié et
de respect mutuel entre Haiti et
les Etats Unis d’Amérique sc
poursuivra tout aussi bien que la,
coopération de nos deux pays 2
la cause de Ja paix mondiale.

Comme le suggére la photogra

L’absence de Kossyguine au
triomphe des Cosmonautes

MOSCOU (AFP)

M. Alexis Kossyguine, _pré-
sident du Conseil de VORSS,
était inexplicablement absent ce
matin a& Vaérodrome de Noukovo-
Moscou lors de l’arrivée Lriom-
phale des quatre derniers cosmo-~
nautes soviétiques.

C’était la premiére fois de-

puis l’entrée en fonction, en Oc-
tobre 1964, a la direction col-
lective, qu’un membre de la
Troika était: absent a la récep-
tion de cosmonautes.
Aux catés de M. Leonide Brej-
nev, (chef du parti) et Nicolas
Podgorny (chef de 1’état) seul
M, Dmitri ‘Poliansky, premier
adjoint de M. Kossyguine, — rc-
présentait le gouvernement.

M. Poliansky n’a pas été mon-
tré en gros plan par les camé-
rags de la télévision, qui diffusait
larrivée en intervision, La
différence entre lui et les deux
atitres membres de la Troika a
été marquée ’ plusieurs reprises
par des effets de cadrage.:

SLISISS SA

de Beaute

de Toilettes

Aucune explication ne peut
étre donnée immédiatement a
Vabsence de M. Kossyguine
dune manifestation of sa pré-
sence semblait obligatoire.

Selon certaines rumeurs, |e
chef du gouvernement — serail
malade, et le froid trés vif, qui
régnait ce matin a l‘aéroport lui
aurait jnterdit de s’y rendre.
Cette hypothése sera ou non
confirmée_ prochainement, selon
que M. Kossyguine se trouvera
ou non & la tribune du _ palais
des Congrés, au Kremlin, . ot
souvrira a 22 heures (heure
francaise) un meeting triomphal.

On suit d’autre part que le
chef du gouvernement a quitté
Moscou le 21 décembre dernier
pour prendre du repos. Il
pourrait se trouver encore actuel-
lement en vacances. Mais la ré-

“ception des cosmonautes, — et
l'impact qu'a sur la population
la présentation officielle des

(Suite page 4 Col. 2)



LAJTOCONDE

35, RUE DES MIRACLES, 35.



phic ci-jointe de notre récent vol
autour de la Lune, le globe ter-
restre qui se rétrécit de ‘plus en
plus est en train de devenir ri-
pidement un seul monde de voi-
sins. Méme les nations les plus
éloignées vivent maintenant plus
rapprochées les unes des autres
que les villages d’une méme na-
tion il y a de cela quelques sié-
cles. Les pays sont en train d’ap
prendre quwils doivent travailler
ensemble, A des fins communes
sils doivent survivre et prospe-
rer dans le nouveau monde dir-
terdépendance que la science ct
ln technologie aident a créer.
Nous avons fait quelque pro-
gris vers ce but dans les années

qui viennent de s'écouler. De acu
velles. formes de coopération in-
ternationale existent dans — plu-
sieurs domaines. Je croix que ce
progres continuera et qu’un jour
une communauté internationale
émergera aussi solidement baséec
sur VPintérét commun et des ins-
\itutions communes que les com-
munautés nationales .d'aujour
d’hui.

Je sais que nos deux pays jouc
ront un réle dans cette grande
aventure. Malgré mon départ de
la Présidence, mon intérét dans
le réle d’Haiti et mon amitir
pour ‘son peuple demeuyeront

(Suite page 4 Col. 1)



* Oswald Durand,

problimes internationaux = ma-
jeurs, au nombre desquels figure
naturellement-la conférence de
Paris sur Je Vietnam. Les quatre
délégations ont décidé d'un
commun accord que lu prochaine
séance aurait lieu samedi, Quant
au dossier du Moyen-Orient, i!
vient de s’alourdir d’un nouvel

élément, apporté -par. le dernier
discours du président Nasser.

_Fait nouveau, le Chef d'état é-

gyptieon a tenu a distingucr
entre les questions résultant de
la guerre des six jours et te

pobleme palestinien.

On voit se profiler l'idée d'une
entite palestinienne dont il
faudrait. délimiter te territoire.

xX xX Xx

Une mission officielle québe-
coise,, dirigée par’ M. Jean, Car-
final, ministre de Véducation, et
M. Jean-Paul Beaudry, ministre
de Vindustrie et du commerce,
est arrivée ce matin & Paris pour
une visite de cinq jours.

Elle vient procéder & une re-
mise 4 jour des rapports entre
la ‘France et Je Québec dans Ie
domaine économique.

Au compte
. gouttes

par Raymond PHILOCTETE

REPONSE A JEAN-CLAUDE
CHARLES

Mon cher’ ami,



J'ai lu avec beaucoup d’intérét,
‘dans «Le Nouvelliste> du 20 dé-
cembre 1968, ton billet, ot, ju-
geant ma ¢sentence trop sommai-
re», tu dis- ’influence de Breton
sur Eluard. :

A la vérité, la question n’est
pas Va.
On n’a qu’a relire lq lettre de
Jn- Claude Fignolé... ,
défendre
ironique-

Celui-ci, pour mieux
traité
ment de «vieille barbe»..., a en-
trepris de montrer — pour répé-
ter Vautre — que ¢la littérature
s'accommode de Phéritage d'au-
teurs plus reculés», qu’il ne faut,
sous aucun prétexte, renier les
cerivains des générations précé-
dentes. 7
Dans la littérature frangai-
se, Breton doit & Rimbaud, com-
me Rimbaud & Baudelaire, Bau-
delaire & Hugo, ct ainsi de suite
jusqu’a Turold.
Vouili qui est bien dit.

Toute une échelle d’ancétre!
ou dfainés !
Mais... of je m/’écarte de

mon ami Jn-Claude Fignolé, c'est
quand il place, dans le contexte,
Breton (1896...) et Eluard (1895
...), qui, comme on le voit, sont
loin dappartenir & des géncra-
tions différentes.

Liillustration. semble mauvaise.

Ft vouloir souligner |’influen-
ce de Breton sur Elunard, c'est
déplacer la question.

Tout de méme, je le feélicite :

Senticher de choses littéraires,
a un fige of tant de futilités font
signe, est méritoire,

_ Amicalement

Raymond





Saal

ADRESSE ?

RUE DU CENTR

- No. 212

PORT-AU-PRINCE (HAITI)
PHONES : 2282-24928. :
P.O.BOX:1916 = si



MERCREDI 22 JANVIER 1960




















AU FIL- DES JOURS...

Par Aubelin JOLICOLUR

LA HAMILTON WRIGHT
PROOUCTION. MONTRERA
HAITI DANS UN FILM :
“DE VOYAGE

» Dimanche matin a bord de
la Santa Rosa de la Grace Line
sont passés # Port-au-Prince, M.
Irving Schecter, Producteur et
Editeur’ de films de la HAMIL-
TON WRIGHT Productions (60
Bast 42 nd St., New York City),
sa femme Muriel, agissant com-
me sa secrétaire et Icy cinéastes
colombiens Dagoberto «Dago, de
Castro et Miguel Taborda.

Irving et son“équipe faisant
un film sur Ja croisiére de Ja
Santa Rosa dans les Caraibes
ont tourné une intéressante

sey

quence -& Port-au-Prince.
M. Albert Silvera, Manager-
Propriétaire d’El Rancho © s‘est

souvenu avec beaucoup de recon-
‘naisance le congours intelligent,
généreux de Hamilton Wright qui
cngagé par le Président Mstime
avail pendant deux ans (195) et
1951) fait un travail extraor-
dinaire de propagande touristi-
que pour Haiti au Etats-Unis.

Cette compagnie est mainte-
nant divigée par jeune “Ha-
milton Wright qui a pris la
reléve apres la retraite de son
peére.

M. Irving Schecter nous dit
que Ja compagnie porte toujours
un erand intérét a Haiti.

Il a filmeé les sites les
intéressants de Port-au-Prince
el des environs; des seénes de
la vie haitienne, le déjeuner a-
vrémenté de spectacle folklo-
rique offeit & El Rancho 4 Vin-
tention des touristes de la Santa
Rosa. ,

Dans une scene speéciale, il a
inclus le Secrétairey d‘’Etat du
Commerce et de Ifndustrie, Dr.

le

plus

Lebert Jean-Pierre, en sompa-
gnie de M. et Mme Albert Sil-
vera, de Mlle Frangoise Théau
Attachée de Presse du Club
Francais. du Livre de Paris, du
Public Relations Officer de
VOtfice National du Tourisme

et de la Promotion, et des visi-
teurs dont les jeunes protesseurs
de Littérature anglaise a Co-
lumbia University, M, Paul De-

latiy et sa femme Sheila, les
_ravissantes argentines Cristina
et Carmen de la Puente de

Santa Fe.
C'est un
16 vt de 35

film en couleurs de
mm qui sera distri-

hue par la Warner Bros, et
montré par les plus prandes
chaines de la télévision — des

Etats-Unis et des pays environ-
nants dont le Canada et aussi de
VEurope. *
: x xX X
MOUVEMENTS
DIPLOMATIQUES

...Hier . matin est arrivé de
Santo Domingo, M. James Dal-
ton Murray, Haut Coniissaire
de Grande Bretapne a Kingston
ot Ambassadeur duo Royaume Uni
i Port-au-Prince.

Aceuoilli par de Consul bri
tannique, M. Jean - Pierre be
Grand et M. Carl Aleindor du.
Protocole, il est deseendu au
Sans Souci ou i} passe trois
trois jours. Nous Tui soubaitons

la bienvenue.

Hier soir, était attendue n
Port-au-Prince, Mme Cecilia de
Freemin, diplomate panameéenne.

Elle vient remplacer le
aympathique Charge At fai
res de Panama a Port-au-Prince.
notre ami Kdiarde Carrasquila

Dans le cadre de la Priéres pour PUnité du Monde Chrétien . :

L’Eglise en état de Mission

Par le Pére W. MILLIEN,

jusqu'aux confins de la terres.

«Vous serez mes témoins ...

A l’Eglise est contiée la mis-
sion de rendre témoignage du
Christ. En nombre restreint, les
premiéres communautés chretien-
nes avaient une mission bien dé-
finie, celle d’annoncer par toute
la terre un etre nouvelle, une ere
de grace. Son réle a été de pro-
clamer dais le monde un_messa-
ge positif différent des ‘disgpurs
tardés et illusoires. C’est un\mes
sage d’action «Allez rapporter
A Jean ce que vous entendez et
voyez les aveugles voient, les
boiteux marchent, les Jépreux
sont purifiés, les sourds enten-
dent, les muets parlent, les morts
ressuscitent et la Bonne Nouvelle

est annoncéc aux pauvres». (Mat.
Y1:4). :
Un témoignage d’action est

done l’élément principal dans Ja
vie de l’Eglise. Comment a-t-elle
propagé a toute. la terre 7? Dans
VEglise primitive, c’est un pion-
-nier comme St Paul qui toucha
toule Asie Mineure, établissant
.des communautés chrétiennes,
proclamant une nouvelle vie, in-
troduisant de nouvelles relations
entre les hommes, hasées sur I’a-
mour et la vérité, (Ephésiens)



de VEglise Episcopale.
Actes [:8

rétablissant des liens jadis rom-
pus par des querelles de trarli-
tion et de foi. (Romains) Il a
préché la réconciliation dans le
Christ (II Cor.) Tout cela expri-
me une certaine compréhension
du message et de la mission du
Christ, les raisons d’étre du how
leversement qu’il a opéré = dans
son monde. C’est dans cette opti

que que les communautés — chre-
tiennes jetaient les bases d'un

monde plus humain : «Comme tu
mas envoyé dans le monde, nuvi
aussi je les ai envoyés dans le

monde» (Jean 17:18).
Comparons la tactique = mis-
sionnaire primitive a celle des

pasteurs modernes ! C'est vra'-
ment déplorable. Ces «envayés>
de Dieu, dépourvus gont en quéte de nouveaux decors
et agissent au nom d'une puis-
sance soit disant chrétienne. ‘Ils
détruisent & rase motte toute Ja
beauté et toute Ia pureté d’une
créature singuliére. Ils sont des
conquérants partis a la recher-
che de nouvelles victoires sans
gloire. Sur leur passage ils sac-

(Suite page 4 Col. 6)

L’Evangile et la vie_
quotidienne en Haiti

nav

aSi quelqu’un est en Christ, 1
vst une nouvelle créature. Les
choses anciennes sont passées,
voici toutes choses sont devenues
nouvelles.» (II. Cor : 5: v.17-18)

L’Evangile, puissance de Dieu
pour sauver l’homme, possede cet
te indiscutable vertu de chanycr
la vie de Vindividi. L’Homme o1
la femme qui a fait Vexpérieres
de l’Evangile par la conversion
lui rend ce juste hommaye qu'il
est une réelle puissance capabl:
d'influencer ct changer la vie
quotidienne.

L’Apétre des yentils dans sa
deuxiéme Epitre aux fréres de
Corinthe affirme ceci : «Si quel
qu’un est en- Christ, il est ues
nouvelle créature. Les choses an-
eiennes sont passées, voici to-
tes choses sont devenues nouvel
Jes». L’expérience de l'Evangile
dans la Vie de Paul avait déter
miné cet homme de belle culture,
A qui souriaient les divers avan-
tages de son temps, a suivre fa
Voie sacrée de la puissance divi-
ne. Avant d’appartenir a la co
horte des chrétiens, Paul — pou-
vait, 4 bon droit, se complaire

le Rév. Guillaume ordi. Elise Afro Methodiste

\

orgueilleusement dans ses avan-)
tdges vharnels, etant Pun des
hommes les plus cultivés de ‘son
époque. .

A partir de cette expérience il
devient Gvident que tout ce qui
appartient au vieil homme dispa
gait pour faire place aux attri-
buts de Dieu. En effet, nos el.
forts, nos expériences et nos sen-
timents ont une cectaine «AP-
PARENCE de SAGESSE>» ct il
nous est dur de les compter pour
rien, et de dire, quand: ils nuus

semblent posséder tant de ben-
nes choses, que noux n’avons
rien. Mais, tout ce que l’Apotre

Paul nomme les rudiments du
monde, e’est\a dire tout ce qui

est A la chairs de quelque manie-
re que ce soit, doit étre yonsidére
comme rien aux yeux de Dieu.
Aussitét que hows apprenons a
voir ces choses comme le Sei-
fneur Lui-méme les voit, - elles
perdent toute leur valeur a nos
yeux en sorte que nous puissions
dire toujours avec Paul «N'a-
yant rien...2 .

Suite page 2)

ei haus,

qui, vient de passer. 21 mois ‘on
Maiti; avec’ sa charMante femme
Marcela et.son fils Eduardito.
La famille -Cartfasquiila -qu tt
Haiti vendredi pour se rendre a
Lima Pérou ot Eduardo a éte
transféré,
' Nos meilleurs voeux accom-
pagnent Ja famille Carrasquilla
partcut ot Vappellera la earrit-
re d’Eduardo qui sera certaine-
ment brillante. ~ 6
Bienvenue & Mme Cécilia de’

Freeman accueillie par Mme
Marcela .Carrasquilla ct le Con-
sul de Panama, M. Andre
Khawly.

XXX .
LA FAMILLE OSWALD
JOSEPH PARMI NOUS

..Nous. avons revu avec beau
coup dp plaisir notre excellent
ami, Me. Oswald Joseph, ‘arrive
hier aprés midi aveg sa ravissan
te femme, née Joséphine Kawas,
sa rivissante fille Cynthia ¢t son”
fils Gregory. .

_ La famille Oswald Juseph vit
a San Francisco. Elle est venut:
passer, deux semaines en Haiti
aui lui.manquait tant.

_ Oswald et Joséphine étaient
hier soir au Sans Souci avec
leur beau-frére et belln soeur,
Antoine Kawas ct sa beke fem-
me, née Gladys Handal. :

Nous leur souhaitons la bien-—
venue eb un agréable séjour pak-
xxx
UNE SOIREE DONT.
ON. SE SOUVIENDRA

.. Hier soir, Georges et
Gerty Héraux étaient’ presque
dépassés par le 3e et dernier
des événements qu'ils ont eux-
mémes provoqués. Ces . événe-
ments étaient ces spectacles tels
qu'on ne peut y assister qu’éa une
seule épogue de Vannee.: B, |
Toceasfon’ dé la visite de la Com-
pagnie Jean Gosselin. .

_ iy avait une foule tells que
Georges et Gerty pouvaient | &
peine la placer.’ Ils s'attendaicrit
a un grand succes de foule, mais
il y avait une avalanche.

Le Maire de Ja Capitale, M.
Georges J. Figaro était a& la
table de Jean et de Madeleine
Gosselin, un Ministre d’Etat s’y
trouvait avec sa femme en com-
pagnie de Mile Francoise Théau
Attachée de Presse du Club Fran
cais du Livre de Paris,, et de
Vexcellent acieur Pierre Lioté,
de la Compagnie Gosselin. Et
VAmbassadeur de France et Mme
‘Philippe Koenig y dinaient, avec
des amis;. UAmbassadeur de
Grande Bretagne, M. James
Dalton Mupray se trouvait a la
table du Consul britannique — et
AIme Jean-Pierre Le Grand.

I] y avait la foule des diploma-
tus, des commergants et indus-
triels, le fameux danseur haitien
Jean Léon Destiné et sa jolie
amie, Mile Jacqueline Rosay, les
officiels de (Office du Tourisme
dle Curagay ct de ALM de cette
meme He, MM. Edsel «Papi, A.
Vo Jesurun, - Robert -Volgers,
Celso Cathalina, Ronny Winkel,
ete. en compagnie de Me. Andre

~ Supplice et M. Jacques Bastien

de la Maison Martjin; M. Er-
nesto Martijn en compagnic des
industriels Gordon Allan et W.
Stickland; Me. Oswald Joseph,
sa femme Joséphine et ses hbeau-
frere vet hbelle-socur Antoine | ct
Gladys Kawas; Miles Eva Mein-
bery ch.Bette R. Gepfrich,é notre
table. avec l'industrie] Raoult Ha-
ve, ete. La joie de vivre fleurissait
aves les vythines — entrainants
de Ensemble Alfred Dorlette.
I} était perté au programme
de la soirée : La fleur a bouche
de Pirandello, Histuires et tour
de chants de Pierre Lioté, mais
ce programme fut enrichi d’un
.our de chant la méme aisance
Ganne qui avait connu- oun. si
grand succés mardi derniey en
chantant pour la premicre fois
devant un public, que des ad.
mizateurs de lartiste ont télé
phoné a Georges et a Gerty pou
demand¢ avec insistance qu’ell
revienne, 0
Robert. Kimmich, un acteut
au talent puissant fit .une créa.
tion admirable dans La Fleur

la bouche de Pirandello.
Ho oregut Ie réplique de Jear
Gogselin.

La Fleur a la bouche, c’es
Vagonie en toute conscience — de
Vhomme qui sé promeéne avee
mort, sous. la forme d’une — epi.
thelioma ou tumeur cancereug
wu coi des levres, comme une
fleur a la bouche. -

Georges Heraux qui avait pré
senté ces deux artistes présent:
vussi Madeleine Ganne. Ses pro

pos étaient touchants de: recon.
naissance. :
Madeleine. Ganne” revenant

dans son tour de chants
préta pour les délices de toute
la nombreuse assistance «Je ne
peux pas» de Christiné et Frag-
son, et Jacques Datin, Julies. d
Paul Matinier et «La Biaiseuse:
de Maurice Vidalin et Jacques
Datin.. Elle était accompagnée at
piano par Paul Fougy. .

Co programme eut une longue

inter.

(Suite page 4 Col. 2)

SLSSSSISPLLILL PALL AA LLLLLLSLS LLL LSS LY SAL LB ALSSLLSLLLYSLALEVLLSLLSLLSLLSLSSSSS IS,

Parfums a
Cadeaux en tous genres
et pour toutes occasions





PAGE @





PROBLEME No, 17

featur BUN +

us

HORILZONTALEMENT
1) —/ Esprit fort Démons-
. tratif
2 — Roue a ‘gorge — Petit
cours a Corps dur
3 — Céréale — En Catalogne
4 — Grande vertu
5 — Piege — Bolte
6G — Demande un partenaire

\







Peu de chose

7 .. En tonna — Pronom —

Voyellos
respirer apres In synoope

vy — Entouré
ble.

zr

VERTICALEMENT —

] — Prénom masculin —- Ro-

mang

I] — Prénom féminin — Ony

céldbre la_messe

HI — Set au
munitions . .
IV — Tamig — Devant un pre
nom

Vo— Précieux — Divinité
VI — Dans la Haute-Saéne —

Pronom oo,
VII -—— Alla en justice — En

AU
. VIII — Proche parente

IX — Capital.

AU CAPITOL

Ce Soir Mercredi pour la derniére fois

a6 Hres et a 8 Hres 30

Le Vieil Homme et l’Enfant

Prix de la critique au Festival de Cannes 1966.
Entrée Gdes 2.50 et 2.00



Du Jeudi 23 au Samedi 25 Janvier 1969
Tonnerre sur ’Océan Jndier

Une aventure exaltante de Surcouf.

Entrée Gdes 2.00 et 3.00



DUBO
)UBON
DUBONNET



SOOOOO POCO COREE CEE OEE AOE E EE OPED I IDOE LEI DE RLOLDL IL EDD PLEDE OLLIE,

> | .

’

Carnaval 1969

Ca chauffe, Ca promet
Qu’il est bon de Voir

projetes

SUR L’ECRAN FAMILIAL
} LES SOUVENIRS : DES MASQUES
| ORIGINAUX
} - DU DEFILE DES LUXUEUX CHARS
DES GENS QUI DANSENRT,
QUI S’AMUSENT

woree
GP COCPCOOO PL OTL FO 8 OTF LIE LOS

armez- vous de votre
appareil a filmer
et de votre projecteur

. KODAK

En vente a DON MOHR SALES CO.

POLE EEE LOE TOE OODLE PEL LIOL OOD HG EPAE EVD OLDE OLOEDOCPDLOPDDOLID He

Qucue de pie — A frire

deau — Sembla

'
transport des

part

ao

ewe rns



POPP EPE LL E DOOD S

LE NOUVBELLISTR



L’ACTUALITE INTERNATION ALE

NOUVELLE CRISE
EN PCHECOSLOVAQUIE

VIENNE (AFP) -—

'

Diupres les derfives infornine
ona rogues dy Prague ot de
Rratislava, la Tehecoslovaquio |
toute enticre, prgfondement 6-
brantce par les deux tentatives
de suicide -par Je feu, se trouve
sous impression du pathétique
appel laneé lundi soir par le Pré
sident Svoboda et suna cesse ré-
peté par la radio.

Le Président de la République
nu placé In nation devant un choix
dramatique garder sa confian
ce en lui-méme et en M, Dubeek
et maitriser ses nerfs ou bien
poursu.vre une agitation dont
les consequences seruient, d’apres
M. Svoboda, la tragédie générale
de In nation, Vanarchie, la des-
truction économique.

Sans parler ouvertement de la
possibilité d'une nouvelle interven
tion sovietique et de la vague de
répression a laquelle elle pour-
rait donner lieu, le Président de
la République y a fait allusion
en declarant que une étincelle suf
fit pour déclencher un immense
incendie.

M. Svoboda a également laissé
entendre que aussi bien lui-méme
que M. Dubcek ne souhaitent res
ter au pouvoir tant qu’ils peu-
vent ¢tre stirs de l'appui du pays
C’est avee vous que nous voulons
créer un socialisme démocratique.
Nous ne voulons pas gouverner
sans vous.

En effet, MM. Svoboda, Dub
cek et leurs compagnons MM.
Smrkovsky* et Cern k avaient ac-
cepté le compromis de Moscou
du 26 Aoit en espérant qu’ils
pourraient sauver, quelques élé-
ments du printemps politique et
éviter A la nation ce qui leur sem
blait le pire | Une adm nistration
militaire directe par les soviéti-
ques, cela avee l'aide d’un cer- .
tain nombre d’incond tionnels
tehéédsfovaques du Kremlin. Mais
une parties importante de opinion
a considéré et considére toujours
ce compromis comme un d.ktat
et l’effervescence qui ne cesse de
-croitre depuis la tentative d’évic
tion de M. Smrkovsky, a remis
en question tous les progrés d’u-
ne normalisation précaire,

A tort ou A rason. beaucoup
de tchécoslovaques estiment que
Punanimite quils ont conservee
depuis les jours tragiques d’Aott,
devrait leur rapporter des pains
politiques plus importants que
ceux obtenus par MM. Svoloda
et Dubcek qui ont d’ailleurs cédé
beaucoup de terrain, depuis
Avctt, aux réalités, notamment
au proupe de M, Husak, chef du
Slovaque. C’est pourquoi ¢tu
dinnts, journalistes et synd'calis-
tes, passant outre aux décisions
des récentes sessions du comité

entral, ont remis sur le tapis les

réevendications du printemps der-
nr: élections démocratiques A
VAssemblée, convocation du 14
eme Congrés du Parti, ainsi que
du Congres constitutif duo parti
Tchéque, abolition de la censure.
Toutes revendicntions auxquelles
la direetion du parti, s’en tenant
rus aecords de Moscou du 26
Avil, dey@it) opposer une ot
de non - recevoir categurique,

atriotes sincéres, profondé
ment solidaires de leur peuple,
MM. Duheek et Svoboda se laisse
ront-ils entrainer par le mouve-
ment actuel a demander aux 60-
vietiques de revenir sur certains
points de lacvord ide Mosecou ?,
Les observateurs de Vienne n‘é-
cartent ‘pas cette hypethese, Cer
tes, & propos duo suicide de Jan
Vilach la presse de Moscou parle
de

rag

provocation anti soc‘aliste.
Mais Vhonimage au parti et au
gouvernement tehecoslavaque qui
essiient de cousolider la situation

semble indiques

que Ja perspeeti-

£.
SCOTCH pour

m



le plus vendu
aux Etate-Unis

Distribuér par la

BRASSERIE DE
LA GOURONNE 3A.





(Bulle de

te Ldre pagel



vo d‘une nouvelle intervention en
plolnw préparatifs de la conféran
ce communists Internationale, ne
sourit gudre au Kremlin,

1) para.t capendant pou pro-
buble que la direction actuelle
‘du Parti Tehécoslovaque parvien-
neon apuiser len UHPIaes Sibadt
quelques concessions importantes
au Vopinion publique.

RAK
DECLARATION"

“DU DEPARTEMENT D'ETAT

WASHINGTON (AFP) —

Le porte parole du Départe-
ment d’Etat a annoneé mards qt
la nouvelle administration améri-
caine examinera en priorité 1’of-
fre formulée lundi par l'Union
Sovictique. d’engager le pius ra-
pidement possible un dialogue
americano-soviélique sur i. une
tation des armements nucléaires
olfensifs et défensifs qui font
partie des arsenaux des deux
Grandes Puissances.

M. Robert McCloskey, le por-
te-parole a précisé que la déclara
tion fnite lundi & Moscou a ce
sujet sera étudiée avee l’atten-
ton quelle mérite bien que le
gouvernement américain n’ait pas
regu de communication officielle
des autorités soviétiques. Dans
Vattente de cet examen M. Mc
Closkey s’est refusé & tout autre
commentaire.

xX XX
LES «IZVESTIA». ET
DISCOURS DE NIXON

MOSCOU (AFP) —

Les «Izvest’as regrettent ce
soir que Ie Président Nixon n‘ait
pas parlé explicitement dans son
discours du Vietnam ét du Mo-

LE



L°EVANGILE ET LA

yen-Orlont ot qu'il n’ait paw a-
bordé le probléme du désarme-
ment,

Dang une brdve analyse du dis
cours, Yorgane du gouvernemént
écrit, + Richard Nixon n’a pas a-
Lordé directement certaing problé
mes aigus, comme celui de la
uerre américnine d’ngrossion au
Voetnam, ou da situaeun wu a
yen Orient. 11 n'a pratiquement
pas soulevé ee probleme giav.
et eoneret qu'est le désarmement

‘Le journal se borne & citer
snes commentaire le voeu du nou
vau Président que Vére qui vient
soit celle de la négociation.

Ces bréves remarques des ¢Iz-
vestia, sont pour le moment les
seules réactions officicles sovié-
tiques & I’entrée en fonctions du
Président Nixon, et 4 son dis-
cours,

Cette réserve donne aux obser
vateurs Vimpression d’étre & dou
ble effet :

-—— Garder les mains libres
face & la nouvelle équipe améri-
caine, ne pas s‘engager trop vite
ni donner l'impression que le
Kremlin pourrait étre demandeur,

— Ne. pas diminuer les poss:-
bilités de dialogue normal avec
l'équipe Nixon et garder intactes
Jes chances d’accord entre Mos-
cou et Washington en vue du ré
glenent d’une série de problémes
internat’ onaux, en premier lieu
le désarmmeent.
. xXM
UN DES TROIS MILITAIRES
ASSASSINE SELON

“HANOI (AFP) —
L’un des trois militaives améri
cains que les forces armées popu



VIE QUOTIDIENNE .

EN HAITI

(Suite de la ler page)

il y a done lieu d’obse: ver, de
transi -

constater célte sensible
tion chez le pécheur qui abandon

ne le vieil homme et ses rudi -

nents et qui accepte a se depouil
tur de lous ses apparats pour re-
velir «CHRIST». ll n’est plus
le méme-ear dans toutes ses ac-
tivités linfluence divine se mani
feste en sorte que ce qui est mor
tel soit englouti par la vie
«CHRIST». UH n'est plus le me-
me, mais vainqueur de toutes les
luttes quotidiennes qu‘il affronic
et qui sont en oppusition & son

bonheur il a soif de témo:gner,

Dieu. Ce Dicu qui est désormais:
créels dans sa vie et dont il ne
veut plus perdre le bon contact
tera lobjet de ses conversations,
‘e fond de sa pensée. Quel éton-
nement n’est-il pas pour ses a-
mnis, pour ses anciens camarades!

Yout a change pour luil C'est
pour lui la vie nouvelle «Lit Voi-
ei. toutes choses sont devenues
nouvelles.» ~

«Car nous n’avons rien appo-
té duns ce Monde, il est évident
que nous ne pouvons rien empor
er (1) Trmothe 6:7) Li Rvanedite
dans notre vies quotidienne peu



nous porter a caller plus loins ct
dire asst avee PApétre: «N'a-
yant rien et cependant possé -

dant toutes choses.» Cela depend
de notre fot aux déclarations de
PEeriture qui alfieme oue tout
ext # nous en Christe.
Cependant Ta Foi est souvent:
enveloppée tellement de mystére
qu'un homme pratique et de sens
sommun ne sail comment s’en ser
vir dane la vie de chaque jour.
ha foi n’esxt autre chose que da
confiansce. Nous avons Foi en
nous - Mé@me quand nous nous
confions en nous - méme, Nous
nvons fol en un ami quand nou:
nous confions en cet ami. Au.

a.

ene

RBiblique, la Foi est: simplement



Nouveau! :

ee




fa confiance en Dieu. La Foi en
i'Homme et la foi en Dieu sont
exuccement de meme nature. La
ditiérence nexiste que dans les
personnes auxquelles cette toi
“apphque. «La Foi en l'homme
nous unit 2 Phumanité . Et ds
Foi en Dieu nous unit ala Divi-
nité.» .

C'est dans cette attitude d’es-
prit et du coeur, cest a dive, a-

ve ecite foi en I’Homme et en
Dieu quwil nous faut considerer
YOecuménisme gui n'est pas Vovu
vye de Vhomme mais celle de
Dieu.

Nul ne peut savoir ou va 1’Oe-
‘umenisme. Certains prélats con-
simplement une fusion ou uy re
cour deg «fseres séparése a YE
wiise Romaine. D’aut-es s’a.ta-
chent aux dogmes dépassées et
pour celia, certains prelestants
hésitent & apporter leur collabo
ration & ce mouvement quand ils
ue Je ecombattent pas ouverte -
ment; mais, je vous apprends,
Chers Frores Chrétiens, que les
tiesseing de Dieu sont impenstral
bles ot Ses voies ne sunt pas nos
voles. .

En attendant que VOecumeni:-
me fusse son chemin it travers la
dure realiteé contemporaine, ‘sou
les regards de Dieu, Freres hai-
tiens, je vous exhorte fa consaerer
votre vie de chaque jour a une
“Ache qui vous rapproche du Cree
sour!

Sar, cconsultez le Livre de VE
Sornel et lisez:

Aucan deux ne fera détaut:
ai PUN, ni PAUTRE ne man
areront.

tar sa bouche V’a ordonné, c’est
son Esprit qui les rassemblers
(Esaie 84: 16).

Rev, GUILLAUME FORD
«Eglise Afra - Méthodiste»

e rapide
e propre

e doux





e rien @ couper

alise et faconne les cuticules

loirew du Sud-Vietnam ont libérés
le ler Janvier 1969 — le noir
Jumas.W. Brigham a été oseos-
sing dans un hdpital prés de
Washington, affirme lagence d'in
formation du FP. N. L. Sud-Viet-
namien, dans une déclaration ci-
tée par agence de presse de la
hk. D. Vv. N. .
Il s’ngit-ld, ajoute agence,
d'une mesure de représailes que
les autorités américaines cxercent
& Venéontre,de ceux des anciens

(Suite page 3)



AS
AVIS.

Dun jugenient rendu par te
Tribunal Civil de Port-au-Prince
le 22 Octobre 1968 il appert que
le divorce a été prononcé entre
jes époux Joseph DARBOUZE
la fen‘me née Giséle MORIN, ce

“au profit exclusit de. cette dernié

re et d'un acte de Etat Civil en
date du 10 Janvier 1969 il appert
que le dispositif du dit jugement
au 6tG@ transe.it dans les regis res
ai.ce destinés de Eta Civil par
le sieur René SALGADO Offi_
cier de Etat Civil de Ja Section
Nord ce pour produire les effets-

yo oattachés par Je décret -duo 6
Juin 1968,
P-au-Pee. Je 21 Janvie, 1969

Constantin Mayard PAUL Av.

ey

RIDES — DISPARITION
RAPIDE EN 15 JOURS,
VISAGE TRANSFORME
DEMAIN VOUS AUREZ UN
VISAGE NOUVEAU
DEBARRASSE DE SES

RIDES, UN TEINT JEUNE
QUI ATTIRE ET SEDUIT.





Ce visage, fascinant dont vous
avez toujours révé sera le votre;
grace 4 la Cleasing Cream» et
face lotion a hase de pollen de
«Laboratoire Cernelle. Ces deux
produits donnent un résultat é-
tonnant que seul un traitement
en Institut peut donner. Cette
créme et. lotjon embelliront vo-
tre visage ct voug paraitrez dix
ans de moins plus, jeune, Votr?
visage sera transformé er vos
amies vous envieront Je seeret
de votre beauté, .

I.a lotion et Ia créme cotitent
$ 6.00 ,

‘ En vente a la Pharmacie Gef-
frad et les Institutes de beauté.





Le Plat défendu
N'EXISTE PLUS
GRACE A LA MAGNESIE
BISMURER

Une pastille apres les repas -'
vous arrétez leg troubles intesti-
naux, les intoxjeations olimentai-
res et les ennuis de la digestion
difficile.

Mettez-vous toujours a lusage

de la MAGNESIE BISMUREE

* et vous ne connaitrez plus ni trou

bles de Vestomac ni troubles des
intestins.

Des chauffe-bains, fers a repos
ser, réchauds, radios, ventilateurs
dernier cri, apparejl A air condi-
tionné se liquident A la TIPCO.
Precsez-vous.



en une seule étape facile

Malntenant, vous pouvez égallser et faconner
vos cuticules sans effort. Le nouveau. Cutipen,
nécessaire complet en lui-méme, donne une scula
goutte de créme A Ja fois; cette crémo 4 la

laoline, A action douce, ramollit

cuticules disgracicuses. Cutipen, élégant et incas-
sable, est spécialement congu pour le soin des
euticules, La pointe du Cutipen, unique en son
genro, égalise et faconne les cuticules pour
révéler la beauté des Junyles de vos ongles. Vqus
{erez, vos ongles en moiti¢ moins deg temps. Pas
bespin de batonnéts de bois d’granger ni de
‘tampons de coton, Ayez touigurs wh Cutipen
dang votre sac, pour pouvoir I'uitiliser'n’ imports

a



et enltve les

eras ey

nouveau



| | Joseph. C. Valmé et Co. 7

DISTRIBUTEURS

MERORBDI ‘88°

DANS NOS CINE}

AU CAPITOL

Moerercdi ab Janvier &-6 oh. ot
8 hres 30 ‘
LE VIEIL HOMME

ET 'LENFANT

Entrée Gdes 2.50 et 4,00

REX - THEATRE

Merecedi & 8 h, 30 P.M.

La Cie, Jean Gosselin présent
LE ROI SE MEURT i
Entrée Gdeg 5.00, 5.00 ot, 10.00

Jeudi acG h. et 8 h. 15
UN HOMME

POUR L'ETERNITE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

_ PARAMOUNT

Mereredi i Gh. et 8 hh,
MON -AMOUR, MON AMOUR
Entrée Gdes 1.60 et 2.60

Jeudi & 6 h. et 8 h.
LA CUREE
Entrée Gdes 1.60 et 2.60

ELDORADO

(PLACE JE&REMIE)

Mercredi A Gh. et & h. 15
JEUNES GENS EN COLERE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

Jeudi i 6 h. et 8h. 15
MISSION SPECIALE
LADY CHAPLIN .
Entrée Gdes 2.00 et 3.00

‘MAGIC CINE

“(SALLE CLIMATISEE) .*

* Meveredi it Go h. 15 eo) 8 oh. 15

BONNIE AND CLYDE
Entrée Gdes 2.50 et 4.00

Jeudi a 6 h, 15 et 8 h. 15
LIINCONNU DE MONACO
Avec Richard Todd.

Entrée Gdes 1.20 et 2.50

Drive in Ciné Delmas

Me-ciedi & 7 h. et 9 h.
TIL? A BANGKOK
Entrée $ 0.60 par personne

Jeudi a 7 h. et 9 kh.
TILT A BANGKOK
Entrée $ 0.50 par personne

, = 2
De Luxe Auto Ciné
{DELMAS)

Mercredi 2h 7h. et 9 h.
LES RELIGIEUSES
Entrée $ 1.00 par voiture

Jeudi 4 7 h. et 9 h.

LE SCANDALE

Avec Anthony Perkins.
Entrée 1 dollar par voiture

Utilisez les jolis Miroirs et Fs,
ces A Mains, métailisés, Ce sont
d@utiles cudeaux et a dea prix a-
bordables.

En vente a la Boulangerie’ Li
Poste, Grend’Rue.



Here’s something

\ the girl who has
“everything”
doesn’t havel





a truly
feminine
ball pen...

by sp PARKER



ANVIER 1069
S
AIRPORT CINE
Mercredi A 6h, 80 et 8 h. 80
SEMIRAMIS, DEESSE -

DE L'ORIENT
Entrée Gde 9.60 et 1,00



Joudi & 6h, 30 et. 8h. 30
CHOC |. :
Entrée Gde 0.60 ‘et 1:00

CINE UNION

Mereredi & 6 h. et-8 h,
SAM: L‘INTREPIDE.
Entrée .Gde 0.60

Jeudi A’6 h. et-8 h. .
LE COLOSSE DE ROME ~
Entrée ‘Gde 0.60 :

MONTPARNASSE

Mercredi A 6 h. et 8h.

SEXY GANG
Ent:ée Gde 0.60 fo

Jeudi & 6 h. et 8 h,
TROIS: EPEES DE ZORRO
Entrée Gde 0.60

-ETOILE CINE

(PETHONVILLE)

co.
Mercredi & 6 h. 30 et 8 he 30
COPLAN OUVRE ‘
LE FEU A MEXICO

Entiée Gdes 2.00 et 3.00

Jeudi & 6 h..30 et 8 h. 30

UNE FOIS AVANT

DE MOURIR

Entré Gdes 1.20 et 2.00 ‘

‘CINE OLYMPIA

Mercredi (En permanence} ;
LES PROFESSONNELS

Avec Jack Palance.

Ent.ée Gdes 2.00 ~ 4

Jeudi (En permanence)
LA CHAMBRE:

DES TORTURES *
Entrée Gde 1.00 .

a

CINE STADIUM

Mercredi ¢En permanencey -
LA PROIE NUE
Avec Corne] Wide
Entrée Gde 0.60

on.

Jeudi (En permanence)
CHERCHEZ L'IPOLE
Avec Charles Aznavour.
Entrée Gde 0.60

CINE PALACE

Mercredi a 6 h. et 8 h. 15
CHOC
Entréé Gde 1.00

Jeudi a Gh. et.8 h, 15
TROIS ENFANTS
DANS LE DESORDRE
Entrée Gde 1.00

CRIC-CRAC CINE

Mereéedi A 6 h. et 8h. 15
LENFANT DU CIRQUE
_Entrée .Gde 1.00 et ° 1.50

Jeudi a 6 h. et 8 h. 15
COMMISSAIRE X TRAQUE
LES CHIENS VERTS
Entrée Gde 1.00 et 1.50





Remerciements

Leg familles Edouard, Pierre-
Antoine, Chumpagne, Coicou ain-
si que tous les uutres purenta et
alhes remercient intimiment le
Département des Travaux Pu-
bhes, les amis de la Capitale et
ceux de |’Etranger qui leur ont
donné des témo.gnages de sympa
thie A Voceasion de la mort de
leur regretté :

Léon Edouard
enlevé a leur affection le 19 Jun
vier 1969.
Port-au-Pce le 21 Janvier 1969.



Remerciements

La famille Georges Oswald Du
rand ainsi que tous les autres
parents et alliés protiondémen‘

. touchés des’ marques de sympa-
thie qui leur ont été données A
Poccasion de la mort de leur re-
grettée :¢

Odette G. Durand
remercient bien sincérement les
amis de Port-au-Prince, de Pé-
tion Ville, de la Province et de
Vétranger et leur renouvellert

Vassurance de leur vive recon-
naissance, .
Port-au-Pce je 18 Janvier 1989.

Sahota 4
- FAKES
|) INTERNES||-




MERCRED] 22 JANVIER loop

ee



«LB NOUVSLLISTR>

RHUM BARBANCOURT REPUTE D





ae!

Babee ee



PUIS 1862





OA,

VOTRE HOROSCOPE

Par Frances Drake




was

‘ thorchez la acotion correspondant au jour de votre anniversaire
de natsaance of vous trowveres tos perspectives que vous

signalent ies autres pour demain,

Drott de reproduction fucide on partielle rdéservé,

Propriete Wing Features

Nynudicate — Execlustvitd


JEUBT 23 JANVIER 1969

21 MARS AU 20 AVRIL (HE
LIER): Si vous avez commis re
eemment une veérituble erreur,
c'est le moment de Ja rectifier.
Remettez les choses au point.
Bonne jJouente pour aller de la-

vant,

2V AVRIL AU 21 MAL TAU

* REAU): Ni la foree ni lindit-
férence ne vous permettront dat
teindre votre but, mais un effort
persévérant réussira, N'atten -
dez pas des résultats trop rapi-
des mais cont.nuez patiemment

autant que vous Je pourrez.

22 MAT AU) 21 JUIN (GE-

MEAUX): Il peut étre stimu

lant de songer & l'avenir: mais
n'oubliez pas ce qu'il reste A ite-
complir dans lea taches et -tra-

vaux présents. Développez votre

sens aigu de rosponsabilités

22 JUIN AU 28 JUILLET
(CANCER): Qu'un filatteur ne
yous masque pas une pe sonne
moins démonstrative ni d’une ap
parence briilante ne vous cavhe
pas un élément plus solide et
réel. Gardez en mémoire les
vraias valeurs.

24 JUILLET AU 23 AQUT
(LION): Etant un chef né, on
vous cherchera comme guide ou
comme stimulant. Soyez - le, et
généreusement. On vous en sera
reconnaissan, et vous récolterez
de notables satisfactions.

24 AOUT AU 28 SEPTEM-
BRE (VIERGE): Si vous ne
réussissez pas d'une facon, esse-
vez dune autre. Souvenezivous
_de vos actions d’hier, les records
que vous avez atte’nts que vous
jugiez impossible dans le passé,

24 SEPTEMBRE AU 25 OC
TOBRE (BALANCE): Le sens
des responsabilités et un bon ju-
gement seront importants, Sa -
chez ce qu'on attend de vous mais
ne -vous lancez pas dans tout ce
qui vous sera proposé, maix -sim
plement dans ce que vou devez et
pouvez réaliser dans fe cemps

convenu.





2E OCTOBRE AU 22 NOVEM
RR (SCORPION): Un efrort
volontiire dais tous les secteurs
utdes seru tres app.éeip mais ue
faites que des promesses que
vous puissiez tenir. Evitez les ae
livités et les diseussions deésor -
donndes

23 NOVEMBRE AG Ll UE -
CEMBRE (SAGITTAIRED: Les
regrets ne changeront rien a ce
qui s'est pusse mais si vous creu

‘sez uvec une mitiutive accrue et

un zele nouvean vous garde. ez
votre esprit clair et rendez plus
facile votre route.

22 DECEMBRE AU 20 JAN-
VIER (CAPRICORNE): Prenez
varde i ce que vous écrivez et a
ce que vous direz et soyez pru-
dent les question, financi¢res.
rrandes ou petites, avec metho-
de, et en tenant compte de l'ave-
nir.

21 JANVIER AU 19 FE-
VRLER (VERSEAU): Vos de -
voirs ‘s‘imposeront & vous, plus
que les affaires simplement cou-
rantes . J] y aura des cas parti-
culiers a traiter, des personnes
différentes qui y serunt mélées,
Conservez votre intelligence clai
re.

20 FEVRIER AU 20 MARS
(POISSONS): Lisez les conseil.
A ceux du Verseau: Vot-e am-
biance est semblable. Occupez -
yous volontiers des activités e¢
des projets nouveaux mais ne né-
gligez pas celui, plus ancien, qui
demanderait votre attention cons
tante .

SI VOUS ETES Ni AUJOUR
D’HUI: Vous aveg une tres
p.ompte intelligence, ¢tes méti -
euleux et précis et possedez de
forty atouts de sucees et de bon
heur, Vous aurez tendance a
Ja volublite, Essayez de la re-
frenez. Les secteurs, de Véduca-
tion, de la diplomatic, de la socio
logic, de la finance vt de la Htte-
ratne couviennent do vos qualicds
varievs et Vous pouveg connaifre
In réuasite sur un de ces plans.



+o; POPPE O LEED



HAYTIAN AMERICAN SUGAR
COMPANY, S. A.

USINE HASCO

SOCIETE ANONYME HAITIENN E

PLANTEURS ET PABRICANTS
Sucre Raffiné — «HAS

Sucre Mi-Raffiné — «POPULAIRE>»

Port-au-Prince, Haiti.



PPS.



CO CRYSTAL»

PPLE.





Georges Nader

a procédé a un nouvel aménagement

de sa fameuse

GALERIE D’ART

104 Rue Bonne Foi, P.O. Box 962



ow se trouvent rassemblées

les meilleures oeuvres des phis






wi rands peintres haitie ens

Un choix extraordinaire de Tableaux



vous attend a la Galerie VArt Georges Nader

i

a . wo. ,
que ce dernier vous invite expressement

a visiter

APSPLSSLSLALAS AL 0 SPSS SSALSDSSSIAAPSDAS tos

AIAN RA A BRN TA LN NA RAN BBA AIA NOL BE BA VL OL



Pour. vos Lunettes
— Voyez —
RUSSO & CO.

25, RUE BONNE Fol, 25
TEL : 3294

Les meilleurs verres

eivlesereteleleteletese

Setetetete

‘Les plus belles montures”
Pour vos enfants la Maison

peut vous fournir sur place

LEALEL ELA LAVAL AVE EE LEP EN ETE TE

des verres inéclatables.

on

.Passez nous voir
pour admirer les derniéres

nouveautes.

FOIE EELS OTOL OOO OD. CO OTE RENTO AO Oo) OE,

SENSATIONNEL!!

PPLPPP PLO OF:



Un nouveau Insecticide revu et corrige
de la Hollande :
LEXECT X ROUGE

Le seul. insecticide déodorant et desinfectunt

qui détruit tous les moustiques ct insectes.
Je pour votre chambre A coucher,

Toilette et placards.
kn vente dans tous les Markets et Epiceries.

Agent distribulteur : Lad Trading Agencies.

Cité de Exposition a cdté de J
P. O. Box 704



——

Distributeuy

hk Hlectricité

LSI IID LISSA LL EADS es LILI IINILA SSSA AL ASAD AA AS LS LLSLSAANAAIALAL Ad



Tipco - Distributeur Place Geffrard

Les Bandes Des ssinées du «Nouvellistes -

Blondie



~ PACTUALITE INTERNATIONALE — -

soldats du corps expéditionnaire
amér.cain au Vietnam qui con-
diamnen, séverement ia puer.e da
gression livrée par les Etats Unis.
Affirmant encore qu’au moment
de sa libération — quelque part
au Nord ue la omgwn ae
Nam Bo du. Sud - Vietnam — M.
James W. Brigham était comple
tement remis de blessures con-
tractécs précédemment, l’agence
du F. N. L. conlut en déclarant:
il ese claiy que tes autorites umé
ricuines- ont décidé d’assassiner
Brigham par crainte que son at-

“
Yopin ap anericaing et plus parti-
culiérement Jopinion des noirs
américains qui s‘opposent aA la
guerre injuste livrée au Sud-Viet
‘nam par je gouvernement amé-
rcain,

xxx ,

LA PREMIERB JOURNEE
DU PRESIDENT NIXON

A LA MAISON BLANCHE

WASHINGTON — AFP —

Apres les festivités de son in-
vestituce, M. Nixon s’est conga-
eré dés mardi & prendre en main
les rénes du pouvoir et les desti
nées du peuple américain pour
les quatre années a venir.

Levé de bonne heure bien qu’il
se soit couché’a 2 h 30 du matin
-- le nouveau Chef de 1'Exécutif
a pris possession du célébre bu-
reau ovale 4 7 h 30 apres un pe
ti déjeuner substantiel, mais ra-

SOCIETE D’'EQUIPEMENT
NATIONAL

AVIS

ft est porté a In connaissance
des intéressés que la Société aE
quipeinent National (S.E.N.) or-
Ean're un concours, le vendredi
24 Janvies courant, a 4h. 30
pan i son Siege Social sis a Ve
rave de la Banqttg Nationale de
av Republigue @Haiti Crue du
Mawusin ale Pittaty en vue du

roooutement dun Comptable a-
fant odes comiiuissitives dans tas
Soondtabifite industrielle,
Portionercet ot CR COT Es
les adex ClOy premiers eandidats
baose Secon préatablement iss
ets juyqu'au 25 anvier 1a a
moliotrente, date a daquetle se-

rent Termes leg inseriptions qui

He oserant recues que si Je postu



Pont peta bh de une SUP Sr



tes ot seumet fo POopapisnie pes
deectnmenis affere cts:

Ty toe de nationalin® Wetien
neeet dpe de 2A a ft ans:

Qo Avotrepa cours te esate te
tudes secondaires classique jus
quan bacenlaureat Clere pat e)3

Sy Etre derentede Han i.e ame
Vane beole ate Comyue é recon
rue ot Justitie, d' une es rhoee
Cans En Coviptahd tn distaste,

dy Etre de bent ic et
moeurs,
les inscriptions serom recues

heomatin de S ho fa 4 P22 bo au
et Papras-nidi de Soho 4a
SOCIETE WREOQUIPEMEN i?
NATIONAL.

AVI5

On désire affermer ure oui
son dune valeur lecalive de 60
ow 60 dollars par mois, de pré-
(erence dans les hauly qute vers
iésidentiels de Port-au-Prines.

Svadresser A Mile St. Tours an
Rureau du Journal.

‘our la sante et
Ta beaute de
vos dents



St > > aD


(Suite de la

pidement avalé: cette .premiére
collation de la journée Vinditfe-
re, en effet, & inverse de la plu
part de ses concitoyens.

Son premier souci, dit-on, a
été de réclamer ses proches col-”
laborateurs, dont pas un, bien
entendu, ne se trouvait encore ih
la Maison Blanche. M .Nixon a
passé lea premiéres heures de se
présidence & se pencher sur des
dossiers en attendant de s’entre-
tenir avec son conseiller de poli-
tique étrangére, M. Henry Kissin
ger, en prévis‘on de la réunion du



Conseil National de Sécurité qu’il .

a convoqué pour le début de l’a-
pres midi. .

Le Chet de ’Exécutif s'est en-
suite. rendu dans le grand salon
est de la Maison Blanche pour
serrer la main‘:de quelque 1.500
fidéles du parti avant d’assister
a la prestation de serment des
membres de son entourage immé
diat, Celle des membres du Cabi-
net aura lieu mérecredi.

Un entreiien avec le Général
Earle Wheeler, Chef de ]'Etat -
Majo- Inter - armes, figurait é-
galement au programme de cette
premiére journée déji loqurde -
ment chargée.

Recevant un petit groupe de
photoeravhes et de journalistes
dans le bureau présidentiel, pour
le cliché treditionnel. M. Nixon
a livré quelques nouveaux as -
pects de sa personnalité..

Controlez le cycle
périodique avec
Cyclotest

Voici une découverte de la scien
ce allemande qui est tres utile
avy femmes. ID s’awit du- THER
MOMETRE VAGINAL CYCLO-
TiS qui selon’le degré de la
température indigoue AVEC PRE
CISION ET SANS ERREUR la
période de fécondité ou de .l’ovu

_ tation ou la période de stérilité.

Grice au THERMOMETRE
VAGINAL CYCLOTEST qui est
infailtible, la femme peut mainte
nant elle-méme contréler son cy-
cle menst uel et ne plus laisser
ce voin a la fantaisie du hasard.
le THERMOMETRE CYCLO-
TEST ne comporte pas les incon
vénients et les risques de dangers
des pilules anticonceptionnellles
et on s’en sert facilement. De-
mandez pratuvtement une docu-
mentation CYCLOTEST A votre
pharmacien.

CYCLOTEST est en vente dans
toutes les bonnes Pharmacies.

JOSEPH C. VALME & CO

. DISTRIBUTEURS.

Remerciements

Mime Vve. J. W. Breedlove -et
ses enfants remefcient bien since
rement tous les amis d’Haiti et
de VEtranger pour les temoigna
gea de sympathie dont ils avaient
bien voulu les entourer a l'’occa-
sion du déces de leur trés regret
té

JOHN WILLIAM
BREEDLOVE

survenu le 13 Janvier’ 1969, et
leur adressent l’assurance de leur
profonde gratitude.

P-au-Pee. 20 Janvier 1969

2eme page)

A Vinverse de ses prédéees -
seurs 1mmeatats, le nouveau Pré
sident n’utilisera le bureau ovale
que pour des occasions ofricielles
et s’est réservé une salle de tra-
vail isolée dans l’Executive Offi-
ce Building — Vaile de la Maison
Blanche qui fut autrefois Je sié-
ge du Département d’Etat — ou
il compte se réfugier toutes les
fois qu'il. voudra, selon sa- propre
exp.ession, ecopite: sérieuse-
mentx.

Complet gris foncé et cravate
grise ,M. Nixon tient sa cour~ Au
milieu de la piéce froide et nue,
dépourvue de tout vestige du pas
sage de Lyndon Johnson.

Contrairement 4 ce dernier, il
affectionne particuliérement les
habitudes réguliéres: couché vers
minuit, levé vers 7 h, il compte
s’organiser de facon a entamer
ses conférences auotidiennes avec
son entourage dés 9 h. ou 10 h.
au plus tard.

M. Nixon a déja fait retire:
les télétypes d’agences et les
trois postes de télévision qui ¢ -
taient la passion de M. Johnsen.
Il compte, pour se tenir av cou-
rant de l’actualité et de l’opinion
publiqye, sur les revues de’ pres-
ge concises, rédigées par les soins
de ses adjoints. f

Le portrait, de Franklin Raose-
velt qui trénait au - dessus de
la cheminée a disparu au profit
d'un portrai; de George Was_
hingtou. La volumineuse table de
travail rectangulaire et le fau-
teuil a bascule de M. Johnson ont
pris le méme chemin que le ta -
bleau.

Cette table de travail a été
remplaceé par un bureau style
fin de siécle, de bois foncé lour-
dement travaillé, qui avait ap
partenu 4 Woodrow Wilson —

pour lequel M. Nixon professe-

une adm'ration sans Lornes, au
point qu'il se comnlait 4 souli -
wner qu’une des citations de son
discours dinvestiture, lundi,



(Peace that comes with healing
in ss wings —la paix qui vient
porteuse de guérison sur ses ai-
les) est extraite d'un discours
prononcé par le Président au lea
demain de la premiére ‘© guer-e
mondiale.

“XX X
EXPLOSION D'UNE FUSEE
POSEIDON

CAP KENNEDY (Floride) AFP

Une fusée Poseidon et d'un vy-
pe nouveau a ogives mu tip es &
explosé presqu’inmédiarement
aprés son lancement a Cap Ken-
nedy. ‘

i s'agivsnit du_ troisiéme essai
de ce projeciile de la ma ine, a
partir d'une installation au ral,
Les deux premiers s'étaient ef :
fectués normalement.

xx x
‘ .

LE PROCES DE CLAY SHAW,

LA. NOUVELE ‘ORLEANS —
(Louisiane —AFP —

Le procts de M. Clay Shaw, 56
ans, Vhomme d’affaires - accusé
par M. Jim Garrison, procureur
de la Nouvelle Orléans, -d’s'voir
participé & un complot contre la
vie du Président John Kentiedy.
s’est ouvert, mardi matin, @ la
Criminal District. Court, sotis: la
présidence du juge Edward Hag-
gerty.

Avant de’ passer a linterrage-
toice des témoins, la Cour “doit.
procéder & la constitution du Ju
ry. Cette phase dg la procédure y
pourrait occuper quatre ou ‘cing
audiences, 169 pe-sonnes ont été
convonuées par le Juge a certe
fin. Par une étrange coincidence,
le premier candidat juré appelé,
ma di matin, par M. Haggerty ré -
pondait a unom de John Kenne-
dy.

M. Jim Garrisson n’a. pas assi<
té A la ptremiére ‘audience. L'aecu
sation sera représentée au pro-
cés Shaw par M. James Alcock.
adioint uy Prosureur de la Nou
velle Orléans.

ry

-Recettes Simples

de Cuisine Haitienne

Par Niniche

A

AUBERGINES EN PEAU,
FARCIES.— Fendre les auberg:-
nes en deux dans Je sens de la
longueus, sans les @plucher. ‘Les
mettre hk cuire au 3/4 dans de
Veau bouillante salée, Les égout-
ter, retirer une partie de linte-
rieur et méler cette chair a une
faree frite de resteg de viande,

: xx

AUBERGINES EN PEAU,
FARCIES AU FROMAGE.—

Prendre une belle aubergine
pour 2 convives. Nt pas les pe_
ler, Les couper dans le sens de
la longueus de la pointe a fa

" queue, Les jeter quelques minutes

dans l'eau bouillante. Les cuire
aux 3/4 pour ne pas abimer la
peau. Une fois cuite & point, les
retirer et les égoutter avec ‘Vécu

moire. Enlever les chairs a a.

cuillére. Faire revenir ces chairs
dans du beurre chaud avec oj -

ey de Ia mie de pain trempée

Ge jambon, de perstl hachés Rem

plir les moités avee cette p épe
ration, Saupoudrer de chapelu-
re, parsemer de morceauxx de
beurre et faire gratiner au four
pendant une 1/2 heure. Cette mé
me préparation peut aller dans
un pyrex creux en enlevant les
peaux.

dans du la{t. Ajouter 2 cuillerées
i soupe de Béchamel. Sale-, poi-
vrer, laisser cuire. Retirer la cas
serole du feu; ajouter en tour -
nant un ocuf entier battu en +-
melette et 3 cuiller-es de gruyére
rapé. Bien mélanger. En ga-mr
les aubergines creusées, Saupou-
drer de fromage rapé, de chap.
lure, de quelques noisettes, de
beurre, mettre & four chaud 10 &
15 minutes dans un pyrex beu -
ré,

(A suivre)









PAGE 4



Le Coin de
la Femme

yo} -ANDE MONTAS

MODELISTIE
De PARIS iT

DIPLOMUMTS
DES

RAVISSANTES CREATIONS

© de vous shyeere quelques idées, qui
choi-
de vcurnaval.
Vai puis larwemen, dang le fol

Pourent) vous servir pour
sitovetre coscume
Klore international si
idevs, 7 |

riche

Voici No. 1. Ipspiré du boubou
servirn
est,
un’
plutét
sombres ici, ct la dessin est gvo-

conolais, cette
de robe cocktail comme
et de costume, porié¢e
pantalon, les coloris sont

robe qui
cHe
sur

métrique.



No. 2. Un

coscume

ue.

Meh Oo



Nasu.
Latine ees, une peruvienne, tres
fanlaisic, robe a pois geants, mul
tigolercs, mianches en dentelle, et
hanche en mousseline cerise, j’ai
supprimé la Jaine a cause de la
chaleur,

Tnspice de



Le Président

Johnson prend congé

(Suite)
forts inentamés tout
mon
HUNS Que
ecut fixes,

-Sincerement,
Lyndon 8. JOHNSON»

et

nas eux

L/orivinal de cette lettre, revé-
tu de la signature du Président
Johnson avec Jes annexes annon-
cées sera envoyé a l’Ambassade
par la vote diplomatique et je ie
transmettral a Votre Excellence

des réeeption.
de prends occasion

:idération la plus
“plus distinguée,,
Claude G. ROSS
Ambassadeur Américain
FOOTBALL
AU STADE

LA COUPE PRADEL

Le vendred) 24 Janvier & 7 h
tour de
chammionnat de la Coupe Pradel

pm. débute Je premier

avee Je match

Racard) —— Txcelsior

Samed) 25 Janvier : Vielory—
Recing

Mardi 28 Janvier : Violette —
Poaile

Vendredi” 31 Janvier +: Aigle-
Noir --~ Don Boseo.

Cette série permettra d’appré-
. des huit
clubs de la Division Nationale.

cies da prénaration

Tés Sandales «APOT TOs

Y Wen commu Maxan

; Adresse Rue
Mars No. 82,

DE
WrATS-
UNIS VOUS PRESENTE TROIS

t



persan,
tres Jumineux en lameé or et oran
ge, le pancalon est en gaze oran

Amérique

comme
allachement aux buts com-
peuples se

de. l’envoi
de ce message & son haut desti-
nataire pour renouveler & Votre
Excellence assurance de ma con
haute et la

SYLVIO CATOR

son
lévent rapidement; le Cordonnier
MERAN tra-

vaille jour et nuit dans Je but de
| satisfaire son enviable clientéle.
du Champ de

AU FIL DES JOURS...

(suite)

fin aves do petite podmon du 160
Io ot 170 Sidsele ot lo tour de
chant de Plorre Liotdé, Cos potnius
Stalont de humour, nussl
fort que le Whisky, des mots
Wesprit: aussi pétillants que le
champagne dans lesquelsy ta fem-
me était le plus seuvent — atta-
queéo,

Pierre Lioté montra dans son
tour de chonts de Madeleine
que sur ln seéne dans Les oeufs
de VAutruche de Roussin dans
lequel il supporta tout le poids
ecrasant du réle du Pére Barjus.

Présenté brillamment par Ma-
deleine Ganne, il interpréta
sRevenirs comme message, com-
me une promesse, avec de l'af-
fection dans une voix mélodieu-
se. 2] continau avev Sur
Yous Jes Chemins du Monde
et Lorsque Je Soleil descend.

Le jeune pianiste Paul Fougy -

était remarquable dans son = ac-
compagnement, .
La soirée qui se déroula en

des adieux émouvants fut si deé-

licieuse que le Consul et Mme
Jean-Picrre Le Grand et leur
fils, et Mme Mary He-
wins, se joignant a Pierre

Lioté et & Francoise Théau, — a
Jacgaeline Rosay et & Jean Léon
Destiné ne voulurent pas la voir
se turminer.
‘Jacqueline, Pierre et Jean-
Pierre jouaient aux bons mots,
apres avoir fait la ronde sur la
piste dans les derniers morccaux
d’Alfred Dorlette et Jacqueline

fit son tour de chants pour le

petit groupe.

NOS VISITEURS .
Dimanche soir) ont repris

Vavion pour Santo Domingo

Vingénicur chimiste Nemesio de
la» Puente, sa charmante femme
Yolanda Maria, ses ravissantes
filles Yolanda Crist'na et Car-
men Beatriz. .

Liingénteur chimiste Nemesio
de la Puente est de Santa Fe,
Argentine. * .

Tl est depuis année derniére
engagé dans le programme de
Agence Interaméricaine de Dé-

veloppement (AID) a Santo
Domingo.

Son contrat prendra fin en
mars prochain.

Cristina est professeur dans

une école secondaire A Santa Fe
et Carmen enseigne dans une
école maternelle, Elles sont ar-
rivées A Santo Domingo le 19
Décembre pour pasger deux mois
avec leurs parents. ;

La fam lle de la Puente qui
était descerndue au Grand Hétel
Oloffson a été charmée par notre
pays. .

Cristina, Carmen aussi bien
que jeur mere Yolanda se sont
rcvelées samedi soir & I'Uloffson
d’exvellentes danscuses.

...Nous avons rencontré sa-
medi soir & la Bamboche Créo-
le du Grand Hétel Oloffson, Mlle
Jacqueline Rosay, jol.e frangai-
ge dc New York, Elle était avec
notre céleébre compatriote, le
grand danseur Jean: Léon Desti-
né arrivé la semaine derniére.

Jacqueline est pétillants com
me toute francaise ben culti-
vee, .

Elle enseigne frangais it
Rutgers University. C'est aussi
une grande danseuse. Eile passe
f jours a’ Ja Villa Creole,

~ Hier soir, netre capt vante
woe, Mie Eva Meinherp a ae.
cueili a Vaeroport sa ravirsante
amie, Mile Bette Ro Gepfrich,
hotesse de bord de National Aor.
Vines 2 Fort Lauderdale, lor
de. Elle étudie Panthropologie a

le

Florida Atlantic University de
Boca -- Raton ot elle prepare
son Master.

Bette est une danseuse épa-
tante. Elle passe trois jours i ta
Villa Quisqueya. :

...Mardi sont arrivés a Poit-
nu-Prince, M. George Rennie
Bryant ,«Travel Editors de To-

ronto Star cl My Boris Spremo,
photographe du cméeme — journal
Chnarken. Ils ont éte accuelllis
par M. Brun Gandy de VOffice
Natunal duo Tourisme. Descen-
dus a MN) Rancho ils passent trois
jours en Haiti,

Cette equipe du Toronto ‘Star
Venue pour un reportage sur
Haiti v ¢té regue hier matin par
M. Ramah Théodore, Directeur
Général Adjoint de l’Office Na-
tional du Tourisme et de Ja Pro-



Arrivée de
Jean Gousse

- Ditmanche est arvivé au pay.
apres trois ans et demi d’absen_
ce notre compairiote Jean Gous
se résidant a New York. A sa
descente davion if était yétuo en
Clergy-man et porcait des décora
tions magonniques.

Jean Gousse a voyagé expressé
ment pour représente, au Convent
Macgonique 1960 Ja Loge Haitien
nea New York dont il est un
dignitaire. Uo a été regu a VAéro
port par le Grand Myitre Carnot
Adrien, pa; des parents e, de
nombreux amis. Gousse qui est
Vice-Président du Comité d’Ac
tion Sociale du Grand-Orient &

N-York est l’objet de l'attention la

plus sbutenue de ses amis ici.
Il passe quinze jours au pays,
apres quai i! retourne & New -
York. Nos voeux de hon séjour
Vaccompagnent.



L’absence de
(Suite)
tro's dirigeants soviétiques scm-
blaient devoir imposer son re-
tour & Moscou.
xxx

Aleenw ee matin io Varcivee
des quatre eosmonaul’, sur un
aéreport de Moscou, M. Alexis
Kasey pn €hef du Gouverne
ment Soe cue, Pétait également
eet apres nid: a Vouverture au
Krenvin d'un meeting triomphal
auquel participent tous les au-
tres dirigeants soviétiques, et
6.000 spectateurs.

Le sentiment es, que M. Kas
syguine est malade, et assez seé-
rieusement pour ne pag pouvoir
se a*placer, importance de Vé,
vénement Vaurait. en effet con.
trait d’interrompre d’éventuel
Jes vacances et on exclut géné-
ralement une: absence de carac
tére politique.

motion,

1M. Gunter Honrich Horne,
Représontant de Western Export

A Now York ost arrvivé en com-
pagnie de la JoWe Mule Patri-
cin) Posta, Seerétatre dang la
Grande Ville +

Gunther a été aceueilli par M..

Edouard Gaetjeen, Agent do la
Western Export en Haiti, :

..Nos sympathiques amis ca-
nadiens Paul Normandin et Jean
Paul Patenaude sont de retour
dans leur pays d‘adeption, Hai-
ti.

Ils ont débarqué hier soir du
Vol 7435 de la Pan Am venant
de Montréal via Miami et Kings-
ton.

Par le méme Vol est arrivée
Mme Jeanne Levesque ¢yale-
ment du Canada,

..Mmes Juanita Troy, Lucille

Elsbernd et Rolanda Whiting
dont les maris sont des officiels
de l'Ambassade América'ne it
Santo Domingo sont venues pas-
ser deux jours en Haiti avant le
changement d’horaire de la lan
Am.
...Hier soir sont arrivées & Port-
au-Prince, Mme Rose Marilyn
Irank et Mme LaRue Henry, de
Dallas Texas. Elles ont pris lo-
gement a El Rancho ot elles pas
sent trois ou quatre jours.

Mme Rose Marilyn Frank, ¢i-
mable, charmante, est chargé«
de -Public Relations pour la Fui-
re annuelle du Texas & Dallas.

Mme LaRue Henry, jeune ct
Helle, travaille au burenu de la
Pan American 4 Dalles.

«LB ROUVELLISTEy

L’Infarctus du...

‘(Suite)

Sud que chez VHaltien.

Si Vinfaretus duo myocarde est
rare dei, il n’un garde pas moins
son caractore de gravité excep-
tionnelle, ot il est nécesanire dec
stvoly co qu'il faut faire en cas
de evise cardiaque. Tout individu
de plus de quarante ans qui pré
sente une douleur thoracique ai-
gue aprés un ¢éffort, et qui se
sent défaillir doit étre immédia-
fement mis au repos complet en
attendant que le médecin, appelé
de suite & son chevet, puisse pren
-dre soin de lui,:La possibilite
d'un infarctus ‘doit @tre présente
& Vesprit, surtout s'il s’agit d'un
hypertendu, d’un diabétique, d'un
grand fumeur.

Si cette hypothése se trouve
confirmée, le drame se joue par-
ticuliérement dans les premieres
heures et les premiers jours qui
suivent l’accident. C'est. pourquoi
actuellement, dans les hépitaux
qui le peuvent, une salle de soins
intensifs est aménagée et équi-
pée a cet effet pour recevoir en
urgence les malades de ce genre.
Les complications sont alors dé-
tectées rapidement, et combat-
tues immédiatement par des .me-
sures adéquates.

En labsence d’une perreille or-
ganisation, il est bon de retenir
que le repos absolu au lit, sans
bouger, est obligatoire durant les
premiéres semaines de la maia-
die. Ensuite le malade peut, a-
prés trois mois de grand repos
reprendre progressivement sa vie

Nous les avons rencontrées cet - normale vt ses activités profes-

aprés midi au Sans Souci com-
me elles faisaient. un tour dans
la villa +

Nous leur souhaitons un agrés

ble séjour en Haiti.
xX xX
DIVERS

..dean Léon Destiné, le prand
artiste haitien a été si vivement
impressionve par le cours de # .
ses. de Lav.nia Williams Yar-
borough et des progres de
ses Cleves qu'il s’est spontand-
ment offert pour présenter jin
«Master Class» cet apres-midi,
aux ¢leves de Lavinia el de Mme
Lina Mathon Blanchet qui a été
‘son professeur de danse.

Jean Léon Destiné lour tera
un cours sur la techn’que de la
danse folklorique ect leur ensei-
gnera quelques mouvements cho-
régraphiques,

sionnelles, S’il se dessine une ten
dance muderne pour: raccourcir
Ia période de repos, elle ne con-
eerne point les premiers temps ot
le malade -doit @tre ‘réellement
clué & son lit pour avoir -toutes
les chances d’en sortir vivant.
Apres une crise cardiaque, Vin
dividu n’a pas besoin de garder
une mentalité de diminué. Des
branches collatérales de ses arté
res coronaires se forment pour
permettre Virrigation ect Voxygé-
nation du muscle cardiaque, dont
le fonetionneément redevient qua-
si - normal. L’attitude psychelo-
gique doit refléter a nouveau la
contiance dans l'état du coeur
et Ventourage peut beaucoup ai-
der le convalescent a reprendre
gott a la vie. Liidee d'une re-
chute possible ne doit pas han-
ter toute la famille. et wacher imu





L’ Actualité Internationale

LA POPULATION MONDIA-
LE A PRATIQUEMENT
DOUBLE

GENEVE (AFP).

1.860 millions
1920, 3.555 mitlions
la population mondiale a prati-
quement doublé au cours des
cmquante derniéres anrices et
VAs.e ot vit 565 pour cent de
Vhumanité, a contribué pour
pius de la moitié a cet accrois-
sement,

Lene est la principale consta-
tation soulignée dans lannuaire
des stat stiques du travail putlic
par le Bureau International du
Travail CBET), qui estime d’au-
tre part que cette expansion
prendra allure Wuae explosion
démographique au cours des pro-
chaines déecenn.es et, qu’au ryth-
me d'acero ssement actuel, il y
aura plus de six milliards d’étres
humains en lan 2.000,

Dressant le bilan de l'évolu-
lion de lu situation des travail-
leurs dans le monde depuis 1919,
le BLT. soul gne — netaniment
que : — plus de la moitic¢ de la
population active mondiale —
travaille encore dans Vapricultu-
re, bien que importance nume-
rique de cette branche d'act.vite
ait’ considéerablement = diminué
dans les pays indutrialisés, L’ex-
pansion ceconomique pvencrale des
pays industrialisés depuis la fin
de la seconde guerre mondiale
s'est. traduile par une croissance
continue ct souvent importante
du niveau de vie.

Pour le BA.T., le
social des travailleurs
pays industr.alists,
cipalement en Europe et en A-
mérique du Nord, est surtout
certain si Jon tient compte — de
Vameloration générale de la
sécurité sociale et des cond.tions
de travail. En revanche, dans les
pays en voie de développement
en Afrique, en Amérique Latine
et en Asie, il est clair que Pa-
mélioration des conditions de vie
des travailleurs, comparée a celle
des pays industrialisés, est fai-
ble. Dang bien des cas, ajoute le
B.A.T. on constate méme, au
cours des vingt derniéres ances,
une ageravatian du chémage, un
sous emploi ¢tendu, une inflation
considerable et une baisse des
salaires reels,

x XX
LA GREVE DES DOCKERS
AUX USA
WASHINGTON (AFP)

La greve des dockers améri-
eains de Ja cole Atlantique et du

Whabitants en
en 1966:

progres
dans les
situés prin-

golfe ‘du Mexique entre mardi
dans son deuxiéme mois. Elle

risque d’étra la plus longue de
Vhistoire des Efats-Unis et elle
a déjA causé une perte seche de
500 millions de dollars au com-
merce extérieur du pays.

375 bateaux sont bloqués dans
Jes ports, dont 125 & New-York.
Les chances d’un réglement ra-
pide du conflit apparaissent
mineces aux observateeurs et
Von ne voit guére comment la
nouvelle administration pourrait
le résoudre. :

Le seul élément positif inter-
venu depuis le début de la ereve,
Je 20 décembre dernier, est Vac-
cord réals¢, il y a une dizaine
de jours entre le syndicat des
dockers et la shipping new-
yorkais sur les termes 9 d’un
nouveru contrat de travail, Cet
accord, valuable pour trois ans,
prévoit une augmentation horai-

re de 1,60 dotlar en salaire et
indemnités diverses. Mais cela
n’a pas entrainé la reprise du
travail & New-York. Le méme

contrat doit, en effet, @tre néro-
cié séparément dans chacun des
ports avant d’étre soumis A |‘ap-
probation des dockers. Et on

prevoit de grandes difficultés.

La seule chose que pu sse
faire la nouvelle administration
est de proposer au congres une
législation imposant un arbitrage
obligatoire pour mettre fin au
vontlit. Mais ce processus |égis-
latif risque d‘étre encore plus
long que la négociation engagée.
il est douteux que le gouver-
nement y aura recours.

La plus longue préeve des
dockers, début 1965, avait duré
de 34 a 70 jours, selon les ports,

et avait cotté environ un mil-
liard de dollars A Véconomic a-
méricaine,

Nouvelles
religieuses

Le Révérend Jacques Block a
repris les travaux d’achevement
de Véglise Paro ssiale St- Gabriel
de Luscahobas. Le brave Curé a
commencé en méme temps le
transport des matériaux pour la

coustruction d’une école — de
Socur. Nous le félticitons.
xX X
Cette annece, la retraite — an-

nuclie des Prétres du Cap-llaitien
a c¢té prechée pour la premiére

fos par oun Carme, Je reverend
Pers Klysé Roubenne, O.C.D.
x xX xX
Le diocese du Cap-Haitien

vient ‘de publier un bulletin qui
a pour titre «Notre Dioceses. Le
humero 1 comporte un sommaire
assez riche ,
«Mettons-nous en
Jiceques Mitchell, C. S.C. «Le
Chiro» par le Pere Raphael
Brung «Quanaminthe, un pano-
rema par le Réy. Pere Jean
Morin, O,M.I. «Le réle de Vin-
firmiére dans I’Eylises par’ Mile
Janneite Moise, une infirmiére,
sInondation au Cap et dévoue
‘ment des Jeunes» par Testi, ete.
Nous félicitons actif Archevé-
que KEvéque du Cap pour ce
magnifique travail et la par-
ticipation du laicat dans lEgiise.
x x x

A partir du jeudi, commence:
ra la neuvaine préparato're a la
féte de St- Jean Bosco i a
Cuapelle des Peres Salésiens. Le

route» = par

>

Riv. Pere Mésidor prend toutes
les dispositions pour la réussite
de cette féte.

xX xX xX ‘

Le dimanche 12 janvier a eu
lieu A ta Cathédrale du Cap-
Hla tien Vinstallation du nouveau
Curé de la Paroisse, le Chanoine
Klima Eugene par son Exeellen-
«ce Monseigneur Archevéque du
Cap. Un grand nombre de
prétres, religicux et religieuses,
de fideles ont assisté.A la cé--
rémonic religieuse.

i

Communiqué du
Grand Orient @’Haiti

Le Grand Orient d’Haiti a le
plaisir d’annoncer aux fréres ma
cons répandus sur toute l’étenduc
de l’Obédience que le différend
qui existait entre lui et la Res-
pectable Loge L’Amitié des Fre-
res Réunis No 1 & propos du lo-
cal logeant son Temple cl ses
Bureaux u cessé d’exisler
suite dun -acte dfiment notarié
passé entre son Grand Maitre,
son Grand Secrétnire et le Véné
rable de L’Amitié réguliarement
mandaté par son Atelier.

En cons¢quence les fréres qui
veulent, enfrer en rapport avec le
Grand Sedrétariat du Grand O-
rient d’HaXti le feront au local
sis A la Rue du Magasin de l'h
tat,

Orient de Port-au-Prince le 22
Janvier 1969,

Carnot ADRIEN
Grand Maitre.



par.

tiloment Vexjstence de chacun du
Bes membres,

Cependant, certaines régles de
conduite seront plutot béneriques
aprds une atlaque = cardiaque 7
surveiller son poids, éviter une
alimentation trop riche en sucre,
en graisse, la consommation des
oeuts, coquillages, . des organes
d’animaux pour éviter une mon-
tée de cholestérol, ne pas abuser
de Valeool et supprimer les ciga-
rettes.

‘A vrai dire, ces conseils en

grande partie s’adressent aussi
aux autres, & ceux la dont je
coeur continue de faire montre

de régularité, et de vigueur; car
la machine humaine pour sonc-
tionner normulement doit étre
bien entreteriue, soignée et trai-
tée avec modération. Le fait de
savoir que l’infarctus du myocar
de n’est pas. fréquent chez nous,
ne nous autorise point & surest:-
mer les performances
coeur. Aprés quarante ans l’orga
nisme doit étre ménagé. Les chi-
rurgiens remplacent les coeurs
ou autres organes malade, il est
vrai, mais il faudra beaucoup de
temps avant qu’ils arrivent a Je
faire en. toute sécurité et de fa-
gon courante. D’ici la les cher-
cheurs, de leur cété, auronl peut

étre découvert la cause de l’arté-
riosclérose et par ainsi éliminé

les risques majeurs d’infarctus.
Drs Arry BORDES
et Gérard PIERRE



-.Francis Huster et
lonesco

(Suite)
CHAISES, VICTIME DU DE-
VOIR, LA TASSK DE CAFE,
“JACQUES OU LA SOUMIS.

SION, L'IMPROMPTU DE L’AL
MA, LE NOUVEAU LOCATAI-
RE, LE TUEUR SANS GAGES,
LE RHINOCEROS Li ROI SE
MEURT.

Quelles sont les caractéristi-
ques du theatre de IONESCO ?

Leg personnages que LONES-
CO fait évoluer sont multiples.
C'est une psychologic de tous les
hommes quil étale sur la scene.
L’homme s‘ali¢ne, Il revient- une
fonction, un automate, un robot.

Liéducation luvin de mettre en
valeur les qualité, inhérentes &
chdcun cst un appareil de dressa
ge, de conditionhement.

La sotiété est une usine qui
fabrique des robotgy et Ia famille
ne pond que des ocufs. LIONES
CO arrive A une compétition de
Vabsurde manifesté extérieure_
ment. Des personnages comme
Schubert se présente comme un
symbole, symbole du remords en
vers Dieu, comme BERANGER
qui treprésente l’Homme avec
grand tl, cui est le Roi de Vhu
manité,

Selon [ONESCO, la crise ac-
tuelle est dans Homme, Nulle
idéoloyie n’est capable de décrui-
te les miséres de l’'Homme. C’est
la condition humaine qui gouver
ne la condition sociale.

Seule la Religiow et la Scien
ce peuvent, atténuer le poids de
cette lourde condition de Vhom-
me, j

Si IONESCO fut enthousiaste
dans la préparation d’un théatre
conforme & son génie, au point
de lTaneey chaque année une pie.
ce. Tl pawea longtempg a essayer



des éenecs retentissants et a con.

naitre les feux d’une critique im
pitoyable .Ce fut VAngleterre
qui fit justice au talent de LONES
CO et il connut le succes en
France & partir de VTIMPROMP
TU DE L'’ALMA. Ey son ami
Jacgues Muuclair lui fut d’une
aide précieuse dang la mise en
scene des perseonnages — qu’il
a créés, .

Audiberti fut le premier a ren
d-c hommage au talent, au pe-
nie @IONESCO ez depuis de nom’
b.cuses années, ses piéces ren
contrent Vadmiration des foules
non seulenmnt en France mais
aussi a letranger.

Grace a Francis Huster; le pu
blic a été satisfait de connaitre
par le detail Eugene IONESCO,
de’ saisir les caractéristiques de
son théatre et de comprendre les
pe:sonnages quil a deja immor

talisés,
Loin de nous ¢«conditionners,
eetle vontérence instructive a

bien des égards nous permettra
Wappreécier ce soir ce chef-d’oeu

de notre’

MERORED! 22 JANVIBR 1969



LEglise en état de mission
| (Butte)

cagent tout, au nom de la croix
du Christ, et s¢ment un évangile
de chaine ot d’épéc, d’expropria-
tion et d’esclayage, de deuil et
de désolation, Ce sont dea chré-
tena, qui, assoitfés, de richesases
et de fortune adoptent l'étiquet-
te de missionnaires,

Ils réduisent pourtant 1'Eglise
& leur dimension individualiste
et inhumaine. Ces faits consti-
tuent un éGloquent démenti au
vrai visage que devrait présenter
Eglise en état de mission. Au
moyen-Age, ’h cété du luxe des
barons, transformés en prélats,
il y avait la pauvreté abjecte
des serfs. Tout était permis com
me si ela fin justifiait les mo-
yens». Cependant la fraternité
chrétienne était trés poussée et
la vie tournait autour de lautel:
vrai témoignage chrétien. A cdté
du faste des sanctuaires il y a-
vait la masse ignorante des laics
qui se contentait des miettes tom
bées parfois de la table de feur
maitre. A cété du faste des pres-
bytéres pullulaient ca et 1A des
taudis infestes et surpeuplés ou
vivaient des nus et des sous-all-
mentés. Autant de contrastes a
la véracité de la Commission Di-
vine. Autour de cet édifice con-
sacré au Dieu d’Amour s’étalent
des taudis en filigrane habités
par les fréres du Christ des hum
bles, pour le simple plaisir d’é-
tre révérencieux 4 l’endroit de
ce Christ qui a dit : toutes les
fois que vous avez fait ces chv-
ses a l'un de ces plus petits de
mes fréres, c’est A moi que vous
les avez faites». (Mat. 25:40).

Avouons que la communauté
chrétienne a fait’fausge route.
Avouons que l’Felise a oublié que
sau mission est de vivre plutét
que didéaliser. De vivre avec le
Christ dans la réalité des temps,
de répondre aux impératifs de



Vheure au lieu de s’associer au
conformisme, Nous vivons dans
Vaujourd’hui de Dieu avec un
Remerciements
a
M. et Mme Faidberbe MM.

CHARLES et leurs enfants; M.
cet-Mme Métellus M. CHARLES
et leur, enfants; M. et Mme
Francois M. CHARLES et leurs
enfants; M. et Mme Gaspard
GARGON et leurs enfan's; M.
et Mme Raymond CHARLES et
leurs enfants; M. et Mme Miche
lee JOSEPH e¢ iears enfants; M.
et Mme Marcel BORGELLA et
leurs enfants; Mme Régina JU-
LES et Mme Yve. Bertrand
PIERRE - LOUIS; M. Jacques
JEAN _ GILLES; Miles Nicole et
Roselene CHARLES; M. et .Mine
Tertulien JOSEPH et leurs en-
fants; M. et Mme Price JOSEPH
et leurs enfants; M. et Mme Dor
vilus OSIAS et leurs enfants; M.
et Mme René MATHIEU et leurs
enfants; M. et Mnié Jean Bapts
te PIERRE - LOUIS et leurs en-
fants; M. et Mme Berthus PIEK
RE-LOUIS et leurg enfants; -MM
Alphonse et XERCE CHARLES;
Mmes Florina et Rosella CHAR
“LES; M. et Mme Francois JU-
LES et leurs enfants.

Les familleg Charles, Jules,
Mathieu, Gargon, St. Pierre, Jo.
seph, Dagobert Jean-Gilles, Jas
min, Borgella, Osias, Pierre -
Louis remercient bien — sinctre-
ment S. E. le Président & Vie de
“at République et Madame Franw
gois DUVALIBR, S. EL le Seere.
taire dEtat des Financeg et des
affaires Economiques Me. Clovis
M, Deésinor; 8S. kb. le Secrétaire
d’Etat des Affaires Sociales Me.
Max A. Antoine; Le Président
de ola Chambre Leéyislative et
Mme Ulrick Saint - Louis; Les
Députés Lue Séna‘us, Keresus
Conze et Félix, Baillergeau; le
Leader Zucharie Delva et les
menipres de su familles Le Pre
fet du Qap-Haitien ey Mme Emi-
le Auguste; Le Préfet du Limbé
Ale. Armand Ubas; Le Président
et feg Juges a la Cour d’Appe!
du Cap — Haitien; Le Comman-
dant et les Membres de la Fan
fare duo Département Militaire
du Nord; Le Comité Directeur
er le Corps des V. 8S. N.
Haitien; Le Commissaire du Gou
vernement pres le Tribunal Civil
du Cap.Haitien; YAdminstrateur
ct le Personnel de-la Morgue de
Vilopital JUSTINIEN du Cap -
Haitien; les Présidents? des Con
sells Communaux du Cap_Hai-
tien, de Plaisance, du Limbé et

vre de IONESCO «LE ROI SE de la Plaine du Nord; les R. R,
MEURT». ah PP, Poulhazan, Crespel, Pérard et
MALU. ~ Fresnay; La Congréyation des

Filtes de la Sagesse; Les Mem-

bres de la Contrérie du Rosaire

2 i PAcul du Nord; les Stations
Kemerciements . de Radiodiffusion: La Voix de la
Maitre Denevers © Dumervé, Révolution Duvaliériste, Radio -

Mr. le Vocteur et -Mme Vertot
Yumerve et famille, Melle. Junia
Dumerve, Mr. le Député, et Mme
Ernsyp Dumervé et. famille, Mr.
Max Touya ct Mme née Marie_
Yherese Dumervé et famille, Mr.
Je Doeteur cl Mme René V. Du-
mervé et famille, Mr. Bugéne
Dumervé, Mr. Louis Francis et
Mine née Claudette Dumervé et
famille, Mr. Edoua:d Dumerveé,
Mine Vee. Franek Thomas, née
Edeline Dumervé, Mlle Emma
Lebrun, les familles Dumervé,
“Dauphin, Thévenot, Touya, Ro-
bert, Francis et. Lebrun remer-
cient bien sincerement le Docteur
Constant Pierre Louis, Mr. Mau
tice Lubin, la Maison Henry M.
Arty ep Co, les quotidiens «Le
Nouvelliste» et «Le Jours, les
nombreux amis tant de la Capi-
tale. de la Provinee et de l’Etran
ger qui jeur ont témoigné leur
sympathie a loeeasion de la mort
de leur regretté

CONSTANTIN DUMERVE
ficre, onele, beau-frére et allié
enlevé a leur affection le Jeudi
2 Janvier &@ 8 bh. 30 p.m. et Jes
pricnt de trouver ici expression
de leur profonde gratitude.

F-auPee. le 18 Janvier 1969



Pharmacies assurant

le service cette nuit.
Mereredi 22 Janvier 1969
DU PEUPLE
Marché Salomon
ST JUDE
Rue Pavée

Haiti et la 4V. E. H.; Les Jour-
naux «Le SLPTENTRION»; et
«LE MATIN» ainsi que tots les
amis de la Capitale, des Provin,
ees et de l’Etravger qui leur ont
apporté le réconfort de leur sym’
pathie & T’oceasion du décés sur-
venu & VAcul du Noid, le ler
Janvier 1969, de leur trés regret
tée mére, belle - mére, soeur,
grand-mcre, tante, belle-soeur et
cousine
Mme Vve. MONDELUS

: CHARLES ,

née LUCE JULES
et les prient de croire en leurs
profonds sentiments de pracitude,

Acul-du-Nord,
ce 20 Janvier 1969



Mouvement du Port

La Shaw Steamship Co. LTD.
présente ses compliments A ses
aimables et fidéles clients et

prend plaisiy & leg informer que ¥

le M/V Koralle jaugeant. 1350
tonnes dans notre rade attendu
le 23 Janvier en cours, venant
de l'Honduras Britannique et le
M/V_ Jensable jaugeant 1150 to,
nes, attendu entre le 26 et le
30 du méme mois, venant de San
Juan, Puerto - Rico, prendront
tous deux du frét directement a
destination de New York. .

Pour tous renseignements,
veuillez vous adresser A l’Agent
local, André T. Tézan — Mai-
son du Canada — Appartement
No. 7 — Rond Point — Cité Du.

.marsais ESTIME.

du Cap .

Christ dynamique — qui invite a
Vaction positive. Pendant que
nous pensons A l’oecuménisme ou
blfong une minute les utoples et
faizong face A lu rénlité quoti-
dienne: Les orateurs de la deuxid
me assemblée générale du con-
seil des Eglises ont souligné avec
raison : qu'il n'y a pas d’oecu-
ménisme sans dimension mission
naire, Le but principal de l’assem
blée d’Evanston était de cher.
cher une parole commung d’dspé-
rance chrétienne en face des
grands«problémes de l’humanité.
Le théme de cette assemblée :
LE CHRIST, SEUL ESPOIR
DU MONDE. Un dernier exem--
ple est celui de Ia Conférence de
Stockholm qui se donnait pour
tache l'étude du réle de l’Eglise,
du point de vue des questions éen
nomiques et industrielles, des pro
blémes moraux et raciaux, des
relations internationales, de 1’é-
ducation -... etc.

Le theme adopté par le GOR;
oecuménisme et le Sous - Déve-
loppement «correspond a cette
conception missionnaire de l’oecu
ménisme. Autrement dit, notre
Eglise se doit de faire face ob-
jectivement. et comerétement aux
problémes soeio - économiques qui
se posent dans le monde actuel.
Elle a besoin d’individus respon-
sables, disposés & faire mentir
toutes les appréhensions pour tra
vailler & la concrétisation de tov
tes les espérances. Elle doit met-
tre en question la rigidité de sa
structure et écouter Papétre saint
Paul lui dire : «Elle doit &tre
Juif avee les Juit's, circonciv a-
vee les circonscis.C’est le moment

pour elle d’étendre ses bras d'a-

mour-aux humbles ¢t aux igno-
rants par une action caritative
de bon aloi. C'est aussi Je mo
ment of tous les chrétiens d’IHai-
ti doivent réaliser qu'ils se par-
tagent entre eux les vétements
du Christ et en conservent jalou-
sement les morceaux tandis que
d'autres fréres sont dans la nu-
dité. Le moment n’est plus aux

querelles et encore moins aux ré—

conciliations chimériques et déce
vantes. Ce qu’il nous faut c'est
une église*neuve et dynamique.
Ce renouvellement doit s’opérer
chez chaque baptisé, dans chaque
grouptment de chrétiens. Le Cen
tre oecuménique de Bossey, par
exemple, n’a point Panis com
me acquis le fait de réunir plu-
sieurs’ rameaux de l’Eglise © en
conférence. Il va plus loin, il va
dans la réalité des choses. Ils
passent a l’action. Des camps de
travail sont organisés a l’inten-
tion des jeunes un peu partout
dans le monde : Des_ dispenisai-
res & construire ou a restaurer.
Des écoles 4 réparer et A faire
fonctionner, L’équipe du Collége
Bird, par exemple, a entrepris
un travail de ce genre dans no-
tre milieu. Des masses A éduquer,
des paysans a émanciper : Voila
en partie la: mission de notre E-
glise.
Pére W. MILLIEN |
‘Egilise Eiseopale



Carnet Social

_Hier mardi 21 Janvier rame-

nait l’anniversaire de naissance

de la gentille Laurette Fortunat.
| Nous nous associons i ses pa-

rents et amis pour lui formuler

des voeux de santé et de bonheur.

Ad multos annos Laurette !



Avis Matrimonial

de soussign¢e Mme JUANIS
DISSINTYL nec Mériane Baliha
aur avise Je public en général et
Je Commerce en particulier que
J¢ Te suis responsable des actes
et actions de moh mari Mr. JUA
NIS DISSINATYL ce pour incom
patibility de caraetére. En atten
dant qu'une demande en divorcee
lui sore intentée.

(Grand - Bois)
Portuau-Prince 22—1—6y
Mme MERIANE BALTHAZAR
DISSINTYL

. Ce marché est concu

Projet de Marché |
aux Poissons

) : :
la réaultante’ gic exangue, fea.
composantes sont 1A, Bel et Bien
Vivanted: “L'intursection des deux
srandea voies de ciyculatior. avec
le port -primiti€ Done il faut ré

“habiliter Je: marché, CHANGER

LE PHENOMENSB SOCIAL,. ué
velopper - hatmonieugement, -ra-
Uonnellement. et. chumainément>
ce commerce. :
n suivant
Jes principes modernes de struc-
ture ; légéreté, préfsabrization;
standardisation, mudwation ct
rapidité d’exécution, .
Du _ point de vue: architectoni-
que, le-térrain a été déconges-

tionné et ine portion du plan
deau récupérée.
1) Un débareadére circulaire

ot les petits voiliers viennent dé-
barquer de la marchandise frai-
che, permettant ainsi une premi2
ve distribution aux petits ven-
deurs ambulants de s'approvision
ner.—

2) Le marché proprement dity
Circulations 4 double sens, orga-
nisées littéralement autour de
stands centralisés.— | .

3) Le hall principal d'entrée
avec chambres itroides, dépot,
freezers, permettant un approvi-
sionnement sir 4 n’importe quel-
le époque.— .

4) Des parkings pour (30) tren
te voitures et des jardins font du
complexe’ un ensemble harmo-
nieux rationnel et humain, Car
les potimons de verdure permet-
tent & Vagglomération de respi-
rer,

Pourventage de surface de ter-
rain construite : 41 pour eent.-

_H6tel de Ville, Port-au-Pee, oe
22 Janvier 1969. ‘
Gérard NAZAIRE
Ingénieur Municipal.
-Nu et approuvé ;
Georges J. FIGARO
Maire de Port-au-Prince: *



Jacqueline Chabrier, de la Cie J.

Gosselin; le public haitier est

unanime a saluer sou remarqua- -
ble talent.



Avis important
du Violette

Compte tenu du grand nombre
de billets in¥endus, le jancement
de la rafle ayant malheureusement
coincide avec les féte, de fin
dannée le Violette Athletic Club
se voit dans la penible obligation
de renvoyer definitivement lara
fle de da voiture DATSUN au
deuxieme tirayze de Fevrier de lu
Loterie de I'Etat Taitien,
P-au-Pee. ce 22 Janvier
Constant F. Auguste
Secrétaire J Tresorier.

ca



Convocation

Les Membres de lu Banque de
Sang Volontaire sunt convoqués
en Seance Exraordinaire le Jeudi
23 Janvier 1969 a G6 heures p.m.
au local de UEcole Saint Vincent
(Sister. Joan)

Des questions, tres importantes
yo seront disculées.

LE COMITE



Aux Ondes Sonores

(Mime GEORGETTE DUPLESSY)
ti Rue Macajoux, (Rue du Perpétuel Secours)
et de la Fontaine Mme Colo)

Performances
Reproductions
Interpretations

’

Légendaires,
phénoménales,
faisant epoqu,

Toutes Oeuvres,

‘Tous genres

Classique, +
Populaire,

Religieux,

Theatre,

Disques Educatiés,
Disques Scientifiques,

Chez vous, sans dépenses exagérées

VOYEZ LA MAISON AUN ONDES SONORES;'

LE DISOUAIRE DES M

a LR DISQUAIRE BIEN CONNU ° - \

IDE LA RUE

v
Le plus large choix

ELOMANIES



- AVERTIS,
MACAJOUX i

de Port-au-Prince.

WOQOSO MIO D III IIL IS LOIIILI II IIIS TIP MY,

Pour vos enfants, pour vous mémes et —

dans votre Foyer

Cultivez-vous, amusez-vous, renseignez-vous
LA DON MOHR SALES CO vous’ propose
des films court métrage de 8 mm. |
Sciences, Art, Histoire, Contes
Sur votre écran familial
Voyez DON MOHR SALES Co.






PAGE 1

' QUOTIDIEN LE PLUS ANCIEN D'HAITI FONDE EN 1896 Directeur': Administrateur : MAX CHAUVET L'lnf arctus du Myocarde est1 frquent chez nous? Par les Drs Ar):' R011DES & Grard PIERRE Cerlui11t 1 5 qut!~.;tions .sticnlif. nir anormal, doununl lnprc ::> ques n'int rcs S<•nt que h•s md c sion de palpitations irrl,(uli~res. l'ins; 111ais qu11nd il s'ng-it d'tre Les contrnctions du ventr1cul, , nl'sci1nti• su, ln l'rqucnee de l'in s ont faibles inefficiente-a el il fnrl'lu ., du myocarde dnns notre ~eut mme 'se produire une rup milieu, ous ,eux !il qui ont plus turc du muscle cardinque. C es tl,• qu111 j 11ntc uns voudraient pur diffrentes complications sont ln tager Ids informutions recueillie~. l'llUBC de ln mort subite qui, dan , .; L'inf.rctu s du 1nyocurde esl . certains eu~, termine rupiden1ent . un sujel sur lequt.'l tout le monl 'uttaque cardiaque . dP nimdrai! nvoir flp ..,; C"lnireisse Puisque l'int'arctU $ est une n1H mt•nts. laie grnve ~usceptible d'tre n:-.. C't•:--t unl• maluJi1. qui, nt•lrose que vl'nt nu:-~i tre utill's. 1'011 ap1f ' llc infnretu:-du n1yorar Di•s que l'on parle C' erisl' c•nr d, .Ils 'ignorent pus non plus diaque il vient nus,sitt il l'esprit t]lll' c'es l'nrtl•rio:--:1t:•rcY ,.;e qui. e,n e tout un l'hncun h• nom de.' pt durl'issn 1 t les urteres et en re. ..::onnes eonnul•s pour e n avoir l•ti• { I l l'b e "' t r pon victinws , ou cn('ore :-;l'n tre heu ~~ ;~;~~nlUe e~-~tt;'l 1 O ;:lusi: n. e~ai:;~ reuse111ent tires. C'r::-t se de tout , 1 \me nous a~tres mde munder si l'infaJ'l'lU s est ou p as d ns, ils ! n'en connais s ent pornl une muladie frquente chez noues. l, s "au, f, e xacte-a, ~t font interDes informations tariolo~ique., l' nir dt facteurs ~lYe'.s tels qu_e ont recueillies d a ns les Hpi l'hi•r&dit4, la const1tutwn ph:l'.s,taux suivants : Hpital de l'Uni qUl' ,la prs,•nre d'hypertem_1011 versit d'Etat 'Haiti, le Cana ,irtrielle, de goutte, de d1abete, p Vert, ]'Hpital Franais, St le genre de vie, l'habituded~ l a ~ranoi s de Sales et !'Hpital Al l'ignrette, Je manque d'exel'CJ <'P, bert Schweitzer de D esc hapelle s . 1 ,hysiques et le Stre ss. Sur un total de 19172 maladc 3 Les indidividus qui, en gnral, admis de UJG3 l\JGS au Canap s ont les plus susceptibles de pr Vert, St Franois et l'Asil " se nter un infarctus du myocarde, Franais il a trouv un nom de fain une crise cardiaque, hre total rle 30 cas.. prouvs d'in sont les hommt> s qui ont dpa,_. ,, . farctu s du mvucarde , . ., qui l'l la quarantaine, et les femmes aprsent e un p'oure nt age de il. ln pr(s Ja n 1 cnopause. pour cent, soit environ un 1 _c~l:-Lorsque s urvient un infaretlt'i ,, par G37 malades, avec une le~, l'orelusion de )'artre coronnl'e re prdominance pour le til ' XC provoque une di~1inut:<>nde ,ln masculin et la majorit des eu:; quantit_ de tiang neces'Sa1rc. a I ose situant chez le s individu,; g-~s ~ ygnation du mu~clc car?1aque, de 50 70 anti el appartenant et c'est ce phnomene qm. occa la classe aise. sionne, chez l'individu atteinL A )'Hpital de l'Universit 'E des douleur ,; au niveau de la pot tat d'Ha t i et ]'Hpital Alb ert trine, de l paule et _u bras gau Schweitzer le diagnostic d'infan c he avec une sensation de prE.; tus n'e'St pas non plus courant. s ion de constriction du thorax . Il sembl e donc que l'infarctus du Le malad e se sent littralement myocard e reprsente une maladiP 11 , ourir d'autant plus que la doutrs peu frquente chez nous. Le leur peul durer de I 2 heure .". rapport' annuel rl e bio stati s li; Dans la plupnrt des cas, )a que du partement de la Sant< douleur fuit suite un effort v10 . avait signal en 1949 la r a h•nt; mais il y u un~8i des infan : ret de ln malndi e coronarienm• tus 8 iJencicux, indolore ,; et _qu en Hati. De plu.,, nns une ~tu "" produisent uu repos et n~cm_<' de publi e au courant ,le ce tt< . ,l 'n ut rPs l]Ui Rimulenl une md1 ~me nnne , les D1 ~ D. , Gro 11n , ~Pnn et E. Hudicourt avaient '1:"~\:: 1 i'.1. fois )'infarctus im,tnlli•, eux aus i dmontr qu,• l'nrlfrios , d,•s romplirntioriA cx tr~memcnl rlrosc ror onui-ienne Rurvl'nnil ,i• rieuseR peuvent suryemr el 1'111 rleux fois plus .souvent . <'hez lt> porter Je malade de inon. drnm!' Noir amricain de ln Caroline , POPULO RUl\1 PHOGRESSIO,, et MANAF. VITAE de Leur" ::-:1in_ tt,t~ s .Jcnn XXIII et Paul V 1 Conu1w on s'.. 1 11 rend con11>tl . ! !_ Prsident Duvlllicr est alte11tif nux moindres dtail s c l'orgJJ _ n' sation .< rn,is se-3 bailienes chez qui les i:rou vernements passs ont voulu velopper un complexe 'infrior1t et qu'II J've de conduire 111•r fas et nefas vel", le plus huul destin de grandeur rt ,Ir J!loir , .'' Projet de March aux Poissons .Aclmi : 11 istra . t'iou Co111rnuuolc de Prirf . -r11r-Pri11cc JUSTIFICATION DU PROJET : Passent les sicles, les civili sations se renouvellent, et Ji.., phnomnes sociaux denieur c nt ill changs~( Dr F. DUVALIEI{ MEDAILLONS) La ville es t un phnomne rial. Avec toutes ses eompo s m1tes. Urbaniser c' ~s t prvoir :-. solutions pour attei nd •:e le loppement harmonieux , ratio:,11 , ! et humain des agglom~ratio1 ;, . 4:Les civilisations s e renot:v ,;. lent ... Boucaniers d'avan \ l'n; rive de Colomb ... Eaelaves nva!lt Dessalines ... Chevaux <, Bo0gies~ ... Voiture s ... Air Cono:l,tionn ... ~Les rivili sation s sP rl' llouvelllll , ... Supa Mar' ':ts . . Tlviaion ... Et le;, fa:ts ~0c ia ux demeurent ' li f::rut l~s r~nwncr au nivPau rie !a civ1iisatio11. Une ag-gfomratlun flo,, .: i: n tersection du Boulevard Hat'!''' Truman et de la route e C ' i sons, l a rnbis etc . ) se fait senti, depui s plus de deux ans l tion d'un March Modern e au., Poi s on s. Car la voie rl'i •.1 trouve un port naturel. Du point de vue rba1ro, pen ser rlplaccr ' 0 mmchi derai, unr gravP Pt rl' ~ •l'. C::r al >; :.:.; 'i;1r (Suife page 4 Col. 8) Al'IS 2 SUICIDES PAR LE FEU La crise Tchcoslovaq~e au 1er. rang de l'actalit l'AR!S (AFPJ Li! suicide pur le feu c l'lu cliant Palach ' et e l'ouvrier lllavuly remet la nise tchcos lovaque au premier rang de l'actualit, non . seulement en raison de ses rpercussions loca il•B, mais par la rapparition, 1111 sein du 1nouvement. communistt• international, de divergences qui avuient tant bien que 111111 aplnics. Prngue attenlient les appels. Aprs le pisiclent Svoboda, M, Cernik. d1ef u gouvcrnemen'J; frnl, a soulign ln grnvit de la siLua l ion et exhort la population . a soutenir le parti et le gov, J' n1 ~ m ~ nL Le ditenune est clair : ou l'quipe actuelle bnficiant , de ln .::onfiancc populaire sera en mesure ntrc les questions rsultant cle ]a ~uerre d e s six jours et h pnb)i'.,nw pal e stinien. On voit se profiler l'ide d'une palestinienne dont il faudrait d•limitir le l<'rritoin•. X X X U1w mission uffidclle l.'oisc,, dirige par M. Jean Car final, ministre de l'ducuti~n, ei. 111. J con-Paul Beaudry, ministre der i , une l'P mise {1 jour des rapports entn ln Fran('e et 1c Quhec dnns k clornaine eon?mique. Au comote 2:outtes par Raymond PHILOCTETE REPONSE A .JEAN-CLAUDE CHARLES Mon cher ami 1 J'ai lu avec beaucoup d'intrt, dans Le Nouvelliste:o du 20 cem bre 1968, ton ,billet, o, ju g ea nt ma sentence trop sommai re, tu disl'influence de Breton s ur Eluard . A la vrit, la question n'est \HIS \. On n'a qu' relire 111 lettre de .J nClaude Fignol... ' Le Pdt. Johnson prend cong du Prsident Duvalier Celui-ci, pour mieu:!< dfendre Oswald Durand, trait ironique ment de .v ieille barbe ... , a en trepris de 111ontrer pour ter l'autre qUQ la littatur<' H'accommode de l'hritage d'au leurs plus reculs:<>, qu'il ne faut, ~ ous aucun prtexte, reni~r les ,,crivains des gnrations prc(11,ntes. Dans la littrature franai se, Breton doit Rimbaud, com me Rimbaud Baudelaire, Bau delaire il Hugo , l't ainsi de suite _jusqu' Turol, le g-lol,,, l < rc strc qui <<' rtrcit de 11lu s 1 plus est ( 1 11 t l'ain de devt•ni r ra pidement un seul n1onde dt voi ~ins . Ml'lnt• les nation~ le~ plu.-; ,~Ioig-1u !c s vivent mnintenunt. plu:-; rapproeh( !es l e~ unes dc•.-i nut n• . ..:. que lt• :-: villnJ,;cs d'une 1nm e na 1.ion il y a o rein quelques si,~ cles. Les puys aont en truin 11'11p prendre !]U'ils doivent travaill,•r , n se n1ble , dc!-l fins communP:s'ils doivent :, urVi\'l'l' et pro s p, rrr 1lnns Il' nouv e au mon e l, ~ d'iP lerdpendunce que la scienl' e ,,t la ~echnologic uident crC,er. N ous avons fnit quelnue pro J,!'ri •~ vers re but rlnn s l t':-nnnP.,..; qui viennl'nl "" s'couler. De ,1011 vcBc.s ' fornws de coopration i11t e rnntionnle existent dans plu sieur., domaine s .. Je crois qu,, c,• progrs continuera et qu'un jour une r.on1n1unuut(• inlernntionah, (;nwrg;era aussi solidl•ment hasi', !'l Ut ' l ' intl•J'l commun el dt•s i11 I itutions -f'Otnmunc-s que l e~ com munn {It iis nationall•:-: . d'aujour d'hui. .Te suis que not:i eux pa y:-:. juw ront un rle nns celte g-n\111h aventure. Malgr mon dpurt d, la Prsiclncc, mon inti,r~t , clans Il' rle d'Hniti et mon J\mitii• J)fl\11' . .::on pC'upll• 1hmwur .. ro11t (Suite pa~ e , [ Cul. 1) Voil qui est bien dit. Tou te une chelle d'anctreq nu d'ainl•s ! l Mais... o je m'CJlrt, de mon ami Jn-Cluuc Fignol, c'est qunnd il piu'rc, dans le contexte, Hreton ( 189 ... ) et Eluard (18Dfi . .. J, qui, comn1e on le voit, aont loin cl'.1pparlcnir it cks g;nl•ra t ions diffrentes. L'illuslralion. semble mauvais,• . Et: vouloil souligner l'influen( •t~ tk Breton sur Eluard, (''est clt •pln.eer la qut 1 stion. Tout de ml ~ mt•, je ll ' t'lieil~ : S 'enticher de choses littraires, i, un gc o tant de fui iliti s fonl ~igm• , Psl m<' 1 ritoire. _ Amicul .. ment' Raymond .. . .. PHONE P.O.B MERCR~Dl 22 ,TANVlER 196\1 Par Aubelin JOLlCOE.it LA HAMILTON WRIGHT l'lWU'UCTlON MOKTREH.\ . , ttl~~J>tcf i U~ PlL!ll . ,. Oimantlu, . malin i \ lionl t0 la Santa Rosn c ln G rate Linc i~-:rnfas~he~tc~, 0 rt;i~t~ 1 ~~~r ~'.~ E , diteu1' de films de la HAMIL TON WRIGHT Productions rnn Ensl 42 nd St . , New York City) , s a femme Mutiel, agissant com me sa secrtaire et k~ cinastl•:,; i:olombienR . Dagoberto , Dago 0 d,. < .' astl'O ut Miguel Tahonlu. Irving et son wquipe fnisanl un fi)m sur la croisil~rc dt! la ~anla Rosa dans leH Caraihl'!i ont tourni• une intressante 'LU<'lll'.e ,il Port-au-Prince. M. Albert Silvt•ra, Managcr Prnpr1tuirn d' El Rancho s'esl souvenu avec beaucoup lie recon nai_sance l e con.ours inlelligcn\, i,;nftreux de Hwmilton Wright qui par Je Prsident Es~in11' avait pendant deux ans ( l\J5b <'l Hl51) fait un travail extraor a'nta Fe. . . A\tachee de Ptessc du Club Fran r'psl ut\ . film en l'llUleur:-. dl' ais du LivrP de Paris,,, et de {,~.; e~H~e /~;; sef~-o~_sl1~; :;~:x,ei1,'.e';!:um::~~~:: J'l:;:i~n.Lit~ 1nontrl• par l.es plus grandt~s l'Amba s:,;a dl•Ur d t Fr : tncc el i\lnw diainl'~ dt• l:.1 tlvision qui devint la longue P.~ pur 1 11 pratique un grand comed1en, il ,lbula, encore enfanl, par s'o~ ... 11 1 wl' rie Lhr~guigno_J. U,? gtll i,:-nul est un thcat! e J)UJBqu 11 est ,dinlogue . Peu apJ.'(,s, 11 ~ntre _e:n Roumanie pour son service mth taire. ScR txpriences, il les u ,,•o nsigneH tians NOTES ET ,c oN1'HE -NOT ES. : f,'nu t .. il souligner que IONE8 Cl'J fit au dbut de sa vie litt raire cle lu l'lit.ique. Tout co'mm e le frnnais inculque s<'s co~~n riote un idal el de s qua!Jte s qui 1~ n•nden\ incompnrabl_e dnns le monde, IONESO _d1;coUVI'< ' qu'on prcohe 1~ meme ,deal . et Ja 111,,me clol't,rme nux Roumnms. II s'enthousiasme pour la po ,ie dadai s te et surr aliste de l n p, ,r iorl e de 1922. En 1.!J3!1, peu avanL la gucrr:, Ionesco ret,ournc en France, d j mari cl pre d'une fille . li , esl . ben icinire d'une bourse d' tudes ,l'e la part de _son gouver non1ent pour une thcse sur Bau d •. (M~il. nev, (chtf du parti) et Nicolas s'ouvrirn 22 heures (hcurl' -11:'1) . Podgorny (chef de l'tat) seul franaise) un meeting triomphal. Un tinoignage d'acti o n e,t M, Dmitri Poliansky, premier On s ait d'autre part que le donc l'lment principul dans lu adjoint cle M . Kossyguine , n ,hef u g-ouve1nement a quitt• vie de l'Eglise. Comment a-t-elll' prsentait le gouvernement. Mos co u le 21 dcembre dcrni<'r prnpag toul e . lu terre '1 Dans M. 'Poliansky n'o pas monpour prendre du repos. li l'E~lise primitive, c'est un piontr en gros plan par les campourruit se trouver encore actuelnier comme St Pnul qui Lo uchu ras de \a tlvision, qui diffusait lement en vacances. Mais . la rtoute l'Asie Mineure, tablissant l'arrive en intervision. Ln 'l'eption des cosmonautes, et . des con1munaut-.s chrtiennes, diffren ce entre lui et les deux l'impact qu'a sur la population pro c lnmnnt un e nouvelle ' vie, inaut, es membres de la Troika a ln prsentnlion offkielle ,h•s tradui sa nt de nouvelles relations marque plusieurs repr : Rts cnt_ re les hommes, hases sur 1'npar des effets de cadrage. (Suite page 4 CoL 2) mour et ln vrit, (Eph {•s iens) Actes J :!/ rlnblissant Lies liens jadis roi'11pus par des querelles de t radi tion et de foi_ (Romains) li a prch la rconciliation cl111rs le C:hrist (Il Coi.) Tout cela expri n1e une certaine con1prhension du message et de la mission du Christ, le s raisons cl 'tre du h,nt l e versement qu'il n ,! a n s son inonde. C'e-a t dans cette opli que que les cominunnut s tiennes jetai e nt les has es d'un monde plus humain : -tCo mn"' 1 u rn'n s envoy dans le monde, m o i aussi je les ai envoys dans 1, monde (Jean 17:18). Compn,:ons la tactiqu<' lllh sionnairepri1hitive t:L'il, d,• s pasteurs moclenw s ! C'est Yra' mcnt dplorable. Ces ,envoys> de Dieu, dpourvus d'humaniti sont en qute rie nuuvN1ux dcor~ et agissent uu nom d'une puis sance .s oit di su nt l'hrti cn ne. lis dtruisent i1 rnsc mott e loutr h beaut et toute la pur e l ,• cl'uw, crature singulire. Ils sont d,•s conqurants partis la rcl'lll'r che de nouvelles victoire: < sans gloire. Sur leur pnssng" ils S: lt' (Suite page 4 . Col. G) L'Evangile et la vie quotidienne en Hiiti ., si quelqu ' un i,,t en Chr,sl, il ,st une nouvelle ,., : atun• . L, •,; ehose-;; anciennes sont passe~1 voici toutes chosc:s solll devenue.nouvelles. (li. Cor : ii: v.J-18 . 1 L'Evangile, puissan,, de Dieu J)Our suuver l'homme, JH ~~ . .:. de e, .. , te indiscutable vertu de <' h!lll;.(U ' lu vie de l ' incliviUU. !./Homme u .1 1u fenuuL' qui n i'nit J 'pxpl• 1 iP!,:c: ri e l'Evan1-:ile par la ro 11,,ion lui n!tHI ce iu~te hon1n u.1 1,?;t qu'i: e s t une r ll, puissnn c , c, ,p , Jlik d'iu.fluencer l'l c hang-rr la vi, quotidienne. L' Aptre des ~entils ,Inn., sa deuxime Epitre aux frn•s d,. Corinthe aft i rmc ceci : c. Si quel qu'un est en Christ, il Pst u, ,, nouvelle cruture. Les cl1o s ,s an ciennes •;-;ont passes, voil'i t'.1 tes choses sonL devenm s nouv,,\ l es . L'exprience ,h l'F:v,)nr:il• rlans la . vie de Paul uvnit drle , min cet homme de belle ,u lt u r .. . qui souriaient les d_i.veL~ n . avan tages de son temps,. a ~mvre_ L Voie sacre de la pu1ssnnre rl,-.•,. n e . A vnnt d'nppnrtenir la l _ .,') hortr des chrtiens , Paul pou v11it, lion droit, se ,, il nous est dur pos eta,cot touchants rie recon 11 a i~~a n c e . . "1adeleine Gann, revenant dm!s son lour rie c hants inter prl'la pour h-s dlices de tout, lu nnmb1 eusl• assistance Je nE p,ux pa s,, Je Christ i n et Frag soJJ, et J~c9ues Datin, Julie> . d, Paul M1um1er. et La Biaiseusel d~ ~fou~J< •e _v,?alin et Ja.cque~ Datin. Elle eta1t accompagne au p1;11~0 par Paul Fougy. ( o J>r~:rumme t"Ut une longue (Suit e p,1g . 4 Col. 2) r ~~=~--------:i"i--i-~"i"iii~~~ . Produits de Toilettes _ 1s, RUE o~s MIRACLES, 1s. et pour toutes occasions 1~~==== C b C I IID I a r :i C CO "OCOOQ C ~CC CCIC~COCCl Cl C : C = = = C = C Cl CC CCCl'>•:.. oc =-= CCIICOC!Clt::t::MCOC:ICC:>c::t:icc:,,cc:,,cc:i,:oc:icci:;;,:~:ic=rccico~IOCIQQOC CIi: COICCOICCIIC::'IIC:ICC:>cC:MC:MC:ICC:ICC:ICCICCIO:IOCCICICICICICICICICCICCICCICOCOCOCOC 01oc=,000tCCltC~~:ic::ic:,c:w.::i>:c:cc1CCICCICCICICIICCIICCIICICliCC :ai= c:icc:.cc:::;,i,=:ic::t>CC>CCl:ICC:ICCICCICCICC1CC:icC1;,cCICIOCICOC.:.C1ecc1::tc ICICCICICIOO"'AIOCCICICCOl!IIOOCOIC,OCOco;o:a.l

PAGE 2

PltOBLgl\ No. 17 l U 111 JVVVIVINl11 ; 11 t-,--,t-i--t, 2 ~_,._~ 5 ..... .,,.P--+----l--ll,,o..jl--44 ~fl-i~--t--tahH---,..""1 5 6, HORIZONTALEl\IENT 1 ! Espr:t fort --D•mons1 P~u tlo d10tu J 7 _ En tonno Pronom \'o~l•l ~~!i t)UdlP tle . piP A , ruin• n•s!:i: 1 l~:::ru~,r~• ;,:~o~ Stimhlo bk. 1 I I VERTICALEMENT ' 1 Pr>nmn mll8t'1tlin -Hn 1111 \sPrnom fminin On Y c~i1ft''.'._ 1 ns:.~ss:ll trnn'.spur( d!'S munitions , IV _ Tamis ,:__ ll~v11nl un pn• . tralif 1 nm~. _ Prl-cieux Divinit Vl _ Dans la Hnute-Snne , 2 _ ! Roue ,\ gorgp P(•til .-ours , Corps dur :l _7C<•r•ule En Cntnlog-nc 4 Grande vertu Pr~; 0 t 1 _ Alla en justice En 5 Pi,'R"" Boit<' snufiII _ Prache parente IX Capital. ,; Demande un pnrtenniro AU CAPITOL Ce Soir Mercredi pour la dernire fois a 6 H res et 8 H res 30 Le Vieil Homme et )'Enfant Prix de la ritique au Festival de Carmes 1966. Entre Gdes 2.50 et 4.00 Du Jeudi 23 au Samedi 25 Janvier 1969 Tonnerre sur l'Ocan Indien V 11e ave11ture exaltante de Surcouf. Entre Gdes 2.00 et 3.00 l)UBO DUBON DUBONNET Carnaval 1969 a chauffe, a uron1et Qu'il est bon d~ . ,}oir projets SUR L'ECRAN F AM-ILIAL LES SOUVENIRS . : DES MASQUES ORIGINAUX DU DEFILE DES LUXUEUX CHARS DES GENS QUI DANSENT, QUI S'AMUSENT armez vous de votre appareil f:ilmer 1 i ~t de votre projecteur \ "KODAK En l'ente DON MOH R SALES CO. Ll'J NOUV IJlLLl8T• L'ACTU.ALITE INTERNATION.ALE NUUVELLm OIUSE lN 'l'Cll l,CO::-lLUVA9UIE \l~NNE (Al•'PJ 11J'h1,r :1 ll. 1 s dcr~in i11l'o1 11m• tlun• i-u\'\IUH do l'1ng-1w ut du Hnatislnvu, lu 'l'clweot:,lovuquio tout,: l'lllil•rO, prqfonodu et s1m1 cessu pct par la rudio. Le Prsident do ln Rpublique n pinc ln nnlion dev11nt un choix dmmntiquo : garder su confion ,e on Ju1-me et en !IL Dubcek L 1 t maitriser ses nerfs ou biun poursu,vre une agitation dont ks rorn:h.!qucmces seraient, d•nprl 1 s 111. Svobodu, ln trog<}dic gnfaale de ln notion, l'nnorchie, ln des truction conomique. Sans purkr ouvertement de ln possibilit d'une nouvelle interven lion sov,tique et de ln vngue de rpression lnquel!e elle pour ro, t d-0nncr lieu, le Prsident lic1ue. ..... "' DE C LAllATION DU DEPAUTEMENT D'ETAT WASHINGTON (AFP) Le porte po'rolc du Dpurtc menL d'ELnt II unnonc mnrd, qui• lu nouvelle ndministrntion nmri ,ninc examinera en priorit l'of fre formule Ju,1di pur l'Union Sovil!lique . d'cngugcr le p1UH ra pidement possible un dialogue amric.:anu-soviltquc sur J. ~1111tntion nt ni donner l'ilnpression que le a t ranse . it dans les regis res Kremlin pouITait tre demandeu_r, ii , ce deslins de )'El.nt Civil pn1 Ne _ pns diminuer les poss:le sieur nl'n SA L(;A DO Offi_ bilits de dinlogue normal nvec ri e l'Etat Civil d, la Sec1ion l'quipe Nixon et garder intactes ~'t ,r d , e 11our pru ; ; ui1l l <1s cffp t s les chances d'accord entre Mosy ;iltach{•s pa , le <1,:1r, , t rlu (i cou e t Wnshington en vue du r ,Juin l!JG8, f!ll' : tient d'une srie cek n, , souhaitent res t,,,eu pouvoir tnnt qu'ils peu vent i•Lre. srs dt• !"appui du )l ay s C'<•sL avec vous que nous voulons at'•cr un socialisme slovaques du Kremlin. Mais une partie important e f du pal'!. :Slovaque. C'e sl pourquoi ndi('alion s auxiitwlll's la di1 ,ct ' on du parti, s'en tenant hl!'•'. ucnrd:-1l1 1\lt'1sco1 1 du 2G ,l\ t _. Ul, tl t VHil )IP O"-' "I' 1111e i -: 1 de non n evo ir ,u tt : g orique. l 'atrioto~ sincres, profondf.. r111t so lidain•s dt i h•ur pt.!Uplv, :VI ~I. Duh,•,,)( ut Sv,,l1,1rl,1 w lnis s l' r o 11l il s lntrn;nPr par h nwuvr 11 w11L u n _ : w _ •nir Hl!' i-toins pni11b de l'nc.eord d , :\'loscou '!, ( ,1•-.. oh ~t..• n,altUrs d e \'ienno 11'l: c•:1r!Plll 'PH~ rettl' h~ ,111thi.•~e. Ce r tl• ", l pl opos du ~ ui , ide de Jan J'; la r h lu prl'S S 1 ! dP '.\l11 ~ cou porh• cliprovoeuliou a111i soc:aliiiie. :\fais l 'ho 111111at• a11 J•:orti et ou g"f•UVer1wn1t•nt . 11~l(1\'of1U qui . -.:-,:1i,~nt dl c,111.-.:111idf' : r la Rituation -, 111111• ind ! q11 1 q\H' la pl'rs1 H : d i CUTT'Y SARI( --~~.., Le Scotch le plus ve'l.'\.dt'~ aux Etats;;,'(Jnis Distribui-r par la B&ASS:IDJUE DE L-'. '96RONNE S.A. soiJ~-~u:Ii:v~;~!ide~efN~;!:t n'a~~ 'HANOI (AFP) Vl:,iAGE NOUVEAU . pas parl explicitement dnns son L ' un des troi s militni c,s nmri discours du Vietnam et du Moenins que les forces armes popu DEBARRASSE DE SES HIDE:S, UN 1'8INT JEUNE QUI A1'TIHE ET SEDUIT, L,EVANGILE ET LA VIE QUOTIDIENNE EN HAITI ( Suite de ln 1er page) Il y a o11c l ie u d'obse , ver, de e un :-: tatcr c'Lte ~cn~ ilde trall !-l i Lion chez le pcheur qui ab;indon ne le v ieil ,hon1111e et ses rui mcnt s et qui accepte se dcpouil 1,-,ue tous s e s a pparats pour re \"l'l ir ~ cl-llt1ST~. li n'e st plus le m( ! ll\~ car dan s toule:..; ses ac tivih . ..; 1 'int1uene e divinl' se mani ftstc 1.: n !) urte ~1u c cc qui e st mor tl'I :-iOi l <.•nglouli par lu v i<> ,. l'HHlST ,, , JI n 'es t plu s le me, mais vainqueur dL! toutt !S il'..; s quotidienne s qu'il aHrun : ,, t'I qui sont. en upp,,sition il s,m honhcur il a soif de frmo : gncr . !Ji,-u, Ce Dieu qui e s t s orm a is : ,, •eh dan . s sa vie et clon t il n, \'eut plus perdr e le bon cunlal'l t',•ra l'objet de ses co nversations, k• fond de sa pense. Quel nl'1t1 c nt n'est-il pa :-:: pour ses : ni:-:1 pour st•s an l'l s cam:1nt C'e st duns c ette attitude d'es prit et du coeur, c'e s t i: e, , l:<.: n : i.1 c foi en l'H ommc t•t (Il Dieu qu'il nou s fin1l tun .s iden l'Oecu1nnisn1e qui nc~t pa :::; l"olU ,T~ ctl' l'homn1e 1nais celle tlt..• JJicu . Nul n e peul savoir o va l'Oe umenis me. Certains prlal' d con 0e1" rnte urs pensent qu'il do it tre :~:~t~ ff: : ~::, 1 ;;0: ~,s fJ.~~l:~r! ~: ~~ '. t~ ih,-nt ' aux dogm es dpasse~ et pvur ceia, certain::; prulestani:-; hsit en t ,, appol'tl-r leur eollabo ration ce m o uv P mt•nL quand 11~ Ill' If.! cumbntl e ut JHt ~ ouverte ment; mui s , je vous npprends, f'h 1.: r s Frl•res C hrticll".--i, que lc!-s d1• llit•u ~ont impt. 11 :'. •tra_ l l SL•s voil :":; ut sunt pn :-: nm; Ce visage, .fascinant dont vous a\'f:lZ toujours sera le vtre; gr ce la Clensing Creann, et face loti o n i t hase de pollen de Laborawirc Ce rncllc , Ces deux pr oduits cJ.,n,wnt un sult t t _ onnant que se ul un tr ai tement en Ins:itut p eut donner , Cette c1me et. loljon embelliront vo tre \ii;uge 1..: t vou 8 pai:ni~rez dix uns de moins plus, jeune . Votre v•; sag e sera transform et vos amie s vous envieront le secret de v o tre beaut , l . a lotion et la cri•me eofitenl $ GJJO . li:n venhil la Pharmacie Uef fra1a Des <"hnuff -bn ins, fers il rcpnn ( E s aic lJ,l: 16). ~~~•nr:i~l~td~;P~~i':-~~~• t~~J,~~~t:f~ Ili , . <; 1111 . L:\ 1 ; \I E l ll lUJ t.ionn ~e liquid e nt il "ln TIPCO. , Eglise Afro Ml•lhudi s lt '" Prc~sez-vous, propre doux rien couper galise et fa conne les cuticules en une s~ule tape fac ile Mnlnlenant, 'JOUI pouvez tgoU.cr •t ft,o _ nner vos cullcules anns effort. Le nouveau.Cuttpen, nlccssnire co~J?lct en lui-mme, donne une seu)a 101,-1ttc de crmc ln fois; ct~c crm? la latmlinc, nclion douce, rumo!Lil cl cnle v e les cutic"ulcs disgrn~icuses. Cutipco, lgant et inca . aablc, est spcialement conu pour le soin ~ca cutTculcs . LB pointe du Cutipcn, unique ca son p,nro, galfsc et faonne les cuticules pour rvler la beaut dcs _ lu011lcs de vos on~lcs . Vqus (e're~. VOS oo~lcs en moiti '\oins, (\9 temps. _ l'as n bcspm de balon11cts de bo,s d oranger nt de nouveau . ~~~rr~ailii..r'n~~tm ,llliul. L..w=. .. ,~------~ Joseph. C. Valm et Co. DISTRIBUTEURS AU CAPITOL Mer~ro :\l l' 1Trcdi ,, 'h. et ! t h. LES RELIGIEUSES Entre $ LOO par voit.ure Jeudi 7 h , l't !l h. LE SCANDALE ,\\ec Anthon1 Perkins , Enl ;-e 1 doll~r par voiture Utilisez les jolis 11iroirs et F•_ ces Mains, mta1Jis s , Ce sont d'.utiles cadeaux et des prix bordables. En vent .. la Houlangerie L i , Poste, Grend'Rue . Here's somethln1 the gi'rl who hu "everything" doesn't havel a tn:11y feminine ball pen CJJ& by T PARKER MONTPARNASSE Mercredi 6 h. et 8 h. SEXY GANG Ent, e Gde O , GO Jpudi 6 h. et 8 h . TROIS El'EES DE ZORRO Entre G LOO CRIC-CRAC CINE ~I cni•,,di 1, G h ... t 8 h. Ili L"EN'l"ANT nu CIRQUE ,, Entri•c ,Gdc 1.00 et 1.50 Jeudi 11 6 h . cl 8 h, 16 C OMMISSAIRE X TRAQUE LES CHIENS VERTS Entr" G
PAGE 3

l\11.RC , R _ lWl :!~ ,JANVIER IIIIJU PAGE r. RHUM BARBANCOURT RE-PUTE DEIPUI~ w 18.6a PPAA4' VOTRE HOROSCOPE r-----.. -----Pour vos Lunettes Par Fra111 . , /) ndft' _ 1 :herclte~ ln ,enticn1 o,1n-tutponclcn1t ou jour clct votre a11ni11orim11• ,,. ll \"OUs J >t'rnll' llr ont d'ut teindre votre but, mnis un effoi-L pers!?vrnnl rus~iru. N'allt•n dez pa~ dt•s r, ult a t s trop rnpi dlis n1U con t . Il U('Z }Hl I iPlll lllt'_ll t uutanl qu<.• \'ll\l~ \,• JHHIITl'Z !!!! MAI At: !!l .ll. ' J:,.; (l;E l\lEAUX): Il p< •llt i!lre slirnu lunt e songP r l'n •\'Pllir mai, n'oubli~z pas ,< qu'il n•sl,• i1 ,,, .. complir d1111s lt•.< lch,•s ,., . l .. ,, . vnux pr~scnls . Dn•loppe, . \'ot n s1•ns aigu de rosponsnbilil~s 22 .lU!N AU 28 .l UI LLl-:T (CANCER) : Qu'un f111tteur ne \ ' llU~ ntUS { JUP pa._ llfll' JH' :,.nnr w moin s d-monstrntht ni d'urn• :ip pnrcm<'<' br:llnntc nt• vous l :,drn 1111 :,. un flment plu:,:, su lie "' rl•t •I. Gardez c•n ml•moirc J. .. -.. vrnios vnleu r?. :.: 1 t)(''l'OIIHE AL' NO\'E~I Ili( I: (;-;CUHl'ltlN l: U11 l'f,ur'. \'ulu11tairl: da11 :-tuu~ il '. "i ~1•L'll'llr . .: t~/t'::: ;;~;:l. t.i;:: : \!)/:, ~;~•.~~l:.~llliSIJ::~ \'OU:, pu1 ~:-l'Z ttn1r . Eviuz h .•!i Hl. l t ' l h ~ di :--1. u :-~ iu11~ dl ~or ,l,,11111 :~ .J :\'U\ ' E~lllHl:: Al ; ~I Lli •: l ' E~ J UHt (SAGITTAIHEI: L<•s nigTl'lS Jlt. ' l'11Jlllg't.'J'Olll rit•n il t'e qui s'csl pu ::sc mnis ~i vou..; Cl' l'U stz U\'( 'l ' une 1nitiut\ ' l' uccrue el un zill' 11,1unan n1u~ ganle . t ~z vn\ l ' l' t:--1nit clair d rcn1ll'Z plu~ fw.:ilt 1 votre rout e. ~2 llE CE~ llll AU ~() JAN \El ( (\':\ l'lUC'Ul{N l •:1: l'nH'Z . L : .' :ll'd t• l'l' ljlll 1 \ Hl?S 1 i ." l'Z t•t n qu, , 11u :-. din z t 1 t. :--oyt•z pru ,hnt l, •!. quc $ l.un-.. finun, .' i\ ~ . )!r:111d< 1 s nu 1 wtill' S , avc•c ml•th11"' ~~;._ d (_'IJ ll 1 IIHJll ('OlllJ]le t.lt.~ ]'a vP : ~ 2 1 ,J..\'.\'\'JEJ: :\C 1!1 FEVRLElt \ VEltSEAt.: l VoH ,I, voir s . , rnpo ~ lro nl il." vou~, plu~ nu: Vot : c am biance est semblable. Occupez vou s volontiers des adi \'i li•s e de." projet s nouveaux 1nab Til' g-liJ!l ~ z ] H l~ ct.:lui, plu ~ a n, : ien, qui d eman d erait , nt r C' att\ntion ton:-: tante . ~4 AOUT ,\\' ~:l SEJ ' T E~l RRE (VIERGE): Si \'OU• lll' _ ~;~:1:~~;t:}~!{'l-:~~~ : :~:~;~~:i: qui" vous avez att e: nt~ que ,ous .'11c-iez impossible dons le pnss/i. S I \'OL'S ETE S :-..'E AL'.JOL :t : D'HL : I: V ous anz un :• tn ., Jl . lllllf)tt.• intlllig-l•ll , (,te:-; mlti ("ul eux t : L pr l .i:, tt po:--:-:,1.'dl'z. d1. forts atout'...; d1_• :-: utrl•s 1.."t de l,nn l H'ur. Y o us :.iun•z tl'ndance it la ""luh ' li t , l•:"a>'"Z iJ,, la frl'Ht•z. J ,t•:-: seet, .. ur ::: 1 de l\ dura tion, d, la diplomatil'. d, la so c io 1 0 1:?l , 1h• l a finarn : c l'l d,• . la li t tt -1 ;1 1 11 , , l ,11 v it> n1wnt i 1 y,:-: . qnali : ( . .._ \ " :tl'\~l~ . ..: t•l \"OU . .: Jl O ll\'1•z (' Ollllai l , . ,, la r(•ui-i:-:ite ~ ur l'u n cJ ,. t : ...: plan:-:. 24 SEPTEMBRE AU ~:; OC TOBRE (BALANCE): Le sens de,, responsabilit s e t un bon iu gement se ront importa11ts; s,; .-he21 ce qu'on att,,nd dP , :ous ma is ne VOU~ lan .-ez pns dans tout ,.,. qui vous S<'ra propo s , m qi•., ,sir., plement dan, re qu1 \'OU d .. v,,z pl pouv ez r l isPr dm1s 1, : ,•mps convenu. COMPANY, S. A. USINE HASCO .~ HAYTIAN A~;~~c~;~ If SOC1E1'E ANONYME , HAITIENNE PLAN'l EURS ET ~BRICANTS Sucre Raffin H ASCO CRYSTAL,> 1 ~ ucre Mi-Raffin -OPU LA IRE >> 1 Port-au-Prince, Hati. i , d, ,,,~.,.,,.,..., ,,.,,. , ~,,,,, ,.,..,,,.,. t;/CJOCIOCIOCIOCICl010COQ0000~ :z.r-..r..r~J0"'..QQ0CQQ ::, . . o::.i:;r..o::iccr.c; Georges ,-_ Nader a procd un nouvel amnagernent de sa famem1e GALERIE D' .A.RT lll l Rtw B 1111 ne Foi, P.O. Box H62 1,11 ,( 1 r,,uvc•nt rassemble" 1 grnn d s peintres hailiens Un choix extraordinaire d ' e Tableaux vous a1tend :'t la Galrric• d'Art 1;eor1.r<"f; NailPr '\ que CP dernil'J : ,m1,imi1,, PX]) l'P ,f'~mrnt vigiter 1 ' Voy ez ,BUSSO a Co . 25, RUE BONNE roi, 25 TEL: 3294 , Les meilleurs verres Les phis belles montures Pour vos enfants la Maison peut vous fournir sur place des verres inclatables. Passez nous vok po_ur admirer les dernires nouveauts. SENSATIONNEL!! l'n nomC'au lnsl'c lil'idc 1 .: \ u t'\ ( u t'l'ig de la H o llancle : J,'EXECT X ROUGE L< ~cul. inscticide d . :11 . 1 1 •, l '~ ,,, un11 t :' 1 l'O : )-!".tll ... 11 1 1• J :,: d ... 1 \ "11t : :1 .1 ~ /1: . fc /,;~1\ 1 ,: : 1:;! it 11 : H•ll 11 .. 1t g{, d '-' . :!:, il .1n nn:--:: :~, A\"11l' p C Olll''.! 1 r !1 ,j', ' 1 t1dc~ ~'.pco11d11in"-.: i11 s q11':1u bn1 ,nltturl . •;..t 1 ,,) ; ; ;, E!1 ,, r!1 lu Maison Bl a nche. M .Nixon n ge du Dpartement d'Etnt pa ss les premires hcu1•s cle st! il compte se rfugier toutes les prsidence 1\ se pPnch(•r RUr de~ fois qu'il voudra, selon sn propre d c:.ss iers en nllcndunt de s'cntrcc xp.ession, cogile1 s~ric u sc tcuir nvec son conseiller de poli mcnt:t, tique tru ngi•rc, M. Henry Kissin Complet gris fonc et cravnt" ger, en prvis ' on de ln runion du grise ,M . ~ixon tient sn cour -u Conseil Nntionnl de Scurit qu'il . milieu d ' e la pice froid e et nu<, a convo qu pour le dbut de l'dpourvue de tout vestige du pns pri\s midi. . sogc de Lyndon Johnson. Le Chet' de \'Excutif s'ent enContrnirement re de n icr, il s uite l'rement h , s < t de !11 Mnison Blanche pour habitud e;, r,~lir,•s: couch wrs ,e rre : ln main, cle quelque 1.:100 minuit, l ev vers 7 h, il compte fidles clu parti avnnt d'assi ster s'organiser de faon entamer ln prestation de Herment des ses confrences auotidiennes nvi,,• membres de son entourage \mm son entourage di:s 9 h. ou 10 h. clint . Celk des membres du Cnbiau plu s tard. nctnnu;.~,,!!~!nm;:~{t Gnral M . Nixon a fait rdir l.' : Ea..Jc ,Wheclcr, Chd de l'Etat ~~~ist ~~t;;~:S ded':;i:~f.~~n :~i le~ !llaj o In ter armes, f igurait taient la passion de M. Johnsi,n . !!alement n u programme de cette li compte, pour se tenir au co u preinirP. journe IQu rd e rant de l'actualit et de l'ouin io n me nt c harg e. publiqlje, s ur les revue-a d pr esnh~:i~:,~~e~ n ete~~ rai~,;:list~: se concises , rMiges par le~ soin s d a n s l e bureau pn,sidentlel, pour d,• ses nd j oints. / l ~ rlieh t.r 0 rlitionnPI. l\1. Nixon Le p<>rtrnit Je Franklin Roos1e a l ivr quelques nonvenux as velt qui trnait au dessu s de p Pr t s de sa personnalit.. la chemin~ 11 .disparu au p .. ,,fil rl'un portrei 0 rle George Wns_ Contrlez le cycle priodique avec Cyclotest . \' oi('i une dcc,uverte de lu scien , a ll e mande qui est t l's utile :11•x fprnmes . I s'ug-it du THER l\IOJ\TRE VAGINAL CYCLOTl•.s , q11i se lon le degr de la ll-mp-rat . 'Jre indioue AVF.C PRE CJSION ET SANS ERREUR la priode de fcond't ou de .l'ovu \nlion ou l n priode. de strilit. ' Grll'e nu THERMOMETRE hingtu11. La volumineuse Lctbl ~ d e ; l'B\'llil rectangulaire et le fau teuil bn ' scule de M. Johns o n i•Hl prfa le mme chemin que le ta bleau . Cette table de travail a remplac e par un bureau style fin de sicle, de bois fonc lour dement travaill , qui avnit aJ> partenu Woodrow Wilson pour 1equel M . Nixon prof e ss P une adm ' ra t ion sans Lornes, a u point qu'il se comnlait souli itner qu'un e de-:; citnHvns de son discour~ d'inve$titurP, lundi, (Pence that cornes with henling 111 ,ts wings -la paix qui vient portcu~c de gurison sur ses ai le-a) est e _ xtrnite d'un dis c uur ~ prononc par le Prsident au J c. 1 demain de ln premire gucr : e mondiale. -.. .. X X X EXPLOSION D'UNE FUSEE: l'OSEIDON CAP KENNEDY (Florid,•l AFP Une , fuse Poseidon et d'un ,y pc nouvC"nU n ~ OJ!lvcg n n t t; p .'li 1cxp l osi P.rt.>s{1u' . i 1 1 .': nf.tJia1L J wnt npr~s son lancement il Cnp Kennedy. . . ' Il s'nbri,.,nit tlu troi , i~me essai de cc pr o j , ? c< il<' cfo lu mn in< ~ , i1 plirtir d ~ unc ins• al\ntion nu :ol. Les s Shnw pnr M . Jomes Alco c k. nc Point ,. 111 Pi o'." Urcur de In ~nu , )l p Orlnn s . \'AGJNAL CYC LOTEST qui est infnillihle, ln femme peut maint !' nnnt elle-mme contrlor son cy d c 1111•nsl t11•I \ ' l n~ plus lal:,; .-wr Recettes Simples de Cuisine Hatienne A , ,. nin l ln funlni,i1• du hasnrcl . I.e Tll:IDWMETRE CYCLO TF:ST n, romportc Jllis les incon ,., ,nient. et ks i-isques de d'ungers d c,s pilules until'onceptionnellles ~t on s'en sert facilement . De mundPz grutu temcnt Une d().(1J111 e nl ntio n CYC LOTEST i\ votre 1•hu.rmadt. n . A\!HE1t<;1:--1E8 EN l'EA\J, ,;, . .in11d,;on, d, p .. rsll hnd : lti•m CYCLOTEST est en vent.c dnn, lnutts ln, bonnes Pharmacies . ,JOSEPH C. VALME & CO DISTRIBUTEURS. ~temerciements J •'A H C IES .F,•ndn• l,•s uub,•ri::1_,!ir 11. H muit i!s nv,-e r<'tlo p iip11 nPt-i , •n dt 1 ux pns l es pc_ s<'rol c du fru: aj"uter en tour . s i on d dl>ri•s de leur trs regrcl Ier. Les couper dnns le sens de nant u n Ot'Uf ent.i,•r hnt I u t'll ,. _ t . . lu longu eu; de la pOil]lC lu mel elte cl 3 ,uillPrH'R ,!P gruyi• queue, Les jeter quelque s minute s rap . Bien mlanger. En gu ni, .JOHN WILLIA'.\I ctnns l'eau bouillante. Les ruirc l es nub~rgine" creusP s. S n upl! aux 3/..1 pour ne pas nhimer lu tlrer de from11ge rap, de chnp, . HREEDLOVE peau. Un e fois cuite pointi l es !ur e, de quelques noisettes, ,1,. retir er et les goutter uve u beurre, mettre four chaud 10 /1 moire . Eni<'Vl'l' les haire lu . 16 minut es dans un pyrex bPu . cuillr e. Faire revenir cc-s c hairs r. su rvl!l1ll l e 13 J anvie1" 1969, et. h-ur ndn sscnt l'assurance de Jour prn[ontle l','rat itude. P a u Pc ,. 20 Janvier 1969 d l\ns du bcur!'n chaud uvec oi de 111 mie de pain tre . mpe (A eulvre) rotge de la J ca rz e. \ ..................... ~... ~. . ".""'~

PAGE 4

, PAGE 4 \'uici N<>. 1. lpspir du hnubnu l'Ollg-olais, el'\ t.v rohr• qui Sl'r\' rn rlP rnhp cntk1ail l'Omnw l'lle c•st, l't de eo:-.t Ulllt', po1tl•l' sui UJJ pnntnlon, lt-_; l'uloris sont plutt son1bres ici, et lu des~in est mtrique. ;.;(1_ ~l~11 c11.-.;;umc JJPr~au, trt•s lu111ill('llx f~n !am{• or Pl oren i(l', J,, JlHJl(t1!011 P:..l vn gaze oran Ulll' p1J U\"J('/llle, tr(•S fanLai:-.;,, a pr,i:-:. J•ant.s, mul t i)lc1!r1n ~., 111a11d1r_..i-; {!Il dentelle, el hundH l JJ1UHseli11e cerise, j'ai supJ,1 J'nH'. la laine eu use de le. "halPtu. Arrive.de Jean Gousse Le Prsident Di"manche est aniv au pay. Johnson prend cong ~:,r~:~,t.:.~:oi~{)~J~~al~'~O;!~n}ie::::al~:~:il:; (liluiM) s1e 1sida11l a :,"w York. A s,, lorL:-: d in<•nluml!s loul !'omme de~centt• d'avion il c'.•tait vf•ru en 11w11 atLaclwmenL aux Uuti:; comClergy-rnan el on.ail des dlJcura 1J111ns qul• 11,,~: deux peuples. se I ious mac;onniquL•~ . , JJt fi\t_•_•. ,JlHn (;(Jusse a vuyag: exprPBs ~)inli_•rement, ment pour rPprt'.•spnler au Convt•nt Lyndon B. JOHNSON,, Mu<>niquc• l\lf\!J la Log-, Haitie11 L'ori;.;inal dt• t<.•tte lettre, revne I\'l'\\' Yu1 k Jont il est un tu d,! la •,.;ig-nat.urr> du Pr{•sidcnt dig-nilain•. U a re<,,u l'Aro ,Jc }p:-::, unrw.xur Amricain ffiOTBALL AIJ STA!lE SYLVIO CATOR LA co1:I'E Pl(ADEL Le v1ln•di 2,l .Janvier 7 h p.m. cl/liut r~ h p1cmier tour de c-hnnYrdonnat ci<' la Coupe Pradel av<1, l< mat!'h : Bacanli -Excelsior ~-.anwdi 2r, .TanviPr Vielory-1', i1,v .'l:11di ~H .T:lllvic1 Violette i: ~~~dr,,,!;l :n .Jrmvier :_ Aigle Noir flon Bosco. CPLI e ~{•rie permettra d'apprei" h pr/.naration rleR huit duhs ,J,. ln Division Nntionn!P. J i's San s\ 1~vent rapi1lpmc-nl; le Cordonnier ,, hlrn 1 1 •nu 1'vlaxa11 MERAN trn voill<1 i(111r r-1 nuit dnrn; le hut de entisfnire 8on envial,le clientle~ Adress<' Rue du Champ de .Mars No. 82. L'absence de (Suital tro s dirigeants sovitiques a,blaic•nt devoir imposer son l'P tour ii Moscou. X X X ,\lr:1'11 l'l' mutin l'ur:ivl•<• 1 1 11ulrP cosmonuut•.•s HUI' un ,!,, Moscou, M. A lt•xis ' '"'f du Gouv,,rn .. ,,1w, l'{,tnil galenwnt 11,id! l'ouvel'Lure u11 Kni1 i11 1i'u11 llll'C't.ingtriomphul auqw•I parti.-ipent luus J,s au in•., rifrigeun(H sovitiriuPs, l'i 1\.111111 spertateurn. Jp 8Pntimenl <'!--i, cr., :'.1. Kos syg-uine Psi n1nladP, <'t uss1z ri1:..;1•ment pouJ' nt pus pouvoir H<' Us adresser !'Agent local, Andr T. Tzan Mai son du Canada Appartement No. 7 Rond Point Cit Du , maraais ESTIME. Projet.de M au.Pola10O ln r6altante (~)exan !l Christ dynumlquu qui lnvit, il composantes aont l, Be l'action JJOHltlve. Pendant que .vlvanteJ: L'int,ir~~cticri nous pcneonK l'occumn!Kme ou grundoR voieN de clrcul11 bilons une minute leR utopies t•t le port primitif. Donc i faf'Bon~_facc lu r6nliL6 quotlhabiliter Je march, C GER ' dienne: Les or11teura o l11 deuxi LE PHENOMl~Nf) SOCIAL. ' .i me ussemble gnrulo du con, v~lo1,1ier hurmonleusemcnt, ra seil dos Eglises ont soulign nvcc tzonncliement et raison : qu'il n'y a pus 'oecuce con mnisme sans dimension mission . Ce :::~~-:~~(! est conu suivant naire. Le but principal de 1'11s9em les principes moderne:; du strur ble d'Evunston tait de ~herturc ; .lgret, p,•!!fr.brication; cher une parole commun" d'~pstnndardisation. m<.,,Julation .. rance chrtienne en face dos rapidit d'cxculio.~. grands problmes de l'humanit6. Du point de vue architectoniLe thme de cette assemble : q_u~, ;e •terrain a. congesLE CHRIS'r, SEUL ESPOIR tionne et ital' portion du plan DU MONDE. Un derniei cxem-d'eau rcup,-e. pie est celui e lu Confrence spi tre en question la rigidit de sn rer. struc,ture et couter raptre sai11t Pourcentagc de sui-fnc,• ,lt, t,r Paul lui tiens d'HaiMaire de Port-an-Prinr<', ti doivent raliser q_u'ils se partagent entre eux les vtements du Christ et en conervent jalousement les morceaux tandis que d'autres frres sont dans la nu dit. Le moment n'est plu,, aux que1elles et encore moins aux r conciliations chili!riques et